• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 Foreword
 Liste alphabetique des membres...
 Kitab el adouani ou le Sahara de...
 Traduction
 Appendice
 Lettre a M. le President de la...
 Etudes historiques sur les...
 Une page de l'histoire de l'invasion...
 Suite de l'histoire de Constantine...
 Excursion dans les ruines de Mila,...
 Ruines et inscriptions de...
 La Basilique de Tebessa
 Observations sur l'inscription...
 Notice sur les ruines de Tikla...
 Notice necrologique sur M. Aucapitaine...
 Errata
 Table of Contents
 Planches
 Back Matter
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094162/00004
 Material Information
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Physical Description: 10 v. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Société archéologique de la province de Constantine
Publisher: Alessi et Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1863-1874
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Antiquities -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
History -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
Spatial Coverage: Algeria
 Notes
Dates or Sequential Designation: 7. vol. (1863)-10. vol. (1866); 2. sér., 1. vol. (1867)-2. sér., 6. vol. (1873-1874).
Numbering Peculiarities: Vols. for 1867-1873/74 called also: 11.-16. volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094162
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12576829
lccn - sn 85022117
 Related Items
Preceded by: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 24 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
        Front Matter 4
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Foreword
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Liste alphabetique des membres titulares
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
    Kitab el adouani ou le Sahara de Constantine et de Tunis
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Traduction
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
    Appendice
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    Lettre a M. le President de la Societe Archeologique sur des inscriptions recuillies dans le cercle d'Ain-Beida
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
    Etudes historiques sur les Amamra
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
    Une page de l'histoire de l'invasion Arabe
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    Suite de l'histoire de Constantine sous la domination Turque
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
    Excursion dans les ruines de Mila, Sufevar, Sila et Digus pendant l'ete de 1863
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
    Ruines et inscriptions de Morsot
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
    La Basilique de Tebessa
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
    Observations sur l'inscription administrative de Lambese
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
    Notice sur les ruines de Tiklat
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
    Notice necrologique sur M. Aucapitaine membre de la Societe
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
    Errata
        Page 520
    Table of Contents
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
    Planches
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
    Back Matter
        Page 541
        Page 542
    Back Cover
        Page 543
        Page 544
Full Text












UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES




.". N.- z

Awl,









'yV4















'o 7b







ilk


iZ.












I








ALA




I

























































































IMIII






















NOTICES ET METIOIRES
I)E LA


SOCIETY ARCHEOLOGIQUE


PROVINCE DE CONSTANTINE






























CONSTANTINE. Typographic et Litographie L. ApNoic..lr.








RECUEIL
DES


NOTICES ET MEMOIRS
DE LA

SOGAIT3 AaRGROLOGIUtUE

DE LA

PROVINCE DE CONSTANTINE


ge VOLUME DE LA DEUXIEME SERIES


1868.-- DOUZIEME VOLUME DE LA COLLECTION


L. ARNOLET,

ALCER
IIAS~TIDE, LDoRAIRE-E
Plaec II Cousrertie i


CONSTANTINE
Libraire-Editeur, rue du Palais


DITEUR
It


1'AIIIS6
CIIALLANEL, ainC, EDITEURi
30, rue des Boulangers


I 8U




















AVANT-PROPOS









Le Recueil quo nous offrons aujourd'hui au public est
le deuxi6me de la nouvelle srie que nous inaugurions I'an-
nde dernibre. Nous croyons, dans ce second volume,
avoir tenu touts les promcsses faites les annees pr6-
c6dentes, alors que, pour donnor une plus grande im-
pulsion aux dtudes sur notre province, nous Blargis-
sions notre cadre et nous admettions, parmi les Iravaux
A publier, tout ce qui pout intdresser I'listoire, I'6pi-
graphie, la linguistique et les sciences de notre pays
africain.
Chaque travail insird dans nos Notices et Mimoires, a
une valeur incontestable qu'il nous si6rait mal d'appricier
ici. C'est au public A nous juger, et i reconnaitre quo
nos effil.rt n'ont pas Wt6 storiles. Et s'il arrive qu'on
retrouve parfois, dans ces travaux, des inscriptions ou









V[
des 6bauches d'deudes d6ja publides dans un de nos :ii-
cdCents Recucils on dans d'autres publications de soci6t6s
savantes, c'est que l'iaulur a cru de son droit de les re-
prendre pour les compl6ter, ou pour fair entrler les de-
lails dans une oenvre d'cnsomble qu'il rend plus n ...i-
pl6tc.
Le volume de colle annde, beaucoup plus conside-
rable quc les prCc6denls, sous le rapport de l'iil",:ir-
tance et do la quanltit des m6moires et notices, se
Irouve aussi augmenle d'un plus grand nombre de feuilles
d'impressiun : come toujours, do belles planches vien-
nent s'ajouter a ces travaux et on rchausscr l'Hclat et la
valeur.
Si la Socidld archdologique de Conslanline continue A
marcher dans cctte voice do progress et A recucillir, chaque
ann6c, uno aussi abondante moisson scientifique, ell..:
sera sans doute force, el cela poul-6lre dUs f'an pl'-
chain, de scinder sa publication en deux livraisons, qui
formeraient un beau co fort volume.
Mlais si nous avons A nous louer de l'augmentation [ou-
jours croissante des travaux A publier, nous avons,
hilas d'un aulre cl6d, bien des perles A d6plorer : nos
rangs s'dclaircissent; nous avons plusieurs porles A *i-
gnaler. Alcmbres actifs ou honoraires, les morts que
nous enregistrons cctle annee ont dlt enlev6s dans la
fleur de l'Age, et alors quo quelques-uns d'entre eux
nous promellaient le concours utile et d6vou6 qu'ils
nous avaieni deja prl6d.
Nous avons surtout A deplorer le dE6cs de M. M.r-
chand, notre ancien bibliothicaire, don't on trouve It
signature dans plus d'un de nos volumes, et celle, iin..n










mo1ns regrelitabl, due .. 1e baruil Aucapilaine. Les jour-
jiaux de la localitl ont donn6 unc notice assez complete
de la vie dc 11. Marchand : nous publions, A la fin de ce
lRecucil, la Nicrologie do M. Aucapitaine, due a un mcm-
bro de notre Soci6td.
Enfin, la mort do M. Lapaine, ancien prifet de Cons-
tanlinc, do M. le capitaine Pigalle et de M1. Cordonnier,
ancion adjoint au maire, nous privent de ceoie bonne
sympalhie, si chidre i tout travailleur qui aimed A savoir
d'avance qu'il Irouvera, dans ses colleagues ou dans ses
lecteurs, une douce bienveillance at unc grande impar-
tialilt de jugement.
L'accueil sympathiquo qui, jusqu'A ce jour, nous a
encourages dans nos travaux ct dans nos publications,
ne nous fera pas non plus defaut celte ann6e, nous l'es-
p6rons du moins; car nous avons mis tous nos efforts
t rendro ce volume digne de ses devanciers, ainsi,
d'aillours, que nos leclours le verront par la nomen-
clature suivanto des Iravaux qu'il conticnt.

I. M. Fraud, notre secrdtaire, nous donne au-
jourd'hui la traduclion du Kilab el-Adouani ou le Suhara
de Constantine el de Tunis, travail original et rempli de
details curioux el historiques, dans le genre des ouvra-
gos publi6s d'lbn-Khaldoun, Ibn-Ilaucal et El-Kari'ouniii.
Notre secrelaire a su rendro cc travail plus intdressant
encore par les nombrouses notes qu'il y a ajoutdes, etqui
sont pleines d'une erudition do bon aloi.

11. M. Ic commandant suplricur D. q, if, que les
nombrcuscs occupations d'une nouvelle position 'i Bis-










kra) ont empch do te enir les promesses fails dans la
preface do notre dernier Recueil, nous a cependant en-
voy) I'explicalion de quelques inscriptions recueillics
dans le cercle d'Ain-Beida, explication qu'il .1 i.:imrniu-
niquc Ai M. Lion Bonier, le savant ahliIl:,eu'.
Ml. Dewulf, dans sa modcstic, n'oublie pas d. in.ui -:ou-
metlre les observations que M. LIon Renier a bien voulu
lui fair.

III. M1. Justin Pont, un do cos jeunes ofliciers qui,
au milieu des devoirs imposes par les affairs arabes, sa-
vent aussi trouver le loisir de s'occuper d'6tudes et de rc-
clercles hisloriques, nous fournit une bonne monogra-
phic des tribus dormant le kaidal des Amamra.

IV. -,M. Mercier, inlerprcte judiciaire, a r6digc,
i son tour, une nouvclle page de l'hisloire de l'invasion
arabe, en nous raconlant la vie, les fails et gestes de la
c6l6bre Kalena, cell Jeanne-d'Arc des Berberes. Nous
n'cprouvons qu'un seul regret : c'est de voir l. Mercier
river ses lecleurs de recourir aux sources oi il a pui-
s6 les ddlails intlressanis qu'il fournit sur cet episode
de l'invasion arabc; mais nous esporons qu'une pro-
chaine nolice sur la meme p6riode comblera cello lacunc.

V. Nos lecteurs out pu apprecier, dans notre dernier
volume, avec quelled sagacilc, nous dirons meme avec
quelle minute (fort louable quand il s'agit d'cdrire l'his-
loire), M1. Vaysselte nous a donn6 Ie commencementd'une
listoire de Constantinc sous la domination turque. Cetle
fois, il nous a fourni la suite de co travail, qui em-








IX
lbrli '.' I i ',.:C....l i.' rI .li,,I :' ,.:'o fastes (de notre ville, de-
pius 1.' cF/,, ii V IT iui-iiU',' la mort de Salah Bey
179l ). Les I,:.:li- l ,.:. paiientes et les nouvelles d6cou-
vcries qu'a fails M1. Vayssctte, l'ont oblig6 de scindcr
rn.:,oi: une fois cc Iravail, aussi atn aclant par ses d6-
tails qu'lii1.':ntii. par son style. La Iroisieme parlic pa-
raitra .lan 1 lI,:' \Nlume do l'anncc prochaine.

VI. M. Cherbonncau, no(re ancion secrdtaire, au-
jourd'hui direcleur du college arabe-francais d'Algor,
nous a fail parvenir la relation d'une excursion dans
les ruines do lila, Sufovar, Sila et Sigus, pendant l'C16
de 1863. Citer le nom de AI. Cherbonneau, c'cst assez
dire avoc quel soin les inscriptions et les details histori-
ques sont pr6sonl6s.
11 nous onvoic aussi l'interprdlation des nombrenses
6pigraphcs trouv6es cclte ann6e dans noire province.

VII. AI. Seriziat, commandant sup6ricur de T6-
bcssa, communique, de son c616, les inscriptions re-
cueillies dans les fouilles de Alorsol; il 6crit, sur la ba-
siliquc de Tebcssa, une belle notice qu'il fait suivro de
dessins charmants, entire autres, les Planches I, II, III
ct IV, de la belle mosaique qu'on y a decouverte.

VIII. A le colonel Bonvalet, commandant sup6rieur
de Bougie, dans un article fort intrcessant, rend compto
des r6suliats qu'il a obtenus en fouillant les ruines de
Tiklal, l'ancienne Tubusuptus. II y joint 66 6pigraphes
qui y ont, t6 d6couvertes.
Si nous avons pu arriver, nmalgrt le nombre restraint








x
do nos membres participants, a publier un livi, ;m -i
complete elt n cliitre aussi considerable de pli.m.l,:s,
c'est grice A la bienveillance de nos pr6sidents honorai-
res, AI. le general P&rigot, commandant la province de
Constantine, et M. de Toustain du Manoir, pr6fet du dd-
partement; c'est grace an.3si A la libcralilt de Son Exc.
le Ministre de 1'Instruction publiquc, du Conscil g6neral
de la province, et surtout A la subvenlion que nous ac-
corde gracieusement, chaquc annce, le Conseil munici-
pal de noire ville. Qu'ils en rccoivent ici nos sincercs re-
merciemenls.

Constantine, le 15 octobre 1808.













LISTED ALPHABETIQUE

DES MEMBRES TITULAIRES








MM. ARNOLET, imprimCur-libraire, A Conslanline.
AsTrI, inspectour primaire, it Narbonne.
AUBENNE, inspccteur primnaire, a Conslanline.
BATTANDIER, mIire.
BELCOUR capitaino clief de bureau arabe, it
Guelma.
BROSSELARD *, pr6fet d'Oran.
CAIIEN, grand rabbin, A Constantine.
CIIABASSItRE, gdomdtrc, A Alger.
CIIALLAMEL (A.), librairoe-diteur, A Paris.
CIIEnBO.YNEAU *, officer de l'Uniiversil, directeur
du college arabe-francais d'Alger.
COSTA, antiquaire.
COSTE, proesseur au college arabe.
DE LAS CASES (MIr) ev&ilUe do Constantille.
DuNANT (HIenri', home de lettres, a Geneve.
FAIDIIERLE, C. $, g6niral commandant la subdivi-
sion de B6ne.








XII
MM. FERAUD (L.-C.) *, inltrprLtc militaire de Ire (c,,i,
correspondent du minisltre de l'instruclion 'ubli-
quc pour les travaux hisloriques.
FERRIE (F'abb6), curd de Brda, province d'Oran.
FnocinNE, conservalcur adjoint des musecs imp6-
riaux A Paris.
GILLOTTE *, avocat-ddfenscur, A Constanline.
GINsoURG, missionnaire 6vang6lique.
IIARAMBOURE *, attache au minister de l'inl6rieur.
JOFFRE, juge, A Conslantine.
LAMOUROUX 4, consciller de prefecture.
LANNOY (de) 0. 4, ingknicur en chlcf des points ct
chaussces de la circonscriplion de Constantine.
LAUREAU, inspecteur des btliments civils, A Guelma.
LEBIEZ, 4, ingenieur dcs points et ciauss6es.
LECLERC (L.) 4, medecin-major de Ire class.
LEMOINE (Eugtne), lomme de lctlres.
LICIITLIN 4, conservateur des eaux et forces en
relraite.
Luc, propri6taire, A Constantine.
MERCIER, interpr6le judiciaire.
MEuns 4, architecte en clief du tldpartemenl.
M~Evus 4, ing6nieur en chef des mines du dcparte-
ment.
MOLL (Charles-Aug.) 4, commandant du g6nie, A
Paris.
NICOLLE, conservateur des hypothiques h Setif.
OPPETIT 4, chef de bureau a la prefecture.
PAYEN 4, chef de bataillon, commandant superieur
du circle de Bordj-bou-Areridj.
PONT, lieutenant, chef du bureau arabe d'Ain-Dcida.








XIII
1M 1 R% .io,' I'rs'iin ', i: : r .:inl.anI de la Socid6d his-
l,. 'ii'q e I/,lr i, lilC.
RIMOND, architect de I'arrondissement dc Constan-
line.
SANCERY *, capilaine d'infanlcrie.
VAYSSETTES, inlcrprete-trad ucteur asscrmeni6, A Cons-
tantine.
VICHEY, employee du service municipal.
VITAL, 0. *, m6decin en chef des h6pilaux militaires.
VIVIEZ *, inspectcur des dornaines.
YANVILLE (d') *, commandant au 3e lancers.



MEMBRES HIONORAIRES.

BERBRUGGER (A.) C. *, membre correspondent de
l'Inslitut, conservateur de la bibliothique tc du
mus6e d'Alger, &.
BEULE *, membre do 1'Insliltt, professcur d'ar-
chdologie A la bibliollique imperialc.
CREULY, C. *, general du genie.
DESVAU, G. 0. *, general de division, commandant
Ic camp de cavaleric de Lun6ville.
DULAURIER (E.) *, professeur i 1'6cole imp6rialo
des lanii,.: oricntales.
DURET (le doctcur), maire de Nuits.
JUDAS (le docleur), *, ex-secr6taire du comitr de
sant6 des armecs.
NEVEU (de), C. *, giniral commandant la subdi-
vision de Dellis.








X IV
MM.. RlENIER (Leon), 0. *, membre de I'lnstilul, admi-
nistrateur de la bibliollique de la Sorbonne.
IOMEGUEcRE, liomme de leltres, A Toulouse.
TEXIER *, membre doe 'Institut.
ZOTEMBERG, membre de la SociWtd asiatique, A Paris.




MEMBIRES CORRESPONDENTS.


BARN'OND, directeur de la mason central, A la
Maison Carrde, pr6s d'Alger.
BOISSONNET (le baroni), 0. *, colonel d'artillerie,
membre du conscil g6ndral d'Alger.
BONVALET, 0. *, colonel, commandant supericur
du circle de Bougie.
CECCALDI, C. ,, ancient inspecteur du service medical
on Algiric.
CHABOUILLET, conservateur des antiques A la biblio-
thlque imp6rialc.
CREUZAT, directeur de l'insliltuion de Ben-Aknoun.
DELOCIIE 0, chef do bureau au ministdre des Ira-
vaux publics.
DEWULF *, capilaine, commandant Jo cercle de
Biskra.
DUVEYIlER (Henri), $, gdographe.
FOURTIER, home do lettres.
GInoNcounT (de), 0. *, lieutenant-colonel du g6m.'.
GRELLOIS (l docteur), 0. *, secrdtaire du comit(6 I-.'
santi des armnes.








XV
LAcN LOIS (Viclor), secr6laire de la Soci6id Orientale.
LAPASSET C. *, general.
MABlntCHAL c, capilaine du g6nie, ancien comiman-
dant suparieur de Sourq-Ahras.
iM LIX, sous-iiOutc nant an 3e tiirilleurs.
MILLOCIIIN %, iircclcur ties domains, A Blois.
0. MAC-CARTIIY *, ingenieur g'ograplhe, i Alger.
POULLE, vrificateiur tes domiaines, A Conslantine.
ROGER (J.), conscrvaleur dnu mis6e dc Philippeville.
SACIIOT (Octave), liomme de lettres.
SERIZIAT *, commandant snp(rieur di Tdbcssa.
WATEeLED (Ernest), chef de bureau a la pr6feclure
d'Oran.



lIEMBRES DU BUREAU.

Presidents honoraires:
1MM. Le ge6nral de division PERIGOT, G. 0. comman-
dant la province.
TOUSTAIN (DE) DU MlANO I, 0. *, pr6fe du d6par-
lement.



Composition du Bureau pour I'annee 1868.

President: M. BATTANDIEI, mairc.
-ler Vice president: M. LAM1OU~oux *, conseiller de
Pr6fectu re.
2e Vice-prdsident: M. l:urs *, architecle en chef.









XVI


Secrdlaire: M. FRinAUD *, interpr6le de l'arlnec.
Vice-secrdiaire el charge do la bibliolthquc: M. VAYS-
SETTES, traducleur asscrmenCl.
Tresorier: M. RbioND, archiectco.






Commission chargee de I'examen des manuscrits.


MM. LAMOURnoux president.
CAIIEN.
FRAUD .
VAYSSETTES, supplIant.







SOCIETIES CORRESPONDANTES.


Institute archdologique de Rome.
Soci6t6 imperiale des Antiquaires de France.
Socit6b hislorique d'Alger.
SociCtL arch6ologiquc de I'Orleanais.
Socid6. d'6tudcs scicntiriqucs cl archiologiqucs de Dra-
guignan.








XVII
Soci(te imp6riale d'agriculturc, sciences ot arts de Valen-
ciennes.
Sociele arch6ologique de Cherchel.
Institul 6gyptien.
Socie6l des Antiquaires de Picardic.
Soci6dt imp6riale d'agriculturc, sciences et arts d'Agcn.
Acad6mie d'Hippone.
Societl archeologique de Sens.
Soci6tl des Antiquaires de l'Ouest.
SociWtd des Antiquaires de la Morinic.
Comitd flamand de France.
Acad6mie imp6riale des sciences inscriptions ct belles-
lettres de Toulouse.
Societd d'6mulation de Montb6liard.
Socidt6 historique ot archeologique de Langres.
Acadhmie du Gard.
Societl des sciences naturelles et archoologiques de la
iC.euse.
Socie1i des Antiquaires de Normandie.
Soci6tl d'arch6ologie et d'histoire de la Mosellc.
Socit6l d'etnographie orientale et am6ricaine.
Socitl6 academique d'arch6ologie, sciences et arts du
d6partement de l'Oise.
Socidle d'archeologie et Comit6 du muse Lorrain.
Soci1l6 hislorique de Castres.
Socild6 archoologique, scientifique et littlraire de BNziers.
Acad6mie des sciences, agriculture, arts et belles-lettres
d'Aix.
SociWle d'6mulation des Vosges, A Epinal.
Soci6t6 pour la conservation des monuments historiques
d'Alsace, A Strasbourg.









XVllI
Institul de France.
Soci6bl de climatologie algarienne.
Union des Arts, A Ma1rseille.
Revue do l'arl chreion, A Paris.
Socitec acad6mique du Maine-el-Loire.
SociEI6 arch6ologique, historique et scientifique de
Soissons.
Soci6el m&dicale cd'Amicns.
Soci6t1 arch6ologique cl historique de la Charcnte.
Sociedt scientifique et lilttraire de Castrcs.
Socidtc des Antiquaires de Londres.
Socite arcli6ologique, A Paris.
Sociidt des sciences, belles-letlres et arts du Var, A
Toulon.
SoeidC arclhdologique et historique du Limousin.
Socic6t arch6ologique de la Touraine.
Sociid de gdographie, A Paris.
Soci~d6 polymatique du Morbihan.
Soci6tI Savoisienne.
Soci6t6 Eduenne.
SociWt6 impdriale arclhologique de St-Plershourg.
Societl d'archdologic, sciences et arts de Melun.
Sociel6 induslrielle de Mulhouse.
SociEdt des sciences hisloriques el naturelles de I'Yonnc.
Societl des arts et d'agricillure de Lille.
Societd arch6ologique do l'arrondissement d'Avesnes
(Nord) .
Academic imperiale do Reims.
Socitl6 franchise do numismatique et d'archlologie, A
Paris.
Sociit6 impdriale de g6ographie de Vienne (Autricli).









XIX
Society d'archeologie du 6paremcent de Seine-et-Marne,
A Mlelun.
Comite d'arch6ologie ambricaine, a Paris.
Society de slalislique de Marseillc.
Soci616 dcs lettres, sciences et arts des Alpes-Maritimes,
A Nice.























KITAB EL ADOUANI
ou
LE SAHARA

de Constantine et de Tunis
PAR

L. FRA UD


Interprete de I'armee d'Afrique









Tout ce qui touche I'Algerie et, en meme temps, tout
ce qui vise A nous faire connaitre le passe de ce pays,
excite notre intdert et command notre attention. Mais
on sait, d6ji, combien I'6tude de ce pass est entravde
par le manque de documents authentiques. A ce sujet,
nous n'avons pas h6sit6 A dire, dans une pr6cedente no-
lice, que la p6riode de la domination turque devait 6tre








considdree come tne 6poque de barbaric intellectuelle
se faisant surtout remarquer par la rarely des produc-
tions litt6raires. 11 ne pouvait en atre autrement sous
des mailres la plupart ignorants, d'une cupiditl insa-
tiable et d'un despotisme sans frein, qui, pendant pres
de trois sieles, exploit6rent I'Alg6rie par tous les
moyens imaginables plut6t qu'ils ne 1'administrerent. Au
milieu de cctte d6sorganisation social, la race indi-
gOne, sans cesse froiss6e el trompe, passa par tant de
p6ripdties, qu'elle se ressentit vivement des influences au
scin desquelles elle vivait.
Sur la pente des d6cadences, la chute est indvitable-
ment rapide; aussi, comme l'a trs judicieusement
expos un 6crivain musulman, bon juge en pareille
matiere, a le people imita naturellement l'exemple de
ses gouvernanls les Tures et, quand ii vil leur ignorance,
il suivil la mIme voie, repoussa loin de lui la science
ct laissa les oulema dans l'oibli. ) Les dominateurs
imprimerent leur cachet de cupidilt, de sensualisme
et de degradation morale sur la multitude, et ee regime
avilissant fut surlout funeste A la littlrature, ear les fails
important dignes de prendre place dans les chroniques
du pays, n'Alant presque plus enregistries, s'eflacaient
d'une generation A l'autre, sans qu'il en restal aucune
trace pour la posteritl. Quelques noms, a peine, survi-
vaient un demi si6cle au plus; aujourd'hui on n'en tire
autre chose que des notions confuses et m6me contradic-
toires. Les seuls souvenirs qui soient demeur6s dans la
m6moire du vulgaire, consistent en des traditions
m6lees de traits merveilleux, en un amas de fables
pueriles ct ridicules, don't le rkeit n'est propre qu'A s6-







-3-
duire la cr6dulit6 de gens aussi nails que le sont g6nera-
lement les indig6nes: c'est la derni6re occupation des
pouples d6chus et desoeuvres. Comme il n'y a rien de si
partial que l'imagination, ces traditions nous autorisent A
clever des doutes sur leur exactitude, par cela meme
qu'elles ont perdu tout I'intlrdt qu'elles pouvaient avoir
avant d'etre dinatur6cs et transformdes, suivani le ca-
price du narrateur. NManmoins, nous avons du y re-
couiir assez souvent faute d'autres renseignements, en
ayant le soin de les contr6ler aulant que possible les
unes par les autres, afin de les harmoniser au point de
vue chronologique.
Ce serait cependant se tromper sur cette 6poque, que
de croire A l'absence total de documents 6crits ; o nous
ne devons pas perdre l'espoir de nous procurer, t6t ou
tard, des ouvrages tres rares, ii est vrai, mais qui nous
fourniront sans doute des donnies historiques pr&ciouses
et autrement fiddles que les traditions orales sur les-
quelles on ne peut s'appuyer qn'avoc une trBs grande
circonspection et aprts mfir examen. La decouverle du
Kitab el Adouani est une preuve do l'opinion que j'avance
on ce moment, et si les rcnscignements que je reoois sont
exacts, je crois tIre sur les traces l'autres livres non
moins curieux que celui-ci, et que je me hiterai de livrer
aussi A la publicitM d6s qu'ils me seront communiques.
En effect, malgr6 l'Nlat d'abandon oi se trouvaient les
lettres sous Ie gouvernement qui nous a prec6d6 en
Algerie, quelques families, bien quo courbies sous l'op-
pression fl6trissante des Turcs, e v6g6tant dans un 6tat
infime, se transmirent de p6re en fils le gofi des sciences
littraires et des oeuvres de l'esprit. Divers 6tablissements






-4-
religieux, que la saintei6 de leur fondateur fit heureusement
respecter, resilrent d6positaires de manuscrits conserves
avec d'autant plus de soins, que la plupart 6taient peu
nombreux ou mmie uniques dans leur genre (1).
G'est ainsi qu'en Europe, sous i'anarchie feodale, c'est-
A-dire dans tes circonstances presque analogues, de
zeles hbnedictins, alors gardens naturels de la culture
intellectuelle, recueillirent dans leurs monastires, pour
les liguer A la postlrite, tons ces precieux documents qui
ont scrvi depuis A 6crire nos annalcs.
Si, des le d6but de notre occupation en Algerie, nous
ne nous 6tions pas trouv6s en presence d'un people aussi
fanatique que mefiant et ombrageux pour tout ce qui
touche A son l6at social, nous serions d6ja parvenus A
obtenir communication de chroniques 6crites que nous
aurions rattach6es aux oeuvres d'hbn Khaldoun et de
tant d'autrcs 6crivains arabes di moyen-dge. Alais, chez
le musulman, la science marche ordinairement de pair
avec le sentiment religieux, unis par un lien presque
indissoluble, en raison du respect don't sont entour6s
ceux qui en font profession.
Aussi, d6s notre arrive et A mesure que notre domi-
nation s'otendait dans le pays, un Alroit et aveugle fana-
tisme delermina bon nombre de ces families religieuses
et lettrdes don't nous avons parl plus haul A cacher, A

(I) La bibliutlleque des chliikhs cl Islam h Constantine passe pour l'une
des plus riches, non seulement de I'Algirie, mais meime des 6tats musul-
mans linlitrophes. Jnsqu'ici personnel, pas mime les musulmans, n'ont pu
parvenir h y fouiller; mais il faut cspirer pqe, tbt ou lard, les ouvrages et
les liasses de papers qui s'y- troavent sortiront de la poussiere cl vien-
dront jeler quelque lunmire sur i'hisloire de Conslanline sons Ia domina-
lion lurque.








-U -
fairc disparaitre, en quelque sort, tons leurs livres.
D'autres, appartenant A cette classes passionn6e que le
fanatisme fait divaguer, et avec laquelle il est impossible
de raisonner, fuyaient le contact du chretien avant mAme
d'avoir connu et apprecid ses intentions. Plusieurs se
reir6rent au loin, dans Ic Djdrid, sur le territoire tuni-
sien, important avec elles tous leurs livres et leurs papers,
et nous privant ainsi de prccieux documents que nons
serions heureux de reirouver aujourd'hui.
J'ai ddjA signal ce fail, il y a quare ans, en 6crivant
I'historiquc te la grande tribu des Oulad Abd-en-Nour (1)
don't le personnage le plus marquant, le marabout Si
Seddik ben lahia, avait enlev6 tous les papers histori-
ques en migrant an Kef.
Les EAvnements qui se sont suicc6ds depuis une tren-
taine d'ann6es expliquent done la disparition de ces rares
6crits, que des circonstances fortuites remctlent au jour
de temps en temps. On ne se forme pas la moindre
idWe des difficultls qu'on rencontre, non seulement pour
les decouvrir, mais surtout pour qu'il nous soit permis
d'en prendre connaissance. EspBrons n6anmoins que les
mat6riaux s'accumulant pen A peu, il sera possible A
la fin d'en tirer des conclusions g-nWrales snr le passe
de ce pays.
C'est grace A l'intervention de Si Ali bey ben Ferhat,
notre kaid de Tougourt et du Souf, que je dois aujour-
d'hui la communication du Kitab el Adouani; et encore,
l'exemplaire mis A ma disposition n'est-il que l'extrait
d'un plus volumineux ouvrage dans lequel est relracA le

(1) Voir IAnnai aire tarchologique de Conslantine de I'aiin6e 186i.







-- Cj--
curicux et piquant tableau des 6v6nements don't le Sahara
de Constantine et de Tunis a 6t6 le theatre depuis quatre
siecles environ.
Le Kitab el Adouani n'cst point un livre dontje veuille
m'attribuer la decouverte. L'honorable Pr6sident de la
SociWt6 historique alg6rienne, M. Berbrugger, don't le
nom se lie A routes les questions s6rieuses int6ressant
notre pays, a signal son existence, il y a d6jA longues
ann6es, ainsi que le constate la note suivante d'une bro-
chure que j'ai sous les yeux, et qui est extraite, je le
suppose, des Nouvelles Annales des voyages:
< La g6ographie devra bient6t, il nous est permis de
l'esp6rer, une nouvelle relation de Tuggurt et des au-
tres oasis m6ridionales du Sahara alg6rien, A un savant
voyageur qui vient de les parcourir tout r6cemment. Je
veux parler de M. LAd. Berbrugger, conservateur de la
biblioth6que et du musde d'Alger. Ce hardi voyageur
dtait A Kouinine dans I'Oued Souf, A la date du 28 no-
vembre 1850. II a eu beaucoup a souffrir entire Nefta du
bled el Dj6rid et Kouinine. Dans la crainte d'itre rencon-
tr5 par la tribu insoumise des Nememcha, qui fuyait de-
vant une colonne franchise arrive A Tdbessa, il a 6t6
oblige de rester A cheval pendant 28 heures, sans prendre
ni repos ni nourriture. Mais uri d6dommagement I'alten-
dait Ala premiere tape de cette fuite rapid. II obtint
d'un cheikh des Troud, nation guerriere et pillarde, le
manuscrit qui content I'histoire du pays. Ce livre, ajoute-
t-il, a ete compose de memoire et inspired par la lecture du
livre d'El Adouani, que nous ne possddons pas encore. D
C'est ce livre, jusqu'ici a 1'6tat de desideratum, que
nous gallons faire connaitre.







-7-
El Adouani raconte dans un style imag6 mais Itrs sim-
ple, qne nous pourrions presque qualifier de vulgaire,
imit6 aulant que possible dans la traduction, ot les vicilles
traditions sur les premiers habitants du pays, ct lcs fails
don't il a Wle t1moin oculaire ou qu'il a pu recueillir
de la bouche d'autres individus. Sa mani6re d6taillde
d'exposer les 6v6nements, d6montre que notre auteur
est contemporain de la plupart des episodes qu'il retrace,
ct prouve en cela sa v6racit6. On retrouve sur les cartes
du sud du d6pot de la guerre presque tous les lieux et
les points isol6s qu'il mentionne. Le sujet principal qu'il
traite est celui de l'entrde en Ifrikia (1) des Troud, qui,
d'dtape en tape, et sans cesser d'etre fort incommodes
a leurs voisins arrivent dans le Souf don't ils arrachent
le territoire aux occupants, apr6s une lutte des plus achar-
n6es. Ibn Khaldoun, Ibn Haucal, El Kairouani et bien
d'autres 6crivains musulmans, ont ddpeint I'dmouvant
tableau de ces floats d'3migrants arabes, peuples ravageurs
et indisciplines, aux appteits de la vie nomade, et d6vorant
tout sur leur passage, comme ces nu6es de sautcrelles que
nous voyons malheureusement s'abattre sur nos campa-
gnes.
El Adouani rappelle une episode de ces invasions avec
des details qui nous initient aux mceurs de 1'6poque;
c'est une suite pressee d'incidents qui animent le r6cit.
La sc6ne des femmes excitant leurs maris au combat est
pleine de movement, quoique raconte' dans un style
sans pretenlion. De nos jours encore, il existed a Tarzout
et A Guemar une coutume qui semblerait 6tablir que, dans
(1) Les Arabes appellent Ifrikia le pays occupy aijourd'hni, en parlie, par
la regence de Tunis.







-8-
ces contr6es tropicales, les femmes jouissent d'une pre-
pond6rance que sont loin d'avoir celles du Tell. Ce.
deux petites villes, qui font parties des oasis du Soul',
6taient encore en rivalit6 il y a qnelques annues A peine
et vivaient en tr6s mauvaise intelligence; situdes fort
pros I'une de I'autre, le pretextele plus futile leur faisait
prendre les armes. et elles se livraient alors des com-
bats tr6s acharnis. Dans ces guerres, les femmes sor-
taient le visage et le sein dUvoiles, et se placaient A la
suite des combatants qu'elles animaient et encourageaient
par lenrs gestes et leurs cris (1). Munies d'un vase con-
tenaut dii lenn6 delay, elles couraient an guerrier
qi'elles voyaient faiblir et couvraient ses v6tements de
cette liqueur, afin qu'il fut reconnu pour delil (signe,
indice prouvant sa lclcet6). Cot homme 6(ait d6sor-
mais stigmatis6 et aucune femme ne consentait a5 I'pou-
scr: il se Irouvait tellement isol6 au milieu des siens,
qu'il 6tait souvent oblige de s'expatricr. Cette pr.-crir-
tion ne cessail que dans le cas of il parvenail A se rnha-
biliter par quelque acte de valeur, par quelque prouesse
chevaleresque qui flisait oublier sa conduite antdrieure.
La rehabilitation d'un delil 6tait I'occasion d'une c6rd-
monie pr6sid6e par les femmes, qui, toutes, lui donnaient
l'accolade en signed d'oubli du pass.
Les Troud, d'apr6s une opinion assez r6pandue, se-
raient venus do la Perse: nous verrons plus loin qu'elle
est leur veritable origine, et nous dirons dans I'appendice
la position que, do nos jours, ils occupent encore dans
l'Oued Souf.

(I) Ciez les liabiles zoiiaoua, les fenunes suivaient rgaleinent leurs
maris au Colmn t.







--9--
Un autre fail. caractlristique qui se degage du livre
l'El Adouani, c'est l'indiff6rence religieuse dans laquelle
Eraient tombs, vers les IXe ou Xe si6cles de l'h6gire, les
habitants du Sahara, melange inextricable d'aventuriers
des premieres invasions arabes r6pandus ca et IA et
fondus au milieu des anciennes populations juives, chr6-
tiennes ou mmme berberes autochthones, refoul6es par les
nouveaux conqu6rants.lls n'avaient plus aucune religion,
dit-il, et leur abrutissement 6tait tel, qu'ils ne rougis-
saient pas de jouer entire eux dans un 6tat de nudity
complete et de se livrer a des acels encore plus abomi-
nables.
Les marabouts missionnaires qui entreprirent de les
convertirA l'islam, d'abord fort mal accucillis, furent mis
dans la ndcessit6 de suspendre leur oeuvre de proselytisme
et de s'dloiguer au plus vite, pour ne pas s'exposer A
etre massacres. Ce passage succinct met en ]umiere une
particulari1t curieuse laisant pressenlir les difficult6s
que dult prouver I'expansion du nouveau cult. ( Les sa-
harions, gens enl6tes, se r6pandaient en discours violent
ct en menaces envers ceux qui voulaient les fire renon-
cer A leurs vieux pr6jug6s. ) Du rest, lbn Khaldoun ne
nous dit-il pas que les populations berberes aposlasi6-
rent jusqu'a douze fois ?
Les guerres des Chabbia centre les souverains tunisiens,
leurs incursions fr6quentes en Ifrikia, oh ils semaient
I'6pouvante et la mort, sont 6galement rapportees avec
des details d'un haul int6drt. La confederation des Clab-
bia, don't la puissance s'ktendit depuis 1'Ifrikia jusqu'aux
environs de Constantine et des Ziban, jusqu'au littoral
de La Callc, a joud un role immense dans la province.
/;






10 -
Elle portait le nom de la famille de son chef, douadi,
c'est-A-dire noble personnage de la tribu des Dreid, qui
6tait originaire de Chabba ou Sabia, ville situde pres de
Mohedia, dans un canton appel6 Kaboudia (l'ancienne
Caput Vada oh d6barqua B6lisaire).
A la suite de guerres malheureuses et de bouleverse-
ments politiques comme il devait souvent s'en pri'.liire
a cette 6poque, d'autrcs families influences, lasses sans
doute de leur role secondaire, se mirent A la tete de
partisans qui, sous le nom de Hanencha, Nememcha,
Harakta, Segnia ou simplement de Kherareb(les fractions),
reussirent a s'affranchir de la supr6malie des Chabbia.
Dans un travail special nous esperons faire connaitre
prochainement la monographie de chacune de ces tribus,
dont les origins et le rble politique doivent d'autant
plus fixer notre attention, qu'elles occupent encore de
nos jours une vast partic du territoire do la province.
C'est, du reste, au sein mime des tribus qu'on peut le
mieux recueillir les traditions originelles et 6tudier un
passe qui sollicite vivcment notre attention.
Quoiqu'il en soil, la grande confederation pr6sidde par
les Chabbia se disloqua et se morcela par le fait d'un be-
soin d'ind6pendance spontand qui surgit A la fois chez
tous les f6d6res. Les Chabbia, proprement dits, ont pres-
que disparu de la sc6ne du monde ; les derniers mem-
bres de cette famille, qui exerga un si grand ascendant
autour d'elle et finit par rivaliser de puissance avec les
princes tunisiens et les pachas d'Alger, sont aujour-
d'hui reduits a la misere, obscurs et disperses un peu
sur tous les points, plant chez nous qu'en Tunisie.
L'existence agit6e d'El lHadef, aussi romanesque que







11 -
celle de certain personnages imaginaires des mille et
une nuits, presence aussi des phases tres attachantes.
Jeune orphelin des environs de Biskra, il arrive a Tunis,
A la suite d'aventures multiples, et il ne tarde pas A 6tre
appel6 au post eminent de conseiller intime du souvc-
1,III de cette ville. AMais sa chute est presque aussi rapid
que son 616vation. II parvient cependant A ressaisir son
ancienne position et se rend ensuite a Touzer, don't il
est Brig6 gouverneur. Ses descendants heritlrent de son
pouvoir et occupaient encore ce poste il y a peu
d'annees.
L'6tymologie des diffTrents noms de localities donn6s
par El Adouani fera enfin l'objet de nombreuses notes
explicatives.
Le pays qui a 6t le theatre de la plupart des Wvine-
ments que raconte El Adouani n'est autre que la myst6-
rieuse Getulie des auteurs grecs et remains, c'est-A-dire
le Sahara au ciel brhlant, au sol de sable, mais bien
moins desert et inculte que son nom ne semble l'indi-
quer.
Qu'il me soit permis, avant de continue, d'6mettre
ici une opinion sur 1'6tymologic de ce nom de G6tulie.
Rien n'est aussi 6lastique et plus scabreux, je ne l'ignore
pas, que les questions de cette nature; on ne dolt les
border qu'avec une extreme reserve: je n'hisite pas
cependant, en attendant mieux, et au risque de la voir
trailer d'absurde, a formuler une hypoth6se qui, de
prime abord, peut sembler plausible.
Lors de la foundation de Cyr6ne, c'est-a-dire 630 ans
avant J.-C., les Grecs trouverent sur les bords du golf
de la Syrte unc population A laquelle ils donn6rent le









nom do Libue. Celte population n'6lait autre que lI
tribu bcrbere des Leonala, portant Ie nom palronymique
de Lioni son ancetre, qui devint Libui dans la houclc
des Grecs. Ceux-ci firent alors ce qu'ont fait tous les
conquErants de l'Afrique seplentrionale : ils appliquercnt
a l'ensemhle du pays le nom dti premier people qu'ils y
avaient rencontr6, et c'est ainsi quo s'est introduit dans
la g6ographie africaine le nom classiqne de Libye.
Celle 6tymologic, rdsullant du rapprochement de diver-
ses circonstances historiques, de la similitude du nom
grec Libu6 et du nom berb're Liou,, a 616 presonlie par
M. Carette et admise comme probable (1).
Ce premier fait expose, je me suis dlemanile., mon
tour, si le nom de Gltulie ne proviendrail pas (il mot
Djaloul, qui s'6crit en h6bhre el en arabe presque d'une
maniere identique : Djalou el Djalil.
Or, d'apr6s les traditions recueillies par les plus an--
ciens auleurs musulmans, la majeure parlie des popu-
lations de I'Afrique du nord, et surtout dii Sahara, sont
d'origine Chanandennc. Ils pr6tendcnt que lorsquc David
eut tu6 le geant Golialh, les Philistins vaincis s'enfuirent
de Palestine et vinrent se refugier en Afrique, et que
cette contrde se penpla de leur post&it6. Les historians
et geographes grecs ou latins rapportent des traditions
a peu pres analogues.
On pourrait admettre, comme dans l'hypoth6se relative
5 l'origine du nom de Libui, que les Grecs et les Romains,
entrant en relations avec les populations dlu sud, so


(1) lRcchercles sur l'origine ct les migrations des tribus, par M. E. Ca-
relle.







12 -

disant descendues Id lDj;loutl, doun6rent iu pays lc
nom de ses habitants. Si I'on transcript le mot Djalout
..J^ L. ) la similitude est Iris apparent, et on concoit
iqe, par suite d'une transposition des deux lctres 3 lam
cl ta, chose qui se voi fr6quemment dans routes les
langues transcriles en caracltres i6rangers, ce mot a pu
&ire transformed en Djatoul \L' ., d'oii serail venu
Djetule on plus correctement G6tule, et par suite G6eulie.
Jie livre cetle 6tymologic A la sagacild des savants, dCcla-
rant d'avance queje ne la prdsento que comme hypothdse
et sans y attacher plus d'importance (').
L'histoire du Sahara est f6conde et ne le cede gudre
en interdt aux evenements politiques de la z6ne du Tell.
Malgr6 les ouvrages publids par plusieurs 6crivains
distingu6s, beaucoup de gens en Europe, et meme en
Algorie, n'ont encore sur cetle region lointaine, que des
id6es fort vagues qu'il serail grand temps de rectifier.
Elle est encore, pour beaucoup, une terre inconnue.

(I) Nolre confii're, M. Calien, nous communique i cc sujet la nole
snivanlle.
SVotre opinion au stijet ides GCtliles, iqui pourraient bien descendlre do;
la famille de njelouth, nom arabe di Goliath de la bible, trouve son
appui dans ce que certain auteurs juifs du moyen-age appellent Ics
Berbires on blaures d'Afrique, du nom de Philistin ou Pelischtim. (Voir
Scepher ha-kabala de Abraham ben Daoud, Ed. Amst. p. 6, 43, 44, etc.).
Vous n'ignorez pas, sans doute, que Goliath, le Djelouth des Arabes, 6tail
le celitbre champion provocateur des 'Philistins, lorsqu'ils lutterent con-
tre les lilereux. (V. Samuel, 1, ch. XV). Je dois cependant vous lire que
dans le Talmud se Irouvent plusieurs passages qui indiquent I'origine des
penples de I'Afrique come des miigrants de la Palestine, a 1'6poque ofi
Jusin, a la ttle des lidbreux, s'emparail du pays promise a leurs ancitres
(v. Talmud Jerus. Schebiill, ch. VI, et Taln. Baby, sanhedrin, p. 91). Celue
opinion viendrait a Il'appui de celle de Procope.







14 -
En mnme temps que nous chercherons A rendle
intelligible le livre d'EI-Adouani, nous ltcherons done d.'
r6unir, dans un appendice succinct, quelques renseigric-
ment authentiques que nous poss6dons sur le sud de la
province. Ce sera atteindre un double but, et r6ponDlre
au ddsir manifestO bien souvent par les nonbreux lol-
ristes qui viennent le visiter. .
Le Recueil de notre Soci6t6 leur 6vilera ainsi les la-
borieuses recherches auxquelles ils seraient obliges de se
livrer pour se procurer les ouvrages sp6ciaux publi6s
sur ce pays. Nous relaterons ce que disent quelques an-
ciens auteurs en mcme temps que les traditions conser-
v6es par la population actuelle.
La majeure parties des regions mentionn6es dans les
r6cits d'El-Adouani est en voice de transformation. Les
luttes de tribu A tribu, en un mot, I'anarchie don't it
parole, a fail place en peu d'ann6es a un 6tat de choses
enti6rement oppose.
Comment, se demandera-l-on, un tel plhnomene a-t-il
pu se produire ciez un peuple turbulent par nature et
par tradition ? C'est ce qu'il nous semble utile de dnion-
trer dans ce pr6ambule par des fails ayant par eux-
mmmes une eloquence qui nous dispenser plus loin de
trop longs commentaires.
Au temps des Romains, la G6tulie fur toujours un foyer
menacant de rebellion, d'oh se d6chainaient A l'impro-
viste, et A bride abattue, ces hordes innombrables avides
de meurtre et de pillage, qui venaient trouble le repos
de la Numidie. Les nombrcux avant-posics don't nous
trouvons encore les vestiges sur les limits du Tell, no
pouvaient les contenir qu'imparfailement.







'15 -
Les Sahariens de notre 6poque avaienl conserve in-
tactes ces habitudes s6culaires de turbulence et de vaga-
bondage, tant il est vrai que la nature d'un pays influe
considErablement sur le caract6re de ses habitants. -
Qu'on les nomme Libyens, G6lules, ou plus vulgairement
Sahariens, la question a 6tW de tout temps la meme
entree le nomade au brutal instinct de destruction ou
convoitant le bien d'autrui, et I'liabitant plus paisible et
plus sddentaire du Tell. Que le chef de la r6volte so
nomme Tacfarinas, Jugurtha ou le cherif Mohammed
ben Abd-Allah, c'est toujours dans le Sud que les rebelles
ont trouv6, a toute poque, le moyen de se reliever de
leurs d6faites en recrutant de nouveaux partisans pour
recommencer la lutte.
En 1844, notre drapeau flottait .ur I'oasis de Biskra,
alors limited extreme de la domination frangaise dans le
Sud de la province. Dix ans plus tard, ii devint indis-
pensable de reculer ces frontidres afin d'abattre les Ben-
Djellab, seigneurs de Touggourt, don't influence hostile
ne cessait de nous causer de tr6s-graves embarrass.
Les Ben Djellab, par uno politique astucieuse, bien
que reconnaissant noire suzerainet6, accordaient aide
et protection au premier fanatique venu se disant cherif
et inspire de Dieu. Ces 6nergumBnes, apr6s avoir de
temps en temps jet6 la perturbation dans nos tribus
du Tell, allaient ensuite se r6fugier aux environs de Toug-
gourt, attendant une occasion favorable pour recommen-
cer leurs pr6dications A la guerre sainte.
Les esprits fatalistes, h pr6jug6s enracin6s et, par con-
s6quent, trop ignorants pour appr6cier Ie c6te philan-
tropique (d la civilisation curop6enne, 6taient alors






16 -
plus nonibreux qu'i present. Pour eux, notre presence n,
Alg6rie n'elait q(u'une 'preuvc, une expiation passgr'e.
Ils avaient toujours leurs regards fixes vers le sud, d'cii
devait apparaitre le Messie reg6neraleur don't la mission
serait de nous expulser du territoire musulman. Le moin-
dre bruit, le inoindre souftle venant de ce c6te, suffisail
pour les lancer dans I'intrigue et jeter I'6moi chez-ces
gens liallucin6s, sommeillant en apparence, mais atten-
dant avec resignation 1'heure du succes final annoncc
par les propli6ies.
Un tel 6tat de choses, incontestablement dangereux,
ne pouvait ,tre toleri plus longtemps; c'ktait surtout
pour le repos et la prospirit6 de la colonies une cause
permanent d'inqui6tude. Du reste, quand on se trouve
en presence de peuples barbares, une loi politique,
coisacr6e par l'experience, exige que l'on march tou-
jours en avant, et que I'on fasse de nouvelles conquitcs
pour garantir la s6curit6 des anciennes.
Au mois de novembre 1854, le colonel Desvaux, du
3e Spahis, commandant alors la subdivision de Batna,
recevait I'ordre de marcher vers le Sud avec une petite
colonne coiposee de troupes reguliires et d'un contin-
gent de cavaliers indigenes. Le brilliant combat de Megga-
rin oh Selinan, dernier sultan de la dynastie des Ben-
Djellab, et s3n alli6, le cherif Mohammed ben Abd-Allah,
furent batlll de la manierc la plus complete, nous
ouvrit les portes de Touggourt. Le colonel Desvaux y
faisait son entree le 2 decembre, et en prenait possession
au nom de la France.
Ce rapid success Ctendait notre domination A 135
lieues du littoral.








17 -
Conqu6rir un pays lointain par les armes est chose
difficile; mais une oeuvre bien plus important est la
conquete administrative, par laquelle l'ennemi de la veille
est initi6 A tous les bienfails de la paix et des connais-
sances des peuples modernes. C'est la scule qui laisse
des traces imp6rissables, en inspirant, au people arri6r6
auquel on tend la main, des id6es qui l'habituent et
I'attachent pour jamais A sa nouvelle condition; c'est la
seule, enfin, par laquelle le vainqueur fail oublier sa vic-
toire et 1'affirme en meme temps.
Cc r6sultat a 6t6 obtenu dans cette region au point
de d6passer en quelque sorte nos espdrances.
Quoi de plus satisfaisant, en effet, que l'attitude des po-
pulations du Sud de notre province depuis cette 6poque ?
La grande insurrection de 1864 et 1865, qui a agil[
tout l'Ouest et le centre de l'Alg6rie les a m6me trouvdes
impassibles, et il a suffi de quelques measures de vigilance
prises i propos et avec 6nergie, pour tenir les fauteurs
de troubles en respect et les emp6cher de p6n6trer
chez nous.
a Un changement aussi absolu dans 1'6tat social et
politique de cette parties du Sahara est du A la justice
d'une administration surveill6e par I'autorit6 frangaise,
et aux bienfaits des sondages art6siens. Rest6es jusqu'en
1866 en dehors du movement de civilisation quc la
conqu6te de 1830 fail p6n6trer dans I'Alg6rie entire,
les populations de l'Oued-Rir', A qui la force de la Fran-
ce venait de se r6v6ler par la victoire de Mo::.a;in,
trouvaient enfin justice et protection. A ces Ben-Djellab,
qui tarissaient les sources de la fortune publique, qui ne
reculaient devant aucun m6fait, aucun crime, succ6dait
2







18 -
un nouveau pouvoir, occupy sans relAche de la r6orga-
nisation administrative ct des moyens de faire oublier
les maux passes.
Ces soldats francais qui, peu de jours avant l'entr6e A
Touggourt, avaient apparu si terrible dans le combal,
maintenant travailleurs pacifiques, rendaient la vie aux
oasis en decadence, se m6laient dans le plus grand
ordre A ceux don't ils 6taient la veille les cnncmis ; avec
ce d6vouement qui caract6rise l'arm6e d'Afrique, les
plus rudes labeurs dlaient recherches, les plus tristes
solitudes s'animaient, et A la fin de ces campagnes artl-
siennes, chaque soldat revenait heureux du bien auquel
il avait contribu6 (1).
i A A.le general Desvaux, commandant, en 1856, la sub-
division de Batna, dit M. Jules Duval (2), revient l'hon-
neur d'avoir pris I'initiative d'une entreprise qui offrait
d'6normes difficull6s A vaincre, car il fallait porter la
sonde inerle A Biskra, a cinquante lieues au sud, a tra-
vers d'affrcux deserts, sans resource locale de main
d'oeuvre ct de vivres....
Le materiel de sondage avait t16 d6barqu6 A Philippe-
ville en avril 1856. Le transport present des difficulties
incroyables, les charreites s'enfoncant a chaque pas
dans le sable, il fallout fire des prodiges pour attcindre
Tamerna. Sous la direction de M. Jus, Labile ing6-
nieur de la maison Degous6e et Laurent, le premier
coup de sonde fut donnA le jer mai 1856, par Ali Bey,

(1) GUn6ral Desvaux. Rapport sur les forages artsiens.
(2) M6moire lu par M. Jules Duval, vice-prCsident de la Commission
central, dans la seance gen6rale de la Socie16 de g6ographie du 14 d6-
cembre 1866.








'19 -
notre kaid de Touggourt. Aprds cinq semaines de travaux,
on 6tait parvenu, le 9 juin, A 60 mires de profondeur;
l'esp6rance et I'apprehension, la confidence el le doute se
succdaient d'heure en here, de minute en minute.
Enfin, A une cure de l'apris-midi, M. Jus fit remplacor
le tr6pan, don't le tranchant lui part Irop large, par
une tige don't le boutt 6ait forg6 eonpoint; on travailla
deux heures sans oblenir un r6sultat sensible, lorsque,
tout-A-coup, la sonde, apris avoir rencontr6 la m&me
resistance qu'auparavant, s'enfonca subitement apris le
coup et fit croire qu'elle ~tait cassie; mais un moment
apr6s, on vit aussi couler l'eau avec plus d'abondance
dans le petit canal creus6 pour recevoir el-ma fessed,
l'eau gate, et quelques seconds apr6s de fortes secousses
donnies i la sonde annoncaient que la nappe jaillissante
avail 61e alteinte; I'eau d6bordait bient6t du tube extA-
rieur, et le drapeau hiss6, ainsi que les cris des assistants,
annongaient i la population l'heurcux 6v6nement. Ce
furent des cleats de joie d6lirante. En moins de deux
minutes, raconte un temoin oculaire, (I) tout le monde
elait accouru, on arrachait les branches do palmier qui
entouraient l'dquipage; chacun voulait voir celle eau que
les Francais avaient su fire venir au bout de cinq se-
inaines, tandis que les indigines auraient eu besoin
d'autant d'ann6es et de beaucoup plus de monde. Enfin
on vit meme les femmes de tout Age accourir, el celles
qui ne pouvaient parvenir a la source se faisaient don-
ner de l'eau dans les petits bidons de nos soldals et la
buvaient avidement. Bient6t I'eau se pr6senta en gerbe,


(1) M. le licutenanl Rose.








20 -
coula en cascades; A chaque minute le volume et la rapi-
dit6 de son jet augmentaient. A peine M. Jus avait-il fait
retire l'instrument, que des hommes du pays, se frayant
avec force un passage, apporterent une ch6vre qui fut
immole sur le puits meme.
Apr6s la premiere surprise passee, le came r6tabli,
un marabout, en presence des notables assembles, pro-
nonca le Fatha, la priere commune, sur l'ceuvre des
Francais, appela sur eux comme sur ses frres les b6ne-
dictions du ciel; enfin la priere isol6e de chaque assistant
finit la c6r6monie. Une dilfa (festin) g6n6rale couronna
la journee. Dans les cercles forms par les convives se
plac6rent les musiques de Touggourt et de Temacin,
bientol les jeunes filles accoururent pour danser; elle
ne c6d6rent la place qu'au moment oil des groups
d'hommes arms firent irruption dans le cercle pour
faire une d6charge g6n6rale de leurs fusils. Aussit6t la
salve donn6e, les danseuses reparurent et la f6te ne se
terminal que par 1'6puisement des forces des musicians.
La fantasia des goums se fit le lendemain brillante et
pleine d'enthousiasme.
DBs le lendemain aussi, le mysterieux instrument fut
l'objet de pelerinages de tout le pays, et le commandant
frangais fut assailli des demands des populations, don't
chacune sollicitait la faveur prochaine d'un pareil miracle.
Du puits de Tamerna coulait une riviere de 4,000 litres
a la minute, le double du puits de Grenelle a Paris. Dc-
puis dix ans ces scenes se renouvellent dans le Sahara
Algirien, avec moins de surprise peut-4tre qu'au pre-
mier jour, mais non avec moins de joie.
C'est dans le Sahara alg6rien et francais que s'accom-







21 -
plissent ces merveilles, qui, en d'autres ages, auraieni
valu A leurs auteurs l'aur6ole des h6ros et des demi-
dieux. Se contentant d'une renomm6e plus modest, nos
ing6nieurs conduisent cette oeuvre de progres avec une
admirable habilet6; ils out form, parmi les officers et
les sous-officiers de l'arm6e, des 6elves qui deviennent A
leur tour des maitres dans l'art du forage (1). Ils em-
ploient pour ouvriers des d6tachements de soldats qui
s'associent A la pens6e de leurs chefs avec autant d'ar-
deur que de patriotism; quelques indig6nes salaries
leur viennent en aide. Le tableau de ]a discipline et du
travail supports dans le pays de la soif, non sans quel-
ques privations, mais sans maladie et sans d6courage-
ment, sous une atmosphere parfois insalubre et une
temperature qui varie entire 30 et 60 degr6s, si loin de
la mere patrie, et meme de cette second patrie du
soldat qui est le camp et la garnison; ce tableau
d'une aclivile productive, organisee au sein du desert,
n'est pas le moindre des enscignements que la colonisa-
tion frangaise apporle aux populations indigenes. En
meme temps que la puissance industrielle, se r&v6lent
la puissance et la suprioritM morales de la nation qui a
enleve ces contrees a l'anarchie et au brigandage pour y
6tablir l'ordre et la paix. )
La traduction suivante d'une po6sie, composee il y
a d6jA quelques ann6es par le marabout Si Mohammed
bel-Kadi, peut donner une idWe de l'effet produit par ces

(1) M. Lehaul, sous-lieutenant de spahis, mort sur le champ de travail
le 14 mai 1860.
M. le capitaine d'artillerie Zickel.
Le sergent Dhem, du 3, tirailleurs, ct les zouaves Flatreau et G&riu.










travaux sur I'esprit des indigenes, et des sentiments de
reconnaissance qu'ils ont inspire envers ceux qui les
ont inaugur6s:

Louange Dieu senl, maitre de I'univers!
Je vous announce des choses ierveilleuses;
L'eau a jailli du sein des sables!
Dieu a donni I'eaau n Sahara
Par I'intermn diaire de celui qui
Gouverne actncllemeut la province.

Ce pays, jadis dsolb,
Va enlin renaltre et sera rendu habitable.
Le geu6ral Desvaux a accompli cette resurrection.
L'ing,.nieur Jus I'a second pour fair jailfir
L'cau 5 la surface di sol.

La rapidity avec laquelle ceite teuvre s'accomplit
Jette le trouble dans I'esprit.
Chegga si aride est maintlenant
Abondamment pourvue.
A Oum et-Tiour l'eau couple d'une
lanikre inconiparable.
11 en est de mnimu Sidi Rached,
Et Tamerua s'emibellit par les
Nouveaux arrosages don't elle dispose.

Thamellat, la sterile, est aujonrd'hui productive.
La population jouit de 'abondancec et de la paix,
Parce que celui qui la gouverne est just;
Chacun faith son loge et exalte ses bienfaits.
La justice done la prosp&rit ,
Tandis que l'iniquilt ruine et tue.

Des machines qni marchent
El tournent sur elles-nimmes
Vont chercher I'eau dans les cntrailles te la terre,
Et la font jaillir abondamment.
Cette ceuvre est comparable
A cell de 'lhomme qui plongerait an fond des mers
Pour en relirer des riclesses.







- 23 -


Le temps de la guerre est passe;
Les habitants du Sahara sont soumis;
Le guerrier et le pasteur vivent on paix.
Les Zouaoua aussi ont d6pose leurs armes.
Randon est l'imir qui nous gouverne.
Que Dieu trbs-haut entende ma priere;
Lui, le dispensateur de toutes choses,
Qui fait vivre et mourir ses creatures.
Qu'il mainticuine notre bien-etre,
Tant que dureront les siicles,
Et nous preserve des calamties.

Celte r6gen6ration du Sahara de Constantine, com-
menc6e en 1855 par M. le G6ndral Desvaux, est conti-
nude avec la m6me ardeur par M. le Glndral Pcrigot,
qui command la province depuis trois ans. Les r6sul-
tats obtenus aprds chaque champagne art6sienne sont
publi6s tous les ans dans des rapports sp6ciaux qui forment
djiA une collection remplie de documents du plus haut.
intdrdt. Le dernier de ces rapports, c'est-A-dire celui de
4866, Blablit que le volume d'eau fourni par les puits
jaillissants s'dlevail au chiffre total de 86,994 litres par
minute.
A ces r6sultats remarquables, il faut ajouter ceux de
la champagne 1866-67, qui ne seront mentionn6s que
dans le rapport de l'ann6e prochaine. Nous citerons
entire autres le forage de Khabana, dit fontaine du Prince
Imperial, qui donne un d6bit de 3,100 litres A la mi-
nute, et celui de Berragoub, qui est de 4,080 litres.
Nous termincrons ce prdambule en citant un dernier
example de utilityt6 qui r6sulte des forages arl6siens. Dans
la tribu des Oulad-Sidi-Hamla, pays sec et sablonneux
a W6t creus6, en 4861, le puits de Guellalia qui donne un






24 -
d6bit do 810 litres A la minute. La djemAa de la tribu
avail divis6 en parcelles environ quarante hectares de
terres, autour de ce puits, de mani6re que riches et
pauvres pussent jouir de 1'eau. Celte ann6e, malgr6 la
grande s6cheresse qui nous a 616 si fatale, les cultiva-
teurs de Guellalia ont eu une r6colte 6valu6c A 30,000
francs, en comptant le sail de bl au prix de 30 fr. et
celui de l'orge A 15 fr.

Constantinie, 12 lno'claibr' 1867 (1).

L. FEIHAUD.





















(1) M. I'ingDnieur Jus, notre ami, nous a quitt6 hier pour aller com-
mencer une nouvelle champagne artesienne. Nous n'avons pas b lui souhaiter
de nouveaux succs; ceux qu'il a obtenus, jusqu'% ce jour, repondent de
I'avenir. Mais autant pour lui clue dans l'interet de oeuvree civilisatrice qu'il
pursuit avec zele, nous devons fire des veux pour que sasaant6 soit
respect6e par les derniers effects de 1'6pidemie qui a frappC la province.










TRADUCTION






KITAB EL ADOUANI





Louange A Dieu seul !
Son gouvernement seul est durable !

Les 6crivains qui se sont occupies de l'histoire du
pays rapportent que Kairouan (1) "6tait aux Beni-
Makhzoum, tribu Koraichite venue de la Mecque (2).
Tripoli etait aux Lakhm, don't les allies 6taient juifs.
Ces memes historians disent que les Kab, branch issue
des Makhzoum, ayant A leur thte Ben-Rezek (3), eurent
pendant un certain temps le pouvoir en Ifrikia. De ces
derniers sortit Allac.

(1) Ka'irouan, ville sainte et c6libre dans les annales musulmanes,
fondue par Okba a l'poque de I'invasion des Arabes dans le nord de
I'Afrique.
(2) Voir, pour I'origine et la g6ndalogie des tribus, l'histoire des Arabes
avant I'lslanisme, par Caussin de Perceval. Les Benou-Makhzoum, les
Lakhm, les Hachem et les Kab appartenaient i des tribus venues de 1'A-
rabie. Consulter aussi Ibn Khaldoun.
(3) 11 existe encore dans la Tunisie une puissante tribu du nom des
Oulad-Rezek, qui a toujours jou6 un grand rble dans les 6venements
du pays.







26 -
Les habitants du pays compris entire Tebessa et la
Kala descendent des Riuh, Zerloum et Eiad.
Les gens de Mladjena (1) sont des Oulad-Amer-ben-
IIilal, desquels est issue la peuplade des Charen (2).
Les Kerfa sont originaires d'une fraction des Beni-
Drar-et-Tai.
Les Abbassa descendent de Foudil-ben-Abbas.
Les Aloui sont do la post6rit6 de 'Adi ; ils porterent
ensuite le nom de Beni-lHaf6s, et apr6s avoir eu le pou-
voir en lfrikia, ils tomberent en decadence et s'kteigni-
rent par leur propre faute. La cause en est qu'ils n'eu-
rent parmi eux aucun homme capable de les diriger.
Les gens du Sahara sont de la postdrit6 de Adjoudj-
bcn-Tikran le Juif (3). Ils habilaient jadis Khaibar (4);
c'est un faith qui nous a kt6 transmis par Salem-ben-
Adnan.
Quant aux populations qui occupent la champagne qui
s'6tend entire Constantine ct la mer, la majeure parties
d'entre elles s'allia aux Koraichites lorsqu'ils vinrent
dans la contree. Elles 6taient originaires de la Perse et
des Coptes, et se livraient A l'1leve des moutons at des
beufs.
Los habitants des montagncs du Moghreb, tels que


(1) Madjena, nncienne ville situdee une trentaiile de miles N. E. de
Tebessa.
(2) Les Charen, tribu Tunisicnne donl le territoire est sitlu peu-
pres en face de notre cercle de Souk'-Ahras.
(3) Le premier qui r6gna dans le desert fur Biou!outan-ben-Ticlan.
(el-Kairoui.ni).
(4) Khalbar, ville juive dans le liidjaz, conquise par Mahome t et ont
la population rut dispersee.







27 -
ceux de l'Ahmar Kheddou (1) et du Djebel-el-Malah, sont
des Lakhm. Us 6pous6rent des femmes du Fars et de
I'Adjem, c'est-a-dire de families d'origine persane ou
romaine don't les aieux 6taient dejA 6tablis dans ces
montagnes. Les Lakhm, en venant de 1'Orient en Occident,
avaient laiss6 leurs femmes dans leur patrie ; beaucoup
d'entre eux arriv6rent, du reste, 6tant encore adolescents.
Tous ceux d'entre les Juifs, les Coptes eL les chr6liens
qui embrass6rent la religion musulmane A la venue des
nouveaux conqu6rants, devinrent les allies des Korai-
chites, surtout des Beni-Hachem, parce que ccux-ci
avaient des mceurs plus douces que leurs autres compa-
gnons et que leur type 6tait plus beau.
Les ksour de 1'Ifrikia, en long et en large, 6taient
jadis habits par des Juifs et des chrEtiens qui se sou-
mirent aux Bcni-Hachem.
Les populations des contr6es septentrionales 6taient
pasteurs et tiraient leur origin des Himyarites.
La force des ksour du Sahara consistait dans leur
cavalerie ; les juifs qui liabitaient ces ksour descen-
daient des Beni-Abd-ed-Dar (2).

(1) La grande chain qui se dtachel par eI col de Tinougarin du point
culminant des Auris forme la ligne central h laquelle se rattachent tons
les autres systlmes montagneux entire l'Oued-Abdi, au nord, et la plaine
du Zah-Chergui an Sud. Toute cette parties montagneuse porte le nom
collectif d'Almar-Kheddou, <( la joue rouge, 1 S cause de la teinte rou-
geatre qu'elle prend lorsqn'elle est cdlairde par le soleil. Les pentes de
l'Alnuar-Kheddou south couvertes de forces don't les principles essencessout
le genevrier, le pin et ie ch ne. La superficie boisde peut Ntre dvalu6c a
plus de 20,000 hectares. Les plus belles fortes sont celles des Beni-Mel-
loul et des Beni-bou-Seliman : malheueuusement le ddfaut de routes em-
pclhe de les exploiter.
(I) Abd-ed-Dar, ils de Cossay.Voir l'listoire des Arabes, par Caussin de
Perceval.







28 -

El-Malleka (1) resla occup6e par ses anciens habitanls,
qui descendent des chr6tiens. 11 en est de meme pour
Cafsa (2). Les gens de Gabbs (3) dtaient des chriliens
de Syrie, qui apostasierent entire les mains d'Abon-Be-
ker, et qui accompagnerent ensuile 'Aoun-ben-Cheddad
dans le Moghreb. Ils vinrent avec lui, au nombre de
quatre-vingt families, et s'6tablirent A Gab6s. Prds de lI
se trouve une montagne nommee Ed-Dahara, que vinrent
habiter les gens des Beni-Zid-ben-Omeia (4). Ils amenD-
rent avec eux cinquante allies issues des Coptes et des
Ambar (5), qui allirent so fixer dans la montagne des
Beni-Barbar (6) et A Liana (7). Ils batirent une ville,
nommbe Oum-el-'Az; mais cette ville 4tant lomb6e en
ruines, ils retournirent dans la monlagne.

(1) Malleka est le nom arahe d'un fort qui d6fendait antiqueuo Carthage.
(2) Cafsa, en Tunisie, b5tie au pied du Djebel-Ben-loun'es; c'est la
Capsa des anciens, prise par Marius dans la guerre de Jngurtlia.
(3) Gabes, ville de la r6gence de Tunis, 5 six miles de la mer; c'est
I'antique Tacape.
(4) La grande tribu des Beni-Zid occupe encore le territoire situ6 au
fond du golf de Gabbs, traverse par la chaine du Djebcl-Dahara.
(5) Ambar, ville situ6e sur l'Enphrate, en Perse.
(6) Les Beni-Barbar occupaient autrefois un territoire beaucoup plus
vaste que celui qu'ils occupent aujourd'hui. 1ls sont confines sur la rive
ouest dn course sup6rieur de l'Oued-Biger et dii cours inf6rieur de I'Oued-
Ferroudj, dans les montagnes du Djebel-Charclar. Le Djebel-Charchar
forme une grande muraille qui se dirige du N. E. au S. O., en bordant
l'Oued-el-Arab sur sa rive gauche; il se rattache, vers les sources de
l'Oued-Biger aux Djebel-Mahmel et Djcbcl-Zoui, qui sont la ligne de par-
tage entire les eaux qui coulent vers le Sahara et cells qui parcourent
la region des plateaux du nord-est de l'Aures.
On trouve de nombreuses ruines romaines dans le Djebel-Charchar;
mais elles n'ont pas encore 6te Ctudi6es. Les Beni Barbar out un millier
d'habitants qui habitent cinq villages.
(I) Liana est un village entoure d'uue oasis de palmiers situle sur la rive
droite de l'Oued-el-Arab, dans le kaidat de 'Ahnmar Kiheddou, a 13 lieues
est de Biskra. Sa population est d'environ 600 habitants.








2 -

Les gens des sour de Zeriba-es-Ser'ri 6taient les
allies des Omeiades. On les laissa la pour qu'ils se livras-
sent A la culture et A la plantation des arbres.
Bades est encore occupde par les descendants de ses
aaciens habitants, qui 6taient d'origine chr6iienne. 11 en
esl de meme de Tahouda, Toulga, Bordj-el-'Amri, Biskra,
Farfar, Ben-Tious et Djerbana (1). Les nomades du Zab
etaient tous serviteurs des Omeiades.
Les gens de Djerdanfa sont ceux qui se d6clarerent
pour Mloaouia dans la lutte qu'il soutint contre All,
gendre du prophlte.
Le Soof n'avait jadis aucun habitant, ni maitres ni
esclaves ; son territoire appartint d'abord A trois cents
individus de Kairouan, qui avaient I'habitude de le par-
courir avec leurs troupeaux el leurs chameaux.

(I) Djerdania on pint6t Sardania, petite ville appartenant jadis aux
Beni-Ohaid, non loin te Kairouan. D'aprks Ibn-Khaldonn, cette ville 6lait
ainsi noinm6e parce qu'elle fut d'ahord peuplte par des Sardes enlev6s de
leur lie par les Arabes.
Badhs, village situ6 sur une collie, sur la rive gauche de I'Oned-
el-Arab, a 13 lieues I'est de Biskra. Sa population actuclle est d'environ
250 individus.
Talhoda est in village situn a 16 kilometres 5 l'est de Biskra, sur une
colline. Sa population est aujourd'hli r6duite a 36 individus. Anx environs
de Tahou(ja on troupe plusieurs ruines romaines.
Toulga, oasis et village situis 5 31 kilombires N I'ouest de Biskra. Sa
population est d'environ 1450 individus. On y voit encore les ruines
d'une citadelle romaine, d'oii l'on pent supposed que Toulga 6tait un
point plus fortement occupy que les autres oasis.
El-Bordj, oasis et village 5 4 kilometres au-delS du pr6c6dent. Sa po-
pulation est d'environ 800 habitants.
Farfar, oasis et village a 31 kilombtres hI'ouest de Biskra. Population,
environ 550 habitants.
Ben-Tious, oasis et village 5 30 kilomrtres an sud-ouest de Biskra. 300
habitants environ.








30 -

Les habitants de Constantine 6taient d'origine chr&-
tienne. Ceux du Moghreb, depuis Constantine jusqu'.
Tlemsen, descendent de Mahalan ben Tarek. Ils (lai.iil
pasteurs et nomades, de la descendance de Djalout (Go-
liath). Quand ils apostasi6rent, on les amena en accident
au nombre de quatre cents individus, et on les 6tablit
entire Constantine et Tlemsen.
Quant A Badja, situ6e sur le bord de lI mer (1). (lci se
trove une lacune).....
Les Ouled-Zeian, qui habitent les montagnes du Mo-
ghreb, sont une peuplade don't personnel ne connait ni
l'origine, ni les liens de parents.
Les families quii resident dans le Djebel-el-Mahmel, la
Sebikha-Gara ct I'Oued-Djedi (2) jusqu't la montagne des
Beni-Barbar, sont des descendants de Djalout. Ceux qui
habitent le versant de cette montagne appartenaient i
une pcuplade du Moghreb qui embrassa la religion
musulmane (3).
(1) Badja, a 30 kilometres a siud de Tabarka; population de 5000 inmes.
11 se faith dans cette xille un grand commerce de grains. C'est l'ancienne
Vacca de Salluste.
(2) Voir, pour Ic Djebel-el-Mahmel, la note ci-dessus, page 27. Sebikha-
Gara est an sud de T6bessa.
(3) Nons ajouterons qnclques mots confirmant les faits dnonces par El-
Adonani. C'est qu'il existed encore, de nos jours, beaucoup de populations
juives dans les tribes, notamment chez les Ilanencha, les Zemoul et eu
Kabilie. Leur origin doit itre la inrume quo cell des Djeraoua de l'Aurbs,
don't parole Ibn-Khaldoun.
M. Pelissicr, dans sa description de la rtgence de Tunis, signal aussi
des israelites dans la tribu des Drcid, vivant exactemeni de la m&me vie
quc les Arabes, armss ct v\tus combine eux, nontant h cheval come eux
et faisant an bcsoin la guerre come eux. Ces Juifs sont tellement fondus
avec le reste de la population, qu'il est impossible de les en distinguer.
Ils out mrme perdu cet accent nasillard qui, presque partout, caracttrise
leur race.







31 -
Les Oulad-Zein, qui se subdivis6rent en Oulad-Zid,
Oulad-SaAd, Onlad-Ali, Oulad-Hamed (,,L-) et Oulad
R'anem, vinrent en Ifriki'a avec Messerouk-ben-IIandala,
don't nous allons raconter I'histoire.
Messerouk-ben-Handala avant tuW son cousin des Beni-
Khed, prit la fuite avec trente de ses parents, et ernmena
a sa suite les Ouled-Zein d6sign6s ci-dessus, qui 6taient
de race arabe.
Trois ans apres leur passage en Egypte, ils arriv6rent
A Barka (1). Jusque 1l, ils n'avaient pu s'dtablir aupres
d'aueune ville, a cause de leur esprit turbulent. De
Barka, ils all6rent au Djebel-Lakhdar (2), oh il rest6rent
deux ans.
Mais ils recommencirent bient6t leurs d6pr6dations,
en enlevant les troupeaux du souverain Hafsite. Celui-ci
march contre cux A la ttle de quatre mille cavaliers,
et parvint A les expulser de la montagne.
Ils se rf6ugierent alors aupres de Tripoli, oh ils res-
tirent six ans; mais IA encore, ayant assassin I'oncle
de SaAdi, celui-ci leur rdclama le prix du sang. Ils pri-
rent alors la fuite par une nuit obscure, et se retirerent
aux environs d'une petite ville situde sur Ie bord de la
mer ct d6pendant de la province de Tripoli. SaAdi leur
envoya dire : < Payez moi la dia, sinon dloignez-vous
pour vous soustraire a mes coups. )
Nous ne voulons rien payer, r6pondirent-ils, et nous
no voulons pas non plus nous iloigner du pays. Si tu te
sens assez fort, viens nous en chasser !

(1) Barka, pays et ville de l'arcienne Cyrbnaique.
(2) Djebel-Lakhdar, an sud de la rigence de Tripoli.








32 -
Le chef Tripolitain dcrivit aussitOt au seigneur dt
R'dam6s (1) et A cclui de Ouergla, qui lui amen6rent dix
mille cavaliers de renfort.
Cependant, les habitants du pays, fAches de ce qui
arrivait A Messerouk-ben-Handala, se d6clarerent en sa
faveur ct lui fournirent un contingent de cinq mille ca-
valiers pour soutenir sa cause: Messerouk disposait dejA,
pour son compete de mille chevaux.
La rencontre eut lieu A I'endroit nomm6 Kerhan, et
on combattit de part ct d'autre avec acharnement,
depuis le lever jusqu'au coucher du soleil. Quand on se
s6para, le parti de Messerouk avait perdu quatre cents
cavaliers et celui du souverain de Tripoli mille.
Messerouk et les siens, se sentant impuissants, prirent
la fuite et all6rent s'arr6ter sur le bord de la mer, a
l'endroit dit el-Fedjeradj, of ils sajourndrent trois
mois.
C'est la que le seigneur de Gabes leur envoya sou-
haiter a bienvenue et leur offrir ses services. Ils al!Arent
en effet A Gabes, s'y reposerent et purent amiliorer
leur situation.
Parmi les gens de Messerouk, se trouvail un individu
nomm6 Karan-ben-Amer, qui avait l'habitude de se
promener dans les jardins des environs. Un jour, il prit

(I) R'damns, l'ancienne Cydamus, ville et oasis sitlos an sud-ouest de
la r6gence de Tripoli. Sa population ne s'6live aujourd'hui qu'a 6 ou
7,000 habitants; elle possbde un grand march oi affluent tous les products
du Soudan. Plusieurs voyageurs europcens onl explore R'dames et 'ont
dkcrite avec soin. Voir les mTmoires publics par Richardson, le docteur
Barth, le commandant de Bonnemain, M. Duveyrier et, en dernier lieu,
par la mission envoyde a R'damBs en 1862, sous la presidence de M5. Mircher,
chef d'escadron d'etat-major.







33 -
des raisins et lc maitre du jardin elant survenu les lui
arracha des mains; il s'en suivit une dispute, puis unC
lutle, dans laquelle le propri6taire des fruits cut la t1te
fendue d'un coup de sabre. Karan-ben-Amer emporta le
cadavre sur la plage, et lc jeta A la mcr afin de Ic fair
disparaitre.
Los parents de la victim avant fait des recherclies
et ne Irouvant pas le cadavre, accusdrcnt de cc meur-
tre les gens de Messcrouk. Le souverain de Gabis leur
ordonna alors de quitterle pays. 11s partircnt, en effel,
dans la direction de Kai'rouan; mais on refusal de les
laisser s'y 6tablir.
Parmi oux se trouvait un vieillard bris6 deja par le
poids des ann6es, nomm6 Trad-ben-Dab~s, ct qni ne
marchait qu'en s'appuyant sur un bAton. Voyant ?lesse-
rouk et les siens dans un grand disespoir, parceque,
repousses de tous c6t6s, ils ne savaient plus oil diriger
leurs pas, il vint an milieu d'cux et leur parla en ces
clrmes :
Avez-vous suffisamment delibri ; no vous reslc-t-il
plus aucune resolution A prendre ?
Oui, ]ui r6pondil-on, avec abatement, nous avons
6puis6 tous nos conseils ct nous ne savons quo devenir.
Eh-bicn, ajouta Trad, confiez-moi la conduit de vos
affaires, et si vous consentez A m'obeir aveuglement,
vous n'aurez pas A vous repentir d'avoir suivi mes
avis.
ls rdpondirent tous : Nous to scrons soumis; nous fe-
rons cc que tu ordonneras tc, s'il plait A Dien, tu scras
notre maitre ct notre seigneur.
J'exige autre chose, dit encore Trad ; c'cst que, desor-








34 -
mais, vous renonciez A porter le nom de votre chef
Messerouk et que vous adoptiez le mien.
11s y consentirent 6galement, de sorte qu'A dater de
cc moment, routes les fois qu'cn parlant d'eux on de-
mandait : Quel est cet home ? quels sont ces cava-
liers ? on rdpondait : Ce sont les Troud, c'est-A-dire les
gens de Trad-ben-Dabds.
Messcrouk-ben-lHandala fut vivement mortifld de voir
ainsi disparaitre son nom. 11 dtait, en effet, de noble race
arabe, et desoendait des Beni-Mlakhzoum, tandis que
Trad n'(laiL qu'un homme obscure issue de la tourbe du
people arabe. 1 fit le serment de se sdparer de ses in-
grats compagnons, et joignant ]'action A la menace, il
partit immiddiatement pour Kairouan, oiL on le recut, lui
et les trente cavaliers ses parents qn'il avait amends
d'Orient. II habitat cetll ville jusqu'au moment oh par-
vint la nouvelle que Trad et coux qui l'avaient suivi s'6-
taient etablis ddfinitivement aux ksour-'Adouan, ainsi
qne nous le raconlerons plus loin.
En partant du pays de Gabes, Trad et les siens alld-
rent fire une premiere station, qui. dura trois ans,
auprds d'une ancienne ville nommde el-Mohdia (4), ra-
vagde jadis par les compagnuns do Olman-ben-'Affan.
Le souverain de Tarchich (Tunis) ayant eu connais-
sance de leur situation, expddia vers eux son Hamba-
hen-Siad avec trente cavaliers do sa garden. Los Troud
lui firent un brilliant accueil, et dgorg6rent mdme une
jeune clamelle pour son repas. Apres qu'il eut mang6,

(I) El-MohdiK est une ville reconslruile par I'imam El-Mohdi vers 'an 299
de 1'h16gite sur les ruins de l'anlique Aphrodisium. Roger, roi de Sicile,
s'en rendit maitre en 1147.









le Hamiba leur dit : a Le souverain de Tunis, inon
nailre a jur6 que vous ne vous 6(abliriez point sur son
territoire, e. je vions vous notifier, de sa parl, d'avoir a
vous dloigner. >)
Ces paroles ayant t66 r6p6ties A Trad, celui-ci fit
r6pondre en ees terms :
< Nous sommes des gens vivant ind6pendants et A
I'6tat nomalde ; r6pondez A voire mailro (quc nous no
lui demandous autre chose que de nous laisser libres;
nous avons besoin d'espaee pourL vivre eomme vivaieni
nos peres. )
Le Hainma rendit compile de sa mission, piiis revint de
nouveau aupres des Troud : q IAon souverain, leur dit-il,
consent A vous laisser en liberal. )
Safouan raconte : .J'dais parmi les Troud ; ayant ob-
tenu la facultA do rester nomades, nous nous mimes
en march el nous entrAmes dans 'lifrikia, au nombre
de quatre ccnts cavaliers.
Un homme de ce pays nous recpu et nous accucillit
avee grande bienveillanee; nous eounclims elchz lui ct
nos gens y rcslerent trois jours :
AprEs quoi notre hlte nous dit : L'dmir de cette con-
tr6e est issn des Beni-Abd-ed-Dar ; domain, s'il plait A
Dieu, il viendra vous assigner les parties du territoire
que vous pourrez parcourir. II fera entire vous un par-
lage de terres; chacune de vos fractions aura ses limni-
tes, afin que vous ayez de l'espace pour ne pas vous
g6ner les ins Ics autres. I1 vous donnera des approvi-
sionnements pour vos ehevaux et des effects pour vous
convrir. Celui d'cntre vous qui perdra son dlieval, on le
lui remplaccra. Done, rcslez avec nous dans l'Ifrikia; la







36 -
population qui I'habite actuellement est tomb6e dans
Plavilissoment; elle n'a aucune 6nergie ct n'est doute
d'aucun bon sentiment parcel qu'olle a l'habitude de ne
se nourrir qne de chair do poule (1).
Les Troud accept6rent les propositions qui leur
6taient failed.
On 6tablira un march special pour vous, ajouta
l'orateur, et ce marched s'appellera celui des Oulad-
Bou-Zeid.
Ils lev6rent les mains et prononcerent le Fatha comme
gage de leur consentement unanime.
Les Troud v6curent paisiblement pendant quinze
ann6es, el parent so refaire des pertes qu'ils avaient
6prouvecs pr6cedemment. Leurs chameaux, r6unis par
troupeaux de cent totes, paissaient A l'endroit nomm6
El-Aicha.
Amara et El-Assed-ben-SariA, parcourant le pays pour
l'examiner, arriv6rent un jour aux sour 'Adouan. Ils n'y
trouvircnt qu'unc vieillo femme nommde ChAhma, un
esclave nomnm Clouker, ainsi qu'un vicillard impotent
Ag6 de cent-vingt ans, qui avail appris de son pdre,
mort A Pl'ge de cent cinquante ans, les 6v6nements
d'autrefois, et qui se plaisait A les raconter A ceux
qui 1'dcoulaient.
La femme tonait devant elle un tambour de cuivre
sur loquel elle frappait deux coups quand elle voulait
repousser quelqu'un et manifester son m6contentement.
Si, au contraire, elle consentait a donner l'hospitalit6 A
un stranger, elle frappait un soul coup sur son tambour.
(1) Plusieurs tribus nomades considrent comme avilissant d cr. t-r et
mine tie manger des poules.







37 -
Les 'Adouan habitants des ksour avaicnt la coutume
d'emmener lous leurs bestiaux aux palurages vers les
premiers jours de printemps. Les gens des montagnes
descendaient alors vers eux avec leurs troupcanx, el ils
se dirigeaient tous ensemble vers les plateaux de Laghouat
ct de Ouargla.
Safouan raconte : Quand nos deux voyageurs arriv6-
rent aux ksour et n'y virent personnel, ils demande-
rent s'ils 6taient ou non habits. Chouker leur rdpondit
qu'il n'y avail personnel pour le moment, mais qu'il leur
donnerait lui mdme l'hospitalitb en leur apportant du
pain, de la viande et de l'eau. Si, au contrairo, ajoula-
t-il, votre intention est d'avoir des renscignmentls sur le
pays, venez avec moi; je vous conduirai au ksar dit d'El-
Medina, of se trouve quelqu'un qui pent satisfaire votre
curiosity. Ils accept6rent, et Chouker les mena aupr6s du
vieillard Ag- de cent-vingt ans, qu'ils trouv6rent assis sur
un btt de cliameau rembourr6 de paille. Apr6s qn'ils
eurent 6chang6 leurs salutations, Ie vieillard leur dit :
.De quelle tribu dtes vous, et que vencz-vous chercher
ici ?
Nous sommes deux homes de bien de 1'Ifrikia, et
nous parcourons lc pays pour notre agr6ment.
Vous mentez, reprit le vieillard, car je sais, par les
prophelies renfermdes dans nos anciens lives, que les
Troud, auxquels vous appartenez, doivent apparaitre a
1'epoque oh nous sommes actuellement pour s'emparer
de tout ce qui cxiste dans cetle contrde.
Les deux voyageurs surprise demandrent : Que savez-
vous done encore a ce sujet ?
Voici, dit-il : Le pays qui est derriere nous s'appelle







- 38 -


It Souf; c'est ici qu'exislenL les ksour 'Adouan. 11 en est
d'autmcs dils ksour Raliban; ce nom leur ful donnC
pace que dos moines chi6tiens vinrent jadis s'y inslal-
Icr, et clacun d'eux sc conslruisit un ksar; tels soit les
trois sour de Ourlana, les deux de Djehima, celui de
Bad6s ct enfin le dernier, situ6 A Tahouda. Les moines
chrhtiens 61ev6rent ces ksour pour y vivre dans l'isole-
mciet el se liver A l'adoration de Dieu.
Quant A 'Adouan, voici quelle est l'origine de cetle ap-
pellation. Sous le khalifal de Otman-ben-Affan, les mu-
sulmans firent la conquite de l'lfrikia (1); parmi eux
se trouvait un homme des Beni-Mlakhzoum nommi
'Adouan. L'Emir qui commandait les troupes, aprds avoir
rendu complex des succs qu'il avail obtenus, regul en-
suile l'ordre de fair rclourner les Beni-laklizoum ct
les Beni-Ilachem A M ldinc, ct do no laisser personnel on
arriere. Cependant, 'Adouan resta en lfrikia, ct s'y maria
avec une femme indigine, laquelle lui donna vingt en-
fanls en quinze grossesses,
Sos fils grandirent, montlrent a cheval el eurent eux
mimes des infants du vivant de 'Adouan lour p6re. Its
poss6daient mille chameaux et trois mille chevres ou
moulons. Cello famille prosp6ra A le point, que des gens
de tous pays accoururent pour vivre A cotL d'elle, et
o'est ainsi que s'accrut la population des ksour 'Adouan.
Le premier habitant de Souf se nommait Loui-bon-
Loukman ; il otait issu des Beni-llilal. Ses descendants
l'liabilaient depuis quarante ans et se consideraient deja
comme n'ayant jamais en d'autre patrie, quand survin-


(1) En ri7 de Ie crc c eli iclne.







39 -
rent les Beni-Tebout, qui 1'habitlrent i leIr tour
pendant quarante autres annees; mais an bout de ce
temps ils on furent chassis par les Beni-Addas (l), qui res-
tIrent maitres du Souf pendant une p6riode de quarante
autres ann6es. Les Beni-Merin-ben-Noual, issues te Ben-
'Afia, vinrent ensuite; mais les descendants de 'Adouan,
don't nous avons parld plus haul, 6tant devenus puis-
sants, chass6rent les anciens habitants du Souf et s'em-
parerent du pays. Nos lives prophetiques affirment que
les 'Adouan seront andantis i leur tour par une peu-
plade arabe dile les Troud, don't le chef se nommera
Trad. Les Troud seront tris puissants; il n'v a que
Dieu qui sera plus fort qu'oux. Je ne ments point en
vous racontant tout cela, et Dieu est t6moin de ma sin-
c6rit6.
Le moment assign par les proph6tics est arrive: or,
il n'y a pas de doute, vous n'elcs autres quo des Troud.
Le narrateur ajoute :Les deux voyagers ayant enten-
du ces paroles dirent : Ce pays nous convent en effect;
nous allons imm6diatement retourner aupres do- nos
compagnons pour leur rendre compile de ce que nous
avons vu et entendu. Ils remont6rent i cheval et s'6-
loignirent.
Quand ils eurent rejoint leurs compagnons, ils leur

(1) Les Beni-Addas on les Addaissa descendent de Addas, fils de Zallik,
et sont compt6s parmi les Ilaouara. La tribI berbere des Haonuara occupait
jadis presque toules les planes qui s'etendent de Tebessa h Constantine.
Les Hanencba, Harakla el Nememeha ne sent antres que leurs descen-
dants. (Voir Ibn-Khaldoun.)
11 existe de nos jours plusieurs families de Addassa sur le territoire
lunisien. Its viennent souvent par gropes dans nos tribus de la pro-
vince, oil ils exerceno le mitier de maquignons. Ils sont tres ruses et
surtout IrEs fourbes. Ce sound, en (quelque sort, les Bohmieis du pays.







40 -
firent le rdcit de leur voyage. Nous avons visit un pays,
lenu dirent-ils, qui est bien pr6f6rable i celui-ci. 11 est
vast; il convient an paturage des chameaux et des
inoutons, et il n'est sous la d6pendance d'aucun souve-
rain. Or, les Troud avaient de nombreux troupeaux don't
le lail constitinit la base de leur nourriture. Du reste,
les voyageurs r6p6terent ce que Ie vieillard leur avail
dit sur la prediction annoncant I'arrivee des Trond chez
les 'Adouan.
Pourquoi, ajoutlrent-ils, renonceriez-vous A aller
habiter on pays richc pour rester dans celui-ci, ofi il
n'y a rien.
Aprns ces paroles, chacun discuta et 6mit son avis.
Cinq d'entre les principaux des Troud se mirent en
marche avee leurs gens, et so dirig6rent vers les ksour
'Adouan. 11 ne rest on Ifrikia que Bou-Zeid et Ali avec
leur suite.
Celte emigration cut lieu vers I'an 800 de l'hbgire.
('1397-98 de J.-C.)
Quanid la caravan 6migrante arrival aupres de la
ville de Nefta, deux de ses menmbres so d6taclhrent
pour caller la visitor. Ils y resteient sept jours ei sept
nuits, puis rejoigniront leurs compagnons. Cette ville,
leur dirent-ils, est habitie par des gens injustes parmi
lesquels ne doit point vivre un bon musulman. Mais
pendant leur sejour a Nefta, ces deux individus avaicnt
contract uine maladic don't ils nioururent subitement,
ot on les enterra pros'de la ville. Lours tombeaux sont
encore connus sous los noms de Dahdah el de Rihan.
Les migrants avangant journellement vers l'ouest,
arrivreint enfin aux ksour 'Adouan, et s'arrdctrent A







41 -
I'endroit nonimm Ez-Zai. De li, ils exp&di~rent quatre
cents cavaliers en reconnaissance, afin do retrouver
l'endroit oh se lenait Cliahma, la femme au tambour de
cuivre. Quand celle-ci les apercut, elle prit la fuite en
frappant son tambour a coups redoubl6s. Ces nombreux
strangers, se disait-clle, no viennent pas chez nous com-
me de simple h6les; ils doivent dissimuler quelque
intention hostile.
Cependant le souverain de Tunis ayant appris que les
Troud avaient quiltt brusquement e pays d'lfrikTa,
rassenbla les membres do son conscil pour leur parler
de cet important Bv6nement.
Quelles nouvelles avez-vous des Troud, leur dit-il ?
On assure qu'ils sont parties.
C'est la v6rit6. Vous pouvez maintenant dormir en
paix. Je suis bicn aise qu'ils so soient l6oign6s, car cc
soni des envahisscurs et des fauteurs tie troubles; avec
leur caractrre indiscipline, il est impossible qu'ils
puissent vivre dans un pays oil existed une autorit6.
Safouan, l'auteur ill rdcit, ajoute : A 1'opoque oil
nous vivions ell Ifrikia avec notre 6mir Trad, nous
avions en effect cominis tie grands disordres, violt le
harem des femmes to nos voisins et mis la perturba-
lion dans les families, sans longer h la maldiction di-
vine a laquelle nous nous exposions. Leshabitants del'Ifri-
kia avaient deja port plaintc A leur souverain. Nous vou-
lons, lui avaient-ils dit, que vous chassiez de chez nous cette
race do mecr6ants venue de Syrie pour s'6tablir dans le
Mfoghreb.
Conseillez-moi, leur rdponclit le souverain. DNcidez
vous mOines quell est 10 l oyCI quce j dois mettre en







4 2 -
oeuvre pour les expulser. Dois-je trailer avej cux ..,u 1.i.-:i
employer la force ?
Chacon 6mit son avis. L'un des conseillers s'-I iii
lev6 s'ecria : Que la bont6 divine soit sue notre s.',uu..-
rain Puisqu'il m'cst pcrmis de parler voici mon opi-
nion : Les Troud sont des pasteurs de chameaux et
de moutons; traitons avec eux en leur offrant cent cha-
meaux noirs; leur cupidity sera s6duite el ils s'6loi-
gneront. ) Un autrc orateur combattit celte proposi-
tion: Si nous leur olfrons cent clameaux on meme
seulemcnt cinquante, ils consid'roront note don come
un imp6t, et ils sont capable d'cn exiger autant tous lcs
ans. Les avis ltant partagcs, on se spara, renvoyant au
lendemain la suite des deliberations. C'est a ce moment
que parvint la nouvelle du depart inespidr des Troud;
nouvelle qui fut accucillie avcc joie par tous les habi-
tants paisibles de l'lfrikia.
L'auteur raconte : Les Troud ayant done rejoin
Chahma, la femme au tambour de cuivrc, lui dirent :
Nous te demandons l'hospitalit6.
lais je n'ai ni pain ni eau pour plant de cavaliers, dit-
elle; ct elle os'loigna, come nous I'avons dit plus haul,
en frappant sur son tambour.
Safouan ajoute : Nous ignorions la manirre do proce-
der de cette femme; nous restames done paisiblement
assis aupris de son mari Chouker. Tout A coup, un nua-
ge de poussiire obscurcit 1'liorison, et quarante cavaliers
la lance au poing vinrent nous assaillir. Un de nos hom-
mes ful tu6e I'improviste. Prenant l'offensive A notre
tour, il nous ful facile de les disperser et de les tuer
jusqu'au dernier.







43 -
Le lendemain, d'autres cavaliers ennemis arriverent
an nombre de quatre-vingts. Nous les combatlimes en-
core; mais, dans cette lulle, 'Adi, Amara et Salmi furent
bless6s; nos tu6s furent an nombre de cinq : Rafi-et-
Ta', Alansour-ben-Salem, Tlilal-ben-Mloaouia, Ilandala
et Khaled-ben-Djaber. Nos ennemis avaient perdu quin-
ze hommes.
Apris avoir pass la nuit A nous garder, il fallout en-
core combattre toute la journre du lendemain. Nous
efimes cinq liommes tuds, mais nos adversaires en lais-
srcent cent sept dans la poussifre.
Au point du jour, nous Ations de nouveau en prd-
sence. Nos adversaires so tenaient A Ksar-el-Bouma ; ils
fondirent sur nous au nombre de cinq cents. La ren-
contre cut lieu A a mezara de Sidi-Redouan; on se battit
toute la journ6e et toule la nuit, mais au lever du so-
leil, nos ennemis Mlaient mis en deroute et poursuivis
jusqu'a I'Oued-Rir'. On tua tons ceux que I'aman ne
sauva pas.
Le narrateur continue ainsi : Les Troud retournirent a
l'endroit of Mlaient dresses leurs tentes. A pine y
6taient-ils descendus, qu'une nouvelle bande de cinq
cents cavaliers, suivis de quatre-vingts hiommes A pied
et de toutes leurs femmes, assaillit comme la temp6te leur
campement.
MlAmar-ben-Salem, qui assist A cette attaque, la racon-
to en ces terms :
< Les 'Adouan se ruerent sur nos tentes; il fallut
d6ployer tout notre courage et toute notre 6nergie pour
rdsister a leur fnrie.
<< Au moment oit nous commencions A plier sons leurs







44 -
coups, une de nos femmes, qui comballait depuis le dd-
but de actionn on se servant d'un montant do lente
comme d'une massue, fut frapp6e A mort. Son mari la
voyant bomber, se mit a pousser de grands cris : e 0 fils
des nobles Arabes, disait-il, celle race d'esclaves a tu6
ma compagne qui combattait come un lion pour vous
d6fendre. Les laisserez-vous importer le montant de
tentc eomme trophlc de leur facile victoire? )
a Les Troud 6taient d6jA en fuite ; la voix du mari dB-
sespir6 les rallia. Alors clacun d'eux se couvrant la fa-
ce avoc un linger, pour ne pas voir le danger, ils s'enhar-
dirent mutuellement et so jeltrent do nouveau sur les
'Adouan. ( Puisque nous voulons leur pays, disait-on,
Lichons do le. conqu6rir par notre valeur i
Safouan ajoute : Nos femmes nous suivaient pas A
pas, portant leurs enfants dans les bras. Chacune
d'elles no cessait do r6piter A son mari : me laisseras-
lu devenir la concubine de ces esclaves ?
Ces paroles ranim6rent les courage. Aussildt les che-
vaux s'6lancerent centre les chevaux, les hommes con-
Ire les homes. La balaille dura la journCe entire.
Chacun des coinbattanis pass la nuit sur l'emplace-
ment qu'il occupait; les morts eux-mimes ne furent pas
relcves, et les femmes veillerent pendant que les hom-
mes, exced6s do fatigue, dormaient afin de roprendre des
forces pour la lite du lendnmain.
Dis que brilla l'aurore, tous les guerriers 6taient de
nouveau sur pied. Les 'Adouan vinrent les premiers se
heurter control les Troud, et le combat recommenca
comme la vcille, avec le mime acharnemcnt de part et
d'aulre.







45 -
La nuit nous sdpara nne scconde fois.
Le troisieme jour, les 'Adouan nous assaillaient encore
les premiers; ils pensaient que nous ne pourrions pas
leur tonir ttle, car tandis que nos rangs s'6claircissaienl,
les leurs recovaient A claque instant des renforts qui
r@paraicnt leurs perles.
La victoire, longtomps disputlc, rest encore indecise.
Le qualriome jour, les Troud firent dire aux 'Adouan
qu'il y aurait amnistie, ain de donner la s6pulture inx
morts. Celle proposition fut accopl6e. Les 'Adouan
avaient perdu 370 hommes et 480 clevaux ; les Troud
260 honimes et. 40 chevaux.
Les 'Adonan ayant reconnu, pendant cette suspen-
sion d'armes, notre faiblesse numrnrique,.risolirent de
fondre sur nous Ai improvise, malgr6 les processes
cliangdes.
Safouan Ic chroniqueur ajoute : Nous nous reposions
sons nos tones, quant tout A coup le galop des chevaux
se fit entendre autour de nous. Avec l'aide de Dieu,
nous pAmes resister A ce choc instantand. Pendant que
nous nous dt6fendions, on apergut d'l)aiis nuages de
poussi6re surgissant comme un signal dui c61 i de Nefta.
Au bont d'un instant, la poussiere s'dtant dissip6e, on
vit deux cents cavaliers ct trois cents fantassins qui
accouraient sur le lieu du combat. C'tanient nos amis les
llamama, descendants de la famille e IIanam I'Ilimva-
rite. Ils nons rejoignirent, se mIldrent t nos rangs et
nons aidercnt A repoussor ]cs 'Adouan.
Pour fire supposed A nos ennemis que le renfort que
nous avions recu 6(ait encore plus considerable qu'il ne
l'Flait rdellement, nos femmes so couvriron ti e vote-







46 -
ments blancs, s'armercnt de lances, et le lendemain ,.
mirent en ligne derriere nos guerriers. Les 'Adou.ai.
culbults au premier clioc, prirent la fuite. Cent feminie
dans Iours palanquins furent capturees. Nos enne.rn.
apnes avoir laissC sept cents cadavres dans la poussi..i:,
profitlrent de la nuit pour se disperser h travers un
bois de palmiers (oasis), oh on se mit i le3 poursuivre
encore a a elart6 do torches cnflamm6cs.
Nos guerriers passercnt lc restant de la nuit auprIs
do la demeure de la verlueuse maraboute Lalla-Zeineb-
bent-Tendla. Nons cntlrmes chez clle, el nous mangcd-
mes tones les provisions qui s'y trouvaicnt.
Irrilte du pillage que nous commettions dans son ha-
bitation, elle nons dit :
(( Si quelqu'un d'entre vous m'a pris autre chose que
des vivres, il faut qu'il on fasse la restitution immediate,
s'il ne veut encourir ma colrce. Par Dieu celni qui
sera coupable perdra Ic centuple de ce qi'il aura pris
el ne jouira pas du pays qu'il a conquis. > Los Troud
d6posrcnt aussit6t lout ce qu'ils lui avaient enlevd.
Safouan ajoute : Au moment oil nous a!lions prendro
congo de Notre Dame Zcineb, elle nous dit :
ea Rtournez maintenance sur vos pas; accordez le par-
don aux 'Adouan survivanis. Emmenez avec vous leurs
femmes, leurs vieillards ct lours enfants. Ceux-ci devien-
dront plus lard vos auxiliaires si vous avez A combattre
d'autres ennomis. Ils grandironi prds do vous, no con-
naitront que vous, ct ils 6pouscront vos files.
< 0 Troud, soyez bons pour les vaincus, si vous
voulez que Dieu soil bon pour vous Ilssont aujourd'hui
ilac6s sons voire protection tc sous la mionne. Si vo-us







47 -
m'4coutez, je prierai Dieu pour quo l'Oued-Rir' tout
entier reste entire vos mains; que vous n'ayez jamais A
votre tdte un chef injuste; enfin, que vous prosp6riez
par mon intermndiaire aupris du souvcrain maitre des
deux mondes. P
Los Troud s'ongageront par serment A suivre les con-
soils de la saint maraboute; puis, ayant rassembl6 les
sept cent chameaux qu'ils avaient captures, ils los char-
g6rent do butin et reprirent la route des ksour 'Adouan,
dins lesquels ils ontrrcent avoc les femmes ct les enfants
tie leurs ennemis vaincus.
Los 6venomcnis que nous venons de raconter so pas-
saient dans le courant du mois sacr6 do moharrem ide
I'an 800 de l'h6giro (1397-98 de J.-C.)
Les Troud se partagerent les ksour 'Adouan et y v6-
cnrent pendant quinze ann6cs, sans qu'aucun e6vnement
important vint trouble le repos du pays.
Les 'Adouan survivants restdront d6sormais avec eux
comme s'ils faisaient parties de leurs families.
Quinze ans apr6s la prise dcs ksour, vers le mois de
rchia-et-lani (1411-12 de J.-C.) arrival un membre de
Ia famille des 'Adouan qui voyageait dopuis longtemps
dans les pays arabes.
En apprenant que les siens avaient obtenu l'aman des
Troud et qu'ils vivaient amicalement ensemble, il n'hb-
sita pas i aller les rejoindre, d'autant plus qu'il avait
des nonvelles importance 5 leur communique.
( Toutes les Iribus arabos, leur dit-il, tant cells de
la plane que cells do la niontagne, sontjalouses de votre
situation prospere et ont rdsolu de vous atlaquer. Los
Doraber (Berbires) sont entries, eux aussi, dans laligue. )









Les Troud, ainsi averlis, firent imm6dialement dc:.
prdparalifs de defense et envoybrent meme demander du
secours a leurs fr6res rests en Ifrikfa, el a Amer-ben-
TIandala, qui s'6lait fix6 A Kairouan. Tons r@pondirent A
leur appel. Amer-ben-llandala envoya ses fils Abd-Allal,
Ahmed ct lezied; ils pass6rent par Touzer, o ils sejour-
nirent quelque temps ; Abd-Allah el Mlezied s'Ctablirent
mime dans cette ville, renoneant A pousser plus loin.
Ahmed et ses gens continu6rent seuls leur route et
rejoignirent les Troud et les 'Adouan.
Les descendants d'Abd-Allah, qui s'arrita a Touzer,
vivent encore de nos jours et habitenl aupres de Sidi-
Ahmed-R'outs. Les fils de Mezied, les Mzaied, sont 6gale-
ment connus dans celle conlrce.
Le narrateur continue : Quand Almed arrival aupr6s
ties Troud, il leur lit :
( 0 frires, ol sont done les ennemis que nous
avons A combaltre? D
Ils rcpondirent : ( L'ennemi n'a pas paru encore,
mais nous 6tions d1jia en proie ala plus vive angoisse. )
Ahmed ajouta : ( Si le territoire que vous poss6dez
ne vous suffil pas, jo viens ici pour vous aider A satis-
faire tous vos dlsirs. )
< Notre ambition, dirent ls Troud, est de jouir
de l'espace qui s'dlend depuis Gueber-Mouga jusqu'i
Sebitla, que nous voudrions pour le parcours de nos
troupeaux. D
Cependant les ennemis firent ]cur apparition : ils
6taient au nombre de trois mille cavaliers.
Safouan racone : Nous allimes leur rencontre
jpisti'.u' pied de la moningilne; mais ils nous cihulbirent







49 -
et nous mirent en fuite. D1sesper6s de ce premier Mchec,
nous (ini:'.iire; implorer la saint maraboute Lalla-
Zeineb-bent-Tendla, notre protectrice. Elle nous adressa
imm6diatement un morceau d'6toffe de ses vetements
quc nous attachAmes au bout d'une lance, et, confiants
dans la verlu de colle amulette b6nie, nous marchames
de nouveau centre 1'ennemi.
L'un des notres, Zouzran-ben-Salem, des Beni-Moaouia,
fut tu6 le premier; son tombeau est encore connu de nos
jours. Nous combattimes les uns centre les autres jus-
qu'A 1'heure de l'acer (de 3 a 4 hleures du soir); mais A
cc moment, nos ennemis se d6band6rent et on les pour-
suivit jusqu'A la nuit. Nous retrogradames ensuite pour
rentrer dans nos tentes.
Les ennemis s'6tant reforms, reparurent encore le
lendemain dans l'ar6ne meurtri6re, et on se battit de
nouveau sur I'emplacement of, la vcille, nous avions en-
lerr6 notre compagnon Zouzran. En nous abordant, ils ne
cessaient de crier : Certes, par Dieu nous faisons ser-
ment de vous expulser du pays !
A la fin de cettc journ6e de combat, nous avions
perdu 70 hommes et 120 chevaux, et nos ennemis '160
homes et 10 chevaux.
Le lendemain martin, la lutte reprit avec acharnement.
Nos ennemis s'avancdrent vers nous vitus do noir. -
Ayant enfonc6 leur ligne, ils se mirent en fuite; mais
pendant la poursuite, ils firent brusquement volte face et,
dans un retour offensif, ils nous tu6rent sept homes :
El 'Araour, MAmar-bcn-Mouca, Amer-ol-Irbouh, Gabcs-
ben-Saria, Sadd-ben-Amara, Djaber-ben-Kaouain et Ba-
chir-Salmi.







- 50 -


Accompagnis de nos femmes et de nos infants, nous
marchimes sur leurs traces jusqu'i la bourgade oh ils
s'6taient r6fugids. Pendant trois jours, nous les times
dans ce r6duit ; enfin, 6puisds, ils so mirentA crier : -
A Accordez-nous 'arnan ; la vie des homes appartient
A Dieu soul; 'aman I'aman D
Safouan ajoute: Ayant entenlu nos ennemis pous-
sor ces cris de lamentation, il fut d6cid6 qu'on les aban-
donnerait a leur sort, et tous les Troud reprirent le che-
min des ksour, oh nous v6cmes en paix tant que Dieu
Ie permit.
Un jour, les Troud manquant de vdlements et de vi-
vres, se d6ciderent A en demander au prince HaLsite qui
r6sidait h Malleka et, A cet effet, lui envoyirent un des
leurs en d6putation.
Le Hafsite r6pondit: Je ne donnerai rien aux Troud,
et je vous engage A respecter mon territoire.
L'6missaire 6lant revenue, rendit compete de cette r6-
ponse.
L'6mir Trad, consult alors sur ce qu'il convenait de
fire, prescrivit aux Troud d'aller d6vaster Ic pays de l'l-
frikia. Chaque jour, en effet, cinquante de nos (ca-li,'rs
all6rent en course en Ifrikia.
A cette m6me Epoque, le Chabbi apparut dans le pays,
et demand A jouir de sa part de territoire. 11 affligea
les populations par ses injustices, ce qui provoqua de
graves conflicts entire lui et le souverain de MAlleka, ainsi
quo nous le raconterons plus loin.
L'auteur raconto : Fatigu6 de vos excursions d6-
vastatrices, le souverain de Milleka 6crivit au seigneur
de Tamerna une leltre ainsi concue :







54 -.
( Au recu de ma missive, vous remettrez aux
Troud la moiti6 des troupeaux m'apparlenant que vous
avez entire les mains. Je suis r6duit A leur fair ce don
afin qu'ils ne viennent plus piller mes sujets. )
Safouan ajoute : M3unis de cette letre, nous allAmes
la porter au seigneur de Tamerna, qui, apres nous avoir
bien accueillis, nous livra tout cc que nous d6sirions.
Nous retournAmes dans notre pays ob nous v6cfimes pai-
siblement dans nos ksours sans avoir do nouvelles con-
testations avec nos voisins.
Nous 61ions installs A Nazia, passant r6guli6rement
la saison du printemps dans l'Oued-Rir', 1'6t6 dans le
Zab et 1'automne dans Ie Djdrid.
Le seigneur de Tamerna dlant mort, les gens de
l'Oued-Rir', aprds avoir ddlibdrd, choisirent Brahim-ben-
Abd-el-Kader pour lui succider. Celui-ci rest au pou-
voir jusqu'A la mort de notre 6mir Trad.
La mort de 1'dmir Trad cut lieu vingt ans apr6s no-
tre installation A Nazia.
'Au moment oh Dieu allait reprendre son Ame, il nous
fit appeler et nous r6unit autour de lui. II nous dit :
( 0 gens, je vais mourir; mais 6coutez bien mes der-
ni6res recommendations, et surtout ne vous deartez d'au-
cune d'elles :
< Quand 'un de vous succombera, ne l'enterrez
pas en le couchant sur le dos, dans la position de
l'homme qui dort, allongez-le sur le flanc.
a Si vous faisiez autrement, le respect que l'on a pour
votre race d6croitrait sensiblement (1).

(I) Counme nous le verrons plus loin, les populations du Sahara avaient







52 -
< Si des revers do la fortune vous atteignent jamais, rc-
tirez-vous au Souf; c'est 1t que sera d6sormais votre
patrie ;
e Si vous n'6tiez pas d'accord pour I'administration do
vos affairs, je vous engage A faire choix d'un homme
intelligent et de bon conseil;
< Ne donnez jamais le commandment de l'Oued-Rir' A
F'un des miens ou a l'un des vOtres; I'ambiiion et la
jalousie susciteraient inevitablement la d6sunion dans
vos assemblies, votre force s'amoindrirait par la haine
dos diff6rents parties. Soyez bienveillants pour ce qui
rest de la population des 'Adouan, afin que, li6s a vous
par la reconnaissance, ils soient toujours vos auxiliaires
ins6parables. Si vous sortez de Nazia, cmmencz avec vous
tous les habitants des ksour, de peur que la guerre n'6-
elate un jour entire ceux qui y seraient rests et ceux
qui s'en seraient 6loign6s. Si cela advenait, vous n'au-
riez alors pour guide que vos propres inspirations. D
Le narrateur continue on ces terms : Quand les
Troud allrrent s'6tablir au Souf, ils y trouverent une po-
pulation qui descendait de David, que sur lui soit le
salul. II existait dans ce pays des r'edir (cavit6s pleincs
d'eau) provenant du Nil; chacun des Troud s'empara
d'un r'edir ct s'installa aupris, avec sa famille et les
'Adouan qui le suivaient; de cette maniere, ils s'appro-
pridrent les terres du Souf ct en jouirent pendant quinze
ans.
Safouan ajoule : Un jour, nous apergumes nos jeunes

des mceurs trbs relachces et ne suivaient les pr6ccptes d'aucune religion.
Nous supposons que le but de Trad, en faisaut cette recommendation,
iait de maintenir ses gens dans la religion de l'islam.








53 -

gens, ayant dJji atteint l'Age nubile, dans une nudity
complete, jouant sans pudeur au jeu du moulon (4). Ils
osaient mmme manger pendant le mois de jefne du ra-
mad'an. A cette opoqte, notre population s'6tait consid6-
rablement accrue, et les moeurs 6taient tr6s libres; le
saint marabout Cheikh M'hamineid-,Jl-M,;a,.ud-Chabbi
ayant eu connaissance du relAchement qui exislait chez
nous, monta a cheval et arriva dans le Souf. II trouva
que les habitants dlaient sans religion, qu'ils n'6taicnt
ni musulmans ni paiens.
Que viens-lu chercher dans notre pays, lui deman-
da-t-on ?
Je suis marabout, et je viens pour vous ramener dans
la religion de I'islam et vous inspire la crainte de
Dieu.
Pars, va-t-en, car personnel ne L'6coutera !
D'aulres paroles plus violentes furent prononc6es

(1) Le Idb-chd, jeu du mouton, est encore fort r6paudu dans les tribus
arabes; seulement ceux qui s'y livrent, resent vitus autant que la
dlcence I'exige.
Voici en quoi it consisle :
Un des joueurs, cell qui remplit le r6le du mouton, est accroupi au
centre et a to soin de se 'couvrir d'cfflts pour se garantir des horions
auxquels il va Otre expose. Pris de liii, vient se placer le principal ac-
tour de la scine, c'est le kelb, le chien, qui doit d6fendre le mouton
centre les cliacals qui vont I'attaquer. Le kelb est toujours l'individu le
plus agile de la bande ; la main pose sur la tkte ou sur le dos du mou-
ton, il voltige, gambade d'une manikre diabolique autour de lui en lan-
,ant des ruades h tons les chacals qui s'approchent Ceux-ci forment le
cercle a quelques pas, cherchent h profiler de toutes les occasions pour
s'avanccr ct porter un coup de poing ou de pied au mouton. Le jeu s'a-
nimant, les ruades et les coups deviennent de plus en plus presses et
de plus en plus violent; aussi arrive-t-il souvent qu'il y a des dents
cassdes et des individus cborgn6s par les talons du kelb sais cosse en
mou emient.







54 -
auxquelles le marabout se bornait A repondre :
Mon maitre, c'cst Dieu, et son prophLte .ilah:iiO.:lC
qu'il soit b6ni !
Un nomme Rekit s'6cria : Vous voyez bien que o l
homme n'cst autre qu'un mendiant, qui, n'ayant ri-in a
manger dans sa tente, ne vient chez nous que pour a.voir
des vivres.
Non, nous ne te donnerons rien, 6loigne toi, vilLiine
figure
Le marabout se mit A rire ; le serviteur qui l'accom-
pagnait lui dit : e Demande done A Dieu qu'il les an6an-
tisse sur I'heure D
Prends patience, car celui qui m'a inspire de
venir au milieu de ce people est seul v6ridique et
sincere. )
Pendant cinq heures, le marabout resta A cheval, ex-
pos6 aux sarcasmes de ceux qui l'entouraient. Enfin un
nomme El-IIeuch-ben-Amar-hen-Seliman l'emmena chez
lui et lui donna l'hospitalit6.
En entrant chez son htle, le marabout lui demand:
Qui es-tu done, toi qui as de meilleurs sentiments que
tes compatriotes ?
Je suis un pauvre homme don't l'existence a WtO un
enchainement d'dvnnements extraordinaires qu'il serait
trop long de vous raconter.
Parle, je t'6coute ?
II existe dans le pays du Nefzaoua une ville nommee
Telmim-cl-Kebri, don't le chef 6tait Brahim-ben-KanaAn
el-Kerbi; j'6tais son ministry. Un jour, mon maitre
m'envoya pour trailer ses affairs aupres de l'dmir Said-
Ch6rif, souverain de Tunis. Dans l'entrevue que j'eus







55 -
avec cc prince, je lui dis que la population du Nefzaoua
n'6tait point satisfaite de administration de son chef
Brahim, et que s'il voulait bicn me choisir pour le rem.-
placer, ma nomination serait accueillie avec reconnais-
sance.
Le prince me rdpondit : Retourne parmi les tiens; dis-
leur de m'6crire A ce sujet et rapporte moi leur lettre. Je
desire meme que tu me pr6sente quelques notables du
pays, dcvant lesquels je t'investirai du pouvoir.
Quand je rentrai dans mon pays, Brahim-ben-Ka-
naan avail d6jdh 6t averti des d6marches que j'avais
faites pour le supplanter; il m'envoya chercher aussit6t
mon arrive.
Sois le bien venu, dit-il en me revoyant, 6 toi qui cau-
ses la joie de mon ame et de mes yeux ; hate toi de me
rendre compete de ta mission aupr6s du souverain lafsite.
Le prince, lui r6pondis-je, m'a fail h cause de vous l'ac-
cueil le plus flatteur, et m'a recommandd de toujours vous
servir avec fiddlitO.
11 m'a, en outre, remis pour vous un caftan d'honneir
estinm douze mille dinars, comme marque du renouvelle-
ment de votre investiture.
Envoie imm6diatement quelqu'un pour me l'apporter.
0! non, mon maitre; il est prfd6rable quej'aille le cher-
cher moi-mime, puisqu'il est depos6 dans ma maison.
Eh bien! parset reviens promptement. En mdme temps,
Brahim se tourna vers son chambellan Ilarat, et lui dit, en
clignant de I'eil : Surveille-le, de peur qu'il ne s'6chappe.
DNs que je fus rentr6 dans ma maison, je fis charger
tous mes effects sur quatorze chameaux, etj'ordonnai i
mes enfants de so diriger promptemcnt vers le Souf.







56 -
).-s fils partirent sur l'heure ; ils talent A cil:,il an
nombre de six : El-Fekit, SaAd, Mordjan, Khalifa. [ji:.Ier
et Sofian.
Je ne me dissimulais pas que l'intention de inahim-
ben-Kanadn 6tait de se d6barrasser de moi. 11 fall:il
done que j'emploie la ruse pour me soustraire A l'i:il \iyi-
lant de son chambellan. Celui-ci 6tait rest A I'nne des
portes de mon habitation pendant que je faisais ranism-
bler mes effects. D6s que mes fils eurent repu m:s d; Ilr-
nieres instructions et que je les vis s'dloigner dIini la di-
rection du Souf, j'allai chercher IIarat A la p.1i l. o.11 il
m'attendait toujours, et je le conduisis dans un jai dini i-
tu6 au milieu de mon habitation. LA, existait un pull. !i -
fond don't j'avais eu soin de dissimuler l'orifice en :ten-
dant un tapis; j'y amenai Haral et l'engageai A s'y asseoir
en lai disant: Nous allons faire ensemble une 16g6re col-
lation, puis nous retournerons aupr6s de notre mailre.
Harat s'avanca en effect sans mEfiance; mais A peine
mcttait-il les pieds sur le lapis, qu'il roulait an fond du
putis.
N'6tant plus g6dn par cet homme, je montai aussitOt A
cheval pour rejoindre mes enfants don't je stivis les
traces.
Cependant, Brahim impatient de nos lenteurs, ordonna
A son esclave El-Aced d'aller voir quelle pouvait en 6tre
la cause. Celui-ci ne trouvant personnel dans l'habitation,
entra dans lejardin et entendit les cris que Harat poussait
dufond du puits; ill'aida hen sortir, et ils all6rent ensem-
ble raconter A Brahim ce qui dtait advenu.
Braltim, furieux, exp6dia A nos trousses quatre cents
cavaliers pour nous ramener morts ou vifs.







57 -
De mon c6t6, ayant rejoint mes fils, nous arrivaimes
dans une bourgade nommie 'Aouina, dependant de Tal-
min, don't les habitants 6raient parties pour les piturages
depuis le printemps. Ma caravan, qui se composait de
mes enfants et de douze femmes, se reposa dans cc
village abandonn6.
Pendant ce temps, les cavaliers mis a notre poursuite
perdaient nos traces et allaient nous chercher dans le
Djerid, oi, n'ayant rien appris sur notre compete, ils re-
tourn6rent desappoint6s aupr6s de Brahim-ben-Kandan.
Quant la nuit fut venue, je me remis en march, ga-
gnant les bords du Chol, jusqu'i I'endroil oi residait le
saint, 1'ouali Sidi-IHassen-Aiat.
En nous voyant, cc marabout nous dit : Que vous
arrive-t-il, 6 cavaliers ?
Nous fuyons pour sauver notre vie, et nous implorons
Dieu pour qu'il nous protege.
Couchez chez moi, nous dit-il alors, vous n'aurez
rien a craindre des hommes.
Le lendemain, en nous remettant en route, l'ouali Sidi-
IIassen nous dit :
a Allez dans le pays de Safouan, don't les habitants
sont les Diab ct les R'orab, vous y screz en suret6. ,
Je lui r@pondis que nous suivrions ses conseils. Avant
de partir, il nous pourvut de provisions, puis nous donna
sa sainte b6nediction.
En avangant dans le Sahara, un de mes fils, qui allait
en avant pour eclaireV notre march, vint me prevenir
qu'il y avait du monde levant nous. Va voir ce que
c'est, lui-dis-je; si ce sont des amis ou des ennemis.
Mon fils 6tait mont6 sur un cheval alezan ardent







58 -
comme le feu; il court dans cette direction el li.i,.a
le saint marabout Mohammed-ben-Ali-bou-Nab en Il.in
do creuser un puits pour les voyageurs qui traver-airil
cos contries dssertes.
( Que Dieu t'aide A achever ce puits, lui dit m, lhils
en I'abordant. D Puis, il revint sur ses pas nous :lninin-
cer ce qu'il avait vu. Nous avions d6ja pris nos di-.l,:,-
tions pour nous d6fendre en cas d'attaque.
Notre troupe se reposa chez sidi bou-Nab, A qu1, je
donnai en offrande de l'huile et un boisseau de ialtes.
II fit des voeux pour notre prosp6rit6 et, apris I'a.i
quitt6, nous allAmes faire une nouvelle station : si.lI
Braham-ben-el-Bendres et de 1a au keber Hamich-cz-
Zenati, oh nous restames sept jours.
DBs notre arrive, Ahmed-ben-Amer-ben-Handala-el-
Koraiclhi demand A 6pouser Maissa, fille de mon fils El-
Fekit. I1 la lui donna.
Au bout d'un mois, Ahmed me dit : Oh! El-Ieuch, tu
es un homme de la ville; l'labitation des Bedouins
nomades ne saurait te convenir. Je te conseille done de
t'installer dans la bourgade de Bent-Sebti; j'ai des amis
parmi les Beni-Kaid i qui je te recommanderai.
Je fis cadeau du cleval d'un de mes fils h Ahmed, ct
nous allames ensemble A cetto bourgade. Jo reconnus
quo les gens au milieu desquels je venais de fixer ma
residence n'avaient aucune religion. Depuis cette 6poque
je suis ici parmi eux.
Tel est Ie r6cit que El-Heuch fit au marabout sidi
MAcaoud.
Apres s'kLre repos6 pendant sept jours chez son hote,
Ic marabout n'avant pu fair aucun pros6lyte parni colte







59 --
population ignorante, quitta la famille d'El-Heuch et alla
se presenter au village de R'enam, habild 6galement par
des gens sans religion.
Leur ayant dit qu'il venait les convcrtir b la religion
de 1'islam, leur chef s'avanca brusquement vers lui :
( Va-C'en, lui cria-t-il, si tu ne pr6efres que nous fassions
couler ton sang. I
Comment te nommes-tu, toi qui est le chef de celle
population ?
Je me nomme < R'enam-ben-Moubarek-ben-Farah (4).
0 Dieu dit le marabout, ne l'enrichis point, ne le
b6nis pas et ne lui donne pas la joic.
Le saint home resta une here sur son cheval et
commengait A dtre tourment6 par le besoin de manger.
II se dirigea vers un puits pour y fire ses ablutions et
ses prices. Khalifa, fils d'El-Heuch, alla le rejoindre avec
des dattes, du pain dans un mouchoir et une jatte de
bouillon.
a Que Dieu te le rende lui dit-il! D Et apres qu'il se
ful rassasid de nourriture, ii partit pour Tar'zout. II n'y
a pas de vall]e plus agrdable a habiter que celle-la. Sidi
3M. a:o.i envoya chercher El-Heuch.
( Fixe ta residence dans cette valley, lui dit-il; d'au-
tres don't tu seras le chef viendront te trouver. D
i MIais comment puis-je venir dans ce quarlier isolh,
o. l'on ne voit ni homme ni bestiaux. )
a Viens t'y installer, te dis-je, allumes-y ton foyer
(kanoun). La fum6e attirera des hommes et des femmes
qui deviendront les voisins. a

(1) Ces trois noins arabes sigiilielt : l'enrichi lils dt blli fils duI joneux.







WO -
Safouan ajoute : Le iimrabliout conlinua ( ;a iai wnili'
jusqu'au village de DjIl.lrima, don't la ipop.uilalIln anlt
aulrefois chritienne; c'est un faith attest.' par 1,'s gelns
bien informs (1). II y trouva une reunion de Iquarantn
individus entierement nus, el qui s;' lillai.nt n .--ins
pudeur au jeu du mouton. Pendant rki- hlir,:s, si.li
Mcaoud tenla de vains efforts pour ui iir, ,oluti,
aucun ne tenait compile de ses paroles; '.itail au [rin-
temps, et l'ardeur du soleil ne tarda pi; .'i Ie laliguer.
( J'dtais au milieu d'eux, dit sidi 3.'l;jiul, a11tedan11i
impatiemment que quelqu'un m'offrit l'lospil.ait'. ,
e Enfin deux individus, Mahboub et Aimd ,l, oliirii;i:.S
de Tar'zolt, qui 6taient allis en pdlei ini':a n[lll',s lu
cheikh ven6rable, sidi Abbas-el-R'erib, i\;nent prendre
mon cheval par la bride et me menrrent Jl.ns in1'l 'lliu-
minire oif ils avaient coutume de lire le koran cn s':.ir,:l,
de peur d'8tre vus par la population imnpie dle lj,.l:tJi.
Ces deux bons musulmans me donnerent l'h.spilalitt,
restfrent constamment pris de moi pour me tenir com-
pagnie, et le soir encore me firent coucher chez eux. Le
lendemain, mes h6tes recurent la visit du cheikh sidi
Abbas, qui, selon son habitude, venait dans leur chaumiere


(I) lbi-Klhaldoun dit ce sujet :
Depuis le Moghreb jusqu'. Alexandrie, ct depuis la Mdditerranee jus-
qu'au pays des noirs, loute cellte region a &6t habitle par la race her-
bOrc, et cela, depuis une 6poque don't on ne connail nilesdvEnements
antirieurs ni mnmec le commencement. La religion de cc people, come
celle de routes les nations Btrangeres de I'Orient et de I'Occident, 6taitle
paganisme. 11 arriva cependant, de temps a autres, que les Berbbrcs
professaient ]a religion des vainqueurs (le judaisme et le christianisnie).
Voir lbn-hlialdoun, 1. page 206 et suivantes.







1I -
leur lire ei cachette IuI.-1l.cs passages du Koran. Quand
il me vit, il m'emlrna'ssa avec effusion et me demand ce
que je venais faire dans cette contr6e inhospitaliere.
< Le grand saint sidi Arafa (i), lui dis-je, m'a apparu
on songe et m'a prescrit de me rendre ici pour diriger
ces populations paiennes dans la voie de Dieu.
c 0 Mgaoud! me dit sidi Abbas, j'ai d6jA 6puis6 tous
mes efforts dians ce but louable; ils ont W6t impuissants !
(( I faut cependant que j'accomplisse ma mission, r6-
pliquai-je ; demain j'irai les lin~r liignr A mon tour. D
Ainsi qu'il I'avait annonc6, sidi Mgaoud parla auxgens
de Djeolma; mais au lieu d'6couter la parole sacr6e
de cet ap6tre de l'islam, ils le roubrent de coups ct ils no
dut son salute qu'A une fuite pr6cipitbe. 11 se r6fugia A
El-Ledja, oh on l'invita A s'arr6ter. Sidi Mgaoud con-
sentit, en effet, A se fixer sur ce point avec onze individus
qu'il avait convertis a la religion musulmane. D'autres
families se joignirent a eux, et cr6krent une bourgade
qui prit le nom de Kanoun-nar-Hamia (2).
Le marabout s'6tant bien assure de la sincere conver-
sion de cette population, resolut d'aller plus loin faire
de nouveaux pros6lytes. Avant son depart, it recut la
visible de sidi Ahmed-ben-Aziz, qui venait lui demander
a 6tre instruit dans la religion musulmane : il lui laissa
Bellil, l'un de ses meilleurs disciples. Les gens d'El-Ledja,
de leur co6t, lui dirent : n Si vous vous s6parez de nous,
les Oulad-Yakoub nous maltraiteront, pilleront nos biens.


(1) Sidi'Arafa, de Kairouan, marabout qui descendait de sidi Mamoum,
lequel descendait lui-mime des Chitbini, vivait en 932 de 1'hWgire.
(2) CePto hourgade esl devenue plus tard la ville de Koiiininc.







6-2 -
Les Oulad-Ogab, les ,l:,':lliljnil de YaT/il-bln-I lu;1,' uli. i01
Jes Beni-Ali lui firent la m6me objection.
( Soyez sans inqui6tude, r6pondit le ninirall.nl ; Ij'a-
minerai au milieu de vous une parties de la population
des Oulad-ben-el-Ahmer, originaire de la Syrie. 11; \ias
prothegront contre vos ennemis.
En cffct, il exp6dia imm6dialement un homnire d'El-
Ledja, nomm6 Doui, lequel leur amena cent qIuairnle
Oulad-ben-el-Ahmer, qui s'installerent aupr&s d'eu' 1.t
les firent respecter de leurs voisins, en W6t c:omn:, en
hiver.
Dc ce point, sidi lcaoud se rcndit chez les beni-Fend-
ben-Braliam.
Said-el-Fassi, d'apres Nacer-el-MCgad, lequel le tent
de Bellil don't la sincdrite est proverbiale, raconte ce
qui suit :
Nous allAmes ensuite A Ilaci-Khalifa-ez-Zenati, oh nous
passames la nuit.
Le lendemain, nous nous arritions au Keber-Ouich-el-
Khamsi, puis a Zerrig, et enfin nous arrivames au village
de Ferkan-el-Ihoudi (1), pr6s duquel est une zaouia. Sidi
MIaoud, invite A s'y arr&ter refusa; sidi Ali son fils iii
demand la cause de ce refus: Ces gens 15, lui r6pondit-
il, sont des paicns de la pire espece; non seulement
ils mangent pendant le mois de ramad'an, mais eiin.'.re
ils se tiennent constamment nus; ils jouent le jeu de


(1) Ferkan est one oasis situec non loin de celle de Negrin, a 300 kilo-
mlnres S. E. de Constantine. Pres de I se trouvent les ruines d'un
ancien pose remain que les Arales comment Besseriani. Ferkan, ainsi
quo Negrin, apparliennent en quelque sore h la grande tribu des
Nenemeila.







63 -
mouton dans cct dlat de nudity, cl, de plus, ils ont
I'impudeur d e c raser reciproquement le poil des parties
g6nitales.
o Envoyez moi done parmi eux pour les convertir,
rdpliqua sidi Ali.
a 0 mon fils le moment n'est pas propice pour
accomplir cette mission, il faut attendre la saison d'Wtd
ou d'automne pour les trouver tous r6unis; tandis qu'en
hiver et an printemps ils so dispersent avec leurs trou-
peaux dans diff6rentes directions, a la recherche de
paturages.
Au bout de quclque temps, sidi Ali s'adressant A son
prre lui dit :
i J'ai eu un songe fort extraordinaire ; j'ai rvp qtfe
je me trouvais avec mon esclave Nacer dans un dBsert
de sable. J'6tais assis, et tout A coup unenuue d'oiseaux
s'est misc A volliger autour de moi. M'6tant approch6,
ces oiseaux so sont effarouchds et envol6s vers le ciel; puis
ils sont redescendus, et je les ai tous attrapes, sans
exception, les uns aprds les autres. b
Le marabout sidi M.,ini:d lui rpondil : < 0 mon fils!
Dieu est celui qui connait le mieux I'avenir; mais ce que
tu as vu en songe n'est autre que la destinde du pays
du Souf, don't la population embrassera en totalitA la
religion de I'islam par ton intervention. )
Sidi Ali ayant rdsolu d6s lors de se rendre au Souf
pour y faire de la propaganda religieuse, se mit en
route avec Bellil, don't le veritable nom 6tait Saad-el-
Kebir-ben-Amer-ben-Nacer-el-Adouani, natif de Ledja.
Au moment de se s6parer, sidi Ali dit A son p6re: Tu
seras toujours mon protecleur, et au moment du danger







04 -
je desire que tu viennes A mon aide, je t'appelerai :i
mon secours !
Oui, j'accourrai & ta voix, s'il plail a Dieu; je ti? I1,
promets.
L'endroit of sidi Mgaoud fit celte promosse s'apielle:
encore Aiat (les cris).
Sidi Ali se rendit done au Souf. Nous arrivames da(ns
les ksour; d'abord A celui de Ledja, of nous furnes
salues ct accueillis avec joie. Nous passAmes sept nuils
au milieu des gens de Ledja, parmi lesquels se Irouvait
Si-Ahmed-ben-bou-Aziz; ils 6couterent tous les paroles
de sidi Ali avec soumission. Nous nous rendimes ensuite
au ksar de Teka-bent-Sebti. El-Heuch nous recut, nous
donna du pain et du bouillon, et offrit I'hospitalit6 A
sidi Ali el a toute sa suite.
El-Heuch envoya chercher Ahmed et ses enfants pour
les presenter a ses hOtes.
a Que puis-je faire pour vous 6tre agr6able? leur dit
sidi Ali ? I
Nous n'avons qu'un d6sir; c'est que vo rus russissiez
dans votre mission, lui r6pondit El-Heucli. Faites rentrer
le plus tot possible toute celte population dans la religion
de Dieu et de son prophite.
En effect, les habitants de cette bourgade devinrent
musulmans en totality.
De IA, sidi Ali se rendit au village de R'enam. Les uns
adoptlrent la vrai religion et les autres persdverdrent
dans leur erreur.
Puis il alla A Kanoun, don't les habitants se soumirent
6galement.
11 descendit ensuite A la chaurmier situde pr6s de Tar'-







65 -
tout; mais un parti qui refusait de le recevoir se dB-
clara, et ii dut se tenir A 'icart. Alors le marabout sidi
Abbas-el-R'erib et ses disciples, don't nous avons parle
plus haut, accoururent pour l'assisler. Quelques gens de
Tar'zout se firent miusulmans; mais les autres restrent
ce qu'ils 6taient.
L'auteur du ricit ajoute : Ceux qui sont bien rensei-
gn6s sur le passe de la contr6e, m'onl affirrm que le pays
de Souf ne fut jamais occupy par les chreliens ; ils n'lia-
bitlrent que Djeldma prus de Tar'zoul.
Sidi Ali se transport ensuite du Souf dans l'Oued-
Rir', pruchant sans cesse la religion musulmane.
Nous reviendrons plus tard sur ce sujet, s'il plail A
Dieu.
Safouan raconte: Me trouvant dans la ville de Biskra,
j'assistai un jour a l'audience publique que donnait le
saint, I'ouali sidi Zakaria-el-Biskri. 11 se mit a parler des
personnages qui s'etaient distinguds entire tous par leurs
vertus, et cita, entire autres, sidi Hassen-Aia, de Nefta.
Sidi Zakaria 6tait assis au milieu des principaux notables
du pays, aveC lesquels il s'entretenail. Quand il eit fini
de causer avec son entourage, je m'approchai el je lui
remis mon offrande.
Ensuite je dirigeai lines pas vers la mosque dc sidi
Zakaria. LA, je trouvai un vicillard d'un aspect v6n6rable,
assis au milieu d'une foule nombreuse et parlant du
pays de Souf. Je m'approchai et lui dis :
0 Cheikh respectable, savez-vous quelque chose sur
le pays de Soul ?
II me regard et me repondit affirmativement.
r<







66 -
Eh bien! je serais d6sireux de connaitre ce (I .: 'ou.S
savez Li ce sujet.
Le Souf, dit-il, 6tait jadis inhabit, et cola di. inj-
qu'au temps d'Abraham. A cette 6poque, une politLin
s'y 6tablit ct y s6journa quarante ans. Du temps (de David,
il y avait un nombre considerable d'habitants. Les caux
du Nil coulaient alors h travers le Souf. (1) Puis, ce pays
fut ruin et rest dans eet Mlat jusqu'an sidcle de Loui,
qui le repeupla. Sa prospdrit6 dura encore une quaran-
tained'annde. Puis vinrent les Beni-Merin, qui chassdrent
ceux qui l'occupaient et s'y maintinrent a leur tour
qutrante autres ann6es. Los Beni-Addas s'cn empard-
rent et le gard6rent quarante ans. Les Zenata en res-
trcont les maitres pendant quarante ans. Les 'Adouan
chassdrent les prdc6dents et y restirent quarante ans.
Enfin, les derniers envahisseurs sont les Troud-Klab, qui
massacrdrcnt les 'Adouan. VoilA qu'elle est 'liistoire du
Souf; tache de comprendre si tu es intelligent!
Ce sont done les Troud qui sont actuellement les
maitres du pays ?
Oui; ces derniers descendent deAhmed, Kaid, R'enan,
ct Zeid.
Ahmed ldait & Ledja. II eut trois fils: Nacer, El-Bekri
et Mouca. Leur m6re 6tait de Nefta. Quand olle mourut,
Ahmed se remaria avoc Reguia-el-MAhdjouria, qui enfanta
Mohammed.
Guebor-Teka-ben-Sebti 6tait habit par Kaid, qui eut
deux fits : Moubarek et Brahim.

(1) Nols relaterons plus loin, dans 1'appendice, la I gende qui se rap-
porte an fleuve qui, jadis, aurnit coul6 h Iravers le pays dn Souf.







67 -
R'edira-el-Ouesta dlail habit par I'enam; ses enfants
sont au noinbro do Irois: Mouga, Farah et EI-Bekri.
R'edira-es-Sefli lait A Zeid ; ses enfanis sont Ilameda,
Bou-Diaf et El-IHaich.
Le cinquieme de la population du Souf se compose de
Troud; le resle est un melange d'Arabes d'origines
diverse.
Les Ilamed sont des Oulad-Amer-ben-Handala le korai-
chite, qui s'6tail r6fugi6 A Kairouan apr6s le meurtre
de son cousin, ainsi que nous 1'avons expose au com-
mencement du r6cit.
El-Heuch est originaire do la montagne, et alla ensuite
s'6tablir au Nefzaoua.
Bellil est des Oulad-Hamtn ; il diait esclave de sidi
Ahmed-ben-Aziz.
Kcab est originaire de la montagne de Bou-Salda.
Les MAcaAb 6taicnt au nombrc de deux :
L'un 6tait surnomm6 El-Aouer, le borne, el l'autre
Et-Tadjer, le negociant.
El-Aonur est originaire des Oulad-Ilamam-ben-Fct-
nassi-el-Bedoui, landis quo le Tadjer est des Oulad-Amer-
ben-Bakir-ben-Safd-ben-Loui- bn-M31aoud-ben-Harmela-
ben-Djazia-Iben-Kab-ben-Kou tir-beu-Aoiudj-iben-Miaabb-es-
Saiel.
Quand le vicillard eut fini de parler, je lui dis : Qu'est-
ce qui me prove quo ce que vous venez de me raconfer
est la viritd ?
J'ai deux 1moins qui ne peuvent mentir, repondit-
il; ce sontm n arthb et mes cheveux que le lemps
a blanchis.







68 -
A ces mots, je me clvai et baisai la main et la t1te
du vieillard.
Avant de nous s6parer, ajoutai-je, donncz moi quel-
ques renseignement sur l'Oued-Rir'.
Lc premier qui a habitM l'Oued-Rir' se nommait Kaab-
ben-Rouaia des Oulad-Andalis-ben-Djafet, fils de No6,
que sur lui soil le salute.
Tamerna dependait de Tunis avant que les Turcs
occupassent Gunstantinc. Antrieurement A cette epoque,
celle ville fut gouvernne par quarante 6mirs des Addassa.
Puis, les Turcs de Constantine 1'ayant enlev6e aux Tuni-
siens, elle rest disormais sous leur autorit6.
Un home des Beni-Merin habitait la ville de Fis.
Je te dirai on passant qu'un prince voulant fonder cette
ville, trouva, en faisant crouser les foundations, un fts
antique (une pioche), at que le nom de Fis rest A la nou-
velle cite. Get hornmme des Beni-Merin avail l'habitude de
fairc tous les ans le pilerinage de la Mccque. II passait
par l'Oued-Rir', oh il vendail Il surplus de ses marchan-
discs. Des gens de ce pays I'engagreAnt a se fixer parmi
eux ; il accept leur proposition, et pen de temps apris,
en effect, il venait s'6tablir El- Oued avec sa famille at ses
richesses.
Ce pelerin avait deux femmes: il en install une i
Touggourt, lieu io existaient de vieilles ruines, et l'autre
A Temacin, oh se trouvaient 6galement des substructions
antiques. II construisit sur ces deux points un ksar, pour
y installer s6par6ment chacune de ses femmes, et illeur
donna quatre-vingls esclaves pour lcs servir etles garder.
Afin d'ivitor les discussions, il avait express6ment d6fendu
aux habitants d'un ksar d'avoir des relations avec ceux







69 -
de I'autre. Bedra ltail le nom de la premiere de ces
femmes; elle Elait fille de Moulai-Said (ou Yazid), ch6rif
du R'arb que Ben-'Afia avail mis A mort (1). La second,
nommde Bedria, 6tail issue de Felias, seigneur de Meknas
(Mequinez).
Mais, dis-je au vieillard, je voudrais bien connaitre la
signification des noms de TouggourL et de Temacin ?
Ce sont des noms appartenant h des langues tlran-
g6res; j'ignore done leur signification.
Continue votre rPcit, lui dis-je alors.
Le pelerin ayant install ses femmes et ses esclaves
A Touggourt et A Temacin, v6cut paisiblement jusqu'a
I'ann6e 735 (1334-35 de J.-C.). Alors survint une seche-
resse excessive dans la contre, au point que les habi-
tants, no pouvant plus nourrir leurs families, se virent
dans la necessit6 de vendre comme esclaves leurs fils et
leurs filles. Le pelerin leurs acheta quinze cents enfants.
Mais la misore devenant encore plus grande, les maris
durent vendre leurs femmes. Cette calamity suspendit
pendant quelque temps la reproduction do l'espece hu-
maine. 11 leur acheta aussi leurs chevaux, leurs usten-
sites, leurs jardins Les gens d'El-Oued ne possedant plus
que leurs corps et la disette continuant, ils finirent par
se vendre eux-memes.
Quand le pelerin se trouva proprietaire de tout ce qui
existait autour de lui, il dit A ses esclaves: Faites vos
pr6paratifs, je vais entreprendre un long voyage : nous
partirons demain, et je vous emmnne tons avec moi.


(1) Voir lbn-Khaldro n au sujcl ilcs igucrrcs de Ben-'Alia conlre les
chirifs Idricites.







70 -
Cette nouvelle ful accueillie avec resignation, et aucun
ne chercha A se soustraire A l'autorit6 de son nouveau
maitre.
Le lundemain, cependant, le p6lerin au lieu de se mettre
en route, r6unit tout son monde at annonga qu'avant de
partir, il fallait qu'on lui construisit tine mosquc.
Chacun se mit l'oeuvre, et une magnifique mosque
s'Aleva on effel; il attribua ldes revenues considerables A
son entretien, et y placa des lecteurs du livre sacra (le
(Koran).
Lorsque tout ful terming, le pelerin convoqua ses
esclaves A une grande reunion; puis, arrivant au milieu
d'cux, il proclama A haute voix:
e Je t6moigne devant Dieu ct devant les anges que, par
amour pour eux, je vous rends A tous la liberty i
Les esclaves accepterent leur alrranchissement avec
une joie extreme; mais pour exprimer leur reconnais-
sance au g6n6reux polerin, ils lui d6clarbrent qu'ils
resteraient toujours ses serviteurs d6vou6s, et firent la
promesse d'6tre files a lui et A sa religion.
Depuis cette 6poque, en effet, les habitants de celle
contrec ont suivi cette voie rcligicuse ct sont rests
sous la d6pendance de la famillc du pelerin des Beni-
Merin.
Savez-vous quelque chose sur Feliach-el-Djebli (1)?
Non, je n'ai rien A vous dire sur ce point; mais A
R'orfa existait une population qui labourait des terres
arros6cs par les caux courantes de la riviere. Cette popu-


(I) Feliach, oasis et village situes a 2 kil., a l'cst de Biskra, don't ils
nc sont s6par6s que par la rivire. Sa population est d'environ 350 habit.







71 -
lalion passait l'66 A R'orfa et l'hiver A Nazia ; inais les
Troud vinrent nous envahir, au nombre de quinze cents
cavaliers. Ces chiens de Troud devast6rent R'orfa, arra-
chercnt nos arbres et incendirrent nos cultures.
Ponrquoi, lui dis-je, qualifiez-vous les Troud do l'6pi-
thele de chien ?
All! me r6pondit-il, les chins leur sont bien pr6fd-
rables, en eff'et; car le chin s'habitue A une nourriture
qui lui suffit, inais les Troud sont insatiables.
11 me semble que vous avez une haine profonde contre
les Troud?
Comment veux-ti qu'il en soil autremenl. Est-ce
que l'amant peut oublier cclle qu'il aime ? Celui qui n'a
pas de haine ne saurait avoir d'affection!
Pourquoi, alors, 6pouscz-vous les filles des Troud et leur
donnez-vous vos filles en maviage?-- II faut oublier les
inimili6s du pass.
C'est impossible, r6pliqua-t-il; ils ont tu6 mon fils
Amran et je ne leur pardonnerai jamais. ls avaient
quinze cents clevaux, et nous n'en avions que quatre cents
pour resister A leur envahissement. Notre nation se
composait do vingt-cinq fractions; mais aucune de ces
fractions ne vint en aide A sa voisinc. Nous poss6dions
aussi cinq sour nommis : El-Medina, Ksar-el-Maoui,
Ksar-el-Bahour, Ksar Fellat et Oum-el-'Az.
Oum-el-'Az tirait son nom d'une femme chrtlienne
qui vint s'y 6tablir apres avoir fui devant l'invasion des
troupes d'Okba en Afrique.
Le premier qui s'l6ablit an village de Sebti 6tait un
home des Touareg; it 6eaiL originaire du Soudan, et,
apr6s avoir rachelt sa liberal, il vint s'installer au milieu







72 -
de ces sables; les palmiers qui s'y trouvent avaient Wl6
plants par Amar-el-Bar'dadi.
Les gens du village de Sebti, homes el femmes, ont
l'infanie habitude do se r6unir et de se miler pendant
l'obscurit6 de la nuit, pour se livrer A d'abominables
obsc6nites. Cet usage existe chez les Klab ennemis de
Dieu, qui m6riteraient d'dtre d6truils. Ils sont les descen-
dants de sept famrilles venues du Yemen, A 1'6poque de
la lutte d'Ali conlre Moaouia ; d'une autre famille origi-
naire de 1'Irak, du ksar Moussa-ben-Amran ; d'une autre
aussi, venue de Syrie, et enfin d'une dernirre venue de
J6rusalem, d'oh elle fut chasse par les Juifs aprCs le
meurtre de leur Rabbin Roubil-el-lhoudi. II n'y a aucun
lien d'amitio entire eux et nous.
De quel pays 8les vous, dis-jo au vieillard?
Je suis de Ledja, village habilt par les 'Adouan-Rah-
mani. Les Lakhdar sont des 'Adouan-Selami. Les 'Adouan
se composaient de vingt-cinq fractions r6unies en:
Oulad-Abd-er-Rahman, Oulad-Saib, Oulad-Sari, Oulad-
Hamed et Oulad-Mahboub.
Apres que le vicillard m'eut racont6 tout ce qui
pr6c6de, je lui dis : Je vous ai longtemps retenu h causer;
venez chez moi prendre quelque nourriture; je m'acqui-
terai envers vous du devoir de I'hospitalit6.
Non, me r6pondit-il; je n'ai plus faim, car j'ai pu
exhaler tout le field quo j'avais dans mon occur, et cela
me tient lieu do boire et de manger.
Quand retournerez- vous dans votre pays?
Je suis venu chercler une charge de jeunes palmiers
qluej'ai l'intention de replanter chez moi.







73 -
Ne s'616ve-t-il pas quelquefois des discussions entire
vous et les Troud?
Non, par la raison que nous sommes doues de plus
de bon sens qu'eux.
Y a-t-il un sultan A qui vous payiez la capitation
(djazia)?
La capitation n'est exig6e que des juifs; quant i nous,
nous sommes 6dablis sur un terrain qui ktail jadis dd-
pourvu d'habitants. Nous nous trouvons au centre de
trois countries : le Zab, qui nous fournit des grains,
le Djerid, d'oti nous viennent les dates, et I'Oued-llir',
d'oh nous tirons-la laine quo nos femmes tissent pour
nous vetir.
Tenez, dis-je au vieillard, voila sept dinars; achetez-
moi une pikce d'6toffe do votre pays.
Pourricz-vous me donner quelques ronseignements
sur les Chorfa?
Les Chorfa sont de la post6rit6 de Hocein, lequel 6tait
fils de Fat'ma, fille du prophite Mahomet, que le salut
soil sur lui. Leur descendant Idris ayant pris la fuite,
passa de l'Orient en Occident et arriva a Tlemsen. II alla
ensuite A ksar FarAoun, gouvern6 par Abd-el-Medjid-oz-
Zahari, qui lui donna sa fille en marriage. Cette femme,
d'une grande beauty, 6tait en outre dou6e d'une intelli-
gence supdrieure, au point que son maria n'agissait jamais
sans la consulter. Mais bient6t Idris mourut dans les
circonstances que voici: Soleiman-ben-Djebir (1) se
pr6senta A Idris, lui annoncant que son maitre, Haroun-


(1) Dans Ibn-Khaldoun, il est nommn Soliman-ben-lHoreiz; El-Kairouani
le d6signe sous le nom de Sole'man-Chemma.







74 -
er-liachid, l'avait envoye pour lui t6moigner son amitid
et lui reinetlre en cadeau un Ilacon contenant du muse.
Idris accept Ic flacon ; mais des qu'il I'eut portl au nez,
il tomba mort, empoisonnd. Cependant la veuve d'ldris
tlait enceinte de six mois; ella accoucha d'un fils, auquel
elle donna le inme norn que son pere: on l'appela Idris
le jeune. Cet infant grandil, et, A l'age de douze ans, if
avail dAjA une instruction trBs developp6e; il se fit re-
inarquer par unc sagesse et une raison bien supiricure
a son age. ProtWg- par les BerbAres, il devint souverain
de Fez. Sa mdre le maria A la fille de Soleiman; inais ii
mourut come son pire en mangeant une grappe de
raisin emipoisonnee.
Is laissa douze enfants mIales qui elaient:
Ahmed, Moammed, ohm Abd-Allali, Amran, Aica, Daoud,
Yalifa, Brahim, Hamza, Koutir, Ali el Amer.
Molammmed, le cadet, succCda A son pere;maiscraignant
des discussions dans sa propre famille, il partagea son
royaume avee ses freres.
II donna Bad6s A Amer, Tanger A Amran, et ainsi de
suite, de maniere que tous rurent satisfaits du gouver-
nament qui leur Echut en partage (1).
Alais Ic maudit Ben-Aa la lv l'Nlendard de la rd-
volte, rdunit sous ses ordres un corps dl'arm6e de quatre-
vingt mille honimcs de cavalerie, poursuivit tous les
Chorfa et les massacre parlout oh il les rencontra. 11 en
lua trois cents dans une seulejourude et, en rBsumA, fit
disparaitre tous les ch6rifs qui habitaient le Moghreb.


(1) Voir, surl'origine el la chnte de la dynastic des Idriciles, lbhu-lhal-
dolnn, Iraduclion de M1. de Slane, 2e vol., page 559.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs