• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Foreword
 Liste alphabetique des membres...
 Historie des villes de la province...
 Rectification d'une partie de ma...
 Notes archeologiques
 Simple hypothese sur les tombeaux...
 Etudes algeriennes
 Rapport sur les fouilles faites...
 Table of Contents
 Planches
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094162/00005
 Material Information
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Physical Description: 10 v. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Socie´te´ arche´ologique de la province de Constantine
Société archéologique de la province de Constantine
Publisher: Alessi et Arnolet
Place of Publication: Constantine
Constantine
Publication Date: 1863-1874
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Antiquities -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
History -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
Spatial Coverage: Algeria
 Notes
Dates or Sequential Designation: 7. vol. (1863)-10. vol. (1866); 2. sér., 1. vol. (1867)-2. sér., 6. vol. (1873-1874).
Numbering Peculiarities: Vols. for 1867-1873/74 called also: 11.-16. volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094162
Volume ID: VID00005
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12576829
lccn - sn 85022117
 Related Items
Preceded by: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 28 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Foreword
        Page v
        Page vi
    Liste alphabetique des membres titulaires
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Historie des villes de la province de Constantine
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
    Rectification d'une partie de ma traduction de l'inscription libyque de Lalla-Maghnia
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
    Notes archeologiques
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
    Simple hypothese sur les tombeaux dits Celtiques
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
    Etudes algeriennes
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
        Page 582
        Page 583
        Page 584
        Page 585
        Page 586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590
        Page 591
        Page 592
        Page 593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
        Page 599
        Page 600
        Page 601
        Page 602
        Page 603
        Page 604
    Rapport sur les fouilles faites a la basilique de Tebessa pendant l'annee 1870
        Page 605
        Page 606
        Page 607
        Page 608
        Page 609
        Page 610
        Page 611
        Page 612
    Table of Contents
        Page 613
        Page 614
        Page 615
    Planches
        Page 617
        Page 618
        Page 619
        Page 620
        Page 621
        Page 622
        Page 623
        Page 624
        Page 625
        Page 626
        Page 627
        Page 628
        Page 629
        Page 630
        Page 631
        Page 632
        Page 633
        Page 634
    Back Cover
        Page 635
        Page 636
Full Text


H


















UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES


-






















Wt .III I

NOTICES ET MEMMIRES
III* I I


SOCIETY ARCHEOLOGIQUE

PROVINCE DE CONSTANTINE
PROVINCE DE CONSTANTINE



































CONSTANTINE'.- T)pn oiaphliie ut Lilho,-inlIphie I.. Al. ,r.FT










RECUEIL
D S

NOTICES ET MEMOIRS
DE LA


SOCL!TE ARCH0LOGilWH
DE LA

PROVINCE DE CONSTANTINE


IVe VOLU',IE DE LA DEUNIEME SERIES


1870. QUATORZIEME VOLUME DE LA COLLECTION


CONSTANTINE


L. ARNOLET, Libr

,I Idu 5-3 l i
IASTIDE, LlMAr.AIRE- IiTiir.Luii
Place du Gouvernemeni


'aire-Editeur, rue du


Palais


i'.a I I.
CII.\LLAMIEL AIN.I, E-[ITEUR
30, rue des Ioulangers


1870


WnhsrM gr nerl*e UbWWe





C/ V




~ i' t


, ,-,.. ;


064A9 i 9 ,



















AVANT-PROPOS



Les douloureuses preoccupations de la pdriode quo nous
venous de traverser onl naturellement entrainM un temps
d'arret dans les recherches arch6ologiques. Le Recuteil de
I'anne '1870 se serail, par suite, trouv6 consid6rablement
reduit par rapport aux publications des annies prc&ldentes,
si quelques membres de la Societd ne nous avaient offer
des travaux pr6par6s antirieurement et don't voici l'Hnum6-
ration :
o10 Histoirc des villes de la province de Constantine,
- GIGELLI par l. L. Charles FinAUD, interprbte de
I'armde d'Afrique ;
2o Rectification d'une panic dte ma traduction de
I'inscription libyque de Lalla-Maghnia, par le docteur
A. JUDAS;
,o Notes archdologiqucs, par M. le commandant PYEN ;
4o Simple hypothisc sur les tombeaux dits Celtiques,
par nM. OPPETIT ;
50 Etudes algerienncs, par le capitaine VILLOT;










0Jo halpport sur les Iouilles faitc.s a la basiliiiico de
Tcbessa peindain I'nliii 1870, par ol comimaiidant
CLARIN VAL.
Une liciureuse fl'tluIne n ous a mi s A Inme dei metireC au
j.ior une elude do nioeurs, travail do longue lialcine d(
M1. le capilnine Villol, notre no0 V\'e1iu collabl.or0 l,',ur.
Cet ouvriagc, raisonni el didacti(jic (Iqant an fond,
i unit Ii l'\'vaniLa, d'une lecture renilue f icile par un,.1
serie de digi'resions hie ordlonneis, ccliii de presenter,
sons uiie fornim ol iginale, I'explose co1milet l.ds coulunmes
du pays. L'iindig.iec iiris a sa naissanlce est corniluil
jusqu'au iornbicau A Iravers Lons Ic3 acles imporlants do
sa vie.
Beaucoup dc fails Ipariculii'rs, inconiiius iLrnmeaux AIgi-
rions d'ancicnnle nJaI soii conlenus da(ills ce otivriage (lii,
nous I'csjpltons, -ia ''voraileincint accuCilli iar' nos
ccleurs.


Jan\ici 1871.















LISTED ALPHABETIQUE

DES MIEMXBRES TITULAIRES







MM. ARNOLET, imprilneur-libraire, Ai Conslanline.
BERGOT (Ic docteur), muIl ecin civil, i Conslaillinc.
BATTANDIER i, mairel de Constantine.
BORGET, recover des Domaines, a Souqi-Aliras.
CAIIEN, grand rabbin.
CIIALLAMEL (A.), librair'c-ditleur, i Paris.
COSTA, antiquaire.
CIIAMBIGE, 11notire.
DE LAS CASES (M1'jr) V, Iue tie Constaniline.
FAIDHERBE, C. J, general ie division.
FERAUD (L.-C) @, interprte principal, correspon-
dant du minisltre dl I'instruciion publique pour
los travaux hlistoriques.
FERRIE (I'abhl), curi de Brea, province d'Oran.
GILLOTTE *,, avocat-dlenseur, it Constantine.
.IOFFRE, juge, a Conslantine,
LAGRENIt~ 0. %', colonel du Genie.








VIII


MM. LAMouRnox *, consciller de pr6fccture en retraite.
LAnNOY (de) 0. ', ingenieur des Ponts et Cihassees
en retraite.
LAPEYRE *, capitaine aul 3* Tiraillcurs.
LEMOINE (Eugene), home de lettres.
Luc, propriltaire, A Constantine.
MEnCIEn, inlIrprIte judiciaire.
MEURS L, architect du ddpartement.
Ml(EVs ingnieur en chef des mines du dcpartc-
menl.
NICOLE, conservaleur des hypolhqrues, A S6tif.
OPPETIT *, Conseiller de pr6foclure en relraite.
PAYEN *, chef de bataillon en relraile.
PONT, capilaine, clef du bureau arabe de Collo.
RAMBERT, cure d('Ain-Beida.
REMOND, archilecie tie I'arrondisscmenn de Constin-
line.
STUDLEn, Oficier d;'acad-enii.
'VA.SSETTES, illIrprIet-lraadiiclcur assernentli,
Conslanlinc.
'VICREY, cminIoy' di service municipal.













MEMBRES IIONORAIRES.


MM. BEULE *, nemnbrc de l'lnstilut, professeur d'ar-
chiologic i la bibliothequc national.
CREULY, C. *, gnirail idu Genie.
DESVAUx, G. 0. g, gn6eral de division.
DULAUIlER (E.) 4, professeur a I'dcole national des
langucs orientales.
DURET (le doclcur), aire de Nuils.
JUDAS (le docleur), e, ex-secrctaice du Comil( dc
sanil des arm6es.
RENIER (Leon), 0. ,membre de I'lnstilul, a;liii-
nistractur de la bib)liotlique de la Sorbonne.
ROMEGUenRE, homiiic de lettres, A Toulouse.
TEXIEll *, membre de 'lnslitul.
ZOTTEMBERG, membre de la Socitel asiatiquc, a
Paris.











IEM IBIlES COIH1ESPONDANTS.


1MIM. UARNEOND, lirecleu r de la Maisonl cenirale, Ai la
Mason Carr6e, prts Alger.
BERTHERAND (Dr), direcleu do( la Gal:Cle IddicaIc (dI
V'A leric.
BoiSONNET (Ie Lbaron), 0. e, general d'a;rtillerie.
BONVALET, 0. *, colonel, commandant sulipieur du
cercle de Seiif.
BnossELAnD, 4.
CHABASSILsE,, g0ormetre, i Alger.
CIIABOUILLET, conservaleir ties anliilues i la iblio-
Illique national.
CIIERBONNEAU, o, oflicier de 'Universitl, lirectleii
du college arabe-francnis d'Alger.
COSTE, profresseur.
CREUZAT, direcleur de I'instilulion ie Ben-Aknoun.
DELOCHE, *, chef de bureau au Minislici t des Ira-
vaux publics.
DE\ULF, W, c, hef de balaillon du Gdiiic.
DUNANT iHeniri), *, home tic lelres, ii GenCve.
DUVEVIIIER Hentri), *, geograplie.
FOURTIER, homrne de lettres.
FROCIINER, conser\'ateur adjoint des musdes natiu-
naux, Ai Paris.
GINSnURG, missionnaire angeliqueue, i~ Algcr.
GIRONCOURT ide), 0. *, lieutenant-colonel du Gnie.
GRELLOIS le docleur., 0. *, secretaire du Cormie dce
sant( des armies.
IIARAMBOURE, allacHlt au minisl6re de I'inlriieur.










M131. JolERTL, jiug e de aix.
LANGLOIS (Victor secri'taire de la Sociili, oriientale.
LAI'ASSET, C. 1t, geiidral tIe division.
LAU.x iIEA ins[iccleulr des 1 jb inmeills civil,, it ilU cllli;I.
l.ETOURNEUX, coiisciller tI la Cotii (I'Alger.
LEIlEZ iiinilliellr on cilel tid ,s Poenis c. C alil s(.'a,30
'it Conlstatliln]e.
LECLEI:C L.), i nli0cc ill lilnjol' (Ic Ire cl;ascs .
ITCIILIN, -, conse,COn 'saCIlell'r les eaitx 01 1 ts, e

LOnt, avotit il i Llijon .
BlAnECrrAL, 1 c pitaio till l i Gllie, CiieCl l COit llillco i n-
t(ant supi cricur (ie SoiOrj-AliirS.
MEULEMANS, lc10 11110m tie 0leti es :1i ruxclles.
MAlLIX, cailaiine nll 3e Zou;nves.
MILLOCIIIN, ii, diiec(Oill tlIs D[)ii'tiil cs, tl lIb is.
M oL.. Cl arlc's-A\ Ilg.), Cizl' l atitit; I lt dtl (G; lie.
40. AlM c-C.i.nTr, .:-, conser\'vateur de I bilJliollh6e& uc cl
tll musIc d'Aler. ,
POULLE, itlSpectlne r Iles DO.'i:t ti i s, A Conslaiailtille.
ROGcI:: J. conserve' alleur In nil usce tI Phililippe illu.
R)OuFFTr (I';ibl)c, atimnniucr :I' LuamrnC's.
SAclior (OcLave;, lio ninic dc lellres.
SAun EiT, v'drilic. atu' decs Doma1ines1, 'i Aix.
S tniziAT,, @ clief ti bnalaillon.
ViTAL, 0. @, nIeciCn principal e.n r'etraite.
ViVI:EZ, ., iiislpeclciii' iles DonliiileS.
1W\ATrlEDuL (Er nest), clicl' de Lburcla it la i jp'lelfctur
ii'O 'rn.
VANVILLiJE (d', $ coi0n inndani.













MEMBRES DU BUREAU.


Composition du bureau pour l'annee 1870.

President : M. BATTANDIER, *, maire.
I'r Vice-president : N. LAMOUROUX, c, conseiller do
prefecture en retraite.
2e Vice-prdsident : M. MEURS, t, architects en chef.
Secretaire: M. FIRAUD, t, interprite de I'anrme.
Secretaire-adjoint et charge de la bibliothIqu :
M. VAYSSETTES, traducleur asscrnient6.
Tresorier : M. REMOND, arclitecte.






Commission charge de 1'examen des manuscrits.


MM. LAMOUnOUX,
POULLE.
FERIAUD, Y,
VAYSSETTES,


*, president.


supplant.








IIll


SOCIETIES CORRESPONDANTES


Institut arclhologiquc de Rome.
Soci6tl naiionale des Antiquaires de France.
Soci616 historique d'Alger.
Socidtl archl ologilqu e de 'Orlanais.
Soci6ti d'dludes scientiliques e arclitologiques de Dragni-
gnan.
Soci6it naliunale l d'agriculluric, scieiices el arls de Valen-
ciennes.
Soci6C6 archdologique de Cliercliel.
InsLilul d6gplien.
Soci616 des Antiquaires de Picardie.
Socidt6 national d'agriculture, sciences et arts d'Agen.
Academic d'llippone.
Soci6l6 arclehologique de Sens.
Soci6~t des Antiquaires de I'Ouesl.
Soci661 des Antiquaires de la Morinie.
Comile llamand de France.
Acadniie national des sciences, inscriptions el belles-
Ietires de Toulouse.
Soci6tl d'( mulalion de Montbeliard.
Sociltd lisloriquc el archdulogiquc de Langres.
Acad6inic du Gard.
Socitel des sciences naturelles et arcli ologiques de la
Creusc.
Socidtd des Antiquaires de Normandie.
Soci6te d'ethnographic oriental et amnricaine.










Society acadrnmiquc d'aichiiologic, sciences ct narls du d6-
parlerentnt d I'Oise.
Soci616 d'arclieologic eI Corniti iiu inus~e Lorrain,
N a i ic y.
Soci061 iiSoiqiqiio do Casi res.
SociC6i6 arclit~ologi tic, scilewiliquic ci li(1iaiire de I3ziers.
Acad6imie des sciences, :igrictillure, arIs ce tlelles-Iolcres

Iiistilu do France.





SociCI.61e ai1cit ologiriie, ui iI Scic 1 6ii ii d
U110 (ILS SOS fl:1



0i1W i IitiU ic'M I c ii inin11 s.
Sociii acliW arh6uloiiie et hiislcrique tcIa Chaionline.
SuciWiC scicnhii'Iibe Ci liiiai'o de Casires.
Sucieb1 des Anulinjajices do Loii'recz

0Oci6iW duS sce .I bo'IS-lotHi'l'S 01 aikls Ili \'iir

'lIlii iii Ciii
Socili'6 aicli6ucioniuo At lisloriquue dlu Limnousin.
.Soci6i ai clhologicluo do I. rTouraine.
S ocCi6 d U! LIPo, i pi 6 ljo, 1 Pi
SociW p ii Nollull (Iitiei dii Moi l'iaij.

SocitWI Eduoiso 1110.

Socil6ti iprialu ai'clidulugi'juo do Si-rl hO tirg
Socifi' ie d';irchdologic, sciences ct arts doe Mclon.
SociW- ties sciences hIislorinques c1 naluielles tid I'Yonnp.










Soci6l6 des arls et d'agriculture dleLille.
Soci6li archlologiq(iie de I'arrondlissement d'Avesnes
(No rl).
AcaddnJ ic natioin:iie ile reeiis.
Socielte I'rancais i: l; n mis lisiuII Iiie lot '1irclieologie, A
Paris.
Socit~ ', inlil)6rialIl det g6ogri;illi e tie Vienile (Antriclihej.
Socilti d'arclit'-ologie du dI6partement dl Seine-el-Marne,
i .11clun.
Comiil6 d'arcliologie ani'ricaiinc, a Paris.
Soci16e de stalistiqIne de Marseille.
Socild ,Ies letires, sciences el arls dIs AIlpis.\-Ma itlim s,
Ai Nice.
Socit l li istorijue C tl (iChel it BA iirei.
Ac:,,nli iie ,Ii SI'.:nisila it N;lnc\ .
















HISTOIRE DES VILLES

DE LA PROVINCE DE CONSTANTINE

PA R

L. Charles FERAUD,

lolerprleo de F'armie d'Afrique.



Sparsa colligo.


L'ann6c derniere, en publiani la inonographie de
Bougiee,nous avonis announce a nos leclcurs qu'une ~lude
du meme genre serail consac6re A chacune des autres
villes de la province de Conslantine. L'n:cueil favorable
fail A notre premier travail esl, pour nous, un puissant
encouragement qrpi nouts engage a persev6rcr dans la voice
que nous nous somines trace, laquclle est suflisamment
d6linic par les ligncs suivanles, emprunties i la preface
de notre hisloire de Bougie
c Dans la plupart des nos villes alg6riennes, les homes
chez lesquels s'est 6veill1 le e dsir el la curiosild bien na-
turello de connaiire Ie passe lii pays ou la doslinee les
a places, sont g6n.ralement privds des resources litt6-
raircs que la im6tropole ofnre en si grande abundance.
Conslantinc, elle mnide, chef-lieu de notre ,province, si
largement pourvne que puisse Otre sa bibliothdlquc mu-










nicipale, no possede pas encore son hisloire. Personne,
jusqu'ici, n'a eilrepiris il'ein laiblir la cliaine ik pen pr6s
comipletle Ce deli;ill( ; les 6 lelents en so ,l 6p rs a lins
une serie de |iullic:,iiois sli'ciles, souvent. Iirs r' es,
apparl'nant a;i domain die I'iruililion el qui ne sont, a
vrni dire, conniies que dlio Ir6s pen de miondle; il faul,
pour les rassembler, avoir le liuisir d se liver a de
nombrouses el palienles reclierches.
D J'ai enlendn beauconp de gons se plaindre de f'absence
d'un livre accessible i cliacun, conim lln e i consulter el
reunissaint en nAme temps, sur lei' pairic d'adoplion,
tout cc qu'il leur imnloi tail de connailie. La Socil6i Ar-
cheolrgique de la ip'vinlce de Conslanline, qui s'est im-
pos6 la laclie e de rcucillir et de livrer A la publicile tous
les f ilts aiitlieniiiques ponvant jeter qluel(lint lumieire sur
I'histoire locale, tieil anssi A hoinneii r d( r4pionilre au
desir inanifesie, el nous .usons ecpere'r qu le e projel q(u'elle
a conti, loin d'elle consiidr16 coilnme i'prematur6, sera an
contraire ace ,illi avec sympailie.
) Une oenvre de celle cienilue, bien qu'elle se compose
de nombreux extrails des nieilleurs ouvrages d6jA publi6s,
ne peut s'improviser en un jour; mais il ne d6pendra pas
de nous qu'elle ne soil achcvie dans le plus court d6lai
possible. Sans aucune pr6tention au point de vue liltt-
raire, elle aura neanmnoins, pour les habitants du pays,
le merite do son utilii6.
) Notre role, pour le nmomen, se borne, reiptons-le, Ai
grouper etl coorilonner les Iails; celti dles rulurs histo-
riens de I'Algtrie sera de les juger el d'en tirer des vues
d'ensemble. p


- :12









Hier nous parlions de la ville de Bougie, nous gallons
nous occuper aujoulrd'hui dc cell de Gigelli.
Tout d'abord pr1venouns une question que I'on ne man-
quera pas de nous poser, A savoir, pnurquoi nous ecri-
vons cc nom : Gigelli an lieu de Djidjelly, orihogiaplie
gIndralement adlople dans ccs dotliei's temps. Je r-pon-
rrai que c'est par la raison qui a consacr6 cells d'Alger,
Bougie cl bien u'auitres, an lieu dle Aldjer, Bodijie. come
1'auaient exigc les rcgles adoplecs p;r la Commission
scientifitiie pour la Itanscripilion en 'r;rncais des Icle res
tie I'alhliabet arn;be. Noire mani6re se rapproche davannlage
de la prononciation indigine et dlu nom primitif de la
colonic romaine d'gilgili; elle a surloutl I'avantage de
simplifier Ic mot (iui, tdu reste, ne s'crivail pas aultrem' ent
au commencement de note conriqile, ainsi qu'on peut
s'en convaincre en consultant tous les documents oliciels
de cetic dpoque.
Au moyen a'ge, les navigaleuris dle la MWditei'an6e l'ap-
pelaient Zizeri,- Zigeri, Gigeri on enfin Gigeriry, Gigel
cl Djidjelly.
Quanit I'. limologie du nom antique d'lgilgili, il nous
semble bien diflicile de la fixer. II existait en Palesline
une ville de Gailgala ou Gilgila, oi Saiil rtl saluei. roi; une
colonie 'lIsradliles, 6migirant sur la c6le il'Afrique, aurait-
ellc ,lonnc, an lieu oii clle vini s'elahlir, Ic nom Ide son
ancienne pal rie ?
Ou bien, encore, pourrait-on admettre que le nom an-
tique Igilgili (16C ive (ii mol berbcie ., Ir'il qui si-
g'ifie colline. La configuration dii pays qui avoisine Gi-
-glli, se prete assez A celte supposition ; le nmo r6p616
I'i-lr'il est employg.dans Ic language berb6re usuel pour









-4-


indiquer une succession de collins. Or, par suite cf la
permulation de deux lettres, Ir'il-Ir'il, serait devenu lgil-
Igil, puis Igilglli. Ce sonL des hypotheses trop ardues,
que je n'ai pas la hardiesse d'elucider, mais que je me
borne a signaler.













,--.,




GIGELLI






Dans la nuit diuu 1 au 2 nofiUt 1856, vers 10 heures,
une violence secousse, accompagnee d'un bruit soiulrrain
semblable au groiidement du lonnerre, sc lit senlir dans
la pelile ville de Gigelli, el presque toules les maisons
fu renw bbrauiies lpar ce premier choc. La mosqliie, la
vicille tour gnoise et plusicurs inaisuns s'kcruulerent
avec fracas. La nier se retira A une grande distance, pour
revenir aussit6t sur elle-ni~nie, remiplissant Ie vide qu'clle
avail laisse, avcc un mugissemenl formidable. La com-
motion avait durit 40 seconds. La population 6perduc sc
precipita hours (des murs, 6prouvant avcc lerreur de nou-
vclles secousses qui, lhcurctuseinIe, ne causerent aucun
nouveau desasire. Quelques individus perirent sous Ics
dccombres.
DejI, le lendemain, on rentrail dans la ville, reassure
par le came qui commenuait i se reiiblir, (quand, vers
midi, une secousse encore plus violence, beaucoup plus








-6-
prolongee que celle de la veille, accompagnCe de d6lona-
tions soulerraines proiluisant dle profondes crevasses dans
le sol et faisani bouillonner la nier, Abrania de nouveau
la terre. La destruction, des ce moment, filt tol;ie, cl
un iinmmcnse nuage dc poussierc couvrit dlirin voile fune-
ire ctlle scene die desolation. Quand la secousse ful ter-
minee, pas unc mason ii'6lail debut.
A partir du 24, mnalgre de foibles secousses, la confiance
revini. On s'occupa du sauvetagc, on travailla A rI6difier
une nouvelle ville en construisant des baraques en bois
hours tie I'anicicnne enceinte, sur I'cImplacement des j;rdins,
et, en altendant, toute lin population camp sous la lenie
comnme la troupe.
Pendant plus d'une ann'e, les secousses fureni conli-
nuellcs el meme journalieres ; dans les premiers mois qui
suivirent la caiastroplie, 'lles se reproduisirent plusieurs
fois par jour ; puis, petil ;i pelil, elles s'athiblirent pour
ne plus reparailre.
L'hiver de 1 A56 a *1857 ful Itrs rigoureux ; on se le
rappelle encore, nous disait nagueres on t1moin oculaire;
des lentes, des gourbis 6laient nos demeures, que le veni
ct lh;i mgrle enlevaient quelquefois; devani nous, nous
avions dles janlins, des fosses, des ornieres et de la boue
enfin sous nos pieds ; la levre venait aussi de fire sa terri-
ble apparition, fievrc Icnte, intermittenie et qui causa de
lunestus ravages.
Eh bien avec de pareils encouragemenis, les habitants
crierent rapidemnent une nouvelle ville; avec la seule pr6-
sence dii commandant superieiur, Ie colonel Robert, qui
sc mullipliail el don't la inrmoire estl encore a la presence
de lous, ils fonderent le moderne Gigelli; et avec I'`nergie







-7-


ei la pursev&rancc ilont sonl .dorns nos Aligriens, ils exe-
culcirent, el poenlC d lemIps, CC qu'llIn callaclysme, ce que
des siecles souls peuvent il61clirie.... nie villa !
Voilai quelles soul los causes rlui foul quone igelli pre-
senic auiiourd'lIui iCleux aspecs bioin IraInclls : cclui le
vicille ville ni al)e, trminsl'oriiIc.! ,n cilt lelle, el l'ailtre d ie li
r'cenle cild l'ranciiisc, (liii s'el;ale co ic'letpment sur l;i plage.
La ville air:il. 61ail assise sur le bord i le lia mner, et.
occup;iit uine )presqII'ile roc.;illuiiise, de 4',000 .OO mlrcs
carrIs de superlicie, doii-lai liilour iii-dessus dIl niveau
des eauix, va\ric eillire el 9 mielcs. La, ipresqlu'ile cst
reu li I't la l rre ferinl pai r p i i isllime t'0orl bI s, iwe ilo-
miiiii il d pi S es l i ilehl ilurs voisil es ; lle st allijoilrd'hi i
exclusive. inieiil ;ii l ca 2lo i iiirlii'; inm ili.aire ou, p[ ir 11 e
plus ex;icl, -'i la ciladelle, forliliet sillr lout soil ioui'loiir
pair uti renlipj;rt ti d s hbistioils bc ( co iis tulir iion recilce.
Dans coli eonceinl'l exislcnl: PI'llel lu coimmiin'llant si-
p ric'iil, les casernies, I'liopilal ot lIs m;ig;isins Id I'adili-
nistrailiin. Ces 61ilice li'OiIll plus pil'iili rez-dle-cili.iss ,
I',lNage s611 prieni i 1ii ls sinl inoiilil, \aNint id ramnver'sc
par le Irembleinmnt de icrre die i1SF6.
A l'arr'iv fie lc nos troupes :1' Giglli, 12 13 mlai 18.19,
il ne ri'staiil die la forlilicalion dio I' iciniie ville tin moven
'igc qu'une lour canr 6c:, la niiiaille g6noise quii fcrmiil
I'dl'anglerneiil do lia presqn'ile at deux relouris de clii:tle
cole, d'uie Irenlainei dce iilirs ienviron. Cos murs aliienil
en fort n;iiuv'ais elat ci presleiunii.t l'enormes briclies.
Do I'tiw eine ro iitine, i i ii'exislilt q(ij1 les fondailioiis
Oil qiiueilics illisses infIlo irieis q(i l;i iO l'r n'iivail pui at illn-
d!c el roger, Gigtitlli in'6uil plus qii'ine villc luirque,
c'G --dirle lie rui'iie.









Po.....,,~ur lager les troupes.;, qui venaient de prendreyeils-
aessibn de la ville, on dut clever six baraqwes sur le.. d
de.la mer, A I'endroit qui prit le n:m ide quai Baqtbercuime,
et dans ine kasba irnprovisee, oh se trouvait la I&.rce
Napoleon. Un h6pital provisoire ful install sur la .plce
dile Lemercier.
La ville uine fois occup6o, on chercha A se rendre i;dIre
de la plage S. E., Ic long du port et de la petite pirne
en avant de la ville, of so trouvaient les resources 'en
eau, quelques parcelles de terre pour la culture du jar-
dinage, ci, enlin, I'air lihre pour nos soldals. La oenfigu-
ration du terrain environuant permit d'atteindre facile-
mcnt ce r6sultat.
Le (jebel Aiouf d'un ct, et le lKorn el-Djebel de l'autre,
forment un entonnoir, doni i r'estait A former les troupes
et A dfcendre les approaches. Sur la crdle la plus avanere
de celle derniere colline, on 6tablit le fort St-Ferdinrmid,
construct sur les ruins d'unc tour hexagonale oh le due
de.Beauforl avail, en '1664, son post le plus avanc6. II
est a 234 metres au sud-oiest d'un r6duit en magon-
ncrie dlev6 par Gadagne, lors de cette meme exp6ditioin.
CGest l que fut livr6 le combat saRglant qui obligea
Gadagn e battle en retraite.
L'e.nplacement du fort St-Ferdinand (pr'nem dewc
d'OrL.ans) jonit de pprorip:ls militaires fort importaites;
il assure .la possession de cemic collie, don't ii voit les
penles come des glacis; il defend bien Ifa trout e'iesre
le djebel Aiouf le Korn el-Djebel.......
SS:ur le djeabel Aioul, on construisi deu.w a utres Le..Es;
le i:pmier sur des magonneriesten ruine, fut'appei i :rt
Galbois, du.,,,nom du g6ndral qui commnidita a aa .0o-







9-
vii. O, donna ie nom de Ste-Euginie au seeood,
co:mme un hommage rendu a la lois A la fille du M t
,ldAe et au commandant de Salles, son gendre, qui venait
de::,faiire la conqudte de Gigelli.
Le. plus important des outrages qui furent alors 6tablis,
est le fort Duquesne, au board de la mer, sur ine pointe
rocheuse, don't le nom rappelle I'illustre admiral qui, le
premier, il y a pros dc deux sicclcs, fiL flotter ie drapeau
Irainais sur celle plage africaine.
AAii ie. fort Vale, plac6 sun' une plate-forme de la cr6te
ftvanc6e du djebel Aioul, vers la mer, compl6tait, wvec le
fort Duquesne, la defense de cetle line. A moiti6 distance
du fort Val6e et de Ste-Eugenie, on construisit une maison
crinelCe.
Au nord-ouest du fort Galbois, sur une pointe escarpee
qui, en se dtlacha-nt du djebel Aiou, s'avance dans la
plaine des Beni-Kaid, on 6leva le lort IIorain (en souvenir
d. commandant Horain tu6 aupres de l'oasis, au pied du
djibel Ai'ouf). Tous ces posies formaient, ds ,les premiers
jurs. de notra occupation, un vaste camp retranche qui
.avail la ville arabe pour r6duil.
:,,Des que notre nouvelle conqu~te se trouva dans un 6lat
suffisant de defense, de grands travaux fu-rent successi-
i.isontL entrpepris pour assainir la vicille vile arabe gt la
reliever de ses ruins. Les maisons de I'ancicn Gigelli, au
nei~sre- d'une centaine environ, n'ayant la plupart .qu'un
rin:-de-tsiuss6e autour d'une petile court ini6rierire;, 'laient
dnms un ltat piroyable, sales, noires et infectes. On en
atitiL qutelques-unres pour le percement des nouvelles
Ma~iiii Flaeesures I'urent p~ses poor force les habilants
,i.i.ii .till Ielts ,iers, A tlranchir leurs








10 -
demeures elt les lenir dans un 6tat de proprelt conve-
nable.
Bien que Gigelli ait 61e le premier point ob I corsaire
Barberousse, avcc les trois cents Turcs qui l'avaient snivi,
prit pied sur In terre d'Afr'ique, avanl d'all cr cr6ter i Alger
celle puissance formidable qiii a resist pendant pils de
trois si6cles aux tlaque s des divers e6als de I'Europe,
il ne parait pas que le gouvernement tie la R6gence y ait
jamais laiss6 de garnison permanent; il se contentail
d'y envoyer, plusieurs foil, claque ann6c, deux seffaris
(46 hommes), don't la s.'ule mission semblait 6ire de sur-
veiller les movements du port, c'esl-a-dire le commerce
d'exporlation o d'ech;ange qui s'y faisail. Aiissi, en '1839,
nous n'y avons trouv. ni Turcs, ni lioulouglis.
L'occupation des Turcs 6lait restieinte A la ville tie
Gigelli, e ils n'avaient aucun pouvoir sur les tribus des
environs; ces derni6res edendaient mime leurs cultures
jusqu'aux portes de la ville, de telle sorte que la popu-
lation de Gigelli ne pounvil sortir du rocher sur lequel
elle l6ail refoulee, que pour 6cumer les mers. On sail
assez quelle 6nergie el quelle activity elle d6ployait sur
cel 61iment, et quelles ressonirces elle sut tirer de la pi-
raterie, a laquelle elle seiblail vouie el par le manque
de terres de culture, el par la matuvaise intelligence qui
r6gnait entire elle et les trilus voisines.
Mais il est bien strange de rencontrer une ville peupl6e
de w2,000 habitants qui n'ail pas une banlieue autour de
ses murs, dans tn pays surtout oh la plain est asag
vaste, ohi la terre de grande culture s' tend, belle et l,,r-
tile, planss un large bassin, domin6, il esl v'ri, pa.. us e
ligne circulaire de haules monlagnes, mais.. A .Uf8rie d^is-








- 11 -


lance assez Oloignke pour permeltre a une population de
s'y etablir et de s'y mainlenir.
Un dliit de closes si ;normal n'a pas lonjonurs exisle, et
ii est inltressantl de recliercher ls circunslances qui I'ont
amen6. Or, les investigations ct les u s 6tu que(i j'ai files
sur ls lieux, ni'ont fourni dies donhles positives sur I'affec-
tation des terrains qui eniouuent Gigelli, pendant les
si6cles qui oni pr6cdile el suivi I'occupation g6noisc.
Sous la dominalion romaine, Gigelli s'6tendait Ic long
de la mer, sur une parnie des emplacements de la nou-
vello ville. Les pierres de laille, les nombreux trongons
de colonies, les vastes mosai'ues et les ruines de toute
nature que Ics d6blais, A uin mdtre du sol acluel, nous
rv6elent anjnurd'lini, conslaleni, ne pas en outer, lue
si les Romains occipaient la picsIlu'ilc, ils avaient aussi
des 6clblissemenis fort imlporianis dans la petile plane,
surlout dans la partie qui avoisine la mer; plus loin, et
cn remontant vers Ic colean des blockaus, c'6laient des
grains et des maisons de plaisance. Au moment de la
decadence dc la donmination romaine, et pendant les
guerres des peulles berhlres avec les troupes byzantines,
les \andales et les Arabes, il est difficile de dire ce que
de-'inrent les environs de Gigelli; ils durent subir le sort
de louics les orrics conquises, et passer alternativement
des vaincus aux vainqueurs.
Pendlant cc temps, ou le torrent envahisseur avail A
luller et conlre Ics lominaleurs, et conlre le peuljle in-
digeine, qui Lanlt6 servmilt e tantbt comballait ses anciens
mailres doni Ie joug lui diail olieux, niille domination
ne s'6iablil d'une manierc (Iurable, et In propricle du
sol resin suspendue au sort des armes.














provinces tie Constanline et de Uougie, nous trouvons quo
Yahia-lbn-el-Aziz, dernier des rois de celte dynasties, poss4-
dait h Gigelli un chateau de plaisance qui, d'apris ce que
rapporte lbn-el-Atir dans son Kamel, ful detruit compl6-
tement, ainsi que la ville de Gigelli, par les Siciliens com-
mand6s par Roger 11, vers *1143 de notre ere. Les ruines
de ce chateau soni encore apparenies sur le plateau Galb:s,
etloccupent uii space tr6s etendu.
Quand, plus tard, les Genois vinrent s'6lablir a Gigolli,
les Berberes descendirent de leurs monlagnes et resseio-
rent les 6Lrancers dans un cercle 6troil, que leur petil
nombre ne leur permellail pas de force. A partir de ce
moment, les Berberes devinreni mailres de [a plane. Bar-
berousse, apres avoir chass6 les Genois do Gigelli, ne fii,
rien pour repousser les Berberes da.ns leurs montag es,
ou ne put pas y rcussir; el si le due de Beaufort p't
etablir un fort snir le djebel el-Korn, il ne parvint pas A
les eloigi-ner. Dans un lemips plus rapproclh de neus,
Ben-Argiba et le kaid Ben-Aziz, dissent les indigenes de ia
localil6, abandonnhrent anx habitants de Gigelti le djebel
el-Korn pour un cinjeiibre, et le versant est de celte
colline ne larda pas A jl-re subdivise en autand,-ite-fi"'-
celles qu'il y avait de families qui ensevelissaient len~s,
morts. Pendant les premieres anades de note conq'uitim
les t~ibjs des monta gnes ren-ouve\erent,,eurs excuriill
d~as,4a lJine eljusques sous s l mie ni de, uiiili, S:itus
intent presque enfermn da&s Ilaglce .J,,iis*fl iem,








-- 1g -
la ,igne,,,,e Aatre, d e.nse s'agrandit, et, vers 1845, nous
piaes..-occtipor la partie du icrriLoire comprise entire Ia
JeInlr et in lig-ne des blockaus. Elle fut r6partie entire les
dilferents cor)s tie troupes de ia garnison, les officers
eL,,,,les p repo-ss des administrations, et, )lus tard, vers
1A849el 1850, cc qui restait Cut concede a divers habitants
d il a localil6.
Cet elat de choses subsisla jusqu'au moment, ob, les 21
et 22 aout -1856, I'ancien Gigelli fut d6truit. L'autorit6
vil dans cole catastrophe une occasion de fire transf6rcr
la ville nouvelle sur I'emplacement des jardins. L'ancienne
6lait d6jit vacuee; on profit de la lerreur dans laquello
6tait plongde la population, pour d6fendre de reliever les
ruines. En nmnie temps, on faisait dislribuer Lies lots A
bAtlir; puis, dlonnant anx uns des encouragements, aux
aulres des facililds, au moyen des secours que le gou-
vernement avait affects a eel usage, on imprima une
impulsion dtonnante aux travaux (l'dification de la nou-
vclle ville. De son c6t6, le service du genie se mit vive-
moe t AI'oeuvre ; il ouvrit et aligna les rues, les borda de
Irotloirs, plania l'arbres cells qui pouvaient les com-
porter, ainsi que les places publiques, et nivela le terrain
de manidrc A Ie rendre propre ; recevoir des cons-
truclions.
Tous ces travaux firent que la population europ6enne
s':~lea, dans 1'espace d'un an et demi, de 450 a '1200 hahi-
lats (0I).
Siur l'emplacement des ancions jardins de la garnison
~,a d'u marais, jadis fangoux et felide, s'l6kve aujourd'hui
4Snowrea:e Gigelli, qui ofi'e aux regards tn aspect des
Enll,,S mis par notw, confir~r el ami M. Poulle.








-44
plus riants. Figurez-vous an delta coup, en tous sens,
par des rues droiles, bord6es de plalanos de in plus ...ei|ale
venne, ldes groups de riantes petites maisons disposes
en 6chiquieir, dtes jardins einaills de flours et de bosquets
louffus, don't une tace est baign6e par la mer el I'autre
adossee a une colline lapissee dc verdure, de caroubiers,
d'oliviers ct de mnyrlbes, au sommet de laquelle s'6leve
Line lour servant A la fois d'horlope el dte smaphore pour
signalur I'apiiroche des baleaux A vapeur venant d'Alger
on de B6ne.
Plus loin, s'. lvent ides delages successils de collins, aux
forms capricieuses, avec celle i;iarminieuse comnbinaison
de coteaux verdoyants, de bois dclielonn6s les uns au-
dessus des autres el de gorges iroites el profondoes,
replies d'une v6g6lalion active. L'atleniion s'arrele, avec
un extrimre plaisir, sur tons les details de ce ravissant
paysage, brilliant ie rice en cuulenrs, qui s'6lend a perle
de vue, depuis la plage oi ecurne la vague azure, jus-
qu'au sommet du rideau, si piltoresque et si mouvement6,
des montagries de la Kabilie oriental, couverles de neige
pendant la majeure parlie de l'annee.
On a eu l'heureuse pensbte ie donner anx rues el aux
places de la nouvelle ville des norns qui 6voquen les
souvenirs du pass, elis que : place Louis XIV, rue des
Gardes-Francaises, de Picanelie, dIe Norrnandie, de Navarre,
des Volontaires, ou bien encore de Gadagne, de Vivonno,
de Castellan, de la Guilloliere, de Monigimont, ie Haute-
feuille, de Lionne, de Paul, de Marsan, et autres, rappe-
lant, aux habitants du pays el aux tourisles de pasissae,
qu'il y a plus de deux siecles,-nos soldats posrenifljt
une premiere fois le pied sur celle plage afuricaim .n
pendantla m aje re..............n.e








- 15 -


Plus favoris6e que plusieurs autres centres de popu-
lali)on, ii'eiiserre line ceinture nalurellc, Giglli a l'av;n-
Iage die p) iivoir so dcveuloppcr facilement lc long de la
plage el suir ICs colc;ix 'i piienles douces dlcs environs.
La ville acluelle est Ipprov\isionn6c en can pa;r les sturces
reenceillies an pied (lu dljuhel Aiouf, donn;int en mnovenne
un (licbil tie 47 litres ~ la minute. La coniluile et le clhi-
(eiuti ul'eau furent c.xecues par le Ge nici mililiire, en 18414;
plus I;iitl, en 185'2, on irouva dil nouvelles sources sur Ic
l;inc tie la mnoiiiagne iles Caroibiers ; on les arn6migea
iour les amener au r6se voir ile 1'oasis. Du rest, aujour-
('huni, des puits onl 16 crcus6s dains la plupart des mai-
sons de la niniiv Llle \ille.
11 ni'exisle encore ni 6glise, ni mosque, pour' ,es besoins
des culles. II I'uil espdrer Iqun l'on piourra, dalns un avenir
procli;nin, song r -i' coistlruire Iune glise0 el unre mosque e,
r6eclami6es a'ec inslaiice par les liabitants. Jusqu'ici, le
culLe c;tholi(iie n'a La sa disposition qu'une pauvre bara-
que en plaiclhes vernmouluies, donrnant acc6s i tous les
vents, le soVle q(u'il y r6gne un froid glacial pendant la
mauvaise season cl une clialeur boulllancl pendant I'616.
Des I'annei'e 1S5', les troupes disponibles de la province
fureni employ6cs 'I ouvrir une roue mulrennlie el strald-
gique, pon'r relier Gigelli ;i Cosltanline; ce premier tract,
d'une ITungiieuo' de 1'27 kilominres, passait par :
L'otuel Nil, Chali;lna, Fcdj-el-Arba, Fedj-
Bai'nen, Mila et C'1nslantine.
Des bonlljs ou caravanserails, 6 aient conslr1is sur les
deux points imorlaiiiis de Clialtina ci de Fedj-cl-Arba,
pour servir de giles d'6tapes aux voyagours.
En 1856 ct 1857, les troupes sous les ordres du general











et Ctiir, en passant par le r'edi-'Tbairen. Un pont amr6e
ricain 6tait jetI sur I'oued Missa, infranchissable, jus-
qu'alors, pendant toute la saison d'hiver.
Mais, ces voies de communication de la premiere 6poque
sont, aujourd'hui, insuffisantes, car Gigelli est appele A
devenir un centre commercial encore plus important qu'il
ne I'olait au moyen zage, lorsque des routes carrossables
le relieront A Constantine et A Setif; c'est par cotte ligne
que s'Acouleront les productions du fertile bassin du Fer-
djioua et des tribus kabiles de celle region, qui, par rela-
tions et habitudes traditionnelles, frHquentent le march de
Gigelli. Esperons, pour le bien-6tre de celle locality, que
ces travaux s'ex6cuteront prochainement (1).
Les richesses naturelles que poss6de le pays consistent
en minerals de fer et de cuivre, en forlts de chdnes-liege
et de chines-zan, en mines de lignites, en pecleiries de
corail, en cire, en huiles et en grains, de6j trcs estimbs
sur les marches de France. Du rest, que dire d'une ville
qui, malgrr I'absence de travaux publics, a pu, en 1864,
exporter des denrbes pour une valeur de plus de deux
millions?
Dans son travail sur les ports de l'Alg'rie, M. Lieussou,
inganieur de la marine, parole ainsi de Gigelli :
a Le port de Gigelli simun par 30o25 de longitude orien-
tale el 36050 de latitude N., sur la c6te alg6rienne, presentd
un bassin demi-clliptique, d'une ilendue de 50 hectares,
don't I'ouverture a 1,000 metres de larger et faith face au

(1) Le Conseil general de In province, dans sa session de -4wa 'iMis
le uii::,,qu'i!;ne. squnme de 200,000 fr. soit ai rie..L & P'ouniarne de la
route entire de Gigelli h Constantine.
H.








- 17 -


sul-esi ; il est fermlc au norl-oCest par une presqu'ile
rocailieise, siir laquelle est clablic I'ancienne ville; il est
d6fcndi dl la mer du nord ipar ine line de r6cifs de
900 ietres de longueur, qui, partant de na poinle de la
presqu'ile, s'avancc come un mile vers I'cst. L'enccinle
,lui por, viics l: suii-ouosl, esl former par une grande
plage, en avant de I.l:q;iiille s'6lenld uine zone de pciils
fonds qui r6trccit beaucoup l; paIric navigable du bassin
cl renid Ics d l)anr(clulenlens diflicilcs.
O On imodiille hiis le porl (Ie Gigelli par 10 A 15 m6tres
d'eaiu siir un fuiJ dc sable eI gra'vier, dans le sud-ouest
du phi're, de iimanii6re i feri er I' exI C ini' 6 est des r6ci[fs
par le cap 1 lougiaroni. II est tenable pendant la plus
grarile par'lic de I'anniec, et n'est langereux qu'en hiiver.
S.:. proximity de dBougie enleve ai Gigelli loute in-mor-
lance milila:ire. Sans ce voisinage, la crique de Gigelli,
qui offre des dispositions asscz favoralles pour la creation
d'un grand port. anuail pu levenir I'une des principles
positions im rilimes de la c6le d'Alg6ric; elle ne scrap pro-
bablement qu'u n port secondaire, succursale de Bougie
en temnips de paix liou do station pour des corsaires en
temps de g.uerre.
Quoiqlu'il en soit do cllte opinion dii savant ingdnieur,
nous pensons que, lors(qu'une jel6c parlant de 'cextr6milc
de la presqu'ile entaboulissant I'ilot dlu phlare, aura
ferin6 lus vides interm6diaires exislant enlre les roches,
Ic pelit porl de Gigelli, abiilc des lors des vents du nord
e nmuni d'un v'asle quai, lpuurra satisfaire aux besoins de
la navigation el tu commerce local.
On peut distinguer a Gigelli, detux saisons : celle des
pluies et celle des chalcurs. La saison des pluies s'ouvre
2








- Is -


en novembre on en n dcembre; elle s'annonce ordiniire-
nienl plusieurs jours a I'avance, par I'accumuilalion de
nuiages somibres (lii olicurcissen le i cieelel qi laissent a
peine eckhpper que(lqnes guulles d'cau. Mais bicnl61, les
pluies s'teiblissent; elles tomi) nt alors par lorrenls, pe-
n cirent i;p rtoul ;'i travers les rnoinllres lissiires; on quel-
ques hell'i:-s, les rivirc\ s dles environs .S'emnilisseni et de-
Ibordeni. Avec ccs fuores pllies, souffle souv\int un vent
furioux qui 6iianile tout, et 'un voil 0 ld'unormes masses de
lerre, des rockers et dtes pain do miur s'6cro'uler.
Le iiois de m;ii onvre la slison 1d'e. c, e, dSs lors, coim-
mence celle succession (Ie beaux jours, ce ciel ipur el
toujoulrs sans nu.:ges, qui ne Loi.ssent de regner qlu'en no-
vembre. La tenmptralue s',e1ve alors tries rapidemenl,
'evaporation s'ullectlue avec une grande aclivite.
L'atmospliere tdela ville tient en suspension, lo1'sque
la mier est liouleuse, une grande quantil l de partlicules
salines; les epais brouill.irds, qu'on v'tit se former apres
le coucher fdu soleil, vont se repandre Ians les 'valles,
sous ormne (de Ionfs nuages blancs. Pendanl I'6it, I'almos-
plhire, embrasee par un soleil tui jours elincelanl parail
comine inonlde de lunniire; un grand nombree de rayons
soni reillchis par la surface de la mer, et celle intensii6
de ia luminre contribute A faligner consid6rablement la
vue.
Le thermomnire, mrme dans les rivers les plus froids,
ne descend presque jamais an-ilessous de ( U. Les vents
les plus oidinaircs sont cCex dl'ouest el de nord-ones ; ils
soufllent bien plus fri quemnen e que les vents de !'est.
La population civil de Gigelli est composee en majeure
part e de gens originaires des contrees mdridionales de





19 -

I'Euiirope, q ii on[ conscrv6 Ics imomirs c Ics Iiabiliinlcs dc
IeuIs pays. Atiu (rlier rcccnscrcni. dc -1866, Ic cliififr de
cetct populalionl s'6]c%'aii A


Europ ens ..........
Iimlignc s. ..........

TOTA ...... .


......... 704
......... '1418

......... 21 -L2


.v?O.C=R


" qEEEEEE:







































iiiiiiiii
: @


















LE CERCLE DE GIGELLI.



Le cercle ue Gigell atlecie In former dWun qiiadrihniar
duinj.siipailicie apprcoximaulive do 350,000 hlecnaras. II est
Iriaveix6, de I'owies A l'c~t, par tni conir rforlt so 16;ichanlt
ilti Talbioboie atu qrii nit cliez las Bleni-lKiwielab darus la plainae.
II ast prespiue Iu'rii, au srid et a Il'asl, par tine clhaine
pardilci'e, (lii (j so diache di u d laborr pour alter abloulir -A
l'amlbouclhuric dae 'oued el-Kubiri (A unsaga ou Rounmcl).
IEn'iu ces daux conirerorzI, est compilsa Inv auIIae de ['otied
[)jandljen, d1ont Ia parties superiieire qtu louclhe an [labor
et all lababort depend du commanidia ent du Ii Felr(jioua0.
Diu Trbaliori se a(letcliahni des arCi as quii courent vers
l'ou1el Agnaleli ii1) el Ic I1i1to l, at rL norenti.tune zone I rt~s
accini~c el. ljis unjointanensa, jsu aterde la.
'ille dIcCielll. On pant consldrer Ih nm'jore partie de
celiL conir6e comma I'kne des plus lifficilue, de Ia Kabilie.
(:a sorml parlout (las mont;gnta es escarpcks, co pe'cs piar tes
Ibiuiflis lIe piolonrds ravins, qoie cachliani las forns insx-
tricalbles (I.); des santiers ule clh\vrcs scabreux, au nmiliat

(1) Les principles csseniics forcsiijres qIpi couvrent ces niontagnes
soul : Ic ci~nc-liiige, Iil ciiciir-ziii Ie pill mait1ime1, Voinime, 1e WrCiie, le
I rciiile, PIiiie It: peuiplier, lv c~'rc et ciilin su r les sonhrnts fill Iithor,
Ic pin-sapo.
Dan,; ces froiis, vkcnl des san-Ifiers, des panlmhi-rcs. quclqiipis des











descendant au fond des plus affreuses gorges, dans les-
quelles le soleil ne pInIire jamais, et oI les hommes et
les beles onl peine A poser le pied. Ce sont des retraites
inabordables ; I], au milieu de fougeres et de gen is gi-
ganlesques, A travers lesquels on ne peul se fraver un
passage qu'avec Ia hache el la pioche, I'ennemi peul, en
temps de guerre, catcher ses forces ou se d6rober. Les
Kabiles, et nous en avons fail longlemps nous-mnmes
I'exptrience, glissent an milieu de ces broissailles come
des bhles fauves, et excellent surtout dans les atnliues
de nuit.
Le pays, A l'ouest du m6ridien de Gigelli, ne possede
pas, 5 proprement parler, de course d'eau important; les
valltes sont excessivement 6eroiles, el, come les mon-
lagnes se rapproclent beaucoup de la mer, la plus grande
paitie des eanx s'6coule par le sud et forme I'oued Plichia
et I'oued D.!jenldjen.
Cependant, A l'exlreimite du cercle couple I'oued Ague-
rioun, riviere important, don't le lit passe an travers tie
celle curieuse el giganlesquc fissure de terrain, connue
sous le nom de Chlahbt el-Aklra. C'est contre les parois
escarples el A pic de la roche, qu'a it Irac6e celle route
reliant Selif au lilloral, qiii cause I'admiralion des voya-
geurs el qui devienclra bien6tl un but de promenade pour
nos tourists alg ri,.icns (1).
lions, des chacals, des hiyinies; comnme gibier, on y trouve la perdrix
rouge, la caille, le canard, Ioie, le pigeon, la tourlerelle, etc.
(1) La premiere reconnaissance du Chabet fut faite par M. le commandant
Capdeponi, alors chef de I'annexe de Takitount. C'est 5 cet offieClr qu'ap-
partient I'id6e premiitre d'un trac6 de route de Bougie a Setil par ce
passage.










A 1'est dc (;igelli, an colit rairo, Ic ie pvs csl H rs-hien
-wiros6 par de iiOnibruux cull rs dWcau; les vall ,cs sontI
Iar1-gcs [urlilus et Faviles ;' pacm-r L'oiidcI eI-~bir,
(fli iicsll it 1icC1 11 e Ic IouC i I (ICli I('11 P Ls l piI 1dd Cons-
lamnie (I'Aniisaga des anciens) (1), rrii llse Ics pkiines qui
Iu- hoi''ent. Celle riviere (St ;i'ia IIc is(JIl'h prt&s de
CiIIq liciieb eni amnoti de soni cmboiichnrc., au fu'16 de

La c6ie comipilse stir Ic 1I1Iorial de Gligelli pr6seC'Ic u n
d6VUe 0C'c HICIII Witdllie trenwiino (Id licieS. E'Ilic esL ilncliii6C
sensibleieniit de I'ouesl h I'OSI, c1 iI 2SSilile plusicuis ren-
Iranus hie lnvii-iuqtus. Elle est. piesque partott bonIte de
iIi'odies, jul Ia rendent dI'iin aLCOs roil dlificile ; pour-
tt1111, Ia I);llic Comprise cnie It "illc el iehiluc
dIe. I'0tiCii c-l-Kubii' esl Ib;IlicouI nmiimus iourmeunil6e, ct
i'oil ponirrni, au hCesiti, av'uc des ciuliarcationsIiire
s'hcoioud stir lus Ics points de In )I.Iae saris (I.img-er. Le
C;11 13011.g1101`1, .11ippCI6 par les Ariadics Sc b~t-I'loii, lc,; I-ept
caps, :1 caUsi:s des derutelures plolliCs tie pr~sL-Ic Id
cole, so dc:;iclic t : e'ust tIe Gi'villi el iurine Ia poitite la
pills5 scptciiliumiile de Ia cOle dI'Ahfrile.
Le IBuii .za roiiC ust le Jlkh younium Ics" j1.ivi10;itc ius lrees
ce Ic Djeucl er-Iabi-ainu dit grogiophe EI'-Iekii eC ILS
pcitluI;ins di Illovul Age. Un pul lun-uIcii de cc cap. se
Lirouc Aai s;t Ze''loun, IC pur11(IdCS Oliv1i's, oi les iliar-
cliatds tie Ia Mcliicri-miric I'iisajent, jaldis, ln grI,,jjd Colin-
uiicrce d'klcmi;ingcs ;tcc Ics liaKbiles.

i1) Uiie inscription, Irouiv'e par M. Cheihonnenu non loin des sources
.4C Res-g ia, au sut de Consltalitie, porlint ces mols: CAPU I' A.MS.%G:E,
L61e des eamx de r'Amsog3, nous donne r'ortbogr3p hpc exacLe du nono anclen
de cette rivibre.


- 23 -








- 24 -


Dans la portion A I'occident de Gigelli, une serie de
roclics basses, unifornidment placees come les pierres
d'un quai, d~lerminenl le coiron de la c61e. Dans I'in-
lervalle de la ville aux iles Cavallo, Djezair-el-Kheil, on
ne Irouve i signaler que deux peliles criques, oil les ca-
boleurs viennent quelqliefois cliercher in abri : la baie
orientale est celle qui prdsenee Ic plus de comrnodile el
de pr'ofondeur.
Les iles Cavallo sont an nomhre de sepi ou hlil ; mais
une seule, Djez:ia-el-Alia, se fail remarquer par sa forme
conique; on y Ironve aussi quelque verdure. Les aulres
ne sont que ties roches ariiles, leaves ;'t pine ile quel-
ques m ltres an-'dessts tie l'eau et Ires rapproch6es de la
lerre. Visconti, Furrer el I'aulteur iniconnu de la care
pisane publide par Ml. Jomarll, ne menlionnont que la
plus grande des iles Cavallo qu'ils appellenl Balaffia;
mais, sur les caries dos navig-itlenus du quinziemnie siIcle,
lonI le group est repri6scnl, avec le nomr qn'il porle au-
jourd'iiui.
Les navircs surprise par le manvais lemps, peuvent
trouver un refuge imonienianm dei ,ierc I'ile Afia. L'abri
est convenable contre les vents d'csl; nmais le fond esi
inkgal, et ]e Inolill;ge n'lofre e ne grande s6rel~ qu'aux
biliments d'un faille tirant d'enu.
Aprt is avoir doullI Ic cap Ca\';llo, Ie Ras- a1fzr'iten
d'Edrissi (Ie promonloire Audon deo Ptol6inde), on pAnr i're
ldals le golfe d( DougiC liien ie Iplus imposann quo Ie
spectacle de la c6Ie. Un \';sle ampliill,6icae tie montagnes
escarphes appnaraissentl dns I'dloignemint ; pr'sque routes
onl leurs sommels hlerisses de roches nnes; quelques-
unes conservenl de In neige jusqu'au mois de juin : an-








25 -
ilcssous elc In zone des rocliers el des neiges, rdgnc on
large b;inilan ilc ford1.is; plis b);1, commen0ce la zone dcs
arbres culliv6s ; cnfin los tluriiers gradlins.sonti occupies
panr des cInmps dIc b, d'rge, de miais. Siur cc fond
ma.jes1icux, sc dcinaclictil quel(iqn:s accidenlis remariiquables
S l'es( t, clir res, c st lo nlo t ilior, allatli naI
sommet on lorI ic o le lable, silloiind siir ses lines ile
rides pIroloniCles, cL (U1i sc dressed ;i uine hiileur ile 1905
melrcs ; les rnyonls obliques ili soleil IciniiLt en coiileurs
IC pls is variL'cs tonsils cCs ildcoI upuII es, (liii se inofilent
(I'une 1n;inire bliz/arrei sur i ';Iz lr tlt ciel.
Lat cole, an-dlcl' ilu cap Cavallo, descend vers le suil-
onest, ell pire.eil:nt niiI.' suile d le lli.Cises roclicuses (1o-
min6es pair lcs [crIs de l'ititdrieiir; i mi-c6le, ont remi r-
que dle granils .eIlaces cullivIs. I':Klre le promnonloire cl
Pile doe Ai\l iisouiril, oin tro e I 1cu ne le i Ira e is o v'erle, onl
I'on lic nt monii iller ilia s ti1 cas dle nlcessiid. .1 an o ri;i,
esl I'ancienine C/huba (les liiCdrairs.
El':drissi parlk dce M1ansoitria, chidulr fort an fond d'un
golfc. Lk loa i c. West ''s grarctile, milis on plcit y mouiller,
eln iUrold ; tile ile pe 6le\Cde, co iintiiniqn ;ntil i la lerre
par uine crlaiile e i roo'l rs it lleiur l'. : ui, fu'rine comic
line cisp6cc tic niol cI l abril,.'e I1 purl contlre les vents duI
large. Cellic lie es reprics'ntcd dais le's I ,porltnl;ns italicis
el d lais I'all.is tie lF rrer. A foniid tii golf, on remarque
I'emn loiuchirie d'ulnL' rivi,'re, I'un I 1:a-insonria, (lq\i est
|iir,' i:illI,1iiitill Ic llctnve S isar ice Plol~Imei Ce nitum est
l'uri..itb iidticiie6 0tneC, c1 sigitilie la riviL'rc rouge. .cs
,iarclinarids il la iaMlilerraiti c ;lalieni l aiilr'efois Ai Mlan-
sonri'a, clielrler i cls cl rtda-les cl des bois lic coilstir c-
lion. Les monltagnes qui avoisinent la bale, soul cou-


llciL d Fi er*i









- 26 -


verles de magnifiques for6is ofi les cli6nes dominant (1).
Le pays le Gigelli esl probablement cclui dles Pithe-
cusa de Scylax, m1tl qui, en grec, signifies pays ties singes.
Les singes y fourmillent encore de nos jours; on y trou\ve
d.galmeni, en grande quanlild, ties dials savages, des
pannlieres ei aulres animaux de In race iiine signals par
Diodore (9). Dants cus nmonl;ignes rules el Ires-dleves,
rapporteiil les hisloriens de I'anliquilt le gndral cari ha-
ginois Agatloule Irouva une ppJIlulation IPauvre el belli-
qiueuse, nommee les lMaurt 'sii (lMaules), laquell hiabilil,
i)eie-mele, avec les singes, atuxquels clle rendait ties
lhoneurs divins. La population aiccouintl de toute part
I)pour marcher conltr I'armee grecque, qui so Iiltan de so
retire vei s la cole. Quawnl ,I celle coliabilation ties singes
el dtrs liommes, nul dole que ce ne soil uine fable come
celle ties Gorgones, el nous serious lenid le regarder 6ga-
leijenil le reste tlu recit come une vanlerie ide soldal,
s'ill n'delil conifirm6 en i;i iie par les disposilions nat,-
rolles ~u ilerrain.
L';iprel6 Ile ces iloiniagnes, les lords d tpaisses qui les
couvrenl, onl fail it louli eppoque dlec c pays le point
cunlral des insurrections, el un lieu te refuge, oi ceux
qui voulaient se soustiaire A I'auioriltd itient sCirs ie
Irouver In asile inviolable. A |Ilisieurs siecles de distance,
on voil, en consultant I'liisloire, ties d \nements presque
ideinliques se reproduire dans les memes r-gions; les
Tacfirinas et les Firmus de I'epoque romaine onl cu de
nombreux inmilaleurs apprs I'invasion musulmnane, e, ldans
(1) Diodore, XX.
(l) Le commerce et la naigation de I'Algfrie, par M. Elie de la Pri-
miaudaie.


; 9 LA








27 -
cls temps modernes, les Ben el-Harclie et line pl&'ade de
pr-6tenduts cherinis ,n'onil pass :igi aniremicnl, soil pour
luller conire la dlo nation Iiirqice, soit pouri rdsisler aux
progrds de noire 'irolprC conqn le.
No scrail-ce pas ;issi dans celle conlrie qu'il con-
viendrail tie chclrclier Ic month Pappua, oU le dernici roi
des Vandales, G61diner, se rdfugia inomentanliiicment apres
Ics vicloires de BIlisair' ? C'esl ce (ue supposail Bur-
brugger, notre, regret president tic la Soci:id ihistorique
Alg rienne, aijris avoir Iln, il ya quelyines anndes, une
premiere 6inde queje publiai sur cell parlic de la Kabilic
orieniale.
iMarcus, auleur d'une iistoire tics Vaindales, a ildentifi,
alris d'auircs cirivains, le month Pa)ppuna ; I'Edougli, pr6s
de Bone: mais on nle voil pas clhez lui la ninuliuIre preuve
acceptable A I';allp i dte I'assertion ilonl ii s'gil. DI resale,
lcs uns et ls a trs ai decrival'ii ft i une 6poilne oi I'.Algdrio
6lail pen connue; les n:ivig;aleurls europdl@es qiui venaient
conimercer a Bine, on inime nos nalionaux du Bastion
de France, pri'.s le La Calle, avaicnl sans tloule signal
un'' graniide monrigne A;i 'oicsl de B6ne, qlue lcs indligCnes
aplelaii iint Idouihl, t c's sans aulres reclerches
ct l';ile do moyvens de conlrcle, 'lq la synonvmic a dft
dire adoltic. Dans Procope, on tronv'e des preuves IIre3
forces conlre ladle asserlion. Or, Procope, on le sail,
6tait sccrilaire tde BD lisairc ; il 'accompagnait dans sa
guerre centre Ics Vandales; c'esl, eviiemnmcnl, Ic meil-
leur t6moignagc a invoquer dans la question qui nous
occupe :
a Lorsque B1 lisaire, dli-il, en co iiinii ant la Ipoilrs ile,
fut arrive A uine ville maritime des Nuniides, qu'on ap-








28 -
pelle lippo Regius (BDne), il apprit que G6limer, ayant
gravi le month Pappua,avail echapp6 aux troupes romaines.
Ce month est dans I'exlrrme Numidie; il est tres abruple
el (l'un tres diflicile acc6s, h cause des rochers qui I'cn-
ioureni. La, habilent des Maures, gens barbares, alors
amis de G6limer el fidltes a sa cause.
D Dans la partie la plus recule de ne la mntagne, il v a
une ancienne ville, mais sans nom, ou Gelimer se rcmettait
de ses'maux avec ses compagnons. L'liiver, dijA venu,
ne permlctlail pas deo nlelr I'escalacle lI Ia monlagne, et
I'incerlilude des ;lTl ires Iflisail que Belisaire ne pouvait
pas resler plus longtemps l6oignt (de C;aritlIIge. 11 laissa
(lone un corps tie soldils d'6lite, sons 11 commanadement
d6 Pharas, pour assitger la mnilagne.
i Mais Plinras, Ifaigue tie ce siege hiivernal et n'esp.e
Iant pas allirer les M;iiies an combat, resolul courageeu-
senininl de Ir.nler I'escalade tiu Pappua. Suivi ie scs gens
hiien armn s, il s'elforce le gravii I'escarplemen; mais les
lMnaures ennemis, ltvorises par la naltre abruple ties lo-
calilcs, lirent nisement dproiiver diu tlommage aux as-
saillanils. Pliaras peril 110 homes Jans son atlaque;
iclpons se avec Ie reste, il iut se letirer, el il ne recoin-
meiia plus une escalade a lanquolle s'opposail la natuLre
des lieux. II se content d'entourer la montagne Iec poles
vigilants, esperant que la faim amnnernit la rulddilion, car
I'ennemi ne pouvait fuir de sa retraile et il n'y laissait
rien arrive d i ehors. ,)
Apires bien des souflrances et des Ihumilialions, Gdli-
mer finil Ipir comprerndre qu'il valail miesx vivyre pauivre
(:l en servilule chez les liormins, que ide commander
;iu nonl Pappua el aux Nlaures qui 'lhabilaient, el il








29 -
sC decilda A sc remelire entire lc innins die F'envoyc' dt

,rrinirions par Ia dIescr'iption (life f;iil Piocope ude In
111uplnade clicz laq ulle G61i mer avail r'OuV6 asile ; nous
veIroils (Iue Ics siicles ne I',ni gure chinaiire
a CUs Matn ies passeri. leur vie, WL6 comifle hiver, dans
(1l611.0i1s gouuliisl Wob no Ics clia.;ceni, iii I'accirimniahlion
des neigc's, ni les ;itleui's LIu solcil, ri les aniltcs mo11on1-
v'~nicnts natut'rels des lieIIx. Il coIIchent sti' IC so!, S'CS-
lirna l hetuircux s'ils pemicnI i cy.iendic ttnle p Is n 1otl
pas Il'abliude dIe caingei' de vti~lteen s suivani les
S1isons; tin nrossici stiliOtil, line uiiique 4:1 longs poill,
[orniciii Icti i i"arde-uohe (i perpfduiNt1. Ils nf conlsomiiu'it
ni pain, ill vIli, in aicuim des nlinwnis dle I'liumIune. A
excnimple Lies aniunilux, uls Se nourris-sent ~le bid, de penlit
6peautre, d'orge, nuon cifits, non ruhitls en fai'ine, 1in1ais
lels quo li nature los prodluit.
Oil a vii (fil Ia ri'etalii dt. G611imeu' 61luL uans Ia plalie
'xI flr lc (Clel Ii 11,1miU/ic, pal.r app r 4` ses I i C limIi .llii 1 1 i
vcnaieni dlo: 1est. C'c6lai dlonc atipr& do Iea fronlitre occW-
den tale. Or-, coIm ment app p liq tiue celle design aion I posi-
live au mont Edogi I, qni est A plus de quaranre lictucS
en-tlei de celle manic [rontiere ?
Si IP'on peit n rnm iic dans tin scels rigou ron x Ic noim
die Maures, pite Procope (loilne aux indigLnes clicz les-
queds Sc i'.6ugia G6l iunler, ceiix-ci a unuor n t apparrenou ;' Ia
Mauritanie, non A la Niirni'lie; ci ii 17,u1, (16s-loi's, cliCr-
cher leur pays hi I'otnest de, I'Anlisaga (ouied cl-Kchilr, RIol-
fil]), 0c loul tpUs de ce fleuive lirnile.
D'un auntte cWl6, Si I'on i'6fldckiit (fn I' Edougli CSL aix
portes d'Ilipponc, cetle ancienne ville rovale (Regitns) de-




t I~ Y u'lEllC'1


30 -
meuree une cil6 imporlanle, on comprendra difficilement
que les indigo nes aient pu persister a fI tal Ile vlrii ables
sauvages, a deux pas d'un aussi grand centre d'influence
romaine.
Ajoutons enfin, pour clore celle digression, que les abords
de I'Edough sont loin de presenter les difficull6s d'as-
cension signaldes par Procope. Sa description topogra-
phiqrue convient mieux h I'nne des montagnes abruptes
de la Kalilie orieniale, qui s'elev\ent sur les bords de
l'Amsaga, derriere Gigelli. Quant aux moeurs des habi-
tants, nous verrons plus loin qu'elles sont, encore an-
jourd'hui, A pei pres lelles que les signalail Procope,
il y a plus de quinze siecles.
Les plus anciens habilanis de la Kabilie oriental
auraienil t~ les Khitfows, qui, au dire le Plol6eme, habi-
laienit i l'embouchiure tdc 'Amsaga. Assujellis tour A tour
aux lMassesyliens et aux Maures d'occildfnt, ces p:cuples
tomb0i rent ensuile sous la domination romaine. L'invasion
gelulienne dui deuxi~me sickle ilt fin A leur existence,
el ils furent remplaces dans leurs demeinres par les Gdda-
lousiens, venus du desert el qui s'elablirent sur la c6le
aulour d'lgilgili. Lors de la decadence de l'empire, les
Babares on Sababares, que Prol6dme avait connus dans
le desert, se mirent, a leur tour, en movement et se
jel6renl sur le Tell. Les Babares s'6eablirent dans la Ka-
bilie oriental et ont conserve jusqu't nos jours leur nom
(Babor), leurs moaurs et leur caractlre ind6pendant (1).
Au temps ou les G6tlalousiens nomades s'emparaient
des environs d'lgilgili, une autre peuplade, venue egale-

(1) Ethnographie de I'Afrique seplentrionale, par M. Tausier.








-- 31 -
ment (Ilu sud (lite Jos Za Inizes oni Zirnlizes, vin[ s'Mtalhdiir
1'a Icnboiiuchl rc le I'Ainlsga cL I1;-ius lS monlannes tic
Collo, obi ICS rnontre Ia lIable ule Petiinger. Les Zainazes


qie scmble I d leo dmon irer Ic nom q u 'iIs ont aiss j tisq 'At
nos jouirs al canton Ile Ziama, cIroe Gig':hhi ct Iiougig.
INo1S reproduir-ons plus loin tin inonumniri epig,,raphiuc
ilecouver~t. i1ccnirellinie sII- IICIue figure Ic f0om (Ics Zi-
ahizes.
I.cs I(6,Ia mouslicis dle PIol m&, q ni no sont auIIlCs qutIe
les Kcmiaa dleS nimnhlori t S IPs a rabes 61aicnt 6g;ulcment
VCenus (1u sudI s'inslaller daus Ics umonilanes (le h;u laKilic
oriuiiIale. Line inSci ijilon antique qie iioiis avons redevtee
;au col dle FLcdouIes, ontlie Ginelh ot ConsIaintiic, port",
ur1 ;antics chases), ICs 111mols

REX GENTIS VKVTAMANORVM

ulin nonis lixe suir -la region iab ilec par cello peulJlade
kelminitiriun pendantii Ia (lomllimilon r-onvine. L'Irldicationl
dI'uiln 6'6111.10 Celdnusensis danis ha Selifienne, nouis nionlre
(Jlqe, Sous les Vandalles Ics netaman occnpaieii encorle
ILu rs prclliimres (IcinfleureS, et lious Ics voyons, aprs lFin-
vasmon mtmstilmane, acqulri-r une immense pUissanlc,.
a Les Kolama, brave et puissanle Iribu berbire, nous
dii lbn-Khaldloun, sont regard s par les gtn6.logisles de
leur nation comnm o les enl';ims (de Ketau. f(us (IC dle enrs.
Les 6crivains arabcs Ics font Jescenidro (Jos Ilirnvlmy cs.
Apres I'Ii htJcIiuio (oe l'islahisme, A la S0ijIC deS holle-
vcrseuncl is cauis6s par I'iu posiasic lICs Beib.rCs, colic Irilm
se trouva 6tabIie dans Ia imajouire luarlC (Ic I;i provillce
die Consuantine. Les Kelaina posshiaieInI mame LouLes Ics









villes importanles de celte region, puisque, entire les mon-
lagnes de I'Aures et le rivage de la mer qcui s'dlend depuis
Bougie jusqu'a B16n, ils occupaient Ikdjan, Selif, Baghnaia,
Negaous, Belezma, Tiguisl, NMila, Conslantine, Skikda,
Collo et Gigelli (1).
On a pu remarquer dljri, par ce qni prlcede, qune la
populilion de celle parties e ile a ;Kabilie ful, ;i Ilusieuirs
reprises el depuis un lemnps immniinioriial, refoul6ce dans la
region la plus inaccessible des nonliagnes par des in-
vasions 61rangefe-s. Nous aurons plus luin A reparler des
niouveniments (qu|i se I rodIisirctl encore lors ique les popu-
ltilions chr6liennes, ftuyant devant le flot envaliisseur tdes
Arabes, se rdl'u~girent parmnii l is onlagnirds. A une
6poque rel;tivement plus I ecenle, les plin ceis mtsulinmans,
Ipour etablir (dians celle conlr '6e ceux tie leCurs fidLIels par-
tisans auxquels ils voulaient accorder des liefs e! ties apa-
nages, dans le but occulte de les force, par uni iint~r6t
personnel, A servir de model r;i te s aux inonaingnards,
donit les impressions ont lo.ijours et61 aussi mobiles qu'im-
p6lueuses, s'efforcerent, a leur tour, d'y inlroduire 1'61e-
ment arabe.
Au 1 e sickle, dil lbn-IKhaldou !, le gou\'erne;nen hafside,
voulant s'altacher les nomades tie la grande tribu des
Riah, quiavaient envahii les canmpagnes c ils commettlaient
loutes sores de dcpr llalions, leuro conced;a li jouissance
d'imimenses 6tendues de terriloire. Deux branches de celle
tribu obiinrent une grande iartie du pays qui spare
Constantine de la mie. Mais eel apanage rn'eut pour eux
qu'une 16g6re importance. Ils n'avaient rien, en eflet, A


(1) Ibn-Khaldoun, t. I, p. 291.


- 3") -








83 -
y g~aier, Je:s campagnes de ctlte region 6tant parfai-
telent garanties contre I'envahissement et les vexations
des Arabcs, [ant par les nontagnes don't elles sont en-
tour6es que par des chemins tellement difficiles, que les
chameaux des nomades ne sauraient y passer (1).
11 suffira d'observer les mceurs et coutunies de ces po-
pulations, melange itrange de races diverse, pour s'ex-
pliquer les revolutions qui ont d ~ so produire dans leur
sein. L'Utude des monuments des ages passes offre 6ga-
lement un grand int6lre : i cO6t des vestiges laiss6s par
les Cartlaginois sur le liltoral, nous Irouvons encore,
dans l'intlricur, de nombreuses traces de I'6poque ro-
maine. Nous avons mime constant I'existence de monu-
ments de formon druidique au milieu des montagnes, et
on doit juger de notre surprise lorsque nous nous
sommes tronv6 en presence de dolmens semblables a ceux
de la Brclagne et de l'ouest de 1'Europe.
Tous ces resales du pass sont I'objet d'un respect su-
perstitieux qui s'est transmis de generation en generation,
malgr6 l'innliiece des marabouts clerchant it concentrer
toutes les idces religieiises de leurs disciples vers les pra-
tiques du culle musulman. Et, a ce sujet, nous ne devons
pas nIgliger de parlor ici de la fontaine miraculeuse du
pays des Ketama, signal6e par El-Bckri, g6ographe arabe
du Xm siecle do notre 6re. Cctte fontaine est situde chez
les Beni-Four'al, au pied d'une montagne appelec el-
Maida, et I c616 du village d'cl-Aioun; ses caux, parfois
abindanles, vont se pcrdre dans le lit de I'oied Djendjen.
a Dans le pays des Ketama, dit EI-Bukri, il y a une
,opurce bicn connue qui so nomme Ain-el-Aoucal, la
(I) lbn-Khaldoun, t. I, p. 70.








- 34 -


Fontaine des heures; elle cole cinq fois dans spaceae
d'un jour el d'une nuit, prdcisemcnt nux heures des
cinq prieres, dans le courant des mois sacrn s (Ic jer, le
70, le 1le eL le 12Ie de I'annee musulmnane). D:ins les
intervalles, elle ne coule pas. Celte fonlaine est siltie an
milieu des monlagnes des Kelirma, non loin (lu polr de
Sebiba (Ml;lnsouiiria), qui vient a'pri s celui de Bougic. A
Ain-el-Aoutcnt est dcsigne aujourd'liii sous le nom de
Ain-el-lccihaki, la Fonltitne des doleuances. Les populations
envirunnanies viennent en ptilerinaie se iiurifier dans ses
eaux, qui, conmme par le pIass coulent par intermittences.
Parfois, lorsqu'un crime avail 6d1 conmis, on amcinit
encore naguere, au pied de la fontaine, ctiux qui Ltaient
soupconnis d'en 6tre les aulcurs: si les caux ne coulaieni
pas dans un laps de temps assez rapproclie, la culpability
6tait dlablie.
La superstition, entretenue par les marabouts qui ha-
bitent aupres de la fontaine, faisail croire aux Kabiles ique
des anges laclhaicnt les eaux A des lieures propices; mais
ce phenomencr s'explique facileien par I'aciion du soleil
qui, en fondant la neige des pics voisins, alimenle el fail
d6verser, a certain moments de la journde, le surplus
des bassins naturals existent dans les entrailles de ces
montagnes.
Le versant Est du grand contrefort du Babor, qui vient
finir aux environs de I'einbouchluure de oued el-Kebir, est
occupy par les Ledjenall et les Beni-Ider.
L'oued Nil comprend les course d'eau qui parent de ce
mine contreforl. Cc versant est occupy par les Beni-
MAnmer, les Beni-Salah, les Beni-Afer, les Beni-Siar et les
Oulad Bel-Afou.








3- 35-
Le bassin de I'oued Djendjen est habit6 par Ics Beni-
Afer, les Beni-Amran-Djibala ot Sfelia, les Beni-Khellab,
les Beni-Siar, les Bcni-Four'al, les Beni-Ourzeddin el les
Beni-Marmi. Touted la portion Esl dIn circle est divisde en
onze bissins secondaires par lcs course dl'cau qui prcnnent
lours sources dans les ar-los du contrioorlt lui so d6tache
du Tababot :
*1o Le bassin de I'oucd Menclia, liabitl par les Beni-
Amran-Sfelia;
So Celui de l'oued Kantra, hIabitt par les Beni-Amran-
Sfelia ci Dj,.bala, et les Beni-Alimed;
3o Le bassin d le 'iied M1laber, habild par les Beni-laid' ;
40 Le baKosn de 'ouod osir, lIabi par les Beni-
Four'al, les Beni-Ahmed, les Oulad-Tafer et los Oulad-
bou-Beker;
5o I.e bassin de i'oned Bonrchaid, iha)biI par les Oulad-
Teblan, les Benii-Four'al, les Oulad-Saiad, les Beni-Sckfal
el les Beni-Mahammed ;
60 Celii te I'ouicl Taza, habitl par Ics Beni-Four'al,
les Beni-Sekfal, les lioracla, les Cliekaroua, les Beni-Aissa
et les Beni-lilezer;
7o Le bassin de l'oued Teboula, habit par les Arb-
Aftis el les Beni-Kliczer ;
80 Le bassin de l'oucd Bou-Meraou, habild par les Beni-
Aissa;
90 Le bassin de l'oued Djenan, habi(~ par lcs Boni-
Four'al, les Beni-Ourzeddii, los Beni-Marmi, les Beni-
Maad, les Beni-Kliezer et los Beni-Aissi;
100 Lo bassin de I'oned Aguergoour ownedd Ziama), ha-
bitl par les Beni-Maad, les Ai-'Acliour, les Oulad-Nabet
et les Oulad-Ali;









110 Le bassin de l'oued Nekob, habit par les Lalem,
les Larbia, et les Beni-Djebroun.
En r6sumn, les tribus du cercle de Gigelli, au nombre
de trente-deux, peuvent se diviser en grandes et en petites.
Les grades tribus sont : Beni-lder, Beni-Afer, -
Beni-Si'ar, Oulad-Bel-Afou, Beni-Amran, Djebala
et Sfelia, Beni-Klihelab, Beni-Four'al, Beni-Ahmed
- et Beni-Klaid.
Les petites: Ledjena, Beni-Mamer, Bcni-Salah,
- Onlad-Sdad, Oulad-Tafer, Oulad-Tebban, Beni-
Mahanmmed, Beni-Sekfil, Koracha, Chekaroua,
- Arb-Afis, Beni-Khezer, Beni-Aissi, Beni-
Ourzeddin, Beni-Marmi, Ait-'Achour, Beni-
Maad, Oulad-Ali, Oulad-Nabet, Lalem, Larbia
- el Beni-Djebroun.
Disperses par pelils groups, ces Iribus n'offrent pas
les reunions de villages, d'ini6dr', que l'on trouve damns
la Kabilie du Juiura. Elles ne poss6dent pas non plus la
civilisation, I'industrie, la richesse; on n'y trouve plus
cette djemia respected, ces routes ex6cuties en.com.mun,
qui rendent les conlrhes accessible; ici, au contraire,
chacun agit a sa guise, vit loin des autres, au fond d'un
ravin, au milieu des bois, disputant aux broussailles et aux
bhtes fauves le peu de terre qui doll nourrir sa famille.
On n'y rencontre done pas, come chez ceux de la con-
f6d6ration des Zouaoua, de I'oued Sahel de Bougie, du
Bou-Sellam ou du Babor, de ces grands et popul.eux
villages, aux maisons solidement construites, blanchies et
recouverles en tuiles, qui d6nolent un certain bien.atre,
r6sultat du travail eL de l'industrie. Depuis le versant
oriental du Babor jusqu'd 1'Edough, pros de .bi.e, on








37 -
ne voit gaibralement que de pauvrcs c;aliules en clayon-
nages ou en Lorchis, reconvenes en dis on on ligeo, dans
lesqeclles gens et animnux logent pilc-milc. Les demeures
de quelques richards on d(Is persona;iges rcligieux font
scules exception A colle situation gnerale.
A parlir dc celle nmme limited, le language change 6ga-
lement; on ne parlor plus ci on ne comprend meme pas
Ia langue kabile proprement dile. La aIngue usuelle csi
un ;iralbe corroinpu par la prononciation vicieuse de cer-
taines Icllettcs t I'imploi frequent do locutions avec les-
quclles, A l'aido d'iun peu d'attenlion, les arabisants se
faniliariscnt aiseinenl au hout de quelques jours. La letire
kar se prononce Iche, ainsi Ics mots mclk, balek, andek,
deviennent meliclhe, balclche, andelche. L'emploi de note
preposition de, qui s'exprimnc par Ic mot italien di, semble
6galmcent anormale lorsqu'on en end parler ces Kabiles
pour la premiere fois; par exemplc :
La fonlaine do Uiu-Mouchc, se liL : I'ain di Bou-Mouche.
La leitre a se rend souvent par le son c, a pen pres
conime Ia prononcent les Juifs algericns.
Dc mimo que Icurs freres des Zouaoua, les Kabiles
oirientaux sont forces, pour pouvoir vivre, de sc rendre,
de lemps on lemps, dans le pays alrbe, of ils travaillent
come miercenaires. Dans quclques villas, a Constantine
surloul, ilsexercent cortaines industries; il sonl jardiniers,
forgerons, bourrlicers, porIcurs (l'cni on imanuvres.
Au moment do quilltter les bois qui couvrent leurs mon-
tagnes pour descendre vers Ics regions rides et (denuMdes,
ils fo.l un voeu au principal rarabout de Icur contlee,
penw' qu'il leur soil propice ct favorite leur voyage. Ils
s'adreesent, par example, au marabout Sidi-Ouclienak,















-< III





L oo.eb ....
J-








d e c.

0 Sidli Otichen ache!
Je me rends dans le suid sous Ia prioleclion; si je reviens
bieni porlanl el en paix, je te donnerai ine offrande:
Un pit pain (lorge (bou-Iniraf),
Une petite chandelle et deux sous d'encens.

Les populations de la Kabilie orienlale, come cells
du Jurjura, ont conscrv, des coiuirnes el des usangs Ira-
ditionnols (qu'il esl Itrs inleressanl pour nous d'etudier el
de Lien connailrc.
Avant la conq nle dii pays, ces Iribus, inallaquables dans
leurs mnontagncs, vivaient dans uine anarchic complete;
independantes les unes des autires, elles n'ubdissaient qu'A
leurs djemnia respectivcs, composees des anciens ou de
ceux qui, par leur valour, leur fortune ou leur force physi-
que, en imposaienit i la multitude. Les beys de Constan-








at, -
line, ayant sur elles line action plul6t nominal que r6elle,
naaicnt 6d1 incapable d'y introduire leur domination; A
plus forte raison, de proscrire el de reformer cerainries
coulumcs tradilionnelles rp.rouv6e's par les pr6ceptes du
Koran. La d6sastreuse lcntative d'Osinan-Bey dans la
vall6e de l'oucd cl-Kebir (has Iounmel), (1dmontre comlbien,
chez ces monlagnir'ds, l'auloriln tuirque 6tail mrconnue.
La seule repression don't disposaiPni les beys, dLail de
fire arr6ier lus lKa iles liavaillanl Conslantine ou dans
la plain, de les garder en olages el, qucel(uefois, de
les fire dicapiter pour ipunir les faules commises par
leurs fic'ire de la niontigne.
Los Kabiles, musulmans par In rorme, ont accept du
Koran lout cc quii ponvait flan er leu's intirdis ou rapper
Ioiir imaginalioin s plerstilicuse; nais ils n'onl pu se rd-
soudre c renoncer aux coulmmnes itransmises par leurs
ancdrces. Si, parfois, un kadi uu tn ta;leb (ucelconque,
voulant f;iire application tde la Idgislation islamir iiue, pro-
testail contre cc 61al1 de closes, sa voix dtail iidconmine;
la volonti tie la djemaa et I'ada, la coulume tradition-
nelle, prevalaientl onjours; d'oi eust venu le proverbe:
(lic-z le Kinile, le kadi juge,
Mais la djmnia annile Ie jugemient.
Un Kabile, dil-oii, quji avail tiune affaire d'inltdrt A r6gler
avec son voisin, s'en fut Irouver tin taleb nouvellement
6labli dans la Iribu, el le pria die liii derire une lisle de
L6moins le d(clarant soul el 16gitime proprietaire iie la
chose contested. Le taleb rcfuisa, assure-t-on. QOielques
jours apris, ce mdnic Kalile rieipraissail devant I'liommni
de loi, inais cetie fois avuc les mains plcines.
a Voila, dit-il; dans l'une sont cinq bacetta (12 fr. 50;


















marabout ltrs-eclaire, qui a laisse quelques ouvrages de
legislation, Si-lassen, des Beni-Ourtilan, Iribu h l'ouest
de Setif, entreprit de r6g6nerer la sociItd kabile, el de dd-
truire par la force ce que la persuation n'avait pu obtenir.
11 parvint A adoucir les mocurs de quelques tribus; mais
come la tache 6tait difficile, la mort I'arr6la dans son
oeuvre civilisatrice. Aucune tentative de ce genre ne fut
renouvel6e depuis lors.
Avant la creation de nos circonscriplions judiciaire,
c'est-A-dire l'installation de kadis dans les Iribus, les
Kabiles se mariaient selon I'ala on la costume do leurs
ancetres. Ces marriages 6taien de deux sores: le zouadj-
el-djedi et le zouadj-cl-ndatlia.
Pour le zouadj-cl-djedi, le marriage au chevreau, on
6gorgeaiL un clievreau comme pour seller les conditions
acceplies par les families. Le maria s'engageait A payer
au pAre do sa femme une dot don't la quolilt variail
entire 70 et 90 bacetta (175 A 225 fr.); bien souvent, if
ne poss6dait point cette some; mais il comptait sur sts
a-mis pour la realiser. En iefel, au jour indique pouri lax
noce, chacun apportait son offrande pour le nouveau
couple. Les teboul et les zerna (tambourins et clarinetlte)
reteiltissaient, et quelques guerriers de la troupe, leur
fM~ii a la rrmaih, damsaient ou plutot ex:cut'aie 'outues







- 4 -


sorts dte gambades fantastiques, en chantant et faisant
parler ta poudre.
Si le nouveau menage n'avait pas de mason, les amis
vonaicnt encore a' son aide, les uns coupant des perches
dans la forEt, ou p6trissant le torchis, les autres apportant
du. dis (stipa lenicissima, espikc de graimince), ou des
6corces de li6go dlstin6es A couvrir la nonvelle habitation.
Dans le cas oi une jeune fille demanded en marriage
6tait refuse pour une raison quolconque, il fallait, d&s
que ce relus avail 6t6 prononc6, que sa famille veillit
avec In plus grande vigilance anitour de sa demure, pour
pr6venir les tentatives de l'amoureux repouss6. En effet,
si ce dornier persistait dans ses projects matrimoniaux,
il ne cessail d'6pier le moment oh les parents de la jeune
fille reclierclie s'absenteraienl de la cliaumiere. DNs que
cole occasion se Irdsenlait, il accourait avec quelques
amis, et si on leur en lissail le temps, ils dgorgeaient
un clievreau sur le souil de la porte do la rnaison. Le
sang de la bWie ayant souilld le sol, Ic lien du zouadj-
el-djedi 61ail valuable; il fallait so soum ttre it la coutume;
la jeune fille Ctait declared fianc6e, nul autre no pouvait
I'eiouser sans froisser le pretciilant ec les id6es d'hon-
neur q'ue so sont formnes ces montaogar'ds.
Dans quelqtues tiibus, la nouvelle inaride, avant d'etre
conduite plans la mason do son 6ioux, cst promenue dans
les villages voisins sur uin mulet q(u'cscortent, en poussant
dos cris et brflant de la p)oudre, tons les parents et amis
convi6s a la noce. Le maitre de chaque mason devant
laquelle passe le corl6ge, present A la nari6e un tamis
plein de 16ves, do noix ou de figures s6clies. Celle-ci en
prend une poignde, la baise, puis la' remel dans te lamis;











de vieilles femmes, qui font ainsi une collecle pour ap-
provisionner Io nouveau nmnage.
Au moment ofi lout le corlee alleint lc butl de sa pro-
menatle, les fummes iiltourent la mari&ie, lui font Iremper
les mains dans un vase contenant du beurre liquide, et
lui donnent ensuile des cetuls frais, qu'elle doil casser en
les fraplpan sur la Idle et entire les oreilles dui mulet qui
la poi le. Celle singuliere coutumie, consacr ,e par I'usage,
me parail. Ires-curieuse et mierile cerlainement d'dire
nolte. Elle a, dilt-on, pour elTe t, de rompie tout sorlilege,
lout charge contre les nouveaux epoux ; mais il n'exisle
dans la generation acluclle aucune tradition relative a
son origine.
Sans cliercher A elablir ani rapprocihenemen entire cet
usage supersliliceux et les coulunmes dlu paganisme, -
c'esl une simple conjecture dl ma parl, ne pourrait-
on v voir une cerlaine affinitl avec ce iltue signal Pline
sur les magiciennes de I'anlitqiile, qui, voulant porter
mallieur ai qu iidliu'n, ecri\vaient, son nomr sur des co-
qluilles d'ocenfs ? C'est ce jqui a fail dire depuis, A qucl-
ques auleurs, que l'usage moderne de certain pays, de
casser les coquilles d'( enfs aussitil qlu'on les a vidcs, a
pour but de l~itruire lout sortilege.
Des que la marine a mis pied A terre pour p6n6rler
dans sa nouvelle demure, on lui fail boire du lail frais,
du leben (lait aigre' ce de I'eiau; puis on lui done une
poignde de b]W, d'orge et de sel, qu'elle doitl jeter a
droite el AL gauche, par dessus ses 6paules; c'esi, disant-
ils, pour fire descendre la bCnidliction et I'abondance
dans la famille. Le mari s'approclle A son lour, et lui







- 43 -


tire, A hIauler de la l(10 et presque a houl porlant, un
coup ld fusil on de pislolkl, qui, ip rfois, mel Ie feu A
sa coiffure. Cellc gr'ossiere ilanlerie es le prelude de
I'assujellissemenLc de nla femme; ie overalll qu son mari
est desormais Ic nmaiirc absolu do son existence. Mais,
malgr' cel c lat d'abncgalion el de ldeplorable abrulisse-
ment dans Icquel la famine est mainlenuer il I'uliL n6an-
moins reconnailre qlue cos moniagnards no soul pas lou-
jours etrang';rs nax vrais scnlimenis de 1'amour. Je pour-
rais ciler quelques anecdoles 5 I'nappi ; mais ces nou-
veaux details nous eiirnaineraient lors du cadre lrac6.
Apr6s lous les preliminaires d6lailIds plus haul., aux-
quels la croyance supersliieuse do cos populations
atlribui le p[ouvoir de conjurer loul mal6fice et d'aiccorder
la prospdritui an nouveau mrnnage, la marine pieeire
enlin dans la maison, en posalt 1I piied droil s.ur le scuil
de la porle. Son mari I'cnblve alor n estlns ses Iras Ce la
duIpose Idans l'intl riour, landis que les parent s ul les inviles
allendent an dcliors. Aussildl qrie I'acie 1d marriage est
consomme, Ic mniari I'iinnoNiic ie r unI cup ti d pistol
qu'il lii'e ans la cllamiihre oI il sc Irotuve: a ce signal,
lcs cris (de joic, les chanis et le bruit de la poudre re-
commencent avcc plus d'entrain. On naporle la chemise
de la marine, oil sont einprinils les narq us tie sa vir-
ginilc ; la inarice pa;rail elle mime el c lanse2 an ilieu dles
invilts, en agilanii cclle clemii se dans ses mains. Le lour
de la danse des hommes arrive A ce miomcnl, el. a fCle so
continue par ties chlins cl des repas aux\quels prennent
part tou s les invils.
Par IC fail diii marriage djcedi, la fenmmc dail, non selu-
lement la proprilet de son maria, lant que vivail celui-ci,


















ses co-hiritiers. Si elle avail des enfants, ceux-ci etaient
elev6s tans la mason de son nouveau maitre, qni gerait
ce que Icur avail laiss6 leur p6rc jusqu'A ce qu'ils atlei-
gnissenit P'ge viril.
Si le mari Mtait m6content de sa femme, efit-elle con-
Iractn des infirmites depuis son marine, efi-elle, en quel-
,que sore, perdu de sa valeur premiere, il avait le droil de
la renvoyer plans sa famille et d'exiger la restitution in-
tlgrale e la sommie payee en dot. Le mari gardait lou-
jours les enfints, s'il en avail eu de la femme rpndite.
L'autre mode de marriage se nommait, come nous
I'avons dii : zounadj-ndalia, marriage tie la femme donnde.
Voici dans quelles circonstances ii avait lieu. Lorsqu'un
meurtre avail 6te commis, le coupable 61ait condamneD
par la djemia A payer la dia, prix du sang, s'l6e-
vant A mille francs environ. Celui-ci ne pouvant r6unir ..
la some necessaire, ce qui avail toujours lieu pay la
raison que cette some representait, autrefois, une v6ri-
table fortune, se liberal l' amiable, en donnant unte
fiNe tie sa fa.mille, ainsi que 50 bacella dites hak-el-kefen,
prix du linceut du dfuint. Celte fille mAatia, devenaitlll
plultt 1'esclave que la femme de l'individu auquel elPJ
6eait-livree pour 6touffer sa vengeance.. Malgre les mauvyais
tlaitamnsk deont elle pouvait ^tie viclima, sai.s Jlbes







- 45 -


penibles travaux auxquels on pouvait I'astreindre, il fallait
qai'ellc vcul el qu'elle mourut dans la nouvelle famille
donti lle 6tait la propridtC exclusive; c'6lait souvenlt le
,ioufle-doulcurs, la bcle de some de parents rancuniers
et inhumains : Ic sang devait payer lc sang.
Je crois pouvoir meniionner ici un usage des monta-
gnards de I'Aurds, ces Kabiles lu sud tie la province de
Conslantine. Mon intention esl de donner un apergu com-
paratif dc la femmei cliz ccs peoples herhercs.
Lorsqu'iune feimmie, entrain6e par les conseils d'iin
amant, voulnil abandonner le toit conjugal, elle employait
Ic moyen en usage, nommni la yucrba, I'outre qui sort a:
porter 1'eau. Elle se rendail, come d'labilutde, i In fon-
tainc pour y faire sa provision d'eau ; 1, elle souffll il et
emplissail d'air sa penu de bouc, qu'elle abandonnait aux
abords de la fontaine; puis elle allait rejoindre son
aman t.
Le mari abandonnc ne tardait pas a s'apercevoir de
l'absence de sa femmnn : la peau do bouc remplic de vent
lui expliriait clairement son depart; c'6tail chose usuelle.
Des qu'il connaissait Ie nom du ravisseur, il so rendail
chcz celui-ci on armes, accompagnd de ses fires et
amis. 11 fallait que I'amant preferd restilual immddia-
.tement la dot, ou que mort d'homnme s'en suivit. La dot
payee, l'lionneur 6tail salisfail et la femme restait chez
son amant. 11 arrivait copendant que I'allTire ne so ter-
mirpit pas toujours Il'amiable, et quand les rivaux s'en-
t6oaient I'un et I'autre, I'clTusion ldu sang devenail inevi-
table.
En d'sutre cas, si un mari se dlgoulail de sa fnmme
et conm.oiait colle de son voisin, il proposait un 6clhuige












ia iemnme plus VICIiie ou moms jo ic.
Les cas dl'ad ullere 6laient trAs-rares dans la Kabilie
orientale, pace iqu'a;u moindre soupcon d'infifid lii le
maria coupail la gorge A sa femme, sans qu'il efil.t crain-
dre les pouirsuiles de sa famille. J e ne pale pas de la
justice, puisqlue aucune autorii e n'\avai mission d'y veiller
et do I'apppliiquer. Quant la djemnta, elle considt rait Ic
meuirtrier suflisaminent puni pr aIn perte de la some
que lui avail cotili sa eminme.
Si une jeune ie fi avail dtt promise en marriage i un
Kabile, el quc I'appIal du lucre et pouss6 le pere de
celle-ci .t mian queir a sa promesse pour la donner A un
autre, Ie jcune liommne dudlaignt et Ions les siens se con-
sideraient conime prolondemen Iblesses dans leri amour-
propra. On prevail lea arnleOs; il s'en sui'vit sou\vni des
lulles acharn6es, des alternatives de revers et ile succs
do pari ot t 'auire, jusqu'a ce (lue l'un ties parlis Itliait
pied et accordit salis.fction at ses adversaires, en aban-
donnant ses prIlenlions sui' la femime en lilige.
C'elail Ie bon temps, disenil encore quelqnes vieux Ka-
biles : nous lions indpendlants ; chacun .ilail son maitre,
- soullan-rassou, le sult/n dc sa dlte; 1'homlme
courageux ne craignail personUne; il Il;iil sans piti6 son
ennemli; la vie d'un homine n'61ail pas plus eslimic que
celle Id'une nmoucle (Texluel). .'
Le plus grand outrage, le plus grand chliAtiment q u'on
puisse innfliger un Kabile, c'est d'iicendier sa mason;
non point quc celle mason, ou plul6t celle clhaumi6re,
represente une valour imporlanle; mais parce que, A sa








- 47 -


conservation, au respect (ti'on a en qnel([qne sore pour
elle, se rallache nil sctilmncnt d'indIillen(dnce on 1'aimou r-
prop)re.
Clecz cc pimple arricri passionn6 e sans frein, ce mode
(d'insille ainit souvent employ I pour assou\ir unie ven-
geance qu'onii n'osait avoner, (ldis la crainie lIe lerribles
reprcsailles on la vie cuaitl n joi.i Si le iprop)rit.laire (I'une
maison li file'' on di'un vergier d(1levasl pairveial :i reccon-
nait'e la main d'ob u Iai l lit I'oflfe se, ii s'en plaiglnail i' sn
(djiill;ia ; alors, si Ic colpaile apliparln il ;'i line ,ilure
triliu, il v avnil prise (l''irm s el cornilnis; s'il dail die la
rilJu m imne, la d(jeml;i;i se r;inspolioit ti sn duccmelllne,
coniinc niiu it par la rilnirce eni cenrlies, puis I',isani ailtiire
ses busliminx qui claieil dlonncs en dillf De I;i, proveiiioilt
souiventl des aniii osilds ec des guiclrrcs intiilc n aiiuibles.
Lorslq'ilin iiicendic accidenlel consumnit ulne niaison,
(qil'U1n o i';iragan 'I i tlruiiil unii rccoltle, on qiu'unie i pizoolic
d ciinml it on enle'vai u ilt lroupe;il, tous Ics fi'r.irs di la
tribu venniient au siecours des 'vicimus ilu sinistre. Les
velnts de terres. d'olivi,-rs on le j.iridliis, et;iient rarcs
entire Kabilcs; ils iprilr.airinl les inellre en gnage rahina),
pour clur valour iapproximntive. Le pri'leur en jouissait
juilsqu' ce (Jqe son debileur on ses lilritiers rIcsliLnssent
la somnic )ei' de.
Les populilions de I Ka bilie oriCenale, comme cclles
du Jriiijur, si longicmps rebelles :i loule dominnaion, onl
colnselrve, coil im e nous l'a\'ns vu\ pills li: iil, dl-s coutuliiIes
et des usigcs iralitionnels, qiu'll csl tres inlriessanl pour
nous Jd'6tudier ul dle bien coinnaili'e.
Dans Ie Jurjnra existent dus chaurles, appeldes vulgai-
rementkanoiun, lois dcrilcs, on bieni encore ada,









usages traditionnels sanctionn6s par la pratLique. IS~s
gallons parlor de cells de la Kabilie oriental, consisi~uit
aussi en coutumes pleines d'originalili, souvent m|me
grossieres et barbares, mais qui ont cependant un c6tl
sons lequel se revele le caraclere et l'esprit de cc people
primilif. Voici en quelle circonstance je dicouvris le texte
original de l'une de ces charles, ce qui me mit s.ur la
.voie de documents analogues plus complete.
Le 15 juin -1860, une colonne expditlionnaire, com-
mand6e par M. le general Desvaux, p6nldtail au cceur du
pays des Beni-Khettab, principaux instigateurs de la re-
volle qui avail eclate a celte 6poque, et tabllissait son
.camp sur le djcbel Taforlas, le ch/wiie, don't la cime
(H151 nimtresi marque, en efdel, le commencement de la
zone oh la \vegLatiou ne peul alleindre. Le 19 juin, une
colonne l1g6ire de quelques hataillons sans sacs, poussait
une reconnaissance vers le pic de Sidi-Mrilouf, oil, assu-
rail-on, une partie des rebelles s'elaient relies avec leurs
families et leurs tIoupeaux.
Le Sidi-MliArour esIt n immense rocher aride, plein
d'anfractlosits, surmont1 tie dplusieurs dentelures aux
forces bizarres, que nos Iroupiers, dans leur language pillo-
resque, baptis6rent du nom des Cornes dii disable. Ce ro-
cher se d6lache de tous cl6ts, par des ravins, des pre-
.cipices et des abimes d'une probondeur prodigieuse, qui
se percent sur les boards de I'oued Ilaia, affluent de l'oued
el-Kebir (bas Roumel). II n'est relief au sysLtme du djcbel
Bou-Touil, don't le Taforlas est le point culminant, que
par un col rocailleux tres trMoit.
Vers le coucliant et au pied du rocher qui se dressed 'a
pja. un bouquet d'arbres, arros6 pa'r une bele gJeIe,








- 49 -


former un onsis, an milieu de Inquelle existed, sous un
gouriLi en dis, Ic lombeau ide Sidli-Marour, rmarabout v6-
Ilere, qui a donne son nom a la montagne (1).
Dn col6 oppose au gourbi, vers le point oi Icl petit col
fail s;i jonction anvc le pic de Sidli-Mirour, existent encore
des grolles ina(relles que les insurgis abandlonn6rent en
nous voyant arriver. Nos dclIireurs a;ynt pinldIre( dans
ces cav\rnes, y Iroiuvereni (ueclulies pols de IJourre rance
ct dl.s uwilrtus implies de couscous (1 de farinc. Dans un
coin, et au milieu d'un las de chlilfoiis et lde guenilles, un
zouii e d.couvrit plisicurs luhes en rosea:iux, renl'ermntn
ies pa;piers roulcs lqu'il me Ilonna. Ces papniers n'avaient
aucuniin importance: c'milient, pour,' Ia plupari', de simple
notes de graiins l 'prits, des temoignages recieillis pour des
affaires d'inildrIt, etc....; enfin, j'y Irouvai le document
curioux don't voici la tr.iduciion (2; :

a Lounge iA Dicu unique !
i Que Dieu rIpande ses benediclions sur nolre seigneur
Moliammeid, siir sa famrille tl ses conmpagnons. Salut
La totalile de Ia djemnia des Oulad-DBarclh, grands et
pelils, a conmparu par devant nous, el il n el1 convenu
('un common accord, quc :
Cclui d'entre eux qui frappelrit pour sa.ivegarder les
(I) La 1kgcnene de Sidi-Mironf ne rliporte rien de remarquable; la tra-
dilion n perdu le soue\nir des is in acll e c saint hliomPme, enu, dit-on,
de liagdad, ofi il existe encoi'e des oraloires qn'il nn ail fondes. On dit
seulement quie Ic bmiil du canon se fai entelndre an Sidi-.Mirouil' claque
Ibis qu'un 6lktnemincll exiaordinoire doil survei ir. Lors de l'expiLdiion
dssastrouse di hiey Osman, en 180, celle canonnade surnaltrelle aurail
fail relinlir lous les Oclios de la vall e.
) Jali dedj public le iexte ct la traduction de cc document dans la
RevIe africalue, annie 1862, 6l volume.








50 -
biens de Ia tribu, la dia serail payde par mcsbah, la mdatia
6galement par mesbuh (I ; ,,,
Celni qui frapperait part amour-propre, pour I'lionneur
de sa femme on de la feemme d'uni parenll;
Celui quiui frapperait pour protdger un home auquel
il aurait accord l'hospitalile, si ccl home est reconnn
,lre son ami;
On bien pour fire respecter son jardiin, son verger,
sa recolte, ou loule autre chose dont la violation portrait
allcinte a son amounr-propre;
S'il a lue ou bless son adversaire dans I'un des cas
prevus ci-dessus, la dia et 1'indemnil6 pour meltre fin aux
represailles seront payees par me.sbalh;
Celui qui aura frapp6 p dans I'intler6 de la djemia, pour
empeclier I'empi6tement on I'incendie du lerriloire, s'il
a tu6 on bless quelqu'un, la dia sera 6galement payee
par mesbah;
Si un membre de la djemia succombe, que les parents
du defunl exigent la mort du meurtrier (peine ldu al ion),
si cello mort a lieu, la vendetta sera lerniinc;
Si un volour est lue pendant le jour par un membre
de la djemaa, la dia sera payee par mesbah, mais la
mniatia sera dolnn6e seulement par le meurtrier;

(1) Dia. Piix du sang, 6valu i i in miller de francs.
Mesbah. Lamlne e, par extension, la maison tonte entire ,clair6c
par celle lamnie.
Le mot donukhan, fi, n chcliince, est sonvent i is dnus la mnme
acceplion. C'est N'dqui\alent du bhcl, lenle des Arahes. Celte location
correspond L notre expression : \illa de tant de feux. ,
MAialia.-- Nous avons dil plus haul cc qu'klail la rfemne mdanaa, desli-
n6e ~ payer le prix du sang. Dans certaines tribus, la ,nuatia cThsiste en
un repas donn6 combine indemnity.








- 51 -


Si le voleur est tue de nuil, I'indemnit6 A payer sera
r6partic entire tos ;
Un vol ayantl 6t commis "au prejudice de la djemaa,
et celle-ci s'6tant assernbl6e pour tirer au sort qui, d'enire
ses membres, doit Iaire les recherches, si celui quc Ie sort
a d6signe, refuse d'accomplir sa mission, il sera condamne
A payer un rial (5 francs);
El de mnme, cclui qui, ayant accompagnd les parents
d'un home tu6, pour r6glcr la dia, aurail mangd, c'cst-
A-dire 'reu de I'argent on objets de valour, on no pourra
pas lui en r6clamer la restilution.
Les tmoins presents A la r6daction de celte charge,
sont, cDc.....

Apr6s la pacificalion de la Kabilie orientale, lorsque
touLes les Itibus se pr6sentaient notre camp pour y rece-
voir les ordres du g6n6ral et dire organisdes d'une mani6re
r6guli6re, je montrai ma trouvaille de Sidi-Mirouf, don't
on vient do lire la reduction, a plusieurs membres do la
djemaa. Ils me r6pondireni que ces sorts de rrglements
6laient, de lemps immemorial, en usage dans leurs tribus,
et qu'ils y faisaient loi. J'obtins alor la carte con'en-
tionnelle plus compldle que je vais transcrire:

Louange A Dieu

Expos6 des coulumes en usage chez les Kaliles du
Zouar'a, Arres, Oulad-Haia, Oulad-Aidoun, Beni-Klihetla
et au-tres tribus kabiles, et do leur maniere d'agir dans
les temps anciens. Chacune do ces tribes avail une dje-
iria qui r6glait les affairs selon l'ada on coutume tra-
ditionnelle. Pour composer cette djemAa, on d6signait,










dans chaque fraction, un, Jcux ou plusicrs individus,
clioisis p;ir i les ilnciCe s cli les snges.
Les aflaiires rlquo cello assem blt"e 61ail appel e oA regler
dlainen, par exemc ple": les mI-nrl ageIs, parlags td Successions,
meurlres, vols, inccntlies de maisons, doI e ceri',es ou de
meules d e p illue vols il'arines, alloeila it la inorale pu-
bliciq e, violation iles limits tliallios.
ART. -er. L;a Ieinmie i liil m;,lic e sclon Ic mole ldi
:zouaj el-djedi, raiiiire tie coinliur Ie l maria g Si le
mari tripassail, la femmi e re'venail it I'n des Ioclies
parents du defunt, puis 'i un second, un iroid-'.ine, et
ainsi de suite, come si cClle femmie elaiit une chose don't
cliacun d'oex tliriiil.
A rT. 2. Si tin individlu se mairi, et qit'il so, declare
en lui une maladie le reidant imnlluissa;nl, on lui accordle
un delai de deux ans. A l'expiration die cc ('rnIe, si l'im-
puissance continue, lai fernie lo quille et se rema;rie avec
tin atiilre; seulement, le maii i rce rend lout cc (l'il a
donnd pour elle.
ART. 3. Si I'individu avant conlracle le marriage au
d(jedi lail darns I'imnpossibi iii de solldtr la dot tie la
femme, les parents de c-ilul-ci en reclar nient Ic payeinent
A deux reprises diflerentes. L'insolv;ibililtd ant reconnue,
la djemia ordonnaiit le divorce el obligeait le mari i
6gorger un nmoulon qu'il faiisait manger anx membres de
la djemia.
ART. 4. Cclui (luii, avec prtmedlitation, a atllque el
Lt6 tn liomnme de lia Iriblu, sa mason Cst sacca ;Ie eC d!-
molie. On liii gorge vintg lbemunf, coinme, amended; il paic
la dia cornplei, ou bien, s'il a une lille ou une sceur, il
la done en marriage it l'un des parents de la victim, qui


G)
--3








- 53 -


In recoil common prix Ilu nsang. Celle femmi (el-mdatia)
esl dlonnde :tiix condiliions 111 zo')I 1 .i el-iljuili (1).
ART. 5. Si Ic meurlrier l es pris silr 1 fairly, on le
conli uliti chez Is p.'iarinls de ;a icLiilme, ain qu('ili s le lunein
poi0r vengor Ic sang, par Ic sing. S'il prendl la file, qui'on
n11C piii nSe, 'par colns6 icnile I' arrleir, on lii inliglt la pu-
nition sutsdil' (Arl. 4); il est banni de In tribu; ci, qu'il
possclailt reste clilre le.s illtiiis des parents lin ildfunLi qui
en jouissent. Cut 6i;t t(e chozsos idlre jiusiul'~an moment
oh los parents ile Ia victimile acceptent laI dia oi la nualia;
s'lls n'"icceplet it pas cel arrangement, le mncuirllier lno
renlre plus ilan., son pays.
A\r. 6. .- Si un liomini est accus dol meurtr'e, mais
lu'il 'n soil pa, consl;l;t6 q(p'il esl conpu;ble, les parents
de Ini Viclime cxigcnlto le s erCllent lie ;irt l de I'accus6 el,
avec lui, 1ii, cinluqi ntl tie ess proclhes. Si !ui on ses parents
relfuscl ni prtolr c0 surmoent, on thiei s'il ne rI6nit pus
Ic nombre dle cinqunlie t inoins, il esl puIni ainsi (u'il
est dil pius liaul.
AnT. 7. -- Si un volour esl In I dans I'enceineo dl'une
maiison, coCli iqui I'a Ini paycran 4.0 louros (c'estl-'-dire
O0 dlouros diiincs par lui eit 0 :llnres par In dicml;i).
Los iarenIs d(Ii Ild6unt reccoiv-ent colic somine, et I'affaire
est Icgico.
ART. S. Dex indtiviIlus so) ballanl, si P'un arnic son
fusiil p ior Ic dtc6 lial'r er sillr soln a. vers;iire, OI qill Ic coup
ralc, on lui iilligc line nllnenll1 qui consisle ;1i Ii oi corner
CinqI b(ciuls; m;iis cela sctiliiiento l loanss Ic eas oil I'idvcr-
(1) Les Knliltes dii .jiluijii u liaiie'l anssi (lans lrusage Id doinner quel-
qili'fois C li lllne f' in 111i ii i\ (I ': .do ii l e pour
h.* s-nII u









a- 54 -
sari:qui a veu frapper 6tait sans arnmes. Ceri qui flrappe
son adversaire avec on sabre et le blessed 16g6rement, paye
un douro et demi d'amende.
ART. 9. Celui qui se disputera dans la tribu et pro-
f6rera des injures, on lui abattra deux bceufs comrne
amended.
ART. 10. Celui qui maliraitera un stranger ayahl
nn ami dans la tribu, cel arni exigera de I'agresseur dix
r6aux d'amende (1i. Si les mauvais trailemenis ont eu
lieu dans une rejouissance on uine noce, 1'ami exigera
vingi r6aux.
ART. '11. Si deux individus se ballent sur le march,
chacun d'eux payera trois douros d'amende.
ART. 12. II est d6fendu de reclamer le payment
d'une detle dans I'alelier du forgeron travaillant aux ins-
truments de labour. Quiconque. se disputera dans cel
atelier sera possible -de 1'amende d'un bceuf. Le cr6ancier
ne recevra ce que lui doit son d6biteur qu'en deliors de
l'atelier.
ART. 13. Si une querelle s'616ve entire deux indi-
vidus, que les parents de 1'un d'entre eux viennent en
aide A celui-ci, I'aident a baltre son adversaire et le
blessent, une amended de deux bceufs sera inflig6e aux
agresseurs. Ils payeront, en outre, I'indemnit6 pour les
blessures faites.
ART. 14. Lorsqu'un home aura 616 blessed dans
une rixe, I'indemnnit6 A li payer pour sa blessure ne sera
fix6e qu'apr6s un d6lai de six mois, selon la coutume.


(1) Cet usage correspond I'anaia des montagnards de la iabilie occi-
dentale.








- 55 -


S'il y a fracture d'nn membre, 1'evaluntion des dommages-
inler6ts aura lieu an bout d'un an.
AnT. *15. Cclui qui vole tin fusil i quelqu'un de la
tribu, s'il est reconnn coupable, le proprielaire de I'arme
recovra 25 francs de bechara ct la valour du fusil sera
cstimrc 75 douros. Pour un pistolet, cclui qui I'aura
vole payern 25 douros et de lechcara 3 douros.
ArT. '10. Pour lcs autres anrmes, tells que sabre,
coulcan, etc., I'autcur dIu vol elant dccouvcrt, payera
un mouton d'amende, en outre, la valour de I'objet vol6,
ainsi qu'un douro do bechara (1).
AnT. 17. Quiconque volera une mule, payera 25
douros et la valeur de la blte. Celui qui coupera le crin
A uine mule ou autre bMle de some avec prlmm6dilation,
payera 2 douros an mailre de I'animal.
AnT. 18. Quiconque volera un boiuf ou une vache
dans la Iribu, payera 20 douros, valeur de I'animal, et,
die plus, la beciara.
AnT. '19. Si un 61ranger vient sur le Imarcli de la
Ilibu eC commit tn vol, s'il cst reconnu coupable, il cst
possible de la punition infligc, danns le mnlme cas, at un
home de la tribu; de mdme, s'il so dispute sur Ic
march.. Si un home de la iribu vole un stranger, ii
sera puni scion I'habitude 6tablie. --- IKl egalement, si
I'6tranger frappe un home de la tribu, il sera puni de
la peine portec pour cc fIail.
AnT. 20. Lorsqu'un trangcr est reconnu avoir
commis un vol, et qu'il ne reparait plus sutr le marcIh


(1) La Iecliara est le cadeau, la recompense, donniie a clini qui dc liouvre
al dinonice I'anlmtcr (d'n crime ou d'un vol.









- 56 -


de la tribu dans la crainte d'etre arrti6, on r6clamera le
prix de cc qui a il1 void i to Is Ics membres de sa dje-
mia qui viendront au nmarch6, jusqu'i cc que celle affaire
soit reglee. (Principe de In responsabiilil6.
ART. 21. Pour le vol d'umne brebis on d'une ch6vrc,
le coupable payera 5 louros et la bechara.
AnT.' 22. Celui qui volera des eflfes, une sell, une
bride, in I al, ine single ou line bride de mulel, si Ic
vol est conslaI payera 4douros an propriilaire des closes
volt es, ainsi que leur v\al iur et de plus la becliira.
ART. 23. Celui qui volera (dans) un silo, s'il est
reconnu coupable, payera 15 reaux bacela d'amende ec
la valeur de ce qui aura Ale soustrait. Quiconque volera
le produit d'un terrain de culture, d'un verger, d'un
jardin polager, d'une meule de grains 'gerbes), payera
un rdal, si le vol a eu lieu de jour; si c'es( de nuil,
I'amende sera de 5 r6aux.
ART. 24.- Celui qui sera reconnu avoir vole tin soc de
charrue, payera un douro et demi au maitre de l'instru-
ment.
AnT. 95. Celui qui penelrera dans une maison inha-
bilde el y volera quelulu e chose, payera un dlouro el demni.
Celui qui delerior'ra une poutre ou tn monlant (1), ou
la porte de la mason, payera 2 douros.
ART. 2G. Celui qui met le feu 'i une mason cou-
verle de tuiles, payera 100 douros; liour celle couverle en
bois ou en corce de chlne-liiege, 25 dlouros, selon la cou-

(1) J'ai Iraduil les mols gouintas et rek a pa p i poulre el montanl. Le
premier est la pii'Le de bois transvcrsale de la toilure, et le second, le
monlant plant en terre, vers Ic milieu de la chambre, servant come dc
pilier pour souvenir cette poutre.






,I, iiiii










Inme. Si I'indivi'ii accuse d'incendic nie le Ihil, il prilcra
serment avec 95 lemoins.
AnT. 27. Celui q lui c in clien, paye 25 francss a
son maiirec, A nioins qn'il nc le lue an moment o i il so
jelle suti luii pour Ie mnordre; dans cc cas, il no sera pas-
sible d'ancune puniiion.
ART. 28. Cclni (qi ( iraliiluera uno ouverlure dans
le niur do la nmaison d'aulrni, inais qui n'aura rien vole,
jiayera ai miailrc e la inison 2 domos it demi (1).
ArT. 29. Celui quii vole des i'uches a miel, s'il est
rccoiinuL coiupabllc, paycra; 7 doulnos. Celui qui vole mIl
moulin Ijras, paye 2 dloumiiroes que Ic vol est conslati.
AnT. 30. -- Celui qui diracine un arbuste (loute chose -
planlcc on terru) dins un jardin, paye'a 2 douros el demi
do dommagos-inidirls. Colui qui meltra le fiu ,t un olivier,
on A lout aulre arbr' Iriiilierl, payera 5 douros come
valour de I'arbre, el 1 douro et de;mi d'amnende A la
djcmi a.
ART. 31. Celiii qui met le feu A une rmeule de )aille,
paye -10 r6aux i son proprietairce e 1 douro et del(mi h la
djemia.
ART. 32. Celui qui franclit lai poric d'uiinc maisoIl
sans Ic consenlcinIent d son propriitaire, piayea 20 r6aux
bacela.
ART. 33. Celui qui dl6rioir la queue d'une Hile
do some, les comes d'un bceuf de labour, on autres,
payera -1 duuro au propriiaire do I'aniimal muIilc.


(I) Le moungar ( o"..), on course pince en Icr, faqonnie en iied de
bilhe 5 I'un de ses houis, esL I'iinstrunmnl doni so serveiu les volcirs
indigencs pour percer un mur et pnctrecr dans tune mason.


- 57 -








- 58 -


AkRr. 34. Celui qui endommagera 1'eil d'une tmule
ou l'un laureau, qui aura frappe le ventre d'une mule
au point de la fair avorter, payera, pour I'un de ces
motifs, '10 douros. EL, de mime, celui qui vole un
ane, paye 10 douros.
ART. 35. -- Celui qui enl6ve la femme d'autrui, d6s
qu'il est reconnu aulcur du rapt, on lui Lgorge six bceufs
trois sont pour la djemda, el les trois autrcs pour le
mari. Si la femme pousse des cris au moment oil
I'homme la saisit pour lui fire violence, celui-ci est
punissable comme le prescrit la costume, et son serment
n'est pas acceptable.
ART. 36. Celui qui surprend un homme avec sa
femme, s'il s'empare de que-lque effel appartenant 1
I'homme comee pieces A conviction), celui-ci esl possible
de la peine d6lerrinee pour ce cas. Son lemoignage
n'est pas accept. Mais on ne lui fera rien, si aucun
objet n'a 6e pris.
AnT. 37. Celui qui saisit une femme et la viole,
comme il est dit ci-dessus, la djemda lui abaltra deux
bceufs. Elle en abattra cinq a celui qui accomplit la nime
action sur une fille.
ART. 38. Celui qui aura enlev6 une fille, si celte
fille meurt chez lui avant d'avoir ete epous6e r6guliere-
ment, payera la dia complete.
ART. 39. Celui qui s'enfuit avec une femme fiancee
A un autre, payera la dol au complete, et, de plus, une
amende de cinq boeufs.
ART. 40. Si un Mtranger habitant la tribu enl6ve
une femme de la Iribu, le voisin d'habilation de l'6tranger
payera cc qui est convenu pour ce fail.


Iiiiii


1


.1
ii
ii
rl:
ir








- 59 -


ART. 41. -- Si un homme de la tribu enleve In femme
de 1'elranger habitant la tribu, il payera 20 douros, si
cette femme est rested avec lui plus de sept jours. La
feiinme relournelensuite vers son maria.
ART. 49. Celui qui enl6ve une jeune fille, vierge,
ne pourra I'dpouser qlu'avcc le consentement de ses pa-
rents. Si cc consentement est refuse, il payera i la dje-
mila une arnende de 5 douros. Si des amis 'ont aid6 dans
Ic rapt de la june fille, cihacun d'eux payera un dcmi-
douro d'amende.
ART. 43. Celui qui trouvera sa femme avec un
home, s'embrassant, s'il les tue tous les deux, rien ne
lui scra fait.
ART. 44. Si la dljem;na ordonne une prise d'armes,
un r6al d'amende est inllige a celui qui aura lard6 ai se
rendre a I'appel.
ART. 45. Si la tribu fait une razia sur I'ennemi, que
des bmufs soient enlevis, personnel n'y touchera jusqu'a
cc que le partage soil fait entire tous. Cclui qui aurait
soustrait un bceuf a son profit, payera une arnende de
deux bceufs. Celui qi aurait pris un mouton subira la
pine determinee.
ART. 46. Si un home de la tribu lue un ennemi
dans un combat, el que I'un de ses compagnons le pr6-
cede dans la capture du fusil de I'ennemi tuw, la prise
sera partagke entire celui qiu a tui et celui qui a pris
I'armc.

11 convient de fire remarquer que ces reglements con-
ventionnels des Kabiles orientaux, auxquels il manquait
to pjrincipe d'union qui, chez les Zouaoua, constitunit









- 60 -


plusieurs tribus en conf&16ration, reposaient sur des bases
Ir6s mobiles el souvent mine conmradicloires. Ce qui 6eait
admis dans une Irilbu lait meconn'.i clicz une auire ; il
n'y avail, en un mol, aucune sulidari i cnire elles. Et,
de plus, dans une t1 ibn, si une famille 6iail assez puis-
sanle, c'cst-a-dlie si ses membres 61iient I uflisaimmenl
nombreux pour exercer une sorte d'intlimidlaion sur la
djemiaa, sa v\oloni6 ,6lail souvcinine ; Iouis t es les is con-
ventionnelles 61aient lransgress'es, selon la ncsure de son
caprice. .Mais, si le crime 6lait imipuni, la vengeance in-
tlividuelle ne s'exerail ipas moins, de parl el d'aulre,
:;vec acharnement. De li, s'ensuivaient des lutles conti-
nuelles, qui mellaieni en jeu les passions le s pls bar-
bares. C'61ait la vie savage dans tonie la fierl el I'ind6-
pendance ide ses allures.
II y a quelqucs ann6es a pine, il fallut delruire, chez
les Oulad-Aidoun, une lbnde de brigands rebelles A lout
pouvoir, qi, i toute t poqlie, furent la terreur de la
conlr6e par leurs menirres el leurs pillages. Chez les
Kanliles m ines, dans leur tribu, ils passaient pour des
gens intrailables et feroces : c'6laient les Arb-Taskifi,
vivant a la fagon des anciens 'roglodyle y, dlans des ca-
vernes nainrelles, au milieu de rocheis inabordables.
Si, come I'ont dit quelques autlers, la nature du
sol et du climnal sont les causes (qui influent le plus sur
les mceurs el les usages des peullades, il flau rail allribuer
Ic caracl[re faiiouche de ces inoiragnards au pays difli-
cile, Apre et sausage qu'ils habilent, aulant qu'aux escar-
mou ches journalieres (u'avani l Iur sonmission ils avaient,
a cliaq in inslia l, entire voisins. Si on i1e10rroge un Kabile
sur son pass, cclui de sa famille ou de sa tribu, on. doi









- 01 -


s'an enilrc A colcl riponse : il y a tln sang enlre n11oi cl
idles gens. La v'drl'llta l6ail consilcrec come un
devoir; celni qm i no sc so unellail )as a cellc coulume,
nc joiissaii d'aincune csline; on Ie irail;it do pollron. A
I'appui ti ce quc j';ianv c,- je cilernai la mnnii re d'agir des
Beni-T'oulfn, d(es Ieni Fergan el tic presqile toins les labi-
tants dlu m:issif iaui formne Ic proinonloire des Selbi-[lous.
Apris ( i'in mliLnruiI e ;a\li. eit comimis, les );aren[s du
iourlricer so rciiiiissaicnt ie allaient demandi r pardon du
crime ;'i la fa;niille tie la vicliine. Celle-ci accept; il la dia,
s'dleva1nl, clez eux, A ccii Iiaclea. La some dinil reli-
gicuscemel colnservec inlncie el 1dposee lains une cone
dl IiouMf, enfiouie ensilie dains un coin dle la mason, jus-
( 'iii' cc quI, on icniebrc de la in amille eCil ent g Ic parent
assassinic. .es ccnt liacela 6inieii, A ce inoinent, sorlies
de Iceur cachlltte cl resliluceCs iux pruches dlu premier
min.iirli ir. T'ail (iue colle res uliltion n';avait lins lieu, on
disail d!nas Ia Iribu : a Tele faimille a encore sa cornc
pleine; elle alltend oin hommr e de cceur pour In vider. n

Clanque lois q(li'une djmcni;ti dait appelce A jliger tin
proces tant soilt pincux, click dcfrirai le serment aux plai-
deurs, el ddierminail, selon l'importance de I'affl'iire, la
qualil6 (parents on strangers) et le nombre do tlmoins
qui deanient coi)maraitre. Ainsi, pour nill lleurire, coumilel
on a pl Ic voir dans. le repglc cmcn qui pirecde, il diail
diabli quo cinliianLe iilnliviilIs dejposnicilt conllr l'acciuse
o eln sl I avciir.
On e'n exigi';ii v\ingt-cinIl pou'r in vol Ilc cliev\ iux ou tic
mlltCIS ;- q(uatorze pour ti vol d( bcslianu, el, enlin, sept
pour unie coniestalion de propriedi ou do lirniles de terre.








- 62 -


I1 est 6vidcnt qu'en cas de meurtre cinquante individus
ne pouvaient pas toujours avoir vu commettre le crime;
mais leur r6le 6 ait d'appuyer, d'homologuer, pourrais-je
dire, la declaration de celui qui avail fail appel A leur
tlmoignage, se rendant ainsi solidaires de sa parole. -
Dans ces circonstances, I'interess6 se mellait en quite de
tlmoins; come il dtail dificile, parfois, d'en r6unir sur
place le nombre necessaire, ii allait courier dans lesvillages
environnants, assez loin meme quelquefois, pour em-
prunter des tlmoignages: il demandait a ses voisins de
venir souvenir sa cause par segment, A charge de re-
vanche A la premiere occasion; el, en effel, il se mettait
A la disposition de ccs amis complaisants, dds qu'A leur
tour ils rIclamaient le meme service.
11 va sans dire que si ces t6moignagnes se prltaient, il
y avail aussi des individus pen scrupuleux qui se vendaient
au plus offrant.
Qui n'a pas de t6moins mieurt.

Cet axiome kabile devait sonvent Irouver son appli-
"cation pour Ic plaideur qui ne pouvail assouvir la vena-
litl de t6moins complaisants.
Au jour indiqu6, plaideurs el t6moins se rendaient au
tombeau d'un marabout quelconque el pr~taient lir
serment. Celui qui avait pu r6unir le plus de voix en sa
faveur avail gain de cause, et se faisait 6tablir par le
taleb de I'endroit un litre sur lequel figuraieni nomina-
lement tousus cx qui l'avaient arrdtl.
Parmi les marabouts choisis de pr6f6rence pour ces
sorles de jugements, il convient de ciler, en prEiejr
line, Sidi Bou-Yahia, de Mila, nonmm aussi Bou-Maiit-








- 63 -


Naga, le marabout aux cent cliamelles. La croyance po-
pulaire, nouLri e et exploite habilement A leur profit par
les. taleb, est qu'on ne peut se parjurer dans l'enceintc
de la zaouTi du saint liomme, sans 6tre frapp6 de ccilt
on de morl violent. Je crois qu'il ne sera pas sans
intrdt die donner quelques details sur ce personnage,
don't la m6moire et le toimbeau sont toujours en grande
v6ne6ation dans la Kabilic oriental. Voici cc que la tra-
dition rapporic son -gard; je transcris la notice bio-
graphique donnde par I'oukil de la zaouia :
a Sidi Bou-Yahia- ben Abd-Allah -ben- Mohammed-el-
Ilagani-ben-Naman-ben-Abd-el-Latif, Ifr're de Sidli Abd-
Allah-ben-Serah, Koraichite d'origine, 6tait imam des
Arabes qui, sous la condnitl de Sidi Okba-ben-Nafa, firent
invasion en Afrique I'an 607 de notre 6re.
o C'est en Egyple que sa saintet6 commenya i se ma-
nifester par des miracles. D'Egypte, il vint a Tunis, oi il
resida quelques annecs, pendant lesquelles il fonda, Iiors
de Ia ville, une zaouia, qui existe, dit-on, encore. De Tunis,
ii se rendit ensuite :t Bougie. LA, il cr6a le petit oratoire
A couple qui se voil, aujourd'hui, sur le llanc de la
montagne, au fond de I'anse de Sidi Yahba et A c6td de
I'6tablissemenl de la marine ('1). )
Aprcs avoir s6journf quclque temps A Bougie, il vint
se fixer ia Mila, oil il v'cut jusqu'lt sa mort. Peu d'instants

(1) Les BDogi,'l es comment le rundalcur de ccl oratoire Sili Yaliia-
lon=-'Zuknrin, eIt Iprelndl ntl qule Ic snnton y est cnltrr'. Celle version
ne Iparal l prob:blel Ce serait cMli dlont parle M. Clherbonneau, ldans tn
travail intiliul Galerie des liitIrateurs de Boigic :
Abou-Zakaii-Yia-Ynia-ll-en-Molhdjoila, de Siulif, itlnilt trs inslriil dans
la science dn droit. II termina, a Bougie, une vie exemplaire en I'an-
v46WHm (die J.-C W8).








- 64 -


avant de rendlie Ic dernier spupir, il r.unit ses nombreux
eleves, et leur dil : a PinCtrez dans les bois qui enlonrent
Mila ; vous v trouverez une grolle (kheloua) prp:aree pour
me recovoir el ~ire, pour In posltrile, I'objet de la v6ne-
ralion qui m'est due. ,
La zaonia idc Sidi Bou-Yahia est sitiude sous on bois
d'oliviers, I'exlremii t oniest des jardcins qui enlourent,
coniinneu fr:ic e et verdoyante onsis, la pelite ville de
Mila. L'l6ablissement est de pen l'imporltance ; il se com-
pose de deux cliambres r-servees lux tllba et aux voya-
ge0 nrs, du bil-es-selail, cliharbre des prieec sous liaquelle
sc Ironve le lomnle;an du rm;ra;boil, au(uiel on arrive en
descendants une diznine de ema rches de construction in-
digene. Les cinq premieres marches conduiisent une
grolle nalirellc te de l~-x nmves cares environ; les cinq
derniires donnent accs A la grolle infelrieire, an miiieu
de laqnelle se tronve e lc torbeau, reconvert (l'elendardls
relig ieux. Rien, dans ces grolttes, ne m'a semblld announcer
le travail des honimes; les architecles du pays se soni
lorns i'i blanchir I'inlierieuri et A former chacune d'elles
par uine petile porte fixCe A une murelle en mngonnerie.
Les indig-nes qui y p~ndlrent n'en sortent qn'a recuulonis
et tlrs rdvIrenciensement.
La zaouia jouissail jadis de grannds privileges et recevait
de nombreux presents; son enceinic prolegeait aussi
quicoique y cherchait un refuge contre la jnsrice des
homes. Les miracles attribuCs A Sidi Bou-lYahia sont
nombreux; les habitants de Mila s'empressent d'en fire
le recil a tous ceux qui vont le visitor; ils citeni pinsieurs
individus qui, ayant prile un raux segment au nbm du
marabout, ou n'ayant pas accompli un voeu form dans








- 65 -


un moment d clanger, ont p6ri l'nne maniero Iragi-
que.
Pour neI pasnsciirer d oanss tons ls details qrlu les tol
raconlenl avec un scricux imporl)eturl):Ci- l, je me bornorai
it rapl)orlori sciulement l'origine -Il surnoin de Bou-.11aial-
Naga;, (loniin n m1arab uut tleipis LIII Cleni-siicle environ.
Tclhaker, bey le Consliinliiune, aivant clh.'tic qiiellies Iribus
de I'ouesl, s'e nipara lde niombrnen troupeaui; x de cli;mnlea;ux,
(qu'il (lirig,'ac siur Colstailllinc, sons I;t conduile d'ui noinnme
Dernali, k;iidl el-azailj. Cela so llass;aii t sI ; 'ip1' oque tles forces
chlalc.rs dl I'cid. Lorsqile l: car.ivalne arriv'a Iux environs
do Milai, son clef orilo a di fair'e n111 halle sous les
arn'res qii environment la people ville. Tous les clinnealx,
livr6s I;' ePux mnics pOi Liendanl 10uo leurs ganr(liitns (lorni,6ient
i I'omibre, entlerlnt dans les j.-irlins et y cnnsrirernt dc
grandls ilegils ; ls pilaintalions q i enlo ur''nt li zaonTa ne
lur.ent )s lus I) m iinig6C, s quo In reo.lo de I'oasis. Tout-
i't-coup, till bruit C1ioutvaiil;il,') pllis clatilnt (10ue la (1d lo-
nation die cent canons, sc fit entendre. (C''lait I m:ira-
bout, qlii manil'slait son micoejl ntemnril dILu 1)pe de
respect q 'on avali poiir soil se61i1lcr. l.es clianne:ll x,
efnfay6s et voulant fiiir, so licur ie6rent los uns contlre les
aulres. Einfin, cent d'eiitre u.x lombnlrent come Pfiu-
(drovs. Le kahid el-;izib lait ;au 6lsespoir, car ii re-
douilait mI oins la colderc l n I r11I abllouil que cell diI bey,
qui n'uraitl ;is manque dIe 10 piunair dcl sa nIIgligence.
Sollicil piar les lollm do Ia z:oni'a, qji lii ull'rienl d'in-
lervenir en sa rfa'ce r ;uprl- l c son ;ilic, il ipromiit
'oll'rir une belle mule ltout lii:inarch6lc, si cellt grace
lui c6mil accorlde. Le hev p;irilomi;a, in effcel; ;mais Der-
nali oublia sa promesse; aussi, rapporlc la Icgenule, ne
S









00 -

ltrda-I-il pas \l dire puni ile son pnijnre : il devint avecule,
el moriirl, pc'u ;:lres, da;is l; misire In pilns prolnnle.
JU vais, il;lilteli;mil, Iralnscrije iwi qjuelpies fI;igmenils
(ie cli,iniS kiahiles, rien lie me |ipaiiiss;inl plus )'Olpre a
donner title iil6i, de I'inilividuAIlild e ceiie conlree et de
I'expression nai\'ve i g6 lie ile sos libilantls. Ce sont e6-
n6eInlermnct t dies clinils il'aliiur, oil des jilesiLs di genre
narralil'siir tiln vileirlenl impnorl;inl, (l, fill, des ly'lnnies
de denil on laimenlalions porii' ctllebrer lai m6moil'e d'un
pare;i'i d6dtc (1).


CHANT A L'OCCASION D'UNE NOCE.

Coinbien vous aiez marehd, 6 mes pieds, el comibien de poussiire vous
avez laissee derriere vous !
Mes amis onl apporlit la lianede come I'atiraieint faith les faucons de la
monlagne d'Agar.
Que notre salute soil sur le maitre de la mason; les amis de la marine
f1'appel l n\ie It feln.
Que ouire sulut soil sur le Ihrineai; les amiis de la maihie sono tolls des
honiines courageut.
Que notre salul soil sur la porte de I'elclus; les amis de la nmaride coitTenl
liirrnment le kabous 12i.
Alliinimz lalampe garnie avec I'huile de la jarre; les amis de la marine
ont des vleemnents lilanes conmme de I'argent.
Allimez la lampe, ain que nous vo)ions I'iniirieur de 'liabitation; les
amis de la marine blillent comme I'or.
Madame la fiance! lille du nulle, nous a\ons laisse son pirre pleurant et
poussant des cris laiiienables.
O madame la fianuce! petit serpent di seniier, aux yeux noirs et aux
minces sourcils.


(1) J'ai public 1i ttexte de ces chants, don't je ne done ici que la ira-
diiction, dans la ievcue africaine, 6m, volume, p. 432.
(2) Kabous, plusieurs caloltes en line blanche, embolte:, les ties daus
les anires, don't se coiiffnt les Kabiles.








- 67 -


Dis h ta belle-niiire de sortir los anneaux le pied po1)r' fla iac o qui csl
ieniie.
Dis h la lielle-mnere Id sorlir C' qni'cllc a cnalil;, de sortir les agrall'es
poilr la fiallnce Illii esl venne.
Dis a to hIellc-mlre do sorlir cc qn'elle a caolch, ile sorlir lIs foulards pour
la liancc qiui csI \i'tiIC0.
En pssai ar lii, j'ai reiiconll'r Msaouda, allant cliherclier dC I'ain.
Par sa taille hien plisc et nIec la ceinlt're 'li I'enilonm, elle rIssenillde
an lier Ture qui pr6le ,ait iijuiiSic in tl i ill illp tl.
Los inssis de Msaonda south coniine It psnuiiineai alronildi deos pistoleils.
O lille de Boun-Z'arlo! les tresses ile res cliCevcn sonl bllondes.
O nia belle! je de ieii.s on do toi, ales le ilmalin an point ill jour.
Si it voulais il'acciuillir, je \teindrais poil lo i cc queI jC possulde en ci
inonilc.
Admirez sos clieveux, no dirait-on pas Ie plumage d'lnne anlruclhe ?
Mon co.ur s'cst envole vcrs Msnouda; a cause d'ellc, ma Itoie a bIlancli.


CHANT DE GUEIILE.

Los nenil-Toufout et les Soukia on eri noy3 ilc inonrllrenx mnlisaires;
Ont envoy' do nomlricii\ niissaircs qui ontl lit: 'll'Iollez-vouis et plrenez
les arnmes.
Frapllpez avec los balles, mes seigneurs; Ic jour de la guolCrre sainle est
arrive.
Les Mecliatl ol Ie Soukitl, de Sinai solent \ns in'attaquer;
De Sinai sonl \enus ni'allaquer e1l i'coitl rduitlit i a faniune.
Vcenez; livrons en pAlure aux aigles los cadavres lces Iloni-Tolifoul.
Je clhane e e linnaclii, qui narclhe au colibat cooinm Ic l iire.
II esl le plus brave des tribus; avec lui j'lialiterais I'onlroil laingereii
d'Abara.
Lorsqu'il arrive, 6 mes frtres, la refroldil cehlii qii esl loiili (I,.
Cc jour li, 'Amer ktait soul tL D[emama.
'Amer 6cait seul a Demanna; it rugissail connne un lion.


(I) Lorsqu'un Kalile lombe mort on blessC dans on combat, ses t'rres
foni tous leurs efforts pour no pas laisser son corps enire les mains de
I'ennemi. Its entendent, par n1 tnu qui refroidil, cClui qii est rest stir
place, sans tire mutil ou proltge par los sieiis I'onure les arnaques ile
'ennemi; cu un mot, celui que ses compagnons d'arnies abanlonuent
avant que le froid de la mort n ait fail an v6rialile cadavre.









- 68 -


II avail so'n a5ril b.ll.n iini\ iinrtures d'argen ), et il in laissail pas rI-e
friidir les etnniemis Ionilt js.
Ce jour li, i .MerJj:nlj.id, la frin-imc die: la poutire &tail 6episse come iin
brouillard.
La finale 61;it ljp:i-is i comince i i Ibrouillardi, les gu rriers lonmbaienl
couimme Ila let;l illc ds:.l arbires.
0 hoiniiies Que le pillron ne sore pa.s ie so inaiiri.
El cc joiir I.I, a Il-, 1 E iio-!lir, |llo l lleilh i I:tcla journ' Oe.
O amis! ils lie v'il,.ieiil plitiL hIattie ei riutraile; l's jeunes gueriiers
ctzi'ent bris'es tie fi ligne.
Les no ij es ii;:entiles o'? contiiinlinul d:ins la inmele.
Cc jolr 11 i, i Suoiia, 6 ines frWr.s ils ii'L6ic'lil qile 411.11 r posies 5 el
la stir des iloi s.
Abd-Allah, Ic lit, ii dleiss cl Milthaiintiied, le lulieur'.
Ce jour l., a Boi- \k .d, j'ai vu le fl; re3l li qit'il 'Iaula.
Auicun ties habitants dle Ueraket ne survcilnt, les Onilad-Souiltan hlrilirent
Lde Icur pays.
Les enfanls dle Maiza se ballaicnl coliime des vault.urs.
Zir'Nudl t les siC s iesltrenil inorls dats les rains.
Les Oulacd-laitiannclice Inssrl'enl IIne charge iL'ur laisser refroidir ceou dtes
leulrs Iqui laieiil lollbes.
El ce jour, a oLn-Lehlenl, 0 meIs amnis!
Combien Ie clint die lguerre esl agr6able,
Bai, Bi, Bai.

LA.MENTATIONS FUNEBBES.

SInon mnilieur 11101on mallieur! Malieur ii moi!
0 un tel! I'liolmme ides passages (dangereux.
O min nialhleur iliLn n11iallier Ma.llier n ii oi

Oh est i1n tel ? O l CsI votre atiullreul' 6 jcuines lilies?
0 celx ( ui .s'IloigineItl! attetid.e ceux qiui reslciit.
Alloeldei qri'nti til vuns rejoigA e, sa iondi're S'esi inouillce (1).
Le Iiercr, a ju de ile n liins ilnellr pallre ses besli;ux, el la \acle de Iie
pils iimantger la feiiille de I'fimte.

(I) A la leiltre la pouilrc S'et 1: unectie en lii, c'est-'-dire, il esl inorl.
Celle exlression locale est aaili'gne it ce laimes ioirinres triniales de niore
langte, empioloyecs poir exppriiner la Ilnilie penst')e. Ainsi les troupiers
distnt queliuitefos, casser sa pipe, coniue les imalelols avaler sa gaffr.








- (09 -


0 in iitl! Iveo-ioi; Ie hI'y marichl sir le village.
M'on ll I ll' Ces sei: COIIIIIC III1u riuille.
II so Ininente .s ir n1111 i I. i laissi, sans I'tponser sa flanc'c.
Moni cll'lir' 10C ie lil (Il Iflrines CCIIIIIIn 1111II InaImll ile.
Le lion descelilI no olnileaii, Inindis quic IC lnItcan lli survit.

0 rmon li llnil. r! non111011 in ell' M.illilr ai moi
Le jenne' fauncoti a albandoito': son nlire.
Li-vc-toi, 1v\c-toi; piiuiiirioi It laiss's-III pgnnei par le suminieil?
P'ronuonco 11 t- ile a ol1 | 'iir Iu ce.s :g1ilis s'.ii aillentl.
LU.ce-loi, lI;:,\ -l(i; i |oiuilu,,i t'es-lnl assOllli'?
Pronoiiec uIne parlei po11 ir qui e lout ce miondle se dlisperse.

Lorscqn'un tel ,lail dans hI sentier', ses yo3ex brillaient coinmie ne
nnipie;
Sa toui'ee dci clIvcnc exhalailt n douo piarlnim (1).
LaI liin 1' soldil! s'est l..C,' inmaladi ;
Ple-irez mfil It'l, Nolls (|iii a sist, z a~i lamentations!
La iiie, t' solcil! Irit ssnill" da.nii '. cici: ii canis'e tde iii.
Sos amis 'acemiiii aglicilt i: l;a o0111be..
Mon cr'ei se rtimlllit Iles pamfumis (IIn bois don\.
I'leure. un tel. Le chvi'ili rCesit scul, sans sonliion, maintenant.
Mon ciicur so riemplit dles pall'iuniis dI ginll'geinre.
Plenrez. ii lel. Le clicili a licild In i 'l, e et lie s.ail illls ile fare !
Entenldcz-vous In amntihi're se ri'jfoir ,t briser les lut niclnies ales nailrecs
danls les il'is.
Plenreo o nn tel; car celni iiqi la chassait W'est plus.
Le l.hger a jui'- die ii' plus fair palitr les hCesli;:im, ct I.a \ache d. ne
plus broteir le sainiloil,.
I'leure. iI t1el ; car I heiy vieindra nim.iintenat camper n milicli dn
village.
O mon imallicur! n mor alnlitr! ,Mallieunr i moi


Pour ces Inmenll lilions 'ii!i-b libc les feinimes SC I'riinis-
seni, ec cclle l'entre Clles itCi liossilec j]o Ilus dc lI;lent
oriatoire, iml)rovisc, sur la lonibe (dIl d(uIil, un clian


(1) La guelloucla est In onilli le clieveiix nic Iqeaucoup de nmiusuilnans
laissent cruire nit soinmetl tc la tilc.







- 70 -


plaintif interrompu, par intervalles, par la lamentation
g6n6rale:- 6 mon inalleur! On exalle les qualit6s.du
(defIt el oiln cxprime dles regrets. Ces chants de deuil ne
rappellent-ils pas la ballata des vocccratrices corses?

I,';agricultuIre n'a pa:s encore fai dte pirogres conside-

01
rabies; mais la popull;ion kabile, de lanillc moyenne, ner-
vensc, maigre eL alive, g6neralement plus initelligenle
ie moins paressetise que les Ar;abes de la plane, est aussi
plus susceptible flue ces der.niers de marcher dans une
vole de progress. Leurs labours sont, en general, assez
r6guliers el assez bien lenus, eu regardd aux dilliculls de
terrain qui se presenlent presque parloul dans ce pays
ile montagnes. lls recolient dlu ll6, de I'orge, du mals,
S dit sorgho, dilu tabac; leurs jardins sont converts de
figuiers, td vignes, do grenadiers, d'abricoliers; quelques
essais ont l'ei lentrs pour 'v propager cl chalaignier. Les
oliviers sont nonlbreux, aussi les r6colles sont-elles abon.
tanles; rmais, par fois, se ldclare la maladie des oliviers
provenanl de I'npparition, ( la suite ties Ilivers peu ri-
goureulx, d'une chenille Ilu genre che\volu, qui exerce ses
ravages sur les arbres el les depouille en quelques jours
de leurs feuilles. Les '1indlignes pr'lendent que c'est un
brouillard venant tie l; merl, qui depose sur leurs arbres
une sorle tie pondre noinriire qui engendre la chenille.
Les richisscs min6eralogiques du cercle, consistenir" en
mines de fer, de cuivre, ide plomb argentifre; on y irou1'
a1ussi de li lerre a foulon, dI sall etre, du lignite, de I'an-
limoine, du pIt ire, tie la chaux hydraulique et de la chaux
grasse. Quant aux caux, elles sont routes poladles" et fort
salubrtes.







- 71 -


Nons ; ns.'vois d6ji d ailaillcurs qlue dles lancs lec corail
Iltrs rii:lies exislulnl nars Ics pirlgcs ido Zi.ima el prC s du
c;lp onif;ll'one.
I.es detux lil' en\'i'on tdls hlabljiili ll s d s inor;1.0ignes,
lpris : sa;isorn les semnilles, c'est-$i-diire, vers Ic mois
d'avril, patient l~pour allcr fire la moisson aux environs
de Conslantinie, ile Guelint i, lo Solil -I in rlie plus loin
dans le slId, oil poonr [rIav iller dalls les villes. Ils sont die
retoulr vers la lin dle .ijillet on le commellncemei il d i'.it,
rapporlant avoc eux le prix di: lour Irnvaiil on inalure oil
on argenl, ct fout alors leir ipropre Imoisson. Poinrlanl,
dans quelques trilibs et noilamnment parmi cells (lli ;'voi-
sinent Gigelli, coinine les Beni-'.A1nrin, les Beni-Alllnmel et
les Onlal Bel-A\ion,on il rea 1'lirqul'., piendan;lt i el(Ihnec temps,
uni lendllince :1 I'c6lligrltion d6filmitive priilcilpalement v\ers
l'unis. Un IUiage, consaicri p;I j'lizil' ili de oi la tlr;diltioll,
c'ost que c2s iiigr;ig anll de. lai K.ibilie Ill" colnslrvaiient Ila
jouissalnc deals le'ircs oin j;irlinis qu'ils possr laicnllt lns
la mionlagilc qu ''it la coruliiion del venir [li'ilreo les airines
;iv c leu1111 frl'C` quii;II d lii gueirr S;ilic 1 ;iil i i llichl conlIre
unl eCnlleilli cOllliluI ll Oil iqui;llll le pays 6;lit Ionell.ce I l'uie
inv;ision ol n rl'iine gueire. Lcs ni;i'iabl oils, crl'iiga l iit tie
perdro Ileirs pri\vili6ges, ciircleiinitet cl cc espril l'insou-
m-iission.
Les Klibiles tic Gigdlli, qui, genr.ilIialiilt, solt pauvres,
el Iloni los rIcolcts ell 1I11 soni reI ;liv iL'e lln illsigniili; llCes,
uliliseni lia ral i ne l i i i 1 l de tic illet, enl la melaiinl '
cello du blI ou de l'oir. Uls olilcilllient ninsi unlie g;lctt
Ioulirrissiile 1el ip;s t1irp d(sisagrL; ll anI guoil, qu'ils i;in-
gent (ni la trciiiem antl, ;ins dt lii le tic chlivr .ces f[uilles
dlu mI 's el do sorl'Io leur lirsillssonll, Oil m11nic temps,









un fourrage excellent pour ..les vaches et les boeufs de
lahon r. ..
La situation mailriolle de cos populations s'am6liore
de jour en jour da;\':ntage, depuis que i'induslrie euro-
p6enne a pen6ird parmi diles el leur a procure in novel
cleiime:nt (Ie in\vail.1 Ds q (le I'exisience et Ic peuplement
des massifs lte cli is-li'ge oit commncnc6d i d1ie connus,
l'iildustlie a coniiiris le pa;ili (i'elle pouvail e.I n lirer. Des
paiticuliers et fles socidls so soul prcseniis iiour orga-
niselr miis 'i les accuceillir un eiiipr,-ssti'ment jstilii6 par les lieu-
reuses inlllnnces que cCs c(ntlreiillises jpouvaieni exercer
sur li; richesse n:alion;ile, sir' l'avenir de i'Alpg&ie, sur le
bien-ltrc et Ia civilis;iaion dles indligene. l.e Icnps a pro-
gressivement confiriii uneC parie ldo cos espieirances.
Avant In confquiIe, les l'orts fis FaicnlI partic du domaine
public des Iribuls. Clhaitle agglolinalion on sail en
common sur son lerriloire, sy piuisnn, A1 i In is, les bois
neIcessaires ;i sn cunsonmanlion, des pilurages pour ses
Irouupeaux, des cullurcs d(11;ins ls cl;irieircs oil it Iravers
les aribres, et pnr ai llcrn;nec avec In 'Vginlion sponlaneo.
Les Kab.ils avaient I'liabilude barbare et Iraditionnel.le
d'incendiecr leurs forces, ;'i dies epoqucs periodiques, pour
renouvelor les pfituiageis Iesi' r l.i), d6broussailler el

(I) Le ketsir consisie dlans line sole de culture que les Kabiles pra-
tiquent danns les claiiines des forits, en tpouiilllnt prralablement les
branches de leurs nilbres, que I'on bhfile, avec la broussaille, sur Ic sol
nicmre, lequel est ensuile 'objel d'une ciliure annuelle, pmis alandonn6
pendant r ois ais Ipour lecomllmencer, 5 In quatldiilni annie, le dMi-
chemet liariiel, I'iniciniiral ion et la culture. Les nouvclles fenilles Lendres
de la broussaille servaieni, en inime tenps, au opnlurage des 6sesiaux.
(Eniqute sur les incendies des forats.)







- 73 -


amlriorer les terres de culture, qielhluefois aussi pour
l6oigner l;a 1ele fuv qui allaque les Ironipeatx. Cc pro-
cdtl primilif, on le I rouve en usag. dle loutl lemps chez
le people anrbl)e e danns Itos cls pays musnlmanns. Par
un vent de siroco, I'incendli so prop.ageait avoc une
efn'ra.yan i rapidlit, (ldvorant Il out sir son pi;ssage. Conibien
de I'lis, d(I point (In )lat ia ninavig natt le long (dn lilloral,
les voya.geurs n'onl-ils iias coinlemple, pendant la nuil,
ces imimenses emlbraseients de la inoniigne, seitblables
it uIln illuminationil le giants. C'cst gnice i l; puissante
vilalil, e dc I veg'.3lion ;ilgerienne, quf les forls n'ont
pas C1 d6(liuriites delpuis longlemips, el qiu'elles out r1pare
sponlaneincni Ic tinl canus6 par ces incendies syslinln-
liques. On s;il d'ailleurs que les chlnes-liege non encore
d6pouills do Ienr 6corce, c'est.- Aidive qui n'oni pas subin
I'opernaion du d6masnclnag, soni pen exposts aux allcintes
dii fen, dlon ils sont g6nii'ralement gaaranlis par une enve-
loppe paisse et de nature pen iinlannimable.
Des measures s\keres dle Ipression onl t ri 6ire prises
ldes Ie td bul pour iempiclei 'r (Ie nouv\elles td1enslatlions;
mais, anijourd'hni, les labiles sonu, ensx-m1mes, les onvriers
lcs plus actifs c lels plus vigilniits g;adions ties chanliers
d'cxploilation europlcenlne. ls comprenneilt lout I'inltr6-l
qu'il y a, pour eux, de conserver Le d'Ian;liorer progres-
sivenient lIs fordts, source de licliesses q(iui lIcur procure
tn l avail o6gulier, un salaire ;issur6, sans Irop les 61oi-
gner d.e leurs families.
J I ne rcpar!cr; l i pns ici de I'exploilalion ties for6is de
e~~iu-zan des Beni-Four'al, qe Ic's Turts fisainient fair
L.em profit pourt les besoins de In marine alg6rienne.
4.i l.e.leur trouvera n ce sujet des d6lails tres precis




















be dinanch l L4imla, chez les Beni-'Afer.
Sur ces marches, qui son.i res fr6quentes, on vend les
hleufs, des moulons, des ch6vres, dI .lia viande an detail,
du savon, de la cire, de la line, de I'huile, du bl6, de
I'orge, du millet ou beclena, des feves, des oignons, des
figures seches, des jujubes, des ilates, des caroubes, des
nalltes en sprterie, des bois de cliarrue. Des marchands
colporleurs y ldbilent des colonnades, des spices et des
binbeloteries de fabrique europeenne. On y animne aussi
des mnules, des Aines el une race de petils che.vaux de
monlagne A peu pi es semblables A ceux de la Corse.
Je terminer;i ci expose de la situation du cercie de
Gigelli, en aijoutant quclques renseignements biaofg-
pliiques sur les families iniportantols des tributs qui, iii
une 6poque quelconque, ont jou6 un rdle politique danis
le pays.

Beni-Ider. Une fiamille c6lebrc par le rOle qu'elle a
jou6 avant, et minme depuis nutre conqudte, a longlemps
habit lI pays doni elle commandait une grande parliti
C'est cell de Moula-Chokfa, d'origine religieuse 01 dent
tous les merbres on portl le titre de cherif, c'est-xiire,,







- 75 -


descendant du prophele. Celle origine, comme tout ce qui
se rallacle aux Iraditions religieuscs en pays arabe, est
fabuleuse. Ainsi, la tradition rapporte que le premier
d~I Mtoula-Crokfa, Sidi Moliammed-el-Abed, laleb
de l'imporlante mosque de Sidli Dris, venant du Mnroc
ves le XVIO siecle, s'embarqua sur une nalle qui, docile
a sa volonti, vint s'ehloucr A I'embouchure de I'oued el-
Kebir. e.cs Kabiles, vovant arriver cet inconnu sur cet
strange bitiment, lui donn6rent le nom ie Moula-Chokfa,
- le maitre de la barque. Le imarabout s'6cablii chez les
Oulad-Chlebel, lpelile fraction des Beni-Habibi, oh son
tormbeaiu exisle encore dans une mosquee don't il est le
fondateur. II laissa trois enfants malcs, don't la tradition
n'a pas conserve le nom. L;i veritable filiation commence
'i Sili Abd-Allah, leqiul fixa sa residence aux Oulad-
Amor, fraction des Beni-lder, oi il fit A son tour cons-
truire une mosque don't on voil encore les ruines, el
pres de laquelle il crda un march.
Sidi Abd-Allah, d'apres la chronique, ayanL appris que
les Espagnols (expedition d'Orcilly), ven;ient de debarquer
;' Alger, traverse la mer i pied sec, come un second
Moise, et contribua puissamment Li expulser: les infidtles
(1). Pendant la nuil qui pr6c6da le desastre des Espagnols,
on vil au premier rang des cornbaltants un guerrier qui
f'rappait i coups redoubl6s, en criant :Courage, musul-
mans! Suivez-moi; je suis Abd -Allali-Moula-Chokfa; je

- (1) Les conteurs de 'cliies ne sont pas d'aceord: les Uas priten-dent
qiim remeutant ns nase :erveilleuse i not, le Imarabout s'en servit pour
wr trai~oarte ripidenmeutl Alger; d'autres assurent qu'h I'aide d'une
baguelle, il louchIit la meur, qui s'cartail devant lui pour lui livrer
ji !A~...... .


















pays. Cependant, ties liabiles des leni-lder, presents h
Algir, indiqurcent la relraile tie leur maraboul ven6ir', el
le pacha, reconniissanii, le comnbi d'lionneurs tL dto pri-
tvileges que constaleni plusieurs diipl6mnes.
Sidi Emlarek, lils dle Sidi Abd-Allah, joignit A son tilre
de chef religieux celui dte fonelionnaire poliliq eic, et oblint
ine invesliture r6'gulire ; tle telle sorI'e qu Ic pouvoir
aiccorde lacilement A celle flimille lregul une nonvelle con-
secralion. Bien que la dominai ion ilin1ir11e lie so fil pais
seniir dans la Kalilie, Sili Embarck commaindait iau
Beni-lder, frrappait les amendes, dlail sans cesse pris
coimm arbitre par le.s rilus lus plus considerables dans
leuI s frequenres dissensions. II recevail, en sa qualil de
clhef do In zaonia tie Cll-klih, nomn doinn6 depuis A sa
demliure, de randes olffandes consislantl principalenient
en grains, besliaix et liuiles. Pour Ie gagner A leur cause,
les khouan ilc I'olrdrle religioux dle Sidi Abd-er-Railiman
elablis chez Its 'ArrIs, qui 6eaienl en bunte nux pers6eei-
tions incessanles des Benl Az-Edtlin, seigneurs du Zouar'a,
Ini firent die riches prdsenls. Siti Embarek, lout en leur
pirotacltant te les p.roltter, viia d.e. s'alinecr ses puis-
tiis voisins, ks Ben Az-Entdin. II ava'itL-donn6 A leuroii-,
Lin burnous liCse dc ses propres mains, et qui devail pie-
server celui qui le portait de tout 6v6nement fateuxs.







- 77 -


Az-E, Idin, alors ei l disgrAce prei dli bey de Conslanline,
par les ordres ldnInel sa 16le avail itcd nmisc 'l prix, obliint
inop.inoment I'amalii. II altrib ~ i a son pard on i la In verlu
dudil burLous ie, depuis lots, il offrit cliaquic ann,'e_au
maraboiut l1n v;icle l des grains.
Sitli EmIlharek accomplit Ic piel'erin;ige tie la Mecquc;
Imais il not revit i)as son pays; il lomla malale c: Alexan-
drie oul il mouriii. II I;issa pliisicurs enfants, dioni I'aine,
Molhnmmled, lii suiccida tl.lis IC1 cominlladlemlcnt ies Beni-
Ider el come chelif e (l; zaonia dIe CihokIr. L. s gens tlu
pays l'amaint on Irande v6n \'lraclti etl (O font le portrait
suivanll : Ilomme simple, sans luxe ni ricli.-sse, dotn
tie iiomb11 i'rises ver'luS 2 (It d11o do( p'rojll lie.', (q i lui
Iaisait devincr les reclamations avant d Iles avoir 6cou-
t'1ls. )
Siuli Aliiid-Clierir, son fils, coinmme clel' religio.'ux c
nililtaire-, a jotn uni r1le polilique et m ililaire Irt s iin-
iortant dans I'hlisoir,' lun pays. II donna asile an bey
Youn6s de Tuniis et, dl'aprirs les conseils do cclui-ci, l'rappa
un iimpl sur lontocl los tribes kabiels relevant dc son
autorild religicuse, iA l'exceptlion des Beni-lder, don l'appui
lui 6ela;it niccssaire. De hi, les gucrres sanglantes qui
eclat6rcnt entire cos derniers ct lours voisins les Oulad-
Bel-Arou, les Becii-Siar, les Beni-iM.imer, les Beni-Snlah,
.es L.itljcnnli ce les OulIan -'Asker.
La zaoni-a de Cliokl serviti de I refuge plisicurs .cper-
sonnages ricleis et p iiiss:tils, eiire anItros, it. T liakcer, fils
dn hey dti Conslanline do cc nom, (qui r6nssil A gagner
Tl'i.is ; i El-Hadlj-Ahimed, dernier bey tde Constantine,
di eremps qu'i..l n'~tail encore que khalilli ; A Ben-Zekri
o, au cafid Sliman, quii chassArent plus lard de leur pays














bouts l'azel de Seinara dlans le Zouar'a.
Si Alimed-Cheriif-Moula-Chokfa 6init un homme d'une
certain habileld, et don[ I'inluence religieuse bien cons-
tatee dans le pays, pouvnit idire ulile I nos projeis d'avenir.
Des relations s'6iamlirent done assez promplement enlre
nous el lui, el bien que son liirle de cherif dul lui ins-
pirer un certain dloigneinent i 1'gard des chrtliens, sa
sagacity ne lui permettail pas de metire en double que
I'autoritd don't il jouissait tomberait un jour devant la
la noIre.
En -1843, son frdre aind, Si Lakhdar-Moula-Chokfa,
aynnt fomeni~ des intrigues A noire enconlre, ful arrdtl
sur son azel do Zaouiat-Sumara, et tie 15 conduit A Cons-
tantine, puis d6porld en France. En 1845, Si Anhmed, le
chef de la famille, ecrivit A Gigelli, fit ties propositions de
soumission au commandant supirieur, mais y niil pour
condition la liberty de son frdre. Pour garantie de ses
promesses, il d6posa une some de 1000 francs, qui
decait dtre le premier versement des contributions dans
le cas oib son fr6re lui serait rendu. Lakhdar ful mis en
liber6d; mais il tomba malade en roule et mourut
I'h6pilal d'Alger. Cette malleureuse circonstance inler-
rompit, pendant quelque temps, nos relations avec ce
marabout. N6anmoins, un de ses fils, Si.EI-Haoussie fuat
nomm6 caid aprds l'occupalion; mais son incapacity fut
bient6t reconnue, et on dut lui retire le commandemenf:
II s'en rendit, du reste, indigne par une tentative d&tssas-







- 7~~) -


sihnt dlirigte contre le commandant suipdrieur d circle :
nous raplporterns cc fait plus loin. A pairtir de cc inoment,
la ;mllille c ,e Moiula-Clh'kr'a rut 6loignce dlI pays, el le
co.,tmianllel ient des Benli-lder conlfid i Si Alimed-bel-lladj-
ben-Az- I:-rlin.

Beni-'.Aier. Voici, sur celle tribu, la tradition con-
servec par les s g Is tlui pays :
L'aicul des Blcni-':\rAr, nonim Ickhcle.f-bcn-Hlassen, ori-
ginnire dlu MN-roc, lihabilai t Ics environs l('Alger et vint
s'6&tablir dlans la Kailic vers les premiers temps de In
domination torque, c'esl-;'-dir'e au 16' siecle. Un dlta-
chement de solilals turcs voyageant ;nux environs d'Alger,
s'arrlta dlans la mason d k'lhl1 elef. Aussil6l, ct suivant los
ni'lres 'reus, on s'occupa n 'leur pr~arer lan diffa. Le
fils d'lkliclef, Iousis par la faim l emanda quelque nour-
riture sa m6re, qui, n'ayant rien autre sous In main,
(claaelila i; cuissC dl'un des poulets leslines aux Tures,
pour salisfaire I'appLit de son infant. Lorsqu'on servil
l;i dill'i aux sollats, ceux-ci s'apercurent do I'absence de
eltte ciisso, s'inform6rent des molifs de sa disparition ct
voulurent savoir qui l'avait mango.
C'est le plus fort, r6pondil la m6re !
Les Turcs, irrii6s de celle rponse et voulant prouver
qu'eux seuls dlaient los plus forls dans Ic pays, s'em-
pardrent de I'onfant el lui conpiernt la cuisse.
Ikhclef dissimula sa cul6re cl attlndit que les Turcs,
apr6s s'61rc couclis, se fussent endormis; alors, avec
tIid-etic trois de ses fr6res, il les 6gorgea Ious. Craignant
dMire Ipousuivi pour ce crime, il quitla imm6diatement
le pays el vinl directement a foubba, oh sa mule faligu6e







- 80 -


s'arrita, refusant de marcher davanlage. Telle fut 1'ori-
gine de leur ktablissement dans ce pays.
Un autre rcil fabuleux se rallache h I'Cpoque oil les
Espagnols, sous les ordres d'O'PReilly, vinrent attaquer
Alge'r, en 1775. Come toujouirs, il r6gne une grande
confusion dans ces sorles de 16geniiles, el Ie role principal
apparlient constamnmentl i un ma'rabout. Ici, le hlros s'ap-
pelait Sidi Sazda, et jouissait td'one grande reputation de
saintele. lii al li6 d'amiliU A un clicikh nomm6 Sidi Abd-
el-'Aziz. Un jour, il le fit prier tie lui prefer son cheval.
Le cheikh fit ripondre qu'il lui demanderlail son fils pour
le Lc er, iji'il I'enverrail aussillt ; mais que pr6ier son
cheval 6lail chose impossible. Malgr6 cc rerfs, Sidli SaIa
s'en vint de nuit A ln piole du clicikh, la fit s'ouvrir par
le scul eell tie sa voloni, pril le cheval, Ic monta el alla
rejoindre Sidi Embalek-Monla-Chokfl. Les deux mara-
bouls, par la puissance divine don't ils dtaient douts,
s'-lane6rent au galop sur Ii mer pour aller combalire les
Espagnols debarqur s A El-Arrach, pres d'Alger. Celte
route ne leur pr'sentail pas de difficult s, pace que,
explique la legende, ils possedaient tn bAton au contact
duquel la mer s'ouvrait pour leur laisser un passage
libre.
Arrivts A Alger, ils comballirent les Espagnols, et apr6s
les avoir vaincus el jets A la mer, ils revinrent dnns la
meme nuit el par le mdme cliemin, I'un A Clhokfa et 'narrre
aux Beni-'Afer. Le clieval ful renlfie dans son 6curie de
la m6me maniCre qu'il en 6lait sorli, et le cheikh Abd-el-
'Aziz n'aurait j;amais soupconn6 son absence, sans un coup
de fen qu'il avail regu A I'encolure pendant I'actionl: Abd-
el-'Aziz, confus, envoy immidiatement son fils pour offrir







- 81 -


au marabout un cadeau en argent et lui demander pardon
du refus de la veille.
Sidi Sada, apres avoir fail quelqucs remontrances an
fils ('Abd-cl-Aziz, retira au clheval la balle qu'il avail dans
Ie con, et le renvoya i son propri-taire, en l'invitant d
6're, 1 l'avenir, plus circonspect i son regard. En recon-
naissancec]lu secours que Sidi Sada lui avail prl6e, le
pacha d'Alger lui envoya un cachet et un caftan brod6,
et il exerga longlcmps le commandment dans Ic pays.
Ledjenah ('cailc, el-djenah). La tradition rapporte
que l'aieul des Lcdjenah, Iont le nomi de famille est in-
connu aujourd'hui, ful surnoimmt Bou-Ledjenali, -
I'homme A I'aile, pace cue sa femme lui ayant con-
fectionn6 un burnous don't un des c6~ls fut trouv6 trop
court au moment de s'en servir, on dul y ajouter une
piece (une aile).
Cet a'eul, disent ls gens du pays, lIail originaire du
Maroc. II s'6tait marii6 i une ogresse. Au moment le fire
ses couches, elle lui dit de prparer sept chemises et sept
calotles. D6s qu'il eul confeclionn6 ces objels, clle lui
enjoignit de sortir de la liaison el d'attendre qu'elle
1'appelat. Elle mit au monde sepl enfants, qui se mirent
A courir dans le gourbi d1s qu'ils virent Ic jour, el qu'elle
habillait au fur elt measure de leur venue au mondc.
Le mari, pousse par la curiosity, ne put s'empclher de
regarder dans la mason. Sa femme, s'en tant apIergue,
lui en fit les reproches les plus violent, el finit par s'eloi-
gner du toit conjugal, important avec elle quatre de ses
infants. Avant de partir, elle launa sur lui sa malIdic-
tion, lui disant que ses enfants scraient constamment en
guerre entire eux, et que le jour seul de la fele des











mosilt entre les Led.jjnah el leurs voisins, lont les quatre
fits de l'ogresse seraient les aieux.

Beni-Amran. Celle Lribu se subdivise en Djebala et
en Sefelia, c'est-a-dire la portion habilant la parlie mon-
tagneuse et celle elablie dlans la regionn de la plain. Vers
le xvie siccle, rapporte la rIadilion, un Marocain, du nom
de Amran, vint s'installer idans cc pays auquel il donna
son nom, el r6unit aulour de liii un group d'aventuriers,
A I'aide desquels il lutla avantageusement conlre les tri-
bus voisines pour se fire fire place.
II y a environ cent cinquanle ans, la famille des Bcn-
Menid, qui command actuellemeni au pays, habilail les
Oulad-'Asker, et son cher, nommn 'Ammar ou Jouber,
jouissail d'une grande aulorit6. II lail a la Ille du pou-
voir, qu'il avail acquis par un courage el line 6nergie doni
il abusait, mais qui le faisait craindre d. tous. Nouveau
tyran du moyen-Age, don't il avail loules les habiludes,
ce hardi brigand, d'une force herculdenne, plantail son
bAlon ferle' au milieu d'un col fr6quente qu'il fallail Ira-
verser pour se rendre d'un point a un autre, et alors,
malheur A celui qui refusal d'acquiller I'imp6t arbitraire
qu'il avait plu A Jouber de determiner pour Ic passage
des homes on des bestiaux. Celle manikre d'agir rappor-
tail, sans douel, de gros Ibndfices; mais elle n'dlait pas
sans quelques dangers.
De leur c6dl, les gens qu'il pressurail si durement, se
plaignaient de leur chef, el, sans la crainte (u'il leur ins-
pirait, ils l'auraient certainemenit lu II resultait, de touL




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs