• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Liste alphabetique des membres...
 Questions de chronologie et d'histoire...
 Memoire historique et archeologique...
 Inscriptions inedites de la subdivision...
 Description de quelques lampes...
 Lettre sur le camp de Kseur pres...
 Inscription latines decouvertes...
 Inscription trouvees dans les environs...
 Inscriptions romaines decouvertes...
 Inscriptions recueillies pendant...
 Tables des trois premiers annuaires...
 Table of Contents
 Planches
 Front Cover














Title: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094161/00004
 Material Information
Title: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Physical Description: 6 v. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Socie´te´ arche´ologique de la province de Constantine
Société archéologique de la province de Constantine
Publisher: F. Guende
Place of Publication: Constantine
Constantine
Publication Date: 1853
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Antiquities -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
History -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
Spatial Coverage: Algeria
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1853-1862.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094161
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12576814
lccn - sn 85022116
 Related Items
Succeeded by: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 11 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Preface
        Page i
        Page ii
    Liste alphabetique des membres titulaires
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Questions de chronologie et d'histoire a propos d'une epitaphe du ve siecle
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
    Memoire historique et archeologique sur Tebessa (Theveste) et ses environs
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Inscriptions inedites de la subdivision de Batna
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
    Description de quelques lampes funeraires du musee de Constantine
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Lettre sur le camp de Kseur pres de Bougie
        Page 111
        Page 112
        Page 113
    Inscription latines decouvertes dans la province de Constantine depuis 1858
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
    Inscription trouvees dans les environs de Lambese pendant les mois de mars et d'avril 1858
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
    Inscriptions romaines decouvertes a Tebessa et dans les environ pendant les annees 1858 et 1859
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    Inscriptions recueillies pendant la publication du volume
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
    Tables des trois premiers annuaires publies par la societe depuis l'annee 1853
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
    Table of Contents
        Page 223
        Page 224
    Planches
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
    Front Cover
        Page 251
        Page 252
Full Text

















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES


~-~illlriii; ':;iiiir~ii;iii~,ii~tiii~*ii;;;......

























IF I a
S 0 (;' 1 T A R C il 0 L 0 (G 1 0 i !E:
[-F I .\.


'POVIINE- lIE CNSTANTI\E




1858-1859.


ii iiii;i .i i ,ii,:,i. .. .. .. : ;; .. .


. ... . .:::i: ..:...: l iiiiii li !
















































<-. '.-'
N,~ i1 -
- ,-r-,k~Jz -
-OIr -










ANNUAIRE

M. LA,





DE LA


PROVINCE DE CONSTANTINE




1858-1859


CONSTANTINE
111Si IDE & AMIVEI, Librai[cs.E'IileIrs
rUE liii PALIS

p

11 Rue des Pilevin;.


A~ I: I S


ALGER
l A STl E, llinirairc-[di iur
PLACE DU t.tOlUvEM'ErIESET


dIA L LA M EL, LUITE.U[r-C< 'M I.~
fil,j duc fi uiianr 4.


MIDCCCLX


...... .... ...


:. .. ":: E:::. _


















Aprs sept annes d'existence, la Socit Archo-
logique de la province de Constantine offre aux per-
sonnes qui aiment l'Algrie, le tribute de ses nouveaux
efforts. Le quatrime Annuaire, don't l'impression a
prouv quelques retards, content la suite des
mmoires historiques du general Creuly et du capi-
taine Moll, plus de deux cent soixante inscriptions
latines indites, avec une srie de planches reprsen-
tant des cares, des monuments et des ruines.
Des faits nouveaux ressortent des investigations
qui ont t faites dans ces derniers temps: 1t la
reconnaissance des itinraires anciens de la subdivi-
sion de Batna et du cercle de Tbessa; 2 l'expos
de la constitution politique de Theveste sous la puis-
sance romaine et, plus lard, sous la domination byzan-
tine; 5 la mention de quelques-uns des plus intres-
sants monuments de Cirta ; 4 enfin, la dcouverte de
plusieurs noms de localits l'aide des documents
lapidaires.
Ces faits sont autant de matriaux qui serviront
plus tard reconstituer l'histoire et la gographie de










la province qui fut la plus peuple, la plus riche et la
plus belliqueuse de l'Afrique, la Numidie. Quoiqlue
chacun de nous ait contribu i cette euvre dans la
measure de ses loisirs, nous n nous dissimulons las
qu'il rest beaucoup i Ihire. Une foule de ruines
importantes ont il seulement entrevues au pas de
course. Mais, quand on songera aux difficults que
prsentent les explorations dlans ce pays, au peu (le
resources don't inotre socit dispose, et surtout aux
exigences des functions que la pluparl t d'entre nous
exercent, on nous licndra compete peut-tre des rsul-
tats obtentus.
Par une heureuse coincidence, nos publications si
gnralement soulenues par le conseil municipal de
Constantine, marchent, de front avec la formation duI
muse le plus curieux de l'Algrie, au point de vue
de l'pigraphie.












LISTE ALPHABETIQUE

dles llembres lilulaires.

(1858 1859.)





MM. ASTRI, inspecteur primaire du dparlement.
BELCOUn, sous-lieutenant, adjoint au bjeau arabe de
Guelma.
BRETON, Colonel du gnie, directeur des forltiicationl;3 t
Alger.
BrOSSELAnDn Ch.i., sous-prlet de TIemicen, membre cor-
respondalit du comit des ltravaiix historiques.
CH.ALLAMEL, irlisie peilltre l'I is.
CHERBONNEAU, prolesseu d'arabe l l la ichaire (de Co1s-
Lantine, membre non rsidant du comit des travaux
liisiol iques.
CoRDONNIER, adjoint au maire de Conslaiinc.
FAUDON, juge de paix i' Constantine.
FiAUD, inierprle militaire.
FERni (l'abb), cur de Bra.
GADOT, pliarmacien.
GINSBURG, missionnaire evangelique.
GILLOTTE, dlenseur Constantiue.
HAR,.tABOUPE, procureur imperial Constantine.
JOFFRE, maire (lu IKroub.
LAMBERT, secretaire de la mnunicipalit.
L..\MouP.ou\, conseiller de pril'ccture.
LANNOY (de), i ngniemir Cni chel' des points et chlaussecs.




q


IV
iMM. I UIREAU, inspecleur des bliinCenis civil Guelma.
LEBIEZ, ing,nieur ordinaire des potis ci chausses.
LICIITLIN, conservaleur des eaux c l'ordis de la province
de Consiaitine.
LiInnv. interprle asserinente l Coiislantine.
Luc, dlenseur Co;nsiantine.
MAl CHA. ND i(J. instiltuteur communaiiiiii l.
MiAPLE, liblraire-ilipfriieUr 0.onsianlit e.
MIEURS, ai mcilecle en chef du cl( parieimenit.
MloE US. ingnieur en chef des mines de la province.
MILLIIS, colnsiller muniicipal.
lMLL, capilaine du gnie it Telssa.
NICOLLE, rece-veur des donmaiines.
OLIviEr, direcleur du college comniiinal.
PAYEN (le capitaile), cominandalu ilt Siupri en du cercle de
fou-Areridje, ninibre correspondent du comil des
lra'vaux lisloriques.
PELLETIE: ., inspecieiur des bLtiiimenis civils Li Sil'.
II.GALLE (le capilaine), Biskara.
li.os, architecte de l'arrondissemnent de Consiantir.e.
ScuY-VILLEVALEIX, imaire tde Consilanine.
'ICREY (J.), employ tic la mairie.
VITAL, indecin en clief des hpitaux militaires.
VIIVIEZ, vrilicaieur des domaines la Consianinile.
YANVILLE (t'), capilaine de cavalerie.




.IE IuJ ItlE A.U- I


Presidents honoraires :

.MlI. Le GNnAL, coiinandant la division.
Le IRFET du dpariemenl.











M.IM. MEuRS, president.
L tMO'nROUX, premici'r v'ice-pr'sident.
SGUY-VILLEVALEIX, (dexilme v\ice-prsidenlt.
CHERBONNEAU, secriaire.
RMOND, se'riaire-adjoiint.
\'IVIEZ, trsorier.
MARCHANID (J.). archiviste.



COMMISSION DE SURVEILLANCE

POUR L'IMPRESSION DES MMOIRES.


MM. LAMOURIOUX, president.
ASTMI.
FAUDON.
CHERBONNEAU. rpporleur.



MEMBRES HONORAIRES.


MM. BARD (Joseph), membre de plusieurs socits savantes.
BERBRUGGER, membre correspondent de l'institut, col0ser-
valeur du Muse et de la lBibliothque d'Alger, inspec-
teur des monuments historiques de l'Algrie, president
de la Socit historique Algrienne.
BEULE, menibre de l'Institut.
CREULY, gnral du gnie en retraite.
DURET (le docteur), maire de Nuits.
JuDAS (le docteur), ancient membre du comit de saut.
LA MARRE (de), chef d'escadron d'artillerie en retraite.
LUYNES (le due de), membre de l'lnstitut.
RENIER (Lon), Imembre de l'institut.
TEXIER, iiienilibe de li'Institut.












MEMBRES CORRESPONDENTS.


MMi. BOISSONNET (10 baron), lienutenant-colonel d'artillerie, "'
Alger.
BONVALET le coiniitaliiall), commandant suprieur di
Gigelly.
CECCALDI, iidiicin n chef de l'Iipital lu V'd-de-Grice.
DEVILLIEnS, comlnan;dant suprieur du cercle d'Aii-
Beyda.
LANGLOIS (VictoI), oiientaliste.
LAPASSET, lieutenant-colonel d'tat-manijor, commnandnii
suprieur du cercle de Sidi-Bel-Abbs.
MlAc-CARTIIY, ingnieuri gographe.
MIILLOCIIN, directeur des donimines, ;' Bourg.
SROKA liCiuteina nt-colonel commin11dant suprieur du
cercle de Biskara.
WATBI.ED, directeur de l'A.I,4hba


SOCITS CORRESPONDANTES.

istitut archliologique le Rome.
Socit historique d'Alger.
Socit archologiqut de l'Orlanais.
Socit d'tudes scienlifiques et archeologiques de Draguignan.







*d:illi
















QUESTIONS
DE

CRNU ET STORE

A PROPOSE

D'tlT Ei'TA-PH DU'J 'r ,ICL.




Parmi quelques dbris remains exhums, en 1853, des lon-
. nations du quarter de cavalerie Stif, s'cst trouve l'pi-
taplhe de l'vque Novatus, dcd en 401 de 1're maiiriti-
iiienne, aprs 57 ans d'piscopal ; personnage qui n'est autre
qule le Novans mentionn dans les aces des conciles d'A-
frique au cinquime sicle et dans la correspondence de Sainl-
Angustin. En exposant les preuves de cette identi j'aurai
occasion d'entrer dans quelques dveloppements, et je nm'ar-
rterai surtout au grand vnement de l'poque, l'invasion
vandale, don't j'essaierai d'expliquer les circonstances d'une
manire plus rationnelle qu'onl ne I'a fait jusqu'ici.
M. Lon Renier lit ainsi notre pitaphe () :
Hic jacel anlisles sanclusque Novalus,
STerdenos cl sepicm sedis qui mTertil annos.
i Precessil die decima kalendas Septembres, annoo) provinciac
qftadringcntesimo primo.

(I Ils iplioin ro t'in cs le l'A. grie, no 5,i30.











A ce texte .je joins un d':ssin plnliche I pour mo1li'trer la
l'orine de l'criture, qui est une capital massive, mle d'on-
ciale, don't je n'ai pas vu d'antre example en Alg le.
Ie mioi qui commence la 5"' line Iourrait se lire lic e.il,
lerme trs-usit dans le language elirlinii du lemlps, inis
il. enier considre le premier signie de ce mot coimime l'as-
seiblge 'uned'une II avec un P lourn a g lauLe. Je n' iy l'is pa
d'objection, quoique ce genre de single cin letires adossces, (qui
se voil t.conimunement dans les inscriptions de la Gaule soil
;n contraire forn rare danis celles d'Afrique. On comprend
d'.iilleurs que Precessil est li 1)0o r Praeccssil.
l're do lluritanie -onm ience avec l'au -40 (lde Jss-Christ.
C'est le synclronisme ii ninienaiit admis, mi is, avant de l'ap-
pliquer, je crois qu'il ne sera pais inulile dl'en donner la d-
iiiouSl iilr oion.
L'Ilistoire de celle anne -.1 dbute par le ineurre' du roi
de Mauriianie Plolme. Aussilt la guerre eclie dans les
dais de ce prince tl trois campagnes successi\es sont n-
cessaires pour les souinetire entiri'.ent aux armes rnomaines.
l'ii e le naluralisle rappelle cel evnemern eii des leriies as-
s.e vagtues, mais qui auraient suIi n.anioins pour fire daler
la craiion des provinces mauritaniennes de l'anne ninine o
pril Piolme si un historian Dion Cassins, n'avait (lit fotr-
niellemenil que ce l'ut aprs la troisime campagne sous le
consular de l'tenpereir Claude avec C. Largus, c'est-i-lie en
42, que la Mauriianie vaincue fui prai'l:e n deux provinces,
la lingiliione et la csarienrne, don't Clau de coania le gouverne-
ment des thevaliers rotmains.
Voill oiit le contingent de l'histoire d:ins celle question
chronologique. T'ant qu'on ne savait pas aiirie close, il laiil
assez natural de fire coinmiencer l're de s lrovinces ima urita-
niennes, soit i l'an 42 i, soit i l'an 4-1 dt l're 'l'irlienne.
C'est par les documents pigrap liques que l'on a connu avtlc
cen'itude la correlation de ces deux res. Les insci iplions nous











onl encore appris que la Mail iltanie de Stlil' contlinl a :'l daier
de la m ic me re provincial aprs le-lroisile sicle, quoique
spare alors de lia Malritanie csarienne, e0 organise en
province dislincte.
On a eu d'abord cette inscription uii mariyr aiureinlins (I):
In huc loeo sanciv deposiilac' ,siinl i tcliiiac santifl i L..\unENTII
MARtlYr.[S, DIE TElITIA 3MEN.M1S N(O\ Ei:IIlS ()~'., Ai Sll li, '~.i-Silallu
Hiercultii viri h issi i do ii nlaissijos ri, id dicat ii Lau irn-
lio, v iro speciabili, poist ioriL'i dlomi i (:i' a1n1 pionin'iae qua-
dringjCn I s'ii:i ) deil 'o Ici lio. A. iitn .
Les ,mots que j'cris cni caractres diffrents ont t gras
sur la pierre il la> place d'au res mois prealablemienit e-flas. Ils
son i trangers i' l'oljet primilif tlu Imonumentii mais 1non pas
peiit-ire au personnage aulenr de la ddicace. Q(l 'y aur'ait-il,
en ufiei, (le sur'prenant &i (ce que le niine Latirentlins (qui, )pou.r
avoir prsicl I une cerionie calholiqo e ie l'avoir dale du
consulate se serait rendu dotleiienii coupable aux yeux de
Gensric, flit to, mb plus lard soUs le fer des Vandales en ex-
pdition contre les Mauritaniis ; et i ce pqe !a possession de
ccs provinces par Geinsdric de:venant plus nominale qu'ellec-
live, en liaison du peu de forces mililaires don't il disposait et
du grand loignement de sa capital les fidles eussent pu,
sans trop de danger, constater la mort de Laurenlius sur le
monument mme qui l'avait caume? Si les faits se sont rel-
lement passes de celtte manire, I'inscription en acqurerail
un nouveau degr d'imi-ortance et il serail bien 1 dsirer
que la Socit Archologique de Constanline, don't le yle ne
saurait tre mis en dotte tl't i mime den l'aire prendre une
photographic ou an miins [In bon estampage.
Le consul tl d'Herculanus correspond i l'an .159 de l'dre
chirlienne. En admettant que celle date apparlienie, comine
cela est probable, au mnme fait que la date provincial non-

I l. Itu'rilti] uln r',, (tiem s i I*'.l .1i rie n ,~11.









-* -


Ce la l i M 1ude Ins Is*ai) la In 1- diu la li ovlce se cntiI rIa
pr l idenifuii avec lini 40 dle JsLis-ChIIIS.Mllicumeusement,
te ixte presence (le r de la suirclharge ciiiuil n'*y avait pa:s lien1 dc de lici pour cii
faiiirc l base ([LII1 1i1ouveau :sl3ie uhiomdiogique aussi
Ml. Li Renieri, i Irexaiiiiiiiii dans la Rreuc .li-ehtolcgujule
(ILu iois Faoilt I.$1) p vIii a-t-il sIiPl>osui un11e laute dans
I indication de la leurs, par la glande difflculi des caoveilicios avec rIa.
lie, u il est qi MI:iis ce2 savain eSt 1v lieipmier qliuiit ieconnIiiiii le vriItalble
svynchi-cl<.nsiei [re inauritiLiilc. (ei ni a rei a a jfi-licipioii
dlain siii nart iclec Liela fleeie ALcolgiq u e ili i1101 ts 1851, en renvoii y atiour la preuve,, ci.te inscriptllol d'An-
ZadaI (Il>
lm/Ic/aliof Cii'.sare M1ai'o .1 rclio .Sc'ro .1 i/lonino Piu FLlice
IIuglus i1ii, eokalon ia i .mpul sali>I llri.r einti el ahiL!' e1i.'se Parlala -
i iens.s' u1-ail pro .salu e jus cim.au. ru c'uni el nomien cas/elo
q unt con.sUli/ mai ni u I/nnen.si .In/on in ano imionueo iru ni el
lcie ccani ann Opo v u cen/'.lesko .sepi gea Ut io O qarto.
l.uiui Annule tofle 111 (si aSt, pal' diell-mime, suscepible (11r1 e
il(0l ppnie dle [iisciijitu, lempiiereur avait <1I~tr<2 bis consutl;
<'nu Lien qu11il I'lat alors pour la qh:il dicne ois. kits la re-
Indire li\ rodlse ce! couistlai n'est quini' tonne -ea dlu-
quel(2 il lni tenir la la s<,cot prettionassimile le2 -1"'- eosiflai 1111 215 du I ..-C., 1 ran 174 de la pruin ICI de Marilanie avec lin 0) dle [re chrtiettue.


1 Ili id '1/(1 1 il 1'. 11 1 11, 111 1 11 fi f.. I )110 5 - C










-- --

Pourquoi ilira-1-oi adopter lu second .sil s illiult que le
premierT? Esutce qu'il y a plans le iiiomiiiienit niie circonstance
qui force le choix ? Oui celte circolnstace existed miais il
parait qu'on ne l'a giire apeiu;.e., tant il est vrai que, pour
nons autres Iod l'rnles l'ipigralphie latine a des siubili s
qui Iromlpent les plus habiles. QiO'o ouvre, en effet i la
page inO le volume slppli menilaire des Iiscriplions di'Orelli,
public en 188.j, ni I'on y \eria l'inscription d'Ai-Zcada, suivie
d'une 1note o l'auteul' considre 11no1e consu/Il Il comime
uine simple limited de date.
Il faiit remarquer que les auteurs duii ionumciii oui sulp-
ipim les deux litres impriaux qui. selon la i ogle ordinaire,
devaienti prucder celui de consul. Ces deux ill'res avaient
cepeiidant uiine valour hioorilique d'un ordre sup,rieuir, et il
n'est pas admissible qu'on les aii ngligs pour un linll.
nioindre, si l'on n'avait pas l'intention d'assigner ce de'nier
loute l'importance chronologique doni il est suscepltille.
Voil' ce qui faith que l'inilerprlation n'est pas douieuse. lin
Romaiii ne i s'y s'il pris iromp. Que si l'on suIiippse la d-
dicace dans un nuire lemps, par e temple en l'anne '17, les
;illeui s uii roi il inscrit iiilgralemenii t l s IIois lilies, de celle
maniire :
.....Tri'uniciac oltesill is .1. impieralore II/ cosuile: III...
el alors la date ollicielle du mionimeni risullera, non plus du
consulate, mais do la puissance trilbiiiiienie ; ou lienc ils les
auront suppriines itos les trois come ont l'ait dans uliie
circonstance Ioute pareille, les colons de Cellac (I). Ils se
seronit Ilii gards d'inscrire le consulate setl parice que ce
serail dans ce cas iulle mienlion sans oLbjet et dle plus uiin
cause d'rreurll.
D)euix ans plus lard (i), NI. Derbirugger a repris la queslioi;

(i Ins0'iplionI s ronqainrs de I'Ali(rie, 1l 3,i. i;.
*"2 trr r' .I fru tri' ine l' il l i 1 l. 1iil










-6-
(le l're enIiLlI c seiSu iiiie inscriptioni dc
IBougie, ainsi i co nue (1


pub1iceu orwilo, lt'c,,rit'i Colon HO,
Caius1 Lueii l/ms i, Arn jwicnsi ilj-ibiu. !itiioi,(7i.s pa-
rani s idemnque lica.s cie Sellia Quinli filua Saara y aiwer,
10 piiiChmo, Fwevudu mi vola nia/cm plus s/a/na mu Jim! pa e ir
deditave, n/dq e.
~iil/edlicala non unii,ii 1aii /o l .1<:n uIa. Tilo Sc.rlio Lale'lro
Cajo C(usplo RuSio con suhlins aunno lnovhciac en icesinic,
qotoavo. Oib cju.s d1(edtica I itoa e iii nbul'ae daine
Suni. [oea ai' o 7rinc l inciiSSinio acc tlplo.

Lalraiiis et Rfihfnus sont les consuls de l'an 197 niai
lents autres no~ms ont p~resue~i toujouirs t omnis sur les mo-
liin enis ct CIIex par les(Iilts ceilains coiuminenlatl!rs y o
supplcne i ieeo' eii pas avc les indications chi document
ci-essus. Cette d!llcuult nia I)ns arr t ,I cibigr,
IL d 'einc, dce soiCt: a ai ;1fait d 's rcherch es quii Vont cou-
dluit lpopoell(r Cuesomijo pomur conplier la dsignation dii
duuxiem consul. Il y v- dan porte, pont- leJ deti \ i eil consu51 de Fait I 9, L uLo Cuspio
I/'im.iiii IL on Run lelru a pri s, avecraison Citisno de prf-
rence 't CaCso fl/o, miais il a ado pte lui neuclu qu'indi lnii i -
ciiOpHa ile Bougie. Au suriplus te% wu iantes ne sont peurt
Minu quiu exemple de la pLuralit de noms eni usage dans
les giaii M. DeHbnugger a donc en lu mrite de signaler lii docti-
tient quii constate tFinie mnanire uvideitie loois le's ei
Viilet le du la date 11-1, re viulgaire avec la date 8 rec
de Ilatiitanu et qui us, par conseluCnt uni ptieuxL tY
miiiIu'aIV uii faveumr dii syiclromisuicniile


- .!!!!M









- I


Un dernicer nionumeiint relatif a cette qutjblion est la ddi-
cace i Seplime Svire, doiit la pierre irs-fruste, esi au-
jourd'hui encaslre dans ul des mIiurs e l'hiilal mililaire,
'i Clierchel. La copie qui en a ,l publie par M. Lou lie-
nier (1) por'le ces litres iiln 'riaux :
....Tribunitiac pol'.s!/i.s A/If, imnperatori .\II, consuli Ill....
ci plus bass c lle datl;ll locale :
... .nflo ioriinciac CL.\.
Or, la treizinme puissance iriburniienlne de Sepitime Svre
corres)ondda lnt i I'L 0ii '2.; de Jsus-Clhrist oni ne pourriail as-
similer cicle dlale i la 171.0-'' anne d& I':re pro\ineiile, sans
ilriete l'origine de cellte ro On plein rline de Ptoleme ce
q(ui serit abslurde. M. oi'on Itenier a dt coniscqueilIeil res-
liitier la puissance iribunilieiine le no bl.rie V\'l piour la
fire conorder avec la daie provincial suppose exacteo, el
penul-ire alussi po!ir la mieotre en niilleoiur concoidance avc;
le noimbre Xii qui accomnlpagne le lii re iimoiialri binii que,
aI vrai dire on ne sache pas an ,jusie en quelle anne Sep-
limei Stvre a conipl s.i ldoizimnie vic'loire. 'Proccupl des
dificulls de ce moniiii enlt je l'ai aitl lii.ldier sur les lieux
par M. le cap1ilaine du gnice Iiernard el, auprs iun examenii
irs-atlleilif, cet oflicier m'a informii que le Chiilfro X de la
puissance tribui itiennii est iiilubiltablemenii suivi tle trois
trails verlicai x quidistants, ce qui ne perliel pas de sup)0o-
ser qu'il y ait eu un V apls co \. Le nombr'e XIII parail
donc devoir ti e maintenu i la puissance rbli' ilieiine ;
lais la mtiime cerl ilide n'exisIe ) pas i l'egaild dt-second X de
la dale prioviinciatle; je irouve limeilie pon)' celle date, dans une
anciienne copie pul)lite parii' l'albb Aomali le nombre CLXV
suivi de quelques points qui ailo sent a y resliluer une ou
pllusieui's unils. En supposant CLXVI avec XIII i la puis-
sauiie Iribinilieni ne oii reOlonibe sir le isilltal des inscrip-


- 2 l.t'cri' ioin1i rom? ilt(s de i'.4lfg ri'e, n'- 5,N |.




itii




-8 -
lions Ipr cdeii tels. Quoiqu'il en sfil, si le monument de C lier-
chll ne confirmnie ipas ce rsuiltat, au moins ne peut-on pas
dire qu'il l'infirme. et c 'est ce q .i je ltenais t-iblir.
La r ielrence de l're iiauritaiiieiie 01lan aiinsi t l'abri
de toute contestalioni, nous pouvons dterminer avec cerii-
lude la priode qu'embral)rsse l'piscopal lde Novalus, et v rul-
chlier les faiils historiques.
Sa Imoorti etii lieu le 10 des calendes de seLpiemiibre, aiuti'e-
ienit ldi le 253 o'i( en VlnI'ln e 4-10 de l're clhrticiine el
puisqu'il l'ut 7 ans vque son ordinatiion d.tera dles envi-
rons du mois d'ionl 40i), car on ne siuralt supposed, en pa-
reil cas, un nioniiilre largeimeni t :irrondi uxi diens de l'exac-
liiilde.
Il exisle unie letlre de Saiint-Atgusitiii NovaiLus, don't la
teneur indique qu'elle I' ciiie dans les premiers lemp:s qui
suivirent cetlle ordination. On doii, d'api s ce qui vient d'itre
dit, e r fixer i (lai dae la lin de 4053, ou tout au plus au coini-
nencenmein de 404. Ls lndlictins l'ont classe L. 403, c'est
doln uneI anne au moins d'errelur. de la part de ces sa\anits
religieux ; imais il n'en laut pas moins lirendre homage leur
sagacit, qui les menail si prs du but par de simples induc-
tions.
La lettre dontil il est estion lourniil l'histoire de l'Afrique,
sous la dlo inatioin ronaiine, nlii laii qui iinile bien qu'on
s'v arrite un moment. Au nom bre des lers attaches l'-
glise d'Ilippne se trouvait ni diacre du niom de Lucillus,
que le novel vique de Seiil voulul avoir auprs de lui; d-
sir bien naiturel car ce Lui'illus tail soni fr''e. Loin de se
laisser attendrir, Saini-Auguistin rpondit par un refus cail-
gorique, fond sur la pnuiiie de son diocese in sujets posse-
danil assez bienl lI lanigil latino pour les besoins dlu service
eva ngclique, tiandirs que le latin i lait, au coitraire, d'un usage
iuniiv'lersel iiis le pays de Si lif'. Celle assertion toutl lrange
qi'elli- p u' l Ip railri au prem'ii- abord, n'est cependanil pas


iiiiiiiiiiE










- 0 -


ll OiJpp ilionl ;.)Si Iave Itllllmires (iie nouIS01 av lns liatl ses ;i>r
suile de inou e'lablisseeint nil Afrql'ue.
Aanti les loninains, la race plhniciiiene depuis des sicles
inaiiresse des villes inarilimes s'tait ip'o mige dans tout l.
massif de la Numiidie; mais elle n'avait gure dcpss la lisire
td( s liiits ;pl1ieaiu\, (lue .clilititiiiii n dle ])I p rcourir les troll-
peaux des Glules c'rianlts. A l'ouest de( l'Anipsaga silriotl ,
dl iS C e L' itc lgion il e. la Mauritaliie i liii tdepiiis a ie<:ii Iu 11om01
de sitliclinni e, ilie ':li.illmie (el IIIiuingi;lg e iiieXlic.alles priLservi\ i
les pIsteurs al moigenes dle tout -coinat iavecl la race lirull-
gei, c'oiilinic (Idans les miurs d'lln ou deulei poil;is poi*is.
Les Ilnouilet it ilies dlu I :pa.s ti people filxe au sol et jouissant d'une civilisation dtji aln\;ce,
l, Iii .Chaliii p libremliiii ouvert aux 3 eiliriipliss de la coloni-
sailo n.
)'ailleurs l'iii ospl reli birllantue et insalul)re des plains
basses du linioral in'iai pais faite pour y attire les colons
loolntills eI sans do.ie ceux quilli eul bI'rav lren les d liigels
tournaieint plutl lenuis ides i rs le coin miltece (iue VI'ers l'a-
gi iCullure, ipli, d1ans I'aliniiili ci iilise, se ilniariil b)ien mieux
;vec les le ttles. Au tempsis de Sailt Augustin, apr -s ciinq si-
tics d'o.ccupatlion ronlatillie, la lingiile pulmniique dominaitmI enIor00
dans les planes d'llippi ne.
La rgiQni] des hauts jpla-iaux, leve0 di 1huiil o et iel'ciils
inltres e11 mIoyenne atl-dessus du niveau de la nier, juimissail
au contraire d'un cliiati sain d'une tlemnpeature analogue i
culle d'une grande parties de l'Italie. AuIssi se uouxril-elle suc-
CuS-ivelllent d--e oloniles tc d 'cilblissen ciens tlc Iouites SOl'es,
iltu'iu ini"r3tl lde scuril r li sur plusieurs poJints former d'ele-
iicnits mnilitaires.
A Stlif, en iarticulier, uoi ne t. uo nie de \i ler in-, ltr londe,
vers la lin du l'r sicle sous la proecL'lion du dieu Mars et
la signilicalive tdnonolinalion de Neiti'rint( Augush illarlia-
l.s. l)D ns d ltelles conlilions,, l'e|)ril miillai're dut s perpe-




.... ,, i


10 -
lner parmi les families de Slif, ci avec l'esprit miillaire,
:l noiblesse des ides el le goil des occupIlaionms ini-Illeciiielles.
Ce lne Ii certes pas un faith e\celptionnel que celle ducatiion
librale du jeune siilieli Urbanusi, donit nous devons la con-
naissance fi s8on Opilaiple (1) :
Diis ,aliil'i.s saciruni. ,Marcus PImalis U.'banls, sinuiitarum
arliaut, ll'beraiau l/illerari sludiis lu/rtiusi ue linijuac perfcclc
crudilus, op/ilinia fiicatdia pu'aedilHs. li1iri alnUis vig;eli duobus,
dliebls seplicm. H/I sil tis esi. NOnut ii'ilda 0/'lubrL's, anno
provi/leiit CCI>niCSiM o olagc.t, arO. reus D(ainal/i:s Fel'ix, pale/i
pilis, f'cit.
On In'en peul done donler, les letires gi'(cqu(us cl lines,
iqui faisaien le fonds de la bolne education chez les iomiains,
(li;iilent encore en lionneur i Slif, ailn coimmenceninmeil u Iiroi-
sime sicle. Le chriiniianismie finil iiar dlournu le courant
ldes ides c cin siippriman' le prestige des suiiriorils so-
ciales, il ne pul que f' ire baisscmr le niveau des ludes liii-
raires; imais on aiiime croire que nii'me dians l decadence
dlu .iicinii(lime sii'c_.le, plus d'un descendanl des nobles vtrans
de Slif ni 'lriiil encore de s'emniemdle nppeler, comnne le con-
vive d'llorace,
Do Cle stci 1iOn's Illifsqilue liigiat'.
A celle poque de lulle avec le sclhisme el lhe'sie il ne
se passuAil gure d'num ine sans que les v'ques d'Afrique s'as-
sei l.lissent en conciles, sol i provinciia x soil universels.
Malhemiresemeii les nioms des Pres de ces conciles ci ceux
de leurs glises, qui pourraieni rlle d'uiiles renseigmineinls
ponr la gogrmaph)ie et pour l'hisloire, nous onl t rmrement
Iransmis. La premiere as-emnie doni les actes fassent nien-
lion de noire Novaius, est la clebre conlereice mnire les ca-
lholiques el les dona isles, lenue i C.rmiliage dans le mois de


( 1 ruilflim's tic l. 1 Igric' Il'-









- il -


juin .III, sious la prsidence di tribune Marcellin. Novalus, qui
n'llail pus encore iun des ancient de son eglise lie .joi)n dans
celle assemble qu'un rle secondaire remarquable sele-
ment par la viacilt avec laquelle il dposa contre uni des
membres du part adverse.
Cinq ans aprs, il fut tnu nombre des soixante voques qui
se runirent en concile tde Numilie, i Milai (MIlcn), pour
condamner les hirsies de l'lage et de Cli:sie. Son inomi li-
gure immldileniei nlt aprs cclui de Possidius, l'aultur de la
vie de S:iin-Agii slin, dans la listed des signalaires du riaplpori
qui filt adress sur celle allUire ain sige apostoliqne. Beau-
ctoup plus bas dans celle listed range selon Ionie apparentce
par ordre d'anicienncil dans l'piscopal, se trouve le non peu
usit de Lucills. ei tou it t>rlle a croire que nous relronvt'ns
li le frre dei Nova"ins, devenu vqlne iu son tour.
Enfin, dans le tcourantl de mai -i19, s'ouvriit Cartihage un
concile de la procin ,c proconsulaire, avec assistance de dtl-
gus deis a iires provinces, parmi lesquels No\aitus et un ailr'e
':qure rep|rsenlaient la Maurilanie siliieuiiiie. C'est dans
celle assemuillc que, sur la demand nime id primai de Nu-
midie, de quii relevait la Maiirilanic de S'lif, il fui dcild qiie
cettlle province serait dsormais spare de la Numidie et aun-
rait son prinial particulier ; mnesure c'oniiiande est-il dit,
par le grand loignement dles lieux.
Aprs le concile de 419, il nous faul franclir un space de
huit onl dix annes, pour relrouver noire vque de Slif,
dans la correspondence do Sainl-Auguslin aveec le come Da-
rius, ngocialenr de l'iimpilarice Placidie auprs di comile
d'Afrique Bonil'ace. Nous touchons la l'une des poques les
plus inltressanies et les moins comnprises de l'histoire d'A-
frique Cetl terre, qui iiouriissail Ilomine depuis cinq sicles,
\a liii tre enleve par lanbiiltion du chef mililaire qui avail
mission de la dlendre.
On croil g'iirial'iient sur la l i.i dte PrL oci.pe e d'un on










-- 12 -
dliix Lliroililqiiirs, lque 'est le con( le I olifle' lui-Lm ,me qui
a ilnrolduil Is Vandlales eon lAfriqlue. Idace colnemporain et
ipresque lmiloin oclaire n'asige pas de cause part llire
i leur Irnasmigrahliion. Le resie des clironiqueluis se lait pa-
reillemiienti i' ce poini saui Cassiodore, (lui assure fque la
lide \'vaildale fuil exc.lui de Espiagules par les Goilhs. Procope
lII-lIeIi(:I.L raipp)i llee Ili recil des V'andales, (iui les mnontre aux
iprisvs av\'c les (Gerniilns dans les dernieis lemris de loeur s-
.jinr On rli ique. Ainsi le I'il est de ceux donti il est permits
(1e dIIuer.
Le iniice lisiorile explique par ulne iiirigue d'Ace la prC-
clnduie iralhison du eionile d'Afrique. Tout en gardant avec
F:oiilace les dehors de iinilidi Acce ealit soni ennemi i poli-
li([ el( c her -lireic' il i a le perdre d;:n,, l'espril de ( la ciie. Il le
reprl senia coilni e un iambl)ili LI voullaint tiiilper Il'iulorili
souveraine en Alriqiue, et pii t i 'refluser de venir i lone i si
on I'y appel;>ai. Mais dhj il avaii Ifrvenn secretenienti l oni-
s'ee que l'imill ra lrice allait le ainnder dans le uitl de lui <'iler
la vie. L'iniiil r'arice el le conllc d'Alriqui e donnrentl i 'enivi
dans ce pige r'os (lssier. L'ordre de rappel fu' expldie; naluu-
rolleinenti Bci il'ace n'en lini ailuclun conil(te ; el, c -ir an nel paI s
pouvoir rsister seul au\ flor'ces du igouerimen, il requitil
I'assistance des pi inces vandals, le Aur promellant les deux
liners de l'AIrique., sous ia condition d'lire garanli par eux de
la Ipobsessio l du troisiIme liners. el ndani ce le)iii s-l;i ses
ais d'litalie, mieux avises et noe porianIn croirie a sion sur-
pationi, se reInilirien i Carlliwage pour s'assurer du l'i i, et I
ils prirent connaissance ce d la letre d'Ace. Toume l'iintigie
se irollva ainsi dvoile; niais on ne plll persuiader ax 'an-
dalea( de. relourner en E-paglne. Telle est l'anecdole, passa-
l'lemenl absulrde que Procorpe a e n le credit de fairie ad-
mielire dans l'liisloire, quoique pas un des I.lins ne dise lien
de semblable.
une lelle flmourberi.e s'accorde final avec ce qu'on sait du


r;; .;~irrrrrr~li~iFI~









- 15 -


grand carau tele(- d'Ac.e ; lmais, lle .'st biieIn diig(ne' d(es eM'I-
Inenis bas dolnl itisitoIieni a fait preuve dans se:s ' uilt~.
Ce n'est ),is ;'i Procolpe ui'il laut denimander aide pour l'ii-
telligence d( ce point historiqnue; c'est a Saini-A. gustin, do(n
la corre.spondance nous foiunit quelluels jalons pr(ciiie cl
lqui, par le eniioi gii;ie iirrcusable d'iiine IletIre l' Ioiar; luc
lui-imune nous initie cl:irement aiu caractre d(le co gnral
cL a n iobiilu dea sa conduit. Il liuii aussi se pnfi'rer du mi-
canismei de I'aiiniiistiation romaine i -l die l'O:l dtii Ipas o
Sue passent les neLt'ielonis.
Avant ti'eir rei'ltM des hatlies lontcions tdil coiiinll:ildeti'Lt
niilitaire ei Ariquel Donil'ace y avail servi loiigilempis commeic
siniple ollicier. Olyiiipiodore rappolit Alaulphi, n'ayalit pas ree'n le subside ou bll ql ui u i tlail piro-
mis par lci'eirenr Honorius, cssaya de sulrpredre Mar-
seille le fi repl' lliss liai le clbre LD niface. Si e'cSI le ii eiiic
pei soiinage, coeiiii il \ a iout lieu de le croii e, on peiit ad-
iiitlle r qu'il ail eavait l cliari c d condilire Marseille le convoi
poriant l'ainone d'Alfiquei, et alors ses services dans ce pays
I monileraient au moins i l'lan 413.
Il se lia avec Saint-Augustin pent-tire dans cell circons-
lance mme, car on a des raisons de croire qui'lippine > laiit
le principal port d'mbiarqueiiecnl dles grains d(e la Nunidie.
\ors i17, l'eviquie d'llip[)pine lui adi essay sur sa demiantle.
qiiuerlius explications concelrnai les dissidulices des donatisies
et les ariens avoc les coailoliqlUes. C'est dix ans api s qu'il
Ini ecri\il la lettre preslqulie tonte politique don't il a cie ques-
lion plus hli;it.
Pnlaiilnt la premiere piliode de sio sel vice en Airique, B1o-
ilil'ce n'tI(it qu'uni des letitec on quaratle ollicieis peposes
a la garde, de l 'rondiere de leri'e, depuis les Syries jusqi';i
l'extrnilt dtc la Mauriiit ie i c saieiinne. Il risidail ai 'Tulu'inc,
anijourdl'nTi 'To na en qIIalil 'e ,. 'vc/o.si/I.us limits libuiiie'ii -
.'., l',-. un c' llc'i








- I- -


Ipgni d'Alypiins, v v'qe eI Tlag asle lui port les consola-
lions d.ont il avail besoin aprs la mor 101le sa feinlmil et le
dtourna dc!iiirer (uis les ordires llonlstiquiles come il on
uiaiiirsilslait le d.sir.
ILa lrl'Oilieie Iibi iiit ne 11n facile mlil accessible, coluvrai til
Ir'riloire d'es jlrus li'tiles el dles miehiux cul ivs quI( i devait
luire li objet dle grande l enait Lii pour les tribits iu d'ser'l,
plus popuiler s5ille exposes
" (ec leiuilles privationls ilans les longuies s ciii esses;, dlau-
latll ills qiu'e lles 'vaieeilt p'as coiii e a iris-eil les 110-
nlmaei s ldul Clieilh-el-AraLb, la joulissancel .le la vaine p l'ti re
dJ nts ls halls ilieat.l Le cOiiiiilljiil leii ll <.le celle 'iroillier'
conssliluail dlonc un11 ll service' e assez-. iuiporlta il etl li libuil l o-
niflce s'en linirait :i son I eoiiiio r et loire. Il ealliiail les iar-
b riles, Ilaiill avi'e d gI'o5sse5 oloIIInes, et, dali Itoi le'S is occasions il laisail
preiuve.' l ilielligeil l e l'baictli\il el 1 e ljie2ira l i jie'pSonelle.
Il 'y a loiln i e la, n sans doillle, LIaux co litiii 1S de la grande
gilIerre. Ce I n'esl ]Oilni ilarci qu'on a Lat)l quelqulles bands
do niilunlaldeurs o f,ol''re dans leurs repairs de pauvres Ilon-
l'iliaards '1 tiine arnin s qu'on eslt aultoris i so croire les la-
lenilS l'll gI i nliall Malis ',Al'i .le fu souive t iiL lih:itr des
SulCc5 liuiles e< des ie llIllin s s lbon miarc ]qui 11'n1 pro-
duisaieni pas moins dlinsaluiables ambitions. lonitfare avait
lellOueni granl.li dails l'espril des ]popuilaions, que chlacun
l'ailppelil 1de ses 'voJux an couandtllaelli 'gnet ial de airme
d'Alli1iiel; alors, d.isail-on, loin d'avoir La iepoLussOer les incul'r-
siouns des noiladies t oun en lfera (ls iribuitaires de la rpu-
bliquile 'roninle. La suile ne jusiilia lpas ces brillames prvi-
sions. Bonij"ace elev aux llliu:Iuiis ne 'Il plus le mlllme
hioniine ; les vapeurs de l'org'ueil l de<2 Aillabition luii donn-
I'ent le V lige e il n lie t I Ilus 'ue1 des :lltes. Onui a peine
ollp leilicle (lque des Ilislorieils al i-ill cru poluvoir le ImeIl re' Oin
parallIle avec le giranlid A <2e, 1' : i- ij'lM eiii 1'Allil etl de ( ani
d'.ai lil tes Ialrb la 1 s.










1 -
A i us tr'ize ;ni ies de s-jour aii Espagne, de 109 ;i -i-2,
les V\'id:Wles plraissMieint vouloir se li%;er dans;l. ltiqel ,
lorsell I',empereeur Honoiis rusolut de les en chasser. Ulin
a;i'iile nonilbreus en parlic co npos05e, de Gollis, fui m ise 'i
cel ellet sons les ordres (de Castinl, maliire des niilices, it li-
nil':ire, qui avaitl (t rappel en ltlie, fui desiign ponr pL'n-
dre pliart i ellu e |i'e,(lilion.
uL);Ilns Ls ICwiis-li le service aiupi s dle l'enlperui etll il
fait pair une sin le de garides-di-corps. alppels domestic el
diviss un deux tronples, l'une i pied et I':;itre cheval. don't
heiiiac-l avait s'i lic'- e i no cIomlli. C'est soii le leii'e de Ic'Lile
des doniestiques quie Cas tin avaii coniil pree'deinieni nilie
cxp\ldi'iion contre les Franes. En -.-22 lorsif'il ftl l'hirge de
la guere d'Esp:Igne il venlil d',t'ire ClvI ai ig dui e i iii m'e
des iuilices, qui lui lnnait unil e uitorilt g.nr m;le sir l'Irnim'e
i iaiiilie (I ), ilmoins loulelois les domiiesiiiiques don't les 1 lies'
nu rme';leiiii que de l'elimpereiir. L'emniploi va:rainl dians (.ell
ugrde ar suiie de la proiioltion dCE. Cslii l'ul donn - lioni-
lfice, qui acquit par L;i lue certain iindrpenidaince, quique
sul)ordoinnle 'i Casliii pour l'expcdilio:i im'rjelude. Un second .l
tr s-richee inliaiagu qu'il fitl ili mille poqque di t coiilribineri
cii(core i re-lever s: position.
Anu i dire e 'Prosper, chro niqieur du einqllnieime siiecle, leo-
iliface ne. pounvanl se plier aux nianieces li:ul:iintes el inip-.
rienses de Caisin refusa dei le suivre en Espane. 'C'eltil un
act:l d'insubordinaion diflicile:eni pl:rdonii:ib!.e n,inie un
coiie des doinestiqiues. Idace, il est vr.ii, nUe li':il inui iiiinii
lde Uellc ci'olisi:nice ainais il as':c'om'le avec l'rois;i',r |P)i l
representer Olij'i'ace quill.illn brusquenientlle palais et courant
se iflgie.r .i Al'rique. Il es! : rrenn: irqnte!' q;e', vers le inenlie


i ) oiur L'I I'ie |iii cis, il fi:i. dire
  • lio011i|t a te .''l ''Ia i orJffjiliilH enint si' ir' <'! lUi 's Liotipes ja IlI :l.
    l.orsq'UIs ,I-li.rTl rillnis, le- cOiIin iiaid llan g'In'rilm 'renis:aIl le alieil t! e ina-
    qister, ou dur, utiriusque inaliti'e.









    - 16 -


    tenmplls, l'Empreur Honorius loigna sa sotiii' Placidie, qui
    s'tait lie avec Bonilace et qui en reutl des secours en ar-
    gent, dans sa dtresse miionenmani. 1On peiit supposed avec
    vraisemblance, vu la nature de la maladie qui emporta Hono-
    rius quelques mois aprs, qu'a;u moment du coup de tle de
    Bonilace un changement de rgne tait dj prvu, ce qui au-
    rait ailo'ris Pla'idie :' lii minoiirer la perspective des plus
    haules dignits de l'empire, dans le cas o elle arriverail
    elle-mme au pouvoir.
    Aprs la mort d'Honorius l'usurpateur Jean voulut se
    fairee connaitre dans les provinces afficaines, mais Bonilace,
    invest alors (I) par IPlacidie des lonctions de come d'A-
    frique, y maiiiint l'autorit lgitine servant ainsi la fois
    e es allctions et ses ambitie)ises.
    Les exigences de la politique ne permetlent pas toujours
    aux princes de suivre leurs sentimenis personnel. Placidie,
    revenue rgenie de l'Empire, avait i computer avec des hom-
    mes puissants, lels que Flix et Ace, qui connaissaient trop
    bien le caractre orgueilleux et violent de Boniface pour le
    seconder dans ses prientions. D)'ailleurs un grand change-
    ment s'tait l'ait en lui depuis son second marriage: l'aria-
    nisme tait entr dans sa maison avec sa nouvelle pouse (2),
    et, la suite de l'arianisme, le relchement des moeurs pouss
    jusqu'i' la dbauche. Une fervente catholique, come l'tait
    Placidic, pouvait-elle lui continue son estime et l'appeler
    dans ses conseils? Il fui donc rsolu que Boniface resterait en


    (11 Placidie tait Conslantinople au moment dc la mort d'Honorius,
    en aot 435. Boniface dut en recevoir sans dlai des instructions. Ainsi
    I'on pent raisonnablement faire commencer son coinniandement avec l'an-
    ne 421.
    (2; Des crivains modernes, pour expliquer l'alliance politique de Boni-
    face avec Gensric, ont Iait di cette femme une parents du roi des Van-
    dales, que le come remain aurait connue en Espagne. C'est une hypo-
    Ihi.se que les faits historiques ne justilient pas et que la laison repousse.
    L.a Plagie de Boniface doit avoir (t une grande dame romaine, poss-
    dant des terres en Afrique.









    1 -

    .Al'riiuii j1iis ti':'i li'expiri lion de ses trois :anneI s tl ctoiiiniiuJ
    deL'ICIllt (1).
    LIe ternie fau:l ;appioclianl, tr'-vra;isemnblablement iin 42;,
    Boniface fut dsignui pour un autre commandement pro\ini-
    cial (2). Il voyait ainsi le but de son ambition s'loigner, les
    esprances qu'il fondait sur l'amiti de Placidie s'vanouir; sa
    iI'te se nmonta, et pour la second fois il refusa l'obissance.
    On se Iromperait fort si l'on croyait qu'un comte d'Afriuilte
    exerait une autorit gnrale, el qu'il lui suflisait de ronipr
    avec home pour se trouver le maIire dans le pays de son
    comnmandement. Le trnc imperial n'lait pas assez stable
    pour dlguer de tels pouvoirs. A l'poque don't il s'agit,
    les carrires n'taient pas confondues come dans les temps
    anirieurs, et plus que jamais les fonctions taient revenues
    spciales. En Afrique, un proconsul gouvernait la province
    de Carulage ; c'tait la plus minente autorit provincial de
    l'empire. Venait ensuite le Vicaire d'Afrique, ayant sous ses
    ordreses ls gouverneurs des cinq autres provinces. Quant aux
    Ifonctions du comite d'Afrique, qui ne marchait qu'en troi-
    sime line dans l'ordre des dignits elles consistaient dans
    le commandment suprieur des troupes; en outre, il avait
    sous ses ordres les commandemnents particuliers de la frontire,
    mais seulement dans la parties central, ceux des ailes ayant

    (1) Les comiles d'Afrique iemnpla,.aient, come commanoants des iroi.
    pies, les anciens lgats proprteirs de Numidie,dont les Ionctions duraii-Ii
    trois aus.
    (2:; oniface mant come militaire et come des domestiques n'a\ait
    plus au-dessus de lui que la dignit de maitre des milices. Son mcon-
    tentement prouve que cette dignity ne lui fut Ias otferte. Cependant, ;ii
    dire de Saint-Augustin un autre emploi tait mis sa disposition et il
    l'aurait accept au lieu de tant se peoccuper de ce qu'on lui donnait on
    ne lui donnait pa:, s'il eit toujouis eu sis sentiments chrtiens d'autce-
    lois.... Nuquid corani Deo potcs icgare quod in islam incessitati m
    nonu pei cenisses, nisi bona saeculi hujus (dilexisses, quae, tanqiuarn ser-
    vus Dci quein te atile noceranus conltennere omnino et 1pro nihilo
    habere debuisti; et oblata quidem sumerc, tit eii uter(ris ad pietatem,
    lion autem nnegata t'cl dlecgata sic quaerere ut proper illa in istint
    ticessitatem perducercris .. Ailsi ce qu'on lui offiait ne peut ctre qu'un
    autre emploi de come militaire.









    18 -
    :i obir respeclivemnent deux aulres comllandails gi'raiIx,
    les ducs de Tripoli et de la Mauritanie csarienne. Les Iropi)es,
    rparties sur niie fronlire de trois cenis liees, qu'elles d-
    fendaientl i grand'peine contre les barbares n'alleignaient
    pas I'fl'eclif de 20,000 homes. On voil quelles excessive
    prcautions avaient t prises pour prvenir les velleilds lde
    rvolle de la pari des conimanda:nis miilitaire d'A.Irique.
    D'ailleurs la population d'origine italienne avait trop de liens
    avec la imre-palrie, et Irop hesoin de soi appui, pour entre-
    tenir des ides de separation.
    Ces circonstances, il est vrai, n'avaient pas empecli, quinze
    annes iiparavant, l'un des prdcesseurs de lRoiliacc. le
    comie Hfriclien d'embairqluer irois ou quatre iiille homes
    et de se jeler avec eux sur l'Italic pour y tener iine rvolu-
    lion ; mais batin et oblig de revenir en, Afriqiue, il y avaii
    Irouv iniiiiL.li:i liiient il i ii or ignmi iiiieiise et le co ite
    arcilei a lvaii p)i voir sa i l' e i porles de Carhl lge.
    Tout porte .i croire que l:i pense doniiiianile de Pionifa!e,
    ldans ce moimient critique, fuii (l de repousser, sans se proccuper
    des consquiences la iiiesnre qu'il prenait pour iin affront.
    Les caracltres de celle irempe ne complent pas beaucoup
    avec I'avenir. Peul-dire d'ailleirs, esprait-il que le temps
    aminerail quelque revir ementi favoralile, ou se proilmelait-il
    de recomimencer, au besoin, la leniialive d'Hraclien. Mais si
    I'on reconiait I'iimpossibilit d'l~blir une tyrannic dans les
    provinces afiicaines, il est bien dillicile d'admeiite que Boni-
    I'fe ail song l'essayer dans iine parties seulementl de ces
    provinces, en doiiiian le reste aux Vandales. C'efit l s'af-
    faiblir de routes manires, car il n'y avait pas . computer sur
    la foi de ces barbares.
    L'anne 427 arrive, Bonilfce persistanit : rester en Afrique,
    n'lait plus qu'un criminal d'l-:Iat. La guerre flii imnidiale-
    mient ouverte centre lui sous la direction (le Flix nimitre









    - Ii -


    l .. itlili'eS I 1) llle crnillliei ha llell t SCIelleii l '1 [Ot lifiice
    all;il Ci're enveloppe, loisque la ralhison d'un chef dIlour ia le
    tdal er qui miena:aitl sa Ile e l change le su'ces en revers.
    Des renifo'rs 'tl Cllut delmands, hde j:olit cl d' utili e, aux I.arblares
    qui occupaiell le lilloral (de l'Espagne ei de la Gaule, el,
    commie ceS ialions i'avli(,il ls dle ll alrilne d(es VaiSSe';IUX
    do ltransportl le llleni t envoys par le s I elligi'nis. :1 ceill
    poque les princes oilhs recolnnalissaienilt l'opporlituni de
    souvenir l'emuiire. Une troupe d'iuxiliires de cette llation,
    .sous les 'rdres dlu coinlle Sigisvult cliiarg de toI.inuer la
    gulerre, deIarqun dans le port de Carliage, place reste aun
    pouivoir d li go1veienllienl.
    loiface li'1e son ct, et sn lc, u ir ell'iiienlti re'C ls aux Vanl-
    dails les plus pioches voisins de l'Afrilqlne el les ennein li
    pei rel' ri ls die .l (l'e pi'e romaini Saint-Aii,'u-.tiii nous le re-
    lprsell:e eniOUl're d':l'ie11 soldlies]que iionb01ie)se1 e(t llieanlillS
    laissaiii les l)airl;iarcs d'Al liq e porler libl)rc leint le pilla;gc tl
    lan div Si a ion sur le Icrri irOe dles plroviilces. 1 Quand cnine,
    s'crie le grand evtquie dans sa proptielique indignation,
    IOus tes lio es le resier aient lideles, qgiand minnie lu A'uni-
    rais craindre la Irahison d'aiictin d'enire eux ; ne vois-Iii
    pas les crimes qu'il le faift'a lolirer pour salislaire leur cu-
    pidil et leur violence, et dj le pa s tellemient ranvug auo iur
    de loi, qu'il CI'y itsle pas la plus pelilu chose prendre? ,
    Cernes, si la Iorde vandale hostile connue elle l'lait an na-
    iliolicisine et en alors le pied en Afrique, Sainl-A:igusi n se
    serait auiemeiutil proccupie des illtre religieux.
    Vru'iscmil.l.alliem nil Bonifaci', s't-lIlit unlieillu :,ive' Ge.is lric
    pour prendre a sa solde quelques-uns deus Golis qui faiisalenil
    parie dede l'arme roiamine dans la champagne de -i2, eni Es-

    (1 Les coinies rnilitaire.s c'l:ist sols le,, ordrl' s directs lu iniilre di s
    rnilices, c'est na rtpiNleninent h FI'Ili' qui'icoiiailt IL' soin des. inIl.sureS dti
    r,-prssion contre Bonilface. Pour :eritaimns ahfi.'ilis piar ex-,iiiile Le Nain
    dJe Till-.niont ctie i neri'venliuon de F;.li\ |l.ou\, l iu'l ('juit le clitf des
    ennemis du come d'Afriquc. Quell,' ui\ !!












    ipagne, et qui pass'renit au\ Vandales pendant lu malheireuse
    bataille livre par Castiii. Celle supposition esi autorise par
    iin passage de l'ossidiiis relatif au sige dl'Hiippe., passage
    dans lequel il parole de Ioifilace, comnue d'un ancien alli des
    oolihs (I). Une pareille composition de son arme devait lui
    parailre propre i fire natre la dsertion parmi les Goih, de
    Sigisvuli. Elle avait aussi ses avantages pour Gensi ic, qu'elle
    dbarrassait d'auxiliaires dangereux s'il restait en Blique,
    touti en lui donnant, de l'atitre cit du dtroit, (les gens loutl
    prits fire dfection aux Romains, dans le cas oi il se dci-
    derait i; le lranchir avec sa nation.
    I.'Afrique ne poiiaitl anquer d'tre un point de mire ponit
    ceux de ces essainms de barbares accourus la cure de l'em-
    pire d'Occident, qui parvenaient jusqu'au littoral de la Mdi-
    lerirane. Ce n'tait pas seulement de riches provinces piller,
    mais une terre de repos, protge par la mer contre les bands
    (lui venaient derrire eux. Dj les Goths avaient tent le
    passage par la Sicile, sous Alaric, et par le dtroit d'Espagne,
    sons Vallia. La mme ncessit entrainait les Vandales de
    (Geisric ; je l'ai dji l'ai remarquer, c'est sous la pression
    des Gotlis qu'ils se rsolurent quilter l'Esipagne. Gensric
    saisit donc avec einpressement l'occasion qui se prsentait de
    miettre le pied en Afrique, au moyen de ses auxiliaires de race

    (1) Voici ce passage important, aprs celui qui cojaerne l'entre des
    " Vanil;les; on \oit qi'ils avaient des Gotls parmi eux, et qu'il y en a\ait eu
    aussi dans l'armi'e de Boifiace :.... divina voluntale et polestate provenit
    ut manus ingens, diversis telis armada et bellis e.rercilala immanium
    hoslium 'Vandalorum et Alanorum, commil.ram secum habent Gollho-
    rum gentem aliarumque diversarum genlium personas ex. Hispanliac
    partibus transmarinis navibus Africae inllu.rissel et irruissel universe
    que per loca Mauritaniarum eliam ad alias nostras transiens provin-
    cias et regions omni saeviens crudelitale et alrocilale, cuncla quae
    poluil expolialione caedibus diversisque formenlis, incendiis, aliisque
    innumerabilibus infandii malis depopulala est nulli sexui nulli pa-
    riens aetali, nec ipsis Dei saccrdolibus rel minisiris, nec ipsis ecclesia-
    rum ornamentis, seu instrumentis, vel aedificiis.....................
    .... accrecitque moeroribus et lamenlalionibus ejus saiiiic Augustmii)
    ul eliam adhuc eo in suo saltu consislente ad eam(rd>ni Flipponensium
    /tegiortoi ri'ilalenm ab ii.idem hoslibus <,pniretur obsidendam. Quonainri


    -- 20 --










    - 21


    Goteli (I). Dir.- qu'il feignil IuI traii de partage avec lioni-
    face alin d'exciler le gouvernement imperial conire lui, et
    d'encourager les Vandales par l'espoir d'une invasion sans
    prils, c e serait que meulre en action le caractre de ce
    prince, don't la politique asitciense nous est peinti en ces
    terms par Jornands :
    ..... ad sollicitandas genes providenlissinmus, sem ia conten-
    tionum jacere odia misccre paratus.
    Tout en poursuivant la guertre, le government imperial
    ne ngligeait pas la voie des ngociations. Saint-Augustin tait
    un mdiateur indiqu par sa haute influence dans l'glise et
    son ancienne liaison avec lioniface. Aussi le come Sigisvull,
    ds son arrive Cartiage, lui dpclia-t-il cet **ffet iun
    vque arien, venu la suite des troupes gothes (2).
    Un autre personnage, le come Darius, fut charge d'une
    mission tonte conciliairice (5). 11 se fit mettre en rapport avec
    Saint-Augustin par Urbanus, vque de Sicca, qu'il avait vi
    dans la province proconsulaire, et par Novatus qu'il trouva
    dans son diocse de Stif. La correspondence de Darius avec
    Saint-Augustin nous fait connatre qu'il y avait alors armistice
    el probability d'un arrangement dfinitif. Le fils de Darius, un
    jeune home du nom de Vrimodus (4), qui se trouvait ce


    in ijus tune dcft nsiton erat constiiuls cones quidam Bonifaciuis cum
    Gollhoruni quondan [oedecralxts. cxercili .... Vta sancti Augustini.
    (11 II ne faut pas s'etonner de voir les Golis tantlt pour. lantt contre
    les Vandales Si la politique des princes Goths les portait ver. l'enl.pire,
    c'.tait conliiairmnient au\ s)iimpiatli ies de leur nation.
    :2 Cet 'que forc d'erntrer en controeise publique avec Saint-An-
    gnstin, sur les natibres de religion delara ainsi, devant l'assenmblh'e, le
    Mritable but d' son voyage : Ego non ob islamn causs.in int hanc civila-
    Ifti advlni, ul allercalionein propornnit cunm rcligione tia sed mllissus
    a comile Segis'ullo cotileniplalioni pacis ad'en i.
    (3) Celle mission de Darius semble tellement fai e double emploi avec
    celle de Si.is\ ilt, qu'on est tent de prendre ces deux comes pour une
    seule et miiie personnel. Le Nain et d'autres croient que Sigiiviiul tait
    Coli, mais cctte Ilypotllhse ne repose sur aucun fondlement sriei\.
    (i L'auteur d'une histoi e des 'Vandaes faisant un amalganme de Pro-
    cope a\ce Saint-Auguislin transfuiii e ce VN rimodius, ils ide Darius, ei
    <'fiicier V'anlale,. C'..:,t tlaluire un peu liliremn te l.









    22 -1
    'ilnil patail, ntre: les plains de I[onil'ace avaiti (t'i rendu ;'
    soa pre. ('elait unile preI'uve d'itenli,ion .pacilique et Sainl-
    Augusiii insisted bIeaucoup snr celtte ci'rconist:lance; miais lu ei-
    nire il nte fait pas la pnls pelite allusion aux V'andales non
    pils lque D rins.
    Ainsi, c'est un fait labli sur les indices les mOi.s dontintsx,
    an i ii liIii:llt oit Bonilae:, appnuy de forces ionsitliraIles,
    IdI niiiit les mains a iitne solution piaciliuii e, qui paraissail assii-
    rec, les V\':id.lales n'avaient pas encore mnis le pied sur le ter-
    riliri c Je.' prIovinces africaines.
    A parlir de ce moientl-la un nuage' couvre la march des
    I' iiiu.iiiie iils ; la luiiii e de Sainil-A:\ giiusiin nous fail dfaut,
    Vi nous solinnles reJuils ce renseignementll l et l>vrocope que
    ltniface it.p,'ial.l lira lbatille aux V'andales lut a-fincu et
    oblig dle se: tniil'tfermert d ans Ilippine.
    Si'il est au tioiild' iln pays l'ail pour la gl lrre'' dfle sive,
    .'est Ihien I'AI'rique septenmrionale. La m-arclie des \'andals
    le'lpnis le d!eroit jusiu'a Hipplne sur un parcours le 500
    liciu's cil lignue tlroite et de 5)00 lieues par les conIours du
    liioi'al qu'ils on it l iet-ire suivis afin de rester en comniill-
    ni.:;tlion avec les navires charges de vivres, est une des op)e-
    rations les plus dililicile.s qui se puissent coneevoir, pour iine
    'oline pareille, en presence d'une ai ne ennemie. Bonilfae,
    il'ayaint pas s loes forces sui.rieures, devail tviier de liver ba-
    Itiille. Lit Ihart.claint le 1ha .e de l'eieii mti i, cii le Iprven'iaiit aux
    l'ositions formiidabl.us qui -e pr.senteint iLt claqmue pas, il etm-
    *eb'ailt sa imar ;:cih et n'avait qiu' laisser agir la maladie et la
    !f'iit. La position qu'il occupait auec son armiue lui permetlail
    le .,i\ r'. i-ii: '.iateient ee p.; *-le canip:igue. Et llfu, l, dans
    celle pi-.as.e de la guelve chile, lout lui laisait une loi de se
    lenir dans la region occ'identale des pro.iec:'us. Il obligeait
    ainsi les 'orces inmpriales a l'aire de tongues marches pour
    venir ;'i lui; etn ti imel tlemps il lail en coiiiuiunicatioli avec le
    l>oint de d(il.arqt'ntm l











    loute tntatlive du goi verineCtent I de la 3Mauritanie csarie[lnne
    pour les arrter. Nous avons vu d'ailleurs le come Darius
    passer par Stif, et l'on ne comprend pas pourquoi il aurait
    pris cttlle direction, si ce n'est pour s'aboucher avec Boniface.
    Le gnral remain ne fit donc pa ppreuve, dans celte circons-
    tance, de grands talents militaires. La trahison se iit pro-
    bablenient parmi ses troupes : ce -erail la seule excuse de
    SoiI iiinsil ce s.
    Le voil dans Hilppie en presence de Saiit-Aiugustin qui
    lui avait donn de si bons conseils, si peu couts, de Saint-
    Augustin succombant sous le poids de l'afliction autllant que
    de la maladie. Que ne nous est-il donn de savoir ce qui se
    pass alors en 'e ces deux homes, plonges dans une douleur
    gale peut-itre, mais don't l'un avait ioute la responsabilit
    de ce grand dsastre Du moins avons-nous, dans leur en-
    trevime dernire, une garantie de plus de l'exactitude des faits
    et des apprciations que nous iont fournis les uvres de Saint-
    Auglistin.
    liilppCne, compl tement invest par les Vandales, en juin
    430 (1), eut soutenir un sige de quatorze mois, aprs les-
    quels le manque de vivres forca les assigeants a se retire.
    Boniface put alors rejoindre les troupes envoyes d'Italie et
    d'Orieni, et il subit avec elles une nouvelle dfaite.
    C.'est seulement en .152 liue le malheureureux omtiie arrival
    enfin ce but qui lui avait dj jcot si cher et qu'il ne tairda
    pas a payer d- sa \ie. L'Imp1rairice, jugeant qu'il avait assez
    expi ses fautes et reveinant sun ancienne pi dilectiou, l'ap-


    (1) Je me suis ilistl nu de 'Irecis'i r la date de l'nritrle des Vandi les i e
    Afrique. Prosler, Cassiodore et Joriiandis, assignment i ce faith l'aniie 4i 7;
    la chronique d'Alexandi ie, l'uanne 18.; ldace enfin, le mois .l man-i -'28 ou
    429, selon la manire d'interlpriter le I -tML' de ce chlroniqueul r Le Nnin a
    trs-bien dmontr quie l'anne -27 est indiunssible ; il reste done st:
    dciler entre -28 et 421), mais il .y a :uiil Ia.ire pi.'alablement un ii.av:il
    criliiue sur ces diverse sources. Peiit- ti leurs diveic gncIs lienmlent-
    elles ce que plusieurs ont confondu le dlharquenimen des .olhs auxi-
    liaires lde loinifaie, j\ec celui de la inase %andale.


    -- 2-











    litpla atux fontcions de maitre des milices en replacement
    d'Aee, qui passait au consulate. Il parait que l'norme credit
    'Aece portait ombrage 'i Placidic et qu'elle cherchait i lui
    donner un contrepoids dans la personnel de Boniface. Elle
    uii l'imprudence de les trop mettre en opposition, et ils ne
    tardrent pas en venir aux mains (1). Boniface recut une
    blessure don't il mourut peu de temps aprs, ce recommandant
    'i sa Plagie de ne jamais se remarier qu'avec Ace. N'tait-
    ce pas reconnaitre ai moment supreme la laoyaul de son
    adversaire ?
    L'empire n'tait plus en tat de lutter contre les Vandales.
    Un trait de paix conclu Ilippne le 11 fvrier 4355, lenu
    assura la possession d'une partic de l'Afrique. Les historians
    ne spcifient pas l'emplacement du territoire concd, mais il
    semmble facile de le dterminer approximativement.
    Les Romains gardaient Carthage et, ncessairement la r-
    gion environnante; niais Gensric tait irop habile pour ne
    pas apercevoir que la possession de cette capital tait indis-
    pensable sa sret et au dveloppement de sa puissance. Il
    n'allendail qu'une occasion favorable pour s'en saisit'. Par-
    \enu jusqu'en Numidie, il se serait bien gard de revenir sur
    ses pas de se confiner dans les Maurilanies situes au bout
    lin monde alors connu. C'tait pour lui, d'ailleurs, une nces-
    sit absolue, dans les premiers temps, que de tenir ses forces
    concentres. Ainsi l'tablissement provisoire des Vandales ne
    pouvait tre ailleurs que dans la Nuinidie, principalement sur
    la limited de la province consulaire. On va voir qu'ils n'avaient


    (1) Un historien moderne, M. de Pligny, a cru qu'il s'agissait d'une
    guerre, et son imagination a sulppli la trop grande concision des chlro-
    niques, en faisant mane.urer ldes armiecs de remains et de haiharo's.
    C''esi un I.rncdl qui dilvrait, dans lous les cae tcre l.isls au rnman. Mais
    ici, en examinant les textes a\ec la simple Inmiire du lion sens, on ne
    ,loin pas trouver autre chose qu'un duel. Le mrot mime e dc lcllum qui
    'xisit dans une des chroniqucs, et qui parait a\oir tramip cet crivain, est
    ciii|lloN dans le sens dei coni.it singiitlier par les amiiours ili Iitas-l-ni-
    lirs. I l.'.r c i d,- ti-rcilliniii


    9- 24











    alors aucune action sur le terriltire de Slif, quoique, lu)po-
    graplhiquemnii parlant, ce p:ims fu i ine ddpendance naltrelle
    de la Numidie.
    Gensric avail ti fonder nn grand tal :in milieu de popum-
    lations hostiles -i sa nationalist el u sa rcligioni Le nicontlen-
    lenient rgnait mme parmi les siens. Celle sitnation pleine
    de dilliculls le dtermina, bien plus que l'esprit de secle,
    briser toute opposition religieuse. En 437, il somma les v.-
    q ies calholiques de se converlir i; l'arianisme; les rcalcilran:s
    l'rent privs de leurs lenmples et mme chassis de leurs m-
    tropoles. Ces rigueurs ne s'adoucirent qu'aprs dix-sept ans,
    lorsque le pouvoir de Genisric fut solidement tabli. La mort
    tranquille de Novains, el le monument qui lui fut lev, prou-
    vent donic que ce pouvoir n'alteignait pas alors la Maurilanic
    sitilienne (I). L'inscription du martyr Laiienliiis permit d'-
    tendre celle consequence au moins jusqui'i, l'anne 452.
    C'est en 439 que Gensric parvint ua s'emparer de Cariliage
    par surprise : d(s-lors les provinces orientales tombrent dans
    ses mains, el Valenlinien iui ien fil l'abandon dliitif par a le
    trait de 44-3, ne se rservant que les M;>uritanies avec la
    parties occidental de la Nuniidie.
    Mais aprs 455, quand Gensric cut pris lHome et alli sa
    famille avec celle des empereurs, l'Afi ique ne connut plus
    d'autre matre que le roi des Vandales.

    LE G,NEInAL CIEUI.V.





    (I) La clironiiiue de Prosl'ei ihlitiec par le P. ILalhe, en pailant des
    ( ntins perscutls en 157, cite, come Tles plus connrus, t'ossidiis, Nova-
    liis et Severianus ; in ais .Ci li'ms n11 sii L nII I ll'in, n ith pal r les autres
    dlitours. J'ignoic s'ils ii'iiuriniint tpas 'i intuoduits pa;r le P'. Labbe; dains
    onis les cas, r'ette m ntiniiii de Novatus ie peiit jrir%:\loir centre Eon <'lpi-
    t 'l.l, .


    L)















    MMOIRE


    uISTORIQUE ET ARCHUOLOGIQUE

    SUR

    Tbessa (Thevesle) et ses environs.





    Noire b)iil, en crivant ces quelques lignes, e t d'apporter
    nie pierre a l'eliice liisoriquedede notre Colonie afri,':iiie, i
    la reconsi'truction duquel plusieurs savants contelmporains Ira-
    vaillent avec lant d'art, de laleent et de persvrance. Il nous
    s.enlIble, ei ellel, du devoir d(e louti oIficier de I'arniei d'Airi-
    que de contiibuer, dans sa ,sphiler, i celle :euvre si eiiiiieii-
    mient uile et iltr'ssat;llle.
    Nous coni meneons par dcllrei que la parlie historique du
    present niimoie L ne sera qu'aiiuiche ; le lemps et les doei-
    ilneils n'cessaires nous I liuaiin enti pour ent.reprendre ce travail
    lillicile, et mi nene, les aiirious-nio is noilce disposi ion, nouii
    ii, nous eu :Ibsticiilrions pas moins, la itche elant au dessnii
    d(i nos forces. Nous serons galemCentI Il(.s-r''ser vs dans ce
    (lle nous dirons sur les mnor.iiments pigraplhiques don't nous
    avinis prs copie, la pluparn dlu temps nous inous conlenterons
    de les Iraniscrire, en maurqunant simplemenil, pour en laciliter
    I'ecxplicalioii par !es ho immes conmpltients, les diverse parliii-
    lariits qui les dislinguent, tells que lihauteur el 'ormes des
    lI l'c.' d, dimienisions et iiqualils de la p>ierreI' eC, el c.










    .27 -

    l'Ins qule personnel, nous somlles ii s( u "'1 aUnivre les con-
    seils de M.. le G'nral Creuly a ,x ainalenir d'lpig'raplhie liii
    sont en Alpgrie, lorsqu'il les averlitl i d (angi' qu'ils coienil
    S' se lancer tdais les 'sentiers s..-Ib'rex dle inilerpr'iatlion,
    eux qui In'on ni le temlps ni les IIni iS i nIeSSaI'res pour
    Sap:prenidre Ce dillcile exercise. i.
    En revanche, nous inous tirendclns, atilanit iii possible, sur
    la piarie descciilli v\e et i:iiipiral;i\i- ; inous lferons un expose
    diliill de ious les iill'ricinx que nious iavons recueillis jus-
    q(u':' ce jour et que nous c'ronOis nriter I'atlleiion des histo-
    riens et des airclologi es, en y :;jolllanl dess renseigneinc its
    de tones sorles quii peuvent iiiiersser l la gograp)liec, Ia sla-
    lisliqne et l:i colonisailion du i pays.
    Tlbiessa (Tlheveste, al. Thebesle, Colonia), est situe .i 550
    30' de latiiinle Nord et 5 i -ly de louilinide Est (I), s 2 1- IKilo-
    mitres environ de Constantine et O0 kiloniires (de lne, an
    pied des ilerniers iainmelons dit Djc el O:mour (, 0, *}, con-


    Ireort ln Dj lel Doilkliane (, ) qlii luii-mi ii est ine
    des nonlinroiises ramilicatlions de la grande chlaine de l'Auress.
    Nous in'eniltrero ii dans a linilie discussion sur le noim acintel
    de T'e bessa quii est, sans contriedil, la corrpiiion i du miioi de
    ThewrI'slic on TIbue'sle, coninii on le trouve orlthogrlaplhie dans
    certaines copies des anciens ilinraires.
    L.a frontire de Tunis a son point le plus rapprochl.. est de
    18 i 50 kiloimires environ.

    (I1 Nous somni es loin dt' g:irantir I'.exnctitude nmallitiinialiqiit le ~cs
    cliill'i s, ni celle des instrumieils qui inon i foi se i i i les titablir. Sans
    ilouel nos r'suiltals suiii'oiil iin ce inodilicnlion notanlle lorsque par 11ne
    d telriiiinilion E\.\\ r. Jdn [point o(il le iitiiijlini de Pniris vii il i'oii er
    rioli continent di'iiritcin, il sr';i possible de rilliat er le ennrl\is g.od' -
    si(|ii de ee |I; s d'in.1 t I iire i ttr ie l 1 Il'lnAiin e lu a ii de lta il'u -,;le tried.
    Ce Irn\n~il, qiii inol; ilniail ilde ln pilus hlmaue inlli|poil3'u sC' it In coniti-
    nuatiun de c.,ini qui' D lanilire .Mi-chaii iliot et A.\ra o, ont fait p[io r la
    Fi:a ce i 1 a lii ii si-'lc' ,le'i i d n'r et au oiilini'iicn'iiiemtl le celui-ci Nous
    I' igi-iinlons ii l':tilemnt : n dJ.s savi nts, et nons fai-ons des 'vo.'-n pour qlle
    l'.Ac;h"liiiinnc di. S i'ten'es le l.iCse eniiiII'reni re Im 1 ii un de ses mnlc u res.











    La villi: moderne arabe o(C inp l'eIn[I.i' emeinit I;ine d'lllne
    :inletlllie l 7atiii e nslnrile sir les rmins ii de la cil roiiaine,
    ci ses. i' rmparis levs, en bon ;ttt de conservation, lanquis
    dle tours. unl d. pendant dtes sicles, garantir ses habitants
    conii lies incurisionis nomibrei se. des Iribns iostiles environ-
    II;.'llr?...
    LD irois cls elle est enlolire de jardins mingnifiques reni-
    plibs d';ii s re rl 'iirs iti tis lote s s t'ices, qui, de loin, lii doinnent
    l'asl,,'c( d'une 'rilalle oasis. l.os nionlagnies em iroioinnantes
    soni boises, pour la plupail, jus(qii'; leur soniniel, et les ac-
    cidents de terrain, lels que rockers, ra ;ins, cascades, qui se
    suiccdent sans intiirr'ptiou, pulri ainsi dire, donnent au pa.s
    l'aipect le plus pilloresque. l.es principaux sites que nous
    croyons devoir signaler i; l'aileiition des louirisles son : les
    dlils de lialloila, les vins avi An-Lanibna ci de I'l'ina;, les
    gorges de 'Troukla et de Beicaria, eniin, le ravin et les grouies
    de Occons. Nous serons, salin d cripiion somniire (le quelteile-s-uns d'entre eux, dans la suile
    dle ce mimoire.
    Les enirons de Tbessa soni( littralement jonchs deruines
    maine don't le s do s dalent de l'poque romaine propre-
    iment dile, les anires, en pAlii< petite quantil, de l'occnpation
    Iyzanline. La ville elle-mme renfernie les restes (le monu-
    mients magnifiques qui font I'admiralion des voyageurset don't
    l'uide est du plus lia;nt inilrl pour l'ollicier ou l'employ
    Jilpel par son service s, stjournier dais ses nimus.
    I'origine de Thveste est romaine, sans contredit. Ni Sal-
    iiste dans sa guerre de Jniigrtha, ni Tacile faisant dans ses
    innales le rcit, si palpilant d'inlrtl de la rvolte de Tacfa-
    tinas, ne font mention de cette ville, et cependant, ses envi-
    riins ouit e, au moins en parties, tmoins de ces guerres
    muimorables (1). Nous avons souis s ls yeux une brochure (le

    , J,.1;0 lha l all. l.- htill.I .Ih g. I. Vil), .-pi s la d1 'faite ,.lu NM lllh se.











    M. Leironte str l';irc de iriomplie e les aulres iiilit.iiles dle
    Thvesic; voici ce que dit ce savant sur son origine : Ite-
    marquant que ni Strabon ni Pline n'en ont l'ail iiieiiiion, et
    qu'on voit paraitre pour la premiire l'ois son nomi dans la go-
    graphie de Ptolnie, puis avec le litre de Colonia, dans l'i-i-
    nraire d'Antonin, j'ai cru pouvoir en conclure que, si l'la-
    blisseneint remain existait ldja lorsque Pline rdigeait son
    livre, il devait cre peu considerable et qu'il ne pi il d'accrois-
    sement qu'aprs \espasien e Ti lus. Ce sont lii, sans doute,
    de simple imiductions historiques, qui ont besini d'eire con-
    irime l epar les inscriptions qu'on pourra decouvrir plus
    tard, i la suile d'une exploration coniplte de Thiveste;
    cependant il tait bon de lus signaler d'avance l'attenlion
    des exploraleurs.
    Cette exploration a eu lieu depuis et a coniiirin les conjec-
    tures, Irs-probables ldu reste, (le M. l.etrniiii'. Les qualre
    inscriptions les plus anciennes, trouves jus(lu'i ce jou'r T-
    bessa, dalent, en effel, du rgne de Vespasien. Ce sont des
    ddicaces de monuments levs en l'honneur de: ce prince et
    de son fils Titus.
    Nous n'en citerons qu'une seule, remarquablec surtoui parce
    qu'on peut en dierminer la date d'une iii.ciire certain,
    c'est celle qui figure sous le n11 3708 dans l'ouvirae de M. Re-
    nier intitul : Recueil des inscriptions romaines de l'Algrie :


    retire pour rorganicr son ar'ue dans des htiui i coi 'rts et fortifis
    par la nature; il est prouv, peu prs que ces lioux devaient se Iroui-
    ver entire lhevsi e et Maconmatia, sans double les niiiolagnes simssi entre
    An-Btida et le Djebel-Gielb Nous avons visit ces lieux inimarquables
    par luci aspl.'ct abrupt et savage, et ils nous ont ipiiiii on ne plus
    propres stuSvir de retraite une ariime battue force de se l etirer de-
    vant un enninimi victori tu\.
    Quant Tl' fariinas, le th'tre diJ la guerre que rome eut soutenir
    contre ce che'de bande, de'vait se tiouver entire les mnonts .uress et In
    petite Syrie (Direai dJe la Malle, Manuel algrien, pnae 18fi. L'xanmen
    de la caite suffit pour montrer que les environs de Trtl,ss font pni liic lu
    icrritoire compris Jdas cette dlinition.


    2- 11) -









    - 50 -


    .... NO AUG .....
    .... PP COSU ....
    .... AUG ........


    La deuxime ligne de ceite inscripltiii a donni i, M. ltenier
    le mn yen de la restimier en son .iilier ; il l'intirprie d(i la
    ninire suivanle :

    Imperalori Cae.sri f.~jn.iaiio .-Al .st, poniifici Mna.rXito,
    ribuiniiciact polce.sIlisi I imipeil/Ctor'i i, palri fpalriae, consili V,
    dt'si natlo 17, Ti7 Caoirari i'esIpa.iniio .uqi.~i i filio, poii tiici.
    tribunit iiac polcstlalis .. Celle i' nscriptic' se iilptiiorie atn cin-
    quiiene consulate de Vespasien, c'est dire: l'ianne 7- de
    noire re.

    Elle a die deconverle prs de l'eniree di Fornin, el c'esL
    peit-eire l'a ddicac:e ii.ine de et citablisseicenl. Or, d'apres
    ce que nous connaiss'nlis de la vie puiliquie des Ionsaiins de
    l'p'ioque impiriale, le Fornni et le Cirque iu i d, hnit d'abord,
    cire consiruils dans une ville nai;i sa tle et lenii a'lh venleiii
    i'est sans dole poistrieur que de cinq i six aiis loin au plus,
    'i la foundation inine de la colouie. D'lpres ces cosidrations,
    nous sommnies conduils, pour la date de la foundation de Thi-
    veste, l'an '71 ou 7,2 aprs J.-C.
    Nos conjectures deviennueut ipresque (le la certilade, quand
    on se report, par la pense, cette poque de l'histoire ; en
    elfet, que se passe-t-il dans I'Eipiri'e remain en l'an 71 ?
    La guerre terrible de Jude est termine, les Bataves sont
    soumis, le colosse roman, affaibli un insl;IIa, co] inmence res-
    pirer de nouveau sous la main fernie et habile dle Vespasien ;
    le gnie organisaleuir de ce prince consoit et excute les en-
    Ireprises les plus vastes : il modifie le Capitole, construit
    le Colise ri le Temple de la Paix, amliore les finances aux









    - 51 -


    abois, riablit la discipline parmi les legions, dgrade les s-
    nateurs et les chevaliers indignes, dlivre par l'exil oiome et
    l'Italie des factiemx, des mcontents, des brouillons de routes
    sores. Il n'est pas possible que ce prince pour complter son
    ouvre de r'gn'raion, n'ait pas dcrte la creation de noni-
    breuises colonies. Nous savons, d'ailleurs, que Vespasien pous-
    sait parfois l'conomie jusqu'i l'avarice. La concession de
    territoires lail pour lui un moyen de rcompenser, sans bourse
    dlier, le dvoueimenii des troupes qui l'avaient salu empe-
    reur. Qu'on nous pardonne cette digression, dj trop longue
    sans double; mais nous nous sommes arrts i dessein devant
    cette figure l'expression antique, nu front svre, laille,
    pour ainsi dire, dans le bronze et le granite. Un seul mol peini
    ce granl hoimme en entier, ce mot nous l'avons traduit autie-
    fois, lorsque nous tions encore sur les han:s di college, et
    il est rest grav dans noire nm nioire avec un seniimient l'ad-
    miration profo>ilu : i Un empereur doil mo rir debnul, ,
    s'crie-i-il en se levant, lorsqu'il sent approcher sa dernire
    here. Qiiel home ! Quelle nergie !!
    levenons noire sujel.
    Les comniencemenis de la nouvelle ville oni d ire mio-
    desies ; loule'ois, elle commence ii prendre une certain im-
    portance, sous le rgni de dTrajan.
    La preuve de ce que nous avancons nous est fournie par
    une pierre milliaire que, dans une de nos nomlreuses excur-
    sions, nous avons dcouverte hmil lieuies de Tbe,,sa, daiu
    le lhirel lc Arnib planee des livres), sur la role de Titveste
    Gal'sa il'ancienei Capsa). Celle pierre prove que sous l'em-
    pereur Trajan il exisiail un commeiicement de voie dli com-
    mi nicalion entire ces deux villes ; elle porte l'inscripion sui-
    vanie :












    IMP. CAESAR
    DIVI NERVAE FIL
    NERVA TRAIA
    NUS AVG GER
    ...... MANICVS......
    .. XIMVS TRIB
    ....... III CO SI I ......
    ....... ATR .......




    liperalor Cacsar Div'i Nerro filins, Nerra Trajanus Augus-
    ius Germian iciis Ma.rimus, tribuniciae polesialis III, consul itl,
    paler palriac...

    Au moyen de la septime ligne, les savants pourront dter-
    miner, nous cln somnlIes cerlains, la dlate precise de 'l'reictio
    dle celle pierre et, par suite, celle de l'excution de la rouie
    prcilee. Conimment cependaniii expliquer l'existence sons
    'Trajain t'uie iouie 60) lieues de la cte, loisque la grande
    role de Carithage Ci'rla par Thveste n'est construile que
    sons l'empereur Iladrien, en I'an 192 ? Voici nos idees ; ce
    snjet : sans doute, chez les Ilomains, bien plus encore que
    de nos jours, la colonisation ne devait marcher qu'avec beau-
    coup de len:teur, suriout pendant le premier sicle de l'ei
    chrtienne. Plus d'ne fois elle a d se Irouver arrtie dans
    son essor, soit par les troubles civils, soit par les guerres ex-
    lrieures que Iome eut souvenir, peut-itre aussi quelquefois
    fate des bras et des capitaux ncessaires. Pendant long-
    temps l'Afrique a l exploite en grande parties par un trs
    petit nombre defamilles, l'Empierer ein ile (I), quien liraient

    r1) La Numidie tait une province impriale proprement dite, gou-
    'erne par un lgal implial plupreleur qui rsidait Lambse ( Lion
    l'B-nier. Rapports sur une mission scientliflue ci A.lgrie, page 52).


    - ".2 -











    un revenue certain et auxquelles les grands travaux d'ulilitl
    publinue nc devaient que mdiocrement sourire, la dpense
    qui en serait rsulte taint de beaueoiup au-dessus de l'aug-
    iimenaiion de revenue que l'e;cution de ces travaux leur aurait,
    procure. Dans cet tat de choses, les tronons de route, au-
    tour des centres avant acquis dj une ceriaine importance,
    dev\iienit loit d'abord s'tablir et pricder, ncessairemeni, le
    grand rsean gnral don't plus tard l'Afrique et iinme oint
    I'Empire firent couverts. Les itinraires et les dillrentes
    gographies nous font de ces voies de communication une
    description incomplete, il est vrai, mais sullisante pour nous
    donner une ide exact de la civilisation et de la grandeur
    romaines.
    D'aprs l'itiiiraire d'Antonin et la table Thodosienne, lous
    denix combines avec ce que nous avons vu sur les lieux, l'an-
    cieiii e 'Thveste tail le point de jonction de huit routes dif-
    lfrec:les ; ce detail, lui seul, prove l'importance de celte
    cil. L'lude de ces voices de communication fera l'objet d'un
    travail loin l faith spcial par lequel nous essaierons, autant
    qu'il nous sera possible, de reconsiruire la carte de collte parties
    de la Numidie, conmprenant les trois cercles de 'Tbessa, Ai-
    Beida et Krencliela. Qu'il nous suffise, pour le moment, de
    fair I'nitimration des roles piciles, en y ajoulant les
    reiiseigienients soimaires suivants (I) :
    1 IRoule de 'liveste Cartlige;
    2" Roule de Thveste al Cirla.
    Ces deux voices ligurent dans l'ilinraire d'Antonin sous le
    n I11. A. Le titre est lier Carilhaine Cirla, Iloute de Carthage


    (I) Nous a\ons sui\i, pour i'ortliographli des anciens noms, l'ouvrage du
    marquis de Forliai J'Urtan iniitillj : Relicuil des Ilinraires ancient,
    comprenltti l'ilinraire dc'A. ilouin, la Tfl de c I'cutiiiger cl i choii
    des priples grtcc Quant i la gI ogilii, comnparLte, la coinnaiss:;nce du
    pays I'n inodilii co.niisiil;rbllerenl depuis l'inimression Je I'ouvpragc pre-
    cit1, et nous o'e'n emilloitroiis les iiiiil imiiodlr es qu'ad'ec beauL oul, de
    I sc'iv eL lorsque noius '.n serons conpi[ietetieint srs.









    .'i -

    :i Cirla ; e alle eI consirnrile, coiemmce ions l'avons diji dit,
    ei 1i22, sons I'empereur laJdriei, par P. Metilius Secnndiis.
    5" Iii.ute de Tlivcste iu Ilippone;
    C llte Inleo il Iiieiure pas diretcili'iSen sii les itinraires;
    elle exisiail cependant, et la conmpuaiison des l- Il A. et
    X. E. de 'iliniraire (J'Aii onion sull'ii pour nons c oi o vaincre;
    1en eflei. le piremiier clonne une iil e de 'Tlivesic i Mlusli,
    ipar Aiiiiu ed:iri (llaidral, Alliluiros ei! L;riiis Colonia : la
    deuxinii doinnie ine roiule de Mu11si i Li Ilipponli, par Sicca Ve-
    iMlria tl i',i, Narra:ggar; Cl TIi;y:isle (Souq-Arras). [)D'ailI urs, la
    rOile td Carthage i Cirl (du a l III, i., 4i A'(pr 's l'(i' diiige
    dui Siid-On.'est de Cart lage i Thlieest- r,'lpre'ni i' pairlir de
    celle derinii e ville, la direciioni r du 'ord i'l)ord et diu Nord-
    Onesi einsuiil(, on passant par Allaba, .Insii 1Ma:iionitlia et
    Signs. Il 're'sirmiit 'i vriher sur ilal' c P,'il in't'xistl' p:is une
    lrouli(. diirei(?C deI Justi on, pd', Allah.i u' T'lui'sic (la
    vill.e iiio lelni de SoiIq l-Arras'i, .' i iin i iiiiin ':ril %ini v eii doi
    C:'ol ni (atiio (ilr'' lii ci etl Ilipp'onll. 1p:1i ilir i eet p luis
    (o~lI'' n(q-.I celle que nois avons indJi ,,ic,? (,n premier lieu.
    i0' lioutl-. d Thlivese fi Lambilse .sur le lirsaul Nord do.
    l'Auiess 1" trace;
    CeOll route est indiqnuc dans l'itinrairc- d'A.. onii, sons tle
    no IV. C. ; elle pass par Ai Lenibla, Clini', ircnchlela et
    Tlhanigas. Nous l'avons pari-i'urue dans outeii son tenduiie.
    leo Btouiile de Theveste Su Inamnibse, sur le versant Nord de
    'Air?.ess. 2'" trace;
    11 exislait une denuiene role de Theliesie a liinhse, in-
    dique par leo n"i CCX et CCXI de la table de Peiniliger. Le
    i"' .XX Idonne, en 1l-el, ul ne ri' ilte de Th'. ,..s/e l 'i i o Aureli, et le
    un CCXI une anire ruleo de Fico rcli .' i.;l' ,c. Cette rule
    passail par Ain Chliabroi, Occains, klsar il:2luae, et rejoign:it
    la pre ''dente; Tlhanilgas (Auj.Tini oadi o in iins les environs.
    Elle est d'une cons1ru'e.ioin posl:ieire a cell diu 1r ltrac :
    noiis pensions qu'elle a .' e exe'ul' pour C eilier les l?'-lils











    a:ffrenx tl'Aiii-Liimba it de lirencliela, par .lesquels celle du
    i" Irace passail. Ce i'esi donc pas mine erreur dle copiste qui
    l'a faii oiieeltre sur I'itin riii ire I 'Alntonii, mais, i notre avis,
    c'est plutt pace qui'lle ni'existait pas encore lorsque cet iti-
    nr'aire a t tabli. Nous avons parcouru celle voie romaine
    sur niiile lIoneur de j5 Kilomllres envi'ron, et nlous y avons
    colpi les dlex inscrip)ions suivantes, recueillies sur des pierres
    inilliaires :

    N" I. Prbs d'Ain-C.liabroie. (Hul ieur de la pierre, I"' 55.)

    D. N.
    FLAVIO
    CLAUDIO
    CONSTANT
    a.... TINO PiO
    FELICE
    AVG
    SVII

    Domino nosiro, Flavio Claudio Conslanlino pio, fclice, Au-
    gusio. VII.

    No I,. (An mmec ndlroi; mmes dimensions que la prc-
    ilenie.)






    5 .... .........
    .... ETIN
    PPDDNNC
    OSTANTIO
    ET MAXIMI


    - 3. -










    - .)I -


    o.... 0 INVICTIS
    AVGG......
    S........ .M

    .........SS

    Les cinq premires lines et la premiere moiti de la
    sixime line sont iiairieles ce lotit faith illisibles.
    Les quaire dernires letres de la sixime line sont dou-
    leuses.
    11 y a eu un second marlelage aux lines II, 2, 13 et 14.
    G0o oule ei' Trhveste i T liusdrimni ou 'Tlivsdruii el Thenae;
    D'api s l'ilinraire d'Antonin, il existait deux routes de Th-
    vesIe l TnAdr'uni, et une role de hleveste l Thenae (I/. n'r XI,
    XVI A, et XVI B.). Thenac est le Thaini a:cuel, port de mier sur
    la pelile Syrie, entre ''Tunis et Gabs. Les Irois routes don't il
    s'agit, passent routes par lencpijcrc ou Mllene.i.sc qui tail
    distlaie de Thvesle de '25 nilles ou .'0 kilomires environ.
    Nous avons suivi cette route sur toute la parties comprise sur
    le territoire franais ; elle passe t la froniire mnime par un
    endroit appel foumn cl Alouahhlad; il nous a l impossible
    d'arriver jusqu' l'enplacement nime de Menegescs ; car, dans
    celte direction, a 25 kilomires environ de Tbessa, nous
    nous sommes trouv en territoire tunisien : poursuivre noire
    chemin tait contraire aux ordres fornmels que nous avons
    reus cet gard.
    o7 Ioue de Thiveste Tacape (auj. Gabs), par Capsa
    (auj. Gal'sa).
    L'ilinraire CCXII de la table de Petiiiger nous done iine
    route de Tlhveste ad Majores, et le no CCXIV\, une autre roule
    de ad Majores Tacape (Gabs), par TIhel'ople (Ferianalh) et
    Capsa (Gafsa). Nous avons suivi celle route dans lout sou par-
    cours sur le territoire franais, et les Arabes nous ont assur
    qu'elle conduisait sans inter'ruiption jusqu' Galsa. Les noms









    -- 57 --

    aciuels des principaux endroits qu'elle traverse soit le col
    de Tnonkla, le IBhiret el Ariieb, El nia el Abiod et Birzgann.
    Nous en avons dj parl prcdemient, c'est celle don uine
    parties, au miiiins, etd construile par I'empercu.r Tr'ajan.
    On dit que ce prince possdait un domain Thliveste ou
    plutt dans ses environs. La route doni il s'agit a-t-elle t
    excude dans le but de relier celle ville nime au domain
    de I'elmpereiur? Cela nous parait on ne peut plus probable.
    Nous ajouterons que le Bliret el Arneb est n deals pays les
    plus leriiles, en apparence, que nous ayons jamais vu; nous
    disons en appearance pace iqu'il est louit ; faith abandonn par
    les Arabes : on pett y faire 5i0 t -iO kilomtres sans rencontrer
    mile qui vive De teImps immmorial ce beau pays a t le
    champ de balaille natural entire les iiribus algriennes el cells
    qui reconnaissent la suprmalie du bey de Tunis; son abai-
    don cormplet en est une cause imnmdiate. Nous reviendrons
    plus bas sur ine excursion que nous avons faite dans celle
    conire, et sur ce que nous y avons trouv de remarquable.
    8 Ioute dle Tlivesie Lambse, par le versant mridional
    de l'Auress;
    Celle roule es( bien plus longue que les deux autres qui
    suivent le versant oriental Nord de l'Auress, et don't nous avons
    dj parl. Elle ligure sur la table 'lhodosienne sous le no CCXII,
    se confond avec la roule de Thleveste L Capsa, jusqu'i l'en-
    droit appel ad Majores, en se dirigeant d'abord vers le Sud-
    Esi; de l, elle passe au Sud-Ouest, traverse les Zibai, se
    replie, pour ainsi dire, sur elle-nmeme, el revient Lambse.
    en se retournant ai Nord et iiime au Nord-Est, par El-Outaia,
    EI-laniara et la plain de Ksour.
    Il existait une neuvime route parlant de Thveste et tra-
    versant les ddlils de H'fana ; celle role ne figure sur aucun
    itinraire. A six kilomires environ de Tebessa, en entrant
    dans la gorge, elle est taille dans le roc sur plus de 2000n
    de longueur, et on y voit'etncrie smaintenant les traces faites











    par les roues des voilures: les Arabes out donne i cel endroil
    le nomli de Triq el Carela (Chemin de la voilure). Celle voie
    n'i:ail petul-tre qu'un simple clieniin d'exploilalioi ; les ei-
    rons sInti encore maintenant trs- boises et flournissaient,
    sans doute, :' li ville, des bois Cde t r1iuncion, soit de cliiaull~ag On y rieioin' re d'ailleurs. qilan-
    liie de carrires donil unel eiiitre aires, cin iirbre ronge de
    Ioule Ijeaiut. Un chantiilllon i e d e im iarbre a 'i envi oy an
    MusIe de Consl nline. Nous avons visili T's carries : leur
    D':npris ce qu'i priede, I; position de Thlvsice dcaii ton i ~
    Ifail central et on ne peut plus Ifavorable :'i un nc roisseminnt
    ralpile. Aussi, est-il plus que probable que cette cit, place
    entire les planes de la lByzacne et les conli es iiioniitgneunes
    et fertiles de la Numidie, avaii nlleilit, dis la premiere moili
    du deuximle sicle, un Il aut delgr de grandeur et de lrosp) -
    rilt. A cette poque di.j' elle iaiii, sans count credit, une des
    villes les plus riclies et les plus populeuses de l'Afriquie ro-
    laline.
    Dans ce qui va suivre, nous gallons enirepreudre la desc'rip-
    lion dWllilleo des principaux moniimenis don't les restes
    exisiten encore dans l'antique T'iveste Celel lude nous
    permelrl' de continue l'islorique de e tlle ville, sur laquelle
    nouns. e Irounvons qie peu de reuiseigne lents (dans les cri-
    vains de l'antiquit ; penut-'ie nimme, noiuss sons I'esprer,
    serviran-t-lle jeter quehlue lumiere sur l'histoire genrale
    de l'Afriqu' sons les (dlmilntioni [b ine Vandale et By-
    Z/.ailinie.


    - 358 -

















    numiiration des principaux lionuienets de I'an-

    cienne Thvesle.

    ( Voye, le plan dJtaill/d de la ville.)







    1" Le cirque;
    *2 Le temple de Minerve;
    53 L'arc de triomphe de Caracalla;
    40 La conduit d'ean souterraine conlnue sous le nom10 d'Aiiu-
    Ch'la ;
    5o La clanmbre d'eau de la source Ain-el-Bled (source de la
    ville);
    t. Le monument servant actuellenient de Koubba au marn-
    bout Sidi Djab allah (Envoy de Dieu);
    o L'enceinte de la citadelle byzantine, ses lours, ses porles,
    ses defenses;
    8' Le palais du coimiandant do la citadelle;
    y0 La basilique;
    10 iL'enceiime byzantine de la ville avec ses accessoires.
    A celle enumeralionl, il faut ajouter, conmme compliment,
    les points, ponceaux aqueducs, bassins, Iours, barrages,
    puits, ruines de routes sorts dilliciles i dfinir quelquefois,
    ct qui se iencontrent il chaque pas, quelq ue soil le cit vers
    lequel on dirige ses investigations.


    - 39 -










    -.0 -
    IDans la listed prcdenle, nous n'avons pas comprise les
    ruines du forum, lesquelles, debout encore en partie l'ar-
    i ive de nos premieres colonies expditionnaiires, ont com-
    pl itement dispalru depuis l'occup.iiioni fran'aise. Elles taient
    situes au iilinie mme de l'esplanade, en avIant dle la Casbah
    actuelle et leur desiruetiioni, regrettable sans doute tail
    cependant de toie ince.ssile ponr la defense de la place. Ce
    nlonllUmenlt ne prsenalil nous ;a--on dil, que des res'es de
    imdiocre imlporltance ; les piei rus a inscrifpt ions qu'on ;a d-
    couveiles dans ses envisions, et doni prcdemment nous
    avons cil la principal, ont t satnves de l'oubli cl sont
    p)l:iees daiis le Muse don nous avons con)nenc' la I'rmia-
    'ioii.




    I. LE ClnQUE.



    Le cirque est situ du ct Sii des iuines de l'ancienne
    ville, sur' la rive gauche du ravin qui la traversait dans toute
    sa longueur, en la parlageant en deu\ parties li peu prs
    gales.
    Ce monument n'offre rien de remarquable ni come
    forme, iii come architecture ; il ressemhle i tlous les antires
    monuments du mime genre. Une arne cir.-ulaire de 4-5 Lt
    5i mnitres de diamtre tait environne d'un massif de mna-
    onnerie qui se termin'ait inirieuremient par 15 on 1G ra:n-
    ges de gradins en pierres de taille, et conire lequel s'ap-
    puyait extrieurement un certain nonbre d'escaliers con-
    duisant chacun vers les places destines une classes dis-
    iiincte de citoyens. Nous avons constat l'existenc e de deux
    de ces escaliers ; il nous a t impossible d'en dterminer le
    nombre. Dleux entres conduisaient dans l'in'.'rier de l'arne;










    - -l -


    elles elaient places vis-a-vis l'ile d(e l'autre aux exl'tx l ilts
    d'un miiinme dianiitle.
    L'une ltil sanlis douite loilr les b tles froces et 'ull're
    pour les gladialeir'S oci les \ictiliies. La prenlmire de tcs tll-
    iries Colnsistit en deulX votes jilxua-pOSes, consrulliltes ti
    luif t passant sous I L' miassif' imiin. d;e la iiii.oiiiiriL' qui
    SOil'tenailt lus gradilns. Ces d Leux 'Oli'te sont cL'rouIl,_s 1ii
    )pa'lie n1ais les deul pOlci's par icsqu lls elles sells ie te il nt
    du ct de t 'ic La :1n Sont e'n pielrres de tiille <*t blieln voIlSi'-
    Vu'eS. Ilu clt oppose t Ia';rne 11 (conlrti're les deux Illllie'S
    VOilleS coillliii li(quenlt I' des 'uilleS illforiles oi 11 lno s vons
    cr riccotilrite unle espce .le corridor avec les Iraces d'un
    ceirt'li nombri'cl de cellules; la sans iloutc, elaient renlfe:'mes
    les aiiumlauix en a itte dant le co1111bat, elt 'est de cette arlticu-
    ari in iiime l le nous avolins Ctl l cli la destiiiation de l'entiir
    jque nous venons (le dcrire. Quanit a :la second, culle des
    gladiileiuri, elle n'exisiait plus que air des estiges i i p ine
    sensible; cepeitJiallt lorsq tle 11011S avons explore te Imoniu-
    Iment, quelques fouilles ont sutlli pour en dcouiritr lus pieds-
    droits.
    En i'-'in rul, le cirque de Tlhevesie est dans un miiauv:ais ltat
    de conlel' \ aion. L'action scu laire dus Ilities et des vents l'a
    'empli, au tiers au moins (le sa liauteur, deI series et de d-
    combres. Beaucoup de pierres des gradins et du massif s:: r
    lesquels il repose ont servi a la construction de la citadelle
    byzantine; d'autres, en plus petite quantity, out it employees
    aux pireiiees constructions franaises. Les gradins, qui ont
    survcu la destruction, sont ei grande partie enfouis et
    des travaux assez considrables seraient nicessaires p~~u' les
    d'gager. Ceux qui sont visible ont cependant t sullisanis
    pour pOUvoir e l dterilinier le inoilibre approximati vemeli t
    et, par l, se ligurer le relief du monument au-dessus du ter-
    rain actuel.
    Ce nombre tait, commnne nous l'avons dit (iprecedenimict,













    u1 16, mayant ulacmi on -il du lease etL o-" to dle Iau-
    leur. M. iims ,Ivii-c %- d'aIll',irb, q1ic lo ilialiHru dc 1ar,elt
    0laiAl de* 45 I'%. Au- idonnie slu C' is il Sera 1leik.
    de. vaI'oer le nombre de spectateurs, 9l1e Pouvait cotiielli
    le rii'de.Ilm~<'1'

    gr;md el'l, iiril.ow u


    47.8).








    49.260.

    -i 00.oo
    -S 57 .6(j).



    - 30, 6 i.S,.


    L) ope "el olq enti un


    Toltal....


    _ni!
    145rn 7ij


    8

    172 OS


    176 .;:
    18" 8
    185: ;5




    -i07 2( 1


    Le dveloppement total des gradins ,lail donic de 2,047 me-
    tres envi on. Observons en passant que ce cliilrl'e est rn
    miniinum, alltiedu que le inombre des gradins poalir il res-
    bieni lre sup)riiieur ll i.
    Maineiilani pour av\oir le dCeveli:i)ppei)m(eil t otal d( l '(S):Ice
    occupr pal r les si'cl tlntrs nous pouvo s ad ellttre, qu'
    parlir du 9" grading les ciloyens, liapparteinnt aux classes
    inlfirierL's de ;ia socit-l o) uIii\ ient se ilir dleb lout sur deux
    rangs, et iinme sur quilre rangs a dernier gradin qui lor-
    mail le snmiiiiel du mq-assil'.


    Doadlimi.


    - 4-i -










    - 15 -


    Il fatII donc :ijouter au cliill're ...... ......." 01.
    Le 9e gradin l'ois .................... 180 85
    Le 10' I fois .................... 185 '';
    Le 1 1" I fl is ..................... 189 0S
    Le l' - I f uis................... 1 0
    Le 153 1 fois ................. !98 4,
    Le 14I I lois ................. .. 8S
    .Le i l" fois .................... (i:21 6C

    Total .... 4.419"' "0

    l.I lotil du dveloppemient dle l'espace occup par les spec-
    lute.ilns lait donc de 4419 mniies O0. En supposant que 'luii-
    i'iin ocCiiupaii un space reprseint en longuei' r pal Om () 01o
    airive ;it chiiflie de 7,.3)00 n l mtres. En lenanit conmpile de la
    place perdlle pour les emnles et la ci culation, iet d d'espace nieoulsaire pour les auilo iis et les iautes classes de
    la sn<'ciie nouis coniclirons de Oe qui prcde que le cirque
    de Thvesl e poi vail coneiiii 7,0i10 spectlatesiii environ.
    La 'conit nance d'uin ani phith lie devait ncessairenie t
    ire dans un certain rapport avec le nomblie des habilants de
    la ville qui le renfermait dans ses imurs. Ici se prsente donc
    naiiielleniein le problme suivant :

    Coiinnaisatl la grandeur du cirque d'une cilt romaiic, ayantt,
    en outre, des donnes sur le nombre, l'importance de ses aalrcs
    mionltmenlls et la surface du terrain qu'elle occupait autlre'oig,
    de/rmincr le chiffre appro.rimalif/ de sa population.

    Nous n'osons a]'om'deir nous-ninim celle question pineuse;
    nous nous contenterons de la signaler ;'i l'allention des sa-
    vants. Sans nul double ils e.n trouveront une solution smnisfai-
    saniu. On nous objectera, peiittire, que ce nrpport doi nous
    parlons et que nous supposons .i peu prs consiant devait
    au con0traire tire iLres-variable, parce que, dira-t-on, une ville
    pouvait iis-ibicn :iligniieiilt'r d'imn)po lnlce tandis que son










    - 44 -


    cirque restaii le mme. .A cela, nous lpondruons que rien
    n'lail pluis facile qlue d'opposer 'i une augnienialioui de po-
    pul iion un agraindissemeniiit iroipol ionnel de l'amnipillaidre,
    enl y ajoutantl des gradins suprieurs, operation quii pou'vait
    se rller, )pour ainsi dire, indliniment. Ce:?l pesrisement ce
    qui ia Ci lieu 0ipoir celui (le Tlhvesle. Les di.ri iers gradins
    taieIt i n pieirres de' laille lineimenl bouchardles, ltndis que
    les gridilns infri,.-urs laienl en pierres de luf lailles gros-
    sireMeuln. La double porte d'elilrie (qoiqiu'en pieires de
    l;ill', est galeinein lr eS-peu soigne etl out--l'faiil Ilharnio-
    nie avec la p n tic consr'iiile eil lui'. Le iii'IitmIiiel'l (] i inoius
    occulle al doue i a igrandi une I'ois au mioinis ipeuil-'i're IuI'iie
    plusieurs lois. Sa pIremire construction doit re'monler 'i l'-
    poque run ine de la foundation de la \ille. iEn ellel le It',
    louii lout d'abord on s'est survi en grande parties, est une
    pierre lgere, portuse, tenldre, mais durcicsauit au coIllacl de
    l'air. Elle i ria it donc loules les condit io n cesn de ssaires pour
    pouvoir due Iravaille avec facility Iranspuorle i peu de
    frais, et donner une solidil a toute preuve. Mais, en inenme
    temips, soln extr-fnie porosit la rend conpletiiiiemei impropre
    a lout outrage exigeant de la linesse et de l'igance et il
    lauii qu'ne e cil soil a ses dbuts pour l'eiployer, aultrei ent
    que come remnplissage, la consti auction de ses ionuoiiiments.
    IDans ces imoieinls, si pnibles d'installation premiere, clique
    pas eti avanli est marqu par la rencontre d'obstacles nou-
    veaux : la mrain-d'oeuvre est rare, les mo'yents de transport
    sont restraints, les onvriers, quelques exceptions prs ,
    d'une habilet loul- faith secondaire, et l'architecle s'il veut
    arriver 1 ,i rsultat quelconque, n'a pas le droil sounveIlt
    d'tre dilfficile sur la quality des malriaux qu'il emploie;
    heureux encore si dans la suite, une critique qu(ielqnel'ois
    injuste el toujours impitoyable n'est pas la seule recompense
    de ses ellor' s.
    En irsum>, sans avancer unie dalt precise nous pouvons











    ffirinii r quile l'aii plitillire de Tlhvesi a t c'onSimilt entire
    leC annes 7.: et 80 aprbs J.-C.



    II. LE TEMPLE DE MINERVE.



    M. Leiroiii,'. dans une notice pleine d'intri sur Thveste,
    en parlant dli ce mioiiumeint, s'exprime en ces ternimes: *< C'est
    Silin joli reiimple pro'sltle, analogue U ranI d'antires, tels (qiie la
    SMaisoln (riI e de Mines, les temples d'Hercule i Cora, d'Ain-
    giuste l'olh:, d'Anlonin et Faustine i Ilonie, etc. Il est de
    Sl'espece dite piro.style pselldopfrIpire, exceple qui'au lieu de
    Lo i voli, i celui de la Fortune vlirile : I one, et \i la .l;iison Car-
    . rICe de Nii cs. .'e soln des pil;isres qui soutiei incnii le iinir
    SeMrieuir du., la Cella, connmme au temple l'Hercule ;'i Cora
    et an temple ]d'Ostie.
    S iiin trait d-ilin t'lif, q(lui ie se montre tiulle part( ailleurs,
    Sc'est (que I;i Ceclla est divisce, sliii sa longuei uri pir dleux
    rangs de qu:air pilasires carrls, lqui se contliinenti sons le
    a pro;unos, disposition qui divise la Cella en trois ners; et, en
    oulre, que la Cella est entlirement oulivere, au lieu de
    ii"avoir qu'linle por ic niilVenilli.
    La recoiin;issiince miiiliiaire, la suiie de laqnelle on a r-
    dig le uicnoire don't nous venons de citer un passage, a t
    faite tres-rapili'.unient, come le dit l'autenr lui-ninie, et il
    n'est pas tonnant i qu'iune exploration superficielle des notes
    prises la haie, aieni donn lieu - quelques inexacliludess;
    dans ce qui va suivre, nous gallons chercher les rectifier au-
    Iant qu'il nous sera possible.
    Les pilastres intrieurs qui, d'aprs Mi. Letronne, devaient
    partager la Cella en trois nefs distinctes, n'ont jamais exist; on
    a pris sans doute pour des pilastrcs les pieds-droits des portes


    - 4b& -










    1 t.; -

    et des angles a lpp'ar:naill ;iux hSole;, arabces, ldo1t [ intiei ieri
    de ce i 1ii l tnimeiniii lilt i e ipli atll I eluninllt de l'occupation
    franla ise. Ces huilles o i I tilt limolies deplis, cI lelenple de
    Mlinerl'e sert acinellement i la cll bratinn du culle c;ltholique.
    C'es par' suite di. celle dmolition qul'oI a pu reconuailrille quie
    ces es)p ces (le pilisti rs claiieiil bien de c' iISIruelio nl aralie (
    o1011 liaS olniiainie ; en cllel, auiiii c e l' l1iillOil IIe les so tien;ilh ,
    ils dililaie-i ilcii e eux sous le railpntor (le leurs dilmenlsioens
    respecliives, ie ils laie-t:I, 11 outlre, disposs d'ul iiianlicr
    lOili lfail itiirgilire. Ce< considLratlions, i elles seu -les, sul-
    iisent pour proilver ce que nliOli a'vantons.
    Nous i\onls de plus con ;ilt qule la-Cella n'i.ilt iitllenient
    onUvell danls c plinlcipe ; uln i unr' de 1i' ) 80 d'pl;issc n' la s_-
    p :ar:tiil .ldu pronaos c Mniee genre. Ce niil', il est vrai, l ee dmoli ulI esi lonimb
    diepiuis de lonigues anns ali s peui-tr, niais ses l'ondalhions sont
    len lior sulr place, e1 il s lil s de les voir poui rei'olin itre qu'ils
    sontll d'origine romaillne.
    Les trails disiililils qule i. L iro nille a r'l iemllairqueri'
    'exiseiilnt donc ps, eti le cniple de 'Tlivesle est en tout sein-
    lilable au ltemiple de Cora, il l'ordre d'arclhii:ecilire prs, qui
    est eoriInthien dlaI le premier eo dorique dalls le second, sauf
    encore quelques details d'orneientlalion. colmme nous le ver-
    ions pils laid.
    Ouitre les measures arabes qui sont d;:ns l'initrieur, les
    albold du letmple en l laienit eg;,ilnteiil -In coiibrcs. Au iliqoilentl
    oA noul lcrivons ces lines, on est occup a faire disparaiire
    les deinieres et, sOUS peu. ce beau monunmeili era compl-
    lemnent degag des obstacles qui en avaient enmplch en parties
    l'ex ploralion.
    Le naos ou sanctuaire clail ilac i" quatre mlres au-dessus
    dn terrain natural, ec on y arrivait par un escalier de vingt
    iiiarclhes.
    Ulne oioIle, danis le slylc des ailliiies, faisaitl comliuni-











    quer la c'lla avec le pr'c.naos, qui tous deux laient de plaiii-
    pied. Danrs l'iiiirieuir dlii lemple on a trouv quelques dalles,
    niais elles taiDenl grossiremient tailles et inullement en har-
    imolie iave le reste ; il devait y avoir nii pav', soit en pierres
    Itrs-fines, soit peult-:itre en mIosaque : niais on n'en voit plus
    la noindrie i iceo. 11 iioii para ii impossible cependant que des
    iiosaiiles in'ientl pas exist dans in iiiorlimenti don't routes
    l.sa li'Ces p;ilies sonl excCClles avec tant de soin : c'tait un
    collipll ment indispensai le.
    Le sol din naos iiil soilenn par trois voles doni la dis-
    Iposilion l indiique i(]( r mies dessinls. Ces votes avaienl 5l 50
    iinvironi de iatileuri, sous clef; ells Ailielnt en parlie croules,
    et depuis, on les a reiiilayLes Ioialemenl. Quant leur desti-
    naiion, nous ie pouivons nous liver iqu' de simple conjec-
    lticres : o01 y i'en ferniila peit-Ceire les trsors dii temple et les
    ornileiients sacorIoliauix, pIeul-li', eiicore ,y clbr;lii -oni cer-
    tains nm'I l' ,ii'c i lil'ir(ii.liis duns l'aniilinii pIaenini e. Dans ces
    ldeI niers Irllps), ce nOilUllienl a servi auix uisages les pllus
    l.iizn'lat's ci I s fpll' s \aiii s : essic vemileni buireauli du giiie,
    logellient l', _cier. canltinle, prison, il est actiuellement Irans-
    foruie en glise lihrlinne.
    Ce temple Iil eai cniour d'unII porliqule spal dui sancluairle
    par nil space dcouvert d'uile largeulr de 1G mtres dans un
    sens l eti i mtres dans I'autre ( pinliche 11). Les parties
    Iiaciles sui none dessin, indiquent les fouilles que nous avons
    faith faile pouiir en conisiatlr l'existence. La faade principle
    de ce pri liqile, qui donnait sans doclioue sI' l 'le grande place
    est encoie debouLt sulli II1e longueulr de 8 10 ni l'es. Nous
    (! avonc dlessii l'lvation (pl. III, fig. 1) Le labyrinthe de
    illnSuIlre's ,arD 1es doi0i iiouis avois piarl a-vait enipcli jus-
    qu'ici cet anniiexe dii temple d'tiire recoinnu par les explora-
    telirs quli nous 'oili preed.
    Connime ari Iiilectiire le ioniiument don't il s'agit est dans
    le .lyle corinlhiei, et ses Iprioorti ons sont des nieilletires de


    - 47 -










    - -s8 -


    la oiiicnt impliiale : 1ioi0s allionis c examliner les tdilTirenlies
    paIlies sous O .ce oilN\e:atin point (de \1e.
    I0 COLONNES.

    Les colonltles sonl1 en iu'i.'ie bllaic veli' e Ide bleu,. Les fsll
    de ces colonnes soinl des nnoiolylhies se delitant assuZ fI'cile-
    lileni el comllile en glner'ial ils In'onl pais et lailles airalle-
    leinliti u lit de- carrirn e, les 'radaii s oni liie siivnti
    des sections obliques 'i l'axe. l.eiir cir'olfeic'e iilftriul'e
    esi de 2m 11, ce qui dlonne piouir diailre (m O68 et, p.l' snie,
    pourl Illoilce I, )0' 35 L:i litiletr le l coloniie esl 0'" i 0 ;
    elle est donc e\xlriiit.e en ilIodulhs par le chilTre 18,8-2. Ces
    prolporlions se r;appro,'lieni de cells du leimple de Vesla it
    Tivoli, doni les c ololnnes ont uIn II;lllleu' I'eprelCSlillte e 1110-
    dules, pa r IN, 71. \Vilrive prestril. 19, ct st le chilTre :ido| ~it
    g iit;:ti inel il'l citez les lioit;iiii s ; il ei;il, Omnini e oni s:ail, de
    920 chez les Grecs d'apres \'ignolle beano/z/i el iPhiliberlt
    liJeIOrnie.
    L'esjp;ICellient (.'iX en axe des ilionlt) e OsL le -'l on
    !Il(Oe.lllt e, 011 7 lilOdilles 10,; C'est 1111 tI odille ( plus gqe l' tllienlll ordinii;ie. (uii est, en gne-ill, de G0 miodiles pour les
    colonnes corisnillicilitnls Le s[ill'Oil de disilice a plil-Cire
    'L jioill i Cil(ise la cori liche W r/ C tiltri qui ei|l >ce l i'e illd ie-
    muent il ), et dOlit les diii'nsiols, ill'il urc l'c celles d'un ein-

    (1) iUn syst'inlio c tompiliet d'nitalii'nen'lt :i ce ctolonnes est coni)pos d:'
    trois plil'ins esseim, lle.s : le jiidi.alil, '2 h colmir,,, 3- l''ilabicnnni( i.
    Cli eIlile di, ce0 l,'.i l eS coniri n'ild -galenientl l ois divisions, c,: qui faith en
    oui [Jieuif diISioIIS

    1o Pio-deslal ..... Di.
    Cornichbc du pidJestal.
    It se.
    2o Colonne....... Fil.
    SCIpil eanu.
    SArchlilravc.
    5' Entabllement.. Frise.
    .Co.rniches de l'entabl< -.iiint.
    L'ting de d'inmortance secondairu qui suiinluiLe queliluelois la corniche
    de l'enlablenient, porle le onin d,'Alttique.
















    [l Ii li pilus e.iI' ~spiac*em1ent. 1--e il:itii, c stipcteu de
    la coloninii t! 1 t i i le o-' ;, lai liiiiiiiiiiiuii [)!L laitc vI'
    Ila trac! ii( /(, (i8 I/l, k >u; vs[ Uln peul- plus que
    1/1.18, Iuliqli pa;- Iri'i1le pourl les :ol''iius avant de ,I

    5 i0>pUds irouiains de lauliii pieuls ro lia 1:S.)
    Le lt Icis divi'I ein i paldrtie .-\Il liiii d'unle pai tie- tronconiqulLe :il ft<>l ln Svi el et ie~i
    h onlitile ut, p'ai suite, la d'.lluiiitiou dJus ciJloIiics us[ gale tle
    la base aui clapiteuau
    Le lab[e:uu suivant rsuinie, ce t1ue nous venons de d-

    tailler.


    II i


    j in n..


    r iir i -
    Ihi. fil


    i 3~i'


    'i ~I i LiiL1


    S.1 1.


    Iiijiiir'.i


    liNUl EURIL
    rrZ CL'L:.E4 EN


    IIl. l t ;.


    ili., ,


    - j-


    21 -


    l2-'IEUJLSTAL.


    Le >e-Ilest '2oiiplemeiiIe nterriCci. Une fouille faile i

    l'aligle O..eSt (lu iii leu (l 'Ic ill-1res ou Il imoduilles : d'q loe plus dle la
    moiti (lu la lialieur dles Colonnes. lii gei:il lus picles-

    itux 'oHi pas de dlniensios fIs\s ; il convicii1, cueelaii,


    1 .l .'


    I--I' --lc~---~-~-- - --


    - .10 -


    iriO~liil~S. I











    d'oLiseI ver ine cer itliil relation enti e l..s luiilcllrs Li s 'o-
    lonnes 'li celles de leurs piddelsl ,ux el \'igiinoll dpiile
    collm e rIle le lies de la hl;n! l' tdc l:i coln e. dMalis il
    s'est alTiranclii Inli-rn dii.e e l e pU irincipe ,l il notre ais, li1
    convenaiince (es Ii seule rele a sui\le anis 'e cas. C'est pour
    cette reason que l';ireliiltcc te dii temple d.i i liiicine a lev
    ce nionmienL de 4- imeires iii-dessus du sol. De ctele m;a-
    iiire, il plaait la base des colonnies i In' 30 seulement au-
    dessous d(ii niveaii de 'entiableinentl du poi'iilie : ce deriiier
    iail dloii' comnipleiui nt. doilin par le noiiioniitilii, doni la
    imajeure parties tait ainsi en vue de la place publiliue, suI' la-
    quelle il tail silue.

    ,' ENT.rLI:.M.ENT.

    I.a frise est sulppiin e et Il e .1u delssus dce l'rclhitlrave. On idonne i cetl eniablentient le
    nom nde corniche are'hilra ec ; sa hauteur est de 1"' 21. UnI
    ;lliqui de I iiiiir cde hli;iiii r la suriii nte. La presence
    de cel t ilique, qui re.iie tout au;our du lemple indique
    jusqu' l'vidence que la faadle lrincilale n'ia dtl janu;iis t're
    suriioiide d'un lfroinon. Les parties de l'ai'chital;ie, coupriiiises
    eiintre d\eu colonies conisecuiiives, sont formces par' des nio-
    nolvllies. Au-dessu des descolounes d'aniile. ces pielres soin
    runties paur 1n1 assendllage du genre des queues d'aionde.

    'O PIL. STIES.

    Des pilastres ouit eie places sur les deux faandes latrales
    et sur celle de derriere, de nan~ire i r (it'senlt'r entire eux
    des distances gales d'axe en axe, de '2'" 3 cihacie ; ils
    sonil en relief sur le mur de (I" IS. La disposition analogue
    se relronve dans le teniple de Corn. I.eur ormnenienUtaion
    et leurnsdimensions sont loul faith idenliques avec cells des
    colonies el, de uiiine que cLs dernires, ils oui une dirmi-


    - :;i) -










    - :;I -


    nuii oli cou isis illetai (d la base aitui cha'pieaull. - Il lail ii u el-
    qute sorie (1e r;le, sons les niiiperjoetrs, (lit M. L. lIcy llvi: .
    loii c 0les fu is ile de i piillasiet ,n lai ntl ;a cisii i'i (lus colotnies,
    d'adopter le mnimite iarli pour Iil' 1IS OI lelime s d.es l IIns ei 11es
    mutres; les po, tiques du ilhiitre ide MAl> c'llus et du( Crlyse.
    et plusieurs lemiplus d'oi jr corlliniein uni porter l nt :i Oi-
    giiage. ,
    Les piAl:stres du portiqiu sont semildlables ceux dti trimnple,
    la: isde dimensions iiil'rictirs. Leur larger i la biase n' lan
    que de O'" i, le iniodule se trove aini rduit i O" '22, et
    Iilui lei r lPcsu prorl ,irii(nlellenienit. A\u litl, d(e pidestal, ces
    derniers pilastres reposent sur ullt simple soulasseiniilt ld'un
    lietire (le hlittllet'.
    Ni les pilastres, ni les colonnes, ne poirent de cannelures.
    On s'est i'a;prioli cnii cela de lailt giec o les premiie'rs cin
    sonll toujours dlpol rviis. Cellte disposition esI une cotis-
    qience natirelle diil but que lai chitecte s'est propose; il ious
    parait en ellt: de lolIte evidence qu'il a cherclh i :oncelilier
    tlonie l'ateiie ion du specietaietr sur la i ichlesse dt'riienliie action
    de l'eilableinei t ; pour y' :ni\ier, il a dit iccssairenmec l don-
    iier aux colonies et aux pilastres la plus grande siimplicit
    possible.

    v'1 OnlNETIENTATION.

    Cltapileau.-Les cihapiteaux des colonies prseiiit, culiiie:
    IInous l'avonl s dit, les Inoulures de l'ordre cori'nlltien, avec ces
    luanlces tloutes parliculires qiui caraetrisent l'art chuez les
    lkonuains et le lfont dislinguer de l'art grec. Ici contrairemiieni
    ce qu'on voit dans les mioniuments de la Grce antique, les
    feuilles d'acantile sont plus accuisees et moins arrondies ; elles
    se recourl)ent davatlage et leurt' paisseur est nimoindre; en
    mnie lemnps les voltmes sont plus dlies et se dlachent avec
    plus de hardiesse.











    Co'rniche. Sur la corniche on lie voiit i modillons, ni
    Itles de lion ; les o\es se retrouvent dans le quart de round :
    elles sont avec nervures et le chapelet est place en dessus
    au lieu de l'irre en dessous. La cyimaise porte imn genre de
    ralnmeile simples avec trfles.

    Architrave. La frise est supprime, el l'architrave vient
    imndiatement aprs la corniche, ce qui constitue ce qu'on
    appelle une cornice architiracve.
    Celle archilrave esl divise en caissons (I) de lorite aller-
    lnalivenienl carre el rectangulaire. Le milieu des piemieis
    correspond l'axe ldes colonies ou des pilastres; on y voit
    la tle de blier ou de laureau des sacrifices avec les bande-
    lettes (e2. Les seconds contiiennen les attributes de Minerve:
    la cliouelle aux ailes dployes, foulant aux pieds deux ser-
    penis, places tels qu'on les voil dans les statues anciennes,
    rampant devant la desse et entrelacs de ramieaux d'olivier.

    AlliqLe. Les divisions de l'architirave se retrouvent sur
    l'alliqne en prolongement vertical. Les parties surmioniant les
    tiles de blier ne contiennent pas louies le nime dessin. Dans
    les unes, on a riur des guerriers arims de pied en cap;
    dans quelques auires, ou voit Hercule s'appiyant sur sa
    massue; d'aulres encore communee c'est le cas dans noire des-
    sin) reprsentent des trophies d'armes composs de boucliers,
    de aches, de casques, de cuirasses i cailles. Beaucoup de
    ces sculptures sont presque elfaces, imais cependant assez
    disinucles encore pour permettre d'en faire l'lude complte.
    DeL mme, les divisions inite mdiaires sont diversement rem-
    plies : les unes reinerimeit deux corners d'abondance c oises,

    (t Cie erme n'esl [leult-tre pas tout--f;il technique dans le cas ac-
    tuel et seia sans doute critliqu. C'clu t 1e seul quu noius Iitrou\oiis our
    cxplriiner claii mnieni noire idi'e.
    (2) Nous croons inutil e e parler des deuti:ules et des dilfrentes mou-
    hlures qui seultLet dlu'a-rementi


    - .- -









    '.
    -- _,) .--


    spiares p:ir trois rosac's don't les deux exile lUles Souiliec -
    ient iune I (le i ei M ,ilus ; les autres sint felrmes par cinq
    rosaces ausxqulles \ienctiern aboutir trois festor.s entrelacs,
    terni'iii"s par de' s rosetll S et supportant ga element d eux tltes
    de l iMduse a mn\ i'treini s. Celle derni'rii e disposition est par-
    iehlilir anisux lde \ IfaCaides latr;iles seulement : tlaits celle de
    derriere, on n, v\il que trois rosaces et deux festons n1on
    entrelaeAs. Ajoutons que l'atliqni' a uin sile niis qu'il est
    dpourvii de corniche.

    Plaofonds. Les plafonds comprise entire les cuiloinnes sont
    aussi Ir.s-richienent dcors : on y disliniue (les he urs, des
    fenilles, des corbeilles de fruiii, d.es emniiil'.l es divers d'une
    finesse d'excution reniarquable. Les dessins qui :nconlmpa-
    gnellt cette n1olie et par lesquels nouIIS aVOnS es55y e rl e-
    produire ineue parties de ces mmes orlciineieiits, ser s;.1015, n11o s l'tsproIs pour rendre initelligible au lecteur ce
    que la prsente description aura laiss d'inconmplet et l'obscur.

    Observations gn'tdralcs sur I'cnsemblle du monumcnnt. Le
    temple (le Minerve porte le cachet d'une grande originalit. La
    suppression de la frise remplace par un atlique couvert
    d'orniementis, lui done un aspect iout particulier ; l'absence
    du fronton laisse prsumer qu'il tait remplac par des sta-
    tues surnmontant la lfaade principal ; il y en avait pelt-tire
    mnme au-dessus de chaque colonne et de chaque pilastre.
    L'aitique n'ayant pas de corniche, celle dernire hypolhse
    nous parail irs-plausible.
    Nous ne connaissons pas de dispositions semblables dans
    l'architecture ancienne.
    La corniche prsente des dimensions trop faibles de hauteur
    et de saillie; elle parat crase sous le poids des decorations
    accumiules sur l'atiqlue. L'archiirave aussi est orne trop
    richement et l'ensemble pI ait un peu courtr et surcharge.
    En gnral, l'ide d'innovation prdomine dans ce monument;









    - ri.' -


    lout Semble iliditl'i. un U 1 'lisie clierchl:int a s'alfranild ir des
    jl'.es -ripioils ordinaires te l' art. Il ava~it Ien Ore'. sans1 dou1te
    les illusions (de la j,:,illuej .Ji; peu.i.-tll e itn lit, a1 ait-il l'am bitliui
    dle se cp ser en ciher il' d 'e le 1i3r iri-venliol l' ul n geii l io' n 110 -
    v Iau'? oiquilt ii n oit le ices coiliculii'fs pour arriver son
    but, il :I sacrili, nouis jiOIIvonI s p[ esqlue dlire inil)ilO aiblement,
    le ~COi 'C : il ; g acienx la r'gle l l iiia l ie, la sit plic il
    tii got du sicle plour l'excs d'ornemienltaiion. H1to is-noiis
    d';ijou(er qiue ces iiipeilcittions sont plutt celles de son
    poque que de l'irchitecte lIi-mide, qui, dans la concept.lion
    et l'e\et iiioii des details, a lail p ieuve d'un iaeint rel. 'To tles
    les scuilpiures sont dessines avec le plus grand soini, places
    aivee in go'll pai ait et lmoignent d'iet: imagination vive
    et puissanile.
    Liin resiunii, i'ipihlle de beau sous le point de vue arlis-
    ntique, n'est pointt applicable lout-a-l' itil, i note avis, an lem-
    ile de Minerve. Mais mialgr ses dfoauts, in vilable s tonu
    'omeiicieC ilLent de decadence il est, dans son ensemble,
    excessivement joli, coquet( gi acieux original, qualities qui
    doivent sullire pour le rendre dignet d'une tude srieuse,
    l"pite lanr ule personnel plus .oilipetetile que nous en miatire
    d'arclhitecture.
    Nous ne pouvons assigner de date precise la construction
    de ce monument; il nous parail impossible qu'il soil anidrieur
    aui rgne des Anionins.

    III. AltC DE TRIOMPHE DE C.RAC.ALL.A.

    L'arc de triompli e dti Tliveste te's du genre de ceux ap-
    pels Q(iiiirt/, *ns. Sa forine est celle d'un calrr parl'il don't
    clia ine lace reply senlte un arc de Iriomlpie ordinaire une
    seule arche. D'aprs celle disposition il devait de loute n-
    cessit tre isol conmplllenient el orner sans doute le milieu
    d'un,, place on d'unl clailisoeiieii l public.











    i Avaiit la detcon'criet l ce 1 OiiOinII I clil, dit M. Leillrolii il
    < exisiait un seul arc dleb( t, prl seinl;int le iiLnie ;iralt're :
    ' l aest l'a (le Jailus Qu:ilriil'ions, 'i Home, ; m;ais, ajoute l-il,
    q ceUx (lui se ri;ip;lll' l la construclioi de ce dernier, con-
    \iecldront que celui (deI Thleste est infinimient plus riche
    ,1 et ilus l Nou.s avoiis diva\ii iious le desisiii ditaill de l'arc de Ja-
    iis; il sUllit d'y jeler il1 coiu -dl' (Ie M. I.eiroiine. l.'ar de Iio i e riomp Tlhhe vesie cs i s in vri-
    taible chef-d'o _uvre d'uarchliiccturie el doil itre rang lparini les
    miionuinienis les plus remarquables le surtout les plus rares de
    l'antiiquil romaine. Les mairii;uxi qui ont servi 'i sa cons-
    iitrction sont des pieces calcaires irs-blanches d'ui grain
    ierr fin ie assc/. tendre pour l'excriiion des Iiomntl'reuses
    sculpliuries don't il est orn. Nous n'a'voins pas encore iroiv
    dans les environs de Thliveste, les carrires d'oi celle pierre
    a t lire. Le marbre ne figure pas dans celle constircion.
    La plancile V\l reprsente la perspective de l'edilice, dgag
    des lerres qui en encombrent la base el les approclhes, et d-
    barrass (les ruines et iiaconne.ries byzantines dans lesquelles
    il est en quelque sore ei;foui. E n n mot nous l'avons dles-
    sin el itil l a aprs son acIhevemeIl. Il nous a l facile de riablir le dessin
    primilir en son enter, fi cause de la symtrie parfaile qui
    existed dans l'ensemble; les parties conserves d'iii c
    servent trs-bien remplir les lacunes rsultant de la dgra-
    dation des c'is homniologues.
    Le massif du monument se compose de quatre pidroits,
    runiis deux a deux par des arceaux de 4.m 60 de porle, avec
    une liaueur sous-cl de 8" 50. Chacun de ces pidroits est
    lin carr de 5"' 17 de c6i, et l'ensemble des quatre est gale-
    ment dispos en carr ; ce dernier ia 0' 94 dans ses deux
    dinmnsions. EIn avant de chaque faade s'lvent quatre co-
    lomnns d'ordre corinihien, deux de chaque ct de l'arceau et


    ' .











    fo~rmant ainisi te quilon apel-le dt*x dv:ie e Colonnes lii-
    ne dle la faadIe, est p)lac iti p11lilasii le, quli, lit. Ilitilie q11ai tc I'iiple
    pn(I t des i seizq, nAisi quie cehli del Les clualeux tirCichmiet .C illiiilnlleniu dopis le Solniml del ( vcna titi pavnge en dalles tantees sur lemptielle impose le
    Iili.i(s:i~l, ou rouuve u 10r 1)5 C&esl, comme on vil, i tii ceii-
    ihieine liis, ln (liIiice (Plii st:e -pare. l a et il (-I) i-silII que les iis (liiiiisiiis dii iii(oiiuiiieuinu iloit -
    r' j q iipeu ei huimenit a solal gales enutrme elles. Noi\us nIe
    pa:1ilions qu1e diiiniasslf ldisantl b'aiiim ii cieneii
    la saillie des !il:iasi es et des c'uies ainsi quie de *liirmei-itit-


    lard. Ceue icula ettriee iiie ol'iire siginamle u rat-
    lelin~ dlu lecteiur elle lin js, a noire avis 1'uefue dit lia-
    saial: niai:is anu co)itIile, elle sembiIle teiniiigiie'i de liinfeirioi
    formuehlle qu'avait luicluiiet-t&' dle prenidre pouril massif ColIS! 1,11(- I lOI iUfl ailibi pafll/tl.
    Les planchies v[Il Iet IX conlieiment l'tud duile I!ptietl de la colonnle et de lVeuiallement.
    Les deux tableanx suivantls el) ie-stilmeilt les dilniensiOns
    principmales et peiltlltau lecteuil (Ile, (onipaier l'aic dle
    Irionjhe de TIie'veste aux autres ioumnsde l'art anliqule.


    - ------- -w












    I1 (ILON.Nr.S.


    DIAI P. .\1UTEUFR DE LA COLONNE: EN

    OR(DRE. I MODiiULE.

    la : iI

    .1:; k'l.. il



    '! LT.~u.E~Is'r


    II.\ IU L, F


    L\ 'ti :rFn EN
    i 1ii-irri J


    i ~iIEI
    1''.lln\Y r

    -1~i~ j Oi- lr'


    Il. l.ii EL' n










    1.-3. Iii


    11l.ii T E Li R
    E, R



    m02ues m-2.ii.75






    II iiII I Ili

    L'r.,. T L.I. PL[ 1 1'I


    Sr~~. s ls


    J I i RiTii'iii
    - icla in r -e


    0 l riRE







    IlPb e.


    MOULILE






    0"1 .


    '.i. i 1.


    i-


    c7









    :;S -

    Le p 11 -iiicr-di11 i C t;ible:i.;' Illu l lii e qu les ol)(ortion1s dis
    C,>l ii,, .'s- iil ti jHIi ,i',S "'ii," ;,, :ilo (l'I. ntterlteill ien t dans
    l';ir.!tii fil i.,, irl::liit' (I. quiii frapp: j uriullti (dl.ans le ii d euxim e
    I;llil'-;il "'*-( i:i !:lllii lr I de uit-s ill Ue d.1, l'en iabledi t ciii C inll-
    :i';,r<< :I 'i'li i I 1; ('u il-liie. i);lIS l'i'il]i'<. COriilliitII Celle
    l:1i, 'e;i" ',:l _i:ll It lt' ll l rt r11 i 11~,(. : 1.,i II Ul tles I1; 1 4Ilmui (l1 , ii, ,1',l .... I ;) ;t 1 I : i t n li i ..
    CI'.; r iiilc ;i't (i I r.il;i i L iliil -ifill, ill'c- 1 i i l' l ""'"7"7 c id u 1j,1 -
    l l .r:ll_,,. I)'lill II 's)\ I ll t 'L'li ceile' t lI ,-
    tl II i ,iii'D i in ii l:. J lili i' . -'lO II 'l dIl. i !_' l Ictllt I; Ili'i *nr i *t;
    I c' l(. iuii ir;l n ll i|ii'i!i ii ;tli id l'fi is'le i oiinl 1<2 li;niiio d .ti'-iil
    )liI 1''1 p(;ir do1i ,l,'s i:l sci'il)ti ,i ielle Ic ilil st'liill'e ") re-
    ' V:' ilI'. ('.1:s ill_.-'li|l il, ,' t (<'n 1)l|10s5 (: i 'Illl (<1 rl;iill IIU tillLir
    il I' li'r 1,s i I, liilli.iilh: iI r 11 c I l l l lll Ce11 lC )l:llIc L 'i ell'Iil lic s In'
    ti'' lettres.wI:tti ti(ti' lnietr etliti u ;tn atiement dtermines at
    l';tv;nc- ; il fiallaiii i ii iii nii iiii n d'eS|aciI e n'cessaire jpour
    les ci' ilt.'ilir. .A ll i t1 r''uii. litr "C I~.- i oI ivcIi.'I ii 1, d'tilnl e 'fise
    I'0oi le'.v'" ., qi| ne | s l:iii i iil s.cti' loiul ; lo r '1 c l ti. I ll'; r lil L'clt ii la I lC i'iL' li'r-
    iiiilir i e l '1UIi ie dle co itii lie :;sse/.- ltire l' la vi rit mais
    sullis;,inti' poitr Il'"ir friend re :i la lris' I':ml'p[arence ien quelque
    (i'ltt Il'lit ;aiti]itiL' suit' ilt li'llune deuximlle ori 'lli.ile. Celle
    disposition lotus se.'ible Liden imaigilln'e; mais a-t-elle r'ussi
    'oiilcit Iln t ti (1u'iletr ;t1 l milOlilln tent toute l'apparetice de
    li'geri't _coiivil'ialillc ? N its laisseronis aux peelsonnt-s plus
    ,:Otlt y'llnit.'s pine ilui.S e:i arthiltetuire, le soill de r Oipouilre dt
    cette qutiSion dlit-ale.
    L'espace inltiieur, termin lalralenment par les arceaux et
    les pidvesiaiix est dans l' lat actuel t ci.el-ouvert. I'rimitive-
    iment, il it'uen tlai ploiln ainsi: ne vo tlie en pilaie-I)itldes
    If lorm n t i ld;irout, le fermait distiliguie encore la cOrnliclhe tl 1le conlllienceetllltt des caissoIns
    'iel'le ll hl r (Lt Cuts e et recOilvetrl de scul;pireu- (l'dulne lilies5e
    il'exeiIItini retuarquable. Ce plafond devait ire d'un elfet
    Iilagniltiie. D'attires ipliaroids, setiblaLbles san:1 s oAilte au pre-
    (- '(delI, existe.til eti ro'e ..lais un paait l';: iti ';i (de roi1servalliOll,


    * 1**-"" ""iii iii












    1111!'4! les pilkiSII eS c1 li. s il'S Is lifais. i..i ill qque anms




    et1 le bion got.
    :cniiiic sti tl le !.iI: iiliiui i*I' Ii eSt;iiliiit pl*
    Ica Imil i:lAc,i liI ucu zile,



    phr cupen haJlonie ave duwp*.(~ ~lSFl
    1211(ni2lic, < it:mile ,es l a in<. ablu : l4- g1i:iii iCt)1II 111 (--SI (J vIoii ';t'pa
    le% modotillons quIii le larmieril (i Iiiiiiii; il;, "mil C-C IIII~I~
    Iciiiieiiieiit s' chacun iparune ilsuiNplaces 'n relier. t1 iUpal'
    'lacautii, sculpiit nltiiimios enllcore danYlIItiagees iusi le Aind ui cargeeni unI cI d essi il
    jultts siicisii le leid iv i. il soiiit plaics <' I- ii- l ui. Loi ii' 51







    ci'iii. dei cqlu au goiii loiuit le so Oiic (l). deI:I
    re
    Aii-tlcssiis Ne toug autolm r dp leoulriitblneiii qegule ei Iri livle
    celnleac 1.1 nul les Lui' p0 plssimplafie auei tj :ids;ee t eas qe(eO' .1 S5




    crtifue, ce qui gaio stiploihi ce iesioinr d l S cuii,t mes
    l nen dsiui capioitalai ieomme onuqsaiut ui loels dit ui la-






    Aur latsu ete Sl it, cca ait i(iUe sVelf dle pigdetlu li ii peti
    sdimple et uni(e ion, 40 de hauteur. Laiomn aplle Irun akilli
    su la i//



    e disuros plaSu recevot' illie satut. (Jes cpndsid-iat'j

    (i1) NouIs p1iw un p 1d art que 1l';rc de e a t.' coiisrtrii
    flant I'.s uffeS211 2 12 et une [.laLlie (le 2 173 ipi s l1 -(-.


    - .) 9 -









    - 1iji -


    syVin;lie siilliiiil pour leiiiInilirer que ce tli as(lyl c 1 poiuvi
    Im';i irii! hle si'l tlii ounieiiini Ici dliil I.'lotli ses se pl-
    Slenteili, i lles dl.eux c'li_ rolal; ilil. .gale priori. La pre-
    miri e conl sile ai, lil:cle l l: qu'il y avait JiIns le principle,
    leill\ ;ilieii es l'ili ai i-dessus dei i la litc Suil, c'e~t cdiii qui
    ii.li e :.l,'I li e il ln11 allllir' si-llil;lbl.l, au-dl ssus le 1 1.] I:l a
    Nol'rpl. lr la seconilo li\,pilih-se tout aussi possible que la
    lIpr(hlidente on suipposel'ait q'ue lchaciine les quatre l'fades
    avail son Itli sl 'l qu(ii li s 'iirn i I ail;. Voyonsi si l'tlide dles
    pidroils Nor- d'i mlonuminili ni .jellel a lias quelque linuiIre
    suir elle quiesioiii iiieiess.suile no iinrant i liquelle de ces
    deux lIypolhlises il convient de dionliner lai ri'drennce.
    Voici c:eC s ilnsl: millions (. I ielles que nous les savons releves
    stir place ; leur inierpl'rel(iaiion csi elriile de l'ouvrage djii
    cile de Il. I. lienir sIur les on ents pig raliliqies de
    I'Alg i ie.

    iN I.- Sur la frisc dic la farade Oiicsl.

    IVLIAE" DOMNAE" AVG" MATRI
    CASTf.ORVM" ET' AVG" ET' SEN-
    ET- PATRIAE"

    J1tliac D110mitc A.i.lt lus c t pall'ilc.
    On voil que celle insci.ipl)ion est ddide i Julia Domna,
    leilnie dle enipereuor Seplime-Sv're t inre des deux
    emipere.'rs : Dsiainnus Caracalla et Phl,'hli.s Scptini.us Gdla
    Sepilmine-Svre inmoitii, on se le iraipelle, en ' ier II apres
    ,I.-C., et l'anne suivante, en miars 1, Gea l'uit assassin
    par son lrire Cairaalla dans les liras mme de leurn

    .1) Ces inscriptions n. sort pas in.diltes, et sous :_. ra|ppoil tIjles offri-
    ronlt PrOU dil'ill.It a quelques l.eteurs ; nous avons :_111 ct-o,- n ant de-
    (',ir lis riprolilirei parvce- qu'un ouiiragel dlescriptif n,? d(oil rien omnettre
    poufl l li,' coitllpih .









    - 0I -


    mre. Sur toutes les i inscriptions dlicaloirces, qui lom-
    beni dans I'intervalle de ces deu\ dates, I'imprlatic-e ( doLia-
    rire ilJlia Doomiiia ait appicl, dans le pi iicipe, M T'' AV\GG
    NN, iiiater Augistorium niostroruni duoirinl. lMais api s la
    inort de Gela les noins les litres de ce prince et jusqu'aux
    lellres isoles qui pouvaient en rappeler nmnie indie-cle-
    mnCmil lr sotiu\-nir, Y janlt tl nmaicls sur les IIIOII111unt1 1 s pui-
    bliis, les sigles G G; cet N N oui d subir le iiiie sort : on les
    a reiinplacs par les letir'es siii-ples .G et N ce qui laiil MAT'
    AVG' N. mtiai'r Auguisti nostii, ou qu|l el'ois seulniient I MAT-
    A\'G. iiiater Anigusti. Ces fails sont acquis aiu domainei, de
    l'lisloire et (|iielque5s persolnnes tionivelont peult-lie qu'il
    lait su pei llu de les rappoiter ici de no oveau ; nuous avolns
    cependant cu devoir en 'fire mientiion pace qui-e plusieurs
    de nos lecteurs peIi enlt les avoir oublies ; ils sonit dl'ailleurs
    bien ill'tressautls ar t' eu\-.iienles t d'un puissanit seco 'rs
    pour l'explicatiio(j d'un grand Inoiluie de iiionuinenits pligra-
    Iliqus qu'on rencontre n Al 'rie. lDanls l'insli iptiion qui
    nous occulpe, le iiite de MNIAT. AVGL. ligu're sans marte-lage.
    D'api s ce qui ir'i',cde, on doit conclude d'unet iiaii re loul-
    a-fail ceriaine qu'iele est posieri-ure ai l'ainne I- et en
    moinie: temps anterieulre a l'annie pique de 'assassinai
    de Caracalla et Je la mort de Junlia Donina.
    'oili donc deux liiiltes asset/ resireilites dj'i, qui coinpren-
    nient la date de l'aclievenient dni monument. \'oyons si au
    moyen des inscriptions ulitieures, nous ne parviendrons pas
    iL les resserrer encore davantage.

    No 2. Stur la frise de la faalde Est.

    DIVO' PIO" SEVERO' PATRI
    IMP' CAES' M' AVRELI' SEVERI' ANTONINI
    Pli FELICIS' AVG' ARAB' ADIAB' PART' MAX' BRIT
    MAX' GERM' MAX' PONT' MAX- TRIB' POT' XVIl- IMP" II
    COS II11 PROCOS- PP










    il'j piio S.ci'vir, pailri Imiperaloris C(ai.sa is Mlarci Alirc!ii
    Sr'vcri A.toniini pii f'licis Algu.qsti, Aral ici Adiahbeici Par-
    tlici ii.ricii. Bi/anu ii niarii, GerJuinici ,nIa.vinti, Ponifi/cis
    ii7 imi, T7 ibu< icia" po;h.sals Alil nmperaior'is Il, Consi lis
    1iii. piroconsv lis, patris Ih71riac.

    Cele dlei\ieine inscription csi ddie " Sel)tirne-Svre,
    pre di l'eipereir 're naiit issianns C:ir'a lla, quli Ilii-mime
    v ILguro e(iii ioininlc paIrloil, l i i r sie sur les IncI IIi'iInniI s a'ri-
    cains) soLn l's l iinnis dle .MI'o'ls A iurlius Ai toliCnif s. Ces
    IIuins, si clears au people' romanin et si vn'rs encore par
    lui. Ce ful on 191, l 'i iintinae;in ville ,de la IM sie sup-
    rieure, an IInI lei oil umllait s'Au rir lat I le lterrible centre
    Ai ibinus, iqul Sei tilii, -Si vere, oii adroil polilirill I, les avait fait
    dloinner i son fIls cii n me e.'nips qu'il l'leva aux dignitds
    dle C csar ut d'imii[)p;ialr deslina:ins hiritier p dsoniplif ).
    iQuaint la dnie de l'insci|ipion elle est praise : c'est celle
    le l;i dix sepliiiioi piiissance lil.uniciAiine e C ra ( jcallh;.
    Il nous sertl l';rile dle trouver i' quelle aniie de noire re
    elle coirespond En el1le ce priile fui revetu pour la pre-
    mIire fuis, de la pIissance triiiiiieuiie, dans le courant de
    198, quil(ice lemp s avant le dpai i de son lre pour la guerre
    dles l1I Ilics en; MNls polanlie; d'prs cela la dix-sepline
    a;iinne d e lte diignili rpond aux amnes 214--2l 5. C'est donic
    ;' celle :|)'1> l qu l'inuigi'r;dni ion de larc (Ide Irioi|lieh. de Tlivesle.
    Lai Iroi.sinme inscriplion, clle de la faade Sud est pres-
    qu'illi.ibil,; i,,ilmna moins, quehlue dl:'Ie--l letIse qu'elle soil, on y
    reconnuitii une ddicare Caraicalla lui-innsiie, el les quelques
    leitres quiii o'ni cl rispecles Ipar le leiups j, inles i l'is-
    criptli poecdelile, oft sui i M. L. IeniL r pour la restituer
    '11 soni enMier de la maniere silivanle :

    I nperalori Caesuri, diWi Scveri pii Arabici Adiaben ici Par-
    Ihici .11axiimi Britauinici .lla.rimi filio dii ,Marci Aurelii Anto-


    - i)-2 -










    - G;:) -


    niti Pii CGrimnic; Salirmaici/ nepo .1 it di'n ,In l'il A ini 'i C'-pe-
    poli, divi Ilao'drini iabuciol, dili lt. inni Parlhi' ci dici .Vr-
    vae abucotti, i llanr'o Auii lio Antonilu Pio Fl.ici .-li,~/.'stio, A-rii-
    bieC .Io diabcnico Pa/ Iicu, Jin.rinto lhrtnnici it .rin.i ii'rmo-
    nico Mla.rimE ponli/c i t, iici ,lislo inpoleiis .\11 ,
    iiiipcralorii c iilil, ionisi/ f/ c i.'li, pnlri pi/ trim c

    Conimne pr'ctidiimi ent, Cara ;ill:a p riiori d:Ins reiil ins-
    criIption les p'inls c'l MaiC'is A i'Irliiis Ainonii is l'il!s. Elle
    reil fir e 1 n li < le ( c'or l'l;ce ori liii irei e ci ('iijilel i Ihlt'ls thic,'eloliqu~lies (ii i. l e(t i iii -i' ir avait pris ililailii(c
    di se confrer ; on y rcI'ontiire aussi (re qui esi plus rare)
    'elile giieilogicIe liti 'e Ipar laquelle Seliliiie-Sdvcrre s'elail
    inoiniiie d l so pIio l oprle c if.l lils de M ric-Aurc le ess:ls i;l
    ainsi dl'enier sa dynasiie hircldiaire sur Ile iroe adoptif des
    Anli nins. \'Viins ll'oiis! nionis die cin li lres s'lcouilen centre
    lai north du fonil:;enr de la dI nisic s -i ss 'i'iiilne el I'ssassiiail
    de son dernier rejelon Aleiidrie Severe. )Dans l'intervalle,
    presque Ions les nieinllrs de la l':imiille suibissu'ni le mIneie
    sorI, ei lonmient sons le for des 'lreioriiins. Stplili(.-S(.\lr
    'tail c penJ' i nt dont- d'iii.e Inergie s:is born" s, d'uli .ouirag
    Ioilc tlpe ilXo. Il avaiil des laiiili iinIOilI'sbin le5s ; (c'1'i tiii i
    g 1nie v;asl! etl puissant. D'Fo vient celle dure plhlll'ulre de
    soln i \nvri? C'esi qiin l'iedlirlIe qu'il avaiit c nOiS lil i rposiit
    sur nli sol flingenx, et les iiailiriainx en ltaieiil v leriiionlis.
    A Cclle e[Fo(I|lin de passions elTrices e de ices ss no110111,
    la gangrene (le li coi ruilion avail ciinv'ilii lloies les parties
    dui corps social. Ofin aisilt enrore de grades lchoses : mais
    si le colosse o10ain ii'ivl pas cess ti-nuit-f:iil d'avancer,
    c'liil pi tl t n v rin de In viless i aicquise que pair Sa propre
    force d'impulsion. Le moment approcliaitl o chez lui, le
    souvenir devait renip) ilcer I'esp riiliure ciar bienltol il allait
    entendre sonner l'hiure de la %ivillisse non dev cille vieil-
    lesse qui esi la done i rl'onplene d'Une vie irrii rovilia;ible ci









    - C4. -


    biien rie'n ii' iiiais Ilde ci'( l- viilless;. aiiiiL ipi dl-ec pilc,
    qlui est !;i c iilsi'luin celll l'ul-sic il iii l il < Ie L IIU. oulIeux di-
    bordel neiit.'ils.
    l. V:f'ibiillea g auindeur di-s ialilunls eOSit L nI' sur l li.bert
    et la v':iin ; elles seules ionsuolid nil les d nastlies et li'u t clu-
    rI'1r I l'b 'ulJilreS.' .
    l.'itsriltioti de la 'ut;ade du Nun'rd isu [>lus : l'niable-
    iiiL'uil ls[ coi .)ll) II(c'tile t (i iiuli jiisilii'a la i auteI ur des clhJ-
    pilt~eaX deis culOilnes.

    Ill aiu llit'l'S :

    Iv F adii'Udlt- <)usl .'i:s,.i rk'' s'r Juilia D)oIlII .a.

    o SudJ Cur'-aal.i:.
    4 -- N ior. .........

    Ce iaipriochtll.'tiil suItI po li l di oin1:lrt1r que i'iuienllioti
    Iini'ivit e de a a'i ni iieclt avJil t de- (i I cuiisu ia er l ia quatiri:tie
    l'udoadle t( Cela. Chaiiiue l m uii-iiin e (l l lual ille iitml-riale r-
    giluI le 1aurail u li lu ii)i uiln q ii liii il ddi sLo it > ip i-
    l Ietie Mlais I'lis:uss ilult die te princi rircliuli dine iie I'edilice, a d cliange.r ces dispo itlions ei
    doilciii aiu ll iiiUneiil de l'iiina uc uili)mi unie auttre dcstiil liOmii ;
    Culte iquatiritnic iu- l'a cde. Pur icle inscripltioni la ddicace ;
    Geta atura--elle elt t- re iplluace C< question nIuus l';it -11-
    irer d1ans Wle X'st chaln| des> (uI.cuijetlures. Cpt:t:i.dniil, (itoi-
    qu'il u:n soil inouts i e pelIS llS pIjs iqul'aitucun attilre ll' C 'S nl-
    nI ge vivantl die l'p)que, etl-il lait parties dic la famiille inpe-
    riale, ait pu lig il :ie sur ce muIu Illn. l, 1. i ll .jaloux ut
    Suutl)pouf lieux attrail t .'r d,'ul'r ;i s dig i en plj rlugeaiiil
    quoi que< ce soitl uve. it i s iple nIurlic-. CLetle eti litiitOiil
    ,ile, nolus ne' 'o'Yuis que Irois hIpuitllseso qui se rippru-
    chlnit de la \'eitii : Ou bien cette quatritime lace cu tit.uiiiit
    IJIue dluxmilite inlscriptin louangelus- ddie suitl C'araca:ll











    Iiii-iiit'iii, soil Iei i-ei re i o I pIr SepI lnI -Se: re ; ou liieC'
    encore elle (tait cons:icre :'i quelque divinit la de se Mi-
    Ilerve pail' exemiple Noi l Scl iS :15I Sse/. eilli' d'adilletre
    celt e dernire SiilijO>ilion. Clie l les loiliii d(Je ce'lle pol qie,
    la li!till i priii ial e ucl il aipp'ele donmn s divina et ses in ini-
    bL''s nre se criO alent lil iillmeniin'iit dlpl;ic' (. dIniis la sociel
    dles lieu\. Miiine e parait d'ailleiurs avoir Cl ador'e, de pr-
    ftre' ice i 'i l( 1' s u;i sll' liabilatiils dJe I'OI |)l Iii, pal' les Tli-
    vesiliii : c lail l-ii r dIesii c lultelaire Ileur pjall'Ouii t el i quel-
    que soi le (i Li'u nous pardonnie ele exprjl'ossiOIli clirei nnetl).
    hIill.-t' Ill'rO iii ie Cla c lo:iite avail-lle '!' f ide SOUS l'iilvosa-
    lion de <(elle diviiiit? Ce.s onsideralions nous see iblent
    sillire pour donliner iU ll erlaille probabilile a ce que nous
    venons d'avanllcer.
    L'iliscriplion suivante qui est grave sur le pied-droil Nord-
    Ouest i i idu onlllmeniil i : iuIlc:h cil soraiil de la ville actuelle,
    va jetle de nou\velles lumires ilur elle question si inltres-
    sanle dji sous lant du rapports :


    No .1.

    ...... AMENTO C CORNELI EGRILIANI
    PRAEF LEG XIIII GEMINAE QVO TESTAMEN
    T EX HS CCL MIL N RCVM CVM STATVIS
    ........ EN TETRASTYLIS DVOBVS CVM STATVIS
    .......... -T MINERVAE QVAE IN FORO FIERI PRAE
    .............. ETER ALIA HS CCL MIL' N' QVAE' REI" P-ITA VT
    ............... MNASIA POPVLO PVBLICE IN THERMIS PRAE
    .................D KAPITOL' ARG' LIB" CL XXI DEST LANCES IIII
    .................RI LIB Xilll ID EST PIHAL' III SCYPHOS II
    ...... OM.. M SECVNDVM VOLVNTATEM EIUS IN CON
    S-........ *CORNELI FORTVNATVS ET QVINTA FRATRES ET
    ...........O SIGNAVERVNT ET OPVS PERFECERVNT.













    LEc itsiaiu eniit> Ciiii (Jo> ,u'bi L-gr,lia ni, pruiefreli Icgionis %'1II11
    Geminac, il. qui Ieslaiimnci' e-1: sesieri>i nil wiiii, bus nu mniuni, arcu rlu S /a/i.is i1 .I ni iii Iclrasimjls
    iluiobuls, cunii .s(iiaiu;s 'ivi .eriel linciiene qwiae in folra fiern
    ju-arc'pit, puriter oal sestielinin duernla et q ninquagepin nil..
    lia iii uiiii ii ia ) Icj!,in l'cae ia lit..... gym "axi m prplilO
    iiiul,lc ini I bertuix prcb eu/ne. . adc ikuppi/Oliu'ai argenli lbrus
    .e'niaiel I eji iid(ftfl/a ii tsf laces qui/nu.... 'i acri liras
    qialordecmi' id est uihnlus wi Ires meyplos ilu o ....tyqntinui
    tomn/acm 'jus in couiis el Quit lula feutres
    ,/ cr~I>.i, us ..siqua vrituni ei <'pls 'ifc, n.


    (.*I1 ;leii.'11-1 illtuil remmliai.imlilL lve lus lii que11 le- pri-
    .lecs aiis :i iiemt eIle us pilancer >iii1. le noioneiim (lui
    nous ccui p e, et donne en mne umis des d1;ii1 fort ciemiux
    eit Uill.luiIls ccir ls le lecteur nie sa1wem iaislins. 1ijsiioo-
    riiLiqllu : de s Icisli miion et, vil i; rl sur Vci;m dle civilisa-
    ticon :vamue! auqujlel t:mt larv~iImie l*Au iiiime rtuaminie au conin-
    flieiveritid ui 11V ll, se,-, sclo de Iifl< e'UC.
    A Vtl dot itiiiQ liiiOiS l I parlonls il Uxtisfil loigi- 'II cSe
    de-- laimiillts i oaiues. qlui lie devaiemul gucrv le ce'Ier en mn -
    imemmu e et eii i iclusse rells de la cajmmt:le Cvte imsieamiio
    f~iit priu-nm jusqiia' nous1 le (mi le lme dl'elles ; Ceila la-
    mmillu omei i clii >emitc en il! nmuemt par trois Ores.
    I..s deuxi preniu!s (.4rmiehuts F'''itatu set Corneiucis (mim
    haltewi livesie ; le CiineCmS(ornmelius Egrilmuus
    Li onilufl(lE la t *ll" lgio-ui Ci-mina dontl le qiirgma
    est, si owu ne nous iroimipnnes en Pannmonie. 'Tous les minemu-
    tures de-: cette fammille, coimmue la pluplamt des AIuic:mims pur-
    t iviii uni olev''ueiniemi et iune e4rmeii 1vmir e,m-evm qumm (le sgi C('fl t alriceaimi lui-mme,
    traitait touijouis, aveu: une 1diles ihm nmarquW les habitants
    de sa terme mui aIue. danms l ~aes deu -soil gou mimcumemi


    -- il -










    - tL1 -


    lu -211, I i ien l' .i s ;i prI ..,i la lidct 'le ri Ipriinc,-, (Coriin lin
    Egrilianns nimnril ; son loir et laisse ;a ses deux frres rTe-
    veslins loIle .:1 for'inl, (liii devait lire coiisidtlble, cIomme
    OLus alloins le voir.
    Avant dl'aller plus Iin,, (]ll('on iio ', er:ii'ii' l ulle 'rel '(Iarque.
    L.'iiicripltioni ne dit pas la ville dlJnis I;quelle imouiinit EgrIi-
    limuSis; inois ilii s.ivoii (jsloie IP);u s'il ml;ail ai' Thli'cfr dans son
    qulialir-gi nral on p|I ul-l'e act.idle.tlltleieit dans quel-
    jm',aiiniire ville, li"rs|iq'il liul sIii'pris par la iori i ; mais ce que
    nous pInivous A:ilin'rm '.si qu,'il ilail dlnis l'exercice dte ses
    Ifoui ions car s'il ;ivaili ( 'n reri ;i ile, la s\ll be cae aiirait
    iiet'ssa. iri' 'i nl t pi', ie('cf: s'ion liire d ei' Pi '.ra fecIs.
    (.'D lli nill s li.i; :
    'Tonit 'i la:is;sa.n:i s;i Ioriiiic' :'i ses leux fleies, le commini-
    il;ini di, ; la 1.' $ ion l iii: cerlaiii iOi lie de le paritii lieli s auxquels ils laient
    obligs d Mleire droil, sons pr'in', sans doute. de perdre l'i-
    rilage. bonIs ne (lonimuissonls pa'. d'ailleurs. le detail de lonies
    les cl;iirges qui pesaient iin' eux ; mais Irois des conditions
    qu'ils devaient rm'eplir sont relates sur noire inscription, il
    laquelle on ponrrnaii donnier le litre suivant :

    EX'rI.ItAT UEs Cuoni:Ai.-:s ULI EISarA.iim DE CAus ConNELIUS



    l Codlicile -- OOn lcverta mn arc de triomphe sui'monti de
    deu.x li'astflrs qui ril'ermeront /lsr statues dles fdeI.. Aiiugtslts.
    On rigera aussi dans le f/'orun d'. saiaIes au divine S'tei' et
    la dtesse ,llitne' re Dea'r' cent cinquanle mille seslerces seront
    cndloyys l'ea.rietion. de ces di'er; Iravan'.r.

    (Comme iu- o'is l'vonsl \%i, lon pi"-nv';il 'iri' jut:qu'ici dans l'h-
    silation sur le ioinlire des ilrasi\les, et le supposed indifle-
    reninllmenlll (l de iex oin le quair'e avec des chances gales de











    piro'; l, ilil Ce. qulii I 'i d e< h l' ve lolile ii nceri il lnl e 'i ce: '.iril
    et ci e lie v nomilbre :' (le.'n irrivocablelmcii Lis dentu A:n-
    gusies don't parole l'inscripion ne eventt ire que (lia et
    (:C;ara;i lla. l.e I ioiiiiiiiciln a donc el decrit et son exi cuiioi
    Cominieeiie dlaans le (o:i I space de tiemps pendant lequel ces
    (liin eiii|iiciinrs oni rif gnif ililitiianie neiii Ce'si-;'i-dire en ii 1
    o11. dans les coiilII CIlC'IIll( ,its (d.l- ' 2 a; u plus l;ird. NuIs savons
    dij qlu'il a c temic'ilin vers 14--215; il a donc flllu pres de
    trois ans ioir le construiire.
    Ce lqui est dmonir aussi, c'est que l'iiiiention primitive a
    tie d. cons;U>srer ;i l'a' ade Nord i Gla et d(-l la suriniuiiler de
    ;i slta;Ie de ce prince. iUn seul point reste tld:s le vague : par
    iquelle si;lltu celle de (it a-t-elle l reiCplace, quand on a
    inuiauiiii e le iiioiiiiinulleut? N\oire opinion que c'I'i it ou la stalne
    de Sepjlime-Severe un celle del la detsle Mlinlerve, semuble con-
    liniie paiir l'ini-ici ioni iniiie iqui, toumelis, ne pl'e ise lpis
    laqi.lhle cde ves ]cdeiix hyliotlihpses il tconicit de doniner lIa prd-
    I'rent'e.

    2,1- Codicile Une deuxime soimme de deux cenli cifnquanic
    mille sesirces scrap consacrc donner des brains graliiUs it loIl
    le people dlias I'lablisselentl des lert'r/mes.

    Ajo)utons lonu de suile qn'Iune dernire inscription sur le
    pied droil Nord-Est vis-i-vis celle qui nous occupe, indiqne
    niiiiluiieseneiinl tous les jours de l'iinne aunquels ces baiins
    Lgralnits el:ietil octroys. Ces jours sont0 i a iinolbre de 64, el
    imng'alement (listribuds dans les differents mois. Qua:int i l'ins-
    cription, nous croons inutile de la rapporter ici en son entiei;
    elle a pour litre : Dies gymniasiorlum in leslamei lto Cornelii
    Egrilianiii, et figure dans l'ouvrage dEj citd de M. Ilenier sous
    le n0 5,080.
    Ces brains n'e laiient pas donneis uii e lois pour routes; inous
    ci oyons plult que lous les ans, aux jours iidliquli-s, lei people
    \ avail droit. Le legs e il doni e al:ii niil ; ii doii en concliue









    69 -
    quie c' taient les inlirElS des (l enii cit ciiuaiile imille se'C
    lter es qui servait ii l';i cc'iinplisseulii lil (il: 1; vollo til (II les-

    Or, le 1tau11\ l ll de ii ;.ntell l'eiilire rOciilaiil de
    1 i,. (0;) i>;ir au1, les .iO ,000) s e:-nl es leslicilu i lt gl i-
    liaUiis devaiein fi>iiriiir 'i la caissC iiiii iilialJ dle 'IC Tli\c.: 1.11
    reveUin de .> 0,i), ) Scslerccs. C'csi, ( c le r il.'r e S 1iiiill-e (liii
    Ctlii desii ie i couvrir les fraiis dc s sui xaiile-qUilre jouii n ae
    de .bninl grati ils doll cliiciie reveiiiil par' uiisqiiiilu t ;i
    .)O<.i i/'6-i - 409 sesierces. NOIIus a ons vu l'iilleu sS iur i c-
    dcniiiilnt qiue le cirque e i pouvail contllenir' 7,000 speca;lteurs
    environ ; cin admieltaint que ces spectateurs taient prcis-
    ient les milmes que ce-ux qui vaienil droit aux brains don't il
    s';gil (supposition qui nous semble rationnelle), on eni conciii
    un prix de re\ieii de -4G9/7000 =-- 6 millimes de sesterces
    pour chiaque bain. Celle fraction est .i peu de chose iprs la
    seizieme partlie d'un sesterce : or, il existail iie inonnaie ro-
    maiiie qui avail prcisiient celle valeur; c'taiil uiie mon-
    inie de civre, la plus petite, appele ier u rcius ou quadrant,
    d'iiiO v':al'ur de 0 fr. 012 de inore monnaie. Ce prix de re-
    vieni, tris-faible, est facilenieli explicable : en elfel, I'inscrilp.
    lion elle-ninie iious apprend que l'iablissemeni des hllernies
    existait dj; il i'y avait doing' i fire ni frais de construction
    iii dpenses d'installation premiire. Les 30,000 sesierces re-
    prsentaient en quelque so le ce que cotaient les rpar:a-
    lions des bliinieniis, conduites d'eau, bassins, robinets, etc.,
    etc., et l'entretien des employs et esclaves ncessaires pour
    le service pendant 64 jours de l'aine. D'aprs cela, la somnme
    totale consacre annuellement palr la mnuiiiciipalil l'tablis-
    senient des liernies, soimmne qui figiirait sur le budget de la
    ville au cliapiire des dpenses penit se dterminer jusqu' un
    certain point ptal la proportion suivatile : 64 : 30000 :5 :
    X =I 17o94 sesterces.









    - 7i -


    An chapitre (des i' 'tll,, 1i balance '1l es I 1719 I .4 s,.etIC'
    s'elablissait :

    1" Par I1s 30,10 sesterces d'Egriliauus ;
    2" Par d't;ltres dloniatioiis peut-etre ulli nous S)ont restes
    inconf iies;
    Par le produit ld es res ecees des bans ins ion ratuits qui se
    pIay;ient sans ilnie ilii pri\ s pii rieiii r eehli i ;abli plus
    i .lu l.
    Nous Ine nous liendrons pas davantiage mIr les consid(lra-
    lions d(e utlles series, auiixcqulles ceilte partie de l'iinscriplion
    )peii donner lieu. ille suillitma poir prouv\er, si lnoLs ne le
    savions dj, l'existence d'ine vaste admlini istr:ation iin i ani ire
    rguilirenient cunstitue, donit une brnii'che dJevait faire parties
    de celle admirable organiisation municipal qlui, tlnle seule
    peurt-re, )preserva l'enmpire d'une d:isoluiionl comunlte pen-
    daint la grande anarchie mnilitaire de 25'5 i '8.2, et qui, certes,
    !'ul dains le sicle snivani, I'obsl:tcle iprin cilial pour nil r'lard er
    la ctile dc initive.
    En mnime lemi)s, si nous suions un urdre d'ides lilTreni,
    que lienser d'une nation o le dernier des 'ii,'vens d'une ville
    de inrovince avail droit ainniellemenl par un legs de parlicun-
    lier, soixante-quatre )hains gratuils, ontre ceux pliut-eIre,
    que lui arcordaien dj:' les iniititutions locales existantes?
    Miles measures slem.blables dans un l but d'hygine publidque,
    soni lonables sans doute nIais, pounsses i l'exls, elles d-
    g i'nrent en mollesse el conud is.ent inuiilillillCenIicit uin Ipe) ple
    la dcadence. Pouvail-on esprer encore quelqlhuIes services
    militaires d'un soldat qui avait contract de pareilles habi-
    Indes enleiiineCs? Ou plutt, tait-il )ossibhl seulementi qu'un
    tel citovyen consenlit encore i l'aire le rude rmliter de lgion-
    naire ? Mlange bizarre de force colossale et de faiblesse d-
    nlor:able! Il tait temps (que l'dit de Caracalla ft ipronmulgu











    pour vieii ic uin iinltn t la % ie .' cu -id,imid corps stiir le point
    dexl- i> ier i(I)

    5ifl Co( ) gi. Cite. C1 il' diX. lit-l' V l'(ll'. I IP .I.C . .
    (/flQIor.t! livi e's Pur ii-iIIt'/&i c auI et/'/LIL emplupltts ..

    Ldes l:cufle di [exil: mItrel'( c'IiitiuIiessrr( et le
    anqui<. ablsolu t iii:iie m:m iiixi li iii qiier d:aiiagle vette p'artie de l'incipt'ionuI; alissi nlous ahisiieii-
    droms-ois (Je l'iie olservatioi 1: ce .ijeI Quanti la valeur
    inflhiisglue eii niuimcrairie (lisc lus,)r 1-elaicil] I ) T) lives
    d'argcin et les I 1 livres d'or, nous allonts essaver Lie la dlei'-
    miluer

    La lEe oimaiine est de 3 grainmiles ; les I o lives pe-
    salent donc 5-T X 170 TO Y>:i0 griamnmes d'une valeur de
    rl,18Iaiics oli 65,1,21 stSestereS.
    A l'ioque ()ii iinos suiiiiiivb ariivs, le raippiorti quli existait
    alors enlii e leb vale-urs d'mi iimif polls d'argent ei cI*o laht
    i/ta. l.es qilialorze li''es d'or qliiuialicii joie il 14 X 18
    _)-2 liv res cdai-ri iil qlui d'alprs-nc les dq'a ur's ce q iii pr-
    cdle, valaiceni 9s3,u'T Ssicirces coitmmte on le verra d'aprs
    un Calcul facile *i ablir.
    Ceci pos rcapiiitluins alii de coiiwiiire la somliie totale
    des donts ailis par Egri a i us sa ville natale

    I1 Poiuir la conlstruciion d'un arc de triomnphe b250000 sest.
    D1 Polir 61 bains gratuit s chaque citoyen. 950000
    30 17-" livres d'argent..................... 65215
    .1O I4 li VIi ft........................... 95_10

    Tot-al........ G..669,2 sest.

    (1, Ut lit il '.-( :1; defil il..'t 10 litre et lo's droits de- citoyen voniaiiu
    lai'~ i Mia1111 1l~ le. C". lait, t'i il'IiiiCiiI soi le, tine leitte pairrive d.e
    ial 11i1,'i111S.11 i f i -t:ii It q fq -le. nil mm< it.- tIouIts lea natonllitites dl.
    Ii dou il'm I *',mi'- u',1'a':m i mbis romaiii u Caracalla ne faisait
    rhii em i' f-11a-ilii HqIiIIe.IIII die niiiivrite lormitilion 1*ayait ait fisc IIuii-
    rial une ceirlaine somunme 'ari;ibtt dfans les 'liITa~ertvs pi o'inri


    "Ti











    Ces six cent ci l;ianie six mille neuf cent ving i -deux ses-
    terces, equivalent 115,)5G0 fr. 15 de noire imonnaie. Nan-
    moins, nous n'aurons qu'une idde irs-imilpal'aile de l'imiiior-
    lance plus ou moins grande de celle some, si nous ne con-
    naissons pas le rapport enlre les deu\ valeurs coimparalives
    d'une iidme qnanlil dei iiiumnaire pisCe alernatlienienl au
    coiiinielncellent du 5"1'" sicle. et de nos jouis. Or, ce rappoi 1,
    l'are de triomplie liii-nmine, va nous l'ournir le moyen de
    l'labir lir ppoxi iveniel t. IiI effet emiiionumii ent a coill
    i ConstI'ruire 2.-50 mille sesieries, ce qui l'ait -15,070 Ir. environi
    (le note nonnaie.
    Essayvos de dlerminer a comnbien reviendrail la coiisiruc'-
    lion d'un semblable nioitiii eni, d'aprs les prix ac:eielleitenli
    en vigueur aL Tbessa :

    Fai estimalif de la dpense ai laire pour coiisti'uire l'arc de
    irionpdlie (le Tlih vesie, savoir :
    Dblais, 500M' cubes f. .................. 600 f'r.
    Maonnerie de foundations, 500i cubes i !5 Ir. 4.500
    Manonnerie de remplissage, 570"' cbles 5 1 Ifr. 8.55 O
    Id. de pierre de taille, -450" cubes -i 80 Ir. 54.400
    Taille (le parement ,jroil bouclard linenient,
    800'" carrs 1- fr. ........................ 9.G00
    Mmnie parement course pour les arceaux, 90m
    carrs aS 18 f .............................. I .o~O
    Taille de noulures, 150"' 1carrs i 50 fr...... 4.5 00
    Pour l'excution de la corniche, 500 journes
    de sculpteur ordinaire ou de tailletur de pierres
    Irs-adroil, a 15 fr.......................... i .500
    Pour l'archilrave, 400 journes semblables
    ; 1 f. .................................... 6 .000
    Pour la Irise, 200 journes senmblables l' 15 Ir. 5.000

    A Iteporier...... 77. 0 fr.


    .... .,,_>









    i -


    I porl .......
    Pour les 1 i-randes colonies, lbaticle, rlanls-
    p rti, taille des fi'is el les bases, mise cin place,
    I l cormpris, 800 l'une . . . . . . . . .
    Pour les 8 colonies des ll':rasl :es ( Inmnie
    d;iil), 500 fr. l'uLne .......................
    Pour les sculpiltues des 2 h caipileai\ des co-
    luiine, 530 joii'iie.s de sciilpletur i c lhacii l'a;i
    7 20 joiurnies :i 25 i f .r.......................
    Pour les sculptures (les Ili chapieaux de pi-
    lasires et de cuel(i ues'parlies (lilliciles de la cor-
    niclhe el de I'irclilrave, 250 jo.iircnes de sculp-
    leur f . . . . . . . . . . . . . . .
    90m (le plafonJ sculplt 5010 fr.............
    Polur les -i mdaillons, 120 journes de sculp-
    ieiir :I 1 i f'. ................... ............
    I'our les plafonds el cornices (les deux lrl'a-
    si les ................... .................

    "l'(a ul .......

    A ajouler, uiie parlie variable I suiv;ill les pr-
    leiliotis des arlisies auxquels 0o s'adressera el
    que iiouis croons poIuvoir estimer de la manire
    buivalile il Imoyenne :
    Deux siatles enl Iibre, itrianspnort et mise CI
    place lotit comris . .........................
    Honoraires de l'archiiecle environ .........
    Pour les apploinilenieni s d'un bon coniducleur
    (les travaux plennilit deux ans...............
    Frais divers, de comptabilit, imprvus, elc.

    Tolal gnral.....


    I Sno. ii)















    9.




    I30).7'7 2!i fi'.


    25. .100



    l2.00ci
    I90.00)


    Ce chiffre de 190,000 francs, quoiqu'incertain " cause de la
    parlii variable qu'il renferme est cependant d'une approxi-









    7I ; --
    maliou sti'itt'iiie l li' plouver qJ'u il t'l tlilt1ilctlel iit du 38
    sitic tle iilr.i: re I, li va'leur de l'ar'geiil lliniieii re clairt de
    rlilli.., i (lte. IIII' 5111 h' legs l'ail pI a' C:atis li:iiilbs a Ila l ille (le 'Tlievesi dlvail (lrir', d'aprs inos ides
    iii 'ldrri'u ls, ni vI :leil'r .l'bTt'li' de l ;-) i ( ll) ,illie f'ra 's nil-
    Sil'tili .'o 11i I 11iii :ii ;l>,lit.'iI oUiis iI oIIt' i l'lte. ii siii Il chilire
    (qil i \iii I|)1('' I' leli '. iili llle ii>i'O.\i;I liv't i lehl, la floil' ilO
    tic bitll lia ;liilli" Coriiel/ Seulemiilne l il est p)oloiv d'i'a rs
    c'e t(ii l)(' < l"cfii' 'unie U ,l a i uii.l'e iticonil tlalle (.ie Ct.' e l'a-
    inll; dlc\'e il dit'' iiiie dles plus r'iimies el e les p)lus inlueIiiies
    dle la Niiiiiiflie.
    lii s': Is;r'liiiiii c r1 i: lil s U\io,!lou ai dire Uli l'ar(-c (de rioni-
    pli< e ll. 'vesie, cuiiieil' coliiiille iiiouiiUt iie de la priode
    'OI .illl. p'ropi' iiit' -ill tilil Vers la lui, du V" sicle ( nIoluts lI
    proul' vero' s daI. s l : smile la villei f[li nIll) lind(Iilt< p;iar ses
    i);iliianils aiprs av de lo Id Oi u C illile. l a';"C (tde iioili e' 1 d'i sl l Subi' ir I: llllle
    .lsi' i 'l v su S la 'lliililio ) p 'rlielle ieiloll>te s,,iis df u le I cell
    lli],Oi iU lIlus l;ii l. '.1oiii oiiu, eli 'e.i ile v n iql s illli'S le a' l' 'tliq 'l
    C.ilt, ;:dotill i ploli le le d'un des co tlns (le s u cilalleill le
    prailo d'ulil uiIrs, par iiiie illi 'ilo lleit'r glossi- le, le' s 'rce-1U\ des lf-
    :ml .. r ,il, il lil:iii l' dlu fl.',llie,'illc' l c- bel lilire tou)ll WIs li''s dc amionlil eil-




    Ii''u l t ii;s'1 11 I0s' i" I i l iiiiii i i1 : l i | i'ii ililia Il.i1




    ,'iurpl:t '' l i; tl'l:l;i',i, quli .li elupos itlI le;s 'frie) I>, iyzini ines.
    poiipl;ide-< l);ilt;ic qui- c(]l4ilip)os;enl le s m'rniei*y l)7.;>n1ni"5.











    Nous reviendi' on,,s ur cuite q~iutiiti lo'm'.quc imou, priel '..
    dcs minutes uiii mnuni vnn it lmCietuprimi dts !Ioimaiis dIlu Cwas-




    C R.E [ONDUIT .I AQUEI:UC i-L-I;LI
    C>N1)U is I >.A B.LLA Il. Lt SES L)INI;NESES,. I PI a mtMu XVI.)


    La ville :mabe imnoduine dle je)S:,mCli1 empllacemenisit
    liliw'' dle la j'aIiiec dIe:tiiiic HCIC, ii' clrIeI: <21 c.mta-
    delle blyzanliine. .\u iiiiii tro>is clpIs NouIul Est et Sud clamen emitri's dle vastes jardinis
    Ceux dlit Nord vt de VE1>1. C\i:ivii eniiuue et ~ouut clIalJ)
    pai Ivi ertuiniie et leIuir bontit<. AIi Siuid oi il, -, iaiiei de


    laiui-c,.e/r Iii:i- u iet la place d l1:Ii)e l2S it IImarcIeUesS.
    iLes pIeniwi. (ct's Nordet'iil 1:s a) jaijiit iiiii i' iaii 1 3 j rl Iiia CLf i
    'Iluel/Ndles seeuindsl. ct Sud ) taiient jar la sulurce
    d'Aa,~-L/ela. Des um~vaurx conisuidrables, (loligilie m.ie
    1>1M1 L t2\ilCIills ilitidoSll p<,tii* lati,mageeit-S vesaux de
    Iliiic (-.( dtl l;m 'le ces deux sourice.
    At,'-el-flleiI IDbit 21,01M> litres 'i la iiiei. Il en reste
    ilitact t l' la 1 l2- 111 e u:' ;- l < de l1-f e 1 1 11"2l<

    dc--.sii., -Li i)!; -'lii relt 1tai.,ve, :ui l I. VI l 1iv"
    e! aleat lus calx de 1:1 rive 1f

    St7. ls~iL~jlS>~'iiille' ,.tiii an-, lesi. aitsOii < li :i iiYci l det

    LLos l~aua1ont! reliauNse Vi(liidiCU, ils oun! ins.uIies Li
    chtambLre d'eau et le conduit qu'on a pi oloige j-sic dauus
    l'intriecur de la %ille, O il fRoLatuit, maintenant Veau nccessaire
    la cOl~,t)llIOijrt.i'e. >- puises, d'eau .i d'aIil-











    leurs nit"ii: ",'l ,I, li.l ila'ce ii l disianl e Ipour l'arrosa;ge des
    jardins.
    Eui explaiIh Iv Ie fl'i-' ii avec illli'Illion On rell'Ouve les
    traces lI. dli'\ il ltmize colilils seconLtL ]ail'res lqui parlaien l,
    les lins, ili 'isuilliil Iriliipai l iicle umin s venons de d crire, les
    alli es tir 1.1 l la, liii.br d'eaiu mIimlle Pliiieurs I l'ei'lire eux Ira-
    vleris:iti: le I r: ii ii .u'ii dis a piedi les dlont les cilei s exilellL
    ,l'iimor c. Eli (ii-'lqle*s eulrnils mi11 voil au; ssi, eiilailles dans la
    plierre, le.s .iiul;li'ellimls ti es v:iiiaes elnblie;s lpour coi ccelilrer,
    siliv;iii les lie.,ini i l'eii dans les dill'renis iiartliei.s dle lhi
    vill,. Un(I t:riilir i oilluiit [111ataii de celle nl iiue cliamlire
    d'ea li, preind l uni diretiliori ll ul-i-f.iil oppose aux prc-
    dents : il s'tlIigime de la \ille et de(bniinlie dans le ravin de
    Sidi Mohanmmcd- lh rif. iSi ,u enlmdroit o l'oin apereoit encore
    le. Il'ces (1'iiin imliilense barrage. Le luit le ce ) barrage esL
    evidenl : il nl;il ilestindi retenir les eainx, soil pluviales, soit
    (fe so rce lqui dlseeildaie tll d e t' ravin ; et dans le cas o
    elles taient iisiillis:illes, on y suppllali par iune parlie des
    eaux d'A.i n-l-cll'I. Ce qlui esi evideti aunsi, c'est qu'anlrelois
    il y avaiit ia CiI e droil des jardinls i qui c i'es, le devaientiL
    le cder ani\ j:arlilns :acinels, ni eni gran:derli ni en illipor-
    lance. Le iroli-Iplein du bri;ige se dversait dans lin pii ils oni
    pnlutl plans inu bassin cilret'laire le p>res (le onze iliCes de
    diamtre. Ani-de.ssns de ce ba;ssin il y avait sans double des
    loriias, des clh-iplels on aiiires intaclines hydrauiliques laiur
    lever et disiribuer les eaux.
    La caliabre d'Jeau, le conduit principal et l'aqueduc qui
    existed encol), reiilOmlent l' lfondalion de la ville. L'eamilleli
    des maionneries suliil pi)oir le prouver ; elles sont en tout
    analogues i celles de la parties infrieure (lu cirquie-anipli-
    tle'.Itrel, ci le lufi y prdomineil. Quanit aux autlres conistru'-
    lions doni nous venons de parler, elles ouil t leves peu a
    peui, ia miesuroe que la ville auigmlenlail d'illiporlance, et, d'a-
    prs cela il serail assez. dillicile d'" ssigner .lliaciin d'elles


    -- (; -










    Il --

    .11 i le dal i prcir e. CelIe O l l:O:le alim tait Ius 41i:r1li'rs E t ,
    Nord ci Nord-i)i estl (I: 1:1 ville. iluaint aux quai: tiers Suid et
    Sud-Onlesi, ils recu ait-iit leurs caux de la source d'A n -Chl la
    (lol II ilis oialloni dire iun moi de cei qu(i iv suivie.
    .\n-Chlela. (DL bit oi( l 60; litres i' li niitiiiiie Celle soIIurc
    sori td'un coitinil roiilliiii ii iii;coili(liii. sillie ;'i I) OiI
    12 ii -_i ti.iill-( s.otii'. d(e la sullrf c. Ld llsol, el (|lii fui dcov'OIIVer
    en I18.-)2 : la sile d(e qii elliius foliill s fuileS piouri ailliager
    les ea.ux Ce coliduii ;i 01"' 80 'le l>r-' i11ir ut Im 50) dt liiaillenr
    iii ii'Iriiniil' ill. Oi a illili les .trr':s dil il ilaiti rem llisulii
    (11i Ili.u-'ll*_'ll ll 1 ) lil'IItii S eiivii'll 'cl el e :Ulilll Cl lla-
    v;til. o i (Si Ion11)1 Snuiicessive entlisl nir (qroi rll'e puils ld.Cl's de
    (iliil;it'e Ien il 'll:C. I':ii lit:us ilis, piuanmi lesquiils le luiils
    pi iiicil'al, lit I, iid diiilti I1 s. Cii Ie il so ltr c reSleiil eiio11 r
    il(t''(,'Irl ir.
    ." l'ura il e cl coi iOl i il l l 1t C\l ('lli 'i ': l lOilUCIIS-' ('l bi-
    ztrre; son 'ex illin a dli' offrir lies lillieiltis se.r'ieiss et il
    n'II'l |ipas proJbable ul'il reo eiilTle la lonlidaion de li ville.
    CL n'esl C I as ;'i ille '->Io)fiil <'ii l ens f'S mInO i.,io is solil I strS iills
    (i'onl (iil lcr'.ild ii n l ravail dle c lle iiil poirl;iincc, d'aittiniil ills
    ( u'il aur; fillu tlii lemllps ilus ou moinls lon)g a;vant que le
    liasa'rd ne fit dil :ouLvrir Inise source placi'e 1' I'2 I' 15' l i -
    Ires sons lerre. Ce qui pricde'e prouvie que les (iiartiers Lst et
    Norid oui ci les seuls c(.onslruils lout d'taord. La plrellire
    extension de la ville a en lieu vers l'Ouest ; ce iesi qu'en
    d(lernier lieu, ini iiilieti ou peltl-lue ie e ;' la fiii du deil-
    xime sicle, qu'elle s'est enfin tendue vers le Sud.
    Koubba de Sidi-j aballah. A mille meires de l'arc de
    triomphe, dans la direction du Nord-Est, ou aperoit les restes
    d'un monument qui prsente l'aslpect d'uin grand pideslal
    ayant sa base, son d et sa corniche. Le contour de ce pi-
    desial esti li hexagone r"gulier, ayant :"li' 7i1 de diamrnlre ; sa
    h;a1leur est de 621' 1. Il est entire litl conlsiriil en pierres
    de laille don't les assise.s iui 0)", .'j0 (ld lhauteur eui moyennlie.










    - 7R --


    A la 'oi imle pi 1v .. quii t il lii'x.i' U i ;ailL'e :li lie 'l I II'tr 'ri'i-
    l:ilire, e, i nll unlelll ent ai (jiilq e : a gi: ie tgit.' Ill i DIilI'c ille ;'
    uiilqd( i l t lic.ii's Ile Coii Sl;iillitii' sur l'iiOcd-St-tciidl n ; ilnoi
    voilon-l p irl'r dil (oiitbt.; (tl'i~sIi 'i 1.l paiie li \ Il V II dIl ,i rciiiie'r :liii iiil'l aiie c IS.'i
    ild I Sla :r'itl :irrliti li agi(jii it' (.oi01151iS 1iin .

    l[' alissi. lll' a(_ I ll'; illl 14:ll 11 SI c al; iiiit :1 ia'S 11111"it pilII e ( pm i-


    i li a l;ire ( 11' iiiie l l:ai l c ii' l ';i ll eii cii re l ssis iiilr p;ii re du dl,
    nlt iii i' 1:ii t' ;'ir l ',i :ii ti Jiit i'll i' i2v i t '.iic 'l :I nl Ill i:iiiel'c r
    i i' lle' ;'I l le I; i lli i I ill I% 'O 1Illl di ti e h ll r.II

    l.i iii'i li I ,l llS, *i 11i i11i jml i si ai 1 (1 I;: l o i' s [i .ri'iirh 1 mll
    v' ii I ili i iii i i;ii 11 In .ii ir l:i iai ; tri It'f i : i ;I'lc 'l ii ii l l-
    *''l lq'ii n i 'Si mo'.' l ll I' ll i' ill I i .' ;l.;o .'l I" loilll. Siliv;illli









    ni il iir in us ;i il j aictl [a1:1 c i( e i ;mr'liac i iioE1iv lie vi l lill sou rle in Il i ll m ai soi li J:I .ili:ilidlc t h' (., tlOli t ill ll ni
    s'i j l IIi' li licii'lltoil t:,i <'j>ii'i I anl l iI; 1 i 'lr;bil ,,l i 't -
    S .i I " 'rl :If'd llnt le llill i l' sl ail illl z fai l 1l! jtl.ib l .ifll' -
    vo'ill'lil d I p;iy%. ./Si'Ji l jl h lllI t l lill 11o ls I'I| lli)Ol ILtI o s jpetll-
    I'rlt iii jour i' l: 'g h' lll i.,'rviJ'lleI s .

    Uine deimi,'r 'i'iiiue de l'"iaoi|im' lao)is i;;:e pi preunt .el dilt est
    sit1io i' llitis 'iiill rillir dl,' l:i vili aci'llei lle s pilr l'a:ixre d il leSL)a '
    Cilivir'lli ;it suai d J l'are (I' ll'in i[lllum le. Elle. ests t:h illni: ' Ti-
    Ia'ssa soIs le m1011 de. l;a maiso.in ro ia itit et L O cilp;l i ll S1.pil't'
    r'et.;i' llrll;ail' d'mmti lhs lillitt'.s ser';mi l :ism '7. Ilaciit's ;i di'it'.i'lli-
    lii', I';.ist? a :s III;ui res I r' li : I's a|l m'c'(lh (e'oi ilht'i l 'let' do Cli e
    est ('c iin v,' oiall e.
    C<; !liuti' enl <''i romstruait ititII't.milia lt liUnenmeia bolharlt'lidt.s ; queil|ies inis' di ril'e(ds (lqui ex\istit
    ci'ori'', indcliau'et en paihih la distrh.ili.nfmo int i. er't'u.e. Sa haui-
    l'mi i'tiiit al.C !) i |a) Ilimtl'r' ;ii-desst i ma N ol. ln ino('. niieh













    ex'cnlc' ;i\<''c soin lo'iCI;:mil t'n;mbluimt'li s .ss;mi lo1n :smluuslr
    siiu les 'faicides cxIiU n-iic s.
    lUabscncc ioiidv i'o ulivt iies sur kle tdllis C, ;' lcXeu|lii>
    l'line |min11 k11' i>riiii) i>lc Ce (le tI el1l\ j -l es ;'oila's ( d gage-
    Il(iLtl, a('1 :O ss illi ii'l ,i( 1I l l 'il y m ll; it 1:i' il. 'ii iu' i il ii Il lllr lil-
    |la ; s '1s '; itl l lI: O II ll' -II's.



    Il ne'l SI'. o iIli[> ls I ;l l %' 'l' l l i'(i.il ll t' i.- 'ih cli;i' i 'I i(! '' .iln
    CtUio it' I l ilisl la Ii ll' 1 Iis 1 s (ii ;ii s r;lil s i ,lili iii <'il .v Iri ls.


    I'Iai;i r li ( il i i ll ri' 'lllll il 'r i | Inil a ll i l' l< 1( I l il ilr 'li-
    ,I;v ilal fil- ;ljip itfll'l',:l il'llls.






    i | i :i s (l 'oilil lii i iii il i; iili 1111 i i i 'iil il' iiii- ( ir:ll;ii 'O, 1iii \' sil
    rl ;iliirs il Ii ll i lii'ii IS ir' ( "ii l:itll'.S ii'n i lisii' i.S ;'|iI l l i" -"
    li ll r 'li' l i. ;i il l.i. ilr l iir> iil iil: i! s ililr i \ l r iii, .lIirl L'i
    i )1'i ll S :, [ iI 5 li l e lll' l; lo'S leI % II1m, ':2 r i 7 :il11'. il cili 'i ,i:
    Sall il aiil l li ls ;i ;i ll c l 1 i il La ill Ui iliT li i i fii i; |i il. iii i g) is -
    v' r ile Ii lI.a iim l i l :l Il' c i l lit ; )lt i l Illijii 1111 Ml i I I:I l
    l;'l l' Ii lwiii s il! ilv l '. Ii' q 'ii l l vll Ii -i iiili r ,' i 'la |ir ll,' ii :
    O ceiail liao;il. 1 l:i;iili i' il<-'it 's l '\ i ll' :le :iV e h i i l'. h ;oin l-
    :le llinilci alit sailiIcv ln It r oipgia's ptoilr iqu'il s ol il'olrigicil
    Iy/.;tilline ( 1 ).
    ',.iiimisiii.s, il lIne SC'I i i);IS inis issiil d:i'iii l il-l' 'I l IvOsi l'.'ili i' ils l ll(lti c'i bon ;i 'I il le ie l 1i:ir-
    'v lioill IIis r l l'al ir e rIsl.l i;i r !'r, eil lui liiili *Ir 1'i''lltiii t'il ai
    fesliiisl;ilO qiue nous IviS itl StijijiO loll ii '.il rlu. C "e quil

    i lI Los, nol inlm''iis romnins proprcrren 'iii lits so til \it'-iit"s u i'-ii":l',.m n-i
    ;il .C i .s illqe' .ll- I. lle ait? :ir'l rt*' ; l i l ailil iil'lattu fr I i il'l 1 t, ll i l li
    mI i' t" iile 'l/ de ct-II i np qdioia', i i,' IOii.il-' i-i u s 'e **t, .e iii'*i t- llIII-a-
    f;iil ilai'liltlili', stil- Iv i;la .airll lie la tlriin-ii 'le li liiitrl , dde Ili a d uIii '.
    L - Bz,iI.ilIis :ii (oi il[;ile se S'int la i iltl s lli in ii .' ; il. 'i i iii-
    ilo yt' Il', |lirrillt l's i ii; l'ii. i\ \#lill> qil l li ,'iii l. l Ilili,. r)iil. la nl i iin. ,I,
    iJilO a.s-lW ans ilis iilil i i i.i iii .l. sa iii ,lll.u 'l;ili. I R'l .l.i\ 1 i,. lii'qii i'i l li ..
    (. ali lli il- IJ 'lirS c lnsliiicial.inti iIla l t i n ll"i 'Oil i ilrl ( il' I ,ill' s. f'iiliIt'S
    |I,' 'I -I Lli.' ele 'li-il'.S *'! I* '*i 'ill tll'S .'\ *. il 'ill'ill ;il l.,ilil . (C 'Ile 'olil-
    >.i 'lil Oill i l'li iliD ii' l l,'' i n iln li iii l,'il ;1 f i, ,s i il'Su I S llihl," e:ilt. w la
    plii|tiil t d s :iS |iuii'r 'I tIll' ino i I ain ii ni,,iii-enit ap i|a[.riile i l.i i it-
    niN're o0 i la d u.iJ \ me Ocuill atiliO:i a' ii nofts I' r iinil 'iw'lOaI 11i- le signl(hr
    \ii.%. Is mlib :i. \ mill'ilt'li i i., l':iili|iilil ;- ila i 'iil'.'rnm l : l il' lll'lllnl'll I',lin' ''m ih .












    lMu pio'rtamit ii fire cellte l yjlolll-il 1 cs, vt appuIi P)ri*is sur
    dlieux H s de la lii iilicalioi: cil'el, d'ceisciiile ICc.c bLauj-
    jilc*li et do 1.1, girlie dv leimii LOIliPl>i' cetsi deux
    11iiiIIS. Csill -liit iiii vritable di iiiniierie ur dans la g de
    cadI~,,tout ;l lit indpendiant de celle deminic*e. D)ans le
    cas (1111e i.voli. de Ioil. celle tajoi> i lti on3 lit!
    peuit 11ilms proi()ce 1 prIcurer*i mlile 1l'eleilse illoiiieilta lieu, ave*c
    nl petlit noyau e soldats rieuSiii lidieles.
    Le visiage de la poile An Clcli ('oyvZ pIl. liP, qui, petit-
    elle, lait enctlave (dans (-ette enceinte itiirpouvait
    d'ailleurs favoriser, soit l'eniti e dianS la place d'mi liois (le
    SecoursiiiS [ la icliaite PIrio>ie et les amlires Iisoiileis COMIemporais les liirI'uC-
    lions il clailot que trop fi qe ies dans les arine> biizantiines,
    .m celle, poque de Ibiblesse et (Je bla l'amie ; il nous parait donce
    trs*ationnel de penser que les ingnieurls d'aI(qls aient cer
    elle, alutant qlue ciossilule, se Pj permanent [)ai- le tire actille (les f<,iieessgys qu'ils taient
    aplpels a conIstru1ire.
    Beaucoupj d'autres noi miissoi t pub1 l ics soitI priv s.
    devaient oritur Uanm(.Iie Tl'se;lenrs traces mmles Onit
    disparu, et certes, les occujpalions byzantirne et ai ate ont t
    pour minei large part dans celle ceuivre de dJestruction. Parmi
    eux nous cil em ms c~liipemi ire Iligne le t ll [cil nClouis est revle I C ,ai- si iif Sui vanite (I'(. I n er,



    VI INGRESSVS THEATRI
    CTE CVSTODIAM LOCI IVZSSE
    RVNT


    NSous mue dirons qu'unmnot f'iu dl! colomifs, e' ut Sllomit dues wilibieux cli:ipitle:tiix, la


    - 81) -










    - SI -


    pluiptI il mH ai lii: li l i (ci d l'oi dre eorI'illiieil, q lIe l;t'limit
    COllp d(e pioche1't, lpoulr ainsii tdl e, l'aiit til ouvrir.
    l.'ti (lilmension' s t'e.\t'.0s ii\ l'll t 'i ariablk's, leurs sciilptllies
    plus on i im ins tis liev'e-.s, udlpuis l'eilt le simple galbe jus-
    lu'aux lormnii.s le plu's duli3eis et lIs |Iliiu. -l,.i ii 'ts, iidli(liili.
    siillisanillei i t quI'ils I'.'lilil'itl i ies Ci'i tl es dill; .reiill s et
    ldevatii ii l :i rl I ap rlLeii d i r i s iiinitn is pi-arlaitil'ii leil d tiisliii is
    les uns 1td s alIrfs N' is aI vo' ns vu, lc'lrtr iitl'res, p'lu. sieuis
    dbris di ce s i |haplileal; di.iit I.e modi le ltailt Ie 0, O"n(i, ce
    (lii u.lo-l iii 1ti l iin.- ;I illeuil' e colonne det..-lI's dle: 12 nI.eIres.
    1.i'n y :iiilil l .i ,m ..i r enCi\ro ll.i'l (S 1ioiotlL'e s .n'vi'ron) ioiir le
    piieil l leta l 3 it m i 1 L ii 'Otll-I's) polli l'cill il) Celiiein Oll
    arii i le li c i eil rL's utL' abtli.)l' diu ) IllI.' re': a iu iiiiiiniiiin, inon
    colipris I'ilit'ILe Oou Il Iiollll,, 1pour la li.u I'L(: de l'difit'e
    donti (.ceS ncillles chlj iltiite\atlx i i'itl ia tie.
    ALletil ,iteL'ul, a. i1n oll:; cll' ;I: iS; i c (I pirl e t d l'ivesle
    (1i'11in illtlla ii i I,'I ri ilh t -. llii lotri de 1 cc, ilt. L'it, iet gIrave sirl
    li piil rl ; cteSi cle lII d is iillio tllelliS it lue n to s velinsil de dl-
    crii e. En e1s a.\;iliii ;t ai'vec soin, en les ltudi.anli sans cesse,
    en 1hls cL la:I;1railnl all \ uilltr's I'lli. 'S 'si iolljibl'etses, (jiii sont
    pairs'es sur le sol o:lgnrieii, on pa;rvientl se faire une ide
    ap]|roxiimativ, le 'd e ll civilislatioi roniaine, si diffii-rente de la
    nli el ql i, 'i', p .i!'>til Six sicl.s, dominai dans loutt le Nord du
    contingent africain, ei doni les traces, doutze sicles plus lard,
    servant encore de lte;oii LtL d'enseignein'cut 'i noile colonisa-
    110 i: l irai<'li'se.
    La po'silion sIraltlgique de 'Thiveste t ail Irs-iniportanle :
    au point de \'Lue olitiisif, plae'i, a i pied des derniers contre-
    l'oris de l'A iii ess, elle tpouxiit serlvir ava.in igeusenient de base
    ,.l'opl,,ili-o pour miuno.u(vrti.V' soit au Nordl, soit au Sud de
    eltte chaitile de InIoni:il nes. Cetlle posillo l 'a\aiit certes pas
    clhipp iaux lire'iiers guntrii\ :xroniails chairg s d.e Iti con-
    qutle lion ait t, dans le principle, line (les causes dlterminakries









    N -2
    fde son originie. I)D'apr' cela, 'Ilivcsice, COiiic beaucolup
    (';ilires illes, aur; il 1commi)il nc par I) e' ll' III camp, passage
    d'ablord, permanent dlans la suile, transforini en cil par un
    decret de Vespasien, el.lev par niii des premiers Antonins a:i
    iran, de colonlie roliainle. Neianoiins, lpen de lelips aprs la
    londatliom de la ville, celle importance nilitaire a d decroire
    rapildellieii Aui fur et mIiesure (le la pacificalion (lu p)as,
    elle se porla vers L:inlihse, sans doute pace que ce dernier
    pose lail plus a in cenire de la Province el plus raipproche
    des populations gueii riies qu'on i vail encore combaiire
    ienlil .I garnis',.nl ne se comIposa plus llie'd'lune oll c orle ou
    peutl Ire siiile enti d'unue fraction (lIe colo te la le gion III
    Aug hli' t eiiur le service e ide s l'i e la ville. [lle prelive iii-
    cionleslalile de e lque nouis avanu ons, c'est l'absence presque
    lo;lale de lombeamIs dxe lgionnaires.s
    Comnimie position d1l'ensive, un coup d',eil sur la care suifii
    poumr monirer que l'occuialion de 'lievesie, avec 1u1n corps
    dle Iroumpes rigulires, devil couvrir pariaileient Carlliage
    'Onire outle invasion, vll;ani dit Sud, soit de la Numidie, soit
    ie, la Bvzacene.
    Elle a el justement apprecide, nous allons le voir bieinlol,
    par l'elniuque Solomon, suIccessemr de Blisaire dlans le com-
    Mnanidemient des armines B'yzantines. Nous ne ponvons pas en
    dire aullanll des deiux plremiiers Gordiens, qui ngligrenlt coni-
    plleiemlel ce point ilipoi[ll dans leur lenialive phmre de
    S'emlparer du Ir'ne imperial. C'lail un ort immense. Leur
    dsasre suivi (le leur mot'l n'aurait pas eu lieu sans doute, si,
    avatil de deslilmier Capellien, ils av;aienit seulement eu la pr-
    i'aulion mle concenllirer Thvesie quel(ques coliorles de la 5""i
    lgion Augusie, donl le dvouieemeil leur tlait assur.
    'elle simple manio'uvre aurait siilli pOiur arrler Capellien
    l.dans sa marchle lo liil par e pai li oule in'-idionale de l'Au-
    e'ss Ce (der'llier 1ie II'O vail, ail conliaite, aucun obs:aLle de-
    vani lui ii)rl ilI facilemienl Camlla:lg ava'ni q 'il le liil |os-










    - 85 -


    .silel aux troupes regilil','es, 'canitonn'es ai La mbse, d'arriver
    au secours dle celle capital.
    'Telle est du moins notre opinion si toutefois il nous est
    permis, avec noire faible alutorit, de porler un jugement sur
    de iels \inemeins i une telle distance.
    Aii commllencellient1 dilu III siie, sous li r t, le de S plillie-
    Svre, Thvesle avait alleint son apoge de richesse 'et de
    splendeur. ('est iS celle dernire poque qu'il convent de
    laire remonter la collnsrl'ilion de ses mlonunicn s principaux.
    Elle a d se nmainiiinir dans cel tal de prospriit jusqu'au
    iionienit nimei de l'invasion vandale. Alois, depuis longlteii i)s
    dj l'linent militaire sauf quelquies vlrans peult-re,
    avail compltemnent disparu. La imajorit des cilo ens ren-
    fei mns dans ses imur.s laier., d(es rentiers des propritaires,
    des coinmerianinl, et e 'es. a eax qu'il convient d'atppliquer, di
    moins ein lparie, la plinture suivatne que Salvien et Saint-
    Augustiii font des lialbiants de l'Afrique romaine (i) : Oi y
    a-t-il les irsonrsdplus graniis que ceux (les Africains? Oil
    trouver 1mi conimerce plus liorissant et des magasins plus
    remplis? Le lproplite Ezcliel disait Tyr : Tes trsors re-
    'gorgen d'or et d'argelnt que lu as acquis par l'lendIne de
    ion comn.ie'e ; moi, je dirai de l'Afrique que son coin-
    n meirce l'ieniclissail IllemIent que non-seulemieni ses Iri-
    sors taient pleins mais qu'elle paraissait pouvoir remplir
    ceux de loin l'nnivers. Carthage, jadis l'mile de lIone par
    sa puissance et par sa \et lu guet ire ne fut-elle pas de-
    Spu|is la rivale de celle ville par sa splende ur et sa majest
    Sinilosanle? Cartliage, la Ionme de l'Afiique, rentfermail dans
    i son sein tous les ressorts de la machine goiivernemien ale
    r de la rpublique : li tail le sige de loules les m iagisira-
    , inres, de routes les insiiliilions de l'Etal ; li il y avait des
    ecoles poLr les arls liblraux, des :undiloires pour les philo-

    (1) Iraduil ii;r IMa 'iis, Ilisi des I'ndaliv', liv IIt, lchap. II.










    - ,s.1 -


    . soijlites, qh., cli 'irS 's pol ll' toutes les Ialiiii e. ploiu'r t jiO ll :iie
    < Lir';.lihle ilil Clrou pl lblic. L:' il avait au;l ssi u(Ile Ilolllnbrellse
    SIl;nii' lllt I des Uil it)'illt s Il lilt;Iire's de ltou les ri' ling ; l'Ii r'-
    sidliil li(1 g [OLIVeL'II ilr ci il 'on ;ppelait prl'oconsil millais
    i (iii qu :i litl ;tlssi I sslliS tiI (111 111 c lnstil. L'i il y avait( d( s ;1d-
    a liiiiis 'r:ilt'lrs liii lii's ie les l'lioi lintic'iini; s il s ou moins
    , c V'tv"S mI' grt nle et porialit th'l( L rU lI in Ilii ilillff rent ; li,
    S(-;Ii];iq t rile, Ce li.e l Ia L placi .' chaquil e aveimell de la illle ie
    I lialiaqi I'i l;.I ssi ( Isse de j l l;i i iill av;iii it.' IiitSigi ii t;>lls.
    Il lnois i ;il'it I pl s (il, li'rol e ique lllc i I liveste i(1t it nliie des
    jltr', s rv':iti (m od'u'irejll j ijpour le (:.Oimiiii:r'e acltlif i le., li' -
    IIIn.ils eiitrlci- tiieni t t'il le l'L' i l'A lili: 't ltr;ile au1 i1ni( A'in des
    (;il ; ;llue et tn it Iii l e 1IcS l li1ii s ii i ilici ill; s I;iit'lllt, o01il111 Ill
    sail les plir 'L's pi'ciuiises, la poi dre d(l'or, livoire les ts-
    Claves lnoir tI les L):ics il'ci'oL'cs ties 'iin'es Isoil ainlx ciirqes et
    ;iIlx\ iI lliilc:itl''c s i'i l ;ii 'ile UIiIeI lt tic .j3 rI ii ls litiblics
    '1 ( Ciil licsli '. M:lis in Ou ire i fl l' ai il :aiissi lln l rl Ind
    conimmerce des plrodilis idig.'nes du pays. Eiin ell-l, ses cnvi-
    r io s ltiic il iilne l'ctlilil prodigies lSe : hd ii i:lies m1 oissons
    couvrl':iilt les plaines; les lig lobles et les bois d'olivieis OCc'i-
    paient les c'teaux et les 'lilcs iiil'rieills des onintagnes. Les
    ci' tes de :rs td.iniires l'ui riissaii. it des lib is tle tloutes sor-
    Ies, entire iutres, le cdre don't oni l'isait ces tables de luxe,
    si Icl iiul'es da(nims Illin(|ilit. (|qu'toi lus pa ail plus cher qlue
    tie gr'tild dos ll:iiies. Sir leis 'rochers, on1 l Oi\vail ces limmiaons
    i IOil'0r r(i'e s 1vam e iu '.r des l lres ti ( iOlte espce : les
    Vl eulllets conlelielllt nns avec ces tlo ffes taiienl tellienieil es-
    ilims, (jti' les eiiempereurs les tdonnaient ien cmdentaux d'ihoilieuir
    a;ux foiunti liiaiPies j)ilublics dont ils I 'oui ie:iisl rtcomlipei ser les
    seri"mes.
    Liin entire inmille l'aIppui die ce (qui prcde :
    lui parl'omill nl lu routle de 'llieveste: i llbaiz Cusie:llui,
    inoius avons const!tilt, dans un rayon deitc ux i lioirb lieues cli-
    vironi, l'existi ici! ite' plus it: !i(c 0 pressoiis doni le s ruines









    - 8M -


    50111 encore di'bouil. l.;i t:Ilile lll ;ilol( .iriiiii orl, ;1i ')i iluilles
    (87 liloiLom ires environ) l:i dlistin' (dI tes ilcii\ villas : cet
    iiliervaille ust covert dle iriiiiuns. villages;, ;:lii.ediics, l'Oniis,
    ic'inil les, vill;s (dont I'riisemihb deinoi t iiil |i.iys pIclll) tC iiillni
    liu iii i ins ,i liilci,'iil.s (I l i'r.tiict. Ic'.i iiln ',i n l il ix. Ajoil-
    l)is IS li eO l- iililmie )iy)S ilii'iiei-l--Ai nib et1 p.iys tdis OhledJ-
    Sidi-AI.iti ) (est :c;i c llcinc'l l ;il.)aaiidoniine lir ie u t iii i i lue
    ioiliiices. C('SIt I i vx i'-iiaible dsclt, saill qitlc ,il .,e doualis5 lui-
    guii ;i die gllitids inierlvlles les iuns des ;i;iles. Ies solirces
    SOli I i'ies, les riviii es i'l S dieve es pi ds lorre'iils 'i Sec cuii-
    daniil( t. iiuis de l'.linne les lil tiiagiii's still dllli;dus, les
    o'rl'lS c(lli;ii|nCls's cii litiici l' iit l g iiid'l iii ii crtiiion cI)ti lierb le.' t
    VIlle sic.'le (1 ) on: dispia'i peL' l pen diliriles p:Ir le fecii on
    la (-lent iliijil()y;ilmle des iou )peax, l Iril'.ie ilisoiirialil ut fil-
    ilisble ili1 r'O Suril ls A. ilises de CeI' Il iie lln'o iln-se si cOill-
    |illi c', vous rcpo I ildnlr. i l i ;i i iiillelci i t : I///'l /'la voi llii
    Nous n 011 p l)ii nous 'iiij 'tlil'r (dt j lil' en pa;ISStill C 'ii
    tide dm'lc siU r les ef'is I.'lnic iix de C''tte rc!i,,ioll d(I- l'is-
    lania, si simple si plilosoplhiilie inolis diii ais Irsii' i sn-
    bliine nilais doiil routes les bI.)(;IIs se iroivent inculralises
    piai ce silldle iO! : !'liatlisile quii arile dains son es our
    Ionle ide d'aililio;iltioi c' de piogrls.
    Palience l'aiurure d'une re nouvelle ;mlaipr;iil iu l'loirizon
    de ces tconiitres. deslieiltes ent]anii si longit nips. La prosp-

    11) C. ful i n ii ine i' lina 'liii x 'rs le uniinl-'cieniiieilt do d 'ii\asion
    ail w s' ldeva hl M rlaes' etL iL ila li lj V l' i. Iil 1.' lli I 'i llt ilins la's
    Aunrtss. Elle Iulli a'ec lani d'h:'liia'rnei-lin t 'oilii' ls coni:|ur diil'u tlu'i'lle
    filiL ill ri 'ier leurs p < a'.'s .l':'l iliss il nti 'iin >1lique (Voir le Ioilme IX ie
    la ( ni:iiwa nissiio iiianiliile Ide '.ligi.it. p. 2315 iru de M. A. I,'il, mg-
    ,ger Ib..-CI -ilail7h lit quet les Ia et les )ilIs <'tieitil n si granil
    iioiilbre et si lal es, d(lu' ulipilis 'li li juiisqu'a 'Tant r, ce ial:iun:iil (ii'lin
    seu l nmlrn c, l t.que' Ile iaps -.Iii oi o ivert Ie v'ille. loi l.,s It de lIourgilhe s
    Iri s-p l.ans I'.iiin ireti('e .1 )'. On lit 'I:ns o ;n1iy:. I du ch'ikli Til'janii,
    quiii a tie Il duil par M. Alhli. Hoius ';ii i|i. O : a En apprenant ia n n-
    lit e ei caimnipagnil de li H aisan, la I.ilc e lillei;-i lit couper ions les rbhres de
    la conitr et d. L c :Oirne'r pires ic lonles les Cu i n, alin d'i [)oser aux musmil-
    Inans ll:ml es sIortcs de -iii'alions en Ifrikia.










    ril et l'abondance y renaitront ; ce sera le Iravail lent mais
    infaillible de noire civilisation moderne. Telle est la mission
    glorieuse de la France. Quel ionneur d'avoir l un des
    pionniers obscurs de celle oeuvre de rgnration!
    Nous ne saurions assigner de date prcise l'introduction
    du clhristianisie dans Thvesle.

    .MOLL,

    Capitaine du Gnie.


    - 86 -


    - -~-ccl~r*e~- ---


















    DE l..\


    SUBDIVISION DE lATi\A.










    Au commiienc eiment de l'aniiie 18"8, j'avais lorii dle liauxi
    projects pour la champagne (qui allait s'ouvrir. Je me proposal,
    il'exploer les I noIbreuses et imiportantes ruines roIminiies (Iqu
    I'oin 'iicoiilr 'ir iili;que pas, au pied des \versainls Nord dc
    l'Aurs, et je complais recueillir une riche moisson d'inscrip-
    tions latines qlui devaient donner, je n'en doutais pas, les
    positions exacles des localils don't les noms sont indiqus p;ar
    les itinraires anciens et les rcils de Procoiie sur la guerre
    centre les Vandales.
    Des intrets Ilns modernes south venus contrarier les plans
    arrits pour nim tournee archologiqne.
    l,'all'aire du mnarabout Si-Sadoq-bel-lIadj, ce nouvea n Jabdas
    qui vient de souleve.r une parties (les montages de l'Amis,
    ;an noni de la 'oi niusulmane, m'a priv du plaisir del ,rndre
    une plus large part aux travauxL de la Socit. Je n'envoie
    aujourd'hui que vingt'-linii inscriptions : mais elles sont pres-









    - 88 -


    qiue loUles indities. Les pluls i niporta IlleS ci-lles que *Je orange
    Alans la pi emir<*e I?.WIie de mon irivail ploulrront scruir
    r<*uonsli[iini* visioi de Ra ina.

    P- [BOPNF.S iIMILLIAMIiES.

    E:n parIIcourant la voie romlainle encore bien eiserv-4 en
    ce<'iaiis enIdI(Is. qui t:ii'.iiiii de Thll:IuTs i l et,.
    passait '-1;Iiiiu li:m E i,uI ilcla, V'e.esl, el 'fini-
    u'IlV ini / WC d.lnlonini uiiisiel
    bornes rnilluires enu%u1 aisse:z imauii is tat. En voi c les Qe-asimne ic doniii je gmaiantils

    en *vir*onui, iu~ il lT, TI,imgad,~ sur niue

    qii -se trouve luis d'un sle, un Hlii


    NUj 1.


    DrNIM PCAESLICI
    NiOlt\qICTOAVG
    ACOLMPRESPCOL
    THAIM 'GAS

    Les I' leures Scuit ti les- 1)eu gra ves ; elles oni, pour' les ilucis
    premieI LT ci l' Il s lulie lar M. L. Iiicer dai:s son Rle'encil, sous le iv, 1,388. Le
    savant l'a reliable ainsiI;l1.~111~1~~;iII~ : -, Dom.ii l Iioli-o /,mpyc-
    moa c Caesarc Lichino inviclo Iiiilsiiso, a colonia >niliara )o-
    ,slit respubIlia colon iac Tha imiqaden sis-!.
    A 1,501) ilulies plus~ loin, purs ilv la Hge dle uil~lons qui




  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Last updated October 10, 2010 - - mvs