Title: Proclamation de Jean-Jacques Dessalines, gouverneur général, aux habitants de la partie espagnole
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00093734/00001
 Material Information
Title: Proclamation de Jean-Jacques Dessalines, gouverneur général, aux habitants de la partie espagnole
Physical Description: Book
Publication Date: 5/8/1804
 Subjects
Subject: Loi 15.pdf
Caribbean   ( lcsh )
Spatial Coverage: Haiti
Caribbean
 Record Information
Bibliographic ID: UF00093734
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

Loi15 ( PDF )


Full Text


LIBERTY OU LA MORT.


No 45. Pri. LAM \TIION de Jean-Jacques DET;S.\LINF.;, gouverneur
general, aux habitants de la parties espagnole (1).

Quarter g6ndral du Cap, le 8 mai 1804, an 'er.
A peine l'arm6e francaise a-t-elle Wtd expuls6e (2), que vous vous
6tes empress6s de reconnaitre mon autorit6; par un movement
libre et spontan6 de votre cceur, vous vous 6tes ranges sous mon
obeissance. Plus porter A la prosporit qu'A la ruine de la patrie que
1:1.s hlal'ilez, ..i acni ,.illi iili;:l't.ideitl cet homage. D.Bseei oe-
rill.l jIp iiull i C1ii ol l.ri _r s'l Crili ll, !ii' -ieill.Ii "l, lt. ,i lI~-nuliu psur
vous i. 'est pl;s dai-irfiie. Pour jliii. grand, prr.uv~:l' mTna lli-
citude p paii nlle, d 1 I'. I ,vn 'droir is sulii Ia iirp' d 'iir..ie nr'ai
prepos( i:ir i Irkl- qi'. des hol!iiPi pris f l~it' d'll; d s i-.Illre -,.in.
Jaloux de vous c'miipler fu au rag J. mne aims pour v.s 'IllOiiI'

(1) Voyez, no 22. Adresse de I'Emp, r .-a n- I irpeit, 1et 1I Journal de la
champagne de Santo-Domingo, In i1 a vi;I 1i.(15. ,.-
(2) Le 10 octobre 1803, les Fr., i,;ai- )Gon l ex|.-.Il U dIu Po tL-au-Prince; le
17, des Cayes; le28 novembre,du Cap; le2 dcer hmbreiNi M. l S:ii t -N i,?!' :.






tout le temps de vous-raconnaitre et pour mnieax m'assurer de votre
fil,'.li'l', j'ai j.il-u'ici retenu t'ardeur bouillaute de mes -,ildat,. D6jh
je m'ipplml.lIiv~i du succes de mes -',ins, qi ne tendaient qu'A
prli.rnir I'illf'sil du sang; mais un pretra fanatique n'avait pas
e(i1 re' .Clsutl hla votre .'I :.- la rage qui le rijin!iir ; mais I'i!iensu
Fri.onAi nDaavait pas encore distill iarnii '.ii.I le>. poisons du rmen-
,-i'.i et eI- la ,:.,liiii. (4). Des .'i il-, inlanill. pir l1 d,"s.-:l)'ir cl
].i Ikible. e. r, d i ll 'il u; aussitbt pilui,.riir '. di'iitrt- \.us, s6duits par
dea iisinu:li]is nri, s, briguent l'imliti. e la I[iro-letiun dIes FranL
,u.i; Oil~,~nl iu.i .ii' _.tr es],:M S f.li.-. c,- endali T.r .avt- lres "i'rui l. en-
Ilti I.S. IE ll-'.'1iiul;,refichissez:ur I bolird-du pj',cjiciice I -'il' .s:s
\,i. p[as., ions sauvera-t-il ce ministr- '-iir-riigumii (,-lors'ue. I, for tl,.
la flaln!l ft Ia I Iwii, je vous pour-ti\rai juqiiu'i'ii \r- drnii-r'' i.-
1rai'uheiil- i l? Ah sans doute, ses ]il i'r;', sut's g'rimaCies, I- i'tlillu.t-
.re piourritlt m'arreter dans ma couim .. V\'u' pis.-rvera-t-il d- ima
jusile riolPr, ctl. officer aussi vain i i iiuii'-:atiil. qluand je I'aurai
tusevi-li liii ce ramas de lil;- !ir1, qui';l comrrinlaie siou., Is d,.-
coibraes de yotre capital? Que ton-s 'iu ii ils -e rapII ili.plle quC' c'Cst
dev,~iit ries phalanges intr6pides que toutes le- res-urci.-, unt I'art
des Euro'w( i., ,iii chou6; que c'estdans mes mains \; itoriul.114 qu1
le destiny i uI capitaine general ri Im i u rF. I rel, .-. Pf' ur rtirain,-r
les Espagnwt.l, dans leur part, ils rip iiindIl it III uil *iu, div lbitimtenls
Schargs de troupes viennent d'arriver a S.iml:-ijluin.gi,. iue u'esl-ce
la veril.?, l1i ne se doutent pas qu'en diff6rant jusqu'ici 'alller les
attaquer, mon principal objet 6tait de les laisser ,'u-inmenltr la masse
de nos r-'sonie.i .' et le nui1mlr dI'- nos viclimi: Pour jeler: a ine-


(1) La gdn6rai FERHAND Coimvitudat .loutl-t'-lhriit, lorqu'iJ,.tm'iul,
coamesies autres ..l..Il;-g .C. I'or.h e do c.llatullr .e.: les Anrglvsr. l. gtt-
.'ilU in. p."'re a et oi dre, il n.iii.l a a1 Sii.i.-D'.' .i ng,. al,.'i ous lS M'W -.
mianlteici it dli .r nLer. l r\E ER-E.A II a.'dcu i ia .lruli:'., do te tceJlle em-
barq.u li .': itr al KE'\ERE. Eaii pUur Frij..., .-t e4tIll eu ll maitre de a place,
lqu it detife t -.outi n Dessalines. Il -e hi iii i.a ..l'-.rv;lJ pluL6t que da'yr tI're
.a sa d..aitis Palo Hlincado, le 7 noveiubrc 1S8. '
'Parmii I-s pi etr.-s qui exLil l o:ut I e ii .s3 le E-pagnu il coutr' as.lines,
.I/ adre I kl,. tait le plu- ranalaIjI'. A In 1 i- e jises :ouilles, qu'il tie
quittltai jal-ai ', il -I.1t e i t It,- les -i Is he t I n.- c par la ga.ni oM leaiSauto-
Ltiii.er-. i..,.gll. I- .,s-iegc-.uti. II e r .t -irua a-'sax-ure q,'~als-~arJe-iee
.tiI se;-.c. II est prol..l ..,- ci., C'.:- ? e trctte que.l': Gfb.uveng~a.uWi'r~ 'ndi al
runii i ,ld si.ner 'i;ci .. . i .


[i804]


- 28 -





29 [1804]
fiance et la terreur, ils ne ,esceinl de retracer le sort que les Fran-
cais viennent de subir. Mais ai-je eu raison de les li:t;tlr ainsi? Les
torts des Francais )apjarliiiii-ienl-il, aux E-pa .l.] ? Et dois-je pour-
suivre sur ces derniers l- cmrim:-. iqu, les premiers out concus, or-
donn6s et ex6cut6s sur notre espAce ? Ils assurent effront6ment que,
rAduit A chercher mon salute dans la- fuite, j'ai Bt ,.-*irlir ma d6faite
dans la parties sud de ,eli ilr. 6 bien! qu'ils ..I.rerI-nl ti Jll.' que
je suis pret, que la r'iudri va tomber sur lulm Il-les! fIu'ils sachent
que mes soldats, impialienil, n'attendent qu'un -iiil pour a'l.r re-
conquBrir les liniilr qut la nature et les 16oments inuis :'nli a'si-
gnses! En .-re quelques instants, et j'6crase les debris des Frain-
cais sous le poids .le ma Ifui-.sainl. ,
Espagnols vous ,qui je m'adresse, uniquement parce que je
voudrais yvoui sauvtr; vjuwu qui. jour avoir Il:i-riter-.i, n'v\is.l.
bient6t ql'autanii qute Ina clemiLnc.e daignera vous epargner, il en
est temps ,'inre : ab.jirez uuiei r'rrur qui .Qus est si funr.l,., rom-
pez tout p':lct- ae r,' 1nAn1 lelieli -i \uis \ull:/ quI votre sang ne
soit pas co:it.llidu anee te si -n. Nominr,-.z-ioji .ien vite la p.i lie de,
votre territoire sur I.iuel.'ll mis. iremiier c,:,pl,. ,l,\,!;il Atre- prtps,
on instruisez-moi sij:, doi' I frapperl in ldisiileirel- I sur Iloui les pinlls.
Je vous donne quinzejours, A dater de la ir:liifi:,ilioy de la present
proclamation, pour me faire parvenir vos dernieres intentions e vous.
rallier sous mes 6tendards. Vous n'ignorez pas que tous les chemins
qui aboutissent A Santo-Domingo nous sont families; que, plus d'une
fois, nous avons vu fuir devant nous vos bandes disperses En un
mot, vous savez ce que je puis, ce que j'ose ; songez A votre salut.
Recevez ici la promesse sacree queje fais de ne rien entreprendre
centre votre suref6'1er ..,elle ni contre vos inta6rts, si vous sai-
sissez cette (cai,,asi-in ire vous montrer dignes d'etre admis au nombre
des enfants l'llaiti.
Au p.ia lier guo&r;l du Cap. I.l 8mai 1i804, M I; dJo I'indep.:,j.u.:e.
L* ti. r ien. ;rip c l, ret.
Sigue : eESSALINE-

L cr'Olr g ri ;e :u JuSte CHANLATTE.
.i' ,"'cr iie g9oer.,?. Sin. : Juste CHANLATTE.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs