• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Liste alphabetique des membres...
 Notice archeologique sur Ain-el-Bey...
 Lettre a M. le president sur les...
 Addition au memoire sur les inscriptons...
 Rapport adresse a M. le Prefet...
 Inscriptions decouvertes dans la...
 Tables des cinq premiers annuaries...
 Table of Contents
 Planches














Group Title: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Title: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094161/00006
 Material Information
Title: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Physical Description: 6 v. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Socie´te´ arche´ologique de la province de Constantine
Société archéologique de la province de Constantine
Publisher: F. Guende
Place of Publication: Constantine
Constantine
Publication Date: 1853
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Antiquities -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
History -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
Spatial Coverage: Algeria
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1853-1862.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094161
Volume ID: VID00006
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12576814
lccn - sn 85022116
 Related Items
Succeeded by: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 9 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Liste alphabetique des membres titulaires
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Notice archeologique sur Ain-el-Bey (Respublica Saddaritanorum)
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Lettre a M. le president sur les ruines de Tarmount "Adaras"
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
    Addition au memoire sur les inscriptons numidico-puniques de Constantine
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
    Rapport adresse a M. le Prefet du departement de Constantine president honoraire de la societe sur les fouilles du Soumaa (monument du Kroub)
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Inscriptions decouvertes dans la province de Constantine depuis le mois de septembre 1861
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Tables des cinq premiers annuaries publies par la societe depuis l'annee 1853
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
    Table of Contents
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Planches
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
Full Text














UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES






1 /

















DE LA


SOCIETY ARCHEOLOGIQUE
DC LA


PROVINCE DE CONSTANTINE



1862





THIS VOLUME HAS BEEN
VOR PIESWED
l-OR PRESERVATION.


' -






























Constantine.- lyp.-lith. ALESSI & ARNOLET.












ANNUAIRE

DIE LA


S CIi"T A iC L0['E LG

DE L\


PROVINCE DE CONSTANTINE


1 862


CONSTA N'TINI-1,
alESSI et AIINiILET, Libraircel diteurs, rue idu alaBis.


ALGER
BASTIDE, LinEimit.-ILTEunr
pliee du Gobtorueuiliu.


PARIS
CHIALLAMEL,AINtU, 9DITEUK
30, rte do Uuubangers.


1862


~;"














PREFACE



rfltsumLr 'ls tra\aux de. la Soci t6 ArchlIologique pcn-
dant I'aniine 180I2, '.stl rolndrl h(ommaLe it la solicitude
-C


&clairec aec laquel.le 1I. Ir- g6n,.ial D[.svaux M. Lapaine,
1ir,-'ct du leparl,'menI l, oet 1. Se, uy-Villevali.x, notre
prSsidenl actual, ii 'on cese tl'encoit 2ag2 r les r1cl,,ieic le's
liistoriquc ts.
Los vestiges dI la cormmunee11 des Saddarilains, submer-
g.s dIcpuis (l *iz. sicls par I'exliaussemenltl d sol, nil
rcplaru, ca Het 1, sous la pioclle dcs dflenus i'A\n-el-ley,
el nous pouvons mairltcilant inaiirlu:r avec c-'ertitlide la
pl-rcnmnl Te inal e (It a roulci Lamit'-se, ieci t voic. ili-
porlanlto quii rI'liiil ia rmci an Sahara, en passant par
Constanline?. Soixantop -Sopt inscril'flions, 1I? rlz-dc-clhauss6c
t'i.ine liaison ro'rnain,:i deix mol;ni'is 01 qU1iiliICs tld-
btis clI? sculpture, forlnell Ie risullal ties jp'emicnres
fouillcs en11(10 riss-s aulour til Pcnitlenciel aralje par 1'or-
dtile dlu g6nral Dcsvaux.
L'cxploialion Jdu vcisant oriental du Clihe, ila avail
signal- I'[exislence? (d'un g-rand centre tice population, an-
cien cli'.f-lieu de cottlle valle dutin linumel, (qui. commence
au haul iJe Sakict-el-Rioim ct finite an point Bl6go. lccon-
naissanI I'ulilild d'une. invesligalion plus approfcoldic, Ic








j







VI
President de la Soci6el' Archdologique n'a point li6si16 A
donner une some de 300) francs, don't l'emploi detail
enrichir I'dlpigiraphie de 1 '1. lcextes nouveaui L I'aid
desquels on explique, sans craindre I'erreur. la succes-
sion des races qui onl colonies Itl sol d'Arsacal. L'argenl
qui vi\ifie les sources de I'hisloire ost unil argent dc pensd
utilemenl.
11 n'est personn, dans le nionde l ir'llK ilui soil resil
6it'anger ax dcuv'erles faile fai ls A Lambinse, de 18I 1 a
1,85:3, par MM. Carbuccia, Ldon Renier el DC Lamarroe.
Remu6es de fond en comble, str un parcours de plu-
sielirs kilom6lres, les ruined de celce ancienne cii mili-
taire avaieni, come par miracle, rendu a la lumiere le
preloire, les palais, les arcs de Irioimphe, les temples. les
camps, les casernes, les prisons, Ie forum el les rues,
lout ce qui conslitnail sa force, lout co qui avail Iail sa
splendour. Les n6cropoles inlerrog-es, scrules, videos;
plus de 1,500 inscriptions arracliees a cc chaos skcu-
laire de debris, avaient dev\oile au maitre de l'pigra-
phie les annales du pass. Dans cel immense regislre
de marbre et de calcaire, rong6 par le lemps, mulile
par les homes, rouilli par la flamme, et si j'ose le
dire, efceuilld6 lous ls vents, M. Leon Renier avail
dechilffr la chronique de la 111 Legion Augusle. Avec
celle intuition qui est Ie flamleau de la science, il
rapprochajil les climents dpars, il relrouvail Iorgani-
sation des corps d'armde en Afrique, leur hi6rarclie,
leur administration, leurs privileges, leur discipline,
leur vid inl6ricure. De is fails ignores des savants jaillirent
inopindment de colle enqntle failed avec tanlln de sagacilI
sur un sol muel.







V11
II nie fLul point oublier les objets d'art. Malgird I'enle-
vement des belles pieces qui d6corent. aujourd'liui le
Mus6e Africain du Louvre, Lambiese possede encore une
collection d'anliques don't le ddparlement s'lionore i
just litre.
Qui el os6 dire que la I chlilio 6ait arrive A son lerme?
Comment s'habituer it l'idee de n'avoir plus rien .i recon-
qunrir sur los dris d eis celle formidable garnison des
Auris? Le sol a un sous-sol; 'li umus a recouvert la
cendre ; il y a sous les debris d'une g6neralion les sou-
venirs d'une gtnn6ralion plus ancienne. Co n'est pas trop de
quelquees annoes pour dogager les decombres amoncel6s
par les rIvolutions de plusieurs si6cles. M. le Pr6fet du
department deConstantine a done pens6 avec. raison que
le meilleur eimploi a fire des fI-inds allou6s par le Conseil
G6ndral pour les recherches Ihistoriques, c'dlail de con-l
liner les louilles de In LIgion 6trang6re et de ptiiser de
notueau dans ce trlsor inepuisable de documents relalifs
a 1'art miliamire, au culle, A l'industric et aux mteiurs dus.
anciens mailros de la Numidie. Le voisinage de la prison
arabe favorisait une entreprise de cellc nature ; avec
des cenlaines de dteonus on a la main-d'ceuvrc A bon
marchli. Vers la fin du mois d'a\ril, unc compagnie de
rai\aill 'urs ful 61abli stir n point l6pargn6 jusqu'alors
Ipar la pioche, et qui n'est s6par'e du Pi'elorium que par
une distance de 160 m1tres. On ful (tonne diu rdsultat
de ce premier cssai. Coronme si le hasard e6t voulu mon-
Irer qt'il no prodigue pas lous ses dons en line fois, ct
que les derniers out les mEmes droits au success que les
premiers, le d6blai mit i, n loute la partic inf6ric ure d'un
6lablissemenl public, les llermes de la Ie I.b'gion Au-








VIII
guste. Toul I'ancien syslt ne des bains y reparail : le
ca ldiriumin pave en mlosaiqu es tie marbre et entoure de
banquelles en piierres ; 1e Icpidarium, oil I'on mainlenait
ine temi prature moyenne, afin Je priiparer le corps A
Ia violence clialeur Idu sudalorium; le f[rigid,(rinm,. qui
lailt tine salle lenue A une base. temipraItu re pour
Jonmnr 1dii ton an corps aprli's I'6puisenetl d du Jain du
vapeu.r el qu'a\ oisinail I'cliolesinm c'est-A-dire la
cllmlJbre aux iuiles et a ux lparl'u11s ; cnlin, -Fl'nrie des
exltremlils, la bonclic do la foul naise on proplnigeum.
Le cahlarl'im, rquii occupy visibleomet le centre de
l'ldiice, a ll mI n tres 50O coiiim'itres d" e l:.nguur, c2 sa
lairgeur rnesure pres tdi 1)0 imetres. Le pav\cment exdciu.i6
en 1pelils cubes dCo llarlbre b.lIlan el bordde d'Lune large
banild en cds noil's, contienl Ilualre paiineaux eni minosai'lue
colored e et d'une exticutlion plus soignie qu e Ic I-.ndi. Ces
peiliures a pieces rapporlces repril'senlent d'un c:-'-l des
arabesques, et de i'aulre des porsonllage.s. Une seule a
soul'orl de I',1crouieii ent de la vo'tie. T.ous los matleriMiux
en (erre cuile qu'on a exitait de cel endioil, enlre aulles
les tuilcs de ia Io'ilCure rqiii sont lies a\ec des cordons
de plomb, portent laa maque d lIP' L;(ion Auguste.
Nous en avons sept varianles. Une de ces esfanilllles
parait in6dite : c'est cell siur laquelle on lit L111A.\CON.
Au commencement dIu iois de juillei, los rI.llnes dii
grenicr d'abondance dlaient dejla li\a.vrsLee par line' Iran-
chde profonde, Oil 1'on ape il' li nt e partie des iiurs.
Dans une notice spItciale n1ous deCl' irons oen lelail les
sculptures, les stlecs et lcs ustensilcs don't F'apparilion
enriclil d'une i rln niLi 're in;itlltndt L Ic continlenit anrchlio-
logiqu e de I.amIbse.









Pour finir par unC nouvelle I ui se' rallachld en mlime
temCps it I'lisloire c i la ga ogorapie, je veCx parler
ici do la dcouivere lfaile souls I-s auspices de M. de
Lannoy, ingnuicur oeC clief des points et cliaussdes. Les
travaux de la routi de Batna avanti rendu ni.c.essaire la
onslricti isod'une nmaiSoI pou[lr les uanlonniors, en un
lieI.' iqu'on appielle Ain- lsar it cause des resles dl'uun
prwsidiumi, M. de Lannoy autlorisa les enlreplrncuirs
a C ,ioisi lours iallit inlaux ilans uelle ruitneC1 qui, aprs
tout n'tlail que la rcplroducion des iosles militaires
dclheloiiln s sur les voices romaines cJ l'Afri'i ue. II s'e.t
trouved lu'en accomiiplissant Une ,u02vrIe de destruction,
les ouvriors nous ;tilaienl, daus tine cei'liaine mesiure.
A rI'eliri le l oinuonmeinl- des temps passes. La pierre
conminmmorati\e iqui aaiit di l, osdce dans les foundations
du iprasidiumi, vers la fin ilu vi\' siecle, r:.parut soulai-
neOnent avoc des singles dans Il.'squels il est impossible do
ne pas reconnailr e e norn de TMnl'11/. AuI milieu des
cnmbl mes du ulristlianisinm., qui Iriompliiii alors, igure
la mention des pi incipiaux Iiabilanis de co piaqils, ou
J'on s',olnne de voir des Vandales, des Grecs I. des Ilo-
mains, unis par les liens id'uni miImei religion t0 consa-
crant lelus Iefforts la dIl-Inse d'IunC province lonjouirs
inqluitCleto par I'indoritplable diliergiei des Nuinides.
31 juill:'l tS'd)9.
A. CliErI ONNE.\U.




A A Joe, kilon.Ablius vn,\imo dlu MadJraron, dul cfl- de I'onest.






fyJ









LISTED ALPHABETIQUE

DES IEMBRES TITULAIXPES


1862



311. ARNOLET, impnrimur-liLraire.
ASTRIIE, inspecteur primaire du deparleiieilt.
BACHE (Paul-Eiugene), lomme tie llettres.
BELCOUn, liculenan n, adjoini au bureau arabli de La
Calle.
BrOSSELARD, sccr iaire-gcndira de Ia prfercl ure
d'A\lger.
CH.ALLAMEL (A), libraire-ililoCur A Paris.
CIHEOONNEAU, prolSScur d'arabe A C(onslantine.
CORDONNIErl, adjoini an mairie d( Constantine.
DUCLOS DE FONDEVILLE, pr'ofessCiur du' ricloriquIe.
an college de Constanline.
DUNANT (Ilenri), home tle litlres A Genv'e.
FAUDON, juge d'instruclion au tribunal do Ire ins-
lance de Conslanline.
F~RAUD (L), inlcrprelre mililaire.
FERnnlr (l'abl' ), cuir d' BrUCa (T'emeon).
GADOT, Conscille' municipal.
GILLOTTE, ad jninl an Mairio de Contlantille.
GINsUURG, minsionnaire cvainglique.
IlnARAMiOURE, proculriur impI rial.
JoFFnE. jlice di! paix A Conslanline.








XlI

iMM. LAMounoux, consciller de. Plri3Peclure.
LA.MRnEnT, secrr laii i la Ido .111licipalil 6.
LA.\INO (ide), inguiiiieur cn clief des ponts-el-cllaus-
ses de la province ti Constantine.
.LAunR U, inspcltour des liitiiments civil I Guelma.
IErIEZ, iii illieur des ponts-et-chausses a T runis.
LECL i[rC (L), nidlecil major dlco c classic.
LICIITLIs conscnaltul dii service des caux et forits.
Luc, detfensIir,
M.\ncIIAND, ilsliltilcur comi unll all l.
MARLE, imprime rii-liljrairo.
MEURS, archilccle elI chef du deparlemnol.
AI :v us, inii nieur en clhef des mines du d6parlement.
lMLL (CIlarles-A.ugLuseI), capilaine diu Geniuc i Paris.
MloussArD, prof'2sscur au ollcg dc Conslantine.
NICOLLE, COnserTvaleti tics l poli ljtei s it S6tif.
OLIVNIEI:, principal idu college de Constantine.
PAYEN, c:mlrmandnlll i supL ric: u du ccirctl de Borij-
hbou-Arlridj.
PIGALLE, cap il aiiiu at Diskara.
REMOND, arcluilecle do I'arrondibseient de AConsitantine
SECIUY-VILLEVA.LEIX, mlni'c de Conissantine.
VAYSSETTE iiilerprl' le- Ir;diic letilr asscr fInlel a
Consltanlinle.
\ICnEV, V.mploy du service In111iilcpal.
VITAL, mr6decin en chef des li ipilnux mililaiies.
VI'VIEZ, ilspecleur (dsc domains A Conslantine.
YANVI.L.: (l '). capilaine an Oc lanciers, a' MauliLeuge.


"i











IMEMBRES li NORAIR ES.

MM. A I.BERT fd') d, Lu NES ('s e d cu), inmemlirde I'institul,. n
B R:nnuGCrn, rimembro correspondent de I'Instilui,
conservaleur de Ia BibliIoll icque et du MusUe
d'Algior, &c.
REULE me rnl)re de I'lnstitll, professed ir d'archdolo-
gie A la Bibliothl qiie imp6riale.
CnEULvY, gcn'ral du Genie.
DULAU nEn ('Edouard), professciir A l'ecole imperiale
des langnes orientales.
DunET (le doclour), maire de Nuils.
ESPINA, Consul de France A Soussa (Tunisie).
JunDS (,le doctcur)., ex-secretaire ldu comilt de sant
des a'rnmcs.
LAcnoIx (Fr.d6ric'), ancien prli'fet 'Alger.
NEVEU (E') (de'), colonel d'dlal-major, commandant
supricur du cc'rule de Dellvs.
RENIER (LoOn'), membre de I'lnslitut, administrateur
de Ia bibliotlihque do Ia Sorbonne.
ROMEGUEnnE, homrne de lellres, A Toulonse.
TErXin, membre de 'Iiisliul.




MEMBRES COHRlESPONDANTS.
MM. BRoN (le baron), commissaire civil de Baina.
CONTENCIN deC), colonel directeur des fortifications.
DELOCHE, chlef d bureaU au u minist.re des Travaiix
publics.





""m









XIV
IMM. DuvEYRlEi (llenry), voyageurl en mission (dans I.:
Soudan.
'GInoNcouLT (de), lieutenant-coloncl, clief du (enie
; Constantine.
GRELLOIS (le docleur), secretaire du comilt1 de sanl6
des arinees.
LAPASSET, lieuiteant-coloneel, comminandait supericur
de Sidi-bel-Abbs.
\VATEBLED (Ernest), clie de bureau 'A la Pr@eecture
d'Oran.





MEMLBRES DU BUREAU.

Presidents houoraires :
MM. le g6nral DESVAUX, Commandant superieur de la
division ;
LAPAINE, -Prifet du departemont de Conslantine.
President pour l'annec -862I : M. SEGUY-VILLEVALEIX.
Vice-Presidents : MM1. LAMOUnoUX.
MCEVUS.
Secretaire : M. CHERBONNEAU.
Secrilairc-adjoinl : M. BACIE.
Bibliotheca ire-archiviste : M. MACHIIAND.
Tresorier M. VIVIEZ.










Xv

CoiNNmmiisiso elianrgh; e tie I'exatimens ileOr miRntalUcrils

MM. LAMOunoux, president;
GINSBURG ;
ASTRIt ;
CliERnONNEAU.




SOCIETES CORRESPONDANTES

Institute at-chdologique de Home.
Socih' iimp6riale des antiquaires de France.
Soci6td historique d'Alger.
Socidlt arclehologique de I'Orleanais.
Socitt d d'dtudes scientinqucs et archeologiques de
Draguignan.
Soci6tl imperial d'agricullure, sciences et arts de
Valenciennes.
Soci6ir archeologique de Cherchel.
Institut Egyptien.
Soci6te des anliquaires de Picardie.
Socited imptriale d'agricullure, sciences et arts d'Agen.













NOTICE ARCHEOLOGIQUE


SI "I

AI-EL-BEY (Iespublila Saddarilanoruni.)





La doootiverto dui iioni ancion ( i-IL ey n mar',11ant,1
Ia rominire -tArape de Ia "oie ioinaiiio qui condulisail d1e
(Aira t, '1 iiI'o 1"91 i)0tS I'inll iinc i1OCrflh111
j tsr( i' Ilo rs, dos ruines sdios a1 .ti sI d'A in-G, tidjaoui ('I de
Iielad-cI-Goutiari. Lei centre de poputlationi i eaI1iol ce
H1io-, -S'appoklai ,SaWlai ii l'oril'-in tii le co I 'l~l)LlI 1126,R s
ptCliC( )) adnlinisii#hI 1,,i9 -ii C0onsei fltiiiicipail ( orlo

c lhi10 6 110 aubon'u via paqas
puis~qii le iiorn do Saildar no figure' p'as sti. la I iste des
,vcIi v'- s do la N urid i, cMrce I dmins
I'Africa (I/ristliumt
Los mu incs (I' A fn-l-B1e[oy c do Dclad-oI-c ;loU Ia an corn -
prolnnont ell rcaqlilll ['lui.iAIIl'S ;,i'vupos de (Iceoinhi'es 1)01I'-
Uls pa. do-S roslos deIC iuraillos qiii Pinorgeon dIi SOL.
La division deos tommcs en azels, SOUS 10 OnVoi'iicno1 WTu,
po01.1 no(21 pais ro mon tor plus IIa iI, a lopta t dlos Io 1ns do,
mpre nouv0 i eau"I mo rcola Ai bien eic on lei canti on,
c fellow lit passer des li un its ii I mayors des rang~es d'ha-
bliialinois. C'cs cc qniii expliqio comment ii se ftil n qu








~I,










I os pl'e I1IIOFC jS cj~igl'aj1I3 (J~lI)s IS Opl0l2S 5(Ts11. 1C IliU ei
c cu111111 du Sa d daI-,I ont S classes lr les, tllS, sOule I
n oin deC DcAd-oiA-Gotilia i (voijir le fccaci/ des~ iocri -/)/1,)1s
d'O Ifs I'Alq'ic, piar L&w T r 17.6-JSO-5.l)
el par los autres, Solis le liorn d'i-Ily ii'fi'? -
iVoujeiCc e hin ellan provincelorfll d:1 If seur 15a4- J.Th-1
\j1~ n~an1':iian F~isI'rjiicles l'ail, quii~2su i~
-Iui'IS AYni-c0I-13c ilepuis 18I1 7.
A celle 61Sl ill1iii, kI FOLlbi? o (]i,-- i sa l su' Ic ll, 2 -1
tfaii (i1. 11 so dIOnclJ--)ppiO euFe" Ir aiao llla OtI Scdjar, At 80i)
ifl'11'Ot-cs tl~ulh2 fncJlIflIO" soIIICO. 4,0III]II1- SOIC 11011mm do
5Som-ce (III Beyq.
11 Maljt dillicile, do I rouver tine, slatiol pluls coimmode
pour11 Ics t roulpes. Un kaaau~a itlu consltrlit '11l cct

Vers ]a f (i
les, le colonel Creily e.1 M. LSoni Runiicr, dont I'(um ro In
plu1s ilitle e21 lit pluIs hlooralil1cest 21 I1 roLIlIaiktoIl1 ,1uic.
soci51 arch~:'i'g'. il 1ie en Nuini'lic, %isilan1 bs 1 tunes qui
font I Voljet, de ]a pru'seon i not ice, N.',la'~i~'t Ijli
51(2111' epi~pl' Sil o ippo en calcair d'oauIt douce,

rim1 11on 01-1 5115 '1:)L -, ti los 'iiltf-1ijui:'r es do ajir.
:o Iranscris ict ces mcrntinienis d'apruis ima 1211 01 cello,
du flecueji cil M p-1lus h1auti

No I

AAGAIVS LF QVARTVS
EQVESSESOVIPLICARI VS
ALAVETERANA VIXIT
ANNIS XXXX MILITAVIT
ANNIS XX HIC SITVS EST


I








..9
Aultts itin.s .' ), Lucii filis, QOtrtuas, eques scsfjqui-
plicrit'uiis ula .etera cu. 'ixil annt' quadruiaqinh, wilitacvil
lhi iS ?U/Hti If ic i~i /.'> s(.

c. AuluI Agailus, lls do Lucius, suiirnoinn11 Quarlus,
i 'iva'liicr it lunc I'lion l Jc 'i ic, dIi cot IS is 's \Ci ans. 11 a
vcII -'I0 anlls c scrIi 90 ans. 11 I -epos ici. ,

N-' o 3.

D M S SEXARRIVS
CARRIES CFQVIR RESTVTVS
RESTVTVSVIXIT VIXITANI
ANNOS XXX SCXV D
H.S.E.O.T.B.Q MS
N" -1. Dii.s utm niba.us .icratnt. Cutis.i Arrius, Cuii
filins, Qairina (tribu), e-Status. I'i.itil mais htriinfiu.
Ilic situs e.st. Ossaat tua i: qut itsct It!
1: o1nuinenil aiux Dicux minuins. Caius Arrius, lils de
Caiuis, ic la tril:u Qulirilna, suIrn',mmillc r[bstutlus. II a \rC.C
30 ans. 11 gil ici. Que Ies os reposenrt n paix :
cmiarquae : Les ci ovns die Cirta et dcs colonies? envi-
iToimnantes letaicnt psql'Slue tous id la trilu OQuilina.
N- 3. Scxttus Arris BRcslutts. 17iil annis contain
el qptinidecim. Dii.s iman.tibs stc i u.m.
Y Scxtus Atrius, ,surnoini [lstiitus, a sR'c: 1 15 ans.
Mloniiuetii aux Dicux mines. :,
ctInar/tuec : Le no110111 le suirnoim ide co 0o. lolimaill
doniencl lioe it supioser ilu'il cait de la minme famillc
1quie Ic pr6ctlcent.









0*4












L'LVCI'FIL
IA'MARC
ELA'V'A'CXX
XII'H'S ST
Lfcia, Licili /filiat, l aedu. 1'.lil (i/is cculum cl tri-
ri nt/ d(li;, uS. Ilit sila est.
u Lucia, fille dle iLcils, sutlrnomllle M1nrcela, a vecIu
'1.2 a;ns. File l, ',1 .i: c ici.
fteawrqe :. Los ex niples .(e long'i, itiu extranordinairie
(lli piec'ldenlt, r rilenritl I'alttnl tion ides personlncs que
d'inijusles preventions, peni-,'-It'o issi !e -,laisir d ie dis-
soerl2 p ussent i envisage 'r l limal l 1 t'Algei. s.ons
uin jour dclFavorablle. Sans aller sil' les irisies cle noire
sn-ant conffrli'o. le dclclcur L. Leclerc, a;u 0:el nous de-
vionS 1line Inolice sil' In lonlovil- 011n Nllrnlidie (A'liiuriC
de ISO-18 -186J1, et poulr restreindre In,:s ol.iser1ilions ;'f
l'arrolldissemenlidll Ide Constanline, je rappe llc ri ici (liil l'e-
ploralion des [Deni-Ziad. du Djel'el Ounalinclih, du Kroiil
"l du CIl l ll nl 'a foiurni plus Ile \iingt-cinq cenlenai-
res. Pros d'A'in Kerinn, j'ni ui une 'it-pilalie latine d'oft
I'I-n pourrait lirer la pretive qu'it I'61oi ilue do. In donmi-
nation romaine, i'einplaimenlI d'Ain-,el-ih.y, loin doe
jour dL plr ivilge o exclsil de In salli]ril, no f-rinail fi pas
i i'll tillne exception. Li l Igendei ( COll 10e 011 COes leii'es
D. M. M. IVLIVS. ADAKVS. V. A. CXXXI. 11.S.E.
t, Aux Dienix m ine11111 N LarcIus .Jliais, su nom 111111 Ahbiells,
a vci '131 anls. II repose ici. ,
I annuafre de la Socith6 arcl ologiq'iel d Consl.aniine, 18. I-3 .-; e-
cu'il ihis inscriptions roniaines ide I' \l;'rie, h 2150.











N" 5*. N" 6.
D M S CMVNDICVS
COMINIA VRBANVS
HONORA VIXITANNISXXX
TA*VNA H S O B
LXXV
B VIX
VN' 5. Diis Imnnibus s.i,nrun. C(,Oiblia Ilo,0r11hf.
'i.il aanis seplluHtt llta quin]ue. H:cn, ..ilt.
Monument ;xl Dieu mn;ilnes. Cominia llonorall. Elle
ta v6c 75 ans. Elle a \1cu Ilonn,'llnmte' nl. *
No (G). Caius MAlutdi,'is LU bonus. IVix:it annis ri-
qiniit Hii sits. (0) Quiescu' be',.!
SCaius Mlunilicius, surnomm5 Urbanus. II a VI-Iu 30
ans. Qu'il r,|ose I n e l a ix! ;I
Ienaurquc : L'O de la deiricre line iP l n2 6 S ct nil 0
inlaciliev..

N 7. N'o 8. N 9.
D M S D M M'ARR AR
HELV.DIA APVBLILI VRBA ,
SVARTAVIXIT ABVLL V'A'LV
-N- NISLXXXI V.A.LI H'S-E
.B.Q

No 10.
IVALI
OBQT
N- 7. D'ii.s mi .tn s sacrum lli.' l:idi Quarla.
'ixil (an1is' oclo' into I'u .






61



)I;Iciuri'1ni aux [Iouiix Inmie1s. Ielviilidia (liinaiia. II1, a
uCu 81 aiins.
NO S Diis w~min ibs .4l ui Pitii Ziibulli. 1'isil
(7)j fl iS (111. I! inq iiaq I 'b t O. 0 t I 111( nii q a II )IIn I!

]us.. 11 a vi::ti 5 1 avis. (ihie es. CIS IT ue i~ :nt o n pa ix J)
N- !) MAbircs A li-ia 17rbe enits. I hiti vn me is q a ;e-
quw/elin (a qainijue. THe sit/as ell.

oAarciis Arihs, sui'ioNnvu Manus. HI a Am 55
anis. 11 reviso A -.
NI) I (). . Ixtcd ann 1s an in mI aao. Oswo

1I a 51 ans.~ Q ei .ifesl S.-)s IIIII2 1125 05 FIIIt pa
RtoMd aiv :i Lo Marc u5 ArPil5ilvs du no 9 appj.a ul i-ii sans
d(A111112 a A h icii IamiII'2 w I nc s l hlidiiIus ncis dasis
Ie v 11 2 1 le no
.AUh 1,12S 1-maru0:. es uS ZCI'IIII US. ZZaliuuliiis, Zn.

radical so i'aiiacho At la lavigue de NLIidcs2 111ii 1vi
I remtIc 116qu111 rnt d2v iavis W s a vicmcmiies P12: ci oIes doe In
pFC'VillCl fie' uvislavi line.

meni~if~onn%''2 Su ces2 cips Wail loutl anm pus rindiuli-
,ionr Junii jruvlmlia, Ti hue explciilaticin ig'Tcii le..II 'r
rn a pocis~', Il'rSquLe jemiticpris delmidier Jes muuiis inUAin-
el-[:C, aui prhimmpfl~s doe I'Miv& I851~. Ai inn prenimcl"
121(111:5121 vijoula. qu si i~iale 6 cdl's. qimAvaieii rolo-
%fe m eCs (devancii C'2, j12 rlomarquai ii du in111.1 mP Sur 112I
11-11111c" pkau In h p'u ulo dislamice' lbon IlnvuiI~ we d (miles










qui, plar lIe-ur somnimetl la ili ,1n sl mi-cice'rl ou ;i angle
ai uI so ranI ean'iern l oul nali.irilement l i ans la .alin'gorii
d ies 'ieri'es loinli,:tleI La ijqueslio:n nmaiil fail 1un as. Au
Iiei.i l'un gru lpe. I feriles, il y av il u lt i unti centre d1e
0poii1Mulali:on, 1iul- I '- r un 1Io ur"g onsilIrald le. Mais, coi m m:
le arai'a an d-rail Il'\Il- l-E y \'i:nail t ''e.lrli Irai 'lisfl'ili oi
pi-nile1ncier aralue, i(l ,(ue li:'s lei'res qui eh n c1f pcnde'iil
cI iil, i 1is nl'11 mis t cultLire par Is conidamni s, jI ills re-
iuoncl r auti i.l esir : po ii:Iuss:r plus loin mos reI rie:ll :rcliis.
\oici les inscriplions ilont jC' parlais ci-delssus :
No 10. N I I1.
D M SIIX-FABIVS
PLATINI VALIINS BIT
VSHOSP V 'A : LV
ITALIS H S S V II
VALXX O T B. Q
HSE
N, 1i N" 13. No 1.i.
ARCA LIVS C IVLIVS A
C'SIT AFRICAN NDIANVS
TISIT VSV'A-CI V'A...XV
TIANI O'T-B-Q
H'S'E
No 15.

MODIAMFSEV
ERILLA VIXANIS
XXXV H'S E
0 T B Q
OTBO
N, 1 0. Di5. mlonibs. Plafinbiu IHospitalis. V'iit
(n'isf. scplii qinl/a. Ilic 5/ilfs C5/.








.9..











,i AuIX uic'ux 1111125. Iiatinliiis Ilospitalils. HI a ''.c,(u 70
a us5. iirepose I([.
INu *j1 -1 Scluh F'abius Vft lens, i'e/orui n s. Vi 'it anii is
Sit i/eq ?Iayi Int qa it 'lq I IC. 11w, silais est. Oss( Iitan bcen(_ III I c.scfl I)!
-a Sex ius Fabhius, surnmoin ifn eV a I':s, vt- i6 ran. 11\ ~c
55ails. II Cit ici. Que tes os reposcul el paix!.
fle'ni'qajc .- Les E rin I'Imkatifs par deux ha 'rrCs vej-li-
cales ci paiaI1e'Ies -n g uiSd groC, I B substi I ue an
V dlaws Ic- mcdo vOer)an u/S. u, u' tIIS ine 11 Ibassu ctpoque.
Coest ol'ortooralie _grccque iiilrodulicil daiis I:1 Iangiie
laline, rnais sans un(ihode el sans r('-ou~ajii( F1 [ r'isu S I 0
Vics m10o, lAs 17(ieul)niS01 i'ixil ost min I l efiluA cts 1.d1iD (I do
rlcl'C1U us.
Ne 162. I1 I 'I IS I' (I




1~ lllil)~ c Lie) cLUlois Su thu iiis, suI'ilonist Siiiiuiiis..
Remar ~que 'ex p rLssioil IT(Irc Sc' 1111, tre a reilneit Isill,
Ics picri es Iumulaii 1112je 1' dne aLI, quc e detix Lrcds d]nils
mes cursloxiiions c1 leo keccil d(It, Liuii R icr neiu
donne q111 pLUdxcipls
LO non11 d10 .S'il/iS, (111'01 IFOuM2 si frrcvjueolmmontdanls
los iiu'lijiools des Colonies Cu riten iles, avelc SeS dcrikucs
Si//ian it i Si/lid Us, sfo ral I ache At un Lal hiiI st' 11-1C'
ii fill de mo11de lar~ pris de Cirta par' le fith~
na ut do Ce~sar. (lIII sail qWL u'el colic t ptue ] a caplialei do
Ia iuiiid ic rutI appitpcl Co/un ia SittfllIONur Colon ic
des Slltions en sotivenir dunc11 \vic 0loe ('11 ka -1 ai
SOUS k-1 dom-1.inationl roma11inle.1

I Tour 5 tour c311talae d(k S %p'lm de 31assiniks, tle Micip'sa, d'Adher-
iaI, de Juba Ic jviine clicf-Ul I de a province ioniaine df lNui'idiv, (:Cih











No 13. Jleies Al'fica itw/s. i.cit lunis c:ntum ct aino.
OssaI tel' /oiun: iesriiant .' 11i sitUns Cst.
J .JuliIs Al'ricnilll 11 a \a i-:u 101 11is. lin;e (ls os r,'-
posent oel p;iix! 11 4il( ici.
NO M14. CuTis Julius A uldianuns. i.rit -Vi1lis quin-
tlccim.
,I CIA iiu .ililis, suirn,'io' ni A i\rl:.i;iiiS II a \.i'cu 15a ni s.
N" I5. Modi.i, Marci filiii, Sec '.r ill/i. it it (mitis
lrigitihr qinque. Ilic silt stl. O..ss t lut beani /iiescint !
< Moi., M ile .. Mil, e de M sutl'ioIlnlli2e Severilla. Elle a
'lCIi t .3 ans. Elle git ici. (Q-11 Iles i )s rlc'Loscen l In pilaix!
A pa'ltir tic -i-, jc suis ieto rlil, jillus til'u1 ne? ois i
Ain-el-Bcy, a'\c I'espoir que los iror'.is de ri lablisse-
nienil ainneraicenl 16t ou Ilard Ic tilflric'iheent d'une
ruined qui co-l uvrc until porli-Oln n11l1Iblo Jn c i'rrit-ilirc, e1
IIIue lI s5cince auniiit hiein sa pI;i l tis des (i'\'Ia x diri-
g s a;vee Itn l t d'in lli eii ,,cnc'. Les fative rs tilul Iitsitl'l Ialu.i-
luiil Ic's 011cl-,ologco2s i1 Saivoir ait[cillilO.
En c'11lI, In si-clioresse qui rdgna sur Ioniut la contri
pIienlwiil cs t i:r'C'niitrs jours tlI l';niwiL; 186 S01, yaiint allel-l6
tat'li2111S i\ l '911i01 ti lllt' reaS U iiI ''2 illi 5 ite 5 1ic B illijiiilll t 1111Aj 5-
I'aillon i-, 1111 u Bi u etia' u aral' stl'r Ulc sourc l'C ,urI -citll ruLlis-
sea0 I1 long d 'ui, Il'lo sill' iio l de SoUIlit sSIniitillS, on
s'occUliUIa de la dIliarrissI'r ,es ,-s ticCol cniflssi C s it' 1'on-
tlo-ur j[r I-'s sieclks, aml n tld'ugienterl, \o lin le e I'cau.
'ou rti.'itliou no fillt 'as sans 'isUillit : nmais lo I lus S l.WaLu

fitll ig'L' 11 i'lol)lli par iiles Cl s.ir, pour r_' l col ienst-r lI' CO [is de' iar-
timtins awc lept*,l Pijblitis Sittiw-, Nuceriuus lni a\uait rteil te ,t i Mniles
srr'icies indal;int la guirre ,'lM'Aritliie, cl ful ,Isi lors appel'lce Crila Sittia-
normn et Cirt a Julia, jusi,'au inomiient of tile ful relilie i,:j ConbLanLin-
le-grand (A .n ivre de I:: Soc. .\rli'uol ide Cunslanline piJur 1855).










s110ccs, It InlO avis, I'u1 Iln i-Colll lllu e'r 'nl fonlninlo o
d'I1111 Illnais n ll o ( ns 'l llio1 roalll il '. II rc'slo cncol'r
ilI:- la Iolalnili inialre piilie's il piie(res de gl.rand aii ppa-
mr:il, s ti s nl-li: Iri ssa t 1ic11 : SIi 111( i s II n ssin cmi rK', C olnt
Ia m cnho:nneri a ssi |ii'u sciull uL' 1 le I |resiol ('sC Iir'i 'Cs,
qu oI s dI llc; tos 1.. s 111COi'll u i Ipla~c1 LCos I'liOis d(. In
Iill ilon Sl nit posl';,s stir In 1I'oig' -. irnicle,;., 'll| sIIO Co i-
IpOSi'll. (j0 (f11ic cliil111-brc' iieg1 ales, iont la; plus 1 granli
an po1 i I i nci iCler i' i mollni'sl iuit d. i : ll lle npel a l,! F;Ti'3 i en-
flun .s l;tI/ /, landis u1c F'a lnre, qui ipoiurraiTl Clro la cui-
sine, esl. pm-nv ?I en tiles IriIluies, ..li/c.: I/..sli.iT(, i lnilant
l'rlr'i'anIL,-m'le t .1 s -'ralils dalis uln c'pi li h1le. On a rn-
Illassi-' Sill' c'l i:iAlplacenil t d.i -ltinx (ils l It c oLonI n s I1 : dis
p)iei'rI' folr es 131 ( 11 Irli-iI -li2I (. 112. 11yaix, ; 11110 (.lnSdlll ie ll r-
hi' Inille ,':i jour p'rovcnanl I'uiin rvieri'; luclques im6delailles
pinrmi i eIsqliilles j'ai liernnarqu 11 ne 1Olacilla nsscz lhien
:oiis':ir\ie I, il ilel'tilI' n I 'ilh cl:l ti el il d(ux\ ..I ulu ,; :nfin,
Ioes d'li'bis d'nmplior.'s ctl une miiullitliiIle lessons dl
cel -' polcri,-: i'2 -i e s 0co11111111 l;l s les lieu\ lhabiles
-nniC iiiiCiei.-nl par los ploin ills.
A ll ilOl ?O ll oIjf lt fl ot 16\ i 'l, ;i\0 .il lit 't cIt"s Coll-
dtalnii- oc1 c i]s 1 '11s d lcoi In oll; liion du jarilin qiitlo
1jor'jl:' Ii \oi,': ronlaine, ,xhliiiiinniail n111e Ijoric milliaii_-,
coLiv\rtolc ul'iie inscriplion laline.'. Quelle luiicr're allait
jaillir cle iclle Iroi illeo' Qurls renl cisiginlniOis pl iserait-
o01 t(inI la '- c ill'o 1 'un 111 onii iiill ;nppnll nan' l n 1 l't tlrd i-
iiislration tlu pays?
Lna 8'1 li iine co inil -Inc p r ls I-llires RPID, ,l.r vialion
orilinnire dcs mnls RES P\'iLICA. II a (ail JunC sur l-,
lerriloiro l':\i'n-l-D ;, i1111 populatlicon l'ga i i 011ii l co 1-
11ilei1 1h rIfrcsm1 plion ileo n;it il m IIrll I'il u.









I I
1.1c I copiie,: c u l' iIlsu.ripluiifI 1.1. d l illiairie



D N.......
CAE5 ......
FLA .....
CON......
ET GALERI
0 VALERIO
MAXIMIANO A -A N Ii's.
RPBRSRTA
VIII'
1.111.II1;I'[I-~ l~iV111 1


icle n~ghncenii quie It iconu-nanicemen'* deis nonis do
run i/S des ampa s i .1 i/ 1, Li us'' dl, da Flm' do I e ul A'ci



Const1v lll ) ~c "loro l'a lero Mil.rija ill l"O. Ps 1 it
Cjira Vi'l! pu11ill/ia ).
o Sous nos seIgner sAi115113, (AnpumeUsa s, Eta vi s Vale-
1111 tonsainltits al OWN'i'ii VAliui's Ma~inlianu~s. Corn-
11MNi SiAMC. h IIn Inill: li 'a. dIe (irIIa ?. .I


IAU ixiini':, dt.1al i'Jiii:'i, I--[ dfle' ut,:

dIcix A\Igusle:s, cons'ia. ho ulownhIur iaTng2 en rouiiiail Sul,
le trimen. On~r lu Ir':unve --n nfiioiankmcaaiii W'ire dans

1reliohIiiit s'',s le no~ 105~7. (7'oistanum inomil nu hi i 111










d'uii an1. C'l.t peul-lrCe at c L' daLe (qu'il faut rappoie'r
le niarielacge d. lia borne d'Aiin-cl-Dey.
II corvieni tie pJarloi' lci ('un autro inillliairI:', exltrail
loul ricOlinilent des rulings d'Ain-Guiiijaou O iqui lmen-
lionine I nom seul de GIalr ir, iau-dussus d(Ii iliilTic \ 11I.



,i illith.
< Sois noltri' Sepi'n-lir, Ic l'Ls-ill,!o CL'sar alerius
Consltanius. VIll mille pas. ,
Neon milli- pas iromains &iui\alainl i quialorze kilo-
imetres, on \eoit que( la borne d'A i'n-ol-ley ii'a p]ioincll iproi
de dcplacemoenl. iuanlt i coll d'Ain-Guidj.aou, il Wn'n
esl pas do Illiln i, car l s ruiics oi .Jo I'ai rele ,c s'5car-
eIint otle ciup i'rp tie la vo1e ancilnne il io i o 10 l i'On 11 i-
soil pas fon0lclI i croire qu'ellc en a tll arria-lih apres
i'iivasionl airale. S'il est tin fail qui inuirilo d'LIi'o si-nale,
c 'c l l 'a rarol' dos oilo lllmlnts I.l1dic's Ai I'onipeorcur
Galrie. Compi 'ind-oni, 'n e'I 1, l u'1 ii n'ail pas laissels el
Nu idi' llli C lsC lUS IInon iU. UX Solii l o so .1I'e gile, l]oi -
(q 'oi lit 1 ,, passage SliIalill do I'llisluiro iles Eiiplreurs,
par Lonain ie Tillemoont : m axoncie 'dlivr6 verss la
lin do l'aniiioc 307) de la gulrr' die Goal'r et dos inau-
vais desseiins d'lericuilo, so croyani alrtrini dans sa doini-
nation1, CnIvova SCs iillnags on Afri(|lie, pour s'y aire
rci-olnnaiitre Eminerur. Los milices los rejeti'eni, aimnant
inicux ob6ir iL Gtalrce, ii quii l'A'riqwi sonmllait apparltenir
depuis qiiue S5',v ro lail lmoi 'l, pilisqi'il ii'y avail alors qui
lui q1.ii fi onl rec nu Augii A-
Ile'velons A I'avanlt-di'rni',re' 11i lincd" oClc inscription qui


IM










'ol, iit ll Iim iL li.,llr'pS tlil l II 11c 0Itlle vo lle. .'y vois nill
prliljI'I ,I :' 1 ilii In sil liilinu 11 I;Lis c p;ias ile i`r' s1 nlI'r t(1
graves ulilirili'ts, el eI sonil mnov-n do lA'ixpliqier esi
il'a nlnem llr q rii(e I'i el I'S ln rniilion on:'] siilubsitinu's,
[imr 111la icide nl Ignlr.I i ll' a l Icillrc's A l C. Onii alitli
anirs '


sPus ,,,la A CilTA V11i i
C(i m m.ul inil' s-ilu',-2 ;'i (' miu II, iilJ Cirlia.
.11 0 011) 111 11 'l' l':i r~ill'u f 111 s.1105 I eII 'a.2
Ce.l-ip'iC lanI, cornine il esi rare ,'l -le2s rnilliaires soient
dclicourI us dle 1'imilianion l d l o1 nliil (lu1nlt ils soul le
iplus rai ipiriclil is, .ji'';,is :licirl ii, (II1ns l s six : udernicires1
lie lre.s di e In '" li;,'cl : le nonl0 ('inll l0i,."ls inenlion- ,I,' p)al
MiMorcclli el do l l'cinl'iac,:min el l~Iine iirc' illcollnin.
.I'ailopllis lei mol 1'AZA/lITA, quiii par line Pi:' re aliL'-
rnlion, aurnail 66,, irans'i>rin on iASAlilTA, '1iel repre-
sonli assexz bioin I'alrSialMtion iSI-STA. LUn exame:n plus
allrilil de 1'iliscriplioln ri'a ; ilt r:colnoln iai Ire IIll > darns
In pfritlloillre corlsonei do (I cc group, circonlSantlcc (qit
re ln, I'lyivpolthesi inadiln i sI il ie.
.IJ ne in'ari'ln'i point -ni moinlEl CSETA, plirucipc
passil" din vcrlic r,.t,.'. ''; C ai:TI? LinccI'r (dI til l ivenll, r'i i cll[-
Ire en cillure, pIar'e i'il imei I :m 5'1 l: I \ a\oir l pen die
cliancl s dil rt.sislerr a! Il : riliiile.
NOtls savn\ s mIniItllnantl, gi;'iC: I't (I (lACcoiiveC'ei du capi-
laine l.anglois, file Ic n:oii nfilc'itLne des ruines d'Aii-l-Bcey
alil Sati ddir, t1 Ian ini.'ille-re oloni 0l no nous frait aler-
(cvoir d(lans los Six (u iiiC'ibl' os lllre's d'o la Re lign:' 1 ll:
Irs ct.nnl orils S :,l1 [, quii piiisenl 'ire altrilnidos Ai
re inol.








lis








1I ,
Dahis 10 \oisiilnae dii milliaire, sur l'explicalion duquel
j'ai hlsard -dc si longs ldi:eloppemntIs, gisail un fL it do
colo11nn11 d- Ie diani,'ll' m1 suro 0( ,)(. (-'st tiin mo I lu-
Imenlt public p'robablCmIcnt ine dcSdicace, cdoil il 11u rislo
ijLI'in pelit non11011b (10 lo10trs qile \'uici :

No 17.
10
AVGVST
En iprSsencc Jcd s i'stiullatts o01.teliis, il conll\ -na il IIC faiire
do nouiveaux oelurIs ailil d conflnaili' tin IoC.iTlit .i donill
Ic \oisinage i:le Cirta avaitl d f i'ellia sscr I'impurtallnc Le
no1101 ilde la Pi blitife n',ciappel-,rail [as aux invoslialtions,
si I':n so dlcidail A mnelice la piclie dlans Ics amas die
Ilicoml.ires cissnimin s stir le sol, dces dleux ci3 s di la
ontaiille. liltiibilallclleul, 0o 1 xlillinerait (qui lque pie'rre
consacI',o it a la noim, ire ul'un emprnlci'ur' par Ics abitlanis
tlu dilunicipe. C'st ulans cot espoir qlue la [ireclieur divi-
siolnnain' d-leis afiaiir s alilJs -Ilibili, Jo I I1 Il\ no illnbre
18 1, unl cenainC ti led Itravaiiletirs Stii r Cs riilncs qili
avaicni ll rOui ilos pilliaplics repruoilils tau coinomel-
coClnl11l dc ie la lpresnte no lice.
Los Iouilles iluri i crent i:l-'nt malinl-es scu!ei enc l ilais,
b1)1in fii 'Clo aiinl rti .'ondl i i. a l l i'i.rc plu Is dc ciCIn uanltll
inscriptions funl iraires, on '-lait fmoe'Cd d'cn consit.i'1i'r Ic,
prolLll i lcoinme pres'licu nul, pulisilu'elles laissaienl pla-
ner la i,_-.mi inceriliuilO sur Ia (|i.icsliol, uit point dIe \vu
tie la geogiraplhic coinparc1e.
Touics ccs cipavCe dic la nc,'cIl'oruolc anliilue son des
maldriaux oni calcaire d'eatu dCne1, cls uns 'aclonnl6s par
10 cisean, Ils amnrs pine dt'5grossis, ut '1iii par Ic r









15
jI~lure~II u~i~'l'~iit L112 11~llici1 r1 I "'-sislanec' conk I;IC"liol (le

I'aspiea d o11 Ie[orgeIc, L lesc ls Ci\IIi-',s S I'lllI~iplienl t eIn se

'2SI&'Co dl' Illo('LSse j;IIIIImili'e jui en1 a i''I1 g': Ia gII!'fa .Ico.
QunaIo2eAcs d is II2dkiClaceinens sIIccessifs
1:u0I1lII11.luI'dis pil hlsiaIIlition ties races iI-usLIlmalIes flue
suidaient des besoinsdS Ii(;ill'rns e 'm au! il

661;at donis I1uo121 ce's mIoIImILeIsIson [ 1113 aim [ I juS11squdI

Niolici [l t II' nc liii p 'ciu cds Q aibhem re'cillicI s sur t 1mi2 n


No 18. N' 19.

Q-COMIN DIS MANIBVS SAC
VS.QVINT! CAAD!AS SECVN
LVS.V.A.CXXV DNVIX ANNIS
H.S.E.O.T CXX ICT\STOS
AENEQVE


SIIIAROGA L IVNIVS DA
TA VIXIT TVS V A C
ANNIS H S E
CI
D Id

iN" 18. Q',tintas fCoh,,wius (-hinit i'r, Viuvi nis
ccn(?nm etvcii L'1f1(i v/U le Hi s ita s. OSIC) t(Ift beL)fL!



-1'2 .:) aw t. 11 pit ili. Q!ii Su11", r1oI1I ell: eIIf II1I xS I









U...








16i
N\ 19. Diis minibu.s siacruin. Cltldi.S Sco,' /inli r .(':')
Vi.ri mtnis cg Ou l cit ri'in/i.
MonuIment aix [Dioux Inines. CI;ulia;s Secuntlinils. II
a v\00c 120 ians. ,
cnm'irqpIe : COlle I p,:'iinilaphi I'-rcoim il l ln omlhe .l'un
,iolon d'origine byiannine'. Les dliux .' N iler'ni ri s ligno s
sonl ielellmen frusles, qsu. e'eCst nsvc 1e un, exlrvIrmc reserve
quo ji'en ai os0 Iranscrire qmeljcques lelr,:s dans la parlie
i'ro i le.
N* 20. Seta R ouayi. 'cit annisi ceumi el ino.
Dils mainibus.
,t SOin ROgnla. Elle a Ovcu 101 ans. Aux [ieux \ine s. )
N" 21. Licius Jinnias Diilus. V'ixila unnis cen/Ium.
Ilic siltas es.
L, Lucius ,iJunius, surnmmln liilIs. 11 a V\cLu -100 ans.
II rIpose ici. "
Siir une- stl arron.liei au son inet. Dimensions : han-
Ilcir 2u-i.; larger OmC ; ,pinisseur Om1T7.

No 2. N" 2u
LVCRETIA.M.L. C.CLODIVS
FIDELIS VsXIT SEVERVS V
A LXX H S E A XXX HSE
No 22. Lar'etia, mulier fidelis. i.ril tunnis sep-
luaUginila. Hie si,,i esl.
Lucretia, feIrn fiddle (dce honne foi). Ellc a veen
60 ans. Elle repose ici. n
No 2-3. Cains Clodius Sever.'s. Viti aminis Iri(illta.
Hic situ.s cl.









miI


I










Caius Clodlius, Su l'llI 0111i S \'Crus. 11 a v' cu I3 ans.
II pil ici. *

No 2i. N' 25.
D M A CAEAIVS Q
L DIDIVS NAPVAITA
APRONI NVS V A
ANVS VA H T O B
L

No 2 -i. Diis mnanius. LC .ias Didius Apron ianfmus.
1i.ei'l t 1is alis t uHfl lil.
(\ Aux Di,:ux lines. Lucius li..ilitIus, suirnol1 mln Apro-
Iliililln.-. 11 a .ctl 50 ;ans. 5,

No 25. Acliias Clilus, Naljiullitanus, Qairina (tribu).
1'i.xil annis .. llossa lai quaiescail beni
<, AClills C.Olius, lC la liblu l tlirinn, suirnom1n11111 Napu-
litaniis. 11 a vI cu .. rans. Qi1e les os rpos-ntl ,?n pa ix!,

ln taii'quc : L' c ri'lure li ci.iI ipilauli, e anInonc111 tinle
'poqii? lires-.ass50, le cor11ini 1n 1 1,'nlnt dlu jqialri'i.11e sie-
di, Ial moins. Les L son rr~Ipi'isenilIs pIar deos lambdas
-.reCS, el les A ipourvIts de a la barre iransversale soni
surmollnlIs (I 'u alppen dice. Le mot ossa est 6crit par
1 n it.

N" 0J. No 27.
L.IVLIVS.CR D M
ESCES.V C.SEPTIMI
AN XXIX VSSVCCESSVS
HSE V A L
HSE










No G6. Luci.us Julius Cresces. lri.rit annis rigiili
novkvm. Ilic silts esl.
,r Lucius Juilius, surnommd Cresces. II a vecu 99 ans.
II gil ici.
Renmarqui : On rencontre sou\'ent ls mols Crcscens,
Prulcnns, Valens, etc., dcrils sans n.
N', '27. Diis manibuts. Cauins Seplimius, Stuccessus.
Viii.t onnis qainquaginlt. HILc situs est.
a Atui. Dicux rmines. Cnius Scpl'imius, surnonmmi Suc-
cessus. II a \cicu 50 ans. 11 git. ici.
No 8. Na 2 9.
D M D M
M SEPTIMIVS C.SEPTIMIVS
ETRVSCUS OVADRATVS
V A XXXV V A XXX
HSE HSE
No 28. Diis man ibus. fMarcus SepjtinJ/ u Elruscus.
V'ixil annis rioginla quinque. llir silus esl.
Aux Dieux manes. Marcus Seplimius, surnomnnl Etlrus-
cus. II a Nvcu 35 anis. II gil ici. T
N" 29. Dii.s manibius. Coiins Sepltinius Quadral/s.
iril nnis Iri inl ia. 0li .ilus csl.
Aux Dicux mI:'flineS. C;iius S,'pliniin., surnommd Quna-
dralus. 1I a decu .:1 ans. II git ici. *
No 30. NO 31.
FIRM IDIA D M
FILIA I MIR IVLIA ROGATA
RATA SACER VIX AN L
DOS MA I H S O T
VIXIT A XC B Q
HSE


I










No 30. Inscription grla\e sur urie grand sl6le,
au-dossous d'un bas-relief qui represenie nl coremonic
d(os run6railles. Au center do tableau se dressed un aitiel
doe lorme circulaire. A dlroile do cl autcl sC licnt un
person, ag sans dloutlc l prIlre, en Ilabit deU jdlil el
vu de face. Uno pikce d'~'loflT, scmilablile an haik que
porlent los halbilants do I'Afri(que, descend aulour de
son corps. II olTre des libations aux Dieux mines, la
pal6re In main. Ce mrontument a 616 mulil oen plusicurs
cndrois ; la 161t Iu sacrificalcur parait avoir 616 dccrasic
i coups de marleau. OQ ant I I'Fpilaplie, s'il esl i peu
pr6s imnpossil)lI d'en compldetr los noms cl surnoms avoc
les eldments ilui restlnt dans Ics (Ideix prenmi:res lignos,
on voil du mroins qu'elle recou\vrait In lornme I ,'ine grande
prItresse No 31. Diis mwniblus. Juli(a Royata. Vi:it (annis
quinquayinta. IIc sita. Ossa uIa licni qiuiescant!
Anx Dieux mines. Julia logala. Elle a vecu 50
ans. Ell gil ici. Que tls Os reposeni en pai D
No 3.. No 33.
D M IVNIVS MVSICVS
C GALE..... VIX AN LV H S E
RIVS........ H T B Q
NAM........
PHAMO ......
KARIS .......
SIMO ........
PATRI....... C/ECILIA L F MA
CE . AN
XXX HSE
HABS








i










N1 3j. Diis nianiibls. Caias Galcrit s Nattilihno,
l:irirs
o A\ l)iux Jln llleS. Cailis Galeriu3, S.si in-110111 N m;ill-
pliario, A son pt're l)ien aim6 )

icrmnirqi : Le lnol Namphairno apparlieni 'i la langue
ipniq(ue. C es aussi le norm kiun miarTlr dle 1'Eliscle A-
friclue, ]iue Saint-A u.usltin exlc liilue par l'expression 1 b oni

pedis homo, seci i pedis homo. Nam, en araLe si-

gnifie ,, de blon auiiire. Nous retlouvons Cel al'eiclif au
covnmencLinenl d(es noms 105 Ln{mplu.s, Nampulo.sits, Nitm-
)pam j(t_1qlCplHIO, ~ tTam~i'Clde, l hipluinhi, (iii onl 0-I l
rlelivs dans lcs anciennlies ndcrooloks de la Nuinidie.
(Ml lan;Cges 6. igraplih. par L:on ienior, p. 276).

No 3.3. J ius Muicst(. 1'iri ,1uis qiS 'l autlith a
tuinqpi. Ilic silas est. Ilossia (s;c1i lic i blci' quiescaint.'

u .u11111.1, S11i Om10111111 M l sicuIi. II a VuCII 55 ans. 11 C1it
ici. 1110 e les us relTOs', l oin ax!

No 31P. Cecilia, Lucii filia, J:rcellai. Vi. 'il annis
I 1iginl. Ilic sWit es/. IIHA BS.

(, Cecilia, fille i: i.ucius, surnonmmc -iarcella(?). Elle
a vc.cu 30 ans. Elle repose ici.

Remu'rque : La formule finale, figure ici par les leilres
HADBS, nm'esi inconnue. PeuOl-ire f ul-il y voir lout sim-
plement une alleralion de la formitile OTPir .










\" :.

SITTIAI.
LVCVLAVIX
ANNISXX ,,,,
H S E '.
B Q


LVO
LVSIVS C,,
ETVS VlX~,
ANISLXXX
H SE


No 37.


MAXIMVS
VA XXV
HSE OTBO


N,- 38.

POV.... VIA
......0 ..
....ANIS
LXXXXVII


DM
.ORNELI..
MVS M E l
V AXXXX
HSE


No 35. .Sittia, Luci (2 filla, Lac ala. Vi 'lit ann i.s
?'vfill iai .. Hic .01it est. os~sa t11( bend,7 qa ir-scant /
Silini, fille de Lucius, surnioinnine Lucul~a. lka
X'llcu 20 ains. E'lle -i ici. Qtic les os reloselln en paix!
Nu 26. Lucius Volu~sius Cobctus (Gobetias ).1',xit
a an is q ada~raq in Ia. 11wc sit flxst
L LuciUs V0lusius, Sui'non1i-n1 C olblous. II a v\cu 0O
ails. 11 ''it Hc
No 37.j Abi u.s. Ii~it ann i~s vigin i quinqu.
Hlie silas est. Ossfi ma bcn qa leicant!
*...stu mlo in imi Maxi mus. 11 a vt.cu 2i5 ails. 11 git
4w biS o ; ol paxI










N, 38. II ne rest plus de cetle epilaplhe que Ie
nombre des annies, 97.
No 39. Diis manibus. Cornelius Milstius (:). Vix'it
ann is qluadraginta. Hic situs cst.
(< Aux Dieux mines. Cornelius MIustius. II a v\cu 40
ans. 11 repose ici.

N, 40. NO 41.

FABIA FAAVI D M S
AAVIXIT IVLIA QF
ANIS VI PAVLINA
OSATBQ V A LXXV

N0 42.

FAB
SATVRNVS
VIXIT A LI
OTBQ

No 40. Fabia Fla villa. Ixit annis sex. Ossa tua
benid quiescant!
( Fabia Flavilla. Elle a v'cu 6 ans. Que les os rcpo-
sent en paix i
Remiarquc : La forme des A et des L marque une bass
6poque. Les consonnes ne sont pas redoublees dans les
mots annis et ossa.
No 41. Diis manibus sacrum. Julia, Quiinti filia,
Paulina. lixil annis septluayiniat qainquac.
q Monument aux Dicux mines. Julia, fille de Quintus,
surnominee Paulina. Elle a \ecu 75 ans. )








C)3
-.i
N '.i F'bius Satur uts. t'ixi anitis quinquayinta
tthO. Ossa lIta bcic qiftiescanit!
** Fibl.ius Satulrnus. 11 a v'ecu 51 ans. Que tes us repo-
Senrt c1 paix D


NV 43.

C IVLIVS
MELLARI
VSVALXXXV
OTBQ


N- 44.
D M
Q MANILI
VS VICTOR
V A LXXV


Nu 43. CaiNs Julius Mellarius. VLxiit alis octo-
yin ta q uinque. Os.sa tt(i benii quiescatnt !
SCaius Julius, suiIrnm-me M Alellarius. 11 a vcu 85 ans.
Que tes os reposent en paix !

N0 44. Diis manibis. QOinItus Mlinilius Victor.
Vixit a(itis septua gin ta qtuinpqe.
0< Aux Dieux imAines. Quintus Manilius, surnotnmm Vic-
tor. 11 a v'cu 75 ans. o


No 415.
CIVLIVS MF
ARRIVS
VIXA XXV


No 47.
L CORNE
LIVS M
VSTIOLV
SVALVIII
OS TV
BE QVE


No 46.
CIVLIVS FI I
TI VAN L
OTBQ


No 45. Caius Julius, Marci
anaus viginth quinpuc.


films, Arrius. ,i'Xit









-I.
o CaI us 11ii 1us) fils tic MarcusIS u SI'nTOm 6A11116 Aii us. I
\6Ceti alls. )
lie arquie Le nom'i d'Arriius est u u des plius usit'es
(],ils cclte localit6. Onl le tr'ouve aussi dauis dl'i-r1cCS piar-
tics de Ia Numidice.

Nio -10. Ca?`us JIu lius Fiderr'jjus (U. 1 ixil x ann .s'
qu inqua(Jinit. Ossa hut boll" (Ji i1Cll *, Ij
( (CIaiuss hiliI s, su inom ni F idenIius. II a ve'cu 50 aIls.
111 s 1C, S I'iOS JIJStVI oil pa;lSI i

No 1-7. Litcius Cw'rnei'us Musiish/uhts. 'ii anis
qu in quay~inta~ odo. O.%a but ben,,9 quiescanit!.
(C L UCiU C1 (1ornelitilS, SU i'l o0m1 FIe 1usliol US. 11 a 'cu
avis. Qjue Icts uS Pos1s rI1 ell 1i -! (
On relilar(era A ]a I l ivi Ld( C(?IVe ilarplL', les aIbrial-
loios OS. .]3E.QVES., do(01 ii 3 11 j)OL3t-LL p
d'2xelnple.

N0 48. No .10.
0 M MARCIA
M PVBL DAPAAI
VS FAB VIXIT AN
VIX AN VIII
XXX H S E
NO '8. Diis man ibus. Maor-cus Pabhius F abius. Fix i


9 A ux Di,?ux IM1nes. 11ar1cus PuIblu1IS, SLI 'lurf 1 IIIn(" Fabius.
II a vil:cu 30 avis. P
InemarQvc Les It ircs de collt i nsciJi t io n InII une
fcrme I l Le D de ['invocation11 est 11 rjes(I t




DOr


I








Q-.5
cailt6 ; l's 31 figure.ll ,leux lai bddt." accol[s il les A,
surinlnli'-s d'un appenlndico, son01 dJpourvus t.. Ila barre
SI'I ISa1 i ersalo.
No .19. MAircia DIhahli. Vi:it aennis oc0o. Ilic sita esl.
a Marcia Dapali. Ello a Ldcu 8 alns. El'112 repose ici. .)
Il'etarwqac : L'inirolduclion dui laminbd dans los 6iita-
Ihll's ido I'\l'ri qui ; du Nordl est lin dale,. Indiponlidoni-
min tl de cc faiil, la Iorml:- Iun miI Dd.epavli :st gr,':::qu:,.
No 50. No 51.

L LVCI FILl SEX PORCIVS SEXF
IA MARC RESTITVS
ELA V A' VIX ANISt'
XII H H S <
T ;'"
No 50. Lci Li ia, L ucii filial, Ma.c.crla!. 1 ixil annis
vifginli di.iouas. Ilic sita estl.
a Lucia, fillo de Lucius, silrnomnliL-,i .Marvcela (Marcllah
Elle a v-6cu 2: ans. Elle repose ici. .
Ih'ic arque : La dalle mulilo: siur laquerlle j'ai releov
cello 6pilaplie, a pris place parmi los monumenis ras-
senibls doevant lo Pniiilencior. Une parti'io de l'angle infl-
riour, ait droile, a dlisparl al\c le c1 ommoencement ildu
clilfire ites anntiics, donl il n, rosic quo I'amiorce du(. pre-
mier X. Mlais, on lenalr coniuple .d lonruour des
lines, je suppose qu'il a pu y a\oir doux X apr6is la
formuilelo V.A, el quio l';ie do Alac Marella lait il d 3 ans.
D'un auntr col., I'S qui lormine la -I'e ign.o est rav6 dans
Ic sons ordinauiro. Si I'on compare cllic inscription a\ec
coll quli a ilh d.lecouverlo A Bclad-el-Gouhari, par











MMl. Creuly et Leon IHlnier, on sera fralpp, de leur simi-
litude. Pour ne point donner anu ecteur la peine de re-
courir au no 4 d-' la hpr6sente notice, j'aime Inicux metre
Ics deux tcxles en regardl

L'LVCI'FIL L LVCI FILI
IA MARC IA MARC
ELA'V-A-CXX ELA V A'Y
XII'H'S ST XII HS
Cf pi, d, .i111. Creul ,l tliiit r. Cupir de I'aultur.
No 51. Sert!s Porcius, Ses, Ri fls, estilus.
'ixiI annis .... flic sitlus . ua ....
a Sextus Porcius, lils de Sexits, surnommn6 Restitus.
11 a vec . . 11 it ici ....


No 52.


HON ....
TVS QQ
NAMPV...
V A L..
HT B...


No 53.


D
ARRIA...
TA VIX..
NIS LX


N 54.
CAADIVS..
AAACIS V..
VIXIT AN..
No 52. Honoralus Q 0.. Namipulus. Vixit annis
quinquaginla. . Hlossa (sic) Iua bcn'. quiescon! !
( IHonoratu.,, ils dte Quintus, surnommr6 Nampulus. II
a vecu 50 ans. Que tes os reposent en paix ,
Remarque : Est-ce par erreur que le lapicide a redou-
ble le Q? Je le croirais volontier's. Dans cetle hypothse, il

I


I//


/I I \










fiaudiai remplacer Ic second Ipiar I'aljrviatiuii d u inot,
fill us .
Les D oms Nuiiiides, commrlengat par la syllahe naun
soni expliqu~s au no 334.

No 53. Pus m(milus. Ari'a a. Vi.Uil annis
SCX(Thdn a.
qAux DiA meu. n Arics. A .... Elle a \6cu 60 ans.

N- 5-5. -- Cello in script ion q u i dale dc UHpoq uc byzan-
tine, esl frusta en beaucoup Tlendi'oiis ; ii W'y a quc Ic
mot Clhdius qui se lise dislinclernent.

N" 55. NjkAVCIA_\VIXkLXXV ... net Lucia. Vixit
annis Seplzagiuzla aiquiee1.
Frag(,ment d'une inscription byzantine.

N"o 5. N" 57.
[ M D a.SCA Pt.
CITIV E111MANVS. (GoEmnunus)
CAAIV AIIISEVA.
IIONO

No 0ES
S M
CS. .. S C, F I-,)%' I R

AEM ...\1111IsN 11-1; S


Ces inscriptions sonl t.llernent (l6leriorteeS qie I'Ceil a
de la. peino A en saisi'J qCuciqucs letti'es. J'cssairai pour-
tanl Ia reslitulioni dc Ia deirniere.





-J.S




No 5S. DAii.s' .5icrlm ,if i U1ilu Caiu(s Si'it.sy, Caii
fills, QOirifi (trib)u, Al.'ntilius. Vi cil an.i.: octo. Ilic
situs c,. Ossu tlm beu, quijie.sco it !
1 .Mon[ n tl aiix hlieuix n 'illS. Caius Sittius, fil s do
Cainuz, do la tribu Quirina, sii'llrnIiinm1 Aemilius. 11 a
e6cu 8 ans. il git ici. One les ''s reposeint o aix! *.

Ni, 5 N* G0.

N APOME, AVIANILALF
IA N PILIA QVIIH ARNE10
VI A CR- IMT-
II S E

La premiere dc ces dLcu sltles ajiiute a noire lisle un
ienlenaire de la race indigen;. II est dillicile de voir
dans la sCcondc antre clhnise que los mots : A'ianiilu,
Lucii filii, quiriai (tribu).

No 61.
C 11LLPIS VA
LXX XX
0 IT B (I

Caiu. Elpis. V'iil aiitnnis itOinu'inlt. Ossta tIl l'enu
q(ji'ccan. t .

a Cains Elpis. II a v\'c 90 ans. QIuo tes os reposent
en paix )

Epi taplhe d'un colon gr'c troici prI)'s dl'une sourceP










Ia -( Lossus (1n pIl'llie' Tnlarlira 11 I'es ] lrC111 (Il'11 I' C -
(j11e tie In dolmination )\ 7 11 tinil IE u tlait so1ive1-rl OJrpt' -
sentl' dants I'7rilIrel Inline par deux baIre s verlicales
(voir les nl I I elt 0).
L'orsle R111ome1, par scs Con1iu .tes, fill deveinede la sou-
vOrailne (du monde, on11 I'll rien si I'on n','ai. ciloy,.'n
o t ilil, o CO hI L il IiOl Cl'ui" pour ]o S poupli':s de co111:i-
le1' ilarmi les i cCillii',s dec l la n pulliqueil Sa polilique
lendit sans cesse A finder celt'l opinion, 2 2 le x l'cploila
avecc liabileto 1l. imagine ntin or.1'r e dc sij'lltion qui, lout
en Iaissali aux villes conqll iss tin'e ceirilini l lil.ierlM'I d'ad-
ninistralion locale, les enclhainnit urlemenl i I'Ellat
ronlain. Ello comllpritl ijil'clle n11 poiiuvail sotin llr- Io
line1110 Il loi tanil dc' nations difl Ii'rnltis o lir'c 2lies, pal'
Is 1110mrs, le caracllire, lis couilinies 21 Ic laigage; cllc
l iur laissa don:1 leu s lois, lii rs usagges, l11r i olici e inl,-
iicin rel ; Ics imagis'tiatiuri s locales Ill',enl par ellus respec-
1'Ies, 1in is 011 111 1me lmps ,A2ll lI'ulr ,fnvoya ses proc11on-
suls l21. SOS ofiicie'rs, qui Initrill charges de le2s Ilainltnir
soUn sa5 lulelle. Les cilts, l oicslourgal_ es ol.linrent, loules
les fois ique 'int0l'r01 dl, Home s'y p ilili le (d oil (l'ctre
6rign6' s en ninlci IcS, avic la I ii":tll (de s'alminilisl'er
par tlIs oflieirs Choisi liari' i In popul lionl. .cur orga-
nisalion se modela p- A pe ?0iteur ll' Iinini=slraion de la
mntlropole, el idles eurenl cianllcn un Conseil municipal
c ordo splendidissinmus , Iles d(curions, des prilres.1
La comnininne de Sauldar jouissail dles ninies privilcg's,
ainsi line nous I'apprend uin fragin'imet d'inscript.ion pIOS'
dants Ie inur dii Iroisiine liamrrlage 21 Sll 011r on lit :


I M.liiii ip.i pnr F. iec i'l]n.lril ircliuii d l coi vl 'rsal/ioNl.










No 62.
ATO
OBl IONOBEM
FLPPENXDEC
ORD.SP
D
..... ob honoreC (redilial is) .... flamen perpetuus.
E:- dec)r:lo ordinlis spclndidissimi. (Lotus dulls) decrelo
(dec S... ~a cause de sa nomination 5 la dignity d'edile...
flamine perpdluel. Par un arri61 du trt.s-honnorablle Con-
scil (municiCjpal). Emplacement accordl par un Idecret des
Ddcurions. :)
Les d6covcrtles appellent les d(.coumerfls. QuOeldqes
semaines apris ceIltce IrLuu\ aille, iqui nous rd\6elait en si
,penl do nitls, la consliltution de la re ,publica silut i 9
mille pas de Cirla, vers le sud, les conildamn' s d.l'L-onaient
L5 un m'rtre ido profonidour le tcrtre qu'on \'el boiser, lout
pr6s die la fontaine romaine. C''tail on r6ali6 le dIc cllaie-
ment du quarlier le plus ialbild, lu'ils op6raient. 11 est
impossible _le s'y mnprendrce, lorsqu'on suitL u regard les
su bstrL li on: s cIuii se dessinl'L1n rdgu li eremen dans les Iran-
chdes ouverces. Los maisons des cullivalours et les
cases des csclacs se d6vlloppaient done- dans la plaine
au norld de la maison du Juif 'voir lei, plan), landis 1que
les 6d.ifices publics, el, come nous dirions aujourd'hli,
le sidge de I'administralion, s'6levaiont siur le trIlre, A
distance di balail et doe 'oulillagc de la vie ruslique.
Le capilaine Langlois, qui est charge de la direction Id
penilencier, ne s'y eit pas IrompP. II a pens6 qu'il v










avait plus de chance de retron\ver i l es rensei gnments
relatifs i- I'histoire locale. En elTc, jdans les deconihres
qui furent remiuds de ce c616, on a rmassi 1 jusqu'' pr6-
sent unti plus grand Inom'r1li de moulures, de m(64da illes et
de dblris (d'armn s. C'cest lh, enlin (qi'on a Cxliumin une1
belle dedicace i I'nmi peri'ur Caracalln qui enrichil la
geograpllie coimpari' d'nirne noiuv\ le synonimie, en li-
vraln iI nos in\vestigalions Ic nom dei Siuddl, r', sous la
formne de I'elhnique Sladdalritlnorujl m. oici la reproduc-
tion exact du lexle a\oc l'encadremen I:

No0 6.1.

IMP CAES
M AVRELIO
SEVEROANTO
NINOPIOFELICI
5 AVG PARTHICOMAXI
MOBRITANNICOMAX
PONT MAX TRIB POT XVI
IMP TI COS iIl PPPROCOSDI
VI SEVERI PII ARABICIADIA
10 BENICI PARTHICI MAXIMI
BRITANNICI MAXIMI FILIO DI
VI MANTONINI Pll GERMA
NICISARMATICINEFOT DI
VI ANTONINIPII PRONEFOT
15 DIVIHADRIANIABNEFOT
DIVI TRAIANI PARTHICIETDIVI
NERVAE ADNEPOT RESP
SADDARITANORVM EX DE
CRETO ORDINIS SPI....


I









Le mon1111uent consis l en on bloc do c aleaire blanco,
laill1 av'ec soin el mosurant Iln sur In1mO. L'ceriture esl
r igli re el sans ligatuIre. Dans (|ueliiues crndroits sou-
lIen:on, les inols soni s6iparis par miles. fcuilles sculplt i s.
Loes lelres' .lc Ia Ire ligiLno o nl O!,ni !; coll,'s doo la partii
inliriouro n'o1) qu.io 01-0T. Ijn cadre Li double liaguello
onlourel la I.ge.nde 'lueqiues .elals. do la pilrri:e out 2n-
le t6 dis leilrs 'a tl A dilans les dleux dlernilres liuiis.
La reslilulion diu toxei donne la lecture suivante :
Impierut lori C('s.i 3i Ma:co A IIrIlio Severo Anionino, p)io,
felicio,Aago Ptolit iico hmaximo, lBr i i nico imea:io
P onlifici inm:cino, Tribiticit. pol.'slolis XT I, Ip nieral'i
II, Cons:./i IIII, pSatri pahtrite, ,roconsa, (dlidi Severi,
pii, Aritio'Ai, Adie'iiiici, Parlhici :iii nimi, Brih t nici
:it:,ii filio, diici Mli)rci Antonii i pii, Germ"n ici, Su. run'a-
lici nepoli, dit'i : Aloitni ii pronepoli, ilidi Hladriua.n
ib/vjnpoti, ldivi Trajani Pa.ri thici el dtlii Net: r i.Ildalcpoli,
lIespt.blica, S,./dd,.riliiaforant. Ex dlecrelo Ordinis .spIlendi-
dissim i...

SA i'emllperolir Csar Marcius Auri-lius Soeirns Anlo-
ninius, pioux, ltiluireliI, AugusiCe, I'c-grand Parhlique,
Iri s-grand ril.ainnique, r's-gralnd Ponlil_', invcs!i die la
-puissance Tribiiiuiciecnnle pour lIi 1 i0 fois, Ipi'oclam6 linpL'-
ralor pour la l fuis, consul poiir la -' Ibois, pc1re do la
palrie, Proconsul, [its du divin Sivere, io pieux, I'Ara-
liqie, l'Adialianilquei Ic tirs-giand Part[lijiiq lo Iri's-
grand Britanniqii?; petil-fils din ivin Marcus Anioninus,
pieux, Gerinanique, Sarmialtilue ; arriiro polil-ils du
div'in Anonin le1 picux; arriroi'e p toit-lils du divin Iladrien;
arri'-re peil-nils du divin Trjan, Parthique., et arliere









petil-t-ls du Sis du divine Nerva, l;a rl publi-ilue des Sad-
dlaritains. Par tn diccret du Iri s-honorable Conscil (11111-
nicipl' 1).

Culle dedicace s'adresse Ai Caracalla. On sail que o,-[
Ciipecreiu, par line vanile (iqui ressemble it line d(lrisioI,
no craigpnil pas do prolaner lAs noins enLr s d'Ano\ii~ii
cl o MIe arc-Aurdle, on se ls allrilbiuant siur les mi dlaill'es
lt sur los monuments publics. Lorsqu'il ful apple an
Irlne avec son ftrcr Gean, il r'ecul, n paritage;C, In M~ani-
Innic et la Numidie ; c'Csl cc qui explique le grand inlin-
lirc d'inscriltions -liii iuncr l lig'ii 's en son IionllllCII
dIans prcsqule 0loutcs les villes do cs provinces, elt no-
lainInent dans CoClles do I'es. Poi) n' fixe la dale hIi
1non110 in.10 dc SIddar, j.e I' applilrai se ur tin :13. RI ;
de I'liistoire des Emp'ereurs, par Lenain Tillemoil, oil il
eL dlil : Caracalla pril le liire d'lmpiLralor ponr la 3'
fois dan s it] 1' ann6e do son Iribulal. M> Or, In 17
aniiiLc (Id son Ir'il-llnal conIcorde a\eC le colmmllncelnlitll
dI? I':iinec 13 do .-C.
On esL fond it croire (qie Ics ldedicaces ofleric-; a. n lil.
do Seplime Sdvire so lnt des ,.nioignag-s l (1 la i,'i.rii-
nui.sance des citoyen' romnins de la Numlidic, pou.r '1.
.'i hands Irnvaux (l'ulilitc ipuhlilue q(l e cc prince fit c0-cul-
tor pciidant son r'gne. Un tilre inolir poiii'rail les anvir
inspires, car Dion nous alpprloed 'lcu c'sl ol 1 cot .ril'''"our
,ilui, par tine ordonnance devenue c4l'bre, r'cnlit lllus
los sujets libres de I'Empire, cilovcns Romains.
Sur la droile d'Ain-el-Bey, vers 1! sud-onesl, :i roin-
(conitreo 1111c ferin f'aniiaisc, blitie avec des mialtriaux in-
riens, parini lesquels figure in aitlel en calcaire, dM'ni
5









lll1re dfo hnaulkiir, snns complex la moulure du fronlon.
On v lit 'n beaux caracleres :

No 61.
10 VI
SILVA NO
SACIIVM

A huil kilomeltres, dans la mnime direction, sont sitlu&.s
les ruines die Seldjar,' oil Ic docliur L. I.eclerc a copiA
l'inscriplion que voici

No 65.

CA\VB .\A VGPROSA LVTE
P.PNOSTRISALM COR
NELlVS MAR
TIS CASD. EM

Une anutre ruine, la fermne d'Ai'n-Guidjaou, qui est
plus rapprochee_ du penilencier, ainsi qu'il a Me6 ddmontrn.
au commencement de Ia i r'sente notice, a product lrois
monuments 6pigralphiqucs, don't Ic plus implorlain est
line colonne milliaire remonlant a I'eimpereur Galr'e
(Voir le no 16). Lu second esl uin 6epilaphe latine ainsi
conue :

i On d6signe sous le nom de Sedjar c les ahbres, utne valley remplie
de ruines, oi paraissent encore les rests d'nn foil byzantin. Quelques per-
sonnes ont imagine d'ltablir un rapprochement cuere ce noin el celii de
Saddar.








,Iii










.. (j,-i
) .11
1I ,A
SIANA\
A.LXXV
OTBQ

Diis manibus. lulia Simn, Vi.ril A nnis septuaginial
quinque. Ossa la e bend /qicscant !
Le troisiirme est une dalle de 60 centimetres, portant
cinq caracleres libyques disposes de In mnaniere suivanle:

No 67.












En I'tsumn le pans d'Ain-el-bey, aulant qu'aucun
auiri' canton des environs de Constantine est covert
de debris, mais de debris sans style; 1'art n'y a laiss6
aucun cachet. A pine y apercoit-on ga et IA un frag-
ment de bas-relielf, on morcean de marbre 6bauch6,
queliues cclais de pierre un peu travaillee. Pour ceux
qui comprcnnent les ruines africaines, il n'y avaiL a
Saddar ilu'une installation agricole, une r6publique villa-







Brll ....







*,.Ioise iloni lia ricllh sse dlail hbasc sur' les c 1rall:'s el
I'dlive ldu bLlail; dcs ormes, idels s labls e des jarlins;
Iquel-le close Ile coins que Tiddis et Airsacl, qui II s-
sidalien t un 6vc.li, une ciladelle cl des rempnrils 1nie
lanlieuio :o la I capilale tides Nimidles, qiii j1 uiissA il il'un
clal llorissanl sois le riIgne dI Ills fle Sepliine,-S t vle et
nLi ti-ri l encoree' la sollicilu.le du gouverinimen roi1min,
au com!menlcement du IVe sidcle (voir Ic n0 16). Les fouilles
projelces par I'adminislraliion militaire no noiis a p-
prendront riIen dc plus.
\. IlI.ERDC ONNEAl'.























J











LETTIIE A I. LE PRESIDENT


SUR LES RUINES DE TARIVIOUNT < AD ARAS.
-------= 3.--,

Nos carIes dc'signonl par Ie nom de TarmounI, un1111 oinlt
du Ilodna ou sont diss6iinnes des ruines ronmain is,
iqi'une distance o -45 kilonmetres sC'pare de Becliina. Or
llin'cItire d'Antonia marque trellie miles entre Za bi on
,.clliliiga et uine slatlion ai:ppelc. Aras. ou A i l aras, qui
est .situ6e dans colle direction. Pour restiluer 1' Tarnimonl
son ancionne d6noninralion, il fallail peui .tre d'autres
lpaeuves :je les ai clherclhees sur le sol.
La position tsl bien choisie ; la garrison qu'on y o1n-
Irleenail, avail l'anlanage do comimandler anux n0on11tagn-2s
de l'Ouennoura, en Ilcnie lemps qiu'.lle surve.illail les
ipopllalions agricoles rKpianducs dJans la rKgion occiden-
Iale du IloJna. Slalionnilc sur l tarande voicec jqui reliail
Carthllage i C, csaIre,' (Ch r:ic.liell), elle pouvnit couvrir les
commniunicalions enlre Zabi (e Auzia (Anumale). A eiijuger
jiar les assises do pierres rqui dessinen, en queloe sorle
I'6cendue tlo son enceinie, Aras d.i:\vail ure uine des places
forles do la Maurilanic Sitillenne : mais clli noe pos1-
dailt pas d',]glise on du moins son glise n'avail qu'une
mJliiocreO imlpolrtance, piuisqu'il n'e n esl pas fail mention
dans Il'A ricu christlij.ii( .
,l'ai visild loisir les environs te Ksar Tarrnounl ; j'ai
parcouru, an pas de rnon cheval, six kilometres Li 1'ouesl
el trois i*i 1'est, examinant routes les pierres laissLes par
les anciens mailres du pays. A clhalque mille, j'ai ren-
conirt line i 1orne : mais sur les o /ize que j'ai vues,











cinq seulement onl coiservi\' des Iraces d'inscriplijin,
Plant le gres de celtoe onlrde est friable; cliaqure milliaire
elait coucliC etl A demi-eiinerr6 sur Ie cIt6 nord tie la
vole romai0ie.
Les nos 1, el 4 nous app!rennent que les empereurs
Caracalla el Gordien, fiddles A la mmne poliique, ne re-
culrcnlt devant anciin sacrifice pour assurer les mouve-
ments de l'arminc sur les confines de la labilie, par I'en-
trelien des routes siratlgiquies. Voici le peu de lines
lue j'ai pu d clliilrer:


No' 1 .

IMPCAESM
AVRELSEVE
RVS .......
....PIVSFE
..........


IMPCAESM
RE..AN...
RVSFELIX.. A.
TRIC-MAXI..
NCMAXI...
.OTEI .....
MAXX.....
IIIIABAI...
MP II


N' 3.
.PIO





AVG
ABARAS
M P11


.....ARAS


IMP'CAESMA
RCOANTONIO
GORDIANO
PIO
FELICI
AVG
1 ABPRAS
M P M


...AVRELIO
.... BIO
.-PONTIFICI
....COS
....A ICIAE
...ARMA
. .ER...
S..PIANV
..EM...
S.AS


No -1


No 5.


4




L



39
Le no 110 1 eSI allI Jtr n ii, ni I'm de larm on nI, en
narcliant %ers 'ibi, le I o -10 es au 2N mile en n lieu
appek6 Dail Ammar; le no 3 -s ILI an t ule
I'oiiest do Taniiout en allant, ht A utnae leS Ak ot 5
son t ai Ic dans la rnm direct ion
Le no I com e ine c ipiar les mo!s Imiperal ((i' Cw.sa r flfar-
cus Auac! hus SLyus cei so ltorminle par le niom de ia









de~~C la litLi~Cl'i~
local it6: A AS, sanls la p'6posi I ion. Ai Lnlo 2, onlit
I 'i nd ical iOnl de ]a distance :mi/lict passa ur If, avec les
pre:'miers WI~nion s di huI e AD[ AR .~ ; je su is s~ir do mna
copic, ell los- dernikics lignes du LI 3l sont. hop Won~i
coI1seriW's pour qW ii soil possibIlo: do2 coin ielttre Lune
~ierreu. Je ponuse q u'on poutI res~lue IleCI conmmencemlentI
par les mots1 Inijteii/oi- Cwsiu' MalIt-ws AurelCiust Ant oll LUus,
liits /c/u'. A LI bas du no 3 liprent LI~l Its 11101S Ab 'Aras.
Ailit/ia jIcissauii l II. \ToLIs Fi1f21(1-aqee LIui e jLICJ n"' 3 e:st
Jire:'que: intact, el quL'iI )' InanqLui: seiilcmint:'le Ichlfrie qlii
donnait la dislanci:'. La lecture (It-, o:' nilliaire soc ornl-
p1 -'tera a i iSi Jrnmiicntlori Cavai-i Vai c-o AnIon io Gor~dwan),
14o, felici, attg ush. Ab l 1,Irs. Mi/lwi pussa a in Qua nt ait
11. 5, CeOSI tvc itluet In ll, rS-?v IW (tie J'a i Osq t~i~ss
Jos q LIelquLe:s Ic I res q ii SLIbLiStent I 'i l'ex i1injl6 des lig H
do Ia parties droile.


A grc'ez, Monsic-uir Ie IPrisideit ..

Le Capita ine PAW N,
Cumniu~d:,u buuirlur du Cercle d., lluidj-bii. krvrIudj.















EXPLICATION DES ONZE PLANCHES


DESSI1EES P.\ll i I,. FI.l l D






IPerctlie apjirl.itm' It" sf 're unirt
[,allilanldo, r in iquelle rilr s'lindo
ninnili v nnelli o correo i niuliebre, o
nelle reineri 0oslre I. ampolle in (ni .
per qlunlO r fanru, lrondlaroI ut I iC-
tlos lajrime d rili fiuntrr i, o luter-
ne, v lembo Ii Iela incomhuslibile,
nellia quIal furono ar,~ Ile iostrer mrm-
IJra. u111t noi Slbijain roll u Igeh'lsa
custllia : e qualunque monet'a el
uarm e ; ii[ipelltilile, i siegno elelle
onimeiliudini o.lre, v per noi materij
preziou.a til eri lilte (nijellnre.
t.L .\Autie ruiILite.




PL..\n cill: 1. "' 7. eillp en l frre cuito dtic i'ilrl
ovale; argil ija i e lre ro N0CO t i l'tc lul 1i'nis oi. pelilltiur
oIic011 Pas dl'nrlse ;o e bc i. Irise; til file simple aulloiir (3 1
(ablilema Un lici's en sns d i Ia .rtani(leu' natiirelle. Liiong.
0,111 ; l1t1.1l. 0 'm1). Sujlct dteux gladiillours arflfis (lu
glaiv' dIont so sernaient les soldals Iloiains; ciolti h.i
gauchiic a iune larme droile; celui dJo droil, uine laimieo cii
forme de feuillo, sans gari'de, mais avec unc courlo Iiar'reu
Iransversale Ai la poig'ne. La figure de gancheiiic r '-
sonte le type dies pellasles Tlihraces. Qoueliues points de ri's-
sfnmblance existent dans I'equiperment dlos dl.:x\ person-
nages : ils out le torse 11,11, le milieu dIu cor-ps (.nlt









iiiiii










I l'uIt jUl.i coUr'll, Ios jainllies :'.ianlScS 1'lle sorle (iI,
lonloicaux (\oil Ie 11no (~l de la planllcl' viI), ci Ic poigno t
(Iroil p0rol' i' par tic mancli: lf 1or0m d'anneaux do mdlal

Ce f'ul an milien lu Il111' s-icle avant .1.-IC., qno los colm-
la.ils de -ladLialuis fl-rent iiilro idils 5 Itlone. La P,-'1 u-
lliique lpoir r'miie-rci les dlieux Jd se s vicloirs ,:. poiur
t clchir le ciel aipriL' une del'iili:-, d lns une PO' e Is oin idans
nle famine; lcs inmaL isratls ipo 0 r il11ia i C lurr l rs, cltarges ;
les ainlbitiiux, e pour pIIaire aui people ; les riches, aux
utnclrl illes de leu I rs parcills, (lonllnlvi',en dIs ji uiX de io la-
dialcurls. Ces sculnes iinhumaines durai'nl dilepuis 000 ians,
lorsque Conslanlin cl ses snIci':,sseurs les resireignirent
graduellement ; el leur abolillion demiilive ful t n l des
liionfarils du chlrislianlislie.
N' 6905. Lampe on terre rise, .i p'eu pr, .s o\Nale I:t'
de -pourvue d'anse. Long. 0,10 ; linult. Oj'0-. Un triple
filet enltolire le tableaut. Sujt : Conmbal do gladiators.
LU'nn atlaqiue son adversaire avoc Ic poignard re-courbii',
l'aulre so fail I 11 remlp, rt de son bonclier. 11 porltenl
lons deux iun caisque empannaelliC dc grandcs plumes ou
peut-il're de pal mes (\'oir le in 708) forinaint ,-venlanil, cc
qui done un aspect l imtare a celle scine0 dct mciiirtre.
Ao 70o. Lainpe r'ndi ol sIns alse, de-: coulenti
rouge1itre. Long. 0,il0; laul. 011101 Suj : G(Iuerrier
\v.Iu de la clainyle, cl coil fi d'un eas'iie i has, suir un
clieval anu galop. Sa main droite burandit lanelance oln I
javelot 'i la laulteur de l'o:il ; a son bras gauichi est alla-
ch6 in bouclier circulairc. Cc lableau cesl ifml'rieur anx
deoux pr6c dentIs, sons le rapport du dessin. (Ann. de la
Soc. archuool. 18'58-1859, p. 100).



18,-89,i 0)










IN 765. Fragment de lerre cuite d'nn rouge assez
vif. Deux gla:dialeurs Ius do derri' re, dans I'altitude du
combat.
Ao 699. Lampe en lorre rouge vernie" pas d'anse.
Long. Orl0; haul. 01'0-4. Tableau anim5, represen-
lani deuix tladialeurs acharnes au combat. L'un d'eux
lomlbe renveis s sur Farene, Inmais ii se soulient encore
avec la poignee du glaive Ce so dejfnd avec son bouclier.
L'naulre so prepare it lui porter l coup morIel. On re-
marqueora l'exag"'ralion des profils. (A nn dc la Soc. Arch.
1858-1859, p. 108).
No 708. Lainpe on terre rougeaire el. pesanle;
clle forine un circle oque dpassent, ld'n c616 I'anse d6-
coupee en maniere te dboucle, el, de 1'autre, un bee
legreoineni evasd. Long. OrlIl ; lhaul. Or,05. Sujet :
Cliar do Iriomplhaleur trained par deux clievaux en course,
la Itle ornee do palhies. Sur le char, un personnage
debour lenant de la main droite 1ine couronne de lau-
tier, el de ]a gauchIe tne palmer. Si les details du tableau
sont faciles it distinguer, on est forec de reconnaitre
que le dessin n'en est pas irrdprochable. Au revers,
1'eslainpille du polier, C MAREP, que 10. Leon Renier
a lue Caii Mari Euprepctis ( atelier de Caius Marius
Euprepes. -' (Ann. de hI Soc. Arch. 1858-1850, p. 105).
Voici la remarque que le savant fundaleur de la Sociele
archeologique de Constanline fail sur les signatures
abrlgees des poliers, 6, propose de celle qu'on lit au revers
du n 708 do noire musee : a Une larpe du musCe de
Leyde, provenant do la r6gence de Tunis, porte pour
signature : CMlE\PO. La rislitulion de celle-ci doil done
c1re ainsi corrigi.e C ii Eupori'i. :, Du rest, il est







a


7 14*








I .1

probable qu le IC fabricalt Je ces lanlmpes ln'dalt pas in1i
africaini, el l'on peut Cconjeclurer qu'il liabilait la Canm-
panie; car c'est dans coele contr.l'e 'pie se renicontril etl'
plus fr6queminient les lamps portan sa signaltre O1
son cachcl.
On sait que les signatures de poliers romains Irou\ices
21 France, en Suisse, en Angleleiire el sur les Ijords
du rllill, consislont presilie tlojolur e n su1rnorn, soil
seul, soil pr6ce@dl ou suivi Jes sighcs OF, officiin, M,
mani, F, fecil oun filina, suivant que le non, esl un
nominalif ou un 1111 niil'; FEC, fecil; FIG, figlina, etc.
II n'en ost pas ainsi de celles que l'on recueille en lialie
el en Afrique ; on n'y remarqilue a1ncIin de ces singles, ot
elles contiennont ordinair ieent en nalreeuc les trois noms
de l'arlisan : son prenom, son nomn de Ifnille et son
sul'lOin.

PLANCIIE II. No 691. Lampe on lerre c1ile, cir-
culaire el sans anse; surface concave. Long. Oml0; haul.
On0Ol. Sujel : Bige i roues basses et epaisses. Le
cocller penchl on avant el les reins enloures d'une piece
d'elol'e qui lui scrl Je ceinliilre, excile it coups de foul
les deux chl'vaux don't les pieds louclient i peine la lorre.
(Ann. dc la Soc. Arch. 1858-1859, p. 118).
Ao L.ampe en argile grisailre, non classes ; forme
ovale ; anse brise; bec en losange; atiuour du lableau,
un fileL avec lines rayonnant vers le centre. Sujet
Un personnage .a peu pres nu relient un clieval pr'lt i
s'i'chapper; A droite, un hlomme tobml'ant ;t terre ou
renvers6 par le cieval. Trails vagues el indecis.
AN' 703. Lamnpe circulairc on terre rouge el d'un








If

galle gralciclx: ipas i'anse, mais unl bee decord de deux
volutes. Long. 0,MO); haul. 01,n10. Sujet : Gladiateur
danns 1'attlilde dii combat; sa main gauche, proltgde
jisilqu'au conde par ces anneaux de cuir doni nous avons
piarl1 anl no 7 de la plancile 1, Lienl uI il poignard recourb1 ;
i1 casquie A visierIc relev'cCe Cst SUirnmon d'tln cimi:er
j)oinlu el de qUtielqe l close qui iglure g in pornpon.
j'o 690. Lampe en ,tere blancli ~itle, de forme
ronde, coinca\e at sa parlie sulpil'ieire. Long. ,n0O9;
liaul. 0rnO'i. Sujet : Un lhestinire debut et ceint du
tipl),.',rh'cl qLui descend jiluS, i'anx g'e1noU1 II seinble jo01er
avec un aniiial dress' sur Ics piieds do derriere, en lui
faisani miordre son [ras nu. L'animal a uine crinie.re ol la
queue Ir's-conrle ; il serat diflicile de Wlile L lquelle race
il appartien. On appelait .'nsu.c'llris, le domplour di;
biles Iroces, cdlui qui avail Ie talent non setilernent de ren-
dre ces aniinaux\ Iailal.ies el dociles, tinais aussi de leur
enseignier ci lains exercises Ce cerlains loul's.
No 803. Lampe en terre r'oug oele lcoev 'uie ('in ver-
nis ; forine el.l-Gante ; pas d'anse.. Long. 011n10 ; haul.
0110.. Siljet : Au milieu d'un cercle quadruple, un
gladialcur casquQ, dans 'allillude te la defensive. 11 sc
couvi\ la poilrin iie t les cuisses av'ec un long bouclier
doni Ie bold spritpeiUr icii loichie presqnu? it la visifere de
son casilue, el lienlt Ien avant ine I'piee droile. Pose bien
enl endu e.

I Le campstlre C.liit une solc ie deji pon, allacht autour des reins el
des'cndanrt on;iron jusqui'.iu deux liers des cuisses, les gladialcurs el
les sold:ls gard:bienl ce \ cnmenil, par tlidcencee, pendant qu'on les exervait.
II lirait son loml de ce que les exercices avaicnt lieu d'ordinaire dans le
Champ de Mars. (Dicl des antiqui(s rom. par lich).


U111111









Lo Ioucliilr oblong cil Iilad ring' ilairei de 1no1 re ilad Ia-
Itir Csl Ic sculul (ll l lq';ad.iptla eni'rl alO llOin I'inilail riie
ruinaine au lion du IJouciier rond (clicus)), ;A l'6poque
oi frut inlrod uile Ia soldi mililaiir. II avail 1,n12O d Ilong-
stir ,'lSO de large il laitl fliil coinllllie lne iorle (il'oil
los mols hyrru ol Ithyrcos qui lo tra.Inisent) l-e lanclies
solidcmc nt jointls l',lnoe i I'aulre, el coiierlcl S de drapl
coninun ; par dessoIs s: Iroiiva(il uno ,nvloppe exo-
riture do cui.' r i'assurailt i forlil iail out A I'enlouir un
rebord irnlalliquiie. (Didl. des ant. rom. pur A. Blich).
'No 700. Franmient d'une aippliquie on orre o jau-
n;ire ; grandeur roiclle. Sujol : loercule (?) onl.v:ant
un lin a\-ec sa main gautcile 1 et I plant de1 alt 'tr uin
biton. II y a lieu l'admnirer los belles proportions do
I'hoinme et Ia viguelir juviinile de ses memlbros. Quant it
I'animal on i I'olijet souiilevc par son Iiras, nous inclinons
fi le prendro pour u ne [p'eau 1d lion.

PI.ANCIIE l1l. An 6.3. Lampe on leice jaune
presqull ovalc et d'un travail massif ; boc iclancr ;
prolongcement formant une anse an Lord oppose. -
Sujet : La scene fiue I'on devine Ijluilt qiu'oin no Ia voil
stir collc p'ile grossi. r., se compose d. deu\ pcrsonna-
ges cormplltement nts, un liomnio o( n onlanlt ; Ia main
de I'l'omme parait s'appuyer suir I' paulc de I'nanit :
mais il est diflicile de dternriner la nallr duties oljels
que port celui-ci.
No 700. Lampo eon alg ile d'un rouge dIeini, Irms-
pesante, h pea pr6s rondl. Long. 0in10-; Ilau. OI0,j. -
Siijet : Un homrne nu it ,ipaisso chlicvelri'o, vu de face.
II client par la bride (?) iu cnin al pos derriCre lui. Sa









main ganclho s'appuie sur ine lance ;'l large fer. Un astre
a qualre branches s'dpanouil au-dessus de la tIle du per-
sonnage, dans lequel il esl permits de reconnailre un des
dioscures, l'ecuyer Castor. Dans la plupart des monu-
ments de I'antiquild, les Dioscuires sont caraclerises par
la beaule incomparable de la jennesse, la vignucr e la
souplesse des formins et par un allribul qui ne leur man-
que presque jamais, on bonnet semi-ovalaire, on au
moins par ;lne clhe\vlre abondane college centre le
front el les tempes. Au revers, on lii. MNOVIIVSTI
que M. L&en lenier Iraduil par les mols Marci Novii
Justi .. alelier de Marcus Noviius Justus. (Inscripl.
rom. de I'Alr'ie, nY 42995).
N" Lampe en terre jaune el grenue, ayani trois
cenlimelres de plus que. les aulres ; forme circiulaire. -
Sujet : Une victoire ailde Iraversant les airs, avec une
palme dans la main gauche. La main droile, tendue en
avanl, soulient uine couronne de roses (?). Celle piece a
dli donnee au musIe par MI. Costa, don't le zile pour la
recherche des aniiquilds est bien connu des archdologues.
N* 696. Lampe en argile noircie par la vdlusle,
sans ansc. Long. Oml0; hiaul. Om.'. Sujel : Un genie
aile, assis sur un labouret care el jonant de la llite
double (i libim pures :o. L'dlofl'e leigIre qui relombe en
plis gracieux sur ses genoux, permit a 1'oii de suivre
les contours de ses inelmbies don't l'esquisse accuse une
grande lJabilel dle main. Le moment choisi par I'ar-
tiste est celui ofi le personnage execule une modulation
et semble s'ccouter lui-mime. NM. Beteld de I'inslilul, admi-
rail ce pelit chef-d'ceuve de 'arl ceramique, lors de la
visible qu'il fil a note muse.







*iI
N:\' 0.ti. I'"litle Iainp ovalte en ,rgil I lruiii'llrl,
avec u,.n bec en forme de lozange. Sujet : Au milieu
dl'un ll tl circuit lire, 111 amour allrisle, Ia figure et I'?
bras ajppaylSs conlre iul pilier corlm1111 pourl ca,:lIer soni
clingrin.

&N" 609. Lamp~e in Lterre jaiule avec iin bec garni
de volutes ; pas (il'anse. Sujet : Dans tn ilcadre des-
sint par qualre 11lets, \'inus procedannl i sa loilolle cl
repandanil sur son corps les p[r1ums qu'eile a puises
daCis le' \se ,pos' i i gaurhii siir ule Cspece d'nulel ree-
langulaire. Ce n'est qu'i I 'aide (Ic l: loupe que M1. F ranud
esl parvenu ii surprendre les formes delicates de Ia di.esse
don m i-nue.

PLANCHE 1V. Lampe en leire cuile donrce au musee
de ln ville par M' Costa. Deux exem plaires, don't I'ii
passableomefnt conserve. Arg il, lirant sur le jaune; Iforme
circulaire; blec casse. Sujl't : lans le champ un per-
son nage \t ,u dIu palilinl don't un pan. jele par dessus
1'pa ule gauche vient pendi'e sur le devanl. Un-e n lolTe
couvrant la Itlie e relomnant junsqu'au milieu du front,
rappelle 1uc iaic des la ilants actliils de I'Afriqu i On
Noil sortir du ininleau le bras droil rev'lu d'une manche
qui aIil supposer que 'lhomme pole In lllunIiqu, a'ppl'o1
chiriuloi. La pose et le geSse sont coux d'un actie'ur de-
clamani. Anour dIu tablIau, circle un ilet ornC dc
leuillago, en manic6re de couronne on de guirlande.
N" 671. Lampe en lorre rouge;il re, gardnnt les
races d'un rnis'u i de la mInrne couleur; anse pleine; bee
allongd et garni de volutes. Long. Omll ; haul. Om05.-
Snjel : Baignlusp s'apptivant sur le hord dii ,l b'ni, pen-







.18ii
1 alut I IIu 111e erlniille a quiart A y v.ers e di I 'etia Pe] nt-
t-lre, la baigoneus plonge-t-elle sa main droile dans eI
bassinl pour y prelndre Nell,-n1l-r o doe I0ail 1SC a jel r
s I, 1- corps : c1'st cO quo jo ne saurais alifrmeri (Ani.
.r/ch. de Constla lnte, 'JSS-JSa,, p. 106).
No 670. Lampe ovale en ltrre ro uge; Ice arrondi.
- Sujc : Eros ou amour aile couranI t lenant de la
inain, gaucIlic un objet que I'imprifhicetion du nmonilage a.
rend.lu i mcomnnaissable.
N'o 67. Delle lamp11 en te rr'e cuiec onnde au imusUe
pa'r I. Cordonnier, premier 'adjoint an Mlailr; grand for-
mat ; surface concave. Alle-oric : Pegase mar"clani
d'nn pa relev6 el. suivi par un clieval microscoplique,
cmnlileme Ile l'nvie, qui no ptul parvenir A l'alleindre
en conrant aI ga lop. Dans le clihamp, :t droile, un Icbes'
conileonant des blranclIes de palmier, symlbole d1 la vic-
loi reO tL ''at]'i'c, lll). FILl-
loire; a g'auclie, nil scultm on bouclier oblong ; au-
dessus des allies, tun clipons on bouclier round. La fi1idlild
du dessin Iraduit parfaitoeIenl I'intention salIrique qui

line, JlS5S-1850, p. 110).
A* 558 de l'aneien ctlassent.ent. Lampe enl terre rou-
gi',dac, ai pen pre's circnulaire. Long. 0,n I ; haul. Om00 .
- Sujel. : Un scl ave gros el Irap, coilT d'une calolle
el veill stenlemell. .11 CIampesl'C. II semlble occupy a re-
dresser lineo amnphore letor ifflO en pointe. Au revers, oni
lil en abrlg. la signature ASILIAC, qui so trouve an

t Le lebes, dit I'auteur du Dictlionnaire des antiquitls romaines, alail
un vaisseau ou hassin h planes rebondis, qu'on donnait souvent come
prix Jans les jeux. On en voit sur les monnaies et sur les mtdailles avrc
des branches de. palmier. Une inidaille de Gordien en fournit un esemple.






*lir










mus6e de Leyde sur une lampc rapport6e d'Italie, et que
M. Ldon renier restilue par les mols Auli Silii Accepti
C alelier d'Auliis Silius Acceplus ). (Ann. ArchCol. de
Consltaninu L, IS5S-859, p'. 100).
N 703. Lampe en terre jaune, sans anse bec
d'un moulage l'g:;iant. Sujt : Amour nilC en march et
soutennnt anvec 1'paule (leux seaux assujetis uine barre
de bois. On voil les efforts qIiu' il fai pour ne pas laisscr
tomler le fardeau. Sa main droite client quelque chose
qui rcsscinble A une couronne. Triple filet sur le board
inl6ricur.
No 712. Lampe ovale en terre jaunalre ; bee en
losange. Sujet grotesqrue : Un cnrant coilrG d'un bour-
rellt cl le corps mainlcnu par des brassiercs, jouc de
la fl e double ltibimc pares D ; il porle sur 1'6paule
droite des branches d'olivier.

PLANCIE V. N, 65. Lampe en argile rouge,
ddpoiirviie d'anse. Le siijet represenic la fable dt
regard et dles raisins. Bien que clle )piece soil une des
plus belles de la collection, on est forc6 de reconnailre
que cerlains details s'eloignent de la nature. Ainsi, il n'y
a do vrai dans la vigne, que ccle grappe qui pend au-
dcssus du museaiu de I'animal, et j'aime a croire que le
polier s'cst amus6 hc dessiner un cantharus ou goblet,
au pied de l'arbre, alin d'en caract6riser I'espcc. 11 faut
un peu de bonne volonit pour voir un renard dans celte
longuc bdle lcvrtl6c, doni la tale est plutlt celle d'un
vcau marin.
No 66. Lampe ovale en terre d'un gris Lirant sur
Ic jaune; pas d'ansc. Sujet : Un oiseau se dresgant








Tiro
50 i
sur ses pnlles et deLplovanit ses ailes come pour s'cn-
voler ; de-ant lui cst accroIupi tun enfant qui semble sor-
tir d'uii omuf. IHue cute Lcchco tc.stilar lpll)vs in ovo.
Un double cordon entloure Ia scnIe.
No 693. Lainpe en terre blanche elt Iogere, sur
laquclle on dislingue les traces d'une peinture rouge que
le temps et 'liumidlit out brunie. Le bec esl ivasO et
pole des o'rnements bicn mnoul-s. Sujel : Axis en
fuile attaque par u1n clliin qui mnord au flanc. Le
ceir n'existe point dans la ronlrde comprise entre le
Maroc et la Tunisie ; l'animaIl a'frcain qui s'en rappro-
che le plus a tois egards, cst celui que les indigenes appel-
lent ba i ar-el-ouitiah che .. b)oe f sa-luage .,,, et que Buffon
designed par le norn d'Axis. Le tyIpe du chien kabyle
se retrouve au has de la lampe. (Ann. Arche&ol. de Cons-
Itclinei 1858-1850, p. 107).
No 73?. Lainpe dpTl5rioriLe par la vettustd; argile
jaunitre; bec cass6. Sujet : L'aigle de Jupier tenant
la fondre dans ses series.
Fragment d'une lampe on terre cuile, sans numero.
Dans le champ, un ours passant gauche.
No 659. Cheval aile, les ailes 6ployees, passant i
droite. Terre grise ; iorme ronde.

PLANCIIE VI. N- 6 55. Dessus d'une lampe en
terre, blanchatre brise. Sujet : Lion en fureur bon-
dissant dans l'espace et foucllant 1'air do sa queue. (Ann.
Archeol. de Conslantliie, 1, 15S-859, p. 110).
No 666. Coq passant a gauche, daus un cadre for-
me par un double filet. Argile rouge:tre; liec brise.










No (658. Antilope fuyant A gauche. Terre rouge;
ec arrondi.
Lampe en lerre cuile trou\e dans un four de polier
pros de l'ancien mur d'encointe, e t donn(e an mlusce par
M. Costa; forme ronde; bIien co:i;l sauf une cassure
au I)ec; pas do signature. Une autruche passant A
gauche et soulevani ses ailes pour accel,6rer sa march.
Aucun des objets ramass6s dans ce four, q i1 paraissail
avoir 6e abandonn6 an moment de la cuile, no porlait
ilne estampille. Le fail m'a did allirmi par M. Louis
Blanc, propri6laire dle 1'emplacemenl.
N .740. Lampe de forme ovale, vue de face et de
profile; terre d'un rouge pale; anse boucle. Le trou de
la mheic est pratique dans le bec qni ne forme qu'un
prolongement tr6s-minime. La partic sup6rieure relev\e
en dos de torture, repr6sente une tdle de Milduse don't le
ncz ost 6vid6 en mani're d'anneau pour suspendre la
lampe. Long. O'nlO; large. 1Om07. (Ann. Archeol. de Cons-
lanlinc, 1858-1850, p. 106).

PLANCHE VII. No 724. Lampe en argile d'un
rouge pass. Long. Om10; haul. Om0O-. Sujce : Une
itce do face, les yeux baisss. Unri coiffure oriental re-
tombe le long des joucs jusqu'aux 6paulcs. La parties du
bnsle qui so voil est \vdue d'une robe A plis montante.
.e sommet de la tdte souticnt un croissant don't le milieu
est occupy par un c6ne A ornaments bizarre. Dans Ic
champ, a gauche, un attribut qui resemble ,5 ulne come.
An revers, on lit : CCORVR. M. Ldon Renier a vu dans
cell Idgende la signature d'un polier appcld Caius Cor-
nelins Urbicus CGaii Corcli.i Urbici i. (Inscr. rom.









de I'Algdrie, no 42/I). Le savant fondateur de notre So-
ci6:e njoulC Ia riemarque suivante : ~ Au lici de Urbici,
il f;iut lire LUrsi; les Inmpes porltnt I'cslarnilillo CCOIHVIS
on CCORI\'lSI sont communes dans I'anciienne Canmpanie.
(Ann. Archdol. de Consanline, 185S-18590, p. 108).
No 674. TerrIej.june;l bec arrondi. Figure june
pose dans un croissant aux contours irreguliers; che-
vetu sL)pairSs sur le milieu dJu front et ranmenis en ban-
deaux autour de la titc.
N- 69-'. Lampe parfaitemcnt ronde en argile d'nn
rouge pale. Le lbec form par q(uailtre volulies 6cl ganles y
prend des dirensiouns inusiletcs ct iprsenic tun alppendice
rcelaivemenl considc6';ble. Sujct : Au milieu do quaIrre
cer:cles concentriqLue, une tite (d fenme, vue de face,
doni Ic front est entourri de rayons ; lle est place dans
l'ouverture d'un large croissant, .i clhaque extlrcmnil dii-
quel est dessinee une 6coile. Cc petit monument qui so
rallache 6videmnment au cultc mithraiqne, est un des
mieux faconnrms de la collection.
No 662. Terre rouge; bec rond ; anse plcice. Dans
le champ, deux arbres A pine 'bauclihs.
No 663. Terrc grise. Un poignard de gladiateur
avec une gardeC en formne d'S.
No 604. .rgile d'un gris jaundire ; bordure en
grenetis. Tete do guerrier casquier; A gauclhe, fer de lance.
No 741. Lampe on terre jaune formant une trle
humaine; brisbe en parties.
No 709. Terre rougeScre, sur laquelle est repr6-
senit un cannot a scapha I nageant en pleine mer. La
proue est terminee par un clIeniscus, ornemeit sembla-










ble A la tlie et au cou d'une oie, qu'on placait quclque-
foi; A l'arridre, mais plus souventL A l'avant des navires.
A" 701. Terre grise; pas d'anse. Dans le champ,
panoplic de gladialeurs ; A droile, le glaive droil A deux
tranclianls a gladius D; a ga uclhe, Ie couleau a lame
pointln cl recourbiec ( silpiit D empIloyi~ par lcs gladia-
tIciurs Thlraces; en haul el en has, des jamnbitCres ocre"rc ,
comme en porlaient los g carriers Samnites. La furme de
I'imagc no permit i:ias d'autre allribution. On n'a qu'a
consuller Il D)ialionuaire des antliquilis roiaintes de
Ricl, pour' s, conva'in cr que les oIl.ijs fipgirs sur noire
lampe n'onl qu'uin mediocre resemo.lance avec la mas-
sue des ancicus, qui 6.lail d'ailleiir. plus longue.

PLANCIE VIII. Lampe en terre cnile rose, de forme
ovale cl Icntrmin par utn bec allongd. L'anse esl peu
accused; (non cl,.as,'. Une decoralion cnmposoe do
feuillages Ut dl dessins Iriangulaires allern6s nuv re le
m6plal de la liorilure sup1'iculrc. D:-ns Ie champ, un jeune
pri lr v\iin de la chasnuble el dans 1'allilude d l'adora-
lion. La tle esl couronn6c de 1'auri.i ole des saints. C'est
A Lamlbse, dans la nieropole dlI' nord, qu'on a Ltouvd
cellc bellell lampe, clifr'lic nne, qui faitl acluellement parlie
d'uine collection parlictliirc.
N- 462. Fragment d'applique en tlrre cuile d'un
assez h n style, oi soni epr6sent s deux personnages
mINvllologiqucs : t gauclic, un jcune guerrier assis, 10
corps presque enti, rcnient nu ,i tenant une lance de
la main gauche; de I'autre c6te, u1ne ImnIlme jounlle v\uno
d'une longue robe et de la palla, le derriere do la tole
appuyd sur la main gauche, et la main droile lendue










vers un objet qui manque. Ce genre d'ornements s'appje-
lail chez les anciens antelixa.
PLANCIIE IX. Les nos 4(0-i;3 et i44 sont des fragments
d'une applique en lerre rouge qui reprcsenec plusieurs
episodes de la vic des Cenlaures, cos monstres fabulous,
moiLie homes et moilil chevaux, n6s d'lxion et la Nue
que Jupiter substilua A Junon. Sur la premiere bande,
on voit une chasse A la pantlhere ; sur la second deux
scenes dilfdrentes : 10 la toilelte d'nt e princess (?);
2o Achille pr6senti au centaur Chironi, que le poete
dicrit par ces rnols Sem i.ir el /l(ri corpore mnirtus
equi. ,
Fragment de poteric rouge. Deux cioix latines surnmon-
ites chacune de 'ngncau pascal ; execution mediocre.
C'est peut-dtre le dessus d'une lucerna clhrtienne.

PLANCHE X. Figurine eon bronze faisant partic de
la collection de lI. Gadol, membre de la Soci6tl arclio-
logique; haul. Oml2. Sujet : Cybtel couronn6e de
tours c tarrigera frontent Cybclt, rcdimita corona . EllI
tieni de la main gauche une come d'abondance; la main
droite a et6 bristel. C'est par error qu'on a derit au-
dessous de l'image, Ic nom de Cerets. Cybdle, une des
grandes divinitls du paganisme, ctait fille du Ciel et de
la Terre, et femme de Saturne (le temps). Celle lliogo-
nie, remarque lI. Denne-Daron, est d'une grande pro-
fondeur d'observation et de philosophic. Ce fut une ad-
mirable sagesse, bien voisine de la religion, d'avoir
divinis6 l'ceuvre immense d'un Dieu unique, le ciel, la
terre et le temps, cette trinilt puissanet et mystericuse,
mnre des tires, trinilt qt'on appelle le monde. Cyblce,










le r t ille, el f,-mIne dIc lionos, appol aussi Aiuw 4 I','er-
nield ,, on plutut du Temps, par lequel tout ce 'li nail
parvient A sa croissance, pritl dtl lati son n nom d'Ops (I,
secours) et dii grec celui de Rh6a (l'abondance). Les attri-
Luts de C6r,'s, sa lille, sont difrcrents. Les arises de
I'anlilquil, represenlenl celle-ci avec une couronne d'Apis
on do pavols, pIolri e sur un cliar alleli, de lions, Ilenant
do la main droito un fiiscealu (d'i6pis, cl die la gaucthe
iunoe orclt,? ardenleI. QuO lquuelois on la voit coille6 du
tmodius, come sur la cornaline decrilel par I. Cha-
bouillel, dans lc catalogue raisonne des camncs et pierres
gravEes de la Dibliolli que impPriale, n'o 17-1 lais ici,
la cionfusionl n'esl pas possible attend qlu1 ce solt bien
ties outrs qui formiint le diadtlme de la ligurine de
Al. Gadot.
Figurine en plomb ri'oveiiant d'unIe de cos lIumbes
crIIeucs dans le roc, qlue I'on a d6couvriles sur la pente
tiL MLecid. Costume et arnnure de soldat ; casque a
boards relevis ; large boules d'oreille. Le profile dtcs pieds,
qui sont d'une lonIgueulr demllesurlde, monlre qiu'ils slnt
destin6s A servir tie support. II fault voir dans cee objet
un jouet d'enfant. Grandeur naturelle.
Figurine en bronze Ir'ouve lan s les ondalions d'line
maison de la rue S~vigny et donn6UC an muse par
A. Cun6o, entrepreneur. Sujet : Acteur comique ddcla-
mant. Le geste, la grimace, la disproportion des mem-
bres, font do cetle petlile composition une v6rilable cari-
cature. Grandeur rdelle.

PLANCIIE XI. Mosiilqu0 clirtiennl? e de d'1itpoque by-
zanlline, ddco)uverle sur la route dit Bardo, Pen contrc-


T


~;; r -llll*-l~l~~;CI


. -.... .... ..H. .








56
has de la promenade. Ce pavage remarquable, don't la
perle laissera des regrets aux amateurs d'anliquil6s, fit
enlev6 par fragments el d6pos6 par les soins de M. Vil-
levaleix, maire de Constanline, dans le muse de la place
Negrier, ot M. Vicrey on iii un dessin, au qualr de la
grandeur naturelle. L'image (donl nolie album s'esi en-
richi, a 6d1 ex6cul6e par M. L. FHraud, ct c'eslt mnallhu-
reusement le seul souvenir qui nous resic d'un des plus
beaux 6chanlillons de 1'indiis rie locale.
Au centre, dans un cadre A double baguette est dis-
posec suLr trois lines, une -I0gende Inline qui resume
en quatre mots 1'expression de la conscience : 1VSTVS
SIBI LEX EST Ic1 just est sa propre loi ). Une guir-
lande de feuillage s'enroule aulour du cadre auquel I'ar-
lisle a accole deux symbols du clhristianisme bien connus,
la colombe et la flour Irilobec. Chacun des angles du
tableau est occupy parz un de ces vases 6l;ncds, quC Ies
Grees appelaient carcledsion, et d'oi s'u'cliapenl v\crs la
gauche et la droite une branch de cell fleur IrilobCe qui
figure la Irinild. Par sa sinplicil6 Ie double cordon de la
bordure, loin de distraire le regard, le livre lout enlier
au charge des details. L'inscriplion, dans laquelle on
remarque un lambda, qui i lui scul est L1ne ,ale, se
compose de cubes en marble noir et blanc. Los vases,
les fleurs el les oiseaux offrent des coiileus rouges, vcr-
les, jaunes, emprunices a la nalure, lnanis que lus demi-
teintes sont objenucs ia 'aide de 1des en marlbre gris, en
marbre jaune clir e t en verrc mat, qui font do cc pa-
vage une veritable peinture.

A. CHERDONNE.AU.













ADDITION AU MEMI01ORE


SUR LES INSCRIPTIONS NUMIDICO-PUNIQUES

DR CONSTANTIN3.

(Toir I'Annuaire de ISCO-Gi).






Aux pages 2 ct 3 du m6inoire pr6cilS, j'ai signnlt ces
circonslances que les moiiimenis numi.ico-puniques
don't j'nvis t ni'occiiper avaient 6:6, d couviier:s an x en-
virons de Consianline on piisieur's f.iis ; que, pour les
prcmiLrtes trouva-illes, j'avniais r'eu (I N. Cherlonnlleau,
des esl;iampar-s cl ties col ie:'s on naii Iprandni nomblin-i quo
colI rn'av;iit parii necr'ss:irie pour m'i l.,iver nussi bien
que possible Sill'r Ian cotlexiure los insl riptions qui (levaiint
fairiI' I'olijct splc cial ( 112 i n 6 0lul i.' ; mi;lis 11q pour les
derni6ros exiiiiinlaion:, cut lialile 1 l CvIouI col rrspon-
dant n''\nit pu mi'lress.cer qii'unl pre i clll i 1 e 6priuv\e dI
qualre setlciment ties noruvelles inscriplions; q'nc M. le
Maire de lal C.ominune avail Iicen \oului prescrire ii une
auIre porsonne do lever at mon inlention des esl;inlinges,
mais que collc opprailion n'avait Sic appliqulie encore
qu'.A une parties incomplete et qu'elle n'avait pas assez









NLE ll l "lliilll"j .... .. .










riussi pour ne me laisser aucuI d(oule. Depuis, M. Cher-
bonneau m'a expedif do nouvelles copies; cel envoi con-
lient douze exemplaires, don't lIui avec des rcstes plus ou
moins lisibles d'epigraplles, les quatre autres sans lettres.
Des huit premieres, trois se rapportent i des est ampages
comprise dans I'envoi prIcedemment elfectuL par les soins
de M. le Maire el menlionnis dans mon mmnoire, savoir :
les nos 11, '15 et 16; ils no m'oni fourni aucune lumitre
subsidiaire, mais ils confirmeni la lecon .1- au lieu de
Z I,, ,lecon qui ne m'avail d'aillcurs parn douteuse
que pour Ic no -1. Des cinq autres exemplaires, con-
servant des traces d'inscription, lesquels sont in6dits,
trois sont complltemeni inexplicable : je les reproduis
toulefois ici, sous les nos 1, 2 cl 3, planche V12 : les deux
autrcs, dessines aux nos 4 el 5, planclh 13, peuvent
s'interpr6ler, le no 4 presquc comple~ement, le no 5 dans
la partic formulaire que je regarded come imprncatoire.
Depuis la derniere communication de M. Cherbonneau,
j'ai fail d'inuiles efforts alin d'oblenir des documents
plus dccisifs et 1'entier complement de ce qui manque A
mon precedent mintoire. Quelque affect que je sois de
celle impuissance, mon amour de la science esl trop pro-
fond pour que jc me laisse decourager. Je tenterai done
de tirer tout le part possible des clients insuflisants
que je posslde ct, en y ajoulant les resultats de recherches
que j'ai continue de fire dans d'aulrcs publications, je
pense arriver A conlirmer de plus en plus la signification
fun6raire que j'ai attribute aux nionuments donti i s'agil.

I Voir, pour la valeur que j'atribue N .." mon ni6mioirc prIrciLt p. 4.


b, .' I










Je desire que la Soci6t6 arch6ologique de la province de
Constantine, qui m'a inontri Jd6j;i taut id bienveillance,
daigne voir encore dans ce travail additionnel une prove
dc ma dl6frence pour' elle e de l'inltertt que je pronds A
tout cc qui peut concourir aux progress de notre coloni-
sation algti ienne.
Voici ce que je crois pou\oir transcrire et Iraduire des
nos 4 et 5, don't les inscriptions sont en caracteres de
base poquie.'
IV.
Jechonsalomo filio -. ^"' -5

Bodmekartis . . .. .

V.




Obcdivi, signumr consecruv.i. L LL.

Peut-tre Ic no1 5 doit-il, de pr6f6oence, se lire ,,_-

L ,ou L ; mais cela, au fond, ne chlangerait
rien au point de vuIO tie 1ma these g6n6rale, cl il n'y a
rien a ddduire Cd nouveau die ce court fragment : je me
bornerai A regretter l'6tat indjchilkrable de ce lqui prici'.ce.
Au n0 4, je suis porte6 f croiro q(ue l'inscription est
comjletc tell que je I'ai rendJnc. En eCiol, il resle i[ la
fin de la second ligno, trop pen de place pour iu'il y

i J'ai employ dans mon itm- moire, pour ces caractlres, la d'nonmina-
tion d'ecriture numidicu-punique : les Allemands ont adopt celle d't-
crilure neo-punique, qui est |ieut-tlre prWrrable.


a. -a.. -~ - -










ait eu aulre chose qu'un mot de deux lettres, cl 1'on nc
voit gucre cc que ce mot aurait pu signifier : je pense
done que les deux traits marquis sur Ie dessin soul des
prod iiis tie I'aliration du eImps, de mnme que cCux qui
sont tracks entre la sixiime et la septi6m le t ire (de droite
a gauche), c'est-li-dire entre le rcsch et le lau. Quoiqu'il
en soil, la d6dicace i un hommne, par lajquelle le lexle cst
constitue, prouvce 6eidiemmentl qiu'il no s'agit point d'une
action de grcces pour I'accoimplissement d'un v'omuelt loues
les autres circonslances rapportees dan-s mon rnamoire
me paraissent en reine temps dcmonlrer lqu'il no peut non
plus dire question d'un 111onumnin l ionoriflque : cc ne
doit doune l i qu'une 6pilaphe rdluile A la plus grande
simplicild. Dans cc cas, la siniilitude des ornaments avec
ccux des aulTres pierres ilnuit conclude quc, d'une part
come de I'autre, ces orneiients, dans leur ensemble,
sont fuin6raires. Jc Jlis ilans leur ensemble c, car, en d tail,
la pliuparL se IroiTvenI siur d'autls espieC cs e ilmOoni enis
on ii i'ont assuri':r entl pas cc character. A\insi, I'astre et
le croissant so monlrent sur uin assez grand nombre de
m6dailles ipiiniiqueis d'Afrique et d'Espalgl ie : la figure
anllhropom orplhe apJparail sur d 'autres n1ilcdailles carllha-
ginoises quc cclls que j'ai cities, mcdailles d'r et d'rar-
gent.
Dans ses Foiuilles ai Carthlge,i planche 111, 1I. Beuld
a dessin lrois 1'ragnlenls dCe sidles, rrprlsentanl cliacune,
dans un encadlreinent qluadrilaitre, uine personnel en
pied, de face, savoir deux fernmes ct un liomme, don't
l'avant-bras droil esl rcdress6, la ipaune e de la main en

4 In-4*, Paris, 1861.








ii . .. ammum










avant, centre le c616 correspondent, de la poitrine., 11
est dc toute vraisscmblance qu( cotel image exprime cn
plein le mrnmo motif(jue ccluii qui est indiliui en abr6g6
par I'avant-bras et la main souls sur les monuments don't
i'ai parlc dans mon rnemoire : or cc riolif noi me parait
pas pouvoir 6 re volif. Le i6me ouv'ra,e, a. la planclio V,
donne les copies do deux autres fragmeniis, deCpotirvus,
come les p6rec&lens, d'in3scriptions, don't I 'n, ternin6
suip6ricurement en poinle, contientl dans la parlic Irian-
gulaire line igtire qui parail avoir cle aussi I'avant-bras
cl la main dre:ssc's; celle figure repose sur tn record
transversal, feslonne, aut-dessous duqiuel sc monlrent suc-
cessivemernl une rosace, le croissant ouvert en bas, un
globe etla Iigure anthrolpunorphe accostlce A gatllhe du
symbole (1u1i a que l6u .e resemblance avec Ic caduc6e :
1'aulre fragments porle en haut I'cxtr6milc infdriieure (I'un
vant-bras, puis au-dessous ine varianle particuli6re du
dernier symbol. II ime parail evident que, do cellc iden-
til6 d'embl6nie, ressort I'idenl il6 de destination des mo-
numents ct, par suile, une corroboralion dc I'artgumnent
quc j'ai lie tlu nombre come proclanmant que cclle
destination est, non \oiive, rnais fin6raire.
Jo viens dce fire remarquer qiue, sur I'nin dles r'ag-
menis delterrcs par MI. BDulc, le s' ymblole callincciformne
offre dans sa conliguralion uine variantl parliculicre. Cellc
variant consisei dans 1'exislence, ai mon avis manifesle,
d'un tronc el de deux branches Ilalrales, Icrminees cha-
cunc par Irois feuilles, ainsi qu'on peit le voir planchc -13,
vi n, c'cst-ai-dire qu'elle dunne la prcutve (1qu1 Ie symbol


I Voir ci-aprt.s, [i. 13, no VI, c.










est une reduction de I'arbre nouelux, ce qui est en outre
confirm6 par deux lde dessins que M. Cherlbonneau rn'n
envoy~ s en dernier lieu, savoirle no 4, don't j'ai analyst
ci-dessus I'inscription, ct l'un des fragments andpigraphe.
doniu, pour cc moili' je reproduis Ia copic, planche 13, 'vi :
en effect ces dessins repr6senuent clairement, au pied de
la figure, le sol dans lequel l'arbre est planid.
En mnime temps que M. Beule iditait A Paris ses
Fouillcs a Carthage, M. Davis, qui s'dlait trou\d avcc lui
sur le mime charnp d'exploralion, publiait a Londres le
resullat de ses propres recherches sous ce litre : Car-
thage and her remains (Carthage et ses restes). En regard
de la page 25 est une planche qui donne le dessin de
deux des quarante inscriptions mentionn6es en note aux
pages 80 et 87 de mon rnmioire. L'une des stiles porte
au sommef, dans la pointe triangulaire, la figure anthro-
pomorphe, puis dans le clamp, au-dessous de l'inscrip-
tion, deux avant-bras droits dresses, la paume de clhaqu
main en avant, ot, entire ces avant-bras, la figure trifolie
qui termine chaque branch laItrale sur le fragment
rapporlt ci-dessus d'aprn s M. Beuli. Sur la pierre qui
porte dans Gesenius le nom de Troisiniic C(arihaginoise,
on voit au sommel, dans le comparliment pyramidal,
1'avant-bras droil el la main, puis dans le champ, au-
dessous pareillement de I'6pigraphe, la mnme figure tri-
foliie, mais accosle de deoix figures anthroponorphes
porltes chacune sur une base rallaclhe par un filet A
1'image central. Cette figure trifoli6e, ainsi isol6e, repr6-
sente done I'arbre et elle sert d'intermddiaire t la repre-
sentation plus simple encore au moyen d'une feuille doni
j'ai parle en note a la page 79 de mon memoir; sous










l'une on I'aulre de ces former, i'embltme fait allusion au
relour prinlanier de la force vicgclalice, ct pliilosolpli-
riuement A la renaissance outre-lombe, au Perpeltum
ver Jd disltiiule de .Juv\'nal ique j'ai cil., Ia page
78. Mais je dois ici ajouler une remarque au sujet
(Idu nomlire Irinairc des feuilles, nombre qui parait con-
slant Ct quIe 'on pcut observer aussi stir [rlusieurs des
monuments dont j'ai donnc les dessins a la planclic II do
mon m6moire : il avail probablement tine signification
Ilh0ologique.
Quoiqu'il en soil, les deux siiles piubli6es par M. Davis
olTrent pour moi, dans l'clal acluel des choses, un plus
grand inl 6r par les lextes des inscriptions. Ces textes,
qui sont complels, doiveni :lire transcrils ainsi :
go o















10
domino D li mnani. Ho







Cc ,-lli peut, je criis. so tralUire en ces terines

1o

doni mo f, i 11amm, i. Io, vol- um









64
Arasas', filius Bodastarlis, filii
Budusmunis, proul auditolu, malcdixi.

Po

Domince Tanili imagini DtB lis ct
domino 1 itli Hamo 'ani. Hoc
vol m Abdicll; art,
filius Dodmiclurlis, filii Ab-
dmclharltis, prout auuiiltm, imprecalionc conzsccraii.

Ccs inscriptions servent do Iransilion entree ics lxlics
carlhininois jiisr u'nlors connus ct Ihs lextls numidico-
puniques, en cc ql'clles prlisicntel la lormule finale fque
les imonu11ents cIS rll ninhis n'Savaienl pas encore mon-
trie.2 Or, cclle circonslanci. est Ircs-imporlanei piis-
que la dldicace s'adresse i Jouri divinilds 2t (que, si le
verbc ,:L' conmlpris dlans la foLimule Icrminale s'appli-
quail aux monies dlivnilds pour dire qu'cles onl cnlendeu,
exauce Lne prii re, il levrail 6lre anu I luriel : or, il y a
cl c'csl tn sins glilr I; le sons prcicendu no peult
done dire adniis, landis quO cclui (que je proposed s'adapte
sans diflicul.l c ai cc siinguliir.
Enfin, a I'c(ccc;sion des details sur d(s c 'lindres fund-
raircs en Icrri cuile donnl'?s par M' V ici-ry clans son inld-
ressanic note sur l-'s fouilles de Conslanline, pages 00,
91 el 92 de mon miimoire, je. crois opporlun do rappor-
ler le passage d'une lellrc de Thoresby sur des tubes

I Cc nom pourrail ainsi .lirce Arasam.
2 [.a rilinioln l.nii l n I Jd' n1 11 iil h'lommn"s Abdimelkirl clt fndmel-
karl D'aului iU L-elle pas L enuuLlre Iu ls'IS iu'dicult iai b) IonylIes?









65
semblables, adressde A Marlin Lister cl publide dans les
Transactions philosophiques, annde 1697, n" -2.i : s J'ai
a cid assez heureux pour ajoulera mnes anliquilL( 3 romai-
i nes deux urnes entiires l'argil, bllen:, mais de former
a diflTrentcs, conlenant quelques us brtil6s. Deux autres
D vases d'argile rouge, don't le Iplus pelit ressemtble au
D simpulumi des Hlomains, el, par la petilesse die son col,
D parail avoir tdi une espece die lacrnilatore ou n nase
o propre a contonir quelque chose de liquid plul61 que
D des cendres. L'autre-faisail partic d'lln canal on gout-
Sliere tournr on vis en dedans, avec une parties plus
D rtroite, pour dire introduile sans double dans Ic tuyan
D suivant d'un pied do long. On en a trouve plusicers
D dans cet endroil, lqiui 6lait Ia sdpullure des Romains A
, Yorck, pres de la riviere, A Boutliam-bor, q(i, selon
D l d locleur Gall, signilli lieu oi l'on brOl,. Et il cst
D incontestable, par le nombre d'urnes quo I'on y a dd-
b conve'ces, que c'dlail I l'endroit :ou les Romains
D s'acquillaient de ce dovoir fundlbroe l qCu'ils s'en servi-
D rent encore pour leurs scpullures aprds quti Sylla efit
aboli l'usagc de lbriler les moris. On a troiv I'hliver
a derniert, un hlypofgwcm remarquable, tlans sequel il in'y
avail point d'urnes; il elail assez vaste pour conlenir
aD deux on trois corps, pave de briques de detx police
Sd'dpaisseur, huit de long cl aulani de large, formant un
D carrd don't les cdlds 6laient egalement paves de briques
o Romaines, mais celles qui couvraient la vociie alient
o plus remarquables parce qu'elles dcaient. de deux pieds
> en carr' el d'unc epaisseur proportionnee '. A Ces

I Trad. de Millin de Grandmaison, dans I'Abriug des transact. philos.
5


. i*











Il;,lils oflrent lun ralpprocdecmelnt frapi'an in. Mec iplusileuIrs
ilc cour de la note le 11. Vicrey : ils confirmeraient, s'il
en 6t1it besoin, la conclusion qu'il a port:?, suir les cy-
lindres en polterie dont il a parle ct, par suite, na desti-
nation similairement fun6raire des autres inonu iments
trouves dans la mndne localil que I' n de ces cylindres.
.1 'Ospec done, en d6lfiniiive, ainsi que je I'ai announce
au dd1,ult, que ls nouveaux 6lemenls d'appreciation que
j,, viens tie pass.r rapidement en rcvue apl-orlteront un
surcroil de force a I'oApinion g.ncralo que j'ai clherch6 ta
elablir dans le nimnoire que la Socitl arclheologique de
-onslanline a bien vciulu adinollre dans son A\nnuaire,
lequel memoire d'ailleiirs n'a encore', rlqe j sacie, suscilt
aucune contradiction.
Paris, 13 uoriil IS62.
A. .IUDAS.





1'. S. Depuis I'envoi de celle note, il a itL rendu,
plans le n0 I du Lilrterisches Centralblall fiir Deulschland,
1un conmple sonimair ded mon m6moire; on y parait main-
tcnir les opinions d'auilucrs allemands que j'ai combal-
lues, mais sans menlionner les arguments niouveaux que
j'ai exposes el ddveloppes, et sans fire valoir aucune
raison non encore disculee : je n'ai done nul motif de
moditier mon avis. L'aiiuler de I'analyse pretend qin' la

de la SociOi royale de Lounres, par (;ibelin, tone second, Paris, 1790,
pages 61 et 02.










Seeoiiie HIign dO IISl'Iiioijii0H MNit IV i, on doil live,
to 11ince. all liel do to WON Geci

possible ; copenda fit su r aucun dis ., eslallpages, nii su r
Ia CoI ie (IC ViisU (n[ j .'ai NU'-s ii 1ilO- I 'Wini s de .'oi r,
(lall1s la (IL'rniore 101irC dU 2yuupe-I, a11iT 4111,1111 uui
plU; le both esi fori6m parloni dif-rm~roeinion.
Un fail boa ucon p plus inim p1:-iri an que io do is -,ignakmou
aI ux lOdeUrS, &o'sl opsilo au Musu~e Napuh-il&n I II de
Ix inscript'i hons rap po cS (0 PIhu 'mie l Clil. a M lin,
1an u es I q nel los se Iron Von11 I1S I' ni os qu i n.t rail
F'objet principal de moin travail ; maisjo dois ine horner'
A Cot 6noni, car ii esi. (1e sI ride convenance ci on njinw,
lotups doe RAintWM do la science qia Ia publication io
ul.Xplicat ioll de CO" tIocuimenis sojen laissos l i urminllen
acadt.i-m icien qui a si hien rompi aI niission q no I'Enmpo-
ron r 1wi avail con hie.


15 Jilin 1862.
















MDHESsE A .. LE PREET DII TOAPATEMIENT DE CONSTANTINE


PRESIDENT IHONORAIRE DE LA SOCIETY

S'JR LES FOUILLES DU SOUMAA MONUMENTT I'U fROIUB).







Constaintine, le 28 decmnbre 1861.




Monsieur le Prefel,


La destination du Sonman, cet edifice grandiose qui
se dress'? sur une collins formnant i 1'est la limile du
terriitoire des Cirli,'ens, constilue un prolhllme digne de
l'atlcnion des sa\ants. Eltail-ce un Ir!ausole?, ainsi clue
I'ont ij'Ile ndlu qI iiL' ues arcli ologu s, ou faul-il plut6t
Io conIrid'6rer come le inonuienLt commtlnoratif d'uine
grande victoire?
Parmi les dhriis 6pars de celte vaste ruine et les ves-
tiges qui 1'avoisinent, un seul, trouve i une distance de










qualre kilometres, ;:urait pu se prItleri une explicalion
plausible. Cc document est un bas-relief en marbre, cn-
castrl aujourd'hui dans tn mur '"dc I'iglise du Kroub.
et surl lequel on lit, ,i c l66 d'une Victoire ailee, Ics mots:
A DEO DATV DBICTORIA. Mais '1ypollhise tombe d'elle-
mnmce, si I'on compare 1'archilecture rguiliere du Souman
A ceefo sculpure larbarbr de la basse 6poque.
Vous avez penso Monsieur Ic Prifet, qu'il Mlait oppor-
tun d'ctnlrelprei'nre des fouillcs autour do monument on
question, afin d'arracher au sol les renseigncments que
la main des homes ou los ravages du lemps ont faith
disparailre. Nous devons t volre sollicilude delairide pour
tout cc qui se rallache A l'hisloire d lan Numidie, d'avoir
e't charges de cclle mission inldressanle.
Les indigenes (dsignen Icl monument qui fail I'olbjet
de noire rapport, par un mot de la languc arabe signi-
fiant tour, ininart; les Europdens 'ont adople.
La destruction du Soumaa parail de\oir ctre attribute
a un de cos eIrribles tremblements de terre qui ont ren-
vers6 lant d'cdificcs dans Ic nord de l'Afrique. Nous ne
conservons aucun doutle i cel .gard.
A en juger par I'amonccllcment des matiriaux, I'oscil-
lation aurail cu lieu du sud au nord. Cependant, un
grand nombre do pierres et de colonnes so sont dcrou-
Ides sur les faces sud elt es, ol I'on concoil qu'elles y
aient 6d, pouss6cs par la clhile du faile de I'cdifice.
Les maitriaux (qiii entront dans la construction du
Sonmaa sont d'une tras-forle dimension. II euil fall une
some considerable pour allaquer la parlie nord, pcul-
erec cello qui porte la dedicacc, en face de Cirla. Nous
ivons mieux aimo consacrer les faibles r'esoiirces qu.?










voiis 1metli-1/. ;1 noire diisposilioin, an d'blaiemcent des
Irois ail res v ot'Ws, en comnmenantll par le sud.
Dans I'tila acluel, la rnlin so compose d'un socle en
pierres de laille do grand apparel. Cc premier socle, qui
'tlait, en parlie, envabhk par I'exhaussemenI dL sol, en
paIrie, masque par les pierrcs tombees du sonnmel, a e l6
degage par nous sur doux laces. 11 a 9ni90 d'6l6valion,
sur '10m50m de coU'l. An-dessus, r6gnent trois assises en
pierres de laillc, rnesunran cliacune On"'0 de hauler, el
formal grading par un movement dle relraile e6quivalant
A 0n,'O. L'assise su pericure recoil un nouveau socle de
deux assists sculmenin, el quiine'mesurentl pas plus d'un
m111ilre. Ie couronneument dc ce socle esl lune corniclie
compose de plusieurs nmembres de moulur, d oulr, ont le
prolil reparail en plusieurs enlroils. Une rang-o de
pierres, hiaule de O '"0. surmonile la cornice el soulient
elle-mnlne qiuarie massils en pierres de laille qui ont el,
violemmentc ebranlls par les secousses du treminlernen
de lerre. Ces piliers', qui onL idenliquement les miimes
dimensions, sonl places symnd:liquemnl ct occilpenl les
qualre angles de la base que nous venons de decrire.
Sur quclques-uns d'entre eux se voient encore des Iou-
cliers rounds v umbones .
Telle est la ruined que nous avions mission ld'1udier.
La dEcouverle des flils do colonne, des bases, des cliapi-
rlaux, des imoulures, des fragments do soflniles el de
plalond, gisant sur le sol l exlrails des d6combres,
nous a servi a reconstruire la parlie suprioure du 1o0-
nument, qui esl rtpresentie par un trail plus forl sur le
dessin annexed au rapport. Mais il esl possible., Cl nous
serionls h liiirr-us de le reconna.ill'e, ,11e lI riicn "t riip d',li'-








71
111011it noi t \eail Iolan l 01l sou5 C os )botilJCI n ills il
nord et do l'est, vienne modifier cllto resliutlion, a la-
quelle nous atlaclions d'aulant plus de prix, qu'elle s'liar-
monise parfaitement naec eI style gniulral lc I'cdifice.
En coel, si I'on mesurea la paric infirrieurc les bases,
on admtclra faciilcent que clihaue pilicr doil en avoir
re,-u qualre, les bases avant Omjr92 lde iamitre, el los
piliers 1'183 le cl),. Los recherclhes quo nous a1on
f;ilts jusqlu' cc jour, ne nous o lt fourni, il etl rani,
que sepl bases e cinq c:liapiceaux. Mlais nos ouvriers i'ont
guii're Iremu qu'un quart delcs pierces 6croul6es, tc il est
parfaitemenr 6viilent qu Icl cimelic'e nmusulman, site
iA cinquanle mictrs en\iron du Soumnan, en a absorlu un
grand' I ntolnli e.
Les bases indliquent quo la parlie infhricure des colon-
nls niesurnit Om'G3 de diai6ltre et lcs chap]ilca ux doninent
0m55 la Ji di;m6lre A la Iparlic sIupericuri du fil. Si los
bases appartiennenl ia 'ordre dorique, les chapiteau.x n1
se rallachenlt anucun ordre conni. Cependant, come
leur simplicild lIs rapproclie dte 'ordre loscan, nous
avons cru pouvoir dlcerminer Ia haulteur des colonnes.
An-dessus des colonies rIgnail 1une architrave avonc lynm-
pan, (111C coironnait une corniche ramplant e el formant
rronlon. Le Iraci' do ce frtonton est indiqu6 d'une maniere
inconleslable par des pierres d'angle ct des pierres cou-
ranlcs qui portenl on relief Ics 1-Imenis reconnaissables
de ctlle ducoralion archlileclurale.
Quanit a l tmolif igiiurl' au-dessus du fronton, Cc? I' ,:t
qii'avec Lune extri'ni reserve que nous o in arquons la
structure, allendu qi'Cun certain noinbre d( moul'ir's
I'amassie's en derl:ni:er lieu, sont venues jo'llr l'iic' r'liiludl ,










a travers le plan que nous avions combine a 'aide des
premieres donn6es.
Deux fragments de bronze, don't I'un repr6schle, a ne
pas s4y m6prendre, le creux de 1'aine droile I:l'un home,
nous ont aidd i5 supposed existence d'une slalue qui
aurail 6el pose dns 'l'espace comprise entre les seize
colonies. Malliureusemen. aucune liace e piedestal ne
s'es! ol:,r'e ;i nos teux.
Prevenani aun co0110ro1nn1m1 l e 1' difice, il nous a sem-
bl6 illogique de lui assigned un aure profli, en presence
du grand nomlbre de pierres places, do sofiles et de mou-
lures de peu de relief, qlue nous avons renirqueses dans
l'amoncellement des ruins. A I'inl6rieur, il derail y
avoir Hn plafond. Le linleiu reposant stir les chapiteaux
des colonies elail d'un seul morceau d'environ 2",'50 de
long, avec un soflite moulurl' t sa face iinf6rieure.
Lorsqlue nous arriv\inme devani le Soumaa el que nous
en primes les measures, nous rimes ]a remarque que le
sole de base reproduil par le dessin du commandant
Lamarre, en -1848, n'avait qu'un m6lre de liauleuir.
Voyant que l lIer'e recouvrail en parlie l'une des
assises, nous avons espire lui rendro avoc la pioclie,
ses veurilables proportions. En consequence, une Iran-
cheli a 6t1 ouerlec le long de la face occidental. A
une profondeur de '9m les ouvriers ont reconnu le
premier lit de pierres qui sert de fondations A 1I'Mdifce.
Ils avaient renconlr6, pendant I'opiralion, deux sque-
lelles adosscs centre le mur el. reposant sur in terre
meuble. Les objels ramasses li se riduisentl un petit
inombre, savoir :
Un tenon en fer A queue d'aroile, plicant huit










kilogramimens c revstu d'une enveloppe de plomb:
Un bondjou en cuivre, frau!pe A Tunis, au nom dii
sultan Silim (1801);
Un morceau de bronze de Om08 de long, sui 0"02 de
large, don't il n'cst pas ais ( de delterrminer I'emploi, mais
que nous supposons, come il a 616 dit plus haul, avoir
6~i d6lacli de I'aine droile d'une statue.
Des lessons de poleries dcs bas lImps claient m6les A
d'auiires debris insignifianis.
Une fois descendus jusqu'anx foundations, nous n'avons
point su nous defendro dlu d6sir de connaitre la struc-
ture inl6rieure diu monument. Un parcil massif de ma-
Conneric no pounvai-il pas crnlenir une chambre, oh
auraienL 616 d6pos6s des armes, des enseignes, en un
mol, les t6moignages d'une grande victoirc? Nous avons
arracli6 plusieurs pierres de la premiere ct tie la deuxinme
assists, en commenc;ant par Ic I.as. Mlais, apr6s une
journde d'un travail p6nilIle ct qui n'6tail pas sans dan-
ger, nous n'avions obtenu qu'une ouverlure de 'ln50.
L'opdralion fut arrde'l par la dimension des mniariaux
qui formeint la couche postdrieure.
Notre intention ltant de procdder pour la face du sud,
comme pour la prdcedonle, ils pioclies furent enfonces
jusqu'it la meme profondeur; el c'cst alors qu'on trouva
un squelei mnil1d t la terre vicrge, aupres duquel elail
IposC un for de pique on do lance, qui measure 0'"15 de
long sur une 6paisseur dc 0053 A an naissance. Cotte
piece qui est cylindrique et c rcuse A I'endroil ofi elle
recevai lec bois de I'arinc, so termine par unc poinle
quadrangulaire. La rouille no lui a point fail perdre so
forme primitive. A deux rmeres onviron de l'objct en










question, s'esi renculnlrel une polile crucihe roinaine
qu'un coup de pioche a fail voler on 6clals.
Ileslait la lace de I'esl, colle du nord no po0uvant 6ire
explore 'lu'i la condition de sacrifier une some de
dlouze ou quinze cents francs. Notre Iravail s'est done
born anL d6placemeni de quelques pierres lombes pres
dlu socle, el, malgri le peu d'cspoir que nous avions de
grossir la quantil de rinscignements recucillis depuis ]e
debut, nous avonsI relournd le sol sur un space de dix ft
douze mitres el a dcs prorondours inegales. Dans chaqrlu
Irancliee, c'Clail un mrnlange compact do f'ragmenls tde
poteries grossicres, de morceaux de briques el de moel-
lons, qui prouvent que Ie mamelon du Soumaa fut.
habit. dans I'anliquile la plus reculce. Quelques r6dailles
de bronze, du plus petit rnodele, onl 616 ramass6cs .
cdle d'un moulin ai bras, que nous croyons d'origine
numnide ct qui rnrile une description palriculiere.
Cetle machine se compose de deux mieules rondes en
calcaire blanc. ayant un diamdtlr e 0tc On8. Lcur 6pais-
seur in'est pas ]a m~me; !a menule quc l'on posail par
dessous, cst s 1paisse le d 0"'O cl I'une de ses faces csl
couveric de sillons diriges on sens contraire, de facon a
produire quaiie divisions ou sections, landis que la meule
do dessus, outre les deux Irous praliqul s sur ln tranclie
)p1ir recovoir ]a manivelle qui la faisail imouvoir, porle
leux largls rainures en forme tie croix grecque A la
partie supericure. Le grand Irou qui traverse ces deux
piciiers, monlr1e qu'elles 6lnicen assujelies ai n arbre en
frer. )1ialgre I'annalogic frappalnt qui exisle an premier
aspect enlre cc moulin i bras el celui qu'eilnploient au-
jourd l'l i lesl femin s naiIICS, nos ou\riirs indige6nes (df'-










clarirent iniaiiiiiimenio quC nous -nions iie Iroumer
[n ustensil appartenant au mondI2 paven.
Nois no mentionnerons (iu'en passant Irois ou (qMIatre
plaques irreguili: res do plomb fondi auxquelles il est
nisi! d'assigner une origin, quand on se ralppil)le lu'a-
pres l'expulsion des Grces Byzantins, I'industrio disparur,
pour ainsi dire, du nord de l'Afriqlue. Dans oes (rnpms
barbares, les m mansn n'oeuren d'naulr resso urci?
iue (I d cII-.rccher dui for et du Iironze dans li-s Iruines
laissCes par le -ipeuLiile? qlui les avai pri'ccdl s. C'est ainsi
liue pour arracli r i ne agralfe, Ln lonon, uno barroe, ils
faisaient fondrti le plomb servant a les mainlteir dans la
pierre..
Plus on examine le Soumaa, c'esti-a-dire les membres
lispersuis d e ce grand monunmen, plu s oin (1d-nmcUlO conl-
vaillnuc ile0 son rileclion remone t 111' un0e op)oquo 0 Is
Ionnc s Iraditions (I1 grand arl .laient ie11ncor0e rispcles.
II serail lone plus ancicn qu'on ne I'a suppos.'. La jis-
Icsse des proportions, la laille des pierres, la siniplicil6
idcs colonnes, I''l6egance de I'enseinble, n foit un &diilice

cqui prci'ld pla:e planss le premier ou le second sicccle do
la dominalion romaine en Afrique.
1Diig.s par voiir hlc1urolse iinspirialion, lonsiieur le
Prflil., nos efforts n'unl pas laiss6 d'avancer la solution
dl'un prob'l me que I'arclih ologio, it dlfaul de 'lisloire,
pourra seul, expliqluer.


it MIOND.


A. C(ninlIJONNE.\1T.













INSCRI-PTIONS


DECOUVERTES DANS LA PROVINCE DE CONSTANTINE

depuis le mois de septembre 1StI.



1. -IIOUTE DE CONSTANTINE A SETIF.




Fouilles d'Arsacal. La ville qui porle ce nom, elait
bdtie sur un plateau i peu pres circulaire, au milieu du
pili6 monlagneux du Chellaba. Plusieurs excursions failed
dans les lieux cuvironnants, nous avaient appris que la
rolonisation romaine y etait florissante avant I'invasion
musullmane. Le passage de I'Africa chrisliana retrouv6
par M. Leon Renier, idenlifiait 1'dvchi6 Arsicaritanus
avec 'ethniticue Arsacalitanus qu'on lit sur I'aulel de
Cer6s (oir IAnn. Achcol. 1854-55, p. SI). En presence
de ces fails qui demontraient d'une maniere inconles-
table 'imnporlance de la cil6 la plus rapprochle de Cons-
lanline, la Sociel0 Archeologique decide, dans sa seance
du 90 seplembre 1801, que des fouilles seraient entre-
prises i~ Arsacal, sous la direction deI deux de ses mem-
bres, MM. Ginsburg el Cherbonneai. Une some do
300 francs ful volec i eel re(rl.








77
II serail oiseux de parlor des fatigues iinh reinles ;i un
travail de cerlle nalure. Ceux qui habitenit notre colonie
n'ignorent pas ilue la inoindre course on Amrique res-
semlile :; uric emigiratnion. Nois rmenlionneronls seul element
Cl resullat de nos irec erchii .s, qui 'vionncnt C'nrichir la
science ,6ipigraplhiquc le plus de 135 inscriptions ind(liles.
La villc dl'Arsacal a prisque complelteient disparu. A
I'exception de queliluces parties de muraillo qui bordent
le plalau d'El-Golia diu c6d du inord et de l'ouest, on
n'y a'per!oil plus qu'un chaos do pierrcs taillies.
Des restes ile consrPilctions solids ripandus sur loute
la partli qui regaide la 'vIll ee du Rhuniel, annoncent
qu'il exislail en cet endroil u1n quarlier populeux. C'est IA
que nuls a\onls reliouLd CnI en icer le plan de la ciladelle
o caslellum A-rsacalilanum > ; maini nous aurions eu
besoin d'un poti plus de temps pour reconnailre I'em-
placement te l'glise, quii nous a paru situee dans 1e
voisinage. Les picrres qui composaient ls autres edifices
puiblics et les nabitations particulicres, sont maintienant
dans un dtal de ldesorde ct de conclusion qui ne permit pas
A l'ciil de I'obsoi vallour d'en essaisir le dessin primnitif.
De grands spaces, envailis par la cliarrue, onl vu le sol
s'exiausser de siecle on sikcle p)i r I'a Inncellementi des
couiclies do d&trilus vegclanx. Ca l l 1, des ranges de
matdriaux disposes par uli berger, en imanicre d'abri,
interronmp~ent la monotonic dil lieu ot alleslent en nin me
tenips coniien est passage I'installation du pouiple qui
reniplaca Ics Romains de Byzance.
l.e monument le plus ancient qne nous connaissions
jusqu'a pr6sentl Arslacal, cst un arc de Iriomphle dddid
par Politus A I'nemprorir ilidrien (voir I'Ann. Arch.










1860-61, p. 24). Les relnseiglnoenls his!oriquos ne
remolent as pls ps haul que re Y'.gne qui se ternina
on 1'annie 138. Nous possIdons, en outre, line d6dicace
a Scpiinmi Se\lre, qui figurera en t6le dJ la lisle ci-
joinle. Les inscriptions religiesces no portant point de date,
nous sonmmes danns I'impossibilit6 de classes les autels do
Ceres, d Mlercure, de In Vicloire ci du Genie de la Co-
lonie, qui ont 6e1 retires des decombres de la ville. En
re\anche, I'cxanen des epilnphe os nous a 6clairs sur
plusieurs points, it savoir, que le Cheittaba continue d'eire
un grand centre deo population jusqlu'A la fin de la domi-
nation byzantine, et que le clirislianisme v complain de
nombreux adherents.
Trois ramps, cireusees dans le rocker, conduisaient
aux portes de la ville. Les soubassements do cells du
nord-est c dIu sud-est sonl encore debouln 1. L. Fe-
rand, qui est le propritilaire du terrain, a eu I'obli-
gcance de me les faire voir. Avant de colnmencer les
fouilles suir un terrain don't le diaiinire measure anu
moins douze cents pas, le premier sentiment que 1'on
cprouve esl d(e I'h6sitalion. II fanti choisir une place de
boneli resource. Jo pensais que la pole qui s'ouvrc
dans la direction de Constantine avail dui (i re la porte
principle. Le \oisinage de l'arc de trinomphe scrvail de
fondement a celie supposition. C'est de cc cle que les
ouvriicrs Luurent calblis.
Huil jours apris, nous revenions visitor unle Iranchic
pratiqu@e it uine prolondeur do deux minitrles, dans iun sol
presque noir minlange de debris do Iouto espI)ce, tels
que marireC, tiles et poeiries. Un.dalliagde rc 4 mn6l'e.;
carries avait 3i:, mis at nu, 1 I'on avail dl i'lav,- In n liel










atilel de 1"'30) sur 0,155, orn6 de moulures aux deux
exlri'miles. ,l'ai copic, sur la face anterieure de cc nio-
numeni, I'inscriplion suivanl :

lloiumenils rdliijieii. .Iuniiiienil piibliie.

No 1.

V I C T 0 R I A E
-AVG SAC
C IVLIVS VICTOR
AED PRAEF PR III VIR
S SIGNVM VICTORIA
QVOD NOMINEE IVLIO
RVM TERTVLLI MAR
TIALIS QVADRATI IVLI
ANI VICTORIES HONO
I(1 RATAE FILIOR SVORVM
PROMISERAT SVA PEC FEC
IDEMOVE DEDICAVIT
ET DEDICATIONEM
DIEM LVDORVM CELEBRAVIT

Victlo)iac auIgu slae sacrum. Caiius Ilu'is Victor, aedilis,
praefcctiis practorio, trim uir, signum Victoriae, quod no-
mine luliorum, Tertnlii, Mcartialis, Qua'drai, Ihliani,
Victories, lionoratac, filiorum suorni, promiserat, sud
pecunl'fi fecil, idemque (ledicavit (C (ledicatlione diem
lhiorum celebravit.
a l Monlumeni t it la Vicloire augusle. C aius Julius Viclor,
edile, pcrfet du prcloire, triumvir, a 61eve cecte slatuie ai
la Vicloire, i- sus frais, el la lui a Jddice pour accomplir
uiic promessc faite an nom de ses infants, Tertullius,.






L.b










Marlialis, Quadralus, Julianus, Viclor et lionorala. 11 en
a clCbreI la dedicace le jour inine oi il offrail des jeux
;i la population. ,
A la 10e ligne, V et M sent lies; A la i4c line, I et
T formcnt un single semblable i une croix. La 2c line
est pricedee d'une palme et d'une feuille de lierre. Toutes
les parlics de la l6gende sont bien conserves : il serait
dificile de rencontrer un texle plus net.
Selon loute apparence, un ddicule rectangulaire recou-
vrail eel autel, car on a deja ramassc dans les rnemes
d6blais trois chapileaux carries du mime calcaire. A quel-
-ques pas de lA et on marchanl vers le centre, on a
retrouv6, I'une sur I'aulre, deux pierres 6crites d'un
metre de longueur, et don't la hauteur, en complant la
moulure de l'encadrement, ne d6passe pas Om'31. Ces
deux pierres sont des fragments d'une d6dicace A 1'em-
pereur Seplime Severe, que je crois pouvoir reslituer
sans attendre la d(couverte de la parlie gauche. Bien que
l'6criture, qui est d'un beau galbe, ait un peu soulTert
de l'humidite, et qu'une dizaine de leltres aient ete en-
levees par des brisures, la copie que voici ne present
pas Irop de lacunes :


I PIl GERMANICI SARMATICI PII DIV COMMODI FRATRI DIVI ANTONINI NEP
0 NEPOTI DIVI TRAIANI PARTHICI ABN OTI DIVI NERVAE ADNEPOTI L SEPTIMI
ARABICO ADIABENICO PROPAGATORI MPERI PONTIFICI MAXIMO TRIB POTES
PATRI M AVRELI ANTODflNI CAESARIS MP.OESTINATI.RES.PUB.ARSACALITAN
PR PR Q ANICIO FAUSTO CV PATRO OLONIARUM
IMPERATORI CESARI DIVI NlAR:l ANTOlNIN pii Germatetici
Sn'maatici filio, dini Commoldi' frairi, divi Akniwini ne-










pOTI, DIV\y IIADRI AN l RnoIpol, di'i Trajuni Piurhiei
(ibnepoli, di'i Ner'rac (tiadpoli, Lucio Sepilimio ScEv no,
PIO PERTIN.tCI AUGUSTO A.'ro.lico Adibenico, propajgulaori
imperil, Pontifiri mui.rimo, Tribhaniiac pohl.es TATIS XI, I M-
PERATORi X, CONSULI 111, PATI1 I'. ATrli.El, paltri lMci Au-
reliu Antonini Casc-uris, Imp ra oris de.iqc1lini, Rc spblica
Arsaca lana ldedical an Q ilIo Anicio Fa uto, c/larisim o
viro, pa1ro11.o Coloni'iairam.

< A l'empI)ecur Cesar, fils du divin Marcus Antoninus,
pieux, Germanique Sarmaliqiuei, I'lr6e din dlivin Comn-
mode, pelit-fils du divin Anionin, arri,-re plelil-
fiis du divin Iladrien, du divin Tri:jan Paritique, el du
divin Nerva, Lucius Seplimius Sevirus, pieux, Perli-
nax, Augu ste, Araliique, Adiabenique, propagate rii de
l'empire, tris-grand Ponlife, revilu do la puissance Iri-
)unilienne pour la XIe fois, proclami Inperalor pour la
Xc fois, Consul pour la Ie fIois, pr e de la patrie, pere
de Marcus Aurelius, C6sar el Empercur dtsigne, la
llpulilique d'Arsacal. Monument didic par Quintus Ani-
cius Fauslus, personnage clarissime, patron des Colo-
nies.)

A la 2e ligne du fragment de droite, les leltres V et A sont
lide s.
Los ruins de Lamb6se cl de Lamba funidus ont Iburni
ai M. Lion Benicr sept monuments consacris par ce muine
Q. Anicius Faustus It la famille de Septime Sev6re. Dans
cc nombre, ii y en a six anldricurs l'anni 2111, puis-
qu'ils portent Ic noin de GCla. Le seplime est dddid ;i
Seplime Sev6re soul (In.seript. rom. de I'Algcric, nos 56,
57, 61, (P6, 6.3, 64 cl 1575). II estl i remarquer que la










mention Ide-s liires ie T'ribun, d'lmperator t0 de Consul,
ne sc 10ro con1111' (, fl sir Ic 1 0 .
Les lexles de Larnbies compl.lent lilureusoemecn le
cursvs hioinorum dc Q. Anicius Faustus, en Ic nommani
legal des deux Augusleo, propr6lour de la province de
Nunidie, personnn e clarissime in e consul ddsiL nd. La
famille i I la uelle il appairlioni, Gail d'ailliurs une des
plus illuislres do Riomc, el I'on sail lien ii'clle so main-
tint dans los haniies dignnil3s do l'cmpirc: juslqu'en I'annne
334. Un dl de pi&ldesall, relev pri's do! Bab-el Diedid, A
Constantine C est consacr6 ai un consulaire niomm ni1 Mar-
cus Coccmcis Anici ls Fauslaus Fla'rinus'. On lit encore
dans line le lre du conice Borghesi, ins6rLe dcans Ie BIl-
lelij de la cor-rcspontldlncc arc.lhologiqupc de Ronme, -1858,
deux docuiienls relatifs ti des proconsuls de la province
d'Afrique appelcs, I'un, Sex:lts Aniciais Pauliinus, et
1'anulr, Se'rc s Cocccins Aniciuns Fa slts Pauli s. Je
regrelle vivement de n'avoir point sous ces yeux l'arbre
g3nidalogi(uI dI le e cel famille public par Reincs.
Quant A la date de l'inscription qui nous occupy, I'ab-
sence de l',piithile ParDlhico ma'inmo april's les mots Ara-
bico, Adiobenico, lui done in point d'appui. L'hisloire
ne nous dil-elle pas quc Seplime Sv\ere prit li ti'e
d'linprator pour la onzirme fois, i l'occasion do sa
vicloire sur les Parihes, c'esl-A-dire on l'anniie 1 98, qui
etail la Ge do son regne? Une double prouve liirLe de
l'inscription de Lamba funcdus (loc. laud.) vienl confir-
mer cel(c r(onjeeure, dJ'un cld par I'a scnce (lu moL


lMnico Cocceio Anicio Fauiso Flaviano, Iptr icio, consUt.! i, o:-:niin
virlutum (viro), Inscrip. rum. dc i'Algerie, no 18iG.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs