• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Main
 Errata
 Planches
 Back Cover














Group Title: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Title: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094161/00001
 Material Information
Title: Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine
Physical Description: 6 v. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Société archéologique de la province de Constantine
Publisher: F. Guende
Place of Publication: Constantine
Publication Date: 1853
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Antiquities -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
History -- Periodicals -- Constantine (Algeria : Wilāyah)   ( lcsh )
Spatial Coverage: Algeria
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1853-1862.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094161
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12576814
lccn - sn 85022116
 Related Items
Succeeded by: Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 10 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Main
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Errata
        Page 143
        Page 144
    Planches
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    Back Cover
        Page 189
        Page 190
Full Text




UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES iinr' 1pq.mir

-! vi J K 111.1il
W.I


lu i ) iii














I8'1--t -,rfl P bii'
L; l 111-Ill1


iit-- "lu r idi, i il%,, u


Id I j-
il.\l, P IA -,I,











'.'; In6 ri. '111,1 *i Pl



aln -lu emj 1 .1 I j 1-9iI. -ril ,iS '1Ep
iI. ii...nu. ..inr ~i"i i~
V' *iIj I' i

i-j *ui di 1i~ riplC)





tIn u"ei sanawop, aiv nbi 'i~ji c1' j '.l inti ; a ' .j iu
SIr~ii Xflip Afli p0 '"d.foi *IJi*ii.i9i Nin ilN'j1. I ii r.i1~ niii \Pi,] ;: ii,






.ino.T.e? ap 1\*.i.*filj!

au u s -jrolyy aien b~ii *ln~ i *i*:I 'ai *, iu:ii VI f iru *' n' l i.iii. n l iu,.ia



al'~~~~~~~~~. * Z1'1~ Il~'"l'i. ii i~i Ii !,:I np ;ij' n'YI'


' 1U u'' I jll r!il */''~II'L'" .ii. ''ii ii.iq ~i'i r nl ~l~'r i J iii
~ L'.2n -'i< l 1i.. P


















ANNUAIRE
DE LA

SOCITE ARCHOLOGIQUE
DE LA


PROVINCE Dl CONSTANTINE.


Annie 1 53.





























CONSTANTINE
IMPRIMERIE DE F. GUENDE
PLACE U PALAIS





AMMNjUAlEZ


il. 1.\



SOCIETY ARCHEOLOGIOUE


IE 1 I


7PSEi DEJ VOlST.ITdTINMTE








1.^^^~
^1{{S3^i
^C17.


CONSTANT INE
1. GIVENDE, LIBRAIRE A.
PLACE DU PALAIS
MDCCCLrri


PA IS
LELEUX, LIBRAIRE
RUE DES POITEVINS, II








STATUS
DS LA

SOCIT ARCHOLOGIQUE
de la

PROVINCE DE CONSTANTINE.







ha So cli i \ li li ii[iie ~ & iil anliiie lt fniillie dans li bull de r'eciiiilir de r i ncrii er et de dcrir,
tous l'e iniiiivii, s lisliri'ijes t arclidalgillues de 1.i l'ra iince.



TIRE PREMIER.

COMPOSITION DE LA SOCIT,

lDu iUreah t ci du Conseil (d'AdrmoIisration.

AITICLE 1e. Le nombre des inembres de la Socit est
indtermin. On en fait parties aprs avoir t prsent par
deux membres, et avoir t reu la plurality des voix, dans
la sance qui suit la presentation.
ART. 2. Les membres du bureau sont : tun president et
deux vice-prsidents ; un secrtaire-archiviste, iun secrtaire-
adjoint et un trsorier.
ART. 3. Le Conseil administration se compose du
lbreau, runi cinq membres de la Compagnie lus a la
majority relative des sulirages.

TITRE II.

FONC'IONS ES IAEM ;IIiES Di[" HVI!iRE r.

Atr. '. Le prsideIl maintient l'ordre dans lehs a ssvii-






(i -
ibles; il a voi pr'po'drante, en :eas de partage, dans
toutlesls dlibrations. Il rgle fordre des lectures. Il signed
la correspondance et autorise dans les cas d'urgence, tOltes
les dlp':n.i au-dessous de 25 francs, charge par lui d'en
rendre compete, dans la plus ,,r ,, 1,ai!!,. sance, a la SriI.il qui
seule aura droit d'ordonner les dpenses s'levant i un chiflre
suprieur. l est ineembre-n de tontes les coinmmissions; il
porte la parole, ein outte occasion, au noiin de la Socit.
AiRT. 5. Lorsque, par un empichlement quelconque, le
president ne peut assisted aux r,nionms, il est replace par
l'un ldes vice-prsidents, suivant l'ordre dlteriiiii par l'rlt. i.
ART. (. Les vice-prsidents prennent rang d'aprs la
quantitl dle sufirages obtenus lors die leur lectioni, on par
anciennet d'age, dans le cas d'galili dans Je nomnbre des
sullriages.
Air. 7. Lec secretaire rdige el signed les proces-veriaux
des sances, il signed aussi la correspondence par delegation
ad president. Il tient les registres relatifs aux travaiin dle la
Socit, ni la forme arrte par le Conseil d'adininistraiion. il
prIsem! L chaque anne, en assemble publique, le compte-
rendu des Iravaux de la Socit. En vas d'emplchement, il
est suppl par le secrtaire adjoint.
A'T S. Le trsorier est charge do recouvrement des
cotisaions et du paiement des 1:i..i:,-.:, de la Socit; mais il
ni peut, *:lc 'iui: aucnne dpense sans le visit duL prsidenl. 11
client un registry de recettes et dpenses: il rend ses competes
tous les ans et plus souvent, si le cas l'exige, au Conseil d'adl-
miinisiration qui les vrilie et les arrte.

TITRE III.

C'ONSEI.L D 'Aim iSTitATION.

Air. 9. Le Cn:secii administration a la gestion deh
.oules les aiiaires intrieures de la Socit. l rgle les recettes
et les dpenses, reooit et arre les cole o es dlu trsorier ; il a
la haute surveillance des archives, de la bibliothiiquie et des
registries. l l ormin le tableau annual des memibres de la
Socit, et se runit une fois par mois, et p) a lieu, s;ur la convocation du president.
An:r. 10. Le Conseil d'admin:wistratio)a ne p'ut dlib'rer
.f n'aeu l 'ompos,' de cin.'j !nemnbres a! i it ,'ns.






-i-


TITRE IV.

EI.]CION llS .MI.E3iiis 15 Il itiiF.tu

i tllu (oiIsci/ tld'.ll li lislruli.iii.

Ain. II. La Socit nonimme ui scrutiny secret t e la
miajorit absolute des su'ilrages le president et les vice-l'si-
dents, le secrtaire-archivisle, le secrtaire-adjoint et le
Irsorier, et la majority relative, les autres membres dlit
Conseil. Aucune ile ces elections ni peu tre valuable, si le
tiers au moins des membres rsidant ai ciefl'-liiu de la Socit
ni a pris part an vote.
AuT. 12. Les functions du president et cells des vice-
prsidents durent un an. Le president seul ni peut tre lu
qu' liii an d'intervalle.
Aur. I 3. Les fouctions du secrtaire-archiviste et du
secrtaire-adjoint sont confres pour deux ans ; ils sont rli-
gibles sans intervalle.
ART. 11. Les functions du trsorier durent un an. Le
trsorier peut tre rlu indfinimnent.
AniT. 15. Les membres du Conseil d'administration
restent en functions pendant trois ans.
ART. 16. Les elections des mnemibres du liiireau et cells
des imembres du Conseil administration ont lieu dans la
premiere sance du mois de janvier; ils entrent immdiatement
eii functions.

'TITRE V.

TRAVAUX DlE LA SOCITE.

Aur. 17. La Socit se runit deux fois par mois, et
plus, s'il est ncessaire, aux jours qui seront lixs par le
bureau.
AUT. 18. Les travaux adresss la Socit par ses
imembres ou par des correspondents sont mentionins sur un
registry particulier tenu par le secrtaire.
Airr. 11). Le secrtaire prsente chaque anne ai Conseil
administration un i l dtaill dtai es ouvrages et oljets dposs
;au\ a'rclhies ei i la jil>liolheque.






- 8-


TITIlE VI.

STANCE ANNLELILE ET PUBLICATION DES Tl'lAAIAX.
Anir. 20. La Socit lient annuellement une stance pu-
blique don't elle determine l'poque.
ART. 21. Cete sance est consacre au I'suimIt des
Iravaux de la Socit, la ncrologie des membres dcds
danis 'anne et la lecture de mmoires ou de documents
archologiques.
ART. 22. La Socit public tous les trois mois iun
bulletin (le ses 1ravaux, et, en fin d'anne, s'il y a lieu, un
recueil contenant les travaux les plus intressants qui lui
auront t prsents.
ART.. 2 Aucun travail on mmoire ne peut tre public
dans le bulletin on dans le volume sans une dlibration le
la Socit.
A:Ri. 2i. Tous les membres reoivent gratuitmeni t le
bulletin.
Arr. 25. Le volume imprim chaque anne est retire
moyeinnant uine some dtermine par le Conseil d'adninis-
[ration.
TITRE VII.

COTI 1 SAT ION.
AnT. '2. Chaque membre de la Socit doit une coti-
salion annuelle de 20 francs, qui sera paye intgralemein
dans le courant du mois de janvier. Le prix du diplme est
lix 10 francs.
AnT. 27. Quelle que soit la date de la reception d'un
member, sa cotisation court du commencement de l'anne
pendant laquelle il a t admis. 11 reoit les bulletins le 'anue
entire.
TITRE VIII.

REVISION DU BGLEMENT.
AAr. 28. Aucune proposition tendant i modifier les
status, ne peut tre soumise la Socit, qu'ailant qu'elle
sera signe de 15 membres. 11 sera dcid dans une assiemblleo
etlraordiinaire sur la suite a v donner.






9 --
Le pr'seitl rgleie nt a i(c diScul' eon ,'meCe publil]ue, ri
adpiil' p|ar onsi les I-membrlnes fondateurs soussigns :
MM. Ac:l .:l{, architect en chef du h'partemient;
BIUoSSELAID (CI.), chef dui bueanl arabe dibparte-
Ieiiilal;
i:r:cc:.\in, md('eci principal i l'i pital militaire de
Coiisliantii :

Col ii ai t'ii nie
(Eli;io.M:A', (A.), plirofleCsseur ('aralbe h li chairc de
Conslanline;
uois-mr:T (,i.), secrbetaire-gebiral de la Prficl ure:
CiELtiY, ii, colonel d ic, directeur dies- ortlicaions
de la province e;
('!E-SAT. (B.), cu r de la paroisse, Constlatine;
Dl)r in(, procureur iimprial Cotnstantlii ;
L.iui i~ii GLATINAV, jprSidelt du tribunal, Cons-
alintilne;
,s: LANNov, ingnieur en chef des ponts-et-chaussies
du department;
LE B.SAoN (A.), lieutenant-colonel, chef du gnie i
Conslantine :
MiLLOCl-IN (A.), inspecteur de l'enregistrenent et des
domaines, chef du service de la province;
DE NEVEU (E.), chef d'escadrons d'ulat-major,direceurir
des aliaires arabes de la province;
VALOIS (A.), juge de paix, Constantline;
V!TrA. (A.), mdecin principal l'hpital militaire de
Constantine;









LISTE

iI's M'ilil-1i souscriipleurs par ordre alpha)liqeic .

MAI. Aurim", architect en chef du dpartement de Cons-
tantine ;
Ariis, sons-lieutenant ;a 3e chasseurs d'Afrique;
IkACiEs, employ de la Prfecture de Constantine;
lihOssELAi), chef du bureau arabe civil dparte-
mental;
CECCALDI, mdecin principal de re classes;
ClE rtoMnAL. prolesseur d'arable la chair de Cons-
tantine ;
CIOISNET sccrltair-gCnrai tc la Prfecture de Cons-
tantine;
Cooir.'m, vrilicateur tles D)omaines, Constantine:
ClirE-LLYv, colonel du Gnie, directeur des Ibrtificalions
de la province de Constantine;
CrEczIrA, cur (le Constantine;
i)Dru .iA, procureur imperial Constantine;
Dunoc, chef du service des mines de la province;
DI)POUET capitaine du gnie;
For, comnnandant du gnie Batna;
(GAuor, pharmacien:
LAiiB DE GL.ATINA, president du Tribunal de Cols-
tantine;
LAxNov (DE), ingnieur en chef des Ponts-et-Chausses,
Constantine;
LE BAnoN, lieutenant-colonel du gnie;
LoN;, commandant du gnie Bone;
Le;u, dlfinseur a Constantine;
i.ARsiLLI (mE), capitaine du Gnie Constantine;
Mliuns, architect de l'arrondissement de Philippe-
ville;
MILLocIN, directeur de l'Enregistrement et des Do-
maines de la province de Conslantine;
NEVEU (DE), chef d'escadrons d'tat-major, directeur
divisionnaire (les affairs arabes de la province;
tliimoN, iiispecleur des batiiments civil Conslan-
tine;
SinrAmiMLEl, capitaine du gnie;








M~~~~~~~ M ialilrid lies,
jug le Ilaix it
\.i(i jiii, t de pili\ i (;cllis;iilltiic ;
cap, ilpii ae clii (1gnie:
NlN il I i I l )ie[e % lIi 1(c il) i Ii 1 lrc' ul( Ia*A i.ic
\iI l.(, 1i vti )l l I 1i titi )l le ItH'i il 1 iiii tlaiire
\ui\ iz, v''iliea


l'iiiiEU !OCN). de LI SoiirboinneiuIIiee ii l la S'
Imr;~ ~eIegnr'.al des btim aliens rvik. dle






BURlEA 14w 1F~I833.

M.Mi.l (;liKL LIN, IlrisiIe Il
liE NMINpremiier N e-)ii(I
UECXmidei!\inc ice-piesale t;
CiiFmitu;oN.xeL t, secrreaicie-arcli iisIe-,
A.\. lutit seinl'tai re-adjoii Ill;
ire(:1 ,i sri cr.







Me mbIr (dxil m i siN ti
I )u;.tm i







ANNUAIRE




SOCIETY ARCHEOLOGlQUE




PROVINCE DE CONSTANTINE.




COUP-D'oEIL

str les rtiligqeilst

La creation d'une socit scientifique dans un pays i, pine
ouvert aux conqutes de la civilisation, est une entreprise qui
pett sembler tmraire. Aussi n'est-ce point ulLe acadulmi(
que nous avons prtendu fonder. Nous ne sommes, la plupart,
ni des rudits, ni mime seulement des gens de loisir, deux
espces it peu prs inconnues sur cette terre d'Afrique, o,
chacun est par tat, tout entier aux all'aires, soit publiques,
soit prives. Mais ldans le cercle restreint que nous nous
sommes trac, et qui est dfini par ces mots :
RECUEILI.IR., CONSEI\lt lE, DI)CIlRE,
la bonne volont pourra supplier au dfaut de savoir. Le
manque le temps sera compens par les facilits que procure
a plusieurs d'entre nous l'exercice des functions publiques.
Nous osons donc croire que notre association est appele a
rendre d'utiles services la science dans le curieux cihampi
d'exploration que nous allons esquisser raplideiient.
L.a l'lvince de Constantine est for,'. de de deux provincr.s







rouaine s des derniers temps de l'Empire, la Numidie et la
Mauritanie Silifienne. Tout ce qu'on peit apercevoir a tra crs
l'obscurit des documents anciens, sur l'histoire primitive de
cet trange pays, c'est qu'au nmomlent (le la conqulce romaine
deux races principles se le partageaient, les Lybiens, qu'on
peut regarder come autochthones, et les Phniciens, people
venu d'A'ice. Celte hyvpotlhe cmenibkl aujourd'hui se couirmer
par l'tude de', races qui hialiti ni :iitucllement la contre. On
sail que la langue phnicienne est drive du chaldaque.
come l'hbreu et 'arabe avec lesquels elle a les afinits les
plus marques. Or la langue Berbre, qui se parle dans les
principaux massifs montagneux et jusque dans les profon-
deurs du Sahli, i, n'a aucun rapport avec l'idi:iii arabel ni
par consequent avec le phnicien. D'un autre ct, les fouilles
qui s'excutent dans la province tde Conslantine, commencent
mettre a nu un assez grand nombre d'inscriptions tuiiiu-
laires on caractres tout fait diffrents de ceux qu'emn-
ployaient les Phniciens.
Si nous voulions remonter plus iaut dans la nuit (les temps,
nous dirions que l'Afrique prselte aussi quelques-uns de ces
monuments grossiers que les archologues molernes attribuent
a un people antrieur aux poques historiques; non pas que
nous considrions comule tels tous ces prtendus dolmen que
des personnel peu familiarises avec ce genre d'antiquits ont
cru voir sur quelques points trs-avancs dans l'intrieur de,
terres, el qui ne sont en ralit que des pierres arraches des
constructions romnaines, mais parce que l'existence de vritables
dolen portant tous les caractres de ceux du littoral armo-
ricain, ne saurait tre conteste dans le pat montagneux qui
avoisine le golf de Numidie.
La province de Constantine offre donc aux investigations
les savants de grands problmes d'histoire pour la solution
desquels nous serons heureux de leur fournir des matriaux.
Aprs les considerations gnrales, aux quelles nous
regrettons (le ne pouvoir donner plus de dveloppenieni, il ne
sera pas inutile d'entrer dans quelques dtails de localit, qui
serviront a dmontrer combien il est regrettable que les amis
(le la science archologique n'aient pas song plus tt a unir
leurs efforts pour sauver de la destruction les richesses dis-
perses sur le sol, et combien cependant il en rete encore de
prcieux ;'i recueillir.





- 15 -


Conshaiiir, l'antique Cirlu capilale de la Nunmidi.i
renifermaiil encore au miioiienii de la conqulle frangt l'aim, mi
graudl nombre de ruinells romaines, don't la ilipart Omit disp;ari
dans les travaux de construction dle notre tablissecenl.
Indpendamment des documents pigrapllii(ues publis dans le
present volume, quelues mnorcau\ d'a;.rliiteclurc e de
sculpture ont iL recueillis et aiteliilcii(, c\x oss au. intcli-
pIries de l'air, que l'ad iniii stratiii leur pro(i iire des abris.
C'est le noyau d'un miuse qui s'enririt (continilellIenint
d'oljets sortant des flIiilles de la ville, et anqucl viendront
se joindre, i ous devons l'espi'rer, des collections partiililires
assez iniporlantes.
Des trois colonies romaines, filles de (Cirta, lbsicaide.
Mile, Chiullu, la preniire seuie a mpu lire CxploiMtle sous le
rapport archologique, par suite de l'alllisseiunnt de Philip-
peville sur le iiiiie point. Coimme a Constainliiei, dles perles
irrparables y ont t faites : mais il y rest encore lio
nombre d'objets precieux, niallieI'reusciieiit trop ngligs.
Nous sommes heureux d'apprendre qlue l'adninistration locale
s'occupe srieuisenmeint miles imoyens dlen assurer la conser-
vation.
Mi/clu, au.ijouird'hui ila, ville Kab'le oi la colonisation
europenne s'est h pine introduite, pr's(nte a la ule qiielques
monuments pigraphiques, disperss i et li dans les niurs
des maisons. Nul doute qlue quand on entrrlrenidra des louilles
dans cette localit, il n'en sorte des iatriaux prcienx pour
l'histoire de la domination romaine. Quiant l Collo, fl'atiqule
Chillu c'est une place imporlante qui n'est pas encore
occupe par la population frainaise.
gigil le Djidjeli actuel, qui depend aussi de la circons-
cription administrative de Constantine, donnait son nom il
un district de la Mauritanie. Les ioniiiients antiques qu'on
y a trouvs la surface du sol sont en petit nombre et mial
couservs, cause de la nature friable des pierres du pays :
mais nous avons beaucoup d'espoir dans les dblaiements qui
seront faits pour la construction d'un niiol eau quarter, sur
le terrain occupy par les ruines de 'ancieilnie ville, el nous
ferons tous nos efforts pour prvenir, dans cette circonstiace,
les actes de vandalisime pareils ceux qui oit Ci lien sur
d'autres points, vers les premiers temps de l'ocupation
francaise.





- 16 -


Sigus, premiere station au Sud cii parlant de Cirta, est uin
(le ces endroils ot l'on s'est complu en quelque sorte dtriire
ce qu'on v ia'l r.: 'a I .- monuments anciens. Mais, ;i cela
prs des ruines d'un temple qui ont t exploites conune
carrire, dans l'intrt des constructions d'un bordj voisin, c'est
encore une mine vierge pour les recherches archologiques.
Les environs de Constantine prsentent encore les vestiges
d'une foule de villes, de bourgades et lde postes remains,
peu prs inexplors, niais auxquels il serait trop long de nous
arrter. Nous laisserons aussi toute la lnrigue srie des ruines
du '.iil-E.i, parmi lesquelles il rest fixer la position de
plusieurs stations, tells que Thigis, ihenebrestc, Cente-
naritum, Rubr"', etc., nous sauterons jusqu' l'extrmit (lu
lorriloire de Constantine, et nous arriverons Tebessa, l'an-
tique Thevesic, qui fut la capital du district annex a la
1Ir iiic'ne e Numidie. L, ce ne sont pas seulement des ruines
que nous avons tudier, ce sont des monuments encore
debut, entire autres le bel arc de triomphe ddi Septime-
Svre et le sanctuaire du temple de Minerve. Sous un
immense amas de ruines, s'tend, quatre mtres de profon-
deur, la remarquable mosaque d'une glise chrtienne.
L'enceinte de la ville n'est qu'un monceau de pierres ro-
maines, qui c et l percent la masse des measures arabes,
sous la forme de pilastres, (le colonies et d'arcades. D'autres
difices en ruines jonchent la champagne environnante. Dj
(les recherches ont t excutes et des rsultats prcieux
obtenus dans cette localit : mais il y reste d'immenses dcou-
vertes fire. Tous les moyens come aussi toute l'i;:lliii:n-i
de notre Socit devront tre mis en euvre pour prvenir le
gaspillage d'un trsor aussi prcieux.
Les principals villes romaines comprises dans la circons-
cription militaire de Bne sont Hippo-RBegius. (alama,
Taguste, Thacora, Mcadiurus et Tipasa. Nous passerons
sous silence les autres ruines peu importantes ou peu connues.
Bne, que les arabes appellent lunna et Anuba, n'occupe
pas l'emplacement d'tlilpuo-BRc ius, o aucune construction
franchise n'a t entreprise malgr sa proximity du lj'ir t. (l'
ce qui explique pourquoi elle est si pauvre en fait d'anti-
quits. On n'y a rien trouv qui mrite d'itre mentionn
ii a plus x C n, l Gaise. Si
On) a t plus heureux al Cai




17 -
',elt,.e ville n'avait pas t rebtie de nos jours par des cons-
tAiiiclrs pleins de ddain pour les objets l'art et pour les
reliques dlii temps pass, elle pourralit tre en possession d'un
mnuse intressant. Une vingtaine de statues, tombeaux, autels
avec bas-reliefs et inscriptions, tct., qui ont t ramasss par le
gnie militaire, attendent qu'on veuille bien les abriter. Celte
collection est susceptible de ddevenir fort riche an moyen des
nombreuses ruines qui entourent GuClhua, tells que celles
,l'Aqiiic Thibilitmine, de Snthtui et surtout d'Aon olna, o
la colonisation aura un nomi remain restituer la gographie
et de vritables richesses archologiques prolger.
On place ordinairement Thagqste, on naquit St-Augustin,
Souk-er-Rass, novel tablissement franais prs de la rive
gauche de la Medjerda (LBagradas); et cette supposition est
base sur un fragment de pierre portant un nom fruste ana-
logue celui lde Thagaise. Ilcemnment encore oi a relev sur
le mnie terrain une deuxime inscription mentionnant
l'cllhnique Thagasius, qui sanis Etre prcisment un driv
exact du mot T'hagasie, s'en rapproche assez pour fire croire
l'identit du lieu. La patrie di clbre vque vaut bien la
peine qu'on tudie soigneusement cette question.
Madairus, patrie d'Apule, et dans laquelle avait tudi
St-Augustin, se retrouve, d'mun manire incontestable, dans
iMdlonrorvche. Cette localit fournit dj un bon nombre
d'inscriptions, les unes encastres dans des pans de murs
encore debut, les autres gisantes la surface du sol.
Tipusa n'est autre que Tif'aiclhe, ville situe vers les
sources de la Seybouse (Ub.us). Mais l'antique Tifaiche n'a
plus montrer qu'un fort byzantine, pos come une vedette,
l'entre du court dfil qui mne la valle de la Medjerda
et aboutit une ville don't les ruines bien conserves ont une
toute autre importance. Qu'est-ce donc que cette grande cit
romaine don't le nom arabe Khecmia ne nous dit rien a
l'esprit? Ne serait-ce point Tipasa elle-mme, come l'a
suppose M. Karth, capitaine du gnie, auquel nous devons
une remarquable topographie de cette region ; et ne faudrait-il
pas voir simplement dans Tifaiche une bourgade niumide qui
format l'avant-poste de Tipasa contre les gens des hauts
plateaux? Ou bien Khminia scrait-elle le Tubursicum Numii-
dorum, prs duquel le Bagradas prenait naissance au dire du
gographe Honorius? Voil un intressant problme A rsoudre.
2





18 -

Toutefois les deux localits don't nous venons de parler,
pr'isentiiii encore une particularit qui mrite d'tre prise en
Cf-i. l i f r; fil.n .
A Tifaiche, on ne dcouvre gure d'inscriptions -romaines,
mais il s'y trouve des tombes ornes de caractres Phniciens
ou Lybiens. A Khemia, toutes les pitaphes recueillies
jusqu' present sont latines, mais plusieurs d'entre elles con-
tiennent des prnoms remains associs des noms qui appar-
tiennent videmment ine autre race ainsi qu'on en pent
.juger par la suivante:
POSTVMIA VRBICA IVBAE F;LIA PO.TV-tll
I V)CHADIS YXORl
Du reste, tout le pt montagneux qui environne la Sey-
bouse parait avoir t, du temps des Romains, habit princi-
palement par des populations indignes plus on moins
assimiles la nation conqurane ; et c'est l surtout qu'on
rencontre le plus frquemment des souvenirs Lybiens.
La vaste subdivision de Banna comprend 'IThamnuade et
Lamb.se, qui suffiraient elles seules pour en fire l'une des
plus riches en antiquits : Thnmugade, colonies romaine, o
subsiste encore un bel arc de triomphe; Lambse, qui par
son importance dans les sicles passs autant que par sa c-
lbrit actuelle, mrite que nous nous y arrtions un moment.
D'aprs les inscriptions releves sur les lieux, les ruined d(
Tazzoiuet ou Tuzznolie (lenCi dans la langue des Chaouas),
sont celles de l'antique Lctmble.sc, qui a t pendant trois
sicles le lieu de garnison de la IIIe lgion Auguste, et la
residence du Lgat imperial. Elle s'est leve au rang de
colonie romaine, mais sans doute avec des lments militaires.
Elle comptait une population d'environ 60,000 times. Son
immense superficie est encombre ('difices construits par les
lgionnaires. Plusieurs de ces monuments sont encore debut
come pour attester sa splendeur passe. Le sol de Lambse a
t remu sur une grande tendue par suite des travaux
considrables que le Gnie militaire y a excuCs depuis plu-
sieurs annes. Quelques transports y ont entrepris des fouilles
dans un but scientifique. De son ct le e. :i,-iiiI;il a
donn quelque argent pour la conserve ion des monuments
antiques de Lambsc, ce qu'il n'a fait jusqu' prsent pour
aucune autre localit.





19 -
Les rsu!tats acquis c muissiel Ci :
300 objets d'art, i,'i urs, i.-rcenn\ d'architectuire, cippvs,
ve1., rasseimLh's dans ,' Pre!oriu ;
Plusieurs imosiques entaureps et airites:
109 pierres pltrapliqnus encasires dans les murs. des
himllents nouveauI? :
2,000 inscriptions riecuri!!ic; Lun;iiiise e! aux environs,
savoir: Markouna 'O;ecu ':i Zena (Di a c-Veternorurm).
Tobna (Tlubur,:), c'c., etc.
Nons termiiinrons colit e:tsqiisp, par la 'fi;divisi(n de Stif,
unoins riche en souvenirs at'iqueis, et 'ail!eurs ioinis ex.plr
que celle de Baiia.
Stif, htie sur les ruines de i'anviemnn capitule de la
31auriianie Sitifienne, mintre avec orguei.l iue ccileclion de
14-3 monumen's de toiute espc, pqui font 'ornement d'une
promenade publique, mais que malh:euricsempent n'pargnent
pas les injures de l'air. Peu d- jours s'y passent sans que le
labeur incessant de notre creation n'arracie du sein de la
terre ciquelues reliques du3 pass. Re:mment encore on a ec
le honheur de renconrier !'pitapie d'un saint vique, le
roitemlporaiul et l'ami de St-.Iugusin ; prs de la se trouvait
un auti Mars, gniie de celte celoie fonde par des
vtrans.
Aprs Stif, la plus importn:,re vile de rette region de la
3lauritanie, iait (.:Wicu!uni, ,r !i .jemi!a, don't le bel
arc de triomphe avait t jug digne, par 1un prince, d'eitr
transport dans la capital du monde ci;viis. On lit Dje-
nila de nombreuses inscription, mnais aucune fiouiile imnor-
tante n'y a encore t faite.
Tels sont, en abrg, dans leurs rsuilats acquis ou promise
la science, les princip:ax filons de la mine :,r,:.'.:,.i;w.
que nous ont (lgu nos devanciers dans ce:tie ,(I.l i:;l
ionde. Qu'on se figure sur une endueue suprieure au quart
de la France ces iicilies cits africaines ave'c la foule des
cenires secendaires de population, tomb:s en ruined sur le sol,
mais sans autres injures que cclles du temps, it l'or aura une
ide dul vast trsor de science sur le quel no!re Socit plIrr.il
pour acihe de porter ses investigation ou d'everce'i son action
conservatrice. Puisse-t-e!ie pers\rer dans crut lonuabie entre-
prise et y oblenir un succs gal Vimportance de -iin bhj,.








NOTICE

awr les vestiges de i'ecupatfio ronaine
fans le cercle de Philippeville.



De tous les points occups en Algrie par la France, la
province de Constantine est celui o la domination romaine a
t le plus longtemps et le plus solidement assise, celui o elle
a laiss le plus de traces. Chaque jour les movements de
l'arme et les progrs de la civilisation mettent en relief des
vestiges inaperusjusque l; mais chaque jour aussi, il faut
bien le dire, ils en font disparaitre. Si le vandalism des uns
a dtruit des inscriptions prcieuses, le zle aveugle et goste
de certain autres en a galement perdu pour la science en les
enfouissant dans des collections particulires ignores, et en
annullant, par suite d'un dplacement, la valeur des indications
que l'inscription contenait sur l'endroit o elle exislait primi-
tivment. C'est donc avec bonheur que, tmoin depuis long-
temps de ces divers effects, j'ai vu la creation de la Socit
archologique de Constantine, qui conservera les futures
dcouvertes la science en les enregistrant dans son bulletin
annuel.
Parmi les questions sur lesquelles les travaux de cette So-
cit me semblent appels jeler des lumires nouvelles,
celles qui se rattachent la gographie ancienne du pays,
sans exiger les mmes connaissances ni la mme sagacit que
l'tude des inscriptions par rapport l'histoire, ont cependant
une importance propre et une utility immdiale; car elles
donnent d'utiles renseignements sur la march imprimer la
colonisation, et sur les resources qu'il est possible de crer
dans le pays. Elles offrent aussi un vaste champ de dcouvertes
aux explorateurs; en effect, ce pays-ci tait fort peupl, et les
itinraires et les autres documents crits ne contiennent les
noms que (le la minime parties des villes romaines. Dj les
recherches du savant M. Rnier et de quelques-uns des
nnliibJir fondateurs de notre Socit archologique ont fait
cunnaitj,: le nom de Verecunda, de Tiddis et d'Uzelis. villes


- 20 -





21 -
oublins des anciens gographes et des anciens historians. Ces
dcouvertes seront videmment suivies de beaucoup d'autres;
il existed, en effect, une foule (le ruines soit de villes, soit
de bourgades don't l'ancien nom est encore dterminer.
Je ne ndoute pas que si chacun de nous fournissait les ren-
seignements de cette nature qu'il possde, la Socit ne runit
une masse de faits beaucoup plus grande que dans tout ce qui
a t public jusqu' ce jour, et ne jett une grande lumire
sur la gographie ancienne du pays.
Convaincu de l'intrt et de l'utilit de semblables publi-
cations, je prends aujourd'hui l'initiative en offrant la Socit
une note sur les vestiges de l'occupation romaine dans le cercle
de Philippeville. J'espre que mes collgues voudront bien en
rectifier les erreurs et en complter les lacunes; j'espre surtout
qu'ils voudront bien en publier de semblables en recueillant
leurs souvenirs: C'est surtout un appel que j'entends leur
faire dans l'intrt de notre Socit et de l'archologie.



Le cercle de Philippeville occupe un massif montagneux,c ,
dernire ramification des montagnes de la Kabylie, qui vient
aboutir la plain des Sonendja et du lac Fetzara, et don't les
sommets s'lvent de plus en plus vers.le Sud -jusqu' ce
qu'on atteigne les crates dtermines par le Sgao, le Dj. Oua.h
et le Mtaya. Trois valles principles portent la mer les eaux
de ce massif : ce sont l'O. Guebli, le Safsaf etl'O. Radjeta ou
Fendek. Les parties voisines de la cte n'offrent, les valles
exceptes, que des dunes de sable ou des montagnes abruptes
et striles, couvertes de forts de chnes-liges. Les valles im-
portantes sont belles et fertiles, et les montagnes de la parties
mridionale prsentent des eaux plus abondantes et de nom-
breuses plantations d'oliviers. Il suit de cette topographie de la
contre qu' part les ports de la cte, la population a d
occuper de prfrence les valles et les montagnes mridionales.
Tout ce que j'ai vu confirm cette opinion.
Les villes romaines de la cte sont, en allant de l'Ouest i
l'Est, Collo, l'ancienne Minervia Chullu, Stora, don't le nom
latin rest inconnu pourrait bien tre le nom atuecl, Philip-
pclill. (Veneria Rusicada ou Rusicade), les Guerbs, aui-illa
du Filfila (Paratiano des tables de Peutinger ?).






- 29 -


h, Ii 1r, r 'i !r-, il existed 'des ruiues rimnaines assez illmpr-
t.n',r,,s, dit-on, T:'i;.,i., -, -1 i: la vaillc de l'O. (t.i'1,!i ; il
s'en trouve plusieurs dans la valle du Safsaf entire Philippe-
ville et St-Charies ; mais ce sont des maisons isoles, p!1:'.*.
gnralement, a 'l'extrmit d'un contrefort saillant (le la
montagne, et assez petites. Il est probable q;'il y avait ct
des coristru;cioiis moins slides ; car dans un mamelon de
ruines q'on a d dblayer vers 1849 pour y fire passer la
route au Sud du village de Danrmont, on a coup des murs
faits en briques de terre cre; la coileur des briques, formes
de la terre rouge de ces contres, et cell des joints en mortier
blanchtre, ne permettaient aucune mprise sur la nature de
cette construction. J'avais, prcdemment, observ un fait
semblable Tns (l'ancienne Cartenna), lors du percement
des rues de cette ~!!i', en 1847.
Sur le territoire de Gastonville existaient, jusqu'en 1850,
les ruines de deux difices important, sur lesquels je revien-
drai un peu plus tard.
Sur l'emplacement de Robertviill, j'ai vu des ruines assez
tendues pour y faire supposed l'existence d'une petite bour-
gade.
De St-Charles El-Arrouci on troupe des ruines romaines
parses, mais nrlie part d'agglomration important: Il
n'existait aucune ruine sur l'emiplacemnent mme d'El-Arroucih
silu d'ailleurs en dehors de la voice romaine.
Le course infrieur de l'Addarats, entire l'O. Deub et Saint-
Charles, est renferm dans un bassin troit o l'on voit au plus
deux ou trois ruines de maisons isoles. Mais les ruines se
muliplient au dbouch de la valle de l'O. Deib ; il pouvait
v a'.:r l un petit hameau. Des ruines plus considrables
occupent la base d'un contrefort de la rive droite de l'Addarats,
entire l'O. Deub et l'O. Hammam. Je n'ai pas examin en dtail
ces ruines qui doivent appartenir une grosse bourgade ou
une petite ville. On y voit, m'a-t-on dit, les restes d'un bassin
remain i.r'-s d'une source qui jaillit au milieu d'un bois d'oli-
viers couvrant les flancs de la montagne au-dessus des ruines :
on y trouve aussi les restes de l'aqndc qui y amenait les
eaux.
Au col de Ras-el-ma, par lequel on dbouche du bassin de
l'.\.lar.u .~nii.u ,:-liui du Fendek, j'ai reconnu, en 1849, lors
(le l'ouverture (e I.a r,,iii.* 1,, 1-C harles .lr' i ni'i"'r" les ru l<,'s





23 -
fort mal coniiserbs d'une soie romaine, et les foundations de
quelques maisons.
La plane du Fendek prsente c e et la plusieurs ruines. Les
plus inimportantes, dsignes souns le nom dle Guermoucla, dans
la care de la province de 18 i.7, solt cells (d'iiue petite ville
sur l'emplacement de laquelle est bMtic le village actuel
d'Ali i med-ben-Ali.
A l'extrmit orientale de la plain le 'l cEeli el, au-
del de cell du Fendck, sur un petit plateau dominantii la
rive gauche de l'Eiiichekel, on voit les ruines d'une bour-
gade dsigne par les Arabes sous lu ioniU de Qsar-3Ita-el-
Arribia.
Enfin, sur la lisibre oriental du massif miontagneux du
cercle de Phlilippelille existent les ruines de deiux villes
romiaines, dsignes par !es Arabes sons le nomi de Schargoud
et de Ksentin;a Kediina (Constantine la vieille). On croit q Sebargoud est l'anicienne Nedes. (Nedibus de la table lde
Peuiinger oi la plupart dles nonis sont au datif ou i l'a-
blatif.)
Tels sont, ma connaissance, les anciens tablissements
remains situs dans un rayon rapproch de Pihilippeville. Je
vais donner sur chacun de ceux que j'ai Ipu voir ioi-niime
tous les renseignements qui me paraissent offrir quelque
intrt.
Stora. -Les citernes (ruisseau des Singes), don't les eaux tournraient la montagne
;iu moyen d'un tunnel conserve jusqu'i nos jours, trouv et
restaur par le gnie militaire, ainsi que la grande vote,
situe prs du dbarcadre, sont assez connues pour qu'il soit
inutile d'en parler. Les dessins en ont t publis par l.
)elamare dans le travail de la commission scientifique. Ces
citernes n'taient pas la seule construction lih draulique dle la
localit. Il en existait une autre, don't je dus fire dmolir,
en 1850, une parties pour y lever le bitinment destiny auv,
passagers et colis de l'Etat. Cette parties se composait de cinq
compartments rectangulaires de 3 mi. 80 de larger sur
ii 35 de longuleur compte perpendiculairenient i la faade
et spare par des murs dle refend de 0 mi. 80 d'paisseur.
Quatre de ces compartments, profonds de 4 m. 80, avaient
t videmiment dles bassins: le sol en bton, les arrondisse-
ments des angles, la nature des enduits ni laissaient aucun






24 -
doute a et gard. Ils ne portaient aucune trace qui pt fair
orilic d'environ 10 15 centimtres de ct, perc dans le
mur de faade pais de 0 m. 80, avec une espce de bassin oi
abreuvoir de 0 m. 20 en contrebas et crPus dans une saillie
du mur qui rgnait tout le long du btiment. Ces bassins, de
mme longueur que le compartment correspondent, avaient
1 m. de larger, O m. 80 de profondeur et un board pais
de 0 m. 80, et taient arrondis aux extrmits. Le cinquime
compartment tait coup en deux par une vote en plein
cintre : La parties suprieure prsentait une cape horizontal;
la cave forme par la vote, avait une issue sur le quai par
une porte large d'environ 1 m. avec arceau en plein cintre,
et traversant le mur qui dans cet endroit avait une surpais-
seur gale la saillie qui format bassin dans les autres
compartments. L'existence de cette porte et celle des avant-
bassins ou abreuvoirs dmontrent que le niveau de l'ancien
quai de Stora tait trs peu prs le mme qu'aujourd'hui.
Du ct de la montagne, les bassins s'appuyaient un mur
qui avait au sommet une paisseur de 4 n. 20. Ce mur
prsentait centre les bassins une alle de 1 m. 60 delargeur,
arase au mme niveau que les murs de refend; puis venait
une retraite (le 1 m. 80 de larger, situe 0 m. 40 en
contrehaut de l'alle, et dans laquelle tait creuse un canal
de 1 m. de larger sur 0 m. 20 environ de profondeur.
Au-del de ce canal tait un mur pais de 0 m. 80 don't je ne
puis pas spcifier la hauteur parce qu'il tait renvers et
bris sur toute la longueur des fouilles. Des fragments con-
sidrables de ce mur taient tombs dans les bassins. Le canal
devait recevoir les eaux de la source situe l'Est de ce
l:'lii'niil, et qui alimente aujourd'hui une petite fontaine. Des
vannes places de distance en distance permettaient de remplir
volont les bassins. D'aprs l'aspect extrieur les parties de
cette construction qui n'ont pas encore t refouilles doivent
tre identiques cells qui l'ont t, et l'ensemble de cfl
bassins occupe un space de 65 70 mtres.
Derrire les parties du mur de soutnement encore debout,
on trouva des tombes couvertes de longues pierres plates et
renfermant des ossements entiers. Evidemment, elles n'taient
pas romaines. Quoique bien conserves en apparence et
enfouies une trs-grande profondeur derrire des construe-







tions romaines, je pense que ces tomibes analogues cells
des Arabes d'aujourd'hui, taient d'une date bien postrieure
a la construction de l'dilice, et avaient dl tre creuses dans
la montage, en arrire; qu'elles taient ensuite descendues
avec les terres dans un couloir situ derriere le niiir croul
don't l'paisseur n'indique pas iin iinr de revtement destiny
i rsister une forte surcharge; qu'enlin, elles avaient l
recouvertes sur une grande hauteur par des boulements plus
rcents. Cette hypothse n'a rien d'improbable ; car la eif
prsente en cet endroit des examples lrqueits de glissements.
J'ai cherch souvent les traces d'un port Stora : rien
n'indique que le massif de maonnerie qui existed auprs du
dbarcadre ait appartenu un mle plutt qu' un quai ou
mme une conslruclion en arrire. Il est tellemenit inborme
qu'il est difficile d'en conjecturer la former primitive. Les blocs
de maonnerie qu'on trouve sur la plage, au-dessous du roc
exploit pour le fIur chaux, appartiennent videmment il la
chausse romai ne qui contlornait le roc dans lequel la mine
a fray le passagdede la route actuelle. Les seuls indices que
j'aie pu dcouvrir d'une jete romaine Stora sont des restes
de bton enclaves dans deux (les crevasses du rocher de l'ilot
des Singes. Ils semblent indiquer que la base de l'ilot des
Singes a t enveloppe de imaonnerie, ce qui a naturellement
en lieu si cet ilot a appartenu une jete.
RIu.icada ou lusicade. On crit gnralement lussi-
cada ou liusicada, l'ancien nom de Philippeville. Cette orto-
graphe, adopte sur je ne sais quel fondement, n'est lpas en
harmonie avec le 1nom0 dle la tablc le Pentinger Rusicade qui
peut tre un nominatifou un ablatif, ni avec les inscriptions.
Je citerai entire autres celle-ci qui a dj t publie.
GENIO COLONIAL
VENERIAE RVSICADIS
AVG- SACR-
M- AEMILIVS BALLATOR
PRAETER IlS- X- M N- QViE IN
OPVS CVLTVM VE TIIEATR
POSTVLANTE POPVLO DE
IIT STATVAS DVAS GENI
VM PATRIE N ET ANNO
N/E SACRAE VRHIS SVA







PEi:VNIA POSVIT Al)
QVARVM DEDICATION
NEIT DIEM LVDOI()
S.;i~U "l[SiLFIVS EDIDIT
L- D D D-

Le gnitif Rusicadis, donn par cette inscription et, je le
rpte, par plusieurs autres, ne peut provenir que d'un nomii-
natif latin tel que Rusicas ou Rusicade. Rusicas p'irait s'car-
ter davantage des terminaisons phniciennes, qui ont d avoir
la plus grande analogies avec les terminaisons arabes ou lhbra-
ques : J'adopterai donc Husicade dans ce qui va suivre: Je se-
rai fort port croire que le nom carthaginois tait Riu-ir.il.
Les monuments de Rusicade sont, come ceux de Stora,
donns d'une manire trs complete dans le travail de la
commission scientifique de l'Algrie. Je tme bornerai fire
observer que l'examen des ruines conduit fire supposed
l'existence de trois quarters diffrentcs.
Sur le plateau occupy aujourd'hui par hlIpital militaire et
sur les talus qui en descendent, on troupe, d'assez grandes
distances, des citernes gnralemetr petites et des foundations
de maisons peu considrables. L devait se trouver un quarter
importantes : Aucune des inscriptions qui y ont t trouves,
ma connaissance, ne se rapporte un citoyen remain.
Le fond de la valle, la plage et la base oriental du Bouyala
(la montagne l'Ouest de Philippe ille) laient couvertes d'-
difices important. Telles, sont les longues arcades qui ont
longtemps servi de murs'de quai la moderne Philippeville,
la fontaine monumental dcouverte en 1850, les citernes du
magasin militaire des vivres, les citernes qui servent de sou-
bassement au thtre moderne. Le sol, gnralement Irs-bas
dans le voisinage de la mer, s'levait rapidement ensuite:
Ainsi lorsqu'on a fond le perron du pignon Est du magasin
aux vivres, on a d chercher le terrain de l'ancienne ville
plus de 4 m. de profondeur, et on a trouv, 'angle Sud-Est
du btiment, les premires marches d'un ei.lieir remain qui,
sans doute, appartenait l'ancienne rue.
Les difices de cette portion de Rusicade devaient tre en-
tours d'une enceinte f.inilu'i. do Il'ir', ni .i moins protgs
par une forteresse. Dei' personnel, qui se trouvaient l'expe-






27 -
dition du marchal Vale etl la cration lde P evil le,
m'ont afiirn qu'il existait cette poque une tour debout,
peu-prs sur l'emplacement dI point culminant (le la rue
Royale. On voit encore des restes dle nir trs-pais dans
diverse mnisons de la rue des Cilerncs. L'iangle S.-O de cette
cnceinte devait tomber sur l'emplacement d bliiient miili-
taire comprise entire la place BIlisaire et les ries di Sphinx tc
des Citernes. Il y a li un grand pan d(e mur encore debut,
et des fondationii don't les forces arrondiies paraissent indiquer
des tours. L'encei.te se dirige vers la IIer: on en voit les
loitdaions (lan s les substriclios de la mason qui a servi
longtemps d'glise provisoire. Le pan de iiur encore debut
est compose d:'n imassif dle imaon crie de mollons couple par
des chains ve\tic'ales (le pierres de (aille et par des assises ho-
rizontales en briques, (le inaniCre dessiner une srie de
carreaux. Il me parait ol'irir le caractlre ldes plus anciennes
constructions. Si les massifs d(e naonnerie don't il s'agit n'ont
pas appartenu i une forieress0. ils ne peuvent proveniri que
de citeriics compltementl dtruites et encore plus gigantesques
que celles du iBoiiala. La forme et l'paisseur des murs ne
permettent pas d'autres suppositions. Ce ne sont pas du rest
ces ruines, mais les cilerces sur lesquelles on coustruit le
iheitre moderne, qui ont fait donnera la rue o on les trouve
la designation qu'elle porte aujourd'hui. Les citernes du
thtre paraissent avoir t la substruiction idu plus important
difice de uiisicade. Les statues et presque tons les fragments
ole marbre trouvs a Plilippeville en proviennent.
La croiupe septentrionale din Eouyala tait entirement
couverte de maisons : Les citernes s'y rencontrent a chaque
pas, et plusieurs sont importantes. Je citerai principalement
celle du fort d'Orlans, et celle qui sert de foundations la
porte le Stora. C'est galement dans ces parages quest situe
la mason o l'on a trouv la belle mosaque personnages
publie par la commission scientifique. Ce quarter don't une
parties des rues est encore dlssiiie sur le terrain l'Est du
fort d'Orlans parat avoir t riche et trs-populeux. Au Nord,
il descendait jusqu'au prs du Beni-lcleck, comme le prouve
une fontaine don't les maconneries existent encore; ai Sud, il
s'tendait au-dela (l ravin situ dans le prolongement de la
rue des Citernes : l il existait des foundations demaisons et des
citernes de l'auitr ct le ce r;.vin.






28 -
Le thtre remain (dsign sous le nom du Cirque) semle-
muarquer une extrmit de ce quarter, et les arnes taient
c'r(aiueniiint tout--fait en dehors de la ville : En effet les
fiauilll'- ex.ciites entire ces monuments et les quarters que je
viens de signaler n'ont fait reconnaitre que des tombes oa
quelques maisons isoles. Telles sont celles auxquelles ont d
appartenir les foundations de la citerne qu'on voit encore auprs
du quarter de cavalerie.
Rusicade a d tirer dans son origine ses eaux du Beni-
Melek; et les citernes ruines qu'on voit sur le Bouyala prs
de l'enceinte ont d prcder la construction des citernes mo-
numentales utilises aujourd'hui pour l'alimentation de Phi-
lippeville. Quand la population et les richesses de la ville
eurent augment, les eaux du Beni-Melek durent paraitre
insuffisantes et l'on amena les eaux de l'O.-Rira qui baigne les
flancs occidentaux du Filfila. Vers 1842, M. le capitaine du
gnie Riffault, charge d'tudier le project de conduite d'eau de
l'O.-Rira, a reconnu sur cette rivire les traces de la prise
d'eau romaine : il a vu galement des vestiges de cette con-
duite sur des ruisseaux intermdiaires, notamment, je crois,
sur l'O.-Loksob (0. El-Ksob ou El-Kseub). C'est cette con-
duite qu'on attribue les deux piliers massifs qui se trouvent
l'Est de Skikida, l'entre de la proprit de Marqu. J'i-
gnore si on doit galement y attribuer la conduite souterraine
qui suit le versant mridional du ravin des arnes et qu'on peut
voir en diffrents endroits, notamment au-dessous de la mason
crnele de Vale; mais si ma mmoire est fiddle, cette conduite.
serait bien leve pour les eaux de l'O.-Rira, et je suis assez
port croire qu'elle tait destine apporter dans les citernes
de la vile les infiltrations qui, pendant une. parties de l'anne,
s'chappent des flames du Skikida, notamment au-dessus du
cimetire catholique. Cette conduite est couverte par des dalles
places en A absolument come celles qu'on voit Stora
ct de la grande vote silue auprs du dbarcadre.
Les tombes importantes de Rusicade sot de petits difices
carrs, de 4l 5 mNiires de ct extrieur, couverts par une
vote d'arrte. On en i oil 1 usii.*n rs, entire Philippeville et Stora,
au-idcsu' il la route. Il en existed aussi deux ou trois sur la
crte de partage des eaux du Beni-Melek, mamelon Ngrier,
l'Oiiesl de la route de Pliilipptrville Coniiti nini.
Ruines de Gastonville. La voie romaine de Rusicade







Cirta passe dans une valle situe t l'Ouest de Gast ille.
Cette valle, qui commence au bois d'oliviers et court du Nord
au Sud, dbouche dans uie valle ilus ouverte que descend la
route de Robertville Gastonville. Un peu au N,,rd du point
o la voie romaine rencontre la route de Robertville, on voyait
en 1849 et on voit sans doute encore aujourd'hui les sub-
structions d'un difice long mais troit. Elles consistent en plu-
sieurs caves on citernes situes les unes la suite des aulnes et
don't les votes s'lvent au-dessus du sol. On s'est assur en
1849 et en 1850 que ces ruines taient situes i l'Est de la
voie romaine lgrement enterre dans le sol, mais don't on a
pu extraire une grande quantit (le pierres pour la construc-
tion de Gastonville. On a reconnu galement l'existence de
plusieurs pieces non votes situes en aval des citernes el
dans leur prolongemient. L'une de ces pieces tait pave en
mosaque. Le dessin reprsentait une croix noire entoure
d'un cercle noir sur fond blanc. Le tout tait entour d'une
large band noire rectangulaire. Les branclics de la croix
taient formes par des arcs de cercle tracs de manire laisser
peu prs autant de noir que de blanc. Je croirais volontiers
d'aprs ce trac, que cette croix n'tait pas un symbol chr-
tien, mais la simple ornamentation du pav d'une salle (le
bains. La mosaque don't il s'agit a t enleve et transporte
Gastonville vers 1850. J'ignore ce qu'elle est devenue.
Sur un mamelon situ l'Est de la voie romaine, on voyait.
aussi les ruines d'un grand difice en pierres de taille de
bel apparel; les matrianx de cette construction renverse
jusqu'au niveau du sol ont t employs Gastonville.
Enfin on a trouv dans les mmes parages, mais plus prs du
bois d'oliviers, et sur le bord de la voie romaine, quatre co-
lonnes de mme dimension, mais de matire dillreite chacune.
L'uned'elles tait en marbre blanc. J'insiste sur ces details peu
important en eux-mmes parce qu'ils peuvent aider la d-
termination (le la position exact d'une station romaine Villa
Scie. Au surplus, come la voie romaine tait enterre dans
ces parages, il peut de mme y avoir d'autres ruines enfouies
sous le sol.
Rliines de Ioberiville. Les ruines que j'ai reconnues,
en 1848, Robertville, consistaient en foundations d'un group
de maisons situes entire le village actuel et le cimetire, et
dans des debris beaucoup plus important de construction et


- 2u -







dt nuoIImreuI:, pierres de taille parses parmi les '_li' i.ti qui
croii.saioinI ni bord de la rivire prs de la source. Ji ne n:i-.
ji,. qu'il y ait t trouv d'inscriptions pas plus qu' Gaston-
%ille : iiis on dgagea du milieu des oliviers qui (evir'iIin.ciit
la foniaine une large pierre plate, dresse d'un ct, sur lequel
tait pratique ui1, rairiiii circulaire avec iue petite rigole
d'(a:iilei::!'i \eis un des boards. Une pierre tout fait sem-
.blable se trouve enclave dans le parement extrieur d'une
maison dela rue Grand, Constantine. On suppose qu'elle
provient d'un press huile.
Le non de Mjez-Ec-chich n'a aucun rapport avec celui des
ruines. Voici l'etymologie qu'en a donne deviant moi le cad
des Beni-Meheniia, Saoudi-ben-Inal. Du temps des beys, les
Turcs n'abordaient jamais le massil'f ntagneux situ au Nord
de St-Charles, et qui faisait parties de la Kabylie ; mais ils le-
vaient l'impt sur la vaste plain lfrmie par les alluents (le
l'O.-Amar. La troupe parties de Constantine allait camper aux
Toumiettes ou dans les environs et le lendemain elles poussaient
une reconnaissance vers An-Lahora (ou El-Aora) et les autres
sources de l'O.-Amar. La halte avait lieu Roheriville o l'on
passait gu le ruisseau assez encaiss dans ces parages; on
y distribuait aux soldats le clich, espce de pte c,.,!,'- par
petits morceaux et sclhfe au soleil. De lo, le iom de gu du
chich (Mjez-ec-chich), donn lendroit o avait lieu cette
distribution.
uiines du Fendeck. La valle du Fendeek prsente,
au sortir du pays des Zerdzas, deux vastes panouissements
spars par une montagne isole de. toutes parns, qu' cause de
cette position, sans doute, les arabes ont nommn Dj.-Ousth, la
montagne du milieu. Lei premier est la plain du Fendech, le
second celle de l'Emchcel.
La plane du Fendeck, d'une superficie d'environ 1,200
hectaies et de forme peu prs rectangulaire, est liiiite au
Sud par les montagnes des Zerdzas don't ies plus voisines sont
le Saifa et le Djenian-el-Ousian (jardin du ngre) ; au Nord,
par leKel-s-Serrak (rocher des voicurs) ; [ Est, :,'- le Dj.-
Ousth; einfin, l'Oest, par une valle couvmcrie de chiells-liges
qui s'lve e!r :!hii;iliiii jusqu'au col Ras-el-ma. Un soul-
vement qui part du Saifa divise cecte plane en deux bassins
distinct; l'un que ].;ii'J:it -' : IF d'.:;i k lil 'O.-Azerem, l'autre
don't les eaux se dversent, par une belle valle qui spare le





- 31 -


Dj.-Ousth du Djenan-el-Ousfan, dans FO).-Adjoul. Le l'eidlck,
qui dbile, Ftiage, prs d'un nmtrecube d'ean par second au
sortir de la montagne, n2 tarit que sur une petite portion !d.
son course travers la plain cecncore pendantl fort peu de temps:
L'O.-Azeremn (on Zrcm), petite rivire qui inaitltanis la plaiane
du Fendeck, et se jette dans l'O.-Fendcck, aprs un course d'iu
kilomtre au plus, ne tarit jamais. Tous les ailluents de l'O.-
Adjoul tarissent an contraire perdant environ six mois :et
cette dernire rivire n'a d'eau en toute saison qu'au-del du
Dj.-Ousth. De l5, une diflirence bien sensible dans la fertility
des deux bassins de la plane du Fendeck. Cependant, come
elle e resources i une population industrieuse. Aussi les ruines v
sont-elles noihbreuses. Les plus tendues sont, come je 'ai
dit plus haut, celles de iGuermoucha, qui occupent l'enplace-
ment nimme du village d'Ahined-ben-Ali. Les maisons impor-
tantes bordaient le sonmmct d'un talus raide qui descend dii
plateau sur !a depression de terrain o 'FO.-Azereni prend
naissance. Au centre de la bourgade tait une construction
plus considerable que routes les outres, faite parties ci mol-
lons, parties en picires de taille, et consistent en des chambres
troites disposes autour d'une cour intrieure rectangulaire,
peu prs come dan ls es maisons mauresques. Cette cons-
truction qu'on a dmolie en majeure parties lors de la creation
du village moderne paraissait rattache l'aqueduc quiii aie-
nait les eaux du Saifa, et don't on voyait les vestiges entire
les ruines et le pied de la montagne. Ces ruines proviennent
d'iie bourgade important ou nine d'une petite ville.
Sur les collins de .Ieiinapes cl de Sidi-MziPn on a trouv
des pierres tailles ; mais elles ne paraissent avoir appartenu
qu' des tombes. On n'y a trouv aucune inscription impor-
tante. Peut-tre v a-t-il en un difice sur la collie:' de Sidi-
Mzicn.
Le monument le mieux conserv de la plain du lFeudeck
est un vaste difice carr cn pierres de taille situ sur la rive
gauche du Fendeck, entire le sentier arabe de l'hippiliplie et
lO.-Boufernana. Les murs s'en lvent i 5 ou 6 mtres de
hauteur; en avant, sur les diagonales, une certain distance,
on voit les ruines de quatre petites constructions en pierres
de taille. Je n'ai vu que de loin ce monumentn, et je ne
puis en donner ancun autre detail. L.os Arabes te comment






S32 -
Ksar-Fettneck (forteresse du march) et c'est de ce' mardii
qPe la plaine tire son nom; mais ce nom n'a aucune valeur
dans la bouche d'une population trangre au pays et qui ne
peut avoir conserv aucune tradition. Nous avons trouv en
el.Ile cette plane habite par les Arbi-Skikida (natifs. de S!ii-
kida) fraction des Taabenas qui, chasss, il y a envirou un
sicle de Rusicade et des environs par les Beni-Mehenna,
s'taient tablis dans cette plane alors dserte.
Ksar Mia-el-Arribia. A l'extrmit orientale de la
plaine de l'Emchekel et sur un petit plateau qui domine la
rive gauche de l'Emchekel, dernier gradin des montagnes
situes en arrire, on trouve deux massifs informs de bton,
hauts de 3 4 mtres et auquel les Arabes ont donn le nom
de Ksar Mta-el-Arribia. Les alentours de cette ruine et la
.pente douce qui descend vers la rivire sont couverts de dbris
et laissent voir d'une manire trs-apparente les foundations
d'un grand nombre de maisons. Il devait y avoir l une petite
bourgade; mais la pierre est de mauvaise quality, et les pierres
de taille et les inscriptions ont d disparatre sous l'action dis-
-solvante du temps.


Voie de Ru sicada Cirta. Les vestiges de cette voie
taient fort visible au moment de l'expdition de Constantine.
M. le commandant du gnie Foy employ en 1838 et 1839
avec la compagnie don't il tait alors capitaine aux travaux de
la route de Constantine Philippeville a bien voulu me com-
muniquer tous les renseignements que son excellent mmoire
lui a permis de conserver sur ce qu'tait cette poque la voie
romaii.e, et c'est son obligeance que je dois peu prs tout
ci que je vais en dire.
Entre Constantine et l'extrmit Nord du Hamma, on ne
voyait aucune trace de la route, si ce n'est les cules d'un
point sur le Rummel qu'on voit encore en aval du pont
d'Aumale.
Apr'; le Jlaimma. la voice tait trs-visible et suivait peu
,prs le trac de la route actuelle jusqu' l'Oued-Hadjar (llaId-
jera-ben-H;a1j, ir qu'elle franchissait pour gravir tout droil ,I
des penles assez raiders le gros contrefort qui spare ce course
d'eau de l'O.-Baba (Boulasas ou Ben-Kara-Aly des cirie ae-
tua.lle), aulrcallluent du Smendou. Auprs de ce contreltori





33 -
trs prs de l'O.-lladjar, et dans un petit ravin sec, taient
quIlq'u-s ruines don't on profit pour fire en pierres sches un,
1poir'eai sur ce ravin. L'une des pierres portrait une inscription
un peu fruste, nais cependant bien lisible etl tout entire. Le
sens en tait : Sous le rgne d'lladrien Trajan les points de la
route neuve de Rusicade (pontes vite nove lRusicadensis)
ont t conitruits aux frais de la rpublique (le Cirta.
Au sommet de la monte, la voice laissait gauche un gros
village Kabyle qui ne figure plus sur nos cartes actuelles, et
don't le nom, oubli par M. le commandant Foy, pourrait bien
tre Fetia que porte aujourd'hui une colline voisine. A la
descent, on trouvait des ruines peu tendues, mais prsentant
des pierres de taille fort belles et qui semblaient tailles de la
veille. Un peu aprs on rencontrait I'O.-hen-Kara-Aly, o
l'on voyait encore dles ruines, mais de constructions plus or-
dinaires.
Rapportes, d'aprs ces indications, sur la carte des environs
de Constantine publie. en 1853, par le dpt de la guerre,
ces ruines se trouvent tre environ 18 kilomtres de Cons-
tantine.
Aprs avoir franchi l'O.-ben-Kara-Aly et le pt lev qui,
le spare du haut Smendou, la voice romaine traversait ce
course d'eau un kilomtre environ en amount du village de
Cond; puis continuant cheminer peu prs paralllement
notre route, elle venait rencontrer l'O.-Beni-lbrahimi un
kilomtre plus bas que le point actuel.
Du point o elle traversait l'O.-Beni-Ibrahim, la voie se
dirigeait obliquement droite vers la dernire chancrure
de ce ctde la crte du Kantours, rencontrant sur son trajet
plusieurs ravins dans deux ou trois desquels existaient des
ruines de ponceaux. Au sommet de la montagne, une construc-
tion don't on ne voyait plus gures que les foundations dominant
le col gauche (environ 31 ou 32 kilomtres de Constan-
tine).
De ce col, situ l'Est (le celui qui traversela route actuelle,
la voie descendait en ligne droite un peu au Nord de la crte
de l'espce d'isthme qui rattache le Kantours au massif qui
s'lve en face. La voie laissait gauche une roclided gris
sur la saillie de laquelle tait un petit village asnis rur dies
ruines don't la plus remnirqiuble tait un bout le muraille e*
belles pierres.poses par assises rgles, mais don't les lits





3i, -
'-Iaitiut ti u it. .., inclins. C,,ie iiirlitilii,i n pl iit. tre attribute
; u un 1n11,11, e'i:. de la roche qui surplombait fortement, et
un t. ied .I. I.q.i.lle jaillissait un filet d'eau au milieu d'un
bouquet de hautes broussailles.
Vers l'extrmit Nord de, l'isthme, la voie disparaissait sur
une longueur de deux trois cents pas pour reparatre plus bas
au milieu des touffes de dis (arundo festucaides, Desfi..nlaiii.,s)
et des broussailles : mais l elle devenait mconnaissable.
Plus de traces d'empierrement, et cette route qui jusque l
avait march si firement droit au but, ddaignant les valles,
et sans souci des ravins et despentes, s'assouplissait tout--
coup, eti i1d:riait une suite de lacets taills dans le roc et
d'une pente raide encore, mais pourtant bien praticable nos
charrois. C'est par l que la premiere voiture franaise, la
calecihe dui Ma.thal Vale, put descendre du Kantours dans
la valle profonde de l'O.-Sad (Oued-Ennea ou Ena.)
Du pied des lacets jusqu'aux Toumiet (les jumelles), la
voie tait pour ainsi dire intacte. Elle suivait la ligne du faite
fortement inclin du contrefort le plus allong et le piliis]iid
qui la conduisait jusqu'au confluent de l'O.-Sad avec un gros
ravin bordant l'Ouest la position des Tomiiet. Cette position,
oi fut tabli le camp des travailleurs, en septembre 1838, tait
un petit plateau vert, escarp au Nord-Ouest, au Sud-Ouest et
ut Nod-ELt. par le ravin don't nous venons de parler et
par l'O.-Toumiet. Une pente douce, couverte de broussailles,
descendait de la quatrime face l'O.-Sad. Il y a eu l une
bourgade romaine de quelque importance peut-tre par son
tendue, mais non par ses difices et par sa richesse; au moins
n'y 'i aail-,n que peu de pierres de taille et toutes grossire-
ment tailles. On ya ,Irnii aussi des conduits en poterie com-
pltement obstrus par des concrtions calcaires.
J'ai mesur, sur un plan du cadastre, la distance dii ca.ip
des Toumiet aux ruines de l'O.-Kara-ben-Ali compte, au-
tant que possible, suivant le trac indiqu pour la voie romnai-r
ne: elle est d'environ 1 ( kilomtres, ce qui place le camp
des Toumiet 3 lkilomtres de Constantine.
-La voie franchissait l'O.-Sad un pe au a Nrd du camp
des Toumiet et, de-l, elle cheminait assez diireI.cinent ,iir
la po:siiin il'E1-Ainrouch. On trouvait, de temps autre, des
ruinirs d'i:ie mediocre tendue. Au passage d'un r.ii, entire
1.-. Toumiet et El-Arrouch, il,y avait un e ..ii ic s-i f., 1







de iuinies, couronnatil un petit pilaeaiu qii domiiinit la routil
i l'Ouest, et luoiilqii. oliviers aligns. Il s'. trouvait quelques
inscriptions; iias je ne pui; pas, faut e e renseigiementsi suf-
fi'.,lse, n arretcr la po ition.
La voie passait i'Ouest d'EI-Arroue. : t tilait a'engager
dans un pli de terrain situ FOuest de ia premiere ligne de
collins qui border la rive gauche du Safsa'. Elic gagnait le
bois 'uoliviers qui couvre un plateau situ au Nord-Ouest de
Gastonville, franchissait l'O.-Amar, atteignait le contre-fort le
plus rapproch du massif montagneux qui spare les valles
de l'O.-Amar et du Zramna et suivait la line de fate de ce
contre-fort. Arrive au somimet, clie dbouchait dans le bassin
de l'O.-Zerga par un col assez lev, domin par des collins
couvertes d'normes blocs de pierres et de broussailles, et connu
alors sous le nom de col d'Eddis, qu'on donne aujourd'hui au
suivant. C'est dans ce col qu'on eut, le 8 ou 9 octobre 1838,
un convoi de tirailleurs indignes enlev et que, plus tard,
on plaa le blok-hauss d'Eddis don't le nom est rappel sur la
carte de 18 47,. nais appliqu tort un autre point, et la
redoute de Dir-Ali qu'on leva, un peu plus tard, sur l'empla-
cement actuel de Gastonvile.
Aprs avoir contourn le bassin de PO.-Zerga, prs des cr-
tes, la voice romaine passe dans celui de l'O. Eddis, par un
col trs ouvert o l'on rcmarquait les ruines de plusieurs mai-
sons. C'est ce col, qu'on appelle aujourd'iui col d'Eddis,
quest tablie la maison des canionniers, et que la route ac-
tuelle commence descendre dans.la valley de l'O.-Zerga. De
Il Philippeville, M. le commandant Foy n'a vu que de loin
en loin des traces peu apparentes de la voie romaine dans la
valle du Zramna (alors appele de l'O.-Louah) : mais elles
taient fort visible auprs du mamelon Ngrier.-
J'ajouterai ces renseignements que la voice romaine tait
encore facile a retrouver, en 18-48 et 185I9, le long de l'O.-
Eddis, en amount du principal ravin qui vient s'y jeecr sur la
rive oriental et qui servait, cette poque, de limits la
jurisdiction civil. Plus rectiiigne que la route actuelle, la voie
romaine traversait, i'Ouesi de celle-ci, le petit plateau o est
situe la mason Bouch, coupait ensuite la roule qu'elle cn-
to ait plus lhaut, sur une grande longueur, et passait sur' l,
rive droite de l'O.-Eddis, qu'elle reinonail jusqu'aii col.
Dans toutes les parties oi j'ai reconnu cette voice, elle tait






:li -
large (le 3 4 mtres, et forme de trs gros cailloux rounds
ni-aisses entire deux lign."s parallles de pierres de taille. La
lii rlit la mieux conserve est situe au Nord du Lois d'oliviers
de Gastonville : on la dirait acheve d'hier. Il y a galement
remarquer, dans la valle de l'O. Amar, un ponceau en
pierres de taille de bel apparel, jet sur un ravin secondaire.
Il consist en deux murs verticaux et une assise de linteaux
d'une seule pice.
Il rsulte de cet expos que le trac de la voie romaine,
plus court que celui de la rout actuelle, diffrc peu de la
premiere route ouverte par nos troupes, et doit avoir, au plus,
une longueur de 80 kilomtres. Or, en voici le dtail, donn
dans la table de Peutinger.
D) Rusicade Villa Sele XXX miles remains ou 44 kilom.
De Villa Sele Palma XXV id. 37 id.
'De Palma Cirta XII id. 18 id.
Total, LXVII id. 99 id.
Il y a donc une erreur de copie dans la table de Peutinger.
D'aprs les dtails donns ci-dessus, les ruines de Palma sont
videmment celles de l'O. ben-Kara-Ali, puisque les distances
sont identiques et qu'il n'est pas permis de supposed une tape
plus court; niais la position de Villa Sele n'est pas aussi ai-
se dterminer. En effet, le camp. des Toumiet est peu
prs .44 kil'iii,,-l is de Philippeville, et les ruines de Gaston-
ville h 23 ou 24 kilomtres; de sore qu'on peut adopter
pour l'itinraire corrig de Peutinger, au moins jusqu' measure
plus exact des lIingutiurs romplt's sur la voie romaine, les
deux lecons suivantes:
I. Les ruins de Villa Sele lant celles des Toumiet.
De Rusicade Villa Sele XXX miles remains ou 44 kilom.
D)e Villa Sele Pahuia XI id. 16 id.
De Palma Cirta XII id. 18 id.

II. Les ruin,' de Villa Scle tant Gastonville.
De Rusicade Villa Sele XVI miles remains ou -l Iiu.iii
'De Villa Sele a Palma XXV id. :37 iIl.
De Palma Cirta XII id. 18 id.
Les reiseignemenis que je possde ne sont pas assez prcis






"17 -
pour rancher la question entire les deux iliiraires et parais-
sent mme les rendre galement probables : c'est d'aprs d'au-
tres considerations que je crois le dernier veritable.
D'abord, il est plus facile d'crire XXX pour XVI que XXV
pour XI. La confusion est encore plus facile et plus explicable
si la distance de Rusicade a t compte du point de dbar-
quement, c'est--dire, de Stora; car, alors, au lieu de 23
2!s kilomtres, il y en a 28 29, qui font XIX miles ro-
mains, chilfre facile confondre avec XXX.
Les tapes sont plus gales dans la second hypotlhse. En
vain objecterait-on que la second tape devait lre plus cour-
te, parce qu'on avait franchir le Kantours. Cette considra-
tion a peu d'importance puisque, dans la premiere tape, on
avait franchir la montagne d'Eddis, moins leve certaine-
ment que le Kantours, mais prsentant cependant une monte-
fort longue. Cette objection a moins de valeur encore si le
point de dpart est Stora, au lieu de Philippeville.
Enfin, les ruines de Gastonville ont avec cells de l'O.
ben-Kara-Ali une analogie frappante; c'est celle qui rsulte
d'une construction en pierres de taille fort belle, construction
qu'on ne retrouve en aucun autre endroit. La voie de Rusi-
cade parat avoir t construite d'une manire plus monu-
mentale que les autres du voisinage. N'y a-t-il pas lieu de
supposed que, en la construisant, la commune de Cirla (Res-
publica Cirtensium) ait fait lever des difices important,
destins abriter les troupes aux gites d'tape.
Voies de Rusicade Hyppone et Chullu. La table de
Peutinger indique deux itinraires diffrents entire Rusicade
et Hippone. Je ne connais aucun vestige qui se rapport au
plus septentrional; mais, en cherchant un trac de route car-
rossable entire Philippeville et Jenmmapes, plus court que celui
qui passe par St-Charles, j'ai recoinu une voie romaine, qui
suit la rive gauche de l'O. Deub, en longeant le pied des co-
teaux, et qui est trs-visible sur prs d'un kilomtre de lon-
gueur. Suivant moi, cette voie devait, aprs avoir remont le
Safsaf et l'O. Gadi, jusqu' sa bifurcation, s'engorger dans l'af-
fluent mridional, concd aujourd'hui Bou-Afia, et qu'oA
m'a dsign sous le nom d'O. Djenan-el-aneb. Cette all:,
ouverte d'abord, se rtrcit l'approche du Kef-es-serrak :
mais cependant la rive gauche, aujourd'hui hoise, n'exige
pas de grands travaux pour une route cui s'lverait pou







gagner, par un cl, peu .l., ',.rrii,: ,l,. l'O.-Deub. Ce trac
de rillte me p.irait i.-erit s:ir le terrain. La di.ie l-%\ait aller,
de l, prs de l'O.-Hamman ; puik au tol dJe Ui-el-ina o,
comme je l'ai dit plus haut, on a r-li:i. les- l:.ii-s i.e \,i.
romaine.
Toutes ces traces de voie romaine consistent, dans cette di-
rection, en un radier pais i.i inirii!.mei de iiinll.'ii de
moyenne grosseur. Je n'ai pas vu de pont sur l'Addarats : mais,
iiu peu en amount du point o il' reoit l'O.-Deub, il est tra-
vers par un banc de rochers di,: :;'.-, niiil il se prcipite en
cascade pendant les fortes eaux. C:iinimme au AMjez-Lrchi,:l it
d'autres rivires de iia tiiiir,,, les eaux passent '.iis ie lian
pendant la scheresse. Il nie parat probable que, du temps
des Romains, ce banc, plus lev qu'aujourd'hui, devait offrir
un gu facile dans une rivire peu considerable et empcher
la construction d'un pont. Celte voie n'a pas, d'ailleurs, -le
caractre grandiose de la voie de Cirta.
Il est certain que la voie romaine de Rusicade Stora sui-
vait, peu prs, le mme trac que la route actuelle; les
travaux des Romains sont encore visible en plusieurs endroits
et le pont dit El-Kantara n'est qu'un pont remain restaur:
mais je n'ai vu aucun indice qui pt faire s'iplii'ser le prolon-
gement de cette route sur Ciullii. Cependant, comme le ravin
d'El-Kantara, don't la route actuelle de Collo centuirnii les
crates, offre deux points, il serait possible que le pont situ le
plus prs de l'embouchure ft le pont de la voie de Stora,
proprement dite, et que l'tiiiire :qilriiti iii ure voie qui, dans
ce cas, et remont la valle et et t dirige sur Collo; mais
peut-tre aussi, le pont dtruit appartient-il une rectifica-
tion d'un trac de route, rectification analogue celle que le
service des Ponts et Chausses a voulu excuter, il y a quel-
ques annes. Tout cela est fort incertain tI diVi':il:l a i.riler
dans des terrains abruptes, sujets aux gli-s.ii meiis.
Je joins, l'appui de ce mmoire, un fr-iiiniii de care,
copi sur la carte des environs de Constantine publie, en
I853, plar le Ministre de la guerre, et sur lqiii.'.I j'ai trac,
aussi exactement que possible, les points signals dans la n.te
prcdente, sur la voie de Rusicade Cirta.






- 39


INSCRIITIONS DE CONS'TANvIINEt.





On ouvre ici la srie des inscriptions romaines provenani
de Constantine et de sa banlieue. Dans un premier paragra-
phe, sont prsentes les lectures, accompagnes de dessins, des
monuments pigraphiques que le Gnie militaire a fait en-
castrer dans les murs de la nouvelle Casbah de Constautine,
et qu'on a jug ncessaire, de publier le plus tt possible, a
cause de l'importance de la plupart d'entre eux et des causes
de destruction auxquels ils sont tous exposs. Le paragraph
la suite, qui ne content que des textes, se rapport aux do-
cuments de moindre importance, ou don't les originaux ont
disparu, ou enlin don't la conservation mieux assure per-
met d'en ajourner les dessins nos publications ultrieures.



g jer. Ii'scriiptions de la o
I.
PVBLIO IVLIO IVNIANO MARTIALIANO CLARISSIMO
[VIRO
CONSVLI QVAESTORI PROVINCIAE ASIAE TRIBVNO
PLEBEI PRAETORI CVRATORI CIVITATIS CA-
LENORVM CVRATORI VIARVM CLODIAE
CASSIAE ET CIMINI.\E PRAEFECTO AERARI MILI-
TARIS PROCONSVLI PROVINCIAL MACEDONIAE
LEGATO LEGIONS TERTIAE AVGVSTAE SEVERIANAE
[ALEXANDRIANAE
PRAESIDI ET PATRON RESPVBLICA CIRTENSIVM DE-
CRETO ORDINIS EDIT DEDICAVITQVE-

Cette inscription, qui date du rgne d'Alexandre Svre,
i'est--dire de l'une des annes de 221 235. a fait le sujet





40 -
d'iiun in(tressanile dissertation insre dans la Revue Archo-
logijl' L' anine), laquelle nous r,:ii\. jomns le lecper. On
r.iVrfiltu.ra qm:' notre duIs..ii re:lilie deux lgere ,. rreurs, qui
se sont glisses dans la copie du savant auteur de cet ar-
ticle.

II.
LVCIO MAECILI-
O PVBLII FILIO QVIIIN, NEPO-
TI FLA.MINI PERPETVO EQVO PVBLICO
EXORNATO
3OM1NVS HO-
NOBIBYS IN QVATVOR COLONIES
FVNCTO
PVBLIVS PACONIVS CEII-
ALIS AMICO OPTI-
MO ET MERENTI SVA PECVNIA POSVIT-
LOCVS DATVS DECRETO DECVRIONVM-
Les quatre colonies don't il est question ici sont les colo-
nice Cirtenses, group politique compos de Cirta, de Ru-
sicade, de Mileu, de Chillu, don't les citoyens taient g-
in'ralcnieiin inscrits sur les rles de la tribu Qiirinia (Voy. V,
XVIII, XXVI et XXXI).

III.

MARCO COCVLNIO
SEXTI FILIO QVIRINA
QVINTILI.IANO LATO-
CLAVO EXORN.TO AB
IMPEIATOIE CAESAlE L\CIO SE'TI1MIO
SEVEROPERPTINACE AV\;VSTO Plo
r P'ARTIIICO ARlABICO I,'Al.\IUIIICO
ADIADENICO QVAESTOII DI)1IGNCTO
S POST FI-AM)NIVM ET HlONORES
OMNES Qc IBS IN COLONIAL IVLIA
IVVENALI IIONOlIS ET VIIUIVTIS CIRTA
PATRIA SVA F\NCT\S EST,
FLORVS LABAEONIS FILIV\S






41 -
PRINCEPS ET VNI)EC:IMPIIIVS J
GENTIS SAROIDVM AMICO 1MIIIENI t
1)E SVO POSVIT IDEMQVE DEDICAVIT-

Dans l'tat actuel de la pierre, la 3e lettre dle l'etlnique
SAROIDVM peut galement tre lue R, B ou P.

IV.

LVCIO IVLIO VICTOR
MODIANO VIRO EGREGIO PROCVIATORI
AVGVSTORVM trimu) NOSTRORVMl PER NV-
MIDIAM VICES AGENT 'IPOCVRATORIISTRAC-
TVS THEVESTINI
FORTVNATVS VINDEX
ET DIOTIMVS AVGVSTOliM 1\ (trinm)i)
LIBERTY AI)VTORES TABVLARII
FVSAE MORE EIVS
SEMPER ET DIGNA-
TIONE PROTECTI-

Les trois Augustes ne sont pas une donne suffisante pour
dterminer, mme d'une manire approximative, la date de ce
monument; mais il serait natural de le rapporter soit l'-
poque des Svre qui, tant originaires d'Afrique, devaient y
avoir un patrimoine, soit a celle des Valentinien, qui des-
cendaient d'un comte d'Afrique.
Remarquez l'orthographe de l'adverbe FVSAE.

V.

PVBLIO PACTVME1O PVBLII FILIO
QVIRINA CLEMENT
DECEMVIRVM STLITIBVS IVI)ICANDIS
QVAESTORI .LEG.\iTO >ROSIANI GEMINI
SOCERl SVI PROCONSVLIS IN ACHAIA 'J
TRIBVNO PLEBEI FETIALI LEGATO DIVI
IHADRIANI ATHENIS THESPIIS
PLATES ITEM IN TIIESSALIA
PRAETORI VRB.NO LEGATOi
DIVI IHADRIAN AI) RATIONS .- :,





4 -
CIVITATIVM SVRIE PVTANI)AS
LEGATO EIlSDEM IN CILICIA
CONSVLI .r;A\ i10 IN CILICIA.
IMPIERATORIS ANTONINI AVGVSTI LEGATO'ROSIANI
(;EMINI PROCONSVLIS IN AFRICA
IVRISCONSVLTO
PATRONO QVATVOR COLONIARVM
DECRETO DECVRIONVM-I PECVNIA PVBLICA-
Voil encore nos quatre colonies Cirteennes que mientionrie
un document du 2e sicle.
Le Proconsul d'Afrique, beau-pre de Pactumeius, est
sans doute ce liosiauus Geminus en faveur de qui Pline le
jeune sollicita les bienfaits de l'empereur Trajan. Un autre
parent de Pactumeius, peut-tre son ayeul, fut introduit dans
le Snat par l'empereur Vespasien (Voyez XXVII et XXVIII).

VI.

GENIO POPVLI
MARCVS ROCCIVS FELIX
.AIICI FII.IVS QVIRINA EQVO PVBLICO
TRIVMVIR SACERDOS VRBIS FLAMEN DIVI
MARCI ANTONINI STATVAiM QVAM ;
OB HONOREM TRIVMVIRATVS PROMISERAT
EX SESTERTIVM SENIS MILLIBVS N\ M.1 VM SVAPECV-
[NIA
POSVIT AD CVIVS DEDICATIONEM
SPORTVLAS DENARIOS SINGVLOS
SECVNDVIM MAL'I I C EM PVBLICAiM
CIVIBVS DE SVO DEDIT ITEMQVE
LVDOS SCAENICOS CVM MISSILIBVS
edidit

Inscription trs fruste, mais don't la lecture, soigneusement
tudie, ne laisse aucun doute dans notre esprit.

VII.

POYBLION IOYLION iIlMINION
MARKIANON






.3 -
PRESBEYTN SI:l.\S-
TN ANTISTRATGON
YPATON BiOYLE KAI O
I)DMOS ADRANN PETRAI-
ON MTROPOLEOS TEiS A-
RABIAS )IA KLAYDIOY AINE-
OY PRESBEYTOY EYERGET-
TIIENTES YP'AYTOY ANETIIE-
SAN-
TOPOS EDOTH PSPiIl SMAT1 BOYLS-
Ce document, que les resources de industries locale n'ont
pas permis d'imprimer en caractres grecs, a t plusieurs
lois comment par les savants, ce qui ne l'empiche pas de
donner lieu, come on va le voir, a quelques observations
nouvelles.
Les cinq premires lines se compltent et se lisent sans
difficult, en ngligeant, bien entendu, le trait vertical grav,
puis incomplteinent effac, par le lapicide, avant le mot KAI.
A la sixime ligne, le mot travers par la assure a, jusqu'
present, t lu AnDA.NN : c'est une erreur, 1' n'y exis-
tait point ; il faut lire ADnnANN. En effect, la cassure n'a pas
entirement dtruit la lettre qui prcdait la syllabe NON et
ce qui en rest est incontestablement le pied du jambage gau-
che d'un A. D'ailleurs, le nombre des lettres rtablir peut
facilement se dterminer par la mthode suivante. On dcoupe,
suivant les bords de la assure, un dessin exact des lignes 5, 6
et 7; puis, on carte les deux fragments, de manire mettre
entre eux l'intervalle ncessaire pour la restitution des lignes
5 et 7, qui ne peut prsenter aucun doute. Or, en rendant
ainsi au .mot incomplete de la sixime ligne sa longueur primi-
tive, on trouve que deux lettres seulement peuvent tre inter-
cales dans l'espace libre entire An et ONN, et come, d'ail-
eurs, la premiere de ces lettres est bien connue, il en rsulte
'me determination complete du mot cherch, conformment
notre lecture.
Les pigraphistes n'ont pas t d'accord sur le mot mutil
la dixime line. Doit-on lire YPATov ou YP'AYTOY? Ques-
tion rsolue par le fait mme, car, en y regardant de prs,
'on voit distinctement la branch oblique d'un YV e ,, tr.'
assure et le T. ; :







Ils ont aussi vari sur le mot ANETHESAN, mais c'est faute
d'avoir aperu l'initiale de la dernire syllabe, qui est pourtant
visible au bord de la cassure.
Les quatre derniers mots du texte, qui nous ont t com-
muniqus par M. le lieutenant Aubin, sont sur une face de la
pierre cache dans la maonnerie: c'est pour cela qu'ils n'ont
pu tre reprsents sur notre dessin.
Voyez, relativement au mme Marcianus, les numros XV
et XXIY.

VIII.

PERPETVAE SECVRITATIS
AC LIBERTATIS AVCTORI
DOMINO NOSTRO
FLAVIO VALERIO
CONSTANTINO
PIO FELICI INVICTO AC SEMPER AVGVSTO
IALLIVS ANTIOCHVS VIR PERFECTISSIMVS PRAESES
PROVINCIAE NVMIDIAE DEVOTVS
NVMINI MAIESTATIQVE EIVS

A l'poque de ce monument, qui ne peut remonter plus
haut que l'anne 313, pendant laquelle le pouvoir de Cons-
tantin fut reconnu en Afrique, les Gouverneurs de la Numi-
die portaient les titres qu'on vient de lire et qui s'abrgeaient
ordinairement, dans les inscriptions, de la manire suivante :
V- P- P- P- N-
' Ici, le lapicide, voulant reprsenter les deux premiers
mots par les sigles ordinaires et graver le troisime en toutes
lettres, devait crire:
SV P- PRAESES- -
iais, comme on le voit, il a omis un des deux P, de sorte
que, mettant de ct les sigles V- P-, on n'a plus que le mot
tronqu :
RAESES-
La pierre prsenri, et notre dessin reproduit, les tracts l-
gres d'un changement essay pour compller ce mot ; chan-





- .15 -


gement qui consiste dans la transformation de l'A en I etI
dans l'intercalation d'un autre A. Quelle que soit la cause
qui a empch de mener i fin ce conimencement de rectifi-
cation, il prouve que l'oubli d'une letire avait lt reconnu et,
au surplus, l'usage des ligatures, si frequent dans les inscrip-
tions romaines, permet, rigoureusement, de tlniiidi;r.r le si-
gne R come ayant la valeur de Plt.
IX.

CAIA CAII FILIA
CALPVRNIA
EXTRICATA FLAM-
INICA EPEPETVA EX CONSEN-
SV POPVLI OB MV-
NIFICENTIAM E-
IVS QVOD AERE
CONLATO EXPOS-
TVLAVERVNT
REMISSA CONLA-
TIONE SVA PECVNIA POSVIT DEClETO DECVRIONVl:,
Les lettres que nous ajoutons au commencement de ohaque
line sont des restitutions obliges, l'exception des lignes 1,
3 et 4, o elles ne sont que probables. L'R du cognomen EX-
TRICATA est indique par un trait qui se lie la base de la
lettre suivante.
X.
TRIVMPIIARORI OMNIVM GENTIVM AC DOMITORI VNIVERSARVM.---.
LIBERTATEM TENEBRIS SERVITVTIS OPPRESSAM SVA FELICI VIC-
LYCEINLVMINAVIT DOMINONOSTRO FIAVIOVALERIO0 COSTT\ NT I N
MAXIMO PIO FELICI INVICTO AVGVSTO
.... VA..PROVINCIAE NVMIDIAE NVMII1 M \I:. A 1 iVlYEEIYS Ir.VOTA

La pierre conserve content peine la moiti du ieI\l ci-
dessus; nous devons le reste M. le commandant Foy qui,
ayant particip la prise de Constantine, s'est trouv mme
de copier plusieurs documents archologiques, aujourd'hui
mutils ou perdus.
Il est remarquer que la quatrime ligne n'a pas I,- en-
tirement remplie. Les traces d'une inscription antrieure se
voient encore dans la parties vide, mais une hauteur un peu
diffrenie.








XL

IVLIAE AVGVSTAE
MATRI CASTRORVM
CONI VGI
IMPERATORIS CAESARIS DIVI MARCI
ANTONINI PII GERMANICI SAR-
MATICI FILI DIVI COMMODI FRATRIS
DIVI ANI'O)NINI Pil NEPOTIS 1)I'Vl lADRIANI
PRONEPOTIS D)IVI T'iRAI I\I'PARTtlCI ANEI'PnTIS
DIVI NERVAE AINEPn'IS I.UCII SEPTTI MI -. lIl PIl
PERTINACIS AVGVSTI PONTIFICIS MAX IMI TRIBVNICIA iPOTI'ST ',TE
[IMPEIIATORIS XI (ii1\ LI lii
PROCONSULIS PROPAGATOIIS IMPE)II FORTISSIMI FELICISSIMiiQVE
[PRIN-
CIPIS PATRIS PATRIIAE MATRIX IMPERATORIS CAESARIS LYCII SEP-
[TDIM SE EPI Pli
PERTINACIS AVGVSTI ARABICI ADIABENICI PARTIIlCI MAXM!I FILI
[ lilvi
MARCI ANTONIN[ Pli GERMIANICI SARMATICI NEPOTIS DIVI ANTONI-
NI PII PRONEPOTIS DIVI IlADHIANI AINEPOTIS DIVI TRAIANI
PARTHICI ET DIVI NEYVAE A DNEPOTIS MAUCI A BRELI ANTONINI Pi!
FELICIS AVGVSTI PON1IFICIS 51AXI1l TiIUHBNIIIA IOTESTATE V
[CONSVLIS PRO-
CONSVLIS FORTISSIMO FELIC.ISSiNIIQVE PRINC!PIS PATRIS PATRI-
AF. ET NOP.l.I SI\llI \ i.'l ,.I' LVCII SEPTI3111 GETAE
TIIIN II'IS I\ L\ VEN1 i
RESPVBIICA (CIRTENSIVM PECVNIA PVBLICA-

Ce monument a subi irois sortes de mutilations : o les' li-
gnes 19 et 20, que nous rtablissons dans la lecture ci-dessus,
telles qu'elles devaient Ctrc Iptiiiil t'iicil.'ii, ont t marteles
et remplaces par un redoublement d'epithtes ailijltri ,,'s
I'adlresse de Caracalla, ainsi qu'il fut fait sur tous les nionu-
ments o figurait le nom de son frre; 20o une i ,l,, i. entaille
a t pratique sur l'emplacement des lignii SN, 9 'i 10, et les
a fait presque entirement disparaitre; 30 la pierre a t dimi-
nue de larger, ce lui a dtruit' quelques lettres au com-
mIeIIce ntrii l di! lines.
Ces lerni re,. lettres se rlahlissent sans diE'i. iill'-, ainsi que
1. ; lig, .s S .' 1 9. Quant la dixime line, Il noriniilre des
puissances tribunitiennes de Septime Svre, qui y iii.iiiqlii,
ainsi que celui de ses victoires, sont des ini'cmiiiiis qu'on ne
pouil *il-. imunn'r an moyen du nombre 3 II. ses consulate; mais
i Iles'rsultent de la cim ,iim. ui: p' ~i- .,n Ir.'ibunitienne de Ca-
racalla, qui correspond l'anne 202, date de ce monument.


- 46 -






- 4i7 -


Nil.

SPEILEVM CV'i SI;-
NIS ET ORINAMENTIS
IPVBLLIVS CEIONI VS
CAECINA A!.INVS- -.

Fragment de la ddicace d'un monument lev au Dieu
3lithra par un personnage consulaire qui vivail sous Valen-
tinien I, ainsi qu'il rsulce de l'inscriptiai suivante, trouve
dans les ruines dle iThamigade :
PRO'MAGNIFICENTIA'SAECV\LI BDn I VALENTINIANI'lT'VALENTIS'SEMPERW
[AVGVSTORuVM (perpe).
TVOR'POnTICYS'CAPITOLL'SERIE'ETVSTATIS- ABSVM PT.AS'ET'VSQV E-AD'D IA
VI VNDM.\ENTA-C /1UI)
NOVO'OPERE' PEiFECTAS'EXORNATASQVE'IUEDICAVIT'I BLILI\S'CAElONIVS'
[ AE.C (na Albi)
NYVS'VIRCLARISSlLUS.CONSLAVlS'CVAl V TIBYVSAELIOIVLlANO'ITEIlYMr.I-
[PVBLIC E (curatori)
FI:AQVn.LINO-'FFPP'ANTONIOPETROIANIANO FFP'IP'ANTONIO'IANVA~RIANO'FF.PP"

XIII.

AVLYS POMPE-
IVS AVL[ FILIVS
QVIRINA
MARITI-
MlIANVS *
(Voyez XXV.)

XIV.

EX AVCTOIllTATE
IA PE ATO RIS CAESAR IS
TRAIANI HADRI-
ANI AVGVSTI PONTES
VIAE NOVAE R\SI- ,
CADENSIS RESPVHLICA CIR-
TENSIVM SVA PECV
NIA FECIT SEXTO IVLIO
MA1OliE LEGATO AVGVSTI
L.EGIOMIS 11I AVGVSTAE PRO PRAETORE-

Pierre trouve sur la voice romaine de Canlniii'ine i Phi-
lippeville, non :o n du liien appel les IDevx->'oiu. .La for-
me des caractres, (qui semble appartenir aux i;poqeiis de





- 48 -


decadence, est remarquable pour un monument du temps
d'Hadrien.

XV.

PVBLIO IVLIO PVBLII FILIO QVIRINA
GEMINIO MARCIANO
(-CNSVLI S)D.\LI TITIO PROCONSVLI PR1OVIN-
'l.\IE MACI-.lI>.\EL LEG,.iTO .\ .VSTi~R, 'M (duorum) PRO
[PRAETORE
PROVINCIAL ARABIAE LEGATO AVGVSTORVM (duorum) SV-
PER VEXILLATIONES IN CAPPA-
DOCIA LEGATO AVGVSTI LEGIONS X GEMINAE
1. E;.\ li PROPRAETORE PROVINCIAE AFRICAE
Pli \LE'TIRI TRIBVNO PLEBEI QVAESTORI
Sill :1i. LATICLAVIO LEGIONS X
FRETENSIS ET LEGIONS IIII SCY-
TIlICAE TRIVMVIRO KAPITALI
OPTIMO CONSTANTISSIMO
DVRMIVS FELIX PRIMI-
PILARIS LEGIONS III CYRENEICAE
STRATOR IN ARABIA MAIORIS
TEMPORIS LEGATIONIS EIVS
IIONORIS CAVSA- DECRETO DECVRIONVM-

La pierre de laquelle est tir ce texte a t rogne dans -
toute sa hauteur, de manire enlever quelques lettres du
commencement des lignes. Ces lettres se restituent aisment
au moyen des autres documents qu'on possde sur le mme
Marcianus (Voyez VII et XXIV). A la l4e ligne, le nom in-
complet est probablement DVRMIVS (Orelli, 3128); mais la
lettre D ne suffit pas pour remplir le vide, et peut-tre y
avait-il, en outre, l'initiale d'un prnom.

XVI.
DIVO COMMODO
DIVI MARCI ANTONINI PII
GERMANICI SARMATICI
FI1IO FRATR[
JMPERATORIS CAESARIS LVCII SEP-
TIMI SEVERE PII PERTINACIS
AVGVSTI AlA\ ICI ADIABENICI PARTHICI
PROPAG.\.\-TOfIlS IMPERII
'PONTIFICS MI.\MMI T'RIBVNITIA POTESTATE V
IMI'EIRATORIS X CONSVLIS Il PROCONSVLIS PATRIS PA-
,'l [TRIAE ET






W9 -
MARCi AVRELI .\N A i.NI CAESARIS
I .PERATOI IS Il 'II il - .MAtClIVS
VERVS STATVA.M Q\'AM IN
AEDI1LITATE SVA 1POI..CITVS
EST CV1' EDITION LVDORVM
LVCIVS IVLIVS MARtTIALIS
NEPOS ET
MAAHCVS SEMPRONIVS RVSTICN'VS
IIEREI)ES POSVEIVNT -
LOCVS )ATVS IECIiETO I)ECVRIONV.,

Un profound niartelage avant coupltemeni I dtruit la dcr-
nire moiti de chauniie (des onze premfires lines, nous le
avons rtablies d'une mainire iqui doit parahilr ts-probable,
sinon abso!lumnt certain. Les donnes de l'histoire, toutes
vagues qu'elles sont, ne laissent, noaiiiiient, aucun doute
sur la correspondence de Septime Sevre et le titre d'Imjpei aior d'.iu t,<., attri-
bu Caracalla. Le prnom de Marcius est donc rellement
la seule inconuue de cette inscription.

XVII.
xvil.

ATQVE PER OMNIA SAECVLA CE-
LEBRANIO GRATIANO PATRI
IlOM INORV.M t PRIIINCI PVNIQVE NOSTRORVM
VAIEN'TINIANI ET VALENTIS NO.
BiIIVNM AC TRI VFATORV.i SEliPER AV-
GVSTORIVM IVXT i ...
STATV.\M IEI)I]AViT-.-
DRACONTIVS VIR CLAI1SSIMVS VICARIVS i':t.:rI-ECTl
.[PRAETURIO
PE1 AFRICANAS PROVINCIAL
C'VRN.\NTE VAI.ERIO
VIRO EGREGIO S.\AERI)OT.\ALE

Fragment dj public avec quelques autres letires qui
n'existent plus sur la pierre. Les restitutions que nous avons
hasardes s'appuient sur les motifs suivants : i
Dracontius fut en possession du vicariat d'Afrique de 3(i'-
a 367, c'esl-t-dire, dans les premires annes du rgne de
Valentinien et de Valens. La statue don't il est quj;eslicn ne
peut avoir l leve qu' Gratien. ex-coinle dAliique, et
pre de ces princes, car l'empereur Gratien, fits du premier,
n'tait a!or.. q!,'un enfant en lias .. On sait d'ailieurs q:;e





50 -

le Snat de Constanlinople dcerna une statue au come Gra-
tien, en 364, lorsque ses fils furent levs l'empire; le mme.
honneur dut lui tre rendu dans les principles villes des deux
empires et cette date est sans doute aussi celle'de notre mo-
nuIn ent.

XVIII.

TITO CAESERNIO- ..FILIO PALATINA STATION
QVINTIO STATIANO MEMMIO MA-
CRINO CONSVLI SODALI AVGVSTALI LEGATO PROPRAETO-
[RE
PROVINCIAL AFRICAE LEGATO LEGIONS XIII GEMINAE
[MARTIAE VICTRICIS
MISSO AD DILECTVM 1VNIORVM A DIV)
HADRIANO IN REGIONEM TRASPADA-
NAM TRIBVNO PLEBEI QVAESTOII CANDIDATE DIVI HIA-
[DniIAN1
COMITI'EIVSDEM .. '---.QVINDECINIVIRVM ST.ITIBVS
IVIICANDIS
PATRONO QVATVOR COLONIARVM
DECRETO lDECVRIONVM- PECVNIA PVBLICA.

Quoique fort mutile, cette inscription se complete sans in-
certitude en ce qui concern ses sept premires lines, sauf le
prtenomen du pre de Coesernius que rien n'aide dterminer.
Le milieu de la huitime line ne prsente que des traits in-
dchiffrables, moins qu'on n'y voice, en les compltant, l'a-
brviation de ces mots: BELLO IN MOESIA INFERIOR.
QVINDECIMVIRVM STLITIBVS IVDICANDIS est certai-
nement une erreur du lapicide; car les quindecemvirs taient
d'ordre religieux (SACRIS FACIVNDIS) et les magistrates d'or-
dre judiciaire, des dcemvirs. Il fallait probablement DECEM-
VIRVM, de mme qu'au numro'V, d'aprs lequel nous ad-
mettons que Coesernius tait come Pactumeius, patron des
quatrc colonies; ce que veut d'ailleurs l'tendue de la lacune
remplir dans la dernire ligne du dessin.

XIX.

LVCIO DOMITIO LVCII FILIO
TIRONI AVGVRI
DVOMVIRO VICENSVM \ 110





31 -
I1ElIES CVItAVIT "

Varianle dlr la quatrime] igne: IlIC COM) 10.

XX.

SEIAE CONCO-
Il1)IAE VICTO-
RICVS MARITE FI-
CIT-

iMarilc pour marittc, foriie litrs-l'rqiienlie dans les ins-
criptions.

XXI.

DIIS MANIBVS
NVMISIA M-
ARIA VIXIT ANNIS .
XLVII IIIC SITA-
LVCIVS SODALIS
MARITE DIG-
NE-

XXII.

CASTORI AVGVSTO SACRVM1
LVCIVS CALPVRNIVS LVCII FILIVS QVIRINA
SVCESSIANVS CVRATOR
DENDROPIIORVM VOTVM3 SOIVIT
LIBENS ANIMO-

Nous devons M. le commandant du Gnie Foy la copie de
la premiere ligne, qui a t dtrnite.

XXIII.

IIlS 31ANIBVS
ALEIAE
FAVSTI I.-
IA E QV-
AE VIXIT ANNIS C*





- 52 -


I. Inscriptions diveres.

XXIV.

POYBLIO IOYLII GEMI-
NII MAFLRKMAN
PRESBEYT SE-
BASTON ANTISTRA-
TEGO YPATO ADRA-
ENON POLIS
TES ARABIAS DIA
DAMASEOY SKO-
AIPHOY PRESBEY-
T ADRANN E-
PARCHEIAS ARABIAS
TRANSLATA AB VRBE SECVN-
DVM VOLVNTATEM MARCIA-
NI TESTAMENT SIGNIFICATAM-
DECRETO DECVR1ONVM-
Voyez la planche XV, o se trouve le dessin exact de cette
inscription don't la pierre fait aujourd'hui parties d'un jam-
bage de la porte el-Djahia.
XXV.
A- POMPEIO

RITIM ANO-
L- NAEVIVS- LI
' B PATRVVS-
Aulo lPompeio Auli filio Quirina Marilimiano Lucius
Nqevius Libo I>airnus.
Dans un pied-droit de la porte el-Djabia, au-dessus de la
prcdente.
XXVI.
CONCORDIAE
COLONIAL RVM






53 -
CIRTENSIVM
SACIRVM
C- IVLIVS C- FIL" QVIR-
BARBARVS QVAEST-
AED- STATVAM QVAM
OB IIONOREiM
AEDILITATIS POLLI-
CITVS EST SVA PECV
NIA POSVIT
L D- D- D
Concordiae colon iarum Cirtcnsiuim sacrum. Cai us Jul ius
Caii filius Quirina Biirbturs quiiesor iedilis silaluin
qunum b hoIoriem acdilititis pollicttIs est .sua pecciuia
posuii. Locis (dans decreto decurionum.
Dans un mur de la grande mosque.

XXVII.

Q. AVR--...
PACTVM.....
QVIR- CLEM.--.
IN SENATE IN-...
PRAETORIO----
ALLECTO ...
IMP- VESP--
Quinto Aurelio Pactumcio Quirina Clementi in Se-
natu inter prcetorios allecto, ab lmnperatore Vcspasiano-
Fragnieni de tombeau en marbre, dpos au muso de. os-
tantine.

XXVIII.
....CILICIA .....
** N CILICIA*'"
***-EG ROSLIN
......VLTO
-*ELIX- S-:P-
....Cilicia....... in Cilicia ..... h'le ato fi .ia ii Gemnini.....
iurisconsulto..... Felix sua pccunia psuit.







Fragment d'un monument lev P. I'.iriiiin.mi Clemens,
appartenant au muse de Constantine. On v reconnat quel-
ques-unes des indications du numro V.

XXIX.



FELICI AVG- PONTIFICI
MAXIMO GERMANICO
MAXIMO TRIBVNICIAE PO
TESTATIS BIS CONSVLI PAT
1I PATRIAE CONSVLI PROCON
SVLI M AVRELIVS DECIMVS
V P P P N EX PRINCIPLE PEREGRI
NOR DEVOT NVMINI MAIESTATIQEORiVM

Imperatori Caesari .i.t, _,I Aurelio Karino Invicto Pio
Felici Aujiusto Pontifici maximo Germanico maximo tribu-
niciae potestatis bis consuli patri patriue consuli procon-
suli Marcus Aurelius Decimus vir perfectissimus praeses
provinciae Numidiae ex principle peregrinorum devotus
numini majcsltatque ,eorum.
Autrefois dans le rempart prs de la porte el-Djabia, main-
tenant au muse.
Les deux lignes marteles ont laiss des traces suffisantes
pour qu'aucun doute ne soit permis sur l'exactitude de leu r
restitution. % i .t..
La rptition du mot consul est singulire. Tiendrait--ll,-
ce que l'an 283, que nous regardons come tant la date
de ce monument, Karinus tait en ime temps consul en
exercise et consul dsign pour l'anne suivante ?
EORVM est une autre singularitaprs un seul nom d'Em-
pereur, mais on comprend que ce mot s'applique aux deux
Empereurs rgnants. Les examples semblables nc sont pas
rares dans la dernire moiti dii troisime sicle. En voici un
de l'an 255, sur lequel le prcdent semble tre calqu:
IMP1 CAES- P. 1l
CINIO GALLIE .
NO IN\VilCl) i .',







'IO FELICI AV(;G
PONT- MAXIMO
GER- MAX- TRIB-
POT- III COS.--.
P- P- PROCONSVLI
RESP' COLI TAI
MVG- DEVOTA
NVMINI MA
IESTATIQ- E(
RVM-

Ce dernier document faith parties de la collection de Laiim-
bse.



IMP CAESAR
M1 AVRELIVS SEVEN
RVS ANTONINVS
PIVS FELIX AVG PAR
THICVS MAX BRlITAN
NICVS MAX GERMANI
CVS MAX PONTIF MAX
TRIB POTEST XIX IMP li1t
COS III1 PROCOS MAXI
MVS INVICTISSIMVS SANC
TISSIMVS FORTISSIMO VS FE
LICISSIMVS ET SVPER OiM
NES PRINCIPLES INDVLGEN
TISSIMVS DIVI SEPTIMI
SEVERE Pli AVG FILIVS
V-

Imperator Caesar IMareus Aurelius Severus Antoninus-
Pius Felix Augjusus Parthicus maximus Britaunicus:
maximus Germanicus maximus Pontifex maximus tribu-
7itiat potestate XIX Imperator IIll Consul IIII Proconsul
maximus inviclissimus sanclissimus fortissimus felicissi-
mius et super omines principles indlegentissimus divi Septi-
mi Severi Pii 4uiusti filius. (Millia passuzm) V.
Colonne milliaire de l'au 216, trouve aux environs de
Constantiii et dposce dans le palais du Bey.








XXXI.

M-- .... AECILI',S Q- FIL- Qi l .
AED- ili VIi QV "E'iTO 'I) 0 PA .....
MILEVIT.\NA EE i' 4 \;'IN - .
CHVLL'TAN.AE, PU iET'R H-S 'T NQ *
IIONOiE1.U AEIil.i\'T ET i \TV -
;EIP- INTVLIT ET ST \TVAMI AEREAl SECV *
SAECVLI ET AE iVL \ i'., d '.-, a iLA\l CV.- .
HEA INDVLGENTI\E : -.i',i: .l ; ;1I QVAS 1 *.
AED-ILITATIS ET lfi'VIEATVS POSVI r I, LVi)3
DIEBVI SEPT I. QVO3 CV.1 aSll SIIBVS lPEI i -
AiCVM :.i' 'H *!L:-! CV.I Sr.\ VA\ AERE -
ANFON-li AVG QyV- i 0 *> 11LX)U Q - m Q.
TATIS POL!LICI 'VS E ir E)D:'1 ANNO .... -
EXT. VXIT-
Fragment appartenant au musi;e de Constantine.
Dans les colonies Cri1:'.-a:i.:;, la saimmne due a la rpublique
(srmniti hi ,ori-i, titim lln par les magistrates nouvelle-
ment lus, tait invariable:ient lixe 20,000 sesterces pour
chacunedes fonctionsd& l'orJre adminiistratif: Edilil, Trium-
virat, Quinquennalit. Ce principle ressdrt aussi bien des ins-
criptions de Rusicade que de celles de Cirta, et nous ne dou-
tons pas qu'on ne le trouve galement formul sur les monu-
ments de Mileu et de Cliiilu, lorsque l'occupation de ces
antiques cits permettra d'en mettre a dcouvert les richesses
archologiques; car 1.:, qtitire cloniii s, pendant un laps de
temps, ne formrent qu'une seule et mme famille administra-
tive.
Or, le curieux document qu'on vient de lire accuse un ver-
sement de 60000 sesterces, et il ne relate que deux magistra-
tures, l'dilit et le triumvirate. C'est que la troisime magis-
trature, la quinquennalit, a disparu, come on va le voir
avec le fragment d pierre qui nous manque. Grce notre
ami M. le commandant de Lamarre le l dssin de ce fragment
existed et il nous fournit les fins de lignes suivantes:
* TAL.IS
...... COL
.....S ET
SVAE OB
S..... T QQ
. . .. TATIS
S TATVA AE


- 6 -








.* IIONORE
AENI(OS
S.. OL EIDIT
SVTIS DOMINI N
. QENN.\NU
ECVNIA
Ces indications se trouvent pleinement confirmed par la
copie que nous allows raplporier de lapartie lisible d'un autre
exemiplaire, trs frusle, de la mme inscription, lequel a t
plac dans le soubassement de la maison btie par M. l'abb
Parabre, rue Damremont:
M- CAECILIVS Q FIL- QVIRINA
S*. AED III VII{ QV ESTOR QQ
AEF COLONIAI V.M MII.EVI l'.-
NAE, ET lVSIC, l)ENSIS El'T ;IIVIA,ITANAE
PR.\ETEI; I-S IX N QVAE OB IHONOIIEM
AE EI' III VIIATVS EI' QQ IEIPlN''Vl.lT
ET STATV.rI .\AEREANM SEGVilTATIS SAECVLI ET
AEIIICVLA.M TEIAn.STIl,A. CV.M STATVA AElIEA IN
DVLIGENTI.\IE IOMINI NOSTRI QVAS IN IIONOiRE AEDI
LITATIS ET m1 VliiATVS POSVIT ET LV DOS SCAENICOS DIEBVS
[SEP
...................................... T
................................ EA VIRTVTIS
............... ..................... IONOREM
.................. .... .... TVS EST EODEM ANNO
SVA PECVNIA EXTRVXIT.
Notre inscription complte doit donc se lire ainsi:
larcus Caicils Quiniii filin.s Quiriitu Futiilis aedilis
triumvir quieslor lqiiiiqcii ennilis pi acfeclts colouliarum
lileri/'laii e et IP l sicadiensiss et Chiilliluiir c i 'racter scster-
tiunm .exat.fcna miilliar niinu mrll que ob horliet m (edillua-
lis et triintviratuls et qiiiqii iiiinu liltr lis reipublicae iniulit
et slaluani aertcum securitllis su:eculi et aeiculiai tetra-
stilani curm stalal acrea iiuIltilgeiiulae Dnomini lnsiri quns
in hiuure arililuitt et Iriiunvuiralust Iposuit et ludos
scaenic'.i dierbs seiIlemir q(tuis cr(rn missilihsx /ier tries co-
lotinus edidit arcum utr1i.umldemn cm slittut area vir-
iutis Domini nou ri toniiouiii .t gjAsti qucm ob hoiorem
qntiqienqu alitati pQ)o:ilitluS c( odetm aiuo sau pecunia
extruzxi.
Elle prsente egrre d.qa:t points wi peu douteux : t1 le
cogniomen de Ceiliw, dont il u'existW plus que les deux der-


- 57 -






A *
nires syllabes, pouiniit aissi se rapporter i Vitalis; 2 le
nombre des colonies i;:ms lesquelles ont eu lieu les reprsen-
tations thtrales, nombre qui tait soit celui des colonies Cir-
tenncs, c'eci-i-dire qualr,:-, soit, come nous l'avons admis
de prfrence, celui des colonies mentionnes sur le monument
et dans lesquelles Coecilius remplissait des functions spciales,
probablement judiciaires.

XXXII.
DIVO PERTINACI
AVG- PATRI
L. SCANTIVS L- FIL- QVIR
IVLIANVS EQ- PVB-
S EXORNATVS STATVAM
QVAM PROMISIT
EX REDITIBVS LO
CORVM AMPITHE
ATRI DIEI MVNERIS
QVEM DE LIBERAL
LITATE SVA OB HO
NOREM IIIVIRA
TVS EDIDIT DEDIT *
Divo Pertinaci Augusti patri Lucius Scaatius Lucii filius
Quirina Julianus equo public exornatus statuam quam pro-
mnisit ex reditibus loc'orum ampitheatri (sic) diei muneris
quem de liberalitate sua ob honorerm triumviratus edidit dedit.
Muse de Coistantine.
XXXIII.


GENIO POPVLI


C. PONTIVS T. FILI
VS QVIR- SATVR
NINVS STATVAM
* VAM OB HONOREM
SEDILITATIS PROMI
* T SVA PECVNIA POSVIT
* D C\'IS DEDICATIO
* EM I.VIJDO ETI\M SCA\E






59 -
ICOS CVM M1SSILIBVS
SDIDIT L D 1) D
Genio Populi (acterni invicti felicissimi) Caitus Pontius Titi
filius Quirina Saturninus statuamn quam ob honoremn aeddilalis
promisit sua pecunia posuit ad cujus dedicationemn lhdos eliam
scaenicos cuin missilibus edidit. Locus datls decreto decurionum.
Muse de Constantine.
Quoique tout fait illisibles au premier aspect, les deux.
lignes marteles nous ont paru aprs un long examen, se
composer de trois mots don't le dernier est certainement
FELICISSIMI et le premier probablement AETERNI.

XXXIV.
NAEVIAE
NAEVILLAE
C- M' F NAEVI CEN
SITI- FIL NVPTAE
FVLVIO" FAVSTI
NO PRAETORIO
VIRO- SEIA- GAE
TVLA MATER
D- D- S- P- P-
NLcviwe 'acteilla(e clarissimae meriaeeo feminae Naeviae
Censili filing nuptae Fulvio Faustino praelorio viro Seia Gae-
tila mater decreto decurionum sua pecunia posuit.
Muse de Constantine.
XXXV.
L IVLIVS
EPIISVCVS
V A XI
I) M
L. IVLIVS *D 31
KANIDIVS SITTIAE SPEM
V- A LXXX QVISQVIS A
QVI VERE MAT CONIVNX
VISIT HIOC EXSEMPLO CON
0 T iB IVNGAT MORE
EST AVTEM VITAE DVLCE
SOLACIOLVM IIAEC
ABIT AD SVPEROS CVMI
FILIO EPISVCO CARISSI
MO 3i:TiiO VIXIT
A L%11 Il S






60 -
Lu.-ius Julius Epin'is r' r/it ti ;< XI.
Diis Jlniiiibtts. Li,'riutJu'ius Kitaidius vixit amnns LXXX qui
v're ric .l' ji l Ossa lu b,,,e (quiescaiil.
.nDis .liubu.s .S i'ioe. Spem qutisp'iis aimnt conjuinx hnc
ea.s,,'pll) ,Injua"tt/ l aniore, est ntntle cl i e v iilc, sdoleicitiin :
ha/r' abit arl t 'superos c sm fiio EJpisuco cari.ssiio niosiro. Vxit
auils L Vil. Ilic dri.
Trois inscriptions sur une mme pierre, du Muse de Cons-
tautine.

XXXVI.

D- RI.
C- IVLIVS' FA
TALIS- V- A-
LXXXX- O" T- B- Q"

Diis Iiaibas. Caius Jtlius Fa:alis vixit annis LXLXX.
Ossa etc.
Muse de Constantine.

XXXVII.

CREPTAL
VSA VIX
A CXX

Crrptalusa vixit annis CXX.
Muse de Constantine.

XXXVIII.

D- M-
APRONTA
CRESIME
V- A- XXXV-
H- S- E-

piis, Miiibui. Aproiui Cresime vixit annis XXYV. Hlic
sita est,
Muse de CoQitantine.






- 61 -


XXXIX.

D. M-
PVBLICIO BARBA
RO- FVSCAE- FILIO
VIX ANN -
MIEN .......
Diis Manibus. Publicio Barbaro Fuscae filio. Vixitannis...
mensibus.....
Muse de Constantine.

XL.

IMP- CAESAR
DIVI MAGNI
ANTONINI P11
FILIVS DIVI SEVEN
Pli NEPOS
M- AVRELIVS
PIVS FELIX
AVG- PONTIF- MAX-
TRIB- POTES III COS II
DESIGNATVS 111I PIOCOS
FELICISSII' VS AC
INVICTISSIMVS SVPER
ONES PRINCIPES
IND\I GENTISSIMVS
'IAM 1MBRIBVS ET
VETVSTATE CONLAPS
AM CVM PONTIBVS
RESTITVIT-
mnperaior Cri.sar divi .i.,,'i Aio nilni Pii filins divi
Serer, Pl, .os .ll rcis s Aure'lias Antoinlus Pilus Felix .Au-
gu.us P.nti/'.:c la.ximutns iTribtul'itia poli state III Co,,.su !Il
dslij1auil< IIl ProconOsul lelicisimi us a vc in'ictissimuts .super
oin,'s prir *ip's iIulilgi.entissiniiis viavtm imbribts et vetlustate
conllt'ps"l t cumi 1 ontib1u r'estilutil.
Inscription d'une colonne niiliaire de l'an 220, recucillie
par M. le commandant Foy. Il n'en rest plus qu'un fragment
qui appartient au muse de Constantine.








XL

M- AVRELIO ANTO
NINO C(IS MI' DES
TIN.\AlI FIl IIl
M I.P %i.\[ DIVI M ANTONI
1 PI IC1rr M\NiCI S\RI.\T
FIL DilI1 Ci.ln lilil I' 1 .ATII-
VI ANTONINI Pli NEP DIV1
. DRIANI PRONEP DIVI TUA
* NI PARTHICI ABNEP DIVI
NERVAE ADNEPOTIS
L. SEPTIMI SEVERI PII PERTIN "
CIS AVG PARTIIICI ARABICI
PARTIIICI ADIABENICI PRO
PAGATORIS IMPEIII PONTIF
MAX - IB POT- V'- IP- VIII
COS . OCOS FORTISSIMI
. . TISSIMI PRINCIPIS
S....... SIGVITANORVM-

Marco Aurelio Antonino Gaesari Imperalori destinato filio
Inperatoris Caesaris divi Marci Antonini Pii Germanici Sar-
?matici filii divi Commiodi fratris divi 'Altonini IPi nepotis
divi Iadriani pranepolis divi Trajani Parthici abnepolis
divi Nervae adnepotis Lucii Septimin Severi Pii Pertinacis
Augusti Parthici Arabici Parthici Adiabenici propagatoris
imperii Pontiicis maximi Tribunitia potestate V' Imperatoris
VIII Consulis II Proconsulis fortissimi invictissimi principis
respublica Siguitanorum.
Fragments pars d'un monument de l'an 197, dcouverts
par M. le commandant Foy.
La ville, ou plutt le pagus des Siguitani, Sigus, est ce
grand amas de ruines qu'on rencontre une demi-heure avant
lebordj de Ben-Zekri, en allant de Constantine la Bera-
Toula, par la valle du Bou Merzoug.

XLII.

PERPETVAE VICTORIA
DDD NNNN CONSTANTINI
MAXIMI TRIV'M P' IATORIS
SEMPER AVG ET CONSTANT
ET CONSTANT ET
CONSTANTIS NOBILISSI
MORVM AC FLORENTISSI


- 1; -) -






- 6i3 -


MOiR\V CAESARVM
ODIVS CELSINVS V C CONS
I> N DEVOTVS SEMPER
NVMINI MAIESTATI
QVE EORIVM
Perpetuae iictoriae do orun (quatuor) nostrorum Cons-
tantini nmaxini t,'ri,,,.,ti.u,, 'is semper Aiugusti et Constantini et
Coinsaniii et Constantis nobilissimlorium ac floreintissimorum
Caesarntm Odiuts. Celsinus rir clarissimuts consularis passes
innmidiae devols nuntmini najestatique cornum.
Communiqu par M. le commandant Foy.

XLIII.


TEMlPLVM DEDIC
L1 VENVLEIO APRO
NIANO Il L- SERGIO
PAVLO II COSS
V- K- MART- QVI DI
ES POSTIBIS VI K FVIT


S Temtplhm dedicavit Lucio Ienueio Aproniano iter um
Lucio Scrgio Paulo iterumi consulibus quinio Kalendas Martias
qui dies post bissenas Kalendas fuit.
Trouv dans l'ancienne casbah et communique par M. le
commandant Foy.
Apronianus et Paulus furent consuls pour la seconde'fois
sous le rgne de Marc-Aurle, en 168.

XLIV.
* * NAE IEI)VCI
AVG- SACRVNI
PRO SALVTE'ET FELICISSIMO REDITV
IIlP- CAESARIS L- SEPTIMI SEVERI Pli PERTINA
CIS AVGVSTI ARABICI ADIABENICI
PARTIIICI MAXIMI FORTISSIMO FELI
CISSIIIQVE P P ET IM'P- C.\ES.\RTI
1M AVREI.II ANTONIN[ PII FELICIS





64 -
AVGVSTI FOJ TI.S Sill ETS I'PER O
NES l'IINCI'PES INDL) (,;ENTISSI
FIL A IG- NOSTIl E' IVI.IAE .\GVS
TE MATRIS AVGVST \OST'I:1 I i.\S
TIROlIVM TOTIVSQ E DOMVS i\ N.1\
EOIRV C SITTIVS Q FlI I QVIRINA
FLAVIANVS AEIlI.IS llIVI\l PREFEC
TVS COLONIARVM O1 HION()
ItElM 1'I'rAiTVS I)EDIT DEI)ICAVITQVE
RIEPi ~SEN\ ATIS ETIAM SVO QVOQVE
TEIMPOE VTItIVSQVE IIONORIS P P HO
NERARIS SVMMIS II-S VICENVM MILL
IV.M NV.M'IVM ET OB I)EIICATONE.M
TANTI NVaINIS I.VI)OS QVOQVE SCE
SNICOS POPVLO AEI)IiDIT
SDDSPP

Forlimae lIeduei Au nistce ieaicrumi piro shiniae It fcclicisshni rediiit
Inmpraloris (.oesuriis Lrii Sepliinti Scrcri PlPr l>ein, e i caifl li
Arabici Ail'iibeciici P>r ii-ltii ie ti.rlni f';rtissihni fliicissiiiqiue pii rix
pitrii.u et Inipcrlatiiis Cties u'ris laci Ami rli Aitlonini Pi Felicis
A qukstii clt i ibli Selimiii Griie Pii Feli is Aminnsti i acsariis inobilis-
s mn ili filo iiu Auusli 'ii li Jutine A, inse (si ) ni alrii Al gns:io-

SmiiisQluhilti fills Quh "utdi i Fli's,,ns ai dils rinInti r preli'ert's si')
Suifiii iiiiiit oh litf ii>iiQ i 1 iiiiiii-iiriii i c si i le ilili n i c/in fi s ri f )
tohlon v gtjgu oh hon tlins (-() clii iiii xln qi'cnr icnp e 1iJi ui iiisiiqtr ho;niis reipublicice ho-
nrli'r iis ( ,ii ) sniinis s si siei ii 'iiii voint wiil lii u ii onninII ci nb
dediatlionei t tiiit ; rinii.s lIdos qiu qini sccieiieCs p pulo a'cdid (d i ,:)
de decr'tMinw selnltiu pecuiiu proupriu.

yiui avons indiqu dansla copie, en icttres iiclinf(s, les
parties des lignes 9, 10, 11 et 12 qui ont t 'rcgravcs aprs
qu'on y cut elfac la menlion de Gela, h la suile du meurtre
de ce prince. La lecture prsente, au contraire, l'tat priintif
de l'inscription, tel qu'on peut l'admettre en raison des titres
ordinaires de Gela et de quelques aulrcs indications du mUonu-
ment come, par example, les quailre dernires leltres de la
dixime ligne, lui appartiennent l'iscription premiere et
appellent le mot NOBILISSIMI.
On sait que Septime Svre partit en 208 pour la Bretagne,
accompagn de sa femme et de ses deux fils, et qu'il y mou-
rut au commencement de 2l 1, aprs ;i\air soumis et rorga-
nis le pays. C'est entire ces ],iiitiis quei tombe la date de
notre monument date qui ne iIn i *In"' itrIe pr.itr ,'irnr a






-. 65 -

210, :puisqu'il n'y est pas tait niention diti titre (le 'iio nnj
cils. que Svre et ses fails prirent ds ctl Le d'raire aniie.
SittiLis, rfcorc cn posssossIon de ldt idit Kt daii Il 1/111wrat,
piPelle qu'il a acq ill vnii son lemplips I, df c d oeO,
estel ii< ilu;n pour cliwuie (le. ces 1 rnag t l'l 1
doune prs de Sor tir de ch;1rgie. et il faisait sa couir la faluille
Iukr:let1011 enu obtenir quelque i on el-ii~u~
Cii e iiiscri plui icn tsi le ('St anIourd'1 ai dans Un i bl-
cet de la rue d'Aiiin ule, exiu.C ir Iiciit s soricS d'inj.r-es ; il
est fort i disi rer que l'autorit 'vi empire coinje c'est sou
d!ioit, et qu'elle lui done unue place honorable daiii le Mu-
se.

XLV.

D- 31- S-
PACTVME[A
IIAGNE
INCOM1PAItA
B31LL FEMINA
AMANTISSIMA
MAIFTO V- A XX
H- S- E- 0-P E- B- Q)

Dils lflaiibus xacrum. f>acuiuncia 1lagne inlcna,irr,:rah
lis f??na rit. est. Ossa ejlus belle quirscau.
Dans le mur d'une Lo-uliique nraic, placed Ncmc,;.
il est reinarquer quo l;'0 de !AkWi'T cs', iers jar
un I; de sort qu'on peut 1h; e Mgalvuae.t MMUTI.

XLVI.

t~. aM. S'
PRAEPVS?,
AYCG iN L! BE T
CONIVX
R1ARIISSIM A
O3SEQN\'ENS
ET CASTIA
CVM1 GRANDI
C(}SI~5





66 -
S'IETATEF
MARITA
V. A XXXV
Il S- E-
C. ;i-9.1! s


Diis hanib:sl.i ,'sairlm. ra),ep'usa Aiugsti nostii liberta
conju rari.ss'n, cbsequen, et casa caiM. grandi pieiate
manril vixit (nnis X\XXV. 11ic .sia est. Onesitus nra-
riTae.
Dans un imur dz passage de Dar-cl-bey.

XLVIL.

MiEMOR IAE
SEX AEMILI FELI
CAANI AMATORI
SANGVINIS SVI ET
REMVNERATORI FA
MILIAE SVAE
AEMILIA GARGILIA
FRATRI AMANTISSI
10 V- A LXV- H- S- E

Memnorica Scxii Aemilii elicia,,i. Amatori .saguingiis
Smti ci r,',ncra n',n:ii .sina. Viitl anis LXV. Ilic sits est.
Dans in mur du passage de Dar-el-bey, en face de la pr-
cdentnte.

XLVEH;

B- S-
AELIA PRIS
CA .A LXXXV
T DJ E
VICTORiCVS Fi
LV') MATUl I

FECIT '






67 --
Diis I1,uiibhu stieritm. Aclia Prisca vIxitan>1i.- LXXXV.
Osa Lita bcnc quiescivi:. Victoricus (iliuis jnain rarisst-
Mac feciI.
Dans I'hpitail militaire.

KLIX.


TITIA
VITALIS
MATER
FILIORVMNI
V A XXXV
HSES

Plis mzntibus. Tiiia Vitals winter filiodun'unz vix atinis
.XXXV. Ilc sila cst.
Dans la faade d'un" maison, rue Leblanc.




OSIAE FAMCONILLAE
Q w PONIPEI SOS! I >ISCI cOs' FIL
Q- POMPEI FALCONIS' COS- NEP
Q- SOSI. SENECIONIS- COSII- PRO-
SE\ IVI I1 FRONTINI- COS- fIE ABN
QV-OD* OLATIS- PVBl!ACE*
PARHEN'I (. liRISCO. CO)-
STA\T VIS- El VSI)12d- FdlCONILLA--
N* ',`* !1>sE- VNA B Fr::'EPTA ci:*
.1OVAS ONVS- SVMIPTV' -
..... .......M ISFRIT- ORDH -

.Sos;a' Fc'c"nillae iQutii i Powpeii Sosii J>risci consfilis ftlnIe
-li P>,;;') iii Fq*lctiiis coinsulis nepti Qiuinti Sosii Senecioni.
iriwjis peioiu 1>,1 ','>., rj-w e- ! !eai Jalcu',illae nuiunero quizquc ipse una recepLa
cic( r;.oIuas min,; siotiplus reij>tblicae reniscm-r ordo ........
Copie communique par M. Aubin, lieutenant au 30 eba&-
eiir. d'Aft-ique.






68 -
Ce document dont la lecture ci-dessus paratra, nous l'esp-
rons, stisflis:mtC se rapporte, comme on le voit, une
femme de grand in.tison, arrire-p.tite-fille d'une fille de
a,,xt a Jhlfi r. F iuulll qui coniitiaiila; vers 77, dans la
Ilretagu ie, o il eut pD.ur suicc:sseiir Agrippia, beau-p2'rrc de
Tacite; arriern-petite-tille eic Qn:iis So,.%,u.s Sieice,. consul
ordinai re en 99 en 1(07; pelile ii!l dl Quin' Pi,,pceiris
"Falco consul subrog de date iin.ert linw; ifie de Q *,t u:
Ponmpaisos 'iu s Icu.s, consul ord'i.ihre n 9GO, et s:ins
doute sSeur de Qaintus Sus us l'ilrt, i onsul' en 193, que
les prtoriens soulurent opposer a Pertinux.

LL.

. . VANO
ACR M
.....NI VS P F QV
S. * lIALIS AEtl. I-.
....* ..VIR I A iCN.V
...* NVS EQ'ES
..... AN S--- 1.1 E'-
.....* * * IALIS F* C: IT'E
S.... C'RTV.1 AERE
. ..... TEI'I'. 1 C-i
: VA PE.CVNIA
. . . ) L D

Siivano Augusto sacrtu Publias ParoniIu Pub'ii /il;u' Qaui-
rina Ceriais alu ili ii ii iri et L ir iis Pian'oiius .A'iiriamn is
equcs rimiuinus ci liberii Cerialis frcruntl ilte .i,'rii.'ium nce-
reu;a iin temiplo .IMercurii sita pecatima postterutii. Lucus di(tus
decreto decuirnimm.
Copie de M. le commandant Foy.
Lciprincipal auteur de ce monument est. un pcris onage d
atre.;conhiaissance sur l'identit duquel il ne snii':t ? ".viir
dedorute(Voyez II). C'est ce qui nous a engage en r,;'] oser
3w.r(>!s!ii'to;n qui, toute vra:semblable qu'elle sit,. ai j eut
pas tre- dnnecomme ayant sur lons les points ie caracicro
de;lla certitude.. 1: yval- itlprobablemeiltun double, de ,'rtte
pierre et l'on ne doit pas dsesprer d'en trouver.un.~iy;, ti.l!
ques traces.






- 69 -


LII.

P- SITTIVS- P- F
DENTO- AED- I11 VIR
QVAEST- Il' FLAM
QVINQ. V- A LX. II- S- E-

Pibliu.. S'tiiipus Ptblii filiu ii),,to ordilis dhviumvir quaeslor
iter'u:n flIiwnn quiqu 'iua:I'is iriit t:'i.i I.X hic sits est.
Celte inscription Ifisait parties, avec queilque s uii'res objets
curiieux, d'un tombeau dcouvert en 1851, au Coudiat-Ati.
Elle est d'iune relle iimportitaie it caius dL l'uiine des magis-
tratiires in enio:i;i;e le dtiiii vir.ti, doit il n'est question
dans aucun autre monument de Constantine, et qui s'accorde
avec la beaut des caractres pour tioieincr de sa haute anti-
quit.

LIII.

C- IVLIVS- TAV
RIS CF- V H- LXX

C'inus Juiu' ii.ui uris Caii {ilius virit annis LXX.
Faubourg du Coudiat-Ati.
Ileiarquez II pour A.

LIV.


CECILIA
M1ATTRO
NA. V A XLI
II-S- E

D:is .i.i'jits. Cilia. .3 'tr',j'z vixit aanis XLI. lic sila
et.


FauL'ourg du Coudiat-Ati.






*-L 70

LV.

M LOLLIVS
SYNECDEKIVS
VAL
HSE
OTBQ
Alarcus 'Lollius Synecdekius vixit annis L hic situs est.
Ossa etc.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LVI.

TIU CLAVDIVS
PHOEBVS GRA
NIANVS
HSEOTBQ
Tiberius Claudius Phoebus Granianus hic situs est. Ossa
etc.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LVII.

GRANIA
AVRVRA
V A
xxxX
H SE
Graiii Aurura vixit annis XXXX hic sita est.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LVIII.

SCRVIA
VA XXX
Scruin vrxit annius XXX.
Fauinourg dul CoiUdia-Ati.






- *71


LIX.

AVILLIA- L F
INGENVA
V- A- XLV
Hi S E

Aviliia Lucii filia I!ngenua vixii annis XL V hic sita est.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LX.

D M
C- IVLIVS
MONNO
SVS VA
XXXV ISE
OTBQ


Diis . situs est. Ossa etc.
Faubourg du Coudiat-Ati.


SMonnosus vixit annis XXXV hic


LXI.


QTGAVIVS
EIRMiLIVS
VIXIT AN
LXV HSE
OTBQ

Quintus Gavius Eirmillus vixit annis LXV hic sits est.
Os.,a etc.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXII.

D- M
VETTIVS
VICTOR





72 -
VIX- AN


Diis Manibus. Vettius Victor ervz raiis ... ic situs.
Fanbourg du Coidiii-ALi.

LXIIL

SITTIA P F
GVRINA
V AVI ISE
Sittia Publii flia Gurina vixit annis VI hic sita est.
Faubourg du Coudjat-Ai.

LXIV.

* IA PVSINNI
VIXIT
*. S XXXV
HSE
S. ia Pusinnia vixit annis XXXV hic sita est.

LXV.

D Mi
AVFIDIA
DATIVA
V A XXXV
OTBQ
Diis Manibus. Aufidia Daliva vixit annis XXXV. Ossa etc.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXVI.


P SITTI TVILIAN *
AECILIA IANV-
IA VOR CAIS







S- A MARITO SVO AMAN
(- (- V. I FILISSVIS FECIT
V A LXV
Mlemoriae Publii Siuii Tullani. Caecitia Januaria uxor
calrif.,.iiia Im ritu o i iia ..i';io cuin filiis suis fecit. 'ixil
a:,nis LAV.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXVII.

D S MAN
LI PVBLICIVS
FVSCVS
VIX- A. III
H- S- E
Diis sacnrum Manibus. Lucius Publicius Fascus vixit annis
III hic .iins est.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXVIII.

D M
lUVNATI
A- SECVN
DA- VA XXXX
il S
Di.s MnI ibus. Munatia Secunda vixit anils' XXXX lhic sila.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXIX.

DIS M
IVLIA RO
GATA- V- A
S HSE'
Dis manibus. Julia Rogata vixit annis . hicsita ii.
Faubourg du Condiat-Ati.






- -7 -


ILXX.

S. I. AEI.IVS
.V .T LX
*S- V- - LXX
V
I.-
Lucius Aeiius Luccinus vixi: ainis LXXV.
Faubourg du Coudiat-Ati:

k LXXI:

Q. SEDIVS- L
FIL- QYI CE
LER V A LX
Sl SE

(uiau, Sedi.us L wcii filits Quirina Celer vixit annis LX
hic :itus c.i. ; : ,' '
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXXTL

AEDINI
A- IVIIA
V. A- XLV
HSE

Ardinia Julia vix't annis LXV hic sita est.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXXII.

SEX- ROSCIVS
SEX F- Q2 CATV
LVS- V- A-
XLO' T- B'Q

Sextus Rosci.us Sexti filius Quirina Catulus vixit annis XL.
Ossa'etc: . '
Faubourg du Coudiat-Ati. *


z -7*""-








I.XXIV.

D M
Q- DOMITIVS SA
TVRNINVS FILIVS
DVLCISSIMVS ET
INCOMPARABILIS
V- A- XXIII HI O TIt B Q
Diis lManibus. Quint us Dormitiis Saturninus filing dul-
cissimus et incomparabilis vixit annis XXIII. Hic ossa tua
etc.

LXXV.

DIS- MAN,
IVLIA- HON
ORATA- VIX
AN- XVI-
H' S. E.
Dis Manibus. Julia Honorata vixit annis XVI hic sita
est.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXXVI.

CAELIA FERT
VLA- V- A- LXXV
HSE
Caelia Fertnla vixit annis LXXVhic sita est.
Faubourg du Coudiat-Ati.

LXXVII.

D M
L- SERGIVS
SOZONVS
V- A- LV
H- S- E





76 -
Diis Manibus. Lucius Sergius Sozonus vixil annis L V hic
situs est.
Fautourg du Coudiat-Ati.

ILXXVIII.

"EX'ARRHIDI
S'.\'S ROGATVS
'rV A XIV
i.,SE
"r.ruXli Ar1ridiuts'Iogatus vioit annis XIV hic situs est.
Rue Leblanc.

LXXIX.

S* EIREIS TVi'VLIS AVIS;ATTICA P\RVV
IA VENIT ET'IS:TIA'TA TlI\'UVn STILL
LANTI\ MELA lil-.I I \NQlI' \1I VO
LVCRES lllc1: DnV. ANEN' VIRIIIANTI
BVS .\N'TRIS Il V Y IR.!I) 'T TVI VI.IS
L \VIVS PROPE )EI 1A NOSTRIS ET
AVlEf. SIMIUES PENI)VNT IN VITIBVS
. E . . . . . . . .
De weis tuuiilis avis attica parvula venit
et satiflit fa ymo stillanlia nil/la reliq uit.
li v/lutres I' ,ul,, cane't virildautibus antris.
Hlic viridat n mi,,l; < i'urs. p l/' )Delia m, stris,
et auro sintrle. pe~,dua (sic) in vihibus u'ae.


Trouv dans les jardins de Sa.ili-!'u'y, prIs Constantine.
L'on ,voit que.le hey Salah qui gouverinil il v a quelque
soixante ans et qui passe pour le cr'ateur dle ces jardios, n'a
fait tout au plus que rtablir une anienne villa romaine.
C'est d'ailleurs ce qu'annonaient dj les bains d'eau ther-
male et autres traces de coiistructions antiques qui existe.nt
dans cette proprit.
Il est observer relafiv: nient au mot DVLCE le seul qui
soit abrg dans celle inscription, que la lettre C est Iraverse
par un trait horizontal don't l'oljet est videmment de lui don-
ner la valeur de CE. AJ. rigueur, on devrait lire DVLCE








ANENT; alors le verbe ferait au present comme les autres,
et le sens exigerait que 11 ft joint ' l phrase prcdente.
Mlais le chant des oiseaux est uue imiag plus gracieuse, qui
a dii tre dans la pense de l'auteur, assez peu soumis, du rest,
aux rgles de la grammaire.

LXXX.

D MS
L\ CIVS MA
NIVS .**
V .
\'IXIT- *
LXXXV
Dii M.anibus sacrum. Lucius Jlanjiu.... vixit annis
LXXXV.
Versant Sud du Chettabah, prs Consantine.

LXXXI.

D S D M D M,
Q IVl.IVS Q. IVL
IST \TIA EMIL
1NVS V. A VS. V-
XXV A- XL.,
* SE XX'

Diis fanibu ncriumi Diis iIanibuts. Diis Manibus.
Quainius J',lins i.,a-. Quintus JuliusE-
tinli sx 'ri.rt (nii. . miPts vixil annis
AXXV hic sits est. LXXX.
Sur une seule et mime pierre, trouveat. Chettabah, prs
Constantine.

LXXXIL.

NVMINF SIL
VANI- AVG"
SACRVM
IVLIVS HO





71 -

NOIArVS- DD
S- P. L-.A FECIT '
EX H-S CXL N
IDEMQVE DE
DICAVIT

Nuinin Silvari Augusti sacrum. Julious IHoioraus decicio
decurionum sua pecuna libens animo fecit ex scsieriis centum
quadrayinla iummits idemque dedicavit.
Versant Sud du Chettabah 6 iiloinitres de Constantine;
ruines romaines assez considrables.

LXXXIII.

Q SEIVS EVTIC
ES SALTVARI
VS VOTVM
LADD

Quiinus Seius Eutices saltuarius volum .olvit libens animo.
Decreto decurionum.
Versant Est du djebel Balat, douar des Beni-Abdi, non
loin de la prcdente.
Ces deux inscriptions donnent lieu de croire que les crates
du Clettabah, aujourd'hui si nues, laient autrefois boises.
Les plitrires en exploitation dans cette montagne ont d con-
tribuer la destruction des arbres.

LXXX V.

1) M DI M
I CVPI VY.I 1
XTER V! A
V A \ A
LXXXV Ll

Dius Mambils. Lc LXXXV.
f)ii Manitu. hes. u .!"i .rnu vixi' (anis l I.a
Deux pitaphes sur une4seule pierre, el-Gamias, proprit







de Si lamuouda-ouled-4iheikh. silUe adii:u li'-ni..is auSn de
Constantine. ,



(Voyez planchc XVli.)

Nous platons sous ce nuiro l'inscription dite ides .Mar-
tyr.s, grave sur le rocher, prs :tL t droit e e l'entre du
ravin du Ruimel, sons Conmlanticie. QuO ce doicumentel clbre
se rapport auc chrticns Jacques et Marien qiii furent tor-
turs Cirta, en 259, excnuts Laimbse quelques jours
aprs, et mis par I'glise au rang des milinis, c'est e' fait pour nous l'objet d'aui:ni doute; nmais on y rnciionire des
diflicults d'interprtation qui n'ont -i;p encore l-t rsolues
d'une manire satisfaisante, et la rserne que coimmande un
sujet de cette importance, joint au manque absolu de res-
sources bibliiograhliiquces, nou1 frend d'en entreprendre ici
l'examen. C'est pourquoi, laissaut du cl loute h3 potlhse
hasarde, nous nous bornons prsenter un dessin lev avec
soin, que vont complter les explicatioiis suivanites:
Les caractres qui component la premiere ligne sont gii-
ralement lus QVARTO NONAS SEPTEMBRES. Nous n'avons
rien objecter contre cette lecture qui fait abstraction du
premier trait vertical, atTect. vraisemblablement la branch
infrieure d'une croix.
Le mot suivant PASSIONE ne peut fire l'objlt d'aucun
doute.
Vient ensuite la lettre M, endommage dans sa parties sup-
rieure, mais reconnaissable soi chevron don't l'angle existed
encore sur la pierre. Elle appartient videmment au fragment
!d mnot MARTYR ou MARTVR.
La deuxiem:e ligne commence par ORVM ; il n'y a rien, il
n'y a jamais eu rien, avant ce group, et c'cs! tout--fait sans
foeldement que M. Carette y a vu le mot PIORIVM. 11 faut
donc le lier avec celui qui lcrinie la prenmiire ligne et lire
i. iL TYlIORVY \' ou MiAIRTYRORVM si 'on veut admettre
ce !arbarimne, excusable de la part d'un ouvrier illietir-'. et
pe'ilt-:'e grec de nation, come le donnent croire le B par-
tout emp!oy pour le V consonne, et la formne de 1Deta don-
ne an D.







IORTENSI'M est certain; c'est tort que l'abb Aitati
a lu HORREENSIVM. Nous persons qu'il faut entendre par,
te mot les habitants d'une region cultivie en jardiins, peut-
tre le liamman, itu 20 liom:nires au Nord .d Corstan-
tine, sur la route de PIhiiipl;eville.
On remarquera la conj(;nclion IT mise entre lhs nm.,: drs
deux principaux persoiunages, comme pnu: r ics .;:ligu-; de.
autres marMLrs DA' I !APIN{;, RV, lCS, C! i', TATi
presque efli'c et douteu:), I ELTN, (BiCl'OilF, ;ou' o Vi C-
TORIS), (SILBAN I :1'e SILVANI), EI ;!P(I ,;:N ; .
Les groups suivants, siurimo(:lt's de det'x Iarrs i' 1i:z!-
tales, sont des singles qu:',n a lus SANCT Ti D1, qu'on pourrait
lire SANCTI 1)1E. Le reste de la lignue es, sans coieste,
MAEMORAMINI IN CONSPECTV I)Oi!NI.
La dernire ligne csl: QVORVM NO.MINA SCITI QVI
FECIT..... nais au !ieu de laire un seul miit de SCITS on
pourrait en dlacher le prononm diliio.stif IS qui semble
appel par le relatil QVI. Quant aux s:gles qui la terminent
et qu'on a !us INLIC'ilCNE X\1, n'y doiton pas voir plu-
tt IN DIE X\'a?









i .-'






- S9 -


NOTE

sur rles objetl arnltqres 't,'rwews




La mer, dans ses jours de tempte, rejette sur la plage de
Philippeville et principalement sous la parties sablonneuse qui
s'tend sous la place de la Marine, des objets antiques de tou-
tes sorts : pieces de monnaie, fragments d'or et d'argent ou-
vrs et, plus rarement il est vrai, des bagues entires, des pier-
res graves, etc.
Ces objets sont recherchs avec soin par des individus qui
oprent leur pche des deux faons suivantes : quand le flot
se retire, on les voit, jambes nues, s'avancer sur la grve et y
creuser rapidement, l'aide de leurs mains, les plus riches,
d'une bche, des trous profonds de 10 centimtres environ; la
mer revient, ils se sauvent, et quand une fois encore elle a
recul dans son sein ils courent leurs trous qu'ils ont mul-
tiplies autant que possible et ils en retirent ce que l'eau a pu
y laisser tomber en les couvrant.
L'autre mode est celui-ci : dans sa march rtrograde, le
flot rencontre les ttes de nombreux blocs de grs demi enfon-
cs dans le sable; derniers souvenirs du quai delay rlusicade
romaine; les objets d'un certain poids qui sont rouls par l'eau
sont retenus par ces ttes de grs et s'abattent au pied de la
face oppose la mer. C'est l que le pcheur d'antiques vient
les recueillir dans les sables auxquels ils se mlent. Mais hlas,
comme on s'en doute bien, que d'ivraie dans cette rcolte!
Le pcheur d'antiques don't l'industrie s'exerce surtout en hi-
ver, sous la rude action du vent et de la pluie, voit s'couler
plus d'un jour avant d'avoir trouv un morceau d'or ou d'ar-
gent d'une certain valeur, une pierre grave, une belle m-
daille! L'objet de ses recherches provient du lavage des terres
de dblais : donc, quand le nouveau quai sera achev, quand
le jet des terres de dblais s'arretera ; notre home verra sa





X -

minei s'appauvrir chaque jour davantage. Encore une indus-
trie qui disparatra !
J'arrive au sujet de cette iilp.
Parmi les souvenirs de l'antiquit que la mer restitue ainsi
que je viens exemplaires trouvs sont assez nombreux pour exciter l'at-
tention de la Socit archologique de Constantine (t). Cet
objet affected la forme d'un bouton; son diamtre varie de 2
3 centimtres; il est d'une faible paisseur, 2 millimtres en-
viron. Sa face antrieure montre au centre un champ round,
ovale ou carr, sur lequel apparai, trac en relief, un dessin
di'un travail assez grossier. Malgr la couche de sel qui le re-
couvre gnralement, il m'a t possible d'y voir des toiles
don't les points atteignent les bords du champ; des soldats
casqus, unique court, arms de javelots, dans l'attitude
barbues couronnes radies, rappelant le type barbare des
>mpereurs du Bas-Empire, etc., etc.
Sur l'un d'eux, j'ai trouv l'inscription suivante:


QVIN
TIANI


Enfin, la parties postrieure et au centre, cet objet est
pourvu d'un culot perc d'un trou de 3 millimtres d'ouver-
ture ; ce trou est en quelque sorte continue par une petite
rigole trace sur ce fond.
SL'objet en question s'attachait-il come nos boutons moder-
nces, soit au moyen de fil, soit au moyen d'une branch de
mtal : le culot semble l'indiquer ; mais aprs quoi ? Dans
quel but ? Si c'est come ornement, remarquons qu'il est form
du mtal le plus common, sans trace le dorure ni d'argen-
ture ; que, de plus, il offrait peu de solidit.
On ne saurait y voir un cachet: le champ 'est creux et le
dessin s'y prsente en relief ; thorie contraire aux cachets
antiques come aux modernes.

(1) 31. le dociciir Lagrave en a rccucilli plus d'iice cciimnine pendant
sou sjour ii Philippevillc.






83 -
Quel tait donc l'emploi primitif de l'objet que je viens d'es-
sayer de dcrire? Telle est la question que je pose la Socit
archologique de Constantine. Pour achievr dl nie fire cim-
prendre, je done ci-dessous des dessins de grandeur natirell
le prsenlani sous olauIs ses faces. (Vovyez planche XVI bis. )





- "I -


IEI\~ VILLES NU Il I: O-IOM AINES.




10. Lje ruim.,f dut hhaiseg.

Par une sorte d'exception aux lois naturelles, la charpente
si complique des mntagnes du Nord de l'Afrique prsente,
pour ainsi dire chaque pas, de brusques solutions de conti-
nuit o les eaux fluviales s'chappant travers la masse
mme qui se dressait comme un obstacle devant elles, cou-
rent en cascades se jeter dans un nouveau bassin. Le clbre
ravin du Rummel, sous Constantine, est un de ces curieux
accidents gologiques; et plus bas, au point o les hautes
collins de la rive gauche de l'O. Smendou barrent la valle
du Rummel, une coupure non moins pittoresque donne pas-
sage aux eaux de ce fleuve et les transmet la valle du
Smendou.
A l'entre de ce dfil (en arabe Khaneg), sur le banc de
roc qui couronne sa rive droite, s'levaient jadis les murs
d'une petite ville protge presque de tous cts par d'infran-
chissables esearpements. Ds le dbut de notre conqute, ce
point piqua vivement la curiosity des amateurs d'archologie.
On se demandait si Constantine reprsentait bien rellement
l'antique capital numide: la ville du Khaneg, qu' cette po-
que de dangers l'on ne faisait gures qu'entrevoir dans un
mystrieux lointain, lui disputait cet insigne honneur. Bref,
l'opinion gnrale s'garant de plus en plus, avait fini par
accepter comme synonimes les denominations de ruines du
Khaneg et d'antique Cirta.
Ayant rapidemeut visit ces ruines, au retour de l'expdi-
tion de 1851, j'en avais.rapport un vif dsir de les explorer
mon aise. La presence d'un clbre antiquaire, M. Lon R-
nier, fit pour moi la plus heureuse dles occasions. Nous all-
mes donc ensemble, par une belle journe du mois d'octobre
1852, planter nos tentes l'entre du Khaneg. Quelques mi-
nutes aprs, nous gravissions la roule romaine qui monte aux







ruines et nous mettions a 1'nuvre les sapeurs du Gnie don't
je m'tais fait suivre.
En attendant les rsultats de leur travail, nous lmes la
curicuse inscription d'un cippe gisant 'la surface du sol. La
voici, reproduite aussi fidlement que le permettent les moyens
typographiques notre disposition :

Q- LOLLIO- Ml FIL-
QVIR- VRBICO- COS-
LEG- AVG- PIROVINC- GERM-
INFERIORIS- FETIALI- LEGATO,
l.IIP- IIADRIANI- IN* EXPEIITION-
IVDAICA, QVA- DONATUS- EST-
HASTA- PVRA- CORONA- AVREA- LEG-
LEG X GEMINAE" PRAET- CANDIDAT-
CAES'TRIB- PLEB. CANDiDAT- CAES- LEG-
PROCOS- ASIAE- QVAEST- VRBIS. TRIB.
LATICLAVIO- LEG- XXII PRIMIGENIAE
IIIIVIRO- VIARVM. CVRAND-
PATRONO
DD. PP-

C'est--dire :

Quinto Lollio Marci filio Quirina Vrbico cosuli, leyatoo
Augusti provincial Germaniae inferioris, feiiali, legato Inpe-
ratoris Hadrian in expeditioieeJudaica, qua donatus est has-
ta pura corona aurea, legato legionis decimae geminae, prae-
tori, candidate Caesaris, tribune plebel, candidate Caesaris,
legato proconsulis Asiae, quaestori Vrbis, tribune laticlavio le-
gianis duoelvicesimae primigeniai, quatiorviro viarum cu-
randarum, patron. Docrsto decurionum. Pecunia publica.

Certes, un monument relatant les honneurs successivement
obtenus, depuis la simple surveillance des routes jusqu'au con-
sulat, par un personage d'ordre snatorial qui fut aussi pr-
fet lde Home, ainsi qu'on le verra plus loin, lait bien digne de
tout notre intrt; mais voil que nos sapeurs font srtir de
terre les titres d'un petit magistrate de province, d'un de ces
innombrables Sittius de la rpublique Cirtenne, qui va nous
apprendre des choses encore plus curieuses :le mode constitutif
de plusieurs cits; leurs noms exacts et complete; enfin,
joint l'un d'eux, cette pithte SARN, qui parat pour la
premiere fois dans un document archologiquei,







Q- SITTIO-
Q- Fil- OVVIl
FAVSTO- III VIRO-
l' PRAEF' I- 1) COL- ViE
N :RIE.- RVSICAI)E"
ET' CiOL. SARN- MILE.V-
ET COL,- 11I\LIVIAE.
CHVLLV-AEDILI'
MVNICIPES- OB'
MERITA- EIVS-
AERE- CONLATO
Quinto Sittio Qa;,iil lii. Quirina Fausto, triumviro, prar-
fecto ju'idicundo c'ilonii Vereriae Ilusicade et coloniae Sart
Mileu et coloniae Minerviae Chullu, aedili, municipes ob merit
Nous tions en bonne veine, car nous tombons bientt aprs
sur cette inscription en l'honneur de la femme du mme Sit-
tiis, qui confirm et complete la prcdente:

APRONIAE- SEX- FIL- FI
DAE- CONIVGi-
Q- SITTI- Q- FIL- OQVI'- FAVS
'TI. PIROBAT'I' A
[MIPP L. SSETMIOlO0 SEVERE'
PERTINACE- AVG- ET'
1 AVREI.IO' ANTONINO- AV(G
KIN QVINQ- IDECVRIAS- ALLECTI" A- DIVO
MAl ANTONINO- 1'I() FLAIM- PERP-
liVIR. QVIQ. IlIR. Pi \1"T.- p F1" I).
**L- VENER-I' SIC- PRAEF 1)- I
S*L- SAIN- MIL. ET- PRAEF- 1- D-
COL- MINER- CHVII,V AEDIL-
AMICI OB -'ERTITA- MARITI-
*-VS- IN- SE- AEERE- CONLATO-
L 1) D-t 1)
Aproniae Secti filiae Fidae, conjugi Quinti Sitti Quinti fllii
Quirina Fasti, probati ab Imperatoribus Lucio Sptimio Severo
Pertinace Augusto et Marco Aurelio Anionino Aulusto, ti
,'i'.,qlu. decutrias allecti a divo Marco AItouino Pio, Flaminis
perpetui, oniunwiri, quinquennalis, triumviri, praefecti juri-
dicundo colo.niae Veneriae Ilusicade. praefecti. jriii ',lii'l, .'-
lo'twae Sarn Mileu et praefecti juridicunlo colonial Minerviac
ClhuHu, aeddis,' ,ii ..i ob w'erila mariti ejus in se, aere con-
lat:i. Lou s daltus d(crcto eciurioimtn.


- Sif -





87 -
Mlais ces heureux rsultats ne nous satisfaisaient que m-
diocrement, car ils n'taient pas le veritable objet de nos re-
cherches. et dj nous nous disposions quitter la place, ntu
peu dsappoints, quand j'aperl s un cippe renvers, don't la
base seule se montrait hours de terre. Mes sapeurs accourent
et se remettent fouiller de plus belle. Nous, le regard lix
dans la direction des premiers mots qui vo.nt apparaitre, nous
attendons avec uie impatient curiosity. Enfin, nos efforts oui
leur rcompense; nous tenons le nom1 du lieu avec la belle
inscription Iranscrite ci-dessous :

IVLIAE- AVG- MATR1I
CAST'ROIr CONIVGIl
IM.! CASES. DIVI. M- ANTO
N INI- (GEl\I- SA iM- lII.-
DIVI- COM.\01)I- FiATiRIS.
DIVI" ANTOMNIN- Pli' NEP> DIVI-
1l.\1)lV- PRON- DIlVI- TRAI- PART-
ABNEP- DIVI- NEIVAE- ADNEI'-
L- SEPI'I.11- SEVERI- PII PIERTIN-
AVG- PART- ARAB- PART' ADIAlW-
PROPAG- MIIP- PONT- MAX- TRIB-
P- V. IMP- VIII COS 11- P- P PROi;OS
RES PVBI
'T I)I)ITANOR-

Juliae Augustae mnatri castrorum conjugi Imperatoris Caesa-
ris dici Marci A ntonin Pii Germanici Sarmnaici flii, divi
Commodi fratris. divi Anlonii Pi nepois, divi Hadria i
pronepotis, divi Trajani Parlhici abnepotis, divi Nervae adne-
potis. Lucii Septimii Severi Pil Pertinacis Awjusti Parthici
Arabici Parthici Adiabenici, propagatoris imperii, pontificis
manlimi, tribitiuuit ptestale quintum, impeyatoris nonum, con-
sulis ileritm pIl.ris patriae, proconsiiis, respublica Tiddita-
nIrum drcrcio dcuiirionllin.
Ainsi donc, les ruines du Khaneg n'ont aucun rapport avec
Cirta conime du reste on devait bien s'y attendre. Elles ap-
partiennent l'antique ville de Tidde, ou peut-tre mieux
Tiddi, mot qui fait parties du vocubulaire topographique de
la langue kabale, et qui indique, selon toute apparence, une
origin numide.
SAprs cette prcieuse trouvaille, nous n'avions plus rien .
demander au Khaneg et nous allmes visiter le inenument des.






Loillus. situ. 3 ou 4 kiluiiitres de l,,sur le versant de
VO. Sinmendou', dan, la sall duquel cette grande famille
possdait un dlonmine. On trouvera, sur la planche XVIII,
un dessin exact de ce monument, d'aprs le lever que nous
en avons fait u"ul-m,,nies, ainsi que son inscription dldi,'a-
toite'rpte sur quatre points de sa circonfrence et don't
voici la facile lecture;
Marco Loilio Seneciont patri. Graniae Holmorratae
matri, Lucio Lollio Seni 'ratri, Marco Lollio Honorato
fratri, Publio Grani,' Paulo avonculo (sic), Quintus Lol-
lius Urbicus, praefectus Urbis.




*. Oudjel.

Dans les premiers jours d'avril 1851, M. le gnral de
St-Arnaud, alors occup dle sa grande expedition en Kabylie,
poussa lui-mme, escort de .uquelques officers et d'un demi
escadron de chasseurs, une reconnaissance sur la route qui
conduit par Mila et le fedj Beinen au centre des operations
projetes.
On partit de bon matin, par un ciel douteux. On suivit
d'abord la route de Salah-bey, puis on remonta le course de
l'O. Begrat, afin de gagner, en longeant les montagnes de
gauche, Oudjel o nous attendait une dlifft, dans la pro-
prit de Messerly-Aly, incieni turc au service du Bey, de-
venu au ntre officer de spahis. Le temps s'tant tourn au
plus mauvais, le Gnral dcida qu'on coucherait Oudjel.
Nous pmes ainsi visiter loisir, mais sous une pluie bat-
tante, les ruines romaines don't ce point est couvert. Pour
mon compete je ne vis rien de remarquable que l'arcade d'une
porte de ville et un petit btiment carr, en grosses pierres
de taille, comme presque tous les monuments remains en Afri-
que. Mail M. de Neveu, cette poque capitaine directeur des
affaires arabes de la province, fut plus heureux que moi. Il
mit la main sur une pierre enfouie, don't un angle hours de
terre montrait un commencement d'inscription. La dgager
oiliir.,irniul-l fut l'affaire di iJi'ilqiues i min ies:i ; oan lt, nalnr. urt





8 -
ce prcieux document une ddicace h Caracalla, de in quix-
zime anne de son rgne, correspondent l'an 312 de notre.
re, et le nom de la localit. Je le transcris ici, en ddoublant
les lettres lies mais en lui conservant, autant que possible,
sa physionomie, tell que je l'ai observe moi-mme au retour
de l'expdition des Babor, en 1853 :
IMP- CAES- DIVI SEPTMl" SEVER- PI- ARAB;IG
ADIABEN1I"- PARTIICI- MANXMII lITANI;l- MAXIMI" '"
*0 D!V!- .I ANTONINI- PI- GEMiIANICI SAlMATICI NEPO-
1DV1I ANTONINI. P PI PRON'EP1'- I)!VI IIAr.RIANI- AB--
POT- DV\i TFAI\NI- PA'TIlICI ADNEPOT'* M-
*VItELIO- SEVElO- ANTONINO- PIO( FELIC[l AVC-
PAlTIITIICO- MAXIMM ITRIIANNICO' M.\XIMO
PONTIFICI .,1AXIMO' TRLBVNICIAE- POTES- XV-
IMP- lt COS. IIi- P P
IES >VB- VZELITANORVM-
hnpcratori Caesari divi Septimii Severi Pii Arabici Adia-
benici Parthici inaximi Brita ici (sic) naximi filio, divi
Marci A toniini Pii Gcrmani;ci Sarmniici Inewoli, dlvi Anto-
,iiii Pli proneposi, divi HIadrriami abiepoli, divi T'raanii Par-
thici adnepoti, Marco Aurelio Severo Ant.uino o io Felici
Ag!Iusto, Porthico ma.inio, Britannico maximo, pontifici ina-
ximo, trabun icias p>testatis decimum quinttum, Iliperatori ite-
rum?, consuli artium, patri patriae, republican Vzeliianoru1m.
Oudjel est le nom que les indignes donnent aujourd'hui
A cette localit. Sa resemblance avec l'ethnique mentionn
sur le monument est fri:ilpante el je nhisite pas adopter pour
le nom de la ville romaine, probablement d'origine numide,
la forme Uzel, de prfrence celle, plus latine, de Vzelis.
Les Lzlitains se livraient avec succs la fabrication des
ouvrages en terre cuite. Une parties des conduites d'eau de
Cirta taient construites en tuyaux de cette provenance. Ils
portent, imprims en relief, la marque VZELITAN, ou celle
de VZELIT, qui sont des abrviations de VZELITANI.
J'ai copi, dans le mmelieu, en 1853, cette autrp ins-
cription, de l'an 201, sur une pierre que Messerly-Aly a fait
placer dans l'assise infrieure d'un mur de cave, et don't,
cause de son tat fruste joint l'incommodit de la position, je
n'ai pas pu lire le dernire ligne:
IVLTAE AVGVSTAE
MATRI- CASTRORVM- CoNIV(G-





9fi -

IlP CAES- 1IVI NP ANTONtNI
11I11 GEjE SARI FLL- )IVU COM-
FIATRU I)IVU- ANTONIN pI1 r NEP-
PiVI- IIAI)B PION- DIVIU TRAIA-
PART'-" ABNEP- I)IVI NERQ ADINEP-
SEPTIMI- SENERU- PIL PETl'- AVCG
PART- ARAB PAWrT AI)IAp uROPU -I
l'ONpy MlAX- tRIB- POT- IX. IP11. Xi- COS-
Il- PROCOS- P Il- FOIITISS- FELIClSS- I **C,
ISSINI- PRINCIPIS-


Juiline AlliflisUoe nui;i casll.ojrln coijuqt i Ip'peratos Cuesiirix
chuti iIarci iflofliflni i Germiiaiici S(ti2nnrrjt;ci fili dlvi Coennodi
jraris, divi Aiiioninii Pii nepolis, divi )Jnchiani proilepotis, divi
Irajani Parthici abnepofis, dvi 7ervuc nibiepolis, Lctii Septiiii
Severi Pii Pcrtniaeis Augasti lnrhiei Ardlaci Pnrizhici Adiabenici
pi-opagiltors imper pontilifie ,n axbnii ribvunitia poiestate n onhifl
Iiiipe,alori undecunuin consulis Uierunc proconsulis pairs palriae
fortissinzi [elicissbni invicisshn i principis. ..... ....... ...





- 91


INDICATION

iCe la rou le fie T e ggiE't Tonabo t*efii
et as ;- inouls tge lt LJinre,

DOCUMENT TRADUIT IE L'AIIABE.





Au moment o la passion des voyages pregnant chez tous
les peuples un essor irresistible, l'on voit l'Angleterre lancer
de nouveaux explorateurs la dcouverte de cette mystrieuse
Afrique central qui a dvor les premiers, nous recueillons
avec plaisir et nous signalons come une bone fortune les notes
qu'un holn ne de caravane a rdiges, une poque inconnue,
sur les tapes du Soudan, sans penser probablement qu'elles
seraient un jour livres la publicity. Le mrite de ce naf
document est de tracer sur la carte vingt nouveaux noms de
stations entire Tuggurt et Tombouctou, et de citer neuf grands
centres de population de Tombouctou aux Monts de la Lune
(Djebel-el-Qamar), o l'on trouve des ruines qui paraissent
pouvoir tre attributes l'antiquit.
II serait intressant de savoir quelle poque se rapport
ce voyage: nous y voyons figure, au Sud de Bambara, les
Chamba et les Mkhadma, tribus qui pivotent aujourd'hui au-
tour d'Ouargla, Metlili et EI-Guel. Il n'y a certainement l
rien de bien surprenant, car nous avons des examples d'mi-
grations tout aussi singulires; mais, alors que nous sommes
si pauvres ci documents historiques sur le Sud ce serait
une donne prcieuse d'apprendre qu' cette poque, c'est-
-dire l'poque du voyage accompli par notre personnage,
les Chamba et les Mlkhadma, que les troupes de Biskra ont
combattus, l'anne dernire, Mlili, sur l'Oued Djedi, taient'
campsivers] les sources du Niger. En changeant de pays, ni
les uns ni les autres n'ont change de moeurs ; les Chamba sont
toujours nomades, les Mkhadma cultivent les oasis.








ITINRAIRE.


IPremire jou'ie. On part de Ti;igurt et, aprs
une journe de mirii ebe, on arrive une petite ville appele
An-Temacin.
Deuxime journe. On va coucher Oued-la-Zal (le
ruisseau intarissable). Les habitants de cette localit ont le
teint bronz et ils portent des habits de line. Leur territoire
produit du bl et de l'orge, mais ce sont les dattes qui for-
ment la base de leur nourriture; les chevaux, les chameaux
et les moutons constituent eu grande parties leur richesse.
Troisime journe. On arrive An-el-Bere don't
les habitants, qui ne possdent ni crales, ni terres propres
au labour, vivent seulement'de dattes et du lait de leurs bre-
bis.
Quatrime journe. La caravane se repose le soir
An-el-Biodh (fontaine des blancs). Les gens de cette contre
ont le teint color de rouge (ahmnar); leur principal nourri-
ture est le fruit du dattier et le lait des brebis; leur richesse
consiste en chevaux, en chameaux et en troupeaux de btes
laine. Habitants d'une terre inculte. ile ne rcoltent point de
de crales; c'est pourquoi ils se procurent, prix d'argent,
du bl et de forge. Ils sont pleins d'affabilit, de politesse pour
le voyageur, et se montrent heureux de jouir de sa pr-
sence.
Cinquime jou-ne. On arrive Ouargla, grand et
beau canton don't les habitants sont presque tous agriculteurs.
Aussi, l'oeil dcouvre presque partout des champs cultivs,
des forts de palmiers et des vergers don't les arbres se couvrent
de toutes sorts de fruits, tels que figures, raisins, abricots,
etc.; on y trouve des lgumes de toute espce, le navet, le
chou, etc.
Sixime journe. De Ouargla, on se dirige vers An-
el-Hadjar (la fontaine des pierres, Pierrefont). Tous les gens
de cette bourgade vivent dans l'aisance : leur fortune consiste
en chevaux, en moutons et en chameaux. Ils sment du bl
et de l'orge; mais il est vrai de dire qu'ils consomment plus
de dattes que de crales.


-9; -







Septiime journe. La caravan fait halte El-GuelA
(le fort). Ici les habitants ont le teint basan et sont vtus de
laine. C'est un district peu considerable, mais l'aisance y rgne
gnralement, parce que le bl, les dates, les fruits et les lgu-
mes y abondent. A El-Gucld, l'tranger est sr de recevoir-un
accueil cordial.
R-EMARQUE. a Notre voyageur n'a mis que deux jours de
Ouargla EI-Guel. Or, M. Carette compt e de 70 75 lieues
entire ces deux points; MM. Max et Renou donnent 80 lieues;
mais, d'aprs les renseignements recueillis par le capitaine Se-
rola, directeur du bureau arabe Biskra, il y aurait quatre
jours de march pour une caravane, ce ferait au moins qua-
rante-cinq lieues, distance encore double de celle qu'on peut
dduire de l'itinraire que nous traduisons.
litiiime, neuvime et dixime journe. On quite
El-Gucl et, aprs trois journes de march au milieu de tri-
bus nomades (rehhala) et sans habitations fixes, on s'arrte
Ad-el-Himar (la fontaine de l'ne). Les Arabes de cette petite
Oasis, o l'eau abonde, sont tous adonns au travail de la
terre; leurs jardins et leurs forts de palmiers sont sillonns
,par des canaux d'irrigation (souagui). Le froment, de prf-
rence l'orge, ainsi que le fruit du dattier forment leur nour-
riture habituelle. La race ovine, le cheval et le chameau sont
la richesse du pays; les plants qu'on trouve sur ce sol sont
le clih (artemisia judaca), le alqouf (le tabsi de Niviani)
et le halfa (espce de jonc) (stipa tenacissima Linn).
Ouzimie journe. On va bivouaquer prs de Bir-
Khanfouss (le puits des bousiers). Les gens de cette localii
ont la peau cuivre; ils ne sment ni bl, ni orge, mais ils se
nourrissent avec des dattes, du lait de chamelle et du lait de
brebis. Ils possdent d'immenses troupeaux de moutons et de
chameaux; leurs chevaux sont d'une belle race. La popula-
tion de Bir-Khanfouss mne une vie errante.
REMARQUE. C'est Bir-Khnafsa qu'il faut lire suivant la
pronunciation des gens du piys; mais alors la signification
ne serait plus la mme, puisque les Khnafsa sont une tribu
nomade de Touat, qui compete un grand nombre de prpri-
ts dans le district de Gourara. Ce renseignemant nou,'1 t
fourni p:r le capitaine Sroka.
Douziere jmorne. Ain-cl-lHezm (la fontaink de l
ceinture). Ici encore on ne rencontre que des Arabes an





94 -
teint lriiii,/'-, qui ne connaissent d'autre nourriture que la
date, le lait de brebis et le lait de chamelle. Oa .voit dans ce
pays dles chevaux d'une finesse remarquable. L'tranger v
reoit un accueil hospitalier.
Treizime jourite. On centre, le soir du treizime
jour, dans un bourg considerable, qui tire son nom de la
zaoua de Sidi-Mohammed-R'andouz ou Gandouz. Cette zaoua,
aujourd'hui inhabite, n'est, proprement parler, qu'une
koubba (oratoire), place sur un mamelon de sable. Les habi-
tants de l'endroit ont le teint rouge. Ils ne rcoltent, en fait
de crales, que du froment, et ne se nourrissent gures que
de lait et de dates. Le cheval, le chameau ainsi que les mou-
tons sont assez rares chez eux, mais ils se livrent avec acti-
vit au commerce.
Quatorzime journe. On arrive An-cl-Hima. Ses
habitants, la figure bronze, migrent sans cesse d'Oasis en
Oasis; ils n'ont ni champs ensemencs, ni jardins cultivs,
et possdent pour tout bien des troupeaux de chameaux et de
moutons. Naturellement cavaliers, ils passent leur vie errer.
Les dates et le lait de brebis suffisent leur nourriture.
- Quinzime journe. On met pied terre Tabal-
qouze, village important, riche en palmeraies, en jardins po-
tagers et en vergers. Ici come ailleurs, le mouton, le cha-
meau et le cheval constituent la richesse essentielle du pays.
Les indignes ont le teint color de rouge; ils sont pleins de
probit et font beaucoup de commerce.
REMARQUE. C'est probablement Taberkouze, qui n'est
plus qu'un lieu d'emmagasinement pour les Nharza et o l'on
voit trs peu de palmiers.
Seizimne journe. On arrive Touat, viile consid-
rable et centre d'un grand commerce. Le.vaste territoire de
son district est couvert de champs de bl et d'orge. On re-
marque ici, comme dans la localit prcdente, que la teinte
rouge domine sur la peau des visages. Touat, ce qu'il pa-
rait, est sous la dpendance du Maroc. Les Juifs, qui y sont
en. grand nombre, y competent plusieurs synagogues.
REMARQUE. C'est une indication qui n'en est pas une.
Le Touat est une region gale en longueur la province -de
Constantine et qui comprend au moins 300 villages. Le capi-
tain' Sroka a les noms de 250 de ces groups de population.
Les gens du pays dissent qu'une jument qui serait saillie au







Vittlag le plus septentrional pourrait (en se dirigeaiil .e
Ib Sud, coucher chaque jour dans un village et mettrait bas
en arrivant au plus mridional. D
Dix-seplinnc journe. Le caravane s'arrte au petit
bourg de Timimoune. Les habitants ont la peau rouge; pres-
que dnus de resources, ils ne possdent ni jardins, ni
troupeaux et sont obligs de tirer de Touat et de plusieurs
autres localits la majeure parties dle leur alimentation.
Dix-huitime journe. Le soir du dix-huitime jour
on entire h D)eldoul. On est heureux de trouver dans cette
petite Oasis des gens pleins de franchise, trs hospitaliers,
qui traitent l'tranger avec distinction et lui fournissent,
sans arrire-pense, tous les renseignements don't il a besoin.
Le sol de Deldoul produit du hl et de l'orge, et nourrit des
troupeaux de chevaux et de chameaux, une des principles
richesses de la contre. On y voit de nombreux vergers, o
abondent la figue, l'abricot, la grenade et presque tous les
fruits. L'eau, que la nature y prodigue, entretient la frai-
cheur et la fertilil dans les jardins potagers, o croissent
toule espce de lgumes.
Dix-neuvime journe. De Deldoul, on march jus-
qu'au puits des Oulad-Mahmoud. La tribu qui done son
nom cette localit ne possde ni champs, ni jardins. Met-
tant toute leur fortune dans les moutons, les chevaux et les
chameaux, les Oulad-Mahmnoud passent leur vie sur la croupe
de leurs coursiers.
Vingtime journe. On campe prs d'une bourgade
appele Kartsine ou Kartine. Les habitants ont le visage for-
tement basan: ils partagent leurs soins entire la culture des
crales et l'entretien de leurs jardins. Les moutons, les che-
vaux et les chameaux constituent pour eux un revenue con-
sidrable. Les seules plants qui se rencontrent dans la cam-
pagne sont le chih (artemisiajudaca), le gon::ah et 'at-
qouf ou tigoufpet (le tabsi de Viviani).
nREMAiOQUE. On ne connait plus le village de Kartine: en
partant de Bir-Oulad-Mahmoud, la route qui conduit El-
Asboue, s'appelle Tineteratinc.
Vinngt-ut-nime journe. El-Asboue (les lions), o
s'arrte le voyageur, renferme une population qui rcolte peu
de crales et beaucoup de lgumes. Il ne s'y faith aucun com-
merce. Les habitants ont le teint basan.






ViUil-liil'ne journe. Nos ,il'silva;iinn sur Timrni
sent idenliquement celles que nous venons de faire sur El-
Asboue.
REMARQUE. < Encore une indication vague. come n'en
donnent que trop souvent les auteurs arabes. Timmi est une
circonscription qui compete vingt-qluatre sillages; le chef-lieu
est IHadrar.
Vingt-troisime journe. Ain-Roukne. Auprs de
cette fontaine sont venus dresser leurs tentes des Arabes no-
mades qui ne labourent pas le sol et n'ont pas de jardins.
Tout ce qu'ils possdent se rduit des trou!ieaix de che-
vaux et de chameaux. Leur vie se passe, pour ainsi dire, i
dos de cheval.
REMARQUE. C'est probablement Beni-Rekne, grande cir-
conscription o l'on compete six villages.
Vingl-qVatrime journe. En arrivant la zaoua
(chapelle) de Moule-Hib, on rencontre des'gens hospitaliers,
simples et bons. Le rouge domine dans leur teint. Cette oasis
est assez vaste puisqu'elle n'a pas moins de trois miles na
longueur et en larger Le commerce qui s'y fait peut tre
regard comme- important. Les crales, les fruits et les l-
gumes y abondent. Les habitants ont beaucoup de chameaux:
mais peu d'entre eux possdent des chevaux.
REMARQUE. Le nom vritable est Zaoua Moule-Haha.
Vingi-cinquieme journe. On arrive Tidikeult. Les
habitants de ce petit bourg sont de braves, gens qui se mon-
trent heureux de recevoir l'tranger seus leur toit. Peu riches
en troupeaux et en crales, ils n'ont que des jardins pour
fournir leur subsistence.
REMARQUE. Ce renseignement laisse dsirer. Il y a plus
de cinquante villages dans la province de Tidikeult.
I'itilt-i.rilmc journe. Il faut s'arrter au pied du
-mont Tanozroft; l, les habitants ont la peau assez colore.
Ils rcoltent du bl, de l'orge, des fves et des pois-chiches
(hnumi.ss). Les chameaux, les moutons et les chevaux ap-
portent Tanazroft un rnieuii ri-iiisi.lralilc. Les plants qui y
poussent sans culture sont le cii'.,i et l'a:qnuft. Aprs avoir
quitll la montagne don't nous venons de parler, on se trouve
bientl en face d'un immense dsert que l'on ne traversera
qu'en \inigt-qualre journes. C'est un vrilalile ocan de
sable, o l'oeil ne dcouvre 'ni arbre, ni pierres, ni crralnrr







humaine. Durant ce long el pnible Irajel on ne rencontre
l'eau que trois Ibis. Le ch/iiCh est la seule plate qui ronmpe la
monotonie du sol.
Au sortir du desert, on arrive l'ancienne oasis de Tindi-
,il, qui n'est plus qu un puits. Les habitants de l'endroit out le
teint brl par le soleil: leurs vtemenls sont cnl laine. Le bl
et le riz formeint la parties essentielle de leurI nourriture. Ils sont
riches ei chevaux, en clhameaux et en btes line. Spars
du rest des huminis par deux mers de sable, ils accueillent
avec un enlliresseiinli ilndicille le vo( ageuir qui se prsene.
A peiue a-t-oii perdlu dle vue cette terre hospitaliere, qu'on
'engage dans ui desert dle sept journes de longueur, dsert
sans eau et sans la moindre apparence de vgtation. Au sortir
de cIte solitude, on reinoiitre la premiere ville du pays des
ngres, Mabrouk, en lace de laquelle s'l'venit encore (les
ruines considrables, rests d'une anciene florleresse. C'est une
cit conmmertaante, riche et abondamment pourvue (le bl, (le
riz et d'arbres fruitiers ; qu;ant forge on nle l'v connail
gure. Les ngres de la conire parent des habits de colon ,
leurs iroupeaux n'an ail pas de toison, pour ainsi dire. )Dans
ce,district d'une fertilit prodigieuse, le colon aussi bien qlue
les lguimes, posse sans culture. Quand on en a besoini, ou
n'a qu' sortir de la Nille pour vn laire provision dans les
champs.
nI:EI.uILoUI. a Voi(i cotllment, daprl)rs es renseignemnents
obtenus par le capitaine Sroka se divise la role d'Akabli,
pointe sud du Touat, i, Marouk :
D'Akabli Ghalba,
I)e Ghala hi Tinaa ,
I)e Tintnaa liartlki,
De ilt'l.i i a M1equirdin,
Deux tapes sans dsignatinu, puis Ouaillie.
Total : d'Akabli Ouailiie 7 journes.
D'siiillinii. a Oumi-gheuiine, galenient sept joiurnes.
La route est 1'p'l."'1.e par ce qu'on appelle l'Oued-Meni-
damina, qui est trois jours d'Ouallne et h quatre jours
d'Oum-giieun;ine. Entre i Oleid-Meiidanna et Oiiin-glicunue
rgne un plateau it:~re\ : c'est la miontagne dite dle Tanez-
rolf. D'Oni-ghieuiliai a Mabroiik on compete cinq journes,
ce qui done d'Akahli a Mibrouk, en tout, dix-neuf journes,
- soit 288 lieues, conueiie siur la carte de Bru. Richardson





98 -
indique seize journes de march, soit 192 lieues. Prax et
Itenou nii.rl"iIrit l-20ii lieues : mais M. Jomard (voyage de
Cailli) descend jusqu'au chiffre de 180. Par la comparison
de ces divers rsultats il resterait dmontr que notre voyageur
fit parties d'une caravan qui ne s'avanait que lentement et
subdivisait quelquefois les tapes.
A la lisire du territoire de Mabrouk s'ouvre un autre
desert aride et sans eau, qu'on traverse en une semaine pour
arriver Bir-bou-chebiah, qui est le magasin de la tribu des
Kounta.
Les habitants de cette oasis sont bons, hospitaliers: ils ont
de la probit et de la bonne foi, et passent pour Marabouts.
Le pays est riche en bl et en riz, en fruits et en lgumes de
toute sorte : aussi le bien-tre rgne-t-il gnralement dans
les families. La ville est entoure d'une ceinture de jardins
o de nombreux canaux d'irrigation font pousser presque sans.
culture les fruits, les lgumes et le cotonnier.
On a encore une journ e de march pour atteindre la
chapelle dite Zaoiet Sidil-Mokhtar, qui n'est proprement
parler qu'une station. Le marabout qui y rside, est un per-
sonnage qui ne manque pas de finesse, brave homme au de-
meurant et faisant chacun bon accueil.
To.M IcTorU. De cette zaoua Tombouctou, il n'y a
qu'une journe. Tomboucton, grande et belle ville, de quatre
miles de longueur et d'une larger quivalente, est la rsi-
dence du chef de l'Etat. Elle a le monopole du commerce de
la contre, et il s'y tient tous les jours un march o viennent
s'approvisionnier quantit le villes environnantes. Dans le pays,
tous les individus, mme le maitre du pouvoir, portent des
vM!em! nts de cotonnade. Le sol produit en abundance di bl,
diu riz, des haricots et des fves. Les Toinbouctiens obissent
actuellement une femme nomme Nanabir, qui s'est uuie
son cousin par les liens du marriage.
DJENNY. A peu de distance de Tombouctou, on s'embarque
sur le Niger, et au bout de dix jours on pntre dans une ville
connue sous le nom de Djenny ou Jenny, residence du gou-
vernear du district. Le Niger est une rivire peu profonde;
les barques qui sillonnent son course sont trs-petites, sans
voiles, et ne se mantuvrent qu' force de rames.
BIA:1iB A. Pour aller de Djenny Bambara, on voyage six
jours encore sur le Niger et puis vingt jours par terre. Bam-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs