• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Dialogues Francais-Arabes
 Errata
 Table of Contents
 Back Matter
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094162/00008
 Material Information
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Physical Description: 10 v. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Socie´te´ arche´ologique de la province de Constantine
Société archéologique de la province de Constantine
Publisher: Alessi et Arnolet
Place of Publication: Constantine
Constantine
Publication Date: 1863-1874
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Antiquities -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
History -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
Spatial Coverage: Algeria
 Notes
Dates or Sequential Designation: 7. vol. (1863)-10. vol. (1866); 2. sér., 1. vol. (1867)-2. sér., 6. vol. (1873-1874).
Numbering Peculiarities: Vols. for 1867-1873/74 called also: 11.-16. volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094162
Volume ID: VID00008
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12576829
lccn - sn 85022117
 Related Items
Preceded by: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 17 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
        Front Matter 4
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
    Dialogues Francais-Arabes
        Page 1
        Page 1a
        Page 2
        Page 2a
        Page 3
        Page 3a
        Page 4
        Page 4a
        Page 5
        Page 5a
        Page 6
        Page 6a
        Page 7
        Page 7a
        Page 8
        Page 8a
        Page 9
        Page 9a
        Page 10
        Page 10a
        Page 11
        Page 11a
        Page 12
        Page 12a
        Page 13
        Page 13a
        Page 14
        Page 14a
        Page 15
        Page 15a
        Page 16
        Page 16a
        Page 17
        Page 17a
        Page 18
        Page 18a
        Page 19
        Page 19a
        Page 20
        Page 20a
        Page 21
        Page 21a
        Page 22
        Page 22a
        Page 23
        Page 23a
        Page 24
        Page 24a
        Page 25
        Page 25a
        Page 26
        Page 26a
        Page 27
        Page 27a
        Page 28
        Page 28a
        Page 29
        Page 29a
        Page 30
        Page 30a
        Page 31
        Page 31a
        Page 32
        Page 32a
        Page 33
        Page 33a
        Page 34
        Page 34a
        Page 35
        Page 35a
        Page 36
        Page 36a
        Page 37
        Page 37a
        Page 38
        Page 38a
        Page 39
        Page 39a
        Page 40
        Page 40a
        Page 41
        Page 41a
        Page 42
        Page 42a
        Page 43
        Page 43a
        Page 44
        Page 44a
        Page 45
        Page 45a
        Page 46
        Page 46a
        Page 47
        Page 47a
        Page 48
        Page 48a
        Page 49
        Page 49a
        Page 50
        Page 50a
        Page 51
        Page 51a
        Page 52
        Page 52a
        Page 53
        Page 53a
        Page 54
        Page 54a
        aPage 55
        Page 55a
        Page 56
        Page 56a
        Page 57
        Page 57a
        Page 58
        Page 58a
        Page 59
        Page 59a
        Page 60
        Page 60a
        Page 61
        Page 61a
        Page 62
        Page 62a
        Page 63
        Page 63a
        Page 64
        Page 64a
        Page 65
        Page 65a
        Page 66
        Page 66a
        Page 67
        Page 67a
        Page 68
        Page 68a
        Page 69
        Page 69a
        Page 70
        Page 70a
        Page 71
        Page 71a
        Page 72
        Page 72a
        Page 73
        Page 73a
        Page 74
        Page 74a
        Page 75
        Page 75a
        Page 76
        Page 76a
        Page 77
        Page 77a
        Page 78
        Page 78a
        Page 79
        Page 79a
        Page 80
        Page 80a
        Page 81
        Page 81a
        Page 82
        Page 82a
        Page 83
        Page 83a
        Page 84
        Page 84a
        Page 85
        Page 85a
        Page 86
        Page 86a
        Page 87
        Page 87a
        Page 88
        Page 88a
        Page 89
        Page 89a
        Page 90
        Page 90a
        Page 91
        Page 91a
        Page 92
        Page 92a
        Page 93
        Page 93a
        Page 94
        Page 94a
        Page 95
        Page 95a
        Page 96
        Page 96a
        Page 97
        Page 97a
        Page 98
        Page 98a
        Page 99
        Page 99a
        Page 100
        Page 100a
        Page 101
        Page 101a
        Page 102
        Page 102a
        Page 103
        Page 103a
        Page 104
        Page 104a
        Page 105
        Page 105a
        Page 106
        Page 106a
        Page 107
        Page 107a
        Page 108
        Page 108a
        Page 109
        Page 109a
        Page 110
        Page 110a
        Page 111
        Page 111a
        Page 112
        Page 112a
        Page 113
        Page 113a
        Page 114
        Page 114a
        Page 115
        Page 115a
        Page 116
        Page 116a
        Page 117
        Page 117a
        Page 118
        Page 118a
        Page 119
        Page 119a
        Page 120
        Page 120a
        Page 121
        Page 121a
        Page 122
        Page 122a
        Page 123
        Page 123a
        Page 124
        Page 124a
        Page 125
        Page 125a
        Page 126
        Page 126a
        Page 127
        Page 127a
        Page 128
        Page 128a
        Page 129
        Page 129a
        Page 130
        Page 130a
        Page 131
        Page 131a
        Page 132
        Page 132a
        Page 133
        Page 133a
        Page 134
        Page 134a
        Page 135
        Page 135a
        Page 136
        Page 136a
        Page 137
        Page 137a
        Page 138
        Page 138a
        Page 139
        Page 139a
        Page 140
        Page 140a
        Page 141
        Page 141a
        Page 142
        Page 142a
        Page 143
        Page 143a
        Page 144
        Page 144a
        Page 145
        Page 145a
        Page 146
        Page 146a
        Page 147
        Page 147a
        Page 148
        Page 148a
        Page 149
        Page 149a
        Page 150
        Page 150a
        Page 151
        Page 151a
        Page 152
        Page 152a
        Page 153
        Page 153a
        Page 154
        Page 154a
        Page 155
        Page 155a
        Page 156
        Page 156a
        Page 157
        Page 157a
        Page 158
        Page 158a
        Page 159
        Page 159a
        Page 160
        Page 160a
        Page 161
        Page 161a
        Page 162
        Page 162a
        Page 163
        Page 163a
        Page 164
        Page 164a
        Page 165
        Page 165a
        Page 166
        Page 166a
        Page 167
        Page 167a
        Page 168
        Page 168a
        Page 169
        Page 169a
        Page 170
        Page 170a
        Page 171
        Page 171a
        Page 172
        Page 172a
        Page 173
        Page 173a
        Page 174
        Page 174a
        Page 175
        Page 175a
        Page 176
    Errata
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Table of Contents
        Page ix
    Back Matter
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text







DIALOGUE 8~ FRANCAIS-AhIABES






























Constantine. Tvp.4Liih. ALESSI ET ARN'OLEI.]





DIALOGUES


FRANAIS-ARABES

AVEC LE MOT A MOT

ET

LA FIGUI1ATION EN CAlACTIlRES FRANAIS

PAR


'TAHAIL IBEN NE1<..ID
ImiltPReTE MILITAIBE


CONSTANTINE
Ty}ogiraphic et lithographie ALESSI et AlRNOLET, Libraires-dite urs, rue dii Palais.
1863

CONSTANTINE
L. ARNOLET, Libraire-diteur, rue du Palais












PRFACE








Le nombre des personnel qui apprennent la langue arabe devient
tous les jours de pins en plus restraint. Soit dcouragement, soit
manque de livres lmentaires, les uns renoncent ds le dbut aux
tudes commences, les autres, rduits une phrasologie vulgaire,
n'osent pas mme border le style administratif.
En composant ce livre, j'ai voulu aplanir ceux-ci les difficults
et inspire aux autres le got qui leur manquait. MM. Martin, Cher-
bonneau et Delaporte, m'avaient devanc depuis longtemps dans la
carrire, et c'est a l'initiative de ces doctes arabisants que les Eu-
ropens doivent en grande parties leurs progrs dans l'intelligence
de l'idime algrien. Le dsir d'tre utile mon lour m'a inspir
l'ide de suivre leurs traces.
Ddi l'arme d'Afrique, don't j'ai l'honneur de faire parties, le
present ouvrage peut se diviser en cinq parties.
La premiere parties, tout fait lmentaire, comprend un certain
nombre de phrases dtaches reprsentant les principaux idiotismes







de la langue franaise, des conseils adresss aux indignes sur l'u-
tilit de la langue francaise et les formules de politesse les plus
usites.
Dans la second parties on trouvera dus entretiens relatifs aux
repas, aux maladies, et un chapitre consacr la structure du corps
human, avec des dveloppements qui ne laisseront pas d'tre profi-
tables aux mdecins.
La 3e parties, don't la lecture suppose dj une certain experience
(le la langue arabe, droule sous les yeux (lu lecteur diffrentes
affaires portes devant le cadi et des conseils adresss aux chefs
arabes.
Il est natural que les tudiants s'allaclhent la lecture de la 4mc
parties, non seulement parce qu'elle est plus pratique, plus anime
et pour ainsi dire plus pittoresque, mais encore parce que des
spcimens varis. du style pistolaire se rencontrent a et l au
milieu des rclamations de toute nature.
La 5me parties a quelque chose (le plus special. Elle content des
renseignements sur la march, la conduite et l'approvisionnement
d'une colonne expditionnaire dans le Sahara. L'ide m'en appar-
tient : elle est compltement neuve. Je l'ai rdige pendant l'expdi-
tion de Touggourt.
Malgr les difficults don't la langue franaise est hrisse, j'ai
essay d'crire le present dialogue dans le style familiar, afin
de montrer aux musulmans, mes coreligionnaires, qu'il n'est pas
impossible de profiter de l'instruction qui est donne dans les
coles cres par le Gouvernement en Algrie.
A limitation de quelques auteurs, j'ai joint au texte arabe la
transcription en caractres franais, avec une traduction littrale.
Cette mthode, qui est la plus rationnelle, tend rendre aussi
claire que possible la phrase arabe, laquelle, par sa tournure, diffrce
si souvent de la fornce franaise.













VIl
Quant la Iradulction des phlrasus usuelles on arabe classique,
n'entrait pas dans mon plan de l'crire : C'est siiulement pour
ie conformer aux conseils de M. Perron, l)irecier du Collf'g -
nprial arbe, Alger, que je l'ai ajoute mon premier tra-
ail.
Tel est, en rsum, le recueil de conversations usuelles que j'ai
honneur d'offrir au public. Puisse-t-il profiter en mme temps
ux indignes et aux europens Puisse-t-il faire naitre entire eux
s relations si favorables aux progrs de la civilisation !
Il me rest rclamer l'indulgence des lecteurs pour le pre-
lier livre o un arabe d'Afrique ait osA essayer ses forces.







DIALOGUE ENTIRE UN PROFESSEURDE


Est-ce que tous les lves sont pr-
sents ?


Non, Monsieur,
ou trois.


il en manque deux


Quand ils viendront
m'en prviendrez.


tous, vous


Mlonsieur, tous les lves sont ici.


Allons, mes enfants, je vous done
un quart d'heure de rcration,
et aprs vous entrerez en classes.



Je vous recommande de ne pas
vous dispute en jouant et de
nie signaler celui d'entre vous
qui maltraiterait ses camarades.



Vous a\ez aux quatre coins de la
cour des baquets pleins d'eau,


~y~L ~~4


~


z ~


L. "
. -,.. ,s L o. -







.. .. .. -
t l ** ** |





,-J: .... ,.. ,,L.o UL.


SI c 1
w; ^

E .. .








FRANAIS ET SES ELEVES INDIGNES.


etl-elmid koull'houm h'drin
les lves tous oux presents
onella
et sinon (,jn non)
la iA sifi ikhonss men'houm
non Monsieur il manque! d'entre eux
zaoudj on ella hliellha
deux et sinon trois
kif ia'odou koull'houm h'dr'in
quand ils seront tons eux presents
ta'lemni
lu in foi inmeras moi


i sidi et-telhmid
Monsieur les lves
koull'houm
ous elux
ia aouldi rni
mes enfants voici moi


rhloum Ihena
voil eux ici



nekhallikonm
je vous laisse


(elabou rebou' sa' ou ba'd
vous jouerez (un) quart d'heure et aprs
ledkolot' lebit et'-ta'lim
vous entrerez la chambre de l'tude
nouassikoum ma tetkabd'ou clii
Je vous recommande ne vous dispute pas
fel -la'b ou elli techofouh
dans le jeu et celui que vous verrez
k'abbah' fi as'h'bbou men
il maltraite ses camarades de
koum k'olo li a'lih
vous dites moi sur lui
rhloum a'ndkoum arba' brmel
voil ens prs de vous quatre tonneaux
melinin ma fi choueck s'h'an
pleins d'eau dans les coins de la court


*L ~LU



C...o



, 4







pour que celui don't la figure,
les mains ou les pieds seraient
sales, aille se laver.





L'tude exige beaucoup de pro-
pret.
Monsieur, est-ce qu'en France il
y a des coles comme la ntre?

Des coles existent partout en
France; dans les villages comme
dans les grandes villes.



Ces coles sont-elles frquentes
par beaucoup d'lves?


Tous le franais envoient leurs
enfants aux coles, except les
plus pauvres qui n'ont pas de
quoi payer les honoraires du
professeur.



Comment! les parents d'un enfant
payment pour l'envoyer l'cole?


9~

~\~j ~

-'


L~)x~

~j- ~

~
'-5
1~<~
J ;~- &


b



B




.-~.


..L4







el-medr'a becli elli ikon
de l'cole pour que celui qui est sa
oudj'hou ou ella iddih ou
figure et ou bien ses mains et
ella redjli'h mouesskhin iroh'
ou bien ses pieds sales il aille
iar'celhloum
il les lave

ct'-ta'lim it]ob nedfa kebira
l'lude demand (une) propret grande
i sidi kan-chi fi frana medrs
Monsieur y a-t-il en Fiance des coles
kif medrcelna
come notre cole?

fi frana el-medrs fi koull ma
en France les coles dans tous en-
d'rob h'abb fed-dechour ou ella
droits soit dans les villageset ou bien
fi el-beldan el-kobr
dans les villes les grandes

fihloum chi telmid bezzf had
y a-t-il dans elles des lves beaucoup ces
el-incdfrs
coles?

djemi menhou francis iba't aou-
tout celui qui est franais envoie ses
lidou lil-mndr'a ella el-k'allil
enfants l'cole except le pauvre
khlfis' clli ma 'ndou men ein
tout--faitlequel non chez lui de o
icellek i'ak'k' ech-chekh
il paye le droit du professeur

kifach kif iba't hadd ebnou
comment! quand envoie quelqu'un son fils
lil-medr'a laboud ikhlalles a'lih
l'cole il faut qu'il paye pour lui?


-J-





sry







Cerlainement, lout le monde duit
payer.
Et nous, Indignes, pourquoi ne
nous fait-on rien payer?




C'est le gouvernement qui paye
pour vous, mes enfants.


Et pour quelle raison?
C'est parce que vos parents ne
comprennent pas encore les
avantages que produit l'tude
de la langue franaise; et,
comme le gouvernement fran-
ais veille sur les intrts des
Indignes, il lient 'i les clairer
pour qu'ils connaissent leur di-
gnit d'hommes.


Le gouvernement montre une trs-
grande gnrosil en inslituant
des coles arabes-franaises o
vous apprenez toutes les scien-
ces gratuitement.


JL .5


sJ~ ~li
~ .,


3yJ.


U- LI L







ima'Ioum en-nis koull'hotui idi ou
cuuLuu les gens tous eux payment
ou hi'na illi arab oulech
et inous qui (sommines) arabes et pourquoi
ma icellkou lina h'at'L'a
ne fait-on pas payer par nous inime une
che
chose


ent'ouim ed-daoula
vous (c'est) le gouterunement
alikoum ia aouladi
pour vous 6 mles enfauls


elli tti
qui done


la ina schba
et pour quel motif
lia k'hateur oualdikoumiI ma zalou
par l'ide (que) vos parents ne out cess
ma iafTou chi fadel t'alim el-
ne savenit pas l'utilit de l'tude du
frania ou zid la khateur ed-
franais et ajoule par l'ide (que) le
daoula cl-francaouia tck'ra
guivernement 1l franaus calcule
slain' el-arab ou ma d'a
'iuert des arabes et ce (pli (est) eu
bilia t'ebassarhoum h'atta it' -
lui il les red clairvoyuants pour que ils
ouasselou lel'kiket ciheraf
arriveut (voir) la ralit de la noblesse
er-redjl
des hoummnes
,d-daoula d'ahhiaret kurein
e gouve rnement a inouitr poiur vous (uiie) g-
kcbir kif li'allet le-
.nrosit grande quand il a ouvert
lioum el-mediards elli tela'-
\ous les cules lesquelles Nous
Ilemou fihoum koull el-a'lonm
apprenez dans elles toutes les sciences
bt'ol
pour lieu


>1 L


& -'->


Alir .,I


QLA
















~ ~r4







Je vous engage profiler de la
bienveillance que dploie le
gouvernement pour vous crer,
dans l'avenir, une position ho-
norable.




Je conois sans peine que vous ne
soyez pas mme, pour le mo-
ment, d'apprcier mes paroles;
mais ceux d'entre vous qui au-
ront le courage de continue
travailler la langue franaise,
se rappelleront un jour les con-
sei!s paternels que je leur donne
aujourd'hui.





Il est vrai que la science est chose
difficile acqurir et que les
commencements en sont trs-p-
nibles; mais aussi, ceux d'entre
vous qui russiront, se rappel-
leront avec bonheur la peine
qu'ils se donnent aujourd'hui
pour apprendre.


Allows, c'est assez cause.


L .51 L.~







:, .



J L~-W kA







louklin t'ak'blou debarti Ih'assclou
si vous acceptez mon conseil gagnez
fadct cl-khar clli a'mla ma'-
l'utilit du bien que (est) faisant
koumn ed- daoula bcch t'h'as-
.ois le go(iuvelruiewIlnt polur que vous
seloti fel-iti oud'fouct c'u-
reccxez dans l'avenir des emplois ho-
d'm
norables
rani faliem belli fi lhad'cl-ou-
%oil moi comprenant que dans ce le mi-
akt' ma rakoum chi rfin h'k'-
ment li ne voil ous pas sachant la
ik'et klami likcn elli
valeur de mes paroles mais ceux qui
iiahl'h'cli'ou k'loubhoum men-
fo tileront leurs cours d'entre
koum lel-medaouma la et'-
vous pour la continuation au tra-
t'alim mrti' cl-francisa idjilihoum
rail de le franais viendra eux
ncehar elli il'fakkerou fih
un jour lequel ils se rappelleront dans lui
dbairli meti el-iomni
mon conseil de aujonrd'hui
bes-sal'h' cl-aI'lm lh'idja s'aba
avrec le vrai la science (est) chose difficile
on cbt'ida cch-che adib
et le coinmmnceumeint dela chose(est) peine
kebir laken elli inilou mou-
grande mais ceux qui obtiendront leur
radboum mnnkoum iak'a'i'ioum
dsir parmi vous arrivera eux
farh'kebi kif itfakkerou
joie grande quand ils se rappelleront
a'db el-iouni
la peine d'aujourd'hui
ikfina men cl-kelm
il nous suirit de la parole


z,~


J LLJ--


~il~<~Q-Uz i


j-- ~-~-'~


%~C~3~


**-., ~






~' ~
<~ &





s-




~J- j~a






En classes!
Que les lves de la premiere di-
vision passent les premiers, puis
ceux dle la deuxime passeront
leur tour.



Que chacun aille chercher son
cahier d'criture, son crayon et
sa rgle.


Ne vous serrez pas, mes enfants;
il y a assez de tables pour que
chacun puisse se mettre son
aise.

Monsieur, le bec de ma plume a la
pointe casse et mon crayon ne
marque plus.


Prenez dans le tiroir de ma table
des becs de plume et le canif.

Il faut que je vous apprenne
tailler des plumes d'oie, car
vous crirez mieux avec ces
plumes.


,.._!l ..!L js .: L

;..5 .,,L -! 1 -_







*- -' ^ *-
':>^\ :,_ .,Ls^ ,J^jL.'

,--- _.y .

^*L^-- .ji^ '^ -!^ ..,..i ,




i^ -/ L ^5 -
!l i-: >^ a. s:"L




L_ ) '.b j *_ .,, ^









S s.\.' .o ,.O
-J ? ^







i allait bit et'-a'lim
6 Dieu (,( la chambre de ltuiide
lazcm idjozou lthlmid cl-
il faut (que) assent les lves de la
kesma cl-ola houma el- olin
division la premiere eux les premiers
on ba'd idkhlou as'h'ab el-
(t aprs entrerint les matres de la
k'asna clli-thini fi dlct'lioum
division la deuxime daus leur tour
koull ouli'cd menkoum imchi
chaque un de vous 'a
idjib karristo ou k'htinou me-
il cherche son chlhier et sa plume de
la' er-res ou mcslartou
le ,plomb et sa rgle
ma t'etlihsrou chi i aoulidi ki-
ne vous serrez pas mes enfants il
nou et-toubel iceur bech
y a des tables beaucoup pour que
koull ouahed ik'oud a'la'rerd'ou
chaque un s'asseye son aise
i sidi k'almi tekassertc lou chli
Monsieur ma plunge a t cass a elle le
chiouk ou klem cr-rels mcti'
bec et la plume de le plomnb de moi
ma t'd chi illok'
ne est devenu pas il march bien

khoud men k'djar tabelli ecli-
prends de le tiroir de ma able les
chouek ou el-mos
becs et le canif
lzem na'llemkoum tebriou
il fautuque je vous apprenne vous taillez le,
k'lamt er-rich bechl tao'-
tiges des plumes pourquoi vus deve-
dou tektebou klir mei hak'da
uiez vous crirez mieux que comme cela


C1~2~
~~z)-j ~
~






L~





~ J-'

e)~ J~ ~AL

~) j~ C4 Y




& J~-

L~


,:U


L! 19i


:> K~.-~ LX-
r Q
~- k'-







Votre cahier est mal rgl les
lignes ne sont pas droites.




Je n'ai jamais pu apprendre tra-
cer des lignes droites.


C'est si facile! Il s'agit d'avoir au
commencement un coup-d'oeil
just, et, une fois la premiere
ligne trace, vous serrerez bien
voire rgle contre le paper de
manire ce qu'elle ne change
pas de niveau en tournant sur
elle-mme.




11 ne faut pas appuyer fortement
sur le crayon en rglant vos
cahiers, autrement la mine mar-
querait si fort qu'on ne pour-
rait distinguer l'criture.


En passant le crayon lgremcnl,


-'--y
L ~ LL
V



~



Y ~ *~ 6-V




~< *'i ~ L U



J- ~x.:

-~ X. ..~*LL)il L..~

~
-~ k'
J- ~:N~ ~

L L~~W

* '~

&.'.'~







Tarnisick mna lii clii inecat'ra soua
on c2liier ne lui pas rgl gal-
soua ou estlarha ma hloum clhi
gal et seslignes ne elles pas
mnccek'k'cmini
droites
)umri ma nlCdjemt neta'llem et-
le ina vie ne j'ai pu j'apprends le
Irst'lircl-meck'k'em
tracer le droit
ali kn ma ashal micnnou r'ir
le il y a qui (soitl' plus facile que cela sen-
kif tebda teattar
leirent quanl tu conimmences tu rgles
sek'k'em soua soua es-setar el-
binii droit gal gal la line la
ouel ou kif thlialleou ed'-
lreniiire et quand lu la termiineras ser-
bout souabk la cl-mastra beach
re les doigts sur la rgle pourque
kif tck'allcl)la ma itbeddel chi
quand tu la tourneras ne change pas
ef-fed elli bin el-astir
l'espace qui ',estl) entire les lignes
ma tezomLou chi a'lak'lem er-reAs
le serrez pas sur la plume de plomb
kif tcatterou kcrareskoum a'la
quand vous rglez vos calhies dans
khater ci-ccas illok' iccur ou
l'ide que le plomb lche .beaucoup et
ma illcdjcil chii bcn adlin ifr'-
ine peut pia le fils d'Adanm il dis-
rez cl-ketiba mcnnou
lingue l' crituru de lii



kif terklifou iddikoum a'la k'lcm
juand vous allgez vos mains sur la plinme


"'-i .A '




.'J U 'K.


r' ~

}W


~-~'4


,~,\
~f~ZS~







voire line est aussi bien trace
qu'en l'appuyant plus fortement.

Votre criture est trop droite, l-
chez de la pencher un peu.

J'ai essay de la pencher mais je
n'ai pu y arriver.


Vous n'avez qu' vous tenir droit
devant votre cahier en mellant
le coude droit sur le corps, et
votre criture sera penche.



Voyez come vous vous salissez
les doigts avec de l'encre, on
dirait que vous les avez plongs
dans un encrier.

N'enfoncez pas votre plume jus-
qu'au fond de l'encrier, ne fai-
les qu'en humecter le bec, et
vous verrez come vos doigls
seront propres.


Allez vous laver les mains dans
un baquet et revenez ensuite.


t.1
~ ~ ~
~ (\Mk~:~ S




~


~'

JAJS \.~.
j~











~ J;s~ U~ W

L ~ ~,~, J.





~


1







er-res ibnou el-astr kif
du plomb paraissent les ligues comme
ida d'batt'ou iddikoum a'lih
quand vous avez serr vos mains sur elle
cetbtck ouk'fa iaceur lzem
oncriture .esti droite beaucoup il fault ique)
t'cenned'ha choula
tu la pezclhes un peu
dit bech necennedha ou
e me suis fatigu pourquoi je la penche et
ma nedjcmt chi
ne j'ai pu pas
rr cbk'a mck'abel karrastek
elementt reste vis--vis ton cahier
ou h'outt merfk'ek el-amen a'la
et mets ton coude le droit sur
djesdek tekoun ketibtck mecen-
ton corps sera ton criture pen-
neda.
che
;houf kifach messek'ht' soub'k
,ois comment tu as sali tes doigts
bel-midad kif ida kin
avec l'encre comme si tait (que) tu les as
r'etast'houm fi douaia
plongs dans un encrier
ma tar'tas chi k'lamek hl'atta lek'Aa'
ie plunge pas tla plume jusque au fond
ed-douia bell chok'tou bcrka
de l'encrier mouille son bec seulement
ou ba'd techof kifach ind'-
et aprs tu verras comment seront pro-
fou souba'k
pres tes doigts.
emchi ar'cel iddik fi bermil ou
va lave tes mains dans un tonneau et
ouelli kes-sa'
reviens come heure (ensuite)


~4, W.~ ~



XLLL~a. &r~A.~


J-: .X.
\~~ $~z2i


Lei


jv _ ,J .








+


C7V'







Mettez du sable sur vos cahiers
toutes les fois que vous tourne-
rcer la page.


Monsieur, nous avons
dles d'criture.


fini les mo-


Pliez les modles et apportez moi
les cahiers pour que je les cor-
rige.

Vous avez oubli une lettre dans
ce mot : voyez.


Quand on apprend crire,
bien regarder le module
par lettre.


il faut
leitre


Vous vous graveriez mieux les
formes des lettres dans la m-
moire, et, de plus, vous ne fe-
riez pas (le fautes.

Ramassez les cashiers d'criture.

Allez prendre dans l'armoire vos
cahiers d'exercices.


Je vous recommande de comnmen-
cer toujours par mettre la date
en haut de la page.


~XL.JA_ L, J,


)J .5y-


L





~



~,z., ~


G
~-} ~






~Li~ :~

~
**~u~u :~.
..~ ~ ~j

-J

;








r'abbrou krreskoum kbel ma t'e-
poudrz vo caliers avant que vous
k'allbou es-sal'h'
tourniez la page
ia sidi rana khallesna em-
Moisieiir voila inoiIs nous avous fini les
tllil el-ketiba
mnodles (le l'criture
tabbk'ou el-mthal ou djibou li
plicz les modles et aippoui iz h moi
krareskoui necalih'h'a'houm
vus eahiers je les corrigeriai
rak necit' h'arf fi had'el-
voila toi tu as oubli uie le;itredans ce
kelma choul t'era
mot vois donc
tlim cl-ketiba ih'tdj leu en-
app>li ri'Il l'i'cllnrre il test Iwsoin et!ea l'exa-
nad'er fi el-metlial h'arf belI'arf
men sur les modles lettre par letire


behad'el-hdja techfaou a'la
par cette chose vous vous rappellerez sur
ouasf el-h'eroif ou ma la'mlou
la forme des lettres et ne vous l'erez
chi el-fcad
pas des lautes
lamou k'crares el-kt'iba
rainassez les cashiers de l'criture
roh'ou djilou kerars el-kelnm
allez ailpiiilrz les cashiers de la parole
men el-khezna
de l'armioire
ilzemkoum ckltebou et-trikh fi
i! faut A vous (que vons criviez la date dans
ouel es-safh'a kbel ma
le commencement de la page avant que
tebdaou
vous commenciez


z,
















LL






Prenez de la craie et allez au ta-
bleau; je vais vous dicter une
phrase crire.


crivez : le cheval que montait
mon frre hier, est mort au-
jourd'hui.


Pour les fautes que vous avez
faites dans cette phrase, la pre-
mire est impardonnable.



Quelle faute, Monsieur?

Ne vous ai-je pas dit mainte fois
que toutes les phrases et les
noms propres devaient com-
mencer par une lettre majus-
cule ?




C'est vrai, Monsieur, soyez per-
suad que je ne commettrai plus
cet oubli.


Lisez-moi cette phrase.


.,b. .. I











L



,-. s-
._) :, ^ s^l







khoud el-bid ou rouli' lel-loth'a
prends le blanc et va au tableau
nemell a'lik kclim tektebou
je dicte toi une phrase tu l'criras

ektoub tera el-a'od elli kUn rk-
cris donc le cheval que tait mon-
bhou khoia cl-brah' mt el-
tant lui mou frre hier est mort au-
iom.
jourd'hui
el-fcd elli a'melt koullou mes-
les fautes que tu as faites toutes elles par-
moli' lek ella el-fesda el-ola
donnes toi si ce n'est la faute la premiere


ou ema fesda i sidi
o (est cette) faute Monsieur
k'oult lekoum chi idji alf marra
ai-je dit a vous pas il y a mille fois
belli djemi' el-kelm ou ella el-
que toutes les phrases et ou bien les
ami el-moukhtassin inketbou
noms les particuliers s'crivent
beh'arf kebr fi ouclhoum
par une lettre grande leur commence-
ment.

bes-sah'h i sdi koun hni ma
avec le vrai Monsieur sois tranquille ne
bek'it chi nena had el-ktlda
je suis rest pasj'oublierai cette rgle

ek'ra li had el-kelm
lis moi cette phrase.


.V Jj L




\ Ly-




J J ^ Jl LJ
s IjL3 ] U J ^^* ^

^^
rJ-'L Ua^.'

^^)~ ^,^^< Ji

s_ J L. _.LJ


je ^^H



t'1 ---- _L3 is''i

^ ^-



\e) J^\^\J\J

U .x^^^L t5







Non, ce n'est pas comme cela;
vous prononcez mal.


Suivez ma voix
tivement ma


en coutant atten-
prononciation.


Vous, vous prononcez aussi bien
que moi, seulement vous avez
une mauvaise habitude.

Laquelle, Monsieur ?


C'est qu'en voulant lire vite vous
mchez la moiti des lettres.




Lisez doucement, et 'quand vous
serez fort en lecture, alors vous
lirer vite si vous voulez.



Moniteur, savez-vous que vous
employee de trs-mauvais pro-
cds en voulant fire lire une
phrase un de vos lves sans
peler ?


b


~, ~ &


*"s-^









x. ) L : 5



SL.
J ^^ Sj-L






c^ n- ->


s >... ^ .1 :
^J -*** J *








la ma hou chi hak'da lafd'ek
non ne lui pas pomme cela la prononcia-
kab
tion (e.lt) faisant dfaut


tebb' li'cssi ou esma'
suis nima voix et coutle
notk'i '
nia prononciation


enta tenlak' kifi ella


soua soua
gal gal


a'ndck


toi tu prononces come moi si ce n'est chez
sana' smta
toi (est) une manire fade
ou ena hia i sidi
et o elle Monsieur

a'la kliter kif tao'ud tek'ra
sur l'ide que) quand lu tle mets tu lis
tezreb ou fi ez-zerba tehmel
tl te ilpches etdansla vitessetu ngliges
nasf el-li'rouf
la moiti des letires

ek'ra beeh-clioua ou kif tao'ud
lis doucement et quaind lui delieundras
tekra soua soua ckra kes-sia, ida
lu liras gal g;al lis alors si
teh'cbb bez-zerba
tu veux avec la vitesse

i cl-mck'add em a'ndek chi kbebar
6 le iioitloeir as-ti nouvelle
belli naou' ta'limek hada
que la manire dle Ion seiigneni'nt ce-
ma islouh' chili kif tk'arri
lui-ci ne canvient pas quiandd tu fais lire
outh'cd men et-t'elmid mon r'ir
un de les lves sans que
ma t'ehadjdji lou
tu pelles lui


N~S ~


&-~ s~


y-., **i3 -,


~y~-' Y L~*a .~~-





j ~ ~







4,



c







Il faut vous dfaire de 'cette ha-
bitude.


Commencez par faire peler, d-
tacher les syllabes, puis pro-
noncer la phrase toute entire.


Monsieur, si je fais lire cet lve
sans le faire peler, c'est qu'il
a surmont la premiere diffi-
cult de la lecture.

Et bien prsentez-le moi la fin
de la semaine, et si je 'recon-
nais sa capacity, je le prendrai
dans ma division.


Il existe dans notre cole trois di-
visions, n'est-ce pas?

La premiere est dirige par moi,
la deuxime par le maitre-ad-
joint et la troisime par vous.





A la fin de chaque semaine je ferai
subir un petit examen aux l-


JJB. ,^j-J& S- .jl






J...
J ^J



J i a'- >t '-.- /^ J


^ GL^.


6) JsAJ-^-- I.? :J^Vt--








ladoudd Ine'h'i alik men liad es -
il faut que tu enlves de toi de ce pro-
sana'
cd
ebda bet'-t'ah'djia ou ba'd t'e-
commence par l'pellation et aprs ti
k'ol lou intok' bel-kelam
diras lui (que) il prononce par la phrase
koullou
toute entire
i sdi had' et-telmid rabou, de-
Monsieur cet lve voil lui s'est
khas a'la cl-k'erdia a'liha
familiaris sur la lecture (c'est) pour
ma liadjdjit lou chi
cela (que) ne j'ai pel lui pas
mlh' djiblhou li fi akher el
bien amne-le moi dans la fin de la
djema' ou ida chouflto ndjem
semaine et si je l'ai vu capable
led-dars met' neddih
la leon de moi je le prendrai
knou chi a'ndna telt edrs fil-
'y a-t-il chez nous trois classes dans
madra
l'cole ?
'ed-dars el ouel ana cl metkellef
la classes la premiere moi (qui suis) le charge
bih ou et-ltni nmetouak'k'cf
d'elle et le deuxime (est) surveillant sur
a'lih ech-chekh et lni ou cl-
elle le professeur le deuxime et le
tlet tah'et nad'rek
troisime sous ton observation

fi akher koull djema' nedjoucz
dans(la) fin (de) chaquesemaineje ferai pas-
tak'lb khfif a'la tlmid cl
ser un examen lger sur les lves de


~.




~






/ i

~~1%)~~



~


Lu L 3.,'


J


Y 6~


iL~







ves de la deuxime division don't
je prendrai les plus avancs.



Le maitre-adjoint en fera autant
pour la troisime division que
vous dirigez.


C'est--dire que, pendant que
j'examinerai ses lves, il pro-
cdera l'examen des vtres et
il prendra ceux qu'il jugera
assez avancs pour sa division.




C'est bien, Monsieur, cette march
nous parait la meilleure.


Le gouvernement nous ayant con-
fi ces jeunes arabes, il faut que
nous cherchions tous les moyens
possibles pour lui prouver que
nous mritons cette confiance.

Voyez comme la page de votre
cahier est pleine de tches d'en-
cre.


L. LJ L-LM ^

L2c C
J. \^ ^ j5}j^H


.~ ~


<._2 >,_,.. J. 3_>._ J" '



o :.3 ,^- _,:.^1 .'J 1



c,,






L'L


I. &J.. ^5
-J ..\ \ ..~
f~JWB .^aJlL^l a


U^L L4^


_hJL I







k'asma et-linia Lecli nakhoud
la division la deuxime pour que je prenne
menlioui elli ta'llem0ou soua
d'eux ceux qui ont appris gal
SOU.a
gal
ou kad'alck cch-clickh et-tani ik'-
et dem6me le professeur l'adjoint exa-
allel et-telmid elli mekclkelef
mineral les lves lesquels (tu es) charge
bihoum enla
d'eux loi
iini kif na'otl ana ne-
il signifie (que) quand je me mettrai moij'exa-
k'alleb fi tclmidou ik'allic houa
mineral dans ses lves il examiner lui
tclmidek hech iddi menioum
tes lves pour qu'il prenne d'eux
clli il'anou lou nadjmin
ceux qui paraitront lui cipables de


derou
(pour) sa classes
mlih' i, sidi hada
bien 6 Monsieur ceci
elli ilik
qui convient
kif ammcnetna


houa cl-bb)
est la porte


cd-daoula


comme nous a mis grants le gouvernement
a'la had el-aouled ilzemna nebd-
sur ces enfants il faut nous (que)
lou djhodna bech nima
nous prodiguions nos efforts pour que ne
iak'a' chi a'lina el-laom
arrive pas sur nous le reproche
cliouf tera ouark'Ick fel karraa
vois donc ta page dans le cahier
kifachl mcliina betelrachi el-
comment (elle) pleine d'claboussures de
mnidcd
l'encre


*~4~Y2~







c
~ j L~



~

~ -~ ,xI




J:.7J~y~)


j%~-'
G
"-'y ~sv-


ks








M.I l '. u (;c' n'est 1i;1 Ill;a faille,
car j'ai une i 'res-mui aii pluhi, e.




Yovous ,i elle est imauvaise.


Voire plume est la meilleure que
l'on puisse trouver, c'est \olrc
nmaIi('rc de tenir la plume qui
c.i niaiuvaise.


Au lieu de serrer les doitgs et
d'appuyer rort sur vote plume,
allongez vos doigis en faisant
agir l'index sans forcer la plume
et vous verrez come vous cri-
rez bien






Pouvez-xous me reciter les phrases
que je vous ai doinnes celle se-
maiine?



Non, .Monsieur, nous ne plouins
pas nous les rappeler.

I'uilaiant, le seul moyen ,l'appren-
drc parler, c'est dle savoir par


'.


I






s
1~~~~

~ '.4-


J

-- '.z -'
~ ~ ~ -~

~


L
'~<. -'2


L C.\Z.~ ~

:~'. ~


j L







i; sidi ma chi menni a'la khaler
Monsieur-nerpuas de moi sur l'ide quiet )
k'almhni ma fihi ma
ma plume ne (est pas) dans elle ce qui
iouslah'
va bien
naa'Lou tera id'a ma mnnnon chi
niontie-la donc si ne ,est) d'elle pas
Ibien)
k'almek klihir el-k'climait cn-
ta plume (est) la meilleure des plumes 'c'est)
ta elli mefessedou lah'kimek
loi qui (es) la gtant par ton tenir
fih
sur elle
fi a'oud' elli tezmout soutia'k a'lih
au lien que tu series tes doigis sur elle
ou tlezzou iceur medd sou-
et lu la pousses beaucoup allonge tes
ba'k on erkhouf sebou' echi' -
doigts et ilfche le doigt du tmoi-
clilida a'la el-k'lem men r'ir
gnage sur la plume sans
k'oua ou" bad' la'od lektoub
force et aprs tu deviendras lu criras
soua soua
gal gal
tendjemou chi ta'rd'ou a'lia cl-
pouvez -vous vous rciterez moi les
kcelim elli ktebt lekouin fi had'
phrases que j'ai crites vous dans cette
el-djema'
Se'maine
la il sidi ma rna chi chafin
non Monsieur ne voil nous pas nous sou-
a'lih
venant d'elles
ta'lmou belli ma L'ak'drofi teta'lle-
vous savez que ne vous pourrez %ous ap-


s :-\-~







c5 j:. ..7


~ Y~~

j- -
-\ Q- -~-
dL~i~+), W~









CL}JL~M ~WJ~ ~





L3L> ~ C


r-







coeur los phrases quie \oi, i cri-
oez sur vos caliers.



Comment voulez-vous a'pprendre
sans cela?


A l'avenir nous prendrons nos
cahiers d'exercices pour les tu-
(lier chez nous.


C'est bien; je ne
refuse cela.


vous ai jamais


Vous pouvez vous en aller.

C'est assez pour aujourd'hui; mais
domain, il faut que vous soyez
exacts.


C'est bien, Monsieur, nous ferons
ce que vous nous diles.

Bonjour, Monsieur.


c) ,LJ~A<~UC~

~ y ~


~



~ ~
~ LUc~WL~,V<




~ L~j~





~ L~C

-~ ~zS~'
-~


~~1)


J4v~L j.Z. i


I.:), -\, L, L 1








mou cl-kelm ella bch'fId'at
prendrez la parole si ce n'est par le savoir
el-c'barhit elli tektoubou
par coeur (des) phrases que vous crivez
fi kerreskotun
dans vos cahiers
be'rir had ech-che kifacli lela'lle-
sans cettle chose comment appren-
mou11111 em-mala
drez-vous donc
men hena ou hakd'a na'odou
de ici et comme cela nous deviendrons
iieddiou keriresna meti' el-
nous prendrons vol. cahiers de les
kelm bech nah'fd'ouhouiii
phrases pour que nous les apprendre par
fi diarna
coeur dans nos maisons
iilh ana ou'mri ma la'rredt
bien moi de ma vie ne je me suis oppose
lekoum fi had ecli-chi
vous dans cette chose
tnejemou troh'ou
vous pouvez vous en aller
ikfina el-iom liken r'adoua
il nous suffit aujourd hui mais demain
laboudd tedjio lfel-ouak't
il faut (que) vous veniez dans le moment


rnlih' i sidi rina
bien 6 Monsieur voil nous
rak
ton conseil


mikhdin
pregnant


ebk'a a'la khar i sidi
reste sur le bien 6 Monsieur


~J I ~



~l



~ ~ ; -,
'-v ~
--, ~LL~ W


-j
L~ ~
~.


~~L;
-Z 1







PHRASES


Avez-vous allaclh le cheval?

Nous arrosons le jardin.

Avoue-t-il sa faute?

Nous ne balayons pas la chambre.

Quels reproches ai-je a lui faire?

Brodera-t-elle sa robe ?

Ne brIilez-pas lout le bois.

D)iles-leur de brider les chevaux.

Nous sommes prts partir.

La chambre n'est pas bien meu-
ble.


Avez-vous besoin lle lui?

Il n'est pas instruil.

Il a de l'instruction.

11 ne sait ipas monster cheval.

Il fant chalticr les coupables.


~L~.MLw




~ .~; L
~- IL








f~X~ ~4L~


~ L ~


~

~

~L- ~

~ 2' L
~j:.
Zr>







DETACHES.


rebat chi el-a'oid
as-tu aliacli le' cheval
ncsk'iou cl-djinn
nous arrosons le jardin
ik'arr clii bedcnbotu
aroue-t-il sur sa fame
ma noukne.ou chili cl-bit
ne nous hableons pas la chambre
ouacli a'ndi ma neloim a'lih
quoi chez moi ce que je reproche lui
tetrouz chi djcbbcl'Iha
brodera-t-cllc sa robe
ma tccha'l chi cl-li'tab bel-koull
ne lu bills pas le bois cri enter
k'oul lehloum iledjdjemou el-khal
dis eux (que) ils bliiident les thaut
rna oudjdin Ics-sefar
%oici nous li cis au voyage


cl-bit ma hi chii
la chambre ne dell (es') pas
SOuta soua
(gai (.gal (biin)


Illererrelia
Iitieilb'c


lesllh'ak'k'ou chi
as-tu bssoiu de lui
m-a hou chi a'lem
ne lIui pas salant
rfihou t'lcm
voil lui instruit
ma ia'raf chi ilrkcb cl-kal
ne il sait pas il monte les chevaux
lzem a'k'u b ash'd b cl-jeram
il faut la piniltion ds muit ies ildes dlils


~.




&,j~ ~




~ J







L -; ~ L ~



0~







NI, marchez pas si vil .

Pourquoi ne venez-vous pas me
voir?

Elle a l'air bien triste.

Dites-lui d'entrer.

Assez de bruit.

Taisez-vous!

Ne criez pas comme cela.

Occupez-vous de votre ouvrage.

Quels sont ceux qui l'ont frapp?

D'o vient-il ?

La colonne rentrera-t-elle aujour-
d'hui ?
Ces soldats vont ils a l'exercice ?


L'avez-vous vu hier ?

Pourquoi se rache-t-il ?

Ecrit-elle bien ?

A-t-elle frit le poisson '?


1s~'i~ Y
..J -~ ~ J~J
J j. ~#L jS~





~
I
2~XA>
~r' ~


~ j Y4 L
C~ ..x~sri

0



~ J~3 ~
y3~ ~ &


L ~


Y-'~~ j

~ ~







ma teinchi clii bezzerba liakd'a
ne marche pas avec la vitesse comme cela
oualech ma tcdji chi tctoull a'lia
pourquoi ne lu viens pas tu vois sur moi


ziihla mer'ar iceur
sa mine (est) triste beaucoup
koul lot idkhoul
dis lui (que) il cure
berkaou bela h'css
assez sans bruit
esketou
taisez-vous
ma tatou chi hakda
ne criez pas comme cela
cchltar'lou bckhadmet'koum
occupez-vous de votre travail
menhoum elli darbouh
quels sont ceux qui l'ont frapp
men cn dj
de o il est venu
el-meh'alla tedkhoul chi cl-iom
la colonne entrera-t-elle aujourd'hui
had cl-a'ker rh'in ih'arrbou
ces soldats allants ils front l'exercice
ou ella
oui ou non
chouftou chi el-brah'
l'as-tu vu hier
oua'lach it'khabba
pourquoi il se cache
tektoub chi soua soua
crit-elle gal gal (bien)
k'lat chi el h'out'a
a-t-elle frit le poisson


j)- ~







j~M ~

LLC

tL~ '~~iA

(~ '~ ~


~

.4





~





~-~-'~ ~

L~L ~,~sCA







N'ave.-vous pas ca.s votre plu-
me ?

Avez-vous invite mon oncle?

Quand j'ai ml les drogues.

Quand nous avons nag.

Quand j'aurai quitt mon habit.

Quand nous aurons prt de l'ar-
gent.
J'accomplirai ma promesse.

Cette maladie l'a beaucoup affaiblie.

La pluie adoucira la temperature.

Il a agi prudemment.

Nous btissons notre maison.

On a dmoli le palais.

Choisissez une de ces pommes.

Leur maison est-elle embellie ?

Voyez comme les arbres fleurissent.


Les mdecins ne le guriront ja-
mais.
Ce fruit commence A pourrir.


'-.~. '.-~,

~' 4~ ~LL ~
L~



~ i\
~4J
c.~0.> >



~
y ~~:# L

U'~ ~'s
9
Q
~-y :~'.y

c~.
**y ~L




~LL~
I

c-








kifach ma kassert' chi qlamek
connent ne tu as cass pas ta plume

rad't chi khili
as-tu invit mon oncle
kif khallethet el-eutria
quand j'ai ml les drogues
kif ou'mna
quand nous avons nag
kif neneh'h'i keouti
quand j'6terai mon habit
kif necellfou cd-drahem
quand nous prterons l'argent
netemm boua'di
j'accomplirai pour ma promesse
had el-merd'a oualhnet'ha iceur
cette maladie l'a affaiblie beaucoup
en-naou ta'del el-houa
la pluie galisera l'air
k'da h'djet'ou bel a'k'el
il a fait son affaire avec la raison
nebniou drna
nous btissons notre maison
rbou ed-derb
ils ont dmoli le palais
kbair ouh'da men had' et-teffh'
choisis une de zes pommes
drhoum rhi chi mezena
leur maison est-elle embellie
chouf kifach el-aclidjr menaourn
vois comment les arbres (sont) fleurissants

mouh'al irelleh'ouh el-atebba
impossible quelll le gurissent les mdecins

had el-r'alla bdat tekhmoudj
ce fruit a commenc il se gte


Li< ID







J'apercevais un vaissau..

Elle devait de l'argent votre pre.


Attendiez-vous sa rponse ?

Comment faites-vous pour nourrir
vos poules?
Craignaient-ils leur maitre ?

Elle n'attendait personnel.

L'arme dtruisait toutes les for-
tifications.

Je plaignais ce pauvre homme.


Nous dfendions cette tribu.


Vous ne m'avez jamais paru aussi
content qu'aujourd'hui.


Je ne voyagerai jamais sur mer.
Vous n'avez jamais vu un homimile
aussi avare que lui.


LLLLL:>.s







Cz







~ WLL





Lc L I
,...P. 3L-- .- .._e-. f
L_.Sj ... LL, ^



S_ _-'-'
1







kount nak'cha' fi chk'af
j'ai t j'aperois dans un vaisseau
kin btbok il leha ed-dratlem
a t ton pre il Iclame a elle l'argent



kount chi lestenna fi djoutbou
as-tu t tu attends dans sa rponse
ouach touekkel lcl-ledjidj metak
quoi tu fais manger aux poules de toi
knou chi ikhifou men sid houm
ont-ils t ils craignent de leur matre
-ma kinet testenna fi Ih'add
ne elle a t elle attend dans personnel
el-djach kn iahdem fel-matirzt
l'arme a t elle dtruit dans les fortifica-
koullhoum
tions toutes elles
kn ir'id'ni h'al had el-ma-
a t me fait de la peine l'tat de ce le ma-
'rbon
lieureux.
kounna nh'tniou a'la had el-
nous avons t nous dfendons sur cette
a'rcli
tribu
ou'mrek ma ta'nt li ferhn kif
de ta vie ne tu as paru moi joyeux comme
el-ioum
aujourd'hui
moubhl necfer fil bh'ar
impossible que je voyage sur la mer
ou'mrck ma chouft radjel mcchh'h'
de ta> vie ne tu as vu un home avare
kifou
come lui


L: R.:~ ~.>






~ Y~



''1

*~" (.. Y

~

j

)~j


L~


L Ls'


1<







Nous ne faisons pas de grades
dpenses. e

Il ne vient jamais de bonne here.

Elle n'obtiendra jamais cette con-
cession.


Jamais il n'a t aussi bien reu.


Je n'ai jamais manqu a mon de-
voir.

Je n'ai jamais eu aussi froid qu'au-
jourd'hui.
Votre cousin et mon oncle ne se
parleront jamais.




Ces deux tribes ne se rconcilie-
ronui jai;iais.


Votre mason est-clle rpare?

Si j'avais de l'argenI, j'achlerais
trois beaux chevaux et une selle
brode en or.


~j; ~L.. ~

,~ JLs L
~j .~JJ
'.3.

~3L~


j-.'


l.-~


~....r
*)L~ -~k~


j.







ou'mrna ma nesrfou ed-drahem
de notre vie ne nous dpensons l'argent
iceur
beaucoup
o'umrou ma idji bekri
de sa vie ne il %ient de bonne here
ou'marha ma tenl had el-ard'
jamais elle ne obtiendra cette terre
let-tcdjzi.
la concession
ou'mor h'add ma k'ablou kif had
jamais personnel ne l'a reu come celle
el-marra
la fois
ou'mri ma khallit men cll
de ma vie ne j'ai laiss de ce qui ,cst)
ouadjcb a'lia
oblig;toire sur moi
ou'mri ma bredt kif el-ioum
de ma vie n. j'ai en froid come alujouirl'hui
ben a'mmek ou khlli
le fils de ton onele palernel et nion oncle ma-
o'morhoum ma 'dou
ternel de leur vie ne ils viendront
itkellemou
ils se parlent
had ez-zaodj a'rch ou'morhoum
cette co iple dle tribes de leur vie
ma istalhou
ne elles se rconcilieront
drek ralii chi merak'k'aa'
ta maison est elle rpare

louti knou a'ndi ed-derhem ne-
si tait chez moi l'argent j'Iah-
cheri telt li'oun men el-r'aiaou
terais trois chevaux de la perfection et
serdj metroz bed-d'hab
une selle brode en or


~:.v


~yZ

~sr~\i 2'Y<

~-:j. ~y)

L~ ~

J- '*1








~ )3~z~~






~) J Q"~t)




~ ~L~
~> $XL~.


U'L







Si nous pouvions mii tre la allinll
sur lui, nous le tuerions.


Si vous tiez capable
incrail intelrprte.


011 VOUS 110111-


S'il ne venait pas, j'irais le cher-
cher.


Si elle savait coudre elle gagnerait
sa vie.


Si vous vouliez qu'il arrivat de-
main, je lui crirais.


Si votre cheval boitait il ne pour-
rait marcher.


S'il n'avait pas phi, je serais arrive
de bholle lieure.


Si je n'tais pas part pour Alger,
cela ne serait pent-utre pas ar-
riv.


Si vous aviez si vivre e lbonne


~3




L















~ ~ t,
''i
:~
-I



L



':W *.L..
~- .9'Y






lotukaj ta'rak' a'lih iddua ne-
si suait sur lui notre main nous
k'telolih.
le tuerions
loukn kount sahl'al)ueIdj;in icei-
si tu tais possesseur de capacity ils
miouck tourdjemiin
le nommeraient Interprte
loukan ma idji chi nemchi nedji-
si ne il venait pas j'irais nous l'a-
bou
mnerions
loukan knet ta'raf tekhat La'cli
si elle tait ellesait elle coudre elle
rouh'ha
ferait vivre si personnel
ida th'ebbou idji r'odoua nektoub
si tu voulais (que; il \int demain j'crirais
lou
lui


ida kan a'odek'idla' ma
si tait ton cheval il bolte ne il
chi imnchi
pas il march


indjem
pourrait


loukn ma sabbct chi en-naou ra-
si ne avait vers pas la pluie voil
ni oualt bekri
moi je serais arriv de bonne here
loukan ma sfert chi lel-djezair
si ne j'avais voyag pas pour Alger
rhi had el-lh'dja imken ma
voilelle cette la chose peut-itre ne
sret chi
serait avenue pas
loukln a'raft kifach tet''cher
si tu avais su comment tu t'accordes


i-J



sL'~





~-v'~-~







L~ ~

J4~ ~b






~





9 ~sL~, ~


b LI-- L,:I .)








inlelligcnec ea\'c voire voisin,
celle rixe n'aurait pas ci lieu.


Vous auriez d(it me rendre compile
de ce fait.


Ne vous approchez pas (le celle
citerne de peur que vous n'y
tomlticz.

A peine lui ai-je parl de cela, que
sa figure a t altre.

Je ne croais pas qu'il prit devenir
cad.



D'aprs cet homme, l'ennemi alta-
querait notre camp domain ma-
tin.



Dcinandez-lui ou il a puis ces
renseignemienils.


Il y a mu un Irenmblement de lerre
i Alger.
Les labilanis de ce village se dis-
persrent dans tlo s les coins de
la Tuniisic oit ils gagnirent leur
lc.


11>M





JD ~ ~ -











-2 ~






\jt







enta ou djarek ma kanet
toi et ton voisin ne serait
cir had' cl-a'rka
arrive cette rixe


chi 'c-
pas elle


men h'akk'ck rak khabber-
de ton devoir (il tait) voil toi tu m'aurais
Ini belad el-h'adja
inform de cette chose
ma tk'arreb chi le Lad el-madjen
ne t'approche pas cette citerne
o'ud telih' fih
de peur que tu tombes dans elle
ana r'ir kif kcllemlou a'la had ech-
moi aussitt que je lui ai parl de cette la
chi ou oudjhou lebeddel
chose et sa figure s'est change.


ma kount chi nekhammcmn
ne j'ai t pas je pense
indjem iouelli kd.
pouvait il devient cad


fi h
lui il


a'ia k'aoul had er-radjel 'el-a'dou
d'aprs le dire de cet homme l'ennemi
ihiidjem r'adoua es-scbli' a'la
se jetterait demain martin sur
meol'alletna
notre camp


enclidou men en
interroge-le de o il
lkhebcr
nouvelle


saa' Lad el-
a possd cette la


ouak'at cz-zelzia fil djczr
est arriv le tremblement de terre Alger
a'rb lad ed-dachra tefcrrk'ou a'la
les arabes de ce village se sont disperss sur
djemi en-nouh'i fioualcn Tou-
tous les cts dans le pays de Tu-
ns ou esta'clhou 1ih
nis et ont pu vivre dans lui.


LUZi


y.)


L J - 31







J'ai apris avec peine qu'il s'tait
luxe lpied en tombant.




Je vous price de garder le silence
sur ce que je viens lde vous
dire.

Mficz-vous de cet home, car il
pourrait vous jouer quelque
lour.

Pourquoi vous millez-vou.s des af-
faires qui ne vous regardent
pas ?

Il est mort quelques minutes aprs
avoir reu le coup de feu.


Toutes les fois que je me mets a
travailler, il faut qu'il vienne
me dranger.

Ouvrez celle fentre.

Vous in'obligerioz infiniment si
vous pouviez ime printer colle
SOmillne.

Cet lhommne serait union aid s'il
nie s'eCnpOri'ail pas ssomeli.


*.,X:;4 Li~



'C)

s-'-



~



~ I


L: &JI d- UC L
~L~4 ~L;




X2 '



L<



-~

~

2..







r'ad'ni cl-h'il kif senia't
m'a contrari la circonstance quand j'ai en-
bili lal' ou Imahnoz
tendu de lui il est Iomh et s'est lux
men reiljlou
de son pied
ourIcek tektoum e;-ser a'la ouach
par ta tte tu cacheras le secret ?ur ce que
kouni' nek'oul lek
j'ai itl je (lis ltoi
ehroub men had er-radjel rliou
sauve-loi d' cet liuoiine voil luii
ilah bik bad' el-l'abt
il jouera de toi quelques jeux
oualech l edakhkhel rouah'ak fel-
pourquoi tu introduis tla personnel dans
Ihoidj elli khitenek
les choses qui (sontl s',loignant de loi
ba'd ma tkeliem a'lih el-ouadjah
api s que a parlu stur lui le coup de
hroud aa'la dk'k ou mt
poudre il a donn queltues et il est mort
IinutlS
men en nek'ou'd nakdem idjini
de o je reste je travaille il me vient
ih'arni a'la khladmt'i
il me drange sur mon travail
h'ell had et-tk'a
ouvre cette fentre
nema lek kkdim lotokan lendjem
je resterai toi dolinmstique si tu peux
tedjbour li had cs-saouma
tu trouveras ini cette la some
had er-radjel idji menou kd
cet homme viendrait de lui 11in) cad
a'dim loukn ma iah'mak' chi
excellent si ne il grondait pas
dam
toujours.


1* L J .


* L ~* ~


*..









UU :J







l'ourquoi me grondez-vous.

Est-ce que je sais ce qu'il \a fire.



Toute la famille est en deuil.


Il parait que le
malade.


ngre est trs-


Que votre cheval est mchant! il
vous a encore fait bomber.

Cet homme a tl condamn la.
pine de mort.


Pourquoi ne rpondez-vous pas?

Voyez-vous come cette plane est
tendue ?

Jelez les velux sur celte verdure.

Mettez ces belles roses dans un
verre.


Les prisonnier.; se sont \a]('s.

11 lui a Iranch la tIte d'un seul
coup de sabre.


iL^-5L ^J-


, a-S -- * L^

L, ~\ -^ **\*--


j


-~L



- C
-~


L


L~I~ ~




h
.,~ 'i i
~A_'~cz~hi~ XX- ~
c,'.".


~

~'~z-' y-'

cy:~C~~L~







oua'lech [tciahliior a'lia
pourquoi tu grondes sur moi
kifach na'raf a'lih ouach michi
comment je sais sur lui quoi (il est) allant
ia'inel
il fait
el-ahel koulloii hizen
la famille toute entire en deuil
elli d'char li cl-ouif mertil'
ce qui a paru moi le nigre (est) malade
i0ccur'
beaucoup
ma aoua'r a'ofidek zdAl
coml)iei (est) dillicile ton cheval il a ajout
tlihni lali'ak
encore il t'a faith tomber
had er-radjel h'kem a'lih ech-
cet homme a jug sur lui la jus-
chra' bel-maout
lice avec la mort
oua'lechi ma t'djioub clii
pourquoi ne lu rponds pas
chouft chi had cl-outa ma aou-
as-tu vu cette plaiue combien (elle
a'ou
est) tendue
armi a'nck le liad cl-khd'ora
jette ton oeil cette verdure
h'out't' had cl-oiardt el-b1hin
mets ces roses les belles
fi-kIs
dans un verre
el-meh'abis harbor men cl Il'abs
les prisonniers se sont enfuis de la prison
tair lou rcou fi d'arba
il a fait voler lui sa tte dans un coup
onah'da bes-sekkin
seul par le sabre


-. L .-








'-z sr

x




L'l








Aliez-y; n'ayez pas peur.

Cas deux camarades s':timnt beau-
coup.


Je n'ai pas a me plaindre de lui.

Nous nous cri\ions le plus sou-
vent.


Ne prenez pas tant de caf.



Ils se sont embrasss.

La justice a ordonn la fermeture
immediate de sa boutique.


Ils viennent intercder pour
l'homme que vous avez mis en
prison.

Les tmoins ont dpos contre lui.


Il y a beaucoup de souris dans
cette maison.


Les chats sont trs-rares dans ce
pays.
Ne l'habituez pas i fumer.


~.-:- "-.


~




L(; L



~



~ J




~' ~sL
-~



j:




~ L




'- '.-,






rouh' lhem nma tkhf chi
va l ne tu aies peur pas
had ez-zaoudj ash'b methbbin
ces deux amis s'aimant
boz-zf
beaucoup
ma a'ndi bech nechteki mennou
ne chez moi de quoi je me plains de lui
kounna netktbou akther
nous avons t nous nous crivons le plus
el-marrt"
de fois
ma techroub chi el-k'ahoua iceur
ne bois pas le caf beaucoup


hakda
comme cela
sellemou a'ia ba'd'houm
ils ontsalu sur l'un l'autre
ech-chra' h'akmet a'la
la justice a jug sur la
h'notou fel-h'in
desa boutique l'instant


k'efil
fermeture


djou istaoucelou lir-radjel
ils sontvenus ils intercdent pour l'homme
elli remit ou fel-h'abs
que tu as jet dans la prison
chahdou ech ch'houd lih
ont tmoign les tmoins contre lui
knou el-firan iceur fi had
Il y a des souris beaucoup dans cette
ed-dr
maison
el-k'tout k'lil fi had el ouaten
les chats (sont) rares dans ce pays
ma toualfou chi bechrb cd-dou-
ne l'habitue pas de la boisson de la fu-
khkhan
me (c.--d. du tabac)


LL~ ~ ~b
Q
w



W L


0


~ J~~) ~ ~
j

a4~. ~

~ ~y



* t

Q







J, croyais qu'il alliat mr patler
de vouS.


Celle fille danse tres-bien.


Les ngres ne connaissent pas l'art
(le la guerro.


Il est fou, il ne sait pas ce qu'il dit.

Il fait trop froid pour aller la
chasse.
Il serait natural que vous payas-
siez les dettes de votre pre et
celles de votre oncle maternel.
J'aurais voulu acheter ce cheval,
mais cela ne m'a pas t pos-
sible.


Cette femme
sibles.


atous les dfauts pos-


Pourquoi les gens de cette tribu
n'ont-ils pas labour cette plaine?


J'entrais au bureau, lorsqu'on m'a
appris que vous tiez arrive.


Il est impossible que vous puissiez
le gagner aux checs.


<>*


J3 :7".


Ji. L L Y~




-~ y y

5+

~
*~ L~ ~
-




dii' Y~ y~.


j '~,sxz
'-,. -, -
? ~ J Lsr~







a'nd bli ralih'
chez mon esprit (il tait) gallant
ma'ia flik
avec moi de toi


ilkellem
il parle


h.ul et-toufla techtah' a'djab
cette fille danse merveille


el-ous'fin ma ia'rfou
les ngres ne savent
el-h 'arb
de la guerre


chi asl
pas le principle


rhliou malibol ma ia'raf ma ikol
voici lui fou ne il sait ce que ildit
el-h'al barecd a'lina lcs-sida
le temps (est) froid sur nous pour la chasse
men Ih'ak'k'ek tcccllek dein b-
de ton devoir tu payerais la dette de ton
bck ou dein khlek
pre et la dette de ton oncle maternel
h'abbit nechri had' el-a'od laken
j'ai voulu j'achte ce cheval mais
ma mckkcnni clii el-h'l
ne me l'a fait possible pas le temps


had el-mera filia
cette femme dans elle
dounia
monde (entier)
oua'lech nits had
pourquoi les gens (de) ce
hl'arthotr chi had
ont labour pas cette


a'ob ed-
les dfauts du


el-ouatn
pays
cl-outa
plaine


kif a'dt dakhel lel-birou
quand je suis devenu entrant au bureau
a'lmouni bouolck
ils m'ont inform de ton arrive
mouh';l tendjem tar'lbou fes-
impossible 'que) tu puisse tu le gagnes dans
setroudj
lus chues


--~ AXV~ ~ i 1<
'~$ ~



~

(

~Jy-~ ~



3v,, U~L



~ ~ J w





JL~~ L.~~Ji

~ ~ssr~




-~ ~.z '- -/
~

~


~X~J


C-







Cette affaire est Irs-complique, je
n'y comprends rien.


Il faut qu'il vienne bon gr mal
gr.

Il est devenu fou par suite de la
mort de son enfant.

Je vous dclare que je ne suis
nullement content de votre ma-
nire de servir.

Qu'ai-je fait, mon Dieu!

tes-vous sr de ce que vous dites ?


Cela n'est pas possible.

Il est trs-heureux pour vous que
vous ne l'ayez pas rencontr,
car il vous aurait tu.


Ayant t prsent au sultan, il a
tenu le language suivant:

On est trs-liche quand on ne doit
rien.


^^~~S L l$s ^j^




J'L
w








L-, L ,

,L.L












Il
J L7 '
^ds^: ^1.

^J^3 ^L I







had ed-da'oua mekhabbla ma
cette af'aire (est) complique ne
fhamt menha h'atta che
j'ai compris d'elle mme (une) chose
lzem idji bes-seif ou ella
Il faut (que) il vienne par la force et ou bien
bel-h'ell
par le bon gr
men kif mt ebnou hbM l
depuis que est mort son fils il est devenu fou

nek'ol lek et-tah'kik' belli khad-
je dis toi la certitude que ton se:-
mtek ma filia ma ia'djebni
vice ne dans lui ce qui me' plat

ouach amelt ia rabbi
quoi j'ai fait mon Dieu
rk meh'ak'k'ek' bech-chi elli
voici toi certain de la chose que
Lekol
tu dis
ma imken chi men had ech-chi
ne il se peut pas de cette chose
el-h'amdou lel-lah elli ma cheftou
la louange (soit) Dieu que ne vous l'ayez
chi ou emma loukn rahou
vu pas et mais si c'eut t voil lui
k'atlek
il t'aurait tu.
kif kbbouh les-soulln khat-
quand ils l'ont prsent au sultan il lui a
bou behad el-ma'na
parl avec cette signification
elli ma a'lih den had'ak houa
celui qui ne sur lui de dette celui-l est
mol el-ml
maitre de richesse


.^u


L5JLi~L9A








~) 0~~12k





U?'












J'-q~ L


LL-LS7-.







Je n'couterais jamais les paroles
de cet intriguant.


Plus vous le battrez moins il tra-
vaillera.


Je crains que nous n'ayons un t
bien chad.


Quel est, je vous prie, le chemin
pour aller Bne ?

Suivez ce sentier, il vous conduira
la route principal.

Toutes les meules de fourrages
ont t incendies.

Le feu s'est dclar dans toutes les
forts.
Vous tes accus d'avoir mis le
feu dans le champ de cet home.


Les arbres fruitiers promettent
beaucoup cette anne.



La pluie a ranim toutes les plan-
tes.


LI


j-~ ~


.~ L ;s


cJ ~
~>-~ '-.
LJ~ ~L

L
~


~ ~

'i '; ~b
:-j~ ~y


~



)
y~ f~JLL~

r

~








ou'mri ma nak'bel klam had' cchi-
de ma vie ne je reois la parole de ce d-
chit.in
mon
k'add ma tedrebou inkous fol
autant que tu le battras il diminuera du
le khadma
le travail
rani khif thoun had ces-
voici mei craignant (que) soit cet t
saif h'mia a'lina
chaud sur nous
ourcek ouena hi trick' a'niba
par ta tte o est la route de Bne

tebba had el-mesrcb ikharrdjik
suis ce sentier il te fera sortir
let-trik' el-aslia
la route la principal

djemi' nouder el-k'ort' cnh'ar-
toutes les meules des fourrages ont t
k'ou
brles


en-nr thret fel-r'cb


koullha


le feu s'est lev dans les forts elles routes
rk methonim betechal en nr
voici toi aceus d'avoir allumn le feu
fi rouka't had er-radjel
dans le champ de cet hiomme
achdjar el-r'alla zhoum iouldou
les arbies des fruits leur air ils pioduiront
iceur fi had el-'m
beaucoup dans cette anne.


en-naou h'iat djemi' en-nebtt
la pluie a ranim toutes les plants


'~ JL~ j~ ~


'.5

Li.~ L~ LY


~., N~



--~

~ L\~


-,*Jj


L'










lieaucoup d'allfaires demandent ma
presence ici.


J'espre que vous trouverez de
quoi vous satisfaire.

Quand paraitra cet ouvrage?

A moins que je ne voie quelque
chose qui me plaise.


Vous me faites penser qne j'ai
besoin d'acheter du paper
lettre.
Vous tes un homme de parole.
Combien vous a cot ce cheval ?


Cette vue horrible
chair de poule.


Elle est si faible qu'on
d'une chiquenaude.


m'a donn la


la tuerait


W Sr

^LJULJ^
^ ^*
aL-. L^^^^^.'s^ t
c *


'^AL ^'


^a&L^^-Y L
J^oLa ^.-a- ^y^

s5'~ *


,^5 Ls







bez-zf men el-h'oudj clli il-
beaucoup de affaires lesquelles il
zemi h'ad'ori lhoum liena
faut ma presence pour elles ici

idja'lek tecib
que (Dieu) le pose (pour que) tu trouves ce
ma ibellar' lek mourdek
qui fera alleindre toi ton dsir.
ouak't ach ikhroudj had el-tlif
moment quoi sortira cet ouvrage
ella ida chouft' h'idja clli
moins que j'aie vu (une) chose qui
ta'djebni
me plaise
fakkertni belli neh'tadj ne-
tu m'as fait penser que j'ai besoin (que) j'a-
chri kr'et el-briout
chite de paper lettres
enta radjel sh'eb kelma
toi (un) homme possesseur de parole
bek'addch estk'im a'lik had el-
pour combien a colt toi ce le
a'od
cheval
had ez-ze el-mechom zar'r'eb
cette vue l'horrible a fait hrisser le duvet
lah'mi mennou
de ma chair par elle
men k'aouet ed-d'ouf melaha iak'-
de la force de la faiblesse d'elle pour-
der el-a'bd ik'toulha bed'afrou
rait l'homme il la tue de son ongle


J-e





I-1
LD




-~3J4 7L c







POUR SOUHAITER LE BONJOUR ET SE


Que Dieu vous rende votre ma-
tine heureuse, mon ami in-
time !

Vous tes bien matinal aujour-
d'hui !
Si Dieu vous lait la grce de vous
rveiller tous les jours de cette
manire, vous verrez comme
vous serez en parfaite sant.



C'est vrai; et surtout dans la sai-
son du printemps o l'on dit
que la fraicheur du matin for-
tifie les organes du corps hu-
main.


Cafetier, apportez deux tasses de
caf djizoua


Quelle ide de prendre du caf
fort savez-vous que cela affali-
blit l'estomac ?


L" L





^ S )' ""^=> f,1 .'$C s O
~C








L-. L



j> ,t'-r' Y 1


I S. a Petite cafetire ne contenant qu'une tasse de caf et au lond de laquelle est







DEMANDER MUTUELLEMENT DES NOUVELLES.


aa'd allah sabh'ek i
(que) rende heureux Dieu ta matine
nm el-h'abib
meilleur ami
el-iom noud't bekri
aujourd'hui tu t's lev de bonne heure
loukan ia'tk allah h'att'a tao'd
si te fait don Dieu au point que tu de-
tenud' koull iom hak-
viennes tu te lveras chaque jour comme
da techof es-sah'h'a ech-
ce!a tu verras la sant la par-
chmla elli tao'ud fiha
faite que tu deviendras en elle
bes-sahh ou bet-takhsis fi fsel
avec le vrai et en particulier dans la saison'
er-reb' ikolou nesmet es-
du printemps ils disent l'air frais du
sbh' hia d'oukkr djesd ben
matin est la greffe du corps du fils
dm
d'Adam
i k'alouadji zaodj fendjel- k'a-
cafetier une couple de tasses de
houa djezoua
caf djezoua
a'titek el-k'aoua elli techroub el
je t'ai donn la force que tu bois le-
k'ahoua et-Lekila ta'raf belli
caf le fort tu sais que
tsell el-k'alb
il affaiblit le coeur


Li L a


~4


,L__, ,.z -L, ,_x- !5



LL- %L LC








-* *xtA--. "X^ aS
^..J ,.^ .... ^^ J.







a ail


du marc que l'on verse dans la tasse avec le caf.







C'est mon habitude ; i mon caf
n'est pas si pais qu'un grillon
y puisse mettre les pattes sans
se noyer, je ne le trouve pas bon.


Voulez-vous prendre voire caf ?

Moi, j'ai contract une trs-mau-
vaise habitude; si je ne prends
pas mon caf, tant au lit, il
m'est impossible d'ouvrir les
yeux.


Que le salut soit sur vous!

Que soient sur vous le salut et la
misricorde de Dieu!
On ne vous a pas vu depuis quel-
que temps; qu'ltes-vous donc
devenu?
Le hasard ne m'a pas pouss
passer par ici.


Je crois que votre amiti rl'-
semble la couleur amnrante
qui se dtriore tout de suile.

Vous ne devez pas faire une sup-
position semblable.


~M U~ kW

~ ~

,-~ ~4X~k

c~ ~

NIj~ ~

~- ~ L:~, L
LZ~< ~


jL L.
1_7-


LM








hadik hia t'dili ida ma imehli
celle-l:i est mon haliitule si ne march
a'lia cl-k'leltou mna lah'la
sur lui le grillou ne est pas doux
li chi
(agrable) moi pas


th'ebb chi techroub k'ahouetek
veux lu tl bois ton caf
ana ouleft roluh'i bouelf samot
nioi j'ai habitu mon me avee habitude fade
id'a kh'tatni el-k'ahoua ou ana
si m'a nm inqu le caf et moi
fel-ferrich moull'l inha'allou
dans le lit impossible que s'ouvrent
a'nia
nies yeux
es-salmou a'likoium
le salut (soit) sur vous

ou a'likoum es-salm ou er-rali'ma
et sur vous le saluL et la misricorde

hada zemn ma choufnk chi
ceci un temps ne nous t'avons vu pas
ouach el-akhbr
quoi les nouvelles


ma djbetni chi rodjeli


a'la had


ne m'a amen pas mon pied sur cette
el-terik'
route
elli d'har li meh'ebblek a'kri
qui a paru moi Ion amiti ,est) amarante
fes-sa' te'efakh
sur l'heure elle s'altre


ma chi men h'akklk


la'mel


ne pas de (on devoir (que) lu fasses uue
h'adja kif hadi fi blek
chose comme celle-ci dans ton esprit


N:~






L~ 's-


n s


L '\A


j ~L







A quelle heurc voulez-vous que
nous nous rencontrions ce soir?


Aprs la prire d'el-acha, nous
nous reverrons aux bancs de
la route de 1Datna.
Si vous \oule'z nous nous rencon-
trerons d nl la porte de la
ios)s II i l Inous verrons
o il lault aller.

Que votre conseil soit bni!

Je crois que je suis en retard.

Voyons, o voulez-vous que nous
allions?

Si vous voulez suivre mon conseil,
nous ironI au caf de Molam-
mcd, et h nous prendrons une
fendtre pour regarder stolh'-el-
wIcusoura.



C'est la meilleure proposition;
allons-y, et mettons confiance
en Dieu.


~ ~,?y


~ _





4-.

Y' j








~ L ~
-5-'-


c-


x~, L\Ls~~


-~' ~ y


S .;, Prire du soir; elle a lieu une here et demie aprs le coucher di soil.


ajz, Js--,









a'la ka'ddach men sa' teh'ebb
sur combien de heures tu veux (que
netalk'ou fes-sahra
nous nous rencontrions dans la soire
b'ad slt el-a'cha djihet ker'a
aprs la prire de el Achat ctdes Bancs
batna. fet-terik'
de Batna sur la route
ida teh'ebb net-lk'aou k'ou-
si lu veux nous nous rencoutrerons de.-
ddim el-djma' ou kes-sa' ne-
vant la mosque et alors nous
choufou ouein nemchiou
verrons o nous irons
fi rk el-baraka
dans ton avis (est) la bndiction
elli d'har li bt'it a'lik
ce qui a paru moi j'ai t en retard sur toi
a oucna djiha teh'ebb nem-
allons o ct tu veux (que) nous
chiou
allions
ida takhoud rf nemchiou lek'a-
si tu prends mon avis nous irons au ca-
houet Mohammed ou nah'kmou
f de Mohammed et nous prendrons
them taka' ou nebk'aou net'-
l une fentre et nous resterons nous
oullou a'la es-setohl' el-
regarderons sur les plates-formes les
mansora
victorieuses
na'm ma dkart ett'kel a'laallah
excellent ce que tu as dit appuie toisur Dieu
a nemchiou liha
allons nous allons lui


I ~


~Jtj' J


~


W~ L
~
-'M.
~ ~ A


~z~y~L J~

~ Ux, *; A
'j ~Y'j~J


(..X~ ~-<


_: 5 -,.r c-


)~







A l'avenir je ne prendrai plus de
caf le soir.




Pourquoi?

Parce que depuis quelque temps,
il m'a toujours empch de dor-
mnir.

Vous avez raison.'

Savez-vous jouer aux checs?

Le jeu d'checs est un jeu telle-
ment compliqu, qu'il y a peu
de personnel qui le connaissent.

Je vous apprendrai la march d(les
pieces, si vous voulez.

Vous m'obligeriez infiniment, si
vous m'appreniez a jouer aux
checs.
Allons dans un caf franais, et,
ce soir, je vous apprendrai
nommer les pieces de ce jeu.



Conduisez-nous au caf qui vous
plaira,


I"

^L Ls






,L '-.

^c--

JL
&*L *Y*'


~jgj
~J-~ J...
43'
-y.--
Q.,

A Ji


~ ~ L~

~


L LyU
L~j. 5! ..9^ p~LJ







men hena ou cl-fok moullh'il
de ici et en liant impossible (ne'
adet el-kahoua tedkhoul foummi
devienne le caf il entrera ma bouche
fcs-sahlra
dans la soire
oua'lech
pou1rquoi
a'la khlfler had'a zemn a'det
sur l'iile cci (un) temps il est devenu
ma Ikhallini chi nerk'oud
ne il me laisse pas (que) je dorme
Cl-hak'k' ma'k
la raison (esU) avec toi
ta'raf chi tela'b es-set'roundj
sais Lu tu joues les ecliecs
la'b es-sctroundj hlib r'emlk' ma
le jen des checs (esi un) jon profound ne
ia'rfou ella el-k'lil
le connat que le peu (de gens
ida teh'ebb na'llmek fel- mechi
si tu venx je t'apprendrai dans la march
mel''ou
de lui
la'miel a'lia mezia kehira loukn
tu feras moi plaisir grand si
ta'llemeni la')b s-sct'roundj
tu m'apprends l" jeu des checs
ai nemlichiou lek'ahoua francis
allons nous allows 11un ca franais
ou na'llmek fi had es-salira
et je t'apprendrai dans cette soire
acAimi k'alt'tou
les nom dele ses piers
eddina lel-ka'houa elli illa' a'liha
mne-nous au caf que monte sur lui
kfek
ton plaisir


a-' ~
~a ~


~<










L NY;':- ~

-, -,



Jw


..- ~ .-


Le






Voyez; c(s pieces qui occupant les
coins, se nomment tours; cells
qui viennent aprs, cavaliers.


Les suivants sont les fous; puis,
le roi et la reine, qui se mettent
l'un ct de l'autre.


Les autres prennent les noms de
pions.
Pour les noms je peux me les rap-
peler; mais pour leurs mouve-
ments, cela sera difficile.


Il est dix heures moins vingt mi-
nutes.
Si vous voulez, pour que nous
soyons bien disposs au som-
meil, nous irons faire un tour
de promenade sur la place de la
brche.


Je ne demanderais pas mieux mais
je crains que cette porte ne
soit ferme cette heure-ci.



Si nous la trouvions ferme, cha-
cun de nous rentrerait chez soi.


.. U-
L ,


'i.. LJ Lj j LI LIjw










LI
.._ .; ,1 ,.. .,u^

'^ l-.-' a-twLJ.,' tL:. fi









~/
** < *^ \






-s. .
l-,--J-,' 3s" & _^- o ibJ!
-' ** u ^ ^ -
i .kA- &_^ a '-^*^J. ;

^ / y







chouf liad i l-k'at't elli fech-
vois ces pices qui (sont) dans
chouek asmhoum arkhkh ou
les coins leurs noms tours et
elli beh'dhoum fr'ct
celles qui ct d'elles juments
ou elli ba'houm afil ou kes-
et celles qui aprs elles lphanis et alors
sa' es-soultn ou cl-ferza inh'-
le sultan et la reine se met-
attou beh'd' ba'dlioum
tent ct de l'un l'autre
ou el-oukhr'an ilsemmaou bideuk'
et les autres se nomment pions (pitous)
el-ami nak'der nechfa a'lih-
les nomns je peux je me rappellerai sur
oumn ou amma h'arakethoum
eux et quand leur movement (il est)
ua'ra
difficile
rhi el-a'chra r'ir telet
voici elles les dix (heures) moins un tiers

loukn teh'cbb bech nelabou
si tu veux pour que nous rendions
n'cena soua soua nem-
bon notre sommeil gal gal nous
chiou n'amlou talh'ouia fel-
irons nous fe'rons une) promenade dans
bla meta' bb el-oued
la place de la porte de la rivibre
ma da bia lkin khouft
c'est ce qui 'serait en moi mais j'ai ciaint
(je voudrais bien)
necibouih mak'fol fi bad
nous la trouverons feiioe en cette
es-sa'
heure


ida soubnah inak'fol
si nous l'avons trouve ferme
ouh'ed iroh' ledrou
ira sa maison


koul
chacun


L-,,;1

L-J

M Li L


. __ L


Li C'U LI


.







Vous levez-vous de bonne heure
remain ?
Si nous sommes en' vie je me l-
verai avant le lever du soleil.


Prenez garden de trouver le soleil
bon et de rester au lit come
ces jours derniers.


C'est impossible, je ne trouve le
sommeil bon qu'en hiver.


Alors demain matin je n'appelle-
rai le cafetier pour m'apporter
le caf que lorsque vous vien-
drez.


Allons, bonsoir.

Allez en paix.

Sada, montez-moi la cuvette et le
pot--eau pour me laver la
figure, les mains et les pieds;
car je sens autant de cha-
leur que si j'tais dans un four.


r _,-Z caj. Sr ^
XLJ#~~ j* t9J^



^ ^.^ ^





c LO Li



,.LJLD J ,
CL -
5. -






sJ .-
La;^- ,.... L^ ,_ J>. :,..> D






s = Z$:., ^D '
'...U'







\-....





L >_/. L Li. ,, L..,!
s -- .. _- ^ \7
'L^ ^ ^\.







tenotid' chi r'adoua b'ekri
te lveras-tu remain de bonno heure
ida kounna hl'ain nenoud kbcl
si nous oaios ORti ivants je me lverai avant
tlo' clh-chems
le paraihre du suoleil
balek iah'la bik en
ton attention (que ii) s'adincit toi le
na's ou tebk'a fel-ferch kif
sommeil et tu resterais dans le lit coinnmme
had el-iimn
ces jours
mouh'al ana ma iah'la li en-
impossible moi ne est donx moi le
n's clla fech-chela
sommeil except dans l'liver
emmnila r'adoua es-sebth ma
alors demain le imatin ne
na't a'la el-k'ahouadji lel-
j'appellerai sur le cafetier pour le
k'ahoua ella mna tedji
caf si ce n'est quand tu viendras
ai ema a'la khlar
allons sois ce soir sur le bien
bel-'fia
avec la paix
ia sa''da talla' li el-lian ou cl-
sa'da monte moi la cuvette et le
brik' nar'sel oudjhi ou
pot--eau (que) je laie ma figure et
iddia ou redjlia rani mous-
mes mains et mes pieds voici moi sen-
th'ass brouh'i kif ida kount
tant en moi comme si j'tais
fi kocha
dans un four


LLc-,


JLi~

9 ~ ~j~-'~


;~


.. .. ."

I .. L

J Li















^-.^ ^- -5 ^L










Je rends grces a Dieu de vous
avoir rencontr, car j'avais l'in-
lention de pousser jusqu' votre
maison.


De quoi avez-vous
moi, 01on ami?


besoin de chez


Nos jeunes gens ont dcid qu'ils
djeuneraient chez moi ce ma-
tin, je voudrais que vous fissiez
parties de cette runion.


Quels sont les motifs de ce djeu-
ner ?
Je vais vous le dire :

Vous savez bien qu'il y a un mois
em iron, mon frre tait malade.


Un jour, sa maladie m'affligeait
tellement, que nos amis m'out


,:C-. ,.,. .X-






I L, "_.L> l __A ^^S.
.. ,


.,... c . J L
'..< u c---*








\^ \' '^-~ 4^^_
O r _.<.-. <,_ Jt b. .>:
v j



o-S'j! ^ 1j


INVITER A









DJEUNER.


el-h'amdlou lel-lah elli lak'ani
la luiange (soit) Dion qui m'a faith rneicoiu-
rabbi )hik ou ana kotnt ma'-
trer Dieu par toi et moi j'ai t,'i comp-
ouel nezilI lek h'alta Icil-dhr
tatit jeo i'ii es a (ol jiusq 'a la ma.isoi
ouach estl'f.k'k'il a'ndi li h'a-
de quoi tii as lu.oin liiez moi filon
bibi
ami
es-ser'ar l'oukmou a'lia bel-
les jeunes gens ouit l'lid i sur moi par lr
r'cda feil-dir el-ioin ou
dtBjoriier tlans la ima. suM :iuji uril'ni et
ma da bia tikoun men djem-
cela (est) en miui (que) tu sois de leur
lol'houm
nonil)re
kifach scbbet had el-r'da
cotininte: (esille imotif de ce dljenner
dcl-ouak't nek'ol lek sebbtlon
ce moUlient jo dis tli son imotif
ta'raf belli klioia kItn mncrid' del-
tlu sais qiiue iIIon fi re .a ol malade ce
ouak't idji ch'bar
moment il va un nui. (il y a environ liun
mois)

bhtk'i ana ouh'ed en-nhlir m'h'ar
restant mnoi un jour inqiuiet
a'lih ou el-ash'b k'lou li eda
sur lui et les amis ont dit moi si


C~ &\~ Nss~


~ Le

4


.L4s







dit que si je leur promettais un
djeuner, ils adresseraient des
prires au ciel afin d'obtenir
un soulagement pour mon frre.

Que votre frre vous est cher !

Certainement; Dieu ne m'a laiss
qu'un frre, et dans toules mes
affaires, je ne vois et n'entends
que par lui.




Que Dieu fasse que voire amiti6
soit durable et qu'il vous rende
compalissants l'un l'gard de
l'autre!

A quelle here djeunerons-nous?

Venez onze heures prcises i la
mason.


Voyons! est-ce un bon dejeuner,
ou bien un djeuner ordinaire?


Dites-le moi donc ?

Rpondez donc ?


.9


L
y


J~L


- .. -~

h L~
~y.. ~




(~: X~ K





-9


L LI


s A la Ictire signifies pote, ouverture, introduction; c'est l'introduction, le
une foule de circoislanccs, I ar excni[lep, ronr invoquer le secours du ciel, ou lorsque l'on
obligatoires.







tota'dna ber'da nerfe-
tu nous promiets un d&juner nous por-
dou fat'h'a lekhok irtih'
icons un ftehat pour ton fire il gurira


ma aa'zz a'lik khok
come (est) trs-cher pour toi ton frre
ma'loni haddk ma khalla li
conim cela que a laiss moi
rabbi khoia houa a'nia houa
inui Dii mon frire est mi; yeux est
iddia houa djenhia bech ne-
mes mains est times alles pour que je
tir
in'en vole
allah idjl meh'ebbet'koum danma
Dieu fasse votre amiti durable
ou ih'annen klobkoum a'la ba'-
et attendrisse vos ceurs sur l'un
d'koumni
l'antre
ouena ouak't netr'addaou
quel moment nous djeunerons
idji led-dr a'la el-h'cdch
viens la maison sur les onze (heures)
ris
tte
ou had el'-r'da idfi chi ba'da ou
et ce djeuner est-il bon au moins et
ella r'ir ma oudjed
ou bien seulement ce qui a t trouv
k'oull li te'ra
dis moi donc
djaoucbni
rponds-moi


L~LL














L..r J ,3( JiX


C,


chapitre initial du Koran. Ce clhapilre, qui a sept %ersets, fstrune prire que l'on fait dans
conclut une affaire, ou quand on l'a termine. Cette invocation fait aussi parties des prires







Comment! il y ; trois jours qu'on
y Irav; ille.


Alors nous sommes
une indigestion.


srs d'avoir


Nous esprons que par la grce
de Dieu, tous ceux qui goflceront
notre nourriture, s'en trouve-
ront bien.


Dites-moi donc ce qu'on a prpar
pour le djener.


Je ne puis rien vous en dire.



Quand vous serez table, vous
verrez ce qu'on vous servira.


Il y a une chose que je voudrais
manger chez vous aujourd'hui.


Dites-moi ce que vous voudriez
manlIge'r.
J'ai envie le danger du in'hi'aou-
cr la viande sale, des pois-


-'r -



4,- L,


sor1e de-rouscous blanc et bien roffl.







kifach el-ioum lhielth
comment aujourd'hui trois
houma iouedjdjedou
elles prparent


aiam ou
jours et
fih
dans lui


enmminla el-iom nklou h'at-
alors aujourd'hui nous mangerons jus-
la net'khmnou
qu' ce que nous ayons une indigestion
la beh'aul allah djima men id-
non par grce de Dieu tout celui qui go-
ok' ta'mna ma iah'sel lou
tera notre nourriture ne arrivera lui
ella ech-chefa
que le bien-ire


koul li tera ouach
dis moi donc quoi
fel r'eda
pour djeuner


oudjdjedou
ils ont prpar


ma nak'der nek'ol lek h'atta
ne je puis je dis toi (pas) mme
h'adja
une chose
kif iah'd'er et-ta'm bin
quand se prsentera la nourriture entire tes
iddik techofou ba'nek
mains tu la verras par ton oell
ma d'a bia ala h'adja nakoulha
cela (qui est en moi) sur uue chose je la mange
el-iom a'ndek
aujourd'hui chez toi
k'oul li ouach teh'ebb tkoul
dis moi quoi tu voudrais tu mangeras.
clhlii nkoul el-m'h'a-
(moi) dsirant (que) je mminge du m'h'a-
oucr ou el-kaddid ou el-h'ou-
ouert et de la viande sale et des pois-


N~VL~L




#


WL,~

*~ ~
---t.


j-~
~
~


#u



L4



LL~~
r j~r~J~






~ L~9Js







chichies, des lgumes et du beurre
frais.


Alors nous avons eu la mme ide.
J'ai dj dit prcisment de pr-
parer ce mets; je pensais en
effet que le m'h'aoner la
viande frache ne serait pas
bien engageant, et surtout, la
fin d'un repas.




Soyez les bien-venus; que votre
presence nous apporte la bn-
diction !

Si vous voulez, nous vous divise-
rons en deux groups, pour que
vous ne soyez pas serrs et que
vous puissiez. manger voire
aise.


Celui d'entre vous qui se fera
prier de manger, en rendra
compile devant Dieu, le jour du
jugemenil dernier.

Soyez tranquille; quand on est
invit, on ne se fait pas scrupule
de manger.


-:~-3 L















LL J L;~



LI_ L )-c M _








mmns
chiches
zeucda
beurre


ou cl-khoud'ra
et des lgumes
ct-teria
frais


011 Cz-
et du I


emmrn la elli fi bldek kIn fi
alors ce qui (est) dans ton ide a t dans
bAli h'a'tta na k'oult le-
mon ide tellement que moi j'ai ait
'houmi i'mlouh a'la khlter
elles qu ..elles fassent lui sur l'ide (que)
khammemt makelt el-m'hi'aouer
j'ai pens (que) le manger du m'h'aouer
ou cl-l'h'am tek'alihcm ou bet-
et de la viande repousse et sur-
ltksis iha'd mkelt et-touadjen
tout _ajur' le manger des plants
marh'ba bikoum zirel'na el-ba-
aisance sur vous nous a visits la b-
raka bemdjikoum
ndiction par votre venue
loukn teb'ebbou naksemoukoum
si vous voulez nons vous di'iserons
a'la zaoddj medjima' bch ma
sur deux cercles pour que ne
ikon chi a'ndkoum el-lh'ouiar
soit pas chez vous le serrement
ou taklou a'la r'eroiid'koium
et (que) vous mangiez votre gr
clli ista'rad' mcnkoum ih's-
celui qui se fera prier de vous lui deman-
bou rabbi r'adoua bin id-
dera compete Dieu demain entire ses
dih
mains
koun hni clli ouddek
sois tranquille celui qui tu as fait le plai-
bet-tat'm ouddou
sir (amiti') dela nourriture fais lui plaisir
bel-mkla
de manger























.xI I




LX.~L CL2







K';ira, apportez les tables, les pla-
teaux et les serviettes.


Toun (le suite.

Apj)orlez/.-nous le lait de beurr'e
ou I'cau, de peur que quCliu'un
n'avale de travers.


Tout est prt; du rest, quand
un ho)mme offre la nourriture
doe bon coeur ses amis, il
n'arrive jamais de mal.


Voici le th et le caf ;
cii de vous prenne
%eut.


que cla-
ce qu'il


Aimez-vous le caf la (leur d'o-
ranger ou a l'ambre?


Allons, disons le fitili'a en faveur
de celui qui nous a oflert cet
excellent djeuner.

Que Dieu lui donne un hritier!


-//


L_. L .,i d F.. ,"
1/








L .= J . -
-. \.; o If.:- ..
La::! ,-. .s-r, ^_Ls.L,,







,..'S... ,,r, '. ,._.., \ ) A.3.

f.- ^ ^_ ^ _


Lk~ C


. l_ a L, Ll


~.


i L voir page 315.


,









ia K'ara djib el-mied ou es-sinia
K'ara apporte les tables et les plateaux
ou cl-menaclief
et les serviettes
koul' l h'id'cr
to close (est) prsente (prite)
djib lina cl-leben ou ella
apporte nous le lait de lie rre et on bien
el-ma oid ichrak' h'add
l'eau de peur que ne soit suffoqu quel-
menna
qu'un de nous
koull chi li'ad'cur ou bada ou
touted chose (est) prsente et aprs et
doun kif iouckkel oualied
en dea quand fait manger quelqu'un ()
ah'babou bek'albou safi oumrou
ses amis avec son cour pur jamais
ech-cherr ma iali'd'er
le mal ne il se prsente
hahou et'-t'a ou el-k'ahona koull
voici le thl et le caf tout
h'add ou ma h'abb iclhroub
un et ce que il a voulu il prend


t'h'ebbou cl-k'ahoua mezahhra
vous aimez le caf la tlh.ur d'oranger
ou ella bel-ainbar
et ou bien l'ambre
aia fat'h'a lelli t'ekarrem alina
allons fat'ih'al 'celui quia t gnreux pour
behad' el-r'eda cl-dim.
nous par ce djener le bon
allah idjib lou oumaret ed-dar
(que) Dieu amne lui la postrit de la mai-
\


LoL








~~L J~~J













qu'il ne detruise ni sa race, ni
son nom! qu'il confonde ses
ennemis [et qu'il lui fasse des-
cendre les trsors du ciel, ou
qu'il lui en fasse trouver dans
le sein de la terre!





Que celui qui dira amen, prospre!

Louange Dieu, maitre des
mondes !


K'ra, prsentez les flacons d'eau
de fleur d'oranger pour asper-
ger ces nessieurs, et mellez les
souliers par ordre devant la
porte.


Allez en paix, Messieurs.


~-&D





3J~~L





U M







allah la iak't'a' la neslou
son 'que) Dieu ne coupe ni sa race
ou la esmou allah idjl kad
et ni son nom (que) Dieu place la malice
a'dah fi nh'orhoum
de ses ennemis dans leurs gosiers (que)
allah inezzel lou kenoz es-
Dieu fasse descendre lui les trsors du
sema aou tlalla'ha lou men
ciel on qu'il les fasse lui de
t'klhom el-ard'
le sein de la terre
irbah' men ikol min
(que) prospre celui qui dira amen

ou el-h'amdou lel-lahi rabb el-
et la louange (soit) Dieu maltre des
a'Iamin
mondes
la k'ra djib el-merchch beach
k'ra apporte les flacons pour que
nerouchchou el-acid bez-ze-
nous aspergions les sieurs avec l'eau de
har ou k'addem es-scba-
fleur d'oranger et advance les sou-
bot k'ouddm el-bb
liers devant la porte
rouh'ou bes-selama ia icidi
allez avec la paix messieurs


~w Li 1










Je suis trs malade ce malin;
allez me chercher le mdecin.


Cela ne sera rien; qu'avez-vous ?


Je me suis
sant; je
rien, et,
dit qu'on
mortier.


couch en parfaite
n'avais absolument
ce malin, on aurait
m'avait pil dan3 un


Le mdecin est venu ; voulez-vous
que je le fasse entrer ?


Fai tes-lc-entrer.

Avant de tter votre pouls, ra-
contez moi comment vous
avez commenc soulll'ir.



Vers le point du jour, quand je
nuI suis rveill, j'avais tellciment
cliian, qu'il me semblait que
j'lais dans un four, et aussilit
j'ai senti des douleurs se r-


POUR PARLER





9, ,L, ",


r J


LJ~


i -~ ~'


~, L~YJJ CI)



c _







A UN MDECIN


rni sbah't fi h'ala kebira
voici moi en cette matine.dans un tat grand
emchi djib li et-tebib
va amne moi le mdecin
la bs ouach bik
pointde mal quoi avec toi
cl-brah rek'adt fel-'fia ou
hier je me suis couch dans la paix et
el-a'fou la bia la alia
la tranquillit (rien) ni avec moi ni sur moi
ou el-iom sbah't
et aujourd'hui je nie suis trouv ce martin
kif elli bat'in iharr-
comme celui qui passant la nuit on pi-
sou fih fi mahris
lait lui dans ;un) mortier
et-tcbib rlihou dja t'h'ebb chi
le mdecin voil li est venu veux-tu pas
ncdakhlkhelou
(que) je l'introduise
dakhkhlou
introduisez-le
k'bel ma nemcss en-nabd' mctak
avant que je tile le pouls de toi
lzem tah'ki li kifacli
il faut (que) tu racontes moi comment
b dat'ck el-mcsLtdja'
t'a commenc la douleur

kif fouk't ma' tloua' en-
quand je me suis rveill au lever du
nhr soubt rolih'i kif id'a
jour j'ai trouv ma personnel comme si
kount' fi kocha ou bd estah'-
j'tais dans un four et apris j'ai


~~L3












~L ,








pandre dans toutes mes articu-
lations.


La respiration lait couple, j'tais
essoifll et je me trouvais d-
vor par la soif. Ce n'est qu'au
lever du soleil que j'ai l pris
par un lger sommeil.




Avez-vous transpir aprs?

A mon rveil, je me suis trouv
inond de sueur.


Avez-vous vomi ?

Non, mon estomac tait mal dis-
pos; mais -je n'ai fait que des
efforts.
F
Avez-vous mang quelque chose
ce martin?


Montrez-moi la langue.

En soriant d'ici, je vous enverrai
une boulcille de purgatif, que
vous prendrez ; vers dix heures,
vous avalerez dix pilules de qui-


t\^jJ 2


3 S'







\ ..








.
,z-~~-,-, .











d^ _s/_33 ,..





LI -







assist' bes-sair iferrak' fi
senti de la douleur s'est rpandue dans
mcfsli
mes articulations
enka'lt a'lia et-'tenhida ou
a t couple pour moi la respiration et
kouthrcet fia en-nahdja ou
s'est augment en moi le souffle it
enh'rakt bel-alacli ou ma'
j'ai t hbil par la soif et aec le
tloa' ech-cliems djazet bia
lever du soleil a pass a vec moi
lli
mnon eil.
ou ba'd a'rak't cii
et aprs as-tu transpir
kif noud't soubt' roubi
quand je me suislev j'ai trouv ma personnel
nao'm fel-a'rak'
je nageais dans la sueur
tek'at chi
as-tu ~omi
la djani k'albi laken tboua't
non m'est venu mon cour mais j'ai fait des
berka
efforts seulement
kan clhi ma klit Lad es-sabh'a
y a-t-il que tu aies mang ce martin


naa't li leanek
montre moi ta langue

kif nckliroudj men lieda neba't
quand je sortirai de ici j'enverrai
lek k'ara'a tenk'ia tecliroubba
Loi une bouteille pde urge tu la boiras
ou ouak't cl-achra t'ebl
et au moment de dix (heures) tu avaleras


~.XL> L









Le~ L.cL-







martin je vien-


Avez-vous envie de manger?

Je n'ai de got que pour l'eau.



Vous feriez bien de buirc de la li-
mnonade au lieu d'eau.


Je ne puis avaler de sorbet, parce
que tout ce qui est doux, nme
laisse de la fadeur dans. la
loichlie.




Il faut vous frct er prendre du
sorbet ; car l'eau vous ferait plus
de mal que dIe iie.



Si vous prouvez le besoin de vo-
mir, \omiissez autalnt que vous
pOitILT'Z.


Comment allcz-\vuts cC martin?


ninct et demaini
drai vous voir.


*-^__ o .z: _-'






L LA
; L.,. .
,_ . .--^ ::, -. L.e












,L
. ^J,^ . : .

. ,'= _ (.- .:.--) .S..,L ..-,_ L.^








.:. ... ,
Cz\4)
~LtA ~L^Li





^-JJ ---- J




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs