• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Advertising
 Table of Contents
 Cours de defense nationale de l'ecole...
 Quelques donnees sur la question...
 La vie universitaire en Nouvelle...
 L'industrie textile francaise
 La vie politique et internatio...
 La vie economique et financier...
 Comptes rendus critiques
 Chronique de l'ecole
 Back Cover














Title: Sciences politiques.
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00089408/00001
 Material Information
Title: Sciences politiques.
Physical Description: Book
 Record Information
Bibliographic ID: UF00089408
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Advertising
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
    Table of Contents
        Page 1
    Cours de defense nationale de l'ecole libre des sciences politiques
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    Quelques donnees sur la question ukrainienne
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    La vie universitaire en Nouvelle Angleterre
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    L'industrie textile francaise
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
    La vie politique et internationale
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    La vie economique et financiere
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    Comptes rendus critiques
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    Chronique de l'ecole
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
    Back Cover
        Page 114
Full Text

SCIENCES

POLITIQUES



12
Fevrier 1939


3o~r 1<


RECUEIL SIREY
PARIS








La revue Sciences Politiques est la continuation de la Revue des
Sciences Politiques, publiee de 1911 A 1936, et qui avait elle-meme
succed6 aux Annales des Sciences Politiques, fondues en 1886.
ElIe parait six fois par an, en fascicules in-8 de 96 pages au moins.


Pour ce qui concerne la r6daction de la revue, s'adresser A M. Fran-
gois Goguel, secr6taire general du Comitd de Redaction, 27, rue Saint-
Guillaume, Paris (VIIe).
Les auteurs non avisgs dans le delai de trois mois de l'acceptation
de leurs manuscrits peuvent les reclamer au seeretaire general pendant
un an.


La revue decline toute responsabiliti pour les-opinions emises dans les
articles qu'elle public.


La revue est adressee gratuitement aux membres de la Soci6t6 des
Anciens ElAves et 9Elves de 1'Ecole Libre des Sciences Politiques, recon-
nue d'utilit6 publique, 27, rue Saint-Guillaume, Paris (VIIe). Ceux-ci
sont pri6s de bien vouloir aviser le secretariat general de la Socifte de
leurs changements d'adresse.


Pour tout ce qui concern la publicity dans la revue, s'adresser au
SERVICE DE PUBLICITY DE LA REVUE ET DE L'ANNUAIRE DES SCIENCES
PoLrrIQUEs, 27, rue Saint-Guillaume, Paris (VIPI).
19
Pour tout ce qui concern administration de la revue, s'adresser A
la LxmAIRIE DU RECUEIL SIREY, 22, RUE SOuVTLOT, PARms (Ve), d6po-
sitaire pour la France et l'Atranger. Compte de chbques postaux, Paris
no 3319.
Prix de 1'Abonnement d'un an :
France..... 40 francs.
48 francs (pays signataires de l'accord
Etranger... de Stockholm).
60 francs (autres pays).


Tous droits reserves pour la France et l'stranger.




*AIR FRANCE*
RESEAU AEPIEN MONDIAL


SPASSAGERS POST MESSAGE RI ES -









Pour 2os oyages

Adressez-vous aux

AGENCIES
ET
Bureaux de Renseignements
DES CHEMINS DE FER FRAN(AIS

Vous y trouverez
UNE ABONDANTE
DOCUMENTATION TOURISTIQUE ET
TOUS RENSEIGNEMENTS
sur les horaires
les prix des differences sortes
de billets
les services d'autocars des
Chemins de fer frangais
Vous pourrez
PRENDRE VOS BILLETS
LOUER VOS PLACES
DEMANDER L'ENLEVEMENT ET LA
LIVRAISON DE VOS BAGAGES A DOMICILE
et vous assurer ainsi
ECONOMIC CONFORT AGREEMENT




SNCF
SOCIETE NATIONAL DES CHEMINS DE FER FRANAIS








LIBRAIRIE DU RECUEIL SIREY
(Socidte anonyme) 22, rue Soufflot, PARIS-Ve


LE MOVEMENT DES GRAINS DANS LE MONDE
par Paul VAN HISSENHOVEN
Docteur en Scienlces commercials
Ancien Juge et President de Chambre au Tribunal de Commercel d'Anvers
prdface de Paul HEYMANS
Mlinistre des Affaire econoI liqusL des Classes moVynnes et de 1'Agriculture

let, ouvrage, contenant 2 cartes, (9 formulaires encertds et 17 planches hors texte,
constitute la 3. edition, entierement refondue, complte6e et mise a journ. des dleux
lives du ineme auteur :
LES GRAINS ET LE MARCH D'ANVERS
(677 pages) public en 1910, et
LE COMMERCE INTERNATIONAL DES GRAINS
(61io pages) public en 1l(!3

1938. Un fort volume grand in-8 de 8.8 pages, broch . . . . . ... 215 ft.

Madeleine DEGON
Lauiirate de I'Instlitut de France
l)pl6m e de I 'luslitut des Hlaunes Etudes Internationale,


LE CREDIT AGRICOLE
SOURCES -FORMES- CARACTERES-FONCTIONNEMENT
EN FRANCE ET DANS LES PRINCIPAUX PAYS
prdface de M. Gaetan PIROU
I'l'fes- ur ai la Facullt de Droit de 1'I nilersilc de Paris

Ouvrage couronne par l'Acad6mie des Sciences Morales et Politiques
Honor d'une souscription de la Caisse Nationale de Credit Agricole

1J39.'. Ill volume e igralld ill-8 de 7S pages,. Iochd .. . . . . 50 Ir.

CRI D'ALARME

LA FOLIE ET L'ALCOOLISME DANS LA SEINE
par E. RAIGA
PR IX . . . . . . . . . . . . . . . . 3 fr. 5 0

L'OUVRIER ALSACIEN ET L'EXPIRIENCE
DU FRONT POPULAIRE
par A. BRAUN
PR IX . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 ftr.

UN FERMIER GENERAL SOUS LE CONSULATE ET L'EMPIRE
par A. COTTEZ


. . . . . . . . . . . . . 7 0 fr.
f*4


PRIX .








LA COMPAGNIE D'ASSURANCES GENERALES SUR LA VIE
Entreprise priv6e r~sie par la loi du 17 Mars 1905. Fond6e en 1819
EST LA PLUS ANCIENNE DES COMPANIES FRANCAISES

Elle a, depuis son origine, assure : 10 milliards 961 millions en Capitaux
Elle sert annuellement : 71 millions en Rentes Viageres
Fonds de Garantie : 1 milliard 608 millions

Rentes viageres aux taux tris avantageux des derniers tarifs autorisis

Toutes combinaisons d'assurances concernant : Dot Retraite Succession, etc...
Registre du Commerce : Seine N" 39.802

Pour tous renseignements, s'adresser :
Au Siege Social de la Compagnie, 87, Rue de Richelieu, PARIS
ou a ses Reprisentants en province




CHOQUE
ARTISAN DU VETEMENT
RUE AUBER
(Angle des rues Caumartin et des Mathurins)
PARIS


VETEMENTS CIVILS ET MILITAIRES
HOMMES & JEUNES GENS

Rayons sp6ciaux : PRET A FINIR & SUR MEASURE "

TAILLEURS et MANTEAUX
Classiques et Sport POUR DAMES
REMISE DE 5 o', non cumulative
aux Membres de I'Association sur presentation de leur carte








ETmTS j


ZELL


INSTALLATIONS SANITAIRES COUVERTURE CHAUFFAGE CENTRAL
9, Rue du Delta, PARIS (9e)
Telephone Trudaine 02-22 et 5 lignes groupies
Pour I'installation ou le rajeunissement de votre salle de bains
visitez le Magasin d'Exposition
24, boulevard Malesherbes


SOCIETY INDUSTRIELE D'APPICAIONS MCAHIN OES
Socidtd Anonyme au capital de 2.200.000 francs
2 et 4, Passage d'16na, LEVALLOIS-PERRET (Seine)


CHAUFFAGE AUTOMATIQUE
PAR BRULEURS A
BRULEURS A MAZOUT


CARBON


DISTRIBUTEURS D'ESSENCE



CREDIT NATIONAL
Socidtd anonyme au capital de 100 millions
R. C. Seine 28.531
45, rue Saint-Dominique PARIS (7)
IIi Ii IIIIII 11/

PRETS
a moyen terme au commerce et a l'industrie
illil llllllll

Ces Pr8ts don't le montant maximum ne peut depasser 15 millions
doivent ktre garantis par une des sfiretes principles suivantes :
Hypotheque de premier rang;
Engagement de caution solidaire d'un tiers;
Titres.










a Ca navalet

9, boulevard Raspail, Paris 7e




ANTIQUITIES
REPRODUCTIONS
ORFEVRERIE
ancienne et moderne




Conditions speciales aux anciens 616vcs et 616ves de
I'Ecole libre des Sciences Politiques



FIRMIN-DIDOT ET CIE
IMPRIMEURS-EDITEURS, 56, Rue Jacob, Paris (VIE)

NOUVEAUTE :
Collection des AMITIES FRANAISES "
POETES CONTEMPORAINS
ANTIIOLOGIE
Un volume in-8o carr6 de xII-522 pages comprenant une bibliographie et un autographe
en fac-simil6 de chaque poete.. . . ... ............ . . 45 fr.
Graminaire de I'Acad6mie franwaise (nouvelle edition), broch6 ......... 18 fr.
cartonn6 ......... ......... 24 fr.; Reli6 peau souple .. .... 40 fr.
Trois siieles de I'Aead6enie franchise, par les QUARANTE. 1 vol. in-8" raisin de
544 pages, orn6 d'un frontispice ........ ........... ...................... 30 fr.
RIVAROL. --Discours sur I'Universalite de la lanque franqaise. 1 vol. de 130
pages tir6 A 250 exemplaires sur paper de luxe numerote ... .. .. 50 fr.
Nouvelle Histoire Universelle de 1'Art, publiee sous la direction de MARCEL Au-
BERT, membre de l'Institut. Deux magnifiques volumes in-4" de 812 pages, illustr6s de
1052 fig. dans le texte et hors texte. 240 fr. ; rel. demi-chagrin, plats pegamoid. 312 fr.
M6mento pratique d'arch6ologie franqaise, par VINCENT FLIPO. 1 vol. in-40 1cu
de 380 pages, orn6 de 600 illustrations ............... . .. 125 fr.
DESCAMP (PAUL). Le Portugal. La vie social actuelle. 1 vol. in-8 raisin de
507 pages et une carte ....... .................. .. . ... . ... 36 fr.
M6moires de Laffitte (1767-1844), publi6s par PAUL DucnoN. 1 vol. in-16 j6sus de
348 pages, orne d'un portrait de Laffitte............. ........... .... 15 fr.








L'UNION
Sis ge Social : 9, place Vend6me, PARIS
o(ompagnie. ('.s uraine,( conlr' I'INCENDIE, les ACCIDENTS el RISQUES DIVERS.
Fondec eil 1828. Socicic Anonyme atn capital de 50 million> cnli recent verc
Enireprisc pri\,ic rc ,ic par le D cercl-Loi (liiu 1 liiin 1938. \ssiiu inces conlre lec A\CCIi)E11 I'S (ii
TRA\\AIL, le 1 I. h Ble ll (Is (;I.A(:CES, les ) (;GAT''S des EAL \. la GR/LE, la \lO T lIT (IT lit ',ll..
La police tousrisquesdu chef de famille lglanlira i[lons vos riiS(lespl ro-.iiinil n u1 i slln 'c onii t.
SUR LA VIE HUIVAINE
Findee en 1829. Sociele \noilntill ;11l capi hal de 50 m million, enl(i' ne l'ellicill \(
Enireprise pri e r pi par ii DI)ect ret -Loi (d i 'iJuini 19138. \i-rllilcllv'c iiic. l ii ic ellie olia -.
eilles i, Ni re'el 1'... \k" 1r1ilice., populaiil'es soll, l \ mi~ih' n dicalv. \al' lpa'icip aiion 1 all" bvilelic(, .
\i III'Ilie'(' de 1"roi1iip araulliisant pIar unii iulc Ipolice i l ril' tr i l d il le pr IP onn u iel dl'niiilc-
prises (de hl)[h nature : 1A.\ M LADI1, I.'l\\ I .IIITE. LE DlCS, CONST'I'TI TIl\ I)E ]PE" 1 I(),.


SAVARD, HOOGSON & C, Inc. SAVARD, TURPIN & Co
Fonds d'Etat (Dominion, Provinces) Membres du Stock Exchange
Obligations de Villes. de Montreal.
Obligations de Communaut6s
religieuses. Membres du Curb Market
Obligations industrielles. de Montreal.

TOUTES OPERATIONS SUR TITRES
507, place d'Armes, MONTREAL (Canada)



Un


Gestetner est indispensable I


a l'homme d'affaires moderne




Documentation sur demand a



29, rue du Louvre, 29
PARIS (2)
[mnunoununnomannnnenmmnouuninnnnnmn







ENTREPRISES GENERALES


CONSTRUCTION


DE MATERIEL


CREDIT LYONNAIS
SOCIETY ANONYME


CAPITAL:
RESERVES :
SIfGE SOCIAL
LYON


400 MILLIONS
800 MILLIONS
SIEGE CENTRAL
PARIS


1400 SIEGES
EN FRANCE, ALGERIE, TUNISIE, MAROC, ANGLETERRE
BELGIQUE, EGYPTE, ESPAGNE, LUXEMBOURG, SUISSE

TOUTES OPERATIONS DE BANQUE


POIRt-BLANCHE
Fournisseur de la Pr6sidence de la
R6publique depuis 1875
N
GLACIER CONFISEUR
SALON DE THE

196, bd Saint-Germain, PARIS
Tele6phone : Littr6 96-31


NARCISSE PEIGNEN'

CHARPENTES BOIS ET FER
MENUISERIE SERRURERIE
ESCALIERS EN TOUS GENRES
MENUISERIE METALLIQUE
CHASSIS A GUILLOTINE
*
24, r. de Tolbiac, PARIS
T616phone : Gobelins 13.09, 66.56







LES EDITIONS
DU RECUEIL SIREY
22, rue Soufflot, PARIS (V')
J. CHAPPEY, La Crise du Capi-
tal : Tome I, La formation du
systime mondtaire moderne. In-8'
1937 de 558 pages. . 60 fr.
2, boulevard Raspail
E. CHAPUISAT, Necker (1732-
1804). 1 vol. in-8o illustr6 de P A R I S 6.
331 pages. .. . . 35 fr. T616phone : Littr6 38.10
Pierre LUCIUS, L'Agonie du 0
Libdralisme. La Renaissance des VT EME E NTS
Libertds franfaises. 1 vol. de 141 EQUIPEMENTS
pages, in-80. . . . 20 fr. ET ARTICLES
Cahiers de la Presse. Revue tri- DE SPORTS
mestrielle de l'Institut de C A M P I N G
Science de la Presse de la
FacultN de Droit de Paris. Bonneterie et Chemiserie sportive
Abonnement annuel. 80 fr.
Etranger . . . . 100 fr. Remise spec. aux 61eves et anciens 61ves

i.-


Society


G enra l
General


pour favoriser le developpement du commerce et de l'industrie en France
SOCItErTErl A\ONY1HE F'IOXIH;E E 1864


Capital


: 625 Millions


1350 aqences et bureaux
1350 e France et ai 1'tranger


correspondents dans le monde entier
































BON A DECOUPER
250
CIS30tl
N-119


CREDIT FONCIER DE FRANCE
1 9, rue des Capucines
PARIS
Capital Social et reserves: 2 Milliards



PRETS
Amortissables par annuitis
aux propri6taires, communes, chambres de commerce
et tous ktablissements publics
Faculty de remboursement par anticipation et par acomptes
tconomie des frais et dispense de renouvellement










SALLE
DE

CULTURE PHYSIQUE



Elves et Anciens Eleves de 1'Ecole, profitez de l'installa-
tion sportive de la rue Saint-Cuillaume, pour pratiquer dans
les meilleures conditions la culture physique, la boxe et
1'escrime.

La salle est ouverte les lundi, mercredi, jeudi
et vendredi, de 17 h. 45 A 20 h.

Cotisation annuelle, pour les trois sports :
250 francs.

Pour tous renseignements et inscriptions, s'adresser
au Secretariat.








EM ME


DIFFUSION


INDU


STRIELLE


NATIONAL


CREDIT A LONG TERME
POUR ACHAT ET VENTE
DE VOITURES AUTOMOBILES


ESCOMPTE ASSURANCES


79, AVENUE DES CHAMPS-ILYSEES PARIS (8e)


T616ph. : ELY. 16-76.








SCIENCES POLITIQUES

REVUE PARAISSANT SIX FOIS PAR AN
PUBLIEE AVEC LA COLLABORATION
DES PROFESSEURS ET DES ANCIENS
ALEVES DE L'ECOLE LIBRE DES
SCIENCES POLITIQUES.


FIVRIER 1939




54e Ann6e Nouvelle s6rie. No 12



SOMMAIRE


MAR1CHAL PETAIN : Cours de Defense Nationale de
I'ecole des Sciences Politiques; Conf6rence d'inau-
guration .................. ................... p. 2
J. LECOMPTE-BOINET : Quelques donnkes sur la question
ukrainienne ...................................... p. 17
DIDIER LAZARD : La vie universitaire en Nouvelle-An-
gleterre ....................................... p. 47
BERTRAND DE LA LAURENCIE : L'industrie textile fran-
gaise .... ..................................... . p. 69

CHRONIQUES

I. La vie politique et international, par BERNARD
SERAMPUY ......... .. ........ .... ................. p. 80
II. La vie iconomique et financire, par JACQUES
CHASSERON ........................................ p. 89
COMPTES RENDUS CRITIQUES .......................... p. 92
CHRONIQUES DEL' COLE ET DE LA SOCIETY DESANCIENS LEVES
ET RLEVES DE L'RCOLE LIBRE DES SCIENCES POLITIQUES. p. 101
SCIENCES POLITIQUES. 1

















COURSE DE DEFENSE NATIONAL
DE L'ECOLE LIBRE DES SCIENCES POLITIQUES


CONFERENCE D'INAUGURATION
PRONONCIE PAR LE MARECHAL PkTAIN.

But du Cours1.

Si j'ai accepts de prendre en mains la direction du course
de Defense Nationale, et si j'ai tenu A l'inaugurer moi-mAme,
c'est que j'estime qu'il est d'une importance extreme pour le
Pays. Trop souvent, en effet, j'ai eu l'occasion de constater
le peu de competence, sur ces sujets vitaux, de certain hommes
politiques ou hauts fonctionnaires.
Trop souvent, j'ai entendu le raisonnement suivant : < Je
suis financier, industrial, etc..., je fais mon m6tier; que les
militaires fassent le leur et tout ira bien. Conception parti-
culariste assez inqui6tante pour l'avenir du Pays.
Les officers des 6coles de guerre et des centres des hautes
etudes 6tudient le droit international, 1'6conomie et les
finances. Il n'est pas admissible que les jeunes gens qui seront
plus tard hommes d'Ptat ou grands fonctionnaires restent
indifferents aux questions de Defense Nationale.
L'Ecole Libre des Sciences Politiques a voulu vous donner
le moyen d'acquirir sur ce sujet les connaissances indispen-
sables. En ouvrant aujourd'hui ce course, je tiens a l'en f6liciter.

i. La revue Sciences Politiques a le privilege de publier la conference prononc6e
par le mar6ehal P6tain, le 3 f6vrier 1938, a l'ouverture du course de D6fense Natio-
nale h 1'l'cole libre des Sciences Politiques, devant plus de 8oo 61ves et en presence
des membres du Conseil d'Administration de l'Elcole.






DEFENSE NATIONAL


Pendant l'automne 1937, le gouvernement suisse me fit
l'honneur de m'inviter A suivre les manoeuvres de la division
de Lausanne.
La notion principal que j'ai retiree de ces manoeuvres est
celle de l'union 6troite de l'armee et de la nation : on peut
dire que l'arm6e suisse est la nation elle-meme.
A l'exception d'environ trois cents officers de carrier,
tous les officers subalternes et sup6rieurs, y compris les colo-
nels, sont des miliciens, qui se transforment en officers actifs
au course des p6riodes d'instruction et de manoeuvres, appor-
tant une veritable passion A participer volontairement aux
exercises de leur division. Ils ont a cceur de connaitre leur
m6tier et d'6tendre leur savoir par de nombreux stages, n'ad-
mettant pas que l'unit6 don't ils ont le commandement passe,
meme momentanement, sous les ordres d'un officer de rem-
placement. 11 existe parmi eux une emulation que l'on ne
constate dans aucune autre arm6e.
Les 61ites suisses n'ont pas reni6 leur mission de chefs et
leur r6le de conducteurs d'hommes. Elles forment v6ritable-
ment les cadres de la nation en meme temps que ceux de
l'armee.
J'ai eu la confirmation de ce fait dans mes conversations,
au course des manoeuvres, avec de nombreux officers. Apres
m'ftre renseign6 sur le but de la manoeuvre et avoir discut6
avec eux les proced6s d'ex6cution, je terminals g6neralement
1'entretien par une question concernant le m6tier, ou la carriere
civil de mon interlocuteur. Quel n'6tait pas mon 6tonnement
d'apprendre que j'avais devant moi un avocat, un industrial,
un commergant, un medecin, un professeur, un magistrat,
etc... Ce sont done les classes cultiv6es de la nation qui
tiennent a former les cadres de l'Arm6e. Bien plus, il apparait
A l'Nvidence que ( la culture g6ndrale pour les Suisses n'est pas
complete si elle ne s'accompagne d'une culture militaire
6tendue ).
C'est cette idWe que je veux placer en tate du course qui







4 SCIENCES POLITIQUES
s'ouvre aujourd'hui, parce qu'elle me parait le mieux r6sumer
son but.
La guerre int6resse aujourd'hui non seulement I'activit6
militaire, mais encore les activities diplomatiques, 6conomiques,
financieres du Pays.
Tous ces points de vue constituent des 616ments de la
politique gen6rale, et on ne concoit pas qu'on puisse s'occuper
de politique sans en 6tudier tous les 616ments.


Vous allez p6n6trer dans un monde presque inconnu. Peut-
6tre 6prouvez-vous une certain apprehension en abordant des
6tudes si nouvelles pour vous. Rassurez-vous. Les sujets seront
traits sous leur aspect le plus g6n6ral. Les seules incursions
qui seront faites dans la technique n'auront d'autre but que
de vous donner la notion des possibilities, sans laquelle tous
les projects, meme les plus s6duisants, ne d6passent pas le stade
d'une vue de l'esprit et sont incapables de s'adapter au reel.
Une definition de la strat6gie et de la tactique est ici
indispensable : la strat6gie et la tactique reunies constituent
l'art et la science militaires. La strategie comprend plus sp6-
cialement le plan des operations et les dispositions h pr6voir
et a executer pour amener les troupes en presence de l'adver-
saire. La conduite du combat est du resort de la tactique;
c'est elle qui combine 1'emploi des diff6rentes armes sur le
champ de bataille. Tandis que la strategie est surtout une
affaire de bon sens, la tactique exige des connaissances appro-
fondies sur lesquelles il ne nous est pas possible de nous
attarder ici.
Les 6tudes strategiques front done 1'objet principal de
l'enseignement. On n'entrera dans quelques details techniques
que tres rarement, et toujours pour 6clairer un point de vue
particulier et mettre en lumiere la notion des possibilities.
En some, on cherchera h vous donner la part de compe-
tence militaire qui vous serait n6cessaire, si demain vous 6tiez
appeals A participer aux affaires du pays, comme homme
d'Etat, ou comme haut fonctionnaire.
Mais cette competence resterait precaire si vous ne pre-






DEFENSE NATIONAL 5
niez la peine d'ameliorer vos connaissances par des etudes
personnelles, d'autant plus necessaires que les contingencies
militaires varient sans cesse.
Les progres de la technique vont vite dans tous les domai-
nes : ce serait une erreur de croire qu'apres avoir assist a
quelques s6ances d'information sur la guerre, vous puissiez
vous consider comme ayant acquis une connaissance d6fini-
tive du sujet.
L'art militaire est en perp6tuelle evolution. C'est le plus
mouvant de tous les arts. Ce que vous entendrez ici vaudra
pour aujourd'hui. Personne ne peut savoir s'il vaudra encore
demain. Ce sont les propri6tes techniques des armes qui ont,
de tout temps, impose leur caractere aux operations de guerre,
et l'armement est en perp6tuelle transformation.
Voyons si, par un court rappel des 6v6nements de 1914-
1918, nous retrouvons la confirmation de cette v6rit6.



La legon du passe.

Les bellig6rants ont abord6 la guerre 1914-1918 sans avoir
compris les enseignements des conflicts ant6rieurs et les possi-
bilites de 1'armement nouveau.
Les guerres du Transvaal, de Mandchourie et des Balkans
avaient pourtant mis en lumiere l'accroissement prodigieux
de la puissance du feu apport6 par l'arme automatique, 1'effi-
cacit6 defensive de la fortification de champagne, l'inviolabilit6
des fronts organisms, vuln6rables seulement par d6bordement.
En 1914, les conceptions tactiques frangaises en 6taient
restees au pr6jug6 de l'offensive A outrance.
Des 1911, en effet, I'Etat-Major frangais avait repris sous
une forme original les pr6ceptes en vogue avant ces conflicts
et fait adopter avec enthousiasme, par le Commandement
comme par la troupe, le dogme de l'offensive. II affirmait que
((l'imprudence est la meilleure des sfiret&s, que l'6nergie rachete
toutes les faiblesses et r6pare toutes les erreurs ). Pour lui, la
defensive n'6tait plus qu'une action d'ordre inf6rieur.






6 SCIENCES POLITIQUES
Les plans de guerre, autant que les manoeuvres de la troupe,
furent affects par cette doctrine.
Chez les marines r6gnait un 6tat d'esprit analogue. L'action
du sous-marin 6tait consid6r6e comme tout A fait secondaire.
Intellectuellement, les armies n'6taient done pas pr6par6es
aux r6alit6s.
C'est dans ces conditions qu'6clata la guerre 1914-1918.
Cette guerre fut une guerre total. Elle mit en oeuvre
non seulement les forces armies, mais toutes les resources
mat6rielles et morales des adversaires. Vainqueurs et vaincus
en sortirent completement 6puis6s.



La guerre sur terre peut se diviser en trois periodes, s6par6es
par les deux batailles de la Marne.
La premiere, de court dur6e, voit se d6rouler jusqu'A
la premiere victoire de la Marne, une guerre de movement qui,
dans l'ensemble, reste conforme A la tradition, mais inflige de
dures lemons A ceux qui ont misestim6 la puissance du feu et
l'efficacit6 de la defensive tactique.
De la Belgique A la Suisse, les armies frangaises ont regu
la mission (< d'attaquer l'ennemi partout ou on le rencontrera ))
et de tenter le d6bordement de son aile droite s'il envahit
la Belgique.
Cette premiere grande bataille, dite ( Bataille des Fron-
tieres ) revet de part et d'autre le caractere d'une bataille
impr6vue et improvise.
Les troupes se battent comme aux grandes manoeuvres, ofi
le parti install sur la defensive 6tait syst6matiquement consi-
d6r6 comme battu. Attaquant avec timerit6 et sans pr6para-
tion suffisante par le feu, m6prisant l'utilisation du terrain,
impatientes du corps A corps, elles parent A la baionnette a
i.5oo metres parfois des lignes enemies.
Morhange, Charleroi, Virton, ont vu faucher ainsi la fleur
de nos soldats et de nos officers.
Mais la discipline et l'entrainement du soldat frangais
lui permettent de supporter une retraite d6moralisante. L'en-






DEFENSE NATIONAL


nemi, 6puis6 par sa poursuite, parvient a bout de souffle sur la
Marne, ofi il est arrete enfin par nos troupes, resolues A ne plus
reculer. Rltonn6, le vainqueur h6site, execute un repli forc6
de 80 kilometres, et s'enterre dans les tranchees de l'Aisne.
Ainsi, apres trois mois de combats 6puisants, apres avoir
fr616 la d6faite et laiss6 envahir une parties du territoire national,
nous aboutissons, sans y rien comprendre encore, au front
continue.

La deuxieme p6riode, du i3 septembre 1914 jusqu'au
17 juillet 1918, est celle de la guerre de tranchees et des vaines
et couiteuses tentatives faites de part et d'autre pour reprendre
le guerre de movement. La puissance du feu brise inexora-
blement toutes les offensives.
P6riodiquement, chacun des deux adversaires va lancer,
en des points varies, des offensives de grand style. Le front sera
rompu parfois. Mais l'assaillant 6puis6 ne pourra pas exploiter
ses premiers succes. Le d6fenseur pourra toujours amener assez
de reserves pour colmater la breche et garder assez de force
morale pour continue a se battre sur le front r6tabli.
En vue d'obtenir la percee, les attaques seront de plus
en plus puissantes. La premiere, le 9 mai 1915, en Artois, donne
aux Frangais un grand espoir. Ils ont un instant entrevu la
percee. Mais d6j i, le i5 septembre 1915, en Champagne, malgr6
des moyens accrus, les deuxiemes positions enemies sont a
peine abord6es.
De leur c6t6, les Allemands se lancent sur Verdun
le 21 f6vrier 1916. Les Frangais reculent un moment, mais
resistent, A coups d'hommes, malgr6 leur inferiorit6 en materiel.
Us tiennent si bien qu'ils parviennent A declencher le Ier juillet
dans la Somme une offensive de grand style. Mais une fois de
plus l'assaillant est arrete.
Les deux adversaires, de nouveau immobiles face a face,
sont 6galement a bout de forces.
En avril 1917, les Allies d6cident d'engager une nouvelle
et grandiose offensive. L'6chec du Chemin des Dames a pour
consequence tragique : la crise du moral de l'Armne frangaise.
Pour surmonter cette 6preuve, rendre confiance au combat-






8 SCIENCES POLITIQUES
tant, et attendre l'arrivee des troupes ambricaines, le Comman-
dement frangais cesse alors de pr6tendre h l'impossible perc6e.
11 se borne a des actions locales, a objectifs limits, pr6par6es
avec le plus grand soin, et qui aboutissent, au prix de pertes
minimes, a des succbs tactiques important, comme Verdun
en aoft et la Malmaison en octobre 1917.
L'ann6e 1918 est particuli6rement menagante. On decide
de laisser l'ennemi s'6puiser en offensives couteuses; et
lorsque l'arriv6e des renforts am6ricains aura retourn6 en
notre faveur le rapport des forces, on d6clenchera la riposte
centre un adversaire affaibli.
Le 21 mars 1918, Ludendorf attaque la soudure des armies
franco-britanniques en direction d'Amiens. II obtient d'abord
un succes foudroyant. Sur un front de 8o kilometres, son action
p6netre profond6ment dans le dispositif frangais. Mais la mer
n'est pas atteinte, ni meme Amiens; grace a l'afflux de toutes
les reserves frangaises, le front rompu est reform.
Trois fois encore, en avril sur les Monts de Flandre, en
mai sur l'Aisne au Chemin des Dames, en juin sur le Matz,
les Allemands s'efforcent de rompre le front alli6. Trois fois
les Armies de l'Entente r6tablissent le barrage.
Le 15 juillet 1918, Ludendorf joue sa derniere carte. 11
lance en Champagne le c Friedensturm ), 1'assaut pour la paix.
Grace A la tactique defensive nouvelle impose par le Comman-
dant en chef des Arm6es Frangaises, les vagues d'assaut
allemandes, apres avoir traverse les premieres lignes frangaises,
6vacu6es avant le bombardment et a peu pres vides de com-
battants, viennent, a bout de souffle, briser leur effort sur une
position non entamee, d6fendue par des troupes intactes.
Cette fois, la victoire du d6fenseur est plus complete que
les precedentes, car non seulement son front n'a pas Wtd
rompu, mais ses pertes furent l6geres.
L'arriv6e des Am6ricains augmente sans cesse les forces
des Allies. Ceux-ci vont pouvoir A leur tour passer A l'attaque.
La p6riode offensive succedera sans transition a la p6riode
defensive, d6finitivement et victorieusement terminee.

La troisieme p6riode du 18 juillet A 1'Armistice est






DEFENSE NATIONAL


en effet caract6ris6e par 1'offensive g6nerale des Allies sur tout
le front.
Ce 18 juillet, 1'ennemi vient de subir une grave d6faite
sur la montagne de Reims. Son moral parait d6finitivement
atteint.
Les moyens mat6riels ainsi que les effectifs consid6rables
que possedent maintenant les Allies, du fait de 1'arriv6e en
masse des Americains, permettent d'envisager la victoire
prochaine. Le moment est venu de passer A l'offensive. Mais
il faut d'abord briser le front allemand ; c'est le but poursuivi
par le G6neralissime qui r6partit en consequence la tAche entire
les Armies Alli6es.
Celles-ci marteleront sans arrkt le front ennemi et le front
tomber par pans successifs.
L'offensive prendrait volontiers l'allure d'une poursuite,
mais le feu de la defense, toujours meurtrier, impose A chaque
obstacle ou coupure du terrain des preparations d'attaques qui
ralentissent consid6rablement l'avance.
A la fin d'octobre, apres trois mois de combats ininterrom-
pus, l'armee allemande, d6sagr6gee moralement et materielle-
ment, est prate A deposer les armes; la nation, aux prises avec
la revolution, r6clame un armistice. Cet armistice est sign
le ii novembre, en territoire frangais, trois jours avant la
date fix6e pour le d6clenchement de l'attaque pr6par6e en
Lorraine, attaque qui aurait eu pour effet d'amener la capitu-
lation en rase champagne d'une parties de la gauche allemande.
C'eut 6tW la r6ponse a faire A la capitulation de Sedan.



Sur mer, les Marins n'ont pas 6chapp6 a la mystique de
l'offensive. La guerre qu'ils prevoyaient, qu'ils esperaient, se
presentait a leur esprit sous la forme des operations navales
zusso-japonaises de 1907. La maitrise de la mer, but supreme
en soi, devait r6sulter de la victoire de la flotte de haute mer.
La s6curit6 des communications commercials en d6coulerait
naturellement. Ils n'avaient pas mieux compris les possibilities
du sous-marin que les soldats cells de 1'arme automatique.






SCIENCES POLITIQUES


Or, par suite de sa superiorite considerable sur l'adversaire,
la flotte anglaise avait, d'avance, gagn6 la bataille navale.
Son potential suffit A empicher la flotte allemande de quitter
ses bases. La bataille du Jutland ne fit que confirmer cette
superiorit6 de la flotte anglaise de surface.
Mais, malgr6 cette superiority, les Alli6s ne disposerent
pas de la maltrise total de la mer, puisque leurs transports ne
purent y circuler librement. La victoire navale n'assura pas par
elle-meme la security des communications commercials. Cette
situation, qui renversait les provisions, fut l'oeuvre des sous-
marins.
Ce fut seulement apres la perte de <1l'Audacious ) en janvier
1917 sur la c6te Nord-Ouest de l'Irlande, bien loin de la base
allemande la plus proche, que 1'Angleterre la premiere s'6veilla
A la r6alit6. Le danger lui apparut subitement tres grave. Sa
supr6matie navale 6tait menace. La liberty du traffic maritime
passait d'un seul coup au premier plan de ses preoccupations.
Sous peine de compromettre la vie meme de l'ile et les ravi-
taillements de toute nature des Allies, il s'agissait, non plus
seulement d'interrompre, ou tout au moins de gener les commu-
nications maritimes des Empires Centraux, mais surtout,
et tout de suite, d'assurer les changes avec les pays produc-
teurs de denr6es et de matieres premieres.
Jusqu'en 1915, I'Allemagne avait subi passivement les
measures de blocus. Mais A ce moment, elle r6agit brutalement.
La continuity du commerce maritime est pour elle aussi une
question de vie ou de mort. Elle 'n'h6site pas sur le choix du
moyen de defense. Sans souci du droit international, elle engage
la guerre sous-marine, qui menace et frappe non seulement
ses ennemis, mais petit A petit tous les neutres. Les Alli6s
ripostent par des measures draconiennes de contr6le sur le
traffic maritime de toute provenance a destination des Empires
Centraux. C'est la guerre 6conomique.
Fin 1916, I'Allemagne constate un fl6chissement sensible
des importations et elle s'inquiete; car l'hiver 16-17 s'annonce
pour elle particulibrement critique. Les r6coltes de cer6ales
diminuent. Le cheptel, mal nourri, decroit. Les stocks de
matieres premieres s'6puisent. Une decision radical s'impose.






DEFENSE NATIONAL


(( La guerre sous-marine sans restriction est le bon moyen et
((le seul de terminer victorieusement la guerre ), 6crit a l'Empe-
reur le chef d'Etat-Major G6neral de la Marine.
Jusqu'en 1917, en effet, apres deux ans de guerre sous-
marine, le tonnage des batiments allies coul6s, qui croit sans
cesse, s'616ve d6jh h 4.5oo.ooo tonnes. Cependant, tout en orga-
nisant la lutte centre les sous-marins, les Alli6s ont pu recup6rer
ces pertes, en acc6l6rant la production des chantiers de cons-
tructions, en am6liorant le rendement de leurs flottes commer-
ciales et en obligeant les neutres A prater le concours de leurs
transports maritimes, sous la menace d'une reduction du ravi-
taillement en carbon.
Ce n'est done qu'en 1917 que l'Allemagne va reellement
tenter d' << affamer l'Angleterre ). Le 9 janvier 1917, l'Empereur
prescrit : ( J'ordonne de commencer le ier f6vrier la guerre
< sous-marine sans restriction et avec la plus grande 6nergie ).
Un premier r6sultat psychologique de cette decision,
inattendu de l'Allemagne, ne se fait pas attendre. Le Pr6sident
Wilson n'accepte pas la perspective du torpillage syst6matique
des navires ambricains. Le 3 f6vrier, il announce au S6nat la
rupture des relations diplomatiques avec l'Allemagne. Le
6 avril, apres le torpillage de trois vapeurs don't le Lusitania,
il declare l'6tat de guerre.
Le blocus des Empires Centraux prend alors un nouvel
aspect. La plus grande parties des importations allemandes, di-
rectes ou par les neutres, provenait des IEtats-Unis. Cette source
va se tarir bientot completement.
Le 9 juillet, le President Wilson signe la proclamation de
F l'embargo general ), qui aboutit pratiquement A r6duire les
importations des neutres au strict minimum n6cessaire A leurs
propres besoins.
Pourtant les premiers mois de la guerre sous-marine int6-
grale sont angoissants. Les batiments neutres refusent de
quitter leurs ports. Les pertes atteignent 88o.ooo tonnes en
avril 1917 et 6 millions pour l'ann6e 1917. A cette cadence, les
constructions ne permettent plus de compenser les pertes.
Ce n'est qu'en 1918 que l'on parvient h 6tablir une cohesion
interalliee dans le domaine des transports maritimes, A renfor-







12 SCIENCES POLITIQUES
cer les effects du blocus par des measures de control plus strictes
encore imposees aux neutres. Enfin Faction sous-marine et
la defense des transports sont considerablement d6velopp6es, et
les marines, d6tourn6s A regret de leurs magnifiques cuirasses,
y apportent toute leur science, toute leur activity et tout leur
courage. En 1918 les pertes diminuent. L'activit6 des chan-
tiers est accrue; A partir de juillet 1918, le tonnage construit
d6passe le tonnage coul6. Les importations allies ne cesseront
plus de croitre.
Par centre le blocus de l'Allemagne devient de plus en plus
complete.
Ainsi donc, au course de la guerre, les ravitaillements allies
furent gnd6s certes, mais ils regurent tout le d6veloppement
necessaire malgr6 la guerre sous-marine, tandis que les commu-
nications des Empires Centraux avec le reste du monde furent
progressivement ralenties jusqu'A l'interruption total.

Mais la guerre navale, malgr6 les apparences, ne s'est pas
borne a l'attaque et A la defense des transports commerciaux.
Du fait que les rencontres des flottes de haute mer n'ont eu
qu'une importance tout a fait secondaire, on ne peut conclure
que le role des forces navales d'un pays se bornera d6sormais
A prot6ger son propre ravitaillement, tout en empechant celui
de l'adversaire, autrement dit que leur mission defensive pri-
mera toujours et partout leur mission offensive.
Si la sup6riorit6 de cette flotte n'a pas eu a s'employer
pour s'affirmer, il n'en r6sulte pas moins que son existence
6tait indispensable. Dans le cas d'un conflict entire deux adver-
saires de forces peu diff6rentes, la lutte est inevitable pour la
conquete de la maitrise de la mer.
Ce n'est 6videmment qu'apres une victoire navale nette-
ment affirmee qu'une flotte osera disposer de ses moyens pour
prot4ger les communications maritimes commercials.



N'ayant pas su, d6s le temps de paix, ni sur terre ni sur
mer, adapter leurs dispositions tactiques A leurs possibilities







DEFENSE NATIONAL


techniques, les nations bellig6rantes ont dA longtemps subir les
circonstances et improviser pour s'y adapter.
La puissance nouvelle de la defensive sur terre a donn6
au conflict sa forme statique et I'a prolong jusqu'A 1'6puisement
total d'un des adversaires.
La victoire est revenue A celui qui a pu determiner le pre-
mier chez 1'autre cet 6puisement total, materiel et moral.
La guerre navale fut gagn6e sans combat par le seul poten-
tiel de la Marine la plus forte, parce que sa sup6riorit6 6tait
d'entr6e de jeu considerable.
Pour n'avoir pas compris la valeur de l'arme sous-marine
les Alli6s risquerent la security de leurs ravitaillements. Mais
leurs ennemis ne surent pas exploiter A temps les possibilities et
la surprise de son action massive.



Comme les armements terrestres et maritimes ont W6t tres
peu modifies depuis 1918, on pourrait en d6duire que les carac-
teres de la guerre future seront au debut les memes que ceux de
la guerre passe.
IL n'en sera pas ainsi parce qu'il s'est produit un fait nou-
veau considerable, de nature A bouleverser les conditions de
la guerre future.



Le fait nouveau, c'est I'apparition de l'avion et sa partici-
pation A la guerre.
Par la conquete de l'espace, l'homme a change le carac-
thre mill6naire de la guerre. IL n'est plus necessaire de briser
la ligne de force de la surface pour atteindre ce qui est derriere.
Desormais le champ de bataille s'6tend A tout le territoire
et a toutes les mers des nations en lutte. La distinction entire
bellig6rants et non bellig6rants s'estompe.
La courbe qui repr6sente l'6volution de la guerre cesse
d'etre continue.
L'apparition de l'arme des gaz accentue encore cette bri-






14 SCIENCES POLITIQUES
sure, car l'action de ceux-ci s'6tend en volume et en duree.
On doit s'attendre a l'extension de leur emploi.
Pendant la grande guerre on a bien utilis6 les avions et
les gaz, mais ces engines 6taient mal connus et n'ont pas donn6
le rendement don't ils sont capable.
Aujourd'hui, l'avion fournit le moyen de porter sur un
point quelconque du territoire des attaques d'un ordre de
grandeur sup6rieur a celles de toutes les attaques qu'il a Wte
possible d'imaginer jusqu'ici.
On ne peut plus concevoir d'op6rations ou les forces ter-
restres et navales soient seules. L'avion participera aux ope-
rations de surface; de plus, independamment des operations
de surface, il pourra agir sur les objectifs principaux situes sur
le sol ennemi.


L'emploi des trois forces, comme aussi leur preparation,
pose le probleme de leur coordination. On vous exposera dans
des conferences ult6rieures comment cette coordination peut
Utre congue et realisee.
Les transformations qui apparaissent aujourd'hui dans le
monde entier sont la consequence des propri6tes techniques
des armes nouvelles et plus particulierement. de l'aviation.
C'est la confirmation du point de vue expos au d6but, et
qu'on ne saurait trop affirmer.
(( Ce sont les propri6t6s techniques des armes qui fixent
le caractere des guerres . Mais l'avion n'a pas dit encore son
dernier mot. 11 nous reserve des surprises. Un jour viendra oul
il s'e16vera directement dans le ciel comme l'oiseau, et se posera
h terre, sur un sol quelconque, s'affranchissant ainsi des ter-
rains d'atterrissage.
Ce jour-1a, l'avion r6pondra victorieusement au reproche
qu'on lui adresse g6n6ralement sur son incapacity d'occuper
le terrain.


4






DEFENSE NATIONAL


L'homme et l'organisation

Nous avons dit que l'art de la guerre 6tait en perpetuelle
evolution.
II y a pourtant A la guerre un 616ment stable : c'est l'homme.
Que les guerres soient causees par des querelles de princes
ou par des haines de peuples, ce sont toujours des homes qui
sont appeles h en supporter le poids. Et les hommes ont peu
vari6 au course des ages; leurs qualities, leurs d6fauts, leurs
besoins, leurs sentiments, leurs passions restent 6ternellement
les memes. Depuis les temps les plus recul6s, la guerre va a
l'encontre de l'instinct de conservation puissamment ancr6 au
coeur de tous les hommes.
Pour maitriser cet instinct, les moyens n'ont guere change.
Depuis la Bible, depuis Homere, les chefs, les conducteurs
d'hommes ont toujours cherch6 A exalter le moral de leurs
troupes et A gagner leur confiance. Nous savons qu'avant d'en
venir aux mains,'les h6ros d'Homere s'insultaient copieusement.
Le meme proc6de est toujours en vigueur.
Le mot de Guillaume d'Orange : (< II n'est pas n6cessaire
d'esp6rer pour entreprendre, ni de r6ussir pour persev6rer ) est
reserv6 sans doute a certain esprits d'l1ite, en petit nombre.
Pour agir, la foule a besoin d'un minimum d'espoir dans le
succes. Or, on fait la guerre avec des masses et celles-ci
doivent 6tre preparees A une telle 6ventualit6. En plus d'une
preparation materielle tres active, il convient d'envisager la
preparation morale destinee a assurer la cohesion de la nation
devant le peril, et a barrer la route aux doctrines dissolvantes
et aux fauteurs de d6sordres.
A cette preparation materielle et morale de la Nation,
l'homme d'Etat et le chef militaire doivent, chacun dans son
domaine, apporter tous leurs soins.
Le vrai chef est celui qui sait allier la fermet6 A la sagesse,
la science professionnelle h la resolution dans 1'action, I'art
de l'organisateur a celui de 1'executant. C'est ainsi qu'il gagne
la confiance.
Dans cette conqufte de la confiance, il y a aussi une part






16 SCIENCES POLITIQUES
de prestige personnel: clairvoyance justifi6e par les 6v6nements,
habilet6 A s'6tre tir6 de mauvais pas, sang-froid dans les cir-
constances difficiles, came dans l'adversit6 et modestie dans
le succes.
En r6alit6, la confiance ne se command pas, elle se m6rite.



En resume, la conduite de la guerre est une tAche difficile.
Devant les bouleversements grandioses qu'elle produit, 1'esprit
human reste interdit. Ce trouble intellectual et moral se
manifeste chez tous : grave chez les subordonnes, il peut
devenir funeste chez les dirigeants.
Pour dominer ce d6sarroi, les chefs de demain ont l'imp6-
rieux devoir de se preparer A leur role. S'ils sont bien penetres
de leur mission, s'ils sont affermis dans la volont6 de l'accomplir,
ils deviendront dignes de commander.
Leur science et leurs vertus auront leur plein rendement,
si l'organisation est judicieuse. Aussi ai-je tenu A ce que cer-
taines idWes personnelles sur l'organisation du commande-
ment vous soient exposees.
Puissiez-vous vous donner de toute votre Ame aux 6tudes
de defense national que nous inaugurons aujourd'hui. Dans
la measure de vos moyens, vous aurez contribu6 A accroltre
les forces spirituelles de la Patrie, en meme temps que ses
chances de vaincre.
MARECHAL PkTAIN.












QUELQUES DONNEES
SUR LA QUESTION UKRAINIENNE


La creation de l'Ukraine Carpathique a lanc6 tout A coup
1'Ukraine en pleine actuality. Les multiples accords, souvent
contradictoires et hatifs, conclus depuis six mois par certain
pays qui recherchaient un 6quilibre pr&t A se rompre, ont
montr6 que la stability de l'Europe Centrale 6tait toute rela-
tive, et qu'il suffirait peut-6tre d'un second Munich pour
amener un bouleversement encore plus profound que celui qui
suivit la crise de septembre.
On s'apergut qu'existaient en Pologne au moins cinq mil-
lions d'habitants qui reclamaient l'autonomie et qu'en U. R.
S. S., oh l'on croyait d6finitivement liquid6e, grace aux trop
c6lhbres proces, l'opposition des nationalists ukrainiens,
Moscou continuait toujours A d6couvrir des (< traitres n aux
postes important.
On s'apergut enfin que la fameuse frontiere commune
avait Wte demand6e par la Pologne pour 6viter la creation d'un
Etat qui risquait d'etre un example facheux pour la Galicie,
et par la Hongrie, pour essayer de barrer la route de l'expan-
sion allemande vers l'Est; mais que cette frontiere, justement,
ne pouvait 6tre accordee parce que Berlin tenait avant tout
A l'Ukraine Carpathique, point de depart de cette expansion.
M. Hitler aurait meme donn6 l'assurance au roi Carol < qu'il ne
c6derait pas un pouce du territoire de l'Ukraine ). L'Alle-
magne consid6rerait-elle done qu'elle a des droits sur l'Ukraine
Carpathique ? En effet, semble-t-il, et c'est bien pour cela
qu'existe un probl6me ukrainien.
Grace A cette Ukraine Carpathique, en effet, Hitler est en
measure de r6aliser son programme inscrit dans < Mein Kampf %
SCIENCES POLITIQUES. 2




18 SCIENCES POLITIQUES
oil, parlant des territoires de la Russie m6ridionale, il exalte
e le travail laborieux de la charrue allemande, auquel le glaive
n'a qu'A donner la terre .
IL y a done un probleme ukrainien; il ne s'agit pas ici d'en
proposer une solution les faits s'en chargeront mais plut6t
d'en comprendre les donnees.
Mais il ne faut pas croire que ces donn6es se pr6sentent
implement : autant d'individus interrog6s, autant de points
de vue; les memes faits, les m6mes textes les memes mots!
- sont brandis par les uns et par les autres comme des argu-
ments d6cisifs en faveur de thbses parfois exactement con-
traires.
Nous nous estimerons done heureux si, nous plapant sous
le jour particulier du sentiment national ukrainien, nous
arrivons, en pr6cisant ces donnees, A montrer comm ent il est
possible d'envisager le problem.
Apres avoir 6tabli la situation juridique de ce qu'on
appelle a les quatre Ukraines , nous essayerons de voir si
l'on peut admettre 1'existence d'un sentiment national unifi-
cateur; nous en 6tudierons les 616ments constitutifs et la
forme qu'il prend actuellement dans l'Ukraine sovi6tique,
en Pologne, et en Ukraine Carpathique, nous verrons
ensuite les manifestations allemandes en faveur de l'Ukraine,
de Bismarck A Hitler, la situation de l'Allemagne, et enfin la
position de la France devant le problbme.



Officiellement, le mot Ukraine n'est employ que dans
la designation de deux Etats : dans l'U. R. S. S. sous le nom de
Republique Socialiste Sovi6tique d'Ukraine et, en Tch6co-
slovaquie depuis 1938, sous le nom d'Ukraine Carpathique.
Ces deux r6publiques sont autonomes et font parties de ces
Etats en tant que republiques fed6rees. Juridiquement, la
R. S. S. d'Ukraine jouit d'une plus grande autonomie puis-
qu'elle possede un gouvernement propre, tandis que le gou-
vernement de l'Ukraine Carpathique est nomm6 par Prague,
et d'autre part que l'article XIX de la nouvelle constitution





LA QUESTION UKRAINIENNE 19
de I'U. R. S. S. permet A toutes les r6publiques f6d6rees de
quitter l'Union, ce que du reste, n'envisagent pas les Ukrai-
niens, ajoute Moscou. En chiffres ronds l'Ukraine Sovi6tique
repr6sente les trois quarts des pays dits ukrainiens (452.000 km2)
avec une population ukrainienne de 3o A 32.000.000. En
Ukraine Carpathique, 45o.ooo Ukrainiens s'6tendent sur
i0.000 km2.
Les Ukrainiens de Pologne, que les statistiques officielles
6valuent a quatre millions environ, occupent i38.ooo kmq.
dans les territoires officiellement appel6s (( Petite Pologne
orientale ) et plus commun6ment connus sous le nom de
Galicie orientale, Poli6sie et Volynie. Le Pologne (( qui, dit-
elle, ne doit ses frontieres orientales qu'a ses propres armes ),
occupe ces territoires en vertu du trait de Riga de 1921,
sanctionn6 apres coup par la Conf6rence des Ambassadeurs
de mars 1923.
Quant A la Bessarabie et la Bucovine, qui comportent un
nombre d'Ukrainiens difficile a determiner, ces territoires ont
Wt6, selon Bucarest, occup6s par la Roumanie en 1918, a la
demand express des populations.
Done, pour I'U. R. S. S., la Pologne et la Roumanie, il n'y
a pas de question ukrainienne; la poser, c'est abandonner le
plan juridique pour se lancer dans l'aventure. Et au nom de
quel principle? D'abord, qu'est-ce que l'Ukraine?
II est remarquable que Russes et Polonais, les plus int6ress6s
par la question, tombent d'accord, a l'aide d'arguments
opposes.
Les (( Ruthenes ), disent certain Polonais, ne sont qu'une
invention du comte Stadion, gouverneur autrichien de Galicie
au xixe siecle; les habitants de ce pays ne se distinguent de
leurs compatriotes polonais que par leur langue, sorte de patois,
et par leur religion orthodox ou uniate. Du reste, jusqu'en
1648, d6but de la dislocation de la Pologne, ce qu'on nomme
l'Ukraine avait fait parties de l'ttat Polono-Lithuanien et si
les Russes n'avaient pas envahi la Pologne en 1920, cet Etat
se serait reconstitu6 sur des bases stables.
Le point de vue russe est plus int6ressant parce que c'est
IA que se trouve la parties la plus important de l'Ukraine.




20 SCIENCES POLITIQUES
Pour les Russes bolcheviks, il y a un particularisme ukrainien
qui se manifeste surtout par la langue, et I'Union Sovi6tique en
a largement tenu compete. Mais il ne faut pas oublier que
l'Ukraine a Wt6 le berceau de la Russie, que, depuis i654, elle
en fait parties int6grante et que, culturellement, 6conomique-
ment, A tous points de vue, elle est compl6mentaire de la
Grande Russie; il est simplement regrettable qu'un trongon
en ait Wte arrach6 pour etre artificiellement attribu6 A la
Pologne.
A cela,il faut ajouter le point de vue des Russes 6migr6s:
pour eux, il n'y a pas d'Ukraine : l'Ukraine ne differe de la
Russie, ni par la race, ni par la langue ni meme par l'histoire,
puisque Kiev a toujours Wte consid6r6e comme la mere des
villes Russes; le terme meme d' Ukraine signifie (< Marche ,
pays frontiere,au bord de la Russie, et au xvie siecle, on distin-
guait la Russie orientale avec Moscou, et la Russie occidentale
avec Kiev, d'oAi le terme des Grands-Russiens pour les uns et
de Petits-Russiens pour les autres. Apres en avoir Wt6 d6tach6e
pendant plusieurs siecles, I'Ukraine est rentr6e dans le sein
de la patrie en i654; et en 1920, apres deux ans de guerres
civiles, qu'ils prennent peut-Atre pour de l'ind6pendance,
les Petits-Russiens sont tomb6s sous le joug bolchevik. Ce
qui semble 6tre actuellement du particularisme ou du natio-
nalisme n'est en r6alit6 que la volont6 qui se manifeste au
Nord comme au Sud de la Russie, de r6sister a la dictature
de la IIIe Internationale; la politique d' ukrainisation )
suivie par les bolchevistes A l'6gard de l'Ukraine n'est qu'une
trahison de plus des Soviets envers la nation russe, et une
absurdity don't ils commencent a mesurer les effects. Russes
blancs et rouges sont d'accord pour voir en Mazeppa au
xvIIe siecle, et en Petlura au xxe, des chefs de bandes sans
aveu et surtout sans appui dans le pays.
Pour tous, enfin, I'Ukraine n'est qu'un pr6texte invent
par les Allemands pour intervenir dans l'Est Europ6en; si
le danger ukrainien n'existe pas, pour cette bonne raison qu'il
n'y a pas d'Ukraine, le danger allemand existe, et il convient
de r6agir avec 6nergie.





LA QUESTION UKRAINIENNE


Les Ukrainiens, naturellement, ne sont pas de cet avis:
pour eux, le people ukrainien, comme l'Ukraine elle-meme,
ne se discute pas, il se constate.
II est certain, en effet, qu'on peut constater l'existence du
people ukrainien A travers l'histoire; il se constate, d'apres de
grands anthropologistss, dans sa race (brachycephales de
haute stature et bruns, les Ukrainiens sont slaves avec une
base Scythe et un apport Ostrogoth, tandis que les Moscovites
sont Finno-hongriens mel6s de Slaves et de Germains); il se
constate dans sa langue; il se constate enfin dans ses r6ac-
tions actuelles en Ukraine Sovi6tique et en Ukraine polonaise.
C'est A partir du ixe siecle, alors que la Moscovie n'existait
pas, qu'apparait un Etat organism autour de Kiev; nous citerons
Wladimir de Rous (973-1015) ou Wladimir le Grand, prince
chritien, et Yaroslav le Sage (ioi9-io5i) qui assit ses nom-
breux enfants sur tous les tr6nes de 1'Europe et don't une des
filles 6pousa en io5i Henri ler, roi de France. En 1164 le
prince Andre de Sousdal, jusqu'alors sous la suzerainet6 des
princes de Kiev, se d6clara ind6pendant et manifesta son ind6-
pendance en saccageant Kiev :la Moscovie 6tait nee. Jusqu'au
xxiie siecle, le pays de Kiev s'appelait Rous (Ruth6nie) ou
Oukraina (Ukraine) qui signifie en ukrainien pays (c'est en
russe que le mot veut dire frontiere), et il n'y avait de v6ri-
tables Russes A proprement parler qu'en Ukraine. Plus tard
les Moscovites prirent le nom de Russes pour marquer leurs
pretentions a l'h6ritage de Kiev.
Quant A la langue, si l'on compare le Chant de la Campagne
d'Igor compose en Ukraine orientale vers 1200, avec l'ukrai-
nien moderne, on peut y voir de grandes ressemblances. Pen-
dant tout le Moyen Age, malgr6 la domination d'une grande
parties de l'Ukraine par le grand-duch6 de Lithuanie vers
i4oo, existe une litt6rature proprement ukrainienne sans
computer l'influence des artistes ukrainiens sur les pays aux-

I. E. PITTARD : Les Races et l'histoire (Evolution de 1'Humanit6), et DENIKER :
Les races et les peuples de la terre.





22 SCIENCES POLITIQUES
quels l'Ukraine est rattachee (c'est un peintre ukrainien qui
d6corera les chambres du Wawel de Cracovie). On constate
d6j~ au xvie siecle 1'existence d'une langue ukrainienne parl6e
des Carpathes au Don, diff6rente du Polonais et du Russe,
et les chansons paiennes, connues sous le nom de Koliady
et chanties encore en Ukraine aujourd'hui, sont un t6moi-
gnage de l'unit6 de la langue a travers les siecles. Du reste
cette existence de la langue ukrainienne a Wte reconnue
officiellement par l'Acad6mie des sciences de P6tersbourg en
1908.
Le r6veil de l'Ukraine au xviie siecle a Wt6 d6termin6 par
le movement cosaque de liberation, sous des apparences
religieuses (orthodoxes centre catholiques); en 1648 l'Ukraine
se souleve et conquiert son ind6pendance centre la Pologne,
et, pour maintenir cette ind6pendance, l'hetman Khmelnytski
demand en i654 l'appui de Moscou : le trait de Perieslav
fut librement conclu entire l'hetman et le Tsar sur la base de
l'ind6pendance de fait des deux pays.
Et c'est parce que le Tsar ne respect pas cette ind6pen-
dance, que Mazeppa, personnification mime de l'Ukraine
libre, fit appel a Charles XII de Suede. Le 9 juillet 1709
marque une date fatale pour l'Ukraine : Poltava la plagait sous
le joug moscovite. Mais l'6poque de Mazeppa reste une grande
6poque : tous les tourists peuvent voir a Kiev, non loin de
Sainte-Sophie qui repr6sente la splendeur de l'Ukraine au
temps de Yaroslav, sur la colline de Petzchersk quarterr
Lenine!) la grande Lavra aux couples flamboyantes; cer-
taines de ces 6glises furent refaites sous Mazeppa dans le style
baroque ukrainien : l1 6tait le centre de la vie religieuse et
intellectuelle du pays, foyer du movement national ukrainien.
Naturellement la Moscovie s'attacha A d6truire ce senti-
ment national. Mais malgr6 un regime de fer impose a l'Ukraine
(suppression des cosaques en 1775; 6tablissement du ser-
vage (!) en 1783; distribution des grands domaines aux favors
des Tsars; interdiction absolue d'6crire en ukrainien (1875-
1906); obligation d'enseigner en russe, etc.), le sentiment
national demeurait. La Galicie orientale passe sous la domi-
nation austro-hongroise apres le partage de la Pologne devint,





LA QUESTION UKRAINIENNE 23
sous un regime plus human, le foyer de l'Ukraine national,
lorsque le d6veloppement ukrainien ffit rendu impossible,
A la fin du xxxe si6cle, en territoire russe. T. Chevtchenko, le
grand porte et l'ap6tre de l'Ukraine, est une des preuves que
l'Ukraine ne voulait pas mourir : elle s'affirma au contraire
dans sa haine centre les Russes et certain intellectuals, qui
gardaient les traditions, pr6parerent le r6veil de 1917-1920.
De Wladimir A Petlura et a Konowaletz en passant par
l'auteur de la geste d'Igor, les rois ukrainiens de Galicie
jusqu'en i3i4, I'Acad6mie ukrainienne de Kiev au xvie siecle,
Khmelnitski, Mazeppa, Orlik, Chevtchenko, Hrouchevski et
tant d'autres, I'Ukraine d6montrait A travers les siecles sa
volont6 de vivre.
Nier cette existence meme semble d'autant plus difficile
que certaines manifestations actuelles sont li pour attester
la solidity des assises que le sentiment national ukrainien
possede dans le pass.



L'irr6parable cause de tous les malheurs de l'Ukraine ce
sont en ce qui concern au moins l'Ukraine Sovi6tique -
ses trop grandes richesses naturelles qui lui procurent des
protecteurs un peu trop int6ress6s.
En Ukraine sovi6tique se trouvent, en effet, avec les trois
quarts de la population de toute l'Ukraine, les territoires les
plus riches : 3o millions d'hectares de tchernozium, couverts
de bl6, de seigle, de mals, de tabac, de betteraves; le bassin du
Donetz et les mines de KrivoY-Rog qui repr6sentent en carbon
environ 80 % de la production sovi6tique, en manganese 95 %,
en fonte 90 %, en acier 5o %, en fer 60 %, sans computer le port
d'Odessa, magnifique d6bouch6 sur la Mer Noire. On com-
prend d6s lors l'acharnement de tous les (( amis de l'Ukraine
de 1917 a 1920! Comment I'Ukraine national aurait-elle pu
vaincre, alors qu'elle avait contre elle tous les app6tits d6chai-
n6s par de telles perspectives?
Pour montrer cet acharnement, il nous suffira de dire
qu'en l'espace de ces trois ans, Kiev change huit fois de





24 SCIENCES POLITIQUES

mains, Russes blancs, Polonais, Russes bolcheviks, Allemands
se disputant le pays.
Mais si les Ukrainiens durent finalement s'avouer vaincus
et subir le joug de Moscou, cette p6riode marqua pour eux
1'aboutissement d'une longue attente. Deja en 1900, le premier
parti r6volutionnaire ukrainien avait reclam6, avec Mikhnowski,
une Ukraine unie, indivisible, libre, ind6pendante des Car-
pathes au Caucase, et la premiere Douma de P6tersbourg
comprenait, en 1905, soixante-douze d6put6s ukrainiens qui
r6clamerent l'autonomie : le gouvernement dut la dissoudre
imm6diatement, mais l'idee etait officiellement lance. Du
reste, les intellectuals patriots, comme le grand historien
Hrouchevski, r6pandaient cette id6e avec opiniAtret6, et si
l'Ukraine ne put pas vivre en 1917, c'est que son arm6e
n'6tait pas suffisante, et surtout, comme l'Ncrit Trotski 1 en
parlant du regime tsariste (et ceci est applicable au regime
bolchevik) : si Moscou pouvait accorder l'autonomie de
l'Ukraine, il (< ne pouvait en aucune maniere, consentir A
l'autonomie des blWs de l'Ukraine, du carbon du Donetz et
du mineral de Krivoi-Rog ), et puis il faut bien dire que ce n'est
pas en ayant A sa tfte des intellectuals honnetes qu'une
nation conserve l'ind6pendance quand elle est si menacee...
Apres les elections de 1918, qui donnerent 75 % de d6put6s
paysans ukrainiens centre 25 % de deput6s pro-russes des
villes, les d6putes communists se retirerent A Kharkiv d'oi
ils firent appel a Moscou qui attendait l'heure d'intervenir.
En fevrier 1918, les bolcheviks russes, apres avoir officiel-
lement reconnu l'independance de l'Ukraine le I5 novembre
1917, envoyerent une arm6e (( rouge occuper le pays : elle
etait command6e par le (( Camarade Mouraview, ancien co-
lonel de l'arm6e tsariste2.
I. TROTSKI : REvolution russe, t. III, p. 62.
2. II n'est pas inutile de rapprocher de ce fait la fin de la Douma en 1918 : les
socialists d6tenaient 267 sieges et les bolcheviks 161. Cette Douma ne tint qu'une
seance, le 8 janvier 1918, au milieu de laquelle les bolcheviks se retirerent; et,
tandis que la majority d6lib6rait avec conscience, le chef de la garde des marines
s'approcha du president et lui dit : < Le corps de garde est fatigue; je vous prie
de quitter la salle des s6ances. )
tuante se separa et fut dissoute le lendemain ) (Monzie : La Russie nouvelle, p. 104).





LA QUESTION UKRAINIENNE 25
En 1920, apres quelques mois d'ind6pendance sous un
gouvernement purement ukrainien ce qui ne s'6tait pas
vu depuis Catherine! au premier rang duquel se trouvait
le patriote Petlura, l'Ukraine dut subir le joug des moscovites,
appel6s soi-disant par le ( people ukrainien a grace A la fiction
du pseudo-parlement de Kharkiv .
Pendant ces ann6es de guerres civiles, l'Ukraine avait pu
prendre, au contact de tant d'6trangers, une conscience plus
nette de son individuality. Le passage au pouvoir des natio-
naux permit la diffusion de livres ofi les id6es nationalists
s'alliaient aux idWes sociales. Si bien que les bolcheviks crurent
habile -- les russes blancs ne le leur pardonnent pas et les
rouges s'en repentent aujourd'hui amerement de laisser
aux Ukrainiens la liberty de d6velopper leurs tendances natio-
nales, pourvu que ces tendances ne fussent pas hostiles au
bolchevisme ni A Moscou. Ils esperaient ainsi asseoir plus
facilement la domination russe sur les usines et les terres
collectivisees. C'est ce qu'on appelle 1' ( ukrainisation de
l'Ukraine . Si les communists ukrainiens, se sentant
Ukrainiens autant que communists, ne purent obtenir l'ind6-
pendance, du moins profit&rent-ils largement du mot d'ordre
de Moscou. Et c'est lh l'origine du drame actuel. Dans tous les
domaines, la culture ukrainienne renaissait; la langue ukrai-
nienne proscrite remplaca le russe; les communists russes -
avec le bulgare Rakowski ne luttaient pas centre l'expres-
sion du sentiment national : des 6crivains comme Khvylovyi
et Yanovski ou Sentchenko pouvaient m6ler A des r6cits
r6volutionnaires l'exaltation de l'Ukraine; certain meme,
comme Horbane dans le Cosaque et le Voivod ), d6crivaient
le movement national cosaque de liberation.
Cette ukrainisation dans tous les domaines contribuait
A att6nuer tout ce que le bolchevisme 6conomique pouvait
avoir de contraire a l'individualisme ukrainien. Et, ces quelques
ann6es de renaissance, il est just de dire que c'est aux

i. Voir a ce sujet le livre deM. Choulguine, L'UkrainecontreMoscou, et lesdiverses
6tudes parues dans Le Monde Slave, sp6cialement celles de M. Martel, de M. Mjacotin
et de M. Borschak; il nous serait impossible d'aborder dans le cadre de cet article
1'histoire des annees de 1917 h 1920.





26 SCIENCES POLIT1QUES
communists russes internationalistes de l'6cole de Lnine,
que l'Ukraine les doit. C'est pourquoi, lorsque nous voyions
dans les khata ukrainiennes les portraits de L6nine voisiner
avec les icones, ce n'6tait peut-6tre pas absolument une
mise en scene pour strangers.
Et il est just aussi d'ajouter que pour une fois que Moscou
lui montrait quelque bienveillance, I'Ukraine l'a bien mal
r6compens6.
Quand une conscience national se d6veloppe, c'est g6n6-
ralement contre quelque chose. Les Moscovites n'avaient
pas pens6 que si le mot < Nitchevo 6tait russe, il n'6tait pas
Ukrainien.
En 1930, le proces, a Kharkiv, de I'Union pour la liberation
de l'Ukraine, oi pas mal de communists officials furent com-
promis, mit A jour des faits peu amicaux envers Moscou :
sabotage, menaces de separatisme, etc. Le movement 6tait
s6rieux : les Ukrainiens avaient fini par comprendre que la
collaboration avec la Russie profitait surtout a Moscou;
individualistes avant tout, ces paysans, qui souvent 6taient
des petits propriftaires, supportaient mal le collectivisme et
ils le manifesterent en provoquant des incidents au moment
de la requisition du blW et du paiement des imp6ts.
Moscou dut s6vir : ce n'6tait pas ainsi qu'il entendait
l'ukrainisation de l'Ukraine. I1 envoya alors le russe Postitchev
pour remettre de l'ordre dans le pays. En fait, A partir de
i93o-33 la tendance est renversee : 1l'ukrainisation succede
la russification. Skrypnik, commissaire pour l'instruction
publique, compromise, se suicide et c'est, avec la collecti-
visation foree, une sorte de guerre qui s'installe en Ukraine;
on use de tous les moyens pour reduire le pays : r6quisi-
tions totales, menaces de famine, deportation en masses de
paysans, dans le Nord, ou ils allaient mourir.
Les Ukrainiens disparurent parmi les repr6sentants officials
du pays; le people vota desormais, dans la proportion de 99 %
(mieux qu'en Allemagne), pour le chef de la Tcheka, le com-
mandant de l'arm6e russe << d'occupation et naturellement
Staline; militaires, fonctionnaires et policies. II n'6tait plus
question < d'ukrainisation ! L6nine avait dit : < Pour le




LA QUESTION UKRAINIENNE 27
succes de l'ukrainisation bolchevique, la culture doit Atre
national dans la forme, socialist dans le fond ). En transfor-
mant : ( national pour la forme, et socialist, c'est-A-dire
moscovite, pour le contenu )), nous aurons le climate actuel,
du reste bien indiqu6 par cette phrase du discours de Zatonsky
du 18 novembre 1937 : ( II faut greffer en Ukraine le sentiment
de la parents et de la fraternity envers le people russe ). On
en vint enfin avec le temps A des formules plus claires.
Du reste, la langue russe, un peu d6laiss6e pendant dix ans,
reprend sa place en meme temps que les professeurs et les
livres. Est-il admissible, disent les officials, que les paysans
et ouvriers d'Ukraine ignorent la langue d'octobre? Grace A
cette ( langue d'octobre ), les Ukrainiens apprennent que
Pierre Ier fut un grand Tsar tout impr6gn6 de marxisme,
que Koutouzov, qui empecha les reves napoleoniens de s6pa-
ration de l'Ukraine, a bien m6rit6 de la patrie ukrainienne. -
On invite 6galement les Ukrainiens A c616brer la ( victoire ) de
Poltava ofi furent d6faits ( les interventionnistes suddois
amen6s en Ukraine par le traitre Mazeppa ). Moscou, g6n6reux
comme toujours, affected la some de i3o.ooo roubles A la
restauration des monuments de Pierre le Grand (une inter-
prate sovi6tique, avec ce ton ind6finissable qu'ont les inter-
prates lA-bas qui paraissent penser A autre chose, A des choses,
tres graves, tres intimes, lorsqu'elles vous font visiter les villes,
me montrait A Kiev le monument de l'hetman Khmelnitzki,
l'alli6 de Moscou, en me faisant remarquer: Dans notre Union,
vous le voyez par vous-mdme, nous tenons A respecter les
traditions historiques du pays ). Et je sentis que je commettais
un impair lorsque je lui demandais innocemment si Mazeppa
avait lui aussi sa statue).
La russification aggrava tres nettement la situation : au
congres du parti communist en juin 1938, le camarade
Khroustchov disait : s Nos ennemis ont cherch6 h an6antir
les kolkhoz; ils ruinaient l'6conomie, laissaient p6rir le betail et
les chevaux, brisaient les machines; ils ont tout fait pour
diviser les peuples freres, ukrainiens et russes; dans ce but, ils se
sont acharn6s sur la langue russe en Ukraine1. (En 1935,
I. VISTI (Journal ukrainien de Kiev), juin 1938.





28 SCIENCES POLITIQUES
lorsque nous visitAmes un kolkhose pres de Kiev, le chef qui
6tait un Russe venait justement d'etre lAchement assassin
par un khoulak f6roce >. L'interprete en avait les larmes aux
yeux.)
C'est devant ces faits qu'en 1937, Lazare-Moise Kaga-
novitch, beau-frere de Staline, vint faire une inspection en
Ukraine, et que Postitchev, le gouverneur russe, disparut apres
s'6tre fait publiquement trait d'idiot 1. Une enquete, menee par
le tchekiste Israel Leplevski, d6montra le c nationalism a du
President du Conseil des Commissaires du people Lubtchenko,
qu'on croyait pourtant pur : tandis que son collogue Grynko
6tait fusill apres un procks a Moscou, celui-ci eut la chance de
pouvoir se suicide avant.
Moscou remplaga Lubtchenko par un communist de
trente ans, assez pauvre et jug6 de ce fait inattaquable : Michel
Bondarenko; hilas! le pauvre gargon disparut au bout de
deux mois : il 6tait devenu lui aussi nationalist! Aprts avoir
d6sesp6r6 quelque temps de trouver un president du Conseil
orthodox, Moscou finit par nommer A ce poste un tch6kiste
bien connu en Ukraine : Korotchenko, aid6 d'un autre tch6kiste
au poste de secr6taire du parti, le nomm6 Khroustchov. Les
choses en sont la : le regime tsariste continue.
Les russes blancs pourraient bien se tromper lorsqu'ils
attribuent les menaces de s6paratisme au seul communism,
en Russie m6ridionale >. M. Choulguine, ancien ministry des
Affaires Etrangeres d'Ukraine, donne peut-6tre la raison de ces
menaces lorsqu'il 6crit dans son livre : L'Ukraine contre
Moscou : La Russie est trop vaste pour 6tre un pays comme
les autres. Immense, mystique, irrationnelle, elle est toujours
malade. Et ses maladies, tant6t le tsarisme, tant6t le bolche-
visme, sont aussi dangereuses que d6testables pour ses voisins,
et combien encore plus pour ceux qui sont obliges de vivre sous
sa domination!
Malgr6 tout, les policies ont fort A faire : le 2 juillet 1938,
en annongant un nouvel emprunt, les Visti de Kiev ajoutaient :
S((Les ennemis du people, non encore d6couverts, tacheront sans


I. LAZAREF, dans la Revue de Promdthde, no 3.




LA QUESTION UKRAINIENNE 29
doute de nuire une fois de plus au placement de l'emprunt. ,
Et une d6peche de Moscou apprenait au monde, le 20 decembre
dernier, que M. Ossenko, premier secr6taire des ( Jeunesses
d'Ukraine ), 6tait d6nonc6 comme ennemi du people en m~me
temps que quelques autres : il s'agissait d'une ( clique de
mis6rables traitres A la patrie, de mis6rables degen6res fascistes
trotskistes-boukhariniens et bourgeois nationalists, d'une
bande de saboteurs terrorists. ) Que d'ennemis! On comprend
que M. Khroustchov ait cru prudent d'ajouter en juin 1938 :
( La chanson des ennemis s'est tue, mais il reste encore des
racines... )
Bien qu'officiellement 1'article XIX de la constitution
n'ait pas de portte, parce que la R. S. S. d'Ukraine a
trouv6 le bonheur dans son union avec Moscou, les Moscovites
ont du^ 6crire1 : (( Cette separation irait a l'encontre des interAts
du proletariat et des travailleurs de la nationality qui se
spare; elle amenerait un enforcement des classes exploitrices.
Tant que le capitalism et l'imperialisme existent en dehors de
l'U. R. S. S., le parti ne peut pas permettre l'6branlement du
pays sovi6tique. ) C'est done qu'au moins pour quelques-
uns la question de la separation se pose?



Le tourist qui voudrait, de Kiev, revenir par Varsovie,
quitterait l'U. R. S. S. apres la douane sovietique de Kri-
vine et entrerait en Pologne a Zdolbounovo. En r6alit6, il
se trouverait toujours en Ukraine et continuerait d'y Atre
jusqu'A Kholm, A 200 kilometres environ de Varsovie.
D'un commun accord, Russes et Polonais ont fait de la
frontiere de cinq cents kilometres de long, a peu pros tout
entire en territoire ukrainien, un fosse infranchissable s6pa-
rant leurs deux pays. Du c6t6 sovi6tique, une ligne de fils de
fer barbel6s, qui ne sont pas seulement symboliques, en
defend meme l'approche; et pour plus de precaution, les
autorit6s ont fait place entierement nette tout le long de


i. Partiinoie Stroitelstvo, no 10.




30 SCIENCES POLITIQUES
la frontiere, oui il n'y a plus d'habitants, ce qui a simplifi6
la tAche de la Pologne. Cette coupure profonde de l'Ukraine
en deux rend absolument impossible les moindres contacts
entire Ukrainiens des deux Ukraines.
Voyons comment ces pays peuplks d'Ukrainiens :ont
arrives entire les mains de la Pologne.
Le premier, et peut-6tre le seul acte official pass entire
la R6publique D6mocratique Ukrainienne et la R6publique
Polonaise, date du 24 avril 1920, alors que l'Ukraine Sovi6-
tique actuelle 6tait envahie une fois de plus par les troupes
bolcheviques. En vertu de ce traits secret, la Pologne recon-
naissait l'ind6pendance de l'Etat Ukrainien, dans les limits
des territoires de 1'Union Sovi6tique, et s'engageait A inter-
venir militairement pour reconquerir cette independance; de
son c6te, au nom de la Republique Ukrainienne, Petlura
d6clarait se desinteresser des territoires Ukrainiens de la
Petite Pologne Orientale, et acceptait de r6tablir dans leurs
droits les propriftaires polonais en Ukraine.
Cet accord est a la base de l'extraordinaire champagne
polono-sovi6tique de 1920, qui amena les troupes ukraino-
polonaises a Kiev le 7 mai, puis les troupes bolcheviques
jusque sous les murs de Varsovie en aouit, a la suite de la
foudroyante offensive de Toukatchevski, sous-lieutenant de la
garde, pass g6n6ral commandant en chef a vingt-huit ans.
C'est alors que la Pologne demand l'aide de la France, et
que les Russes furent obliges de rebrousser c"hemin assez
vivement en Ukraine sovietique, apres la bataille de Varsovie,
due h Pildzuski, et au g6n6ral Weygand.
La paix fut sign6e a Riga en 1921 : si Pildzuski n'avait
pu r6aliser son reve d'un Etat Ukrainien plus ou moins
satellite de la Pologne dans les limits des frontieres de 1772,
Petlura, de son c6te, 6tait accuse d'avoir abandonn6 la Gali-
cie et la Volynie A l'ennemi polonais, pour reconqu6rir le
pouvoir; en fait, le trait de Riga, qui fixait les frontieres
orientales de la Pologne en dehors de la volont6 de l'Ukraine,
pouvait lib6rer Petlura de ses engagements de 1920. Mais il
6tait trop tard.
Ce trait de Riga 6tablissait des relations normales entire




LA QUESTION UKRAINIENNE 31
M'U. R. S. S. et la Pologne, mais laissait pendante la question
des territoires galiciens dans les rapports de la Pologne avec
l'Entente.
En effet, I'article 91 du trait de Saint-Germain stipulait
que les droits de 1'Autriche sur les territoires qu'elle devait
c6der 6taient transf6r6s aux puissances alliees et associees,
c'est-A-dire France, Grande-Bretagne, Italie et Japon. Or la
Galicie orientale faisait parties de ces territoires et 6tait occu-
p6e par les troupes polonaises. Le 28 f6vrier 1921, les Grandes
Puissances de 1'Entente d6clarerent a la S. D. N. r6server
leurs droits.
La Pologne pour liquider I'affaire, demand, bien apres
le trait de Riga, en f6vrier 1923, la reunion de la Conf6rence
des Ambassadeurs qui, le 15 mars 1923, consacra en droit
la situation de fait.
Ce n'est pas s'immiscer dans les affaires int6rieures de la
Pologne que de rappeler les consid6rants de la decision de
la conference : << Consid6rant qu'il est reconnu par la Pologne,
qu'en ce qui concern la parties orientale de la Galicie, les
conditions ethnographiques n6cessitent un regime d'autono-
mie; consid6rant que le trait conclu entire les principles
puissances alliees et associees et la Pologne le 28 juin 1919
pr6voit pour tous les territoires places sous la souverainet6
polonaise des garanties sp6ciales en faveur des minorities de
race, langue, religion... , les puissances de l'Entente transf6-
raient A la Pologne leurs droits sur ces territoires, a condition
que soit r6alis6e, le plus t6t possible, une autonomie, dans le
sens de la loi vote par la Diete de Varsovie six mois aupara-
vant, en septembre 1922; une diete particuliere etait pr6vue,
ainsi qu'un gouvernement autonome; il fut meme question
d'une university ukrainienne.
Malheureusement quelque temps apres cette decision,
M. Tibal pouvait 6crire que cette autonomie n'existait que
sur le papier...
En fait, le Gouvernement Polonais commenqa tout de
suite en Galicie orientale, Poliesie et Volynie une vaste cam-
pagne de polonisation, sous le pretexte qu'on ne pouvait guere
parler d'Ukraine lI ofi les l66ments polonais et ukrainiens




32 SCIENCES POLITIQUES
etaient aussi 6troitement m6lang6s; et, peut-Atre dans le but
de mieux melanger ces populations, Varsovie attribua des
milliers d'hectares, provenant des grands domaines, a des
paysans l6gionnaires polonais. Ceux-ci, grace aux prets du
Gouvernement, purent s'installer sur ces terres, tandis que de
nombreux Ukrainiens, priv6s de travail, durent 6migrer.
Beaucoup sont en France, dans 1'agriculture et dans l'indus-
trie, sous passeports polonais1. 11 ne fut pas question d'Uni-
versit6 Ukrainienne, et le nombre des ecoles diminua dans
une proportion considerable, remplacees par des 6coles de
langue polonaise. Les Ukrainiens n'eurent pas aces aux
onctions publiques, monopole polonais, et les habitant de
ces territoires furent assez 6nergiquement contenus.
En i93o et 1936 eurent lieu de s6veres repressions polo-
naises, en r6ponse A des actes de terrorism de la part des
Ukrainiens de Galicie : un de nos ministres du commerce,
visitant officiellement Lwow avec des ministres polonais,
faillit en subir lui-meme les effects; la bombe 6clata heureu-
sement avec un 16ger retard. La pacification amena avec elle
des arrestations en masse, des proces, des internements dans
des camps de concentration, et un veritable regime de terreur
pour la population.
La situation qui s'6tait 16gerement am6lior6e entire Varsovie
et les parties ukrainiens est de nouveau fort tendue : en
juin et juillet dernier, des ouvriers polonais amen6s speciale-
ment par les autorit6s ont, sous la protection de la force
arm6e polonaise, d6truit m6thodiquement 107 6glises ukrai-
niennes orthodoxes dans la region de Lublin : on a vu des
maires polonais diriger les demolitions; et la population ter-
roris6e n'a pas pu intervenir. Les pertes sont consid6rables ;
en dehors des 6glises nouvellement bAties, don't tous les
travaux n'6taient pas entierement pays dans ce cas, 1'6-
glise d6truite, la dette demeure -, on peut citer 1'aneantisse-
ment de lieux de pelerinage v6n6res, et surtout la disparition

I. Ces faits semblent g6neralement admis, mais si nous interrogeons des Polonais
i ce sujet, ceux-ci declarent, au contraire, que ces terres ont Wt parties surtout
entire des Ukrainiens, au m6pris des droits 16gitime des Polonais. Voilh un example
entire mille do l'inextricable confusion de la question ukrainienne.




LA QUESTION UKRAINIENNE


total de t6moins int6ressants de l'architecture ukrainienne,
des xiie et xvie siecles1.
A l'Nvocation de ces faits, les Polonais r6pondent qu'en
r6alit6 ces 6glises orthodoxes ne contenaient pas de parois-
siens, et que l'1itat n'avait aucune raison de continue a les
entretenir; qu'au surplus il ne s'agit pas, dans le district de
Lublin, d'Ukrainiens, mais de (( Blancs-Ruthenes ,.
C'est par l'interpellation du d6put6 ukrainien Baran A
la Diete polonaise le 6 juillet 1938 que nous connaissons ces
faits. Car si les Ukrainiens de Pologne ne vecurent jamais,
comme leurs voisins, sous un regime d' <( ukrainisation ), du
moins ont-ils le droit d'61ire des repr6sentants a la Dikte
polonaise, lesquels seraient avant tout, d'apres les sources
ukrainiennes, nationalists et antipolonais. A cela les Polo-
nais r6pondent que si ces d6put6s ukrainiens 6taient aussi
antipolonais qu'on le pretend, ils n'auraient pas vote le
budget militaire de la Pologne; et que du reste tout ceci n'a
pas une importance extreme : en Petite Pologne orientale,
seule la voivodie de Stanislowow possede une majority ukrai-
nienne; les Ukrainiens sont en minority A Lwow et A Tarnopol,
en se plagant naturellement sur le plan electoral.
La press international vient r6cemment de mettre en
valeur la presentation par les Ukrainiens d'une motion <( sen-
sationnelle a la Dikte polonaise, r6clamant l'autonomie
promise par la Conf6rence des Ambassadeurs, c'est-A-dire, a
peu de choses pres, l'autonomie don't jouit l'Ukraine Carpa-
thique : en fait, cette motion n'est pas nouvelle, elle est rituel-
lement d6pos6e sur le bureau, environ tous les deux ans et
jamais aucune suite ne lui a 6t6 donnee. Varsovie avait du
reste repondu d'avance par la bouche du gouverneur de Lwow
<( qu'elle n'admettrait jamais aucune tendance separatiste
dans les regions historiquement liees a la Pologne ).
D'ailleurs certain milieux polonais, don't nous n'avons pas
pu savoir s'ils repr6sentaient l'opinion g6nerale en Pologne,
semblent n'attacher qu'une importance tres relative A la
decision de la Conference des Ambassadeurs, a laquelle, d'apres
i. Nous citerons, avec M. Baran, l'6glise de Stchebrechin qui datait de I 184, celle
de Koznytza (1578) et la cath6drale do Bilapodliska, de 158a.
SCIENCES POLITIQUES. 3




34 SCIENCES POLITIQUES
eux, la Pologne n'aurait donn6 sa signature que parce qu'elle
n'6tait pas en 6tat de la refuser : mais maintenant que la
Pologne fait parties des grandes puissances, elle tient a 6tre
maltresse chez elle; elle n'aurait donc plus de raisons de se
preoccuper d'une decision don't I'application 6quivaudrait
pour elle A un veritable suicide. Juridiquement meme elle
ne serait plus lice depuis qu'elle a d6nonc6 unilat6ralement
il est vrai A Geneve, le i3 mars 1934, le trait des mino-
rites.
La Pologne n'a 6videmment aucune envie de se suicide
et conserve une belle vitality : 1'affaire de Teschen en est la
preuve; mais, comme I'U. R. S. S., et d'un point de vue diffe-
rent, elle est tout de meme oblige d'avouer que tout ne va
pas pour le mieux dans ses territoires de Galicie et de Vo-
lynie, et qu'elle doit computer avec un sentiment national
ukrainien que la presence sur ses flancs de l'Ukraine Car-
pathique risque de rendre particulierement dangereux :
les voyages du colonel Beck A Bucarest et A Berchtes-
gaden, apres une curieuse tentative du c6te de Moscou,
trahissent une nervosit6 assez l6gitime des milieux politiques
polonais.




Nous laisserons de c6t6 le probleme des Ukrainiens de
Roumanie : comme le dit M. Ren6 Martel, (( leur activity
n'a pas encore atteint le stade des problemes internationaux ).
La question en effet ne peut guere se poser, le gouverne-
ment roumain est bien plus preoccup6 par ses minorities hon-
groises, plus importantes a tous points de vue, que par les
ukrainiens de Bucovine et de Bessarabie, qu'il a syst6mati-
quement laisses dans un 6tat intellectual assez deficient, ce
qui est la meilleure methode pour n'avoir pas d'ennuis de ce
cot-l6A.
Et nous aborderons l'Ukraine Carpathique, sorte de <( borne
indicatrice ou de main tendue ) vers l'Ukraine Sovi6tique,
selon l'expression de M. Paneiko.




LA QUESTION UKRAINIENNE 35
L'Ukraine Carpathique comprend 1o.ooo km2 avec 45o.ooo
Ukrainiens parmi les plus dish6rites A tous points de
vue : le regime hongrois d'avant-guerre n'6tait pas fait
pour les d6velopper intellectuellement et si, materiellement,
M. B6nes, par de grands travaux cr6a une activity 6co-
nomique, la situation n'est pas encore tres brillante; les
villes principles Uzhorod et Mukacevo leur ayant Wt6
retirees par l'arbitrage de Vienne, les Ukrainiens en ont Wte
r6duits A Mlever au rang de capital Chust avec ses 25.ooo
habitants.
Mais grice A l'autonomie dans le cadre d'une federation
avec les Tcheques et les Slovaques,le gouvernement deMgrVolo-
chin, nomm6 par Prague, en attendant qu'une diWte autonome
ratifie ce choix, a pu se d6barrasser des l66ments dirigeants
russes, amends par la politique philo-russe de M. Benes oh
dominant M. Fencik, actuellement A Budapest, qui, avant de
pr6coniser le rattachement A la Hongrie, paraissait consider
l'Ukraine Carpathique comme un d6p6t destine h ftre rendu
A la Russie, apres l'6croulement des Soviets. La nomination
par Rome d'un 6veque uniate ukrainien a achev6 de mettre
tous les leviers de command entire les mains des Ukrainiens
qui sont maintenant maitres 1a-bas tout au moins dans les
affaires int6rieures.
En r6alit6, l'importance de l'Ukraine Carpathique vient
de ce que c'est la seule terre dans le monde oi flotte le drapeau
national ukrainien, point de ralliement moral pour les milliers
d'Ukrainiens d'Am6rique, d'Europe et d'Asie sans computer
ceux d'U. R. S. S., de Pologne et de Roumanie. Bien que
Mgr Volochin ait declare au correspondent du Dilo a Chust en
novembre : < L'Ukraine Carpathique, vu sa situation dans la f6-
deration, ses dimensions, ne peut se maler des grands pro-
blames si compliques de la politique pan-ukrainienne , il a
ajout6 A Noel : < J'ai la parfaite confiance que notre people
comprendra sa mission historique et n'oubliera jamais qu'il
y a des millions de frbres ukrainiens hors de nos frontieres et
qu'ils ont salu6 cordialement notre liberation. Les Ukrainiens
ont tous compris : pour tous, l'Ukraine Carpathique repr6sente
l'embryon de la future Ukraine.





36 SCIENCES POLITIQUES
L'Emigration, surtout, a pu librement faire connaitre son
point de vue : aussi bien l'organisation d6mocrate de M. Livit-
zki avec le < gouvernement de la r6publique d6mocratique
ukrainienne en exil n, h6ritier du gouvernement 16gal de
Petlura, que l'important movement nationalist de M. Mel-
nik, successeur de Konovaletz, tous ont donna leur accord
A Mgr Volochin. Et cette emigration, qui comprend plus
d'un million d'Ukrainiens dans la seule Amerique du Nord,
est fort influence : elle a tenu a envoyer un d6l6gu6 h la confe-
rence d'arbitrage de Vienne et celui-ci refusa de reconnaitre
la sentence enlevant Mukacevo et Uzhorod A l'Ukraine
Carpathique. Le comit6 ex6cutif de ces organizations en
Am6rique a adopt a Noel 1938 une resolution de solidarity en
faveur de < l'ind6pendance des 45 millions d'Ukrainiens
d'Europe et souligne6 ( la necessity de crier une grande
Ukraine r6unissant les territoires appartenant actuellement
A la Russie, A la Pologne et A la Roumanie 1 .
Cet espoir n'aurait jamais pu prendre une forme aussi
precise sans la creation de cet Etat, some toute assez mise-
rable, qui, point d'appui actuel pour le sentiment national,
peut 6tre un jour le point de depart du prochain movement de
liberation de l'Ukraine.
En Ukraine occupee, s'il nous est tres difficile de connaitre
les reactions des Ukrainiens de I'U. R. S. S. envers l'Ukraine
Carpathique (en savent-ils l'existence?), nous connaissons
celle des Ukrainiens de Pologne, grace aux representants a
la Diete : officiellement ceux-ci ont protests contre Faction
polonaise dans l'affaire de la frontiere commune, et ils ne
cachent pas leur sympathie pour le gouvernement de Chust.
Un d6put6 pouvait meme d6clarer en d6cembre dernier a la
suite des bagarres de Lwow : < Si les autorites ne parviennent
pas a maintenir l'ordre, nous organiserons nous-memes une
defense active et nous ferons au besoin appel aux facteurs
internationaux . IL semble que le ton change : sous le nom
pudique de < facteurs internationaux x, c'est une silhouette
bien connue qui fait officiellement son apparition.


i. Le Temps, 26 dec. 1938.





LA QUESTION UKRAINIENNE


Hitler, en s'int6ressant A l'Ukraine, ne fait pas acte de
novateur : il reprend simplement certaines traditions germa-
niques. Deji en mars 1918, lorsque les troupes allemandes
pinetrerent en Ukraine par la Volynie et occuperent Kiev,
un de leurs buts de guerre 6tait atteint. Tandis que, du fait
de l'alliance russe, la France adoptait avant la guerre sur la
question le point de vue de PMtersbourg, il existait d6ja A
Berlin une ( Ligue pour la liberation de l'Ukraine ) d'inspiration
bismarckienne : il s'agissait, d'accord avec les Habsbourg, de
promettre une certain autonomie A la Galicie qui formerait
ainsi un appAt pour toute l'Ukraine russe. En aofit 1914, un
manifesto de la Ligue invitait les Ukrainiens russes << a crier
une Ukraine ind6pendante des Carpathes au Don par une
entente 6troite avec la Triple Alliance >. Les membres de
l'Union devaient suivre l'arm6e allemande dans son advance
en Ukraine pour fair de 1'action s6paratiste dans le pays.
Cette advance avait 6t6 longuement pr6par6e : n'a-t-on pas
dit que, pendant la p6riode d'avant-guerre, les Allemands
avaient m6thodiquement achet6 tous les grands domaines
presentant un interet strat6gique et qu'ils etaient arrives A
placer en bonnes mains tous les terrains voisins des tetes de
points?
Mais jusqu'en 1917, les troupes tsaristes leur barrant le
chemin, ils durent se borner, sous l'instigation du fameux
colonel Nicolai, chef des services d'espionnage, A constituer
a Lemberg un corps d'Ukrainiens compose de prisonniers de
guerre pr6alablement (( r6duqu6s ) dans des 6coles cre6es sp6-
cialement. C'est seulement apres Brest-Litovsk qu' (( A la
demand du gouvernement ukrainien ) les troupes allemandes
purent mettre leurs projects a execution.
Et ce fut 1'exploitation methodique de l'Ukraine : un
institute d'6mission germanique fut cr66 h Kiev, don't les
billets furent garantis par les emprunts allemands, et un
bureau s'installa a Berlin, charge de la repartition des products
(( achetes )).




38 SCIENCES POLITIQUES
Officiellement, I'Ukraine occup6e 6tait encore gouvern6e
par un ministere 6manant de la Rada central qui, bien
qu'ayant fait appel aux Allemands, n'6tait pas tres germa-
nophile. II montra meme si peu de zMle dans l'execution des
ordres de requisition auxquels les paysans r6sistaient avec
acharnement, que les Allemands supprimerent gouvernement
et Rada; une assemblee de propri4taires terriens compose
des anciens propri6taires fonciers auxquels leurs domaines
furent bient6t rendus, proclama hetman un ancien officer de
la garde imp6riale, le g6n6ral Skoropadski qui ne savait que
fort approximativement l'ukrainien.
Et, suivant le mot du Chancelier allemand von Payer, au
Reichstag le 9 mai 1918, les Allemands recueillirent (( les
avantages de tout ce qu'on peut resumer sous le nom de
colonisation ). Cette colonisation avait 6t6 d6jh 6voquee au
parlement de Vienne par M. Levicki, leader des parties ukrai-
niens de Galicie en ces terms : (( Tout le long de la route de
Jitomir a Kiev, les soldats ont pill tous les villages. Tout le
blW r6quisitionn6 a Wte pay6 a l'aide de bons comme en pays
ennemi. Des Ukrainiens ont 6t6 pris et d6port6s en Autriche
et forces a travailler dans les mines et les fabriques de muni-
tions. Les banques d'Ukraine ont Wte pill6es et l'or exp6di6 en
Autriche... Les Allemands ont perp6tr6 en Ukraine des crimes
analogues. ) I est curieux de noter, pour I'honneur de l'Alle-
magne, que, le 9 mai 1918, au Reichstag, le d6put6 socialist
Scheidemann, qui avait cru naivement que c'6tait pour le bien
des Ukrainiens que l'Allemagne occupait l'Ukraine, s'aperce-
vant de son erreur, d6clara qu'il ne voyait l1 qu'une (( sinistre
plaisanterie )).
En fait, l'Ukraine en 6tait revenue au regime d'avant-
guerre, les troupes, allemandes remplagant les troupes russes,
les grands propri6taires ayant repris leurs terres et le bl6
s'6coulant en Allemagne. On nous a racont6 en Ukraine
sovi6tique que les Ukrainiens, qui pendant leur histoire,
connurent pas mal de pillages plus ou moins d6guis6s, consta-
terent chez les Allemands un raffinement nouveau : certes,
qu'on leur pille leurs recoltes, leurs maisons, qu'on leur enleve
leurs betes, ils y 6taient habitues, mais que 1'envahisseur





LA QUESTION UKRAINIENNE 39
emmene la terre elle-meme, leur tchernozium, par wagons, cela
ils ne l'avaient encore jamais vu!
Bien que Skoropadski ait cru pouvoir affirmer : ( le sort de
l'Ukraine est intimement li6 A celui de l'Europe central et
I'Ukraine doit devenir forte pour preter en toutes circonstances
son appui A 1'empire allemand ), la r6volte grondait; les requi-
sitions donnaient lieu a des scenes tres violentes. De nombreux
soldats et officers allemands disparaissaient myst6rieusement.
Le Mar6chal Eichhorn lui-meme cet ami irremplacable de
l'Etat ind6pendant d'Ukraine, comme disait l'hetman fut
assassin. Les nationaux s'organisaient.
Skoropadski n'avait pas cach6 son attachment A la Russie
ancienne, et quantity de Russes blancs avaient trouv6 asile a
Kiev sous passport ukrainien (quelle honte pour des Russes!);
sentant, A l'automne 1918, les choses se gAter, il proclama la
federation de l'Ukraine avec la Russie. Les troupes allemandes
et les volontaires russes furent bientot chassis par la r6volte
national organis6e par Petlura (Konovaletz 6tait le chef
d'une des troupes d'61ite) qui prit le pouvoir dans un directoire
de cinq membres. Skoropadski dut suivre les troupes alle-
mandes. Ainsi se terminal la premiere parties du drame de
< liberation de l'Ukraine ). L'Allemagne l'avait perdue.
Depuis 1919, I'Allemagne n'a jamais renonc6 A ses visees
sur l'Ukraine. Si le traits de Rapallo, ou Rathenau avait jet6
les bases d'une collaboration economique germano-sovi6tique
(petrole et ble contre machines) amena la fermeture de la
l6gation d'Ukraine, il y avait toujours A Berlin l'institut
scientifique ukrainien sous le patronage de Skoropadski.
Hitler avait 6crit en 1925 dans Mein Kampf: <( Nous
inaugurerons la politique territorial de 1'avenir. Mais si nous
parlons aujourd'hui de nouvelles terres en Europe, nous ne
saurions penser d'abord qu'A la Russie et aux pays limitrophes
qui en dependent. )
A la conference economique de Londres, en i930, Hugen-
berg d6posa un memoire ou les aspirations allemandes 6taient
assez clairement indiqu6es ce qui provoqua dejA un accord
polono-sovietique ou les Polonais s'engageaient A no pas
soutenir l'independance de l'Ukraine sovietique.





SCIENCES POLITIQUES


IL est bien certain que sans Hitler il n'y aurait pas d'Ukraine
Carpathique, qui d6coule directement des accords de Munich,
don't elle est un des fruits les plus lourds.
I1 est 6galement certain que Hitler s'int6resse particu-
lierement A cet Rltat, et ceci dans un but tres net : les notes
diplomatiques de Moscou et de Varsovie n'y changeront rien.
Voyons les faits brutaux : creation h Vienne d'un office
ukrainien specialist dans les questions de la Galicie orientale,
de l'Ukraine Carpathique et de la Roumanie; Cr6ation a
Berlin d'un bureau ukrainien charge sous la direction officielle
d'Ukrainiens (Dr Souchko) de recenser les Ukrainiens apatrides.
(Certains 1 ajoutent meme que les pr6paratifs techniques et
administratifs sont tres pouss6s a Berlin; on expliquerait dans
des course sp6ciaux et r6guliers aux fonctionnaires allemands les
avantages et la nature de la collaboration avec l'Ukraine
d'abord, avec la Russie ensuite. Tous les documents concernant
I'Ukraine occupee en 1918 seraient centralis6s au Ministere
de la guerre pour 6tudes). Decision de construire un auto-
strade permettant de traverser la Tchicoslovaquie en huit
heures et reliant les autostrades allemands A l'Ukraine Car-
pathique. -- Enfin, creation d'un consulate d'Allemagne A
Chust : l'int6rft qu'y prend l'Allemagne visite de certain
technicians de la 16gation de Prague) semble significatif.
Les phrases de Mein Kampf, les conceptions de Rohrbach,
les affirmations de Rosenberg, les paroles memes d'Hitler 2
disant que l'Allemagne (< nagerait dans l'opulence si elle
disposait des immense champs de blW de l'Ukraine, mises en
lumiere par le rapport du general allemand Krause, comman-
dant l'arm6e autrichienne d'occupation en 1918 : <( Les Alle-
mands visent en Ukraine un but 6conomique precis. Ils veulent
conserver pour toujours le chemin le plus court vers Bakou,
la Perse, la Mesopotamie ), font craindre que l'Allemagne voie
dans la future Ukraine, plut6t une base pour une nouvelle
expansion, qu'une fin en soi lui assurant une existence econo-
mique normal.

I. Andr6 DE REKA dans un journal roumain.
2. Voir a ce sujet les articles de M. Henry ROLLIN parus dans Le Temps les o10
et 17 decembre 1938.




LA QUESTION UKRAINIENNE 41
Tous ces faits ne laissent pas d'etre singulierement inqui6-
tants : ils ont permis a Moscou d'affirmer dernierement h
Prague < que les declarations pan-ukrainiennes de Mgr Volo-
chin d6masquaient les plans de l'Allemagne fasciste travaillant
a transformer l'Ukraine Carpathique en place d'armes pour
son expansion ult6rieure vers l'Est de l'Europe .



Les Ukrainiens ne cachent pas que la position de la France
soit tres delicate, mais ce n'est pas en niant le problem 1 ou en
d6clarant que ceux qui l'dvoquent font le jeu d'Hitler qu'on
arrivera a le supprimer.
Et quand nous leur disons que la France d6missionnerait
d6finitivement en Europe si elle laissait faire l'Ukraine, ils
repondent qu'A leur avis nous avons tort de poser ainsi la
question.
Ils citent l'exemple polonais : l'idee meme d'une Pologne
ind6pendante efit sembl6 ridicule en janvier 1914 et surtout en
juillet 1918; et pourtant la Pologne existait en decembre 1918. II
en est de meme actuellement pour l'Ukraine. Les Ukrainiens
ignorent comment se fera cet Etat, A la suite de quels boule-
versements impr6visibles, mais ils sont surs que l'Ukraine
existera dans un avenir prochain, et ils se fondent non pas
tant sur la volont6 d'Hitler que sur la volonte propre des
Ukrainiens. Sans Hitler, l'Ukraine n'existerait peut-6tre
pas de sit6t, mais sans nationalism ukrainien, Hitler (en
admettant que ce soit lui qui la fasse), ne pourrait pas fair
l'Ukraine, car il ne songerait certainement pas a agir centre les
Russes, les Polonais et les Ukrainiens r6unis; or chacun
salt que dans le cas d'un conflict germano-russe, Moscou serait
oblige de mettre en lieu stir l'l66ment ukrainien de l'armie
sovi6tique et de faire d6fendre l'Ukraine par les seuls Russes,
car si elle donnait des armes aux Ukrainiens, ceux-ci les
tourneraient centre elle.
I. Voir h ce sujet 1'article du gouvernemental Illustrowany Kurjer Codzienni,
cit6 par M. ROLLIN dans le Temps du 10 d6cembre; l'article du Journal de Moscou
du 26 d6cembre 1938 et un singulier article de J. et J. TIIARAUD dans le Journal de
Rouen du 20 novembre 1938.




SCIENCES POLITIQUES


Depuis Munich et la creation de 1'Ukraine Carpathique,
I'Allemagne a des possibilities plus grandes de realiser son
rave de dissociation de I'U. R. S. S. par l'ind6pendance de
l'Ukraine, d'accord en cela avec le nationalism ukrainien.
Un Etat doit ktre vraiment tres fort A tous points de
vue s'il veut s'opposer avec succs a la volont6 d'un people
de se lib6rer. Et depuis Munich, la France qui n'a pas pu emp6-
cher les populations des Sudetes de se d6tacher de la Tch6co-
slovaquie, a peut-etre encore les moyens de retarder, mais n'a
peut-etre plus le pouvoir d'empecher la naissance de l'Ukraine,
si vraiment les Ukrainiens et I'Allemagne le d6sirent. En r6alit6,
le probleme n'est pas de discuter si on empechera ou non
l'Ukraine d'exister; c'est bien plut6t, cet Etat 6tant cr66 d'une
fagon ou d'une autre et il sera cr66 parce que sa non existence
est une absurdity dans le cadre actuel de I'Europe ce que la
France peut faire ou ne pas faire pour n'6tre pas enti6-
rement absente A ce moment-lA dans l'Est europ6en, et ce que
l'Ukraine doit faire pour ne pas se trouver seule en face
de l'Allemagne A ce moment-lh.
En effet, Hitler n'a jamais cach6 'experience de 1918 est
l1 pour le montrer que sous pr6texte de la renaissance de
l'Ukraine, c'est en r6alit6 le blW, le petrole, le manganese qu'il
vise, comme en 1938, la delivrance des populations des
Sudetes n'6tait qu'un pr6texte pour s'emparer du bastion de
Boheme.
Vu sous cet aspect, le probleme ukrainien int6resse aussi
bien la France que l'Ukraine. Si les Ukrainiens n'ont, helas!
pas la possibility de refuser l'aide de l'Allemagne, puisqu'aucune
autre nation ne leur propose de les aider, ils ne voudraient pas
revivre l'annee 1918 qui fut pour eux une douloureuse expe-
rience. C'est pourquoi certain d'entre eux voudraient d6placer
la question ukrainienne du plan germanique oi elle se trouve
actuellement pour la placer sur le plan europeen, seul moyen
A leur avis d'empecher Hitler de la r6soudre seul et A son b6ne-
fice exclusif. Au congres des nationalists ukrainiens d'Am6-
rique de Noel dernier, ils ont protests centre les allegations
selon lesquelles le movement pour l'independance serait
inspire par l'Allemagne; et ils ont demand 1'aide des Etats-





LA QUESTION UKRAINIENNE 43
Unis et des pays qui pourraient venir au secours de l'Ukraine
et qui, en change, n'exigeraient pas que l'Ukraine devienne
un 6tat vassal.
Ainsi l'Allemagne ne se sentirait pas toute-puissante et
l'Ukraine pourrait faire appel en cas de besoin aux puissances
occidentales, don't la presence est absolument necessaire, A
leur point de vue, pour que la politique 6trangere de la future
Ukraine puisse s'appuyer sur un 6quilibre de forces.
Mais en tout 6tat de cause, les Ukrainiens sont des mainte-
nant decid6s A d6fendre leur ind6pendance, et ils competent bien
que si le principle nationalist peut jouer d'abord en faveur
de l'Allemagne il se retournera fatalement contre elle quand
le Reich abusera de la situation.
Car le people ukrainien est un people europeen, et ses
40oooo.ooo d'habitants n'ont pas resist6 pendant des siecles A
la domination des Polonais et des Moscovites pour accepter de
bonne grace le protectorat de l'Allemagne; il ne faut pas
oublier qu'en 1918 le sentiment national ukrainien se manifesta
par l'insurrection de Petlura qui, avec l'aide de tous, natio-
nalistes aussi bien que socialists, chassa d'Ukraine les troupes
allemandes en mnme temps que les Russes et Skoropadski.
A l'appui de leur plaidoyer, les Ukrainiens tiennent a
rappeler que, selon l'expression de Ren6 Martel, (( si l'Ukraine
a 6t6 une intrigue, c'est d'une intrigue frangaise qu'il fhut
parler, de Louis XIV A Napoleon )); en s'int6ressant A
l'Ukraine, la France ne ferait que reprendre ses propres tra-
ditions historiques.


Comment conclure?
Un point parait certain : les Ukrainiens d'U. R. S. S. et
de Pologne sont nettement mecontents de leur sort.
Est-ce avant tout une reaction centre des regimes poli-
tiques qui ne leur conviennent pas? II nous semble plut6t
voir lh la manifestation d'un sentiment national tres reel,
d'autant plus violent que les 6preuves subies en commun sont
plus dures, et qui pousse ces gens A vouloir vivre chez eux
une vie national avec des institutions et un gouvernement





44 SCIENCES POLITIQUES
qui leur soient propres et selon un regime conforme a leurs
tendances communes.
Ceci 6tant pos6, si nous voulons envisager l'attitude que
pourrait prendre la France, tAchons, -bien que les Ukrainiens
d6clarent se refuser A rien prevoir A ce sujet -, d'imaginer
comment pourrait se constituer l'Ukraine et qu'elles en
seraient les chances de vie.
Nous tombons tout de suite dans le domaine si seduisant
des hypotheses : en effet, toutes sont permises, et pas seule-
ment les plus raisonnables! II n'est pas interdit, par example,
d'imaginer certain jeux diplomatiques, depuis l'Alliance Ger-
mano-Russe (les Moscovites acceptant de partager leur butin
avec les Allemands plut6t que de courir le risque de tout
perdre par un conflict jusqu'a l'alliance Germano-Polonaise
qui pourrait du point de vue ukrainien donner de meilleurs
r6sultats. D'autres combinaisons sont possibles; mais dans
tous les cas, on ne voit pas le moyen d'empecher l'Allemagne
de jouer le r6le principal; et l'on pense tout de suite a la
guerre.
11 est certain qu'une guerre, dans laquelle la Pologne et
I'U. R. S. S. seraient engages A la fois, ne serait pas pour
d6plaire aux Ukrainiens; pourtant elle n'est peut-6tre pas
n6cessaire : bien qu'il soit rare qu'une nation se constitute par
un simple jeu d'6critures, on pourrait fort bien imaginer que
ce r6sultat soit obtenu simplement par un savant d6ploiement
de forces, manifestoes bien A propos, dans le style Berchstes-
gaden-Munich.
Or si l'arm6e sovidtique est une 6nigme, la valeur de
l'arm6e polonaise est reelle. C'est pourquoi nous sommes
tents de penser en definitive que c'est de la Pologne que
depend la solution du probleme, lequel peut 6voluer dans des
sens diff6rents actuellement, le status quo est maintenu
sans doute grace A elle -, suivant qu'elle continuera ou non
A montrer une farouche volont6 de demeurer une grande
puissance : dans cet ordre d'id6es, il ne serait pas impossible
qu'elle se laissAt de nouveau seduire par l'id6e de Pilsudski
et qu'elle tentAt de r6aliser la Grande Ukraine sous son
influence, l'Allemagne se r6servant une (< collaboration ) 6co-




LA QUESTION UKRAINIENNE 45
nomique avec le nouvel Etat. (Notons dans cette hypothese
que si le people ukrainien est hostile aux Russes, qui repr6-
sentent pour lui la maladie bolchevique apres la maladie
tsariste, il n'a pas non plus de tres grandes sympathies
pour les Polonais ni pour les Allemands qui representent la
resurrection, sous Skoropadski, d'une sorte de regime feodal
qu'on n'est pas pret a oublier la-bas!)
En some, ils accepteront l'appui, soit des uns, soit
des autres pour reconqu6rir leur ind6pendance. Mais
apres?
Apres, c'est l'inconnu total! Que sera l'arm6e de l'Ukraine?
Que seront ses finances, son administration, et meme ses
frontieres? A la conference de la Paix l'Ukraine ne pr6tendait-
elle pas annexer sur la carte la Crimee peuplie de Russes et
le Kouban qu'on ne peut dire ukrainien? Et surtout, parce
que c'est tout de meme cela qui nous int6resse le plus, quels
seront ses rapports avec l'Allemagne? Nous doutons fort que
Petlura efit pu chasser les troupes allemandes en 1918, sans
la victoire des Alli6s.
Voilh pourquoi nous voudrions computer sur les puis-
sances occidentales, disent les Ukrainiens.
Et si ces puissances se trouvent mises dans l'impossi-
bilit6 d'agir, le moment venu?
Les problkmes surgissent a l'infini, et l'on perd pied.
Raccrochons-nous h des r6alit6s.
Or, la r6alit6, vue de ce c6t6-ci du Rhin, est fort delicate,
car nous sommes lies par des pactes d'assistance pr6cis6ment
avec deux des trois pays qui se partagent l'Ukraine. Si nous
d6nongons les pactes, c'est-a-dire si nous laissons l'Ukraine
se faire sans l'hostilit6 de la France, nos allies de l'Est (qui ne
furent pas, il faut le reconnaitre, d'un tres grand poids en
septembre dernier) fondent d'un seul coup; nous misons sur
l'Ukraine. Si l'Ukraine a moins de resistance devant l'Alle-
magne qu'elle le pretend, et si 1'aide morale ou materielle des
puissances occidentales est rendue impossible, c'est le danger
de voir Hitler profiter des prodigieuses richesses de l'Ukraine
et d'etre par l meme en measure d'effectuer enfin avec la
France le fameux reglement de comptes.




46 SCIENCES POLITIQUES
Quoi qu'on fasse, lorsqu'il s'agit d'Ukraine, c'est toujours
A l'Allemagne qu'on aboutit.
D'un point de vue purement frangais, le maintien du
statu quo est ce qu'on peut souhaiter de moins mauvais : la
France ne peut que perdre a un bouleversement europ6en.
Certes, il vaudrait beaucoup mieux faire confiance au sens
politique des Etats et esp6rer qu'ils consentiront enfin A
traiter leurs minorities d'une fagon un peu plus liberale, ce
qui pourrait donner moins de vigueur A leur d6sir de separa-
tisme. H61as! l'exp6rience des vingt dernieres annees montre
bien que ce n'est pas vers le lib6ralisme que tend I'Europe,
et du reste le lib6ralisme d'un gouvernement a rarement am--
lior6 ses rapports avec ses minorities.
Done, comme il n'y a malheureusement pas de solution a
esperer de ce c6t6, si cette Nation doit se reconstituer un jour,
il faut bien se dire qu'une Ukraine reconstitute malgrd la
France, c'est une Ukraine reconstitute contre la France; c'est
une Ukraine isol6e, sous la seule influence allemande; c'est une
Ukraine finalement colonisee par l'Allemagne.
Et c'est un tel danger, pour l'Ukraine aussi bien que pour
la France, qu'il faut eviter A tout prix que ce soit l'Allemagne,
sous le pr6texte de la liberty des peuples don'tt elle se soucie
au fond fort peu : l'exemple des minorit6s polonaises en Alle-
magne est symptomatique!) qui la reconstitue pour son usage
personnel.
C'est pourquoi nous croyons pouvoir faire n6tre l'idee des
Ukrainiens emigres : si l'on veut 6viter le pire, c'est par l'Europe
tout entire que doit 6tre regl6e la question ukrainienne.
ier fierier 1939.
J. LECOMPTE-BOINET.












LA VIE UNIVERSITAIRE
EN NOUVELLE ANGLETERRE


I. L'Universit6 d'Harvard. Une visit guide.

Les universities americaines1 sont, d'une maniere gen6rale,
des institutions entierement priv6es. II y a des exceptions : ce
sont les universities d'Etat, don't le nom indique toujours la
nature, ainsi par example : (( North Carolina State University )).
Les unes et les autres talent d'ordinaire leurs bAtiments somp-
tueux sur un Campus. Mais si vous rencontrez d'aventure
un 6tudiant d'Harvard, ne parlez pas de campus : ici, l'on dit
le Yard. Harvard n'est pas une Universit6 ordinaire!
A toutes les entrees du Yard, qui forme un vaste polygone
irr6gulier, des 6criteaux vous invitent A faire une visit guide
de l'Universit6 without charge (gratis). Vous finissez par vous
laisser tenter. Au bureau des informations, une secr6taire sou-
riante donne un coup de telephone et vous prie d'attendre
quelques minutes. Bient6t arrive un 6tudiant qui vous prend
en charge et, deux heures durant, vous promene d'un bout A
l'autre de 1'Universit6 en vous. expliquant toutes choses. L'Wte
dernier, il est ainsi venu ii.ooo visiteurs, qui appartenaient A
quarante-six Etats de l'Union et A cinquante nations diff6-
rentes.
Le Yard doit son nom au fait que des troupeaux de vaches
y venaient paitre avant que la place ne soit envahie par
des troupeaux d'6tudiants. Si la terre a une ame, elle doit se
r6jouir d'ailleurs de voir que rien n'a change : les 4tudiants,
comme les vaches, se prominent A pas lents, avalent, mais ne
I. Les pages qui suivent sont extraites d'un livre qui paraitra bient6t en librairie
sous le titre (( Contrastes ambricains )) (N. D. L. R.).




SCIENCES POLITIQUES


machent point, l'herbe ou les id6es folles, et ruminent ensuite...
Depuis que John Harvard a fond6 l'Universit6 en i636,
I'Administration a pu, decade apres decade, ajouter dans le
Yard de nouveaux locaux. Us aspirent ou refoulent, a
chaque fois que 1'heure sonne, tout un flot d'6tudiants que l'on
voit circuler entire les pelouses, s'6tirer, s'6panouir ou se res-
serrer, au caprice des allies 6troites et sinueuses. Des vingt
batiments que compete le Yard A l'heure actuelle, les derniers
construits ont Wt6 places en bordure des rues pour proteger
l'Universit6 contre les bruits du monde ext6rieur. Ce sont la
des soucis que le fondateur n'avait point.
John Harvard, lorsqu'il mourut, 16gua les sept cents
volumes de sa bibliotheque h l'Universit6. On les consid6rait
comme tellement pr6cieux, eu 6gard sans doute A la personna-
lit6 du donateur, que les 6tudiants n'avaient pas le droit
de les emporter chez eux. Un soir, cependant, un mauvais
garnement enfreignit la regle. Et le bAtiment oh les six cent
quatre-vingt dix-neuf autres 6taient rests, brila dans la nuit
de fond en comble. Cette petite histoire est tout A fait immorale.
II faut bien croire d'ailleurs, que ce galopin n'6tait pas le
seul A violer les consignes de l'Universit6 : il existe depuis
toujours une police speciale du Yard qui 6vite que des conflicts
trop violent n'6clatent entire les escholiers et le guet.
Pour comprendre l'organisation generale de l'Universit6,
il imported de faire tout de suite une distinction entire deux
categories d'6tudiants. Les college students ou undergraduates
accomplissent quatre annees d'6tudes, de dix-huit A vingt-
deux ans. On les appelle Freshmen lorsqu'ils arrivent, tout frais
6moulus de leur High-School; Sophomores la second annie,
puis juniors, enfin seniors. Dans beaucoup de colleges, les
Freshmen doivent observer des consignes particulieres : il ne
leur est pas permis, par example, de marcher sur l'herbe du
Campus. Les Seniors au contraire ont le droit exclusif de
s'asseoir sur certain bancs consacres, ou de se promener en
ville une canne A la main. Et il ferait beau voir que des plus
jeunes qu'eux osassent s'octroyer les memes privileges!
Certains etudiants quittent le college avec leur dipl6me en
poche. D'autres poursuivent leurs etudes : ce sont les graduate






VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


students. Us passent alors trois ans dans une cole specialisee :
cole de droit, de m6decine, de preparation aux affaires, etc...
Ils menent 6videmment une vie beaucoup plus independante
que les college boys, plus s6rieuse aussi. A 1'Icole de Droit, le
tiers des 6tudiants est 6limin6 A la fin de la premiere annie, et
un cinquibme du reste A la fin de la second. Qui plus est, les
6tudes faites ou les examens passes ne sont pas admis comme
equivalence dans une autre Universit6. La s6v6rit6 de cette
regle a une consequence immediate : les graduate students
travaillent. Nous avons visit la bibliothbque de I'Ecole de
Droit un dimanche aprbs-midi. II y avait 1h deux cents ou
deux cent cinquante jeunes gens, d6braill6s a l'americaine, mais
completement absorbs dans leurs bouquins.

Pour une ann6e de college, le coit des 6tudes est a peu pres
le suivant : d'abord 4oo dollars de droits universitaires. Pour
la nourriture, 9 dollars par semaine pour vingt et un repas.
Cela fait, en gros, 4o dollars par mois, soit de nouveau 400o dol-
lars par an. Le logement dans les < maisons varie entire 1oo et
5oo dollars par an. En some, un an d'education A Harvard
coite au moms i.ooo dollars, soit 37.5oo francs. Mais pour
l'61ite qui peut s'offrir cela, quelle belle vie, et quel beau cadre!
Il y a tout ;a parier, d'ailleurs, que les college boys ne s'en
rendent mnme pas compte...
Insistons notamment sur ces << maisons x, ces houses ouf
vivent les 6tudiants. On les appelle 6galement dormitories, mais
il y a dans le mot frangais de dortoir une id6e de promiscuity
et d'inconfort qui correspond mal au mot anglais et lui donne
un sens trop p6joratif. Ce sont, en effet, ces < maisons qui,
favorisant des contacts 6troits entire les 6tudiants, donnent
aux universities anglo-saxonnes un (( climate ) si different de
celui des universities frangaises. Precisons, d'ailleurs, que
l'Universit6 d'Harvard ne peut fournir de logement qu'h deux
mille etudiants. Les dix mille autres s'arrangent comme ils
peuvent. Certains gargons louent une petite maison coop6rati-
vement. D'autres s'installent chez l'habitant.
Les Freshmen vivent obligatoirement en <( dortoir . Les
vieux bAtiments du Yard leur sont r6serv6s. Mais d'autres
SCIENCES POLITIQUES. 4






50 SCIENCES POLITIQUES
houses ont Wt6 bAties un peu plus loin, dans cette extraordinaire
ville universitaire. Rien qu'A les voir du dehors, on a d'ailleurs
une impression exceptionnelle de beauty et d'harmonie.
L'am6nagement des course et des passages, les pelouses et les
terrasses, les fleurs et les escaliers, tout cela est ftudi6 avec
raffinement. Singuliere combinaison des traditions britanniques
les plus aristocratiques et des aspirations ambricaines les plus
d6mocratiques.
Chaque maison abrite de deux h trois cents 6tudiants.
Le rez-de-chauss6e est occupy d'abord par une grande salle a
manger. Les murs sont en boiseries peintes en clair, suivant
la tradition < colonial , ou en fonc6, comme dans les vieilles
demeures anglaises. A c6te de la salle A manger se trouvent
deux salons, l'un pour les etudiants, le second, plus petit, pour
les professeurs. Les deux sont meubl6s de confortables fauteuils,
large, profonds, moelleux, qui vous invitent au sommeil;
et ces messieurs les 6tudiants parfois ne refusent pas l'invi-
tation! Dans l'une des maisons que nous avons visities, les
murs du grand salon 6taient ornes notamment d'excellentes
photogravures en couleur, representant A la taille des originaux,
deux tableaux celebres de Manet et de Van Gogh. Chaque mai-
son possede au surplus une petite bibliotheque pour les livrcs
courants, quelque 1o.ooo volumes seulement! La piece
comporte une serie d'alc6ves oft les fauteuils sont disposes le
dos au couloir central. Le nouvel arrivant ne derange personnel :
un tapis 6pais feutre ses pas. Le visiteur n'apergoit, sous des
lumieres individuelles, que des cheveux en broussailles pench6s
sur des cahiers ouverts. L'Amerique part de cette idWe que
l'Mducation doit ktre attrayante.

Comme nous visitors la mason dans laquelle habite notre
guide, il nous fait, sur notre demand, les honneurs de sa
chambre. Inutile de dire qu'elle n'appartient pas a la categoric
des logements que l'on paie 5oo dollars par an. Nous montons
au dernier 6tage de la mason, le quatrieme; il ouvre une porte;
nous y sommes.
II partage son appartement avec quatre camarades.
Chacun d'eux dispose d'une petite chambre mansardee.






VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


L'Universit6, semble-t-il, ne fournit pas le mobilier; les 6tu-
diants, la plupart du temps, se le passent de generation en
generation. II y a lA un lit, une commode, un bureau et
l'inevitable machine A 6crire portative. Le cabinet de toilette
commun comprend une douche, trois lavabos, et le reste. Le
salon est meubl6 avec le meme souci de confort que nous avons
remarqu6 dans les pieces communes de la maison, plus cette
petite touche personnelle qu'y ont mis les occupants eux-
memes. Un grand drapeau canadien domine, sur un panneau,
toute une s6rie de fanions de yachting. Une affiche des grands
r6seaux frangais sur la Bretagne est accroch6e sur le mur
d'en face, souvenir d'un voyage en France, probablement.
L'appareil de T. S. F. est dans un coin, A c6t6 du meilleur
fauteuil; les livres sont en desordre sur les planches de la
bibliotheque.
L'un des quatre camarades, 6tendu sur le divan, pique un
petit some en plein milieu de l'apres-midi. II se reveille A
demi lorsque nous faisons invasion, et, comme nous insinuons
qu'en some la vie n'a pas 1'air d6sagr6able, il r6pond en
s'6tirant : (< Oui, 6videmment... si seulement il n'y avait pas
A travailler! Et il se retourne vers le mur!...
Infatigable et souriant, notre guide nous ramene vers le
Yard, en nous donnant faits et dates sur tous les bAtiments
aupres desquels nous passons. Nous lui demandons quels
rapports s'6tablissent entire les etudiants et les professeurs.
Chaque maison, nous dit-il, est place sous la haute surveillance
d'un Maitre, et plusieurs professeurs non marius y sont en g6ne-
ral attaches 6galement. Le Maitre, dans certaines maisons,
regoit une fois par semaine, chez lui avec sa femme, les 6tudiants
pour le the. II prend, en outre, ses repas deux ou trois fois par
semaine dans la grande salle A manger, mais aux mnmes
tables que les 6tudiants, profitant ainsi de l'occasion pour
bavarder familierement avec celui-ci ou celui-lA. Il n'y a qu'un
seul diner de cer6monie, oft le Maitre et les professeurs sont
assis A la table haute, a l'une des extr6mites de la piece : c'est
le jour ou le Maitre fete son anniversaire.
Au course de cette longue promenade A travers les beauties
d'Harvard, nous avons pu enfin faire parler un peu notre guide






52 SCIENCES POLITIQUES
sur lui-meme. II est parmi ces nombreux etudiants qui gagnent
leur vie pendant leurs 6tudes, ou, selon la formule americaine
infiniment plus expressive, work their way through college. II
doit dix-huit heures de presence par semaine A la bibliotheque.
(C'est l qu'on lui a telphon6 pour le d6tacher pendant deux
heures au service d'une tournbe de visite) II est pay6 pour ce
travail 5o cents l'heure, soit 9 dollars par semaine; cela lui
rembourse exactement ses frais de nourriture. 11 s'est fait
donner au surplus, dans sa maison, le droit de vendre les jour-
naux et agit l1 dans les memes conditions qu'un carrier boy
ordinaire.
Son cas n'est pas exceptionnel, au contraire. En dehors
meme des 6tudiants qui trouvent A travailler en ville, nom-
breux sont ceux A qui l'Universit6 offre un emploi pour leur
permettre de poursuivre leur education. Au d6but de l'ann6e,
ils s'engagent comme aides de laboratoire, comme secr6taires
du bureau de placement, comme serveurs dans les sales A
manger des maisons. LA, nous les avons juges a l'ceuvre : il
faut voir la diligence et le soin avec lesquels ils assurent le
service. Ils prennent ensuite leur repas lorsque tous leurs
camarades ont fini, desservent les tables, balaient la piece, et
remettent enfin le covert pour le repas suivant. L'6te apporte
des possibilities nouvelles d'emploi; il faut des guides en plus
grand nombre, un garden pour le garage des bateaux h rame,
etc... Certains postes, ceux o0 l'on entire en rapport direct avec
le public, ne sont accords que si le postulant joint une photo-
graphie a sa demand : les Americains connaissent l'importance
du charme personnel!
La p6riode des vacances est mise a profit, elle aussi. Au
course d'un voyage en automobile effectu6 durant l'FtW, nous
n'avons peut-ftre pas trouv6 une station d'essence sur
dix oi le service ne soit assure par un 6tudiant au moins.
Et alors avec quelle intelligence et quelle provenance! Mieux
que cela, un jeune homme don't nous avons fait la connaissance
a New-York avait pass ses mois de vacances comme chauffeur
de camion, lorsqu'il avait dix-neuf ans. C'6tait un dur metier.
II y perdit d'abord 8 kilogrammes avant d'en regagner i5
et de grandir de plusieurs centimetres. Sa mere ne le reconnut






VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


pas A son retour. II est frequent au surplus que des 6tudiants
interrompent leur scolarit6 pendant une ann6e entire, afin
de mettre de c6te l'argent necessaire A une nouvelle annie
d'Universit6.
Cette interpen6tration des 6tudes et de la vie active est des
plus caract6ristiques. Elle explique le haut niveau moyen
d'6ducation que l'on trouve aux Etats-Unis. Notre guide,
au coude gauche de son veston, a un trou large comme une
piece de 5 francs avec des fils d'6toffe qui pendent A l'entour.
Mais il sera tout de meme dipl6m6 d'Harvard. Nous croisons
dans les rues maints camera des A lui, en culotte de toile blanche
sous un gros manteau. Us vont faire leur exercise physique
quotidien, jouer par example au tennis sur l'un des quatre cents
courts de l'Universit6. Ils savent qu'il est guide, et que son sport
A lui consiste A promener des tourists. Mais ni lui ni eux
n'6prouvent la moindre gene A changer un a( Hello, Tom! ),
ou le traditionnel salut de la main, meme elt presence d'un
visiteur.
Nous voici de retour A la bibliotheque, oi notre guide
va continue a servir ses dix-huit heures par semaine. L'une
des entrees conduit aux bureaux don't chaque professeur
dispose, avec un accs direct aux reserves. Nous revoyons les
serviettes gonflees de livres que les professeurs frangais trans-
portent de leur Facult6 A leur domicile, et songeons que si les
moyens americains 6taient mis au service de 1'esprit frangais...
Mais, apres tout, peut-6tre les deux sont-ils inconciliables?


II. Etudes et etudiants.

Harvard est tres fibre d'avoir l1imin6 de la vie universitaire
les Fraternites, avec leurs mots et leurs c6r6monies myst6-
rieuses, don't d'autres colleges s'enorgueillissent, comme nous
le verrons. Elles sont remplac6es ici par des Clubs, ouh sans doute
il est tout aussi difficile de penetrer, car ils sont tres selects,
mais oht rien n'est secret.
Lincoln's Inn est le siege de l'un de ces clubs, celui qui
est r6serv6 aux 6tudiants en droit A quelques-uns des






54 SCIENCES POLITIQUES
etudiants en droit. La tradition parmi ceux-ci est de transporter
livres et cahiers dans un sac de robuste toile verte que l'on jette
par-dessus son 6paule et que l'on retient par une large sangle.
On peut se demander si les (( sacs de process ) immortalis6s par
Racine dans la premiere scene des Plaideurs ne sont pas
directement A l'origine de ces Harvard bags. Quoi qu'il en
soit, les etudiants qui frequentent I'Inn deposent leur sac sous
le porche ext6rieur de la jolie maison < colonial ) qui abrite
leur club. Nous sommes invites 1A par quelques 6tudiants.
Au course de la conversation nous provoquons chez eux une
joyeuse surprise lorsque nous leur revelons la rbgle francaise
traditionnelle, selon laquelle toute dissertation, tout expose,
voire tout rapport, doivent ftre divis6s en deux ou trois par-
ties. L'esprit anglo-saxon ne respect pas cette logique interne
- ou artificielle des choses.
La manibre don't les course sont faits ne laisse pas en revan-
che de nous 6tonner. Rien de 1'enseignement magistral des
Universities frangaises. Une legon sur les contracts se passe
presque entibrement en questions et r6ponses du professeur
et des 6tudiants. <( Dans l'espece, John Smith versus Robert
King, la Cour supreme du Michigan a jug6 de telle ou telle
manibre parce que ... ). Grace a ce caractbre peu formaliste
des 6tudes, nous avons pu d'ailleurs nous arranger avec un
professeur de Droit compare pour venir r6pondre en fin de
course a des questions que poseraient les 6ldves. Cela nous
permet d'entrevoir quelques aspects du droit et des usages
frangais qui sont les plus 6tranges pour des Am6ricains. Abor-
dant ainsi une meme question sous plusieurs angles diff6rents,
les etudiants nous interrogent sur les relations existant entire
l'administration frangaise et la politique. << Avec les change-
ments minist6riels qui ont lieu si fr6quemment en France, nous
demandent-ils, comment les fonctionnaires peuvent-ils servir
l'un apres I'autre des ministres de tendance politique opposee?
- Est-ce que vraiment les fonctionnaires constituent un cadre
permanent? Et si cela est, comment les responsables sont-
ils trouv6s et blam6s le cas 6cheant? ) Au pays du spoil system
oil, par ailleurs, lorsqu'une politique a 6chou6 (comme la
N. R. A. aprbs 1933) l'usage veut que l'on sacrifice un homme






VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


en vue pour satisfaire l'opinion publique, il est certain que les
subtilites de la responsabilit6 politique et des recours conten-
tieux francais sont difficiles a comprendre. Nous apprenons
6galement que la reputation indiscut6e de administration
frangaise est d'etre paperassibre... et l'on nous demand pour-
quoi.



II est tres frappant de voir le nombre d'6tudiants qui,
ayant le goat des ventures, le satisfont d'une maniere ou
d'une autre. Ainsi, nous avons rencontr6 plusieurs fois des
fils de families tres bourgeoises, qui A un moment ou A un autre
de leur adolescence, mettaient leur automobile dans un garage
et partaient avec deux dollars en poche et un baluchon sur
leur 6paule, vivre pendant quelques semaines la vie des
bas-fonds. L'un d'eux avait une fois, avec ses dix derniers cents,
achet6 une boite de conserves, trop heureux de trouver le
lendemain une ferme oi l'on accept de l'embaucher pour la
recolte des amandes. Un autre, dans des circonstances un peu
diff6rentes, avait 6t6 charge par la municipality d'une grande
ville de faire une enquete sur la vie des mis6reux. D6guis6,
non ras6, il avait pendant huit jours err6 d'asile de nuit en
asile de nuit avec un camarade. II 6tait tres fier de deux aven-
tures qui lui 6taient arrivees : un soir, l'asile oi il se pr6sentait
avait refuse de l'admettre parce qu'il 6tait trop crasseux;
une autre fois, il avait Wt6 mis en prison par la police locale.
Un autre gargon, que nous appellerons Bob, avait connu des
experiences que nous croyons int6ressant de rapporter bribve-
ment. Par reaction centre la vie trop facile de college boy, il
a pass tous ses Wtes, pendant quatre ans, a voyager d'un bout
A l'autre des lItats-Unis, pregnant en march les trains de
marchandises et de voyageurs, a la maniere des hoboes. II a
parcouru ainsi plus de 6o.ooo kilometres.
On nous avait d6jh parl6 des hoboes. Nous savions qu'au
moment le plus grave de la depression, une parties de la popu-
lation americaine, comme prise d'une folie d6ambulatoire,
s'6tait mise a circuler de la sorte, sans motif et sans espoir;






56 SCIENCES POLITIQUES
qu'encore maintenant les ouvriers agricoles obliges de se
d6placer selon les endroits et les 6poques o0 1'on a besoin
d'eux, et manifestement hors d'6tat de payer leur transport,
grimpent sur les trains de marchandises, et que 1'Administra-
tion ferme les yeux. (Nous devions voir nous-memes dans
l'Ouest des groups d'hommes installs sur les toits des
wagons.) Mais nous n'avions jamais entendu parler d'6tudiants
ayant v6cu de la sorte.
Bob le fit cependant. Un beau jour, il essaya de grimper au
passage dans le dernier wagon d'un train qui malheureusement
roulait A bonne allure. I1 parvint h ((l'accrocher), mais la vitesse
du convoi l'envoya rouler A terre. Sa bonne 6toile voulut que le
remblai A cet endroit fut precis6ment covert d'herbe. II 6tait
avec un cousin A lui. Ils d6ciderent tous deux d'aller demander
conseil A des gargons de ferme qui travaillaient dans les envi-
rons. Ceux-ci leur indiquerent alors un endroit voisin of les
trains 6taient obliges de ralentir A cause d'une monte. Deux
heures plus tard, Bob et son cousin etaient confortablement
installs dans un wagon a carbon vide.
Les experiences se renouvelerent d'6t6 en Wte. Apres les
trains de marchandises, Bob essaya des trains de voyageurs.
L'on y trouve, parait-il, des endroits caches, ou l'on peut, en
se recroquevillant, dormir ( sans grand danger )). Car les distan-
ces du pays sont telles que 1'on est oblig6 de voyager jour et
nuit si l'on veut faire, nous dit Bob, ((une vitesse raisonnable ).
Dormir : c'est tout un probleme. L'on n'a pas toujours la
chance de trouver un wagon de marchandises vide pour s'y
installer. Sans doute y a-t-il dans les trains de voyageurs
l'embrasure de la porte-couloir du premier wagon, just der-
riere le tender. L'on y est tres bien, quoique l'emplacement ne
soit pas des plus spacieux non plus. Reste le toit des wagons.
Nous y sommes monte (A l'arret!) pour voir comment c'6tait.
Eh bien, ga n'est pas large. Le train, vu d'en haut, parait
une longue chose mince, et la terre est loin, loin.... II ne faut
certes pas avoir le vertige pour naviguer 1h-dessus vingt-
quatre heures par jour malgr6 les cahots de la voie. Mais le
pire de tout est, A n'en pas douter, le froid. L'on en est r6duit
parait-il, pour 6viter le vent de la route, a descendre de temps






VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


en temps entire deux wagons, A rester debout sur l'attelage et
a s'accrocher des mains comme on peut. Le froid et le sommeil
aidant on s'apergoit parfois qu'il suffirait d'une bien petite
d6tente de la volont6 pour lecher prise, et alors... Aussi la ruse
vient-elle finalement a l'appui de la technique. On se promene
n6gligemment sur le quai de la gare, en ( tenue bourgeoise ,
et l'on repere, mieux qu'A la course, 1'emplacement le plus
comfortable. Lorsque le train d6marre, on se glisse A l'endroit
ainsi choisi, on passe rapidement des vetements plus chauds,
et le tour est jou6. Dans les stations de champagne oi l'on des-
cend, le control est pratiquement inexistant.
Le danger du sommeil n'est d'ailleurs pas le seul. II y a
les mauvaises rencontres; il y a aussi la police locale de telle
gare oA l'on comptait descendre don't on apprend soudain
par des ( compagnons de voyage ) qu'elle pourchasse f6ro-
cement les hoboes; il y a enfin l'accident, qui finit par tomber
sur vous, bien que l'on ait toujours pens6 qu'il 6tait r6serv6
aux autres. Un ami de Bob se fit couper un bras un jour ou
il voulut prendre un train qui allait trop vite dans le jargon
des hoboes, cela s'appelle un train trop chaud, too hot. II lAcha
prise et roula. Mais il n6gligea de rester en boule suffisamment
longtemps. Une douleur plus aigui mit en jeu sans doute un
reflexe nerveux. II 6tendit un bras; c'est tout....


III. Le college de Dartmouth.

Nous avions rencontre Philip J. dans un train, au course
d'une excursion en Nouvelle Angleterre. Au bout d'une demi-
heure de conversation, il avait dit : (( Si vous venez A Hanover ))
(c'est IA qu'est situ6 Dartmouth College, comme l'Universit6
d'Harvard est dans la ville de Cambridge), e ne manquez pas
de me pr6venir. Je pourrai m8me peut-6tre vous loger dans ma
Fraternity.
Quelques jours apres, nous 6tions A Dartmouth. Arrivant
par le meme train que nous, une mere impatiente demandait
aussit6t le chemin de l'h6pital. Elle venait de faire un ou deux
jours de chemin de fer pour venir voir son gargon qui 6tait






58 SCIENCES POLITIQUES
malade. Vie de college, vie de famille : il y a parfois conflict
entire les deux.
Dartmouth, destine jadis a (( l'6ducation chretienne des
jeunes Indiens ) est le college de Mr. Edward Tuck (le m6cene,
grand ami de la France) qui lui a donn6, en plusieurs fois, une
some global de plus de 4 millions de dollars. Le college
compete, en gros, 2.400 jeunes gens 6galement repartis sur les
quatre annees d'6tudes. Il n'y a pas de graduate students. La
<( Faculty ), l'ensemble du corps enseignant, comprend environ
250 professeurs, ce qui est beaucoup par rapport au nombre
des 616ves. Pour en terminer avec les chiffres, disons que les
droits d'inscription s'6l1vent h 45o dollars par an. Dartmouth
est done aussi cher qu'Harvard, aussi chic par consequent.
Mais 1'esprit n'y est pas le mime. Les 6tudiants d'Harvard
sont plus sophisticated, plus affects, plus sfirs d'eux-memes.
Dartmouth, au contraire, est r6put6 pour sa vie de plein air,
ses sports, son sans-gene. Ses 6preuves de ski, en f6vrier, sont
un 6v6nement national. Une 6quipe europ6enne est d'ailleurs
invite A y participer tous les ans. Pour tout dire, un ancien
de Dartmouth, que nous avions vu a Washington, nous avait
d6clar : (( Pendant les quatre ans que j'ai passes a Dartmouth,
je ne me suis pas mis une seule fois en complete veston! ) Et
nous avons pu v6rifier que les 6tudiants circulaient en chemise
A col ouvert, en pantalon de sport, en souliers de tennis, de
march ou de ski, en chandail ou veste de cuir A fermeture
eclair et avec un manteau court, comme nous n'en avons
jamais vu ailleurs, le tissu 6tant un gros molleton de laine,
blanc, rouge, vert, ou ray6 de large bandes horizontales.
Quant aux chapeaux, aux cravates et meme aux jarretibres,
ce sont A Dartmouth des articles totalement inconnus!
Autre detail significatif : les etudiants ont presque tou-
jours en chiffres de 20 centimetres de haut, cousus sur leur
chandail : l'annee de leur promotion. On les voit ainsi arborer
sur leur poitrine les mill6simes 1940 ou 194i car dans les
colleges ambricains, a la difference de la regle adopt6e dans les
grandes 6coles frangaises, les promotions se competent par
l'ann6e de sortie. La jeunesse regarded vers 1'avenir.






VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


IV. Fraternitbs.

Nous sommes venus a Dartmouth pour voir une Frater-
nit6. II est temps de p6netrer dans cette parties myst6rieuse
de la vie universitaire, sans avoir l'espoir pour autant d'en
determiner autre chose que les contours ext6rieurs.
Nous recueillons d'abord, aupres du Tr6sorier du College,
quelques explications, officielles en quelque sorte, sur les
Fraternit6s en g6n6ral. Nous apprenons ainsi qu'il existe de
nombreuses Fraternites nationals, qui installment des loge-
ments pour les 6tudiants dans les principaux colleges des
Etats-Unis. Elles sont toutes d6signees par des lettres grecques.
Une vingtaine d'entre elles sont repr6sent6es A Dartmouth.
Elles se disputent souvent les etudiants grice auxquels leur
prestige peut grandir; ainsi un champion de hockey, un Adonis,
seront sollicit6s par cinq ou six Fraternites! Mais quel que soit
le nombre des jeunes gens qui adherent a une Fraternit6, il
est de regle que le local propre de cette Fraternit6 n'en loge
pas plus de seize. Le surplus habitera dans les dormitories du
College. L'on 6vite ainsi que l'esprit de clan ne s6visse a
l'exces parmi les membres de la Fraternit6. Le choix des seize
se fait par elimination naturelle dans une large measure; les
Fraternit6s sont reput6es plus bruyantes, moins propices
au travail que les (( dortoirs ). D'autres avantages existent en
contre-partie, bien entendu.
Ne pouvant 6viter que les jeunes gens appartiennent A des
Fraternites nationals, Dartmouth a cependant essay de
faire naitre un esprit de corps du College comme tel, et d'accen-
tuer le sentiment (( Hanover )) au detriment du sentiment Alpha-
Delta-Phi ou autre. (Pricisons que les mots esprit de corps
ont pass dans le language anglo-saxon sans ftre traduits. Ils
sont simplement prononc6s avec l'accent americain, par des
gens qui semblent meme parfois ignorer que ce sont des mots
frangais.) Ainsi, le College a construit, pour abriter les clubs
des 6tudiants, un bAtiment special. C'est l que The Dartmouth,
< le plus ancien journal de college des Etats-Unis ), a ses bu-
reaux; il a 6t6 fond6 en 1839 et parait tous les jours sur huit






60 SCIENCES POLITIQUES
pages au moins; il est rattach6 A l'Associated Press. C'est
6galement l que se r6unissent les clubs de theatre, de litt6-
rature, etc., sans parler du Junto, club de discussion intel-
lectuelle A tendance quelque peu revolutionnaire. Allant
plus loin encore, le College a favoris6 la creation d'une Fra-
ternit6 exclusivement locale. Elle n'a pas de succursale ailleurs.
Elle constitute une cellule par elle-meme. Elle vient de se bAtir
une mason toute neuve. Elle s'appelle Gamma-Delta-Khi. Et
le hasard veut que ce soit precis6ment celle a laquelle Philip J.
appartient. II m'a dit qu'il pourrait me loger. Allons voir.
On m'a indiqu6 la direction et d6crit le batiment. D'ailleurs,
les trois lettres grecques sont sur la porte. J'entre. Personne.
J'erre, j'admire. Personne. Je monte un 6tage et, a la premiere
porte ouverte, je demand Philip J. II n'est pas 1A. Mais A
peine ai-je le temps de mettre un mot sur son bureau qu'il
arrive. Et, m'ayant confirm son invitation, il me fait visitor
sa Fraternity de fond en comble.

Voici d'abord la chambre A skis. On peut y acc6der directe-
ment de 1'ext6rieur, et elle n'est pas chauff6e, pour que le bois
n'y travaille pas. Un 6tabli, d'o 1l'on peut faire glisser deux
tirettes, permet de farther les skis commod6ment; une prise
6lectrique est posse a c6te, dans laquelle se branch un fer A
repasser pour r6chauffer le fart. L'616gant s'ajoute au pratique :
la monture des lustres de la piece imite, en plus grand, I'extr6-
mit6 d'un baton de ski, avec son cercle de bambou et ses
lanieres de cuir gras.
Un salon rustique est install A proximity. 11 content
l'appareil de T. S. F., les tables de ping-pong, de billard, etc.
Le bar est lA aussi pour les jours de reception; et les canapes
sont recouverts d'une 6toffe speciale, import6e d'Angleterre,
qui est (( liquor-proof )) (!).
Toutes les autres pieces de reception sont arrangees avec
un soin et un gofit comparable. La salle de bridge aux tona-
lit6s modernes, le boudoir intime avec son mobilier xvine siecle,
et le grand salon, don't le tapis est divis6 en plusieurs parties,
r6unies par d'invisibles fermetures-6clair, pour 6tre plus
facilement roul6 les jours de bal. .







VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


Une particularity interessante de Gamma-Delta-Khi est
la separation absolue des pieces oi l'on travaille et de celles
ou l'on dort. Au premier 6tage, on travaille, on bavarde, on
va les uns chez les autres; 6ventuellement on (( chahute ). Les
pieces servent A deux, trois ou quatre 6tudiants. Chacun y
dispose de son bureau, d'un fauteuil de repos, et des armoires
et tiroirs ou il range ses affaires personnelles. 11 existe, en outre,
un canap6 commun. Si les camarades de chambr6e font trop de
bruit, il est toujours possible de s'isoler dans une petite piece
sp6cialement privue pour ce cas, et don't l'l66gante nudity
favorite le recueillement. Un minuscule verre dormant est
enchass6 dans la porte) de maniere que l'on puisse voir si la
piece est libre, ou si au contraire un camarade l'occupe d6ji
qu'il ne faut pas d6ranger. Au second 6tage, on dort, et on
ne fait que dormir. Les chambres h coucher contiennent de
deux A cinq lits, et rien d'autre. Elles sont A peine chauff6es.
On s'est d6shabill6 dans son bureau; les cabinets de toilette, les
couloirs, 1'escalier sont A la meme temperature. On monte en
pyjama, et l'on se couche. II n'y a meme pas besoin d'allumer
1'Alectricit6, car les camarades peuvent dormir d6ja. En effet,
sur seize gargons habitant ensemble, toutes les habitudes pos-
sibles de lever et de coucher peuvent se rencontrer. Celui-ci
aime dormir t6t et sortir du lit A l'aube; celui-lh pr6fere tra-
vailler jusqu'a deux heures du matin. II ne vient pas A l'esprit
d'un Americain qu'une discipline commune puisse Utre im-
pos6e A tous. Respect absolu de la liberty individuelle.
La chambre des invites est au second 6tage 6galement.
C'est une grande piece carrbe, sous comble, avec sept ou huit
lits m6talliques. Elle sert normalement pour des Anciens qui
veulent, par example, revenir passer un week-end au College.
Ils patient un dollar par nuit, tarif 6gal, sinon inf6riear a
celui des Y. M. C. A. Toute la maison est entretenue et les lits
sont faits par un janitor.

Tel est le bitiment. Voyons un peu ceux qui l'habitent et
la vie qu'ils y menent.
Philip J. est un gargon tres exceptionnel. 11 en est A sa
derniere annie d'6tudes, il a done vingt-deux ans. II compete






62 SCIENCES POLITIQUES
s'installer des sa sortie du College, dans un petit village de
pecheurs, sur la c6te du Maine, non loin de la frontiere cana-
dienne. II va s'efforcer d'y implanter l'idee cooperative,
pour amdliorer un peu les conditions de vie d'une population
particulierement miserable. Au course de l'un des Wtes qu'il a
d6ja passes la-bas, il a obtenu d'un propriftaire foncier le
prft gratuit d'une terre inutilis6e; et servant de caution, il
a divis6 ce champ en douze lots de culture qu'il a donn6s
a des families d6munies de tout bien. Elles en ont retire leurs
legumes pour l'hiver.
II ouvre un journal devant moi; des manchettes annoncent
que la ville de Barcelone a subi, la veille, douze raids d'avions
rebelles, don't les bombardements ont fait mille victims. Et
il ajoute, d'une voix gale : (( Mon frere est 1A-bas avec sa
femme ). Puis, repondant a mes questions, il precise que tous
deux, Quakers comme lui-mame, sont parties secourir les enfants
espagnols depuis pas mal de temps d6jA. La chose lui parait
toute naturelle. (( Oh! mon frere est plut6t fataliste... Et, en
tout cas, du moment qu'il a un devoir a remplir, il le fera
jusqu'au bout. ))
J'apergois sur son bureau le dessin perspectif d'un project
de maison. Je le questionne. (( C'est, me dit-il, celle que je vais
habiter avec ma femme. ) Et il ajoute que sa fiancee termine
en juin, comme lui, ses ann6es de college. Us partiront aussit6t
apres pour leur village de pecheurs et se marieront en automne,
des que la mason sera achev6e car il va la bAtir de ses mains,
pendant l'6tW, avec quelques amis. Voilh, certes, qui diffbre
de la maniere don't bien des Am6ricains envisagent le marriage.
II y a quelque chose de biblique dans cette approche de la vie.
Et les derniers mois de college de Philip J. sont deja impregn6s
de ce qui va les suivre comme un fleuve qui, a son embou-
chure, subit l'influence de la mare montante.
Notre ami reste done un peu a 1'6cart des camarades, plus
jeunes que lui, meme lorsqu'ils sont du meme age, avec les-
quels il vit a Gamma-Delta-Khi. ( Hier soir, me dit-il, je me suis
couch de bonne heure. Partout oa je voulais travailler, il y
avait des garcons qui bavardaient. Et quand j'ai voulu 6couter
un peu de bonne musique a la T. S. F., un autre l'avait deji






VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


mise sur des airs de jazz. ) Ainsi, dans la vie de college comme
ailleurs, ce sont les plus sans-gone qui triomphent...
Je suis entr6 un matin dans le bureau de Philip J. II 6tait
dans son fauteuil, immobile, en train de r6flechir. C'est une
chose que je n'avais jamais vue. Un Americain, chez lui,
fume ou boit, lit un journal ou un magazine, 6coute la
T. S. F., ou se ronge les ongles. Mais vous ne le trouverez jamais
en train de r6fl6chir. Pour 6tre bien sfr de ne pas rester une
second sans distraction artificielle, un jeune professeur que
je connais avait mnme branch sa radio sur son commutateur
6lectrique. A cause des fameux stores que les Ambricains
baissent toujours A mi-hauteur, il ne pouvait pas entrer dans
sa chambre sans allumer 1'61ectricit6 : il mettait du mime
coup sa T. S. F. en action.

Il n'y a pas de vie de college sans vie mondaine. La limited
entire les deux est mime parfois difficile a tracer. II existe, par
example, des concours entire Fraternit6s. En ce moment, c'est
un concours th6atral, un show-contest, qui occupe tous les
esprits, et j'assiste un soir h Gamma-Delta-Khi A la rep6tition
d'une piece, 6crite par l'un des membres de la Fraternite,
(ce que n'exige d'ailleurs pas le reglement du concours).
C'est une piece ( d'avant-garde ) repr6sentant symboliquement
une grave et touchant a ce propos aux grands problems
sociaux : repression par la police, pauvret6, insuffisance de
l'instruction, etc.
Mais il arrive aussi que la Fraternit6 donne une veritable
reception. Dans ce cas, tous les garcons quittent la mason,
et la laissent pour la nuit aux jeunes filles qu'ils ont invitees,
leurs girl-friends. Ils vont chez des camarades logs dans des
dormitories, couchent sur les divans, bref s'arrangent comme ils
peuvent. Un chaperon, install en bas de la Fraternit6, veille
sur la morality publique; et chaque chambre doit conserver
toute la nuit une lampe en veilleuse... pour plus de suret6.
Dans la vie des 6tudiants, les contacts avec des jeunes filles
ont, en effet, une certain importance. Les rendez-vous et,
par extension, les jeunes filles avec lesquelles on sort, s'ap-
pellent des dates. On a une date, et on invite une date. La United






64 SCIENCES POLITIQUES
Press a recemment public une information venant de Cali-
fornie, et que nous tenons a traduire car elle est tres typique,
mime si elle n'est que le r6sultat d'une plaisanterie d'6tudiants :
(( La Fraternit6 Y... A l'Universit6 de Z... a organism un date-
bureau pour ses membres, et se sert d'un systeme standard
de classement sur fiches. Les Freres qui veulent une date
consultant simplement le fichier pour rechercher le nom d'une
jeune fille, son num6ro de t616phone, son poids, sa taille, son
teint, et sa personnalit6 )).
Pour revenir A Dartmouth, l'une des regles du College
est la suivante : pas de jeunes filles au premier 6tage des
Fraternites apres 10 heures du soir; pas de jeunes filles au
salon apres minuit, sauf si elles prennent le train d'une heure
du matin pour Boston et New-York.
Mais ceci pose la question de la surveillance exerc6e sur les
6tudiants.

Dans les dormitories, il ne semble meme pas y avoir un
professeur A demeure, comme dans les houses de Harvard.
Lorsque nous insistons pour tAcher de savoir a quelle disci-
pline les 6tudiants sont soumis en pratique, l'on ne semble
pas mime comprendre le sens de notre question. Aux yeux des
occupants, il n'y a pas de probleme. Sans doute les gargons
des (( dortoirs- ) se mettent-ils parfois a jouer avec les tuyaux
d'incendie. Bon. Quand ils ont fini, ils les remettent en place.
Et le principal fauteur de d6sordre, mon Dieu, les autres take
care of him (litt6ralement : prennent soin de lui; mais ici
plutot : lui font son affaire). De mnme si un gargon est insup-
portable, ses camarades se chargent de le ramener a une plus
just appreciation de ses droits et de ses devoirs. Le syst6me
est done fond6 sur une entire liberty et une responsabilit6
individuelle total. Aucune discipline venant d'en haut n'est
impose aux etudiants. A c6t6 de ces principles d'6ducation,
les m6thodes europeennes semblent inspirees de traditions
moyen-ageuses, ou militaires avec leurs notions d'ob6issance
et de hierarchie. Ajoutons au credit de la conception ambri-
caine qu'il n'y a pas de (( systeme D ) pour 6chapper aux
ordres regus, puisqu'il n'y a pas d'ordres donnes.






VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


Dans les Fraternites, les regles sont les memes. Seize
gargons de dix-huit a vingt-deux ans habitent ensemble dans
un cadre de haut luxe. En France, on aurait peur, semble-t-il,
que le mobilier ne resiste pas huit jours. Ici, il y a un janitor qui
surveille le chauffage et fait les chambres, mais c'est tout,
absolument tout. Aucune autorit6 sup6rieure. Aucune sur-
veillance. Aucun pouvoir de coercition. Les jeunes gens se
gouvernent eux-memes. L'un d'eux s'enivre-t-il un soir de bal,
on le met au lit... a charge de revanche. Mais, dans 1'ensemble,
ils savent tous que les canap6s de velours appartiennent A la
Fraternity, done A eux-memes, et ils front attention de n'y
poser ni leurs chaussures boueuses, ni leur cigarette allumee.
La reparation des d6gats serait d'ailleurs effectuee A leurs
frais. Et la sanction leur serait particulierement p6nible,
puisqu'ils gagnent de l'argent, pour la plupart, en travail-
lant pendant leurs 6tudes. (L'un d'eux, par example, 6tablit
en ce moment pour la bibliotheque du College une biblio-
graphic d'ouvrages litt6raires frangais modernes.)
Les seules obligations auxquelles les 6tudiants sont soumis,
sont continues dans un reglement int6rieur, que la Fraternit6
etablit une fois pour toutes. L'Administration du College en
prend connaissance, et peut demander qu'un article soit ajout6
sur tel ou tel point. La discipline joue ensuite, d'une maniere
invisible. Jamais il n'arrive qu'une amende soit impose a la
Fraternity pour violation du reglement. La menace suffit.
A fortiori, la sanction extreme, l'interdiction pour une maison
de recruter des membres l'annee suivante, n'est-elle que th6o-
rique.


On m'avait dit : Chaque Fraternit6 a ses secrets, ses
rites, ses usages. Nul ne peut rien en savoir. ) Voici cependant
ce que m'a dit B..., l'un des membres de Gamma-Delta-Khi,
que j'ai interrog6 h ce sujet.
Les Fraternitis 6tant des organismes permanents la ques-
tion primordiale est celle de leur recrutement. Un jeune
homme s'inscrit h Dartmouth pour faire ses 6tudes. La premiere
annie, tant qu'il est freshman, il est tenu de vivre en dormitory.
SCIENCES POLITIQUES. 5






66 SCIENCES POLITIQUES
II ne peut appartenir a aucune Fraternite; il n'est mame pas
admis, semble-t-il, A p6netrer dans les maisons des Fraternit6s.
II devient sophomore au debut de la second ann6e. Pendant les
quinze premiers jours se product alors le rush. Nul ne travaille.
On fait exclusivement de la propaganda et du recrutement
pour sa Fraternit6. Chaque membre de la maison pr6sente
ses candidates; ils vont, viennent, sont observes. Des quelques
trois cents que la maison regoit pendant cette p6riode les
neuf dixiemes sont rays, et l'on dlit pour finir ceux qui vont
devenir des Freres.
L'admission n'est rien sans l'initiation. Le d61ai qui s'6coule
entire les deux varie de quinze jours A trois mois. C'est une
periode b6nie des Anciens, qui peuvent demander au Nouveau
des cigarettes et du chewing-gum, lui emprunter des livres don't
ils ont besoin, ou l'envoyer faire des courses qui les ennuient!
L'initiation comprend notamment des epreuves qui ont
lieu la nuit. Le choix des brimades est inepuisable, et l'esprit
inventif des anciens se donne libre carriere. Le nouveau doit,
par example, trouver une boulette de paper jet6e quelque
part sur le Common; amener a la maison vingt chiens a la fois;
faire une conference d'une heure en plein air, en face de l'H6tel
d'Hanover et dans la second demi-heure, on lui envoie un
autre nouveau pour le contredire, amenant ainsi autour d'eux
des foules de curieux, etc. S'il 6choue, le nouveau aura la nuit
suivante a surmonter une 6preuve plus difficile encore; ou bien
on l'emmenera en automobile, les yeux bands, dans les mon-
tagnes bois6es A sept ou huit kilometres du college; c'est A lui de
revenir quand et comme il pourra, en n'ayant dans ses poches
que des cigarettes, pas d'argent. On pretend, 6videmment,
que dans les Universites du Middle-West les 6preuves sont
bien moins anodines que cela. Huit ou dix nouveaux sont, par
example, mis en cercle, chacun 6tant arm6 d'une paddle, ou
latte de bois. Ils doivent taper, 1'un apres l'autre, sur le dos de
celui qui est devant eux et, A chaque tour, celui qui a fait le
plus de bruit sur son voisin, obtient le droit de sortir du cercle.
Quoi qu'il en soit, apres la fin des 6preuves, un grand diner
r6unit tous les membres de la Fraternit6, et un ancien prononce
au dessert un toast de circonstance.







VIE UNIVERSITAIRE AUX U. S. A.


Ce qui se passe lors des fetes de la Fraternite ne nous a
pas Wte d6voil6. Une seule chose est certain : les Fraternites,
oi la tradition des ceremonies a Wte conserve, ont, sous les
combles de leur maison, une chambre sp&ciale sans autre
lumiere que deux bougies. Tout le reste de sa vie le Frere
conservera non seulement le souvenir romanesque de sa maison
et de la Fraternity-room, ofi des ombres fantastiques jouaient
sur les solives du toit, mais encore l'usage exclusif de certain
signes de reconnaissance, poign6e de main, maniere d'applau-
dir, etc... II pourra ainsi retrouver n'importe ofi, et dans n'im-
porte quelle circonstance, un autre membre de sa Fraternit6,
qui aura pu faire ses 6tudes dans un tout autre college que
lui-meme. II y aurait une curieuse 6tude sociologique A faire,
sur ce rappel en demi-teinte, des coutumes les plus profon-
dement enracinees dans l'ame de l'humanit6.


V. Yale.

L'Universit6 d'Yale est la premiere des Etats-Unis. Celle
d'Harvard 6galement. Mais elles ne se partagent pas cette
pr66minence. Elles ne rivalisent m8me pas pour s'en assurer le
monopole. Chacune est convaincue de sa propre sup6riorit6
sur l'autre, dans le pass, le present et I'avenir. La chose ne se
dispute meme pas!
Yale pourrait d'ailleurs faire valoir un titre incontestable :
elle constitute l'ensemble architectural de style gothique le plus
important du monde entier. L'apog6e de cet art am6ricain
date... de 1929. Les marches des escaliers et les seuils des
portes ont Wte soigneusement creus6s par le ciseau du tailleur
de pierre pour imiter l'usure des siecles.
Je savais tout cela. Mais ce qu'on ne m'avait pas dit,
heureusement, c'est que cette reconstitution est d'une harmonies
parfaite et d'une beauty admirable. Les << colleges ) qui jouent
le role des houses d'Harvard, sont pleins de detours cach6s, de
recoins inattendus, de poternes, d'ogives, de chemins de dalles
et de portes de fer forg6. Tres nette est ici encore la nostalgic
des Etats-Unis pour le <( bon vieux temps ) qu'ils n'ont pas







SCIENCES POLITIQUES


connu. Les 6tudiants de 1938 trouvent cependant parfois que
les fenetres gothiques empechent un peu trop la lumiere du
soleil de p6n6trer dans les chambres. Tel ensemble de batiments
denomm6 Harkness Memorial a recu le sobriquet de Darkness,
qui signifie obscurity.
Sur les pelouses de l'Universit6, les 6tudiants s'amusent
done, profitant du beau temps. Ceux-ci font une parties de
boules; ceux-lA s'entrainent nonchalamment A jouer au golf;
d'autres s'exercent avec le plus grand s6rieux A lancer leur
canif de telle maniere que la pointe en tombant s'enfonce dans
le sol.
Le tiers des 6tudiants, nous dit-on, appartient A des Fra-
ternit6s, mais celles-ci sont, pour la plupart, de simples eating-
clubs, des clubs pour les repas. Il existe cependant une Senior
Secret Society, qui s'est fait batir une petite maison cubique,
de marbre blanc, sans aucune fenftre; et nul ne sait ce qui s'y
passe.
Yale, cette ville m6di6vale, qu'une dotation total de
cent millions de dollars a permis de batir pour 5.200 6tudiants,
a sa cath6drale : la bibliotheque. Elle content deux millions
de volumes, et peut en abriter le double. Un jeune professeur
de frangais a qui nous rendons visit nous raconte comment
il a pu r6cemment satisfaire la demand d'un de ses collgues
de Strasbourg, qui ne pouvait pas trouver dans les biblio-
theques frangaises un renseignement don't il avait besoin.
...L'on flAnerait sans fin dans le dedale des colleges. Le soir,
de vieilles lanternes se balancent au-dessus des portes, au gr6
du vent, et des lumieres 6clairent de l'int6rieur, des fenetres
entr'ouvertes. On a presque 1'impression que dans ce gigan-
tesque decor 'de th6gtre des acteurs vont jouer d'un moment
a l'autre quelque piece du Moyen Age. Mais les seuls bruits
que l'on entend dans les course silencieuses sont le ronronne-
ment d'un rasoir dlectrique, ou le tac-tac nerveux d'une
machine A 6crire. Contrastes ambricains...


Didier LAZARD.














L'INDUSTRIE TEXTILE FRANCHISE


Repr6sentant pres d'un quart de la production industrielle
de la France, employant plus d'un million de travailleurs, le
textile 1 est incontestablement l'une des plus importantes
industries frangaises. Repandue sur tout le territoire, elle doit
A son anciennet6 et a son caractere traditionnel de refl6ter
fidelement les modes d'existence et les gofits de la classes
moyenne frangaise.
Ces caracteristiques expliquent que la majority des affaires
textiles ne se soient pas constitutes en soci6tes anonymes A
bases plus ou moins administrative et s'accommodent plut6t
de formes moyennes permettant au chef d'6tablissement de
contr6ler et de diriger lui-meme les divers states de ses fabri-
cations.
Aussi, A part quelques rares branches de production
textile, la grande entreprise coexiste tres souvent avec des
ateliers de petite importance en raison de la faiblesse relative
du capital n6cessaire A l'Ntablissement et A l'exploitation de
l'unit6 de production.
II en resulte que dans la plupart des ktablissements textiles,
les industries sont a meme de connaitre chacun de leurs
ouvriers, don't l'habilet6 quasih6r6ditaire concourt a favoriser
le morcellement des affaires textiles.
Representative de la vie int6rieure de la France, l'industrie
textile depend 6galement des influences exterieures puisqu'elle
est au premier chef notre grande industries d'exportation.
Sa sensibility aux influences ext6rieures, sa varidte, sa
structure interne permettent de la consider comme tout
specialement representative de l'ensemble des branches de la
(i) Cet article est le premier d'une s6rie d'6tudes que Sciences Politiques a l'inten-
tion de consacrer aux branches essentielles de 1'activit6 6conomique frangaise.






70 SCIENCES POLITIQUES
production national et de la prendre comme example, non
seulement pour 6tudier l'organisation syndicale d'une pro-
fession d6termin6e, mais encore pour juger des consequences
6conomiques de l'exp6rience social entreprise en France
depuis juin 1936.

I. ORGANISATION SYNDICALE.

Les deux facteurs essentiels de l'organisation syndicale
textile sont incontestablement, d'une part, sa dispersion
g6ographique, d'autre part le fait qu'elle n'est pas une, puisqu'il
y a en r6alit6 plusieurs industries textiles traitant chacune une
matiere premiere differente. C'est dire que le plan regional et
local pr6sente une tres grande importance et que c'est par lui
qu'il convient d'aborder 1'6tude des syndicats patronaux du
textile.
Si l'on jette un regard sur la carte de France, en dehors de
la region de Paris ofi ne se trouvent que quelques usines textiles
en nombre relativement restreint, on trouve tout d'abord dans
la region normande, et en commengant par l'industrie coton-
nitre, un centre tres important aux alentours de Rouen, qui se
federe en Syndicats Normands de la Filature et du Tissage de
Coton.
Vers le Nord, a Lille, la tres important industries de la
Filature de coton se group dans le Syndicat des Filateurs et
Retordeurs de coton de Lille, tandis qu'h Roubaix elle adhere
au Syndicat des Filateurs et Retordeurs de coton de Roubaix.
Dans les Vosges et en Alsace se trouve notre plus grand
centre cotonnier, qui se rattache d'une part au Syndicat
Cotonnier de l'Est A IRpinal, d'autre part au Syndicat Industriel
Alsacien A Mulhouse, ainsi qu'a 1'Union des Chambres R6gionales
d'Alsace A Strasbourg.
A Roanne enfin, si6ge le Syndicat cotonnier qui federe les
Tissages de la R1gion.
En ce qui concern l'industrie lainiere et en partant 6gale-
ment de la Normandie, on rencontre tout d'abord le centre
d'Elbeuf-Louviers avec son syndicate local.
Dans le Nord, le tres grand centre de production lainiere






L'INDUSTRIE TEXTILE FRANQAISE 71
de Roubaix-Tourcoing se group en un nombre assez important
de syndicats, correspondent chacun h une branch particuliere
de travail de la laine : Syndicat des Peigneurs de Laine,
Syndicat des Filateurs de Laine peign6e, Syndicat des Fabri-
cants de tissus, etc...
Non loin, A Fourmies, l'Industrie des Filatures de la region
adhere A un syndicate local; a Sedan, il en est de meme pour
les tissages.
Quant A l'industrie lainiere alsacienne, elle se f6ddre, comme
le coton, au sein du Syndicat Industriel Alsacien.
Vers le Sud, A Castres et A Mazamet, s'est install6e une
industries sp6ciale qui travaille les peaux de moutons import6es
des pays producteurs.
L'industrie de la Soie n'est pas disperse sur le territoire
comme l'industrie cotonniere et l'industrie lainiere, mais
essentiellement concentr6e dans la vall6e du Rh6ne, ainsi que
le tissage de la Rayonne. Le plus important syndicate est celui
des Fabricants de Tissus et Soieries de Lyon.
Enfin les industries du lin, du chanvre et du jute se r6par-
tissent autour de Lille et d'Amiens, tandis que l'industrie de la
dentelle s'est d6velopp6e dans la region du Nord et dans le
Massif Central.
Les nombreux syndicats locaux et r6gionaux que suppose
cette r6partition se federent A Paris a un double titre afin de
tenir compete de la structure meme du textile et des divergences
d'interfts existant sur le plan commercial et douanier entire les
diff6rentes industries textiles.
En premier lieu, les syndicats regionaux adherent A un
organisme central correspondent a la branch textile don't ils
font parties :
Syndicat General cotonnier pour le coton;
Comit6 Central de la Laine pour la laine;
Syndicat G6neral de l'Industrie. du Jute pour le Jute. Etc.
En second lieu, pour les questions g6nerales, qui sont
communes A toutes les usines textiles, telles que les questions
fiscales et sociales, tous les syndicats quels qu'ils soient se
federent a l'Union des Syndicats Patronaux des Industries
Textiles de France.







SCIENCES POLITIQUES


Cette organisation syndicale correspond h une double
preoccupation : d'une part, tenir compete de toutes les tendances
qui se manifestent au sein du textile; d'autre part, maintenir
une unit de vues aussi grande que possible et don't les 6v6ne-
ments qui se sont deroulds en France depuis 1936 ont montr6
non seulement la n6cessit6 mais encore les heureux r6sultats.
La recherche de la souplesse et de 1'harmonie, bases indis-
pensables de la vie syndicale, determine les rayons d'activit6
respectifs des syndicats r6gionaux et des organismes centraux.
Les syndicats r6gionaux devront avoir une competence tres
6tendue, de telle maniere que l'industriel puisse y trouver tous
les renseignements don't il peut avoir besoin, sans avoir A faire,
au prialable, une discrimination quelconque.
Ainsi, le syndicate local, pour rendre les services que l'on
attend de lui, doit etre a meme de constituer la cellule pri-
maire de l'organisation syndicale. II doit en effet jouer un r6le
pratique et ne doit pas etre purement theorique, comme c'6tait
trop souvent le cas avant juin 1936.
C'est la raison pour laquelle les syndicats primaires du
textile sont ou bien des organismes don't le rayon d'activit6
est suffisamment large pour grouper un nombre d'industriels
suffisant pour lui assurer les resources necessaires, ou bien,
si l'on doit rester dans un rayon geographique, des groupements
federant plusieurs industries connexes.
Le syndicate primaire regional ou local ainsi constitu6 vit
de la vie meme de la branch regionale on locale qu'il repr6sente;
il est A la fois un emetteur et un recepteur. Emetteur, il rend
compete des besoins locaux et maintient, par consequent, la
souplesse indispensable. Recepteur, il adapte les directives des
groupements centraux, renseigne et facility la tAche de l'indus-
triel.
A l'inverse, les syndicats nationaux du textile, loin d'avoir
ce caractere universal qui distingue les organismes places sur le
plan regional, s'orientent vers la specialisation de leurs ser-
vices.
C'est ainsi que les groupements centraux particuliers A
chaque branch textile se consacrent A l'Ntude des questions
d'ordre 6conomique et commercial, tandis que l'Union des






L'INDUSTRIE TEXTILE FRANQAISE 73
Syndicats Patronaux des Industries Textiles de France est
charge de tout ce qui touche au domaine social ou fiscal.
Grace A cette division du travail, le syndicalisme patronal
textile a pu faire face au considerable surcroit de travail r6sul-
tant de l'abondante 16gislation social et fiscal qu'a connu la
France depuis deux ans et demi. Il lui a Wt6 possible de faciliter
l'application de textes souvent confus et trop rapidement
61abor6s, tout en obtenant parfois des Pouvoirs Publics, au
mieux des int6r6ts don't il avait la charge, des modifications
indispensables sans lesquelles il efit 6t impossible de continue
A produire.
Si l'organisation syndicale de l'industrie textile s'est ainsi
trouvee A mime de remplir utilement son r61le, la raison doit en
6tre recherchee dans le fait que la conception suivant laquelle
elle a 6t6 realis6e lui a permis de ne jamais perdre de vue les
n6cessites locales, tout en d6gageant une resultante grace a
laquelle des directives g6n6rales pouvaient etre 6labor6es tout
en demeurant adapt6es aux conditions sp6ciales.:

II. SITUATION ECONOMIQUE.

Les traits distinctifs de l'industrie textile Font toujours
rendue particulibrement sensible aux repercussions 6conomiques
des 6v6nements, que ceux-ci soient d'ordre int6rieur ou ext6-
rieur, d'autant plus qu'elle ne peut recourir, comme d'autres
industries, A l'Etat pour 6couler une parties de sa production.
C'est dire que le Textile a souffert encore plus que les autres
branches de production de la crise qui commenga en i93o,
ainsi que des consequences de l'exp6rience entreprise en France
de juin 1936 a 1938.
Si l'on songe A l'6volution suivie par les plus importantes
nations au lendemain de la guerre, il n'est pas 6tonnant que ce
soit en i93o que se place le point le plus aigu du d6s6quilibre
entire les moyens de production textile et les besoins de la
consommation.
En effet, l'arret des exportations frangaises 'et allemandes
provoqu6 par la guerre, a entrain6 la creation et le d6velop-
pement de l'industrie textile dans de nombreux Etats, tels






74 SCIENCES POLITIQUES
que le Japon, les Etats-Unis, I'Angleterre, I'Italie et 1'Espagne.
Si beaucoup d'usines m6tallurgiques ou chimiques ont pu
s'adapter en modifiant la nature de leurs fabrications, il ne
pouvait en etre de meme pour le Textile, car la sp6cialisation
de son materiel empkche son utilisation pour d'autres fins.
Par example, une broche de laine peign6e ne saurait etre
employee pour filer du coton, du lin ou meme de la laine
card6e.
Cette situation explique l'accroissement du materiel textile
existant dans le monde, accroissement en contre-partie duquel
la capacity d'absorption du march, loin de suivre le meme
movement, s'est au contraire consid6rablement restreinte
du fait de la diminution des naissances, du perfectionnement
des moyens de chauffage, et enfin de la vie chere, car c'est
toujours sur le budget habillement que portent les premieres
restrictions.
A ces causes d'ordre general est venue s'ajouter l'impor-
tance sans cesse croissante des charges techniques, fiscales
et sociales supportees par l'industrie textile.
En ce qui concern les charges techniques, il a 6t6 n6ces-
saire d'importer du materiel, ce qui a entrain6 une majoration
notable du prix d'achat des machines.
Quant aux charges fiscales, il est symptomatique de cons-
tater que le montant des impots, y compris la taxe sur le chiffre
d'affaires et la taxe d'importation, atteignait dans l'industrie
cotonniere 75 fois le montant d'avant-guerre, ce qui, en valeur-
or, repr6sente 15 fois le chiffre d'avant-guerre. II y a d'ailleurs
lieu de remarquer que l'ancienne taxe de 2 %0 sur le chiffre
d'affaires, aujourd'hui remplac6e par la taxe A la production,
6tait d'autant plus lourde A supporter par l'industrie textile
que celle-ci comporte un nombre 6lev6 de states de fabri-
cation et que l'int6gration y est fort rare.
Nul n'ignore que les charges sociales n'ont cess6 d'augmenter
pour toutes les branches de production francaises et que le
Textile s'est trouv6, A cet 6gard, d'autant plus mal plac6
que nos concurrents strangers, tel que le Japon, ont toujours
pu disposer d'un main-d'ceuvre beaucoup moins chere que
la n6tre.






L'INDUSTRIE TEXTILE FRANQAISE 75
Cet ensemble de charges explique la diminution impres-
sionnante de nos exportations au course des ann6es 1930o
1936, ainsi que l'augmentation concomitante des impor-
tations.
Le tableau suivant, 6tabli A l'aide des statistiques du
Comit6 Central de la Laine, et qui concern les exportations
de nos tissus de laine, est assez 6vocateur A cet 6gard.

ANNES o100 kilos
1931 ................................. 131.021
1932 ................................. 60.393
1933 ................................. 54.732
1934 ................................. 39.862
1935 ................................. 26.268
1936 ................................. 23.884

En poids, on peut dire que les exportations frangaises de
tissus de laine ont, de 1928 A 1936, vari6 comme suit par
rapport a celles des trois autres principaux pays exportateurs :
Grande-Bretagne, Allemagne, Italie :

France ...................... chute de 89 p. ioo
Grande-Bretagne.............. chute de 34 p. 1oo
Allemagne ................... chute de 64 p. 0oo
Italie ....................... chute de 8o p. ioo

Pour l'industrie cotonniere, la regression a Wt6 encore plus
catastrophique, 1'exportation des tissus A l'6tranger n'attei-
gnant plus, en 1936, que 7 % environ du niveau de 1929. II
est vrai que nos marches coloniaux ont, par centre, permis
dans une large measure l'ecoulement de notre production
cotonniere, l'Afrique Occidentale Frangaise ayant, A elle seule,
augment ses importations de 418 % par rapport A 1932.
Ces quelques examples montrent a quel point la situation
&tait critique en 1936, au moment meme oai les modifications
profondes apporties a notre regime social par les r6formes
introduites dans notre droit social A partir de juin 1936 allait
bouleverser les conditions de la production frangaise.
En raison des hausses de salaires resultant de 1'accord







76 SCIENCES POLITIQUES
Matignon, des conventions collectives, de l'application des
quarante heures et des arbitrages consecutifs A l'augmentation
du coit de la vie, de la diminution de la dur6e du travail
et du rendement hebdomadaire, les charges de la production
textile, don't le prix de revient comprend un pourcentage tres
important de main-d'ceuvre, sont revenues telles qu'il a 6t6
impossible de maintenir au niveau anterieur les exportations,
d6jA d6ficientes, au moment meme oA les demands provo-
quees sur le march int6rieur par la crainte de la hausse des
prix, commengaient A decroitre.
On pouvait esperer que les devaluations ou d6pr6ciations
successives du franc viendraient compenser dans une certain
measure la hausse massive des prix de revient. Il n'en a rien
ete et cela pour plusieurs raisons.
Tout d'abord I'application des quarante heures et les relM-
vements de salaires ont absorb, et au delay, les bienfaits
escompt6s de la devaluation de septembre 1936, d'autant plus
que la reforme mon6taire a eu pour effet d'accroitre encore le
cofit de la production des industries textiles, puisque celles-ci
utilisent essentiellement des matieres premieres importees de
l'Ntranger. Aussi les prix en francs du coton brut, de la laine, du
lin et du chanvre augmenterent d'environ 40 %, alors que les
prix mondiaux s'6taient accrus pour ces memes products de
15 % seulement.
De plus, les affaires d'exportation ne sont pas seulement
function des prix. Les obstacles apportis aux changes inter-
nationaux par certain pays entrent 6galement en ligne et
ne sauraient 6tre att6nues par la baisse de notre devise natio-
nale. D'autre part, en raison de la concurrence 6trangere, les
livraisons doivent etre faites par les exportateurs dans des
d6lais generalement tres stricts, fixes par I'acheteur, d6lais
que l'industriel frangais se trouvait presque dans l'impossibilit6
de respecter jusqu'A ces derniers temps, en raison de la rigidity
de la semaine de quarante heures et de la fr6quence des conflicts
sociaux.
De telles circonstances suffisent A expliquer le recul des
demands qui n'a cess6 de s'accentuer depuis le printemps 1937,
recul d'autant plus net que les Pouvoirs Publics consid6rant que







L'INDUSTRIE TEXTILE FRANQAISE


la devaluation constituait A elle seule une protection suffisante
avaient, au course du dernier trimestre 1936, abaiss6 les droits
de douane et supprim6 de nombreux contingents.
Comme, en fait, la devaluation du franc effectude a l'6poque
n'avait pas compens6 la hausse des prix de revient, et avait
diminu6 de 3o % l'efficacit6 des droits de douane, pareille
measure s'est traduite par une diminution de la protection de
l'ordre de 5o %.
Semblable methode 6tait, certes, incompatible avec la
politique social poursuivie depuis juin 1936 et ne pouvait
manquer de replacer tres rapidement l'6conomie fran dans la situation o0 elle se trouvait avant cette date.
C'est ainsi qu'au course des trois derniers trimestres de
1937, le volume des ordres pris dans l'industrie cotonniere
n'a cess6 de se maintenir chaque mois sensiblement au-dessous
du volume de la production et, pour toute l'annee 1937, il
accuse, par rapport h 1936, une baisse tres sensible qui va jus-
qu'a 35 % pour le tissage. II en est de mime si on compare
les r6sultats de f6vrier 1938 avec ceux du mois prec6dent;
cependant pour 1'exportation A l'Ntranger de nos tissus de coton
en pieces, dejA insignifiante en 1936, il s'abaisse pour 1937
A un volume inf6rieur de plus de 92 % a celui de 1929.
Dans l'industrie lainiere, en d6pit d'une amelioration dans
l'exportation des lines peignees, le pourcentage global ne
s'est guere amelior6 et demeure inf6rieur aux chiffres de 1931,
comme le fait ressortir le tableau suivant :

Produits exports
Peignes Files Tissus
(Millions de kilos)
1929 .................... 24,3 26,2 25,2
1930 ...................... 21,7 24,7 22,5
1931 ...................... 22,6 22,8 i8,4
1932 .................... 21,4 13,2 8,9
1933 .................... 27,0 15,6 8,2
1934 ...................... 21,3 13,8 6,o
1935 .................... 22,5 10,5 4,7
1936 ..................... 21,0 7,0 4,8
1937 .................... 23,1 7,0 5,0






78 SCIENCES POLITIQUES
T6moignage de cette p6nible situation, la fabrique lyonnaise
de soierie a Wte amenee a demander, en d6pit de son lib6ralisme
traditionnel, des majorations de droits de douane et des
diminutions de contingents, en meme temps qu'elle adh6-
rait h la politique des ententes industrielles concludes des
d6cembre 1937 avec les principaux pays producteurs de tissus
rayonne.
Les difficulties traverses auraient di sans doute ktre apla-
nies par les nouvelles depr6ciations du franc et I'amdlioration
relative de la situation int6rieure. En r6alit6, les prix de
revient ont continue augmenter en raison des hausses suc-
cessives de salaires resultant des arbitrages, tandis que le
pouvoir d'achat de la population frangaise ne cessait de dimi-
nuer.
En effet, du point de vue de la consommation, il y a lieu
de considerer que :
10 Les classes de la population a revenues plus ou moins
fixes ont 6t6 victims de la hausse g6n6rale des prix, don't
temoigne notamment l'indice trimestriel du cofit de la vie
A Paris, qui, pour le premier trimestre 1938 6tait en augmen-
tation de 41,5 % par rapport a l'indice similaire du premier
trimestre de 1936;
20 La population des campagnes a vu d6croitre son pouvoir
de consommation du fait de la hausse des prix industries
conjugues avec les r6sultats souvent m6diocres de la r6colte
de 1937;
30 Le pouvoir d'achat des ouvriers eux-memes ne s'est
accru que nominalement, les devaluations du franc venant
leur retire le benefice des augmentations de salaires resultant
des arbitrages successifs.
Aussi peut-on dire que l'industrie textile, qui avait d6jA
6t6 gravement atteinte par la crise de surproduction de i93o,
a vu son activity se ralentir au course des annees 1937-1938 du
fait d'une veritable crise de sous-consommation.
II est difficile de dire des a present si les r6centes measures
prises par les Pouvoirs Publics pourront modifier, d'une
maniere durable, une situation loin d'etre redevenue brillante.
Certes, c'est avec raison que le Gouvernement a consid6r6 le






L'INDUSTRIE TEXTILE FRANQAISE 79
probleme actuel comme 6tant essentiellement un probl6me
de production; mais celui-ci pour ktre resolu exige non seule-
ment le r6tablissement total de la function d'autorit6 tant de
la part du Gouvernement que de la part des chefs d'entreprise,
mais encore l'equilibre entire les n6cessites 6conomiques et les
n6cessites sociales, car il serait vain d'esp6rer le redressement
d'une situation gravement compromise a l'aide de m6thodes
qui feraient abstraction du standard de vie actuel de la popu-
lation frangaise.
Ceci explique sans doute l'importance prise dans certain
milieux textiles par l'id6e des ententes industrielles, ainsi que
par la recherche d'une organisation syndicale don't les prin-
cipes de base ne seraient pas uniquement negatifs, comme ils
Font Wte trop longtemps, mais bien au contraire qui tendrait
a 6tablir au sein de la production une discipline salutaire tout
en sauvegardant les liberties indispensables.
Cette formule serait, en effet, celle qui tiendrait le mieux
compete d'un systeme 6conomique don't on peut dire qu'il est
intermediaire entire le lib6ralisme du siecle dernier et du d6but
du xxe siecle et l'ktatisme totalitaire qui, sous des formes plus
ou moins diff6rentes, se r6pand actuellement en Europe.


Bertrand DE LA LAURENCIE.















CHRONIQUES


I. La vie politique et international

A la consider dans son ensemble, la p6riode de deux mois
qui vient de s'6couler a 6t6 marquee, en ce qui concern la
politique interieure, par un came presque absolu. La situa-
tion du cabinet Daladier, un instant menacee au course de la
discussion budg6taire, lorsque l'opposition r6ussit A poser
devant la Chambre le probleme des d6crets-lois, n'a fait depuis
que se consolider. 11 ne semble pas qu'elle soit pros de s'affaiblir.
Sans doute, l'unanimit6 national r6clam6e par certain comme
la condition necessaire d'un redressement durable de la situa-
tion frangaise n'est pas, tant s'en faut, r6alis6e; mais la nou-
velle majority degag6e A la fin de l'automne parait assez solide
pour qu'on n'ait pas lieu de craindre, A breve 6cheance au
moins, de voir la France de nouveau livr6e a l'instabilit6
politique et social qui, au course de l'annie derniere, a si gra-
vement nui A son prestige international.
C'est a la fin du premier examen du budget par la Chambre,
le 22 decembre, que les leaders des parties socialist et commu-
niste, en obligeant l'assembl6e A voter par scrutiny sur l'article 2
de la loi de finances, qui autorise la perception des imp6ts
et revenues de I'Etat, et constitute une clause de style habi-
tuellement adopt6e sans d6bat, ont reussi A engager une dis-
cussion sur la politique 6conomique, social et financiere du
gouvernement, telle qu'elle s'6tait traduite le mois precedent
dans les decrets-lois de M. Paul Reynaud. La defection d'un
certain nombre de socialists independants et de radicaux,
jointe A celle, plus inattendue, de quelques d6putes de la F6d6-
ration Republicaine et des neuf membres du group parle-






LA VIE POLITIQUE ET INTERNATIONAL


mentaire du Parti Social Franpais, faillit provoquer le succes
de la manoeuvre de l'extreme-gauche : l'article 2, sur lequel
le gouvernement avait pos6 la question de confiance, ne fut
vot6 que par 291 voix contre 284, c'est-A-dire A une majority
de sept voix, que les rectifications de vote intervenues dans
la semaine qui suivit r6duisirent A une (286 centre 285, et
38 abstentions).
L'alerte avait Wte chaude, mais elle fut sans lendemain :
le 22 decembre dans l'apres-midi, le gouvernement ayant
pos6 deux fois la question de confiance obtient d'abord 322 voix
contre 265, puis 373 contre 236 (sur l'ensemble du budget).
Les navettes de la loi de finances se prolongerent jusqu'a
I'aube du 2 janvier, mais sans mettre a nouveau le minister
en danger.
Lors de la rentr6e des Parlement, les mod6res esp6rerent
symboliser le renversement de la majority en faisant 6chec
A la candidature a la vice-pr6sidence de la Chambre de M. Jac-
ques Duclos, repr6sentant du parti communist au bureau de
1'Assemblee. Leur tentative 6choua, et M. Duclos, qui avait
obtenu au premier tour 273 voix sur 56o, fut 6lu au second
par 246 suffrages sur 472. Ce suceos 6tait du pour une part
aux fautes de tactique commises par les mod6res et A leur
indiscipline habituelle (qui explique le faible nombre des
votants au deuxieme tour). Mais il tenait aussi h un fait
d'ordre general, qui a dej i Wt observe de 1926 A 1928 et de
1934 a 1936 : lorsqu'une majority parlementaire de gauche
s'est disloquee sur le terrain des votes mettant en jeu la res-
ponsabilit6 gouvernementale, elle se reform presque toujours
lorsqu'il s'agit de scrutins de nomination, sans consequences
politiques, qui lui permettent de manifester sans risque la
nostalgic qu'elle 6prouve du temps of elle 6tait encore unie.
On s'apergut bien vite en effet, que, contrairement aux esp6-
rances affich6es par l'extreme-gauche, l'Mlection de M. Duclos
n'avait pas de repercussion sur la situation du ministere.
Le 15 janvier une reunion au Comit6 ex6cutif radical-socia-
liste montra que le prestige de M. Daladier sur les militants
de son parti n'6tait pas atteint. Bien que la question de la
discipline de vote des d6put6s radicaux n'y ait pas Wte pose
SCIENCES POLITIQUES. 6






82 SCIENCES POLITIQUES
express6ment, il semble que cette reunion ait d6cide plusieurs
de ceux d'entre eux qui n'avaient pas encore os6 s6parer leurs
bulletins de ceux du parti socialist a reprendre leur indepen-
dance, de fagon a ne plus mettre en peril, comme au
22 d6cembre, 1'existence du cabinet dirig6 par le Pr6sident de
leur parti. M. Daladier, en se d6clarant partisan de la r6forme
6lectorale, leur facilitait du reste une telle decision.
Les semaines qui suivirent furent occupies par la discussion
d'interpellations sur la politique ext6rieure, en conclusion
desquelles, le 26 janvier, un ordre du jour de confiance fut
adopt par 379 voix contre 232, apres le vote unanime d'un
texte affirmant la volont6 de la France de preserver ses com-
munications imperiales.
Le meme jour, A propos de la fixation de l'ordre du jour,
la Chambre, en refusant la premiere place A la reforme elec-
torale, par 355 voix centre 254, manifest moins peut-6tre
sa volont6 de maintenir le statu quo que son aversion pour le
scrutiny de liste A quotient unique que lui propose sa commis-
sion du suffrage universal : il semble que si le gouvernement
se d6cidait a presenter lui-meme un project de r6forme qui
heurte moins les habitudes actuelles et les situations acquises,
l'attitude de l'Assembl6e pourrait 6tre diff6rente.
La discussion d'une proposition de loi du group socialist
tendant A amnistier les delits commis lors de la greve du 3o no-
vembre, et a donner aux ouvriers licenci6s A cette occasion
un droit d'ailleurs theorique de reembauchage a permis,
au debut de fevrier, de mesurer la solidity de la majority du
cabinet : A l'appel de M. Marchandeau, et la question de con-
fiance 6tant pose, la Chambre a substitu6 le 7 fevrier au texte
socialist, par 328 voix contre 262, un contre-projet du group
radical permettant de simples graces amnistiantes. Fait
plus significatif encore, elle a repouss6, par 309 voix contre
293, un amendment transactionnel d6pos6 par M. Ramadier,
et que le gouvernement combattait sans avoir cependant
pos6 la question de confiance. Ce dernier scrutiny a montr6
que la cohesion de la majority s'affirme, puisqu'il ne lui est
plus necessaire pour se manifester d'etre mise en face du
risque d'une crise minist6rielle.






LA VIE POLITIQUE ET INTERNATIONAL


II continue d'etre difficile d'appr6cier l'6volution du conflict
sino-japonais, en ce qui concern du moins les operations
militaires qui, depuis deux mois, semblent n'avoir about
A aucun r6sultat important.
On a pu croire un moment, A la fin de 1938, que le conflict
allait prendre fin : le 22 decembre, le prince Konoye, envisa-
geant dans un discours les conditions possibles de la paix,
les formulait en terms relativement mod6res : adhesion de
la Chine au pacte antikomintern, liberty commercial assure
aux citoyens nippons (de meme d'ailleurs qu'A ceux des tierces
puissances), et stationnement de troupes japonaises en cer-
tains points de la Chine, afin d'y assurer la defense anticom-
muniste. Le 3o decembre, M. Ouang Ching Ouei, vice-presi-
dent du Comit6 executif du Kuomingtang adressait au Marechal
Tchang Kai Cheu un message public pour l'inviter a adh6rer
h ces conditions de paix. Mais le Marechal r6pondit A ce mes-
sage en excluant du Kuomingtang M. Ouang Ching Ouei,
accuse de connivence avec le Japon : les perspectives de paix
s'6vanouissaient.
Sur ces entrefaites, les Etats-Unis adresserent, le 3i de-
cembre, A Tokio une note de protestation particulibrement
6nergique contre les violations des traits commises par le
Japon. Le 3 janvier, le cabinet du prince Konoye se retira,
us6, semble-t-il, par les obstacles ext6rieurs et int6rieurs ren-
contres par sa politique. Le nouveau ministere fut form
par le baron Hiranuma, ancien chef du parti fasciste, qu'un
stage de cinq ans h la presidence du Conseil Priv6 passe pour
avoir assagi. Le i4 janvier, I'Angleterre, quelques jours apres,
la France, adress6rent au Japon des notes analogues a celle
des Etats-Unis.
Mais il ne semble pas que de telles protestations, que la
situation europeenne rend necessairement platoniques, soient
de nature A arrkter le Japon : il en a donn6 la preuve en occu-
pant, le 9 f6vrier, 1'ile chinoise de Hainan, a proximity de 1'In-
dochine, et cela apres avoir fait part de son intention A Berlin
et A Rome,.a l'exclusion de Londres et de Paris.






84 SCIENCES POLITIQUES
La situation en Extreme-Orient reste d'autant plus pr6oc-
cupante qu'il semble y avoir un synchronisme bien regl6
entire les initiatives qu'y prend le Japon et l'6volution de la
situation international en Occident.
Les mois de d6cembre et de janvier ont Wte marquis en
Europe orientale et central par une intense activity diplo-
matique des puissances de l'Axe, don't il est d'ailleurs difficile,
en l'absence de toute information sfire, de mesurer les buts :
s'agit-il pour Berlin de preparer le Drang Nach Osten, ou au
contraire l'appui A des entreprises italiennes en MWditerran6e?
Les deux hypotheses sont plausibles, et ne s'excluent d'ail-
leurs pas completement, le enforcement de l'influence germa-
nique dans cette region de l'Europe pouvant, le moment venu,
6tre mis aussi bien au service de l'Italie qu'a celui de l'Alle-
magne.
Bornons-nous done, sans les interpreter, a rappeler les
faits : le i decembre, les elections yougoslaves, tout en don-
nant au gouvernement de M. Stoyadinovitch une le6gre majo-
rit6 dans le pays, et les trois quarts des sieges A la Skouptchina,
t6moignerent de l'hostilit6 d'une tres grande parties de l'opi-
nion, sinon A la politique 6trangere du gouvernement, au
moins A son attitude anti-croate et centraliste.
Le comte Ciano se rendit h Budapest le 21, au moment
mnme ou, non sans provoquer les protestations d'une cer-
taine fraction de l'opinion, le gouvernement de M. Imredy
venait de saisir le Parlement hongrois d'un project tendant A
renforcer les measures antis6mitiques d6ji en vigueur. Accueilli
avec beaucoup de chaleur par son colligue hongrois, le comte
Czaky, le ministry italien des Affaires Etrangeres n'obtint
cependant pas que la Hongrie, comme on avait annonc6 qu'il
le demanderait, quittat la S. D. N. Peut-etre cherchait-il
d'ailleurs plut6t A rendre plus 6troites les relations de Buda-
pest avec Rome qu'a servir exclusivement la politique de l'Axe.
Quoi qu'il en soit, la Hongrie adhera, le 13 janvier, au pacte
anti-komintern, et le comte Czaky se rendit quelques jours
apres A Berlin : mais, au d6but de fevrier, le gouvernement
Imredy prit contre l'activit6 des Nazis des measures assez
severes, ce qui interdit de consider que la Hongrie soit d'ores






LA VIE POLITIQUE ET INTERNATIONAL 85
et d6jA inf6od6e v6ritablement A la politique germano-italienne.
La Pologne s'inquiete, comme la Hongrie, des perspectives
qu'ouvrirait pour elle l'expansion du Reich vers l'Ukraine.
A la fin de 1938, son rapprochement avec la Russie, puis la
demarche faite le 15 decembre A Prague par son charge d'affaires
au sujet des menses pan-ukrainiennes en Ukraine Carpathique
auraient pu 8tre interpr6tes comme indiquant sa volont6
de relAcher les liens qui unissent depuis cinq ans sa politique
A celle de l'Allemagne. Mais, prise entire deux puissants voi-
sins, la Pologne est contrainte par les circonstances A une poli-
tique d'6quilibre A laquelle elle n'entend point renoncer :
M. Beck se rendit dans la deuxieme semaine de janvier A
Berchtesgaden, et il est peu probable que les conversations qu'il
y eut avec M. Hitler se sold6rent uniquement par un bilan
n6gatif, puisque le 25 janvier il recevait A son tour A Varsovie
la visit de M. von Ribbentrop. Y a-t-il une entente polono-
allemande? Porte-t-elle sur la MWditerranee, sur le problem
colonial, ou sur une solution de la question d'Ukraine qui
consisterait a mettre sous la domination polonaise au point
de vue politique et sous l'influence allemande au point de vue
economique une Grande-Ukraine reconstitute aux d6pens
de 1'U. R. S. S.? II est impossible de repondre avec quelque
certitude a ces questions.
En janvier et ce n'est pas pour simplifier l'imbroglio -
1'Allemagne envoyait h Moscou une mission economique
chargee de chercher les moyens d'intensifier les relations com-
merciales entire les deux pays. Mais en meme temps elle impo-
sait au gouvernement de Prague les signature d'une convention
lui assurant le libre passage 6ventuel de ses troupes A travers
le territoire tchecoslovaque, et intensifiait son action en
Ukraine Carpathique, en soutenant notamment le gouver-
nement de Mgr Volosin dans ses d6mels avec le pouvoir
central : ce qui n'est pas, semble-t-il, l'indice que M. Hitler ait
renonc6 A ses projects grandioses d'expansion vers l'Est.
Le comte Ciano s'est rendu a Belgrade du 18 au 22 janvier :
mais cette visit, don't les r6sultats ont sembl6 assez minces,
n'a pas port bonheur h M. Stoyadinovitch. Quinze jours
aprbs, son gouvernement se disloquait et 6tait remplac6 par






86 SCIENCES POLITIQUES
un cabinet qui parait decid6 a renoncer au centralisme anti-
croate. Officiellement, rien ne sera change pour tout autant a
la politique ext6rieure yougoslave. Pratiquement, 1'6loignement
des affaires de M. Stoyadinovitch n'en enleve pas moins a
l'Italie un atout pr6cieux.
II semble, en some, que les efforts de l'Allemagne et de
l'Italie en Europe Centrale et Orientale se heurtent A une
certain resistance spontan6e des gouvernements aupres des-
quels ils sont faits, et que la divergence des buts essentiels
de l'Italie tourn6e vers la Mediterran6e et du Reich -
tourn6 vers l'Ukraine les rende en un sens inop6rants. La
complexity de la situation politique dans cette region est
cependant si grande que, pratiquement, il semble que les puis-
sances occidentales doivent se garder d'y tenter de leur c6te
une action politique don't le premier r6sultat serait de resserrer
l'entente germano-italienne.
Les difficulties que rencontre le Reich au point de vue
6conomique et financier semblent avoir pris ces derniers
temps une acuity nouvelle. Le replacement de M. Schacht
a la direction de la Reichsbank, le 20 janvier, par le Ministre
de l'tconomie, M. Funk, en t6moigne. II a inqui6t6 les milieux
financiers de Londres, qui l'ont interprWte comme annongant
un resserrement de l'autarcie et peut-ftre une repudiation
nouvelle des dettes ext6rieures de l'Allemagne. La demi-dis-
grAce du Dr. Goebbels, la transformation, par un d6cret
du 19 janvier, des sections d'assaut en troupes auxiliaires
permanentes charges de l'Mducation politique et premili-
taire de la jeunesse, indiquent que du point de vue purement
politique le regime se heurte 6galement a certaines difficulties.
Le discours prononc6 le 3o janvier par M. Hitler devant
le Reichstag a W6t en grande parties consacr6 A la situation
6conomique. Le Fiihrer-Chancelier a r6clam6 une fois de plus
la restitution des anciennes colonies allemandes, mais A l'egard
de la politique italienne en Mediterran6e, il n'a pas apport6
aux pr6tentions fascistes l'appui sans reserve qu'on paraissait
attendre A Rome, puisqu'il s'est borne dire que l'Allemagne
serait aux c6tes de l'Italie dans une guerre ideologique declan-
chee centre celle-ci.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs