• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Front Matter
 Preface
 Christophe Colomb
 Colonisation de L'Amérique
 Indépendance Américaine
 Conclusion
 Développement National Des...
 Fondation Du Parti Républicain
 M. Théodore Roosevelt
 Haïti
 Indépendance D'Haïti
 Les Gouvernements Haïtiens
 La Polotique Haïtienne
 Les Besoins Et Les Intérèts...
 Haïti N'a Rien À Craindre De M....
 Appendice
 Appendice
 Table Des Matieres














Group Title: M. Roosevelt, président des états-Unis et la République d'Haïti
Title: M. Roosevelt, président des États-Unis et la République d'Haïti
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094092/00001
 Material Information
Title: M. Roosevelt, président des États-Unis et la République d'Haïti
Physical Description: x, 501 p. : front. (port.) ; 19 cm.
Language: French
Creator: Firmin, Joseph-Anténor, 1850-1911
Publisher: (multiple)
Hamilton Bank Note Engraving and Printing Company
F. Pichon et Durand-Auzias
Place of Publication: New York
Paris
Publication Date: 1905
 Subjects
Subject: Foreign relations -- Haiti -- United States   ( lcsh )
Foreign relations -- United States -- Haiti   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par A. Firmin.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094092
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 02080321
lccn - 06000026

Downloads

This item has the following downloads:

Firmin Mr Roosevelt ( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Title Page
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
    Preface
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Christophe Colomb
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Colonisation de L'Amérique
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Indépendance Américaine
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    Conclusion
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
    Développement National Des États-Unis
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Fondation Du Parti Républicain
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
    M. Théodore Roosevelt
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
    Haïti
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
    Indépendance D'Haïti
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
    Les Gouvernements Haïtiens
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
    La Polotique Haïtienne
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
    Les Besoins Et Les Intérèts D'Haïti
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
    Haïti N'a Rien À Craindre De M. Roosevelt
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
    Appendice
        Page 497
        Page 498
    Appendice
        Page 499
        Page 500
        Page 501
    Table Des Matieres
        Page 502
Full Text




M. ROOSEVELT

PRESIDENT DES TATS-UNIS


ET


LA RPUBLIQUE D'HATI








PAR

A. FIRMIN
Antciei Secrtaire d'Ettat, des Finances et du Commerce, Ancien h'inistre
d'laiti en France, Officier de l'Instruction P]'blique, Officier
de la Lgion d'Honneir, etc.


1P.cv L)Ort
HAMILTON 13ANK NOTE
ENGRAVISNi ANI) PIuNTNiN
Coo i STREE
8S &1 io GOLD STR`EFT


paris
F. PICION ET DURAND-AUZIAS
Librairie du Conseil d'EItat et
de la Socit de Lgislation
Co)mpare
zo RUE SOUFFLOT 20


1905


Tous Droits Rservs











































r

































































41 licht *bel
SO.N, EXCELLENCE M. ANTNOIFIRMl1Nl,.
4 .





















Firmin, Joseph-Antnor, 1850-1911.

M. Roosevelt, president des Etats-Unis et la Rpublique
d'Hati/ par A. Firmin. New York, Hamilton Bank Note
Engraving and Printing Company ; Paris, F. Pichon et Durand-
Auzias, 1905.

x, 501 p. front. (port.) 19 cm.

Roosevelt, Theodore, 1858-1919.
Hati --Relations extrieures -- tats-Unis
tats-Unis --Relations extrieures Hati
Hati Politique et gouvernement --1844-1934

Haiti --Foreign relations --United States.
United States --Foreign relations --Haiti.
Haiti --Politics and government --1844-1934.













PRFACE


EN annonant, en septembre dernier, la pr.I haine ap-
parition dc Monsieur Roosevelt, prsidenit des Etats-
Unis, et la Rpublique d'Hati, je n'avais l'ide
que la composition d'un opuscule o ne se trouveraient
exposes que d'une faon courte mes penses et mes
convictions sur la question amricaine, telle qu'elle s'est
pose pour Hati, depuis qu'on s'est plu voir dans l'a-
vnement du nouvel hte de la Maison Blanche une
menace pour notre autonomie national. En une ving-
taine de pages, tout cela pourrait tre dit assez clairement
pour me faire comprendre. Certainement. Mais il fau-
drait alors attendre du lecteur qu'il se rapporte, de con-
fiance, une conclusion don't il ignorerait les prmisses.
Ce serait dogmatiser en une affaire o les intrts de
chaque Hatien sont ce point engags que c'est un droit
et un devoir pour tous d'avoir une vue complete de la
matire, afin de pouvoir contrler avec une pleine intelli-
gence l'opinion qu'on essaie de lui suggrer. Aussi est-ce
en face de cette rflexion que je me suis mis turner
et retourner ma conception, turner et retourner des
pages, et surtout stimuler ma mmoire, en l'absence





Prface


d'une bonne bibliothque qu'il ne faut pas chercher
Saint Thomas. De l est sorti ce volume.
J'ai fait de mon mieux; mais j'ai le clair sentiment qu'on
pourrait faire mieux. Que ceux qui auront' la bien-
veillance de m ie ne me tiennent donr nas r-iiir-
mais qu'ils passent sur mes erreurs et sur mes fautes. 11
semble que c'est dans ma destine d'crire des livres im-
proviss. J'en gmirais si j'ambitionnais la gloire de
computer parmi les grands crivains et d'imprimer mes
reuvres le sceau de limmortalit: mais je n'ai jamais eu
de telles aspirations, si prtentieuses et si futiles, en un
temps of tout se ir.le la minute, chaque jour compor-
tant une histoire mondiale plus varie et plus objective
que celle qu'offraient des sicles entiers dans les priodes
recules du pass. Ce quoi il faut viser aniiiiil'ul.
c'est au rsultat du jour: Carpe diem! on pourrait rp-
ter, avec Horace, en attachant aux mots une valeur phi-
losophique plus srieuse que n'y mettait l'aimable picu-
rien. Ecrit ainsi, un livre devient une action: le mien
en est une. Incorrect parfois, faible en plus d'un endroit,
mais jamais mensonger et toujours sincre, frapp au
coin d'un rel patriotism, tel je le prsente, comme un
acte de foi dans l'avenir d'Hati, la Rpublique noire.
Les Haitiens ne connaissent pas assez les Amricains.
Cette negligence d'i-iiilii-r l'histoire, la vie et les insti-
fiiiLi-. d'un grand people avec lequel nous avons tant
de( points de contact, matriels et moraux, constitute nei
e.rave lacune et mme nu danger, qu'il faut combler ou
onijurer au Ipls tt. C'est dans ce but que je me suis





Prface v

complu, peut-tre trop longuement, faire drouler cette
histoire, dans ses grades lignes sociologiques, aux yeux
et l'esprit de mes concitoyens. Je ne veux point le dis-
simuler: il y a eu dans mon choix d'un tel plan non
seulement le besoin de fair connatre ce quest l'Am-
ricain, en montratit d'o il vient, mais aussi le dsir de
faire saisir comment un people se rend digne de la liberty
et de l'-,;.ijlit en y mettant une nergie constant con-
qurir l'une et l'autre, sous l'empire d'une raison clai-
re, y voyant la source de tout bien-tre social et de tout
progrs. J'avoue qu'en me plongeant dans cette atmos-
lir,. saine et vivifiante de l'histoire amricaine, j'ai eu
plus d'une motion patriotique capable de rl.iiircr l'es-
prit le moins .,-1i pltiibc d'iimpulsions librales; et je sou-
haite de tout mon ceur et de toute mon me que la mme
impression se produise sur mes lecteurs hatiens, qui
va tout naturellement ma pense de patriote.
Hati, toute modest et reprochable qu'elle est, vaut
sans doute mieux que le ddain gratuit et les calomnies
r,'-.'uivre; don't elle est si souvent l'objet. J'ai fait mes
efforts pour la montrer tell qu'elle est, dans son incom-
parabl beaut, dans ses incontestables resources, dans
sa srieuse valeur 'Lr:i.liiiii,. au pri'"t d ie vue es in-
trts amricains dans le canal de Panama, et dans la
vitalit de son jeune peiil'. Ai-je russi? Je l'ignore;
mais combien ne serais-je pas heureux de penser que
l'attention du monde civilis pourrait tre tourne vers
mon pays dans une attitude de consideration et de sym-
pathie qu'il mrite tant de titres!





Prface


Heureux. dit-on, sont les peuples qui n'ont pas d'his-
toire. Il semblerait, de l, qu'il vaudrait mieux continue
vivre dans une ternelle pnombre et n'attirer aucune
lumire indiscrte sur notre existence national. Plu-
sieurs le disent, avec plus ou moins d'arrire-pense; et
ceux-l s'indignent toutes les fois qu'on provoque sur
Hati le regard scrutateur de l'tranger. Ils pil reit
mourir dans le silence, plutt que de crier leurs maux,
dans le but d'y trouver un remde. Ils raisonnent come
Joseph de Maistre, lequel a crit ce prcepte: Expressa
nocCent non expressa non nocent. Il y a une infinit de
choses vraies et justes qui ne doivent pas tre Ihtii et en-
core moins crites. Mais qu'tait-ce que de M.ii-iri.?
Le prconisateur endiabl de l'obscurantisme, le logicien
paradoxal d'une philosophie politique propre ramener
l'humanit voir dans le despotisme, les privileges de
classes et les exactions de toute couleur, l'ordre natural des
choses d'ici-bas. Je ne m'y suis donc pas arrt; et j'ai
crit toutes les vrits assainissantes, clairantes, indis-
pensables entendre pour qu'on se dtourne dles habi-
tudes d'esprit 'aiiRi.l'h ni-llt hostiles notre volution de
people organis.
Ces considerations sur notre histoire, dvoilant les
maux don't notre organisme national est afflig et don't
l'influence pernicieuse paralyse si malheureusement notre
dveloppement conomique, politique et social, taient n-
cessaires pour convaincre ceux qui ne croient point la
possibility de notre amlioration, parce qu'ils pensent que
notre tat actuel est le rsultat d'une espce de fatality






Prface


physiologique indfinissable, mais qu'on appelle infrio-
rit (le la race. La thorie des races infrieures est cer-
tainement frappe mort avec la subite et renversante
rvlation des minentes aptitudes des Japonais; mais les
entts de la doctrine de l'ingalit les races humaines ne
manqueront pas d'essayer bientt de faire passer les Japo-
nais pour des blancs allophylles, sinon pour un people de
race blanche d'Asie, come seraient d'aprs eux les an-
ciens gyptiens Dans tous les cas, les ngres ayant
toujours t considrs comme le type le plus abject de
notre espce, absolument incapable d'un haut dveloppe-
ment intellectual et moral, tout le temps qu'on ne fera pas
toucher du doigt, pour ainsi dire, les causes de notre
stagnation national, il faudra invitablement s'attendre
la conclusion qu'elle est due l'ifperfectibilit de notre
race. Une telle conclusion autorise contre nous toutes
les prtentions et sanctionne toutes les injustices notre
gard. C'est par elle que nous voyons tant d'hommes
connus pour leur bon sens et leur libralisme, tel un Pierre
Leroy-Beaulieu, ne point se faire un cas de conscience
de persuader implicitement les Amricains de nous ef-
facer de la carte des tats indpendants, ou l'amiable
ou par la force.
Quoi qu'on fasse, qu'on en parle tout haut ou qu'on
veuille la voiler en des subtilits sournoises, la question
de race domine fatalement le problme de la destine
d'Hati. Tout le temps que les noirs continueront tre
un objet de mpris par d'autres homes, oi blancs on
jaunes, Hati ne sera jamais prise au srieux; et la pire





Prface


des choses serait le fait abominable que ce ft parmi les
Hatiens mmes que l'tranger trouverait l'exemple de
ces distinctions absurdes et .i-ril-.,; don't il se moque
on s'apitoie, mais qui ne sauraient lui inspire aucun
sentiment de respect pour le ngre ni d'estime pour le
multre. Et, pourtant, un pays indpendant est, dans
le cercle des nations, come un homme dans le cercle
de la socit o il vit: l'un et l'autre ne peuvent voluer
ou grandir qu'en jouissant (le la consideration de ceux
qui les entourent.
Il est certain que si Hati, se dpouillant de toutes les
tares traditionnelles qui la font se butter mille obstacles,
toutes les fois qu'elle essaie d'aller de l'avant, progres-
sait d'une faon normal et se sentait estime et respecte
au dehors malgr sa faiblesse, nous n'aurions point cette
inquitude dprimante don't on est si souvent agit au
sujet de notre indpendance national. Nous ne serons
l'abri de ces craintes im.il'iili' -, que lorsque, par notre
conduit raisonnable, nous aurons acquis la conviction
que le inonde civilis voit en nous un people .!!i.,: de
continue sa carrire civilisatrice. Car lorsqu'en ce cas
une puissance quelconque aura un intrt srieux d-
battre avec nous, elle y mettra la forme et la conscience
don't elle use avec tout pays en pleine possession de sa
souverainet. Nous n'aurons nous |ir,,iciiupri que
d'tre corrects, c'est--dire avoir le droit de notre ct,
dans nos relations internationales, pour nous sentir en
scurit. ?.l:is un tel degr d'assurance en soi-mme ne
sera obtenu par Hati qu'avec la pleine conscience (le sa






Prface


destine, c'est--dire de l'idal, du but qu'elle a attein-
dre, en tant que nation indpendante. Aucun people, pas
plus qu'aucun individu, ne peut vivre, progresser, monter
avec une ardeur soutenue dans les voies de la civilisa-
tion, s'il n'a point un but, un idal qui l'attire, travers
toutes les pripties de son existence. Pour l'homme ce
but est d'ordinaire plus vident, plus net, dans la pr-
cision de la volont individuelle; pour les nations, il est
parfois voil en des formes imprcises; mais il existe
toujours et agit imprieusement, comme le magntisme
terrestre imprimant une direction irresistible l'aiguille
aimante, malgr le brouillard qui cache, l'horizon, le
point d'orientation. Cet idal, pour Hati, c'est l'effort
sublime d'un petit people en vue de la rehabilitation de
toute une race d'hommes, effort si noble et si digne que
chacun de ceux qui y participent pourrait, just titre,
se considrer come un aptre. Edmond Paul, don't je
ne cesserai de glorifier le nom, le sentait admirablement,
lorsqu'il crivit ces magnifiques paroles:
Ainsi, en rsum, quand l'esclave de l'habitation
Brda eut brandi le casque et group autour de lui tous
les ngres pars, qui venaient de briser leurs chanes, il
personnifiait la premiere pope militaire de la vieille
Saint-Domingue, et de ce jour notre nation datait.
A cette nation, il fallait un but.
Ce fut celui de prouver l'aptitude de toute la race
noire la civilisation qui fut pos. But puissant, gigan-
tesque, capable de dvorer des gnrations; toutefois
digne de contenir et d'exercer notre activity!







Prface


Si nous n'avons pas un meilleur rang; si nous ne
sommes pas en meilleure posture, parmi les nations civi-
lises; si nous sommes rduits baisser la tte et trem-
bler pour notre lendemain, au lieu de nous montrer fiers
et calmes, c'est que nous avons tourn le dos au but puis-
sant, qui serait notre force, qui donnerait une orientation
l'me national que nous sentons confusment, en d-
rive. Nous pouvons heureusement nous reliever de cette
prostration lamentable, en nous convainquant de tout le
mal que nous a caus une politique impie et dbilitante;
et ce serait un nouveau mrite pour M. Roosevelt si sa
belle et saine nergie, aprs nous avoir inspir une peur
salutaire, nous faisait retrouver enfin la voie depuis long-
temps abandonne de notre destine national.
A. FIRMIN.
SAINT THOMAS, 19 Mars i905.












M. ROOSEVELT,
PRESIDENT DES TATS UNIS, ET
LA RPUBLIQUE D'HATI


CHRISTOPHE COLOMB

L.A destine des homes et des choses est un problme
obsdant qui fera toujours le dsespoir de la pense et de
l'intelligence, dans leurs efforts et leurs tentatives de
dcouvrir les ralits de l'avenir. Nous sommes lancs
come dans l'inconnu, au milieu du monde don't les di-
mensions gigantesques, l'ordonnance et la beaut harmo-
nique crasent notrc imagination et nous suggrent mille
hypothses, don't celles qui paraissent les plus absurdes
sont peut-tre appeles se raliser dans les plus splen-
dides proportions.
C'est ainsi que, vers le milieu du quinzime sicle,
aux confins du moyen ge, aprs les dcouvertes en
Occident, de la poudre canon, de la boussole magn-
tique et surtout de l'imprimerie, si quelqu'un et os
mettre la supposition de voir en moins de cinq cents
ans une.des plus grandes puissances de la terre-au
point de vue de la force, de la richesse, de intelligence





2 M. Rooscvelt, Prsident des tats-Lfnis,

et de la civilisation -tre tablie et prosprer, presque
aux antipodes des grades contres de :'l'-ii"r, l'esprit
le plus -i'";:. le plus ouvert et le plus liberal, resterait
incrdule, se moquant d'une hypothse absolument illo-
gique, tant donne l'ignorance dans laquelle on tait
des particularits .,~.lr'iril.l les plus saillantes de
notre plante. Ti. '-j. existait un home illumin
par la foi et le gnie, appel merveiller son temps
par la plus glorieuse des dcouvertes. Je nomme Chris-
tophe Colomb!
Le grand navigateur tait n Gnes vers 1435.
Comme la plupart des hommes don't l'iin:.illg,.'_i. sup-
rieure sort dle l'ordinaire et brille come un phare, la
lumire duquel T l'lumi.-n:ij se guide dans la voie du pro-
grs et de la vrit, Colomb avait appris peu de choses
l'cole; mais il a t toute sa vie un tudiant assidu
et avait russi meubler son esprit d'un fonds consid-
rable de connaissances.
Vers l'age de trente-cinq ans, en 1470, il vint rsider
au Pirtuv,il o se trouvait alors le centre des entreprises
maritimes de l'Europe. Dans l'intervalle de ses voyages
il tudiait librement, en vrai autodidacte, toutes les bran-
ches des sciences cultives cette poque et don't il tait
galement curieux. Pour supplier ses moyens d'exis-
tence, il faisait ou refaisait des cartes gographiques et
des cartes marines qu'il vendait un bon prix.
Il se jeta surtout avec ardeur dans les recherches sp-
culatives de l'poque sur la voie la plus court pour navi-
guer vers les Indes. Joignant ses experiences maritimes





et la Rpublique d'Hati


les tudes srieuses qu'il fit des anciens gographes grecs,
des gographes arabes et de ses contemporains, il se con-
vainquit qu'il y avait des terres au del des nmers occi-
dentales de l'Europe et qu'il croyait tre les ctes orien-
tales de l'Asie. Sa correspondence scientifique avec le
savant Italien, Paul del Pozzo Toscanelli, l'affermit dans
ses ides qui le dominrent exclusivement et devinrent
sa plus profonde conviction et l'idal la ralisation du-
quel devait se dvouer toute sa vie. Chaque jour aug-
mentait cette conviction, par de nouvelles lumires que
lui apportaient les informations successives des marines
ou l'observation de faits significatifs tels, par example,
que des troncs de pins apports l'le de Madre par
les courants occidentaux et les cadavres de deux hom-
mes don't les traits et les vtements indiquaient qu'ils n'ap-
partenaient aucune des nations europennes.
Mais il lui manquait les moyens indispensables la
ralisation de son project d'aller la recherche de cette
terre occidentale, qui tait devenue pour lui la plus ob-
sdante, mais la plus attrayante des visions.
Il s'adressa d'abord au gouvernement de sa patrie, dans
un double sentiment de dlicatesse et de patriotism.
Il sentait que nul autre n'tait mieux qualifi pour lui
venir en aide et qu' nul pays il n'et dsir plus ardem-
ment la gloire d'avoir pris une initiative digne d'im-
mortaliser un people. Mais la Rpublique de Gnes,
que Louis XI avait donne au diable en 1464, cause
de sa turbulence et de sa paillardise national, ayant
subi, en 1475, l'invasion des Turcs ottomans, qui la






4 M. Roosev'elt, Prsident des tats-Cnis,

dpouillrent de ses comptoirs, ne pouvait gure offrir
les resources que rclamait l'entreprise. Il en essuya
un refus qui l'obligea se tourner vers Venise, l'an-
cienne rival de sa patric, alors une des premires puis-
sances de l'Europe et qui s'appelait elle-mme la Domi-
nante Venise, come l'Autriche, un sicle plus tard,
prenait pour devise les cinq voyelles A. E. I. O. U. signi-
fiant: Austriae est im'perare orbi unie'crso. Mais Colomb
n'obtint pas un meilleur rsultat. Il s'adressa, aprs cela,
au roi Jean II de Portugal, qui le renvoyait, de dlai en
dlai, une poque qui ne vint jamais, tandis qu'il tait
soumis toutes les vexations. Le souverain portugais
tenta mme de le dshonorer, en faisant un usage dplac
des donnes qui lui taient fournies par l'immortel Gnois
l'appui de sa thorie. 11 essaya alors d'obtenir le con-
cours de I-Henry VII d'Angleterre: mais il n'en reut
qu'un brutal refus.
C'est alors senlement qu'il tourna son espoir vers la
court d'Espagne oi rgnaient Ferdinand V et la reine
Isabelle. C'tait malheureusement un moment o l'Es-
pagne, engage dans la guerre contre les Maures, la-
quelle absorbait l'esprit des souverains et de la nation,
voyait son trsor public puis et les forces du pays
profondment affaiblies. Malgr la meilleure volont,
il fallait attendre que la situation se ft amliore. Co-
lomb le comprit. Il attendit durant sept ans une r-
ponse favorable, qui ne lui vint que sous la forme d'une
promesse que les souverains espagnols accepteraient de
patronner son entreprise, aprs la fin de la guerre.





et la Rpublique d'Haiti


Cela lui part tellement alatoire qu'il y vit un refus
honnte et se dcida se diriger vers la France, en
qute de l'appui don't il avait l'imprieux besoin. Voya-
geant pied, il s'arrta au monastre de Sainte Marie
de Rabida, prs de Palos, pour visiter le Prieur, Juan
Perez de Marclena, qui l'avait amicalement accueilli,
lors de son arrive en Espagne. Ayant appris son in-
tention, le religieux lh tipersuada d'attendre qu'un nou-
vel effort pt tre fait en vue de gagner le gouverne-
ment espagnol son project. Le prieur, qui tait un
ancien confesseur (le la reine, aprs avoir hberg l'illus-
tre voyageur, partit pour la cour. Sa royale pnitente
lui accord immdiatement une entrevue, dans laquelle
il plaida si loquemment la cause du grand Dcouvreur,
qu'il russit faire rouvrir les negotiations, aid en cela
par d'minents personnages que Colomb avait dj in-
tresss son project.
La reine tait bien dispose en faveur de l'entreprise
don't elle saisit pleinement l'importance; mais le roi ne
l'envisageait qu'avec une froideur touchant de l'in-
diffrence. Les negotiations, don't l'issue n'tait pas
moindre que la destine du Nouveau Monde, faillirent
chouer, sur le conseil que donna au roi l'archevque de
Grenade, de ne pas accorder les titres et les dignits que
Colomb, qu'il traitait d'aventurier tranger, rclamait,
pour lui et ses hritiers, sur ces terres inconnues qu'il
allait rvler l'Europe, en donnant l'Espagne un re-
nom et une splendeur qu'elle ne pouvait alors concevoir,
mme en ses plus beaux rves de grandeur et de richesse.






6 M1. Roosevelt, Prsident des l1,i.:-.Vnis,

Mais cet aventurier de gnie avait aussi de puissants et
chaleureux dfenseurs dans cette mme cour espagnole.
Ils enflammrent le coeur d'Isabelle, qu'ils portrent au
plus haut enthousiasme. J'assumerai la r, -p.n.ililit
de l'entreprise pour ma propre couronne de Castille, ex-
clama-t-elle; et je suis prte mettre en gage mes
joyaux, pour en dfrayer les dpenses si les fonds du
trsor devaient se trouver insuffisants.
C'est l un des plus beaux traits de cette belle et
grande reine qui reste, dans l'histoire, come le plus
dlicieux ornement parmi les fastes de l'Espagne, pays
du Cid Canpador.
L'accord entire les souverains et l'immortel Colomb
fut sign le 17 avril 1492; et c'est de la petite rade de
Palos, en Andalousie, que partit une flotte de trois
vaisseaux qu'il faut nommer, car I'lt .:ir, doit consacrer
le nom de tout ce qui fut ml cette grande uvre de
,la dcouverte de l'Amrique. Le premier vaisseau tait
la Santa-Maria quatre mts, pont et long de quatre-
v.inut--li:. pieds; les deux autres, plus petits et non pon-
ts, se nommaient Pinta et .Nna.
Q ii.i. l les .:irl. a n.:ii du grand i: i.i. i r eurent
quitt l'archipel des Canaries, cinglant vers l'ouest, ils
eurent un frmissement supreme, en cessant de voir dans
les brumes du soir, la silhouette de la terre qu'ils
croyaient contempler pour la dernire fois. Lancs en
plein inconnu, tout tait pour eux un iijrt de nil.'ri.:-'.e
fr..-eur Le vent qui semblait donner des ailes aux vais-
seaux qu'il poussait irrrsit-ilklruiirit vers l'ouest, les alar-






et la Rpublique d'Haiii


mait, l'ide qu'ils ne pourraient jamais plus regagner
les ctes europennes; la variation de la boussole cause
par la translation d'une r. i n terrestre une autre o
la dclinaison de l'aiLuill- aimante tait autrement sen-
sible, les effrayait encore davantage. Mais Colomb tait
l, illumin par la science et raffermi par la foi; car il
y a lieu de noter que cet home l'esprit et au ceur
si hardis, croyait fermement en Dieu et pratiquait sin-
crement. Le jour de son dpart, il s'tait .-i.nifr'c et
avait reu le sacrement eucharistique, ainsi que tout l'-
quipage qui l'accompagnait.
Les marines, impatients de dcouvrir cette terre que
chaque couche paisse de nuages rasant l'horizon ne sem-
blait leur montrer que pour les dsabuser amrement,
un instant aprs, commencrent murmurer tout bas,
se plaignirent ouvertement, se mutinrent enfin, mena-
ant mme de lancer par-dessus bord le grand amiral, s'il
n'acceptait pas de virer le cap et d'orienter la flotte vers
l'est, pour les retourner leurs foyers domestiques. Ter-
rible alternative! Il fallait que Colomb rcn.jiict par-
faire son entreprise, qu'il sentait la veille du succs, ou
qu'il s'expost au pire des traitements. Il consentit
parlementer avec les mutins et obtint d'eux qu'ils lui con-
tinuassent leur obissance encore quelques jours, avec la
promesse de se ranger plus tard leur dsir de s'en
retourner.
La soire suivante, la brise de terre, charge des
effluves parfumes des fleurs tr,'.i'klLks. vint convaincre
les hommes dcourags et abattus que l'amiral seul avait





M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,


raison et que la terre si longtemps et si ardemment d-
sire n'tait pas bien c'l':i;ce Personne ne ferma l'oil
cette nuit-l. Silencieux et sav.iv. leur ri.'iril tait
tourn vers un point o avait brill une lumire, come
celle d'une torche porte par une main d'homme. Cette
pose des homes de mer dans l'attente de l'aube mati-
nale, qui devait les convaincre de la ralit ou dmon-
trer encore une fois leur illusion dcevante, dut offrir
un imposant tableau; elle voque la mmoire le beau
vers de Virgil'.. Kl'1 -i, iilt l'attitude des compagnons
d'ne, au rcit du chef qui rappelait des motions tout
aussi captivantes,
Conticuere omnes, intentique ora tenebant.
Avec les premiers rayons du jour, le vendredi 12 oc-
tobre 1492, un coup de canon part de la c.ir-i, Il,: de
l'amiral annona que la terre tait rellement en vue.
Le soleil levant fit dployer, aux regards charms des
marines adoucis et attendris, une .ianl le couverte de
forts luxuriantes, nonchalamment couche dans la mer
irise des null, couleurs que l'clat solaire y projetait
obliquement, de toutes parts. C'tait l'une des les des
Bahamas, la Guanahani des Indiens que Colomb baptisa
du nom de San Salvador.
Le Nouveau Monde tait dcouvert.
D'o vint Christophe Colomb la premiere ide, la
grande inspiration, qui illumina son esprit et le lana
dans les recherches qui devaient aboutir sa grande
dcouverte? Tout semble indiquer que ce fut de la
lecture des fragments d'ratosthne; car le clbre go-





et la Rpublique d'u. i,'


graphe grec, par une intuition gniale, avait soutenu de
son autorit scientifique les lgendes que le divin Platon
avait accrdites, en dcrivant, dans le 7 ..'i' ou le Cri-
tias, une Atlantide fabuleuse, engloutie par les eaux
ocaniques. 11 avait mis l'opinion que l'on pourrait
naviguer sur l'Atlantique de l'Ibrie l'Inde, et que
l'on trouverait dans ce trajet de nouvelles terres habi-
tables, don't personnel ne se doutait.
ratosthne, avant vcu (le 276-196 avant l're chr-
tienne, rsolut le problme de la duplication du cube, in-
venta le msolabe, propre donner les moyennes pro-
portionnelles; il continue les recherches (le :la.A'..itin,
fit plusieurs compositions historiques: il crivit des trai-
ts philosophiques qui lui mritrent le surnom de Second
Platon, fit des vers sur diffrents sujets scientifiques,
notamment sur l'Astronomie d'Aratus. Ayant mesur,
le premier peut-tre, un .''; rl d mu mridien, il estima
que la circonfrence de la terre tait de 250,ooo0 states,
avec 694 states au degr, chiffre qui donnerait I I,040
mtres au degr (le stade tant alors de 60o mtres) et
gal celui que l'on trouve pour le degr de 25 lieues de
4 kilomtres, 444, donnant I 1,o0o mtres. Il d-
montra l'inclinaison de l'cliptique sur l'quateur, en va-
lua l'angle 23 51' 2o", chiffre qui parait bien ap-
prochant de l'exactitude, c'est--dire de l'angle de
23 28' fix par la science moderne. Cet angle est
d'ailleurs variable, en vertu de la procession des qui-
D'autres dissent 252,000 states, ce qui donnerait environ
833/3 states au degr.





10 M. Roosevelt, Prsident des Itais-riJis,

noxes; mais si l'on se rappelle que la diminution n'en
est que de 48" par sicle, on tr vera considerable l'cart
le 23' 20" constater entire les deux valuations. Cet
cart galerait vingt-neuf sicles, tandis que les calculus
d'i.rat.-.thin n'ont t probablement faits que viigt-l--
un sicles, avant que les travaux de Lagrange et de La-
place eussent it. la valeur de l'angle en question. Mais
qui oserait tenir rigueur au calculateur grec?
Aussi bien, ratosthne, mathmaticien, pote, philo-
sophe, historien et g'.-.;gr:iph., est un de ces noms que
l'histoire conserve avec orgueil dans les fastest de l'esprit
human. Pourtant son plus ,r.i ,l titre de gloire ne se
trouve point dans les travaux o il avait dpens le plus
d'intelligence et de mditations. Sa solution de la dupli-
cation du cube, oublie ou nglige, est supplante par
le cissode de Diocls ou la i,:c .iii. de ..i:.' ii.''..I ; le
nom mme du msolabe semble avoir disparu de la no-
menclature des calculateurs mcaniques; les vers de l'-
lve de Callimaque, pas plus que les traits rivalisant avec
la philosophie de 1 1.i.-.i, n'ont rsist la destruction du
temps; les calculs astronomiques n'ont pas atteint l'exacti-
tude qui les consacrerait au respect des sicles. Le titre
imprissable qu'il .-arderi dans la mmoire des homes
sera surtout d'a'i.ir soutenu une opinion qui dut passer,
parmi ses contemporains, pour une aberration, une chi-
mre, un vrai rve platonique!...
Mais voil. Ce rve prit corps avec la torche don't la
lumire vacillante avait projet ses ra:' .is de la terre de
Guanahani l'eil scrutateur du Grand Amiral.





et la Rpublique d'Hati


Il explore l'le et continue son \'.,,..n(., en dcouvrant
Cuba, Hati et d'autres les de l'Archipel des Antilles,
qu'il croyait places en face des cotes de l'A-.i., formant
une parties des Indes. De I., le nom d'indiens donn aux
Carabens et l'appellation d'Indes occidentales conserves
encore de nos jours toutes ces les qui brillent come
autant de pierres prcieuses rpandues profusion dans
l'Ocan Atlantique.
Il retourna en E-i.n ii., au milieu d'indescriptibles ova-
tions, et fut reu avec les plus grands honneurs par les
souverains enchants. Toute la cour assist, en tenue
de gala, au Te Deuii entonn en actions de grces, pour
le succs de sa grandiose entreprise.
Dans un deuxime voyage, en 1493, il dcouvrit la
J ii.,ijii.. et la plupart des les de la mer des C;r'ilb.'-
Dans un troisime '. -'".:g, en 1498, il dcouvrit la terre
ferme du Continent Amricain, prs de l'embouchure de
l'Ornoque et explore les rgions de Para et de Cumana.
Son uvre tait complete.
Mais quelle fut la rcompense de ses glorieux et nobles
efforts? Comme tous ceux qui dsirent le bien de leurs
semblables et y travaillent avec ardeur et conviction, il
eut de puissants ennemis, que ses succs mmes avaient
rendus plus acharns que ia'nri.
Pour son malheur, des mines d'or taient bientt trou-
ves en Hati, la Quisqueya indienne. On l'accusa de
s'enrichir, sans rserver la part (les souverains espagnols.
Alors tun Boadilla, l'esprit troit, au ceur pourri,
fut envoy par les Majests Catholiques pour contrler





12 M. Roosevelt, Prsident des tatj Unis,

les affaires de la colonies. Sans aucune srieuse investi-
.i ii. il s'empressa d'arrter Colomb, qu'il retourna en
Espagne, les fers aux pieds. On rapport les paroles
suivantes que I'.r..]ire doit consigner. Comme les offi-
ciers du vaisseau qui le transportait voulaient retire ses
fers, il refusa courageusement cet acte de bienveillance,
en leur disant: Je veux les porter come nu souvenir
de la reconnaissance des princes.
Arriv en .piiE..r.ii-. il fut immdiatement libr, er.'ie
la protection de la reine qui fut indigne de tant de
cruaut, l'gard de l'homme qui avait immortalis son
rgne. Il se remit travailler, et reprit ses dmarches et
ses rclamations auprs (le la court.
Malgr les bonts persistantes (le la grande Isabelle, ja-
mais justice ne fut fait l'hroque marin. Il rclama en
vain les rcompenses contractuelles qui lui taient promises.
En 1504, il fit un quatrime voyage don't 1'T..i.jt tait
de trouver un passage de l'Ocan Atlantique l'Ocan
Pacifique, par lequel il pt toucher l'Inde. Aprs mille
pi:ril'ti .-. son vaisseau naufragea sur la cte (le la Ja-
maque, o il resta toute une anne. Qrii il1 il retourna
une dernire fois en Espagne, ce fut pour trouver sa
fidle protectrice, la reine Isabelle, sur son lit de mort.
Vieux, fatigu, la sant use, il n'eut pas la voix assez
forte ni liiilnfhiin._ assez grande pour obtenir de Ferdi-
nand V l'excution du contract pass entire lui et les sou-
verains de la pninsule ibrique. Bris enfin par les
soucis et les dsappointements, il mourut V:dlaldlli..l,
le 20 mai 1506.





et la Rpublique d'Hati


P'our comble de misre, mais come le sceau de l'im-
mortalit, les cendres mme de Colomb sont revenues
l'objet de la plus trange controversy. Diffrents pays
s'en rclament, come il en fut des cendres d'Homre
et de sa naissance. On pretend qu'elles furent trans-
portes d'abord au monastre de las Cuevas Sville, en
1513, et plus tard, Santo Domingo, en 1536, o elles
restrent plus de deux sicles; mais qu'en 1795, aprs le
trait de Li.ll.l qui cda la France la parties orientale de
'le de Santo Domingo, elles furent diriges Cuba et
enterres dans la cathdrale de la Havane. Cependant
Santo Dr,.ni ii et Sville soutiennent que les restes du
grand Amiral dorment dans leur sol!
L'Amrique entire se montre jalouse de possder un
dpt aussi prcieux. Washington serait tout prt en
dispute l'honneur a la Havane et Santo Domingo.
Les cendres du Dcouvreur de l'Amrique n'ont pas
encore trouv leur vrai lieu de repos, dit M. Henry
Davenport Northrop. Ce lieu est sous le Dme du
Capitole de la Rpublique pour l'existence de laquelle il
prpara la voie.
Ces paroles,-- ainquelle- on pourrait reprocher un
orgueil ou un gLc'siii qui font oublier qu'il y a, en
dehors des tats-Unis, une vingtaine de rpubliques pour
l'existence desquelles la dcouverte du Nouveau Monde
avit galement prpar la voie, expliquent la pense
que j'ai eue de prsenter la haute individuality de Colomb
en tte de cette tude.
















COLONISATION DE L'AMRIQUE


I

COLONISATION ESPAGNOLE

AV\NT que Colombi et entrepris son deuxime voyage,
il fut jug ncessaire d'obtenir une concession du pape
Alexandre VI qui, come chef de l'glise, rclamait la
domination de tous les royaumes de la terre. En cons-
quence, Sa Saintet avait accord solennellement et pour
toujours Ferdinand et Isabelle, come leurs hritiers,
tous les territoires habits par les Infidles, qu'ils avaient
dcouverts ou pourraient dcouvrir, sans les limiter ni
les dcrire. Une ligne idale tait tire, cent lieues
l'ouest des Aores, et d'un ple l'autre: tous les pays
inconnus se trouvant l'est de cette ligne taient donns
au Portugal, qui avait auparavant obtenu une pareille
concession, et tous ceux qui taient situs l'ouest re-
venaient l'Espagne.
Le but indiqu et avou de cette concession tait la
propagation de la foi chrtienne parmi les nations paennes
des rii::.uis occidentales, que les souverains de Castille
et d'Aragon s'en t an; l. i-nf raliser. De l, dans toute
la chrtient d'alors, un respect religieux des droits pres-
5





l6 .11. Roosevelt, Prsident des i tr! -Unis,

que exclusifs de l'E'iijne, pour coloniser les terres am-
ricaines, le Portugal s'tant montr fort peu entreprenant,
en dehors'de son tablissement au Brsil. Toutefois, ce
n'est que onze annes aprs que Colomb avait dcouvert
la grande terre, que l'Espagne fonda son premier tablis-
sement sur le continent amricain.
Alonzo de Ojeda qui, en 1500, avait reconnu le golfe
de Paria, sur la cte de Venezuela, aprs tre revenue en
Espagne, en repartit, en 1509, avec trois vaisseaux bien
quips et approvisionns, avec une patent lui conc-
dant tous les territoires comprise entire le Cap de Vela et
le golfe du Darien, o il aborda et don't il prit possession.
..ials sa tentative de colonisation subit un dsastreux
chec et presque tous ceux qu'il avait enregiments p-
rirent dans l'intervalle d'une anne.
En 1512, Ponce de Lon, dj vieux mais insatiable
de plaisirs, partit en qute de la fontaine de Jouvence,
don't il esprait tirer de nouvelles forces physiques et une
nouvelle jeunesse. Il dcouvrit la grande pninsule am-
ricaine qu'il nomma Florida, en l'honneur du jour o
il aborda la terre, lequel tait un dimanche des Rameaux
ou Pascuu florida.
En 1513, Vasco Nuniez de .1l.,.',, aprs plusieurs ex-
".' litiul>i. et de frquentes incursions dans les parages de
la Colombie, devint le chef de la petite colonies de Sainte
Marie de Darien. Il apprit des aborignes l'existence
d'un autre ocan beaucoup plus au sud, region o l'or
tait si common, lui :t iri riiniti-il-, que les habitants
s'en servaient pour leurs ustensiles ordinaires. Avec 190





et la Rpublique d'Hati


homes, il eut la hardiesse de traverser de hautes mon-
tagnes, des rivires, des "ir,:ciL'''., des tribus sauvages
et hostiles, sans avoir eu la moindre notion de ces pays.
Il dcouvrit enfin l'Ocan Pacifique, s'y lana avec son
pe leve, dans un transport de joie indicible, et en prit
possession au nom des souverains espagnols. Comme
Colomb, Balboa fut arrt, ayant trouv un autre Boadilla
dans un certain Pedrarias d'Avila.
Juan de Salis, en 1515, entreprit une expedition fa-
meuse et voyagea le long des ctes de l'Amrique du Sud.
Il dcouvrit, le i" janvier 1516. une rivire qu'il nomma
Rio de Janeiro, en l'honneur du jour de sa dcouverte.
Continuant vers le sud, il dcouvrit une vaste baie, qui
n'tait autre que l'embouchure du Rio de la Plata.
Vers 5815, Fernand ou Francisco Cordova, parti de
Cuba, dcouvrit la pninsule :,iiinlk il donna le nom
de Yucatan. Continuant l'ouest, voyageant toujours
en vue de la cte, il mouilla Campche o il subit un
dsastre, en s'aventurant terre avec ses hommes pour
fire de l'eau.
La mme anne 1518, Jean de Grijalva, continuant en-
core plus l'ouest, dans le grand golfe quatorial, d-
couvrit le Mexique et en prit possession au nom du roi
d'Espagne. Il fut frapp d'admiration, en voyant les
villages sems tout le long du rivage, avec des maisons
en pierre que la distance faisait paraitre blanches et
leves. La resemblance de ces parages avec son pays
natal lui part si grande qu'il les nomma la Nouvelle
Espagne.





18 .11. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

Fernand de iM.Iig.ll;.i, d'origine portugaise, alors au
service de Charles Quint, voulut trouver une entre
maritime dans le Grand Ocan. Parti en 1519, il longea
toute la cte orientale de l'Amrique du Sud et dcouvrit,
en 1520, le dtroit existant entire la Terre de Feu et la
Patagonie, lequel porte son nom. II traversa le Paci-
fique et aborda aux les ]'ilipp'.t- en 1521, aprs une
navigation de trois mois et vingt jours.
En 1519, Fernand Cortez envahit le Mexique qu'il
subjugua en y dployant autant de bravoure que d'audace.
Nomm gouverneur, vice-roi du pays conquis, il fut
plus tard dpouill de son autorit et rentra dans une
certain obscurit. Il en sortit nanmoins pour dcouvrir,
en 1535, la Californie et la Mer Vermeille ou Mer de
Cortez, formant le plus imanifii.il: logolfe du Grand
Ocan. Il se couvrit ainsi de gloire, aprs ses dboires
au i'lr:.i.ii ; mais il mourut abreuv de i.1,ii tr. On
rapporte qu'un jour, il s'efforait, travers la foule, d'ar-
river Charles Quint, qui demand quel tait cet home.
La rponse fut d'une fi, rt.. toute castellane: C'est, dit-
il, celui qui vous a donn plus de provinces que votre pr-
ne vous avait laiss de villes.
En 1522, Pamphile de Narvaez, revenue Cuba, aprs
son expedition malheureuse contre Cortez, tenta de fonder
un tablissement Cuba. Il dcouvrit la baie de Pen-
sacola; il y dbarqua et explore le pays o il trouva la
mort, come la plupart de ses mules.
De 1524 1527, Franois Pizarre, associ avec f,..
d'Almagro et Fernand Luque, ce dernier un ecclsiastiqur





et la Rpublique d'Haiti


explore les rgions qui s'tendent au sud de Panama et
il entreprit la conqute de Quito et de tout le Prou, don't
il s'empara, de 1533 1534, et fonda la ville de Lima,
en 1535. Il dcouvrit le Chili dans cette mme anne.
Dbarqu Tacamez, au sud de la Rivire des me-
raudes, il fut enchant par la contemplation d'un pays
attrayant et fertile, don't les richesses naturelles le rem-
plirent d'enthousiasme; mais sa tentative de subjuguer
le Chili resta sans succs.
Pedro de Valdivia continue la conqute du Chili, o
il fonda la ville de Santiago, en 1541, et celle de la Con-
cepcion, en 1550; mais il ne put avancer plus loin que
Biobio, arrt qu'il fut par la vaillante resistance des
Araucans.
En 1539, Fernand de Soto dbarqua dans la baie de
Tampa. Pourvu de tous les moyens de ravitaillement
ncessaires son entreprise, il retourna ses vaisseaux
Cuba, afin de prvenir toute ide de retraite. Pouss
par l'amour de la gloire uni l'espoir de dcouvrir les
gisements d'or don't l'existence tait plus fabuleuse que
consistante, il se lana dans l'intrieur du continent. Ci,-
minant travers les marcages et les forts, il pntra
dans le pays des Apalaches, l'est de la rivire Flint.
Au printemps de 1540, il reprit sa march en avant, aprs
avoir relev par un prestigieux ascendant le courage de
ses homes abattus et dsesprs. Ils pntrrent dans
la Gorgie, jusqu'aux sources de Chatahoochee et, tour-
nant au sud-ouest, ils traversrent l'tat d'Alabama jusqu'
la jonction du fleuve du mme nom et la rivire Tombig-





20 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

bee. Ils atteignirent bientt la ville qui porte le nom de
Mobile, o ils durent livrer bataille aux Indiens, qui y
dployrent une bravoure de dsesprs.
De Soto, ayant reu des nouvelles de son pouse par
des navires arrives Pensacola, n'y rpondit point, faute
de pouvoir annoncer la conqute d'un de ces riches do-
maines, la recherche desquels il tait parti.
Tournant rsolument dos aux navires, il remonta vers
le nord-ouest, en se dirigeant vers le pays des Chicka-
saws, il arriva au nord-ouest de l'tat de Mississipi, vers
le 15 dcembre 1540, et s'y arrta pour passer l'hiver.
Le 2 mai 1541, il atteignit les boards du Mississippi,
une petite distance de la ville de Memphis, d'o lui et sa
troupe contemplrent, merveills, le courant majestueux
du grand fleuve amricain. Il y resta quarante jours,
pendant lesquels il explore les rgions septentrionales de
ce beau pays. Prenant l'ouest, il s'avana quatre-vingt
lieues dans l'intrieur du continent, dans les terres mon-
tagneuses de la Rivire Blanche; et retournant alors vers
le sud, il alla passer l'hiver prs des sources chaudes de
!'rrkansas. En 1542, il rsolut de descendre jusqu'
l'embouchure de Washita, en cherchant une issue vers
la mer; mais il se trouva, une nouvelle fois, en face du
Mississipi, sans pouvoir fixer la distance parcourir
pour atteindre son but. Il fut bientt dans le voisinage
de Natchez o les aborignes se montrrent menaants
et farouches. C'est en vain qu'il tenta de les frapper
d'une terreur respectueuse, en se disant le fils du Soleil,
le principal de leurs divinits. Vous dites que vous-





et la Rpublique d'Hati 21

tes le fils du soleil, rpondit en derision le chef des
Natchez; desschez cette rivire (lui montrant le Mis-
sissipi) et je vous en croirai. Il prit des tempraments
avec eux; mais il sentit que son expedition avait chou
et il en mourut, en 1542.
Le Paraguay tait dcouvert, en 1526. par Sbastien
Cabot, alors au service de Charles Quint. Il fut conquis,
en 1536, par Alvaro Nuites-Cabeza de Vaca, ancient com-
pagnon de Pamiphile Narvaez, qui en tait le gouverneur,
lorsqu'il explore, de 1541 1544. les ri'-:iin de la Plata,
revenues plus tard la vice-royaut de Buenos-Ayres, com-
prenant les vastes plains d'une fertilit exubrante for-
mant les pampas de la Rpublique Argentine. La ville
de Buenos-Ayres avait t fonde par Pedro de Mendoza,
des 1535. Toute l'Amrique du Sud se trouva ainsi sous
la domination de l'Espagne qui y implanta sa langue et
ses murs.

II

COLONISATION FRANAISE

CE n'est que fort longtemps aprs l'Espagne que la
France se dcida fonder des colonies en Amrique. En
1523, Franois 1"' expdia Jean Verazzani, d'origine flo-
rentine, en vue de chercher un passage pour aller aux
Indes par le nord-ouest. Parti le 17 janvier 1524, aprs
un voyage orageux, qui dura cinquante jours, il atteignit
la cte amricaine, la hauteur rde Wilmington, dans la
Caroline du Nord. Cherchant une bonne rade, il fit cap





22 M. Roosevelt, Prsident des tats:Unis,

au sud, jusqu' 150 miles, et tourna ensuite vers le nord-
ouest, examinant la cte en continuant son voyage. Il
fut surprise et charm de ces nouveaux pays, don't les habi-
tants accueillirent amicalement les Europens. Il d-
couvrit les rades de New-York et de Newport qu'il ex-
plora attentivement, tant rest quinze jours dans ce
dernier port. Il continue le long de la cte de la Nouvelle
Angleterre jusqu' la Nouvelle-Ecosse don't la cte avait
t dcouverte, en 1497, par Sbastien Cabot au nom
d'Henri VII, mais don't l'Aiil-tir rre ne s'tait point occu-
pe. Il en prit possession pour la France et lui donna
le nom de la Nouvelle-France. Dix ans plus tard, en
1534, Jacques Cartier explore le golfe de Saint-Laurent
et, en 1540, fonda le port de Ste-Croix, le premier ta-
blissement frainai- dans cette contre. Aprs un rpit
d'une vingtaine d'annes, la France reprit ses projects de
colonisation en Amrique. En 1562, le chef des Hugue-
nots, l'amiral de Coligny, obtint de Charles IX la per-
mission d'entreprendre la foundation d'une colonie dans
le Nouveau Monde, en vue de constituer un refuge ses
*:r.lirgi.nn:;iir\, perscuts. L'expdition fut comman-
de par Jean Ribault, naturellement un protestant. Elle
aborda la cte de la Floride, en mai 1562, et mouilla dans
la rade de Port-Royal. Un fort fut construit sur une ile
situe au milieu du port et le pays fut nomm Carolina,
en l'honneur de Charles IX. Mais lorsque Jean Ribault
retourna en France, pour annoncer son succs et se pro-
curer des renforts, avec les ravitaillements ncessaires
au raffermissement de la colonie, il trouva son pays en





et la Rpublique d'Hati


proie la guerre civil qui fit ngliger son entreprise,
laquelle manqua le concours indispensable son maintien.
Coligny ilr..iit' d'une armistice pour reprendre son
oeuvre. En 1564, il expdia trois vaisseaux, sous le com-
mandement de Ren de Laudonnire. Les volontaires
s'inscrivirent avec ardeur. La flotte parties le 22 avril,
atteignit la cte de la Floride, deux mois aprs son d-
part. Le .il:iiri'iiiquinr se fit sur les bords de la rivire
St-Jean, appele alors rivire de Mai, o un nouveau
fort fut bti sous le mme nom de ( jr.liiim. Mais des
homes indisciplins pillrent les provisions et se muti-
nrent contre leur chef lq'il- obligrent leur signer
une permission de s'embarquer pour la Nouvelle Espagne,
afin d'viter la famine. Ils se livrrent plutt la pira-
terie, en commettant les pires exactions contre les

Laudonnire tait au dsespoir et s'apprtait aban-
donner son tablissement, quand arriva l'escadre de Jean
I: ilbnit qui revenait avec des renforts et tout ce qu'il
fallait pour la foundation d'une colonie permanent.
Cc(.1je-ildt Philippe II, roi d'Espagne, qui fut irrit
d'apprendre l'tablissement d'une colonie franaise dans
la Floride, -.ii- i i Melendez d'Avilez l'ide de con-
qurir toute la pninsule et les terres limitrophes. La
destruction de la colonies franaise ne figurait point dans
l'accord sign entire le roi et son cruel lieutenant, c'tait
toutefois une consequence force de son execution. La
flotte de Melendez partit, en juin 1565, et arriva devant
les ctes de la Floride le 28 aot suivant. Le 2 septem-





24 M. Rooseveit, Prsident des tats-Uni.;

bre, il dcouvrit un bon port avec une rivire sur les
bords de laquelle il fonda une ville nomme St-Aig1.i-
tin, oni il tablit une colonie. Le 4 septembre, il arriva
devant le fort Carolina o tait mouille une parties de
la flotte de Ribault. Les navires franais, non prpars
au combat, couprent leurs amarres et L.i,,I'..'it la haute
mer. Melendez ne pouvant point les atteindre, prit pos-
session du pays, au nom de Philippe II, qui fut pro-
clam monarque de toute l'Amrique,, en s'apptl.i.nt
sans doute sur la concession du pape. Il se prparait
attaquer le Fort Carolina, quand Ribault rsolut d'aller
l'attaquer Si -Augustin; mais le marin fi.int'ai. tait
peine sorti de la rade que sa flotte fut assaillie par une
violent tempte et naufragea sur la cte, 150 nilo.s
au sud du fort. Le chef espagnol ayant appris la catas-
trophe, rsolut de frapper de suite un coup contre le fort
qu'il savait sans defense. Conduisant sa troupe tra-
vers les bois et les marcages, il le surprit et s'en empara,
le 21 septembre 1565. Tous les gens qui y taient en-
ferms, y compris les vieillards, les femmes et les enfants,
furent impitoyablement mis mort.
Le massacre des Franais et la destruction de la colo-
nie fonde a Fort Carolina ne causrent pas la moindre
remontrance de la part du gouvernement franais que
la l i .t lei.. ri li'':i-.. dit un historien, avait rendu
a intgl, sur les vrais intrts du pays don't il avait charge.
Cependant, pour la gloire de la France, il faut dire qu'il
se trouva un hros qui entreprit individuellement l'oeuvre
de venger le sang de ses frres et le prestige du dra-





et la Rpublique d'Haiti


peau national: ce fut Dominique de Gourgues, un gen-
tilhomme gascon. En vendant le patrimoine de ses an-
ctres, il quipa trois vaisseaux avec cent cinquante
homes, et partit pour la Floride, en 1567. Il surprit
le fort espagnol, don't il s'empara, en faisant prisonniers
tous les hommes de la garnison. Il y passa l'hiver; mais
il comprit qu'il n'avait pas des forces suffisantes pour
maintenir sa position et repartit pour la France, en mai
i568. Avant (le mettre la voile, il pendit tous ses
prisonniers, en plaant sur leur tte cette inscription:
Je ne leur inflige point un tel chtiment comme des
Espagnols ou des marines, mais come des tratres, des
voleurs et des meurtriers. Son expedition fut dsavoue
par le gouvernement franais et il fut oblig de se cacher
pour chapper une arrestation, aprs son retour en
France. Les Franais abandonnrent ainsi leurs essais
de coloniser la parties mridionale de l'Amrique du Nord
et renoncrent leurs prtentions sur la Floride.
Ce ne sera qu'un sicle plus tard, en 1669, que la
France reparatra dans ces rgions avec le pre Mar-
quette, missionnaire de l'ordre des Jsuites. Il entre-
prit de dcouvrir le course infrieur du Mississipi. Aprs
quatre ans employs apprendre le dialecte des Illinois,
il partit, en 1673, de la mission de Ste-Marie, tablie
dans les rgions du Lac Suprieur, et parvint aux sources
du grand fleuve, accompagn du diacre Jolict, cinq ca-
notiers franais et quelques Indiens, guides et inter-
prtes, portant leurs canots sur leur dos. Ils navigurent
sur les rivires de Wisconsin et Missouri don't ils at-





26 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

teignirent les deux embouchures; passrent devant l'em-
bouchure de l'Ohio et arrivrent celle de l'Arkansas,
d'o le pre Marquette, ayant acquis pleine conviction
que le Mississipi se jetait dans le golfe du Mexique, s'en
retourna aux lacs, de crainte de quelques msaventures
avec les Espagnols tablis dans les rgions de la Floride.
Son voyage avait t facility par la pipe de paix don't il
tait revtu par le chef d'une tribu indienne qu'il ren-
contra, environ soixante-quinze lieues de l'embouchure
du Wisconsin.
Sur les indications de ce Pre, Robert Cavelier de
la Salle partit pour la France et soumit Colbert le plan
d'une exploration et d'une colonisation dans la valle du
Mississipi. Ayant obtenu la permission de l'excuter,
il retourna au fort Frontenac, au Canada, en 1675.
Aprs maintes reprises, don't les difficults renaissantes
ne lassrent ni son courage, ni sa persvrance, il com-
plta son exploration. En 1682, il avait descendu la
rivire Illinois jusqu'au Mississipi qu'il continue
descendre jusqu'au golfe du Mexique. Il donna le
nom de Louisiane au pays qui s'tend sur la rive droite
du fleuve, en l'honneur de Louis XIV, et, remontant le
Mississipi jusqu'aux lacs, il retourna Qubec, don't il
partit destination de France, dans le dessein de rallier
le gouvernement et le people franais son project de
colonisation. Ses dmarches furent couronnes de suc-
cs et une expedition soigneusement organise quitta la
France en 1684, se dirigeant vers le pays coloniser.
Mais son entreprise choua, grce l'antipathie que nour-





et Ja Rla iHi.;-. d'H-Iati


rissait contre lui le commandant de la flotte. Aprs un
long voyage, ils taient entrs dans le golf du Mexique,
le mois de janvier 1685; ils passrent devant l'embou-
chure du Mississipi, sans s'y reconnatre, et quand la
Salle s'aperut de son erreur, le commandant refusa de
virer de bord, mais continue vers l'ouest. Arrives dans
la baie de Matagorda, dans le Texas, le courageux ex-
plorateur, se *....;il impuissant contre la malveillance du
haineux marin, se dcida dbarquer, dans l'espoir de
trouver, en cheminant par terre, l'embouchure du grand
fleuve mississipien. Lui et ses .:ii'i,. i -..ii. subirent
toutes les misres imaginables. Enfin, aprs des preuves
crasantes, mais insuffisantes pour abattre son indomp-
table courage, il fut assassin par deux de ses homes
qui croyaient se venger ainsi de leurs souffrances, don't
ils le rendaient seul responsible. Son cuvre fut re-
prise, en 1699, par Lemoine d'iber'.:ll., natif du Canada,
qui russit assurer la France la possession de la
Louisiane. En 1714, le gouvernement franais, con-
vaincu de la ncessit de coloniser srieusement ce pays,
y accord Arthur Crozat le monopole du commerce,
avec l'engagement que celui-ci y expdierait, chaque an-
ne, deux navires -li.ir. d'migrants, de provisions,
avec une cargaison d'esclaves noirs tirs de l'Afrique.
Le roi promit, de son ct, de fournir la some annuelle
de cinquante mille livres pour favoriser le d'-I, iiip..n-n'
de la colonie. En 1718, Bienville, reprsentant de la
C.'>,,,,.,:;, d des Indes occidentales, fonde par Law,
qui le privilege exclusif du commerce de la Louisiane





28 M. Roosevelt., Prsident des tats-Unis,

tait transfr, fut pntr de la convenance de transpor-
ter le sige du gouvernement de la colonie dans une
region du bas Mississipi, plus productive que celle o se
trouve Mobile. Il fonda un nouvel tablissement destin
devenir la grande ville de la Nouvelle-Orlans.
Mais abordons la colonisation anglaise don't devait sor-
tir la grande nation si puissante et si confiante, tant dans
sa force actuelle que dans le dveloppement continue
de sa grandeur future.


III

COLONISATION ANGLAISE

DANS l'histoire de la colonisation de l'Amrique, il
y a lieu de s'appuyer davantage sur la colonisation an-
glaise, qui est plus particulirement intressante, au point
(le vue de mon tude. Autant que possible, je tcherai
de mettre en relief les traits caractristiques des diff-
rentes colonies fondes par les Anglais sur le continent
amricain et qui, aprs la declaration de l'Indpendance,
sont revenues les tats-Unis d'Amrique. Ainsi, le so-
ciologue perspicace n'aura qu' bien examiner la forma-
tion originelle et la physionomie spciale de chacun des
groups provinciaux, pour se rendre compete de leur vo-
lution ultrieure, dans un movement irresistible de coh-
sion national et d'expansion conomique, avec un esprit
politique don't on ne trouve ailleurs aucun parallle his-
torique.





et la Rpublique d'Hati


Lorsque Colomb eut le glorieux succs de dcouvrir
le Nouveau Monde, le roi et la court d'Angleterre regret-
trent vivement de n'avoir pas fait un meilleur accueil
sa petition. Aussi, ds le 15 mars 1496, une patent
ou commission de mer fut-elle accorde Jean Cabot,
vnitien de naissance, mais rsidant Bristol, et ses trois
fils, les autorisant entreprendre leurs propres frais
un voyage de dcouverte dans les mers orientales, occi-
dentales et septentrionales, avec mission le prendre pos-
session des contres dcouvrir, au nom du roi d'Angle-
terre.
Jean Cabot, accompagn de son fils Sbastien, partit (le
Bristol, en 1497, dans l'intention non seulement de d-
couvrir de nouvelles terres, mais aussi de trouver un pas-
sage pour aller en Asie par le nord-ouest de l'Europe. Il
fit cap l'ouest et, le 24 juin, il atteignit la cte du La-
brador, en devanant et Colomb et Amric Vespuce dans
la dcouverte du continent amricain. Dans un nouveau
voyage, entrepris en mai 1498, Sbastien Cabot touch au
Labrador, 400 miles au nord du point o avait about son
pre. Il y prouva un froid intense. Les arbres taient
encore dnuds, quoiqu'on ft au commencement de l't.
Il navigua vers le sud, en descendant vers Terre-Neuve,
dans une mer si poissonneuse qu'il la nomma Bacalaos
(Morues). Il ne s'y arrta gure, et s'en retourna en
Europe, pour passer bientt au service de Fernand V,
roi d'Espagne, au nom de qui il fit plusieurs autres ex-
plorations maritime.
Les Anglais ne se soucirent gure de bnficier des






30 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

dcouvertes des Cabot, se contentant d'envoyer, de temps
en temps, quelques navires appareills pour la pche sur
les bancs de Terre-Neuve. Notons que la France, ds
1534, avait tabli une colonie Terre-Neuve, sur le con-
seil de Philippe de Chabot, amiral franais, et sous le com-
mandement de Jacques Cartier, qui dbarqua dans la baie
dle Gasp et prit possession du pays, au nom de son sou-
verain.
Durant les soixante-dix-huit ans qui s'coulrent, de
1498 1576, l'Angleterre ne montra nulle ardeur se
tailler un domaine dans les vastes rgions du Nouveau
Monde; mais cette dernire poque, il y eut un rveil
magnifique de l'esprit public, sous la pousse du pro-
testantisme protg par la reine Elizabeth. Quoiqu'elle
s'en servit come d'un instrument de domination royale,
il n'est pas contestable que le pays y trouva une cole
(le discussion religieuse, morale et philosophique, haute-
ment profitable son dveloppement national. La poli-
tique en obtint une base rationnelle et toutes les insti-
tutions s'en ressentirent. La marine en reut une im-
pulsion merveilleuse, en mme temps que l'industrie et
l'agriculture firent des progrs qui augmentrent la for-
tune publique et donnrent au people anglais une force
d'expansion inconnue jusque l.
Martin Frobisher fut le premier reprendre l'oeuvre
de Sbastien Cabot, en entreprenant un voyage aux r-
gions glaces du Labrador. Il fut surtout domin par
la recherche de l'or, qu'il ne devait point rencontrer dans
ces latitudes. Aprs trois voyages infructueux, il fut





et la Rpublique d'Hati


convaincu, en 1578, de l'inutilit de ses recherches et de
l'impossibilit d'une colonisation dans ces pays septen-
trionaux, o rgnait un froid glacial, peine supportable.
De 1577 1580, Sir Francis Drake parcourut la cte
occidentale de l'Amrique, en commettant mille exactions
sur les tablissements espagnols; mais c'tait plutt,
comme l'observe Bancroft, une splendid piraterie
contre une nation avec laquelle son souverain et son pays
professaient d'tre en paix.
Sir Humphrey Gilbert, qui suivait avec attention le
dveloppement de l'industrie de la pche Terre-Neuve,
pensa qu'il tait possible de crer un commerce lucratif
avec le Nouveau Monde, en y fondant une colonie. Il
partit, en 1578, fit terre St-John, au sud-est de Terre-
Neuve, et prit possession du pays au nom de l'Angle-
terre. Ayant perdu son plus grand navire, avec tout
ce qu'il contenait, il fut oblig de regagner les ctes bri-
tanniques. Surpris par une horrible tempte, il disparut
dans les flots bord du Squirrel, petit bateau de dix
tonneaux, sur lequel il s'tait embarqu, ne voulant pas
exposer ses hommes des dangers qu'il n'aurait point
partager.

LA VIRGINIE

Sir Walter Raleigh tait le frre utrin de Sir Hum-
phrey. Son nom est bien connu dans l'histoire et a mme
pass dans le roman. Guerrier, navigateur, diplomat,
homme d'tat et crivain distingu, Raleigh tait, en effect,
un homme panache, c'est--dire une de ces indivi-






32 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

dualits doues d'un pouvoir de fascination et d'un brio
d'esprit, qui imposent prestigieusement ceux qui les
entourent. 1-':..'-:ri d'Eli7ditil, souponn mme d'avoir
t l'mule du comte d'Essex et du duc de Leicester, ainsi
qu'en tm:'iginL le clbre romancier et pote, V\,'.ltcr
Scott, dans son Kenilworth, Raleigh n'eut pas de peine
obtenir la concession qui avait t accorde son frre.
Il arma deux vaisseaux commands par ]'rilil-'l- Armidas
et Arthur Barlow, qui atteignirent bientt la cte de la
Caroline du N'..rd, au petit bras de mer d'Ocracock, et
prirent formellement possession du pa.- C'tait au
mois de juillet, dit Northrop, le climate tait dlicieux,
la mer tait calme, l'atmosphre tait claire et la chaleur
tait tempre par une agrable brise de mer. Les bois
abondaient en oiseaux et rsonnaient de leurs trilles, au
milieu des vi r i. sauvages s'offrant l'oil dans la plus
abondante profusion.1
La reine Elizabeth n'en fut pas moins enchante que
les explorateurs et elle considra la dcouverte de Barlow
et d'Armidas comme une gloire pour son rgne. En bon
courtisan, en spiritual et .llarit home qu'il tait, Sir
Walter Raleigh donna ce nouveau pays le nom de Vir-
ginia, en "'liniiiur de la reine vierge!
De nombreux migrants s'enrlrent avec mulation
pour l'tablissement de cette belle colonie. En avril 1585,
sept vaisseaux partirent de Plymouth avec environ deux
cents personnel, non compris les quipages, sous le com-
mandement de Sir Richard Gre-rivilt et Ralph Lane,
2H. D. Northrop: Our Country, p. 65.





et la Rpublique d'Hati


nomm gouverneur de la Virginie. Un tablissement fut
fond Roanoke Island et les pays environnants furent
explores en divers sens. Sir Greenville, ayant constat
le plein succs de l'expdition, retourna en Europe. Mais
Lane, par sa maladresse et ses perfidies envers les In-
diens, compromit le sort de l'entreprise. Les Anglais,
mcontents et privs de tout, songeaient abandonner la
colonies pour regagner leur patrie, quand Sir Francis
Drake, avec une flotte de vingt-trois navires, vint jeter
l'ancre dans la rade de l'le de Roanoke et les ramena
en Angleterre.
Raleigh fut bien dsappoint; mais il ne renona point
au succs. Il organisa une nouvelle expedition, en choi-
sissant surtout des migrants accompagns de leurs fa-
milles, avec des instruments agricoles ncessaires la cul-
ture du sol et tout ce qui pouvait contribuer la prosperity
de la colonies. Ce fut ses propres dpens; car la reine,
un peu avaricieuse, refusal de ricn donner, malgr la
faveur don't elle entoura l'expdition, qui arriva sur la
cte de la Caroline du Nord, en juillet 1587, sous les
ordres de John White, en quality de gouverneur. Elle
n'eut pas plus de succs que la premiere et fut oblige de
repartir le mois suivant.
D'une nergie et d'une persvrance peu communes,
Raleigh organisa une troisime expedition, qu'il fit partir
en avril 1588, mais qui n'eut pas mme le temps d'at-
teindre le rivage amricain. Quand l'ancien gouverneur
John White retourna, en 1590, Roanoke, il n'y trouva
nulle trace de la colonie. Raleigh, ruin et assailli par





34 M. Rooscvelt, Prsident des tats-tUnis,

toutes sortes d'infortunes, dut enfin renoncer la colo-
nisation de la Virginie.
La premiere expedition anglaise qui suivit les essais
infructueux de Sir Raleigh fut celle prpare par la
London Company, sous le commandement du capi-
taine Newport, laquelle partit pour l'Amrique le 19 d-
cembre 1606, dans la direction de la Virginie. La flotte,
pousse au nord-ouest par une tempte, fut force de
chercher un refuge dans la baie du Chesapeake, le 26
avril 1607. Le pays fut explor et, un mois aprs, une
colonie fut tablie, sur la rive gauche du fleuve, par la
foundation de la ville nomme Jamestown, en l'honneur
de Jacques Ier, qui lui donna pour gouverneur Edward
Wingfield. De 16o8 16Io, la colonie passa par toutes
sortes d'angoisses et de difficults, mais elle en fut re-
leve par l'heureuse arrive de Lord Delaware, qui y
amena de nouveaux immigrants, avec des ravitaillements
suffisants. Sir Thomas Dale en fut nomm gouver-
neur, en 161r, et la culture des terres vint mettre les
habitants l'abri de toute disette.
Un fait d'une certain porte sociologique s'tait ac-
compli, en 1613: le marriage de Pachontas, fille d'un
cacique indien, avec un jeune Anglais. C'tait la pre-
mire union lgale d'un homme de la race blanche avec
une femme de la race rouge amricaine. Ce marriage con-
cilia aux Europens les bons sentiments du puissant chef
Powhatan et de sa tribu; mais il dplut grandement
Jacques Ier, qui se montra mcontent de la prsomption
de l'un de ses sujets osant se marier une princess!





et la Rpublique d'Hati


La pauvre Pachontas amene en Angleterre, o sa gen-
lillesse et sa relle beauty furent sincrement admires, ne
tarda pas y mourir, succombant aux rigueurs du climate.
Eu 1619, la premiere assemble representative du
Nouveau Monde fut organise dans la Virginie, sous le
nom de Chambre des Bourgeois (House of Burgesses).
L'assemble exera le droit absolu de dcider sur l'lec-
tion de ses membres et refusa de reconnaitre toute lettre-
patente concdant une jurisdiction seigneuriale le droit
d'interrompre l'obligation d'obir ses dcisions.' Tou-
tes les lois ncessaires au dveloppement matriel et moral
de la colonie furent votes et mises execution, en vertu
des principles de libre gouvernement. En 1621, sous
l'impulsion des patriots d'Angleterre, la Virginie fut
dfinitivement dote d'une constitution crite, donnant
la colonie une organisation gouvernementale en tout
point semblable celle de la mtropole. Aussi la Vir-
ginie cessa-t-elle bientt d'tre la chose d'une corpora-
tion commercial et les Virginiens eurent-ils le droit de
se gouverner et de prendre telles measures qu'ils jugeaient
les meilleures pour leur scurit et la prosprit de la
colonies. Mais, par la plus amre ironie, quelques mois
aprs la runion de la premiere legislature colonial, le
virus de l'esclavage fut introduit dans la Virginie par
un bateau de guerre hollandaise qui mouilla dans la rivire
de Jamestown et vendit aux planteurs vingt noirs tirs
de l'Afrique. Cette institution dtestable y prit une ex-
tension rapide et des plus malheureuses, pour ne dis-
'H. D. Northrop.






36 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

paratre du sol amricain qu'au prix du plus atroce d-
chirement.
Par une decision judiciaire du iimois de juin 1624, la
charge garantie la Compagnie des Indes occidentales
fut rvoque sans recours; la Virginie devint une pro-
vince royale, tout en conservant ses franchises constitu-
tionnelles. Jacques Ier mourut avant de les entamer et
Charles Ier fut incapable d'obtenir le monopole du tabac,
principal produit de la colonie. Il y eut pas mal de con-
tentions entire elle et la mre-patrie; cependant la Vir-
ginie continue prosprer, malgr ces frictions d'int-
rts, malgr les frquents dmls avec les Indiens et les
victims qu'ils causaient parmi les blancs.
Ce fut avec horreur et indignation que les colons vir-
giniens apprirent le dtrnement et l'excution de
Charles Ier. Un grand nombre de royalistes d'Angle-
terre, ne voulant point se soumettre ni accepter aucune
compromission avec le Parlement, vinrent se rfugier
dans la Virginie, o la plupart s'tablirent sans esprit de
retour.
Les Virginiens se montrrent des loyalistes convain-
cus; regardant Charles II, exil Breda, come leur
lgitime souverain, ils lui proposrent de traverser
l'Atlantique et d'accepter la royaut de leur colonie. Le
Parlement ne put tolrer indfiniment une attitude si
provocante et, en 1652, une flotte fut dirige vers l'Am-
rique, avec mission de forcer les colons royalistes se
soumettre au gouvernement de la Rpublique d'Angle-
terre. Il n'y eut point cle choc. L'esprit liberal des com-





et la Rpublique d'Hati


missaires rpublicains avait dsarm les Virginiens. Les
parties contractantes ngociant d'gal gal, un trait
fut conclu avec l'Angleterre, garantissant la Virginie
toutes les liberts don't jouissait la mtropole. La mo-
narchie fut restaure par une proclamation de Charles II
qui entra triomphalement dans la ville de Londres, le
29 mai 1660. La colonie fit nulle difficult recon-
natre ses prrogatives royales et continue son existence
laborieuse quoique aise. Mais une aristocratic, qui s'y
tait forme, par le dveloppement mme des grande
richesses coloniales, reut une nouvelle stimulation par
l'adjonction social des immigrants royalistes venus d'An-
gleterre, durant la tourmente rvolutionnaire. Les lois
favorisaient d'ailleurs l'accroissement des grandes pro-
prits, don't la possession veilla naturellement la vanit
familiale de ceux qui en taient les matres.
La classes des riches terriens eut seule la jouissance de
l'instruction que la masse n'eut aucun moyen de se pro-
curer, en l'absence de toute cole publique dans la colonie.
En 1671, Sir William Berkeley, gouverneur de la Virgi-
nie, a crit les paroles suivantes: Chacun instruit ses
enfants, suivant ses moyens . Je remercie Dieu que
nous n'ayons ni coles publiques ni press, et j'espre qu'il
en sera ainsi, encore un sicle; car l'instruction a port
au monde la dsobissance, l'hrsie et l'esprit sectaire;
et la press les a rpandus avec des libelles contre le
meilleur gouvernement. Que Dieu nous garde de l'une
et de l'autre! >
'H. D. Northrop: Our Country, Chap. VIII, p. 9g.





38 M. Roosevelt, Prsident des tat'Unis,

D'autre part, le travail dclar thoriquement libre et
honorable, tendait peu peu devenir le lot des humbles
et des esclaves. Un tel systme politique cadrait mal
avec la libert de penser, et c'est une remarque frappante
que les puritains furent alors perscuts dans la Virgi-
nie avec autant d'acharnement qu'ils l'avaient t en An-
gleterre. Cette contradiction dans les institutions et les
costumes rendait fort complex l'organisation social
des Virginiens: Ils avaient d'abord montr, dit Nor-
throp, leur habilet crer des institutions libres; mais
ces institutions ne peuvent tre conserves au milieu d'un
people ignorant. La libert et l'intelligence vont de pair.
L'institution de l'esclavage des noirs tait un lment de
faiblesse et de dgradation. Le travail fut avili aux
yeux des blancs, tant devenue une tche d'esclaves, tan-
dis qu'il devait tre la gloire d'un homme libre. Aussi
bien, y avait-il l un germe malsain appel corrompre
tous les fruits que la colonie pouvait attendre de l'avenir.
Peu peu l'intolrance religieuse, la confiscation des
franchises constitutionnelles, la suppression de la libert
du commerce, avec la mise en vigueur des lois sur la
navigation, se runirent pour anantir la splendeur de la
colonie affaiblie et ruine. Mme la protection contre
les Indiens fut refuse aux colons, dans un pur esprit
de lucre.
Il en sortit la protestation populaire don't Nathaniel
Bacon fut le chef, en 1676, just un sicle avant l'ind-
pendance des tats-Unis. Aprs la mort de ce hros du
civisme, la situation politique de la colonie devint pire





et la Rpublique d'Haiti


qu'auparavant. Jacques II, continuant les tendances de
son pre, lui ravit jusqu'au droit d'tablir une imprime-
rie, aprs avoir dissous l'assemble colonial don't les
membres mme royalistes ne voyaient pas d'un bon eil
la disparition de tous les privileges du people virginien.
La revolution de 1688 ne change gure cet tat de choses.
Le gouvernement de Guillaume d'Orange et de la reine
Marie permit l'tablissement d'un college dans la Vir-
ginie, mais n'abrogea point la prohibition de l'imprime-
rie. Le monopole du commerce colonial en faveur de
la mtropole devint un fait consacr, devant lequel il
fallait se courber. Tous les intrts en furent offenss;
et les grands propritaires sentirent la ncessit de s'unir
au petit people, pour se plaindre et conspirer en silence.
La Virginie resta, la fin, une colonie aristocratique;
mais ce n'tait pas moins une terre de libert.

NEW-YORK ET NEW-JERSEY
Le 25 mars 1609, Henri Hudson, expdi par la Com-
pagnie hollandaise des Indes orientales, partit d'Amster-
dam, la recherche d'un passage au nord-est de l'Europe,
pouvant le conduire aux Indes. Il fit cap vers la Nouvel-
le-Zemble, et parvint au mridien du Spitzberg; mais la
glace, le brouillard et les tourmentes des temptes polaires
repoussaient son navire, qui ne put continue sa course.
Tournant alors vers l'ouest, jusqu' la longitude de Terre-
Neuve, il descendit au sud, en suivant une ligne loxodro-
mique, qui le conduisit tout prs de la cte de Charleston.
Ne trouvant aucun indice capable d'affermir son espoir





40 M. Roosevelt, Prsident des tats-!Jnis,

de trouver le passage cherch, il remonta vers le nord et
dcouvrit bientt la baie de Delaware. Il continuait dans
la mme direction, quand, le 3 septembre, il arriva en
face d'une baie immense. Il y entra, y prit iiiilla.i:.
deux encblures du rivage: c'tait Sandy Hook. Aprs
quelques jours de repos, il traversa le dtroit de Long
Island et il entra dans la miagnifilu., baie intrieure, don't
le pittoresque le transport d'enthousiasme et d'admira-
tion. A l'arrire de son navire, le Half-Moon, il ob-
servait le rapide courant du puissant fleuve qui reut le
nom Il'|tii'..in en mmoire de sa prcieuse dcouverte.
Les eaux fluviales coulaient du nord au sud, dans l'Atlan-
tique. Il remonta le fleuve jusqu' Albary; mais l, il
fut arrt par un rtrcissement et remarqua que l'eau
devenait de plus en plus douce. Il pri- lii l'espoir de trou-
ver un passage :i'"'aniqti, vers les Indes; mais il se rjouit
comme d'un gal succs, en se convainquant qu'il avait
fait une des plus belles dcouvertes ralises dans le Nou-
veau Monde.
Il retourna dans la baie de New-York, don't il prit pos-
session au nom de la Hollande. Il fit bientt voile vers
l'Europe, o il rendit compete des rsultats inattendus
de son expedition.
La Compagnie hollandaise des Indes orientales et tout
le Pays-Bas en furent particulirement heureux; car le
pays dcouvert par Hudson tait peupl de mammifres
fourrure, tandis qu'une clientele en tait toute trouve
dans la Russie, qui offrait un sr dbouch tous les
articles de pelleterie.





et la Rpiubliquc dl'Hali


En 1614, Adrian Black construisit dans lile de Man-
hattan, au lieu o se trouve actuellement Beaver Sireet,
les premires cahutes destines rendre habitable le ha-
nmeau qui (levait se transformer en la splendid ville de
New-York. Un fort fut construit, la mme poque,
sur la pointe infrieure de l'le. En peu d'annes, des
forts ou factoreries furent tablis tout le long du fleuve,
jusqu'au fort Orange, du ct d'Albany. Mais ce n'tait
l que de simple posters de commerce et non une vraie
foundation colonial. Ce fut seulement en 1622 que la
Compagnie hollandaise des Indes occidentales fit une
expedition rgulire, comprenant plus de trente families
dle Wallons dans le dessein d'tablir une colonie perma-
nente, qui reut le nom de Nouvelle-Hollande. Une
parties de ces colons, sous la conduite de Cornelis Jacob-
sen May, remonta le Delaware et construisit le fort
Nassau, quelques lieues de l'endroit o se trouve ac-
tuellement la ville de Camden, afin d'affirmer le droit
des Hollandais sur cette region. Enfin Peter Minuits
gouverneur envoy par la Compagnie avec un modest
personnel, acheta des Indiens l'le de Manhattan pour la
valeur d'environ vingt-quatre dollars, en rgularisant
la possession hollandaise aux yeux des anciens propri-
taires, qui devinrent par la suite ses meilleurs amis.
La ville d'Albany fut fonde en 1625.
En 1629, Samuel Godyn et Samuel Blommaert ache-
trent des Indiens la parties du pays qui s'tend de Hen-
lopen l'embouchure du Delaware et, en 1631, une colo-
nie fut fonde Lewes Creek, dans l'tat actuel de Dela-





42 M. Rooscvelt, Prsident des tats-Jnis,

warc. Mais, avant qu'elle pt recevoir les renforts nces-
saires son affermissement, les colons en furent entire-
ment massacrs par les sauvages.
D'ailleurs ce fut au prix de luttes incessantes et meur-
trires que les Hollandais maintenaient leurs positions
contre les frquentes hostilits des aborignes qui, vers
1645, rduisirent leurs colonies un tat voisin de la ruine.
Leur courage ne se dmentit jamais et ils soutinrent
vaillamment les chocs rpts des hordes indiennes. A
ces maux extrieurs se joignirent d'autres causes de d-
couragement. Ils ne jouissaient pas de plus de liberts
politiques ou commercials que dans les colonies an-
glaises. Dans le but d'obliger les colons acheter leurs
fournitures et leurs provisions uniquement de la Hollande,
la Compagnie leur dfendit de manufacturer mme les
plus simples toffes pour leurs vtements, sous peine de
bannissement.
Malgr toutes ces difficults, malgr les exactions au
milieu desquelles se dbattait la Nouvelle-Hollande, aux
prises avec l'arbitraire de ses gouverneurs Kieft et Stuy-
vesant, elle continue prosprer et s'tendre. Mais
plus la colonie prosprait, plus s'imposait la ncessit
d'institutions protectrices des personnel et des biens de
ceux qui, par leur labeur et leur attachment l'ordre,
contribuaient cette prosprit matrielle. Le people,
avide de justice et de scurit, nomma une convention
compose de deux dlgus de chaque tat, laquelle pf-
senta ses dolances au gouverneur, en rclamant les
droits de leurs mandants. Fier et hautain, comme un





et la Rpublique d'Hati


vieux militaire qu'il tait, Stuyvesant rpondit: Nous
tenons notre autorit de Dieu, et de la Compagnie des
Indes occidentales, et non du bon plaisir de quelques su-
jets ignorants. Il ne sortit point de cet altier non
possumuis. Malhcureusement, la Compagnie hollandaise
approuva cette attitude et abandonna les colons au des-
potisme de l'arrogant gouverneur. Aussi bien, lorsqu'en
1664, le duc d'York fit diriger une expedition contre la
Nouvelle-Hollande, sous le commandement de Richard
Nicolls, Stuyvesant fut dlaiss par le people et tous les
tablissements hollandais se rendirent aux Anglais, sans
aucun effort pour soutenir un drapeau qui ne les abri-
tait pas contre la tyrannie et les exactions administrative.
Le nom de Nouvelle-Amsterdam donn la ville fonde
dans l'ile Manhattan fut change en celui de New-York,
qui s'tendit tout l'tat.
L'amour indomptable de la libert et des institutions
qui la garantissent avait domin, chez les colons hol-
landais, le sentiment mme du patriotism. Cependant
les choses n'allrent pas la satisfaction du people, qui
ne tarda pas reconnatre que les fonctionnaires anglais
taient loin de tenir leurs promesses librales. Le pays
tait administr comme l'absolue proprit du duc
d'York; le gouverneur et son conseil, galement nomms
par lui, faisaient et excutaient les lois sans aucun con-
trle. On refusa la colonie mme un rudiment de gou-
vernement reprsentatif. Des taxes excessive y taient
imposes et les titres de proprit, sans excepter ceux
acquis sous la domination hollandaise, furent dclars





44 M. Rooscvelt, Prsident des tatsUUnis,

nuls, dle faon manager an gouverneur des gains nor-
mes, par l'obligation d'en obtenir de nouveaux actes de
vente.
Aprs Nicolls, New-York eut pour gouverneur un
certain Lovelace, qui poussa la tyrannie son comble.
Il se contentait de brler publiquement, sans daigner les
lire, les petitions qui lui taient adresses, pour exposer
les souffrances du people. Le meilleur moyen de tenir
le people dans l'ordre, dclarait-il, est la svrit, en lui
imposant des taxes si lourdes qu'elles ne lui laissent
d'autre libert que de penser comment il pourra s'en
acquitter.
Cependant les colons new-yorkais ne se lassrent pas
de protester. En 1683, leurs plaintes s'levrent un
tel degr que le duc d'York fut oblig d'accorder aux
petits propritaires le droit de nommer une assemble
representative, laquelle se runit en octobre de la mme
anne. Son premier acte fut de rclamer les droits don't
jouissent tous Anglais. Le pouvoir lgislatif souve-
rain, soutinrent-ils, doit rsider pour toujours dans le
gouverneur, le Conseil et le people runis en Assemble
gnrale. Tout franc tenancier et citoyen doit librement
voter pour la representation national. Aucun citoyen
ne doit tre condamn une peine, sinon que par ses
pairs et tout jugement doit tre rendu par un jury de
douze membres. Aucune taxe ne doit tre leve, sous
un prtexte quelconque, sans le consentement de l'As-
semble. Aucun soldat ou marin ne doit tre log chez
les habitants contre leur volont. Il ne doit plus exister





et la Rpublique d'Hati


de loi martial. Personne professant la foi chrtienne ne
doit, en aucun temps ni d'aucune faon, tre inquit ou
questionn pour une difference quelconque d'opinion reli-
gieuse.
Ces privileges furent concds et le duc d'York promit
solennellement de n'en rien changer, sinon l'avantage
de la colonie. Louis XII disait que le roi de France ne
devait point se souvenir des querelles du duc d'Orlans;
Jacques II pensa que le roi d'Angleterre n'avait pas
tenir compete des engagements du duc d'York. Mont
sur le trne, il n'eut rien de plus press que de renverser
toutes les liberts qu'il avait concdes la colonie de
New-York, laquelle devint une province royale dpendant
de son bon plaisir.
A l'avnement de Guillaume d'Orange, la majeure par-
tie du people se runit Jacob Liesler, pour essayer de
rtablir le rgime dmocratique, mais ils succombrent.
Leur chef fut excut, quoique rest dvou la cou-
ronne, mais en criant vengeance au ciel contre les auteurs
de son assassinate juridique. Le people en avait t pro-
fondment mu et jura de ne point abandonner la cause
pour laquelle deux martyrs, Liesler et son gendre, s'-
taient offers en sacrifice. Ceux qui se distinguaient par
leur zle, en faveur du pouvoir populaire, de la tolerance
religieuse et de l'opposition la doctrine de la lgitimit,
continurent la lutte avec tant de courage et de constance
qu'ils russirent faire prvaloir leurs principles comme
lois de la colonie.
Notons que la ville de New-York eut, ds 1732, un






46 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

journal politique fond par John Peter Zenger, sous le
titre de WIeekly Journal. Le journalist, ayant critiqu
l'acte arbitraire du gouverneur et de l'assemble encore
aristocratique, imposant des taxes illgales sur la colo-
nie, fut arrt et livr la justice. Il fut dfendu par
Andr Hamilton, president de l'Assemble legislative de
Pensylvanie, qui dmontra aux jurs que la cause plai-
de devant eux tait celle de la libert de la press dans
toute la colonie et non une cause personnelle Zenger.
Le verdict d'acquittement fut unanime. Le people de
New-York a t ainsi, par l'organe de son jury, le pre-
mier s'assurer cette libert, sans laquelle toutes les
autres restent sans garantie. i
Le duc d'York avait vendu Lord Berkeley et Sir
Georges Carteret une parties de l'ancien territoire de la
Nouvelle-Hollande, situe entire l'Hudson et le Delaware.
Cette parties fut nomme New-Jersey, en l'honneur de
l'le anglaise de Jersey don't Sir Carteret tait gouverneur.
Des immigrants y furent attirs par les conditions lib-
rales accordes par les nouveaux propritaires, leur con-
cdant cinq annes de jouissance avant de payer aucune
rente pour les terres exploites. L'organisation politique
y consistait en un gouverneur, un conseil, et une assem-
ble de reprsentants du people, qui tait laiss le pou-
voir de faire les lois ncessaires l'administration, les
propritaires ne s'tant rserv que le droit de nommer le
gouverneur et les officers judiciaires, avec le droit de
veto.
La colonie prosprait rapidement, ayant pour capital






et la Rpublique d'Hati


Elizabethtown, quand, en 1670, des difficults surgirent
a l'occasion de la reclamation des fermages ds par les
habitants. La plupart des colons s'y trouvaient depuis
la domination des Hollandais et avaient individuellement
achet leurs proprits des Indiens; les autres argurent
qu'ils avaient tabli leurs plantations sans aucune assis-
tance des propritaires et ne leur devaient rien. Le re-
prsentant des propritaires, mis en pril, s'enfuit en
Angleterre, afin d'obtenir la force ncessaire pour sou-
mettre les rcalcitrants.
En 1683, la colonie reut un notable accroissement de
population, par l'arrive des Covenantaires ou presby-
triens cossais qui contriburent puissamment son d-
veloppement conomique. Divise, depuis que John
Berkeley, dgot (le l'arbitraire du duc d'York, avait ven-
(lu sa part de droit au Quaker Edouard Byllinge, la pro-
vince du New-Jersey fut pendant longtemps rclame, en
parties, comme une dpendance militaire de New-York,
tandis que le reste tait rclam come une dpendance
territorial de la Pensylvanie. Enfin, en 1702, les pro-
pritaires de New-Jersey renoncrent leur droit en fa-
veur de la couronne; et la reine Anne runit les deux
parties en une province qui fut place sous l'autorit du
gouverneur de New-York, avec une legislature distinct.
Cette demi-indpendance ne plut gure aux New-Jerseyais,
qui obtinrent, en 1708, un gouverneur eux, de faon
former un tat compltement spar de New-York, quoi-
que conservant le mme esprit et les mmes tendances
politiques que leurs voisins du bord de l'Hudson.






48 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

M.-'.C. HUSETTS
A l'avnement de la reine Elizabeth, nous l'avons
dj dit, il y eut, en Ailet'rt.:T. une grande expansion
d'ides morales et politiques, se manifestant surtout dans
la diversity des sectes religieuses. Les esprits les plus
avancs, en mme temps que i"-'.n.,ir.'-, formrent le puri-
tanisme. Ils rclamaient une forme plus pure et plus
spirituelle dans le culte extrieur. A leurs yeux, l'gigh,
rforme et in:llic.in,.. en reconnaissant come chef le
monarque rgnant, tait peine moins condamnable que
celle de Rome. La reine et les grands dignitaires eccl-
siastiques en furent froisss et dchanrent contre eux
une odieuse perscution. Ne voulant pas se conformer
l'glise officielle, ils furent appels les non-confor-
mistes.
i.,qiil s Ier, qui, en cosse, se montrait d'un libralisme
outr, devint un despite intolrable en matire religieuse,
comme en tout le reste, une fois mont sur le trne
d'.'% ith.rre. Je les porterai se conformer, sous
peine d'tre chasss du royaume on mme pis, dit-il en
parlant des puritains. En un mot, pendez-les, voil tout.
Les conformistes redoublrent les perscutions et le
fanatisme h .iik les disposa mme sacrifier toutes
les liberts politiques qu'ils abandonnrent la merci de
la royaut, rien que pour obtenir la soumission de leurs
adversaires. Ceux-ci devinrent donc forcment les cham-
pions de la libert contre la tyrannie. Incapables de vivre
en paix, sans violenter leurs consciences, ils se r,'ign"rrint
fuir dans la Hollande, don't les .'itl-, rin- avaient appris,





et ta Rpubliq1ii 1'Hati


par leurs propres souffrances, respecter les droits de la
conscience chez les autres. I .-;; ils ne tardrent pas
sentir qu'ils n'avaient point l un foyer assur, une vraie
patrie. Ils comprenaient qu'ils n'taient que des Plerins
et, au lieu de se lamenter sur leur cas, ils levaient leurs
yeux au ciel, leur plus chre patrie, et tranquillisaient leur
esprit.
u.-.' i,.l ,Iil aprs douze ans de cette existence, ils se
dcidrent quitter un pays o ils avaient trouv la scu-
rit, mais don't les mours militaires et maritime cadraient
mal avec leur temperament moral. C'est alors qu'ils
prirent la resolution d'migrer en Amrique, o ils esp-
raient dcouvrir, dans les vastes solitudes du Nouveau
Monde, un foyer o ils pussent adorer Dieu, sans crainte
ni vexation, et lever leurs enfants l'abri de tous exem-
ples pernicieux. Le 22 dcembre 1620, les Pilgrim
Fathers ou P'res Plerins, parties de Plymouth bord
d.u -'., rn t .r, dbarqurent dans la baie du cap Cod,
sous la conduit e de William Brewstcr, le plus g d'entre
eux. Pntrs (le la ncessit d'une organisation politique
de leur petite communaut, le premier acte des Plerins,
aprs avoir jet l'ancre, fut d'esquisser un systme de
gouvernement, par le pacte suivant qui fut r.'.li,: dans
la cabinet du Mayflower et sign de tous les homes de
l'i.:-.T..'lini' au nombre de quarante et un:

Au nom de Dieu, amen.
N'os soussigns, les loyaux sujets de notre redout
souverain, le roi Jacques, ayant, pour la gloire (le Die
et l'avancement de la foi chrtienne et pour l'honneur





50 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

tant de notre roi que de notre pays, entrepris un
voyage dans le but de fonder la premiere colonie ta-
blir dans la parties septentrionale de la Virginie, conve-
nons par ces prsentes, solennellement et iiniiitlliiirii,
en presence de Dieu et les uns en face des autres, de nous
runir en un corps civil et politique, pour notre meilleure
organisation, notre conservation et la poursuite des fins
susdites, en vertu de quoi, nous entendons dcrter, cons-
tituer et former graduellement telles lois, ordonnances,
actes, constitutions et functions justes et quitables qu'il
sera jug le plus convenable pour le bien gnral de la
colonie et auxquels nous promettons toute la soumis-
sion et toute l'obissance ncessaire.
Le rocher sur lequel ils mirent le pied, en dbarquant
sur le rivage, est encore conserv parmi leurs descen-
dants. La tradition a galement gard le religieux res-
pect du vieux pacte constitutionnel -;'n.' par les fonda-
teurs de l'.i:t de Massachusetts, don't le premier tablis-
sement reut le nom de Plymouth, en mmoire de la ville
anglaise d'o ils partirenii pour se rendre en Amrique.
La foundation de Plymouth encourage d'autres entre-
prises coloniales. Bientt Portsmouth et Dover furent
er:T;lbli d'une faon permanent.
En mars 1629, la Cr-irilagiii e de Massachusetts obtint
du roi d'Angleterre la confirmation de sa charte, d'aprs
laquelle le gouverneur tait lu pour un an par les ci-
toyens, tandis que se rtunirait, des poques fixes, un
Conseil gnral ayant pouvoir de faire toutes les lois don't
la colonie aurait besoi'4 ns qu'on ft oblig d'en rf-
rer au roi. Le 26 aot de la mme anne, John Winthrop
et onze de ses amis riches et instruits russirent obtenir






et la Rpublique d'Hati


que le sige du gouvernement de la colonie serait tabli
dans la Nouvelle-Angleterre ou territoire des anciennes
provinces revenues les tats de Maine, Vermont, Con-
necticut, Rhode-Tsland, Massachusets et New-Hampshire.
C'tait presque l'indpendance.
WVinthrop fut nomm gouverneur du Massachusetts et
partit l'anne suivante pour la colonie evec environ sept
cents migrants months sur onze navires. Salem tait d-
j fonde et relativement bien habite, ds 1628, mais
cherchant un endroit o il pt s'approvisionner plus abon-
damment d'eau pure et frache, il alla jeter les fonde-
ments d'une nouvelle ville sur la pninsule de Shawmut,
laquelle il donna le nom de Boston, en mmoire de la
ville du mme nom, dans le Lincolnshire, en Angleterre,
d'o tait originaire le pasteur de la premiere glise de la
future capital du Massachusetts.
Vers la mme poque, Roger Williams, fuyant la pers-
cution politique et religieuse que lui valurent ses ides
alors trop avances, s'enfona dans le dsert et, ayant
gagn la confiance et l'amiti des aborignes Narra-
gansett, fonda la ville de Providence, nomme en recon-
naissance du concours providentiel qui lui fit trouver un
refuge parmi les sauvages peau rouge pour se mettre
l'abri des dangers qu'il courait au milieu de ses
congnres civiliss. Bientt Anne Hutchinson, la pre-
mire fministe militant, rclama pour le beau sexe le
droit de participer aux runions o les homes discu-
taient les textes bibliques. Ses doctrines menaaient l'au-
torit des Ministres, qui se ligurent contre elle et son






52 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

protecteur, le gouverneur Vane, un home de la plus
saine intelligence-dit Bancroft-un home d'Ltat
d'une intgrit immacule, don't le nom effac de la ru-
brique des fanatiques et des traitres par le progrs de la
pense et de l'esprit liberal, sera inscrit en tte de i niie,
parmi les aspirants de la vrit et les iii:rt'.ri de la li-
bert. Madame Hutchinson, quoique convaincue que
ses adversaires taient les maitres de la situation, aprs
le dpart de Henri Vane pour la mtropole, ne cessa
point de prcher. Pour la rduire au silence, elle fut
exile de la colonie, avec tous ses partisans. Aprs avoir
fond la ville d'Exeter, dans le New-HIampshire, ils se
dliri i-m.iiii vers le sud, dans le but de s'tablir sur Long-
Island ou dans le Delaware; mais Roger V, ii:iin les
persuade de se fixer prs de son tablissement et obtint
pour eux du chef des NLI'rral. a ;nw- le don de la superbe
le situe au fond de la baie du mme nom et qu'ils nom-
murent l'le des Roses ou Rhode-Island. Le Gouver-
nement qu'ils formrent fut une pure dmocratie. La
longanimit de Roger ne tarda pas renouer les rela-
tions entire les colons qui vinrent le joindre Providence
et ceux du Massachusetts, o les contentions religieuses
furent une cause de troubles continues entire des hom-
mes expatris en vue de chercher un asile assur la
libert de conscience.
Mais au fond de cette lutte mme. il resta toujours
un esprit de Irl.ri et le solidarity chrtienne, qui em-
pcha qu'on n'en vint cette haine sanguinaire don't l'his-
toire des religions offre de si regrettables examples.






et la Rpublique d'Hati


Le Maine, don't les premiers tablissements furent
fonds par les Franais, en 1625. fut annex au Massa-
chusetts en 1652. et n'en fut dtach que plus de qua-
rante ans aprs la declaration de 'indpendance am-
ricaine.
En rsum le Massachusetts et Rhode-Island n'eurent
pas le dveloppement prcoce et merveilleux qui fut le
lot d'autres tablissements coloniaux de l'Amrique du
Nord; mais l'agriculture, malgr le peu de fertilit du
sol, y prospra rgulirement et l'industrie s'y dveloppa
vite, sous un gouvernement aussi peu encombrant qu'il
tait efficace.
Si la colonies se dveloppa lentement, elle se dve-
loppa constamment, dit un historian, parlant du Massa-
chusetts: et. la longue, les Plerins eurent leur rcom-
pense, en voyant leur petit tablissement s'tendre en une
province "I -ri.- ti. dans laquelle les principles de la li-
hert civil taient chris, la religion honore, l'industrie
et l'conomie acceptes come bases de la richesse.
Boston deviant bientt le principal centre intellectual de
toutes les colonies anglaises de l'Amrique et peut-tre
du Nouveau Monde. Le Massachusetts eut la gloire de
voir clater dans sa capital la revolution qui devait af-
franchir les futures tats-Unis de la domination anglaise
et la gloire encore plus grande d'avoir te le premier de
ces tats effacer dle son organisation politique et co-
nomique l'l;,.'riil '..- esclavage des noirs, qui y fut aboli
ds 1783.






54 M. Roosevelt, Prsident des tatt-Unis,

LE CONNECTICUT
En 1635, les Plerins rsolurent d'tablir une colonie
dans l'attrayante region du Connecticut. Cette premiere
e:pl-',l,-,.n. n'tant pas heureuse, en fut suivie, en 1836,
par une autre, qui eut un meilleur rsultat. Ils coloni-
srent Hartford, fondrent Sprinngicl et consolidrent
l'tablissement de \\'cthlrriield.
Les colonies du Connecticut prirent un dveloppement
rapide, grce l'excellence du sol et l'agrment du cli-
mat qui y attirrent de nombreux immigrants. Elles
furent cependant harceles par l'hostilit des Indiens, par-
ticulirement par la trihu des Pequods, que les colons
furent obligs de dtruire compltement, avant de se sen-
tir en scurit. En 1639, ils adoptrent une constitution
tablissant un gouvernement civil dans la colonie. Elle
tait plus librale, par consquent plus durable, qu'au-
cune autre forme par d'autres colonies. Elle fixait,
pour l'administration de la colonie, un gouverneur, une
legislature et des magistrats de mme caractre que ceux
desservant les functions usites dans un comt ou une
province anglaise, lesquels magistrates devaient tre lus
par un scrutiny annual. Tous les habitants qui avaient
prt le serment d'allgeance l'tat, devaient jouir du
droit de suffrage. Le nombre des membres de la lgis-
lature tait proportionn celui de la population. La
colonie exerait la puissance souveraine dans les limits
de l'tat et ne reconnaissait aucune suprmatie au Roi
ou au Parlement.' Cette charte fut positivement re-
'H. D. Northrop: Our Country, pp. 155, 156.





et la Rpublique d'Hati


connue par Charles 11, en 1662. lors (le la reunion de la
colonie de New-Haven avec celle de Connecticut, avant
Hartford come ville principal. Quand le Connecticut
prit place parmi les tats (le l'Union amricaine, sa cons-
titution n'eut besuin d'aucun changement pour s'adopter
au novel prdre de choses.


Li: M.\RYLAND

Lord Baltimore, de religion catholique, voulut tablir
une colonie dans une partic de la Virginie. Il s'y rendit,
en 1629, dans le dessein d'obtenir la concession du terri-
toire ncessaire la ralisation de son project. Tous ses
efforts y furent vainement prodigus. Incapable d'abou-
tir aucun rsultat, grce aux exigences en matire de
foi auxquelles le soumirent les colons protestants, il s'en
dtourna, en obtenant du roi d'Angleterre une patent
qui lui concda tout le territoire comprenant peu prs
celui qui appartient actuellement au Maryland. Il n'y
aurait, en s'tendant sur le Maryland, qu' rpter, le
plus souvent, l'histoire et les institutions d'une colonie
que nous connaissons dj.
Comme la Virginie, crit Bancroft, le Maryland tait
une colonie de planteurs; son principal produit tait le
tabac et sa prosprit tait galement entrave par l'op-
pression des lois sur la Nazigafion. Comme la Virginie,
il ne possdait pas de villages considrables; ses habi-
tants se parsemaient au milieu des forts et le long des
rivires; chaque plantation tait un monde resserr en





56 M. Roosevelt, Prsident des tat-Unis,

lui-mme et c'est vainement que l'on tenta d'y crer des
villes, par des decisions lgislatives. Comme la Virginie,
ses laboureurs taient, en parties, des a engags don't
le terme de service tait prolong par une legislation per-
svrante, en parties, des esclaves noirs qui y taient intro-
duits, ds la premiere priode de la colonie, et don't l'im-
portation tait favorise par la cupidit anglaise et par
les status de la colonie. Comme dans la Virginie, le
pouvoir de nommer presque toutes les functions, dans
les comts aussi bien que dans l'tat, ne revenait point
au people et le pouvoir judiciaire tait plac au-dessus
de son contrle. Comme dans la Virginie, le parti des
propritaires, qui dtenait le gouvernement, tait jaloux
de ses prrogatives et anim des principles royalistes, qui
font driver de la volont divine la sanction de l'autorit
politique. Comme dans la Virginie, les taxes recouvres
par les agents du Comt n'taient point concdes par le
vote du people et, par consquent, taient onreuses, tant
par leur montant excessif que par la manire don't elles
taient recouvres.'
La seule difference, entire les deux colonies compares
par le grand historien amricain, c'est que l'esprit de li-
bert populaire, qui persista en dpit de tout, dans la
Virginie, fut inconnu au Maryland et remplac par un
temperament de conciliation et d'humanit, propre
adoucir les injustices, mais qui ne suffira jamais pour
les abolir, au nom du droit et de la vrit.

'History of the United States, Vol. II, p. 235.






et la Rpublique 'Iizit


LA PENSYLVANIE

Colonise d'abord par les Sudois, la Ii-.,1 a;nii.
fut conquise, en C.:.-I. par les Hollandais qui, leur tour,
en furent dpossds, dix ans plus tard, par les Anglais.
Elle doit son nom William Penn, une des plus belles fi-
gures don't s'honore 'histoire. Fils et hritier d'un ami-
ral considr comme l'un des chefs les plus distingus
de la marine britannique, il renona la carrire des
honneurs pour se consacrer exclusivement la propa-
gation de la foi chrtienne, dans le rang des humbles
don't tait recrute, en grande parties, la secte des Qua-
kers, nomme la Socit des amis. Cherchant un asile
ses frres en relief i. ri condamns toute sorte de vexa-
tions et de perscutions, il profit, en 1675. des embarrass
d'un certain Edward Byllinge, qui avait achet les int-
rts de Lord Berkeley, 7.T-. Jersey, pour les acqurir
au bnfice des Quakers. En 1676. un gouvernement
y fut constitu, suivant la volont du people, garantis-
sant aux habitants la protection et l'galit, dans tous
leurs droits et privileges tant religieux que politiques.
Les Quakers anglais y vinrent, en foule. Penn qui avait
hrit d'une crance de seize mille livres que son pre
avait contre le gouvernement anglais, proposal de l'chan-
ger contre une concession (le territoire en Amrique: sa
proposition fut accepte. rai la -,.bIi. ii ,.,- des lords
North. Halifax. Sunderland et du duc d'York. qui
taient de ses amis. Cette concession lui fut octrove en
'. .i. Elle s'tendit au territoire plac l'ouest de la





58 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

rivire du Delaware et formant, peu prs, l'tat de
Pensylvanie, tel qu'il est actuellement circonscrit.
Il y attira tous ceux qui voulaient y fonder des ta-
blissements permanent, par une proclamation dans la-
quelle il dclarait son intention de laisser les habitants
libres de faire les lois appeles les rgir. Je me pro-
pose, disait-il, de ne laisser aucun pouvoir, ni moi, ni
mes successeurs, de commettre aucun tort, afin que la
volont d'aucun home ne puisse contrarier le bien de
tout un pays. Contrairement aux autres colonies, celle
de la Pi ,n'.l.' ii n'eut jamais :.inui !-r .i r avec les In-
diens environnants; car les Quakers peun. -: iii -ns met-
taient dans leur condulte autant de justice que d'at-
trayante douceur.
En i~,;, Penn fonda la ville destine devenir la ca-
pitale de l'tat et il la nomma Philadelphie (amour fra-
ternel), en tmoignage des principles qu'il voulait faire
rgner comme la loi constitutive de ses possessions. Mais
il ne gota aucun plaisir conserver les vastes pouvoirs
qu'il avait sur la colonie, en sa quality d'unique propri-
taire. Ds 1682, il avait convoqu le people et lui avait
donn une charte que Bancroft rsume ainsi: Dieu
tait dclar le seul matre de la conscience; le premier
jour de la semaine (le dimanche) tait rserv come
un jour de loisir pour le repos de tous les tres crs.
La rgle de l'galit tait introduite dans les families par
l'abrogation des privileges de la primogniture. La pa-
role d'un homme devait faire preuve, sans y ajouter le
serment. Tout homme assujetti des cli'irt. eiviles





"et la Rpublique d'Haiti


possdait le droit de suffrage; et, sans gard aux scctes,
tout chrtien tait ligible aux functions publiques. Au-
cune taxe ou droit de douane ne pouvait tre recouvre
qu'en vertu d'une loi ... Le meurtre tait le seul crime
punissable par la mort. Le marriage tait considr
come un contract civil et l'adultre, un crime...
Cependant la Socit des Amis ne prserva pas tou-
jours ses membres contre l'esprit de dispute et les con-
tentions religieuses. Sous prtexte de tirer toutes les
consequences logiques (le la doctrine clu doux et magna-
nime Georges Fox, un certain George Keith causa assez
de troubles dans la colonie pour fournir Guillaume III
un prtexte don't il se saisit avec empressement, en d-
clarant que la Pensylvanie tait transforme en province
royale.
En avril 1693, un gouverneur royal y fut en effet en-
voy. Le people indign refusa de reconnaitre son auto-
rit et l'Assemble colonial affirma solennellement la
validit des lois faites d'aprs la charte accorde Will-
iam Penn par Charles II. Cette Assemble fut dissoute,
en 1694. Cependant Penn obtint la restauration dle ses
droits sur la Pensylvanie. Incapable de voyager, faute
de moyens pcuniaires, il y dputa son neveu Markham.
sous la convocation de qui une nouvelle assemble se
runit, en 1696. Elle fit plusieurs changements dans
l'ancienne charte constitutionnelle et plaa le contrle du
gouvernement colonial entire les mains du people, en lui
confiant l'lection de tous les fonctionnaires. Ces chan-
gements furent sanctionns par Penn, en 1699, poque






6o M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

o la colonie du Delaware fut dfinitivement spare de
la Pensylvanie.
Au commencement du 1Sn" sicle, de nombreux im-
migrants irlandais et cossais vinrent s'tablir dans la
colonies pensylvanienne, et ce courant immigration
continue assez longtemps. C'taient surtout des pres-
bytriens et ils formaient une communaut nergique,
intelligence et industrieuse. Par leurs nouvelles planta-
tions, ils tendirent constamment vers l'ouest les fron-
tires de la colonie, qui devint bientt l'une des plus pros-
pres de l'Amrique du Nord.
Il fut question, encore une fois, de river la Pensyl-
vanie de sa charte et de la transformer en province
royale. William Penn qui tait alors dans la colonie, o
il avait rsolu de finir ses jours, s'embarqua pour l'An-
gleterre, afin d'aller y dfendre les immunits constitu-
tionnelles de la Pensylvanie, don't il fut le propritaire
lgalement reconnu. Malgr l'pret que le gouverne-
ment de la mtropole mettait s'emparer de cette riche
province, don't on esprait tirer de nouvelles resources
pour le fisc ou une prbende pour les favors, le grand
aptre du Quakerisme, le bienfaiteur de tout un people,
en triompha heureusement. Ses hates vertus, qui
taient revenues l'objet de l'admiration gnrale, par-
lrent pour lui; et les prtentions de la couronne durent
encore reculer.
Aprs avoir consacr l'activit de sa vie entire et d-
pens un riche patrimoine pour faire des homes heu-
ieux, William Penn mourut pauvre, en 1718, au milieu





et la Rpublique d'Hati


de l'estime et de la sympathie de toute l'Angleterre. Il
avait fond une dmocratie et il prouva, par la plus g-
nreuse renonciation des pouvoirs vraiment royaux,
que le principal but de sa vie tait le bien de ses sem-
blables.,i

CAROLINES DU INORD ET DU SUD

La svrit que l'on mit dans la Virginie obliger
chacun de se conformer l'glise tablie, porta un grand
nombre de colons dissidents se retire dans les rgions
de la Caroline du Nord, afin de jouir pleinement de leur
libert de conscience. Les premiers migrants furent des
presbytriens qui s'tablirent dans la zone septentrio-
nale de cette dernire province. Ils furent suivis par
d'autres coreligionnaires. Vers l'anne 1663, ces para-
ges furent habits par une population de langue an-
glaise, qui croissait et prosprait rapidement. Pourtant,
sans s'inquiter des occupants, Charles II, dans la mme
anne, accord au comte de Clarendon et sept autres de
ses favors la concession du territoire s'tendant des
frontires mridionales de la Virginie St-John's River,
et de l'Ocan Atlantique au Pacifique. Le pays, dans
sa parties orientale, avait reu le nom de Caroline, en
l'honneur de Charles IX, par les Franais qui y avaient
fond un tablissement, un sicle auparavant; l'ancien
nom lui fut conserv par les concessionnaires anglais,
mais en l'honneur de Charles Il d'Angleterre. N'ayant
en vue que de s'enrichir, ceux-ci affichaient toutefois un
'H. D. Northrop: Our Country, p. 226.





62 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

zle pieux, ne paraissant agir que pour la propagation
(le l'vangile. Une constitution fut rdige par le come
de Shaftesbury, l'un des concessionaires, et John Locke,
presque inconnu cette poque. Cette constitution ap-
pele Le Grand Modle mrite d'attirer l'attention,
cause de son absurde illibralisme qui semble tre en
si parfaite contradiction avec la clbrit don't jouit le
nom de Locke, dans l'histoire de la philosophie. En
voici un rsum.
Le Grand Modle cra un ordre de noblesse auquel
seul tait laiss le droit de gouverner. Des comes, des
barons, des cuyers constituaient les chefs naturels des
diverse classes de la socit; et la masse du people tait
attache au sol, en quality de fermiers.
Un simple tenancier ne pouvait jamais s'lever au
dessus de son humble condition; il ne jouissait point du
droit de suffrage, qui n'tait accord qu' ceux qui pos-
sdaient cinquante acres de terre.
Les citoyens avaient le droit de former une assem-
ble, mais ce corps restait sous le contrle absolu de la
noblesse. La libert religieuse tait promise tous, mais
la constitution dclarait expressment que la seule glise
orthodox tait l'glise d'Angleterre...,
Cette constitution allait positivement l'encontre de
l'esprit d'indpendance religieuse et politique don't les
farouches colons de la Caroline du Nord avaient fait
preuve, et en fuyant le gouvernement de la Virginie, et
par leur propre organisation.


'H. D. Northrop: Our Country, p. 228.





et la Rpublique d'Haiti 64

En effet, au dire des historians amricains, les Caro-
liniens jouissaient alors d'une heureuse libert, sous un
ciel toujours clair. Ils vivaient dans des buttes, le long
des rivires et sur le rivage du dtroit d'Abmarle. Le
pays n'avait pas de routes, mais des sentiers tracs
travers la fort. Ils se visitaient et n.. .;: '...ii rit en cannot,
et les femmes mme savaient manier la rame. Ils fai-
saient peu d'usage des lois; car ils formaient, en gnral,
une race vertueuse et simple de coeur. Dans l'exercice
de leur devoir ou de leur droit, ils n'exigeaient aucune
contrainte. Jusqu'en 1722, ils n'eurent point de Palais
de Justice; leur premiere glise n'a t construite qu'en
1705 et ils jouissaient d'une parfaite liberty de cons-
cience. Cependant c'tait un people ayant la crainte dle
Dieu, don't ils coutaient la parole vanglique avec em-
pressement, quoique spars du monde et insouciants des
luttes qui remuaient l'Europe dans ses fondements.>
En i(.r ,. Sir John Yeamans, originaire de la Ilarbade,
acheta des propritaires une portion du territoire d'en-
viron treize lieues carries et en fut nomm .-.i.'. ri iir.
Il fonda un tablissement form d'migrants venus de la
Barbade. Ne russissant pas tablir une ville, et la
-i 1-ii de la terre ne leur promettant gure une cul-
ture rmunratrice, les nouveaux colons se mirent cou-
per et exporter les bois de construction et crrent un
commerce, en planches, douves et bardeaux pour essente,
avec les diverse Antilles, commerce continue jusqu'
nos jours par leurs descendants. Tous les efforts des
'H-. D. N..nrr..i,: Our Counitry, p. 230.





64 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

nobles propritaires pour mettre en vigueur la Consti-
tution rdige par Locke et Shaftesbury restrent im-
puissants. Le gouverneur Stevens, venu d'Angleterre
pour y tenir la main, dut continue administer la co-
lonie suivant l'ancien systme, en attendant qu'on pt
rgler la contestation. Dcd en 1674, il fut remplac
par Cartwright, alors president de l'assemble colonial.
Bientt les difficults prirent un caractre aigu, avec les
exigences des propritaires qui rclamaient le paiement
d'une taxe, pour leurs revenues, et l'excution des lois sur
la Nao: i-..,',i. qui menaait la colonie d'une ruine cer-
taine. Il en rsulta une insurrection. Le people fit sor-
tir une proclamation par laquelle il exposa au monde
les griefs qui l'avaient port cette action rvolution-
naire. C'taient principalement la perte de ses liberts
par les changements introduits dans le gouvernement,
l'imposition de taxes excessive et les entraves mises
son commerce par les charges et 'i!iprrl]-miniit- qu'y fai-
saient peser les lois sur la N;i'.'i;Li"ii
Par pur accident, la colonie resta une huitaine d'an-
nes livre elle-mme. En effet, Slothel. un co-pro-
pritaire choisi par le comte de Shaftesbury et les autres,
en quality de gouverneur, au moment de la rvolte, fut
capture par des pirates alg.iirn. en se rendant son
poste. Durant sa longue captivit, le gouvernement co-
lonial continue tre ilvigi; par les insurgs. Les pro-
pritaires fermrent les yeux sur cet tat de choses et se
contentrent de demander aux Caroliniens de mettre
de l'ordre parmi eux-mmes. L'ordre fut maintenu:





et la Rpublique d'Hati


une amnistie fut dcrte. Qnii.iiil Slothel arriva dans
la colonie, en 1683, la paix et l'ordre rgnaient. Mais
son administration ne fut qu'une suite d'exactions, si bien
que le people, aprs avoir patient durant cinque annes,
se souleva de nouveau et le chassa du pays, en le condam-
nant une anne d'exil et l'incapacit perptuelle de
remplir les functions de gouverneur. C'tait un acte hard
et un dfi formal lance aux propritaires qui n'avaient
puis leur droit que dans le bon plaisir de Charles IT.
En 1670, le comte e ie Slafteshlry et ses co-propri-
taires expdirent une compagnie immigrants, sous la
direction de \William Sayle et Joseph \West, qui, aprs
tre descendus Port-Royal, l'endroit o se voyaient
les ruines du Fort Carolina bti nagure par les Fran-
ais, se mirent en qute l'une meilleure position pour
l'tablissement d'une nouvelle colonies. Ils fondrent
Charleston en 168o.
Comme les colons de la Caroline du Nord, ils refu-
srent les du Granrd Mode. don't on leur avait remis un exem-
plaire, leur dpart de l'Angleterre. Ils tablirent un gou-
vernement conforme leurs besoins; il consistait en un
gouverneur, un conseil de dix membres, don't cinq nomms
par les propritaires et cinq nomms par une assemble
de vil -t-cinq membres, qui taient lus par le people et
formaient un corps politique absolument distinct. C'tait
la meilleure forme du gouvernement reprsentatif; aussi
fut-elle toujours considre par les Caroliniens du Sud
come leur plus prcieuse conqute!





66 M. Roosevelt, Prsident des tats-Unis,

La colonie se dveloppa rapidement, h r.'i-. la douceur
du climate et la fertilit de son sol. L'--.,la..tg, des
noirs y fut introduit, ds son origine, par une importa-
tion d'esclaves africains tirs de la Barbade et transpor-
ts par Sir John Yeamans, en 1671. La population noire
croissait avec rapidit, tant par la natalit que par de
nouvelles importations. Les noirs se multiplirent si
r i li.lci nii f dit Bancroft, qu'en peu d'in''~: ils taient,
relativement aux blancs, dans la proportion de vingt-
deux douze. La colonie s':i in nl.,i d'un : .ntiii-.:nt
notable d'immigrants hollandais et allemands, de religion
protestante. Les Huguenots furent encourages tout
particulirement par Charles II d'A :-.i. rr.. aller
s'tablir dans la Caroline du Sud, o il leur offrait un
refuge contre la perscution religieuse, en dsirant, au
fond, les y voir apporter la culture de la Mir,. et de
l'olive, ainsi que l'levage du ver soie, sources incon-
testables de richesse pour leur pays. La revocation de
l'dit de Nantes, (dit :.'rrlir..p, chassa de la France des
milliers de Huguenots. Une bonne parties de ceux-l
rallirent leurs frres dans la Caroline du Sud. Ils
taient presque toujours des personnel industrieuses et
de bonne education. Ils formaient en France, la parties
la plus utile et la plus intelligence de la population. Ils
avaient presque monopolis l'1ha1li:t.. mcanique et les
entreprises commercials de leur pays natal; et leur perte
y fut durement ressentie durant plusieurs gnrations.
La lutte entire les colons et les propritaires se montra
aussi pre, la resistance fut aussi opinitre que dans la





et la Rpublique d'Hati


Caroline du Nord. En 1685, il leur fut envoy tun nou-
veau gouverneur, Jamnes Colleton, qui essaya d'excu-
ter la Constitution intitule le Grand Modle et de re-
couvrer les revenues des propritaires avec les taxes qu'il
avait imposes. L'Assemble s'empara des registres de
l'tat, emprisonna le secrtaire colonial et mit le gouver-
nement au dfi de fair excuter ses ordres. Ils allrent
plus loin, en i ir avant proclam le gouvernement de
Guillaume d'Orange et de la reine Marie, ils dshabili-
trent Colleton et le bannirent de la colonie.
Les propritaires, malgr leurs privileges, furent obli-
gs de cder, ne pouvant venir bout des contentions
qui se renouvelaient indfiniment. Dans l'espoir d'y
mettre fin, ils abandonnrent leur ide de faire excuter
dans la Caroline du Sud la fameuse constitution formu-
le par Shaftesbury et Locke. Cette constitution fut
abolie par un vote formel, en avril 1693, et ils accor-
drent la colonie la facult de se gouverner, aux ter-
mes de sa propre charter. Sous l'administration le John
Archdale, un honnte membre de la Socit des Amis,
la Caroline eut un bienfaisant rpit. Sa gestion causa
une satisfaction si gnrale qu' sa retraite de la colonie,
en t1 .'!, l'Assemble colonial dclara que par sa sa-
gesse, sa patience et son travail, il avait jet une fonda-
tion solide pour une plus glorieuse construction. Mais
ce n'tait qu'un rpit. Les contentions ou les difficults
politiques, religieuses ou conomiques reparurent bientt.
Cependant, malgr tout, la colonie continue prosp-
rer et sa population se dveloppait dans une croissance





68 M. Roosevelt, Prsident des tats-?Jnis,

acclre. Un fait insignificant y avait particulirement
contribu. Durant l'administration de John Archdale,
le capit.ine d'un navire venu de MlI.lagas.:ar lui fit pr-
sent d'une quantit de riz, qu'il distribua parmi les plan-
teurs, dans le but d'exprimenter si cette gramine pou-
vait etre cultive dans les rCii'.s maritime de la co-
lonie reconnues impropres la culture du bl. L'ex-
prience fut couronne d'un plein succs, et la colonies
se livra, ds lors, la culture du riz qui est devenue une
de ses principles industries. Le riz de la Caroline fut
bientt ct come le iiill-ir du monde.' Un actif
commerce de fourrures s'y dveloppa en mme temps, la
fabrication du goudron et l'exportation des bois de cons-
truction y furent autant de sources de richesses. Les
Caroliniens du Sud pensrent qu'ils pouvaient fabriquer
avec succs la plus grande parties des toffes ncessaires
leur besoins et ils s'y essayrent. Mais ils en furent
arrts par le gouvernement britannique dont le plan
tait de forcer les colonies tre les tributaires de l'An-
gletcrr., pour tous les objets fabriqus. Les colons ne
devaient expdier leurs products qu' la mtropole seule
et ne devaient recevoir que d'elle leurs approvisionne-
ments de toute sorte. C'est ainsi que la Caroline du
Sud dut concentrer toute son activity productrice dans les
travaux agric .1; et que ses importations d'esclaves s'ac-
crurent dans une si large measure.
La Caroline du 'ord, elle aussi, avait c.ntiili,.
prosprer; et son people vivait heureux avec son sys-
i'. D. Northrop: Our Country, p. 237.





et la Rpublique d'Hati


tme de moins de gouvernement possible. En 1711,
aide matriellement ou moralement par la Caroline du
Sud ou la Virginie, elle finit par chasser de son terri-
toire les Tuscaroras, une des plus belliqueuses tribus in-
diennes. Ce fut charge de revanche; car, en ,i7i,, la
Caroline du Nord, don't les affaires taient alors sur un
!.ilI,.nr pied, eut aider ses voisins repousser les Ca-
tawbas et les Cherokees, qui avaient inopinment atta-
qu les frontires de la Caroline du Sud.
Les propritaires n'ayant fait aucun effort pour por-
ter secours aux habitants des deux colonies, pendant
leur lutte contre les Indiens, les colons rsolurent de ne
point reconnaitre de pacte avec leurs anciens seigneurs.
La contestation tant porte devant le Parlement, l'il-
lustre Assemble dclara que les propritaires taient
dchus des droits que leur attribuait la charte de Charles
II. Toutefois, dans le but de mettre fin au liti.... ces
droits furent en 1729, rachetes par la couronne pour la
some de cent dix mille d.Jjr-.
La Caroline, devenue une province royale, fut divise
en deux tats distinct, la Caroline du Nord et la Caro-
line du Sud, i. :it chacun un gouvernement royal la
tte de son administration. L'amour de la libert et
l'esprit de resistance au despotisme, enracins dans le
cur de chacun, persistrent inspire les Caroliniens,
malgr ce changement de domination officielle, qui ne
les attnua qu'apparemment.
Aprs un coup d'eil sur l'histoire absolument sug-
gestive du dveloppement conomique, politique et so-





70 M. Roosevelt, Prsident des tats*Unis,

cial des dix principles colonies don't nous avons tudi
la superbe closion, on peut se faire une just ide de ce
que fut la colonisation anglaise en Amrique, vers le mi-
lieu du i8e"" sicle. Elle tait le rsultat des initiatives
individuelles. L'origine en est l'expansion morale que
produisit en Angleterre la dli %r.ltc des sectes religieuses.
Ces sectes, nes de la Rforme, soulevaient des discus-
sions d'ordre suprieur. Le besoin d'affirmer leur foi,
suivant leur conscience, enfanta chez les croyants une
pousse irresistible de la pense, en mme temps que la
volont de tout sacrifier, mme la patrie, pour s'assurer
la liberty de travailler son bien-tre, en ce monde, et
son bonheur, dans l'autre.
Un trait particulier de ces circonstances et que tout so-
ciologue avis aurait pu induire avant toute constatation
historique: ce fut l'esprit localiste qui dominant dans
chacune des colonies. Quoique relevant toutes, plus ou
moins, de l'Angleterre; quoique parlant toutes la langue
anglaise, ayant en gnral le sang anglo-saxon dans les
veines, elles se dvelopprent paralllement, mais sans ja-
mais reconnaitre entire elles aucune solidarity morale ou
politique. Bien plus; on peut mme, en scrutant attenti-
vement les details de leur existence individuelle, s'il est
permits de s'exprimer ainsi, observer un certain antago-
nisme, pouss parfois jusqu' l'antipathie, entire les an-
ciennes provinces coloniales.
L'explication s'en trouve non seulement dans l'indivi-
dualisme qui caractrise leurs points de dpart, mais en-
core dans le fait de l'oppression conomique obligeant





et la Rpublique d'H,,'il


toutes les colonies ne s'occuper que de la culture des
deures agricoles ou des exploitations forestires, leurs
products n'tant exportables que dans les ports de la
Grande-Bretagne. Au lieu (le commencer entire elles et
de se sentir intresses, les unes la prosprit des autres,
par des changes intercoloniaux qui feraient supplier les
unes aux besoins distincts des autres, elles furent toutes
forces se faire une concurrence en champ clos, n'ayant
en gnral que les mmes products offrir sur un march
special. C'tait tout privilege et tout bnfice pour l'An-
gleterre. Mais l ot il y a concurrence, c'est--dire oppo-
sition d'intrt, on ne saurait s'attendre des sentiments
de sympathie et de solidarity. Aussi les relations des co-
lonies s'en ressentirent-elles, leur mutuel dtriment.
En effet, le particularisme, qui les rendait les unes in-
diffrentes aux dolances des autres, en face des lois
gostes et arbitraires de la Grande-Bretagne, permit
celle-ci de ne voir en elles qu'une source de jouissances
illgitimes, mais assures. Cela devint surtout palpable,
quand la pltiil'.,t des colonies furent transformes en pro-
vinces royales. Ces lois, dit Northrop, taient le com-
mencement d'une politique dlibrment adopte par l'An-
gleterre et dans laquelle elle persista plus d'un sicle,
dans le dessein d'enrichir ses classes mercantiles, en d-
pouillant tes colons des justes rcompenses de leur travail.
Les Amricains taient considrs par la mre-patrie
come des tres infrieurs et assujettis qui avaient t
placs par elle dans quelques colonies tablies dans des
rgions loignes, pour le bnfice de son commerce. Le





72 M. Roosevelt, Prsident des tatS-Unis,

droit natural qui appartient tout home d'acqurir la
proprit et la richesse, par l'exercice de son activity co-
nomique, leur tait dni. Ils devaient travailler afin que
les commerants anglais pussent devenir riches leurs
depens! 1
Le bon sens de Franklin lui fit saisir toute la ncessit
qu'il y avait oprer l'unification administrative et poli-
tique des treize colonies: mais jusqu'en 1754, il ne put
faire accepter ses ides et son plan, mme par les colonies
de la Nouvelle-Aii:nlt~ re. Cependant une circonstance
historique vint bientt produire le double rsultat de por-
ter la Grande-Bretagne faire plus d'attention ses d-
pendances amricaines, et de crer entire les colonies un
lien moral qui leur conmmuniqua dsormais un meilleur
sentiment de leur commune destine.
Nous avons vu entire la Caroline du Sud, la Caroline du
Nord et la Virginie, par example, que le besoin d'carter
un pril commun, telle la continuelle menace des Indiens
inconciliables, pouvait bien amener deux ou plusieurs co-
lonies unir leurs efforts dans une action salutaire. C'est
l un fait sociologique de la plus haute importance. A
ct du lien que cre la frquence des changes commer-
ciaux, et peut-tre au-dessus, il y a encore pour
souder ensemble les conglomrats humans, le lien que
cre la necessity d'associer ses forces pour la defense du
territoire, c'est--dire la defense des biens et de la vie de
tous ceux qui :'habi' lt. C'est ainsi que les colonies les
plus c. rntiLii, :. durent, la lujiini, se solidariser contre
'H. D. Northrop: Our Country, Chap, XXV, p. 327.





-et la Rpublique d'Hati


les attaques des aborignes. Les divers colons couraient
ensemble au-devant du danger et, mme avant de se sentir
des compatriotes, ils sentaient qu'ils taient des frres
d'armes.
Ce fut sans doute un pas notable dans le dveloppement
de la nationality. Mais cette fraternity d'armes, don't l'in-
fluence est dj fort persistante dans la guerre defensive,
n'atteint toute sa force, comme lien politique, iii, dans
la guerre offensive. L, en gnral, il ne s'agit pas seule-
nient de conserver, niais surtout d'acqurir. Il n'est plus
question de preserver sa vie ou ses biens, dans le senti-
ment natural d'viter une souffrance, mais de raliser des
aspirations la gloire ou de pures ambitions matrielles,
cas dans lesquels il ine s'.L : point de repousser une agres-
sion redoute. L'instinct de la conservation n'tant plus
en jeu, il n'y a que l'unit de ini ,lil. et l'unit du but d-
sir, qui puisse expliquer la cohsion dans le pIril tent
en common. Tout psychologue admettra que cette coo-
pration implique une adhsion plus profonde des esprits
que celle o il ne s'agit que de se dfendre, en combattant,
l'un ct de l'autre, sous l'i illl.'ii de la crainte, qui
est un sentiment individual essentiellement goste.
Cette guerre offensive se prsenta en grand pour les
Amricains unis aux Anglais, dans la contestation du
Canada. Ce qui tint artificiellement lieu de l'unit de
mobile et de but, entire les colonies amricaines, ce fut le
pouvoir de l'Anei;'t rr.-, leur ordonnant de marcher en-
semble la conqute d'un territoire convoit par le gou-
vernement britannique, au beau moment o la France,






74 M. Roosevelt, Prsident des ..,:'a-Unis,

affaiblie par la Guerre de Sept Ans et domine par la
Pompadour, ne put offrir qu'une hroque mais iiiiikilcb
et insuffisante resistance.
La Grande-Bretagne, pour encourage les troupes
amricaines, tires un peu de toutes les colonies, se
battre ct des soldats .iir,l.ii, centre les Friii,u;s du
Canada, dut adoucir sa politique colonial. Elle laissa,
au moins, aux colons l'illusion qu'ils combattaient, cte
cte avec des compatriotes, pour le profit et la gloire d'une
commune patrie. Cette impression pntra surtout l'esprit
des Amricains en ce qui touchait aux relations pili hlu:-.
des diverse provinces anglaises de l'Amrique, pratique-
ment unifies par le fait de ii ,.ir .,.r ensemble et loin
de leurs foyers, pour une mme cause qu'ils taient forcs
de considrer come la leur propre. La :iiirr.- dura
cinq ans, de 1755 1760, et la contention prit fin par le
trait de Paris, dans lequel le Gouvernement franais re-
:*inii une domination de prs (le deux sicles.
La France perdit le Canada o elle n'avait pens qu'
tablir une occupation militaire et non organiser une
vraie colonisation. Celle-ci ne peut jamais se raliser sans
une certain cooperation d'initiatives individuelles de
la nation colonisatrice. C'est t. Ik.iiili vrai que l'on peut
affirmer que ce sont les peuples et non les gouvernements
qui colonisent.
Toutefois, pour ravir cette occupation inilair..- sa
grande rivale d'alors, l'Angleterre avait parfait la coloni-
sation et opr l'unification de ses possessions dans l'Am-
rique continental, en y crant l'esprit de solidarity na-






et la Rpublique d'Haiti


tionale. Elle prpara ainsi les treize colonies une
existence commune, aprs que la guerre leur avait incul-
qu la conviction qu'elles reprsentaient une force capable
de fire de grades choses, en unissant leurs efforts dans
une action en conmunu. On verra les consequences d'un
tel fait. Mais il faut noter que la colonisation de l'Am-
rique anglaise avait atteint sa perfection par la guerre du
Canada. La Grande-Bretagne trouva dans les colons
amricains un prolongement du patriotism :ii-l;ii- agi-.
sant avec ardeur, pour la gloire et l'agrandissement ma-
triel de l'Angleterre. Le difficile tait, avec l'esprit qui
dominant alors, de mettre les relations cle la mre-patrie
avec ses provinces coloniales en parfaite harmonies avec
le novel tat de choses. On n'y arriva jamais; car il n'y
avait ni bonne volont, ni esprit de justice de la part de
la mtropole.






a














INDPENDANCE AMRICAINE

CAUSES DE LA REVOLUTION

ON n'aurait qu' rflchir sur les circonstances domi-
nantes de la colonisation de l'Amrique du Nord par les
Anglais, pour se rendre compete attachait les colonies la mre-patrie n'avait rien de solide
et devait fatalement se briser la premiere conjoncture
favorable. Cependant on s'en occupait mdiocrement en
Aniileir rr, soit par manque de clairvoyance, soit par
ddain.
Peu d'Ainil.i dit Mr. Greene, avaient une ide
exacte de la nature, de ''. i'..,lire et mme de la position
des colonies. Lorsque le duc de Newcastle s'empressa
j iiirii. le roi que le Cap Breton tait une ile, il fit
peut-tre ce que la moiti de ses c.-,;lics au Parlement
auraient fait sa place. Ils savaient que les colonies
taient d'une vaste tendue; qu'elles se trouvaient fort
au-del des mers; qu'elles produisaient beaucoup de
choses que les Anglais avaient besoin d'acheter et en con-
sommaient beaucoup que les Anglais dsiraient vendre;
que les soldats anglais avaient rencontr, dans leurs forts,
les Franais, ennemis hrditaires de I'P nLr1't. rr-; que
77





78 M. Roosevelt, Prsident des i-;,l.t-Unis,

les marines anglais avaient battu les marines franais sur
leurs ctes. Ils ne savaient pas cependant que les plus
florissantes de ces colonies taient tablies par des homes
qui, prisant la libert par-dessus tous les autres biens, les
avaient fondes dans le but d'assurer pour eux-mmes
et pour leur postrit, un foyer o ils pourraient adorer
Dieu suivant leur propre ide du culte divin et dvelopper
la force de leur intelligence et de leur corps, suivant leur
propre conception de ce qui leur convenait mieux, dans
cette vie et dans l'autre.'
Curieuse ironie de l'histoire Les Franais qui, dans le
XVIIII" sicle, taient combattus par la milice amricaine
ct des r',uili-r, ;ani ~i-, comme les ennemis hr-
ditaires de l'Angleterre, sont devenus .iiiicuiir] hii ses
meilleurs amis. Unies par I'entente cordial, la France et
la Grande-Bretagne ne trouvent pas. leur gr, assez
d'occasion pour montrer la ;'mni.iti;.L qui les enchane
dans une harmonie d'autant plus srieuse qu'elle est base
sur les changes commerciaux don't on connait la haute
influence pour cimenter l'union entire les peuples. D'autre
part, c'est avec la France que les tats-Unis ont Ci;i. en
premier lieu, un trait d'arbitrage, rptant sur les bords
du Potomac le grand acte international clbr entire Lord
Lansdowne et M. Cambon, sur les bords de la Tamise, et
-i] tait destin lier plus tard les tats-Unis l'Angle-
ferre elle-mme! Mais la plus curieuse ironie des choses
humaines est ce fait incontestable: c'est de la lutte mme
centre les Franais, mettant les Amricains cte cte
' G. W. Greene : Historical 'View- of thc Acriclan Revolution, p. 15.





et la Rpublique.' d'I-fati


avec les Anglais, dans la conqute du Canada, que s'en-
gendra le premier ferment de dissolution politique, qui
devait aboutir l'indpendance national des treize colo-
nies anglaises.
L'Angleterre, pour approvisionner ses armes et ses
flottes, en subvenant aux frais de toutes sorts que nces-
site la guerre, avait dpens beaucoup d'argent en Am-
rique. Les affaires des colonies voisines du Canada s'en
taient accrues sur une large chelle. Durant cette p-
riode, de grosses fortunes furent improvises par ces
homes entreprenants de la Nouvelle-A.il .i..ri-r:, vrais
prcurseurs des Yanlkees. Les troupes amricaines
avaient appris compare leur propre valeur celle des
Anglais, qui elles se sentirent suprieures. Les Amri-
cains, d'une faon exprimentale, se rendirent comp-
te de la puissance IL1 i l. pouvaient tirer de leur union.
De plus, cette ii: irr.:- avait form dans leurs rangs des
chefs d'une habilet Inii.ri i r. ll. tels V''iliiiin t' n.
Putnam, Montgomery et tant d'autres, capable de les
conduire la victoire, dans toute entreprise militaire.
Mais, dans cette guerre, ils firent surtout l'exprience du
profound mpris dans lequel les hauts lieutenants du roi
tenaient les troupes coloniales. Les r- f4 commons cau-
ss par la partialit avec laquelle les intrts de ces troupes
taient sacrifis ceux des rguliers anglais, avaient cr
entire les colonies un lien de -. i'p.'ii,-: don't le fondement
se trouvait dans le mcontentement gnral. Il en sortit
positivement l'ide d'une separation d'avec l'Angleterre,
ide qui ne couva pas 'l.ntlir'p: sans clater.





8o I 1Pi,..1,,':!,. .7'r,:',ii'n, des tats-Unis,

Durant tout le course de la guerre du Canada, les gou-
verneurs royaux sentirent la convenance d'adoucir les
rigueurs qu'ils mettaient ordinairement dans l'excution
dles lois sur la .-'niali et le recouvrement des taxes
arbitraires. La politique commandait, en effet, qu'on
l:,i-..it aux colons un peu plus de liberts, afin de les int-
resser la cause de la mre-patrie. Les Assembles colo-
niales en avaient profit pour prendre position et habituer
le people la pratique d'un gouvernement libre, en lui
enseignant ses droits de haut contrle sur la manutention
des deniers publics. En mme temps, les besoins de ravi-
tailler l'arme avaient fait natre un srieux dveloppe-
ment industrial dans les colonies orientales et limitrophes
au Canada. Le people y avait trouv un dbouch aussi
natural que prcieux son activity conomique. Plusieurs
petites industries s'organisrent, sous les treintes de la
ncessit; et les colonies du Sud commencrent rigarr.i:r
vers celles du Nord pour tout ce qu'elles pouvaient en
obtenir, sans les alas que causait la guerre maritime, me-
ne alors entire la France et la Grande-Bretagne. De l
un sentiment d'interdpendance commercial, hautement
favorable l'esprit de solidarity national.
La fin de la guerre, amene par le triomphe de la
Grande-Br.-t:,uc.i:. triomphe auquel les Amricains avaient
contribu pour la plus grande part, vint mettre iir.;-in-
ment nu une situation linI. n_ i.s masque par les
proccupations de la lutte pour la possession du Canada.
Afin de rtablir les choses administrative dans le status
quo antc bellnu, le Gouvernement britannique pensa bon





* et la Rpublique d'Hati


d'exagrer ses exigences. Des officers de douane furent
tablis en nombre considerable et arms des pouvoirs les
plus arbitraires. Le Parlement dcrta que tout officer
de douane suspectant que des marchandises importes dans
une colonie o il fonctionnait, n'avaient point satisfait au
fisc, pouvait rclamer des tribunaux une ordonnance de
perquisition et pntrer dans les miijasi.i. ou demeures
prives, pour rechercher ces marchandises. Pour des
hommes tels que les anciens colons anglais de l'Amrique
continental, c'tait une loi intolrable que celle permettant
de profaner leur domicile, leur home, sur la seule suspi-
cion d'un douanier presque toujours tranger la commu-
naut colonial.
James Otis, procureur de la Couronne, prfra de d-
missionner plutt que de :.ritrit.iiuer l'excution d'une
telle loi. ?.,ai la Chambre des Communes accentua la
determination de l'Angleterre par une resolution du mois
de mars 1754, affirmant le droit du Parlement d'tablir
des impts en Amrique. Cette resolution fut mise en
pratique ds le mois suivant, par une loi tablissant des
droits de douane sur certain articles imports en Am-
rique et dcidant que les bois et le fer seraient ajouts aux
articles qui ne pouvaient tre exports qu'en Angleterre.
Par la plus inconceivable maladresse, le prambule (le
cette loi dclarait que son but est de crer des revenues
pour les dpenses ncessaires la defense, la protection
et la scurit des possessions amricaines de Sa Majeste.
Une protestation unanime surgit de tous les points des
treize colonies. Fll ; dclarrent, leur tour, qu'elles






82 M. Roosevelt, Prsident des t,iif-Unis,

pouvaient se protger elles-mmes, sans le secours du roi,
et se rclamrent virilement du principle de droit public
don't Hampden s'tait fait l'nergique champion: Taxa-
tion sans representation est tyrannie.
A la voix loquente de Samuel Adams, le Conseil gn-
ral de Massachusetts dclara que l'imposition des droits
(le douane et des taxes par le Parlement de la Grande-Bre-
tagne sur un people non reprsent dans la Chambre des
Communes est absolument inconciliable avec les franchises
',,-,liti.i-(l de ce peuple. Les autres colonies, notamment
la Virginie, New-York, le Connecticut, Rhode-Island, la
Caroline du Sud et la Caroline du Nord, s'entendirent
pour soutenir par leurs remontrances la lutte pacifique
inaugure Boston.
Bientt l'loquence de Patrick Henry lectrisa les Vir-
giniens, dans le fameux procs des Curs o le litige
roulait apparemment sur la valeur montaire du tabac,
mais tait au fond la thse mme de l'autonomie lgisla-
tive des provinces coloniales. Il avait. lit Northrop,
touch une corde qui retentissait dans le cour de chaque
amricain ; il avait dni au roi le droit de lgifrer pour
les colonies. Qu'tait-ce autre chose sinon la reclamation
de l'Indpendance? Mais le Parlement ddaigna les re-
montrances qu'il qualifia d'absurdes et d'insolentes. Il
persista dans sa determination d'imposer des taxes aux
Amricains, qui furent aviss par lord Grenville, le pre-
mier ministry de l'(I.'l,-.- que toute contestation des pr-
S-.., iti. (le la Grande-B:retagne ne pouvait leur amener
qu'une malheureuse dfaite.






et la Rpublique d'Hati


En mars 1765, la loi sur les timbres fut vote a une
grande majority de la Chambre des Communes et presque
l'unanimit de la Chambre des Lords. Pour en obtenir
l'excution, le Parlement vota, deux mois plus tard, la
loi sur le l'.:-,:iiilt militaire, autorisant les ministres
envoyer en Amrique autant de troupes qu'il leur pa-
raitrait convenable pour obliger le people se soumettre
aux lois dictes par les deux Chambres. Partout o ces
troupes se cantonneraient, les populations auraient pour
devoir de leur fournir le logement, le combustible, le
coucher, le cidre, le rhum et autres choses ncessaires.
La voix de Patrick Henry se fit entendre, cette fois,
dans l'Assemble de Virginie. Il fit voter une srie de
resolutions induisant la resistance des colonies contre
les actes tyranniques de la mre-patrie. L'assemble, ef-
fr 'ri- plus tard de sa propre audace, annula celles des
resolutions qui taient les plus hardies, sans pourtant
chapper une dissolution immediate. Toutefois le coup
avait port; car des exemplaires en taient dj lancs
dans la circulation et les paroles enflammes du patriote
amricain avaient jet une profonde commotion dans les
esprits. L'cho s'en rpercuta immdiatement dans toutes
les colonies. Partout des associations presque rvolution-
naires furent organises sous l'appellation de Fils de
la Libert.
A Boston, la population attaqua la maison du Secrtaire
de la Colonie, appoint pour distribuer les timbres et le
fora dmissionner. A Wethersfield, dans le Connecticut,
cinq cents fermiers saisirent un certain Jared Inge:.ril.





84 M. Roosevelt, Prsident des irf' t-Unis,

prpos au service du timbre dans la colonie; ils l'nbli1-
rent dmissionner, retire son chapeau et crier trois
fois: Vive la libert! Vive la proprit! Vive le tra-
vail! Ces scnes se reptrent un peu partout.
Le 7 octobre 7i.. le Premier Congrs Colonial se
runit NI ,.-York. Il tait compos des dlgus de
M". i,;il ii' tt.. Rhode-Island. Connecticut, la Pensyl-
vanie, Maryland, la Caroline du Sud, New-York et New-
Jersey. Le r''' -Hampshire, quoique non reprsent au
Congrs, appuya ses decisions et la Gorgie adhra for-
mellement tout ce qu'il fit. Il en sortit, la suite d'une
session de trois semaines, une Dclaration des Droits et
des Griefs des Colonies. Ce document donna un corps
toutes les aspirations d'iit~lilu't- du people amricain;
car les assemblies coloniales, sans exception, endossrent
les actes du C.ng rt. Ainsi fut cre une union qui de-
vint, suivant les propres terms de la Dclaration, un
faisceau de btons qu'on ne pouvait ni plier ni briser.
Le I' novembre, date laquelle la loi sur les timbres
devait entrer en vigueur, fut dclar un jour de d.luil.
En effet, les cloches sonnrent le glas, les pavillons furent
mis demi-mt et toutes les affaires furent suspendues
ce jour-l.
New-York. Boston et Philadelphie, les trois principaux
ports de la Nouvelle-A l, Irterr,- s'entendirent pour ne
point importer de marchandises 'nglai.ii-. et jurrent de
n'en point recevoir en commission, jusqu'an rappel de
la loi. Quoique une telle resolution expost tout le monde
de dures privations, on y adhra de toutes parts. Le






t't la Rpublique d'Hati


people entier se rallia ce plan de former ses ports au
commerce de la Grande-Bretagne. On savait que l
tait le point --i iill.I., par o V'on pouvait toucher sinon
le coeur, sinon la raison, mais l'intrt gost le e la mtro-
pole. Les choses marchaient visiblement un cataclysme.
Les amis de l'Amrique, en An,.leterre, sous la direc-
tion de l'illustre William Pitt, firent de leur mieux pour
viter l'orage que les ministres anglais semblaient ne point
apercevoir, sous l'paisseur des nuages qui s'amoncelaient
d'une faon si menaante. Pitt, souffrant de rhumatisme
et emmaillot de flanelle, se r,-ii.it la Chambre des Com-
munes, o il pronona un de ses plus loquents discours,
pour amener la Chambre rapporter cette loi malencon-
treuse et inconstitutionnelle. Voyant la Chambre branle,
Lord Grenville, avec une probit douteuse, tira sur la
corde patriotique, en accusant Pitt d'exciter la sedition en
Amrique. Le 'r'ii!1 orateur anglais rpliqua avec vh-
mence. En s'adressant au Prsident de la Chambre,
come c'est l'usage au Parlement anglais, il laissa tom-
ber de ses lvres indignes les paroles suivantes:
?.l'r,.iiiur, j'ai t accus d'avoir donn course la
sdition en Amrique. Je suis attrist de voir la libert
de la parole impute crime dans cette Chambre; mais
cette imputation ne m'arrtera pas. C'est une libert que
je pretends exercer. Le premier ministry dit que l'Am-
rique est en rebellion! Je me rjouis de voir l'Amrique
rsister . .
Si les Amricains s'taient soumis, ils seraient deve-
nus volontairement des esclaves. Ils ont t pousss






86 M. Rooscvelt. I','. iu-n dles .it, -Unis,

l'exaspration par l'injliisic" Mon opinion est que la
loi sur les timbres doit tre rapporte, absolument, totale-
ment, immdiatement.
Pitt fut soutenu dans ces dbats par le liberal Edmond
Burke, alors tout jeune, mais dj remarquable par son
talent oratoire. La majority vacillait et hsitait. La
Chambre des Communes, avant d'mettre un vote dfi-
nitif, voulut s'assurer, par quelques tmoins autoriss,
des vraies dispositions de l'Amrique. Franklin fut ap-
pel sa barre. Ses rponses firent une vive impression
et la loi sur les timbres fut rapporte, le 18 mars 1766,
la grande joie du people londonnien. La ville fut illu-
mine, des feux d'artifice clatrent, les cloches furent
mises en branle, dans un carillon d'illi r, .-. et les vais-
seaux mouills dans la rade furent dcors de pavillons
multicolores.
Les mmes rjouissances eurent lieu en Amrique, o
partout le grand Pitt fut salu come le champion des
liberts amricaines. N\\ -York, la Virginie et le Mary-
land lui votrent l'envi une -taitiL-., en .i-iigc de patrioti-
que gratitude.
Le ministre prsid par lord Grenville dut se retire
et fut remplac par un cabinet dirig par lord Rocking-
ham. Ce dernier ne garda le pouvoir que peu de temps;
et Pitt, devenu le comte de Chatham, fut appel prsi-
der un nouveau ministre.





* et la Rpublique d'HIati


L.\ Ri vor.u'rON

Pourtant les esprances conues la suite de ces
changements, en apparence si favorable la cause amri-
caine, ne tardrent pas tre renverses. Pitt se vit bien-
tt oblig le se retire du cabinet par les intrigues sou-
terraines de Charles Townshend, chancelier de 'chiquier.
Ce dernier tait un home sans talent et de peu de pres-
i;, mais soutenu par le roi, qui mettait l'obstination d'un
dment dfier la colre des Colonies, peine dguise
par un reste de loyalisme. De nouvelles taxes furent im-
poses, particulirement l'Amrique, notamment la taxe
sur le th.
Un bureau de commissaires de douanes amricaines
fut tabli. On plaa son quarri. --..'i.'il Boston, dans
la rade duquel entra bientt la frgate anglaise Romney,
come pour imposer respect la population surexcite.
Les journaux amricains, alors au nombre de vingt-cinq,
ne formrent qu'une voix pour appeler le people se
mettre debut, en posture de dfendre ses liberts. Ce
fut l'cho mille fois rpt du vers nergique que met le
pote du Paradise Lost dans la bouche de Lucifer:
A/wake, arise, or be for ever fallen!
Le conseil gnral de .' l:s.iucl l.t lana une lettre
circulaire aux autres assembles coloniales, les invitant
s'unir A lui, dans les measures prendre pour obtenir
rparation. Il prfra d'tre dissous plutt que de
rtracter sa circulaire.
Le people de Boston, pouss au comble de l'indignation,






88 M. Roosevelt, Prsident des tats Unis

par la saisie d'une golette appartenant John Hancock,
un des chefs patriots, envahit la mason des commis-
saires de douanes, qui ne durent leur salut qu' une fuite
prcipite au fort du Castle Island. A cette nouvelle, le
ministre britannique rsolut d'envoyer des troupes pour
intimider l'insolente ville de Boston, mais l'Assemble
de Massachusetts refusa catgoriquement d'obtemprer
la loi sur le logement des militaires. Le gnral Gage,
qui commandait les troupes anglaises, fut forc de s'en
tirer come il pouvait, pour faire camper ses hommes.
La colre des officers s'en augmenta et Boston fut trait
en ville conquise. Un tel tat de rciproque exaspration
ne put durer, sans amener une collision sanglante. Elle
eut lieu, le 2 mars 1770. entire les soldats anglais et la
populace bostonnienne: trois citoyens furent tus et cinq
furent ramasss portant des blessures plus ou moins
graves. La porte de cette rencontre peu srieuse fut
exagre, come il en arrive ordinairement dans les p-
riodes d'effervescence populaire. Toutes les colonies
tressaillirent d'indignation, la nouvelle dui massacre de
Boston, come cette bagarre fut appele l'poque.
Aprs un apaisement relatif, entrecoup de heurts sans
importance entire les troupes anglaises et le people irrit,
l'affaire du Gasp, en juin 1772, vint dmontrer que le
feu couvait encore sous la cendre. C'tait une golette
arme, stationne Narragansett Bay, pour veiller contre
les fraudes fiscales. Aprs plusieurs provocations contre
les navires qui frquentaient ces eaux, elle donnait la
chasse au paquebot de la Providence, lorsqu'il choua sur




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs