• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 Table of Contents
 Half Title
 Anatomie
 Half Title
 Mammiferes
 Half Title
 Oiseaux
 Back Cover














Title: Expedition dans les parties centrales de l'Amerique du Sud
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00093691/00001
 Material Information
Title: Expedition dans les parties centrales de l'Amerique du Sud
Physical Description: Book
Creator: Castelnau, Francis,
Publisher: P. Bertrand,
Publication Date: 1850
Copyright Date: 1850
 Record Information
Bibliographic ID: UF00093691
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: 06524862 - OCLC

Downloads

This item has the following downloads:

UF00093691 ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
        Title Page 3
        Title Page 4
        Title Page 5
        Title Page 6
    Table of Contents
        Table of Contents 1
        Table of Contents 2
        Table of Contents 3
        Table of Contents 4
    Half Title
        Page A-i
        Page A-ii
    Anatomie
        Page A-iii
        Page A-iv
        Page A-1
        Page A-2
        Page A-3
        Page A-4
        Page A-5
        Page A-6
        Page A-7
        Page A-8
        Page A-9
        Page A-10
        Page A-11
        Page A-12
        Page A-13
        Page A-14
        Page A-15
        Page A-16
        Page A-17
        Page A-18
        Page A-19
        Page A-20
        Page A-21
        Page A-22
        Page A-23
        Page A-24
        Page A-25
        Page A-26
        Page A-27
        Page A-28
        Page A-29
        Page A-30
        Page A-31
        Page A-32
        Page A-33
        Page A-34
        Page A-35
        Page A-36
        Page A-37
        Page A-38
        Page A-39
        Page A-40
        Page A-41
        Page A-42
        Page A-43
        Page A-44
        Page A-45
        Page A-46
        Page A-47
        Page A-48
        Page A-49
        Page A-50
        Page A-51
        Page A-52
        Page A-53
        Page A-54
        Page A-55
        Page A-56
        Page A-57
        Page A-58
        Page A-59
        Page A-60
        Page A-61
        Page A-62
        Page A-63
        Page A-64
        Page A-65
        Page A-66
        Page A-67
        Page A-68
        Page A-69
        Page A-70
        Page A-71
        Page A-72
        Page A-73
        Page A-74
        Page A-75
        Page A-76
        Page A-77
        Page A-78
        Page A-79
        Page A-80
        Page A-81
        Page A-82
        Page A-83
        Page A-84
        Page A-85
        Page A-86
        Page A-87
        Page A-88
        Page A-89
        Page A-90
        Page A-91
        Page A-92
        Page A-93
        Page A-94
        Page A-95
        Page A-96
        Page A-97
        Page A-98
        Page A-99
        Page A-100
        Page A-101
        Page A-102
        Page A-103
        Page A-104
        Page A-105
        Page A-106
        Page A-107
        Page A-108
        Page A-109
        Page A-110
        Page A-111
        Page A-112
        Page A-113
        Page A-114
        Page A-115
        Page A-116
        Page A-117
        Page A-118
        Page A-119
        Page A-120
        Page A-121
        Page A-122
        Page A-123
        Page A-124
        Page A-125
        Page A-126
        Page A-127
        Page A-128
        Page A-129
        Page A-130
        Page A-131
        Page A-132
        Page A-133
        Page A-134
        Page A-135
        Page A-136
    Half Title
        Page B-i
        Page B-ii
    Mammiferes
        Page B-iii
        Page B-iv
        Page B-1
        Page B-2
        Page B-3
        Page B-4
        Page B-5
        Page B-6
        Page B-7
        Page B-8
        Page B-9
        Page B-10
        Page B-11
        Page B-12
        Page B-13
        Page B-14
        Page B-15
        Page B-16
        Page B-17
        Page B-17a
        Page B-18
        Page B-18a
        Page B-19
        Page B-19a
        Page B-20
        Page B-20a
        Page B-21
        Page B-21a
        Page B-22
        Page B-22a
        Page B-23
        Page B-23a
        Page B-24
        Page B-24a
        Page B-25
        Page B-26
        Page B-27
        Page B-28
        Page B-29
        Page B-30
        Page B-31
        Page B-32
        Page B-33
        Page B-34
        Page B-35
        Page B-36
        Page B-37
        Page B-38
        Page B-39
        Page B-40
        Page B-41
        Page B-42
        Page B-43
        Page B-44
        Page B-45
        Page B-46
        Page B-47
        Page B-48
        Page B-49
        Page B-50
        Page B-51
        Page B-52
        Page B-53
        Page B-54
        Page B-55
        Page B-56
        Page B-57
        Page B-58
        Page B-59
        Page B-60
        Page B-61
        Page B-62
        Page B-63
        Page B-64
        Page B-65
        Page B-66
        Page B-67
        Page B-68
        Page B-69
        Page B-70
        Page B-71
        Page B-72
        Page B-73
        Page B-74
        Page B-75
        Page B-76
        Page B-77
        Page B-78
        Page B-79
        Page B-80
        Page B-81
        Page B-82
        Page B-83
        Page B-84
        Page B-85
        Page B-86
        Page B-87
        Page B-88
        Page B-89
        Page B-90
        Page B-91
        Page B-92
        Page B-93
        Page B-94
        Page B-95
        Page B-96
        Page B-97
        Page B-98
        Page B-99
        Page B-100
        Page B-101
        Page B-102
        Page B-103
        Page B-104
        Page B-105
        Page B-106
        Page B-107
        Page B-108
        Page B-109
        Page B-110
        Page B-111
        Page B-112
        Page B-113
        Page B-114
        Page B-115
        Page B-116
        Page B-117
        Page B-118
        Page B-119
        Page B-120
        Page B-121
        Page B-122
        Page B-123
        Page B-124
        Page B-125
        Page B-126
        Page B-127
        Page B-128
        Page B-129
        Page B-130
        Page B-131
        Page B-132
        Page B-133
        Page B-134
        Page B-135
        Page B-136
        Page B-137
        Page B-138
        Page B-139
        Page B-140
        Page B-141
        Page B-142
        Page B-143
        Page B-144
        Page B-145
        Page B-146
        Page B-147
        Page B-148
        Page B-149
        Page B-150
        Page B-151
        Page B-152
        Page B-153
        Page B-154
        Page B-155
        Page B-156
    Half Title
        Page C-i
        Page C-ii
    Oiseaux
        Page C-iii
        Page C-iv
        Page C-1
        Page C-2
        Page C-3
        Page C-4
        Page C-5
        Page C-6
        Page C-7
        Page C-8
        Page C-9
        Page C-10
        Page C-11
        Page C-12
        Page C-13
        Page C-14
        Page C-15
        Page C-16
        Page C-17
        Page C-18
        Page C-19
        Page C-20
        Page C-21
        Page C-22
        Page C-23
        Page C-24
        Page C-25
        Page C-26
        Page C-27
        Page C-28
        Page C-29
        Page C-30
        Page C-31
        Page C-32
        Page C-33
        Page C-34
        Page C-35
        Page C-36
        Page C-37
        Page C-38
        Page C-39
        Page C-40
        Page C-41
        Page C-42
        Page C-43
        Page C-44
        Page C-45
        Page C-46
        Page C-47
        Page C-48
        Page C-49
        Page C-50
        Page C-51
        Page C-52
        Page C-53
        Page C-54
        Page C-55
        Page C-56
        Page C-57
        Page C-58
        Page C-59
        Page C-60
        Page C-61
        Page C-62
        Page C-63
        Page C-64
        Page C-65
        Page C-66
        Page C-67
        Page C-68
        Page C-69
        Page C-70
        Page C-71
        Page C-72
        Page C-73
        Page C-74
        Page C-75
        Page C-76
        Page C-77
        Page C-78
        Page C-79
        Page C-80
        Page C-81
        Page C-82
        Page C-83
        Page C-84
        Page C-85
        Page C-86
        Page C-87
        Page C-88
        Page C-89
        Page C-90
        Page C-91
        Page C-92
        Page C-93
        Page C-94
        Page C-95
        Page C-96
        Page C-97
        Page C-98
        Page C-99
        Page C-100
        Page C-101
        Page C-102
        Page C-103
        Page C-104
        Page C-105
        Page C-106
        Page C-107
        Page C-108
        Page C-109
        Page C-110
        Page C-111
        Page C-112
        Page C-113
        Page C-114
        Page C-115
        Page C-116
        Page C-117
        Page C-118
        Page C-119
        Page C-120
        Page C-121
        Page C-122
        Page C-123
        Page C-124
        Page C-125
        Page C-126
        Page C-127
        Page C-128
        Page C-129
        Page C-130
        Page C-131
        Page C-132
        Page C-133
        Page C-134
        Page C-135
        Page C-136
        Page C-137
        Page C-138
        Page C-139
        Page C-140
    Back Cover
        Page C-141
        Page C-142
Full Text










EXPDITION
dans les parties centrales
de
L'AMRIQUE DU SUD
DE RIO DE JANEIRO A LIMA, ET DE LIMA AU PARA.


Au Dpl des publicatios de la lbrame P. Berlrand,
GlIliZ MM. TREUTTEL ET WRZ, A STRAS130URG.
pars. imprmeme de l. hartinet, ru mignon, 2.


EXPDITION
DANS LES PARTIES CENTRALES
DE
AMERIQUE DU SUD
DE RIO DE JANEIRO A LIMA, ET DE LIMA A PARA:
EXECTE
PAR ORDRE D GOUVERNEMENT FRANJIS PENDAN! LES ANNES 1843 A 1847,
SOUS LA DIKECTIQX DU COMTIi
FRANCIS DE CASTELNAU.
OUVRAGE QUI A OBTENU UNE MDAILLE HORS L1GNE DE LA SOCIT DE GOGRAP11IE
septieme partie.
ZOOLOGIE
PARS,
CHEZ P. BERTRAND, LIBRAIRE DITEUR,
RU DE L'ARBRE-SEC, 22.
1855.


FID.C


ANIMAUX NOVEAX OU RARES
KECDEIJX1S PENDANT L'liXPMTION
dans les parties centrales
de
L'AMRIQUE DU SUD,
DE RIO DE JANEIRO A LIMA, ET DE LIMA AU PARA.


Au Bpl des publications de la librairie P. Bertrand,
C1IIZ MM. TREUTTEL EX WRTZ, A Sl'RASBOIJRG.
pakis. 1mprimerie de l. martinet, ru hignon, 2.


ANIMAUX NOUVEAUX OU RARES
RECUEILLIS PENDANT L'EXPDITION
DANS LES PARTIES CENTRALES
DE
L AMRIOUE DU SUD,
DE RO DE JANEIRO A LIMA, ET DE LIMA AU PARA;
' EXCUTB
PAR ORDRE DU GOUVERNEMENT FRANJIS PENDANT LES ANNES 1813 A 1847,
SOUS LA DlllECTION DI) COMTE
FUAx\CI8 DE CASTELNAU.
OUVRAGE QUI A OBTENU UNE MDAILLE HORS L1GNE DE LA SOCIT DE GfiOGRAPHII
TOME PREMIER.
PARS,
CHEZ P. BERTRAND, LIBRAIRE -EDITEUR,
RU DE L'ARBRE-SEG, 22. 1855.




TABLE ET CLASSIFICATION DES MATlERES
CONTENUES
DANS LE PREMIER VOLME.
ANATOMIE,
Par M. PAUL, G-ERVAIS, Profcsseur a la Facult les Setenos do Montpclllcr
Titre........................................... 7" livraison.
Recherches sur les Mammifres de l'Ararique mridionale.
Feuilles 1 k....................................... 8" livraison.
Feuilles 5 et 6...................................... 9o livraison.
Feuilles 7 et 8...................................... 10 livraison.
Descriptton ostologique de l'IIoazin, du Kamichi, du Cariama et du Savacou, suivie de remarques sur les aflinits naturelles des Oiseaux.
Feuilles 9 et 10...................................... 19" livraison.
Feuilles 11 et 12...................................... 20 livraison.
Ostologie de la tete du Vastres et du Mylts.
Feuille 12 (page 96)....... . .......................... 20c livraison.
Feuille 13 (pages 97 et 98)................................ 20" livraison.
Remarques ostoeogiques sur les genres Brachyure et Lagotriche de la tribu des Singes amricains*
Feuille 12 (pages 93 a 95)................................. 20" livraison.
Anthropologie. Note explicative des planches consacres a l'Anlhropologie.
Feuille 13 (pages 99 et 100)................................ 20" livraison.
Planche 1 . ..................................... 5" livraison.
Planche 2........................................ 3o livraison.
Planche 3........................ ................. 3 livraison.
Planche k . ,..................................... livraison.
Planche 5........................................ Iro livraison.
Planche 6 . ,.................................... 1ro livraison.
Planche 7..................................... U livraison.
Planche 8............. ............. 6o livraison.
Planche 9.......................................... C* livraison.
Planche 10. ...................................... 7J livraison.
Planche H......... . ............................. 7" livraison.
Planche 12. ....................................- . 8" livraison.
Planche 13........................................ 8" livraison.
Planche U......................................... 9" livraison.
Planche 15........................................ 9e livraison.
Planche 16. ...............................,........ 10 livraison.
Planche 17. ....................................... 10" livraison.
Planche 18.. _______ '.. ................................. 5o livraison.
zoologie Vol. ,


mammifres,
Par II. PAULi SERVIS, Profcsseur a la Facult les Sciences de llontpclllcr.
titre.......................................... 7C livraison.
primates (par vi. Isidore Geolfroy Saint-Hilaire membre de l'Acadmie des sciences, etc.)
Feuilles 1 a 3.......................................19e livraison.
Feuille 3*...........................................20' livraison.
documenis zoologiques pour servir a la monographie des Chiroptres sud-amricains.
Feuilles k a 8.......................................15* livraison.
Feuilles 9 a 11......................................16e livraison.
descriptiok des trois espces de Dauphins qui vivent dans la regin du baut Amazone.
Feuille 12........................................ 16" livraison.
sur quelques points de Phistoire zoologique des Sarigues, et, plus particulirement, sur leur systcme dentaire.
Feuille 12 (Pages 95 ct 96)................................16" livraison.
Feuille 13 (pages 97 a 103)............................... 16 livraison.
description d'un nouveau genre de Rongeurs, sous le nom de Lasiwomys (par . Deville).
Feuille 13 (page 104)...................................16 livraison.
numration des principales espces de Maramifrcs recueillis pendant 1'Expdilion excute dans les parties centrales de l'Amrique du Sud.
Feuille 1U (pages 105 et 106)................. .............. 20 livraison.
Feuille li (pagos 107 a 112)...............................20" livraison.
Feuille 15........................................20 livraison.
Planche 1.........................................12c livraison.
Planche 2.........................................12c livraison.
Planche 3........................................10 livraison.
Planche U. ........................................10 livraison.
Planche 5. ........................................11 livraison.
Planche 6...........;.............................13e livraison.
Planche 7........................................14c livraison.
Planche 8.........................................12 livraison.
Planche 9.........................................H" livraison.
Planche 10........................................He livraison.
Planche 11...................................... U' livraison.
Planche 12..................................-......14 livraison.
Planche 13........................................12* livraison.
Planche 16........................................ livraison.
Plancho. 15........................................13e livraison.


MAMMIFRES (suxte).
Planche 16......................................., iU livraison.
Planche 17........................................ 14" livraison.
Planche 18........................................ livraison.
Planche 19........................................ 14' livraison.
Planche 20........................................ \k' livraison.
OISEAUX,
Par M. O. ES MIJRS, mciiiltrc de plusicurs Socits s a va mes.
Titive.......................................... 14" livraison.
Feuilles 1 a 5....................................... 17" livraison.
Feuilles 6 a 10.............'......................... 18" livraison.
Feuilles 11 a 13..................................... 19" livraison.
Planche 1.....................................: ... 16 livraison.
Planche 2..................,...................... 16 livraison.
Planche 3........................................ 16' livraison.
Planche h........................................ 16 livraison.
Planche 5........................................ 16 livraison.
Planche 6........................................ 17c livraison.
Planche 7......................................... 17c livraison.
Planche 8 . ...................................... 17 livraison.
Planche 9......................................... 17" livraison.
Plnchelo........................................ 17 livraison.
Planche 11........................................18" livraison.
Planche 12........................................ 18" livraison.
Planche 13........................................ 18" livraison.
Planche lh........................................ 18" livraison.
Planche 15.................................... 19" livraison.
Planche 16......................................... 19 livraison.
Planche 17........................................ 20" livraison.
Planche 18......................................... 20" livraison.
Planche 19........................................ 20 livraison.
Planche 20........................................ 20 livraison.




ANIMAUX NOUVEAUX O RARES
recueillis pendant l'expdition
dans les part es centrales
DE
AMRIQUE DU SU
DE RIO DE JANEIRO A LIMA, Et DE LIMA AU PARA.


Au Dpl des publications de la lbrame P. Berrand,
CH1Z MM. TBETTEL ET WRTZ, A STRASBOURG.
pars. imprmrie de l. martiekt ru aickoh, 2.


ANIMAUX NOUVEAUX OU RARES
RECUEILLIS PENDANT L'EXPDITION
DANS LES PARTIES CENTRALES
DE
L AMRIQUE DU SUD
DE RIO DE JANEIRO A LIMA, ET DE LIMA A PARA;
XCLTIi
PAR ORDRE DU GOUVERNEMENT FRANJIS PENDANT LES ANNES 1843 A 1847,
SOUS LA DIRECTIOiN DU COMTE
FRANGS de castelna.
OIJVRAGE QLI A OBTEMJ ENE MDAILLE IIORS LIGNE DE LA SOCIT DE GftOGRAPHIE.
ANATOMIE
PAR M. PAUL GERVAIS,
professeur a la facult des sciences de hontpellier.
PARS, j
CHEZ P. BERTRAND, LIBR AIUE- DITEUR,,
RU DE L'ARBRE-SEC, 22.
1855.




PREMIER MEMOIRE.
RECHERCHES
SUR LES
MAMMIFRES FOSSILES
DE L'AMRIQUE MERIDIONALE.
CHANTRE PREMIER.
REMARQUES PRLIMIN AIRES.
En comparant les mammifres qui vivent dans l'Amrique mridionale avec ceux de l'Afrique et du midi de l'Asie, BuTon fut frapp de leur nombre moins considerable, de leur moindre taille, et, plus encor, des diffrences, constamment de valeur spcifique, par lesquelles ees animaux se dislinguaient de ceux qu'on avait alors recus des deux parties de l'ancien continent que nous venons de citer. Aprs avoir insiste sur ees remarques, il ajoutait : Plus on lera de recherches et de comparaisons ce sujt, plus on sera convaincu que les animaux des par- ties meridionales de chacun des continents n'exislaient point dans l'autrc, el que le petit nombre de ceux qu'on y trouve aujourd'hui ont t transportes par l'homme.
Les dcouvertes des naturalistes modernes ont enlirement juslifi les prvi-sions de BuTon; mais en s'tendant aux animaux fossiles, elles ont monlr que l'Amrique mridionale avait eu aussi ses espces giganlesqucs, et qu'elle pou-vait, comme l'ancienne Europe, tre mise en parallle avec l'Afrique acluelle ou avec l'Inde, si l'on compltait la liste de ses espces existantes par celle de ses espces teintes. Les mammifres sud-amricains n'en sontpas moins restes tres diffrents de ceux des autres parties du monde par l'ensemble de leurs caracteres, car dans beaucoup de cas ils constituent des genres oumme des familles dont on ae retrouve ailleurs aucun reprsentant.
J'ai runi dans ees Recherches sur les mammifres fossiles de l'Amrique mridionale des donnes qui pourront servir rsoudre quelques-unes des queslions genrales qui se rattachent ce sujet, et je dois des prsent essayer de mon-
Anatomie. *


(.2 )
trer comment Buffon, aprs avoir si heureusement contribu la solution de plu-sieurs d'elles, est, au contraire, tomb dans une grave erreur propos de celle qui parait la plus importante de toutes. C'est ce qui lui est arriv lorsqu'il a dit, dans son Discours sur les animaux communs aux deux continents, qu'il ne serait point impossible, mme sans intervertir l'ordre de la nature, que tous ees animaux du nouveau monde fussent dans le fond les mmes que ceux de 1'ancien, des- quels ils auraient autrefois tire leur origine.
Comme des auteurs clebres ont admis plus rcemment des migraiions ana-logues, et dans quelques cas de semblables transformations opres par le temps ou les condiions climatriques dans les caracteres des animaux, aprs leur chan-gement de pays, il nous a paru utile de faire ressortir avec quelle vidence l'tude des espces sud-amricaines pourra servir rnter de semblables sup-positions.
Un examen srieux des caracteres distinotifs de ees mammifres, et plus parti-culirement une tude minutieuse des dbris que les animaux de cette classe ont laisss dans le sol de cette partie du monde antrieurcment l'poque moderne, devaient en effet conduire, sous ce rapport, des resultis tout fait concluants. C'est pourquoi, -tout en faisant connatre mes propres observations sur certains mammifres fossiles de FAmrique mridionale, je rappellerai dans ce travail les principales dcouvertes qu'ils ont fournies antrieurement G. Cuvier et de Blainville, ainsi qu' MM. Lund et Owen.
Ces recherches, et celles qui ont t faites sur plusieurs points du globe tres loigns les uns des autres : en Europe, dans l'Inde, la Nouvelle-Hollaude et encor ailleurs, contredisent aussi compltement que possible les suppositions qu'on avait mises au sujet de ces prtendus dplacements de populations. Elles n'au-torisent pas davantage admettre que des modifications aient eu lieu dans les caracteres des espces animales.
Les documents que j'ai runis de mon col relativement aux mammifres fossiles de l'Amrique sont assez nombreux. J'ai dispos pour ce nouveau travail de la bel le collection d'ossements fossiles que le savant botaniste, M. Weddell, a forme pendant son sjour en Bolivie, et qui provient du clebre gisement de Tarija. Ces fossiles, que M. Weddell n'a pu rapporter en Europe qu'aprs avoir surmont les plus grandes dificults, ont t donns par lui au Musum d'his-toire naturelle de Paris. J'ai joint leur description celle de quelques pices int-ressantes que M. de Castelnau a dcouvertes dans une caverne du Prou, situe 4000 mtres au-dessus du niveau de la mer. En oulre, grce aux facilites que M. Flourens, alors charg par intrim de la collection des Vertebres fossiles du Musum, a bien voulu me donner, avec une libralit dont je ne saurai trop fe remercier, j'ai pu tendre mes comparaisons sur une partie des belles pices


( 3 )
extraites des dpts parapens de Buenos-Ayres ou des cavernes du Brsil, que fetr 1'amiral Dupotet et MM. Villardebo et Claussen ont dposes, il y a deja plusieurs annes, dans le mme tablissement.
Mes recherches concourront prouver qu'aucune des espces de mammifres qui vivent nalurellement dans l'Amrique mridionale, ou qui y ont vcu l'po-que o les Elephas primigenias, les Rhinoceros tichorhinus, les granas Ours, les Hyenes, les Felis spelma, et tant d'autres espces depuis longtemps ananties, fou-aient le sol de l'Europe, ne peut tre regarde comme ayant aussi existe dans rancien continent. II n'en est pas mme ainsi pour l'espce de Mastodontes europens nomme Mastodon angustidens, a laquelle G. Cuvier avait cru devoir attribuer certains ossements rapports du Prou par Dombey. Comme on le verra par les dtails dans lesquels nous entrerons a cet gard, ces ossements ne dif-frent pas de ceux du Mastodonte des Andes (Mastodon Andium), qui sont enfouis en si grande abondance dans le dpt de Tarija.
Les mammifres teints dont on rencontre les ossements dans les cavernes et dans les dpts pampens de l'Amrique mridionale sont comme ceux encor existants que les Europens onj trouvs dans les mmes contres, tous diffrents par leurs espces de ceux des diverses parties de l'ancien continent, et beaucoup d'entre eux rentrent aussi dans des genres, dans des familles mme, qui ne sont point representes ailleurs, ou qui ne le sont que dans quelques parties de l'Amrique septentrionale.
La comparaison des mammifres sud-amricains, avec ceux de la population, probablement miocne, que les beaux travaux de M. Leidy (1) sur les fossiles. du Nebraska, aux Etats-Unis, nous ont fait connatre, conduit des rsultats non moins concluants. Les fossiles du Nebraska difrent galement des espces fossiles dans l'Amrique mridionale, et de celles qui peuplent maintenant les deux Amriques.
lis ont, au contraire, des analogies incontestables avec les mammifres du miocne europen, ainsi qu'avec ceux du procne, et une grande partie de leurs espces taient congneres ou seulement peu loignes de celles qui ont vcu en Europe pendant la mme partie de la priode tertiaire. Toutefois on ne trouve au Nebraska aucune des espces europennes ni aucune de celles de l'Inde.
On doit en conclure qu' cette poque dj, l'hmisphre boreal nourrissait simultanment trois populations bien distinctes d'animaux mammifres, et qu'aucune des espces propres a ces populations n'a pass dans l'Amrique mridionale.
Mais revenons aux mammifres fossiles qui font l'objet principal de notre tra-
(1) The anciint fauna of Nebraska, or a descriplion of remains of exlinct mammalia and chelonia [rom lite mauvaises terres of Nebraska, by J. Leidy, in-i".


. (4)
vail. Parmi ceux qui ne rentrent dans aucune des familles connues ailleurs que dans l'Amrique, et qui n'ont aucun reprsentant actuel sur ce continent, nous devons citer d'abord les genres Toxodon, Nesodon et Macrauchenia, tous les trois de la grande catgorie des Onguls.
Je donne dans mon Mmoire la description el la figure des principaux os du Toxodon que M. Owen n'avait pas observes. Leur examen confirme l'opinion mise rcemment par ce savant anatomiste sur la ncessil d'tablir pour le Toxodon un ordre nouveau dont les Nsodons, que je neconnais que par les pices qu'a dcrites M. Owen, paraissent devoir faire galement partie. Le Toxodon tait grand comme les Hippopotames dont il avait sans doute les allures, et, certains gards du moins, le genre de vie.
Le Macrauchenia tait aussi grand que le Toxodon, mais il avait des formes beaucoup moins lourdes. Son fmur qui est pourvu d'un troisime trochanter? ses pieds qui diffrent peu de ceux des Rhinocros ordinaires ou des Palseothe-rium, et les aulres caracteres qu'on a pu lui constater, montrent que ce genre doit devenir le lype d'une famille part, mais que la place de cette famille est marque cote de celle des Rhinocros, dans l'ordre des Juments. Je dcris principalement le pied de devant du Macrauchenia d'aprs un exemplaire presque complet trouv Tarija par M. Weddell.
L'ordre des Juments ou Pachydermes herbivores a aussi fourni la popula-tion teinte de l'Amrique mridionale des Chevaux diffrents de ceux de l'Eu-rope, et sur lesquels je donne des renseignements, ainsi que des Tapirs que je ne connais que par M. Lund. C'est au genre de ces derniers qu'appartenaient les seuls animaux du mme ordre que les Europens rencontrrent dans l'Amrique lorsqu'ils s'y tablirent.
Les Lamas et les Pcaris, de l'ordre des Bisulques, sont des animaux qu'on ne trouve pas ailleurs qu'en Amrique. Cette partie du monde en possdait deja lrs-qu'elle tait peuple par les genres perdus dont il vient d'tre question, et par les grands Edents dont nous parlerons bientt. MM. Lund et de Blainville ont mis ce fait hors de doute pour les Pcaris, et le premier de ces naturalisles a observ des Lamas fossiles dans les cavernes du Brsil. J'en recomais de trois espces parmi les ossements que M. Weddell a dcouverts Tarija. Une de ces espces de Lamas tait intermdiaire par ses dimensions la Vigogne et au Lama ordi-naire; une aulre dpassait un peu ce dernier, etla troisime tait beaucoup plus grande, sa taille galant peu prs celle d'un cheval. Je donnerai cette grande espce le nom d'Auchenia Weddellii.
Mes observations relatives aux dents portent sur plusieurs des genres qui rentrent dans la mme famille que les Megalonyx et les Mylodons, plus particuli-rement sur le Scelidotherium de M. Owen. M. Weddell en a rapport une tres belle


i 5 )
tete du gisement de Tarija, et M. de Castelnau en a recueilli d'autres dbris dans la caverne de Samson. Le gisement de ces derniers offre cela de particulier, qu'il renferme en mme temps et ple-mle des ossements du Scelidotherium, des os d'une espce de Cerf qui m'a paru tre le Cervus paludosas actuel, et, ce qui est plus curieux encor, des os du Bceuf domestique dont l'enfouissement ne peut tre que tout fait rcenl. La caverne de Samson nous montre done un exemple des plus videntsdumlange que les eaux ont apport dans les cavits de ce genre entre les ossements des animaux de l'poque diluvienne et ceux des animaux morts depuis le commencement des temps historiques. C'est de la mme maniere sans doute que des dbris humains ont t associs dans beaucoup de cas ceux des grands mammifres teints, soit dans les cavernes de l'Europe, soit dans cellos de l'Amrique, et M. de Castelnau a aussi recueilli des ossements humains dans la caverne de Samson.
G. Cuvier et de Blainville n'ont pas eu la mme opinin au sujet des allinils qui semblent devoir faire rapprocher des Paresseux les.grands Edents fossiles dont nous venons de parler, et qui servent de types aux deux familles des Mga-lonycids etdes Mgathrids. Le nouveau genre d'Edents sud-amricains auquel je donne le nom de Lestodon doit faire cesser tous les doutes qu'on aurait pu conservera cet gard. Iljointen effet, des formes ostologiquesanalogues celles de ces deux groupes d'animaux, et en particulier assez peu diffrentes de celles des Mylodons, pour qu'on l'ait jusqu' prsent confondu avec eux, le caractre remarquable d'tre pourvu l'une et l'autre mchoire d'une paire de dcnls caniniformes qui rappellent celles des Paresseux unaus (Bradypus didaclylus). Les collections du Musum ont recu de Bunos-Ayres des restes de deux espces de ce nouveau genre, l'une et l'aulre graneles comme le Mylodon et le Scelidotherium. J'en parle sous les noms de Lestodon armalus et de Lestodon myloides.
Le genre Megatherium m'a fourni quelques indicalions nouvelles, et je dcris un fragment du crne d'un Tatou que M. Weddell a retir de la couche ossements de Tarija. Ce Tatou ne saurait tre distingu de l'Encoubert actuel que l'on n'avait point encor observ l'tat fossile.
On trouvera aussi dans mon Mmoire la description de quelques dbris appartenant d'autres animaux. Quelques-uns indiquent un Cahiai (llydrochozrus) tres semblable celui d'aujourd'hui, mais provenant du dpt de Tarija.
D'autres pices sont des os d'un Felis presque aussi grand que le Smilodon ou Machairodus neogmts.
J'y ai ajout la description de plusieurs pices tres caractristiques, qui vien-nent d'un Ours presque gal en dimensions aux Ursus spelmus et arcloideus fossiles en Europe. Ces ossements d'Ours ont t dcouverts aux environs de Bucnos-Ayres. Leur espce sera VUrsus bonariensis. C'est par elle que je commencerai.


(&)
Aprs ayo-ir parl de ce carnivore et des animaux du mme ordre qu'on a sgnales l'tat fossile dans les cavernes ou les dpts diluviens de l'Amrique, je dcrirai les autres espces, en passant successivement en revue les diffrents ordres des Rongeurs, des Proboscidiens, des Toxodontes, des Juments, des Bisul-ques, et des Edents, qui m'ont galement fourni quelques remarques nouvelles et dont j'numre aussi toutes les espces fossiles propres aux gisements de l'Amrique mridionale. Enfin, je terminerai en rappelant les noms des espces fossiles observes parM. Lund pour les trois ordres des Primates, des Chiroptres et des Marsupiaux, ordres dont MM. de Castelnau et Weddell n'ont recueilli, pendant leur sjour en Amrique, aucun ossement fossile.


( 7 )
CHAPITRK 0EUX1EME.
DESCRIPTION DES MAMMIFRES FOSSILES DE L'AMRIQUE
MRIDIONALE.
L
Ohdre des GARNIVORES. '
Famille des URSIDS.
Genre URSUS. N' 1. OURS DE BUENOS-AYRES (Ursus bonarietuis). '
( PLANCHE IV, fig. 1-3. ) Ursus bonaricnsis, P. Gerv., Zoologie el Palonlologie franpaises, p. 189.
M. Lund avait admis la prsence d'une espce d'Ours parmi les mammifres dont les ossements sont enfouis dans les cavernes de l'Amrique mridionale, et dans son travail publi en 1842 (1), il avait donn celle espce le nom d'Ursus brasiliensis; mais, depuis lors, cette indication a t rvoque en doule, et M. Pictet annonce dans la seconde dition de son Traite de Palonlologie que Y Ursus brasiliensis repose sur des pices appartenant au genre des Coalis (Nasua).
Postrieurement aux publications de M. Lund, un de nos plus savants palon-tologistes, feu M. Laurillard, a regard comme rentrant aussi dans le genre des Ours quelques-uns des ossements que M. le docleur Weddell s'est procures Tarija, en Bolivie.
Dans le rcit de sonvoyage, M. Weddell a mme consign les renseignements que M. Laurillard lui avait fournis a cet gard. Voici comment M. Weddell s'exprime :
Enfin, pour clore la liste de mes dcouvertes palonlologiques, je dirai que M. Laurillard a rcemment reconnu dans ma collection des os tarsiens qu'il rapporte au genre Ours.
Ce serait le seul carnassier qui aurait existe au milieu de tant de phytivores(2).
En examinant de nouveau les os mtacarpiens et mtalarsiens que M. Weddell a rapports de Tarija, j'ai t frapp, la premire vue, de l'analogie que leurs
(1) Mmoires de lAcadmie de Copenhague, I 842, p. 198.
(2) Voyage dans le sud de la Bolivie, p. 204.


(8 )
proportions trapues leur donnent avec ceux des Ours; mais en les comparant ceux de ces animaux, j'ai constat qu'ils en difraient certains gards pour se rapprocher au contraire des Felis, et \l. Weddell a trouv avec ces mtacarpiens et ces mtatarsiens des os du carpe et du tarse (un scaphode du pied de devant etun cuboide) qui ont plus d'analogie avec ceux du Felis qu'avec ceux des Ours; de plus, sa collection renferme des phalanges ungueales provenant certainement du mme animal que les mtacarpiens et les mtatarsiens, lesquelles ont la forme si bien connue et si caractristique des phalanges des Felis. J'ai done t conduit reconnatre que ces os de carnassiers sont ceux d'un grand Felis, et non ceux d'un Ours. Si M. Laurillard avait eu toules ces pices sous les yeux, il aurait certainement eu sur les mtatarsiens dont il a fourni une dtermination M.Weddell l'opinion que nous en meltons ici.
Cependant on ne saurait nier qu'il a rellement existe des Ours dans l'Amrique mridionale l'poque o les Mastodontes, les grands Edents et plusieurs Onguls de formes si bizarres, qui nous oceuperont plus loin, habitaient cette partie du monde.
Feu M. le vice-amiral Dupotet a rapport de Buenos-Ayres, et dpos dans. les collections du Musum de Parisf quelques dbris d'Ours recueillis peu de distance de cette ville avec des ossements du Mastodon Humboldtii, du Toxodon platensis, du Glyplodon, etc. Ce sont :
Io Un fragment de mchoire infrieure portant encor la carnassire et la penul-time molaire; 2o Un astragale; 3o Quatre mtatarsiens.
Ces ossements indiquent une espce de grande taille, presque comparable par ses dimensions Y Ursus spelceus dont les os sont si communs en Europe dans les cavernes.
J'avais dj signal cette espce sous le nom d'Ursus bonaricnsis, sous lequel je vais en parler ici. .
La premire des deux dents (pl. 4, ig. 1) qui sont en place sur le fragment de mchoire est la carnassire infrieure. Elle a ses pointes antrieures uses; son taln, qui est presque intact, est large et surmont de lubercules secondaires bien prononcs. La longueur de cette dent gale 0,035.
La premire tuberculeuse (pl. 4, ig. 1) qui la suit est proportionnellement plus longue et moins large que celle de YUrsus americanus, qu'elle surpasse d'ailleurs beaucoup en dimensions; son apparence genrale indique aussi un rgime encor plus omnivore. Sa longueur gale 0,034, et sa largeur 0,034.
En avant de la carnassire on voit les deux alvoles de la dernire avant-mo-


( 9 )
laire. Le second de ces alvoles tait plus fort et plus creux que le premier.
Uastragale (pl. 4-, ig. 2) est bien plus fort que celui de l'Ours brun, et, quoi-qu'il ait la mme forme genrale, il s'en distingue par plusieurs parlicularits secndaires : ainsi le bord poslrieur de sa poulie est plus large; ses facettes d'articulation avec le calcanum n'ont pas tout a fait la mme forme, el il est plus arrondi dans son apophyse d'articulation scaphodienne.
Les mtatarsiens (pl. 4, fig. 3) sont ceux des nmeros 2 5 ; ils sont un peu plus grands et un peu plus robustes que ceux de YUrsus relos, mais en general de mme forme. Voici leurs longueurs respectives :
Deuxime mtatarsien, 0,080;
Troisime mtatarsien, 0,090;
Quatrime mtatarsien, 0,095;
Cinquime mtatarsien, 0,075.
Genre FELIS.
N 2. Sur un grand Felis fossile a Tarija.
M. Lund reconnail parmi les animaux mammifres qui sont fossiles dans les cavernes de l'Amrique mridionale sept espces de Felis, savoir :
Une grande espce de Machairodus dont il avait d'abord fait son Uyama neo-gcea (actuellemenl Machairodus neogeeus, Piclet, ou Felis smilodon, Blainville) : M. de Blainville en a fait figurer un tres beau crne dans une des planches de son Ostographie du genre Felis;
Le Felis protopanther, qui tait de la laille du Jaguar;
Une autre espce approchant du Jaguar, mais plus grande;
Une quatrime comparable au Couguar;
Une cinquime ayant des affinits avec le Felis macroura du prince Maximilien; Une sixime dont les dimensions taient au contraire petites : M. Lund l'ap-pelle Felis exilis;
Une septime tablie seulement sur l'examen d'une molaire, qui a paru s; rapprocher de la correspondante des Gupards: c'est le Cynailurus minutus de M. Lund.
Les ossements de Felis que M. Weddell a dcouverls Tarija indiquent une espce intermdiaire par ses dimensions au Jaguar et au Lion, ayant des propor-tions robustes comme le Jaguar et le Tigre, mais un peu infrieure par la laille au Felis smilodon.
J'ai compar ces os du Felis fossile Tarija avec ceux de plusieurs espces vivantes. Mme en ne tenant pas compte de la forme tout a fait decisivo des deuxime et troisime phalanges, il ne me reste aucun doute sur leur simililude
Anatomik. 2


( io )
gnrique avec ces animaux, et l'analogie de certains d'entre eux avec les os correspondants des Ours reside bien plus dans Fpaisseur que dans la forme elle-mme.
Voici l'numration de celles de ces pices qui sont figures sur nos planches:
io Un atlas (pl. 1, fig. 4 et 4 a).
2o Une partie suprieure de cubitus (fig. 5).
3o Un scaphoide du pied de devant (pl. i, fig. 14-). ii est un peu plus fort que celui du Lion; sa facette d'articulation radiale est plus grande, mais peu prs de mme forme; l'apophyse allant au semi-lunaire est plus grande; la largeur totale de ce scaphoide est de 0,045.
4o Un pisiforme. ii est plus raccourci que dans le Lion.
5o Les deuxime, quatrime et cinquime mtacarpiens (fig. 6, 7 et 8). Les os sont peu prs moins longs d'un neuvime que ceux d'un Lion de taille ordinaire, mais ils sont plus trapus que dans cette espce, et, divers gards, plus comparables ceux du Felis smilodon, du Tigre et du Jaguar. Le deuxime est remar-quablement largi vers son extrmit.
Voici la longueur de ces mtacarpiens : Celle du deuxime, 0,080; Celle du quatrime, 0,085; Celle du cinquime, 0,070.
6o Un autre mtacarpien, qui est celui du second doigt, est remarquable par les excroissances osseuses qui ont alter sa forme; c'est un cas d'ostologie patholo-gique que nous avons voulu faire reprsenter (fig. 9). Une premire phalange, qui parat lui avoir fait suite, montre aussi des traces d'une pareille altration.
7o Un quatrime mtatarsien qui offre des caracteres correspondants ceux des mtacarpiens cites plus haut.
8o Une premire, une seconde et une troisime phalange (fig. 11, 12, 13). Ces phalanges, et plusieurs autres de la mme collection, ont bien les caracteres du genre Felis. La troisime, qui est en capuchn, est grande, forte, et telle qu'on devait la supposer dans un animal essentiellement carnivore, vivant au milieu de nombreux herbivores de grande taille, les uns Onguls, les autres dents. Cette phalange unguale du Felis de Tarija est haute de 0,060; une autre, mesure dans le mme sens, a 0,055.
9o M. Weddell a aussi conserv un calcanum (fig. 15) appartenant au mme Felis. Cet os rappelle dans son ensemble le calcanum des autres espces du mme genre; mais son apophyse achillenne est plus courte que dans le Lion^ quoique tete peu prs aussi large; son apophyse d'articulation avec le cubode est galement plus courte, et sa surface scaphodienne est moins large transversalement. La longueur de ce calcanum est de 0,086.


(tt)
10 Un cubide (ig. 16). Sa forme genrale est aussi celle qui est propre aux animaux du genre Felis, mais il est plus court que celui du Lion, ce qui concorde ayec les caracteres des autres os que nous venons d'numrer, et sa grande can-nelure antro-infrieure est moins large. La face suprieure de cet os est aussi plus carree que dans le Lion, et sa forme genrale plus rellement cubodale.
Le peu de dtails donns par M. Lund sur ses espces de Felis nous empche de dir si le grand carnassier des dpts ossifres de Tarija, dont nous venons de dcrire plusieurs pices, diffre ou non des grands Felis dont ce naturaliste a trouv des dbris dans les cavernes du Brsil. Nous nous bornerons done ta-blir que le Felis de Tarija tait distinct du Jaguar et du Couguar actuis, et sans doute aussi du Felis smilodon. C'est auprs de celui-ci que ses formes robustes semblent devoir le faire classer; mais il nous est encor impossible, faute de pices, de dir si ses dents taient rellement comparables dans leur forme celles des Machairodus, ou bien si elles avaient les mmes proportions que chez les Jaguars et les Felis ordinaires.
Lisie des espces fossiles de l'ordre des Carnivores.
Famille des URSIDS. 4. Ursus bonariensis, P. Gerv. (du terrain pampeen de Buenos-Ayres).
Famille des VIVERRIDS.
2. Nasa...., Lund (des cavernes du Brsil).
Famille des CANIDS.
3. Speothos pacivora, Lund (des cavemos du Brsil).
4. Canis troglodytes, Lund (ibid.).
5. C. lycodes, Lund (ibid.). .
6. C. protalopex, Lund [ibid.).
7. C. robdstior, Lund (ibid.).
8. C. affinis fulvicaudo, Lund (ibid.).
9. C. incerts, Laurillard et d'Orbigny; C. Asarw, Blainv. (du terrain pampeen du Paran).
Famille des FLIDS.
. 40. Machairodus neog/eus, ou YHycena neogeea, Lund, et le Felis smilodon, Blainv. (des cavemos du Brsil).
41. Felis ou Machairodus, espce un peu moindre que la precedente, P. Gerv. (de Tarija).
42. F. protopanther, Lund (des cavernes du Brsil). 4 3. F. affinis Pum.e, Lund (ibid.).
4 4. F. affinis macrourje, Lund (ibid.). 4 5. F. exilis, Lund (ibid.). 46. Cynailurus minutos, Lund (ibid.).
Famille des MSTL1DS.
17. Mephitis...., Lund (des cavernes du Brsil).
18. Galictis...., Lund (ibid.).


( 12 )
I!.
Ohdhk des RONGERS.
Famille des CAVIADS. .
Genre HYDROCHOERUS. No 1. CABIAI FOSSILE A TARIJA.
(PLANCHE XIII, fig. 3. ) '
M. Lund sgnale deux espces de Cabais (genre Hydrochcerus) qu'il a trouves l'tat fossile dans les cavernes du Brsil : l'une est assez voisine du Cabiai actuel (Ht/drochosrus capybara) pour qu'il ne l'en distingue pas; l'autre lui aparu diffrente, et il la nomme Hydrochcerus sulcidens.
La collection faite a Tarija par M. Weddell renferme trois portions de mchoires suprieures appartenant une espce de Cabiai assez peu diffrente par sa taille et par la forme de ses lamerles dentaires du Cabiai vivant. M. Weddell en a dj parl dans son Voyage.
En fait de Rongeurs, je ne trouvai, dit ce nalraliste, qu'un Cabiai qui, en juger par les fragments de sa mchoire, seul vestige que j'en rencontrai, devait tre assez voisine du Capivare de nos jours.
Aucune de ces pices n'a conserv la serie des quatre dents molaires. On ne leur en voit plus que deux, la troisime et la quatrime. La troisime molaire a sa couronne constitue par deux parties, chacune en forme de cceur, rtrcie comme dans le Capivare, et dont l'chancrure est aussi placee en dehors, la pointe tant en dedans.
La quatrime commence par une figure en cceur analogue celles de la dent precedente, mais dont la concavit postrieure est dirige d'une facn inverse; le mme caractre se retrouve" d'ailleurs dans l'espce vivante. Aprs cette colline cordiforme, on voit des lamelles ou collines simples disposes en bandes transversales, encor semblables celles des Cabais actuis. Quant leur forme et leur obliquil, ces lamelles sont galement spares les unes des autres par du cment et disposes obliquement; cependant la quatrime dent est plus longue dans le Cabiai fossile qu'elle ne l'est dans les Cabiais vivants que j'ai vus, et il en est de mme de la pnultime.
Voici leurs dimensions : Pnultime molaire, 0,015; Dernire molaire, 0,050;
Largeur de l'une des bandes intermdiaires de la mme dent, 0,020.


( 13 )
Cette diffrence dans les dimensions des dents fossiles compares celles des individns rcents ne sulit pas, notre avis du moins, pour dcider que les anciens Cabais de Tarija laienl d'une autre espce que ceux d'aujourd'hui; mais comme nous n'en avons pas vu d'autres pices, nous ne saurions alfirmer que le reste de leur squeletle ou de leur systme dentaire ne monlra pas de son et quelques difrences d'une \aleur incontestablement spcifique.
Nous avons choisi le fragment le mieux conserv du Cabiai de Tarija pour en donner, dans notre Atlas, une figure de grandeur naturelle (pl. 10, ig. 1).
Nous ajouterons ces dtails une liste des principaux Rongeurs qui sont connus l'tat fossile dans l'Amrique mridionale. Ceux dont i'indication est due M. Lund ont t observes dans les cavernes; le nombre de leurs espces est suprieur trente.
Famille des CAVIADES.
4. hydnociioisiujs sulcidens, Lund (des cavernes du Brsil).
2. H. affinis Capybar.e, Lund et P. Gerv. (de Tarija etdes cavernes du Brsil).
3. Coelogenys laticeps, Lund (des cavernes du Brsil).
4. C. major, Lund (ibid.).
5. Chloromys capreolus, Lund (ibid.).
6. Chloromys, voisin desvivants, Lund (ibid.).
7. Kerodon affinis saxatili, Lund (ibid).
8. K bilobidens. Lund (ibid.y.
9. K. antiquijm, Laurillard et d'Orbigny (des terrains pampens de Paran). 10. Anoema robusta, Lund (des cavernes du Brsil).
41. A. gracilis, Lund (ibid.).
Famille des L AGOSTO MIDES. 12. Lagostomus brasiliensis, Lund (des cavernes du Brsil).
Famille des HYSTRICIDS.
43: Synoetheres magna, Lund (des cavernes du Brsil).
4 4. S. dubia, Lund (ibid.).
\6. Myopotamus antiquus, Lund (ibid.).
16. Aui.acodon? affinis Temniincku?? Lund (ibid.).
4 7. loncheres affinis eleganti, Lund (ibid.).
18. Lonchopuorus fossilis, Lund (ibid.). 4 9. Nelomys affinis antricolj, Lund (ibid.).
Famille des CTNOMYDES.
20. Ctenomys bonariensis, Laurillard et d'Orbigny (du terrain pampeen de Buenos-Ayres).
21. G. priscus, Owen (du terrain pampeen de Bahia-Blanca, en Palagonie).
Famille des MUB1DS.
22. Phyllomys affinis brasiliensi, Lund (des cavernes du Brsil).
23. Mus affinis principali, Lund (l) (ibid.).
(1) Cette espce et les huit stiivantes ont t donnes comme nouvelles par M. Lund, mais on n'en a pas encor fait la comparaison avec celles galement vivantes dans les mmes rgions que M. Waterhouse et que quelques autres naturalisles ont dcrites vers la mme poque.


( 14 )
24. Mus affinis acutico, Lund (des. cavernes du Brsil).
25. M. affinis mastacalt, Lund (ibid.).-26 M. affinis laticipiti, Lund (ibid.).
27. M. affinis vulpino, Lund (ibid.).
28. M. affinis fossorio, Lund (ibid.). 2.9. M. affinis lasyro. Lund (ibid.).
30. M. affinis expulso, Lund (ibid.).
31. M. hobsts, Lund (ibid.).
32. M. debilis, Lund (ibid.).
33. M. ortctes, Lund (ibid.).
34. M. talpinus, Lund (ibid.).
Famille des LPORIDS.
35. Leps affinis brasiliensi, Lund (des cavernes du Brsil).
r amille INDTERMINE.
36. Megamys patagonensis (1), Laurillard et d'Orbigny (des terrains pampens de la Patagonie).
III.
Ordre des PROBOSCIDIENS.
- Famille des LPHANTIDS.
Genre MASTODON. -
MASTODONTE DES CORDILLERES (Mastodon ndium). (PLANCHE Vet VI.)
Mastodonte dents troites d'Amrique et Mast. des CordiUres, G. Cuv., Ossem. foss., t. I, p. 250 et 266. Mastodon Cordillerarum, Besar., Mammal., p. 386. Mast. Andium, G. Cuv., Ossem. foss., V, par. 2, p. 527. Mast. Htimboldtii (partim), Blainv., Ostogr., gen. Elephas, p. Ihh, pl. '10 et 11. Mast. Andium, Laurillard, Voyage de d'Orbigmj, PaloN-tologie, et Dict. univ. d'hist. nat. Mast. Andium, P. Gerv., in Gay, Histoire du Chili, Mammifres, p. 137, pl. 8, fig. 1-7.
1. Remarques hisoriques.
Le groupe des Mastodontes, qui est l'un des plus eurieux que la zoologie palontologique hous ait fait connatre, est en mme temps intressant tudier sous le rapport de la dispersin de ses espces la surface du globe.
On n'a encor trouv aucun dbris de ees grands mammifres dans les terrains qui sont antrieurs l'poque miocne, mais le miocne et les dpts qui lui
(i) MM. Laurillard et d'Orbigny ont dcrit sous ce nom un libia indiquant un animal a peu prs grajod comme hBoeuf, qu'ils regarent comme ayant appai-tenu une grande espce de Rongeurs. Je n'ai point tu4i cette. pice, etne puis mettre son gard aucune opinin. . ,,


( i5 )
sont suprieurs ont enseveli des Mastodontes en plus ou moins grande abondance, et dans certaines localits il parait y en avoir jusque dans les dpts diluviens. C'est en particulier ce que l'on constate dans l'Amrique mridionale. En Europe ils ne semblent pas avoir vcu aussi longtemps (1).
Cuaque jour on y renconlre leurs ossements associs ceux de beaucoup d'autres animaux, principalement dans les pays qui occupent les zones tempres et meridionales, mais on ne les a encor observes nulle part dans les mmes couches que les lphants, les Rhinocros tichorhins, les Hynes et autres animaux plistocnes. Le Mastodonte de Montpellier, qui apparlient au pliocne, et celui des environs dTssoire, que l'on connat sous le nom de Mastodon arver-nensis, paraissent tre les plus recentes des espcc&curopennes de ce genre.
II y a eu galement des Mastodontes en Asie, plus particulirement dans la regin sous-himalayenne, et j'ai signal l'ancienne exislence d'animaux congneres dans le nord de l'Afrique; de son ct, M. Owen a publi que l'Australie elle mme en reclait des dbris.
Nulle part on ne trouve plus les Mastodontes l'tat vivant, et toutes les espces de ce groupe remarquable ont t certainement ananties antrieurement l'po-que historique.
Toutes n'ont pas vcu en mme temps, et l'on constate qu'elles ont eu des caracteres zoologiques assez diffrents suivant les faunes auxquelles elles ont appartenu.
Les Mastodontes de l'Amrique sont connus depuis assez longtemps des nalu-ralisles. Des l'arrive des Europens dans cette partie du monde, ils allirrent l'attention des voyageurs. On crut d'abord que leurs ossements taientceux des gants dont il est question dans l'Ecriturc; cette opinin cut cours dans l'Amrique mridionale aussi bien que dans l'Amrique septenlrionale (2), elM. Weddell nous apprend, dans son Voyage en Bolivie, qu'elle est loin d'avoir t abandonne par les populations espagnoles de l'Amrique du Sud (3).
(1) On en trouve cep.mdant des dbris dans les assises pseudo-pliocnes des environs d'Issoire, en Auvergne; mais je n'en comais dans aucun dpt plislocne, tel que ceux du diluvium, des alluvions proprement dites, des cavernes ou des breches osseuses, soit en France, soit dans le resle dol'Europe.
(2) En 4 712, le docteur Mather crivait de Boston au gologue anglais Woodward, pour le prier d'introsser la Socit royale a la publication d'un ouvrage relatif la physique sacre, dans lequel on citait, entre autres preuves de l'ancienne existence des gants, la dcouverte qui venait d'tre faite, en Albany, d'ossements et de denls ayant de grandes dimensions et que l'auteur de l'ouvrage regardait commo provenant de l'homme. Parmi ces ossements tait une dent qui avait ot portee New-York en 4 705, et qui pesait qualrc livres trois quarts. Ces pices appartenaient au grand Mastodonte de l'Ohio (Maslodon giganteum). On trouve quelques dtails a leur gard dans l'ouvrage de M. J. Warren, qui a pour titre : Description of a skelelon of the Mastodon giganleus of Norlh America. Boston, 1852.
(3) Weddell, Expdilion Castelnau, \. VI, p. 196; 1851. L'auteur y donno des dtails liistoriques que nous regreltons de ne pouvoir reproduire, ici fautede place.


( 16 )
(1) Journal de physique, t. LII.
Les restes du grand Mastodonte de l'Amrique septentrionale avaient deja t rapports en Europe, quand on y connut la prsence d'ossements analogues dans 1'Amrique mridionale. Cependant les grands fossiles de Tarija furent sgnales d'assez bonne heure, et, en 1761, ils taient l'objet d'une mention spciale de la part de Joseph de Jussieu.
Joseph de Jussieu crivait alors de Lima, son frre Bernard, que la valle de Tarija tait riche en os et en dents ptrifis; et Dombey, qui visita quelque temps aprs l'Amrique espagnole pour y recueillir des vgtaux tiles, en rap-porta au Jardin des plantes de Paris quelques belles pices appartenant au genre Mastodonte. II les avait lui-mme recueillies pendant le sjour qu'il fit au Prou; mais il ne parait pas que ees pices soient venues la connaissance de BuTon.
Lorsqu'elles arrivrent Paris, le grand crivain avait dj publi le passage de ses poques de la nature, o il expliquait avec son loquence habituelle, mais d'une maniere peu conforme avec ses vues sur la rparlition gographique des quadrupdes, comment les lphants avaient autrefois abandonn les terres refroidies du nord pour se porter vers les rgions intertropicales de l'ancien continent. BuTon, qui ne distinguait pas les Mastodontes d'avec les lphants, et qui ne reconnaissait qu'une seule espce vivante parmi ces derniers, s'exprimait ainsi au sujet de ces animaux :
Nous ne pouvons douter qu'aprs avoir oceup les parties septentrionales de la Russie et de la Sibrie jusqu'au 60e degr, o Fon a trouve leurs dpouilles en grande quantit, il n'aient ensuite gagn les terres moins septentrionales, puis- qu'on trouve encor de ces mmes dpouilles en Moscovie, en Pologne, en Alle- magne, en Angleterre, en France, en Italie; en sorte qu' mesure que les terres du nord se refroidissaient, ces animaux cherchaient des terres plus chaudes.... Mais cette marche rgulire qu'ont suivie les plus grands, les premiers animaux de notre continent, parait avoir souffert des obstacles dans l'autre. II est tres certain qu'on a trouve, et il est tres probable qu'on trouvera encor des dfenses et des ossements d'lphants au Canad, dans le pays des Illinois, au Mexique, etdans quelques autres endroits d l'Amrique septentrionale; mais nous n'avons aucune observation, aucun monument, qui nous indiquent le mme fait pour les terres de l'Amrique mridionale. D'ailleurs, l'espce mme de l'Elphant qui s'est conserve dans l'ancien continent ne subsiste plus dans l'autre.
G. Cuvier est le premier auteur qui ait donn la dterminalion anatomique des fossiles recueillis par Dombey. En publiant en 1801 l'extrait de son ouvrage sur les espces de quadrupdes dont on trouve les ossements dans l'intrieur de la terre (1), il rapporta ces fossiles amricains Xanimal qui fournit les turquoises de Simorre,


( 17 )
et qui est, dit-il, voisin de celui de l'Ohio. En dcrivant plus tard sous le nom de Mastodon angustidens les os de Simorre et d'autres encor, galement trouvs en Europe, Cuvier continua regarder les ossements dus Dombey comme tant de la mme espce que ceux des gisements europens; toutefois, dans un chapitre qui fait suite sa description du Mastodon angustidens, il a aussi donn, comme indiquant deux espces diffrentes, quelques dents molaires galement sud-amri-caines qu'il avait recues de M. de Humboldt.
Dans son dition de 1821, Cuvier tablit ainsi ces deux nouvelles espces de Mastodontes :
Son Mastodonte des Cordilleres repose sur trois dents ayant les mmes dimensions que leur correspondante dans 'animal de l'Ohio : l'une venait du volcan d'Imbaburra, dans la province de Quito; les deux autres taient de la Cordillre de Chiquitos.
Le Mastodonte humboldtien repose sur l'examen d'une dent carree, plus pelite d'un tiers, et que M. de Humboldt a rapportede la Conception du Cbili.
Cuvier reconnat une ressemblance, quant la disposition des tubrculos, entre ces dents et celles du Mastodon angustidens, mais il leur trouve les mmes propor-tions carrees que celles six pointes de l'Ohio, dont elles diffrent toutefois par les figures de la couronne qui sont en trfles et non en losanges.
Conformment ces indications, les naturalistes ont continu admellre la prsence dans l'Amrique mridionale du Mastodonte dents troites, du Mastodonte des Cordilleres, appel aussi Mastodonte des Andes, et du Mastodonte humboldtien, jusqu' la publication du fascicule de YOstographie de M. de Blainville qui traite des lphants et des Mastodontes.
Pendant le temps qui s'tait coul entre cette dernire publication el celle de G. Cuvier, le Musum de Paris s'tait enrichi de plusieurs pices importantes pour l'histoire du mme genre d'animaux, savoir :
Io Des ossements et des dents que M. de Blainville regarda pendant quelques annes, mais tort, comme tant les mmes qu'on avait atlribus Teutobo-chus, sous le rgne de Louis XIII.
2o De quelques dents des terrains du Brsil rapporles par MM. Aug. de Saint-Hilaire et Claussen.
3o D'une tres grosse molaire et de quelques os des environs de Buenos-Ayres qui ont t remis par l'amiral Dupotet.
4- De plusieurs os et d'une sixime molaire infrieure provenant du Chili; pices qui ont t dposes dans les collections publiques par les soins de M. Gay, el dont j'ai fait figurer quelques-unes dans l'Atlas du grand ouvrage de M. Gay.
Lorsqu'ilfitparatre son Ostographie des lphants et des Mastodontes, M. de Blainville altribua tous ces fossiles et tous ceux que l'on avait sgnales antrieu-
Anatomie. 3


( 18 )
rement dans l'Amrique mridionale une espce un i que laquelle il conserva le nom de Mastodon Humboldtii. Mais cette opinin ne fut pas admise par M. Lau-pillard, qui, tout en runissant, conlre ['opinin de G. Cuvier, le prtendu Mastodon- angustidens de l'Amrique mridionale au Mastodon Andium, fut d'avis que l'on devait continuer distinguer ce dernier du Mastodon Humboldtii.
En examinant avec altenlion la collection des Mastodontes sud-amricains que possde aujourd'hui le Musum, collection que MM. Weddell et Lewy ont tant enrichie dans ces dernires annes, on reconnait en eft que les molaires qu'on y a runies peuvent tre partages, cause de leur grandeur, pour chaqu numero dentaire, et plus particulirement encor cause des figures que la dtrition fait apparailre sur leur couronne, en deux catgories diffrenles. Les unes, que nous continuerons regarder avec M. Laurillard comme celles du Mastodonte humboldtien, sont plus grosses proportionnellement, et leur couronne montre, pour chaqu colline, deux figures en trfle adosses par lur base a peu prs situe sur la ligne mdiane. II s'en est trouve au Brsil, Buenos-Ayres et auprs de Santa-F de Bogot.
Au contraire, les dents dues Dombey, celles qu'a rapportes M. Gay, et toutes celles. qui ont t recueillies Tarija par M. Weddell, sont un peu plus troites proportion, et il y a entre elles et celles dont nous venons de parler une diff-rence comparable celle qui distingue les deux espces qu'on a tablies aux dpens du Mastodon angustidens europen de Cuvier. En outre, elles n'ont a leur couronne qu'une seule figure en trfle pour chaqu colline, ce trfle tant place : suprieurement sur la moiti interne de la couronne, et infrieurement sur sa moiti externe.
Je n'oserais aflirmer que la dent qui a servi de type au Mastodonte humboldtien de Cuvier appartienne plutt a la premire catgorie qu'a la seconde, caj? cette dent est fort incomplle; mais ce qui me parait cerlain, c'est que la majeure partie des dents igures par M. de Blainville sous le nom de Mastodonte de Humboldt se rapportent l'espce qui conservera ce nom, quelque doute qu'il reste sur la pice dcrite par Cuvier sous la mme dnomination.
Ces deux Mastodontes ressemblent assez par la forme de leurs dents aux Mastodontes d'Europe (Mastodon longirostris, Eaup, et M. brevirostris, P. Gerv.) qui rpondent aux Mastodontes europens que Cuvier avait runis celui de Dombey sous le nom de Mastodonte dents troites (M. angustidens).
Cependant il est facile aujourd'hui de diffrencier les Mastodontes sud-am-,-icains de ceux de d'Europe qui leur ressemblent le plus..
La dernire et l'avanl-dernire molaire du Mastodonte longirostre ont une eolline de plus. Ce Mastodonte a* de plus des incisives infrieures, et il se fait en


( 19 )
outre remarquer par la longueur de sa syniphyse mandibulaire, caractre qui manque aux deux espces de l'Amrique mridionale.
Celles-ci peuvent aussi tre dislingues du Mastodonte brvirostre (I), qui leur ressemble par l'absence d'incisives infrieures el par le moindre nombre des col-lines de leurs dernires molaires.
M, Weddell, qui a sjourn pendant quelque temps Tarija, y a runi un nombre considerable de tres bolles pices appartenant toutes, si nous en jugeons par les dents molaires, au Mastodon Andium, tel que nous l'avons dfini plus haut. Le soin qu'il a mis dans le choix de ses chantillons et le zle dont il a fait preuve, en rapportant jusqu'a Paris, malgr mille obstacles, tant d'objets si pr-cieux pour la science, mais si difliciles transporter, lui ont mrit une Ibis de plus la reconnaissance des naturalisles. Ce sont ces belles pices qui nous ont permis de donner de nombreuses figures et des descriptions dtailles des principales parties du squelette et de la dentition du Mastodonte des Cordilleres.
Nous en commencerons l'expos par la description du syslme dentaire.
2. Systme dentaire.
Comme nous l'avons deja dit, le Mastodonte des Andes manque de dents inci-sives infrieures. Ses incisives suprieures sont longues et en forme de dfenses comparables celles des autres espces du mme genre et des lphants. M. Weddell a rapport deux de ces dfenses, l'une approche de 2 mtres, l'aulre dpassait 2 mtres 20 centimtres.
Ces deux dents prsenlent un caractre qu'on observe aussi chez le Mastodonte longirostre et chez le Mastodonte brvirostre; leur face suprieure, qui rpond la face antrieure des incisives des Rongeurs, est garnie d'une large bande d'mail. On en voit encor une partie sur un troncn de dfense en place sur la portion de jeune tete dont nous figurons les dents sur la figure 1 a de notre planche 4-. Le mme caractre est bien plus vident sur les deux grandes dfenses que nous avons signales plus haut.
Les dents molaires en place sur la mme portion de tete, celles que porlenl encor les restes d'un crne provenant d'un sujet avanc en age, plusieurs m-choires infrieures et un certain nombre de molaires isoles, galement fournies par les fouilles faites Tarija par M. Weddell, nous ont permis de faire quelques
' (1) Je rapport entre autres pices au Mastodonte brvirostre ;
1'9 La mchoire infrieure trouvc a Stellenhoff, en Autriche. (G. Cuvier, Discours snr les rvolutions du globe, dit. de 'l 830, pl. 2, fig. 4-5.)
V. 2aDes molaires recueillies dans le midi de la France, et dont j'ai parl sous ce nom dans na Palonlologie franoaise.: ['_ *''
3 Le squelette des environs de Turin dcrit par M. Sismonda sous le nom du Mastodon angustidens.


( 20 )
observalions nouvelles sur ia den ti tion du Maslodonle des Andes. Ces dents sont des troisime, quatrime, cinquime et sixime molaires, les unes suprieures et les autres infrieures. Toutes sont proporlionnellement un peu moindres et en mme temps un peu moins larges que leurs correspondantes chez le Mastodonte humboldtien que nous avons pu leur comparer d'aprs des pices rapportes soit de Buenos-Ayres, par l'amiral Dupotet, soit des environs de Santa-F de Bogot, par M. Lewy. Nos figures 9 et 10 reprsentent deux de ces dernires (la sixime suprieure, fig. 9, et la sixime infrieure, fig. 10).
La dernire molaire suprieure du Mastodonte humboldtien, qui est plus use que rinfrieure, montre d'une maniere evidente les. doubles trfles qui appa-raissent la couronne des molaires de cette espce par suilc de la dtrition; au contraire, la dent correspondante du Mastodonte des Andes (fig. 3), n'a de figure en trfle que sur la moiti interne de sa couronne.
a. La sixime molaire suprieure, ou la dernire (fig. 3), est en place sur le fragment de crne adulte dont nous avons deja parl. Elle a 0,18 delong et 0,09 de large en avant.
Cette dent possde quatre collines transversales, avec un rebord antrieur et un fort taln postrieur. Chacune de ses collines est divise sur la crte en plusieurs tubercules secondaires; sa couronne montre un revtement incomplet de cment (1).
b. La dent qui la prcdait, sur la mme tete, est fort use, et notre figure n'en reprsente que la partie postrieure; mais il y a parmi les pices recueillies par M. Weddell une dent isole (ig. 2), peine use, qui est aussi une cinquime molaire suprieure. Celle-ci n'a que trois collines principales, toutes multimame-lonnes; sa partie antrieure est augmente par un rebord et la postrieure par un fort taln. Cette dent mesure 0,115 en longueur, et en avant 0,06 de large. On l'a reprsente vue par la couronne (fig. 2 a) et par le profil (fig. 2). Dans cette projection elle laisse voir ses racines au nombre de deux: l'une antrieure transversal, rpondant la premire colline, et l'autre postrieure, divise en deux parties, dont la premire est au-dessous de la moiti interne de la seconde colline, et l'autre sous la troisime colline.
Enin, je trouve la cinquime molaire en germe et encor retenue dans son alvole sur la jeune tete qui nous fournira aussi les troisime et quatrime molaires suprieures (fig. 1 et 1 a).
c. La quatrime molaire suprieure, qui occupc le milieu des figures 1 et 1 a, porte, comme la cinquime, trois collines et un taln postrieur; elle en diffre par le
(1) Une dent isole que je regarde encor comme sixime suprieure, a aussi quatre fortes collines, mais son taln est plus allong et form de plusieurs petiis tubercules presque confondus entre eux, quoique disposs sur deux rangs.


( 21 )
nioindre dveloppenient de son rebord antrieur, et par ses dimensions en general plus petites. Cette dent est longue de 0,75 et large de 0,17; sa plus grande argetir rpond la troisime colline; son mameln interne est doubl en avant pour chaqu colline par un tubercule de ren'orcement qui contribuera, par suile de l'usure, fournir les figures dites en trles.
d. La troisime molaire suprieure est encor nioindre. Celle que nous fournit la mme tete (fig. 1 et 1 a) est plus use que la quatrime dent; mais elle a aussi trois collines; toutefois son taln est bien plus petit, et ses dimensions totales sont encor moindres; elle a 0,050 de long et 0,035 de large, mesure la troisime colline.
On ne voit plus au-devant d'elle, sur le bord dentaire du maxillaire, aucune trace des alvoles des seconde et premire molaires qui taient uses depuis assez longtemps lorsque le sujet auquel cette tete a appartenu a cess de vivre.
Nous avons aussi sous les yeux plusieurs des dents molaires de la mchoire infrieure: des siximes plus ou moins uses, quelques cinquimes, des quatrimes et deux troisimes en place sur une mchoire infrieure. Plusieurs des cinquimes et siximes sont galement en place sur d'autres mchoires.
e. La sixime molaire infrieure (fig. 7et 8) a quatre fortes collines transversales, multimamelonnes, et en arrire un fort taln compos de deux ou de plusieurs petits tubercules; les deux chantillons de cette dent que nous avons fait repr-sentersont des degrs diffrents d'usure, et ils montrent les trfles externes qui se dessinent sur chacune des collines. Ce n'est qu'a une poque plus avance que se montre sur le cel interne un rudiment du second trfle, lequel est d'ail-leurs toujours nioindre que celui que l'on voit des le commencement sur le Mastodonte humboldtien (fig. 10). La couronne de la sixime molaire infrieure prsente habituellement une plus forte couche de cment que celle des autres dents.
La longueur de cette dent vari, suivant les sujets, entre 0,16 et 0,19. Celle longueur diminue comme pour les autres molaires, lorsque le bord antrieur a l en-tam par l'usure. /
f. La cinquime molaire infrieure est en place avec la sixime sur plusieurs mchoires, mais toujours fort use. Dans l'individu qui nous a deja fourni la dent de la figure 8, elle a 0,12 de long et 0,06 de large (fig. 6). Une aulre de mme numero, qui est isole (fig. 5), a trois collines principales et un taln assez fort pour pouvoir tre regarde comme une quatrime colline. Le taln externe de chaqu colline y est renforc par un largissement antrieur et postrieur que l'usure transforme en trfle externe. Voici les dimensions de cette dent : longueur, 0,12; largeur, 0,07 au taln.
La mme dent se voit en partie, mais retenue dans son alvole, sur la mchoire


( 22 )
infrieure qui prtela quatrime molaire en place qui a servi de modele notre figure k.
g. Cette quatrime molaire infrieure a trois collines et un petit taln postrieur; sa longueur est de 0,08.
h. En avant de cetle dent existe encor une trace evidente de l'alvole de la troisime molaire, mais celle-ci n'a pas t conserve.
3. Squelette.
M. Weddell ne s'est pas borne rapporter de la valle de Tarija des dents molaires et des dfenses de Mastodontes, il a aussi dpos dans les collections du Musum un nombre considerable d'os qui permettent de prendre une idee tres exacte des diffrentes parties du squelette du Mastodonte des Andes.
Le gigantesque mammifrc dont nous donnons ici la description avait les formes bien plus trapues que les lphants et que certaines espces de Mastodontes proprement dits; son humrus, son cubilus et son fmur, que nous figurons dans notre Atlas, serviront de preuves cette assertion, lorsqu'on voudra les comparer aux pices analogues provenant des autres animaux dumme genre que M. de Blainville a publies dans son Ostographie.
- Le crne du Mastodonte des Andes parait avoir aussi ses caracteres particu-liers; malheureusement les deux exemplaires, l'un jeune et l'autre adulto, que M. Weddell s'en tait procures Tarija, ont souffert pendant le long et diicile voyage qu'on a d leur faire subir pour les transporter Paris, et, tout en tablis-sant qu'ils ne diffrent pas notablement des crnes du Mastodonte humboldtien que M. Lewy a dposs au Musum, nous sommes dans l'impossibilit d'en donner une description complete.
La mchoire infrieure nous est mieux connue que le reste de la tete. Comme nous l'avons dj dit, sa partie antrieure ne se prolonge pas en longue sym-physe comme dans le Mastodonte longirostre, et elle ne porte pas non plus de dents incisives, Sous ce rapport elle est plus comparable celle des lphants et des Mastodontes brvirostres. II est galement probable qu'elle subissait avec l'ge des modifications analogues celles que l'on constate chez les lphants, et que, par exemple, sa partie terminale tait en forme de bec plus allong chez les sujets encor pourvus de leurs premieres molaires, etpar consquent encor jeunes, que chez ceux, plus avances en age, qui taient dj pourvus de leurs dernires molaires. Nous en avons en partie la preuve dans le plus grand allongement de la mchoire du jeune sujet qui nous a fourni la dent de la figure i. Elle est en effet plus allonge'que celle des sujets plus vieux, et dont nous avons un exemple dans la mchoire laquelle adhrent encor les dents de nos figures 6 et 8. D'ailleurs les bords de la jeune mandibule dont nous parlons ne sont pas intacts,


( 23 )
et l'on doit supposer que leur allongement a t plus grand encor. Cette mchoire a d tre peu diffrente de celle que SI. Laurillard a fait reprsenter, d'aprs un dessin de M. d'Orbigny, dans le Voyage de ce naturaliste (pl. 10, ig. 1-2 de la partie palontologique). Celle-ci avait galement t rccueillic auprs de Tarija. L'avance en forme de bec y est plus prolonge encor et elle a la forme de gouttire demi-cylindrique, ce qui tient la fois son tat d'intgrit plus com-plet et l'ge encor plus avanc du s'ujet qui l'a fournie.
Jallas (pl. 2, fig. 1) ne parait gure diffrer de celui clonn dans l'ouvrage de M. Gay que par ses dimensions plus considerables. 11 a 0,35 au lieu de 0,30.
L'hurnrus (pl. 2, fig. 2) a 0,78 de longueur totale et 0,24 de largeur aux condyles; la hauteur de son largissement pitroclilen au-dessus de la partie infrieure de-Tos est de 0,33.
Le cubitus (pl. 2, fig. 3) est long de 0,61; sa largeur Tarticulalion humrale est de 0,22.
Le radius (pl. 2, fig. 3 et 3 a) ne nous est connu que par son extrmit suprieure. Les figures que nous en donnons nous dispenscnl, de le dcrire.
Le fmur, compar celui du Mastodonte brvirostre, que j'ai donn dans ma Palonlologie francaise, est en particulier un peu plus allong, et moins large, mais une diffrence bien plus considerable existe dans la forme de cet os tudi chez le Mastodonte des Andes et chez les lphants de l'Afrique ou de Tlnde; il est galement plus robuste que chez le Mastodonte du Gers et que chez le Mastodonte de l'Ohio.
Le fmur du Mastodonte des Andes a 0,80 de longueur totale. Sa largeur, mesure depuis le bord interne de la tete jusqu'au bord externe du grand tro-chanter, est de 0,36; aux condyles elle est de 0,23.
Le libia du mme animal (pl. 2, fig. 5) nous est connu par sa partie suprieure dont nous donnons aussi la reprsentation. On en trouvera un bien enlier dans l'ouvrage de M. Gay.
Nous passerons sous silence les autres os, assez nombreux eependant, que le Musum doit galement au zle de M. Weddell.
Espces fossiles de l'ordre des Proboscidiens.
On n'en connat encor que deux dans l'Amrique mridionale :
1. Mastodon Humboi.dtii, G. Cuvier (de Buenos-Ayres, du Brsil, de Colombier).
2. Mast. Andium, G. Cuvier (du Chili et de Tarija)..


( 24 ) IV.
OiiDiiE des TOXODONTES.
Famille des TOXODOIWIDS.
Genre TOXODON.
N l. TOXODON DE LA PLATA (Toxodon plalensis).
(PLANCHE IX.)
Toxodon platensis, Owen, Voyacje du Beatjle, mammifres fossiles, p. 16, pl. 1-5. Id.; Ann. se. nal 2e serie, t. IX, p. 25, pl. 2 et 3. P. Gerv., Ann. se. nal., 3e serie, t. VIII, p. 218. Id., Zool. et Pal. frang.. t. I, p. 189. -Laurillard, Dict. univ. d'hisl. nal., t. XII, p. 62/i. Pictet, Traite de palonlologie, 2e dit., t. I, p. 366.
1. - Description du crne et remarques historiques.
M. Richard Owen est le premier naturaliste qui ait parl du genre si remar-quable des Toxodons. La description dtaille qu'il a donne du crne de ces animaux a paru en 1850 dans la Palonlologie du voyage du btiment appartenant la marine anglaise le Beagle, et il en a t vers le mme temps publi.une tra-duction dans les Anuales des sciences naturelles. M. Owen n'a fait connaitre que le crne des Toxodons. II en parle d'aprs un magnifique exemplaire dcouvert par M. Darwin, et maintenant conserv dans le Muse huntrien, au Collge des chirurgiens.
Ce crne, qui indique un animal peu prs grand comme les Rhinocros et les Hippopotames, diffre par sa forme de celui des autres mammifres, et son sys-tme dentaire est galement fort singulier.
La boite crbrale a une capacit mediocre, eependant le crne est assez largi en arrire et aux arcades zygomatiques. Celles-ci ont une lvation assez considerable, et elles rappellent jusqu' un certain point la disposition propre la mme regin chez les Lamentins; le trou sous-orbitaire n'est pas tres grand; i'orifice des fosses nasales est considerable, et place comme chez les Lamentins la face suprieure de la portion facale, qui se rtrcit au point de jonction des maxil-laires avec les incisifs pour s'largir ensuile vers le bord antrieur de ces der-niers. La cavit glnode du temporal est transversale, ainsi que le condyle articu-laire de la mchoire infrieure. La partie symphysaire de la mme mchoire est robuste, mais sans ayoir un dveloppement aussi grand que celle des Dugongs, ou mme simplement des Lamentins.
On ne saurait nier eependant que le crne du Toxodon n'ait une analogie


' 25 )
(1) A gigantic exlinct mammiferous animal, referrible lo Ihe order Pachydermata, bul wilh affmities lo thc Rodnlia, EmUala and herbivorous Cetcea. Tel est le tilre du Mmoire de M. Owen.
Anatomie. li
incontestable avec celui des Sirnides ou Ctacs herbivores; et si l'on devait s'en rapporter cetle partie du squelette seulement, on serait conduit, comme je l'ai t moi-mme, voir dans le genre qui nous occupe une divisin du groupe mme des Sirnides. C'est ce qui m'avait fait dir, en 1847, que les Halichorids et les Manatids ne sont pas les seuls mammifres que l'on doive rapporter l'ordre des Sirnides, et que le Toxodon appartient aussi ce groupe par la forme de son crne ainsi que par son systme dentaire.
Voici quelle est la disposition genrale du systme dentaire chez le Toxodon :
La mchoire suprieure porte de chaqu ct sept dents molaires uniradicules, ayant leur ft plus ou moins arqu, et dont les postrieures ont leur coupe irr-gulirement cordiforme, l'chancrure de chaqu coeur occupanl le ct interne de la dent, et la pointe son ct externe. L'ivoire des dents est enlour d'une forte couche d'mail; leur volume va en augmentant de la premire la dernire. La premire dent, qui est la plus petite, est peu prs cylindrique; l'chancrure interne de la seconde et celle de la troisime sont peu marques, et leur bord externe est plus obtus que celui des dents qui suivenl. En avant des molaires est une barre qui s'lend sur une partie de l'os maxillaire dans sa regin la plus troite, et sur tout le bord externe des incisifs. Le bord antrieur de chacun de ces os est pourvu de deux incisives dont l'externe est plus grande que l'interne.
La mchoire infrieure porte sept paires de dents molaires plus longues que larges, ft tres long et d'une forme assez bizarre, et il y a en avant, aprs une barre assez grande, trois paires de dents incisives ranges en demi-cercle et dont l'apparence est tout fait particulire.
M. Owen, en dcrivanl le Toxodon, l'a consider comme constiluant un genre teint dont la place serait avec les Pachydermes, mais qui aurait en mme temps des aflinits avec les TAongeurs, les Edents et les Ctacs herbivores (1).
Depuis lors, on n'a ajout que tres peu de chose aux dtails donns par ce natu-raliste au sujet de cet animal problmalique. Cependant M. Laurillard a fait con-natre dans la partie gologique du Voyage de M. A. d'Orbigny, un humrus trouve-fossile sur les bords du Paran, et qu'il suppose tre celui d'une seconde espce de Toxodon, et, dans un article du Dictionnaire universel cl'hisloire naturell, il a dit quelques mots sur la conformalion des extrmils dans ce genre de mammifres. C'est aussi ce que j'ai fait dans une courte note de mon ouvrage intitul: Zoologie et palontologie francaises, et M. Piolet a reproduit ces indicalions dans la seconde dition de son Traite de palontologie.
Malgr tout l'inlrt scientifique qui se rattache cette tude, personne n'a


(26 )
encor donn ni la description dtaille, ni i'iconographie (1) des principales pices du squelette du Toxodon; aussi avons-nous cru utile de combler ici cette lacune en publiant les observations qu'il nous a t permis de faire sur les belles pices appartenant ce genre de mammifres que la collection palontologique du Musum a acquises de M. Villardebo. Ces pices font le sujet de notre planche 8. Elles ont t recueillies dans la regin de la Plata.
Rappelons avant de les derire, que des dbris fossiles du Toxodon ont t observes non-seulement sur le cours de la Plata, mais aussi sur celui du Paran, Bahia-Banca et dans le dpot de Tarija. Nous n'en avons vu de ce dernier gisement qu'un fragment de molaire infrieure qui fait partie de la collection recueillie par M. Weddell.
2. Description des memores et de quelques os du tronc.
L collection du Musum doit M. Villardebo plusieurs vertebres du Toxodon.
h'atlas que nous donnons sous ses deux faces suprieure et postrieure dans nos figures 1 et 1 a est court, et ses apophyses transverses ont un dveloppe-ment assez considerable. II est par consquent tres diffrent de celui des Carn- liens et des autres Ruminants, ainsi que de celui des Chevaux; il a au contraire une analogie incontestable avec celui des Rhinocros, et il en aurait aussi avec celui des Porcins, si son diamtre transversal nel'emportait a uta ni sur son dimetro antro-postrieur.
L'atlas des Magathrides n'est pas tres diffrent, mais il est moins large; celui du Toxodon a 0,40, mesur transversalement.
Une sixime vertebre cervicale nous montre que le corps des vertebres de cette regin tait court et plan sur ses deux faces, au lieu d'tre allong comme chez les Macrauchenia, o subalong et convexo-concave comme chez les Chevaux.
Les cotes ne sont pas compactes comme celles des Srnides; leur intrieur prsente,, comme dans la pupart des autres mammifres, une spongiosit bien evidente. Je ne saurais en dir ie nombre. Le nombre des vertebres pour les diverses rgions dorsale, lombaire, sacreeicoccygiennem'est galement inconnu.
L'omoplale (ig. 2) est grande, leve, irrgulirement reclangulaire, pourvue sur sa face externe d'une grande pine qui la partage en deux portions nogales. Sa forme est tres comparable celle du mme os chez les Rhinocros et les Tapirs. Son pine ne parait eependant pas avoir eu la grosse apophyse recurrente que l'on voit sur le mi lieu de la longueur chez les premiis de ces animaux; il n'y
(I) M. de Blainville avait fait faire pour son Oslographie des Ednica une planche, restejiisqu' ce jour ndile, sur laquelle sont figures les ossements du Toxodon rapporls par M. Villardebo, et, d'aprs l'ouvrage de M. Owen, ceux que les collections de Londres doivent M. Darwin.


( 27 )
a pas de tubrosit acromiale, et la saillie coracodienne tait beaucoup moins forte. Dans l'Hippopotame, le bord suprieur est, d'ailleurs un peu plus largi, et, dans le Tapir, le bord antrieur montre une grande chanCrure qu'on ne voit pas ici; la fosse sus-pineuse du Tapir est aussi moins tendue.
Cet os a 0,55 en hauteur; son bord suprieur est peu prs transversal; l'an-trieur est plus oblique, et il dpasse notablement l'aplomb de la cavil glnode, aussi parait-il comme tronqu au-dessus du col; enin, le bord postrieur ou axillaire est peu prs droit, sauf encor au-dessus de la cavit glnolc, vers laquelle l'omoplate se rtrcit d'une maniere"sensible comme chez les autres animaux. Sa forme genrale ne permet pas de le comparer avec celui des denls.
L'humrus (ig. 3 et 3 a) est fort semblable celui qui a t figur par M. Laurillard dans le Voyage de M. d'Orbigny, comme appartenant son Toxodon paranensis; eependant il ne porte pas la fosse olcranienne la grande perfo-ration que l'on voit sur ce dernier, ce qui peut lre une diffrcnce spcifique.
L'humrus du Toxodon rapport par M. Villardebo est en mme lemps plus fort que celui dpos dans la mme collection par M. d'Orbigny. Sa longueur est de 0,40 au lieu de 0,38.
La forme de oet os rappelle, par la plupart de ses principales parlicularits, l'humrus du Rhinocros, et mieux encor celui de l'Hippopotame; mais il esl encor plus robuste, et sa grosse tubrosit ou tubrosit externe, ainsi que les crtes antrieures qui l'avoisinent et forment la coulisse bicipitale, sont plus sail-lantes, et il en est de mme de sa tubrosit interne. Le milieu du corps de l'os parait comme trangl, cause du grand dveloppement de ses partios terminales. L'pitrochle est en effet Irs saillante; la cavit coronode est largie; celle qui recoit la base de l'olcrane est forlement excave; la poulio condylionne est oblique et simple comme chez les Rhinocros, au lieu d'lre compllemcnl divise en deux, comme cela se voit dj chez les Chevaux el les Hippopotames, et se retrouve avec plus d'vidence encor chez les Ruminants. Enin, l'picondylc est dpourvu, comme chez ees derniers et chez les autres Onguls, do canal que l'on voit chez la plupart des Edents, el chez un grand nombre d'autres fmulos appartenant aux difrenls ordres des mammifres disco-placenlaires, des Carni-vores, des Phoques, des Monotrmes et des Marsupiaux. La largeur do l'humrus du Toxodon de la Plata, mesure entre l'pitrochle et l'picondyle, esl de 0,22.
Le cubiius (fig. 5 et 5 a) est bien plus robusto que celui des Rhinocros et mme plus pais que chez les Hippopotames. C'est avec celui de ces derniers animaux qu'il offre dans son ensemble une plus grande ressemblancc, quoiqu'il indique des proportions plus lourdes et des albires sans doule diffrenles. Comme celui do l'Hippopotame, il ne se confond avec le radius dans aucune parlie de sa longueur, et il parait mme en tre separ pendant toute la dure de la vie, tandis que chez


( 28 )
l'Hippopotame et chez quelques Rhinocros vivants el fossiles il s'y soude un age plus ou moins avanc. Sous ce rapport, le Toxodon difiere tres notablement des Chevaux et des Ruminants (1), dont le cubilus, toujours plus ou moins grle, se confond des l'poque de la naissance avec le radius par la plus grande partie de son corps et par son extrmit infrieure.
L'apophyse olcrane du Toxodon est plus paisse que celle de l'Hippopotame et en mme temps plus dgage. Elle fournit aussi dans sa partie termnale une saillie interne plus forte. Le bord postrieur du corps de l'os est plus large et la coupe en est plus prismatique; enin, son extrmit infrieure est elle-mme encor plus robuste, et sa facette d'articulation avec le carpe est convexe au lieu d'tre concave, moins allonge suivant son grand diamtre et proportionnellement plus considerable dans l'autre sens. Voici ses dimensions :
0,055 et 0,035 chez le Toxodon au lieu de 0,070 et 0,040, mesure sur le grand Hippopotame du val d'Arno que possde la collection du Musum.
La longueur totale du cubitus du Toxodon est de 0,45.
Le radius que nous avons observ (fig. h et k a) n'est pas complet; sa portion suprieure a t notablement endommage, ce qui ne permet pas de juger exac-tement de la forme de sa tete. Sa longueur totale peut tre value a 0,35. II est plus troit que celui de l'Hippopotame, surtout suprieurement; son extrmit infrieure est galement diffrente et plus semblable celle du radius des Rhinocros. Son arliculalion carpienne a ses deux diamlres ingaux, et ses bords assez contourns: sa saillie styloi'dienne, qui est paisse, a plus de ressemblance avec ce que l'on voit chez les Rhinocros, principalement chez le Rhinocros tichorhin.
Le fmur (fig. 6 et 6 a) est long de 0,56. Ses proportions lances ne rpon-dent pas la forme trapue des os appartenant au membre antrieur que nous venons de dcrire; mais une semblable apparence de disproporlion s'observe aussi dans le squelette de l'Hippopotame, dont le fmur est assez grle, si on le compare l'humrus et surtout aux os de l'avant-bras. C'est aussi avec le fmur de l'Hippopotame que celui des Toxodons a le plus de rapports. II a eependant son col un peu plus aplali, la tete y est. plus distante du grand trochanter, et la tubrosit externe de son extrmit infrieure est bien moins saillanle. Cependant elle n'est pas aussi rduite que chez l'Elphant, avec le fmur duquel l'os du Toxodon que nous dcrivons ici montre d'ailleurs quelques rapports incontestables. Une autre analogie entre le Toxodon et l'Elphant ou l'Hippopotame, aux-quels se joignent sous ce rapport les autres Porcins et les Ruminants, reside dans l'absence au fmur du fossile amricain de la saillie dite troisime trochanter. La prsence de cette saillie caractrise au contraire le fmur des Rhinocros et celui
(I) Le cubitus de 1'Hycemoschus aquaiieus reste distinct des radius. On sait que ce ruminant est aussi le seul dont les mtacarpiens et les mtatarsiens principaux ne se runissent pas a chaqu pied sous la forme de canons.


^ 29 )
des autres Juments. Son absence au fmur du Toxodon tablit une nouvelle diffrence entre cet animal el beaucoup d'dents, ceux-ci ayant comme les Juments un troisime trochanter (1).
Le tibia (fig. 7, 7 a et 7 b) dpasse en longueur 0,35. II esl comprim sur toute la longueur de son corps, et fort diffrent de celui des Rhinocros et des Hippopotames. Cet os provient d'un autre sujet que ceux que nous venons de dcrire; l'animal qui l'a fourni tait moins avanc en age, etses deux extrmils ont leurs piphyses distincles. Son piphyse suprieure n'a pas t conserve; l'inlrieure, qui est en place, montre la surface d'articulation astragalienne (ig. 7 b) qui s'ap-plique tres bien sur l'astragale dont nous allons parler. La forme en est subqua-drilatre, peu extave, et il y a en dedans de l'apophyse mallolaire une surface peu prs ovalaire qui porte sur le bord interne de la poulic astragalienne. L'apophyse styloide du tibia, ou apophyse mallolaire interne, esl tres prononce, elle surpasse proportionnellement celle de l'Hippopotame et des Rhinocros.
Le peron ne nous est pas connu.
L'astragale (fig. 8 et 8 a, rduite | de la grandeur naturelle) va mainlenant nous oceuper. On sait combien la forme de cet os est importante consultor pour la classification des Mammifres. L'astragale de l'Homme et celui des autres Primates, celui des Chiroptres, des Insectivores, des Rongeurs et des Carni-vores, celui de certains Edents encor, est tabli sur un plan assez peu diffrent de celui que l'on retrouve chez les Juments. II a une demi-poulie tibale en dessus, deux faceltes d'articulation calcanenne en dessous, el en avanl une lele d'articulation scaphodienne supporte par un col plus ou moins prolong. Chez l'Elphant, sa poulie est plus surbaisse et sa tele plus raccourcie. Chez les Ruminants, auxquels il faut joindre l'Hippopotame el les difrents genres de San-gliers, il est bien plus diffrent, sa forme tant, sauf un peu plus ou un peu moins d'allongement, celle que nous lui voyons dans Yosselet du Mouton. Enin, il a encor une disposition diffrente chez les Paresseux, o la poulie tibale est comme excave du ct interne, et chez quelques Mgathrids, o elle est au contraire odontoi'de au mme endroit, la surface d'arliculalion scaphodienne tant au contraire excave. Les Marsupiaux ont encor l'astragale dispos d'aprs une autre forme (2), et chez les Monotrmes il ne ressemble pas non plus ce que l'on voit ailleurs.
(I) Le fmur du Pangolin et celui du Tamanoir n'ont pas, proprement parler, de troisime trochanter. Le mme caractre se retrouve avec plus d'\idence encor dans le fmur du Macrothrium dont j'ai donn la figure dans la planche 43 de ma Zooloijie el palonlologie francaises. Ce dernier a d'ailleurs dans sa forme genrale une plus grande analogie avec le fmur du Toxodon que celui des autres denls.
(2) La diflerenoe de l'astragale des Marsupiaux compar celui des Carnvoros est un des caracteres qui nous ont conduit rapporter au second de ces groupes, et non au premier, les deux genres de Carnassiers fossiles qui ont t dcouverls en Europe et dcrits sous les noms de Ptrodon et d'Hynodon.


( 30.)
Le Toxodon, quoique comparable quelques gards aux Proboseidiens et aux Marsupiaux par la forme de son astragale, s'loigne eependant de ces animaux el de tous ceux de la mme classe, et si l'on ajoute ce nouveau caractre ceux que nous ont dj fournis le systme dentaire et les principales pices du squelette, ce genre remarquable pourra faeilement tre consider comme devant former une catgorie distincte parmi les animaux mammifres.
Voici la description de l'astragale du Toxodon :
II est assez deprime, irrgulirement quadrilatre, pourvu suprieurement d'une large poulie d'articulation tibiale, gorge tres peu excave, et qui ressemble, quoiqu'elle ait moins d'obliquit, celle de l'astragale du Kanguroo. On ne lui voit pas, en avant, de vritable tete scaphodienne; la surface rugueuse du col y est ell-mme fort courte, et la surface d'articulation scaphodienne est rejete ala face infrieure de l'os dont elle oceupe obliquement la partie antrieure; elle n'est point sensiblement excave. Deux autres facettes se remarquent sous la face infrieure de l'astragale du Toxodon : une, plus petite, placee au ct postro-interne, rpond la plus petite des facettes calcanennes des autres mammifres; l'autre, plus grande, est largement excave: c'est la mme que la grande facette calcanenne de l'astragale de l'Homme, de l'Elphant, etc. Sa forme rappelle encor mieux la disposition qu'on lui connat sur l'astragale du Kanguroo que celle qui la distingue chez le Rhinocros ou le Tapir. Les trois facettes infrieures de l'as-tragle du Toxodon (l'une scaphodienne etles deux autres calcanennes) sont sepreos entre elles par des rainures ou coulisses servant aux insertions ligamenteuses. La plus grande largeur transversale de cet os est de 0,085, et sa plus grande longueur de 0,07.
Le bord interne de l'astragale du Toxodon est obliquement saillant; on y voit une grande dpression cntrale qui loge la face interne de la saillie mallolaire du tibia. Le bord externe est moins prominent, et la surface polie de la poulie articulaire s'y prolongo moins.
Non-seulement l'astragale du Toxodon tient de.celui des lphants et des Marsupiaux, il a aussi une certaine analogie, mais bien plus loigne, avec celui du Scelidotherium de l'ordre des dents. II difiere surtout de celui des Juments par la position infrieure de sa facette scaphodienne, ce qui le fait paratre dpourvu de tete et de col. Sa ressemblance est, au contraire, bien moindre avec l'osselet des Ruminants et des Porcins.
La forme singulire de cet os me fait vivement regretter de ne point connatre encor les autres parties du pied du Toxodon. On ne voit, parmi les ossements que M. Villardebo a procures au Musum, ni le reste* des os du tarse, ni les os du carpe, ni les mtatarsiens ou les mtacarpiens, ni aucune des phalanges; et eependant il est incontestable que l'examen de ces diffrentes pices jetterait le


V ( 31 )
plus grand jour sur les questions difliciles qui se rattachent la dtermination exacte des affinits naturelles du Toxodon.
3. Classiftcation.
Nous avons rappel, en traitant du crne et des dents du Toxodon, comment M. Owen et les natura-listes qui se sont occups aprs lui de ce genre remarqua-ble, avaient t conduits en interprter les caracteres, et quels resultis ils taient arrivs en ce qui concerne la classiication de ce genre singulier dans la seri des mammifres. Depuis la publication de sa description du Toxodon, M. R. Owen a eu l'heureuse occasion d'tuclier aussi des dents et quelques por-tions de mchoires ou de crnes dcouvertes sur la cote sud-ouest de Pataeonie. par le capitaine Sulivan, et qu'il considere comme provenant d'un autre genre d'animaux peu diffrent des Toxodons. II a impos ce genre le nom de Neso-don, et il en a donn la description dans un Mmoire spcial publi dans les Transactions philosophiques pour 1853 (i).
Pour M. Owen, les genres Toxodon et Nesodon doivent tre consideres comme servant de type un ordre nouveau de Mammifres onguls (2) qu'il propose de dsigner par le nom de Toxodontes (Toxodoniia, Owen). Dans sa maniere de voir, les Toxodontes ont, comme les Proboseidiens, plus d'ainits avec les Prisso-dactyles ou Juments qu'avec les Bisulques, et leur distinction comme ordre concibe, dit-il avec raison, les opinions contradictoires dont ces animaux ont t l'objet quand on a voulu tablir quel est leur vritable rang dans la classiication mammalogique. Les caracteres principaux qu'il assigne l'ordre des Toxodontes d'aprs les parties osseuses qu'il a pu examiner sont les euivants:
Les troisime et quatrime avant-molaires ayant une grande ressemblance dans leur forme avec les arrire-molaires proprement dites; femad formant des plis non symlriques et des les; le ft des dents tres long (les Chevaux seuls approchent des Toxodontes sous ce rapport); la forme et les proporlions des condyles occipitax; la forme de la cavit glnode et celle du processus posl-glnoidal, ainsi que celle de l'os lacrymal,*de Farcade zygomatique et de l'orbite.
Les Toxodontes, ajoule M. Owen, se re en i. sur tout aux Prissodactyles (nos Juments) par l'intermdiaire des Tapirs et des Rhinocros (3).
L'examen dtaill que nous avons fait plus haut des principales pices du
(1) Description of some species of tlw exlincl genus Nsodon loith remarles on Ihe priman/ group (Toxodontia) of.hoofed quadrupeds, lo tohich that genus is refcrable. (Loe. cil., p. 29 1 a 310, pl. 15 ii '18..)
(2) M. Owen divise, comme noos le faisons de notre col, les Mammifres onguls en trois ordres : les Proboseidiens, les Prissodaclyles, que nous nommons Aumentes, et les Artiodactyles, auxquels nous avons reslitu leur anden nom de Bisulques. Voyez le travail de M. Owen, qui -a pour litre : Contribulions lo ihe hislory of Brilish fossil Hammals (publi en :l 8*8), et notre Iistoire nalurelle des Mammifres.
(3) Loe. cil., p. 309.


( 32 )
squelette des Toxodons, nous permet d'ajouter quelques caracteres importants ceux que nous venons d'numrer ici d'aprs M. Owen, comme justiiant l'ordre nouveau que ce naturaliste a propos pour y ranger ce genre de mammifres.
Le Toxodon, dont on ne saurait trop regretter de ne pas connatre encor les pieds d'une maniere plus complete, ne peut tre consider que comme un ?nam-mifre ongul. Ses affinits le rattachent d'une part aux Rhinocros, quoiqu'il manque de leur troisime trochanter, et que la forme de son astragale soit tout fait particulire et tres diffrente de la leur; d'autre part, il se rattache aux Proboseidiens, avec lesquels il a de commun la prsence de deux sorles de dents seule-ment (incisives et molaires) et l'absence mme du troisime trochanter. Ce dernier caractre et la proportion de ses principaux os lui donnent une analogie en appa-rence plus grande avec l'Hippopotame, mais le dtail de ces caracteres morpholo-giques et la forme singulire de l'astragale.du Toxodon ne permettent pas de l'asso-cier ce genre de Bisulques ni aux autres familles du mme ordre, bien que l'on puisse supposer qu'il a eu un genre de vie assez analogue celui des Hippopotames. Les affinits plus relles que le Toxodon montre, avec les Sirnides, quand on ne tient compte que de sa tete osseuse et de la disposition genrale de ses dents, doivent tre cartes, si l'on se rappelle que le Toxodon tait un animal quadrupde, et par consquent un mammifre gothrien. Les affinits du Toxodon avec les Sirnides sont de mme valeur que celles qui rattachent aussi les Sirnides eux-mmes aux Proboseidiens.
Nous pensons done que l'on doit, avec M. Owen, considrer les Toxodontes comme un ordre particulier de Mammifres onguls, et nous proposons de placer cet ordre entre ceux des Proboseidiens et des Juments.
ii est probable que les Nsodons, que l'on ne connait encor que par les pices dcrites dans le Mmoire de M. Owen, sont, comme le Toxodon vritable, des mammifres Toxodontes.
Espces de l'ordre des Toxodontes.
Les Toxodontes n'ont encor t observes que dans l'Amrique mridionale, et seulement l'tat fossile. On les trouve dans les terrains pampens.
Les sept espces qu'on en a tablies, mais qui ne sont pas toutes suffisamment caractrises, ont recu les noms suivants :
1. Toxodon platensis, Owen (du lit du Sarandis, alfluent du rio Negro, 120 milles au nord-ouest de Monte-
video, et auprs de Bahia-Blanca, en Patagonie).
2. T. angustidens, Owen (des environs do Buenos-Ayres).
3. T. pahanensis, Laurillard et d'Orbigny (des bords du Paran).
4. Nesodon magnus, Owen (de Patagonie).
5. N. Suvani, id. (ibid.).
6. N. imbricatus, id. (ibid.).
7. N. ovim;s, id. (ibid.).


( 33 )
V.
Ordre des JUMENTS. Famille des QUIDS.
Genre EQUUS.
equs nog (Equus neogwus). ( PLANCHE yII, fig. 1-10, sous le nom d'Equus macrognalhus. )
Equus principalis, Lund, Ann. se. nat., 2cserie, t. xii, p. 319.Equus maerogna'thus, Weddell Voyage dans lesd de la Bolivie, p. 204. Equus americanus, P. Gerv., in Gay, Hisloire duChili, Mammifres, p. 146, pl. 8, ig. 7, non Leidy. Equus (innom), Owen, Voyage du Beagle, Mammifres fossiles, p. 108, pl. 32, fig. 1344. Equus curvidens, id., Catal. of the fossils in the Museum of the College of surgeons, p. 236, non Leidy.
La famille des quids n'est reprsente dans la nature actuelle que par quelques espces du genre Equus, et ces espces sont exclusivement propres l'ancien continent, principalement l'Afrique et l'Asie. L'tat plus ou moins com-plet de domesticit dans lequel sont retenus les Chevaux proprement dils, et le manque presque absolu de documenls historiques leur gard, ne permeent pas de dcider s'ils descendent de la mme espce que les Chevaux qui ont aulrefois existe en Europe, et dont les nombreux dbris sont enfouis dans les couches dilu-viennes et dans les cavernes, ou bien s'ils conslituent une espce part, que 'Homme aurait prise l'Asie.
II est, au contraire tabli, par des documenls historiques, que les Chevaux de l'Amrique, dont les bandes sont maintenant si nombreuses, ne sont que les descendants des chevaux qui ont t transportes dans ce continent par les Europens, el cela depuis la fin du xve sicle; il en est de mme des Chevaux de l'Australie.
Bien que l'Amrique ft prive de Chevaux, lorsque les Espagnols s'y tabli rent, elle en avait posscl antrieurement, et l'on trouve dans les dpts diluviens de ses principales rgions des ossements plus ou moins abondanls qui appar-tiennent certainement des animaux de ce genre. M. Leidy en sgnale aux Etals-Unis, et les observations de M. Lund et de M. Owen, ainsi que les miennes, ont montr qu'il y en avait aussi au Brsil, Buenos-Ayres et dans le Chili.
M. Lund donne pour caractre principal son Equus neogwus du Brsil, d'avoir le metalarse sensiblement plus large et plus plat que tous ceux des Chevaux vivants, et c'est aussi l'un des caracteres distinclifs des canons de
Anatomie. ,r'


( 3/1 )
Chevaux que M. Weddell s'est procures Tarija. Des mchoires appartenant au mme Cheval que ces canons, et provenant du mme lieu, sont proportionnellement plus longues que celles des Chevaux ordinaires, et leur barre est plus tendue, ce qui a engag M. Weddell donner l'espce dont ces dbris pro-vinnent le nom d'Equus macrognalhus, que nous lui avons conserv sur notre planche 8. II nous parait probable que cet Equus macrognalhus, notre Equus americanus du Chili, Y Equus curvidens de Buenos-Ayres et Y Equus neogaius des cavernes du Brsil, sont des animaux d'une seule et mme espce, laquelle devra reprendre son premier nom de neogmus.
Voici quelques-unes des observations que les pices aussi nombreuses qu'im-portantes que M. Weddell a recueillies Tarija nous ont permis de faire sur YEquus neogmus.
Les molaires suprieures (fig. 1 3) ne diffrent pas notablement de celles de nos Chevaux actuis. La disposition des figures de la couronne y subissait aussi des modifications analogues suivant le degr d'usure. Celles en place sur le mor-ceau de mchoire represent sous le n 1 sont d'un sujel bien plus g que celles, isoles l'une de l'autre, que l'on voit dans nos figures 2 et 3.
La mme remarque est applicable aux molaires infrieures; nous avons la serie des six vraies molaires dans la pice de la figure k et h a. Ces dents ont leurs deux lobes plus neltement separes que celles du Cheval, bien qu'il n'y ait pas d'interruption dans le ruban d'mail. Elles n'ont pas la colonnette caractristique des Hipparions ou Hippotherium. Ces dents sont Comme celles des autres quids, recouvertes par une couche paisse de cment, et avant que l'usure ait entam leur couronne, l'paisseur de ce cment leur donne une apparence assez partieu-lire (fig. 5) qui les fait, jusqu' un certain point, ressembler celles des Rhinocros, parce que la forme arquee de chacun de leurs lobes est alors plus appa-rente, et que les extrmits de chacune de leurs courbures sont releves sous forme de tubercules. II reste dans les dents dj entames quelque chose de'cette disposition dans la forme de la boucle mdio-interne du repli d'mail.
La figure 7 montre trois dents intermdiaires, moins uses qu celles de la figure A a.
La figure 6 est celle d'une premire molaire infrieure fort use.
On voit sous le numero k b l'emplacement des deux canines et des six incisives; toutes ces dents, sauf une seconde incisive, ont eu leur couronne brise. L'espace vide entre la canine et la premire incisive est facile retrouver, et l'on voit aussi que la vritable barre, c'est--dire l'espace vide existant entre les molaires et la canine, est plus allonge qu'elle ne Test habituellement dans les Chevaux domestiques. En mme temps la table externe de la mchoire infrieure parait un peu plus longue el moins leve. C'est ce caractre que M. Weddell


(35 )
a fait llusion lorsqu'il a donn l'animal dont nous parlona ici le nom d'Equus macrognalhus.
La longueur totale occupe par ces six dents molaires est de 0/195; la longueur de la barre est de 0,125, et la hauteur verticale du maxillaire l'aplomb de la quatrime molaire, de 0,08.
La mme espce nous a encor fourni, entre autres pices sseuses, un canon du pied de devant, un astragale et un canon du pied de derrire.
L'astragale (fig. 9 et 9 a) est peu diffrent de celui du Cheval, mais les canons indiquent un animal pieds plus courts et plus larges.
Le canon du pied de devant (fig. 8) a 0,016 de long sur 0,054 de large son articulation carpienne, et 0,047 sa partie digitifre. Comme on le voit par la figure8 a, les deux stylels s'y sont fixs el sont restes allachs sa face postrieure, ce que l'on constate assi dans certains Equus de l'espce domestique.
Le canon du pied de derrire (fig. 10 et 10 a) est long de 0,18, large de 0,045 son articulation tarsienne, et large aussi de 0,045 infrieurement. Un seul des stylets y est rest adhrent.
EQUUS DE DEVILLE (Equus Devilei),
(PLANCHE VII, fig. 11, 12.) Equus principalis, lund ??
M. Lund sgnale, mais sans la dcrire, une seconde espce d'Equus ayant laiss comme son Equus neogceus des dbris fossiles dans les cavernes du Brsil. Mal-heureusement il n'en donne pas les caracteres, et nous sommes dans l'iinpossibi-lt de dcider s'il faut lui rapporter les pices de nos figures 11 et 12, recucillics Tarija par M. Weddell, avec celles dont nous avons dj parl. Cette seconde espce, que nous signalerons sous le nom d'Equus Devilei, en la ddiant feu M. Deville, l'un des membres de l'expdition dirige par M. de Castelnau, ne sau-rait encor tre indique que dubitativement; de lgres diffrences dans la forme des molaires infrieures, et une taille moindre que celle de Y Equus neogceus, sont les seuls caracteres que nous puissions encor lui assigner. Sa moindre dimensin semble exclure la possibilit de sa simililude avec Y Equus principalis, dont le nom, dfaut de diagnose, parait indiquer une certaine supriorit par rapport aux autres animaux du mme genre.
Le fragment de maxillaire infrieur de notre figure 11 porte les six molaires principales. Ces dents y sont plus petites, moins compliques la couronne, el remarquables par une disposition un peu diffrente des boucles internes que le ruban d'mail forme en dedans de chaqu lobe. La longueur totale des six molaires n'est que de 0,160 au lieu de 0,195; la premire de ces dents, prise


(36 )
sparment, a 0,030 au lieu de 0,035 comme dans YJSquus neogceus; la quatrime, 0,024-, et la sixime, 0,030.
L'astragale difiere aussi de celui de Y Equus neogwus par son moindre volume.
11 est represent par notre figure 12.
' Famille des M ACRAUCHIVi DES.
Genre MACRAUCHENIA.
macrauchne patagn (Macrauchenia patachonica).
(PLANCHE VIH, fig. 1-5.)
Macrauchenia patachonica, Owen, Voyage du Beagle, Mammifres fossiles, p. 35, pl. 6 15.
Les Macrauchenia dont M. Owen a le premier-caractris le genre (1) d'aprs l'examen de quelques os rapports du port Saint-Julien (cote de Patagonie) par M. Darwin, taient de grands Onguls que leurs fmurs pourvus d'un troisime trochanter, leurs mtacarpiens et mtatarsiens distinets les uns des autres tous les ages et en nombre impair, la forme de leur astragale fort analogue celui des Tapirs ou des Rhinocros, ne permettent pas de classer ailleurs que dans le mme ordre que ces animaux. C'taient des Paclrydermes herbivores, des Onguls prissodactyles, ou, pour nous servir d'un nom qui nous parait prfrable ceux-l, des Juments, et malgr la ressemblance qu la longueur de leur cou peut leur faire supposer avec les Chameaux et les Lamas, ils appartiennent bien au mme ordre naturel que les quids, les Rhinocrids, les Tapirids, les Palo-thrids et les Hyracids.
M. Owen a dcrit plusieurs des pices de leur squelette, et nous en avons reproduit quelques-unes d'aprs les figures qu'il en donne dans son ouvrage cit plus haut, ou d'aprs les modeles en pltre qu'il en a envoys Paris.
M. Villardebo a rapport un astragale du Macrauchenia de la regin de la Plata, et M. Weddell a trouve dans la plaine de Tarija plusieurs belles pices du mme animal, parmi lesquelles nous citerons l'extrmit suprieure d'un avant-bras et un pied de devant presque entier, avec la partie infrieure du radius et du cubitus correspondants.
Les vertebres cervicales des Macrauchnes sont allonges, et rappellent celles des Lamas et des Chameaux, mais on doit remarquer qu'elles ont, comme celles des Rhinocros et des Tapirs, les deux faces de leur corps presque planes et non fortement convexo-concaves, comme celles des Camlids ou mme des Chevaux.
Le radius est accol au cubitus (fig. 1), mais sans que ees deux os soient con-
(1) A large exlincl mammiferous animal referrible lo the orikr of Pqchydermata, bul with afpnies lo Ihe Runxinanlia and espccially lo the Camclidce. (Owen, loe. cil.)


( 37 )
fonclus ensemble, comme cela se voit chez les Ruminants. On les suit au contraire facilement dans toute leur longueur, et l'on doit remarquer que suprieurement le cubitus est plus volumineux etplus large que le radius, qui est comme enclav dans son excavation antrieure. Chez les Rhinocros et chez les autres Juments, le radius est au contraire plus large que la partie suprieure du cubitus. Le mme caractre se retrouve avec plus d'vidence encor chez les Camlidos el autres Ruminants.
Infrieurement, le radius et le cubitus peuvent se souder entre eux, mais sans eependant se confondre. Rs ne sont mme qu'appliqus i'un contre l'autre dans la pice de nos figures 2 et 2 . Le radius prsente infrieurement une double facette: l'une, plus grande, pour le scaphoide; l'autre, moindre, destine au semi-lunaire. La largeur de. cet os, sa partie infrieure, est de 0,088.
Le cubitus est proportionnellement plus fort que chez le Rhinocros, mme dans la parti infrieure; 'sa facette d'articulation avec l'unciforme a l'apparence d'un grande chancrure qui oceupe peu prs la tolalit de son extrmit. La direction de son plus grand diamtre est antro-postrieure; sa longueur gale 0,065 et sa largeur'0,035.
Les os du carpe sont en mme nombre que chez les Rhinocros, et leurs caracteres sont peu de chose prs les mmes.
On voit, la premire range, c'est--dire au procarpe, un scaphoide, un semi-lanaire et un pyramidal; \e scaphoide et le pyramidal tant peu prs gaux en dimensions, mais deforme diffrente; le semi-lunaire tant au contraire plus troit que l'un et que l'autre. En dehors du pyramidal et en connexion avec lui et avec la partie latro-externe de l'extrmit infrieure du cubitus, se voit le pisi-forme represent hors de rang et en dehors sur notre figure 2 a; l'extrmit libre de celui-ci est subhmisphrique.
La seconde range du carpe, ou le msocarpe, se compose des quatre os: rapze, trapezoide, grand os et unciforme. La grandeur de ces quatre os va en augmentan! du trapze l'unciforme. Les figures que nous donnons du carpe, vues en dessus et en dessous, nous dispenseront d'en dcrire avec plus de dtail les dif-rents os, et elles en permettront la comparaison avec les pices analogues chez les Rhinocros, que M. de Blainville a fait reprsenter avec soin dans son Ostogra-phie de cs derniers animaux.
La range mtacarpienne porte trois grands mtacarpiens separes, dont chacun est lui-mme continu par un doigt complet. Ces trois mtacarpiens et leurs doigts rpondent aux trois rayons digitaux des Palajotherium et aux trois doigls apparents des Tapirs actuis.
L'interne, qui seraitle second dpigt, si le pied tait pentadactyle, s'articule par la plus grande partie de son extrmit suprieure avec le trapze, et principale-


( 38 )
(1) La premire phalange gure sur ce doigt est imite ; elle manque en nature.
menl avec le trapezoide, et, par sa portion oblique, avec le grand os. Ce mta-carpien est long de 0,19.
Le mtacarpien radius s'articule suprieurement avec le grand os par la plus grande partie de son bord, et dans sa portion suprieure externe, qui est dirige obliquement, avec le pan latro-interne de l'unciforme. Ce mtacarpien a 0,20; son extrmit digitifre est plus large que celle des deux latrax, et la carene mdiane n'occupe que la surface infrieure de sa portion termnale, tandis qu'aux deux autres elle est evidente sur la presque totalit de leur extrmit digitale.
Le mtacarpien externe ou celui du doigt annulaire, reproduit, peu de chose prs, mais avec une disposition inverse, la forme genrale du mtacarpien indi cateur, et son extrmit suprieure prsenle des caracteres analogues ceux que l'on connat chez les autres Onguls tridactyles. La longueur de ce mtacarpien est de 0,17.
Nous ne possdons que six des neuf phalanges que spportaiejit ees trois mtacarpiens ; de mme que ces derniers os, elles ont de l'nalogie avec les mmes pices chez les Rhinocros, mais leurs formes sont moins lourdes, et elles indi-quent que l'animal dont elles proviennent avait des aliures plus dgages.
Voici leurs dimensions :
Premire phalange du doigt indicateur : longueur, 0,080; largeur en haut, 0,043; largeur l'extrmit termnale, 0,035.
Deuxime phalange du doigt indicateur : longueur, 0.050; largeur suprieurement, 0,040; largeur infrieurement, 0,030.
Deuxime phalange (1) du doigt mdius : longueur, 0,050; largeur suprieurement, 0,045 ; largeur infrieurement, 0,035.
Premire phalange du doigt annulaire: longueur, 0,075; largeur suprieurement, 0,045; largeur infrieurement, 0,037.
Deuxime phalange du mme doigt: longueur, 0,060; largeur suprieurement, 0,042; largeur infrieurement, 0,035.
La troisime phalange du mme doigt est la seule phalange unguale que nous ayons pu faire figurer.
Le fmur du Macrauchne est represent (fig. 3) d'aprs le modele en pltre envoy Paris par le College des chirurgiens de Londres. La longueur totale est de 0,058; la largeur du grand trochanter au bord externe de la tete est de 0,19, et la largeur, en arrire des condyles, gale 0,12.
Ainsi que nous l'avons dj dit, ce fmur est pourvu d'un troisime trochanter; il rappelle assez bien par ses proportions lances celui d'un certain Rhinocros du Bourbonnais qu'on avait d'abord pris pour un fmur d'Anlhracolherium magnum.


( 39 )
(1) Tome I, p. 602, pl. 138, fig. 7.
Les deux os de la jambe (fig. 4- et 4- a, d'aprs M. Owen) sont proportionnellement plus courts et plus robustes. Le peron s'y soude au tibia, dans toute la longueur de son corps, et n'est rellement distinct que par ses extrmils suprieure et infrieure.
L'astragale que nous donnons (fig. 5 et 5 a) d'aprs celui que le Musum doit M. Willardebo, est dans la forme ordinaire aux Mammifres juments, et res-semble mme plus celui des Rhinocros, des Tapirs et des Palajolherium qu'a celui des quids.
On n'a encor, au sujet de la dentition du Macrauchenia, que des renseigne-ments tres incomplels; eependant M. Owen en figure la serie molaire, pour la mchoire infrieure, dans l'ouvrage qu'il a publi sous le titre d'Odonlographie (1). Les dents y sont au nombre de sept, comme dans les Rhinocros, el peu prs de mme forme; de mme que chez ces animaux,la septime n'a que deux lobes, par suite de l'absence du tubercule en forme de taln ou de troisime lobe que l'on voit chez le Palseotherium et chez certains genres de Tapridos.
Liste des espces fossiles de l'ordre des Juments.
Deux espces appartenant au genre des Tapirs sont maintenant les seuls Juments indignes de l'Amrique mridionale; mais cette partie du monde, sans tre aussi riche en animaux du mme ordre que l'ancienne Europe, en a possd autrefois quelques-uns qui lui manquent maintenant.
Les Juments fossiles de l'Amrique qui sont actuellement connus des natu-ralistes ont appartenu trois familles diffrentes, parmi lesquelles nous relrou-vons celle des Tapirids.
Famille des QUIDS.
1. Equus neogeus Lund (des cavernes du Brsil, des terrains pampens de Buenos-Ayres, du Chili et de Tarija).
2. E. principalis, Lund (des cavernes du Brsil).
3. E. Devillei, P. Gerv. (de Tarija).
Famille des MACRAUCHNIDS.
4. Macrauchenia patachonica, Owen (de Patagonie, de Buenos-Ayres et de Tarija).
Famille des TAPIRIDS.
5. Tapirus suinds, Lund (des caxernes du Brsil).
6. T. affinis americano, Lund (ibid.).


VI.
Ordre des BISULQUES. .
SOUS-ORDRE DES RUMINANTS.
Famille des CA1VELIDES.
Genre AUGHENIA.
Les deux ou trois espces du genre Lama (uchenia d'Hliger) qui vivent dans l'Amrique mridionale n'ont aucun congnere sur les autres points du globe, et ce n'est encor que dans la mme regin que l'on peut citer des dbris fossiles appartenant rellement au mme genre (1).
La premire indication qui ait t publie cet gard est due M. Lund, qui cite dans ses Nouvelles recherches sur la faune fossile du Brsil (2) deux espces d'Auchenia, dont l'une surpassait le cheval par sa laille. M. Lund n'a pas donn les caracteres de ces deux espces (3). Sans pouvoir alirmer que celles dont nous allons parler d'aprs des fossiles de Tarija sont identiques avec les siennes, nous chercherons suppler aulant qu'il est en nous au silence de M. Lund, et, pour rendre cette partie de notre travail moins incomplte, nous avons consacr aux os des Lamas trouvs fossiles Tarija l'une des planches de notre Atlas
Nous remarquerons parmi ces dbris des pices indiquant trois grandeurs dif-rentes, et probablement trois espces.
(I) Ann. scienccs nat., 2e sfio, t. XIIT, p. 310; 1840.
(2) M. Bronn a eependant parl d'un Lama des breches osseuses, mais seulement d'aprs G. Cuvier, qui avait dit, a propos d'un fragment de fmur recueilli a Nice : Sur ces divers points, celtepice se rapprocherait davan- lage des formes du Lama. Ossem. foss., t. IV, p. 191, pl. 15, fig. 10. Mais il s'agit tres probablement ici d'un Cerf et non d'un Lama.
(3) Aussi M. de Blainville dit*il dans son Oslographie du genre Camelas: < M. le docteur Lund, dans les . numralions qu'il a donnes des ossements fossiles trouvs au Brsil, croit pouvoir en attribuera deux espces de Lamas, l'une dla taille.du Cheval, l'autre plus petite, mais j'ignore sur quoi elles sont fondees. En effet, pour les pices fossiles, dj assez nombreuses, provenant du Brsil, que nous possdons dans la collection du Musum, je n'en ai encor rencontraucune qui puisse tre rapporle aux Lamas, et je ne crois pas que dans ses Mmoires M. Lund ait fait connatre, soit par des descriptions, soit par des figures, les pices qui ont serv de base a ses asserlions ; elles n'en ont pas moins t reprises eependant dans toutes les compilaons palontolo- giques. (Blainv., loe. cit., p. 123.)
Les dlails dans lesquels nous entrons au sujet des ossements de Lama que M. Weddell a dcouverls a. Tarija devront faire cesser tous les doutes qne la Iecture de ce passage aurail pu jeler dans l'esprit des naturalistes; car ils meltent hors de doute l'existence en Amrique d'animaux du genre des Lamas et des Vigognes, l'poque o ce continent avait encor pour habitants les Mastodontes, les Megatherium, los Glyptodons et tant d'autres animaux gigantesques et singuliers dont nous rappelons les noms ou que nous dcrivons nous-mme dans ces recherches.
(i) Les figures y sont rduites a | de la grandeur nalurelle.


( 41 )
ACHENIA DE WEDDELL. (uchenia Weddellii.)
(PLANCHE X, fig. 10-14. )
Le plus grand des trois Lamas de Tarija, auquel nous donnerons le nom de M. Weddell, nous est connu par les pices suivantes:
Io Une partie suprieure d'un canon du pied de devant (fig. 10), indiquant un animal notablement plus grand que les Lamas actuis.
2o Un canon du pied de derrire (fig. 12) auquel manque la partie infrieure. Ses dimensions donnent lieu la mme remarque que celles du prcdent, et ses formes sont aussi tres analogues celles du genre auquel nous les rap-portons (1).
3o Un astragale, long de 0,065 (fig. 11).
4o Une premire phalange (fig. 13), longue de 0,095; ce qui approche de la taille des Chameaux. Elle est longue de 0,031 son articulation suprieure.
5o Une autre premire phalange encor piphyse; nous ne l'avons pas fait figurer.
6o Une seconde phalange (fig. 14).
L'animal qui a laiss ces diffrents ossements tait trop suprieur en dimensions aux Lamas actuis pour que l'on suppose qu'il a pu tre de la mme espce qu'eux, et il ne me parait pas douteux que l'examen de nouyeaux dbris mon-trera entre eux et lui de nouvelles diffrences; c'est peut-tre cette espce ou une peu diffrente par les dimensions que M. Lund a compare au Cheval. Elle approchait du Chameau sous le mme rapport, mais sans tre eependant aussi grande, et elle tenait le milieu entre lui et le Paco ou Guanaco.
ACHENIA DE CASTELNAU. (Auchenia Castelnaudii.) ( PLANCHE X, fig. 1-4. )
Celui-ci tait moins grand que le prcdent, mais eependant il dpassait encor un peu fespce du Lama domestique ainsi que l'Alpac, et il faut recourir aux plus grands individus pour trouver des dimensions gales aux siennes; en outre, ses proportions ne sont pas tout fait les mmes.
Nous en avons vu les pices suivantes :
Io Une portion de mchoire suprieure portant encor les quatre paires de molaires principales pour chaqu ct. Leur longueur est peu prs la mme que dans le Lama. L'tat d'encrotement dans lequel se trouve cette pice nous a empch d'en donner la figure.
(1) C'est ce dont on jugera en comparant nos figures aux pices analogues du squelette du Lama ou de la Vi-gogne, ou aux figures de ces derniers que M. de Blainville a donnes dans son Oitographie des Camelus. Anatomie, **


( 42 )
2o Deux portions de rachoires infrieures (fig. 1 et 1 a) qui ont conserv l'une et l'autre les quatre molaires en place. Celles-ci ont ensemble 0,085, tandis qu'elles n'ont que 0,075 sur un Lama de grande dimensin dont le squelette est au cabinet d'anatomie compare du Musum. On voit tres bien aux deux der-nires de ces molaires l'largissement antrieur entour d'mail et en forme de taln transversal, qui est l'un des caracteres du genre des Lamas. La molaire antrieure du fossile est plus forte que sa correspondan te chez les Lamas vivants, et son repli antrieur est bien plus marqu.
Le maxillaire infrieur est intact dans une longueur gale celle de la serie dentaire. Sa hauteur, au-dessous de la pnultime molaire, est de 0,033.
3o Un fragment du maxillaire infrieur d'un autre sujet (fig. 2 et 2 a), beaucoup plus avanc en age, et dont les trois dernires molaires, encor en place, sont toutes les trois tres uses.
3o Un astragale (fig. 3); ib est long de 0,04-2. .
4o Un calcanum (fig. 7); il est proportionnellement.un peu plus court et plus trapu que celui des Lamas actuis. Sa longueur est de 0,902.
ACHENIA INTERMDIAHIE. (Auchenia intermedia.) (PLANCHE X, fig. 5-9.)
II ne peut exister aucun doute sur la diffrence spcifique de YAuchenia Weddellii, compar avec les Lamas actuis. U Auchenia Castelnaudii nous parait galement s'en distinguer, mais comme il se rapproche des Lamas ordinaires par ses dimensions, notre opinin, son gard, a peut-tre besoin d'une( nouvelle confirmation, et il serait dsirer que Fon pt en tudier les caracteres sur un plus grand nombre de pices. Quant au troisime Auchenia de Tarija, il est moins ais bien sparer de ceux dont l'homme dispose maintenant; mais ses caracteres ne le laissent assimiler exactement ni avec les Lamas vritables, ni avec la Yigogne. C'est pour rappeler cette ambiguit des caracteres que nous en parlons-sous le nom spcifique ^intermedia.
Nous en donnons aussi plusieurs figures:
Io La premire pice (fig. 3 et 3 a) qui nous fait connaitre cette espce, est un fragment de maxillaire infrieur, ayant conserv une grande partie de la barre, la molaire pnultime en .place, les alvoles des deux molaires precedentes, et une partie de celles de la dernire molaire. La taille du sujet qui l'a fournie tait certainement infrieure celle de YAuchenia Castelnaudii; les trois premieres dents molaires n'y occupaient qu'une longueur de 0,048 au lieu de 0,054, et la hauteur sous la pnultime n'y est que de 0,029 au lieu de 0,033. La pnultime molaire n'a que 0^021 au lieu de 0,023, mais elle a de mme les caracteres qui distinguent le genre auquel nous attribuons cette pice. Ses dimensions indiquent


( 43 )
un animal un peu moindre que le Lama domestique, mais plus grand que la Vigogne, et auquel nous n'avons pu, pour cette raison, donner plutt le nom de Tun de ces animaux que celui de l'autre.
2o Le tibia entier que nous donnons dans notre planche sous les nos 6, 6 a et 6 b, reproduit celui d'un Auchenia par ses formes, et il paratra celui d'un Auchenia intermedia, si l'on tient compte de ses dimensions. ii est long, en totalit, de 0,30. Celui de la Vigogne mesure 0,23, et celui du Lama ordinaire 0,335, ou peu prs.
3o Les premire et deuxime phalanges (fig. 8 et 9) sont comme celles des figures 13 et 14 dans les formes propres aux Auchenia; mais leurs dimensions suprieures seulement celles de la Vigogne, nous conduisent les regarder comme tant aussi de YAuchenia intermedia.
4o C'est probablement un astragale du mme animal que nous donnons dans la figure 4; il est eependant un peu plus long que celui de la figure 4, mais il est aussi moins pais. La seule chose que je crois pouvoir afiirmer, c'est qu'il est bien celui d'un animal du genre dont nous traitons ici.
Lisie des espces fossiles de l'ordre des Onguls. sous-ordre des ruminants.
Famille des BOVIDS.
1. Antlope maquinensis, Lund (des cavernes du Brsil).
2. Leptothemm majs, Lund (ibid.).
3. Leptotheeim mins, Lund (ibid.).
Famille des CERV1DS.
fe Cervus..., Lund (des cavernes du Brsil). 5. Cervus..., Lund '(ibid.).
amille des CAMLIDS.
6? Auchenia Weddellii, P. Gerv. (de Tarija).
7. Auchenia Castelnaudii, P. Gerv. (ibid.).
8. Auchenia intermedia,, P. Gerv. (ibid.). Cette espce el la procedente diffrent peu de celles d'aujourd'hui. 9-4 0. Auchenia (innomes), deux espces qui n'ont pu tre compares aux precedentes, Lund (des cavernes du Brsil):
sous-ordre des porc1ns.
Famille des SUIDS.
1 1. Dicotyles, plus que double des Pcaris actuis, Lund (des cavernes du Brsil). 12. Dicotyles, double des Pcaris actuis, Lund (ibid.).
13a 15. Dicotyles., trois espces comparables a celles d'aujourd'hui, Lund (ibid.). M. de Blainville cite l'une "elles; le Dicotyles collaris, Lund, auprs de Buenos-Ayres, sous le nom de Sus torquatus, ou Pcari collier.


( 44)
VII.
Ordre des DENTS.
Ni les nombreuses excursions gologiques de M. Lund dans le Brsil, ni celles que M. Darwin et beaucoup d'autres naturalistes ont excutees sur des points tres diffrents de l'Amrique mridionale, n'ont encor procur un seul dbris fossile appartenant aux deux genres Bradypes et des Cholpes, qui forment eux seuls la famille des Bradypids.
Cepenclant les principaux gisements fossilifres qui ont t explores dans ce continent paraissent avoir enfoui, comme ceux qui rpondent au diluvium europen (1), non-seulement des espces teintes, mais aussi des espces qui vivent encor aujourd'hui dans les mmes contres. La famille des Myrmcopha-gids est dans le mme cas que celle des Bradypids; on n'en a encor trouve nulle part les espces ensevelies dans les dpts o l'on trouve si abondamment les os des Mastodontes, des Chevaux, des Macrauchnes, des Mgathriums et des grands dents, dont nous allons parler sous le nom de Mgalonycids. Au contraire, les Dasypids ou Tatous peuvent tre cites comme offrant un exemple inverse; les ossements de leurs anciennes espces sont mls dans plusieurs gisements ceux de quelques autres, si semblables celles de l'Amrique actuelle, que jusqu' ce jour il a t impossible de les distinguer de ces dernires. M. Lund en a dj sgnale deux; j'en ferai connatre une troisime dont l'examen est peut-tre plus concluant encor, puisque les restes de cette espce ont t retires d'un terrain rgulier, et pour lequel on ne peut supposer que le mlange ait t oper, comme cela se voit souvent pour les fossiles des cavernes, par quelque remanie-ment postrieur l'enfouissement des espces teintes, et contemporain, au contraire, de celles qui appartiennent la faune actuelle. Ce fait nouveau m'est fourni par un fragment de crne, recueilli Tarija par M. Weddell, et qu'il est impossible de sparer srement du Tatou encoubert.
Famille des MGALONYCIDS.
Le plus anciennement connu de ces gigantesques animaux est le curieux dent, fossile dans les Etats-Unis, que Jefferson a design, en 1777, par le nom gnrique de Megalonyx. Plus rcemment, on a dcouvert, dans l'Amrique mridionale, d'autres espces de la mme famille, les unes un peu plus fortes, les
(1) Piistocne des gologues. -


( 45 )
autres, au contraire, un peu moindres. Leurs principaux caracteres ostologiques et odontographiques ont permis de les sparer en plusieurs genres assez fciles caractriser.
Dans la partie palontologique du Voyage du Beagle, qui a paru en 1839, M. R. Owen designe deux de ces genres par les noms de Mylodon et de Sclidothrium. Nous reproduisons en note les- caracteres qu'il assigne chacun d'eux dans sa Description du Mylodon publie en 1842 (1).
Antrieurement cette dernire date, M. Lund avait tabli, soit dans les Anuales des sciences nalurelles, soit dans les Mmoires de l'Acadmie de Copenhague, plusieurs genres de grands Edents sud-amricains, sous les noms de Platyonyx, Co3lodon et Sphnodon.
Les genres Sphnodon et Coelodon sont distincts des Platyonyx par le nombre des dents (2); ils ne renferment qu'une espce chacun. Celui des Platyonyx en runit au contraire plusieurs, dont MM. Owen et Pictet font des Sclidothriums, mais qui pourront peut-tre devenir elles-mmes l'objet de plusieurs genres separes, lorsqu'on les connailra mieux sous le rapport ostologique.
Quant aux Mylodons, la premire espce qu'en a dcrite M. Owen, ou le Mylodon Darwinii, diffre assez peu du Sclidothrium et du Mgalonyx ordi-naires, par son systme dentaire; le dfaut de toute apparence caniniforme, dans la premire paire des dents, a valu cet animal le nom gnrique sous lequel M. Owen l'a dcrit. Cet auteur dit, en elt, dans sa leltre aux diteurs de Y American journal of sciences, qui est date du 10 octobre 1842 : The sensc which I have attached to the term Mylodon is a mammal with molar teelh only. Dans ses observations au professeur A. Wagner, insres en 1845 dans les Annals of natural history, il ajoute: It is true that pufo), Mola, dovg, dens, implies merely a beast having molar teeth only and no canines and incisors; and that this character is equally applicable to the other genera of Megatherioids. II faut pourtant remarquer que le savant anatomiste anglais a constat que la pre-
(1) Genre Mylodok, Owen (Oryclerolherium, Haran). Dentes f discreti, superiorum anticus subelliplicus, e reliquis modice remotus; secundus ellipticus; reliqui trigoni pagina interna suloala: inferiorum anticus ellip-ticus; penullimus tetragonus; ultimus maximus, bilobatus. Pedes aequales: manus pentadactyli; podaiii letra-dactyli; utrisque digitis duobus externis mticis, reliquis falcatis : falcula?. rnagnaa, semiconica?, inaequales.
Caputfemoris ligamento rotundo impressum; tibia et fbula discreta;; aslragalus pagina anlica supra compla-nata, calcanum longum, crassum.
Genre Sclidothrium, Owen. Dentes f haud contigui aut intervallis aaqualibus discreti; superiores trigoni, anticus inferiorum trigonus, secundus et tertius subcompressus pagina externa sulcata; ultimus maximus, bilobatus.
Caput femoris ligamento lereti impressum ; tibia et fbula discretas; astragalus antice duabus excavationibus; calcanum longum, crassum; falculoe magnas, semiconiese.
(2) Les Cailodons ont molaires; les Sphnodons |, etles Platyonyx |. Sous ce rapport, ces derniers sont semblables aux Sclidothriums.


( 46 )
(4) DeXyjiTi;, prcedalor; q;, dens.
mire dent suprieure de son Mylodon robustus est un peu carte de celles qui la suivent, et qu'elle a quelque chose de caniniforme, mais sans. faire autant saillie que la mme dent chez l'Unau ou Paresseux didactyle dont Illiger a fait leCholoepus. Malgr cette nouvelle analogie entre le Mylodon et l'Unau, et comme M. Owen en fait d'ailleurs la remarque, le Mylodon n'en diffre pas moins des Paresseux vivants par la forme allonge de sa dernire molaire infrieure.
II a existe dans l'Amrique mridionale, en mme temps que les Mylodons et les Sclidothriums, des Paresseux gigantesques dont les dents antrieures ou de la premire paire taient plus semblables encor, pour l'une et l'autre mchoire, aux canines du Paresseux unau.
Ge dernier caractre se voit dj tres bien dans une tete entire que l'on conserve dans les galeries du Musum de Paris, sous le nom, selon.moi impropre, de Mylodon robustus. La premire dent infrieure et la correspondante suprieure sont l'une et l'autre bien plus caniniformes que chez le Mylodon robustus dcrit par M. Owen. La mme disposition se retr-ouve, mais avec un dveloppe-ment plus grand encor dans des fragments de mchoires conserves dans la mme collection; de pas, les dents caniniformes y sont fortement rejetes en dehors. L'espace qui les separe des dents molariformes y est bien plus considerable que dans le faux Mylodon robustus. Ce sont la deux espces encor indites qui doi-vent rentrer l'une et l'autre dans un genre, diffrent de celui des Mylodons, auquel je donnerai le nom de Lestodon (1). La premire espce sera le Lestodon myloides, et la seconde, le Lestodon armatus. Leur place est en avant des autres Mgalony-cids, et plus prs des Unaus qu'aucun de ces animaux. Sous le rapport des dents, il y a entre les Lestodons et les Mylodons, une diffrence analogue celle qui separe les Choloepus des Bradypes tridactyles, ou Achoeus.
M. de Blainville avait fait figurer diverses pices de ces animaux pour son Ostographie des Edents, que la mort l'a empch de publier. D'aprs ce que l'on m'en a dit au Musum, il les reportait au Mylodon robustus] et les tiquettes que les pices elles-mmes porlent encor dans les galeries rappellent cette opinin de l'illustre natomiste francais;
Genre LESTODON.
Ce genre comprendra des dents gigantesques qui paraissent avoir beaucoup d'analogie, dans la conformation de leur squelette, avec les Mylodons, mais dont la premire paire de dents est caniniforme, la maniere de celles du Cholpe unan, et plus ou moins carte des molaires proprement ditos*


( hl )
LESTODON ARM (Lestodon armatus). (PLANCHE XII, fig. 1,2.)
J'tablis cette espce sur des fragments de mchoires suprieure et infrieure, provenant de la province de Buenos-Ayres, qui ont t dposs au Musum de Paris, il y a dj plusieurs annes, par MM. Villardebo et Dupolet. On les voit, depuis lors, dans la galerie palontologique de cet tablissement. Leur taille indique un animal ayant au moins les dimensions du Mylodon robustus. La canine suprieure, dont la couronne presque entire manque, est prismatique, bien plus forte que la premire molaire, et portee sur un largissement latro-ant-rieur de l'os maxillaire plus saillant encor que celui de l'Unau. La racine de 'cette dent est longue, forte et arquee. La premire molaire est subarrondie, son bord interne tant un peu aplati; elle est moins grande que sa correspondante prise chez le Mylodon robustus. La barre est longue de 0,13.
La premire dent infrieure est galerent caniniforme, spare des vraies molaires par une barre considerable, et insre dans un alvole qui est rejet en dehors de la ligne "dentaire sur un largissement analogue celui qui porte aussi la canine infrieure de l'Unau. La premire et la deuxime molaire sont subarrondies ou plutt un peu ovalaires, plus pelites et d'une autre forme que celles des Mylodon robustus, Darwinii et Harlani. La dernire, ou la troisime, est bilobe comme la leur, mais assez rgulirement dispose en forme de 8, un peu allonge et suboblique (1).
La partie symphysaire de la mchoire infrieure est largie et subarrondie dans son ensemble, quoique peu prs droite dans son bord antrieur; elle est bien plus tendue que chez le Mylodon, et rappelle, mais en l'exagrant encor beaucoup, la disposition correspondante qui caractrise la mchoire infrieure du Rhinocros tichorhin. Au lieu d'tre allonge en maniere de bec sur sa partie mdiane comme dans l'Unau, elle est un peu chancre.
LESTODON MYLOIDE (Lestodon myloides).
Les caniniformes suprieure et infrieure sont moins cartes des dents molaires que dans l'espce precedente, et elles ne sont pas rejeles en dehors. La premire paire des molaires suprieures est ovalaire; la deuxime, triangulaire angles mousss; la troisime, subrectangulaire, chancre son bord interne; la quatrime, irrgulirement triangulaire. La premire molaire infrieure est triangulaire; la deuxime, subrectangulaire angles mousss, et la troisime allonge,
(1) Une mchoire infrieure, de la mme collection, porte en arrire de la dent bilobo une quatrime molaire de forme subarrondie, plus petite que les deux premieres. C'est peut-tre un cas lratologique.


( 48 )
bilobe et irrgulirement en forme de 8. Le crne se rapproche notablement de celui du Mylodon robustus; eependant il est un peu plus largi sa partie cani-nifre et entre les orbites et la fosse sphno-ptrygoidienne y est plus ampie, l'chancrure postrieure du palais ayant en outre son bord arrondi et non ogival, comme dans le Mylodon.
Toutefois cette espce s'loigne moins du Mylodon robustus que la precedente.
Le Musum possde plusieurs parties du squelette de ce Lestodon; elles ont t rapportes par M. Villardebo.
Genre SCLIDOTHRIUM.
(PLANCHE XI, fig. 1,2; XIII, fig. 3,4; XIV, fig. 4-8.)
M. Owen, qui a fait connatre, avec plus ou moins de dtails, quatre espces" dans le genre des Mylodons, n'en a dcrit qu'une seule dans celui des Sclido-thres (1); mais il apporte la mme divisin trois des espces que M. Lund a dnommes de son ct (2), et comme nous l'avons dj dit, M. Pictet y runit galement les Platyonyx du savant Danois (3). Malheureusenentces runions ne sont que provisoires, et il s'en faut de beaucoup que les Caracteres ostologiques des espces dnommes par M. Lund soient connus d'une maniere sufisante. II n'est pas mme demontre que quelqu'une d'entre elles ne fasse pas double em-ploi avec le Sclidothrium leptocphale lui-mme.
Diverses pices appartenant certainement la mme divisin que ce dernier, et qui sont assez peu difFrentes de leurs correspondantes dans le vrai Sclidothrium, pour que nous puissions les rapporter cette espce ou quelque autre tres rapproche, ont t recueillies par MM. de Castelnau et Weddell dans deux conditions d'enfouissement galement intressantes et dont nous allns parler.
1. Ossements trouvs a Samson-Machay.
Les pices dues M. de Castelnau ont t prises par lui dans une caverne du Prou laquelle les missionnaires espagnols ont donn le nom de Samson-Machay, signifiant caverne de Samson. Cette caverne est situe dans les Andes, auprs du cerro de Pasco, 4000 mtres de hauteur.
M. de Castelnau y a trouve (ple-mle, nous a-t-il dit) les ossements d'un grand dent que nous reconnaissons pour un Sclidothrium, et ceux d'autres animaux, d'espces actuelles, parmi lesquels nous avons reconnu un Cerf qui
(1) Sclidothrium leptocephulum, Owen, Voyage du Beagle, Mammifres fossiles, p. 73, pl. 20, 21, 22, 23, 24, 2o, 26 (fig. 2, 4, 6), 27 et 28 (fig. 2). .
(2) Megalherium Buclclandi, Cuvieri et minulus.
(3) Platyonyx Agassizii, Blainvillii et Brongniarlii.


(-6.9 )
parait tre le Cervus paludosus, et, ce qui est plus curieuv encor, le Boeuf domestique.
Un crne et divers os du Cerf, un maxillaire infrieur et quelques autres pices du Boeuf ne laissent point de doute cet gard; et chose galement remarquable, il n'y a qu'une tres faible diffrence dans l'tat de conservation des ossements de ces Ruminants compares ceux du grand Edent. Ceux qui ont t laisss par ce dernier n'ont pas la lgret qui distingue habituellement les fossiles des cavernes; leur teinte jauntre et leur bonne conservation les feraient prendre pour les os de quelque animal mort rcemment et n'ayant subi la macration ou l'inluence des agents extrieurs que pendant un temps assez court (1). Cependant il n'est pas possible de les supposer aussi rcents que ceux des Bceufs, puisque l'espce de ces derniers n'existait pas en Amrique avant la conqute espagnole, et que les grands Mammifres sud-amricains avaient cess d'exister avant cette mme conqute. II se prsente done ici quelque chose d'analogue ce que l'on voit en Europe, dans la plupart des cavernes, o des ossements ayant appartenu aux espces teintes, ceux des Ours et des Hynes, par exemple, sont enfouis dans les mmes cavits que ceux de l'Homme ou de certains animaux domestiques, quelquefois mme avec des antiquits d'poque romaine, et cela sans qu'il soit possible de trouver dans leurs conditions d'enfouissement l'indication des poques, pourtant bien dif-frentes, pendant lesquelles leur dpt a eu lieu.
Voici l'numration des principales pices osseuses du Sclidothrium que M. de Castelnau s'est procures Samson-Machay:
Io Em fragment considerable d'un maxillaire infrieur sans les dents (pl. 13, fig. 6 et 6 a). Sa forme et sa grandeur sont assez peu diffrentes de celles d'un autre maxillaire infrieur (pl. 13, fig. 9 a) trouve dans les cavernes du Brsil, par M. Claussen, et que l'on conserve au Musum de Paris. La similitude de genre est incontestable, et il ne peul rester de doute que relativement l'espce; mais, comme nous l'avons dj dit, les caracteres spcifiques du Sclidothrium sont encor tres incompltement tablis, et nous ne nous sommes pas cru sulisam-ment renseign par nos observations pour essayer de sortir de cette incer-titude. Les diffrences rsident non-seulement dans la forme de l'os pris dans son ensemble, mais aussi dans celle de ses alvoles, quoique la premire ait bien, dans l'un et l'autre cas, les dimensions qui conviennent au genre Sclidothrium, et par lesquelles ce genre diffre de ceux des Mylodons ou des Lestodons.
(1) Certains os des grands Ours [Ursus spclmus) et de quelques autres espces teintes qui gisent avec eux dans plusieurs cavernes de l'Europe, sonl cependant aussi bien conserves, et pour ainsi dir presque aussi semblables ceux des squelettes d'animaux actuis que nous prparons nous-mmes dans nos laboratoires. Anatomie. 7


( 50 ) -
(1) Loe. cil., p. 203.
2o Deux vertebres dorsales. Nous avons figur la plus complete (pl. 13, ig. 7 7 c). La deuxime a son corps piphys et provient sans aucun doute d'un autre individu.
3o Une partie de sternum.
4- Une omoplate incompleta
5o Deux perons. L'un de ces perons (pl. 13, fig. 8 et 8 a, b) avait les caracteres principaux d'un peron de Sclidothrium des cavernes du Brsil, que la collection du Musum doit aux recherches de M. Claussen. Quelques diffrences tout fait secondaires, mais qui sont peut-tre de valeur spcifique, se remarquent nan-moins entre le peron de Samson-Machay et celui qui vient du Brsil. Ainsi sa facette suprieure destine l'articulation avec le tibia est irrguliremenl losan-gique dans l'os rapport par M. de Castelnau, tndis qu'elle est ovalaire dans l'autre, et la partie suprieure de son corps prsente une double saillie en forme d'exostose placee sur la face externe, et qui limite une forte gouttire oblique; mais cette disposition est peut-tre individuelle. L'ensemble de l'os est d'ailleurs plus robuste, et il provient videmment d'un sujet plus vigoureux que celui auquel nous l'avons compar. Sa longueur totale est de 0,28 au lieu de 0,26.
2. Ossements trouvs Tarija.
Parmi les pices que M. Weddell a obtenues de ses fouilles aux environs de Tarija, nous mentionnerons plus particulirement deux fragments de maxillaire infrieur et un beau crne qui est celui d'un sujet tres avanc en age. M. Weddell a dit un mot de ce crne dans le rcit de son Voyage (I).
Le crne de Sclidothrium de Tarija est figur dans notre Atlas (pl. 11, fig. 2) en comparaison avec celui d'un sujet plus jeune que la collection du Musum a recu de Buenos-Ayres par les soins de l'amiral Dupotet (fig. 1).
ii est plus fort; les crtes occipitale et sagittale y sont mieux accuses; ses sutures sont moins apparentes, et sa mchoire infrieure est en particulier remar-quable par la plus grande lvation de sa table externe, ainsi que par la cour-bure bien plus considerable de son bord infrieur dans la partie correspondant la regin dentaire.
La fracture des os du nez et la perte du fragment dtach par cette cas-sure nous empchent de donner la longueur exacte du crne trouve Tarija; l'lroitesse plus grande de la mchoire infrieure et l'allongement de la partie qui precede les dents, se joignent aux caracteres odonlographiques et quelques parti-cularits du squelette pour distinguer le genre Sclidothrium de celui des Mylodons, et mieux encor de celui des Lestodons.


( 51 )
Les Sclidothriums n'en sont pas moins, comme ces deux sortes de grands Edents, des animaux allis aux Paresseux actuis, ainsi qu'aux Mgathriums dont le genre a galement cess d'exister; leur crne, quoique plus allong, prsente la mme conformation genrale, el, en particulier, la disposition tout fait spciale de l'arcade zygomalique qui distingue ce grouped'animaux; les nnset les autres ont une grande apophyse descendante partant du zygoma ou os jugal.
Dans tous ces animaux, sauf peut-tre dans le Mgathrium, l'apophyse zygo-matique du temporal ne se soude pas avec l'os jugal.
La forme que cette apophyse affecte dans chaqu genre peul elle-mme servir d'indication caractristique. Elle est purement descendante et subovalaire son bord libre chez le Sclidothrium; plus large et plus incline en arricie chez le Mylodon; troile et un peu en crochet chez le Mgathrium; lroite aussi, mais plus lancole, chez le Lestodon myloide.
Le crne du Platyonyx Brongniartii, que M. Lund a dcrit et figur dans son Mmoire a bien les caracteres gnraux que nous venons de signaler, et il ressemble plus particulirement celui du Sclidothrium; ses dents ont aussi une disposition analogue celle qui caractrise ce dernier genre d'animaux.
On peut aisment complter l'un par l'autre les deux crnes que nous publions dans notre planche 11, et ces figures ajouteront quelques dtails nouveaux ceux que MM. Lund et R. Owen ont dj donns au sujet du mme groupe.
Nos figures tant rduites comparativement, on pourra juger par leur examen de la diffrence de grandeur existant entre les pices qu'elles representen!. Cette diffrence peut tre value 1 dcimtre environ.
Le plan occipital du sujet le plus veux est large de 0,170, tandis que celui du plus jeune n'a que 0,125.
L'allongement general des rgions crbrale et faciale, la longueur des os du nez et celle de la branche montante des os maxillaires, sont fciles conslater sur les pices qui ont servi notre trayail.
La mchoire infrieure du premier est longue de 0,4-5, et celle du deuxime de 0,40. La plus grande hauteur du plan mandibulaire est, pour celui-ci, de 0,085, etpour l'autre, de 0,085.
Malheureusement les dents du plus grand crne n'ont pu tre rendues visibles, et lors mme qu'il y aurait entre l'un et l'autre sujet une diffrence spcifique, comme semble l'indiquer la forme de la mchoire infrieure, il nous serait encor impossible d'tablir sous ce rapport la diagnose comparativo des deux crnes des Sclidothriums.
Nous ne sommes gure mieux renseign cet gard par les deux fragments de maxillaire infrieur, aussi du gisement de Tarija, que nous donnons dans nos figures 4 et 5 de la planche 13. On peut constater cependant qu'ils sont bien de


( 52 )
Sclidothrium, en les comparan! la figure 1 a de la planche 11, qui montre la couronne des molaires suprieures et infrieures, prises sur le Sclidothrium de Buenos-Ayres.
II nous reste une dernire indication donner relativement aux ossements d'dents que M. Weddell a rapports de Tarija. Elle est relalive l'os du pied qui est represent par la figure k de notre planche 12.
Cet os est un quatrime mtatarsien qui ressemble notablement celui du pied que l'on conserve au Musum de Paris comme tant celui du Sclidothrium. II est cependant plus large et plus fort, et sa face suprieure est plus excave. Sa partie antrieure est aussi plus largie sur la moiti externe, et la crte qui la separe de l'autre est moins saillante. Enfin, ses facettes d'articulation avec les mtatarsiens externe et median, ainsi qu'avec le tarse, sont galement un peu diffrentes.
Cet os, qu'une comparaison plus minutieuse, faite au moyen d'une serie de pices plus nombreuses que celles que l'on possde maintenant, permettra seule de dterminer rigoureusement, a 0,12 de longueur totale.
Famille des MGATHRIDS.
Genre MGATHRIUM.
MGATHRIUM AMR1CAIN (Mgathrium americanum).
Mgathrium americanum, Blumenb. Mgathrium Cuvieri, Desm. Mgathrium australe, Oleen. Bradypus gigantevs, Pander et d'Alton.
La prsence du Mgathrium parmi les fossiles de Tarija nous est dmontre par une dent molaire appartenant cette gigantesque espce d'animaux que M. Weddell a recueillie dans cette localil, et qui fait parlie de la collection qu'il a rapporte au Musum. Elle est un peu moins grande que ne le sont habituel-lement les dents des mmes animaux, caractre que M. Lund signale comme servant distinguer son Mgathrium Laurillardi, des cavernes du Ersil.
MGATHRIUM? Autre espce. (PLANCHE XII, ig. 6 et 6 a.)
C'est sans doute aussi un Mgathrium, mais tres certainement une autre espce que le Mgathrium americanum, qu'il faut attribuer un calcanum galement dcouvert Tarija par M. Weddell, et que nous avons fait reprsenter dans notre Atlas (pl. 12, ig. 6 et 6 a), en regard d'un calcanum de Mgathrium ordinaire qui vient de Ruenos-Ayres (pl. 12, fig. 5 et 5 a).


( 53 )
(i) Description of the skeleton of an exlincl gigantic slolh (Mylodon robustus), by R. 0vven,p. 132, pl. 22 et 23.
Un premier caractre distinclif de l'astragale de Tarija consiste dans sa moindre grandeur. II n'a que 0,28 de long aulieu de 0,35; mais cette particularit pour-rait tre attribue une diffrence d'ge et non une diffrence d'espce, s'il ne se distinguait en mme temps de celui du Mgathrium par sa forme, tout en prsentant dans son ensemble la mme configuration genrale. En effet, cet os une bien plus grande analogie avec son homologue dans le Mgathrium ordi-naire qu'avec celui du Mylodon, dont M. Owen donne la figure et la description (1), ou avec celui du Sclidothrium que nous avons fait reprsenter sur la mme planche d'aprs une pice, de la collection du Musum, qui provient des environs de Buenos-Ayres.
Le calcanum dcouvert Tarija est en effet bien plus voisin par sa forme de celui du Mgathrium que d mme os pris chez les autres grands dents que nous venons de signaler; aussi le considrons-nous comme provenant d'une espce qui appartient ce genre ou un genre assez peu difrent, mais encor inconnu.
Le calcanum du Mylodon a ses facettes astragaliennes confondues en une seule, ayant peu prs la figure d'un triangle isocle, et sa grande apophyse qui est fort comprime. Celui du Sclidothrium a deux facettes d'articulation astragalienne : l'une, semi-circulaire; l'autre plus petite, infro-interne, n'ayant gure que le tiers de la precedente. Je ne retrouve pas la mme disposition dans l'os de la collection Weddell, qui serait plus semblable sous ce rapport au Mylodon; mais il n'a pas la grande surface triangulaire que nous avons vue dans celui-ci, et sa grande apophyse est d'ailleurs toute diffrente. L'ensemble de l'os rappelle grossirement, comme c'est d'ailleurs le cas pour le vrai Mgathrium, une de ces formes en bois que les cordonniers emploient pour faire les souliers, et son irrgularit se retrouve dans celles de ces formes qui sont usites pour les pieds des goutteux ou des boiteux. Toutefois, comme l'os rapport de Tarija a t un peu roul, ses surfaces sont mousses en quelques points; aussi les indications que nous pouvons tirer de son examen sont encor trop incompltes pour qu'il nous soit possible de donner un nom spcifique l'espce qui l'a fourni. Ce calcanum reste done dterminer exactement, et nous avons d nous borner le rapporter, jusqu'a ce qu'il soit mieux connu, au genre du Mgathrium, quoique son espce nous paraisse bien diffrente de celle du Mgathrium dcrit par G. Cuvier, par de Blainville, par Dalton et par M. R. Owen.


( 54 )
Famille des DASYP1DS.
L'Amrique mridionale, qui est actuellement la patrie des diffrents genres de Tatous, est aussi la seule partie du monde o l'on ait trouve avec certitude des dbris fossiles appartenant la mme famille d'animaux (1).
Non-seulement l'Amrique mridionale a nourri pendant l'poque diluvienne des Tatous tres semblables ceux de nos jours, mais elle a aussi possd plusieurs espces gigantesques appartenant la mme famille. Ces grands Tatous auxquels on a d rapporter les carapaces que Clift et quelques auleurs avaient attribues tort au Mgathrium, lors de leur dcouverte, constituent plusieurs genres qui ont t dnomms et dcrits par MM. Bronn, Lund et Richard Owen. Leur taille approchait de celle des Roeufs, et elle galait mme celle des plus grands Rhinocros. Ce sont les Hoplophorus, Chlamydotherium et Pachytherium de M. Lund, dont les premiers ont aussi t nomms Oryclerotherium, par M. Rronn, et Glyp-todon, par M. Owen (2). M. Owen a surtout donn des dtails- tendus sur plusieurs de leurs espces. Aussi, quoique le nom gnrique qu'il leur a impos ne soit pas le plus ancien, il n'en est pas moins celui qui a t le plus gnralement adopt.
Genre GLYPTODON.
M. Weddell, en faisant dans son Voyage en Bolivie, l'numration des mammifres dont il a trouve des dbris fossiles Tarija, parle de fragments d'une cui-rasse de Glyptodon? . Nous n'avons pas retrouve cette pice parmi celles qu'il nous a t permis d'tudier au Musum, et il nous est par consquent impossible de dir quelle tait l'espce du. Glyptodon observ par ce naturaliste.
M. Weddell mentionne ensuite o une portion de tete d'un petit Tatou, tres
(1) Ainsi que nous I'avorts rappel dans notre ouvrage sur la Palontologie [rangaise, le prlendu Tatou fossile (Dasypus arvernensis, Huot, et D. fossilis, Giebel), que 11. Bravard avait. sgnale en France parmi les fossiles de la Limagne et du Bourbonnais, a t consider par M. de Blainville comme reposant sur un calcanum de Steneofiber. Ce n'est done pas un denl, et par consquent il n'apparlient pas la famille dont nous parlons dans ce chapitre. Quant aux plaques osseuses des mollasses grises de Vendargues (Hrault), auxquellesse rapport la mention faite du genre .Mgathrium dans ce dpartement, alors qu'on attribuait au mme genre les carapaces, reconnues depuis lors comme tant du Glyptodon, nous les regardons comme provenant d'un Chlonien du genre Sphargis (Sphargis pseudostracion, P. Gerv.), et nous les avons dcrites comme telles dans notre ouvrage. Resle-raient, comme tant de Dasypids trangers a l'Amrique, les plaques recueillies dans le bassin de Vienne et dont M. H. de Meyer fait son genre Psephophorus. Malgr les objections que cette dtermination a suscites, M. de Meyer declare persister dans sa maniere de voir. Nous n'avons pas vu les pices sur lesquelles repose sa description.
(2) Orycterotherium, Bronn (1838), non Haran. Chlamydotherium, Bronn, non Lund. Hoplophorus Lund (1839). Glyptodon, Owen (1839).


voisin de l'un de ceux qui se rencontrent actuellement en Amrique (1). L'exa-men que nous avons pu faire de cette pice nous a montr la justesse de cette indi-cation. Ce fossile appartient en effet l'Encoubert, ou tout au moins une espce du mme genre, et qui diffre peine de l'Encoubert par les caracteres qu'il nous a t possible d'observer. C'est ce que nous allons chercher tablir dans le para-graphe suivant.
Genre EUPHRACTUS.
EUPHRACTS AFFINIS SEXCINCTO.
\.
(PLANCHE XIII, fig. 1-2.)
La pice trouve Tarija, que nous reprscnlons ici, est de grandeur natu-relle. Elle est peu prs de mme grandeur que la portion correspondante du crne prise dans l'Encoubert (Dasypus sexcincus, L.) qui sert de type au genre Euphraclus de Wagler. Les dents y ont aussi la mme disposition genrale, et l'on voit la face suprieure du crne des tubercules semblables ceux qui se remarquent sur le bouclier cphalique de l'espce vivante quand on en a enlev la couche pidermique.
Ces plaques osseuses (fig. 1) forment des hexagones assez irrguliers et rangs avec assez peu de symtrie. On leur voit un large tubercule aplati dans la regin du centre et au pourlour, principalemenl droite, gauche et en avant, une range margnale de tubercules plus petits, galement surbaisss. La grandeur des plaques m'a cependant paru un peu moindre que chez l'Encoubert auquel je les ai compares. .
Quant aux caracteres de la surface palatine du crne, ils ne diffrent aussi que d'une maniere tout fait secondaire de ceux qui distinguent les exemplaires reces du mme genre. Ainsi la premire paire de denls est implan lee, comme chez ceux-ci, dans l'os incisif; elle parait seulement un peu plus carte de la deuxime paire, qui est la premire de celles insres dans le maxillaire. La pice fossile montre encor cinq paires de ces dernires, mais non leur serie tout enlire, qui serait de huit, si, comme il est probable, elle tait la mme que dans l'Encoubert rcent. Le palais du fossile parait un peu plus lroit que celui du vivant, et les deux dignes dentaires y sont un peu moins parallles; mais il n'est pas ccrlain que ce soit la un caractre spcifique, mme en joignant ce caractre celui que nous avons dj tir de la dimensin un peu moindre des tubercules cphaliques.
(4) Loe. n.,'p. 203.
M. Lund avait signal, dans les cavernes du Brsil, des Tatous peu diffrents .des Tatusies de F. Cuvier : Dasypus ajfinis octocincto et D. punclalus, Lund, ainsi qu'une espce du genr Xenurus ou Cabassou : Xenurus affinis nuclicaudo, Lund.


( 56 )
(1) Espce de l'Amrique septentrionale.
Je me borne done signaler ce Tatou comme appartenant au genre des Encou-berts, sans dcider pour le momenl s'il est prcisment de la mme espce que le Dasypus sexcinctus, ou s'il forme une espce voisine de celui-ci, ce que de nou-velles pices permettront seules d'tablir d'une maniere certaine. La premire de ces opinions me parait toutefois approcher davantage de la vrit. C'est pourquoi j'ai design le petit Tatou de Tarija par les mots d'Euphractus affinis sexcinco.
Lisie des espces d'dentes.
Nous terminerons ce chapitre en donnant la liste des diffrentes espces de mammifres dents, dont on a constat la prsence dans les principaux gise-ments de l'Amrique mridionale. Plusieurs de ces espces n'ont pas t suffi-samment caractrises.
Famille des MGALONYCIDS.
1. Lestodon armatus, P. Gerv. (de Buenos-Ayres).
2. Lestodon myloides, id. (de Buenos-Ayres).
3. Mylodon robustus, Owen (de Buenos-Ayres)".
4. Mylodon Darwinii, id. (de Bahia-Blanca, en Patagonie).
5. Megalonyx Jeffersonii (1), G. Cuv. (de Bahia-Blanca, d'aprs M. Owen).
6. Scelidotberium leptocephalum, Owen, ou espces tres rapproches (de Bahia-Blanca, de Buenos-Ayres,
des cavernes du Brsil; de la caverne de Samson, au Prou; de Tarija, en Bolivie).
7. Sclidothrium Bucklandi, Owen, pour le Mgathrium ou Platyonyx Bucklcmdi, Lund (des cavernes du
Brsil).
8. Sclidothrium Cuvieri, Owen, pour le Mgathrium ou Platyonyx Cuvieri, Lund.
9. Sclidothrium minutum, Owen, pour le Megalonyx ou Platyonyx minutas, Lund (des cavernes du Brsil). 1 0. Sclidothrium Agassizii, Pictet, pour lo Platyonyx Agassiz, Lund (des cavernes du Brsil).
14. Sclidothrium Blainvillii, Pictet, pour le Platyonyx Blainvillii, Lund (des cavernes du Brsil). 42. Sclidothrium Brongniartii, Piclet, pour le Platyonyx Brongniartii, Lund (des cavernes du Brsil:.
13. Coelodon maqunense, Lund (des cavernes du Brsil).
14. Coelodon Kaupii, Lund (des cavernes du Brsil).
15. Sphnodon....., Lund (des cavernes du Brsil).
16. Ochotherium gigas, Lund (des cavernes du Brsil).
Famille des MGATHRIDS.
4 7. Mgathrium americanum, Blumenbach (du dtroit de Magellan, de Buenos-Ayres, de Tarija, etc.). 18. Mgathrium Laurillardi, Lund (des cavernes du Brsil). 4 9. Mgathrium? espce innome (de Tarija).
Famille des ORYCTROPIDS ? ?
20. Glossotherium....., Owen (du Banda oriental). Animal incompltement connu.
Famille des DASYPIDS.
21. Glyptodon clavipes, Owen (de Buenos-Ayres).
22. Glyptodon ornatus, Owen (de Buenos-Ayres).
23. Glyptodon reticulatus, Owen (de Buenos-Ayres).
24. Hoplophorus euphractus, Lund, espce de Glyptodon (des cavernes du Brsil).


( 57 )
Anatomie.
25. Hoplophorus Selloy, Lund, espce de Glyptodon:3 (des cavernes du Brsil
26. Hoplophobus hinor, Lund, espce de Glyptodon? (des cavernes du Brsil).
27. Chlamydotherium gigas, Lund (des cavernes du Brsil).
28. Chlamydotherium Humboldtii, Lund (des cavernes du Brsil).
29. Pachytiierium magnum, Lund (des cavernes du Brsil).
30. Euryodox....., Lund (des cavernes du Brsil).
34. Heterodon, Lund (des cavernes du Brsil).
32. Euphractus affinis sexcincto, P. Gerv. (de Tarija).
33. Dasypus pdnctatus, Lund (des cavernes du Brsil).
34. Dasypus affinis octocincto, Lund (des cavernes du Brsil).
35. Xenurus affinis nudicaudo, Lund (des cavernes du Brsil).


( 58 )
C HA PITRE TROISIME.
NOTES SPPLMENTAIRES.
La belle collection ele M. Weddell nous a forni des matriaux palontolo-giques capables d'clairer l'histoire d'un certain nombre d'espces (1) appartenant aux diffrents ordres des Caminores, des Rongeurs, des Proboseidiens, des Toxodontes, des Juments, des Bisulques et des dents. Trois autres ordres de Mammifres, les Primates, les Chiroplres et les Marsupiaux didelphids, ou les Sari-gues, fournissent aussi des espces la faune sud-amricaine et l'on a galement trouve dans les cavernes du Brsil des dbris qui leur appartiennent. Comme nous n'avons vu aucun ossement analogue parmi les pices que nous avions dcrire, nous avons d rserver pour la fin de ce Mmoire l'indication des espces fossiles que M. Lund a signales dans ces trois derniers ordres.
C'est par cette indication que nous terminerons notre travail.
i.
Ordre des PRIMATES.
r r
Famille des CEBIDES.
Les singes fossiles que Fon a recueillis en Europe (2) et dans ITnde appartiennent la famille des Pithcids, dont les espces actuelles vivent aussi dans l'ancien
('1) Depuis que le paragraphe de ce Mmoire qui traite des Mastodontes ( p. 4 4 et suiv. ), a t imprim, un gologue bien connu, M. Virlet d'Aoust, m'a fait voir une dent molaire appartenant k un animal de ce genre, qu'il a recueillie au Mexique,' dans la Valla del Mais, tat de San-Luis-Potos Cette dent a les principaux caracteres de celles du Mastodon Andium, et point du tout ceux qui dislinguent le Mastodon yiganleum des tats-Unis. A Tula, tat de Tamaolipas, et par consquent une assez faible distance du gisement prcdent, M. Virlet a aussi trouve deux molaires de Proboseidiens, mais qui sont d'un vritable lphant, analogue h ceux que l'on connat dans tant d'autres locali's, et dont les palontologistes "ne font en general qu'une seule espce, sous le nom d'Elephas primigenhis. M. Virlet considere le dpt qui renferme les lphants comme contemporain de celui ol'on trouve les Mastodontes du Potos.
(2) Les singes fossiles de l'Europe ont t d.'crits avec plus de dtail que ceux de ITnde; ils rentrent dans trois genres diffrents et constituent cinq espces, savoir :
Pliopilhccus antiqmis, P. Gerv. d'aprs les pices dcouvertes Sansans, dans le Gers, par M. Lartet).
Semnopilhecus monspessulanus, P. Gerv. (trouve par moi dans les Mames pliocnes de Montpellier).
Mesopilhecus pentelicus, Rolh et Wagner, espce galement tres rapproche des Semnopitbques (du terrain miocne de Pikermi, mont Pentlique, en Grce).
Mesophilhecus majar, Roth et Wagner (du mont Pentlique).
Macacas plioccenus, Owen (du terrain diluvien, Grays, comt d'Essex, en Angleterre). Macacas eoccenits, Owen (du terrain ocne du Suffolk, en Angleterre).


( 59 )
IL
Ordue des chiroptres.
- Famille des PHYLLOSTOMIDS.
JVL Lundmentionne comme fossiles en Amrique, indpendamment d'une espce deMolosse, genre de la famille des Vespertilionids, cinq espces de Phyllostomes. L'une d'elles est voisine du Vampire (Phyllostoma spectrum); les deux autres diffrent beaucoup des espces actuelles. II ne leur a.pas donn de noms spcifiques.
I!.
Ordre des marsupiaux.
Famille des DIDELPHIDS.
M. Lund reconnat sept espces diffrentes parmi les ossements ele ces animaux, qu'il s'est procures en fouillant les cavernes du Brsil. Six de ces espces lui ont paru ressembler beaucoup celles qui vivent actuellement dans le mme pays. II n'en a pas encor donn les noms spcifiques. Ce sont des Sarigues vritables, tandis qu, comme je l'ai montr ailleurs, les prtendues Sarigues fossiles de l'Europe sont des animaux assez diffrents, ayant la fois des rapports avec les petites espces de Dasyurids et avec les Didelphids, et qui doivent renlrer dans un genre particulier. C'est ce qui m'a fait adopter pour dsigner ees anciennes espces europennes le nom de Peratherium, qui a t propos par M. Aymard.
(I) Nous en avons vu des dbris Londres, dans la riche collection palontologique du Musum brilannique.
continent; ce fait, dj tres significatif parlui-mme, acquiert un nouvel inlrt si l'on constate avec M. Lund que les singes fossiles de l'Amrique sont des Cbi-ds, c'est--dire des espces de la mme famille que ceux dont le nouveau continent est aujourd'hui peu pi. M. Lund en sgnale einq espces ditfrentes (1), qu'il nomine :
Cebus macrognathus.
Callithrix primcevus.
Protopilhecus brasiliensis.
Jacchus granis.
Jacehus affinis penicillato.


( 60 )
Le genre que j'ai nomin Galethylax, et qui est galement fossile dans les terrains tertiaires d'Europe, s'loigne des Didelphids par sa formule dentaire.
Quant aux Hynodons et aux Ptrodons, ils sont encor plus diffrents des Marsupiaux. L'examen de leurs principaux caracteres ostologiques m'a montr qu'ils devaient tre associs ux Monodelphes carnivores, et non aux Marsupiaux.
Ce n'est done qu'en Amrique qu'on trouve, l'tat fossile, de vritables Sarigues, c'est--dire des Didelphids analogues ceux de l'Amrique actuelle.
Rciproquement, les Dasyures,les Marsupiaux syndactyles, ainsi que les autres Marsupiaux australiens, n'ont t dcouverts l'tat fossile que dans l'Australie elle-mme. et par consquent que dans la regin du globe qui nourrit les espces encor vivantes des mmes groupes.


liste et explicaron des planches iv a xiii
Les planches I h 111 reprsenlent des crines humains recueillis par M. de Castelnau pcndanl son voyage dans les parties centrales de l'Amrique du Sud. La figure 1 de la planche 11 est, en particulier, celle d'un crane trouve a Samson-Machay, et qui fait partie des ossements humains provenant de cette caverne, dont il est question & la page 5 de ce Mmoire. La description de ces cranes sera donne dans une autre partie de l'ouvrage de M. de Castelnau.
PLANCHE IV.
ursus bonariersis.
Fig. 1. Deux molaires et les alvolos d'une troisime ; de grandeur naturelle.
2. Astragale.
3. Deuxime a quatrime mtatarsiens.
felis fossile Tarija.
Fig. h et l\ a. Atlas.
5. Portion de cubitus.
6,7, 8. Trois os mtacarpiens.
9. Calcanum.
10. Scaphoide du pied de devant.
11. Cuboide.
12 et 13. Deux mtatarsiens. i U. Une premire phalange. 15. Une seconde phalange.
16 et 16 a. One troisime phalange ou phalange unguale.
Nota. Les figures 2 i 16 sont rduites aux 2/3 de la grandeur naturelle. .
PLANCHE V.
mastodon andium.
Fig. 1 et 1 a. Les troisime, quatrime ei cinquime molaires suprieures en place sur un fragment de crane.
,2 et 2 a. Cinquime molaire suprieure. 3. Sixime molaire suprieure. h et h a. Quatrime molaire infrieure en place sur une mandibule. 5, Cinquime molaire infrieure.
6. Cinquime molaire infrieure plus use.
7. Sixime molaire infrieure fort use.
8. Sixime molaire infrieure moins use.
mastodon humboldtii.
,9. Sixime molaire suprieure (de Buenos-Ayres). 10. Sixime molaire infrieure (de Sanla-F de Bogot).
Nota. Toutes ces figures sont rduites i 1/3 de la grandeur naturelle.
PLANCHE VI.
mastodon andium.
Fig. 1. Atlas.
2. Humeras.
3 et lx. Surface liumrale du radius et partie suprieure de cet os.
5. Cubitus.
6. Fmur.
7. Portion suprieure de tibia.
Nota. Ces figures sontau 1/5 de la grandeur naturelle.
PLANCHE VIL
equus neogoeus (sous le nom iVEquus macrognalhus), voir p. 33 du Mmoire.
FiG. 1-3. Plusieurs molaires suprieures, 1/2 de la grandeur naturelle. l\. Maxillaire infrieur, vu de profil. h a. Ses molaires vues par la couronne, a 1/2 de
grandeur naturelle. !x b. L'extrmit infrieure du maxillaire pour mon-trerl'emplacement des canines etilos incisives.
5. Deux molaires infrieures non enlmeos par l'usure, a 1/2 de la grandeur naturelle.
6. Premire molaire infrieure tres use.
7. Trois molaires infrieures.
8. 8 a et 8 b. Canon de devant avec les deux sty-letsou mtatarsiens latraux.
9 et 9 a. Astragale. 10, 10 a et 10 b. Canon de derrire et l'un des mtatarsiens latraux.


EQUUS DEVILIiEI.
Fig. 11. La serie des dents molaires infrieures. 12. Astragale. Nota, Les figures sont pour la plupart rduites au 1/3 de la grandeur naturelle.
PLANCHE VIII.
MACRAUCHENIA PATAGNICA.
Fig. 1. Partie suprieure de l'avant-bras.
2. Partie infrieure de l'avant-bras et pied antrieur presque entier, au 1/3 de la grandeur naturelle et vu par dessus.
2 a. La mme pice. vue en dessous.
2 6. Surface carpienne de l'avant-bras.
3 et 3 a. Fmur au 1/6 de la grandeur naturelle. k et ti a. Os de la jambe; mme rduction.
5 et 5 a. Astragale, a 1/3 de la grandeur naturelle.
PLANCHE IX.
TOXODON l'LATENSIS. "
Fig. 1 ct 1 a. Atlas. '
2. Omoplate.
3 et 3 a. Humrus. Zi et ka. Radius.
5 et 5 a. Cubitus.
6 et 6 a. Fmur.
7 a et 7 b. Tibia.
8 et 8 a. Astragale.
Nota. Les figures 8 sont rduites a 1/3 de la grandeur naturelle ; les autres sont h 1/6.
PLANCHE X.
auchenia castelnaudii.
Fig. 1 et 2. Portions des maxillaires infrieurs.
3. Astragale.
Ix: Calcanum.
AUCHENIA INTERMEDIA.
Fie. 5 et 5 a. Portion de maxillaire infrieur.
6, 6 a et 6 6. Tibia.
7. Calcanum.
8 et 9. Premire et seconde phalanges.
AUCHENIA WEDDELLII.
Fig. 10 ct 10 a. Partie suprieure d'un canon de devant. 11. Astragale.
12 et 12 a. Canon postrieur presque entier.
13 et 1Z|. Premire et deuxime phalanges. Nota, Ces figures sont rduites i 1/2 de la grandeur
naturelle.
( 62 )
1 a. Ses dents, vues par la couronne. 2. Crne d'un Sclidothrium plus age, de Tarija. Nota. Ces figures sont rduites au 1 /3 de la grandeur naturelle.
PLANCHE XII.
lestodon armatus.
FiG. 1. La racine de la dent caniniforme et celle de la premire molaire proprement dte en place sur un fragment de maxillaire suprieur. la. La mme pice, vue de profil, pour monlrer le grand dveloppemcnt de la racine de la ca-1 nine.
2. Portion de maxillaire infrieur montrant l'em-placcment de la dent caniniforme et la racine des deux premieres molaires.
sclidothrium.
Fig. 3. Calcanum de sclidothrium.
U. Mtatarsien dcrit x la p. 52 du Mmoire.
mgathrium.
Fig. 5 et 5 a. Calcanum du Mgathrium vritable, de Buenos-Ayres. 6 et 6 a. Calcanum, de Tarija, compar celui du Mgathrium.
Nota. Ces figures sont au l/3de la grandeur naturelle.
PLANCHE XIII.
euphractus, analogue ait sexcinctus.
Fig. 1 et 2. Portion de crane, vue en dessus et en dessous.
hydrochoerus.
Fig. 3. Partie considerable de la serie des molaires suprieures.
sclidothrium.
Fig. Ix, 5 et 5 a. Deux portions de maxillaire infrieur, de Tarija.
6 et 6 a. Portion de maxillaire infrieur, de San son Machay.
7, 7 a, 7 b et 7 c. Deux Vertebres dorsales, du
mme gisement.
8, 8 a et 8 b. Peron, du mme gisement.
9, Portion de maxillaire infrieur, des Cavernes du
Brsil.
Nota. Les figures 1 h 3'sont de grandeur naturelle, et les autres rduites a 1/3.
PLANCHE XI.
sclidothrium,
Fig. 1. Grane du Sclidothrium de Buenos-Ayres.


tble des m atieres
TRAITES DANS CE MMOIRE.
CHAPITRE PREMIER.
Pag. Pl.
Remarques prelimjnair.es...........
CHAPITRE DEUXIME.
Description des mammifres fossiles de
l'Amrique mridionale...... 7
ORDRE DES CARNIVORES.......... 7
Ours de Bunos-Ayres........... 7 Zi
Flis de Tarija.............. 9 4
Lisie des espces fossiles de l'ordre des
Carnvoros.............. 11
ORDRE DES RONGEURS: ........... 12
Cabiai fossile a Tarija........... 12 13
Liste des espces fossiles de l'ordre des
Piongeurs. .............. 13
ORDRE DES PROBOSCDIENS........ 14
Maslodonte des Cordilleres......... 14 5, 6
Remarques historiques....... 14 et ,56
Systme dentaire............. 19
Squelette ............ 22
Mastodonte de Humboldt.......... 20 5
Liste des espces fossiles de l'ordre des
Proboseidiens............. 23
ORDRE DES TOXODONTES.......... 2A"
Toxodon de la Plata............
Description du crane, et remarques historiques .............. .
Description des membres et de quelques os du tronc..............
Classiication................
Liste des espces fossiles de l'ordre des Toxodontes..............
ORDRE DES JUMENTS. ...........
Equus nog................
Equus de Peville .............
Macrauchne patagn...........
Liste des espces fossiles de l'ordre des Juments...............
ORDRE DE BISULQUES............ 40*
Auchenia de Weddell........... 41 10
Auchenia de Castelnau.......... 41 10
Auchenia iniermdiaire.......... 42 10
Liste des espces fossiles de l'ordre des
Bisulques............... 43
ORDRE DES DENTS.....'...... kl\
Famille des Mgalonycids........ /i/i
Caracteres du genre Lestodon....... 46
Lestodon arm.............. 47 12
Lestodon myloide............. /|7
Genre Sclidothrium........... 8
Ossements trouvs a Samson Macha; ... 48 13
Ossements trouvs a Tarija........ 50 11
Famille des Mgathrids........ 52
Mgathrium amricain.......... 52 12
Mgathrium ? autre espce........ 52 12
Famille des Dasypids........... 54
Genre Glyptodon.............. 54
Genre Euphraclus............. 55
' Euphraclus analogue au Sexcinctus ... 55 13 Liste des espces fossiles de l'ordre des
denls................ 56
CHAPITRE TROISIME.
24 9
24
26 31
33 83 35 36
39
Notes suitlmentaires............ 58
Addition aux Mastodontes......... 58
ORDRE DES PRIMATES........... 58
Liste des Cbidos fossiles en Amrique. . 58
Liste des Pilhcids fossiles en Europe. . 58
OI'.DRE DES ClIinOPTRES......... 59
Phyllostomids fossiles........... 59
ORDRE DES MARSUPIAUX.......... 59
Rpartilion gographique'des espces fossiles de ce groupe........... 59
Liste et explication des planches IV a XIII. 01
'Pable des matires tr'aites dans ce Mmoire. 63




deuxime mmoire.
DESCRIPTION 0ST0L0G1QUE
DE
L'HOAZIN, DU KAMICHI, DU CARIAMA
ET D SAVACOU,
sulvie de remarques
sur les affinits naturelles des oiseaux,
PAR ii. PAUL CURVIS.
M. Francis de Castelnau et l'un de ses compagnons, feu M. mile Deville, avaient rassembl pendant leur voyage dans l'Amrique du Sud un grand nombre de pices anatomiques relatives aux diffrentes classes des animaux vertebres. Les singes de la tribu des Cbins, le Lamanlin et plusieurs autres mammifres; beaucoup d'Oiseaux qu'on ne connaissait que par leur enveloppe extrieure; des Reptiles de plusieurs ordres; des Batraciens anoureset diffrentes espces de Pois-sons, parmi lesquelles nous citerons le Vastr, ont fourni ces courageux voya-geurs des remarques fort intressantes et de nombreuses prparations oslolo-giques o autres qui ont enrichi les collections du Musum de Paris. A ces prcieux matriaux est venue s'ajouter la belle collection palontologique de M. Weddell que nous avons fait connatre dans le mmoire prcdent.
Nous avions l'espoir de donner dans cet ouvrage la description de tous ces objets que M. de Castelnau nous avait charg d'examiner; mais les limites dans lesquelles nous avons du nous restreindre ne nous laissent pas en ce moment la possibilit de publier tout ce qui est relatif aux animaux d'espces vivantes.
II a fallu faire un choix pour ne pas dpasser le nombre de feuilles qui nous tait accord, et nous nous sommes decide en faveur de quelques espces d'Oiseaux, l'Hoazin, le Eamichi, le Cariama et le Savacou, dont la connaissance ostologique pouvait permetlre d'tablir les affinits d'une maniere plus complete
(1) M. de Castelnau a mmed donner asile, dans son travail ichthyologique, aux deux planches sur lesquelles nous avons fait reprsenter le crne et quelques autres particularits osseuses du Vastr el du Paco. (Voir la partie ichthyologique de ce recueil, pl. XXVI et XXXV.)
Anatomie. 9


( 66 )
qu'on ne l'avait encor fait. Tout en esprant que le reste des matriaux anato-miques dus aux recherches de MM. de Castelnau et Deville donnera lieu d'autres publications, nous nous bornerons faire connatre dans ce vblurne les caracteres que prsentent le squelette et, sous certains rapports aussi, le canal intestinal des Oiseaux que nous venons de nommer. Nous discuterons les diffrents modes de classification qu'on a employs pour chacun d'eux, et nous expo-sejsons les rsultats ataquis lew elude mm$ aconduit.
. i. >
di: lhoazin.
l'Hoazin est l'un des Oiseaux dont la classification est reste le plus longtemps douteuse.
Associ par Brisson et par Buffon aux Oiseaux des genres Hocco et Faisn, il a t aussi runi aux Gallinacs par les naturalistes mthodistes Linn, Illiger, G. Cuvier, etc., et consider, soit comme un genre de la mme famille que les Hceos ou les Faisans, soit mme comme une espce du mme genre que ces derniers. Hoffmanseg, auquel on doit debonnes observations sur la zoologiede l'Amrique quatoriale, est le premier qui Fait separ gnriquement des Faisans pour en faire un genre part, genre que nous voyons adopt pour la premire fois par Illiger dans son Prodromus methodi Mammalium et Avium, publi en. 1811. En 1816, Vieillot eut aussi l'ide de ranger l'Hoazin dans un genre part, et il proposa de lui donner le nouveau nom (YOrthocoryx; en mme temps il le retira de l'ordre des Gallinacs pour le reunir ses Sylvains qui rpondent ala grande divisin des Passereaux soit Zygodactyles, soit nisodactyles, et comprend mme les Pigeons et les Marails. Vieillot placaitles Hoazins aprs les Porte-lyres (g. Menur) qui forment la vingt-septime famille des Sylvains,et il en faisait une vingt-hui-time famille, celle des Ophiophages, laquelle succdent les deux groupes des Marails et des Pigeons.
Le nom d'Ophiophages est peu heureux, l'Hoazin tant une espce phytophage et chez laquelle on n'a jamis constat aucun insrinct nuisible aux serpents. La place assigne FOiseau lui-mme n'est gure meilleure; car si l'Hoazin a des affinits avec les Passereaux, videmment ses affinits ne le rapprochent pas des Lyres plus que de la plupart des autres genres de la mme catgorie. Quant aux Pigeons et aux Marails qui lui succdent dans la serie tablie par Vieillot, c'est dans une autre grande catgorie d'Oiseaux qu'ils doivent tre classs.
Toutefois le ohangement propos par Fhabile Ornithologiste francais mritait d'lre pris en considralion, et l'on pouvait des lors, par la seule considration


( 67 )
des narines de l'Hoazin, qui sont dpourvues de l'caille molle des Gallinacs, et par celle de ses pieds manquant de la palmature rudiraenlaire qui caraclrise ees Oiseaux, le regarder comme appartenant une autre divisin. Celle des Passereaux tait la seule que les caracteres extrieurs de l'Hoazin parussent indiquer. Latreille usa nanmoins d'un moyen terme, et, en 1825. il lit, sous le nom de Passerig alies, un ordre inlermdiaire aux Grimpeurs el aux Gallinacs. Cet ordre comprend les trois dernires familles des Sylvains de Vieillot, c'est--dire les Ophiophages ici nomms Dysodes, les Columbins et les Alectrides.
M. Lesson alia plus loin. Dans son Traite d'ornilhologie qui a paru en 1831, il fit du genre Hoazin (Opisthocomus) une famille part qu'il placa entre les Touracos et les Coucourous dans son sous-ordre des Passereaux grimpeurs, et il donna cette famille le nom de Dysodes qui faitallusion la mauvaise odeur des Hoazins. Lesson s'exprime ainsi au sujet de ces Oiseaux: Le rang que nous leur assi-gnons nous parait fond sur de nombreuses analogies; les Dysodes ne tiennent par rien aux Oiseaux Gallinacs.
Dans son Genera ofBirds, M. G.-R. Gray a aussi rapproch l'Hoazin desMuso-phagids ou Touracos, et il l'a mme regard comme formant, sous le nom YOpis-thocomina, une simple tribu de cette famille. Dans son article Hoazin du Diclion-naire universel d'histoire naturelle, M. Gerbe exprime la mme opinin, et je Tai partage lorsque j'ai publi en 1844 une planche sur laquelle je faisais repr-senter non-seulement les caracteres extrieurs de l'Hoazin, mais encor son slernum vu de face et de profil (1).
M. Lherminier, qui a continu avec succs les recherches commences par de Blainville sur le sternum des Oiseaux envisag comme caractre zooclassique, avait publi peu de temps auparavant une bonne description anatomique de l'Hoazin, et il avait mis sur la classification de cet Oiseau une opinin encor diflrente de celles qui prcdent. Frapp des singularils que prsente le jabot de l'Hoazin, et surtout son sternum, M. Lherminier avait eu l'ide d'en faire un groupe distinct de tous les autres. Cet Oiseau a, dit-il, le sternum plein des Cathartes et des Calaos son bord postrieur (2); mais il a, comme les Gallinacs, la crte fortement refoule en arrire, et, comme dans la Frgate, la clavicule'sondee la fois avec le sternum et les os coracoi'des. Ce n'est pourlant ni un Catharte, ni un vrai Gallinac, ni une Frgate: c'est une reunin de caracteres disparates pour composer une individualit anormale, sorte d'hybride d'au-
(1) Planche XVIII de VAlias de zoologie edit par Germer Baillire, 1814. Cette planche tait destine au Supplment du Dictiormaire des sciences naturelles, dont M. Pitois Levrault avait commenc la publication quelque temps auparavant, mais dont il n'a paru qu'un volume.
(2) Ce qui n'est pas tout fait exact, le Galao ayant une seule grande chancrure commune aux deux cts, et les Cathartes se rapprochant des Vautours, la famille desquels ils appartiennent.


( 68 )
tant plus remarquable qu'il est jusqu'ici peu prs unique dans les Oiseaux, et qui mrile de constituer un lype particulier.
M. Deville a pens comrne M. Lherminier. Je conclus, dit-il en 1852^ en ter-minant sa note sur l'Hoazin, que l'ordre et la place assigns par Latreille, et rpts par Lherminier, sont les meilleurs que l'on puisse trouver pour classer ce singulier Oiseau qui, en effet, n'est ni un vrai Passereau, ni un vrai Gallinac, et qui tient la fois de ces deux ordres.
Ainsi, l'Hoazin a t runi pendant longtemps aux Gallinacs; mais, depuis, Lesson a essay de le classer auprs des Touracos, et Latreille, modifiant l'opinion de Vieillot qui le runissait la grande serie des Sylvains ou Passereaux, a pro-pos de le faire rentrer dans un ordre la fois diffrent des Gallinacs, des Passereaux proprement dits et des Grimpeurs, ordre nouveau dont il serait le seul reprsentant si l'on acceptaitla maniere de voir de M. Lherminier et de Deville.
Cette incertitude a ragi sur l'opinion de plusieurs ornithologistes.
Ainsi nous voyons le Prince Charles Bonaparte, qui a tudi les Oiseaux avec tant de soin et qui s'est si savamment proccup de leurs affinits, mettre encor l'Hoazin parmi les Gallinacs dans sa Critique de l'ornithologie de M, Degland, ainsi que dans son Conspectus ornilhologice de 1850, et le reprter au contraire parmi les Passereaux dans son Systme ornithologique de 1851. II le rapproch alors des Musophagids, mais en l'en sparant comme famille sous le nom d'Opis-thocomids prcdemment employ par MM. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire et de Slys-Longchamps (1).
L'examen anatomique de l'Hoazin pouvait seul trancher toutes ees difficults, et comme cet examen a surtoutt fait par M. Lherminier et par Deville, l'opinion de ces deux naturalistes mrite d'tre examine avec soin (2).
Mais voyons d'abord les faits eux-mmes,
Le squelette de l'Hoazin (pl. XIV) prsente plusieurs particularits remar-quables dont quelques-unes ont dj t signales par M. Lherminier dans le mmoire qu'il a publi en 1837.
La forme extrieure de la lele de l'Hoazin donne une idee assez exacte de son crne osseux. La mchoire suprieure y est perce bilatralement sur le commen-cement de sa seconde moiti par un orfice subarrondi qui est celui des narines, et l'on voit la mchoire infrieure, dans la fosse masstrienne, une perforation
(1) Voici la synonymie des noms de famille ou de tribu dont on s'eit servi pour indiquer le groupe form par l'Hoazin:
Ophiophages, Vieillot, Analyse, 4 816. Dysodes, Latreille, Famille nal., 1825. (M. Agassiz, dans son Nomencltor zoologicus, cite Vieillot, Nouv. dict. d'hisl., t. XXIV, 1818). Opis.thocomina, G.. R. Gray, Genera of Birds, etc. Opislliocomidw, Is. Geolf. in Lemaout, Hist. nal, des Oiseaux, p. 312.
(2) Lherminier, Comptes rendus hebd. de l'Acad. des sciences, t. V, p. 433 : 1 837." E. Deville, Rev. et Mag desoologie, par Gurin, 2C serie, t. IV, p. 2I7; 1852.


(.69 )
ovalaire d'une tendue assez peu considerable. L'chancrure palatine est notablement largie.
Le nombre des vertebres cervicales est de seize. Ces vertebres sont assez courtes.
II y a neuf vertebres dorsales, dont les trois antrieures portent des cotes asternales ainsi que la neuvime; au contraire, celles qui sont intermdiaires sont en rapport avec le sternum; elles sont au nombre de cinq. Ces cotes sternales sont remarquables par leur largeur et leur aplatissement, surtout dans le milieu de leur partie vertbrale. Quatre d'entre elles, les quatre plus rapproches des asternales antrieures, ont des apophyses recurrentes courtes, larges, aplaties comme les cotes elles-mmes.
La plupart des vertebres dorsales ont leurs apophyses pineuses soudes en une seule crte. Le prolongement antrieur de l'os des iles recouvre les deux dernires de ces vertebres.
Le bassin ne prsenle rien de bien particulier, et notre planche peut en donner une idee assez exacte pour nous dispenser de le dcrire. Je signalerai seulement la forme irrgulirement ellipsode du trou obturateur et le rebord en carene qui limite en dessus la fosse ischiatique.
Les vertebres caudales sont au.nombre de sept. La premire d'entre elles est soude avec le bord supro-interne des ischions. Les cinq suivantes ont la forme la plus habituelle chez les animaux de cette classe, et la dernire est aussi comme l'ordinaire en forme de soc.
La partie la plus curieuse du squelette de l'Hoazin, est le sternum. Cet os qui fournit de si bons caracteres pour la distribution naturelle des Oiseaux, a ici une forme toute particulire et qu'on ne retrouve exactement dans aucun autre groupe de la mme classe.
La face antrieure du sternum n'est pas convexe comme chez les autres Oiseaux, ou plutt sa convexit n'a pas la mme reguladle. Cet os est notablement plus long que large; sa longueur est peu prs double de sa largeur mesure au milieu. Son bord suprieur est entiremcnt sond avec la base largie des os coracodiens qui le dborde mme un peu de chaqu col. Quant au bord infrieur ou postrieur, il est plus large que le reste de l'os, et il prsente deux paires d'chancrures, ou plutt une paire de foramina externes et une paire d'chancrures internes (pl. XIV, fig. 2). Suivant M. Lherminier, les foramina peu-vent disparatre entirement. Le brechet a une disposition plus curieuse encor, il est comme chancr dans une partie de son bord libre, plus saillant surtout au milieu, runi d'une maniere fixe la fourchette par un prolongement styliforme de son bord suprieur et prolong en arrire jusqu'au bord infrieur de l'os au-dessus duquel il s'lve et s'paissit, tant comme tronqu obliquement dans cette partie. Son lvation y est de 0,020.


( 70.)
Nul Oiseau ne prsente un pareil sternum, et la consideration seule de cet os exclut toute analogie entre l'Hoazin et les Gallinacs. Ce n'est pas non plus, proprement parler, un sternum de Passereau; cependant il y a moins de diff-rences, sous le mme rapport, entre certains Oiseaux de cette grande catgorie et le curieux genre qui nous occupe.
Pour complter cette description du squelette de l'Hoazin, il nous reste dir quelques mots au sujet des os dont se composent les membres.
Le membre antrieur (pl. IV, fig. 3 et i) ne prsente rien d'exceptionnel, et l'on ne peut gure noter aux membres postrieurs que la forme du mtatarsien ainsi que la longueur des doigts. L'os mtatarsien, ou le tarse des ornithologistes (pl. XIV, fig. 8), est court, subtranchant son bord interne et comme epat son extrmit digitale. II prsente une perforation au-dessus de la gorge qui separe la poulie du doigt externe de celle du doigt median ; le pouce est support par un rudiment de mtarlasien qui lui est propre.
L'Hoazin montre quelques autres particularits qui mritent d'tre signales : lelles sont, entre autres, celles que prsentent la bouche et le canal intestinal.
Le bec, ainsi qu'on en a fait plusieurs fois la remarque, ressemble beaucoup celui du Touracos, mais il porte des tubercules dentiformes qu'on ne voit point chez ces derniers. Dans la notice qu'il a publieau sujet de cet Oiseau, M. Emile Deville en donne une description que nous reproduirons ici lextuellement :
Le bord des mandibules suprieures est renfl et dentelo, mais seulemnt sa partie infrieure. Ces dents sont au nombre de cinq ; infrieurement, ce bec prsente un fait presque unique en ornithologie, fait qui n'a encor t observ, et d'une maniere diffrente, que dans les Phytotomes: c'est la formalion d'un systme dentaire tout a fait diffrent de celui qu'avait deja observ et fait connatre t'illustre savant tienne Geoffroy Saint-Hilaire dans le jeune age du Perroquet.
Ce systme dentaire est ainsi compos : Le palais est hriss de papilles conigres et denteles, et spares latralement par une ligne de petites dents similaires au nombre de seize, se prolongeant d'arrire en avant jus-qu' l'extrmit du bec. La mchoire infrieure est galement dentele; mais les dents n'existent qu'a sa partie postrieure, et seulemnt au nombre de cinq ou six, et la dernire n'apparat que sous la forme d'un petit tubercule (i).
Femprunterai galement au travail de M. Deville la description de la langue et du tube digestif de l'Hoazin:
La langue est lancole, profondment chancre postrieurement et garnie d'une serie dedents tres aigus, dont les deux extrieures sont beaucoup plus fortes. La face postrieure est plae et garnie de papilles tres fines, qui lui donnent une apparence veloute; elle est termine en arrire par une base osseuse formant une crte paisse dont le bord longitudinal est galement garni, dans son quart postrieur, de deux ou trois dents semblables aux precedentes.
(1) M. Deville ajoute en note : Ce fait si remarquable du systme dentaire de l'Hoazin, signal tres imparfai^ tement par M. Lherminier, avait t observ en 183S, Lyon, par M.. Poortmann, qui l'avait montre M. Roulin, lors desonpassage en cette ville. Ce dernier en avait fait la remarque l'Acadmiedes sciences, lors de la lecture du travail de M. Lherminier.


( 71 )
L'cesophage est droit et presque cylindrique, fibres musculaires peu apparentes, tres lisses extricuromenl et garni intrieurement d'une muqueuse assez paisse; il est pliss longitudinalement de follicules arrondis ayant environ la grosseur d'un grain de millet.
Le jabot, dont la portion cervicale communique suprieurement et infrieurement avec la portion antrieuro de l'cesophage, sans ligne de dmarcation tres sensible, et infrieurement avec la portion thoraciquo du jabot, est tres volumineux et de couleur rougetre; il prsente dans son tat de plnitude une forme presque hmisphriquo tres convexe.
La face postrieure est presque plae et applique sur les muscles pectoraux; infrieurement, les fibres musculaires sont tres paisses, et la plupart circulaires, offrant extrieurement une serie de bourrelets superfi-ciels ou concentriques, garnie a sa face interne d'une muqueuse paisse, bruntre et de consistance presque cutane, fortement plisse longitudinalement, chaqu pli formant un pais bourrelet qui contourne l'axe de la cir-convolution, et se couche sur la circonvolution suivanle ; marque dans toute son tendue de lignes fines et obliques croises en losange (1).
ila portion Uwracique comprise entre ia portion precedente et l'estomac est beaucoup moins volumineuse; elle est tres rtrcie infrieurement, renfle dans sa partiemoyennu, et prsente, dans son cinquime suprieur, cinq ou six ondulations irrgulires. Cette portion thoracique est de couleur plus ple que la precedente, et prsente extrieurement quelques bourrelets longitudinaux superficiels et garnis galement leur face externo des replis de la muqueuse; ces derniers sont seulemnt rguliers et moins rapprochs.
h'eslomac est de la grosseur d'une amande, grand diamtre dirige longitudinalement, lisse et d'un rouge tres ple extrieurement, blanchtre a sa face interne, toute cette surface prsentant l'ouverture de gros follicules dont Je contour circuaire est tres visible. Ces follicules constituent a eux seuls presque toute l'paisseur des tuniques stomacales : les fibres musculaires paraissent nuiles.
La grosseur des follicules est celle d'un gros grain do millet, et leur nombre est d'environ quatre-vingts par centimtre carr. En les pressant, on en exprime une matire muqueuse blanchtre et tres ahondante ; suprieurement, cette surface glanduleuse cesse brusquement en recevant le jabot; infrieurement, elle est spare do la.mu-queuse du gsier par une valvule circuaire plus ou moins dchiquete, qui flotle librement dans l'intervalle de sa cavit.
Le gsier est oblong, de la grosseur d'un ceuf de pigeon, d'un rouge livide, lisse a sa surfaco externe et interne.
Le canal intestinal est peu prs uniforme depuis le gsier jusqu'au caecum; il a plus d'un mtre de longueur il est, sa surface interne, hriss de villosits tres ahondantes et plus ou moins squamiformes. Les replis valvulares m'ont paru nuls; mais peut-tre exislenl-ils (2).
L'Hoazin se nourrit essentiellement de feuilles. M. Deville en a Irouv en quan-tit dans l'estomac de tous les individus qu'il a dissqus. Ces feuilles sont celles de YArum arborescens, que les Brsiliens nomment Aninga, et qui porte, la Guyane, le nom de Moucou-Moucou. On avait dj fait cette remarque.
Cet Oiseau rpand une forte odeur qu'on dit tre celle du castorum, el que
(1) M. Lherminier s'exprime ainsi au sujet du jabot de l'Hoazin : Le jabot, qui est enorme, recouvre les pectoraux, auxquels il adhre par un tissu cellulaire assez lache. Si on Ten dtache, on apercoit, aprs l'avoir enlev; une vaste excavation cordiforme, ouverte et bornee en haut par la clavicule qui est relgue k deux pouccs au-dessus de la crte sternale. Le jabot, qui, dans cet Oiseau, recouvre ainsi la moiti du troncet au moins les quatre cinquimes de la longueur du sternum et de ses annexes qu'il dborde en tous sens, recoit gauche et en avant l'inserlion de l'cesophage, et droite il se refrcit pour pntrerdans la poitrine. Dans l'intervalle de cette bif'urca-tion est comprise la trache-artre.
(2) E. Deville, Revite ct Magasin de zoologie, ) 852, p. 219.


( 72 )
(4) Le Ptarmigan (Telroa lagopus) rpand aussi une Corle odeur de caslorum, et cependant on le mange.
M. Deville compare aux exhalaisons d'une vacherie. Cette odeur, dj signale par diffrents auteurs, empche qu'on ne mange la chair de l'Hoazin (1).
Si, en terminan! ce paragraphe, nous cherchons tablir quelle est la position zooclassique de l'Oiseau singulier qui en fait l'objet, nous sommes conduit l'loigner tout d'abord des Gallinacs auxquels on l'a si longtemps associ. Les deux paires de grandes chancrures sternales qui caractrisent les nombreuses espces de cet ordre tablissent une diffrence capitale entre elles et l'Hoazin. La forme genrale de leur sternum est en mme temps fort diffrente, et leur four-chette ne se soude pas la partie suprieure dla quille sternale. Les caracteres extrieurs de l'Hoazin ne le rattachent pas davantage aux Pigeons, et, comme le Mnure lyre, il ressemble, sous ces diffrents rapports, aux Passereaux ordinaires; mais ce n'est pas non plus auprs de lui qu'il faut le placer. L'Hoazin ne se laisse rellement comparer aucun autre Oiseau par la forme de son sternum. La sou-dure de la fourchette y est tout autre que chez les Frgates el que chez les Grues, etla ressemblance indique par M. Lherminier entre le sternum plein des Percno-ptres ou des Calaos et le sternum de l'Hoazin est loin d'tre evidente. Le Percno-ptre se rattache aux autres Vautours dont l'Hoazin est, tous gards, si diffrent, et les Calaos n'ont, comme certains chassiers et divers Palmipdes, qu'une seule grande chancrure au bord infrieur, laquelle va d'un ct l'autre. u contraire, notre Oiseau a deux paires d'chancrures, ou, ce qui est peu diffrent, une paire d'chancrures et une paire de trous. A cet gard il est dans le cas de beaucoup de Grimpeurs etdans celui des Touracos eux-mmes; mais son sternum a une forme encor diffrente de celle que le mme os prsente dans ces Oiseaux, et, en oulre, ses doigls ne sont pas zygodactyles.
L'Hoazin se rattache done la grande serie des Oiseaux passeriformes; mais il est, plusieurs gards, si diffrent de tous les autres, qu'on pourrait dir, avec MM. Lherminier et Deville, qu'il doit constituer dans cette serie un ordre part, ses caracteres tant d'une valeur suprieure ceux qui servenl l'tablissement des familles ornithologiques. En atlendant quelque observation nouvelle susceptible de mieux faire comprendre les vritables affinits de l'Hoazin, on peut placer l'ordre ou le sous-ordre des Dysodes, qui aura cet Oiseau pour type unique. aupres des Grimpeurs, et quoique ses affinits avec les Musophagids aient t quelques gards exagres, c'est dans le voisinage de ces derniers que l'Hoazin parait devoir tre classe.


73
)
u.
DU RAMICHI ET DES OISEAUX QUI SEN RAPPROCHENT LE PLUS.
Le Kamichi (Palamedea cornuta de Linn), qui sert de type au genre Anhima de Brisson, plus souvent appel Palamedea; le Chata ou Chavara (Parra cha-varia de Linn), qui forme le genre Chauna d'Uliger, et le Chauna derbiana de M. G. R. Gray, dont M. Reichenbach a galement fait un genre part sous le nom d'Ischyrornis, sont trois eurieux Oiseaux de l'Amrique mridionale qu'il est facile de sparer de tous les autres et qu'on doit reunir en un groupe unique.
Nanmoins, Linn qui faisait du premier d'entre eux un genre particulier, a place le second parmi les Jacanas sous le nom de Parra chavara, et, jusque dans ces derniers temps, presque tous les auteurs ont aclmis ces rapports tout fait ima-ginaires des Palamdes et des Chauna avec les Oiseaux du groupe de Jacanas.
En 1829 comme en 1817, G. Cuvier parle des Palamdes en mme temps que des Jacanas; en effet, il les runit ces Oiseaux ainsi qu'aux Rales et aux Foulques, sous le nom d'chassiers macrodaclyles.
En 1825, Latreille a reserv la mme dnomination de Macrodaclyles aux genres Jacana, Eamichi et Chauna et M. G. R. Gray, dans son catalogue des genres et sous-genres publi en 1855 (1), divise encor ses Palamdids en deux tribus, les Pairince ou Jacanas, et les Palamdins ou les Palamedea, Chauna et Ischyrornis (2).
Cependant, les Jacanas ressemblent aux Poules d'eau, aux Rales el aux Foulques par la forme de leur sternum (3), el le mme os ainsi que ses dpen-dances ont, dans les Palamdids, une disposition fort dilrenle, et bien plus semblable au contraire celle qui caractrise la majorit des Echassiers cultri-rostres de G. Cuvier, c'est--dire les Hrodiens tels qu'on les dfinit actuellement.
Le mode de classiication propos par Linn et par G. Cuvier n'est pas le seul qu'on ait adopt pour les Palamdids. Illiger nomme Aleclorides un groupe d'chassiers dans lequel il runit les genres Glareola, Cereopsis, Cariama, Palamedea et Psophia. Cette association fort disparate n'a pu tre accepte; on la trouve cependant reproduite, quelques modifications prs, par Yieillol (1816) et par M. Temminck (1815 et 1820).
(I) Listoflhe genera and subgeneraof Birds containcd in Ihe Brilish Musum, in-1 2. London ; 4855.
(2) Je crois qu'on doit partager la serie des Echassiers en quatre groupes principaux: los Brvipennes ou Cou-reurs, les Hrodiens, auxquels se rattachent los Palamdids, les Umicoles ou les Echassiers deux paires d chan-cruros sternales, et les Macrodactyles ou les Jacanas, les Poules d'eau et les Foulques.
(3) G. Cuvier, Anat. comp., 1.1, p. 249 ; 2o dit.
-Anatomie. l^


(74)
Un examen plus cornplet des caracteres anatomiques de ces Oiseaux pouvait seul permettre de les classer d'une maniere rellement conforme aux principes de la mlhode naturelle; mais les matriaux ncessaires cet examen avaient manqu, pour la plupart, aux naturalistes que nous venons de citer. Quelques auteurs recon-nurent cependant que leCropse appartient aux Anatids, et l'on sait maintenant que le Glarole a le sternum des Echassiers Limicoles, tandis que dans les Jacanas le mme os est conform comme celui des Poules d'eau, ce qui rend ces deux genres d'Oiseaux tres diffrents des Eamichis qu'on n'a pu tudier que plus tard.
Voici l'analyse des remarques que nous avons faites au sujet de ces derniers et des deux genres qui forment avec eux la petite famille des Palamdids.
1. L'lude ostologique du Kamichi (Palamedea cornuta) donne lieu plusieurs remarques intressantes (pl. XV, fig. 1-5) : Le crne de cet Oiseau rappelle, dans sa forme genrale, celui du Dindon; il n'a point de foramen sa mchoire infrieure, dans la fosse masstrienne, et son apophyse angulaire est considerable. La corne qui en surmonte la partie frontale est une sorte de prolongement styli-lbrme flexible et d'apparence fibro-cartilagineuse. Nous n'en avons pas fait l'exa-men au microscope et il nous est par consquent impossible d'en indiquer la structure.
Les vertebres cervicales du Kamichi sont au nombre de seize. Elles sont assez courtes.
Jl y a dix dorsales. Des deux premieres, qui ont des cotes asternales, l'antrieure est fort petite; les sept suivantes ont leurs cotes vertbro-sternales et celles-ci sont remarquables par l'absence des apophyses recurrentes que l'on voit aux cotes de la plupart des autres Oiseaux. La dernire paire de cotes, c'est--dire la dixime, est incomplte dans sa partie sternale qui s'applique contre la portion correspondante de celle qui precede.
Les apophyses pineuses et laterales des vertebres dorsales ne sont qu'incom-pltement runies entre elles.
L'expansion lombaire de l'os des iles est troite; elle recouvre cependant les trois dernires dorsales. Le prolongement postrieur de l'ischion est galement assez faible, La branche pubienne du bassin est au contraire assez forte proportionnellement et l'espace intra-pubien est largement ouvert. Le trou obturateur est grand et de forme ovalaire.
II y a douze vertebres lombo-sacres.
Les vertebres caudales non sondees entre elles sont au nombre de quatre; aprs elles vient l'os en forme de soc qui a ici une forme assez particulire. II est allong, faiblement caren en dessus et d'apparence cultriforme; on reconnat facilement qu'il resulte de la reunin de plusieurs lments vertbraux moins


( 75 )
compltement souds les uns aux autres que chez les autres Oiseaux. En lenant compte des trous qu'on y voit latralement, et qui rpondent des trous de conjugaison., on voit que six vertebres se sont runies pour former cet os en soc dont l'apparence est ici cultriforme. La partie hmapophysaire du mme os.c'est--dire celle qui rpond aux os en V, est runie par soudure celle de la quatrime des vertebres coccygiennes, c'est--dire la dernire de celles qui restent libres en arrire du bassin.
L'appareil sterno-scapulaire des Kamichis prsente des caracteres assez par-ticuliers.
M. Lherminier a dj dit cetgard : Le fait le plus caractristique de l'ana-tomie de ces Oiseaux, c'est la forme ellipsoide de la clavicule, et la vaste chan-crure du bord postrieur du sternum due la saillie de ses apophyses laterales (I).
L'ensemble de cette partie du systme o'sseux n'est pas sans analogie avec ce que prsentent les Vultridos. Toutefois, le bord suprieur du brcchet est plus oblique, et la grande chancrure mdiane du bord infrieur de l'os slernal indique d'autres affinits. Le sternum est convexe en avant, assez large, pourvu latralement, une certaine distance au-dessous de l'inserlion de la dernire cote, d'une sorte d'apophyse ou lame descendante limitant latralement la grande chancrure qui occupe la majeure partie du bord infrieur et rappelle assez bien celle qu'on voit au mme endroit chez les Hrodiens. Toutefois la pointe infrieure du brechet descend moins bas que chez la plupart de ces Oiseaux; le brechet cesse mme un peu au-dessus du bord osseux; mais de chaqu col du grand inlervalle membraneux on voit un ndice de l'chancrure lalrale, ce qui tablit un nouveau rapport entre les Palamdids et les Oiseaux du groupe des Hrodiens. Le brechet est fort, saillant en haut, o son bord suprieur esl sensiblemenl oblique d'avant en arrire, et long de 0,035.
La fourchette ou la reunin des deux clavicules est solide, non soude par an-kylose au bord suprieur du brechet; elle est courbe en portion d'ellipse. Les coraco'idiens sont larges et assez robustes; toutefois leur insertion n'occupe pas compltement le bord suprieur du sternum, dont l'angle externe forme en arrire d'eux une chancrure tres prononce.
L'humrus du Kamichi est grand, eu gard la laille de l'Oiseau. Sa longueur esl de 0,22.
L'avant-bras est un peu plus long.
On voit encor, au-dessus du petit mtacarpien interne, un peron osseux tres saillant qui part de la base du grand mtacarpien. Un autre peron moins volu-mineux fait saillie l'aulre extrmit du mme os, galement sur son bord interne.
(1) Complesrendus de l' Acadmie des sciences, t. V, p. 43S ; 1835.


( 76
Le fmur est assez robuste; il est long de 0,09.
Le peron se soude au tibia dans une partie de la moiti infrieure de celui-ci. Une bride osseuse, simulant une sorte de petitpont, existe la face antrieure de la partie infrieure du tibia comme chez les Albatros. Le tibia est long de 0,18.
L'os mtartasien ou l'os en canon que les ornithologistes appellent le tarse, a 0,12; il est assez fort, scnsiblement excav en gouttire sur sa face antrieure et perc par deux trous dans sa fosse suprieure. Le mtatarsien du doigt postrieur est rudimentaire; les doigts sontlongs; le nombre de leurs phalanges est de 3, 4-, 5 el 2.
2. Le Chavara {Chauna chavara), qui est le Parra chavara de Linn, et YOpis-tolophus fidelis de Vieillot, a l'os furcuaire plus fort que le Kamichi, plus rguli-rement en are de cercle, et peu prs rectiligne son bord infrieur. Le bord suprieur de son brechet est plus excav et le brechet lui-mme est plus saillant et plus court. La grande chancrure infrieure ne montre pas les traces des deux chancrures proprement dites, que l'on voit de chaqu ct dans l'espace prcdent. En outre, le sternum est plus large son extrmit infrieure qu'en hautet au milieu, tandis que celui du Kamichi est peu prs d'gale largeur dans toute son lendue.
3. J'attribue au Chavara derbyana de M. G. R. Gray, type du genre Ischy-rornis de M. Reichenbach, un sternum rapport au Musum de Paris par feu M. J. Goudot,et qui provient d'un Chavara de Colombie (pl. XV, fig.6-7).R ales clavicules de forme intermdiaire celles des deux Oiseaux prcdenls, moins ova-laires que chez le Kamichi, moins franchement circulaires que chez le vrai Chava-ria. Elles sont aussi moins robustes que chez ce dernier; le sternum lui-mme est plus long, plus bomb et moins large que dans les deux autres Palamdids. Une fossette triangulaire existe la base du bord suprieur du brechet; les ailes de l'angle supro-interne du sternum sont moins larges; la grande chancrure infrieure est aussi moins lendue; mais elle est en mme temps plus profonde et l'on y voit, avec des dimensions toutefois plus rduites, des traces des chancrures proprement dites. Enfin, l'excavation de la face postrieure du sternum est autrement conforme, et c'est la partie moyenne du sternum qui est ici la plus largie.
Ces dtails et ceux qu'on a prcdemment publis sur les caracteres anato-miques des Palamdids, justifient la sparation de ces Oiseaux en une famille part, et ils montrent que cette famille ne doit pas plus tre associe aux Jacanas qu'aux Glaroles ou aux Cropses qu'on en a rapprochs quelquefois. La place des Palamdids est marque parmi les Echassiers hrodiens tels que


( 77 )
(1) Genera of Birds et Catalogue of the Gen. and subg.
(2) Conspectus systematis ornilhologiw.
(31 Voyez Le Maout, //'s. nat. des Oiseaux, p. 345.
nous les avons delimites ailleurs. Au contraire, les Jacanas doivent tre runis aux Poules d'eau et aux Foulques.
II y a done, sous ce rapport, une modification de quelque imporlance faire dans le mode de classification actuellement suivi par les Ornithologistes.
SIL
SUR LE CARI AMA.
Comme les Oiseaux dont nous venons de parler, le Camama de Marcgrave et de Pisn est une espce propre aux rgions chaudes de l'Amrique, et ses caracteres sont galement tres singuliers.
II a t separ gnriquement sous plusieurs dnominations diffrentes.
En 1760, Brisson l'a appel Crtama du nom sous lequel l'avaient prcdem-ment indiqu plusieurs voyageurs. C'est aussi le genre Microdaclylus d'E. Geoll'roy (1809), le genre Dicholophus d'llliger (1811) et le Lophorhynchus de Vieillot (1816).
Linn, qui a souvent traite les genres zoologiques de Brisson comme il avait traite ceux que Tournefort avait antrieurement tablis en botanique, ne considera pas le Cariama comme devant tre l'objet d'un groupe particulier, et il l'a runi au Kamichi tandis qu'il en a separ le Chavara. Cependant le Cariama, tout en devant tre place dans le mme ordre que les Palamdids, ne mrite pas d'tre rang dans lmeme famille que ces Oiseaux et il n'appartient pas non plus, comme quelques ornithologistes actuis le pensent, avec M. G. R. Gray (1) et avec M. Ch. Bonaparte (2), la mme famille que l'Agami. 11 parait prfrable de le regarder comme constituant un pelit groupe dislinct qui serait plus voisin des Hrons que d'ancun autre, s'il ne diffrait encor des Hrons par la forme de son bec.
M. Is. Geoffroy, qui a reconnu la ncessit d'tablir une petite famille pour le Cariama, l'indique dans ses cours sous le nom de Microdactyls (3). M. le Prince Ch. Bonaparte adopte cette opinin dans son systme d'ornithologie de 1854 el il donne la mme famille le nom de Criamidce (Ann. se. nal., serie, 1.1, p. 141).
On voit assez souvent des Cariamas dans les mnageries actuelleset l'on a dj donn quelques dtails sur leurs principaux caracteres anatomiques, particuli-rement sur ceux que prsentent leurs intestins; aussi nous bornerons-nous ici la description de leur squelette.


( 78)
Ce squelette (pl. XVI), envisag dans son ensemble, est remarquable par la grandeur de la tele; par la forme du sternum qui, tout en ressemblant celle des Hrons, rappelle, quelques gards, celle des Gallinacs ordinaires; par Vocclu-sion presque complete de la ceinture pubienne; par Fallongemenl des jambes, et enfin par la petitesse des doigts. C'est ce dernier caractre qui a engag Et. Geof-froy donner au Cariama le nom gnrique de Microdactylus, et M. Is. Geoffroy appeler Microddctyles, la famille dont le Cariama est Fuique reprsentant.
Le bec du Cariama est assez long et vout dans sa partie osseuse; il a quelque ressemblance, non-seulement avec celui des Gallinacs, mais encor avec celui des Oiseaux de proie. Les trous des narines y sont grands et il y a derrire eux une excavation considerable rpondant, quelques gards, au trou sous-orbi-taire. Cetle excavation est spare de la fosse orbitaire par deux pices osseuses dont l'une est l'apophyse descendante du lacrymal et dont l'autre, faisan suite cette apophyse, avec laquelle elle s'articule, porte par son extrmit infrieure sur la branche grle du zygomatique qui va du maxillaire suprieur l'os carr. Je ne trouve point cette pice dans les autres Oiseaux qui sont prsentement sous mes yeux et je ne puis en donner la signification. La fosse des orbites est considerable. L'apophyse postorbitaire vient s'unir un prolongement apophysaire du temporal, et, par sa jonction ce prolongement, elle laisse entre elle et la sur-face osseuse de la fosse temporale un espace dans lequel se trouve log le muscle temporal, et c'est par-dessous cette espce de pont osseux que la fosse de ce nom communique avec la fosse orbitaire. La perforation de la fosse masslrienne de la mchoire infrieure est presque nulle.
Les vertebres cervicales sont au nombre de treize. Leur longueur est mediocre.
II y a sept vertebres dorsales et, par consquent, sept paires de cotes dont les deux premieres sont asternales. Les deux cotes asternales et les deux dernires des cotes sternales manquent d'apophyses recurrentes. II n'y a de ces apophyses recurrentes qu'aux trois cotes intermdiaires, celles des nmeros 3 5.
La dernire vertebre lombaire est recouverte, ainsi que l'origine de la dernire cote, par la portion montante de l'os des iles. La regin sacre est de forme'pen-tagonale en dessus; le trou obturaleur est grand et ovlaire. Les pubis sont appli-qus contre le bord infrieur de l'os ischion, plus prolongs et plus rapprochs l'un de l'autre sur la ligne mdiane que chez la plupart des autres Oiseaux. Le bassin est allong dans son ensemble, mais sans tre troit comme celui des Oiseaux d'eau.
II y a sept vertebres coccygiennes; toutes assez fortes et dont la dernire a la forme d'un soc.
Le sternum a Fapparence d'un bouclier mdiocrement largi dont le brechet, comme arqu, descend sur la ligne mdiane bien au-dessous des apophyses late-


.( 79 )
rales qui limiten tles chancrures en dehors; aussi ees deux chancrures sonl-elles bien spares lnne de l'autre, tandis que nous les avons vues se confondre en un seul grand intervalle chez le Kamichi. C'est une exagration de ce que l'on voit chez les Hrodiens du groupe des Ardids et chez les Phnicoptrids. Le bord suprieur du brechet esl comme chancr. La plus grande saillie de cette carene osseuse est de 0,03. La longueur totale du sternum est de 0,13.
Les clavicules sont gretas, assez largement ouvertes, de forme upsilole, sans saillie apophysaire leur partie symphysaire et non runies par une portion ossi-ie la crte suprieure du brechet. Les coracoi'cliens sont plus robustes sans l'tre cependant beaucoup; leur partie infrieure est plus large que la partie mdiane ou suprieure. Les omoplales sont de forme ordinaire.
Les membres antrieurs sont peu tendus: L'humrus a 0,10 de long. L'avant-bras est de la mme longueur. La main a 0,08.
Aux membres poslrieurs on doit, au contraire, noter le grand allongement de la jambe et de l'os du tarse. La jarabe mesure 0,24 et le tarse 0,20. Celui-ci est un peu en goultire son bord antrieur, dans sa partie infrieure surtout; il est peu prs carr dans sa portion mdiane. Ainsi que nous l'avons dj dit, les doigls sont remarquables par la brivet de leurs phalanges; celles-ci sont nanmoins au nombre de 5, 4, 3 et 2, en comptant partir du doigt extrieur.
IV.
SOR LE SAVACO.
Le Savacou (Cancroma cochlearia, L.), dont on a fait un genre sous les noms de Cochlearius (Rrisson, 1760), Cancroma (Linn, 1766) et Cymbops (Wagler, 1827), estclass par tous les ornithologistes parmi les Hrons, quoique son bec ait une forme bien difrente de celle qui caraclrise ces Oiseaux. L'lude de son squelette confirme celte opinin; aussi avons-nous pens qu'il serait ulile de donner ici une indication des caracteres principaux que le Savacou prsenle sous le rapport ostologique. Nous avons done fait figurer dans notre Atlas le sternum el le tarse de cet Oiseau (pl. XVII, fig. 6 el 7) d'aprs un exemplaire qui nous a t remis par M. Weddell, et nous en dirons quelques mols ainsi que des autres parties du squelette.
Le Savacou, qui appartienl la famille des Ardids par ses caracteres principaux, difiere cependant de la plupart de ees animaux par plusieurs parlicularils qui mritent d'tre signales. On sait combien son bec s'loigne par la forme de celui du Hron ordinaire et des aulres espces analogues. L'largissement en cuiller de sa mchoire suprieure et l'cartementcorrespondanl des deuxbranches


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs