<%BANNER%>

Justice ( February 2, 2012 )

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00260

Material Information

Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: February 2, 2012
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
review   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique

Notes

General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
Classification:
System ID: UF00088914:00260

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00260

Material Information

Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: February 2, 2012
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
review   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique

Notes

General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
Classification:
System ID: UF00088914:00260

Full Text
hebdomadaire d'information communist


Jeudi 15 Novembre 2012 92e Annee No 46- Martinique: 2,00 France: 2,40 E DOM: 2,20
'~~~ Aar'B~I~rIaF~


Budget Outre-mer:
La defiscalisation de
nouveau sur la sellette

Sanay:
Un appel i la solidarity
avec Cuba (ICAP)






http://www.iournal-justice-martinique. com


Sa ka Pas .................... 2

Edito ........................p 3.
- Collectivitd unique

LutteiS$odales .............p. ./6
- Communique des syndicats de la santd
- SNETAAF FO Martinique
- Inauguration de creches
- Droit du travail
- Emplois d'avenir
- Banane

Economie ................... .7
- Conjoncture au 3rme trimestre

$ociit6 .................... t. /8
- Resilience

Politiue ..................p. 8/11
- Sortir du jeux politicians
- Communique de Serge Letchimy
- Budget 20B des Outre-mer

Notre gigio .............p. 12/14
- Conference national du PCG
- Appel a la solidarity avec Cuba
- Simon Bolivar. El Libertador

Padu le Molde ............ 15/16
- Obama rddlu
- Afrique et monde arabes
- Flash Hebdo

Annionaes Lgale ........... 16/19

Culture ....................P. 20
- "Les petites choses de la vie"
- Spectacle de danse bharatanatyam
- Semi-marathon de Fort-de-France



"vJJS TICeF "

Administration & R6daction :
T61.: 05 96 71 86 83
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr


Fondateur:Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France TI. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n' 0116 187526
12 Janvier 2012
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola- 97200 Fort-de-France
Tdl.: 0596 73 14 54


Conference-6d bat du RDM : La Martinique face a Ia crise et a

la vie chre" par Michel Branchi

Le Rassemblement D6mocratique Martiniquais (RDM) don't le Secretaire g6enral est
Claude Lise organise une conf6rence-d6bat le samedi 17 novembre 2012 A 17 heures
6 I'AMEP, route de Redoute a Fort-de-France. Intervenant: Michel Branchi, Econo-
miste. Theme : "La 9Martiniqueface d [a cnse et ad (a vie chire ".


Ophelia : Reconnaissance de I'etat e catastrophe naturelle

pour (a commune l e Case-Pilote

Suite a la tempdte Oph61ia des 27 et 28 septembre 2011, la commune de Case-Pi-
lote a 6te reconnue en 6tat de catastrophe naturelle par I'arrete interminist6riel du 06
novembre 2012, public au journal official n' 0261 du 09 novembre 2012.
Les assures disposent d'un delai maximum de 10 jours 6 computer de la date de pu-
blication de i'arrdti, soit jusqu'au 18 novembre 2012 pour declarer & leur compagnie
d'assurance leurs dommages materials directs (degats occasionnes sur les bAti-
ments, les marchandises, les mat6riels, le mobilier ou les r6coltes engrang6es).
Ce delai est port A 30 jours pour les declarations de pertes d'exploitation cons6cu-
tives A I'6venement pour les professionnels titulaires d'une garantie ou police cou-
vrant les pertes d'exploitation ou de b6nefice.
ATTENTION, les assures n'ayant souscrit que la garantie minimum obligatoire
dite de responsabilite civil, ne peuvent beneficier de la garantie acatastDpfie
nature& x.

Risque sismique et volanique: rencentre annueUe du Comiti

ae Liaison iespartenaies

Le Conseil General, I'lnstitut de Physique du Globe de Paris et I'Institut National des
Sciences de I'Univers ont fait le point sur le bilan de I'annee ecoulbe et sur les diff&-
rents dossiers en course, en presence de M. Claude JAUPART, Directeur de I'Institut
de Physique du Globe de Paris, le mardi 13 novembre 2012 au Centre de D6couverte
des Sciences de la Terre.
Lobjectif du Comit6 de Liaison des partenaires est d'assurer la gestion de I'Obser-
vatoire Volcanologique et Sismique de la Martinique (OVSM) et la surveillance op6-
rationnelle volcanique, dans le cadre d'une convention de partenariat signee le 27
janvier 1997 entire les parties prenantes.

Justice sur le5s uones
Chaque semaine, ecoutez le sommaire de votre hebdomadaire Justice sur:

*RADIO APAL
Fr6quences Radio APAL : 94.9 FM / 107.8 FM
T61 Radio APAL: 05 96 71 72 79

*RADIO RLDM
Fr6quences R.L.D.M. : 90.8 FM / 97.5 FM / 91.0 FM
TeI/R.L.D.M.: 05 96 62 88 99 Fax : 05 96 62 89 90

La Martinique n'oublie pas Thierry Dot

Le Marliniquais Thierry Dol, pris en olage au Niger dans la nuit
du 15 au 16 septembre 2010, avec quatre Francais. un Togo-
lais el un Malgache, employes des socieles francaises Areva
el Satom, par la branch d'Al-Qaida au Magretb Islamique
IAQMI,. est soulenu moralemenl par loute la Marlinique, y
compris les militants communities et leur journal Justice.


"La cise, c'est quand7e viewxse meurt et que lejeune hisite

i naitre Antonio Gramsci philosophye marxiste).


I 'IZ M .


[ 54 .4 AS





http://www.ioural-iustice-martinique.com .


E #


Faut-il attenbre 2015 pour mettre en place la collectivite unique ?


Le 7 novembre dernier, Serge Letchimy, en sa double
quality de d6put6 et de president du Conseil R6gional
de Martinique publiait un communique pol6mique ac-
cusant certains deputis du movement ind'pendantiste mar-
tiniquais"d'avoir laiss6 entendre, "fors des a6ats recatifs d
'a mission budgitaire outre-mer" que les Martiniquais
avaient voulu "une instalTationde la coTectivit unique en 2014
(ors de a consultation dejanvier2010'" Soucieux de r6tablir
la "vrit il rappelle tout d'abord que la date de janvier
2012 avait et6 pr6vue apr6s une n6gociation, qu'il qua-
lifie de "douteuse"entre "i'iPrsident duConseiCftRgionaCet
e President de Ca RSepubque de C'epoque". II rappelle ensuite
"qu'a (a suite dune demand insistante du tPrsident du Conseil
R~gionalde Guyane, Cancien tPrsident de Ca Rfpu6ique, sestfi-
nalement raldi auprincipe din aflgnement de Ca mise enplace des
cofectivitis de Martinique et de Guyane sur e calendrier natio-
nalretenu pour es itections r@gionales, soit en 2014". Apres
quoi, il fait r6f6rence a la reform territorial d6cidee
"par e Prfsident folande et Ca majority socialite" pour justi-
fier le fait que la mise en place la collectivite de Marti-
nique "soit aCgnie sur fa modification des agendas iCectoraux
retenus au niveau national soit en 2015".
VoilA qui a le m6rite de la franchise et de la clarte: pour
avoir choisi de voter contre I'Autonomie dans le cadre
de I'article 74 de la Constitution, nous voila confines
dans le droit commun, dans le cadre de I'article 73. Et
ce n'est pas Serge Letchimy qui va le d6plorer, lui qui
a mend une champagne tres active contre le 74 et qui
fait parties de I'actuelle majority. Notre depute-pr6sident
accuse sans les nomm6 les d6put6s du MIM de faire
un faux proces au Gouvernement et de tenter de "rac-
courcir Ce mandate fegitime de factuele majority rigionae au bi-
nefice dint6rts iectoralstes".
Compte tenu de la degradation continue de la situation
6conomique et social de la Martinique, de la monte
du ch6mage, de la delinquance et de la violence, de la
posture attentiste des capitalistes locaux qui refusent
d'investir en pregnant pretexte de I'incertitude institu-
tionnelle, est-il raisonnable d'attendre I'ann6e 2015
pour mettre en place la
collectivit6 unique, sous
pr6texte de se conformer
a un calendrier national" ?
SLa satisfaction de Let-
chimy de voir cette mise
S en place retardee d'un an
zi I ne s'explique-t-elle par
L ^ I des "intrits iCectoralistes"
Sinavouables lies A la de-
faite du PPM et ses allies


aux dernieres
legislative?
Majoritaire au
Conseil G6n6-
ral et au Conseil
Regional, cette
coalition h6tero-
clite, assoiff6e
de pouvoir ab-
solu, a perdu de
son arrogance
et compete des-
ormais sur le
temps pour
combler le d6fi-
cit de confiance
enregistre lors
des elections
legislatives. Elle
a commence & douter de ses forces, et elle craint de
voir les partisans de I'Autonomie dans le 74 triompher
si I'election de I'assemblee unique a lieu en 2014.
Au lieu de jouer la montre, Letchimy et le PPM de-
vraient se persuader que le temps joue centre la Mar-
tinique. Certes, la collectivit6 unique ne r6soudra pas
totalement nos multiples et angoissants problems par
un coup de baguette magique. Elle pourra en amorcer
et faire avancer la solution. Mais elle aura aussi une
forte valeur symbolique. La Martinique qui s'est trou-
vee, en effect, dotee artificiellement en 1982 de deux
collectivitos de plein exercise, A savoir d'un Conseil gt-
ntral et d'un Conseil Regional -alors qu'en France une
Region est un regroupement de.D6partements-, a un
vif besoin de simplification administrative et surtout de
representation unifiee. La collectivity unique et I'as-
sembl6e unique qui la fera vivre -, outre qu'elle per-
mettra de mettre un terme aux actuels
chevauchements de comp6tences, aura I'avantage de
faire parler le people d'une seule voix, d'une voix res-
ponsable et de rationaliser les politiques locales. II lui
appartiendra de letter, en concertation avec nos d6pu-
tes et senateurs,.pour obtenir, au plan local, un maxi-
mum de pouvoirs de decision, afin de contribuer la
solution de nos problemes 6conomiques et sociaux.
Elle b6n6ficiera des avanc6es de I'acte III de la d6-
centralisation prevu par Frang~is Hollande.
Pourquoi attendre 2015? Pourquoi ne pas essayer de
commencer t sortir du bocal assimilationniste en vo-
tant en 2014, c6mme prevu initialement?
M.Belrose


IFIi 15 l S 2 01W n' I6-ag






http://www.iournal-iustice-martinique. cor


Communique bes Synbicats be la Sante: Pas be r6ponses concretes

au Ministre ae la Sante


Les syndicats de la sante en Martinique (CDMT, CGTM, FO,
SASM,UGTM)':
- Ont eu A leur demand une rencontre avec 2 conseillers de la
Ministre de la Sante en presence du Directeur general de
I'ARS, mais en I'absence des Parlementaires qui n'y ont pas
ete convies par le Ministere.
De cette reunion d'1h30, les problematiques posees par les
syndicats, a savoir:
La mise en application du plan sante outre-mer
Le volet social: emploi et quality des soins
L'accompagnement financier sans condition
La mise aux normes parasismiques des etablissements
Inscription d'une ligne budgetaire pour finance la prevention,
quel budget pour la prevention ?
Le maintien des activities logistiques dans le service public.
- Ont regu peu de Reponses concretes du minister:


sur le plan sante outre-mer, la revalorisation du coefficient geo-
graphique n'est pas une priority pour 2013, sauf pour les
consultations externes
La revalorisation en fevrier mars 2013 des activities coOteuses
telles : chirurgie cardio vasculaire, les br016s...
L'alignement des tarifs des products sanguins labiles au meme
taux qu'en Guadeloupe
Concernant la mise aux normes parasismiques, seule priority
retenue, le reajustement du financement du plateau technique
du CHU
Le financement des projects de creation de structures medico-
sociales et de structures pour personnel agees
Une nouvelle mission d'appui d'lGAS prevue pour le volet so-
cial et les resources humaines dans le cadre du project du
CHUM
L'aide financiere envisagee mais conditionnee par un nouveau
plan de retour & I'equilibre en 2013
Des precisions sont attendues en fin d'annee 2012 sur le decret
d'application de la loi de mars 2012 qui prevoit la CDisation et
I'integration des contractuels, de meme que sur la prise en
compete de I'anciennete des emplois aides pour leur Cdisation.
Les syndicats de la sante estiment que les reponses donnees
par le minister ne sont pas A la hauteur des besoins urgents
des etablissements et des craintes exprimees par le personnel
et la population.
Pour les Syndicats de la sant :
CDMT CGTM FO SASM UGTM,
G. Joachim-Arnaud
Le 09/11/2012


SNETAAF FO MARTINIQUE: Une semaine 'actions syndicates


Le SNETAA-FO communique:
Le SNETAA FO organise une semaine d'actions syndicales
avec la presence de son Secretaire General Christian Lage. Au
programme:
- Formation syndicale des commissaires paritaires (journee du
lundi 12 novembre 2012).
- Visites en etablissement (mardi 13 et mercredi 14 novembre
2012.
- Rencontre avec les responsables du Rectorat et de la Region
Martinique
- Conseil Syndical Academique A la Salle Polyvalente (Cafete-
ria) du Campus de Schoelcher.
Le CSA (Conseil Syndical Acad6mique) se tiendra le jeudi 15 et
vendredi 16 novembre 2012.
Ces deux journees de CSA seront mises a profit pour:
- Faire le bilan de la rentree 2012 don't le bilan est un des plus
negatifs depuis plusieurs annees et cela a plusieurs niveaux
(intervenants : Christian Lage Secretaire General du SNETAA
FO et Jocelyn Present Secretaire Academique de la section lo-
cale du SNETAA FO)
- Examiner les propositions de la future loi d'orientation qui nous
inquiete fortement pour I'avenir de I'ecole et notamment celui
des Lycees Professionnels
- Faire le point sur la politique de developpement et de mise en
place du Lycee des metiers (intervenants : Max Catayee et
Christian Lage)
- Exposer la souffrance des personnel de I'6ducation Natio-
nale notamment cells des enseignants, qui de plus en plus


Martnilqu e LIA l
aes Pnires sloinels p l

L'avenir des lyc6es professionniels inqui~te les personnel


sont considers comme des pions que I'on deplace au detri-
ment de la pedagogie et sans aucune prise en consideration
de la sante et des risques psychosociaux
- Rappeler les droits syndicaux avec des intervenants experi-
ment6s : Eric Bellemare responsible de I'UD FO et Christian
Lage secretaire General du SNETAA FO,
- Parler de la protection juridique et des droits des enseignants
avec une advocate au barreau de Fort de France Madame Pas-
caline Jean-Joseph
- Echanger sur la sant6 au travail et les risques psychosociaux
avec un Expert Juridique Monsieur Giboyau
Pour le SNETAA FO Martinique
Le Secretaire Acad6mique
Jocelyn Present
Tel: 0696 26 72 25


e 1 A mre 2012 ite n' 6 Page


I;


^LUTTmVSSOCIALE






http://www.ioumal-iustice-martinique.com


Inauguration be Ma6inina creche et be Timoun Foyal


Deux nouvelles structures de la petite enfance ont 6t6 inaugu-
rees le jeudi 8 novembre en presence du maire de la ville de
Fort-de-France, Raymond Saint-Louis Augustin. Elles viennent
Se substituer A la cr6che "fes bisounous", qui avait connu des
difficulties financieres et don't la liquidation judiciaire avait ete
prononcee.
Madinina cr6che et Timoun Foyal, d'une capacity de 40 places,
sont install6es sur les anciennes structures, A Sainte-Th6rese,
mais des am6nagements ont 6t6 n6cessaires pour accueillir les
enfants dans les meilleures conditions. D'ailleurs la ville a dO in-


vestir la some de 55.000 E. C'est un soulagement pour les
parents qui pourront confier leurs enfants dans un cadre renove
et A la satisfaction des salaries puisque 15 d'entre eux ont
d'ores et d6ja 6t6 embauch6s.
D6sormais, les parents b6ndficient de deux structures d'accueil
distinctes, I'une Madinina creche qui accueille les b6b6s, et I'au-
tre Ti moun Foyal qui se developpe en structure d'accueil pour
les enfants de 12 A 48 mois et sont sous la direction de Marie-
No6lle Vaubin.


Droit bu travail: L'employeur coupable be "faute inexcusable" si le

salaries est matabe be stress


Un salari6 victim d'un accident de sante lie au stress, du fait
d'une politique de surcharge de travail pour une reduction des
coOts, peut invoquer la "faute inexcusable" de son employer.
C'est ce qui resort d'un arret de la Cour de cassation, qui met
en avant I'obligation de s6curit6.
L'entreprise qui impose des rendements et des objectifs tou-
jours plus hauts "ne peut ignorer ou s'affranchir des donnees
m6dicales aff6rentes au stress au travail et ses consequences
pour les salaries", a jug6 la Cour de cassation jeudi 8 novem-
bre 2012. Elle ent6rine de ce fait un arr6t de la Cour d'appel de
Paris date de juin 2011. Celui-ci stipulait qu'une entreprise de-
vait "prendre utilement la measure des consequences de ses ob-
jectifs de reduction des coOts en terms de facteurs de risques
pour la sante de ses employs" qui ne sont pas toujours en si-
tuation de s'y opposer.
L'obligation de s6curit6 de tout employer ne peut pas "exclure
le cas, non exceptionnel, d'une reaction A la pression ressen-
tie par le salaries disaient les juges. Cette obligation stipule que
I'employeur est legalement tenu de mobiliser toutes les res-
sources A sa disposition pour preserver son salari6 des risques
auxquels il s'expose lorsqu'il est au travail. Dont la maladie liee
au stress.

Le silence bu salari ne veut pas bire quil approve
Cette decision de la Cour de cassation se base sur un exem-
ple. Une entreprise avait divise par cinq, en quelques annees,
le nombre de ses collaborateurs et augmented de plus de 40%
la production reclam6e au salari6 tombe malade. L'entreprise
se justifiait en faisant valoir que la medecine du travail ne lui
avait jamais signaled de problems de sante et qu'elle ne pou-


Le stress, consequence de 'exploitation capitalist


vait done pas avoirconscience d'un risque. Lesjuges ont rejete
I'argument en invoquant notamment "le respect dO aux per-
sonnes concernees par ces choix" de direction et en soulignant
que le silence du salaries, tributaire de son emploi, ne pouvait
valoir approbation.
La faute inexcusable est done reconnue puisque I'employeur
"avait ou aurait dO avoir conscience du danger" et "n'a pas pris
les measures necessaires" pour en preserver les salaries. Dans
ce cas, la victim ou ses h6ritiers obtiennent une majoration
d'indemnites, A la charge de I'entreprise. La Cour de cassation
espbre que le niveau des indemnisations A verser en cas de
faute inexcusable est suffisamment dissuasif pour encourager
les entreprises A manager les salaries.
(L'Humanite du 9 novembre 1012)


Emplois b'avenir :1500 emplois pour 6 488jeunes chomeurs recenses


II aurait ete decide d'octroyer 1500 emplois d'avenir pour la
Martinique et la Guadeloupe, 5 000 pour la Reunion et 630 pour
la Guyane si I'on en croit le correspondent parisien de France-
Antilles du 6 novembre. Les d6crets sur les emplois d'avenir
sont parus au journal official le ler novembre.
Peuvent 6tre recrutes en emploi d'avenir les jeunes sans em-
ploi et sans dipl6me de seize a vingt-cinq ans, les personnel
handicapees de moins de trente ans sans emploi et les 6tu-
diants qui ont atteint au plus le niveau bac + 3, A condition qu'ils
totalisent une dur6e de douze mois minimum de recherche
d'emploi au course des dix-huit derniers mois.
L'employeur dolt proposer au titulaire d'un emploi d'avenir une
perspective de qualification et d'insertion professionnelle dura-


ble.
L'emploi d'avenir prend la forme d'un contract d'accompagne-
ment A I'emploi (CAE) ou d'un contract Initiative emploi (CIE)
d'au moins douze mois et d'au plus trente six.
Cette duree peut etre prolong6e dans la limited d'une duree to-
tale de soixante mois pour permettre au b6neficiaire d'achever
la formation commencee. L'aide de I'Etat est fix6e A 75 % du
taux horaire brut du Smic pour les CAE (collectivites, institu-
tions) et A 35 % pour les CIE (secteur marchand). Pour les en-
treprises d'insertion eligibles au CIE, le taux de prise en charge
de I'Etat est fixed A 47 % du taux horaire brut du Smic.
Le president du Conseil regional s'6tait vante d'obtenir 1 000
emplois d'avenir de plus pour la Martinique, lors de la r6cente


* Ifu 1 N pe r j n4 -Pae


LUTTwMSOIALES






http://www.ioural-iustice-martiniaue. com


Frangois Hollande signant un contract d'avenir

conference 6conomique et social.
Par ailleurs, un accord a 6et signed en France sur le contract de
generation. II est A parfaire dans la loi. Ce contract vise a I'em-
bauche de jeunes et au maintien en activity des seniors. Cet


accord a 6t6 sign apres negociation entire I'ensemble des or-
ganisations syndicales frangaises (CFDT, CGT, FO, CFTC et
CFE-CGC) et le patronat (Medef, UPAet CGPME). La CGT ap-
pelle toutefois les parlementaires A pallier dans la loi les "in-
suffisances"du contenu de I' accord, notamment en terms de
garantie de I'emploi et de formation. Le project de loi devrait 6tre
au menu du Conseil des ministres du 12 decembre, pour un
vote pr6vu debut 2013.
Les premiers contracts d'avenir ont ete signs symboliquement
le 8 novembre a Chelles, dans la Seine-et-Marne, en presence
de Frangois Hollande.
En Martinique plus de 60 % des jeunes de 18/24 ans sont au
ch8mage, selon I'enquete emploi 2011 de I'INSEE. Soit 5 864
demandeurs d'emploi de categorie A en septembre 2012 et 6
488 demandeurs d'emploi de categorie ABC A la meme date,
selon PAle emploi..
Toute la question est de trouver le moyen de perenniser ces
emplois qui, dans I'immediat, apportent un soulagement aux
jeunes ch6meurs.
La question de la lutte centre le chomage reste prioritaire.
A.G


Accorb avec te Br6sil pour butter centre la cercosporiose


D'aprBs France-Antilles des 10 & 11 novembre le Bresil et les
Antilles francaises se sont engages A travailler ensemble pour
lutter contre la cercosporiose noire.
En effet, un accord a ete signed le 8 novembre A Brasilia entire
I'UGPBAN (Union des groupements de producteurs de banane
de Guadeloupe et Martinique.), I'organisme de recherche bre-
silien EMBRAPA (Empresa brasiliera de pesquisa agropecua-
ria), I'organisme de recherche frangais CIRAD (Centre de
cooperation international en recherche agronomique pour le
develbppement) et I'institut technique tropical IT2.
Au BrBsil, une nouvelle methode de traitement contre les cer-
cosporioses jaune et noire a et6 developp6e. Elle consiste A
appliquer de fagon localisee les fongicides A I'aisselle des
jeunes feuilles de bananiers. Cette methode pourrait etre une
alternative A I'epandage aerien de fongicide dans les Antilles
frangaises.
La cercosporiose noire, li6e & un champignon, provoque des
d6gats important sur la plupart des varieties de bananes dans
le monde. Elle a ete detectee pour la premiere fois en 1998 au
Bresil et au mois de septembre 2010 en Martinique.


Vers une nouvelle m6thode de traitement de la cercosporiose ?


L'accord en tous cas engage les parties A changer et partager
les informations don't elles disposent, A organiser des visits
conjointes de chercheurs et technicians et A laborer des pro-
jets de recherche en commun. C'est tant mieux..


L'Union Europeenne et tes pays latino-americains font la paix sur te

aos bes Antilles


L'Union europeenne (UE) et onze pays latino-americains ont
signed le 8 novembre A I'OMC (Organisation mondiale du com-
merce), un document mettant un terme juridique A neuf conflicts
commerciaux lies A la banane, selon un communique de I'UE
publtie Geneve.
Cette operation s'inscrit dans le cadre plus general de I'accord
de 2009, signed par I'UE et ces onze pays pour reglementer le
commerce de la banane. L'accord pr6voit que I'UE baisse ses
tarifs de douane sur les importations de bananes en prove-
nance de ces onze pays, de 176 euros la tonne A 114 euros.
En contrepartie, les onze pays latino-americains se sont enga-
ges A mettre un terme A leurs actions au sein de I'OMC, contre
I'UE menees depuis plus de 10 ans.


C'est ce desistement qui a ete signed le 8 novembre dernier et
qui, certes, met un terme & la bataille de la banane au sein de
I'OMC, mais 6 quel prix ? N'est-ce pas I'elimination A plus ou
moins longue echeance de la banane des Antilles, des Cana-
ries et de Madere grace au dumping social qui pourra se de-
chainer ? Combien de temps I'Europe va-t-elle compenser
financierement le manque A gagner du fait de la perte de parts
de march de la banane antillaise ?
Les onze pays latino-americains concerns sont le Bresil, la
Colombie, le Costa-Rica, I'Equateur, le Guatemala, le Hondu-
ras, le Mexique, le Nicaragua, le Panama, le Perou et le V6ne-
zuela.
II est vrai que I'Europe a besoin de vendre A ces pays.


V I ~ r


[ L TS S OCIALES J






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Conjoncture bu 3eme trimestre 2012 : Confirmation be la be6raba-

tion bu climate aes affaires en Martinique (leaom)


Pour I'lnstitut d'6mission des DOM, apres le 26me
trimestre de recul de I'activit6, "La degradation du
climat des affaires se confirm" au 36me trimestre
de la present ann6e 2012. Dans la note express
sur les "premieres tendances du 3eme trimestre 2012"
(NE n* 177 de novembre 2012), la banque des
banques de la Martinique indique : "L'indicateur
du clmat des affaires (ICA) demeure digrade au troi-
sieme trimestre. En 6aisse de pros de 3 points, ifs'ita-
blit a 83 points, soit 17 points en dessous de sa
moyenne de tongue p6riode". En effet, au 26me tri-
mestre ce fameux indicateur du climate des affaires
(ICA) qui resume I'opinion des chefs d'entreprise
interroges par 'IEDOM affichait le chiffre de 85
alors que la moyenne de longue p6riode se situe
A 100. Donc avec un chiffre de 83 il recule encore.
Cela traduit les provisions de baisse d'activit6 des chefs d'en-
treprises pour le quatrieme trimestre.
L'IEDOM observe cependant: "Pourautant, les observations re-
latives au trimestre pass reffetent une moindre de6trioration de
Cactivite, alors que [es provisions pour la piriode avaient et plus
pessimistes". C'est ce qui fait dire A France-Antilles du 8/11/2012
que activity t ec onomique risiste mie uau 3dme trimestre". D-
cidement certain ont des lunettes roses...
Consequence: les provisions d'investissement des entreprises
continent A baisser et atteignent leur plus bas niveau depuis
le premier trimestre 2010. C'est-A-dire apres la plus severe re-
cession connue par la Martinique depuis 1946 : moins 6,5 %
en 2009.
Les premiers resultats de I'enquete sur le troisieme trimestre
montrent que activityti se stabilize, mais qu'efCe reste degradee.
D'o~ deterioration de la tresorerie et augmentation des charges


d'exploitation. Pour faire face, les chefs d'entreprise augmen-
tent les prix et reduisent leurs effectifs. Inflation et ch6mage
supplementaires par consequent. Cela ne peut qu'engendrer
un cycle de recession.
Pour le prochain trimestre, les anticipations sont "pessimistes":
alourdissement des charges d'exploitation, tresorerie toujours
deterioree en raison de I'allongement des delais de paiement.
Ces premiers resultats seront approfondis dans le bulletin de
conjoncture trimestrielle devant paraTtre. Des donnees de I'en-
quete d'opinion seront communiquees par secteur d'activite
ainsi que les indicateurs economiques reels tels que: prix, mar-
che de I'emploi, consommation, investissement, credits A I'eco-
nomie, commerce ext6rieur, tourism, BTP, etc.
La politique d'austerite du gouvernement, malgre la hausse du
budget des DOM de 5 %, ne peut que maintenir le pays dans
le marasme et la crise social.


"La resilience, une bemarche collective pour la Martinique?"


Le Professeur Boris Cyrulnik
Tel 6tait le titre de la conference organisee le samedi 10 no-
vembre dernier sur le Campus de Schoelcher par le Groupe
d'Etude et de R6flexion Resilience- Martinique. De 9 h A 13h,


I'amphitheatre Michel Louis, le plus vaste du Campus, etait
bond, A tel point que de nombreuses personnel avaient dO
s'asseoir dans les escaliers, faute de sieges, ce qui aurait pu
poser de graves problems de security. La presence d'une as-
sistance aussi nombreuse s'explique A la fois par le theme an-
nonce, la personnalite des conferenciers et la champagne de
communication menee par les organisateurs. Les quatre prin-
cipaux intervenants ont ete le psychologue et expert de justice
guadeloupeen Errol Nuissier, le psychiatre et universitaire mar-
tiniquais Aime Charles-Nicolas, professeur 6merite, Jean Ber-
nabe, linguiste bien connu et 6galement professeur emerite,
et le professeur Boris Cyrulnik, psychologue et neurol6gue fran-
gais ce61bre, qui a tenu A rappeler sa condition de fils d'immi-
gres juifs. Mais avant qu'ils ne prennent la parole, il a ete
presented les resultats d'une enquete tres interessante realisee
par Internet sur le mal-etre martiniquais. II en resort que de
I'avis de la majority de ceux qui ont rempli le questionnaire, les
causes principles de ce mal-etre sont la colonisation et I'es-
clavage, sujet tabou don't il faut pourtant parler. La dem rche


euSI xisS be2s-Ij ternKq VK -a e 7


t #owmff


f I I






http://www.ioual-iustice-martinique. cor


de resilience est percue comme utile par 75% des personnel
en question.
Les diverse communications ont port sur la "risiience",
terme utilis6 en physique pour expliquer la resistance des ma-
teriaux aux chocs, et qu'en France Boris Cyrulnik a ete le pre-
mier & introduire en psychologie, A partir de I'observation des
survivants des camps de concentration. Le concept a ete certes
explique, mais on ne s'est pas cantonne au seul domaine de
la psychologie, puisqu'il a ete surtout question des societies
antillaises, marquees profondement, comme on le sait, par la
colonisation et I'esclavage. De nombreuses references ont ete
faites A Aim6 Cesaire et Frantz Fanon, symbols de la resis-
tance negre au colonialisme et au racism. On retiendra en par-
ticulier I'idee que la resilience implique que I'on ne se soumette
pas au passe, sans I'oublier pour autant. Ou comme I'a dit
Fanon, que le N6gre ne doit pas etre esclave de I'esclavage.
Les exposes et le debat qui a suivi ont ete fort enrichissants.
Ils ont permis A I'assistance, parmi laquelle on distinguait de


nombreux Blancs, de prendre conscience de I'importance du
traumatisme de I'esclavage et de la necessity de la resilience.
Profitant d'une court pause entire les interventions, deux
groups de contestataires portant des pancartes et agissant
apparemment de concert, ont envahi I'estrade, I'un pour de-
noncer I'epandage aerien, I'autre s'en pregnant a I'association
"Tous Creoles", presented comme un group de nazis et de
"g'nocidaires". L'incident qui aurait pu degenerer et avoir de
graves consequences dans ce lieu trop rempli, s'est heureuse-
ment bien termine. Le fait de compare les Bekes a des nazis
est revelateur de la rancoeur que certain descendants d'Afri-
cains vouent encore a cette communaute et de la necessity
pour tous les Martiniquais de dialogue, d'apprendre A se
connaTtre, de cesser de rendre les fils coupables des crimes
de leurs peres. La "riparation"tant attendue, peut contribuer
A cette reconciliation
M.B


CoUlectivite unique: La Martinique boit sortir bes jeux politicians


Une fusion des deux assemblies qui donnera plus de "balan" au pays
Devant les probl6mes d'une gravity extreme que traverse notre
pays depuis longtemps, les communists n'ont cesse de r6pe-
ter qu'il ne peut y avoir de "diveloppement iconomique sans res-
ponsa6ifite martiniquaise". Et chaque jour qui passe nous
retrouvons face A cette absurdity que nombre de problems ne
peuvent 6tre resolus car le pouvoir est delocalise A Paris ou A
Bruxelles.
Pourtant des 1960 les communists optaient pour un statut
d'autonomie afin de gerer les affaires martiniquaises par les
Martiniquais. Cette position 6tait la suite logique des analyses
des communists en 1955 qui rejetaient I'assimilation en ces
terms : "Effe nie f- caractre coloniafde notrepays, masque rop-
pression et de cefait, disarme les masses populaires". D'oO le mot


d'ordre de "plis large participation des Martiniquais d (a gestion
de feurspropres affaires".
Nous avons vu fleurir au fil des ans des rapports, des missions,
des lois, etc, tous diagnostiquant le mal d6veloppement de
notre pays, preconisant des "reponses"concoctees dans les bu-
reaux parisiens par des fonctionnaires francais animes d'une
seule et meme volont : preserver en toute circonstance les in-
t6rets de la puissance colonial francaise.
En 2008 les elus martiniquais reunis "en congres"faisaient le
choix d'une evolution institutionnelle dans le cadre de I'article
74 de la Constitution Frangaise.
La double consultation de 2010 (encore une trouvaille colonia-
liste) et la trahison du PPM et de ses allies, ont conduit les Mar-
tiniquais A voter pour une collectivite unique regroupant les
competences du Conseil General et le Conseil Regional. La
mise en place de cette collectivite etait prevue initialement pour
2012. Les manoeuvres politiciennes ont conduit le gouverne-
ment Sarkozy A la fixer en 2014.
Mais voila qu'A la faveur de I'election de Francois Hollande, son
ministry des Outre-mers, don't nous connaissons le penchant
assimilationniste notoire, veut encore retarder la mise en place
de la collectivite de Martinique en 2015. C'est un d6ni de de-
mocratie grave car Victorin Lurel foule aux pieds la volonte clai-
rement exprimee des Martiniquais.
Le pretexte fallacieux, teinte d'un mepris insupportable, serait
dicte par le fait que le gouvernement envisage de reporter les
elections cantonales et regionales en 2015 et puisque nous
sommes dans le droit commun de I'article 73, banco pour 2015.
Mais Victorin Lurel, les Martiniquais ont ete consults pour la fu-
sion des deux collectivites qui devaient disparaTtre au profit de
la collectivite de Martinique depuis 2010. Ce qui n'est pas le
cas des Frangais. La demagogie atteint des sommets quand
Victorin Lurel, en grand seigneur assimilationniste, dit vouloir
recueillir I'avis des elus ou encore propose la convocation du
Congres. C'est unacceptable et insupportable.
Aqui profitent ces manoeuvres d'un autre temps ? Les recentes
positions de Josette Manin, de Serge Letchimy ou encore de
Raphael Vaugirard allant dans le sens du report a 2015 sont
tres significatives.
Va-t-on continue a assister impuissants aux problems qui as-
saillent le Pays sans pouvoir au moins amorcer leur solution ?


^f^^^s^SlB^^^S^^^S*ESSI.


^^f I IL


FOLITiqUE





http://www.journal-iustice-martinique.com


Licenciements, difficult6s financieres des collectivit6s, violence,
drogue, fruits de cette soci6t6 bloqu6e oO les elus pour les-
quels nous votons n'ont que peu de prise r6elle sinon pour
poser des rustines en attendant la prochaine catastrophe: I'em-
poisonnement 6 petite dose de notre sol, nos rivieres de notre
mer. Sans oublier la poursuite a bas bruit du genocide par subs-
titution que I'on feint de ne pas voir.
II fut se rappeler que Husson pour calmer I'impatience des es-
claves pour qui "fa li6erte etait proche" tenait les propos sui-
vants le 5 avril 1848 : "La liberty va venir... Ce sont de bons
maftres qui Font demandie pour vous... 9ais iCfaut que (a Rlpu-
6bique ait fe temps de preparer Cesfonds de raciat et defaire lai Coi
de (a fiberti" (Extrait de la brochure "La Rivolution antiesclava-
giste de Mai 1848 a fa Martinique"d'A.Nicolas ).
Nous connaissons la suite. Les esclaves ont bris6 eux-memes
leurs chaines.
Le people martiniquais a vote en 2010 pour la Collectivite de
Martinique. Que Lurel respect cette volont6 populaire.
Fernand Papaya

Et pourquoi ne pas reprendre ces paroles de Cesaire :
Hours esjours stranger
Aim6 C6saire
Recueil : "Ferrements"
Mon people


Quand
hours des jours strangers
germeras-tu une tete tienne sur tes 6paules renouees
et ta parole
le cong6 d6peche aux traitres
aux maTtres
le pain restitue la terre lavee
la terre donnee
quand
quand done cesseras-tu d'etre le jouet sombre
au carnaval des autres
ou dans les champs d'autrui
I'6pouvantail d6suet
demain -
a quand demain mon people
la d6route mercenaire
finie la fete
mais la rougeur de I'est au coeur de balisier
people de mauvais sommeil rompu
people d'abTmes remontes
people de cauchemars domptes
people nocturne amant des fureurs du tonnerre
demain plus haut plus doux plus large
et la houle torrentielle des terres
a la charrue salubre de I'orage


Communique Oe Serge Letchimy propose e to Cotectivite unique

"Le mensonge bonne au Langage un sel qui manque toujours a la ve-

rite pure"


"Lors des d6bats relatifs a la mission budg6taire outre-
mer certain d6put6s don't le leader du movement in-
d6pendantiste martiniquais, ont laiss6 entendre que les
Martiniquais avaient voulu une installation de la collec-
tivit6 unique en 2014 lors de la consultation de janvier
2010
C'est faux.
II n'y a jamais eu de date indiqu6e dans le cadre de cette
consultation.
Apr6s une n6gociation douteuse entire I'ex-Pr6sident du
Conseil R6gional et le Pr6sident de la R6publique de
I'6poque, une premiere date de janvier 2012 avait 6t6
pr6vue. II s'agissait pour ces deux anciens presidents
de profiter d'une opportunity purement politicienne.
A la suite d'une demand insistante du President du
Conseil R6gional de Guyane, I'ancien President de la
R6publique, s'est finalement ralli6 au principle d'un ali-
gnement de la mise en place des collectivit6s de Marti-
nique et de Guyane sur le calendrier national retenu pour les
elections r6gionale, soit en 2014.
C'est pourquoi, Particle 8 de la loi 27juillet 2011 dispose, que
"les conseiffers a 'assemb6[e de Martinique sont lCus en meme
temps que Ces conseilfers rigionauw". Une disposition identique de
ce m6me article concern I'election des conseillers a I'Assem-
bl6e de Guyane.
II est done parfaitement 16gitime que, dans le cadre de la re-
forme territorial d6cid6e par le president Hollande et la majo-
rite socialist, la mise en place de la collectivit6 unique de
Martinique soit align6e sur la modification des agendas Blecto-
raux retenus au niveau national, soit en 2015.


Serge Letchimy s'applique sur le droit commun


II s'agit en consequence d'un faux proces fait au Gouvernement
et d'une nouvelle illustration des manoeuvres auxquelles s'ha-
bituent certain pour tenter de raccourcir le mandate 16gitime de
I'actuelle majority regionale au b6n6fice d'int6rets 6lectoralistes.
C'est aussi I'attitude des mauvais perdants qui devraient m6di-
ter cette phrase 'le mensonge donne au langage un seCqui manque
toujours d la verite pure'".
Assemble national, le 7 novembre 2012
Serge Letchimy
Depute, President du Conseil Regional de Martinique


S15 N 2012-usticen'6 Page


"IP T





http://www.iournal-ustice-martinique.com


DebatAssemblee national des 6 & 7novembre 2012:

Le budget 2013 bes outre-mer aaopte. La 6efiscalisation remise en

cause a pauche et a broite sur une base reactionnaire


Le budget des Outre-mer augmente de 5 %


L'Assembl6e national a examine le budget de la "mission
outre-mer"pour 2013. II s'affiche en progression de 4,5 % avec
2,2 milliards d'euros en autorisations d'engagement et de 5 %
en credits de paiement a 2 milliards d'euros. L'effort global de
I'Etat outreTfer s'eleve en 2013 & quelque 13,7 milliards d'eu-
ros, sans grande evolution par rapport a 2012. Le gouverne-
ment avait d6cid6 d'6carter I'outre-mer du plafonnement a 10
000 euros des niches fiscales et de maintenir le plafonnement
A 18 000 euros + 4 % des revenues. Le rapporteur g6enral de la
commission des finances, Christian Eckert (PS), a fait passer
un amendment pr6voyant la fin de la d6fiscalisation plafonnee
a 18 000 euros + 4 % des revenues A un an. Cela a provoque un
grand emoi chez la majority des d6put6s d'outre-mer et une de-
claration vigoureuse et solennelle au nom du gouvernement
de Victorin Lurel, Ministre des outre-mer annongant un avis dB-
favorable A cet amendment sauvage. Ce d6bat doit se pour-
suivre A I'assemblee les 13 et 14 novembre. II existe en reality


un fort courant d'opinion publique en France centre la
d6fiscalisation outre-mer base non pas sur ses insuffi-
sances en matiere de d6veloppement et d'emploi, et sur
ses effects pervers en matiere de speculation, mais sur
son coOt jug6 exorbitant et son utilisation pour I'6va-
sion fiscal des plus fortunes. C'est ainsi qW'un article
virulent du journal Le Parisien du 2 novembte dnonce
de maniere assez unilat6rale la d6fiscalisation outre-
mer. II s'agit en fait de la resurgence d'un vieil 6tat d'es-
prit carti6riste et assez m6prisant consid6rant que
I'outre-mer coOte trop cher A la France ("Les danseuses
de la France"). La position du gouvernement est d'en
faire le bilan et de proposer eventuellement d'autres
mecanismes de soutien a I'investissement productif
pour le budget 2014. Elle est correct. Car c'est cela
I'essentiel : conditioner les avantages A I'investissement dans
la production et les activities utiles A la creation d' emplois du-
rables .
Par ailleurs, un tr6s vif incident a oppose Alfred Marie-Jeanne
A Victorin Lurel a propos du report de la mise en place de la
Collectivit6 unique A 2015. Le ministry Lurel pretend qu'il fera
ce que demandera la majority des elus qu'il a consult. Une
manoeuvre politicienne bien dans le style de cet assimilation-
niste pur sucre qui a refuse toute evolution institutionnelle pour
son pays. Une alliance avec Serge Letchimy revelatrice de la
derive assimilationniste de ce dernier au-dela de ses procla-
mations sur la troisi6me voie vers I'autonomie don't il n'a pas
e6t question lors de son intervention sur le budget..
N6anmoins le budget outre-mer a 6te adopt par I'ensemble
des groups politiques de I'Assembl6e, A 'exception de I'abs-
tention de IUMP qui s'est abstenue .
M.B.


Extrits des interventions nos rpresentants
.. .. . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . .. . .. . . .. . . . . . .. . . . . . . i i. .


* Serge Letchimy, rapporteur pour avis de la commission
des affaires 6conomiques (PPM, ap socialiste:
"(...) Les besoins sont
immense: un PIB deux
fois inferieur 6 la
moyenne national ; des
retards massifs de mise
aux normes de nos 6qui-
pements collectifs de
base, notamment en
matidre d'assainisse-
ment ou encore de mise
aux normes parasis-
miques des butiments
individuals et de nombre
d'6coles primaires, ly-
c6es et colleges.
La crise, mondiale nows
Serge Letchimy impose de mettre en
place de nouvelles stra-
tegies 6conomiques qui'engagent les outre-mer dans une mu-
tation profonde, int6grant une politique de filieres et une


ouverture beaucoup plus large B I'environnement 6conomique
de proximity. Vous avez raison, monsieur le president Oilier :
nous ne pouvons continue a vivre d deux heures de vol d'un
pays comme le Br6sil, qui compete 190 millions d'habitants 'et
fait quinze fois la France, sans avoir aucune relation 6cono-
mique vraie avec lui. D6sormais, nos pays doivent 6tre impli-
qu6s dans une nouvelle diplomatic 6conomique c'est une
expression de Laurent Fabius elle-meme inscrite dans une
cooperation territorialis6e. II s'agit purement et simplement de
refonder une 6conomie pourvoyeuse d'emplois et cr6atrice
d'activit6s, c'est-a-dire aussi d'espoir et de capacity de projec-
tion fructueuse dans I'avenir. C'est fundamental, parce qu'il faut
sortir de la d6pendance budg6taire syst6matique qui ne fait
qu'humilier ces peuples et leurs repr6sentants, notamment
ceux que j'ai entendus ce matin (...)
(...)ll faut absolument trouver un m6canisme, notamment dans
le cadre de la clause de sauvegarde et de I'article 349 du trait
de Lisbonne, pour prot6ger a minima notre production(...)".

* M. Bruno Nestor Azerot (GDR):
"(...) Malgr6 cela, vous r6ussissez B construire un budget de
rupture et m6me de combat, qui tranche singulierement avec


1 IBbr I22 Wce n' 6-Pa0


"[ FOLIT^q^






http://www.iournal-iustice-martinique.com


tous les budgets qui
nous ont 6t6 pr6sent6s
depuis dix ans. Un peu
plus de deux milliards
d'euros sont consacr6s
aux deux programmes
constituent la mission
"Outre-mer", repr6sen-
tant une augmentation
de 5 %.
Votre budget place I'em-
ploi, la s6curit, la justice
et le logement au coeur
des priorit6s gouverne-
", d mentales. C'est un signed
d'esp6rance pour le re-
Bruno Nestor Azerot dressement et la
construction 6cono-
mique et social de nos regions d'outre-mer.
II t6moigne ce faisant de la consideration de I'actuelle majority
pour les populations d'outre-mer et du respect des engage-
ments pris par M. Frangois Hollande lors de la champagne pr6-
sidentielle.
En outre, I'effort budg6taire de I'Etat ne se r6duit pas aux 2,1
milliards de la mission "Outre-mer". Globalement, et tous mi-
nisteres confondus, il avoisine les 14 milliards d'euros.
Vous avez 6galement mis I'accent sur le d6veloppement et
I'am6nagement durable, et c'est important.
Vous avez mis I'accent sur la recherche, et c'est vital pour l'ave-
nir.
Vous avez mis I'accent sur les missions de s6curit6, et notam-
ment de s6curit6 civil, et c'est crucial pour des territoires 6
risques.
Enfin, vous avez mis I'accent sur la mission "Travaiet emploi",
et c'est absolument n6cessaire (...)".

*M. Jean-Philippe Nilor (MIM, GDR).
"Monsieur le prEsident,
monsieur le Ministre,
chers colleagues, nous
prenons acte de 1'6volu-
tion positive du budget
de la mission "Outre-
mer" 2013, dans un
context d'effort budg6-
taire g6n6ralis6.
Je pr6fere le dire d'em-
bl6e : nous voterons ce
budget. Cependant,
nous ne saurions nous
contenter de ce que
vous qualifiez de "pre-
mier budget du change-
ment Ce premier Jean-Philippe Nilor
ment Ce premier
budget ne devra pas 6tre le dernier... Le changement com-
mence maintenant, mais il devra se poursuivre et s'amplifier
dans les ann6es 6 venir pour esp6rer parvenir B terme a une
rupture salutaire (...) Dans le m6me ordre d'id6e, il est facile
de caricaturer la d6fiscalisation et d'analyser ses dispositifs ex-
clusivement en terms d'avantages individuals. Mais au-del6
de ces avantages individuals, la d6fiscalisation n'induit-elle pas
des avantages collectifs.en terms d'emnploi, de soutien au BTP
et de logements sociaux ? Si oui, nous ne pouvons pas 6tre fa-


vorables a un d6mant6lement pur et simple de cette d6fiscali-
sation sans r6flexion, sans diagnostic et sans measures com-
pensatoires pour nos economies !
Enfin, au-dela du budget, le d6veloppement 6conomique, social
et societal est intimement li6 6 1'6volution des institutions. Je ne
peux pas ne pas rappeler cet engagement de Frangois Hol-
lande, alors en champagne pour I'Election pr6sidentielle, qui di-
sait: "j'accompagnerai Coyalement [a creation de la collectiviti
unique". Si, pour le Pr6sident, cette loyaut6 s'6crit avec un "L"
majuscule, elle exige alors le respect des terms de la loi pour
que la mise en place de la collectivit6 unique en Martinique soit
effective en 2014".

* M. Alfred Marie-Jeanne ( MIM, GDR) :
"Monsieur le president,
monsieur le ministry,
chers collogues, la crise
est toujours I., plus te-
nace que jamais. Elle
s'6ternise au point d'af-
foler(...).
(...) II faut savoir que la -
crise n'a pas 6pargn6 7a -
Martinique contraire-
ment 6 ce qui avait 6t
pr6dit. Elle a transperc6
tous les pretendus bou-
cliers r6put6s protec-
teurs. La quasi-totalit6
des indicateurs 6cono-
miques et sociaux est au Alfred Marie-Jeanne
rouge vif.
Le ch6mage desjeunes de quinze B vingt-cinq ans gravite au-
tour des 65 %. C'est une calamity.
Sur une population de 400 000 habitants, on compete pratique-
ment 50 000 ch6meurs soit un huitieme du total. C'est un fl6au.
Le travail est devenu une denree tres rare (...).
(...)Avant de conclure, je mentionnerai encore et encore que
notre territoire est pollue & I'exces, que I'on y denombre 500
cas de cancers de la prostate et 150 d6ces chaque annee, que
I'immobilier est, c'est le cas de le dire, immobilis6 il manque
au minimum 10 000 logements sociaux pour r6pondre aux be-
soins les plus criants -, et que le pays a 06t video et d6vitalise.
N'est-ce pas un deuxieme BUMIDOM qui ne dit pas son nom ?
C'est en tout cas 6chec et mat d'une politique assimilationniste
6 tous ciins.
Monsieur le ministry, avec le zele d'un neophyte, que je com-
prends, vous r6p6tez sans cesse que I'Etat est de retour.,S'il
s'agit d'une tentative de restauration du system actuel arrive
d bout de souffle, sachez que je ne soutiendrai pas cette de-
marche, vous le savez bien S'il s'agit au contraire de respon-
sabiliser en vue d'Emanciper, alors ne tardez pas a mettre en
place en 2014 I'Assemblee unique comme-e pr6voit expres-
s6ment la loi !
Ne jetez pas B la porte ce qui a 6te vot6 ici meme par l'Assem-
bl6e, notamment par ceux qui pr6tendent aujourd'hui vouloir
d6libe6rment reporter I'6cheance Permettez-moi de vous don-
ner un conseil amical : s'il est si facile de modifier les choses,
pourquoi ne pas avancer la date & 2013 ? (Applaudissements
sur les bancs du group GDR et sur quelques bancs du group
SRC.)".


. I'ai5om s rI2 A


" TI


--~c~----






http://www.iournal-iustice-martinique. com
t


Guadeloupe :Resolution be la 6e conference national u PCG (Extrits)

Un Parti Communiste be notre temps mobilise pour gagner avec et

FPAC un statut be large autonomie


"Engag6s r6solument et avec enthousiasme sur le chemin de
la r6organisation de leur Parti pour mieux preparer la lutte
d'6mancipation de notre people, les militants du Parti Commd-
niste Guadeloup6en se sont reunis en 6e Conf6rence Natio-
nale les samedis 20 et dimanche 21 octobre 2012 au Lamentin
(...)
(...) Les militants communists ont d6cid6 d'intensifier la lutte
pour arracher un statut de large autonomie devant permettre 6
la Guadeloupe de se doter des moyens pour apporter des so-
lutions aux problems qui nous assaillent quotidiennement.
Chaque militant devra s'investir avec son Parti, au sein des
Forces Patriotiques anticolonialistes et Anticapitalistes (FPAC)
pour poursuivre le travail d'unification de la lutte du people gua-
deloup6en sur le chemin de la d6colonisation et de I'dmanci-
pation.
Ce travail devra se r6aliser en parallele avec le enforcement du
Parti. Le recrutement s'avere une priority qui conduira le PCG
6 d6ployer un effort particulier, en direction des forces vives du
pays. II utilisera la forme et les moyens appropri6s pour les en-
gager dans la lutte.
La 6e Conf6rence Nationale lance un appel solennel 6 la jeu-
nesse pour qu'elle s'engage dans le combat, elle qui est la pre-
miere victim du systdme colonial.
Elle appelle egalement les femmes guadeloup6ennes qui ont
toujoursjou6 un r6le important dans la lutte d'emancipation de
notre people, 6 retrouver toute leur place dans le combat pour
la transformation de la soci6t6 guadeloup6enne.
Les militants se sont aussi pench6s sur I situation financiere du
Parti, en insistent pour que chaque communist remplisse
toutes ses obligations financieres a I'6gard de I'organisation et
en explorant toutes les sources permettant au Parti de se doter
des moyens financiers pour conduire efficacement sa politique.
Par ailleurs, la 6e Conf6rence Nationale a proc6d6 une ana-
lyse des 6venements qui ont marqu6 ou qui marquent encore
la vie de notre pays.
Elle a r6affirm6 qu'aucune solution aux maux qui touchent la
Guadeloupe ne sera viable et p6renne sans un pouvoir guade-
loup6en, pour mettre en oeuvre une politique de d6veloppement
qui r6ponde aux interets du pays.


Sur le front de la politique ext6rieure de notre Parti, la 6e Confe-
rence Nationale a fait la double constatation de I'ampleur de la
puissance atteinte par la propaganda des grands m6dias du
monde qu'exercent 6 travers leurs officines sp6cialis6es une
pression id6ologique permanent sur les peuples et les travail-
leurs.
A ce sujet, le redressement recherche de notre Parti n'abouti-
rait reellement, si dans I'accomplissement de ses t&ches d'or-
ganisation, il ne s'attacherait concretement a d6ployer une
vigoureuse activity surle plan de I'ex6cution des t&ches liees a
son engagement internationaliste.
Depuis quelques ann6es, des initiatives de rencontres et
d'6changes entire les Partis Communistes ont repris. L a 6e
Conference Nationale, invite le Parti a s'y inscrire et a reactiver
ses relations avec les Partis Communistes et les organizations
qui constituent le movement communist international, et tout
particulierement dans la region Cararbe et AmBrique Latine.
La 6e Conference Nationale r6affirme I'urgence de realiser
I'union la plus large de notre people.
Elle appelle I'ensemble des organizations sociales et politiques
qui veulent r6ellement un changement en Guadeloupe, a I'en-
semble de notre people, A se mobiliser, a s'engager dans le
combat salvateur pour le pays".


Sanby: Un Appel ai solibaarite avec Cuba be 1'ICAP


Raoul Castro avec la population


L'lnstitut Cubain d'Amitie avec les Peuples (ICAP), au nom du
people cubain, adresse ses salutations et ses remerciements
les plus sinceres pour tous les gestes de solidarity morale et
mat6rielle qui ne cessent de nous parvenir du monde entier, a
la suite du passage de I'ouragan Sandy qui a provoque des
dommages tres important dans les provinces de I'Est de Cuba.
Le people cubain et son gouvernement, comme ils I'ont tou-
jours fait face 6 des catastrophes semblables, se sont mobilises
pour reparer les 6normes degats materials et humans occa-
sionnes par I'ouragan, afin de poursuivre leurs objectifs de de-
veloppement economique et social. Dans cettejache
titanesque, Cuba peut computer sur le soutien solidaire des peu-
ples freres qui nous ont d6ja fait parvenir des messages et des
dons materials destines aux regions sinistrees.


IF I I Im I I^^S3IS'


SI


[ NTRE .tfION I





http://www.iournal-iustice-martinique.com


C'est pourquoi, compete tenu de la situation 6conomique com-
plexe de notre pays, afin d'organiser avec la meilleure efficacit6
possible I'envoi et la reception des dons materials, la direction
du gouvernement cubain nous prie de vous faire savoir ce qui
suit :

Envoi be bons materials prioritaires:
Aliments, articles d'hygiene, materiaux de construction, arti-
cles de cuisine
II convient de signaler que la situation 6conomique difficile de
Cuba ne lui permet pas de finance les frais de fret et autres
frais d'acheminement des dons, qui devront etre pris en charge
par les donneurs.


Dons financiers
Un compete au niveau national a ete ouvert don't les donnees
sont les suivantes:
Nom du compete : HURACANES RESTAURACION DE
DANIOS
Numero : 0300000003347326
Code Swift: BFICCUHH
Succursale BFI Habana Libre
Une nouvelle fois, nous adressons nos remerciements les plus
chaleureux & tous les amis pour la solidarity et le~soutien qu'ils
apportent 6 notre pays.
Fraternellement
RODRIGUEZ Yoandra- ICAP- Cuba
Institute cubain de I'amiti6 avec les peuples ICAP
6 novembre 2012 "annie 54 de za Rivolution"


Connaissons Notre Amerique:

Sim6n Bolivar, El Libertabor (36me parties, suite et fin)


Rafael Hugo Chavez Frias, president de la Rel Wblique Bo-
livarienne du Venezuela, brillamment reelu le 7 oClobre der-
nier pour la periode 2013-2019, s'est donned pour tAche de
construitre le "Sociasme duXXI) sicf"e sur trois piliers fon-
damentaux qui sont le marxisme, le christianisme et le bo-
livarisme, c'est-A-dire la pensee de Sim6n Bolivar. Justice
croit opportun de faire connattre a ses lecteurs la vie de
cet homme exceptionnel que fut Sim6n Bolivar, une vie
toute entire consacree A la cause de I'ind6pendance, non
seulement du Venezuela, son pays de naissance, mais en-
core de I'Am6rique du Sud, la Grande Patrie
Nous terminons la publication de I'article de Maurice Bel-
rose sur Simon Bolivar
La second R6publique, comme la premiere, ne durera qu'un
an, car le 16 juillet 1814, la ville de Caracas sera prise par le
caudillo espagnol Jose TomAs Boves. Homme du people origi-
naire d'Espagne, Boves s'est installed dans les Llanos, immense
region de planes propice A I'elevage extensif de bovins et de
chevaux, ol il a organism une puissante armee de 7.000 gue-
rilleros, composee essentiellement de Noirs et de Pardos, avec
laquelle il a 6crase finalement la Republique.
C'est en cette annee 1814 que la guerre d'independance prend
le plus son caractere de guerre social et de guerre racial. Les
evenements qui y surviennent creent un climate de peur panique
des Noirs et des Pardos. Les Blancs, les Creoles surtout mais
aussi les Espagnols, craignent que le pays ne se retrouve dans
une situation semblable A celle qu'a connue peu auparavant
Saint-Domingue : HaTti est alors perque comme un contre-
exemple.
Heureusement pour la R6publique, Boves meurt au mois de
decembre 1814, A la bataille d'Urica. Une parties de ses
hommes sont recuperes par Jose Antonio Paez, caudillo des
Ilanos qui combat pour I'independance, tandis que I'autre re-
joint le general espagnol Juan Pablo Morillo arrive au Vene-
zuela au debut de I'annee 1815 & la tete d'une armee de 10.000
veterans de la lutte contre les Frangais.
Le 8 septembre 1814, Bolivar retourne A Cartagena, oi il est
requ froidement. II participe ensuite aux guerres civiles de la
Nouvelle Grenade ; puis on le retrouve a la Jamaique et fina-
lement en Ha'ti. P6tion I'autorise A faire venir sur le sol haTtien
les combatants venezueliens disperses dans la Caraibe, lui
fournit des armes, en lui faisant promettre d'abolir I'esclavage
des Noirs. L'exp6dition des Cayes part le 31 mai 1816. Bolivar
et ses hommes debarqient a Carnpano le lerjuin, et le 2 le Li-


bertador decr6te I'abolition de I'esclavage. Mais il impose une
condition : que les esclaves Ages de 14 a 60 ans integrent I'ar-
mee republicaine, sous peine de demeurer esclaves.
Une serie de revers contraint Bolivar 6 retourner en HaTti de-
mander I'aide de P6tion, et le 18 decembre 1816, une nouvelle
expedition part d'Hispaniola. Apres une serie de victoires et de
defaites, Bolivar se r6fugie dans la ville d'Angostura (actuelle-
ment Ciudad Bolivar), situee sur la rive droite du fleuve Ore-
noque. Angostura devient ainsi la capital de la R6publique et
le lieu a partir duquel va s'organiser la champagne finale desti-
nee A liberer a la fois le Venezuela et la Nouvelle-Grenade.

Bolivar au service be La Patria Granbe
Le 7ao0t 1819 a lieu en Nouvelle Grenade la bataille decisive
de Boyac6, qui consacre I'independance effective du pays et
permet & Bolivar d'entrer triomphant A Bogota. Le 17 septem-
bre 1819, sur proposition de Bolivar, le Congres d'Angostura
decr6te la creation de la R6publique de Colombie -connue
aussi comme la "Grande Colombie"-, composee de deux "d6-
partements": le Venezuela et la Nouvelle- Grenade ( rebapti-
see Cundinamarca ). Le ler janvier 1820 se produit en
Espagne un evenement important : le general Riego se sou-
leve centre Ferdinand VII et les liberaux entrent au gouverne-
ment, imposant la Constitution de 1812 et ordonnant aux
autorites presentes en Amerique de negocier avec les inde-
pendantistes pour faire cesser le bain de sang. Le general es-
pagnol Morillo entame done des negociations avec Bolivar, qui
ont pour resultat le renoncement de celui-ci A la "guerre d mort"
et la signature d'une treve de six mois.
Cependant la guerre de liberation continue, au Venezuela et
dans les autres pays sud-americains. En janvier 1822, le Pa-
nama devient ind6pendant de I'Espagne et demand son rat-
tachement A la Republique de Colombie. Apres la bataille de
Pichincha (24 mai 1822) Bolivar libere Quito, qui est integre a
la Colombie. Puis, le 11 juillet 1822 Bolivar entire dans le port de
Guyaquil -qui avait proclaim son independence le 9 octobre
1820- et I'integre A la Colombie le lendemain.
Ainsi, la Grande Colombie se trouve constituee'de 4 pays : le
Venezuela, la Nouvelle Grenade, le Panama et I'Equateur.
Au Venezuela meme, avait eu lieu, le 24 juin 1821, la bataille
decisive de Carabobo. En 1823, les patriots remportent la ba-
taille navale de Maracaibo, et le 8 novembre de la meme les
toupes royalistes subissent une derniere defaite A-Puerto Ca-


h 5 r 2 2 c n' 6 Pag 13'


NR A 'W"it






http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


bello.
Maintenant, il
S rest Bolivar A
S porter la guerre
plus au sud,
jusqu'au P6rou,
So I'aristocratie
creole est plut8t
i conservatrice et
", I'armee espa-
Sd gnole puissante.
Pour ce fire, il
rencontre A
Guyaquil, le 26
juillet 1822, le
general argentin
San Martin, le li-
b6rateur de I'Ar-
gentine et du
Chili, qui avait le
project de lib6rer
Simon Bolivar, El Libertador 6galement le
P6rou. San Mar-
tin s'efface au profit de Bolivar, qui d6barque dans le port pe-
ruvien de El Callao le ler septembre 1823. Face A la situation
militaire confuse qui regne dans le pays, en fevrier 1824, le
Congrbs du Perou le nomme Dictateur. Le 6 aoOt 1824, I'armee
colombienne, commandee par Bolivar, remporte la bataille de
Junin, et le 9 d6cembre 1824 le Venizuelien Sucre defait les
troupes espagnoles A Ayacucho. Bolivar avait dO ceder le com-
mandement & Sucre pour obeir A une loi votee le 28 juillet 1824
par le Congres de la Colombie, qui lui 2tait revenue hostile et
lui retire ses pouvoirs extraordinaire, pr6textant qu'il se trouvait
hours du territoire national.

D6silusion, biscorbe et mort au Libertabor
Junin et Ayacucho mettent un term definitif A la presence mi-
litaire espagnole en Amerique du sud. Bolivar est au sommet de
la gloire. Mais A partir de 1826, il va aller de deception en dB-
ception, jusqu'A la decadence et A la mort. Debut mai 1826, il
termine la r6daction d'une Constitution pour la Bolivie, novel
Etat cree par lui. Constitution plut6t r6actionnaire, qui stipule,
par example, que pour 6tre citoyen, il faut savoir lire et ecrire,
payer un imp6t, avoir un emploi, et pire, qui institute la pr6si-
dence A vie. Bolivar essaie en vain de I'imposer au P6rou et
la Colombie. II 6choue Agalement dans sa tentative de federer
le P6rou et la Bolivie. Le Congrbs de PanamB, r6uni du 22 juin
au 15 juillet 1826, o il pensait jeter les bases d'une grande
confederation ou federation hispano-americaine, se solde par
un novel echec [seuls y participant la Colombie, le P6rou, les
Provinces Unies d'Amerique Centrale et le Mexique]. Toujours
en 1826, un complot est ourdi centre lui au P6rou, et le 11 dB-
cembre, quand il arrive A COcuta (ville andine de I'actuelle Co-
lombie), il apprend que PAez s'est souleve dans les Llanos
v6nezueliens, attisant la haine des Pardos contre les Blancs.
En mars 1827, un climate d'anarchie et r6volte rbgne en Co-
lombie, climate aggrav6 par la franche hostility de Santander,
vice-president de la r6publique, envers Bolivar, lequel adopted
une posture politique de plus en plus conservatrice. Le 24 juin
1828, Bolivar accepted le titre de Dictateur, et le 25 septembre
il 6chappe A un attentat, dans la ville de BogotA.
En mai 183"0, le Venezuela, ofj le pouvoir avait Wte confisqu6
par PAez, se spare de la Grande Colombie. Le 4 juin 1830, le
mar6chal Sucre, fiddle ami du Libertador, est assassin en
quateur. Puis, A la fin de I'annee, Bolivar se voit contraint d'al-


ler combattre au Perou oO regne I'anarchie. Finalement, le
17decembre 1830, Sim6n Bolivar meurt d'epuisement, de tu-
berculose et de tristesse dans I'hacienda d'un fiddle ami espa-
gnol, a Santa Marta, sur la c8te caralbe de I'actuelle Colombie,
alors qu'il avait I'intention d'embarquer a Cartagena pour se
rendre en Europe.

Conclusion
Apres la mort du Libertador, ses sombres predictions devinrent
reality. En effet, I'instabilit6 politique s'installa dans presque
toutes les nouvelles r6publiques hispano-americaines. Le pou-
voir fut confisqu6 par les militaires, tandis que liberaux et
conservateurs se livraient une apre lutte pour le contr6le de
I'appareil d'Etat, ce qui donna lieu a de multiples guerres civiles
ou coups d'Etat. Avant meme la mort de Bolivar, en 1821, I'es-
clavage des Noirs avait 6et retabli sur tout le territoire de la
Grande Colombie, et en 1830, le Congres venezuelien de Va-
lencia confirm le retablissement du system esclavagiste, le-
quel devait.durer jusqu'en 1854. C'est que la structure
colonial, qui reposait notamment sur le latifundium, c'est-A-
dire la grande propriety agraire, est rests intacte aprbs I'in-
dependance politique, et avec elle les injustices sociales,
I'exploitation implacable des esclaves noirs et/ ou des ouvriers
agricoles indiens, metis et noirs.
Les restes du Libertador furent rapatries au Venezuela en 1842,
ce qui donna lieu le 17 decembre, A une c6ermonie solennelle
A Caracas et dans tout le pays. Depuis, le Libertador est I'ob-
jet d'un veritable culte: les autocrates et dictateurs qui se sont
succed6 au pourvoir au course XIXe siecle et dans la premiere
moitie du XXe siecle en ont fait.un mythe, qu'ils ont utilise pour
consolider leur regime, en jouant sur le patriotism du people
venezuelien. Et puis est arrive Chavez, qui au nom du Liberta-
dor, a entrepris, par des voies d6mocratiques et pacifiques, de
liberer la nation de I'emprise de la bourgeoisie creole et du joug
de I'imperialisme etats-unien, de remettre le pouvoir au people,
de lutter centre les criantes injustices heritees du passe, et sur-
tout de redonner vie A la Patria Grande revee par Bolivar.
A I'heure oO les capitalistes martiniquais sont en train de rever
des juteux profits qu'ils vont tirer de I'accroissement des activi-
tes portuaires du canal de Panama, il est bon de rappeler que
dans sa celebre Carta de Jamaica (Lettre de JamaYque : 6
septembre 1815), Bolivar avait predit le percement dans
I'Isthme centre-americain (de Panama au Guatemala) de plu-
sieurs canaux qui, ecrivait-il "raccourciront les distances du
monde"et "resserreront fes liens commerciauxwde Europe, 'Ami-
rique et de I'Asie". Un canal a 6te effectivement perce, au Pa-
nama, pays que les Etats-Unis ont pousse a se declarer
independent de la Colombie en 1904, a cause dudit canal.
Maurice Belrose
Biblioraphie sommaire:
- Bolivar et les Peuples de Nuestra America, Des Sans-cu-
lotte Noirs au Libertador, AlainYacou, editeur, Bordeaux,
Actes du colloque de Schoelcher et Pointe-A-Pitre, 14-17 avril
1983, Presses Universitaires de Bordeaux, 1990
- Brito Figueroa, Federico, Historia econ6mica y social de
Venezuela, Caracas, Universidad Central de Venezuela, 1966
- Carrera Damas, German : El culto a Bolivar, Caracas, Uni-
versidad Central de Venezuela, 1973
- Lecuna, Vicente, Proclamas y discursos del Libertador,
Caracas, Lit. Y Tip. del Comercio,1939
- Lucena Salmoral, Manuel, Sim6n Bolivar, Madrid, Alianza
Editorial, El Libro de Bolsillo,1991
- Sim6n Bolivar, Discursos yproclamas, Mexico, Editora Na-
cional, 1971


SI 15 A e 2072 n'B 6 age 4


[ /NOTRE AWRI -






htt://www.iournal-iustice-martinique.com


Point be vue : Obama, c'est reparti pour un tour


Obama a finalement remporte la presidentielle, perdant 9 mil-
lions de voix par rapport a 2008 mais s'assurant du vote de 303
grandss ifecteurs" (il suffit de pouvoir computer sur 270 d'entre
eux pour 6tre elu). Les progressistes du monde entier s'en re-
jouiront en depit des concessions, des reculades et des ca-
deaux faits aux monopoles qui ont pu r6aliser ainsi quelques
2000 milliards de dollars de profits. Mais Obama est preferable
a Romney, I'ultra-conservateur reactionnaire aussi borne que
dangereusement simpliste dans ses prises de position.
Mais rien pour autant n'aura ete regle pour la premiere puis-
sance capitalist du monde. Avec une croissance en berne, un
ch6mage official proche de 8 % (en reality de pres de 20 %),
une dette federal atteignant 16 000 milliards de dollars et
l'6cheance toute proche du fameux "mur6uudgitaire"qu'il faudra
regler d'urgence pour 6viter la recession, voire meme la mise
en faillite des Etats-Unis, I'avenir est plus que sombre. Et
comme les republicans ont reussi a conserver la majority A la
Chambre des representants, I'impasse politique reste entire.
Ajoutons a cela qu'Obama, comme I'ensemble de la classes po-
litique US, ne dispose pas de recette magique permettant de re-
dresser la barre. Et pourtant il y a urgence.
Un citoyen sur 3 vit dans la pauvret6 (97 millions de "6as reve-
nus" et 46 millions d'extremement pauvres, en augmentation
constant depuis 1980). 4 millions de personnel ont perdu leur
maison et il y en aura 900 000 de plus en 2013. Les salaires ont
fortement baiss6 depuis 1990, allant jusqu'a moins 25 % pour
les travailleurs non qualifies don'tt moins 8 % sous le mandate


Barack Obama devra s'attaquer au chomage
d'Obama). Quant A la dette global (Etat, entreprises et me-
nages cumules), elle atteint dejA 350 % du PIB. C'est tout dire.
Obama est certes dynamique, intelligent, volontaire, il n'en
reste pas moins un homme du system. Sa champagne 6lecto-
rale, tout comme celle de Romney, a 6t6 finance a 77 % par
le "Big business" (banques, petrole, armement, technologies,
etc.) qui n'a d'autre souci que de selectionner deux candidates
(un republican, un democrate) suffisament dociles pour ne pas
remettre en cause ce system qui assure la perennite de leurs
profits meme si c'est au detriment de I'interet national.
K Solaris


Afrique et monbe arabe


Madi:


La situation semble evoluer dans le sens de la paix au Nord-
Mali, e6 le fait recent le plus marquant est I'annonce faite A
Ouagadougou ( Capitale du Burkina Faso) par le group isla-
miste Ansar Dine qu'il condamne I'extremisme et le terrorism.
Dans cette parties du Mali ayant proclame son independence
coexistent quatre groups arms : trois islamistes, A savoir
Ansar Dine, AQMI (Al QaTda au Maghreb islamique) et le
MUJAO (Mouvement pour I'unite et le jihad en Afrique de
I'Ouest), et le MNLA (Mouvement national pour la liberation de
I'Azawad). Organisation touareg luttant pour I'independance
de I'Azawad (Nord-Mali), le MNLA a ete marginalise apres la
victoirespar ses allies islamistes, qui ont impose la charia A la
population et procede A la destruction de monuments histo-
riques. Ansar Dine, bien qu'islamiste, est lui aussi une organi-
sation touareg, contrairement A "AQMI et au MUJAO, ou


predominent les strangers. Son recent changement d'attitude
est dO apparemment aux pressions exercees par I'Algerie et A
la menace d'une possible intervention militaire africaine dans
le pays. A ce propos, il convient de signaler la reunion a Abuja,
capital du Nigeria, le dimanche 11novembre, des 15 pays
membres de la Cedeao pour mettre au point un plan A sou-
mettre a I'ONU par le biais de I'Union africaine.

Syrie:
En Syrie oO la guerre ne marque pas de pause, le weekend
dernier les opposants ont une fois de plus recouru aux attentats
A la voiture piegee, tuant un certain nombre de militaires. Mais
le fait marquant est la division au sein du Conseil national sy-
rien qui s'est 6talee au grand jour au Qatar. Des rivalites et des
polemiques opposent en effet les combatants sur le terrain et
les exiles vivant dans les pays voisins. D'autre part, le CNS oO
dominant Jes Freres musulmans, a commence A inquieter ses
protecteurs occidentaux, singulierement les Etats-Unis, a cause
du danger islamiste. Du coup, des voix se sont l6evees lors de
la reunion au Qatar pour reprocher A I'Occident de ne pas livrer
des armes directement A la rebellion, et pour demander aux
pays arabes de se substituer aux pays occidentaux defaillants.
Pour essayer de redorer son blason, le CNS don't la direction
ne compete aucune femme, s'est donned un nouveau chef en la
personnel de Georges Sabra, chretien exile en Turquie.
>
Palestine / Isra verss une nouvelle efcatae
ae La violence?
De temps en temps, les medias occidentaux font etat de la
mort, dans la bande de Gaza, de Palestniens tues par les


'IjV .C05SeS7 ,I'46-Pae 1


PA E I







http://www. ournal-ustice-martinique.com


'forces armies israeliennes, sans leur accorder trop d'impor-
tance. Puis brusquement, la tension est monte d'un cran le
weekend dernier, suite A I'attaque d'un v6hicule militaire isra6-
lien sur la frontiere entire Israel et la bande de Gaza, attaque
ayant donned lieu A une riposte qui a cause 20 blesses chez les
Palestiniens. Le dimanche le 11novembre, N6tanyahu a me-
nace la bande Gaza de represailles sanglantes, en response a
la pluie de roquettes (60) qui, parait-il, est tombee sur le terri-
toire israelien la veille, blessant,quatre civils. Netanyahu, ma-
nifestement m6content de la r66lection de Barak Obama,
entend le faire savoir A sa fagon en menagant de semer la
mort et la destruction dans la bande de'Gaza. Ce meme di-
manche 11, Israel a tire des coups de semonce en direction de
la Syrie, pour protester centre la chute en territoire israelien
d'un obus tire depuis la Syrie. Cela sent la provocation, car n'im-
porte quel islamiste manipule par les services secrets israe-
liens peut avoir tire cet obus. D'autre part, les elections


l6gislatives israeliennes auront lieu en janvier 2013: Netanyahu
se muscle pour que son parti en sorte victorieux.
M.Belrose


Flash-Hebbo par Kris Solaris


Lun1i 5 novembre
CHILI Le Parti communist chilien a pratiquement double son
score aux dernieres elections locales en obtenant 6,5 % des
suffrages, soit 250 000 voix et 102 conseillers don't 7 issues des
Jeunesses communists.


Marbi 6 novembre
EUROPE Le taux de ch6mage official dans la zone euro bat
son pr6c6dent record avec 11,6 % de demandeurs d'emploi
(soit 18,49 millions de personnel) et r6vele une profonde frac-
ture entire le Sud et le Nord de I'Europe.


Mercreai 7 novembre
ALLEMAGNE Selon les services de renseignements alle-
mands (BND), 95 % des "rebelles syriens' seraient des 6tran-
gers probablement affili6s A al-Qa'da.


Jeubi 8 novembre
CHINE Ouverture A Pekin des travaux du XVIIle Congtes du
Parti communist chinois charge de renouveler la sphere diri-
geante chinoise et de d6finir les orientations socio-politique du
pays.


Venoreai 9 novembre
ZONE EURO Cafouillage au sommet, Frangois Hollande af-
firme que I'on est enfin sorti de la crise de I'euro, tandis qu'An-
gela Merkel souligne qu'une sortie de cette crise n'est pas
envisageable avant au moins 5 ans et certainement plus.


Samebi 10 novembre
ETATS-UNIS Le porte-parole du Departement d'Etat recon-
"nait que Washington utilise le Bureau des interets US de la Ha-
vane (qui fait office d'ambassade depuis la rupture diplomatique
avec Cuba) pour former et finance une opposition jusqu'A pre-
sent peu credible, en violation flagrante de la Convention de
Vienne sur les relations diplomatiques.


Dimanche 11 novembre
COLOMBIE L'Armee de Lib6ration Nationale (ELN), second
formation de guerilla, espere pouvoir rejoindre le processus de
n6gociations de paix aupres des FARC tout en soulignant que
le processus de paix ne pourra reussir que si I'on y associe les
secteurs sociaux principalement populaires car le problem de
la paix n'est pas li6 aux gu6rillas mais essentiellement ; I'in-
justice social qui regne en Colombie.


AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte requ par Maitre Genevieve
VILLEMIN-PLUNET, notaire au sein de la
Soci6tc Civile Professionnelle d6nommee
-Serge DUVAL, notaire, associ6 d'une
soci6te civil professionnelle titulaire d'un
office notarial-, don't le siege est A Fort de
France (Martinique), 31 rue Moreau de
Jonnes, le 26 octobre 2012 a ete consti-
tute une soci6t6 ayant les caract6ris-
tiques suivantes :
Denomination : PM Alsace-Caraibes-
Martinique
Forme : soci6t6 par actions simplifi6e
Objet : Achats, importation, ventes et
n6goces de products alimentaires et non
alimentaires. Exploitation de fonds de
commerce de revente et de d6gustation
de toutes marchandises incluant la pre-
paration et la transformation, ainsi que
I'organisation d'6evnements, reunions,
spectacles de toutes natures, culturelles,
dconomiques, ou priv6es. La presenta-
tion et la promotion de regions Caraibes
et M6tropole en particulier L'Alsace et la


Martinique.
Sibge social : SAINT-PIERRE (97250),
75 rue Gabriel Peri Place Reyn.
Dur6e : 99 annees a computer de son im-
matriculation au R.C.S.
Capital social : QUATRE-VINGT-DIX
MILLE EUROS (90.000,00 EUR)
Cessions d'actions en cas de plurality
d'associ6s : les cessions entire associes
seuls sont libres. Les autres sont sou-
mises A I'agr6ment de la majority en nom-
bre des associes representant au moins
les trois quarts des actions.
President: Monsieur Philippe MEHN, ge-
rant de society, demeurant & LE CARBET
(97221) 3 rue de la Croix
La socidet sera immatriculde au registre
du commerce et des soci6t6s de Fort de
France
Pour avis, Le notaire. FB 6386
AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acted sous seing priv6 en
date du 8 novembre 2012 au Lamentin ,
il a 6et constitute une soci6et presentant


les caract6ristiques suivantes :
Denomination: SARL: H&D
Forme : soci6t6 A responsabilite limited
Siege social : Bas-mission, -13 av Man-
dela 97232 LE Lamentin
Objet : construction et renovation de ba-
timents et locaux-Am6nagements intA-
rieurs et exterieurs
Capital social: 1000 uros
Durde : 99 ans
gbrance: Mr Joel HELOISE, Bas Mission
13 avenue Mandela 97232 Le Lamentin
Mme Marie Aline Berthe 74 Jambette
Beaus6jour 97200 Fort de France
Cession de parts : soumise a agr6ment
des associ6s
Immatriculation : RCS de Fort de France
Pour avis FB 6387

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 01.10.2012, ii a 6te consti-
tu6 une : SCI
Pr6sentant les caracteristiques suivantes
Denomination : S.C.I Ryan
Adresse du Si6ge : Fonds BrulBs-


97231 LE ROBERT
Objet: acheter un immeuble
Dur6e : 99 ans
Capital : 3000
Nom du grant : Allayos Bahiij
Adresse : Fond Brul6s -
97231 LE ROBERT
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB 6388
AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 5.11.2012, il a ete constitu6
une: SARL
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : JMP Distribution
Adresse du Siege : 42, rue Gamier
PAGES 97200 FDF
Objet : commerce de gros et de demi-
gros de products agro-alimentaires
Durde : 99 ans
Capital : 15 0006
Nom du grant : Johan JULIEN
Adresse : Res Hautes Rives bAt A
appt 4, 97212 SAINT JOSEPH


IJ h I5 Ae 2072 uIt e n 6age 16


[sw N E J


A NtE/E s ES I







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB 6389

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 06 octobre 2012, il a ete constitute
une society presentant les caracteris-
tiques suivantes
Forme: SARL
Denomination : Agence In Quatro
Siege social : 10, rue du bAtonnier
Hector, residence bleu azur apt 1 croix
de Bellevue
97200 Fort de France
Objet social : toute forme de communica-
tion
Duree : 99 ans
Capital : 8000.00O
Gerance : HUBERT Stephanie
Immatriculation : au registre du com-
merce et des societies de Fort de France
Pour avis le grant FB 6390

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte SSP en date du : 30
octobre 2012, il a ete constitute une so-
ciete
Denomination social :
LES PITCHOUNS
Siege social : 13 lot Gondeau Montrose -
97212 Saint Joseph
Forme : SARL
Capital : 500
Objet social : centre d'accueil a destina-
tion de la petite enfance et de jeunes en-
fants
Gerance : Madame Laurie ADENET -
12 lot Mapou Trois Riviere-
97228 Sainte Luce
Duree : 99 ans a computer de son imma-
triculation au RCS de Fort de France
Pour avis FB 6391

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 19/10/2012, il a etB consti-
tuee une : SCI
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : BORMIN
Adresse du siege social : Centre d'affaire
Dillon Valmeniere Bet A
97200 Fort de France
Objet : location de tous droits et biens im-
mobiliers et acquisition par voie d'achat
Ou d'apport, la proprietA, I'amenagement
I'administration de tous biens et droits im-
mobiliers
Duree : 99 ans
Capital : 1000E
Norn du grant : CHEMIN Cedric
adresse : 29 allee des soupirs la collins -
97233 schoelcher
DESBORDES Karl adresse : quarter
chapelle 97212 St Joseph
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB 6392

AVIS DE CONSTITUTION
SCI FRIGUS
Aux terms d'une acte sous seing prive a
lamentin en date du 5 novembre 2012, a
ete constitute une society civil immobi-
libre regie par les articles 1832 et suivants
du code civil et par les r6glements pris
pour son application, presentant les ca-
racteristiques suivantes :
Denomination social : SCI FRIGUS
Capital : 2 000 000 Euros don't la totality
a ete apportee en numeraire
Siege social : M. Alain HO HIO HEN -
Ravine Touza 97233 SCHOELCHER
Objet : I'acquisition de biens immobiliers
et la propriety, la gestion, I'administration
et la disposition de biens don't elle pourrait
devenir proprietaire par la suite
Duree : 99 ans A computer de son imma-
triculation au RCS
Transmission des parts : la cession des


parts entire associes ou entire ascendants
et descendants, est libre, la cession des
parts a des tiers est soumise a I'agrement
des associes
Gerance: est d6signe grant M. Alain HO
HIO HEN, ravine Touza
97233 SCHOELCHER
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies de Fort de
France
La g6rance FB 6393

AVIS DE CONSTITUTION
aux terms d'un acte sous seing prive en
date du : 06/11/2012, il a ete constitute
sous la denomination social HARRY
STYL > une society A responsabilite li-
mitee ayant pour objet Coiffure mixte et
vente de products capillaires et de beauty
Siege social : 137 rue Victor Hugo -
97200 Fort de France
Capital social : 2 000
Duree : 99 annee
Gerance : Me Harry VILDEUIL Demeu-
rant : Zac etang Abricot CHIBOU, C 11
97200 FdeF
Immatriculee au RCS de Fort de France
Pour avis le grant FB 6394

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du : 16
mai 2012, il a ete constitute une SARL au
capital de 1 000.00uros en numeraire
denommee COMIFIMO "
Siege social: 5 avenue Anse Madame -
97233 SCHOELCHER
Objet : Conseils pour les affaires et au-
tres conseils de gestion
Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes de Fort de France
Gerant: M. DUBE Emmanuel demeurant
30 rue des cocotiers a Schoelcher ,
nomme pour une duree indeterminee.
Pour avis FB 6395

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donne de la constitution de la
SCI LAYTON ,, au capital de 1
000uros siege social : rue de la Res-
source impasse citronnelle no 23, lot Hi-
bicus place d'Armes
97232 LE LAMENTIN, objet : I'acquisi-
tion, I'administration et la gestion par lo-
cation ou tout autre moyen de tous
immeubles bien immobiliers, parts de so-
cietes civiles immobilieres
Ouree : 99 annees a computer de son im-
matriculation au registre du commerce et
des societes
De fort de France saufcas dissolution an-
ticipee ou de prorogation, grant : Alex
ARNAUD
Domicilie quarter la Renee 97211 Ri-
viere Pilote
Pour avis FB 6396

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du : 11/10/2012, etabli A fort de
France, il a ete
Constitute une society presentant les ca-
racteristiques suivantes:
Denomination : GH ENERGIE
Forme : society A responsabilite limited
Siege social : quarter Cap Marin 97290
LE MARIN
Objet : tous travaux d'dlectricite domes-
tiques, depannage, installation, mise en
conformity
Capital social : 20 000
Duree : 99 ans
Gerance : Mr Hugues GUITTEAUS
Quarter Cap Marin 97290 LE MARIN
Immatriculation : RCS de Fort de France
Pour avis le grant FB 6397

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 6


novembre 2012, il a ete constitute une
Societe A responsabilit6 limited avec les
caracteristiques suivantes :
Denomination: A.G.E
Siege social : BP 33 Les Aloes O'mul-
lane bas 97223 LE DIAMANT
Objet : bAtiment, Gros oeuvre, Second
CEuvre et location de materiel
Duree : 99 ans
Capital social Variable : 1 000uros
Gerance: Mr CHABASSE Franck
Inscription en course au greffe du tribunal
de Fort de France
Mention sera faite au RCS de FDF
Pour avis, le grant FB 6398

AVIS DE CONSTITUTION
En date du SEPT mai 2012, a ete consti-
tue une soci6te presentant les caracteris-
tiques suivantes :
Former : society A responsabilite limited
Denomination : RAINHA PISCINE
Siege social : 5 anse Gouraud
97233 SCHOELCHER
Objet : pose de revetements pour pis-
cines pose de decor Moza'que
Fournitures et accessoires
Duree : trente annees
Capital : 1 000a en numeraire
Gerance: BOUCHER Jean-Pierre
Pour avis le representant legal
FB 6399

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
L2 M PARTNERS
45, RUE SCHOELCHER
97215 RIVIERE SALEE
SIRET: 504 176 116 00011
APE : 4312
Suivant deliberation de I'assemblee ge-
nerale extraordinaire du 24 octobre 2012,
il a ete decide ce qui suit : changement
de gerance de la SARL L2 M PARTNERS
a computer de cette
Date
En consequence, les status ont ete mo-
difies come suit :
Ancienne mention : la gerance de la so-
cidte est assure par: Monsieur LINDOR
Lucien
Nouvelle mention : la gerance de la so-
ciete est assuree par: Monsieur Philippe
LINDOR
Demeurant Grane Savane 97224
DUCOS
Le dep6t legal sera effectue au greffe du
tribunal de commerce de Fort de france
Pour avis le representant legal
FB 6400

SAVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
Par assemble general du 31 aoit 2012
La society LH Sari A modified sont statut
avec une cession de part de Madame
HILDERAL
VERONIQUE & Monsieur LEHOUX JE-
ROME qui devient associe et grant
unique.
Un transfer de siege a WtA valid6e
I'adresse du point de vente
TAYGRA STORE
Pointe du Bout bAt VIVANO lot 9 MRN
Marina pointe du Bout
97229 Les TROIS ILETS FB 6401

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
Suivant AG extraordinaire du 29/10/2012
de la society LVAS sari plage de la dizac
97223 le Diamant, au capital de 5000E, il
a 6te proced6 A la modification de Pobjet
social par: La creation, fabrication, diffu-
sion d'objets d'art, d'articles de souvenir,
organisation de manifestations et plus ge-
neralement, toutes operations de quelque
nature que ce soit, se rapportant directe-
ment ou indirectement A I'objet ci-dessus
ou susceptible d'en faciliter I'extension ou


le d6veloppement.
En consequence 'article 2 des status
sera modified. Pour avis le grant.
FB 6402

VINCENT HELLEBOID, PATRICE
MEULEMAN, ROBERT BEKAERT
21 RUE CLAUDE CHAPPE
BP 15254
14052 CAEN CEDEX 4
AVIS DE REPLACEMENT
DU PRESIDENT
TORPILLE HOLDING SOCIETY PAR
ACTIONS SIMPLIFIEE CAPITAL: 40
000 SIEGE: FORT DE FRANCE (
97200) RUE PIETONNE, VILLAGE DE
RIVIERE ROCHE SIRENE : 444 312
730 RCS FORT DE FRANCE
Suivant acte requ aux minutes de I'office
notarial sus nomme, en date du 22 octo-
bre 2012, les associes ont decide de
nommer Melle ELISABETH Alexandra
demeurant A SHOELCHER (97233),
17 rue E. Sicot, residence Terrasses
d'Azur appt 8 TERREVILLE
en quality de president en remplace-
ment de M. TORPILLE Rene dimission-
naire, A computer du 22 octobre 2012, En
consequence, les status ont ete modifies
comme suit:
Ancienne mention : President:
M. TORPILLE Rene demeurant A Schoel-
cher (97233), 88 chemin petit bois TER-
REVILLE
Nouvelle mention : Pr6sidente : Melle
ELISABETH Alexandra demeurant a
SHOELCHER (97233), 17 rue E. Sicot,
residence Terrasses d'Azur appt 8
TERREVILLE.
Le dep6t legal sera effectue au greffe du
tribunal de commerce de Fort de France
Pour avis P. MEULEMAN FB 6403

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
ASSURANCE INTERCONTINENTAL
R. TORPILLE ASSUREUR CONSEIL
DES RISQUES TECHNIQUES SO-
CIETE A RESPONSABILITE LIMITEE,
CAPITAL: 30 489.80C SIEGE SOCIAL
: FORT DE FRANCE (97200), RUE
PIETONNE, VILLAGE DE RIVIERE
ROCHE SIRENE 324 106 962 FORT
DE FRANCE
suivant acte requ aux minutes de I'office
notarial sus nomme, en date du 22 octo-
bre 2012, I'associe unique a decide de
nommer Melle ELISABETH Alexandra
demeurant A SCHOELCHER (97233),
17, rue E. Sicot, residence Terrasses
d'Azur appt 8 TERVILLE. En quality de
gerante en replacement de M. TOR-
PILLE Rene demissionnaire, a computer
du 22 octobre 2012. En consequence, les
status ont ete modifies comme suit:
Ancienne mention :
gerance : M. TORPILLE Ren6 demeurant
A Schoelcher (97233), 88 chemin petit
bois TERREVILLE
Nouvelle mention :
gerance: Melle ELISABETH Alexandra
demeurant A SCHOELCHER (97233),
17, rue E Sicot, residence Terrasses
d'Azur appt 8 TERREVILLE
Le dep6t legal sera effectue au greffe du
Tribunal de commerce de Fort de France
Pour avis P. MEULEMAN FB 6404

AVIS DE CESSION
Suivant acte sous seing prive en date du
ler novembre 2011 & Fort de France a la
recette des imp6ts de fort de France le 30
octobre 2012, bordereau n 2012/1287
case no 8
Madame MELINA Odile Laurence de-
meurant : n" 3 rue Maracana, Ravine
Touza 97233 Schoelcher
immatriculee sous le
n RCS 440 285 997 00027
A cedA : A la society A responsabilitA li-


j h7II Noee212Rmni 6 Page 17


L


r' IAfNJ^5f'fALES







http://www.ioumal-iustice-martiniaue.com


mitee ASIAN STYLE, au capital de : 1
500.00, don't le siege social est : 97200
Fort de France immatriculd au registry
du commerce et des societies de fort de
France, moyennant le prix de (33
000.00euros)
La prise de possession et I'exploitation ef-
fective par I'acquereur ont ete fixees au :
2 ao0t 2011. Les opposition seront re-
ques dans les dix jours de la derniere en
date des publicites legales, au siege du
fonds cede pour la validity
Pour avis FB 6405

AVIS DE TRANSFER
DU SIEGE SOCIAL
Je soussign6 M. ALLAYOS BAHIIJ ge-
rant de la societe : EURL LUIS vouloir
changer I'adresse du siege de la dite so-
ciete au 39 rue Antoine Siger 97200 Fort
de France
Ancienne adresse etant le : 37 rue An-
toine Siger -97200 Fort de France
Pour avis le grant FB 6406

AVIS DE MODIFICATION
AMANDINE
SARL AU CAPITAL
DE 7 622,45 EUROS
SIEGE SOCIAL:
FORT DE FRANCE (97200)
5, IMPASSE DU BASILIC VOIE N-7
REDOUTE
RCS FORT DE FRANCE 338 782 311
Aux terms du PV en date du 26 octobre
2012, I'associe unique a :
pris acte de la survenance de la cession
de la totality des parts sociales de la So-
ciete et a modifi6 les status comme suit:
ARTICLE 8 PARTS SOCIALES
La totality des parts sociales de la so-
ciete, soit CINQ CENTS (500) parts so-
ciales, sont attributes & la society
SOFRADOM et sont totalement sous-
crites et integralement liber6es. ",
pris acte de la demission de ses fonc-
tions de grant de Madame Sylvie Cha-
pal le 26 octobre 2012 et a nomme
Monsieur Didier ROSE-ROSETTE de-
meurant A FORT DE FRANCE (97234) -
98, route de Balata
Etendu I'objet social de la Societe en
precisant que I'activite de la Societe por-
tait sur des products de boulangerie et de
patisserie industrielles (article 2).
Mention en sera faite au RCS de FORT
DE FRANCE FB 6407
A
VIS DE CHANGEMENT DE
GERANT
ANNOUNCE LEGAL
GESTAMAT
SARL AU CAPITAL DE 40.000 EUROS
217 ROUTE DE REDOUTE 97200
FORT DE FRANCE
SIRET : 528 954 803 00011 -
CODE APE: 1071C
Les associes de la Societe Gestamat se
sont reunis en assemblee general ex-
traordinaire le 2 juillet 2012 aux fins de
nommer Jean-Claude COURSY, nou-
veau grant en replacement de Fairouz
HAIRECHE, d6missionnaire.
Pour avis, la gerance FB 6408

AVIS DE DISSOLUTION
MARILYN COIFFURE
SARL : AU CAPITAL DE 7 500.00C
SIEGE SOCIAL : 13 LOT SIMON
97240 LE FRANCOIS
SIRET: 514 791 276 00017
RCS FDF 514 791.276 -
N GESTION 2009 B 1682
La society MARILYN COIFFURE sus de-
signee a ete dissoute par decision des
associes A I'issue de I'assemblee gene-
rale extraordinaire du ler octobre 2012,
Cette declaration de dispositions de I'arti-
cle 1844-5 alinea 3 du code civil et de I'ar-


ticle 8, alinea 2 du decret n* 78-704 du 3
juillet 1978, les creanciers de la society
MARILYN COIFFURE peuvent former
opposition A la dissolution dans un delai
de trente jours & computer de I'a publica-
tion du present avis
Les opposition doivent etre presentees
devant le Tribunal de commerce Fort de
France
Pour avis le representant legal
FB 6409

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
NOM: SARL CBL ELECTRONIC
ADRESSE : 32 RUE DU MORNE
ROUGE
97270 ST ESPRIT
CAPITAL: 7622.45C
RCS FDEF -TMC: 412854457
N GESTION 97B519
La dissolution anticipee a 6te prononcee
et la society a cesse toutes activities a
computer du 14/09/2012
Monsieur LUTBERG LUBIN est d6sign6
statutairement en quality de liquidateur
avec les pouvoirs les plus etendus pour
realiser les operations de liquidation
Le siege de la liquidation est fix6 &
I'adresse ci-dessus
Pour avis et mention le liquidateur
FB 6410

AVIS DE LIQUIDATION
LA S.A.R.L CARAIBES ENTRETIEN
SOCIETY EN LIQUIDATION AMIABLE
AU CAPITAL DE 1 524.49C
QUARTER ANSE MITAN
97229 LES TROIS ILETS
(MARTINIQUE)
R.C.S. FORT DE FRANCE 393 951 512
Suivant deliberation de I'assemblee ge-
nerale extraordinaire du 3 octobre 2012, iI
a et6 decide la liquidation, I'adoption des
comptes de liquidation ainsi que la cloture
des operations de. liquidation de la
S.A.R.L. CARAIBES ENTRETIEN so-
ciete an liquidation amiable au capital de
1 524.49E, don't le siege social est quar-
tier Anse Mitan 97229 Les trois Ilets
Residence (Martinique) Le d6p6t legal
sera effectue au greffe du Tribunal Mixte
de commerce de fort de France
Pour avis le liquidateur FB 6411

AVIS DE LIQUIDATION
Le cinq juillet deux mille douze, I'assem-
blee g6nerale des associes regulierement
convoques
De la SARL 0 Le Don de la Mer 0, a de-
cide de la liquidation de la S.A.R.L
Pour avis le liquidateur FB 6412

AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
SARL MAD'O BRASIL
Residence Surcouf rue de I'Abbe Pecoul
97250 ST PIERRE
L'AGE de : 10/12/2008, A approuv6 le
compete definitif de liquidation, decharge
M. CANGAN, de son mandate de liquida-
teur, donne A ce dernier quitus de sa ges-
tion et constate la cloture de la liquidation
A computer de ce jour de la dite assemble

Les comptes de liquidation seront d6po-
ses au greffe du tribunal de commerce de
FDF en annexe au registre du com-
merce et des societies
Pour avis le liquidateur FB 6413

AVIS DE DISSOLUTION ET
DE RADIATION
EARL: LA FERME DES MORNES
SIEGE: QUARTER LESTRADE -
97231 LE ROBERT
SIRET: 500 594 296 00013
Aux termed d'une assemblee general en
date du : 30 octobre 2012, I'associe
unique, Decide de disso6dre et de radier
I'EARL La ferme des Mornes pour ab-


sence d'activite
Pour avis


ConeMll AligIonol
de la Matlinlqiu
RESULTAT DE MARC
Department de publication : 9
Annonce No 12-207051
Section I : Pouvoir adjudicateur
1.1) NOM, ADDRESSES ET POI
CONTACT:
Conseil Regional de Martinique
Region Rue Gaston Defferre-
Contact : service de la Comm
blique, MQ-97261 Fort-de-Frani
Tel. (+33) 5 9 6 5 9 6 3 00. Fax
6726810.
Adresse(s) internet:
Adresse g6nerale du pouvoir ad
:http://www.cr-martinique.fr.
1.2) TYPE DE POUVOIR AD
TEUR:
Autorite regionale ou locale.
1.3) ACTIVITY PRINCIPAL :
Services g6neraux des admin
publiques.
1.4) ATTRIBUTION DE MARCH
LE COMPETE D'AUTRES PC
ADJUDICATEURS :
Le pouvoir adjudicateur agit
compete d'autres pouvoirs adjud
non.
Section II : Objet du march
II.1) DESCRIPTION
11.1.1) Intitule attribute au march
realisation chaque annee d'ui
justifiant I'impact economique et
la politique d'octroi de mer et d
gional mise en place par la Reg
nique.
11.1.2) Type de march et lieu d'
de livraison ou de prestation :
Services.
Categorie de services : no10
d'etudes de march et de sond.
Lieu principal d'execution des tr
livraison des fournitures ou de
des services : territoire de la Ma
Code NUTS FR920.
11.1.3) Information sur I'accord-c.
system d'acquisition dynamiqu
11.1.4) Description succinct di
ou de I'acquisition/des acquisiti
I 'Objet de la present consultati
confier A un prestataire la r6alis
rapport justifiant de I'impact ec
et social de la politique d'octroi
d'octroi de mer regional misee
par la Region Martinique) A un
exterieur.
11.1.5) Classification CPV (vo
commun pour les marches publ
79311400,79311410.
11.1.6) Information concernant I'a
les marches publics (AMP) :
March couvert par I'accord sui
ches publics (AMP) : Oui
11.2) VALEUR TOTAL FINAL
DES MARCHR(S)
11.2.1) Valeur total finale du ou
che(s) :
Valeur : 51 635,15 euros.
TVA comprise. Taux de TVA (%
Section IV: Procedure
IV.1) TYPE DE PROCEDURE
IV.1.1) Type de procedure :
Ouverte.
IV.2) CRITERES D'ATTRIBUTI(
IV.2.1) Critbres d'attribution :
IV.2.2) Enchere electronique :
Une enchere leectronique sera


: non.
FB 6414 IV.3) RENSEIGNEMENTS D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.3.1) Numero de reference attribute au
dossier par le pouvoir adjudicateur:
DIS-EOM-12-017.
IV.3.2) Publication(s) anterieure(s)
concernant le meme march :
Publication(s) anterieure(s) concernant le
mmem march : Oui.
Avis de march
Numero de I'avis au JO : 2012/S 501-
501773 du 13/03/2012.
HE Section V : Attribution du march
72 MARCHE no : 12015
INTITULE : Realisation chaque annee
d'un rapport justifiant I'impact Bcono-
NT(S) DE mique et social de la politique d'octroi de
mer et d'octroi regional mise en place par
, h6tel de la Region Martinique.
cS 50601, V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
ande Pu- CHE : 7juin 2012
ce Cedex. V.2) INFORMATIONS SUR LES OF-
(+33)5 9 FRES :
Nombre d'offres reques : 02
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
judicateur TEUR tCONOMIQUE AUQUEL LE
MARCH A ITE ATTRIBU :
)JUDICA- sari act consultants et associes, 30 rue
de Charonne, F-75011 Paris. Tel. (+33) 1
4024 20 10.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
istrations TANT DU MARCH :
Valeur total finale du march :
HE POUR Valeur : 51 635,15 euros. Hors TVA.
)UVOIRS En cas de montant annual ou mensuel :
le nombre d'annees : 03.
pour le V.5) INFORMATION SUR LA SOUS-
licateurs : TRAITANCE :
Le march est susceptible d'etre sous-
traite : Oui.
Inconnue.
e: Section VI : Renseignements comple-
n rapport mentaires
Social de VI.1) INFORMATION SUR LES FONDS
octroii re- DE L'UNION EUROPENNE:
ion Marti- Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par des fonds de I'Union
execution, europdenne : non.
VI.2) INFORMATIONS COMPLEMEN-
TAIRES:
Services II s'agit d'une consultation sous forme
ages. d'appel d'offre soumise aux dispositions
avaux, de de I'article 33, 57 A 59 du code des mar-
prestation ches publics.
artinique. Duree du march et delai de realisation
des phases:
adre ou le Le present march est conclu pour une
ue: period de quatre (4) ans allant de sa
u march date de notification au 31 decembre
ons: 2015.
ion est de Pour la premiere annee :
ation d'un L' tude realisee porter sur le traitement
onomique des donnees des annees 2010 et 2011.
de mer et Elle se decompose en deux (2) phases
en place comme suit:
operateur Phase 1 : 5 semaines
Phase 2 : 8 sernaines
cabulaire Pour les autres annees :
ics): Le present march se decompose en
deux (2) phases comme suit:
accord sur Phase 1 : 3 semaines
Phase 2: 6 semaines
r.les mar- Pour les autres annees :
Le present march se decompose en
E DU OU deux (2) phases comme suit:
Phase 1 : 3 semaines
des mar- Phase 2 : 6 semaines
Pour les autres annees :
Le present march se decompose en
) : 8,50. deux (2) phases comme suit:
Phase 1 : 3 semaines
Phase 2 : 6 semaines.
Date d'envoi du present avis au JOUE et
au BOAMP : 5 novembre 2012.
ON References de I'avis initial paru au
BOAMP
Parution no: 51 B, announce no 236 du 13
effectuee mars 2012.


*1wSeu' AtoveR207 I c n' 6-age1


- trsVAumaS UJA








http://www. iournal-ustice-martinique.com


References de publication rectificative
Parution no : 82 B, announce no 336 du 26
avril 2012.
VI.3) PROCEDURES DE RECOURSE
VI.3.1) Instance charge des procedures
de recours :
Tribunal Administratif de Fort-de-France,
immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
B.P. 683, MQ-97262 Fort-de-France. Tel.
(+33) 05 96 71 66 67. Fax (+33) 05 96 63
1008.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de Paris (C.C.I.R.A de
Paris), 29 rue Barbet-De-Jouy, F-75700
Paris Cedex 7. Tel. (+33) 01 44 42 63 43.
Fax (+33) 1 44 42 63 37.
VI.3.2) Introduction des recours :
VI.3.3) Service aupres duquel des ren-
seignements peuvent etre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif, im-
meuble Roy-Camille Croix de Bellevue
B.P. 683, MQ-97262 Fort-de-France. Tel.
(+33) 1 44 42 63 43. Fax (+33) 1 44 42
6337.
VI.4) DATE D'ENVOI DU PRESENT
AVIS:
5 novembre 2012. FB 6415


Conrell Igllonol
do Ia Martlnique
RESULTAT DE MARCHED
Department de publication : 972
Annonce No 12-199798
Section I : Pouvoir adjudicateur
1.1) NOM, ADDRESSES ET POINTS) DE
CONTACT:
Conseil Regional de Martinique, h6tel de
Region Rue Gaston Defferre CS 50601, a
I'attention de service de la Commande
Publique, MQ-97261 Fort-de-France. Tel.
(+33) 05 96 59 63 00. Fax (+33) 05 96 72
68 10.
Adresse(s) internet:
Adresse general du pouvoir adjudicateur
: http://wwwcr-martinique.fr.
1.2) TYPE DE POUVOIR ADJUDICA-
TEUR:
Autorite regional ou locale.
1.3) ACTIVITY PRINCIPAL :
1.4) ATTRIBUTION DE MARCH POUR
LE COMPETE D'AUTRES POUVOIRS
ADJUDICATEURS:
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
Section II : Objet du march
11.1) DESCRIPTION
11.1.1) Intitule attribute au march :
mission d'assistance a I'elaboration et la
redaction de la revision du Schema
d'amenagement de Martinique. 36me
consultation.
11.1.2) Type de march et lieu d'execution,
de livraison ou de prestation :
Services.
Categorie de services : no12 Services
d'architecture ; services d'ing6nierie et
services integres d'ingenierie ; services
d'amenagement urbain et d'architecture
paysagere ; services connexes de
consultations scientifiques et techniques ;
services d'essais et d'analyses tech-
niques.
Lieu principal d'execution des travaux, de
livraison des fournitures ou de prestation
des services : conseil regional de la Mar-


tinique, 97200 Fort-de-France.
Code NUTS FR920.
11.1.3) Information sur I'accord-cadre ou le
syst6me d'acquisition dynamique :
11.1.4) Description succincte du march
ou de I'acquisition/des acquisitions :
I'objet de la present consultation est de
confier A un prestataire une mission d'as-
sistance a la Region Martinique dans
I'elaboration et la redaction du Schema
d'amenagement de Martinique. Ces tra-
vaux seront menes dans le cadre de la
procedure de revision du document ap-
prouve par decret en Conseil d'etat le 23
decembre 1998.
11.1.5) Classification CPV (vocabulaire
commun pour les marches publics):
73000000,71222200,71313440.
11.1.6) Information concernant I'accord sur
les marches publics (AMP) :
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics (AMP) : Oui
11.2) VALEUR TOTAL FINALE DU OU
DES MARCHE(S)
11.2.1) Valeur total finale du ou des mar-
che(s) :
Section IV : Procedure
IV.1) TYPE DE PROCEDURE
IV.1.1) Type de procedure :
Ouverte.
IV.2) CRITERES D'ATTRIBUTION
IV.2.1) Criteres d'attribution :
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function 1. I'offre 6co-
nomiquement la plus avantageuse
appreciee en function des criteres 6non-
ces dans le cashier des charges, dans I'in-
vitation soumissionner ou a negocier ou
encore dans le document descriptif.
IV.2.2) Enchere electronique :
Une enchere electronique sera effectuee
:non.
IV.3) RENSEIGNEMENTS D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.3.1) Numero de reference attribute au
dossier par le pouvoir adjudicateur:
MSP-SAR-12-041.
IV.3.2) Publication(s) anterieure(s)
concernant le meme march :
Publications) antdrieure(s) concernant le
mame march : Oui.
Avis de pre-information
Numero de I'avis au JO : 2012/S 143-
143253 du 05/05/2012.
Avis de march
Numero de I'avis au JO : 2012/S 143-
143253 du 05/05/2012.
Section V : Attribution du march
MARCHE no: 12018
INTITULE : Mission d'assistance A I'ela-
boration et la redaction de la revision du
Schema d'amenagement de Martinique.
3eme consultation.
V.1) DATE D'ATTRIBUTION DU MAR-
CHE : 4 juillet 2012
V.2) INFORMATIONS SUR LES OF-
FRES
Nombre d'offres revues : 05
V.3) NOM ET ADRESSE DE L'OPERA-
TEUR ECONOMIQUE AUQUEL LE
MARCH A ETE ATTRIBUTE :
ced martinique/vev consulting/dcod et as-
socies, 16tage Immeuble Synergie zone
de californie, MQ-97232 Lamentin. Tel.
(+33) 0 59 6 61 7 0 17. Fax (+33) 0 59 6
61 7018.
V.4) INFORMATIONS SUR LE MON-
TANT DU MARCH :
V.5) INFORMATION SUR LA SOUS-
TRAITANCE :
Le march est susceptible d'etre sous-
traite : Oui.
Inconnue.
Section VI : Renseignements comple-
mentaires
VI.) INFORMATION SUR LES FONDS
DE L'UNION EUROPENNE :
Le marched s'inscrit dans un projet/pro-


gramme finance par des fonds de I'Union
europeenne : non.
VI.2) INFORMATIONS COMPLEMEN-
TAIRES: II s'agit d'une consultation sous
forme d'appel d'offres soumise aux dis-
positions des articles 33, 57 a 59 du code
des marches publics.
Le delai de realisation de la prestation
devra 6tre propose par le candidate. II rem-
plira a cet effet les cases figurant au 3 de
I'acte d'engagement. Ce delai est I'un des
criteres arrete au 3-2-2 du reglement de
consultation pour le jugement des offres.
Criteres de selection des candidatures
Les criteres de selection des candida-
tures qui seront utilises par le represen-
tant du pouvoir adjudicateur, (Rpa) au
titre de I'article 52 du code des marches
publics sont
Capacites professionnelles, techniques et
financieres
Critere de jugement des offres
L'Offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1. La valeur technique de I'offre (appre-
ciee sur la base de la note technique exi-
gee 2-8-2-d du reglement de
consultation) affected d'un coefficient 6 se
declinant selon les sous criteres suivants
- comprehension du besoin et pertinence
de la methodologie proposee 50% (du
coefficient 6)
Expertise des intervenants proposes pour
la mission 30% (du coefficient 6)
-Mode d'organisation de l'equipe 20% (du
coefficient 6)
Le prix affected d'un coefficient 4.
Delais d'execution du march affected d'un
coefficient 2
Delai laisse au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires.
Capacites professionnelles:
Renseignements et formalities neces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectuees au course de la der-
niere annee, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive.
- indication des titres d'etudes et profes-
sionnels de I'operateur economique et/ou
des cadres de I'entreprise et notamment
des responsables de prestations de ser-
vices
- certificates de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee : autorisee.
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement & la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
:http://www.cr-martinique.fr rubrique "
marches publics "
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public & la concurrence) :
-La recherche des consultations passes
par la Region Martinique
-Le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
-La transmission par voie 6lectronique
des dossiers d'offre.
Date d'envoi du present avis au JOUE et
au BOAMP : 5 novembre 2012.
References de I'avis initial paru au
BOAMP
Parution no : 89 B, announce no 293 du 8
mai 2012.
VI.3) PROCEDURES DE RECOURSE
VI.3.1) Instance charge des procedures
de recours:
Tribunal administratif de fort-de-france,


immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
-B.P 683, MQ-97200 Fort-de-France. TeI.
(+33) 05 9 6 71 6 6 67. Fax (+33) 05 9 6
63 1 0 08.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris), 29 rue Barbet-De-Jouy, F-75700
Paris Cedex 7. TIe. (+33) 01 4 4 42 6 3
43. Fax (+33) 01 4 4 42 6 3 37.
VI.3.2) Introduction des recours :
VI.3.3) Service aupres duquel des ren-
seignements peuvent etre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif, croix
de Bellevue, MQ-97200 Fort-de-France.
Tel. (+33) 05 9 6 71 6 6 67. Fax (+33) 05
96 63 1 0 08.
VI.4) DATE D'ENVOI DU PRESENT
AVIS : 5 novembre 2012. FB 6416


DEPARTMENT DE LA MARTINIQUE
VILLE DE SCHOELCHER
AVIS D'OUVERTURE D'UNE
ENQUETE PUBLIQUE
SUR LE PROJECT DE LA PREMIERE
REVISION GENERAL
DU PLAN LOCAL D'URBANISME
(P.L.U.)
DE SCHOELCHER
EN VUE DE SON APPROBATION
- Objet de I'enquete publique : 1 ere RBvi-
sion Generale du Plan Local d'Urbanisme
de la Ville de Schoelcher.
- Arret6 d'ouverture de I'enqu6te n 226
du 13 Novembre 2012 de Monsieur le
Maire de la Ville de Schoelcher.
- Commissaire Enqueteur : Monsieur Jo-
seph URSULET, Cadre Territorial re-
traite ; supple par Monsieur Gerard
BONHEUR, Cadre de la DEAL retraite.
- Duree de I'enqubte : 1 mois du 04 De-
cembre 2012 au 04 Janvier 2013 com-
pris.
- Siege de I'enquete : Hotel de Ville de
Schoelcher
- Composition du dossier et mise a dis-
position du public : les pieces du dossier
relatives a la 1 re Revision Generale du
Plan Local d'Urbanisme (P.L.U) ainsi
qu'un registre d'enquete destined rece-
voir les observations du public seront
mises a la disposition du public pendant
toute la duree de I'enqu&te aux jours et
heures habituels d'ouverture des bu-
reaux.
- Reception du public par le Commissaire
Enqubteur : les mardis 4, 11 et 18 de-
cembre 2012 de 9h00 a 12h00, les ven-
dredis 7, 14, 21, 28 d6cembre 2012 de
9h00 A 12h00 et le vendredi 04 janvier
2013 de 9h00 a 12h00.
- Le rapport et les conclusions du Com-
missaire Enqueteur seront tenus a la dis-
position du public des leur reception la
mairie de Schoelcher aux heures et jours
habituels d'ouverture des bureaux.
FB 6417

_Magfan h;eMdomdalm d'informatton Enmmunlitt




TlI.: 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr


I S i 15 m rS202-,ustic n ,f 6 ,-II


A Nwmas LE' ILES 7






http://www.jiournal-iustice-martinique. com


"Les petites choses be la vie": Une 64marche artistique originate


Le spectacle,
"Les petites
choses de la
vie", est ne
suite au pro-
jet d'Im-
promptus
que la Com-
pagnie Chris-
t i a n e
Emmanuel a
mis en place
pour revalori-
ser le patri-
m oi n e
martiniquais.
Ce project,
bas6 essen-
tiellement sur
un travail
d'improvisa-
tion des dan-
seurs, se
deroulera en
plein air
travers difft-
rentes communes de la Martinique. Influences, par les regards
croises, les rencontres, les moments 6mouvants et gais tra-
verses tout au long d'une journ6e. Etroitement lies, "Les pe-
tites choses de Ca vie" est la continuation sur scene voire
I'aboutissement de ce project artistique d6but6 dans la rue.


Riche de ses diverse rencontres sceniques avec le public hourss
les murs", la Compagnie ne se content plus d'apporter la scene
et ses spectacles dans la rue, mais innove en proposant cate-
goriquement, d'exposer sur scene le travail de la rue. La rue,
n'est plus uniquement une source d'inspiration pour les chore-
graphes et les danseurs, mais la matrice meme qui fait la base
de leur art.
Connue pour son avant-gardisme, la Compagnie Christiane
Emmanuel inscrit sa ligne artistique dans un language chore-
graphique resolument contemporain et caribeen, qui puise sa
source dans I'idiosyncrasie martiniquaise et caribeenne.
Desireuse de toujours repousser les limits de I'expression ar-
tistique contemporaine, la Compagnie apporte un soin tout par-
ticulier a chacune de ses creations. Au fil des annees, son
repertoire s'est enrichi par la production :
Christiane Emmanuel aura parcouru un long chemin, depuis sa
decouverte en 1973 de la danse contemporaine aupres de
Ronne Aull au Centre Martiniquais de la Danse et de Jean-
Claude Zadith au SERMAC de Fort-de-France.
Dipl6mee d'Etat a la fois par les Ministeres de la Culture de
France et les Ministeres de I'Education et de la Culture de
Cuba, Christiane Emmanuel cree en 1989, le Groupe Experi-
mental de Danse Contemporaine. Association a I'origine de la
Compagnie Christiane Emmanuel, une compagnie de danseurs
professionnels martiniquais qui ont ete forms en Martinique.
La compagnie C. Emmanuel pr6sente : "Les petites chose de
/a vie les 15, 16, 17, 22, et 24 novembre a 19h30 au Th6e-
tre Aim6 C6saire et les 22 et 23 novembre b 9' h pour les
scolaires.


Semi-Marathon be Fort-De-France Spectacle be banse bharatanatyam


La 28e edition du semi-marathon de Fort-de-France aura lieu le
dimanche 25 novembre 2012. L'evenement sportif en cette fin
d'annee, il se veut 6tre le signe de la solidarity, de I'endurance
et de la cohesion oO vont se meler toutes les generations de
la Course intergenerationnelle des le 17 novembre, au Mini-Ma-
rathon des jeunes le 21 novembre, pour aboutir a la competition
majeure du 25 novembre et connaTtre le successeur du vain-
queur de I'an dernier, Jean Domascene Habarurema.


L'Association APSARA
present un spectacle de
danse bharatanatyam,
avec presentation de mu-
sique carnatique (musique
du sud de 'lnde) et de ka-
thak (danse traditionnelle
du nord de I'lnde) Cette
representation a pour but
de r6unir des fonds pour
partir en Inde en fin d'an-
nee, il s'agit 6galement de
presenter ce qui a 6t6 ap-
pris par certain 6elves de
I'Ecole lors du stage d'ete
organism en 2011 & I'Ecole
Bhavan, A Londres.
Lors de cette soiree, il y
aura vente de products in-
diens avec la presence du stand "Roshni oflndia" et une ex-
position de photos du s6jour.
Le spectacle a lieu & I'Atrium, salle Frantz Fanon, le vendredi
16 novembre A 19h30 pour un prix unique de 18 E. Les tickets
a I'association Apsara.
Contacts : 0596718901 0696343998 0696068041 -
0696707578


aAI I *,,. D;f^S 'l


CULTUR