• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Advertising
 Table of Contents
 Clement Colson (1853-1939)
 La situation economique et financiere...
 Les indees politiques d'henri de...
 Le communisme en Chine
 Chroniques
 Comptes rendus critiques
 Chroniques de l'ecole
 Back Cover














Title: Sciences politiques.
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00089408/00004
 Material Information
Title: Sciences politiques.
Physical Description: Book
Language: French
Publisher: Recueil Sirey
Place of Publication: Paris
Publication Date: August 15, 1939
 Record Information
Bibliographic ID: UF00089408
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Advertising
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Table of Contents
        Page 337
    Clement Colson (1853-1939)
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
    La situation economique et financiere de la Belgique
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
    Les indees politiques d'henri de Saint-Simon
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
    Le communisme en Chine
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
    Chroniques
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
    Comptes rendus critiques
        Page 432
        Page 433
        Page 434
    Chroniques de l'ecole
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
    Back Cover
        Page 457
        Page 458
Full Text

SCIENCES

POLITIQUES



15
AoOt 1939


RECUEIL SIREY
PARIS


30$0
S416








La revue Sciences Politiques est la continuation de la Revue des
Sciences Politiques, publide de 1911 a 1936, et qui avait elle-meme
succ6d aux Annales des Sciences Politiques, fondees en 1886.
Elle parait six fois par an, en fascicules in-8 de 96 pages au moins.


Pour ce qui concern la redaction de la revue, s'adresser & M. Fran-
Vois Goguel, secretaire g6enral du Comit6 de Redaction, 27, rue Saint-
Guillaume, Paris (VIIe).
Les auteurs non avises dans le d6lai de trois mois de l'acceptation
de leurs manuscrits peuvent les r6clamer au secrtaire general pendant
un an.


La revue decline toute responsabilite pour les opinions imises dans les
articles qu'elle public.


La revue est adressee gratuitement aux membres de la Soci6t6 des
Anciens lbeves et El6ves de 1'ecole Libre des Sciences Politiques, recon-
nue d'utilit6 publique, 27, rue Saint-Guillaume, Paris (VIIe). Ceux-ci
sont pri6s de bien vouloir aviser le secretariat general de la Socidte de
leurs changements d'adresse.


Pour tout ce qui concern la publicity dans la revue, s'adresser au
SERVICE DE PUBLICITY DE LA REVUE ET DE L'ANNUAIRE DES SCIENCES
POLITIQUES, 27, rue Saint-Guillaume, Paris (VII1).


Pour tout ce qui concern administration de la revue, s'adresser A
la LIBRAIRIE DU RECUEIL SIREY, 22, RUE SOUFFLOT, PARIS (Ve), depo-
sitaire pour la France et 1'Atranger. Compte de cheques postaux, Paris
n 3319.
Prix de l'Abonnement d'un an :
France..... 40 francs.
48 francs (pays signataires de l'accord
Ptranger... de Stockholm).
60 francs (autres pays).
8l


Tous droits riservs pour la France et I'Atranger.




*AIR FRANCE*
RESEAU AERIEN MONDIAL


SPASSAGERS POSTE MESSAGERIES








le CONOMIES...

toutes trouvees
PROFITEZ
DES NOMBREUSES
FACILITY IS SNF
que la SINCF

met & votre disposition

POUR VOS VOYAGES
avec
le billet de WEEK-END
50 % de REDUCTION.
le billet de 40 JOURS
20 ou 25 % de REDUCTION.
le billet de FA M I L L E
A PARTIR DE LA 3' PERSONNEL.
le billet de G R O U P E
50 % de REDUCTION.
le billet avec TRANSPORT
GRATUIT de I'AUTO
la Carte de LIBRE EXCURSION
300 kilometres GRATUITS
libre circulation sur toutes
les lignes d'une zone choisie.
le billet combine fer-car
le billet circulaire, etc...

POUR VOS TRANSPORTS
AVEC
LES COLIS AGRICOLES
don't le tarif special a prix r6duit
permet de se procurer des denrees
fraiches h meilleur march en les
faisant venir...
DIRECTEMENTdela FERME ou du PORT
LIVRAISON GRATUITE A DOMICILE
f Renseignez-vous dans les Gares et Agences de la
SOCIETY NATIONAL DES CHEMINS DE FER FRANCAIS








L'UNION
Siege Social : 9, place Vend6me, PARIS
Companiic( dI'Asirancce contre IINCENDIE, les ACCIDENTS ct RISQUES DIVERS.
Fonildec n 1828. Society A\nonylme an capital d(e )0 millions enlierelnenll L \nl c.
IEntrelrise privncc i reie par le IcDcret-Loi di I' Juin 1938. \Asurances conLre lei ACCIDI)EN S dii
TRAVAIL, le \ L ( le IlRIlS dc, (; A(:CES,]es D1, GATS des EA LXl. ia (GRIIE, la MORTAL ITE dI u 1ET IlL.
La police tousrisques du chef de famille giareantira lous vos rikques ilcrsonnlc s ('n nIII sc l cill olltit.
SUR LA VIE HUMAINE
Floilnec en 1821). Societl knonmiic ai n capital de 30 inilliont i enlierclmeint vcrse
I'nllreplrise pI vei regic par Ic i )cerel-Loi du ll Juin 1938. Asiurancec niixtes, lic enticrc, I)olaltc,
Rentes viagi'r is, elc... \Asurances poipulairc as a viile imedlicale, avec parlicilpaion aux b6nelices.
assurances de groliu c garantissani par line sr ule police e t aril tl' rs rCdtit Ie IiersoDnel d'Enllc-
lrises d(e Ltolt linatue : LA AI.ADI1E, L'i llITID t I.E DECS. CONSTITUTIONN 1)E PENSIONS.


SAVARD, HODGSON & C, Inc. SAVARD, TURPIN & C0.
Fonds d'Etat(Dominion, Provinces) Membres du Stock Exchange
Obligations de Villes. de Montreal.
Obligations de Communautes
religieuses. Membres du Curb Market
Obligations industrielles. de Montreal.

TOUTES OPERATIONS SUR TIRES
507, place d'Armes, MONTREAL (Canada)


ADOPTEZ


LA CUISINE ELECTRIQUE
parce qu'elle est :

EXCELLENT COMMODE
RAPIDE PROPRE
ET
C O N 0 M I Q U E
ECONOMIQUE

grace aux tarifs speciaux consentis pour cet usage.

FAITES UN ESSAI GRATUIT D'UN MOIS

Renseignez-vous chez votre dlectricien habituel ou aux bureaux de quarter de la
COMPAGNIE PARISIENNE DE DISTRIBUTION D'ELECTRICITE






ENTREPRISES GENERALES
Et L












CONSTRUCTION DE MATERIEL


POIRE- BLANCHE
Fournisseur de la Presidence
de la Republique depuis 1875


GLACIER
CONFISEUR
SALON
DE THE


196, bd Saint-Germain,
PARIS
T616phone : Littr4 96-31


CREDIT LYONNAIS
SOCIETY ANONYIE

CAPITAL: 400 MILLIONS
RESERVES : 800 MILLIONS
SIEGE SOCIAL SIEGE CENTRAL
LYON PARIS

1350 SIEGES
EN FRANCE, ALGERIE, TUNISIE, MAROC, ANGLETERRE
BELGIQUE, EGYPTE, ESPAGNE, LUXEMBOURG, SUISSE
TOUTES OPERATIONS DE BANQUE






























Society


DtMtNAGEMENTS INTERNATIONAUX


Gin!4rale


*pour favoriser le diveloppement du commerce et de l'industrie en France
SOCIETY ANONYME FONDLE EN 1864


Capital


: 625 Millions


13 0 agencies et bureaux
1350 en France et h 1'etranger


correspondents dans le monde enter


LES EDITIONS

DU RECUEIL SIREY

22, rue Soufflot, PARIS (V")



DWlit (du) d'espionnage. Etude de
droit francais et de lIgislation compa-
rde, par F. Hirt. . 68 fr. 25
Cent-cinquantenaire de la Revolu-
tion. Numrro special de la revue" La
Revolution Francaise ". 25 fr.
Code pratique des strangers, par
Farcat et Morin. . . 47 fr. 25
Histoire du Franc, par R. S6dillot,
68 fr. 25


Mn BILLY
DEMENAGEMENTS
GARDE-MEU BLES
Direction :
10, pl. SAINT-SULPICE
Tl66phone : Danton 71-50
PARIS


DQmenagements AUTO 112 tarif
TOUTE LA FRANCE


I































.. votre chance d',tre libre,
a heureux.
Prenez le meilleur billet
de la...
LOTERIE NATIONAL
31..b. &...L D. .


CREDIT FONCIER DE FRANCE
19, rue des Capucines
PARIS
Capital Social et reserves: 2 Milliards



PRETS
Amortissables par annuit6s
aux propri6taires, communes, chambres de commerce
et tous 6tablissements publics
Faculty de remboursement par anticipation et par acomptes
Economic des frais et dispense de renouvellement









LIBRAIRIE DU RECUEIL SIREY
(Socidte anonyme) 22, rue Soufflot, PARIS-Ve

F. HIRT
Docteur en droit
DU DELIT D'ESPIONNAGE
Etude de droit franvais et de legislation compare
Preface de M. Marcel NAST
Professeur de droit civil a la Faculte de )roit de Strasbourg
Ouvrage couronod pjr la Facultl de Droii el des Sciences Politiques
de I'Universild de Strasbourg
1937. Un volume grand in-8o do 410 pages, broihi ....................... 68 fr. 25

Bronius KAZLAUSKAS
Docteur en droit
L'ENTENTE BALTIQUE
Preface de M. Robert REDSLOB
Professeur laI Faculte de Droit et des Sciences Politiqucs
de l'Universite de Strasbourg
1939. Un volume grand in-8 de 327 pages, broch ........................ 60 fr.
CONFERENCE PERMANENrE DES HAUTES ETUDES INTERNATIONALES
LES POLITIQUES ECONOMIQUES ET LA PAIX
LA SUISSE ET L'AUTARCIE
PAR
Ch. BURKY, J. DE LA HARPE et J. WACKERNAGEL
Pr6face de A. SIMONIUS
1939. Un volume grand in-8" de 164 pages, broche ..................... 26 fr. 25

Stanislaw JARKOWSKI
LA PRESS POLONAISE DE LANGUE FRANCAISE
DANS
LES RELATIONS INTERNATIONALES DE LA POLOGNE
Esquisse d'inforination, document e par 60 planches
1939. Un volume in-S~ de 47 pages, broch......................... 12 fr. 60

Auguste GIROUD

L'UNION DOUANIERE FRANCE-TUNISIE
Preface de Paul-Emile VIARD
Professeur a la Faculte de Droit d'Algcr
1939. Un volume in-8, de 112 pages, brochO ......................... 32 fr. 50
BIBLIOTHEQUE DES QUESTIONS NORD-AFRICAINES
VOLUME IV -
Paul-Emile VIARD
Professeur a la Faculte de Droit d'Alger
LES CENTRES MUNICIPAUX
DANS LES COMMUNES MIXTES D'ALGERIE
1939. Un volume petit in-8 de 95 pages, broch6 ........................ 42 'r.








C' d'Assurances Generales
SUR LA VIE
Entreprise privee regie par
le d6cret-loi du 14 Juin 1938
Capital social : 2 millions de francs entierement verses
LA PLUS ANCIENNE DES COMPANIES FRANAISES (1819)


DE GARANTIE
MILLIARD


ENTIEREMENT REALISE
991 MILLIONS


U-


87, RUE


SIEGE SOCIAL
DE RICHELIEU,


87 PARIS


R. C. Seine 39.802



CHOQUE
ARTISAN DU VETEMENT
RUE AUBER
(Angle des rues Caumartin et des Mathurins)
PARIS

VETEMENTS CIVILS ET MILITAIRES
HOMMES & JEUNES GENS
Rayons spciaux : PRET A FINIR & SUR MEASURE "

TAILLEURS et MANTEAUX
Classiques et Sport POUR DAMES
REMISE DE 5 0/, non cumulative
aux Membres de I'Association sur presentation de leur carte


FONDS
UN








ETTS J. ZELL
INSTALLATIONS SANITAIRES COUVERTURE CHAUFFAGE CENTRAL
9, Rue du Delta, PARIS (9e)
Telephone Trudaine 02-22 et 5 lignes groupies
Pour I'installation ou le rajeunissement de votre salle de bains
visitez le Magasin d'Exposition
24, boulevard Malesherbes


Un Gestetner est indispensable
a 1'homme d'a faires moderne


Documentation sur demand a
vva"Wrl


29, rue du Louvre, 29
PARIS (2')


CREDIT NATIONAL
Societe anonyme au capital de 100 millions
R. C. Seine 28.531
45, rue Saint-Dominique PARIS (7e)


PRETS
a moyen terme au commerce et a l'industrie
1111111111111111
Ces Pr8ts don't le montant maximum ne peut depasser 15 millions
doivent 8tre garantis par une des sfiretes principles suivantes:
Hypoth6que de premier rang;
Engagement de caution solidaire d'un tiers;
Titres.











a Catnavalet

9, boulevard Raspail, Paris 7e




ANTIQUITIES
REPRODUCTIONS

OR F VRE RIE
ancienne et moderne




Conditions sp6ciales aux anciens l61ves et l66ves de
I'Lcole libre des Sciences Politiques



FIRMIN-DIDOT ET C"1
IMPRIMEURS-EDITEURS, 56, Rue Jacob, Paris (VI)

NOUVEAU' :
Collection des AMITIES FRANCAISES "
POETES CONTEMPORAINS
A1'rIOLOGIEl
Un volume in-8" carre de xii-522 pages comprenant une bibliographic et un autographe
en fac-sim il6 de chaque pocte........................ ............ .......... 45 fr.
Granmnlaire de I'Aead6illie iranqaise (nouvelle edition), broch6 ......... 18 fr.
cartonn6......................... 24 fr.; Reli peau souple...... .. .... 40 fr.
Trois siceles de l'Acadiminie francaise, par les QUARANTE. 1 vol. in-8o raisin de
544 pages, orn6 d'un frontispice .......................................... 30 fr.
RIvAROL.-- Discours sur l'Universalit4 de la langue francaise. 1 vol. de
130 pages tire a 250 exemplaires sur paper de luxe num6rot6 ................ 50 fr.
Nouvelle Histoire Universelle de l'Art, publibe sous la direction de MARCEL Au-
BERT, membre de l'lnstitut. Deux magnifiques volumes in-4" de 812 pages, illustr6s de
1052 fig. dans le texte et hors texte. 240 fr.; rel. demi-chagrin, plats p6gamoid. 312 fr.
M6mento pratique d'archlologie Irancaise, par VINCENT FLIPO. 1 vol. in-4" 6cu
de 380 pages, ornd de 600 illustrations ................................... 125 fr.
DESCAMP (PAUL). -- Le Portugal. La vie social aetuelle. 1 vol. in-8o raisin de
507 pages et une carte ............ ............................... 36 fr.
Memoires de Laffitte (1767-1844), publi6s par PAUL DUCHON. 1 vol. in-16 j6sus de
348 pages, orn6 d'un portrait de Laffitte ................... ......... 15 fr.











SALLE
DE

CULTURE PHYSIQUE



Elives et Anciens Eleves de l'Ecole, profitez de l'installa-
tion sportive de la rue Saint-Guillaume, pour pratiquer dans
les meilleures conditions la culture physique, la boxe et
l'escrime.

La salle est ouverte les lundi, mercredi, jeudi
et vendredi, de 17 h. 45 A 20 h.

Cotisation annuelle, pour les trois sports :
250 francs.

Pour tous renseignements et inscriptions, s'adresser
au Secretariat.










DIFFUSION


DIFFUSION


INDU


STRIELLE


NATIONAL


CREDIT A LONG TERME
POUR ACHAT ET VENTE
DE VOITURES AUTOMOBILES


ESCOMPTE ASSURANCES


79, AVENUE DES CHAMPS-ILYSEES PARIS (8")


II I -'' I LL L


I II --C I ,


T6leph. : fLY. 16-70.








SCIENCES POLITIQUES

REVUE PARAISSANT SIX FOIS PAR AN
PUBLIEE AVEC LA COLLABORATION
DES PROFESSEURS ET DES ANCIENS
ELEVES DE L'ECOLE LIBRE DES
SCIENCES POLITIQUES.


AOUT 1939





54e Annee Nouvelle s6rie. No 15



SOMMAIRE
Page'.
JACQUES RUEFF : Clement Colson (1853-1939).......... 338

LAMBERT LECOCQ, Ingenieur civil, Licencid en Droit, Dipl6md de
l'Ecole des Sciences Politiques : La situation economique et
financi4re de la Belgique ......................... 343

MAXIME LEROY, Professeur a I'Ecole des Sciences Politiques :
Les id6es politiques d'Henri de Saint-Simon ....... 375

HENRI BRENIER, Correspondant de l'Institut. Le communism
en Chine ........................................ 395

CHRONIQUES

I. La vie politique et international, par BERNARD
SERAMPUY ........................................... 424

II. La vie economique et financire, par JACQUES
CHASSERON....... ................. .................... 429

COMPTES RENDUS CRITIQUES .............................. 432

CHRONIQUES DE L'COLE ET DE LA SOCIATI DES ANCIENS PLEVES
ET ILiVES DE L'RCOLE LIBRE DES SCIENCES POLITIQUES... 435
SCIENCES POLITIQUES. 2











Climent COLSON (1853-1939)


Le 24 mars 1939, Cl6ment Colson est mort. Sa
longue carriere, extraordinairement remplie,l'a porter aux
plus hauts postes des hierarchies si diverse dans les-
quelles il 6tait engage : Directeur general des Chemins de
fer en I894, Inspecteur general des Ponts et Chaussees
en 1908, Vice-Pr6sident du Conseil d'Etat en 1923.
Mais, si profonde qu'ait 6t6 son influence adminis-
trative dans les Conseils et dans les Commissions oit la
maitrise de sa pensec et la force de sa dialectique le
classaient tout de suite hors de pair, c'est sur le plan
intellectual qu'il a exerc6 l'action la plus durable, en
formant quelques generations d'administrateurs, actuel-
lement r6partis dans toutes les hautes functions publi-
ques ou priv6es.
Son enseignement s'est exerc6 par la parole et par la
plume : par la parole, a l'Ecole Polytechnique, a l1'cole
des Ponts et Chaussees et A l'Ecole des Sciences poli-
tiques; par la plume, en de nombreux ouvrages que
dominant son grand Cours d'Economie politique et son
volume essential de philosophies politique et social :
< Organisme dconomique et d6sordre social .
Ceux qui l'ont entendu ou lu savent avec quel
courage, avec quelle nettet6 presque provocante, il
exposait les conclusions auxquelles ses r6flexions
l'avaient conduit. Depuis que ces conclusions ont kt6
formulees, de nombreuses ann6es ont pass. Les ten-
dances qu'il avait d6celees ont d6velopp6 leur influence
et deroule la longue suite de leurs consequences.
Celles-ci sont-elles conformes aux provisions du
maitre? Avait-il raison lorsque, dhs 1912, dans la pre-
miere edition de son < Organisme 6conomique et


=', I I






CLEMENT COLSON (1853-1939) 339

d6sordre social , il jetait un cri d'alarm et dinongait les
dangers graves qui menagaient notre civilisation? Etait-ce
IA, comme certain l'ont cru, de vaines ratiocinations lib6-
rales ou au contraire le diagnostic exact du mal qui ravage
notre universe?
Le titre de l'ouvrage est d6gj une affirmation de doctrine.
Cl6ment Colson ne croit pas qu'un systeme liberal implique
anarchic ou desordre. Pour lui, pareil system constitute un
<( organisme economique ), oit les < initiatives individuelles
d'une foule d'hommes don't aucun ne se preoccupe sirieusement
des repercussions de son activity personnelle sur la situation
g6narale ) se trouvent coordonnies par le mecanisme des prix.
Paralyser ce mecanisme qui a pour effet d'assurer et de main-
tenir les 6quilibres 6conomiques en dehors desquels le system
ne saurait subsister, c'est cr6er (< le d6sordre social ).
Or d&s le mois de mai 1918, C16ment Colson pr6cisait comme
suit I'origine du d6sordre social don't il constatait les premiers
sympt6mes :

( Le d6sordre social peut naitre de deux causes en apparence fort
opposes : d'une tendance anarchique ou d'une tendance tyrannique.
Il nait de la faiblesse des gouvernements, quand le sentimentalisme ou
la lMchet6 g6n6rale les empcchent de r6primer les crimes ou les delits
individuals, d'imposer le respect du droit d'autrui aux groupements
assez forts pour se faire craindre, de maintenir la discipline dans le
personnel des services publics et de proteger les chefs d'entreprises
priv6es qui entendent la maintenir chez eux. Le d6sordre social peut
naitre aussi des empiftements des pouvoirs publics, quand ceux-ci
pr6tendent substituer leur action a celle des individus dans les domaines
oi l'initiative priv6e peut pourvoir a tous les besoins, ou quand ils
affaiblissent la solidarity 6tablie par la nature elle-meme entire les
membres d'une meme famille, pour y substituer une solidarity factice,
imposee soit par la loi, soit par certain groupements qu'elle favorite :
congregations, corporations aristocratiques ou patronales, syndicats
ouvriers, etc. En pretendant 6tendre arbitrairement son r6le ou celui
de ces associations, l'autorit6 d6sorganise la vie 6conomique, dans des
domaines oh les combinaisons artificielles qu'elle imagine ou qu'elle
protege sont incapables de remplacer l'agencement spontan6 des acti-
vites individuelles 1.

i. Introduction de la 2e edition de (Organisme Bconomique et d6sordre social)),
p. 4 et 5. Flammarion, 6diteur.







340 SCIENCES POLITIQUES

Et plus loin, commentant l'effet de la guerre sur la politique
economique de la France, il dit :

(( Le trouble qu'clle a jet6 dans la vie 6conomique exigeait certaines
interventions anormales de l'Itat, l'obligeait h 6tendre ses secours, a
suspendre l'ex6cution force de beaucoup d'engagements. Loin de res-
treindre au minimum ces measures, toujours p6rilleuses, les pouvoirs
publics les ont sans cesse 61argies. Au d6but d'une guerre que la puis-
sance mnme des moyens de destruction mis en muvre semblait devoir
rendre tres court, ils ont cru n'avoir pas a s'occuper de consequences
qui ne deviendraient graves qu'a la longue. On a distribu6 les alloca-
tions de toute nature sans distinguer entire les ch6meurs volontaires et
ceux h qui le travail manquait reellcment, entire les families r6gulibres
privies de leur soutien et les filles priv6es du product de leur inconduite;
on a dispense de payer leurs dettes et leurs loyers ceux mnmes que rien
n'en e6t empkches; on a berc6 le public de l'espoir qu'il suflirait de taxer
les denr6es don't la production 6tait d6ficitaire pour que chacun pft en
consommer autant et aux mnmes prix que d'habitude; enfin, sous
pr6texte d'union sacr6e, on a trop souvent voulu effacer les traces des
fautes passees, meme pour ceux qui ne les avaient rachetees par aucun
sacrifice a la patrie. Ce ne sont point lh des measures propres h retablir
le goft du travail, le respect des engagements, et surtout les distinctions,
plus necessaires encore au point de vue social qu'au point de vue moral,
entire les hommes qui s'efforcent de vivre de leur travail, en s'acquittant
de toutes leurs obligations, et les parasites don't l'unique d6sir est de
s'affranchir de toute charge et de tout lien 1,.

Dans les Conclusions g6n6rales de son Cours d'Economie
politique, publi6es en 1933, il rappelle ses avertissements
anterieurs :

(( Nous ne croyons point que les faits postrieurs aient rendu inutile
d'insister sur le danger du relAchement des v6ritables liens sociaux,
impossible a remplacer par une pr6tendue solidarity trop souvent ver-
bale. Les measures et les tendances don't nous avons signal les fAcheuses
consequences dans les volumes pr6c6dents de ce Cours et quelques
autres don't 1'Ytude n'y a pas trouv6 place n'ont pas disparu. S'il n'etait
rien fait pour y obvier, le recul conomique constitu6 par la crise qui
sevit depuis la fin de 1929 ne serait sans doute pas suivi, comme les
crises ant6rieures, d'une reprise durable; celle-ci se perp6tuerait, non
plus violent et temporaire, mais lente, durable, et avec des consequences
funestes infiniment dificiles h arreter ou a r6parer. C'est pourquoi nous


I. P. 10 et II.







LEMENT COLSON (1853-1939) 341

croyons utile de r6p6ter aujourd'hui ce qu'il nous avait paru n6cessaire
de dire en 1912 et en 1918 ).

Peut-on apres 20 annies de crise quasi permanent ne pas
trouver proph6tiques tous ces sombres averlissements? Et n'y
a-t-il pas dans cette page sur ( la fin des civilisations )) un tableau
saisissant des dangers qui nous menacent :

< La situation ressemblerait plut6t a celle oi le monde antique se
irouvait A la fin de 1'Empire remain. La prosp6rit6 economique avait
&t6 d6truite, comme elle risque de 1'8tre si le movement actuel s'ac-
centue, parl'intervention constant de l'ltat, nourrissant les proltaires
r6glementant le travail, accaparant des industries de plus en plus nom-,
breuses. La foi chr6tienne, comme la foi socialist aujourd'hui, d6velop-
pait sans cesse le nombre des citoyens qui n'avaient plus ni attache-
ment pour la civilisation dans laquelle ils vivaient, ni confiance dans
son avenir. Sans doute nous n'avons pas a craindre l'invasion des
Barbares, qui donna le coup de grace A 1'Empire; si les peuples d'Ex-
treme-Orient, hier encore strangers a notre culture, peuvent un jour
triompher des moyens de defense que nous done la science, cc ne
sera qu'h la condition de se l'etre assimile. Mais il fallait une
force ext6rieure pour renverser 1'Empire remain, puisque les chr6-
tiens, placant hors de ce monde leurs esp6rances, ne cherchaient pas
h le bouleverser par la violence. Les ennemis int6rieurs de notre 6tat
social n'ajournent plus april s la mort la realisation de leurs reves.
Ils sont tout prIts a nous montrer, reunics en leurs personnel, les
deux sorts d'ennemis don't la conjunction amena la ruine de la civi-
lisation antique : ceux que la foi h un paradise future d6sinteressait de
la conservation de la soci6t6 existante ct ccux qui voulaient conquerir
par la force un bien-etre envi6 1)).

Et enfin cc dernier paragraph du mnme livro :

( C'est parce que ces causes de d6sordre social, en troublant le jeu
de l'organisme 6conomique, retardent la march du progres, non seu-
lement materiel, mais aussi moral et intellectual, parce qu'elles pour-
raient, a la longue, amener un veritable recul vers la barbaric, que qui-
conque attache du prix h la civilisation a le devoir d'en observer avec
soin les effets et d'en combattre sans relache le dvveloppement. a

On a dit bien souvent qu'une thdorie etait vraie lorsqu'elle
rendait la provision possible. S'il en est ainsi, la thiorie 6co-

I. Organisation economique et d6sordre social, Edit. 1918, page 47.







342 SCIENCES POLITIQUES
nomique qui a inspire l'ceuvre de Clement Colson et fond sa
doctrine 6tait incontestablement une theorie vraie.
Dans sa lucidity elle donne des d6sastres de tous ordres que
l'6volution 6conomique des vingt dernieres ann6es a accumul6s
une explication saisissante. Elle les avait pr6dits, comme elle
les a expliqu6s.
Le jour oi I'on voudra y parer, l'ceuvre de Clement Colson
fournira tous les materiaux de 1'entreprise. Et le dernier des
grands libiraux apparaitra comme le premier ouvrier de la
renaissance intellectuelle et morale sans laquelle on ne peut
esp6rer reconstruire un monde susceptible de durer.

Jacques RUEFF.













LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE
DE LA BELGIQUE

Apres avoir traverse une ere de prosperity relative don't la
phase maxima fut atteinte au course de l'Ft 1937, la Belgique
connait de nouveau des difficulties d'ordre 6conomique et
financier assez graves.
Ces difficulties ont pour cause principal le retournement de
la conjoncture mondiale qui s'est product il y a deux ans. II
ne faut pas se cacher cependant que des erreurs commises
jadis et l'incertitude politique dans laquelle le pays a v6cu
pendant de trop longs mois ont 6galement une part impor-
tante de responsabilit6 dans la situation actuelle de notre pays.
Pour s'en faire une id6e exacte, il est necessaire d'examiner
en detail l'ensemble des domaines qui constituent 1'6conomic
du pays.
C'est pourquoi, nous nous proposons d'entreprendre notre
etude en traitant successivement le probl6me de la situation
de la Belgique au point de vue purement 6conomique d'abord,
celui de sa situation financiere ensuite, et enfin la question
du Congo Belge dans l'economie de la M6tropole.
L'examen de ces divers elements, qui ne constituent
d'ailleurs que des compartments de l'economie beige tout
entire, nous ayant permis d'avoir une vue d'ensemble de la
situation 6conomique et financiere actuelle de la Belgique,
nous nous efforcerons d'6mettre quelques conclusions et ccr-
taines perspectives d'avenir.


Situation Economique.

La situation de la Belgique au point de vue economique est
actuellement caracterisbe par un certain nombre de faits qui







SCIENCES POLITIQUES


donnent une idde immediate assez exact de 1'6tat pI6sent de
l'6conomie belge. Ces faits sont les suivants : un d6calage assez
important entire l'index des prix de gros et l'index des prix
de detail, une chute tres manifesto et trSs inqui6tante du degr6
d'activit6 industrielle du pays, une aggravation sensible du
ch6mage qui a presque double en deux ans, une forte dimi-
nution du commerce ext6rieur, et enfin un certain recul de
1'activit6 du port d'Anvers.
Nous nous proposons d'examiner chacun de ccs divers
points en particulier, do maniere A preciser davantage les
maux don't souffre actuellement la Belgique au point de vuc
dconoinque.

I. L EVOLUTION DES PRIX.

L'6conomie belge de l'heure pr6sente est caract6risse par
un (tat d'inf6riorit6 manifesto de son degri d'activit6 indus-
trielle.
Cette situation ne peut trouver son explication dans le seul
fait que, la Belgique etant un pays de transformation, c'est
son industrialisation pouss6e qu'il faut rendre responsible
de tout le mal. Nous pensions, et lI-dessus de nombreuses
personnalit6s industrielles et financieres de notre pays par-
tagent notre avis, qu'il faut plut6t en chercher la cause dans
le d6s6quilibre actuel des prix ct des cofits de production.
Des mars-avril 1937, sous l'influence des declarations du
President Roosevelt, une reaction tres brutale fut enregistr(e
par tous les grands products industries sur les marches inter-
nationaux. Cette reaction ne se manifesta pas immidiatement
dans 1'6volution de l'indice des prix de gros en Belgique, ce
qui n'6tait d'ailleurs que tris normal.
Sous 'influence de la hausse des prix des products mi-finis
et finis, compensant le recul des prix des matiSres premieres,
l'indice des prix de gros a poursuivi sa hausse jusqu'en juillet,
atteignant alors le niveau maximum de 702, et ce n'est qu'A
partir de cette 6poque qu'il s'orienta a la baisse. Cette baisse
s'est sans cesse poursuivie depuis lors, l'index oscillant aux
environs de 6oo depuis le mois de fevrier 1939.






LA SITUATION TCONOMICQUE DE LA BELGIOUE


L'evolution des prix de detail et du coUt de la vie, au con-
traire, n'a pas encore marqu6 jusqu'A present d'une maniere
sensible, sauf peut- tre depuis quelques mois, 1'inflexion subie
par les prix de gros.
Voici en effet quelle fut l'Nvolution suivie par l'index-
number des prix de gros et de detail pour le Royaume depuis
le mois de janvier 19351 :

INDEX-NUMBERS DES PRIX DE GROS BASE AVRIL I914 = 100.
annoes jain. fevr. mars avril mai juin juil. aolt sept. oct. nov. dec.
1935 ......... 472 466 464 531 552 555 553 552 560 574 582 579
1936......... 581 582 578 574 569 570 576 582 594 602 615 637
1937 ......... 658 675 693 696 693 697 702 700 69o 683 663 659
1938 ......... 66o 657 644 640 631 629 623 620 622 617 6io 607
1939 ......... 6o4 599 600 602 599

INDEX-NUMBERS DES PRIX DE DETAIL
BASE AVRIL g194 = I00.
anncs janv. fevr. mars avril mai juin juil. aott sept. oct. nov. d6c.
1935 ......... 642 632 621 629 638 649 654 662 670 684 689 684
1936 ......... 685 683 678 677 674 677 674 683 69o 698 703 704
1937 ......... 708 716 719 719 723 728 7o0 746 753 756 758 758
1938 ......... 766 763 757 751 753 761 755 755 764 769 772 768
i93j9 ......... 769 759 754 75r 718 750

11 est bien entendu qu'il peut exister un certain dEcalage
entire l'evolution cyclique des prix de gros et des prix de detail,
cc decalage pouvant atteindre une dizaine de mois si l'on en
juge par l'exp6rience passee. Mais, mnme en tenant compete
des influences saisonni&res et de certaines circonstances excep-
tionnelles, il n'en reste pas moins que, depuis l'FtW 1938, on
aurait di constater une tendance h la baisse des prix de detail.
Ce phenomrme ne s'est malheureusement pas produit bien
au contraire, ainsi que cela resort des chiffres donnas par le
tableau fournissant l'6volution de 1'index-number des prix
de detail. Apres deux ans de baisse quasi continue de l'index
des prix de gros, l'index des prix de detail so trouve encore
pratiquement inchang6 par rapport au niveau qu'il atteignait
au course de 1'6te 1937.
i. Chiffres ktablis et communiques par le Ministcre des Affaires 6conomiques
et des Classes moyennes.






346 SCIENCES POLITIQUES
Cette constatation est d'autant plus grave qu'en 1929-
1930, un decalage d'une dizaine de mois seulement dans la
baisse des deux indices avait entrain6 de lourdes consequences
pour l'economie belge.
C'est ce d6calage entire l'indice des prix de gros et l'indice
des prix de detail qui domine actuellement toute la situation
6conomique de la Belgique. De 89 points en moyenne en 1936,
I'ecart 6tait tomb6 A 5i points en moyenne en 1937. Il est
malheureusement revenue actuellement a i5i points, apres
avoir atteint 165 points au plus haut en janvier de cette annie,
de telle maniere que la difference entire les deux indices est
actuellement presque double de ce qu'elle 6tait en 1936 et
triple de ce qu'elle Btait en 1937.
Un tel accroissement de 1'6cart entire prix de gros et prix
de detail trouve son origine dans un certain nombre de causes
don't l'une au moins est proprement belge, A savoir l'augmen-
tation du prix de revient A la production.
A ce propos, et sans vouloir toutefois en tirer une conclusion
trop exclusive, signalons que l'indice horaire moyen des
salaires qui etait de 98,3 en 1936 (par rapport A 1oo en 1933)
s'est 6leve h 112 en 1937 et a 117 en septembre 1938 (dernier
chiffre public). En deux ans, l'indice des salaires s'est done
accru de 19 % alors que l'index des prix de gros progressait
de 4 % et l'index des prix de detail de 14 %. Cette augmen-
tation de l'indice des salaires s'explique par le fait que, durant
la brbve prosp6rit6 de 1937, on accord aux ouvriers deux aug-
mentations extraconventionnelles de salaires de 5 % chacune,
et que les syndicats ouvriers se sont depuis lors toujours
refuses A envisager la suppression de ces augmentations extra-
conventionnelles de salaires, ce qui n'a pas 6t6 sans influence
d6favorablement la situation g6nerale de l'industrie belge.
D'autre part, et cela constitute un danger certain pour
1'6conomie belge, en meme temps que s'accentuait le d6sequi-
libre int6rieur des prix de vente et des prix de revient, une
disparity non moins grave se marquait entire le niveau des
salaires belges et celui des pays concurrents, notamment celui
des salaires anglais.
II est bien entendu que le facteur salaire ne constitute qu'un






LA SITUATION ICONOMIQUE DE LA BELGIQUE 347
des 616ments du prix de revient et que la hausse du prix de
revient ne provient pas uniquement de la hausse des salaires;
cette dernibre y est pourtant pour beaucoup.
II faut toutefois signaler a ce propos, ainsi que le faisait
d'ailleurs remarquer le recent rapport d'un de nos grands
institute financiers1, que l'exp6rience belge ne parait pas
devoir ktre favorable au principle d'une liaison rigide des
remunerations et du coit de la vie, le travailleur belge attachant
une trop grande importance au montant nominal de son salaire.
C'est cela qui rend difficile la solution actuelle du problbme.
II n'en reste pas moins que ( des industries commencent A
travailler a perte, qu'elles voient leurs d6bouch6s se former,
non plus seulement comme ces dernibres annies, par suite
des clearings ou des restrictions de change, mais par suite
de la competition de concurrents qui peuvent produire meilleur
march 2 .
La seule politique a suivre actuellement devrait done viser
A obtenir une adaptation rapid des prix de revient a la baisse
des prix de vente, si l'on veut 6viter d'avoir recours, ainsi
que le d6clarait le rapport de la Soci6t6 G6enrale de Belgique,
A d'autres m6thodes de beaucoup plus pr6judiciables A l'en-
semble de la population du pays.

2. L'ACTIVITE INDUSTRIELLE.

Des la fin de l'Wte 1937 d6jh, on sait que des signes mani-
festes d'un retour de crise 6taient apparus dans le monde.
Une des caracteristiques de l'economie belge 6tant d'etre
intimement liee a la situation generale des affaires dans le
monde et d'en subir tous les soubresauts, la Belgique ressentit
imm6diatement les effects de ce renversement brusque de la
conjoncture.
Pays industrial avant tout, la Belgique a vu pendant
1'annee 1938 une diminution marquee de sa production, le

I. Rapport de la Soci6te G6nBrale de Belgique, ann6e 1938, compete rendu pr6-
sent6 a l'Assembl6e G6n6rale du 28 f6vrier 1939.
2. Discours prononc6 par M. Gutt, Ministre des Finances, le 23 f6vrier 1939
devant la Chambre des Repr6sentants.







348 SCIENCES POLITIQUES

recul enregistr6 par la production belge ayant Wte, par rapport
a 1937, 1'un des plus profonds. D'une annee A l'autre, la dimi-
nution a Wte de l'ordre de 30 % alors qu'clle s'est limitee a
moins de 20 % pour les pays du Bloc Sterling, et a 15 % seu-
lement pour la production industrielle mondiale. D'autre
part, on ne peut s'empecher de constater que la Belgique
possede ce triste privilege de d6tenir, par rapport a 1929,
l'indice d'activite industrielle le plus bas, 1'indice de 1938
ayant meme Wt inf6rieur A celui de la France. C'est ce qui
r6sulte du tableau suivant qui donne la valeur de la production
industrielle des principaux pays comparee a celle de l'an-
ne 19291 :

PRODUCTION INDUSTRIELLE A FIN 1938.
BASE : 1929 = 100.

Japon ........................................ 167
Suede ....................................... 144
Allem agne ................................... 13.
Pologne ...................................... i18
Pays-Bas ..................................... I. o
Grande-Bretagne .............................. io9
IRtats-Unis .................................... 87
France ................ ....................... 77
Belgique ..................................... 75

II faut signaler cependant qu'au course du dernier trimestre
de 1938, un certain redressement est intervene dans le domain
de la m6tallurgie, redressement qui, apres une p6riode d'arrUt
au course du premier trimestre de cette annie, a repris sa march
ascendante au ddbut du printemps.
II n'en reste pas moins, et c'est cela qui est grave, que la
chute d'activit6 industrielle du pays par rapport au maximum
de 1937 s'est av6r6e plus profonde que dans n'importe quel
pays europeen et que le niveau de cet indice, compare h celui
de 1929, est inferieur A celui des indices correspondents de
tous les principaux pays industries.
La diminution de l'activit6 industrielle a atteint, a des


i. Chiffres ,tablis par le Service des statistiques de la S. D. N.







LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA BELGIQUE 349
degr6s divers toutefois, toutes les industries qui constituent
la richesse de la Belgique. A ce point de vue, il n'est pas inutile
de passer en revue les principles branches de l'industrie belge
en commengant par une des plus importantes, l'industrie
charbonniere.
Par rapport A 1937, la regression des ventes de carbon
d'une annie a l'autre a atteint environ 7 %. I1 en r6sulte que
les stocks a fin 1938 se sont accrus d'une maniere d6mesur6e
passant de 700.000 tonnes a fin 1937 a 2.270.000 tonnes A
fin 1938. La situation ne s'est pas am6lior~e au course du pre-
mier trimestre de cette annie, les stocks a fin mars atteignant
2.696.000 tonnes environ. Cependant, au course du deuxieme tri-
mestre, 1'industrie houillre a connu une certain reprise.
Sans que le rythme de la production ait toutefois dfi tre
modifii, il a 6t6 possible d'6couler, a partir de la second quin-
zaine d'avril, certaines quantit6s ant6rieurement mises en tas
et ce, par le jeu de circonstances de divers ordres, de telle
maniere qu'a l'heure actuelle les stocks sont revenues aux envi-
rons de ce qu'ils 6taient fin de l'ann6e derniere.
Les difficulties actuelles de l'industrie charbonniere belge
doivent etre recherchees dans un certain nombre de causes
qui sont propres a la Belgique. Au premier rang de celles-ci,
il faut citer les prix de revient trop 6lev6s des mines belges.
Les ouvriers mineurs s'6tant opposes formellement a la
suppression des augmentations extraconventionnelles de
salaires qui leur avaient kte accordees A la faveur de la pros-
p6rit6 de 1937, il en resulta qu'il fut impossible d'abaisser les
prix de vente int6rieurs du carbon. D'un autre c6t6, la d6va-
luation du Franc francais et la faiblesse de la Livre Sterling
eurent pour consequence d'accentuer encore les difficult6s de
l'industrie charbonniire belge sur le march exterieur. Si l'on
tient compete enfin du fait que les charges sociales a charge de
1'industrie charbonniere repr6sentent plus du double de celles
qui frappent les autres industries, on se rend compete tout de
suite de la situation r6ellement difficile a laquelle les char-
bonnages doivent actuellement faire face et des dangers qu'elle
comporte pour eux. La fermeture xicente de certain char-
bonnages du Bassin houiller de Mons r6vele d'ailleurs a suffi-








350 SCIENCES POLITIQUES

sance la gravity de la situation de notre industries charbon-
nitre1.
L'industrie sid6rurgique, qui constitute une industries non
moins vitale pour la Belgique que l'industrie charbonniere,
a marqu6 un reculexcessivement sensible de son activity en 1938
par rapport a 1937. La production d'acier de I'annee 6coul6e
ne s'est en effet 6lev6e qu'A 58 % de celle de l'ann6e precedente,
son chiffre de 1938 ktant inf6rieur au chiffre minimum atteint
au plus fort de la crise mondiale en 1933 et aussi h celui de la
production de la Belgique a la veille de la guerre. La situation
est done s6rieuse et un examen plus approfondi en fera saisir
la reelle gravity.
Voici, en milliers de tonnes, la production d'acier brut et
de fonte en Belgique depuis dix ans 2 :
annces production de fonte production d'acier brut
1929 ............... 4. o4 4.012
930 ............... 3.3io 3.287
1931 .............. 3.078 3.o56
1932 .............. 2.73I 2.758
1933 .............. 2.677 2.689
1934 .............. 2.921 2.898
1935 ............... 2.982 2.966
1936 .............. 3.094 3. o5
1937 ........ ...... 3.84o 3.777
1938 .............. 2./65 2.210

Les chiffres correspondent A l'annie 1938 sont done plus
has qu'ils ne lont jamais Wte, et si l'on salt que, par rapport
a 1929, la production mondiale de fonte a baiss6 de 16 % alors
que pour la Belgique elle baissait de 4o %, cela nous montre
immediatement le reel danger que court actuellement 1'indus-
trie sid6rurgique belge.
Si I'on tient compete d'une part, de ce que l'industrie side-
rurgique, si vitale pour la Belgique, est essentiellement une
industries d'exportation (n6cessit6 pour notre pays d'exporter
les 2 /3 de sa fabrication) et que d'autre part, la Belgique

I. Le jer juillet 1939, le charbonnage du Levant de Fl6nu a dAffermerses portes,
les mineurs s'6tant opposes a une diminution de salaires destinee & rem6dier & une
situation d6ficitaire de 1'exploitation.
2. Annales des Mines et Revue du Travail.






LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA BELGIQUE


imported pour environ I.7oo millions de machines et d'engins
divers en provenance de six pays centre une exportation de
34o millions vers ces six memes pays, il semble que la seule
politique A suivre par la Belgique pour rem6dier a sa situation
actuelle devrait ftre de diminuer le prix de revient de l'indus-
trie sid6rurgique de maniere a pouvoir favoriser l'exportation
d'une part, et de promouvoir la reaction d'industries nou-
velles destinies a accroitre le march interieur d'autre part.
Si l'on ne pursuit pas un tel but, il ne faut se faire aucune
illusion quant a l'avenir de l'industrie siderurgique belge.
La situation present parait cependant quelque peu meil-
leure si on en juge par les derniers chiffres actuellement connus.
Par rapport a la p6riode correspondante de l'ann6e derniere,
la production de fonte et d'acier realis&c pendant les cinq pre-
miers mois de 1939 est passe a 1.149.960 tonnes pour la
fonte et h i.ioi.35o tonnes pour l'acier contre respectivement
1.O11.180 tonnes et 875.210 tonnes en 1938. La reprise est
due pour une bonne part aux fabrications d'armnment et les
chiffres de juin (non encore connus au moment oiu nous ter-
minons cette 6tude) seront vraisemblablement du meme ordre
que ceux du mois de mai.
L'industrie de la construction, elle aussi, a Wte touch6e par
le ralentissement general des affairs qui s'est produit depuis
deux ans, d'autant plus que la Belgique compete un grand
nombre d'ateliers et qu'aucune entente international n'existe
dans cette branch industrielle.
Les entreprises 6lectriques elles-memes ont subi les effects
du renouveau de cruise, quoique dans une proportion beaucoup
moindre. Alors que de 1934 A 1937, la consommation d'elec-
tricit6 n'avait cess6 de croitre, l'augmentation d'ann6e en
annie ayant Wte respectivement de II,II, et 12 %, une rdgres-
sion moyenne de 2 % s'est manifested en 1938. 11 n'y a pas lieu
cependant de s'en inqui6ter outre measure, la production de
1938 depassant encore de quelques 35 % le maximum atteint
en 1930-1931. D'autre part, les chiffres du premier semestre
de 1939 sont dejh sup6rieurs l6&grement A ceux de la p6riode
correspondante de I'ann6e derniere, ce qui constitute un 616-
ment intrressant a noter. De toutes fagons, il apparait que







352 SCIENCES POLITIQUES
l'industrie 6lectrique occupe une position plus important
que jamais dans I'6conomie du pays.
Dans un autre domaine, signalons que l'industrie verriere
ne se trouve pas a l'heure actuelle dans une situation bien
satisfaisante, et que son avenir n'est pas sans causer de graves
soucis. En effet, par suite de sa mecanisation, l'industrie ver-
riere belge a perdu le quasi-monopole qu'elle d6tenait depuis
de nombreuses annies en raison de sa main-d'ceuvre sp6cialis6e.
De nombreuses verreries mecaniqucs sont nies a l'6tranger,
en meme temps que la mecanisation a accru au-dela des besoins
de consommation les moyens de production. I1 en r6sulte que
les difficulties de l'industrie belge du verre ne sont pas pres
d'etre vaincues.
Disons enfin pour terminer ce qui est relatif a l'activit6
industrielle, que les autres industries, telles l'industrie coton-
niore, l'industrie liniere et 1'industrie lainiere n'ont guere Wt
plus favorisees que les autres branches de 1'activitA du pays.

3. LE CIIOMAGE.

Au moment oif le gouvernement van Zeeland prit le pou-
voir en mars 1935, le nombre des ch6meurs contr616s atteignait
le chiffre 6norme de 206.511. En juillet 1937, ce chiffre 6tait
tomb6 a o12.980, chiffre encore tres considerable cependant
si l'on tient compete de ce que le nombre total des travailleurs
assures atteignait a cette 6poque 904.763. En deux ans, la
situation s'6tait done tres nettement amelior6e a la faveur
du redressement 6conomique poursuivi par le gouvernement
van Zeeland et aussi, il faut bien le dire, a la faveur de la
reprise g6nerale des affaires don't la Belgiquc avait pu ben6-
ficier.
Pour 1938, la moyenne des douze mois de l'annxe donne
le chiffre de nouveau 6norme de 174.003, et le Service des
Statistiques de la S. D. N. indique a ce propos que fin 1938,
la situation du ch6mage en Belgique etait plus d6favorable
que dans n'importe quel autre pays par rapport aux chiffres
de l'annie pric6dente.
Actuellement, le nombre des ch6meurs oscille aux environs







LA SITUATION ICONOMIQUE DE LA BELGIQUE 353
de 175.ooo1. La situation, sans etre aussi defavorable
qu'en 1935, n'en est pas moins s6rieuse et digne de retenir
l'attention.
La comparison des chiffres ci-dessus, et les difficultes
presentes et surtout futures de l'industrie m6tallurgique,
siderurgique et charbonnibre auxquelles nous avons fait plus
haut allusion, nous amenent A penser qu'il est permis de con-
sid6rer le ch6mage actuel de la Belgique comme pr6sentant,
A concurrence de 60 % environ, un caractere permanent.
Les ioo.ooo ch6meurs environ qui repr6sentent le ch6mage
permanent de la Belgique ne doivent 6videmment pas etre
consid6r6s comme des ch6meurs absolument d6finitifs. Il
est toutefois certain qu'on ne pourra arriver A les r6sorber
qu'en poursuivant une politique 6conomique tendant a adap-
ter notre pays aux conditions pr6sentes de l'Sconomie mondiale.
Ainsi que nous l'avons indiqu6 plus haut en traitant la
question de la situation actuelle de l'industrie, la politique
economique de la Belgique devrait actuellement viser un
double but, A savoir abaisser les prix de revient de maniere
A pouvoir concurrencer les products strangers sur le march
exterieur et augmenter ainsi la capacity d'exportation du
pays, en meme temps qu'on favoriserait la creation d'industries
nouvelles susceptibles d'absorber une parties des ch6meurs
permanents. I1 ne faut pas oublier, en effet, que si l'on except
l'industrie charbonnibre, l'industrie alimentaire et quelques
autres, le march ext6rieur de la Belgique repr6sente encore,
suivant 1'industrie consideree, de 4o A 90 % du march total.
C'est en tenant compete de ce qui pr6ecde que les pouvoirs
publics belges devraient laborer leur politique economique.


4. LE COMMERCE EXTERIEUR.

Ainsi que le signalait, r6cemment encore, le rapport du
Conseil d'Administration d'un important institute bancaire

I. Au course de la semaine du 3 au 8 juillet I939,1amoyenne journalibre du nombre
des ch6meurs controls a Wt6 de 177,143 centre respeotivement 139.762, Io2.2Io et
x53.82o pour la semaine correspondante des aannes 1936, 1937 et 1938.
SCIENCES POLITIQUES. 23







SCIENCES POLITIQUES


du pays, un pays come la Belgique, que le manque de
richesses naturelles et la density de sa population placent
dans I'obligation d'importer des matieres premieres et des
products alimentaires ne peut vivre que d'exportation.
Or, une diminution de i5 % de ses debouch6s ext6rieurs
s'est produite d'une ann6e a l'autre, les exportations 6tant
tomb6es de 25.689 millions de francs en 1937 A 21.723 mil-
lions de francs en 1938.
Avant d'examiner d'une maniere plus approfondie la
situation actuelle du commerce ext6rieur de la Belgique, il
est n6cessaire d'en d6crire brievement les caracteristiques
g6nerales.
La Belgique 6tant essentiellement un pays de transfor-
mation, ce sont les matirres brutes ou simplement preparees
qui prennent la premiere place aux importations, tandis
qu'aux exportations la premiere place est donn6e au contraire
aux products fabriques.
En pregnant comme bases les chiffres correspondent au
movement commercial en valeur de l'Union Economique
Belgo-Luxembourgeoise pendant l'annee 1937, le commerce
ext6rieur de celle-ci peut 6tre caract6ris6 sensiblement comme
suit :

Importations :

matieres brutes ou simplement pr6parees ................ 57,00 %
products fabriqu6s..................................... 22,00 %
objets d'alimentations et boissons ..................... 9,40 %
or et argent ......................................... i,5o %
animaux vivants.................................... o, o %

Exportations :
products fabriqu6s .................................. 48,80 %
matieres brutes ou simplement preparees ................ 44,5o %
objets d'alimentation et boissons ....................... 5,30 %
or et argent .......................................... i,2o %
animaux vivants..................................... 0,20 %

i. Rapport du Conseil d'Administration de la Kredietbank voor Hande en Nij-
verheid present a lI'Assembhe Ordinaire du 17 juin 1939.







LA SITUATION 1CONOMIQUE DE LA BELGIQUE 355
Sans vouloir entrer dans le detail des categories de mar-
chandises ci-dessus, signalons toutefois qu'a l'importation
les matieres sont constitu&cs d'abord et surtout par des products
du regne vegetal (26 %), puis par des products minnraux
(20 %), des products du regne animal (i3 %), des mntaux et
ouvrages en m6taux (iI,5 %), le rest 6tant constitu6 par des
products divers don't la nomenclature n'offrirait aucun int6rkt.
A l'exportation, au contraire, les metaux et ouvrages en m6taux
occupent la premiere place (environ 3o % du total des expor-
tations). Ensuite, et avec une importance a peu pres gale,
viennent les products de l'industrie textile (i %), les products
mineraux (ii %), les products du regne animal (9,5 %) et
enfin toute une suite d'autres products divers.
Pour cc qui est des pays avcr lesquels 1'Union Economique
Belgo-Luxembourgeoise fait le commerce, ils sont, dans l'ordre
d'importance d6croissante et pour les exportations : la France
('7 %), la Grande-Bretagne (14 %), les Pays-Bas (ii %),
l'Allemagne (ii %), les Etats-Unis (7,5 %), le Congo Beige
(1,5 %). A l'importation, les pays figurent dans l'ordre sui-
vant : la France (12,5 %), l'Allemagne (II %), les Etats-
Unis (8,5 %), la Grande-Bretagne (8,3 %), le Congo (8,2 %),
les Pays-Bas (8,2 %).
Ces quelques considerations g6nerales suffisent pour mon-
trer combien la Belgique, qui se trouve &tre essentiellement
un pays de transformation, doit etre sensible aux retourne-
ments possibles de conjoneture de 1'Nconomie mondiale.
Cela 6tant, il imported maintenant d'examiner les carac-
t6ristiques actuclles du commerce ext6rieur de l'Union Eco-
nomique Belgo-Luxembourgeoise.
Au course de ces dernieres annees, le commerce ext6rieur
de l'Union n'a cess6 d'etre caract6ris par un deficit constant
de la Balance commercial. Sauf en g934, annie oi l'Nquilibre
fut presque r6alis6, le rapport des exportations aux impor-
tations atteignant alors 98,4 %, la balance commercial fut
toujours d6ficitaire, le rapport variant entire 91 et 94. C'est
en 1934 d'ailleurs que le chiffre total du commerce ext6rieur
atteignit le chiffre le plus has de ces dix dernieres annees.
Pour fixer les id6es, voici d'ailleurs les chiffres du mouve-







356 SCIENCES POLITIQUES

ment commercial de 1'Union en millions de francs, pour la
p6riode 1932-19381.
Annies. Importations. Exportations. Rapport des exportations
aux importations.
1932 . . . 16.343 15.124 92,5
1933........ 15.243 14.288 93,7
1934 ........ 14.022 13.795 98,4
1935........ I7.446 16.126 92,4
1936........ 21.708 19.745 91I,
1937 ........ 27.662 25.689 92,9
1938. . . ... 23.66 21.723 93,8

Les chiffres pr6ecdents nous montrent qu'h partir de I935,
annie de la devaluation, le chiffre de notre commerce ext6rieur
augmenta sans cesse pour atteindre un maximum en 1937,
suivant en cela l'allure g6n6rale de la conjoncture. Par rapport
a 1936, les .importations progresserent de 27,4 % en meme
temps que les exportations progressaient de 3o %. Tenant
compete de ce que, d'une annie a I'autre, la valeur du com-
merce mondial avait progress de 23,5 %, les resultats pou-
vaient ftre considers comme tres satisfaisants. Ils 1'taient
d'autant plus que la valeur or de notre commerce ext6rieur
en 1937 repr6sentait 61,1 % de la valeur de l'ann6e 1929,
alors que la valeur or du commerce mondial en 1937 n'avait
6t6 que de 47,5 % de celle de 1929. NManmoins, et malgr6
cette amelioration, le rapport des exportations aux impor-
tations est toujours rest deficitaire. Apres un accroissement
rapide des exportations durant le premier semestre de l'an-
nee 1937, un ralentissement tres net s'est manifesto a partir
de l'6tW suivi d'un flechissement tres net en fin d'annee. En
cela, le commerce ext6rieur de la Belgique a manifesto une
sensibility tres accuse au retournement de la conjoncture
de 1'6conomie mondiale qui s'est produit au course de l'an-
nee 1937.
Le renversement de la tendance qui s'est oper6 au course
de 1'ete 1937 s'est poursuivi au course de I'ann6e 1938. Toute-
fois, les chiffres mensuels du commerce extrrieur de l'Union

i. Chiffres extraits du Bulletin d'Information et de Documentation de la Banque
National de Belgique.







LA SITUATION ICONOMIQUE DE LA BELGIQUE 357
Belgo-Luxembourgeoise indiquent qu'aprPs une descent assez
forte, on assist a un movement de reprise a partir de juillet-
aoit. Une fois de plus, le commerce ext6rieur de notre pays a
suivi l'allure gen6rale de la conjoncture.
Pour les cinq premiers mois de l'annie en course, la situation
s'est tres 16gerement am6liorde par rapport h la p6riode cor-
respondante de l'annee derniere, les importations s'6tant
chiffrees h io.5o6 millions centre 9.975 millions en 1938 et les
exportations s'6tant de leur cote chiffrees A 9.162 millions
contre 9.004 millions.
Si l'on consulate les chiffres d6taill6s de 1938, on constate
que la chute est particulierement accusee pour les fers et aciers
ou elle atteint un chiffre de l'ordre de 30 % inf6rieur au chiffre
de base. Elle est assez forte 6galement pour les voitures et
wagons. D'autre part, on constate que pour certain articles
tels les fils et tissus de laine, les fils de coton, etc., le flechisse-
ment note au course des mois d'6t6 a 6t6 suivi d'une am6lio-
ration substantielle par rapport au d6but de l'annSe. Si l'on
examine enfin le relev6 par provenance pour les principaux
pays en ig38, on est amend a constater que le chiffre des
importations en provenance de la France est rest pratique-
ment le rnme qu'en 1937. La faiblesse du franc frangais n'a
done pas eu d'effet d'ensemble desastreux sur notre commerce
extrrieur. Quant aux importations allemandes et en prove-
nance des Pays-Bas, elles ont toutes deux diminu6. II en est
de meme pour les importations en provenance du Royaume-
Uni. Les Itats-Unis ont vu au contraire, le chiffre de leurs
importations en Belgique augmenter.
Pour ce qui est des exportations, les statistiques montrent
que les ventes belges n'ont que peu diminue vers deux marches,
I'Allemagne et les Pays-Bas, alors qu'elles ont d6cru assez
sensiblement vers la France, le Royaume-Uni et les Etats-
Unis.
I1 est d'autre part interessant, pour se faire une id6e assez
exacte de l'Nvolution suivie par le commerce ext6rieur de
l'Union Belgo-Luxembourgeoise depuis l'Nt6 1937 et en par-
ticulier pendant l'ann6e 1938, de consulter les renseignements
publi6s r6gulibrement par le Bulletin des Statistiques de la








358 SCIENCES POLITIQUES

S. D. N. D'apres ceux-ci, des constatations fort decevantes
peuvent ktre faites en matiere de commerce ext6rieur pour
notre pays.
Voici, en effet, le tableau donnant, pour une dizaine de pays,
l'6volution des importations et des exportations calcul6es
en valeur or et enregistrees en 1938 par rapport A leur montant
en 19371:
IMPORTATIONS EXPORTATIONS
Indice mondial .... i3,2 % Indice mondial .... i3,5 %
Eitats-Unis......... 35,o % Belgique .......... i5,o %
France ........... 22,o % Grande-Bretagne ... Io,o %
Italic ............ ao,o % Pays-Bas .......... 10,o %
Belgique ........... i15,o % Suede ............. 1o,o %
Grande-Bretagne... -- 11,o % France ............ 8,4 %
Suisse ............ 11,o % Etats-Unis ........ 7,o %
Pays-Bas ......... 8,o % Allemagne ......... 5,o %
Sude ............. -- 3,o % Pologne ........... statu-quo
Pologne ........... + 4,o % Italic ............. statu-quo
Allemagne ........ + 11,o % Suisse ............ + 2,o %

L'examen de ce tableau nous amine a cette constatation
que, pour les exportations, qui constituent un 616ment si
fundamental de notre vitality 6conomique, notre pays accuse
le recul Ic plus prononc6.
Si l'on se rappelle d'autre part qu'en 1937, annie parti-
culierement favorable il est vrai, notre commerce exterieur
avait atteint un chiffre qui, par rapport a ceux de 1929, 6tait
particulierement intbressant, on ne peut s'empicher de se
demander a quelles causes il faut attribuer la forte diminu-
tion constatee en 1938.
La diminution du commerce d'exportation de la Belgique
n'est pas seulement due aux barrieres douanieres et aux con-
tingentements, a la reserve et A l'apprdhension de compli-
cations internationales. Elle est due aussi, et pour une part
non n6gligeable, au fait djah signalM et sur lequel nous ne sau-
rions trop insisted que les prix de revient belges sont actuelle-
ment trop 6levis. C'est contre un tel 6tat de choses que le
gouvernement devrait essayer de lutter en poursuivant une
I. Bulletin des Statistiques de la S. D. N.







LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA BELGIQUE 359
politique conforme aux inter&ts du pays, de maniere A aug-
menter non seulement le chiffre total de notre commerce
exterieur mais aussi A r6tablir l'Nquilibre de la balance com-
merciale don't le deficit permanent ne peut qu'ftre d6favorable
A la situation financiere du pays.

5. L ACTIVITY DU PORT D ANVERS.

Les statistiques relatives au port d'Anvers indiquent que
le movement des navires en 1938 fut en recul de 5 % par rap-
port A ce qu'il fut en 1937, alors qu'I Hambourg il ne le fut
que de o,5 % et qu'a Rotterdam il fut meme en augmentation
de 7 %. La situation est encore moins bonne au point de vue
tonnage, Anvers enregistrant un recul de 4 % alors que Rotter-
dam et Hambourg accusent au contraire des augmentations
respective de 4 et 5,5 %. La situation n'est guBre plus favo-
rable au point de vue d6barquement maritime puisque Anvers
accuse une regression de 17 % alors que Rotterdam et Ham-
bourg accusent des augmentations respective de 9 ct o1 %.
Pour les marchandises embarquees par mer, Anvers a marqu6
une diminution de 17% alors que les diminutions marques
par Rotterdam et Hambourg n'6taient que de o1 ct 13 %.
Pour ce qui est du transit, Anvers a marque, d'une annie a
l'autre, une diminution de 18 %.
Ces chiffres d6favorables, compares surtout aux chiffres
plus favorables des deux ports concurrents d'Anvers Rotter-
dam et Hambourg doivent etre attribu6s pour une bonne
part a la situation particuliere du port d'Anvers oi l'on appli-
quait la journje de travail de 7 heures, alors qu'a Rotterdam
la journie 6tait de 8 heures i /2 et qu'a Hambourg elle 6tait
sensiblement de meme durne.
Pour les cinq premiers mois de 1939, la situation est sen-
siblement meilleure que celle de la p6riode correspondante
de 1938. Une grande parties du terrain perdu en 1938 a pu etre
regagnu de telle maniere que, si la cadence actuelle devait se
maintenir toute l'annie, Anvers retrouverait sa maitrise sur
Rotterdam.
L'amdlioration recent de la situation doit etre attribute







360 SCIENCES POLITIQUES
pour parties A l'aboutissement des negociations menses der-
nibrement en vue d'arriver a une solution des difficulties qui
6taient propres a notre grand port maritime.


II

Situation financibre.

La situation finaneiere actuelle de la Belgique n'est pas
tres brillante. Du c6t6 monetaire tout d'abord, on n'a pas 6t6
sans 6prouver il y a quelques mois certaines craintes, qui sem-
blent heureusement dissipees, quant A la stability du franc
beige. D'autre part, le march de 1'argent a long terme est
caracteris6 a l'heure pr6sente par une hausse assez sensible
du taux de l'interft, en meme temps que, sur le marched des
capitaux, on enregistre une notable diminution des missions
de societ6s. Du c6t6 des finances priv6es, l'activit6 des banques
n'est pas elle-mnme sans causer quelques soucis A ses dirigeants.
Du co6t des finances publiques enfin, le gouvernement doit
faire face a un deficit budg6taire qu'il essaie actuellement de
combattre par des measures sur l'opportunit6 desquelles les
avis sont assez partages.
Nous nous proposons d'examiner ces divers points en par-
ticulier, de maniere A pouvoir se faire une idWe plus exact
de la situation financiere actuelle de la Belgique.


I. LA SITUATION MONETAIRE ET LE MARCIHE DE L'ARGENT.

I1 ne semble pas qu'un danger r6el menace encore actuelle-
ment la monnaie beige, pour autant qu'on ne n6glige pas, bien
entendu, d'apporter une solution satisfaisante aux problhmes
de l'heure presente.
Au point de vue monetaire, la situation des avoirs-or de
la Banque Nationale n'est nullement d6favorable. La dimi-
nution enregistr6e au course de l'ann6e 1938 fut relativement
peu important, si 1'on consider surtout l'ampleur des mou-
vements d'or et de change pendant la dite ann6e. D'autre







LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA BELGIQUE 361
part, si les avoirs-or de la Banque Nationale ont subi une
nouvelle atteinte au course de ces derniers mois, et en particu-
lier au printemps, la situation actuelle s'est renvers6e de tell
maniere que le danger semble de nouveau 6cart6.
Voici d'ailleurs quelle fut l'6volution suivie par l'encaisse
or de la Banque Nationale de Belgique durant ces dernieres
annees et, plus particuli;rement, au course de ces derniers
mois 1:
Encaisse-Or Billets en circulation.
31 d6cembre 1930 ........ 6.86.648.ooo000 6.418.871.000
30 d6cembre 1931 ........ 12.748.077.000 18.269.657.000
29 d6cembre 1932 ........ 12.979.939.000 18.134.696.000
28 d6cembre 1933........ i3.667.64i.ooo 17.093.280.000
27 d6cembre 1934 ........ 12.523.94.0ooo 17.650.474.000
26 d6cembre 1935 ........ 17.285.969.000 20.582.789.000
30 d6cembre 1936 ....... 18.640.049.000 22.701.978.000
29 d6cembre 1937 ........ 17.622.6o5.ooo 21.541.652.000
29 d6cembre 1938 ............ 7.39.698.ooo 21.989.236.000
23 f6vrier 1939........ I7.356.ooo.861 22.o46.o46.4oo
30 mars 1939........ 15.294.524.875 21.618.922.300
6 juillet 1939........ 16.395.699.057 22.684.582.000

Un rapide coup d'oeil sur les chiffres qui precedent nous
montre tout d'abord que, pour l'annee 1938, la diminution de
l'encaisse-or fut de l'ordre de 5oo millions, cette diminution
ayant Wte provoqu6e d'une part par 1'Anschluss, d'autre part
par la devaluation du franc francais. Au course des premiers
mois de cette ann6e, et en particulier fin f6vrier debut mars,
de nouvelles sorties d'or se sont produites engendrees, cette
fois surtout, par le malaise politique resultant de la carence
gouvernementale. Depuis avril cependant, le movement d'or
s'est trouv6 renvers6 par suite d'un certain retour a la con-
fiance resultant de la formation d'un gouvernement decide
a r6tablir 1'6quilibre budgetaire et ayant, a cet effet, obtenu
des pouvoirs sp6ciaux.
Bien que l'encaisse-or ne soit plus ce qu'elle 6tait en 1937,
la situation de la Banque Nationale n'en reste pas moins tres
forte puisque le 6 juillet, la proportion de l'encaisse-or A l'en-

I. Chiffres extraits des situations hebdomadaires de la Banque Nationale.







362 SCIENCES POLITIQUES
semble des engagements a vue 6tait encore de 69,29 %. La
Banque Nationale a d'ailleurs ramen6 son taux d'escompte
de 4 a 3 % le 1 mai et de 3 A 2,5 % le 6 juillet, ce qui constitute
un indice certain de l'am6lioration de notre situation mone-
taire. La situation actuelle de la monnaie belge semble done
techniquement forte et aucun danger immmdiat ne parait plus
la guetter.
Sur le march de l'argent, les dangers resultant d'une
hausse incessante du taux de l'int6ret a long terme sont plus
precis. Cette hausse est un ph6nomene propre au march
belge don't la gravity ne doit pas 6chapper a I'attention du
gouvernement.
Au course de l'ann~e 1938, le loyer de l'argent a long terme
s'est encore abaiss6 aux Etats-Unis, en Suede et en Suisse,
et si une hausse s'est produite sur le marched de Londres, elle
n'en est pas moins nettement inferieure a ce qu'elle est en Bel-
gique.
Cette hausse de l'argent A long terme se manifesto nette-
ment dans le taux de capitalisation des rentes belges qui est
pass en un an de 4,11 % a 4,5I % et qui, a l'heure actuelle,
atteint 4,70 % environ. La consequence qui en r6sulte imm6-
diatement c'est que les conditions d'emission des emprunts
se revelent plus on6reuses, leur taux d'6mission 6tant d'ailleurs
passe de 4,5 % net de tous imp6ts a un taux de 5 % net de tous
imp6ts, les prix d'6mission variant entire 97 et 99 %.
Il est certain, ainsi que le d6clarait il y a quelques mois
notre Institut d'Emission1, que cette hausse incessante du
loyer de l'argent a long terme est nuisible a notre economie
du fait qu'elle aggrave les charges financieres d'emprunts
6ventuels, ce qui constitute de la sorte un 6elment d6favorable
quant A notre capacity de concurrence A l'6gard de l'6tranger.

2. LE MARCH DES CAPITAUX.

Au course des ann6es 1936 et 1937, on avait assist en
Belgique a une reprise tres nette des emissions de soci6t6s.
I. Rapport pr6sent6 par le Gouverneur de la Banque Nationale de Belgique a
assemblee g6n6rale des actionnaires le 27 f6vrier 1939.







LA SITUATION ICONOMIQUE DE LA BELGIQUE 363
Celle-ci s'expliquait d'ailleurs par le d6veloppement general
des affaires auquel on avait assist a partir de 1935.
Cette evolution ne s'est malheureusement pas poursuivie
en 1938. Le ralentissement des affaires a eu pour consequence
d'entrainer une tres forte diminution des missions au course
de 1938. C'est ainsi que les missions nettes pour compete
d'entreprises priv6es sont passes de 1.254 millions en 1937
A 676 millions en 1938. De mime, le montant nominal des
emissions publiques d'actions est pass de 1.216 millions A
132 millions. En mime temps, l'Etat lui-meme n'empruntait
plus que 2.535 millions centre 6.955 millions.
Pour I'annge 1938, sur 7.024 socites recensSes centre 7.61I
en 1937, 5.41i soci6t6s centre 5.887 ont r6alis6 un b6n6fice
net total de 6.ooi,3 millions contre 5.289,8 millions, et 1.613
sociites contre 1.724 ont subi une perte de 368 millions contre
469,2 millions. Le capital vers6e tait de 46.512,8 millions contre
45.890,1 millions et les reserves atteignaient 17.687,4 millions
contre 17.761,7 millions. D'autre part, les dividends bruts
distribute ont represents 4.185,5 millions centre 3.787,1 mil-
lions en 1937. Si l'on tient compete de la taxe mobiliere calcul6e
au taux moyen de 24,2 %, le montant des dividends effec-
tivement distribute s'6tablit i 3.072,6 millions contre 2.870,6
millions en 1937.
L'augmentation des benefices s'explique ais6ment par le
fait qu'ils repr6sentent en realit6 des benefices aff6rents a
l'exercice 1937, annie de prosp6rit6. 11 n'en reste pas moins
que le rendement moyen net des entreprises industrielles
belges n'atteint actuellement mime pas 5 %, alors qu'il s'agit,
en parties tout au moins, d'une p6riode d'activit6 6conomique,
ce qui n'est guere 6norme si l'on consider surtout que les
fonds des soci6tes recensees sont en fait constitutes par des
francs de valeur beaucoup sup6rieure A la valeur actuelle.

3. L'ACTIVITE DES BANQUES.

La cruise economique qui a fait sa r6apparition a la fin de
l'annee 1937 ainsi que la tension international qui s'est
produite en 1938 n'ont pas kt6 sans effet sur l'activite bancaire







364 SCIENCES POLITIQUES

du pays. Dans l'examen de la situation des etablissements
financiers, il y a lieu toutefois de faire une distinction entire
les etablissements prives et les 6tablissements parastataux
ou semi-publics.
Au contraire des organisms parastataux (Office des cheques-
postaux et Caisse d'Epargne) qui ont vu leurs d6p6ts s'accroitre
presque continuellement depuis une dizaine d'annies, les
banques privies belges ont vu decroitre sans cesse leurs res-
sources bancaires, nos banques se comportant ainsi beaucoup
moins bien que les banques des autres pays.
C'est ce qui resulte en effet des chiffres suivants 1:
Circulation Depots
(192 = 100).
Royaume Uni .................. 137 123
Suisse ......................... 175 90
France........................ 160 84
Pays-Bas....................... i5 83
Belgique....................... 159 56

Pour les 6tablissements parastataux, les indices des d6pots
sont respectivement les suivants (d6p6ts en 1929 = oo00) :
ChBques-postaux .............................. 15
Caisse d'Epargne ............................. 235

La situation global des banques belges au 31 mars 1939
par rapport a ce qu'elle 6tait un an auparavant fait apparaitre
un movement des d6p6ts qui se traduit en definitive par une
diminution de 3.355 millions, les d6p6ts 6tant passes de 18.989
millions A i5.634 millions 2
11 en est diff6remment pour ce qui concern les d6p6ts
aux Cheques-postaux et a la Caisse d'Epargne. D'une ann6e
A l'autre, les avoirs des particuliers aux Cheques-postaux ont
augment de 369 millions tandis qu'A la Caisse d'Epargne, il
y eut un exc6dent de retraits de 169 millions.
De ce qui precede il resulte done qu'il y a une insuffisance
absolue des d6p6ts des banques priv6es belges qui ne s'explique
pas par le seul fait de l'accroissement des d6p6ts a la Caisse
I. Bulletin des Statistiques de la S. D. N.
2. Chiffres extraits du Moniteur Belge des Int6rets Mat6riels du 8 mai.






LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA BELGIQUE 365
d'Epargne et A l'Office des Cheques-postaux. D'autre part,
il ne r6sulte pas d'une insuffisance de l'assiette de leur exploi-
tation. Sa veritable cause doit Utre recherche, ainsi que le
d6clarait tout recemment le President d'un de nos grands
institute financiers, dans les deux maladies actuelles du capital
qui sont la th6saurisation et l'evasion, maladies qui relbvent
toutes deux du domain psychologique et qui entrainent la
raret6 du credit et par voie de consequence l'dlevation du taux
de l'intrft 1.
Un autre probl6me, non moins important pour la vie des
banques que le premier, se pose aussi pour elles, eu 6gard aux
faits suivants.
Le renouveau de crise 6conomique et l'incertitude politique
ont eu pour consequence de diminuer fortement les recettes
que procuraient aux banques les emissions de titres. D'autre
part, le credit accord aux entreprises a diminu6 dans d'assez
fortes proportions par suite du d6veloppement suivi par elles
de leur politique d'autofinancement. Enfin, le placement
qu'elles effectuaient de leurs disponibilites en fonds d'Etat
s'est r6v6l6 assez defavorable, eu 6gard aux pertes de capital
resultant de la baisse constant des fonds nationaux.
Ces faits amenent la plupart des dirigeants des grandes
banques belges a penser que ( les deux fractions, banques de
d6p6ts d'une part, soci6t6s financieres d'autre part, en quoi
les banques d'affaires belges ont 6et divisees en 1935 ne peu-
vent r6aliser avec autant de dynamisme que celles-ci ni sou-
tenir avec la meme continuity, durant la p6riode d'organisa-
tion, les vastes conceptions industrielles, commercials et
coloniales qui furent les meilleures sources du developpement
Bconomique de la Belgique ) 2.

4. LES FINANCES PUBLIQUES.

En moins de deux ans, la Belgique a vu se succider au
DNpartement des Finances cinq Ministres diff6rents. Cela

i. Discours prononc6 par M. Max-LBo G6rard, ancien Ministre des Finances,
President de la Banque de Bruxelles, a 1'Assembl6e ordinaire de 15 juin 1939.
2. Rapport de la SociWt6 G6n6rale de Belgique d6ji cite.







366 SCIENCES POLITIQUES

suffit pour montrer combien la question des finances publiques
est actuellement dillicile h resoudre.
Apres une periode d'euphorie qui dura de 1935 a 1937, les
finances publiques belges traversent de nouveau une periode
difficile. Comme le disait tres justement A la Chambre le Ministre
des Finances qui fut A la thte du Departement de mai
a decembre 1938, ( il serait souhaitable que la Belgique ne
s'exposAt plus dans l'avenir a devoir tous les deux ou trois ans,
par un grand effort exceptionnel, redresser ses finances pour
les laisser ensuite retomber dans le desordre ))1
La situation actuelle des finances publiques belges ne
peut htre comprise que si l'on fait un retour en arriere de
quelques annies. C'est pourquoi nous donnons ci-dessous
l'evolution des recettes et des d6penses de l'Etat au course de
ces dernieres annees 2 :

EXERCISE BUDGET ORDINAIRE SERVICES EXTRAORDINAIRES
ET SPECIAUX
Recettes I)penses ccettes Depenses
193 ............. 9.762 1 ..252 34 825
1932 ...... ..... 9.012 11.266 13 386
1933 ............ 10.415 10.357 21 829
934 ............ 9.937 10.188 11 1.o83
1935 ............. 1io.o 3 9.91' 4.277 3.655
I936 ............ io.656 io.504 703 3.4I5
1937 (a) ............. 1i .i36 11.072 50 4.239
1938 (a) ............. 1i1. 86 12.271 22 2.578

L'examen du tableau precedent permit de faire une double
constatation, a savoir que les r6sultats budg6taires suivent
exactement l'evolution ascendante ou descendante de la
conjoncture, et que les d6penses resultant des budgets extra-
ordinaires ont 6t6 particulierement 6lev6es depuis 1935.
En mars 1935, s'est placee la devaluation du franc beige.
C'est ce qui explique l'importance des recettes extraordinaires
figurant au tableau pour les annmes 1935 et 1936, ces recettes
resultant pour la presque totality de la r66valuation du stock

I. Discours prononc6 A la Chambre le 24 mai 1938 par Mr. Max-LBo Gerard,
Ministre des Finances.
2. Situation du Trbsor Public au jer janvier 1938, exprimbe en millions de francs,
et pr6sent6e par le Ministre des Finances. (a) situation probable.







LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA BELGIQUE 367
d'or de la Banque Nationale au profit du Tr6sor public. Il
n'est pas sans interft de dire cc qu'est devenue cette some,
les dilficult6s actuelles de nos finances publiques resultant
pour une part de l'emploi qui en fut fait.
Lorsque la Belgique d6valua sa monnaie au mois de
mars i935, la reevaluation du stock d'or de la Banque Natio-
nale eut pour resultat, sur la base d'une devaluation provi-
soire de 25 %, de mettre A la disposition du Tresor une some
de 3.730 millions, some qui fut port6e a 4.352 millions lors
de la devaluation definitive de 28 % qui fut d6cid6e en 1936.
Sur cette sonmme, des pr6levements d6finitifs furent faits
pour 500oo millions, i milliard fut attribu6 A un Fonds de regu-
larisation des rentes, et le solde de 2.8592 millions fut vers6 a
une reserve qui devait fonctionner come une reserve special
de tresorerie dans laquelle le TrBsor pourrait puiser tempo-
raircment a charge de restituer toujours, et le plus t6t possible,
les pr6levements qu'il y aurait faits.
Cette politique, si conforme h une bonne gestion financiere,
ne fut malheureusement pas suivie avec toute la rigueur
desirable, puisqu'il fut demontr6 le 24 mai 1938 a la Chambre,
par le Ministre des Finances qui prenait alors la tate du Depar-
tement, que le fonds de revaluation, qui se montait initiale-
ment a 2.852 millions ne contenait plus A cette date que
790 millions par suite des pr6levements faits, soit temporai-
rement du chef de l'ordinaire, soit d6finitivement du fait de
l'extraordinaire, depuis mars 1935 jusqu'h cette 6poque. D'un
autre c6te, le milliard qui avait Wte attributed au fonds de regu-
larisation des rentes s'est trouv6 presque compl6tement
absorb, au course de l'annie 1937, par l'achat de rentes i des
course d6passant le pair, ces course n'6tant d'ailleurs pas sans
rapport avec l'importance des achats faits au course de cette
annee par le fonds de r6gularisation des rentes. Si l'on salt
que la rente beige cote actuellement dans, les environs de
85 %, on voit immediatement la perte qu'une politique d'achat
de rentes a un taux 61eve a fait subir au Tr6sor.
De 1935 h 1937, le budget ordinaire se cl6tura toutefois en
exc6dent, les resultats budg6taires suivant d'ailleurs en cela
lfivolution favorable de la situation 6conomique. Malheureu-






SCIENCES POLITIQUES


segment, le deficit budg6taire a de nouveau fait sa r6apparition
depuis deux ans.
Selon les evaluations de la Tresorerie, le deficit du budget
ordinaire de 1938 s'6lvera a i.o85 millions, ce deficit ayant
du 6tre de 550 millions plus 1lev6 si des nouveaux imp6ts
n'avaient pas et6 votes au course de l'annee 1938 1. Pour l'exer-
cice 1939, il est encore trop t6t pour pouvoir 6valuer d'une
maniere certain le deficit probable. Toutefois, dans le discours
qu'il prononqa A la Chambre lors de la presentation du gou-
vernement Pierlot devant le Parlement, Mr. Gutt, Ministre
des Finances, 1'6valua a 650 millions et fixa d'autre part les
besoins de tr6sorerie au course de l'ann6e 1939, en supposant
l'6quilibre du budget ordinaire r6alis6, a 2.500 millions.
Le deficit du budget ordinaire est di a deux especes de
causes. Il provient en premier lieu de la chute des recettes
d'ordre economique et en second lieu de l'augmentation des
d6penses relatives au ch6mage. D'autre part, les difficulties
financieres actuelles proviennent 6galement de ce que, si les
budgets extraordinaires de 1935 et 1936 s'expliquaient par
la possibility d'utiliser la reserve extraordinaire, d'ailleurs
evanouie, le gouvernement aurait df comprendre en 1936 que
les budgets ult6rieurs auraient di voir leur montant se limiter
A ce qu'un recours normal A l'emprunt eut permis d'obtenir.
La Belgique subit actuellement les funestes consequences de
l'erreur qui fut commise en la matibre.
Mettant A profit les pouvoirs speciaux qui lui ont Wet accor-
des par le Parlement, le gouvernement vient de prendre, par
voie d'arrft6s royaux, un ensemble de measures destinies a
assurer, selon lui, le redressement budgetaire et financier. Cer-
tains impots directs sont augments en meme temps qu'il en
est cr66 de nouveaux, telle la taxe sur les soci6tes d'Blectricit6.
De meme, il est procede A l'augmentation de certain imp6ts
indirects. Simultanement, on procede a quelques d6grevements
fiscaux visant notamment la cession de fonds de commerce,
les fusions de soci6tes et les nouvelles constructions d'im-
meubles. Des simplifications fiscales sont enfin apporties a
i. Discours prononc6 a la Chambre par M, Gutt, ministry des Finances, le
23 fevrier 1939.







LA SITUATION IECONOMIQUE DE LA BELGIQUE 369

l'imp6t foncier et A la taxes mobiliere, en inme temps qu'il
est cr66 une Caisse Autonome des Pensions.
L'effort fiscal demand au pays a certes le m6rite d'essayer
de porter remade au deficit budg6taire. II ne faut pas se catcher
cependant que les consequences 6conomiques des nouveaux
imp6ts ne sont pas sans danger, la presque totality de ceux-ci
devant avoir leur repercussion sur les prix de revient et par
consequent sur les prix de vente. Au moment oa tous les efforts
devraient tendre a amener une diminution du prix de revient,
les nouvelles nlesures fiscales ne paraissent pas devoir Utre
particulire ment opportunes.
Pour en terminer avec e qui a trait aux finances publiques,
nous croyons utile de donner quelques indications relatives
a la Detto publique. A cet effet, nous donnons ci-dessous
I'Svolution de la De.tte publique being de i 930o A 1938 1
SiTUATIION D) LA D1iTTE PULI'QUE AU 31 DECEuMBRE DES A.NNES
1930 at 1038 (en millions de francs)
Delto consolideo Detto ia lrL c rt et :noyn term Total
Annees Intdrieure Extirieulre IntLiieure Extericarc
1930 ........... 3.866 26.766 780 162 51.412
193i .. ......... 25. 33 ,5.63o 771 16 5 .634
1932 ...... ... 2. 6.201 6.398 .443 '98 54.54o
1933 ............ 7.550 26.010 1.33i 7o0 55.595
193/i4 ............ 6.258 '6.513 1.731 968 55.470
1935 ............ . 0.66 o. 965 r.439 I.o09 54.268
1936 ........... 31 .463 i9.83 i. 32 775 53.5oi
1937 ........... 33.967 19.!07 1.310 775 5j4.584
1938 ............ 34.729 18.960 1.761 733 56.i83

L'accroissement subi par la Deute publique en huit ans
n'est nullement inqui6tant, ainsi que cela resort des chiffres
ci-dessus. D'autre part, la quality intrinseque de la Dette
elle-meme s'est am6lior6e aussi been n ce qui concern la
dette ext6rieure que la dette int6rieure. En effect, la proportion
de la dette ext6rieure dans la dette total a diminu6 et, dans
chacune d'elles, la proportion de la dette flottante a diminu6
par rapport a la dette consolid6e. Enfin, les charges annuelles
d'int6ret et d'amortissement ont diminue.
De tout cela il resulte que la situation actuelle de la Dette
I. Renseignements communiques par 1'Administration de la Tr6sorerie et de
la Dette Publique au MinistBre des Finances.
SCIENCES POLITIQUES. 21







370 SCIENCES POLITIQUES
Publique de la Belgique n'offre aucun caractrre de gravity
et que la situation g6nerale des finances publiques exige
seulement qu'il soit port remade au deficit budg6taire et que
le budget extraordinaire soit dorenavant 6tabli en tenant
compete des possibilities r6elles qu'offre a l'Etat le marched des
capitaux.
IllI

Le Congo Beige dans I'6conomie de la m6tropole.

On ne peut traiter d'une maniere complete la question de
la situation economique de la Belgique si l'on ne fait pas
intervenir dans celle-ci la situation Bconomique du Congo
Belge. Le Congo occupy en effect une place de plus en plus impor-
tante dans l'6conomie generale de la Belgique, ainsi que cela
ressortira des chiffres donnas ult6rieurement.
Un point tris important a signaler, c'est qu'au contraire
de la Metropole, le ralentissement de l'activit6 6conomique
qui s'est manifesto dans le monde depuis l'tW 1I937 n'a pas
porter atteinte A l'allure generale de la production congolaise.
La chose s'explique par le fait que les prix de revient y sont
plus favorables qu'en Belgique, que le system des tarifs de
transport s'ajuste aux variations des prix de vente, et que la
diversity des products tires du sol ou du sous-sol congolais
s'accroit sans cesse.
Cependant, et quoique le niveau general de la production
congolaise soit rested sensiblement 6gal aux chiffres maxima
atteints en 1937, la faiblesse des marches mondiaux et la d6pr6-
ciation de la Livre Sterling n'ont pas Wte sans quelque reper-
cussion sur l'economie de la Colonie.
Malgr6 le flechissement des exportations des grands pro-
duits de base, le volume total des exportations congolaises
en 1938 n'accuse qu'une reduction de 7,43 % par rapport
aux chiffres de 1937. Cette faible diminution trouve sa raison
dans le fait que le coton, le caf6, le sucre et les products agri-
coles nouvellement introduits sur le marched, tels le mais,
les arachides, les fibres, etc., interviennent davantage que pr6-
cedemment dans les exportations congolaises.






LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA BELGIQUE


En 1938, la valeur commercial des exportations congo-
laises s'est 6lev6e a 2.700 millions de francs centre 3.350 mil-
lions en 1937 et 2.300 millions en 1936. Sur la base des valeurs
estimees do 1937, les exportations comprennent 68 % de pro-
duits miniers, les 32 % restant repr6sentants du coton, des ol6a-
gineux, du caf6 et des products divers.
Si l'on compare les r6sultats de 1938 A ceux de 1934, der-
nitre annie de la crise mondiale, le volume total des exporta-
tions do 1938 est encore sup6rieur de 63 % au chiffre des
exportations de 1934.
Pour ce qui est des importations, celles-ci ont atteint en
1938 le chiffre de 985 millions. Apres une nouvelle progression
au course des six premiers nois de 1938, on assist A une dimi-
nution, de telle maniere qu'elles furent inf6rieures d'environ
10 % au volume de 1937 qui 6tait de 380.000 tonnes.
L'importance du Congo Belge pour la Belgique apparait
d'une maniere 6clatante dans les faits suivants. Par rapport
au montant des importations totales de l'Union Economique
Belgo-Luxembourgeoise, la valeur des importations en pro-
venance du Congo place actuellement celui-ci au 3e rang des
pays fournisseurs de la Belgique. D'autre part, le montant
des exportations belges vers le Congo augmente sans cesse
et n'est que 1e6grement inf6rieur A 5o % du chiffre total des
importations du Congo. C'est ainsi qu'en 1938, les exportations
belges vers le Congo ont atteint 41 millions de francs centre
un chiffre total des importations congolaises de 985 millions,
les importations belges au Congo ayant encore augmented
de 22 millions par rapport A 1937.
Pour l'ann6e 1938, la balance commercial du Congo accuse
d'autre part un excedent favorable de 1.715 millions de francs.
Ce chiffre a toute son importance si l'on salt que le deficit
de la balance commercial de la Belgique est voisin de i.5oo mil-
lions. Il en r6sulte done qu'il est comblM par le solde favorable
de la balance commercial du Congo.
Signalons en terminant, pour montrer une fois de plus
l'importance du Congo Belge dans l'Nconomie de la MWre-
Patrie, que le nombre des 6tablissements commerciaux, indus-
triels et agricoles qui 6taient de 7.011 en 1936 6tait passe







SCIENCES POLITIQUES


A 8.222 fin 1937, et que les 6tablissements belges intervenaient
dans ce dernier chiffre pour 50 %/ environ.

Conclusion.

Au terme de l'Ntude que nous venons de faire, il imported
maintenant de tAcher de d6gager les conclusions qu'on peut
en tirer.
En presence des difficulties 6conomiques et financieres qui,
de nouveau, atteignent la Belgique, d'aucuns pretendent que
la situation pr6sente est comparable A celle qui preceda 1'av6-
nement du gouvernement van Zeeland. 11 convent done, en
premier lieu, de se fair une opinion sur ce point.
La crise 6conomique dans laquelle la Belgique se d&battait
depuis 1929 avait Wte spkcialement intensified, h partir de
l'annee i933 surtout, par la disparity qui s'6tait produite entire
les prix de revient des pays rattach6s a la Livre Sterling et les
prix de revient des pays qui faisaicnt parties du Bloc de l'Or.
Cette disparity se marquait notamment par le decalage exis-
tant entire prix de detail et prix de gros. C'est cette disparity
entire prix de detail et prix de gros, en minme temps que les
difficulties d'ordre bancaire resultant des liens relativement
scrres unissant a l'6poque les banques belges aux entreprises,
qui furent la cause immediate de la devaluation. A ce point
de vue, la situation actuelle est-elle comparable A la situation
existant en mars 1935?
A. cette 6poque, l'indice des prix de detail 6tait tomb6 a 621
et celui des prix de gros ha 464, soit un cart de 157 points.
Or, les derniers chiffres connus, nous indiquent qu'actuelle-
ment cet cart est de 151 points. Il en r6sulte done que, du
c6te des prix, les difficulties presentes, sans 6tre aussi graves
qu'il y a quatre ans, n'en sont pas moins serieuses. En effect,
si le benifice resultant de la devaluation de 1935 n'a pas 6t6
entierement absorb, la difference entire prix de gros et prix
de detail traduite en pourcentages qui 6tait de 25 % en 1935
est actuellement revenue a 20 % apres avoir 6t6 completement
ou presque annulee au course de l'annee 1937. Du c6t6 des prix,
la situation actuelle sans etre tout a fait comparable en gravity







LA SITUATION ICONOMIQUE DE LA BELGIQUE


a ce qu'elle 6tait au printemps de 1935 n'en offre pas moins
un caractere certain de gravity. I1 est done temps de trouver
une solution au probleme du prix de revient 61ev6, car un prix
de revient eleve entraine la fermeture des d6bouch6s et par
voie de consequence le ch6mage. Le ch6mage lui-meme engen-
drant des d6penses nouvelles, l'augmentation des charges
s'ensuit, et le cycle recommence suivant un cercle vicieux.
Du c6t6 bancaire, la situation actuelle est tout a fait
diff6rente de la situation en 1934-1935, ce qui constitute un
l16ment de la plus haute importance. La banque, de mime que
I'industrie d'ailleurs, se trouvent dans une situation de base
saine. Les banques n'ont plus des avoirs gel6s comme c'etait
le cas il y a quatre ans, et si leurs liquiditLs ont diminu6, celles-ci
n'en restent pas moins telles qu'il n'y a guere a craindre de
ce c8te. Toutefois, la diminution sans cesse croissante des
depots en banque et certain des resultats auxquels a conduit
la division des banques d'affaires en banques de d6p6ts et
soci6t6s financieres devraient faire l'objet d'un examen serieux
en vue d'essayer de rendre aux banques toute leur activity.
Du cote des industries, celles-ci ne sont plus endett6es
comme elles 1'6taient il y a quelques annees, leur situation
financiere ayant 6t6 compl6tement assainie depuis 1935. Le
problem d'un abaissement du prix de revient a toutefois
repris pour elles toute son acuit6, et sa solution entrainerait
certainement une sensible diminution du ch6mage don't les
chiffres actuels, sans 6tre aussi 6lev6s qu'en 1935, n'en sont
pas moins remontes a un niveau tout a fait prejudiciable a
l'6conomie g6nerale du pays.
Du cote monetaire, la situation actuelle n'offre aucun
caractere de gravity, bien au contraire. Elle ne peut en rien
etre compare a la situation en mars 1935. En effet, pendant
les quinze mois qui prec6derent la devaluation, 1'Institut
d'Emission avait perdu 5 milliards d'or, l'encaisse 4tant tombte
a 11.293 millions au 28 mars 1935. Or, nous avons vu que la
dernire situation hebdomadaire de la Banque Nationale
de Belgique en date du 6 juillet faisait ressortir une encaisse-
or de 16.395 millions avec une couverture des billets s'l6evant
a 69,29 %. Le probleme monxtaire ne se pose done pas, si ce







SCIENCES POLITIQUES


n'est dans 1'esprit de gens mal informs ou de ceux qui auraient
un intert personnel a ce qu'il soit pose.
Du c6t6 des finances publiques enfin, la situation n'est
certes pas sans offrir un certain danger, nous l'avons montr6.
I1 ne faut cependant pas, pour la cause, se mettre a crier tout
de suite a la devaluation.
Ainsi donc, et dans l'ensemble, la situation economique
et financiere actuelle de la Belgique n'est pas tout a fait com-
parable en gravity a ce qu'elle 6tait fin 1934I d6but 1935.
L'6tude que nous avons faite nous a toutefois fait toucher
du doigt ce qui, au point de vue economique surtout et pour
son avenir immndiat et lointain, constitute le veritable danger
en Belgique.
Nation essentiellement industrielle et exportatrice, la Bel-
gique no peut vivre que par la quality de ses products et la
modicit6 de ses prix. Excessivement sensible aux variations
de la conjoncture mondiale, elle doit done s'efforcer d'avoir
des cocits de production elastiques et des marges bh6nficiaires
susceptibles de resister a de fortes contractions de prix, de
maniere A pouvoir letter avec succes sur les marches mondiaux.
D'autre part, 6tant donni l'evolution suivie par certain pays
qui de consommateurs sont devenus producteurs, le danger
pour la Belgique serait de ne pas essayer d'adapter son industries
a cette evolution. A cet effet, il lui faudrait done crier de
nouvelles branches d'industrie susceptibles de r6sorber tout
ou parties du .chmage permanent, en mame teams que cela
permettrait d'amdliorer sensiblement la balance commercial.
La Belgique, forte de ce que son Congo peut procurer a
son 6conomie, pourrait alors regarder l'avenir avec confiance,
en n'oubliant jamais cependant ce que son premier Roi,
Leopold Ier, disait de la Belgique politique et qu'un de nos
ministres des finances disait pouvoir si bien s'appliquer main-
tenant A la Belgique economique : ( La Belgique est le pays
le plus expos de la terre .
13 juillet 1939.
Lambert LECOCQ,
Ing6nieur Civil, Licenci6 en Droit,
Diplm6 de l'icole des Sciences Politiques.














LES IDEES POLITIQUES
D'HENRI DE SAINT-SIMON

Saint-Simon a curieusement 6crit quc la R6volution avait
a fait entrer les FranCais en verve sous le rapport politique ).
Cette verve, assoupie pendant la dictature imp6riale, se
reveilla a la chute de 181i et le fit rover a une federation
des Etats de 1'Europe, sur un mode parlementaire. Son livre
sur la Reorganisation europdenne, 6crit en collaboration avec
son 6l1ve Augustin Thierry, suggere la creation de cette f6d6-
ration, qui eUt commence par une alliance franco-britannique.
Mais, a la v6rit6, trop de ruines jonchaient le sol de la France,
de l'Europe, pour qu'une r6forme de cette sorte pit bien
longtemps etre retenue come utile au relevement immndiat
de la society, si ing6nieux fit Ic plan. Aussi, sans s'attarder
sur ce project, c'est vers la France que cet esprit mobile se
tourna bient6t, vers elle seule, pour decouvrir, chez elle, les
moyens de la reliever. ( L'homme n'est pas fait pour vivre
dans les ruines ), disait-il.
Ofi trouver le point le plus propice a la r6alisation des
plans de reconstruction; et, d'abord, comment les 6tablir?
Trouvera-t-on les l66ments d'une reforme soit dans une
restauration de l'Ancien R6gime, soit dans une reprise de la
Revolution?
N6 au milieu du xvime siecle, 6lve de d'Alembert, soldat
de Washington, acteur de la Revolution, Saint-Simon n'a
jamais 6t6 dispose marquer une sympathie pour la France
politique d'avant 89, pour la France feodale. L'organisme
gouvernemental lui apparaissait profond6ment vieilli sous
Louis XVI. Caducit6, tel est le mot don't il frappe le regime
monarchiste. Au gouvernement royal, il reprochait d'avoir
pr6tendu exercer, seul, toute l'initiative politique; aux gou-






376 SCIENCES POLITIQUES
vern6s, de ne 1'avoir pas revendiquee a temps et m&me d'avoir
accept que l'on se moquat de leurs bienfaiteurs, les philo-
sophes, qui, disaient ironiquement les privilegi6s, pr6tendaient
travailler au bonheur social, du haut de leur quatrieme 6tage.
Ni le souverain, ni les sujets, chefs ou subordonnis, n'ont
possidM le savoir, l'exp6rience, le sens de la liberty qui eussent
convenu aux besoins de rajeunissement de ce moment.
L'histoire de la R1volution montre qu'en ( 1I789, le clergy,
la noblesse et les fonctionnaires publics de la nation frangaise
ne se distinguaient pas du gros des F:.,,..;-, en lumiBre, en
6nergie, en delvation d'ame et en toute 1': de sentiments
g6nereux. Les pouvoirs qu'ils continuaient A exercer sur la
nation 6taient, A leurs propres yeux, des b6nBfices sans charges
et don't la propri6td ne pouvait leur etre contested; leurs
idWes sur la l6gitimit6 de leurs droits politiques etaient absurdes;
ils concevaient bien les obligations de leurs concitoyens a leur
6gard, mais nullement leurs obligations A l'6gard de leurs
concitoyens l.
I1 dit encore : ( Les institutions franchises etaient uses;
elles n'agissaient plus come des resorts, comme des rouages
organiques don't le jeu facility les movements du corps poli-
tique; elles avaient perdu leur force, leur harmonies et leur action;
elles n'existaient plus que come une masse inerte, superposde
a la nation, qu'elles 6crasaient comme d'un poids 6norme.
Les functions publiques 6taient multiplies, la plus grande parties
des emplois 6taient devenus h6reditaires et les families qui s'en
trouvaient en possession, dociles A la loi qui rend l'homme
essentiellement paresseux, quand les circonstances ne le forcenL
pas au travail, avaient accumulM, de generation en generation,
une telle incapacity, qu'en 1789, I'habitude d'obeir 6tait la
seule barriere qui retint encore les gouvern6s.
( Les corporations avaient perdu toute leur force; la
division des castes n'offrait plus d'avantages, et ses inconv6-
nients s'6taient 6normement accrus2 )).

I. CEuwres de Saint-Simon et Enfantin, t. XVIII, p. 145 (L'Industrie, 1817) [Je
corrige ces 6preuves loin de mes lives; je m'excuse des petites erreurs qui auraient pu se
glisser dans les references. M. L.]
2. T(uvres, t. XVIII, p. 142. (L'Industrie, 1817.)







LES IDLES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 377

Politiquement, il n'y a done rien a tirer des institutions
de l'Ancien Regime; y aurait-il plus a tirer de l'experience
revolutionnaire, de ( l'ev6nement politique le plus memorable
qui ait jamais eu lieu 1 ) ? II r6pond a la question en se deman-
dant pourquoi ( notre Revolution a kt5 sanglante, horrible,
inhumaine : pourquoi cc grand travail pour la libertL n'a-t-il
product que de nouvelles forms de servitude? )
A son avis, le fait s'expliquerait par l'exag6ration dans
l'opposition a l'Ancien R6gime, par l'excis dans la critique,
par les fureurs de 1', -i;l, de rivalit6; abus qui firent perdre de
vue l'objct imme de toute society : satisfaire l'ensemble des
int6rrts, non pas, certes, de tous les int6rtLs, mais des il i.'" -.
l1gitimes largement entendus. Ccs intrLts oubli6s, on discutait
dans le vide : ( Au lieu de besoin riel et senti, ce fut un d6sir
vague et illimit6, un besoin imaginaire qui pr6sida aux entre-
prises lib6rales. On voulut trop et avec trop d'ardeur pour
vouloir avec ordre et avec precision; l'amour de la liberty se
convertit peu a peu en haine du pouvoir, on no songea bient6t
plus A s'6tablir et a se fortifier sur le terrain conquis, mais i
le ruiner, a le livrer aux flammes; ce qui n'aurait dC etre qu'une
lutte d'int6rit, se declara une guerre d'cxtermnination... )
Si le gouvernement de Louis XVI offrait le spectacle de
la caducitt, le people, a la veille de sa i. '-i,\ i ou ( r6volt6 ,
prssentait ceiui de l'enfance 2; aussi Saint-Simon, en reji..t.n
toute esperance en une restauration de la feodalit6, souhaitait,
en meme temps, tout en se ralliant A l'ceuvre lib6ratrice do la
Revolution, une sauvegarde contre tout retour aux ( extra-
vagances el aux ( atrocities ) de la Revolution : mon cceur
(( rpugne au souvenir de ces scenes d'horrour don't j'ai 6 6 1
temoin 3 ).
La philosophies du xvNiie siecle a 6t6 negative, d'oi, con-
clut-il, tous ces abus, qui sont ceux de l'esprit critique. II ne
la condamne cependant pas en bloc, lui reprochant seulement
de n'avoir pas su crier de nouvelles croyances, pour .-mpl.:,..-:

I. Catichisme des industries, 1824. (Euvres choisies de Saint-Simon (Ch. Lemon-
nier), t. III, p. i34.
2. (Euvres, t. XVIII, p. i/j6.
3. (Euvres t. XVIII, p. 147.







378 SCIENCES POLITIQUES
celles qu'elle avait d6truites. ( I ne suffit pas de d6truire le
mensonge, il faut A la pens6e de l'homme un point d'appui;
si vous ne lui faites accepter la v6rit6, vous ne lui 6tez point
son erreur ou bien alors vous le livrez aux 6garements du
desespoir; c'est 1A ce que la Revolution a fait, ou plut6t ce qui
a fait la RPvolution 1.
II faut une croyance, une philosophies commune; c'est li
un des points sur lesquels a le plus insist le r6formateur :
( Les esprits n'ayant plus rien de convenu centre eux se s6pa-
rerent et devinrent ennemis; ce fut la lutte de tous les caprices
et le combat de toutes les imaginations. Au d6faut d'idees
communes, on se rallia a des sentiments g6n6raux. Les passions
nationals se cre6rent, l'6galit6 et la gloire militaire enivrerent
tour a tour les esprits, et le despotisme trouva bientot sa
place ) 2. La croyance qui manque aux Francais, Saint-Simon
l'a chcrchee; et il a pens6 avoir trouve celle qui convenait
a leurs besoins. ( Le xviiie siecle n'a fait que detruire; nous
ne continuerons point son ouvrage : ce que nous entreprenons,
au contraire, c'est de jeter les fondements d'une construction
nouvelle 3 ).
Ces constatations historiques faites, Saint-Simon pr6tendit
aller plus au fond du mal politique, jusqu'au fait don't l'igno-
rance par les hommes de Sg lui avait paru fondamentale :
la production, fait qui continue a htre mnconnu. Sa premiere
grande etude systimatique, dans cet ordre 6conomique, I'In-
dustrie, date de i817 4
Qui a eu de l'influence, pendant la Revolution? Les 16gistes,
les m6taphysiciens. Leur influence a Wit deplorable, en raison
de leur ignorance des choses 6conomiques, de la production,
partant des interits propres aux regimes modernes, c'est-A-
dire aux regimes industrialists. II leur reproche, aux uns et
aux autres, de n'avoir eu de ces interets qu'une connaissance
superficielle, juristes et m6taphysiciens ayant le mime genre
d'esprit. Les m6taphysiciens et les 16gistes, qui ont rendu

i. Euvres, t. XVIII, p. 206.
2. Eod. loc., p. 2o7.
3. Eod. loc., p. 13.
4. Ecrit ea collaboration avec Augustin Thierry.







LES IDtES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 379
autrefois h la civilisation le service d'avoir enseign6 aux hommes
la liberty d'examen, en multipliant les systemes et les contro-
verses, ne disposaient, en 89, d'aucun principle utile, l'esprit
rempli d' ( abstractions ), tous 6galement strangers autant
au courant economique qu'au courant des sciences positives,
A 1' (( etat scientifique et positif .



A l'encontre des 6conomistes et des philosophes politiques
de son temps, Saint-Simon a comprise le problem politique
come un probleme qui, essentiellement, est economique;
et mime, en son fondement, n'est qu'6conomique. Cc n'est
pas Montesquieu, theoricien politique, qui enthousiasme son
imagination, excite son emulation; ce qui le passionne, ce sont
les 6tudes consacrees aux faits 6conomiques. Et, a la v6rit6,
A ce d6but de siecle, ces 6tudes sont brillantes et nombreuses.
L'6conomie politique avait r6alis6, dans la ligne ouverte par
les physiocrates, de tels progrcs qu'elle 6tait assez commune-
ment consid6r6e come une science; une ( physique social ,
dira Saint-Simon lui-meme; une science neuve, qui pr6tendait
d6tenir le secret de la formation, de la circulation et de la
consommation des richesses. Les richesses obcissent a des
lois, disait l'Iddologue J.-B. Say, qui, comme tous les Ideologues,
6tait f6ru d'exp6rimentation et d'observation.
La premiere edition du TraitM d''Economie Politique, de
J.-B. Say, est de i8o3; la second, de 81i4; la troisieme, de
1817; la quatrieme, de 1819; la cinquieme, de 1826. Saint-Simon
et son le1ve Auguste Comte ont lu cet ouvrage ceMlbre. Saint-
Simon le cite dans son Catichisme des Industriels, en 1822;
Comte en parole A son ami Valat, dans une lettre de 1818. Le
Catechisme d'Economie Politique est de 1817. L'Ideologue
Destutt de Tracy public, en i815, son Traite de la Volontg,
qui est un pr&cis d'6conomie politique; deuxieme edition
en 1818. Sismondi donne, en 1819, ses Nouveaux principles
d'Economie politique. Dans tous ces ouvrages circle l'influence
d'Adam Smith, que Germain Garnier a traduit en 1802.
J.-B. Say fait un course d'6conomie industrielle au Conser-







380 SCIENCES POLITIQUES
vatoire des arts et m6tiers, a partir de I820; toutefois, ce n'est
qu'en 183i que le mot economie politique p6netrera dans l'Uni-
versit6, lorsqu'il sera nomm6 professeur au Collage de France.
Des lives d'une tout autre tendance, qui paraissent a
la meme 6poque, sont lus avec un mime int6ret passionn6 :
l'Antigone, de BIallanche, cn 18i4; son Homme sans nonm,
en 1820. Comme l'a dit lui-meme ce singulier personnage,
(( toute la Restauration depuis 18i4 jusqu'en i83o, apparait
derriere l'Antigone et l'Homme sans nornm Le grand livre
du vicomte de Bonald, I'Essai analytique sur les lois naturelles
de l'ordre social, parait on 1800; une nouvelle edition en 1818.
Du Pape, de Joseph de Maistre, est de 8I9g. Livres A citer
ici, puisque les Saint-Simoniens front la conjunction entire
les theoriciens du negoce et ces esprits mystiques, entire
J.-B. Say et Joseph de Maistre, Saint-Simon ayant amorce le
mercantilisme th6ocratique de ses disciples et soumis la pro-
duction a la loi de fraternity des Evangiles, apres avoir lu
ces deux auteurs, qu'il estimait. C'est le seul emprunt qu'il
leur fera, mais il est d'importance, puisque c'est eux qui ame-
nrrent le censeur de l'individualisme critique de la Revolution
a affirmer que tout ordre social postulait 1'existence d'une
doctrine morale. Une morale, dit Saint-Simon; une religion,
diront les Saint-Simoniens.
Fort do tant de leons tires de l'histoire, de son expe-
rience r6volutionnaire, Saint-Simon engagea ses contempo-
rains a regarder enfin 1l oi les chefs de la R1volution n'avaient
pas jet6 le regard qui les eat sauv6s; lA ofu se manifestent les
activities qui concourent A la formation des richesses : ( La
socift6 tout entire repose sur l'industrie. L'industrie est la
seule garantie de son existence, la source unique de toutes
les richesses et de toutes les prospirites. L'6tat de chose le
plus favorable a 1'industrie est done par cela seul le plus favo-
rable a la society. VoilA, tout a la fois, et le point de depart
et le but de tous nos efforts ,1.
Saint-Simon assimile la society h une (( entreprise indus-
trielle ,; la France A <( une grande manufacture ) et la nation


i. OEures, t. XVIII, p. I3.







LES ID1ES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 381
franchise a un ( grand atelier ), formula que Proudhon et les
syndicalistes contemporains reprendront plus tard. Et c'est
comme telle qu'elle doit etre gouvern6e, ou, plus exactement,
administr6e. Pensee clairement exprimee dans une lettre 6crite
par Auguste Comte a son maitre, trEs probablement d'accord
avec lui, dans des vues de propaganda en faveur du recueil
L'Industrie, oui elle fat publi6e sans signatures :
( Vous savez mieux que personnel, r,-i. 'i, puisque c'est
vous qui l'avez dit nettement le premier, que la seule politique
honorable, c'est l'economie politique. Or I'6cononmi politique
n'est point encore, a proprement parler, une science, et pour
le devenir il lui manque une base..., lui en donner une est,
a mon avis, ce qu'on peut faire aujourd'hui de plus important
pour les progres de cette science. Or, ce but me semble rempli
par votre idee fondamentale : la propri6t6 est l'institution
la plus important de toutes et elle doit etre institute de
la maniere la plus favorable h la production. Toutes les v6rit6s
acquises en economic politique me semblent pouvoir se ratta-
cher a cette belle id6e; et par l1 elle fournit les moyens de faire
enfin la veritable science politique fondue sur les observations
economiques.
( Quel beau travail cc serait, Monsieur, que celui de l'ar-
rangement de cet ensemble de la formation de la politique
positive. )
Cette opinion a t6L defenduc, mais de biais, par Sismondi,
qui, dans ses Nouveaux principles d'economie politique (1819),
6crivait que l'economie politique est la (( science qui se charge
de veiller au bonheur de l'espice humane2 ); plus ancien-
nement expose par les physiocrates, en particulier, par
Dupont de Nemours, qui d6finissait l'6conomie politique
l'art de gouverner 3; par Mably et Rousseau, qui confondaient
l'economie politique avec l'art de administration. L'article
que Jean-Jacques a donn6 A l'Encyclopdie, sous ce titre :
Economic, n'est qu'une etude politique. C'6tait une idWe cou-

1. A. Pereire, Les premiers rapports entire Saint-Simon et Auguste Comte, Revue
historique, t. XCI, 1906.
2. P. XXIV de la second edition.
3. (Euvres de Turgot, t. III, p. 3io editionn Dupont de Nemours).







SCIENCES POLITIQUES


rante, A l'6poque, chez les auteurs allemands, que l'&conomie
politique doit guider administration 1. Par contre, le systime
6tait rejet6 par Adam Smith, plus encore par J.-B. Say.
A Sismondi et A ses voisins de pens6e, Say ne cessera de
reprocher d'avoir commis la mnme erreur que ceux qui eussent
confondu la science de la m6canique avec l'art du m6cani-
cien : ( Ils ne faisaient pas attention que la nature des choses
est ind6pendante de l'usage qu'on doit en faire ). En some,
pour J.-B. Say, les 6c.onomistes ne doivent etre que des obser-
vateurs, indiff6rents a l'usage qui sera fait de leurs observa-
tions 2
Saint-Simon qui admire, cite et contredit sur ce point
J.-B. Say 3, n'ignorait pas qu'il allait a l'encontre des prin-
cipes libfraux don't lui-mcme, tout autant que le grand 6co-
nomiste, s'6tait tout d'abord reclame, en politique et en
iconomie; on ne saurait done lui reprocher une ignorance
des themes d6fendus par J.-B. Say; c'est en connaissance de
cause qu'il trouvait l'6conomie socialement insuffisante, pr&-
cissment dans la measure oi l'auteur du TraitM d'economie
politique avait pr6tendu separer politique et economie. En
plusieurs pages, Saint-Simon critique la these s6paratiste de
J.-B. Say, telle qu'il l'avait expose dans les premieres lignes
du discours pr6liminaire de son trait.
Saint-Simon aflirme : ( Les industries se constitueront
premiere classes de la soci6te; les industries les plus impor-
tants se chargeront gratuitement de diriger l'administration
de la fortune publique : ce sont eux qui front la loi, ce sont
eux qui fixeront le rang que les autres classes occliperont
entire elles; ils accorderont A chacune d'elles une importance
proportionnee aux services que chacune d'elles rendra l'in-
dustrie : tel sera inevitablement le r6sultat final de la revo-
lution actuelle; et quand ce r6sultat sera obtenu, la tranquillity
sera completement assure, la prospirit6 publique marchera
avec toute la rapidity possible, et la society jouira de tout

I. D'apres J.-B. Say, cit6 par Ch. Gide et Ch. Rist, Histoire des doctrines Icono-
miques, Paris, 1920, p. 210.
2. Cours complete d'iconomie politique pratique, t. II, 2e 6dit. (1840), p. 542.
3. (Euvres, t. XVIII, p. 182 et s;







LES IDEES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 383
le bonheur individual et collectif auquel la nature humane
pourrait pr6tendre )1.
Les industries sont des gens, a remarqu6 Saint-Simon,
qui ont fait preuve d'une veritable capacity administrative,
dans toute la measure oi ils ont r6ussi dans leurs affaires;
et ces affaires, on peut dire qu'ils les ont r6ussies d'une facon
g6n6rale. La capacity qu'ils ont montr6e dans leurs affaires
privies, il affirme qu'ils la montreront sur le terrain de l'in-
terUt general, d&s qu'une doctrine d'int6rkt general leur aura
enseign6 les principles de leur devoir national; des que les
institutions publiques auront 6t6 r6formees a cet effet. Saint-
Simon 6tait optimiste, parce que, sous ses yeux, des industries
avaient marqu le plus grand talent, et meme un talent excep-
tionnel, dans la conduite de leurs affaires, un talent en parties
anime par un sincere et g6nereux souci de l'interft general,
Ternaux, Delessert, Richard-Lenoir, Chaptal, tant d'autres
que Charles Ballot a si bien 6tudi6s dans son beau livre sur
l'introduction du machinisme en France.
Saint-Simon a repouss6 la formule : respect a la propriWt6
et aux proprintaires, la remplacant par celle-ci : respect a la
production et aux producteurs. II dit : producteurs, il dit aussi :
industries.
On est ici au centre meme de la doctrine de Saint-Simon,
qui a divis6 les individus en travailleurs, ou producteurs,
et en oisifs; distinction capital dans son oeuvre, come elle
le sera dans l'ceuvre de l'6cole qui portera son nom. Seuls,
A son avis, ont le droit de se dire membres de la soci6td ceux
qui produisent; il n'y a de (( soci6te legitime ) que la soci6t6
des travailleurs 2. Et sa definition est tres extensive :
( J'observe qu'il est essential de laisser a l'id&e de travail
toute la latitude don't il est susceptible. Un fonctionnaire
public quelconque, une personnel adonnie aux sciences, aux
beaux-arts, a l'industrie manufacturiere et agricole travaille
d'une manibre tout aussi positive que le manoeuvre b6chant
la terre, que le portefaix portant des fardeaux ).
Mais quels sont les oisifs? Ceux qui vivent de leurs rentes,


I. Catchisme des industries, 6d. 1832, p. 47.
2. (Euures, t. XVIII, p. 128.







384 SCIENCES POLITIQUES
les propri6taires d'immeubles vivant noblement, et il explique,
( c'est-a-dire a ne rien faire ), en g6n6ral ( tous ceux qui s'op-
posent a l'Ntablissement du regime le plus favorable A l'eco-
nomie et A la liberty ), tous ceux qu'il designe come consti-
tuant ( le parti anti-national . Une de ses 6tudes porte ce titre :
Le parti national ou industrial compare au part anti-national1.
Saint-Simon entendait fournir une seule r6ponse aux
deux problemes que le non-travail imposait alors A attention
des gouvernants et des philosophes : au problbme de i'oisivetd
des nobles, au problem de la mendicit6, qui 6tait restie, sous
la Revolution, aussi inqui6tante que sous l'Ancien Regime.
Comment les r6soudre, sinon en levant au rang de principle
l'obligation au travail, tant au regard de tous les citoyens
qu'au regard de l'Etat?
Sous l'Ancien Regime, il y avait des armies de mendiants
qui parcouraient les routes; ils fournissaient des recrues aux
brigands don't I'hisLoire a recenu deux ou trois noms drama-
tiques : Cartouche, Mandrin. L'administration royale, puis
la revolutionnaire avaient luttL pinalement surtout, et en
creant des asiles mi-prisons, mi-h6pitaux, mais sans grand
succs. Le problem etait aussi aigu, diflicile, lorsque survint
l'Empire, ainsi qu'en t6moignent les travaux pr6paratoires
des codes r6pressil's impdriaux. Encore plus delicat A resoudre
6tait le problime de l'oisivet6 nobiliaire; sa substance 6tait
plus subtile, puisqu'il posait la question du revenue sans tra-
vail, c'est-a-dire le problem que chercheront a resoudre, par
la loi et l'insurrection, Blanqui, Buret, Pecqueur, Louis Blanc,
Pierre Leroux, tant d'autres encore, en vain, pendant le
course agite du xix sickle.
Cette question de l'oisivet6, plusieurs ecrivains de l'Ancien
Regime l'avaient d6jh posse, tenant de la r6soudre, les uns,
tel I'abb6 Coyer 2, dans un sens novateur, les autres, tels Ales
de Corbet et le chevalier d'Arc, dans un sens traditionnel,
favorable aux ( vrais principles3 c'est-A-dire au maintien
I. (Euvres, t. XIX, p. 195 (i819).
2. La noblesse commergante; Dgveloppement et defense du syst6me de la noblesse
commergante.
3. La noblesse militaire ou le patriote francais; La noblesse ramende 4 ses vrais
principles.







LES IDIES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 385
de la noblesse dans sa sp6cialisation guerriere; ou, pour Saint-
Simon, dans sa sp6cialisation d'oisivet6, industriellement par-
lant.
En fait, il y avait des exceptions au principle que le com-
merce et l'industrie faisaient d6roger; il n'y avait pas d6ro-
geance, par example, pour les gentilshommes devenant maitres-
verriers, maitres de forges, armateurs, mnme n6griers, tel le
pere de Chateaubriand. Ces examples aidant, lorsque se repan-
dit le systeme des soci6tes par actions, vcrs 89, les gentils-
hommes s'int6ress&rent aux affaires, disormais sans p6ril
de d6rogeance, tel le due d'Orleans; et ainsi se d6velopperent,
dans le milieu mnme oil est ne le grand seigneur Henri de
Saint-Simon, pendant les dernieres annees du xvmie sibcle, les
l66ments de la critique qui Font amend a rejeter de la cit6 tous
ceux qui, bourgeois ou nobles, n'etant ni commercants, ni
industries, pr6tendaient maintenir a leur profit un droit
16gitime a l'oisivet6. Ce n'est pas seulement une vue morale
qui lui a fait compare ces ( oisifs )) A des frelons, comme Rous-
seau criant : tout citoyen oisif est un fripon; c'est une vue
&conomique, qui l'a guid6, le tableau de cette grande industries
naissante, une vue qui, bient6t, va rtre transformed par lui
en un 616ment politique, assise mime de l'ordre nouveau.
C'est a la longue que l'on a pu percevoir la nouveaut6 de
cette transformation et la richesse constitutionnelle du prin-
cipe qu'elle a provoqu6, a measure que crit l'importance de
l'industrie. Chateaubriand eut l'intuition de ces prochaines
evolutions avant qu'elles eussent pris un caractbre proprement
socialist, mais longtemps aprEs Saint-Simon, lorsqu'il 6crivait,
une quinzaine d'annees plus tard, en i83i, dans la Revue
europ6enne, cette ligne charge de proph6tie: ( Ces mots d'oisifs
et de travailleurs ont de la portee ))1. En r6alit6, le noble
Saint-Simon fut pouss6 vers un renouvellement des vieux
thames politiques et moraux, en meme temps que la masse
des citoyens, les gentilshommes compris, par les faits eux-
memes, qui, d6s la Revolution, puis sous l'Empire, au debut
de la Restauration, n'ont cess6 de tendre a promouvoir en
i. Le Globle, 19 d6cembre 1931. Cite par M. S. Charlety, Histoire du Saint-Simo-
nisme. Paris, 1931, p. 112.
SCIENCES POLITIQUES. 25







386 SCIENCES POLITIQUES
dignity le travail. A I'image des fItes de la Raison et de la
Loi, il y aura, par example, une fete du Salpktre (1794). Bona-
parte d&corera et anoblira des industries. Des chambres con-
sultatives d'arts et de m6tiers seront constitutes sous l'im-
pulsion de Chaptal, apres que des 6coles d'arts et m6tiers
eussent 6td cr6es, pendant la RPvolution, sur l'initiative
d'un grand seigneur, industrial lui-mmme, La Rochefoucauld-
Liancourt, don't Saint-Simon fut un moment l'associ6.
L'Ul6ment central de l'Nconomie politique, aux yeux
d'Adam Smith et de J.-B. Say, c'est le consommateur. Telle n'a
pas 4t6, on le voit, la pens6e de Saint-Simon : pour lui, i'ei&-
ment central est l'industrieux, qu'il va bient6t appeler Fin-
dustriel; le mot est de son invention. La France, laborieuse,
inventive, mieux connuc, il va pretendre la ramener ( sa
veritable nature ) de ( grande society industrielle , i son
objet, qui est s la satisfaction du besoin de tous ). II s'agit
de produire 1; et plus elles seront productrices, plus les soci6tSs
perdront le caractre guerrier qu'elles tenaient de leur
organisation fEodale. ( Tout cc qu'on gagne en valour indus-
trielle on le perd en valeur militaire 2.




Appel6s au pouvoir, tous les industries ne pourront, en
masse, gouverner 1'Etat, une selection s'impose. Saint-Simon
eut souhait6 que cette selection se fit par cooptation; il a
di se r6soudre a proposer un systmme electoral.
Qui vote, au commencement du xIxe siecle? Ceux qui
paint un imp6t, les censitaires, c'est-h-dire des proprietaires,
des militaires, des oisifs; or, cc ne sont pas la les 6lecteurs
qui paraissent h Saint-Simon convenir a une soci6te industrielle;
ils ne la repr6sentent pas, parce qu'ils ne l'enrichissent pas,
&conomiquement parlant. ( Pourquoi ne proclame-t-on pas
que les Francais qui patient i.ooo francs de contribution directed
sont aptes a faire des d6couvertes en chimie, tandis qu'on

i. (Eu-res, t. XVIII, p. 68 et 69.
2. Eod. loc., p. io2.







LES ID42ES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 387
6tablit au fond un principle absolument pareil pour la politique
qui est cependant bien autrement difficile et bien autrement
important que la chimie. )
I1 rappelle la reform de Villele (1817), qui attribua la
valeur d'un cens electoral A l'imp6t des patentes payer par les
industries; et il la souligne pour demander qu'une measure
analogue soit prise en faveur du fermier, qu'il appelle un
industrial agricole. Le regime electoral eAt Wte profondement
transform si tous les producteurs eussent joui des 1817 d'une
mime plenitude des droits politiques, si l'imp6t efit 6t paye,
non par le proprintaire oisif, par le capitalist oisif, mais par
le fermier, par le dirigeant des ateliers, par tous ceux qui
mettent des capitaux en oeuvre1
Saint-Simon eut voulu 2, comme au temps de la Constitution
de lan VIII, qu'il y ect trois chambres. Sous la Restau-
ration, on s'en souvient, il y avait deux chambres, la chambre
des pairs et la chambre des deput6s. Trois chambres don't les
travaux ct les decisions eussent ete solidaires, savamment
hierarchis6es. Sur leur formation, sa pens6e reste obscure.
La ( chambre d'invention )) ect Wt compose d'ingenieurs,
d'artistes et d'architectes : a cette chambre, veritable chambre
professionnelle, Saint-Simon confiait le soin de dresser des
plans de travaux publics.
La ((chambre d'examen ), compose de savants, eAt v6rifi6
les plans de la ehambre d'invention et se fut occup6e de l'6du-
cation publique, des fetes. Si Saint-Simon veut que l'on tra-
vaille et que I'on s'instruise, il veut aussi le repos; le loisir,
apres l'effort laborieux. II1 a r6ve h la creation de grands pares
nationaux; il a meme souhait6 que la France devint un grand
pare.
La troisieme chambre, dite ( chambre d'execution n,
compose d'industriels, autre chambre professionnelle, eut 6t6
chargee de realiser les grands plans dresses et revises par
1'6ite des technicians et des artistes frangais.
N'est-ce pas 1l le debut de la pens6e qui a about, amorc6
en 1925, A la creation du Conseil National Economique, devenu,
I. (Euvres, t. XIX, p. 43 et s.
2. V. L'organisateur, 1819.







388 SCIENCES POLITIQUES
depuis 1936, un des grands corps de l'tat? Ce Conseil est, come
l'avait souhait6 Saint-Simon, compose de tous les technicians
du pays, de ses artistes, de ses savants, mais avec une diff6-
rence : le Conseil National Economique est constitu6, d'une
fagon paritaire, d'ouvriers et d'employeurs, dans une ligne
d6mocratique, alors que les conseils imagines par Saint-Simon
ne comprenaient pas d'ouvriers. Malgr6 cette omission, que
justified le peu de developpement de la classes ouvriZre, au temps
de Saint-Simon, la composition de ces conseils n'en 6tait pas
moins remarquable; et, en agr6geant les artistes et les savants,
Saint-Simon faisait enter dans l'Etat une pens6e d6sint6ress6e,
qui a son prix, a nos yeux, cent ans plus tard.
Saint-Simon a demand au roi de prendre la tfte de ce
movement reformateur : il a appeal la royaute post-r6volu-
tionnaire a jouer un r6le industrial, scientifique et artistique
qu'il avait cru avoir 6t6 celui de l'ancienne monarchie, alli~e
des communes corporatisdes : dans la royaut6, qu'il a definie
une ( institution populaire 1, il a voulu voir une puissance
de d6f6odalisation et de pacification don't le movement,
arrWt6 depuis Louis XVI, devait reprendre, sinon dans les
mnmes terms, du moins en faveur de fins analogues, des fins
les plus utiles, fins industrielles de la society. C'est en historian
qu'il a pens a cette alliance et I'a proposee. Aussi n'est-ce
pas le roi de l'imagerie populaire qu'il a envisage, general,
6veque, cavalier de parade, danseur, mais le roi pr6v6t des
marchands, au fond, un roi a la Colbert, 1'homme du Tiers, un
chef de commis.
Aux ( pouvoirs ) succederont les capacit6s ); au gouver-
nement des hommes, l'administration des choses, le gouver-
nement ne devant Utre que 1' ( agent, charge d'affaires de la
society )1. L'ordre social ayant pour unique objet l'action
des hommes sur les choses 2, l'Etat devra se borner A ( com-
biner le plus sagement possible les travaux a faire par la society
pour ameliorer physiquement et moralement l'existence de
tous ses membres ).
La society est destinee a connaitre une organisation qui
I. (Eures, t. XIX, p. 36.
2. (Euvres, t. XX, p. 81.







LES ID1~ES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 389
ne comprendra plus de gouvernement : il n'y aura plus qu'une
administration : ( dans l'ancien systeme le people 6tait enrd-
gimentj par rapport A ses chefs, dans le nouveau, il est combine
avec eux. De la part des chefs militaires, il y avait commande-
ment, de la part des chefs industries, il n'y a plus que direction.
Dans le premier, le people etait sujet, dans le second, il est
socidtaire C1. Cet avenir, ii le precise, dans le Catichisme des
Industriels, 1822, en 6crivant que l'espece humaine, appel6e,
par son organisation, a vivre en soci6et, est (( destinee a passer
du regime gouvernemental ou militaire, au regime adminis-
tratif ou industrial. ) I1 dit encore : ( une society 6clairie n'a
besoin que d'etre administr6e ) 2.
Emile Faguet s'est imagine que Saint-Simon 6tait un ( feo-
dal ; ce ne sont pas de tels propos quijustifieraient cette pithBte;
elle n'atteint pas la diversity du genie de cet observateur pers-
picace qui a reproch6 a l'Ancien R6gime de n'avoir pas Wte un
regime d'opinion, d'avoir gouvern6 en se repliant sur lui-
mmme, non pour d6couvrir la formule politique la plus utile
au grand nombre, mais pour abuser avec plus de sfiret6 de ses
prerogatives. L'Ancien R6gime gouvernait en faveur d'une
minority, a-t-il dit, alors que le but de tout gouvernement
devrait ftre l'interet du plus grand nombre possible.
Saint-Simon, il est vrai, n'est pas d6mocrate; la souverai-
net6 du people est une notion qui lui est infiniment 6trangere :
c'est, il s'en est confess, le spectacle des elections de la R6vo-
lution qui lui a enlev6 toute confiance dans le principle cher
a Rousseau, les luttes politiques n'ayant pas tendu a r6veler
une opinion moyenne, mime l'opinion d'une majority; il n'y
a vu que des luttes f6roces, de 1793 a 1799, entire minorities
actives, violentes, entire parties fanatiques, c'est-A-dire entire
les minorities qui aspiraient A l'heg6monie, les Montagnards
aussi bien que les Girondins. Quelques votes et quelques coups
de force lui ont donn6 A reflechir, les coups de force de la Com-
mune centre la Convention (Prairial an III), le Coup d'Etat
de Fructidor centre les royalistes; la mise en sommeil de la

I. L'Organisateur, 1819, repr. (Euvres de Saint-Simon et d'Enfantin, t. XX,
p. i5o.
2. (Euvres choisies (Ch. Lemonnier), t. III, p. 13o.







SCIENCES POLITIQUES


Constitution montagnarde de 93, par crainte, a dit Michelet,
d'une reaction royaliste. Pourtant, c'est peut-4tre moins
comme critique d'un proche pass qu'il a pris cette attitude
anti-democratique que comme observateur des faits industries.
Une usine, une mason de banque requierent a leur tate des
technicians; on disait alors des ( capacit6s ); est-ce au suffrage
universal que de tels choix peuvent etre confines? I1 ne le pensa
pas; et &cartant comme inutiles, mime nocifs, tous les rapports
qui ne sont pas des rapports derives de la production, il se
persuade que son avis 6tait conforme a la logique de son sys-
teme, c'est-A-dire utile a la production.
Les parasites, les faineants, ( c'est-a-dire les voleurs s,
6crit Saint-Simon, il convient de les 6loigner; mais il fait
remarquer que, depuis la R6volution, le nombre des desoeuvres
a diminu6; qu'on peut entrevoir une 6poque oi (a il n'y aura
plus dans la soci6te d'hommes volontairement desceuvres 1.
Saint-Simon n'a pas rejet6 hors de la cit6 les ouvriers,
les artisans : il demand qu'ils fussent associ6s aux chefs des
industries, ne les jugeant pas assez mcrs pour devenir pleine-
ment gouvernants. Il les a vus sous l'angle de la pauvret6;
et les voyant sous cet angle, il a demand que tout 1'effort de
l'Itat tendit a ameliorer leur condition, la condition de la
classes la plus nombreuse et la plus pauvre. Cette doctrine,
animatrice de son dernier livre : le Nouveau Christianisme
(1825), amorce, au fond, la 16gislation social qui, tout au long
du xixe siecle, s'efforcera d'am6liorer cette condition. Si
Saint-Simon n'est pas d6mocrate, il n'est, A aucun degr6,
l'homme qui admet que l'ordre social puisse etre fond sur
une misrre, lui qui, assimilant la society a une compagnie
de travailleurs ,), demandait en 1820 que le premier article
du budget eit pour objet d'assurer l1'existence des prol6taires,
en procurant du travail aux valides et des secours aux inva-
lides )) 2
( C'est pour le people que la question se r6soudra, lit-on
dans l'Organisateur (i819)3, mais il y restera ext6rieur et pas-

1. (Euvres, t. XVIII, p. 129, note.
2. CEuvres, t. XX, p. x58 (1819).
3. (Euvres, t. XXI, p. 107.







LES IDEES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 391
sif. s Les ignorants ont besoin de chefs, et ce n'est pas eux
qui peuvent les designer. Pourquoi ceux qui ne savent pas,
en matiere industrielle, se dit Saint-Simon, ne seraient-ils pas
confiants A i'6gard des dirigeants d6sign6s par les plus com-
pItents, come ceux qui ne savent pas en matiere scientifique,
sont confiants a l'6gard des savants? Saint-Simon pense avec
optimism qu'il n'y a pas a craindre un arbitraire industrial;
mais il est vrai qu'il a craint l'avenement d'un despotisme
scientifique, id6ologique, dirions-nous aujourd'hui.



Quoi qu'il en soit des lacunes et des bizarreries du systhme,
ceci demeure : c'est que Saint-Simon a pr6vu un nouveau
mode de gouvernement ct d'administration; une adminis-
tration publique collaborant avec les producteurs, avec tous
ceux qui travaillent utilement, travail technique, travail
scientifique, travail artistique, travail de direction. Son affir-
mation que le gouvernement de l'avenir sera scientifique est
certainement un de ses apports les plus originaux a l'art social,
art don't les philosophes politiques devront formuler les rbgles.
L'observateur, qui a vu en quelque sorte s'exercer physi-
quement influence de Rousseau et de Montesquieu sur les
16gislateurs des assemblies r6volutionnaires, a r6clame pour
les 6crivains politiques un r61e directorial, celui que le gou-
vernement avait jusqu'alors assume et pr6tendait continue
a assume, seul, malgr6 l'incapacite qu'il lui reprochait : plus
besoin de cet ( intermediaire inutile et souvent dangereux ).
L'avenir est a une politique industrielle que les 6crivains
politiques 6laboreront dans l'int6rkt des industries eux-
mimes 1 : le recueil intitul6 L'Industrie cst destine a crier
un lien entire ceux-ci et ceux-1l. Plus de politique se bornant,
a la suite des 6conomistes orthodoxes, a une simple negation;
mais affirmation d'une activity solidaire qui amenera la reforme
total de la society, r6forme morale et industrielle, tout a la
fois. Praticiens et theoriciens ainsi rapproch6s, Saint-Simon


I. cEuwres, L. XVIII, p. I'4.







392 SCIENCES POLITIQUES
esp6rait que les maux qui avaient accabl6 la R6volution
frangaise, (( poque a la fois digne d'horreur et de piti6 , ne
se reproduiraient pas, du moins d'ici a un grand nombre
d'ann6es, d'ici h plusieurs siccles, (( grace a ces progres de la
science politique 1'.
L'art de gouverner a toujours te6 fait de recettes empruntees
a l'histoire; toujours, come dit Saint-Simon, (( l'histoire fut
le breviaire des rois 2. Mais ce br6viaire ne valait rien; on
le voit bien, dit-il, a la facon don't ils ont gouvern6; mauvais
savoir, parce que l'histoire n'avait aucun caractere scienti-
fique, elle n'6tait que la ( biographic du pouvoir a: les histo-
riens ignoraient l'6conomie politique, qui, desormais, doit
jouer un r61e capital de direction, puisqu'elle est la science
de la production. ( La politique, 6crit-il, est la science de la
production ) 3.
L'art de gouverner les societ6s doit devenir positif, c'est
le mot qu'il emploie, grace a la connaissance scientifique du
progres des soci6tes, grace a la connaissance du ph6nomrne
essential, que l'observation y d6couvre, la production.
L'histoire doit permettre de voir quelles sont les tendances
des soci6t6s; et c'est dans la direction de leurs tendances
qu'il conviendra d'administrer la production : qu'il y ait des
tendances dans les societes, voila un des points sur lequel
a insist Saint-Simon. Mais comment d6couvrir ces tendances,
en some, comment 6crire et comment utiliser I'histoire?
Les tendances A retenir sont cells qui, dans le pass, annon-
cent l'avenir; il n'y a pas de solution de continuity entire les
temps. Constatation qu'il croit pr6ciser en 6crivant que l'avenir
se compose des derniers terms d'une sirie don't les premiers
constituent le passe... ( Quand on a bien 6tudi6 les premiers
terms d'une serie, il est facile de poser les suivants : ainsi,
du pass bien observe, on peut facilement d6duire l'avenir 4.
Travail facile, pense-t-il; espirance imprudente; car en fait,
faute d'une observation vraiment scientifique, Saint-Simon et
I. (Euvres, t. XVIII, p. 147.
2. M6moire sur la science de I'homme (1813), (Euvres, t. XL, p. 245.
3. (Euvres, t. XVIII, p. 188.
4. M6moire introd. de M. de Saint-Simon sur la contestation avec M. de Redern
(1812), (Euvres, t. XV, p. 122.







LES ID9ES POLITIQUES D'HENRI DE SAINT-SIMON 393
ses disciples, ont fait bien des pronostics d6mentis; mais de
leur tentative subsiste une v6rit6 : le pass est un des
616ments de l'avenir, v6rit6 que les progres de l'observation
historique, seuls, rendront f6conde. Une science des soci6t6s,
une sociologie est possible, parce qu'il y a quelque chose de
permanent en elle, ce permanent que r6vble l'histoire. < La
soci6te, disait-il, n'est point une simple agglomeration d'Utres
vivants, don't les actions, ind6pcndantes de tout but final,
n'ont d'autre cause que l'arbitraire des volont6s indivi-
duelles, ni d'autre r6sultat que des accidents hph6meres ou
sans importance; la society, au contraire, est surtout une
veritable machine organis6e don't toutes les parties contri-
buent d'une manibre diff6rente A la march de l'ensemble.
Cette connaissance social est une connaissance que l'on
peut appeler physiologique, qui permettra de traiter la
soci6t6 en vue de la conservation et de l'am6lioration de sa
sant6 g6nerale 1.
C'est tout naturellement que Saint-Simon en est ainsi venu
A 6crire que la politique doit devenir (( une science d'obser-
vation ; que les questions politiques devraient d6sormais
6tre trait6es par la mime m6thode et de la meme maniere
qu'on traite aujourd'hui cells qui sont relatives aux ph6no-
mbnes physiques, en utilisant la m6thode des sciences physi-
ques2; une analyse exacte devra guider nos definitions.


S r

Saint-Simon a pouss6 a la formation de pouvoirs nouveaux
dans la Cite, on le voit; et, consid6r6 de cc point de vue, on peut
le ranger parmi les philosophes politiques; mais c'est un philo-
sophe politique social, comme on peut dire que Sismondi a 6t6
un 6conomiste social, puisqu'il n'a pens6 h des transformations
constitutionnelles que pour modifier l'6quilibre des besoins
et des int6rits, placer au premier rang la classes des produc-
teurs, arracher les pauvres a la misere, leur faire connaitre

1. De la physiologie applique aux ameliorations sociales, CEumres, t. XXXIX,
p. 177-178.
2. EOuvres, t. XIX, p. 188-89; t. XL, p. 18-19.







394 SCIENCES POLITIQUES
un (( bonheur social ). 11 n'est done pas simplement un inven-
teur d'institutions, comme Montesquieu ou Benjamin Cons-
tant : il est un r6formateur social, un politique social; il est
ce que seront, dans la suite, h sa suite, tous les socialists
du xixe et du xxe siecle, en particulier Proudhon et Karl
Marx.
Prophete d'un age d'or, Saint-Simon fut utopiste, mais
point A la Morelly, si l'on veut, puisqu'il pensait qu'une poli-
tique ne sera efficace que dans la measure oi elle sera l'orga-
nisation d'une observation : ( On ne cr6e point un system
d'organisation social, 6crivait-i!, on apergoit le nouvel enchai-
nement d'idees ou d'i :,~.-1 qui s'est form, on le montre,
voila tout. Un systeme social est un fait, ou il i'est rien 1.
Si la sociWte tout entire repose sur l'industrie; si i'industrie
est la seule garantie de son existence, la source unique de
toutes les richesses, la promesse de la paix; si une physique
social est enfin possible, la politique sort du (( vague des
conjectures; elle n'est plus livree au caprice des circonstances;
son sort n'est plus attache celui d'un pouvoir, d'une forme,
d'un prejuge; son terrain est connu; sa maninre est appr6ciee;
et la science des soci6tes a d6sormais un principle; elle devient
enfin une science positive ))1
C'est sur un savoir pr6cis que Saint-Simon fonde la poli-
tique, l'art politique, sur des faits observes. Science des societ6s,
science &conomique, art politique font un tout, front de plus
en plus un tout, grace a l'union des producteurs de la fabrique
et des champs, des 6conomistes, des savants et des philosophies
politiques; voila dans quelle cat6gorie est (( la capacity poli-
tique ); et son avenir, c'est-4-dire l'avenir des Soci6tes indus-
trialis6es, depend de leur accord.

Maxime LEROY,
Professeur a I'lEcole libre des Sciences Politiques.


I. (Eures, t. XX, p. 179.
















LE COMMUNISM EN CHINE1


Dans le grand drame qui met aux prises, depuis deux
ans, plus de 550 millions d'hommes un quart de l'huma-
nit6 et que des soucis plus directs et plus imm6diats nous
empkchent de suivre avec toute l'attention qu'il meriterait
(ne fit-ce qu'en raison de ses repercussions actuelles et futures
sur notre Indochine), les Communistes chinois jouent un r6le
special sur lequel nous insisterons plus longuement tout A
l'heure. Mais il est impossible de le comprendre et d'en saisir
les consequences possibles pour l'apres-guerre si l'on ne
rappelle tout d'abord ce qu'est le Communisme chinois et
si l'on ne retrace a cet effet quelques traits au moins de son
histoire.


I. LES ORIGINS DU COMMUNISM CHINOIS ET SES
PREMIERES MANIFESTATIONS.

C'est en 1919 que deux professeurs de l'Universit6 Nationale
de Pekin, MM. Tch'en Tou-siou 2 et Li Ta-tchao avaient lanc6

i. Sources: WIEGER, Chine Moderne (8 vol. Traductions et Commcntaires et
textes chinois de 1920 A 1927); T. C. Woo, The Kuo Min Tang and the Future of
the Chinese Revolution (1928); SUEN WEN (Sun Yat sen), Le Triple Demisme (traduct.
P. D'ELIA, 1929); Maurice LACHIN, La Chine Capitaliste (1935); Edgar SNOW,
Red Star over China (1937); James BERTRAM, Crisis in China (1937); GENERAL FT
MADAME TSIANG KAI CHEI, China at the Crossroads (1937; traduit depuis en francais:
La Chine d la croisde des chemins). Articles dans PACIFIC AFFAIRES, organe de l'Ins-
titut (Am6ricain) du Pacifique; notamment de MM. Edgar Snow (sept. 1937); et
Lo Fu et Haldore Hanson (sept. 1938); etc.; Oriental Affairs (Shang hai); ct des
renseignements personnel.
Pour ceux que ces problemes int6ressent je m'excuse de rappeler qu'en dehors
de mes lettres au Journal des DLbats (depuis le 9 d6cembre 1937), j'ai public quelques
articles sur la Guerre Sino-Nippone : Etudes (5 et o0 f6vrier et 20 avril 1938); Bulletin
de l'Asie Frangaise (mars, avril et juin 1938 et ceux en eours depuis le mois de
mars 1939); Revue desDeux Mondes (ler f6vrier 1939).
2. Nous suivons, autant que possible, la transcription phon6tique frangaise
des caracteres chinois; bien que la preponderance de la langue anglaise en Extreme-








396 SCIENCES POLITIQUES

parmi les 6tudiants un Cercle d'6tudes du Marxisme. C'est
d'ailleurs, soit dit en passant, 6galement parmi l'intelli-
gentzia (ou qui se pretend telle) que le socialisme et le com-
munisme avaient debut6 au Japon, une vingtaine d'ann6es
auparavant (1897). Mais ce n'est qu'en 1921 qu'une premiere
( Conference ), convoquee h Changhai par Tch'en, a fonda
le part communist chinois, ne comprenant d'ailleurs que
quelques rares adeptes puisque, a la deuxieme Conf6rence,
tenue l'annie suivante, il ne comptait, parait-il, qu'environ
300 membres. II avait n6anmoins reussi a organiser, d&s cette
ann6e-1l, 179 graves.
En 1923, avec l'arriv6e A Canton, au mois d'octobre, du
Juif (ou Letton) international Borodine-Griinberg, accom-
pagn6 de tout un group de propagandistes ) et d'officiers
envoys par Moscou, une veritable activity communist
commence. C'est qu'au d6but de cette meme annie (26 jan-
vier), un rapprochement s'6tait op6rr entire l'ambassadeur
des Soviets Joffe (le n6gociateur de Brest-Litowsk), et le
( Pere de la Revolution et de la R6publique a chinoises, Sun
Yat-sen. Is auraient Wt6 d'accord pour reconnaitre que
( l'application du communism en Chine 6tait primaturee ).
Il est probable que chacun jouait au plus fin. Le Chinois,
lequel, d'ailleurs, avait cherch6 d'abord d'autres appuis

Orient fasse que < l'orthographe ( (si l'on peut dire) anglaise soit beaucoup plus
r6pandue. On sait d'ailleurs que les sinologues frangais eux-memes ne sont pas tou-
jours d'accord sur les transcriptions a adopter. Et ii y a des habitudes journalistiques
prises qui sont difficiles a faire changer. Beaucoup de journaux continent d'6crire
par example : Chang Kai chek alors que le veritable son du premier caractere est
Tsiang; du moins en langue mandarine. Au surplus il pout etre necessaire de tenir
compete pratiquement de ces habitudes, meme quand elles sont illogiques. C'est
ainsi qu'en langue mandarin les deux caracteres joints au nom de famille du chef
actuel (en realit6e dictateur )) du gouvernement Chinois devraient so transcrire :
Kiai che. Kai chek est la prononciation cantonaise. Mais c'est h Canton qu'il a com-
menc6 d'etre connu. Ces deux caracteres constituent d'ailleurs ce qu'on appelle
son hao; son nom de courtoisie ), disent les Anglais. Son nom personnel est, en
reality : Tchoung-tcheng (Chung cheng, transcrivent les Anglais; de meme qu'ils
ecrivent son hao: Chieh shih (en mandarin). On voit qu'il n'est pas facile de s'y
reconnaitre et la difficult (et les inconv6nients) se r6petent quand il s'agit de la
geographie chinoise; et par example de suivre la champagne militaire japonaise
dans ce pays. II serait bien desirable (mais le souhait est plus que probablement
vain) qu'intervienne un accord international pour la transcription phon6tique des
mots d'un pays qui repr6sente 415o millions d'hommes; et don't le rBle mondial ne
fera que grandir apres la guerre.







LE COMMUNISM EN CHINE


centre les Generaux du Nord, commandants de provinces
(Tou Kiun), qui 6taient en train de s'y tailler de v6ritables
fiefs, voyait surtout la collaboration militaire, en officerss,
en technicians et en materiel, que la Russie lui apportait,
et qui le s6duisait d'autant plus que celle-ci avait eu l'habilet6
de renoncer, dis 1920, aux ( traits in6gaux ). II n'est pas
defendu de penser que si le Russe admettait 1' ( imprepa-
ration a de la masse chinoise A 1'application des principles et
de l'organisation sovi6tiques, c'6tait avec le ferme propos de la
faire cesser le plus rapidement possible et de dechainer en
Asie cette revolution social universelle, objet avou6 et
persistent du Komintern (face habilement hypocrite du Gouver-
nement de Moscou) a laquelle l'6norme masse chinoise
pouvait apporter un appui precieux, pourvu qu'on laissAt aux
( propagandistes ) de Borodine le temps d'agir. Et ceux-ci
mettaient les bouch6es doubles, et obtenaient d'autant plus
de succes que Sun Yat-sen avait eu l'imprudence d'admettre,
d&s 1924, les Communistes dans Ie Parti dit ( Nationaliste a,
le Kouo Min Tang. Celui-ci ne comprenait pas plus de
quelques dizaines de milliers d'adh6rents 2 h cette 6poque,
et concentrait cependant en lui toute la vie politique effective
d'un people immense, mais incapable (et d'ailleurs peu d6si-
reux) de s'exprimer.
Ce serait ici le lieu d'examiner dans quelle measure on peut
dire que Sun Yat-sen 6tait ou non favorable au Communisme
ou en tout cas, au Socialisme. On a beaucoup cit6, a ce propose,
plusieurs passages de son livre sur le Triple Demisme (San
Min Tchou I); les ( Trois Principaux Principes du Peuple ))3,

I. Le ( g6enral Galen, mue depuis en a mar6chal ) Blitcher e, commandant
l'armee Russe d'Extreme-Orient, A Khabarovsk, jusqu'A sa disgrace r6cente par
Staline, a jou6, parmi ces officers un r6le de premier plan dans la preparation
et dans l'execution de la champagne dese Sudistes ) contre les Nordistes (1i926-1927) .
2. II n'en comptait encore que 653.ooo sur 420 millions de Chinois en 1929.
A ceux qui s'6tonneraient de son influence, rappelons que le Parti bolch6vique, qui
mene les 160 millions de Russes, ne repr6sente sans doute pas plus de 1/160, ou peut-
6tre 2/160 de la population. Et il serait facile de citer d'autres examples. Cela rend
un peu sceptique sur cette former de a la d6mocratie, regime de 1'opinion publique s.
Partiellement par la faute de celle-ci il est vrai.
3. Le principle ( racique ou s nationalist s (Min Tsou); le principle s d6mocra-
tique > (Min K'iuan); le principle de la 5 subsistence du people ) (Min Cheng) ou
Dmnisme vital. C'est ce dernier qui est en cause ici.







398 SCIENCES POLITIQUES

devenu la Bible politique de touted la Chine moderne. 11 y est
affirm ( 716 de la traduction d'Elia) que : le Communisme
est l'id6al le plus l6ev6 qui soit pour r6soudre la question
social ; que ( le Demisme vital ( 718) est la realisation
du Communisme . Dans le paragraphe 739 se trouve rep6t~ e
la formula : ( Le D6misme vital, c'est le Communisme; c'est
le Socialisme. )
Et plus loin ( 740), parlant des agissements et des discours
des ( camarades a communists contre les nationalists (ils
commengaient de se dispute a Canton), il ajoute, pour les
excuser : a C'est parce qu'ils n'ont pas compris ce que c'est
que le D6misme vital, ignorant absolument que le D6misme
vital, c'est le communism a. Ces propos sont de 19241.
En r6alit( dans la measure oi l'on pout saisir la pens6e
trop souvent fuligineuse de cet home qui n'&tait pas, malgr6
ses pr6tentions, un philosophy politique mais ( une force a,
une volont6, un home d'action, extraordinairement tenace 2
comee son disciple Tsiang Kai-chek) et certainement honnmte.
Son system 6tait une sorte de a Socialisme d'Etat a. (Le P. d'Elia
est trop indulgent, a notre sens, en disant que : pour Sun
etait ( socialism a simplement : tout system qui cherche
une solution d la question social. Mais Sun admet la propriet&
pride, tout en la restreignant fortement et en disant qu'il
faut a 1'6galiser par l'imp6t ) ( 743 du San Min). Et
cela parait Utre aussi, dans une certain measure tout au
moins, la theorie du Parti nationalist actuel. Nous y revien-
drons en terminant cette etude.

I. Sous sa forme actuclle le San Min Tchou I est un recueil de discours prononc6s
h Canton du 24 janvier au 24 aoat 1924. Primitivement c'6tait un ouvrage (englo-
bant des ecrits antBrieurs), qui avait Wt6 termin6 en 1922, mais avait p6ri dans
l'incendie de Canton, lors de la r6volte, la mcme ann6e, de I'ancien allied de Sun :
Tcheng Kiong-ming, contre celui-li.
2. J'ai eu une tres longue conversation politique avec lui a Saigon, en 900o, oh
j'avais Wte charge de le recevoir par M. Doumer don't il 6tait venu solliciter de I'argent
et des armes pour un <( putsch a (le second) contre la dynasties mandchoue. J'en parole
done de premiere main, si j'ose dire.






LE COMMUNISM EN CHINE


II. LA ( GRANDE REVOLUTION )) DE I924-1927.

Quoi qu'il en soit, des le debut de 1924, le petit group
Communiste de Canton, chauff6, nous n'osons pas dire
(( blanc ) par les representants des Soviets (qui viennent
cependant seulement d'arriver en force) demandait au Premier
Congres National du Kouo Min Tang, tenu dans cette ville, de
constituer ( un Front Uni ) (le ( Front populaire ), dejA) et
d'admettre ses membres dans le Parti Nationaliste; et nous
venons de voir que Sun Yat Sen y avait consent L'organi-
sation des ( proletaires s'effectuai en mnme temps parmi
les ouvriers des villes et chez les petits paysans dans les
deux provinces du Kouang Tong et du Kouang Si; et les
premiers massacres de gros propriktaires et d'usuriers com-
mengaient aussi, pendant que les syndicats ouvriers et
les (( cellules )) se multipliaient d'autre part A Changhai et
dans quelques autres centres (Hank'6ou, etc.). L'armne qui
devait marcher contre le Nord, se preparait aussi, ainsi que
ses cadres, sous l'impulsion de Tsiang Kai-chek, qui, a son
retour d'une mission militaire en Russie, avait Wte pr6pos6 par
Sun Yat-sen i 1'Ecole des Cadets de Whampoa, of regnaient
les instructeurs russes avec Galen.
L'annee 1926 marqua le point culminant de ce que ses
sectateurs ont appelk la ( Grande Revolution, (Ta Keh Ming).
A les en croire les syndicate ouvriers rouges comptaient A ce
moment 3 millions d'adh6rents 2; et les Unions de paysans,
10 millions. Le premier chiffre parait fort si on le rapproche
de celui : i.2o4.300 qu'en I930 le Ministere de l'Industrie et
du Commerce Chinois admettait pour les usines ( moderni-
sees ,, des neuf provinces du Kiang Sou, du Tch6 Kiang, du
Ngan Hoei, du Kiang Si, du Hou P6, du Chang Tong, du
Kouang Tong, du Kouang Si et du Fou Kien. Il y a 6videm-
ment d'autres provinces, [mais en dehors de cell du Ho Pei
I. C'6tait aussi le moment ou nous avons commence de sentir, en Indochine,
le contre-coup de toute cette agitation (attentat centre le gouvernement g6n6ral
Merlin, en visited 4 Canton, le 21 juia 1924; movements communists au Tonkin,
en Annam et en Cochinchine).
2. 3.i65.ooo; chiffre donn6 h la Pan Pacific Labor Conference de mars 1927.







400 SCIENCES POLITIQUES

(Ancien Tchely) et du Hou Nan, aucune ne paraissait com-
porter une < grande industries ) de quelque envergure. I1 est
vrai que la propaganda communist avait pu s'attaquer aussi
a de nombreux petits ateliers 1. On peut computer que la
population urbaine comprend approximativement trente pour
cent de la population chinoise total. Si l'on estime celle-ci A
420 millions de personnel environ (Mandchourie non comprise),
cela repr6senterait 126 millions d'habitants pour les villes et les
grands centres, laissant 294 millions pour la population rurale 2.
En acceptant (bien que ce soit une simple affirmation) le
chiffre de Io millions d'adh6rents -plus ou moins volontaires et
sinceres du communism dans les campagnes, cela n'aurait
repr6sent6, sur un total d'environ 300 millions de ruraux,
guere plus de trois pour cent.
C'est pendant cette meme periode, et sous la pression
aussi des Communistes, qu'au commencement de 1927, le
15 fevrier, le culte official de Confucius, ou, plus exactement,
les honneurs officials qui lui 6taient rendus depuis des siecles,
furent brusquement supprim6s h Canton. Et quelques mois
plus tard, A Tchang Cha, la capital de la riche province
voisine du Hou Nan, c6l6bre autrefois par le nombre de ses
lettr6s, un mannequin de paille du grand Chinois (la plus
solide colonne, jusqu'A ce moment d'une civilisation mil-
l6naire) 6tait train dans les rues par la populace, fouett6 et
brill pour avoir t ( < le chien des Imp6rialistes de son temps,
les Feodaux ). Cela eut lieu pendant la march de l'arm6e du
Sud, compose surtout de Rouges, sur Hank'6ou et portait
bien sa marque d'origine de meme que ce sacrilege t6moignait

i. En 1933, une statistique (discutable comme toutes les statistiques, surtout en
Chine) admettait environ 2.200.000 a SalariBs a dans les a Grandes Villes ). Le nombre
des ( artisans ) aurait Wt6 de 6.5oo.ooo A 8.6oo.ooo (dans les ((villes ) aussi, sans doute).
II fallait ajouter de I.2oo.ooo A 2.3oo.ooo miners (?)
2. Une estimation officielle chinoise de 1934 donne le chiffre approch6 de 315 mil-
lions pour la population agricole. On continue A ne pas savoir, A plusieurs dizaines
de millions prbs, quelle est la population de cet bnorme pays, grand il est vrai (pour
la Chine A l'interieur de la Grande Muraille seule) comme plus de sept fois la France;
plus grande que l'Europe (i .l3o.ooo km2) si l'on fait entrer en ligne de compete les
( Possessions ext6rieures : Mandchourie, Mongolie, Turkestan Chinois, Tibet.
Pour une meme anne (1929) deux chiffres officials variaient de 444 A 485 millions
d'habitants (Mandchourie comprise). La derniere statistique officielle donne
457 millions (426, sans la Mandchourie). Au fond, on no sait rien de prdcis.







LE COMMUNISM EN CHINE


d'une fagon inattendue, de l'anarchie intellectuelle qui a
r6gn6 en Chine depuis la R6volution (surtout apres la grande
guerrel), jusque vers 1934.
Pendant cette march, a travers le Hou Nan 6galement
(la guerre contre les Nordistes ) s'6tait d6clanch6e le 27 juillet
1926), et apres l'6tablissement d'un gouvernement rouge A
Tchang Cha, les gros propri6taires, nombreux dans la province,
et les riches marchands, ont eu particulierement a souffrir,
et il en a 6t6 de mnme a l'arriv6e dans le grand centre de
Wouhan (Wou (Ou) tchang Han K'6ou Han yang; plus
de i million d'habitants), au Hou P6, A la fin d'aoft 1926.
C'est lh aussi qu'est intervenu un petit episode, don't il ne faut
pas exag6rer l'importance ni la port6e, mais, tout de mime,
fort symptomatique : une procession de Chinoises, A moiti6
nues, a travers Han K'6ou ( pour protester contre le pr6jug6
de la pudeur ). La m6thode sovi6tique de corruption syst&-
matique se r6v6lait; mais nous ignorons si, comme en Russie,
au d6but tout au moins, elle s'6tendait aux enfants, don't on
signalait pourtant d6jA, au d6but de 1927, 2 millions ( d'errants n,
dans les provinces ( conquises par les Sudistes. En tous cas
I'excitation r6volutionnaire se traduisait par des attaques
contre les strangers, en particulier contre les Anglais, malgr6
la presence A Hank'6ou de l'ambassadeur d'Angleterre,
Sir Miles Lampson; et, seule, l'imperturbable maitrise de soi
des marines britanniques empechait l'irreparable. Des ( mee-
tings ) de plein air, avec haut-parleurs, ouf 1'on entendait
jusqu'A 33 discours; des films, des representations th6Atrales
(toujours suivant la technique r6volutionnaire russe) jetaient
de l'huile sur le feu. La radio-station de Vladivostok se joignait
au concert par ses missions. Ii y avait, d'autre part, en
octobre 1926, a l'Ecole Souen Wen (nom propre de Sun Yat-sen)
i Moscou, 400 6tudiants Chinois don't 1oo filles. Karl Radek
en 6tait le Directeur. On vit, en ce qui concern les Europ6ens,
le contre-coup de tout cet 6tat de choses lors de la prise, par
I. J'en ai cite d'autres examples dans une court communication A I'Acad6mie
des Sciences Morales ct Politiques (S6ance du 28 f6vrier 1938. Revue de ses Travaux,
mai, juin 1938). Les honneurs rendus a Confucius ont 6t6 ritablis, dix ans apres,
par un d&cret du 23 juin 1934, lorsqu'a pris corps le movement pour la Vie Nouvelle
di, en particulier, a Mme Tsiang Kai chek.
SCIENCES POLITIQUES. 26







402 SCIENCES POLITIQUES
les memes Armees en majority Rouges, de Nankin, le 24 mars
1927 : la femme du Consul d'Angleterre fut insult6e et deux
missionnaires catholiques, au moins, don't un frangais -
furent tues, sans que les Grandes Impuissances aient r6agi
autrement que verbalement, pendant que, trait caract6ris-
tique, le commandant de la canonniere japonaise devant
la ville se suicidait en apprenant qu'on ne la bombardait
pas en represailles du massacre d'un nombre notable de ses
compatriotes, particulierement vis6s, d&s cc moment, par les
bandes militaires communists, auteurs de ces m6faits.
Quelques jours auparavant (21 mars 1927), Tsiang Kai
chek, a la tfte des divisions de choix qu'il avait gard6es
avec lui, les faisant marcher a travers le Kiang Si, le Fou Kien,
et sa province natale du Tch6 Kiang, avait pris Chang hai,
capital commercial et de beaucoup la plus riche Cit6 de la
Chine, don't elle accaparait 55 pour cent du commerce; plus
grande que Paris (3.800.000 habitants). Des graves organisees
par les Communistes (notamment par Tchou En lai, don't
nous reparlerons) avaient facility l'op6ration en d6sor-
ganisant la defense du Tou Kiun local. Mais Tsiang avait,
des le o1 f1 rier 1927, protested centre les excs communists
du Hou Nan et de Wou Han. Il sentait parfaitement qu'outre
les dangers de l'anarchie gen6rale qui menagait de gagner le
pays entier, il lui 6tait impossible de r6aliser sa grande et
noble ambition de l'unification de sa patrie sans l'appui
financier des grands banquiers, des riches marchands de
Chang hai et des industries, de date recente, don't les fortunes
s'y 6difiaient peu a peu. I1 y avait eu d'ailleurs des repr6sailles
ouvrieres d'une grande violence, explicables, il faut le dire,
dans bien des cas, par la misere du proletariat Changhaien et
les abus et injustices don't il etait incontestablement victim
de la part d'un patronat trop souvent exclusivement preoccupe
de son gain et sans aucune fibre social. La repression fut
extremement dure1. Et elle marqua le d6but de la rupture
l. Tous les auteurs anglo-saxons cites dans nos Sources et M. Lachin y ont
insist. Mais on est 6tonn6 qu'ils ne fassent aucune mention des exces qui avaient
pr6eced la repression, dans le Kouang Tong, au Hounan, a Hank'6ou, A Nankin et
a Chang ha'i meme. On sait que la repression h Changhai a fait I'objet du roman
r6volutionnaire d'Andr6 Malraux: La Condition humaine.







LE COMMUNISM EN CHINE


entire la majority des homes du Kouo Min Tang (y comprise
Wang Tching-wei, qui leur avait kt6, a un moment donn6,
plut6t favorable, et qui, depuis...) et les Communistes. Elle
fut consommee apres que le ( dictateur ) de la Mandchourie,
Tchang Tso-lin, install A P6kin, y eut fait faire une ( descent )
de police dans l'ambassade des Soviets (6 avril 1927). Cette
( descent ) fut pleine de revelations de toutes sortes, et
pour tous les pays, sur l'activit6 de Moscou en Chine et
ailleurs notamment en Indochine; Borodine dut quitter
Hank'6ou (juillet 1927) et il fut accompagn6 par la second
femme de Sun Yat-sen, une Soong (sceur de la femme de
Tsiang Kai-chek) qui n'avait jamais cach6 ses sympathie pour
le Communisme.
Ce fut la fin de la (( Grande Revolution ) (Ta Keh Ming).


III. APRES UNE TREVE : (( SOVITISATION )) PARTIELLE
DE QUELQUES PROVINCES.

Les agitateurs se terrerent pendant quelque temps et les
troupes rouges se disperserent. Ce n'est que vers le milieu de
1930 que, sous l'impulsion, notamment, d'un nomm6 Li Li-san,
et de quelques autres chefs don't nous dirons un mot dans un
instant, des coups de mains communists furent tents contre
quelques villes et surtout qu'on rassembla de nouveau et que
l'on commenca d'armerl les survivants des anciennes divi-
sions oi l'influence sovi6tique avait pu se marquer plus
nettement. On profitait, a cet effet, des difficulties que iTsiang
Kai-chek, les ( liberaux ) de Nankin et leurs allies financiers
de Chang hai rencontraient avec les gen6raux rebelles du Nord,
du Centre et du Sud, don't les revoltes, et les intrigues
d'une complexity invraisemblable, tout A fait chinoise -
6taient constantes. A en croire certain de leurs d6fenseurs
ambrico-europ6ens (les mimes qui admirent les Soviets
russes) et a les 6couter eux-memes, les Communistes
I. De mauvaises langues pretendent mrme que les Japonais (plus exactement, le
parti militaire nippon) qui ne d6sirait rien tant que 1'affaiblissement de la Chine
par la guerre civil, ne fut pas toujours stranger A cet armement; de nombreux
marchands d'armes ( Blancs ) des Ports ouverts non plus.







404 SCIENCES POLITIQUES

chinois ne faisaient que reprendre certaines des theses du
< PNre de la Revolution et de la R6publique , trahies par le
S(fasciste ) (!) Tsiang (il s'est plaint qu'on usAt du mot), aspirant
a dictateur e et par les a bourgeois capitalistes a de Chang hai.
La ( sovi6tisation partielle de quelques provinces s'or-
ganisa peu A peu. Le ( partage des terres ) qu'on commengait
toujours par op6rer, et A propos duquel les meneurs avaient
bien soin de rappeler une parole attribute a Sun Yat Sen: ( La
terre doit appartenir a celui qui la cultive 1, 6tait 6videmment
une cause de succes, 6tant donn6 le grand nombre de paysans
a sans-terre a, et 1'extreme morcellement de la propri6t6 A
c6te de grands domaines 6tendus et fertiles appartenant A
des families mandarinales ou a de riches marchands, ou
resultant d'expropriations faites par les usuriers, qui pullulent.
Nous reviendrons, encore une fois, en terminant, sur cet
aspect de Faction communist.
Ce n'6tait pas en tous cas un motif suffisant pour massacrer
tant de proprietaires don't on prenait les biens fonciers. Et
sur ce point, malgr6 les silences ou les d6mentis int6ress6s
des Communistes et de leurs amis intellectuals Blancs, nous
avons des t6moignages indiscutables; ne serait que celui du
livre du Gen6ral Tsiang Kai check et de sa femme 2. Il en va
de mnme pour les tueries de nombreux chr6tiens et de mis-
sionnaires. En ce qui concern les missionnaires catholiques
seuls (nous n'avons pas le chiffre pour les protestants)3,
deux 6veques et une trentaine de pretres sont tombs a ce
moment, ou lors de la ( Grande Revolution ), surtout sous les
i. Ce n'est pas tout a fait sous cette forme que s'exprime le San Min ( 792).
TI y est dit : c il faut que les laboureurs possedent leurs terres ) ce qui peut s'en-
tendre : il faut multiplier les paysans propriitaires, et viser a la suppression des
fermiers, des m6tayers et des ouvriers agricoles. Mais la formule est 6videmment
Bquivoque comme beaucoup de celles qu'emploie Sun Yat sen.
2. China at the Crossroads, p. 47.
3. Nous savons seulement qu'en ce qui concern les missionnaires protestants
am6ricains, lors de la Ta Keh Ming, plus de 3.ooo sur 4.ooo ont du quitter la Chine.
Certains de leurs compatriots se sont moqu6s de leur < pusillanimity o, ct les ont
accuses d'avoir beaucoup exag6r6 les dangers qu'ils couraient. Les faits sont pour-
tant la. Ceux qui, comme le soussign6, ont eu l'occasion de sc rendre compete, sur
place, du mbpris que le Chinois peut avoir, A l'occasion, pour des vies humaines,
et qui savent d'autre part les services que les missionnaires, de toute confession,
rendent a la civilisation et aux populations parmi lesquelles ils vivent, ne peuvent
que trouver cette attitude critique fort d6plaisante.







LE COMMUNISM EN CHINE


coups des Communistes, mais aussi des bandits locaux suscit6s
dans le desordre caus6 par leur presence, ou meme dans
quelques rares cas, sous les coups des troupes plus ou moins
(( rgulieres ) envoyees pour les combattre. Sur un grand nombre
de points les 6glises, chapelles ou residences ont Wte saccagees ou
d6truites. Ces faits ont Wte certifies par un des hommes les mieux
informs des choses de Chine, ofi il a pass plus de 30 ans,
le R. P. Robert, l'eminent Sup6rieur g6n6ral des Missions
Etrangeres de Paris 1
Ii s'est constitu6, peu A peu, dans le Sud-Est montagneux
de la province du Kiang Si, pros de la frontiere du Fou Kien,
avec la sous-pr6fecture de Jouei King comme centre, une region
completement organis6e, parait-il, sur le module sovietique as
point de vue social, 6conomique et administratif. II y avait
un (( soviet ) par village, par district, par sous-pr6fecture,
etc. En dehors de la measure essentielle de la ( redistribution
des terres ,, on proc6dait ha l'abolition de l'usure ) (surtout
par celle des usuriers), a a s suppression des taxes abusives ),
et enfin a (( l'l6imination des groups privilegies , formule
d'un vague bien inquietant. Comme l'experience est en train
de se rep6ter, mais avec moins de massacres, sur certain
points de la Chine du Nord, oi les Communistes se main-
tiennent (ou s'installent) centre les Japonais, nous aurons
l'occasion de donner des details plus precis sur ces procedures
quand nous en arriverons A cette parties de notre expos&
Ce noyau principal au Kiang Si aurait englob6 3 millions
d'adh6rents. En y ajoutant les autres groupements sous
l'influence plus ou moins reelle et accept6e des Communistes
dans les provinces du Fou Kien, du Hou Nan, du Hou P6, du
Ngan hei ct du Honan, on arrivait, d'apres les int6ress6a.
Sun total d'environ 9 millions de ( Sovietis6s ). C'est du moins
le chiffre fourni au sympathisant ambricain, le journalist
Edgar Snow par Mao Tse-tong, a President de la Republique
Sovi6tique du Peuple Chinois 2.
Ce fils de riche paysan de la province du Hou Nan jouit

i. Conference du 9 fevrier 1931 au Comit6 national d'Etudes sociales et politiques
don't les s6ances se tenaient au Palais Royal (Conseil d'Etat).
2. Red Star over China, p. 82.







406 SCIENCES POLITIQUES
d'une popularity profonde parmi ses compatriotes terriens,
qu'il connnait bien, et avec lesquels il use du language qu'ils
comprennent, ce qui ne l'empeche pas d'etre ( ferr6e sur les
Classiques Chinois. Il mene une vie tres digne et tres simple
et s'int6resse, nous dit M. Snow, A la philosophie europ6enne,
des Grecs A Kant et Hegel en passant par Spinoza. C'est un
grand travailleur; a la besogne pendant treize et quatorze
heures par jour, et d'une resistance physique extraordinaire
centre la faim et le froid.
Les autres ( meneurs ) sont : Tchou En-lai, d'une souche
mandarinale, qui a 6tudi6 en France et en Allemagne, grand
organisateur de groves A son retour en Chine (notamment
de celle de Changhai, au debut de 1927, qui aurait englobe
un million de travailleurs des deux sexes), consid&r6 comme
le meilleur cerveau de parti; Ho Loung, Hounanais comme
Mao, fils de membre de Soci6tW secrete (Kd lao hui), brutal
et particulibrement haineux contre tout ce qui est religieux;
Tchou Teh, brilliant manoeuvrier, surtout dans la guerre de
guerillas, avec P'eng Teh Hui.
En octobre 1934, s'6tant enfin d6barrass6 de ses principaux
ennemis, les G6n6raux du Nord, et le pays commengant A
se reliever des ruines causees par les terrible inondations
du Yang ts6 en 1931, moins frequentes, mais aussid6vastatrices
que celles du fleuve Jaune, Tsiang Kai-chek, qui n'avait pu
mener jusqu'alors contre eux que des campagnes partielles,
avec plus ou moins de succs d'ailleurs, se d&cidait A entre-
prendre contre les Communistes, qu'il consid6rait toujours
comme le grand obstacle A la pacification et a l'unification
du pays, une operation de grande envergure.


IV. LA RETRAITE DES ( CENT-MILLE )).

C'est alors que commenca la fameuse (( Retraite des Cent-
Mille ) qui a plong6 les sympathisants des Communistes
Chinois ct des Soviets dans une admiration presque d6lirante
i. L'annDe derniere, a Han K'eou oi il avait Wte appel], il se contentait, paralt-
il, d'une solde mensuelle de 6 dollars (chinois), 36 francs environ par mois (ce change
ne prouve rien d'ailleurs).







LE COMMUNISM EN CHINE


chez certain d'entre eux1. II est certain que la manceuvre,
organis6e, en parties (mais en parties seulement) par des officers
russes qui 6taient rests au service des Communistes, a 6te
vraiment etonnante.
Elle a consists a se rendre, a partir d'octobre 1934, du fin
fond de la province du Kiang Si au fin fond de celle du Chen Si
et meme jusqu'au Kan Sou. Si l'on tient compete des zigzags
d'une armee plus ou moins poursuivie cela a pu representer
de o10 12.000 kilometres de marches et de contre-marches A
travers huit provinces. Quand on connait une bonne parties
des pays parcourus 2, on se rend compete de ce qu'a 6t6 ce
tour de force. Les regions traversees sont un pays de collins
et de montagnes, extraordinairement enchevttrees comme la
plus grande parties de la Chine d'ailleurs, contrairement a
une idee beaucoup trop r6pandue d'apris laquelle tant de
personnel, qui n'ont vu que la plane du Nord et les Deltas,
croient que c'est un pays plat. Cette ( platitude ) peut repr6-
senter, peut-etre, io A i5 % de l'ensemble.
Mais il n'y avait certainement pas ( Cent Mille ) hommes A
y prendre part. II faut toujours (on ne saurait le r6p6ter trop
souvent) se d6fier de la facility avec laquelle les Chinois
emploient le chiffre : ( dix mille (ouan). Les (( armies ) qui
ont pris part a cette (( Anabase ,, divis6es en quatre ou cinq
corps de 5 a 1o.ooo hommes chacun (( suivants ), femmes et
en/ants compris), representaient peut-Atre de 50 A 60.000 hom-
mes en tout; ce qui est deji joli. Ils ne pouvaient d'ailleurs
se deplacer avec la facility incroyable qu'ils ont atteinte que
parce qu'ils n'avaient pas de canons; mais seulement quelques
grosses mitrailleuses, desifusils, de forts]pistolets, et surtout
I. Nous pensions, notamment, a Ia publicist a bolchevisante Am6ricaine, Miss
Agnes Smedley, don't le livre : Chinese Destinies a Wt6, parait-il, le o best seller D parmi
la jeunesse estudiantine chinoise, il y a quelques ann6es; apr6s les traductions des
romans de Gorki cependant. Un recueil d'articles : La Chine rouge en march, traduit
par Renaud de Jouvenel, y est en parties consacr6. D'autres t6moignent de son
incontestable partiality, notamment contre les missionnaires et contre Tsiang Kai
chek. II faut ajouter que cette m6tisse d'Am6ricain et de Peau-Rouge parait d'une
sincerity incroyable dans ses violence et a donn6 des preuves d'un d6vouement
extraordinaire a ses ideologies et A ses passions notamment h ce qu'elle considrre
comme la justice.
2. Ils ont Wte precisement visits, il y a quarante ans, par la Mission Lyonnaise
d'Exploration Commerciale en Chine (1895-97), que j'ai eu l'honneur de diriger.







408 SCIENCES POLITIQUES

beaucoup de grenades. Les groups, tres divises dans la
march, communiquaient entire eux par T. S. F., et 6taient
bien sup6rieurs, grace a cela, aux troupes gouvernementales,
on aux armies provinciales, qui leur ont Wte opposes, et
qui d'ailleurs, la plupart du temps, evitaient tout contact.
Cette immense parties de cache-cache a dur6 pris de dix-
huit mois, de la fin d'octobre 1934 A avril 1936, ou 1'arriere-
garde communist a pu rallier le nord du Chen Si, et notam-
ment la prefecture de Yen Ngan ofu s'est install l'Etat-
Major Rouge. On peut presque se demander si les poursuivants
des armies du Gouvernement Central ne faisaient pas quel-
quefois expres de les laisser s'6chapper pour pouvoir elles-
memes mieux itablir leur emprise sur les provinces plus ou
moins ( ralliees au Kouo Min Tang.
En tout cas, c'est leur concentration dans le Chen Si qui
a amend la dernire champagne anti-communiste de Tsiang
Kai-chek et a l'incident de Si Ngan fou de decembre 1936.
Celui-ci est pour beaucoup dans la guerre actuelle. II faut
done en dire quelques mots.


V. L'INCIDENT DE Si NGAN FOU (1936) ET LES COMMUNISTS.
SES SUITES1.

Cet incident d6buta, le 4 d6cembre 1936, avec la second
arrivee de Tsiang Kai-Chek, par avion, dans l'antique capi-
tale de la province du Chen-Si. II venait y ( relancer a le ( Jeune
Mar6chal a Tchang Hsu6-16ang, fils de l'ancien ( Dictateur A
de la Mandchourie, auquel il avait confide, d&s la fin de 1935,
l'ex6cution de la derniere champagne (la cinquiBme) contre
les Communistes, r6fugi6s, nous venons de le voir, depuis
peu, dans la province, et don't l'arriere-garde n'y 6tait arrive

I. Nous ne faisons que r6sumer le rhcit qu'en ont donn6, d'une part, dans son
livre Crisis in China (Ire d. 1937) et M. James, M. Bertram, jeune journalist N0o-
ztlandais, ancien Rhodes Scholar s de I'Universith d'Oxford (incontestablement
sympathique aux Communistes et au jeune a marbchal d don't il va 6tre question);
et, d'autre part, le G6neralisisme Tsiang Kai-Chek lui-mime, dans son livre : China
at the Cross roads (a La Chine A la crois6e des Chemins e traduit depuis en frangais),
Acrit en collaboration avec sa femme; et m6me, dans ses meilleurs chapitres, par celle-
ci seule; et paru en septembre 1937.







LE COMMUNISM EN CHINE


qu'au mois d'avril de la meme annie. Tsiang trouvait, non
sans de s6rieux motifs, que son jeune collhgue ne menait la
champagne que fort mollement. Ce dernier, en effet, avait laiss6
6craser par les Rouges, sans venir a leur secours avec l'arm6e
speciale don't il avait herit6 de son pere (apres son expulsion
de la Mandchourie par les Japonais), deux divisions ( d'6lite
d6tach6es aupris de lui par le Gouvernement Central; et il
6tait, depuis plusieurs mois, en relations avec l'6tat-major
communist, install, nous l'avons dit, dans la prefecture
de Yen-Ngan, dans le nord montagneux du Chen-Si.
On pourrait se demander dans quelle measure (les jeux
personnel des tou kiun, des Gen6raux Seigneurs de la Guerre
Civile, avaient kt6 si frequents dans la malheureuse Chine
depuis la Revolution de 1911) Tchang ne cherchait pas A sup-
planter Tsiang, bien que ce dernier lui eit toujours t6moign&
beaucoup d'amiti6 1. Une interpretation moins pejorative de
son attitude mais qui ne laissait d'y voir aussi des motifs
en parties int6ress6s -, attribuait ce rapprochement entire
le ( Jeune Mar6chal ) et les Communistes au fait que ces der-
niers (certainement A I'instigation de leurs conseillers russes),.
avaient ( d6clare la guerre ) au Japon des i932 et que Tehang
n'avait jamais pardonn6 aux Japonais de lui avoir pris son
* fief a mandchourien en i93i.
Quoi qu'il en soit, il a 6t6 affirm par M. Bertram qui s'est
trouv6 a Si Ngan Fou peu apres ( l'incident a que c'est, en
parties au moins, a une intervention communist, et, en par-
ticulier, A un de leurs chefs les plus intelligent, Tchou En-
lai, que lc gen6ralissime dut d'en ktre quite pour un empri-
sonnement de quinze jours apres son ( enlhvement ) par de
jeunes officers de 1'arm6e de Tchang Hsub-16ang h quelques
kilometres a l'cst de Si Ngan fou quand ceux-ci ont cru a
une reprise de la champagne contre les communists; et de ne
pas avoir perdu la vie dans l'aventure.

i. Tsiang n'avait jamais oubli6 et ce trait est a son 6loge que Tchang-
HsuB Leang avait pris parti pour le Gouvernement de Nankin c'est-a-dire en
fait pour lui, Tsiang, apres la mort de son pere (debut 1928); et surtout, lors de
la derniere e r6volte de Fong Yu-hsiang et du a Gouverneur module e Yen Hsi-chan
en 1930, egalement contre Nankin. II l'avait meme fait nommer, en 1934, comman-
dant en chef (en second) de toutes les forces chinoises (Terre, Mer, Air).







SCIENCES POLITIQUES


Le recit de la < Chine a la croisee des Chemins a donne une
interpretation diff6rente. I1 en r6sulterait que Tchang n'aurait
pas personnellement < complot6 la < capture du G6neralis-
sime, mais qu'il avait laiss6 faire et qu'une fois celui-ci pri-
sonnier il avait cherch6 sincrement a le decider de cesser
la guerre centre des Chinois, m6me les Communistes, et de
turner toutes les forces militaires de la Chine (Communistes
compris) contre le Japon qui venait, apres avoir pris la pro-
vince Mongole du Tcha Gar (au nord de la Grande Muraille)
de s'emparer de celle du Soei Yuen. Tsiang aurait refuse de
prendre aucun engagement A cet effet tant qu'on le retenait
prisonnier; et il a vraiment fait preuve, dans ces circonstances
difficiles, d'une reelle force d'Ame, soutenu d'ailleurs par sa
femme qui 6tait venue le rejoindre A Si Ngan fou1.
Une fois lib6r6, et ramene A Nankin dans le propre aero-
plane de Tchang Hsue-16ang par ce dernier lui-meme, si le
G6neralisisme a consent, en fait, a arreter sa champagne contre
les Communistes, en fait aussi il ne s'est pas applique immedia-
tement a satisfaire leur requite 2 principal d'une declaration
de guerre au Japon. I1 semble avoir esp6re jusqu'A la derni6re


i. La captivity a Wtb aussi pour lui l'occasion de s'ancrer davantage dans les
sentiments chretiens don't il faisait profession depuis son marriage (apres avoir divorce
d'avec sa premiere femme) avec Mile Soong Mei-ling, elle-mime convertie au pro-
testantisme pendant ses 6tudes aux Eitats-Unis. Je me permets de signaler que j'ai
donn6 quelques precisions sur cet aspect du caractere de Tsiang Kai-Chek dans
1'Asie Franfaise de juin 1939. Il avait demand d&s le premier jour qu'on lui donn&t
une Bible et son livre raconte qu'ils lisaient les Psaumes ensemble. Tsiang Kai-chek
r6vele aussi dans son ( Journal s qu'il 6tudiait les oeuvres de cet extraordinaire
Moti (ou Meitse) ce ( philosophy a de la fin du ve sibcle avant I'ere chr6tienne mortt
vers 395 avant J.-C.) don't 1'6minent sinologue frangais le R. P. Wieger S. J. a pu
dire que c'6tait probablement le seul a Sage D de la Chine qui ait vraiment cru en
Dieu, ct don't la doctrine du Kien ngai, de a l'amour mutuel s se rapproche singu-
librement de l'esprit de charity. C'est aussi l'opinion d'un autre excellent sinologue,
M. Henri Maspero.
2. Tchang Hsu6-16ang a Wt6 condamn6 pour la forme apres sa soumission,
comme coupable d'insubordination; mais Tsiang lui a vraiment a sauv6 la mise )
en faisant admettre par le Gouvernement Central qu'il serait pour ainsi dire con-
sid6er comme son a prisonnier personnel s, et rel6gub, A ce titre, dans le village d'ori-
gine de Tsiang, au Tch6 Kiang.
Ses troupes ont Wte envoyees avec quelque < viatique ) au Nord de Si Ngan fou
(avec celles d'un autre general, Yang Hou-Chen, Yang a le Tigre de la Cit6 ), qui a
jou6 un r6le d'une certain importance dans toute cette affaire); et les ( armies a
communists ont fini par 6tre incorporees dans l'arm6e national aprbs l'ouverture
des hostilit6s avec le Japon, comme nous allons le voir.








LE COMMUNISM EN CHINE


minute, que la guerre (trop premature, a son avis, dans
l'6tat d' < impr6paration de la Chine)1 pourrait ftre 6vit6e;
et celle-ci n'a dclat6 qu'A la suite de ( l'incident du Lou Kou
Kiao, le Pont de Marco Polo (7 juillet 1937), don't on peut
bien dire qu'il n'a W6t qu'un pretexte saisi par les Nippons
pour entamer des hostilit6s don't il semble bien aussi que les
militaires japonais (qui les escomptaient et y travaillaient
depuis longtemps) aient esp6re, au debut, qu'elles se borne-
raient A une champagne relativement facile au nord du Fleuve
Jaune. Elles durent depuis bient6t deux ans 2
Pour en revenir aux Communistes, quel qu'ait 6t6, dans
la reality, leur r6le dans cet episode 3, ils avaient demand
aussi d'accord avec le (( Jeune Marechal4 (et mnme, s'il
faut en croire Bertram, avec quelques-uns des propres par-
tisans de Tsiang qui se trouvaient alors h Si Ngan Fou) -
que le Gouvernement Central prit les measures suivantes :
I. Reorganisations du Gouvernement de Nankin et admis-


I. Mais A laquelle il songeait au fond s'il faut en croire une declaration recente
de M. Lin Yu-tong, 1'auteur, bien connu, d'un livre remarquable, avec un Avant-
propos de Pearl Buck, qui a connu, en AmBrique notamment, un immense succ6s :
My Country and my People. II a W6t excellemment traduit en francais par Mmes S. et
P. Bourgeois (Payot, ed.) sous le titre : La Chine et les Chinois, avec une preface d'un
home fort bien place pour connaitre les s Choses de Chine s, M. Jean Escarra, Con-
seiller du Gouvernement Chinois, professeur a la Facult6 de Droit de l'Universit6 de
Paris.
2. Voir l'Asie francaise de mars, de mai et de juillet 1939; notammert ce dernier
num6ro en ce qui concern le plan japonais primitifet 1'6pisode de Nankin.
3. D'une note (p. 181) du a Journal s de Tsiang joint a son livre il resulte qu'il
6tait convaincu, au moins au moment oi il le r6digeait pendant sa ( captivity 5
(d'ailleurs dans la maison m8me occup6e, h Si Ngan fou, par Tchang Hsub-16ang)
que son ( enlevement ) avait W6t d6cid6 par les Communistes. II se montre, au con-
traire, tres indulgent pour son gel6ier. II a passe, d'apres son propre r6cit, une grande
parties de son temps a le sermonner et s lui montrei combien sa a rebellion a centre
l'autorit6 de Nankin, et contre la sienne propre en tant que chef de l'armee, 6tait
coupable et nuisible A cette s unification a du pays que lui, Tsiang, poursuivait avec
pers6v6rance depuis tant d'ann6es. II faut bien reconnaitre, soit dit en passant, que
quelque estime qu'il soit permis d'avoir pour le caractere du Gen&ralissime, son
a journal ) insisted un peu trop sur sa force d'Ame; et que son aveu, plusieurs fois
repet6, de sa propre a insuffisance ), de sa a culpability s de n'avoir pas rempli lui-
m~me tous les devoirs de sa charge; que cette ( humilit6e plus ou moins sincere,
mais tout a fait dans la tradition chinoise, est parfois agagante A nos yeux d'Eu-
rop6ens.
4. T6l6gramme de celui-ci adress6 au Comit6 executif central du Kouo Min
Tang, le 12 d6cembre 1936, et don't le texte complete a Wt6 donn6, pour la premiere
fois, par Bertram (Crisis in China, p. 142).







412 SCIENCES POLITIQUES

sion de tous les parties (y compris, 6videmment, les Commu-
nistes) au partage de la responsabilit6 du salut de la nation;
2. Suspension de toutes les guerres civiles;
3. Elargissement immediat de tous les chefs patriotiques
arret6s a Chang hai ;
4. Elargissement de tous les prisonniers politiques dans
tout le pays;
5. Emancipation du movement patriotique du people;
6. Garantie du droit d'organisation et de reunion de
( meetings )) populaires;
7. Aecomplissement reel du Testament de Sun Yat Sen;
8. Convocation immediate d'une ( Conference pour le
Salut National )).
En ce qui concern le ( droit de reunion ), les Communistes,
pendant l'incident de Si Ngan Fou, ne s'6taient pas fait faute
de l'appliquer effectivement. Bertram a decrit, avec photo-
graphie A l'appui2, un de ces (( meetings ). Comme lors de
ceux de 1927, A Han Koou, rappel6s ci-dessus, rien n'y a
manqu6 : ni les discours, ni les haut-parlcurs, ni les ( slogans a
affich6s en caractbres gigantesques. Le cinema et le th6 tre
s'employaient aussi (conformement aux meilleures m6thodes
sovi6tiques) a la propaganda 3.
Si la declaration de guerre au Japon n'a pas suivi les 6vB-
nements de decembre 1936, la troisieme session plenibre du
Comite Executif Central du Kouo Min Tang, r6uni a Nankin
du 15 au 21 f6vrier 1937, a donn6 une satisfaction partielle
A leurs instigateurs. Une ( Resolution de Reconciliation a
I. Ils 6taient plus ou moins en relations avec les Communistes.
2. II donne aussi (a la meme p. 23) la photographic curieuse d'une grande affiche
qui monire a Hitler accueillant Wang thing wei ); lequel depuis...
3. L'auteur de Crisis in China raconte lui-meme (p. ai5-I6) qu'il a assist a
Si Ngan fou, a un film don't le sujet est r6vilateur des procedes sovi6tico-commu-
nistes. Un pere de famille, policies de son m6tier, a faith avorter un movement patrio-
tique. Son fils h6site a le supprimer. Mais la mere et la sceur de celui-ci I'y poussent,
et finissent m6me par se dispute ( l'honneur a de faire disparaitre le pere par le
poison; et, pendant qu'il agonise, sa femme refuse de t681phoner pour faire venir
un mddecin. Les assistants ( bourgeois a sont parties avant la fin en signe de protes-
tation et en prof6rant des ( pou hao s (pas bon!) vigoureux. Mais les 6tudiants pre-
sents applaudissaient A tout rompre. Cc qui en dit long sur le renversement de la
morale et des traditions nationals chez certain d'entre eux apres la Grande Guerre,
et bien que le movement A la Nouvelle Vie fit commence. II a eu, en effet, peu de-
succes dans lne parties de la jeunesse.







LE COMMUNISM EN CHINE


a 6t6 adopt6e sous la reserve des conditions suivantes : abo-
lition des Armies Rouges et leur incorporation dans les
Forces nationals, dissolution de la << soi-disant R6publique
sovi6tique du Peuple chinois ) don'tt nous avons vu que
Mao Tse-tong 6tait ( Pr6sident ) depuis 1930 (cf. ci-dessus III),
et des autres organismes ((nuisibles a l'unit6 gouvernementale ,;
cessation absolue de la propaganda communist et de la < lutte
des classes ).
Ces conditions 6taient acceptees par les Communistes
dans une ( D6claration ) du 21 septembre 1937, deux mois
apres le commencement de la guerre; et confirmees dans un
Congres du Parti, a Han K6ou, le 10 janvier 1938. Uls y ont
proclam6 (( que la lutte centre le Kouo Min Tang 6tait d6fini-
tivement close ); qu'ils voulaient collaborer avec lui (( dans
une direction nettement d6finie ); qu'ils s'occuperaient sur-
tout de (( populariser la guerre contre le Japon ,. Mais ils ajou-
taient que ( le parti communist continuait d'exister ).
Nous allons chercher dans quelle measure ils sont rests
fiddles, depuis un an et demi, a ce quadruple aspect de leur
activity. D'autre part, l'on comprend un peu, du point de vue
japonais, que la (( reconciliation )) dcid6e en f6vrier 1937, ait
6t6 tout de mime pour quelque chose dans les 6venements
qui ont pris naissance au mois de juillet suivant.

VI. LES COMMUNISTS ET LA GUERRE DE GUIR[LLAS.

C'est sur ce terrain surtout que leur (( collaboration patrio-
tique ) a jou6. Ils avaient une experience assez prolongee (voir
ci-dessus IV. La Retraite des Cent-Mille) de ce genre d'exer-
cices. Nous avons donn6, dans le numero de mars 1939 de
l'Asie Frangaise (p. 87 et suiv.), quelques details sur leurs
operations soit dans les provinces du Ho Pei (jusqu'aux envi-
rons et au nord de Pekin), du Chan Tong, du Char Si; soit
meme dans la vallke du Yang ts6. Au Nord du Fleuve Jaune,
et dans l'Ouest (au Soei Yuen, au Chan Si, au Chen Si et au
Kan Son) ils ont pu profiter (de mrme que les armies regu-
lieres) d'une certain aide, en materiel aeroplaness surtout)
et en personnel des Soviets; et il est possible que ce secours








414 SCIENCES POLITIQUES
se soit intensifi6 depuis quelque temps si les Russes ont vrai-
ment construit leur chemin de fer de Kiakhta, au sud du lac
Baikal, A Oulan-Bator (l'ancienne Ourga), la capital de la
( R6publique du Peuple de la Mongolie Ext6rieure >; d'oh ils
ont pu, en contournant le Gobi, vraiment infranchissable
(pratiquement) l'hiver commel'6t6, par les camions et les canons,
diriger leurs fournitures de guerre, par les pistes, beaucoup
plus ( automobilables ), de la veritable (( Terre des Herbes ),
des steppes mongoles vers le nord-ouest de la province du Kan-
Sou.
Le Centre Communiste de Yen Ngan (nord-est du Chen Si)
ne comporte pas seulement une ( Universit6 ) destine A la
formation de propagandistes de la Doctrine, mais aussi une
sorte d'Acad6mie militaire pour Officiers; et tel ( Gen6ral )
Communiste, comme Tchou Teh, a, nous l'avons dit, la r6pu-
tation d'un brilliant manceuvrier'. De nombreux 6tudiants
(mais quel nombre?) provenant des Universites ferm6es A
cause de l'invasion auraient pris du service comme officers
dans les ( armies ) communists.
Les ( coups de main ) sont constants dans tout le territoire
soi-disant occupy par les Nippons, et qui repr6sente, rappelons-
le, plus de I.25o.ooo kilometres carr6s, soit plus de deux fois
la France, et de 170 a 190 millions d'habitants. Ceux-ci-sont
souvent embrigad6s dans les expeditions des guerillas auxquelles
ils participent sans doute quelquefois volontiers eux-m8mes
dans les regions qui ont eu le plus A souffrir de l'invasionjapo-
naise ou des bombardements de l'aviation; et oui s'est 6veill6,
de ce fait, le sentiment nouveau d'un certain patriotism.
Mais, ailleurs, le paysan, essentiellement pacifique, qui, si
souvent, dans les guerres civiles, continuait A cultiver son
lopin au milieu meme des batailles entire les g6n6raux, ne se
serait pas d6tourn6 de son dur labeur quotidien s'il n'y avait
Wt6 forc6. Son sort est d'ailleurs tragique. Car il est pris, en
r6alit6, entire trois feux : l'entrainement dans les guerillas;
les expeditions punitives des Nippons, qui brilent et rasent les
villages en repr6sailles; et les raids des ( brigands ) cette
I. D'apres le livre, tres partial, d'Edgar Snow. Red Star over China, un des
professeurs a cette Acad6mie, nomm6 Lin Piao, serait un ( g6nie de la tactique )?







LE COMMUNISM EN CHINE 415
plaie de la champagne chinoise don't les bandes, trop sou-
vent nees de la misere, se sont reformees sur bien des points
a la faveur de l'anarchie gen6rale resultant de la guerre.
Dans la vall6e du Yang ts6, dans le nord du Kiang Sou,
et jusqu'aux portes de Chang-hai, on relevait encore tout r6cem-
ment de v6ritables manoeuvres anti-nippones par des armies
chinoises, don't l'une au moins (voir Asie Francaisedemars 1939)
s'6tait reformee autour d'un noyau constitu6 par ce qui 6tait
rest, dans les provinces du Ngan Hoei et du Kiang Si, des
anciennes bandes communists qui s'y 6taient battues, pen-
dant quatre ans, de 1930 g 1934, centre le gouvernement cen-
tral. Mais, comme nous l'avons fait remarquer dans l'article
que nous venons de rappeler, c'est surtout dans le nord et
dans l'ouest du Chan Si qu'en dehors des troupes r6gulieres
qui leur resistent aussi les Communistes donnent le plus de
fil a retordre aux Japonais. L'officielle Tokyo Gazette recon-
naissait elle-meme, il y a quelques mois, que tel d6tachement
nippon n'avait pas subi, dans le meme mois, moins de qua-
torze attaques.
L'cxtrnme mobility des a guerilleros ), leur connaissance
approfondie du terrain et l'habitude de s'y mouvoir, les rendent
redoutables aux convois et aux garnisons japonaises isolees.
Ils d6truisent aussi les routes, les points, les voies ferries, etc.
Sans doute leur action ne peut provoquer la decision de la
guerre; mais elle peut la prolonger ind6finiment jusqu'h
l'6puisement, non pas technique mais financier, de l'adver-
saire.
Les Communistes se proccupent 6galement de la creation
de petits ateliers tres diss6min6s pour la confection d'armes
portatives et d'explosifs (grenades a main), d'h6pitaux pour
les blesses; de refuges pour les veuves et les orphelins de guerre.
Mais ils s'attachent aussi, A la faveur de leur action pro-
prement militaire, A tout un travail d'organisation politique.







SCIENCES POLITIQUES


VII. LES COMMUNISTS, LE PAYSANNAT
ET LES ( GOUVERNEMENTS D AUTO-DEFENSE )1
LE PROBLkME AGRAIRE.

Ces ( gouvernements ) ont Wte surtout cr66s dans la pro-
vince du Ho Pei; mais les Communistes ont cherch6 aussi
A les installer ailleurs.
Quand ils arrivaient dans un village important en dehors
de la zone immediate d'action des Japonais, leur premier
soin 6tait de constituer un ComitW de mobilisation recrut6,
au d6but tout au moins, aussi bien parmi les propri6taires, les
marchands, les carries lib6rales, les Chambres de Commerce,
les maitres d'6coles que parmi les ouvriers et les paysans. Ce
comit6 a pouvoirs dictatoriaux est charge de recruter d'abord
des soldats pour l'arm6e; de faire de la propaganda patrio-
tique parmi le people; ( d'exterminer les traitres ); de r6qui-
sitionner l'argent, les vivres et I'habillement; de r6unir les
( travailleurs ) pour les teaches qu'il estimerait n6cessaires.
Des le mois de mars 1938 les Chefs Communistes charges
de cette organisation dans la province ci-dessus don'tt la popu-
lation etait estimee a 28 millions environ au total) d6claraient
qu'ils avaient pu, dans la parties central, faire sentir leur
influence sur environ 7 millions d'habitants, don't 2 prenaient
une part active au movement; 3 millions donnaient des esp&-
rances de ralliement; et 2 se montraient completement refrac-
taires A tout enrblement. Il est probable que cette statistique
6tait optimiste surtout en ce qui concern les (< esp6rances ,;
mais elle donne nianmoins, sans doute, des ( ordres de gran-
deur ) relatifs acceptable.
On organisait diverse ( Associations ); de jeunes gens -
surtout des 6tudiants auxquels on suggerait d'6crire, de
jouer et chanter des pieces et des poemes patriotiques pour
le people; de s'entrainer a donner des conferences sur la situa-
tion; a rediger des proclamations; A imprimer ou distribuer

I. La principal source de ce paragraphe est une 6tude de M. Haldore Hanson
parue dans Pacific Affairs de septembre 1938; mais nous avons eu 6galement des
renseignements par ailleurs.







LE COMMUNISM EN CHINE


des journaux; a dessiner des affiches et des caricatures anti-
japonaises. On format aussi des Associations de femmes et de
jeunes filles. Les meres devaient rester en principle dans leurs
foyers mais confectionner des vftements pour les soldats;
preparer de la charpie pour les blesses; Blever leurs enfants
dans des sentiments anti-japonais; travailler au besoin aux
champs pendant que les hommes s'entrainaient ou combat-
taient. Les garcons de 8 h 5I ans etaient enr861s dans des
(( formations d'avant-garde ), et prepares A un r6le de (( recon-
naissances ) et de guides; des especes de ( Scouts ).
Des ( Chambres de Commerce ) 6taient charges de con-
troler les prix; d'6mettre des autorisations d'importation ou
d'exportation d'une region dans une autre; de rechercher les
marchandises nippones et de punir leurs d6tenteurs; de creer
au besoin, des banques pour soutenir les guerillas; de contr6ler
le papier-monnaie.
La plantation, le traffic et les fumeries d'opium etaient
interdits.
Les hommes de I5 A 54 ans devaient subir un entraine-
ment militaire; prendre part, sur ordre, h des expeditions
armies; fournir des ( gardes ) aux villages et les d6fendre;
surveiller la circulation sur les routes et voies d'eau.
D'apres d'autres observateurs, des formations analogues,
- surtout au point de vue de la defense centre les (( bandits ) 2
aussi bien que centre les Japonais -- ont surgi spontaniment
dans bien des cas dans l'anarchie generale, sans que leur
creation fft due A des initiatives des Communistes.
Des 6coles gratuites ont 6te installees dans de nombreuses
localities par ces derniers, avec l'aide d'instituteurs forms

I. M. Bertram a reproduit (p. 194 de son livre) une photographic bien caract6ris-
tique de ces ( cadets ) des armies Rouges qui avaient d6jih ( fait champagne ) et qui
itaient, assure-t-il, plus redout6s que des hommes car ces enfants sacrifiaient leur
vie avec la plus grande insouciance. On les appelait ( les Petits Diables Rouges ).
Une autre photographic donne le portrait d'un ( gosse ) de Io ans don't 1'61o-
quence ) avait gagn6 deux regiments des Gouvernementaux a la cause des Rouges (?)
2. Ce fl6au de la Chine rurale a, nous l'avons dit, sevi particuli6rement (et cela
se congoit) dans le d6sordre n6 de la guerre. M. Hanson, qui n'est pas suspect, raconte
que dans la region qu'il a vue, les guerilleros communists eux-memes 6taient, au
moment de son passage, ( plus occup6s a la repression du banditisme qu'A la guerre
centre les Japonais).
SCIENCES POLITIQUES. 27







418 SCIENCES POLITIQUES
en parties (( l'Universit )) de Yen Ngan. Elles devaient s'ins-
pirer d'un quintuple programme: i dvvelopper l'esprit civique;
20 preparer des elites militaires et politiques; 30 former des
experts techniques; 40 accroitre la ( force r6volutionnaire )
fondamentale; 5 lever le niveau ( cultural ) du people. Le 40
parait assez significatif.
Mais c'est comme lors des tentatives de ( Sovi6tisation )
(voir le III ci-dessus) de 193o0 1934 a la solution du pro-
bleme agraire que s'appliquait avant tout l'activit6 des Com-
munistes.
Se conformant, dans une certain measure, a leur promesse
de renoncer A ]a lutte des classes, ils n'ont pas faith jouer la
saisie et le partage brutal des terres, comme dans leurs ten-
tatives ant6rieures au Kiang Si et ailleurs; et ils se sont abs-
tenus de massacrer les proprietaires, les usuriers; et mime les
simples fermiers qui leur paraissaient trop riches.
Mais, une brochure publiee A l'usage de la fameuse 8e ( Armie
de Route ) communist nous livre pourtant leur veritable pro-
gramme qui, pour ftre 6dulcor6, n'en reste pas moins, fon-
damentalement, le mime. Ce programme indique qu'il y a
trois moyens de procurer plus de terres aux pauvres : i la
confiscation de cclles des ( traitres : est declare ( traitre e
quiconque : a) s'est rallied aux Gouverncments de o marion-
nettes ) installs A Pekin et a Nankin, par les Nippons; b) vend
des marchandises japonaises; c) fume l'opium; d) refuse de
( coop6rer n centre les Japonais; 20 la distribution des terres
( publiques )); 30 la repartition de celles des proprietaires
( fugitifs )).
Dans ce dernier cas, les fermiers sont simplement exempts
de leurs redevances; la nue propriet6 reste acquise au pro-
pri6taire. La confiscation, et toutes les operations concernant
la reorganization agraire ne peuvent avoir lieu que par l'en-
tremise du Gouvernement, repr6sent6 par les Communistes, et
un Bureau special en cst charge. Celui-ci se fait remettre les
contracts de location que les proprietaires auraient conclus
avant leur fuite, et percoit les redevances au profit de l'armie
et des d6penses militaires en general.
D'apres M. Hanson, don't l'enquete sur place remote







LE COMMUNISM EN CHINE 415
au mois de mars 1938, environ 15 % des terres, dans le Ho Pei
central, avaient a ce moment 6t6 (< distributes ,. On 6tait 6vi-
demment loin des 60 % atteints lors des operations du
Kiang-Si; mais nous ne savons pas oi en sont les choses
depuis; et nous n'avons pas de details certain sur la politique
agraire communist dans d'autres regions.
D'autres measures avaicnt 6t6 prises, toujours dans le Ho
Pei. Tous les baux avaient kt6 syst6matiquement r6duits
de 25 %; et mnime de 5o % si la famille du fermier four-
nissait des volontaires pour l'arm6e. En ce qui concern les
fermages des terres des temples, on les r6duisait aussi a
25 % de lour chiffre precedent; 25 % restaient aux moines;
50 % allaient au Gouvernement. Au cas oui la rente avaiLt 6t
paye a l'avance aux proprietaires (ceux-ci s'6taient mis h imi-
ter l'Etat ou plut6t, les autorites provinciales qui, dans plu-
sieurs provinces, avaient pris 1'habitude d'exiger des ayances
sur les imp6ts futurs), une ristourne de 25 % 6tait due au fer-
mier. S'il s'agissait do metayage sur la base ancienne du 5o %
elle devait prendre d6sormais la former de: 3 /8e au proprietaire;
5/8e au metayer. Enfin le (( Gouvernement des Guerillas )
avait prohibl6 I'viction des fermiers; d'autre part le propri6-
taire n'avait pas de tribunaux auxquels il pfit s'adresser.
Quant an problem formidable des dettes paysannes, les
anciennes 6taient abolies d'un seul coup : principal et inter&t.
Celui-ci no pourrait pas d6passer desormais to %; alors que
le Code foncier, cependant recent (30 janvier 1930) admettait
encore (art. 177) que le fermage pouvait atteindre jusqu'a
37,5 0/ de la recolte.
Les Communistes se sont attaquds aussi au probleme non
moins 6norme de l'imp6t. L'iimp6t personnel 6tait supprim6.
En ce qui concern l'imp6t foncier, desormais environ un quart
des paysans en 6taient exempts; alors qu'ils payaient a pen
prds tout autrefois. Ce sont ceux qui r6coltaient moins de
o1 tan de blW, de sorgho (kao leang) ou de riz (suivant les
localit6s et les saisons, c'est-A-dire moins de 500 ou 600 kilo-
grammes suivant qu'il s'agit du tan, ancienne measure chinoise
picull) ou du tan, nouvelle measure m6trique). Les r6coltants de
o10 3o tan payaient (en nature ou en equivalent en argent),







420 SCIENCES POLITIQUES
5 % aux greniers (ou aux bureaux) du Gouvernement; et, ainsi
de suite, par fractions, avec un maximum de 3o % pour les
r6coltants de plus de iio tan (660 ou 550 quintaux).
Soit dit en passant, puisque la distribution des terres doit
avoir pour effet, 6tant donn6 la densit6- norme de la popu-
lation et la p6nurie, relative, des terres, de multiplier les petits
propriftaires, on ne voit pas tres bien comment cette mul-
tiplication (meme si elle est tres elevee) peut se concilier avec
une augmentation des recettes de l'Etat; lequel, pourtant,
va se voir assigner des teaches de plus en plus dispendieuses,
au point de vue des travaux publics, etc.
I1 est vrai que le nouvel Etat compete a la fois multiplier
les fonctionnaires et les payer fort peu : 18 dollars par mois
pour les mieux retribues parait-il ? C'etait le tarif applique
(a-t-on dit, l'an dernier, a M. Hanson) dans les (( Gouvernements
d'auto-d6fense du Ho-Pel. Sans nier l'esprit de passion et
de sacrifice qui peut animer certain tenants de la ( mys-
tique a communist, mime en Chine, nous doutons fort que
cet 6tat d'esprit soit trbs repandu, surtout chez un people
oil l'habitude du (( squeeze ), de l'extorsion, est millionaire,
et, d'ailleurs, dans une certain measure, accepted par les vic-
times elles-memes. Nous savons d'ailleurs pertinemment qu'a-
pris les premiers beaux jours du nouveau regime lors de la
( Grande Experience ,, au Kiang-Si et ailleurs, les b6neficiaires
des premieres distributions gratuites n'ont pas tard6e dechan-
ter. Ce n'est pas arrive qu'en Chine.


VIII. LES COMMUNISTS ET LA POLITIQUE GANkRALE.
L'INFLUENCE DE MOSCOU.


L'Universit6 de Yen Ngan a laquelle nous avons d6ej
fait allusion et une autre fondue, peu apres l'ouverture
des hostilities, a Si Ngan fou, ne se cachent pas, tout en se
d6clarant ralliees au Gouvernement National dans sa lutte

I. Nous avons signal ci-dessus les 6 dollars de Mao Tso-tong, ancien President
de la Rlpublique soviftique chinoise.







LE COMMUNISM EN CHINE


contre le Japon, de continue leur enseignement doctrinal en
faveur du Communisme. Nous venons de voir que, dans les
regions oh la guerre effective, par les Gu6rillas, leur a Wte
confide par le Gouvernement lui-meme, les Communistes
appliquent, d'une fagon attdnuee, mais n6anmoins rdelle,
plusieurs de leurs conceptions; et les 6coles qu'ils ont cr66es
travaillent certainement dans le meme sens. Une parties de la
jeunesse estudiantine, qui, meme avant la guerre, penchait
du cot6 des theories sovi6tiques (les livres traduits du russe
6taient fort nombreux; 33 % en 1937) et marxistes, priv6e
qu'elle est a l'heure actuelle des Universit6s fermees a cause des
Japonais a PWkin, a Tien-Tsin, A Changhai, A Canton, a Han K6ou
- (bien qu'elles aient 6t6 en parties transportees ailleurs) -
s'est refugi6e A Yen Ngan et A Si Ngan. D'ailleurs, nous avons
vu que, tout en acceptant, en septembre 1937, la (( reconci-
liation ) qui leur avait W6t offerte par le parti nationalist au
pouvoir, les Communistes ont formellement d6clar6 (( que leur
parti existait toujours ). Et ils ont r6pkt6 cette reserve lors de
leur Congres de Han K6ou, en janvier 1938.
II a bien fall admettre quelques Communistes dans les
Conseils du Gouvernement, en dehors des operations mili-
taires que celui-ci leur confiait. Nous y trouvons notamment
Tchou En-lai et Tchou Teh. Un voyageur recemment revenue
de Tchoung King nous a meme confi6 que le premier colla-
borait constamment avec Tsiang Kai-chek; sans doute sur-
tout en ce qui concern la conduite de la guerre. Plusieurs
doctrinaires communists autrefois condamn6s ou exiles, et
don't le plus connu est l'archeologue Kouo Mo-jo, ont Wtd
gracids.
Lors d'une des dernieres reunions du Parti Kouo Min
Tang a Tchoung King, au d6but de cette annee, le Parti
communist a demand que les Jeunesses Communistes (elles
existent donc) fussent admises, en tant que telles, parmi les
Jeunesses Kouo Min Tang; en some un ( noyautage ) fort
habile, 6tant donn6 le milieu enthousiaste et inexp6riment6
oh il devait ophrer; et tout a fait dans la (( maniere ) de Moscou.
Leur requite a Wt6 rejetee. Mais elle est caract6ristique. A
noter par ailleurs qu'il n'y a que trois Communistes au ( Conseil








422 SCIENCES POLITIQUES

Politique du Peuple r&cemment cr66 comme acheminement
vers une representation national 1
Sans vouloir exagerer non plus son importance il faut
bien signaler qu'il existed une ( Association culturelle Sino-
Sovietique ) don't le Pr6sident est Sun Fo, le ils (du premier lit)
de Sun Yat-sen, a Pare de la Revolution (de 1911) et de la
R6publique ); et don't un des membres les plus actifs est la
veuve (2e femme) de ce dernier, sceur de Mme Tsiang Kai-chek,
mais don't les sentiments nettement pro-sovi6tiques (elle
etait notamment tres li6e avec Mme Borodine) 2 1'ont brouill6e
avec le reste de sa famille. Cette ( Association culturelle sino-
soviftique ) a tenu, A Tchong King, en novembre de l'ann~e
derniere, une Assembl6e speciale A l'occasion de la c6l6bration
du 21e anniversaire de la Revolution russe. Elle a W6t pr6sid6e
precisement par Sun Fo, recemment revenue de Moscou. Les
journaux du siege provisoire du Gouvernement National en
ent parl6 et ont public les portraits conjugues de Sun Yat-
sen et de L6nine; de Tsiang Kai-chek et de Staline. De nom-
breux discours ont 6td, naturellement, prononc6s devant
I'Ambassadeur des Soviets. Une exposition de photographies
sur la vie en U. R. S. S.; sur 1'Art sovi6tique, etc., avait Wt,
organis6e; et, pendant huit jours, tous les cinemas de Tchong
King ont project des films sovi6tiques. Nous tenons d'un
voyageur qui a parcouru le Sud du Se-tchouan l'an dernier
que la jeunesse des &coles superieures circulait en tendant
le poing; et que parmi ces mimes 6tudiants la devise :
t Front populaire avait aussi quelque succes. Des 1927, Tsiang
Kai-chek se plaignait, nous l'avons vu, d'etre trait de a fas-
oiste ). Ainsi vont les ( slogans a politicians dans le monde enter.
Pour en revenir aux choses s6rieuses, il est 6videmment
impossible de formuler un jugement d6finitif sur l'6tat foncier
present des esprits en Chine en ce qui concern le communism;
z. Sur ce a Conseil Politique a voir notre article sur la a Situation Politique en
Chine a dans l'Asie Franvaise de mai 1939.
a. Elle a dui se r6fugier A Moscou, en juillet 1927, apres le a raid ) (en avril) sur
Vambassade des soviets Pekin command par le a dictateur ) de la Mandchou-
ric, Tchang Tsolin, qui a permis, nous l'avons dit, de si effarantes r6v6lations sur les
activites sovi6tiques en Extreme-Orient, et notamment en Indochine. Ces r6evla-
tions sont bien oubli6es.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs