Title: Adresse du Sénat aux citoyens de la République, demandant une contribution pour avitailler et entretenir l'armée actuellement et campagne
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00093916/00001
 Material Information
Title: Adresse du Sénat aux citoyens de la République, demandant une contribution pour avitailler et entretenir l'armée actuellement et campagne
Physical Description: Book
Publication Date: 10/3/1808
 Subjects
Subject: Loi 197.PDF
Caribbean   ( lcsh )
Spatial Coverage: Haiti
Caribbean
 Record Information
Bibliographic ID: UF00093916
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

UF00093916 ( PDF )


Full Text






N I ) -1 A[.rs.ic diu Sinul anu rili:iyews di la1, P1'-pulii1iea, de-
Illiiianllli l lll ,.I qrIi a il lilnib ll ..LIII ;n-ilii!l,~l .-1 '.il ,l ni r l "-r'l l l it ,:
actuellement eil .inii..t' l .. ;

POc t-a1i-F''riu.,. le 3 eldl., I.;' an V,

CfrOYENS DES -I.LE Err i Al.\Ml.ANh .
Lorsque, par uin gil.r'i.x e .lil oIsi vol l-Q 'il *i -I.un ,Itiiiiiiil
pour ,:. -ir.i- I' j li r ; i.1n d. -.--I- lii-l -, w u riiu .'n '.- l 111 I
I'.lili- (l e d [e .-..\.r,-^ I I <|ill 1 I i :1.i .u..1 le, ri, Ifa i. .l Il ~l.lli tout
espoir .h I vous opprimer ,i:, ,.-i. *i.,ir. ii' i:lii i.i iiior;!in li. il, t,
la triste ti-.!i devait revoir ses i ljihImsI ci..iv ,'it i'.,- rii l, I !
T'I.. ,Ii il.. oen' sa p.|ii. !i: lI, ,i m Ji i Ni N J all .'i-v ail r l. I i.- p|olu-
larit6 u e les iill:I .ll ': ,IIjiiI Ii Ic.Int :,.ilj, li dl.o II j1rtlil;i- | ul"
abuser les peuples; .! nos .Ili'lii'i: ii'r:,lis", p[ r Ii s lii .' Iio \i -
de ce i, \i.ii T i> < i. p ,-l,'ini.'r, ni i. ln l ii -i..i re ii' ,l u i .'-

LI es dil*j 11 t .' Ill i '. l .. ... ... p i 1.1 l i ' ii.
queurs du 17 ilbihi: !, ,':.i i.nt -, r .I Wil- li:'m li" i'-.:lj .e :i,
people, noir:mili: CHRISTOPHE come cliih.F iii,-.,:lat Ii .m1iiieil'n.l-
ment.
Mais une C -.iijlil li. m6dit6e de mani6re A couvrir la li.irtI
publique, I: \;li la fureur jalouse dn tyran. Les tr6sors piilili,.. ili,
...,. a sa i!,lil i, i :.l ini ,ni. , .ii .: il sonne le tocsin ; il ...il:
en tous lieux le brandon de la guerre i-; il iii..,.n1- i i.r- '.,uir,:
les droits du people a des satellites toujours arms p'umi .u nirih
I'i lj l lii!, et les .e p lie 1.i d ]. -.. llII Id ,,,l .:, -. j l .,,l1ll ,:l ,',-,:,Illi,: ,
com m e un autre T.,,I'/r ;i i l i.,. in-,- Ii ii: ,_ iii 6i!iId,l \, I; !,i
lien ofi vos mandataires liii l;.iiiil .I' l':.. i : n'.I de l'acte iu.1i
consacre a jamais vos .1- iiil I et la sii\n iii.-i du ,.li1'l ; et, par
une tI.I'l.,r. ll i:,Il.iii ,, ,:,llI- terre, qui : i\.,i ,I ,.,il .,r,, .iil d. la
liijli.i, loin de ,ti itr i s ses del l,! i ..t i iln..lri I l'ii. lave de
sang.
Fid,'.l i ]III ril i a yeOs ii|i,:i.A o v,.,i i.hi ll'. et ii.liI ,,:- ,
pouvoirs qui leur sont ';.,:fi.; par la (14 i:,iliilii:!i, vos ri lll;ll-n
tants ont old'il]'il.i ]I i'. l- i,: Iroupes de la ti i'Fliliiii-e, et la f .ii"i

(il \:'yt:.. 19I Loi. du 4 octobre lI11. prtatl mI r it. l ;l-,pi;..
eliiiioJlii;e, :l. No .'", ./i.'" .l f-'r' l le i, du 1oi., ,o: -
b:'o 1808, .1" pl.q.,.: et 4 l'armde, etc.












fut oppose a la force. Les soldats de la ih-lr i,. lni.jnii;I htlld &.
In C:inslilutiinl ,i.' il t juiil:- de il ci'-.i lvr., i cn ii' lit i ,.i d'iintr&-
;l, iII.n 'icr iiiiui repit.ii, I:in tde 11 .i fron. li..'i i:.- s .ilrr.I' bar-
bares ILI'O I'.onm du pill.,i.- avait i,. ii.lIil.-s i-l Il l i i,.iPliill.
de la I;ll .
Au milieu d, ses succs, I' gouvernement fut arrWtt dans sa
march \;.i, i,-Dl.. Des .i-'l1,ii II t n. ~i liv i i.n iil [i 1.an. les
1 .:l.iir- le renversement du .i..n iii ii. .,.- i ,iiu lii,.i Ils esp6-
I.,i"1i i1., I .11 I ''.li-'i, syst6me iln Nolr:.l, *'!. is dtihris ,I i1I'- Con-
stitution <...il.!'lni. par les repr6sentants de routes les onmmunep
...j-, ,il ,e.- M.li-. la C,,i liil.iint a trouv .-,,ni sa.. l d:is Ii l,i lill-

M d.il i' I ,S 1 succ es, les ,i.i..,- ont .ii,-iu;inii nt ;.ri.,iJ- ;illi'u de
inu-. ir;'i. atmaosph re, ,-lilI e, trop iii i.._e. i.H d iii nt-. du
d qli.tiili.ii, I. *Ilvait necessairement r i-rlriiil eC 1,1:iin:iIie t 1 liii;ai-
'l.l i.- qui produisent la In' dan El it n. iii
'rii,, de justice et -..i I1I'I, I; l:1 i par i li. seront-toujours
la :l,.--i,- aimarita e qui preservera I.i C:iiio ili.tli '' 1'i I -1 l.il thi ton-
'i i r... et vos '. ,I i .- i IiIl- i,* il ,i n \ :' I d,- I 1 li i" PI'ii-
hl, ,i',= 1 1 .. riir I ,' li ..- , ,i d .i, ll .*\" .illt,! i ,'. .*. II.I| .
iijiiini. ,I notre i,, liil,,,l. tes illit.i- il: i. -. p.i.ll.il .. Iii b.,bitent





Ie iiii.ii -II(f.i i elto s la do hii !iiini fi at t ii.iiiJuu \i ir lt &j.ii i.iil.;
iL I- iil vi 'ti'v avoir lieu entreIIIII eux t 1'-i'. uii. iii!' "
qu'un i:.ll" l i 1i 0US h.ii i'l ;'i i i i. Iii I!i pli' lil' l.

nous itre asez s lages pour ti.ll ll .i I.ill.. i l cq I ll .ie sembile




wjw, destiner
i!i-It *li. lM l l Ii verse soill sang pour I i .' :li 0 Cutll' r t ilil'. li l -i 1i.11-
ji: ei,, LI ,s* ijI i Ii t Ii, I,' h,,n I.- I,'.iIi l h.ilt l ,it i h, I,,'!iii% e llii'u i.

i .'.liil !1 Ilu,.ine it i:;i,,li, J ,\ ,1 c IIIII, eUX les iil5 t i."in:i IIil i.s a
''li. ih ','. l.i i,,, i -. foi et la douce ini i ,i'il'- s i ',, sii,.r;.,iii a j .r .;,
le |.i.I,. .I.:i..ii ,',n va avoir lieu ejtre eux et i'u-, ji U,, ,1 ,-
Squ 'u il i .) i' 7i ,' n o s i I, .. i i " i l. i l l- ..ir m! .. io.. i i lu i I i' '.
table ,!..*" -Ir. pl r.: I ,In, d e i ;,.- la ,'.,ii li,,-hr d es ,?,,i ll i..',_ ,.i!..
d e s E i.,I -. T ,ll..I -. \. i. i \u es ] !..i i,_i.,,i,l,'-t,. ,hi > ', : .i l I ." ,i --
nous etre assez sages pour .i,.iii ,.li.- .'.-. ,,.i S, ciel semble
,,,a, destiner !
i t i l, *K .- .si 'tU ."1" 1.: ..' 1 i- 'IN I e l i l
d " r i i i -I; ..: til.-' ,l ":il d ,\-dil' ,;'i \,)ti.i
pi, ll ,.I 1 a .' [ V i,.I,.,ri i e. Inill.1 pii l-l Ie ,,ll.il de la
.I.t -,iul.,liltii-. ,I al verse soi sang pour I, ,!.I, rii-, -,_,iiii.i iii i', i,'.,lr,.i,
,"_ -,.',el'* ,ii ,.- h: C ,:'i'|i, -+ i i,,illi iie? 5;_1t i j l ( Ii','lui-_ 'i 11i1 J* _|-.,. .*i
1.: -.i.ll i:'* ,i,!i'Ill' a p : !iil." le I'r ii de Ili." "i\;11 i -- -' d Iu ", ',.I









- 49,T-


[t SOS


Parm6e expeditionnaire et son in\inl:ible clief, ont fait des pi'udiCes
de valeur, et la ville de Poi t-d,.-Pqix ne peut manquer de tomber
au pouvoir de la Ripublique, si cell arm6e regoit les secours
qu'elle reclame. Toutes les forces du tyran sont dcplo -e contre
elle.
L'arm6e de l'Ouest, dirigee par le Pr6sident de la Republique,
a d6jA obtenu d'6clatants succ6s sur les rebelles. Cette armbe fait le
siege de Saint-Marc, et les officers superieurs qui. la composent
sont trop connus par leur bravoure et leur patriotism, pour diluler
d'un success complete.
Citoyens, deux ann6es vent lirilul, s"'couler depuis le renverse-
ment du farouche DESSALINES ; la guirrer civil qui s'en est suivie a
precipit6 la patrie dans un ocean de maux sans r.iid, que loulte les
meditations humaines ne pouvaient pr6voir. Vous lesavez, la lierrle
entraine avec elle des calamites sans nombre. OccupB de la d]tensI ;
commune, le gouvernement n'a pu po:rler sa solli:iludle sur toutes
les branches du service public ; et qplulu.s adiiiiiiskraltcur- (ce.'
vautours qui suivent I'arniee pour devorer sa subsistence) ont profit
d'une fatale tolerance pour d6vorer les deniers de I'Etat... Enhal dis
par l'impunit6, ils out l6ev4 leur fortune sur les debris de celle des
citoyens. Riches des depouilles du people, ils bravent la timide
indigence, tandis que nos armies luttent centre les fureurs du des-
potisme, et soutiennent les assauts de la faim...
En abolissant les impositions qui ne pesaient que sur les ci-
toyens des campagnes, le S6nat pensait que le revenue public pou-
vait couvrir les d6penses extraordinaires du gouvernement ; mais
les besoins impr6vus, occasionnes par une guerre de salut, les dila-
pidations, aussi bien que l'embargo du continent americain, mettent
le gouvernement dans une penurie io:iiimeiLan'r, qui force le SBnat
de recourir au zile et au patriotism des communes de la RI.-lu-
blique, pour subvenir aux besoins de 1'arm6e. Le maintien de vos
proprietes, I'honneur de vos families exigent ce sacrifice de votre
patriotism. La dechirante image de vos h6pitaux reclame des se-
cours de l'humanit6, et le soldat, e.lirnpi, au champ de bataille,
oublie ses infirmit6s quand la main g,'-nr'.us, des citoyens .Si:ila.eo
ses blessures. C'est a vous, citoyens de la R;publiqiilue, qu'il appar-
tient de donner une nouvelle preuve de votre devouement a la pa-
trie. Les d6fenseurs de la R6publique ont des droits A votre grati-
tude, et les membres du Senat, qui competent dans nos armies leurs
collaborateurs, qui d6fendent la patrie au prix de leur sang, sous.











11808] 500 -
erivent commeles autres citoyens; se reservant ii>*a)iiiimeii'i \ c6orp
legiklatif), de payer son tribu au nom du people, en decernant des
recompenses a ceux des guerriers qui auront, par une action d'e-
clat, bien defendu l'Etat.
Les citoyens du Port-au-Prince, qui furent les premieres victims
de cellt guerre, ont djh donn6 une preuve ]i,:n I'-ipiliieu de leur
patriotism, en contribuant pour les hi liii.dIi.>ns de cette ville ; et
hier encore, ils viennent de mettre le sceau a leur dovoiment a la
Rt'publlique, en outre-passant les esp6rances du iomIii iin-'nl, par
un don volontaire. Les nigociants strangers ont prouv6 dans cette
occasion, comme en tant d'aull, le tendre ill,:r,'l qii'ils prennent
au sort d'un gouvernement qui veut sincerement la renaissance des
principles raisonnables.
Le SI'-il, bien convaincu que les til, o:w-i des anlrer communes
de la R6publique n'avaient pas besoin de eI \ 'xe! pl:- pour voler
au secours de l'Etat, envoie dans les ,lCf-lieiu d'.:iiidiI'emi~intI
des commissaires munis de ses iii-lilt'lioii. 1esqueLls. r6unis aux
notables des lieux, demanderont la some qui 'sei., diterminue
pour chaque arrondissement. Les iiniallhs. de< seuls lieux taxeront
chacun en raison de ses l.i:uli't., aiGn que chaque commune four-
nisse son contingent. Toutes ces sommes r*unies seront versees
dans les mains dln Ilisorier g.niL:;1l, et le Siinal, sur la connais-
sance qu'il en aurI: dudit tr'-.s:, ier general, en ordonnera la destina-
tion.
Le public -era instruit par un acte du Corps li.:-l.,lil. de 1'emploi
qui sera fait de cette contribution ; il connaitra aussi les communes
et les citoyens qui auront montr4 le plus de desinteressement en
cette occasion.
Cil:ic:s, le Senat vient de vous faire connaltre la situation de la
R1publique ; il pense avoir amelior6 le sort du militaire quand il
vous communique ses besoins. Vous no v:.-i ri./ (i.iIl, sans d.iilr,au\,c
une coupable indifference, les defenseurs de la liLbri:, i.:-Ipp'l au\
rudes coups du despotisme, pour expirer d'iiiaiilin,. 11 diJi.-In vos
foyers, vos droits : 1'Etat et la lbtirtl. ; qintls droits n'a-t-il pas A
votre gratitude !
Donned au Port-au-Prince, le 3 octobre 1808, an V.
Sign6: P. BourlIOLLT-Mbl., j president, Ch. DAGUILH et
BARIATIER, secretaires.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs