• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 Premiere partie
 Deuxieme partie
 Troisieme partie
 Quatrieme partie
 Cinquieme partie
 Sixieme partie
 Table of Contents














Group Title: Traitʹe des maladies vʹenʹeriennes, anciennes, rʹecentes, occultes et dʹegʹenʹerʹees, et mʹethode de leur guʹerison par le rob anti-syphilitique
Title: Traite des maladies veneriennes, anciennes, recentes, occultes et degenerees, et methode de leur guerison par le rob anti-syphilitique
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00089237/00001
 Material Information
Title: Traite des maladies veneriennes, anciennes, recentes, occultes et degenerees, et methode de leur guerison par le rob anti-syphilitique
Physical Description: 500 p. : ; 21 cm.
Language: French
Publisher: De l'Imprimerie de Pillet
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1814
Copyright Date: 1814
 Subjects
Subject: Sexually transmitted diseases -- Early works   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00089237
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12640984

Table of Contents
    Half Title
        Half Title
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Premiere partie
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Deuxieme partie
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
    Troisieme partie
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
    Quatrieme partie
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
    Cinquieme partie
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
    Sixieme partie
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
    Table of Contents
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
Full Text






TRAIT
DES
MALADIES VNRIENNES.







TRAIT

DES

MALADIES VNRIENNES,

ANCIENNES, RCENTES, OCCULTES ET DGNRES,

ET MTHODE
DE LEUR GURISON

PAR LE ROB ANTI-SYPHILITIQUE,

Avec l'Histoire des divers moyens employs jusqu'ici
par les gens de l'Art;
SUIVI
D'un choix de Cures tonnantes, opres par ce Remde,
et des Pices justificatives;

PAR M. BOYVEAU LAFFECTEUR,
MDECIN.


Par l'art que j'inventai les maux s'vanouissent;
Des puissans vgtaux les vertus m'obissent.
OVIDE.


PARIS,
Chez l'AUTEUR, rue de Varennes, no o1, faubourg
Saint- Germain.
1814.
DE L'IMPRIMERIE DE PILLET, RUE CHRISTINE, No 5.
















J'ai annonc que, dans l'origine, par des motifs
particuliers, je me suis dtermin prsenter mon
remde a la Socit de MNldecine, sous le nom de
LAFFECTEUR : aujourd'hui que la loi ordonne de por-
tlr son nom propre, je reprends celui de mon pre,
et je signerai l'avenir : BOYVEAU LAFFECTEUR.








INTRODUCTION.


J'AI pOs., en 1779, les fondemens de cet
ouvrage. Il s'est accru par mes succs.
Une foule d'observations de la plus exacte
Vrit et de la plus. grande importance,
insres. dans les nombreuses ditions que
je fus oblig d'en faire, excitrent la cu-
riosit du public. Enfin les matriaux de-
venant tous les jours plus abondant, je
compris qu'une brochure destine ser-
vir de manuel aux malades qui en taient
l'objet, ne satisfaisait point le dsir que
j'ai d'tre utile l'humanit, ne suffisait
pas pour justifier l'enthousiasme de ceux
que je drobe la douleur et la mort,
et laconfiance du Gouvernement qui me
protge. Il fallait que j'exposasse tous mes
titres la bienveillance publique ; que je
fisse l'histoire de mes ttorinemens, pour
arriver la perfection que j'ai donne






(2) *
mon remde; que je parlasse l'homme
simple que je guris, et l'homme ins-
truit qui me juge, en appuyant mes suc-
cs par ma thorie, et ma thorie par mes
succs. Cet ouvrage, command par tant
de motifs, devenait un devoir pour moi,
et j'ai commenc le remplir en 1793.
Alors mes tudes, mes recherches, et
mes nombreuses experiences n'avaient
pas encore produit le fruit que j'en ai
obtenu. L'histoire des maladies vn-
riennes, depuis la dcouverte du Nouveau-
Moire jusqu' la fin du dix-huitime
sicle, n'tait pas prsente ma pense;
je n'avais pas calcul avec assez de prci-
sion, les pas que l'art de gurir avait faits
pout fixer ceux que je pouvaisy ajouter: le
dirai-je ? je m'tais livr avec trop d'acti-
vit la pratique, pour raisonner assez
ma thorie. Cependant cette brochure,
malgr son insuffisance, eut plusieurs
ditions qui sont puises. Fort d'une ex-
prience de trente annes, je remets mon
ouvrage dans le creuset, afin de le rendre






(5)
un peu plus digne de l'attention publi-
que, et de justifier en quelque sorte l'in-
dulgence don't l'Europe semble avoir
honor -la-fois et mes cures et'mes
crits.
Des divisions trop multiplies emp-
chaient de saisir l'ensemble de mes Re-
cherches sur la mthode de gurir les
maladies vnriennes; je rectifie ce pre-
mier plan ; j'tablis un ordre qui le sim-
plifie; tous les yeux verront et pourront
distinguer sans peine le tronc, les bran-
ches les rameaux du grand arbre que
j'ai plant.
Le style plus chti, l'rudition plus
mnage, blessera moins l'homme de
got, soit dans le texte, soit dans les
notes.
J'avais nglig de faire l'histoire utile
et curieuse de la peste vnrienne, depuis
Christophe Colomb jusqu' l'heureuse
dcouverte du Rob ; cette histoire est
d'autant plus intressante, que le tableau
des tentatives infructueuses faites depuis






(4)
Jacques Branger de Carpi, qui le pre-
mier employa le mercure jusqi'a nous,
peut seul nous faire apprcier le remde
ami de l'omme que je substitute tous
les poisons du rgne mineral: cette omis-
sion est rpare. J'ai donn un prcis de
cette histoire dans la brochure intitule:
Observations sur le Rob Anti-Syphili-
tique; mais on le trouvera ici dans toute
son tendue, au commencement de cet
ouvrage.
Une omission plus important, et que
j'ai aussi rpare, est celle de l'ariicle
essentiej de la gonorrhe.
On sait que la gonorrhe, non pas celle
appele bnigne, mais la virulente, est
l'accident qui suit le plus souvent l'ino-
culation vnrienne.
Cette maladie si douloureuse, et quel-
quefois si opinitre dans le traitement,
toute locale qu'elle parat dans son prin-.
cipe, prend, quand on la nglige, tous
les caractres de 'la vraie peste vn-
rienne.






(5)
Je m'empresse d'annoncer que la mo-
dification que j'ai faite, et que j'emploie
pour le traitement de la gonorrhe, ne
convient pas plus la gurison de la ma-
ladie vrnrienne proprement dite, que
le Rob ne convient celle de la gonory
rhe.
Ces raisons devraient m'engager don-
ner au trait de la gonorrhe une place
tendue dans le livre de mes RPcherches;
je me rends aujourd'hui au vu gnral,
et j'espre que ce chapitre remplira l'at-
tente des amis de l'humanit, sur-tout
celle de mes maladies.
Le plan de l'otvrage que- je prsente
a t trac dans le Recueil des Obser-
vations.
La premiere parties renfermera une his-
toire assez dtaille de la maladip vn-
rienne, depuis son origine jusqu' l'po-
que de ma dcouverte du Rob Anti-Sy-
philitique.
La second sera consacre l'examen
des diverse mthodes employees l'ex-






(6)
tirpation de ce flau terrible, qui, aprs
avoir ravag et dsol l'ancien et le Nou-
veau-Monde, vient d'achever ses'fatales
conqutes en dgradant l'espce hu-
maine jusque dans les terres austeales.
* Comme les mthodes mercurielles sont
celles qui, par un prjug funeste, ont
obtenu le plus de suffrage, j'examinerai
ce prtendu spcifique sous ses divers
points de*ue; je le suivrai dans toutes
ses modifications, dans toutes ses com-
binaisons; je suivrai le mercury .depuis
son tat natural jusqw' son union avec
l'acide marin qui le rend, sous le nom
de sublim corrosif, le plus dangereux
des remdles, ou plutt le plus violent
des poisons; je.dmontrerai l'inefficacit
et le danger de ce funeste mineral., qu'
la honte de'la raison, et plus encore pour
le malheur de l'humanit, on s'obstine
regarder come l'unique antidote de
la contagion vnrienne.
La troisime parties contiendra l'his-
toire du Rob Anti-Syphilitique, et celle






(7)
des perscutions, tantt sourdes, tantt
clatantes, qu'il a essuyes l'poque de
sa dcouverte ; j'y exposerai les measures
prises par Ik Gouvernement pour con-
natre et pour constater son heureuse
efficacit : on y verra comment il a sur-
mont tous les obstacles que la routine,
l'envie et l'empirisme opposaient sa
propagation, et peut-tre passera-t-on de
l'admiration de la bont du spcifique,
quelque sentimlt de reconnaissance pour
son inventeur, pour un home que les
dnis de justice ne rebutrent jamais, que
les calomnies n'ont point dcourag, et
qui,. fort d'une conscience pfre, d'un
dsintressement qui nuisait sa fortune,
fut indemnis de tous ses sacrifices par
l'amiti des malades qui lui doivent la
vie, et par l'estime (le quelques homes
gnreux aux intrts desquels sa dcou-
verte heureuse devenait- malgr lui con-
traire.
La quatrime parties offrira ma thorie
*






(8)
de la gonorrhe, et la mthode la plus
sre pour la gurir.
Elle sera suivie de l'examen des ma-
ladies vnriennes chroniqtues, sans si-
gnes videns, c'est--dire, masques, d-
gnres et compliques et par cela
mme d'autant plus dangereuses, que
rien n'clairant sur leur origine, il n'est
pas ais d'indiquer le traitement qui leur
convient. J'tablirai le sige de cette ma-
ladie, j'en ferai connatre la march, et
j'indiquerai la mthode qu'il faut suivre
pour la gurir. Cette thorie confirm
les avantages de la modification de mon
Rob sur* toutes les preparations mer--
curielles. *
La cinquime parties fournira la preuve
de l'utilit de mon travail et de la sret
de mes moyens; je rassemblerai l une
foule de gurisons en tout genre, plus
considerable que celle du. Recueil des
observations, et capable, par le carac-
tre de vrit don't elle est empreinte, de






(9 )
triompher du pyrrhonisme le plus d-
cid; je ne prsenterai qu'un choix; car
si je runissais les dtails de toutes les
cures que j'ai opres en Europe et dans
le Nouveau-Monde depuis prs de trente
ans que je traite avec un succs toujours
soutenu les maladies vnriennes les plus
rebelles au traitement ordinaire, mes ma-
lades seraient guris avant d'avoir pu lire
cette-longue et fidle histoire.
* La sixime et dernire parties de -cet
ouvrage pourra plaire aux homes de
l'art, qui veulent me juger sur l'expos
de mes moyens.; mais elle est inutile
l'homme qui me connat bien, et au
malade'que j'ai eu l'avantage de gurir.
Il s'agit des pices justificatives consta-
tant la douceur et la bont de ma m-
thode, la multiplicit de mes experiences,
et la certitude de mes gurisons.
Comme, dans une matire qui intresse
tous les hommes, le premier devoir
du' mdecin est d'carter de lui' le plus






S( 10 )
lger soupon de charlatanisme, je me
propose de n'admettre dans le choix des
cures et des Pices qui les certifient, que
cells qui peuvent tre attestes par les
malades guris, par les gens de l'art qui
ont suivi leur traitement, ou par les
homes publics que le Gouvernement a
charges cet effet d'une prudent sur-
veillance.
Les empiriques, comme je le dis:dans
la prface de mes Observations, se ca-
chent derrire des morts pour en imposer
aux vivans :. moi qui ne veux tromper
personnel, je vais mon but, celui d'tre
utile, avec la conscience de mes forces et
de ma morality.
La division de tous ces articles est dans
cet ouvrage ncessairement la mme que
dans ma brochure d'Analyse. Au moyen
de cet ordre, l'intrt va croissant, et je
soutiens l'attention.
Les cures opres dans les dpartemens
seront exposes les premires ; celles don't






(I )
les mdecins de Paris ont pu tre tmoins
au sein de cette grande ville, suivront
immdiatement.
Je finirai par celles qui ont t ordon-
nes par le Gouvern'ement, et opres
dans les hospices par les qommissaires
qu'il avait nomms cet effet, et qui tous
appartenaient aux soeits savantes de la
capital.
Si j'eusse suivi l'ordre des dates, mon
travail et t plus facile; mais il et peut-
tre t inutile par l'ennui qu'il aurait
donn au lecteur. Toutes les fois qu'on
peut adopter une mthode analogique, il
faut abandonner les autres; celles-ci peu-
vent convenir la paresse de l'crivain,
mais non pas au got du lecteur.
Quant aux pices justificatives, aux ob-
servations des gens de l'art, et aux pro-
cs-verbaux que le peu d'espace du Re-
cueil des Observations ne m'a pas permits
d'indiquer, je leur donnerai ici de plus
grands dveloppemens : je transcrirai,






(12)
mme littralement, quand l'intrt pu-
blic l'exigera, la minute de quelques
lettres importantes qu'on m'a permis de
publier.
Tel-est le prcis de cet ouvrage sur le-
quel j'appele l'attention et l'indulgence
du public. Je serai quelquefois olilig de
m'arrter pour instruire le lecteur du sou-
lvement qu'a excit, diversespoques, la
dcouverte de ma mthode, parmi les plus
habiles dans l'art de gurir; car ce n'est pas
une thorie lumineuse, c'est l'avantage.
rsultant de cette thorie qui afflige l'en-
vie :. on pardonne aisment en mdecine
celui qui n'est suprieur que dans son
cabinet; mais voir gurir des malades,
que soi-mme on a manqus, c'est le d-
sespoir de tout empirique, qui ne cher-
che la renomme que pour donner un
appui ses fourberies.
Il n'est pas dans mon caractre, come
je l'ai dj dit, de repousser des libelles
par des libelles : je gmis des erreurs, je






( i5 )
mprise les outrages, et je ne rponds
la critique la plus honnte qu'en.profi-
tant de ses avis. Mon parti. est pris. Il
m'est bien dict par l'amour de mes sem-
blables. Je ne rpondrai dsormais mes
dtracteurs, quels qu'ils soient, qu'en
gurissant les infortilns manqus avec
l'acide nitreux, ou les ritendus Robs,
la poudre unique, l'lixir et l'opiat de
gaac les drages, les pilluls, les pas-
tilles, etc., tous merveilleux spcifiques,
don't les vertus ne sont connues que de
ceux qui les dbitent.
L'expos des recherches que je pr-
sente aujourd'hui au public, exige un
style simple: moins un livre de ce genre
announce de prtention, plus il est vi-
dent qu'il part d'une ame pntre du
dsir de cicatriser une des plaies les plus
profondes de l'homme civilis.
J'ai mis tous mes soins rpondre
l'attente gnrale, et l'ouvrage serait plus
digue de l'attention de mes lecteurs, si






(.14 )
j'avais pu me permettre d'employer ex-
clusivement clairer mes malades,
un teams prcieux que je destine les
gurir.














PREMIERE PARTIE..

o







PREMIERE PARTIES.




HISTOIRE

DE

LA MALADIE VNRIENNE,

DEPUIS SON ORIGINE JUSQU'A NOS JOURS, ET DES REMDES
EMPLOYES POUR LA PALLIER OU LA GUiRIR.




GRACE aux progrs de la raison, nous pou-
vons tracer le tableau de la maladie vn-
rienne; le timide scrupule ne vient plus arrter
la plume. La persuasion presque gnrale que
le libertinage a introduit en Europe le mal
vnrien, et qu'il en perptue les ravages,
condamnait au silence le mdecin prudent
qui craignait d'alarmer la pudeur par des
terms capable de l'effaroucher.
Heureusement une consideration bien fon-
de est venue lever ces scrupules : le flau
des maladies vnriennes ne frappe pas tou-
jours des hommes dissolus. Combien d'inno-
2






( 8 )
centers victims gmissent en silence du mal-
heur d'avoir t puasses dans l'abime de la
contagion Ici, l'enfant sort du sein de sa
mre le corps demi-gangren et semble ne
recevoir l'existence que pour maudire un jour
le pre qui la lui a donne. L, une femme
tendre et sensible, trouve dans les chastes
embrassemens de l'hymen le germe d'une ma-
ladie qui va fltrir ses charges, empoisonner
sa vie, et lui faire har l'poux qu'elle voulait
aimer.
Si le flau vnrien peut s'garer en frap-
pant des ttes innocentes, la justice et l'hu-
manit present l'homme de bien de ne point
les abandonner leur fatale destine.
Quelques crivains prtendent que la ma-
ladie vnrienne a pris son origine au ber-
ceau du monde.
Ce serait faire injure mes contemporains
que de rfuter le systme des astrologues, qui
attribuent l'apparition de la maladie vn-
rienne une conjunction de Mars, de Sa-
turne et de Jupiter. L'astronomie a dmontr
qu' l'exception de la lune et du soleil, l'in-
fluence des corps clestes ne se fait point sen-
tir sur notre globe.
L'ide que les organes de la gnration ont
t vicis par l'union d'une femme impure







( I9 )
avec un antropophage, ne soutient pas mieux
les regards de la raison : il n'y a aucun rap-
port entire la chair humaine que mange un
cannibale, et le malheur de sortir infect des
bras de sa matresse.
L'opinion la plus trange, la plus errone,
est-celle du noble hongrois Senf, don't la bi-
bliographie allemande a fait Sinapius : cet
crivain attribue l'origine du mal vnrien
un excs de chastet. La traduction de son
texte mrite d'tre rapporte.
La maladie vnrienne, s'il est vrai qu'elle
existe, n'est autre chose qu'une incommo-
dit produite par un excs de continence :
la liqueur spermatique, alors retenue dans
le corps, contract de l'cret, et reflue
dans la masse gnrale des humeurs. Si ce
fluide, ainsi vici, distend et corrode les
vaisseaux des organes de la gnration, il
a produit la gonorrhe; s'il reste long tems
A ml avec la lymphe, il forme des bubons
, aux aines et aux articulations, et des dou-
leurs ostocopes.
Le docteur hongrois cite, l'appui de
cette thorie, un homme veuf, de .meurs
trs-pures, mais du temperament le plus ar-
dent, qui, s'tant abstenu trs-long-tems, non
sans beaucoup de peine, du commerce des







( 20 )
femmes, prouva peu--peu tous les accident
qui caractrisent le mal vnrien, et n'en
trouva la gurison que dans les bras d'une
second pouse.
La thorie de Sinapius est contraire l'ex-
prience des sicles et aux premiers lmens
de l'anatomie : l'excs de la continence irrite
le faisceau fibrillaire, produit des vertiges,
la manie mme, mais jamais les symptmes
qui caractrisent la peste vnrienne : jamais
la mdecine n'a vu, soit chez les solitaires de
la Thbaide soit chez les bonzes de la Chine,
la maladie don't Franois ler mourut.
Il y a de savans observateurs qui se sont un
peu plus rapprochs de la nature, en suppo-
sant que le mal vnrien pouvait tirer son
origine de l'union d'une femme sans maeurs
avec un lpreux, car il y a plus de rapport
entire les symptmes de la lpre et ceux de la
peste vnrienne ; et si les conjectures pou-
vaient supplier des faits, on serait tent de
croire que le virus de la lpre ordinaire,
rendu plus actif par les plaisirs immodrs
de l'amour, a pu, en viciant les organes de
la gnration, donner naissance la maladie
vnrienne.
Cependant les Annales du moyen ge con-
tredisent cette hypothse. 11 fut un teams o







( 2 )
la lpre couvrait la surface de l'Europe : on
comptait en France, et dans les royaumes
qui l'avoisinent, jusqu' dix-neuf mille h-
pitaux consacrs au traitement de cette
affreuse pidmie; et comme la lpre, en
augmentant l'effervescence du sang, donnait
plus d'activit au dsir de la jouissance, il est
bien vident que, s'il n'y avait pas cu une
ligne de dmarcation bien distinct entire
les deux maladies, l'Europe entire aurait t
couverte de vnriens, un grand nombre de
sicles avant que la conqute du Nouveau-
Monde nous et donn la maladie vnrienne.
Je ne doute pas qu'il n'y ait eu de tout
tems des vices affects aux parties gnitales;
vices ns du commerce immodr des. fem-
mes sans meurs, sujettes des ruptions de
peau, mal-saines, et sans propret. Les ma-
ladies qui en ont t le rsultat ont d s'ag-
graver dans des contres ardentes, o le sang
bouillonne et s'embrase.
Ajoutons qu'il est difficile de se dissimuler
que, par l'attrait irresistible qui porte un sexe
vers l'autre l'abus des plaisirs des sens ne soit
aussi ancien que leur usage; de l la conclu-
sion si naturelle qu'une sorte de virus vn-
rien a pu se manifester ds la premiere po-
pulation du globe sous divers aspects, tels







( 22 )
que la maladie de Job, la lpre du moyen
Age, et sur-tout l'lphantiase, monstre n de
l'intemprance gyptienne, qui, jusque sur
le trne, allait frapper les Pharaon.
Mais ne voyant pas la maladie vnrienne,
proprement dite, dans toutes ces maladies cu-
tanes jointes aux vices des parties gnitales,
je m'abstenais de prononcer, lorsqu'une anec-
docte, cite dans un ouvrage du fameux doc-
teur Blgny m'a ramen la thorie qui
suppose le flau syphilitique aussi ancien que
le monde.
Ce mdecin vivait la cour de France vers
le milieu du 17e sicle; il se qualifiait direc-
teur de l'Acadmie des nouvelles dcouvertes
en mdecine, et il crivit, en 1674, sur l'art
de gurir les maladies vnriennes, un livre
que l'prdition mdicinale copie depuis plus
d'un sicle et demi sans le citer. On lit le fait
suivant la page 16 de la quatrime edition
de cet outrage, donne en 1692.
Une fille de quatorze ans, poursuivie par
sa mre qui voulhit la battle, se rfttia chez
un frre d'une communaut d'ouvriers, qui
lui fit payer l'asile qu'il lui donnait en lui
faisant violence: six membres de la commu-
naut ayant eu connaissance de son attentat,
le rpt ent tour--tour pour prix de leur






( 25 )
silence. L'infortune victim de leur incon-
tinence, rentre dans la maison paternelle,
fut enferme par sa mre dans un cabinet o
elle seule pouvait entrer : peine six jours
s'taient couls qu'elle se plaignit de douleurs
trs-vives qu'elle ressentait aux parties natu-
relles : un chirurgien fut appel, et dclara
qu'il existait une maladie vnrienne; cepen-
dant comme l'accident tait contre toute vrai-
semblance aux yeux de la mre, on ngligea
de soigner la malade. Il lui survint un bubon
l'aine droite : dans une position aussi alar-
mante, la victim de l'intemprance des ou-
vriers fut contrainte faire sa confession
toute entire : l'affaire fut porte aux tribu-
naux ; ils ordonnrent que les membres de la
communaut seraient visits par des oflicieqs
de sant ; mais, aprs les recherches les plus
rigoureuses, on les trouva tous jouissant d'une
sant parfaite, sur-tout quant l'organe g-
nrateur : il rsultait de l que le mal vn-
rien pouvant naitre du mlange des semences
dans un sujet ou mal-propre ou dj mal-sain,
ce flau tait antrieur l'poque de la dcou-
verte du Nouveau-Monde.
Un des homes qui semble avoir jet de
nos jours le plus de lumires sur l'antriorit
de la peste vnrienne l'invasion de Co-







( 24 )
lomb en Amrique, est le docteur Gruner,
professeur' Jna en Saxe: il a public un vo-
lume in-folio de supplement la collection
clbre de Luisinus, dans lequel il analyse une
foule d'ouvrages grecs, latins et arabes, tous
d'une haute antiquit, o se trouvent des
choses curieuses concernant les maladies des
organes de la gnration dans les deux sexes :
cette runion de faits est infiniment spcieuse,
mais elle soutient mal le regard pntrant de
la critique.
La gonorrhe don't parle Mose dans le
quinzime chapitre du Lvitique, n'est pas
une vraie gonorrhe vnrienne.
Il est difficile de croire, quoi qu'en dise
dom Calmet, l'historien des Vampires, que
il maladie de Job, ainsi que celle de David,
fut autre chose qu'une espce de modification
de la lpre, qui amenait une blennoragie.
La maladie fminine des Scythes, don't par-
lent Hippocrate et Hrodote, ne doit tre
regarde que comme une affection des testi-
cules, qui conduisait un malade effmin
l'impuissance.
On trouve, il est vrai, dans Galien dans
Oribase et dans Dioscoride, la plupart des
terms de la mdecine moderne, pour carac-
triser les principaux accident de la maladie







( 25 )
vnrienne; mais ce sont nos crivains qui,
dans l'origine ont tir ces denominations des
Grecs, pour designer les symptmes d'un mal
qui semblait inconnu jusqu' la fin du quin-
zime sicle ;le transport des mots phymosis,
bubons, condylme, dans nos languesemo-
dernes, ne prouve autre chose, sinon que
nous n'avions point, il y a quelques sicles,
de terms propres pour designer la maladie
vnrienne.
L'vque Palladius, crivain du cinquime
sicle, cit au tome Ier de l'ouvrage de M. Sw-
diaur, se porte pour garant d'un fait don't il
est permis de douter.
L'hermite Hron, dit Palladius, saisi par
3 l'influenoe d'un mauvais gnie, ne peut res-
ter renferm dans sa cellule : il se rend tout
d'un coup Alexandrie...., frquente les
thtres, les hippodromes...., se livre la
jouissance des femmes et tombe dans le
plus affreux libertinage..... Son commerce
habituel tait avec une danseuse de panto-
mimes.... A la fin il lui survint un anthrax
sur le gland : dans l'espace de six mois, le
mal devint si grave, que l'organe tomba en
pourriture et se spara de lui-mme : il gu-
rit enfin, retourna dans sa cellule...., avoua







( 26 )
son crime, et peu de jours aprs s'endormit
et mourut.
Cette union de l'hermite avec une femme
publique, qui produit un ulcre sur le gland
et fait tomber l'organe en pourriture, prsente
beaucoup d'analogie avec la maladie vn-
rienne; mais comment asseoir un jugement
sur un fait individual tel que celui-ci, quand
rien n'annonce- que la courtisane et infect
d'autres amans, quand le garant de l'anec-
dote est-le plus crdule des hommes, et qu'il
a la naivet de dire, presque dans la mme
ligne, que son hermite gurit, et que peu
de jours aprs il mourut ? Si je n'crivais que
pour faire des volumes, comme le docteur
anglais o j'ai trouv cette anecdote, au lieu
de deux tomes, j'en aurais pu faire une demi-
douzaine.
En m'abstenant de prononcer d'une ma-
nire affirmative sur la question de la vri-
table origine de l'pidmie vnrienne, ques-
tion qui partagera encore long-tems les esprits
en mdecine, je vais admettre l'hypothse,
assez gnralement reue, que le mal vn-
rien proprement dit est peu prs
de la mme date que la conqute de l'Am-
rique.







( 27 )
Je dis -peu-prs, car c'est encore un pro-
blme parmi les critiques de savoir s'il n'exis-
tait pas dans notre continent des traces du mal
don't j'cris l'histoire, quatre ans avant le pre-
mier voyage detiolomb en Amrique, voyage
que la chronologie la plus exacte place au
milieu de l'anne 1492.
Le docteur Sanchez, don't le nom ainsi
que la vracit sont du plus grand poids, a
crit de nos jours l'acadmicien Vander-
monde, une lettre insre dans le Journal de
mdecine, o il announce qu'on lui a envoy
de Rome un recueil de posies latines de Pa-
cificus, imprim Florence en 148&, o la
maladie vnrienne est dcrite avec autant
de fidlit que dans une consultation de Boer-
haave ou de Van-Switen.
Astruc lui-mme, le judicieux Astruc, dans
son beau Trait de Lue venerea, semblerait
n'tre pas loign de faire remonter un sicle
et demi avant le voyage de Colomb aux An-
tilles l'introduction du flau vnrien en Eu-
rope : ce mdecin clbre nous a communi-
qu les status manuscripts d'un lieu public de
dbauche, tolr dans Avignon, de diciplind
Lupanaris public Avenionensis qui suppose
l'existence de la vritable maladie vnrienne
dans nos contres en 1547..Jeanne le, reine






( 28 )
alors dans le Comtat, s'exprime ainsi l'ar-
ticle IV du rglement.
Tous les samedis, la directrice et un chi-
rurgien prpos cet effet par les consuls,
visiteront chaque courtisarnt, et s'il en est
qui ait contract quelque mal provenant de
leur libertinage, elle sera spare de ses
compagnes, afin de prserver la jeunesse
des maladies qu'elle pourrait communi-
quer.
Ds le treizime sicle, la mdecine se plai-
gnait d'ulcres corrosifs, putrides, et sur-tout
brlans, qu'on pouvait contractor par l'union
illgitime avec les femmes publiques; de l
divers status du Code pnal d'Angleterre,
que Becket nous a conservs dans les Transac-
tions philosophiques. L'un d'eux dit en propres
terms : Que nul concierge des lieux de dd-
bauche ne garde chez lui de femme qui ait
la maladie dangereuse de la brdlure. Un
autre, dat de 4530, et que l'on conserve dans
les archives de l'vque de Winchester, con-
damne une amende de cent schellings, le
concierge qui, malgr la loi, donnerait un
asile une courtisane atteinte de ce mal abo-
minable ( malum nefandum), du mal de la
brlure.
Si, des poques aussi loignes de l'in-







( 29)
vision du Nouveau-Monde, il y a eu des v-
nriens en Europe, il rest examiner si on
doit vraiment cette effroyable maladie aux
Amricains; et dans l'hypothse favorable
cette opinion, quelle navigation hardie, an-
trieure Colomb, a contribu la propaga-
tion de ce flau destructeur : le dfaut de mo-
nument empchera toujours l'homme sage de
prononcer d'une manire affirmative sur ces
questions, et de rsoudre ces problmes.
On sauverait peut-tre la plus grande parties
de ces difficults, en n'attribuant pas exclusi-
vement au Nouveau-Monde le foyer primitif
des maladies vnriennes : nous voyons par
le second volume de l'Asiatik Researches,
imprim en anglais, Calcutta, que de teams
immmorial on connat dans l'Indostan, sous
le nom de feu persan, cette pouvantable
maladie ; le mercure y a aussi t imagine par
quelque Carpi asiatique, pour en prvenir les
ravages : on cite des empiriques qui, comme
dans l'Europe moderne, emploient le ci-
nabre mal prpar : ces deux terrible spci-
fiques, quand le mal est invtr, le rendent
d'ordinaire incurable : alors le corps s'ulcre
sur toute sa surface, et les extrmits tombent
en pourriture.
La maladie qu'on appelle feu person dans






( 30 )
les Etats du Grand-Mogol, se nomme khorak
chez les Indous, 'et jfdham chez les Arabes.
Les Brames du Thibet prtendent avoir une
recette infaillible pour la gurir; mais c'est
un secret hrditaire dans cette caste sacer-
dotale, qu'ils se garden bien de transmettre,
sur-tout aux trangers, de peur de l'avilir.
Cependant, comme le feu persan pourrait
bien n'tre qu'une modification de la leontiase
des Grecs, ou de ce que Paul d'Egine appelle
l'ulcre universal, le procs est encore loin
d'tre jug. On peut aisment se convaincre,
par la lecture des anciens, qu'ils connaissent
les bubons, les condylmes, les gonorrhes,
les tumeurs aux glandes inguinales; mais sont-
ce bien toujours l les symptmes de la maladie
vnrienne; de ce mal qui, .se propageant
avec la plus grande rapidit par la jouissance,
infected les families, les villes, les peuples,
les continens, le monde entier? Ces antiques
maladies, suivant M. Swdiaur, pouvaient
ne devair leur origine qu' une acrimonie
gnrale, que l'abus du plaisir et la mal-pro-
pret amenaient particulirement vers les
glandes de l'urtre : il en rsulterait alors une
irritation, une inflammation, et par cons-
quent une secrtion plus abondante de mucus,
c'est--dire, un coulement ainsi qu'une






( 5 )
matire cre qui tombe dans l'oeil, en irrite
les fibres, et produit une secrtion plus abon-
dante de l'humeur lacrymale. On peut donc,
aprs tant de recherches sur la maladie de
Job, sur celle de l'hermite Hron, et sur le
feu persan, garder encore son scepticisme
sur leur identity avec la peste vnrienne.
Revenons donc l'opinion la plus gnrale;
et malgr toutes les autorits contraires, pen-
sons que si le flau amricain a t connu en
Europe, il y a grande.apparence qu'il ne s'y
est gliss que lentement et furtivement, puis-
que c'est effectivement l'poque de l'invasion
de Colomb et des autres conqurans espagnols,
que la maladie vnrienne a pris subitement
possession de l'Europe entire, comme de son
patrimoine.
Quand la premiere inoculation de la mala-
die vnrienne se fit en Europe, elle fut ter-
rible: cette premiere priode dura depuis i494,
jusqu'en I528: personnel ne la confondit avec
la lpre, alors trs-rpandue, puisque dans les
monarchies chrtiennes, on comptait jusqu'
dix-neuf mille hpitaux destins la gurir.
Il n'tait pas rare de voir les malades qui la
ngligeaient, perdre, au bout de qulques
mois, un bras, un pied -le nez, les yeux ou
.les oreilles.






( 32 )
Ce qui ajoutait l'effroi gnral, c'est qu'on
tait persuade que cette maladie, qu'on appelait
tantt le mal franais, tantt le mal de
Naples, devenait contagieuse par la res-
piration, par les vtemens, par les bains qu'on
partageait avec une personnel infecte. Telle
tait en particulier l'opinion de Conrad Schel-
ling, mdecin de l'lecteur Palatin, qui publia
Heidelberg, en 1495, une dissertation la-
tine sur les Pustules d'un mauvais caractre
de la peste vnrienne.
Cette opinion quelque peu vraisemblable
qu'elle nous paraisse aujourd'hui, tait encore
accrdite trente-quatre ans aprs, du moins
en Angleterre, puisqu'au rapport de David
Hume, on accusa, la chambre des Pairs, le
cardinal de Wolsey d'avoir parl l'oreille
de Henri VIII, don't il tait premier ministry,
quoiqu'il ne pt douter qu'il tait atteint alors
du mal de Naples. La mdecine contempo-
raine ne rpugnait pas alors l'ide qu'un
vice de l'organe gnrateur pouvait se trans-
mettre par le son de la voix, en frappant le
tympan de l'oreille.
Pour avoir une ide exacte des symptmes
affreux de la maladie amricaine son ori-
gine, il suffit de parcourir quelques morceaux
du premier chant d'un pome intitul Sy-






( S3 )
philis. Son auteur vivait l'poque de la d-
couverte du Nouveau-Monde, car la premiere
dition de son pome fut imprime Vronne,
en i55o. Quoique l'imagination de Fracastor
ft trs-exalte, il n'a t que vrai dans la
description du flau qu'il a voulu peindre. Les
traits que nous allons citer s'accordent par-
faitement avec les dissertations recueillies dans
l'histoire de la mdecine.
Quand ce poison subtil s'est gliss dans
les venes, il y reste cach..... jusqu' ce que,
plus fort,ilse dveloppe etse montre. Le jeune
home languit; il tombe par degrs dans la
stupeur, dans l'inertie. Ses yeux moins vifs,
percent le feu qui les anime encore. Les roses
de son teint se fltrissent bientt.; et l'organe
gnrateur est dvor par la gangrene. Le
mal invtr couvre d'un alcre rongeur tout
ce qui l'environne.
> Les signes du danger sont devenus moins
quivoques. A peine, aux ombres de la nuit,
l'astre brilliant du jour a cd son empire, que
la chaleur vitale, interne, concentre, semble
fuir les extrmits. Une vive douleur se ma-
nifeste aux bras, aux jambes, aux paules....
Le poisoii, gn dans son course, s'arrte aux
articulations, ou, circulant plus aisment,






3 54 )
monte et va se porter la surface de la peau;
et bientt tout le corps parat cribl par le vi-
rus. La poitrine le front les traits, par de-
grs, se dforment : par-tout on voit germer
des pustules remplies d'une matire cre et
visqueuse qui, en s'ouvrant, laissent couler
un pus livide, et mme un sang tout prs de
se corrompre.
Nglig trop long-tems le mal pntre
davantage et dsorganise le corps. J'ai vu des
malheureux don't les membres ronge n'of-
fraient que les os d'un squelette; leur bouche
entr'ouverte montrait dps ulcres nombreux;
leur gosier sec ne rendait plus que des sons
inarticuls.
La hideuse victim de cette affreuse rpa-
ladie, regrettant vainement ses beaux jours
couls, pousse delongs soupirs en voyant les
membres difformes d'un corps priv de sa vi-
gueur, et pleure en regardant son visage d-
figur. Bientt le malheureux blasphme; il
accuse les Dieux...... Ni le jour, ni la nuit,
pour lui plus de repos: tout le fatigue et lui
dplait, et les doux rayons de l'aurore, et les
feux du soleil, et la fracheur des ombres. Les
plaisirs enchanteurs de la socit l'impor-
tunent l'ennuient. Lui-mme ajoute ses






(35 )
tourmens par les prires inquites qu'il adresse
l'Etre Suprme et les vaines offrandes don't
il surcharge ses autels.
J'ai connu dans la Gaule appele Trans-
padane, un jeune homme don't l'Ausonie
enviait et la gloire et la flicit: il avait
commenc l'aurore de sa vie. La beaut, la
richesse, une illustre origine, tout-le rendait
l'objet de l'admiration. L'Eridan n'a point vu
de nymphe qui n'arrtt sur lui ses regards
les plus tendres, qui ne dsirt que l'hymen
vnt l'unir au mortel charmant qui ferait son
bonheur. Sans doute une beaut trop long-
tems ddaigne appela sur lui la vengeance.
Fier des faveurs de la nature et de celles' de
la fortune, au sein des volupts, il se croyait
heureux : mais un flau terrible vient tout--
coup fondre sur lui. Dj son front ne brille
plus des roses du printems ; ses yeux ont perdu
leur clat ; ses narines ronges sont le foyer
d'une humeur cre; les ulcres suivent les ul-
cres et dvorent ses chairs livides. La carie
s'attache ses os..... Il semblait un squelette
chapp la tombe, lorsque la mort, qu'il
appelait, vint le dlivrer de la vie.
Rien n'est plus vrai, plus exact que cette
description de la peste vnrienne par Fra-
castor. Ici le pote n'a t qu'historien. On






( 56 )
sait, par les auteurs de ce tems, que des mili-
taires employs en I494 au sige de Naples ,
moururent de cette maladie en trois jours. Les
Mmoires acadmiques font mention d'un of-
ficier franais qui, ayant pass une nuit avec
une courtisane espagnole vingt quatre
heures aprs vit tomber en lambeaux ses
membres gangrens.
A l'intensit du mal se joignait la rapidit
de la contagion. En 1495, au retour du pre-
mier voyage de Colomb, aprs la dcouverte
de Saint-Domingue les Espagnols, peine
entrs Barcelone infectrent la ville.
Voyez Rodrigue Diez dans son Trait Contra
las Bubas ; c'est le nom qu'on donnait alors
la maladie vnrienne: mox tota urbs eodem
morbo corripi copit, latissim se diffun-
dente. Il faut observer qu'alors la population
de Barcelone tait beaucoup plus considerable
qu'aujourd'hui.
L'humanit dsirait qu'une mdecine salu-
taire vint opposer une digue au torrent vn-
rien qui menaait de dgrader la race hu-
maine : car il ne faut pas se dissimuler que les
ravages de ce flau n'galassent, quelques
gards, ceux de cette fameusepeste noire, qui,
deux sicles auparavant, fit le tour de l'Eu-
rope. Les conqurans des Antilles, de retour






( 7 )
dans leurs foyers fixrent cette pidmie
par-tout o ils s'arrtrent. Ils la communi-
qurent aux Maures, qui, chasss de l'Es-
pagne, infectrent les peuples de l'Asie et de
* l'Afrique : dans l'espace- d'un demi-sicle,
l'Ancien-Monde se trouva presque entire-
ment ravag par ce flau destructeur. Quelques
les peu connues, au centre de la mer du Sud
et aux terres Australes, chapprent seules
la contagion gnrale; et aujourd'hui, grce
aux navigatioms hardies des Europens, ces
contres isoles au milieu du globe, viennent
de partager le malheur des deux Conti-
nens.
D'aprs toutes ces considerations, la sur-
prise de l'observateur cesse, quand il voit la
duret des moyens employs par divers gou-
vernemens pour empcher la peste vn-
rienne de se propager.
Maitland dans son Histoire d'Edimbourg,
nous a conserv une proclamation que fit pu-
blier, le 22 septembre 1497, le Conseil d'Etat
de Jacques IV, roi d'Ecosse par laquelle
toute personnel infecte du Grand-Gore, c'est
ainsi qu'on appelait alors la maladie vn-
rienne en Angleterre, tait bannie de la ca-
pitale, oblige de se faire traiter dans un lieu
spar de toute communication et ne pouvait







( 58 )
rentrer dans sa patrie qu'aprs une gurison
parfaite, sous peine de mort.
Le fameux arrt du parlement de Paris est
de la mme anne. On le voit en son entier
dans le tome IV de l'Histoire de Paris, de dom
Lobineau. En voici quelques articles:
oi Tous les trangers atteints de la grosse
maladie sortiront de Paris dans les vingt-
quatre heures, sous peine de la potence:
cet effet on leur remettra chacun,
aux portes Saint-Denis et Saint-Jacques,
Square sous parisis ,pour faire leur voyage,
en leur enjoignant, sous la peine ci-dessus
nonce, de ne rentrer dans la ville qu'aprs
leur parfaite gurison.
2o Les habitans de Paris, des deux sexes,
atteints de la mme maladie, se retireront
dans leur maison sans en sortir ni le jour
ni la nuit, sous peine aussi de la potence.
3o Les pauvres seretireront Saint-Ger-
main-des-Prs, o ils seront pourvus des
vivres ncessaires : la mme peine est d-
cerne contre eux, en cas de contraven-
, tion.
Il parait que cet arrt du Parlement n'eut
pas son entire execution, car, en 1498, le
prvt de Paris se vit oblig de renouveler ces
dispositions cruelles contre les vnriens qui







(59)
n'avaient pas obi : ce magistrat fit publier
son de trompe une ordonnance qui enjoignait
tout commissaire, quartinier ou sergent.,
de saisir aprs la proclamation, tout malade
rfractaire et de le jeter incontinent dans
la rivire.

Fragment d'une lettre crite Mac-Laurin,
professeur de mathmatique dans l'Uni-
versit d'Edimbourg, et communique au
President de la Socit royale, contenant
un extrait des archives de l'Htel-de-
Ville d'Edimbourg, dat de i497 tou-
chant une maladie 'qu'on croit tre la
vrole.
Par M. MACKI, professeur d'Histoire.

Lu, le 28 mars 1743.

Si le virus vnrien n'a jamais t conni
en Europe, avant le sige de Naples, 1495",
il faut qu'il s'y soit rpandu avec une rapidit
prodigieuse; car ds l'an 1497, j'en trouve
Edimbourg infect et le roi et son conseil
terriblement alarms du cruel progrs de la
contagion, comme il parait, par une dcla-
ration de Jacques IV roi d'Ecosse, qu'on
trouve dans les archives de l'Htel-de-Ville







( 40 )
d'Edimbourg; la minute de cette declaration
est date du 22 septembre I497. J'en ai pris
copie pour vous amuser et si vous le jugez
propos, vous pouvez la communiquer la
Socit royale.
Le 22 septembre 1497.

C'est la volont de notre souverain Seigneur,
et des lords de son conseil, signfie aux
prvts et baillis de cette ville, que la dcla-
tion suivante soit mise en execution, pour
prvenir les progrs de la maladie conta-
gieuse, appele le Grand-Gore, et le dom-
mage qui en arriverait aux sujets de S. M., et
aux habitans de cette capital; cette fin,
nous enjoignons toutes personnel de la ville
et banlieue d'Edimbourg, qui sont actuelle-
ment ou ont t affectes du Grand-Gore, et
ne se seront pas fait gurir, de sortir de ladite
ville et banlieue, et de comparatre sur les
sables de Leith, dix heures du matin, o
ils trouveront des bateaux charges de provi-
sions que les officers de cette ville auront
soin- de tenir tout prts, pour les passer
Juche ( petite ile de la rade d'Edimbourg,
vis--vis Leith ), et les y laisser jusqu' ce que
Dieu ait pourvu leur gurison. Il est pareil-
lement enjoint toutes personnel qui pr-






(4' )
tendent remdier cette contagion, de sortir
de la ville et banlieue d'Edimbourg de sorte
qu'aucune desdites personnel n'entreprenne la
gurison du Grand-Gore dans toute l'ten-
due de cette jurisdiction. Et pour prvenir les
contraventions, nous condamnons quiconque
se trouvera infect de cette maladie, et n'aura
pas pass Juche, de mme que ceux qui en-
treprendraient de la gurir, dans toute l'-
tendue de ladite jurisdiction, tre marqus
sur la joue avec un fer chaud, ce qu'ils
soient, reconnus ; et ensuite, si quelqu'un
d'eux s'obstine rester, il sera banni per-
ptuit.
Transactions philosophiques, anne i 745,
dit. de 1760, page 157 no 469.
Nous ne sommes plus obligs de cerner les
vnriens, et de les isoler comme tous les pes-
tifrs: Paris, les magistrats n'ordonnent plus
de les jeter dans la rivire ; mais aussi la diff-
rence est prodigieuse entire les symptmes que
prsente le flau syphilitique la fin du dix-
huitime sicle et ceux qu'il offrait au com-
mencement du seizime : il st hors de doute
que le virus s'est attnu, qu'il a perdu en
profondeur ce qu'il a gagn en surface; et il
faut l'attribuer -non-seulement l'activit des







(42 )
antidotes avec lesquels on l'a combattu, mais
encore la difference des climats par lesquels
il a pass pour venir du ciel brlant de Saint-
Domingue dgrader l'espce humaine jus-
que sous les neiges ternelles de la Laponie
et du Groenland.
C'est un fait constant, digne d'tre ob-
serv, que tout virus et sur-tout le vnrien,
acquiert de l'nergie measure qu'il se propage
des tropiques une zne tempre et de
celle-ci la zne glaciale : on peut en )uger
par les progrs effrayans qu'a faits, de nos
jours, l'inoculation de cette maladie terrible
dans la baie- de Saint-Paul au Canada ,
en 178i : on comptait, dans cette parties de
l'Amrique, cinq mille huit cents personnel
infectes: les malades y perdaient les yeux,
le voile du palais, et quelquefois la parties in-
frieure du crne ; les gens de l'art, que, sur
les demands du gouverneur Hamilton, on
envoya l'anne suivante sur cette terre dso-
le, s'accordrent dire que les phnomnes
affreux que prsentait cette contagion, taient,
aux organes gnrateurs prs qui souvent se
trouvaient respects, exactement les mmes
que ceux observs au commencement du sei-
sime sicle, quand elle vint en Europe exer-
cer ses ravages.







( 43 )
Parla mme raison que le virus syphili-
tique s'aggravait en se transplantant des tro-
piques aux climats temprs, et ensuite aux
rgions froides, il en rsultait qu'il devait
perdre de sa violence, measure qu'il se pro-
pageait d'un pays froid une contre temp-
re et de l au voisinage de l'quateur;
c'est aussi ce qui est vrifi par le tmoignage
de l'histoire; nous savons que les maladies
vnriennes se montrent sous des formes in-
finiment plus hideuses en Russie qu'en Es-
pagne; measure qubn s'approche de l
ligne, les maladies, grce l'exercice et une
forte transpiration qui attnue les miasmes de
cette contagion semblent s'apprivoiser avec
elle : s'il en faut croire le chevalier Bruce,
dans son voyage aux Sources du Nil les
maux syphilitiques sont mme si peu graves
dans le royaume de Sennaar que les bains
et les sudorifiques suffisent quelquefois pour
les fair disparatre.
Quand la peste vnrienne se fut manifeste
sur notre continent, une erreur presqu'uni-
verselle ajoutait l'effroi qu'elle avait r-
pandu. On croyait gnralement que pour
en tre atteint, il suffisait de respirer l'air
que respiraient ses victims d'habiter le
mme climate ; et l'on ne voyait pas alors






(44)
qu'une atmosphere empoisonne, aurait d-
truit en peu de jours toute l'espce humaine.
Ce funeste prjug devait cder la raison ;
elle en a triomph: mais elle nous permet de
croire que la contagion pouvait se propager
alors, comme aujourd'hui, par le simple con-
tract d'un ulcre par des embrassemens las-
cifs, ou peut-tre mme en respirant trop
long-tems et dans un lieu ferm., l'haleine
d'un malade : les tmoignages respectable
des Benedictus des Torella et des Schelling ,
sont cet gard posiifs et l'on ne peut s'y
refuser sans rejeter en mme teams les tmoi-
gnages de l'histoire. Aujourd'hui que ce mal
est affaibli par le tems, par les remdes et par
la propret, nombre de faits nous prouvent
jusqu' l'vidence que le virus vnrien peut
avoir d'autres causes que la jouissance.
S'il est difficile de croire qu'une femme
saine au moment de la conception mais
corrompue depuis, communique au foetus ,
par le cordon ombilical, le virus vnrien,
on ne peut douter que l'enfant ne s'infecte en
sortant de la matrice par un vagin ulcr, et
souvent mme encore en suant le lait ma-
ternel.
Quant aux adults, nous tenons de Van-
Switen, qu'une lancette qui avait servi ou-







(45)
vrir quelques pustules vroliques, n'ayant pas
t suffisamment nettoye, avait communique
la maladie vnrienne une personnel saine
qui se faisait saigner. M. Swdiaur dit avoir
vu a Londres une jeune fille qui, ayant im-
prudemment fait substituer une dent*carie
celle d'une vnrienne, s'infecta avec une
telle violence, que, malgr les remdes les
plus actifs elle en perdit la vie.
Le trait de Fabrice de Hilden est encore
plus tonnant. Une demoiselle dans un bal ,
voulant se masquer de manire n'tre point
reconnue, se dshabille et prend les vte-
mens d'un jeune homme infect depuis long-
tems par le commerce des filles publiques :
son corps ne tarda-pas tre covert d'ulcres
rongeurs: le mdecin fut appel trop tard, et
lorsque le mal avait dj gagn le col de la
vessie et le dernier des intestins, l'infortune
prit dans les tourmens (i).
D'aprs ce tableau effrayant des ravages
que faisait la peste syphilitique, lorsqu'elle
commena infecter notre continent, il n'est


(i) Fabrice de Hilden, observe century. I, obs. Ioo.
L'ouvrage, originairement allemand, a t traduit en
latin, et imprim avec le reste de ses cuvres Franc-
fort, en 1682.







( 46)
pas tonnant que les hommes de l'art aient
cherch la combattre avec les remdes aux-
quels ils attribuaient le plus d'nergie, de
force et d'activit.: c'est ce principle qui con-
duisit Carpi, ds le commencement du sei-
zime sicle, tcher de gurir la maladie
vnrienne avec les frictions mercurielles,
mthode souvent infidle, mais constamment
suivie, graces la routine qu'il est si ais de
substituer aux principles, quand on ne veut
point raisonner.
Jacques Brenger, n Carpi, dans le du-
ch de Modne, mais plus connu sous ce der-
nier nom qu'il a illustr par ses connaissances
anatomiques, fleurissait prcisment l'po-
que des premiers voyages de Colomb aux
Antilles; ainsi, il vit les premiers symptmes
de la contagion vnrienne, et fut porte
de mditer sur ses ravages effrayans.
Carpi, qui avait guri des dartres et d'au-
tres maladies cutanes avec le mercure,
voyant une parties des symptmes de ces rup-
tions dans la peste vnrienne, ne douta pa&
qu'il ne ft disparatre cette dernire avece
mme spcifique. En effect, il obtint des suc-
cs tantt avrs, tantt quivoques: come
ses rivaux furent moins heureux, on accou-
rut lui de tous les points de l'Europe, et il






( 47 )
acquit bientt de grandes richesses et beau-
coup de clbrit.
On peut juger de la fortune que Carpi
amassa dans le traitement des maladies vn-
riennes, par une vaisselle de souverain qu'on
trouva chez lui sa mort, et par une some
de cinquante mille cus qu'il lgua au duc de
Ferrare.
Ses richesses, ou peut -tre son talent,
furent sur le point de lui tre funestes : on
l'accusa d'avoir dissqu tout vif, Bologne,
deux Espagnols atteints de la maladie des
Antilles (1). On avait fltri de la mme ca-
lomnie, dans l'antiquit, le mdecin Erasis-
trate; Carpi, tout innocent qu'il tait, n'osa
s'exposer au hasard d'un jugement, et se sauva
Ferrare, o il mourut en i55o.
Carpi avait fait un secret de sa mthode des
frictions mercurielles; mais les hommes de
l'art ne tardrent pas la deviner : on s'-
tonna d'abord de son audace: ensuite, quand
on rflchit que la maladie syphilitique s'an-
nonait sous les symptmes les plus terrible,
qu'elle moissonnait avec rapidit les hommes
sur le trne et dans la poussire, on pardonna
au mdecin d'Italie d'avoir cherch, dans

(I) Gabriel. Fallopii, de morbo Gallico, cap. 76.






(48 )
celui des trois rgnes de la nature qui a le
moins d'analogie avec l'conomie animal,
c'est--dire, dans le rgne minral, un sp-
cifique connu par sa grande activity. On cher-
chait moins alors conserver les' jours du
malade qu' carter avec violence le principle
qui les empoisonnait : pourvu que le vn-
rien ne prit point du mal, peu important
la mdecine du teams qu'il prt un jour des
funestes effects du'remde. Le mercury, au
reste, tait connu depuis long-tems en Eu-
rope pour la gurison des maladies cutanes,
qu'on manquait avec les mthodes ordinaires;
les mdecins arabes, don't la pratique nous a
t conserve par Rhazs, l'employrent de-
puis en Asie, sous la forme de crat et d'em-
pltre, contre le mal vnrien lui-mme, et
c'est d'epx que Vigo et Fallope prirent ce
mode de traitement, qui leur donna quelque
teams la renomme de Carpi, mais non son
opulence.
Jean de Vigo, mdecin gnois, tait, ds
15o4, poque des plus grands ravages de la
peste vnrienne mdecin du pape Jules II;
dix ans aprs, il publia, en un vol. in-folio,
sa pratique de chirurgie,' divise en neuf
livres, don't le cinquime traite de la maladie
des Antilles, et de la manire d'en gurir les






(49 )
pustules par l'application d'un onguent mer-
curiel; jusqu' un certain point, il mrita de
l'humanit par le talent qu'il mit calculer
les effects de ce violent spcifique, et en baser
les doses sur la gravit du mal sur-tout sur
les forces du malade.
Fallope, plus clbre encore que Vigo
parce qu'on lui doit des dcouvertes en ana-
tomie, florissait Padoue au milieu du sei-
zime sicle:on l'appelait l'Esculape del'Italie;
mais il mourut quarante ans, sans avoir pu,
comme il semblait le promettre, faire faire
un pas de gant la science : nous avons de
lui, sur la maladie vnrienne, un ouvrage
bon pour le tems, don't l'dition princeps
(que je possde) porte le titre de Morbo Gal-
lico, et a t imprim Padoue, en i565.
Ce livre, rarement cit, a singulirement
servi tous les crivains qui ont trait de la
mme matire.
. Fallope fait un aveu, dans le chap. XXIV,
qui announce combien il serait utile, dans la
gurison de la maladie vnrienne, de rduire
en principles l'art de faire transpirer; il dit
que des vnriens ont t guris par des exer-
cices violens, tels que la lutte, le jeu de
paume, etc. Il est vrai qu'il ajoute qu'une
telle mthode ne russit que dans le principle
4






( 50 )
du mal, et lorsque le malade est dans la force
de l'ge (i).
Ce mdecin, quand le mal tait port son
dernier p i e, ne balanait pas faire usage
de l'onguei ercuriel, appliqu sur les ul-
cres; mais par-tout il a le bon esprit d'en
fire connatre les dangers. On voit qu'il en
revient sans cesse son remde favori, qui est
l'usage, long-tems soutenu, de l'infusion du
bois de galac : Fallope, sans prjug, et ami
de l'humanit, et, de nos jours, observ en
silence les effects du Rob Anti-Syphilitique, et
l'et adopt, comme ont dj fait les mdecins
les plus clairs de Paris, de la France et de
l'Europe.
Des gens de l'art, qui n'avaient pas les lu-
mires de Carpi, et encore moins celles de
Fallope, voyant que les remdes tirs du


(I) Valet maxima corporis agitatio et exercitatio,
in juvenibus, qui solo sudore fact simplici corporis
expuraatione sanati sunt, aut Luctd, aut jaculo, aut
saltP, aut lusu pile : tantus calor crescit tanta dis-
cussio membrorum, renovantur spirits, et jiunt pu-
riores ad superandam labem..... Sed hoc tantum in
primo principio morbi, in robustissimis corporibus. -
Voqez Gabriel. Fallopii, de Morbo Gallico, p. i9,
folio verso.







( 51 )
rgne minral dissipaient souvent, du moins
quant aux apparences extrieures, les symp-
tmes de la contagion vnrienne, imagin-
rent de substituer au mercury des composi-
tions analogues, mais qu'ils souponnaient
devoir tre moins meurtrires, tels que l'or,
l'antimoine, et mme l'arsenic. A cet gard,
je ne crains pas d'affirmer que, quelque ton-
nans que soient les progrs que la chimie a
faits, quelque nombreuses que soient les ex-
priences auxquelles on a soumis ces subs-
tances, aucun de ces prtendus spcifiques
n'a eu de succs constant : il est aujourd'hui
dmontr aux yeux des chimistes clairs,
que tout remde quelconque, tir du rgne
minral, est trop actif, ou reste sans action,
parce qu'on ne peut en dterminer la quantit
ncessaire, et qu'on ignore les effects qu'il pro-
duit sur les divers tempramens: si le remde
est trop affaibli, il reste sans action et ne
gurit pas; s'il est trop actif, le bien qu'il
opre n'est rien en comparison du mal qu'il
laisse aprs lui. Il est bien reconnu que les
affections nerveuses, les obstructions des vis-
cres, les ulcres du poumon, l'affaiblissement
graduel de l'estomac, et sur-tout la paralysie
de l'entendement, sont les suites presque or-
dinaires d'un traitement mercuriel, qui ne







( 52 )
peut donner pendant quelque tems les appa-
rences de la sant sans laisser dans les vais-
seaux fatigus le germe de la douleur, et
quelquefois le principle de la mort.
Fallope, et encore plus l'exprience, d-
montrant que le mercure ne gurissait que
rarement, et, ce qui tait bien plus doulou-
reux pour les ames sensible, ne gurissait
qu'en diminuant les principles de la vie, il
semblait ncessaire de chercher un remde
ami de l'conomie animal; et les vues de
quelques gens de l'art se portrent vers les
sudorifiques et les apritifs.
En i5i5, peu de teams aprs la dcouverte
de l'Amrique, Oviedo, qui nous devons
une bonne histoire gnrale des Indes-Occi-
dentales, fut, come nous l'avons dj dit,
envoy Santo-Domingo pour en faire ex-
ploiter les mines d'or et d'argent. Cet home
clbre, aprs un sjour de douze ans, pen-
dant lequel il tudia les meurs des Indiens et
leur histoire naturelle, attesta que, de tens
immmorial, ils gurissaient avec le gaac la
maladie de las buas, que nous traduisons par
les mots de maladie vnrierne.
Un autre Espagnol, nomm Gonsalve, n'a-
vait pas attend le suffrage d'Oviedo pour
constater l'efficacit du gaac; tourment de-







( 55 )
puis long-tems par l mal que ce spcifique
etait destin gurir, il avait souponn que
le pays qui avait vu natre ce flau terrible en
portait le remde ; et ds i5o8 il avait fait le
voyage de Santo-Domingo : guri bientt
par les sauvages, il revint en Europe avec
l'arbre du gaac, et s'y montra comme un dieu
tutlaire, parce que la sant qu'il avait recou-
vre semblait la promettre d'autres victims
de la maladie vnrienne.
Ce ne fut gure qu'en i565 qu'on apprit
avec exactitude, par le tmoignage de deux
Franais guris l'le de Porto Rico, la
mthode amricaine de traiter par le gaac.
Les femmes indignes cassaient et fendaient
avec leurs dents des branches de gaac, et les
faisaient bouillir dans un vaisseau de verre
sans couvercle. On faisait boire plusieurs doses
de cette infusion, matin et soir, aux malades;
et dans les intervalles, on les forait de faire
des courses violentes, de s'exercer l'escrime,
ou de travailler l'exploitation d'une mine
d'or qui se trouvait quelque distance de la
colonie : ils rentraient couverts de sueur dans
la cabane des sauvages, changeaient de vte-
ment, et prenaient un repas frugal, ne bu-
vant que de l'eau de pluie puise dans une mare.
Ce traitement durait cinquante soixante jours.







( 54)
Avant cette poque l'apptit revenait aux
malades; les douleurs nocturnes se calmaient;
on voyait disparatre jusqu'aux nodosits qui
dfiguraient leurs os, et ils se trouvaient par-
faitement guris (i).
Sur le bruit de ces cures inespres, les Es-
pagnols adoptrent le traitement par le gaac.
Ils le transmirent ensuite aux Siciliens, et par
eux, l'Italie et l'Allemagne. La France,
content des palliatifs apports au mal par le
mercure, fut la dernire profiter de ce bien-
fait du Nouveau-Monde.
Une cure fameuse, faite surUlricdeHutten,
gentilhomme allemand, n'avait pas peu con-
tribu donner de la clbrit aux vertus du
gaac. Cet infortun, tourment du mal vn-
rien port son dernier priode, s'tait sou-
mis onze fois, durant neuf ans, au traitement


(i) Je crois le tmoignage de ces deux Franais un
peu exagr; mais fit-il conforme l'exacte vrit, il
imported d'observer que le climate des Antilles, extrme-
ment favorable la transpiration, concourait pour
beaucoup sans doute dans les gurisons opres par le
gaac ; la preuve en est que ce remde perdit de sa
reputation measure que son emploi devint gnral en
Europe, et que son efficacit peut tre apprcie par
des vrais mdecins.







( 55 )
des frictions mercurielles, et sa maladie n'-
tait pas mme pallie. Il eut recours au gaac,
en adoptant l'ancienne mthode des Carabes,
et l'poque ordinaire, il se trouva radicale-
ment guri. L'histoire de cette cure a t
consigne par le malade lui-mme, dans un
ouvrage ddi au cardinal de Brandebourg,
lecteur de Mayence (1).
Dans la suite, un mdecin de Venise (Ni-
colas Massa) traita avec succs divers malades
dsesprs par la mthode d'Ulric de Hutten,
qu'il perfectionna par sa longue experience,
et il en fit part au public dans un Trait latin
du qaldeNaples, qu'il ddia saint Charles
Borrome.
La reputation de Hutten et de Massa, leur
franchise et leur morality, donnrent beau-
coup de partisans au gaac, mme parmi les
mdecins asservis la routine mercurielle.
Au nombre des transfuges du mercure, on
trouve des noms trs -distingus tels que


(r) Le Trait a pour titre : De MIorbi Gallici cura-
tione per administrationem Ligni Guayaci. J'ai tir
cette anecdote et quelques autres sur les sudorifiques
d'une brochure du mdecin Dupau, intitule : Obser-
vations sur l'usage des vgtaux exotiques dans les
maladies vnriennes.






(56)
Vesale, Fallope, Morgagni et Boerhaave.
Cependant peu--peu ce remde utile a fait
place au traitement cruel par le mercure. Les
empiriques, cherchant moins gurir les
malades qu' faire fortune, trouvaient trop
simple et trop rapide la cure par le gaac. Les
gens de l'art donnaient des raisons plus sp-
cieuses : ils remarquaient que le traitement
des Carabes ne se faisait qu'avec de jeunes
arbustes, et qu'on n'envoyait du Nouveau-
Monde en Europe que des arbres vieillis et
presque sans sve : ils ajoutaient que des ar-
bustes transplants quinze cents lieues, se
trouvant sous un ciel si different de celulqui
leur tait natural, ne pouvaient avoir la mme
efficacit. A l'appui de ces raisonnemens ve-
naient quelques faits.
On ne pouvait douter que le traitement en
Europe ne ft beaucoup plus long qu'au
Nouveau-Monde : on opposait deux Fran-
ais guris avec quelques livres de gaac,
Porto-Rico, le gouverneur de Milan, que
Massa avoue n'avoir pu gurir qu'avec soixante
livres du mme remde : toutes ces discus-
sions avaient lieu dans les livres; et cepen-
dant l'empirique traitait et tuait avec le mer-
cure, dguis sous toutes les former.
L'histoire de la maladie vnrienne, de-







( 57 )
puis la dcouverte des sudorifiques jusqu'
nos jours, n'est qu'une rptition fastidieuse
des mmes tentatives renouveles de mille
manires diffrentes pour donner un nou-
veau credit, soit aux preparations mercu-
rielles, soit aux infusions vgtales : cepen-
dant la chimie s'est cr un nouveau monde,
l'art savant des analyses s'est perfectionn. On
a faith des experiences curieuses et pleines de
sagacit sur les trois rgnes de la nature; et
malgr cela, l'art de gurir les maladies sy-
philitiques n'a pas fait de grands progrs jus-
qu' la dcouverte de mon Rob.
Cependant, come il imported infiniment
aux maladies, aux mdecins de bonne foi, et
aux Gouvernemens qui m'honorent de leur
confiance, d'exposer avec franchise ce qu'ont
fait avant moi mes prdcesseurs, et souvent,
j'ose le dire, les plus grands matres dans
l'art de gurir, afin qu'on apprcie ce que
ma longue experience a d ajouter leurs
dcouvertes, je vais terminer cette histoire
par l'examen des anciennes mthodes em-
ployes au traitement des maladies vn-
riennes, et sur-tout des suites funestes qu'en-
traine l'usage de toutes les preparations mer-
curielles: tel sera l'objet de la second parties






(58 )
de cet ouvrage, et qui doit le plus fixer l'at-
tentidu de mes lecteurs, pour les prserver
de l'usage inconsidr d'un remde plus dan-
gereux que le mal.











DEUXIEME PARTIES







DEUXIEME PARTIES.




DES DIVERSE MTHODES

EMPLOYEES A LA DESTRUCTION

DES MALADIES VNRIENNES.




ON cherche depuis trois cents ans des sp-
cifiques contre la maladie qui attaque le plus
essentiellement la nature de l'homme, puis-
qu'elle se porte principalement sur l'organe
destiny le reproduire. L'inutilit de tous les
moyens employs jusqu' la dcouverte de
mon Rob, semblerait accuser, non le talent
des hommes de l'art qui m'ont prcd, mais le
peu de succs deleurs nombreuses tentative.
Ces spcifiques ont t successivement cher-
chs dans chacun des trois rgnes de la na-
ture; ensuite ils l'ont t dans les trois combi-
ns, ou dans deux seulement: on a eu recours
la chimie pour en modifier les effects, pour
en augmenter l'nergie. Tous ces moyens







( 62 )
ont t imagins pour forcer la nature dans
ses derniers retranchemens; il et peut-tre
t plus simple et beaucoup plus utile d'cou-
ter ses leons.
Nous traiterons successivement des re-
mdes tirs du rgne animal, de ceux du r-
gne vgtal, et enfin de ceux du rgne mi-
nral : ce procd amnera un court examen
des spcifiques donns par la combinaison des
products des diffrens rgnes.
Le rgne minral, combin de mille ma-
niPes, former les deux tiers de cette se-
conde parties : c'est aussi celui don't l'empi-
risme a le plus abus, celui qui, mani par
des homes inexpriments, ayant toute l'au-
dace de Van-Switen sans avoir son gnie, a
plus nui l'organisation animal que le mal
mme qu'il tait destin gurir; la foule
d'observations et de faits qui naissent de cet
examen, nous engage diviser ce grand cha-
pitre en plusieurs sections.
Nous ne parlerons pas sans doute de toutes
les mthodes imagines depuis trois sicles
par des charlatans courant la fortune, et se
jouant de la crdulit, de la vie mme de
de leurs malades : nous ne nous occuperons
que de celles qui ont eu quelque clbrit
pendant la vie de leurs auteurs. S'il fallait se







(653)
trainer sur les prtendues dcouvertes de ces
homes sans experience et sans morality,
qui se sont appropri quelque preparation
mercurielle dj connue, en altrant et mas-
quant ses principles, ou simplement en chan-
geant sa denomination, ce chapitre seul for-
merait un volume.



CHAPITRE PREMIER.

Des Spcifiques contre les maladies vn-
riennes tirs du rgne animal.

LE peu d'analogie entire les minraux et
l'conomie du corps human, a quelquefois
engag des hommes de l'art . chercher des
anti-vnriens dans le rgne animal; et de
tels spcifiques auraient peut-tre plus de droit
notre confiance, cause du rapport qui
existe entire de pareilles substances et la struc-
ture de la machine humaine; nais il ne pa-
rat pas que la mdecine ait tent, par d'utiles
experiences, de soulever cet gard un coin
de rideau derrire lequel travaille en secret
la nature.
On a propos l'usage soutenu du lait de






(64)
femme. Roncalle, sans doute cause du dan-
ger auquel serait expose la personnel qui pr-
terait son sein conseillait le lait d'nesse;
mais le lait, soit d'une femme, soit d'un qua-
drupde, n'a pas assez d'activit pour expulser
une matire morbifique aussi concentre que
le virus vnrien; le lait n'est admis aujour-
d'hui parmi les bons praticiens que come
-remde secondaire : on le fait servir avec quel-
que succs pour disposer au traitement par
le mercure, ou pour modifier les effects de ce
dangereux minral.
La chair de perdrix, propose par Cardan,
est une des rveries de cet alchimiste : il n'y
aurait gure plus de succs attendre de la
langue de serpent vante par Lanzoni, et
mme de la chair de vipre ordonne par
Plater et par Rondelet.
Il y a un peu plus de vingt ans que l'Espa-
gnol dom Flors, membre de la facult de
mdecine de Guatimala dans l'Amrique sep-
tentrionale, crut avoir fait faire un grand pas
l'art de gurir les maladies vnriennes par
les substances animals, en arrachant le secret
de quelques Indiens indignes, qui prten-
daient faire disparatre en troib ou quatre jours
la contagion syphilitique la plus complique :
ces merveilles sont racontes dans un ouvrage







(65 )
du docteur traduit en plusieurs langues; mais
quel homme sens peut les croire ?
Ce secret est parfaitement connu des In-
diens du village d'Amatitan : quand une ma-
ladie vnrienne s'est montre rebelle au trai-
tement amricain par les sudorifiques, on
prend un lzard du pays, nomm iguan, et du
genre de nos anolis; on le coupe tout vivant
par morceaux et quand la chair du reptile
est encore chaude et palpitante, ce qui an-
nonce que:ses principles de vie conservent
un reste d'activit on la fait avaler jeun. On
suit ce rgime pendant trois jours; au bout
de cet intervalle, on dit qu'une chaleur ex-
traordinaire porte l'incendie dans les veines
du malade; qu'une sueur ftide s'chappe de
tous ses pores; qu'on le voit saliver come
dans les frictions mercurielles; et d'aprs les
traditions indiennes, il est guri.
Malheureusemeott le livre de Flors, tout
spcieux qu'il est, n'a pas obtenu la confiance
publique : on a contest les effects de cette
chair palpitante de l'iguan, destine chasser,
l'extrmit du corps, le virus vnrien qui
en obstruait les canaux et en altrait les or-
ganes; ce doute augment, quand on observe
qu'un secret aussi important, qui aurait en-
richi ses auteurs bien plus que l'exploitation
5







(66)
d'une mine d'or, a t circonscrit dans le petit
bourg d'Amatitan. D'ailleurs il parait tre le
mme animal qui appartient la mme fa-
mille, n'ayant produit aucun effet sensible en
Europe et aux Antilles, o, d'aprs l'assertion
de Flors, il a t long-tems employ. Il est
vident que la mdeqine europenne doit
chercher un autre spcifique pour la gurison
radical des maladies vnriennes.
Si le lzard d'Amatitan pouvait oprer quel-
que effet, ce ne serait probablement que
comme un puissant sudorifique ; et le principle
du moins qui conduirait cet trange rsul-
tat, n'est point a mpriser : une transpiration
violent, ainsi que nous l'avons dpi observ,
chasse par tous les pores, la plus grande parties
des miasmes vnriens qui dsorganisent le
corps human : nous savons par Sinapius (i)
que les Tartares se gurissent quelquefois
d'une maladie vnrienne lgre par une
quitation force et prolonge jusqu' la plus
forte transpiration; ils se couchent ensuite
dans une lable, don't l'air est imprgn d'ex-
halaisons animals, s'y couvrent de doubles
vtemens pour entretenir les flots de sueur,
et sortent de l, aprs plusieurs experiences,
extnus, mais quelquefois guris.

(i) Absurd. vera, parties II.







( 67 )
La mme experience semble seR4pter jour-
nellement dans les bagnes des galres : on
sait que les forats condamns un travail
violent, et rduits pour leurs alimens quand
ils n'ont aucune industries, au rgime le plus
austre, conservent rarement la maladie v-
nrienne dans toute son activity ; l'exercice
pnible les transpirations forces, la dite ,
les gurissent sauvent sans avoir besoin de
recourir aux remdes. Fallope runit sur ce
fait son autorit celle de Boerhaave et de
Van-Switen (i).
Ce dernier, dans un autre texte de ses ou-
vrages, raconte, sur les effects de l'exercice
violent dans la mnaladie don't nous parlons,
une anecdote qu'il convient de placer ici.
Un jeune hommne attaqu d'une maladie v-
nrienne avait t trait et manqu sept
diffrentes reprises, quatre fois. par le mer-
cure, et trois fois par le gaiac. Le mdecin
allemand qui dsesprait de sa gurison, le
fit revtir d'un habit de paysan, et l'envoya
la champagne de ses htes lui (it boire abon-
damment du petit-lait, et l'employa, sans le
manager, aux plus rudes travaux; ce malade
soutint six mois ce genre de vie, et au bout

(i) Collection de Luisinus, pag. 790, 344 et 52I.







( 68 )
de cette poque se trouva radicalement
guri (i).
Van-Switen conclut de cette experience
decisive que le vice vnrien, quand il n'est
pas parvenu son dernier degr d'intensit,
peut cder des travaux violens, dans une
atmosphere chaude, qui amnent une forte
transpiration, pourvu qu'on assujtisse un
rgime qui diminue l'embonpoint, et que le
breuvage abondant qu'on se permet fournisse
un vhicule suffisant l'expulsion du virus par
les pores : il ajoute aussi, et je suis parfaite-
ment de son avis, que quelque succs qu'on
attended d'une pareille preuve, il y a bien
peu de personnel qui puissent la tenter.
A cette mthode curative des jeunes vn-
riens qui ont de la vigueur et une surabon-
dance de principles de vie, on pourrait ajou-
ter des spcifiques trs puissamment auxi-
liaires : comme les bains de vapeurs, con-
seills par le clbre Sanchez (2), et les fric-
tions sches sur toute la surface du corps, sin-
gulirement recommandes par le grandBoer-
haave (5).

(') Collection de Luisinus, pag. 52r.
(2) Voyer l'ouvrage citd prcdemment, pag. 6, 144
.et 149.
(3) Loco citato, pag. 341 et 342.







69)
Les bains, mme simples, ne sont pas in-
diffrens cette transpiration utile qui pr-
pare l'effet des remdes ; le fluide chaud, ap-
pliqu ainsi la surface du corps, excite dou-
cement les conduits excrtoires des glandes
cutanes, et augmente leur secrtion; mais
pour remplir ce but, il ne faut pas que le
thermomtre reste au-dessus de trente degrs
dans l'chelle de Raumur ; les bains chauds
cette temperature ne relchent ni n'affai-
blissent, pourvu qu'on ne couvre pas son
corps, don't tous les pores sont ouverts, d'un
gilet de flanelle; une promenade modre
et l'ombre en sortant du bain rpand dans
tout le systme du corps un sentiment singu-
lier d'nergie et d'activit, comme on peut
s'en convaincre, non en lisant des livres
systme, mais en faisant sur soi d'utiles exp-
riences. La mme observation a t faite par
Marquart.
Parmi les spcifiques tirs du rgne animal,
et destins combattre la contagion vn-
rienne, il en est peu qui se soient annoncs
d'abord d'une manire plus brillante que
l'usage intrieur des cantharides. Hoffmann,
un des hommes les plus clbres de l'Alle-
magne, en tait l'inventeur; la renomme du
mdecin dut accrditer le remde.







( 70 )
La cantharide, dessche au soleil, pul-
vrise et prise, intrieurement, est un toni-
que trs-stimulant, qui dirige principalement
son action sur les voies urinaires : cette dfi-
nition seule prouve que son usage doit tre
horn la gurison des maladies don't le prin-
cipe dpend des matires pituiteuses et glai-
reuses, lorsqu'il y a laxit dans les membra-
nes, et qu'on est menac de paralysie par
faiblesse.
Les cantharides sont un remde d'autant
plus suspect dans les maladies vnriennes,
qu'augmentant ncessairement l'effervescence
du sang, et occasionnant des priapismes, elles
offrent une march contraire la gurison
naturelle des gonorrhes virulentes.
Quelque grande que soit en Europe l'auto-
rit d'Hoffmann, ce spcifique terrible n'a
pas tard tre abandonn. Le docteur Car-
rre, dans ses additions la matire mdici-
nale de Venel, a fait un tableau si effrayant
des suites dangereuses qu'entrane son usage,
que l'homme prudent serait tent de rester en
proie toute sa vie la peste vnrienne, s'il
ne pouvait s'en gurir que par les cantharides.







(71 )


CHAPITRE II.

Des Remdes, contre les maladies vn-
riennes, tirs des vgtaux (i).

DES monumens font foi que les habitans du
Nouveau-Monde, quand il fut conquis par
l'ancien, cultivaient soixante-six plants dif-
frentes tires des sudorifiques, avec lesquelles
ils se gurissaient de leurs maux vnriens
rcens ou invtrs, soit dans l'Archipel des
Antilles, soit dans toute l'tendue de ce vaste
continent.
On comprend sous le nom de sudorifiques,
non-seulement les remdes qui provoquent
une forte transpiration, mais encore les ap-
ritifs, les incisifs, les attnuans, les fondans
et les diurtiques : en effet, on observe que,
suivant les divers tempramens, le mme re-
mde qui amne la sueur dans un individu,


(I) J'ai t aid dans mes recherches par une excel-
lente brochure de Dupau, mdecin, qui a pour titre :
Observations sur l'usage des vgtaux exotiques dans
les maladies vnriennes. Paris, in-80 173.








determine dans un autre le course des urines,
les vacuations alvines et les expectorations :
maintenant jetons un coup-d'oeil rapide sur
les substances destines oprer une vacua-
tion quelconque qui procure la dpuration
des fluides ncessaires pour la gurison de la
peste vnrienne, et commenons par les v-
gtaux anti-vnriens du Nouveau-Monde,
qui avaient quelque clbrit au teams de l'in-
vasion des Colomb et des Cortez.
L'arbre du gaac est, parmi ces productions
vgtales, celle don't les succs semblent le
moins contests : on en doit la dcouverte
Oviedo ; cet Espagnol, qui s'tait infect avec
une courtisane de Naples, eut le bon esprit
de conjecturer que le mal tant particulier
aux Indes Orientales, le remde le plus puis-
sant devait s'y trouver aussi et il partit
l'instant pour Santo-Domingo. Son attente ne
fut point trompe : les Carabes, la seule ins-
pection de son front, le jugrent infect, et
lui montrrent l'arbre du gaac. Le malheur
de cet Espagnol fit sa fortune : il rapport la
rsine, l'corce et l'aubier de cet arbre anti-
vnrien, et devint un des particuliers les
plus opulens de l'Europe.
Quelques historians attribuentla dcouverte
en Eurqpe de la vertu du gaac un autre







(73 )
Espagnol nomm Gonsalve, qui l'apporta
Lisbonne en I5o8, aprs s'tre guri avec lui
d'une espce de mal vnrien, don't la vio-
lence lui faisait craindre la mort.
La mthode indienne, pour le traitement
par ce vgtal, tait ou ne peut plus simple ;
et quoique nous l'ayons dj annonce d'une
manire vague, il n'est point indifferent d'y
revenir pour constater la source d'o le fait a
t tir. Une femme carabe cassait et fendait
avec ses dents de petits tronons de jeunes ar-
bustes du gaac, et les faisait bouillir dans un
vaisseau dcouvert : le malade prenait tous les
matins une chopine de cette dcoction, en
deux ou trois intervalles; ensuite, on le faisait
courir, s'exercer l'escrime, ou bien travailler
pendant deux heures l'exploitation d'une
mine d'or : aprs ce violent exercise, il re-
venait changer de line et prendre un repas
frugal, o de l'eau de pluie tait sa seule
boisson ; vers les trois heures aprs midi on
revenait au gaac, et on rptait le mme
exercise. Ce traitement durait environ six
semaines; alors le malade se trouvait radica-
lement guri, sans avoir prouv d'autre ac-
cident que de l'inflammation aux gencives ,
qu'une ouverture lgre, avec un os point
de poisson faisait bientt disparatre : cette







( 74 )
anecdote nous a t transmise par un Loys
Goyon, qui vivait en 1565, dans son Miroir
de Beauty, ddi une marquise de Pom-
padour.
Nicolas Polt, mdecin de Charles-Quint,
prtend, dans la prface de son Trait de Cu-
ratione morbi Gallici, que trois mille ma-
lades furent guris de son tems par l'usage
du gaac, et qu'alors ils semblrent reprendre
une nouvelle existence (i).
SLa mthode des Carabes, pour le traite-
ment par le gaiac fut perfectionne dans la
suite en Europe par Ulric de Hutten, et voici
son procd :
On laisse infuser, pendant vingt quatre
heures, une livre de bois de gaac rap, dans
un vase neuf, avec huit livres d'eau de rivire
ou de fontaine; ensuite, on fait cuire le m-
lange un feu doux, durant six heures, jusqu'
ce qu'il soit diminu de moiti : l'cume que
produit le bouillonnement se lve avec soin,
et sert pour la cure des ulcres.
Le bois qui reste dans le vase, aprs la pre-
mire dcoction, sert pour une second infi-
niment plus lgre, et don't on fait sa boisson
ordinaire pendant le repas.

(i) Post curationem renati sibi ipsis videbantur.







( 75 )
Le malade, aprs s'tre purg, prend deux
fois par jour, le matin cinq heures, et le
soir neuf, un verre contenant une demi-
livre de la premiere infusion, ensuite il reste
au lit quatre heures assez couvert pour exci-
ter une forte transpiration.
Les alimens se diminuent graduellement
jusqu' ce qu'on arrive la moiti de sa quan-
tit ordinaire : elle consiste dans du pain et
des raisins secs, ou le quart d'un poulet
bouilli : on ne permet que la second dcoc-
tion froide pour toute boisson.
On se purge au milieu et la fin du traite-
ment, qui d'ordinaire se termine au bout de
trente jours.
L'action du gaiac se manifeste ds les pre-
miers jours par la diminution gnrale des
symptmes; mais au milieu du traitement, les
douleurs augmentent, les ulcres s'tendent:
cependant l'inquitude doit tre bannie, car
c'est le moment indiqu par la nature pour la
crise; alors les sueurs deviennent plus abon-
dantes, les urines plus charges, un froid
sensible gagne les extrmits du corps, mais
on approche de sa gurison (i).

(I) Ulric de Hutten, de Morbi Gallici curatione,
per administration ligni gaaci.







( 76 )
Depuis le seizime sicle jusqu' nos jours,
d'aprs la tradition constant des Carabes, et
l'ouvrage d'Ulric de Hutten, on ne cesse de
rendre compete de l'eflicacit du gaac dans
les maladies vnriennes : on peut citer en sa
faveur les mdecins de Venise, Massa, Vesale,
Fallope, Boerhaave et Lametterie.
Il s'en faut bien pourtant que le gaac ait
tenu tout ce qu'il promettait dans l'origine,
d'aprs les annonces brillantes d'Ulric de
Hutten : c'est en gnral un bon remde se-
condaire; mais il n'est que cela, du moins en
Europe.
La squine a succd quelque teams au gaac;
Amatus Lusitanus, Fracastor, Blegni et Ron-
delet ont beaucoup recommand aux prati-
ciens l'usage de la squine, soit orientale, soit
occidentale, don't l'une vient de la Chine, et
l'autre du Brsil ou du Prou. On voit par les
crits du clbre Vesale que ce nouveau sp-
cifique, vers 1555, poque o on le fit parve-
nir en Europe, tomba en discredit cause de
son inefficacit; mais Charles Quint l'ayant
employ avec une sorte de succs dans trois
maladies qui le consumaient, la contagion
vnrienne, l'atrophie et la goutte, il eut
une vogue phmre. Les uns faisaient infu-
ser la racine de la squine, comme on l'observe







( 77 )
la Chine, les autres la faisaient prendre en
poudre, comme dans la Nouvelle-Espagne;
mais les cures opres par ce moyen sont
lien moins sres, ou bien moins avres que
celles qu'on doit au gaac; et quoiqu'au rnp-
port de Vesale, la squine ait la proprit de
donner plus d'nergie aux organes de la g-
nration (i) il est -peu-prs avr que cette
activity n'a point lieu dans la cure des mala-
dies vnriennes.
La racine de salsepareille, arbrisseau in-
digne au Mexique, au Brsil, la Virginie
et au Prou, et que les Espagnols apportrent
pour la premiere fois en Europe en i565,
remplit un peu mieux que la squine l'attente
des gens de l'art dans la gurison du mal que e
Colomb apporta du Nouveau-Monde.
Il est certain qu'Amatus, Mercurial, Rio-
lan et Baglioi ont beaucoup vant la salse-
pareille. Le mdecin italien Cestoni et le fa-
meux Hunter, assurent qu'ils ont guri avec


(i) Le text de cet homme clbre mrite d'tre
rapport: Observavi Schino decoctum bibentes tcnli-
gine teneri et quosdam intere, dum decocto illo ute-
rentur adeb, ad venerem provocatos fuisse, ut, cum
alioquin di coitu lemperassent, illum quo variis ra-
tionibus fugerent, a concubitu tunc non abstinuisse.







( 78)
ce vggtal des malades manqus avec les pr-
parations mercurielles.
Il faut' ajouter ces faits, que les Ngres
de la Cte-d'Or en Afrique n'ont pas d'autire
remde pour se traiter que la dcoction de
cette plante qu'ils tiennent des navigateurs de
la Hollande, et qu' Florence, du teams de
Targioni Tozetti, on tait si persuade de son
efficacit, qu' l'hpital des incurables on en
consommait annuellement six cent cinquante
livres, tandis qu'on faisait peine entrer six
livres de gaac dans les remdes destins aux
maladies vnriennes (i).
La dcoction de salsepareille, suivant le
fameux Astruc, se fait d'aprs le procd
suivant.
On coupe deux once de sa racine, on les
fait infuser un jour entier dans six livres d'eau.
Ce mlange doit bouillir au bain-marie dans
un vase bien covert. et sur un feu trs-
doux, jusqu' ce qu'il diminue d'un tiers, ou
mme de la moiti : on en prend de grand
matin un verre qui contienne. jusqu' dix
onces, le reste sert dans le jour pour la bois-
son ordinaire; le traitement dure ving-quatre


(i) Prima raccolta d'osservazioni mediche, pag. 157.







( 79)
jours, et l'on observe -peu-prs le mme r-
gime que pour le gaac.
On a recueilli bien moins de faits con-
cluans sur le sassafras, arbuste de l'Amri-
que septentrionale, employ de tens imm-
morial dans la Floride pour la cure de la con-
tagion syphilitique. Cependant on avoue que
ce sudorifique convent mieux aux malades
d'une complexion delicate que le gaac, la
squine et la salsepareille : il s'emploie avec
advantage dans la cachexie, l'hydropisie et les
tumeurs froides qui accompagnent les maux
vnriens invtrs.
Des gens de l'art, ds les premiers ravages
de la maladie vnrienne en Europe, avaient
aussi imagine de mler ensemble les vg-
taux exotiques don't je viens de parler, c'est-
-dire, les bois de gaac et de sassafras, les
racines de squine et de salsepareille, pour en
composer un breuvage anti-vnrien, qu'ils
appelaient tisane sudorifique ; ce mlange
tait connu ds [55o, et l'on gurissait la
longue, moyennant une dite svre et un
grand rgime (i).
De tous les vgtaux anti-vnriens, celui
qui a t annonc avec le plus d'enthousiasme


(t) Astruc, de luc venerea.







(8 )
est le lobelia syphilitica, que le naturaliste
Kalm, lve du clbre Van-Linn, a trouv
dans les forts de l'Amrique septentrionale.
Je vais le faire parler d'aprs le mmoire qu'il
a insr dans son Recueil de l'acadmie de
Stockholm, de 1750.
Les sauvages du Canada n'ont aucune
connaissance du mercure, et cependant ils
se gurissent avec la plus grande facility de
toutes les maladies vnriennes.
Quand j'arrivai parmi eux, je vis qu'il
tait presqu'impossible de leur arracher leur
secret : on leur avait persuade que si jamais
leur remde parvenait la connaissance
des Europens, il perdrait l'instant toute
sa vertu.
Le colonel William Johnson, qui avait
beaucoup d'ascendant sur eux par son hu-
manit et par sa vertu, se charge, sur mes
instances, de tenter cette dcouverte; et
force d'loquence et d'argent, il eut la fin
.le bonheur d'y russir.
Cette plante merveilleuse est le lobelia,
qui croit en abon'lance dans les planes hu-
mides et dans les marcages.
Le traitement des Indiens est on ne peut
pins simple.; ils font bouillir les racines de
quatre ou six planes au plus de lobelia, sui-






( 8i )
vant la gravit du mal, et le malade boit la
plus qu'il lui est possible de cette ecoc-
tion en suivant un rgime austre, s'abste-
nant de toute boisson fermente, et ne vi-
vant que d'herbages ; la mme infusion sert
dterger les ulcres. Ce traitement dure
d'ordinaire quinze jours, et au bout de cette
poque le mal disparat.
Avec le lobelia et quelques autres vg-
taux du mme genre, on fait au Canada des
cures tonnantes qu'on n'oprerait jamais
avec le mercure; et la difference qu'il y a
entire les deux traitemens c'est qu'avec celui
des Sauvages, on ne court jamais risque de
la vie.
Il n'y a point d'exemple qu'un Amricain,
quelque grave que ft sa maladie, soit mort
pendant le traitemant avec le lobelia; il n'y
en a point qu'un malade trait avec cette
mthode n'ait t guri.
Au rest, il en est du lobelia comme des
vgtaux exotiques, qui, transports en Eu-
rope, percent la plus grande parties de leur
efficacit, et d'ordinaire ne font de merveille
que dans les livres de ceux qui sont intresss
les prconiser.
On pourrait peut-tre joindre aux vgtaux
anti-syphilitiques la racine de l'asiragalus ex-







( 82)
scapuf, plante dcouverte il y a peu d'annes
Bude en Hongrie, par le docteur Win-
tert, professeur de botanique, don't on fait
un grand usage sur la frontire de la Turquie,
dans tous les degrs de la maladie vnrienne;
des mdecits allemands, entr'autres Quarin,
prtendent, avec la dcoction de cette racine,
avoir opr des prodiges.
Tels sont les principaux vgtaux qui ont
frapp les regards de l'observateur clair dans
le traitement des maladies vnriennes; il en
est une foule d'autres qui, accrdits un mo-
ment par les gens de l'art, ont eu une vogue
phmre, et qu'il suffit de faire connatre
dans une note de cet ouvrage (i).

(i) Massa et Ferrier ont vant les vertus de l'absyn-
the; Zacutus Lusitanus, celles du bois d'bne; Has-
chard, le genest; Kramer, la gratiole; Ferrier, la
maranta; Galanga, Minadous, le mecoachan, et Pe-
tronio, le romarin.
Le rapontic a ei pour partisans Forestus, Vesale et
Ferrier.
Le sage Blegny a pris un grand nombre de plants
sous sa protection, telles que la bistorte, la scabieuse,
la chamarras, le souchet, la fraxinelle, le chardon-
bni, l'anglique, le chiendent, l'impratoire, le con-
trahierva, le dictame, le polypode et le cerfeuil.
Ferrier, que j'ai dj cit, donne la prfrence la







( 83 )
Cependant, comme indpendamment de
toute thorie, j'ai en vue la vrit et le sou-
lagement des malades, je ne dois pas dissi-


gernandre, aufrne, au calament, au pin, an cassia
lignea, au cattaire, au cdre, au ciprs, et la cen-
taure.
Le chne est le vgtal favori de Johnston, et son
gui celui de Csalpin.
Plater veut qu'on gurisse les malades avec le bois
de rhodes, l'acorus, le bdis d'alos, la sabine, le cy-
clamen, l'anthrinum, Pasarina et la petasie.
Je trouve dans Forestus. l'loge du cabaret, de l'Vy-
polapathum, du trbinthe, du costus, de l'iris, de
l'asphodle et du sureau.
Kramer a vant l'or'ie; Dias de Isla, le figuier
d'Inde; Colle, le houblon; Sinapius, la pimprenelle
sauvage; Quincy, le camphre; Ptronio, le pin sau-
vage; Vesale, la tormentille; Zapata, la saponaire;
Burman, l'oxis indica; Guldenkle, le jalap; Ron-
delet, le buis; Sylvius de la Bo, la coloquinte; Pas-
chal, l'huile d'olives, et Massa celle de'sapin.
Des homes clbres ont donn la prfrence d'au-
tres vgtaux. C'est ainsi que Van-Linn recomman-
dait le licopodium seago, et Boerhaave, le pissenlit,
le sental, la rave et le trfle d'eau.
Enfin, on a t jusqu' chercher des remdes aux
maux vnriens dans la classes vgtale des poissons:
l'opium a t prconis par Dlius; l'aconit, par Storck,
et la cigu, par Van-Switen.








(84 )
muler que dans l'numration de ces vgtaux
secondaires, il en est quelques-uns qui, isols
et sans mlange avec des remdes plus actifs,
ont quelquefois, dans les mains des gens de
l'art expriments, guri radicalement des
maladies vnriennes.
Le docteur Shaw atteste que le coris de
Montpellier, don't on fait un grand usage en
Barbarie, suffit souvent pour rendre au repos
et la sant (i) les malades manqus par les
remdes ordinaires.
L'hyppoglossunm ivalentinum connue du
people sous le nom d'herbe terrible, dtruit
seule, au rapport de l'Ecluse (2), les pustules
vnriennes : c'est un fait trs-connu des m-
decins dans les provinces espagnoles de l'An-
dalousie et du royaume de Grenade.
Les racines de l'oxys indien et de notre
ortie, prises en dcoction, agissent, dans cer-
tains cas, et sur certain tempramens, avec
la mme efficacit (5).


(1) Travels of Observat. of Barbarj-, dit. anglaise
de 1738.
(2) Riar. Aliq. stirp. per Hispanos observatory history ,
dit. d'Anvers, de 1576, in-8, lib. Ier, cap. XLI.
(5) Burman, Thesaur, Zeylan et Cramer, Commer.
litter. Norinmb. 1741, semi. ire obs. 2.






( 85 )
Les Tartares prtendent, suivant Sinapius,
gurir avec l'acorus des maux vnrielns re-
belles, et la rave a quelquefois la mme vertu,
en croire l'illustre Boerhaave (i).
L'aster, soit feuilles large, soit feuilles
troites, a obtenu de grands succs entire les
mains de Weinmann, ainsi que le figuier
d'Inde dans celles de Dias de Isla, et le bois
de genevrier, que le clbre Astruc except
de la proscription qu'il a prononce contre
tous les vgtaux qu'on a voulu substitucr au
gaac (2).
Fallope et Zacutus Lusitanus ont trouv les
mmes proprits dans le liseron pineux
don't on met la racine en infusion (5).
Plusieurs crivains connus, et entr'autres
Zapata, regardent la saponaire comme un
vritable anti-vnrien, et le docteur Carrre
propose d'en faire usage dans le traitement
des maladies vnriennes chroniques, sur les-


(1) Ouvrage ci-devant cit, pag. 341.
(2) Philanto. Zoiconog, tom. vi, pag. 96. Trait.
contra las buas, cap. x, et de morbis venereis, lib. ix,
tom. I, pag. 146.
(3) De Morbo gallic., cap. LxIII, et praxis history ,
tom. III, pag. 270.






( 86 )
quelles il nous a donn un excellent ou-
vrage (i).
La dcoction du bois, des tiges et des
feuilles du buis a eu aussi ses partisans : on
sait que la modicit de son prix a fait quel-
quefois appeler ce bois le sudorifique des
pauvres; il est certain que plusieurs gens de
l'art l'ont substitu avec succs au gaac. Ama-
tus Lusitanus atteste en particulier qu'il avait
guri par ce moyen un jeune homme, don't
les symptmes vnriens avaient rsist cinq
fois aux frictions mercurielles (2).
Les vertus de la bardane ont t reconnues
par Bghvi, et sur-tout parole grand Boerhaave.
On prtend que c'est ce sudorifique que
Henri III dut sa gurison (5).
Carrre dans son excellent Trait de la
Douce amre on de la Vigne de Jude, et
Stock dans ses Observations jointes la tra-
duction allemande de cet ouvrage, prescri-
vent cette plante pour certaines gonorrhes:
il est vrai que ces homes sages, moins en-

(r) Secreti di medic., cap. Ix, et Recher. sur les
maladies vnriennes chroniq., pag. 153, etc.
(2) Curat. medic., center. 2, 3 et 7.
(3) Boerh., Loc. citat., pag. 341 et 342. Formi
dans Rivire, Observ. mdic., pag. 268.







(87)
thousiastes que les aptres du gaac et de la
salsepareille doutent qu'elle gurisse seule
les maladies syphilitiques quand elles sont
rebelles; mais ils la regardent, avec raison,
comme un puissant auxiliaire des anti-vn-
riens.
Un seul homme a vant singulirement le
putier ou le cerisier grappes; c'est le su-
dois Bioernlund, qui a insr le rcit de quel-
ques cures en ce genre, dans les Mmoires
de l'Acadmie de Stockholm de 1785: il en faut
peut-tre dire autant de l'astragale de Qua-
rin, don't cet observateur a appris, en Hon-
grie, les succs contre la peste vnrienne (i).
L'article des poisons mrite aussi quelques
dtails : je ne les passerai pas sous silence.
Stork se fonde sur quatre observations ma-
jeures, pour dcider qu'il est souvent avan-
tageux de substituer l'aconit au mercure dans
le traitement des maladies vnriennes : la
plus important regarded une femme de qua-
.rante ans, infecte depuis huit ans, et cou-
verte d'ulcres. Toutes les mthodes connues
ayant chou, Stork lui administra l'extrait
d'aconit; bientt les douleurs se calmrent,

(i) Animadvers. praticce in divers. morb., cap. 16,
pag. 52o.







( 88 )
le sommeil revint, les ulcres se cicatrisrent,
et au bout de soixante jours la cure fut ra-
dicale (i).
La cigu a trouv encore plus de dfen-
seurs que l'aconit : on compete, outre Stork
que je viens de citer, le docteur Collin, et le
clbre Van-Switen (2). il est assez singu-
lier qu'on ait tent de gurir la peste de Co-
lomb avec la mme plante qui empoisonna
Socrate.
C'est par l'opium que je terminerai ces ob-
servations : plusieurs empiriques ont annonc
avec confiance que c'tait le plus puissant des
anti-vnriens : on a fait, pour en constater
le succs, diverse experiences en 1786 dans
les hpitaux militaires de Lille et de Londres
miais l'attente gnrale a t trompe : on a vu
qu'il n'agissait que come les narcotiques,
ct que mme dans certain sujets ce remde
aggravait les ulcres, et leur faisait prendre
un caractre scorbutique : ce remde si vant
est tomb dans l'oubli et l'on en a abandonn
l'usage ces cnobites de l'Orient, qui s'eni-


(t) Libell. quo continent. experiment pag. 1i7 et 2z3.
(2) Stork, Libel. sccund.e c iculd, pag. 169. -
Collin,. Nosocom. civic., an. tert. pag. 31. Van-
Svviten, Loc. citai., tom. V, pag, 535.







( 89)
vrent la nuit de cette boisson pour se rveiller
prophtes.
Malgr l'insuffisance de quelques plants
exotiques, administres isolment, malgr le
dfaut de lumires des gens qui les emploient,
on ne peut se dissimuler que les remdes
contre les maux vnriens, tirs du rgne v-
gtal, ne soient les seuls analogues l'cono-
mie animal n'agissent sans oprer de dchi-
rement, et n'aient dans les mains d'un mde-
cin habile assez d'nergie pour chasser le
virus que nos viscres peuvent recler : j'en
appelle cet gard au succs assez long-teins
soutenu d'une foule de preparations vgtales,
qui, quoique de simples essais dans les mains
de leurs auteurs, ont sauv une multitude
d'infortuns des dangers auxquels ils au-
raient t exposs avec les preparations mer-
curielles.
Outre les vgtaux, tant exotiques qu'indi-
gnes, que les gens de l'art ont conseill de
prendre isolment pour servir de spcifiques
anti-vnriens, on a tent quelquefois d'en
fire des mlaliges, et de les rduire sous la
forme de sirops : ces essais ont russi de
teams en teams sur-tout lorsque l'exprience les
a perfectionns; tels ont t la tisane portu-
gaise, qui a fait au Brsil quelques cures







( go )
tonnantes, attestes par le clbre Sanchez;
l'eau stibie de corsi, plus connue sous le
nom de dcoction de pomponace accueillie
par le savant Morgani; la tisane dpurative
de Vigaroux, avec laquelle ce chirurgien
estim rparait les maux faits au corps hu-
main par les preparations mercurielles, et
le sirop de Saint-Ambroise qui a fait la r-
putation de Rondelet.
Trois autres remdes, celui de Velnos,
celui du Cuisinier et la tisane carabe., m-
ritent, par leur clbrit momentane, que
nous entrions dans quelques dtails.
La composition de Velnos est un mlange
tde diverse plants amres et sudorifiques
grande dose, auquel on ajoute l'alkali volatile.
Velnos n'est pas le seul qui ait imagine de
substituer l'usage de l'alkali volatile au .mer-
cure pour le traitement de certaines maladies
vnriennes. Le docteur Peyrilhe l'avait aussi
propos; et avant eux, le fameux Stalh avait
mis les gens de l'art sur la voie, en disant
qu'il tait possible de chasser le virus syphili-
tique, en produisant par artifice un mouve-
ment interne approchant de la fivre, qui
prpart l'humeur et dpost la crise.
Assurment l'alkali volatile, naturellement
cre et brlant, est bien capable de produire







( 9 )
l'agitation que demand Stalh ; mais il n'est
pas dmontr qu'il agisse sur le virus vn-
rien comme sur le venin de la vipre, ainsi
que l'a prouv l'un de nos fameux mdecins,
le clbre Jussieu.
En 1779, on annona Paris un spcifique
nouveau, vers lequel toutes les experiences
se portrent, parce qu'on le vantait comme le
secret des anciens Amricains, qui guris-
saient les maladies vnriennes les plus graves
et les plus invtres. Ce prtendu spcifique
s'appelait la tisane carabe.
Le Gouvernement, sur le bruit que fit la
dcouverte, nomma des commissaires pour
l'examiner : on s'aperut, par des experiences
ritres, que cette tisane oprait par des va-
cuations violentes et trs-multiplies, qui irri-
taient le canal intestinal, et conduisaient la
phlogose et l'inflammation. Quand, force
de douleur, des matires morbifiques s'va-
cuaient, les symptmes vnriens disparais-
saient quelque teams et se enouvelaient en-
suite avec d'autant plus de danger, que le ma-
lade, par ls secousses du remde avait t
rduit un puisement qui le menaait du
marasme.
Quoique la division des substances qui en-
traient dans cette tisane, en rendit la recon-







(92 )
naissance trs- difficile, cependant on y dis-
tinguait, avec une bonne loupe, des feuilles
de gratiole et de sn mles avec du mar-
rube, de la mauve, de la guimauve, de la pa-
ritaire de la mercuriale, de la scabieuse des
bois, de la tte de pavot et quelques autres
plants mollientes qui semblaient n'tre en-
tres dans le mlange que pour adoucir des
purgatifs acres et caustiques, et pour leur
servir de correctif.
Le rapport de la commission fut public par
le Gouvernement, et le spcifique unanime-
ment rejet; l'auteur de la dcouverte, qui
n'tait point empirique, n'appela point de ce
jugement, et se retira de la capital. On peut
voir ces dtails dans le rapport des effects de
la tisane carabe, imprim en 1779 Paris,
par ordre du Gouvernement.
Les faits que je viens de rassembler me con-
duisent des rsultats qui rendront plus sen-
sible la sage thorie de la gurison des ma-
ladies vndrienqes par les vgtaux.
L'cxprience de trois sicles prouve que de
toutes les mthodes possibles, celle par la-
quelle on tente de gurir le virus syphilitique
avec les preparations mercurielles, est la-
fois la plus infidle et la plus dangereuse. Lors-
qu'on eut en vue les progrs de l'art, et sur-







( 91 )
tout le bien de l'humanit, il fallut recourir
un traitement plus analogue l'organisation
animal, et par consquent chercher, dans la
runion mthodique, des vgtaux qui se com-
binassent sans se nuire, et s'identifiassent sans
se neutraliser ; un spcilfque qui chasst du
corps human un des poisons les plus actifs
que l'on connaisse, sans s'exposer le tour-
menter beaucoup plus par le remde que
par la contagion don't il doit le dbarrasser.
Or, il est bien prouv que les vgtaux
anti vnriens, bien combines, gurissent
aussi promptement, et sur-tout aussi srement
que le merire, sous quelque forme que la
mdecine l'administre; il est aussi dmontr
que leur action tant paisible et douce, ils ne
peuvent dtriorer les parties constitutives des
organes, et porter le trouble dans l'ordre des
functions animals.
On a object contre cette mthode, que les
vgtaux ne pouvant avoir une action imm-
diate sur le virus vnrien, qu'en attnuant,
en divisant la lymphe trop paissie, et en pro-
curant une evacuation considerable, soit par
les grands couloirs, soit par les pores de la
peau, il en.rsulte que de pareils effets ne
peuvent s'oprer qu'en dpouillant le sang de
sa parties la plus onctueuse et la plus balsa-







(94)
mique; ce qui conduit un m;lade, sur-tout
quand il est d'un temperament ardent et bi-
lieux, ou qu'il a le genre nerveux- trop irri-
table, tous les accident qui naissent d'un r-
gime chauffant, et d'une suite d'vacuations
forces, par consquent la fivre hectique,
au marasine et l'hydropisie.
Il est ais de rpondre que cette objection
tombe galement sur toutes les mthodes pos-
sibles de traitemens, qu'il soit fond sur les
sudorifiques ou sur les preparations mercu-
rielles; mais il y a ici une consideration es-
sentielle qui doit dterminer le choix, c'est
qu'on est le matre d'attnuer, Adis de pareils
accident, l'effet des plants anti-vnriennes,
parce qu'il y a des modes connus de le cal-
culer (). Il n'en est pas de mme du mercure
et de toutes ses combinaisons : nous verrons
bientt qu'il agit d'une manire parfaitement
inconnue dans l'intrieur des corps o on
l'introduit, et qu'il est aussi difficile de sus-


(i) C'est ici le triomphe de mon Rob ; sa combinai-
son est tellement heureuse, qu'aucune des substances
qui le composent ne nuit aux autres, et qu'elles se pr-
tent un mutuel secours pour gurir, quelle que soit la
nature et l'anciennet de la maladie, le sexe, l'ge, la
force ou la faiblesse du temperament.






(95 )
pendre sa march que de le chasser des parties
o il exerce ses ravages.
On dit encore que la plupart des gurisons
opres par la mthode des vgtaux ne sont
que palliatives ; on cite, ce qui n'est pas dif-
ficile croire, une foule de traitemens man-
qus avec la salsepareille, le gaac, le squine
et le lobelia, la bardane, le buis, etc., ou
bien d'aprs des mlanges, tels que la tisane
carabe et les sirops d'Agirony, ou du Cuisi-
nier; mais on verra, par la lecture de cet
ouvrage, que l'insuffisance des spcifiques de
ee genre, trouvs jusqu'ici, ne prouve rien
contre les succs constans et prouvs de mon
Rob Anti-Syphilitique, et que si je n'ai pas
un plus grand talent que .mes prdcesseurs,
j'ai mis plus d'activit dans mes recherches,
et que j'ai t plus heureux dans les rsultats.
Les vgtaux en gnral s'administrent dif-
fremment, suivant les indications que pr-
sentent l'tat du malade, le climate qu'il ha-
bite, les effects passagers ou terrible des Irai-
temens mercuriels qu'on lui a fait subir : la
manire la plus efficace de leur donner une
action qui ne soit jamais nuisible, est de les
tendre dans un vhicule abundant qui en fa-
cilite la distribution dans la masse du sang,
et fournisse une assez grande quantity de







( 96 )
parties sreuses, pour aider les vacuations
par les sueurs et les urines.
Il ne faut pas se dissimuler que le traite-
ment des maladies vnriennes par les vg-
taux exige de la part des gens de l'art une
attention soutenue et rflchie, une just com-
binaison des moyens.
Il est vident, par example, que les plan-
tes exotiques, transportes dans nos climats,
employes isolment, percent la plus grande
parties de leurs vertus () et sur-tout de leur
nergie : alors les rsultats qu'elles produisent
ne sont plus les mmes : le dcouragement
suit des preuves incompltes ; et le prati-
cien, press de gurir ses malades, rentre
dans la route battue des traitemens mer-
curiels.
Avec le mercure, quelquefois grace une
dite austre des vacuations violentes
qu'amne une crise salutaire dans les temp-
ramens robustes, le mal se pallie pour long-
teis; alors l'homme de l'art triomphe et se
confirm dans son ancienne routine ; plus sou-
vent le mal s'aggrave; dans ce cas l le m-
decin a recours d'autres modifications du
mercure; les nouvelles tentatives de la part de

(i) Voyez ce qui est dit ce sujet dans la prface.







(97)
celui-ci., amnent de nouveaux tourmens
l'infortun malade ; le premier ne perd jamais
le courage, et le second ne perd jamaisl'espoir;
ainsi, d'exprience en experience, l'homme
de l'art qui ne veut faire que des essais mer-
curiels, rend la fin le malade victim de
ses anciens prjugs, et le conduit run dses-
poir qu'il partage sans doute, parce qu'en qua-
lit d'homme il n'a pas perdu tdute sensibility.
Cependant, si dans le nombre presque infini
des vgtaux don't nous avons fait l'numra-
tion, recommands par des hommes justement
clbres, il s'en trouvait quelques-uns qui eus-
sent constamment guri les maladies vn-
riennes dans tous les climates, dans tous les
ges, et avec quelques maux trangers qu'elles
fussent compliques, il est hors de doute que
depuis trois cents ans ils auraient l'assentiment
universal : malheureusement une longue et
cruelle experience, l'exemple de tant d'hom-
mes de l'art du plus rare .mrite qui ont
abandonn cette mthode pour le mercury ,
annoncent que les essais les plus vants' ont
t souvent infructueux.
11 ne s'ensuit pas de l que la vertu des
plants indignes ou exotiques soit une chi-
mre dans la cure des maux syphilitiques;
mais nous devons en infrer que jusqu'ici on




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs