• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 Preface
 L'Anthroopologie, son importance,...
 Premiers essais de classificat...
 De l'espece dans le regne...
 Monogenisme et polygenisme
 Bases de classification des races...
 Hierarchisation facite des races...
 Comparison des races humaines au...
 Le metissage et l'egalite...
 L'Egypte et la civilisation
 Les Hindous et l'Arya
 Perfectibilite generale des races...
 L'evolution intellectuelle de la...
 Prejuges at vanites
 Les comparaisons
 Rapidite de l'evolution dans la...
 La solidarite europeenne
 Role de la race noire dans l'historie...
 Legendes religieuse et opinions...
 Aptitudes et qualites organiqu...
 Les theories et leurs consequences...
 Conclusion
 Table of Contents
 Errata






Group Title: l'egalite´ des races humaines (anthropologie positive)
Title: De l'egalité des races humaines (anthropologie positive)
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00093347/00001
 Material Information
Title: De l'egalité des races humaines (anthropologie positive)
Series Title: l'egalite´ des races humaines (anthropologie positive)
Physical Description: xix, 665, 1 p. : front. (port.) ; 23 cm.
Language: French
Creator: Firmin, Joseph-Anténor, 1850-1911
Publisher: F. Pichon
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1885
 Subjects
Subject: Race   ( lcsh )
Race relations   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par A. Firmin ...
 Record Information
Bibliographic ID: UF00093347
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 27892019

Downloads

This item has the following downloads:

N0084229_2 ( PDF )


Table of Contents
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Introduction
        Page v
        Page vi
    Preface
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
    L'Anthroopologie, son importance, ses definitions, son domaine
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
    Premiers essais de classification
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    De l'espece dans le regne animal
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Monogenisme et polygenisme
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
    Bases de classification des races humaines
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
    Hierarchisation facite des races humaines
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    Comparison des races humaines au point de vue physique
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
    Le metissage et l'egalite des races
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
    L'Egypte et la civilisation
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
    Les Hindous et l'Arya
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
    Perfectibilite generale des races humaines
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
    L'evolution intellectuelle de la race noire en Haiti
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
    Prejuges at vanites
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
    Les comparaisons
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
    Rapidite de l'evolution dans la race notre
        Page 527
        Page 528
        Page 529
        Page 530
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
    La solidarite europeenne
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
        Page 581
    Role de la race noire dans l'historie de la civilisation
        Page 582
        Page 583
        Page 584
        Page 585
        Page 586
        Page 587
        Page 588
        Page 589
        Page 590
        Page 591
        Page 592
        Page 593
        Page 594
        Page 595
        Page 596
        Page 597
        Page 598
        Page 599
    Legendes religieuse et opinions des anciens
        Page 600
        Page 601
        Page 602
        Page 603
        Page 604
        Page 605
        Page 606
        Page 607
        Page 608
        Page 609
        Page 610
        Page 611
        Page 612
        Page 613
        Page 614
        Page 615
        Page 616
        Page 617
        Page 618
        Page 619
        Page 620
        Page 621
        Page 622
        Page 623
        Page 624
        Page 625
        Page 626
        Page 627
        Page 628
        Page 629
        Page 630
    Aptitudes et qualites organiques
        Page 631
        Page 632
        Page 633
        Page 634
        Page 635
        Page 636
        Page 637
        Page 638
        Page 639
        Page 640
        Page 641
        Page 642
        Page 643
    Les theories et leurs consequences logiques
        Page 644
        Page 645
        Page 646
        Page 647
        Page 648
        Page 649
    Conclusion
        Page 650
        Page 651
        Page 652
        Page 653
        Page 654
        Page 655
        Page 656
        Page 657
        Page 658
        Page 659
        Page 660
        Page 661
        Page 662
    Table of Contents
        Page 663
        Page 664
        Page 665
    Errata
        Page 666
Full Text













DE L'UGALITA

DES


RACES LIIMAINES


isc;>






DE L'fGALITt


DES




RACES HUMAINES

(ANTHROPOLOGIE POSITIVE)


S. PAR

A.. FI:'RMI N
Membre de la Soci6t6 d'anthropologie de Paris,'
Ancien sous-inspecteur des 6coles de la circonscription du Cap-HaYtien,
Ancien commissaire de la R6publique d'Hatti A Caracas, etc.
Avocat.







PARIS

LIBRAIRIE COTILLON
F. PICHON, SUCCESSEUR, IMPRIMEUR-EDITEUR,
Libraire du Conseil d'etat et de la SociBta de Lgislation compare,
24, RUE SOUFFLOT, 24.

1885


Tous droits riservis,









A HAITI


Puisse ce livre Otre mdditd et concourir 4 accd-

ldrer le movement de rdgindration que ma race

accomplit sous le ciel bleu et clair des Antilles!

Puisse-t-il inspire a tous les enfants de la race

noire, rdpandus sur l'orbe immense de la terre,

I'amour du progr&s, de la justice et de la liberty !

Car, en le dediant d Haiti, c'est encore d eux tous

que je t'adresse, les ddshdritis du present et les

giants de l'avenir.


A. FIRMIN.
















Le hasard entire pour une part notable dans
toutes les choses humaines. En arrivant A Paris, je
fus loin de penser A ecrire un livre tel que celui-ci.
Plus sp6cialement dispose, par ma profession
d'avocat et mes 6tudes ordinaires, A m'occuper des
questions relatives aux sciences morales et politi-
ques, je n'avais aucunement l'idee de diriger mon
attention vers une sphere oh l'on pourrait me consi-
derer comme un profane.
La plupart de mes amis croyaient meme que
j'aurais profit de mon s6jour dans la grande capi-
tale pour suivre les course de la Facult6 de droit,
afin d'obtenir les dipl6mes de la licence et du doc-
torat. Ce serait certainement un resultat bien di-
gne de mon ambition, n'6taient les exigences de la
scolarit6 et mes devoirs de famille. Cependant, .
part toute autre raison, j'estime que lorsqu'on n'a
pas eu le bonheur de grandir en Europe, mais qu'on
a consciencieusement travaille chez soi pour m6riter
le titre que l'on porte, il est inutile de recommencer
la carrirre d'6tudiant dans une branch de connais-
sances deja parcourue avec plus ou moins de success.


P Ee ~i~ F ~P ~ 3~





VIll PRIFACE,
11 y a d'autres besoins de l'esprit qui demandent
6galement Ai tre satisfaits. En y r6pondant, on
compense largement la privation d'un paper infini-
ment appreciable, mais don't I'absence ne retire rien
au m6rite du travail accompli en dehors des univer-
sit6s europ6ennes.
Voici, d'ailleurs, d'ofi me vint l'inspiration deci-
sive de cet ouvrage. M. Ie docteur Auburtin, don't je
ne saurais jamais assez louer le caractere sympa-
thique et liberal, m'ayant plusieurs fois rencontr6,
eut 1'indulgence de trouver int6ressantes les con-
versations que nous avons eues ensemble et me fit
l'offre gracieuse de me proposer au suffrage de la
c Soci6t6 d'anthropologie de Paris Y. Mes 6tudes
g6n6rales me permettant de profiter imm6diatement
des travaux de cette sociWt6, ofi tant d'hommes
6minents se r6unissent pour discuter les questions
les plus 6lev6es et les plus int6ressantes qu'on
puisse imaginer, puisqu'il s'agit de l'6tude meme
de l'homme, j'acceptai avec gratitude cette offre
d'autant plus pr6cieuse qu'elle a 6te spontan6e.
Le patronage de M. Auburtin r6ussit pleinement.
Pr6sent6 par lui, MM. de Mortillet et Janvier, je'fus
61u membre titulaire de la savante soci6t6, dans sa
stance du 17 juillet de l'ann6e derniere. Je leur
t6moigne ici ma profonde et parfaite reconnais-
sance.
Je n'ai pas A le dissimuler. Mon esprit a toujours
et6 choqu6, en lisant divers ouvrages, de voir
affirmer dogmatiquement l'in6galite des races





PREFACE.


humaines et l'inf6riorit6 native de la noire. Devenu
membre de la Soci6te d'anthropologie de Paris, la
chose ne devait-elle pas me paraitre encore plus
incomprehensible et illogique? Est-il natural de voir
singer dans une meme soci6t6 et au meme titre des
homes que la science m6me qu'on est cens6 repre-
senter semble d6clarer in6gaux? J'aurais pu, des la
fin de l'annee derniere, A la reprise de nos travaux,
provoquer au sein de la Societe une discussion de
nature A faire la lumiire sur la question, A m'6difier
au moins sur les raisons scientifiques qui autorisent
la plupart de mes savants colleagues A diviser l'es-
p6ce humaine en races superieures et races inf&-
rieures; mais ne serais-je pas considered comme un
intrus? Une prevention malheureuse ne ferait-elle pas
tomber ma demand, pr6alablement A tout examen?
Le. simple bon sens m'indiquait la-dessus un doute
legitime. Aussi est-ce alors que je concus l'id6e
d'6crire ce livre que j'ose recommander A la mndita-
tion comme A l'indulgence des homes sp6ciaux.
Tout ce qu'on pourra y trouver de bon, il faut l'at-
tribuer A l'excellence de la methode positive que j'ai
essay d'appliquer I.'anthropologie, en 6tayant
toutes rnes inductions sur des principles d6jA re-
connus par les sciences d6finitivement constitutes.
Ainsi faite, 1'4tude des questions anthropologiques
prend un caractBre don't la valeur est incontestable.
Il est certain qu'un tel sujet reclame de longues
et laborieuses etudes. La precipitation avec laquelle
je l'ai trait doit indubitablement nuire au rAsultat





PREFACE.


desire. Mais je n'aurai pas toujours des loisirs invo-
lontaires. Le temps press; et j'ignore si parmi mes
cong6neres de la race noire, il s'en trouve qui offrent
la some de bonne volont6 et de patience accumu-
16e qu'il a fallu mettre en oeuvre pour laborer,
combiner et presenter les arguments et les recher-
ches de la maniere.que je me suis 6vertu6 de le
faire.
Ai-je r6ussi, dans une certain measure, A r6pan-
dre dans mon livre la clart6, la pr6cision,'tous les
attraits qui captivent l'esprit et font le charme des
ouvrages destin6s A propager des idees justes,
mais encore contest6es et m6connues? Je n'ose trop
y computer. Je n'ai jamais eu une entire confiance
dans mon talent de styliste. De plus, les conditions
morales o0 je me suis trouv6, en d6veloppant la
these de l'6galit6 des races, ont certainement
exerc6 sur ma pens6e une influence depressive,
hautement nuisible A 1'616gance et surtout A l'am-
pleur des expressions, qui correspondent toujours A
la bonne sant6 de l'esprit, A l'ardeur expansive du
cCeur!
Par-ci, par-la, quelques incorrections oni df
m'6chapper. Je demand au lecteur son entire bien-
veillance, le priant de consid6rer les difficulties des
questions quej'ai eu A embrasser et la hAte que les cir-
constances m'ont, pour ainsi dire, impose. Peut-Otre
ai-je trop pr6sume de mes forces. Je l'ai senti par-
fois. La soif de la v6rit6 et le besoin de la lumibre
m'ont seuls soutenu dans le course de mon travail.


C-r(~-~CIBrC---I~I(r --i-nllF--r~------





PRfgACE.


Pourtant, quel que soit le r6sultat que j'obtienne,
je ne regretterai jamais de m'y 6tre livr6. a Dans
cette masse flottante de l'humanit6 qui tourne sur
elle-meme, dit M. Mason, il existe un movement
ordonn6. Notre petit cercle est une parties d'un grand
cercle et notre esprit est satisfait pour un instant,
en apercevant une v6rit6 nouvelle. La poursuite de
cette v6rit6 fortifle intelligence : ainsi est produite
la selection naturelle de l'esprit. Et tandis que les
uns se fatiguent et sont incapables d'aller plus
loin, les autres vont en avant et s'affermissent par
l'effort (1). 2
En tout cas, en soutenant la these qui fait le fond
de ce volume, j'ai eu essentiellement A coeur de jus-
tifier l'accueil bienveillant de la Soci6t6 d'anthropo-
logie de Paris. C'est un hommage que je rends
ici A chacun de ses membres, mes honorables col-
l6gues. Il m'arrive souvent de contredire la plupart
des anthropologists et de m'inscrire contre leurs opi-
nions; cependant je respect et honore infiniment
leur haute valeur intellectuelle. I1 m'est agr6able de
penser qu'en r6fl6chissant sur tous les points que
so.uleve ma controversy, ils inclineront A reformer
ces opinions, en ce qui concern les aptitudes de ma
race. Ce n'est pas que je croie avoir excelled dans la
tache que je me suis impose; mais A des hommes
instruits et intelligent il suffit d'indiquer un ordre


(1) L'anthropologie, son domain et son but, in Revue scientifique du
le" d6cembre 1883.





PREFACE,


d'idees, pour que la vWritO qui en decoule brille A
leurs yeux avec une Bloquente Evidence:

Verum animo satis hcec vestigia parva sagaci
Sunt (1).

Je suis noir. D'autre part, j'ai toujours considered
le culte de la science comme le seul vrai, le seul
digne de la constant attention et de l'infini d6voue-
ment de tout homme qui ne se laisse guider que
par la libre raison. Comment pourrais-je concilier
Sales conclusions que l'on semble tirer de cette m~me
science centre les aptitudes des Noirs avec cette ve-
neration passionn6e et profonde qui est pour moi
un besoin imp6rieux de l'esprit? Pourrais-je m'abs-
traire du rang de mes cong6neres et me consider
comme une exception parmi d'autres exceptions?
Certes, j'ai trop de logique dans mes conceptions
pour m'arreter A cette distinction aussi orgueilleuse
que specieuse et folle. II n'y a aucune difference fonda-
mentale entire le noir d'Afrique et celui d'Haiti. Je
ne saurais jamais comprendre que, lorsqu'on parole
de l'inferiorit6 de la race noire, l'allusion ait plus Je
portee contre le premier que centre le second..Je
voudrais meme me complaire dans une telle pens6e
mensongere et inepte, que la r6alit6, jamais men-
teuse, viendrait me faire sentir, A chaque instant,
que le m6pris syst6matique profess contre 1'Africain
m'enveloppe tout entier. Si le noir antillien faith


(1) Lucr&ce, De natural rerum, Liv. I, v. 396.





PRiFACE.


preuve d'une intelligence supdrieure; s'il montre
des aptitudes inconnues A ses ancetres, ce n'est, pas
moins A ceux-ci qu'il doit le premier germe mental
que la selection a fortified et augment en lui.
Haiti doit servir A la rehabilitation de 1'Afrique.
C'est dans cette vue que j'ai constamment tire mes
examples de la seule Republique haYtienne, toutes les
fois qu'il s'est agi de prouver les qualities morales et
intellectuelles de la race nigritique. Du noir au mu-
lAtre, il y a bien des croisements anthropologiques.
Aussi ai-je cit6 beaucoup de noms, regrettant encore
que le cadre de mon ouvrage et la crainte de la mo-
notonie ne m'aient pas permis d'en citer davantage.
C'est ainsi que je voudrais nommer A c6te des autres
Bchantillons de la race ha'tienne, MM. Alfred Box,An-
selin, Nelson Desroches, Edmond Roumain, Georges
Sylvain, Edmond Cantin, enfin une foule de jeunes
et brillants esprits que je mentionnerais volontiers,
sije ne devais pas 6viter ici la faute of j'ai eu tant de
tentation de tomber dans le course mime de ce livre.
Mais Haiti offre-t-elle un example des plus 6di-
fiants en faveur de la race qu'elle a l'orgueil de
representer parmi les peuples civilis6s? Par quoi
prouve-t-elle la possession des qualities que l'on con-
teste aux Noirs africains? Pour repondre convena-
blement A ces questions, il faudrait developper une
nouvelle these bien intdressante, bien captivante,
mais qui ne demanderait pas moins d'un volume
considdrahbl. D'ailleurs, plusieurs de mes compa-
trictes Font d6jA soutenue avec 6clat. II suffit de les





XIV PREFACE.
lire pour se convaincre de tout ce qu'il y a de pro-
fonde logique et de science delicate dans les argu-
ments qu'ils ont su tirer de la sociologie et de la phi-
losophie de l'histoire. Mais on doit tout d'abord se
le demander. La doctrine de l'in6galite des races,
enfantant les plus sots pr6jug6s, cr6ant un antago-
nisme des plus malfaisants entire les divers e16ments
qui composent le people haYtien, n'est-elle pas la
cause la plus evidente des tiraillements et des com-
p6titions intestines qui ont enray6 et annihil6 les
meilleures dispositions de la jeune et fibre nation?
N'est-ce pas a la croyance inconsid6r6e qu'on a de
son inf6riorit6 qu'elle doit I'absence de tout encou-
ragement reel dans son d6veloppement social ? N'est-
ce pas aux pr6tentions toujours ridicules des uns
et aux revendications souvent maladroites des
autres que l'on doit attribuer toutes les calamit6s
qui se sont abattues sur elle? Pour obtenir tout le
r6sultat qu'on est en droit d'exiger de la race hai-
tienne, il faut done attendre que l'instruction, r6pan-
due sans reserve dans les masses, vienne enfin
refouler et an6antir tous ces pr6jug6s qui sont pour
le progres comme une pierre d'achoppement. *
Cette ere arrivera infailliblement. D'autres peu-
ples, plus vieux, ont v6cu des jours nombreux et
p6nibles dans le d6sordre et la barbarie; mais A
l'heure marquee par le destin, le soleil du progres
et de la r6g6n6ration vint luire a leur horizon
national, sans qu'aucun obstacle pit en 6teindre
l'6clat. Je trouve en de tells examples, si 6loquents





PR FACE. XV
et significatifs, une force consqlante, une esp6rance
in6branlable.
I1 ne faut pas croire, pourtant, que j'admette sans
restriction la m6thode qui consisie A recourir tou-
jours A des comparisons historiques, des qu'il
s'agit de justifier une erreur ou des pratiques mal-
heureuses dans la vie d'un jeune people. Ces com-
paraisons ont un motif rationnel, quand il faut
demontrer que tous les peuples et toutes les races
qui ont atteint A la civilisation, ont traverse fatale-
ment, avant d'y parvenir, une p6riode plus ou
moins longue de tAtonnement et d'organisation inf6-
rieure. Cependant ne constitueraient-elles pas un
positif danger, si on en usait pour la defense de
certain abus qui ont sans nul doute des pre-
c6dents historiques, mais don't l'influence a t6e
g6n6ralement reconnue nuisible A toute evolution
social?
Ainsi comprise, I'6tude du passe, au lieu de pro-
fiter aux jeunes peuples qu'il faut stimuler dans la
recherche du beau, du vrai et du bien, ne servirait
plut6t qu'A leur inspire une apathie pernicieuse, une
nonchalance mortifere, contraire A toute action r6-
formatrice et 6volutive. Par un faux raisonnement,
ils pourraient bien en conclure qu'ils sont libres de
pers6v6rer dans les voies les moins progressives,
puisque d'illustres nations y sont longtemps res-
tles C'est IA l'erreur centre laquelle il faut se pre-
munir. Aussi, tout en reconnaissant que la race
noire d'Haiti a &vo.lui avec une rapidity 6tonnante,





PREFACE.


je suis loin de nier que, maintenant encore, il ne lui
faille faire bien des efforts, afin de rompre avec
certaines habitudes qui ne sont propres qu'A para-
lyser son essor. Quand on est en retard, il convient
peu de s'amuser sur la route.
Je ne me crois ni un preux\ ni un savant. A la
v6rit6 que j'essaye de d6fendre, je n'apporte que
mon d6vouement et ma bonne volont6. Mais A quel
point ne serais-je pas particulierement fier, si tous
les hommes noirs et ceux qui en descendent se
p6n6traient, par la lecture de cet ouvrage, qu'ils
ont pour devoir de .travailler, de s'am6liorer sans
cesse, afin de laver leur race de l'injuste imputa-
tion qui pese sur elle depuis si longtemps! Com-
bien ne serais-je pas heureux de voir mon pays,
que j'aime et v6nere infiniment, A cause m6me de ses
malheurs et de sa laborieuse destine, comprendre
enfin qu'il a une oeuvre toute sp6ciale et delicate a
accomplir, celle de montrer A la terre entire que
tous les hommes, noirs ou blancs, sont 6gaux en
qualit6s comme ils sont 6gaux en droit! Une convic-
tion profonde, je ne sais quel rayonnant et vif espoir
me dit que ce voeu se r6alisera.
N'est-ce pas, d'ailleurs, les lois m6mes de l'6volu-
tion qui indiquent et justifient une telle aspiration?
N'est-ce pas la fin ineluctable de toute soci6t6 hu-
maine de marcher, de pers6v6rer dans la vole du
perfectionnement, une fois le branle donn? I1 suffit
done de d6gager les forces morales, qui sont l'Fme
du progres, de toute compression paralysante, pour





PARFACE.


que le movement graduel et harmonique s'effectue
spontandment, en raison mrme de l'Mlasticit6 propre
A tout organisme social. C'est encore A la liberty
que tout people jeune et vigoureux doit faire appel
comme principle de salut. Toutes les lois natu-
relles et sociologiques s'unissent pour proclamer
cette v6rit6.
En Haiti comme ailleurs, il faut A la race noire la
liberty, une liberty r6elle, effective, civil et politique,
pour qu'elle s'6panouisse et progress. Si l'esclavage
lui fait horreur, horrible aussi dolt lui paraltre le
despotisme. Car le despotisme n'est rien autre chose
-qu'un esclavage moral : il laisse la liberty du mou-
vement aux pieds et aux mains; mais il euchaine et
garotte l'Ame humaine, en 6touffant la pensie. Or, ii
est indispensable qu'on se rappelle que c'est I'ame,
c'est-A-dire la force de intelligence et de l'esprit qui
opere int6rieurement la transformation, la redemp-
tion et le rel6vement de toutes les races, sous 1'im-
pulsion de la volont6 libre, 6clair6e, degagee de toute
contrainte tyrannique!
Depuis M. de Gobineau, aveugl6 par la passion,
jusqu'A M. Bonneau, si souvent impartial, on a
trop r6pdte que x l'homme noir ne comprend pas
l'idee du gouvernement sans le despotisme D; on
s'est trop appuy6 sur cette opinion, corrobor6e par
de malheureux examples, pour d6clarer que l'in-
Sfiriori4t morale de l'tthiopien l'empeche de s'l6e-
ver A la conception precise du respect que l'on
doit A la personnalit6 humaine, respect sans lequel







la liberty individuelle n'est plus une chose sacree.
Je souhaite pour ma race, en quelque lieu de
l'univers oui elle vive et se gouverne, qu'elle rompe
avec les usages arbitraires, avec le m6pris syst6ma-
tique des lois et de la liberty, avec le d6dain des
former legales et de la justice distributive. Ces cho-
ses sont souverainement respectable, parce qu'elles
forment le couronnement pratique de l'edifice moral
que la civilisation lnoderne Bleve laborieusement et
glorieusement sur les ruines accumul6es des idees
du moyen age.
C'est surtout d'IHaiti que doit partir l'exemple.
Les Noirs haitiens n'ont-ils pas dejA fait preuve de
la plus belle intelligence et de la plus brillante
6nergie? Ils se pen6treront bientot, homes d'Itat
ou 6crivains, jeunes ou vieux, que la r6generation
du sang africain ne sera complete que lorsqu'on
sera aussi respectueux de la liberty et des droits
d'autrui que jaloux de sa propre liberty et de ses
propres droits. Car de IA sortira pour l'Ithiopien
cette aureole qui embellit notre front et le transfi-
gure, la splendeur de la dignity morale, seule
noblesse naturelle qui relive et 6galise tous' les
hommes et routes les races.
Digne et fiUre, intelligence et laborieuse, qu'elle
grandisse done, prospere et monte sans cesse, de
progrbs en progress, cette race noire si pleine de
seve et de g'nerreuse vitality! Pour l'aider dans son
ascension, il n'y aura jamais trop d'ouvriers ni trop
de d6vouement. Aussi est-ce religieusement que je


XVIII


PREFACE.





PREFACE, XIX

lui apporte mon offrande humble et respectueuse.
D'autres front mieux que moi, un jour, i:ais nul
ne sera plus d6sireux de son relhvement et de sa
gloire.
A. FIRMIN.
Paris, 11 mai 1888.








DE


L'EGALITI DES RACES HUMAINES.

(ANTHROPOLOGIE POSITIVE)





CHAPITRE PREMIER.


L'Anthropologie, son importance, ses definitions,
son domaine.

IIoTvrMV xptithmv Tiov avOpo~ro s ev.
(PROTAGOBAS).
Connais-toi toi-mdme, I'voOL aduTov, Thals et
ensuite Socrate qui s'appropria si heureusement cet
apophtegme, out atteint plus haut qu'ils ne savaient
peut-6tre. Ils croyaient n'emettre qu'une pens6e
morale et ils ont pos6 la loi du progres hhmain.
La connaissance de soi est, on effet, parallle i
celle qu'on acquiert du monde, et si l'homme devait
se connaitre entidrerment, il n'arrivetait a cette
hauteur de vue qu'apres avoir epuis6 l'etude de tout
ce qui est hors de lui. (Jules BAISSAC).
1I y a dans l'homme un sentiment si vif et si clair
de son excellence au-dessus des bdtes, que c'est
en vain que l'on pretend l'obscurcir.par de petits
raisonnements et de petites histoires vaines et faus-
ses. (NICOLE).


I.

IMPORTANCE DE L'ANTHROPOLOGIE.

Depuis Bacon, don't le traits De augmentatis et digni-
tate scientiarum est un premier essai de systematisation
et de classification des sciences, 1'esprit human toujours
soucieux de regulariser ses conquetes, ne cesse de diriger





DE L'P;GALIT9


ses efforts vers une ordonnance logique des diffdrentes
branches de la connaissance, afin d'en former un tout
harmonique, oi soient methodiquement indiques les de-
gres successifs de cette grande 6chelle lumineuse qui,
comme dans la vision de Jacob, va de la terre au ciel, et
de ses rayons embrasse l'univers et I'homme, l'espace et la
pensee. La science! c'est bien le dieu inconnu auquel l'hu-
manit6 obeit souvent sans le connaltre, et don't le culte
grandit chaque jour, gouvernant les intelligence, subju-
guant les esprits, -soumettant lJs coeurs en dominant la
raison. Les grands ouvriers de l'idee y viennent sacrifier
chacun a son tour. On se dispute A l'envi le privilege de
codifier les grandes lois par lesquelles elle se manifeste.
Bacon apres Aristote; apres Bacon, I'Encyclopedie, Ben-
tham (1), Ampere (2), Charma (3), Auguste Comte (4),
Herbert Spencer (5), autant d'astres qui brillent sur:la
voie de l'humaniti, ont entrepris cette ceuvre d'autant
plus difficile que son execution suppose un savoir profound,
univerpel.
Sans nous arr.ter A apprecier le r6sultat plus ou moins
remarquable auquel chacun a about, ou A discuter les
principles de hidrarchisation adopts par les uns et contre-
dits par les autres, disons que dans l'ensemble des branches
qui forment l'arbre de science, l'anthropologie, depuis une
trentaine' d'anndes, est l'6tude qui offre le plus d'attraits
aux esprits chercheurs, d6sireux de resoudre le'grand
probleme de l'origine, de la nature de l'homme et de ]a
place qu'il occupe dans la creation.


(1) Essai sur la classification d'art et science. 1823.
(2) Essai sur la philosophies des sciences. Exposit. d'une classifica-
tion nouvelle. 1834.
(3) Cours de philosophies positive, 1834-1842.
(4) Une nouvelle classic. des sciences, 1850.
(5) Classification des sciences.





DES RACES HUMAINES.


Le sujet est bien digne d'ailleurs de cette 6mulation
oh l'on voit toutes les intelligences d'6lite essayer de
trouver une solution, sans que la controversy prenne ja-
mais fin; sans que le plus perspicace ou le plus savant ait
rencontre une exposition tellement logique, une d6mons-
tration tellement claire, que le sens commun y tombe
d'accord avec les deductions scientifiques, signalant enfin
cette veritd don't on a soif, cette lumiere aprbs laquelle on
aspire. C'est qu'il s'agit de l'homme : I'etre vain, on-
doyant et divers de Montaigne, le roseau pensant de Pas-
cal, le primate du professeur Broca. Etudier I home,
quoi qu'on veuille et sous quelque point de vue que l'on
se place, comme naturaliste ou comme philosophy, c'est
embrasser l'ensemble des caracteres qui constituent l'etre
human. Et combien variees ne se presentent pas les ques-
tions qui surgissent A chaque instant de l'investigation!
L'homme, c'est le dieu et la bete r6unis en des proportions
inddfinissables. Que l'on croise sur son chemin un 6tre
chitif et malingre, laid et difforme, ajoutant A ces disgraces
de la nature l'horreur des d6pravations morales, lAche et
malpropre, cynique et rampant, pr&t A mordre le pied
qu'il leche et baise, trouvant enfin ses delices dans l'ordure
et une joie feroce dans la perpetration du crime; que plus
loin, on se trouve en face d'un sage se livrant en holocaust
pour le triomphe de la v6rit6 et l'amelioration de ses sem-
blables, beau et fort, doux et humble, luttant contre Fad-
versit6 avec la patience et la constance indbranlables du
just, pourra-t-on jamais se figure qu'ils sont de la meme
espece, de la meme famille? C'est pourtant ce contrast
qui fait la grandeur de l'homme. Pouvant descendre jusque
dans I'abime de la plus profonde ignorance et se complaire
dans les fanges du vice, il peut aussi monter jusqu'aux
sommets lumineux du vrai, du bien et du beau. D'Anti-
noiis don't la beauty rayonne a Thersite don't ]a laideur





DE L'ItGALITi


grimace, de Jesus don't la bont6 pardonne a Judas don't la
trahison fait horreur, de Humboldt au cretin auvergnat,
de Toussaint-Louverture au nbgre abruti, il parait exister
une distance infranchissable; mais, en fait, il n'y a entire
eux aucune solution de continuity : tout s'harmonise et tout
concorde a proclamer la dignity de 1'espbce humaine place
si bas et capable de monter si haut. Assurmrnent, que
l'homme soit un animal, primate ou bimane, il sera tou-
jours un animal privil6gie, dou6 d'un esprit sup6rieur,

Sahctius his animal mentisque capacius altae,

don't parole le pobte des MAetamorphoses.
L'anthropologie appelde a etudier un tel etre prend une
importance r6elle parmi les autres sciences. Cette science,
nee d'hier,'a recu, dbs l'abord, une impulsion tellement
vigbureuse que d6ej elle semble 6tre vieille d'ann6es, sur-
chargde qu'elle est de formules, de doctrines, de methodes
independantes, offrant ensemble un appareil imposant,
mais fort difficile a manier. Toutes les autres sciences
deviennent insensiblement ses tributaires. Aussi celui qui
voudrait s'en occuper avec une competence indiscutable
se verrait-il force de s'initier a tous les genres d'6tudes et
parcourir toutes les spheres de la connaissance, sans en
omettre la moindre parties. Jamais etude ne fut plus com-
'plexe. La, il faut raisonner avec assurance sur tous les
Isajets, qu'ils relevent de l'esprit ou de la matiere; il faut
envisager le monde et la pens6e, le ph6nombne et le nou-
mtne, suivant la terminologie de Kant.'Cela n'est pas de
la force de chacun, et plus d'un anthropologist dogmati-
que reculerait devant l'oeuvre, s'il se pen6trait suffisam-
ment des conditions intellectuelles requises pour bien
soutenir le r61e qu'il ambitionne. L'objet principal de la
science merite cependant ce noble effort, quand bien m&me
il faudrait refaire son education scientifique, en dlargir la





DES RACES HUMAINES. 5

base, au prix de renoncer peut-6tre A certain sommets
occup6s par une superiority special. C'est surtout en
anthropologie qu'il faut se mettre en garde centre cette
sp6cialit6 exclusive qui reserre les horizons de 1'esprit et
le rend incapable de considerer les objets sous toutes leurs
faces.
Mais est-il donn6 A un homme, dans notre epoque de
travail et d'initiative, oi les grandes divisions de la science
se subdivisent chaque jour A leur tour, d'embrasser toutes
les notions scientifiques et arriver A une conception assez
claire de chacune d'elles? Assur6ment non. Un Pic de la
Mirandole, on l'a bien des fois repWte, est un ph6nomene
impossible dans les temps actuels. II s'agit done, afin d'd-
viter une erudition dispersive et paralysante, de chercher
dans les grandes divisions scientifiques celles qui sont les
plus indispensables pour mettre l'anthropologiste A meme
de bien contr6ler ses etudes personnelles. Peut-etre trou-
vera-t-on ainsi une methode sire et lumineuse, A l'aide
de laquelle on puisse atteindre le but propose.

II.

LES DEFINITIONS.
Ici vient se placer naturellement la question suivante :
Quelles sont les connaissances qui concourent A former Jes
donnees de l'anthropologie? Chacun repondra selon le
point de vue auquel ]a science est considered, et la-dessus
tout le monde est loin d'etre d'accord.
Philosophes et savants se sont dispute le domaine de
l'anthropologie. Les uns voulaient en faire une science
philosophique, les autres une science purement biologique
ou naturelle. De la sortent les definitions qui se croisent
ou se confondent.
Parmi les philosophes, c'est surtout dans Kant que l'on





6 DE L'UGALITI

trouve pour la premiere fois une definition syst6matique,
rompant positivement avec l'idde que les savants s'en
sont faite depuis Blumenbach. On sait que le savant phi-
losophe de Koenigsberg a 6crit un trait d'Anthropologie
pragmatique; mais c'est dans un autre de ses ouvrages
qu'il d6finit ce'qu'il entend par cette expression. a La phy-
sique, dit-il, a en effet, outre sa parties empirique, sa par-
tie rationnelle. De m&me de l'ethique. Mais on pourrait
designer plus particulierement sous le nom d'anthropologie
pratique, la parties empirique de cette dernirre science et
reserve sp6cialement celui de morale pour la parties ra-
tionnelle (1) >. Cette division de l'6thique en = anthropo-
logie pragmatique (2) w et en x morale proprement dite ,
peut paraltre bizarre, mais elle s'accorde parfaitement
avec la methode g6ndrale de l'dminent philosophy qui dis-
tinguait dans toute notion pouvant resister A la critique
de la raison, l'objectif et le subjectif, I'6tre et la pensee.
L'6cole kantienne a longtemps conserve la m&me defi-
nition et attache aux mimes mots les memes iddes, sauf
les evolutions de forme que le kantisme a subies, en pas-
sant du maitre A Hegel. Celui-ci, qui a ruined le prestige
des speculations m6taphysiques, A force de controverser
sur les notions les plus claires, a touch6 A toutes les
branches des connaissances humaines, dans une sdrie de
travaux un peu confus, mais d'od sortent parfois des ful-
gurations brillantes, A travers le d6dale d'une terminolo-
gie trop arbitraire pour 6tre toujours savante.
Ainsi l'anthropologie, selon Hegel, est la science qui
considere les qualitds de l'esprit encore engage dans la na-


(1) Kant, Fondements de la mntaphysique des mwurs, traduct. de
M. Tissot.
(2) Ce mot est ici plus exact que pratique; son aspect difficile seul
a dui porter le traducteur & se servir de ce dernier terme beaucoup
moins expressif.





DES RACES IIUMAINES.


ture et li6 au monde materiel par son envelope corpo-
relle, union qui est le premier moment ou, plus claire-
ment, la premiere determination de l'&tre human! a Cet
6tat fundamental de l'homme, si nous pouvons nous expri-
mer ainsi, dit-il, fait l'objet de I'anthropologie (1). ) On
sent bien ici que la definition de Kant a passe de l'idea-
lisme transcendental de Fichte A la philosophies de l'iden-
tit6 absolue de Schelling, pour aboutir A l'id6alisuie absolu
don't la Philosophie de l'esprit de Hegel est le couronne.
ment.
Cette envelope corporelle de 1'esprit serait difficilement
accepfte par les spiritualistes orthodoxes. Je doute fort
que M. Janet ou le professeur Caro consentent jamais a
lui faire une place dans leurs doctrines philosophiques;
mrais c'est deja trop s'attarder dans cette promenade A
travers les entities et les quiddites. Ce don't on pourrait
s'6tonner A just titre, c'est que Kant et son ecole igno-
rassent les travaux de ses savants contemporains sur l'an-
thropologie, telle qu'elle est constitute depuis la fin du siecle
dernier. Son Anthropologie pragmatique date de l'annee
1798. Or, en 1764, Daubenton avait public son beau travail
Sur les differences de positions du trou occipital dans
l'homme et les animaux; vinrent ensuite les dissertations
de Camper (2) et de Scemmering(3), )a these inaugural
de Blumenbach (4), qui, reunies au discours de Buffon sur
L'homme et les varidtds humaines paru des 1749, don-
narent A la science anthropologique une consecration suf-


(1) Diese wann wir so sagen diirfen Grundlage des Menschen
maoht den Gegenstand der Anthropologie. (Hegel, La philosophies de
I'Esprit).
(2) Camper, Dissert. sur les varietds natur. de la physiono ie dans
les races humaines (1768).
(3) Soemmering, Ueber die Kirperliche Versohiedenheit des Negers von
Europwcr, 178t.
(4) Blumenbach, De generis human varietate native.





8 DE L'iGALIT9

fisante pour qu'elle fit nettement distingu6e des autres
connaissances humaines. Aussi est-ce intentionnellement
que Kant avait adopted la rubrique sous laquelle ii exposa
ses idees sur la morale pratique Non-seulement il avait
donn6 au mot anthropologie une signification et une d&fi-
nition autres que celles que les savants y ont attachees;
mais en outre ii contest la propridtd de ce terme adapt
aux etudes naturelles de l'homme. a Pour ce qui est, dit-il,
des simples cranes et de leur forme, qui est la base de leur
figure, par example du crAne des negres, de celui des Kal-
moucs, de celui des Indiens de la mer du Sud, etc., tels
que Camper et surtout Blumenbach les ont decrits, ils
sont plut6t l'objet de la geographie physique que de Fan-
thropologie pratique (1).
Hegel qui ne fait que presenter les idees du maitre sous
une forme nouveile, passe legerement sur la question des
' races humaines, en s'arretant pour le fond A l'opinion de
Kant. < La difference des races, dit-il, est encore une diffi-
rence naturelle, c'est-A-dire une difference qui se rapporte A
l'Ame naturelle. Comme telle, celle-ci est en rapport avec
les differences g6ographiques de la contree oh les homes
se reunissent en grandes masses (2).
Mais d'autre part, les savants, sans s'inquidter des
opinions du grand philosophy, continuerent a travailler
dans leurs spheres et, avec Blumenbach, persisterent A
considerer le mot anthropologie comme synonyme d'his-
toire naturelle de 1'homme. Cette acception une fois rescue
et consacree, les naturalistes reciamerent, comme on de-
vait bien s'y attendre, le privilege exclusif de s'occuper de
la science anthropologique de preference a tous les autres
savants qui n'y travailleraient qu'a titre de simple told-


(1) Kant, Anthropologie (traduct. de M. Tissot).
(2) Hegel, Philosophie de I'esprit (trad. du Dr Vera).





DES RACES IIUMAIrNES.


rance. Rien de plus rationnel au prime abord. Mais, en y
regardant de plus pros, on decouvre un faith incontestable :
c'est que la m6thode impose A l'histoire naturelle quand
il s'agit d'etudier les min6raux, les v6getaux et les ani-
maux inferieurs A l'homme, ne peut toujours s'adapter A
l'6tude complete de ce dernier venu de la creation. Tandis
que la conformation des 6tres inferieurs tend essentielle-
ment A realiser la vie vegetative et animal, celle de
l'homme tend invinciblement A la vie social qu'il finit
toujours par realiser, en constituent sa propre histoire.
Cette distinction est assez considerable pour que, des le
premier essai de systematisation de la science, un certain
schisme se soit manifesto parmi les naturalistes m&me.
II fallait savoir si l'homme ainsi distingu6 devait pourtant
entrer dans le cadre des classifications adoptdes g6ndrale-
ment pour toute la serie zoologique, ou s'il ne fallait pas
en faire plut6t une cat6gorie particuliere.
Linn6 qui, le premier, fit entrer l'homme dans la serie
animal, le class parmi ses primates, A c6te des singes,
des chdiropteres et des bradypes. Quel 6venement! Le roi
de la creation place ainsi parmi les animaux les plus laids
et les moins grAcieux! Quelques naturalistes, humilies de
voir grouper leur espece en si grossiere .et vile compagnie,
se revolterent centre la taxonomie du grand naturaliste
suedois (1). Blumenbach(2) divisa bient6t I'ordre des pri-
mates en bimanes et quadrumanes et mit 1'homme dans la
premiere cat6gorie, en l'isolant des autres animaux de toute
la distance d'un ordre. Lac6epde (3) que son Ame elev6e,

(1) II ne faut pas croire pourtant que Linne ait voulu meconnaitre la
dignity de I'homme. Dans 1'introduction au Systema Naturme il a &crit
en parlant de l'homme : Finis creationis telluris est gloria Dei ex opere
Nature per hominem solvum. Expression de visible enthousiasme oh
il fait I'homme plus grand que le reste de la creation.
(2) Manuel d'histoire naturelle.
(3) Hist. naturelle de l'homme.





DE L'9GALITA


l'ampleur de son esprit devait naturellement conduire A
voir en lui-m6me un modMle human place si loin et telle-
ment au-dessus des singes, adopta la classification de l'6-
minent naturalist allemand. Quand A cette cole vint
s'ajouter le poids et l'autoritd de l'opinion de l'immortel
Cuvier (1), don't la haute personnalit6 domine touted l'his-
toire des sciences naturelles, dans la premiere moiti6 de ce
sibcle, tout sembla s'incliner dans le sens d'une distinction
ordinale entire 1'homme et les autres animaux qui circu-
lent A la surface du globe et au sein de l'ocean immense.
Ce qui a frapp6 les savants qui ont voulu isoler l'espece
humaine du reste du regne animal, c'est la grande sociabi-
lit6 de l'homme et le r6sultat qu'il en acquiert. a L'homme
n'est homme, a 6crit Buffon, que parce qu'il a su se rdunir
A l'homme (2).
Ce besoin de la soci6t6 ne se rencontre avec tout son
d6veloppement que dans l'humanite. D'autres animaux,
sans doute, vont par bande et poussent parfois le senti-
ment de la solidarity au point de se sacrifier pour le salut
de leur communaut6, en d6ployant une 6nergie qui nous
6tonne; mais A qui viendra-t-il A 1'esprit de compare ces
movements instinctifs et accidentels a la constance rai-
sonnee que met l'homme, meme A, travers les luttes les
plus sanglantes, A la constitution de la soci6te ? Une idle
hautement philosophique domine d'ailleurs toutes les au-
tres considerations. Chaque 6tre a ici-bas des conditions
en dehors desquelles il lui est impossible de realiser sa des-
tinde, c'est-A-dire de d6velopper toute la some d'apti-
tudes don't il est dou6. Or, dans toute l'echelle de la cr6a-
tion, les individus isolds peuvent se suffire A eux-m6mes,
pourvu qu'ils aient l'energie suffisante pour letter contre


(1) Tableau dldm. d'histoive nature. des animaux.
(2) Nature des animaux.





DES RACES HUMAINES.


les difficulties matdrielles des milieux oil ils sejournent.
Mais I'honme ne se suffit jamais A lui-meme. L'orgueil ou
la misanthropie depressive, qui lui inspire parfois l'idee de
cet isolement, n'est jamais autre chose qu'un cas patho-
logique d6celant toujours une lesion quelconque de l'orga-
nisme. C'est que l'homme a besoin de l'homme pour le
perfectionnement et pour l'etude meme de sa personnalit6
propre. Goethe, r6unissant a la science du naturaliste et
du philosophy la comprehension large du pokte, a dit
quelque part :
S Der Mensch erkennt sich nur in Menschen, nur
Das Leben lernt Jedem was er sei!
Rien de plus vrai. L'homme n'apprend A se connattre-
que dans son semblable et le commerce de la vie seul en-
seigne A chacun sa propre valeur. Mais revenons aux dis-
cussions des naturalistes, s'efforgant d'etablir la place de
l'homme dans les classifications zoologiques.
L'autorit6 de Cuvier reposait sur des titres vraiment
solides. Createur reel de l'anatomie comparee qui n'a
6t6 que vaguement etudiee dans les travaux de Vic
d'Azir et de Daubenton, travaux peu remarquables si
on veut envisager les importantes acquisitions dejh faites
a la science par Aristote, Cuvier 6tait mieux que personnel
A meme de trancher la question, A savoir si I'homme m6rite
une place A part dans l'Nchelle zoologique. Aussi ses
opinions et celles de son cole devinrent-elles bientot
l'expression. de l'orthodoxie scientifique.
Bien plus! Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, suivant les
traces de son pbre illustre dans la culture d'une science
don't les attraits ne le cbdent A aucun autre, mais gardant
l'ind6pendance d'esprit qui caractdrise le vrai savant, en-
cherit sur l'Fcole classique, en proposant de reconnaltre un
regne human. Ici, non-seulement l'homme est s6par6 des
animaux superieurs, mais encore il occupe une place a





SDE L'IGALITf
part dans la creation. II surpasse tout en dignity et en
predminence. Hollard, Pruner-Bey, M. de Quatrefages
pour ne citer que quelques noms, se sont reunis A l'opinion
de l'auteur de la thdorie de la variabilitM limitee de l'es-
p&ce. Mais tout exces affaiblit. Les savants qui se declare-
rent partisans du regne human, ne purent nier que
I'homme ne soit un animal soumis aux memes exigences
naturelles que les autres animaux, tant par ses functions
organiques que par sa conformation anatomique. Le mot
S rgne dut perdre dans cette theorie la signification ordi-
naire qu'il a en histoire naturelle et il en fut fait bon mar-.
ch6. On perdit donc.de vue le terrain sur lequel s'etaient
places Blumenbach et Cuvier, pour ne considerer que les
hautes qualities intellectuelles et morales qui font de nous
une espece unique en son genre.
En effet, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, reconnaissant
que les differences taxonomiques qui separent le group
human des groups simiens ne sont que des differences
familiales et non ordinales, revenait, intentionnellement
on non, au giron des naturalistes qui avaient adopt, avec
plus oumoins de modifications, le systbme de classification
de Linn6, tels que Bory de Saint-Vincent, Lesson, etc.
II en rdsulta une esp&ce de compromise A l'aide duquel
chaque opinion resta mattresse de son camp, en negli-
geant le reste. Lacenaire, appel6 A dire son mot au public
qui l'6coutait avec un charme toujours nouveau, formula
enfin cette transaction : a Oui, par sa forme, par sa struc-
ture, par l'ensemble de ses dispositions organiques, dit-il
I'homme est un singe; mais par son intelligence, par les
creations de sa pensde, l'homme est un dieu. v Le.savant
professeur se tira ainsi d'une position delicate avec une
adresse non commune; mais 1 ne s'arreta pas la lutte.
L'ecole orthodox avait puis6 sa principal force dans
le credit des doctrines spiritualistes qui regnerent souve-





DES RACES HUMAINES,


rainement sur les esprits, au commencement de ce siecle.
L'id6alisme allemand et le rationalisme frangais y abou-
tissaient. Mais ii n'en fut pas longtemps ainsi. Bient6t la
psychologie, enferm6e jusque-lJ dans l'enceinte de la m6-
taphysique, fut envahie par une cohorte de profanes. De
toutes parts, on se mit A contrbler les pens6es et les ac-
tions humaines, en s'efforgant de les expliquer par des
impulsions physiologiques. La chimie donnant la main A
la physiologie, la libre pens6e se liguant avec la science,
on vit d'illustres savants nier cat6goriquement l'origine
divine et la precellence de l'intelligence humaine, pour ne
la regarder que comme le resultat d'une simple function
du cerveau. Le mot fut enfin lache : Ohne Phosphorus,
kein Gedanke, s'6cria Moleschott. Toute la g6ndration
scientifique don't la premiere efflorescence date de 1850 prit
parti pour la nouvelle ecole. Le phosphore ddtr6na 1'es-
prit divin et. on lui fit tout I'honneur de la pensee. En
vain cria-t-on au materialisme. Quand M. Flammarion, un
des rares savants' spiritualistes de ces temps-ci, eut ecrit
son livre de combat, Dieu dans la nature, sa voix,
quoique empreinte d'une onction merveilleuse, limpide
comme le language de Platon, eut moins d'echo que celle
de M. Louis Bdichner. La force ou l'6nergie fut reconnue
comme parties integrante de la matiere. Ce qui etait consi-
dere comme une manifestation divine, part un simple
phenomene organique, nutrition ou desassimilation des
tissus, excitation ou depression nerveuse I L'ingratitude
humaine oublia toutes les belles tirades closes sous I'ins-
piration du mens agitat molem et le spiritualisme dut en
prendre son deuil. C'en etait fait. Les esprits fatigues de
controversy et rassasies de speculations, se refugierent
dans le positivisme d'Auguste Comte oul'evolutionisme de
M. Herbert Spencer, quand ils purent echapper A la philo-
sophie de l'inconscient de Hartmann. De fiers lutteurs,






DE L'VGALIT9


tels que les Paul Janet, les Renouvier, les Saisset, surtout
le professeur Caro, poussant le courage aussi loin que leur
conviction, ont lutt6 et luttent encore; mais le courant
ne peut 6tre remote.
Toute evolution philosophique entraine inevitablement
une evolution adequate dans les theories scientifiques, de
meme que celles-ci agissent lentement sur la d6sagrega-
tion et la transformation des idees courantes. L'influence
des theories regnantes n'a done pas besoin d'etre expli-
qu6e. L'homme est aujourd'hui g6neralement considered
comme un animal quelconque. Pour la majeure parties des
savants, il ne diffkre des autres animaux que par quelques
degres de superiority. Dans les classifications les mieux
revues, il est replace dans la premiere famille de l'ordre
des primates. Il nait, vit et meurt, est condamn6 au tra-
vail, et subit toutes ]es transformations imposes par les
lois naturelles, selon les exigences des milieux oiL il traine
son existence. L'eclair de l'intelligence luit encore sur son
front; mais ce n'est plus cette couronrie antique, c'est le
modest attribut d'un roi d6tr6ne devenu le premier parmi
ses 6gaux dans la r6publique zoologique.
Cette petite course, a travers les broussailles de la phi-
losophie, a ete n6cessaire pour nous aider A bien compren-
dre les definitions que les naturalistes donrant A I'anthro-
pologie. Elles se ressentent generalement du point de vue
ci ils se sont places pour consid6rer le sujet.
SL'anthropologie est la branch de l'histoire naturelle,
qui traite de l'homme et des races humaines, D dit M. To-
pinard (1). D'apres le savant professeur, cette definition
renferme les suivantes :
I" o L'anthropologie est la science qui a pour objet
l'6tude du group human, consid6r6e dans son ensemble,

(1) Topinard, I'Anthropologie.





DES RACES HUMAINES. 15
dans ses details et dans ses rapports avec le reste de la
nature. D (Broca).
20 a L'anthropologie est une science pure et concrete
ayant pour but la connaissance complete du group hu-
main considered : 1o dans chacune des quatre divisions ty-
piques (varietY, race, espece, s'il y a lieu) comparees entire
elies et A leurs milieux respectifs; 20 dans son ensemble,
dans ses rapports avec le reste de la faune. : (Bertillon).
30 L'anthropologie est I'histoire naturelle de l'homme
faite monographiquement, comme l'entendrait un zoolo-
giste 6tudiant un animal. (de Quatrefages).
II y a bien 'oin, on doit en convenir, de ces definitions A
celles des philosophes; mais pour nous qui pensions que
1'histoire naturelle de l'homme, A quelque point de vue oi
l'on se place, ne serajamais bien faite si on l'6tudie exacte-
ment comme on 6tudierait un autre animal, nous consi-
d&rerons l'anthropologie comme a l'etude de l'homme au
point de vue physique, intellectual et moral, A travers-les
differentes races qui constituent l'espece humaine. Cette
definition differe sensiblement de celles des savants re-
gardes A just titre comme les maitres de la science;
cependant malgr6 la grande autorit6 de leur opinion, je
n'ai pas cru devoir m'y ranger. Je ne donne pas la mienne
pour la meilleure; mais elle r6pond admirablement au
plan que je compete suivre dans le course de cet ouvrage et
fait aussi prevoir quelles sont les connaissances que je
crois indispensables A l'anthropologiste.
Je divise ces connaissances en quatre grandes classes,
en suivant autant que possible la hidrarchisation adoptde
par Auguste Comte et 1'6cole positiviste. En premier lieu
nous placerons les sciences cosmologiques oh il faut em-
brasser la geologie, la physique, la chimie inorganique, la
geographie et l'ethnographie.
Viendront ensuite les sciences biologiques rdunissant






DE L'eGALITI


l'anatomie, la chimie organique, la physiologie, la bota-
nique, la zoologie, la paleontologie et 1'ethnologie.
Viennent encore les sciences sociologiques comprenant
l'histoire, I'archeologie, la linguistique, l'economie pe'i-
tique, la statistique et la d6mographie.
On ajoutera enfin les sciences philosophiques propre-
ment dites, comprenant la jurisprudence, la thoologie, la
psychologie, I'esthetique et la morale.

III.

DOMAINE DE L'ANTHROPOLOGIE.
D'aucuns penseront sans doute qu'on peut facilement
s'occuper d'anthropologie sans s'astreindre a etudier par-
ticulierement toutes les sciences don't nous avons essay
d'esquisser une classification rapide. Mais bien grave serait
cette erreur. Sans cette preparation prealable, l'esprit le
mieux fait manquera toujours de certaines bases de juge-
ment, en l'absence desquelles on est incapable de se former
une opinion personnelle sur les questions les plus discutses
et les plus importantes. Faut-il le dire Meme armd de ces
connaissances g6enrales, on serait parfois bien embarrass
si on n'en suivait pas certaines subdivisions jusqu'a leur der-
niere constatation scientifique. Peut-6tre aurais-je ajouit
les sciences math6matiques si je ne pensais pas que; pour
trouver une methode d'investigation suffisamment claire,
point n'est besoin. d'appliquer A la craniom6trie les calculs
trigonometriques proposes par le Dr Broca. Car des diffi-
cultes ajoutees a d'autres difficulties ne suffisent pas pour
les aplanir; c'est.l'effet tout contraire qu'elles produisent.
Parmi les math6matiques appliquees, les notions de md-
canique, par example, peuvent 6tre necessaires a celui qui
6tudie l'organisation du corps human, lorsqu'il s'agit de
se rendre compete de certain movements de locomotion,





DES RACES IIUMAINES.


ou de choregraphie qui semblent incompatible avec la
station droite, propre a l'espece humaine. Dans la march,
dans la course et la danse, les bras ex6cutent des balance-
ments savants, au point de vue de l'dquilibre, sans qu'on
en ait le moindre soupcon. Cependant les anatomistes les
plus distingues n'en parent qu'avec la plus grande so-
brikt&. Combien moins doit-on s'en occuper, quand il ne
s'agit pas de constater les lois d'6quilibre, mais des carac-
teres differentiels de race ou de type.
II faut aussi observer que la plupart des ethnographes,
au lieu de considerer l'ethnographie come l'6tude des-
criptive des peuples qui sont rdpandus sur la surface du
globe, en font une science general de l'humanite. Dans
cette opinion, c'est leur science qui englobe l'anthropologie
relegude alors au second plan. Au dire de M. Castaing,
Sl'anthropologie craquerait detoutes parts, si elle essayait
d'englober seulement le quart de ce que l'ethnographie
embrasse sans contrainte (1). v Est-ce pourtant la faute des
ethnographes si les notions les plus logiques sont ainsi
troublees et renvers6es? N'est-ce pas plut6t celle des an
thropologistes? M"me Clemence Royer (2) l'a bien 6nonce
en disant que la Soci6te d'anthropologie a une tendance a
faire de la squeletomanie, au lieu de s'elever aux grandes
vis6es de la science.- En effet, dit-elle, l'dcole actuelle d'an-
thropologie laisse trop de c6t6 1'homme moral et intellec-
tuel; elle s'occupe trop exclusivement de I'homme phy-
sique.
Affirmant, pour ma part, que l'anthropologiste doit etu-
dier I'homme, non-seulement au point de vue physique
mais aussi sous le rapport intellectual et moral, j'ai mis
l'ethnographie a sa vraie place. Je la considere come


(1) CongrBs intern. des sciences ethnogr. tenu & Paris en 1878, p. 441.
(2) Ibidem, p. 438.




DE L'UGALIT9


une branch des sciences cosmologiques, car on la ren-
contre infailliblement, des qu'on s'occupe de 1'etude de
l'univers. C'est ainsi que l'illustre Alexandre de Humboldt
a dA y toucher dans son Kosmos, le trait& de cosmologie le
mieux fait qui ait etd public jusqu'ici. Par ainsi, on peut
facilement la differencier de 1'ethnologie qui ne s'arrate
pas seulement A la simple description des peuples, mais en
outre les dive en races distinctes, 6tudie leurs organismes
varies, consider les vari6t6s typiques, telles que les
t8tes longues, pointues ou arrondies, les mAchoires sail-
lantes ou droites; les nez aquilins, droits ou camus, etc.;
enfin qui essaye de decouvrir s'il n'en rdsulte pas certaines
influences expliquant les aptitudes diverse don't chaque
group human semble fournir un example particulier. En
un mot, l'ethnographie, comme l'indique suffisamment
1'etymologie, est la description des peuples, tandis que
1'ethnologie est l'etude raisonnde de ces memes peuples
consid6rds au point de vue des races. L'une ne regarded
que les grandes lignes extdrieures; l'autre examine les
parties, les measure, les compare, cherche systdmatique-
ment A se Tendre compete de chaque detail. Tous les grands
voyageurs seront des ethnographes d'autant plus compd-
tents qu'ils auront bien vu et examine les populations
qu'ils traversent; mais pour devenir un ethnologiste, il
faudra en outre possdder des connaissances anatomiques
et physiologiques, ainsi que les principles g6ndraux de la
taxonomie.
Lorsque l'ethnographie et I'ethnologie auront fait leur
oeuvre, viendra le tour de l'anthropologie. Celle-ci compare
1'homme aux autres animaux, afin d'isoler l'objet de son
6tude de tous les sujets environnants; mais ce qu'elle
6tudie plus specialement, ce sont les points suivants.
Quelle est la vraie nature de l'homme? Jusqu'a quel degr6
et dans quelles conditions d6veloppe-t-il ses aptitudes?





DES RACES HUMAINES;


Toutes les races humaines peuvent-elles, oui ou non, s'e-
lever au meme niveau intellectual et moral? Quelles sont
celles qui semblent 6tre plus specialement doudes pour le
developpement superieur de l'esprit, et quelles sont alors
les particularitds organiques qui leur assurent cette sup6-
riorit2 ? Voila une sphere assez vaste pour occuper digne-
ment les intelligence d'elite. II va sans dire que pour
atteindre un resultat sdrieux, il ne suffira pas A I'anthropo-
logiste d'6tablir une hierarchisation arbitraire des races
humaines ou de leurs aptitudes. II lui faudra d'abord dMli-
miter strement les categories ethniques qu'il entend com-
parer. Mais une classification des races humaines est-elle
possible avec les elments.dont dispose la science contem-
poraine et don't elle est oblige de se coitenter? C'est ce
que nous tAcherons d'etudier, afin de nous rendre un
compete exact de la solidity des arguments que les na-
turalistes niettent en avant pour appuyer leurs conclu-
sions.







DE L'EGALITI


CHAPITRE II.


Premiers essais de classification.

Pour dresser une tell statistique de I'humanite
passe et pr6sente il faudrait toute une vie, pour
concilier tous les systhmes de classifications qui ont
etc tents jusqu'ici, pour caracteriser chaque race
d'apres les faits enregistres par la science moderne
et, de plus, pour exposer les risultats de ces inves-
tigations, il ne faudrait pas quelques instants, mais
une longue exposition, un cours suivi de plusieurs
annies. (Mlme ClImence RoYER).

Je ne reviendrai pas sur les controversies ardentes qui
se sont agitdes A propos de Ila place de 1'homme dans
l'6chelle zoologique. C'est une question videe. Actuelle-
ment, il est universellement reconnu que 1'homme, au
point de vue anatomique, ne differe des singes anthropo-
morphes que par des details infiniment insignifiants, si
on veut considerer la distance qui existe entire le premier
group simien et les autres mammiferes inferieurs. Sans
mentionner ici les remarquables travaux de Heeckel et de
Huxley qui nous entraineraient sur un terrain autre que
celui ofi nous devons rester quant A ce moment, on peut
regarder la question comme parfaitement elucidde par les
savantes discussions du professeur Broca. Dans ses Md-
moires d'anthropologie, il y a repandu la plus vive lu-
miere, a l'aide d'une science consommee, soutenue .par une
habilete de dialectique vraiment rare chez un specialiste.
Et pourquoi ne le dirais-je pas? C'est toujours a regret
que je me verrai oblige de me separer de l'illustre savant,
quand sur des points de pure doctrine, il se renferme dans
un exclusivisme systematique et en contradiction avec
la these que je crois 6tre l'interpr6tation de la vdrite.






DES RACES HUMAINES.


On pourrait croire que, la place de l'homme une fois
fixee dans le regne animal, il ne se produirait plus aucun
schisme, aucune controversy pour la classification des
groups humans. Mais, dans cette sphere plus dtroite, la
discussion ne fait qu'augmenter d'intensite.
Linn6, A qui l'on est toujours force de remonter, toutes
les fois qu'il s'agit de suivre ou d'enregistrer les phases
successives traverses par les sciences naturelles, avait
r6uni les divers types humans ou ceux qu'il regardait
comme tels, en un genre compose de trois especes: I'homo
sapiens, I'homo ferus et l'homo monstruosus. Des deux der-
nibres especes la premiere semble plut6t designer certain
singes anthropomorphes et la second se rapporte A des
cas de teratologie qui relevent mieux de la physiologie que
de l'histoire naturelle. L'homo sapiens (homo nudus et
inermis de Blumenbach) est celui qui nous interesse ici.
Linn6 en divise 1'espece en quatre varidtes : 1 l'homme
blanc aux yeux bleus et aux cheveux blonds que l'on ren-
contre plus sp6cialement en Europe; 20 l'homme jaune aux
cheveux noirAtres et aux yeux bruns de l'Asie; 30 l'Africain
au teint noir, et aux cheveux cripus; 4 l'Americain ba-
sane aux cheveux noirs et lisses.
On peut citer une autre division quaternaire de l'espece
humaine don't on parole rarement dans les diffdrentes expo-
sitions de la science anthropologique. C'est celledel'Ame-
ricain Morton. II divise les hommes en quatre races, qui
sont en reality de vraies especes, si l'on se rapporte A sa
doctrine polyg6nique. Ce sont les peuples blancs, les
peuples jaunes, parmi lesquels il comprend les Mongols et
les Malais, les Peaux-Rouges et les Negres. Cette clas-
sification repose sur des cubages operes en remplissant
les cranes de grains de poivre sech6s (1). Carus, savant

(1) Morton, Crania ethnic.






22 DE L'9GALIT9

allemand, 1'ava'it adopt6e pour une cause fort curieuse. Sui-
vant ce dernier, ces quatre vari6tes ethniques correspon-
dent aux quatre variations de lumiere que l'on remarque
dans le jour, la nuit, le cripuscule du matin et le crepus-
cule du soir. Les blancs seraient ainsi les enfants du jour;
les noirs, les enfants de la nuit; les jaunes, ceux du cr6-
puscule du matin; les rouges Am6ricains, ceux du cr6pus-
cule du soir (1). Avait-on besoin d'avertir qu'on a affaire
A un savant allemand?
Enfin, le professeur Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire avait
propose une classification en quatre types qu'il distinguait
comme suit : orthognate ou caucasique, eurignathe on
mongolique, prognathe ou 6thiopien, eurignatho-prognate
ou hottentot.
Une autre division num6rique est celle de Blumenbach
qui maintint d'ailleurs l'unit6 de l'espece. II apporta A la
science une m6thode sup6rieure A celle de Linne. Connais-
sant mieux que lui le sujet A traiter, en consequence meme
des progres scientifiques, il le d6veloppa avec une clart6
lumineuse, en imposant ses deductions a I'attention g6ne-
rale. Dans l'espece humaine, il compta les cinq vari6t6s
suivantes qui, en se perp6tuant, devinrent les races cau-
casique, mongolique, ethiopique, amdricaine et malaise.
On remarquera que 1'ethnographie a principalement
inspire les categories de cette division. Elles s'adaptent
toutes aux grandes divisions g6ographiques du globe.
D'Omalius d'Halloy admit 6galement cinq races hu-
maines. Mais au lieu de les d6nommer d'aprbs Icurs mi-
lieux g6ographiques ou ce que l'on consid6rait comme tel,
il les partagea en couleurs diff6rentes, soit : to la race
blanche, 20 la race jaune, ," la race brune, 40 la race rouge,


(1) Carus, Ueber die ungleiche Befwhigung der verschiedenen
Mensohheitsstcemmen zur geistigen Entwickelung.


I ---






DES RACES IIUMAINES.


50 la race noire. Ces cinq races ne r6pondent pas toujours
aux vari6tes de Blumenbach. Dans la race brune, par
example, d'Omalius d'Halloy compete non-seulement les
races oc6aniques, mais aussi les Ethiopiens.
M. Louis Figuier, avec des reserves et des modifications
intelligentes,a adopted la classification du savant beige. On
peut remarquer, d'ores et d6jA, qu'il retire les Egyptiens
de la race blanche pour les placer dans la race brune. C'est
un premier pas vers une verite historique qu'il faudra
mettre en lumiere. II faut noter aussi que le professeur
Prochaska, essayant de former une classification, a con-
clu 6galement a 1'existence de cinq races. Seulement, ce
savant physiologiste a trouv6 n6cessaire de r6unir la race
caucasique avec la mongolique, pour former la race
blanche, don't il retire les Hindous avec lesquels il 6tablit
une race distinct.
Cependant les partisans de la theorie de l'unit6 de l'es-
pece n'admirent pas tous la division en.cinq vari6tes de
Blumenbach. L'illustre Cuvier qui r6unissait A une haute
sagacity scientifique une habilet6 merveilleuse dans l'ex-
position de ses iddes, r6duisit aa nombre de trois les grandes
divisions ethniques qui forment l'ensemble de notre espece.
Soit la race blanche, la race jaune ou mongolique et la
race noire. D'aucuns affirment que le desir de se confor-
mer A 1'orthodoxie religieuse et de corroborer par la
science une des plus anciennes traditions de la Bible, fut
la raison d6terminante de cette classification. Mais il ne
s'agit point de discuter la valeur taxonomique d'aucune
de ces classifications qui se contredisent si constamment.
Elles ne seront jamais rien autre chose que des tentatives
plus ou moins ingenieuses d'imposer un ordre s6riaire 1A oii
la nature a mis la plus capricieuse irregularit6. Les causes
de diff6renciation sont tellement multiples et complexes
qu'elles brisent toute serie artificielle et se moquent des





DE L'tGALITi


combinaisons que font et d6font les savants pour les r6-
glementer. Disons cependant que la distribution tripartite
de 1'esp&ce humaine est parfaitement logique, pourvu qu'on
admette des subdivisions qui donnent l'explication des
nombreuses deviations que pr6sentent les types princi-
paux. Que l'on soit condamn6 A tAtonner sans fin, quand
il faut former ces subdivisions, ce n'est la faute de per-
sonne ; la difficult git dans la science meme. Aussi est-ce
bien le cas de renverser l'adage classique si bien connu
sous la rubrique : Non crime artis quod professors. Mal-
gr6 l'habilet6 de tous les professeurs, c'est l'art meme qui
sera ici eternellement impuissant. Un fait indiscutable,
c'est que par des croisements naturels entire les trois races
blanche, jaune et noire, A des degr6s convenables, on peut
facilement obtenir les deux autres variet6s de Blumenbach,'
ainsi que toutes les subdivisions qu'il faut encore recon-
nattre dans les cinq groups ethniques de l'eminent natu-
raliste de Goettingue.
Les grande lignes de la classification de Cuvier ont Wte
d'ailleurs adoptees par les anthropologists les plus com-
petents de l'6cole monog6niste.
Le savant Prichard divise aussi l'humanit6 en trois
grandes families : aryane, semitique et egyptienne. II est
certain que ces denominations ne designent pas les idees
qu'on y attache ordinairement. Par la famille aryane, le
naturaliste anglais d6signe la race blanche; par les s6mites,
peut-6tre la race jaune, et par la famille 6gyptienne, la
race noire. Mais qu'importe la terminologie, si la pensde de
l'auteur est suffisaminent claire pour qu'on la saisisse dans
tout son dclat ? Semitique et asiatique se ressemblent bien
et en Asie c'est la race jaune qui domine. Au temps ohi
ecrivait Prichard, on inclinait A ne voir dans les races euro-
peennes que des colonies aryanes; et pour le reste, il sera
prouv6 plus tard que la vraie race 6gyptienne se confond





DES RACES HUMAINES.


avec les Ethiopiens. D'ailleurs, a c6td de ces trois races,
il en indique d'autres qui s'y rapportent A different
titres.
Flourens, s'etant group dans les rangs de l'ecole uni-
taire, accept la division ternaire des races humaines qu'il
partagea en trente-trois types distincts. Mais la plus im-
portante adhesion A la conception de Cuvier est celle de
M. de Quatrefages, le premier anthropologist de France
et peut-6tre de l'Europe entire. En effet, le savant profes-
seur du Museum d'histoire naturelle de Paris, a consacr6
toute son existence A des travaux d'anthropologie d'un
merite incontestable. 11 s'y est applique avec une constance,
un devouement infatigables qui signalent les grandes vo-
cations. Ses subdivisions ne sont pas pourtant celles de ses
devanciers. Appliquant les principles du monogenisme
dans toute leur rigueur doctrinale, ii fait descendre toute
I'humanite d'un tronc commun representant I'espece.
Celle-ci est partag6e en trois branches qui constituent les
races blanche, jaune et noire; chaque branch est partagee
en rameaux, en families, lesquels sont forms de groups
ethniques plus ou moins differencies. Pour complete cette
classification d6dj passablement compliqu&e, le savant et
methodique professeur y greffe encore des races mixtes,
come autant de ramiscules divergents qui viennent ren-
dre plus touffu l'arbre gdenalogique de l'espece humaine,
partant d'Adam et Eve pour rayonner sur la terre entire.
Un autre savant fort modeste' Henry Hollard, avait
aussi admis les trois grands groups ethniques. Mais au
lieu de les nommer races, ii les design sous la d6nomina-
tion de types, qui n'a aucune'valeur ni aucune pretention
taxonomique. Ses trois types, caucasique, mongolique et
dthiopique, se subdivisent en families, les families en races
ou nations ('IOvo). Par example, le type caucasique ren-
ferme la famille aryane, laquelle renferme les races ou na-





DE L'9GALITi


tions Hindoues, Grecques, Italiennes, Germaines, Ira-
niennes, Kurdes, Arminiennes, Celtes, Slaves et les
peuples du Caucase. Tout cela n'est cite que pour me-
moire.
II faut remarquer une chose: tous ces essais de classifi-
cation ne reposent que sur des principles personnel et
arbitraires. Tel group figure dans la race blanche d'un
naturaliste, dans la race jaune ou brune d'un autre, et par-
fois dans la race noire d'un troisieme. Par example, les
Abyssiniens ou Ethiopiens figurent dans la race blanche
de M. de Quatrefages, dans la race brune de d'Omalius
d'Halloy et dans la race noire de Blumenbach et de Cuvier.
Fasse la loi qui le pourra! Mais qu'on ne s'imagine pas que
tous les savants aient accept avec ou sans discussion la
thcorie de l'unite de l'espece humaine.
D'abord Lac6pede, tout en restant unitaire, crut devoir
ajouter une nouvelle race aux cinq autres etablies par
Blu menbach, presque au mme moment oh Cuvier allait les
reduire a trois.A c6t6 des Caucasiens, Mongoliens, Ethio-
piens, Americains et Malais, il placa les Hyperboreens
(bra nche ougrienne et boraale de M. de Quatrefages, com-
prenant les Samoyedes, les Ostiaks, les Lapons, les Esqui-
maux). Les cinq races de Blumenbach une fois d6pass6es,
il se produisit, A l'encontre des classifications unitaires que
I'ou peut considerer comme classiques, une certain ten-
dance vers la theorie de la plurality des esphees humaines.
La premiere attaque fut celle de Virey qui, apr6s des
raisonnements plus ou moins fond6s, se d6cida A diviser
les divers types humans en deux groups distincts, entire
lesquels il d6clara reconnattre des differences sp6cifiques.
Ces deux especes formerent le genre human, le mot genre
pregnant dans sa nomenclature le sens scientifique qu'on
Iuji attache en histoire naturelle.
Ce fut sans doute une grande revolution dans le monde





DES RACES IUMAINES.


des savants. Le caractere en fut d'autant plus saillant que
toutes les idees philosophiques d'alors tendaient A resser-
rer les liens de l'humanite, sous l'impulsion encore agis-
sante de la grande cole encyclopedique du XVIIIe siecle,
aux inspirations si large et si g6nereuses. L'dpoque n'6tait
pas bien loin oi Diderot hasardant une pensde, d'Alem-
bert la formulait, et Voltaire la vulgarisait. Tout le monde
avait encore la persuasion profonde que les peuples de-
vaient trouver le vrai lien de la fraternity dans la commune
conquate de la liberty et de l'egalite. Sans doute, le Dic-
tionnaire philosophique gardait 1'empreinte ind6l6bile du
sourire malin et terrible du patriarche de Ferney, quand
il interrogeait les thdologiens sur le miracle qui a fait
sortir des hommes blancs, noirs, jaunes, verts et rouges
des seules ceuvres d'Adam, don't on ignore quelle etait la
couleur. Mais ce n'6tait que pour rire. On en riait bien
dans les salons du baron d'Holbach, depuis le spiritual
abb6 Galiani jusqu'A I'drudit abb6 Morellet. Pour str, s'il
se presentait dans ce cercle un negre intelligent et surtout
un esprit fort, on l'eit fet6 a l'dgal de Francklin, et plus
que l'illustre inventeur du paratonnerre, il serait trouv6
digne d'entrer, dignus intrare in corpore philosophico.
Rien que pour narguer la sotte malediction de NoE, qui
avait abuse de la vigne du Seigneur! Au fond de tout cela,
il ne s'agissait que d''craser l'infdme.
,En effet, de cette philosophie du XVIIIe sickle 6tait sorti
1789. La R6volution frangaise, fulguration volcanique qui
eclaira le monde entier, allait au bruit du canon et de la
Marseillaise, abaissant devant elle toutes les vieilles bar-
rieres qui separaient les nations. En 1790, A la fete de la
Fdderation, un illumine, Anacharsis Clootz, avait pro-
clam6 la Rdpublique universelle et la fraternity des races.
Plus tard, un nbgre fut port en triomphe devant la Con-
vention, aux applaudissements de la foule Blectrisde par






DE L'IGALITE


l'echo prolong de la voix de Robespierre. a P6rissent les
colonies plut6t qu'un principle! s'6tait eerie le tribune fa-
rouche, mais affam6 de justice. Oui, ce fut une heure d'or
dans les pages dejA si belles de l'histoire de France. On
peut bien le dire : jamais l'humanite ne se montra ni plus
grande, ni plus noble que dans cet enthousiasme de tout
un people epris de la verit6 et acclamant le droit.
Dix ans plus tard, Bonaparte devenu bien grand aura
beau se montrer assez petit pour se courroucer centre une
comparison que l'histoire continuera A son desavantage,
la conscience publique ne changera pas. En effet, quand le
grand conqudrant congut l'idee de retablir a Saint-Domin-
gue l'esclavage don't nos peres avaient bris6 les chaines, les
colons seuls virent partir d'un coeur leger ces veterans de
la grande armee, qui allaient rougir de leur sang et blan-
chir de leurs os le sol auguste de la liberty des noirs. La
pensee de la France etait alors muette, mais son coeur
protestait. A quelque temps de la, une douce voix de poete
traduisit l'6motion sympathique du vrai people francais.
Millevoye ecrivit cette po6sie plaintive et belle, oi I'homme
noir, accable sous le poids de la douleur, iui que Virey
venait de classer dans une autre espece que celle de ses
bourreaux, apostrophe Dieu et la nature avec un accent
qui va au coeur (4).


(1) Cette po6sie de Millevoye est profond6ment sentie. Er la lisant
on sent que le pokte, toujours malheureux et m6connu, oblige de se
faire commis de librairie, quoique d'un talent remarquable, compa-
tissait au sort miserable de l'esclave africain, parce que lui non plus
n'etait pas heureux. C'est 1'6ternelle verit&, dite si harmo-iieement
par Virgile dans la bouche de Didon :
Non ignara mali miseris succurrere disco.
Je n'ai jamais oubli6 cet hymne du poete. Ma mere le chantait
souvent et la musique y ajoute je ne sais quelle mllancolie don't
accent est r6ellement touchant, sorti de lMvres noires. Voici la pre-
miere strophe que je. cite de m6moire :






DES RACES HUMAINES.


Aussi 1'essai de Virey fut-il peu populaire, et meme dans
le monde des savants eut-il peu d'echo et de partisans. La
grande autorit6 de Buffon et de Blumenbach continue pai-
siblement a diriger le movement scientifique qui, par une
loi de correlation que j'ai deja mentionnee, s'adapte r6gu-
lierement aux evolutions de l'esprit human, toujours ba-
lotte, mais se fortifiant de plus en plus par les controversies
philosophiques.
Une autre tentative eut un meilleur succes pour la
theorie polygeniste. En 1825, Bory de Saint-Vincent, na-
turaliste et 6rudit, apres avoir voyage et visited une grande
parties du globe, publia des articles varies dans le Diction-
naire classique d'histoire naturelle. II se separa de l'opi-
nion orthodoxe, non seulement sur la place de l'homme
dans les classifications du regne animal, mais aussi sur
l'importance zoologique qu'il faut donner aux caracteres
diffirentiels des divers groups humans. Avec une science
profonde et un talent indiscutable, il n'eut pas beaucoup
de peine a attirer I'attention g6enrale sur ses travaux. S'il
avait fallu un quart de sickle pour que l'essai tent par
Virey trouvat un 6mulateur, celui-ci n'attendit pas long-


Ravi nagu6re au pays de GuinBe,
Un pauvre nigre, accabl6 de ses maux,
Pleurait un jour sa triste destinde
Et de sanglots accompagnait ces mots :
Qu'ai-je done fait au Dieu de la nature,
Pour qu'il m'envoie esclavage et douleur;
Ne suis-je pas aussi sa creature?
Est-ce forfait que ma noire couleur?
Ce dernier vers a di 6tre inspire au pokte par les paroles bien con-
nues de Toussaint Louverture se plaignant a Napoleon du traite-
ment inhumain qu'on lui faisait dans le noir cachot du Fort de Joux,
lui qui avait rendu tant de services incontestables a la France. La
couleur de ma peau nuit-elle A mon honneur et h ma reputation ?
demanda-t-il & l'empereur triomphant. Celui-ci dut se rappeler plus
tard, durant son expiation A Sainte-H6l6ne, combien injuste et ma.-
adroit il s'6tait montr & a 1'gard du premier des Noirs.






DE L'~GALITI


temps pour voir sa thdorie se repandre et gagner les
esprits.
C'6tait d'ailleurs une epoque de reaction confuse et d'a-
narchie spirituelle, comme disait Auguste Comte. Charles X
avait remplac6 Louis XVIII sur le tr6ne de France. L'es-
prit conservateur, dans une recrudescence qui announce une
fin prochaine, se ramassait dans un supreme effort. Appuy6
sur la Sainte Alliance qui craquait de tous c6tes, au choc
des competitions dynastiques de l'Espagne, des turbulences
des Italiens se transformant en irridentistes, de 1'indisci-
pline fanatique du Tugenbund allemand et des machina-
tions du Carbonarisme, mais soutenu aussi par les fortes
6paules de Metternich, I'ancien regime accule A ses der-
niers retranchements semblait se cabrer pour dire A la R&-
volution : c tu n'iras pas plus loin! z En meme temps, on
voyait A l'autre p6le social tous les d6molisseurs s'achar-
ner A l'cnuvre de renovation commence par les encyclo-
pedistes, enrayee par Bonaparte, mais s'acheminant len-
tement, souterrainement, pendant les tAtonnements et les
maladresses de la restauration bourbonienne. Dans ces
periodes de transition, oii la fievre enflamme les esprits,
toute idee excentrique, toute thdorie neuve s'empare bien
vite des intelligence et s'y install sans difficulty, aussi
.dphembre qu'en soit la vogue.
Bory de Saint-Vincent fit done sensation lorsqu'il eut
expos sa nouvelle classification du genre human.
L'auteur de L'homme, tout en se rangeant parmi ceux
qui admettent la plurality des especes humaines, critique
pourtant la classification de Virey. Cela se comprend. Les,
deux especes que Virey distingue par les degres d'ouver-
ture de I'angle facial, sont divisees en six races. Ces six
races sont non-seulemement erig6es en especes par Bory
de Saint-Vincent, mais encore subissent des subdivisions
qui constituent autant d'especes dans la taxonomie de notre





DES RACES HUMAINES.


auteur. Le nouveau polyg6niste fut fort peu tendre pour
son pr6edcesseur. c La division adopt6e par M. Virey,
dit-il, ne nous parait nullement suffisante; elle n'est d'ail-
leurs fondue sur aucune consideration nouvelle. Si l'au-
teur doit jamais reimprimer ses elucubrations, nous 1'en-
gageons A en faire disparaitre le Grand Mogol qu'il assure
6tre de race blanche, mais qui n'existe pas; A n'y plus
confondre les Papous avec les habitants de la Nouvelle-
Cal6donie; et surtout A faire disparaitre ce malheureux
chapitre sur le libertinage qu'il en a publiC comme le com-
pl4ment (1).
II faut avouer que ce language n'est pas absolument
parlementaire, de savant A savant. C'est qu'il y avait des
tendances d'esprit fort distinctes entire les deux naturalis-
tes. Virey se croyait le devoir de lutter centre les theories
du matdrialisme scientifique, lequel etait alors la princi-
pale former sous laquelle se manifestait la propaganda re-
volutionnaire, changeant d'aspect A chaque moment, mais
poursuivant obstin6ment I'ancien regime qui s'6tait r6fu-
gid dans le spiritualisme A tout prix. Tout autre etait Bory
de Saint-Vincent. C'ktait un de ces hommes qui subis-
saient avec peine la Restauration et desiraient tout rema-
nier, avec des idees de liberty curieusement alliees A la l~-
gende imperiale. Le savant dissimulait mal I'ancien pros-
crit deMaestricht. De la son aigreur.
Disons cependant que la classification de Bory de Saint-
Vincent ne repose pas plus que celle de Virey sur une
consideration nouvelle. II s'est content de nommer es-
p&ces ce que d'autres avant lui, particuli&rement Malte-
Brun, avaient nomm6 races, en y faisant quelque aug-
mentation. Rien de vraiment scientifique. C'est toujours


(1) Bory de Saint-Vincent, L'homme (IHomo). Essai zoologique sur
le genre human, 2e edit. Paris, 1827, p. 80.






t2 DE L'IGALITE

des distinctions purement arbritaires; et nous verrons
plus loin les nombreuses controversies qu'elles soulevent.
Les especes reconnues par notre auteur sont au nombre
de quinze, s6parees en deux grandes divisions de leiotri-
ques (cheveux lisses) et ulotriques (cheveux crepus). Voici
la nomenclature qu'il en donne. Parni les leiotriques
sont : 1 la Japhitique, 20 l'Arabique, 30 I'Hindoue, 40 la
Scythique, 50 la Sinique, 6 l'Iyperborgenne, 70 la Neptu-
nienne, 8" l'Australienne, 90 la Colombienne, 100 l'Amdri-
caine, 110 la Patagone; parmi les ulotriques : 1 l'Ethio-
pienne, 20 la Cafre, 3 la Mdlanienne, et 4' la Hottentote.
Ces quinze especes different pour la plupart de celles de
Desmoulins qui en admettait'seize!
Broca, malgr6 sa conviction de polygeniste, comprit
bien qu'il y avait une exaggeration 6vidente dans ces classi-
fications. a Fixer le nombre primitif des especes d'hommes
ou seulement le nombre des especes actuelles est, dit-il,
un problBme insoluble pour nous et peut-6tre pour nos
successeurs. Les tentatives de Desmoulins et de Bory de
Saint-Vincent n'ont produit que des 6bauches fort impar-
faites et ont about A des classifications contradictoires of
le nombre des divisions arbitraires est presque 6gal A ce-
lui des divisions vraiment naturelles (1).
D'ailleurs Bory de Saint-Vincent, en savant sincere,
sentait tout le premier l'imperfection de son system ima-
gine sans l'appui d'aucune base scientifique. a Avant
d'entrer, dit-il, dans l'examen de chacune des especes,
nous devons avouer que pour les caracteriser d'une ma-
niere irrevocable, beaucoup de documents anatomiques
nous ont manque. Nous avons dA nous arreter trop sou-
vent A de simples differences exterieures, lorsque nous
sommes cependant convaincus qu'il est indispensable de

(1) Broca, Mdm. d'anthropologie, t. III, p. 504.


------- ~F------ c-- ---- --





DES RACES HUMAINES.


descendre profond4ment dans l'organisation des 6tres pour
les distinguer invariablement les uns des autres (1). v II
est un fait certain, c'est A savoir que plus on tAche de
c descendre profond6ment dans l'organisation des
hommes, plus on se convainct de la difficulty qu'il y a de
les a distinguer invariablement les uns des autres D. Mais
il est inutile d'en parler maintenant.
Je dois cependant un hommage particulier a la larger
de vue de Bory de Saint-Vincent. II n'avait aucune de ces
idees precongues de sup6riorit6 ou d'inf6riorite entire les
races humaines qu'il avait trouvd bon de nommer especes.
Ayant beaucoup voyage, ii avait pu voir et observer les
choses d'une facon positive ; il a pu examiner chaque race
d'hommes en chair et en os, agissant et parlant sous les
cieux qui leur sont propres, et non les squelettes qui ne
disent que ce qu'on veut bien leur faire dire.
II faut citer la description faite par le savant naturaliste
des deux races les plus 6loignees de constitution et de
resemblance physiques. Nous negligerons les parties
concernant la couleur et les cheveux, car tout le monde
connait les differences qu'il y a sous ce rapport entire les
blonds Germains et les noirs Ethiopiens.
o Brutalement braves, dit-il, (en parlant de la race ger-
manique), forts, taciturnes, supportant patiemment les
plus grandes fatigues, la douleur meme de mauvais traite-
ments ; passionnes pour les liqueurs fermentees, on en fait
d'assez bons soldats-machines avec un baton et du rhum
ou de l'eau-de-vie. Les femmes, don't la taille est plus
6lev6e que les autres, y sont principalement remarquables
par l'eclat de leur carnation et l'ampleur des formes qui
semblent 6tre le module que s'etait propose uniquement
le peintre Rubens, quand ii representait des Juives et des

(1) Bory de Saint-Vincent, loco citato, p. 83.






DE LIGALITI


Romaines avec des traits flamands; la plupart repandent
une odeur qu'il est difficile de qualifier, mais qui rappelle
celle des animaux fraichement ddpec6s; elles sont rare-
ment nubiles avant seize ou dix-sept ans, passent pour
avoir certaines voies fort large, accouchent consdquem-
ment avec plus de facility que les femmes de la race cel-
tique, etc. (1).
Voici comment il ferme le chapitre relatif A la race
dthiopienne.
c Nul doute que le cerveau de certain Ethiopiens,
ne soit aussi capable de concevoir des idees justes que
celui d'un Autrichien, par example, le Bdotien de l'Europe
et meme que celui des 4/5 des Francais qui passent pour le
people le plus intelligent de l'Univers. Dans une seule
Antille encore (Haiti) on voit de ces hommes,,r6putds infd-
rieurs par 1'intellect, donner plus de preuves de raison
qu'il n'en existe dans toute la p6ninsule Iberique et
1'Italie ensemble. On en peut augurer que si les Africains
pervertis sur le sol natal par notre contact, y semblent
devoir demeurer pour bien des siecles encore piong6s
dans la barbarie, il n'en sera point ainsi dans les ties
lointaines oi 1'avarice europdenne crut les exiler (2)...
Mais revenons, pour en finir, au sujet des classifica-
tions. La doctrine polyg6niste semblait renverser l'dcole
adverse. Quand l'illustre Cuvier mala sa grande voix a
cette controversy scientifique, non-seulement 'en se pla-
cant du c6td des unitaires, mais aussi en rdduisant A trois
les cinq races de Blumenbach, il n'6tait que temps. Peut-
Wtre a-t-il fallu a 1'ascendant incontestable de Cuvier tout
le poids de la science profonde de Prichard, pour pouvoir
resister aux coups de ses contradicteurs et soutenir 1'ddifice

(1) Idem, ibidem, t. I, p. 130-131.
(2) Idem, ibidem, t. II, p. 62-63.






DES RACES HUMAINES.


chancelant qui abritait la thdorie de l'unite de l'espece
humaine! Nous verrons plus loin toute la discussion
qu'elle souleve.
Cette course a travers les divers systems de classifica-
tions est deja assez longue. Nous n6gligerons done plu-
sieurs essais taxonomiques remarquables sous plus d'un
rapport, mais qui n'apportent pas plus que les precedents
un tel caractere de precision, que l'on soit tent6 de s'y
reposer en pleine security. Mais d'ou vient cette confusion
patente des rmthodes, cette divergence inconciliable des
opinions, cette impuissance notoire des esprits a trouver
une solution, une formule synth6tique, lorsqu'on est en
quote d'une verit6 d'autant plus interessante qu'il s'agit
de l'etude meme de l'homme et de la place que les uns
doivent occuper a c6te des autres sur notre planete bi-
garr6e? C'est ce qu'il nous faudra plus particuliirement
6thdier, en examinant les bases de ces classifications et
les principles zootaxiques qui leur servent d'6tai.






DE L'EGALITE


CHAPITRE III.


De l'esphce dans le rbgne animal.

.Ie ne puis pas non plus discuter ici les diverse
definitions qu'on a donn6es du term d'espkce.
Aucune de ces definitions n'a encore satisfait pleine-
ment les naturalists, et cependant chaque natura-
liste sait au moins vaguement ce qu'il entend quand
il parole d'une espece. En gienral, eette expression
sous-entend 1'el6ment inconnu d'un acte distinct de
creation. (DAnwIN).

I.

PRINCIPLES DE CLASSIFICATION.

Avons-nous suivi l'ordre logique des idees, en passant
en revue les divers essais de classification, avant d'exposer
les principles sur lesquels ils reposent ou sont census re-
poser ? II semble que non. Une m6thode scientifique ri-
goureuse voudrait peut-6tre que I'on se rendit compete des
theories, avant de s'arreter sur les diffirentes applications
qu'elles ont revues, de telle sorte que les faits vinssent
s'adapter A des lois precises et connues, en leur servant de
demonstration. Mais nous avons prefer6 suivre l'ordre
historique dans lequel s'est d6veloppee la science anthro-
pologique. Par ainsi, on pourra 6tudier ses solutionss,
verifier ses moyens d'investigation et dicouvrir un crite-
rium stir, quand il faudra juger la valeur reelle des con-
clusions qu'on en tire.
Negligeant, pour le quart d'heure, les bases anthropolo-
giques sur lesquelles on s'appuie ordinairement pour etu-
dier les differences typiques que I'on observe dans le
group human, nous aborderons premierement la ques-
tion plus g6enrale des principles de classification en his-





DES RACES IIUMAINES.


toire naturelle. C'est le pivot autour duquel tourne
toute la science, pr6sentant ses faces multiples et com-
plexes, sombres ou brillantes, selon le prisme A travers le-
quel on la consider.
Les premiers naturalistes qui aborderent l'6tude des
formes et de l'organisation des 6tres vivants ont dd se
trouver en face de difficulties nombreuses. La tAche dut
6tre encore plus ardue, lorsqu'il a fall donner A leurs
recherches un caractere scientique,ordonner leurs diverse
observations de telle sorte qu'elles concourussent A pre-
senter un faisceau de notions harmoniques, en d6voilant A
l'esprit une conception claire et logique des choses ainsi que
del'ordre dans lequel elles doivent etre embrassees. L'im-
mortel philosophy de Stagire, en r6unissant les mat6-
riaux A l'aide desquels il a ecrit son Histoire des ani-
maux, a certainement le merite d'avoir jet6 les premieres
assises d'une science oi se sont rencontres tant et de si
grands esprits, depuis Dioscoride et Pline jusqu'a Cuvier
et M. de Quatrefages, en passant sur foule d'autres noms
qui font la gloire de l'espece humaine. Mais si Aristote a
cre6 l'histoire naturelle, s'il lui a communique tout 1'at-
trait qui en fait la plus noble occupation de l'intelligence,
ilne lui a pas, du m&me coup, imprime ce caractere posi-
tif, systematique, sans lequel les notions les plus precises
percent leur valeur et se confondent dans un dedale inex-
tricable. Chose etonnante! Tandis que bien des gens
font encore du grand Stagirite un div6t du sillogisme,
comme s'il ne se serait jamais complu que dans les terms
enchevetres de la deduction classique, son Histoire des
animaux, oi il a fait une application merveilleuse de la
m6thode experimentale, ne manque son plein effet que
par l'absence d'une generalisation cat6gorique.
Pline n'y r6ussit pas mieux. En passant par Conrad
Gesner, Aldovrande, CUsalpin et Rondelet, il a fallu que





DE L'fGALITi


la science progressAt jusqu'au temps de Linn6, avant
qu'elle pilt enfin offrir ce bel ensemble que I'on admire
aujourd'hui, sous le nom de classification. Sans nous
arreter A distinguer le systeme artificial de Linn6 de la
methode naturelle de de Jussieu, tAchons d'esquisser rapi-
dement les grands principles taxonomiques que suit ordi-
nairement le naturaliste dans ses investigations.
Pour obtenir une classification naturelle, on procede
m6thodiquement, en reunissant les individus en variety,
les vari6ets en espbce, les especes en genre, les genres en
famille, les families en ordre, les ordres en sous-classe ou
en classes, les classes en embranchement; la reunion des em-
branchements toujours peu nombreux forme un ragne. Le
rbgne est une des grandes divisions de la nature organis6e
ou non, comprenant les mineraux, les v6getaux et les
animaux. Dans cette premiere operation, on consider les
groups d'apres leurs similitudes. Elle exige une analyse
exacte des parties et met en ceuvre l'induction avec les
procedds logiques qui en derivent. Bacon, dans son Novum
Organum, recommande de dresser: o1 une table de prd-
sence qui fasse constater tous les cas oh I'on a conserve un
phgnomene-semblable; 20 une d'absence qui indique les cas
oh le phenomene varie; 3 une autre de comparison,
qui indique les diff6rentes propo-tions oh le phenomene
s'est montr6. Chacun observe d'ailleurs la m6thode qui
convient le mieux A son intelligence et A sa maniere per-
sonnelle de concevoir les choses.
Ce travail empirique une fois fait, on 6tudie les ana-
logies et cherche d'en tirer les lois qui doivent r6gir les
groups et leur assigner une place dans les grandes divi-
sions on les subdivisions de la science. Les principles lois
ou principles considers comme tels en histoire naturelle,
sont la loi des affinitds respective et celle de la subor-
dination des organes. Ces lois 6tant intelligemment appli-






DES RACES HUMAINES.


quces dans 1'6tude de chaque group ou sdrie de groups,
on procede a une second operation logique, afin d'expo-
ser la classification. On suit cette fois une march oppose;
on descend des divisions les plus g6enrales aux especes et
vari6tis, dans les limits du regne don't on s'occupe. On fixe
ensuite la nomenclature qui doit s'adapter A la classification
et en designer si bien chaque division, que la denomina-
tion seule reveille dans 1'esprit toutes les notions acquises
sur tel ou tel group, en aidant efficacement la memoire.
Bien connaitre la nomenclature, c'est dejA posseder la
principal parties de la science.

Nomina si nescis, permit et cognitio rerum.

C'est un vers de Linn6, et c'est dit avec autant de jus-
tesse que d'el6gante precision.
Dans 1'ordre habituel des choses, une science offre d'au-
tant moins de difficult que les principles sur lesquels elle
repose sont condenses dans un plus petit nombre de lois,
on rbgles fondamentales. En effet, le nombre restreint des
lois scientifiques prouve que la matiere a et6 si bien et
tellement 6tudiee, que l'esprit la saisit avec nettete, en 61i-
minant tous les cas exceptionnels, ou en les faisant entrer
dans un cadre commun d'oii il les embrasse dans une
conception geinrale. C'est A ce point de vue qu'on peut
considerer 1'astronomie come une science beaucoup
moins difficile que le vulgaire ne pense, d'accord en cela
avec l'opinion d'Auguste Comte, l'illustre fondateur du
positivisme. Eh bien, on se confondrait gravement, si I'on
croyait que, parce qu'elle ne repose que sur deux lois en
ppparence fort simples, la taxonomie est une de ces
sciences qu'on aborde avec assurance et don't les etudes fa-
ciles n'offrent A l'esprit aucune de ces incertitudes qui le
consternent et le deroutent.
Au contraire, toute nomenclature, comme toute classi-






DE L'IGALITI


fiction est forc6ment syst6matique, c'est-A-dire qu'elle se
module plus ou moins sur une doctrine scientifique qui
lui sert de regulatrice. Quels que soient les perfectionne-
ments qu'on y apporte, les classifications seront done
toujours exposees a fluctuer sans cesse, et correlative-
ment aux evolutions de la science. Enoncer cette verit6,
c'est dire qu'un examen serieux ne laisse rien d'absolu-
ment solide dans les divers essais qu'on a tents, dans le
but de fixer un ordre rationnel et constant dans le grou-
pement des 6tres don't l'etude fait I'objet de l'histoire
naturelle.
Lorsque LinnC eut 6crit sa phrase typique : Mineralia
crescunt, vegetaliacrescunt et vivunt, animalia crescunt,
vivunt et sentiunt, il pensait renfermer dans une for-
mule admirable le dernier mot de la classification de tous
les corps naturels, suivant un ordre hi6rarchique allant
du simple au compose, de la pierre brute A I'animal orga-
nise. Qui pourrait croire alors qu'une si belle conception
put tn jour 6tre attaquie et ruinee? Qui pourrait croire
que les grandes lignes parralleles, si savamment traces
entire les trois regnes, dussent s'entrembler pour n'en
former que deux et se voucherr ensuite dans un agencement
tel, que, se trouvant bout A bout, chacune devient le d6ve-
loppement de l'autre, sans aucune solution de continuity ?
Cependant les m&mes corps ont 6t0 plus tard divises en
organiques et inorganiques : les uns, comprenant les ani-
maux et les v6getaux, augmentent de volume par intussus-
ception; les autres, comprenant les mindraux sPuls, aug-
mentent de volume par juxtaposition. Cette premiere evo-
lution fut inspiree par les recherches des physiologistes,
etudiant les lois du diveloppement dans le regne animal
et le regne veg6tal, si essentiellement diff6rentes du mode
d'accroissement propre aux mineraux.
Plus tard, des 6tudes sup6rieures dans la chimie analy.





DES RACES HUMAINES.


tique firent decouvrir dans tousles corps organisms ou non,
des 6elments proteiques ou primordiaux, toujours les
memes dans toutes les substances naturelles, et qui ne font
que changer d'affinit6 et d'aspect, selon le nombre des mo-
lecules et leur degr6 de combinaison. Ces elements sont le
carbon, 1'hydrogene, 1'oxygene etl'azote qu'on trouve par-
tout dans la nature et qui forment la base essentielle de
toutes les matibres organiques ou inorganiques.
La chimie ayant passe de l'analyse A la synthese, des
savants ont pu non-seulement d6composer la matibre
animee et la reduire en ses molecules amorphes et inertes,
mais encore transformer, dans leur cornue magique, ces
memes mineraux denues d'6nergie en substances orga-
niques. Leurs products reunissent toutes les qualities plas-
tiques des matieres mysterieusement preparees dans I'im-
mense laboratoire de la nature.
Voila sans doute, des resultats grandioses, propres a
rendre 1'homme bien fier de son 6tre. C'est 1'oeuvre immor-
telle des Buffon, des Bonnet, des Berz6lius, des Berthollet,
des Liebig, des Wurtz et surtout de M. Berthelot. DejA de
tels apergus r6pandent sur les meilleures classifications
une d6faveur positive, au point de vue de la confiance qu'on
pourrait etablir dans leur valeur intrinseque. Mais nous
ne voulons pas nous appesantir sur ces controversies qu'on
souleverait mieux dans les hautes spheres de la science.
Aussi nous arreterons-nous, sans aucune discussion, aux*
trois rbgnes naturels generalement reconnus par 1'orthodo-
xie scientifique. Dans le meme esprit nous passerons, sans y
faire attention, sur toutes les contradictions que trahissent
si souvent les doctrines scientifiques qui se heurtent sur
le vaste champ de l'histoire naturelle. En exposant toute'
ces theories, en signalant A la sagacity du lecteur les in-
coherences inconciliables oh les esprits les mieux faits
tombent infailliblement, preuve des incertitudes oh se





DE L'9GALITI


debat encore la science, malgr6 le ton dogmatique de
quelques-uns de ses interprbtes, nous r6ussirions du pre-
mier coup a devoiler l'inanit6 de toutes ces conclusions
pretentieuses qui tendent A& tablir que certaines races
sont superieures A d'autres. Mais A quoi bon? Les argu-
ments abondent; et nous ne nous sommes complu dans
une exposition si explicit, que dans le but de mettre
tout le monde A meme de bien discerner les questions
a discuter. Passons plut6t a un autre ordre de faits, oi la
discussion revet un vif et reel interit.


II.

DEFINITIONS DE L'ESPECE.
Sans nous enrbler sous une banniere quelconque, il faut
pourtant border la question si controvers6e de l'espkce et
de la race, ofi toutes sortes de lumieres semblent avoir etW
faites, mais oh nous voyons les deux camps toujours prAts
A s'6branler, masses mouvantes oh l'on se d6coche des
traits aigus, tout en se trainant dans la poussiere. Tels les
heros d'Homere, insatiables de gloire et de carnage, s'as-
senaient de rudes coups dans la melee horrible, ou tels
plut6t les Lillupitiens turbulents 6changeaient de longs
coups d'epingles sous les regards goguenards du vieux
Swift!
SLa question est ainsi pose : Y a-t-il une seule espece
humaine ou y en a-t-il plusieurs?
Comme nous 1'avons pr6cedemment observe, les uns
n'admettent que la premiere parties de la question, tandis
que les autres soutiennent que c'est A la deuxikme parties
qu'il faut r6pondre affirmativement. Mais ce n'est pas
toute la difficult. Ceux qui adoptent l'unite de l'espbce
ne sont nullement d'accord sur !a constitution unitaire
et, chose plus grave, sur l'origine de leur espece unique.






DES RACES IIUMAINES.


D'autre part, ceux qui refutent la doctrine unitaire ne
savent comment constituer la plurality des especes, A la-
quelle ils ont about par des inductions plus ou moins
illogiques.
Y aura-t-il deux, trois, quatre, cinq, quinze ou seize es-
pbces? Une confusion 6pouvantable est la seule response
que donne le bruit discordant des opinions intraitables;
et chacun garde sa conviction. Mais ne pourrait-on pas d&-
couvrir un moyen de conciliation qui rdunit tous les esprits
et fit cesser ces dissidences malheureuses, constituent
une perp6tuelle accusation contre la solidity de la science?
Oui certes, si l'on s'entendait au moins sur les principles.
LA encore, cependant, on ne s'entend pas davantage; la
divergence des idees est si grande, les controversies si
developpees, qu'il faudrait un volume entier pour les
exposer.
Qu'est-ce que l'espbce au point de vue de la taxiologie ?
Celui qui pourrait y rdpondre par une definition claire,
precise, applicable A tous les cas de la science, aurait d'un
seul coup r6solu le probleme don't on cherche depuis un
siecle la solution. Malheureusement personnel n'y est par-
venu. Agassiz ni Lamarck ne convainquent M. de Quatre-
fages et celui-ci n'6chappe pas A la critique gen6rale de
Broca qui n'essaye aucune definition. Mais prenons, pour
citer quelques examples, les differentes definitions que
M. Topinard a reunies dans son savant ouvrage, l'Antro-
pologie, sans se meler d'ailleurs d'en apprecier le merite.
a Sous la denomination d'especes, dit Robinet, les
a naturalistes comprennent la collection des individus qui
Spossedent une some de differences appreciables par
a eux.
a L'espece, dit Agassiz, est le dernier terme de classi-
Sfication oi s'arretent les naturalistes, et cette derniere
Division est fondue sur les caracteres les moins impor-





DE L'tGALITe


Stands, comme la taille, la couleur et les proportions.
- L'espece, dit Lamarck, est la collection des indi-
Svidus semblables que la generation perp6tue dans le
Sm6me 6tat, tant que les circonstances de la situation ne
Schangent pas assez pour varier leurs habitudes, leurs
" caracteres et leurs formes.
L'espece, dit Et. Geoffroy Saint-Hilaire, est une
" collection ou une suite d'individus caracterises par un
a ensemble de traits distinctifs don't la transmission est
" naturelle, regulibre et indefinie dans l'etat actuel des
x choses.
a L'espbce, suivant Prichard, est une collection d'in-
a dividus se ressemblant entire eux, don't les differences
a Idgres s'expliquent par l'influence des agents physiques,
" et descendus d'un couple primitif.
a L'espece, opine Cuvier, est la collection de tous les
" 6tres organisms, n6s les uns des autres ou de parents
a communs et de ceux qui leur ressemblent autant qu'ils
a se ressemblent entire eux.
On peut ajouter la definition suivante de Blumenbach
qui se rapproche beaucoup de celle de Prichard, sans im-
pliquer d'ailleurs l'unite d'origine. x Ad unam eademque
speciem pertinere dicimus animantia, quodsi forma et
habitu ita convenient ut ea in quibus different, degene-
rando solum ortum duxisse potuerint (1). Nous disons
que les animaux appartiennent A une seule et mn~me
espece, toutes les fois qu'ils se rapprochent tellement par
la forme et la physionornie, que l'on peut attribuer leurs
differences possibles A une simple variation. v
II y a une chose A constater dans l'examen de ces diff6-
rentes definitions. D'un c6t6, nous voyons admettre la
variability de l'espece; de l'autre, elle est positivement

(1) Blumenbach, De varietate generis human native.





DES RACES HUMAINES,


6cartee. I1 faut se rappeler qu'ici il ne s'agit pas speciale-
ment de l'unit6 de l'espece humaine, mais des principles
generaux 6 l'aide desquels on caracterise l'espece dans
toutes les classifications. Aussi la discussion, interessant
toutes les branches de l'histoire naturelle, a-t-elle pris
une importance de premier ordre quand se furent dresses
les deux camps qui ont eu pour premiers antagonistes,
Etienne Geoffroy Saint-Hilaire d'un c6te et Cuvier de
I'autre. Jamais lutte scientique n'eut plus d'animation.
Jamais on ne montra plus d'ardeur ni plus de passion dans
une cause don't le fond n'a rien de ces interets materiels et
6go'stes qui aveuglent les champions et leur inspirent
I'aigreur, la haine et 1'esprit d'extermination. Le choc des
arguments et le bruit de la discussion retentirent dans le
monde entier. Mdme 1'illustre Goethe, d'ordinaire si impas-
sible, s'enthousiasma cette fois.
Cuvier a pu r6unir sous son drapeau tous les esprits
conservateurs et meme les beaux esprits qui dans ce doux
pays de France ont toujours eu une influence prepond6-
rante. Une boutade eut plus de valeur .que tous les argU,-
ments : le long cou de la girafe suffit pour ruiner alors,
dans la science frangaise, la belle theorie de Lamarck, mo-
difide mais glorieusement continue par l'minent adver-
saire de Cuvier. La perfide Albion, don't la chance est faite
de bon sens, aura ainsi la gloire de voir attacher le nom
d'un de ses fils la plus grande revolution qui se soit
accomplie dans les idees scientifiques de ce sickle. Mais ne
fut-ce pas une compensation bien digne de Geoffroy Saint-
Hilaire que d'avoir eu l'assentiment de Goethe, la tite la
mieux organisee de son temps!...
Le voyageur qui parcourt la Belgique, arrive sans y pen-
ser dans les campagnes paisibles du Brabant. La, il voit
passer les paysans typiques, respirant a pleins poumons
l'air libre de la plaine embaumde, avec la bonhomie des






DE L'9GALIT]


gens qui ne vivent que de la paix. Alors il se demand
avec surprise s'il foule bien la terre oi, ii y a soixante-dix
ans, des masses d'hommes, enivr6s par la poudre et le
sang, se ruaient insens6s les uns centre les autres, dans
l'oeuvre impie de la destruction. Oui, c'est bien 1 que le
genie de Napoleon h6sita devant le destin, que le courage
des braves succomba sous le poids du nombre dans un
horrible fracas! Mais tout est calme. La terre resl 'ride,
les oiseaux chantent dans le branchage touffu des arbres.
Les champs de Waterloo sont gras; ils ont 0t6 fertilises
par la molle des heros; mais, sans l'histoire, on y
passerait indifferent et on ne se souviendrait pas de la
grande bataille oi se d6cida le sort du monde! Ainsi
rbgne la paix sur toutes ces questions qui inspirerent
nagubre une humeur belliqueuse a des homes de science
et de vertu. Aujourd'hui les choses ont change d'aspect.
Les esprits plus cclairds aiment mieux se renfermer dans
une circonspection intelligence. On reste calme, en affron-
tant toutes ces discussions oh les plus forts se buttent A
des difficulties insurmontables et tribuchent dans les sen-
tiers crochus et mouvants des lieux communs.





DES RACES IIUMAINES.


CHAPITRE IV.


Monog6nisme et polyg6nisme.

Ipsius enim et genus sumus. (ACT. Ar.).
Tou yap xal bivo; tev. (AIATus),


I.

LES DEUX DERNIERS CHAMPIONS.

Malgrr tant de travaux et de controversies, les savants
qui parent encore de l'espace, dans un sens ou dans 1'autre,
ne parviennent pas mieux A une conception claire et nette
de l'idee qu'oh doit y attacher (1). Et c'est avec cette incer-
titude fondamentale sur le caractbre propre et distinctifde
l'espbce qu'on a livrr tant d'assauts, A savoir si les hommes
forment une seule espece ou s'ils en forment plusieurs!
C'6tait vraiment s'engager A ne jamais vaincre ni jamais
6tre vaincu. On pourrait done se dispenser de jeter un
regard sur ce tournoi de paroles retentissantes oh les plus
ing6nieux semblent toujours emporter la palme, mais ne
la garden que pour un instant. Cependant les arguments
que 1'on emploie pour soutenir ou combattre la doctrine
unitaire constituent, pour la plupart, la source meme d'ot
a surgi toute arm6e la theorie de 1'inegalit6 des races
humaines, comme sortit Minerve de la tate de Jupiter.
II faut done y fixer l'attention.

(1) Dans la stance du 17 juillet 1884 de la Socidtd d'anthropologie
de Paris, MM. de Quatrefages et Sanson, deux 6minents profes-
seurs, deux veterans de la science, n'ont pu s'entendre sur cette
question qu'ils continent & considerer a travers le prisme du mone-
g6nisme on du polyg6nisme. Ii est curieux de voir quelle 6tincelle
d passion et de verte v6h6mence jaillit des yeux de ces homes
d'ordinaire si calmes, aussit6t qu'on touche & ces controVerses.






DE L'EGALITE


Je dois confesser que je n'ai aucune preference de simple
predilection pour la doctrine unitaire telle que ses adeptes
la soutiennent, et que la doctrine polygeniste ne me
cause aucune repugnance. Que l'espece humaine soit une
ou multiple, la these que je soutiens n'en aura ni plus ni
moins de difficulties. Et que m'importe que l'on consider
la race noire A laquelle j'appartiens comme une espece
distinct de la blanche, la jaune, la rouge, enfin des seize
couleurs ou formes sp6cifiques d6terminees par les fantai-
sies polygenistes, si je sais que, quelle que soit la distance
taxonomique qui la spare d'elles toutes, elle tient sur le
globe une place incontestable et ne le cede A aucune autre
sous le rapport de l'intelligence, de la vertu et de la
volonte Mais I'indiffdrence que l'on montre en presence
de deux causes opposes n'empiche pas d'apprecier les
moyens qui sont mis A leur service respectif, ni d'en dis-
tinguei la force ou la justesse.
Revenons A la question posse plus haut : y a-t-il une
seule espece humaine ou y ei a-t-il plusieurs? = L'impor-
tance du problem n'est pas petite, dit M. Georges Pou-
chet; c'est assurement l'une des plus grades questions
qui puisse agiter la science, plus grande peut-6tre que celle
qui s'eleva au temps de Galilee, quand il fut question de
renverser des idees vieilles comme le monde et appuyees
sur un timoignage don't il n'6tait pas permis de douter. Il
s'agit presque d'un dogme et non d'un fait accessoire. La
science se heurte ici avec la religion, comme autrefois en
astronomie, et nulle part le choc n'est plus violent,
nulle part les consequences n'en peuvent dtre aussi
grandes (1).
Jamais exorde ne fut mieux debite.Devant cettesolennite
don't s'entoure le remarquable athlete qui se prdsente sur

(1) Georges Ppnchet, De la plurality des races humaines, p. 3.






DES RACES HUMAINES, 49

le stade avec le front si haut et 1'air si fier, on est force de
se recueillir pour ecouter les grandes verites qui vont 6tre
revelees. M. Georges Pouchdt et l'illustre Broca furent,
en effet, les plus zeles defenseurs de la these polygenique.
Aussi avec eux, nous n'avons pas seulement de simples
nomenclateurs. Ce sont plut6t des theoriciens obstines, ne
voyant aucune raison au-dessus de leur system, ne per-
dant aucune occasion de le corroborer, de le fortifier, et de
lui donner cette base solide qui defie les temps et les revo-
lutions. Peut-6tre ces considerations se rapportent-elles
moins a M. Georges Pouchet qu'A Broca, mais les argu-
ments de l'un sont Lellement conformes a ceux de l'autre,
qu'on est oblige de les r6unir sous le. meme coup d'ceil
et d'en faire une seule et meme appreciation.
Avant d'aller plus loin, faisons un examen rapide de
l'6poque oh la thdorie polygeniste eut une recrudescence
si remarquable, soutenue par des adeptes d'une compe-
tence telle, que la science se voit oblige de computer avec
elle, malgr6 toutes les protestations de l'orthodoxie scan-
dalisee.
Vers 1'annee 1856, le nouveau monde etait travaille par
une idee qui envahissait les esprits et les obsedait. La
grande Republique 6toilee don't le progres materiel et le d6-
veloppement subit et superbe 4tonnait les politiques, les
philosophes, aussi bien que 'les economistes, sentait se
creuser dans son sein une plaie affreuse, horrible. La mo-
rale reste toujours la morale. Quelque specieuses que soient
les raisons que l'on met en ligne pour en obscurcir I'au-
torit6, elle se reveille un jour souveraine et bouleverse la
conscience mise en guerre avec elle-meme. Le people ame-
ricain avaitdonc fini par comprendre qu'il vivait sous l'em-
pire d'une contradiction patente. En effet, la liberty greff4e
sur l'esclavage a pu fleurir sous le ciel Ilair de la paYenne At-
tique, lorsque l'industrie etait conside4re comme une occu-






50 DE L'EGALITI
pation indigne du citoyen; mais pouvait-il en 6tre de meme
dans cette civilisation des Yankees, oft tous les grands
millionaires qui ont escalade la fortune, en faisant oeuvre
de leurs dix doigts, sont considers comme les plus
dignes, les plus meritants? Les moeurs de l'usine pou-
vaient-elles s'adapter aux moeurs de l'agora? Des voix
s'eleverent pour d6noncer cet 6tat de choses illogique et
protester centre le systeme de l'exploitation de 1'homme
par l'homme. C'6taient les echos des aspirations g6ne-
reuses des Wilberforce et des Macaulay, en Angleterre,
des Gregoire et des Broglie, en France. Un Wendell
Philipps ou un John Brown, suivis d'une foule de penseurs
et d'hommes d'action fanatis6s par la grandeur de l'idee,
se donneront sans reserve, jusqu'A la mort, pour le
triomphe de la bonne cause. Mais croit-on que les 6goistes
possesseurs d'esclaves vont se laisser faire? Contre les
abolitionnistes les Sudistes dresserent leur drapeau. Avant
de se mesurer sur les champs de bataille, on se dispute
dans la press, dans la science. Partout, le debat prit un
caractere aigu, passionn6. On s'attaqua A outrance. Tous
les arguments qui dormaient dans les cerveaux paisibles
se reveillerent dans un tumulte indescriptible. Les thdo-
ries des Morton, des Nott, des Gliddon, se choquerent
centre celles des Prichard et des Tiedemann. Les negres
sont-ils de la meme nature que les blancs, c'est-A-dire
presentent-ils, nonobstant la couleur, la meme conforma-
tion organique, les memes aptitudes intellectuelles et mo-
rales? Tel 6tait le fond de ces discussions. Les esclava-
gistes, se rabattant sur les doctrines polygenistes qu'ils
n'eurent pas beaucoup de peine a adapter A leur system
immoral, declarbrent que les negres 6taient d'une autre
espece que les biancs et ne pouvaient 6tre consid6res
comme leurs semblabrles. Toute solidarity naturelle etant
ainsi rompue entire 1'Ethiopien enchain6 et le fier Cauca-






DES RACES IIUMAINES.


sien, celui-ci pouvait bien le traiter A l'dgal d'un autre
animal quelconque, auquel on ne dolt que de3 sentiments
de pitie mais non de justice. Les abolitionnistes s'effor-
Caient, de leur c6te, de d6montrer que les negres 6taient
d'une conformation anatomique et physiologique parfaite-
ment semblable A celle des blancs, sauf des differences in-
signifiantes et secondaires.
Le bruit en avait traverse l'Ocean. Cette discussion in-
tense et sans issue, arriva en Europe oui elle enfanta des
partisans A l'un et l'autre group. Mais, fait curieux! les
savants frangais, tout en conservant A la discussion l'in-
teret febrile qu'on y mettait sur la terre americaine, vi-
saient un but tout autre. Tandis que le polygenisme
transatlantique, militant avec une fougue bruyante, ne
voyait au bout de la lutte que le benefice de l'esclavage
qu'il fallait maintenir A tout prix, les polygenistes frangais,
indifferents au sort de l'esclave, avaient surtout en vue un
tout autre rdsultat : l'ind6pendance de la science et son
affranchissement de toute subordination aux idles reli-
gieuses. Les uns luttaient pour soustraire l'esprit human
aux entraves de la foi, les autres s'opiniatraient A garotter
ce meme esprit human dans les liens de la servitude cor-
porelle et ils se rencontraient pourtant! Ce fait parait
si bizarre que l'on peut supposed de notre part une inter-
pretation arbitraire et fantaisiste. Mais on peut en faire la
remarque. Que ce soit Broca, Georges Pouchet, ou d'autres
polygenistes moins considerable qui aient la parole, ils
cherchent toujours A insinuer que, dans la discussion du
polygenisme et du monoginisme, c'est la science qui est
en cause avec la religion.
Est-ce sincere ou non? Je n'en peux rien affirmer; mais
je reconnais que c'est adroit. Les polygenistes comprirent
bien que le vent 6tait A la libre pensee, que les vieilles for-
mules philosophiques du spiritualisme intransigeant s'en






DE L'VGALITE


allaient vermoulues, sous les coups redoubles de la science.
Auraient-ils pu jamais mieux faire pour leur cause que de
la lier aux destinies des idees nouvelles don't le courant
irresistible entrainait tout?
D'ailleurs, A part I'influence incontestable exerc6e sur le
movement scientifique par la grande question de l'aboli-
tion de l'esclavage, les deux savants que nous avons
choisis comme les interpretes les plus autorises du polyge-
nisme francais, l'un comme specialiste, et l'autre comme
vulgarisateur, etaient conduits A cette doctrine scientifique
par un enchainement d'opinions ou un heritage d'esprit
qui expliquent encore mieux leur constance dans la lutte
centre les unitaires.
Felix Archimede Pouchet, le pere de l'auteur que nous
etudions, etait un de ces homes de science A l'esprit
hardi, qui aspirent surtout A degager les ph6nomenes
naturels de toute explication dogmatique. Jamais intention
ne fut plus louable ni soutenue par une intelligence mieux
organis6e. Tous les efforts de la science tendent actuelle-
ment A ce but que nous voyons rayonner dans le ciel de
l'avenir, comme cette colonne lumineuse qui eclairait le
people d'Isra1l, merchant A la conquete de la terre pro-
mise. Mais avec combien de tAtonnements A travers les
broussailles de l'erreur! Ce savant dejA celebre, A plus
d'un titre, soutint centre l'dminent exp6rimentateur qui
vient de couronner sa belle carriere par la decouverte du
virus morbique, une des poldmiques scientifiques les plus
interessantes de ce siecle. Se rangeant A l'opinion de
Duges et de Burdach, Pouchet avait admis la possibi-
lit6 scientifique de l'h6terog6nie ou generation spontanee.
Cette doctrine scientifique qui, si elle venait A 6tre prou-
vee, renverserait de fond en comble toutes les tradi-
tions theologiques, en rendant inutile l'intervention d'un
createur surnaturel, remote peut-6tre jusqu'A Aris-





DES RACES HUMAINES.


tote (1). Mais elle 6tait tellement contraire aux dogmes de
l'Eglise, que l'on ne pouvait y voir qu'une erreur. Ce fut
autrement grave, quand un savant de premier ordre en-
treprit d'en demontrer la verit6 en pleine Academie. Tout
le monde scientifique resta en haleine. Pendant longtemps,
de 1858 A 1864, on assist tour A tour A des experiences qui
semblaient apporter aux arguments des h6etrogenistesun
vrai cachet d'evidence, jusqu'A ce que d'autres experiences,
tout aussi ing6nieuses, vinssent les battre en breche. L'Aca-
demie des sciences, apres une longue hesitation, adopta
l'opinion de l'illustre Pasteur, sur le rapport de Coste, le
savant physiologiste don't les travaux, en collaboration
avec Ba6r, avaient fait connaitre l'ceuf de la femme, corro-
borant d6finitivement 1'axiome physiologique de Harvey :
a Omne vivum ex ovo o.
Or, c'est un fait A constater. Durant tout le course de cette
discussion c6elbre dans les annales de l'Academie des
sciences, l'argument de la foi catholique, de la croyance
universelle, pergait A travers chaque phrase, encore bien
qu'il ne fit jamais positivemeut employee. Non-seulement
on en sentait l'influence entire les lignes, mais l'opinion
publique ne la perdait pas de vue. Pour sir, la savante
corporation ne se laissa aucunement entrainer par une
consideration de cette nature, aussi ne fais-je que cons-
tater une coincidence. Ceux qui ont 6tudi6 l'homme moral
en M. Pasteur, savent d'ailleurs qu'il est un de ces rares
savants qui ne percent jamais de vue le rayon de la foi,
malgr6 le culte elev6 qu'ils rendent A la science. Nul ne
peut dire lequel de ces deux mobiles a et6 le plus puissant
sur son esprit, dans cette lutte oti ii mit tout son cceur et
toute son intelligence.
M. Georges Pouchet assistant A cette magnifique cam-

(1) De animalium generation.





DE L'IGALITI


pagne et comme tout le monde, il dft sentir combien les
influences des idWes rescues pesaient dans la balance. On
sent, de 1I, le devouement qu'il dflt mettre A soutenir une
nouvelle these don't la demonstration tend positivement A
ruiner Cette meme tradition religieuse si puissante sur les
esprits. En some, le polygenisme, dans ses bases scien-
tifiques et doctrinales, n'est que le d6veloppement de
l'hIetrogenie, reconnaissant ensemble la spontan6it6 de la
nature, douse d'une energie creatrice qui lui est propre.
Cette natural naturans don't la force inh6rente, egalement
active sur tous les points du globe, a bien pu transformer
certain materiaux en ovules spontanes, tels que les
mon.res d'Hoeckel, serait-elle impuissante A produire
des etres humans en plus d'un endroit? Si l'on admet
la multiplicity des centres d'apparition du bathybius,
pourquoi n'admettrait-on pas le meme phenomene pour
1'homme, quelle que soit la restriction que 1'on vouidrait y
fixer. VoilA, croyons-nons, ce qui explique l'adh6sion de
M. Georges Pouchet au polyg6nisme. A cette hauteur, la
theorie scientifique devient assez belle pour tenter un es-
prit ambitieux.
Mais peut-on 6galement faire l'examen psychologique
des motifs qui ont conduit le savant Broca A militer avec
tant d'ardeur A la t&te de l'6cole polyg6nique, repandant,
m~me au milieu de ses erreurs doctrinales, de vrais
traits de lumiere sur l'anatomie comparee et la physio-
logie generale oAf il 6tait surtout in maitre de premier
ordre? C'est ce que nous allons essayer.
Le docteur Broca etait une des plus grandes intelligence
qu'on puisse rencontrer. Jamais la chaire professorale ne
fut mieux occupee que lorsque le savant physiologiste
r6galait le public parisien de ces belles lemons of l'esprit
d'investigation se manifestait avec un 6clat d'autant plus
brilliant qu'il etait soutenu par une raison toujours sfre,





DES RACES HUMAINES.


une methode d'incomparable clart6. Son-nom reste imp6-
rissable dans les annales de la science. 11 est certain que
le progres des etudes et la march ascensionnelle des
intelligence apporteront un coup mortel A toutes les
deductions qu'il a cru pouvoir tirer de ces travaux anthro-
pologiques. Ce que l'avenir saluera longtemps en lui, ce
ne sera pas le grand craniologiste, ni l'ethnologiste bril-
lant, mais systimatique; ce sera plut6t l'exp6rimentateur
sagace qui, portant un dernier trait de lumiere sur les
6tudes de Cullen et la decouverte de Bouillaud, eut le bon-
heur de localiser d6finitivement la lesion organique d'oi
resulte l'aphasie, en circonscrivant le siege de cette affec-
tion dans la troisieme circonvolution du lobe frontal
gauche.
Eh bien, cet hommed'6lite fut entrance dans les discus-
sions ardentes des monog6nistes et des polyg6nistes par un
simple hasard. Voici comment. Il s'agissait du m6tis du lie-
vre et de la lapine auquel l'illustre savant a donn le nom de
idporiae generalement adopt. Quand Broca eut vu pour la
premiere fois cet animal produit par le croisement de deux
espkces differentes, ii en fut vivement frappe, d'autant
plus que cette espece mixte avait fait preuve d'une fecon-
dit6 continue pendant sept g4n6rations. Apres avoir pris
toutes les precautions, afin de s'assurer qu'il etait effecti-
vement en face d'un cas d'hybridit6, il resolut de presenter
un de ces animaux, don't il se rendait deux fois parrain, A
la Socidtg de biologic q'ui existait alors. II s'attendait A
un success incontestable. Mais il lui fut repondu que le
fait paraissait impossible, puisqu'il etait en contradiction
avec 1,. loi de l'espace. Sans autre investigation, ii fut done
conclu qu'il s'6tait tromp6 dans l'appr6ciation des carac-
teres mixtes des leporides.
Tout cela est froidement raconte par le savant profes-
seur lui-meme; cependant on peut y sentir encore, sous






56 DE L'EGALIT9
la cendre qui dort, le feu concentre mais non eteint des
souvenirs amers. Son amour-propre et surtout son zele de
savant etant ainsi stimulus, il fit verifier le cas par Isidore
Geoffroy Saint-Hilaire qui declara que la l6poride exami-
nee 6tait une vraie hybride. Cette declaration fut port6e A la
connaissance de la savante soci6t6, et on dut computer avec
1'autorite d'Isidore Geoffroy. Plus tard, le grand natura-
liste ayant annonce & Broca que la leporide avait ete
f6condee par un lapin, celui, victorieux, communique le
fait A la Societe, qui resta muette. x Mais, raconte notre
savant, au sortir de la stance, un college eminent, que je
demand la permission de ne pas nommer, me dit: c La
= fecondit6 des leporides paraft maintenant assez probable;
Ssi elle se confirm, il faudra en conclure que le lievre et
le lapin sont de la meme espece . Jusque-lA, Broca
ne s'6tait jamais serieusement occupy de la question de
l'espice; sans doute trouva-t-il alors que ce mot sacra-
mentel avait trop de prestige sur 1'esprit des savants. En
effet, plut6t que d'admettre la possibility de l'hybridit6
eugenesique des rcspces, on aimait mieux en r6unir deux
en une seule, lui ravissant ainsi le nouveau fleuron qu'il
-voulait attacher A sa couronne de savant.
Il y eut chez lui une certain revolte de l'intelligence.
Son esprit se gendarma contre cette vilaine orthodoxie A
laquelle toutes les recherches et toutes les v6rites scien-
tifiques devaient s'ajuster come dans le lit de Procuste.
Oh! je comprends bien cette belle indignation. Une orga-
nisation intellectuelle pareille A celle de Broca ne pouvait
supporter facilement le joug d'aucun dogme, pas plus
scientifique que religieux. Mais, hilas devenu lui-meme
un des princes de la science, il a dogmatis6 A son tour.
Si, dans la plus belle phase de sa carriere scientifique,
on lui avait apport6 un crAne de negre cubant plus de 1600
grammes, avec un angle facial de 80 et quelques degrees,






DES RACES HUMAINES,


il eft repondu doctoralement, tout comme ses anciens col-
legues de ia Socidtd de biologic, qu'il y a probablement
erreur d'appriciation, qu'il n'est pas possible que ce crAne
soit d'un negre, puisque le ph6nomene serait en contra-
diction avec les lois de l'anthropologie. Pauvre esprit
human qui s'exalte si vite et oublie si t6t !
Enfin son parti fut pris. Ii rdsolut de d6molir l'autoritd
de cette pretendue loi de l'espkce si puissante dans la pensde
des savants. Or, cette loi qui consistait a ne reconnaitre
la possibility d'une fecondit6 ind6finie qu'entre des indi-
vidus de m&me espece, preconisde tout d'abord par
Wray (1) et surtout de Candole (2) etait particulierement
adopt6e par les monogenistes qui en faisaient la pierre de
touche de toutes les demonstrations de la theorie unitaire.
Pour la renverser, il fallait passer sur leurs cadavres.
Broca le sentait bien et il en laisse percer son impatience.
: On peut dire hardiment, 6crit-il, que si l'unit6 de 1'es-
pice humaine 6tait assez evidente pour 6tre a I'abri de
toute contestation, personnel h'eut jamais song A con-
fondre tous les chiens dans une seule espbce, A faire des-
cendre tous ces types disparates d'un type unique et
primordial (3). m On comprend des lors que, lutteur intrd-
pide, il ait eu la pens6e d'attaquer 1'ennemi dans toutes ses
positions, et particulierement dans le retranchement ou se
trouvaient les plus 6merites champions. Au reste, pour-
quoi ne pas le dire ? II etait doux a l'esprit d'un Broca
de s'imaginer d'une autre espece que ces 6tres repoussants
qu'il a ainsi decrits :
a La physionomie des negres (sans parler de leur cou-
a leur) est caractdris6e par un front etroit et fuyant, un


(1) John Wray, Methodus plantarumn nova.
(2) de Candole, Physiologie vdgdtale.
(3) Broca, Mdm. d'anthr., t. III, p. 344.





DE L'tGALIT9


Snez 6cras6 A sa base et 6pat6 au niveau des narines, des
Syeux tres d6couverts A iris brun et A sclerotiquejaunAtre)
Sides l1vres extr&mement dpaisses, retrouss6es au dehors
a et retroussees en avant; enfin des machoires saillantes,
a en forme de museau et supportant de longues dents
a obliques; tels sont les principaux traits qui donnent A la
a figure ethiopienne un cachet tout A fait special (1).
La description est-elle fiddle? 0 miseras hominum men-
tes, o pectora seca! Cependant quelque laid que le savant
polyg6niste ait fait le portrait de ma race, je ne lui en
veux nullement. LA oui d'autres auraient trouv6 le motif
assez serieux d'une col&re indignee, je ne vois que le sujet
d'une reflexion tout aussi serieuse et qui me rappellerait
bien vite a 1'humilite, s'il me venait jamais a l'esprit la
fatuit6 de me croire un savant. C'est que 1'6minent pro-
fesseur, ce grand anthropologist qui a use toute sa vie A
mesurer des crAnes et A disserter sur les types humans,
4tait, le plus souvent, dans la plus complete ignorance de
ce dont il parlait en maitre. Mais combien peu font mieux
que lui, presses comme ils sont d'6tablir ces g6neralisa-
tions orgueilleuses otL l'esprit human trouve parfois son
plus beau titre de grandeur, mais plus constamment en-
core la pierre d'achoppement qui en accuse la vanity!

II.

ITUDES SUR LES DIFFERENCES MORALES DES GROUJPES
HUMANS.
Nous connaissons bien maintenant les deux illustres
defenseurs du polyg6nisme que nous avons choisis, A
cause meme de leur grand renom scientifique, comme les


(1) Id. Ibidem, t. III, p. 393.





DES RACES HUMAINES.


interprbtes les plus autorisis de ceux qui pensent devoir
diviser I'humanit6 en plusieurs espkces. Pour leur rendre
la complete independence de leurs arguments, nous pren-
drons successivement le genre de preuves dans lequel
chacun, a sembl6 se mieux complaire. Broca insisted sur
les preuves physiques, mais son 6mule incline surtout
poqr les preuves intellectuelles et morales.
SLa veritable anthropologie, dit M. Pouchet, envisa-
geant l'homme tout entier, ne doit pas negliger sa valeur
psychique et psychologique; quoique la cranioscopie ne
soit, en fin de compete, qu'une appreciation detournee de
celle-ci, on n'avait jamais pense jusqu'a ses dernibres
annees A mettre en avant le caractere purement intellec-
tuel des races comme devant aider A leur classification.
C'est pourtant un point de depart plus rationnel que de
classer les hommes d'apres le siege materiel de ces diffe-
rences; et a l'ecole americaine D, adoptant aujourd'hui
completement ces vues, a retabli les varietes morales A leur
veritable place comme dominant la craniologie et toutes
les differences materielles qu'on a observees et qui n'en
sont que l'expression (1). z
Cette base de classification, si contraire A celles don't se
sont servis la plupart des anthropologists, pourrait faire
croire que M. Pouchet accepted l'unite d'organisation phy-
sique parmi les hommes, et ne reconnait des differences
entire eux que dans les manifestations intellectuelles et
morales. Mais avec cette habitude des formules invit6ree
chez les savants, il a congu une regle don't les terms cati-
goriques ne le cedent en rien, quant A la concision, aux
plus beaux thdoremes de g6ometrie. a Deux organismes
semblables supposent les puissances psychiques services
par eux, 6galement semblables. a Aussi l'auteur de la Plu-

(1) Georges Pouchet, loco citato, p. 192.





DE L'eGALITE


ralite des races humaines semble-t-il croire qu'en demon-
trant les differences psychologiques des races, on d6montre
du m'me coup leur difference d'origine !
Comme on devait bien s'y attendre, il aborde la question
religieuse, la corde sensible don't la seule vibration suffit
pour faire trembler toutes les consciences et agiter toutes
les passions. S'arretant A une v6rit6 qui est devenue tri-
viale A force d'6tre r6epete, il rejette l'unit6 de 1'esprit
human 6tablie sur la pr6tendue croyance universelle en un
etre supreme. a L'id6e de Dieu, dit-il, n'est pas universelle
a comme on l'a cru longtemps et comme le croient encore
ceux qui n'h6sitent pas A prouver 1'existence de Dieu
Spar le consentement unanime de tous les peuples... A
Sc6t6 des peuples de 1'Asie, de l'Europe et de l'Am6rique,
a oi les idees religieuses et la civilisation semblent s'6tre
a d6veloppees simultanement quoique dans des directions
Sdiffirentes, on trouve des peuples qui n'ont ni id6es
Sreligieuses, ni dieux, ni religion. Trois vastes regions de
Sla terre paraissent 6tre resties jusqu'A notre 6poque
afranches de croyances religieuses: c'est l'Afrique central,
Sl'Australie et les terres bor6ales.
Je crois, malgr6 l'autorit6 de M. Pouchet, aujourd'hui
professeur d'anatomie comparee au Museum de Paris, que
l'absence de croyances religieuses dans une race quelcon-
que ne saurait avoir aucune importance dans la question
de l'unit6 ou de la plurality des especes humaines. Mais A
part l'insignifiance qu'a un tel fait dans le d6bat soulev6
entire les monogenistes et les polyg6nistes, l'6tude des
religions forme une matiere trop complete et trop vague
pour qu'on s'y appuie, A droite ou A gauche, dans la
demonstration d'une these scientifique. Quelle que soit la
lumibre que semble y projeter les travaux remarquables
d'un Burnouf, d'un Draper et d'autres savants qui s'en
occupent depuis peu, elle reste encore imparfaite et con-






DES RACES HUMAINES.


fuse. C'est que l'etudedes civilisations primitives, qui peut
seule l'eclairer par un groupement intelligent de faits habi-
lement compares, compete a peine un demi-siecle d'exis-
tence et tatonne aujourd'hui encore dans les difficulties de
ses investigations.
Mais il y a un fait indiscutable qu'on peut reconnattre
sans que l'on veuille se ranger pour ou centre les uni-
taires. Partout oh I'on rencontre un homme, il montre
toujours une aptitude positive a se representer les choses
absentes, par I'impulsion des causes les plus diverse. Se
repr6senter les choses absentes et les garder tellement
bien en face de l'esprit, qu'on semble vivre avec elles dans
un monde A part, c'est abstraire. C'est la faculty de voir
dans les objets non seulement la matiere tangible, mais
encore la forme impalpable qui reste incrust6e dans 1'es-
prit et qu'on peut 6vo.quer par une incitation quelconque.
Cette faculty ne peut etre refusee A certain homes puis-
que bien des philosophes, et les polygenistes mlme, l'ac-
cordent aux animaux, bien inferieurs A l'homme. Ce point
admis, comment supposed, comment comprendre que tous
les hommes ne soient pas aptes a imaginer une religion
quelconque, qu'on l'appelle fetichisme, totemisme, idola-
trie ou deisme? Tous ceux qui ont 6tudi6 la march du
developpement religieux, qui semble etre une phase natu-
relle de l'esprit human, ont remarqu6 combien elle varie
de forces dans ses manifestations. Cependant quelle que
soit la liturgie, grossiere ou delicate, quelle que soit la
croyance, absurde ou rationnelle, on y devine toujours le
meme mobile.
Un example entire mille. On salt que les Veddahs for-
ment une de ces populations noires du Ceylan que 1'on
regarded, a tort ou a raison, comme de vrais sauvages. Des
savants 6minents avaient longtemps soutenu que ces
gens n'ont aucune religion. Pourtant Belley raconte le fait





DE L'EGALITI


suivant constat6 parmi eux. Une fleche est plantee droit
dans le sol, et le Veddah en fait lentement le tour, en dan-
sant et en chantant cette invocation d'un rythrne presque
musical :

Ma miya, m& miy, ma dey&,
Topang Koyiehetti mittigan yand&hl...
SAmi qui m'as fui, ami qui m'as fui, mon dieu,
SEn quels lieux vas-tu errant? *

SCette invocation, continue l'intelligent ethnographe,
semble Otre en usage d&s que l'intervention des esprits pro-
tecteurs est rcclamee dans les maladies, dans les prelimi-
naires de la chasse, etc. Parfois, ils preparent de la nourri-
ture et la placent dans le lit d'une riviere a sec, on quelque
autre lieu retire, puis ils appellent leurs anc6tres morts
par leur nom : c Venez et prenez part A ceci. Donnez-nous
la subsistence come vous nous la donniez dans I'autre
viel Venez! o-t que vous soyez, sur un arbre, sur un
rocher, dans la fort, venez! Puis ils dansent autour
de l'offrande, moiti6 chantant, moiti6 criant Finvoca-
tion (1). D
Avant les belles etudes des Tylor, des John Lubbock,
des Herbert Spencer, des Girard de Rialle, on pourrait
dire que ce meme Veddah, r6pondant n6gativement A un
voyageur qui lui demand s'il existe un Dieu, est un
homme don't l'esprit grossier est incapable de s'elever A
une conception religieuse. Mais personnel n'ignore aujour-
d'hui qu'une des formes primitives les plus g6n6rales de la
religion a Wte le culte des ancetres. Le sauvage Veddah y
est parvenu tout naturellement, car ceux qui ne sont
plus vivent encore dans son esprit. Son culte en vaut
bien un autre. Pour ma part, je le trouve plus touchant,


(1) Belley in Ethnological Society of London's Rev.





DES RACES HUMAINES.


plus p6n6tre de po6tique tristesse et de tendre effusion
que bien des c6r6monies liturgiques, qui exciteraient sou-
vent l'hilarit6, n'6tait le respect human, n'etait surtout
cette delicate convenance que l'on doit garder devant tout
acte de foi. Aussi M. G. Pouchet ne s'arrete pas sur la
seule question religieuse, qu'il a d'ailleurs developpee
avec complaisance, reunissant autour de sa these mille
petits faits qui ont Wte trop souvent refutes ou sont trop
controversies pour qu'il soit utile de les remettre en dis-
cussion.
De la religion il faut passer A la morale.
Sans aucune reserve, le savant 6crivain aborde ce terrain
avec des affirmations bien t6emraires, malgr6 l'assurance
avec laquelle elles sont dnoncees. a L'inegalit6 morale des
races, dit-il, est d6sormais un fait acquis ainsi que Pa
prouv6 M. Renan; sous le rapport moral, plus encore que
sous le rapport physique, les unes different des autres dans
des limits infranchissables, qui font de chaque race, au-
tant d'entitis distinctes : differences profondes et immua-
bles, qui suffiraient A elles seules pour fonder des classifi-
cations bien ddfinies et parfaitement limitees. Quand on
consider l'humanit6 A ce point de vue, un curieux spec-
tacle frappe les yeuxr; les memes montagnes, les memes
fleuves qui s6parent les races d'hommes, s6parent aussi
leurs diverse religions. Arms du sabre ou des armes plus
pacifiques de la persuasion, les disciples de toutes les
croyances se sont toujours arretds devant certaines li-
mites qu'il ne leur a pas 6te donn6 de franchir. Le Sd-
mite, lui, comprend Dieu grand, tres grand, et c'est tout;
nous, nous ne sommes pas capable de saisir ainsi I'idde
de Dieu; le monotheisme pur, nd en Orient, n'a con-
quis l'Occident et les races iraniennes (indo-persanes)
qu'en se transformant au gre de celles-ci. La race qui
florissait A Athines et A Rome n'a accept le christia-






DE L'EGALITE


nisme qu'en le dCpouillant de son caractere original (1).
En suivant avec attention le d6veloppement des id6es de
M. G. Pouchet, on sent bien que tout en s'mancipant du
dogmatisme th6ologique, ii confond involontairement les
aptitudes morales des races avec leur systeme religieux;
c'est une methode d'autant plus fausse que la morale,
telle qu'on la concoit A notre 6poque de libre pens6e et de
positivisme, ne relieve aucunement de la religion et n'a
avec elle aucune solidarity. Mais est-il vrai que certaines
races, par leur constitution organique, soient plus aptes
ou mieux disposes que d'autres A concevoir certain id6e
religieuse? Rien n'est plus controversable qu'une telle
affirmation.
Sans aller bien loin, tous les 6rudits reconnaissent
aujourd'hui que le monoth6isme n'est pas plus natural
aux Orientaux qu'aux races occidentales. M. Jules Bais-
sac (2) de meme que M. Jules Soury (3) ont d6montr6 que
les S6mites n'ont pas toujours compris Dieu si grand
que le dit notre auteur. Le people h6breu, lui-m6me, a
passe par l'idolAtrie et les cultes des dieux chthoniens,
avant de transformer son Javeh en ce dieu fulminant oue
Moise ne pouvait regarder face A face et qui nous 6blouit
encore dans la po6sie d'Isa'e.
II faut bien l'avouer. Cette cat6gorie d'arguments offre
bien peu d'avantage: A ceux qui d6fendent la th&se du
polyg6nisme. Aussi est-ce pourquoi Broca, plus avis6, ne
les a jamais employee, encore qu'il r6unit A un degr6
.supprieur toute la sou plesse d'esprit et l'habilet6 de diac-
lectique qui en rendeu; it maniement accessible. Que
M. Georges Pouchet se soit mn)ntre tres faible dans toute

(1) Georges Pouchet, loco citato, p. 110
(2) Jules Baissac, Les origins de la religion.
(3) Jules Soury, Etudes historiques sur les religions, etc. Comparez
aussi Ewald : Geschicthe des Volkes Isradl.






DES RACES HUMAINES,


son argumentation, rien de plus evident. La science la
plus profonde, l'intelligence la plus vive, et 1'6rudition la
plus large ne suffisent pas pour faire la' preuve d'une
theorie don't les bases ne reposent sur aucune reality.
Sans doute, en pregnant la plume pour buriner ces deux
cents pages remarquables, oi il a d6ployd toutes ses res-
sources d'6crivain et tout son zMle de savant, afin d'6tablir
la plurality des races humaines, il croyait travailler A une
wouvre de la premiere importance. II le faut bien; car par
la forme m&me de ses protestations, il trahit l'effort qu'a
di faire sa conscience d'homme, pour rester A la hauteur
oh la science doit, selon lui, planer. a Le savant, dit-il,
doit se d6barrasser, dut-il en cofter A l'homme, des sen-
timents infiniment honorables d'egalit6 et de confraternite
qu'un noble coeur doit ressentir pour tous les homes,
quelle que soit leur origine, quelle que soit leur couleur. De
tels instincts honorent celui qu'ils animent; mais ils ne
peuvent que nuire A la science, quand ils interviennent.
J'admire ce devouement A la science qui aide le savant
auteur A refouler au fond de son coeur toutes les impul-
sions genereuses que le vulgaire appelle la voix de la na-
ture, pour ne contempler que la deesse imperturbable que
les anciens Egyptiens v6neraient sous le nom de Tauth.
J'adore cet hroi'sme. Mais ne faudrait-il pas voir dans les
paroles de M. G. Pouchet une absence regrettable de toute
id6e philosophique? Comment peut-il trouver honorables
et nobles des sentiments si contraires A la v6rite que le
savant doive s'en debarrasser? Depuis quand le beau et le
bien sont-ils devenus opposes au vrai? On verra par la
conclusion de M. Pouchet le resultat n6gatif que cette
deviation de toute saine notion philosophique a tire de
la science. Mais nous allons border un polygeniste autre-
ment habile, autrement intransigeant, je veux nommer
l'eminent Broca.
5





DE L'SGALITT


III.

ETUDES SUR LES DIFFERENCES PHYSIQUES DES MIMES GROUPS.
Comme je l'ai dejA expose, le mobile principal qui di-
rigea l'attention de l'illustre fondateur de la Societe d'an-
thropologie vers les etudes auxquelles il a consacr6 la
majeure parties de son existence, est la question si souvent
debattue, maisjamais resolue de la distinction de l'espece.
Aussi, dans ces savants plaidoyers du polygeniste, oi il
a fait preuve. d'une si vigoureuse intelligence et qui lui
ont valu une si grande autorite, tant parmi ses collogues
que dans le monde entier, tourne-t-il toujours autour de ce
point qu'il 6tudie sous toutes les faces, dans toutes les
circonstances, s'y interessant par-dessus tout.
On peut dire que la controversy sur le monogenisme et
le polyg6nisme n'est qu'accidentelle dans toutes ces bril-
lantes discussions don't nous allons nous occuper. Je ne
pourrai d'ailleurs m'y arr&ter que d'une maniere succincte.
II y a une impossibility patente d'examiner chacune des
nombreuses et savantes questions qu'elle souleve, sans
nuire aux proportions modestes et raisonnables que doit
garder cet ouvrage.
a Si l'on ne consultant que l'observation, dit Broca, elle
repondrait que le lvrier et le terre-neuve, animaux de
meme espkce, d'aprbs la doctrine classique, se ressem'ilent
moins que le cheval et I'hMmione, animaux d'especes diffi-
rentes; et le raisonnement, A son tour, interrogeant tous
les temoignages, comparant les moeurs, les langues, les
religions, s'appuyant sur l'histoire, sur la chronologie, sur
Ia geographie, 6tudiant la repartition des hommes et des
autres animaux a la surface du globe, interrogeant enfin
l'anatomie, la physiologie et l'hygiene, le raisonnement,
dis-je, ne conduirait certainement pas A admettre que






DES RACES HUMAINES.


I'ours blanc et le kanguroo viennent de la M6sopotamie
et que le Hottentot, le Celte, le Negre et le Tartare, le
Patagon et le Papou descendent du m6me pere. C'est donc
un article de foi et non de science. Introduit dans la
science, cet element n'est plus qu'une des hypotheses que
l'on peut faire sur les origins de I'animalite, et c'est la
moins satisfaisante, la moins scientifique de toutes, car,
aprbs avoir impose a la raison de grands sacrifices, elle
n'a meme pas l'avantage de fournir la moindre donnde sur
la distinction de ]'espece.
Ce passage, que j'ai d6tach6 de la premiere parties des
Memoires sur l'hybriditg de Broca, explique admirable-
ment 1'intention avec laquelle il met en oeuvre tous les ar-
guments, pour prouver que les homes ne forment pas
une seule et meme espece. D'apres la definition classique
qu'il rappelle lui-meme : a L'esp&ce est l'ensemble des in-
dividus qui descendent en droite ligne et sans melange
d'un couple unique et primordial. 3 Si l'on pouvait prouver
que tous les hommes ne sont pas de la m8me origine, ce
serait du meme coup demontrer l'inconsistance de la doc-
trine orthodox, au point de vue scientifique. Mais on peut
bien se le demander. Le problem des origins de l'homme,
come une foule d'autres choses qui tombent sous notre
jugement, sera-t-il jamais nettement r6solu? Saurons-nous
jamais le dernier mot sur la force initial qui a preside A
la formation des 6tres, tels que nous les voyons ou tels
qu'ils deviennent a 1'aide d'une puissance interne ddve-
lopp6e par le jeu de l'Nvolution ?
Nul ne peut r6pondre avec certitude.
En supposant que la solution en doive 8tre trouv6e un
jour, on ne peut rien affirmer dans la phase actuelle de
la science. Toutes les fois qu'il s'agira d'aller au fond des
choses, de remonter A la source primordiale des faits et
des connaissances humaines, il faudra done toujours,





DE L'EGALITE


avant d'aborder une hypothese, quelque belle que nous
la trouvions, se rappeler les paroles de Pline, a propos des
causes premieres: Latent in majestate mundi. Cependant
il est permis de se mettre sur les traces d'une investiga-
tion et tenter de reculer, si c'est possible, les bornes de
l'inconnu, surtout quand l'investigateur est un Broca.
L'essentiel est de garder son ind6pendance d'esprit, afin
de n'admettre aucun prestige autre que celui de la v6rit6.
A la question : tous les hommes sont-ils de la m&me
espece? Notre auteur suppose le raisonnement suivant de
1'icole unitaire qui repond par l'affirmative: a Tous les types
humans peuvent en se mariant donner des products ind&-
finiment feconds, done ils proviennent d'une souche
commune. m C'est le contraire qu'il s'efforcera de prouver.
Le savant Broca commence par affirmer un fait que ni
l'histoire ni la science n'ont aucunement prouv6. Tous les
artistes egyptiens, avance-t-il, ont rendu les caracteres du
type 6thiopien c avec cette tete laineuse, 6troite, prognathe,
ce front fuyant, ce nez epat6, ces dents obliques, ces levres
saillantes et meme, chose remarquable, cet angle facial
aigu, compris entire 65 et 70 degres, don't la signification
zoologique n'a et6 reconnue que depuis la fin du dernier
sidcle.
Il n'y a pourtant pas un seul ethnologiste qui ignore
aujourd'hui que les Ethiopiens, quoique noirs, out d'aussi
belles formes que les races blanches. C'est A ce point que
la plupart des ecrivains les ont longtemps groups dans
la division des peuples du type caucasien. Un homme de
la competence du professeur Broca aura-t-il pu ignorer ce
que tout le monde savait autour de lui ? N'est-ce pas dans
le but de tirer plus tard de cette affirmation un argument
favorable A sa these, qu'il a mieux aim6 se fier iki A la
parole de Morton, en nggligeant les vraies sources d'in-
formations ? C'est d'autant plus incomprehensible que les






DES RACES HUMAINES.


peintures 4gyptiennes meme don't parole le c6elbre polyg6-
niste ne font rien moins que consolider son affirmation (1).
Mais il est temps d'aborder les principles argumenta-
tions des polyg6nistes A la tate desquels lutte l'6minent
anthropologist. 11 faut, avant tout, se rappeler que je n'at-
tache aucune importance A ce que les hommes soient pla-
c4s dans une seule espece ou qu'on les spare en especes
diff4rentes. S'il m'arrive de refuter une opinion quelconque,
je ne le.fais que lorsque ma these en est contraride, au de-
triment de la vdrit6 que je m'efforce d'etablir. De plus, il
se fait ainsi une demonstration graduelle de l'insuffisance
de cette science orgueilleuse, mais imparfaite, don't s'autori-
sent tant d'ecrivains, qui parent continuellement des races
inferieures, encore qu'ils soient impuissants a demgler les
plus simples contradictions que soulkve chaque parties
des propositions qu'ils 6tablissent.
c La nature de notre travail, dit Broca, nous dispense
a de suivre minutieusement, dans les diverse races, toutes
Sales modifications du crane, de la face, du tronc et des
amembres. Nous nous bornerons done A compare, dans
Sun parrallele incomplete et rapide, les hommes apparte-
a nant au type dit Caucasique avec ceux qui se rattachent
c au type dit Ethiopien. m On ne peut que rendre hom-
mage A l'adresse et A la sagacity avec lesquelles la these est
pr6sentee. En effet, pour compare les races entire elles et
6tudier i'importance des variktes qui surgissent autour
d'un type donn6, aucun naturaliste, soit en botanique,
soit en zoologie, ne se serait avis4 de choisir dans la s6rie

(1) Voyez, dans I'Hist. ano. de l'Orient, de Fr. Lenormant, tome I,
page 1il, la gravure repr6sentant les quatre races humaines admises
par les anciens Egyptiens, d'apres les peintures du tombeau du roi
Skti Ier a Thebes. On constatera avec &tonnement que le nahasiou
ou nigre africain est loin de r6pondre A la description que le savant
Broca en donne. Ou ii n'avait jamais vu cette peinture 6gyptienne
don't il parole de confiance, ou il a Wte aveugl6 par sa th6se.






DE L'IGALIT9


A examiner les vari6tes qui sont aux deux extr6mites de
l'espbce, en negligeant les intermediaires, qui aident A
suivre la deviation du type commun dans un seas ou.dans
I'autre. C'est pourtant ce que font les polyg6nistes avec
une parfaite s6curit6 de conscience. C'est que la difference
qui existe entire un blond Germain et un noir Soudanien
est si frappante, a la seule vue du visage blanc ros6 de l'un
et noir violac6 de l'autre, qu'on ne peut croire A une or-
ganisation semblable des deux 6tres, si on ne connaft pas
le mulAtre et toutes les autres varietes qui le font turner
au noir ou au blanc. Aussi le fait de la varite6 de colo-
ration de la peau dans les races humaines, si suradondam-
ment expliqu6 par Prichard, qui d6montre la relation
qu'elle present avec les differences de la temperature
atmosph6rique, revient-il en t&te des arguments du savant
professeur.
I Parmi les caractbres anatomiques qui distinguent
l'Ethiopien du Caucasien, je choisirai, d'abord, dit-il,
sinon le plus grave, du moins le plus apparent, la couleur
de la peau. D II passe alors en revue les principaux peuples
de la terre et tache de prouver que sous les memes latitudes
geographiques, on rencontre des hommes blancs, bruns
on noirs, selon que l'on passe de l'Europe en Am.rique
ou en Afrique. Mais il vaut mieux citer textuellement sa
conclusion. c R&capitulons maintenant les resultats que
nous avons obtenus, dit-il, dans cette promenadedu Nord
au Sud, surle rivage occidental des deux Ameriques, Nous
avons rencontr6 successivement dans l'Amerique russe,
sous la latitude de la Norwege, une race d'un jaune brun
mAld de rouge; sous la latitude de l'Angleterre, une race
parfaitement blanche, sous celle de 1'Espagne et de l'Alg6-
rie une race noire; de 1a jusqu'A 1'6quateur, dans le
Mexique et I'Am6rique central, sous la latitude de la
Guinee et du Soudan des races simplement brunes, incom-






DES RACES HUMAINES.


parablement plus claires que la precedente; de 1'6quateur
A la Terre de feu, des races toujours brunes, mais don't la
couleur s'6claircit de plus en plus; en Patagonie enfin,
sous un ciel rigoureux, une ou plusieurs races noirAtres ou
entibrement noires. Et nous avons laiss6 de c6te, je le
repkte, les neuf dixiemes de l'Amerique. Que pourrions-
nous ajouter au tableau? -
Vraiment, je ne puis cesser d'admirer le talent avec
lequel Broca present ses preuves, et je suis convaincu
qu'il ferait un avocat hors ligne si, au lieu de commencer
A faire de la physiologie, il avait song plut6t A la science
des Demolombe et des Bonnier. Avec quelle habilete
fait-il miroiter A nos yeux la g6n6rosite don't il use, en
laissant de c6te les neuf dixibmes de l'Amerique? C'est
pourtant dans ces parties neglig6es qu'il aurait rencontr6 les
plus grandes difficultis pour son argumentation. Mais quoi
qu'il en ait dit et malgr6 sa conviction sincere ou non,
il n'aurait qu'A reflichir un instant pour reconnaltre que si
en Amdrique, sous Jes memes paralleles, on ne rencontre
pas des races de meme nuance que celles de l'Europe ou
de l'Afrique, les gradations suivent une march don't I'uni-
formite prouve une relation hautement caracteristique.
A ce premier examen, pour ainsi dire, brut des faits con-
states, il faudrait ajouter les circonstances mdetorologiques
et la difference de courbes qui existe entire les lignes iso-
thermes et les parallbles gdographiques, diffLrence resultant
des accident. topographiques, tels que l'altitude de certain
lieux au-dessus du niveau de la mer, leur proximity des
c6tes et la constitution geologique du terrain don't la vegd-
tion influe plus ou moins sur l'atmosphere ambiante. Les
courants marines y exercent aussi une influence positive.
Le grand courant equatorial donne naissance au Gulf-
stream qui traverse l'Atlantique A la hauteur du S6negal,
remote vers Terre-Neuve, puis quite les c6tes amdri-






DE L'EGALJTI


caines pour aller se perdre dans les regions polaires de la
Scandinavie. Ces diffdrents facteurs, don't les forces com-
binees ou neutralis6es rendent si difficile la connaissance
precise de leur resultat, agissent dans un sens ou dans
I'autre, avec des influences fort variees. Ainsi, l'on
constate souvent dans J'interieur de la Californie, qui
est assez eloign6e de l'equateur, que le thermometre monte
A l'ombre jusqu'a 48 degr6s centigrades. C'est une des plus
hautes temperatures qu'on ait pu observer sur le globe. II
faut aussi dire que, par l'effet des brises du matin ou du
soir, le thermometre descend parfois jusqu'A 25 et 22
degres (1). Sur la c6te de Glenarn, dans le nord-est de
l'Irlande, il se constate des faits tout aussi curieux: a II y
gele A peine en hiver, et cependant les chaleurs de l'6t6 ne
suffisent pas pour mfrir le raisin. D'autre part: a Les
i mares et les petits lacs des ties Fero8 ne se couvrent pas
de glace pendant l'hiver, malgre leur latitude de 670...M En
Angleterre, sur les c6tes du Devonshire, les myrthes, le
camelia japonica, la fuchsia cpccinea et le bodleya globosa
passent l'hiver, sans abri, en pleine terre. A Salcombe, les
hivers sont tellement doux qu'on y a vu des rangers en
espalier, portant du fruit et A peine abrites par le moyen
des estbres (2).
Le professeur Broca ne pouvait ignorer ces details et
une foule d'autres qu'on ne saurait n6gliger dans une etude
des influences climatologiques, pour ne s'arreter qu'A la
comparison des paralleles geographiques. Aussi fit-il
oblige d'en parler. Mais au lieu de dire l'application qu'il
j a essays d'en faire, il s'est content d'adresser une objurga-
tion directed A l'esprit aveugle des unitaires. C'est un mou-
vement adroit pour celui qui est pris et emport6 dans un


(1) Voir Simonin, Revue des Deux-Mondes, avril 1861.
S(21 Alex. de Humboldt, Asie central, t. III, p. 147-148.





DES RACES IUMAINES.


engrenage oii il tourne sans fin, impuissant A se maintenir
en 6quilibre. En mecanique, cela s'appelle fuir par la
tangente.
II est inutile de suivre le savant anthropologist en Afri-
que oui sa promenade n'est pas plus fructueuse qu'en Am6-
rique. D6jA M. Elisee Reclus a abord6 l'Afrique, dans le
savant ouvrage qu'il public actuellement sur la Geogra-
phie universelle et qui est le compendium de toutes les
connaissances geographiques acquises jusqu'a nos jours.
A propos de la temperature du continent noir, on peut con-
sulter, pour l'etude des lignes isothermes, la carte pubiiee
par l'6minent geographe (1). Il sera facile d'y voir combien
ces lignes suivent des courbes. capricieuses, et combien
profondement on se tromperait, si on ne voulait suivre que
les paralleles geographiques pour se faire une just idee du
climate africain. On n'a qu'A bien 6tudier les isothermes
pour se rendre compete de la distribution des divers groups
ethniques qui se partagent la terre d'Afrique. Leur diver-
site de coloration est plut6t un argument certainement
contraire A la these des polyg6nistes.
Cette coincidence de la couleur plus ou moins foncee de
certaines races humaines avec la chaleur plus ou moins
intense du climate est un fait qui saute aux yeux. Aussi,
des la plus haute antiquity, les hommes les plus compe-
tents l'ont-ils reconnue et signalee. On connait ces vers
d'Ovide :

Sanguine turm oredunt in corpora summa vocato
.3Ethiopum populous nigrum traxisse colorem.

Broca les rappelle en faisant finement remarquer que
Leucat les cite mal. Preuve que notre savant auteur n'ou-
blie rien, pas meme le texte des Metamorphoses. Mais

(1) Elis6e Reclus, Nouvelle gdographie universelle, 54e serie, p. 16.






DE L'VGALITE


Ovide n'a fait que r6p6ter une opinion qui 6tait celle de tous
les anciens. Le mot Ethiopien meme (en grec,AiOt ', de Jt OE
brdler, et &P, visage), qui est d6ja employ par Homere,
en dit plus que tout le reste. Longtemps avant Ovide, on
rencontre la m6me id6e exprim6e dans un ancien tragique
grec, qui vivait au IVe siecle avant J6sus-Christ. C'est
Theodecte de Phas6lis. Strabon (1) rapporte de lui les vers
suivants :


axo'ervov vOos QS Xpwas icryvuo
Et; GoWT 'cv'pCOv xat ctuv G4peS+sv x0o1M;
Ij.optPD; OvauCMT7ouC GuvrSaIj'Cc; nupo;.

c Ceux don't le soleil brflant s'approche trop dans sa
course, sont revatus d'une couleur de suie et leurs cheveux
s'entortillent, gonfles et desseches par la chaleur. z
Je sais que les polyg6nistes s'empresseront de r6pondre
que cette croyance n'emprunte aucun caractere de certi-
tude A I'anciennet6 de son existence. Is auront droit d'ar-
guer que la science au nom de laquelle ils pr6tendent
parler 6tait dans sa prermire enfance, au temps oa cette
16e commenga de se vulgariser comme une just inter-
pr6tation de la r6alit6. Ils demanderont qu'elle soit appuy6e
d'autorit6s autrement comp6tentes. Peut-6tre refuse-
ront-ils meme que ces autorit6s soient choisies parmi
les partisans du monog6nisme. Ce serait d6ej bien des
exigences.
D'autres pourraient aussi avoir la vell6it6 de contester
au polygenisme le privilege exclusif de consid6rer ses
adeptes come les seuls aptes A comprendre et mani-
fester la v6rit6. Mais que penserait-on si les polyg6nistes
les plus autoris6s reconnaissaient aussi l'influence du cli-


(1) Strabon, Livre XV, chap. I.





DES RACES HUMAINES.


mat sur la differenciation des races humaines et m&me
des autres animaux et des v6g6taux ? Ne faudrait-il pas
avouer que la loi admise par Prichard et toute 1'6cole uni-
taire, est appuyee par le consentement universal don't la
poids est, si improtant dans la recherche des caracteres
de la certitude? Citons pourt4tiygreju'on peut consi-
direr A bon droit comme le cr6ateur de la doctrine polygd-
nique.
^tTransportons-nous, dit-il, sur le sol aride et brdlant
de la Guinee et de l'Ethiopie et voyons perp6tuellement le
soleil verser des flots d'une vive lumiere qui noircit, des-
seche et charbonne, pour ainsi dire, les animaux et les
plants exposes A ses brilants rayons. Les cheveux se
crispent, se contournent par la dessiccation sur la tate du
nbgre; sa peau exsude une huile noire qui salit le linge;
le chien, perdant ses poils, ainsi que les mandrils et les
babouins, ne montre plus qu'une peau tann6e et violAtre
comme le museau de ces singes. Le chat, le boeuf, le lapin
noircissent, le mouton abandonne sa laine fine et blanche
pour se herisser de poils fauves et rudes. La poule se couvre
de plumes d'un noir fonc6; ainsi, A Mosambique, il y a des
poules negres, don't la chaire est noire.
a Une teinte sombre remplit toutes les creatures; le feuil-
lage des herbes, au lieu de cette verdure tendre et gaie de
nos climats, devient livide et Acre; les plants sont pe-
tites, ligneuses, tordues et rapetissdes par la secheresse,
et leur bois acquiert de la solidity, des nuances fauves et
obscures comme l'6b6ne, les aspalathus, les sideroxylons,
ies clerodendrons, especes de bois negres. Il n'y a point
d'herbes tendres mais des tiges coriaces, solides; les fruits
se cachent souvent, comme les cocos, dans des coques
ligneuses et brunes. Presque toutes les fleurs se peignent
de couleurs foncdes et vives ou bien violettes, plombdes
ou d'un rouge noir comme du sang dessechd. Les feuilles






76 DE L'VGALITi

Smme portent des tAches noires, comme les noires tiges
et le sombre feuillage des capsicum, des cestrum, des
strychnos, des solanum, des apocynum, etc., qui decelent
des plants Acres, v6n6neuses, stupefiantes, tant leurs
principles sont exalts, ports au dernier degr6 de coction
et de maturity par l'ardent soleil et la lumiere du climate
africain(1). )
En lisant cette description, oi le style du naturaliste
s'empreint d'un colors vraiment superbe, on sent je ne
sais quel vague souvenir du v Paradis perdu m de Milton.
Cette lecture fait en effet penser au porte qui, avec une
energie de touche, une elevation de style ou perce le fana-
tisme presbyt6rien et rdvolutionnaire, decrit ainsi les re-
gions infernales :

Regions of sorrow, doleful shades, where peace
And rest can never dwel, hope never comes
That comes to all, but torture without end
Still urges, and a fiery deluge, fed
With ever-burning sulphur inconsumed (2).

Mais ne demandons pas si ce tableau n'est pas trop
charge; si on n'y sent pas trop cette litterature quelque
peu guindee qui caracterise la fin du XVIIIe siecle. II vaut
mieux s'arreter sur la parties de cette description, of le
savant ecrivain parole de cette huile noire qu'exsude la
peau de 1'Africain. II n'y a rien de moins exact que ces
terms souvent employs de peau huileuse des noirs. L'd-
piderme de cette cat6gorie de Pespece humaine A'a rien de
particulier qui puisse justifier cette expression don't je ne
puis rapporter l'origine qu'A une simple metaphore.


(1) Virey, Histoire du genre human.
(2) Regions de chagrin, triste obscurity oh la paix et le repos ne
peuvent jamais demeurer, l'esp6rance jamais venir, elle qui vient A
tous; mais oh se d&roulent une torture sans fin et un deluge de feu,
nourri par un souffre qui brhle 6ternellement, sans se consumer. -
Milton, The Paradise lost, Book I, V. 65-69.





DES RACES HUMAINES.


La couleur du negre provient d'une couche de pigment \
qui se trouve dispose en fines granulations dans les cellu-
les 6pith6liales du reseau de Malpighi, en contact imm-
diat avec le derme. On sait que ce reseau muqueux a une
autre couche oui les cellules sont sans noyaux ou A noyaux
sans granulations pigmentaires; apres celle-ci vient la
couche cornee ou epidermique, form6e de cellules lamel-
leuses minces, trbs adh6rentes entire elles, g6n6ralement
sans noyaux (Ch. Robin) (1) ou laissant apercevoir des
traces de noyaux par la reaction de l'acide ac6tique
(Leydig) (2). Le pigment colorant est lui-meme compose
d'une substance organique qui est la milanine. Cette
substance ne se dissout qu'a chaud dans la potasse pure,
en d6gageant de l'ammoniaque; l'acide chlorhydrique 1'en
pricipite en flocons qui, A leur tour, se dissolvent A froid
dans la potasse. Nul autre agent ne la dissout. On peut
done se demander comment elle a pu colorer cotte pre-
tendue huile noire qu'exsude la peau du negre. Y a-t-il
dans l'organisme de 1'Ithiopien un laboratoire special ou
la potasse pure se trouve en quantity et 6nergie suffisantes
pour op6rer cette dissolution de la m6lanine, laquelle,
jointe A un flux merveilleux de matibres s6bac6es, compo-
serait cette huile don't parle Virey? Mais la ml6anine don't
la composition chimique est tres peu stable, comme toutes
les substances organiques, se conserverait-elle alors assez
invariable dans les cellules 6pitheliales pour donner A la
peau du noir cette coloration remarquable, qui ne palit
que dans les cas morbides, dans les grandes emotions,
ou par suite d'un sdjour trop prolong dans les climats
froids et humides ?
Il est certain que Virey, en s'exprimant comme nous l'a-


(1) Dict. de Mddecine de Littr et Ch. Robin, 3e 6dit. I
(2) Franz Leydig, Anatomie compare de Phomme et des animauc.






DE L'VGALITt,


vons vu, n'a fait que se conformer a une idWe vulgaire
don't les savants negligent de verifier la v6racite. Mais on
ne sera pas moins surprise de rencontrer le meme fait cit6
comme une preuve de la difference anatomo-physiologique
qui distingue l'Ethiopien du Caucasien.
On pourrait s'arrkter a Virey, don't le t6moignage suffit
pour demontrer qu'un des plus remarquables adversaires
du monog6nisme ne refuse pas de reconnaitre la correla-
tion qu'il y a entire le climate et la couleur des animaux
qui l'habitent. Cependant, afin que les polyg6nistes n'aient
rien a r6pliquer, nous devons leur presenter un autre
collbgue (1) don't l'autorite est incontestable. c Aux iles
Mariannes, dit Jacquinot, nous eumes un example frap-
pant de 1 action du soleil sur 1'espece humaine, relative-
ment a la couleur. Des habitants, des lies Sandwich,
hommes, femmes et enfants, avaient Wte pris par un cor-
saire am6ricain; ils 6taient devenus si bruns que nous
avions de la peine A les reconnaitre pour appartenir A la
race jaune.
a Nous avons vu nous-m&me, dans l'archipel indien, les
Chinois bateliers, p&cheurs, beaucoup plus bruns que les
Chinois marchands, restant constamment dans leurs bou-
tiques. Nous avons d6jA vu qu'il y a des hommes A peau
noire dans les races caucasiques et mongoles; et une
preuve que cette influence solaire se fait sentir partout,
c'est que nous avons observe nous-m&me que la peau de
certain Oc6aniens 6tait d'un noir plus fonc6, plus bleuA-
tre, surtout a la face externe des membres, tandis que
celle des femmes etait au contraire d'un noir roux (2).


(1) C'est par erreur que le Dr Topinard parole de Jacquinot comme
ayant adopted les trois races de la classification unitaire de Cuvier.
Ce naturaliste, en reconnaissant trois races diff6rentes, donnait au
mot race le m6me sens que M. Georges Pouchet.
(2) Jacquinot, Zoologie, t. II, p. 18.





DES RACES HUMAINES, 79
On pourrait citer des centaines d'auteurs qui pensent et
s'expriment comme les deux savants polygenistes, mais A
quoi bon! Ceux qui discutent ne sont- pas moins Cclairds
sur ce fait; et il faudrait une naivete bien rare pour peser
chaque expression comme le reflet sincere de la conviction
de celui qui 1'dmet. Nous ne pouvons pourtant en finir
avec cette question de l'influence des milieux sur la colo-
ration de la peau, sans citer l'opinion de l'un des anthro-
pologistes les plus compdtents et qui tient actuellement
la m&me position qu'avait acquise Broca parmi ses col-
legues. Je veux nommer M. Topinard. a Les variations
individuelles, A coup str, dependent en parties du milieuet
de la sante, dit-il; M. Broca lui-meme l'admet pour cer-
taines differences entire les sexes; une statistique de Que-
telet sur les enfants sains et malades le prouve.
a L'accroissement de la matiere pigmentaire s'explique-
rait par 1 ais6ment. Le system cutand, excite par le
contact de l'air, de la chaleur et de la lumiere, fonctionne
davantage, son appareil glandulaire secrete davantage et
la matibre noire se depose en plus grande abondance
dans les jeunes cellules sous-6pidermiques. De lA, et peut-
6tre par action rdflexe sur les capsules sur6nales ou le
foie, l'hypersdcrition se propagerait A tout l'organisme et
partout la matiere colorante d6rivant du sang, de la ma-
tiere biliaire, ou d'ailleurs, augmenterait. Des particu-
larites propres A chaque race feraient que l'une devien-
drait franchement noire, l'autre jaunAtre ou olivAtre ou
rougeatre. Urne des objections tomberait ainsi: pourquoi les
parties exposes a l'air ne sont-elles pas les seules noires?
Le phenomene inverse, un d6faut d'excitation, produirait
au contraire la d6coloration, c'est-A-dire une sorte d'a-
nemie comme chez les mineurs. Les Antisiens blancs du
Pdrou, dit d'Orbigny, habitent au pied de rochers A pic,
sous des arbres gigantesques don't les branches forment





DE L'VIGALITA


un vaste berceau imp6entrable aux rayons du soleil, oti
regnent une atmosphere humide et une vegetation luxu-
riante; leurs cinq tribus y vivent plongees dans l'obscurit6
et sont plus claires de teint que les Maxos du voisinage,
dans les planes d6couvertes, et les Aimaras sur des pla-
teaux 6leves (1). -
On peut dire maintenant que cette question de l'in-
fluence du climate sur la coloration des differentes races
humaines est vidde. La conclusion en est favorable a la
theorie de i'unit6 de l'esp&ce humaine. Mais en est-il ainsi
de l'explication qu'on voudrait avoir sur les vari6t6s de
la chevelure? I1 est certain qu'on se trouve ici en face d'un
phenomene beaucoup plus complex. Cependant, quoi
qu'on en puisse pretendre, la consideration du system
pileux serait une base de classification de beaucoup moins
s6rieuse que celle de la couleur, encore insuffisante que
soit cette derniere. Non-seulement la structure du cheveu
n'est pas toujours constant dans une meme race, mais
jusqu'ici aucun accord former n'est 6tabli sur la diversity
de formes que quelques histologistes croient y avoir
observe, relativement aux differences ethniques. II y a un
fait d'une valeur positive, c'est que, par les soins de la toi-
lette, la chevelure peut sinon se transformer, mais prendre
un nouvel aspect bien different de celui qu'elle a, lors-
qu'elle est negligee. Si done il n'est pas permis d'expliquer
par le seul effet de la secheresse des climats chauds Fes-
phce d'helico'de aplati don't le cheveu du Nigritidn offre la
figure, on ne peut nier que l'etat hygrom6trique de 'air
Sambiant n'y exerce une grande influence. Or, on n'a jamais
fait une etude spkciale et locale sur 1'6tat hygrometrique
des differentes contries du globe. La chaleur n'est pas
toujours accompagn6e d'un air sec, ni le froid d'humidite.

(1) Paul Topinard, loco citato, p. 404.





DES RACES HUMAINES.


Cest un fait bien connu en physique. Et, chose assez cu-
rieuse, dans les constatations meteorologiques, on ren-
contre le plus souvent de grandes chaleurs en relation
avec un air humide bien caracterise. De l6 l'influence mal-
saine qui rend certain climate chaud inhabitable aceux qui
n'ont pas encore l'immunit6 de l'acclimatement.
C'est donc tort que le professeur Broca croyait battre
en breche la doctrine unitaire, en s'efforgant de d6montrer
les deux propositions suivantes :
1o c Quoique laplupart des peuples A chevelure laineuse
habitent sous la zone torride, plusieurs d'entre eux vivent
dans les zones temp6eres et quelques-uns meme occupent
des pays don't le climate est aussi froid que celui de 1'Eu-
rope.
20 a Quoique plusieurs races tropicales aient les cheveux
laineux, un tres grand nombre de races fixees sous la
mnme zone depuis une 6poque ant6rieure aux temps histo-
riques ont les cheveux parfaitement lisses.
Le savant professeur a continue A disserter comme s'il
fallait se refdrer A l'influence de la chaleur ou du froid pour
expliquer la rigidity et la torsion, ou la souplesse et le d6-
veloppement du cheveu, tandis que ce phenomene se rat-
tache plus directement A la secheresse ou l'humiditd de
l'air, d'apres toutes les probabilities scientifiques.
Dans ces questions, d'ailleurs, on ne doit pas raisonner
d'apres les influences actuelles du climate, ni sur les
hommes qui ont vecu depuis les 6poques historiques. II
faut voir la possibility oi serait cette influence d'operer ces
transformations durant le laps de temps oui les hommes,
trop faibles et trop ignorants pour s'eloigner beaucoup de
leur zone geographique primitive, ni se prot6ger centre
les incl6mences de l'atmosphere, etaient impuissants A
s'en affranchir. Le fait tres important des migrations his-
toriques on antehistoriques demeure done reserve.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs