• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Advertising
 Title Page
 Avertissement de l'Editeur
 Eclaircissements sur l’etat de...
 Lettre a monsieur Monroe, president...
 Declaration d’independence de la...
 Acte d’installation du Conseil...
 Coup-d'oeil sur les six premiers...
 Table of Contents
 Advertising
 Back Cover






Title: Pièces rélatives à Saint-Domingue et à l'Amérique
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00090493/00001
 Material Information
Title: Pièces rélatives à Saint-Domingue et à l'Amérique
Physical Description: 4, x, 1, 12-206, 2, 3, 1 p. : ; 22 cm. (8vo)
Language: French
Creator: Brackenridge, H. M. ( Henry Marie ), 1786-1871
Publisher: Chez F. Béchet, libraire, Quai des Augustins, no. 57. Et à Bruxelles, chez Le Charlier, libraire. Démat, imprimeur-libraire.
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1818
Copyright Date: 1818
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti -- 1804-1844   ( lcsh )
Politics and government -- Latin America -- 1806-1830   ( lcsh )
History -- Venezuela -- War of Independence, 1810-1823   ( lcsh )
Provincias Unidos de Río de la Plata   ( lcsh )
Imprint 1818
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
Venezuela
France -- Paris
Netherlands -- Brussels
 Notes
Citation/Reference: Sabin
Citation/Reference: Bissainthe, M. Dict. de bib. haïtienne,
General Note: "Lettre de M. Brackenridge à James Monroe, président des États-Unis": p. 25-142.
General Note: "Déclaration d'indepéndance du Congres des etats qui forment la République de la Plata" dated and signed on p. 175 "Fait en la salle du Conseil du Buenos Ayres, le 25 octobre 1817. Dom Pedro Ignacio de Castro y Barros": p. 143-175.
General Note: "Acte d'installation du Conseil d'état de la Republique de Venezuela" dated "En la ville de St.-Thomas d'Angustura, le 10 novémbre 1817": p. 176-191.
General Note: "Coup-d'oeil sur les six premiers mois a venir de l'Amérique": p. 192-206.
General Note: Bookseller's advertisements: p. 2, 1st group, p. 1-3, 6th group.
General Note: Signatures: pi² 1-13⁸ (13₈ verso blank) chi².
Statement of Responsibility: mises en ordre par M. de Pradt, ancien achevèque de Malines; pour faire suite à ses ouvrages sur l'Amérique..
 Record Information
Bibliographic ID: UF00090493
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 145432640

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title
    Advertising
        Advertising
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Avertissement de l'Editeur
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Eclaircissements sur l’etat de Saint-Domingue
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
    Lettre a monsieur Monroe, president des Etas-Unis
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Declaration d’independence de la Republique de Buenos-Ayres
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
    Acte d’installation du Conseil d’Etat de la Republique de Venezuela
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
    Coup-d'oeil sur les six premiers mois a venir de l'Amerique
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
    Table of Contents
        Page 207
        Page 208
    Advertising
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
    Back Cover
        Page 213
        Page 214
Full Text




















































/




























N















PIECES RELATIVES


A SAINT-DOMINGUE

ET

A L'AMERIQUE.













Se vend, ainsi que les autres ouvrages du
meme Auteur,

a Amiens, chez ALLO, libraire.
a Bordeaux, chez madame veuve BERGErET, libraire.
a Clermont-Ferrand, chez THIBAULT-LANDRIOT, imp.-lib.
a Toulouse, chez SENAC, libraire.
A Perpignan, chez ALZINE, libraire.
a Grenoble, chez DURAND, libraire.
a Lille, chez YANACKERE libraire.
a Lyon, chez MAIRE libraire.
a Marseille, chez MASVERT, libraire.
A Montpellier, chez GABON, libraire.
a Dijon, chez COQUET, libraire.
SRennes, he KERPEN, libraire.
*a Rennes, chez ,-, ...
I. DUCHESNE, libraire.
A Riom, chez SALLES, libraire.
SRoen, ez FRkRE aind, libraire.
Rouen, ez RENAULT, libraire.
a Saint-Omer, chez BACLA, libraire.
a Strasbourg, chez TREUTTEL et ViiRTZ, libraire.
a Aix-la-Chapelle, chez LARUELLE fils, libraire.
\h Arras, chez TorPIN, libraire.
S\Leipsick, chez GRIESITAMMER, librair'e.
A Breslaw, chez Th. KORN, libraire.
\ DELACHAUX, libraire.
Sa Amsterdam, chez D o libaie.
DUFOUR, libraire.
A Geneve chez PASCHOUD, libraire.
A Manheimo, chez FONTAINE, libraire.
A Varsovie chez GLiiCKSBERG libraire.
STurin, chez{ BoccA lihbraire.
A Turin, chez Pic, libraire.
A Vienne (Autriche), chez SCHALBACHER, libraire,,
a Anvers, chez VANDEREEY libraire.
a Liege, chez COLARDIN, libraire.
a Mons, chez LEROUx, libraire.
i a La Haye, chez VALLAE, imprimieur-libraire.
BOSSANGE et MASSON, 14 Great-Marl-
SLo e, chez borough.
Londe, chez EUTTEL et ViRTZ, libraire, 5o Sho-
Square.









PIECES RELATIVES


A SAINT-DOMINGUE

ET

A L'AMIt.RIQUE,

MISES EN ORDRE

PAR M. DE PRADT,

ANCIEN ARCHEVEQUE DE MALINES;

Pour faire suite h ses Ouvrages sur l'Amerique.






A PARIS,
Chez F. BECHET, libraire, quai des Augustins, no 57.
El Bruxclles,
ghz ( LE CHARLIER, libraire.
h DEMAT, imprimeur-libraire.

1818.


























On trouve aussi chez le meine Libraire la belle carte de
I'Amerique meridionale, dressee par M. Lapie.
Cette carte, en deux feuilles colombier, imprimee sur
beau paper, colori'e avec le plus grand soin, et ornde
d'un cartouche dessind par Moreau, se vend i o fr.












AVIS DE L'tDITEUR.


Tous les documents propres a jeter
du jour sur P'tat actuel de I'Amdrique,
ne peuvent qu'etre pr6cieux a connaitre
au milieu des changements qu'elle a
d6jh subis, et-a I'approche de ceux qui
s'y pr6parent encore. L'6tat de ce pays
est fort peu connu en Europe. La dis-
tance des lieux, la partiality des rap-
ports, 1'incr6dulit6 d'une parties des in-
t6ress6s a un changement qui les blesse,
incredulit6 qu'ils cherchent a propager;
la singularity des 6venements, la nou-
veaute d'une parties des acteurs, don't
Apparition sur la scene du monde a
frapp6 d'etonnement, Pattention fixde










(ij )
presqu'exclusivement vers le theatre de
l'Europe, sont les causes qui ont contri-
bue a tenir come dans un lointain bien
obscur, tous les objets relatifs A la revo-
lution de FAmerique. Cependant Flinte-
r4t de cette revolution s'agrandit tous
les jours : elle s'affermit, elle s'etend,
elle prend u ne consistance presqu'ind4-
pendante de l'Europe, et tend tous les
jours davantage A la s4parer d'elle.... Le
temps arrivera, et il n'est pas loin, plans
sequel, quoi qu'on fasse, on sera bien
oblige de revenir-A s'en occuper.... 11
n'est au pouvoir de personnel de se sous-
traire a influence d'un pareil mouve-
ment. C'est done servir A la fois Flinteret
des peuples et celui des gouvernriements,
que de propager des notions exactes sur
el'tat de ce vaste continent. II est bon
pour les premiers de connaittre la v4-
rit6 sur ces contr6es, parce que la verite











est toujours bonne 'a connaltre; il sera
profitable aux seconds de trouver les
esprits bien disposes, le jour ou ils
auront a agir. L'6poque n'en est pas
6loign6e, une determination secondea
par un assentiment tel que celui qui
suit toujours de la connaissance de la
verit6, ne rencontrera que peu ou point
d'obstacles.
C'est donc 4galement dans l'int6ret
de tout le monde que nous publions les
pieces suivantes....
L'6tat de St. Domingue est entiere-
ment d6figur aux yeux de presque tous
les Francais... N'entendant pour ainsi
dire que les plaintes, les regrets, ou les
facheux pronostics des colons, ils s'6-
loignent generalement de l'id6e que des
negres puissent faire ce qu'ont fait des
blancs, que sans ceux-ci les negres soient
capable de penser, d'agir, de travail-










( iv )
ler, de cultiver leur esprit oiu leurs
champs... Sans doute les pertes des co-
lons sont immense et bien deplorables;
P'on voudrait pouvoir leur fire retrou-
ver et par-dela tout ce qu'ils ont
perdu..... Mais et ces dommages, et ces
regrets, et ces suppositions fantastiques,
pe changeront rien a ce qui existe, et
ne rendront pas plus a la France qu'aux
proprielaires depossed6s. Quand on
aura assez ri de quelques denominations
attributes aux principaux fonctionnai-
res d'Haiti; quand on aura assez rdpet6
que des negres sont par nature, im-
propres h rien savoir, ni 'a rien faire
attrement que sous la direction des
blancs, a quoi et ces derisions, et ces
incredulit&s auront elles servi ? La
nettet6 du coup-d'oeil, et la force de
Fesprit ne consistent point A s'obstiner
A ne point voir ce qui existe, et a re-











jeter ce qui blesse, mais au conlrai'e at
discerner Fun. avec toutes ses propor-
tions, et A accepter 1'autre avec' tous
ses deplaisirs.. Or, voilla oI 1'on en est
pour St. Domingue; sa perte esi im-
mense, ii est vrai, mais elle est irre-
parable... S'y r6signer de bonne grace
et de bonne here, s'arranger de ce qui,
existe, tels sont Ie part et les resources.
indiquees par la raison. C'est encore
elle qui indique que bien des dommages
serdpareraient pendant le temps sacrifi'
a 1'attente de chances chimneriques. 11
est bon que I'on sache que' tout est
change A St. Domingue, homes et
choses : it est bon que l'on sache que
les vingt derniekes anne&s dquivalenit a
vingt siecles, pour 'amenlioration mo-
rale et politique qui se fait remarquer
parmi les nCgres. DCt cette vWrit, bles-
ser beaucoup d'amours-propres, il est











bon, bien plus, il est indispensable que
Pon sache que 1'instruction, les arts, les
armes de l'Europe, sont aujourd'hui
parmi les negres, pour les instruire,
les former et les d6fendre : que Pordre
civil, politique, administratif et judi-
ciaire parmi eux, ne le cede point a&
ceux de 1'Europe, et qu'ils out faith et
continent de faire sur eux-memes P'ap-
plication de toutes les methods d'am&-
lioration qui sont en usage en Europe...
II est bon de faire connaitre ofi en sont
la propriet6 et la culture, et d'expliquer
pourquoi pendant un temps, on n'a
point culliv6, pourquoi et comment on
a cultiv6 et on cultivera dans d'autres...
Ces distinctions sont indispensables a
connaitre dans des questions de cette
nature...
La declaration du congress de Buenos-
Ayres est tres-peu connue et merite bien











de 1'etre.... Un people enter fait con-
naitre les griefs qui Pont force A cher-
cher en lui-meme les moyens de pour-
voir a son salt, et la resolution de se
meltre pour toujours a I'abri des dangers
qui Pont ponss6 a cette determination.
En le lisant, on se sent report au temps
auquel les Etats-Unis firent connaitre la
resolution de se s6parer de la metropole
et d'exister par eux-mmers.
La lettre a M. Monroe est Fouvrage
de M. Brackenridge, secretaire de la
commission que le gouvernement am&-
ricain vient d'envoyer dans 1'Amerique-
meridionale.
L'int6ret de cette piece est fort grand-.
par les considerations qu'elle pr6sente
sur l'4tat de 'Amerique, ainsi que par
la manifestation de la maniere don't en
Am1erique on envisage cette grande
question. En Europe, on en. juge ea










( Viij )
Europ6ens; en Amerique, en Am-ri-
cains, et il doit y avoir entire les deux
jugements la distance qui se fait remar-
quer entire les deux h4mispheres et les
deux inthrets... Les idees les plus sai-nes
sur les causes de la revolution de PA-
m6rique, les aperqus les plus judicieux
sur les germes d'ind6pendance qui en
se d6veloppant Font fait 6clore, les prin-
cipes les plus g4n&reux de politique de
people a people, les effets les plus evi-
dents du succes de la revolution pour
PEurope, comme pour l'Am6rique, Fin.
dication la plus claire du system fEd&-
ratif des diverse parties de l'Amerique
pour se soutenir mutuellement dans leur
ind6pendance, tels sont les divers ca-
ract6res qui rendent cet ecrit infiniment
recommandable. Justesse dans les ap-
percus et les jugements, hardiesse dans
les vues, originality dans l'id6e et Pex-










(ix)
pression, tout se trouve dans cet ecrit,
et montre h 1'Europe qu'il existe au-dela
des mfers des penseurs qui ne le cedent
point A ceux qui, en Europe, se font
remarquer par 1'clat et la varit6 de
leurs talents.'
II est vraiment curieux de voir rep6-
ter au fond des deserts de l'Am6rique,
ce qui se passe au sein de Pantique civi-
lisation de l'Europe. Et peut-6tre que le
sens et la forme de ces actes ne placenta
pas la copie trop au-dessous de Foriginal.
C'est la nouveaut6 de ce spectacle qui
nous a determine A comprendre au nom-
bre de ces pieces, Pacte d'installation du
conseil d'etat de la rdpublique de Ve-
nezuela A Augustura. Que diraient
Charles-Quint et Colomb lut-meme, A
Aspect d'un conseil d'6tat republicain
6tabli sur les bords de P'Orenoque, pour
achever de ravir A PlEspagne le sceptre












de cette contr6e, et pour substituer unerd-
publique am6ricaine A la monarchie eu-
ropeenne, expulsee dans la personnel de
l'Espagne? I1 ne manquera pas de per-
sonnes pour lesquelles un conseil d'6tat
sur les bords de l'Orenoque, correspon-
dra aux mille et une nuits, et ne paraitra.
qu'un objet de derision; mnais qu'elles
attendent encore un moment, et 1'on
verra de quel cot6 se trouveront les
realit6s, et les sujets de joie vWritable.
Cette piece acquiert un nouveau prix
de la connaissance qu'elle donne des
trois epoques de la revolution de Vene-
zuela, 6poques don't la connaissance est
etrangere A.presque tous les Europeens.
Sons ce point de vue, cette piece peut
A.re considered come une introduc-
lion h Phistoire de la revolution d&
Venezuela.












ECLAIRCIS-SEMENTS

SUR L'ETAT DE St. DOMINGUE.




LA parties frangaise de Saint-Domingue,
est partagee entire la rdpublique d'Haiti,
don't Petion est President a vie et le
royaume d'Haiti, don't Christophe est le
Roi... La premiere occupe la parties du
sud; le sicge du gouvernement est fixed
au Port-au-Prince... Cette ville renferme
vingt-cinq mille Ames... Le territoire de
la republique d'Haiti est presque double
en etendue, de celui du royaume du mnme
nom...
La capital de ce royaume est ]a ville
du Cap. Elle a dtd fort embellie par les
soins du nouveau souverain, ct son palais
retrace tout le fate de l'orient... Le mIle
Saint-Nicolas, le Gibraltar des Antilles ,
fait parties de ce royaume.











( 12 )
La population des deux parties s'elve a
820,ooohommes, don't 5oo,ooo sous Peion,
et 320,00ooo sous Christophe. Trente mille
seulement sont blancs on gens de couleur,
le reste noir. Sous l'ancienne domination,
]a population n'dtait portie qu'a 54o,o000o
hommes. Mais diverse causes puisdes dans
1'interet des colons, contribuaient a faire
disparaitre le nombre veritable de ce de-
nombrerment. Plusieurs causes ont contri-
bud a Faugmentation qui se fait remarquer
aujourd'hui. La liberty du negre, son
passage ha 1'tat de famille les mnnage-
nments accords aux meres pendant l'allai-
tement et la grossesse une nourriture
nmoins mesuree sur l'interdt du maitre que
sur les besoins du consommateur, l'aboa-
dance et le bon march des subsistances,
les salaires acquis par les troupes et par
les ouvriers qui aujourd'hui travaillent
tons pour leur compete. Depuis i8o0, le
pays a ete a peu-pres exeinpt des ravages
de la guerre. On s'est observe des deux
c6tes, mais on s'est peu combattu.











( 15 )
Onne peut rien conclure contre ce de-
nombrement, de la grande difference qu'il
present avec le dinombrement anterieur.
Celui qui a eu lieu I Paris, dans l'annie
precedente, en fournit enquelquesortel'ex-
plication ; la, cette operation faite avec le
plus grand soin, a constat6 une popula-
tion intra. muros de pres, de 720,000
-Ames, tandis que les mnmes recensements
faits dans les annees precidentes ne la
portaient qu' 570,oo000 habitants. Et ce-
pendant les moyens de s'assurer de la v6-
rite ne manquaient pas plus a une epoque
qu'ah 'autre.
Un space de douze a quinze lieues reste
inoccupe entire la republiqueetle royaume
d'Haiti. Cet abandon rdsulte d'un accord
don't le but a ete de former une sepa-
ration entire les deux etats, pour eviter
tous les points de contact.
Les blancs sont toldrds dans la rdpu-
blique, exclus dans le royaume.
Dans la republique, la propridtd a ete
occupde, acquise ou rescue par les nigres,












qui avaient servi dans le course de' la
revolution ou de la guerre. Les ravisseurs,
les acqudreurs, n'ont pas suivi de regles
dansla formation' de leurs propriedts. Les
rdmundrations orit dui en avoir. Ainsi elles
ont etd calculdes sur les grades, les ser-
vices., de maniere a ce que chacun eit au
moins sept arpents.
Les negres etant tous declares et re-
connus libres ]a culture l'est aussi. Les
ouvriers sont les maitres de leurs prix,
come en Europe les conventions du tra-
vail suivent les lois gendrales qui les reglent
en Europe. II est d'usage que les negres
s'associent entr'eux pour pourvoir aux di-
verses exploitations, comme on voit en
France les habitants de quelques contrees,
passer dans d'autres suvivant les saisons'
pour y faire le travail des moissons, aux
diverse epoques de l'anmee ; ]a terre paye
le dixieme du product brut, en nature.
II est afferme au profit dug ouvefrnement
et livre dans des lieux d&signes. C'est la
tout l'inp6t territorial. Les douanes et











( i5 )
autres imp6ts indirect .tLablis dans-pres-
que touite, 'Europe, le sont aussi a Saint-
IDomingue. Le revenue public s'6leve a
3oooo,ooo de France. L'armie de la re'-
publique est composee de 241,000 hommes,
est armee et discipline. Le service de la
troupe reglee sefait par tiers, 80ooohommes,
servent pendant quatre mois et sont rem-
places dans les rnmmes proportions. II y a
des ecoles militaires pour toutes les parties
du service. Lorsqu'en 1814 on put se
croire menace, 8o,ooo fusils existants dans
les arsenaux furent distributes h la popu-
lation. On en a rachete'plus de 120,00ooo,qui
sont repartis dans cinq departements, dis-
tribues sur le territoire de la republique.
En cas d'attaque, toute la population pa-
raitrait en armes. Les modules propres A
faire les balles ont ete distributes a tous
les habitants, les armes blanches de meme;
le plomb necessaire pour la confection des
balles, distribute en saunions de poids dif-
ferens.pour servir suivant les moyens de











( i6)
le transporter ,.soit par les hommes, soit
par voitures ou les animaux. Tous les
moyens de destruction sont prepares, si
une invasion avait lieu.
Dans f'interieur de File, on a choisi unt
vaste emplacement qu'on a fortified, a-peu-
pres comme le Kcenigstein en Saxe. La
reunion de plusieurs course d'eau, en d&-
fend les approaches. Une artillerie immense
les soutient.: les rochers ont 6t4 escarpes,
une citadelle batie sur ]a parties la\ plus
dlev&e,etcetteenceintefortifidepourraitsuf-
fire pendant quelques temps a la subsis-
tance de la garnison. C'est Un travail im-
mense, auquel une parties de la population
a pris part pendant long-temps. Un grand
nombre de bAtimnents arms sont dans
le port. Ce sont des bAtiments du troi-
sieme rang. Les equipages sont instruits,
braves et determines.
L'administration civil est repartie
comme en Europe, la justice de meme.
Le code Napoleon a kt6 reform dans
quelques parties inapplicables aux colonies.










( '7 )
On a substitnu dans les administrations
des homes de couleur aux blancs. Les
premiers n'ont pas voulu continue d'a-
voir Fair d'etre regis par eux et d'avouer
ainsi leur inferiorite. D'ailleurs, ils exer-
cent librement leur industries.
Levol etlemeurtre sont presqu'inconnus
dans cette parties del'ile. L'hospitalite qui a
toujours distingu les colons, con tinue d'etre
exercee comme ellele fut de touttemps St-
Domingue. La longueinterruptiondes tra-
vaux avait force a tirer les subsistances du
dehors : 'argent etait devenu fort rare.
Depuis que la culture des vivres a fourni
aux besoins de la colonie, et que ]a reprise
de la culture du cafe et du sucre a present
des moyens d'echange,le numeraire a re-
y1aru,et nepeut manquer de devenir tres-
abondant ; car les immense exportations
qui faisaient l'ancienne richesse de Saint-
Domingue vont reprendre leur course.
On a cru queles negres avaient aban-
donne la culture; en cela on a miconnu
la cause de cet abandon momen.1~ne. II eait
al











( I8 )
tout de calcul, et dirig6 dans le sens de
]a defense de 'ile de mcme quo 1'abandon
des routes. Tant que les habitants ont pu
craindrc une invasion, ils ont rapport Lous
leurs soins h leur defense : c'6tait l'objet
essen ticl; la culture n'6eait que I'accessoire.
De nmcmepour les routes : on cessait de les
cntrctenir pour no pas faciliter a l'ennemi
les movens de transport; le pays Ctaitvoue
I la destruction par ses propres habitats.
Ii- out renris le travail, avec le sentiment
de la security. Ainsi its s'etaient bornes
anx recoltes spontanees du cafe. Un tr's
petit nombre de st.Irerics .taient en va-
lear, dans les parties les plus rapprochecs
des nm dnes considers come moyens de
dilenise. iDcpuis qa'on a cesse de crain-
dre-, les screries se sont dtenduSes dans
la plane. La culture du cafd a 'td reprise
avec vigneur. DejI on fait,du sucre pour
plusicurs millions les produits da cafr
sont devcnus immenses.Lce cotton, F'in-
digo ) le sui4ee I le caco so'nt culLivds
come avanI les troubles ; ia charrue est
4










( 19 )
employee dans les planes et ne cede pas
en efficacity i la hone. Les attelages sont
forms avec des bceufs : oi s'est mis a en
clever dans cette parties : ils yprosperent,
et ne content pas plus de 4 a 500o francs
les plus beaux par paires. L'duciation pu-
blique est composee d'dcoles lancastrien-
nes d'6coles primaire's- d'un lycec, et
d'un seminaire etabli dans la ville du Port-
an-Prince, ,oi il occupe un bel edifice.
Cetue ville renferme une eglise propre a
faire une cathedrale.. Une cole de des-
sin est aussi etablie au Port-au-Prince ;
les habitants d'Haiti sont fort attaches h
la religion -catholique. Une -partie des
cures est occupee par des pretres francais.
11 n'y a plus de prdfet apostolique comnme
avant la revolution. On s'est address ah
Rome pour avoir un ev4que. La demand
est rested sans response. De mine pour
le royaume d'Haiti. Le Pape attend sans
doute la decision de la question de la
souverainetd dice pays, Jadis les 'les
franraises des Antilles dependaient du











( .0
diocese de Paris. Ce retard est tres pr6ju-
diciable h la religion : les pretres meurent
sans replacement. Les habitants se fati-
guent de ces lenteurs : les mithodistes se
sont present s dans le royaume de Chris-
tophe et y font des progres. Les mariages
se font comme cii France devant l'officier
civil, et i 's devant le pretre. La culture
a repris dans la republique d'Haiti; h me-
sure que la s"curita s'"tendra, la premiere
augmentera. Dans quelques annees St.,-
Domingue travailld'par des mains libres et
interessies an succes du travail, depassera
'anrcien St. IDomingue. 11 en sera de mrme
dela population,qui libre, travaillantpour
son coimpte, nourrie plus abondamment,
proprietaire, trafiquant,naviguant,trouve-
ra dans routes cesoccupations des moyensde
sustentation et de reproduction. Beaucoup
d'esclaves de negres libres, d'hommes de
couleur des miles voisines. viennent s'&ta-
bliir dans la republique d'Haiti. On y a
adopted pour la culture ct les procedes
exigis pour les sucreries toutes les nou-











velles deconvertes mecaniqucs propres a
diminuer V'emploi des bras et les frais
du travail, tout en l'amnliorant.
Le royaume d'Haiti a une armre de
trente-deux mille hommes. Le gouverne-
ment est absolu. La propriedt est travaillde
aucompte de la couronne, qui laisse tant
pour les frais et bendfices du travail, et
cede le reste a des negociants, a des prix
fixes par elle pour l'achat et la vente. Le
Roi est entoure d'une pompe orientale "
la cour est modelde surlesplussomptueuses,
de I'Europe- Le palais est magnifique, et
d'un genre Lout particulier. Les deux etats
ne sont point en guerre, quoique divi-
s6s, et dans le cas d'une menace de la part
de !'Europe, ils sont convenes de se rea-
nir pour la defense de leur indepenidance.
On parait decided tout sacrifier pour la
maintenir. Ce sentiment est entree dans
l'esprit et dans le cCeur de tous les habi-
tants, ils y rapportent tout. Le souvenir
des perfidies et des exces auxquels ils out
etd livrds, vi.t an milieu d'eux, et tient leur
defiance toujours 6veillee. Les plus terri-










22-)
bles moyens de destruction sont organisms
dans le royaume d'Haiti s'il etait expos ah
une attaque.
Oa se plaint beaucoup h Haiti des
menaces et en general de la conduite des
colons de la Martinique et de la Guade-
loupe, qui ne cessent d'insulter les ha-
bitants de Saint-Domingue, et de repan-
dre des annonces sinistres pour les habi-
tants de la rdpublique d'Haiti. Ce sont de
mauvais voisins, incommodes pour Saint-
Domingue, et nuisibles a la France, en la
presentant comme toujours prete h fondre
sur lui, ce qui n'est propre qu'a affaiblir
I'attachement que l'on y conserve pour
elle. Les lois egalisent tous les pavilions; il
n'y a pas de distinctions, ni de faveur pour
aucun people, mais il y a un gott decide
pourles'Francais, dans la rpubliqued'Haiti.
Au contraire, le gouvernement du
royaume penche davantage vers, I'Angle-
gleterre. Disposition qui est due aux
tentatives de la France, et a la crainte
qu'elle inspire encore.










( 23 )
Les commissaires envoys en i8r41., ont
faith beaucoup de mal... On les a desavoues..
Nouveau mal, lorsque tons lcurs papers
etaient tombs aux mains de Christoplie,
et circulaient dans toute 1'ile....
La conduite des cqn mmissaires envoves
elq 8i6 a 6td propre a% rapprocher de la
France l'prit des habitants de Saint-Do-
mingue...1Maistousleurs efforts ont choie'
centre un ecueil que l'on retrouvera tou-
jours. L'independance.... Petion est
age de quarante-cinq ans d'uu exierieur
a *I ,id, de manieres- prevenantes et dis-
tinguees. 11 est faux qu'il air ed d!eve eni
France : maisily.est vern eta fait parties de
expeditionn du general Leclerc. 11 se sanva
au moment. de subir un sort pareil a celui
de Toussaint L'ouvertune.
Christophe est Age de 64 ans c'est 'un
home de la plus haute stature, et d'une_
force de corps extraordinaire.
I1 suit, de cet exposed que Saint Domingue
est inattaquable : qu'il plirait avec les as-
saillants ; que sa population et sa culture











(24)
vont toujours en croissant : qu'il est de
l'interet de l'Europe de cesser de s'en oc-
cuper come propriedt, pour ne plus s'en
occuper que comme civilisation. Que dans
cet etat, il rendra davantage I l'Europe
et a la France, qu'il ne faisait lors'qu'elle
avait a fournir aux frais de son dtablisse-
ment qui surpassait son prodt de six
millions, et qui lui coutait des frais im-
menses pendant la guerre, frais qui etaient
tous en pure perte,.puisqu'elle tirait du
Nord ses approvisionnements maritimes,
et des Etat-Unis les subsis.tances de sa
flotte et des bataillons qu'alors elle devait
entretenir aux Colonies.
En calculant ce'que Saint-Domingue a
couitd la France depuis 1722, pendant
les trois guerres dei 742, 1756, et de I'A-
merique, et par l'expddition du general
Leclerc, on trouverait que tout n'a pas t&6
benefice dans sa possession.













A JAMES MONROE,


PRESIDENT DES ITATS-UNIS.




MONSIEUR,

LA decouverte de l'Amerique,. a sepa-
ration des colonies Anglaises et la lutte
actuelle pour l'independance des colonies
espagnoles, sont les trois evenements im-
portants des mille dernieres annees. Co-
lomb, dans la recherche d'un passage qui
devait changer la route du commerce
oriental, decouvrit un nouveau monde,
qii avait plus de richesses que l'orient et
qui etait capable de nourrir une popula-
tion presque gale a celle de tout le reste
du globe. Quoiqu'il ait echou6 en parties,











( 26 )
il a cependant rdussi a ouvrir a l'Europe-
des sources de richesses qui out amliored
sa situation dans tout ce qui tient a la
vie. La decouverte de 1'Amerique a mis
1'Europe en 6tat d'atteindre -a un perfec-
tionnement qu'elle n'aurait pout-etre pas
obtenu apres plusieurs siecles. Les com-
pagnons de Colomb, s'affranchissant de
scrupules, s'approprierent tout ce qu'ils
trouverent dans les contrees decouvertes,
quelquefois paisiblement mais Ie plus
souvent par la violence et par la cruaute.
Les habitants de l'Ameriquie, en quelques
endroits nombreux et trcs avances en ci-
vilisation n'etaient gueres traits par les
Espagnols avec'plus d'egards que les betes
sauvages des forces. Ils furent detruits
sans pitie, leurs biens furent saisis sans
reserve, et tous les principles de la justice
et de l'humanite violds sans records. L'h-
bilete sup.drieure des Europdens dans les
arts, venue de l'usage des lettres qui
conserve les decouvertes du genie et per-
met h l',esprit human d'avancer vers la











( 27 )
perfection mit necessairement les nal-
heureux Amiricains au pouvoir de leirs
conquerants. La premiere decouverte]de
l'Amerique etles usurpations posterieures,
furent comme les actes d'individus entre-
prenants, quoique leurs souverains res-
pectifs eussent pris pour eux la part du
lion. Quant aux portions du pays qui
forment de vastes deserts, les lois de dieu
et de la nature pourraient justifier les
autres membres de la famille humane,
de prendre pour leur subsistance une part
suffisante de l'heritage commun; car la
possession de ces contrees par quelques
tribus errantes de chasseurs, peut a peine
etre consideree come une appropriation
du sol. Tel fat a-peu-pres notre cas avec
presque tout le pays que nous possedons
maintenant, nous qui ayant formi le
premier gouvernement independent des
colonies, avons particulierement merite
le nom d'Americains. Nos principles con-
quotes furent sur les asperites du climate
et de la terre ; la cognee et la charrue











( 28
furent les armes auxquelles nous les dcumes.
Si les naturels ont souffert, il ne faut pas
nous en blamer; le chasseur ne vit point
a c6td du cultivateur ; les animaux sau-
vages qui fournissent l'aliment au premier,
fuient les habitations fixes de 1' home.
Comme dans les stages progressifs de la
socidtd, il doit y avoir, dans les positions
on voisinage relatif, une separation en-
tre ces deux Ctats de 1'existence humaine.
Le chasseur et le cultivateur ne pourraient
ctre voisins ; le chasseur s'est done retire,
et nos etablissements ont advance.
En d'autres endroits du continent, on
ne trouva point toujours les habitants oc-
cupes de la seule chasse. Quoiqu'ils igno-
rassent leslettres, ils etaient aussi avances
qu'il est permis aux homes de l'etre sans
elles. Ils avaient fait des progres marque's
dans les arts, ils avaient des demeu rs fixes
oudes villes qui le disputaient en popula-
tion h celles de I'Europe ou de I'Asie; lcur
culture du sol tait a un haut point de per-
fectionnement, et ils avaient appris, mal-












heureusemnent pour eux, h donner une *a-
leur factice 'a desmetaux qui, dans l'ancien
monde draient regards comme la reprd-
sentation de la richesse et employes
comme moyens de commerce. Telle etait
la situation da Mexique, da Perou, et
d'une parties du Chili. Ces peuples malheu-
reux fuirentattaqu s par les Espagnols avee
une barbare cupidite, et toutes les esphees
de violence et d'injustice farent exerc(es
contre eux. C'est, h la verite, l'ouvrage
d'un petit nombre d'hommes effrenes,
mn~s il eut 1'approbation du souverain ,
qui arriva, lorsque tout fat calm pour
avoir une portion plus considerable des
depoailles. Le souverain prit possession de
ces pays par le droit de conquete ; et
lors meme que les entreprises et l'industrie
de ses propres su jets eurent' formed des 6ta-
blissements et biti des cites, les privileges
delaconquite ne furentjamaisabandonnes.
La decouverte, la prise de possession et
la conquete de I'Atndrique firent le rdsul-
tatd'aue entreprise particulire rien n'est











( 30 )
pl s vrai, mais les fruits en ont etd re-
c eillispar les differents souverains.Depiis
1'iistant de la decouverte jusqu'aujour-
d' ui, ceux-ci n'ont eu qu'une chose en
vu de tirer le plus grand avpntage pos-
sille des coloi-ies, sans songer a leur pros-
p-it.6. Les colonies ont fourni de vastes
sponmes pour- etre rdpandues au-dehors on
pl t6t dissipees dans les guerres et dans les
extravagances des course. Leur amiliora-
ti n au-dela de cet objet, 6tait regarded
av c indifference ; la misere et la penurie
de colonies auraient ete prdf4rdes a leur
pr sprite, si elles avaient produit plus de
tri uts. Elles 6taient de fait, regardees
comnme de simples appendices tres-utiles
et ttes-commodes, mais ne formant point
parties de l'etat.
La politique suivieparles differentsc tats
de l'Europe envers les colonies, prenait la
teinte de leurs caracteres particuliers, nd-
cessairement influence par la situation et
la nature de la colonies elle-meme, mais
ayant toujours en vue le seul advantage de











(5i )
la souiverainetd europeenne, quelque dis-
agreable ou -pnible qu'elle fut pour les
colonies. Les Espagnols, par example,
troukverent quelques districts assez abon-
dantsen mftaux precieux.La,on contraria,
on ddfendit mmrne toute occupation qui
n'etait point necessairement lide au travail
des mines. La les manufactures le com-
merce I'Agriculture, et mneme une popu-
lation considerable furent de peu d'impor-
tance ; aussi les districts de mines ont-ils
ctd gnedralement condamnes h la sterility,
plutot par la politique du souverain que
par la nature, tandis que leshabitants ont
ete les plus pauvresdu continent. La nature
n'a point de lois qui nous condamnent a
manquer des besoins de la vie, parce que
nous habitons des contries fecondes en md-
taux precieux.S'il nous etait permis depro.
fiter de ces avantages, nous prospererions
quand meme le sol serait sterile echan-
geant notre or pour des choses plus nd-
cessaires. Mais l'interdt seul des Espagnols
etant considered, ces districts ont. ite con-










( 53 )
damnes h demeurer pauvres et steriles h-la-
fois ils ont tde fermes comme des caver-
nes ou la lumiere du jour n'est point
apercue. Ces richesses sont transportees an
dehors pour satisfaire Findolente oisivete
d'une cour, et encourager centre l'inten-
tion I'active industries des nations voisines.
Ce monopole vil et oppresseur se montre
partout; lorsque les colonies pouvaient se
procurer ce qui suffisait a peine pour FI'-
change de ces commodity don't la cour
permettait la furniture a ceux de ses su-
jets ou meme aux sujets des autres na-
tions auxquels elle vendait ce privilege,
tout autre progress elait juge inutile, et
consequemment refuse de peur qu'on
cessat d'avoir besoin de ces articles, la
plupart de premiere necessity, que la cou-
ronne &taitbien-aisede fournir. Dans quel-
ques endroits, F'agriculture put prendre
une certain extension ; mais les manufac-
tures furent partout defendues; 1'esprit
natural des entreprises commercials fut
entlerenient re1prime, aucun commerce ne












fat permits, sinon avec la mere patrie et
pour son profit. Telle est la raison pour la-
quelle des pays qui out ete occupies depuis
taut de siecles, sont encore si peu peuples.
On peut conjecturer quel serait aujour-
d'hui I'etat de l'Amerique mdridionale ,
d'apres nos progres depuis que nos chains
sont tombees. Les chevaux le bAtail et les
troupeaux sont augments sans nombre
dans l'Amndrique meridionale; tandis que
comparativement, la race des hommes a
faith peine des progres perceptibles. Mais
de petites portions des colonies espagnoles
ont dte assez heureuses on assez malheu-
reuses, (d'apres la nianiere de considerer
la chose) pour posseder des mines. Les
habitants gagnent en general leur vie par
la culture du sol et a preparation des arti-
cles de commerce;. ils sont laboureurs et
bergers, mais surtout laboureurs car lI
oii ils n'ont pas etd libres de mettre le
prix h leurs productions, mais forces d'ac-
cepter ce que des monopoleurs voulaienit
lear donner et de payer pour les marchan-
3












dishes d'Europe tout ce que le vendeur vou-
lait exiger, toute industriese agricole, au
delh de ce qu'il fallait pour subsister., a dOu
etre aneantie. 11 n'est point surprenant que
-des milliers d'Espagnols fussent appelds de
l'Europe dans des pays oui la nature a rd-
,pandu ses dons les plus beaux, et il est na-
tureldesupposer que sans quelque desastre
la population auraitaugmente rapidement.
L'Espagne voyait facilement qu'il n'6tait
.point necessaire d'dtendre les encourage-
ments pour 1'dmigration: elle pouvait done,
sans crainte d'opprimer les colonies, leur
imposer dcs charges qui retardassent leurs
.progresenmeme temps qu'ellesnenuiraient
pas a leur advantage present. Les charges
devaient necessairement augmenter a.vee
des accroisseinents des colonies. On agissait
peut-etre par la prevoyance de la force fu-
ture des colonies et la crainte de leur rd-
volte ; mais il est plus probable que ces me-
,sures venaient de l'avarice insatiable qui
poussait a saisir aux colonies tout ce qu'elles
pquvaient donner. La jalousie si propre au












caractere espagnol, peut avoir en quelque
part dans ces restrictions, dans cette se-
paration du reste du monde, qui a convert
les colonies espagnoles en une prison gar-
dde avec autant de vigilance que le serail
d'un despite oriental' mais encore une
fobs-, l'dgoiste cupidity fut la passion domi-
nante ; les strangers ont etd exclus des re-
lations avec les colonies pour la meme
raison qu'on leur interdisait toute espece
d'industrie et d'entreprise, quand il yavait
moyen pour la couronne de vendre un
privilege, ou de .trafiquer elle-meme, et
de fournir les objets aux prix les plus exor-
bitants. On nous demandera de quelle uti-
lit6 seront les colonies sans ces avantages ?
Je demanderai a mon tour si des hommes
douds d'energie, voudraient se soumettre
h devenir colons a ces conditions ? L'his-
toire de toutes les colonies, carthaginoises,
pheniciennes grecques .ou romaines ,
jusqu'icelles des temps modernes, 'prouve
amplement que la resistance a ces imposi-
tions a ete constante; sa cause.peut done











( 56)
etre rapportee h l'instinct de notre nature,
qui nous press de nous opposer de toutes
nos forces Faautoritd d'unpouvoir usurp6,
et aux exactions de Finjustice. Aucun rai-
sonnement, sinon ceux qui justifient Pes-
clavage, ne justifie de traiter les colonies
sur un pied different des autres portions
de Empire. II nest pas surprenant que
les colonies anglaises important l'indepen-
dance de tout le continent; c'est-a-dire de
tout le monde..... Chez nous la naissance
d'une nation fut salute par le reste des
hommes, par une joie enthousiaste, et
maintenant nous assistons a la naissance
d'empires nouveaux. Dix huit millions
d'hommes combattent maintenant pour
etre libres ; incapables d'agir ensemble, ils
concourent tous dut moins dan's leurs ef-
forts pour secouer le joug de l'Espagne.
Nous voyons les habitants de regions, qui
durant des sides ont fourni des moyens
d'aiguillon pour industries nonseutlement
dle 1'Europe et de 1'Amerique,. mais encore
de 1'Asie ,.au moment de diriger eux-memes











( 37 )
.leurs hautes destine'es, de donner haleurs
resources un entier developpement, d'kta-
blir des gouveMPements, et sans doute sur
les meilleurs et les plus sages modules, de
former une chatne de confederations, unies
par mille liens communs, non de famille,
mais d'un commerce sage et utile; enfini,
de preparer la voie a la plus glorieuse rd-
volution qu'ait }amais vue la terre.
Les colonies Anglaises commnencerent
sous des auspices plus heureux. Plusieurs
circonstances importantes avaient nourri
l'esprit de .liberte. La reformation avait
brisd les chainss de l'esprit.humain t
les frequentes resistances a I'exercice du
pouvoir absolu, avaient assez produit la
reconnaissance des droits les plus essen-
tiels de l'honme, et dans une forme assez
permanent, pour qu'on puft les invoquer.
De nombreuses sauve gardes de liberty
avaient 6td etablies. Les colons empor-
tant avec eux les semences de la liberty
les avaient transplants sur un sol plus
propre a les recevoir, et oui ils allaient











( 38 )
se developper sans etre etouffees par des
rois et des nobles. Les colons etaient
les plus libres parmi les homes libres.
L'habitude de ramener les droits a un
mnemorial durable et frappant, avait donned
naissance aux chartes diverses-sous les-
quelles les diffrrentes colonies furent eta-
blies. Elles peuvent surmonter les pre-
mniers obstacles, inseparables de leur si-
.tuation avec pea ou point d'assistance;
les nations indiennes qui s'opposerent h
leur formation, furent subjuguees ; les
terres furent cultivees, et des villes com-
'anencerent h s'6lever sur les rivages de
1'Atlantique. En peu de temps le com-
mIerce des colonies employa des milliers
d'Anglais, et un march considerable s'ou-
vrit bient6t aux manufactures anglaises.
Lha, sans qu'il ,en coite presque rien a
1'Angleterre ses entreprises et son indus-
trie trouverent de vastes tresors. Les co-
lonies avancerentrapidement parce qu'elles
avaient leur part de cette liberty en
quielque sorte particuliere la grande











( ) -9)
Bretagne. Bient6t cependant l'Angleterre
meconnut ces avantages ; et les colons
eurent lieu de se plaindre de ses dispo-
sitions a consulter toujours ses propres
interets du moment ; ils etaient conti-
nuellement insults par l'insolence des fa-
voris de la cour envoys pour s'enrichir
a leurs ddpens ; ces abus, dans des pays
ou la socidtd n'admettait aucune distinc-
tion de rang ou les.pretentions de la
naissance etaient peu connues, ou il n'y
avait point de caste appel4e par des droits
hdreditaires a administration et au culte
public, constituaient les vrais elements du
rdpublicanisme. Heureusement pour les
colonies elles commengaient a sentir
leur force avant que'la grande Bretagne
eit &tendu l'exercice d'un pouvoir arbi-
traire. Apres une lutte longue et penible
contre un des plus puissants etats de
l'ancien monde, deux millions d'hommes
libres furent enfin reconnus nation in-
ddpendante. IDs lors notre population,
notre richesse, notre force, se sont aug-











( 4o )
mentees avec une rapidity sans.exemple.
Nous sonmnes devenus dix fois, plus impor-
tants, mine pour la nation qui s'efforcait
de nous enchainer, mnalgritous les imoyens
que sa folie a emnployes pour exciter notr&
inimitiae; chaqne jour encore nus de-
venons plus uiifes et mzme z7cessaires
a? tout I'univers.
Si notre independence fut in evene-,
men t si grand, si universelle-pent me -
morable, combien doit 4tre puissante la
revolution effectnde par pras de la moitj0
du monde habitable quand elle ponurra
sans obstacles deployer ses resoui rces et
accroitre sa population! Les nations ne
sont pas plus crd'es pour l'existence soli-
taire que les homes ; ce sont les rap-
ports continues et le commerce avec les
diffdrents pays qui civiliscnt 1'humanite
et ouvrent la carri.re aux irndustrieuses
entrepries. Quelle nation serait effacee
de la carte sans que toutes les autres en
souffrissent ? Ces relations ont donned du
pain, je dirai plus elles ont done la











(4i )
vie a des milliers d'individus qui n'auraient
jamais connu Flexistence. Qu'elle est done
interessante pour toutes les nations la nais-
sance des Etats americains don't Ie com-
merce ajoutera bientot dans une mnesure
incalculable au tresor oil puise l'in-dustrie
du genre human! Jamais une scene plus
miagnifique ne se deploya devant 'ceil de
la philosophies. Les &venements passes out
suffisamment prove que :ce grand on-
vrage ne s'accompliraitjamais sous le gou-
vernement de l'Espagne. Maitresse de
l'un des plus beaux pays de 1'Europe s
elle etait privee des colonies et force de
se burner h jouir -des advantages de ses re'
lations futures avec elles, come rAigle-
terre avec les Etats-Unis, elle pourrait en_
core se regendrer et devenir plus puissante
et plus respectable qu'elle ne le serait avec
tout F'or et tout 1'argent de i'Ameri que
entasses sur sa paresseuse indolence, La
decouverte de 1'Amerique a ddja produit
des effects merveilleux, mais si nous com-
parons ces effects avec ce qui doit encore











(42)
arriver, ils ne semblent que la premiere
lueur d'un jour dclatant. Personne ne
contemple l'etat future de 1'Amerique, sans
avoir l'ame remplie des idees les plus ma-
gnifiques et des plus sublimes esperances.
Mais jusqu'ici la decouverte est pour ainsi
dire encore inconnue. La separation des
colonies americaines a tde regardee par
les hommes prevoyants comme un evene-
ment inevitable du course des temps, mal-
grd toutes les precautions pour Pempd-
cher. Rien de 'plus nature que de sup-
poser, que lorsque les vastes etendues de
pays de ce c6td de l'Atlantique auraient
tine population proportionnee a leur 4ten-
due, elles surpasseraient tellement I'tat
colonisant qu'il -ne serait plus que leur
simple satellite. On ne persuaderait point
aux colonies de rester dans l'infrriorite
de la ddpendance, lorsque comparative-
ment I'ancien 6tat serait tombe dans la
nullit6. Supposez tout le reste de l'Europe
a trois mille lieues de l'Espagne : reste-
rait-il dans une soumission colonial vis-











(45 )
a-vis de cette puissance ? La .supposition
seule d'une telle idee demontre son ab-
surdite. Lorsque Jacques premier unissait
la couronne d'Ecosse a celle d'Angleterre,
quelques personnel exprimaient la crainte
que l'Angleterre ne devint une province;
le contraire arriva naturellement. En po-
litique, comme en astronomie, c'est une
loi de la nature, que les petits corps rou-
lent autour des plus consid"rables. Des
que la colonie surpasse l'ancien 'etat en
habitants et n'est pas du reste tres inf&-
rieure sous le rapport des lumieres et de
intelligence, l'ancien etat doit de neces-
site prendre la place occupee auparavant
par la colonies, ou une separation est ine-
vitable.
I y a une autre raison a cette tendance
de separation. La colonie et l'ancien etat
deviennent avec le temps des nations dis-
tinctes ; la difference de caracteres et d'oc-
cupations, nee de la difference du climate
et de la nature des pays ; des changements
considerables dans la langue et les ma-











( 44 )
nieres de tous deux dfis au defaut de
rapports frequents, produirontbientot des
distinctions essentielles. Ajoutez a ceci,
I'arrogance offensante de l'Europeen, qui
s'imagine un etre superieur, come arri-
vant immediatement de la source origi-
nelle et plus pure de la race, qui regarded
avec mepris et insulte les naturels dege-
neres, lesquels, a leur tour, s'indignent
de l'dgoismne et de l'insolence de l'dtranger.
L'experience ne nous manque point a ce
sujet. Daps notre pays, avant la guerre de
la revolution, les Anglais se croyaient des
droits aux hommages de tout Amdricain ,
et la deviation naturelle aux manieres an-
glaises etait considered comme une preuve
de degeneration. Ceci explique beaucoup
les sentiments d'inimiti qui existaient ddjh
avec l'Angleterre, et .qui paraissent peu
naturels ,a des observateurs superficiels. Si
la simple circonstance de vivre dans un
pays eloigne et d'adopter des habitudes dif-
firentes, produit en peu d'annees une si
grande diversity l'effet sera plus grand











(45)
encore la oiu il y a difference de race. Dans
les Etats-Unis, nous avons un grand nom-
bre de citoyens de diffdrentes nations de
'Europe.; dans l'Amdrique meridionale,
h la verite, les colons etaient en grande
parties de la metropole; mais la difference
etait plus qu'operee par le nombre d'In-
diens civilises qui composaient en grande
proportion la population de plusieurs par-
ties, et qui par la suite se melangeaient
avec les Espagnols d'Europe et leurs des-
cendants et firent un people distinct. Les
naturels du pays se melangeaient sansdif-
ficulte et partageaient les sentiments de
leurs compagnons, tandis que les Espa-
gnols,qui ne pouvaient former une portion
considerable du tout, etaient traits eu
inconnus, en strangers du moins, jusqu'a
ce qu'ils eussent ete long-temps etablis dans
la colonie, qu'ils eussent des families, et
se fussent identifies et amalgams h la
masse. Plus la colonie devint poputeuse,
en restant toujours colonie plus' elle s'd-











( 416 )
loignait, sous le rapport des. sentiments,
de l'ancien etat; plus done les liens a cet
etat etaient faibles, et plus augmentait la
difficult de maintenir l'obdissance. Lors-
que l'habitude,, le charme ou la inagie de
]a dependance furent une fois dissipes,
l'ancien etat fut regarded sous le mdme point
de vue que touteautrepuissancee trangere,
et ses efforts pour ramener les colonies a
'obheissance, considdres come une inva-
sion de la part d'un autre ennemi. Voilh
pourquoi les indigenes de l'Amerique du
nor. et du sud sont devenus patriots,
defenseurs de leur sol natif ; tandis que
l'Espagne remplit le r6le de l'injuste atta-
quant et s'amuse a croire qu'il s'agit d'ap-
paiser l'insurrection d'une province voi-
sine, dans laquelle il reste des sentiments
caches d'affection, ainsi que dans le cceur
d'un fils qui desobeit h son pere. L'Espagne
n'a point a reduire la Catalogne et l'Arra-
gon revoltes ; elle fait la guerre a une na-
tion ou des nations 6loignees, avec le plus











( 47 )
grand .desavantage possible. Cette entre-
prise est des plus insensees, car supposons
meme qu'elle rdussit pour le present, chan-
gerait-elle les esprits ? II serait aussi rai-
sonnable de songer a la guerre. contre les
elIments. Le moment n'est- pas eloign6,
oi0 dans la march .de la nature, les co-
lonies seront independantes.

II est evident que les .colonies espa-
gnoles itaient depuis long-temps un people
tres-diffdrent des Espagnols d'Europe et
que par une consequence naturelle des
haines et: des jalousies mutuelles s'entrete-
tenaient entr'eux. Les colons ont du sentir
long-temps qu'on les tenait en esclavage.
11s devaient naturellement demander :
, Combien de temps l'Espagne veut-elle
, nous considerer comme des accessoires
a sa monarchie comme des esclaves
. enchaleds aux roues de, son char, pour
, ajouter a sa vanity et a sa pompe? Se-
, rons nous ses colonies pour tonjours?
(, renoncerons-nous a tout espoir de r&











(48)
Sclamer quelques honneurs pour le sol
chbri de la patrie, de decorer et d'em-
bellir le berceau de nos ancetres, nos
propres demeures, la seule contree qui
poss'de nos affections, le sdjour de nos
parents? Serons-nous arrdtes dans toutes
nos entreprises par des strangers, qui
viennent A nous comme d'un autre globe,
qui n'ont aucuns liens parmi nous, et
1( qui sont indiffdrents a la prosperity et a
SI'avancement de notre contree ? Reste-
rons 'nous honteusement souinis A ces
maftres en fait de gofit, qui nous dd-
fendent I'usage de nos biens et qui
emportent, nous ne savons oui, les fruits
de notre industries? La seule reponse
de I'oppresseur eiut te court et simple.
'h J'ai la puissance. Voila ce que je nie.
Le monde se rqjouit qu'un people qui a
pu se defendre lui-meme dix ans, soit
eft etat de se defendre lui- meme it
jamais.
La politique de l'Espagne tendait neces-
sairement ahereer et a augmenter la haine










(-49-)
profondement enracinde. Son gouverne-
ment serait bientot consider comme une
odieuse usurpation.Le sujetleplusagreable
des pensees et des entretiens parmi les co-
Ions, seraitleur dlivrance deces chaines po-
litiques. ls regarderaientlejour qui amene-
rait cet evenement si desire avec quelque
chose d'une devotion. religieuse. Le triom-
phe de ces vceux est dans la nature. I1 y a dans
les monarchies etendues, qui ontl'avantage
d'atre contigues ou peu separees, une ten-
dance continuelle a tomber sous leur pro-
pre poids. Nous lisons aux discours de Ci-
ceron contre Verres, une belle peinture
des mille et mille impositions auxquelles
les provinces eloignees sont assujities; les
vexations pratiquiesparles vice-rois presque
sans reponsabilite, par les gouvernements
et les agents subalternes envoys pour
gouverner, n'ont point de terms; rien ne
supple aun besoin d'un pouvoir centralise,
d'une source originelle d'autorit6 au milieu
des provinces. Une contrae ainsi loignde,
privee d'un govern ement de sonchoix,












est un monde sans soleil. La distance de la
rh4tropole en bannit toute communication
de sentiments avec elle, ou n'en permet
qu'uune faible. Aucunr empire avec un terri-
toire 6tendu, et surtout divise'par FOcean,
nepeut donc etre de longue dure, h moins
qu'il ne se partage en etats separes, ayant
chacun son centre de pouvoir, aiuquel se
rattachent la sympathie, les passions et les
interets des peuples. De plus, outre 1 loi-
gneinent de la mintropole, qui ne permet-
tait pas aux Amenricains une communaute
de sentim ents avec l'Europe, et autorisaitles
gouverneurs et les employes' imports h
pratiquer impunement leurs abus, I'Ocdhn
etablissait encore une separation de mille
lines. Ern plaacnt. l'Americjfue "a ufre telle
distance del' Eirope, Ia nature semble avoir
defendu- qu'elie, soit d&'pendance plan-
tation on accessoire d'es petits Etats eu-
ropdens. Le Roi de Briil s'e'st conduit
sagemerit quand il a frainsporte sa bor et
son gouvernement dansses possessionsd'A-
mdriqte, et a- convert en provifice Fancien










( 5'i )
sieg'e die son empire;- ses possessions d'A-
"in:rique etaient trop cornsiderables pour
demenrer une colonie distinct; ef quoi-
que la forme de son gouvernesient ne soit
pas celle que nout's preftrions voir doUminer
-en A:miri ie ,tarimoinsle parti qnu'ilapris
vaut en'Dore miieux que de les avoir revenues
dans F'etat de colonies-. Mais ilffaut qu'il se
hate d'identifier ses interests avec ceux de
1'Amerique, ilt faut qu'il cesse d'etre Euro-
peen.,,qu-'i, softe du d'dale de la politique
d'Europe, ou il rendra sa position difficile.
Je serais bien aise de voir encore dlargir la
breche enitre lui et l'Espagne, et en meme
temps rejetter rigoureusement 'interven-
tion des allies dans les affaires de l'Ameri-
que.La family eroyal'ed'Espagne eutagi pru-
demment dans ses propres interdts, si elle
fint venue h Mexico.
L'Espague s'est bien apercue, de cette
disposition ou de cette tendance de la part
des colonies h se separer et h se donner un
gouvernement. Elle savait que l'dtat colo-
nial 6tait force et trop contre nature pour











( 52 )
subsister long-temps. Elle avait eu partout
de frequents indices des dispositions qu'il
lui etait impossible de meconnaltre. Les
peoples se murissaient graduellement pour
une rupture, malgrd toutes les precautions
qu'elle prit pour retarder une chose si re-
doutee. Un edvnement auquel elle coo-
pera ( sans doute par le ddsir de s'affran-
chir de ses ambitieux voisins, les Anglais)
servit, toutefoiscontre son atten.te, a hAter
la maturity. Ce futl'heureuse dmancipatioa
desEtats-Unis. Pour 6viter un mal, elle en
encourage un autre plus pernicieux enco-
re. Sescolonies ne virent point sans agita-
tion, dans les colonies voisines, la pleine
jouissance des biens d'un gouvernement de
leurchoixetd' nelibreconstitution.Lespri-
sonniers sont tourmentes du desir de s'e-
chapper,autanta causedel'amournaturelde
laliberte queparla vue d'autresqui en jouis-
sent. Les precautions de l'Espagne redou-
blerent done; et d'un autre c6td la desaffec-
tion s'accrut dans le milme rapport. Toutes
les peines prises pour empecher l'introduc-











tion des principles libdraux dans les colonies
furent inutiles., On prohibe l'importation
des marchandises, mais les pensees pne'-
trentde meme queles rayons de la lumiere,
et il est aussi inutile d'empecher 1'essor
des connaissances que d'empecher le soleil
de briller. Les vrais principles dela liberty se
sont enfin repandus, ils nerentreront plus
dans la tombe du secret. L'art de 1'impri-
merie produira avecle temps lalibertd de la
press, et lI ou regne cette liberty, le des-
potisme tombe abattu. Ces principles ont
rempli l'Europe, et quoique rdprimes
ils poursuivent leur route en silence.
uIs Foont prise enfin vers les climats plus
rapprochis de I'Amerique du sud; et la
nous avons vu ces principles invariable-
nient iuhis a l'dtablissement de l'indepen-
dance. Autrefois une revolution indiquait
un peu plus qu'un changementde maitre;
elle sigriifie aufourd'hui 1' etablissement
d'un gouvernement libre. La prosperity
sans example des Etats-Unis, come des
colons, fournissait un aclif aliment au feu











( 54 )
qui avait etd alume.-Leur triomphe suOt
tous leurs ennemis tet leur victbir.e'sur tousa
les obstacles endi ront enfian-'e eiti terne'.
Les entreprises ha'rdies et Fintelligence de-
nos conoitoyeIs, ,qui allaeintconstaImnment
a'ux colonies espagnoles, ,en :dApit de tous,
les .gardes qu'.tablissait la plus .vigilante-
jalousie, co:ntribuerent beauconp .a ouvrir-
1ks yeux. Vingt-cinq ans avant Ies revolu-
tibns, de.l'A.miriq'ue mn4ridioniae, ily avait
un etat lent, mais prjogressifj, depr.paration
pour cette conjonct urefavorable. C'est done
une erreur de croire lamaupture des .colonies
une revoke produite par un vIne.ment
imprivu et accidentall, u.n orange subit et
passage facile a dissiper; c'4tait veritable-
ment Ia consommation naturelle :de ce.:qui.
avait etd long-temps prepare par 'degrTs ,;
1hatd, mais on oio occaonnd ai'. dAes circons-
tances accidentelles.
II n'y a rien die pls capable de.detruire
l'affection que nous voudrions inspire aux
Americains du Sud, dans leur lutte ac-
tuelle, quel'idee dominant qu'ils sont tout-











( 55 )
A -fait hours d'etat de se gouverner cux-me-
jmes; jugement que nous portions sans dis-
1tinction., .surtout, quoique I'etat moral des
difftlrenies colonies ne se ressemble pas.
C'est un moyen dont lears ennemis se sont
servis, ,ialheireusement avec success. On
.les represenite indistinetement, dans un
i.tat d'extfeinie ignorance et d'abaissement,
(Otat qui, .pour le dire en passant, cou-
vrirai jles Espagnols de horite),}dpourvuis
d'instruction et de morale ; paresseux, in-
colstadits, h6bites, et a-,afois violent ,
jaloux et cruels; composes de melanges he
terogenes, disposes h se diviser en factions,
et si on les laissait h eux-memes, a s'exter-
minerles uns les autres, com me les soldats
.de Cadmus, Enfin aucune peine n'a etb
epargn&e pour les reprisentei' sous les plus
odieuses et les plus repoussantes couleurs,
et il est parmi nous des hommes qui accor-
dent qu'ils sont les. tres les plus meprisa-
bles de la race humaine.
Cherchons unmomentqui leur attribute
ce ca ractcre? Ce sont ou les ennemis les plus











( 56 )
acharnes ou ceux qui ne les connaissent
pas ou qui h cause des circonstances les ont
vus sousl'aspectle plus defavorable. Desper-
sonnes qui n'ont jamais vu un seul Ameri-
cain du Sud, ont F'habitude deles condam-
ner tous en masse, comme stupides, dd-
praves et grossiers. Malgre cela si nous
consultons les voyageurs eclaires qui ont
visited ces pays, nous les verrons tous ren-
dre hommage h leur intelligence naturelle
et au grand nombre d'hommes instruits et
bien eleves qu'on y rencontre. Mais est-ce
a nous h repiter ces calomnies ? Rappelons-
nous le caractere qu'on nous attribuait il
n'y a pas longtemps par toute l'Europe, et.
nous balancerons h condamner un people
que nous ni'avons pas eu 1'occasion d'ap-
precier avec justesse. Jusqu'a la revolution
d'Amerique, la mode redptait.une opinion
tres-agreable a la vanity europeenne, que
l'homme degendrait dans le nouveau mon-
de et s'il n'etait sans cesse renouveld par
intelligence europeenne, qu'il courrait le
danger de perdre la faculty de la raison.












Depuis qiuand cette calomnie a-t-elle 4t4
refutee ? ne voil til pas les memes horn.
mes qui T'affirment? Cependant l'homme
eclaire qui savait que la vraie dignity
du caractere humain'ne depend point du
climate ou du sol, mais de la liberty et de
I'independance du gouvernement, aussi
necessaires que le 'sdleil et I'air le sont aux
plants predisait ce que nous devien-
drions, abandonnes h noU s-m' mes. < Pour-
< quoi, demandait un eloquient orateurj
a 1'esclave regarde-t-il tranquillement la
< collineoii Leonidas expira ? La nature
a de l'homme n'a point change mais
< Sparte a perdu le gouvernement auquel
, la liberty ne pouvait survive.
L'homme est partout un etre rioble et
sublime, et si le poids qui le course vers
]a terre disparaft si les liens esclaves dans
lesquels il est enchaind se brisent il s'd-
levera facilement h la hauteur naturelle lHe
son caracLtre. Nos ennemis d'Europe ont
encore l'habitude, malgreles preuves don-,
nees dans la paix et dans la guerre, de nous










( 58 )
representer degeneres, au moins icuapa,
bles derien de grand. Npus savons que ces
opinions sont la calomnuie de Y'envie et dela
Imalveillance, y rdptes par V'ignoraxnce et
e preuge prjug5 nepouvonp-pus, doencparcha
rite Supposer .qu, touts Qsjjolotions sur
les .Amricains ineridihonau. x s9w.t fausses ?
L'assertion constaute e nos ennemis,
durant notre lutte reniorai'le pour "'m-
d.pendance, 'tait note incapaeite sup-,
posse de nous goruvere neiious-meiues.,Is,
nous representaiept cpninme pn people g6-
Peralement sans culture ; notre distance
de la mrtropole, de e e soleil des luminres,
nous empechait de rien, savoir et par
consequent de fire aucun bpo usage de
l'ind" pendapce, quand meme il nous se-
roait possible de I'acqurir i ils nous di-
saient remnants et factieunx et nous pre-
cipitaient dans uan 6tat d'horrible anarchie,
ou nous rendaient, par nos divisions in-
testines, la proie de ambitionin de chefs
mnilitaires. Rien de topt cela r'est arrive,
et ne devait sans doqte arriver. II est dt-











(59)
plorable de voir le penchant de 1'esprit
human a former des opinions sans date
et sans experience, ,on u a former des theo-
ries gendrales d'. n petit hombree de faits
isolds. C'estiune source de, wille injustices
en politique, en science en morale et en
philosophie.. Le bigotisme d'opinioin op-,
pose la plus ,forte barrilre aux progress de
')esprit hui main. L'ignorant et le presomp-
tueux, cro'ironu touujours qie ce qu'ils
qgnorent, n'existe point. VAn stranger
me demandait: in jour pourquoi on ne
publiait dans ce pays aucan ouv.rage ori-
gin:al?Paneette.siMnple raison, rdpliquai-je,
que vous ne les.~vez point ls,. Nous pro-
nongons sut le, caractere des AmAricaSins
du sud; ,tou. les deda rons ppries de ces
qualitis que:nous ,estimons le plus. non
que nous les connaissions, inais parce que
nous ne les connaissons pas. C'est ?insi
que le vain et mi'prisant desposte d'Afrique
ou d'Asie prononce que l'Europdcnii est
d'une race infirieutre, dans un ,tot d'i-
gnorance et de barbaric.,












Le caatactere'que nous attribuons a nos
frtrers du Suad ferait tort aux moins civi-
lis4s de nos Indiens, Que les connaissances
soient aussi generdales parirtr eux que chez
nous', c'est, je penise, 'ce quetpersonne ne
pre'tendrai; cependarit ti'avbns nous point
fait de progres depuis la revolution d'A-
merique? Une telle question 'se passe de
reponse. Trois generations d'hommes Ii-
bres ont paru depuis, cette poque et
chacune a apporte des ameliorafions. Je
demanderai parmi quels hommes a com-
mence notre resistance h la grande Bre-
tagne; par qui elle a etd amende et- diri-
gee? Sans doute par la parties intelligence
de la communaute,, qui a mis en mou-
vement la masse grossiere, en s'adressant
aux passions qui appartienent h la nature
et non pas a education seule et en in-
culquant des idees qui ne s'etaient point
offertes d'elles -memes A ceux qui n'ont
point T'habitude die lire et de penser. Com-
parez Fetat de connaissances generales et
d'esprit public de ce temps avec le pre-










( 6i )
sent, et vous trouverez que la balance est
autant en faveur de nos jours, qu'elle l'est,
en faveur de F1'tat actuel de notre popu-
lation, de notre force et de notre ame-
lioration politique. Mais nous avions alors
beaucoup d'homntes bien instruits, sur-
tout dans les differentes professions; une
classes nombreuse possedait assez de for-
tune, et avait assez de. loisir et le moyen
d'acquerir assez de connaissances pour
comprendre leurs -droits et y attacher
une just. valeur et apprecier F'avantage
d'une separation avec la grande Bretagne.
A-t'- on jamais soutenu. qu'on ne trouve-
rait aucun de ces el1ments dans 1'Amdri-
que meridionale? je suis loin de pretendre
que la grande masse'de sa population soit
aussi bien disposee que 1'etait la n6tre ;
mais que 1'on se souvienne que nous eta-
blimes a-la-fois non seulement un gouver-
nement libre, mais le plus libre des gou-
vernements qui eussent jamais existed. De
ce que les Americains du. sud ne peuvent
4tablir un gouvernement A beaucoup d'd,










( 62 )
gards aussi libre que le ntre it ne soen-
suit pas qu'i.ls soi'nt incapables de' tout t
except d'un despotisme absoiu. It ne se-
rait point .difficile de prouver qu'il y a de
forts:traits de resemblance. entire lepeuple
du mitdi et Ie n6tre, et qui leur permet-
tent egalement d'aspirer a un gouverne-
ment libre. Les moyeos d'acque'ir de la
fortune, par example, suffiren t pour clever
dans chaque village oun district-, des fa-
milies qui devinreiit assez a leur aise pour
acquerir de l'instruction et se m6aiintenir
dans un caractere respectable; lh, commew
chez nous,. des homes avaient des etats;
ils etaient necessairement dclairds et at-
taches an sol par les liens de la naissance
et les unions de famnilles, et ne pouvaient
cependant aspirer. aux charges publiques
et aux honneurs. Les prktres du pays
itairent, presque sans niulte exception, ex-
clus des dignites de l'eglise,, commund-
ment conferees des.:trangers. Les prdtres
seculiers, bien loin d'.tre contraires a la
cause de F'independance, ont ete ses plus











( 63 )
actifs soutiens et bienf plus meme, les
avocats des principes les plus liberaux.
Le fait est que ces prtres, qui sont les
fils des families les plus respectables, sont
chefs d'armees, officers de partisans, et
s'occupent activement de repandre les
connaissances politiques parmi le people.
Ces homes ont en effet long-temps mer-
dite 1'6mancipation de leur pays, et plu-
sieurs, selon toute apparence, ont pris
leur robe pour mieux catcher leurs etudes.
J'ai su d'un grand nombre de personnel,
que long-temps avant la lutte actuelle de
l'Amerique mdridionale, eltes avaient etd
surprises des sentiments liberaux du clergy
et de l'avidite extraordinaire avec laquelle
il saisissait tout ce qui venait do notre
pays.
Quelques peines incroyables que prit le
gouvernement espagnol' pour repousser
toute lumi re d'es colonies, et toute con-
imaissanceliberale; quoiqu'il proscrivwt tous
les livres qui eussent decouvert aux Amd-
ricains du Sud', l'inmportant secret qu'ils











( 64 )
e'taient hommes, 11e tait absohlment im-
possible de banner toute espece d'enseigne-
inent; quelques branches 4taient meme
encouragees pour detourner attention d'-
tudes plus dangereuses; il y avait des col-
leges et .dds seminaires pour 1'Nducation
dans les principles villes et cites, et aussi
des ecoles pour les premiers elements ; les
enfants de quelques personnel des plus
fortunees htaient, de. meme que chez nous,
envoys au dehors.Consideree philosophi-
quement, c'est une entreprise bien vaine
que de vouloir forcer les pensees dans un
canal particulier, comme un torrent d'eau.
La lecture d'un livre ne peut gueres pro-
duire plus d'effet que de mettre l'esprit en
movement; quand nous commencons a
penser, quel autre que la divinity serait ca-
pable de mettre des liens nos pensees? La
simple lecture d'un edit qui defend de lire
un livre, done souvent lieu a une suite de
pensees plus dangereuses que le livre lui-
meme.
Dans l'Amerique du Sud, come dans










(65 )
cell du Nord, il etait facile de gagner sa
subsistence, et h cause de la faiblesse de la
population, les homes etaient plus pre-
cieux que dans les contrees populeuses et
misdrables de l'Europe. 11 y avait pen ou
point de noblesse herediLaire pour les hu-
milier :ct les habituer a sentir leur inferio-
rite; la noblesse telle qu'elIe etait dans le
pays (issue des vieilles souches espagnoles
.digendrees ) etait regardee comme une
plante exotique, mal accommoddeau sol et
au climoat. En g6ndral, chacun etait larti,
san de sa propre fortune. La seule distinc-
tion rdelle de rang naissait de la supiriorite
de richesses, de talents ou de functions
la noblesse ex~tique qui aspirait h q que chose die plus, n'itait pas mieux regar-
dee que; des strangers, solvent m'p risables
en eux-mnmCes et meprirs6s en secret par
totes les classes d'indig;incs. Je ne crois
pas risquer beaucoup en assuran't que nos
freres du S,'d pris ensemble, Ctaient plus
faits pour la- liberLe ( a Suisse exceptie)
qu'aucurne parties de I'Europe. Les bergers










( 66 )
d'Amerique sont une race d'hommes har-
die, robuste et courageuse, et par la na-
ture mdme de ses occupations serieuse et
.reflichie, tandis que les Espagnols d'Eu-
rope tombaient dans l'indolence, et per-
daientl'esprit mAle d'independance qui les
mettait autrefois au dessus de tous leurs
voisins, et qui brillerait encore aujourd'hui
sous un autre gouvernemeiit. Le meme
,esprit etait cultive et se fortifiait dans les
colonies; et il ne faut plus aujourd'hui que
le diriger vers un noble dessein. Les agri-
-culteurs talentt plus libres et gagnaient une
--subsistance plus facile queleursfreres d'Eu-
rope; il n'etait pas au pouvoir de l'Espagne
de l'empecher. Lesmarchands et les artistes
,des villes, par la plus grande facility de
vivre, avaient de meme plus de temps
pour la reflexion que les pergonnnes de la
mdm-e classes dans les contlres populeuses.
La nature des choses voulait qu'il y euit ne
.galite plus generale parmi les indigenes
dans les colonies espagnoles que dans les
pays europeens. Des personnel posscdaient,











( 67 )
a laveri td, des biens consid6rables, mais elles
les avaient acquis elles-memes ou elles les
tenaient de leurs ancetres immediats. J'ai
su qu'un des plus riches individus de la
Nouvelle Espagne 6tait, il y a pen d'annees,
un conducteur de mules. Nous tomberions
dans Ies plus grandes erreurs, si nous eta-
blissions notre opinion do l'&tat moral es-
sentiel de la colonie par l'Ftat europeenl
don't il a et6 form. Il y a des traits parti-
culiers, qu'on retrouve dans chaque colo-
ie dequelque nation qu'elle soit ; etl'on
aura des idees plus precises de leur carac-
tere, par un examen attentif du n6tre,
plut6t qu'en pregnant pour guide, l'ancien
etat, la simple theorie, ou les calomnies
des ennemis.
Ce que nous avons vu dans c-e pays il
y a quelques annees de l'Amerique meri-
dionale, ne justifie assurement pas l'opi-
nion que plusieurs d'entre nous ont du
caractere et de la capacity de ce people.
Les contries qui produisent des Clemente,
des Gaul, ne sont point tombees plans une










( 68 )
ignorance grossiere ou incapables 'de se
donner une forme de gouvernement sage.
Nous avons entendu que ces hommes respi-
rent des sentiments d'une fire indepeni-
dance et d'un patriotism exalted, que nous
eroyons ~trele partage exclusif de la Grece
on de Rome. J'etais honteux en entendant
ces mimes hommes se plaindre de ce que
nous regardions tous leurs compatriotes
come degrades au dessous du reste deleur
espece; dece que nous ne connaissions pas
meme feur geographie, et de ce que plu-
sieurs d'entre nous traitaientleur causeavec
une indifference insultante. Je rougis de la
vanity et de 1amour-propre de mes compa-
triotes qui refusent d'accorder les attri-
buts communs del'humanitedaces hommes
gendereux qui ont offert leurs vies et leurs
fortunes pour donner la li bertd ausol chiri
de la patrie.
Heureusement pour eux, tous les efforts
de leurs enneemis ne suffiront pas pour ar-
riter- les progress de t'esprit human en
Aendrique. L'Espagne a adopted un sys-tme










( 69 )
calculd pour retarderla prosperity gendrale
de ses colonies; ellea satisfait sa cupidite par
les plus blamables exactions; et cependan;t
la vaste &tendue du nouveau monde et la
facility des moyens de subsistence, rea-
daient impossible a un grand degree la
tyrannie d'une nature simplement person-
nelle. L'Americain a toujours ete un
homme libre, malgrd les measures tyrannii-
ques pour retarder la prosperity gendrale;
l'individu dtait libre, par la nature mnime
du pays qu'il occupait. N'imitons point
l'dgoisme des Anglais qui se pretendent le
seul people de.l'Univers capable de jouir
d'une liberty forte et raisonnable. Croyons
au contraire, qu'onjouit de la liberty sous
plus d'une forme; la Suisse etait libre; les
rdpubliques d'Italie etaient libres; la Hol-
lande etait libre, quoique chacune sous une
forme diffirente. L'Am"rique du sud aussi
sera-libre, et il y a des raisons de le croire,
sera aussilibre que nous-mdmes. Nous avons
un motif puissant pour prononcer avec
prudence stir le caracte'e de nos freres da,











( 70 )
sud. L'humanite est-elle sans droitsaupres
de nous? Il seraitbeau d'accorder aux pa-
triotes au moms une occasion de prouver
s'ils meritent ou non le glorieux privilege
de l'independance. Quel tort peut-il resul-
ter pour le monde de l'experience ? Certes
aucun etat oii onlesplace ne sera plus nuisi-
ble aux intedrts de l'humanite, a la cause
de la nature, qu'un retour sous la triste
'domination de l'Espagne ddcidde plut6t
que d'abandonner le sceptre, h rigner sur
les ruines des villes et sur des planes dd-
sertes.
Le caractere de l'ancienne Espagnememe,
quoiqu'aujourd'hui tornmb si bas, 4tait au-
trefois, je l'ai deja dit, d'une espkce toute
diffrrente. Nous aurions tort de supposed
les Espagnols insensibles aux charmes de la
liberty, ou ne connaissant pas les principles
d'un gouvernement lilbe. L'bistoire d'Es-
pagneest pleine des plus nobles traits depa-
triotisme, depuis le temps d.eViriate j usqu'a
celui de Palafox. On voit en mmec temps
des preuves de la resolution du people,










( 7 )
quand il s'oppose aux measures tyranniques
de princes despotes. La conduit des Cor-
tes et des Juntes provinciales prouve s'ils
sontincapablesde se gouverner avec les for-
mesles plus populaires. La defense du pays,.
dansles teams les plusjdifficile s, fut condui-
tepar ces assemblies, d'une maniere tres-
active. La liberte'n'est point mime enco-
re eteinte parmi les peuples d'Espagne.
La constitution ou forme de gouvernement,
adoptee par eux, renfermait les plus beaux
traits de celles d'Angleterre et des Etats-
Unis,tandisque dans le mime temps les co-
lonies respiraient des sentimen tsencore plus
libres. Les amis de l'humanite entretenaient
I'espiranceque l'Espagne, sous une monar-
chie temperee, reprendrait son ancien rang
dans l'Europe. Les Juntes et les Cabildos
ont toujours existed dans la Monarchie espa-
gnole; cesont desassemblies populairesqui-
mettent entire les mains des sujets unepor-
tion assez considerable du gouvernement,
et.qui, semblables au jugement par Jurds,
en Angleterre, ontaccoutume le people a










(7 )
se croire quelque chose de plus que des
chiffres dans i'etat. La necessity reiadait F'u-
sage decesassernblees ou cnseils populaires
plus common dans tes colonies que dans
'Espagne, circonstan'ce qi joilnte au plus
grand degr6 de liberty et .d'indpendance
personnelle des colonies, a cause de I'eloi-
gnement, doit avoir fait le peu'ple d'une cas-
te toute diffiren'tedes eselaves d'un despotis-
me absolu. Il n'est pas si dificile d etre
libre qu'on vouidr-it :nous e persutader; la
liberty est la condition naltureile de
l'homme; il ltt-te sans cesse pour retour-
neri i'etatauquel la nature l'a destine'.--
)D'un autre c6td, 1'esclavageestune condition
force et factice qu'oan ne miantient qu'en
chargeant de chaines le corps et l'esprit; Quoi
done dans la na ture empechera lts pa triotes,
apres s'6tre ddlivrds d-a despotisme, dtran-
ger, d'etablir avec le temps des gouverne-
mient doux et salutaires? Ils mne ma nquenit
point de connaissances sur les vrais princi-
pes de tels gonveraeneents; le temps oi ils
vivent est suffisar-ment claire it ce sujet;












on tronveh la foisleprecepteetl'exempie;ilg
n'ont qu'h choisir ce qui leur c6avient.
Leursrelations avee lesAnglais etavec aous
lesaideront a se former des opinions correc-
tes sur les matieres politiques. Ils penuvent,
comme nous, adopter les principes libres
du gouvernement anglais,, sans l'dchaffau-
dage qui cacheet deformel'edifice; ilsn'ita-
bliront sans doute point de. monarchie,
faute desang royal d'origine ;leurs families
comme chez nous, ne font gtueres remonter
leurs ancetres'au-delh du deluge universe.
II n'est pas tofuours stir de raisonner
sur ce qui sera, d'apres ce qui a et&. Si
quelques parties de l'ancien monde n'ont
point rdussi a dtablir un gouverne-
ment libre, cela vient de mille causes,
qui ne peuvent exister dans le nouveau
monde; et dans cette parties, au contraire,
il y a'mille causes favorables a un gouver-
nement libre et qu'on ne trouvepas ail-
leurs. Un savant ecrivain anglais assurait
que nous ne pouvions etablir de gouver-
nement durable, parce que nous n'avions











(74)
ni Lords ni famille Royale ; que nous
tomberions inevitablenient dans un etat
d'anarchie; car sans gouvernement, di-
sait-il, I'homme ne peut pas plus vivre que
le poisson sans eau. Admettant comme
c. un fait, repondit notre venerable Fran-
', klin, que nous soyons hors d'etat d'd-
- tablir aucun gouvernement, la conse-
- quence n'est pas en Amerique ce qu'elle
, serait en Angleterre; les Indiens n'ont
if point de gouvernement, dans le -sens
< propre de ce mot; plusieurs de nos eta-
" blissements dloignes, n'ontpoint d'autre
, gouvernement que celui auquel la ma-
, jorite se soumet par un consentement
- tacite; les colons, en gnderal, dans les
u rapports interieurs vivent sous des
W iegles qui n'ont pasle poids d'une plume
compares h celles de l'Angleterre? n En
effet, c'est un sujet d'dtonnement pour
les Europdens, a leur arrivee dans ce pays,
de le trouver entierement prive de, gou-
vernement ; car de ce qu'ils ne le voient,
ni nele sentent, ils presument cu'il n'existe










( 75-)
point; e:t cependant, je le demanderai, ne
se trouvent-ils pas egalemenit proteges? Un
tel etat de choses provient de circonstances
particulieres aux colonies d'Amirique et
communes h toutes; circonstances qui ont
agi plus puissamment que notre grande sa-
gesse, ou la magie des principles tires d'abord
de, I'Angleterre et purifids en Amerique.
Certains faits parent hautement en fa-
veur des intentions de l'Amerique meri-
dionale. Dans toutes les colonies oAi l'eten-
dard de l'independance s'est lev on a
faith un appel formel au monde civilise,
pour expliquer les causes de la revolution.
Ces declarations publiques sont exprimdes
en des terms semblables a notre acte sur
le meme sujet, et 6videmment dictes par
le mime esprit. Leurs proclamations,leurs
ecrit politiques, pourraient etreavoues sans
craintepar notts dans ce pays.Ils nepeuvent
manquer d'avoir eleve l'esprit des jeunes
gens et des hommes ardents; etla generation
naissante les cherira toute la vie. J'ai en-
tendu rapporter h un de mes compatriotes,











( 76 )
les reponses aux questions qu'il faisait sou-
vent aux jeunes enfants des classes les plus
communes Qui etes vous?-Unpatriote.
, Pourquoi etes vous patriote? Parce
, que je defendrai mon pays contre l'enva-
b hissemeut, parceque je ne veux pointque
a mon pays soit gouvernd par des strangers,
, et-parce que je desire que mon pays soit
> li'bre. L'etablissement des. journaux a
immediatementsuivi expulsion des au'tori-
tes espagnot'es; les dissertations politiques
Mclairees et liberales, don't ces papers sont
remplis,refutent assez les calomnies de leurs
ennemis. De justes notionssur les sujets
politiques sont, il est vrai, boranes hun plus
petit nombre que celles repandues parmi
nous au commencement de notre lutte
politique ; mais le desir de s'affranchir
d'un pouvoir stranger s'est tout-h-fait
empard de la grande masse du people. Nos
constitutions sont traduites et repandues
partout, ainsi que les meilleurs ecrits de
notre revolution. Deux jeunes juriscon-
sultes furent exclusivement employes h cc











( 77 )
sujet, par le gouvernement de Venezuela
et envoys a Philadelphie, oii ils firent
plusieurs traductions. 11 serait cerLes tres
strange que dans cette hitte proiongee,
dans une lutte propre h reveiller toutes les
facultis et toute l'Dnergie de l'homme, il
n'eut et' fait aucun progrIs dans la science
politique. Je rapporterai in autre fait,
qui ajoute aux presomptions en faveur des
patriots e-t qiji ne peut manquer d'etre
agrdable a. tQut cceuir americain. C'est I'af-
fection spon tinde et' 1'estime constant,
manifestee ea toute occasion pour }es ci-
toyens et le gOLIvernenient de nos -etats.
Les Americains sont saluds conrme freres;
on les admire, on les recoit avec une con-
fiance sans bornes; le succsa et la prospe-
rite des 1Etats-Unis sont leur enpregieq
contianel; et c'es;t le motif qui soutuieuit
leur resolution dans leurs, mpiomePts,.les
plus tristes et les plus decourageants, Qu'il
serait facile d'assurer pour' toujours I'a-
miti6 d'un people si; )ien dispose Qu'il
est en notre pouvoir de former le carac-











( 78 )
t-re de nations destinies a joaer un r61le si
important dans lesaffaires du monde! Des
amiliorations considdrables dans le gou-
vernement de 1'Europe ne peuvent etre
attendues maintenant et ne s'effectueront
que par de lents progress ; s'il ne serait
pas mdme d'une sage politique .de nous
en occuper, il est inexcusable de rester
indifferents a la. nature du gouvernement
de nos voisins d'Amrnrique.La valeur d'une
maison depend beaucoup du sol voisin;
notre situatiorideviendrameilleureoupire,
d'apres le caractere de cetx qpi nous tou-
ehent; et heureusement nous ne pouvons
ktre entourds. Les pa triotes savent bien que
les particuliers americains forment des
vceux les plus ardents pour leurs success,
mais ils se plaignent de la froideur de
notre gouvernement qui semble rougir
deles reconnaitre; ils nesaventpour quelle
raison dans une republique, le gouver-
nementseraitindiffdrent et lepeupleanime
de l'inteirt le plus actif.
En comparant les efforts de ces peuples











(79 )
pour secouer le joug espagnol avec nos pro-
pres efforts, et avec ceux des autres nations,
nous verrons que sous ce point de vue il
n'y a pas raison de les mepriser. Combien,
par example, a lutte l'Espagne pour se dd-
livrer des Maures I combien les Suisses ont
combattu dans leurs montagnes presque
inacessibles, avant de conquerir le glorieux
privilege d'avoir un gouvernement de leur
choix! La Hollande a combattu quarante
ans centre 1'Espagne, a travers mille vicis-
situdes; pour se concilier les differentes
Cours de l'Europe, elle offrait a plusieurs
reprises de recevoir un Roi de Pune d'elles;
mais aucune ne fut assez dupe pour croire
. sa sincerity. 11 y a dans 1'histoire de notre
resistance, beaucoup de bchoses don't nous-
avons raison de ne pas nous enorgueillir.
Nous rencontrions une foule de difficulties
parmi nous ; notre population de deux mi!-
lions et demi fournissait avec la plus grande
peine de petites armies qui manquaient
toujours de renforts. Si nous avions ete
unis., si les plus forts eussent combattu










( So )
si le riche euit apporte ses tresors, si tous
eussen tperseverd avec constance et fermete
dans leurs roles, la querelle eut tde bient6t
terminee in-ais elle se prolongea pendant
sept ans et cut encorebesoin de l'aide d'une
nation puissante. Nous devrions accorder
quelque chose A l'Amerique meridionale.
Les incidents de notre guerre ne nous an-
torisent point a parler avec mepris des ef-
forts d'un people combattant contre mille
disavantages, qui n'appartenaient point
decessairement a' notre situation. La lutte
dans 1'Amerique meridionale a dedj 'dure
sept ans, avec des success varies ; mais son
progress general a e6t retarded come au-
trefois Ie notre, par 1'espoir d'une r'con-
ciliation. Avant la constitution qui mit les
*Colonies sur le m'eme pied que 1'Espagne,
les patriots etaient victorieux sur tous les
points; elle les abusa d'une security dange-
reuse i jusqu'au moment oi. ills vivent; an
lieu de reconnaltre instrument qui avait
donna les inoyens de retablir Ferdihand
sur le tr6ne, ce monarque rdpandit'tout-










( 8i )
'a-coup toutes ses troupes disponibles sur
les .differents. points du continent et em-
ploya tous:ses efforts a les rediire a une
soumission absolue. II n'est point surpre-
nant que les patriotes aient eprouve des
revers; il n'est-point surprenant qu'an mi-
lieu des scenes d'horrible carnage .ils
n'aient pas eu le temps. d'htablir partout
des gouvernements reguliers. Mais nous les
voyons reprendre l'avantage, meme lI oii
les Espagnols semblaient d'abord tout
pousser devant eux. Malgre les inventions
des ennemis des patriots, des faits incon-
testables nous prouvent qu'ils sont dans
un plein course de succes. Dans les vastes
provinces de Grenade, de Venezuela et de
la Guyane, les royalistes ne tiennent plus
que faiblement la c6te et les vilies, tandis
que toutT interieur, affranchi de la depen-
dance envoie continuellement des parties
d'hommes arms qui semblables a notre
milice, ne peuvent rester long-temps en
corps, on opposer une force reguliere:dis-
ciplinee, .mais qui detruiront 1'ennemi en











( 82 )
detail. L'issue dans cette portion de l'Ame-
rique wmdridionale est h peine douteuse;
ulne corntree plus etendue que les treize
anciens ]Eta ts, habitic par denx millions
doe citoyens rdpandus sur sa vaste surface,
ne sera point subj ugude par -quelques .mil-
liers de troupes 'trangLares. Aussices trou-
pes perissent-elles sur la c6'e de la mer ,
sans'oser :penetrer dans 'interieur, tandis
que les Espaguols voudraient nous per-
suader que toute la contrde est soumise,
parcequ'ils possedent quelques villes ma-
ritimes. Si le territoire circonscrit de la
Hollande ou de la Suisse a pu resister avec
success -pourquoi des pays vingt'fois plus
considerables ne resisteraient-ils pas h
.des agresseuis constraintss de traverser un
Ocean de trois mille lieues ? La conquete de
ces regions est un project de fole ; l'Espa-
gne est libre d'envoyer desarmees de bour-
reaux les'unes apres les autres pour etre dd-
truites ; tandis que les Colons acquierent
chaqu ejour plus de forces etde resolution,
et un redoublement de haine centre leurs












ennemis. Est-il possible qu'apres les hor-
ribles barbaries commises par les Espa-
gnols, les colonies deviennent jamais su-
jettes ? II n'est aucune partie de ces con-
trees, qui n'atteste la cruauti furieus des
aggresseurs; ces temoignages resteront a
.jamais presents a la mrimoire. En un
,mot rien que l'extermination total du
people ne remettra ces contries sous la
paisible possession de l'Espagne; les Pro-
vinces-Unies de la Plata, ainsi que le Chili
_et le PWrou, sont dja. perdus a jamais
.pour l'Espagne. Depuis sept ans les pre-
anieres n'ont point ete attaqudes, elles out
commerce librement avec toutes les na-
tions, et commencent a sentir dedj les
advantages de l'independance. Bien loin de
redouter 1.e pouvoir de I'Espagne, Buenos-
Ayres a envoy des secours suffisants pour
assister ses fr-res et voisins du Chili et ter-
miner la duree du pouvoir espagnol dans
ces Colonies. Le Perou suivra bient6t le
sort du Chili; la jouissance de 1'Espagne
une fois. andantie de ce c6te, n'y renaitra











( 84 )
jamais; elle pent seulement envoyer des
troupes autour du Cap Home (entreprise
au-de-la de ses mnoyens), ou h travers la
province de la Plata. Cinq millions d'ames
sont'donc libres; elles peuvent maintenant
gouter ce bien si desire par toutes les na-
tions, come par les individus, de diriger
elles-memes -leur march, de poursuivre
leur boliheur dans le chemin qu'elles out
frayed! Ptisse le ciel les guider dans son
meilleur usage! c'est ma plus ardente priere.
La situation de Mexico, qui nous inte-
resse peut-etre plus qu'aucune autre par-
tie de la terre, serait difficile a. assigner
d'une maniere precise. La nature de sa
c6te, son mranque de port, sa situation sd-
paree, permettent aux Royalistes de nous
dirober tout renseignement exact sur Fin-
terieur. Mille petits artifices sont fabriques
pour en imposer au monde h cet regard,
etstir-tout ce qui interesse les colonies. Les
Espagnols yontsans cesse semnant des bruits
'ridicules de l'entiere soumission du pays,
de grandesarmees qui arrivent, et des me-











(85)
sures prises.par les allies enuop6ens. L'Es-
pagne a-t-elle pourtant rdussi' persuader
aux colonies, contrairerment aux desirs-du
cceur human contrairement aux plus-
simpleslumir-ies dela raisori ,qu'il vaudrait-
mieux pour elles demeurer ses enclaves ,
que de suivre leuirs penchants et devenir
puissantes et heureuses? Les a-t-elle con-
vaincues que l'eselavage vaut mieux qde la
liberty, que la pauvretd est predfrable a,
l'abondance, qu'il est meilleur d'etre cori-
duit par la volonte d'un autre que d'obeir'
ihsesinclinations; qu'etredepouille est meil--
leur'que d'etre assured dans ses possessions;
que d'etre enfermes come des coupables
et .privds .de toute communication avec
d'autres hommes, est la plus agreable con-2
edition de la society ? Si elle ya reussi, nous
pouvons:croire que son au toritt'. est rita-
blie.,. :
- Ces lhches mensonges forment evidern-
ment-partie du system auquel I'Espagne
est force, et i'obtiennent plus de con-
fiance. Nous ne savonsrien ou.presque riea'










( 86)
de Mexico, qui ie sorte dtune source espa-
gnole, et ne merite, par consequent pas
d'Atre cru, except pour les revers. Selon
leur propre rapport, toute resistance an
Mexique aurait cess4 depuis un an ; et;
pourtan tnous voyons qu'ils rem-portent en-
core les plus brillantes victoires. It est done
probable que lIe combat n'est pas termind,
des torrents de. sang ont ddja could dans la
guerre de la Nouvelle Espagone, ses habi-
tants ont eu d'abord a vaincre des difficul-
tes particulieres, les series armes qu'ils pou4
vaient se procurer talent arrachees des,
maius de lemui oppresseurs; ils, soat encore
aujourd'hui inal arms et sans discipline ;
quoique chaque jour les rende plus, formi-
dables.
Si les patriots. de l'Aminriqueim'ridi6-
nale reunssissentedfin a coatraindrelesagres-,
seurs espagnols de cesser leurs efforts de
les laisser respirer en paix, quel seia lt re-
sultat probable ? Leurs ennenmis diiront ne-
cessairemn ent.qu'ils vont toihber daosles dis.
sensins dans les guerrese ivilesy 'ettiir











( 87 )
par se detruive les uns les asitres. La m6e
predictions amicale 6tait sans cesse r p.'te
suir les, E.ats-Unis,, et puisqu'ellie s'esttrou-
vie fausse.ici pouxrquoin.e le sera~it-lle pas
encore p.oar VI'Amirique mrFidionale ? Qrj
disait entr-'autres choses ridiciulees, q.e
la difference: de coutt~mes, das 1pie NQ:.d,4 e
le Midi de ce pays, produirait 4des-&uerres:
, Quoi, s'"ctiait un de nos &'crivakis t p --
a sez-vous que les habitants delaNouvelle
> Angleterreet de Ja VY'iginie s,e 1),1 t Ir t.,
c parce que les uns vendent de .la mOrie,
S.etles autres du tabac? ,. Quelles causes
de differences existent, par exemple.; entire
Mexico et la Nouvelle Grenade, o. eptre
ces deux pays et les provitices au su de-
I'Atlantique, on entire le.s colonies a l'q-
rient et a l'ouest des Cordilieres ? L'IsAtime
long et etroit de Darien sepawera toqjqrs
les deux premieres ; les vastes contr'es 4e-
puis 1'Orenoqu e jusqu'` la Plata, et les pos-
sessions dui Portugal, aussi grades que
toute I'Europe, qui interviunnent, formne-
rout, s'il est possible, une; separation plus-











( 88 )
complete, Les Andes qu'on ne peut tra-.
verser en toute saison, et barrribres plus
difficiles a passer que les Pyrendes, si les
habitans de Fun des pays n'y ouvrent point
de passage, mettront en tout temps la re-
publique du c6ed de la mer pacifique en etat
d'arreter.les armies de la parties situde vers
1'Atlantique. Les idees confuses que nous
avons de l'interieur de 1'Amerique meridio-
nale, nous conduisent aux opinions les plus
erronees. Les colonies de l'Espagne qui
combattent aujourd'hui pour Finddpen-
dance, sont separees par la nature en cinq
grades parties, avec.plus de difficulties de
communication qu'entre les Etats-Uuis et
le Mexique; voila rine des grandes causes da
nonsucces actuel. Elles sonten effet hors d'd-
tat de coordonnerou de poursuivre utnplan
comnmun. Les proving ces au-delk de l'Isthme
ne pouvaient avoirde communication avec
le Mexique et elles etaient separdes par des
: dserts immense de Buenos-Ayres et-pluas
encore du Chili. Le caractere de la' popu:-
lation de ces districts eloignes offre aussi











(89)
beaucoup devariedt; le grand nombre d'In-
diens civiliss onu de races milarigdes ktablit
des traits;distinctifs a Mexico; les provinces
de lFautre cote de I'Isthme, out une portion
plus considerable -d'hommes de couleur ;
tandis que les partiesvoisines du Brezil sont
presque composees commune nous, des des-
cendants des Europeens; et sur :a mer
pacifique la population est encore plus ho-
mogene. Nous avonsl'habitude continuelle
de former ,notre opinion suri les affaires
d'Amerique,: des nouvellesique nous avons
dela luttek Grenadeou hVenezuela qui n'a
pas plus de rapport avec la lutte sur la Plata
etvh FOuest des Andesquelaguerre de l'ide
avec celle del'Espagne. C'est h Grenade et h
Venezueia-quie la guerre entre les royalistes
etles patriots a pris :ce gerre.d'externi'na-
tion don't ont cie tant d'exemples. C'eUstIh
quel'`Espagne ,a dirige seslphi's grands':f-
forts ; c'est-lhqu'on:nous dit que le petiple
est:oppose et divise en factions, qu'il com-
balt sansaccord et sanis plans, sous'des chefs
divers, et qu'il:n'a point jusqu'ici etablii de










(* 9
go.lIernlemen t regulier. On devrait cepernt
dant considerer que tout le pays. a 60i
au- pouvoir. des patriots, qui'ils avaienf
rdussi a detablir des gouvernrements qui se
sont maintenus avec 'regalarit pendarit
deux aias., mais. qiuand 1'Espagne put y
}e.tr toiates. ses.forces dispoaibles, ieurs
villes fhrenatprises' et leurs chefs lachement
assassin4es.- Notre pays. n'aurait-it point of-
fert-le pareil tableau, si nous eussions etd
force de fuir' aude'-lh del'Alleghani, etsi
tous les chefs de 'nbtre revolution. eussent
ete avec trahison arretes etlivres. la mort?
Telle ne:fiuit }iais la situation de la Plata;
le Chili fut b.ouleverse pendant quelque
temps. maaisauotird'hui, etroitementuni
avec la Platayil pent Vdfieri'Espagne..
-Ondir' que ce n'est poi-nt entire ces etats
loifgrids.di Meoxiqbue, de Grenade et de la
Plata}, que le dissensions sonth craindrey
mais que dars chaque province pauticuliere
on verra naitreides factions, :des rivalites
et.des debates, potr Ia ,pridominance. De
tells cotiseque~nies seraientr ;je l'avoue,












dangereuses parLout ailleurs qu'en Atneri-.
que. Dans l'Europe, si la noblesse etait li-
bre de-se livrer sans frein h son ambition,
les rivalit6s des diffdrentes maisons fini-
raient naturellement par des guerres civiles,
e.t si les rois etles nobles ktaient reversess,
la populace regnerait : mais l'Amnrique
n'a point la noblesse ni la populace de l'Eu-
rope; tout homme dans un pays si peu ha-
bitl, compete pour quelque chose ; il n'y a
point de Lazzaroni, point des ces malheu-
reuses creatures qui demandent la ,per-
mission de se fatiguer; il n'y a point do
matiriaux pour des troupes mercenaires.
et des armies permanentes, et les habitants
rdpandus sur une vaste surface ne sont 3i
emportes par les: gouits d'une frendsie por,
pulaire, ni travailles par les intrigants et
les abitieux. Sur cent guerres en Europe5'
quatre-vingt-dix-neuf ont, te le resultat des
intrigues et de& querelles particulires de;
families, et e. causes sans intirets pour les
nations;: et presque toutes les commotions
populaires furent o casionn&es par le man.











( 92 )
que de pain. Les sages politiques d'Eu-
rope sont le plus sujets h se trooper dans'
leur application de experience, tiree de
leurs seuls pays, h un htat de choses tout-
a-fait different. II ne faut pourtant pas s'at-J
tendre que les colonies emancip'es entre-'
ront dans un ordre meilleur et formeront'
des gouvernements rdguliers, sans une'
grande fermentation. L'ktablissement de
gouvernements n'est point une chose fa-
cile, au milieu des circonstances les plus
favorable; on doit done s'attendre a la
diversity d'opinions, a de fortes querelles
et meme a quelques recours parties aux
armes.' Un aussi grand ouvrage que l'&ta-
blissement d'un ferme gouvernement,'
n'aura point, lieu sans troubles. 'Vrigt. ans
apres etie devenu: libres, nouLi tions tou-,
jours engages dan's des discussions politi-
qies, et 'Europe: nous crut tantot sur les
bords du despotisme, tant6t sur ceux de
1'anarchie. Mais, ces dik"ensio~n memes
etaient peut-ere la preuve de :notre force
politique. Nous avons nos soulevementsy,











( 95)
notre regne de la terreur, nos complots
centre le gouvernemnent et nos deporta-
tions. Ces choses faisaient croire aux na-
tions etrangeres que nous etions pres de
nous dissoudre, tandis qu'en effet notre
gouvernement se consolidait par degres et
nos mceurs se formaient aveclui. Plusieurs
points autrefois sujets de dispute, sont ap-
planis, Nosprogr's enconnaissancesont ete
inconcevables; il y a plus de lecteurs et de
penseurs en politique dans les ttats-Unis
que dans toute i'Europe; il n'y a point
d'Americain, soit qu'il habite les forces
les plus eloigndes ou les plus obscurs val-
lons, qui ne'soit an courant de ce qui se
passe dans son pays on ailleurs, aussi bien
qu'un ministry d'etat. Je ne doute point
qu'il ne se soit fait de grands progres dans
l'Amerique meridonale depuis le commen-
cement de la lutte; l'esprit abandonne a
lui-meme a du s'attacher aux opinions et
aux sentiments si naturels au cceur hu-
main. Si la lumiere n'a point encore pend-
tre la masse de la socidtd, cela viendra avep










( 94 )
]e temips, :et il y aura assez de monde sous
son influence. Les examples de la revolta-
tion franc.aise leur apprendront ce q'u'ils
,doivent eviter, et la n6tre leur montrera
a la fois les choses a eviter et celles h suivre.
les Am ricains sont partout modhrement
:reflchis, doux et aimables dans leurs ma-
nieres, mais a la fois patients, courageux
.et perseverants.I serait seulement possible
,que les champions militaires qui commaPi-
,dent maintenant les armies, reussissent ai
&tablir une espece de monarchie limited;
quant au despotisme je le juge impossible,
.lh oit il ya une si grande portion d'hommds
instructs, raison peut-etre pour le maid-
Dien de la monarchie en Europe, mais 1e
contraireenAmerique. Sons quelque gou-
vernen.ent que se trouventles cinqEmpires
4'Am~-riqu'e, Jeur condition s'ameliorera
rapideil ene 1Mais s'ils imitent la sage poli-
tiqne des itats-Unis, en ouvrantun com-
merce libre avec toutes les nations, en re-
cevant et tolerant tous les strangers, ils
augmenteront bient6t en population et




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs