<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00257
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: February 2, 2012
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00257

Full Text
ne hebdomadaire d'information communist


Jeudi 27 SePtembre 2012 92w Annte N 39 Martiniaue: 2,00 France: 2,40 DOM: 2,20 E


Memoire bu Peuple:
Un mois de septembre
riche de faits marquants
de notre Histoire
Monbe arabe:
Ce que cache la vio-
lence islamiste
^'^ ^*MnqMWMI^MIM-- W -Mqm -- ITM-MM ^^MW^ ^ M ^ ^H H ^





[ $AKA 1A~t


Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire nO 0116 87526
12 Janvier 2012
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquete : Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54
-- ,


U~IVG I


Venez nombreux !

La Martinique n'oublie pas Thierry Dol

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au Niger
dans la nuit du 15 au 16 septembre 2010, avec qua-
tre Francais, un Togolais el un Malgache. employes
des societes franqaises Areva el Salom. par la
branche d'AI-Qaida au Magreb Islamique (AQMI),
est soutenu moralement par toule la Martinique y
, compris les militants communisles et leur journal
Justice


http://www.iournal-iustice-martinique. com


SConsei gneral : Aies au transport maritime
Les elus du Conseil General ont decide d'octroyer une aide exceptionnelle a la so-
5a ka Pae ............... .. 2 ciet6 Vedettes Madinina de 73 125,96 E permettant de rester au niveau du montant
verse pour I'annee 2010/2011. Dans un communique date du 18 septembre, le
Edito ........................f. Conseil general souligne qu' "une large majority d'ifus s'est prononcee enfaveur dune
- Un trait centre les peuples
measure de soutien exceptionnefle pour fannie scofaire 2012/2013 d fa seule society assu-
Lutte socialef ..............f. 4/5 rant fe transport des &ves du sud-caraibe entire Fort-de-France et fes Trois- Ifets. "La col-
- Transport: un surcis bien leger lectivit6 explique que cette subvention est justifi6e par le fait "qu'en dipit dfune
- BrEves friquentation en baisse passe de 389 d 222 soit une chute de 167 abonnis mais ifn'est

Memoies su Feuple .......... 5/6 pas possi6bi, dune annie sur fautre, a fexploitant maritime de changer [a tailfe des ba-
- September dans notre histoire teauw". Cette some permet A la soci6t6 en convention avec la collectivite depuis
2004 de poursuivreson activity qui est en fait un service public. Le conseiller general
Vie du Parti .................. 5 Lucien Adenet denonce ce "'cadeau' financier pour service non fait."
- Le PCM invite par la RLDM
Commission permanent regionale
$ociiti ...................p. 7/8 __ _____________ _0_
- Michel Branchi au 'Tribunal de nous Lors de sa commission permanent du 18 septembre, les elus r6gionaux ont valid
mrmes" des subventions en faveur de plusieurs secteurs. Dans le cadre du plan de reliance
- Les prix par R.Crestor (24me parties) de I'agriculture martiniquaise, une aide global d'un montant de 57 119,686 a 6te
vote permettant I'acquisition de plants, de semences, de products phytosanitaires,
Politiue ................... .9 I'achats d'engrais et de petits materiels, favorisant ainsi I'accompagnement pour une
- C. General: Compte administratif 2011 meilleure diversification de ce domaine. Ces aides interviennent aussi en terme de
- Visite de Georges Pau-Langevin formation et d'emploi. Pour accompagner la modernisation du secteur de la p6che,
- Changement de prdsidence du CRSI 68 418,56E de subventions ont 6te repartis entire les professionnels.
Autant de salaries que d'etudiants soit 350 b6neficiaires ont 6t6 aides en matiere de
Eco/$ocial ............... 10/12 formation pour un montant de 1 186 212,50E. II s'agit de validation des acquis, des
- Enquete INED formations professionnalisantes ou des aides a la mobility et A la poursuite du cursus
- Niches fiscales Outre-Mer scolaire.
Font co un de Education Les associations reconnues d'int6ret general et s'impliquant dans des domaines va-
Frnce ................. 12/13 rids tels que I'aide aux personnel Ag6es et la sante se partagent 34 000,00 .
- Appel du PCF Woolo o r t
-Le mas O de Monsanto crT e: Not camarae oGeeorges Erhotfrappiparle euil
Sle M e. 1/ Notre camarade Secr6taire general, Georges Erichot, a eu la douleur de perdre son
Pa, eMone ............ 1/frre Hubert Toutouyoutte,surnomme Edvard, d6c6d6 & I'Age de 81 ans, le 14 sep-
- Breves tembre dernier. Hubert Toutouyoute 6tait ancien agent du CHU Pierre Zobda-Quit-
- Le grand show des presidentiElles US
S man et ancien arbitre de football. II a 6te inhume A Vieux-Fort, Sainte-Lucie le 22
- Ce que cache la violence islamiste
septembre.
Annonces Liale .......... .4 /I Que Georges Erichot et sa famille trouvent ici I'assurance de nos trbs sinc6res condo-
l6ances.
Culturel/p ti .............. p. 20
Culture/por .............2oj Une Oate h retenir: Dimanche 14 Octobre 2012


"Jus cTI La rentree Ou Parti Communiste Martiniquais
Administration & Redaction : Dimanche 14 octobre 2012 A 9 heures, a I'office de la culture du
TB1.: 05 96 71 86 83 Robert, boulevard Auz6-bord de mer
Fax: 05 96 63 13 20 Theme : la lutte centre la vie chere- pour un nouveau module
ed.justice@wanadoo.fr ,f. al.. u ov^ e cnm- n+






Shttp://www.iournal-iustice-martinique.com


Le Traite Merkozy, un Traite contre tes peuples


Le gouvernement a decide de faire ratifier par le Parle-
ment le trait europeen Sarkozy-Merkel dit Traite sur la
stability, la coordination et la governance (TSCG) ap-
pele encore pacte budgetaire europeen. Le Front de
gauche se prepare A manifester le 30 septembre pour
exiger un referendum sur ce nouveau trait europeen. Le
parti Europe-Ecologie-Les Verts a decide de refuser la
ratification de ce Traite d'austerite. Et certain parlemen-
taires socialists ont I'intention de le rejeter.
Cette affaire est grave et interesse aussi les peuples
d'outre-mer et particulierement le people martiniquais.
De quoi s'agit-il ? II s'agit de s'assurer que la France res-
pecte la "rge d'or" budgetaire inscrite dans ce TSCG.
Les deficits annuels devront etre contenus dans la limited
de 0,5 % du Produit Interieur Brut(PIB) au lieu des 3 %
prescrits dejA par les traits de Maastricht (1992) et de
Lisbonne (2007). Le seuil des 3 % du PIB est d6ej difficile
a atteindre par ces temps de crise. De plus ce trait sou-
met les pays europeens au controle de la Commission
europeenne qui pourra infliger des sanctions a ceux qui
ne respecteront pas cette rbgle d'or et pourra les
contraindre A couper dans leurs depenses publiques.
Dans le project de loi de ratification, le corset budgetaire
enserre toutes les depenses publiques, y compris les de-
penses sociales comme celles de I'assurance maladie.
Au nom du respect de la regle des 3 % de deficit des
2013, Frangois Hollande a annonce un veritable "cloc
bu4itaire"de 33 milliards d'euros compose de 10 mil-
liards de baisses de depenses et de 20 milliards d'imp6ts
nouveaux. II s'agit du plan d'austerit6 le plus important
depuis 50 ans pour respecter les injonctions de Bruxelles
et seduire les marches financiers. Le trait europeen en
allant plus loin, au-delA des arguties juridiques presen-
tees par le Premier ministry Jean-Marc Ayrault, remet en
cause la souverainete du "fParfementfranais" conquise
depuis la Revolution frangaise de 1789.
Et ce n'est pas le volet sur la "croissance"ajout6 dans les
appendices du Traite et sans valeur contraignante qui y
change quoi que ce soit.
Sous I'effet des sacrifices imposes aux populations, il faut
s'attendre A une aggravation de la crise social en France
et encore plus dans les DOM places sous le signe de I'ur-
gence social. Ces politiques budgetaires comportent
des risques de recession economique engendrant ch6-
mage et nouveau creusement des deficits publics faute
de recettes. Et le respect du Traite exigera une nouvelle
cure d'austerite et ainsi de suite. L'austeritf perpetuelle.
II faut le redire : Si la dette passe de 25 % du PIB en 1982
A 65 % en 2007 et plus de 90 % aujourd'hui, c'est parce
que les politiques budgetaires et salariales etouffent I'ac-
tivite et diminuent les recettes fiscales. Avec le TSCG, les
regles budgetaires connaitront un durcissement inedit,
plus severe que Maastricht et Lisbonne reunis. La preuve
: depuis le debut 2012, dans les pays soumis A des cures


d'austerit6 d'une vio-
lence inouie, Grace,
Portugal, Italie, Es-
pagne, le deficit est
plus important qu'en
2011. Faute d'acti-
vite, I'aust&rite
plonge ces pays
dans la recession. -
Et c'est ce craignent
des economists
proches du gouver-
nement et qui ont
appele & voter Fran-
gois Hollande. En
plein debate sur le
trait europ6en et &
un mois de la discussion sur le budget 2013, plusieurs
6conomistes socialists remettent desormais en cause
I'objectif, defendu par I'Elys6e et Bruxelles, d'un retour A
3 % du deficit I'an prochain.
Le plus grave, c'est que ce pacte budgetaire fait peser de
serieuses menaces sur les collectivit6s locales (Regions,
Departements, Communes, Communautes de com-
munes) qui assurent plus 72 % des investissements pu-
blics ici.. D6jA le gouvernement announce clairement que,
si en 2013 les donations aux collectivites locales sont
anctuaisees ; en 2014 et 2015 elles devront participer
STeffot ti rednresement des comptespu 6s" declare Ma-
rilyse Le Branchu, ministry de la Decentralisation, de la
Reforme de I'Etat et de la Fonction publique. Le project de
loi organique traduisant les dispositions du pacte euro-
peen en droit fransais qu'avait rvb6er Mediapart fin ao0t
pourrait prevoir des lois de programmation imposant des
dispositions contraignantes "encadrant es senses, resre-
cettes, fe sofde ou e recours a Cendettement (..) des admi-
nistrationspu6uiq es" Or, les collectivites d'outre-mer,
d6jA exsangues, pourraient souffrir encore plus.
Pourquoi Frangois Hollande et Jean-Marc Ayrault refu-
sent-ils un veritable d6bat national sur le contenu et les
objectifs de ce Traite, lequel devrait logiquement et
constitutionnellement deboucher sur un referendum tel
que le demand le Front de gauche ? Selon un sondage
recent 65 % des Frangais vbteraient contre Maastricht
aujourd'hui. Cette donnee explique la peur de consulter le
peuple..
Nous devohs refuser cette Europe autoritaire asservie A
ses maitres, les marches financiers.
Ce trait est un trait contre les peuples europ6ens et
contre les peuples d'Outre-Mer arrimes A cette Europe
sans avoir ete reellement consults.
Michel Branchi


I ',I.---.-~...~~qEJ~


SI 'p






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Transporteurs: Un sursis bien tiger


Les transporteurs ont obtenu un nouveau sursis


Les transporteurs I'avaient promise et I'ont fait le mardi 18 sep-
tembre, A savoir se mobiliser pour obtenir un moratoire sur le
paquet routier europeen et la fin des "pressions"administratives
A leur encontre. Determines, en depit des rencontres de la veille
avec le president du Conseil regional et le directeur des ser-
vices transport de I'Etat, les transporteurs se sont rendus en
operation molokoy en direction de la prefecture avec toute la
gene que'cela occasionne en pareille circonstance. Les six syn-
dicats participant au movement, CRTM, SMT, STPM, CSTM,
UTM et USET, ont ete recus par Is secretaire general de la pre-
fecture, JeaftVacher, en compagnie des presidents de la com-
mission transport des Conseils regional et general,
respectivement Daniel Chomet et Johnny Hajjar. II aura fallu
plusieurs heures de discussions pour suspendre le movement
de greve des transporteurs. "Suspension", seulement pour le
secretaire general de la CSTM Bertrand Cambusy, car reste le

Socopma :Quatre moispour trouver I voie Ou
re ressement


Les producteurs doivent retrouver confiance dans leur cooperative


Le tribunal de commerce a accord A la direction de la So-
copma quatre mois pour presenter un plan d'apurement des
dettes et de continuation. Pas de quoi rejouir les membres du
comite d'entreprise A I'audience du mardi 18 septembre face
aux 3 millions de dettes de la cooperative. Toutefois, selon
Marie-Denise Mimoucin, representante syndicate UGTM, "Cela
nous parait long mais iffaut que le plan de continuation ait sa
.chance". Cette periode sera mise A profit par le Conseil d'admi-
nistration preside par Guy Ovide Etienne pour peaufiner, dit-il,
le plan de continuation ainsi qu'une reorganisation des services
apres le licenciement des 28 salaries au mois de juillet dernier.
II devra presenter un rprevisiohnel financier pour apurer les
dettes et montrer sa capacity defaire la cooperative redevenir


dossier de I'Espace Sud A regler. Le syndicate denonce la mise
en place de reseaux de transport sans prendre I'attache des
taxis collectifs et accuse I'Espace Sud de "concurrence diloyale".
Sans remettre en cause la 16gislation en vigueur, qui rappelle
que les transporteurs doivent etre en measure de repondre A
tout moment de leur capacity financiere, un protocole a ete
signed permettant un reexamen des decisions de suspension.
L'Administration des transports (DEAL) s'est engagee "a exa-
minerau casparavec la plusgrande comprehension" ces dossiers
en vue de deliver de nouveau les autorisations de transporter.
Ce sont les transporteurs n'ayant pas repondu aux mises en
demeure de I'administration qui ont 6te suspendus et ne peu-
vent done exercer. Les syndicats se sont engages A aider la
soixantaine de transporteurs suspendus A se mettre en confor-
mite. Concernant le paquet routier et la capacity profession-
nelle, "Ce prefet s'est engage a saisir Ce ministtre en charge des
transports afin que soit pricisee interpretationn des certificates
a'inscription difivris aux transporteurs urbains et i terurbains "
stipule le protocol.
Enfin, le group de travail elargi prevu depuis mars 2012 com-
pose des representants de la profession, de I'Etat, des collec-
tivites locales menera une r6flexion sur les difficulties et les
perspectives du secteur ainsi que sur I'accompagnement des
transporteurs. Le premier rendez-vous est fixed avant la fin du
mois d'octobre, soulignent les signataires du protocole. En at-
tendant la prochaine demand de derogation. R6eptons-le :
VoilA un domaine oi !a Martinique et ses elus doivent avoir la
capacity d'adapter la legislation et la reglementation.
C.B

au service des adherents.
Quelle sera I'attitude des producteurs au nombre de 240 qui li-
vraient & la cooperative? Car, sans leur concours, il y a peu de
chance que la structure reste viable.

Seminaire e I'IFRTM
Sous la direction d'Eric Nouvel, I'lnstitut de formation et de re-
cherche sur le travail (IFRTM) a tenu son premier seminaire pu-
blic. L'IFRTM est une association social geree par les
partenaires sociaux, organizationss syndicales de salaries et
d'employeurs).
Une quarantine de representants des organizations syndicales
de salaries (CGTM, CSTM, CDMT, UGTM, CFDT, CGC, UNSA,
CGTM-FSM), des principles organizations patronales MEDEF,
CGPME, le president du CESER, Michel Crispin, la sous-pre-
fete chargee de la cohesion social et le directeur de la Direc-
tion regionale des entreprises, de la concurrence, de la
consommation, du travail et de I'emploi(DIECCTE) ont inaugure
ce premier seminaire. L'objectif de ce seminaire etait "identifier
lesforces et lesfai6lesses de la nigociation collective en WMarti-
nique en vue fd'cabo&rer des programmes deformation adaptes a
nos rjalitis". Quatre ateliers ont ete mis en place avec I'6clai-
rage d'un sociologue de I'lnstitut Superieur du Travail de Nou-
velle CaJedonie : la diffusion d'une culture economique et
social ; la gestion des organismes paritaires ; la gestion col-
lective et la formation aux questions des conditions de travail.
Ce s6minaire permit aux organizations syndicates de salaries
de reaffirmer leur volonte d'exercer leur droit a la negociation.
L'occasion de souligner la pauvrete de la statistique concernant
la negociation collective en Martinique.


iijui '''I!!Bre2*O/rI2 ^Kic '9ag


[/TEs0lf iLE





http://www. ournal-iustice-martinique. com


Casino BateUli e: Prorogation 6e La elsgation
Oe service public


I I


e 11 ms pr l. Pi
Encore 11 mois pour les salaries du Casino Batelibre Piazza


Le feuilleton entire la municipality de Schoelcher et les grants
du casino Bateliere, le group Cogit, avait occupy le devant de
I'actualite des semaines durant. Les deux parties avaient obli-
gation de trouver un terrain d'entente avant le 31 octobre 2012,
date de la fin de la delegation de service public. Les n6gocia-
tions s'etaient soldees par un 6chec. Les 93 salaries etaient
monte au cr6neau craignant pour I'avenir de leurs emplois.. La
municipality de Schoelcher avait alors decide de solliciter la pro-
longation d'une annee supplementaire la d6elgation de service
public. Selon le site de la CGTM : "La commission supirieure des
jeuxdevait se rjunirle 11 septembre 2012 afin de statuersurfa de-
mande de la mairie de renouveler dune annie suppgmentaire 1au-
torisation des jeuw sur [a commune. S'agissant dune requete
inidite, acceptationn a ite incertaine car elfe menait a une modi-
fication de [a lIgislation en vigueur et se heurtait a uneforte in-
qui6tude despuissantsgroupes de casinotiers, non disireuxde voir
renouveler fes dlfigations de service public sur 2 ans au lieu dun.
Les d&liguis syndicaux CDMT et CGTM sont convoquis par la
direction qui leurfait part de C intervention de CEtat dans Ce dos-
sier. Par Cintermndiaire de la prefecture, rEtat propose la mise en
place "dune convention provisoire de 11 mois". La maire obtient


donc 11 mois de prolongation d'exercice desjeux sur la commune
afin de mettre en place un nouvelappelfoffres de dildgation de
service pubic. L'avis de la commission supirieure desjeuxsemble
donc avoir ete court-circuiti."
La commission consultative des jeux devrait enteriner cette de-
cision etatique. Ce nouveau delai devra etre mis A profit pour
trouver les terms d'une convention garantissant le maintien du
Casino sur le territoire de la ville de Schoelcher. Une nouvelle
delegation de service public devrait 6tre lancee pour un accord
avant le 31 mai 2013.

Stagiaires mutes: Franois Lagin decide Oe ne
pas bouger pays
Francois Lagin laur6at 2012 au CAPES de math6matiques
apres 9 ans d'exercice comme contractuel A I'Education Natio-
nale, fait parties des jeunes qui ont ete affects sur I'acad6mie
de Versailles. II s'est battu au cote du Front commun de I'Edu-
cation pour vivree et travaillerau pays". II avait I'espoir d'y res-
ter apres la reponse du ministry de I'Education Nationale
Vincent Peillon au d6pute Alfred Marie-Jeanne indiquant: "J'ai
pris la decision, pour la rentrie 2012, de permettre que tous Ces
contractues ayant riussi le concours et ayant e.(erc6 en Warti-
nique, soient affects en 'Martinique". Or, le 19 septembre, Fran-
gois Lagin apprend que son cas, lors d'un r6examen, n'a pas
6te retenu pour rester dans I'academie alors qu'il y a des postes
vacants en mathematiques. Dans une lettre ouverte aux diffe-
rentes autorites mais principalement cells de I'Education Na-
tionale, le jeune homme fait part de son "incomprehension,
cdautant plus que plusieurs stagiaires ont ite maintenus sur raca-
dimie sans aucune ancienneti, ce dontje me rijouis pour eu. mais
ce qui rendmon cas fautant plus anorma"'.
II announce : "''ai done pris la decision de nepas bouger de Mar-
tinique et de m'adresserpersonnellement a vous afin que vous re-
midiiez a cette injusticeflagrante".


^ tMREI P F n I


Un mois ae septembre riche be faits marquants ae notre Histoire


-ac .s.I
1i-


En ce mois de sep-
tembre, nous comme-
morons le 142r"m
anniversaire de I'ln-
surrection du Sud (21-
25 septembre 1870).
Ce fait historique, se
deroulant tout just 22
ans apres I'abolition
de I'esclavage (22 mai
1848), 6tait totalement
meconnu du people
martiniquais jusqu'a
ce que qu'Armand Ni-
colas nous le restitue
a I'occasion de son
100e anniversaire en
1970.


En preambule, il situait les 6venements : "ICy a cent ans, fe 22
septembre 1870, des milliers douvriers et de paysans du Sudde la
9Martinique se event, le coutelas et la torche a la main, pour se-
couer (a tutellefiroce des b6iis et se flibrer du regime colonialiste
et racist du SecondEmpire.
En huit jours, pris de 50 habitations incendijes, 15 communes
mises en itat de siege. La core des opprimis quifait tdche d'huile,
gagne le Centre et mime le Nordde life. Lagrande peur de [a bour-
geoisie blanche et de couleur qui prite main-forte awc troupes du
gouverneur Mench; de Loisne pour ecraser la rivolte.
A la measure de sa peur: des dizaines de morts et de blessis. PrOs
de 500 insurgs jets en prison aufort IDesai~ defrrs devant le
Conseilde guerre. Les chefsfusia s au petit martin, au polygone
de Desclieuw .
Par son ampleur, par son contenu socialet politique rivoztion-


I eu'fif saw 2in4-a5


Stele erigee a la memoire des insurges fusilles a
Desclieux Fort-de-France


ILTTSSCAEI






http://www.iournal-iustice-martinique.com


naire, [insurrection du Sudfut, aprks mai 1848, Ia plus impor-
tante rivolte de notre histoire martiniquaise, un de ces 6vanements-
cle qui marquent toute une ipoque".
En conclusion de ce rappel historique,-Armand Nicolas 6crivait:
"R.volte populaire, souIevement paysan pour fa terre, fa Wi6erti et
(a dignity, insurrection du Sudest dans une large measure [a der-
nikre des "rivoltes d'esclaves". vais dtbouchant sur Cavenir, effe
portait dija en son sein es. revendications qui mobilisent au-
jourd'tui es forces revolutionnaires martiniquaises : suppression
Sde r'eploitation capitaCiste, [a reform agraire, fa liberation na-
tionale".

* Le 23 septembre marque aussi le 70e anniversaire de la mort
de Jules Monnerot, le fondateur du journal Justice (23 sep-
tembre 1942). C'est a la suite de la trahison de Lagrosilliere
prinant "'alliance du capitalet du travail' lequel s'est associ6
a une parties de la bourgeoisie b6k6e (le groule Fernand Clerc
et Bougenot) que Jules Monnerot a fond6 en d6cembre 1919 le
group socialist "Jean Jauris" don't Justice, cr66 le 8 mai
1920, sera I'organe.
Jules Monnerot sera "fe maitre a penser", 1'educateur des mili-
tants ouvriers du group '"ean Jauris" A qui il a enseigne la
th6orie marxiste.

* 21-22 septembre, il y a 55 ans (1957) que la 12e Conference
F6derale du PCF donnait naissance au Parti Communiste Mar-
tiniquais et au course de laquelle Camille Sylvestre declarait :
"'ujourd'hui [a demonstration estfaite que notre pays, en depit de
a loi du 19 Mars 1946,est unfauxd6partement, qu'iCdemeure un


pays colonial, de type par-
ticulier certes, maisfon-
damentalement different
de (a France (...). Nous
pensions que notre pays re-
pond i la definition de
Nation : communauti
sta6be, historiquement
constitui de cangue, de
territoire, de vie icono-
mique et de formation
psychique qui se traduit
par fa communauti de cul-
ture ".


jules Monnerot, fondateur de Justice,
decMd6 le 23 Septembre 1942


* 10 septembre 1982, disparaTt une grande figure du mouve-
ment ouvrier, Leopold Bissol. II fut elu d6put6 le 21 octobre
1945, aux elections pour la premiere Assembl6e national
Constituante d'apr6s-guerre en compagnie d'Aime Cesaire,
tous deux communists. L6opold Bissol eut une grosse activity
parlementaire et si6gea dans de nombreuses commissions par-
lementaires. Outre celle des territoires d'outremer (1946), et
celle de la marine marchande et des peches (1947 A 1951),
6videmment important pour I'elu d'une ile, il est 6galement
membre de la Commission du travail et de la s6curit6 social
(1947), et de la Commission de la famille, de la population et de
la sante publique (1948, 1949, 1950, 1951).
Fernand Papaya


VIE PIA


Le PCM invite par Rabio Liv6 Doubout' Matinik (RLDM):


Dimanche 23 septembre, radio RLDM avait invite une d6elga-
tion du PCM a participer A son emission La parole au Peuple.
Michel Branchi, r6dacteur en chef de Justice et Fernand Pa-
paya, secr6taire du PCM, ont 6te interrog6s 3 heures durant
par Frantz Zozor, I'animateur de I'emission assist A la tech-
nique par Herv6 Z6noki. Georges Erichot, pressenti pour I'6mis-
sion, fut excuse car indisponible en raison d'un d6ces dans sa
famille.
Fernand Papaya rappela que septembre 6tait un mois impor-
tant pour I'histoire martiniquaise avec en particulier la comme-
moration de I'anniversaire de I'lnsurrection de septembre 1870.
Zozor observa que I'actualite n'avait pas pris de vacances pour
lancer ses invites. Furent 6voques la crise du BTP, le passage
du cap des 50 000 ch6meurs en juillet 2012, la crise des h6pi-
taux, la lutte des neo-titulaires et stagiaires de I'6ducation na-
tionale pour vivre et travailler au pays, la mobilisation des
transporteurs centre le "paquet routiereuropeen", le marriage ho-
mosexuel, etc.,
Ce fut aussi I'occasion de rappeler encore la n6cessit6 de sou-
tenir la press alternative comme Justice, Antilla, As6 Plere,
RLDLM, radio APAL, etc, et son rSle dans la conscientisation
des citoyens martiniquais.
L'6volution de la situation en France fut abordee au travers de
I'attitude du PCF et du Front de gauche vis-a-vis du gouverne-
ment socialist Hollande-Ayrault. En particulier I'attention des
auditeurs fut attiree sur le danger de la ratification decide par
Francois Hollande du trait budg6taire europ6en d'aust6rit6


perpetuelle Merkozy, specialement pour nos collectivit6s lo-
cales..
Plusieurs auditeurs intervinrent. Un change int6ressant eut
lieu avec un responsible des transporteurs r6cemment en
greve qui expliqua les raisons du movement de ces travail-
leurs ind6pendants et ses r6sultats. II avait cru que les repr6-
sentants du PCM reprochaient aux transporteurs d'avoir vot6
le 73 tout en demandant une r6glementation sp6cifique. II lui a
etW r6pondu que ce qui avait 6te dit c'est que les elus martini-
quais n'avaient aucun pouvoir dans le 73 pour adapter la r6-
glementation transport aux r6alit6s martiniquaises, ce qui 6tait
propose avec le 74. II en est dans ce domaine comme beau-
coup d'autres : nomination des neo-titulaires, vie chere, etc.
Question eminemment politique.
La question de la lutte centre la vie chere fut bvoquee A travers
une analyse critique du project de loi Lurel dite de "r6gufation
iconomique outre-mer" notoirement insuffisant. Cette question
pose celle d'un autre type de d6veloppement 6conomique,
d'une politique global des prix, de la concurrence et de la
consommation..
Une pensee forte envers notre compatriote Thierry Dol et ses
compagnons detenus par Aqmi dans le Sahel terminal I'6mis-
sion.

R.L.D.M : 90.8 FM 91.0 FM 97.5 FM
Tel: R.LD.M. : 05 96 62 88 99 Fax : 05 96 62 8990
97211 Riviere -Pilote Cit6 Pomponne.


I II


M Iy~yy^yj~if






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Michet Branchi comparait comme accuse au "Tibunat be nous-memes" be KMT


Notre camarade, r6dacteur en
chef Michel Branchi s'est
pr&t6 rdcemment au jeu hu-
moristique et 6ducatif de
I'Pmission 'Tribna( de nous-
inmes" animde par Charles
Marajo de la t6l6vision KMT di-
rig6e par Roland Laouchez.
L'acte d'accusation 6tait ainsi r6dige :
"Pourfaire 6aisser es prti des products de grande consommation
courante la recette comporte quatre ingredients. /Acheter encore
moins cher dans les pays producteurs de matieres premieres ou a
main dceuvre peu cofiteuse. C'est-d-dire les exploiter encore da-
vantage. Cela Ces capitalistes, Leclerc en tite, saventfaire. / ser Ces marges b6neficiaires. Ca (es capitalistes ne savent pasfaire.
Et comment Ces obliger dans une iconomie mondialement libirale
oil iffaut disposer de marges de maneuvre consiquentes pour rj-
investir et conquirir de nouveau marches ?/ Faire baisser Ces
taxes. Et, par e.emple, chez nous octroii de mer. Cela Ces poi-
tiques ne savent pasfaire non plus. Qui peut les obliger ? Is sont
la par la volont dee (Dieu, incarni par le peuple : voxpopui vox
dei /Le quatrieme ingredient de cette recette visant a faire 6ais-
ser esprix c'est, bien entendu faire baisser les cofts de production
et donc du travail C'est a dire reduire la rimuneration des salaries.
Et lh, WM.Branchi, vous le savez mieux que personnel, ce sont les
syndicats qui ne savent pasfaire. C'est par ce que vous trompez le
people en [uifaisant croire que vous avez une recette, une recette
miracle en queCque sorte, pourfaire 6aisser les prib que vous com-
paraissez aujourchui devant Ce tribunalde nous-mime":
Notre camarade a repondu sur les quatre recettes 6voquees.
Resume:
1) Acheter moins cher, c'est necessaire en reorientant nos
changes commerciaux vers la Caraibe et notre environnement
geographique. II faut rompre le pacte de I'Exclusif colonial tou-
jours en vigueur de fait sinon en droit qui impose que nous
achetions pratiquement tout en France et en Europe, sauf le
petrole brut. Cela necessite de revoir notre statut de RUP inte-
gree & I'Union europ6enne et nos habitudes de consommation.
A I'inverse de Leclerc avec les producteurs de France ou du
Tiers-Monde, les avantages de prix obtenus devront 6tre re-


percutes au consommateur.
2) Baisser les marges ben6ficiaires. Cela est possible par la
reglementation des prix sans ruiner les importateurs qui, de
toutes falcons, ne reinvestissent pas ou peu leurs profits et ne
conguierent pas de nouveaux marches. IIs utilisent leurs profits
pour accroitre leurs parts de marches et eliminer leurs concur-
rents. C'est en Martinique quil y a parmi les plus grandes for-
tunes de France des groups constitutes essentiellement dans
I'import-distribution.
3) Faire baisser les taxes et en particulier I'octroi de mer.
Pas de demagogie antifiscale. Les taxes servent a alimenter
les services publics qui reduisent les inegalites.sociales (sant6,
education, etc). Elles sont, par centre, plus ou moins bien re-
parties.. D'oO la necessity de retablir la justice fiscal. L'octroi de
mer a deux functions : alimenter les recettes des collectivites lo-
cales (communes notamment) d6ej exsangues financierement
et proteger la production locale relativement faible (5 000 em-
plois dans I'industrie martiniquaise). On peut moduler les taux
d'octroi de mer en baissant encore les taux sur les products de
1ere necessity et en compensant par la hausse des products
de luxe. On devrait aussi reformer son mode de calcul pour di-
minuer son impact sur les prix (extension assiette et deductibi-
lite) sans diminuer les resources des collectivit6s locales et
sans affaiblir son pouvoir protecteur-de la production martini-
quaise. Les elus ne sont pas 16 par la volonte de Dieu mais de-
signes par I'expression democratique du suffrage des
Martiniquais. Aux Martiniquais de faire un bon usage de leur
bulletin de vote au lieu de trop souvent s'abstenir.
4) Baisser les co0ts de production en baissant la r6mune-
ration des salaries. On peut baisser les co0ts de production en
ameliorant la productivity par I'innovation et la recherche, la for-
mation des travailleurs. La baisse du coOt du travail diminue la
demand et done les debouches de la production. En aug-
mentant le march interieur et les exportations on peut dimi-
nuer les coOts, baisser les prix et creer de I'emploi. C'est une
autre logique celle de la mondialisation liberale, bien sOr.
II n'y a pas de "recette miracle" pour la baisse des prix mais la
mise en place de solutions equitables pour baisser toutes les
composantes des prix en Martinique et dans les DOM.
Grace A la pression de I'opinion publique et a I'action des tra-
vailleurs ont peut combattre le barrage des lobbys coloniaux. Le
project de loi Lurel de lutte centre la vie chere a ete d6cortiqu6
et demystifie.


Pour comprenbre te bebat sur ta tutte contre La vie chore

La formation bes prix bans tes DOM vue par Richarb Crestor(2ieme parties)


Apres avoir examine le prix d'achat, le coOt de transport et I'oc-
troi de mer, nous abordons les autres composantes des prix du
produit imp6rte.
* Le prix de revient d'importation
II existe done un effet multiplicateur du fait du cumul du fret de-
part, des frais a I'arrivee (manutention, droits de port, transi-
taire, transport) et de I'octroi de mer Un tableau donne le
coefficient de surcoOt du produit imported (coefficient entire prix
de revient et prix d'achat: PR/PA) en function du taux de fret au
depart, du taux de fret A I'arrivee (manutention, debarquement)
et des taux d'octroi de mer et d'octroi de mer regional.
Exemple : Pour un taux de fret au depart de 20 % du prix


d'achat, un taux de fret A I'arrivee de 4% du prix d'achat et un
taux d'octroi de mer de 20 %, le surcoOt ne sera pas I'addition
de ces 3 elements, A savoir 36,5 %, mais de 39,8 %, soit un
taux cumule de 3,3 % superieur a la some des trois taux.
Cette demonstration vise a montrer que le surcout des pro-
duits imports dans les DOM est principalement dO au fret
et surtout a I'octroi de mer.
L'exemple est pris d'un conteneur de jus d'orange don't le prix
dedouane (avant marge) est 1,59 fois superieur au prix d'achat
initial.
II est calcule et mis en exergue que, pour 31,5 % des products
agro-alimentaires totaux de la Martinique, I'effet cumule des


Jedi 27 t Fef i n'- lV g





-ftnrr^^I I


S--coOts de transport et
de I'octroi de mer
peut conduire A un
ii FORT.l o l llIX coefficient de sur-
It en]tl:| q1 ecoOt d'importation
n Le DOM ( sup6rieur A 1,50 par
rapport, au prix
d'achat. Pr6cisons
qu'il s'agit quand
m6me de products
auxquels s'appli-
quent des taux d'oc-
troi de mer (OM +
OMR) sup6rieurs A
12,5%, alors que la
S. r grande majority des
products imports
(71,2 %) subissent
un taux d'octroi de
mer 6gal et inf6rieur
A 9,5 % (7 % d'octroi
de mer + 2,5 %
d'OMR). Et les products agricoles et alimentaires ne repr6sen-
tent quant A eux qu'entre 16 % et 19 % des importations totals
en valeur des DOM (15,9 % en Martinique). II faut done relati-
viser cette explication du surcoOt DOM.
*La marge commercial : le grand silence
Ne cherchez pas dans le livre de Richard Crestor un repertoire
des marges effectivement pratiqu6es sur les prix des products
import s. L'auteur s'attache d'abord A d6montrer l'impact des
taux de marge sur les prix de vente des products afin d'arriver
A un jugement dit "ob6jctif' sur "'effet marge" dans les DOM
quels que soient les taux de marge appliques
II part du taux de marge sur prix de revient qui, rappelons-le, in-
clut les frais d'approche et A I'arriv6e et major ainsi la marge
en valeur absolute. Ce mode de calcul de marge g6n6ralis6 est
inflationniste. II d6montre math6matiquement que le taux de
marge sur prix de vente est inf6rieur au taux de marge sur prix
de revient et qu'il peut 6tre d6termin6 A partir du taux de marge
sur prix de revient inddpendamment du prix de vente et du prix
de revient. II reconnatt 6galement que lorsqu'il existed un inter-
m6diaire importateur-grossiste (ce qui est le cas le plus frl-
quent selon I'Autorit6 de la concurrence Avis n' 45 du
8/08/2009), le taux de marge cumule de gros et de detail est
sup6rieur A la some des deux marges. Cette majoration de la
marge de distribution est justified par I'auteur par les advantages
qui seraient apport6s par I'importateur-grossiste au d6taillant
en terms de logistique (stockage, livraison) et de diversity de
games de products. En fait ces importateurs-grossistes d6-
tiennent des exclusivit6s de marques frangaises ou internatio-
nales.
Selon I'Autorit6 de la Concurrence (avis cite du 8/09/2009) :
"Des relevis rialsis au colors de fenquite ont rivi~e' des marges
commercials relativement levies dans fes DOM, frtquemment su-
pirieures d 40 %, pour certaines categories de produits".
S'agissant des importateurs-grossistes, selon I'Autorit6 de la
concurrence, les marges oscilleraient entire 20 et 60 % sur un
grand nombre deproduits. Sur un 6chantillon de products, I'Au-
torit6 6tablit que la marge cumulde du grossiste (30 A 45 % du
prix.de vente final) et du d6taillant (15 A 30 % du prix de vente
final) atteint 50 A 70.% du prix de vente au consommateur final,
marge arri6re ddduite. Nous reprenons ci-apres yn tableau de
I'Autorit6 de la Concurrence qui montre que pour six products ce
sont les marges commercials qui expliquent la chertd du pro-
duit au stade de la consommation et non les frais d'approche


comme le soutient Richard Crestor.

Marges commercials des diff6rents intervenants du cir-
cuit d'approvisionnement (avis Autorit6 concurrence du
8/09/2009)


Enf. 'll PVC F


Mousse a
raser
Caf6 .-"
Talc pour
bebe
Sacs
poubelles
Coloration
capillaire
Savon pour-.
les mains


8,42%

10,66%

9,78%

0,00%

5,98%

6,67%


30,20%

35,18%

45,11%

43,60%

47,24%

35,83%


27,72%

13,01%

15,33%

17,60%

24,48%

29,17%


M.C.= Marge Commerciale

Pour la mousse A raser par example :
Frais d'approche : 0,34 , soit 8,42 % du prix de vente au
consommateur final (PVC);
Marge comnmerciale grossiste : 1,22 E, soit 30,20 % du PVC;
Marge commercial d6taillant: 1,12 E, soit 27,72 % du PVC.
Richard Crestor soutient que la grande distribution est prate A
accepter une reduction de marge sur un certain nombre de pro-
duits imports de premiere necessity. En r6alite il s'agit de 30
products. Les prix Bcba comportaient 400 r6f6rences. Cela n'est
pas serieux.
Prix de vente HT et prix d'achat: L'6cart de prix mesur6
Le coefficient multiplicateur entire prix de vente HT et prix
.d'achat est aussi tire d'une formule mathematique. L'int6ret est
de demontrer que, pour une marge de 30 % sur prix de revient
consid6r6e come normalle, si le taux de fret global departt +
arrive) d6passe 25 % du prix d'achat et que le taux d'octroi de
mer est supdrieur A 15 %, le prix de vente hors tva atteint le
double de son prix d'achat multipliede par 2). Un tableau est pre-
sente des coefficients multiplicateurs reels entire prix de vente
HT et prix d'achat pour une vingtaine de products alimentaires
de consommation courante en function du coefficient de prix de
revient de chaque produit et des taux de marge allant de 10 %
A 50 %. Ainsi pour un taux de marge sur prix de revient de 30 %,
le rapport entire prix de vente HT et prix d'achat est de 2,77 pour
le sel, de 2,28 pour les pommes de terre, 1,94 pdur les pates
alimentaires et 1,59 pour le beurre, etc. En choisissant des pro-
duits alimentaires courants, I'auteur veut d6montrer que ce
n'est pas la marge exageree qui est respons(able de I'6cart de
prix entire prix d'achat et prix de vente, mais le fret et I'octroi de
mer. Saufque la marge dite "normaCe"de 30 % est calculee sur
un coefficient de prix de revient ddjA 6lev6. Beurre : 15 % ; sel:
113 % ; pomme de terre : 75 % ; pates alimentaires : 49 % ;
etc.
Ensuite, I'ouvrage pr6sente une methode de calcul du taux
d'octroi de mer par rapport au prix de vente, cela afin d'effec-
tuer des comparisons entire impact de I'octroi de mer sur pro-
duit import et tva dans les prix de vente et avec octroi de mer
sur les products locaux. II est n6cessairement inferieur au taux
d'octroi de mer sur le prix CAF(coOt, assurance, fret) ou CIF
(cost, insurance, freight).
Michel Branchi (A suivre)


,!5sssssteno3 Pa8'


http://www.iournal-iustice-martiniaue.com





htt://www.iournal-iustice-martinique.com


Conseil general: Re-vote au Compte a6ministratif


Sur injunction du pr6fet en date du 3 septembre, le Conseil ge-
n6ral a 6t6 oblige de revoter le compete administratif 2011, le
mardi 25 septembre. Faute de quorum le 30 juin 2012, suite au
depart des elus de I'opposition protestant contre la decision de
declaration d'utilite publique des depenses de I'ancienne di-
rectrice, Frederique Fanon Alexandre, la president Josette
.Manin avait renvoye le vote au 2 juillet. Cette derniere en
voyage A Cuba avait designed son 3i6me vice president, Frede-
ric Buval, pour presider la seance. Le MIM par la voix du
conseiller general Lucien Adenet avait des le depart declare
que le vote concernant le compete administratif 2011 du Conseil
General du 2 juillet 2012 6tait illegal. Celui-ci avait denonce plu-
sieurs entorses a la loi reglementant la procedure du vote du
Compte administratif de la Collectivite D6partementale, no-
tamment que "le df6at du Compte.Administratif n'tait pas pre-
side par un Conseiller G6inral Mlu par fr'ssemb6fe pour Ia
circonstance ".
Le prefet ayant fait la m6me lecture sur ces entorses aux re-
glements, n'a pas propose la m6me solution que preconisait le
MIM a savoir "saisir a Chambre Rgionale des Comptes du plus
proche budget voti par la coffectiviti dipartementale". Laurent
Provost a reclame une r6gularisation A la president sous la
forme d'un nouveau vote du compete administratif comme le pre-
voit la jurisprudence en la matibre. Cette derni6re s'est execu-
t6e le 25 septembre tout en faisant savoir par un communique
que "ce mode opiratoire, bien qu'indique dans ie code gineraldes
collectivitis locafes, n'estjamais applique dans ceformalisme". Et


Visit e Georges Pau-Langevin


La ministry Georges Pau Langevin au foyer de I'Esperance
La ministry de la R6ussite Educative Georges Pau Langevin a salue les pro-
positions et reflexionS sorties des deux jours de travaux de la communaute
educative, collectivites et de la society civil lors de la concertation decen-
tralisee des ateliers "Refondons CEcole de la eRpublique". La formation des
enseignants, le temps aux enseignants pour la reflexion commune, evalua-
tion des personnel et des 6elves, le decrochage scolaire, le socle commun
de la connaissance, la question des zones prioritaires, I'ecole maternelle, la
place des enseignements de la culture ont ete quelques themes oO des pro-
positions ont emerge pour une autre approche de I'ecole en Martinique. Ceci
en tenant compete du context cultural et geographique. Ces propositions se-
ront approfondies et synthetisees afin de savoir ce qui sera retenu dans le
cadre de la loi. Les parlementaires seront amenes A reclamer des adapta-
tions de la loi lors de son passage devant I 'Assemblee pour les propositions
qui ne seraient pas revenues. "ICnous appartient de donner a cettejeunesse
un maximum de chances de rjussirdans la vie, c'est un ichec de voir tant de
jeunes dans la rue", a conclu la ministry lors de son passage eclair.


Compte administratif 2011 : Un nouveau vote sans surprise


en soulignant qu'elle "manquera pas de soulgner d Ia Prefecture
la nicessiti d'appliquer strictement et dans le mimeformalisme,
cette disposition a toutes les institutions de la Wartinique, y com-
pris ensemble des Conseils Municipauly fors du vote de feur
compete administratif. Le vote acquis le 2 juillet ne devrait pas
changer, sauf imprevu. Le compete administratif 2011 avait ete
approve par 27 voix pour et 14 abstentions. II reste que ce
couac fait desordre.
Les elus doivent 6galement se pencher sur le projectt de 1oi re-
fatif i la regulation iconomique".
On doits'attendre, comme au Conseil regional, A un vote posi-
tif avec de nombreux amendments.
C.B


Changement 6e presence 6u Comite

Regional Strat gique e IInnovation
Le Comitl regional Stra-
tegique de I'innovation a
ete mis en place le 14 f6-
vrier 2011. 11 regroupe
I'ensemble des acteurs
institutionnels et socio
professionnels de I'inno-
vation. II a pour but de
valoriser les atouts de la
Martinique, les politiques
publiques, les entre-
prises en matiere d'inno-
vation, et diffuser la Herv6 Toussay
culture de I'innovation entire autres.
Herve Toussay, patron de la "livolienne", membre des
AMPI, succcde & Serge Letchimy. Ce dernier a etabli
un diagnostic 6conomique et mis en evidence les freins
A I'innovation (viellissement de la population, difficult
6conomique). Face B ce constat un plan d'action pour
les prochains programmes europ6ens a vu le jour. L'ac-
tion d'Herv6 Toussay va viser "d mettre en place un
outside governance pour girer ce dispositif. Et sur-
toutfaire en sorte que cesfonds europiens et (a strati-
gie qui a iti d7finie se traduisent viritablement en
actions sure terrain". L'objectif est que les entreprises
ceuvrent dans I'innovation pour lutter contre les products
venus d'ailleurs et gagner des parts de marches avec le
developpement de I'emploi.


;J 1 1


'FLT-






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Enquete INED "Miration, Famille, VieiUissement"

Des engrenages bangereux et potentielement bestructeurs


L'lnstitut national d'tudes demographiques (INED) et I'lns-
titut national de la Statistique et des Etudes Economiques
(INSEE) ont tenu lejeudi 13 septembre au siege de I'INSEE-
Martinique une conference de press pour presenter les
premiers rdsultats de leur enquete intitulMe "'igrations,fa-
mil et vieti ssement Dfis et eeupour la aratinique*.
La presentation etait assure par Claude-Valentin Marie, Res-
ponsable scientifique/l NED et Didier Breton de I'Universite de
Strasbourg/INED.
Rappelons que nous avions dejA presented quelques resultats


En dix ans la Martinique a perdus 20 00016ves
des travaux de ces chercheurs de 'INED "Insertion profession-
nelle desjeunes ultra-marins: Dom ou mitropole"dans Justice n
19 du 10/05/2012 sous le titre "Emigration : 'One iminente
confirmation de az d6vitalisation des (DOM".
L'enquete "Migrations, Familfe, VieilCissement" est, selon ces
chercheurs, "une premiere dans fes quatre DOOM". ls expliquent
: "En 2009 FIned et fInsee ont engage pour fa premierefois de
manikre coordonnie dans (es quatre Dom, une enquete de grande
envergure sur fes mutations sociodimograpfiiques en course et feurs
incidences sur Cavenir de ces d6partements". Trois themes ont ete
privilegies, en interrogeant 16 000 personnel Agees de 18 A 79
ans dans les DOM : les evolutions de la vie familiale, les enjeux
et consequence des migrations et les effects du vieillissement
sur les solidarites intergenerationnelles. 4 000 manages ont ete
enquetes en Martinique.

Voyons quels sont les principaux resultats presents
Des ''grations'qui devitalisent le pays
II s'agit de savoir qui entire, qui part et revient.
Tout d'abord, seuls 13 % des Martiniquais ages de 18 A 79 ans
n'ont jamais quitter leur pays. Ce sont les moins dipl6mes et les
moins actifs. Les Reunionnais en comparison sont 20 % A
n'avoirjamais quitter le pays. Cette tradition de partir ailleurs est
ancienne. Et 32 % des Martiniquais ont vecu en France et sont
revenues. L'enquete les appelle des "natifs de retour" apres un
sejour d'au moins 6 mois.
Sans surprise la France est la destination privildgiee ou obli-
gee, puisque les departs sont motives par les etudes ou la re-
cherche d'emploi pour plus de la moitie.
Les natifs de retour ont une situation globalement plus favora-
ble du point de vue de I'emploi. Mais pour ceux qui n'ont pas
augmented leur "capitalsociaf I'emigration n'a ete d'aucun be-
nefice. Rappelons que 36 % des natifs de Martinique Ages de
20 A 34 ans resident en France, don't 50 % de ceux qui ont un
dipl6me superieur.


Les intentions de depart chez les jeunes de 18 A 34 ans sont
fortes. 65 % des Martiniquais declarent etre prets A quitter le
pays pour un emploi ; mais 56 % d'entre eux conditionnent ce
depart a la possibility d'un retour. Atitre de comparison, le de-
part ne seduit que 40 % des jeunes R6unionnais et ils sont
58 % A le conditioner a la possibility6 d'un retour. A noter une
nouveaut : une petite minority de 14 % des Martiniquais envi-
sage de s'installer A I'etranger.

Repartition des enfants 1 selon leur histoire familiale
durant I'enfance (0-10 ans)
Unit: %




|,,1


40.



2
-0

Cnaidourp Mirtiniqur Cm*IJnc ia Runion MAtopote
I Famille monoparctale uniquemnt
S' famlle nm quoplnare~~ivie d'un unie n comninue
I 1tnlille trnoneopnta l, unian pui fuput, ..-
I N.A au Ki d'64r couple pnuit rupie de~ prtnBl
HI Nd au csin d' uncpIf, rpe u pu remnas en couplr
S a u ien d'un COUfle wi perdurs
Tdwet n& onto, I So 19 99. &k.15.k4 kfmrun
Swi,: fnue Mi$ipatns. lrniW trVl ivemwnoli twe 2t00o 20W10

L'enquete apporte une information nouvelle : 42 % des per-
sonnes installees en Martinique et nees en France sont en fait
des "originaires"de la Martinique par leurs parents ou ascen-
dants. Cela est plut6t encourageant et tendrait A montrer que
nos compatriotes 6migr6s garden des liens forts avec leur
pays. La part de ces "originaires" n'est que de 32 % en Gua-
deloupe, de 25 % A la Reunion et 10 % en Guyane. L'explica-
tion est que c'est en Martinique que I'emigration massive vers
la France a 6t6 la plus precoce, dense et durable. C'est un choc.
en retour de I'6migration Bumidom.

La Famille en profonde mutation, voire en voie de delite-
ment
Sont etudiees ici I'enfance et les maternites precoces.
Premiere donnee : Plus d'un enfant martiniquais (31 %) sur 4
passe toute son enfance seul avec sa mere (famille monopa-
rentale). Ils ne sont que 9 % A la Reunion et 2 % en France. Ils
sont 29 % en Guadeloupe et 24 % en Guyane. Autre resultat
qui nous a interpelle : C'est aussi en Martinique que le nombre
d'enfants passant leur enfance'dans un couple qui perdure est
le plus faible : 38 % des enfants centre 42 % en Guadeloupe,
41 % en Guyane, 62 % A la Reunion et 78 % en France. La fa-
mille martiniquaise semble en perdition. S'agissant des enfants
qui vivent seuls avec leur mere, cette derniere est souvent peu
dipl8mee.


" 'I umjrlP r'tmr e jurstic'' 3 *ag0'


a_-


t t Ecol






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Bien que deux fois moins frequente qu'il y a quarante ans, la
part des maternites precoces (avant 20 ans) reste deux fois su-
perieure A la proportion de la France. C'est ainsi qu'une Marti-
niquaise sur 10 a eu son premier enfant avant 20 ans (soit 11
% centre 4 % en France). Ce sont ces jeunes meres qui de-
clarent un recours A I'IVG trois a quatre fois plus frequemment
que les autres femmes de leur generation, soit une sur trois en
Martinique. Devenir mbre tres jeune fonctionne comme un
substitute a un "statut social" Souvent ces jeunes meres ont eu
une scolarit6 d6faillante et leur situation rend difficile leur inte-
gration sur le march du travail. Elles sont nombreuses a vivre

Personnes d6clarant ne pas pouvoir s'en sortir sansfaire
dedette'ou 'yarriverdfficiement'en function de I'Age
UnitR %
60




40
so -----------------------

GCuadelou(X

40 ........... f.c.e. .. l ,







France
10 -................ ............................................ mcn ropolilaine


0
15 35 55 75 Age A I'enqute
Source t nqufit Mitgrart;n, frmil f i V1iilKi menh
ned. Inseeo 20092010. El E[RF pourla funce mtropoilaine


dans un menage ne declarant aucun revenue d'activite (53 %
d'entre elles). Ce sont des 'femmes aufoyer" ou au ch6mage.
L'engrenage de la pauvrete et de I'exclusion social se referme
tr"s t8t sur ces jeunes martiniquaises.

Le vieillissement acc6ler6, defi majeur pour le pays
II s'agit de savoir qui aide, qui est aide, qui aide qui, qui est aide
par qui et sous quelle(s) forme(s) afin de faire le point sur les
solidarites intergenerationnelles.
Petit rappel : Er 2007, les personnel agees de 60 ans et plus
representaient 20 % de la population de Martinique, soit 79 000
personnel. Leur part devrait plus que doubler en 2040. A cette
date, quatre Martiniquais sur dix auront 60 ans ou plus, soit 169
000 personnel, faisant de la Martinique la second region la
plus agee de France, apres la Corse.
Par consequent, la prise en charge des personnel agees
constitute un des defis majeurs pour notre pays : isolement,
perte d'autonomie, fortes difficulties financi6res necessitant
I'aide de leurs proches et des institutions..
L'enquete fait apparaitre que les "grandes personnel", comme
on dit chez nous, demeurent aujourd'hui encore tres entourees
et ne sont pas couples de la vie social. La tres grande majo-
rite a au moins un proche vivant au pays (frere, soeur ou enfant)
et ont des contacts r6guliers avec leurs enfants..
A propos des aides financi6res, ce sont les jeunes de moins de
25 ans qui en sont les principaux beneficiaires. Les plus Ages
ne beneficient que d'aides non-financieres apportees par les
plus jeunes. Cela dit, c'est en Martinique que cette contribution


des jeunes est la plus faible. Les Martiniquais de 60 ans et plus
apportent leur famille plus d'aides qu'ils n'en re.oiveft.
Bien entendu, ce sont les adults d'Age mOr (45-54 ans) qui
sont en proportion les plus contributeurs et les moins benefi-
ciaires, singulierement les femmes qui aident le plus et regoi-
vent le moins.
Aux aides financieres, les Martiniquais ajoutent des facilities 6
leurs enfants, principalement la garde des enfants et I'execution
des tAches domestiques. La aussi ce sont deux fois sur trois
I'apanage des ainds femmes (60-69 ans).
L'6tat de sante des personnel agees est plus precaire qu'en
France. La d6pendance se definit par le fait de se declarer 6tre
en "tres mauvais jtat de santi"ou imit6 dans ses activities quo-
tidiennes "
Aux Antilles 60 % des personnel Agees de 75 ans sont dans ce
cas. Elles sont 70 % en Guyane et a la Reunion contre 4.0 % en
France aux memes Ages. Et, de surcroTt, la proportion de 40 %
de personnel se d6clarant "en tres mauvais itat de santed ou <
limities dans feurs activitis quotidiennes" est atteinte en Marti-
nique et en Guadeloupe 10 ans plus t6t qu'en France.
Aux difficulties physiques ou sanitaires, s'ajoutent pour beau-
coup une precarit6 economique.

Une pauvret6 important et qui augmente avec U'age,
SI'inverse be Ia France
Evalu6e sous I'angle du ressenti, la pauvrete apparait dans les
DOM tres nettement superieure a celle de la France. Or elle a
tendance, selon une recent etude de I'INSEE, a s'accroTtre en
France. La part des personnel declarant "y arrverdifficifement"
financierement ou "ne pouvant pasy arriver sansfaire de dette"
est toujours tres levee entire 30 % et 45 %. Pire, ce sentiment
se enforce avec I'age dans les pays d'outre-mer (au-del6 de 70
ans), alors qu'6 I'inverse en France il s'attenue. A signaler que
c'est en Guadeloupe que cette precarit6 est le plus fortement
ressentie. Pour I'lned, "cet cart grandissant timoigne des iniga-
[itis hiritees de riistoire de la protection social en France mitro-
politaine et dans fes syst6me de retraites. C'est ainsi que 14 % des seniors martini-
quais beneficient de la CMU, mais 18 % n'ont aucune mutuelle.
Dramatique.
En Martinique, les personnel agees pref6rent vivre chez elles
sans 6tre une charge pour leurs enfants. Seuls 12 % envisa-
gent cette solution oO il leur serait impossible de vivre seules.
La majority des retraites.(64 %) de plus de 60 ans, au cas oi
ils ne pourraient vivre seuls, pr6efrent beneficier d'une aide 6
domicile. Et 24 % d'entre elles privilegieraient le placement en
etablissement specialist plut6t que I'hebergement par un mem-
bre de leur famille.
En general, les solidarites interg6nerationnelles sont encore
tres fortes dans les DOM, avec des differences d'un pays a I'au-
tre.
L'etude de I'lned apporte un Bclairage extr6mement utile pour
mieux comprendre nos dynamiques sociales.
Car les mutations sociodemographiques mises A jour auront
une incidence determinante sur I'avenir du pays
Fuite des Cerveaux, decomposition de la famille, vieillissement
accel6re et pauvrete grandissante des personnel Agees consti-
tuent des engrenages destructeurs pouvant bloquer le deve-
loppement et miner la cohesion social. L'existence m6me du
people martiniquais nous paraTt menacee.
Le pays doit penser un plan de survive. Personne ne peut le faire
a notre place.
Michel Branchi.


eui27sepr re .i 'Iifws'Pg


t IEI L





S I http://www.iournal-iustice-martinique. com


Les niches fiscales outre-mer epargnees par te gouvernement


Le gouvernement est en passe d'accorder un traitement de fa-
veur aux DOM-TOM. Les investissements outre-mer ne seront
pas concerns par le coup de rabot aux niches fiscales prevu
I'an prochain, affirment Les Echos et Le Parisien.
Pour rappel, la loi Girardin de 2003 permet aux contribuables
de beneficier de genereuses reductions d'imp6ts, pouvant aller
jusqu'a 30.600 euros, grace aux investissements dans des ap-
pareils productifs ou des logements outre-mer.
Or, ce dispositif etait menace par I'abaissement du plafond sur
les niches fiscales. Les avantages fiscaux (reductions d'imp6t,
credit d'imp6t, abattements...) seront en effet limits A 10.000
euros des I'an prochain, centre 18.000 euros + 4% du revenue
imposable cette annee.


Pour eviter de plomber I'investissement outre-mer, I'executif a
done choisi de ne pas inclure les avantages tires du dispositif
Girardin dans le plafond global.
II maintient ainsi une niche particulierement controvers6e,
puisqu'elle fait surtout le bonheur des gros contribuables cham-
pions de I'optimisation fiscal. En fevrier dernier, la Cour des
Comptes avait d'ailleurs suggere de supprimer ces defiscalisa-
tions, d6nongant leur coOt eleven (1,3 milliard d'euros en 2011)
et leur efficacite limitee. (Source : Capital.fr). Effectivement, il
reste A prouver que la defiscalisation est favorable A I'activite
economique et A I'emploi.


Le Front common Oe I'Eucation appelle lesparlementaires nepas rtifier le trait europeen


Dans une adresse aux deputies du 11 juillet dernier, le Front
commun de I'Education rappelle que les parlementaires tous
bords politiques confondus ont pris position pour I'une de leurs
revendications, celle d'Annulation de toutes les suppressions
de postes.
Le Front commun explique Sachant que e gouvernement s'ap-
prete faire ratifierpar les parlementaires fe Traiti (TSCG) sign
le 2 mars dernier par 25 chefs d'etat de r'nion Europienne, qui
rendrait constitutionnelCement obligatoire la reduction des defi-
cits pufbics au taux de 0.5% du PI(B centree 3% privus par le
trait de 9Maastricht) et donc anticonstitutionneTes et hors la [oi


toutes Fes revendications ne s'inscrivant pas dans le carcan de cette
reduction de 0.5% I "En function de cela, il reclame un vote ne-
gatif des parlementaires Encouragds par les prises de position
de plusieurs organizations syndicates de France et fEurope qui se
sont adressies & feurs parlementaires afin que ceux-ci se prononcent
centre ce trait, nous vous'demandons de voter centre cette ratifi-
cation entierement contradictoire avec nos fegitimes exigences,
qu'avec une fraction croissante de la population martiniquaise,
vous soutenezjusqu'ici sans ambiguity".
Combien vont suivre ?


Appel bu PCF: Non au trait 6'aust6rite europeen


Tout au long de la champagne des elections presidentielle et
Ilgislatives, le Front de gauche n'a eu de cesse que de
montrer la voie du veritable changement en en montrant le
cap avec les propositions de son programme L'Humain
d'abord. Cette dynamique ne s'est pas essoufflie. Cette
annee encore, la Fete de I'Humanite a Et6 I'6venement po-
litique de la rentrEe ou se sont retrouves lajeunesse, cells
et ceux qui luttent. Nous y etions 650 000. Dans toutes les
allies de la Fete, militants communists, du Front de
gauche et, au-deli de toute la gauche, syndicalistes, mili-
tants associatifs, citoyennes et citoyens ont debattu de ce
que doit faire la gauche, du role de la finance, de I'emploi,
de I'industrie, de la santE, de I'Europe...

Nous ne sommes pas des opposants mais des bAtisseurs.
Notre problem principal n'est pas de soutenir ou de nous op-
poser au gouvernement de la France. Notre probl6me est de
soutenir I'effort necessaire pour rompre, pour changer, pour que
I'esprit de defaite face aux marches cede le pas a I'esprit de
conquete d'un nouveau module social, 6conomique, 6colo-
gique, financier.
Nous ne nous opposons pas a un gouvernement,. nous com-
battons une politique, I'austerite, qui enfonce I'Europe dans la
recession. Nous recusons un diagnostic errone qui confond la
crise de la dette avec le vrai mal, la crise du cancer financier qui
ronge le travail. Nous refusons de nous plier A la confiscation de
la souverainete popujaire par une classes fihanciere qui possede
tout, les banques, les marches financiers, les multinationales,
et qui a declare la guerre aux democraties et aux peuples.


PCF
NNE


A L'AUSTE2RI

S ,6 .;7 i0


L'austerite n'est pas la solution
Le choc budgetaire decrete par le president de la R6publique
n'est pas, ne sera pas, le choc salutaire esp6re par les Fran-
cais.
L'aust6rite appelle I'austerite, c'est la regle implacable des mar-
ches. N'avons-nous done rien appris des souffrances des peu-
ples grecs, portugais, espagnols, allemands... ?
La France, I'Europe ont besoin que se levent a la fois un front
populaire de refus de I'austerite et un movement de renais-
sance pour une nouvelle democratic economique et social.

Non A la regression social
Les ultra-liberaux et la Commission de Bruxelles veulent sanc-


p P,,


[ tS Ec AI


FRNC _





http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


tuariser les politiques d'aust6rit6comme seul moyen d'atteindre
I'objectif d'assainissement des finances publiques.
Or, ces politiques deja A I'oeuvre dans nombre de pays de la
zone euro (Gr6ce, Espagne, Portugal, Italie ...) ne font qu'ag-
graver la regression social qui entretient durablement la re-
cession 6conomique.

Non au Traite Sarkozy-Merkel
Comme I'a declare la CGT, "notre peuple n'apas voti pour ce(a
Ie 6 mai dernier. Ila tout au contrairefait le choix du changement,
en France et en Europe. Ilestfauxwc'affirmer comme lefait Jean-
MarcAyrault, que ce vote "donnerait plus deforce au president de
la ripu6tique" sur [a scene europienne. Au contraire, ce trait, qui
aura des consequences directespour fa vie quotidienne desfamilles
populaires, est unefuite en avant pour toujours plus d'austeriti
et de chomage".


pies une politique de fracture social. Nous appelons la France
a refuser la ratification du trait Sarkozy-Merkel. Nous appe-
Ions les parlementaires, nous appelons le president de la Re-
publique qui s'etait engage A le renegocier, A respecter le
mandate qu'ils ont recu du people.
Nous proposons un grand debat public et contradictoire sur la
nature m6me du trait budgetaire europ6en, de la regle d'or,
des regressions d6mocratiques contre les Itats et les parle-
ments. Nous demandons sa mise a disposition A I'ensemble
des citoyen-ne-s afin qu'ils puissent juger par eux-memes. Ce
processus democratique doit 6tre conclu par un referendum.

Un collectif, regroupant plus de 40 forces syndicates, as-
sociatives et politiques appellent les concitoyennes et
concitoyens a se joindre a la grande manifestation unitaire
pour I'Europe solidaire et centre le trait d'aust6rite.
Manifestation Nation-Place d'ltalie
30 septembre 2012 13h30
PCF


Traite europeen : il faut un referendum !
Nous n'acceptons pas qu'un trait europeen impose aux peu-

Le ma'is OGM ae Monsanto, veritable poison, seton une ctuae ine6ite


Un mats OGM de Monsanto soupgonn6 de toxicity. Selon
une etude frangaise et presented par ses auteurs comme
une premieree mondmiae", des rats nourris avec ce maYs ge-
netiquement modified meurent plus jeunes et souffrent plus
souvent de cancers que les autres.
"Les risultats sont alarmants. On observe par exemple deuxd trois
fois plus de mortality chez lesfemelles traities. Ily a deux a trois
fois plus de tumeurs chez fes rats traits des deuwse.es", a expli-
qu6 Gilles-Eric Seralini, professeur A I'Univergit6 de Caen, qui
a dirige I'6tude. Deux cents rats ont ete alimentes pendant deux
ans maximum soit avec un maTs OGM NK603 seul, soit avec ce
maTs OGM trait au Roundup, soit avec du maTs non OGM
trait au Roundup, herbicide le plus utilise au monde. Ces deux
products sont la propriety du group americain Monsanto Le
maTs etait introduit au sein d'un regime equilibre dans des pro-
portions representatives du regime alimentaire americain. "Les
risuCtats rivflent des mortalitis 6ien plus rapides et plusfortes au
course de la consommation de chacun des deuxproduits", resume
le chercheur, qui fait ou a fait parties de commissions officielles
sur les OGM dans 30 pays. "Le premier male nourri aut OGM
meurt un an avant le premier timoin. Le premierefemeTle huit mois
avant. Au 17e mois, on observe cinqfoisplus de mdres nourris avec
11% de mais (OgM) morts", d6taille-t-il.
C8te tumeurs, elles apparaissant jusqu'a 600 jours avant chez
les miles (au niveau de la peau et des reins) et en moyenne 94
jours avant pour les femelles (au niveau des glandes mam-
maires). Les chercheurs ont constate que 93% des tumeurs
des femelles 6taient mammaires tandis que la majority des
males sont morts de probl6mes hepatiques ou renaux.

Des tumeurs plus grosses que bes balles be ping-pong
L'article de Food and Chemical Toxicology montre des rats fe-
melles de laboratpire avec des tumeurs plus grosses que des
balles de ping-pong. '" la dose la plusfaible de Rpundup, qui
corresponda ce qu'on peut trouver dans Peau en Bretagne au mo-
ment des ipandages de ce produit, on observe 2,5fois pCus de tu-
meurs mammaires", souligne le-professeur. Les OGM agricoles
sont modifies pour tolerer ou produire des pesticides: 100% des


OGM cultiv6s a grande echelle en 2011 sont des plants A pes-
ticides, a souligne M. Seralini.

Les meilleurs tests qu'on pout avoir avant 6'ater tes-
ter chez Phomme
"(Pour fa premierefois au monde, un OGM et un pesticide ont Wit
ivaluis pour feur impact sur la sante plus longuement que res
agencies sanitaires, les gouvernements et les industries ne 'ont
fait", a affirmed le professeur. Selon lui, le NK603 n'avait
jusqu'alors ete tested que sur une period de trois mois.
Quelques OGM ont d6ej ete testes A trois ans, mais jamais
avec des analyses aussi approfondies. C'est la premiere fois,
selon M. Seralini, que le Roundup est tested sur le long terme.
Jusqu'a present, seul le principle actif du Roundup sans ses ad-
juvants avait ete tested plus de six mois. "Ce sont les meilleurs
tests qu'on peut avoir avant d'alfer tester chez f'iomme", a dit le
chercheur.
L'etude a ete financee par la foundation Ceres, financee notam-
ment par une cinquantaine d'entreprises parfois dans I'alimen-
tWire qui ne produisent pas d'OGM, et la Fondation Charles
Leopold Meyer potur le progres pour I'homme. Les fonds sont
geres par le domite de recherche et d'information indepen-
dantes sur le genie genetique (CRIIGEN), don't M. S6ralini pre-
side le conseil scientifique et don't le conseil d'administration a
ete preside par Corinne Lepage, ancienne ministry de I'Envi-
ronnement.
('L'Humanite) .


V IHE0 -IjIStt n'S39- Page 13


FRA NCE








Argntine : mecontentement general


La rue reclame, en Argentine, la s6curit6 et lutte centre 'inflation


En Argentine, la president Cristina Kirchner est confrontee de-
puis quelques temps aux plus importantes manifestations
contre sa politique depuis qu'elle a ete reelue avec 54% des
voix en octobre 2011. L'eventualite d'une reform de la Consti-
tution qui lui permettrait de se representer pour un troisieme
mandate, I'insecurit6 et I'inflation 6taient parmi les principles
preoccupations des manifestants, en general issues des classes
moyennes. Mais aussi et peut-etre surtout le contr8le des
changes, qui mecontente de nombreux Argentins habitues a
epargner en dollars.

Haiti: "Haiti est a la croisee Oes chemins"
selon I'ONU
Le Sous-secretaire general de I'ONU aux droits de I'homme,
Ivan Simonovic, a effectue une mission de quatre jours dans le
pays. II y voit des "signes encourageants en !faiti aujourdhui mais
aussi des risques". Le sous- secretaire general a cite comme
signes positifs les recents amendments constitutionnels qui
etablissent un quota de 30% pour les femmes dans la vie pu-
blique et un conseil constitutionnel, la nomination d'un ministry
des droits de I'homme et de la lutte centre I'extreme pauvrete,
ainsi qu'une diminution significative de la population des camps
de 1,5 million A 370.000. "'aiti est i la croise des chemins. Si de
bonnes decisions sont prises sur un certain nom6re de questions
cles, ie4iste un potentiefpour Ie progres mais en mime temps if


http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


y a des risques dun retour en arriere' a-t-ifait remarquer. "Le re-
crutement privu de 5.000 nouveau agents de police dans les 4
prochaines annies porte un grandpotentielpour un environne-
ment sfr et stable en Maiti. S'is sont recrutes enfonction de feurs
mirites, 6ienformis, et incluent davantage defemmes, a (Police
national hatienne sera renforcee de mime que la confiance de la
population. Le r6oe et l(ndipendance de PInspecteurgeneralsont
essentiefs pour s'assurer que les auteurs des violations des droits
de rhomme sont exclus du service", a t-ildit. Le nouveau Conseil
ifectoralpermanent doit etre credible et avoir la confiance de 'en-
semble de la classe poltique pours'assurer que les ifections locates,
municipals etparlementaires ont lieu sans delai et soient [i6res et
sans violence", indique le communique. Simonovic a exhorted la
com'munaute international & accroTtre son soutien aux efforts
des HaTtiens de developpement a long terme, vu que I'aide hu-
manitaire destinee au pays apres le tremblement de terre s'est
fortement reduite.

Quebec: Des measures symboliques pour le
nouvesugouvernement
Le 4 septembre dernier, le parti quebecois qui pr6ne I'indepen-
dance du Quebec a emporte par une course tete les elections
legislative sur le parti liberal qui a dirige le Quebec pendant 9
ans. Le parti quebecois n'a toutefois pas obtenu la majority ab-
solu et devra gouverner avec les liberaux et la Coalition Avenir
Quebec. La tenue d'un referendum sur I'accession du Quebec
au statut de pays ne semble pas pour demain.Une femme,
Pauline Marois occupe les functions de Premier ministry, une
premiere dans cette province canadienne. On se rappelle que
plusieurs mois durant les 6tudiants canadiens ont manifesto
centre la hausse des droits de scolarite. Comme annonce du-
rant sa champagne, le nouveau gouvernement quebecois sous
la houlette de Pauline Marois a pris des measures symboliques.
II a 6et decide notamment d'abolir I'augmentation des droits de
scolarite votes par la precedente equipe au pouvoir dans la pro-
vince egalement la fermeture de I'unique central nucleaire du
Quebec ainsi que le maintien du moratoire sur I'exploration
controversee de gaz de schiste. La Premiere ministry 6voque
une indexation par rapport au coOt de la vie, tandis que les uni-
versites reclament un meilleur financement pour les 6tudes.


Le granb show bes presiaentieles US


Ainsi done et comme previsible, le 6 novembre prochain, I'ac-
tuel president democrate, Barack Obama, s'opposera dans les
urnes A son challenger republican, Mitt Romney, neo-conser-
vateur obstine et ap6tre de I'hegemonisme US le plus forcene.
Bien sOr il ne faut pas s'attendre a de grands bouleversements.
Obama et Romney representent les memes interets de classes,
ceux de la haute finance et de I'oligarchie. Le premier pense
qu'un volet social est absolument necessaire pour maintenir le
system (ce qui lui a valu d'etre taxes de communistt" par ses
adversaires), le second est absolument convaincu que I'ultra-li-
beralisme pur et dur peut seul sauver le system menace de
faillite.
Obama ne-beneficie plus de I'enthousiasme declench6 il y a 4
ans par son fameux 'Yes, we can". Son bilan a serieusement
de6u malgre quelques succes notables. A peine 37 % de pro-
messes realisees. Mais, comme I'a fait remarquer Poutine,


c'est une personnele honnite qui cherche vraiment a amiliorer les
choses". Et il a recu le soutien (qui le fera peut 6tre gagner) de
I'eloquence de I'ancien president Clinton qui, transportant son
auditoire, s'est charge de demonter point par point I'argumen-
taire des republicans.
Mitt Romney, au charisme plut6t mediocre, s'est lance de son
c8te dans I'apologie des valeurs les plus retrogrades et les plus
reactionnaires de son electorate (ce qui peut 6tre payant) mais
s'est reve66 particulierement peu experiment en matiere de
politique exterieure et surtout peu prepare A I'exercice de la di-
plomatie avec Pekin. Or la Chine et les Etats-Unis sont deux
pays exergant une influence important dans le monde. De ce
fait leurs relations depassent de loin les simples spheres bila-
terales. Son eventuelle election posera certainement plus de
problems qu'elle n'en resoudra.
K. Solaris


/H


WJus- i27SSSreSKESjysmeSS9-Pae 7






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Ce que cache la violence istamiste


r PA$E.OV I


Aqmi menace, le Hezbollah chiite appelle A la poursuite de la
contestation. Cette radicalit6 qui mobilise peu fait function
d'exutoire des tensions sociales et masque de r6els enjeux.
AI-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) a lance un appel < A
tuer les diplomats et repr6sentants am6ricains ou a les chas-
ser pour purifier le territoire de leur obsc6nit6 >. Un appel A
prendre, certes, au s6rieux, quand on sait ce don't est capable
cette organisation tres active dans le Nord-Mali, qui a perp6tr6
plusieurs attentats kamikazes en Alg6rie et meme au Maroc. II
n'en reste pas moins cependant qu'il a 6et lance dans un
context oO les manifestations provoqu6es par le film I'lnno-
cence des musulmans, qui n'ont rassembl6 que quelques di-
zaines de milliers de personnel, tendent A s'estomper. Ainsi en
est-il A Alger o0 I'appel lance par une association salafiste, Le
Reveil des mosques, A des sit-in pacifiques n'a rassembl6,
lundi soir, que 60 personnel dans le quarter de Belcourt. Ail-
leurs dans le monde sunnite ils sont plus d'un milliard de per-
sonnes -, peu ou pas de manifestations.
Discrets au depart, certain dignitaires du chiisme, I'autre
branch de I'islam, ont organism des manifestations comme s'ils
ne voulaient pas laisser aux seuls salafistes le monopole de la
radicalite islamique. Avec cependant des nuances. La de-
monstration de force A laquelle s'est livre le Hezbollah avant-
hier a Beyrouth peut s'analyser comme un prolongement du
conflict syrien au Liban. Raison pour laquelle Hassan Nasrallah,
le secr6taire g6n6ral du Hezbollah, a qualifi6 cette protestation
de movement appel6 A ""se poursuivre a travers toute &a nation
isfamique". Et, plus fondamentalement, comme une r6sultante
de I'affrontement entire I'lran chiite et les pays sunnites du
Golfe, Arabie saoudite en t6te, autour du leadership islamique,
avec, A I'arriere-plan, I'ombre des Itats-Unis sur fond de lutte
autour du contr6le des resources 6nerg6tiques et centre la
suppose menace nucl6aire iranienne. Si, en Iran, il y a eu peu
de manifestations organis6es contre le film provocation, la r6ac-


FLash-Hebbo


tunbi 17 septembre
SYRIE Les chr6tiens d'Alep, catholiques, coptes et armeniens,
ont constitute leurs propres milices 6quip6es par I'armee sy-
rienne et defendent leurs quarters contre les tentatives d'infil-
tration de I'ASL et des djihadistes.

marbi 18 septembre
AFGHANISTAN Le bilan de I'attaque lancee par les Talibans
contre la base aerienne hyper securisee oD le prince Harry a
ete affected a fini par 6tre connu et se solde par 6 avions de com-
bat detruits, 2 autres sev6rement touches, 3 postes de ravitail-
lement devastes et 6 hangars mis hors service. 2 soldats US
ont ete tues et 9 autres blesses.

mercrebi 19 septembre
ETATS-UNIS Plusieurs grandes banques US don't JP Morgan
et Bank of America font I'objet'd'une enquete sur le blanchiment
d'argent li6e la drogue et au terrorism.

jeubi 20 septembre
FRANCE 208 usines ont ferme depuis le debut de I'annee soit
unehausse de 50 % par rapport A 2011. Plus inquietint, les


Daniel Larribe, Marc Feret, Pierre Legrand et Thierry Dol

tivation de la condemnation a mort de I'6crivain britannique Sal-
man Rushdie par I'organisation iranienne La Fondation du 15
Khordad la prime pour le tuer a e6t port6e A 3,3 millions de
dollars s'inscrit 6galement dans cet affrontement autour du
monopole de la radicalit6 entire extr6mistes chiites et sunnites.
Dans les deux cas, ces deux extremismes agissent comme des
.exutoires de la pauvrete et du ch6mage massif. Extr6mistes sa-
lafistes et chiites cherchent ainsi A se rel6gitimer dans le
context d'un monde arabe et musulman oi les questions so-
ciales A I'origine des bouleversements de I'ann6e 2011 en Tu-
nisie, en Igypte et ailleurs, ne vont pas tarder A revenir au
premier plan.
Hassane Zerrouky (L'Humanit6)


fermetures d'usines se poursuivent alors que leurs creations ne
cessent de ralentir.

venareai 21 septembre
INDE Lance par le syndicate des petits commergants et relayed
par les syndicats ouvriers et les communists, le mot d'ordre
de greve g6n6rale centre un project de loi neoliberal du gouver-
nement a ete massivement suivi par plus de 50 millions d'ln-
diens.

samebi 22 septembre
ETATS-UNIS Un dirigeant de la FED, Richard Fischer, a re-
connu publiquement que personnele au sein du Comit6 de poli-
tique mon6taire de la banque central US ne sait reellement ce
qui entrave 1'6conomie (...) et personnel ne sait ce qui marchera
pour la remettre sur la bonne voie".

aimanche 23 septembre
NOUVELLE-CALEDONIE La Societ6 mini6re du Pacifique
Sud conrtr6le par les independantistes kanaks s'est adressee
au group sud-coreen Posco et au group d'Etat chinois Jin-
chuan pour produire du ferronickel A partir de leur production de
mineral.


'SIeu I' ^Jr -stcn' 3 .







http://www.ioural-iustice-martiniaue.com


a FIDAL )
SOCIETY D'AVOCATS
MAITRE HERVE BOUCHEAU
CENTRE D'AFFAIRES DE DILLON
VALMENIERE
97200 FORT DE FRANCE
TEL: 0596.63.26.97 / FAX:
0596.60.42.49
'E.MAIL:
HERVE.BOUCHEAU@FIDAL.FR
AVIS DE CONSTITUTION
D'un acted sous seing prive dOment enre-
gistr6 & la Recette des Imp6ts de Fort de
France SIE, ii r6sulte qu'a ete constitute
une socidtd don't les caract6ristiques sont
les suivantes :
DENOMINATION SOCIAL : D.M.R ,
FORME : SARL A associe unique
CAPITAL SOCIAL : 1.000 Euros
SIEGE SOCIAL: c/o Denis Millotte Re-
sidence Les hauts de Roches Carrees -
appt 08- BAt 8 97232 LE LAMENTIN
OBJET SOCIAL: L'acquisition, la vente,
la gestion de participation et de filiales et
les prestations de services aux filiales et
participation.
GERANCE : Monsieur Denis Yvan
MILLOTTE
Ne le 20 ao0t 1965 A Montbeliard (25)
Demeurant R6sidence Les hauts de
Roches Carrees appt 08- B&t 8 97232
LE LAMENTIN
La society sera immatriculee au Registre
du Commerce et des Soci6ets tenu par le
Greffe du Tribunal de Commerce de
FORT DE FRANCE.
Pour Avis LA GERANCE FB6198

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution d'une
Society presentant les caracteristiques
suivantes :
DENOMINATION : MADIN PRO VERT
FORME: Socidte A responsabilit6 limited
SIEGE SOCIAL : ZI Champigny Voie
n9 Morne Pavilion 97224 Ducos
OBJET : Tous travaux d'espaces verts
et de nettoyages,
- Tous travaux de nettoyage des spaces
industries,
- Tous travaux de creation, d'amdnage-
ment des spaces verts,
- Tous travaux d'entretien des spaces
verts, parcs et jardins,
- Tous services A domicile aux particuliers
et d'aide aux personnel Agaes,
- Toutes prestations concernant I'hy-
gibne.
DUREE : 99 ans
CAPITAL: 10.000 euros
GERANCE :Monsieur Mathurin ZEBO
demeurant 4 Lotissement LA MAR-
TIENNE 97240 Le Frangois
Monsieur Dominique MICHEL demeu-
rant 8 AIIee des Cactus Fond Capot
97226 Le Carbet
IMMATRICULATION en course au RCS
de Fort-de-France.
Pour avis, FB6199

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution d'une
Societ6 presentant les caractdristiques
suivantes :
DENOMINATION : MADIN PRO NET
FORME: SocietB & responsabilit6 limited
SIEGE SOCIAL : ZI Champigny Voie
n9 Morne Pavilion 97224 Ducos
OBJET : Tous travaux d'entretien des
spaces industries,
- Tous travaux de nettoyage des spaces
industries,
- Tous travaux de creation, d'am6nage-
ment des spaces industries,
- Tous travaux d'entretien des spaces"
verts, parcs et jardins,
- Tous services & domicile aux particuliers
et d'aide aux personnel AgAes,
- Toutes prestations concernant I'hy-


ginne.
DUREE : 99 ans
CAPITAL: 10.000 euros
GERANCE :Monsieur Mathurin ZEBO
demeurant 4 Lotissement LA MAR-
TIENNE 97240 Le Frangois
Monsieur Dominique MICHEL demeu-
rant 8 AIIle des Cactus Fond Capot
97226 Le Carbet
IMMATRICULATION en course au RCS
de Fort-de-France.
Pour avis, FB6200

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution d'une
SociBt6 presentant les caract6ristiques
suivantes :
DENOMINATION : MADIN PRO SER-
VICES
FORME: Societa & responsabilitd limited
SIEGE SOCIAL: ZI Champigny Voie
n9 Morne Pavilion 97224 Ducos
OBJET : Toutes prestations de concier-
gerie collective, d'entretien et de net-
toyage des ensembles collectifs
Tous travaux de nettoyage des spaces
industries,
Tous travaux de creation, d'am6nage-
ment des spaces verts,
Tous travaux d'entretien des spaces
verts, parcs et jardins,
Tous services & domicile aux particuliers
et d'aide aux personnel Agaes,
Toutes prestations concernant I'hy-
giene.
DUREE: 99 ans
CAPITAL: 7.500 euros
GERANCE :Monsieur Mathurin ZEBO
demeurant 4 Lotissement LA MAR-
TIENNE 97240 Le Frangois
Monsieur Dominique MICHEL demeu-
rant 8 Allee des Cactus Fond Capot
97226 Le Carbet
IMMATRICULATION en course au RCS
de Fort-de-France.
Pour avis, FB6201

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution de la so-
cietA suivante :
DENOMINATION: HBC CAPITAL
FORME : Socidet par Actions Simplifiee
& Capital Variable
CAPITAL: 1 000 E minimum
OBJET : R6alisation de tout investisse-
ment et d6sinvestissement en fonds pro-
pres et la gestion d'un portefeuille de
valeurs mobilibres notamment 6mises par
des socidets d6veloppant une activity
commercial dans les secteurs de I'h6tel-
lerie ettde I'hebergement touristique et/ou
toute activity commercial qui concourent
au d6veloppement desdits secteurs de
I'h6tellerie et de I'h6bergement touris-
tique;
SIEGE SOCIAL: 7, Zone de Manhity, Im-
meuble EXODOM, 97232 LE LAMENTIN
DUREE: 99 annBes
PRESIDENT : GROUP ACI OUTRE-
MER, SARL au capital de 1 000 E, don't
le siege social est sis 6, Zone de Manhity,
Immeuble SERA, 97232 LE LAMENTIN,
immatriculee au Registre du Commerce
et des Societes de FORT-DE-FRANCE
sous le numero 511 354 318, reprdsen-
tee par Monsieur St6phane de REYNAL
de SAINT MICHEL, son grant, demeu-
rant Magdelonnette, 97240 LE FRAN-
QOIS;
IMMATRICULATION : RCS de FORT DE
FRANCE
Pour avis, FB6202

AVIS DE CONSTITUTION
BOULANGERIE PATISSERIE ARTISA-
NALE LA PETITE BOURGEOISE
Aux terms d'un acted sous seing priv6 en
date du : 17 septembre 2012, il a 6t6
constitute une society ayant les caractd-


ristiques suivantes :
Denomination : BOULANGERIE PATIS-
SERIE ARTISANALE LA PETITE BOUR-
GEOISE SARL
Forme social : soci6t6 a responsabilit6
limited
Sidge social : petit bourg rue de la Liberte
97215 RIVIERE SALEE
Objet social : boulangerie patisserie arti-
sanale
Dur6e : 99 ans
Capital social : 5 0006
Grant : Monsieur GRAPINDOR Pierre-
Henri
Immatriculation de la society au registry
du commerce et des society de fort de
France
Pour avis la gerance FB6203

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du : 15 septembre 2012, il a 6t6
constitu6 une EURL
Dont I'objet I'importation, la vente, et/ ou
la commercialization de tout produit ali-
mentaire frais ou congele. Elle peut rsali-
ser toutes operations qui sont
compatibles avec cet objet, s'y rapportent
et contribuent & sa realisation
Denomination social : BE TRADE
Siege : ZIP pointe des Grives 97200 Fort
de France
Dur6e : 99 ans des I'immatriculation au
R.C.S. de Fort de France
Capital : 500E souscrit en numeraire
Gerance : Brice Yves Philippe PARFAIT
Pour avis FB6204

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acted sous seing prive en
date du 14 septembre 2012, ii a 6te
constitu6 une SARL presentant les ca-
racteristiques suivantes:
Former: SARL
Denomination : Soci6et De Batiment
Travaux Publics Caraibes (Sigle :
S.D.B.T.P.C)
Adresse : 10 Zac les Coteaux
97228 Sainte Luce
Capital: 8 000e
Objet : La realisation de travaux de ma-
gonnerie g6ndrale et gros oeuvre, travaux
publics, fournitures et fabrication d 'arma-
tures et toutes operations liees & I'activite
du batiment
Durbe : 99 ans A computer de son imma-
triculation au RCS
Grant: M. BARAST Pedro
La society sera immatriculee A la cham-
bre des Metiers de fort de France
Sainte Luce FB6205

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 13 septembre 2012, il a 6t6
constitute une : EURL
Presentant les caract6ristiques suivantes
Denomination : B-L-X
Adresse du siege social : quarter Saint -
Rock 97240 LE FRANCOIS
Objet: La society A pour objet: Agence-
rnent, Renovation, la Rehabilitation, et in-
tervention tous corps d'etats, Entretien et
nettoyage des batiments, spaces verts
et lieux dit vente
Dur6e : 99 ans
Capital : 7500.00E
Nom du grant: BIDARD Xavier
Adresse : quarter Saint Rock -
97240 LE FRANCOIS
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB6206

ETUDE DE MAITRE SERGE DUVAL,
NOTAIRE ASSOCIE A FORT DE
FRANCE (MARTINIQUE), 31 RUE MO-
REAU DE JONNES.
AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acted reu' par Maitre GeneviBve


VTLLEMIN-PLUNET, notaire soussignd,
au sein de la SociBte Civile Profession-
nelle d6nommee -Serge DUVAL, notaire,
associe d'une society civil profession-
nelle titulaire d'un office notarial-, don't le
sibge est A Fort de France (Martinique),
31 rue Moreau de Jonnes, le 17 ao0t
2012 enregistre & SIE DE FORT DE
FRANCE le 6 septembre 2012 bordereau
2012/1082 case n2e,
a 6et constitute une soci6te civil immo-
bilibre ayant les caractdristiques sui-
vantes:
Objet : I'acquisition par voie d'achat ou
d'apport, la propriety, la mise en valeur,
la transformation, la construction, I'ame-
nagement, I'administration et la location
de tous biens et droits immobiliers, de
tous biens et droits pouvant constituer
I'accessoire, I'annexe ou le complement
des biens et droits immobiliers en ques-
tion. La denomination social est: LACH-
RIMA.
Le siege social est fixe6 : LES TROIS
ILETS (97229) 6 Lotissement Privilege
Rue Passe Mon Temps.
La society est constitute pour une durbe
de 99 annees
Le capital social est fix6 & la some de :
CENT TRENTE MILLE EUROS
(130.000,00 EUR).
Les apports sont en numaraire.
Les parts sont librement cessibles entire
associes et au profit du descendant d'un
associe, toutes les autres cessions sont
soumises A I'agr6ment pr6alable a I'una-
nimit6 des as- cids.
Le premier grant de la soci6t6 est : Mr
CALISTRI Laurent, demeurant LES
TROIS ILETS (97229), 6 lotissement Pri-
vilege, Rue Passe Mon Temps.
SLa socidte sera immatriculee au registre
du commerce et des societes de FORT
DE FRANCE
Pour avis
Le Notaire. FB6207

AVIS DE CONSTITUTION
LE DOMAINE DES PITONS ,, SAS au
capital de : 37 00, siege social : route
des Pitons
97221 Le Carbet
Objet : d6veloppement et rachat d'activi-
tes touristiques, dur6e 99 ans Presi-
dente Directrice G6ndrale Liliane
HUBERVIC immatriculation registre
commerce Fort de France
Pour avis FB6208

TRANSFER DE SIEGE SOCIAL
AGENCE ANTILLES
INVESTISSEMENTS
AAI
SARL UNIPERSONNELLE
AU CAPITAL DE 2 050 C
SIREN N* 509 236 410
Par decision de I'associee unique du ler
septembre 2012, le siege de la society a
6t6 transf6re avec effet A la meme date.
Ancienne mention: 53 Rue Martin Luther
King 97 232 LAMENTIN
Nouvelle mention : Quartier Bardinet n
14 97 200 FORT DE FRANCE
Pour avis, La G6rance FB6209

AVIS DE TRANSFER DE SIEGE
SELARL BANETTE GIROUDIERE
*AVOCATS -LA ROCHELLE
DROIT COMMERCIAL DROIT
FISCAL DROIT DES SOCIETIES
DROIT SOCIAL
a PRIMEROSE ,
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 31 758
SIEGE SOCIAL: FORT DE FRANCE
(MARTINIQUE) 27 ROUTE DE CLUNY
453 325 482 RCS FORT DE FRANCE
Aux terms de I'AGE du : 19/07/2012, le


^1, 'I' p. 0 1^ ^sni.


- NNlTTONyES UfA I







http://www.iournal-iustice-martinique.com


siege social anciennement fix6e Fort de
France (Martinique) 27 route de Cluny a
ete transf6re A LA ROCHELLE (Chte
Mme) Parc d'activit6s Jean Guiton
Rue des Trois Freres BAt A 26me
etage A computer du 19/07/2012
L'article 4 des status a ete modifi6 en
consequence
Pour avis, la gerance FB6210

AVIS DE TRANSFER DE SIEGE
SELARL BANETTE GIROUDIERE
AVOCATS LA ROCHELLE
DROIT COMMERCIAL DROIT
FISCAL DROIT DES SOCIETIES
LE SAPHIR
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 1 000C
SIEGE SOCIAL: FORT DE FRANCE
(MARTINIQUE) 27 ROUTE DE CLUNY
449 341 072 RCS FORT DE FRANCE
Aux terms de I'AGE du : 18/07/2012, le
siege social anciennement fixed a Fort de
France (Martinique) 27 route de Cluny a
e6t transfer a LA ROCHELLE (Chte
Mme) Parc d'activites Jean Guiton
Rue des Trois Fr6res Bat A 26me
6tage a computer du 18/07/2012
L'article 4 des status a e6t modified en
consequence
Pour avis, la g6rance FB6211

SOCIETY GENERAL DE
PLOMBERIE ETUDE
SARL AU CAPITAL DE 6 000 C
SIS C/ DOMCENTER +
2 RUE LIEUTENANT SAINT-FELIX
97215 RIVIERE-SALEE
RCS FORT DE FRANCE
TMC 505 194 159 APE 4322A
AVIS DE CONTINUATION
Au terme d'une deliberation en date du 21
octobre 2011,
I'A.G.E. des associ6s a decide de la
continuation de la soci6t6
conformement aux dispositions de I'arti-
cle L. 223-42 du Code de commerce.
D6p6t legal au RCS de Fort de France.
Pour avis et mention, les cogerants.
FB6212

AVIS D'APPORT D'UN
FONDS DE COMMERCE
BATI CONCEPTION METALLIQUE
SARL
AU CAPITAL DE 3 00C0UROS
ZAC LES COTEAUX SUD -
VOIE ARTISANALE
97228 SAINTE LUCE
N SIRET : 539 715 318 00017
Aux terms d'une deliberation de I'as-
semblee gen6rale extraordinaire de la so-
ci6t6 BATI CONCEPTION METALLIQUE
en date du 30 ao0t 2012, M Charles NI-
DAUD a fait apport a la soci6te
BATI CONCEPTION METALLIQUE
SARL au capital de 3 000euros, ayant
son siege social ZAC les Coteaux Sud -
voie Artisanale 97228 SAINTE LUCE et
immatricul6 au registre du commerce et
des soci6ets sous le numero RCS Fort de
France 539 715 318. D'un fonds de
commerce de fabrication de structures
m6talliques, exploited ZAC les Coteaux
Sud voie Artisanale 97228 SAINTE
LUCE, et immatricul6 au registre du com-
merce et des soci6ets sous le numerd
RCS Fort de France 391 157 468.
Cet apport sus-d6sign6e value a
60 000 euros a 6et consent net de tout
passif. II a 6te r6mun6r6 moyennant I'at-
tribution a I'apporteur a titre d'augmenta-
tion de capital de 60 000 parts sociales
de l~uro De nominal emises par la so-
ciete BATI CONCEPTION METALLIQUE
SARL
La date d'entr6e en jouissance du fonds
apport6 a 6te fixee au 1 septembre 2012


Les opposition, s'il y a lieu, seront re-
ques dans les dix jours de la dernibre en
date des publications 16gales par M ;
Charles NIDAUD, demeurant 15 lotisse-
ment Xsora Beola 97228 Sainte Luce
o6 domicile a ete elu a cet effet
Les declarations de cr6ances sont A ef-
fectuer au greffe du tribunal de fort de
France
Pour insertion
Le grant FB6213

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
Suite a la cession de parts sociales eta-
blie suivant acte sous seing priv auto-
rise par I'assemblee g6n6rale du :
14/09/2012, il resort que les status de
la socidet AISHA, sise au 60 rue Blenac
97200 Fort de France, se trouvent modi-
fies come suit Article 6 :Les compo-
sants font apport a la socidet : Monsieur
IBRAHIM Moawiah la some
de : 3 048.98Euros; Monsieur IBRAHIM
Mounir, la some de 4 573.47Euros
Soit au total : 7 622.456uros
Article 7 : La repartition du capital social
est la suivante :
A : Monsieur IBRAHIM Moawiah 200
parts numerotees de v 1 a 200 inclus ;
A : Monsieur IBRAHIM Mounir, 300 parts
numerotees de 201 & 500 inclus
Article : 3 Le siege social de la soci6te est
fix6 au 60 rue Antoine Siger- 97200 Fort
de France
Pour avis le grant FB6214

HD PRESTATIONS SARL
ADDITIF A L'ANNONCE N' 38
DU 20 SEPTEMBRE 2012 FB 6180
Madame FLEURAL Mylene est nommee
gerante en replacement de Madame
VENTOSE Fabienne, d6missionnaire
Pour avis et mention
Madame FLEURAL Mylene FB6215

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
Society SOLUTION OCCAZ Soci6t6 par
actions simplifiee Au capital de : 4 000
uros Siege social : residence Opale
Noble Bat C appt 3 acajou 97232
LE LAMENTIN N RCS : 538 876 434
Aux terms des decisions du 13 septem-
bre 2012, I'associ6 unique Modifie, &
computer du : 17 septembre 2012, I'objet
social comme suit: Ancienne mention : "
Vente et importation de v6hicule d'occ-
sion (auto moto).Nouvelle mention : Io
cation de court dur6e de voiture et vehi-
cules automobiles i6gerso, Transfert, a
computer du 17 septembre 2012, le siege
social a residence Opale Noble bat C -
appt 3 Acajou -97232 Le Lamentin. Le
dep6t legal sera effectu6 au greffe du tri-
bunal de commerce de fort de France
Pour avis la Pr6sidence
FB6216

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
EVACOOP SARL
6 AV DES INSURRECTIONS
ANTI-ESCLAVAGISTES
97211 RIVIERE PILOTE
CAPITAL 6000.00UROS
SIRET: 497 489 393 000 15
N GESTION: 2007 B 524
Aux terms de I'assemblee g4n6rale or-
dinaire du 22 juin 2012, les associds ont
approve : Le changement de grant: M
.MONLOUIS-BONNAIRE EDDY,
M HEURLIE Alex,
M. POGNON Michel Jean.
Deviennent cog6rants de la soci6et en
replacement:
de M. BERNARD Hubert et M. MON-
LOUIS-BONNAIRE Franck Patrick
Pour avis et mention FB6217


AVIS DE CHANGEMENT
DU PRESIDENT
SAS ANOU
SOCIETY PAR ACTIONS SIMPLIFIEE
AU CAPITAL DE 37 000CUROS
SIEGE SOCIAL: 15, RUE EUGENE
EUCHARIS DILLON STADE 97200
FORT DE FRANCE
RCS: 452 402 720
L assemblee G extraordinaire du : 15 oc-
tobre 2011, a nommee en quality de pre-
sident M. Ralph ANDRE, demeurant : a
43, chemin Jules Beaunes, rte de Balata
97234 Fort de France en replacement
de M Eddy OULY a computer du 01 no-
vembre 2011
Modification aux status et au RCS de fort
de France FB6218

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
SOCI-TE CIVIL IMMOBILIERE
CARAIBES IMMOBILIER
SOCITE CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 762.25CUROS
SIEGE SOCIAL: ROUTE DE BALATA
KALISTA 5
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE 378 737 597
Aux terms d'une deliberation en date du
ler juillet 2012, la collectivitd des asso-
cies a pris acte du deces de Monsieur
VALLIER et a nomme en quality de nou-
'veau grant Monsieur Jean Michel TAI-
LAME, demeurant Residence Morne
Coco Didier pour une dur6e illimitee.
Le nom de Monsieur VALLIER a ete re-
tir6 des status sans qu'il y ait lieu de le
remplacer par celui de Monsieur Jean Mi-
chel TAILAME
Pour avis, la g6rance FB6219

AVIS DE CLOTURE DES
OPERATIONS DE LIQUIDATION
SNC IRIS
EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 1 OOOC
SIEGE : 39 LOTISSEMENT LES 4
VENTS 97220 TRINITE
RCS FDF 493 708 929 00010
Aux terms d'une deliberation en date ler
juillet 2012, I'assemblee gendrale extra-
ordinaire des actionnaires de la SNC
IRIS a approuve le compete d6finitif de li-
quidation de la society avec effet a comp-
ter du ler juillet 2012, et d6charg6 M ;
Remy VERCAEMER domicilie au 39 lo-
tissement les 4 vents 97220 TRINITE, de
son mandate de liquidateur, donned quitus
de sa gestion a ce dernier et constate la
cloture de la liquidation
Les comptes de liquidation seront depo-
s6s au greffe du tribunal de commerce de
fort de France
En annexe au registre de commerce et
des societes
Pour avis et mention
Le liquidateur FB6220

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
DE LA SOCIETY
ET RADIATION TOTAL
NERMAR
CAPITAL: 7500C
RCS : FD- TMC 500 237 201,
N DE GESTION: 2008 B 1355
ADRESSE : 6 LOT LES POINCETTIAS
97229 TROIS ILETS
Aux terms de I'A.G. du 04 septembre
2012, les associ6s ont d6cid6 de proce-
der a la dissolution anticip6e de la society
et la radiation total aupres de la cham-
bre de commerce et des differents ser-
vices Administratifs, Cette decision prend
effet imm6diatement
Pour avis FB6221

AVIS DE CONSTITUTION
- Avis est donn6 de la constitution d'une
society presentant les caracteristiques


suivantes :
DENOMINATION SOCIAL : CAP SUD
MACABOU
FORME : Societe a responsabilite limited
CAPITAL : 4000 euros
SIEGE SOCIAL : 31 lot. Petit Macabou
97280 LE VAUCLIN
OBJET SOCIAL : BAR RESTAURANT,
LOCATION TOURISTIQUE, EVENE-
MENTIEL
DUREE : 99 annees A computer de son
immatriculation au registre du commerce
et des soci6tes
GERANCE : MICHELET Jean demeu-
rant 31 lot.Petit Macaboq 97280 LE VAU-
CLIN
ASSOCIE : BERNABEI Jean Luc de-
meurant 51 Lot Petit Macabou 97280 LE
VAUCLIN
IMMATRICULATION : au registre du
commerce et des societes de FORT DE
FRANCE FB6222








semsamar
AVIS D'APPEL PUBLIC
A CANDIDATURES
Procedure adaptee (art. 28 du Code des
Marches Publics)
Type de march : Services
1) IDENTIFICATION DE L'ORGANISME
QUI PASSE LE MARCH
Mairie du LORRAIN representbe par
monsieur le Maire du Lorrain.
Rue Schoelcher
97214 LE LORRAIN
Mandataire : SEMSAMAR
Immeuble Synergie
Californie 2
97232 LE LAMENTIN
2) OBJET DU MARCH
Le march concern la maitrise d'oeuvre
pour la reconstruction en structure modu-
laire de I'ecole Leon Cecile au Lorrain.
Le march sera conclu avec un groupe-
ment conjoint regroupant les compe-
tences en architecture, en etudes
structures, g6nie parasismique, fluides,
VRD et en 6conomie de la construction
(Architecte + BET VRD). Le mandataire
du groupement sera n4cessairement un
architect inscrit & I'Ordre.
3) CONDITIONS RELATIVES AU
MARCH
Modalit4s de financement et de pavement
: pavement par virement, prix r6visables -
delai de paiement de 30 jours
CONDITIONS DE PARTICIPATION
Le dossier de candidature dqit c6mporter
: (Voir reglement de Consultation (FC)
4) SELECTION DES CANDIDATURES
Ne seront pas admises les candidatures
non recevables en application des articles
43, 44 et 47 du Code des March6s Pu-
blics et ne pr6sentant pas les garanties
techniques et financi6res suffisantes.
Les candidates peuvent retire les dossiers
de consultation sur le site marchls se-
curises de la commune du lorrain -
5) TRANSMISSION DES CANDIDA-
TURES
Les dossiers de candidatures doivent 6tre
transmis de maniere a parvenir, au plus
tard avant la date et heures suivantes :
- L'enveloppe cachetee devra porter la
mention suivante Candidature pour la
maitrise d'ceuvre concernant la recons-
truction en structure modulaire de I'6cole
Leon Cecile a6 Lorrain,, ne pas ouvrir
., ainsi que I'identit6 et I'adresse du can-
didat.
Ils seront adress6s ou remis contre r6c6-
pisse & I'attention de la Mairie du Lorrain


Slk'' I'


A wa







http://www.ioural-iustice-martiniaue.com


-'97 214 Le Loirain
La transmission des candidatures par
voie electronique est autorisee.
Contact Mairie : M. VALLEY, directeur
des services techniques de la mairie au
0596532536
Contact SEMSAMAR : M. ALEXANDRE,
charge d'op6rations : 0596 76 13 59
6) DATES
Date d'envoi du present avis & la publica-
tion : 24/09/2012
Date limited de remise.des candidatures :
24/10/2012
Date d'intervention : A computer de la no-
tification du march
Date de reception des travaux : novem-
bre 2013 FB6223








semsamar
AVIS D'APPEL PUBLIC
A CANDIDATURES
Procedure adaptee (art. 28 du Code des
Marches Publics)
Type de march : Services
1) IDENTIFICATION DE L'ORGANISME
QUI PASSE LE MARCH
Mairie du LORRAIN represented par
monsieur le Maire du Lorrain.
Rue Schoelcher
97214 LE LORRAIN
Mandataire : SEMSAMAR
Immeuble Synergie
Californie 2
97232 LE LAMENTIN
2) OBJET DU MARCH
Le march concern une mission de
contr6le technique relative & la recons-
truction en structure modulaire de I'ecole
Leon Cecile au Lorrain.
Le march sera conclu avec un bureau
de contr6le technique regroupant les
competences dans le domain.
3) CONDITIONS RELATIVES AU
MARCH
Modalites de financement et de pavement
: pavement par virement, prix revisables -
delai de paiement de 30 jours
4) CONDITIONS DE PARTICIPATION
Les candidatures et offres seront r6di-
gees entierement en langue frangaise.
Le dossier de candidature dolt comporter
: voir reglement de Consultation (RC)
5) SELECTION DES CANDIDATURES
Ne seront pas admises les candidatures
non recevables en application des articles
43, 44 et 47 du Code des Marches Pu-
blics et ne presentant pas les garanties
techniques et financieres suffisantes.
6) TRANSMISSION DES CANDIDA-
TURES
Les dossiers de candidatures doivent etre
transmis de maniere A parvenir, au plus
tard avant la date et heures suivantes :
L'enveloppe cachet6e devra porter la
mention suivante Candidature pour une
mission de control technique relative &
la reconstruction en structure modulaire
de I'ecole Leon Cecile au Lorrain", ne
pas ouvrir ,, ainsi que I'identite et
I'adresse du candidate.
Ils seront adresses ou remis contre rece-
pisse a I'attention de la mairie du Lorrain
-97 214 Le Lorrain
La transmission des candidatures par
voie electronique est autorisde.
Contact Mairie : M. VALLEY, directeur
des services techniques de la mairie au
0596532536
Contact SEMSAMAR : M. ALEXANDRE,
charge d'operations : 0596 76 13 59
7) DATES
Date d'envoi du present avis A la publica-


tion : 24/09/2012
Date limited de remise des candidatures :
24/10/2012
Date d'intervention : A computer de la no-
tification du march
Date de reception des travaux : novem-
bre 2013 FB6224








semsamar
AVIS D'APPEL PUBLIC
A CANDIDATURES
Procedure adaptee (art. 28 du Code des
Marches Publics)
Type de march : Services
-1) IDENTIFICATION DE L'ORGANISME
QUI PASSE LE MARCH
Mairie du LORRAIN represented par
monsieur le Maire du Lorrain.
Rue Schoelcher
97214 LE LORRAIN
Mandataire : SEMSAMAR
Immeuble Synefgie
Californie 2
97232 LE LAMENTIN
2) OBJET DU MARCH
Le march concern une mission de
coordination en matiere de security et de
protection de la sante des travailleurs re-
lative A la reconstruction en structure mo-
dulaire de I'ecole Leon Cecile au Lorrain.
Le march sera conclu avec un coordon-
nateur S.P.S regroupant les compe-
tences dans le domain.
3) CONDITIONS RELATIVES AU
MARCH
Modalites de financement et de pavement:
pavement par virement, prix revisables -
delai de pavement de 30 jours
4) CONDITIONS DE PARTICIPATION
Les candidatures et offres seront r6di-
gees entierement en langue frangaise.
Le dossier de candidature dolt comporter
: voir Reglement de Consultation (RC)
5) SELECTION DES CANDIDATURES
Ne seront pas admises les candidatures
non recevables en application des articles
43, 44 et 47 du Code des Marches Pu-
blics et ne presentant pas les garanties
techniques et financiAres suffisantes.
6) TRANSMISSION DES CANDIDA-
TURES
Les dossiers de candidatures doivent etre
transmis de manibre a parvenir, au plus
tard avant la date et heures suivantes :
L'enveloppe cachetee devra porter la
mention suivante Candidature pour le
march de coordination en matibre de se-
curite et de protection de sante relatif A la
reconstruction en structure modulaire de
I'ecole Leon Cecile au Lorrain", ne pas
ouvrir -, ainsi que I'identite et I'adresse du
candidate.
Ils seront adresses ou remis contre rece-
pisse A I'attention de la mairie du Lorrain
-97 214 Le Lorrain
La transmission des candidatures par
voie 6lectronique est autorisee.
Contact Mairie : M. VALLEY, directeur
des services techniques de la mairie au
05 96 53 25 36
Contact SEMSAMAR : M. ALEXANDRE,
charge d'operations : 0596 76 13 59
'7) DATES
Date d'envoi du present avis & la publica-
tion : 24/09/2012
Date limited de remise des candidatures :
24/10/2012
Date d'intervention : a computer de la no-
tification du march
Date de reception des travaux : novem-
bre 2013 FB6225


semsamar
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Nom et adresse officials de I'organisme
acheteu : SEMSAMAR
Personne responsible du march : Mme.
La Directrice Generale
Objet du march : Marche de maitrise
d'oeuvre (Infrastructures) pour I'Am6na-
gement de la parcelle
Habitation Fantaisie 97212 SAINT-JO-
SEPH (MARTINIQUE).
Definition de la mission : Art. 7 de la loi
85-704 du 12 juillet 1985 dite loi MOP.
PRO
ACT
EXE
DET.
AOR
Type de march : Marche de maitrise
d'oeuvre (domaine Infrastructures) (Or-
donnance du 6 Juin 2005)
Lieu d'execution : Commune de Saint-Jo-
seph 97212 (MARTINIQUE)
Nomenclature CPV : 74200000-1 Ser-
vices d'architectures, d'ingenierie, de
construction et service de conseils tech-
niques connexes
Enveloppe financiere provisoire affected
aux travaux : 3.400.000 e HT
Modalites essentielles de financement et
de paiement et/ ou references aux textes
qui les reglementent : Paiement A 30
jours
L'unite monetaire utilisee est I'Euro
Justifications A produire quant aux quali-
tes et capacities du candidate : conforme-
ment aux dispositions de I'article 45 du
CMP, I'offre devra 6tre accompagnee :
d'une lettre de candidature
d'une declaration sur I'honneur dOment
signee, justifiant que le candidate ne fait
I'objet d'aucune interdiction de concourir
et qu'il satisfait aux obligations fiscales et
sociales
de renseignements permettant d'evaluer
les capacities professionnelles, tech-
niques et financieres du candidate
des certificates et qualifications profes-
sionnelles
Critbres d'attribution : offre economique-
ment la plus avantageuse appreciee en
function des crit6res enonces ci-dessous:
References et valeur technique 40 %
Delais d'execution 30 %
Prix des prestations 30 %
Type de procedure : Marches passes
selon la procedure adaptee (MAPA) arti-
cle 28 du CMP.
Date limited de reception des offres : le
Vendredi 26 Octobre 2012 avant 12
heures.
Date d'envoi du present avis A la publica-
tion : le 24 Septembre 2012
Adresse auprbs de laquelle les dossiers
peuvent 6tre retires :
SEMSAMAR Agence Martinique
Immeuble Synergie Californie 2
97 232 LE LAMENTIN
Tel. : 05 96 73 16 59 Fax : 05 96 73 13
66
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique et adminis-
tratif peuvent etre obtenus:
Eddie CRIQUET Tel. : 05 96 73 16 59 -
:, Fax: 05 96 73 13 66 ecriquet@semsa-
mar.fr
Adresse ou les offres doivent 6tre trans-
mises : Les offres seront transmises par
vole postal en pli recommande ou re-
mises contre recepisse, et adresse A I'at-
tention de: /


Madame La Directrice Generale de la
SEMSAMAR
Immeuble Synergie Californie 2
97 232 LE LAMENTIN.
Fait A Lamentin,
Le 24 Septembre 2012
Pour la SEMSAMAR,
La Directrice Generale FB6226







co.." lonial

AVIS DE MARCH
FOURNITURES
SECTION I: POUVOIR ADJUDICATEUR
I.1)-Nom, addresses et points) de contact:
-Conseil Regional de Martinique, rue
Gaston Defferre CS 50601, A I'attention
de service de la Commande Publique,
MQ-97261 Fort-de-France Cedex. Tel.
(+33) 05 96 59 63 00. Fax (+33) 05 96 72
6810.
-Adresse(s) internet:
Adresse general du pouvoir adjudicateur
: http://www.cr-martinique.fr.
-Adresse auprbs de laquelle des informa-
tions complementaires peuvent etre ob-
tenues :
-Conseil regional de Martinique, h6tel de
region rue Gaston Defferre CS 50601, A
I'attention de .- rvice de la command pu-
blique, MQ-97261 Fort-de-France
Cedex.. Tel. (+33) 05 96 59 63 00. Fax
(+33) 05 967268 10.
-Adresse aupres de laquelle le cahier des
charges et les documents complemen-
taires (y compris les documents relatifs a
un dialogue competitif et A un systbme
d'acquisition dynamique) peuvent 6tre ob-
tenus:
-Conseil regional de Martinique, h6tel de
region rue Gaston Defferre CS 50601,
Contact : service de la command pu-
blique, MQ-97261 Fort-de-France Cedex.
Tel. (+33) 05 9 6 59 6 3 00. Fax (+33) 0
59 6 7268 10.
-Adresse A laquelle les offres ou de-
mandes de participation doivent 6tre en-
voyes :
- Conseil Regional de Martinique, rue
Gaston Defferre Cluny, Contact: r6cep-
tion des offres par voie dematerialisee
uniquement A I'adresse Internet
http:/www.cr-martinique.fr/Fort-de-
France.
1.2)-Type de pouvoir adjudicateur:
-Autorite regional ou locale.
1.3)-Activite principal :
-Services generaux des administrations
publiques.
1.4)-Attribution de march pour le compete
d'autres pouvoirs adjudicateurs :
-Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
SECTION II : OBJET DU MARCH
II.1)-Description
II.1.1)-lntitule attribute au contract par le
pouvoir adjudicateur:
-Acquisition, mise A jour et maintenance
(evolutive et corrective) de licences re-
seau des logiciels de CAO (Conception
AssistAe par ordinateur) (Autocad, Auto-
cad MAP 3d et Autocad LT).
11.1.2)-Type de march et lieu d'execu-
tion, de livraison ou de prestation :
-Fournitures.
-Achat.
-Lieu principal d'execution des travaux,
de livraison des fournitures ou de presta-
tion des services : territoire de la Marti-
nique.
-Code NUTS FR920.
I1.1.3)-Information sur le march public,


A I 2 Ptmb3202tE39 CPe I


n' AffOffs UA LS







http://www.ournal-iustice-martiniaue.com


I'accord-cadre ou le system d'acquisition
dynamique :
-L'avis concern la mise en place d'un ac-
cord-cadre
11.1.4)-Information sur I'accord-cadre:
-Accord-cadre avec un seul operateur.
-Duree de I'accord-cadre: Duree en
annee(s) : 03.
11.1.5)-Description succincte du march
ou de I'acquisition/des acquisitions :
-la collectivit6 regional souhaite acquerir
et mettre a jour des licences logicielles de
CAO (Conception Assistee par Ordina-
teur) 2d/3d et de DAO (Dessin Assiste
par Ordinateur).
11.1.6)-Classification CPV (vocabulaire
commun pour les marches publics):
-48218000, 72267000 JA02.
I1.1.7)-Information concernant I'accord sur
les marches publics (AMP) :
-Marche couvert par I'accord sur les mar-
ches publics (AMP) : Oui
11.1.8)-Lots :
-Division en lots : Non.
11.1.9)-Variantes:
-Des variantes seront prises en conside-
ration : non.
11.2.1)-Quantite ou etendue global:
mise a jour des licences
Quantity minimum 16re annee : 10
Quantity minimum 2eme annBe : 10
Quantite minimum 3eme annee : 10
acquisitions de licences
Quantity minimum 1 re annie : 8
Quantity minimum 26me anne : 5
Quantity minimum 3eme ann6e : 5.
11.2.2)-Informations sur les options :
-Options : oui.
-Description de ces options : march
passe pour une duree d'un an reconduc-
tible deux fois de fagon tacite. Le titulaire
ne pourra refuser les reconductions.
Nombre de reconductions 6ventuelles : 2.
-Calendrier previsionnel de I'exercice de
ces options : en mois : 12 (A computer de
la date d'attribution du march6.
11.2.3)-Reconduction :
-Ce march peut faire I'objet d'une recon-
duction : oui.
Nombre de reconductions 6ventuelles :
02.
II.3)-Duree du march ou delai d'execu-
tion :
-Duree en mois: 12 (a computer de la date
d'attribution du march6.
SECTION III : RENSEIGNEMENTS
D'ORDRE JURIDIQUE, ECONOMIQUE,
FINANCIER ET TECHNIQUE
III.1)-CONDITIONS RELATIVES AU
CONTRACT
111.1.1)-Cautionnement et garanties exi-
ges:
Avances : si le titulaire I'accepte dans
I'acte d'engagement, une advance lui sera
verse dans les conditions prevues aux
articles 87 et 90 du code des marches pu-
blics. Son versement est conditionne par
la constitution d'une garantie a premiere
demand ou, si les deux parties I'accep-
tent A une caution personnelle et soli-
daire.
111.1.2)-Modalites essentielles de finance-
ment et de pavement et/ou references aux
textes qui les reglementent:
Financement : Fonds propres de la Re-
gion
. Virement administratif
. Avance de 5 % prevue
. March & prix unitaires
. Delai global de pavement : 30 jours
. Variation des prix: prix revisables.
111.1.3)-Forme juridique que devra revetir
le groupement d'operateurs economiques
attributaire du march :
La Region peut imposer aprbs attribution
du march la forme de groupement soli-
daire momentane en vertu de I'article 51
du code des marches publics.
111.1.4)-Autres conditions particulibres :


L'execution du march est soumise A des
conditions particulieres : non.
111.2)-CONDITIONS DE PARTICIPATION
111.2.1)-Situation propre des operateurs
economiques, y compris exigences rela-
tives a I'inscription au registre du com-
merce ou de la profession :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
module DC2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation A& tre titulaires du
march (disponible sur internet A
I'adresse suivante
www.colloc.bercy.gouv.fr, thbme : mar-
che publics)
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au module DC 1 dans sa version juin
2012)
(Disponible sur internet a I'adresse sui-
vante : www.colloc.bercy .gouv.fr, theme
: march publics).
111.2.2)-Capacite economique et finan-
ciere :
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies : declaration concernant le chif-
fre d'affaires global et le chiffre d'affaires
concernant les prestations objet du mar-
che, realis6es au course du dernier exer-
cice disponible
- declaration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
-Niveau(x) specifique(s) minimal(aux)
exige(s) : le demier chiffre d'affaires an-
nuel disponible du candidate devra etre su-
perieur & 50 000 euros (T.T.C.).
111.2.3)-Capacite technique:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- une description de I'6quipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
- declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
* Capacites professionnelles:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectuees au course de la der-
niere ann6e, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive.
- indication des titres d'6tudes et profes-
sionnels de I'operateur economique et/ou
des cadres de I'entreprise et notamment
des responsables de prestations de ser-
vices
- certificates de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
Adresse b laquelle les offres doivent etre
envoy&es:
Reception des offres par vole demat6ria-
lisee uniquement (ligne A I'adresse Inter-
net sus-indiquee).


111.3.1)-Information relative & la profes-
sion:
La participation est r6servee a une pro-
fession particuliere : non.
111.3.2)-Membres du personnel responsa-
bles de I'execution du service
Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges de la prestation : Non
SECTION IV: PROCEDURE
IV.1)-TYPE DE PROCEDURE
IV.1.1)-Type de procedure :
Ouverte.
IV.1.2)-Limites concernant le nombre
d'operateurs invites & soumissionner ou
a participer:
IV.1.3)-R6duction du nombre d'opera-
teurs durant la negociation ou le dialogue:
IV.2)-CRITERES D'ATTRIBUTION
IV.2.1)-Criteres d'attribution :
Offre 6conomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonces dans le cahier des charges,
dans I'invitation A soumissionner ou a ne-
gocier ou encore dans le document des-
criptif.
IV.2.2)-Enchere electronique :
IV.3)-RENSEIGNEMENTS D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.3.1)-Numero de reference attribute au
dossier par le pouvoir adjudicateur:
DDSIT-LICAO-12-064.
IV.3.2)-Publication(s) antdrieure(s)
concernant le m&me march :
Publication(s) anterieure(s) concernant le
meme march : Non.
IV.3.3)-Conditions d'obtention du cahier
des charges et de documents compl6-
mentaires ou du document descriptif :
Date limited pour la reception des de-
mandes de documents ou pour I'acces
aux documents: 30 octobre 2012 12:00.
Documents payants : non.
IV.3.4)-Date limited de reception des offres
ou des demands de participation :
30 octobre 2012 12:00.
IV.3.5)-Date d'envoi des invitations A sou-
missionner ou & participer aux candidates
selectionnes:
IV.3.6)-Langue(s) pouvant Atre utilisee(s)
dans I'offre ou la demand de participa-
tion :
Langue(s) officielle(s) de I'UE : frangais.
IV.3.7)-DBlai minimum pendant lequel le
soumissionnaire est tenu de maintenir
son offre :
Duree en jours : 180 (a computer de la
date limited de reception des offres).
IV.3.8)-Modalites d'ouverture des offres:
Date : 31 octobre 2012 10:00.
Lieu : conseil Regional de Martinique.
-Personnes autorisees a assisted a I'ou-
verture des offres: non.
SECTION VI : RENSEIGNEMENTS
COMPLEMENTAIRES
VI.1)-RENOUVELLEMENT:
II s'agit d'un march renouvelable : oui
VI.2-INFORMATION SUR LES FONDS
DE L'UNION EUROPEENNE :
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par des fonds de I'Union
europeenne : non.
VI.3)-INFORMATIONS COMPLEMEN-
TAIRES:


appel d'offre ouvert (art 33,57 et 59 du
code des Marches publics)
Type de march : II s'agit d'un march a
bons de command passe au titre de I'ar-
ticle 77 du code des marches publics
avec mini et sans maxi.
Criteres de selection des candidatures
Les criteres de selection des candida-
tures qui seront utilises sont:
Capacites professionnelles, techniques et
financieres
Jugement des offres
L'Offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1-Le prix de la prestation affected d'un
coefficient 6
2-Le delais de livraison affect d'un coef-
ficient 2
Delai laisse au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
ciales et fiscales : 08 jours calendaires
Transmission des dossiers d'offre par
voie d6materialisee : obligatoire (article
56 de code des marches publics)
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement A la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique "
marches publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public & la concurrence) :
-La recherche des consultations passes
par la Region Martinique
-Le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
-La transmission par voie electronique
des dossiers d'offre.
Delai de publicity : Les reductions de
delai de publicity prevues A I'article 57 II
4 et 5 du code des marches publics ont
ete utilisees au titre de la present
consultation.
Date d'envoi du present avis au JOUE et
au BOAMP:
VI.4)-PROCEDURES DE RECOURSE
VI.4.1)-Instance charge des procedures
de recours :
Tribunal Administratif de Fort-de-France,
immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
-B.P 683, MQ-97200 Fort-de-France. Tel.
(+33) 05 96 71 66 67. Fax (+33) 05 96 63
1008.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris), 29 rue Barbet-De-Jouy, F, F-
75700 Paris Cedex 7.. Tel. (+33) 01 4 4
42 6 3 43. Fax (+33) 01 4 4 42 6 3 37.
VI.4.2)-Introduction des recourse :
VI.4.3)-Service aupres duquel des ren-
seignements peuvent 6tre obtenus sur
I'introduction des recourse :
-Le greffe du tribunal administratif, croix
de Bellevue, MQ-97200 Fort-de-France
Cedex. Tel. (+33) 05 96 71 66 67. Fax
(+33) 0 59 6 63 1 0 08.
VI.5)-DATE D'ENVOI DU PRESENT
AVIS : 19/09/2012 FB6227


iTina hahrlnmarlaira rl'infnrm


* Vi 'R n Rw jwti n'39-PgI.e 7,


r A NNONCRs Uyl








16inme festival le la Musique creole


Les organisateurs du 16iBme festival de la musique creole de
la Dominique sont venus inviter les Martiniquais a participer a
cette edition qui rendra un hommage appuye a Jeff Joseph, de-
cede cette annee. Durant trois jours, du 26 au 28 octobre pro-
chains, la capital de la Dominique, Roseau, vibrera au son de
tous les rythmes de la CaraYbe. L'occasion de celebrer egale-
ment les 34 ans d'independance de notre voisine du Nord mais
aussi de f6ter la Ijournie international crole".

Ateliers contest et marionnettes
Au sein de son ecole, Jala (Jeannine Ozier-Lafontaine) propose
de s'epanouir avec la realisation et I'animation de marionnettes.
La marionnette est un art pluridisciplinaire don't la pratique de-
veloppe la cr6ativit6 et le sens du jeu et permet de decouvrir le
plaisir d'imaginer, de fabriquer et de raconter avec des objets
manipules.
L'art de la marionnette est aussi une veritable discipline des
arts du spectacle oO la creation, la construction, le pouvoir de
pr6ter la vie, necessitent un apprentissage.
Au travers de cet atelier les verbes construire, recuperer, ani-
mer, inventer, creer, jouer, s'epanouir, apprendre, s'eclater, se
soigner, se faire plaisir, faire plaisir aux autres sont au centre de
I'animation.
Les techniques abordees permettront de s'initier aux marion-
nettes a gaine, a fils, a tringles, A tiges, a aiguilles, aux bwabwa,


http://www.iournal-ustice-martinique. com


au theatre d'ombres, bunraku, aux formes animees, Une pre-
sentation des travaux et prevue en fevrier lors du 4e festival de
marionnettes et en fin d'annee. Jala, marionnettiste profes-
sionnelle, sera la formatrice principal. Cependant, des artistes
invites interviendront de maniere ponctuelle. Ateliers A partir de
9 ans jusqu'A 97 ans.
Lundi Mardi et jeudi : 17h A 19h et Mercredi : 9h A 11h et 13h
30 A 15h 30 tout public.

"Tresors d'Amazonie: la collection Cadilhac"
Une Exposition ethnographique est visible aux heures d'ouver-
ture du musee jusqu'au samedi 3 novembre 2012 au Musee
Departemental d'Archeologie a Fort-de-France.
Devoilee pour la premiere fois au public, cette exposition eth-
nographique a ete acquise par le Musee en 2007. Composee
environ d'une centaine de pieces d'origine venezuelienne, terre
de depart des premieres migrations amerindiennes vers les An-
tilles au Veme sibcle avant J.-C., cette exposition permet de
s'interroger sur les survivances culturelles entire populations
continentales et insulaires, 6tant donned I'absence sur le terri-
toire martiniquais d'artefacts amerindiens autres que c6ra-
miques. Dans cette collection, on y trouve des elements de
parure (coiffes, colliers), des objets de la vie quotidienne (sar-
bacane, fleche), des elements de ceremonie utilises par le cha-
man come le yopero, autant d'objets temoignant des
richesses culturelles amazoniennes.


Nos sportifs olympiques honors s


Sandrine Gruda
Sandrine Gruda


Mandy Frangois Elie


L'A6roport Aime-C6saire-Martinique a connu une grande ef-
fervescence ce week-end avec I'arrivee de nos medaillees aux
Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres 2012 : La jo-
sephine Sandine Gruda (argent) et Mandy Francois-Elie (or).
Les fans supporters ont reserve A leur vice-champion et
champion de Londres 2012, un accueil, tres chaleureux, egaye
par des cris de joie et des 'woulo-bravo".


Sandrine Gruda, Marc-AndrB Cratere, Serge Letchimy, Cedric Ramassamy
et Mandy Frangois Elie
Une sympathique manifestation pour honorer la performance e
sportive et hiumaine"de nos athletes aux Jeux Olympiques et
Paralympiques de Londres A la Region Martinique. Le Presi-
dent de la Region, Serge Letchimy, a requ les athletes valides
comme handicaps avec leurs entraineurs respectifs, les pre-
sidents de ligue de Basket et Handisport et les parents pour
leur exprimer la fierte de la Martinique. "C'itait mieuxqu'd r'Ely-
see"a tenu A souligner Sandrine Gruda.


I I *i ,embr 2ii'3F


~I