• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Foreword
 Liste alphabetique des membres...
 Lettre a M. Feraud, secretaire...
 Inscriptions inedites recueillies...
 Sur la determination et le sens...
 Recherches a Thubursicum-Numidarum,...
 Inscriptions recueillies a Thubuesicum,...
 Notes archeologiques sur Theveste...
 Rapport adresse a M. le Prefet...
 Appendix
 Seconde addition au memoire sur...
 Notice sur l'aqueduc de Bougie
 Etude historique sur la nature...
 Table of Contents
 Errata
 Planches
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094162/00003
 Material Information
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Physical Description: 10 v. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Société archéologique de la province de Constantine
Publisher: Alessi et Arnolet
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1863-1874
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Antiquities -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
History -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
Spatial Coverage: Algeria
 Notes
Dates or Sequential Designation: 7. vol. (1863)-10. vol. (1866); 2. sér., 1. vol. (1867)-2. sér., 6. vol. (1873-1874).
Numbering Peculiarities: Vols. for 1867-1873/74 called also: 11.-16. volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094162
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12576829
lccn - sn 85022117
 Related Items
Preceded by: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 16 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Foreword
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
    Liste alphabetique des membres titulaires
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
    Lettre a M. Feraud, secretaire de la Societe archeologique sur les Juifs de l'Algerie et de Tuggurt
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Inscriptions inedites recueillies a Constantine et dans la province, pendant les annees 1865-1866
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Sur la determination et le sens de plusiers mots de l'ancienne langue Numide
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
    Recherches a Thubursicum-Numidarum, Madauri et Tipasa
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    Inscriptions recueillies a Thubuesicum, Madauri et Tipasa
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
    Notes archeologiques sur Theveste et ses environs
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
    Rapport adresse a M. le Prefet sur les recherches executees a Lambese en 1865
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
    Appendix
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
    Seconde addition au memoire sur dix-neuf inscriptions numidico-puniques, ou memoire sur diverses inscriptions pheniciennes, carthaginoises et neo-puniques, dont cinq inedites
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
    Notice sur l'aqueduc de Bougie
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
    Etude historique sur la nature de la propriete fonciere dans les pays musulmans, tiree de la Storia dei Musulmani di Sicilia de Michele Amari
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
    Table of Contents
        Page 331
        Page 332
    Errata
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
    Planches
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
    Back Cover
        Page 391
        Page 392
Full Text


















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES


I





























I*(. -

NOTICES ET MEMlOIRES

IWr I





ir Is


PROVINCE DE CONSTANTINE




) 1\ IE LIME VOIUiUME. 8lSipi





























Coistamine. Typograipik el Liihogracilibie L AbRNIA









RECUEIL

DES


NOTICES ET MEMOIRES

DE Lk


UtTf' ARUIO (LUTCIT

DE .A

PROVINCE DE CONSTANTINE


DIXIEME


VOLUME. -


CONSTANTINE
L. ARNOLE r, Libraire-Editeur, rue du Palais.


ALGER
BASTIDE, LIBRAIRE-EDITErI
Place du Gounernement


PARIS
CHALLAMEL, aim', Euirrnir
30, rue des Buulangers


1866


18((i







's( 7r/

;r^Fz












AVANT-PROPOS






L'histoire de 1'art des arciens, envisag6
dans son ensemble, je veux dire dans son
genie et dans son developpement general,
sera I'objet de nos entreliens.
(RKAOL-ROCIIETTE.- Cours d'arcieologie.)



La Socidet Archeoloqique imprime aujourd'hui, pour
la dixieme fois, Ie RECUEIL qu'elle a fond6 en 1853 et
qui, jusqu'en 1861, n'a dtd imprim6 que tous les deux
ans.
Durant la premiere p6riode, les m6inoires qui devaient
trouver place dans cette publication 6taient peu nom-
breux. Mais, depuis quelques annies, les mat6riaux 6tant
devenus plus abondants, gr.ce aux travaux de MM. Au-
capitaine (Henri), Cherbonneau, F6raud, Judas, Leclerc,
Marchand (J.), MWlix, Payen, Poulle, etc., la Societ6 a
pu fire paraitre annuellement son volume.
Comme on l'a fait remarquer dans les deux derni6res
prefaces, le programme des travaux s'6largissait en
m6me temps que les impressions devenaient plus fr6-
quentes. La Societ6 n'a cu qu'A se fdliciter d'avoir ainsi
doublement 6tendu Ic cadre de ses labeurs. Maintenant
qu'elle ne so borne plus a l'6tude des documents 6pigra-










phiques et des monuments antiques ; maintenant qu'elle
insure dans son livre des documents int6ressant l'his-
toire ea la linguistique des races et des choses du pays,
ses relations avec les sociCt6s savants de l'Europe aug-
mentent de plus en plus, son Recueil est recherche da-
vantage ; la Revue des Sociclts savantes en a rendu un
compile tres-flatteur, et nul doule que cet example nc
soil prochainement suivi par les autres publications
scientifiques.
La Socielt Archdologique de Constantine peut done
s'enorgucillir du success que ses efforts ont obtenu. Elle
le peut d'autant mieux, qu'elle vient d'etre l'objet d'une
distinction des plus honorables : a l'occasion de la fete
national du 15 aofi, Sa MlajestW l'Empereur a daign6
fair don de plusieurs ouvrages de prix a sa bibliolhcque.
Tout nous porte A croire que le volume de cette annie
sera accucilli avec la mime faveur que ses devanciers,
par suite de la valeur des notices et m6moires qui le
composent et de la diversity des sujets traits dans cha-
cun d'eux. Nous n'entreprendrons pas de faire ici 1'eloge
de ces tres-int6ressants travaux : des plumes plus auto-
risees que la notre le feroni, cela est certain. Toutefuis,
nous ne pouvons r6sister an plaisir d'en donner une
analyse sommaire.
Le premier a pour titre Leltre sur les Juifs de l'Al-
gerie el de Tuggur't, et pour auteur M. Ab. Cahen, rabbin
consistorial de la province de Conslantine.
Lors de I'expedition faite centre Alger par O'leilly,
en 1775, les Juifs, au dire d'EI-Anteri, montrlrent une
haine profonde conlre les chritiens. M. Cahen ddmo tre,
plans la premiere parli e d sa lettre, qu'il adresse a









X1
M. F6raud, secrtaire e ie l Socidle arch/Uoloyique, que si
Ios Isralites so sont monlr6s heureux de 1'6chec. prouv6
par les Espagnols (et non patr les chrdliens), c'est qu'ils
6taicnt en droit do les dttester, non-sculement parce
qu'ils les avaient chassis d'Espagne, mais encore et
surtoul A cause des traitements barbares qu'ils leur
avaient fail dprouvcr A Oran, A Bougie, 5 Tunis, etc,
- dans toutcs los cit6s barbaresques don't ils s'elaient
empar6s de 1509 '1775.
Dans la derniere parties de sa lettre, I'anteur s'occupe
de la conversion des Juifs de Tuggurt dans la second
moiti dlu si6cle dernier. Les dcux versions qu'il rapport
de cel 6vInement sont hypotheliques; mais comment
connatire la vrit& dans I'6tat actuel des choses ?
Vient ensuite un travail de M. J. Marchand sur les
Inscriptions inddiles recueillies i Conslanline el dans la
province, pendant l'annte 1865-1866.
Le depouillement des '115 inscriptions qui font I'olijet
tie ce M6moire, a procure A I'auleur I'occasion do quel-
ques excursions historiques du plus haut int6rt ; leur
traduction prove une fois de plus quo la Socidt6 a en
lui un tris-habile 6pigraphiste.
Le m6moire sur la determination et le sens de plu-
sieurs mots de la langue numide, r6dig6 par M. II. Tauxicr,
sous-lieutenant au 74e regiment de ligne, est I'avant-
propos, si l'on peut ainsi dire, d'un travail ominemment
utile, auquel 1'auteur announce avoir I'intention do se
livrer, et don't il donne le programme en quelques lignes.
Pour d6couvrir de quelle langne simitique I'ancienne
lanrgu numide so rapproclie le plus, M. Tauxier, so pro-
pose d'dtudicr la composition des noms de villas et de








VIII
peuplades d'Afrique conserves par Ics g6ographcs, les
ilineraires ct les proces-verbanx des conciles, de d6-
termincr les radicaux de ces noms, et de ]es c'n.rl,'itri
aux inols des dictionnaires chaldai'ques, h6breux. hilmi.d-
riles, 6thiopiens, arabes, louaregs et kabiles, :ain d'n:.
relronver la signification. Nous souhnitons bien vive-
ment que M1. Tauxier puisse metire ce projel A execution,
car on trouvera tr6s-certainement dans son travail de
pr6cicuses indications pour 6lucider la question si con-
troversee des origins herb6res.
Le quatri6mc m6moire ins6r" dans ce volume est
intitul6 : Recherches ci Thl bur.ricum-Niumidarum, .11,,It, i
ct Tipasa (aujourd'hui Khemissa, Mdaourouch et Tifecl).
Son auteur. 11. Chabassi6re, envoy A Khemissa par la
Soci6di arch6ologique, pour y faire des fouilles an moyen
d'une assez forle some d'argent accord6e par la bien-
vcillance de M. le GCndral commandant la province et
de M. le Prefet, donne la description des ruines de ces
Irois cil6s antiques et de leurs environs. Plusieurs plan-
ches meltront sous les yeux du lecteur le r6sultal des
travaux exkcul6s par MA. ChabassiBre, travaux qui ne
manquent pas d'une certain importance A diffilents
points de vue. C'est ainsi qu'ils ont amend la d6cou-
verle do tombcaux celtiques of des armes et d'autres
objels curieux ont A61 trouves. Qu'il nous soil per-
nis, cependant, de desirer que ces s6pulcres soient
visits de nouveau (du moins ceux qui n'ont point Et6
ouverts) par quelques savants.
Dans son excursion, M. Chabassiere a copi6 une
grande quantity d'inscriplions, don't 71 sont traduites
et comnmniles par M. J Marchand, dans un travail










qui suit celui don't nous venons te parler. Trois sir-
tout de ces inscriptions, cells qui portent les nos I'16,
117 et 118, ont une valeur historique incontestable;
M. Marchand a accompagn6 leur Iraduction de notices
tr6s-int6ressantes.
On sait que TMbessa est une des villes de la pro-
vince on les vestiges de l'occupation romaine sont Ic
mieux conserves. Aussi la SociWt6 a-t-elle ins6ir avec
empressement, dans ses volumes de 1858-1859 et de
1860-1861, un IMdmoire historique et archdologique sir
celte antique cit6 et ses environs, que lui avait adress6
M. MAoll, capitaine du g6nie, un de ses mnembres. -
Dans le Recueil de cette ann6e, elle en public un se-
cond sous le litre de Notes archdologiques sur Thereste et
ses environs, don't l'auleur, M. Girol, garde g6n6ral des
for6ls, diffre d'opinion sur plusieurs points avec M. lc
capilaine Moll. a De nouvelles fouilles, dit M. Girl, out
W 6t6 cx6cuties, de nouvelles decouvertes ont 6t I'aites,
a et il est possible de se prononcer avec plus die crti-
a ntde sur quelques-uns de is fais avancs.
Apr6s avoir lu I'euvre de M. Girol, nous avons relu
attenlivemient le travail de M. Moll ; el, pourquioi n e pas
l'avouer, nous souhaitons, ce qui ne nous parait pas
le moins du monde impossible, que la pioche melle
promptement an jour des 6pigraphes assez explicites
pour fixer I'opinion d'une maiiiee definitive sur les di-
vers points en litige entire les deux ilateurs.
Quoiqu'il en soit, M. Girol, dans son argiiinenration,
fait preu\e d'une 6rudition et d'une dialectique des plus
reniiirquables.
Un lapport adress6e M. le Prifet sur les recherches










executes a Lambbse, rappor dlont Al. le Pr6fet a bien
voulu permellre la publication, est d6 a la plume de
M. Barneond, directeur de la maison central, qui a di-
rig6 les fouilles avec une habiletl remarquable. Les nou-
velles d6couverles oblenues dans les ruins de la cil6
qui servait de quartier-ghndral A la 3 16 gion auguste,
im6itent une mention particulierc. D'abord, en d6blayant
les alentours du Pr6torium, AM. Barn6ond a trouvd 1'a-
morce d'une belle voie de communication de 12 metres
de largeur : c'ktail celle qui conduisait A Cirta. Puis, des
therinmes fune construction grandiose el artistique, ornes
de peintures et do mosniques, onlt 61 explores en par-
tie. l6ja, en 186-2, ils avaient dte entrevus, et i3. Cher-
bonneau los avait signals. Grace aux travaux de '1865,
nous avons aujourd'hui le plan de la moili e de 1'difce;
esp6rons que eIs fouilles d( cette ann6e permettront de
Ie resliluer en entier, et de dcouvrir les deux routes
don't parole M. Barn6ond.
Phisieurs pierres tombales ont 616 6galement exhu-
mdes des d6combres; mais elles n'offrent qu'un intlret
secondaire. Ce sont les Apitaphes de l6gionnaires ou do
members de lcurs families.
Nou sum digniis ul intrem..... Que dirons-nous de
la second addition au Mimoire sur dix-neuf inscriptions
numidico-puuiques de 1A. le doctlur Judas? Nous avouons
naivement l'impuissance dans laquelle nous nous trou-
eons de le suivre dans la savante dissertation que lui
inspirent la lecture et I'exanmon des texts, malieureu-
sement trop rares, au moyen desquels il strait possible
de reconstiluer I'histoire des races autochlihones du nord
de 1'Afrique. Mais, s'il nous esl impossible de fire










mieux, au rimn ins alid iiln, I, -n.''iis la patient perspicacild
.t l'immense erudition sem6es a pleines mains dans le
M1lmoire de l'honorable membre honorairee e la Soci6t6
arch6ologique. Puisse le hasard, ce dieu des choses
humaines, lui fournir bient6t les mat6riaux qui lui sont
indispensables pour mener a son terme I'oeuvre qu'il a
si brillamment commencee.
Bougie, comme beaucoup d'autres centres de po-
pulation de la colonie, a toujours 6et oblige de s'ap-
provisionner d'eau an loin, pour satisfaire les besoins de
ses habitants.
L'aqueduc remain de Toudja avait 616 construct a cet
effet, et le Recueil de I'an dernier renferme, sur les
restes de ce monument, une notice de A1. AlIlix. Cette
ann6e, ll. le capitaine Dewulf a r6dig6 une note dans
laquelle il donne des details trds-curieux sur la parties
de cet aqueduct voisin de Bougie, et sur la quantity d'cau
que la ville recevait de Toudja.
L'auteur signal ensuite la r6cente d6couverte de
grands bassins superpos6s, dans lequel les Bougiotes
emmagasinaient leur reserve d'eau, d'un puils, etc.
I1 est fort A d6sirer que AI. le capitaine Dewulf puisse
continue les curieuses 6tudes qu'il a entreprises sur ce
point.
Nous venons de passer bridvement en revue les ri-
chesses scientifiques qui composent le Recueil de 1866.
- 1lais nous commettrions un impardonnable oubli, si
nous passions sous silence les nombreuses et jolies
planches qui le terminent, et qui r6v6lent un veritable
talent dans leur auteur.








XII
Apr6s avoir rendu justice aux Iravaux des collabora-
leurs de la Soci6t6, il nous rest un devoir bien doux A
remplir : celui de fire connaitre quc c'est grace au
concours bienveillant et empress, aux allocations de
fonds de M. le g6n6ral de division P6rigot, commandant
la province de Constantine, de M. le prefel de Toustain,
de MM. les membres du Conseil general ot de M. le
maire de Constantine, president de la Societ6, que des
fouilles fructueuses ont pu 6tre faites sur divers points
de la province, el que lc Recteil peut 4tre public tous
les ans.
Lcs amis de la science et des arts leur en seront aussi
reconnaissants que la Socidt6, qui ose toujours compler
sur Icur appui pour conlinuer ses rcclherches archlo-
logiques.










LISTED ALPHABETIQUE

DES MEMBRES TITULAIRES






MM. ARNOLET, imprimetir-libraire, A Constantine.
ASTnRI, inspccteur primaire, A Narbonne.
AUDENNE, inspecteur primaird, A Constantine.
BASTARD, sous-chef de bureau en retraite.
BELCOUR 4, lieutenant, chef du bureau arabe, A
Guelma.
BROSSELAIID -, prefet d'Oran.
CAnEN, grand rabbin, A Constantine.
CIABAssIfIR, ,g6omnire.
CIIALLAMEL (A), libraire-6diteur, A Paris.
CIIERBONNEAU officer de I'Univcrsilt, directeur
du college arabe-franpais d'Alger.
CONTENGIN (de) 0 4, maire de Constantine.
CORDONNIER, premier adjoint au maire de Constan-
tine.
DUNANT (Hlenri), home de lettres, A Gen6ve.
FnRAUD (L.) $, interprete de I'arm6e d'Afrique.
FERRIt (l'abbd), cur6 ie BrIa, province d'Oran.
GILLOTTE *, adjoint au maire de Constantine.
GINsBURG, missionnaire 6vangdlique.
IIAIIAnMBOURE &, procureur imperial.
JOFFRE, juge, a Constantinc.
LAMOUROUN, conseiller dc pr6feclure.








XIV
1MM. LANNOY (de) 0 4, ingdnieur en chef des ponts-ct-
chauss6es de la province de Constantine.
LAUREAu, inspecieur des bAliments civils, h Guelma.
LEBIEZ ing6nieur des ponts-ct-chaussdes.
LECLERC (L.) -, medecin-major dc Ire classes.
LEMOINE (Eugene), hornme de letlres.
LICIITLIN 4, conscrvateu'r des eaux ct forts.
Luc, conseiller municipal, A Constantine.
31MA.CIAND, directeur de l'Ccole communal.
MlArIE,, iinprimeur-libraire, A Conslantine.
MEURS 4, archilecCe en chef tll d6parlement.
Mavus 4, ing-nieur en chef des mines du depar-
lcment.
MOLL (Charles-Aug.) 4, capitaine du genie, A Paris.
OLIVIER, principal du college de Barcelonnette.
PAYEN 4, chef de bataillon, commandant sup6rieur
du cercle de Bordj-bou-Areridj.
PIGALLE f4, capitaine, i Biskra.
R.vitoN PEscIIEux, correspondent tie la Socidtd his-
torique alderienne.
RETIOND, archilectC te I'arrondissement de Constan-
tine.
SANCERY, capitaine, adjoint au bureau arabe de
Setif.
VAYSSETTES, interpr6te-traducteur asserment6, A
Constantine.
VICREY, employee du service municipal.
VITAL 0 4, medccin en chef des hOpitaux militaires.
VIVIEZ inspecteur ds domains.
YANVILLE (d') 4, capitaine an 6e lancers, a Mau-
beuge.











MEMBERS IIONOIAIRES.

MMl. ALBERT (d') dc LUYNES (le due), 0 4, membre de
I'lnstitui, &.
BERBRUGGER (A) C 4, membre correspondent de
l'Inslilut, conservatcur de la bibliolh6que et du
mus6e d'Alger, &.
BEULIE ., membre de 1'Inslitul, professeur d'Ar-
cleologie A la bibliothlque imp6riale.
CREULY, C 4, general du G6nie.
DESVAUx, G O 4, g6neral de division.
DULAURIER (E.) *, professeur A l'6cole imperiale
des langues orientales.
DURET (le docleur), maire de Nuils.
EsPINA 4, consul de France A Soussa (Tunisie).
JUDAS (le docteur) 4, ex-secrttaire du comit6 do
sanity des armies.
LAPAINE, 0 4, pr6fet des Pyr6n6es-Orientales.
NEVEU (de), C &, g6n6ral, commandant la subdi-
vision de Dellis.
RENIER (Lon), 0 .4, membre de l'Inslitut, adminis-
trateur dce la biblioth6que de la Sorbonne.
ROMEGUEnL, home de lettres, A Toulouse.
TEXIER 4, membre de l'Institut.

3.iEl L;I;ES CORRESPONDENTS.

iMl. AUCAPITAINE, sous-lieulenant au 36C de ligne.
BARNIOND, directeur di la mason central de Lam-
b6se.









XVI
MM. BOISSONNET (le baron), 0 4, colonel d'Ar;,ll ,:,,
membre du conseil g6n6ral d'Alger.
BONVALET, 0 4, colonel, commandant supericur du
cercle de Bougie.
BnoN (le baron) 4, sous-pr6fel.
CECCALDI, C -, inspecteur du service mnidical en
Algdrie.
CIIABOUILLET, conservateur des antiques A la biblio-
tlih(que impdriale.
CnEUZAT, directeur de l'iistitulion do Ben-Aknoun.
DELOCHE 4, clief de bureau an niinisltre des tra-
vaux publics.
DEVILLIERS S, capitaine.
DEWULF, commandant sup6rieur d'Ain-BD3ida.
DUVEYRIER (Hlenri) g-, g-ographe.
FOUIITIER, hoinme de letlres.
GiRONCOURT (de), 0 , lieutenanl-colonel du g6nie.
GRELLOIS (le docteur), 0 A, secr6taire du comite de
sanl dies arn6es.
LANGLOIS (Viclor), secr6taire de la Societ6 Orientale.
LAPASSET, C 4, g6n6ral, commandant la subdivision
de Mlostaganem.
MARECIIAL $, capitaine du g6nie, ancien comman-
dant sup6rieur de Souq-Alras.
iMELIX, sous-lieutenant au 30 tirailleurs.
MILLOCHIN 4, directeur des domaines, A Blois.
0. MAc-CARTIIY $, ing6nieur-gdographe, A Algcr.
POULLE, vdrificaleur des domaines, A Constantiile.
ROGER (J.), conservateur du mus6e de Philippoville.
SAcuOT (Octave), home de leres.
SElrIZIAT, commandant supirieur do Tebessa.









XVII
WATEBLED (Erncsl), chef de bureau I la pr6fcclure
d'Oran.

MEMBRES DU BUREAU.

Presidents honoraircs :

MM. Le g6n6ral de division PgnIGoT, G 0 3, comman-
dant la province.
TOUSTAIN (de) du MANOIR 0 -, pr6fet do d6parlement.

('onposition dIu Bulreau pour I'aIanne 1fiG.

President : M. de CONTENCIN, 0 f, maire de Cons-
tantine.
Isr Vice-prisident : M. MCEvus 4.
2e Vice-president : M. MEURS .
Secretaire : M. FERAUD 4.
Secretaire-adjoint : M. VAYSSETTES.
Trdsorier : M. IAEMOND.
BiblolhIcaire : M. MARCIIAND.

'Conanaission chalrg6e de I'exaanen des nIeltllscrits
hMM. LAMOUROUX, president.
CAIIEN.
FRAUD ^.
VAYSSETTES, supplCant.


SOCIETIES CORRESPONDANTES.

Institute arch6ologique de Rome.
Soci6et imp6riale des antiquaires de France.
Soci6t6 historique d'Alger.
Soci6tl arch6ologique de l'Orl6anais.









XVIIl [
Soci6te d'6tudes scientifiques et arcliologiqucs de Dra-
guignan.
Soci6t6 impdriale d'agriculture, sciences et arts de Va-
lenciennes.
Soci6t6 arch6ologique de Cherchel.
Institute dgyptien.
Soci6tr des antiquaires de Picardie.
Soci6i6 imppriale d'agriculture, sciences et arts d'Agen.
Academie d'Hippone.
Soci6td arch6ologique de Sens.
SociB16 des antiquaires de I'Ouest.
Socidl6 des antiquaires de la Morinie.
ComitL flamand de France.
Acad6mie imp6riale des sciences, inscriptions et belles-
lettres de Toulouse.
Soci6t6 d'6mulation de Montlbliard.
Soci6td historique et arclieologique de Langres.
Acad6mie du Gard.
SociBti des sciences naturelles et archlologiques de la
Creuse.
Socidtd des antiquaires de Normandie.
Soci6tB d'archologie et d'histoire de la Moselle.
Socidti d'ethnographie orienlale et am6ricaine.
Soci6t6 acad6mique d'arcliologie, sciences et ails du
department de I'Oise.
Soci61d d'arch6ologie et Comild du musde Lorrain.
Soci6td historique de Castres.
Socil6t arch6olugique, scienlifique et littlraire do UBziers.
Acad6mie des sciences, agriculture, arts ct belles-letlres
d'Aix.
Socit6 d'('mulalion des Vosges, A Epinal.









XIX
S,:, -,: I i.,u la conservation des monnmenis historiques
id'.\l, c., t Strasbourg.
Institute de France.
Soci6l6 de climatologie algdrienne.
Union des arts, i Marseille.
Revue de 1'art chr6tien, i Paris.
Soei6t6 acad6mique du Maine-ct-Loire.
Socite6 arch6ologique, historique et scienlifique de
Soissons.
Soci6tI m6dicale d'Amiens.
SoeiB6t arch6ologique et historique de la Charente.
Soci616 lilt6raire et scientifique de Castres.
Soci6te des antiquaires de Londres.
Revue arch6ologique, a Paris.
Socidt6 des sciences, belles-lettres et arts du Var, A Toulon.
Soci6tl archlologique et hislorique du Limousin.
Soci6tt archeologique de la Touraine.
Socidte de geographie, a Paris.
Socid6e polymatique du Morbihan.
Societ6 Savoisienne.
Socidtd Eduenne.
Socidte imp6riale archbologique de St-P6lersbourg.
Socidtd d'arch6ologic, science et arts de Melun.
Societl industrielle de Mulhouse.
Soci6t6 des sciences historiques et naturelles de I'Yonne.
SociB6t des arts el d'agriculture de Lille.
Soci6te arch6ologique de l'arrondisscment d'Avesnes
(Nord).
Academic imp6riale de Reims.
Soci6tl franchise de numismatique et d'archcologie,
a Paris.









xx
SociWt6 implriale de g6ographie de Vienne (Autriche).
Soci6ht d'archeologie du d6partement de Seine-el-Marne,
a Melun.
Comit6 d'archliologie americaine, Paris.













LETIT IE


A M. FRAUD, SECRIETAIRE DE LA SOCIETY ARCIIEOLOGIQUE

SUR

LES JUIFS DE L'ALGERIE ET DE TUGGURT







Dans le Recucil de l'annue dernirce, vous avez public
la traduction du r6cit d'El-Ant6ri au sujet de I'exp6di-
tion du comte Oreilly en 1775; vous m'avez exprim6 le
regret de ne pas avoir expliqud, par une note, les motifs
de la conduite des Juifs en cette occasion of, au dire
d'El-Ant6ri (p. 59), les Musulmans furent ( contents de
voir la profonde haine qu'ils (les Juifs) avaient pour les
Clirticns. D Vous m'avez aussi signal la note que le
savant M. Berbrugger avait ajould, en publiant cc r6cit
dans la Revue Africaine d'Alger (num6ro du mois de mai
1865). Celte note est ainsi concue:
La majeure parties des Juifs d'Alger descendent do
s ceux qui furent chassis d'Espagne a la fin du XIVe
( si6cle.
< Simon Durand, don't la pierre tumulaire datec de
< 1444 est encastrie dans le rempart neuf, A droite en
i sortant de la nouvelle porte IBab-el-Oued fut le pre-











k mier rabbin de ces bannis qu'il organisa en commu-
<( naut6 vers 'an 1391 (1).
n La haine nmoivke par cette expulsion, transmi,.- l'iir .
<< g6n6ration A I'autre, cxplique, si elle ne les .n-'lic-
pas, les acres sauvages attribuds anx Juifs d'AI..-r i.a r
, El-Anteri, qui a bien pu, d'ailleurs, amplifier '*iilqiie
e peu ces actes, loujours pour dramatiser son r6cit. )
Je vous remercie sincerement do me fournir cette
occasion d'expliquer A nos lecteurs ]es motifs do cetle
haine.
Les faits rappoir6s par El-Anliri sont, t Ines yeux
au moins, exageres, sinon controuv6s. M1ais, ce qui est
certain, c'cst lqu les Jnifs furent lhureux dle l'dcliec
6prouve par les Espagnols, come ils I'ont Ail aussi lors
des exp6dilions de 1516 et doe 1541.
J'cn trouve les preuves dans une espece d'anniversaire
insilu6 parmi enx i la suite des expeditions de 1542 et
de 1775: ceel anniversaire se compose d'un jour de jeine
et d'un jour de rejouissance, i l'imitatioun de la fete
d'Esther, cdl6br6e en commnmoralion de la chule d'Aman.
Avant de donner des d6lails sur cot anniversaire el des
exiraits des posies hebraiques faites a ceclt occasion, je
voudrais d'abord ldmontt'er jusqu' quel point les Juifs
avaient Ie droit do so r6jouir de eel eclee des Espagnols


(1) L'olganisalion des Juifs d'Alger dale de 13!4-93. En 1391 seulement
eut lin non n 'expullsion, mais la persecution des jlifs en Espagne,
Aragon, Castille, Navarre el Majorque. Le rabbin Simon PDnrald ne fut pas
Ie premier rabbiti de ces expatribs; il ent pour prdecesseur Ic elebre
rabbini Isaac nar Schescheth Balirfath, plus conun sous le tnom de (tiiascl, et
ce i'est qn' la mnort lie de dernier qu'il ful mis a la tIee de la cornm-
nanlU d'Alger. Nous reviendlrons sur li1r ces tr details dans la nlotice que
nous Ipulblierons sil' lis Jniils du nord de I'Alrique.











Ir- II-lI: i.. li ti lII l 'i 0( i.IIiIIIn I i iLl-Al li'l i, il, .'I III I




I


Sans rcmonter bien haut dans I'hisroire de la Penin-
.-1,: il.'I iilin prenons pour point de depart la date donn6e
j];ir M F:..I Lrugger.
Depuis des siecles, on y persdcutait et martyrisait les
.uifs. Mais A aucune 6poque, ces actes n'avaicnt pris un
caractere aussi gdn6ral qu'A la fin du XIVe sikcle et pen-
dant tout le XVe. Si on consulle les chroniques chrd-
liennes sur les 6v6ncments de 1390-91, on est navr6 di
detail des horrcurs qui furent commises dans routes les
villes de la Pdninsule. Cette pers6culion jela n Afrique
des eeutaines de milliers de Juifs. A partir de ce moment
jusqu'a la fin du XVe sickle, on ne trouve dans les chro-
niques espagnoles que pers6cutions des Juifs, Cmeules
et massacres; enfin, come couronnement de eet aehar-
nement centre les Juifs, 1'dablissement de la trrs-sainte
inquisition. < Par les bfclhers, dit un c6lhbre auteur
clhrtien (1), par la ruine et la faim, par la catastrophe
d'une fuite subite pleine de miseres et de naufrages,
p6rit en dix ann6es presque un million de Juifs. ) Enfin
cette haine, mais haine de 1'Espagne pour les Jnifs,
imagine en 1492 le moyen de les d6truire compldlement
et surtout de les spolier. Huil cent mille Juifs apprirent,


I) V I .. I. I, fllenris an (-I 1, I I I -I Im"Si I I d .








--I--
lo 3 1 m ai lu ',i .;I ill.l ils .. 1 : i% '1 iv I I .I,[ ii l i l il l.
le pays (1
Ces fail- II' ill t.i.11... l 1i 5 In I.I. i r i. Ill in i,.ll.i,1 ; Il
parent a v''. *'lrui\-l iI,. ii 1:.. 1 i Tl'li ll i I h .li' .I II-,
prendre lI ., I- Jul l 1i1r. I, ",i : 111, Id ', ;n- I l i.i u .
sous la da.,ii in.i li.ii ..ipa- n,.,lu.
Mais nmit I, 11 ,,\,' p.i- li: -i. 'I *l, h ii. i ..-r it.'n II Es '. Ii
des cause: .'I 1 .I'- .liil i'ti li. 1. ,.i ,1 I [ i.lilli-
nation tIl .il ,liin |Il i i.'I i ':l I I lI I i l A \ \ l lU ,- I .1 1 nlu
verroln :n.11 i: ill -. iI ..II -I III*** ..I.. I l li'll I, II, .iI ,:
pou r les .Iu il-. I'.-1I n iil i' I'1l'~'.- 'i, .l -iu I Ai l 11 1 l -
que, ils pers6cutent les Juifs; ils les d6pouillent, I.s
classent du pays ou mOme les vendent comme esclaves.
Prenons pour example la premiere mioitie dn XVle
sieclc. A cette 6poque, l'Espagne est victoricuse sur les
c6tes d'Afrique; claque victoire qu'elle remporle, cha-
que pas qu'elle fait en avant dans ce pays, est marqud
pour les Juifs par de grades miseres.
En 1509, lorsque le cardinal Ximends en personnel
s'empare d'Oran, il est puissamient aide par les Juifs,
(lui ne savaient pas alors que la haine des Espagnols les
poursuivrait jusque sur la terre d'Afrique ; ils esl6-
raient qn'ine nation plus hiimaine et piis civilisde que
les Arabes, ct au milieu de laquelle ils avaient v6cu, Icur
serait plus favorable ; el faut-il le dire, bien que chassis
d'Espagne, il y avait encore clihez eux ne espece d'atta-
chement pour cetto palrie ingrate. Alais les Espagnols
ecu ent soin de les d sabt i, I ,i l. l..ii :tu .'t n -I 1it',21l


(1) Voir, pour les trisles et efftrov\'jl.l ,... .. r, II 1 \ .i..I..... 1.. i .
I. c., Llorente, Iisi. de I'lnquisilli., .1 L I. .-,-.










pliI .ii., n i111 :'zi:mn .I i '.in : des Juifs, do tr6s-forles
....iiril.n l. : pi:rl. ',ili i,:' I~m furent im poses.
KEn 1510, 'inrie de N\awiic -'empare de Bongic. Outre
le pillage et les sommes d'argent qu'on exige dcs Juifs,
un grand nombre d'entre eux sont faits prisonniors ct
vendus come esclaves.
Dans la m irme ann6e, les Espagnols s'emparent de Tri-
poli que l'on r6unit A la vice-royaut6 de Sicile. Les Juifs
de ce pays 6prouvent le mgme sort quo coux de Bougie.
En 1535, 1'empereur Charles-Quint, en personnel, alta-
que Kheir-ed-Din (Barberousse) et s'empare de Tunis. On
fail un effroyable massacre des Jnifs, et un grand nombre
d'entre eux sont vendus come esclaves. Un Juif, cepen-
dant, par de grands sacrifices d'argent, avait sauv6 de la
mort on miller de chr6tiens que Barherousse avait con-
damnEs lors de la nouvelle de I'arrivee des Espagnols. 11
est vrai aussi qu'un Juif, nomm6 Sinant, Blait le lieute-
nant de Barberousse dans cetle ville.
-Les memes malheurs atteignent de nouveau les Juifs
de Tripoli, lorsque les imp6riaux arrivent dans cetle ville
pour la deuxihme fois.
En 1541, lorsque les Espagnols vont attaquer Alger,
ils s'arrctent a Bougie pour y prendre des renforts et des
*vivres. Les Joifs y sont de nouveau maltrailts, empri-
sonn6s, imposes, et un grand nombre de leurs lives sont
bril1s.
En 1544, Tlemcen ouvre ses porles au comic d'Alcau-
dette, gouverneur d'Oran, et a l'arunee espagnole; pres-
(iue Ious les Juifs de la ville sont vendus commec sclavus.
Ainsi, come on le \oit, dans un space de trente-cinq
ans A peine, sept fois les Juils eurent A souffrir de cell








II -
haine de l'Espagne, loujours vivace et frappant en Afri-
que aussi violemment et aussi lyranniquemnent qu'en Es-
pagie. Mais ce ne sont pas IB des fails isoles; d';u.ili,:
pelils fails, de petites exactions, des impOts, des ]p., .. --
culions partielles, relient ces E6vnements entr'eux ct prou-
vent surabondamienot que ce n'elait pas sculemcnl come
casus belli que cela avail lici, Inais que c'ltait systlma-
tiquement et pour continue les traditions de 1'Espagne
du XlVe sidcle ct du XVe.
11 est certain que les Juifs, en se rojouissant de
1'chec du come Oreilly, nc le faisaient pas par ihaine
pour les chreliens (comme dit El-Ant6ri), mais ~l- "iil'j.ilt
par crainle de la domination espagnole. Car aucune exp.-
dition des clirtiens contre la r6gence, autre que cells
des Espagnols, n'est signaled par les livres des rabbins
du MAaghreb, de la Tunisic, de la Barbarie ou de la R6-
gence. Lorsqu'on Irouve do nombreux texles qui parent
des crarntcs, des mallieurs ou de la joie dos Juifs, selon
le r&sultat des expeditions espagnoles, nulle part on no
voit mentionnees les expeditions francaises contre la
RWgence; par example, cells centre Alger mime de
1683-84 et de 1688. I1 en est de meme pour les expi-
ditions des autres peuples. L'Espagne seule fail exception.
Je crois avoir suffisamment drnmontr6 que ce n'est pas
sans motifs.

11

J'arrive maintenance aux details concern.iit I. inii..i-
saire de 1775. Get anniversaire, comme je v.-u- ai 11h1 pi-1
haut, so c ~1lbre par un jour de jeuine el .11 j.u, il'. I.'-










i'.'lii; : flin .r.' I'. [i' r 'l 1* I .I 11. 1 in '. Jde 1 1 ou1110 1z', corres-
i. nd1 IIII. uil I -ln .*. T1775, .11.1 10 et 11 (1u m ois de
!l.'.iri.-Ia, j1I\ 1 .. 1 I II i ll.. L i, .Iriili'ersaire s'annonce
dejA le samedi qui pr6cide cos dales; et d6jh aussi, A I'office
iu nmatin el du soir, on r6cite les posies composes par
les rabbins algIriens, dans lesiquelles se Irouvent curtains
details concordant avec les donn6es d'El-Ant6ri. Les au-
teurs de ces po6sics sont au nombre de cinq : Nehorai
ben Saadja Azubib, Jacob ibn Navym, Ischoua Sidoun,
Aaron Cohen Jonathan el Abraham Tubiana. Les pieces
sont au noinbre de vingt-scpt, modeldes sur les po6sics
du moyen-ige qu'on intercale dans les rituels de prieres
des jours de fi~es et des samedis: ces posies n'ont pas
de cachet particulier, elles sont mime assez mnootones.
Queiques-unes sculement sont int6ressantes au point de
vue historique. Je vais en extraire les faits principaux
signals dans ces posies.
( On connaissait A I'avance que 1'exp6dition devait avoir
lieu, ct des prieres publiques 6laicnt faites pour appeler
la protection divine. On attendait deja I'ennemi le jeudi
(29 juin), ct Ic people, 6plor6, remplissait les temples eL
adressait A Dieu de ferventes prieres (').
<< La flotte n'apparut quc le vendredi Jer jour du mois
de lammouz (30 juin). Les vaisseaux s'elablirent d'abord
sur plusieurs lines en face di fort El-Kifan (2).
( L'ennemi developpe sa ligne, le tamnitouz, en face
dIl cap Matifon (3J).


(1) Recueil de priercs Ipour la couInnl n auil alg;Iric ie, ii" XXII, stroilphe G.
(2) Ibid., str. 7 el 8.
(3) Ibid., sir. 9.









-8-
< Mais, pendant huit jours, I'ennemi reste inactif, il
tient conseil (1).
o Pendant ce temps, Arabes et Turcs se pr6pariel m
combat (9).
( On les poste surtout pros du fort Ikhnis ou 1.lla i io
de l'Oued-Khenis (3).
( Le samedi, les pr6paratifs 6tant terminus, les troupes
commenc6ront Ic d6barquement, prot6g6es par les batte-
ries de la flotte (4).
o Elles se dispers6rent surtout du c6t6 de l'Harrach,
et elles poursuivirent les Arabes dans la champagne et
dans les jardins (5).
L Le dimanche, 10 tammouz, une grandolutte a lieu (6).
La victoire est ind6cise. De part et d'autre, on peut se
'atllribucr. \lais la colbre c6leste 6clate contre les chr6-
tiens; un orange effrayant les force A r6trograder (7,.
L Le lendemain, la flotte disparait. Ce qui eil hii.:n
certain, c'est qu'on ne comprend rien A ce deparl I'.'.i-
pit6. On I'attribue A la volontW du ciel, parce qu'cii ii: s:
rend pas compete comment, aprcs la lutte du 10 taolmaiin.'
(dimanchle, 9 juillet), que l'orage seul avait ternuiieL .
1'cnnemi ait pu se resoudre A abandonner ses pro.l.It..
Rien de d6cisif cependant n'avait eu lieu; c'est ic- Ilqu
constatent plusieurs Id nos po6sics. N6anmoins uii: i1,

(1) Recueil de priires ponr la communiiautl ailg'ricnme, no XXII. hi 1I
(2) Ibid., sir. 13.
(3) Ibid., sir. 14.
(4) Ibid., sir. 15.
(5) Ibid., Il, 20; i,o XI, sir. I- S.
(6) N" XII, I.
(7; N" XXII 3, 2 6, 2i .









- *1


.. i i,_: [i' II dlit Ii l:-I I. cm'1,". I ijin..iiz, au m atin (lundi,
10 I illeli,. -i0i II I nI i ,'1,/ ndill,. ...I,\o res chr6 iens ; cola
I'..i il -'Ipp -.:':.' qlu.i la lull i- ,'., grande, tout en re-
gardant ce chiffre comnie fort exag-re. Car cc qu'il faut
reconnaitre, c'est que nos poetes exagercnt aussi le
chiffre des combatants, qu'ils portent A quarante mille
hommes (2). Ils valuent aussi le chiffle des naviros a
quatre cents et cela a deux ou trois reprises.
Enfin, un dernier detail est mcntionn6 dans la pi6ce
no VI, strophe 15 : ( les Turcs, dit le pole, couperent
les Ittes, les pieds ct les mains, les apporthrent an Bey
pour recevoir la recompense promise. Ce prince avail
sans doute fix6 une some pour chaque infidele qu'on
aurait tu6. C'est peut-ktre A co faiL qu'il faut rattacher
le passage d'El-Anteri relatif aux Juifs. Les Arales ne
voulant pas souiller leurs mains au contact des cadavres
chrtliens, forcdrent probablement les Juifs A muliler ces
m6mes cadavres pour pouvoir monlrer A leur prince leir
vaillance et, en meme temps, recevoir les recompenses
fixes.
VoilA les seuls details interessants donn6s dans les
616gies el les cantiques qu'on recite l'occasion de I'an-
niversaire de la defaite des Espagnols en 1775.

111

Cette 6poque (milieu du XVIIIe siecle), me donne aussi
1'occasion de vous parler d'un autre faith concernant lcs


(I) No Nil, sir. 5.
(2) No XX1, sir. 13.









10u -
Juifs de notre province. Celte fuis, c'esl un Arabe qui
les persecute; c'est aussi peu rare que les p.-les i .,.,t.,,
espagnoles. Je veux parlor des Juifs de Tug:g'I I, ,I -1.
leur conversion forcee fi la religion musulinaii. I I .
Les Juifs. autrefois, 6taient fort nombreux ,' I,.-.-*ii,
ils 6taient venus surtout du MIzab et de ]a Tiimjl- I1I
avaient quelques rabbins assez distingu6s au milieu du
XVe silcle ei au commencement du XVle, tlmoin les
lettres casuistiqucs qui leur sont adress6es par Salomon,
filb de C6mach Duran, et par son fils C6mach (O). lls
etaient en assez fr6quente relation avec les Juifs des pays
environnanls. Aussi leur conversion fit dans le pays assez
de bruil, et donna tous ceux qui les comnaissaient.
Aujourd'hui, qu'un siecle a pass sur cet &vnerneni,
la legende a apport[ son contingent dans celto allaire;
il y a deux versions actuellencent sur la manire don't
celte conversion a 6et impose aux Juifs de Tuggurt.
La premiere, la plus romanesque et la moins vraisem-
blable, 1'attribue Ai l'amour d'un membre de la famille
Ben-Djellab pour une jeune fille juive. Les Ben-Djellab
6taient les princes du pays, et, depuis longtemps, ind6-
pendants en quelque sorte, par suite de la situation mime
de ce pays. Ils possdaient cornme fiefs Tuggurt, Souf et
quelques localitds environnantcs.
Ce Ben-Djellab tomba amoureux d'une jeune ille juive.


(1) Certaius de ces d(1lails im'ont ht6 coilimnl es ipair une n"l, I, .i vnuO'
a\ez cu I'obligeance de me coiillulnicquer au nom11 d(I M. T(o..l.i, li' Ii-
pirte de Liskra. Les antres (o t Cid reciieillis dle In lIouche de ..1 I. i ..!-
jerin panr quelqies israilites indigenices qui out visilt TuggUr-
(2) V. Taschbez. IV Par. Ilga, I, 19, 2A, 33; Jachin on I. I '.I.
Rga, 81.









-- II -
1 1 ..illl I li i; l.ls l. |l | l |11 I' l III *l l l i r: i |r | I ll II.; .
I ll.11- :'1 I i Illi ol. ii I' I l > i.ll i l l ll, -l l ,.i 1I :1 r :I I '- I,.*i IIII-
-uI l .11iI .I II .1 i ;ll l lt, ll 1 >l.i ":i 11 li ll l ll : ,' iI
eaws: stars I Let 111if 1i Iii' lilliux m urs i 1et rlsu 11I0 td otpsl .
l.ti sliln e ,i s oc'o n ld .io iIi. :dl l ern i sic -, B n .li o lla :
1 .11 i 1. 11; i l'l>. I I. ilu ;. ii i \ i I I oIn. I 11 1 II n il l Al .i
I~lli l. I ll l '- I l .' l 1 l 'I i l.f ll f I 'Iq I J.i i I I I .I
1, 1i a .. 1 II: 1o 11:, l,| ]11 I r Il l i .l lll Io l .I l 1 111: l 111 .i |1 ; -

,_, il :ll I.ill*- ,.' I I,.IInc r I i, c I vl ll, ,P cia a.ul. nr:ll-
I |.lll ,] li. i l : ll d>., r c e ll ; li. l p e n l .'III i, I I o'I'll i .1 1.i
,..* I I,..II_ II-,l, I II, l i lll,;.1 , ,1 ,' l ii |4 I I.,I,. l l ,.*i rI ,,, 1 1 l i ll,-
l11 lll' I l l l l l 1 Illl l l' l:lll I tll l ,-'i ,ll h. ',' l 11 nII l lln \-


,II 1. I i,. l II It-i ir I I I Iil l l. l Jll .o g 1.111llo r lo J ull
Irois jours on de quiller le pays.
L'autre version, ]Ilus vraisemblable, est aussi beaucoup
1'l,. i,:,r,.,i mll. nux Iaceurs dl pays el surloul u tleinmps.
Dans la secondle moilie (Ilu dernier si]cle, Ben-Djellab,
-.i:1,,l'pere de cclui qui 6lail i Tuigg'urt lorsque les
FI.;li,:.ii.'n t i ',_i. t en Afrique, 6luit prince de Tuggirl ,
dul Siul e' ,Iln I I i)s d'alenlour. Chaque annie on c616brait
n cei nitln\ ui lll |ipar une fite publique. Les Juifs, tout enl
ii'.,i. nn [i;i I i.p :'t se feliciter do leur position, 1y prc-
ii,_ l ,II .i. ,v.li. l.rl it[l iine part asscz active, el clhaquic annce
il- I'iisf in l :i i iince de riches presents. C'Btaient sur-
I. l 1,; Ill .,,.i\: car] les Juifs de Tuggurt alora, comineii
;il ii .i lbutl n.ii::llore prosque tous ceux de la Kabylie et
I ,: 1,I.n1ii1. ,l,ir'ii bijoutiCrs. Or une ann6e (il y a envi-
ron cent ans), ils fabriqurecnt un regime de dates don't les
irain.li,.s ;.iiiniii en argent et les fruits cn or. Le ven-
.Iri,'li, l:ii:.lu .: .li prince sortit do sa mosque, ils lui pr6-










SPntli r', i I ie:. ili n111111 il I ir ii .l\. ul-,i,
cliarm .., ,*iiiri.\:i ll I ,' I l l 1; '-ll, i, .iliil .j,. I,.rII. I- --
ui o lig n ,-i ,. -., liil :l i I '.l l l i ll' l I l : il i ,:.i | _.i -,




il'inipii m' ii i i i -i' ,l i i ii.. l l .. -i iq Ii l ll ,' i I', rI. :l 1-I
'e .u eS :I\,i i,'| l,I, i'.i i,,. l l-:-I I.II. II I'(ll J ',l i ": 'i Ill LI
pIl'ince : '. 'illi ill Il l \ l I, I l I l li I. II ll In .i-
n i hre l r.ii. i nil :iI ll ..iII ... -. il ii: I, l I i l la |j ".ri n" dr ae
co velti l I'll.III i l' II- |I ', I.'\I.11 1i i I|I:' \ rii'
cr'Oyanl;. !..i I 'li\l i l' lii ;i | iill Io.
m on di rld [:.-t,1 1 I..l l d I' l :, l, .pin, l 1 \, i il.I 1. I .. .i -
lm uniqhl i r ;I u\ .h l il ;l 1, .1 Itll ,I p.1 i.1*l lr' : .1'\,
so' ka ,lc ..ii, n'IU ii'it ,t l I I I 1 i lta iM ll. -I ':ll' i. -
lion (. pi 1, ii,~ 11 I .i.- lll l I l ll h r, :r I ,I,,t I .. l~,ll l l.i.I
les en i m- i ,np.'! ei,. .\ d 1-, r |I ,p ,r I ,l I'.,n-i tl.,I,
le 11oUl :,,l; l.iii .l II r: tl I li ,11 i i. t I, -l I, il el: 'ill, il.
p aro le .j:,lp i l.ll (, I 1 1 lll .' lli -l II I 'II .:E l lll, rtli. il
sa flra .i:Iiir, il ,I l ru ,ii ill I .Il l. III I ll-I- .III rll,
rep o ns ,.:, l l ,, ] r ,, n"' "l ,,,l,1 ,:r ,, 'li |il,:,p ,:,- i ',], n 1 '. '
ooCI l U I II:I, I :. Id,1-1i11 II llI l I 'U ,IIInII il.e I .i lI w il, II, r
avec i l l, I .I I r u .-i pi.,i,:, ii ,., i l k iI I. Ih.l i
n lan n ,iii I-. I rlir. t --. Ii .l l Ii: i li II ,,
ful la Ii ,-,,ni v,:. ,lli'll ri.,,l I, le lri oahia. i. LJine ,ilp lm ,ni.
de Judei ', ll -, i-l ;I i, ,I- ,'l I'lirO ra,,ul,' ,c, ii ,.' ""


0 en-n li ll. i l.. i i 11 I 1 1 -ii I ll i I:\-
l en Sii ii. i ii .11 A11t o .l 1111 ,I II lh lt .Ill I il II i,
c' lait I II," i, ,r .All t,
h B en d ll 1.' I ti ,'r ', t, Ot ..I ,1II,,i I, II--
tIf 1'a tl' ill.IiI -_-: d I' III1 :II n s i 1 IV 1 1 1i .I I .u l








I.: -
- .l,11Pi .1 1l ril-, r I L l I'll 1 .1 I iIII,- il i .1 l II leur ordonna
I,1: t 1.1[," do u- idi0 i Lr, l S iir1,-l-,iUIlr,. hieures, devenir
Illii lilllii ,I il iillic ler p I,,r .i i ,'[pOir de retol r.
I .i. lli.' fu I.'l i il.I:'l III On *Is luil-. I;.,n nom bre d'en-
tre eux, esp6rant trouver dans la fuite un abri centre
cctte persecution, s'6loignerent dans la nuit de Tuggurt
ct voulurent gagner les villes voisines, lzab, Tmassin,
liou-SaAda on la Tunisie. Mais Ben-Djellah envoya a leur
",,,,nl'. :, et presque tous les fuyards furent repris et
decapilCs. Cependant la majeure parties des Juifs, pr6-
voyant ce qui arriverait et ne trouvant aucune autre issue
A leur situation que la conversion, au moins apparent, se
sounirent a l'ordre du prince et embrass6rent, exterieu-
rement du moins, la religion musulmane.
Aujourd'hui encore Ie nom, que les descendants de
cos convertis portent, rappelle les fails de cette second
version. On les appelle Mehadjerin, les bien recompens6s.
Au d6but de leur conversion, ils esp'raient pouvoir, an
bout d'un certain temps, quitter le pays ct revenir A la
religion juive. Comme les Anussim. d'Espagne (nouveaux
chr6tiens, Juifs convertis par l'inquisition), ils profess6rent
ext6rieurement la religion musulmane; dans I'inl(rieur de
leurs demeures, its continuaient toujours 1'exercice du
culte Juif. Quelques-uns d'entre eux ayant quitter Tuggurt
et s'dtant rendus dans d'autres villes de 1'Afrique oil ils
vecurcnt parmi les Juifs, furent poursuivis par les ddnon-
ciations de Ben-Djellab el executes comme r6nugats de la
foi musulmane. Ces tentatives intimiderent los autres qui,
pour 6clapper a un pareil sort, se montr6rent de z616s et
meme de fanatiques musulmans. Tons firent le pelerinage
S de la Mecque. Cependant les Melhadjerin restirent toujours








1/1 -
clans leur ancient quarter et ne fireni aucune :.llin:mn I.- 1
famille avec les aulres musulmans; c'cst ce qiii :i 111:11-
lenu leur nom, leur type et leurs habiludes inl:.i eii.
Car 'on dit qu'aujourd'hui encore ils ftrent Ie .,iiia:- i i:i
sabbal des Juifs, mais en secret.
Comme pour les Nouveaux Chrdtiens, il fani .n lriliii,:'r
A ce fait d'isolement dcux motifs; I'un, c'(..I i ':i\-
mnmes d4siraient rester isolds et sans alliance ai::.l,.
autres musulmans, surtout dans les premier: Inmli:
l'autre, c'est le peu d'estime que les musulmans pro-
fessent pour les convertis.
Ccpendaut, aujourd'hui, ils sont les principaux haili-
lants du pays et surtout les plus riches; ils possldent
presque toutes los maisons ct tous les jardins de cctte
oasis; le commerce esl presque exclusivement dans leurs
mains.
Les Mehadjerin ont souvent hrilt de quelque parent
Juif demeurant soil A Bou-Saida, soilt Tmassin, soil A
Mzah. lais los juifs n'ont jamais 6td adlmis A faire valoir
leurs droits sur I'hbritage de quelque parent !chadjerin
dcBdb. La legislation musulmane s'y opposait.
D'un autre c616, les Mehadjerin ont tonjours erflns de
reveler I'cndroit oh leurs ancitres avaient enfoui cls rou-
leaux de la loi et autres livres juifs an moment de leur
conversion. A plusieurs reprises, des Juifs les soilicit6-
rent A fire cetlte rvBlation, mais toujours ils s'y refu-
sirenl. L'un d'entre eux vint a Biskra, il v a quclques
annoes, cliez un Juif qui dlait son ami intime, pour so
faire soigner d'une maladic grave. Son ami cut beau le
supplier, lo conjurer de lui indiquer l'endroit oh se tii.i-
icnt enterr6s cos lives; il no voulut pas y consentilr :1








I -
iiIIIIn ll-ii; i ,- I1,.i l ,.'n ,I r ~l israelile sans avoir rico
i n11 .' i 1,.' sii,'l.
I.lin |i-Ui ;il i.ii: ri'li s , r5 ij t Ii.'. ,i ;, une crainte
continuelle et fond6e. Leur origin juive n'est pas encore
oubli6e ; I.iii de li, loutl concouru i donner A ces fails
Cl caractdre d'une legend et. h rappeler ce souvenir aux
Arahes du pays. Une revelation quelconque sur les an-
ciens lives juifs qu'on a enfonis, pourrait amener pour
eux de grands malheurs, auxquels ils veulent sans doute
,.i .,- li lir..!. Leurs apprehensions sont mime si grades,
.li'ils n'ont jamais discuti religion avec des Juifs; son-
vent des conversations ont 616 entamdes sur cc sujet el
loujonrs ils ont interrompu les Jnifs en les priani de
parler d'autre chose.
Quelques fails concernant ces converlis de Tuggurt se
trouvent dans un journal anglais. Its onl elt communi-
quis par un missionnaire protestant, qui (lit avoir IrouvC
chez eux le d6sir d'dmigrer el de revenir I la religion
de letrs ancilres. Ce faith me parail asscz donteux; car
lenr inldrit et lenr s6cnrit sont tout-A-fait contraires A
cette assertion du missionnaire anglais. Cependant ils ont
pu s'enhardir i parler A cceur ouvert A un EuropBen; cc
qu'il n'ont jamais osi falire avoc un Juif indigine.
Une pareille pcrsdcution eut lieu dans la tribu des
Zemoul, ct bon nombre de Juifs qui I'habitaicni furent
forces de se convertir pour embrasser I'islainisme ; quant
A ceux qui reslirent fiddles au culle de leurs percs, ils
durent quitter le pays. Les motifs et l'dpoquc de celte
persecution me sont encore inconnus.
Un auteur Arabe parole cepondant d'un cimeti6re juif
existent i cl61 du cirnelire arabo sur le cerritoire des









16 -
Kouali, du c6t1 de l'Oued-Feskia (1). Cela prouvcrait que
les Juifs habitaient cette tribu depuis de nombreuses
ainnies.
Celte lettre est deja bien longue et je ne d6-iri: pa:i
abuser de l'espace que la Soci6lt veut bien m'a cird.:.r
dans le Recueil de cette ann6e. Sans cela, je vous aurais
encore parl6 des expeditions espagnoles de 4516 et
de 1542. I1 y a, dans quelqucs po6sics juives, certain
details sur ces ev\nements qui peuvent intCresser I'his-
loire de 1'Algdrie. D'ailleurs, jo me propose de fire sous
peu uine monographie des Juifs du nord de 1'Afrique,
pour laquelle jo demanderai l'hospitalitl dans le prochain
Recueil de notre SocietI.

Agr6ez, eic.
AB. CAHIEN,
Grand Rabbin de la province te Conslantihe.


(1) .J dols cetto eommunlaicntion i noire savant collnbgue M. Vay'ssel c,
ltc'rpr'le judiciiri e i Coustaln lilt.













INSCRIPTIONS INIEDITES


RECUEIILIES


A CONSTANTINE ET DANS LA PROVINCE

I'I.N\NT L'ANNIE 1865-1866






INTRODUCTION








Fiddle h la mission qu'ellc s'est impose dUs son ori-
gine. la Socidtl Archologique de la province de Constau-
I',"e cnriinne A RECUEILLIR, A CONSERVER et a DECRIRE,
arvec une lovable persvairance, tons les monuments lapi-
dalirc.s 'i Ages passes que le hasard on de laboricuses re-
i.h r'.h-s. lui font d6colvrir. Ses investigations, qui ne se
)on'i I'." ralenlies un instant jusqu'h cc jour, ne se
bornent pas seulement an terriloire de Constantine; elles
s'opdrent, grAce A I'appui genereux que lui prilent la
municipality ct I'auloril6 supdrieure, sur tonte la surface
4








18 -.
do I'ancienne Numidie, qui ful le tlihitre de rant d',vkne-
menis m6morables, avant et pendant l'Npoque de la donii-
nation romaine. Chl.ii.ni de ses memibres, anime d'un
zele ardent pour tout cc qui a rapport aux ini,-rIls, '
la gloire el A la vitality de la SocidtW, apporte anwniilk-
mcnl A l'ceuvre commune le produit de ses travaux i.n ma-
ti6re d'histoire, de g6ographie et d'arch6ologie. Quelques
uns de scs honorables correspondents, don't le nombre
n'est que trop restraint, participant A ces labeurs avec une
noble 6mulation, en cnvoyant r6gulibrement chaque
;nnie le r6sultat des decouvertes 6pigraphiques qui sont
faites dans la circonscription des centres oh ils resident.
Tous ces documents, r6unis a ceux qui proviennent des
fouilles ex6cutces au chef-lieu et dans ses environs,
ont permits de liver A la publicitM, depuis la creation de
la SociCtl, une dizaine de volumes extrimement intlres-
sants, qui renfcrment ensemble une s6rie de plus de
dcux mille inscriptions latines ct un nombre assez con-
sid6rable d'autres appartenant aux diff6rents idi6mes des
peuples autochthones. Mais qui dira le nombre de tous
les autres monuments epigraphiques que d'illustres et
savants explorateurs ont recueillis sur le sol entier de
1'Alg6rie depuis qu'elle est en notre possession? On peut,
sans trop d'cxag6ration, en Blcver le nombre A huit ou
neuf mille, car le grand ouvrage, 1'Exploration scienti-
fique de l'Algdrie, de M. le commandant de La Marre,
publiU par M. L. Renier, sous les auspices du Gouver-
nenient, on compete a lui seul pros de cinq mille. C.:ill
abondante moisson d'6pigraphes, qui ont enricbi le dot
maine de la science d'une multitude de fails historiques
don't I'6cho loinlain ne nous 6tait pas parvenu, a 6L6








19 -
ramass6e en grande parties i la surface (de la terre, dans
I'enceinle des cit6s d6truites et de leurs vieilles n6cro-
poles.
Les anciennes provinces du gigantesque empire remain,
sauf, peut-itrc, quelqnes loinlaines contrees de l'Asie qui
devinient, assez tard, la proie de maints conquerants
barbares, n'ont plus A transmeltre aux siecles futurs que
dh raits vestiges du pass ; car la march incessante de
la civilisation A travers les ages, lcs progres croissants
de I'agriculture et de 1'industrie, ont d6 fire sortir du
sein de la terre la plus grande parties des richesses ar-
cliologiques que te temps ct la main des hommnes y
avaient depos6es.
II n'en est pas ainsi des regions septentrionales do
I'Afrique, notamnment de la Numidie, oh le sol est jonch6
de routes parts de ruines imposantes, t6moignages 6vi-
dents d'un glorieux pass, et qui sont restles vierges de
touted profanation pendant la duire entire de I'occupa-
tion musulmane. En effet, on connait 1'apathie naturelle
des indigenes et les prejuges hIireditaires don't its sent
iibus au sujet des antiquites monumentales, qu'ils croient
hantees par des g6nies malfaisants. 11 y a done lieu de
,uppiose qu'ils n'ont jamais song a fouiller ces dd-
combres ontass6s pour y cheicher des documents relatifs
A leur splendeur 6vanouie. Les edifices que nous vuyons
encore deboul, au milieu dos ruines, attestent suffisai-
ment quo le temps, dans sa iarche tranquille, a loroedd6
seul A lour lente et fatdle decomposition.
Malgr6 cette prodigieuse quantil6 d'inscriplioiis dedi,
catoires et sepulcrales que les recentes dccouvertes Inou
out Lurnies, le sol do 1'Algdric est loin l'(6tre coniplte-








- N -


mieni piuise, Nuns avons encore A exploiter te riches et
pr6cieux filons dans une foule de centres secondaires
inexpIords et dans les antiques substructions des pi.':lnue.
villes, telles que Lamb6se, Tebessa, Mila, Collo .:- plant
d'autres, qui hrill6rent jadis d'un vif 6clat et don't il i.
rest plus que les squelctles inrorpes, couches dans la
poussibre des siecles.
C'est avec ces lanbeaux incohirents, souvent mulil6s
ou incomplets, que la pioche arrachera un jour des en-
trailles de ces vieilles cit6s, que I on parviendra A con-
naitre quelques particularit6s de leur existence ant6rieure
et le secret inviol5 de leur decadence et de leur des-
truction.
Recucillons done avec un religicux empressement
routes les reliques s6culaires qui s'offriront A nos regards.
Ne d6daignons pas d(e ramasser I'lhumble st6le de I'es-
clave ou du prolktaire ; 'une et I'autre peuvent quelque-
fois fournir des indications tout aussi utiles que la
pompeuse Cpitaphe d'un haut fonctionnaire de 1'Elat. Les
grands travaux d'utilit6 publique qui, depuis quelque
telmps, s'ex6cutent dans la colonie avec une vigourense
activity, el qui se conlinueront encore pendant plusieurs
ann6es, amineront, nous en avons I'espoir, de nouvelles
l6couvertes d'aitiqucs et d'6pigraphes (qui viendront gros-
sir la riche collcclion rtqe nous poss6dons.












INSCRIPTIONS





Avant d'ouvrir la serie des d6couverles Cpigraphiques
qui ont Cte faites A Conslantine et dans les environs de-
puis la publication de notre dernier Recueil, qui a pari
en aoit 1865, je dois, dlans l'inttret de la science, fire
le rappel de ldeux inscriptions trss-importantes, insrd6es
sous les n-0a 89 cl 109, que le tImps et des circonstances
ind6pendantes de ma volonil ne m'avaient pas permits
d'tludier ninulicusenient come elles mdrilent de I'etre.
La premiere de ces inscriptions est cell qui nous a ele
commninnique par M. Bouland, lieutenant atlach an bu-
reau arabe de Biskra, qui I'avait copi6e A la hale, sons
tite temperature ardenle, avant ie se rendre A B6ne onh
il avaitl te rcemnment appele. Cette copie laissait tel-
lhmenI a d(6sirer, sons le rapport de la sym6nrie et ile
l'exactitude, qu'il m'avait t16 impossible, malgr6 un tra-
vail opiniatre, d'en d6tacher la moindtoe parcelle du sons-
gen6ral. Une nouvelle transcription, beaucoup plus heu-.
reuse, sans toute'ois 6tre exepte die quelques imper-
f.-t lii.n, avant Bli faite dans le courant d'octohre par
M1. Boissonnel, sous-intendant militaire A Batna, qui a
bien voulu la conmuniquner, m'a fourni les l66ments ne-
cessaires pour ritablir exactement Ic lexle de I'original,
qui semble avoir 6tr gravement alt6ir par I'intenmprie
ct le poids accablant des sitcles.


- 21 -








2-2 -
Jc la reprodnis lextucllemenl ici, saul uine insignifianle
rectification que j'ai cru devoir fire (1).

No 1.

IMPCAES... AVG ;i ~
'OMMOPDANTONI
NOPIOFELICE AVG.ER
SARMBRITNNC1 P.P.
FRIB. . EXIII COS V
BVRGVM COMMODI
ANVM B F E G,,% LATO
RIVMINTER DVAS'VI
ASADSALVE, COME
ANTIVM NOVATVTE".&
/ ACINSTITVIICVSSEIE
*,i "'-' VSGORDIAL 0 R D .
.* VSLEGAVG PRRR1en
5^ sA. --A.'AGEN" LN


Av.in d'cssayer la restitution ct la traduction de cette
Ir6s-inlierssante 6pigiaphe, il cst n6cessaire d donfnce
quelqucs explicalions relatives a son style ct aux mono-
grammes don't elle est compose. Je me guiderai dans
cette tache d'apr6s les deux copies que j'ai soigni.i,.-iniilnt
conserves et que j'ai pr6senlement sous les ,.II\.
1re line, je remplacerai AVG par AVI, atlen.li 1i."' I.'
titre d'auguste est exprimC plus bas. 2Se line, I,.- i. .P.e
lettre, doil 6tre un D, el le segment qui le suit un I; :N I T

(1) C'est encore f Ml. Cosla qtie nous sommeis.redcvables il. ,.11. i ,-
cription, qui lui a 't6 coinnniqui e par M. I'trbs, iigocian. I [.i..i,,, -
Itirc i Dalna.










sont II.- diis .\NT'. i- ligne, les deux N de Britannico
Iormiii.nI de-u\ sigl:. equivalents A AN et NI. 7l" ligne,
le gvi.ul..": FIlC., quIe 11. Bouland a reprisentC par SITO,
doit Mtre rvi.l.i, avec la leitre qui manque, par les deux
I',..iiir.es sllabes du mot SPECV-latorium don't les ca-
rI .l1res oi11 la meme physionomie. 8me ligne, le T et l'E
i.i.nl juiii.lI~s dans les mots INTER et SALVTE de la ligne.
suiv.iile; il en est de meme du M et de 1'E qui terminent
la lig.in. 10me line, le T et '1 do anti sont lids. La fin
di. l line et le commencement de la suivante laissent
un vide do deux lettres ; je propose de combler ces la-
cunes par le mot PONI qi'appelle rigoureuserrentl la con-
jonction suivanle. La 1nme line se termine 6videnimeiit
par le verbe IVSSIT ; mais il reste un E el, dans la copic
de M. Bouland, un V renvers6. Pour des raisons quo jo
vais dCduire lout 'i I'heure, j'en ferai un M, a moins tou-
tefois quo ce ne soit qu'une braillure de la pierre. Lo
commencement et la fin de la I'meligne laissent un video
de 4 on 5 lettres qui ont disparu par I'usure. En jumel-
lant celles qui se prdient le plus aux ligatures, nous
pourrons combler le premier par ANTONI et le second
par NVS.M.FI. La I.Ime ligne est horriblement muiilte
aux deux extremits; mais le peu qui resale du text nous
sunit pour y lire les mots CVRAM AGENTE, a la suite
dl':ilqu:ls dj luail si tIrouver le nom du personnage pr6-
po6 i la t u r i illl:.,i..* de la construction. Or, on sail que
la lni.ijura I',irtiie dlIe travaux d'utilit6 publique, do mei ne
q I, '.-.- u\t |lii .IL.iiit rapport i la strati gie, aux fortili-
enaltii. i, ail -,, ni'-r.dement ex6cutle sous la direction
d'inii cuinaiiiiianlnl (prefcclus) ec plus souvent encore d'ui
centurion 16gionnaire. Cce oflicier no devail appartlnir








4 -
qu'A la 3e 1gion, canlonn6e A Lambdse, qui ii'. st 'I"';
une fiblle distance dn point qui nous occupe. L. lij.-i'Il-
Selloum est silue entire El-Kanlara et El-Outai i. smi la
route de Biskra.
Je demand bien pardon an lecteur pour c .:- i-l.'ll;
fastidieux, qu'un bon eslampage on 1'6tude dire':I.' mn'au-
raicntl Cpargns ; mais l'amour de la science et de la v6rile
me prescrit imperieusenent de proceder ainsi. Ces recti-
fications obligees l.tnt adlmises, nous pourrons restituer
en ces lermes, avec un certain degrb d'6vidence, la fa-
neuse inscription du Djebel-Selloum :
Imperatore Caesare Marco Aurelio Commodo Antonino.
pio, felice, au#usto, Germanico, Strmatico, Britanuio,
palre pfltriae, tribunicia, polestate, tredecimum, consule.
quintum.; burgum commodianum speculatorium inter
dwlns vias ad salute comrnmentium, nova lute (la, poni)
ac inslitui jussit, Marcus Antonius Gordianus, Marcelli
filius, lejatus augusti, proprietor, curam agente.......
..... centurione legions lertiac, Augustae Antoninianae.
Comme on le voit, la seule inconine de cc document
,st le nom du centurion qu'il n'est pas possible de
deviner.
En voici la traduction :
Sous le rigne de I'Empereur et C4sar Marc-Aii:'.l
Commod Antonin, pieux, heureux, anguste, vainqii'ir
des Allemands, des Sarmales ct des Bretons, piee d. I.i
patrie, invest de la puissance Iribuniciennc pour I:l
Ircizieme fois, consul cinq fois, Marc-Antoine Gordi..-,
fils de Marcellus, lioul'enIanL-imnpeial et I)ropreletur, a '.1-
donna I'etablisscmcnt el la consrunclion die la Redotl
culnnlodlinciue, servant (1'o0lservatoire entrc les dieii\










rlill -, p.,lllr v\.iller |lilus lli..,i:i,:i. I nt i la s6ciiril6 tdes
\ ; .'ru -l ..L; ti i. l ii i ,ll '111 :I .i : i" llli .e . . ... . .
Crl-iilli i.ll de li e i r.-i il .\u'AI tIit .\inonine.
L'in ii e I l-lil. ,l .*-', ,'l ,l,.'. bl. : Mlarc-Aurele, auquel
,...., I ;n ii ':, l:. d: dlet i .ii.-' ,!liir:lle ,, lnotre m on lum ei l,
,i::,n( ;.1i p,-K Ii illliil\Iniu'll Lu'.II' A.elius Aurelius Com-
iiin.lu;. I)lii,.l|Ilt,,i 11u1s il I,.tl li.illi I Marcus au lieu
,1,: Lu 1u s.1 ,*1. .,i ,.n- l 1 iiI.,ll il' s''i, [pire, i1 porta pen-
1,int ,i ld-,u lU, '- m..i i, l',\n1,.,rin. 11 reput du S6nal,
;i I in ', .i .1 In lit: i, .ll i Il ali '11i r .\llem hands, aoit 180,
la qi .lilIlicadif .,i Ii i ," *, l" ill'. ,:in I_,orl6e son pere et
'i., i i d .1ii IIll.ilrl 'l t,\lll.I'IIlUi r 'I ii U\), el, I'ann6e sui-
vante, on lui d6cerna un nouveau iitre, l'liisltire ne dit
pas pourquui, celui de Felix. Ces 6pilliles aldulatrices
el dtleisoires out 6i~ doniines a lous sos successeuirs, lors
tle leur el6vatiun A la dignild de C6sar ou d'Augiusc.
L'omission du litre d'Imperalor, qu'il avail oblenu en 486,
pour la Iiuitieme et derniere Iois, me parait inexplicable.
Quant A la puissance du tribunal, elle lui fut conf&r6e en
175, a I'issue de la sedition ti Cassius qui aspirait A
i'empirc. Or, son cintluiine cunsulat, oblenu en 186, et
la treizieme annee de sa puissance tribunicienne, coin-
til,:idt a .:': I',n 188 de noire ere, qui est la date precise
till iIl u linI ll.
.\A cI..liiin.'nement de colte ilnne ann6e, Commode
(c lii;ut I, l ..i.l d'aller visiler les provinces africaines.
1F.n ;Ciiiuse. lUI,' il exigea, pour snbvenir aux frais de
c': lung ,-.,\,.- de grades sommes d'argcii- qu'il se
S..ii: Ilii..n d i. rndre iiuand il eut cliang die rIsolulion.
l lil Ii i.: \l I-\ iou ir lu i da s les temples la h dale du
5 avril.








26 -
Mais la parlie la plus int6ressante do noire lpi-raple
c'est la mention d'un personnage consid&rablI.- lui jou.i,
un demi si6cle plus tard, sur la scene politiquI, un rii'il
brilliant, mais 6ph6m6re, of il ne trouva que Ie Il-se.puir
et la mort. II s'agit de I'empereur Gordien Itr, ilii, lI
nom, quoique mutil, ne laisse aucun doutie dJiiis nori,
esprit sur I'idenlit6 du personnage. On sait qiu'll .alIpir-
lenait uine des plus illustres families de Rome. Son p6re,
etius Marcellus, 6tait un descendant des Gracques, qui
avaient pour bisaieul maternel le grand Seipion, vain-
queur d'Annibal, et sa m6re, Ulpia Gordiana, 6lait tine
petite ni6ee de Trajan. A 1'6poque oh nous sommes, I.s,
il 6tait dans sa Irente et uniemc ann6e ; il n'est done
pas invraisemblable que sa fortune, sa naissance et ses
talents ne I'aient plac6, avant l'Age 16gal, dans la sphere
des hauts dignilaires de l'empire don't nous voyons les
litres relates sur notre monument. Peul-6tre dev;ii-il
cette Il6vation A son Antoniniade, qu'il avait dC r6dig-.r .'I
cette 6poque. Quoi qu'il en soit de ces conjectures, n.ii-
savons maintenant que l'Afrique ne liii elait point I r.Il-
gere, quand il y rut envoy en quality de procon-,ul.
I'an 230, a la suite de son second consulate.
Maintenant quel est le sens enigmatiquce d cette I:.-
pression : Burgtu spculatoriumn (1), que nous vol.'.ni
apparaitre pour la premiere fois dans 1'epigraplhii.
de la Numidie? La Nolice, que j'ai consulted, 11i.
m'a fourni aueun renseignement sur le dernier leiinmi
On ne le trouve guire associ6 qu'avec le mot navigiOi U:

(1) Burgus, qui signifle tour, est derive fli grec pyrgos, qui a la r.w-...'
significalion. Le hortlj des Arahes, Ic Inirg et le herg des Allemial I.;. I
notre bourg priinilif, explrinicnl uibsolum lcni la l inic chose.








'27 -
il d6signe un navire d'observation allant i la ,il,':,in:rle,
ou celui qui, A la I Ee d'une escadre, observait les mou-
-iin.nl~, tl Ic la 11.1llt ennemie, avant I'engagement di
comlia navat:. 1.iiant no mot Burgus, V6g6ce nous dit,
DI I- r mibiliii i, I', 11, que c'6tait un petit fort, Castellum
jirrvul.iin. compose d'une tour d'une forme tr6s-simple,
1", :.:.l 'de uclques meurtri6res pour en defendre 1'ap-
pri:.;li:. Or'se nous apprend, VII, 32, que ces sorles de
thdl l:nau-I.'rts, autour desquels venaient sc grouper, dans
les nmo'.inis; de trouble, les populations rurales du voi-
sinage, ltaient assez communs sur 1'dtendue des lignes
militaires. La garde en Ctait gen6ralement confine A des
indigenes appel6s Burgarii ou Custodes burgorum, don't
la condition 6tait aussi miserable que celle des serfs dii
moven Age; car, de m6me que ceux-ci, qui ne pouvaient
quitter la gl6be A laquelle ils 6laient attaches, les burga-
rii ne pouvaicnt alandonner volontairement leur pose
sans encourir les plus cruels chAtiments.
Le Burgus speculaiorius du Selloum? avait 6videmment
ed6 construil dans le triple but de protdger les voyageurs,
de tenir en respect les bands indisciplindes qui infes-
taient les plateaux de l'Aur6s, et de transmettre des si-
gnaux de d6tresse aux stations voisines. Mais il y avait
un terme special pour designer les postes d'observation
'ri'preiment dits. C'6tait le mot specula, tour au haut de
I ilpiat:le i- illaient des gardens pour survciller les environs.
C,- .unsIruc.Ii.iin, qui Alaient toujours places sur des
6minences, avaicnt beaucoup d'analogic avec cellos qui
garnissent encore aujourd'hui les cb6es italiennes sur la
MIditerrande. Les Burgi, de m6mnc clue les chcteaux-forts
des barons aux 6poqucs f6odales, furent le noyau do plu-










sieurs centres do population qui, par la sulit,.. 'l nl111inl
des cilds importantes.
Sur l'emplacement de celle antique reod:..u.:- 1i~V-
tristement, aujourd'lui, un vieux pose 141.'-'r,9phi-ii,
abandonn6, qui sert de refuge aux cliacals d.: I.a ,ir :riIr.
et d'observatoire aux aigles de la montagne. A proximity
de ce posle jaillit, avec abundance, une source d'eaux
thermales d'une faible temperature, environnee do nom-
breux vestiges de constructions qui atteslent manifeste-
nent qu'elles ont d e6tre exploit6es I l'6poque de" la
domination romaine.



Passons maintlenant a l'iude du second monument,
qui, lui aussi, pout avoir une grande importance dans
les annales administralives de la Numidie. Le temps ne
m'a pas permis d'en faire une analyse serieuse lort. do'
sa d6couverte, qui s'est faite dans la soiree du sanimdi 5
aoit 1865. Le lendemain, tous mes instants dtaiein ab-
sorbes dans les preparatifs de ma distribution des pri\.
et Ic mIndi suivant, un evEnement fatal el doulouren\ re-
nail s'abattre soudainement an sein de ma fanilli !
C'cst au milieu de poignanles amertumes, que j'ahli.va.
la derni6re feuillc du travail 6pigraphique que M. I.*
President avail bieni voulu me confier, j'en ai laiss mirnii'.-,
je crois, la dernire epreuve sans Etre corrigne, lI.r- I.'
mon dtpart pour Alger, qui eutI liei le 10. Jo scr.i l:Im.ri
aise de rectifier les erreurs typograpliques qui r se:,nlt
gliss6cs dans la restitution.








- 29-


No 2.

OVOD PRO BEATITVDINETEM
PORVM SPLENDIDAE COLONI
AE CONSTANTINAE FELICITAS
REQVIREBAT SALVIS DDDNNN
PIIS FELICIBVS VICTORIBVS AC
TRIVMFATORIBVSSEMP R
A V G G. FISTVLAM QVAE EX
ELEMENT CAELESTI TOTIVS
ANNI SVBSTANTIAMVITAE
ADQVAE VSVI POPVLI PROVI
SAAQVAECOPIASV MM.
NISTRATFORM'AVITCON
PLEVIT AQVAE DEDICAVIT
CAECINA DECIVS ALBINVS
IVNIOR V C CONSVLARIS o v
P'N'CONSTANTINAECV
RANTEECDICIO SACERDOTALE

La pierre sur laquelle est grave cetle inscription a
malheureusement 6te brisde par des magons peu arch6o-
logues, qui en ont fail entrer les debris come matd-
riaux dans la construction de la maison All6gri, oi elle a
6tc d6couverte. Mais je poss6dc licureusement deux
excellenis estampages que je dois A l'obligeance de
.MM Costa et Vicrey jeune, lesquels m'ont permis, par
I'.\;IIi.ii minutieux et rE6p&t (que j'en ai fait, de redres-
ser les fautes de ma premiere transcription. Jc vais d'a-
hord dinner quelques details sur la forme on la physio-
nomie des lettres, qIii pourront peut-eIre aider i
d.iii tiiii-nr I'6poque a laquellc le monument appartient.








30 -
La premiere line, qui est en caracltres plis li-lil,
lque le resle du texte, est assez gravenient .ali..i .. \r i
la lin. Le soinmet des A, des A et des N est Ii-.inu, ei
la barre des A a la forme d'un chevron rene.' ., lcs L.
et les R ont la parties inferieure tr6i-d6velopplt. TTu.s li:
F, quelques L et quelques T sont caract6rise' |i,.r uiin.'
extension singulire A la parties supirieure. Les G ont la
pliysionomic d'un G mal ex6cute. Les P, sans le demi
nimle qui lescouronne, ressembleraient i dies L. Lacourbe
des S et des C est peu prononc6e. Ajoiilun- it ces obser-
vations que le style est maigre, sendr, allongD et presque
rudimenlaire, cc qui accuse kvidemment une 6poque de
decadence. Mailgr2, ces imperfections, I'ecriture est assez
lisible. A la fin de la 15e ligne, il y a une lacune di
deux lettres qui out disparu a la suite d'une assure r6-
cente; ces deux letlres devaient 6tre un S et un E ou un
F, car on distingue encore une 16gere trace de la pre-
miere, el la deuxi6me so r6vle par un trait horizon ial ,
la parties superieure : j'incline pour un F. La 2e el la I-;
letires du Genlilitium ALBINUS, reprisenit A toil pia
AFRINVS dans la premiere lecon, ont subi une .~iar-t
grave altlralion; mais en les examinant avec atteiiliuli,
on reconnait aisirnent les f'ormes d6ligurees d'un L .i-
d'un B. Quand au mot ECDICIO, que sa fIorme dei,.ii'g
m'avait fait decouper inconsidiiemuent en EG DICIO, les
lettres en sent serrees et mal failes, ainsi que cellt- Jd
not suivant. Voici la nouvelle restitution que je pli.:Op~:
et que je crois ktre base sur F'6vidence
Quod pro beatitudine temporum, splendidue toiluii,w
Constanlinae felicitas requirebat, salvis tribus dorini,
opslris pis, felicibus, victoribus a tlriumphaloribus, .se-,-








"-1 -

P.:i;. t1itl/ti', f it .i /. irt r-. clemento caclestis tolius
,1,,i1, ll,%l4tanl in 6 l1 il' 4 l ': (sic) usui ]rh'i,'t, provisae
,qe c,:i-,pit s iomunitihal : fIrnavit, conmplevit alquede-
, It/, Cat.i'xai li .i'a .Alliin. junior, vir clarissimus,
* on ,tri, ii' 'r :,/dis (1) 1 ii'i ,ciae Numidiae, Constan-
ti, ..utrtle 1EcL' i.i ha r eOI'Il.e.
l.a imentiiI.,in 1. Iroi A\ii. le-:es n'est pas une donnie
oullil "ilu puli t d.II i iiIIn :r, i,,',nl e IrII,1:,,iliii *i,:. i.n. l, la
dl ,i-' id' ,c ll- ini i[liun, car les donn6es de I'histoire
Il1n Is :.lpi,[.-nn,.nl I i'.'i parlir ile 313, 6poque probable de
l, .-.l' ililiulii ,iiii I ll i ,u no II r. iistanline A celui de Ciria,
juisliu':' la nimol dl'IIInoi inu, iriiv6e en '425, 'empire ro-
main a comptl, alstraclion faite des usurpateurs, neuf
Iriades de souverains qui ont port conjointement ce
litre. Tromp6 par la formula initial, Pro beatitudine tem-
porum, que l'on trouve inscrite A l'exergue de quelques
ni[,laill? de Conslantin II, j'en avais fail remonler l'ori-
,ire au regne simultanl des trois fits de Constantin-le-
Grand, .;7 A 340 ; mais nous possedons des documents
contemporains et meme relati's A ces princes. Mon pre-
mier soin, A mon retour d'Alger, fut d'aller en fire one
tlude comparative au Mus6e du Caravanserail, oh ils sont
Il!.'poi-i. 11 ne m'a pas WtA difficile de me convaincre,
.pr 'I ,uIleluc miiiinutes d'examen, que le style graphique
di- i,: n:. miini.ii- n'a aucune espEce de similitude avec
II nine, d,.,nl l I.:\te est tout parsem6 de faules orlho-

i1i L ,"\.I. ...~ *. l. '.;.il is, associee au litre consularis, signifir littCra-
I' ni'Ir s\ I..i si il\. **ii'.loy6e par ni6taphore pour six licteurs. On sait
.l '.- I di ,l.- ,i. ..,- -- i.'i ent preceder, quand ils sortaient, par vingt-
iii.ir, h, iil -'> .i.ns'uls en avaient donze et les hauts fonclionnaircs
,.1- I i.i ir imin ..s.,l.! n,, it ranges au-dessons d'elx, n'ell avaient fquti
i\ J. M1







32 -

graphiques. De plus, la second forimule, Salcii ,l.w,,i,,\
nostris, que nous lisons A la (in de la /4e ligni-, n'a I:-
mais, que je sache, figure sur les monuments I pid.ii,,
avant I'av6nement de la dynastie thlodosienn., qui ;
fourni, de 389 A 425, trois examples de triail.s inI.,".
riales. A laquelle de ces trinilts souveraines al;pp.rn.lntl-
il ? Le texte nous laisserail dans une complete incerlitude
a cet 6gard, si 1'6pith6te de junior, accol6e a la suite
des noms de notre consulaire, ne nous mettait sur la
trace de la v6ritA. Nous trouvons dans Orelli, n0 1129.
un Caecina Decius Albinus, qualifiB prefet de Rome, qui
fit driger A la place d'Honorius, Vice sacra judicans, un
monument votif A la gloire d'Arcadius, empereur d'O-
rient. L'inscription qui relate ce faith no porte aucune
dale; mais on est A pen prds certain quo le pr.-.1.111,;::.
en question occupait cllet haute magistrature dans l'une
des trois dernieres ann6es du Lbe siecle. Son fils, design
sons le simple nom de DIcius, avait succWd6, en 402,
a tn nomme Flavien, qui avait occupy la prefecture de
Rome pendant les ann6cs 400 et 401. Si ce dernier
D6cius n'est pas notre consulaire lui-mime, il doit assi-
r6ment en Wtre le frdre.
Aprbs l'expos6 de ces preuves, qui nous paraissent
concluantes, nous pouvons sans trop de lAmeritA circons-
crire notre pigraphe centre les ann6es 402 et 408, sous
les r6gnes conjoints d'Hlonorius, d'Arcade et de Theo-
dose II ; mais en relatant succinctement les principaux
6veuinemnts militaires qui se sont accomplish pendant
cetle periode, et en nons hasant sur les expressions
Victortbus ac triumphatoribus, relates dans la dedicace,
nous arriverons A la date precise que, par anticipation,








:{3 -
je placerai en 400. Pendant les huit premieres annees
du 5e si6cle, I'cmpire d'Orient, A part quelqnes incur-
sions des IIiis et des Isaures, faiblement r6prim6cs par
Arbazace, a joui d'un calme aussi parfait qu'on pouvait
le d6sirer dans ces temps difficiles. II n'en 6tail pas de
m6me en Occident; car, des la fin do 402, Alaric avec
uii':. pLii'.iintl arm6e de Goths, p6n6lrait en V6n6tio ct la
ravageait de fond en comble. Le 29 mars 403, Saul lui
livra, pres de Pollence, une sanglante halaille don't l'avan-
II;e rest aux Goths. L'ann6e suivante se passa sans
6vmnements remarquables; mais, en novembro 405,
Rhadagaise, chef d'une autre fraction des Goths, p6n6ira
en Italie avec trois cents mille hommes, scion Zozime, et
jeta la ditresse et 1'effroi dans toute la p6ninsule. Stili-
chon ramasse a la hAte trente 1gions, qu'il conduit lui-
mnnie centre le barbare qui ravageait la Toscane; il
I'atteint pr6s de Florence et, par une savanto ce habile
lactique, le bat compl6temen t e le fai mmme prison-
nier avec ses seigneurs et plus de 50,000 de ses soldats.
Cotton victoire inesp&r6e, qui sauvait Rome at 1'empire
d'une destruction inevitable, fit renaitre la confiance et
la joie que Ics d6sastres anl6ricurs semblaient avoir A
jamais an6anties. Le S6nat, dans I'enivrement du success,
fit dresser aux trois Augustes un arc de triomphe, sur-
mont6 de leurs statues, et dans un grand nombre de
vill,., on Brigea des monuments analogues, plus ou moins
pl.'lIlpei\, en commemoration de ce grand 6venement.
Mais cotte all6gresse devait avoir une bien court du-
r6e. Dis la fin de la meme ann6e, 31 d6cembre 400, les
Vandales, les Alains et les SuBves passent le Rhin ct font
une irruption dans la Gaule, qu'ils ravagent pendant dix
5









ans, pdnelrent en Espagne qu'ils soumetlcnt, puis, en
429, a I'appel dn comic Boniface, 1ranchissent le d6troit
el, comme un torrent imp6etuux, s'avancent, le glaive et
la torche t ia main, jusqu'aux confins de la Cyr6naique
qu'ils atteignent en 18 mois, et mettenl fin a la domina-
tion romaine dans la parties septentrionale de 1'Afrique,
en y fondant un ilablissement que B6lisaire devait ren-
verser un siicle plus lard.
L'ann6e 407, commence sous d'aussi tristes auspices,
est encore memorable par le soulivement de 1'Angleterre
en faveur du tyran Conslantin, par la revolte des Ba-
gaudes ct par une second invasion des Franks et des
Burgundes A l'est de la Gaule. C'est done A partir de
celle annce, on plultt do 408, que commence la lente
agonie de cette Rome puissante et souveraine qui avail,
pendant plusieurs sidcles, dict6 ses lois a l'univers et qui
devail, 70 ans plus tard, apres des luttes d6sesp6r6es,
exhlaler son dernier soupir sons les coups du barbare
Odoacre.
Apres cctte court digression, qui Atait ncessaire pour
appuyer mes conjectures, je rcvicndrai au personnage
de notre monument, don't le nom, Caecina Decius Albinus,
n'est pas stranger a I'6pigraphie de la Numidie. 11 ap-
parlienl, on ne peut en douter, a cctte puissante ct
illustre famille ties Ceiones, qui commence A se rendre cd-
lebre en 193, dans la personnel de Ceionius D6cimus
.Clodius Albinus (4), d'Adrum6te, que Septime S6vere (2),

(I) II est te premier de sa famille qui all port le surnom d'Albin. Son
:pere le lui ldoia, a sa naissance, parce qu'il avail le trint d'une ex-
ctrime blanchelur.
(2) IOa sait que Seplime Severe etait n 'a Leptis Magna, non loin d'A-
Inrunmlte, Olus-la Bysacne; ils etailnt done compatrioles.










par une adroit politique, associa A l'empire cn I'6levant
S la dignity de Cesar, et qu'il sacrifia ensuite lui et
presque tous les siens, en 196, quain il eut vainci et
andanti tous ses autres comp6titeurs.
Les empercurs Gordien, Gallicn, Cunstantin et peut-
Wtre anssi les deux Lucius Verus, sont issus de cette
illustre famille qui donna, en oulre, une foule de consuls,
de proconsuls, de prefels et (l'autres hauls fonction-
naires, jusquc bien apr6s la chute de 1'empire d'Occi-
dent, car un rejeton de celte noble souche, Caecina De-
cius Basilius, figure encore sur les fasles consulaires de
429. On sait que 22 ans plus tard, en 454, Justinien abolil
le consulate avec d'autres forms rdpublicaines surannDes
qui n'avaient plus que I'ombre de leur ancien prestige.
Nous avons A Constantine et dans la province plusieurs
monuments votifs, que la reconnaissance publique a dd-
dies A ceux de celle famille qui Qnt govern la Numidie.
Le plus ancien que nous connaissions est Ceionius Ila-
licus, qui porte le titre de consulaire et de patron de la
colonies de Constantine, et auquel le corps municipal de
la cit6 adressa des 6loges, en 361, pour les services
qu'il avail rendus a la province. Dans la mnme annee,
le Shnat de Mila lui dccrnait les memes honneurs, en
faisant hriger, sur le forum de Constantine, un monument
surmont6 de sa statue en airain, statuam aeream (voir
I'annuaire 1860-61, pages 136 et 137). Un autre, disi-
gn6 sous les noms de Publius Ceionius Caecina Albinus,
gouverneur de la Numidie vers 365, fit reslaurer les
galleries du Capitole de Thamugas et fit construire
A Stora des greniers d'abondance, horrea, oh I'on re-
cueillait, dans les bonnes annees, une grande quantity








36 -
do c6rBales pour 1tre distributes an people dans 1,:.
temps de disette.
L'archiprktre (1) Ecdice, qui a W6t charge de la iiir-
veillance des travaux et qui a faith la cons6cralion du i...-
nument, semblerait Wtre d'origine gauloise. En effet,
I'histoire a enregistr6 les actes de deux de ses homo-
nymes, presque ses contemporains, qui se sont rendus
diversement c6l6bres. Le premier 6tait un seigneur des
environs d'Arles, qui tua par une lache trahison son
ami et bienfaiteur Edobic, g6neral en chef des troupes
du tyran Constantin, qui s'6tait rcfugi6 chez lui a l'issue
inalheureuse de la bataille que lui livr6rent, en 411, les
g6nEraux d'Illonorius. Le second, gendre de I'empereur
Avitus et beau-frere de St-Sidoine, @veque de Clermont,
dtait un habile et illustre g6ndral, qui d6fendit coura-
geusement les Auvergnats contre les Goths et qui d6livra
(473) Gergovic, Icur capital, quo ceux-ci tenaient assi6-
g6e. L'empercur Nepos, don't il avait I'estime et la con-
fiance, I'lcova A la dignity de patrice ct lui dkcerna le
litre do g6neralissime de l'armhe des Gaules. Notre sa-
ccrdotal pourrait bien avoir qnelques liens de parents
avec ces porsonnages.
Nous terminerons ce long chapitre de dissertations
historiques par une observation qui ne s'6tait point pr6-
sentde a notre esprit dans le premier examen du texte
de l'inscription. Nous apprenons que le consulaire Albin,
gouverneur de la Numidie, en 406, fit amener les eaux
pluviales dans ces immense citernes qui avoisinent la
place des Galettes, a l'aide d'un conduit principal qui
(1) Le mot sacerdonllis, dignity& cl6ricalc de la creation de Tih6ojdose ler,
pent se rendre indillfremment p:ar prtitre provincial on ardlipr ire.- J. M.








37 -
i.l'ait 6tendrc sos ramifications dans los rues environ-
ii;i. tes, jnq'sl ':, I parlie sup6ricure do la ville. II est tres-
probable qu'on aura utilis6 de la mime maniere cot autre
:a I.nd r'-:.I:i 1 .il,:rn..' qui semble prondre naissancesous
"I'i..ise actuelle et qui va aboutir A la rue Abd-cl-Iladi,
en p.iaanl sous la prison civil et on s'inflichissant sous
les batiments do la Grande Mosquec. Alais alors, nous
demanderons A quel usage 6taicnt destinies les caux flu-
i;l,:, qui arrivaient on abondance A Constanline, et don't
l: plus grande parties so d6versait dans les vastes reservoirs
tie la Casbah ? Nouous us permeltrons d'6mcllre A cel
6gard une conjecture qui, t d6faut do prouves 6videnlcs
et palpables, qu'on aura sans doute un jour, pourra nous
donner quelques notions relatives t l'etat de la ville A
celle 6poque recul6e. On doit naturellement supposed
que les eaux venant des sources du Bou-Mcrzoug n'ar-
rivaient plus A Constantine, at que lc magnifique aque-
duc, don't nous admirons encore aujourd'hui les rests
au-dessus du confluent dt cello rivikre et du Roumel
(Ampsaga), sur lcquel il 6tait jelC, avail 6prouv6 Ie mime
sort quo la cit6 pendant les guerros civiles qui 6claldrent
on 308, A I'occasion do la rivalitL des tyrans Blaxence et
Alexandre de Pannonie. Les rcssources locales, los hostiles
et fr6'duenlcs incursions ties Maurcs et les troubles poli-
tiques qui se continucrent on Afrique, a des intervalles
, -ci. rapprloch6s, n'avaient sans doult pas permis de rI6-
difier la patic detlruile de cc gigantesque monument,
don't I'origiie remonLe probablement a F'an 1'23, dale du
a':.-iAG. Cirta de 1'empereur Iladrien.
Nous allons ouvrir ici la lisle des inscriptions fund-
raires provenant de Constanline et de sa banlicue. Disons








38 -
l'abord que la ville n'en a fourni que luii l u:. niii.;
tout le reste provient do trois gisemenIs pfiin:il.ai..
extra-muros, savoir : 40 les pentes du hudliii-Ali, qiui
recl6ent les d hbris d'une multitude de g6ni ,,liii. Il:
propri6t6 Lavotle, au second coude A gau.hle t1, I In i:ult,
de Philippeville, non loin de I'hypogee du i ,ileiair:
Prcecilius; 3o enfin, les chantiers du chemnin dI,:. I,.r 'J.- I,
porte d'El-Kanlara.
A l'exception d'un fort petit nombre, qui m'ont WLt
donnees ou signal6es par diff6rentes personnes, la Societe
Archeologique cst redevable A M. Costa de la communi-
cation de routes les autres, qu'il a copies lui-mmie avec
une exactitude, une precision digne d'6loges.
DouB d'une activity extraordinaire, cet infatigahle ex-
plorateur, auquel on pourrail appliquer A just litre l'6-
pith6te incrde de Necroscope, pour la facility avec
laquelle il reconnail l'emplacement des s6pultures an-
cicnnes, parcourt regulierement, chaquc jour, tous les
chantiers de constructions et de terrassements pour y
glaner les 6pigraphes et les divers objets d'art antique
qui ont echappe au vandalism des homes.
Non content de consacrer une parties de ses loisirs au
service de la Soci6et, il a entrepris A ses frais, au Kou-
dial, des fouilles consid&rables qui ont amen6 la decou-
verte d'une foule de tombeaux remains, quelques auges
cin6raires, don't plusieurs 6taient doublees inltrieu-
rement d'un sarcophagc on plomb, et vingt-quatre mo-
numents tunulaires, plus ou ioins avaribs. Los 6pitaplies
de ces monuments, qui sont des steles et quelques cippcs
d'une forme tres-simple, n'offrent d'autre intdreL que
l'extrmine longivit de certain individus.








39 -
Des tombes musulmanes de la premiere Cpoquc talient
superpos6es i ces vieilles s6pultures, qu'on reconnait
ais6ment par leur mode invariable de construction, et
don't la plupart 6laidnt resties exemplcs do toute vio-
lation.
Dans la parties comprise centre les piliers de l'ancien
aqueduct qui sont dans 1'axe de la pyramid Damr6mont
et la nouvelle rue St-Antoine, ct les deux autres qui
vicnnent immdiiatement aprds, on a mis A nu une an-
cienne substruction, de forme carree, autour de laquelle
se trouvaient mdl6s avec la (crre, une prodigieuse quan-
tit6 de cendres, de parcelles de carbon, d'os calcinbs,
d'6clats de verres tordus el conlourn6s, do tessons de
polerie, de morceaux do fer informs, quelques pieces
de monnaie tout oxyddcs et divers 61nments hi6trogenes
qui semblent tous avoir subi l'action dissolvante du feu.
J'ai tout lieu de croiir que cette construction, qui est en
maconnerie pleine d'un travail mediocre, 6tait ce qu'on
appelait, h l'poque de la cremation, I'uslrinum, c'est-a-
dire, l'endroil oft l'on brfilait les morts de la classes pl&
bdicnnc. M. Cordonnier, Icr adjoint au maire, m'a dit
avoir trouv6 quelque chose de semblable en faisant creu-
ser les foundations de la mason qu'il occupe au faubourg.
II y a touted probability que l'ustrinum (1) a change plu-
sieurs lois d'cmplaceient, pendant les quatre siscles qu'a
dure cette coutume, imitle des Grees et mise 'i la mode
par Sylla.
Dans une des auges, don't il a 6tC faith mention plus
haut, on a trouvd des ossemenis humains carbonis6s, re-
(1) Quand on corps 4tait inhume dans I'endroit oil il avait itl hbrfd Ie
lieu s'appelait buslum.








40 -
couverts en parlic d'une couche de fils et de paiilltlr-
d'or, resale du lissu pr6cieux oh ont do etre eiintc.lppi"'.,s
les cendres du d6funt. Un superbe peigne en i\',ii r lili-
catement ouvrag6, une petite boule en verre massif, dJ':nl
1'usage m'est inconnu, trois 6pingles A chcvcux en -as
sculpt, termin6es au sommet par des colombes, symbol
d'arour, quelques fragments de miroir en acier poli et,
enfin, une lampe s6pulcrale A sujet obscene, 6taient con-
fondus parmi ces ossements qui ont d6 appartenir, ces
objets en sont une preuve materielle, a une Lais en
vogue des siEcles passes.
Parmi les autres objets remarquables qui ont 6Et exhu-
mis dans ces fouilles, n'ous citerons :
Plusieurs vases A parfums de toute forme et de toute
grandeur, composes d'une substance argileuse extreme-
ment fine. Des fibules, des lacrymatoires et plusieurs
sortes de lagena en verre de diverse nuances. Trois vases
.trusques d'une pate aussi delicate que le stuc. Quelques
tasses en verre et en terre d'un travail exquis, avec des
dessins et des ornements en relief. Une palare, malheu-
reusement bris6e, en beau verre opaque qui resemble
A de l'albatre. Une petite boite en os, orn6e de sculptures
6gyptiennes. Un reliquaire ou ossuariu-m, renfermant
encore des fragments d'os humans, des bracelets en
bronze, des boucles d'oreilles en perles et en onyx,
maintes lampes funuraires en terre cuite, avec des des-
sins varids, repr6sentant des sujets de peche, de chasse,
de combat et difl6rentes scenes de la vie domestique,
enfin, une multitude do morceaux d'os et d'ivoire, tra-
vaillis avec art, qui semblent provenir do quelques pa-
rures fmminincs.








41 -
Alais au-dessus de ces raretis s6culaires, qui, certes,
ont une valeur incontestable, se trouve un verre antique,
poculum, d'une grande beauty qui m6rite une attention
toute pailticli-ie. Cet admirable et pr6cieux objet, qui
n'a p'-ui:'". rucune alteration, porte deux legendes
grecques (voir I'inscription no 28) graves sur la surface
ext6ricure, chacune en sens oppose, entire deux palmes
et qIu.-ilo couronnes, emblomes du martyre et du triom-
phe. 11 lail renferm6, avec de la terre et quelqucs
co.-liill.ges, concha, dans un vase de poterie commune,
que la pioche a bris6 ct qui avait quelque similitude avcc
le cantharus. Je hasarderai plus loin quelques conjec-
tures au sujet de ce verre, don't la forme s'approche de
cell d'un calice sans pied.

NOTA. Toutes les inscriptions qui prtsenteront
quclque diflicultd de lecture seront restitudes, dans la
measure de nos connaissances, avant d'en fair la tra-
duction.

Voici les inscriptions qui ont et6 recneillies dans les
fouilles pratiqu6es par Al. Costa pres de la pyramid
Damr6mont :
No 8.

SERGIVS
SOCRATES
SERGIAELI B.
PVDENTIANAE
.BERTVS
VALHCSE
Sergius Socrates, Sergiae liber, Pudentianac libertus,








42 -
vixit annis quinquaginta. Hic corpus suum ,.'tlri
(est).
Serge Socrate, fils de Sergia et affranchi de I'P.il,1n-
tiane, a v6cu cinquante ans. Son corps a 616 (nII1u'i,:
ici.
Sur une petite st6le assez grossiere, au somimil ar-
rondi et d'un style tout A fail rudimentaire. La lecture
de la derni6re moiti6 de la 4e ligne offre quelque diffi-
cullt, par la raison que lcs lettres ne sont form6es quc
de traits irr6guliers. Le mot libertus, auqucl il manque
les deux premieres lettres, semble avoir 6it intcrcale
apr6s coup.
La locution s6pulcrale IICSE qui termite l'6pitaphe,
ne figure pas, que je sache, sur aucune des tombes ro-
maines trouv6es jusqu'alors en AlgSrie. L'interpritation
que j'en donne est purement arbitraire.

No 4. No 5. (1)

GEMINIAA.F. SEIA L F
MATRONAVA LVCIA A V A
XXCLHSE C H S E

No 4. Geminia Auli filia, Matrona, vixit annis cen-
tuan et trigilta. lic sita csl.
Geminia Malrona, fille d'Aulus, a v6cu cent Irente ans.
Elle gil ici.
No 5. Seia, Lucii filia, Lucia, vivil annis centum.
Hic sita est.
Sdja, surnommBe Lucie, a v6cu cent ans. Elle git ici.

(1) Les points separatifs que nous figurons par des rosaces repr6-
sentent les cueurs et les feuiles de lierre qui sont graves sur la pierre.








43 -
Les epiL'phes de ces v6n6rables centenaires sont gra-
v6es, en tris-beaux caract6res, sur des styles arrondies,
avec oreill-niis lian ulaires. On remarquera le chiffre de
l'Age de la premiere et la maniere insolite don't il est
6crit.
No 6. No 7.

D M .....
TI.TINIVS C aEC...
ROGATVS BARC.
VA CI SVRISCA
HSE X CIII
No 6. Diis manibus. Tiberius Tinius Rogatus, vixit
annis centum et unum. Hic sits est.
Aux dieux mines. Tibere Tinius Rogatus, a v6cu cent
un ans. 11 git ici.
Style commun. II est probable que le nom tire son
origine de la Tinia, riviere de I'Ombrie et affluent du
Tibre, comme Tiberius le tire de ce fleuve.
No 7. Caecilia Barce Surisca, vixil annis nonaginta
tribus.
Cecilia Barc6, surnomm6e Surisca, a v6cu quatre-vingt-
treize ans.
Cette 6pitapbe est grave en tris-beaux caracleres, qui
semblent appartenir a la plus belle 6poquc des Antonins.
Quant aux nom et surnom de noire vicille d6funtc, ils
sont d'origine ph6niciennc. Barc6 6tait la nourrice de
Sichie, 6poux de Didon, qui fonda Carthage. Ces noms
indigenes associes A un prenom remain (nous en donne-
rons beaucoup d'exemples), temoignent hautement que
plusieurs membres de la nation vaincue avaient adopted,








44 -
par la force des choses, les mwurs, les ciilumn., el l,
langue des conqu6rants.

No 8. No 9.

CORNELIVS.R...S .IL V...
L CORN.... LVCREC..
V A LXXXXV H S. V *A LXXV

No 8. Cornelius Rufus, Lucii Cornelii filius, vixit
aunis nonaginta quinque. Iic sits est.
Cornelius Rufus, fils die Lucius Cornelius, a vucu
quatre-vingt-quinze ans. 11 git ici.
Sur une simple pierre tombale Ircs-fruste.
No 9. Sylvia Lucrecia vizit annis septuaginta
quinque.
Sylvie Lucrcce a v6cu soixante-quinze ans.
Sur une dalle bris6e au sommct. Bon style.

No 10. No 11.

SFLA... LFIRO ." ABINIA
GATA ViXIT E L. L ,, VC VIA
A LXXVII W A CIHSE
HS OTBQ

No 10. Servnia Flavia, Lucii filia Boyala, vixit un-
wis septuaginta septem. Iic sepulla.
Sergia Flavia llogala, fille de Lucius, a vecu soixante-
dix-sept ans. Elle a ~t6 deposee ici.
St&le commune arrondic au soinmel. lauvais style.
No 11. Sabinia Elucuia vixit annis centum el uno.
Hic sitt est. Ossa tua bene quiescunt.








.45 -
Sabinia Elucuia a v6cu cent-un ans. Elle gil ici. Qne
les os reposent en paix.
Sur une grande et belle stele a fronton circulaire, avee
oreillons en triangles arrondis. Les vides qui existent a
droite les deux premieres lettles de la second ligne
south dies ddfauts de la pierre. Le nom, tout strange qu'il
cst, ne peut 6ire In autrement, ear les leltres qui le com-
poscnt sont belies el regulieres, hien qu'elles soient de
la basse epoque. Le surnom de cctte respectable cenle-
naire m'a tout Fair d'bire le parlicipe pass actif dn
verbe green LVO, je dalie, mais il manque le redouble-
ment.

No 12. No" i.

P SITIVS SITTIAP' F
CONTENT MAXIMA
VSVALXX VAXVIOTBQ
HSE HSE

No 12. Publius Sillius Conlentls vixit annis sep-
tanginlt. Hic sits evl.
Publius Sittius, le Conlent, a veen soixante-dix ans. II
git ici.
No 13. Sillia Publii filia, Maxinin, vixit annis sex-
decim. Ossa lua bene quiescant.-
Sitlia Maxima, fille de Publius, a veeu seize ans. Elle
git ici. Que les os reposent en paix !
Cos deux styles, sciblables de formes, apparliennent
cvidemment A deux membres de la rnmme falmille, le pAre
et la fille.








- 46 -


No 14. N I L1.

DMS DM
BONAVIA ANTISTIA
MARITARA VRBANA
RISSIMA VA XLV
VAXXI HSE
No 14. Diis manibus sacrum. Bonavia, maritt/ ra-
rissima, vixil annis viginta et uno.
Monument consacrb aux dicux mtnes. Bonavia bonnee
rolee, spouse incomparable, morte h vingt-un ans.
No 15. Diis manibus. Antistia Urbana, vixit annis
quadraginta quinque. Ific sita est.
Aux dieux manes. Antistia Urbana a vbcu quarante-
cinq ans. Elle git ici.
Ces deux 6pitaphes sont d'un style vulgaire. La der-
nibre est de 1'6poque bysantine.

No 16. No 17.

..EXPRO ER... MARCIA.C.F.
VSC.FQViMO TERTVLLA
DESTVS VALX V ANNIS XXX
HSE OTBQ HSE OCTBQ
No 16. Sextus Propertius, Caii filius, qui Modestus,
vixit annis sexaginta, Ilic situs est. Ossa tua bene quies-
cant.
Sextus Properce, surnomm6 le Modeste, a v6cu soi--
xante ans. l git ici. Que les os reposent en paix !
Sur une forte pierre rectangulaire, mutil6e par le
haut. Le Icxte est d'une lecture exuiimement difficile, A








47 -
cause des nombrcuses 6raillurcs don't la surface de la
lombe est parscmce.
No 47. Marcia, Caii filia, Tertulla, vixit annis tri-
ginta. Ilic sita est. Ossa tua bene quiescant.
1Marcia Tertulla, fille de Cains, a v6cu trente ans. Elle
git ici. Que les os reposent en paix !
Stele ordinaire arrondie au sommet. La solution de
continuity, qui existed entire 1'0 et le T, provient d'un
d6flut de la pierre.

No 18. No 19.

PVBLIC,... D M
ACFCON DVTARI
TENTAV VS VI
A LV XIT ANIS
H S E XXXX
No 18. Publicia, Cali filia, Contenta, vixit annis
quinquaginta quinque. Hie sita est.
Public a la onlenie, fille de Caius, a v6cu cinquante-
cinq ans. Elle git ici.
Stule longue et grossicre arrondie au sommel.
No 19. Aux dieux nines. Dularius a v\cu qua-
rante ans.

NoI 0. No 21.

SEXOCTAVIVS CALOLAPROC
SERENVSVA LAVAXXXX
IIII HSE OTBQ H S E
No 20. Sextus Octavius Serenus, vixit annis qua-
tuor. Hie situs est. Ossa tua bene quiescant.








48 -
Sextus Octave, le Sercin, a vecu quatre ans. II pil ili.
Que tes os reposent en paix.
No 21. Cette 6pitaphe nous dit que Calola PrcIl- a
vecu quarante ans.

No 22. No 03.

SITTIA.. ECILIVS
ILARA... VICTOR
LXXXV VAXL
HSE H S E

No 22. Sittia lHilara, a v6cu quatrc-vingt-cinq ans.
Elle git ici.
StAle carrie, brisce a droite dans toute sa longueur.
N 23. Caccilius Victor, a v6cu quarante ans. II git
ici.
IC'.
Stile simple, mutilee au sommet jusqu'A la naissance
du nom don't il manque la prcmiere lettre. Beaux carac-
teres.

No 24. N 25.

...IS M Q VOL
ITTIA PRIM
DANAE VA...
V A XI.. LI...
No 24. Aux dieux mnines. Sittia Dana6, a v6cu onze
a iiS.
Fragment de stale mutil6e aux deux extremit6s, grandes
et belles lettres.
No 25. Quintus Volumnius Primosus, vixit annis
quinquaginta et uno.








49 -
Autre fragment d'6pilaphe, gravee sir une plaque de
marbre grossier de couleur rougeitre.

No 26. No 27.

F.SEIAN...F.F. SEXSITTI
CANDID.. V'A VS MARIT..
XIllI M.V D VII . .
No 2G. Futrius Sejanus Furii filius Candidus, vixil
tnnis qualuordcim mensibus quinque diebus octo....
Furius S6jan ie Candide, fils de Furius, a v6cu qua-
torze ans cinq mois et huit jours....
St6le mutil6e aux deux extr6mit6s. Les caract&res,
quoique rbguliers, sont difficiles a saisir A cause de I'Atat
te la pierre qui est assez fruste.
No 27. Ce fragment d'6pitaphe nous rv6le, proba-
blemeni, que Sextus Siltius fut un mari accompli. La
pierre sur laquelle elle est grave, est 6galement mutil6e
aux deux extr6mit6s.

No 28.

A B et A l'oppos6 N E I
ETH KHN
N

Le B descend au-dessous de la line et le K remonte
au-dessus; quant aux epsilons, ils ont la fornie lunaire
avec un trait horizontal au centre.
Celte inscription esl grade, en beaux caract6res grecs
que les resources de la typographie locale ne nous ont
pas permis de reproduire exactement, sur la surface ex-
6








50 -
itrieoue du verre antique don't nous avons pa;rl dans 1:1
notice qui pricdde la lisle des inscriptions f rniraircs.
Les qualre couronnes qui ornenl Ic conlour du verre
sont disposes deux A deux et s6par6es par line palme.
Ces cniblhmes, qui oun uine signification caraccdristique,
doivent 6videmment ajouler quelque chose an sens par-
ticulier des deux expressions don't la ILgendc est coin-
pos6e et quc nous lirons ainsi :

LABETEIN (1) NEIKEN
ce qui vcut dire, (traduction litt6rale):
Its ont I'un el 1'autre engage lu lute.
Mais avoc les pales el les couronnes qui sont, on nc
pcut Ie r6voquer en doute, les symbols dii combat et
lu triiomphe, nlous y ajonterons celle autre locution :
El l'ont glorieusement terminee.
Come on Ie voil, il s'agil de denx personnel,
I'liomrne et la femnie pent-Mtre, qui onl Ilitl centre les
vicissitudes de la vie et qui en onl Iriomphi par leir
patience et leur resignation ; on mieux encore, de deux
chirtiens qui onl sonffert le martyre avec ce courage
stolque que la foi seule sail inspire. I)ans cette ihypotlihse,
le verre strait ueic pr6cieuse relique, car il a dii conle-
nii le sang giSnrecu: de deux victims innocentes des
persecutions religicuses. On a trouv6, dans les Catacombes
de Rome, une infinite die vases, de routes formes et de
routes substances, qui out servi an mine usage. 11 est

(1) Ce verbe, qui cst une forme po0tiquc te lambai6, p'endre, saisir,
est 6 1'aorisle secolndi iinsil[ de la voix moyeune, e enimploye sans augment.
:EiKi, dispute, altercation, el, par extension, guerre on combat








51 -
regrettablc de d e pas connatire les noins de ccs ubscurs
martyrs dce la foi, mais leur humble tombe, depourvue
de monument, n'avail aucun caracltre qui la dislingutil
des auilres (1).

No 09.








Observations : cls leltres A el I, sont jumelldes.
Sui' ine piecrre precieuse qui a 616 tIouv6e dans uti
j;irdin pr6s de la pEpiniere. PropriWlt Cosla.
Celic petite ldgcnde ust grave en cauracicrcs fins, dc-
licats el d'uie admiirable exculion, sur la face app;l etec
d'unc pierre de jaspe iuuge0ilre, nyant la foirme d'uie
ellipse, laquelle a du servir de chaton A une bague de
chevalier ou tie sigillunm tin chef de corporation reli-
gieuse. 11 me semble qu'elle est compose de detu mots,
Le premier KALFIN, cst peul-etre d6ri6\ dc verbe greo
KALE6, convoquer, appch'er en asseimhlbe, et DIONIS, fornoe
)poeique de Dyonisius, surnom de Bacchlns, On pourrail
done rendre, sans Irop do t6merit6, celle expression par
celle-ci : Contvoctlion btawique ou assemble des pritrcs
de Bacchus. Les f(tes id ce dlieu ne s'inltroJuisirenL A
Home (lu'a la uiite du ireilclicemcnt progressif des ineuirs,
veris \t premiere muili6 dui 4e sicclc db la re puliiiue. L.,

(1) 11 s'agirail, peul[-trIl ncrr e, ilI' buIveur qul se lreni dei qierello
avec son verre,








52 -
licence fut pouss6e A un tel exces dans la c6l6bration de
ces fites, que le Senat sc vit oblig doe les supprimer,
l'an 568, de Rome. Mais cetle loi ful 6ludde, car, sous
l'cmpire, elles furent de nouveau c616brees avcc plus de
licence qu'elles ne ]'avaient 6td, m6me en Grece. Nos
saturnales du carnaval, qui out traverse les sidcles et
brav6 les foudres de I'6glisc, cn sont une faible imi-
tation.
AUTRES INSCRIPTIONS DU KOUDIAT-ATI.
No 30. No 31.
D M DM
CFVNDANI ACQVILI
V SEX' F.Q AFRVCTO
-ODESTVS SAVAXXI
II VIR HSE
No 30. Diis manibus. Caius Fundanius, Sexti filius
Quirina, Modestus, duumvir.....
Aux dieux manes. Caius Fundanius, surnomme le Mo-
destc, fils de Sextus, de la tribu Quirina, duumvir.....
Les duumvirs 1laient dos magisirats qui, dans los co-
lonies, 6taient charges de rendre la justice.
Sur une belle st.le carree, mutilde a la pattie inf6-
rieure. Le group SEX est plac6 ontre doux signs qui
ont quelque caractire de resemblance avcc le gamma.
NO 31. Aux dieux manes. Acquilina Fructosa (pour
Fructuosa) a v6cu vilngl-un ans. Elle git ici.

No 32. No 33.

ALFIA M . .
FILIA VA . NAVA
VIII S E CXI








53 -
No 32. Alfia, fille de Max-ime, a v6cu huit ans. Elle
git ici.
Cette 6pitaphe et les deux prdc6dentes ont C6t d6cou-
vertes dans la propriety Chareille.
Le No 33 est un fragment d'epitaphe d'une femme qui
a vecu cent-onze ans, et qui ne nous a laiss6 quc la der-
ni6re syllabe de son nom. Je ne le rapport ici que pour
avoir un centenaire de plus A ajouter A la lisle d6jA con-
sid6rable que nous poss6dons.

No 34. No 35.

DM DM
SALVID CCPOSIS
ENIVSFI MVS VIXI
DIANVS TMI
V A XXXII XXXV
HSE OTBQ
No 34. Aux dieux mnnes. Salvidenius Fidianus a
vdeu trente-deux ans. 11 git ici.
Nous avons public, dans le Recueil de 1865, nos 5 et 6,
deux 6pitaphes du mime nom, mais termind par une
d6sinence feminine. Ces monuments doivent cerlainement
appartenir aux membres de la mcme farnille. Trouvde
an faubourg Saint-Jean.
No 35. Cetle inscription qui est d'hn style rudi-
mentaire, n'est pas Cerite autrement sur la stdle. Bicn
que les lettres affectent des formes disgracieuses, elles
sont cependant assez bien caract6risecs pour ne laisser
auenn doute, dans notre esprit, sur leur valeur absolute.
Je crois qu'il faut la lire ainsi :
Diis manibus. Caiu.s Caecilius Posis Mus, vixit








54 -
mense uno el annis Iriginta quinque. Ossa tua bene
quiescant.
Aux rlieux mines. Ciins Cecilius Posis, surnomm6 Ie
Ilat, a N6cu un mois en plus de trenle-cinq ans. Que tes
os reposent en paix.


No 36.

FVRFANIV
S FORTICL
VS VA VII


No 37.

D M
CAECIL'A
RESTVTA


No 36. Furfanius Forticle,
slyle.
No 37. Aux dieux marnes.
La sille est brisee.
Ces trois dernieres epitaphes
prite de AM. Blanc.

No 38.

O IVNIVSFIRMI
NVS.PF.ARN.AED.
II VIR QVAEST FL.PP
V A LXVil H S E


a v6cu sept ans. Bon


Cecilia Restuta... -

proviennent te la pro-


Ne 39.

D M
IVLIASILVA
NA VALX
HSE


No 38. Quintus Junius Firminus, Pvblii filis,
Arniensis (tribu), aedilis (I), duumvir, quaestor, flamen
,prpetuvs, vixil annis sexayinta septem. Hic situs est.
Quintus Junius Firmin, lils te Publins, de la Iribu
il'Arnia, 6Jile, lduumvir, quesleur, flamine perpeluel,
a v\cI soixante.sept ans. II git ici.

(1) Les 6diles 6taicil clharg6s du soin et de l'inspection des 6difices
publics.








0. -
Voil;i.t Ini personage (qui a occupy un bon nombre
d'iemplois dans la colonic. La tribu doni il sorlait lire
son origine de I'Arno, fleuve de I'Eirurie. Elle tail con-
sid6rablc h Rome.
No 39. Julia Silvana, a vccu soixante ans. Elle git
ici.
Sur une jolie pelile sidle arronllie au sommel, avcc
orcillons. Les leltres sont legriement frustes. Pro-
priite RIobert.

No 40. No 41.

T FLAVI NSRILA
VS CAS et sur un autre fragment
TVS VA . .. .SSIMA
DXY H S E ... I XXXIIX

Titus Flavius Castus, vixil annis centum et tredecim.
Hic sits est.
Titus Flavins, lc Chaste, a vecu cent-treize ans. 11
gil ici.
Sur une pierre lenllre dn Mansourali, en forme id
])rallliipiieile. Ce n'cest lu'avec lieancoup de peines quei
j'ai pu lire I'inscriplioii qui, vu ]'eal ie lia pierre, n'a
laiss6 (Ji'un e ld e' ciInpreii te des lettres don't elle est
compose. Le cliffre ile lI'ige, commune colni du n 4'-,
prisenle une singuliere anomalic dans deux tie ses ca-
racltres. Le premier, qui est un C, : I'ouverture a
gaucle, el le (1dernier ressemblCe i un Itlideni ou t un Y a
trois br;incles. Celle lelre nunici ale pout avoir la valcur
de (, 3 on O2 1/-2.
Les deuC fragments du No 41 apparlielneill ividcrm-








56 -
ment A la meme sl61e, car la forme des letires ct la
nature de la pierre sont absolument identiques. Le clhiff..
de l'Age est 88, car 'lihaste qui est en tlte ne peul t:Iv.
qu'un L.
Ces deux epitaphcs ont 616 exhum6cs le 3 mars, par
M. Viv6s, dans son jardin du Koudiat. Elles gisaient, a
une assez faible profondeur, avec une 6norme pierre de
taille don't un angle 6mergeail du sol, sur trois auges
funrnaires places A c6t6 l'ine de 1'autre dans la direc-
tion du nord au siid. Celle du milieu, qui 6tait en cal-
caire dur, 6lait recouverle d'une dalle carr6e, de m6me
nature, sur laquclle pesait la pierre de taille don't je
viens de parler. Comme on avait trouv6 des debris de
verre et de poteric dans les deux autres, qui n'e6aient
recouvertes que d'une tuile plate que la pression des
tcrres avai morcel6e, je jugcai que l'autre devail ren-
fermer des objets intacls. Apres avoir d6blay6 le pour-
tour avec toutes les precautions possibles, nous proc6-
dAmes d6licatenent, M. Viv6s et moi, A l'autopsie do
l'ossuarium qui conlenait les objets suivants :
1o Une sorte de soucoupe, patella, en verre blcu, aux
rebords cisel6s cL 16g6rement 6vas6s, tourn6e sens dessus
dessous; 20 une bouteille du genre ampulla, au col
6troit, raccourci, muni d'une anse, et au corps entl6
comme uno vessie ; 30 une autre bouteille beaucoup plus
petite, A caneinres longitulinales, mais sans anse; 40 une
coupe g boire, cyathus, de la capacity d'une lasse I caf6;
50 cifin, un joli petit biberon, gultus, cn fine polerie
qui, sans un renflmnent tr6s-prononc6 de sa parlic pos-
itricure, ressemblerait au cymrbium. Tous cos oljels
6taient intact ,t d'unne conservation aussi parraie que








57 -
si on les y eut d6pos6s de la veille, et pourlant plus de
seize si6cles se sont 6coul6s depuis qu'une ime picuse et
d6sol6e en a fail hommage a la cendre froide d'un mort
bien-aime.
Parmi les objels en m6tal, nous citrons un stylet en
bronze, graphium, termin6 par une pointe d'acier ; une
paire de ciseaux, forfex, et une strigille, strigillum,
sorte d'ktrille ou de racloir don't se servaient les esclaves
(aliptes vel unctores) attaches aux bains publics ou priv6s,
pour enlever la crasse et les corps strangers r6pandus
sur la surface de la peau. Cet instrument est remplac6
aujourd'hui, dans les chains maures, par un moreeau de
peau de requin qui agit 6videmment avec plus d'cffica-
citL et de promptitude. Inutile de dire que ces derniers
objets Mlaient couverls de rouille et d'oxide.

PROMENADE DE SETIF.

Dans le courant du mois de novembre dernier, la
municipality a mis en adjudication toute cette parties de
terrain comprise centre la promenade de Setif ct la nou-
velle rue Rohault de Fleury, A partir de la pyramid
Damr6mont jusqu'a 80 mntres environ en degA de la bifur-
calion des deux voices. La plupart des acquereurs se sont
empress6s de faire executer les d6blais considerables (le
sol a une inclinaison moyenne de 20 degres) qu'il y avait
A fair pour asseoir solidement leurs constructions.
Les cinq 6pitaphes suivantes ont Wte recueillies dans
ces d6blais.








58 -

No 42.
D *Mt S
STEPHA
*NVS *
AVG N
VERNA
V'- AN. V

Diis manibus sacrum. Stephanus, Augusti nostri verna,
vixit annis quinque. Hic situs est.
Monument aux dieux mnes. Etiennc, esclave-n6 dans
la mason de notre empereur, a v\cu cinq ans. 11 gil ici.
Cclte 6pilaphe est grave, en caracteres beaux et r6-
gutliers, sur une des faces d'un superbe cippe hexagonal
I rmin6 par un chapitean h6misphiriqne. On 1'a trouv6
giant sur un sarcoplage en forme d'auge, de moyenne
grandeur, renfermant, outre des ossements pulvhrises,
des debris de poterie, de verre, de bronze et divers ob-
.jets d'art antique dans on deplorable 6tat de v6tust6 et
de decomposition.
On s'etonncra sans doute qu'on ait faith de si magni-
fiques findrailles an fils d'un esclave ; mais il ne faut
pas oublier que la condition de quelques uns 6tait pre-
fdrable a celle de beaucoup d'hommes libres qui btaient
obligs de vivre des prodnils d'un faille patrimoinc, et
qui etaient sonmis aux vexalions continuelles les agents
du fisc. Dn reste, celui lont. nous venons de lire 1'6pi-
laphe l[ail n6 dans le domaine imperial (1) oil ses parents

(1) Le dlonaiuie privi du prince etail, sous Honorius (reserit du 18 fi-
viler i22), dirig6 par ii come. 11 sp composail, dans les seules provinces
dt la IBysaccne el de la Proconsulaire, de pres de quinze cent mille h(c-
taes, duot plus de la mwoiti de terres excellenlcs.








59 -
occupaient sans doute un emploi considerable, peult-tre
celui d'inlendant, mediustinus, ou d',conome, dispen-
sator.
II ne faut pas confondre l'esclave appel6 verna avec
celui qu'on d6signail suns le num de serves ou de man-
cipium. Le premier terme s'appliquait aux esclaves n6s
dans la maison de leurs maitres, le second A ceux qu'on
achelait aux marchands et le troisimre A ceux qu'on pre-
nait A la guerre (manai capla). Les premiers 6laient g6-
n6ralement plus indociles que les autres par la raison
qu'on les trailait moins s6verement.
Les esclaves ne contraclaient pas de marriage r6gulier.
Leur union, d6pourvue de fornmes 16gales et dc c@r6io-
nies religieuses, s'appelail coonubernium. Les enfants
issues de eet accouplement, devenaient, d6s leur naissance,
la propri6ti immediate de leurs maitres, qui leur donnaient
le nom de'la mere (voir le no 3) et leur pr6nor, avec
l'affixe pores pour pueri; ainsi Marcipores, Lucipores. Cet
usage ne subsista pas toujours. Proprie6t Lavie.
No 43. No 44.
D M D M
POPILIA WVLIA
FORTVNAMV ANTO
NVLA PIA NIA
VAXV VAXI
No 43. Aux dieux mines. Popilia Fortuna Munula
a vecu pieusement quinze ans.
Petile stile carree, grossierement travaille et brisee A
la partie sup@rieure. Le style accuse I'6poque byzantine.
Les trois derni6res lettres de la second line no forment
qu'un monograinme. PropriiW6 Lavie.









No 44. Aux dicux mines. Julia Antonia a I1cu
onze ans.
Sur une pierre en forme de caisson. Tres bon l51k.
- Propridte Zermati.

No 45. No 46.

D M ..
IVVENTIA MAXI
LVCILAV MVSVA
ALXXHS. XXVHSE
No 45. Aux dieux manes. Juvence Lucile a v6cu
soixante-dix ans. Ellc git ici.
Stile carree en pierre tendre. Les lettres n'ont laiss6
sur la pierre quc des traces prcsquc insaisissables.
No 46. Cette 6pitaphe, exprimie dans sa forme la
plus simple, nous dit que Maxime a v6cu vingt-cinq ans.
- Propriet Mauri.
M. Lavic a trouvd aussi, dans un augel cin6raire, di-
vers objets, entire autres un miroir en acier, des bagues,
quelques fragments de bracelets et une demi-douzaine
d'cpingles A cheveux, acus cometaria, en ivoire, finement
travailles et d'une parfait conservation.
Dans la maison Zermati, qui est A cote, on a exhum.
des d6blais une magnifique statue acephale, en marbre
du pays, pose sur un socle adherent, qui semble 6tre
I'image d'une des nombreuses divinit6s f6minines de
I'Olympe. La parties superieure du corps est convert par
un vetement qui semble 6tre le cingillum mentionn6 par
Petrone, et par dessous, une longue unique plissde qui
descend jusqu'aux pieds et don't le fin tissu laisse apcr-








61 -
cevoir le model et les gracicux contours de :l jambe
droite 16g6rement ployCe.
Celte statue antique, quoique mulilde, pourrait figure
honorablement, avec quelques autres du Muske, sur Ic
bord des allies sinueuses du nouveau square de I'espla-
nade ValBe. Elles formeraient un contrast frappant avec
la statue colossale de l'illustre hIros qui s'empara de
Constantine.
Les quatre inscriptions suivantes ont Wtd decouvertes
par M. Pisani, dans sa construction du faubourg du
Koudiat :

No 47. No 48.

D M D M
LPATERSACE. PIVL CRE
RORV BELON/E SCENVS
VALX VAXX
No 47. Sur une belle stIle carr6e 16gerement mu-
lilee a droite vers le haut. Le group RORV, qui com-
mence la 3e ligne, n'est pas autrement 6crit sur la
pierre. Si ces leltres sont des abrkviations je ne puis les
expliquer, car elles ne figurent pas dans le meme ord'e
sur les tables de Zell et d'Orelli. Je crois voir lA une
ldi.liacli-on du lapicide, qui aura voulu 6crire la derniere
parties du mot sacerdotum qu'appelle Ic mot suivant, 6ga-
l':n'nil rautif, et qui est Ic nom de la diesse de la guerre.
Dans ce cas, on devra lire I'6pitaphc de la maniere suivante:
Lucius, pater sacerdolum Bellonce, vixil annis sexa-
ginta. Hic situs est.
Lucius, chef du college des prEtres de Bellone, a v6cu
soixante ans. II git ici.








-- 61 -
Na 48. Publius Julius Crescenus. a v6cu \iinit
ans.
Sle61 arrondie, caraclcres irrIguliers.

No 49. No 50.
M POMARIVS ... M
FELIX VIXI ARRIASVCC
T ANNISXXXX ESSA VALXXX
HSQ H S E
No 49. Marcus Pomarius Felix, vixit annis qua-
draginta. Ossa sua quicscant (molliter).
Marc Pomarius (le Fruilier), Felix, a v6cu quaranle
ans. Que ses os reposent mollement.
Petite stele carrde. Caractlres semi-helleniques. Lc ll
et I'A du nom et les deux N du inot annis sont nouns en
n11 scul single.
No 50. Arria Successa a v6cu qualre-vingts ans.
Elle git ici. Bon style.
Les vingt-deux 6pilaples suivanles ont 616 recueillies
par l. Lavoute, dans la propriety qu'il possede au fau-
bourg et qu'il vient de converlir en un magnifique
vignoble complant6 d'arbres d'cssences diverse. Ce terrain,
qui 6tait inculle depuis des sickles, a 616 d6fonc6 i une
grande profondeur, ce qui a amen6 la d6couverte
d'une multitude de s6pultures antiques qui semblent
appartenir, si l'on en juge par les 6pitaphes, it 1'poquc
du Bas-Empire. Tous les monuments qu'on a exhiumns
sont de simples dalles, A pine d6grossies, alleclant g6nd-
ralement la forme carrie. On remarquera beaucoup de
noms strangers i la langiie latine et mine I ]a lalngi
grecquc. Bien que le style, qui est tIrs-m6diocre, soil








6. -

formin de caraclrcs semi-lell6niques, je soupgonne que
quclques uns do cos noms barbares sont d'origine Van-
dale. On sait que ce people professait I'arianisme, il nc
scrait done pas dtonnant que les men bres isoles de cell
nation vaincue n'eusscnt eu un cimeliier particulicr
i Constantine, oh leur nonibre n'a jamais di i6ru Ires-
consid6rable.

No 51.

I M
GEMINI
APRIMA
VACV
CVMFISSVIS
SMASALAVXX
FIDELIS VA...
PAVLINAVA XII
MARTIALISVIII
Diis manibus. Geminia Prima vixit annis centunm c
quinque, cum filiis suis. Snasala, vixil viginla, Fidelis
vixil annis..., Paulina vixil annis duodecim, Martialis
octo.
Aux dieux mines. Geininia Prima a vcii cent-cini
ans, avec ses enfants. Sinas:ila (on S. Masala), a vcii
vingt ans, Fiddle en a v6cu ...., Pauline a v6cu douze
ans et Martial Ii il.
Celte respectable fenime, n6e la premiere, utno cl eodem
parlti, et morle a cent-cinq ans, a eu le loisir de pleurer
ses infants, qu'elle a perdus i la fle "r de I'igec.
Le 1 cel I'A snou li6s dans MASALA.







- 64 -


No 52. No ,:.

D M D M
L CORN L CLO
ELIVSDI DIVSP
ADVMEN ALTNV
VFVA SVAXXX
XC HSE

No 52. Diis manibus. Lucius Cornelius Diadumen,
Volusii filius, vixit annis nonaginta.
Aux dieux manes. Lucius Cornelius Diadumen, fils de
Volusius, a v6cu quatre-vingt-dix ans. Le surnom n'cst
pas aulrement 6crit.
No 53. Diis manibus. Lucius Clodius Paltinus
vixit annis triginta. Ilic situs est.
Aux dieux mAnes. Lucius Clodius, le Palatin? a v6cu
trente ans. II git ici.
Dans 1'Mlat actuel de la pierre l'initiale du pr6nom
peut Wtre un M au lieu d'un L, car cette derniere est fi-
guree par un lambda mulil6.

No 54. No 55.

D M GVNDA
M.GAVI VALXVII
VS PVBt CVMFILIO
CIANVS S r_ REMIRO
V *A LXI V A XIII
HSE HSE
No 54. Diis manibus. Marcus Gavius Pblii tiis
vixit annis sexaginta uno. Hic situs est.








05 -

,\Ax dicu'x m;ncs. Marcus G:ivins Piublicianus a vecii
,,ianle-u ti anls. II giL ici.
,e signed cruciforme police i la fin de 1 f second line
, quiiianlt *it 1 .
No 55. Gunda vixi atnnis scxagiita septem, cum
Jilio sno '?cmito qui vixil anids :'i inth'lribus. ilic sili
s.tnl.
'Gundai, 'n v4cu soixan'fe-sept :ns 'et !on 'ils Reimire
vingl-trois ans. fis reposcnt ici.

No 56;. No 57.

D M D M
FABIAIS SITTIERV
SVLAVA FINA.SAPI
XITANISXXV V'A Xil

No 56. Diis manibus, Fabia Issula vixit annis vi-
ginla quinque.
An x dieux mines. Fahia Issila a vecu vingl-cinq
ans.
On rcmarqucra la innniore don't les mots vixit annis
sont 6crils.
No 57.- Aux dieux mincs. Siltia ntufina Sapis a v6cu
douze ans.
Le Sapis, injotird'hnii lc Savio, 6tlit une riviere de ,
I'Ombric.
Enrce la f4omule invocatoirc et- le nom'se trnnve des-
sinde grossiercment, une sorli do guirlande, 'serta, for- .,
ineC de deux trails cnivilignes don't I'indricur 'est rem-
pli de points "'onds ct de lignes droiles.







- 66 -


No 58. No 59.
D M D M
CLESE SFA
S.ILERMF BA
.. LXXXX VAV
Nd rhi, = irs mb ImUnibui'. Clese... Jler, Marci filii
vixil annis nowlagina.
Aux dieux mnAns. Clese,. Iler, fils de Marc, a v6
quatre-vingl-dix ans.
La 'orhie de ces deux nois accuse une origine 6trn
gere.
No 59.-- Sfaba a vecu cinq(ante ains.
Caraclcres en cursive hellinique.
No 60. No 61.
C. VNONIA D M
L F HERMA FLOSA
NA VA VAXXXV
VIII HS
No 60. Cait Junonia, Lucii filia, Ilermatn, vi
-annis ocio.
Caia Junonia Ilermiana, a vcln buit ans.
'No 01. Anx dicnx mines. Flosa a vecu trcie-ci
ans. Elle est ici.
No 2. No 63.
D M D M
OCTAVIAE ARVNTIA
SPERATEF. LVCIA
LIA VAX.. V.ALXXI
HSE HSE



--,.







67 -
No 02. Aux dieux manes. Octavic, fille de Spirata,
a v1cu dix.... ans. Elle git ici.
Apr6s la retire numbrale, il y a une 16g6re cassure
qui a d faire disparaitre un caract6re.
No 63. Aux dieux mAnes. Aruntia Lucia a vecu
soixante-onze ans. Elle git ici.
Les leltres rectilignes ressemblent A des lambdas for-
lement accuses.


No 64.


No 65.


D M
BONILA
ROGATA
VALXXV
HSE
No 64. Aux dieux mdnes.
soixanle-quinze ans. Elle gil ici.
No 05. Aux dieux mAnes.
soixante-un ans.

No 66.


D M
D. ROMA
NA
VIX ANIS
LXI
Bonila Rogala a v6cu


Decia Romana a v6cu


No 67.


STACOLACF IVLIVS
LAILAVA FORTIS
XX HSE VA LXV
No 66. :'lacola, fille de Caius, surnomtnm c Laila, a
v6cu vingt ans. Elle git ici.
Tres-fruste. Je ne garantis pas i'exactitude du surnom
qu'on devrait peut-6tre lire Laida.
No 67. Jules, le Courageux, a v6cu soixante-cinq
ins. ,








No, 68. : N9, 69.
DM .- D' M / .
MERIDIA. -. :; MALVIA ,
I,!' NVSVAL :; i:' AY" VAXXX .
.o, Ui -r- Aux 3it'g. md 4. nle;riiaii 9 \a vcbv cin-
., ua (lte ans. ,. ,,
NO 69. -n Mlvia AV a v6cu trpite ansi," .
Je no m'cxplique pas la presence des deux. premieres
lotlres de la derni&re ligne. c r
Ces deux 6pilaples sont graves on mauvais caractrecs
byzantins sur do simples pierres lonbales qq'on a nd-
glig6 de b9udlardlkr. :
No;70. No 71. No 72
SQVAMA CATAE .VSA VIA
VA EX VA LX ; DENTA
H S E H S E VA XLV
Ces trois derniers epitaples, qui sont forrn6cs de ca-
ractr&es barbares, nous discnt que Squama (I'6caille) a
vecu soixante ans;
Cala (I'avisde) autant, et Salvia'Denla (la bien den lc)
quiarante-cinq.
L'inscription suivante a 6et rieccminm t dcouverle
dans les jardins qui avoisinent les construclions de la
manul'aclure de poudre pr6s du moulin Lavie. Copic
d'Omar-bci-Dali.
No 73.
D M S
DMS
HILARVSALVM 'M
S, NVSEISCIADVOCA
).? TI VA XXII '


- ----- I I II






60 -
Diis manibus sacrum. Iliaruts, alumnus fisci advocali,
vixit annis viginta duobus.
Monument- aux dicux mAnes. Hilairc, fils adoplif, de
I'avocat du fisc, a v6cu vingt-deiix ans.
Le F du mot FISCI esl 6crit par un E.
La creation des avocats du fise remonlc a I'cmpereir
Trajan; notre pitaphe esl, par consequent, postlrieure
an rCgnc de ce prince.
Le terme alumnus qui signifie 616ve, nourrisson, s'ap-
plique ordinairement a un enfant abandonn6 quc des
gens compatissants ont reeneilli, et qu'ils ont faconn6 en-
suite A la domesticitl.
No 74. No 75.
CAECILIA P.HERMAE
APRODI VA LVIII
SIA VA PATRIKA
LXX HSE ...SSIMO
No 74. Cdcilia Aprodisia a v6cu soixantc-dix ans.
Elle git ici.
No 75. Pnblio llermac vixil annis quinquaginta
octo, patri carissimo.....
X..... a faith 6lover cc monument a son Iris-clier
p6re Publius Hlcrmas, qui a v6cu cinquante-huit ans.
Ces deux styles, don't la derniere est mutil6e on bas,
proviennent des d6blais de 1'ancien dispensairc, place
des Galettes. M. Alligri, qui continue scs constructions,
y a dkteri's aussi un magaifique chapilcau d'ordre eo-
rinthien, tout charge d'ornements artiscoment cicles, el
un sarcophage d'enfant, en pierre oalcaire, sur la face
principal duquel cst grave cn relief un pnapro sinucoux
ct feuillu.







-70 -

INSCRIPTION D'EL-KANTARA (riveidroite du Roumel)..

No 76.
D M. i
,. AGILIS PATER
POSVITFI
S LIOSVOPRI
MOSOINNO
CENTISSIMO
SV AV
Diis manibus. Agilis, paler, posuit filio "suo Primoso
innocenlissimo, vixit annis quinque. *
Aux dieux mines. Agile, Ic p@re,a Brig6'(ce tombeau)
it Primose, son fils tr6s-innoccnt, mort A l'age de cinq
MIllS.
No 77. No 78.
D M DM
SITTIA IVLIAESPE.
VRBA NI VIXIT
NILLA ANNIS XI
VA XXI HSE OTBQ
H S E
HSE
No 77. Aux dieux mines. Sitlia Urbanilla a vecu
vingt-un ans. Elle git ici.
No 78. Diis manibus sacrum. Juliue Speni vixil
annis undecim. Hic sita est. Ossa tua bene quiescant.
Aui dieux mines. Julia Spenusa' v6cu onze ans. Quo-
tes os reposeni doucement.
Ces trois tpitaphes, qui sont graves en' beaux carac-
teres sur des monuments en forme de caisson, ont 6i6







7T -
d6converles dans la tranclie du chcmin de fer, i
quelques pas de 1'orifice du tunnel.
Les immense travaux de terrassements qui s'operenl
dans I'enceinte et au-dela de l'hippodrome remain, pour
In construction prochaine de la gare, n'ont encore
aincnc jusqu'alors que d'insignifiantes d6couvertes ar-
chlologiques. Ce sont, en general, d'6normes pierres de
taille, des corniches, des chapiteaux, des fRits de colonne,
des pilastres, des bornes semi-cylindriques, des gradins
ct quelques autres pierres qui ont beaucoup d'analogie
-avec des piedestaux, si I'on en juge par les.moulures et
les encadremenis qui en orneni les faces.
Tous ces vestiges proviennent 6videmment des vastes
h1iiments qui enceignaient le Cirque, on mieux encore
de la spina, cc long mur qui divisait I'arnne en deux
parties gales pour la course des biges et des quadriges.
D6ji, la pelle et la pioche ont mis A nu, presque dans
Ioute son clenluc, cc formidable mur de soutinement
,ic la parties gauche, qui a resist pendant une si longue
sdric de siecles A la pression continuelle des terres de la
pente du Mansourah. Quand on arrivcra a I'extremile
circulaire de l'hippodr6me qui aboutil au point culmi-
nant du monticule, situd en face du premier angle du
ravin, il n'est point douteux qu'on y deco.uvre de prb-
cieux documents 6pigraphiques et quelques splendides
ddbris d'architecture, provenant des 'difices somptueux
qui devaient 6tre construits sur cet emplacement. Notre
atuente ne sera pas longue, car dedj les large et pro-
fondes tranchdes qui sont ouvertes de chaque' c6t1 tentent
journellement A se rapprocher du point qui vient d'&tre
signal.








S- 7 -
Nous allons maintenant grilvir le vcrsant oriental du
Sidi-Mccid, don't le front, naguibre 'si so6mbre et si 'arid,
se coriionnie aujourd'hui d'"un vast el grandiose dlifice
en cnstrui'ioi, hdestiin A a li regeneration morale 'es
Ind i nes (i); p'is nos Ic 'desceeidrons par la pente
oppose, on suivant le cliemWin tb'teux tailli dans le
'roc qui conduit a iaut; ouverture du tunnel. 'ans nous
'eng-gc clan" s es ;pofondeuins de cette gilerie souter'raine,
don't les votes noires et humides rperculetront bicnti't
le's 'nols p'itssaniles du sifftt de la locomotive, nous con-
tinuerons notre marciehe sur la ligne du chernin lI efcr'
jusqu'au-dessous des jardins'qui verdoient sur los penies
rocheusec de I~ ln hlagne, et dlns lesquels nous gallons
bientit pIenelrer.

No 79.

SIOV'I OM
AVG SAC.
ARAMQVAMC

C:..,..
Jovi oplimo Maximo Auguslo sacrum aram quam

Ce fragment d'inscription religious adrcssie au puis-
sant dieu de l'Olympe, Jupiter, est grav6 sur un dU d'autel
en marbre, surmont dl'un chapiteau sur lequel on dis-
ligu de des dessins ct dcs moulures qnucliue peni avaries.
Dans les dCblais du chemin le fer, proche des jardins
precites.
Snr les planes' grisiatres de ces roclies continues qui
coirent dans la direction du llanmma, i partir des hau-

(1) LI Coulige imivrial aralie-I'ranais.
'* ~-^







73 -
teuris ,]k jiartiii, c:, Irouve, graves en caracteres allon-
g6s iii:,is pr'lsql'i,'l i,.,'en ment obliterc s par le temps, une
niullii e i .l'imstriptli..ns latines qui sembleni appartenir
au p'remiier si,.'cl.- I,- 1' occupationn romaine.
Voici celles qui sont le mieux conscrvies et qu'il nous
a Wit possible de reliever avee l'aide de M. Costa et d'un
employ du chemin de fer.
No 80. No 81.
DM DM
L CORGIV. C LICINIV.
...VS IVFI CELSIVS
.VCIANVS V A CV
V A CXX
NO 80. Diis manibus. Lucius Gorgius (ou Corcius),
Julii filius, Lucianus, vixit annis centum et viginta.
Aux dieux mines. Lucius Gorgius ? surnomm6 Lucien,
fils de Jules, a v6cu cent-vingt ans.
No 81. Diis manibus. Caius Licinius Celsius vixit
annis centum el quinque.
Aux dieux manes. Caius Licinius Celsius a vccu cent-
cinI ans.
On re'marquera que les 6pitaphes de ces deux cente-
naiir,.s I.nt r6sislE avee plus d'Vnergie que les autres i
I'incl'iii. nce des saisons.
N8 82. No 83.
D M D M
C CALID M VOLTI
VSCOR... VS MARTIA
IV NIO. LIS VA
V X... XIIII MII
7.







74 -
No 82. Diis manibus. Caius Calidus Corvus ? Ju-
nior. Fruste.
No 83. Diis manibus. Marcus Vollius J i,l,,idi;
vixit annis quatuordecim mensibus duobus.
Aux dieux manes. Marcus Voltius Martial a vucu qua-
torze ans et deux mois.
No 84. No 85.
CC.MIL. P .. IVS V. F
VSC.MVN.. .. IR.BA..VS
VA .. II V ... IX
No 84. -- Caius Camilius, Caii filius vixit annis.....
et duobus.
No 85. Cette dernitre est trop maltraitle pour cn
hasarder la restitution.
I1 cst inutile de reproduire les autres qui n'offrent
aucun initlrt, atllndu qu'il ne rest plus sur le roc que
les traces disseminies de quelqucs caractbres imparfaits.
Nous avons r6serv6 pour la cloture les deux suivantes,
qui sont gravees en belles et grandes lettres sur la
surface police du rocher.
No 86. No 87.
LIMIS et A cent pas plus loin LIMIS
FVNDI FVNDI
SALLVSTIANI SALLVSTIANI
ce qui vcut dire :

Limites de la propriOtd de Salluste.

Avant d'entrer dans des explications au sujet de ces
deux epigraphes, qui sont absolument identiques par la







75 -
forme et le style, disons d'abord ce qu'6tai[ Salluste a
ceux de nos lecteurs qui 1'ignorcraient.
C. Crispus Sallutius, cldbre historien remain, don't la
conduite scandaleuse et les instincts rapaces contras-
terent si 6trangement avec les principles de morale et
d'6quilt qu'il a r6pandus dans tous ses 6crits, 6tait l'ami
intim,:- de CUsar, qui l'imposa aux Numides comme gou-
\irn,:ur (.i- avant J.-C.), avec la recommendation tacite
d:: lr.:''s~ur'r la nation r6cemment vaincue A la bataille
de Thapse. Salluste s'acquitta si bien de sa mission, que
deux ans apres il se retirait, important avec lui la haine
et les maledictions du people et une fortune colossale,
fruit honteux de ses rapines et de ses extorsions. II fit
construire a Rome, oh il s'ltait audacieusement fix6, un
nagnifique palais qu'il entoura de jardins agr6ables,
hortos amosnissimos, qui portent encore son nom. C'est
IA qu'il composa tous ses ouvrages historiqucs qui l'ont
immortalis6, et qu'il mourut A 51 ans, apres avoir legu6
sa fortune mal acquise A son petit-neveu qu'il avail
adopt.
Les deux derni6res inscriptions relates plus haul,
nous rdv\lent que Sallusie possidait, sur le flanc meri-
dional de cette montagne qui fait face au MAcid, un
vastc domaine renfermant sans doute de riants vergers
et de frais bocages A I'ombre desquels cc fervent disciple
d'Epicure venait savourer, dans ses heures de loisir, les
charges de la philosophic et les jouissances exquises de
la vie mat&riclle.
Si nous pen6trons aujourd'hui dans ces jardins, qui
alppartiennent A des IndigSnes, nous trouverons encore,
au milieu des bosquets de grenadiers, d'orangers et de







76 -
figuiers, seules essences d'arbres que les Arabes cultivent
on plut6t laissent croilre, de nombreux vestiges de cons-
tructions qui ont df appartenir A une villa antique de la
plus haute importance.
Plusieurs sources d'eau limpide comme dn cristal s'6-
clhappent en minces filets du sein de la terre, portant
la vie et la fraicheur aux arbres et aux plants qui les
environment. Je presume que toutes ces sources ont dt
ltre autrefois recueillies pr6cieusement dans un aqua-
rium, pour l'irrigation des vergers et des autres plan-
tations.
Quoi qu'il en soil de ces suppositions, cette d6licieuse
retraite, admirablement expose, devait faire le gracieux
pendant des jardins de Salah-Bey, 'oi jadis un syba-
rite en toge chantail en vers pompeux, du genre buco-
lique (Annuaire 1853, page 76, no LXXIX), les .beautds
de la nature et les douceurs de son existence.


Aux monuments s6pulcraux d'origine romaine trouvds
dans la banlieue de Constantine, nous ajouterons trois
jolies steles lybiennes, don't deux andpigraphiques, que
M. Costa a d6couvertes dans scs fouilles de la pyramid
Damrnmont. L'une de ces styles (Planche XXV, no 1),
porte en caractires remains, grossiBrement graves, les
deux mots suivants VQLM et au-dessous IERON, nom d'un
roi de Syracuse.
Quelque temps apris cette intlressante trouvaille,
M. Chareille a exhumr des foundations d'une remise qu'il
a fait construire derriere sa maison au Koudiat, un
fragment de stile en calcaire dur sur lequel sont graves,








'77 -
en caracltres hardis et r6guliers, trois lignes completes
d'dcriture numidico-punique. M. Chabassierc, A qui j'en
ai donn6 un estampage, I'a reproduite, ainsi qu'une
autre de meme origine qu'il a trouv6e dans les ruines de
Khemissa, avec une precision presque photographique.
Le fragment provenant de M. Chareille est depos6 au
Musee, oh il figure sous le no 56.
Je laisse aux princes de la science, qui sont verses
dans 1'6lude de la pal6ographie, le soin de dechiffrer et
d'interpr6ter ces textes antiques, don't les signes, v6ri-
tables hieroglyphes pour moi, n'ont pas encore aujour-
d'hui une valcur bien d6lerminee.

INSCRIPTIONS DE L'AURES.

Les quinze inscriptions qui vont 6tre rapporties A la
suite de celte note, ont W6t recueillies dans quelques lo-
calilts de 1'Aur6s, par 1MMI. Ic brigadier Sirot, des spahis,
le capitaine Hose et Ie commandant Forgemol, el com-
muniquees, dans le courant de l'anne '1865, A M. de
Contencin, president de la SociCtd Archeologique, par
1'interm6diaire de IA. Pigalle, capitaine en retraile a
Biskra, qui en avail faith le classcment avcc beaucoup
d'ordre et d'exactitude. Elles devaient 6tre publides dans
notre dernier Recueil; mais, par un fiicheux contre-temps
que je ne puis expliquer que par I'exces d'occupations
don't j'6tais accabl6 a cette 6poque, je n'ai pu en repro-
diire que deux, les nos 90 et 91, le manuscript s'6tant
6gar6 au moment ou l'on op6rait le tirage de la dernicre
feuille.
Dans les notes cummuniquees par MM. Rose et For-







78 -
gemol, il est aussi Iait mention d'un certain nomlie .Ie:
monuments fun6raires et votifs qui semblent amir ,1,
travailles avec art, mais les inscriptions, de inmriin que
les dessins varies qui les d6coraient, sont tel:inliit
frustes qu'on ne distingue plus que des amorces insji-
sissables de lettres presque enlircement oilirCli.s par
le temps. Plusieurs accusaient un buste, acluelleniriil
d6form6 par la vestust[, dans la parties supbrieure des
tombes qui affectent, en general, la forme d'un coffre
ou d'un caisson. Sur quelques-unes, on distingue encore,
mais d'une manibre confuse, les traces de la formula in-
vocatoire'D M S, inscrite au-dessus de la figure qui en
orne le fronton. Un de ces tombeaux pr6sente, dans un
de ses compartments, un cavalier chargeant l'ennemi, et
dans un autre, un homme debout revetu de la toge.
On remarquera que la formule finale HSE manque A
tous les monuments fun6raires qui ont 6tL recueillis
dans cttel region.
Tout le group des Beni-Barbar parait devoir offrir un
grand int&6rt aux recherches archlologiques. On a parl6
d'une d6couverte qu'on y a faite, il y a quelques anates,
de bronzes antiques tels que m6dailles, statuettes ct
autres objets d'art ouvrag6s.
Dans l'indication des ruines romaines du cercle de
Biskra, r6cemment r6dig6e par les soins de hi. le com-
mandant Forgcmol, d'apr6s les ordres de M. le Gouver-
neur-G6n6ral de 1'Alg6rie, il est dit, en citant Zaouia
(village et environs) : (< Ruines consid6rables, belles et
nombreuses inscriptions. > Mais c'est un pays peu par-
couru, difficile A border et qui n'est visit souvein, 5
de tr6s longs inlervalles, que par les officers qui y sound
appeals par leur service.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs