• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Advertising
 Table of Contents
 Lucien Levy-Bruhl
 Djibouti et l'Ethiopie
 Le probleme Slovaque de 1918 a...
 Palestine 1938
 La vie politique et internatio...
 La vie economique et financier...
 Comptes rendus critiques
 Chroniques de l'ecole et de la...
 Back Cover














Title: Sciences politiques.
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00089408/00002
 Material Information
Title: Sciences politiques.
Physical Description: Book
Publisher: Recueil Sirey
Place of Publication: Paris
Publication Date: April 13, 1939
 Record Information
Bibliographic ID: UF00089408
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Advertising
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Table of Contents
        Page 113
    Lucien Levy-Bruhl
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
    Djibouti et l'Ethiopie
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    Le probleme Slovaque de 1918 a 1939
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
    Palestine 1938
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
    La vie politique et internationale
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
    La vie economique et financiere
        Page 200
        Page 201
        Page 202
    Comptes rendus critiques
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
    Chroniques de l'ecole et de la societe
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
    Back Cover
        Page 225
        Page 226
Full Text


SCIENCE ES

POLITIQUES




13
Avril 1939











1 RECUEIL SIREY
PARIS


7


~ ~ ~e
giJ~~







La revue Sciences Politiques est la continuation de la Revue des
Sciences Politiques, publide de 1911 A 1936, et qui avait elle-mAme
succed6 aux Annales des Sciences Politiques, fondues en 1886.
Elle parait six fois par an, en fascicules in-8 de 96 pages au moins.
B

Pour ce qui concern la r6daction de la revue, s'adresser A M. Fran-
gois Goguel, secretaire general du Comit6 de Redaction, 27, rue Saint-
Guillaume, Paris (VIIe).
Les auteurs non avis6s dans le d6lai de trois mois de 1'acceptation
de leurs manuscrits peuvent les r6clamer au secretaire g6n6ral pendant
un an.


La revue decline toute responsabiliti pour les opinions imises dans les
articles qu'elle public.


La revue est adress6e gratuitement aux membres de la Socite6 des
Anciens leves et Eleves de l'ecole Libre des Sciences Politiques, recon-
nue d'utilit6 publique, 27, rue Saint-Guillaume, Paris (VIIe). Ceux-ci
sont pries de bien vouloir aviser le secretariat general de la Societe de
leurs changements d'adresse.


Pour tout ce qui concern la publicity dans la revue, s'adresser au
SERVICE DE PUBLICITY DIE LA REVUE ET DE L'ANNUAIRE DES SCIENCES
POLITIQUES, 27, rue Saint-Guillaume, Paris (VII).
1
Pour tout ce qui concern I'administration de la revue, s'adresser a
la LIBRAIRIE DU RECUEIL SIREY, 22, RUE SOUFFLOT, PARIS (Ve), depo-
sitaire pour la France et l'1tranger. Compte de cheques postaux, Paris
n 3319.
Prix de l'Abonnement d'un an :
France..... 40 francs.
48 francs (pays signataires de I'accord
9itranger. de Stockholm).
60 francs (autres pays).
I


Tous droits reserves pour la France et l'9tranger.






*AIR
RESEAU


FRANCE
AEPIEN MONDIAL
zuc ^ .fT;^**^tS *"it ak-*I ..-i,}- -'-i_ ^ :,. ~ *-Ti-- -F -l*


SPASSAGERS


POST


-t.--- . _
,,' , .. 'A. ..
;: .' -: ., ,- A t'. * ,,' - .:.
*- ; -: -. *" ..',*J i ".; ,, '.
,. : i. _:. .. ." .3 -"-;, .:: j : '.,.^ -. '. ,* ,,
,, .. ._.,. .^l; .. -. .- i^ ii:f_.

* MESSAGERIE


7,


U-


-- -Plse~lC I -~-s -I --


r.
.I:
:~,~-~- I
-









Pour Cos Coyages

Adressez-vous aux

AGENCIES
ET
Bureaux de Renseignements
DES CHEMINS DE FER FRANCAIS

Vous y trouverez
UNE ABONDANTE
DOCUMENTATION TOURISTIQUE ET
TOUS RENSEIGNEMENTS
sur les horaires
les prix des differences sortes
de billets
les services d'autocars des
Chemins de fer frangais
Vous pourrez
PRENDRE VOS BILLETS
LOUER VOS PLACES
DEMANDER L'ENLEVEMENT ET LA
LIVRAISON DE VOS BAGAGES A DOMICILE
et rouls assurer ainsi
ECONOMIC CONFORT AGREEMENT




SNCF
SOCIETY NATIONAL DES CHEMINS DE FER FRANCAIS









LIBRAIRIE DU RECUEIL SIREY
(Socidld Aionnyme) 22, rue Soufflot, PARIS-VI"


CODE PRATIQUE DES STRANGERS
par FARCAT et MORIN
1939.. Uiln vohliuwm in-18 .............. ............ .......... 45 f1'.

Antoine D'ARGENT DE DEUX-FONTAINES
Doceur en Droit


La position de 1'Angleterre

et des Etats-Unis d'Amerique
a l'egard des conventions de Geneve
visant les conflicts de lois en matiere de lettres de change,
billets a ordre et de cheques
1!iS3. 'n \ olunnme ',,rind in-S" de 126 p ges, broclu:'...... ................... 40 I'I

Pierre BARTHOLIN
Docleur en droil
l)iplh')lm de Il'E ole libre des Sciences Politiques

LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES DES SANCTIONS
Prdface de M. Francois PERROUX
Priofesseisur la Iaciul I d I)Droil (I PariS
1939. I n i n an(d in- le 2) pa'es, h .... ..... . ..... 35 fr.

Ismail NIHAT ERIM
D)oclteur en Droil
Diplum de l'Ins I ulntil des IIaules Etulc s Internalioinals de Tl niversilh (id Paris

LE POSITIVISME JURIDIQUE
ET LE DROIT INTERNATIONAL
1!):9. 'n volume r i ninl in-N" de( ;:;j pagos, k. ro(II .. ...... .. .. .......... 60 fir.

M. BREILLAT-MILHAUD
i)oeliir en Droil

LES LIBERTIES PUBLIQUES DANS L'ITALIE FASCISTE
193 ). Un volmnli glandl in-S" de 1K8 pages, Ilroch( ............... ...... 38 f'r.








C d'Assurances Generales
SUR LA VIE
Entreprise priv6e r6gie par
le d6cret-loi du 14 Juin 1938
Capital social : 4 2 millions de francs entierement verses
LA PLUS ANCIENNE DES COMPANIES FRANCAISES (1819)


FONDS DE GARANTIE
UN MILLIARD


ENTIEREMENT REALISI
991 MILLIONS


--,-


SIEGE SOCIAL
DE RICHELIEU,
R. C. Seine 3.9.802


87 PARIS


87, RUE


CHOQUE
ARTISAN DU VETEMENT
RUE AUBER
(Angle des rues Caumartin et des Mathurins)
PARIS

VETEMENTS CIVILS ET MILITAIRES
HOMMES & JEUNES GENS
Rayons sp6ciaux : PRET A FINIR & SUR MEASURE "

TAILLEURS et MANTEAUX
Classiques et Sport POUR DAMES
REMISE DE 5 o0 non cumulative
aux Membres de I'Association sur presentation de leur carte







ETTS
ET T S


J. ZELL


INSTALLATIONS SANITAIRES COUVERTURE CHAUFFAGE CENTRAL
9, Rue du Delta, PARIS (9e)
Te61phone Trudaine 02-22 et 5 lines groupies
Pour I'installation ou le rajeunissement de votre salle de bains
visitez le Magasin d'Exposition
24, boulevard Malesherbes


SOCIETY INDUSTRIELLE D'PPLICITIONS MiECNIOUES
Soci6te Anonyme au capital de 2.200.000 francs
2 et 4, Passage d'l6na, LEVALLOIS-PERRET (Seine)


CHAUFFAGE AUTOMATIQUE
PAR BRULEURS A
BRULEURS A MAZOUT


CARBON


DISTRIBUTEURS D'ESSENCE



CREDIT NATIONAL
Socidtd anonyme au capital de 100 millions
R. C. Seine 28.531
45, rue Saint-Dominique PARIS (7e)
1111IIIIIIIIIIIIIIU

PRETS
a moyen terme au commerce et i 1'industrie
111111111llll111111

Ces Prkts don't le montant maximum ne peut depasser 15 millions
doivent 6tre garantis par une des sfiretes principles suivantes:
Hypotheque de premier rang;
Engagement de caution solidaire d'un tiers;
Titres.











a Catnavalet

9, boulevard Raspail, Paris 7e




ANTIQUITIES
REPRODUCTIONS
ORFEVRERIE
ancienne et moderne




Conditions sp6ciales aux anciens 61~ves et 61eves de
I'icole libre des Sciences Politiques



FIRMIN-DIDOT ET CIE
IMPRIMIEURS-EDITEURS, 56, Rue Jacob, Paris (VIE)

NOUVEAUTE :
Collection des AMITIES FRANCAISES "
POETES CONTEMPORAINS
AxTIIOLOGIE
Un volume in-8" carr6 de xii-522 pages comprenant une bibliographie et un autographe
en fac-simild de chaque poete ................................ ............ 45 fr.
Grammlaire de I'Aead'mnlie frangaise (nouvelle edition), broch ......... 18 fr.
cartonn ......... ............. 24 fr.; Reli peau souple... ........ 40 fr.
Trois siieles de l'Academie fran 544 pages, orn6 d'un frontispice .................. .... .................. 30 fr.
RIVAROL. -- Disours stir l'UniversalitH de la langue frangaise. 1 vol. de
130 pages tir6 A 250 exemplaires sur paper de luxe num6rot6 ................ 50 fr.
Nouvelle Histoire Universelle de 1'Art, publi6e sous la direction de MARCEL Au-
BERT, membre de l'Institut. Deux magnifiques volumes in-4 de 812 pages, illustr6s de
1052 fig. dans le texte et hors texte. 240 fr.; rel. demi-chagrin, plats p6gamold. 312 fr.
M6mento pratique d'archeologie franwaise, par VINCENT FLIPO. 1 vol. in-4" ecu
de 380 pages, orn6 de 600 illustrations .................. ....... ....... 125 fr.
DESCAMP (PAUL). Le Portugal. La vie social actuelle. 1 vol. in-8 raisin de
507 pages et une carte ............... ...................... 36 fr.
Memoires de Lafitte (1767-1844), publids par PAUL DUCnoN. 1 vol. in-16 jesus de
348 pages, orn6 d'un portrait de Laffitte ................... .. . 15 fr.








L'UNION
Siigei SjIia : 9, place Vend6me, PARIS
Companies, d(l',iiranc con (llre 1'INCENDIE, lcs ACCIDENTS ct RISQUES DIVERS.
Fond(r (on 1828. SociCLt \1non nyie an capital de A0 millions enli're nitonl vlvrse
IEnlreprise pricC rlogic par le I)Ocri t-Ioi du 1li Jlin :1938. kssliirnces contre 1(" ACCIDEN, TS dii
TI\\AIL, le \()L, le IRIS des (;I. ES, les I) ; kATS de( EAl \. a GRI. LE. la ORITAI.ITE d (u 1ETAIL.
La police tousrisquesdu chef de famille garanlira tous Yos rislqies I)(~onnols oLn ii1 n soul conllal.
SUR LA VIE HUMAINE
Folnd(e n 1S29. Soclll AiionilyI( ani capil ( l die ( 0 mIlillion, ll'iti rem I tCll vers6
EnIlrept ri'e plri e e gie II Ie 1o I)eci're-I oi d1 I'l ,nluin 1938. A-s iranees iixtes, ic Cnli0're, Dotales,
IRenclt viag ler-', vtc... A iuranllces polulilair's anl vis ile 'edicale. a e (c p'arlticipalionl all\ indlices.
A 'illlrances de gronup1), 'arln'li-ani t a" Il ilne v le police ai tarif tLc r(dull lc plersonnel |'nlrc-
prises de Ioule nature : 1k\ II11DIE, I'NV III ITi )ES. E ) CO\STITLTION I)E PENSIONS.


SAVARD, HODGSON &C, Inc. SAVARD, TURPIN & C.
Fonds d'Etat(Dominion, Provinces) Membres du Stock Exchange
Obligations de Villes. de Montreal.
Obligations de Communaut6s
religieuses. Membres du Curb Market
Obligations industrielles. de Montreal.

TOUTES OPERATIONS SUR TITRES
507, place d'Armes, MONTREAL (Canada)



Un


i Gestetner est indispensable


a R'homme d'affaires moderne




Documentation sur demand a




29, rue du Louvre, 29
PARIS (2')

= . m .. . .. . n . n n . n . . . . n . . s . .







ENTREPRISES GENERALES





.K "


CONSTRUCTION DE


MATERIEL


POIRE-BLANCHE
Fournisseur de la Pr6sidence de la
R6publique depuis 1875

GLACIER CONFISEUR
SALON DE THE

196, bd Saint-Germain, PARIS
TeI1phone : Littr6 96-31


NARCISSE PEIGNENr

CHARPENTES BOIS ET FER
MENUISERIE SERRURERIE
ESCALIERS EN TOUS GENRES
MENUISERIE METALLIQUE
CHASSIS A GUILLOTINE

24, r. de Tolbiac, PARIS
T61lphone : Gobelins 13.09. 66.56


CREDIT LYONNAIS
SOCI ETEoANONYME

CAPITAL : 400 MILLIONS
RESERVES : 800 MILLIONS
SIEGE SOCIAL SIEGE CENTRAL
LYON PARIS

1350 SIEGES
EN FRANCE, ALGERIE, TUNISIE, MAROC, ANGLETERRE
BELGIQUE, EGYPTE, ESPAGNE, LUXEMBOURG, SUISSE

TOUTES OPERATIONS DE BANQUET








LES EDITIONS

DU RECUEIL SIREY

22, rue Soufflot, PARIS (VI) FP R t


2, boulevard Raspail
Code pratique des Etran- 2, bou d
.P A R IS 6.
gers, par Farcat et Morin. 45 fr.
Tele6phone : Littre 38.10
Declin (le) du Petrole,
par P. Queuille...... 35 fr. ViTEMENTS
EQUIPEMENTS
Corporatisme (Le) . . 50 fr. ET ARTICLES
Problime (le) colonial DE SPORTS
CAMPING
et la paix du Monde, par C
A. Touzet, tomes III et IV;
A. Touzet, tomes I et IV; Bonneterie et Chemiserie sportive
chaque volume ......... 40 fr.
Remise spec. aux el4ves et anciens eleves




Society Generale

pour favoriser le developpement du commerce et de l'industrie en France
SOCIETY ANONYME FOVDEE EN 1864

Capital : 625 Millions




35 1 agencies et bureaux
1 en France et a 1'Ctranger

correspondents dans le monde entier









CREDIT FONCIER DE FRANCE
19, rue des Capucines
PARIS
Capital Social et reserves: 2 Milliards




PRETS

Amortissables par annuit6s


aux propri6taires, communes, chambres de
et tous ktablissements publics


Faculty de remboursement par anticipation et par acomptes
Economic des frais et dispense de renouvellement


.&Z.I I[oAdOnt ~rse'u~e '
* iw z'~d j-e~e 'Le~Fud

* aifi e i de 14't19'
----------mr~ ------ ---------------~--
SON A IECOUPE/?
I at e letSc


den Soieea ~ itqu~A

Ii L N'1190
'------~-------------------~----------


commerce










SALLE
DE

CULTURE PHYSIQUE



Elives et Anciens Eleves de l'Ecole, profitez de l'installa-
tion sportive de la rue Saint-Cuillaume, pour pratiquer dans
les meilleures conditions la culture physique, la boxe et
1'escrime.


La salle est ouverte les lundi, mercredi, jeudi
et vendredi, de 17 h. 45 a 20 h.

Cotisation annuelle, pour les trois sports :
250 francs.


Pour tous renseignements et inscriptions, s'adresser
au Secretariat.














FUSION


NDUSTRIELLE


NAT


IONALE


CREDIT A LONG TERME
POUR ACHAT ET VENTE
DE VOITURES AUTOMOBILES



ESCOMPTE ASSURANCES


79, AVENUE DES CHAMPS-ELYSEES PARIS (8")


DI


I l~rl I' I' I,_


Teleph. : ELY. 16-70.








SCIENCES POLITIQUES

REVUE PARAISSANT SIX FOIS PAR AN
PUBLIEE AVEC LA COLLABORATION
DES PROFESSEURS ET DES ANCIENS
ELEVES DE L'ECOLE LIBRE DES
SCIENCES POLITIQUES.


AVRIL 1939





54" Ann6e Nouvelle skrie. No 13





SOMMAIRE


ALBERT RIVAUD, Professeur a la Sorbonne et a l'Acole libre
des Sciences Politiques : Lucien LUvy-Briihl ........... p. 14
JEAN-PAUL ROUSSEL : Djibouti et 1'ithiopie ........... p. 120
N.-P. PERDRIEUX : Le problem slovaque de 1918 a
1939 .................. ................. ..... p. I45
HUBERT MONTRIBLOUX : Palestine 1938............... p. 170


CHRONIQUES


I. La vie politique et international, par BERNARD
SERAMPUY ..... .. ... ...................... ... ...... . 194
II. La vie 6conomique et financibre, par JACQUES
CHASSERON....... ..... .. .......................... p. 200
COMPTES RENDUS BIBLIOGRAPHIQUES... .................. .p. 203
CHRONIQUES DE L'RCOLE ET DE LA SOCIETY DES ANCIENS ELEVES
ET ELVES DE L'ECOLE LIBRE DES SCIENCES POLITIQUES. p. 214
SCIENCES POLITIQUES. 8












LUCIEN LEVY-BRUHL


Nous ne verrons plus cette mince silhouette qui
semblait come d6materialis6e, ce visage pale et
jauni aux yeux aigus. Nous n'entendrons plus cette
voix un peu frele, mais si nette, don't l'accent sem-
blait toujours suspend centre l'ironie et la douceur.
Lucien LUvy-Briihl, qui vient de s'6teindre a 82 ans,
apres une longue vie tout entire consacree au service
de 1'esprit, a ht6 l'un des premiers maitres de 1'Ecole des
Sciences politiques. Tout jeune encore, il avait 6t6
choisi par E. Boutmy pour enseigner ce que l'on nom-
mait alors l'histoire de l'esprit public en Allemagne.
Le choix d'un philosophy d6ej connu par des etudes
sur la responsabilit6 morale ,tait propre a surprendre
les historians. 11 s'est tris vite i6vl66, a l' preuve, que
Boutmy ne s'etait pas tromp6. L6vy-Briihl avail deja
cette vaste curiosity, cette ind6pendance qui devaient
l'entrainer plus tard hors des sentiers battus. I1 a
men6 de front beaucoup d'activit6s diverse, avec une
aisance et une sfret6 qui t6moignent de la vigueur et
de la souplesse de son esprit.
II a commence par la morale et l'histoire des iddes
politiques. Puis il s'est donun a l'histoire de la philo-
sophie et il a consacr6 des livres excellent A Jacobi, A
Auguste Comte, aux philosophes frangais. 11 a fini par
l'ethnologie et l'6tude de l'homme primitif, aprbs avoir
tent d'unir la morale et la science que beaucoup
voulaient separer.
Ce qu'il a partout cherch6, c'est une r6gle de vie, le
moyen d'arracher les homes a la barbaric, A l'arbi-
traire, A l'injustice et de les adapter aux faits observes.
II a d'abord demand le secret de l'action aux mo-


b~secl







LUCIEN LEVY-BRUHL 115
ralistes et aux metaphysiciens. 11 a paru, dans sa jeunesse,
incliner, comme tous ceux de sa g6n6ration, vers la philo-
sophie kantiennc. II est permis de croire qu'il a suivi
cette voie, plut6t par def6rence pour des maitres qu'il admi-
rait, que parce qu'elle repondait aux dispositions profondes
de son esprit. II avait trop de goit pour les choses concretes,
les r6alites, pour se satisfaire d'abstractions. I1 avait vu, tout
jeune, nos desastres de 1870. I1 lui en 6tait rest une tristesse
et une inqui6tude persistantes, et il a 6t6 de coeur avec ceux
qui voulaient reliever notre pays. Comme eux tous, il deman-
dait a la science le secret d'un renouvellement int6ricur,
condition du salut national.
II a 6tudi6 l'Allemagne de 1848 avec beaucoup de sympa-
thie. II admirait la science allemande, le libiralisme allemand,
et il n'6tait pas 6loign6 de leur attribuer une influence domi-
nante dans l'essor du people allemand de 1848 h 1870. Cepen-
dant, des ses premiers travaux, il a pressenti l'importance
d'autres 616ments moins purs. Deja, il s'effraye, dans ses
lemons de l'Ecole des Sciences politiques, des effects de la dis-
cipline prussienne, de la bureaucratic et du militarisme. II de-
plore la fin de cette liberty d'esprit, de ce goAt pour I'universel
qui rendent si attachants, malgr6 leur impuissance pratique,
plusieurs des grands historians allemands du xxe siecle.
Par ses origins israelites, il 6tait plus sensible qu'un
autre aux dangers de 1'intol6rance. II a beaucoup 6tudie
Spinoza. II voyait en lui moins le m6taphysicien quc le cri-
tique implacable de la tyrannic leligieuse et politique. 11
aimait la hardiesse, mais aussi la reserve de ce grand destruc-
teur, si adroit a s'accommoder de l'ordre existant. II avait
horreur du fanatisme et des exclusives. II a toujours refuse
de juger les homes suivant la nature de lours croyances
ou de leur parti; il est rest 6clectique en amiti6 : l'intelli-
gence et la droiture lui ont paru des vertus superieures a
l'orthodoxie. Cette position moyenne 6tait difficile A tenir.
Elle lui a valu des amis fiddles et devou6s, mais aussi de vio-
lentes animosit.s.
Jusque vers 1896, on a pu croire qu'il se contcnten ait d'etre
un historien 616gantt et n philosophy limpide, excellent a







116 SCIENCES POLITIQUES
d6gager des doctrines les plus abstraites les 616ments acces-
sibles A tout esprit cultiv6. II a fallu pour lui r6v6ler sa vocation
les tristesses de l'affaire Dreyfus et l'influence de deux hommes
bien diff6rents de lui, JaurBs et Durckheim.
Des liens de famille l'unissaient au capitaine Dreyfus.
Son premier movement a Wte de croire h l'erreur judiciaire,
tant l'accusation lui semblait absurde. Puis, l'accus6 faisait
parties d'un group, d'une communaut6 historique, a laquelle
LUvy-Brfihl n'a jamais rougi d'appartenir. L'inculpation
atteignait tout le group et le discr6ditait injustement.
Levy-Brfihl avait Wt le condisciple de Jaures A l'Ecole nor-
male superieure. II n'6tait pas socialist en ce temps, s'il l'a
jamais Wt6, et l'on ne peut guere imaginer d'hommes plus
diff6ients l'un de l'autre que le precoce tribun populaire et
le philosophy soucieux avant tout d'exactitude et de pieci-
sion. Mais Levy-Briihl, a la fois ardent et timide, a W6t comme
envoit6 par la force bouillonnante de son ami. II l'a profon-
d6ment admire pour sa g6n6rosit6, pour son audace et il s'est
incline devant lui. Plus tard Emile Durckheim lui en a impose
par l'esp&ce d'autorit6 qui 6manait de lui, par une puissance
d'affirmation dogmatique don't il se sentait depourvu.
Le proces Dreyfus montrait la force des passions collec-
tives, la soumission des individus A des mots d'ordre et a des
prejuges sociaux; Levy-Briihl a W6t amen6 a r6fl6chir a ces
ph6nomines si mal connus, et il s'est mis a l'ecole de Dur-
ckheim. Un peu surprise et comme gene par le dogmatisme
sociologique, il n'a jamais Wte le disciple docile que Durckheim
esperait. Il s'est taille un champ d'6tudes propres et, s'il a
consent A figure parmi les membres de 1'ecole sociologique,
il a toujours gard6 sa pleine liberty int6rieure. La m6thode
de Durckheim lui donnait occasion de discerner, chez les hom-
mes d'aujourd'hui, ce qui r6pond A 1'ltat social actuel et ce
qui est la survivance d'un ordre d6pass6. Sans bien connaitre
Hegel et Marx, Durckheim avait retrouv6 une de leurs idees: les
institutions et les moeurs retardent souvent sur l'etat intel-
lectuel et moral d'une sociWte. Il subsiste chez nous nombre
d'institutions et de croyances qui r6pondent a des formes
ant6rieures et presque disparues de la vie social et mental






LUCIEN LIVY-BRUHL


et ne r6pondent plus A nos besoins actuels. Dans ces conditions,
il paraissait natural d'explorer l'esprit chez des homes
demeures primitifs.
Vers 1900, Levy-Briihl a commence une vaste enquete
sur les primitifs. II a lu, avec un soin et une patience admira-
bles, tous les documents que les explorateurs et les mission-
naires nous ont laisses sur les populations sauvages. I1 en a
fait une critique serr6e. Ce d6pouillement permettait,croyait-il,
de d6gager quelques points certain, attests par tous les
observateurs. II permettait aussi de faire des hypothBses sur
le sens que les primitifs eux-memes donnent A leurs usages,
a leurs institutions, aux rituels et aux c6r6monies de leurs
cultes. Peu a peu une id6e s'est impose a L6vy-Brihl. Les
primitifs n'ordonnent pas leurs experiences selon les cadres
de notre logique. Par example, ils n'expliquent pas toujours,
comme nous, les faits par leurs causes ant6c6dentes. Ils croient
apercevoir entire les 6v6nements les plus disparates des con-
nexions qui nous 6chappent, des influences, une (( participa-
tion)). Cette loi de participation donne la cl de beaucoup de
pratiques 6tranges constat6es chez les primitifs. Elle explique
notamment l'6tat d'esprit (( mystique de beaucoup d'entre
eux. Cette hypothese g6n6rale, v6rifibe et precise au course
d'une enquete de plus en plus large, se complete chez L6vy-
Briihl d'une foule d'analyses de detail, d'une finesse et d'une
ingeniosit6 extremes. Elle est d'ailleurs pr6sent6e avec toutes les
reserves n&cessaires et Levy-Briihl reconnait que, sur nombre
de points, les primitifs sont capable de raisonner comme nous.
Les philosophes sont d'abord rests sceptiques devant ce
mode d'explication qui leur semblait humilier la raison. Les
sociologues, disciple intraitables de Durckheim, ont fait aux
interpretations de Levy-Briihl des critiques parfois violentes.
Ils n'admettaient pas que la m6thode de leur maitre ne pit
suffire A tout. Mais les ethnographes, les historians, les lin-
guistes ont Wit seduits. Des linguistes comme Meillet et Ven-
dryes, des archeologues, des historians de l'antiquit6 comme
Jane Harrisson, L. Massignon, ont publiquement reconnu ce
qu'ils devaient h Levy-Briihl. II a eu, surtout dans les pays
anglo-saxons, des admirateurs fervents. II n'a pas Wt6 gris6 par







SCIENCES POLITIQUES


ces t6moignages, pas plus qu'il n'a 6prouv6 d'orgueil en voyant
Henri Bergson adopter une parties de ses conclusions. II met-
tait lui-meme ses disciples en garde centre les g6neralisations
pr6maturees. 11 y a, sans doutc, mhme dans les pays civilis6s,
maintes survivances de la (( mentality prllogique >. Mais il
est souvent malaise de les identifier clairement. La connais-
sance de l'homme n'en est encore qu'h ses debuts.
De meme, il avait peine a croire qu'une transformation
immediate de la soci6t6 fut possible et que le regne de la
raison fit pour demain. Aussi bien, nombre de survivances
religieuses ou morales out encore leur utility, en attendant une
science des mceurs, diflicile a constituer et lente a venir. Les
evnenments de la guerre et de l'apres-guerre l'ont rempli de
trouble et d'inqui6tude. II voyait une Allemagne bien dif-
ferente de celle qu'il avait connue et aimee. I1 a voulu (( servir
de son mieux et il a jou6 un rl6e important au ministare de
l'armement. Plus tard, il a vu I'6chec de la revolution alle-
mande et la deviation de la revolution russe. I1 a souffert cruel-
lement des persecutions qui ont frapp6 en Russie et en Alle-
magne Lant d'innocents. II retrouvait ce fonds de barbarie et
de cruaut6 qui nous porte a d6sesp6rer parfois de la nature
humaine et il en 6tait bouleverse.
II semble bien que LUvy-Bruihl ait Wt partag6 entire l'amour
de la justice qui lui faisait souhaiter un ordre nouveau, et le
d6sir de ne rien perdre de ce que l'humanit6 a si p6niblement
acquis. II etait a la fois revolutionnaire et conservateur et
son Ame paraissait parfois d6chir6e entire deux d6sirs opposes,
celui de l'ordre et celui du progres. II n'aimait pas les religions
qui tendent si facilement A pers6cuter. Mais il les respectait,
dans la measure ofi elles renforcent le lien social et d6fendent
la justice et la charity. II avait a l'6gard des religions, des
institutions, des mitaphysiques une sorte d'irr6v6rence qui
l'apparentait a Fontenelle et a Voltaire. Mais il admirait sans
reserve le zMle et le d6sint6ressement des pretres et des mission-
naires et il a beaucoup faith pour les soutenir. Sensible
a l'extrmme et perp6tuellement fr6missant, il se maitrisait
et gardait un masque d'impassibilit6 et d'ironie qui d6rou-
tait ses amis.







LUCIEN L9V Y-BR UHL


Sa personnalit6 n'a pas souffert de ce dechirement int6-
rieur. II a toujours fait de son mieux pour ktre just, tolerant,
ne rien condamner A la lgere, juger humainement les individus.
Ii n'6tait impitoyable que pour la sottise. II unissait a une
fermet6 rare infiniment de souplesse et de courtoisie. On ne
compete pas ceux qu'il a encourages, aides dans leurs travaux,
mime quand ces travaux lui semblaient assez vains. II a
toujours agi loyalement, meme avec ceux qui lui d6plaisaient :
il exprimait son opinion en terms mod6ris mais cat6goriques
et il etait inaccessible h la flatterie, insensible aux influences
des puissants du jour.
De trbs vastes travaux men6s avec beaucoup de scrupule
ne lui ont pas ot le temps de s'intLresser a toutes les formes
de la vie : il aimait la musique, les arts; il avait en beaucoup
de matieres une infinite de connaissances exactes et bien
classees. La vanity lui 6tait 6trangere : rien ne lui d6plaisait
come la reclame, l'ostentation, la rh6torique. Son style,
d'une limpidit6 et d'une sobri6tW exemplaires, est l'image m me
de son esprit. II dedaignait l'artifice et il se fit reprochb de
chercher l'effet. II cachait ses sentiments intimes, l'amour
des siens, le patriotism, sous une reserve glac6e qui venait
tout ensemble de sa timidity, de sa passion et de son bon goft.
Beaucoup de nos meilleurs diplomats ont subi son influence.
II leur donnait, par ses conversations autant que par ses lemons,
un peu de ses propres qualit6s : le souci de l'objectivit6, le
m6pris des formules, le d6sir d'aller au fond des choses et cette
discretion sup6rieure qui craint toujours de d6passer la v6rit6
en l'exprimant trop fortement. I1 souffrait de certaines
attaqucs injustes; il ne l'a jamais montr6. La condemnation
que les sociologues orthodoxes ont port6e contre son oeuvre l'a
pein6. Elle n'a pas modifi6 une position qui lui semblait la
plus conform a la droiture et h la v6rit6. II s'est impose sans
avoir cherch6 a briller. On ne peut pas savoir ce qui subsistera
de son oeuvre. Tout porte a croire cependant qu'il y a en elle
un 616ment solid et qui lui survivra. L'Ecole, oh il a donn6
son enseignement le plus immediatement utile, gardera son
souvenir avec pi6t6.
Albert RIVAUD,













A PROPOS DES REVENDICATIONS ITALIENNES


DJIBOUTI ET L'ETHIOPIE

Il n'y a pas de paradoxe A soutenir que le Frangais sait
excellemment coloniser mais qu'il acquiert difficilement le sens
imperial. La race est feconde en pionniers avides de s'expatrier,
de planter le pavilion national sur des territoires neufs, d'6du-
quer une population indigene, bref de cr6er de par le monde des
< morceaux de France ), mais c'est a peine si elle possede la poli-
tique de son effort. L'idde d'empire ne lui est permeable que
par intermittence. Son Kipling est encore A naitre. I1 faut des
6v6nements remarquables pour qu'elle prenne conscience de
cette immense communaut6 frangaise qui, par delh les limits
du traditionnel hexagone, integre des millions d'6tres vivant,
combattant et travaillant en son nom, et pour sa plus grande
prosperity.
Nous vivons actuellement des evenements de ce genre. La
France assisted impuissante A l'dlimination de son influence en
Europe. Chaque jour elle se sent davantage menace. Instinc-
tivement elle cherche A rassembler ses moyens de defense. Son
empire est 1A, fiddle, avec ses millions d'hommes et ses inepui-
sables reserves de matieres premieres. Elle commence a le
( red6couvrir ), a s'inqui6ter de sa structure, de ses possibilities,
de la protection des voies de communication qui menent aux
diff6rents territoires qu'il comprend. Le Frangais moyen apprend
A l'improviste qu'il lui faut A tout prix conserver le Cameroun
sous peine de voir se disloquer le bloc de l'Afrique frangaise;
il d6couvre qu'il y a une n6cessit6 vitale A construire le chemin
de fer transsaharien, A occuper Cheik Said, qu'il est dangereux
de laisser les Japonais s'installer dans lile de Hainan. Bref, sous
l'influence de la crainte, l'urgence d'une politique imp6riale se
fait jour dans son esprit.







DJIBOUTI ET L'ETHIOPIE


D'autres 6v6nements viennent ajouter une note sentimen-
tale A cette premiere prise de conscience. Ils sont l'ceuvre de
nos amis italiens. Les manifestations romaines, les articles de
la press fasciste, les discours officials ou officieux ont plus fait
pour la proliferation de l'idee d'empire dans les tftes francaises
que les efforts de nos comit6s de propaganda, de nos Instituts
coloniaux, de nos expositions. I1 n'est pas de jour d6sormais
que les quotidiens destines au grand public ne fassent paraitre
des 6tudes ou des reportages, qui sur Cheik Said, qui sur Dji-
bouti. On parole moins de la Tunisie qui semble peu exposee.
A tout le moins se prWte-t-elle plus difficilement que la c6te
frangaise des Somalis A une aggression militaire ou h un (( esca-
motage diplomatique.
Nous allons essayer d'esquisser a grands traits certain
aspects de la question de Djibouti au regard des revendications
italiennes. I1 n'est pas envisage de presenter ici une etude
exhaustive du problem: d'autres plumes infiniment plus auto-
risees s'y sont d6jA livrees dans des revues coloniales. Nous
chercherons simplement A coordonner, pour les lecteurs de la
Revue, quelques observations recueillies au course d'un recent
voyage h Djibouti et en Ethiopie.



De tous les territoires actuellement revendiques par 1'Italie,
notre colonie d'Afrique orientale est de loin la plus menacee.
Les conqu6rants de l'Ethiopie se sont mis en tote, et ils ont
tent6, non sans succes, d'accrediter cette idWe aupres de nom-
breux esprits, que sans une mainmise a peu pros total sur
Djibouti et sur le chemin de fer franco-6thiopien, ils ne sauraient
coloniser, avec la facility qu'ils escomptaient, l'ancien empire
des n6gus. Sachons prendre ces avertissements au s6rieux.
Notre colonies, limitee a l'est par l'oc6an Indien, ceintur6e au
nord par l'Erythree, a l'ouest et au sud-ouest par l'empire italien
d'Ethiopie, present plusieurs points d'invasion susceptibles de
tenter un agresseur 6pris de la m6thode du (( fait accompli .
D'autre part, il est certain qu'une champagne fortement orches-
tr6e dans le ton de Munich et appuyee sur des raisons apparem-







122 SCIENCES POLITIQUES
ment valables ne laisserait pas d'impressionner les esprits non
prevenus qui inclineraient A penser que nous aurions mau-
vaise grace a demeurer au prix d'une guerre dans une
colonies devenue sans int6rft pour nous. C'est pourquoi il
peut etre utile de prciser ce que represent pour la France la
c6te des Somalis, et a indiquer, en outre, qu'il n'existe aucun
lieu de cause en effet entire la presence de la France sur la
mer Rouge et les difficulties rencontrees par 1'Italie en Ethio-
pie.



LA FRANCE ET LA C6TE DES SOMALIS

Deux id6es mattresses dominant la question. En premier
lieu, Djibouti est une piece fondamentale du systime imperial
de la France. En second lieu, notre colonies n'est aujourd'hui la
clef de l'empire abyssin qu'en raison des investissements de
travail et de capitaux que la France y a faits.

Djibouti, pivot de l'empire.

On peut donner une image sch6matique de l'empire frangais
en le repr6sentant comme la reunion sous un meme sceptre de
deux syst6mes essentiellement distincts, l'un geographique-
ment uni, l'autre 6pars. Le premier, qui comprend l'Afrique
du Nord, I'A. O. F., 1'A. E. F., le Togo et le Cameroun,
forme le bloc de l'Afrique frangaise. La solidity de ce bloc
repose, d'une part, sur la solidarity des territoires qui le compo-
sent et sur l'existence de voies de communications terrestres
A grand rendement entire chacun d'eux, d'autre part sur la
security de la navigation m6diterraneenne. De lh d6coule
actuellement pour la France une triple obligation : d6fendre
ses relations maritimes avec l'Afrique du Nord, entreprendre
sans delai la construction du chemin de fer transsaharien,
s'opposer a toute restitution des anciennes colonies allemandes.
La perte du Cameroun en particulier portrait un coup tres
dur, peut-6tre mortel, au bloc de l'Afrique frangaise.







DJIBOUTI ET L'1THIOPIE


Le second systeme, le system disperse, comprend toutes les
autres colonies : Oc6anie, Indochine, Madagascar, les comptoirs
et les iles. Beaucoup plus difficile A defendre que le premier, il
ne peut etre proteg6 avec quelque efficacity que si la France
s'assure, en premier lieu, une marine militaire et une marine
marchande imposantes, puissantes et rapides, en second lieu des
voies de communication et des points d'escale.
Par sa situation g6ographique, A la sortie de la mer Rouge,
Djibouti est le garden et le pivot de nos communications ma-
ritimes lointaines. Point d'escale remarquable a tous 6gards,
son port peut constituer une base navale de premier ordre.
Point stratigique redoutable, il permet A qui en est maitre, de
couper toutes les communications maritimes entire la mer Rouge
et l'oc6an Indien.
Une premiere conclusion s'ensuit. Si la France venait a
perdre Djibouti, il lui faudrait renoncer a plus ou moins bref
d6lai a ses possessions lointaines, notamment h 1'Indochine. Nul
n'ignore que notre colonies d'Extreme-Orient fait l'objet des
convoitises japonaises, que depuis l'occupation d'Hainan par
les troupes du Mikado les menaces qui present sur elle se sont
singulierement aggravees, que le Japon enfin est avec l'Italie
et l'Allemagne l'un des co-signataires du pace antikomintern.
Cet Etat est des lors parfaitement susceptible d'agir de concert
avec les puissances de l'axe en vue de d6manteler l'empire
frangais. La mainmise des Italiens sur Djibouti pourrait cons-
tituer le premier acte de cette trag6die.
Pour 6tayer cette idWe, il n'est peut-6tre pas sans int6ret de
rappeler certaines dates. Elles montrent qu'il a exist un lien
de fait des plus 6troits entire l'6tablissement de la France sur
la cote des Somalis et les grandes expeditions qui nous valurent
notre empire d'au delay des oceans. Ce qui a Wt6 fait, Djibouti
6tant entire nos mains, peut etre d6fait, Djibouti perdu.
Sans doute, une id6e quelque peu diff4rente avait-elle inspire
les premiers pionniers de notre installation sur ces cates. De
tout temps la mer Rouge, avec son passe prestigieux, son mys-
tare, les richesses supposes des pays qui la bordent, avait
attire les europ6ens. D'elle 6taient venus les fabuleux tr6sors
de l'antique Egypte, des rois de Juda, et, plus tard, des sultans







124 SCIENCES POLITIQUES
de l'empire ottoman. On savait que derriere les hautes mon-
tagnes don't les derniers contreforts bordent le detroit de Bab-
el-Mandeb, s'6tendait le l8gendaire empire des negres, cette
Ethiopie merveilleuse d'of 6taient issues les premieres souches
de la civilisation th6baine. Un tel mirage 6tait propre a stimuler
l'imagination et l'audace de ces Franpais expatri6s, qui, du
poste lointain oa leur function les tient, revent A la grandeur
de la France et y consacrent leur vie. En 1839, tandis que les
troupes de Louis-Philippe conqueraient 1'Algerie, deux ans
apr6s la prise de Constantine, I'agent consulaire de France a
Massaouah posait les premiers jalons de ce qu'il esperait
devoir devenirun jour 'empire francais d'Afrique orientale. En
1842, il signait avec le roi du Choa principale province de
l'Abyssinie) un trait d'amiti6 qui nous assurait l'acces de
l'Abyssinie par le golfe d'Aden. Telle fut la premiere id6e : for-
ger un empire africain d'Orient en utilisant a cet effet la voie
de p6entration remarquable qu'offre la bale de Tadjourah.
Elle ne fut pas abandonn6e par la suite, mais une autre se
greffa bientot sur elle, moins grandiose peut-etre, mais emi-
nemment politique : crier une base pour l'expansion francaise
en Extreme-Orient, base indispensable a la r6alisation de
nos projects, base sans laquelle plusieurs chapitres peut-etre
manqueraient a notre epopee colonial. En 1858, les pourparlers
pour la creation du canal de Suez sont sur le point d'aboutir.
Dix ans plus tard, Lesseps achieve d'ouvrir la route des empires.
Au course de cette m6me ann6e 1858, notre agent consulaire a
Aden, Henri Lambert, soucieux d'acqu6rir pour la France un
port situ6e la sortie de la mer Rouge, entreprend un voyage
dans la baie de Tadjourah. Le traits de 1839 avait pr6par6 les
voies. Lambert tente d'acheter a l'un des principaux chefs de
la baie, Abou Bekr, les territoires d'Obock. Il est assassin
avant d'avoir reussi. Mais deux ans plus tard, au course d'une
expedition punitive qu'il command, le capitaine de vaisseau
Fleuriot de Langle prepare le trait de 1862 qui nous donne,
centre paiement d'une some de 10.000 thalers, soit 5o.ooo frs
au course de l'6poque, le port d'Obock et les territoires envi-
ronnants.
L'opinion publique francaise ne parvient pas a s'interesser







DJIBOUTI ET L'ETHIOPIE


A cette acquisition, encore que certaines initiatives individuelles
tentent d'installer h Obock un premier 6tablissement commer-
cial, voire mnme une ligne de navigation, la Compagnie des
steamers de l'ouest (aujourd'hui la Compagnie de l'Afrique
orientale, qui a son siege h Djibouti).
Mais en 1882 survient un 6v6nement d'importance qui
confere A cet embryon de colonie un r6le de premier plan.
Depuis 1859, la France est engage dans les expeditions d'Ex-
treme-Orient. En 1863 elle avait conquis la Cochinchine et
6tabli son protectorat sur le Cambodge. En 1873, Francis
Garner s'6tait empar6 de Hanoi. Mais en i883, desireux de
s'opposer a la p6netration frangaise au Tonkin, l'empereur
d'Annam appelle la Chine A son secours. La guerre de Chine
et la conquete du Tonkin durent deux ans. Elles exigent des
envois de troupes et de navires de guerre. Nos batiments
doivent pouvoir se ravitailler en course de route. De lh l'int6rft
subit que pr6sente le mouillage d'Obock oi l'on peut trouver
de l'eau douce, des vivres et des combustibles. On install un
gouvernement a Obock, des d6p6ts y sont organisms, et un
decret du 18 juin 1884 consacre notre prise de possession en
organisant administrativement la colonies. Le premier gouver-
neur est le ministry plenipotentiaire Lagarde, un des grands
noms de notre histoire colonial.
Le role de la cote frangaise des Somalis dans notre systmme
de possessions lointaines apparait done comme 6tant de pre-
miere importance. I1 s'avyre fundamental pour la conquete de
l'Indochine comme il le sera plus tard, en 1895, pour la conquite
de Madagascar. II demeure fundamental aujourd'hui puisqu'il
s'agit d6sormais de d6fendre notre empire convoit6 de toutes
parts. C'est la un argument irrefutable contre toute reven-
dication inconsid6rce, voire meme contre toute pression ami-
cale. Renoncer A notre point d'appui en mer Rouge, ce serait
renoncer a bref d6lai a toutes les parties de notre empire situees
au delh de Suez.
Ce serait 6galement renoncer h une oeuvre don't la valeur
n'est due qu'aux efforts, aux travaux et aux investissements de
la France sur une des terres les plus inhospitalieres du monde,
mais don't le charme aujourd'hui 6tonne.







SCIENCES POLITIQ UES


Le laurier-rose plans le desert.

Reprenons l'histoire de M. Lagarde. Nous avions laiss6 celui-
ci h Obock, organisant un mouillage d'escale pour les navires
d'Extreme-Orient. A vrai dire, l'endroit r6pondait mal aux
services qu'on en attendait. Base navale de fortune, mal abritee,
d'acces incommode, peu profonde, la rade d'Obock ne pouvait
devenir le grand port d'escale don't nous avions besoin. D'autre
part, isol6e par le desert Dankali, elle se trouvait dans la
quasi impossibility de communiquer avec l'arriere-pays, et en
particulier avec 1'lIthiopie. Mais en face d'Obock, a l'entree de
la baie de Tadjourah, il existait une rade connue des boutres
arabes qui offrait de grandes profondeurs et constituait un port
natural magnifique. Les indigenes lui donnaient le nom de
Djibouti. On savait en outre que les chemins qui convergaient
vers ce port aboutissaient au Harrar, rich province du fameux
empire, et tombie en 1887 sous la domination de M16nlik,
negus d'Abyssinie. Lagarde tourna ses regards de ce c6te.
Des son arrive, il sign des traits avec les chefs indigenes,
et au course des annees 1884 et i885, il acquit Tadjourah et
.'ensemble des territoires d'alentour qui forment notre actuelle
colonies de la c6te des Somalis.
Les deux idWes qui avaient motive notre 6tablissement sur
cette c6te se rejoignaient : un port d'escale en eau profonde
pour nos communications avec 1'Extreme-Orient, un point
d'acces et de p6netration vers le plateau abyssin. Le gouver-
neur Lagarde avait d'ailleurs des vues plus lointaines. Par
delh Djibouti et I'lthiopie, il songeait a nos possessions du
Haut Congo et a une liaison possible entire celles-ci et notre
nouvelle colonie d'Afrique Orientale. Affranchi des preoccupa-
tions routinieres de la m6tropole, le Frangais rave toujours
d'une France plus grande et plus glorieuse.
Mais pour l'instant il fallait franchir la premiere tape
fonder h Djibouti un port, une ville, une colonies et forer une
voie de penetration vers l'abrupte lthiopie. En 1888, Lagarde
abandonna Obock et s'installa sur la bale de Tadjourah. Sur
la baie, tres exactement, a bord du ( Pingouin ) don't I'6pave







DJIBOUTI ET L'THIOPJE


figure encore sur nos cartes marines. Car la c6te 6tait d6serti-
que : a la v6rit6, il existe pen d'endroits au monde qui donnent
une telle impression de desolation, oi l'hostilit6 de la nature
pour l'Utre vivant s'6tale avec plus de complaisance.
L'ensemble des territoires acquis par la France y occupe
une superficie de 19.000 km2 environ. Partant du littoral sur
lequel ils s'6tendent sur une longueur de 800 km, ils se presen-
tent sous la forme d'un desert montagneux qui s'61lve pro-
gressivement vers d'6normes tables basaltiques alternant avec
des massifs volcaniques, des cratires 6teints, des vallkes A pic,
des planes argileuses ou sablonneuses couvertes de pierres
noires, le tout, sauf en de rares endroits, d6pourvu de v6g6ta-
tion. Ce desert montagneux don't 1'aspect est v6ritablement
dantesque, forme le premier contrefort du massif 6thiopien,
lequel s'61eve par paliers surmont6s de hautes montagnes' vers
les hauts plateaux de l'Abyssinie, ((le donjon de l'Afrique ). A
part quelques points d'eau situns dans les environs d'Obock et
de Djibouti (et qui ont donned naissance en particulier a l'oasis
d'Ambouli) il regne dans le pays une secheresse a peu pres
complete. La temperature y est torride et oscille entire 20 et 300
en hiver, 40 a 5o0 en 6t6. Les populations indigenes, les Danakil
au nord, les Somalis au sud, menent une vie essentiellement
nomade: leur nombre varie de 5o.ooo a ioo.ooo ames suivant
les saisons.
Tel est le pays inhospitalier sur lequel Lagarde et ses succes-
seurs ont fait surgir la ville moderne de Djibouti, la (perle de
la mer Rouge ).
Hormis le sel marin, la colonies ne poss6dait aucune richesse
susceptible d'exploitation immediate. Des resources ne pou-
vaient lui ftre assurees que si elle devenait le point de passage
oblig6 du traffic 6thiopien. Pour constituer une entreprise viable,
il fallait que Djibouti devint le port de transit et la capital
6conomique de ce pays essentiellement riche du point de vue
agricole mais arri6r6, difficilement accessible, depourvu de voices
de communication et de voies d'acces a la mer qu'6tait
I'ethiopie des n6gus. En revanche, il n'6tait d'essor possible


I. Dont certaines out plus de .0ooo metres.







128 SCIENCES POLITIQUES
pour l'Ethiopie que grace au concours industrial, maritime et
commercial des puissances europ6ennes installhes sur la cote
(Italie, France et Angleterre). Lagarde estima qu'il appartenait
a la France de crier une voie de drainage des richesses 6thio-
piennes jusqu'h la mer Rouge, en meme temps qu'un port et
une armature commercial pour I'empire des negus; bref, de
forger la clef de l'Ethiopie. Il fallait A cet effet 6tablir un regime
de bonnes relations avec ce pays d'une part, investor dans la
colonies du travail et des capitaux frangais d'autre part. Gou-
verneur, fonctionnaires, missionnaires catholiques, n6gociants,
voire meme un illustre porte s'employerent a la premiere de ces
teaches. Militaires, ing6nieurs, architects, companies de navi-
gation, et en particulier la Compagnie des Messageries mari-
times, accomplirent la second. Dbs 1896, la France entrepre-
nait, dans les conditions geographiques et techniques les plus
defavorables qui soient, la construction du chemin de fer de
Djibouti h Addis-AbBba. Celui-ci fut termin6 en 1917. En
meme temps il se cr6ait A Djibouti un port et une ville
modernes.
AprBs soixante ans d'efforts opiniatres auxquels, il faut le
reconnaitre, la m6tropole n'apporta qu'une aide 6pisodique et
chichement mesuree, les Frangais ont r6ussi a faire de Djibouti
le premier port de la mer Rouge et la capital 6conomique de
1'Ethiopie. Par Harrar et Addis-AbBba, les deux principaux
marches 6thiopiens oi aboutissaient les caravanes venues des
diff6rentes provinces de l'empire, le chemin de fer drainait
la presque totality du commerce exterieur de 1'Ethiopie. A
Djibouti, dans une ville qui se d6veloppait de jour en jour au
grand 6merveillement des passagers d'Extreme-Orient qui,
d'une annie sur l'autre, avouaient ne pas la reconnaitre, toute
une population de sedentaires s'organisait. On y voit aujour-
d'hui des maisons spacieuses, 6legantes, ventilees, dot6es de
tout le confort moderne, de large avenues, des h6tels, des
magasins, une 6glise, un h6pital, des Bcoles, le tout construit
suivant un plan rationnel. De nombreuses entreprises commer-
ciales, bancaires, plusieurs entreprises industrielles, des salines
s'y sont 6tablies. Les rues et les avenues pr6sentent un aspect
coquet, vif et anim6, avec leurs arbres, leurs squares, leurs







DJIBOUTI ET L'ITHIOPIE


villas modernes entour6es de jardins ofi embaume le laurier-rose.
Ainsi 6qiip6e, la ville de Djibouti offre au miller d'europeens
qui y demeurent, ainsi qu'aux voyageurs, une hospitality con-
fortable, voire meme souriante. Nous sommes loin de l'6poque
du 16gendaire (( palmier en zinc ). A c68t de la ville, s'6tend le
village indigene ou vit une population de 20.000 Ames environ.
Parallklement, les travaux du port permettent aux navires
de toutes categories d'y faire escale utilement. Des phares, des
jet6es, des quais de chalandage et de cabotage, des magasins,
un d6p6t d'hydrocarbures avec un pipe-line et des tanks a
mazout ont Wte construits. I1 convent d'ajouter que d'im-
portants travaux d'extension et de perfectionnement sont
actuellement en course. Is ont notamment pour objet de doter
Djibouti d'un port en eau profonde directement accostable aux
grands navires. Des travaux plus important encore sont
envisages en vue de rendre le port en 6tat de repondre aux
demands les plus exigeantes. Par ailleurs on projette d'am6-
nager la voie ferr6e, de cr6er une gare de triage, de doubler la
ligne... a des fins que l'6tat actuel de nos rapports avec 1'Italie
rend probl6matiques.
Il est int6ressant de noter que jusqu'a cette 6poque toute
recent, cette creation du port et de la ville de Djibouti n'a
rien coite au budget de la m6tropole. Au d6but de la coloni-
sation, les premiers investissements ont 6et faits au moyen de
capitaux prives. C'est ainsi que les premieres jetees et les pre-
miers magasins du port ont Wte construits par la Compagnie
des Messageries maritimes, que les am6nagements des d6p6ts de
carbon, et installation d'un materiel d'acconage sont l'ceuvre
de la Compagnie de l'Afrique orientale, que la soci6t6 des Salines
a 6galement contribu6 a l'organisation du port. Les autres tra-
vaux d'int6rUt public ont ete finances par le seul budget de la
colonie, lequel tirait la moiti6 de ses resources de droits et taxes
sur le transit 6thiopien (au temps du n6gus, ces droits et taxes
produisaient environ la moiti6 des 12 a i5 millions de recettes
budg6taires locales). Les travaux d'extension du port et les
difficulties politiques actuelles ont port une singulibre atteinte
a cette independence financiere de la colonie qui est d6sormais
oblige de recourir A l'emprunt.
SCIENCES POLITIQUES. 9









130 SCIENCES POLITIQUES

Quant au chemin de fer, il representait, en 1935, une
some d'investissements globaux de 115 millions de francs
or (soit plus de I milliard et demi de francs actuels) qui ont
6te essentiellement fournis par l'6pargne frangaise.



Les rdsultats.


En 1936, au moment de la champagne italienne, notre colo-
nie contr6lait a peu pros les 4/5 du commerce total de l'Ethio-
pie, et, malgr6 la crise (apres avoir r6alise en 1931 un mouve-
ment d'affaires A l'importation et a l'exportation qui d6passait
un milliard de francs, soit le double de celui de Madagascar)
elle realisait un chiffre d'affaires total de 335 millions, qui,
ainsi qu'il a Wte dit plus haut, suffisait a alimenter son budget.
Jusqu'h la conqufte italienne, le tonnage des importations
et des exportations, essentiellement constitute par le transit
6thiopicn, s'exprimait par les chiffres suivants :

ANNEES IMPORTATIONS EXPORTATIONS


19 20 .. . ..... ...
19 2 1 . . .. . . .
1922 ...... .....
1923 ...
1924 .. .
1925 .. ..... .. .
19236 . . .
1927 . . .
19'27................



1930 ...... ......
1931 . . ..
1 93 .. ..... ..
1933 ..... ......
1934 ... ... ..
1935 . . '


Tonnes.
. 21.358
...... 1. 1I.535
.... 14.281
. 22.962
.. 18.693
*. . 25.474
... .. 33.813
..... . f 41.719
.. 47.724
S. . . 49.092
. . 42.162
. . 32.685
. . 3 .29o
. 8.115
. . 32.316
. . 21.508


i. Apr6s avoir subi une brutale augmentation a partir de 1936 motivee par
les besoins de 1'arm6e italienne) le tonnage A I'importation est fortement tomb6
dans les derniers mois do 1938; les derniers chiffres connus sont les suivants:
importations 936 :63. 12 tonnes, 937: 86.988 tonncs, 1938 : 79.883 tonnes. Quant


Tonnes.
11.196
io.36o
I3.490
15.191
23.855
26.571
24.082
2 .O00
a5.353
24.416
21.538
24.950
27.792
26.o99
23.878
27.477
28.497






DJIBOUTI ET L'tETHIOPIE


Outre ce tonnage marchandises qui 6tait tout entier ache-
mine par voie ferr&e, le chemin de fer franco-6thiopien trans-
portait (a raison de 5.ooo voyages par an environ) 35o.ooo voya-
geurs par an.

Les droits de la France.

De ce qui precede, il rssulte que la vie 6conomique de
Djibouti et la prosp6rit6 de l'lthiopie dependent 6troitement
l'une de l'autre. L'essor de notre colonies est di aux travaux de
tous ordres qui ont Wte entrepris par la France en vue de doter
l'empire des n6gus d'un port et d'un chemin de fer sans
lesquels il eut Wte condamnn a v6g6ter mis6rablement. L'exis-
tance, l'importance et le r6le de Djibouti sur cette parties de
la c6te d'Afriquc constituent le simple t6moignage d'un
inappreciable service rendu par la France a l'I~thiopie au prix
de 60 ans d'efforts opiniAtres. Ces efforts, ces efforts seuls, font
le prix de notre colonies, qui autrement ne presenterait qu'un
int6rft des plus m6diocres et serait loin de susciter les con-
voitises que l'on connait.
11 est hors de doute qu'elle peut rendre a 1'Italie des
services de premier plan. Rien ne s'opposerait a ce que des
rapports contractuels normaux s'6tablissent entire le novel
empire et Djibouti, rien, n'6tait l'attitude adopted par les
Italiens. Mais qu'au moins cette attitude ne repose pas sur des
equivoques. On peut supposed pour des raisons qui relevent
de sa politique g6nerale que 1'Italic ne veuille pas d'entente
avec la France sur la question de Djibouti; on peut admettre
qu'ayant besoin de notre colonies elle souhaite de s'en emparer
purement et simplement, parce qu'il est toujours commode
de s'emparer du fruit du travail des autres. La position aurait
au moins le m6rite de la franchise. Mais on ne congoit, ni en
raison ni en justice, que 1'Italie puisse revendiquer des droits
sur Djibouti. Car si l'on se place sur le plan des droits respectifs
des parties, on doit conclure que s'agissant d'un patrimoine

au tonnage a l'exportation il tombe h 14.836 Lonnes en 1936, A 8.625 tonnes en
1937 et A 63o tonnes en 1938. Les causes de cet effondrement des exportations sont
analyses dans la dcuxicrme partic de cet article.







132 SCIENCES POLITIQUES
cre6 par le travail frangais, seule la France a des droits sur ce
patrimoine et qu'elle est fondue h les d6fendre les armes A la
main.
Mais ilfaut savoir 6galement qu'il n'est pas de pire querelle
que celle qui s'appuie sur de mauvaises raisons.

L'ITHIOPIE ITALIENNE ET LA QUERELLE DE DJIBOUTI.

La querelle est mauvaise. Les raisons qu'on en donne nous
obligent a replacer la question sur son veritable terrain : celui
de la colonisation italienne en Ethiopie, et par ailleurs a faire
justice de quelques griefs qui se retournent un peu trop facile-
ment centre leurs auteurs.

Djibouti et la colonisation italienne.

La domination frangaise en Somalie, nous dit-on, est la
cause principal des difficulties rencontrees par l'Italie dans
son euvre colonisatrice. Que la France, don't la presence sur
la cote n'a pas d'autre objet que de faire entrave aux efforts
de l'Italie, accepted de (( restituer )a celle-ci cette dependance
naturelle de son nouvel empire, et l'Ethiopie se pliera sans
difficult6s aux m6thodes fascistes. Tel est l'argument couram-
ment employ non seulement dans la press de la p6ninsule,
mais encore aupres des Ethiopiens eux-memes, don't il s'agit
de gagner la confiance A l'aide de proced6s autres que ceux
qui l'engendreraient naturellement.
Il ne nous viendrait pas a l'id6e de soutenir que Djibouti
ne soit en measure d'apporter une contribution s6rieuse A la
colonisation italienne. Mais pr6tendre que la presence de la
France sur la c6te soit une cause de difficulties pour nos voisins
est faux. Les v6ritables difficulties sont ailleurs. C'est ce qu'il
imported d'essayer de d6montrer, en toute impartiality, de
fagon A lever les doutes que les campagnes italiennes peuvent
susciter dans les esprits.







DJIBOUTI ET L'ETTHIOPIE


Premieres deceptions.

Le premier 6cueil rencontr6 par nos voisins tient a la nature
meme du pays. Celle-ci se prate malais6ment a une entreprise
de colonisation aussi gigantesque que celle A laquelle l'Italie
se consacre avec tant d'ardeur. Nous avons prec6demment fait
allusion aux immense obstacles naturels qui isolaient l'empire
de l'exterieur. Il est av6re d'autre part qu'hormis les richesses
agricoles d'ailleurs immense qu'ilpossede, le pays parait sinon
d6nuB il y a toujours imprudence a 6mettre une opinion
definitive en cette matiere du moins peu prodigue en
resources minieres. Nous savons 6galement que, dans son
ensemble, la population est demeuree a un stade primitif, et
que le regime feodal en usage sous les n6gus a fortement
contribu6 a entraver son evolution. Ce n'est qu'a force de
courage et de perseverance que certain europ6ens, et notam-
ment des Frangais, avaient pu, tant au Harrar que dans la
region d'Addis-Ab8ba, 6tablir un reseau de relations commer-
ciales susceptible d'amener le pays a s'ouvrir aux Bchanges
ext6rieurs.
Il est done vraisemblable qu'en pregnant possession de cet
immense territoire, les Italiens ont 6prouv6 quelques d6cep-
tions. Ils cherchaient des matieres premieres; ils en trouverent
peu ou prou. Ils esperaient a tout le moins pouvoir installer
en 1thiopie une parties de leur population trop nombreuse. Ce
second espoir s'av6ra 6galement illusoire. Le nouvel empire
repondait difficilement aux conditions requises d'une colonies
de peuplement. En effet, bien que le climate n'en soit pas parti-
culierement malsain, les hommes de la p6ninsule le supportent
fort mal. All6ch6s par les promesses d'un avenir meilleur, les
colons italiens s'6taient embarques par dizaines de mille A
destination du pays de Cocagne. Peu de temps apres, la plupart
d'entre eux demandaient leur rapatriement. C'6tait la un
premier 6chec, et fort sensible, qui ne s'explique pas seulement
par la rudesse du climate. Il est d'experience constant on
a pu le constater sous d'autres latitudes, et en France mime,
d'une region A une autre qu'une population agricole trans-







SCIENCES POLITIQUES


plant6e, 6prouve les plus grandes pines a s'adapter aux condi-
tions de travail et de vie que lui impose un pays par trop
different de celui oi elle est n6e (que 1'on considere A cet
6gard, l'6chec de la colonisation japonaise au Mandchoukouo).
Habitu6 aux cultures mediterran6ennes, le napolitain, le
lombard ou le campanien ne sont nullement prepares aux
cultures tropicales, telles que celles du coton ou du cafe. Plac6
dans un pays oh seul est possible ce genre de cultures, qui
exigent des qualit6s intellectuelles, physiques, techniques, voire
meme morales tres particuli6res, il est normal que le paysan
italien soit incapable d'y oeuvrer utilement. Ce n'est qu'apr.s
une longue education, demandant infiniment de soins, de
temps et de competence, que certain sujets s6lectionn6s
peuvent Wtre en measure de devenir des colons authentiques.
Or si l'on songe qu'au moment de la conqu6te, l'agriculture
6thiopienne 6tait demeur6e A un stade arri6r6, et qu'avant
meme de l'amener au stade de l'exploitation proprement dite,
il fallait lui faire franchir les premieres tapes d'une mise en
valeur, on concoit parfaitement que les tentatives italiennes
en mati6re de colonies de peuplement aient about A un 6chec.
Des le depart, nos voisins ont vu trop grand, dans un pays
A tout prendre assez ingrat. II fallait computer avec le temps,
il fallait de la patience et de la science. La colonisation n'est
pas affaire de gens presses.
Simple erreur de jugement, dira-t-on, et en tout cas r6pa-
rable. Certes, mais le facteur temps, si indispensable en l'occur-
rence, peut-il jouer en faveur de la colonisation italienne? est-il
compatible avec cette impatience du succ6s qui caract6rise les
regimes de dictature? C'est ici que nous abordons le domaine
des contradictions redoutables auxquelles les Italiens se trouvent
en butte par la faute de leur regime.


Fascisme et colonisation.

Former des colons, d6velopper des cultures a grand rende-
ment, c'est en quelque sorte demander a la colonies d'6duquer et
de nourrir son 6ducateur. A cet 6gard sont indispensables non






DJIBOUTI ET L'9zTHIOPIE


seulement les bonnes graces, mais encore le contours positif et
actif de l'indigene.
Les bonnes grAces, parce que si l'indigene n'accepte pas la
domination du vainqueur, s'il entire centre lui en rebellion plus
ou moins ouverte, il l'ohlige par 1l meme a entretenir sur place
un cofiteux appareil militaire, policies, administratif qui ne
se content pas d'etre improductif, car il consomme plus que ce
que le pays est en measure de produire. Le concours actif de l'in-
digene, car si les colons employes A la production sont peu nom-
breux, inexp6rimentes, mal arms physiquement et moralement
pour la lutte qu'ils ont a soutenir, il convent que les indi-
genes acceptent de travailler pour eux et trouvent un int6rft
a produire au delay de ce qui est n6cessaire a leur consommation
personnelle.
De ces deux conditions aucune n'est actuellement remplie:
toute la politique italienne tend au contraire a les rendre irrea-
lisables.
La conquite avait 6t6 d6vastatrice. Elle avait meme revttu
certain aspects odieux don't les traces demeurent encore dans
l'esprit des naturels. Personne n'ignore que les offensives fou-
droyantes du Marechal Badoglio auraient Ut6 inoptrantes sans
l'emploi massif des bombers incendiaires et des gaz asphyxiants.
Dans ses souvenirs sur la champagne d'Ithiopie, I'un des
fils de M. Mussolini raconte avec une d6concertante incons-
cience l'amusement qu'il 6prouvait a voir flamber les villages
sous l'effet des bombardements. L'indigene ne peut oublier ces
massacres atroces, pas plus qu'il ne peut oublier les ravages
commis par l'yp6rite.
Des lors qu'ils 6taient devenus les maitres du pays, les
Italiens eussent di s'efforcer ne fUt-ce que par simple esprit
politique d'effacer ces souvenirs, d'apaiser les haines qu'ils
avaient engendrees. 11s ont agi dans un sens oppose : leur
attitude A 1'6gard de l'indigene n'a cess6 d'etre brutale, mepri-
sante, souvent odieuse. Pas plus qu'il ne peut oublier la
conquete, l'6thiopien ne peut accepter les traitements que le
conqu6rant lui inflige. Pour ne citer qu'un simple fait, il
suffit de rappeler que les reprisailles cons6cutives a l'attentat
contre le mar6chal Graziani consisterent dans l'incendie du






SCIENCES POLITIQUES


village indigine d'Addis-Abeba, et le massacre de dix mille
individus.
La consequence de cet 6tat de choses est que le pays n'est
pas pacifiC. Les foyers de dissidence, tres nombreux dans la
region sud-ouest d'Addis-Ab6ba, foisonnent 6galement a l'ouest
de la capital, non loin de la ligne du chemin de fer. Hormis
les routes fr6quent6es et les grands centres, il est difficile
aux Italiens de s'aventurer dans le pays sans s'exposer a des
attaques meurtrieres. Cc sont la des faits trop connus pour
qu'il y ait lieu d'y insisted. Mais, et c'est cc qu'il imported de
souligner, leur principal effet est d'obliger l'Italie a entre-
tenir en Ethiopie, sur le pied de guerre, une armee d'environ
250.ooo hommes. Autant de bouches inutiles, autant de d6penses
grevant et l'6conomie, et le budget de la colonies.
Telles sont les consequences positives de l'hostilit6 des
indigenes : la haine et les rebellions. Leurs consequences nega-
tives ne sont pas moins redoutables. En l'etat actuel des
circonstances, la population 6thiopienne adopted a l'6gard des
Italiens une attitude caracterisee de resistance passive. Hormis
les cas oiu ils sont enr6l6s dans la troupe ou employes a la
construction des routes, les indigenes se refusent presque
absolument A tout travail qui serait susceptible de profiter A
leurs nouveaux maitres. Ce ph6nomene, don't les repercussions
sont tres importantes, a des causes plus precises qu'une hostility
fondue sur la rancune. Hors d'6tat jusqu'h present de s'adonner
eux-memes aux cultures du pays, les Italiens n'ont pas su
interesser les indigines A d6velopper, voire meme a entretenir
les leurs. Bien qu'elle ffit primitive et qu'elle donnAt lieu h des
exactions de toutes sortes, il existait dans le pays, avant la
conqunte, un embryon d'armature commercial. Organisee peu
a peu par les negociants europ6ens qui s'6taient installs dans les
centres, elle entretenait des courants d'6changes plus ou moins
reguliers, des transactions plus ou moins honn8tes, mais qui
avaient, A d6faut d'un autre, le merite d'inciter les indigenes A
produire, a vendre leurs products et a les exporter. Lorsque
apres avoir expuls6 d'Ethiopie tous les strangers les Italiens ten-
terent de substituer au reseau commercial existant les m6thodes
fascistes de contr6le des prix et des transactions, du commerce






DJIBOUTI ET L'TITHIOPIE 137
exterieur et des changes, ils briserent d'un seul coup les resorts
6conomiques du pays et r6duisirent A n6ant, chez l'indigene,
le mobile de l'interft personnel. Celui-ci, se voyant offrir par
les societes italiennes nouvellement installees, des prix d6risoires
en pavement de ses products, cessa de s'interesser aux cultures
qui pr6sentaient de l'utilit6 pour le conquerant : cafe, coton,
c6r6ales, etc. Il se retourna pour y demeurer vers la forme
la plus primitive de l'6conomie domestique : la culture de la
dourah n6cessaire a sa consommation familiale. C'est ainsi qu'il
se cr6a dans l'empire deux economies ind6pendantes l'une de
l'autre : une economic pour les indigenes et une economic pour
les Italiens (armee, administrations publiques et privies). La
premiere demeure essentiellement rudimentaire et precaire.
Les Italiens, en effet, ne consomment pas la dourah (qui sert
a faire une sorte de couscous) : ils n'ont cure d'en organiser la
repartition, et le stockage en provision des mauvaises saisons;
par suite, quand les conditions climat6riques de l'annie sont
defavorables, il arrive que des famines effroyables deciment
une parties de la population indigene. C'est ainsi que dans la
seule region de Dire Daoua 7 ooo indigenes p6rirent de faim
au course de l'annie 1938.
La second forme d'economie concern uniquement les Ita-
liens. La production indigene n'y jouant qu'un rl6e insignificant
elle repose presque entierement sur l'importation. Les exporta-
tions 6tant quasiment nulles, il s'ensuit que la balance commer-
ciale du pays est d6ficitaire pour la totality, et qu'il income A
la m6tropole de subvenir en marchandises et en argent aux
besoins de l'irnmense arm6e de militaires, de fonctionnaires pu-
blics ou priv6s, de commergants (5oo.ooo personnel environ au
total) installee en Ethiopie. Pour illustrer ce fait, il suffit de
rappeler l'exemple naintenant bien connu du caf6. Tradition-
nellement exportatrice de cafe (le caf6 du Harrar), I'Ethiopie ita-
lienne est maintenant devenue importatrice de cafe du Bresil.
Dans l'etat actuel des choses, la colonisation italienne se tra-
duit done par un 6chec economique certain. Ajoutons que cet
6chec a des repercussions financibres d'autant plus lourdes que
les investissements de la m6tropole dans son nouvel empire ont
Wt6 accomplish a un rythme qui ne se compare a aucun autre.







SCIENCES POLITIQUES


Prestige et rendement.

La premiere chose qui s'offre h l'admiration du voyageur
en Ethiopie, c'est la route. Le pays, nous l'avons dit, manquait
de voies de communications. II fallait de toute evidence 6tablir
des moyens de liaison entire les principaux centres. C'Btait lA
un genre de travaux aussi utiles que spectaculaires dans lequel
les fils de la louve excellent. Les grands ouvrages d'art tout
autant que les palais sont l'apanage traditionnel de la civilisa-
tion romaine. En deux ans, les principles villes furent relies
par des routes modernes, bien construites, audacieuses, puisque
nombre d'entre elles sont en corniche, bref, comparable a
nos plus belles routes de montagne. D'ores et d6ja le r6seau
6thiopien en comprend plus de 4 ooo kilometres. Loin de nous
l'id6e de critiquer un pareil effort qui t6moigne d'une magni-
fique ardeur. Mais il convient d'observer que la route n'est qu'un
moyen, qu'elle n'est pas un but et qu'il est prudent de mesurer
I'effort aux r6sultats qu'on en peut raisonnablement attendre.
Or il semble que, dans ce domaine, le sens de la measure ait
quelque peu fait d6faut a nos voisins. Car sur ces routes, que
voit-on ? Hormis cells qui servent a l'importation des mar-
chandises en provenance d'Assab ou de Massaouah, peu de
choses en v6rit6, ou plut6t des convois de militaires et de can-
tonniers. La route sert davantage h s'engendrer elle-meme qu'A
crier des courants d'6change entire les diff6rentes provinces du
pays. C'est que, malheureusement, pour les raisons analyses
plus haut, les courants d'echange ne se d6veloppent pas, ne
peuvent pas se developper. Cette magnifique infrastructure
d'une economie hypoth6tique, don't l'6tablissement coite des
prix exorbitants et que les intemp6ries exposent a des destruc-
tions constantes, ne pr6sente pour l'instant qu'un caractBre
spectaculaire et rien de plus. Les investissements consid6rables
en matiere de construction d'6difices publics de toutes sortes
don't la n6cessit6 immediate ne se faisait pas sentir peuvent
appeler des rBflexions analogues. LA encore il semble que les
Italiens se soient attaches a d6velopper le caractere somptuaire
de leur colonisation au detriment de ce qui pouvait lui donner







DJIBOUTI ET L'lETHIOPIE


des assises stables: la formation d'une economic saine et durable.
Si 1'on observe que la main-d'ceuvre indigene est en la matiere
de faible secours et que les travaux de construction exigent
l'emploi d'ouvriers italiens relativement surpayes, on s'expli-
que le montant formidable des charges qui grbvent le budget
m6tropolitain de l'Ethiopie (pour ne citer qu'un example, le
palais du gouvernement a Harrar a coit6 plus de 8 millions de
lires).

De cette rapid esquisse, il semble que l'on puisse conclure,
tout au moins provisoirement, que la colonisation italienne en
Ethiopie est expose sinon a un 6chec, du moins a des compli-
cations redoutables. Economiquement, il n'apparait pas que le
nouvel empire soit susceptible, avant longtemps, de r6munercr
les pines et les capitaux qu'il a cocit6s. FinanciErement, l'op6ra-
tion se sold par un excedent de depenses annuel de 17 milliards
de lires; enfin, il demeure que les indigenes sont en revolte
larvae contre les conquerants qui ont tout a redouter A cet
regard.
La plupart de ces m6comptes sont imputables a des erreurs.
Les m6thodes fascistes sont peut-etre un article d'exportation;
elles ne sont pas un article colonial. Dans ces conditions, nous
sommes loin de la question de Djibouti, loin des allegations
suivant lesquelles notre presence sur la c6te est la cause des
deboires subis par l'Italie, et la meilleure r6ponse qui puisse
etre adress6e A nos voisins est de leur demander d'apprendre
tout d'abord a coloniser avant de songer a revendiquer les
colonies des autres puissances.

Des griefs precis.

Sans doute appuient-ils leur champagne revendicatrice sur
des arguments de fait. Djibouti, a les entendre, s'est employ
h contrarier leurs efforts. Le port et le chemin de fer ont mul-
tipli6 les entraves au transit des marchandises qu'ils voulaient
importer. Avant d'en terminer avec la question 6thiopienne,
il n'est pas inutile de donner quelques precisions sur ce point.
Des la fin de la champagne militaire, la colonies et le chemin






SCIENCES POLITIQUES


de fer mirent tout en ceuvre pour faire face aux besoins de
ravitaillement 6normes des troupes d'occupation. L'outillage du
port et celui du chemin de fer furent intens6ment d6veloppes
de fagon a assurer un traffic triple de ce qu'il 6tait auparavant.
Bien que limitee a ses seules resources, la Compagnie du chemin
de fer prit imm6diatement toutes les measures necessaires en vue
de r6pondre aux demands des autorit6s italiennes. D'un traffic
de 300 tonnes par jour celles-ci voulaient que l'on passAt a 600,
puis a i ooo tonnes par jour au depart de Djibouti.
Plus de 70 millions de francs furent engages pour des achats
et des commander de materiel roulant en France et en Italie,
pour le enforcement des effectifs, la construction de nouveaux
logements pour le personnel, I'amelioration de la voie, etc.
Parallelement, des pourparlers furent entamrs en vue de
d6finir les conditions provisoires dans lesquelles devait se
poursuivre l'exploitation. Ils aboutirent, a la fin dejuillet 1936, A
la conclusion d'un modus vivendi au sujet des tarifs et du
change. Ce modus vivendi fut prorog6 jusqu'a la fin de
1937.
Mais bient6t, l'envoi massif et desordonn6 sur Djibouti
d'approvisionnements de toutes sorts provoqua l'embouteil-
'lage du port. Tout en reconnaissant les efforts accomplish par
les autorites frangaises, les Italiens entreprirent d&s cette 6poque
d'apporter certaines entraves h la liberty du traffic : priority
des expeditions pour les services de l'Intendance et les services
civils, limitation de cells du commerce, r6glementation des
permis d'importation, regime privil6gi6 pour les products et
les commergants italiens.
A partir de mai 1937, et sous pr6texte de contribuer au
decongestionnement du port de Djibouti, les autorites italiennes
deciderent de recourir aux transports par camions et suspen-
dirent a partir de juillet les envois sur Djibouti, bien qu'A
ce moment le port fut completement d6gag6.
Cependant, par un avenant du i5 janvier 1938 au modus
vivendi du 3i juillet 1936 la Compagnie consentit des r6duc-
tions consid6rables de tarif. Cela ne suffit point a apaiser nos
voisins, et le tonnage transport par chemin de fer, aprbs
6tre remont6e 3oo tonnes par jour en avril 1938, ne cessa de







DJIBOUTI ET L'FTTHIOPIE


d6croitre pour tomber a moins de 30 tonnes par jour en
d6cembre 19381.
Le Boomerang.

C'6tait le boycottage syst6matique du port et du chemin
de fer. Ses repercussions sur notre colonies sont certes desas-
treuses. Mais il faut observer que les Italiens en sont les
premieres victims. En d6pit des travaux qu'ils ont accomplish
dans leurs ports d'Irythre, ni Assab ni Massaouah ne sont
actuellement en measure de repondre de maniere satisfaisante
aux besoins du traffic. En outre, l'acheminement du mate-
riel et des approvisionnements par camions s'avere aussi peu
6conomique que possible (d'Assab A Addis-Abeba, la route est
de 200 km. plus longue que la voie ferrie de Djibouti a
Addis-Abeba). Les prix de revient a la tonne transported sont
doubles ou triples de ceux qui r6sultent d'un transport par
fer, et pour les marchandises pond6reuses, ils sont implement
exorbitants.
Les effects de cette mauvaise humeur compliquent singu-
librement les difficulties de colonisation. Le coft de la vie en
Ethiopie atteint des niveaux tels que mnme avec leurs soldes
accrues, militaires et fonctionnaires ne parviennent pas A
6quilibrer leur budget. Nombre d'entre eux, apres avoir pass
sur place le temps r6glementaire, n'ont qu'une ide : rentrer
en Italie. Tel est, quant a present, le dernier compete h inscrire
au passif d'une experience don't l'actif, hormis le prestige,
demeure d6sespr6ement vierge.

-*


CONCLUSION : NI ALBANIE, NI MUNICH.

Le problkme comporte-t-il une solution? Aux yeux des Ita-
liens il n'en est, semble-t-il, que deux qui soient possibles. Ou
i. D'aprBs des informations tres r6centes le tonnage transport par le chemin
de fer se serait brusquement accru au course des dernieres semaines. Cette reprise
momentanee serait due A des importations massive de materiel do guerre effectuees
par les Italiens.







142 SCIENCES POLITIQUES
bien la conquete par les armes de la c6te frangaise des Somalis,
ou bien la cession amiable par la France de la plupart de ses
droits sur sa colonies.
En l'Ntat actuel des circonstances, la premiere parait avoir
la faveur de nos voisins, fort jaloux des succes obtenus en
Europe par leur partenaire de l'axe. II n'est pas inutile de rap-
porter qu'ils annoncent quotidiennement qu'ils vont prendre
Djibouti. RWpetee ( urbi et orbi ,, cette declaration leur permit
tout d'abord de dissimuler, sous pr6texte de pr6paratifs guer-
riers, la suspension des travaux de construction routiere a
laquelle les dificultes financieres viennent de les acculer. Il
n'en reste pas moins que nous devons Utre prets A toute 6ven-
tualit6. Apris avoir r6cemment essay et en vain de
provoquer un soulhvement des Somalis centre la domination
frangaise au nom, d6cid6ment Prot6e, du droit des peuples A
disposer d'eux-mrmes ,, les Italiens se comportent exactement
come s'ils m6ditaient une aggression. Us recrutent en masse
des indigenes, forment des bataillons de chemises noires parmi
les civils, intensifient leurs travaux de fortification sur la fron-
tiere 6thiopienne, procedent a des importations consid6rables
de materiel de guerre. Certains d'entre eux, speculant sur la
prise prochaine de Djibouti r6gulierement annonc~e pour
des dates qui d'ailleurs varient vont meme jusqu'h louer
des magasins a Djibouti dans l'espoir des plus-values qui ne
manqueraient pas de se produire en cas d'occupation italienne.
Quoique tardive, la riposte francaise est venue et se pour-
suit. Les cffectifs reguliers de la colonies out Wte A peu pres
triples et se montent aujourd'hui a i5.ooo hommes environ
(alors que les Italiens peuvent mettre en ligne de 60.000 A
100.000 hommes). Des renforts de materiel et de vivres arrivent
r6guliBrement. D'importants travaux de defense ont 6t6 effec-
tu6s tant aux frontieres qu'autour de la ville. Des precautions
- encore insuffisantes ont 6t6 prises centre les bombarde-
ments arriens. I1 est a esp6rer que sur les deux points encore
faibles, les besoins : enforcement de la defense anti-a6rienne
(nous n'avons a opposer aux nombreux Savoia-Marchetti de
nos voisins qu'une vingtaine d'avions de module ancien, alors
que Djibouti, situe A une hcure de l'a6rodrome de Dcssi6 et







DJIBOUbTJ ET L'iTHIOPIE


Sune heure et demie de l'a6rodromc de Dire-Daoua est
extrmnement vulnerable aux bombardements), et constitution
d'approvisionnements permettant de soutenir un siege de plu-
sieurs semaines, seront rapidement combles.

Cela 6tant, et s'il s'av6re que notre colonies est militairement
imprenable, il imported que nous soyons par ailleurs assez sirs
de nos droits pour ne consentir, sous l'empire de la crainte ou
dans l'espoir d'une illusoire reconciliation avec l'Italie, aucune
concession inconsidcr6e.
Sachons faire enter dans les tktes francaises que la cession
de notre colonie serait un crime centre le pays, et une faute
diplomatique sans prec6dent. Nous devons conserver Djibouti.
C'est un bastion de notre empire. Nous l'avons cr66 de toutes
piBces, et il n'est susceptible d'aucune hypotheque valuable.
Certes, Djibouti est la clef de l'Ethiopie, en mnme temps
que de la mer Rouge, mais d'une Ethiopie don't rien ne vienne
par ailleurs entraver l'essor. On peut agiter des solutions.
Aucune ne sera politiquement valuable si l'Italie ne s'avere
pas capable de se concilier les indigenes, et de realiser dans
le pays une oeuvre productive. Aucune solution n'empechera
la m6tropole de se ruiner pour son coAteux empire si celui-ci
n'est pas mis rapidement en 6tat de subvenir a ses besoins et
aux besoins de ceux qui 1'occupent. En d'autres temps, nous
aurions pu envisager de faire de Djibouti un port franc (encore
qu'il s'agisse de bien preciser ce que l'on entend par lh et en
particulier de ne pas aligner, sous prtexte de lib6ralisme
douanier, la moindre parcelle de notre souverainet6), de c6dcr
Sl'Italie une partic de nos droits sur le chemin de fer. Si
de telles measures ne sont pas r6alisees dans le cadre d'une
detente politique oi nous puissions trouver des contre-parties
substantielles, elles no front pas avancer la question d'un pas.
Tant qu'ils n'auront pas change do methodes en Ethiopie,
les Italiens se trouveront en butte a des mecomptes qu'ils
seront tents de nous imputer a crime. Sans doute pouvons-
nous chercher a faciliter leur ambitieuse entreprise : notre
colonies pourrait y trouver quelque advantage. Mais nous ne
bAtirons que sur du sable si I'ltalie ne troquc point un








144 SCIENCES POLITIQUES
peu de cet esprit d'empire qui l'anime centre l'esprit colo-
nisateur, ou si, a d6faut, la France, incontestablement dot6e
du second, n'acquiert pas un peu du premier, pour opposer,
A la volont6 de conquete qu'il inspire, une gale volont6 de
defense. On a r6cemment f6rtifi6 la colonies. C'est bien. Mais
il faut faire davantage : vouloir la conserver.

Jean-Paul ROUSSEL.
















LE PROBLEM SLOVAQUE DE 1918 A 1939.


<( Les temps idylliques sont r6volus.... Nous n'avons pas le
droit de nous faire des illusions et d'embellir les r6alites n,
6crivait, le ier juin 1938, l'organe des Jeunesses agrariennes
tch6coslovaques, Brazda et l'officieux Venkov (agrarien)
d'ajouter (24 juin) : < La riddification de 1'Etat commence...,
il ne peut pas y avoir de haine entire les nationalists et les
races de ce pays.... Nous r6soudrons nous-memes tous les
diff6rends qui existent au sein de notre Etat, de facon a satis-
faire tous les int6ress6s.
Tous les interesses...
On eit pu penser qu'il s'agissait uniquement de n6gociations
avec des minorit6s ethniques puissamment soutenues par
quelque pays voisin. L'acuit6 de ces discussions faisait en effect
oublier l'existence de problemes sp6cifiquement int6rieurs, et
notamment d'une question slovaque.



On salt que les Slovaques, branch distinct de la race
slave, furent longtemps unis aux Tcheques, notamment sous les
Premyslides, et en furent ensuite separes; a dater de la Mon-
tagne Blanche, ils vecurent sous la domination de la Couronne
de Saint-Etienne, tandis que les Tchqques suivaient le destin
de la Maison de Habsbourg; c'est-a-dire que les premiers
6taient soumis A un pouvoir de caractere quasi f6odal, alors
que les seconds appartenaient A une monarchie plus centralisee.
D'autre part, la renaissance national tchqque eut A sa base une
r6volte religieuse, don't le point culminant fut marqu6 par
l'Union des FrBres Moraves, et est tout impregn6e de l'esprit
SCIENCES POLITIQUES. 10







SCIENCES POLITIQUES


hussite. C'est au nom de la pure v6rit6 divine et d'un ideal
moral plus 6lev6 que les Tcheques se sont dresses contre le
dogme, contre toute autorite exterieure en matiere religieuse,
contre l'absolutisme et le centralisme de la Papaut6, contre
l'autorit6 de la monarchies qui symbolisait A leurs yeux cette
conception et leur avait impose la contre-r6formation : les
Habsbourg. Cependant, les Slovaques demeuraient dans leur
grande majority fiddles h la religion romaine : ce sont des
emigres de Boheme et de Moravie qui constituent 1'6l6ment
protestant en Slovaquie. Rien d'6tonnant done a ce que, sous
deux autorites diff6rentes, leur r6veil national se soit op6r6,
au course du xixe siecle, parallelement, mais distinctement, et
qu'il y ait eu un movement litt6raire et linguistique propre-
ment slovaque; il est int6ressant de noter que c'est prtcisement
chez les protestants que la langue slovaque litt6raire se rap-
proche le plus du tch6que litt6raire (vieux slovaque).
Ces particularit6s n'empkchaient point la lutte pour le
maintien de leur nationality et le d4sir chez certain de consti-
tuer un grand Etat slave commun. Le combat 6tait mend,
apres Stur et Bernolak, par des personnalit6s comme MM. Hlin-
ka, Hodza, Derer, Srobar, Stefanik. Au vrai, les aspirations
auxquelles la guerre allait donner corps restaient encore assez
nebuleuses. Comme le disait M. Masaryk : < They sought
consolations in dreams ); ils revaient d'ind6pendance, d'auto-
nomie dans le cadre de la Russie, de la Hongrie ou de la
Pologne. La Slovaquie ne figurait pas dans le memorandum
tcheque au Foreign Office du i5 avril 1916. Mais la brochure de
M. Benes (1916) : ( D6truisez l'Autriche-Hongrie ) nongait :
( Les Tch6coslovaques, ou tout simplement les Tcheques, se
composent de deux l66ments : 7 millions de Tcheques en
Boheme, en Moravie et en Silsie, et 3 millions de Slovaques
habitant le nord de la Hongrie ). Et bien que l'organe de
liaison des colonies tcheques, future gouvernement provisoire,
eit pour titre ofliciel (( Conseil National des pays tcheques ),
afin de ne pas compliquer leurs revendications, Stefanik y
repr6sentait la Slovaquie, aux c6tes de MM. Masaryk et B6nes
(f6vrier 1916). De leur c6t6, des 6crivains tcheques rcclamaient
la fusion des deux branches de la nation tchecoslovaque en







LE PROBLEM SLOVAQUE 147
un Etat tcheque d6mocratique (19 mai 1917) et Stefanik
participait au Congris des nationalit6s opprim6es de Rome
(9 avril 1918). La premiere manifestation slovaque en faveur
du droit de libre disposition de la branch hongroise de la
nation tch6coslovaque ) eut lieu peu aprbs, A Litovsky St. Miku-
las (ier mai 1918). L'appui d6cisif devait Utre apport6 par les
associations d'6migr6s Slovaques des Etats-Unis qui avaient
conclu avec celles des Tcheques un accord en faveur de l'unit6
(Cleveland, 27 mai 1915). Accord qui fut confirm par le pacte
sign A Pittsburg, le 31 mai 1918, par M. Masaryk et les d6 lgues
de ces associations. Il garantissait aux Slovaques ( dans l'Etat
f6d6ratif tchecoslovaque, l'autonomie d'Etat complete n, une
administration distinct, une Di&te, et des tribunaux propres;
le a slovaque serait la langue officielle dans les 6coles, dans les
offices et dans la vie publique en general ).
Mais c'est au moins autant l'action aupres des gouver-
nements allies et la reconnaissance pr6alable qui ont permis
1'unit6 tch6coslovaque. De mnme que le Conseil National
6tait reconnu comme gouvernement de fait 1, on avait admis le
droit historique de la nation tch6coslovaque, bellig6rante
et alliee2, a former un Etat dans ses a fronti&res historiques ),
ainsi qu'il 6tait nettement sp6cifi6 3. La note Pichon (29 juin
1918) par example, d6clarait : ( Le gouvernement de la R6pu-
blique considere comme equitable et necessaire de proclamer
les droits de votre nation A l'independance... et... comme
justes et fondues les revendications de la nation tch6coslovaque
et s'appliquera de toute sa sollicitude, le moment venu, a
faire prevaloir vos aspirations a l'ind6pendance dans les limits
historiques de vos provinces ). Comme l'avait indiqu6 M. BWnes
dans une note A M. Balfour (28 mai 1918), il fallait faire
( mention express des Slovaques, pour bien marquer la reso-
lution de briser aussi l'unite de la Hongrie et de r6aliser la

1. Implicitement par la France (28 juin 1918); explicitement par les Etats-
Unis (2 septembre), I'Angleterre (3 septembre). Trait6 formel avec la France,
(28 septembre 1918).
2. Reconnaissance de facto par I'Angleterre (9 aoft 1918), les U. S. A. (2 sept.), de
jure par la France trait6 du 28 septembre, notes du 21-24 octobre), 1'Italie (23 oct.).
3. Mention des frontieres par la France : notes du 28 juin, convention du 28 sep-
tembre, note des 15 septembre, 27 novembre 1918.







148 SCIENCES POLITIQUES
fusion du territoire slovaque avec les pays historiques )).
Aussi, le 14 octobre, le Conseil National de Paris, devenu le
Conseil National des pays tcheques et slovaques (juin 1918),
et promu gouvernement provisoire, prenait-il la direction
politique des pays tcheques et slovaques. 11 signifiait au
Comit6 National former a Prague (19 novembre 1916) par les
repr6sentants de tous les parts, de ne pas negocier avec
Karolyi, chef du gouvernement hongrois, au sujet de la Slo-
vaquie (17 octobre 1918).
Le 28 octobre, le Comit6 National qui, le 19, avait declare
que ( la question tchecoslovaque ne saurait 8tre r6gl6e sans
l'avis et l'assentiment de la parties de la nation qui, reconnue
internationalement, se trouve en dehors des frontieres tche-
ques ) et protestant (( centre les allegations magyares d'apr&s
lesquelles nos freres slovaques se refuseraient A former, avec
la nation don't ils sont un rameau inseparable, un seul people
et un seul ltat ), proclamait l'ind6pendance et prenait en
mains administration; M. Srobar, slovaque, y 6tait entr6.
L'adhesion slovaque fut apportee, le 30 octobre, A Saint-
Martin de Turoc, par cent six membres (non elus ni mandates)
de parties politiques slovaques, don't MM. Paulny, Hlodza,
Bezovsky, Medvecky, Dula, organisms en un conseil de la
branch slovaque. Ils se proclamerent seuls o justifies a parler et
agir au nom du people slovaque qui habite a l'interieur ) des
frontieres hongroises; a l'exclusion du gouvernement hongrois,
des corps repr6sentatifs elus et des assemblies populaires;
ils d6clarerent le people slovaque s parties de la nation tcheco-
slovaque qui est une par la langue, l'histoire, la civilisation >.
Cette declaration fut egalement sign6e par M. Hlinka; celui-ci
devait ensuite protester centre les conclusions qui en furent
tires et centre la disparition de certaines clauses relatives,
notamment, A la representation slovaque A la conference de la
Paix.
Cependant, a Prague, avait 6t6 constitu6 un gouvernement
de tous les parties o0i MM. Srobar, A l'Hygiene, Stefanik, A la
Guerre, representaient la Slovaquie, et une Assemblee Natio-
nale avait etB former de representants des parties, d6sign6s par
le Comit6 National, en raison de leur importance numerique;







LE PROBLEM SLOVAQUE 149
pour la Slovaquie quarante, puis cinquante-quatre membres
(sur 300), furent choisis par le Conseil National Slovaque.
Consid6rant que leur quality de bellig6rant et alli6 leur
donnait le droit d'occuper le territoire hongrois, en vertu de
l'armistice du 4 novembre, et (< que la reconnaissance comme
Etat tchecoslovaque leur donnait droit a la Slovaquie comme
aux autres pays tchbques ), les autorit6s de Prague y envoybrent
Sokols et volontaires, s'efforcerent de chasser les fonctionnaires
magyars et de prendre en mains administration.
Or l'armistice separ6 Karolyi-Franchet-d'Esperey (i3 nov.)
rdservait la question de l'unit6 et de l'integrit6 hongroise et
maintenait, sauf en Croatie et en Slov6nie, (< le pouvoir inte-
gral et administration int6rieure de tout 1'Etat .
Et Karolyi de preparer un statut des minorit6s, de negocier
avec Prague et ses envoys A Vienne (Tusar) et a Budapest
(Stodola, Hodza), de reclamer plebiscite et Commission
d'enqufte.
DMs le 25 novembre, M. B6nes protest aupris de M. Pichon,
ministry des affaires 6trangbres de France, qui convint que
Karolyi avait tir6 des <( consequences abusives de l'armistice
qui ne saurait avoir que la valeur d'un accord avec une autorit6
locale de fait mais non de droit ); il prescrivit done au comman-
dant en chef des armies d'Orient d'exiger le retrait imm6diat
des troupes hongroises (27 novembre) 1 au delay d'une ligne
trace par M. Benes sur une simple carte de propaganda
(25 nov.) et confirmed, a quelques petites modifications pros,
par le conseil supreme. De ce chef se trouverent annuldes
toutes les dispositions transitoires prises, et en particulier la
ligne de demarcation fix6e (6 d6c.) par M. Hodza et M. Bartha,
ministry de la guerre hongrois, et qui laissait en dehors de la
Tchhcoslovaquie : Bratislava, la plaine danubienne, Kosice et
l'est du pays. La Republique n'avait point donn6 mandate de
n6gocier mais seulement de liquider, ( il n'avait pas 6t6 mend
de negociation avec Karolyi comme avec un representant
reconnu et juridiquement autoris6... La Hongrie n'avait pas
Wte reconnue par I'armistice... l'int6grit6 de la Hongrie n'exis-


I. Note Pichon & M. B6n6s, 27 novembre.








150 SCIENCES POLITIQUES

tait plus en droit ni en fait 1 En d6pit des protestations
magyares ( les frontieres de l'Etat tchecoslovaque [6taient
fixees] d'apres les frontieres historiques du pays slovaque 2 .
Une demand autrichienne d'arbitrage eut.le meme sort 3.
( Les deux questions territoriales (Sudetes et Slovaquie)
d'une tres grande port6e... pour notre Etat se trouv6rent ainsi
resolues, sinon en droit et A titre d6finitif, du moins en fait,
avant la conference de la Paix... de sorte que lorsque nous y
arrivAmes, nos problemes territoriaux, sauf Teschen et la
Russie subcarpathique, 6taient en etat de recevoir une solution
favorable 3 ), a pu dire depuis M. Be6ns.
Le ii novembre 1918 le gouvernement tchecoslovaque
declarait reconnaitre ( comme valuable et obligatoire toute
convention passe par M. Masaryk pendant la p6riode revolu-
tionnaire ). D'autre part, dans une note (20 mai 1919) non
sign6e, ni adressee destinee a M. Berthelot, M. Be6ns indi-
quait ( les intentions du gouvernement tchecoslovaque de
creer l'organisation de l'Etat en acceptant comme base des
droit nationaux les principles appliques dans la constitution
de la Republique helv6tique, c'est-a-dire de faire de la R6pu-
blique tchecoslovaque une sorte de deuxieme Suisse, en
pregnant en consideration 6videmment les conditions sp6ciales
en Boheme ,.


Il n'y eut point, cependant, de d6elgation slovaque sp6ciale
A la conference de la Paix. Toutefois, munis de passeports
polonais, MM. Hlinka et Jelicka se rendirent A Paris et presen-
terent A la conference un memorandum reclamant ou l'appli-
cation du protocole ou un plebiscite. Faute de papers tcheques,
ils furent expulses. Et a son retour A Ruzomberok (12 oct. 1919),
M. Hlinka fut incarc6er six mois. La situation 6tait fort tendue
entire les Tch6ques et certain 6elments slovaques. DBs le 10 de-

Y. Communique du gouvernement de Prague, 4 d6cembre.
2. Notification de la ligne de demarcation au gouvernement hongrois par le
lieutenant-colonel Vyx, chef de la premiere mission interalli6e.
3. Notes Bauer (i3 d6cembre) et Pichon (21 decembre 1918) au gouvernement
suisse.
4. B Nks, Memoires.







LE PROBLPME SLOVAQUE 151
cembre 1918, le gouvernement de Prague avait declare : Le
fait que la Slovaquie va revenir enfin entire nos mains... va
nous obliger a des measures d'exception. Nous ne devons, nous
ne pouvons, pas tol6rer qu'A la faveur de l'espece d'interregne
qui peut se produire... si les autorit6s magyares en parent
avant que les n6tres y soient encore, l'anarchie soit maitresse ).
De fait, une r6publique independante avait Wet proclamee
a Kassa; on parlait de revolution, le bolchevisme n'6tait pas
sans attrait pour certain. L'etat de siege fut institu6. A
Prague, les deputies slovaques autonomistes furent d6chus
de leur mandate, voire emprisonnes; et lorsque M. Jelicka
signa, le 9 janvier 1920, avec le gouvernement hongrois, un
accord secret reconnaissant l'autonomie de la Slovaquie, l'on
pfit craindre une dislocation du nouvel Etat tch6coslovaque.
En fait, si la majority de la population slovaque 6tait en
faveur de l'union, c'6tait sous reserve de respect de son indivi.
duality national. Or, beaucoup de Tcheques ne consideraient
pas le protocole comme un engagement de caractere juridique,
mais comme une resolution comportant certaines obligations
morales; le President Masaryk disait lui-meme qu' (( il avait
6te 6tabli pour complaire aux exigences d'un petit group de
Slovaques qui rivassaient Dieu sait quels enfantillages : une
Slovaquie autonome, ayant son administration, son Parlement,
ses tribunaux, ses ecoles propres... Sans h6siter, j'approuvai,
au nom de la nation tchqque, les engagements pris vis-A-vis des
Slovaques... Le ( trait ) ne constituait, en effet, qu'un simple
accord priv6 entire quelques emigr6s, qui tous, d'ailleurs,
sauf deux, 6taient depuis longtemps naturalists am6ricains.
Ce bout de paper n'avait aucune espece de valeur ni d'impor-
tance pratique. D'ailleurs, comme il avait Wte sign un jour
f6ri6, il 6tait de ce seul fait, d'apres la loi americaine, nul et
inexistant 1... .
Aussi le gouvernement de Prague l'a-t-il longtemps inter-
prWte dans le sens d'un enforcement de l'unit6 et de la cen-
tralisation.
Telle 6tait la conception que d6finissait M. Benes lors


I. T.-G. MAZARYK, The Making of a State; Londres, 1924, p. 22o.







152 SCIENCES POLITIQUES
d'une tournee de conferences en Slovaquie, en decembre 19331,
en indiquant qu'il ne fallait pas envisager la question du point
de vue int6rieur (( mais au plein sens de son histoire et de son
evolution... dans le cadre de la politique international d'au-
jourd'hui, du d6veloppement de 1'Europe central et de I'6vo-
lution des petites nations nouvelles du centre de l'Europe...,
de l'6volution future des nations slaves et de la nation russe,
et plus g6neralement, de l'6volution r6volutionnaire actuelle
de l'Europe...; car l'6poque actuelle est la continuation
glorieuse des luttes issues de la Revolution franqaise... vers
une unite sup6rieure ). L'6volution biologique du corps national
ne comportait point d'autre solution : clle imposait la consti-
tution rapide d'une nation forte et unie aux confins de trois
nationalismes expansifs; l'allemand, le hongrois et l'italien.
Si Tcheques et Slovaques... (ne parvenaient pas a r6aliser leur
unit national en cet instant decisif de leur histoire ,, c'en
serait fait de leur liberty. Leur security definitive et l'avenir
de l'Europe central allaient 6tre d6terminds pour longtemps.
II fallait donner a l'Etat de solides assises pour des dizaines
d'annees, voire pour des si6cles entiers.
La constitution de leur pleine unit national 6tait la condi-
tion de la formation de la nouvelle Europe et du d6placement
de son axe vers le centre et l'est du continent. (( VoilA la grande
Id6e qui nous interdit de renoncer a quoi que ce soit en Slova-
quie.... Jamais nous n'abandonnerons la Russie subcarpa-
thique, car c'est pr6cis6ment sur la Slovaquie et la Ruth6nie
subcarpathique que nous 6difions notre politique de la Petite-
Entente, avec sa conception de l'Europe central oh les petites
nations lib6r6es [ne sont] plus des objets dans la politique
international [mais]... des membres 6gaux de la communaut6
international, des sujets de sa politique... des Etats entiere-
ment souverains, pleinement adults et mfrs, completement
ind6pendants... sans influence pr6dominante et domination
d'une puissance, quelle qu'elle soit ). La Petite-Entente
etait un facteur puissant de consolidation de la Tch6co-
slovaquie. Or ( sans la Slovaquie et la Ruth6nie ).... pont
i. Discours prononc6 & Nove Zamky, 7 d6cembre 1933. Public dans le a Monde
Slave ) en 1934.







LE PROBLEM SLOVAQUE


vivant entire l'Orient et l'Occident..., elle serait purement et
simplement impossible ). Cette tAche de liaison entire la Tch6co-
slovaquie et la Roumanie, entire l'Europe occidentale et l'Eu-
rope orientale, 6tait la garantie de sa s6curit6, la base de son
avenir, le meilleur gage de paix, le plus sir moyen de remplir
son grand devoir historique dans la voie de la v6rit6, de la
justice et du droit; c'6tait aussi la confirmation de la mission
de la Petite-Entente et de sa collaboration A l'histoire de
l'Europe et du monde. L'ceuvre accomplice depuis la guerre
par cette formation disait assez la grandeur et l'importance
de cette mission.
Voil done encore une grande mission assignee par le
destin la Slovaquie et a son union complete avec les Tchbques,
mission decisive pour nous, pour l'6volution de l'Europe cen-
trale, pour l'avenir des nations slaves ressuscitees et pour la
paix de 1'Europe. )
( Pour que nous puissions avancer encore davantage dans
cette grande oeuvre, il est n6cessaire de renforcer encore
l'union avec les Tchbques. ) Et, pour ce, il n'y avait qu'A laisser
franchement et virilement agir les lois sociologiques et biolo-
giques qui r6gissent 1'6volution du corps national : au gouver-
nement d'y imprimer la direction, l'esprit, le rythme conve-
nables.
En tout cas, le principal 6tait acquis, l'union avec les
Tcheques au sein d'une grande unit national, membre libre
de la communaut6 international. La Slovaquie avait 6t6
int6gr6e dans la grande r6g6n6ration d6mocratique de l'Europe
effectu6e par les Traites, elle 6tait libre, souveraine dans ses
affaires et solidaire de la nation dans la defense de ce nouvel
ordre de choses auquel elle devait la vie.
I1 n'6tait point de l'int6ret des Slovaques de triompher dans
cette lutte. ( Ce qui vaincra, ce sera la sainte et grande v6rit6
commune, celle qui r6sulte n6cessairement de notre d6veloppe-
ment national et de notre destin historique et meme de 1'rvo-
lution de toute l'Europe. )
Foin done des mesquines querelles int6rieures. ( Je pren-
drai toujours par principle position contre la fantaisie politique...
[de] la formule simpliste : ( La Slovaquie aux Slovaques ).







154 SCIENCES POLITIQUES
Toute tentative de destruction devait etre impitoyablement
r6primbe. Aucun s6paratisme ne saurait etre toler6, car il
faudrait y voir un dangereux affaiblissement de l'Etat vis-a-vis
de l'Etranger. <( Tout autonomisme, tout particularisme ne
saurait Wtre qu'un nouvel et grand obstacle artificial A l'6vo-
lution biologique, social, normal et ineluctable de notre
nation [et]... ne ferait que compliquer notre evolution r6gulikre,
dans la ligne du progres national g6n6ral de l'Europe.... II faut
done affirmer categoriquement que la formule du droit exclusif
des citoyens d'une nationality h occuper (dans tous les domaines)
les emplois dans les regions qu'elle habite est absurde, dange-
reuse pour l'Etat et proprement funeste au bien public. )
< Notre pays doit appartenir 6galement et partout a toutes
les nationalities, nos fonctionnaires doivent etre nommrs et
transf6res sur tout le territoire..., sans consideration de natio-
nalit6, et partout se sentir chez eux. ) N'6tait-il pas inconce-
vable, au surplus, que les Slovaques n'eussent point l'am-
bition de conquerir toute la R1publique, que les TchBques
n'eussent point aces aux emplois en Slovaquie, dans l'admi-
nistration comme dans les autres domaines? La question ne
pouvait se poser que comme une question de decentralisation
raisonnable : dejA, elle avait &t6 resolue dans ce sens ou l'allait
Wtre. A chaque nationality serait assign un certain pourcen-
tage dans la vie national; encore fallait-il qu'elle en soit digne.
( Vous autres Slovaques, vous commettez parfois des erreurs...
vous n'6tes pas parfaits, en bien des choses vous restez en
arriere... et vous nous faites souvent tort ).
(( La grande tAche historique de notre generation est de
former des deux branches de notre nation... un ensemble
national superieur. ) A chacune d'apporter A la communaut6
son apport : ( faculty d'organisation, m6thode dans le travail,
aptitude occidentale A comprendre toute la vie rationnellement,
perseverance, s6rieux, dans la vie quotidienne esprit d'entre-
prise actif et combatif ) pour les Tcheques; culture populaire,
spontan6it6, civilisation plus (( rurale ), sensibility, po6sie,
sentiment, pour les Slovaques. A chacune d'y consentir ses
sacrifices.
Et de conclure :( Je qouhaite l'unification progressive par







LE PROBLEM SLOVAQUE 155
evolution des deux branches de notre nation, sous tous les
rapports '. Aucune solution ne saurait etre plus profitable pour
les Slovaques, car (( c'est dans cette conception seulement [que
pourraient] etre d6fendues et prot6eges leur nationality, leur
independance, leur integrity territorial et leurs valeurs de
civilisation, leur prosperity 6conomique et tout leur avenir
national ).
Et l'on soulignait les avantages majeurs qu'ils avaient
retire de leur union avec les Tchkques 1. La population slovaque
avait num6riquement progress et repr6sentait maintenant
78,02 au lieu de 62 % de la population. Toutes les villes
s'6taient agrandies. Le droit de vote avait Wte consid6rablement
l6argi. La Slovaquie (nation d'Etat avait 58 d6put6s, 3o sena-
teurs, 2 representants au Tribunal supreme, 4 dans le corps
diplomatique; I4 slovaques, par soixante-trois fois, avaient Wte
membres du gouvernement, en particulier presidents du conseil
et ministres de l'Agriculture et de 1'Interieur. Les progres
culturels de la Slovaquie 6taient attests par la diminution du
nombre des illettres, la multiplication des 6coles, la diffusion
de la press. La prosp6rit6 s'6tait accrue, bien que la province
ait tout particulierement souffert de la desagregation de la
double monarchie et de la cruise. L'Etat y avait au reste geni-
reusement developp6 oeuvres d'hygiene et d'assistance.
La r6forme agraire portant sur 686.000 hectares, repartis
entire 198.786 citoyens, avait augment le nombre des petits
propriftaires. Le pays avait Wte 6quip6 en routes, Magistrale
de la Slovaquie, route de la Libert6; on avait am6nag6 Vah et
Morava, Tisa et Danube, maintenant pourvu en ports et en
flottille. L'Etat avait coop&re A ces travaux comme il avait,
pour des fins de defense national, Olectrifi6 les vallies du
Vah et du Hron; il avait particip6 pour plus de moiti6 au
capital des companies d'6lectricit6 et subventionne l'6lectri-
fication rurale. II avait encore 6difi6 saulneries et raffineries,
usines d'impr6gnation du bois et a6rodromes. II avait dot6 les
mines d'une 16gislation.
Sous cette vigoureuse impulsion, l'effectif industrial s'6tait
i. Voir en particulier le tract du bloc anti-autonomist, Lidovu-Noviny, Io juin







156 SCIENCES POLITIQUES
accru, aussi bien dans la m6tallurgie, la pierre, que le bois, les
textiles ou le papier... Le bilan de l'electricit6, du commerce,
des transports et du credit n'6tait pas moins brilliant. Les assu-
rances sociales 6taient revenues une r6alit6.
Les centralistes ajoutaient qu'ils avaient rempli tous leurs
engagements, quand ils ne les avaient pas depass6s. On avait
admis la notion juridique de la langue tchecoslovaque, c'est-
a-dire que la slovaque 6tait ( ordinairement la langue officielle
en Slovaquie et le tcheque la langue officielle dans les pays de
la couronne de BohMme, mais que l'une et I'autre langues
pouvaient 6galement ktre employees sur tout le territoire de
la R6publique dans l'administration, les tribunaux et les
entreprises d'Etat. Les Tcheques niaient, d'ailleurs, 1'existence
d'une langue slovaque distinct; ils faisaient valoir qu'elle
6tait ignore des elites administrative, 6conomiques et intel-
lectuelles, qu'elle 6tait d6pourvue en 1918 d'une bonne gram-
maire, d'une terminologie technique, administrative ou 6cono-
mique, et n'avait pas 6volu6 avec le progres. Ils proposaient
comme id6al le tchecoslovaque, forme litt&raire de la langue
slovaque, source commune du slovaque et du tcheque, a
laquelle ils devaient retourner par fusion des deux dialectes.
De nombreux tcheques travaillaient a la d6magyarisation
des slovaques, condition de leur accession aux emplois :
71.733 en 1921; 120.926, don't 20.652 militaires, en 1930 :
colons anciens combatants qui beneficiaient de la r6forme
agraire, industries, commercants, technicians, ouvriers quali-
fiUs, financiers, intellectuals, fonctionnaires (professeurs sur-
tout), juges... venus supplier les elites locales, estimees insuffi-
santes ou d6nationalis6es.
On travaillait a l'unification des lois et a la r6daction d'un
code civil 6crit unique : les juges tchbques avaient cr66 la
jurisprudence slovaque, il ne restait qu'A la codifier pour que
la Slovaquie, comme les pays historiques, fit r6gie par le
droit civil autrichien.






LE PROBLBME SLOVAQUE


La constitution de 1920 avait originairement privu une
organisation d6partementale, avec regroupement provincial.
Chaque d6partement, comme chaque province, devait avoir son
Conseil et son Comite d6partemental, dou6 de pouvoirs admi-
nistratifs, economiques et r6glementaires tout A la fois. Mais
le regroupement provincial ne put avoir lieu par suite de la
resistance des provinces tcheques (qui avaient une organisation
diff6rente de celle de la Slovaquie).
En 1927, eut lieu la r6forme administrative. La Slovaquie
fut erig6e en unit administrative, dotee de son Comit6 et de
son Conseil provincial. Au Comite, les questions administra-
tives et 6conomiques, sociales et culturelles (bienfaisance,
hygiene, transports locaux...) et les recettes y aff6rentes. Au
Conseil, un pouvoir de r6glementation pour les details d'appli-
cation de certaines lois et modalites d'execution des d6crets,
ainsi que la gestion des biens des communes et districts. Le
Parlement avait, en outre, la faculty de lui d6l6guer une parties
de son pouvoir 16gislatif.
Dans une certain measure, on pouvait done les compare
a nos conseils g6neraux, sauf pouvoirs du President de district
et designation d'un tiers par le gouvernement, accuse d'6vincer
adversaires, voire ind6pendants.
( Je sais bien, disait M. Be6ns, qu'il y a ici des choses qui
peuvent ktre ameliorbes ) (sept. 1936).
Par ailleurs, pour autant que la Slovaquie dependait de
la zone frontiBre, elle 6tait, en vertu de la loi sur la Defense
National (I4 mai 1936), soumise A un regime special. Non
seulement les entreprises inthressant la Defense Nationale
6taient l'objet de measures particulires et le renvoi des per-
sonnes (( douteuses )) exigible sous peine de s6questre, mais
services concedes, installations minieres et droits immobiliers
appartenant a des strangers devaient recevoir l'approbation
des autorites militaires qui en pouvaient exiger le transfer,
sous peine d'expropriation. Leur 6taient 6galement soumises les
listes de products et les brevets. En matiere de fortifications,







158 SCIENCES POLITIQUES
6tait 6tablie la competence g6n6rale des autorit6s militaires.
En fait, la zone-frontiire, qui englobait 80 A 90 % de la
minority magyare, passait sous leur contr6le, sauf repression
des abus par un secr6taire gouvernemental, representant le
pouvoir central.
Or, en d6pit de l'arsenal assez impressionnant don't l'Etat
disposait pour sa sfret61, les Slovaques n'6taient pas repr6-
sent6s seulement par les parties centralistes mais par un part
autonomiste, le part populiste slovaque de M. Hlinka. Celui-ci,
vieux militant de la cause slovaque, s'6tait, aux heures d6ci-
sives, prononc6 pour l'union et avait toujours reconnu l'Etat
tchecoslovaque, mais non la nation tchecoslovaque. Depuis
1918, il luttait pour la plus large autonomie compatible avec
l'unit6, 1'int6grit6, la security de l'Etat. AprBs avoir quitt6
le parti populiste tchecoslovaque, il autorisait ses lieutenants
A participer au gouvernement (1927-28). Mais en 1929, apres le
proces de M. Tuka, inculp6 de haute trahison pour avoir
rappel que la declaration de Saint-Martin de Turoc venait a
expiration en 1928, il adopta une attitude intransigeante.
Aux elections de 1935, abandonnant ses allies les nationaux-
d6mocrates, il format avec ruthenes et polonais un grand
parti slave d'opposition. Parti de 12 sieges en I92I, il en
ditenait 22, en 1935, et 489.641 voix centree 660.640 aux cen-
tralistes); il compensait ainsi l'avance social-d6mocrate et
communist, realisee au detriment des autres parties tcheco-
slovaques (socialiste-national, populiste, agrarien), specialement
en Slovaquie central et orientale. M. Hlinka s'etait par ailleurs
concili6 les sympathies de la Pologne.
Aussi, des 1936, M. Hodza avait-il jug6 necessaire de
negocier l'entr6e des populistes au gouvernement, tout en se
refusant a crier des Etats dans l'Etat, soit par une division
administrative, soit par l'octroi d'un statut particulier (juil-
let 1936). Et M. Hlinka, persistent a s'6lever contre ( la fiction
d'un Etat unitaire ), de rejoindre en mars 1938 le Front auto-
nomiste des minorities. Aux elections municipales de mai-
juin 1938, il se tint A l'6cart du Conseil National tcheco-
i. Notamment la loi pr6voyant la perte de la nationality pour faits de haute
trahison et don't on a r6clami application A M. B6nes.







LE PROBL.ME SLOVAQUE 159
slovaque, organisation national et supra-politique, et s'opposa
au bloc anti-autonomiste de tous les parties tch6coslovaques.
Alli6 aux Allemands et aux Magyars, il recueillit 372.281 voix
contre 752.876 voix au bloc anti-autonomiste, et 24 sieges.
Mais dans la coalition assez het6roclite qui lui 6tait oppose,
le parti le plus fort, le part agrarien, n'obtenait que 246.768
voix.
Les anti-autonomistes reconnaissaient d'ailleurs que tout
I'Etat 6tait a reconstruire: ils comptaient y parvenir par le jeu
automatique des institutions. ( Nous avons toujours etW favora-
bles a une decentralisation de l'administration et de l'Etat, disait
M. Derer, ministry de la Justice1, mais nous nous opposons
r6solument a toute forme de dualisme dans l'Etat ), ( dualisme
dissolvant, d'autant plus dangereux que, pour le r6clamer,
on s'allie a ceux qui chercherent a faire perir notre nation 2 ).
Decentralisation dans le cadre de la province, non de l'Etat;
local government; guerre ( a quiconque, dans une mauvaise
intention ou par erreur criminelle nuit au bon renom de la
Slovaquie ou h celui de la R1publique ) 3, tel 6tait le programme
de M. Hodza, tot d6pass6. C'est avec MM. Tiso et Sokol, au
milieu de circonstances dramatiques, que se poursuivirent
(juillet-octobre 1938) les negociations pour l'autonomie, condi-
tion sine qua non pose par M. Cernak, ministry sans porte-
feuille du premier cabinet Sirovy (26 sept. 1938).



Et c'est sur la base du project populiste que se fit A Zilina,
le 6 octobre 1938, l'accord de tous les parties (national-slovaque,
populiste, agrarien, socialiste-national...) ; il postulait la
reconnaissance de l'individualit- national, de la langue, une
arm6e, une Diete 16gislative, un gouvernement autonome, sauf
en matiere de Defense Nationale, Affaires Etrangbres,
Finances et Communications. Dis le 5 octobre, le g6enral

I. Slovaque, s. d6mocrate; Pravo Lidou, 4 juin 1938.
2. Ursiny, d6pute, porte-parole de la majority, Chambre des d6put6s, 31 mars
1938.
3. Serment de Bratislava, 6 juin 1938.







160 SCIENCES POLITIQUES
Sirovy n'avait-il pas declar6 : Nous ferons tout pour satisfaire
les revendications lgitimes aussi bien de la Slovaquie que de
la Russie sub-carpathique... Nous jetons les bases de la Tch6co-
slovaquie future, pays des Tcheques, des Slovaques et des
Carpatho-russes, unis par le lien de la confiance mutuelle et
de l'absolue 6galit6 des droits. Dans cette confiance et dans cette
fraternity, nous poursuivrons en commun notre route... pour
le nouveau destin de la nouvelle Tch6coslovaquie recons-
truite . Le 7, M. Tiso, ministry pour les affaires slovaques,
partageait les portefeuilles entire populistes et agrariens, tous
membres de droit du gouvernement central.
Tout de suite, ils allaient etre appeles A prouver que o leur
attitude ne pr6sentait pas de danger pour 1'existence de l'Etat,
car c'est l'amour de l'Etat qui les guide1 x, [6tant] convaincus,
que a leurs int6rets nationaux, culturels, politiques et econo-
miques ne pourraient jamais etre mieux satisfaits que dans le
cadre de cette republique 2 . II fallait delimiter le nouvel
ERtat : avec la Ruth6nie, cela n'allait dejh point sans difficultss;
avec l'Allemagne, Prague avait men6 les negociations qui
aboutirent a l'encerclement de Bratislava (elle perdait un fau-
bourg, future port danubien) et a dominer les communications
est-ouest 3. De inmec, l'acceptation de l'ultimatum polonais
(20 oct., note definitive ier nov., accord du 24nov.) entrainait
deux modifications de frontieres, au nord de Cadca (axe
Skalit6-Zwardon) et h l'ouest de Javorina (Hautes Tatras),
soit une perte total de 167 kilometres carries et de 9.oootch6-
ques et slovaques, nettement inf6rieure aux demands maxi-
malistes polonaises.
Les revendications hongroises, elles, visaient plus parti-
culierement la Slovaquie. Outre le retour de ses minorit6s de
Slovaquic m6ridionale, Buda-Pest convoitait une parties de la
Slovaquie oriental (el de la Ruthenie), qui eussent dfi se
prononcer par plebiscite, avec promesse d'autonomie. Les
negociations entamees le 8 octobre sous les meilleurs auspices

I. Tiso. Exposition de la Slovaquie, juillet I938.
2. Budai. CongrBs de Bratislava, 4-5 juin 1938.
3. Decisions de Munich, travaux de la commission de d6limitation; accords du
ao novembre (reglant egalement les questions de nationality ct de minorities .







LE PROBLEM SLOVAQUE 161
furent rompues le 13. Et tandis que MM. Sidor et Sokol s'infor-
maient h Varsovie du d6sir polonais de frontiere commune
polono-hongroise, MM. Tiso et Durcansky, A Munich, cher-
chaient, de concert avec Prague, un recours centre ces vis6es,
ce pendant que Bratislava et Budapest se faisaient une guerre
des ondes du meilleur style.
Reprises le 22, les discussions 6chouerent a nouveau,
l'ecart 6tant par trop considerable entire la thise tch6coslo-
vaque, qui offrait 218.ooo slaves, et celle de la Hongrie, qui en
reclamait 250.000 de plus. Des puissances proposes come
mediatrices on ne retint (28 oct.), d'un commun accord,
que 1'Italie et 1'Allemagne qui, a Vienne, le 2 novembre,
accordbrent A la Hongrie 10.309,27 kilomhtres carries, et
853.670 habitants, don't 272.145 slovaques centre 503.980 ma-
gyars, faisant ainsi droit, en principle, aux seules revendications
ethniques. I s'agissait avant tout, avec Kosice et Rozsnyo, non
Nytra ni Bratislava, de planes agricoles, terres a blW, seigle,
orge et fourrages, come aussi houblon, betteraves a sucre et
surtout tabac, vergers et vignes. Pores et boeufs avaient pu
6migrer; sont perdus forts, fer et magnesite. Les industries
alimentaires 6taient exportatrices, industries lourde, bois, verre,
products chimiques... restant d'importance locale; I'industrie
hongroise retrouvait la pAte A paper qui lui manquait tant. A
la Hongrie 6galement malgr6 l'opposition allemande la
cl6 des communications directed slovaco-ruthenes.
Dans ce cadre restreint 2.467.000 habitants don't
2.064.000 slovaques, 138.000 allemands, 66.000 magyars,
39.000 juifs il fallait maintenant r6soudre tous les pro-
blWmes nationaux. DIjh, on avait decentralise; on s'4tait, a
limitation des Tchqques, il est vrai, livr6 a des manifestations
symboliques, telles que suppression des effigies et inscriptions
en l'honneur de MM. Masaryk et Bencs. Mais les representants
slovaques refuserent de participer A l'election du President de
la Republique avant d'avoir obtenu sanction 16gislative et
integration constitutionnelle de l'autonomie slovaque.
La loi votee le 19 novembre par l'Assemblhe Nationale,
a la majority requise des trois cinquiemes, modifiait profon-
d6ment la constitution. ( Vu que l'Assembl6e Nationale de la
SCIENCES POLITIQUES. 11







SCIENCES POLITIQUES


Republique tchecoslovaque est n6e de la volont6 souveraine
concordante de deux nations gales en droit, et vu que dans
l'accord de Pittsbourg, de meme que dans les autres conven-
tions et proclamations faites dans le pays mime et a l'6tranger,
l'autonomie complete fut garantie a la nation slovaque, ladite
Assemblee Nationale guide par la volontL de r6concilier les
nations slovaque et tcheque dans l'esprit de l'entente de Zili-
na ... . La Slovaquie constituait une parties int6grante autonome
de la R6publique, sa langue oficielle 6tait le slovaque, le domi-
cile cr6ait une citoyennet6 slovaque, condition d'acces A la
citoyennet6 tchecoslovaque. Le pouvoir 16gislatif appartenait
A l'Assemblie Nationale (les repr6sentants slovaques ayant
droit de vote en ce seul cas) 2 -- pour les matieres de compe-
tence commune : constitution et r6glementation de l'activit6
des organes ex6cutifs communs, relations exterieures et defense
national, questions telles que : douanes, communications,
monnaie, budget et dette d'Etat, monopoles et expropriation
des biens d'Etat..... Toutefois, les decisions constitutionnelles
de I'Assemblee devaient recevoir 1'approbation de la majority
(trois cinquiemes) slovaque, compt6e s6parement. C'est pour-
quoi la loi des pleins pouvoirs (i4 d6c.), d'ailleurs r6dig6e en
slovaque, stipulait que < le President de la R6publique 6tait
autoris6, sur proposition unanime du gouvernement, propo-
sition adopt6e avec le consentement de la majority des membres
du gouvernement du pays slovaque, A 6dicter des d6crets-lois ,
constitutionnels ou non, mais que nul changement ne pouvait
ftre apport6 a la loi d'autonomie, si ce n'est du consentement
de la DiBte.
< La ligne g6nerale de la politique 6trangBre est unique.
Mais il ne faut pas exclure la possibilit6... de nuances qui,
cependani, ne contrediront pas la ligne generale. i Au rest,
les traits internationaux portant sur les questions 6cono-
miques, culturelles, confessionnelles, purement slovaques rele-
vaient de la Diete 3. < L'armne est le soutien et 1'expression de

i. Pr6ambule.
2. Les Slovaques avaient obtenu 6galement la R. P. dans la Commission perma-
nente de l'Assembl6e Nationale.
3. La Slovaquie 6 tait d'ailleurs repr6sonthe aupris du Saint-Siege.







LE PROBL.EME SLOVAQ UE 163
l'unite national , mais il 6tait institu6, sous un commande-
ment provincial slovaque, un contingent militaire propre. La
Slovaquie participait aux d6penses communes et aussi
aux dotations, resources et avantages de I'Etat mais pour
une part proportionnelle au product des imp6ts par elle verses.
Elle avait, pour ce, comptes cheques postaux, services de tr6-
sorerie et de comptabilit6 separes. Des questions d'inter&t
commun pouvaient, du consentement de la Diete, etre tran-
ch6es par l'Assemblee.
En tout autre cas, le pouvoir 16gislatif revenait a une Diete,
Blue au suffrage universal, direct et secret, avec representation
proportionnelle, et chargee d'6laborer, dans le cadre de la R6pu-
blique, la constitution slovaque. La constitutionality de ses
decisions 6tait soumise a un Tribunal de sept membres, don't
deux nommes par le gouvernement slovaque.
Pour les questions de competence commune, le pouvoir
executif 6tait exerc6 par les organes de la Republique : Pr6sident
blu a la majority, tant tcheque que slovaque, de l'Assembl6e,
trois ministries communs : Finances, Affaires Etrangeres,
Defense Nationale, oh les Slovaques avaient leurs d6l6gu6s. Le
gouvernement devait jouir de la confiance de la majority des
d6put6s slovaques de l'Assemblhe Nationale; un tiers d'entre
eux pouvait presenter une motion de defiance.
Sauf competence commune, le pouvoir ex6cutif appartenait
a un gouvernement autonome, responsible devant la Diete:
c'6tait ( un Etat avec tous ses attributes ).
L'administration central en Slovaquie devait etre slovaque
au premier chef; d6jh, par milliers, les fonctionnaires avaient
regagn6 Prague, au cri de : ( Les Tchbques dehors! ) La repre-
sentation proportionnelle 6tait accord6e dans les organismes
nationaux et internationaux. La Justice etait rendue par des
Tribunaux, par un Tribunal supreme, slovaques. Comme le
faisait remarquer M. Hacha, en un discourse symboliquemeni,
prononc6, lors de son voyage en Slovaquie (fin dcembre), sur
la tombe de M. Hlinka, les slovaques avaient atteint leur but;
mais un travail considerable, travail qui ne devait pas s6parer
- mais unir, les deux peuples les attendait. A commencer
par le statut de la minority tcheque et l'harmonisation de la








164 SCIENCES POLITIQUES
constitution, determine par I'exp6rience meme des relations
entire les parties autonomes.
Entree en vigueur des sa promulgation, la loi d'autonomie
avait permits la participation slovaque a l'dlection de M. Hacha
a la Pr6sidence (30 nov., accord du 23) et la nomination par
le President du gouvernement slovaque. Compos6 de MM. Tiso
(Pr6sidence, Intrrieur, Prevoyance, Hygiene), Teplansky (Fi-
nances, Communications), Durcansky (P. T. T., Travaux
publics), Cernak (Intruction publique), Vanco (Justice) il
s'6tait adjoint un secr6taire d'Etat pour la minority allemande
et avait envoy ses repr6sentants au gouvernement central.
Tout de suite il s'av6ra que la Slovaquie, pas plus que les
pays de la Couronne, ne serait un people de parts, mais
( une communaut6 dirig6e par un seul esprit et un seul cceur ).
L'interdiction des parts marxistes 1 et nouveaux pr6luda A la
constitution, par fusion, d'une formation unique, concentra-
tion des forces positives de la nation; les elections du 18 d6cem-
bre l'avait quasi unanimement approuv6e (97 % des suffrages
exprimes). Part d'Etat, elle avait la direction de la Diete
- 63 d6put6s en uniform la responsabilit6 de la conduite
de l'Etat, le contr6le de l'administration et du gouvernement.
En meme temps, la garde noire du parti, que doublait une
( Jeunesse Hlinka ), proc6dait a une 6puration g6n6rale; on
fermait les loges, et, en attendant une solution d'ensemble de
la question juive, on prenait, sans prejudice de boycottage ni
d'expulsions, quelques measures restrictives. On retirait la
citoyennet6 aux adversaires politiques, on expulsait.
On annongait aussi missions de timbres, decentralisation
et r6forme bancaire, grands travaux d'irrigation et d'6lectri-
fication, aide A agriculture, pilier essential de la vie national;
on voulait encore exploiter les resources minibres, crier une
indusLrie indigene (fonderie, forges...). La mise en valeur de la
province devait d'ailleurs permettre a 1'Etat de compenser ses
I. Ainsi que du parti national slovaque autonomiste et du parti israelite. Les
Sokols avaient 6t6 dissous.
2. Limitation du nombre des avocats, commergants; interdiction pour les jour-
nalistes artistes et savants officials, aubergistes, notaires, juges; expropriation de
la propriWt6 fonci6re, agricole; numerous clausus dans les 6coles, retrait des licences
d'alcool; confiscations, expulsions.






LE PROBLEM SLOVAQUE


pertes, en c&r6ales notamment, et de regrouper son industries
(mitallurgie, textiles...). Les plans de d6veloppement est-
ouest des voies de communications int6ressaient sp&cialement
la Slovaquie : chemins de fer, routes, a6rodromes. De mame,
le canal Oder-Danube devait avoir un embranchement sur
Bratislava.
Au point de vue exterieur, Slovaques, comme Tchbques, se
montraient disposes A graviter r6solument dans I'axe Rome-
Berlin. ( En premier lieu, nous nous efforcerons d'6tablir d'une
fagon durable de bonnes relations avec l'Allemagne... L'atti-
tude de l'Etat A l'6gard de la minority allemande decoule des
lignes directrices de la politique exterieure. ) Dotee d'un secr6-
taire d'Etat, cette minority 6tait appel6e A l'autonomie adminis-
trative, economique et culturelle. Avec la Pologne et la Hongrie,
on voulait des rapports de bon voisinage : en attendant, cam-
pagnes radiophoniques, expulsions, violations de frontieres, in-
cidents locaux, ou la Garde jouait son r6le, se multipliaient avec
Varsovie ce qui avait acclhr6 l'occupation et plus encore
avec Budapest; l'amnistie n'avait guere ramene le came
(Ier janvier) 1. ( En ce qui concern la minority magyare... son
statut dependra de la situation faite aux slovaques en Hon-
grie2.)) Avec tous ces pays, d'importantes n6gociations 6co-
nomiques 6taient en course.
( L'annee qui vient de s'&couler a apport6 au people
slovaque des 6preuves douloureuses et... aussi le succes qu'il
d6sirait 3. ) (( Les ideaux nationaux qu'ils ont cherch6 r6aliser
dans le pass deviennent effectifs dans toute leur 6tendue. Le
droit A l'autonomie de la Slovaquie, droit incorpor6 a notre
constitution... offre A la nation slovaque la garantie de la possi-
bilit6 d'une large evolution politique culturelle, economique
et social 4. ))
Jusqu'oa irait l'autonomie? Si le nouvel ordre des choses
avait permis aux Slovaques de se sentir heureux au sein de
I. Les incidents les plus violent eurent lieu dans la deuxi6me quinzaine de
d6cembre et donnerent lieu le 31 decembre A une manifestation irr6dentiste, pr6sid~e
par M. Sidor, chef de la Garde Hlinka.
2. Hacha. DBelaration aux agencies, 3 d6cembre.
3. Hacha. Message de No1l.
4. Beran. Declaration minist6rielle, 13 d6cembre.







166 SCIENCES POLITIQUES
l'Etat c'eit pu 6tre le debut d'une nouvelle ere de fraternity
entire les deux peuples. Fraternity necessaire si l'Itat voulait
remplir la mission qui 6tait la sienne : < donner A des nations
d'une culture donn6e la possibility de vivre leur vie propre
et non pas seulement de participer A la vie d'un Etat cons-
titu6 par une autre nation1.
Or, les leaders slovaques 6prouvaient le sentiment que
l'autonomie n'etait pas respect6e; ils persistaient dans leur
dessein de construire leur (< Etat slovaque avec tous les attributes
d'un Etat 2 u; ils voulaient l6iminer ceux qui 6taient de trop,
effacer tout ce qui avait port atteinte A leur caractere national;
de plus en plus, ils 6voluaient vers l'independance. Une vive
champagne s6paratiste fut declench6e par MM. Mach et Tuka,
jadis tenants d'une conf6d6ration incluant Baviere, Autriche,
Slovaquie, Pologne, Hongrie, Slovenie, Dalmatie. L'influence
de ces theories l'emportait, malgr6 les craintes de certain
sur la viability de l'ind6pendance slovaque.
Cependant, tandis que les rapports tcheco-allemands se
gAtaient, on estimait non seulement qu'en presence du d6sin-
t6ressement formel des puissances occidentales, le nouvel
Etat devait s'integrer exclusivement dans la sphere de la
politique allemande, mais que le besoin se faisait sentir d'une
communaut6 de travail et d'une synthbse dans cette region 3.
L'Allemagne s'6tait faith octroyer le monopole des prospections
de p6trole, avait 6tabli un consulate general, fond des asso-
ciations culturelles (Hlinka, slovaco-allemande...), obtenu le
libre d6veloppement de sa minority. Ces 128.000 Allemands,
admis h remplacer les Tcheques en certaines functions, rele-
vant de l'autorit6 allemande par leur parti et leurs organi-
sations civiles et paramilitaires, exercaient une fascination
telle que le port de la croix gammee en etait venu a sup-
planter celui de la croix slovaque. Devant la m6sintelligence
hongroise et la reserve polonaise, I'Allemagne apparaissait
comme le protecteur design en cas de difficultis avec Prague.

I. Hacha. Declaration aux agencies, 3 decembre.
2. Sidor (I dec. 1938). Cf. 6galement Tiso (17 d6c.) et declaration gouvernemen-
tale (23 fevr. 1939).
3. D616gu6 au ministare des Affaires Etrang6res, A Prague, 21 f6vrier 1939.







LE PROBLRME SLOVAQUE 167
Une commission mixte avait 6t6 constitute pour r6gler
les litiges touchant le serment, la competence des deligu6s
gouvernementaux et plus encore la participation aux admi-
nistrations centrales. La cruise Eclata a propos de la question
financiere. Bratislava avait vot6 deux fois plus de d6penses que
de recettes et demandait au gouvernement central de boucher
le deficit. Celui-ci y consentait, exigeant en retour l'abandon
des revendications sur le commandement militaire la police,
la gendarmerie, la representation diplomatique et la cessation
de la propaganda s6paratiste, magyarophile, disait-on, de
M. Mach, notamment. Le gouvernement slovaque refusa.
Prague d6cida de sevir, arrkta MM. Tuka et Mach, d'autres
leaders, les chefs de la garde Hlinka, decreta 1'Ntat de siege,
fit purer par la police, occuper par les troupes tcheques.
M. Tiso, accuse d'avoir nigoci6 directement avec Berlin;
MM. Pruzinski, Durcansky et Vanco, suspects de tractations
avec Budapest, furent destitu6s (io mars). M. Sidor, ministry
de l'Int6rieur, repr6sentant au pouvoir central du gouver-
nement slovaque et r6put6 polonophile, tentait de former
un ministbre comprenant M. Sivak. Mais celui-ci, qui repr6-
sentait la Slovaquie au couronnement de Pie XII, refusa
(ii mars) et M. Sidor lui-meme dut repousser les conditions
tcheques : arrkt de la propaganda s6paratiste, disarmement
de la garde et autres formations. La situation 6tait des plus
troubles; vivement encourages par l'Allemagne, des heurts
se produisirent un peu partout entire la population et les forces
tchBques. M. Sidor toutefois, demeur6 h la tate d'un gouver-
nement reduit, obtenait des troupes et de la gendarmerie
tcheques, le relachement des prisonniers, le r6tablissement
de l'autorit6 civil. Le came renaissait (i3 mars).
Mais de Vienne oh il s'6tait refugi6, M. Durcansky menait
champagne contre M. Sidor, l'accusant de trahison et repoussant
tout accord. Du monastere oh il s'etait retire, M. Tiso en
appelait a Hitler. Ce dernier l'invitait a se rendre a Berlin
avec le chef de la minority allemande et le Consul g6n6ral
allemand; il y fut accueilli comme le seul chef d'Etat 16gitime.
I. Les Slovaques voulaient un certain pourcentage d'officiers g6n6raux, de
representants diplomatiques, une gendarmerie, une police slovaques.







SCIENCES POLITIQUES


Fort de cot appui, il regagnait Bratislava et y convoquait
la Dibte qui, le I4 mars, proclamait I'ind6pendance.
Simultaniment, le Reich qui avait enjoint a Prague
de modifier son ministcre, de respecter la libre determi-
nation slovaque et les droits de sa minority, pr6textait
d'incidents pour adresser un ultimatum au gouvernement
tch1que.
II contraignait ses dirigeants a accepted le protectorat
allemand sur la Bohme et la Moravie; il poursuivait aussit6t
l'occupation de ces deux provinces, y ajoutant une partic
de la Slovaquie occidental jusqu'au Vah (Zlina, Puchov,
Miava, Nove Mesto...), nouvelle frontiBre slovaque, et Racis-
tors, faubourg de Bratislava (i5 mars). Le soir mime, M. Tiso
r6clamait la protection du Fiihrer, aussit6t accord6e (16 mars).
Ce sera d6sormais un protectorat d'un type nouveau, proto-
type des futurs protectorats allemands en Europe Centrale.
Protectorat A l'ext6rieur du Reich qui en garantit l'ind6pen-
dance et l'int6grit6. Moyennant quoi, il a le droit, non seule-
ment de fortifier la frontiere tcheque mais de disposer d'une
zone franche coupant le pays d'ouest en est jusqu'aux Car-
pathes, pour y construire, sous 1'autorit6 militaire allemande,
des ouvrages a occuper par des forces allemandes. L'armec
slovaque sera developp6e en cooperation avec l'Allemagne
et la politique exterieure mende en 6troit accord avec le Reich.
La mise au pas totalitaire ne fait aucun doute et l'Allemagne
pourra absorber toute la production : cereales (blW) et 16gu-
mineuses, lin et chanvre, pommes de terre et betteraves,
fourrages, fruits d'une contr~e pour plus de moiti6 devouee A
l'agriculture; s'y ajoutent 732.000 tonnes de lignite, 77.o000 de
fer, 13 de p6trole, d'autres possibilities, dit-on, une industries
encore peu developp6e 2 et a laquelle font d6faut les capi-
taux. Sur pros de 2 millions 1/2 d'habitants, pres de i mil-
lions oo00.000 s'adonnent a l'agriculture, un demi-million a
l'industrie, 13o.536 au commerce. Comme par ailleurs la

1. Inaugur6o la veille par l'occupation de Vitkovice et Moravaska-Ostrova,
nceuds de communication don't on voulait s'assurer le contr6le.
2. M6tallurgie (47.842 t. de fonte, 78.973 d'acier brut), industries Blectrotechni-
que, textiles, bois, paper, alimentation, Defense Nationale.








LE PROBL$'ME SLOVAQUE 169
Slovaquie n'a ni encaisse m6tallique, ni monnaie, ni relations
commercials propres, son integration est assure.
Ainsi est d6membr6e la Tch6coslovaquie. Ainsi a v6cu
l'independance slovaque. Mais la question n'est pas, pour
autant, reglke. La Slovaquie, la seule communication v6rita-
blement praticable entire la Pologne qui avait esp6r6 une
Slovaquie ind6pendante1 et la Hongrie qui a profit des
circonstances pour annexer l'Ukraine sub-carpathique, r6ali-
sant ainsi une frontiere commune mais insuffisante et strat6-
giquement mauvaise. C'est pourquoi elle a fait avancer ses
corps francs (i4 mars), puis ses troupes en territoire slovaque,
ouvrant les hostilit6s centre la Slovaquie, ouvertement soute-
nue par 1'Allemagne.
Ainsi la Slovaquie demeure le pont entire l'Orient et l'Occi-
dent. Et devant que 1'Orient et l'Occident s'y donnent la
main, elle pourrait bien servir de base d'op6rations tant vers
le Sud-Est que vers le Nord-Ouest.
Un adage slave veut que (( si tu ne sais pas htre le frere de
ton frere, tu seras l'esclave de ton ennemi.

N.-P. PERDRIEUX.

i. Nous esp6rons que la Slovaquie sera entifremcnt ind6pendante et r6sistera A
toutes les vis6es, quelle que soit leur origine (Agence Iskra, I5 mars 1939).














PALESTINE 1938


Facteurs 6conomiques et sociaux du conflict jud6o-arabe.

Lord Peel, president de la Commission Royale de Pales-
tine (1936-1937), cite dans son Rapport au Parlement du
Royaume-Uni la phrase suivante que lui ont dite les Arabes
appeles a d6poser devant lui : ( Vous dites que notre situation
s'est amelioree, vous dites que ma maison s'est enrichie grace
aux strangers qui y sont entr6s. Mais c'est ma demeure et
je n'y ai pas invite d'6trangers; je ne leur ai pas demand
de l'enrichir; et peu m'importe qu'elle soit pauvre et nue,
pourvu que j'en reste seul maitre. > Parler dans ces conditions
des facteurs economiques et sociaux du conflict judeo-arabe
semble bien inutile; ce conflict est essentiellement politique;
Arabes et Juifs en conviennent.
Cependant il peut etre interessant de rechercher dans
d'autres domaines que ceux des (( nationalismes a qui se heur-
tent des causes seconds de friction. Derriere l'afirmation
brutale et trop simple de l'incompatibilit6 des ideaux et des
m6thodes de deux peuples 6galement epris de libert- se
cache peut-6tre un jeu plus subtil de facteurs laisses dans
l'ombre. Decouvrir ces facteurs est tAche relativement ais6e;
analyser leur contenu est chose plus delicate. Nous nous
bornerons ici A presenter quelques r6flexions concernant les
facteurs economiques et sociaux du problem palestinien
tel qu'il se pr6sentait en fin 1938; ces r6flexions nous ont et-
inspirees A la fois par le contact qu'il nous a 6t6 donn6 de
prendre recemment avec une Palestine particulibrement agi-
tee, et par la lecture des livres, documents et rapports r6cents
qui traitent de la question palestiniennel.
I. Les quelques 6elments de bibliographic ci-dessous peuvent guider les lecteurs
que la question int6resse, mais ils appellent une reserve essentielle : la grande majority







PALESTINE 1938


I1 serait plus scientifique peut-etre d'operer des distinctions
et sous-distinctions harmonicuses entire les facteurs et leurs
el1ments; une 6tude qui pr6tendrait ktre complete se devrait
d'aborder chaque probleme isol6ment en envisageant tour
a tour les points de vue arabe et juif et parfois celui du man-
dataire. Telle n'est pas notre ambition. Aussi nous contenterons-
nous, apres avoir present quelques remarques indispensables
sur le sujet, d'exposer brievement les principaux griefs 6cono-
miques et sociaux des deux parts en presence et les causes
de ces griefs, dans la measure oi elles sont actuellement discer-
nables.



Si cet article 6tait destined nos heureux freres de l'extreme
Sud americain, les Patagons, nous intitulerions cette pre-
miere parties : ( Pr6cisions sur la Palestine ). Mais chez nous
personnel n'aborde plus le probleme palestinien avec la candeur
que nous pouvons supposed chez les Patagons; id6es toutes
faites, pr6jug6s, erreurs constituent notre bagage d'impres-
sions dites personnelles don't nous tirons les 616ments de nos
jugements quotidiens et sans appel sur les choses et les gens.
Certaines de nos (( fiches ) vieillissent, d'autres ont une origine
douteuse, beaucoup ont besoin d'une revision s6rieuse. Prenons
celles relatives A la Palestine : nous constaterons que pour
un probleme aussi complex elles se r6duisent A quelques-unes;
proposons-nous de les compl6ter en passant en revue les ques-

des auteurs est juive-palestinienne. Pour ecouter des voix arabes il faudrait se r6f6-
rer a des journaux (Falastin, El Liwa, El Djamia el Islamiya) Bcrits en arabe. Seul
Palestine and Transjordan ) est 6crit en anglais et on se le procure difficilement.
i) Rapport de la Commission Royale de Palestine (juillet 1937). S. D. N.
no official :
C. 495. M. 336, 1937. VI. Genvve 3o nov. 1937.
2) A. Granovsky. Land problems in Palestine, 1926 London (S. Routlege and
Sons).
3) A. Granovsky. The land issue in Palestine, 1936. Jerusalem. (Jewish
National Found.)
4) Palestine, its Pioneers, its problems, 1936, 2e 6dit. London. (Hechalutz.)
5) Palestine Labour's case before the royal commission, 1937 London (Naro-
diczky).
6) Political Report of the Executive of the Jewish Agency, 2oe Zionist Congress
at Zurich August 1937 (Jerusalem, 1937).
7) D. Horowitz and Rita Hinden: Economic Survey of Palestine. Jerusalem, 1938.







SCIENCES POLITIQUES


tions majeures don't la connaissance command une saine
appreciation de la situation palestinienne actuelle.
i. La superficie de la Palestine d'aujourd'hui est d'environ
25.483 kilom&tres carr6s; or les dix-huit sous-districts du
pays ont des superficies tres inegales; c'est ainsi notamment
que celui de Bir-es-Seba a 11.872 kilometres carries. Mais
il est presque integralement d6sertique. Conclusion, les
25.483 kilometres carries se reduisent pratiquement A moins
de i4.ooo kilometres carries sur lesquels se deroulent les 6vene-
ments actuels. Et l'on congoit que dans ce microcosme une
population apparemment faible (de l'ordre de I.4oo.ooo habi-
tants en 1938) puisse se trouver a l'6troit, d'autant plus que
la Terre Promise ne brille pas de nos jours par l'abondance
de ses terres fertiles, mais bien plut6t par celle de ses months
et plateaux calcaires1.
2. On pense parfois 6galement que les Juifs, repr6sentant
moins d'un tiers de la population, ne sont par consequent
pas la majority dans le pays, comme les Arabes semblent
le pretendre. On sera cependant tres tent de donner raison
aux Arabes contre la strict math6matique si l'on consider :
a) que la population arabe compete au mime titre que
les populations de nos pays un pourcentage important de
vieillards et d'enfants;
b) que la population feminine arabe ne joue encore
aucun r6le dans la vie politique du pays;
c) qu'au contraire l'immigration juive selectionnie est faite
d'~16ments jeunes (18 A 4o ans) en grande majority;
d) que les femmes juives ont une activity politique, 6co-
nomique et social tres voisine de celle des hommes.
Compte tenu de ces remarques on aboutit a ce r6sultat :
si l'on votait demain en Palestine et en supposant le droit
de vote accord a tous les e16ments ( actifs ) du pays (c'est
le voeu des Juifs), il se d6gagerait sans doute une majority

i. Bien que les comparisons soient dangereuses entire ces pays si diversement
prosperes et pour lesquels nos renseignements sont trWs approximatifs, on peut n6an-
moins remarquer les differences sensibles de density de population qui les s6parent
(nombre d'habitants au km2) : Syrie : 16; Iraq : 8; Arabie : 2,5; Transjordanie : 8;
Palestine : 5o.







PALESTINE 1938


juive. Par ailleurs nul n'ignore que l'instruction est tres
pouss6e chez tous les immigres, tandis qu'elle est le privi-
lge d'une tres faible minority chez les Arabes : d'oi cette nou-
velle consequence : dans une Palestine libre et suppose came,
non seulement le ( Parlement serait de majority juive ou
risquerait de 1'&tre, mais le gouvernement ne pourrait qu'Utre
aux mains des Juifs qui competent seuls dans leurs rangs les
hommes capable de devenir ministres des finances, grands
directeurs de services, technicians. Inutile de pousser plus loin
l'enum6ration des consequences de la sup6rioriLt juive, dans
le cadre d'un Etat d6mocratique et noderne : le social tient
le politique en 6tat.
3. Mais les Juifs ont encore sur les Arabes un advantage
inappreciable : leur unite, ou mieux leur organisation. Non
pas en effet que nous soyons toujours en presence, suivant
une formule trop facile, d'un bloc juif; ce bloc n'existe qu'en
face des problems vitaux de la communaut6 juive, et les
methodes pr6conis6es pour atteindre le but commun sont
l'objet de discussions passionnies; l'organisation est par
contre en tous points remarquablc.
Une autre erreur courante et explicable consiste a consid6rer
les Arabes come formant un autre bloc : sur ce point il fau-
drait des pages nombreuses pour apporter un pcu de lumire :
contentons-nous de donner les conclusions de ces pages:
a) Par Arabe, lorsqu'on parole du problbme palestinien, il y
a lieu d'entendre non seulement les musulmans mais encore
les Arabes chretiens : le ( Falastin ), le journal arabe peut-
itre le plus lu de Palestine, appartient a un Arabe chretien et
est nationalist. A Saint-Jean d'Acre on a vu fonctionner
une association (( Christ et Mahomet ) de defense anti-juive. -
En 1937, le representant des Arabes chr6tiens au Ilaut Comit6
arabe n'a pas cache devant Lord Peel et ses colleagues ses
sentiments patriotiques, et pratiquement tous les Arabes,
musulmans ou chretiens, (( forment une seule entity national
unie ) ayant les inmies int6rits, pr6sentant les mimes reven-
dications tant politiques qu'6conomiques.
b) Par bloc arabe on ne saurait entendre ( fusion natio-
nale reelle de tous les elements de la population : les rivalit6s







174 SCIENCES POLITIQUES
demeurent profondes, parfois sanglantes, entire families, clans
et parties. Les 616ments mod6res les plus aptes a conduire
les n6gociations avec l'Agence juive ou le Gouvernement
sont l'objet d'attentats frequents qui privent la commu-
naut6 arabe d'hommes consciencieux et capable mais que
leur moderation mrme d6signe come victims des extr6-
mistes.
c) A l'ext6rieur, le ( bloc arabe est un bloc sentimental;
car, la Syrie mise A part, les (( Pays arabes ) sont loin de fournir
a leurs frbres palestiniens I'aide d6sir6e, et les Juifs dans ces
pays sont dans une situation souvent satisfaisante. En Iraq,
la Communaut6 israelite tres nombreuse (A Bagdad notam-
ment, l'on advance le chiffre de 120.000) est devenue en majority
iraqienne nationalist; des po6tes juifs 6crivent et publient
dans les quotidiens des vers arabes apprecies. En Egypte,
la press est en grande parties aux mains des Juifs qui se con-
siderent comme avant tout Egyptiens. De son c6te Ibn S6oud,
Roi du Nedj et du Hedjaz, n'a pas accord un soutien aveugle
A ses freres de Palestine; il a meme interdit en janvier 1938
un congrbs musulman qui devait A l'occasion du Pblerinage
se tenir dans la Ville Sainte pour la defense de ce Pays. Par
centre, on ne peut pas pr6tendre que les rois et chefs
arabes et leurs peuples ont manifesto de la joie, bien au con-
traire, lorsqu'ils furent mis en presence de la D6claration
Balfour du < Jewish National Home .
4. On ne saurait non plus oublier quel int6ret les Juifs
de toute la Diaspora d'une part, et tous les Musulmans, de
Java au Maroc d'autre part, portent au problbme palestinien.
Faire de ce probleme une affaire n'int6ressant qu'un million
et demi d'hommes a peine et 25.500 kilometres carr6s de
pays pauvre, serait commettre une erreur aussi grave que
les pr6c6dentes.
5. Pour en terminer avec ces remarques pr6liminaires,
ajoutons que les notions courantes de (( bandes de terrorists n
- ( hors la loi, bandits couvrent plusieurs faits important:
a) Il est certain que les bandes existent et qu'en ce sens la
population dans son ensemble demeure a I'6cart de I'action.
b) Mais elle ressent pour les terrorists une sympathie certain;







PALESTINE 1938


elle les aide, les renseigne; parfois elle leur fournit des hommes
et les d6nonce rarement.
c) Le fanatisme et un instinct guerrier vivace peuvent
transformer en 6gorgeurs les paysans les plus calmes appa-
remment. d) La haine des Juifs semble enracin6e si profon-
d6ment dans les coeurs, come le serait une tradition sacree,
qu'aucun argument ne peut abattre ce pr6jug6 courant, A
savoir : le Juif est ind6sirable en Terre d'Islam; si on l'y
tolre ce n'est qu'A la condition qu'il vive soumis et humble.
Or nous allons voir quelle phalange remarquable de pionniers
la Diaspora a fourni. la Palestine et combien serait erron6e
cette derniere opinion trop courante en France et en Afrique
du Nord d'apris laquelle les Juifs sont tous necessairement
faits a l'image des plus malingres, des plus rus6s, des moins
sympathiques d'cntre eux. Quel people ne possede aucun
de ces etres?
Les Juifs palestiniens ne sont pas faits selon cette cari-
cature. L'eussent-ils Wte d'ailleurs que les Arabes auraient
dedaign6 leur masse, entassde dans les ghettos ou les mellahs.
Mais voici que l'Arabe se trouve en presence d'un homme
sain, droit, 6nergique, d'un homme qui a decide de prendre
en main la charrue et qui ne r6pugne pas a se servir d'un
fusil. Cet homme agit comme chez lui, s'installe et pretend
avoir retrouv6 sa Patrie.



Les Juifs de Palestine possedent pour leur plus grand
advantage une organisation don't il faut dire quelques mots
avant d'aborder les caract6ristiques sociales et 6conomiques
de leur action dans ce pays.
On connait l'organisme centralisateur constitu6par l'Agence
juive, porte-parole official des Juifs immigres. On connait
aussi le Vaad Leumi ou ( Conseil National juif palestinien )
qui s'occupe des besoins g6n6raux de la Communaut6 juive.
On connait moins les groupements specialists qui constituent
la charpente social de l'Eretz Israel naissant.
La F6deration gen6rale du Travail (Histadrut -- c'est-A-







176 SCIENCES POLITIQUES
dire Organisation ) date de 1920. Elle ne s'est pas borne
a d6fendre les int6rfts de ses membres. Elle a tres t6t vis6e
assurer leur recrutement, leur installation, le succes de leurs
entreprises. Elle assure, par example, le contact avec la F6de-
ration international Hechalutz (Le Pionnier); celle-ci former
dans des fermes en Europe et en Am6rique les futurs colons.
L'Histadrut recoit les nouveaux venus et les repartit dans
les secteurs ou les besoins en homes sont les plus urgents.
Par le truchement de l'Association Cooperative dite Hevrath
Ovdim elle contr6le un grand nombre d'organismes : la Banque
des Travailleurs, la Banque de prkts ( Nir n, la Coop6rative
de vente Tnuvah a laquelle toute la Palestine juive agricole
confie le soin d'assurer la vente de ses products, la cooperative
Pardess, pour la vente des oranges a l'Ntranger, une cooperative
de consommateurs (Hamashbir Harnerkazi) qui fournit la
majority des colons en products les plus divers, la cooperative
de construction Shikun, le Centre des cooperatives de pro-
ducteurs, la cooperative de credit, et parmi d'autres encore
le Fonds de Secours Maladie (Kupat Cholim), le Fonds de
ch6mage, une mnutuelle d'assurance (la Hassneh).
La puissance de l'Histadrut resort de cette enumeration;
sa r6ussite est due : en premier lieu A une aide financiere
aussi r6gulire que large; toute la Diaspora a contribu6 a cc
succes; en second lieu, tous les membres de la Fed6ration,
depuis le simple ouvrier jusqu'aux chefs du movement,
6taient anim6s de sentiments remarquables; ils ont fait preuve
de l'horoisme qu'ont habituellement les martyrs des belles
causes; la mystique n'a pas 6t6 ktrangere a ce diploiement
de qualities rares et fecondes. D'ailleurs, et c'est un troisieme
16ement favorable, l'immigration a Wte conduit de main de
maitre : chaque immigr6 est d6sign6 avec soin, compete tenu
de sa valeur personnelle, et il doit poss6der certain moyens
financiers, variables d'ailleurs suivant la cat6gorie d'immigres
oh il a teC rang6. Enfin on ne peut qu'admirer la m6thode
avec laquelle les achats et la mise en valeur des terres ont et6
poursuivis au course des deux dernieres decades par deux orga-
nismes principaux, le Keren Kayemeth et le Keren Hayesod,
Fonds centraux d'acquisition des Terres.







PALESTINE 1938


Quelles sont les caracteristiques sociales de l'activit6 juive
en Palestine? L'un des c6t6s les plus attrayants de l'Ame juive
neo-palestinienne est celui oh se developpe l'amour de la terre.
Il est remarquable que le ( Retour a la Terre constitute l'un
des points fondamentaux de l'experience juive. Ses promo-
teurs ont voulu faire de l'Eretz Israel un pays normal, du
people juif un people comme les autres. Et l'on a vu se produire
cette prol6tarisation volontaire qui fit, des enfants d'un
banquier, d'un avocat ou d'un grand commergant, de simples
ouvriers agricoles, des manoeuvres et de petits colons. On a
vu des brochures 6ditees a Jerusalem intitulees : ( 1'Appel de la
Terre et en sous-titre : ( l'Eternel chant d'amour ). I1 fallait
6viter a tout prix, et on l'a bien senti en haut lieu, que les
Juifs ne forment une ( Colonie surimposde, plaque sur la
Palestine arabe, qu'ils ne constituent une classes de propri6-
taires aises, de marchands sans contact avec le pays, qu'un
movement r6volutionnaire aurait t6t fait de balayer. Mais
les Juifs ont adopt pour devenir des paysans des m6thodes
aussi 6loignees que possible des m6thodes indigenes. Ils
semblent plut6t avoir voulu r6aliser des experiences don't
Robert Owen et Fourier se seraient montr6s fiers. Les phalans-
teres fourieristes proc6daient eux aussi de ce mot d'ordre :
retour a la terre, et le principle cooparatif 6tait A la base de
leur fonctionnement. On ne peut non plus s'empecher de
penser A l'influence exercee sur ces colons par Ruskin et TolstoY.
-- Le programme de renovation social de l'auteur anglais et
la mystique de la Terre du penseur russe transparaissent dans
toute la vie social neo-palestinienne.
Le r6le des femmes juives dans la vie nouvelle revet la
mnme importance que celui des hommes : leurs organismes
specialists fonctionnent sous les memes impulsions; hommes
ct femmes se livrent aux travaux des champs, collaborent
dans les administrations, se retrouvent dans les assemblies,
dans les Conseils. Des 6coles d'agriculture pr6parent les
jeunes filles a leur r61e de fermieres; les journaux et les course
font une large part aux activities f6minines. I1 existe un
Conseil special des Travailleuses; celles-ci construisent des
routes et montent la garde sur les tours de defense des colonies.
SCIENCES POLITIQUES. 12







178 SCIENCES POLITIQUES
- L'activite de la W.I.Z.O (Women's international Zionist
Organisation) et de sa branch palestinienne, la H. N. Z.,
embrasse l'6ducation, l'aide matirielle, la defense des interets
des mbres et des jeunes filles, l'entretien de creches, d'6colcs
pour les enfants, etc...
Dans le domaine cultural notons le developpement d'une
littLrature national d6ej important qui s'alimente aux
sources des plus belles oeuvres classiques occidentales traduites
et adapt6es et qui possede des pontes aussi fameux que
Bialik. Les groups dramatiques (L'Ohel, organism par l'His-
tadrut et l'Habima, professionnel) sont connus jusque dans
nos capitals; les Journaux (le Davar, organe de 1'Histadrut,
le Ha'aretz, et d'autres), quotidiens et hebdomadaires, ont
des tirages variant de quelques milliers a 25.000. Des centres
de culture pour adults fonctionnent, qui permettent aux
immigr6s ignorant l'hebreu de l'apprendre : le Davar imprime
pour eux specialement chaque jour une page en grosses lettres
oh apparaissent tous les signes de vocalisation. A 1'OlIice
de Culture (le Merkaz Letarbuth) il faut ajouter l'organisme
d'6ducation primaire (Merkaz Lechinuch) et l'association
sportive ouvribre (Hapoel).
I1 ne nous appartient pas de traiter ici la question reli-
gieuse. On ne peut cependant passer sous silence l'Ftat de crise
actuel a cet 6gard : le contact de milliers de Juifs allemands
et americains avec des milliers de Juifs du centre de l'Europe,
de Pologne, de Russie, plus religieux qu'eux, fait se poser des
problemes int6rieurs dl6icats don't on ne recueille l'6cho qu'en
p6riodes de came ext6ricur. Parmi les parties politiques juifs
on en rencontre qui ont un programme religieux d6fini :
par example, l'Hapoel Hamizrahi. Cependant dans la litt6rature
un movement assez largement libre penseur pr6vaut; par
contre le Sabbat est respect par tous, au point, par example,
de transformer la vibrant Tel-Aviv en cite recue'llie, sans
aucune circulation automobile du vendredi soir au samedi
soir. Autre detail typique : la coutume des <( mezouza (petits
cylindres de m6tal contenant un passage des Ecritures et
portant le nom de Jehovah grave l'ext6rieur) appliques
sur le linteau de droite des portes est partout observe.







PALESTINE 1938


Cette discipline remarquable, renforc6e par les 6v6nements,
n'empeche cependant pas quelques extr6mistes de manifester
parfois violemment leur r6visionnisme (attaque de l'Agence
juive en f6vrier 1937 par Jabotinsky) et de demander l'asser-
vissement pur et simple de la Palestine par les Juifs; de meme
encore, des Israelites ont r6cemment d6clanch6 une champagne
de contrc-terrorisme dans certaines villes, notamment en
langant des bombes dans des souks arabes. Mais ces exceptions
fAcheuses v6rifient en mnme temps la maitrise parfaite de
l'immense majority des Israelites.
Quelle est, du point de vue Economique la situation des
Juifs?
Traitant du conflict judeo-arabe on n'a pas a retenir ici
la question 6conomique juive dans son ensemble; par centre,
le problem des terres se dresse imm6diatement et s'impose a
l'attention. A c6te de lui et dans la measure oi il s'y rapport
on doit aussi indiquer le probl6me des cultures et celui du
credit, et esquisser le problem industrial sous son angle
surtout social.
M. Granowsky pose en ces terms la question de beaucoup
la plus grave : la Palestine peut-elle absorber une importance
population agricole? Un quart ou un tiers des immigrants
peuvent-ils s'installer sur les terres, A c6tt des indigenes?
La r6ponse est moins aisee qu'il peut sembler et des flots
d'encre ont coul6 pour faire prevaloir telle opinion plut6t
que telle autre sur le point de savoir quelle est au just la
superficie cultivable du pays. Commissions, experts officials et
priv6s, journalists, agents divers, out propose des chiffres
assez diff6rents. On salt que le vaste sous-district de Bir-es-
Seba doit a priori etre kcart6 du calcul; sur les i3.742.ooo du-
nams I restant, 9.200.000 environ sont cultivables en Palestine
central et septentrionale d'apres l'agence juive; cette eva-
luation s'entend des terres proprement palestiniennes et elle
souleve une question incident qui m6rite d'etre au moins
signaled, celle de la Transjordanie : dans l'article 25 du Mandat
il est question ( des territoires s'6tendant entire le Jourdain et
I. Le dunam est une measure agraire qui equivaut sensiblement 920o metres
carries, soil o,o0.0 h'eclare.







SCIENCES POLITIQUES


la frontiere orientale de la Palestine x comme susceptibles
de faire l'objet de ( certaines measures sp6ciales ); mais il
resort de ce texte meme que la Palestine comprenait initiale-
ment ce qui est devenu la Transjordanie (depuis le m6moran-
dum britannique du 16 septembre 1922 a la S. D. N.) Les
Juifs, lors de la D6claration Balfour, comptaient 6tablir leur
Foyer National sur l'ensemble de la Palestine historique
comprenant le pays de l'Est; la creation de la Transjordanie,
en vertu d'une promesse anterieure (dite promesse Mac
Mahon faite au Roi Hussein du Hedjaz pendant la Guerre)
a de6u les Juifs mais elle ne leur a pas, en fait, cause grand
prejudice, ce pays 6tant fort pauvre. Quelques tribus arabes
de Transjordanie septentrionale ont neanmoins fait aux
colons juifs, il y a quelques annies, des propositions pour que
ceux-ci s'installent dans leur region.
En r6sum6, pour l'ensemble de la Palestine et suivant
une estimation large, environ 9.200.000 dunams sont culti-
vables. Mais apres avoir discut6 sur la superficie on discute
sur le sens A donner au mot ( cultivable ). Le Gouvernement
estime pour sa part que 7.200.000 dunams seulement sont
( cultivables ). Mais la question n'est pas dans la valeur
absolue de ces chiffres; une terre assez mauvaise peut constituer
un patrimoine satisfaisant pour une pauvre famille de fellahs;
une famille juive ne peut au contraire subvenir a ses besoins
qu'avec un revenue plusieurs fois sup6rieur; par contre, on doit
tenir compete du fait que la m6thode de culture indigene est
gen6ralement deplorable et exige de grandes surfaces, alors
que la colonisation juive sur des terres de quality moyenne
mais amenddes, tres travaill6es, plant6es en agrumes de
grand rapport, obtient des rendements trBs sup6rieurs.
II faut ajouter que la raret6 des bonnes terres ne pousse
pas seule les Juifs a leur faire rendre le maximum, il faut
aussi computer avec leur prix. Le rachat des terres s'est fait
m6thodiquement et l'or americain a coulk en Palestine pour
constituer des domaines homogenes dans des regions acces-
sibles (cela n'exclut pas l'achat a bas prix de terres malsaines
et mar6cageuses que les Juifs ont assainies). Le problem
en tout cas subsiste partout de faire vivre le plus grand nombre







PALESTINE 1938


possible de colons sur la superficie la plus petite possible.
A l'heure actuelle plusieurs facteurs concourent A la
r6alisation de la combinaison optima : les besoins de la defense
font se grouper les colons dans des fermes qui constituent
en meme temps de vrais petits camps retranch6s; le mythe
sioniste de son cote a fait que la forme de vie phalanst6rienne
est non seulement supportable mais desire par la majority
des Juifs paysans; cette communaut6 de vie de tous les instants,
excellent pour le maintien de la foi commune, tres formatrice
des caracteres, et developpant l'altruisme, r6alise en mime
temps du point de vue qui nous occupe le maximum d'oph6-
limite et le minimum d'inegalites; enfin la culture des agrumes,
1'61evage des volailles et celui de vaches laitieres uniquement
nourries A l'6table exigent des spaces restreints pour un
maximum de rendement peu al6atoire. Mais le maintien de
l'Nquilibre actuel ne peut htre r6alis6 que si ces sp6cialitis
s'6coulent facilement. Et l'on comprend que le double effort
des dirigeants du Sionisme porte tant sur la question des
d6bouch6s des oranges et des autres products (eufs, beurre,
fruits, jus de fruit, legumes) que sur celle de l'extension du
genre de cultures compl6mentaires les plus propres h rendre
aux colonies leurind6pendance economique jusqu'ici totalement
et dangereusement ali6ene au profit de la monoculture.
Un autre aspect du problkme complex des terres est
celui-ci : les fellahs continent a vivre presque uniquement du
maigre produit du sol; les rendements en nature n'ont pas
augment depuis quinze ans puisqu'ils ont conserve les memes
terres et maintenu leur genre de culture; il leur faut toujours
de grands spaces pour faire de mauvaises recoltes. A cet 6gard
l'intiret bien compris des Juifs est d'aider ces indigenes a
obtenir de meilleurs rendements, a faire des agrumes, du
maraichage, a abandonner leurs troupeaux qui exigent de
vastes terrains de parcours : augmenter la productivity du
travail du paysan arabe, ameliorer le rendement de ses
terres, assurer A ses products un d6bouch6 remun6rateur au
mnme titre qu'aux products des Kvutzot (fermes commu-
nautaires) c'est rendre inutilis6s par lui des dizaines de dunams
et le pousser indirectement a s'en d6faire; ils sont, par conse-







SCIENCES POLITIQUES


quent, d'autant plus facilement acquis par les Juifs et cela
augmente d'autant la capacity d'absorption de la Palestine
en 6migr6s. L'indigene y gagne en security, il augmente ses
revenues, done ses possibilities de bien-6tre. Mais si tel est le
principle on constate en fait le plus souvent chez le fellah une
sorte d'intuition de ce manage qui menace de lui faire perdre
un bien sup6rieur aux autres, son ind6pendance; il n'a que
peu de contacts avec la ferme collective juive voisine qui
nourrit une ou plusieurs centaines de personnel sur un sol
deux fois seulement plus vaste que le sien; il n'imite aucune
m6thode, ne suit aucun conseil; tout au plus accepte-t-il de
travailler quelques jours, a la saison des fruits, pour pier ce
qui se passe par delay les < barbells et pros de la tour de guet
qui l'intriguent toute l'annee. Pour lui, demeurer pauvre,
garder sa technique primitive, ses champs presque incultes,
ses troupeaux, c'est faire obstacle A l'avance du Juif. I1
ignore les mots ( bien-ftre >, < revenue assure x, progres ,
terms qui recouvrent un piege que son bon sens lui fait
pressentir.
Enfin, dernier probl6me important : la population arabe
de Palestine croit tres rapidement : elle passe, par example,
de 792.000 ames en fin 193 1 900.000 ames en juillet 1935.
Ce nouveau facteur d'ordre d6mographique n'est pas sans
inquifter les Juifs malgr6 le flot de leur immigration. De plus,
le conflict actuel est un excellent pr6texte que les autorit6s
mettent en avant pour ralentir l'immigration juive, mais il ne
peut diminuer la pouss6e d6mographique intgrieure, de sorte
que les Arabes regagnent en importance numerique la place
que les Juifs semblaient prets a enlever en quelques annees
si le rythme d'immigration de 1933 A 1936 s'6tait maintenu .
Les terres libres dans ces conditions se font de plus en plus
rares et l'expansion juive 6troitement liWe aux achats de terres
devient presque impossible.
Alors que la Paix aurait pu amener une collaboration
agricole judeo-arabe favorable aux deux parties (A ne consi-
dBrer que l'augmentation des revenues pour les Arabes et les


i. En 4 ans : 164.467 Juifs immigr6s officiellement.







PALESTINE 1938


possibilities d'achat pour les Juifs), la lutte actuelle stabilise les
efforts des Juifs, arrete leurs plantations, empeche l'immi-
gration, tandis qu'elle constitute pour les Arabes une victoire
en quelque sorte negative.
On a dit d6jh quel advantage considerable les colons tirent
de l'organisation tant des cooperatives de vente et d'achat,
que des cooperatives de credit. I1 est certain que, sur le plan
technique, les Juifs sont arms dans d'excellentes conditions
pour mener la lutte centre l'isolement economique que le
conflict actuel rend encore plus severe. Toutefois des boy-
cottages de caractere purement politique leur ont d6ej interdit
diff6rents marches int6rieurs et ext6rieurs et les industries
textiles juives de Tel-Aviv notamment subissent une regression
brutale de ce fait.
Si l'on considere uniquement l'activit6 des Juifs sous son
aspect fiscal on s'apergoit que le budget de la Palestine est
aliment6 par les droits A l'importation et a l'exportation
pays en majeure parties par les nouveaux venus; leur genre
de vie d'abord, les n6cessites de leur installation ensuite les
obligent A vivre dans beaucoup de cas de l'exterieur; ils
echangent entire autres avec l'Occident les products de leur
citriculture en contrepartie de machines.
Cette participation juive au budget a permis d'entreprendre
des travaux publics don't l'ensemble de la communaut6
judeo-arabe profit; mais cet argument n'a aucune valeur
pour les Arabes qui ne partagent pas notre engouement pour
tous les progres materials don't ils se sont passes avant l'arrivee
des Juifs et don't ils se d6tournent avec d'autant plus de
fermet6 que ces progres sont acquis au prix d'une alienation
grandissante de leur ind6pendance de jadis : A leur avis les
moyens de communication de tous genres servent centre eux
d'instruments de domination beaucoup plus qu'ils n'am6-
liorent leur sort.


Avant d'6tudier le point de vue social et 6conomique
arabe on peut, a titre de transition, examiner quels efforts
ont 6tW faits par les Juifs pour favoriser un rapprochement







SCIENCES POLITIQUES


judeo-arabe. On a vu d6ja que pour eux l'attitude hostile
des Arabes constituait a tous 6gards le plus grand danger
non seulement pour la vie de leurs colons mais pour la reussite
de leur entreprise dans son ensemble.
On ne peut reliever A notre connaissance aucune activity
politique directed de persuasion ou de detente qui se manifes-
terait par des reunions spontanees entire les responsables des
deux communautes. Sur le plan economique, au contraire, des
ententes ont eu lieu. Ententes entire pro ducteurs arabes
d'agrumes et cooperatives juives de vente notamment, ou
accords agricoles pour faciliter les plantations, ou avoir une
politique commune de l'eau entire propri6taires ruraux et
fermes communautaires. A cet 6gard l'activit6 juive s'est
montree capable de beaucoup de comprehension; mais dans
la measure meme oh se nouaient ces accords l'economie arabe
6volu6e passait sous le contr6le juif au moins pour les d6bou-
ch6s.
Sur le plan social l'effort juif de rapprochement jud6o-
arabe a ete et demeurait jusqu'A ces derniers temps beaucoup
plus grand, et d'autant plus important qu'il 6tait dirig6 de
plus haut. II a port principalement sur les classes laborieuses
arabes des villes. Tres t6t la Federation du travail juive,
frapp6e par (( la misere des ouvriers arabes exploits par leurs
patrons, et sans defense ), se proposal d'organiser une section
arabe de la F6deration. En 1927 le Comite executif de la
(( Palestine Labour League ) proposait ( l'Union de tous les
travailleurs de Palestine, en une seule Federation, quelles
que soient la religion, la race ou la nationality, en vue d'ami-
liorer leurs conditions de vie 6conomique, social et culturelle ).
Les premiers essais d'union ont r6ussi la oi deja existait une
organisation centralisee: chemins de fer, P. T. T. On vit
fonctionner des course de soir et s'ouvrir un club a Haifa
oif vinrent de nombreux ouvriers arabes, ceux-lh meme qui,
en 1932, s'adresserent au Conseil des ouvriers juifs de Haifa
pour r6gler un diff6rend avec leur patron arabe. Le movement
s'6tendit et a Jaffa la majority des dockers 6taient jusqu'en
1936 membres de la Federation Ge6nrale par l'intermediaire
d'une Union autonome reli6e A elle. Les cotisations avaient







PALESTINE 1938


permis la creation de quelques fonds d'entr'aide, de ch6mage,
de grbve meme, et l'on avait entrepris d'organiser le credit
corporatif et l'6pargne.
L'esprit de classes commengait a naitre et les dirigeants
juifs y voyaient le meilleur moyen de s'assurer la sympathie
des masses centre la bourgeoisie et les autorites religieuses,
et meme contre le gouvernement.
Une feuille mensuelle, le <( Haqiqat-el-Amr ), en arabe, fut
cr6ee, paraissant la premiere semaine de chaque mois. On ne
peut sans doute compare l'influence de la press dans les
milieux arabes ouvriers et dans le monde des lettres, mais le
fait d'etre imprim6e, d'etre pr6sent6e en arabe donne a toute
nouvelle une allure d'ind6pendance sympathique, une cer-
taine ( puret6 ) empruntee a son anonymat apparent. Voici
pour donner une idWe sommaire de l'esprit de ce (( Haqiqat )
les titres des principaux articles qu'on peut trouver dans le
num6ro de mai 1938, choisi a dessein quelques semaines
avant les nouveaux troubles de juillet. i. Article de tate :
Adresse a la nouvelle Commission britannique; Echanges de
vues anglo-italiennes au sujet de la Palestine. 2. Chiffres
montrant l'expansion 6conomique de la Palestine. 3. La
persecution des Juifs en Allemagne et en Hongrie; attitudes
americaines et roumaines. 4. Dangers des troubles pour
les Arabes et pour les Juifs du point de vue economique;
occasion qui s'offre aux Arabes de rendre leur pays prospbre
en s'entendant avec les Juifs. 5. Relation d'un discours
prononc6 dans un meeting d'ouvriers arabes A Haifa par un
Arabe, et d'ofi il resort que fellahs et ouvriers sont les plus
touches par la crise economique, ( qu'ils sont men6s par des
chefs absents qui les poussent A provoquer des troubles et
A servir d'huile qu'on verse sur le feu de la rebellion ), a leur
complete detriment. A l'occasion de la fete du travail, en mai,
un autre orateur arabe, un ouvrier, aurait dit : C Ce jour de
fete n'appartient a aucune race, a aucun people. C'est celui
des travailleurs de toutes les Nations, membres d'une seule
classes. Ce que nous cdl1brons aujourd'hui c'est l'unit6 des
travailleurs du monde entier ). Un dernier speaker parla des
relations de ses camarades ouvriers et de lui-meme avec







186 SCIENCES POLITIQUES
les Juifs de leur atelier et se felicita de leur cordialit6.
- 6. Rapport d'un de61gu6 arabe de la Fed6ration du travail
(Comit6 exdcutif arabe) montrant ( quelle force les prold-
taires arabes peuvent trouver dans leur F6edration pour
s'opposer a l'exploitation 6conomique et politique a laquelle
ils sont soumis par ceux qui n'ont pas d'intdret A am6liorer
ces conditions ). Le num6ro de juin du (( Haqiqat-el-Amr )
developpait un plan de l'6mir Abd-Allah pour la solution du
problbme juif; il pr6sentait ensuite un tableau des pertes arabes
en hommes pour 1937-1938 (d'avril a avril), pertes dues A
l'action des bandes; puis venaient des examples de resistance
aux terrorists et d'amiti6 jud6o-arabe (bergers, laboureurs,
semeurs arabes et juifs fraternisent aux champs; en Galilee,
on en voit d6jeuner ensemble pris de leurs charrues, sous une.
meme tente improvise, etc...). Si l'on a tenu A citer ces
titres et quelques passages caract6ristiques, c'est qu'ils ont
une importance ind6niable et une port6e en g6n6ral mal
mesur6e en Europe. On y relive en resume trois idees
pr6sent6es sous forme de comptes rendus ou d'histoires v6cues :
l'unite des travailleurs quels qu'ils soient, la communaut6
d'int6rfts de ces travailleurs, la possibility d'une amiti6
judeo-arabe.
Unite, communaut6, amiti6, tout cela signifie alliance,
action de masse, mais action centre qui? I1 est a peine besoin
de le dire : les ouvriers juifs membres de l'Histadrut, cons-
cients et fiers de leur ( prol6tarisation volontaire ) se dressent
en face de tous ceux qui repr6sentent d'autres interets que
ceux de la classes ouvriere; pregnant la defense de leurs (< frbres
arabes ) c'est aux capitalistes, aux grands proprietaires arabes
qu'ils s'adressent pour reclamer la cessation des abus. Mais qui ne
voit que du meme coup c'est la cause juive tout entire qu'ils
servent. C'est ce qui fait leur force mais aussi leur faiblesse.
Quelle que soit la sinc6rit6 de leurs sentiments pour les travail-
leurs arabes, ceux-ci hesitent a les suivre, et un mot de leurs
chefs religieux suffit pour abattre toutes leurs esp6rances
revenues bientot illusions et tromperies ; il n'y a pas d'int6ret
de classes quand la cause de l'Islam et celle de l'honneur
arahe sont en jeu.







PALESTINE 1938


Signalons un dernier terrain sur lequel un rapprochement
a 6t6 tent entire Juifs et Arabes, celui de l'hygiene : I'organi-
sation Sioniste des femmes am6ricaines, la Hadassah, qui
commenga son oeuvre de bienfaisance des 1913, possede des
h6pitaux, des cliniques, des laboratoires, des sanatoria; elle
soigne les Arabes qui s'adressent a elle et leur ouvre son centre
de radiologie a Jerusalem. De nombreux m6decins itin6rants
avaient 6galement, avant les troubles, maintes occasions
de soigner les paysans.
Ces lignes de transition nous permettent d'aborder
maintenant le probleme particulierement difficile des causes
6conomiques et sociales du conflict actuel, telles que les Arabes
eux-memes les entrevoient.



A vrai dire on ne trouve reunis nulle part les elements de
ce probleme, d'abord parce que les chefs arabes se contentent
le plus souvent d'inciter les gens h la rebellion au nom de la
(( cause national ), sans preciser, et ensuite parce que, eux-
mimes, ressentent confus6ment et demelent assez mal,
tout en les soupgonnant, les raisons economiques et sociales
qui dictent en parties leur attitude hostile vis-A-vis des Juifs.
De plus, alors que l'on peut parler d'une opinion publique
juive assez homog&ne en Palestine, les immigrants 6tant en
tres grande majority des gens cultiv6s ou au moins instruits,
les Arabes se divisent en plusieurs categories tres diff6rentes :
on peut presenter ces categories suivant trois sch6mas prin-
cipaux : I les gens des villes et ceux des campagnes; 20 les
grandes families, les personnages religieux, les bourgeois et
le people; 30 enfin le petit nombre des gens trbs actifs et la
masse qui obit. Tous les Arabes de Palestine rentrent a divers
titres dans l'une ou l'autre des branches de ces trois divisions
sommaires, mais nous ne retiendrons que la second division
socialement la plus tranch6e pour passer en revue les griefs
de ses membres. C'est bien en effect de griefs qu'il s'agit et
l'on apergoit ici un des caractbres de la lutte actuelle des
Arabes : elle est toute negative; ils ne pr6tendent pas construire







188 SCIENCES POLITIQUES
un ordre nouveau comme les Juifs, ils ne promettent rien apres
la victoire, ils veulent seulement lib6rer leur pays de la pre-
sence de ces strangers.
Le bilan de l'activit6 constructive propre des Arabes se
r6duit pratiquement A rien. En face des problems les plus
important leur premiere attitude est toute de refus : refus
de parler devant les Commissions royales, refus de discuter
dans des conferences, refus des plans proposes, refus de colla-
borer dans presque tous les domaines, mnme avec les autorites.
Beaucoup d'ailleurs, instructs par l'experience, basent leur
refus generalis6 sur cette remarque qui ne manque pas de
justesse : les Juifs ont sur nous l'avantage immense de l'ins-
truction, de l'6ducation europ6enne; ils connaissent toutes
les finesses de la dialectique, ils ont pour eux les Capitales
europeennes et americaines, ils savent manier les Parlements;
A quoi bon discuter, surtout lorsqu'on est conscient de son
droit. Et cependant derriere la rigidity de ce masque on peut
lire ou deviner des sentiments et trouver la trace des interets
froiss6s. Sans pr6tendre dresser la liste complete des uns et des
autres on peut presenter un tableau sommaire de quelques-
unes des causes de froissement observes parmi les gens de la
classes ais6e et dans l'aristocratie religieuse.
I. Les (( effendis ) souffrent dans leur orgueil national de
voir leur pays demeurer entire les mains de l'Etranger alors
que lentement Iraq, Syrie, Transjordanie, Egypte ont secou6
ce joug ou sont sur la voie de la complete ind6pendance; alors
que ces pays freres s'6veillent A la vie national les Juifs
envahissent economiquement la Palestine et la dominant
financierement.
2. Sans doute ces (( effendis ) ont vendu eux-memes cer-
taines de leurs terres aux Juifs, mais d'une part ce fut sous la
pression des besoins d'argent dus A l'augmentation du coit
de la vie (r6sultat lui-meme en grande parties de la venue des
Juifs), d'autre part de tres grandes superficies ont Wte vendues
non par des Palestiniens mais par des propri6taires de Syrie
et du Liban.
3. Ces ( effendis ) ont vu leurs fellahs fuir la champagne
pour gagner les centres urbains; l'abandon des terres les







PALESTINE 1938


incita done A vendre leurs propri4tes, mais ils supprimaient,
ce faisant, l'une des sources traditionnelles de leurs revenues.
4. L'autre source 6tait l'interat vers6 par leurs propres
fermiers pour des dettes presque seculaires aux <( landlords ) :
or les fermiers, en vendant aux Juifs, a bon prix, les quelques
terres qu'ils poss6daient A c6t6 de celles de leur maitre, ont
pu se lib6rer de leurs dettes, d'autant plus aisement que les
organismes sionistes d'achat accordaient des facilities pour
ce genre de liberation; le r6investissement de ces capitaux
par les grands propri6taires preteurs n'a pu se faire en temps
opportun et ils furent tres vite entames, tant pour soutenir
la lutte par divers mnoyens presss, propaganda, etc...) que
pour faire face aux depenses croissantes. Ceux qui ont conserve
de bonnes terres et qui ont entrepris la citriculture ont seuls
profit de la hausse des prix des denrees agricoles.
5. Seuls jadis a poss6der une fortune mobiliere important,
A c6t6 de leurs (( latifundia ), les effendis ne peuvent plus
aujourd'hui pr6tendre maintenir leur monopole de preteurs :
les banques, les cooperatives de credit le leur disputent avec
succes, meme aupres des fellahs, a des taux et avec des ga-
ranties qui sont tout A l'avantage de ces derniers.
6. Et ceux-ci, lib6r6s de leurs dettes, peuvent ou bien s'adon-
ner au maraichage ou a la citriculture, ou bien devenir ouvriers
dans les centres urbains; dans les deux cas ils gagnent en
ind6pendance : les effendis ne sont plus les maitres a la fois
seigneurs et cr6anciers, leur prestige a consid6rablement
diminue.
7. De meme leur autorite morale : on a vu le ( Haqiqat-el-
Amr ) proclamer les droits des non-poss6dants, (( poser la
question social ); les ouvriers arabes ont conscience de leur
force et, malgr6 le conflict actuel, ils retiennent quelque chose
des proclamations de la F1d6ration g6ndrale du Travail.
8. Enfin la classes dirigeante se voit petit a petit surclass6e
par la bourgeoisie nouvelle, celle qui r6alise dans le commerce
notamment de gros profits dus en parties a l'accroissement
des besoins, et en parties a l'augmentation de la population.
9. Sur un tout autre plan, celui de la famille, l'aristocratie
musulmane se voit 6galement d6bord6e; I'autorit6 du mari







190 SCIENCES POLITIQUES
et celle du pare subissent des assauts terrible : les enfants
regoivent une education qui n'est d6jh plus traditionnelle,
pour les ainms, les contacts avec l'Occident incarn6 par les
Juifs constituent un grave danger moral et meme religieux;
les (( crises )) ne sont pas rares; les jeunes gens qui rentrent
de Damas, de Beyrouth ou du Caire ot ils poursuivaient leurs
etudes n'ont rien de commun avec leurs pares si I'on met A
part un nationalism farouche et qui, momentan6ment, fait
oublier les causes de d6saccord sur les autres plans. Quant
aux femmes et aux jeunes filles instruites, les 6v6nements du
monde exterieur leur sont souvent mieux connus qu'aux maris
grace aux hebdomadaires qui pinetrent partout sous couleur
de nationalism, grAce A la Radio qui constitute le passe-temps
le plus agreable de celles que l'on croit avoir s6parees du monde
par quelques murs. Le Feminisme egyptien est a l'ordre du
jour; on critique severement la Turquie laique mais on envie
la liberty des citoyennes turques; on m6prise ces Juives qui
labourent et moissonnent, construisent des routes et montent
la garde sur les tours, le fusil en main, mais secretement on
brile du d6sir de les imiter.
Du trouble national, moral, familial qui les agite, les
< effendis rendent tout l'Occident responsible et avec lui les
Juifs. Ne sachant comment entreprendre et mener a bien
le sauvetage urgent de toutes ces valeurs, ils prennent cette
attitude de refus, de negation, qui est une attitude de quelque
maniere douloureuse et sublime si l'on remarque que leur
silence obstine signifie aussi un d6sespoir. Tout cela, certes,
n'excuse aucun des cris de revolte qu'ils ont pouss6s et qui ont
provoqu6 les actes de violence, les assassinats et le brigandage
que l'on sait; du moins cela l'explique en parties.
La bourgeoisie est dans une tout autre position : marchands,
petits entrepreneurs, employes et gens de lois augmentent
en nombre et en importance. De 1923 A 1928, 1373 entre-
prises arabes furent cr66s; de 1931 a 1937 on en compete
529 nouvelles. Ce ddveloppement est en grande parties du A
celui des villes (1922 : 139.074 habitants musulmans des villes,
1936 : 229.000). Mais les petits propri6taires de plantations
d'agrumes peuvent egalement figure parmi les bourgeois;







PALESTINE 1938


certaines families d'anciens ( landlords peuvent y 4tre
6galement assimilkes apres la vente de la majority de leurs
terres.
Par centre, l'industrie arabe tend a disparaitre soit sous
l'action de l'industrie juive concurrente infiniment mieux
organisee, soit du fait de la suppression de l'usage de produits
traditionnels :le fer et le caoutchouc, par example, ont remplac6
le bois, l'argent, l'6tain et le cuir qui 6taient travailles sur
place. Les problemes soulev6s par l'apprentissage, le manque
de compagnons, le prix des matieres premieres sont autant
de questions que l'artisan et les corporations affaiblies renon-
cent a r6soudre. Et lorsqu'on vient demander a ces gens des
souks les causes du marasme de leur m6tier, comment s'6tonner
de la r6ponse : la faute en revient aux Juifs. De l1 a songer A
preparer un movement de protestation, puis A d6clancher
une action plus violent, il n'y a qu'un pas. C'est parmi les
ouvriers des souks que se trouvent les meilleurs agents du
crime anonyme >; les representants officials des diff6rents
parties recrutent ainsi aisement leurs hommes don't le macon-
tentement est le meilleur gage d'activit6.
Enfin au dernier echelon, le people; celui des villes et celui
des campagnes; nous avons dit quel sort 6tait r6serv6 A ce
dernier. L'on doit seulement ajouter a son sujet que la ques-
tion des (Arabes sans terres ) ne pr6sente aucun caractere de
gravity. Le chiffre total des Arabes ayant d6clar6 ne plus avoir
de terres a cultiver a atteint 3.271 (au ier janv. 1936), mais
un cinquieme seulement des declarations m6ritaient cr6ance;
et le gouvernement a reinstall d6ja plusieurs centaines
de ces Arabes sur des terres achet6es par lui. L'ouvrier des
villes, ancien fellah, fait parties de la derniere n6e des cat6-
gories que nous examinons; la nouvelle, l'industrie arabc,
mais surtout juive, a provoqu6 cette naissance et I'on compete
aujourd'hui plus de 70.000 ouvriers arabes en Palestine; ils
regoivent des salaires superieurs, en general, A ceux pourtant
6lev6s que l'on rencontre au Liban; ils touchent de 20 A 30 %
de plus qu'en Syrie et de 5o A 75 % de plus qu'en Iraq. Toute-
fois ces salaires nominaux 6lev6s (de 15o A 600 mils en 1938)
ne doivent pas faire oublier que le coAt de la vie en Palestine







192 SCIENCES POLITIQUES
est tres sensiblement sup6rieur a celui des pays voisins.
Ouvriers agricoles juifs et arabes travaillent parfois
ensemble, mais les Juifs, A travail egal, touchent un salaire
sup6rieur a celui des Arabes aussi bien dans l'agriculture que
sur les chantiers juifs : il y a l1, semble-t-il, une contradic-
tion flagrante avec les principles 6galitaires de l'Histadrut.
Sans doute, mais les faits sont plus forts que les principles :
on ne pouvait songer a payer A l'immigrant juif, habitu6 A
un niveau de vie voisin du n6tre, le salaire d6termin6 sur place
par le jeu de l'offre et de la demand de travail indigene;
on ne pouvait pas davantage payer aux Arabes des salaires
6gaux h ceux des Juifs; 6conomiquement en effet c'eft Wte
grever l'industrie d'un poids 6norme, et l'Arabe se serait con-
tent6 de travailler 2 ou 3 jours par semaine, puisque son salaire
de 2 ou 3 jours lui aurait suffi pour vivre sans rien faire le
restant de la semaine. C'est l1 un ph6nomene bien connu aux
colonies et qui rend illusoire toute politique syst6matique et
bienveillante de hauts salaires.
Pour se faire par ailleurs une idee exacte des revenues de
deux families, l'une juive, l'autre arabe, il ne faut pas oublier
que beaucoup de femmes juives rapportent au foyer un
salaire souvent egal a celui de leur mari; la femme arabe
n'exerce encore qu'exceptionnellement une activity r6munir6e
et permanent A l'ext6rieur.
Nous avons dit d6ji de quels essais de rapprochement
ces ouvriers arabes ont Wte l'objet de la part des organismes
ouvriers juifs; ces tentatives ont finalement kchou6 a cause
de intervention des leaders nationalists arabes qui se sont
places sur les plans politique et religieux pour d6noncer
la ( manoeuvre juive ) et reclamer l'union dans un meme et
seul Islam de tous les freres arabes.

I. Moyenne du gain journalier en 1937. Juifs Arabes
(en mils)
Ouvriers des carrieres .............. 353 Igo
M enuisiers ......................... 371 272
M asons ........................... 53 425







PALESTINE 1938


Si l'on voulait r6sumer et presque caricaturer 1'attitude
des Juifs et celle des Arabes en face de ces problhmes 6cono-
miques et sociaux on pourrait le fair, sans rien oublier de
leur tragique actuality, en imaginant cette simple conversation
et en reproduisant cette r6ponse : la conversation d'abord.
Les Juifs frappent a la porte de la Palestine, une voix arabe
r6pond : ( La maison est pleine ) (probl&me des terres et de la
population croissante). Lcs Juifs insistent : (( Nous construirons
des stages et vous serez mieux que dans cette vieille maison )
(problbmes de la culture intensive juive et de l'am6lioration
du sort des Arabes). Et maintenant la r6ponse; c'est celle par
laquelle nous avons commence ces quelques pages, et qui fut
faite par des Arabes devant la commission Peel. ( Vous dites
que notre situation s'est amilior6e, vous ditcs que ma demeure
s'est enrichie grace aux strangers qui y sont entris. Mais
c'est ma demeure ct je n'y ai pas invite d'6trangers; je no
leur ai pas demand de l'enrichir; et peu m'importe qu'elle
soit pauvre et nue pourvu que j'en reste seul maitre ).
On peut difficilement imaginer fin de non-recevoir plus
caL~gorique, volont6 plus aveuglement obstinee de resistance,
et cependant la foi des Juifs dans le succes final de leur gigan-
tesque entreprise demeure in6branlable et leur pers6v6rance
est non moins obstinde dans la voie d6jh tracee. Quelle solution
humane trouv6e A ce probleme, quel denouement heureux
a ce drame? La parole est a la Grande-Bretagnc.
Janvier 1939.
HUBERT MONTRIBLOUX.


SCIENCES POLITIQUES.

















CHRONIQUES


1. La vie politique et international.

Comme le faisait pr6voir notre derniere chronique, on n'a constat6
depuis deux mois aucun affaiblissement de la situation int6rieure du
cabinet Daladier. En toutes les occasions oPi il lui a fait appel, la majo-
rit6 qui le soutient a la Chambre s'est retrouvec la meme. Les 6lctions
partielles ont sauf a Angoulme le 2 avril Wte marquees par un
gain sensible de voix pour les candidates favorables au gouvernement,
et par des pertes parfois consid6rables pour ses adversaires socialists
et communists.
Lorsque au milieu de mars la situation extericure s'est brusquement
tendue, apres la mainmise du Reich sur la Boheme et sur la Moravie,
M. Daladier a pu en quarante-huit heures, et sans difficulty s6rieuse,
obtenir des Chambres pour plus de huit mois la d6 6gation de pouvoirs
qu'il jugeait n6cessaire afin de disposer de moyens d'action aussi rapides
et aussi efficaces que ceux des gouvernements totalitaires. Les decisions
qu'il a prises ensuite en ce qui concern la dur6e du travail dans les
entreprises travaillant pour la defense national n'ont provoqu6 aucune
opposition dans les milieux ouvriers et dans les syndicats.
L'Blection pr6sidentielle du 5 avril, enfin, qui, comme le souhaitait
le President du Conseil, a renouvel6 le mandate de M. Albert Lebrun,
n'a pas, quoi qu'aient pretendu les chefs de l'opposition, constitu6 un
Schec, meme moral, pour le gouvernement; sans doute le Pr6sident
de la Republique, qui a obtenu 506 voix sur 9io votants, n'a W6t 6lu qu'%
une majority relativement r6duite. Mais ceux sur qui se sont portes
les suffrages de l'opposition MM. Bedouce, Cachin, Herriot (non
candidate) et Justin Godart n'ont r6uni h eux quatre que 328 voix,
et ce chiffre ne d6passe gubre celui des adversaires connus du gouver-
nement h la Chambre et au S&nat Il y a cu d'autre part a Versailles

i. Le 18 mars, A la Chambre, I'amendement Lapie au project de plains pouvoirs,
amendment repouss6 par le gouvernement, avait recueilli 272 suffrages. Parmi
les abstentionnistes et les d6put6s en conge, on relive en outre 21 noms d'adversaires
connus du gouvernement. Au S6nat, le 19 mars, I'amendement Boully avait obtenu
26 suffrages. Ce qui donne, dans les deux assemblies, un total de 319 adversaires
de M. Daladier.








LA VIE POLITIQUE ET INTERNATIONAL 195

6 bulletins blancs ou nuls, et 70 suffrages attribu6s h des non-candidats,
tous mod6ers ou radicaux de gouvernement. Il est permis de presumer,
6tant donnee la personnalit6 de ceux qui, a Versailles, ont fait champagne
contre la r6election de M. Lebrun, que ces 76 bulletins perdus 6ma-
naient de la droite de la majority plut6t que du group radical de la
Chambre. Ceux qui faisaient cette champagne 6taient en effet bien loin
d'etre des tenants du Front populaire; leur attitude tenait plus a des
combinaisons de personnel qu'h des motifs v6ritablement politiques,
et les suffrages qu'ils sont parvenus a faire perdre h M. Albert Lebrun
ne doivent aucunement 8tre consid6r6s comme hostiles au cabinet
Daladier.
On a done le droit d'esp6rer que c'est encore sous le signe de la
stability que se d6roulera, a partir du i mai prochain, la second
parties de la session ordinaire des Chambres.

*


I1 convient d'autant plus de se feliciter de voir la situation poli-
tique int6rieure de la France serieusement assainie que la situation
international, aux approaches du printemps, s'est brusquement tendue
de nouveau, et provoque A la date oft nous 6crivons des inqui6tudes
presque aussi graves qu'en septembre dernier.
Apr's trente-deux mois de luttes violentes, la guerre civil espagnole
a pris fin par l'effondrement des dernieres resistances r6publicaines.
Aprbs la chute de Barcelone, M. Negrin avait regagn6 Madrid et cher-
chait a reprendre la lutte. Mais les contacts 6tablis entire Paris et Burgos
par les deux missions de M. Leon B6rard aboutirent, le 27 f6vrier, a
la reconnaissance de jure du gouvernement Franco par la Grande-
Bretagne et par la France, et le jour mnme oiu cette reconnaissance ffit
rendue publique M. Azana, rest en France depuis l'envahissement
de la Catalogne, adressa a M. Martinez Barrio, president des Cortes,
sa admission de President de la R1publique. Quelques jours apres,
le 5 mars, le gouvernement de M. Negrin fit renvers6, h Madrid, par
un (( conseil de defense , don't les personnalit6s les plus marquantes
etaient un socialist modhr6, M. Juan Besteiro, et un officer de carriere,
le colonel Casado. Le g6enral Miaja se rallia tout de suite a ce mouve-
ment, qui se donnait pour but la conclusion d'une paix honorable.
Pendant une huitaine de jours, le colonel Casado s'employa essentiel-
lement a briser un soul6vement des communists favorables a la
continuation de la lutte. Puis il engagea avec le g6enral Franco des
negociations sur lesquelles on est mal renseign6; officiellement elles
n'aboutirent pas. Mais le colonel Casado et le general Miaja quitterent
bient6t Madrid, qui fut occupee sans combat par les troupes nationalists
le 28 mars. Valence tomba le 29. Dans les quelques jours qui suivirent,







196 SCIENCES POLITIQUES

tout le reste du territoire espagnol passa sous le contr6le du gouver-
nement de Burgos. On a appris, le 9 avril, que celui-ci a donn6 d&s le
27 mars son adhesion au pacte antikomintern; il est possible qu'il
decide prochainement le retrait de l'Espagne de la Soci6t6 des Nations.
Si l'on ajoute que le Mar6chal P6tain, nomm6 ambassadeur de
France aupres du gouvernement nationalist, n'a Wte admis h presenter
ses lettres de cr6ances au g6enral Franco qu'apris neuf jours d'attente,
et que les n6gociations engages par ses soins pour le rapatriement des
r6fugies espagnols actuellement h6berg6s par la France n'ont about
a aucun r6sultat appreciable, on mesurera les difficulties que risque de
causer a notre pays le triomphe d6finitif d'un gouvernement don't les
liens publiquement affich6s avec ceux des pays totalitaires ne parais-
sent malheureusement guere avoir Wte relich6s par une victoire don't on
aurait voulu esperer qu'elle lui permettrait de se lib6rer d'une emprise
difficilement compatible avec les traditions castillanes d'ind6pendance
et de fierte.
Avant meme la pacification complete de la p6ninsule iberique,
l'Europe Centrale avait Wt le th6etre d'un nouveau coup de force
allemand, en contradiction directed avec les justifications racistes
donn6es jusqu'ici h l'expansion germanique, et en violation manifesto
des accords de Munich et des declarations anglo-allemande de septembre
et franco-allemande de d6cembre : des difficulties se produisaient depuis
quelque temps entire le gouvernement de Prague et celui de Bratislava,
qui paraissait acquis b une secession de la Slovaquie. Le 0o mars, Prague
r6voqua plusieurs ministries slovaques, notamment le president du
Conseil, Mgr Tiso. Celui-ci fit appel h la protection du Reich, qui lui
fit convoquer pour le i4 mars la DiBte slovaque afin de proclamer
l'ind6pendance de la Slovaquie : cette proclamation fut d'ailleurs suivie
d'un appel A la protection allemande qui donne h ce mot d'ind6pen-
dance un sens assez particulier. En m8me temps, le Reich massait
plusieurs divisions a la frontiere de Boheme. MM. Hacha et Chwalkowsky
se rendirent a Berlin le 14 mars; dans la nuit du 14 au 5 ils furent
contraints par cette menace d'invasion sanglante de ( remettre le destin
du people et du pays tcheques entire les mains du Fiihrer allemand ).
Le 15 au matin, les troupes allemandes envahirent sans resistance la
BohAme et la Moravie, qui ont Wte transform6es depuis en (( protectorat )
du Reich, avec un semblant d'autonomie administrative. Quelques
jours apres, la Hongrie, qui d6s le 14 mars avait somm6 Prague de retire
ses troupes d'Ukraine carpathique, et imm6diatement entrepris centre
ce pays une action militaire, en avait achev6 la conqufte, et, avec
l'assentiment au Reich, r6alisait la frontiere commune avec la Pologne
qu'elle avait vainement r6clambe en octobre.
Mais la mobilisation de l'arm6e hongroise servait h Berlin a faire
pression sur la Roumanie, pour imposer, le 23 mars, la signature d'un
accord economique germano-roumain qui, donnant notamment au Reich








LA VIE POLITIQUE ET INTERNATIONAL 197

la possibility d'exploiter a son profit de nouveaux puits de p6trole,
et consolidant sa part dans la production actuelle des puits existants,
marque un progres tres sensible de l'emprise 6conomique de Berlin
sur Bucarest.
Entre temps, le 22 mars, l'Allemagne obtenait de la Lithuanie,
toujours sous la menace de l'invasion, la r6trocession du territoire de
Memel, ou ses troupes firent leur entree le 23.
En huit jours le Reich avait done, sans rencontrer de resistance
effective, r6alis6 en direction de l'Est une nouvelle tape, annexant
de riches territoires industries, et obtenant de la Roumanie, grAce a
la pression exerc6e sur elle par son alli6 hongrois, des avantages sub-
stantiels, tant.au point de vue economique qu'au point de vue strat6-
gique.
Quelles ont Bte les causes profondes de cette brutale remise en ques-
tion des principles sur lesquels s'6tait fait a Munich l'accord de sep-
tembre? Il est difficile de les discerner avec certitude. On a dit que
le Reich avait un besoin urgent de l'or depos6e la Banque Centrale de
Tchecoslovaquie. D'autres pensent et pareille interpretation est
celle qui justifierait les pires apprehensions que cette action mili-
taire t6moigne avant tout de la necessity qui s'impose pour les dicta-
tures d'obtenir p6riodiquement, et par la force brutale, les succ6s poli-
tiques indispensables a leur prestige. Quant au Reich, la justification
officielle qu'il a donn6e de son action reside dans la th6orie de 1' ( es-
pace vital ) qu'il a le devoir d'ouvrir par tous les moyens aux besoins
de la nation germanique. Au moment oI le coup de force allemand
a Wte perp6tr6 sur la Boh6me, une mission 6conomique frangaise se
trouvait h Berlin, une mission anglaise allait l'y rejoindre. Les d6mo-
craties occidentales 6taient done sur le point de chercher a 6tablir
avec l'Allemagne des accords economiques qui, pensaient-elles, lui
auraient enlev6 tout pr6texte a se consid6rer plus longtemps en Europe
comme une nation sacrifiBe. I1 semble done que cette justification
par la theorie de ( l'espace vital ) soit une pure et simple duperie. Cepen-
dant, cette ouverture de n6gociations economiques avait 6t6 prce6d6e
d'une action trbs active de l'Angleterre, et, dans une moindre measure,
de la France, dans le Sud-Est europ6en. Les positions 6conomiques
privil6gi6es que l'Allemagne s'est taill6es dans cette region depuis
quelques ann6es par des accords de ( troc s lui ont peut-6tre paru
menacBes. II lui a sembl6, si cette hypoth6se est exacte, que seule
une action militaire nouvelle, par la crainte qu'elle inspirerait h ses par-
tenaires, lui permettrait d'y maintenir une preponderance 6conomique
don't il semble qu'elle attended plus d'avantages que d'accords conclus
avec Londres et Paris, et qui, pour atteindre leur plein d6veloppement,
auraient sans doute Wte subordonn6s a une convention de limitation
des armements.
Quoi qu'il en soit des raisons qui sont a l'origine de cette nouvelle








1i9 SCIENCES POLITIQUES
expansion allemande, elle a provoqu6 dans le monde de profondes
reactions. La Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis ont refuse
de reconnaitre l'annexion au Reich de la Boheme et de la Moravie;
les gouvernements de Londres et de Paris, comme celui de Washington
h l'automne dernier, ont rappel6 (( en consultation ) les ambassadeurs
qu'ils entretenaient a Berlin. M. Hitler a rappel6 de mnme ses ambas-
sadeurs, et la press allemande s'est dechainme centre 1' ( incompr6-
hension s des d6mocraties.
Des la semaine qui a suivi le coup de force du Reich, et profitant
de la presence h Londres de M. Georges Bonnet qui avait accompagn6
le President de la RBpublique, venu rendre au roi George VI sa visit
de l'ann6e derniere, le gouvernement britannique entreprit de vastes
consultations diplomatiques destinies h ressusciter la security col-
lective en 6tablissant entire tous les pays menaces, ou susceptibles
d'etre menaces d'une aggression des puissances totalitaires des obli-
gations d'assistance mutuelle, auxquelles la Grande-Bretagne et la France
auraient egalement particip6. Il semble que ces n6gociations se soient
heurt6es a certaines difficulties, dues au fait que l'efficacit6 d'un tel
systeme serait subordonnee a la participation militaire de l'U. R. S. S.'
a laquelle ses voisins immediats, comme la Pologne et la Roumanie, sont
hostiles, et h la crainte 6prouv6e par certaines des puissances en cause
d'attirer sur elles les foudres de l'Allemagne en participant h une
combinaison diplomatique qu'on qualifiait a Berlin d' ( encerclement
provocateur s du Reich.
Rien n'6tait done encore conclu lorsque a la fin de mars, les relations
germano-polonaises entrerent dans une phase de tension aigue, mani-
festee par des concentrations de troupes allemandes sur la frontiere
et par l'appel de r6servistes en Pologne. Sans attendre la conclusion
des n6gociations en course, M. Neville Chamberlain crut n6cessaire, le
vendredi 3i mars, dans une declaration a la Chambre des Communes,
d'accorder a la Pologne la garantie unilaterale de la Grande-Bretagne.
Le colonel Beck, ministry des Affaires Etrang6res de Pologne don't
le voyage 6tait d'ailleurs pr6vu depuis longtemps se rendit h Londres
la semaine suivante; aucun accord ne fut cependant sign, la Pologne
ayant, semble-t-il, avant de preciser la forme diplomatique de son
entente avec Londres, pr6f6r6 se laisser la possibility de r6gler directe-
ment son diff6rend avec Berlin, qui parait porter sur le regime de
Dantzig, sur la construction d'un autostrade a travers le couloir polo-
nais et peut-Utre sur la cession au Reich de certain territoires acquis
au detriment de la Tchecoslovaquie en septembre dernier.
Quant a la garantie 6ventuelle h accorder par la Grande-Bretagne
et la France a la Roumanie, rien n'est encore officiellement conclu
a la date oii nous 6crivons.
Si la fin du mois de mars a 6t6 consacr6e par l'axe Rome-Berlin
SIl'expansion allemande, le debut d'avril a vu se preciser l'action




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs