• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Liste alphabetique des membres...
 Notice adressee a M. le general...
 Le monument des Lollius et...
 Medaillos de l'are-de-triomphe...
 Inscriptions nouvelles
 Une inscription du Kaf-Tazrout
 Inscriptions recueillies chez les...
 Inscriptions recueillies
 Monuments dits celtiques de la...
 Note sur le Medracen
 Note sur le Oulad-Abd-en-Nour
 Planches
 Table of Contents
 Back Matter
 Back Cover














Group Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094162/00001
 Material Information
Title: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine
Physical Description: 10 v. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Socie´te´ arche´ologique de la province de Constantine
Société archéologique de la province de Constantine
Publisher: Alessi et Arnolet
Place of Publication: Constantine
Constantine
Publication Date: 1863
Copyright Date: 1863
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Antiquities -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
History -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
Spatial Coverage: Algeria
 Notes
Dates or Sequential Designation: 7. vol. (1863)-10. vol. (1866); 2. sér., 1. vol. (1867)-2. sér., 6. vol. (1873-1874).
Numbering Peculiarities: Vols. for 1867-1873/74 called also: 11.-16. volume de la collection.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094162
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12576829
lccn - sn 85022117
 Related Items
Preceded by: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Succeeded by: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 16 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
        Front Matter 4
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Liste alphabetique des membres titulaires
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Notice adressee a M. le general Desvaux
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Le monument des Lollius et Apulee
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Medaillos de l'are-de-triomphe de Tebessa
        Page 35
        Page 36
    Inscriptions nouvelles
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
    Une inscription du Kaf-Tazrout
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
    Inscriptions recueillies chez les Ouled Abd-el-Nour
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Inscriptions recueillies
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
    Monuments dits celtiques de la province de Constantine
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    Note sur le Medracen
        Page 133
    Note sur le Oulad-Abd-en-Nour
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
    Planches
        Page A-1
        Page A-2
        Page A-3
        Page A-4
        Page A-5
        Page A-6
        Page A-7
        Page A-8
        Page A-9
        Page A-10
        Page A-11
        Page A-12
        Page A-13
        Page A-14
        Page A-15
        Page A-16
        Page A-17
        Page A-18
        Page A-19
        Page A-20
        Page A-21
        Page A-22
        Page A-23
        Page A-24
        Page A-25
        Page A-26
        Page A-27
        Page A-28
        Page A-29
        Page A-30
        Page A-31
        Page A-32
        Page A-33
        Page A-34
        Page A-35
        Page A-36
        Page A-37
        Page A-38
        Page A-39
        Page A-40
        Page A-41
        Page A-42
        Page A-43
        Page A-44
        Page A-45
        Page A-46
        Page A-47
        Page A-48
    Table of Contents
        Page 297
        Page 298
    Back Matter
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
    Back Cover
        Page 303
        Page 304
Full Text









UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES


I




















itr S

NOTICES ET i MIOIRES
r AARCHEOLOGI


SOCIT ARCHEOLOGIQUE
rDr. i A


PROVINCE DE CONSTANTINE


1864


F




























Coi`idiiiic l'!.-.ii AUSS.;I &- ARMI.LiI'.







RECUEIL



NOTICES ET IMMOIRES

[D LL


s cIE


IlE LA


PROVINCE DE CONSTANTINE


1864


CONSTANTINE
ALESSI & Ai\NOLET, Libraircs-dil.urs, rue du Palais.


ALGER
BASIC IDE, LIBR _.UE -EiITFEL CHA
Plare du Guuierne'inenil

C 1 8 64



CONSTA\NTINE


PARIS
LLAM3EL, ain, ErimTi~
30, rue les BoulaDogsr.


L. ARNOLET, Libraire-diteur, rue du Palais


A1'rC0@L OGIlrE
















PREFACE






\uit ite -l ll i .Jmi l llil- .i' li l t lil'r i i l i u'Jt :
j iuull le l'airain el lei lua rhiri r u' i's,
|Ir IliUel,' li juuO m ut, 'infuiiiiirc carlac rri.
Iir qilelqluet nomi iusi' rrH'le dipvr lairies,
i'm uiip1 tenl nt .fUl t eUi I ,;I 13,oli,' ll.(11Il'
EI l.rilli 'll i f lf il. *lr',r. .1 piai le lrnlpa,.
SllO t 1S. t',lirdi .i


Celte tt pigraheic ne peamle-I-elle pas tro iune veritable
el polique prface d(I~ noire prilce inhabile? N'indique-
t-elle pas le but lhonoral'bl e de noire. publicalion modest
et pourilinit si intlressante an prismatique poinL de vue
die l'art, de la science, de l'histoire, de la gograpllie et
des mteurs anliqnes ? L'a'chologie n'a-t-ellc las la
gloire, force e e soins, d'eliorts, de recherches et de
'rapprochemenis merveilleux, de fire entire le pote
nncien :

Tabida consmil l f'rruan lapidem que vretuasiis.,
INullaque res mn.jus litempore' r'obur habel.


Eh bien! la chose plub forle que ce grand dmnolissetI'r,








c'est l'archologic, qui triomphe sur les ruines du temps
et refait l'lisioire du pass en rajustant les dbris qui
devaient, par leur dissemination it toute distance et leur
confusion bablique, en rendre impossible la reconstruc-
tion idale ou scientifique. Elle recueille lots ces l-
ments pars et lire de leur tude (les inductions qui
deviennent bientt des certitudes.

VoilIt pourquoi, avant l'impression du volume de 18063,
noire ami Daclie faisait remarquer, dans une stance de
la Socit, que le mot Annuaire tait un liire mal choisi
ou inpropre, et suppliait l'assemble d'adopter le mot
RECUEIlL, qui est lui seul une dfinilion. Ce nouveau
litre reul sa conscration immediate et nous le voyons
briller en tle du septime volume.

Aujourd'hui, la Socit archologique de la province de
Coi siulttiie public son huilierne PECUEIL, contenant
les travaux de l'anne. Ses recherches et ses ludes an-
rieures, les nomsio de ses crivains, l'importance des
services qu'elle a rendus ;t la science, tous ces avantages
n'ont point t mconnus par le monde savant. Nous di-
rons seulement ici, come nation honorable, que plu-
sieurs revues et. plusieurs journaux, grands et pelils, ont
maintes fois daign rendre un just homage I ses
labeurs.

Elle a mis contribution outle la Numidie, qui liii a
fourni de nombreux monuments pigraphiq ues. Enlin,
elle a pens que ce i'tait point assez d'emlbrasser celte
science vaste, mais aride ou trop srieuse : I'histoire et
lout ce qui peut avoir un intril local entreront dsor-









mais dans son cadre. Chaque lecteur y trouvera donc
ainsi des tudes conformes ses gots.

En effect, le present RECUEIL renferme dj deux
mmoires d'un genre loui nouveau et cependant Irs-
utiles pour connaitre le pays que nous habitons.

Le premier est une notice de Mi. le commandant
PAYEN sur les travaux hydrauliques du Hodna, remon-
tant l'poque de la domination romaine. Ce savant tra-
vail a le mrite d'offrir un attrait lout pai liculier et nous
semble du plus haut iintrt. Les moyens de recueillir les
eaux en Afrique, leur amnagement, l'quit de leur r-
partit ion, la srie d'avantages qu'elles procurent au point
de vue de l'hygine, de la fcondation et des phnomnes
almosphriques, lous ces faits donnent une grande im-
portance cette question toute algrienne.

Le second mmoire est une monographie (le la grande
tribu des Abd-en-Nour ; c'est en fire un assez brilliant
loge que de dire qu'elle est due la science et la
plume de M. l'interprte FERAUD, don't les travaux
consciencieux, originaux et toujours pleins d'attrait, font
aulant d'honneur au RECUEIL de la Socit archologique
de la province le Consiantine qu' la REVUE Af.iccine,
publie par la Socit historique algrienne.

Mais, si nous venons de louer avec justice les collabo-
raleurs vivants, nous n'en devons pas moins un hommage
aux ouvriers de 'oeuvre qui se sont en alls, aprs la
vie, dans ce mystre de tnbres don't nous sondons les
ceirlets i apropos des morts anciens. Que l'archologie







\'!l
i'ait pus besoin, u11 jour, de fouiller dans les debris de
leur tombe pour savoir comment ils se nommrent et ce
qu'ils furent.

En ltle de notre listed ncrologique, malheureusement
trop longue pour une anne, nommons M. Faudon, juge
d'instruction Constantinc. 11 n'a point donn d'articles
dans le RECUEIL, c'est vrai, mais il n'en tait pas moins
dvou a aux tres labeurs de la Socit.

-prs lui, c'est notre ami Paul-Eugne Baclie, pote,
prosateur, rudit; l'art, la science et toutes les connais-
sances Ihumaines lui laient pour ainsi dire families. Sa
mort a t une perle immense pour la posie, l'art, la
science, le dvouerenC t et la courtoisie lillraire et f'a-
ternelle. Nous lui avons consacr une notice qui a t
insre dans le no 41 (septembre 18063) de la H'vue afri-
caine; et M. Berbrugger a bien voulu v ajouter quelques
details qui prouvent son estime pour M. Baclie et l'alfec-
tueux souvenir qu'il en conserve.

M. Seguy-Villevaleix, maire de Constantine et prsiden
de la Socit, n'a cess, jusqu' sa mort, de porter un
vil intrt cette ceuvre de science et de dsintresse-
ment ; plus d'une fois il en a donn des preuves en ai-
dant la prosprit de l'entreprise. liappelons aussi
qu'il a t le fondateur du M.use aichologriqLe.

M. Cordonnier, premier adjoint, continue cette mission
avec une grande bienveillance et un .zle digne d'loges;
lui aussi possde t un degr remarquable le sentiment
de l'art et comprend tout l'intrt que mritent la cra-







lx
tion et l'accroissement de ce muscet. Nous sommes stur
que notire nouveau maire ne reslera pas in arririe de
ses devanciers.

Quelques mois aprs cette perte, nous devions en d-
plorer une aulre, celle de M. Gadol, pharmacien Cuns-
tantine, un ancient du pays, ui ami de la science, un
cur tous dvouements, une me sans fiel, une main
toujours ouverle, une figure serene, un citoyen sans
reproches.

On peut dire de lui : c'tait un honm e de bien ; il
attrait pu lre riche ; il a prfr mourir come Arislide.

11 nous rest fire mentir le proverbe qui dit : Les
absents out lotijoilrs forl. Nous voulons parler de M. Cher-
bonneau, que la ville d'Alger nous a ravi. Depuis la
creation de la Socit, il a constamment rempli les labo-
rieuses functions de secrtair e; ses recherches active,
ses nombreuses connaissances et ses savants articles, ont
singulirement contribu lever notre RECJEIL au
rang- honorable qu'il occupe aujourd'hui. Qu'il nous
rende donc souvenir pour souvenir et qu'il continue :sa
collaboration la Socit, qui en sera toujours aussi
honore que reconnaissance.

Donnons aussi un adieu at son dig-ne successeur,
M. le docteur Leclerc, (qui est rest Irop peu de temps '
Constantine. Sa science et son enter dvouement taient
acquis notre Socit, et, sous l'impulsion d'un tel
home, haut plac dans le monde savant et parmi ses
confrres du corps medical militaire, notre RECUEIL ne









pouvait que gagner en prosprit el on reputation ar-
chologique. Mais nous sommes persuade que, de loin
come de prs, il ne nous refusera pas son prcieux
COncollus.

Aussi, travaillons toujours avec une nouvelle ardeur
au grand oeuvre de l'archologie, au grand livre d(e l'his-
loire, ci la resurrection idalo des gnrations passes, i
la restitution des vols commis par le temps, la recons-
truction scientifique des monuments dtruits.

Comme Dmocrite, le sublime plilosophe d'Abdre,
l'illustre fou de la science immortelle, l'Archologie s'as-
sied sur les cercucils, mciile dans les tombeaux, el sort
des lnlbres les Irsors obscurcis et mutils par le temps ;
puis, i l'aide de son flambeau sacr, elle reconnait dans
quelques poignes de poussire les diffirents peoples
disparus, et dit avec Feutry :

ii L, cent toiil-au\ nia eils aux lir is des rlrophles,
SSI:uil des lois de la mnoii les trisles iniLrprtes :
SCes marries ioquiients, miiii: meni s de l'orgueil,
.1 Ne renfernieni, ainsi que le plus \il cercueil.
f Qu'unne froiide poussire nutlrefois anime,
i. Et.qu'enii iail sans cesse ime vaine fumee! !


ll oN PESCHEUX.








LISTED ALPHABTIQUE

DES MEMlBRES TITULAIR:ES







1MM. ARNOLET, imFprimcur-libraire, Constantine.
ASTRII', inspecteur primaire, Narbonne.
AUBEiNNRE, inspecteur primaire f Conslanline.
BASTAPID, sous-cher de bureau la prfeclure.
BELCOUn, lietilcnani, chef du bureau arabe ]Bordj-
1boii-ArrI ridj.
BiiOSSELA.\D -, secrtaire-gnral de la prfecluru
d'Alger.
CAI.EN, grand rabbin ai Colnsanline.
CIAc..\SSIE ES, gomlire,
Cl.IALLAMEL (A), liraire-dileur, i Paris.
CiiEr~r,NNE\AU of, oflicier de ]'Uni\versil, directeur
duL college arabe-francais d'Alger.
COn.DONNIER, premier' adljoint au mairi de Cdonslan-
tine.
DuIN'ANT (Henri), ihomn e de letlres, Genve.
FliAUD (L.) , inlerprtldede l'arni e d'Afrique.
FERRn (l'abb), cur de Pra, province d'Oran.
GILLOTTE, adjoint aiu maiir de Constaniline.
GINrsnGn, missionnaire \anglique.
GUENDE (Jules), granti le I'Africain, Constantine.
tnAMBnoouRE procurer imperial Conslanline.
JOFFRE, juge de paix 'i Constantine.







\11
1MM. L. .luuiou11 sl, culisciller de prl'L'fecltur'.
IA..\M Elrr, secrFlair e de la municipalil.
LANNOv (de) 0 ., ingnieur en clief des ponis-el-
clhaisses (e la province tle Constantine.
,i\uiin,\u, inspecteiiur des btiments civils h Guelna.
LEBz E:04 iuginiiur des plons-:l1-cllaussecs, en mis-
sion i 'Tunis.
ECLERC.I:: (L.) In ,l.'ecin-Iiju,' l( Ire l' class.
IlTiJ.'rlI. N conserI'valetil deCs cUn X :l Il 'or ts.
Lui., coinseillier iunii ipal, dfenseuir Conslantinc.
MAitci:\, directeur de l'cole ccmmuin nale.
MAl\ iLE, imprimU r-li i braire, h Conslantine.
IMEURS a, nrchitecte en chef du dpartement.
Ml-vus -, ingi nieiur enC clielf des miniiiis du dlparie-
iment.
MOLL (Charles-Aug.) ., capitaine du gnie, Paris.
MoussA.\n pilrolessi"'llr an colli ge de Conslantine.
OLiviEI, principal du Lolge de Co ns antine.
PAVcN ., [apiltaine, commandant superieur du
erclie de Bori j-boui-Ar ridj.
PlIG\LLL :;, capilaieii Bislara.
HlMlioN I'ESCHEUX, correspondanlt de la Sucit bis-
hi aque <1li 'lcri l nic.
I El3.oN, archilecl te te l'arrondissement de Constan-
tli e.
VAYSSETTES inlerprle-trad ucitur asserment
Conslanline.
VICRi.Y, employ du service municipal.
\'riTAL, 0 j, mndecin en chef des hpitaux militaires.
VIVIez ns, inspecteur des domaines, h Conslanline.
YASNVILLE (d') f, capitaine au 6e lancers, Maubeuge.






XIII


MEMBRES lHONORAIRES.

MM. ALBERT (d') de LUYNES (le duc), i0 membre de
l'instilul, '..
BERBRuGGER (A) O membre correspondent de l'Ins-
titut, conservateur de la bibliothlque et du muse
d'Alger, &.
BEULE 4., Imem1l:e (le l'nstilul, professeur d'Ar-
chologie i la bi)!iolhiquie impriale.
CREULY, C f, igneral du gnie.
DULAUtI iER (E. 4 professeur a l'cole impriale
des langues orientales.
DLuIET (le docleur), maire de Nuits.
ESPrIN.A 7, consul de Fiance Soussa (Tunisie).
JuoDA (le docteur) 4, ex-secrlaire di comit de
sanlt des armes.
L.\cnoix Frdric) ancien prfet d'Alger.
NEVFU (de) C ., gnral, commandant la subdivision
dle Dellys.
RENIER (Lon), 0O i, mermilre ,de l'Institul, adtminis-
irateur de la bibliotlliheqe de la Sorbonne.
ROMEGUERE, liomme :le leltres Toulouse.
TEXlER membre de l'instilut.



MEMB[RES CORRESPONDENTS.

MM. AUCAPITAINE, sous-lieutenant au ~ 6e de line.
BOISSONNET (le baron) 0 4, colonel d'artillerie,
membre du conseil gnral d'Alger.






XIV
1MM. BOs\AI.ET 0 ( lieutenant-colonel. commandant su-
prieur ilu cercle de Bougie.
BRno (le baron) ., commissaire civil de atina.
CECCALDI 0 D inspecteur du service medical en
Algrie.
CnEUZAT, directeur de l'inslitulion de Ben-Aknoui0n.
DELOCHE ., chele de bureau au minist're d(es lia-
v'aux publits.
L)EVILLIEIS Z, capilaine, ancienC commandant sup-
rieur du cercle dc'An-Bda.
DUVEYRIER (11enri) :., gographe.
FOUBTIEti, home de lettres.
Gi.noNcounT (de) 0 $, lieutenant-colonel, chef du
gnie Constantine.
GRELLOIS (le docleiur) O~ secrtaire du comit de
sant des arllirs.
LANGLOIS (Vitor), secrtaire e la Socit Orientale.
LAPASSET, C O, colonel, commandant suprieur de
Moslagannm.
MARECHIAL capitaine du gnie, ancient comman-
mandant suprieur de Souk-Alhras.
1-'OULI.E, vrificateur de des domaines, I Bne.
\ATEVILED (Ernest), clef de bureau la prfecture
d'Oran.
lMIL.ocIIN e, directeur des domaines, I Blois.
0. MALc-CmAri'I, ingniceu-gograplhe, Alger.
RoGEn (.R.) conservaleur du mIuse de Plilippeville.
SACIOT (Octave), liomlme e lettres.
SERnoA 0-~, colonel, commandant suprieur de la
subdivision di, Bailna.









MEMBRES DU BUREAU.

P'c.idents honoraires :
1M1. Le gn'raln DESVAUx, G. 0 ICoJIllmannani suprieur
le la division;
LAPAINE 0 C), prfet du department ;
CONTENCIN ilI e) 0 m, inaire de Consantine.
Pr SSidet piOt 1'un'1 i 1i84 I M. MlEvus .
'ice-prsid, nl : -l. I.,iounoux.
Secretaire : M. LECLERC n .
1'ic -stecrdh'tirc M. FiRA\uD .
'Trsorier : M. RiiOND.
Bibliotheciire : Ml. : .MARCHAND.
Pair suite du d'pai) de Coiniitantilin de M le docteur LECLERC, la So-
ri't a Ii'r:teild, dans ;a seance du -8 avril, it de nouvelles elections .
Ont l ninnli.'s :
.Si'rrilir, : M. FLn.\r'i I'ic-Scret itIrI : M. .',\ssETTEs .


C'onsniiuinios i clinrgge e I'exnnaieun des ninmaiiicrits
MM. L.mo~10oDRux, prsidenl.
LECLERC ~.
OI.IVIER.


SOCITS CORRESPONDANTES.
Instilut archologique de Rome.
Socil impriale des antiquaires de France.
Socil historique d'Alger.
Socil archologique de l'Orlanais.
Socil d'ludes scientlifiques et archologiolue.s dei Dra-
,iignan.






XVI
Soc:i-t impriale d'agriculture, sciences el avis de Va-
loncien c es.
Soci,t .Irchologiqui de i Cllerclhel.
Institute gyptien.
Socit dets antiquairs dle Picardie.
Socit iiiiriale dl'a riculii re, sciences et arls d'Agen.
Acadmie dl'llipponc.
Socit arcliologique (le Sens.
Socil des Antiquaires de l'Ouest.
Socicl dles antiquaires de la Morinie.
Comil Ilainand de France.
Academic impriiale des sciences, inscriptions et belles-
lelires (le Toulouse.
Sociil dIflmulalion de Montbliard.
Socitlc Iiistoriquc et archologique de Langres.
Acadmie du Gard.
Socic,1 deals sciences naturelles et archologiques de la
Cri uso.
Socit des antiquaires de Normandie.
Soci d'arcliologic et d'histoire de la Moselle.
Socilti di'elhnographlic orientale Ce amricaine.
Soci.le acadmilque l'archologie, sciences l arts du
dcplirlement deo l'Oise.
Socile d'arcliologic et Comil du miuse Lorrain.
Socilct hlistorique de Castres.
Socict arclsh ologique, scientifique et littrairc tce Bziers.
Acadmie ldes sciences, agriculture, rtis et belles-letires
d'Aix.
Socil d'mulation dlcs Vosges, ai El)inal.
Sociel pour la conservation des monumeiints liistoriques
d'Alsacc, a Sirasbourg.









NOTICE ADRESSE A M. LE GNRAL DESVAUX

Cuniniaidaiil ll 1.1 %i\ni'i
Fi Prisid, ni Hol ouraire de la Sixlci Archiiuhl.liilir
SUR
les Irar(n.r hniy/ra nl/ qf,'s ulcie'ns, don't il e.riste enm e
de nomlbreux resliges dans la parli,' do Ilodmt
flpriidant de I P'rioinc le i(..onilan!ine.




1'I ''. (I;OGRAPlIII-l IIISTORUnQUE.

Toile personnel cqui a jetl les yeux suir une CnIlc e de
I'A\lgrie a remari'qu l'immense plane situe aux confines
des provinces d'Alger cl de Conslanline, it environ
1'-5 kilomtres au sud du lilloral de la Md.literrance.
Celle plane, ou mieux cetle conlire, at laquelle l'in-
vasion arabe a donn le nom de Ilodna (1), apparienail,
avant les conqu(lles de l'islamisme, la province i.du Zab,
en foumait la parlic septentrionale ci avait pour chel-
lien adminilistralif SIt if, mtropole de la premii' re Maturi-
lanie. ('Procope, d Belleo fandalico, lib. Il, cup. XX.)
A la Im1me porque, l'glise cilrlielne, alors un peu
cntaclie du schisme donaliste, lait solidlement ilablie
dans le Ilodna, el y complain les siges piscopaux de

(I) .;,C signifie la brasse continue dans le bras ; or, la plain
du Hodna est embrasse ou entoure par les bras dedeux chaines le mon-
tignes. (Voir la carte no 1 de l'album joint i cette notice, et plus loin la
constitution gologique du bassin du Hodina
Le mot ,' signifies aussi courer, et ,S"' l'endroit o
l'oiseau couve ses oulfs. NUTE ili: LA RDACrTION.
I









I'.as; lluiin-(:.llcii se, Mac i, ustiniani, Z;la i el Ar'as (1),
Ilont los positions topographiques onit t rcemiment
reconnues et sont excitement dletrnincs aujour-
d'hui (2); ces qualre cits occupaient des stations im-
portanies sur le parcours de la prinlcipale line de com-
munication des possessions romaines en Afrique, grande
voie qui reliait Carthage Csaic. (Ilinraire d'Anto-
nln, III, C.)
Le pangyriste de DBlisairc, dj cit plus haut, rap-
porte (au miime livre de la guerrc contre les Vandales,
chlap. XIII) q(u'au-delt du Mont-Aurs (A}urasius mons),
vcrs I'OccideIn, s'dltend une grande et ferlil codntr'e.....
Quel est ce pays, don't le nom n'est pas indiqu par
l'lhistorien de l'occupation grco-romaine?... L'orienta-
tion semble le designer, et d'ailleurs la qualification de
grande et ferlile contre ne peut appartenir qu'au
Ilodna, encore aujourd'hui dans les mmes conditions
agricoles, et o l'attention du voyageur moderne est
allire chaque pas par des ruines de villes, de poses,
de camps fortilis, (les tronons de routes, des fragments
de mosaques, etc., constatant qu'une civilisation avance
y a faith un sjour de plusieurs sicles.
Un autre signe apparent d'exactitude dans l'application
au Ilodna de l'expression de contre fertile employee par


(I) D'apirs bMorcclli (.frica Christiana, vol. I, coin 11), les noms des
(*.'qucs connus sont : pour Cell Crescitarns en .181. ; pour Macri, Deu-
lerius (d'onaliste) tl 5S3 Silvanius en 405, Flix (donalisle) en .ll, et
litsluuiis en .18 ; pour Zabi, F-lix (donatiste) en 562 et Possessor en
4i81; entin >our Jras (,cl Area, vcl Arcina), Cresceniianius en 411.
(2) Voir les .lAnnuaires archologiques de la province de Consianline,
de 183G 1802.








'i
- J


Procope, c'est la trace indestructible d'unei installation
rurale, solidement tablie sur tous les points, paraissant
dnoncer que I'agr culture y a t en 11onneur. Toutlefois,
si l'on peul en itiuger de nos jours par la r, ultiplicit
des vestiges de hameaux et d'habitations isoles, proba-
blement de fermes ou exploitation agricoles, prs des-
quelles on rencontre sotivent, soit un puits arlsien en-
sabl ou un puits ordinaire (1), soit une citerne, et tou-


(1) Les anciens puits du mode artsien, %isits et reconnus par l'au-
teur de cette notice, sont les sources jaillissantes dsignes par les indi-
gnes sous les noms : d'Ai-Qob-bein-ilennam, [ l'onist du Fened, ma-
melon rocheux qui fait cap sur le lac ; une autre source l'est de ce cap ;
An-el-Bey ct An-el-Hadjar au sud-est du lac; deux autres doni, Ain-
Qob, situs gauche et droite de Mlolta-Djedien ; Aii-Nakar, Amn-
KEibba et An-Taboucha au nord du lac. Ces puits aitsicus sont chelon-
ns des distances presque gales, sur le parcours d'un chemin de ceiu-
ture qui faisait le tour du lac sans jamais s'en loigner de plus de 5
6 kilomtres. Les indignes assuient qu'au sud-ouest du lac il existed des
fontaines du mnme genre, entire autres An-el-Amia. Si ces donnes sont
vridiques, le bassin aitsien exploit par les anciens habitants du Ilodna
devait avoir environ s0,000 hectares de superficie.
Une paiticularit de ceux de ces puits artsiens les plus ensabls, tels
sont : celui situ l'est du Fened, Ain-el-iladjar, Au-el-Bey et les deux
de blokta-Djedien, c'est que les suiniements des eaux ont retenu, prs des
ouvertures, les sables appoits par les venis et en ont former des dunes
plus ou moins leves que l'on aperoit une assez grande distance dans
la plaiue.
Quant aux puits ordinaires, il s'en trouve de construits, et l, dans
tout le Hodna, toujours prs des ruins romaines; la plupart sont com-
bls par les alluvions de la plane et on ne les remarque qu' l'orifice en-
core bant et souvent orn d'une margelle en pierre de taille gnralement
use par la corde qui a servi puiser l'eau. Telle est l'incurie et la pa-
resse de l'arabe, qui prfre se plaindre continuellement de manquer de
l'eau ncessaire ses besoins, envoyer sa femme la chercher de grande
distances, plutt que d'oprer, sur le lieu mme de son campement habi-
tuel, le simple courage d'un puits tout maonn, prs duquel il est chaque
jour en contemplation et qui, depuis des sicles, lui olfre d'tancher sa
soif... (Voir un example la planche t5 de l'album.)







-


jourtis sIs a:i ig n es n ierres de laille (1). Cependant, lus
indices qui pricdent ne sont pas les marques les plus
cerlaines de l'tat florissant de l'agriculture dlans la
ilai in du Ilodna, sous les Romains ; il existe encore sur
le sol des donnes plus coinvaincantes iqui sont l'objet (le
ellce notice.

S2. TIIAVAUX IIYDnRAULIQUES ANCILNS.

Le voyageur dsi'eux d'tulier le pays qu'il traverse,
,pise, d'abord aux sources de l'hisloire et de la geogra-
jitic, plis il continue ses recherclies en visilant Ils pro-
vinces, les localilts et les choscs inltressantes qu'elles re-
celent. Celle melliode porie loujours pour fruits des
enseigie. nienI ; nouveaux Co utiles, lorsqu'elle est suivie
av'ec ipers rance, qu:l que soil Ie butl de l'exciusion.
Ainsi, le clapire precdent done un apercu de l'ins-
lallalion romaine planss le Ilodlna et de la rpulation de
ferilill don't jouissait celle plaine au imomeint o les
Vandales en taient expulsis par lIlisairc (anne 534. de
.lsus-Clirist)... Ce chiapilre et le sui\ant exposeront les
rsultats d'explorations rcentes.


Les dlernires expllorations ont di,nonc, entire autres
dcouvertes arclologiques, dles vestiges de conlstL'uctions

(I) A lii etb l-lla.,, ruinQ roninini siliiie iu ceniirc e lu llodna (an rnorl-
onit t dlu b:c et 'iliiron S2 ,iIomilUrvs au sud ier Mc1eilA'), et par iuilt',
loin ,;I.' 'ai iiites do' iiirri.-, chi;iiqu' ibiialion nva.it i.ulaire' aige.- en
plfilic litiouil.* l'tili S'li iic t';ir etC eIlierr i' I l fi iiir sol. iVoir I'.lliiiiii
ies ca.lis h tl dJ'si in Il:nichi's I, 14 et S .) On itl aussi sur le sul de
cu'itr ruinue les It'sl'S il'iniiu Isasilii i'e, d'iiii autre nloiiinnInl inipollanit, iL
.le nuiiiii rcux dJEIris de jarres, de ipotl ries diverse et de. moulins .i bras.








hiydrauliques suir cheque rivire oun orrint prsenlant la
moindre importance par le dbit de l'eau qu'il est sus-
ceplible le ouriiiiir, suil pour 1 le besoinrs d'un centre d1::
population, soit pour les irrigalions de la grande cul-
tlur. Le plus souvent, ?es resles l 'rena iues sur les points oif les grades valles dl-
bouchlient dans le Iloilna ; il on existe aussi, plus bl is, i a
milieu des lI-rres et des mrines romniine : les piremiei'-s
i|appanurlaennienLt des barrages etl des bassins de rele-
nue; les seconds, des canoau, aii des arliteducs et l dles
citernles. Les uns et les i autres oni I, exculs t a i m loen
die inalrianux trouvs sur place, soil du ciment el des
cailloux roulds, lcomlposant des blocs d slides que la pioche ne peut y fire lbriecle
De l'ensemble passant au _ltail, ces monuments olnl
tire' signals dans l'ordre de la position topographliique
des course d'eau sur lesquels ils se troiuvent, en tommen-
ant par ceux slius vers l'ouest de la ilaine, et alec
des indications au double point dle vue de l'archologie
et de l'agriculture.

1.

l 'in.s i t'I(un barraje cl (i'un canal .*' 1 'O .'i-C/elat,
au poini dil c.d--jir.

Des versants sud du [.jbel-Dira et du Djebel-OueLn-
nor'a descendent de nombreux lorrent!s, leunii-ant
leurs eaux l'enire de la plain, dans liin miIme lit
portant le nom d'Oued-el-llamn, en amount du canton de
ed-Djir et en aval celui d'Oued-Chelal, conserve dis
lors jusqui'au, lac I i -Sebka. L'tendue de pays traverse',


F,







4; -
par l'Ouell--IIam et ses alfliuenis, depuis leurs sources
jusqu' icd-[Djir, n'est pas moins de 70 lieues carries;
aussi, ce torrent est-il sujct (l des crues considrables,
qui sur iiientn accidentellement la suite des orages ou
des grandes pluies, et annuellement aprs la fonec des
neiges qui couvrent les montagnes pendant plusieurs
mois de l'hiver. (Voir l'album la care no 1.)
Le nom dItl point o affluent ces masses d'eau, cd-
Djir, signiice en langue arabe barrage en chaux; en
eflet, il existed dans le lit et sur la berge droite de l'Oued-
Cliclal, les ruins d'un barrage en bton construct, dit
la IrIgendt par les anctres des habitants actuels du
pays, les Ouiled-Sidi-Draliiim, du cercle dle lou-Saada.
Est-il prudent de s'en rapporter i la lgende pour fixer
l'poque de la construction du barrage de ed-Djir?....
Cette induction serait au moins aventureuse avant qu'au-
cunes fouilles n'aient t faites et aprs une simple ins-
pection, sachanL surlout que les Arabes n'ont jamais t
capable d'exciilr des travaux de ce genre. (Voir Ai
l'Album les planches no0' et 45.)
April's avoir t dtournes de leur course par le bar-
rage, les eaux taient diriges sur la ri\'e droite de
l'Oued-Chelai par un clienal en maonnerie don't les
traces paraissent encore, de distance en distance, jusqu'
plusieurs kilomi-tres (1). L commence un territoire de
plus de ,,500 hectares auquel les Ouled-Sid i-Bralim onL
essai, il y a cinq ou six ans, de rendre le seul lment
le fertilitl dle la contre ; mai s aprs dix-huit mois
d'clloris inouis et dignes d'un meilleur succs, la pre-


:11 Voir I'aII'ini la cartc iopographiiiic i n 2







-7-
minire crue a prouv\ que leurs moyens sont insullisanis,
ou mieux que l'argile, mme souenueS 1 pear des racines,
ne peut rsister a l'action d'une masse consil.ralle
d'feau cournnte.
L'ancien barrage. est encore en l)on atl lde conserva-
lion, sur une longueur dle cinquante mltres, qui pour-
ronl ire utiliss un jour en rtablissant la brisure large
ic dix mtres, lbrche sous laquelle le lit du torrent offre
un fond de poudingue ; seulement, il v aura lieu d'c\i-
ter la faute commise par les premiers constructeurs, qui
n'ont, pas remarqu o0 n'ont pas tenu compete, que les
poudingues taient forms par lames peu aIldhdrentles
entire elles et n'ont pas creus de foundations pur con-
solider leur travail.

11.

Ruines de barrages, d'un bassin de rclln u, de ncanulei, ci
de citernes, sur les deux rives de l'O u'ed-Le;/ounwHfin.

L'Oued-Legouman a ses sources sur les versnnts sud
de Djebel-Klefi, don't le soimmet est covert de neiges do
novembre avril. Ce torrent, rapide et souterraini in
certain endroits, reoit les eaux d'une valle profonde,
aux flancs boiss et accidents, don't la superficie est ide
25 lieues carries. Bienlt il entire dans le Ilodnarp ar-
rose les cultures de Fagus et de Djessessia ; puis son
lit, le plus souvent sec, serpent t travers la plane
pour alleindre le lac, aprs un parcours de -5 kiloimres.
Les vestiges de quatre anciens barrages, don't l'infrieur
a d(i tre un bassin de reenue, se succdenit ici a des







-8-


interalles dl'emvirou 3,500 mItres ;'t parlit des dernirees
jcilles.
Le premier en amount est appel ed-Fagus; on n'y
voil plus que de petils blocs de bton disperss i et l.
Sa position aurait t parfaitement choisie en face d'une
oi:rge qui permet de conduire les eaux sur le ter'ritoire
de Fagus jusqu'au Coudiat-Suam, voisin lui-mme du
canton de (ed-Djir. (Voir l'album la planche n0 5.)
A\usi, les Ouled-Miansour ou Madhi installs Fagus
s'ingnient-ils, avec une persivrance admirable, r6ta-
Ili la leve dIe terre, en lui donnant pour soutien des
brancliages que les eaux emportent a.claque grande


Le second est dcsign sous le nom de Ced-Djessessia.
II n'en rest plus qu'un bloc de bton de 7 iiitres de
long sur mlltres 50 centimitres d'paisseur, avec l-
xation de .i4 mtres au-dessus du sol. (Voir les nos 6 et 7
de l'album.) Cette muraille avant faith obstacle au cou-
rani, celui-ci s'est creus un nouveau lit plus droite,
lit dans lequel les Arabes ont lev une digue peu solid,
qui souvent rpare, reported les eaux dans l'ancien canal
pour tre utilises aux irrigation de Djessessia.
Le troisime barrage, quoique beaucoup mieux con-
serv que les prcdents, est cependant abandonn et n'a
reutiiucune denomination des indignes ; come celui
de ( ed-Djir, il serait facile de le rtablir, i peu det frais, et
il a dle plus l'avantage de possder une citerne sur la
berge droite et la naissance d'un aqueduct, duquel il
rest ldes traces jusqu' Coudiat-Ouglif. (Voir les plan-
cl:es 5, 8 et 9 de I'allbumn.)







-9-


Un mot suir ce point ld'Ouglif, appel aussi Klicirbel-
Djessessia :
Coudial-Ouglif est un lmamielon isol, de forine co-
nique, dominant le course Ide l'Oued-Legouman et lev
de 10 mtres au-dessus du niveau de la plane d'o il
est aperu de grades distances; couronn d'une conrs-
truclion antique, il est entour, de son sommet, a sa
base, de ruines romaines qui, sous le nom de hierbel-
Djesscssia, couvrent les environs sur une tendue de
100 hectares; au milieu de c es vestiges, traverss par
ceux de la voie qui reliait autrefois Zabi A\ras, on re-
connati les emplacements des bains, de temples ou lasi-
liques, ct des dbris de colonies et de pierres sculp-
tes, etc.
C'est encore au milieu de ces vestiges d'habitilions ag-
glomnres, que se voient les restes du quatrieme et
double barrage, ,u plutil vaste reservoir avant pour
cs les berges de la rivire el deux barrages tablis a
400 mtres de distance bassin de la capacity de
'1,200,000 litres. A 100 mtres en amount, l'eau source
sous les graviers et probablement tait retenue par le
barrage suprieur, avec moyen de l'introduire dans le
reservoir. . Les arabes nomiment celle filtration /uiioeul
Oi',lif... (Voir les planches 10 el 11 de l'album.)
Pour complter ce systme, un canal parlant diu r-
servoir longeait la rive droite et aboutissait, aps un
Irajet de 1,950 mtres, une ciierne adosse sans doute
un distributeur. ,Voir les planches 12 et 13 de l'al-
bum.)







- 10 -


11.

Ruines de barrages, bassins de revenue, aqueducs et
cilernes sur l'Oiued-Qrob.

La rivire la plus important du bassin du Hlodna, et
sans conitrdil la plus abondanie en eaux dans les lemps
ordinnirest, est l'Oiied-Qob, qui a aussi des crues prio-
dliqles et necidentelles Irs-considrables. LOuctd-Qob
prend naissance en lfice de Slif, au Djehel-Braliain,
couple sous la lMedjiina reoit en aval de celle plane
ondule de nombreux alllienis clsceccndanils des versanis :
est du Djelel-Klef, sud du Djelbel-Neelnen ct du Djebel-
Oum-cl-ITican, et nord du Djobel-.3lndhid, loules monla-
glies lirs-eleves, boises ci couvertes de noig- cii Iiver.
De ses sources iL l'enire du liodna, l'Oued-Ocol a un
course de 85 kilomtres et la supefici.j de sa valle, large
dans le haul tl resserre a lbas de la Medj;.na, est de
52 lieues carr'cs ; ces chiffres ne comprennent pas
40 kilomtres de parcours ;t ravers les terres, cultives
ou cullivables, qui s'tendent du pied des monlagnes aux
abords du lac. (Voir la plancli 11 de l'album.)
A la sorlie le la valle, commence le terriloire des
Bcni-Msil, autlrefois celui cle Zalji, sur lequel le visiteur
rencontre i cliaque pas des ru'ines romaines, lui impo-
sant de reconnaitre qu'une population trs-dense a di
lia ilcr ce district.
Au milieu idu lablvrinllhe, de vieilles murnilles croiles
et de pierres parses, on distingue des consitruclions hy-
dra;iliqiies Iris-imiiortlanles, avant pour point de lpart







- 11 -


les berges de l'Oued-Qob, un pun au-dessus dtes jardins
dle la belle oasis dl ilsila. L, les vestiges dl plusieurs
barrages e succdenti. des inlervalles trs-rapproclhs,
faisant supposed que leur ensemble, format un vasie
bassin a compartments qui distribuait la reserve d'eau
sur les deux rives.
En effet, ce reservoir avait deux issues sur ses flancs :
*10 Celle dle gauche tait un aqueduct alimen tan, de
proche en proclie, cinil cilerne s de miiivonne ncpacit,
avant d'aller aboutir, 5 kilomtres des barrages, dans
d'autres cilernes plus grades runies au centre des rui-
nes de Zabi, aujourdl'hui liherbel-Bchilga. Au faite de
i'aquedJuc rgnait un double chenal don't chaque voie
avait 0' 0 en longueur et OL11O e n hlauteur, mais rien
n'indi-que plus, exactement, si ce chenal tait reco'uvuer
ou ciel ouvert. (Voir la planche 19 dle l'album.) L'en-
semble de l'aiqueduc reprsente une crmaillrLe don't
chaque crochet est occupy par l'unme des cilernes dsi-
gnfles ci-dessus, citernes qui devaient faire ollice (le filtre
en recevant eti rtemant on dpt la vase charrie par
les eaux bourbeuses de la rivire.
Aucunes fouilles n'ayant l pratliqu.es, des indications
plus dtailles ne lpeuvenlt 'tre donnes ds present :
il semble cependant possible de diduire ici une hypotlhse
parfailement acceptable qui assignerait la p)riode d'di-
lication des travaux hydraulic ues dans le Hodna. L'aque-
due de Zabi tani du mnme genre construction, en
bton et cailloux rouls, que les aul.res vestiges e ra-
vaux hydrauliques existant dans lout le llodna, n'esl-il
pas judicieux d'admettre (que celui-ci et les autres onl
t excuts, si non simultanment, au moins a la mime







H -
poque et par un mme pieuple; or, il est probable, si
par lors de doute, que l'aq iued uc de Zabi a t rig nu
temps o cette ville dlevait tire ldas sa splendeur, et ce
temps tai sans cn dl,ns elui o ile l'occtpalon ro-
ilaillO, o1 peu t donc, sans ,ro p se hlasarder, conclure
que les n ombreuxm 'estiiges de Irav.ru. hydrl uliq ues exis-
fta t t(luns loutl 0 Ilodnu .sont une ui,'re roi>ainec.
00 L'issue de droile du l'assin etait une conduile in
maeonnerie dirigeant les eaux d'irrigation au loin dans
la pilaine; il en rest encore de belles ruines sur la rive
inine dle 'Oued-Qcob et dix piles d'uc n ponlt-aqIediiuc au
Passage du ravin dit Oued-Il-[lenia. (V\oir les planchles 14.,
-17, -1 119, l. 0, 'l1, 22 et l de l'album .)
Avant de quitter les environs de Msila, il y a lieu ne pas oinellre ce (Ici existed aussi au nord et prs de
Bclsilga, Sur l'Oued-,el, peli torrent presique toujours
Sec et ne rcc'valt 'll e;ai qt'aprs i s d allies alo onlantes ;
mais il est :t slupposer qul'auillreois on y faisait aboutir
un canal dle dri'atlio n parlant die l'iut des arrangess de
i'Oueld-Oo sans quoi le distribuleur a\ec cilerne el
l'aquedluc don't les v-eslip,es soni prs dles res s auraient
t dl'une ulilit secoiind ire. (Voir les planclies '1. 15
et -10 de l'album.)

rr s, cana:ux, (aq(iu'ducs et ciiternes dans l'est
du Jlodnm.
Des travaux hydrauliques iti mitme mode que ceux
indiqu(-s sur l'Oued-Clielal, l'Oued-Legoumian et l'Oued-
Qcob ont exist sur l'Oued-Selman, I'Oued-Mnaifa, l'Oncdl-
Magra, l'Oucd-,arika, I'Oucd-ben-Mazouz, et peutl-tre
aussi sur l'Oucil-l;il'.







- 13 -


L'Oued-Selman, alimenl par les neiges des versants
sud du Djebel-Mladhid, a l'imporlance de I'Oued-Legou-
man, et de plus offre l'avantage de n'avoir jamais son lit
Ssec ; cependant, on y remarque bien peu de traces
de constructions h yd rauliques.
L'Oned-Mnaifa el l'Oued-Magra sont i peu prs dans
les mmes conditions que l'Oued-Selman ; seulement, il
exisle encore sur l'O ued-Magra, rive droite, les restes
d'un ;'queduce.
A l'exirmil est du Ilodna un grand course d'eau
gale la source abondanie rde fcondil de l'Oued-Qob ;
pregnant naissance dans le Djebel-Tourgour i I), non loi n de.
Baina el 2,100 mentres au-dessous du niveau de la mier,
il Iraverse le Belezma, y reoil divers afflluents, commei lui
descenldani de lihmes rnoningies, cells dles Ouled-Sellem
el Ouled-A li-len-Sabor t gaiiche, et des Ouled--Sullia n
droile, et api s un parcours de plus de 80 kilomtres,
il arrose le canton de Barika, auquel il done son
no m.
Pri' de Barika, come prs de iMsila, l'antiquii avait
sa ville norissante, sous la dtsignation de Tubuna, que ses
ruines onl conserv jiusqu' ce jour.i' Au center de Tu-
iina comiime ai centre de Zabi taient de vastes citernes
alimentes ici :par deux aqueduct s (voir la planche -Ire de
l'album); l'iun, en parties respecl par le temps, y appor-
tait les eaux de l'Oue'd-Barika, ci. l'autre, implement in-
qu par une lgre depression d.u sol et quelques blon-
nages, celles de l'Oued-ben-Mazouz. La remarque faite

(1) Nous pensions qu'il laul lire : )jebel-Toigoutrt, ainsi qu'on lit sur
les cares. NOTE DE LA RDACTION.







- *.i,. -


Zabi pour I'poqle d'dification dles travaux hydrauliques
du Ilodna s'applique aussi .i Tuiibna, o tout semble d-
montrer que ces constructions sont l'ouvrage des Ro-
maiins; malhlicureusement, aucun monument pigraphliqlue
nie contrlc encore celle hyp)othese.
Aprs avoir reconnu l'existence de tant de vestiges iin-
portanis de consiruclions Ihydrauliques, exculces dans le
double but de satisfaire aux besoins de centres de popu-
lalion et d'arroser, au moyen d'irriga lions abondanles,
plus de '100,000 icctares (le terres naturellement fcon-
des, n'est-on pas en droit de croire li'laL florissant de
l'agriculture de la plaine du Ilodna dans l'antiquit.


Bordj-Bou-A:rrridj, le Iler avril -1803.


Le Cap.ilaine ('1),

PAYEN.


(1) Auijoui-1,11i11i iiiiilllil










LE MONUMENT DES LOLLIUS ET APULE


I


LE MONUMENT DES LOLLIUS

Un des plus beaux resics de l'anliquil romaine, sinon
le plus beau, que l'on puisse \oir aux environs de Cons-
tanline, est le monument des Lollius. Il y a quelque
temps un lieureux hasard nous le it rencontrer sur notre
rouie, dans une excursion chez les Mouya, et nous consa-
crimes son examen tous les moments don't nous ,pmes
disposer.
Ce n'est pas une dcouverle que nous venons annon-
cer, puisque ce mronument a t vu et reprsenl il y a
une dizaine d'annes ; seulement, nous croyons qu'il a\nit
mieux qu'une sore d'oubli, que les mentions par Irop
sommaires que lui ont consacres deux ou trois archo-
logues.
M. Creuly le vil en 1852, et le premier Annuaire de
la Socit Archologique de Conslantine en donna, d'aprs
lui, un dessin, sans texte l'appui, mais reproduisant
assez exactement l'ensemble et les proportions du monu-
ment restaur.
Avec M. Creuly se trouvait M. Renier, qui dans son








Recucil des Inscrilplions de I'Alyrie, n'a vu 1e monument
qu'au point de vue pligraphique.
lcstc noire regrctllble ami, .M. Delamare, qui l'a fait
enter dans son Aclioll''lic. lMais ce magnifique outrage
n'a pas de texle (1 l'aplpui de, ses Iplanches. De plus, M. Dela-
mairc se scr;it aid, pour les inscriptions, d'un do'ssin de
M. Boi.ssoinnel, ainsi quc le rapportc M. ecnier. Or, lcs irans-
criptiolis dle M. Boissonnel, relates par M. nlcnicr, nous
les avons reconnues inexactes. Raison nouvelle pour ci
rtablir la lectu e. D'un aulre cl, les rapports 1iroils
Ilui rallaciChent c. lbeau moriceau dl'arrchitecture iune
inscription du lileneg, rapports v'agIuemen indiqus par
M. Creuly, n'ont pas t suflisamment lallis. Enrij,
nous croyon q il s 'iest rps d'nappeler l'allention et lasolli-
citudiie de I aloril sur un monument qui intresse encore
sous d'anutres rapporils. Voil pourquoi nous en parions
sous l'impression loule rcclte que sa vue nous a suscile.
Le monument dles Lollius esl silu 4. lieues N.-O. (io
Consantiine, mi une lieue I'est du liheneg et une gale
distance du conllueint de l'Oued-Smendou et de l'Oued-
el-Kbir, au lieu dit Ellicri par les indignes.
En suivant la route qui y conduit du Ilamma, on ren-
contre sur la droite deux ou trois groups de ruines, d'iune
superficie peu tendiue, accusant plnlt1 les villas ou des
fermes que des centres de populations. Nous n'y avons pas
trouv de pierres inscrites, mais, dans la plus rapproche
tlu iionumenii, des fragments de colonies, et un peu plus
loin un chapiteau perdu nia milieu des cultures.
Le monument couronne le soinmet d'un massif don't
les pentes descenenin t i l'Oued-Smiendlou, distant environ
d'une temi-lieue. Prs de la riviroe se voit lne auire


- 10 -







17 -
pilil e ruine. Comme n lous alirn'un Iienild occasion de I',
redire, la famille des Lolliu avait sans ioute des pro-
prilts considrables dans ce ca ilon.
La forme du tmiontumnt esI ce lle I'nn lamiboiur ou d'unu
cvlindre creuxi relev par ni i s-'lbassi'I nenlt c une cOr-
niche isurnonle d'une assist forniant allique.
On est frappil tout d'nlord pi;-r lliarmonie de ses ipro-
porlions don't les d inails riap[)Jllent d'une faon curie is,
notre systme mcltricque. C'est une observation Ique nos
avons dj faile, il y a bienl61 quinze ans, en tudiant il
Mcdracen. Ses gradins ont jusie un mtre le larger;
c'tait aussi la measure de l'assise suprieure, ainjourd'hui
d mrl l'es.
Noire monument, consi.ruil en Irs grand apparel, se
con mpose de onze assises superposes. Chacune d'elles
ayant cinq dcuim res de iautletur, l'lvation lolale du
nioniinieni est de cinq rmnes et de mi. Le diamire est
de dix.
L'paisseur des parois, iu la parlie moyenne du fuil, est
d'un mire el demi.
Le soubassenment et la corniche sont en saillie sur le
fli de cinquante centimtres, ce qui leur donne deux
mtres de profondeur.
Des onze assises, trois appartiennent au sonbassement,
six au ft, une la corniclhe et ine l'allique.
Le soubassement conlmpreinait, ainsi que nons l'avons
dlit, Irois assises, measure un m ietre et dlemi de hauteur.
L'assise suprieure se raccord.e a' i fit par une srie dei
moulutres. En rais n'aperoit le soubassement que du ct du nord, et en-
g






- IS -


coi.'e (,.Si i<.u'e' elle idm leflhliol' w Au sud<,
le Sn] < I ;(-s iii fui.
l a pai*i vii'.. 1 niIo \-cil1 i l c ii n lriri l n i i mi s-iS-ii s i lii se
comprise dle six a ises cliee uii''11ue iClSl<(1011011= [110;
rnclrcs dle luucu.Claciue d'lesicc'sii'r liai'
cinquanaie, pier-res liirgcs (le six Nous avonis tlieja' lit que la inao der d' un f el t'c d'unii. Trin cis Ilocs sont crensis'~ ' Ipurs
hees SA uiiie et sulriewiI, Wuuw rai de cinq cci -
Ilnlelle dle l:uLeuI snr1 ti de lonpvupr mi aurain de


L..a I\ICflh' wizzIsc 1.11,i aiiiiiiPf ln i lassie supim'merc ,
1111:qui.lale uinsci'ip>Iions o'cuujmalt (-1-chacue une ie 1111
dlune I.11ge iii.ildoubile, ucn i-:'- riirelfs. lha.uc tic cc isci-iSCUi(i5is (-si Lem-
''nca veu sud est la mileux cr'nse.'ve. Celle dle l'est l'est un lien
inoins. Celc le deI'oucesL esi j'resqe CAMPllsil. Celle dii
nordl a comj'ltcunent dlisp'aru. T''luis ces insnuipions sont
rndc'nquies, et c. r'eviendrons tlallcu
La siinface dle ce c\hiiidliue n'est pas unie. A Iciiie point
fin jO I( il. lus pielres sont '.uei1s 11 (l ti de cinq
u'iiel'sde a'c d~<'.1111,1111 (le jrlrei',ce qui
rnpliu,''~~.iheuseneuila mriOrolnie Mline surface
p'lane.
iNo>usa'uus olji dit qjuella coi'nic.he tai li'uu ei-ie't
<:1 sa;illie suui. le fu't, cc qlui dlonne il svs l'h'cs lune pron-
tciiie tl- e d'unue 'aiie a leur i'c uovcilc. pr Ils, mil





- I

chacun de leur c'el, une ol i,, -nvi' ,,i i q0 ueule il'?arondl,
se racci'nrii nt avec une cavil pareille du bloc voisin.
Quanr :'i l'alique, ses lmenis sont pareils ceux dln
ft come forme, come dimne:ii.iiis, come position et
come nilormbre.
D'ap 'rs l'paisseur dles pnraio le nous ;avons dils
d'un mlre et dlemi, le dianin iie ldains eii~ re serait de
sept mnires.
Voil noire monument complex. XNoi~ 'levons di raildniions q ue dix-sept sicles lui ont inii gees.
,Le souili:ssenient et le f'il sonti [pen pirs inil rale-
meniel cin serves. C'est peine s'il vy a a el li queliq es
cCailires.
A 'linuclie de l'inscriplion du sud, la sixime el lerniKre
assise a line lacune de quair e piierres un d deuxr mrtres
eti d nmi, l,nc ne qui exisi e nialiirellernenl aux parilies su-
perposes, c'est- f-dire Fl'a ique el la corniche.
Deux niuires lactunes exislent i la co rniche, de deux et
de qiiitre pierres. Nous n'avons conmpi que ltriene-cinq
_,ierres 'i l'allique.
La parties s;illa;nte dle la corniche esL friq e iimmeni
hrrclie.
En sormme, le monument est peu dgrad, mais une
v,rlgition parasite le menace.
Au nord un trbinthe s'est implanl. entire deux
pierres de !'allique, Igrement carles. Cet arbre, qui
culmple peut-etre plus d'un sicle d'exislence, a le Ironc
de la grosser d'un home, le lend au nord et au sud
deux branches vigoureuses, issues d'une souche i duemi
ronge. Sur la hri e le fa ie la derni.re ;issise pousse
une aubpine.









Oli:il ;' l'inii rieur du monument, I. lfonld i .t ;s i |i .I'1 1
prS dl "iiv ;iii avec le sol extrieur. Il est cnvahi par ries
arirunm lis ;asperges. et des parilnlires. cDe \x ou Irois
blocs, p1il vol]lllllnellx, p[J icc t ll tra;vers ce ltipiis lde \ r-
durp. An sud, sur les parois, solt implants un petit
figuier et un petit irhintlie. a et I se voient aussi (les
asperges.
Le rest (id la suriface est lgcrement ingal, quelques
blocs a;van ; l l rnlges.
A l'exirieiir se voient une quiinzaine de blocs dtachs
ldu monuiiilient on aippuys centre lui. Comme nous l'avcns
dj dit, le sol environnant s'incline du sud au nord, de
telle sorte que le souliassenmen enterr, au sud, apparait
a peu pris comillement ai nord.
Parlons miaintenant dles inscriptions, qui ont aussi leur
inlrl.
De la collaiion des trois (lui restent. nous avons tabli
la restilution suivante :


M.LOLLIO'SENECIONI PATRI
GRANIAE HONORATAE MATRI
L.LOLLIO'SENECIONI'FRATRI
M. LOLLIO" HONORATO FRATRI
P.GRANIO" PAVLO-AVONCVLO
Q.LOLLIVS VRBICVS PRAEF' VRBIS


Ces lettres sont d'iun heaul silc, o'n rapport avec ccliii
du monument. Aucune i'esI lie. Elles reiinlisisent coin-
pldleneltl l'espace conmpris dans leur enIcaidrement.
Telles sonit les variantes que M. IBoisso nnet a donnes
M ltr.ii,'r.


- il) -







- 21 -


COELIO au Ii i de LOLLIO
PAVIO PAVLO
AVVNCVLO AVONCVLO
STRAEF PRAEF

Ci( S v:, ;ifile loi\'iil rlre c;ile s Co, nil e'.rfli' 's.
Noire ,tri',i.-,iiplion dill're (le cell de M. lhe ieir tie un
seul point, la truisi~ine liJnie.
Nous lisons SENECIONI, l u M. l.nie.r lit SENI.
C'estl tellclivemiin: iil cel endri il. qu.i les lierrs ins ritTIE s.
sont le plus fusisres et ilue la lI.eclir- est le pluis ,lillicile.
La position respective de.s l:ttI -, li.,ilbls nous lar;it ain-
toriser notre lecture.
Tel est en frani;iis le sens de l'inscription :

A Ma;rcus Lollius Senecio, mon pi ie.
A ;Grania Hlonorala, ma mre.
A Lucius Lolliuus Senecio, imon frre.
A Marcus Loilius Hlonoralus, mon frre.
A Publius Granius Paul, mon oncle.
Quiiiiits Lollius Urbicus, prfet de la ville. (1)

Voil donc.un monument, sans double un cnotaphe, un
tombeau honoraire, une sore (le rmiausole lev par un
Lollius a cinq inembres de sa famille. Mais qu'lail-ce
donc que celle famille, lailuelle un de ses membres, le
dernier iniscrit, lve un nmonumnient de celle importance
et d'un apparel princier ?

(I) (elle charge consisiaitl r-ii,,.ilaccr, dans la \ille, les rois d'ha ord,
puis les consuls, qianid ils sorl:iiril liour aller se nim liie I la iit@ arni'.,s. BRirhe, Dign. rom. R ir n ifr-iaie., I', p i14 .









Il.'.s ilscripli'ni s i c -snI, illies 0non loin de li, ai u llicleneg,
cl iicinle ' Ciis ciiinsl lI v UII r le,.'lile fi C Ille l -iC liui.
ITr)is iiscri|lliii s i' iii'ri ires trot sii\ ;'i .OC iisla ilit iI,
ouil Iriil i d(les LU lliins; olles sont rep,'odulies par M.. ll '-
eior soi.s le~ 'I "-0J., 90lu et *2035. L:a pCro ,iUre oLUs
done lun surIIm qI1ui uus est Cd"jit connu, celui i'llo-
noratus. La snc ,, Ie Ious donne la tribu du dfl'unt, la
trilbu Qiirinia, c.:lle p'rcismnent de Lollius Ui bicus. Nous
voili Llnc en pilcine i);'elt.
Deux autres inuscripltions l'unraires de Lollius ont t
lcouverles ain l\icij tg (1) piir M. l>enice. L.a premire
est relative ic Lollia Saurli ina, flciini e ILuicins, p'eut-
re le frre l'UrIbicus. La second est celle de Lollius
Pinna. Enfin, M. Cl,'rl'onneau a dcouverl iris noi velles
inscrilpions rel:Ilives i des Lollius, don't deux ltuiiulaires
et une ldic;lm ir,.
V'ilfi donc il,'s l.llinii avant vcu non loin le notre
monu ineni. Mais il est une troisi'ne inicriplion, ( lcou-
verte ialementau nlieneg par MM. liiii'r o Crctulv,
d'ule bien plus grande imprliance et qui va nous donier
som naiirement la biogr:aplic du lu'ndal-:ur.
La voici tell que l'a relrod.uite M. Ieni.r :

Q' LQLLIO' M' FILIO
QVIR-VRBICO'COS
LEG-AVG'PROVINC-GERM
INFERIORIS FETIALI LEGATO
IMP HADRIANI IN EXPEDITION
IVDAICA QVA DONATVS EST
HASTA PVRA CORONA AREA LEG


(I L';iiicitwnat Titidis.








, ),


LEG X GEMINAE PRAET CAND:DAT
CAES'TRIB BPLEB'CAN DI DAT'CAES 'LEG
PRO COS* ASIAE *QV EST* VRBIS* TRIB
LATICLAVIO LEG XXII* PRIMIGENIAE
I IIIVIRQ I VIARVM PCVRAND
PATR O NO
D"D P"P
1'i!Ile eni est la IaIlji

( A !i iiimiiia, UlI'il IIt IJ ii'iii,


iegia de.i IiIIpercur diami; l, 1110%1 i0ilCC du (.miiIilI.



(je JuId o1 il t 1 .yiIII
dune l.amice pureL <1 d'une couruonnme d'or,lga
de la Xe lgion Ge iimw pra m1eum c.-id jda t (.4)
(le Csar, tribun diiiI2 l, ciinIidat de Cesai', l~a t.
dii proconmsul &s, questeur (Il-- la ville, trliiun
laIichi'e (5, (le la NXIE l-o l igeilma
MI it les 11. l 1 11- i11> IIi lu S (le la r


Pari dcret des q-iciiiiiims et au\ liais publics.


(I) Membi e d*ii e-oli-ge .1v lirails Bloimne. Dich.
2 ! Le Iiiire de Iigt. oli licu liii mut '!e iE"iiiieri r, t ai t port pi, des
ftiiietoiuiiairi's des oilers ordue,, ci'vii, miiitiajue. jimdirlairt et .umrsrmf
(5) Lance sanis tle.
(4) G'et--dire sanms am ''jr mouru la clhance d'unf ichlec danms le snat
lois des .1ii'oiis. Renire, 11el. d'Epig.
(5) Aul oim.-,s portcr sir lm a iiiiii'lse l b 'iii li dite Iiilic1hve.
(tl) Le,,, COIaoi'aLitill ut Iet l i lie, auiis v.i h q1i.I e, iiu'li idu av.'i,-iiL
leur .:eLl liii.









.Nous savols qiuainlliia:tl quel est l'homme qui a lev
Ie monument des I.-,lliii. L'imiport;ance de ce personnage,
Lollius Urbicus, est attuste par l'nonc de sa carrire
lhonorifihue. La metit'n de l'empercur Adrien nous fait
en mme temps con:i;iitre l'poque oi le monument rut
diii, c'est-i-dire ers le milieu (lu seco nd sicle de l're
chrtienne. Ceures, at voir sa noble simplicity, la beaut
de ses lines, I'iiporttance et la perfection de son appa-
reil, mn se douterait qu'il appartient au beau temps die
l'arclhitecture romaitne, et particulirement au rgne d(e
celt empereur, qliii se piquait d'( tre ut L artiste, au puint
que l'histoire lui impute la mort d'un architect, victim
du sa jalousie. Un personage (cl que Lollius, un protg
de l'empereur' Ad.\rie, nI pouvait lever un monument l
Nulgaire.
Parmi les lifices de. celle importance et d'un genre
analogue, nous Cn connaissons ,ni Algrie que le Soumli,
qui n'tait probablement qu'une reproduction grossire
du tombeau de sainit tiemii, car c'est ai pine si nous osons
parler ici du Medracen et du Ko bbeur e rrouiiya, COllna-
crs des d ynasties. A Holnme, i Polipe:, on rencontre
des constructions funraires dJ it la forume rappelle celle
de notre monumenl.
Tel qu'il est, par soit imporlancc archiitectuirale, sa
conservation, l'intrt quii s'attacie au nom de son fon-
dateur, le mouiiment des Lollits nous parait devoir pren-
dre place e Algrie aprs les deux colosses lque nous
avons cits.
Nous pensions aussi qu'il Imriterait d'tre protg
rontre les causes (le dtrioration qui le menacent, et








iniiite d'lre coimplllt, ce qui n'exigerail pas des l'raia
bien considrables.
Quoiqu'il en soit, nous le reco mmiandons aux photo-
graphes.
Ce serait une belle page que le monument des Lollius,
dominant de son plateau la valle de l'Oued-Smendou et
se dtacliant sur les montagnes abruples des Mouya.
Encore un mot sur Lollius Urbicus.
Ce nom parait deux fuis dans s les crivains de l'histoire
Augusle. Il a trail deux person nages, doni le premier
nous parail tre le (fondaliur le noire mon iiuent.
V',ici ce que rapporle J. Capilolin dans la ije d'Anl)o-
minl le Pieux:
Per legalus suos 1pl.rimi bell( gessil. \Noti cl Britutn-
nos per Lollium LUrbicame legluain vicil, alio mlro cesp'i-
tilio submilis barbais as dilio : el Mtutos (d paicem pou-
fulaundti cegil : el Germnanos el Dacos el matllius enoles
alque Judo:os relbe/llsantes conluditl pir iiresitdes ac leg'lus.
Il fit plusieurs guerres par ses lieuenatiils. C'esl ainsii
que cIoIlius Urbicus vainquit les Bretons, el lit lever un
second mur de gazon aprs avoir repouss ces barbares.
Les Maures furent rdluits demanded la paix. Les you-
verneurs de provinces et ses gnraux soumirent les
Germains, les Daces, plusieurs aulres peuples, et les Juils
(lui s'laient rvolts.
Ce Lollius Urbicus, ne sauraitl irel que le ntre, Anio-
nin le Pieux, successeur l'Adrieni, ii'aya t rgn lue Irois

L'autre Lollius Uibicus appartient i un ige infrieur.
Voici ce qu'en dit Lampride, propos de lettres compro-
"metlanles crites par le jeune Diadrumne, mrort en l1:








- -'G -


qu1e ces luIiti'U liv ic 11:1v tit gami'dc-umoles, litent11 IOlll:mcl>tIlI
il-, li>t ce I'muepvmnclc dans Icspriti dessua.
IPuii1 ci] liiiiir avcc Ic:s olliius. i]toits Citi'.-of nlsiis ;iliuItS
ttlImiIlIt-cS Le cielle fa;mmille dlont los lolms -se 1,11laclic-11l 1


I1e: Iiie l.ollmm, qute Ictle i- rt tre ce L. Lollius lgal deu
Pomlp'e, staliom dlans la tuer pe'nda nt'lat1 la 9IVt*F'l'e
deas- pil-ales, qliii iluiit FeuLui la Cym'niatque cr i''o\'i<:1
et en aurait l l nedier proprieII'. \Tuve/.\UIIer,

L'atlitt< L'ollitis ltouclhe dc pulums r l'A Ig.\ -if; pellt-
tr1e iilmume tait-ce l I ls dle l.offllius UijLicus.
QIi)ilqIl o ilClsoit, iliS allalcons dotinri e.limsi, l'uis-
cliptioti snivantle queii)iS noYusUii\onis sous le no '161:3 dans
l'oIUTa!-e8 de ZeAli i mitili ml 1'.clsinsciripliomn 11W olcit-




t jilumn m i iumi le-gll M01 I iiSo, molel aiu
tt2rtiUrl, que'ct Iittini alae. pi-iniae Tuicrun
diutuiii\tii-, poituilici, civitates XXXXIIII ex pro-*iiicia
Aft'ica SqI) O CCsISib eSoe su


CC Loi linI s av'ait tlIne laiss (le IJiiS S-Q ventiimS cii



(I on -01 m'oaim'lu ril rel de lu*mu tribes, le t'uri. juii s:u m;ssIic. ds l'atiire!
d.1< opiltji' bi 11 uu.11S 011 Ili: toumIuil b:u %iM c dan% i:i










1l

LES LOLLIUs IT .APLLE

Nuis venons de Iparler du monument des Lollius
commlie d'une e\uvre qu i se recommande i un d,,utille
lire : sa valeur pIlpre et le noin de son fondateur. Des
do cumients pigraphiques trouvs dans le voisinage, inous
onm prsenl Lollius Urbiciis come iun des personnages
lej plus considrables du rgne de l'empereur Adrien.
Il est dles docIments d'une autre nature, qlui donnent
a ce monumentlIll el it soi foindal eurtl i' leii iimiportanfle 11n : l-
velli et cUI en fui eti quelilqu ti t,, e le coim enlli aire
vianl des crits dJe l'un des plus gr;ands esprits qlu'ail
produit la Numidie romaine, savoir d'Apule, contem-
porain de Lollius Uibicus.
Comme il s'agit d'un compalriole d'uL autre ge, pour
ainsi parler, on nouL pardonneriLa les quelques dJtlails dans
lesquels nous allows enirer pour exposer les liens qlui
rattalchent le monument des Lullius a la personnel el aux
crits de cet illustre crivain, sur le compete duquel nous
s:aurions peu de chose, s'il ne nous avail trac lui-mime
une parties de sa biographies. Cela, de plus, nous fournira
occasionn de voucher, chemin faisant, lquel:ques points
d'histoire et de gographie locales.
Apule naquit l'anne -11-4 de l're clhrtienne, Ma-
daure, ville de la province de Numidie, don't le nomi s'est
conber\ lgrement altr dans celui de Mdaouroucli,
localit situe 20o kilomtres au sud de Souk-llarras.









< .A cette lpolu:, lit .J. LLn Reliie i', .JMadaure ltiL
unie \ille aincieniil, puisIque Apule qui y tait n, nous
apprniid ,u'elle avail appartenu Syplax et avait ensuite
: dluiile par le people remain M.assinissa. Plus tard,
probablement au commencement du deuxime sicle, on
y lablil dles vtrans, el elle pril le titre e colonies. Le
pre d'Apule v fui lev aux lonctions de dcemvir,
clarg cle retire la justice, et Apule lui-mnime y par-
courint loule la carri(re des honneurs municipaux. C'tait
une ville raire, o lcs aris du dessin taient cultlivs
avec autant de laver qlue les leires et la philosophies, et
c'esl sans doute pour cela que le paganisime y fut prali-
fill plus loliglcmips, et s'y montra, ds l'apparition lui
clristian isme dans la province, plus intolerant l ue dans
la plupart des villes woisines. Saint-A.\ugusti n (n Tagaste,
aujourd'hui Souk-llarras;, alprs avoir apris udae sa famille
les premiiers lin nis de la grammaire, ful envoy
Malatire pour y tudier la liitrature et l'loquence.
Nous nous permiettrons, en passant, une rllexion
propose de la citation (lue nious venons de faire du savant
atrchliologu" elle pouirra ser vir faire coiprentdre la
siluatiol respective du Christianisme et du Paganisine en
Numildie.
Si les lettres clanges entire le granmairien Maxime
de .Madaure et Saint-Augustin, nous dmontrent que le
,paganisne lait encore leur poque vivace .Madaure,
tout en se t'rainjlrmani clhez les espriti1 siupriCurs, d'au-
Ires lettres nous le font voir penit-etre encore plus vivace
a1 Calama, la moilerne Guelm a. Dans les premires annes
du cinquime sicle . pliolilisit dans les rues dle la ville, malgr la publica-








lion rilcenle d' !dits prohibilifs. D ls clercs ayant voulu s'y
opposer, l'glise fui assaillie coulp de pierres, un chr-
lien fui tu et les autres durent se catcher ainsi que
lN que, sarns que personnel inulrvinl, hormnis un iran-
ier. Ces faits s pasi;iss:iient vers l'a nn e .108. Ils son c n-
signs dans les lelures 9Oi et 91. L'une est le Saint-Au-
fristin et l'auitre de Neelaire, citoyen de Calarna. qui in-
le-rcde pour sa patrie a\.ec l'accent dii patriotism le
plus touchant.
ApuIle nous apprenrd lui-m.'nie lu'oii lui reprocha le
lieu d:e sa naissance en le trailaiit le moili Numidl eel
moili( lule, qualifications qui iiipliquaient lu reproclfhe
de pieridieel de rlsmsirel. On a voulu coniclure le cell
qualification de Glule que Ml.lailur ne polivit-ire le
inoderne M'Idaouroui ch, la GIulie, d'aIprs les ides g,ne-
ralemenl reues, tant plus recule vers le sud. Cependant
Sainl-Augustiin nous apprend dan s ses Confessions que
Tagaste et Madaure e-t:iienL deux villes voisines. Ensuite le
grand vque ne semble-t-il pas prendre la moili du
reproche adress a Apule quant il lit aulre pari : on
nous demandera pourluoi l'lalie rclame toujours holes
hivers sereins tandis que, notre pauvre Uulie a loujours
soif. et ilem. semper notri n misery Gelliti silial. Il nous
semble d)onc qu. la Gtlulie n'a jamais eu dles limiles bien
dtermi nes, instarr Irouvail dans un point internmdiaire entire les populations
numides el glules : ces mois dle moili numide el moili
glule ne pouvant avoir d'autre signiilicalion. Du reste,
come l'a dj faith observer le commandant Delamiare,
les G(illes n'laient pas senlementl des peupladesl s erran-
(le ils habitaient aussi 'des villes.








Ap\ule est le pireinicr Iionime ini:ent par la pinse
qi'aitl roduiL l; Numidie le grand .1Iiba s'lanl! faith
ailleurs. C'est lipent-ire le plus liant reprsenlant cle la
lillrin e I;aine diais ce si-cle o les plus grainds cri-
vains, commie liolemiee, coImme Galieon, comime PInlar.
cque, pareilt l'Apnlc, se servaient du grec. Soi trail le
plus saillant est un amour passionn pour la science. Il
voyngea be;:icoup, tindia les arls, les leilres, la pliloso-
pilie, les religions et leurs i.ysleres et s'adonna pa.rlici -
lirenienilt l'Ilude exi,riiiitnlale clernires ei ,les, ngligfees .lpnis Arisole lu firent
Ipasser pour :nngir ien.
On iltt ce|)enCl;anl voir en Iii an re chose liqu'n magi-
cien vulgaire,, c;ir il veilla de noinlbrcuses sympanliies et
l'admiiralion publiiue se tralliiisit par l'rection dle statues
en SOlin honneur.
Saint-Ai, usiiiin, dans sa letire I-.18, peut nous donner
une iile di li'enill' i siasi n e i iie riovoi uail la personnel
d'Apilie, enthlliiisiasme don't il pIirle avec une cerlaine
aigreur.
N'est-il pas ridicule vir e e i rn l'n compare Apol-
lonius, Apule et autres habiles magiciens i Jsis-:irist,
et <]ile l'on essay ime de les faire passer avant lui ?
Nous pouvons parler su irltoil l'ApiilLe, qui nous est par-
licullieiement connu lant comnme nous afr'ic:in. Mallgr
ses :rtilices nmai. iices il ne piu arriver, je nei dlirai pas
la soii i eainele, mais ;i u eni pl[i jui liciaire dlans la re-
publliqluii, lui issue dl'ni, bonne lamille, liliraleineni lev,
,d I,, ul'nie grain .io.es, n sa l i:alili le pliilos ponldanl ,n [Pirn fs ,nnir" qiIel, s ipersonn .. (|li s'nplpo-


- !I -








saienl ;i l'rection dle ci slalue lans.Il; ville l'(E;i, prairie
de sa feiiime.
V ici rom iirenit Ap, ile s a (in plans la ville modci'rne Tripoli. En roIue por l'Orieni, il s'arrle elains
celle ville oi il fait la renicontre l'l n ancient condisciple
el ami, qui l'engage ; y sojourner. (Cte ami, Pontianii'i,
\av il perii son pre, le sa;i mIir PF ale'nlilla reslainl ve
avec Lill fortune dILe 4,000,000 sesterces: il 'veul .i ire
ppoulser sa mire p'Ir Apule. Apille, c'esl lui-melie qui
n cois l'apprend, avail r'i-o dei sn piere 2'O,000 seslerces
(de even, et malgr ses 'volaa es e ses dlpenses il avait
SII l'aire des lairgesses, rl'i -'i'ilnser 1es ;inicieiis maillres
et dolr leurll' illes, p0tiI Iii? Sallns voucher a son l'oinils.
Ca:s libralilts sont g;ileimnaenl relal. ces p[air Sainl-Aig lisliln.
Apule, friit pair cd-..ir .r on l'ace.usa d'anvoir us de sor-
lilges poiiur se faire ailner de la rice veulve.
'T'elle lait 1'oriine lde ces accusations inieressees. Pui-
di'ntilla ieslait avec deux enlln;is de son premier manri :
Pontli:lnus, l'aiimi d'Apule, el P-iilens. .L eir nieul Sicinliis,
qui avail sur cu son lils, dlevint leur lill llr el volllilt
doilirlr a Pialentilla uI! poux dle son choix, so s p inlle
de olsl'riler ses enl'ants. Ce cl ix rlaugnail juslelment
Puulenlilla. Elle feignit de I',accepler el leinl r isa. Ce-
pendlani Sicinits mourill, aprs avoir tes1 en l'a'eur lde
ses deux pelils-llis, et Pud enlill;, revenue libre, prit
Ap1lle powr mari. Nous versions comment e leslaniellnt
l'ul ai laque.
UIn liiil-ne per'il- de dl -imallCle. e l d le tl es, lun cerlairi
RBllilms, avait nim1i sa fille Ponlilanii, c-i'anl iqui
celle rice alliance lni perrnellirait de refaire sa fortune.
Poiilianils vint a in.io rir et RBilinus, [..rsuivani ses









projects, \vo lu l dle reclif l' aire lpoiiser s; fille, ignolile
creature, au frre du dfunt, c'est-a-dire Pudens. Excit
aussi par un oncle paternel, Sicinii s .-Emilianus, Pudens
ne rougit pas de traduire Apule devant le tribunal du
procinsul Clalidius Mlaimniis, pour avoir i rpondre
l'accusation de captation dl'i 'itnage,,, et de ragie, n'osant
pas l'accuser ,ouver'tement dle la mori ile Pontianus.
Apule plaida lui-mme sa propre cause et le fit avec
.une loquente et victorieuse indignation, ne reculant
devaiti auicine des perfidus insinuation. arlicules en
dehors du Irilbunal. C'est ce plahloyer qui porte dlans ses
ceuv\res le tire d'Apologic.
Aprs s'tre dfe du, avoir expos l'tal de sa fortune
personnelle, la inanire don't s'tait fail et avait pu se
fire son mrniage avec Pudentilla, sa condiitie gnreuese
aprs ce marriage, aprs avoir expliiqu le secret de ses
ludes el rpondu dl'antres accusations galement fri-
voles, Apule prend corps i corps ses adversaires, il d-
voile leurs complots, et le l; haI uteur dle son gnie, avic
une verve adm.lirable d'ironie, il les couvre d'une confu-
sion mrite. Il s'adresse en particulieier Ia Emilianus, il
lui re'proche d'avioir voulu invalider le testament de Sici-
nius, uliand ce testament avait t reconnu valide dans
une assemble d'hommes consulaires par Lollius Urbiciis,
prfet de la ville, don't la moderation suile avait pu sauver
.:Emilianus de sa perte.
Voil lien le nom du personage qui a fait construire
le monument d'Ell-llri. qualii diu liire dle Prfet de la
ville tout comme il l'est dans les inscriplicns. Mais il y
a plus ; d nouveaux dtails vont nous prouver jqu'il s'agit
lbien du mnime personn:ige.









Lollius Urbicus mritaitl d'Ilr, app;l un homme mo-
dr. Alors qu'il se prononait en faveur de Pudcenlilla,
ses allies taient en procs avec elle, et c'est encore Apule
qui va nous l'apprendre.
J'avais, dit-il au dbut dol son plaidoyer, entrepris de
plaider la cause de ma femme contre les Graniius, luand
tout--coup les vocals d'.Emilianus se mirent me char-
ger d'outrages, me reprocher des malfices, i m'accuser
de la mort dle mon bcau-lils Ponlianus. Mais come je
reconnaissais l moins une accusation en rgle que l'iin-
lention dle fair du scandal, je les sommai moi-mme
d'articuler leurs plaintes.
Voici encore un des noms inscrits sur le monument
d'El-Ilri, celui des Granius. On se rappelle, en ellet, que
parmi les personnages don't ce monumental consacre le
souvenir, figurent la ire de Lollius Urbicus, Grania
Ilonorala, et son oncle Publius Granius Paulus.
Le nom des Granius se rencontre assez souvent sur les
inscriptions de l'Algrie, notamment dans la province de
Constantine. Le recueil de M. Renier en compete jusqu'
quinze, don't une Madaure.
Si les monuments pigraphiques ont surtout de I'intrl
en ce qu'ils servent complter les monuments crits,
on ne saurait refuser ce genre de mrite au monument
des Lolliius el aux inscriptions qui le compltent. Par eux
est dtermine la quality de personages cits dans un
auteur classique, personnages sur lesquels les commen-
tateurs avaient dl rester muiets. Pour nous algriens,
cet intrt est plus grand encore en ce que pers'nnages
et crivain habitaient jadis le mme sol quie, nous habi-
tons aujourd'hli.









Si le monument lies Lollius et i connu plus I'l. 'mr-
I;inemenl il eil figure dans le Iravail (le M. l'cuillerrt
sur Aptlib.E i;i a\;il 4 lue nous nous plaisons .i ciler c.,iiii ie
un lhoiirnaIe rendu la mmoiirce (le l'un (les rares Cri-
vains don't la Numidlie puisse s'onorer, tcl comme 1111
des meilleurs morceaux (de lillraiure qie l'Algric iait
iroduitls jusqu' )iprsent. Cet ouvrage est une excellence
prparalion a la lecture 'AIc ple.

L. LECLERC,
Sccrlairc de la Socidlt archologique.










MDAILLON DE L'ARC-DE-TRIOIOPHE DE TBESSA

( ftl ade nord) DLCO'UiLI i i: l 'l"- 3

iESSIN PAR 1 I.E CUEF D'ESCA[IllIO Fl. i. -i.lli r.NT SNI 'LIiI.I R ili




Extrait d'une leite lel de .11. Flogi an secriiP c:

Ds l'apparilion dI celle scnipl ure, qui lnil cache
par un revelemeni byzantine, le ginie avaiL baltis la
figure (lu noim (e Jnlia )oimna.
La frise qui surmnontle i plein cinitrp N.-O. porle bien
une dlicace i .Jlnlia l)omna. que v ', s pouvez d'ailleurs
voir dans l'un des volumes de la S,-ciei ArclicoIlique
ou dans l'ou\rage dii calilaine Moll, mais elle ne m111
parail pas avoir de rapport avec la scuilpiture, et les raisons
donnes par M. Cherbonneaii pour transloriner Julia
Domna en Tl'hves[e nie sen-lilent plremploires.

Lellre dle 1. Clierbonne'a u au comniinndant Flnqnl .o

Monsieur le Comrmandani.

Lorsque j'examine le cliarmant ,ieszin que vous a\ez
eu la boul d'ofirir il noire Socil el lorit nous flous
empressons de vous l'emerci'er, je ne jUIis me liguirel'r (ue
l'arlisle ron in ait ,eu l'illienlion de reprse,-nler J1/ 11
Domnat sur le mnidaillon noulelleme n dcouvert. Ce n'est


(I1) Voir la planmche 26.







:3 -
Ioinit aini i iq 'elle esl li, ure sur les il-daiilles. l.a cCilliure
lCes imprilr';l'icCs fin:lines, 1olami meni celle poqu1e,
minil plIII(it relie sur le haut (le la Ille ou rassemble
Ie ccliI-i;.i ll sur la niiui ue. D'un autre ct, nous le (con-
nai-sons aucune princess romaine portant uine co llonine
(l: lo0ir 5.
.le suIlIpise qIue l'image si habilementl reproduite par
votre crayoi est simpil iemeint u1n emiblme, l'eiblmeL de
Thveste, ville jelne encore i cette poque.
i', La figure est celle dl'une jeune lemme;
90 Le type de la figure (le la face) et la longue chleve-
liure appartient plult l'Afrique nu'i l'Europe;
Jo Le diadme de murailles forli"ies est l'emblIme
d'une ville de guerre (la cl de la Numnidie) ;
4' Crie iixil du reward, qui ne vous a point ,cliappe
et que je considre come l'indice dle la menace, con-
corde avec l'ornement de la tLte;
5o Le collier, qu'il est si difllicile de dfinir en 'lal,
est loin de ressembler aux joyaux d'une inmpralrice. Est-
ce un ruban, est-ce un serpent ?
6 Dans l'aigle 1loy qui tient la foudre dans ses series,
je vois le patronage dedc i.piler, sous les auspices duquel
iThl(scle ft ~btie cet dunt le Icmple avoisine la porte
Cnracanll:;.











INSCRIPTIONS NOUVELLES
,


ECUEI ALLIES A CONSTANTINI







Toutess ces insci ipliuns. pa:' quatie ou cinq re-
cueillies au Muse, proviennent du Coudial-Aly.
Elles se rapportent trois gisements : les deux pre-
miers sur les pentes qui descendent aux cimelires, le
troisime sur les pentes nord.
Q.uant aux deux premiers, la proprit de M. Marius
nous en a fourni une dornie douzaine et celle de i~. Bruyas
une qui nzaine. Le reste provient de la proprit le
M. .I.-J. Martin, troisii.,ne dernier isemeient.
Le terrain de M3. Ma;riusi a donn quelques laipes
reliefs et des fioles diles lic'rymatoires, avec quellues
dbris de vases en argile et en \erre.
Dans le terrain de M. lruii\as on a trouv trois styles
numidico-puniques, jontl deux sculples. L'une 'rer-
sente le Caduce ; l'aule, sinimplement au trait, celte
ig lure caract rislique ldes ni ou n ten s numidico-p .niques,
sur laquelle les a rcliologues se sont peu accords, et
que MI. Muller, dans son sa\ain outrage sur la Numisma-
tique de l'ancienne Afriquei, regailc coimme sCervafi't
reprsenter i'image ,le da;il CluaItiman ou dle paal comn'm.-









lit.u solaire. o.i v :a ir'ill\ aussi des aniilphores et lIui
grall n oi dOil'r- le c:.~ larges luiles plates, doil. oi penit
voir dles eIllll Iilll IUI.'- .\luL eL, plus une I.diz-ainie dl'auges
fillnl r i i s.
Le terrain k, M. Marlin est situ au fanbouir Sailli-
Jean, au-dJessus de la roule qlui conduit au cillelilre
europiien, cl vis-a-vis le premier code que fail la roule
de ConisItailne Plilipilil le pour longer le bas Iii mair-
cli arabe : il estalle an 'i 1 son Ila itlatioln. ]E':i Ir-parant
un empl acemeninit )0 r nii e n tiveiC ll,. l'lisse, oin a mis a
i covertt III i lanll ll prodigious le cailloux, dI
llncilons, ic Iieirres ionii;ales ;arilbes et de noiiumenlis
ir inains.
La Ibailleur v'erlicale ilu |)lein-pied la rotule measure
environ dix ml nres. On y distlingue iqulaire coulches bien
disliniices. La premiri e est un sol qui n'a gure lt
loutie. La second conlenaili les dbris remains. La troi-
silme les lioibes alrabes. EnRin, )par dessus est iune cou-
clie ld'environ deux m\i rcloes lpuissance, orille (le
Ierres de reiblaii, plroveiiail sans 0toule des tIravaux de
la route.

de, \'inL I i c 'es dti c)le.
OIIIt les sitles hi l' irai ; ai nombre tde l ilclf 'llO ur
Ceilnquitile on i a o I vi la d les i'ranillc ls lde colonies tc
1le coinliicle, d .s vases en ve-rre ri quellliues uiedailc Il 'si t 1 croire
iie l;l loulilles p ralii s iL ;i. s il es I ls Ili s ail'Oisinnllis lonule-
i amuiLl dcl' rL t..iIlla s piar ils. Ibeln- ;ih l illa ctc de inuiulltilii ill
fiiiin taiies fuil suplinl ser qui'il y avait l ii11 ci lic re
mill;ainl.







.9 -

N S il] sCr iptlois 5so ttI lles fil 'liliii''S. iwifll1ii.s lines
i' enl soni pas I moins d'un llrand inll il.
Quanll aux pierres sur lesquelles ell sonil inscrites, la
;folille C ei est v'ric : elles n'on dl e cot'n ilnti que tl'ul'e
places.
(Jnralemeint elles n'ont de police que la parlie inf-
rieure, lqui doit recevoir l'inscrip)tion. La pIluIpart sont
arrondies anl sonimel, et qcuelqies iunes avc: d'es oreillons
sur les ci'ls. Un pelit nmiiiiirei -e I',psenlleipt avec des piar-
liclaril,s |lue nous siynal.'rois cnl leur lieu.
Sous le rapport de l'ex:ulionl elles pemj,'ceit se diviser
en trois classes : un lie's dl'un lion style, tlil lies (lde
stl le i lldiocre, et nu11 ierls le Iris i;,iuv;iis style.
Nous les classerons par flaminilles.
Celle classilication nous parait avoir une certain im-
portance el nous rerill.,s qu'elle n'ait pas 1t adople
jusqu'ici. D'Ubilirrd cel rend les recierclies plus l.ciles, el
rien n'est plus fasidiliclix que de rechercher, dans des
conditions contraires, si telle insc'riplion a d j 1t pu-
blie ou non. Ensuile, par ce gir'tupenci]t nalurel, les
ilscli lilionl s jelle'lil i t-cIIl oqueilenlli 'une sur l'autre de
la luiJili,'e et dc l'iill!i t. Nous dilons lout (I'aliordl que
les deux lamilles le plus a;liondlaiiment irelr 'sein iees iont
celles des Julius et des Sitllius ('l.



(1 A pr'opos ile Sillini s, on inis lii'riniil-lri dei reliatl r iP'i une c ,inii e-
luir de M canusin (if Pe-.ceval, lli>. des Arvabes. Pour lui le faun eux
pJilisan ile ce iiiii s iail rniil-Ire i t-I Afrilk s que les hlisboii.en araiies
inui dis.'nIl avoir 'ni\;i! le I .' ir.l. .1 L Cia ssin se funde sur des coiicor-
d:il,'e s le i:,aIlP,. Il !'ai :lllS,i l. r:ipprn' .irr i ti curieux dI'i vetFrs de: Vir-
gil: viII, 7(1i .












No 1.

ANNI.A NATALIS
I'A I F DI
V A* LIIIll-S-E

Stle arrondie au sommet avec oreillons. Assez mauvais
style. L'A final d'ANNIA est li a I'N de NATALIS. L'I de
ce dernier mot est sur la branch horizontal de la lettre
L et I'S lui est superpos. Nous renonons lire la se-
conde line. Les deux autres se lisent ainsi
Annia Naialis... vixit annis quinquaginta tribus. Ilic
sita est. BnuY.\s.

No ,.

T AEMILI
VS L' F OVI
SILOI E- VA
VIl -ll --S-

Titus .tEmilius Luciis filius orisilo, E. vixit annis
septcm. Ilic situs est.
Nous inclinerions lire la second et la troisime
line : OUFENTINA (tribu) SILO. Quant i l'E de la troi-
sime line, nous en igniorons le sens. Cette inscription
d'un assez mauvais style est masse au sommet de la
stle dans un space carre cl Irgeiement en retrait. -
BI u'VAs.







1I -

No 3.
Q-AEMIL
IVS-GIRI
BITANVS
V-A-XXII
Quintus /Emilius Giribilanus vixit a nis liginti duobus.
Le mot GIRIBITANUS est sans doute l'adjectif driv de
GIRBA, la moderne Djerba. Stle en carr long. Assez
mauvais style. MARTIN.
No 4.
D M
AFRANIAE
Dis imanibus Afraniue.
Stle petite et criture grossire. IMAlTIN.
No 5.
SEX ARRIDIVS
FEIX- V- A- LXXXV
H S E
IVLIA-ROGA
TA- V- ANN
LI H-S- E
VXOR'
Sextu.s A: rid(is Fli:x vixCil (nnis octoyita quinque.
lic siitus est. Julia Rogata vixil annis quinqnuain a anio.
Iic situ est. IUxor.
Stle arrondie au sommet. La second parties consacre
it la femme est d'un meilleiiur style, part le mot UXOR,
quii a l'air d'avoir 1 surajout. Bn uvAs.







- 1--


No 6.

D.\SIIvS P.-F-0- i
'.\X XIM.VS
V-A- IXN XX
I1 S- EI

Publias .il/ius Publii filius, Quirina tribu, Maxi-
n1,s, riilt ainnis ,o>inti/f ita. Iic silu est.
St'le an roni'lic au soinl icL, avec oveillons ca'r's. Sitle
inmdiocre. BDuv.xs.

No 7.

BA.\SILIA- FE
L.ICLA VA-LXXX
Ii S- E








DIS 1
N i8.IVS



V I1
I\LIANVS

II- S. E

Dii.s i nnibi .'. Cit Ca'el/ins Juliin, .' Iixil a nis
tri< inti quin ique'. llic sitlns est.
<.,l c l;in e.. 1;A\iis sllc. |;UV.\S.








p' '3.





No 10.
CA SNIA
POCOSA
V-A-LI
Carnmia, Pocoasa. ririt annis quti inqit,:giilii unijo.
Stle petite, i sommiet arrondi. M.auvais style. Actuelle-
menit u SilM e se.
No 10.
Il CAR .....
NIVS
CRESCENS
V-A- LXX.
H-S-E
Publius Catrinius Crescens, ,vicit ui. linsi seatnni.l id.a.
Hic si(us est.
Stle carre, nutille au sommet el -arlab.e en deux
tronons. Les limnensions dle lta 1.:ciine, a la premnire
line, autorisent iL lire CAlMINIUS, la liamille C.arminia
se tr'ouvant du rest r'Oprl'snle dans le recueil Je
M. Renier. Stlte mdiocre. M'.\rns.




C01NEL1\S
SONCESSV
S-V-A-LXXXXi
Diis malibus. Cornelius Soncess.is vrixit a,1ni.s. nun,-
fiitia uno.
Sile eni ari lon, d'un ;\>^. lun stvie. nuL'vy, .







Ii


Nu I-.


LIVS-C F

Lucius Coiiicliis Cornelii Ciiii ilius.
Parties e uprieure d'une sLtil arrondie, J'une assez
inJiocre execution. 31.\I;T..

No -13.

CA IUS EIGRILIV
S QVi;IOIi v
A XXXXXXXX
IXS

Caius Eyrilius Qursor viril aniis octoginla novem.
Stle arrondie, d'une assez mauvaise execution.
Cette inscription est curieuse par la manire don't sont
crits le mot CURSOIl et le cliffr'e dles annes.
Les nos G et 4-'7 de M. reniiier, font voir le chiffre 80
pareillement figure. MARTIN.

N 14.

0- ;HILIVS
Q F-QOVIIl
CLEIl:ES- V A
XXXV I1-S-E

Qu.intus Egrilius, Quinti filius, Quirina, Clemens, vixil
aunis triginta quinque. Ilic situs est.
Stle carre, portant au sonmmer des entailles figurant
deux oreillons et une Cartie central arrondie. Beau
s-tvl,. MAI'i.N.







- i.?


No '15.
D M
EGRILIVS
HILARIO
V- A XXXXV
H-S-E
Diis manibus. Egrilius Hilario vixit annis quadrai7inta
quinque. Ilic sit',s est.
Stle carre, don't le champ est presque enlirement
covert par l'inscription. Style riliocre. MARnTN.

No 16.
D M1
CNP-FE
LIX V- A
LXXV
Diis manibis ..... Felix vixit annis scptuaglilnta quinquc.
Petite stile ogivale, d'une mauvaise execution. Les
traits horizontaux ries F et des E sont obliques en haut
et ceux des L obliques en bas. BnuvAs.

No '17.
D0 M
T-FLAVIVS
VITVLVS V
V -A- XXV
ll-S-E
Diis mnanibus. Tiltus Fh/ai'tus Vilulus vitil ati.is 'igilti
quinquc. Ilic sits est.
Stle en carr lIong-, il'un stlv01 com1in`n. MARTIN.










No 18.

C GARGILIVS
C- F CANINIA
NVS- V A XV
Il-S-E

Caius Gargiilius Caii filius Caniniianlus, vi,'il annin.
qiindecinm. Ilic situs est.
Parties suprieure d'une sile arrondie, d'in ihon style.
- BnUYAS.

N" 10.

GE.011 NI
FORiT\N
V-A-XXI IlS- E

GeCin ia Foritin, vi:.il a nns vig inli u1no. Ilic siht est.
Stle arrondie avec oreillons, (l'un mauvais style. -
BRUYAS.

No 20.

D 1 M -
I ORATIA
MONNV
LA -OVIR

Diis iianibus. Iloralia Mon ula Quirina iribu...
l'artie suprieure d'une stle carre, don't la dernire
line esl mulilieC. Asse7 lhon si\lc. MALriN.


- G







- 47 -


No 21.

C IRIVS-CA
TilHVAi\VS
VY A- XXII

Cains Irius (ou mieux peut-tre : Cirius) Calihiariu s,
vixil annis viginli libi s.
Pelile stle carre, avec une boirdure en relief, d'un
mauvais slyle. MAnTIN.


C IVLIVS
DA LV SV
V-A-C-T-S

Caius Juli t crra lacis
Sile carre, mutilEe droile, d'unie mauvaise excu-
tion. Actuellement au Muse.
No 2S.
[ + M
0 IVI.IVS --F-
(VI R-FELIX
OM NIVM-STVD
'EP, EITISSIMl\'VS
\:-AXX
II-S-E
Dis nimibus sa crum. Quintas Ju i s Quini filims Qui-
rina tribu, Felix omnium studiorum pecritissimus.
Vi.xilf ainis viginli. Hic situs est.







- 48 -


Parties suprieure d'une stle carre, d'in style ordi-
naire. BnuvAs.
C'est piut-tre oe toutes nos inscriptions la plus int-
ressante. Elle faith songer naturellement i une inscription
de Stif, celle du june Damatius Urbanus, qui mourut
;i S- ans, avant fail preuve d'une gale prcocit intel-
lectuelle. On peut appliquer ces deux jeunes gens les
paroles de la Bible : Consummaltu.s in. brcvi cxplevil tem-
pora mil lia.
No 4.
D M M
M1 IVLIVS
LIBEIALIS
V-A-LXXXXI
Diis mnanibs. Marcus Julius Liberalis vixil annis no-
noginla u>no.
SIle en carr long, avec des pelits oreillons. Style
vulgaire. M.,\TIN.

No C5.
C-IVLIVS
ONESIMVS
V- A- LXXV
II-S- E
Caius Julius Oncsinmus viit annis sepltuaginla quin-
que. Ilic situs est.
Stle carre, d'une exuntion idiocre. Les Ilitres de
la dernire line sont en parties fiuslres.. MArTIN (I).

(1) Cettlle iscrilflion ligure d:ilan l reinc il de m.. Illnimr. 110 v010, vece
f'i o IXXX au lieu de LXXV.







- .1<.) -


RHCLO > V- A
NVI *11lSiE


N" 27.


C-IVLIVS
PVDENS
V A- CI 1II -S-E


NdI 263. Ma yens ilulitus IIf silius es.l
St-le allonge et arr'ondie, Pui, bn ii style. -B ivs
No 27. Diir s niiibus. Caims Alius Pmlens,
duflis ceiit iiai et Uf liu. ic suas est.
Stle eil carru long, (l'une mauivaise excutionfl. Fea
ion~'s, en psn t, un cion toiairC'. -- MA fTIN.
Ns 28. Nu 29
G-i IVLIVS 31 IVLIVS-C.
IRVSVS FIL' Q VIL lu '
V.A -XK TVS-V-A -LV
1- -S -E I-S-E
NoI '28. Gainrs j1vlins- Ja/"mls, vixi i an is vigini.i1ii.~
seinls es/.
siCIe a !TOi. le, dl'un st ipe oih.lmidre. BuYv.As.
N'o ILQ Mlaricuits Jn lins Caji /iliifs, Qitina hib
Bits, vexdy an ais qu uevjav.eCiiqiiiiille. I .en es.
Stle arrondir, d'un style eonirun. -- Bniuyx~s.


No 30.
L-IVLIVS -P
LIBER-VRrDA
N V'S
V- A LN N


N' 31.
DIS M- l
IV LIA-C-F-







- 71<.' -


N 0.. Lucias uitlius Puhbii Libelrla.s lirban us, cirit
utnis sciluag(jth(.
Silc en carr long, l'unOe excuLion vulgaire.- MARTIN.
No 31. Diis m nibus. Julia Caii filiu...
Portion si 'Oriciir d'une stile casse, d'une exsculion
uIlgaire. A31.RTN.


No 522.


NI 55.


IVLIA'C-F
CALLITTA
V'A'XXI
H'S'E'O
T'B'Q


IVLIA'P'LIB
ECLOGE-V'A"
LXX'H'S'E


No 3,. Julia Caii filih Callilhl, vi.it annis viginli
ino. Hic sita esi. Oss( ltua bench iluiescanl.
Stle arrondie au sommet muille i droite, o les
lcrniires lettres ds de deux premieres lines sont cnla incs.
Execution tri.s vulgaire. IMAnTIN.
No 33. Julia PJublii liberia Ecloge, vixit annis sep-
luaginla. Ilic sila esl.
Stle arrondie, d'une mauvaise execution. MARTIN.


No 51.


No 53.


DIS MANIB
SACR'
IVLIA RO
GATA VIXIT
ANNIS XXXV
HIC'S'E
O'T'B'Q


IVLIA
NABI
RA'V'A'L"
H S E


No )~ -D's manUibus sacrum. Julia Roga la, vixrit







- 51 -


an nis Iriginla quinquc. Hic sila est. Ossu tlai bcnc quies-
canil.
Stle arrondie, d'un assez lon style. ll. us.
No 5. Julia iNabira, vixil annis qu.inquaginta. Hic
sila est
Slilc carre, d'un style vulgaire. L'A dle .Jlia n'est jiq e
faiiblement represent, la pierre lant mituilc. MArTIN.

N- 30.

M EM ORI A E

I V L A ENA M

PA MI LLE KA

RISSIME CON

IVGI FEC

V A X LI



Mcmoriac Jaliae Nampamille tvuissimw,. coiijlIis /'ei.
Vi:ril onnis quadrafgi ra duto!us. lic sila est.
Nous avons trouv' c'elte inscription a Constantine dans
la court d'une mosqil'e. Peul-dCrc est-elle dj lpullic, vu
la facilil de la dcouvrir, mais nous n'avons pu la d-
couvrir dans les Annuaires, Iaule d'un classement plus
imhlodiqfle. Comme on le voil, son champ se troupe d-
limil par des lines droitcs.
La premiere line est pieu prs compllemenl eflacie,
mais nous croyons qu'on eul ]la riestiluer colmme nous









l'av'i fliil. Tutl au plus pourrail-un lire MlIMOIiE. Les
Iraits uliii uIes di 11 dans lKAl lSSI.E sont tr,.s courts.

No 57. N3 58.

P"MANILIVS P'MELISSAEVS
P-F-QVIRINA L F QVR'BASSV
SEVERVS S'V'A'XXII
V'A'LII'H' SE H'S'E
No 37. Publius Malntils lPublii filius Quirina Serc-
r,'s, tixil unnnis quinquaigintli duobus. Ilic si'ls est.
Si.le carric, sonmmet arrondi avec oreillons, l'uni
assez lon style. BnIuvs.
No 38. Publius Melissacus Lucii filius Quirina tribu
lIassus, vixit annis viyinli duobus. Ilic sits csl.
SICle en carr long, d'une assez bonne excution. Cette
inscription a dja lt publie. Nous la reprodluisons parce
iue nous croyons qu'il fault lire QVIR, Quirina tribu, au
lieu de QVI, qui tDussius. PeuLt-ilrec serail-il ncesscaire,
Iour celte dlernic Iccluecre, qiu'il y ail QVI ET BASSVS.
IDu rest nous avons cru voir un I.

No 59. No 40.

D M L'MEMMIVS
MEMMIV OCEANVS
SEVERIANI F 'A'XXV
V'A- II 'H-S-E H'S-E
No 39. Duis manibus. lMcnunius Scecriani filis,
vi.ril tennis qualtuor. llic silus est.
Stlle :' sonmmet arronili, dl'une Iri's manvaise execution.
I.e ernier jainbag.e (e l'V, i la second ligne, est. fliur
i peW plrIs cil forme (.Y'S. La liu d.le la troisime line e.lt
C









confuse. Les NM ci les A Ol'nnlfn des angles trs onvil\s,
I'un des jambages dblordant l'autre. A la second line
l'A e I'LE No -'O. Lucihs Meminius Oceanus, vixil anni.s vi'ilti
iquinque. Hic situs esl.
Sille carrie, soImmec trs lgrei ment courb avec de
Ielils oreillons. D'un boi style. MIAITIN.
No 41. No .

NAEVIA D M
GE'V'A POMPEI
H'S VS-EVTIC
VS V A LXXV
No 41. Nue ,ia Ecloge? :' xili uniis.... Ilic sila esl.
Ce n'est l qu'un frmagmnent d'inscription, don't les lellres
situeucs la pjeipl riLe sont i lilisl A la premnlire liinr.'
I'A et 1'E sonit lis. Style v'ulgaire. NlAnTiN.
No 42.- Diis manibus. Pomntieius Euticus, vixit (aitni.
sepluajgina quinque.
Siele arrondie au sommiel d'une in.liucre execution.
- M.\nTIN.
NO 53.

OMPEIA
NATA VIXIT
XI HIC SITVS
TIBI
Pompcia. Fi tinaaii, vixit unisi... Hlit. situ est. Sit
lib l'rtra letis.
SIJle en carr long ninilile et d'utnLe mauvaise. excu-
lion. Les M ci les A oni les Caracieres iine nous av'ns







- 54 -


d(jit signals, c'est-i-dire que leurs angles sont trs ou-
veris et que l'un des trails lpasse l'autre. Celle inscrip-
lion pr(sente aussi une particularly curieuse. Il est
probable que le tailleur de picilres cut une distraction et
qu'au lieu de SITA, it la troisime line, il crivit SITVS.
Ayant reconnuii son erreur, il fit de son V un A renvcrs
et laissa prolablemenit 'S pour on faire le commence-
ment de la fornule : Sil libi err'a lcvis. MA\TIN.


D M
POMPEIE
LEONTIDIS
V'A'LX
Diis manilbus. Pompeliac .uxoris Lcontidis. Viaiit nni.s
sc.caginla.
Stle en carr long, d'une trs mauvaise execution.
Les M et les A ont la mme forme que dans l'inscription
pricdente. Les deux 0 qui figurent it la second tci't la
troisimle line sont plus petits que les autres caractres.
- MARTIN.
No i5
D M
M-POMPONIVS
L' F' MARTIALIS
VA' LXXX
H'S-E
Diis manibus. llarcus Pomnponius Lucii lilies Martialis,
t'ixil annis ocloginla. Ilic silus esl.
Stile allongie, ;i sommet arrondi, avec oreillons. D'uini
;ssez lon stvie. -lM.M.TIN.







--5-

N 46.
--\,/-- --\/-






A POMI PON IVS

M A CE I VA X X X


Comme on le voit, la forme de cell stle estl original.
Aulus Pomiponiiis ilacer, vriv a nis "h'ii/nla.
Les ltres sont id'un assez bon style. inARTIN.
No 47. No .18.
PROPERTIA PVBLICIA'A'F
D' F ROGATA ROGATA' V'AXL
V'A'CIII H'S'E
H'S'E
No 47. Propcrlia Decimi filia BI!oUia, vixil annis
Celuntm. et tribus. Hic sita csf.
Celle inscription, d'un hon style, se trouve encaslre
dans la mason voisine de celle de M. Martin. Nolons en
passant l';ge de Propertia, plus que centenaire.
No 48. Publicia AWli filia Royala, vixit annis qua-
draginta. Ilic sila est.
Stle allonge, au sommet arrondi, avec oreillons, d'un
style common. EBUY.\S.







- .-) i -


N" 19. N" :;ii.

PVBLICIA Q SA
TERTVLLA DENIVS S
V-A'XXXX ATVRNIN
H-S'E VS V A XI H S E
No 49*. lPublicia 7t'rlllha, ri.il a n iis u(iladrig hini.
Hlic sili est.
Sile carre, d'un style mn ldiocre, acltuellement an
Muslis.
No 5)0. (Quinnus Sa... dcnius Salurninhiu.s, vi.ril alnis
iundccimn. Hic silus est.
Sitle carre, reulnille eIt feuile ci itrois morceaux. Les
caraciires, dl'un assez mauvais style, soiil profondmeint
tracs. A la priulniiiire ligle on \'oil come l'aiorce
d'uni D. Le commencement de la derniire est h moilii
enilevl. Parmi les families iienlioniies dans les rescue cils
f'insripClions, nous n'en a'*ons pas trouv' don't le nom
s'a-laplalt it notre ins115iption iMA.\RTIN.

No :;1. No 52.

DMS D M
SAMIARI Q"SCRIB
ONI OPT
ATVS
V A XXXXII

No 51. Diis .maniblis sacrum. Samiiurius...
Nous avons olubli la provenanice dio celle petite ins-
cription Irs-mal grave, ilont le s A ci les Ml nt la former
minscCile.







57 -
No 5'). Diis manibus. Quinlus Scriboniu. Optflus,
vivil annifs quadraginla duobus.
Stle petite, au sommet arrondi, d'un mauvais style.
Actuellement au Muse.



SEXTIA-SATV
RI F-IVLIA
V-A-LXXXI
I .S- EST

Sexlia Saltri fia a Julia, vixit aunnis ociogint uno.
Ilic: sita est.
La forme e la stle a quelque chose de particulier.
C'est un carr long, lermini par un arc de cercle, dans
lequel sont inscrils deux demi-circonflrences appuyes
sur une line transversale. Les caractres sont d'un assez
bon style. MARTIN.

No 54.

D* M
M SITTIVS
ABASCAN
TIO
V-A-XXI
H*S-E

Diis nmanibus. Morcus Siltius Abascantlio, visit annis
ino et viginfi. Hic sitius est.
Stle allonge, termine par un arc de cercle, avec
oreillons. Assez bon style. BRUiAS.
Une inscription de Bne, qui figure au no 2874 dans
3








le re'u-il'dlc M. linier, donne le mot ABASCANTI. Abas-
cantos est u1 nom grec, assez frqiuent, don't le sens estl
assure centre les sortilercs.

No 55. ,N 56.

P-SITTIR -Q- '' I)
ovinR L'C/L P-SITTIVS
LYS AMGVI I'ELIX
.V-A- V '-\ I.XX\
11 S I S
O T P. nQ

N'o 5. Piublius Si tius Quinli filius Lucullus .Jn-
r rl .r'ilt at s n i/ s s,'ill Ili .' sit s esi. Ossa Ittn beltc
i'U isca I.
Stile carrc, mutile en lianl. il'un assez bon sivle.
Nous ferons remarquer ici le nom 'IAMGVIIl. e 11 3u-,,
dlu recueil de M. Icnierl fournit un nonm qui se rappro-
cice diliitre, celui d'IlAGVc lS. MARTIN.
No 50. Diis ninibus. Pidblius Sillius Fcli., viril
ucnnis sepluaginta q(ainqlue. Ilic silus est.
De toute ns os pierres inscrites, celle-ci est la plus re-
marqual>le pour sa lorme lgante. C'est bien au fond la
stle au sommet arrondi avec oreillons, mais ici les oreil-
lons sont reprsents par des (orsades couronnant des
pil:istres creuss d'un double sillon et se prolongeant sui-
vait toute l'lendue de la stle. De plus, la courbe est de
fornme ogivale et dans cette ogive sont inscrits deux demi-
cercles concentririues. Le style des caractres est aussi
des plus l'eaux qiue nous avons rencontrI. MImIilus.


S-,N







- 59) -


No 57.

P SITTIVS
ONORATVS
V A Vlll
N, 58. Il-S-E No 59.
TIV.; 0 SITTIA- P F
1 D IANVS T IIOSPITA- V
A-XXX A-L-S11 -E

No 57. Publius Sittlis Onoratus, rixiil annisi oco.
Ilic silais esi. Ossa lta bene qu iccant.
Petile stle en carr long, d'un style vulgaire. Les
letires de la formula 0'-T-B- sont superposes. Les lieu\
dernires manquent. On trouve quelques exemples de
celle disposition dans le recueil de M. lRenier. Actuelle-
ment au Muse.
N' 58. Siltis........ Idiantus, viilt annis lriqina.
Fragment d'une sitle sommet arr,3ndi, avec oreilJons,
d'un style vulgaire. MAnTIN.
No 59. Sitlia Publii filia Hospili, vivit annis quin-
quaginta. Iic sila est.
Petite stle, arrondie au soimel, d'un style vulgaire.
- MA Ius.

No 60. N 6 1.

SITTIA L F SITTIA -P F
INGENVA MODEST
V-A-LXVI-I-S-E V -A XXXI

No 60. Sillia Lucii lia l Iiiqenuii,, tr.i it inis sex.i-
ginta scx. Hic sila est.







60 -
Sitle allonge, au .01on1let arrondi et nmutil, ld'un assez
beau style. MARTIN.
No 61. Sittia Publii flia Modesta, vixit annis tri-
ginta et uino.
Stle allonge et arrondie, d'un si\le tries vulgaire. -
BUrtYAS.
N O6,. No 60.
SITTIA-P-1 SITTIAROGA'TA
VIXIT A VIXIT-ANLV
H-S-ES
No 60. Sittia Publii filia? Vixit ainis..... lic sitrs
est1.
Fragment d'une stle carre d'un assez mauvais style.
- MAn'rIN.
N" 63. Sillia Royata, vixit aimis quinqualinla
quinque.
Parties suiprieurc d'une stle arrondie avec oreillons,
d'un mauvais style. lBnu.s.

N" 6.1. No 65.

SITTIA Q TTIA PF
SA.MATE VI AN
V-A-XXX LX 0
Il-S-E
No 6.1. Siltia Quinlti filia Samate, vi:cit annis tri-
ginli. Ilic sila est.
Stle allonge et mutile au sommel. La premiere ligne
n'est pas complete. Style vulgaire. Ai\lAnN.
No 65. iittia Publii filia, vixit annis sexayinla.
Ossa Ilw benc qicesc(ant.







i01 -
Stle arrondie. Caractres peu apparent el d'un mau-
vais style. MA.nTN.

No 66. No 67.

Q 'TRESI D-M
VS NAM A I S A
PAMO V O L I M P
A-XIIX A S V
A XXXX
II SE

No 66. Quinlus Tresius NTmnpanio, vi.ril annis duo
dle viginti.
Stle carre, mu iilee au soimeti d'un bon style.
Nous ferons remarquer, en passani, la manire don't le
chilTre -18 est reprsent. On en trouve du reste d'autres
examples. Ainsi, le no 602 du recueil de M. Renier done
XXXIIX, duo de quad iaginta.
No 67. Diis manibus. Atisa Olintpias, rix it annis
quadraginta. Hic sUa est.
Stle en carr long, grossirement taille, d'un assez
mauvais style. MARnTN.

No 68.

ISAT BELL'
V -A- XXXXV
Il-S-E

Isat Bcllac, vtixil annis quadruaginla quinque. Hic sita
est.
Celle pierre est come la plulpar des attres, partage
en deux portions, don't l'une police, destine recevoir








I'inscription et l'auvre plus grossirement travaille. Le T
de In premiire line est assez mal eigur et pourrait se
confondre avec un 1. Le style, du reste, est vulgaire, l'ex-
cution nglig.'e et la pierre grossirement taille.-I nTI.N..

LEUX1Eil SiillE.

Nous gallons maintenant donner des fragments d'ins-
criptions qu'il ne nous a pas t possible, pour la grande
majoril, de classes dans la catgorie prcdenie, d'une
facon positive.

N") 9.
LO
LF VI Pl
CVLS V' A 'LX
II' S' E
Loliuis ? Lucii filius Quirina tribu Proculus, nxitl
(IlUt is sex gin)l f Ilic sits est.
Ceci est une stle carre don't la parties suprieure est
mutile : c'est it pine si l'on voit des traces de la pre-
Inire line. Le style, du rest, cn est beau. Notre lec-
lure n'est donne que sous touted reserve. MARTIN.
No 70. No 71.
A:E I TIA C IA RA 1- F
CATA *V-A II-S- E
Il S E

No 70. Lacrlia ? Cala, ?i:xit aniis.... Ilic sita est.
Le milieu de la premiere line est douteux. La pierre
est mutile a droite et gauclhe. MARTIN.


- (i.l







(k3 -
No 7-1. Fragment d'une pierre carre, orne d'une
bordure en relief.

No 7.. No 73.
ANIROS VITAL
L XXX-Il-S-E N XIIII
0-T-B-Q

No 72. Fragmeni d'une sile carre, d'un mauvais
style. Les deux dernires leltres de la premiere line
sont douteuses. MAnTIN.
N' 73. Fragment d'une sile carre d'un style \ul-
gaire. MARTIN.

No 74. No 75. No 70.
M MI Ml-F-P
L V S ELIA V-A
V CO L \ 0- T
XLV Il
No 74. Fragment d'une stle en style vulgaire. -
MARTIN.
No 75. Fragment de slle de style conmmun. -
MAnTIN.
No 76. Fragment de slle d'un style vulgaire. -
MARTIN.

No 77. No 78. N" 79. No 80.
A BRYV lE S LXXXI
V-A XX XXX B-Q
S-E Q S.

Nos 77, 78 et 79. Fragments de stles funraires.
- MARTIN.









N" 80. Fragment de stle funraire. Les jambages
des X sont recourbs, la queue du Q est trs longue. -
MAnTiN.

Ni 81.

RVM
ERIVM MA
ARITAE ET DESIT T
INA EX CVIVS DE
OPES HVIVS....

Quelques leltres de la priphrie sont tronques. La
dernire line est en petits caraclres un peu confus-
ment serrs. Acluellement au Miuse.

N 8?2.

Sous ce litre nous rangerons une quiniiaine de frag-
ments qui apparliennent tous 'it tuni seul et unique mno-
numment.
Il y a quelques annes ou le dcouvrit dans la pro-
prilt de MI. Bruyas, o itn ouvrier inintelligent, 0nous a-
t-on dit, le mit en mlorccaux, qui firren reicieillis trop
lard et apports au Muse. )ji M. ChelibIoncau en :1
public une portion dans l'Annuaire de l'anilie '1861,
page O50. 11 n'est pas probable que l'on parvienne il d-
couvirir le rest. Le moment est donc venu de publier tout
ce que nous avons pu recueillir. Puisse, un jour, la saga-
cit des archologues, en combler les lacunes. En atten-
dant, nous gallons exposer aussi bien qu'il nous scra
possible l'tal actual de ce monument, qui nle peut, avec
le temps, que se dtriorer davantage encore. Si lnous







65 -
hasardons quelques lectures, ce sera pour mieux lixer
son tat acinel, et peut-tre aider au dcliilirement ul-
lrie(lr.
Il s'agit d'un cippe carr, inscrit sur ses quatre faces,
mesurant chacuLne environ cinq dcimtres de larger,
sur une hauteur qui devait tre un peu supdrieure.
L'excution est trs soigne et les caracldres d'un tres
beau style. Sur l'une des Laces ils mesurent six ceintim-
tres de hauieur et la moiti sur les trois autres.
C'est avec beaucoup de pine qu'il nous a ri possible
de mettre ces Inolmbreux fragnmlenis en place et leur assi-
pner leur position respective. Seulement un (les quatre
angles, compost d'un fragmentil isol, ne faisail pas corps
avec la. masse et nous avons du lui chercher iune position.
Nous donnerons successivement clacune des faces, et
sur les cls nous placerons, i leur hauteur respective, le
commencement des lines correspondantes dans les faces
conliguils d droite et de gauiche.

1,

.UlS D
Dl
FEC C A GENTIS
HES DECVS
NX C'AVDA SI' ADT
NNS IN iX
FLSI
EDI F I L'Rn si
ATO VY 1 TIS

0









C:elle preCiliere face comprendc ulne demi-dinuzaine de
l'rigmenc s ldon le groupcment nous a donn l'ensemble
des caractlres reprsents ci-dessus.
A la second ligCne, nous pensions qu'on ne peit liire
aulrcmenl que CAEIl.I.\. Le premier A a son second jam-
bage faiblement indiqu, la pierre nmanquant prcisment
ai cet endroit. Le second Ai n'a non plus qu'un jamblngc,
le second, Iraci suir un fragment alltenanti l'angle voisin.
Nous pensions qu e celle Iace composite la lecture sui-
avnnle :
Diis munibus sacrum. CAliA Caii A VDASi FILJ'ia
Pesi il VTA.
Quant na fragment pent lre qlue l'amorce d'un B ou d'un PI.
La mention de la famille C:eliai dans mi1e les autres
l'.ces, nous a fail penser que ce noin devait tlr inscrit
sur celle-ci.
Quant i la famille Aiudasia, elle avait des reprsenlants
en Numidie, noa11inent ei Tliveste, o nous Irouvons un
monument consacr 'i la mmoire d'Audasia Fortunata,
par A, lasius Primili\vus et Aiudasia Janiaria (Renici',
no 3108).
Ces deux famuilles taieni sans iloute allies ('1).

o1?

La deuxime face, tell que nous la donnons, ne diffre
pas sensillemenlt Ie la reproduction qui en a C faile
dans l'Annuaire de "1861, page 50. Sculement inons ajou-
lons on rectifions quelques Icltres.

(1 ) En place du nom de famille ldii i're, en reiconlre .ssC7 souvinii u1
nomI de fi;lnille de la micre porll pal une lille.


- G 6, -







67
FI
I, A A AI 1 T0 N
G ENT'i t,,E. IA E DECOI MO
DECVSETFLAVIAE GENTIS I'L
S ADTVCARE P'IECOR CON QVA
IVNX S 'I ACTAA RIECORP VS
SI FECVNDA TIBI Pi
TIS A \OIlE lELIO
r.tM 1 NDO INN
"iIl C:ONI

Nos variances, comparativement la reproduction dj
publie, sont les amorces lte la premiere line, ique nous
lisons D1.\ ; la dlermiination ldu premier mot de la second,
GENTIS au lieu de GENTI ; l'amorc e de i', la septime;
enfin, la dernire, la lecture TIB[ au lieu de VBl.
En laissant de cil les trois premiers caractres tron-
qus, donl le dernier nous a sembl un A, nous pensions
que le rest pourrait se lire ainsi :
(Rapla 2)... a aiu'ilo fjctlis Caeliac decor decuis et
Cealiae qen tis. Ad li care precor conjux: si fact records
si fcciiid. l11 libi pi.... lis more reliqui. .. conim endo in-
niocent... libi counjux....
Comme on le \oil, il y a ici des vellilts de versifica-
tion que nous retrouverons aussi ailleurs.
Cette face se compose de quatre fragments, don't trois
attendants aux faces voisines. De mme qu'ailleurs les I et
les T dpassent souvent le niveau des autres lettres.


La

La troisime face se compose de deu-x parties, celle







- 08 -


ice droile rl. lo'u l'raemiinls, ei colln d -anchlle Il'iin
S,-l I.

110 M .M IS IIC
'ITA SI11
COl i 101 -SI.1 C.;EL
''IS I I C Ll : ES TVS
(:ON Q\'\ A TA Pl Il SE)
VSI' t lI l M 1l1 Q\
ITAM CON QV
OSTI'ilLA BO il S )1\
'i M" i 1) 0 110
Il'AP U 1 Ol 110
I' E iL I TiS


Come nous l'avons dj dlit, ldes iuaire angles dic noire
cippe nous n'en avons qieic (rois (ui se continuent sans
interruption : lui quairiince lormant une masse assez
minic, iqui ne se raccorde pas aux autres fragmenics.
C'est donc arbilr'aiiiemCent cl de la faon uiii nous a sim-
bl la plus plausible, que l nous avons fail le raccordu'leinct
dles lines inscriles sur cliactii des moilis de celle face.
lie ces deux moilis, celle de droitle appartient la ccl angle
qui f;iil corps a1 part.
Quant a la moiiti de gaucilic, la dernire Iclire tde la
Iroisieme line nous paraitl ie un C.
Dans la moili de droile, la plupart des lettres qui
commencent les bouis de lines sont Ironques.
Nous croyons qu'on ptci la lire ainsi :
Sis crita v si n res ala prli re mihi -
itam con ostri laboris -- o quanm dol 0 peri.
Qiclques fins dle ligne de la moili le droite noils ont
partu se raccorder avec le coin, ccmciin t cdes lines de







- 69 -


la moili de gauche, ainsi :simii-'li,:, pri s, et c'est
d'aprs cel lque nous avons adopt ntire raccordenent.

4.o

IS i il al iii iS D
ililA SIMA FID
SI31 CAELIA 11V e I. C C
lIES TV SI MIL PAlRES
PlIl SED MISElR )NI NX
MII QV '0 VIXIM \NNS C
CON VI M i )E I)
RIS M MI A TO F
DO' H OC
TIS

Nous dirons de celle fac e e que nous avons dit de la
prcdenle. Les deux moitis ne se rajustent pas entire
elles cl c'est d'aprs certaines concidences qcue nous avons
opr le raccordement des lignes. Ainsi la lin de la pre-
mire line de la moiti de droilc nous paritl donner avec
le commencement de la second line de la moiti de
gauche, le mot : CASTISSIMA.
Le commencement de la premiere line nous parail
devoir se lire : IIC SITA.
Avant les leltres FEC de la troisime line se rIove
une petite amorce. Avant le Iclitres PARES. de la line,
suivanie, s'en Irouve nne aussi, plus accuse, paraissant
appartenir it un E.
La fin de la cinquime line doit se compller ainsi
CONIVNX, une bonn paiepartie Ic l'0 apparait devant l'N.
Le commencement de la sixime line me parnit devoir







70 -
se lire : QVI NOVEi. 1-ii tout cas I'aiiorce qui se Irouei
aprs l'O est penche et doit appartenir i un V. La fin
le cette ligne doit videmment se lire : VIXIMVS ANNIS.
Dans le mot ANNIS, 1'I est li au second N.
Le dernier iot de la lig uiivantc doil se lire : DEDI,
la portion course du D e- tres apparlente.
A la liiiiiiim line le dernier mot est NATO : il se
voit une assez bonne parties ic dI'N pour affirmer celle
restitution : on ne saurait admettre DESTINATO.
A la line suivante, la lettre qui suit l'O ne saurait I tre
qu'un C et l'on doit lire : lOC.
Cltte face pourrail comporter la lectnre suivanle :
Ilic sita est conjux castissimta /idelissima que Caelia-
i amn..... fcc l sir il... 'pares sec iiisc,'riln... ? conjiux qui
0noVen ... V'ximinus ll1nnis, ec.
Nous pensons que l'on nous pardonnera les details dans
lesqluels nous soiiines entree sur ce monument. La beauty
de soi execution, le peu lque nous en avons dclillr
nous ont paru lgilinier la pine ueic nous nous sommes
onne pour nc recueillir ci et n grouper les prcieux
libris.
On nous demandera qluelle est la signification sommaire
de ce monument, et dans quelles conditions il ft rig.
Nous gallons cmetre une hypothse.
Ne s'agirail-ii pas d'une jeune femme enleve prma-
tliiri ent et soudainement a son mari, NO\'E.1 VIX1NIVS
ANNIS. PEIEl'IIDIA SORTIS? ITAPTA 3MARITO ; petit-lirc
ci son absence et laissant un fruit de son marriage, AD
TV CAIE IPECOiR CONIVNX... COM31MENDO INNOCENT...

La face no 1 nous done ses iionus, les laces n0 C








et 4i conslaleni son inhui lion, s; noblesse, el nous
donneni ses reconimandalions soin pout
Nous n'en dirons pas davantage, laissant de plus
habiles le soin d'avoir le dernier mol de I'nigme.
Nous terminerons par deux nouvelles inscriptions, don't
la prem'ire recueillie encore dans la propridl dle
M. Marliii.

No 3. N,' 8i.

1) M S MVNNIA REIDVC
IMV\'IINS SCAENI TA-V- A XX
CVS PlVS-V'-A-L1 H-S
H-S-E

No 83. Diis manibiuis sacrum. Maiinius Saenicius
Pius, vi.il t annis quinquagintl duobus. Ilic silus c'si.
Sile carre, d'un style vulgaire.
No 84. Munn ia Reiltdctu. Vf.iit iaInis viginti. Ilic
sila est.
Stle arrondie au soinmet, d'un style vulgaie. -
Propril de M. Audureau, Coudiat-Aly.


INSCRIPTIONS IECUEILLIES PENDANT L'IPlRESSION
DES PRCDENTES.


No 85. No 86.

Di DVRIDIA
CLODIVS FAVSTA
AERMETIO \-A-NXVill
\V-A LI I -S-E







NO 85T. DPis ,,ulibuis sacrum. Clodius Aerntelio,
vicil alnis quinquaugin a uno. lic situs est.
Stle carre, tronque. Style common. lMAnTIN.
No 80. Duridia Faiusia, vixit annis viginti et octo.
SIlc allonge. Mauvais style. MAnTIN.
N* 87.
ANTONIA Il A
ONNA V A
NNIS L V IX
II S II
Stile allonge avec oreillons. Trs mauvais style. Sur-
face it pine dgrossie. MAnTIN.
Le trac des caracitres est trop incorrect [pour que
nous donnions une lecture (le celte inscription. Nous
ferons seulement remarquer les deux II de la fin, trs
lisibles et qui sont l en remplacement d'un E.
No 88.
11 y a quelques jours, les travaux excuts au point de
Constantine ont faith dcouvrir deux nouvelles pierres
inscrites.
Ce sont deux blocs, longs de prs d'un mtre sur un
demi-mtre dans les autres sens.
Les lettres n'ont pas moins de 14i centimtres de haut
et sont d'un large et beau style. Sur l'un des blocs elles
sont Iraces dans le sens de la longueur et sur l'autre
dans le sens de la larger.
"i o 2o
IIAD I FILIO
\E PlIO








Nous pensions cu'il s'agit d'une dcidicace i l'empereur
Anlonin le Piieu, un raison de celle line : AE PRO, o
nous voyons : n trvAE PRO nepoti.
Le rest se lirait donc : IADrianl FILIO.
On pourrait ainsi compller l'inscription :
Iwp. Caesari divi Hadriani filio divi Tujni neioli,
divi Neri'ac pronepoli, Tito :Elio IItdiianto Anulonnio
Augi.sto Pio, etc.

L. LECLERC.








UNE INSCRIPTION DU KAF-TAZROUT







Au cenltre du massif compris entre l'OueCid-nummel
suprieur el l'Oued- iE djnia, 1'ini le ses aMlluenis, i dix
lieues it lotiiesl de Conslanline, s'lve un large plateau
d'o I'on domine au loin les environs. Du ct du nord,
la vue s'lend jusqu'aux montagnes des Mouya et des
Zouara, sir le Ferdjionu, etl n nce en tournant it l'ouest
sur les cimes 4lu grand Linbor. Au sud, on voit se drouler
les vastes planes des Abd-cn-Nour, des Telarma, des
Zeinoul, et l'cxirinme horizon, l'oeil distingue le lointain
A ui s.
Ce plateau, de nature calcaire est riecouvert d'une
Igcrce couclic dl'liumus. Au sud, cii regard de l'Oued-
Decri, les coucles suprieures, suivant une clendue de
quelques cenlaines de mlres et une haulcur de quinze i
v'ingl metir, snli brusquement coupcs pic. Ces roches
dlcouverles portent le nom de lief-Ta'roii, dnomina-
lion qui signifies doublement rocker, en arabe et en ber-
bre.
Au point oi le laf-Tazrout faith un petit angle saillani,
coloy il droitlc et gauche lde volumineux fragments
dleachl s, on aperoil vers le tiers infrieur de cet angle
snillant, au milieu d'unc surface aplanie, lin space l1gi-
renient n retail, d'une longueur d'e-nviron qualre-vingls
centimitres sur soixanilu ile hauteur. Cet space en retrait









porte une inscription. Muni l'une chelle, apportce de
chez le cad des Oulel-Kebbab, six kilomtres de la, j'ai
pu, avec le concourse de M. Marchand, en prendre une
copie.
D'un assez bon stlie, cette inscriplion prsentle quelques
dfectuosils. Les unes soni. conscutives et I'eflet du
lemps, les autres sonit primitives on dues i la nature de
la roche qui ne s'est pas partout galement prte a la
taille, ce qui a pu ncessiter des reprises.
Telle est celte inscription.

CAELE STI AVG SACR
PRO SALVTE C-ARRI
ANTONI NI N AN!ONVS
PHILE T S S LA
TEMPLI DE SVO FECIT
IDEM Q

Comme on le voit par le fac-simile, les letires sont fort
ingalement distributes, en r;iison des dfauls de la
roche. Toutes soni isoles, except une lettre double.
Les deux premires lines ne reprsentent pas de dilli-
cult la lecture.
Quant i la troisime, le premier mot nous parait ldevoir
tre lu ANTONINI, ct le dernier ANTONIVS. Le milieu de
ce dernier nmit prsenle une lacune e d deux lettres, don't
il nous a sembl distinguer les traces sur la roche. Quanit
la lettre N qui se trouve isole au milieu de ces deux
mots, il se pourrait que ce l une ii rptition des deux
dernires lettres du premier mol NI, que le graveur n'au-
rait pas trouves convenablement tailles sur une roche
caille.








Le premier mol tle In linatri pouvoir l rc lu PIIIETVS. Quanii n second, nous pro-
posons de le lire S.ACEILLA.
La dernirec line doi se coimpler iatuinrellemen par
un D, ou par deux D D.
E1n rsume, inous proposons le resliluer ainsi celte
inscription :

CAELESTI AVG SACR
PRO SALVTE C' ARRI
ANTONINI ANTONIVS
PHILETVS SACELLA
TEMPLI DE SVO FECIT
IDEM Q D D
Telle en serait la lecture :

CAELESTI AVGustae SACRum
PRO SALVTE Caii ARRIi
ANTONINI ANTONIVS
PHILETVS SaceelLA
TEMPLI DE SVO FECIT
IDEM Que DeDicavit.
'Telle ci serait la traduclion :

Consacre I la desse Clesle Aug\sile
pour le salute de Caus Arrius
Anioninus. Antonius
Pliiletus a rpare i ses frais
les oraloires du temple
et en a faith la ddicaice.

Celle inscription a ddjt 61 publie par I1. lenier sous
le ni l-) i. Nous la reprodiuisonis en raison de l'origina-







- 77 -


lil de sa position, de l'im portaice du personnage a qlui
elle esl ddie, et parce que notre transcription difl're
de celle de M. Renier. C'est ainsi qu'il donne la troisime
et la quatrinme line

ANTONINI...... MNVS
P T N E 1............ A
Nous avons expliqu les raisons de noire lecture. Nous
ajoulerons qu'il s'agit peut-tre de l'aeul d'Antonin le
Pieux, Arrius Antoninus, personnage consulaire e hIommeni
irrprochaible, dit J. Capitolin, et viclime de Commode,
au dire de Lampride.
A quelques initres a l'ouest d l'inscription et a peu
pris la nmime haulcur, la roche est taille de deux en-
foncements rectangulaires et accoupls, d'une superficie
un peu moins tendue et en retail d'environ un dcime-
Ire. Nous n'y avons observi aucune trace d'cilure.
A quelques centaines de nmives, de l'autre ct d'un
ravin, au point oull le rritoire civil confine ai territoire
militaire, sont quielques ru lines ronaines de mediocre im-
portance.
En regagnant la route de Slif, on rencontre deux ou
irois groups dle ruines, don't un entire Ain-Sollhan et la
role: c'est le plus important. On y voit encore deb'out
un pan considerable de mur en grand apparel.
Du c1 du sudl le pa\s est au loin lgrement ondul
et de parleut on aperoit come une raise blanche la rocle
(le Tazrou.


L. LECLERC.










INSCRIPTIONS


I.ECUILES CIHEZ I LES OULEII AlU)-EL-NOUl

l'Al'i M. FR.\UL







Les inscriptions qui suivent ne nous lant connues que
par de simple copies, nous serons ncessairement aussi
sobre que possible de rflexions et de restitutions.

INSCMrIPTIONS FLINE.RAIniES

No I.

AI-A:is-bou--Tellis. Aujourd'hui au Muse.
Cippe arrondi au sommel, figurant une niche conte-
niant trois personnages en relief, d'un assez bon style, mais
baniiclies, le pre, la mre, et entire les deux iun enfant qui
leur tend les mains. Au-dessous une troite ainde o se
lit l'inscription suivanti :

SAVRELI D M M S CHURCH
A X HONNIVS FAVSTINVS
ORATA V A L
S..A X

Celle inscription est assez fruste el le temps nous piarail
avoir allr les canrnct i es, en I i.ur j.uxta-posant des mcem-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs