Title: Journal of Caribbean archaeology
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00091746/00006
 Material Information
Title: Journal of Caribbean archaeology
Series Title: SPARC (Organization)
Uniform Title: Journal of Caribbean archaeology (Online)
Alternate Title: JCA
Abbreviated Title: J. Caribb. archaelo.
Physical Description: Serial
Language: English
Publisher: Christopher Ohm Clement ;
Christopher Ohm Clement
William F. Keegan
Place of Publication: Gainesville FL
Publication Date: 2004
Frequency: annual
regular
 Subjects
Subject: Archaeology -- Periodicals -- Caribbean Area   ( lcsh )
Antiquities -- Periodicals -- Caribbean Area   ( lcsh )
Genre: Electronic journals   ( lcsh )
Electronic journals.
periodical   ( marcgt )
 Notes
Restriction: Licensed for access by authorized UF users (current UF students, faculty and staff -- and others within a UF Library.) Some e-journal service providers may offer only selected articles.
System Details: Mode of access: World Wide Web.
Dates or Sequential Designation: Vol. 1 (2000)-
General Note: Title from title screen (publisher's Web site, viewed Dec. 2, 2002).
General Note: Latest issue consulted: Vol. 5 (2004).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00091746
Volume ID: VID00006
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: alephbibnum - 003345617
oclc - 41077527
lccn - sn 99003684
issn - 1524-4776

Downloads

This item has the following downloads:

Binder1 ( PDF )


Full Text





Journal of Caribbean Archaeology
Copyright 2004
ISSN 1524-4776






HISTORICAL ARCHAEOLOGY IN THE FRENCH CARIBBEAN:
AN INTRODUCTION TO A SPECIAL VOLUME OF THE JOURNAL OF
CARIBBEAN ARCHAEOLOGY

Kenneth G. Kelly
Department of Anthropology
University of SN,lu,,h Carolina
Columbia SC 29208, USA
kenneth. kelly (a@sc. edu


The Caribbean region has seen a
tremendous growth in historical archaeology
over the past 40 years. From important,
although isolated beginnings in Jamaica, at
Port Royal and Spanish Town and Montpelier
(Mayes 1972; Mathewson 1972, 1973;
Higman 1974, 1998), in Barbados at Newton
Cemetery (Handler and Lange 1978), and
elsewhere in the Caribbean, the field has
expanded at a phenomenal rate. The late
1970s and the early 1980s saw the initiation of
several important long-term studies, including
Norman Barka's island-wide focus on rural
and urban life in the Dutch territory of St.
Eustatius (Barka 1996), Kathleen Deagan's
multi-year project at Puerto Real and the
neighboring site of En Bas Saline in Haiti
(Deagan 1995), Douglas Armstrong's work at
Drax Hall, Jamaica (Armstrong 1985, 1990),
and Lydia Pulsipher's decades-long work on
Montserrat (Pulsipher 1991; Pulsipher and
Goodwin 2001), to name a few of the most
important. Subsequently, the mid 1980s to the
late 1990s have witnessed a proliferation of


projects too numerous to mention, throughout
the Caribbean, with only a few areas excepted
(for an example of the coverage, see the
papers in Farnsworth 2001 and Haviser 1999).

Not only have nearly all islands of the
Caribbean been the focus of at least some
historical archaeology, but also the types of
historical archaeological research have been
diverse. Thus, studies of both industry and
labor have been conducted on sugar, coffee
and cotton plantations in the Greater and
Lesser Antilles. Military fortifications have
been documented and explored in many areas.
Urban residential and commercial sites have
been investigated, and ethnic minorities
within the dominant class, such as Jewish and
Irish populations, have been the focus of
research programs. But probably the greatest
area of archaeological research has been
focused on the history and experiences of
African and African-descended populations of
the region. Archaeological work initially
explored the conditions endured by enslaved


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


1, 2004









Introduction


Africans on the plantations of Barbados,
Jamaica, Montserrat, and other islands.
Furthermore, this research has investigated
more than simply the conditions of plantation
slavery, but has looked at the creation and
maintenance of African Caribbean identities
through architecture, the use of space,
foodways, and artifact choice. A recent
development in historical archaeological
research is the inclusion of the lives of
African and African-descended people in
other settings, such as free villages after
emancipation (Armstrong 2001; Haviser
1999; Kelly and Armstrong 1991), as well as
free villages that were established and
maintained by self emancipated individuals in
the face of the dominant slave holding
societies (Agorsah 1994; Weik 1997). These
Maroon settlements are important as
reminders that not all Africans and African-
descended people accepted survival in slavery,
but struggled to contest the institution by
living outside of it.

Colonial origins

For the most part, the important historical
archaeological trends outlined above have
been conducted in the Anglophone Caribbean,
on islands that for some or all of their history
were colonial outposts of England. No doubt
this is in part due to the fact that even in the
early 21st century, historical archaeology is
still most closely associated with the United
States, and the US was until the late 18th
century, also a colonial outpost of Great
Britain. This common history facilitates
comparison and contrast between different
moments of the same colonial world. The
language of colonial documentation is also a


factor, although not to a degree that it has
prohibited US historical archaeologists from
working in Dutch, Spanish, or (formerly)
Danish territories.
Reviewing the scope of historical
archaeology as practiced in the Caribbean
reveals that one colonial sphere is
conspicuous in its absence: France. The lack
of historical archaeological research on French
or formerly French islands is remarkable,
particularly when the antiquity of French
colonization in the region is considered.
French colonies were established in
Martinique and Guadeloupe in the 1630s, and
a significant French presence took official
possession of St. Domingue (the western
portion of Santo Domingo) in 1697. Thus,
major French colonies in the region are
broadly contemporaneous with English efforts
in Barbados, St. Kitts, and others in the Lesser
Antilles, as well as Jamaica in the Greater
Antilles. Furthermore, although the French
possessions were part of the same general
enslaved labor-based plantation economy as
the British islands, they exhibited significant
differences as well as similarities. The French
islands of the Lesser Antilles followed a
similar trajectory to those under English rule,
with the initial occupation based upon small-
scale production of tobacco using the labor of
indentured servants. However, as in their
English neighbors, the profitability of sugar
produced by enslaved labor soon led to the
rapid installation of sugar plantations in the
areas that were most suitable. Other
commodities were also produced, including
cotton, indigo (discussed below by Xavier
Rousseau and Yolande Vrager), and by the
early 18th century, coffee. Thus as the 18th
century developed, Martinique and


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Kelly


1, 2004









Introduction


Guadeloupe both saw the growth of plantation
agriculture such that by the last decades of the
century, they were between them home to over
200,000 enslaved people.

Meanwhile, the colony of St. Domingue
rocketed to prominence in the 18th century, as
sugar and coffee estates were established first
in the fertile northern plains and adjoining
mountains, and then later in the western
region, and finally in the south. An indication
of the rapidity of growth in St. Domingue is
seen in the numbers. By 1790, St. Domingue
was home to over half a million enslaved
people, a significant proportion of which was
African born. The colony produced more
sugar, rum, coffee, indigo, and cotton than did
any other island, and its production, combined
with that of Guadeloupe and Martinique,
outpaced that of all the British Caribbean
colonies combined. Clearly, the French
Antilles were important.

The late 18th and 19th century however
brought about some of the most significant
differences between the French islands and
those controlled by the British. In 1789 the
French revolution began, and in 1791 St.
Domingue was the scene of a massive revolt
by the enslaved population, centered on the
northern plain of the colony. This revolt,
combined with evolving ideas of the rights of
man taking place in France, and political and
military expediency, led to the abolition of
slavery in all French possessions in 1794.
However, the British had already occupied
Martinique, so abolition did not occur there,
although it did in St. Domingue and
Guadeloupe. Yet eight years later, the new
government of Napoleon rescinded the


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


abolition decree, re-establishing slavery in all
French possessions. The uprising in St.
Domingue had progressed beyond the ability
of the French to enforce the new law, and by
1804 the newly independent nation of Haiti
was created. In Guadeloupe, slavery was re-
established, and was to continue for nearly
half a century, until the final and lasting
abolition of slavery in 1848, whereas, in
Martinique, slavery continued uninterrupted
until 1848.

Despite these extraordinary histories, the
main former French colonies have not seen
the development of historical archaeology that
has occurred on other islands. Delpuech
(2001) discusses the lack of historical
archaeology in the French West Indies (the
departments of Guadeloupe and Martinique),
noting that Martinique did not have a Service
Regional d'Archeologie (SRA) [government
office of archaeology] until 1986, and that
Guadeloupe did not get its SRA until 1992.
Thus the governmental infrastructure to record
and manage archaeological sites was not in
place until quite recently. With the
establishment of these offices, archaeological
research of all sorts, particularly historical
archaeology, has grown dramatically (see also
Kelly 2002).

It is therefore in the setting of these
fascinating histories of the Caribbean that we
see the arrival of important archaeological
work on a variety of historic sites. The papers
in this issue of The International Journal of
Caribbean Archaeology point out some of the
directions research in the Francophone regions
of the Caribbean is going. Papers in this
collection include ethnoarchaeological work,


1, 2004


Kelly









Introduction


studies of the industrial components of sugar
and indigo plantations, military fortifications,
and the bioarchaeological study of a probable
African Guadeloupean cemetery. The work
reported in these papers includes Guadeloupe
and its dependency of Marie Galante,
Martinique, and Guyane. All of these papers
were originally presented at the Society for
Historical Archaeology Annual Meeting in
Quebec City, held in January of 2000. This
meeting proved to be particularly important
for historical archaeology in the Americas, as
it introduced many English speakers to the
wealth of relevant research being undertaken
by our francophone colleagues.

For the English language reader, a brief
summary of each of the papers is provided
below, allowing others an insight to some of
the most current historical archaeological
research of the French Caribbean. The
summaries will begin with the papers that
address the islands of the French Caribbean,
first Martinique, then Guadeloupe and Marie-
Galante. The final summary will discuss the
paper on the archaeology of a plantation in
Guyane. Although located on the north coast
of South America, the slavery-based
plantation economies of Guyane place it
firmly within the Caribbean region.

The Papers
Martinique

The paper by Laurence Verrand on
military fortifications of Martinique between
1635 and 1845 makes extensive use of
cartographic data from a series of
contemporary maps to chart the evolution of
fortifications on the island, and the changing


concerns that governed their placement. This
study identified 180 sites including isolated
batteries, forts, and other defensive or military
sites such as camps. The site inventory,
undertaken as part of the program to improve
the Carte Archeologique de la France (French
Archaeological Site Map) provides a
management tool to safeguard the vestiges of
this aspect of colonial history. But the paper
is more than a management tool: Verrand
uses locational data subdivided into four
periods to develop an understanding of the
strategies and concerns that guided the
construction of military sites at different times
during the colonial period. She finds that the
data indicate a progressive mastery of the
local terrain, including the identification of
strategic points and natural defenses, and that
these can be understood in view of the
changing nature of perceived threats over
time. Some interesting overall observations
are that about 15% of the fortification sites
were used ten years or less, and only 5 were in
use for more than 150 years. Furthermore, the
mean length of use was 55 years. Also
interesting is the observation than most of the
fortifications were adjacent to the coast, and
focused on defending against sea-borne
threats, and only 25% of all fortifications were
located more than 500 m from the sea.

The analysis of fortifications over four
periods reveals some interesting developments
that may not otherwise have been apparent.
The first period, 1635-1700, shows a primary
concern with defending the nascent colony
from pirate and Indian raids, and not
fundamentally with a concern that inter-
European conflict would spill over to the
Caribbean arena. Thus, fortifications are


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Kelly


1, 2004









Introduction


concentrated around the harbor of Saint-
Pierre, with only three batteries located on
other parts of the coast. Of these, two were
overlooking the large bay at Fort Royal. The
gradual establishment of fortifications away
from Saint-Pierre is indicative of the growing
population and importance of the other
regions of the island, and the eventual
relocation of the governmental functions to
the town of Fort Royal.

The second period of Verrand's study,
1700-1750, reveals several interesting trends.
The number of fortifications increased
dramatically, with the eight of the earlier
period being augmented by an additional 59.
The region of Saint Pierre remained heavily
defended, despite the new center of
administration at Fort Royal. Also
demonstrating a significant departure from the
earlier period, batteries were established
encircling the entire island. This was clearly
associated with the increasing importance of
the colony as the sugar industry expanded, and
as the population doubled during this period.
All of the defenses were located along the
coast, and significant use was made of natural
barriers and features such as reefs, cliffs,
swamps, and thorny or toxic plants to help
secure some sectors without the expenditure
of manpower or money.

The third period, 1750-1802, includes the
Seven Years War, and the wars associated
with the French Revolution. During this time
Martinique suffered several invasions by the
British, including occupations in 1762-3 and
1794-1802. As before, fortifications were
concentrated in the regions of Saint Pierre and
Fort Royal, and the fortifications of other


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


regions of the island were intensified.
However the experience of invasion and
occupation led to the construction of the first
interior fort, as threats could now be
envisioned on land. Furthermore, concern
over the possibility of slave revolts compelled
a shift from a strictly maritime concern to one
of terrestrial security. However, the threat of
slave revolts led to the establishment of much
more ephemeral camps, as the utility of
permanent fortifications was not seen to be
essential for that threat.
The final period, between 1803 and 1848,
saw yet another occupation by the British
from 1809-1814. Coastal defense remained a
priority, although a concern with the
possibility of slave revolts meant that
garrisons were maintained in the interior as
well. The inland installations were situated in
elevated portions of the interior, reflecting the
concern with the health of the troops. Camps
in the hills were less susceptible to the tropical
ailments that frequently crippled colonial
soldiers, and it was hoped that these camps
would provide better opportunities for
acclimatization.

The paper by Laurence Verrand and
Nathalie Vidal, "Les Fours a chaux de
Martinique," addresses archaeological and
ethnoarchaeological research on Martinique.
The fours a chaux, or lime kilns, provided an
important resource for colonial Martinique.
Lime was an important ingredient in mortar
and plaster for construction of buildings,
fortifications, bridges, and wharves, and also
played an essential role in the sugar industry,
where it was used for purging impurities from,
and clarifying the syrup. The justification for
the ethnoarchaeological study is that the


1, 2004


Kelly









Introduction


traditional means of lime burning are dying
out, and within the past decade, they have
ceased to be practiced. This study combines
ethhnoarchaeology, historical research, and
archaeology in an effort to preserve and record
the skills and techniques used in this activity,
and to document how and where it was
practiced on the island.

Lime kilns are typically built against a
slope to facilitate loading from carts or
wagons. A fire would be laid through an
opening in the bottom of an inverted cone-
shaped structure approximately 3-4 m tall, and
the load would be dumped into the structure
through the open top. This style is virtually
unchanged from that documented by Labat in
the 17th century. In recent times conch shell
has been used, but in historic times shell or
coral would be used. Coral could be acquired
from shallow reefs, or mined from fossil coral
deposits inland. The kiln is charged with care,
to insure that the fire will not burn too long,
destroying the lime, or too short, leaving
unburned charcoal in the lime material. The
average duration of the burn is 3 day and
nights, or about 72 hours.

Archaeological study

Kilns are found in two primary zones,
depending upon the source material they were
set up to use. Some are located in the interior,
where terrestrial fossil coral deposits were
used, and others are located along the shore in
areas where shallow reefs are present, to take
advantage of that material source. Based upon
historical cartographic evidence, 79 kiln sites
dating between the 17th and 20th centuries are
known. The presence of 53 of these sites has


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


been confirmed by field visits. Their
condition varies from reasonably well
preserved, to seriously impacted, by field
cultivation and urban growth in particular.

Historical study

During the 17th century, the nature of the
French colonial enterprise underwent changes,
from a tobacco-based economy to a reliance
on sugar by the end of the century. The
demand for lime for sugar is one factor that
led to an increase in lime kilns. However,
another important factor was the changing
nature of the colonial presence. As
Martinique became a more important colony,
the need for durable stone and masonry
fortifications increased, and the potential
threats from hurricanes and urban fires led to a
greater demand for durable masonry shops
and homes. During the 18th century they
became more numerous, and some estates
became specialist producers of lime, either
exclusively, or in conjunction with pottery.
Yet other estates maintained lime kilns as
auxiliary activities to provide for their sugar
processing need. In the 19th century, lime
burning continued to be practiced, although
there are hints that specialist production may
have been taken over by persons of color.

Guadeloupe
The next two papers shift to the
neighboring island of Guadeloupe and its
dependency of Marie-Galante. The first of
these papers, by Xavier Rousseau and
Yolande Vragar, "Les indigoteries de Marie-
Galante" addresses an often overlooked aspect
of colonial agriculture, the production of
indigo. Although sugar, and to a lesser extent


1, 2004


Kelly









Introduction


coffee, are the most well known Caribbean
cultivars, other agricultural products, such as
cotton, tobacco, and indigo played an
important role in the Caribbean economy at
various times. Indigo was a significant
product on Guadeloupe during the late 17th
century, with more than 100 indigo
plantations (indigoteries) noted on
Guadeloupe and its dependencies in 1686.
Marie-Galante and the Grande-Terre portion
of Guadeloupe were the main zones of
production, due to environmental conditions
including hot and relatively poorly watered
local conditions, relatively constant winds and
their drying effect, and the presence of porous
coraline limestone bedrock.

This study focuses on the identification
and historical study of indigoterie remains on
Marie-Galante, in the region known as les
Galets de Capesterre, which was unsuitable
for the production of other crops. As many as
86 indigoteries may have been active on
Marie-Galante by the second decade of the
18th century. Yet by the 1730s the production
of indigo on Marie-Galante had declined in
the face of competition from the growing
colony of Saint Domingue. An archaeological
survey of indigo processing sites in Capesterre
de Marie-Galante was conducted in 1997 and
1998 with the goal of identifying and
recording extant sites, and better
understanding the process of indigo
production on Marie-Galante. In 1997 four
two- and three-day visits identified the
remains of 11 indigoteries, and further visits
in 1998 recorded six more. The indigoterie
sites are characterized by the presence of one
or more series of masonry basins in which the
indigo plant material was placed, allowed to


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


ferment, and the dye-carrying water drained
off into a settling tank. The series of basins
are built in a stair step fashion, to allow
gravity to permit water to drain from one
basin into the next. In most cases a well was
found nearby the series of basins, as
considerable quantities of water are essential
to the processing of indigo. The wells in the
Capesterre de Marie-Galante region tap water
in subterranean galleries in the karst limestone
geology. Several of the indigoterie remains
were cleared of vegetation, and drawings and
photographs were made to allow the
development of a typology of the ruins. The
most simple consist of a single series of
basins, and the more complex consist of two
series of basins so production could alternate
between the two, permitting uninterrupted
production.

It is hoped that this study will eventually
be expanded to Grande-Terre, where indigo
was also produced, to record existing sites,
and document similarities or differences.

The paper by Patrice Courtaud and
Thomas Romon, "Le Site d'Anse Sainte-
Marguerite..." discusses their work at an
extensive cemetery site on the northeast coast
of Grande-Terre, in the archipelago of
Guadeloupe. Although this site had been
known since at least 1973, all the
archaeological remains identified had been
associated with prehistoric occupations.
However, work in 1994 identified the
presence of historic period burials, indicated
by inhumations in coffins. Following
hurricanes in 1995, which threatened the site,
a program of excavation was undertaken in
several of the highest risk areas. Eighteen


1, 2004


Kelly









Introduction


burials were excavated and are reported on in
this paper, and all date to the historic period
based upon the presence of nails indicating
wooden coffins. All the burials, except one
infant, were interred with their heads to the
west. The majority of the burials were single
individuals, although at least one was a
primary burial of an adult and an infant.
Several burials were the locations of multiple
interments, where a second individual was
interred in a location previously occupied. In
these cases, the remains of the first individual
were re-interred alongside the more recent
burial. Grave goods were not present in any
of the burials, except for a single ceramic vase
foot, which was buried between one coffin
and the edge of the grave shaft. Clothing was
indicated by the presence of bone and shell
buttons in the region of the pelvis and lumbar
vertebrae. Studies of the pathologies present
on the skeletal remains indicate a high
incidence of arthritis and dental caries.

Based upon the number of burials, the
location far from any known historic chapel,
and morphological characteristics of the
skeletons, it is hypothesized that this cemetery
was used for persons of African descent.
Given the dating of the site, from the middle
of the 18th to the middle of the 19th century, it
is likely that they were enslaved Africans and
their descendants.

Guyane

The final paper in this collection changes
our focus from the island Ddpartements of
Martinique and Guadeloupe to South
America. Nathalie Croteau, in her article
"L'Habitation de Loyola: Un Rare Example


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


de Prosperity en Guyane Frangais" presents a
synthesis of historical archaeological research
conducted at the site of Loyola, a 17th and 18th
century Jesuit sugar plantation in the French
department of Guyane. Although most
plantations in Guyane were marginal
operations, the Jesuits were generally very
successful due to their organization and the
resources they possessed. The impressive
stone ruins of the great house, hospital, forge,
pottery factory, gardens, and chapel still
present at Loyola are a testimony to this power
and economic organization.

The estate was established in the middle of
the 17th century, and by 1674 the Jesuits had
transformed Loyola into an exemplary sugar
plantation, which would eventually
encompass 1500 hectares in 1720, and be the
largest sugar producer in Guyane, staffed with
over 400 enslaved workers. However, by the
1740s the plantation was in decline, with
sugar processing moved to a different estate,
and the dissolution of the Jesuit order in 1763
led to the estate's final abandonment by 1769.

Six years of archaeological research at the
Habitation de Loyola have produced results
including the identification of the animal
powered sugar mill and the purgerie, where
cane juice was boiled, concentrated, clarified,
crystallized, and placed in sugar forms. An
abundance of stone in one corner suggests the
location of the chimney. The ruins of the
chapel indicate a modest building built of
stone and wood. Adjacent to the chapel is the
area believed to have been for the burial of
baptized slaves. Excavations here showed
that the deceased were oriented with their
heads to the east, and were buried in shrouds.


1, 2004


Kelly









Introduction


At the center of the plantation, to the west of
the religious complex, were the great house,
kitchen, and garden. The great house was
placed to take advantage of breezes to temper
the heat, and also to provide a view over the
fields. The house is an example of Creole
style, built of wood and on stone footings.
The kitchen consisted of two rooms, one with
a hearth, bread oven, and cooking area for
food preparation. Numerous culinary
ceramics also confirm this function. The
other room in the building may have served as
the hospital. Other outbuildings include
storerooms, and a forge with many discarded
iron objects, probably stockpiled for reuse.

Material culture recovered at Loyola is
limited to non-organic objects. Nails, tiles,
bricks, and other objects are witness to the
construction techniques of the era. The
excavation of two midden areas near the
kitchen yielded a considerable quantity of
imported ceramics, including faience and
Chinese porcelain that indicate the status of
the Jesuits, as well as the complexity of trade
relations that impacted Guyane. Most
numerous however, are locally produced
ceramics. This is not surprising because the
Jesuits had a pottery on site, staffed by 14
enslaved potters. Thirteen vessel forms have
been identified, broadly grouped into domestic
and industrial classes. The domestic includes
cooking pots and bowls, indicating liquid
based foodways. Many of the vessels are
large, suggesting that cooking may have been
centralized for the 400 enslaved workers of
the estate. This suggests that the Jesuits may
have been among the rare slaveowners who
followed the dictates of the Code Noir that
required the plantation to supply food for the


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


enslaved. The industrial forms include sugar
forms and molasses drip jars, signifying the
importance of sugar on this estate. Iron
objects recovered from adjacent to the forge
are primarily agricultural implements.

The results of this work show the
importance and organization of the Loyola
plantation. It is an unusual site in that the
entire plantation production complex is well
preserved and dates to such an early period. It
was a disappointment to the researchers that
the slave village was not found, and that the
experiences of the enslaved workers could not
be addressed, other than through their
industrial production of pottery and iron tools.

In summary, these five articles provide an
important introduction to historical
archaeology in several regions of the French
Caribbean world. The breadth of research
presented in these papers, ranging from survey
to excavation data, and from
ethnoarchaeology, to industrial archaeology,
to plantation archaeology, and to
bioarchaeology, is encouraging. It is clear
from the results presented here that historical
archaeological research has a great potential in
the French West Indies, and that the results of
work undertaken in this area is bound to have
substantial impacts on our understanding of
the complexity and diversity of experience in
the colonial world of the Caribbean.

References Cited

Agorsakh E. Kofi, ed.
1994 Maroon Heritage: Archaeological,
Eti/,. .i-,ii... and Historical Perspectives.
Kingston, JA: Canoe Press.
Armstrong, Douglas V.


1, 2004


Kelly










Introduction


1985 An Afro-Jamaican Slave Settlement:
Archaeological Investigations at Drax Hall. In The
Archaeology of Slavery Plantation Life. Theresa A.
Singleton, ed. Pp. 261-287. San Diego: Academic
Press.
1990 The Old Village and the Great House: An
Archaeological and Historical Examination of
Drax Hall Plantation, St. Ann's Bay, Jamaica.
Urbana: University of Illinois Press.
2001 A Venue for Autonomy: Archaeology of a
Changing Cultural Landscape, the East End
Community, St. John, Virgin Islands. In Island
Lives: Historical Archaeologies of the Caribbean.
P. Farnsworth, ed. Pp. 142-164. Tuscaloosa:
University of Alabama Press.
Barka, Norman F.
1996 Citizens of St. Eustatius, 1781: A Historical and
Archaeological Study. In The Lesser Antilles in the
Age of European Expansion. R.L. Paquette and
S.L. Engerman, eds. Pp. 223-238. Gainesville:
University Press of Florida.
Deagan, Kathleen, ed.
1995 Puerto Real: The Archaeology of a Sixteenth-
Century Spanish Town in Hispaniola. Gainsville:
University Press of Florida.
Delpuech, Andre
2001 Historical Archaeology in the French West
Indies: Recent Research in Guadeloupe. In Island
Lives: Historical Archaeologies of the Caribbean.
P. Farnsworth, ed. Pp. 21-59. Tuscaloosa:
University of Alabama Press.
Farnsworth, Paul, ed.
2001 Island Lives: Historical Archaeologies of the
Caribbean. Tuscaloosa: University of Alabama
Press.
Handler, Jerome S., and Frederick Lange
1978 Plantation Slavery in Barbados: An
Archaeological and Historical Im \.. ,',hii. ,1
Cambridge: Harvard University Press.
Haviser, Jay B.
1999 Identifying a Post-Emancipation (1863-1940)
African-Curacaoan Material Culture Assemblage.
InAfrican Sites Archaeology in the Caribbean.
J.B. Haviser, ed. Pp. 221-263. Princeton, NJ:
Markus Weiner Publishers.
Haviser, Jay B., ed.
1999 African Sites: Archaeology in the Caribbean.
Princeton, NJ: Markus Wiener Publishers.


Higman, Barry W.
1974 A Report on Excavations at Montpelier and
Roehampton. Jamaica Journal 8(1-2):40-45.
1998 Montpelier, Jamaica: A Plantation Community
in Slavery and Freedom, 1739-1912. Kingston,
Jamaica: The Press University of the West Indies.
Kelly, Kenneth G.
2002 "African Diaspora Archaeology in Guadeloupe,
French West Indies." Antiquity, 76 June 2002:333-
334.
Kelly, Kenneth, and Douglas V. Armstrong
1991 Archaeological Investigations of a 19th Century
Free Slave House, Seville Estate, St. Ann's,
Jamaica. Proceedings of the Thirteenth
International Congress for Caribbean
Archaeology, 1991, pp. 429-435.
Mathewson, R. Duncan
1972 Jamaican Ceramics: An Introduction to 18th
Century Folk Pottery in West African Tradition.
Jamaica Journal 6(2):54-56.
1973 Archaeological Analysis of Material Culture as
a Reflection of Sub-Cultural Differentiation in 18th
Century Jamaica. Jamaica Journal 7(1-2):25 -29.
Mayes, Philip 1972 Port Royal Jamaica Excavations
1969- 70. Kingston: Jamaica National Trust
Commission.
Pulsipher, Lydia M.
1991 Galways Plantation, Montserrat. In Seeds of
h( t,,i,.. H.J. Viola and C. Margolis, eds. Pp. 139-
159. Washington, D.C.: Smithsonian Institution
Press.
Pulsipher, Lydia M., and Conrad "Mac" Goodwin
2001 "Getting the Essence of It:" Galways
Plantation, Montserrat, West Indies. In Island
Lives: Historical Archaeologies of the Caribbean.
P. Farnsworth, ed. Pp. 165-203. Tuscaloosa:
University of Alabama Press.
Weik, Terry
1997 The Archaeology of Maroon Societies in the
Americas: Resistance, Cultural Continuity, and
Transformation in the African Diaspora. Historical
Archaeology 31(2):81-92.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication # 1, 2004


Kelly









Journal of CaribbeanArchaeology
Copyright 2004
ISSN 1524-4776






FORTIFICATIONS MILITAIRES DE MARTINIQUE,
1635-1845

Laurence Verrand
Association pour les Fouilles Archdologiques Nationales (AFAN)
7, rue de Madrid
75008 Paris, France
lo.verrand ? free fr

Symbole de possession et d'&tablissement, la batterie militaire, dans son r6le constructif de la
colonisation frangaise, a donna au littoral martiniquais un appareil defensif important. Inscrite
dans le programme de l'Wlaboration de la Carte Archdologique de la France, dans une double
perspective d'inventaire et de localisation, 'etude des archives du Dep6t des Fortifications et
des Colonies a permis de reconstituer l'installation de ce dispositif depuis le temps des premiers
colons jusqu'au milieu du XIXe siecle. L utilisationn du milieu nature et la n iin i%/e progressive
de l'espace, relatives aux moyens humans, financiers et techniques, ontpeu a peu form ce
paysage face a une adversity changeante, du corsaire a la nation concurrente. Avec 180 sites
repertories, la cartographie obtenue montre ainsi les systems d'organisation successifs depuis
la defense de l'habitation, puis du bourg, jusqu 't l'ensemble du territoire -, realitis lisibles dans
les jeux de dispersion et de concentration du dispositif defensif


Avec 1100 km2 de superficie, la
Martinique occupe une position central
dans l'arc oriental des Petites Antilles. Sa
morphologie geographique caracterisee par
un relief contrast et un reseau
hydrographique important ne la distingue
pas tant des miles voisines, si ce n'est la
configuration de ses c6tes. Car outre
l'assise commercial et economique
precocement reussie au XVIIe siecle, c'est
bien son excellent port natural, la baie
actuelle de Fort-de-France, qui determine
le choix de cette colonie comme pivot de
la defense frangaise dans l'arc antillais. De
fait, la Martinique fut le champ d'un


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


investissement militaire important, inscrit sur le
territoire en une multitude de fortifications.
L'etude des fortifications militaires de la
Martinique a ete initiee en 1992 dans le cadre de
l'elaboration de la Carte Archeologique de la
France. Ce travail de recensement a ete mene
dans le double objectif d'etablir un inventaire
cartographic du bdti militaire et de connaitre la
sequence chronologique de ces sites. A ce jour,
les vestiges militaires ont ete l'objet de peu
d'interventions sur le terrain. Aussi, les donnees
actuelles de la carte archeologique des
fortifications de la Martinique decoulent
essentiellement des


1, 2004









Fortifications Militaires


U 1O1~m
I I


Figure 1. Carte des communes de la Martinique

etudes d'archives. Cet inventaire constitute une
base de donnees en amount des prospections et
des fouilles a venir. Au total, cent quatre-
vingt sites ont ete recenses pour les deux
premiers siecles de la period colonial
(1635-1845). Cet ensemble a permis de mettre
en evidence l'evolution de la geographic


defensive de la Martinique. Quatre cartes
synthetiques decoupent cette evolution en
phases successives a peu pres equivalentes en
duree. Ces phases revelent une maitrise
progressive de 1'espace, par la determination
des points strategiques, l'utilisation des
defenses naturelles et le enforcement des


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication # 1, 2004


Verrand









Fortifications Militaires


points faibles. La construction de cette
defense repond a des besoins different, en
function des caracteristiques et de l'evolution
de 1'armement adverse. Elle fluctue
egalement au gre des moyens techniques,
financiers, economiques et sociaux. Enfin, les
conflicts, les conditions climatiques, voire les
catastrophes naturelles sont des facteurs qui
necessitent un renouvellement frequent des
postes degrades. Les points investis furent
donc regulierement crees, repris, deplaces et
abandonnes en function d'evenements et de
priorities variables.

Prospective documentaire

Definition thdmatique et champ
d'investigation

En considerant le conflict armed comme une
reality ou une menace regulieres, la
fortification militaire repond au besoin de
dissuader ou de se proteger d'un agresseur.
Elle se met en place des la prise de possession
frangaise, en 1635, a la Martinique. On
reconnait comme fortifications militaires, tout
ensemble ou complex defensif bdti en terre,
en bois, ou magonne comportant des
redoutes, des batteries et des forts. Par
ensemble defensif, encore faut-il entendre ici,
les fortifications et les bdtiments qui en
dependent directement, dans une unite de lieu.
Les batiments militaires isoles a vocation de
logement, magasin a poudre et entrep6ts
divers, eventuellement situes dans le tissu
urbain, mais hors des complexes defensifs,
ont ete ecartes. Ils ne sont pas represents
dans la carte des indices de sites.

La priority etant donnee a la localisation
sur l'ensemble du territoire martiniquais,


s'agissant de retrouver la trace de toute
fortification ayant existed, il a ete procede au
releve systematique des indices de sites pour
toute l'ile. Ont ete revenues, toutes les
informations permettant de localiser les
fortifications entire 1635 et 1845. Par suite,
1'ensemble de ces informations revele leur
creation jusqu'd leur abandon et permet de
fournir la sequence chronologique de chacune
d'elle. Ce recensement a ete realise
principalement dans le fonds consacre aux
affaires militaires de la Martinique: le Dep6t
des Fortifications des Colonies (DFC)1
Lettres, memoires, rapports d'inspection,
environ deux cents pieces d'archives porteuses
d'indices significatifs don't quatre-vingt cartes
et plans, sont a l'origine de cette
reconstitution. Les auteurs de ces documents
etaient des administrateurs, des militaires et
des ingenieurs en poste a la Martinique ou a
Versailles. Dans les textes, le dispositif
defensif n'est pas touj ours 1'objet d'un
inventaire complete des fortifications
existantes sur le sol, qu'elles soient actives ou
abandonnees. De maniere general, on
mentionne les fortifications actives. De fagon
plus restrictive, certain documents
s'interessent uniquement aux fortifications
qui sont 1'objet de travaux ou de projects de
travaux. Le nom de la batterie, ainsi que sa
position, les batiments dependants et
I'artillerie don't elle est equipee sont plus
souvent donnes par les rapports d'inspection.
Ces rapports fournissent encore des
informations sur l'etat de la fortification et les
travaux envisages ou en course de realisation.

Les cartes representent le plus souvent
l'ile dans son ensemble. Les cartes regionales
sont plus rares mais plus riches dans leur
detail. Il est rare que les noms des batteries de


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Verrand


1, 2004









Fortifications Militaires


c6tes apparaissent sur les cartes. Les
fortifications sont symbolisees. A l'encre
noire ou rouge, une redoute sera schematisee
par un carre, un redan par un angle droit, une
demi-lune par un arc de cercle, etc. et parfois
accompagnees de la mention >.
Aussi, le plan detaille d'une fortification,
renseigne sur la composition architectural et
permet aussi de dater un etat quand il y a
reprises sur un mrme site. On effectue alors
les correlations a partir:
* d'une situation geographique et
topographique;
* de la composition architectural (presence
ou absence et nature des bdtiments
dependants);
* du plan proprement dit, ou du symbol le
symbol est schematique.

Des cartes et plans aux textes, 1'ensemble
de ces documents permet des correlations et
des analyses assez fines. On arrive ai
determiner, le cas echeant, plusieurs
localisations topographiques proches, mais
distinctes et successives dans le temps, pour
un meme nom de batterie. Au plan de
l'occupation du sol, on a alors plusieurs sites.
En effet, les tapes architecturales d'une
batterie ne se superposent pas qu'en
verticalite. Les decisions militaires s'attachent
a ameliorer le point de defense. L'avancee
technique et le renouveau de 1'artillerie y
participent; les donnees du terrain,
egalement. Strategiquement, le poste reste le
mrme; son nom est maintenu. A l'inverse, on
peut s'apercevoir qu'un nom change pour une
mrme localisation, donc ici pour un mrme
site. Ceci est valuable pour les batteries mais
aussi pour la toponymie en general. Dans la
majeure parties des cas le repositionnement de
tous ces points sur les cartes IGN actuelles2


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


voisine une approximation de 500 ou 800
metres environ. La geographic tries contrasted
du littoral ainsi que le reseau hydrographique
aide beaucoup a cette precision.

Bilan historique global

Dans sa chronologie, une fortification
commence d'abord par 6tre un point de
fortification, c'est-a-dire un poste de defense
non bdti mais muni d'un ou deux canons. La
batterie preexiste depuis qu'elle est l'objet de
discussions, de projects de construction, ou de
modifications de projects, avant l'execution
des travaux. A partir de la premiere
construction, on peut suivre, selon les cas:
* son entretien,
* sa destruction,
* sa refection,
* une reconstruction modifiant le trace,
* une relocalisation, c'est-a-dire une
reconstruction sur un emplacement proche
de 1'ancien,
* les abandons, enfin, temporaire ou
definitif.

Par analyses, amoncellements et
correlations, on obtient un total de cent
quatre-vingt emplacements de sites de
defense, tous localises, pour la period allant
du debut de la colonisation aux annees 1840.
Parmi toutes les fortifications, on denombre 6
forts et fortins:
* Fort Saint Pierre, construit des 1635
* Fort Royal (puis Saint Louis), des 1638
* Fort Trinite, 1713 (le premier sur la
facade atlantique)
* Fort Marin, 1746
* Fort Ilet Ramiers (simple batterie vers
1728 jusqu'au project de fortification en
1746)


1, 2004


Verrand










Fortifications Militaires


Fort Bourbon (puis Convention, puis
Desaix), 1768-1772
L'edification du fort Tartenson est
posterieure: 1867-1873
Sur cent quatre-vingt sites, vingt-huit sont
d'une court duree, inferieure a dix ans. A
l'autre extreme, cinq postes fortifies perdurent
plus de cent cinquante ans. La duree moyenne
est de cinquante-cinq ans. Pour example, la
batterie de la riviere Capot (commune de
Basse-Pointe) est en service de 1728, au


moins, a 1788; soit une duree de soixante ans.
En 1728, la batterie de riviere Capot defend
une demie lieue de coste et assure
S'embarquadaire d'un nombre de riches
habitans>>3. Emportee par une crue, elle se
trouve alors <>. On proj ette
de la reconstruire a trois cents ou quatre cents
pas de la. Un rapport de 1746 precise que
cette batterie < plate forme ne peut par servir, ayant le talus.


+ f


Fort Saint Pierre
Batterie Saint Char


Case-Pilote


Pointe Negres bass


0 10 kr
i i


Fortifications en service de 1635 a 1699


Figure 2. Carte des fortifications recensdes pour la p6riode 1635-1699


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication # 1, 2004


Verrand









Fortifications Militaires


totalement renvers>> 4. Cette refection a-t-elle
ete suivie d'une nouvelle reconstruction? On
sait pour le moins qu'elle continue d'etre
active. Elle est portee sur trois cartes
5 6 7
successives en 1758 en 1770 et en 17857.
Finalement, en 1788, la batterie de la Riviere
Capot est jugee < qu 'un Embarcadaire particulier>> Enfin, la
repartition geographique est littorale pour
75% des fortifications. Seulement 43 sites
sont implants a plus de 500m. de la mer.

Rdpartition gdographique des fortifications
militaires

Fortifications en service de 1635 a 1700

La carte des fortifications du XVIIe s.
couvre une period de 75 ans. Les colons
menes par Belain d'Esnambuc prennent pied
sur la rade de Saint-Pierre en 1635. Les
premiers habitants s'installent sur la Basse-
Terre, soit le versant occidental de l'ile. La
parties orientale de l'ile, appelee Capesterre,
reste habitee par les Amerindiens jusqu'en
1658.9 Au course du premier siecle de la
colonie, on a d'abord une localisation de poste
avec une artillerie simple (un ou deux
canons). A cette epoque, la defense est surtout
individuelle et vise a proteger l'habitation et
les products cultives pour le commerce (le
"petun" ou tabac, tout d'abord, puis le sucre).
Elle ne repond pas tellement aux menaces
etrangeres hollandaise ou anglaise mais plut6t
aux initiatives des corsaires ainsi qu'aux raids
des Amerindiens. Sur un poste armed apparait
ensuite une batterie. La carte du XVIIe s. rend
compete uniquement des points de defense
bdtis. Huit fortifications bdties sont recensees.
C'est la rade de Saint-Pierre qui est investie
tout d'abord, avec son fort au centre. Il est


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


implanted just en arriere du rivage, a basse
altitude. La defense est rapidement renforcee
par plusieurs fortifications de part et d'autres
de la rade. Celles de l'habitation des Jesuites
sont projetees des 1677. On creuse en premier
lieu des retranchements sur les hauteurs ; puis
une premiere batterie simple ou redan (angle
saillant). Au sud, les batteries St Charles et
Ste Marthe ne sont que de simples redoutes de
terre en 1677.10 La batterie St Charles est
retracee est rebatie en magonnerie dans la
derniere decennie du siecle. La batterie Ste
Marthe (localisee un peu au-dessus, sur le
more) sera rebatie avant 1711.11 Fermant la
rade au nord, la batterie St Louis est projetee
en 1685 a l'embouchure de la riviere des
12
Jesuites (aujourd'hui, riviere des Peres).
Plus au sud, le Cul de Sac Royal (actuelle baie
de Fort-de-France) present un excellent port
natural, plus abrite que la rade de Saint-Pierre.
Il est d'ailleurs d'usage de mettre les navires a
l'abri au carnage du Cul de Sac Royal
pendant la saison cyclonique. Une presqu'ile
naturelle qui constitute une avancee entire deux
mouillages est investie dans les toutes
premieres annees de la colonie. C'est li qu'est
etabli, en 1638, le fort Royal (aujourd'hui, fort
Saint Louis). Le terme de fort est avant tout
politique, il recouvre en reality un double rang
de palissade muni de quelques canons durant
pres de quarante ans. Par ordonnance du
gouverneur de Baas en 1669, la foundation
d'une ville est decidee sur les planes
alentour.13 On commence a construire le fort
en magonnerie vers 1676, repondant ainsi au
voeu du roi de faire de ce lieu le point
strategique le plus important de la Caraibe. On
s'installe a la Trinite vers 1660. Le sud de l'ile,
des Anses-d'Arlets jusqu'au Marin, n'est
habit que dans les annees 1670 et le Robert
vers 1690. Enfin, en 1692, le


1, 2004


Verrand











Fortifications Militaires


Verrand


V ..... ". ........... ............... .. ..... .... . ..... : '" , '"


Figure 3. Fort Saint-Pierre en 1686 (D6tail du Plan gtometrique du Fort et Bourg Saint Pierre de la
Martinique, par Payen, lerjuillet 1686; CAOM, DFC Martinique Suppl6ment, 182/2)


Figure 4. Le Fort royal en 1674 (D6tail du Plan de l'attaque du fort Royal de la Martinique par les
Hollandais, 1674; CAOM, DFC Martinique, 15PFB/8)


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004









Fortifications Militaires


gouvemement de Saint-Pierre est transfer
dans la ville en construction de Fort-Royal
(aujourd'hui, Fort-de-France).

C'est dans le dernier quart du XVIIe s.,
vraisemblablement, qu'apparaissent, dans ces
anses ou sur leurs points, les premieres
redoutes ou les premieres batteries, conques le


plus souvent en terre gazonnee. Elles seront
reprises en magonnerie des que leur position
strategique sera reconnue. On aura des lors le
souci de les maintenir et de les bdtir pour la
collectivite et non plus seulement pour la
protection de quelques habitants riches ou
important.


Fortifications en service de 1700 a 1749


Figure 5. Carte des fortifications recensdes pour la p6riode 1700-1749


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication # 1, 2004


Verrand









Fortifications Militaires


On sait par example qu'en 1693, les
companies du quarter de Case-Pilote
deliberent sur l'organisation financiere pour
construire une batterie dans ce bourg.14 Pour
realiser cette batterie d'apres le plan et le devis
de Callus, ingenieur du Roi, le cofit est de
48000 livres de sucre. Il est convenu que cette
some soit prelevee sur les revenues des
habitants, a proportion du nombre d'esclaves
qu'ils possedent, sur le fonds des payants
droits.15 En 1700, la colonie compete pres de
21600 individus16 don't 14500 esclaves.

Fortifications en service de 1700 a 1749

Entre 1700 et 1750, cinquante-neuf
nouvelles batteries sont recensees. Les
positions anterieures sont confirmees. Un
dispositif important defend Saint-Pierre. II
repond a la configuration geographique de la
rade, trop largement ouverte sur la mer pour
empecher les descentes. Ce qui est protege ici,
ce sont les interets commerciaux et
economiques qui restent tries important dans
cette region de l'ile meme apres le
rattachement official du gouvemement a Fort-
Royal. On denombre neuf batteries et redoutes
sur la rade. De cette epoque, datent aussi les
batteries interieures du Reduit. Localise en
arriere de Saint-Pierre, implanted dans les
mornes, le Reduit constitute un refuge fortified
pour servir aux retraites en cas d'invasion.
Plus largement, le littoral est defendu en
continue depuis les anses du nord (Couleuvre)
jusqu'd Fond Capot. De maniere general, le
dispositif se developpe tout autour de l'ile. En
vingt ans, depuis le debut du XVIIIe s., la
population a double et l'on compete 45600
habitants. La defense du territoire est
politiquement indispensable au maintien de la
colonie. En 1726, les forces armies de la


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Martinique competent quatre regiments
d'infanterie et cavalerie soit 4051 hommes
d'armes.17 A cette meme date, on recense une
centaine de canons dans toute l'ile don't plus
de la moitie a Saint-Pierre. Mais entire 1703 et
1739, l'equipement general passe de 76 a 277
canons pour toute l'ile. En 1753, la population
aura atteint le chiffre de 77500 individus.

Assurant une defense contre la mer,
l'implantation des fortifications est c6tiere.
Les batteries etablies sur les anses ou leurs
points assurent la protection de chaque
quarter. Cette implantation se concentre
touj ours sur les points de dechargement des
sucres ou autres products. Ce dispositif
apporte ainsi des garanties contre les
descentes des corsaires encore souvent
rapportees comme venant de la Dominique.
Vols d'esclaves, de canots voire de betail,
sont pratiquees. Ce sont des milices qui
localement, faute de secours rapide par voie
de terre depuis Saint-Pierre ou Fort-Royal,
garden des incursions enemies, des lieux
encore isoles, comme Grenade ou Simon.

Le dispositif des fortifications s'associe
aussi a l'environnement terrestre ou aux
abords maritimes. Certains points ne sont pas
equipes mais participent de l'ensemble
defensif. Bon nombre de rapports rappellent
en effet quel r6le important jouaient les
(recifs), les bois, les reliefs escarpes,
les marais, les c6tes plantees de cactus ou
d'arbres toxiques (tel le mancenillier) dans la
defense naturelle de l'ile. Sur la c6te sous le
vent, par example, tout le littoral n'est pas
equipe. Les points ou la descent est
impossible restent libres: C'est le cas des
falaises du c6te de la commune actuelle de
Bellefontaine entiree Case-Pilote et Fond


1, 2004


Verrand









Fortifications Militaires


Capot). C'est egalement le cas du port natural
qu'est la baie de Fort-Royal ohf les marais, la
mangrove, qu'on disait A l'epoque "pays
noye", interdit toute progression terrestre
rapide.

Si la defense du territoire est
politiquement indispensable au maintien de la
colonie, elle est aussi l'instrument de sa
construction par la logistique et les
superstructures qu'elle apporte. Or, de la
meme maniere qu'on utilise l'environnement
natural, on control le developpement de
l'equipement. Des investissements important
vont A la construction des batteries militaires
plutot qu'aux voies de communications
terrestres. En effet, si les "chemins" ou les
routes sont etroits et peu developpees, c'est
encore pour empecher les ennemis de penetrer
dans les terres avec une artillerie puissante
mais encombrante. Aussi les communications
se font-elles essentiellement par voie de mer.
A telle enseigne, l'organisation de la
circulation maritime comprenait un service de
taxi-canots, tenu par les noirs libres, en
1710.18

Sur la c6te atlantique, la forme de defense
est composite : le bourg de la Trinite est le
premier port atlantique defendu par un fort, en
1713. Mais on s'appuie aussi sur la difficult
de naviguer et d'accoster dans cette region, A
cause des recifs. Et de fait, sur cette parties de
la cote au vent, I'artillerie distribute est plus
faible, en nombre comme en calibre. Les
autres points fortifies correspondent aux
quarters important et aux principaux bourgs.
Au Marin, on construit un fortin en 1746. En
definitive, tout le pourtour de l'ile est protege
selon une hierarchie variable qui est function
de la concentration de l'habitat, des interets


economiques et des atouts naturels de la
geographic.

Fortifications en service de 1750 a 1802

Entre 1750 et 1802 les incursions
anglaises se multiplient. La Martinique
connait trois incursions de court duree en
1759, 1762-1763 et 1792 et une occupation
plus longue de 1794 A 1802. Les batteries
necessitent un entretien renouvele. Presque
toutes les anciennes fortifications sont
confirmees, puisque seulement cinq d'entre
elles sont supprimees. Et l'on voit se creer de
plus quatre-vingt onze fortifications. Elles
sont etablies pour pres de la moitie, dans la
region de Fort-Royal, A savoir vingt-quatre A
Fort-Royal et vingt a Case-Navire
(Schoelcher, aujourd'hui). Seulement cinq
batteries nouvelles sont etablies A Saint-Pierre.
Il est remarquable d'observer, en 1759 par
example, comment Frangois Beauharnais de
Beaumont, gouverneur des Iles du Vent, reagit
apres l'attaque du mois de janvier. Son
rapport du mois de decembre fait etat de
toutes les redoutes et batteries qu'il a fait
renforcer ou etablir dans la region de Rort-
Royal. Au total, une quinzaine de batteries
nouvelles, places sur le littoral et dans les
terres, datent de cette annee-ld.19

En matiere d'archives graphiques, cette
period est particulierement bien documented
par la carte de Moreau du Temple20 et par le
Routier de la Martinique.21 La premiere a
fourni quarante indices de fortifications; la
second, soixante-huit. D'autres cartes
regionales detaillees enrichissent le
recensement. Aussi la reconstitution, pour
cette period, approche d'autant mieux la
reality du dispositif defensif d'alors. A Saint-


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Verrand


1, 2004









Fortifications Militaires


Pierre, des mesententes politiques gelent
l'execution des travaux. Depuis le
rattachement du gouvernement A la ville de
Fort-Royal, les deux poles de l'ile sont en
concurrence.. En tant que pole economique
important et en tant que region strategique
privilegiee, Fort-Royal est particulierement
cible par les Britanniques. Les batteries
etablies ou renforcees par Frangois
Beauhamais de Beaumont en 1759 sont
implantees sur le littoral et dans les terres.


Elles sont entretenues jusqu'a la period
revolutionnaire. C'est A cette epoque que l'on
construit le premier fort interieur A la
Martinique, suivant les concepts de Vauban.
Decide en 1763 apres le depart des Anglais, sa
construction est commencee en 1768.
Implanted sur le mome Gamier, le fort
Bourbon (aujourd'hui, fort Desaix) domine le
Cul de Sac Royal A 150 metres d'altitude, A
deux kilometres A vol d'oiseau de la mer.


Fortifications en service de 1750 i 1802

Figure 6. Carte des fortifications recens6es pour la p6riode 1750-1802


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication # 1, 2004


Verrand









Fortifications Militaires


Figure 7. Le fort Bourbon en course de construction, 1771 (Detail du Plan fort Bourbon, 1771; CAOM, Colonies,
C/8a/70/56)


L'entree du grand Cul de Sac est defendue par
les batteries postees sur la Pointe des Negres
et la Pointe de la Vierge a l'ouest de la ville.
Leurs feux croisent ceux des deux forts. On
reprend regulierement la fortification de l'ilet
a Ramiers, situe a l'entree sud de la baie, don't
l'escarpement natural et la position isolee et
avancee offrent des atouts interessants. D'une
simple batterie on fait un fort, pense et
repense a partir de 1746.22

Sur les c6tes du sud de la Martinique, on
enforce les points d'appui, notamment au
Marin et sur la c6te atlantique. A l'inverse, le
dispositif des bourgs de l'extremite nord de


l'ile est en recul. De la, les voies de
communication vers l'interieur de l'ile sont
longues et empruntent un relief plus
accident. Or les attaques ne menacent plus
desormais les embarcaderes mais les postes
clefs

Fortifications en service de 1803 at 1845

Les Anglais quittent la Martinique en
1802 et l'occupent une demiere fois entire
1809 et 1814. Les batteries de c6te sont
degrades. Dans les annees 1820-1830 la
situation general de la defense de l'ile
n'evolue pas. L'appareil defensif compete
malgre tout cent sept fortifications. Mais


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Verrand


1, 2004










Fortifications Militaires


Illustration 8 Vue de l'ilet a Ramiers en 1815 (Vue de l'Islet a Ramiers depuis l'anse Mathurin, par Pierre
Trouard de Riolle, 1815; CAOM, Atlas Moreau de Saint MWry, F/3/293b/18


Illustration 9 Plan du fort de l'ile a Ramiers, 6tat fin du XVIIIe s a 1829 (D6tail encart D du Projetpour
construire unfourneau a rougir les boulets dans la batterie circulaire de 'llet a ramiers, par Collas de Courval,
capitaine du G6nie, sous-directeur des fortifications, 31 janvier 1829, extrait, encart D; CAOM, DFC XI/17PFB/76


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication # 1, 2004


Verrand









Fortifications Militaires


Icoub II 91


Figure 10. Carte des fortifications recensdes pour la p6riode 1803-1845


seulement soixante-dix d'entre elles sont
considerees comme actives, en meme temps.
Dans l'ensemble, entire 1803 et 1845,
soixante-neuf positions sont supprimees,
quatre-vingt cinq sont confirmees, quatorze
postes sont crees.

Au plan administratif, la Martinique est
dotee d'un Conseil Prive en 1826, responsible
des constructions publiques. C'est en 1831
que le financement des travaux regardant


auparavant le service du genie (militaire) lui
revient. Le genie (civil) herite d'un dispositif
non seulement hors de service mais inadequat,
en regard de la modernisation de l'armement.
Dans les annees 1840, les plans de defense
general, tries producteurs de documents de
type plan, sont accepts dans leur principle
mais pietinent. Le maintien et l'entretien des
batteries sont regulierement debattus. Les
solutions d'adaptation ou de replacement
sont trop onereuses. Une quarantine de


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication # 1, 2004


Verrand









Fortifications Militaires


positions nouvelles proposees par la
commission de defense locale ne depasseront
pas le stade de project. Enfin, le budget du
minister privilegie la Guadeloupe don't le
dispositif a subi de lourds dommages apres
l'ouragan du 26 juillet 1825.

Neanmoins, d'anciennes batteries sont
encore entretenues sur le littoral martiniquais.
Elles sont considerees comme des
fortifications secondaires, de premiere riposte
ou d'alarme. L'effort general est confirmed
dans la region de Fort-de-France. Le dispositif
de Saint Pierre continue de reculer. On
privilegie des points efficaces plut6t que le
nombre.23

Des camps sont mis en place dans les
terres, oiu l'air est plus sain. Ils sont destines ai
l'acclimatation des soldats de l'infanterie. On
se soucie alors beaucoup de la sante des
hommes de troupes, notamment les arrivants,
car les pertes dues a la fievre jaune sont
encore importantes. Parallelement, le climate
social de l'entre-deux abolitions (1802-1848)
fait que l'on cherche a se garantir des revoltes
d'esclaves. On s'appuie donc sur l'infanterie
davantage que sur la fortification dans une
nouvelle organisation defensive contre la terre
et non plus seulement contre la mer. Mais au
plan du bdti et de l'archeologie, cette option-li
laisse peu de traces.

On voit donc, dans cette premiere moitie
du XIXe siecle, I'abandon de la carte des
points militaires du XVIIIe siecle pour cause
de destruction, manque de credits, defaut de
decision et changement de priority
strategique. Apres une croissance continue
des unites et le developpement territorial de la
defense, une concentration des forces amene


un desequipement en nombre de postes et
ce, jusqu'd nos jours.

Conclusion

Les sources historiques apportent une
connaissance important de la repartition du
bati defensif de la period colonial. La
geographic defensive de la Martinique est
formee des evenements et des strategies
politiques qui l'occupent en permanence,
refletant l'enjeu frangais, les richesses a
proteger, les moyens et les difficulties de mise
en place et d'entretien. Dans sa dimension
chronologique, ce recensement permet de
mieux comprendre la succession des faits qui
s'attachent au site, du project jusqu'd
l'abandon. Suivant l'objet a proteger, il existe
different models de dispositifs defensifs
attaches a l'habitation, au bourg, et a la
region.

La carte des indices de sites
archeologiques est aussi relative a une
maitrise et a une gestion de l'espace. Le
processus d'etablissement regule les
structures d'equipement du territoire en
fortifications, mais aussi en voies de
communication. L'exploitation de la
morphologie topographique des hostilities du
milieu natural (recifs, falaises, accidents du
relief, mangrove, cactus, etc.) complete et
oriented le bati materiel.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Verrand


1, 2004










Fortifications Militaires


Bibliographie

Begot, Daniele
1992, <, dans Voyage aux miles
d'Amerique, catalogue de l'exposition organisde
par la Direction des Archives de France Ministbre
de la Culture et de la Communication avec le
concours du Mus6um National d'Histoire Naturelle
et la participation de la Soci&te des Amis des
Archives, Archives Nationales, H6tel de Rohan,
avril -juillet 1992, Archives Nationales, Paris,
pp.313-326.
Begot, Danible, Monique Pelletier et Catherine
Bousquet-Bressolier
1998, La Martinique de Moreau du Temple, Comit6
des travaux historiques scientifiques, Paris.
Blanchard, Anne
1979, Les ingenieurs du Roy de Louis XIV a Louis
XVI Etude du corps des fortifications, Dehan
impr., Centre d'Histoire militaire et d'6tudes de
defense national de Montpellier, n9, Montpellier.
1981, Dictionnaire des ingenieurs militaires 1691-
1791, Dehan impr., Centre d'Histoire militaire et
d'6tudes de defense national de Montpellier, n 14,
Montpellier.
Buisseret, David
1983, Histoire de l'architecture dans la Caraibe,
Editions Carib6ennes, Paris.
Collectif,
1998, Le patrimoine des communes de la Martinique,
Flohic editions, Charenton-le-Pont.
Giordani, Jean-Pierre
1996, La Guadeloupe face a son patrimoine,
Karthala, Paris.
Guibert, J-M.
1990, <, dans La grande
encyclopedie de la Caraibe, vol. VIII, Sanoli, sans
lieu, pp.79-94.
Lafleur, G6rard
1992, Les Caraibes des Petites Antilles, Editions
Karthala, Paris.
Paul, Lieutenant Colonel et Capitaine Basset
1931, L'artillerie aux colonies Exposition colonial
international de Paris, Vilain et Bar, Paris.
Poncelet-Somville, E.
1990, >, dans La
grande encyclopedie de la Caraibe, vol. VIII,
Sanoli, sans lieu.
Verg-Franceschi, Michel


1992, <>, dans Voyage
aux miles d'Amerique, catalogue de l'exposition
organisde par la Direction des Archives de France
Ministere de la Culture et de la Communication
avec le concours du Mus6um National d'Histoire
Naturelle et la participation de la Soci&te des Amis
des Archives, Archives Nationales, H6tel de
Rohan, avril juillet 1992, Archives Nationales,
Paris, pp.131-134.

Verrand, Laurence
1999, < antillais, au fil du temps>>, dans Regards sur les
Antilles, collection Marcel Chatillon, Exposition
organisde au mus6e d'Aquitaine, 23 septembre
1999
2000, Bordeaux, Catalogue, condition Reunion de
Mus6es Nationaux et Mus6e d'Aquitaine, Paris,
pp.45-50.
Veuve, Serge, Marc Guillaume, Michele Delacourt-
Ldonard et Laurence Verrand
1999, Saint-Pierre de la Martinique, suivi de Saint-
Pierre et la mer, ministbre de la culture et de la
communication, Documents devaluation du
patrimoine archdologique des villes de
France;n17, Paris.


Notes

1 Ces archives sont conserves Issu du D6p6t des cartes
et plans de la Marine cree en 1778 et des diff6rentes
directions des fortifications insulaires, le D6p6t des
Fortifications des Colonies (DFC) a &te d6tach6 du
ministere de la Marine et remis au ministbre des
Colonies en 1914. Il est a present conserve au Centre
des archives d'outre-mer (CAOM), antenne des
Archives Nationales, a Aix-en-Provence, France. Le
DFC Martinique et son Suppl6ment totalisent six mille
deux cent dix-huit pieces pour la p6riode allant de 1660
a 1945.
2 Institute Gdographique National, st-pierre, 6chelle
1:25000, 1985, eds, Paris. IGN, la trinity, 6chelle
1:25000, 1985, eds, Paris. IGN,fort-de-france, 6chelle
1:25000, 1985, eds, Paris. IGN, le marin, 6chelle
1:25000, 1985, eds, Paris.
3 Demalherbe, commissaire d'artillerie, Estat dans
lequel se trouvent presentement les batteries qui sont


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Verrand


1, 2004










Fortifications Militaires


sur la coste de l'Isle de la Martinique, 2 juillet 1728;
CAOM, DFC Martinique 47/143.
4 La Coste, commissaire d'artillerie au d6partement,
Memoire et observations sur les batteries et canons du
department du fort St Pierre, conformement a l'Etat,
et a la visitefaite, par ordre de Messieurs les General,
et Intendant du 13ejuillet 1746, 12 aofit 1746; CAOM,
DFC Martinique 47/159.
Bellin, ing6nieur de la Marine, Carte reduite de l'Isle
de la Martinique dressee au depost des cartes plans et
journaux de la Marine pour le service des Vaisseaux
Frangais, 1758; CAOM, DFC Martinique 15PFA/167
bis.
Moreau du Temple, Carte geomitrique et
topographique de l'Isle Martinique, 1770, 6ch. 1:14437
; Bibliothbque Nationale de France, Paris, Cartes et
Plans, Portefeuille 156, division 2, pibce 17.
7 Itindraire des chemins royaux de l'Isle Martinique dit
"Routier de la Martinique", vers 1785, 6ch. 1:14850 ;
CAOM, Atlas Moreau de Saint MWry, F/3/292.
Armement et approvisionnement du Fort Bourbon et
des diverse batteries de c6te, 1788; CAOM, DFC
Martinique 51/468.
9 Aprbs un siecle et demi de flibuste dans la mer des
Caraibes, la prise de possession effective dans les
Petites Antilles d6bute a l'ile de Saint-Christophe en
1625 avec le massacre d'une centaine de Caraibes par
les Francais et les Anglais. De l'ile de la Grenade a
l'ile de Sainte-Croix, entire 1625 et 1650, la quasi
totality du territoire am6rindien va passer a l'Europe,
non sans une active resistance et des alliances
conjoncturelles au gr6 des conflicts opposants les
Francais, les Anglais et les Hollandais. A la
Martinique, Francais et Am6rindiens cohabitent l'ile
6tant couple en deux suivant une ligne de demarcation
nord-ouest/sud-est. Ce consensus s'acheve en 1658
dans un conflict qui causera la mort a la plupart des
Am6rindiens de l'ile. Certains se r6fugient a la
Dominique. Le trait franco-anglo-caraibe de 1660
garantissant la souverainet6 de la Dominique et de
Saint-Vincent aux Am6rindiens sera d6finitivement
remis en cause par le trait de Paris, en 1763, qui
accordera ces possessions aux Anglais.
10 De Combe, Memoire a Monseigneur pour luy rendre
compete de l'estat des places quej'ay visitie ensemble
ce qu'il y convienderoit faire pour les mettre en estate de
defence, 31 mars 1677; CAOM, DFC Martinique
47/15.



Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


" De Malherbe, Plan des batteries de l'7sle de la
Martinique tant anciennes que nouvellement
construites par ordre de Messieurs de Phelypeaux et
Duquesne,. 20 juin 1718; CAOM, DFC Martinique
15PFA/116.
12 Payen, Plan geomitrique du bourg etfort St Pierre,
et project de deux batteries, 30 septembre 1685;
CAOM, DFC Martinique 15PFA/41.
13 Ordonnance de M. de Baas portant reunion au
domaine d'un terrain situ6 prbs du Fort-Royal, 3
octobre 1669; CAOM, Colonies C/8a/1/F9.
14 Companies des Srs All6aume et Du Charmoy,
DIliberations des habitans des companies pour la
perception d'un droit de quarante huit mille livres de
sucre pour fair fair une batterie de 4 pieces de canon
au bourg de la Case Pilote, 5 avril 1693; CAOM, DFC
Martinique 47/67.
15 Deux ans plus tard, ce fonds devient le "droit de
capitation" (taxe par tate). Ce nouvel imp6test institu6
en 1695 par Louis Ph6lypeaux, Comte de
Pontchartrain, contr6leur g6ndral des Finances entire
1689 et 1699. Chaque colon paye un droit par esclave
en sa possession. Cette taxe sera abolie en 1789.
16 21 579 habitants, trbs exactement recens6s en 1700
don't 14500 esclaves et 507 noirs libres; CAOM,
Recensements, G1 470bis.
1 4051 hommes d'armes don't 842 au regiment de Fort
Royal, 1226 a Saint-Pierre, 973 au Cul de Sac Marin,
912 a la Trinit6 plus une compagnie de 98 negres
libres form6e pour la chasse aux negres marrons (Estat
general des milices de l'isle Martinique dressez sur
ceux des revenues quej 'en ay faites pendant les moys de
juinjuillet et aoust, Desclieu, Saint Pierre, 6 oct 1726;
CAOM, Recensements, GI 470 bis, n16).
18 De Gabaret, Mimoire sur l'Etat present de l'ile de la
Martinique, de ses ports, rades, et reduits, &, 12
d6cembre 1710; CAOM, DFC Martinique 47/108.
19Beauhamais de Beaumont (Francois), lettre sur les
fortifications, 31 d6cembre 1759; CAOM, Colonies,
C/8a/62/F205.
20 Moreau du Temple, 1770, op. cit. Ce document a 6te
r6alis6 par des ingenieurs gdographes envoys en 1763
par le ministbre afin de dresser une carte g6ndrale
d6taill6e. Les lev6s topographiques et les relev6s de
biti repr6sente l'ile dans son ensemble avec la plus
grande quality cartographique a cette 6poque.
21 Itinraire des chemins royaux de l'Isle Martinique,
vers 1785, op. cit. Ce document gale la carte de


1, 2004


Verrand










Fortifications Militaires


Moreau du Temple en quality cartographique. II ne
couvre pas l'ensemble du territoire; son objet principal
6tant de repr6senter les voices de communications
terrestres royales.
22 L'escalier d'acces, visible sur l'aquarelle de Pierre
Trouard de Riolle de 1815 et le plan de 1829, 6tait
double d'une grue afin de monter l'artillerie.
23 On projette une couronne de Tours-moddles sur les
hauteurs, en arrive de la ville. Le concept des tours-
modbles est d'ailleurs propose pour ferrer la region de
Fort-de-France aussi, ainsi que certaines points du
littoral. Si l'on fait le parallble avec l'dvolution du
Genie militaire en Europe, on constate que l'6cole de
Montalambert (1714-1800) critique le trac6 bastionn6
de Vauban adopt dans tout le monde colonial au
XVIIIbme siecle. L'enceinte est sans profondeur,
l'artillerie est trop expose. Montalambert pr6ne la
ligne de defense constitute de forts d6tach6s se
flanquant mutuellement.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication # 1, 2004


Verrand









Journal of Caribbean Archaeology
Copyright 2004
ISSN 1524-4776




LES FOURS A CHA UX DE MARTINIQUE

Laurence Verrand
Association pour les Fouilles Archeologiques Nationales (AFAN)
7, rue de Madrid
75008 PARIS
FRANCE
lo. verrand@free.fr

Nathalie Vidal
Association pour les Fouilles Archeologiques Nationales (AFAN)
Service Regional de l'Archdologie de Martinique
16, avenue Condorcet
97200 Fort de France, Martinique, France
nathalie. vidal @culture.gouv.fr


L'ile de la Martinique est un petit
territoire de 1080 km2 situe au milieu de l'arc
des petites Antilles. Occupee initialement par
des populations amerindiennes, foulee par
Christophe Colomb vers 1502 lors de son
quatrieme voyage, c'est en 1635 que des
francais de Saint Christophe debarquent avec
Belin d'Esnambuc pour en faire une terre du
royaume de France. C'est des ce debut de
cette installation colonial et de son
developpement economique et commercial
que se met en place la production de la chaux
en Martinique. Durant cette period, la chaux
a ete indispensable a de nombreux secteurs
vitaux de 1'economie colonial. Elle concede
l'agriculture et entire notamment dans la
preparation des engrais. Elle est utilisee dans
la construction puisqu'elle participe ai
l'incontoumable elaboration des mortiers et
des enduits, mais aussi on se sert de la chaux
dans une des activities majeure de nos miles qui

Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


est la fabrication du sucre. En effet la chaux
est un ingredient necessaire a la lessive>> qui
est une solution que l'on jette dans les
molasses (jus de canne cuit, en course de
cristallisation) pour les purger de leurs
impuretes et qui permet d'obtenir un produit
plus pure. Ainsi l'on peut dire que ce savoir
faire a contribute a la constitution et
l'organisation de l'espace economique et
social local. De nos jours, marginalise par des
techniques modernes moins cofiteuses et
moins destructrices pour 1'environnement
ecologique immediate, cet artisanat est voue a
disparaitre, en ne laissant pour toute trace que
quelques mines de pierre parsemees ca et la
sur le territoire et qui font desormais parties
integrante du patrimoine martiniquais. Depuis
Juillet 1999, on ne fabrique plus de chaux
artisanale a la Martinique. Le dernier
chaufoumier de l'ile, Mr Hubert Sillon,
octogenaire, s'est eteint. En 1995 nous avions


1, 2004









Verrand & Vidal


Figure 1. Coh6 du Lamentin


mene une enquete aupres de lui afin de
collector des informations sur le savoir faire
de cet artisan qui remote au debut de
l'installation colonial aux Antilles. Cet
article est tire d'un project collectif de
recherche, associant plusieurs chercheurs dans
les domaines de l'archeologie, I'histoire et
l'ethnographie. Ce project a permis de recolter
des informations precises, de les confronter et
de les croiser pour tenter d'approcher au plus
pres ce que pouvais 6tre l'activite artisanale
de la chaux en Martinique. L'approche
archeologique a permis de realiser un
inventaire et une localisation des vestiges.


L'approche historique par les recherches en
archives on servi a degager le developpement
de cette activity a travers les siecles, et enfin
l'approche ethnographique a permis de saisir
les gestes et les usages des techniques de
fabrication en voie de disparition. Il nous a
paru important de refleter a travers le
temoignage de Mr Sillon ce que pouvais 6tre
un des aspect du petit artisanat martiniquais.

Les donnies techniques ethnographiques

L'enquete ethnographique menee initialement
par M. Guillaume avait pour objectif


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Fours a chaux









Verrand & Vidal


d'apprehender le fonctionnement d'un four
traditionnel situe dans la Cohe du Lamentin
au quarter de Californie>> et qui faisait parties
d'un ensemble de quatre fours, appartenant a
Mr Sillon. II est important de preciser que
dans la grande majority des cas, les fours
traditionnels sont construits contre le talus
d'un chemin qui permet d'acceder de plein
pied au gueulard (embouchure superieure du
four). Ils ont une forme de tour, d'une hauteur
de trois a quatre metres environ et leur
volume interieur est concu en forme de tronc
de c6ne renverse. Le foyer d'allumage se situe
au pied du talus.

Les fours de Mr Sillon sont tous construits
et fonctionnent sur le meme module et a
l'identique de ceux employes au XVIIeme
siecle. Nous en avons retrouve pour temoin
une gravure reproduite dans l'ouvrage de RP
J.B. Labat Nouveaux voyages aux isles
d'Ameriques>> accompagnee d'une
description tries complete de cette activity
ancienne.

La matiere premiere utilisee ici, chez Mr
Sillon, est la conque de Lambi (Strombus
gigas), coquillage courant aux Antilles, prise
non seulement pour sa coquille mais aussi
pour sa chair. Actuellement, le chaufournier
fait venir ces coquilles de l'ile voisine de
Sainte Lucie. Precisons cependant que cette
matiere premiere provient d'animaux
desormais proteges par la convention de
Washington, ce qui laisse presager la
disparition definitive de cette activity. Au
XVIIeme siecle, toujours selon les de RP JB.
Labat, il etait aussi d'usage d'utiliser d'autres
matieres marines telles les madrepores ou
encore les gingembre>> (fragments de


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


I -


\i~
/


4.b ~\III


Figure 2. Le four dans son ensemble


Figure 3. Vue d'ensemble du four et du tas de matiere
premiere


1, 2004


Fours a chaux









Verrand & Vidal


Figure 4. Detail du treillis situ6 just au dessus de
l'orifice d'allumage, qui support le chargement du
four et permet aussi l'allumage

recifs coralliens), ou les roches a ravet>> qui
sont les restes d'anciens massifs coralliens
fossiles principalement localises dans
certaines zones au sud de l'ile.

Pour preparer le foyer, un treillis de bois
est install sur des bhchettes. Cet space entire
le fond du four et le chargement est
indispensable pour permettre l'allumage. Le
chargement du four s'effectue par le gueulard
en couches alternees: c'est a dire une couche
de bois, une couche de coquille. Une fois le
four rempli, et pour augmenter encore
d'avantage le chargement, des perches de bois
sont places a la vertical par rapport a la
magonnerie. Les etagements de bois sont
realises avec soin pour eviter des intervalles
trop important entire les bfches. En effet, le
bon deroulement de la combustion est
tributaire du chargement du four. Le tirage
doit s'effectuer ni trop vite, ce qui entrainerait
la combustion du bois sans cuire les coquilles,
ni trop lentement ce qui laisserait des
charbons de bois dans la chaux. L'allumage


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Figure 5. Allumage du four au moyen de bfichettes de
bois disposes sous le treillis

se fait a l'aide de buchettes fines taillees dans
un bois tries inflammable. La duree moyenne
d'une combustion est d'environ trois jours et
trois nuits. C'est durant cette period que la
combustion reste la plus delicate, car le four
n'etant pas une structure couverte, une pluie
trop important risque de perturber gravement
son bon deroulement. Pour eviter ce genre de
desagrement c'est au patron du four de
prevoir, et d'evaluer les caprices du temps
avant 1'allumage du four.


1, 2004


Fours a chaux









Verrand & Vidal


Figure 6. Le chargement du four une fois les coquilles
consumers

La combustion du bois et la reduction des
coquilles de lambis en poudre entraine le
tassement du chargement. Ainsi, le four qui
etait a l'origine charge d'un bon metre au
dessus de son gueulard, est seulement plein au
trois quart une fois la chaux fabriquee. C'est
au juge, d'apres la chaleur degagee dans le
proche alentour du four, que le Patron decide
du defournement cette derniere operation
s'effectuera a l'aide de pelle par l'orifice
d'allumage du four. La chaux est entreposee
dans un abri attenant au four, ou elle est
malaxee puis legerement arrosee d'eau,
operation qui permet d'eteindre la chaux>>
mais egalement de faire eclater les derniers
residus de coquilles afin d'obtenir une poudre
tries fine, uniform et d'un blanc immacule.
Les residus mal cuits qui se retrouvent
generalement sur la parties superieure du
chargement sont recuperes, et mis de c6tes
pour 6tre integres a une fournee ulterieure.

Un chargement de four permet a Mr Sillon
de remplir une centaine de sacs de cinquante
kilogrammes environ qu'il commercialise soit
a l'unite pour des particuliers, soit en gros

Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


pour des commander plus importantes.
Actuellement les principaux clients de cet
artisan utilisent la chaux pour des teaches
marginales telles la disinfection des arbres
parasites ou le marquage des terrains de sport.
Une petite production reste toutefois utilisee
en magonnerie par les marbriers. L'industrie
sucriere quand a elle, s'approvisionne
desormais en chaux industrielle, beaucoup
moins cofiteuse.



".




.1...

;
-. & i f


Figure 7. Le d6chargement du four s'effectue A 1'aide
d'une pelle et d'une brouette, la chaux est ensuite
place dans l'abri attenant au four.

Les chaufours et leur environnement

La superposition entire une carte
geographique des resources naturelles et une
carte global de l'implantation des fours
permet de mettre en evidence la relation
etroite qu'entretient cette activity avec les
gisements de matiere premiere. La proximity
de la mer rendant plus aisee
l'approvisionnement en matiere premiere
essentiellement tiree du domaine maritime
(coquillages et recifs calcaires d'origine
corallienne). Cette relation est valuable aussi


1, 2004


Fours a chaux











Verrand & Vidal


I'ecluse


Figure 8. Carte des resources de matibre premiere maritimes et terrestres de la Martinique
utiles A la fabrication de la chaux


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


W Matiare premiere terrestre
SMatihre premiere marine, cayes
entire 3 et 5m. de profondeur


Fours a chaux











Verrand & Vidal


bien pour les sites du XVIIeme siecle que
pour ceux du XVIIIeme siecle, du XIX siecle
et du XXeme siecle. Les fours sont
generalement installs, aussi pour des raisons
pratiques, relatives non seulement a 1'activite
risquee des arts du feu, mais aussi pour des
facilities de commercialization plus evidentes


par voies maritimes, sur le domaine cotier,
dans des fonds d'anses, a quelques metres de
la mer, et ils sont adosses a des monticules
pour faciliter leur usage.


HaWbinon Desruiseux
Mirebeau (Poucde)


0 10km


* Fours chaux XVItIme
0 Fours & chanu XVIII-me s
0 Four- chau XIXnmc s
A Fours a chaux XIX-XXame s
A Fours cha XXnme .


Figure 9. Carte de r6partition g6n6rale de l'ensemble des fours de 1'ile, tous siecles confondus


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Fours a chaux









Verrand & Vidal


Cette carte des fours a chaux (ci-dessus) a
ete elaboree a partir d'indices de sites reperes
sur different documents cartographiques
anciens puis retranscrits sur une carte actuelle.
Actuellement l'inventaire des vestiges
chaufourniers compete soixante dix neuf sites
et indices de site de fours a chaux entire le
XVIIeme et le XXeme siecle. Parmi eux,
cinquante trois sites ont ete prospects, vingt
sept sites ne le sont pas encore, dix sept sites
n'ont pas ete retrouves et sont considers
disparus ou detruits. Nous pouvons cependant
computer trente six sites qui ont pu 6tre
identified par des vestiges apparent. Les fours
retrouves en prospection sont d'ailleurs dans
un etat de conservation variable. Beaucoup
sont tries endommages. Les causes de
destruction sont generalement la proximity
d'agglomerations, des terrains prives exploits
ou encore des zones urbaines. Tous sont
actuellement a l'etat d'abandon mis a part les
quatre fours utilises par Mr Sillon dans la
Cohe du Lamentin. Si les fours sont d'une
architecture semblable, nous avons
quelquefois remarque quelques adaptations
originales et singulieres. Certains, pour palier
au manque de talus, comportent une rampe
d'acces magonnee pour permettre le
chargement par le gueulard, d'autres tout en
conservant une forme interieure classique
d'entonnoir presentent une architecture
exterieure de tour carree. Enfin il nous a
egalement ete donned d'observer deux fours
parfaitement accoles, construit sur un plan en
forme de huit.

La mise en place de l'artisanat de la
chaux t la Martinique

Des le debut de l'etablissement et si ce


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


n'est mime avant les premiers examens des
richesses locales confirment les possibilities de
construction. Rien n'empeche de produire
localement une chaux de bonne quality. Parmi
les premiers observateurs et rapporteurs de
l'epoque, le Pere Jacques Bouton, un
missionnaire jesuite, ecrit dans un ouvrage
public en 1640 : "les pierres, la chaux, la
brique n'y manqueraient pas, s'il y avait des
ouvriers pour les mettre en oeuvre, et si on
s'en voulait servir : mais parties le manquement
d'ouvriers, et en parties aussi le peu de
necessity qu'il y a de mieux se couvrir... on
fait negliger ces commodities pour se contenter
de cases "1. Le missionnaire dominicain Jean-
Baptiste Dutertre fait une remarque analogue
suite a son sejour en Guadeloupe: "on fait de
la chaux d'une pierre marine blanche, &
naturellement toute gravee de quelque petites
rustiques assez agreables. Cette chaux ne cede
en rien a celle de l'Europe"2 Deja, l'utilisation
specifique de madrepores, a la place de la
pierre calcaire traditionnelle, est attestee.

Entre 1635 et 1669, l'histoire de la chaux
suit l'histoire du bati de la Martinique. En
premier lieu, les colons s'installent sur la vaste
rade de Saint-Pierre qui constitute le noyau
primitif de l'etablissement. A partir de ce
point, la Basse Terre, presentant des
mouillages abrites sur la cote sous le vent, est
investie sur huit a neuflieues; la Cabesterre
restant habitee par les Caraibes. Les colons
vont d'abord et longtemps construire des cases
en tiges vegetables et en palmes ou des maisons
en planches. Mais l'assise francaise va
s'appuyer sur le bati en dur. Et les premieres
habitations qui prosperent grace a la culture
du tabac (oupetun), de l'indigo puis du sucre
investissent dans la magonnerie de briques ou


1, 2004


Fours a chaux









Verrand & Vidal


de pierre. Parmi les plus riches maisons de la
colonie, lit-on en 1660, "celles des Jesuites et
de Monsieur de la Vigne sont les plus belles"3.
Bien qu'il soit difficile de localiser les fours
de ces premiers temps, on sait, par un proces-
verbal dressed en 1678, que l'habitation des
Jesuites comporte un four a chaux ainsi qu'une
case a chaux "faite de terre".4
La conqu&te de la plaine marecageuse du
port Royal est l'occasion du developpement de
la maconnerie. C'est en 1669 que le
gouverneur de Baas, considerant les avantages
du port natural du Cul de Sac Royal, decide la
foundation d'une ville pres du fort Royal
(aujourd'hui, fort Saint Louis) en reunissant
un terrain au domaine de la Couronne5.
L'enjeu repond a une priority de la defense
militaire face aux nations rivals : le roi
souhaite faire en ce lieu le point strategique le
plus important de la Caraibe. Pour tenter de
reduire l'insalubrite du site, le gouverneur
ordonne le deboisement, le defrichement,
l'assechement et l'etablissement. "Ce Golfe a
quelques six lieues de tour. Ses Bords sont
toujours semez d'une Infinite de Coquilles,
don't on en trouve de fort belles, et fort
curieuses."6 Il est donc possible qu'on ait
ramasse la pierre a chaux avant de la pecher.

L'ouragan du 24 septembre 1672 detruit
plusieurs maisons et sucreries,
particulierement a Saint-Pierre. En 1676, le
fort Royal est bdti en pierres qui ne sont liees
qu'avec du sable et de la terre.7 L'architecture
militaire revise ses amenagements en bois ou
en terre gazonnee menaces par les conflicts, les
incendies et les catastrophes naturelles. La
maconnerie; plus cofteuse mais durable, est
encourage. Les depenses sont supporters par
la Couronne ou la Compagnie. Mais a la fin


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


des annees 1670, l'ile reinvestit ses propres
revenues (amendes, taxe sur les cabarets et les
artisans) et des privileges sont concedes a des
particuliers en change de leurs dons. Les
premieres difficulties d'organisation tiennent a
l'irregularite des ravitaillements en vivres et
en materiel, au manque et a l'incompetence de
la main d'oeuvre qui alourdissent les cofts de
production. Le gouverneur et les
administrateurs reclament sans cesse l'envoi
d'artisans. De Baas exerce un droit de conge
plut6t souple envers les habitants desireux de
retourner en France, "a la reserve des artisans
que je retiens jusqu'a tant qu'il en vienne
d'autres pour remplir la place de ceux qui s'en
vont". 8 L'instauration de corvees vient
repondre en parties a ces besoins. Chaque
planteur, a hauteur de son importance
economique, accord des journees d'esclaves
aux travaux de la colonie. L'augmentation de
la population esclave qui accompagne
expansion sucriere permet l'essor de la
construction. L'interdependance des moyens
prives et militaires assure ainsi a la population
le benefice de la security et de divers
equipements.

Le fort Royal a sa propre logistique.
L'atelier de construction comprend un four a
chaux pour le moins actif entire la fin des
annees 1670 et 1692. Les briques et les tuiles
sont importees. En revanche la pierre et le
bois sont acquis au plus pres. Les "pierres a
chaux" madreporess et coquillages) sont
ramassees, "dans le Cul de Sac sur des cayes
ou il se trouve jusques a trois pieds d'eau,
elles se [prennent] (illisible) avec des pinces
et se voiturent par des batteaux plats."9 Et
l'auteur precise: la d. chaux est tries bonne et
ne cede en rien a celle de France".


1, 2004


Fours a chaux









Verrand & Vidal


L'intendant Patoulet rend compete de
l'organisation du chantier. Dans le souci
constant de reduire les cofits, un march est
passe avec le sieur Dujoncheray, entrepreneur
en magonnerie, fixant a 60 livres le prix de la
toise cube. Mais "tous les travaux de terre, les
grandes escarpes, l'excavation des batteries, et
l'enlevement des terres qui sont des ouvrages
presque incroyables ont este faits par les
negres des habitans don't on a toujours pris la
douzieme parties depuis plus de dix huit mois,
sans qu'on leur ayt paye aucune chose". 10 La
repartition du travail en groups, pour
l'acquisition et le transport des materiaux, le
gros et petit oeuvre, conduit a la specialisation
des esclaves. Ainsi apparaissent les artisans
locaux, appeles negres a talent. Ceux-ci, une
fois acclimates et forms, s'ils resistent au
climate et aux mois de disette doublent de
valeur.

A partir de 1688, l'ile se dote d'eglises, de
bdtiments publics, de voies de communication
terrestres. Le potential economique et social,
avec un peu plus de 200 sucreries, autorise un
fonctionnement plus regulier. En 1689, face
aux offensives anglaises, administration
civil et militaire demand un nouvel effort de
contribution a toute la society, par le biais de
financements, d'augmentation des corvees, de
prises en charges privees de certaines
fortifications. Cela ne va pas sans plaintes de
la part de colons. Les uns reclament, les autres
deplorent, au contraire, les privileges.

Fours d'habitations et atelier de chantiers
militaires et urbains, prefigurent l'entreprise.
Le nouvel intendant, Dumaitz, passe un
premier accord avec le Sieur Duval en 1692
pour la furniture de "cent negres de louage"


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


et de trois barques necessaires au transport des
materiaux.11 Des artisans sont pays a la
journee. Le cofit des travaux reste lourd. Le
fond de 20,000 livres que le Roi attribue
annuellement aux fortifications de la
Martinique et de la Guadeloupe est
insuffisant. L'entretien des trois barques cofite
4,960 livres a l'annee. La location des esclaves
revient a 18,780 livres par an. La defense
pour les artisans s'eleve a 12.000 livres par
an. Les propositions de reform que
l'ingenieur Caylus adresse regulierement a la
Cour, ayant pour principle l'acquisition de cent
esclaves par le Roi et la creation d'une
compagnie de soldats mineurs pour les deux
iles, restent vaines. 27,460 livres sur les
35,740 livres reellement depensees seraient
economisees ; cinq ateliers seraient montes.

C'est enfin pourtant a l'instigation de ce
dernier que Dumaitz signe un march
novateur en 1693 afin d'abaisser le cofit de la
construction: "Sur la seule furniture de la
chaue a prix fait, il se trouvera une espargne
de douze mille frans par an etj'en ay toujous
este persuade qu'il n'y a que le manque
d'entrepreneur qui m'ait empesche depuis que
je suis icy de changer l'usage que j'ay trouve
estably" 2. Cela constitute une baisse de 5 sols
sur la barrique. "Je l'aurois adjuge a cinquante
cinq sols si celuy qui s'offroit a l'entreprendre
a ce prix eut este assez fort en negres ou effects
devant luy, pour assurance de l'execution de
son marche... il m'a paru plus a propos de
l'adjuger a un escfi la barique a un habitant
riche, et contre lequel j'auroy un recours
assure si il falloit la faire crier a sa folle
enchere"13. Et c'est ainsi que le Sieur Duval
devient le premier entrepreneur de chaux.
Desormais, I'administration colonial achete


1, 2004


Fours a chaux










Verrand & Vidal


la chaux a un habitant pour le service des
fortifications, au prix d'un ecu la barrique.
Quelques mois plus tard, les Sieurs Girardin et
Bourgelas deviennent entrepreneurs() de la
furniture des bois"14 pour le service des
fortifications.

On ne sait pas combien de fours a chaux
ont pu apparaitre a la fin du XVIIe siecle. En
1694, grace a un inventaire des bdtiments de
Saint-Pierre, suite a un ouragan, 312
constructions (265 sauves et 47


endommagees) sont referencess.5 On compete
48 constructions en pierre (soit 15% de
l'ensemble) et trois constructions en pierres et
"charpente", qui se repartissent en quelques
maisons, le fort, l'eglise et une raffinerie. Le
bois est majoritaire: les maisons ainsi que les
magasins de charpente, representent 69% du
bdti. La difference concern les cases
"fourches en terre" et constructions don't les
materiaux ne sont pas precises.


Quaies (nom de Fours a Fours a Fours a Fours a Fours Maxi Code
uner ( de chaux chaux chaux chaux chaux a commune
commune actuelle) annuel
1785 1786 1787 1788 1789 actuel
Saint-Pierre 1 1 1 1 97225
Mouillage (Saint-Pierre) 1 1 97225
Carbet 1 1 1 1 1 1 97204
Basse-Pointe 7 2 2 2 2 7 97203
Macouba 3 4 4 4 4 4 97215
Pr6cheur 1 1 1 97219
Fort-Royal (Fort-de-France) 2 2 2 97209
Lamentin 3 2 2 2 2 3 97213
Trou-au-chat (Ducos) 1 1 2 2 2 2 97207
Trois Ilets 3 4 4 4 4 4 97231
Anses d'Arlets 1 1 1 1 97202
Saint Esprit 1 2 2 2 2 2 97270
Case-Pilote 5 5 3 3 3 5 97205
Trinit6 5 5 5 5 5 5 97230
Grand Anse (Le Lorrain) 1 1 1 1 1 97214
Frangois 4 4 4 4 4 4 97210
Tartane (Caravelle; Trinit6) 6 6 6 7 7 7 97230
Robert 7 7 7 3 3 7 97222
Sainte-Marie 2 3 3 3 3 3 97228
Marin 5 5 5 5 5 5 97217
Vauclin 5 2 2 2 2 5 97232
Sainte-Anne 3 3 3 3 3 3 97226
Riviere-Pilote 1 4 3 3 3 4 97211
Sainte-Luce 3 3 3 3 3 3 97227
Diamant 1 1 1 1 1 1 97206
TOTAL 70 66 65 63 63 82
Tableau 1. Recensement des Fours a Chaux de la Martinique par commune, 1785-1789 (d'apres la sdrie
Recensements, CAOM G1 4- bis,


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Fours a chaux












Verrand & Vidal


Habitation Desnisseaux
Mirbecau (Podche)


Figure 10. Carte de repartition des fours A chaux du XVIIIe siecle, ayant &te prospects ou non


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


E] Sites comportant des vestiges apparent
Sites d6truits, ou sans vestiges apparent
SIndices cartographiques de sites possibles, sans
vestiges apparent
Indices de fours non prospects


Fours a chaux









Verrand & Vidal


Recensement, XVIIIe s.

La richesse cartographique du XVIIIe
siecle permet de relocaliser un bon nombre de
fours a chaux. Si trois ou quatre fours ont ete
recenses pour le XVIIe siecle sur 79 unites, le
chiffre de 40 fours relocalises pour le XVIIIe
siecle approche mieux la reality. II reste
cependant tries inferieur aux chiffres des
recensements economiques. Dans les
statistiques economiques du XVIIIe siecle, les
fours a chaux sont releves a partir de 1785
(voir tableau 1). De 1785 a 1789, leur nombre
oscille et decroit de 70 a 63 d'une annee sur
I'autre. On dispose de donnees chiffrees par
quarter. En ne retenant que le chiffre le plus
eleven pour une de ces cinq annees, on totalise
en fait 82 fours pour cette petite period. Leur
repartition rejoint assez bien celle qui est
fournie par l'etude des cartes anciennes. Sur la
carte de repartition des fours dates du
XVIIIeme siecle ci dessus, nous avons pu
comptabiliser et localiser quarante fours.
Cependant dix fours n'ont pas encore
beneficie d'une prospection. Enfin, trente
fours ont ete prospects don't douze d'entre
eux subsistent a 1'etat de vestiges encore
apparent alors que dix huit d'entre eux sont
totalement detruits.

Le XVIIIeme siecle, par la precision de
ses documents cartographiques permet une
localisation d'une grande exactitude. Les
deux documents les plus richement dotes en
informations pour cette period (deuxieme
moitie du XVIIIeme siecle) sont la carte de
Moreau du Temple don't la levee topo-
graphique par trois geographes du roi
commence en 1763 et sera achevee et signee
par Moreau du Temple sept ans plus tard en


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


1770, et l'Itineraire des chemins royaux de la
Martinique elabore en 1785 et plus connu
sous le nom de <> car
cet atlas geographique se concentre
essentiellement autour du reseau routier
terrestre martiniquais et de sa topographie.
Ainsi a l'examen de la Carte de Moreau du
Temple nous avons pu reperer trente sept
indices de site pour un seul document don't dix
huit beneficiaient d'une mention ecrite < a Chaux>> en complement de leur signalisation
symbolique par un petit cercle a l'encre. Pour
l'itineraire des chemins royaux,
wiSLA AfP .


0)~


'. -~'
I.



a


Figure 11. D6tail de la carte de Moreau du Temple: le
site de la Pointe des Grives


1, 2004


Fours a chaux









Verrand & Vidal


Figure 12. plan et coupe du four de la Pointe des Grives dat6 du XVI6"me siecle


nous avons compete sept indices don't deux
mentions ecrites de four a chaux>>.
Le four a chaux de la Pointe des Grives
dans la baie de Fort de France est un example
d'indice retrouve en prospection sur
indication de la Carte de Moreau du Temple.
II est le seul example de site chaufournier
retrouve en si bon etat et datant de la
deuxieme moitie du XVIIIeme siecle. II se


caracterise egalement par une certain
originality de conception. Le plan gemellaire
de la bdtisse, est le seul example que nous
connaissions actuellement sur l'ile; il s'agit en
fait de deux spaces de combustion
differences mais construits d'un seul tenant.
Il est un des examples de ces adaptations
architecturales que nous avons observees ga et
li sur l'ile.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Plan de la parties superieure (Gueulard)









S',~ Plan a la base du four


OUEST EST












ElIvation du four Est et reconstitution d'dlivation du four
Ouest


Fours a chaux









Verrand & Vidal


Les combinaisons dconomiques au
XVIIIe siecle: Chauterie, Poterie et Sucrerie

Quelques etudes de sites ont ete menees
dans les archives notariales a la fois pour
confirmer les indices cartographiques et pour
examiner les tenants socio-economiques de
cette production. Elles ont mis en evidence
des specialists et des combinaisons telles que:
"Chauterie" qui design au XVIIIe s. une
habitation produisant exclusivement de la
chaux (que l'on designer par le term
"Chaufournerie" a partir du XIXe s.);
Four a chaux sur "Poterie" (habitation
fabriquant des carreaux, des tuiles et des
briques ainsi que de la chaux);
Four a chaux sur "Sucrerie".

L'habitation chauterie, ayant pour
principal vocation la production de chaux,
s'est probablement mise en place au debut du
XVIIIJs. En quelque sorte, i'habitation du Sr
Duval, en est sans doute une prefiguration. Si
la Martinique que decouvre le Pere Labat est
deja l'ile du sucre, la chaux est devenu un
produit suffisamment utile est rentable pour
tenir une habitation. Mieux documentee, la
chauterie De Mil est situee sur la commune
du Lamentin. Cette habitation est attestee par
une premiere carte de 1762 sur le "morne De
Mill".16 Une second carte, celle de Moreau
du Temple, en 1770, mentionne la presence
d'un "four a chaux" en ce meme endroit.17 Cet
indice est encore valide par une semblable
mention sur une carte de 1777.18 En 1791, M.
De Mil vend son habitation (dite alors "du
more St Pierre", aujourd'hui morne Cabrit) a
MM. Premaurant et De Belloy fils, pour la
some de 240.000 livres.19 Le terrain n'est
pas cultive. II est laisse en bois et en


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


mangrove. L'habitation comporte :
une maison principal en
maconnerie avec un toit de tuiles,
une cuisine construite en
maconnerie et couverte de tuiles,
deux fours a chaux avec deux
magasins a ustensiles,
divers canots pour la peche des
matieres premieres et le transport
des cases,
et 60 esclaves.

Qu'elle ait ou non evolue vers un
elargissement des secteurs de production,
l'habitation Chauterie, a peut-6tre
historiquement quelque peu devance
I'association Poterie-Chaux. De fait,
l'habitation De Mil, developpera la poterie un
peu plus tard. L'association Poterie-Chaux est
aussi validee dans ses deux options possibles:
un four a chaux sur une habitation plut6t
consacree a la poterie, ou bien l'inverse. Six
habitations combinent chaux et poterie autour
de la baie de Fort-de-France, au XVIIIe
siecle, don'tt une society mixte de poterie-
chaux-sucrerie. Ainsi, I'habitation "L'Acajou"
du Chevalier Maupertuis present une
combinaison Poterie-Chaux qui s'associe a
une sucrerie. Elle est situee au Lamentin, au
quarter actuel Californie.

La carte de Rochemore present un
symbol de four sur l'habitation "Maupertuis"
en 1762.20 Celle de Moreau du Temple
signal une double activity par les mentions
"poterie" et "four a chaux" en 1770, avec les
symbols d'un four et de bdtiments.21 Enfin la
carte de Bouille, en 1777, mentionne
seulement un "four a chaux" pres de la riviere
"l'Acajou".22 Dans les annees 1780, le


1, 2004


Fours a chaux









Verrand & Vidal


chevalier de Maupertuis possede trois
habitations proches l'une de l'autre, qui sont
encore localisees sur le Routier de la
Martinique.23 Apres la Revolution, plusieurs
movements de vente ont course dans la
famille.

Deux des habitations (L'Acajou, designee
chauterie et La Trompeuse, une sucrerie) sont
acquises conjointement par son fils et son
gendre en 1794 qui contractent ensemble une
society, pour une duree de trois ans.24 A la
mort du gendre, deux ans plus tard, la society
est reprise par sa veuve et le Sieur de
Maupertuis, son frere. Mais, en 1798, les
revenues sont a peine suffisants pour retablir la
manufacture a sucre. Ils decident alors de
dissoudre la society et vendent la sucrerie. Le
Sieur de Maupertuis conserve L'Acajou puis
la revend a son pere quelques mois plus tard.
Elle comporte alors un four a chaux et un four
a poterie. La maison principal est en
planches, enduite a la chaux. Le potential
human est de 22 esclaves. 25 Malgre sa
vocation dominant pour la chaux, cette
habitation associe chauterie a poterie. La
situation est exactement inverse pour
l'habitation Boisset de la Pointe Borgnesse,
au Marin, a la meme epoque. Enfin, dans
l'inventaire general, la grande majority des
fours est quand meme associee aux sucreries.

Ouverture, conclusion

Au XIXe siecle, les habitations
specialisees dans la chaux vont se maintenir
avec, toutefois, un changement dans leur
composante social. La colonie va connaitre
une retablissement de l'esclavage en 1802
avant son abolition definitive en 1848. En


1813, a la Pointe des Roseaux (commune
actuelle du Robert), une famille blanche
creole vend une habitation "chaufournerie" a
deux hommess de couleur", evidemment
libres, pour la some de 72,000 livres.
L'habitation comporte un four. La "grand'
case" est garnie en magonnerie et couverte de
paille. Le potential human est de 18
esclaves.2

Quels que soient les structures dans
lesquelles s'inscrit et evolue la production de
la chaux a la Martinique, les techniques de
fabrication artisanale ont peu varied au course
du temps. Le site du quarter Californie, au
Lamentin, est l'image d'une perennite locale.
Les fours de M. Sillon qui se sont eteints avec
lui en 1999, ne sont situes qu'd 1,5 kilometres
environ de l'habitation chauterie Maupertuis.

Bibliographie

Begot, Danielle
1990 << Architecture >>, dans La grande encyclopedie
de la Caraibe, vol VIII, s.I., Sanoli.
Begot, Danielle, Monique Pelletier et Catherine
Bousquet-Bressolier, (6ds.)
1998 La Martinique de Moreau du Temple, 1770. La
carte des ingenieurs geographes, Paris, CTHS.
Bouton, Jacques
1640 Relation de l 'etablissement des frangais depuis
I'an 1635 en l'lle de la Martinique, l'une des
Antilles de 'Amerique. Des mceurs des sauvages,
de la situation et des autres singularitis de I'lle,
Paris, Cramoisy.
Bruneau-Latouche, Eugene, et Jacques Petitjean-Roget
1983 Personnes et families a la Martinique au XVIIJ
siecle d'apres recensements et terriers nominatifs,
2 t., Fort de France, Societ6 d'histoire de la
Martinique.
Buisseret, David
1983 Histoire de I'architecture dans la Caraibe,
Paris Editions carib6ennes.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Fours a chaux










Verrand & Vidal


Chanvalon, Jean-Baptiste Thibault de
1763 Voyage a la Martinique, contenant diverse
observations sur la physique, I'histoire naturelle,
l 'agriculture, les mceurs et les usages de cette ile,
faites en 1751 et dans les annies suivantes, lu a
I'Acad6mie royale des sciences de Paris en 1761,
Paris, C.-J. B. Bauche.
Delawarde, Jean-Baptiste
1936 Les dJfricheurs et les petits colons de la
Martinique au XVIIJme siecle, Paris, Buffault.
Du Tertre, Jean-Baptiste
1654 Histoire generale des miles de Saint-Christophe,
de la Guadeloupe, de la Martinique et autres dans
Sl'Amerique, oi I 'on verra l'6tablissement des
colonies frangaises dans ces iles... Paris,
Langlois.
Labat, Jean-Baptiste
1992 Nouveau voyage aux isles de l'Amerique,
contenant I 'histoire naturelle de ces pays,
I 'origine, les mceurs, la religion et le
gouvernement des habitants anciens et modernes,
les guerres et les veinements singuliers qui y sont
arrives pendant le sjour que I'auteur y a fait... ,
8t., Paris, Delespine, 1742 ; rde. Fac-sim. De
l'original par les dd. Du Pare Labat, Paris.
Mousnier, Mireille, et Brigitte Caille
1990 Atlas historique du patrimoine sucrier de la
Martinique : XVII -Xxe sicle, Paris, I'Harmattan.
Petitjean-Roget, Jacques
1962, << Journal d'un voyage a la Martinique en
1676 >>, Annales des Antilles, Bulletin de la Soci&t6
d'histoire de la Martinique, n10, p.35-58, Fort de
France.
Poyen Sainte-Marie
an XI De 1 'exploitation des sucreries...., Pointe a
Pitre, impr. De la R6publique.
Vidal, Nathalie, Laurence Verrand et Marc Guillaume
2001 << Tout autour du four- La fabrication artisanale
de la chaux en Martinique >>, Congres national des
soci&tes historiques et scientifiques, 123eme,
Antilles-Guyane, 1998, Le sucre, de 'AntiquitW a
son destin antillais, p. 187-213.
Westercamp, Denis et Haroun Tazieff
1980 Martinique, Guadeloupe, Saint Martin, La
desirade, Paris, Masson.


Notes

' Bouton (Jacques), Relation de l'Etablissement des
Frangais depuis l'an 1635 en l'Isle de la Martinique...,
Paris, S6bastien Cramoisy, 1640, p.32.
2 Dutertre (Jean-Baptiste), Histoire generale des isles
de St. Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique
et autres ..., Paris, Jacques Langlois, 1654, p. 134.
3 anonyme: Description des miles d'Amerique en l'estat
qu'elles estoient l'annee 1660 ; Centre d'Archives
d'Outre-Mer (CAOM), Aix-en-Provence, Colonies
C/8b/1/3 F5.
4Proces-verbal d'estimation de la maison des Jksuites a
St Pierre faite par Jean Mallery, Pierre Petiot et
Francois Cudeville, masons, 23 avril 1678, CAOM
C/8a/2/F116.
5 Ordonnance de M. de Baas portant reunion au
domaine d'un terrain situ6 prbs du Fort-Royal, 3
octobre 1669; CAOM, Colonies C/8a/1/F9.
6 op. cit. note 13.
7 anonyme, Discours concernant le Cul de Sac royal
..., vers 1676; CAOM, D6p6t des Fortifications des
Colonies (DFC) Martinique 47/12.
8 Lettre du gouverneur de Baas, 26 d6cembre 1669;
CAOM, Colonies C/8a/1/F13.
9 anonyme, Discours concernant le Cul de Sac royal
..., vers 1676; CAOM, D6p6t des Fortifications des
Colonies (DFC) Martinique 47/12.
10 Patoulet, 22 septembre 1679; CAOM, Colonies
C/8a/2/F213.
" Caylus, Discours sur les inconvenients des travaux
du Roy a la martinique avec les remedes qu'on y peut
apporter, ler septembre 1692; CAOM, DFC
Martinique 47/58.
12 Lettre de Dumaitz au roi, 16 juin 1693 ; CAOM,
Colonies C/8a/7/F336.
13 ibid.
14 Lettre du Sr de Caylus, ler avril 1694; CAOM, Aix-
en-Provence DFC Martinique 47/74.
15 Gabaret, Estat des maisons qui n 'ont pas estW
incommoded du mauvais temps au quarter du Fort
Saint-Pierre, 10 novembre 1694, CAOM, G1 470 bis.
16 De Rochemore, ing6nieur en chef, Carte des
environs de la baye du Fort Royal, 1762, 6ch. 1:14331 ;
CAOM, Aix-en-Provence DFC Martinique
15PFA/189.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Fours a chaux










Verrand & Vidal


17 Moreau du Temple, Carte geommtrique et
topographique de l'Isle Martinique, 1770, 6ch.
1:14437; Bibliotheque Nationale, Cartes et Plans,
Portefeuille 156, division 2, piece 17.
18 De Bouill6, gouverneur g6ndral, Carte des environs
du Fort Royal de l'isle Martinique, 26 aofit 1777,
CAOM DFC XI/16pfA/348.
19 Minutes de FHnelon, Vente d'habitation chauterie
par M. Demille aI M Roy Primaurant et de Belloyfils,
4 aofit 1791; CAOM, D6p6t des papers publics des
colonies (DPPC), Notariat MAR/ /1188.
20 De Rochemore : 1762, op. cit.
21 Moreau du Temple 1770, op. cit.
22 De Bouille: 1777, op. cit.
23 Itindraire des chemins royaux de 1'isle Martinique dit
"Routier de la Martinique", vers 1785, 6ch. 1:14850;
CAOM, Atlas Moreau de Saint MWry F/3/292.
24 Minutes de Me Deslandes, Dissolution de soci&td et
vente d'habitation entire le S. et Dme de Massias de
Bonne et le chevalier de Maupertuis, 20 juin 1798;
CAOM, DPPC, Notariat MAR/ /890.
25 Minutes de Me Deslandes, Vente d'habitation
chauterie par M. le Chr de Maupertuis a Mr son pere,
26 octobre 1798; CAOM, DPPC, Notariat MAR/ /890.
26 Minutes de Me Gabourin, Vente d'habitation
chaufournerie par Srs Million frere a Louis Fabien, et
aA i, in Constant homes de couleur libres, 5
janvier 1813; CAOM, DPPC, Notariat MAR/ /1286.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Fours a chaux









Journal of Caribbean Archaeology
Copyright 2004
ISSN 1524-4776






LES INDIGOTERIES DE MARIE-GALANTE

Xavier Rousseau
Service regional de l'archdologie
Direction regionale des affaires culturelles de Guadeloupe, 22 rue Perrinon, 97100 Basse-Terre,
Guadeloupe, Antilles francaises

Yolande Vragar
Service du Patrimoine de la Ville de Basse-Terre, H6tel de Ville
97100 Basse-Terre, Guadeloupe, Antilles francaises.

Bien que la culture de la canne a sucre et sa transformation ait profondement marque
l 'environnement, I'economie et l'histoire social de la Guadeloupe, les cultures associkes ou
secondaires comme le coton, le tabac et l 'indigo jouerent un r6le important a certaines periodes
et dans certaines regions. Les industries lies a ces cultures d'exportation sont encore peu
&tudikes en Guadeloupe. Leur etude permettrait une meilleure connaissance du processus
d'industrialisation ainsi que du ddveloppement &conomique de l'ile et de ses ddpendances durant
1 'poque colonial.


Indigo et indigotier

L'indigo est une matiere tinctoriale bleue
extraite des feuilles de l'indigotier. Cette
plante croit dans les regions chaudes et seches
et appartient a la famille des papilionacees.
C'est un arbrisseau compose d'une multitude
de petites tiges en forme de rameaux. Ceux-ci
sont charges de petites feuilles epaisses de
couleur vert-brun par dessus et argentees par
dessous. Le pere Dutertre fut le premier
chroniqueur a signaler sa presence en
Guadeloupe (Dutertre 1978). II decrivit la
plante et les installations necessaires a
l'extraction de sa substance. Elle pousse
aujourd'hui a l'etat sauvage dans la region des
Galets a Capesterre de Marie-Galante.


Les botanistes ont denombre plusieurs
especes de plants tropicales a indigotine.
Celles rencontrees dans les Petites Antilles
sont l'Anil originaire de l'Inde et le
Suffruticosa qui proviendrait du Perou et des
Grandes Antilles.

Processus de fabrication

La fabrication de l'indigo necessitait une
installation comprenant trois a cinq vaisseaux
ou cuves (eventuellement un bassin, une ou
deux trempoires ou pourriture, une batterie et
un reposoir, appele diablotin a Saint-
Domingue, Figure 1). Les cuves etaient bdties
en pierres. Les structures s'organisaient en


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004










Indigoteries de Marie-Galante


U ~ ~ f A. 4. IT.k~lw1 1[~ '~. S 2 -Im .,Y N

Figure 1. Representation d'une indigoterie, publi~e par Dutertre, milieu du 17' si~ce.


march d'escalier. Une main d'oeuvre servile
etait charge des differences operations qui
rythmaient sa culture. La recolte des feuilles
n'intervenait qu'au bout de deux a trois mois,
lorsque la plante etait jugee mature, c'est-a-
dire avant qu'elle ne soit en fleur. Ces feuilles
etaient j etees dans un bassin rempli d'eau, la
trempoire dans lequel elles fermentaient.
Devenue visqueuse, l'eau s'ecoulait dans la
batterie qui etait pourvue d'un dispositif
permettant de remuer ce melange jusqu'd
obtenir une couleur bleue par oxydation.
Plusieurs types d'agencement ont, semble-t-il,
ete employes: "On se servait autrefois d'une
roue a palettes don't l'essieu etait pose sur le
milieu de la cuve et que l'on remuait par le
moyen de deux manivelles qui etaient au bout


du meme essieu. Au lieu des palettes on y a
mis ensuite de petits caissons sans fond et
apres cela d'autres don't les fonds etaient
perches de trous de tariere; a present on se sert
d'une espece de seaux assez grands attaches a
de fortes perches posees sur des chandeliers
par le moyen desquels les negres elevent
1'eau, la battent et la remuent violemment et
continuellement..." (Labat 1979) (Figure 2).
L'indigo, depose au fond du bassin par
precipitation, se deversait ensuite dans le
reposoir ou il achevait de se decanter. La ,
pate ainsi obtenue etait recueillie dans des
sacs de toiles qui permettaient de purger le
reste de l'eau puis mis dans de petits caissons
de bois carries destines au sechage. Sur une
indigoterie, outre les cuves, se trouvaient une


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar










Indigoteries de Marie-Galante


7-- r1! 77D


Figure 2. Appareillage pour battre l'eau de la batteries

secherie et un puits d'eau douce. L'eau douce
etait en effet un facteur determinant pour
obtenir un indigo de bonne quality.

Evolution de la culture et du commerce de
l'indigo en Guadeloupe et ddpendances

La culture de l'indigo fut introduite par les
Espagnols au seizieme siecle dans les
Grandes Antilles ou elle eut un
developpement considerable notamment a
Saint-Domingue. Elle n'apparut dans les
Petites Antilles qu'apres la chute du prix du
tabac autour de 1640. Le decline de la canne au
course des deux demieres decennies du siecle
favorisa le developpement de cette culture
destinee a l'exportation. Un recensement de
1671 mentionne l'indigo parmi les plants
cultivees. Mais a l'etude de ce document si la
plupart des terres sont plantees en vivres, en
canne ou en bois debout, aucun chiffre n'est
porte dans la colonne "indigo". La period la
plus propice pour cette culture se situa entire


1680 et 1719. En effet, douze indigoteries
sont signalees en Grande-Terre sur le
recensement de la Guadeloupe de 1682 et plus
de cent indigoteries sont denombrees en
Guadeloupe et dependances pour 1'annee
1686. La Grande-Terre et Marie-Galante
produisaient, a elles seules, les deux tiers de
la production total.

Culture de l'indigo at Marie-Galante

A Marie-Galante, six indigoteries sont
signalees des 1670 par Boisseret de
Temericourt, gouverneur de l'ile (Temericourt
Lettre du 3 octobre 1670, Centre des Archives
d'Outre-Mer, fonds des Colonies,
Correspondance Generale Guadeloupe, 1649
-1670, C7A1 f 371, Aix-en-Provence). Les
recensements permettent de suivre les
variations de leur nombre entire 1683 et 1735.
Si les mentions d'indigoteries sont rares entire
1688 et 1695, l'ile ayant ete ruinee par les
Anglais en 1691, on note une nette croissance


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar


1 4-1










Indigoteries de Marie-Galante


entire 1696 (quarante-huit indigoteries) et
1719 (quatre-vingt six indigoteries). Le fait
qu'une bonne parties du commerce de l'indigo
a Marie-Galante fut interlope en raison de la
decision des autorites d'abandonner l'ile
durant une vingtaine d'annee ne facility pas
les recherches car alors la production et la
commercialization de l'indigo ne figuraient
pas dans les donnees officielles. Cette
production indigotiere va se maintenir
jusqu'en 1726 pour disparaitre vers 1735.

Les guerres incessantes entire Frangais,
Hollandais et Anglais qui affecterent l'ile de
Marie Galante en 1676, 1690, 1691, 1703 et
1759 n'ont pas permis un developpement
regulier de l'ile. Le depart des habitants exiles
en Martinique ou dans les autres miles freina
considerablement son developpement
industrial, bien que l'activite indigotiere se
soit maintenue grace aux "... petits habitants
[qui] preferent rester dans une region fertile
pour l'indigoterie que de s'en aller s'exposer
a planter de la canne (Boisseret 1698
Memoire pour &tre prdsente a Monseigneur
de Ponchartrain, C.A.O.M., Dep6t des
Fortifications des Colonies/Marie Galante,
carton 46, doc. 1, Aix-En-Provence). Cette
instability favorisa d'ailleurs la reprise de
l'indigo apres la guerre de Trente, entire 1713
et 1719. En 1718 travaillaient sur l'ile "...
environ six cents negres a neuf sucreries et
soixante dix indigoteries seules denrees qu'on
fabrique en ce [pays]" (Larnage lettre du 12
octobre 1718, C.A.O.M., Fonds des Colonies,
Correspondance Generale Martinique, 2e serie
1713-1789, C7B, Aix-En-Provence).

A Marie-Galante, cette culture etait
essentiellement produite dans la region de
Capesterre. En effet, la repartition des


differences cultures s'est fait en function des
conditions geomorphologiques de l'ile.
L'indigo fut surtout cultive dans la parties au
vent (c6te est) en raison de son climate chaud
et sec. Il n'est donc pas etonnant de rencontrer
de nos jours, la plupart des vestiges dans ce
secteur.

Recherche documentaire

Peu de travaux ont ete consacres a
l'evolution et au recensement des indigoteries
en Guadeloupe. Parmi les sources anciennes,
on trouve les chroniqueurs du dix-septieme
siecle, Dutertre, Plumier (Plumier 1688) et
Labat qui fournissent de nombreuses
descriptions sur l'indigo, agrementees de
gravures et de dessins. Ces documents
renseignent abondamment sur la plante, la
culture, le processus et les techniques de
fabrication de l'indigo. II faut ajouter les
sources plus tardives comme l'Encyclopedie
de Diderot et d'Alembert (Alembert et
Diderot 1767) et surtout le "Parfait indigotier
ou Description de l'indigo du Cap aux isles
frangaises de 1'Amerique" (Monnereau, 1765)
qui completent les descriptions sur les plants
et renseignent sur l'indigoterie dans les
Antilles. Mais ils n'abordent pas la
commercialization de l'indigo.

Les travaux plus recent de Lasserre
(Laserre 1978) et de Schnakenbourg
(Schnakenbourg 1981) analysent 1' evolution
de la production indigotiere en Guadeloupe et
a Marie-Galante. Ils sont cependant limits
par leur caractere general. Un memoire de
maitrise de l'Universite de Paris I (Ernatus
1993), offre une approche global tant sur les
origins et les caracteristiques de la plante que
sur les techniques d'extraction de l'indigo et


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar











Indigoteries de Marie-Galante


QI .icTcii mc L: [In.h di
33t. Tcm'




W31 ic iI ii q


Figure 3. Carte de la Guadeloupe et de Marie-Galante


sa commercialization. A ce jour, il n'existe
aucune etude entierement consacree a cette
culture en Guadeloupe.

Concemant les sources graphiques, les
gravures et les dessins que renferment les
textes des chroniqueurs renseignent sur la
connaissance des plants a indigotine, les
installations industrielles. Les cartes et plans
anciens de Marie Galante mentionnent les
noms des maitres d'habitation, notamment le


dessin de l'ingenieur militaire Blondel date de
1667 (Blondel, F. 1667 L 'isle de Marigalante,
Bibliotheque Nationale, Departement des
Cartes et Plans de la Marine, Service
Hydrographique de la Marine, portefeuille
155. Division 10, p. ID, Paris) et la carte de
Marie-Galante dressee par l'ingenieur
geographe Thevenet en 1769 (les ingenieurs
geographes du roy 1769, Carte de Marie
Galante, C.A.O.M., D. F. C. Guadeloupe/
Marie-Galante, portefeuille XV, n0 8, Aix-En-


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar










Indigoteries de Marie-Galante


Provence), sans preciser toutefois le type de
production.

D'autres sources manuscrites apportent
des elements d'analyse permettant de mieux
cerner la place de l'industrie indigotiere dans
le processus de developpement de l'ile entire
la fin du dix-septieme et le debut du dix-
huitieme siecle, la commercialization de
l'indigo et les raisons du decline de cette
production a partir des annees 1730. Les
memoires des Dep6ts des fortifications des
Colonies renseignent sur la culture, les zones
propices a cette culture et a la fabrication de
l'indigo a Marie Galante. La collection
Moreau de Saint-Mery a livre un inventaire
des habitants de l'ile de Marie-Galante, exiles
dans les miles hollandaises, etabli en 1678
(Recueil de documents concernant les Antilles
anglaises, hollandaises... Marie Galante...
1645-1792, C.A.O.M., Collection Moreau de
Saint-Mery, F3 23, Aix-En-Provence)'. Les
noms de quelques proprietaires d'habitations
indigotieres y sont precises ainsi que la
contenance des habitations, leur localisation
approximative, par quarters, les cultures et le
bdti. Citons parmi elles, celle du sieur
Mathieu Lambert, habitant du quarter de
Temericourt (region de Capesterre, a l'est de
l'ile), proprietaire d'une habitation de "deux
cent cinquante pas de large, sur la hauteur de
mil laquelle estoit plantee en herbes a indigo
et vivres qui sont presentement gaster des
haziers et sur laquelle est une indigoterie de
bastie proche d'un estang dependant de la dite
place..."; I'habitation de Frangois Bigot La
Forest est situee "... au quarter de la
Magdeleine, septieme stage du bord de la
mer... contenant sept cent pas de large sur la
hauteur de cinq sur laquelle il y a seulement
une indigoterie...".


Ce document atteste l'existence d'une
industries de l'indigo balbutiante a Marie
Galante. La correspondence general de la
Guadeloupe et de la Martinique et les
recensements etablis entire 1664 et 1790
completent 1'ensemble des donnees tant sur le
processus d'industrialisation qu'en matiere de
commercialization. Cette production d'indigo
de Marie Galante est ecoulee en Guadeloupe,
en Martinique, aupres des marchands frangais
et strangers, notamment des Hollandais. Et
comme le coton, "l'indigo est revendu aux
marchands qui les rapportent en France pour
les manufactures du royaume" (Poincy, 1724
Memoire concernant 'ile de Marigalante...,
C.A.O.M, D.F.C.G./ Marie-Galante,
document n3, Aix-En-Provence). En Europe,
les ports de Lisbonne d'abord, puis
Amsterdam et Bordeaux, a partir de 1730,
redistribuent les marchandises a l'interieur du
continent. "... En 1737, l'usage de l'indigo
est autorise donnant ainsi un coup de grace au
pastel" (Pinault 1987). Cette levee de
l'interdiction sur l'indigo entraine la baisse
des prix puis la mevente dans les grandes
villes europeennes. Le decline de la production
de l'indigo a Marie Galante apparait apres
1719 et son arr&t intervient vers 1730. Les
raisons en sont multiples. La principal est a
imputer a la culture intensive de l'indigo qui
se developpe dans les Grandes Antilles. En
1683, Saint-Domingue commence a produire
en effet de l'indigo don't la valeur s'eleve deja
a six mille livres, autant que toutes les Petites
Antilles frangaises confondues. A la fin des
annees 1720, Marie Galante qui ne compete
plus que 17 indigoteries pese peu face aux
deux mille sept cent quarante-quatre unites
que compete l'ile de Saint-Domingue. Cette
derniere s'impose des lors comme principal
fournisseur de la France en sucre et en indigo


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar










Indigoteries de Marie-Galante


au detriment des Petites Antilles. D'autre part,
a Marie Galante, meme si la production
d'indigo ne disparait pas completement de
l'ile en 1730, elle cede la place au coton et au
cafe et a la canne.

Prospection au sol

Cet article est le fruit d'un programme de
recherche sur les indigoteries a Marie-Galante
mene entire 1997 et 1998. L'objectif etait
d'identifier, a partir des recherches de terrain
et d'archives, les principaux sites de
production afin de mieux cerner le processus
d'industrialisation de cette culture a Marie-
Galante. En 1997, les premieres
investigations, centrees sur la plaine c6tiere
des Galets entire le Morne Rita, au sud et le
Mal Parle au nord, avaient pour but de
retrouver les sites qui avaient ete signals par
different informateurs. Les prospections ont
ete effectuees au course de quatre braves
campagnes de deux / trois jours en mai,
juillet, octobre et decembre.

Les indigoteries signalees ont toutes ete
retrouvees et plusieurs autres unites, plus ou
moins bien conservees, ont ete reperees.
L'une d'entre elle (Cayes Boudin, n 15),
entierement degagee, a fait l'objet d'un
releve. Par ailleurs, des echantillons d'enduit
ont ete preleves sur chacun des sites pour
analyse. En 1998, les recherches se sont
poursuivies au nord de la plaine de Mabouya
jusqu'd la ravine Carambole. Ces
prospections ont permis de localiser six
nouvelles indigoteries. Au total dix-sept sites
ont ete recenses, localises pour la plupart en
bord de mer et le long du chemin qui traverse
la plaine des Galets.


Certains sites sont encore conserves en
elevation (sites n 1, 2, 8, 10, 12, 14 et 16),
d'autres presentent seulement quelques
elements tels que des restes de fonds de
bassin, des pans de murs ou un puits (3, 4, 5,
6, 7, 11, 13, 15 et 17). Le site n 9 n'a ete
identified que par la presence de morceaux
d'enduits et des amoncellements de pierres
emprisonnes dans les racines d'un figuier
maudit 2

Dans la plupart des cas un puits se trouve
a proximity immediate des bassins 3. Les
vestiges d'indigoteries sont souvent envahis
par la vegetation qui menace a terme leur
conservation et qui n'en facility pas la lecture.
Il est cependant possible d'en etablir un
schema type d'organisation incluant quelques
variantes.

La deuxieme et derniere champagne qui a
dure quinze jours au mois dejuillet, consistait
a faire des releves architecturaux de quelques
uns des vestiges susceptibles de faire l'objet
d'une mise en valeur. Afin de mener a bien
cette operation, la municipality de Capesterre
de Marie-Galante a mis a notre disposition
une equipe pour debroussailler et nettoyer les
abords des vestiges envahis par la vegetation
ou enfouis dans le sol. Les indigoteries du
Gouffre, Lagon II et Anse Feuillard I, ont ete
degagees, photographiees et dessinees.

Parallelement a ces releves, les
observations faites sur Lagon II permettent de
mieux connaitre les techniques de
construction et les materiaux utilises
(composition des mortiers et enduits,
epaisseur et nombre de couches d'enduit des
fonds de bassins, possibility d'analyser la
quality de l'indigo qu'elles renferment). Les


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar










Indigoteries de Marie-Galante


autres vestiges, d'acces peu aise, ont fait
l'objet d'un croquis, d'une description et de
prises de vues. L'ensemble de ces releves
architecturaux et croquis permettra de definir
une typologie des indigoteries dans le secteur
des Galets.

Fouilles archdologiques

Enfin, une breve champagne de fouilles
realisee en decembre 1998 sur le site du
Gouffre a permis de degager les reposoirs des
deux installations. Les vestiges d'indigoterie
situes au lieu-dit Le Gouffre, au nord de la
zone de prospection, constituent sans contest
l'un des temoins les plus interessants de cette
industries que nous ayons retrouves au course
de nos recherches 4. Plantee non loin du
rivage dechiquete par les vagues de
l'Atlantique, 1'indigoterie se detache
nettement au milieu d'une grande plaine a la
vegetation rabougrie, battue par les embruns.
Elle se caracterise par la quality de sa
construction qui lui a permis de resister au sel
et aux grandes houles. Mais aussi par son type
d'agencement particulier qui la distingue des
autres indigoteries.

La fabrication de l'indigo necessitait une
installation comprenant trois a cinq vaisseaux
ou cuves, organisees en march d'escalier :
eventuellement un bassin, une ou deux
trempoires, une batterie et un reposoir. Les
indigoteries que nous avons retrouvees
presentent toutes la meme organisation de
base : trempoire, batterie, reposoir (le bassin,
destine a mettre 1'eau a temperature
lorsqu'elle est puisee dans une riviere, n'est
jamais present ici 1'eau etant touj ours tiree
d'un puits situe a proximity immediate).


Les indigoteries les plus simples ne
comportent qu'une seule installation de trois
cuves generalement alignees. Certaines
indigoteries plus importantes comprennent
deux installations qui fonctionnaient
alternativement pour obtenir un meilleur
rendement. Les cuves devaient en effet 6tre
nettoyees apres chaque cycle de fabrication.
La presence d'une second installation
permettait donc de ne pas interrompre le
processus. Dans la plupart des cas, les deux
series de bassins sont agencies en equerre
avec deux trempoires adjacentes ou une seule
trempoire commune aux deux installations.
L'indigoterie du Gouffre, par contre, se
compose de deux installations de cuves
alignees en paralleles. L'objectif de cette
champagne etait de vider les cuves, de degager
les deux reposoirs encore enfouis et de faire le
releve des vestiges. Les cuves, de 3, 50 m de
c6te en moyenne, sont construites avec des
blocs de madrepore lies au mortier de chaux.


Figure 4. Reposoir de installation sud


L'interieur des bassins est recouvert d'un
mortier de tuileau soigneusement lisse a la
chaux. Un conduit creuse au ras des fonds de
bassin permet l'ecoulement d'une cuve a
l'autre. Les murs d'une epaisseur moyenne de


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar










Indigoteries de Marie-Galante


0, 65 m sont conserves sur une hauteur
comprise entire 0, 60 m et 1, 70 m ce qui
semble correspondre, pour certain, A leur
elevation d'origine. Chacune des trempoires
montre sur les faces superieures des deux
murs lateraux quatre cavities qui se font face
deux a deux. II s'agit vraisemblablement de
trous dans lesquels etait fiche l'assemblage de
pieux et de traverses qui permettaient de
maintenir le couvercle couvrant la cuve. Ce
dispositif etait destine A maintenir les
faisceaux d'indigo sous l'eau et A contenir la
fermentation. D'autres encoches et rainures
creusees dans la face laterale du mur qui
separait la trempoire de la batterie (cote
batterie) marquent 1'emplacement d'un
dispositif qui devait supporter les batters qui
agitaient 1'eau pour oxygener le liquid qui
virait alors au bleu. Les deux reposoirs,
encore enfouis et recouverts de pierrailles,
n'ont pu 6tre que partiellement degages. Leur
etat de conservation est assez mauvais:
certain murs ont ete detruits, d'autres sont
tries abimes, les enduits ont presque
entierement disparu. Le reposoir de
l'installation sud-est present une complexity
inattendue (Figure 4). L'interieur du bassin
est compartimente par plusieurs murs internes
identiques aux autres murs de la structure.
Peut 6tre s'agit-il de bassins de decantation
pour faciliter la recuperation de la pate
d'indigo? Aucun des documents don't nous
disposons ne mentionne ce type
d'organisation.

Au sud de l'installation nord-ouest, A la
jonction de la trempoire et de la batterie, une
petite structure de 1, 30 m de cote environ a
ete degagee (Figure 5). Il s'agit d'une sorte de
petit bassin excave, appuye contre la face
exterieure des murs de l'indigoterie. Un


Figure 5. Structure destinde A 1'6gouttage de l'indigo

enduit semblable au revetement des cuves est
conserve contre le mur sur une profondeur de
25-30cm. Il etait limited de chaque c6te par des
cloisons sans doute en materiau perissable.
Une petite excavation, de forme conique et
revetue du meme enduit, est creusee
approximativement au centre de ce petit
bassin. Ce type de structure a ete retrouve
associe A la plupart des indigoteries que nous
avons identifies. Il est toujours situe sur le
c6te exterieur de la batterie. Nous n'avons pas
retrouve d'element semblable sur les
representations d'indigoterie mais toutes font
apparaitre, au meme endroit, une structure
legere, appelee parfois chaussoire, destinee A
1'egouttage de la pate d'indigo. Il y a tout lieu
de penser que 1'amenagement que nous
retrouvons avait la meme function. Le puits,
situe A une dizaine de metres en arriere, est en
parties detruit et comble. Il s'agit, comme c'est
generalement le cas dans ce secteur, d'un
simple creusement pour atteindre une galerie
du reseau karstique. Seule la parties superieure
a ete amenagee sommairement A l'aide d'un
parement de blocs de madrepore.

La champagne de fouille, trop limitee dans
le temps, n'a pas permis de degager la totality


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar











Indigoteries de Marie-Galante


de l'indigoterie. Une autre intervention serait
necessaire pour terminer le degagement des
reposoirs plus complexes que prevu. Compte-
tenu du mauvais etat de conservation des
vestiges enfouis, il serait souhaitable que les
travaux de restauration soient executes des
leur mis au jour. Par ailleurs le deblaiement
complete des abords necessite l'intervention
d'un engin mecanique. La nouvelle
intervention archeologique sera done liee au
demarrage des travaux de mise en valeur.

Ces recherches preliminaires sur
l'industrie indigotiere a Marie-Galante ont
permis de remettre en lumiere une activity qui
occupa une place important dans 1'economie
de l'ile durant pres d'un demi-siecle. L'etude
des vestiges d'indigoterie retrouves dans le
secteur des Galets nous apporte des precisions
interessantes sur les modes de construction et
l'organisation des unites de production. La
quality de conservation de certaines
indigoteries autorise un programme de
protection et de mise en valeur de ces temoins
du passe de Marie-Galante et leur integration
dans des sentiers de decouverte.

Plusieurs aspects meriteraient d'etre
approfondis en particuliers sur les habitations
dediees a cette production et sur le commerce.
Il serait souhaitable d'etendre notre recherche
a d'autres secteurs de l'ile ainsi qu'a la
Grande-Terre de la Guadeloupe oiu la
production indigotiere etait present.


Bibliographie

Cardon, D.
1999 Colorants pr6cieux du monde m6diterranden,
Archdologia, n 362, pp. 24-29.
Cauna, J. (de)
1994 Voyage aux Isles d'Amerique, catalogue
d'exposition, Rohan, Archives nationals, Paris, p.
182.
Alembert (d') et Diderot
1767 Encyclopedie Diderot et d'Alembert,
Pergamon Press, Paris.
Dutertre, J. B.
1978 Histoire generale des Antilles : habitues par les
Franqais. E. Kolodziej, Fort-de-France.
Ernatus, C.
1993 Les indigoteries aux Antilles. M6moire de
maitrise non public, Universit6 Paris I, Paris.
Lasserre, G.
1978 La Guadeloupe : Etude geographique. E.
Kolodziedj, Fort-de-France.
Labat, J. B.
1979 Nouveau voyage aux isles de I'Amerique.
Courtinaud, Saint-Joseph.
Monnereau, E.
1765 Le parfait ,,i. l.,ii.. ou Description de l'indigo
du Cap aux isles franqaises de I 'Am4rique,
Amsterdam.
Pinault, M.
1987 Sublime indigo, catalogue d'exposition, Mus6es
de Marseille, Centre de la Vielle Charit6,
Marseille.
Plumier, C.
1688 Plantes de la Martinique et de la Guadeloupe,
avec des plans et des figures des sauvages de ces
pays..., Paris, Bibliothbque Nationale,
D1partement des Imprim6s, Jd 18 fo 4 MI 46
(R1)
Schnakenbourg, C.
1981 Recherches sur l'histoire de l'industrie
sucriere a Marie-Galante. Soci&te d'histoire de la
Guadeloupe, Basse-Terre.

Notes

1A la suite de l'attaque anglaise de 1691 File fut
d6sert6e par les habitants qui revinrent progressivement
s'y r6installer apres quelques annies malgr6
l'interdiction des autorit6s. Faute de capitaux pour


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar











Indigoteries de Marie-Galante


reconstruire les sucreries, ils s'orientrent vers la
production de l'indigo qui n6cessitait moins
d'investissement et qui 6tait plus facile A 6couler
ill6galement.
2 La predilection de cet arbre pour s'installer dans des
structures maqonndes qu'il disloque progressivement
en font de ce fait un trbs bon marqueur de vestiges dans
une region ou la v6g6tation est essentiellement
constitute d'6pineux.
3 La plaine c6tibre des galets, ancien r6cif exond6, se
caract6rise par son aridit6. NManmoins les eaux de
pluies, recueillies au niveau du plateau situ6 en arrive
de la plaine des Galets, sont draindes dans les r6seaux
karstiques jusqu'h la c6te. L'eau circulant dans le sous-
sol A peu de profondeur pouvait 6tre facilement
recueillie A travers des failles naturelles ou grice A des
puits. Cette particularity, certainement connue des
am6rindiens explique, au moins en parties, leur presence
en des lieux que nous jugeons inhospitaliers. Dans ce
secteur ott affleurent les roches calcaires, la faible
6paisseur de terres amble ne permit pas d'autres
cultures que celle du coton et de l'indigo. Le processus
de d6cantation de l'indigo n6cessitant d'importantes
quantit6s d'eau douce, les bassins sont toujours
installs A proximity immediate de puits ou de failles
amenagees.

4 La carte de Marie Galante dress6e par Th6venet en
1769 signal des mines, vraisemblablement d'une
construction maqonnee, dans le secteur du Gouffre ".
Le rapprochement est tentant avec notre indigoterie,
seul vestige conserve dans une plaine d6nud6e.


Journal of Caribbean Archaeology Special Publication #1, 2004


Rousseau & Vragar









Journal of Caribbean Archaeology
Copyright 2004
ISSN 1524-4776





LE SITE D 'ANSE SAINTE-MARGUERITE (GUADELOUPE, GRANDE TERRE)
PRESENTATION D 'UN CIMETIERE D 'EPOQUE COLONIAL

Patrice Courtaud
U.M.R. 5809 CNRS
Laboratoire d'Anthropologie, Avenue desfacultis
33405 Talence Cedex, France
p. courtaud@anthropologie. u-bordeauxl.fr

Thomas Romon
AFAN- associk a UMR 5809 CNRS
Lot. Belmont, Maison Jersier
97114 Trois Rivikres, France
thomas. romon@wanadoo.fr

Un ensemble funeraire d'dpoque colonial s tendd sur le littoral oriental de la Grande Terre
(anse Sainte-Marguerite). Il afait l'objet de 3 campagnes defouille qui ontpermis de mettre au
jour environ 150 sepultures. Les objectifs de ce travail sont, d'une part, d'apprdhender l'organi-
sation et la gestion de l'espace funeraire et d'autre part, d'&tudier les caracteristiques
morphologiques et l'Ntat sanitaire de la population inhumee. Ce programme est tout at fait
original puisque c 'est le premier qui concern lafouille d'un ensemble sdpulcral de cette periode
dans les territoires d'Outre-Merfrangais. Il se rdvile tres &tendu avec un effectif de quelques
centaines de tombes. La majoritW des ddfunts a &td inhumee selon le rite chritien avec de nomb-
reuses sepultures d'enfants venant frquemment recouvrir des tombes d'adultes. La
determination de l'origine gdographique de la population inhumee est l'une des problkmatiques
majeures de 1 'etude de ce gisement. En 1 'absence actuelle de documents d'archives, la
morphologie et certain marqueurs biologiques Ii'C'!i cut toutefois que ce cimetikre regroupait
des esclaves.


Les cyclones, survenus en 1995, ont mis au
jour des ensembles funeraires d'epoque
colonial qui ont fait l'objet d'interventions
archeologiques de sauvetage'. A l'issue de ces
interventions et a l'initiative du service
regional de l'archeologie de Guadeloupe, il a
ete decide d'effectuer une operation de fouille
programmee sur un cimetiere presume
d'esclaves avec des objectifs axes sur les


pratiques funeraires et sur les caracteristiques
biologiques de la population inhumee.

Probldmatique scientifique

Les ensembles sepulcraux, qui ne sont pas
en relation directed avec un edifice religieux,
sont habituellement considers comme
regroupant des esclaves. En l'absence


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004









Anse Ste Marguerite


d'informations documentaires, l'isolement ne
constitute pas un critere suffisant tout comme
la localisation sur le bord de mer. Par
example, sur la plage des Raisins Clairs, des
vestiges anthropologiques anciens ont ete
retrouves a une cinquantaine de metres de l'un
des cimetieres actuels de la ville de Saint-
Frangois. Les observations realisees sur ces
cimetieres suggerent que les defunts ont ete
inhumes selon un rite strictement chretien, et
qu'aucun fait archeologique ne permettrait de
differencier les tombes d'esclaves de celles
des colons. Les textes signalent bien que les
esclaves sont christianises a leur arrivee, ou au
depart des comptoirs africains (Gisler 1985),
mais sont peu bavards sur le lieu et les
conditions de sepultures. Toutefois, les
observations n'ont ete effectuees, jusqu'a
maintenant, que sur des sites funeraires
attests par un nombre restreint de tombes
malheureusement bien souvent mal
conservees.

Presentation du Site d'Anse Sainte-
Marguerite

Description du site

Le site de l'Anse-Marguerite se situe sur le
littoral nord-est de la Grande-Terre, entire la
ville du Moule au sud et le village de Gros
Cap au nord (Figure 1). Le cimetiere a ete
implanted sur un cordon dunaire littoral qui est
surplombe par un plateau calcaire c6tier.
L'existence, sur l'actuelle plage, d'os humans
roules et fragments par la mer semble
constituer le seul temoignage materiel
d'anciennes tombes qui auraient ete detruites
lors de la recuperation de sable, plusieurs
dizaines de sepultures au moins ont ainsi
disparu.


)bcIf~.


Fig. 1 Localisation de la plage d'Anse Sainte-Marguerite


Historique

Ce site fut decouvert dans les annees
soixante lors d'une prospection de surface. Le
materiel recolte concern principalement de la
poterie. En 1973, plusieurs sondages,
effectues par Ph. Arnoux, livrerent du materiel
amerindien et des vestiges d'un cimetiere
colonial. Par la suite, plusieurs prospections et
ramassages de surface ont permis la recolte de
materiel amerindien et la constatation des
dommages occasionnes, d'une part, par des
fouilles clandestines et, d'autre part, par la
recolte du sable (Bodu 1984). Plus


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Courtaud & Romon









Anse Ste Marguerite


recemment, en 1994, sous la responsabilite de
X. Rousseau (SRA), une champagne de
sondage a ete entreprise. Le travail
devaluation a consist a faire deux grandes
tranchees de 50 m de long sur un peu plus de
1 m de large et quelques sondages. Les
vestiges amerindiens (poteries, materiel
lithique, vestiges de faune, fusaioles et perles
pour l'essentiel), principalement saladoides et
suazoides, apparaissaient perturbes.
L'existence d'un cimetiere recent est attestee
par la presence de 17 sepultures en majority
d'adultes, toutes orientees tete a l'ouest sauf
une. Les inhumations avaient ete pratiquees
en cercueil ; cependant, deux d'entre elles en
sont depourvues, ce qui laisse planer un doute
sur leur datation.

Objectifs

Le site de Anse Sainte-Marguerite offre la
possibility de travailler sur des surfaces
importantes ou les sepultures semblent bien
conservees. En outre, il est sous la menace des
pillages et des perturbations occasionnees par
la recuperation du sable et les facteurs
naturels. C'est en tenant compete de ces
criteres que nous avons decide de porter nos
efforts sur cet ensemble funeraire. Notre
objectif premier est d'estimer son etendue et la
conservation des structures ainsi que d'etudier
l'organisation et la gestion du cimetiere. Les
restes humans exhumes font l'objet d'une
etude biologique qui porte sur l'etat sanitaire
et les caracteristiques morphologiques de la
population inhumee.


Resultats

Le cimetiere d'dpoque colonial

Nous avons effectue un sondage de 75
m D2, puis 2 autres plus petits, D3 et D4.
Dans le premier, localise i l'est de Dl, les
sepultures, creusees dans la couche 3, sont
nettement apparues apres un rapide nettoyage.
Le sondage D3 a ete implanted au sud de D2, il
n'occupe qu'une surface de 12 m2. D4 se situe
au sud, a un endroit fortement touche par le
pillage, puisqu'un grand cratere de
recuperation de sable, d'environ 20 m de
diametre, n'a laisse le cordon dunaire conserve
que sur une larger d'a peine 10 m. Des
tombes sont apparues dans les 3 zones
decapees, mais nous n'avons pu degager que
celles de D2 (Figure 2) et une de D3, ce qui
correspond en tout a 18 squelettes preleves.

Anthropologie de terrain

L'orientation general est-ouest est
evidence, ceci avec des variations qui sont
parfois relativement importantes. En fait, ces
variations sont quasi-continues, nous pouvons
ajouter qu'il resort que les tombes isolees
(S4, S7, S10, Sl1, S22) semblent 6tre plus
perpendiculaires i l'axe nord-sud que les
sepultures regroupees. Le crane repose
toujours a l'ouest sauf dans les cas de S 8,
tombe d'unjeune enfant d'environ 6 mois, et
pour la sepulture reduite S 13 ou il etait dirige
vers l'est. En ce qui concern le type de
sepulture, la majority des tombes sont des
sepultures Primaires individuelles qui se
definissent comme etant l'apport d'un cadavre
a l'etat "frais", donc peu de temps apres la
mort, dans son lieu definitif de dep6t (Figure
3). Parmi les sepultures primaires, nous avons


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Courtaud & Romon


1, 2004










Anse Ste Marguerite


S6
y7//


Figure 2 Plan de localisation de tombes en D2


Figure 3 S6pulture S7 primaire simple ofi apparaissent
clairement les clous de cerceuil


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Courtaud & Romon









Anse Ste Marguerite


les simples qui ne contiennent qu'un seul sujet
(83%) par opposition au double qui
renferme deux individus (17%). Chez ces
dernieres, nous avons distingue celles don't le
sujet supplementaire est constitute d'une
reduction (11%), de celle qui comprenait a
l'origine le dep6t de deux cadavres (6%).
Nous avons distingue les tombes completes et
les incompletes. Les premieres representent
67% de l'effectif total, tandis que les seconds
constituent 33%. Mais il faut bien faire la
distinction entire les tombes fortuitement
remaniees, soit anciennement ou soit par les
travaux de decapage (22%), et celles don't la
perturbation result d'une volonte funeraire,
resultant d'un geste funeraire, les reductions
squelettique ; cette action volontaire
s'accompagne donc prealablement de la
reouverture de la tombe. Elle peut interesser
l'integralite des vestiges squelettiques ou
seulement une parties d'entre eux. Comme on
le rencontre frequemment a l'epoque
merovingienne, cette manipulation s'effectue
dans le volume initial du dep6t. Une telle
disposition est courante dans les sarcophages
ou l'on fait du "rangement" pour faire de la
"place" au nouveau defunt. C'est le cas de S12
et S 19 qui sont venues recouper
respectivement S13 et S20 (Figure 4). Ces
dernieres n'ont ete que partiellement
remaniees, pour la premiere, il persiste les
pieds et, pour la second, il subsiste les 2
(11%). Les reductions peuvent 6tre definies
comme etant la reduction du volume jambes
et les 2 pieds. Elles constituent ainsi 2
sepultures primaires partielles. Les autres
ossements ont ete reduits, c'est-a-dire qu'ils
ont ete recuperes et rassembles dans les
nouvelles tombes. Ces reductions sont
partielles puisqu'une parties du squelette est
toujours en connexion. A l'est, la ou se situe la


concentration de 11 tombes (S10, S11, S14 a
S22), nous observons 5 recoupements. Ils
s'opposent a ceux precedemment decrits car
ils ne sont pas accompagnes de reductions.
Donc, sur 5 recoupements recenses. Les
recouvrements les plus important concernent
S18 sur S19 et S21 sur S22, c'est-a-dire 2
sepultures d'enfants installees sur 2 tombes
d'immatures sont moins profondes et n'ont pas
ete suivies de reductions. En resume, nous
avons en tout 7 recouvrements de sepultures
don't 4 important. Parmi ces derniers, 2
concernent des sepultures de sujets adults qui
se sont accompagnees de reductions et, les 2
autres, des tombes d'enfants qui recoupent
celles d'individus matures mais sans
reduction. Ces recoupements n'apparaissent
pas aleatoires et semblent ainsi temoigner
d'une volonte deliberee de rapprocher certain
individus dans l'espace et dans l'au-dela.
Certains apparaissent aleatoires, ce qui se
materialise par la destruction, partielle ou
complete, des structures preexistantes, tandis
que d'autres semblent avoir ete organises
selon des criteres d'apparentement par
example, comme cela a deja ete envisage sur
la base de parametres biologiques. Nous
supposons que les recouvrements de
sepultures sont le temoignage d'une intention
de regrouper des defunts. Pour cela, il faut
supposed que les premieres inhumations
subsistaient dans la memoire, mais egalement
que leur emplacement exact etait encore
materialism, ce qui suggere que leur
installation n'etait pas temporellement tries
eloignee.

Architecture funeraire : les cercueils

Dans toutes les tombes, nous avons
decouvert des clous attestant que les cadavres


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Courtaud & Romon


1, 2004









Anse Ste Marguerite


l'ile, mais la fouille a reveled que ceux-ci
etaient correctement construits avec aucun
soucis apparent d'economie. Un cercueil
S 19 d'adulte comprend une quarantine de clous.
Le bois ne subsistait que sous la forme de
traces, mais dans S12, nous avons trouve sur
et sous le bassin des vestiges mieux conserves
que nous avons preleves et confines a un
laboratoire afin de determiner l'essence
utilisee. Les cercueils etaient composes de 6
planches verticales, d'un fond et d'un
couvercle, les plus etroites etant disposees au
pied et a la tete. En France metropolitaine,
nous rencontrons a partir du XVe siecle un
type de cercueil semblable, c'est-a-dire de
forme globalement losangique.

Mobilier funeraire
S18
Seule S7 contenait une offrande constitute
par un pied de vase en ceramique blanche
depose a l'extremite occidentale de la
sepulture entire le cercueil et la limited du
-4 creusement de la tombe. Ce fragment de
44ceramique, assurement en place et
contemporain de la period colonial, portait
-4 l'inscription "MONTEREAU" a sa base.
S 20






Figure 4. S19 recoupe S20 ant6rieure, qui s'est
accompagn6 d'une reduction de corps S18

avaient ete deposes en cercueil. Nous aurions
pu penser que les cercueils voues aux esclaves
etaient de facture grossiere avec un minimum
d'elements d'assemblage, d'autant plus que le
fer constituait un materiau rare, donc cher sur


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Courtaud & Romon










Anse Ste Marguerite


Tableau du type de s6pulture (D2-D3) : primaire secondaire /simple double/
complete incomplete.


|Tombes fouill6es primaires primaires incompl6tes primaires
completes I pertub6es r6duites simple


doubles
reduction primaire


S4
S5


IS8


I sio
S11


|S7


S4 S4 1
S5 S5

S7 S7
S8 S8

S1l SlO

S12 S12
S13 [
S14 S14
S15 S15
S16 S16
S17 S17
S18 S18
S19 S19
S20
S21 S21
S22 S22
S27 S27


_________S12
S13 S13
S14
S15
S16
S17
S18
S_19


S20


D2

















D3
total


S4
S5
S6
S7
S8
S9
S10
511
S12
S13
S14
S15
S16
S17
S18
S19
S20
S21
S22
S27


Elements d'habillement

Les elements d'habillement conserves
sont constitutes de boutons en os et en nacre
retrouves au niveau du bassin et du rang
lombaire. Les boutons en os peuvent 6tre
simples, c'est-a-dire lisses sur les 2 faces et
uniperfores (cas de S4), ou bien alors graves
sur l'une des faces et avec 5 trous. Parmi ces
derniers, on distingue 2 types de gravures
peripheriques, aplati (cas de S12) ou nervure
(cas de S4), I'autre face est lisse (Figure 5).
Les diametres varient de 15,5 a 16,6 mm et les
epaisseurs de 2 a 2,8 mm pour les pieces en
os. Ces elements, trouves dans 4 sepultures,
sont majoritairement associes a des hommes,
sauf dans le cas de S22 occupee par une


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


adolescent. Les boutons en nacre, moins
nombreux et de plus faibles dimensions,
possedent 4 perforations. Les elements en
nacre sont presents que dans S12 et S27
(Figure 6). Dans la premiere, sur les 3
boutons, un seul a ete trouve strictement en
place. Il reposait au contact de la parties
superieure de la scapula gauche, ce qui
suggere qu'il n'appartenait pas au mrme
v6tement que celui assemble par les pieces
osseuses localisees au niveau du bassin et du
rachis lombaire. Pour les pieces en os, on
trouve generalement une association entire les
pieces simples et celles gravees sur l'une des
faces. Pour ces dernieres, les 2 types ne sont
jamais associes dans la meme sepulture.


1, 2004


20 18 12


S20
S21
S22
S27
15


Courtaud & Romon









Anse Ste Marguerite


Figure 5. Differents types de boutons en os et nacre

Ce type de v6tement ne serait pas
caracteristique des esclaves, car il a ete
retrouve des boutons identiques dans une
sepulture. Cette sepulture de la chapelle a
Anse Bertrand. En l'etat actuel des
decouvertes, certain defunts, preferentielle-
ment des hommes, portaient un v6tement de
type calegon boutonne a l'arriere avec des
boutons fagonnes dans de l'os. Ce v6tement
etait porte par des travailleurs, mais pas
necessairement d'origine africaine. De rares
boutons en nacre semblent temoigner du port
d'un v6tement qui serait venu recouvrir la
parties haute du corps. Il est difficile d'en
preciser la nature, mais etant donned le faible
nombre de pieces, il pourrait s'agir d'une
sorte de sous-chemise2.

Nous esperons, a l'avenir, augmenter les
observations sur ces elements, afin de pouvoir
recueillir plus d'informations sur ces pieces
d'habillement. Nous avons egalement


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


retrouve dans 5 tombes des epingles en bronze
localisees au niveau des pieds et du crane.
Vraisemblablement, elles venaient assembler
un linceul. Seule S12 contenait des epingles
de linceul et des boutons.

Le cimetiere

Nous n'avons explore qu'une faible parties
de cet ensemble sepulcral particulierement
etendu, comme l'atteste la presence de tombes
dans 3 des sondages (D2 a D4). Ses limits
nord et ouest, c'est-a-dire vers le rivage, sont
clairement visible car elles correspondent a
celles de pillages important de sable qui ont
entame la dune quasimentjusqu'au socle
calcaire. Etant donned qu'au sud la plage est
quotidiennement frequentee, il est pour
l'instant difficile d'effectuer des travaux a cet
endroit. Ce cimetiere etait donc
particulierement vaste et l'on peut se
demander, d'ores et dejd, s'il etait destine aux
defunts d'une seule plantation. Il est
premature et trop hasardeux, vue la difference
de density de sepultures, d'effectuer une
estimation de l'effectif des tombes, mais nous
pouvons 1'evaluer a plusieurs centaines. Par
ailleurs, cet ensemble sepulcral a du etre
utilise pendant un siecle environ, du milieu
XVIIIe, period de l'implantation effective
des plantations en Grande Terre, jusqu'au
milieu XIXe, c'est-a-dire jusqu'a 1'abolition
de l'esclavage3. Une etude d'archives
s'avererait particulierement indispensable
pour repondre a ces interrogations.

Les tombes sont orientees est-ouest avec
la t&te a l'ouest, sauf dans 2 cas, une tombe de
jeune enfant et une tombe d'adulte. Les
recoupements sont nombreux et ne semblent
pas aleatoires, ce qui suggere que certaines


1, 2004


Courtaud & Romon









Anse Ste Marguerite


structures funeraires ont ete rapprochees selon
des criteres de parent. Les recoupements se
sont accompagnes de reductions, alors que les
tombes d'enfant venaient seulement recouvrir
partiellement les sepultures sous-jacentes.
L'espace semble avoir ete soigneusement
gere, ce qui s'est accompagne de differences
importantes de densities de structures
funeraires.

Toutes les inhumations sont en cercueil,
solidement assembles par des clous en fer.
Certains cadavres etaient habilles avec un
v6tement de type calegon qui ne semble pas
distinguer cette population puisqu'il a ete
retrouve des boutons semblables dans une
tombe a l'interieur d'une chapelle. La
presence de boutons en nacre est, quant a elle,
original et suggere le port de sous chemises.
Par ailleurs, certaines tombes contenaient des
epingles attestant la presence de linceuls. II
n'a ete decouvert qu'un cas de dep6t de
mobilier constitute par un fragment de
ceramique. Aucun fait archeologique ne
semble distinguer, pour le moment, cet
ensemble sepulcral d'un cimetiere paroissial.

S'il existe un net deficit des sujets
immatures par rapport aux adults, nous
observons, cependant, une relative jeunesse de
cette population suggerant un etat sanitaire
general relativement mediocre. L'hygiene
dentaire est deplorable, les caries et les pertes
ante mortem sont nombreuses et si l'on se fie
aux atteintes arthrosiques et aux
enthesopathies, les contraintes biomecaniques
subies par cette population etaient importantes.


Conclusions et Perspectives

Nous avons mis en evidence un ensemble
sepulcral tries etendu qui avait enormement
souffert de pillages recent de sable. Il en
subsiste toutefois une parties important avec
des squelettes en excellent etat de
conservation, du moins pour les adults; les
sepultures d'enfants, moins profondes, sont
plus endommagees. A cette echelle, aucun fait
archeologique ne parait le distinguer d'un
cimetiere paroissial classique. Il ne semble
pas que l'archeologie puisse fournir des
elements determinants quant a l'origine de la
population inhumee. Toutefois, certaines
caracteristiques morphologiques presents sur
la crane facial sont habituellement decrites
comme etant d'origine africaine. Si l'on
ajoute que cette population porte des indices
osseux temoignant de conditions de vie
particulierement eprouvantes, nous pouvons
supposed que nous sommes en presence d'une
population servile.

Le cimetiere d'Anse Sainte-Marguerite,
par son etendue et son etat de conservation,
est un site unique aux Antilles frangaises
offrant la possibility de repondre aux objectifs
qui touchent a la fois a l'organisation, a la
gestion de cet ensemble sepulcral et aux
conditions sanitaires de la population
inhumee. Cependant, les surfaces degagees et
l'effectif des squelettes exhumes ne
permettent pas d'etendre nos premieres
observations a l'ensemble du site. Notre but
n'est pas de le fouiller integralement, mais de
constituer un echantillon suffisant pour
repondre aux objectifs initialement fixes


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Courtaud & Romon










Anse Ste Marguerite


Bibliographie

Bodu, P.,
1984 Rapport sur une prospection au site de I 'Anse
Sainte-Marguerite, Commune du Moule (Grande-
Terre), SRA Guadeloupe.
Gisler, A.,
1985, L 'esclavage au Antilles frangaises (XVIIe -
XIXe siecles) : contribution au problkme de
l'esclavage, Karthala Ed., Paris.

Notes

1 Operations menses par M. Pichon (AFAN) et X.
Rousseau (SRA Guadeloupe).
2 Etant donn6 l'emplacement du bouton en place
dans S 12, il est probable que ce vetement soit
boutonn6 uniquement sur l'6paule gauche.
3 Le trait de l'abolition de l'esclavage stipulait que
tout chr6tien avait d6sormais aces au cimetibre
paroissial.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Courtaud & Romon









Journal of Caribbean Archaeology
Copyright 2004
ISSN 1524-4776


L 'HABITATION DE LOYOLA:
UN RARE EXAMPLE DE PROSPERITY
EN GUYANE FRANCHISE

Nathalie Croteau
CELA T, FacultN des Lettres, UniversitW Laval
Sainte-Foy, Quebec, G1K 7P4, Canada
nathalie. croteau. l@agora. ulaval. ca


Le site de Loyola, decouvert en 1988 et
inscrit en 1992, est actuellement le theatre
d'activites archeologiques entreprises depuis
1994 par l'archeologue Yannick Le Roux,
sous l'egide du Service regional de
l'archeologie de La Guyane. C'est en 1996
que l'Universite Laval, par l'intermediaire de
Reginald Auger, s'estjointe a 1'equipe
frangaise en vue de mettre en commun nos
efforts pour la fouille et la mise en valeur de
ce site. Depuis, plusieurs projects de
recherches ont vu le jour, contribuant ainsi
au developpement de l'archeologie colonial
en Guyane frangaise. Nous voulons done
dans le cadre de cet article presenter une
synthese de la recherche archeologique a
Loyola. Mais avant, il faudra d'abord situer
l'habitation dans le context economique et
environnemental qui correspond a La
Guyane du XVIIIe siecle.

Contexte environnemental et dconomique
de la Guyane au XVIIIe siecle

Au XVIIIe siecle, La Guyane correspondait
a La zone du littoral qui est bordee au nord
par l'ocean Atlantique, et au sud par une


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


fort equatoriale qui couvre le 9/10 de la
superficie de la colonie (Figure 1) (Michel
1989: 29-30). L'abondance de cette fort a
d'ailleurs incite les colons a croire qu'ils
pourraient en tirer d'immenses profits sans
avoir a fournir trop d'efforts. Au lieu de cela,
ils se heurterent a un climate imprevisible ou'
s'alternent des saisons seches et pluvieuses.
L'abbe Raynal nous rapporte entire autre que
"les pluies sont si abondantes depuis le
commencement de novembre jusqu'd La fin
de mai que les terres sont submergees et
hors d'etat d'etre cultivees" (1951: 204
[1772]). De plus, l'opulente vegetation de La
Guyane a fait croire aux colons et aux
administrateurs que les terres devaient y 6tre
tries productive. Or, ils furent plut6t
confronts a une terre cristalline, tries acide
et sujette a l'erosion. Et bien qu'au Surinam,
les Hollandais aient demontre hors de tout
doute l'efficacite des polders dans
l'exploitation des terres basses, les Frangais
s'obstinerent a cultiver les anemiques terres
hautes (Le Roux 1990: 329).


1, 2004









Habitation Loyola


/, 2 CANADA


\ ftKCSUNS :;f ,




SGUYANE FRANMAISE







Fa

Figure 1. Localisation de la Guyane franqaise


La gestion des resources s'organisait au
sein de habitation colonial qui constituait la
cellule de base de l'organisation politique
(Cardoso 1981: 416). La function premiere de
cette exploitation agricole, regie par le
system concessionnaire, consistait a produire
des denrees pour l'exportation. D'abord et
avant tout lieu de production, les habitations,
dans La majority des cas, etaient construites
avec des materiaux simples qui traduisent une
volonte de s'installer rapidement et temp-
orairement. Bien que exploitation d'une habi-
tation represent l'ideal colonial, la presque
totality des planteurs, qui se risquaient dans
cette venture, s'endettaient aupres du
magasin du Roi et des marchands d'esclaves.
Bien shr, les difficulties financieres

Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


constituaient le lot de toutes les colonies de
l'Amerique (Cardoso 1971: 194-197), mais ce
fut encore plus vrai dans le cas de la Guyane.
Ainsi en 1780, les cots generes par
exploitation d'une sucrerie s'elevaient a
40,000 livres (Cardoso 1981: 420).

Malgre les embhches, exploitation de la
canne a sucre, basee sur le system esclava-
giste, demeura pendant tout l'Ancien Regime
le type exploitation ideal. Cette image etait
vehiculee par le success des Antilles, notam-
ment celui de St-Domingue. Mais contraire-
ment a cette derniere, on ne pouvait computer
sur une main-d'oeuvre suffisante. Les cotons
tirant peu de profits de leur terre ne pouvaient
se payer suffisamment d'esclaves et les


1, 2004


Croteau









Habitation Loyola


negriers n'ayant pas assez de clients solvables,
ne voyaient pas la necessity d'affronter les
multiples encombrements maritimes pres de
la cote guyanaise (consistait 1986:17). En
depit de tous ces efforts, comment un tel
system exploitation, fonde sur le travail
servile, eut-il pu fonctionner? Sans l'aide de
l'Etat pour affirmer en Guyane des
investisseurs prives qui auraient pu stimuler
cette industries, les colons etaient condamnes a
la pauvrete. Malheureusement 1'aide ne vint
jamais, ou si peu, car la prosperity des
Antilles detournait attention des principaux
intervenants du commerce maritime au
detriment de La Guyane (Cardoso 1981: 421).

Contrairement a ces petites habitations
endettees, les differences exploitations
agricoles des Jesuites prenaient de l'ampleur.
En fait, les Jesuites, en plus d'exercer une
hegemonie spirituelle sur la colonie et sur la
population servile, possedaient ce qui faisait
defaut aux autres habitants: d'immenses
capitaux et une solide experience du monde
colonial. Les traces archeologiques
confirment que le marasme economique de
l'epoque n'eut pas le meme impact sur toutes
les habitations guyanaises. C'est du moins ce
qui transparait des ruines de habitation j suite
de climate exploitee avec success sur pres d'un
siecle, climate constitute un cas exemplaire, et
surtout rare, d'une bonne gestion des
resources naturelles et humaines. Les ruines
des bdtiments, la plupart en pierre, denotent
une ferme intention de s'implanter de fagon
permanent en Guyane. La valeur des
materiaux de construction et la presence
d'elements tels qu'une chapelle et un jardin
experiment concretement la position social et
le pouvoir economique des Jesuites au sein de
la colonie (Le Roux 1994: 401).


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


C,
.1








\
j


Figure 2. Localisation de l'habitation de Loyola (from
Le Roux 1998: 5)

Loyola

C'est au milieu du XVIIe siecle que les
Jesuites creerent dans les environs de
Cayenne l'habitation de Loyola, don't on
trouve encore aujourd'hui, sur un contrefort de
la montagne de Remire, les traces des
anciennes terrasses sur lesquelles s elevent les
restes de bdtiments en pierre (Figure 2). Les
terres de Loyola ont ete constitutes a partir
des concessions de Quincy et Drague,
acquises respectivement en 1665 et 1668 au
prix de 6000 livres de sucre payable a la
Martinique (Thibodeau 1995:175). A partir de
1674, les Jesuites reorganiserent le lieu pour
le transformer en une habitation sucriere qui,
par ajouts successifs de terrains, finit par de
passer 1500 hectares vers 1720 (Le Roux
1995: 5). Mais en 1740, les Jesuites


1, 2004


Croteau









Habitation Loyola


delaisserent la culture du sucre et
transporterent tout l'equipement lie a la
sucrerie a St-Regis. Par la suite, la dissolution
de la compagnie de Jesus, en 1763, entraina
l'abandon progressif de habitation. Au
moment de l'expedition de Kourou, en 1764,
elle fut a nouveau occupee par des soldats du
regiment de Saintonge qui y causerent de
graves degdts. Le dernier Jesuite quitta les
lieux en 1768, date apres laquelle on transfer
les installations de habitation deux kilometres
plus au sud, sur le site de Beauregard. En


1769, Loyola fut definitivement abandonnee
aux caprices de la nature. (Le Roux 1995: 7).
A l'exception d'une chapelle et d'un cimetiere,
des bdtiments tels que la maison de maitre, le
cimetiere, un moulin, des ateliers, des
sechoirs et un magasin temoignent de la
function essentiellement economique du site.
En 1737, on y cultivait 25 carries de cannes a
sucre qui produisaient la plus important
quantity de sucre de la colonie. Cette
habitation prospere, qui produisait aussi la
moitie du cafe de toute la colonie en


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Figure 3: Vue cavalibre de Loyola vers 1730 (H6bert, Cartouche d'une
carte de l'dle de Cayenne, Vincennes, S. H. A. T. 7f. 62.)


Croteau










Habitation Loyola


1736 et l'essentiel de l'indigo guyanais en
1740, devait en grande parties sa productivity a
une main-d'oeuvre servile qui atteignit le
nombre de 400 esclaves au moment du depart
des Jesuites (Le Roux 1995: 7). Une forge et
une grande poterie assuraient un revenue
supplementaire aux Jesuites en produisant
autant pour les petites habitations avoisinantes
(Le Roux 1997:173). En plus de finance les
missions indiennes, cette habitation servait de



N/


0
A
'5'
0
C)


residence secondaire aux Jesuites don't le
siege etait a Cayenne. On y recevait aussi des
h6tes de marque. Ainsi en 1744, La
Condamine profit de son sejour a Loyola
pour effectuer ses experiences sur le curare.
De meme, Fusee-Aublet, lors de son passage
en 1762, y collect une grande parties des
plants decrites dans son Histoire des plants
de la Guyane frangoise (1775) (Le Roux 1994
et Joignerez: 6).
I'--" *
*1


Ii0

Ii



0- 7


6 27
r.U'I 7~


Structures repr6senleme
* 1 Matson de malire 9
S2 Cuisine
S3 HLprma -
.4 Jardin a agremeni -a
. 5 Cnapene .)
. 6. Passage ,
S.Purgenri
8 Batment annexe oe la purgere
9 Cour de ia cnapene
.10 Bai,trent a la toncilon.nd6ermirne
.11 Mag a.,n Quartier des esclaves
*1 Forge
13 BSilmerI avec Toyer
Figure 4. Plan g6ndral du site de Loyola (from Le Roux 1998: 11).


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Croteau









Habitation Loyola


Lesfaits archdologiques: six ans defouilles
& Loyola

La fouille archeologique a permis d'une
part, de corroborer l'organisation spatiale
suggeree par la vue cavaliere de 1730 (Figure
3) et d'autre part, de reconnaitre et etudier: la
purgerie, 1'etuve et le moulin; les magasins et
les ateliers; la chapelle, la maison de maitre et
la cuisine. D'autres amenagements tels que le
cimetiere, le j ardin et des depotoirs viennent
complete l'ensemble de habitation (Figure 4).
Dans les prochaines lignes, nous nous
appliquerons a decrire ces structures et A
mettre en evidence les elements qui en ont
permis l'identification. Sur lavue cavaliere de
1730, on ne peut que constater l'absence d'un
moulin, element essential d'une habitation
sucriere toutefois, lafouille de laterrasse,
situee a l'est de lapurgerie, a mis au jour les
traces d'un d'amenagement caracteristique
d'un moulin a b6tes qui assurait fort


probablement l'alimentation de la purgerie la
presence d'une telle structure nous est
confirmee par de legers indices. Les traces de
neuftrous de poteaux disposes selon un cercle
d'environ 15m de diametre, ainsi que la
presence de clous, laissent entrevoir une
charpente de bois circulaire. Les analyses
anthracologiques ont confirm l'utilisation du
Courbaril, espece prisee pour la fabrication
des mecanismes de moulin (Le Roux et al.
1996: 16). Cette structure abritait les
rouleaux, ou tambours, entire lesquels un
esclave pressait les cannes a sucre pour en
extraire le vesou. Cejus tombait le long des
Tambours sur les echancrures de la table, &
de-la sur les deux allettes qui sont a cote, don't
lapente le conduit dans la gouttiere, qui le
porte a la sucrerie >> (Labat 1724: 252). A
l'interieur du cercle, une couche tries compact
indique l'aire de circulation des chevaux qui
actionnaient les mecanismes du moulin (Le
Roux et al. 1996:18).

',.S,.


Figure 5: Vestiges de la chemin6e de la purgerie de Loyola (from Le Roux 1997: 173)


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Croteau









Habitation Loyola


A l'ouest du moulin, on trouve les
foundations de la purgerie qui laissent deviner
un grand batiment en pierre d'une superficie
de 500m2 dans lequel on procedait a l'affinage
du sucre. C'est-a-dire qu'au terme de
l'evaporation progressive des parties aqueuses
du vesou, effectuee par le raffineur dans un
equipage dit a "I'anglaise" 1, le melange de
sucre et de melasse ainsi obtenu etait alors
verse dans des formes a sucre emboitees dans
des pots de raffineurs qu'on disposait dans la
purgerie. Dans le coin nord-est, un enorme
eboulis de pierres recouvrait une petite
construction carree qui se caracterise par une
ouverture de 1.50m signalee par la presence
de deux piedroits en brique et de deux pierres
faisant office d'escalier (Figure 5).
L'abondance des pierres laisse croire qu'une
cheminee surmontait cette construction qui
pourrait bien s'apparenter a une etuve ou l'on
faisait secher les pains de sucre. (Le Roux
1998: 44). Malheureusement, les fouilles n'ont
pas permis de localiser la chaufferie ou' l'on
aurait du trouver l'equipage. Au sud de la
purgerie, s'etend ce que l'on pourrait nommer
le complex religieux, compose de la chapelle
Notre-Dame-de-Grace et du cimetiere. Les
ruines de la chapelle temoignent d'un
batiment modest, d'environ 100m2, constitute
d'une architecture a pan de bois qui s'elevait
sur un soubassement de pierres (Le Roux
1995:10). L'interieur etait compose de la nef,
du choeur et de la sacristie don't le sol etait
pave de carreaux de terre cuite. Au nord,
devant la chapelle, s'etend une petite cour
cl6turee of devaient prendre place les fideles
qui ne pouvaient suivre les offices a
l'interieur. Bien qu'elle fut a usage prive, la
chapelle de Loyola accueillait a l'occasion les
paroissiens de Remire lorsque leur eglise fut
en refection (Le Roux 1994 et Joignerez: 5).


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


Selon une source ecrite tiree du registre
paroissial de Remire, le corps du Pere Rullier
reposerait sous la sacristie du cote de l'epitre.
Cette anecdote temoigne d'une pratique
courante sous l'Ancien Regime (Le Roux
1995: 6).

La vue cavaliere de 1730, nous indique en
toutes lettres qu'un space situe a l'est de la
chapelle etait reserve a l'inhumation des
esclaves (Le Roux 1998: 21). Ce fait
s'accorde avec l'une des prescriptions du Code
Noir selon lequel les maitres devaient "faire
enterrer en terre sainte, et dans les cimetieres
destines a cet effet, leurs esclaves baptises"
(Code Noir 1768: article 14). Neanmoins, en
raison de l'acidite naturelle des sols guyanais,
qui dissolvent les traces organiques en moins
de dix ans, aucun ossements n'ont ete
retrouves. Par contre lafouille a reveled les
traces de cinq fosses a sepulture indiquees par
des teaches anthropomorphiques j aunitres
(Figure 6). Ces traces montrent que les corps,
enroules dans des linceuls, etaient inhumes
sans mise en biere (Le Roux 1997:174). Les
tetes des de flints etaient orientees vers l'est
selon un mode d'inhumation qui n'est pas sans
rappeler les decouvertes faites a La Barbade
par Handler et Lange (1979). Ces auteurs
estiment que le rite selon lequel on orientait
les tetes vers l'est daterait du XVIIe et du
debut du XVIIIe siecle. Apres cette period, il
semble que les corps etaient disposes le chef
vers l'ouest selon un rituel chretien,
phenomene qui a aussi ete observe dans un
cimetiere de Montserrat datant de la fin du
XVIIe siecle (Watters 1994: 60).

En plein coeur de l'habitation, a l'ouest du
complex religieux, se trouvent les restes de
lamaison de maitre, du jardin et de la


1, 2004


Croteau









Habitation Loyola


,- JAz'


Figure 6. S6pultures dans le cimetibre de Loyola (Le Roux 1997: 174)


cuisine. Le choix de l'emplacement de ce
complex domestique est dicte par deux
facteurs: ce lieu est a la fois plus frais et plus
aere et il permet d'avoir une vue sur les
champs. En combinant les informations
archeologiques a la vue cavaliere, nous
pouvons dire que lamaison de maitre se
caracterisait par une architecture a pan de bois
qui s'elevait sur une assise de pierres. Une
toiture debordante recouvrait cette maison de
style creole>> qui s'ouvrait, a l'avant sur une
veranda bordee de deux pavilions, et a l'arriere
sur lejardin << lafrangaise>>.
Au sud-ouest de la maison, s'elevent les restes
de la cuisine qui correspond a un bdtiment
rectangulaire d'une dimension moyenne de
75m2, entierement en pierre et recouvert, du
moins en parties, de tuiles en terre cuite. Il se
divisait en deux pieces, don't l'une, au nord,
abritait un large foyer, un four a pain et un
potager qui servaient a la cuisson des aliments
(Figure 7) (Croteau 1998: 12, 1999: 7-8).
Plusieurs fragments de ceramique culinaire
sont venus conforter l'identification de la piece

Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


septentrionale (Croteau 1998:13). Quant a la
second piece situee au sud, elle represent les
vestiges d'un h6pital. Bien qulune telle
construction ne fut usuelle dans les plantations
antillaises qu'd partir de la second moitie du
XVIIIe siecle, nous savons que des le debut du
XVIIIe siecle, il y avait des habitations,
notamment a Saint-Domingue, qui possedaient
deja ce type d'infrastructure (Ey Meri 1992:
264). Malheureusement, la fouille n'a livre
aucun objet qui aurait permis de supposed une
function medical. Mais cela n'a rien
d'etonnant, car il existe peu d'instruments
caracteristiques de lamedecine au XVIIe
siecle (Veit 1996 : 33).

Toutefois, plusieurs autres elements
tendent a confirmer l'hypothese de l'h6pital.
Selon Debien (1974: 329) les h6pitaux etaient
construits pres de la maison de maitre dans des
materiaux de quality afin de combattre
l'insalubrite. Bien que Debien nous rapporte
les caracteristiques d'une situation ideale, nous
croyons il est possible de faire des


1, 2004


Croteau









Habitation Loyola


V ) 4


Figure 7. Vestiges du foyer et du potager de la cuisine de Loyola


rapprochements avec l'habitation de Loyola.
En effet, le secteur etudie est loge dans le
meme batiment que la cuisine, ou l'on
preparait les repas des malades. Situe a
proximity de lamaison de maitre, ce batiment
est solidement construit et un soin particulier
a ete accord au carrelage du sol. Dans cet
h6pital, il y aurait probablement deux pieces:
une premiere au sud servant de dortoir pour
les malades, ce qui pourraient expliquer la
presence d'au moins trois pots de chambre et
une autre piece au nord, destinee a
l'hospitaliere (Croteau 1999: 8-9).

Quant aux magasins et a la forge, ils se
situent a l'ouest de habitation La forge se
present comme un batiment de 144m2
entierement fait de pierres qui se divise en
deux parties. Dans la piece ouest, une plate-
forme a soufflet ainsi que plusieurs lingots de
matiere premiere temoignent de l'activite
metallurgique. Au nord du batiment, lafouille
a mis au jour un imposant amas de ferraille

Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


compose principalement d'outils, don't certain
etaient encore a l'etat d'ebauche. Les objets
retrouves etaient pour la plupart brises et ont
dfi 6tre depose a cet endroit afin d'en
recuperer le fer pour fabriquer de nouveaux
outils (Chouinard 1999: 47).

La culture matirielle

L'etude de la culture materielle a Loyola a
permis de complete notre connaissance de
l'univers materiel au sein des habitations
coloniales. Bien qu'abondante et variee, cette
culture materielle demeure partielle, les objets
en matiere organique n'ayant pas survecus,
seuls subsistent la ceramique et le metal. Des
materiaux de construction, tels que tuiles,
briques, clous, gonds, trouves en association
avec les vestiges architecturaux temoignent
des modes de construction de l'epoque.

La fouille de deux depotoirs, sites press
de la cuisine, a grandement contribute a


1, 2004


Croteau









Habitation Loyola


accroitre les collections de ceramique
importee. On y denombre de grandes
quantities de faience (Rouen, Marseille, Delft)
de porcelaine de Chine, d'Albisola, de
Vallauris, et de Biot qui temoignent non
seulement de la diversity des centres de
production, mais aussi de la complexity des
relations commercials et du statut
economique des Jesuites. En effet, il n'est pas
etonnant de trouver autant de faience
hollandaise, car la Guyane a beneficie en
1711 de la convention entire la France et les
Provinces Unies selon laquelle les habitants
guyanais pouvaient acquerir des esclaves a
Surinam (Cardoso 1981: 428).

Mais c'est de loin la ceramique locale qui
abonde le plus a Loyola. Celle-ci etait
fabriquee sur le site meme par 14 esclaves
dans l'atelier de poterie situe sur les bords de
la crique Cabassou (Le Roux 1993: 30). Cette
ceramique, qui s'apparente aux bMtes
americaines, se caracterise par une pate de
couleur claire variant du rose a l'orange en
passant par le beige. La matrice est grossiere,
poreuse et rugueuse au toucher en raison des
nombreuses inclusions ferrugineuses. La pate
est relativement tendre, sauf dans le cas des
pieces gresees par un coup de feu>>. Peu de
tessons sont decores et aucun ne present de
trace de vernis. De fagon general les formes
sont bien tournees et sont lisses a l'exterieur
(Meri 2000: 5). Jusqu'a maintenant 692
objets, representant 13 formes, ont ete
reconnus. Les formes peuvent 6tre classes en
deux groups selon qu'elles etaient a vocation
domestique ou industrielle. Parmi les formes
domestiques, on rencontre le plus
frequemment les terrines et les assiettes
creuses. Cette abondance revele une
alimentation basee sur la consommation de


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


mets liquides et semi liquides. On remarque
aussi que les recipients destines a la
transformation des aliments et a leur service
sont pourvus de large diametre, laissant ainsi
entrevoir qu'a Loyola on cuisinait de tries
grandes quantities destinies fort probablement
aux 400 esclaves qui y travaillaient. Ceci
confirme que les Jesuites etaient parmi les
rares maitres a respecter les prescriptions du
Code Noir en pregnant en charge les repas de
leur main-d'oeuvre servile. La rarete des
assiettes, alors que cette forme abonde dans la
collection de faience, semble indiquer que
chacun consommait son repas dans une
calebasse, tandis que les Peres et leurs invites
de marque se reservaient la faience et la
porcelaine (Meri 2000:18).

La ceramique a vocation industrielle,
qu'on nomme poterie sucriere, occupait une
grande place dans la collection de Loyola. En
effet, le pot de raffineur est de loin la forme
qui abonde le plus sur habitation (17.34 %),
ce qui correspond pratiquement au double des
formes a sucre (7.66 %). ce qui correspond
pratiquement au double des formes a sucre,
indique la fragility des pots de raffineurs qui
doivent supporter la pression des formes
pleines et la chaleur de la melasse (Meri 2000:
14). L'abondance de ces formes industrielles a
confirmed lafonction premiere de la poterie de
Loyola qui etait d'approvisionner la sucrerie.
De plus, l'importance de la collection laisse
entrevoir une production massive et
standardisee, grace entire autre a l'usage du
tour, ce qui revele un degree de specialisation
relativement eleven (Rice 1981 : 223). Or, il
est reconnu que le degree de specialisation au
sein d'une society souligne la capacity de
produire des surplus agraires pouvant
supporter d'autres activities, telle que la


1, 2004


Croteau









Habitation Loyola


production potiere (Sinopoli 1991: 100-102).
Puisqu'en Guyane la production du sucre,
reserve aux grands habitants, demeurait une
des rares exploitations agricoles suffisamment
rentables, les surplus agraires etaient done
entire les mains d'un petit nombre de colons
qui contr6laient par le fait meme la
production de ceramique. C'est ainsi que cette
ceramique produite a Loyola se rencontre sur
d'autres sites habitations dans la region de
Cayenne.

Finalement, 1'etude d'un amas de ferraille
situe pres de la forge, a reveled une grande
quantity d'outils propres a l'activite agricole
de habitation (houes, serpes, plantoirs, haches
et coins), des outils de forgeron (marteau et
enclume), et divers autres objets tous faits sur
place a partir de matiere premiere imported
(Chouinard 1999: 46-47). L'observation
metallographique de certain products de la
forge de Loyola a permis d'evaluer les
competences des artisans. Il en resort qu'en
depit d'une habilite moyenne, variant selon les
connaissances techniques des forgerons, ceux-
ci etaient aptes a produire suffisamment
d'outils pour repondre aux besoins journaliers
des activities agricoles de l'habitation.

Conclusion

A la lumiere de ces fouilles, il apparait que
Loyola fut un site de grande importance a
l'echelle de la Guyane. Cette grande
habitation, construite a partir de materiau
durable, temoigne de larichesse des Jesuites.
Sur lavue cavaliere, la representation du
jardin, de la chapelle et du colombier souligne
importance du statut social des Jesuites au
sein de la colonie. Toutefois, si l'on tient
compete du marasme economique qui regnait a


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication


1'epoque, il devient evident que Loyola
constitute un rare example de prosperity sous
l'Ancien Regime En fait, il est evident que
Loyola represent plus particulierement le
success des Jesuites en Guyane qui,
contrairement aux petits habitants,
beneficiaient de la richesse et de l'experience
de leur ordre. Sur le plan archeologique, la
valeur scientifique de ce site est evidence, car
non seulement Loyola est un des rares sites
archeologiques qui permet de comprendre une
habitation dans son ensemble, mais en plus,
elle est composee d'elements rares en Guyane.
Ainsi, on y trouve les restes de la plus vieille
chapelle retrouvee a ce jour; la forge et le
cimetiere sont les premiers amenagements de
ce genre a 6tre studies. Malgre ce constat
positif, les fouilles n'ont pas permis de
localiser l'emplacement du quarter des
esclaves. En effet, celui-ci etait regulierement
deplace pour faire place a de nouveaux
champs de cannes. Notre connaissance de la
vie quotidienne des esclaves se limited a ce que
les auteurs anciens aient bien voulu nous dire;
leur universe materiel se composait en parties
d'objets en matiere organique disparus sous
l'action de l'acidite du sol. La quasi-absence
de vestiges propre aux esclaves empeche donc
toutes comparisons avec l'univers materiel
du maitre, limitant ainsi notre comprehension
de l'organisation social au sein de habitation.

Bibliographie

Cardoso, C. F.
1971 Esclavage colonial et economic. L'Harmattan, 2
t., Paris (Coll. >)
Cardoso, C. F. et G. Martinibre
1981 La soci&te et l'Nconomie Guyanaise au XVIIIe
siecle. InL'HistorialAntillais, Dijan, T. Sabatier J.
et D. Rouche (ed.), Tome II, Dajani, Pointe-h-
Pitre.


1, 2004


Croteau










Habitation Loyola


Chouinard, A.
1999 L'habitation de Loyola en Guyane: archeologie
de la orge et 6tude arch6om6tallurgique des objets
en fer. M6moire de maitrise in6dite, D6partement
d'histoire, Universit6 Laval, Qu6bec.
Croteau, N.
1998 Loyola 1998: secteur de la cuisine operationn
6). Rapport d6pos6 au Service regional
d'arch6ologie de Guyane, Cayenne.
1999 Loyola 1999: Op6ration 10: secteur de la
cuisine et de l'h6pital. Rapport d6pos6 au Service
regional de l'arch6ologie de La Guyane, Cayenne.
2000 La poterie colonial de l'habitation de Loyola a
R6mire. Rapport d6pos6 au Service regional
d'arch6ologie de La Guyane. Cayenne.
Debien, G.
1974 Les esclaves aux Antilles frangaises (XVIIe-
XVIIIe siecles). Soci&t6 d'histoire de la Martinique,
Fort-de-France.
Eymeri, J.-C.
1992 Histoire de la medecine aux Antilles et en
Guyane. L'Harmattan, Paris.
Handler, J. S. et F. W. Lange
1978 Plantation Slavery in Barbados. An
Archaeological and Historical I i.. ,ia.
Harvard University Press, Cambridge.
Labat, J. B.
1724 Nouveau voyage du Pere Labat, aux Isles de
I'Am4rique. P. Husson, T. Johnoson, P. Gosse, J.
van Duren, R. Alberts et C. Le Vier, La Haye.
Le Roux, Y
1990 La revolution agricole au XVIIle siecle en
Guyane. In Symposium international sur
l'dvolution des littoraux des Guyanes et de la zone
caratbe meridionale pendant le quaternaire, M.-T.
Prost (ed.), pp.327-345, ORSTOM, Cayenne 1990.
1993 R6mire-Monijoly, parc Lindor. In Bilan
Scientifique 1993, Service regional de
l'arch6ologie de Guyane (ed.), pp.29-30, Cayenne.
1994 L'habitation guyanaise sous l'Ancien R6gime,
6tude de la culture mat6rielle. These de doctorate
inedite, EHESS, Paris. 3 tomes.
1995 La poterie Bergrave a Remire. Etude
arch6ologique d'un atelier colonial en Guyane
francaise. Pagara 1: 39-81.
1997 L'arch6ologie de la p6riode colonial. In
L'archeologie en Guyane, pp. 161 178,
APPAAG, Cayenne.


1998 L'habitation Loyola a Remire, Guyane
francaise. Rapport de synthese sur operation de
fouille programme triennale. Rapport depos6 au
Service regional d'arch6ologie, Cayenne.
Le Roux, Y. et L. Joignerez.
1994 Rapport arch6ologique Habitation de Loyola a
Remire, 1994. Rapport depos6 au Service Regional
d'Arch6ologie de la Guyane, Cayenne.
Le Roux, Y., C. Lorren et E. Broine.
1996 Loyola. Rapport arch6ologique 1996. Rapport
d6pos6 au Service Regional d'Arch6ologie de La
Guyane, Cayenne.
Marchand-Th6bault, M.-L.
1986 [1960] L'esclavage en Guyane sous l'Ancien
Regime. In Deux siecles d'esclavage en Guyane
frangaise. pp. 11-62, L'Harmattan, Paris.
Michel, J.
1989 La Guyane sous 1 'Ancien Rdgime. Le desastre
de Kourou et ses scandaleuses suitesjudiciaires.
L'Harmattan, Paris.
Raynal, G.
1951 [1772] L'anticolonialisme au XVIIIe siecle.
Histoire philosophique et politique des
etablissements et du commerce des Europ6ens
dans les deux Indes. Textes choisis par G. Esquir.
P.U.F., Paris. ( documentation coloniale>>.
Rice, P. M.
1981 Evolution of Specialized Pottery Production: A
Trial Model. Current iih,, f. "-. 22: 219-240.
Sinopoli, C. M..
1991 Approaches to Archaeological Ceramics.
Plenum Press, New York.
Society d'histoire de la Guadeloupe
1980 [1767] Le Code Noir ou recueil des reglements
rendus jusqu'a present. Concernant le
Gouvernement, I'administration de la justice, la
police, la discipline & le commerce des Negres
dans les colonies frangaises. Prault, Paris.
Thibaudault, P.
1995 Echec de la d6mesure en Guyane. Autour de
1'exp6dition de Kourou, une tentative europ6enne
de r6forme des conceptions coloniales sous
Choiseul. Chez l'auteur.
Veit, R.
1996 A Ray of Sunshine in the Sickroom
Archaeological Insights into Late 19th and early
20th Century Medicine and Anaesthesia. Northeast
Historical Archaeology 25: 33-50.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Croteau










Habitation Loyola


Watters, D. R.
1994 Mortuary Patterns at the Harney Site Slave
Cemetery, Montserrat, in Caribbean Perspective.
Historical Archaeology 28(3): 56-73.

Notes

L'6quipage est constitu6 d'un ensemble de marmites
align6es et enchhss6es dans une maqonnerie, qui 6taient
chauff6es par un foyer central et un tunnel de chauffe
communiquant avec une chemin6e De faqon A assurer
une evaporation progressive, le diametre des marmites
allait en d6croissant, alors que la temperature allait en
s'61evant.


Journal of Caribbean Archaeology, Special Publication #1, 2004


Croteau




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs