<%BANNER%>
PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00256
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: February 2, 2012
Publication Date: 09/06/2012
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00256

Full Text
e hebdomadaire d'information communiste


Jeudi 6 Septembre 2012 92? Annee N*36 Martinique: 2,00 France: 2,40 DOM: 2,20 E
Ii I


La Fete be I'Humanite
14-15 & 16 septembre 2012:
Espace d'expression des
luttes populaires
France:
Une rentr6e politique et
social sous haute tension
1 4__ __ _ _______






http://www.iournal-iustice-martiniaue. cor


Jeh' Sptmbe m201i 2 'fS nI 6f-Page -S


[ $ KAA4. -


Respect deszones 6e cantonnements.
Trop de peches illegales dans les cantonnements. Mais le plus grave, c'est qu'elles
sont imputables A de pecheurs processionnels Afin de faire respecter I'interdiction
Sa ka Paie ................. 2 de peche dans les zones de cantonnements, les autorites maritimes ont organism le
28 ao0t dernier une action de police des peches mediatisee. Celle-ci, coordonnee
E~ito ........................f. 3 par la Direction de la Mer, a ete menee conjointement avec I'unite littorale des affaires
- Vie chEre : Agir vraiment maritimes, la subdivision des Phares et Balises, les brigades nautiques de la Gen-
darmerie Nationale et la Direction regionale des douanes et des droits indirects sur
Eco/$ocial ................ ./5 e-le cantonnement de Sainte-Luce afin d'y reliever toutes les infractions et d'y faire en-
- Stagiaires et neo-titulaires lever et detruire tous les engines de peche s'y trouvant de fagon illegal. Au course de
- Les difficulties de la Semavil cette operation, 5 infractions graves (delits penaux) sanctionnees par des proces-
- Augmentation du chomage verbaux ont ete relevees et 23 casiers mouilles illegalement dans ce cantonnement
ont ete saisis pour 6tre detruits.
Society ..................... 6/7 Dans un souci de preservation de la resource halieutique, huit cantonnements de
- Restauration scolaire pche ont 6et crees en Martinique, a I'initiative des marins-pecheurs professionnels
- La rentrie scolaire en chiffre
et du Comite regional des peches et des elevages marines. Sauf autorisations speci-
Politiu ................. 7/8 fiques A des fins de recherches scientifiques, techniques ou experimentales, ces
- La Martinique associi de la CEPALC zones maritimes c6tieres sont interdites de toute forme de peche, tant profession-
nelle que de loisir, afin d'y preserver la reproduction des especes et d'assurer la pe-
Politiqe/Eco............. .9/10 rennite de la resource halieutique.
- Carburants : pas de baisse Les services de I'tat annoncent que d'autres operations de police des peches de ce
type seront menees sur I'ensemble des cantonnements de la Martinique.
Framc ................... 10/12
- Une rentree sous haute tension Amenagement du port de pehe de Grand-Rivimre: Le Conseil
- Cohen-Bendit tire sur Mlenchon g ral te m e s
peneraI toujours mobiUis
Paun Mond ...........t. 12/1I
- Brives d'Amerlques Le mardi 28 ao0t dernier, les representants de I'Association des Marins Pecheurs de
- Syrle : Des armes chimiques P Grand Riviere ont fait le point avec le ler Vice-president du Conseil General, David
- Syrie : Les dessous des cartes Zobda, sur I'avancement de ce chantier, ainsi que sur le train de measures sociales mis
- Flash-Hebdo en place par la Collectivite pour accompagner les professionnels et leurs families. Le
Conseil general a alloue A 11 families pres de 11 000 E d'aides sociales exception-
ArumenFcsLU a............ 1/15 nelles pour compenser les pertes de revenues consecutives A I'ensablement recurent
du chenal d'acces.
Cultwrce/f rt............... 16 Par ailleurs, la situation social de I'ensemble des marins-pecheurs concerns fera
- Fte de rHuma I'objet d'un reexamen, approfondi, afin d'affiner 'revaluation du prejudice subi.
- Jeux Paralymplques S'agissant du port proprement dit, la premiere phase de dragage etant terminee, I'ac-
ces, aujourd'hui, est entierement degage. Un nouveau march est en course de noti-
fication, afin de desensabler completement le port. II porte aussi sur la realisation
d'6tudes pour I'entretien regulier de cet equipmentt. Les deux parties ont aborde la
question de nouveau project d'amenagement qui sera prochainement presented aux
marines pecheurs, incluant notamment la rehabilitation des abris, I'amenagement d'un
space de vente, ainsi que la refection de I'esplanade. La faisabilite de I'ouverture
d'un chantier d'insertion autour des activities de peche sur la commune est egale-
SJu moment a I'etude.

Administration & R6daction : DC eS De MaurdIe Darsires, une rande figure foyalaise.
TeI. : 05 96 71 86 83
Maurice Darsieres, le frere aine de feu Camille Darsieres et pere de Marie-Michelle
Fax : 05 96 63 13 20
ax 05 96 63 13 et Philippe est decade t I'Age de 89 ans. II faisait parties de cette premiere generation
ed.justice@wanadoo.fr d'6tudiants parties en France apres la guerre et revenues au pays pour y exercer leur
metier. Ce foyalais qui disait ne pas aimer la champagne etait d'une grande richesse
intellectuelle et d'un humour decapant. II a exerce durant de nombreuses annees en
tant que chirurgien-dentiste A Montparnasse (Paris) puis A Fort de France.
s M T Au course de son eloge funebre, Claude Lise, ancien senateur et president du Conseil
Fondateur : Jules MONNEROT
(8 Mai 1920) general, a mis en exergue sa grande culture, la fermete de ses convictions, la fide-
Angle rues A Aliker & E Zola lite a ses valeurs et ses grandes qualities de coeur.
Fort-de-France Tel *05 96 71 86 83
Commission Paritaire no 0116 I 87526
12 Janvier 2012 16187526 La Martinique n'oubUe pas Thierry Dot
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au Niger dans la nuit du 15 au 16 septem-
Maquette: Guennael GUIOUBLY bre 2010, avec quatre autres Frangais, un Togolais et un Malgache, employes des so-
Impression: cites frangaises Areva et Satom, par la branch d'AI-Qaida au Magreb Islamique
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise (AQMI), est soutenu moralement par toute la Martinique, y comprise les militants com-
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel.:0596 7314 54 munistes et leur journal Justice.






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Vie chore: Ne pas manquer t'occasion a'agir vraiment


Le gouvernement a decide de faire de la lutte centre la vie
here une priority dans les "Outre-mer", comme on dit main-
tenant. Bien.
II a charge Victorin Lurel, le ministry des dits "Outre-mer", de
preparer un project de loi afin que le Parlement en fasse une
premiere lecture avant la fin de I'ann6e. C'est ce que le mi-
nistre a fait. Le project s'appelle projectt de loi relatifd la rigula-
tion iconomique outre-mer". II a ete adress6 aux collectivites
regionales et departementales pour avis et propositions.
Le conseil des ministres du 5 septembre devait I'adopter et,
dans la foulee, Victorin Lurel vient en Martinique du 6 au 8
septembre et en Guadeloupe du 8 au 10 septembre pour en
parler. VoilA une affaire rondement menee.
Mais il ya un hic.
Dans le rapport qui present le project (etude d'impact) on
nous dit que "faviechirecaract'riselesOutre-mer"et que le pou-
voir d'achat s'est "d&grade". Cela est vrai. On admet que le re-
venu moyen est, dans ces pays, inferieur en moyenne de
38 % A celui des manages de "mitropofe"et que les prix,
"structurel/ementplus6levjs", sont superieurs de plus de 55 %
suivant un panier de 100 products.
Cela s'explique, est-il pr6cis6, "tantpar des laments o6jectifset
structures (..) que par e niveau des marges pri evies sur fa chaine
dapprovisonnement et les entraves au ibrejeu de Ia concurrence par
quelues importateurs et distri6uteurs en situation dofgopoe, parfois
de monopoe, qui dominant Ies marches dans de nom6reuw domaines
(..)".
Alors ?
Et pourtant, I'idee m6me d'un contr6le des prix est 6cartee
par principle. Et cela par choix id6ologique neo-liberal sous
pretexte que cela serait "rique"et inefficient A demontrer.
Le project repose sur la croyance que la baisse des prix re-
sultera seulement de I'insufflation d'une nouvelle dose de
concurrence.
Outre qu'une telle strat6gie demand beaucoup de temps
pour arriver A des r6sultats, on peut s6rieusement douter de
son efficacit6 car c'est cette philosophie qui a ete appliquee
apres la liberation des prix par la droite en 1986.
On en connait les resultats: revolte social dans I'ensemble
des pays dits d'outre-mer et non pas seulement A cause de
la crise financiere capitalist de 2008/2009, comme le pense
le rapport, se trompant, une fois de plus, sur la nature de la
crise dans les DOM.
Pourquoi ? Parce que, par nature, la concurrence est limited
dans ces petites economies insulaires et d6pendantes, re-
connaissent la plupart des 6conomistes s6rieux. Meme un
organisme peu suspect de trahir la pensee unique comme
I'Organisation commune de d6veloppement 6conomique
(OCDE), qui r6unit la plupart des pays capitalistes develop-
pes, le dit. Le rapport de presentation de la loi le reconnaft,
a sa maniere, en constatant que "les marches uCtramarins sont
proTces awcphfinomnes de concentration", que "le nombre restreint
d'opirateurs jconomiquesfavorise es concentrations" et que ces
operateurs ont "un comportement destine i defendre et d accroftre
feurs parts de marchi.


Pourtant, malgr6 ses
insuffisances, le project
de loi Lurel, qui ne vise
qu'A "regufer" I'6cono-
mie et non la transfor-
mer, est la cible d'un tir
de barrage nourri des
lobbys patronaux des
DOM : Fedom, Medef,
Contact-Entreprises,
etc.
Tout implement parce
que, avec la question
des prix des products
qui pour I'essentiel
sont imports, on est
au coeur du m6canisme de I'accumulation capitalist et co-
loniale dans ces territ6ires.
Ainsi, centre toute r6alit6, il est affirm par Contact-Entre-
prises, par example, qu'il n'y a pas de "monopofes"ou "enoi-
gopoles" ou de "concentration", c'est-A-dire d'entraves A la
concurrence, que les marges commercials sont identiques
& cells pratiqu6es en France, que le r6le 6conomique des
interm6diaires (importateurs-grossistes) est b6n6fique, que
la grande distribution aide la production locale, que la vie
ch6re ce n'est pas seulement I'alimentation (ce qui est vrai),
etc.
II faut esperer que le ministry Lurel ne se laissera pas abu-
ser par ces contest A dormir debut et va accepted aussi "une
dose de contr6le des pr" conjointement avec une "nouvelde dose
de concurrence".
Rappelons que Frangois Hollande, dans ses 30 engage-
ments pour les outre-mer, affirmait notamment : 'e futterai
sans concession contre des monopoes et es marges abusives, en renfor-
ant fes instances de contrfes et res obseratoires des priet des reve-
nus. Jefavonierai ta concurrence notamment en futtant centre fes
exclusivitjs accorales auxagences d marques et en crjant, en accord
avec fes Rigions, des plateformes Igistiques mutuaisies pour za dii-
tri6ution almentaire et artisanare. e mettrai en p;fce un "boucer
quatit-pri'"grdce a des chartes entire fagrane distribution et espro-
ducteurs Iocauxet si nicessaire, en encadrant es prX des products de
premzre nicessiit. J'encourayerai es circuits courts e de tribution en
favoniant ra mise en march des productions ocafes etjefavoniserai
organization des consommateurs en introduisant I~ notion actions
degroupe".
On lui demand simplement de traduire cela dans le project
de loi cens6 lutter contre la vie chere : en particulier, renfor-
cer les instances de contr6le des marges abusives et les ob-
servatoires des prix, encadrer les prix des products de
premiere n6cessit6, mettre en place des plateformes logis-
tiques mutualis6es pour la distribution alimentaire, etc. Et ne
pas se contenter de measures cosm6tiques pour tenter
d'am6liorer "fa concurrence l6re et nonfaussie"
Michel Branchi


r e I I ,,,


EPITO I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Stagiaires et neo-titulaires: Un problem qui exige une solution politique


Les syndicats sont allds au bout de leur bataille


Sans pour autant pavoiser, certain membres du Front de
I'Education estiment que la bataille menee pour le maintien des
stagiaires et neo-titulaires dans I'academie n'a pas ete vaine.
D'autres ont decidee fapoursuite de la mobifisationjusqu'au main-
tien en Mtartinique de tous ceuwqui, apris avoirpris connaissance
de la fiste ministirielle, ont dicide de rester au pays". Ainsi, selon
Mireille Jacques de I'Unsa, "sur les 148 personnel qui devaient
itre muties, nous avons o6tenu le maintien de 120 dans Cacadf-
mie". Des le debut du conflict "nous avons mis en garden fes candi-
dats mutis qu'iln'y avait aucune garantie quant a feur maintien


dans facadimie", rappelle la secretaire general. Elle
met en exergue la complexity de ce dossier et I'atti-
tude de "rexecutant zefl" qu'a 6te le recteur. Restent
25 stagiaires et 3 neo -titulaires qui devront effectuer
leur rentree dans une academie en France. Certains
ont decide de poursuivre la lutte, tandis que d'autres
rejoindront leur poste. "Nous avonsfait tout ce qui a
ite possible et la solution de 6boquer la rentrie scolaire
comme Ie proposent d'autres membres ne risoudra pas le
probleme defend", fait remarquer Mireille Jacques.
S Car, pour les stagiaires et les neo-titulaires, la situa-
tion n'est pas reglee totalement et des I'an prochain la
question sera de nouveau sur la table, d'autant que
les affectations ne sont que pour un an. Si on ajoute
les nouveaux laureats au prochain concours et les af-
fectations naturelles, on risque de se retrouver avec
le meme feuilleton. C'est pour ces raisons que la syn-
dicaliste consider qu'il faut continue ce combat entame de-
puis 2009. C'est sur le plan politique que cela doit se regler,
reaffirme-t-elle. Dans cette perspective, elle preconise que le
Recteur en place porte aupres des autorites "notre spicificiti
en depit des suppressions de postes et trouve fes moyens" et qu'au-
dels, le Conseil national de I'Education (CNE) instance qui ras-
semble elus, rectorats, syndicats et representants des parents
d'eleves se mette a travailler pour trouver des solutions A cette
situation qui devient recurrente.
C.B


Les difficultes de la 5emavil aggravee far la crise Be son secteur hotelier :

Paiement aes salaires: Une solution provisoire
.................................. .. ...................................... .................................. ... .. .... ................................................. ... .. ..................... ,/ .... i 11 1111........ ... .... ....... ... .. ... ........ ... .. ..... ..... ... ... . .. .....


Durant plusieurs semaines, les employes des deux hotels geres
par la Societe d'economie mixte de la ville du Lamentin (Se-
mavil), 6 savoir le Diamond Rock et le Club de I'Anse & I'Ane
ont dO donner de la voix pour obtenir le pavement des deux
mois de salaires qui leur etaient dus. En cette veille de rentree
scolaire, la detresse de ces peres et meres de families avait
beaucoup emu I'opinion publique. Pierre Samot, le maire du
Lamentin et, de surcroTt, president de la society d'economie
mixte (SEM) qui est le principal actionnaire de ses filiales h6-
telieres, ainsi que le directeur general Max Tanic longuement
interpelles par les salaries mobilises avaient mis beaucoup de
temps A reagir, au point que ceux-ci avaient dO faire le siege
de la society afin d'obtenir une rencontre avec les dirigeants de
I'entreprise. La mobilisation des employes a fini par payer, ine-
galement. En effet, si ceux du Diamond Rock ont pu, en fin de
la semaine derniere, percevoir I'integralite de leurs salaires,
ceux des Trois Ilets n'ont regu qu'un seul mois, avec la pro-
messe que le reliquat serait verse au tout debut de septembre.
Le deblocage de la situation n'est intervenu qu'apres le verse-
ment par la ville du Lamentin des sommes necessaires & la li-
quidation des salaires. La S6mavil, elle-meme, tout comme ses
filiales 6tant en grande difficult et 6 court de tresorerie. Devant
les cameras de television et avec une mise en scene don't il est
coutumier, le maire a signed un mandate de paiement impute sur
le budget de la ville, tout en enjoignant le tresorier payeur de la
ville (le percepteur) a faire diligence. Certes, on doit se rejouir
de ce qu'une solution, helas provisoire, soit venue attenuer I'an-


goisse de ces employes de I'h8tellerie don't le secteur tout en-
tier est confronted & de grandes difficulties, illustrees par la fer-
meture de plusieurs etablissements (Baie du Galion, Meridien,
Plantation Leiritz, etc).


La S6mavil: Des bifficultes chroniques et une gestion
peu transparent.
Les difficulties de la SEM lamentinoise revelees par son inca-
pacite A regler les salaires de ses employes ont alimente, par
medias interposes, une vive polemique entire le maire du La-
mentin et Daniel Marie-Sainte, chef de file de I'opposition mu-
nicipale. Dans un communique public sur les reseaux sociaux
et dans la press intitule "Le maire doit s'expliquer", il denonce
la gestion des structures h6telieres argumentnt deficitaire... don't
les salaires ne sont pas versis... [ don't] les cotisations sociales et
fiscales ne sont pas paydes depuis de nombreu mois". Resultat,
pursuit Daniel Marie-Sainte, "La SmaviCne peut recevoir de
subventions pu6liques pour fa renovation des h6tels afin de faire
revenir 1a clientele et augmenter sesfonds propres". Et de s'eton-
ner du "welto"qui revient a ce que ce soient "Ces contri6ual6es
lamentinois quipayent Ces salaires des employs des h6tels". Dans
un communique, le maire a violemment reagi aux declarations
du leader de I'opposition, I'accusant d'attaquer "une entreprise
martiniquaise nee de la volonte des collectivitis locates" avec le


W' F1 5m bre2' -u Fcen,,- je


^^W ES OCIALES






http://www.ioural-iustice-martinique.com


secteur prive de faire de I'6conomie mixte...et de refuser "de
fairejouer la solidarity martiniquaise". Allant jusqu'A I'accuser
de "dilation permanentefrisant la collaboration et de vouloir d6-
truire la Simavilet sesfiliales hoteiires a desfins personneCles et
partisanes au mipris des salaries". Une maniere grossiere de
vouer les elus de I'opposition a la vindicte populaire et de ten-
ter d'esquiver les problems de fond.
Car, bien avant que la verit6 n'eclate au grand jour, I'opposition
municipal, tant par la voix de Daniel Marie-Sainte que par celle
de Georges Erichot, n'a cesse d'interpeller le maire du Lamen-
tin sur I'opacit6 qui entoure
le fonctionnement de cette
structure et sur ses difficul- 4=
tes d6ej pressenties. Des
demands d'explications .
regulieres qui concernent
le versement d'acomptes
sur des projects d'amena-
gement du Calebassier et
de Vieux Pont lances de-
puis plus de 15 ans mais
toujours au point mort.
Faut-il encore rappeler que
dans sa frenesie, la Sema-
vil a entraTne la ville dans
des etudes fort coOteuses
sur la ZAC du Lareinty en
vue de la realisation d'un La renovation du Diamond Roc
Hub en liaison avec I'aero-
port, puis du fantomatique musee des Arts et des Ameriques
sur laquelle la ville avait dejA engage des sommes considera-
bles. Un project abandonne sans meme que son chef de project
Edouard Glissant n'ait ete informed.
Par delay I'implication de la S6mavil dans la gestion de struc-
tures h6telieres qui n'a jamais ete portee devant le conseil mu-
nicipal, c'est aujourd'hui toute la problematique du poids de
cette SEM et des risques de plus en plus grands qu'elle fait
peser sur les finances de la ville qui est posee. Ainsi, lors de la
seance du 26 juillet dernier, C'est une some de plus de plus
de 4 millions d'euros don't elle a sollicite le versement quasi im-
mediat, don't:
- Une subvention d'equilibre de 2 527 000 euros pour compen-
ser "une perte de subvention de pus de 3 millions a cause de retard


k t
k:uI


de rialisation des travaux",
- "'One participation d'dquiti6re de 128.000 pour cl6turer rope-
ration "Lotissement Acajou",
- "'ne participation compfimentaire de 117.000 e, compete tenu
du non- recouvrement de la quote-part a [a via6iisation du pro-
moteur de Valmayore"etc.
De plus, le budget de la ville est regulierement sollicite par la
SEM pour des avances de tresorerie qu'elle ne peut pas rem-
bourser et don't elle demand la transformation en augmenta-..
tion de capital, accroissant ainsi les risques financiers pour la
ville.
Lors de ce meme conseil,
k c'est une advance en
compete courant d'associe
de 1.279.000 E qui a 6te
convertie en augmentation
du capital. Le rapport de
presentation allant jusqu'a
affirmer "que cette transfor-
Smation n'a aucun impact
S. b 6udgitaire pour (a ville" !
La question de la S6mavil
est loin d'etre close,
Spuisque, bien avant la
cruise des hotels et i la de-
mande de I'opposition, le
un nouveau defi pour la Semavil maire avait accept le prin-
cipe d'un d6bat pr6vu en
septembre. Souhaitons que cet engagement sera tenu.
Mais le maire et sa majority auraient tort de voir dans I'inquie-
tude exprim6e par I'opposition et dans sa demand de clarifi-
cation, une volonte deliberee de mettre en difficult une
structure qui, si elle 6tait geree avec rigueur, pourrait etre un
outil durable de developpement. Les experiences malheu-
reuses de la Semair du Robert et de la compagnie Air Marti-
nique ont montre que dans le domaine des societies d'economie
mixte, I'audace n'est incompatible ni avec la prudence, ni avec
la rigueur. Car c'est le contribuable lamentinois qui risque de
payer I'addition. Et la Region qui risque d'etre appelee a la res-
cousse.
Georges Erichot


En juiUet 2012, te chomage a continue a augmenter en Martinique


P6le emploi et la
Dieccte Marti-
nique viennent de
publier les chiffres
du ch6mage de
juillet 2012. Le
ch6mage pursuit
1p sa courbe ascen-
dante.
p 1 !o Fin juillet 2012, le
poLe emp oi nombre de de-
poemandeurs d'em-
ploi inscrits & P1e
Emploi de cate-
gorie A (sans aucun travail) s'etablit A 43 396 en Martinique.
Ce nombre augmente de 0,5 % par rapport A la fin juin 2012
(soit + 234). Sur un an, il est en hausse de 4,8 % (France : +


8,2% sur un an).Cela fait 1 978 ch6meurs de categorie A en
plus en un an en Martinique.
En Martinique, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits t
P81e emploi de categories A, B, C (sans emploi du tout ou avec
une activity r6duite) s'etablit & 50 849, fin juillet 2012. Ce nom-
bre augmente de 0,8 % (soit +379). Sur un an, il croit de 5,7 %
(France : + 7,7 % sur un an). Cela fait 2 746 chomeurs A,B,C
de plus en un an en Martinique
Par sexe, 1'evolution est similaire : hommes A,B,C plus 6,4 %
sur un an et femmes A,B,C plus 5,2 % sur un an. Le nombre de
demandeurs d'emploi de categories A, B, C de moins de 25 ans
est en hausse de 0,2 % en juillet (+6,6 % sur un an) : ils sont 6
526 en juillet 2012 centre 6 120 en juillet 2011. Mais ce sont les
seniors qui patient le plus lourd tribute depuis plusieurs mois : le
nombre des demandeurs d'emploi A,B,C des 50 ans et plus
croTt de 1,4 % (+14,5 % sur un an)..
Selon I'anciennete d'inscription en Martinique, le nombre de de-


I I II.


t t ,IA






http://www.iournal-iustice-martinique. com


mandeurs d'emploi inscrits A P81e emploi en cat6gorie A, B, C
depuis un an ou plus augmente de 1,2 % au mois de juillet 2012
(+5,2 % sur un an). La part des ch6meurs de longue duree
(ceux qui sont inscrits depuis un an et plus) est de 51,5 %, soit
plus de la moitie.
Les-entr6es au ch6mage (cat A,B,C) augmentent de 2,3 % et
concernent seulement les fins de mission d'int6rim (+ 40,1 %).
Mais les sorties reculent encore plus (- 6,6 %).
Signe encourageant : Les offres d'emploi collect6es par P1le
emploi augmentent en Martinique, au course des trois derniers
mois de 2,4 % par rapport aux trois mois pr6c6dents. Cette


hausse concern uniquement les offres d'emploi durable (6
mois ou plus, + 10,0 %). Les offres d'emploi non durable (moins
de 6 mois) sont en baisse de 5,1 %.
L'augmentation du ch6mage en juillet semble donc 6tre due es-
sentiellement A la fin des missions d'int6rim
II est clair que, sans une action vigoureuse, avec une crois-
sance atone proche de zero, voire une activity en recul, comme
le dit I'ledom, il faille craindre que le nombre de demandeurs
d'emploi va continue A augmenter.


Restauration scolaire bans te Sub: Les repas seront fournis bans quuele condition?


"Le sursaut dun mauvaisperdant qui voitfondre son monopoly",
a denonc6 Yann Monplaisir le patron de Servicechef, le nou-
veau prestataire de la restauration collective pour les coll6giens
dans le Sud. D'ajouter "(a socidte DtEX, ancienprestataire qui
a perdu le march, tente de manipufer et d'inquieter dans un
conte4te de rentrie scolaire".
Cela fait suite aux propos de la Datex, ancien prestataire, qui
assure que "plus de 1000 colf giens (seraient) sans restauration a
(a rentrie scolaire".
Depuis une quinzaine d'annees, la Datex a le monopole de la
restaurationscolaire dans Le Sud. Ce march 6tait octroye par
la communaut6 de I'Espace Sud. Depuis 2007, la responsabi-
lite de la restauration scolaire a e6t transf6r6e au Conseil ge-
n6ral et aux colleges.
De ce fait, les colleges du sud (Vauclin, Sainte- Luce, Trois-
Ilets, Diamant, Sainte-Anne, Saint-Esprit, Rivi6re-salee, Anses-
D'Arlet, et Ducos) ont constitute un groupement de commander
afin de pourvoir satisfaire les besoins lies a la restauration des
collegiens. Ce march a ete emport6 pour les 9 colleges par
Martinique Catering/ Servicechef du group de Yan Monplaisir.
Cet entreprise assure notamment la restauration pour les
avions de ligne. Un march d6nonc6 par la Datex devant le tri-
bunal, mais d6bout6e par la justice en juillet dernier. La Datex
a choisi la voie m6diatique pour "informer Cfs parents dfi'eves et
des instances"d'une situation pour laquelle elle ne veut pas 6tre


tenue pour responsible.
La directrice de la Datex, Muriel Palandri, emet des arguments
qui feraient apparaitre des "desordres"pour la restauration sco-
laires dans 4 colleges du Sud (Sainte-Anne, Vauclin, Sainte-
Anne et Anses-d'Arlet). Selon elle, la presence de deux
prestataires de services sur un m6me lieu, I'un assurant le ser-
vice pour les primaires, I'autre pour les coll6giens serait source
de problems sanitaires "ies au croisement dapprovisionnement
de repas dans une mime enceinte et surtout avec les mimes moyens
de stockage et Ie mime matirielde distribution". Outre cela elle
met en avant des difficulties juridiques, sociales, mais egale-
ment la "ditirioration du pouvoir d'acat des parents d'leves
dans les communes du Sud" avec I'augmentation du prix des
repas. Des arguments rejet6s par la soci6t6 Servicechef pour
qui la cohabitation ne peut engendrer ces "desordres" annon-
c6s. La soci6t6 assure qu'elle livrerait les repas pour les colle-
giens dans les communes concern6es. Certes, quelques
difficulties existent mais seront r6solues d'ici la rentr6e.
Le Conseil general indique dans un communique qu'il "partici-
pera auw discussions afin que [es diffirentes situations pro6tima-
tiques soient reglfes dans es plus brefs dlfais".
A terme, c'est le march juteux de la restauration scolaire qui
est en jeu et la situation de monopole qui est remise en cause.
C.B


Abonnez-vous a JUSTICE

Je desire recevoir "JUSTICE" chaque semaine a mon domicile
N o m ............................................................... .................P re no m .............................................................. . . ............. ...
A d resse exact ......... ..................................... ......................... ... .................... ............... ........................


Je regle par:


_ cheque bancaire


A I'ordre de la Soci6te des Editions Justice


Nos tarifs :
MARTINIQUE
GUADELOUPEIGUYANE
FRANCE
(Frais de port inclus)


_I cheque postal


Retourner ce bulletin a : Societe des Editions "Justice" B P 4031 46 Rue Andre Aliker & E Zola 97202 Fort-de-France cedex
T61 .05.96 71 86 83 Fax :05 96.63.13.20 e-mail : ed ustice@(wanadoo Ir Sirel 384 449 641 00016 RC 92B 131


V I 5eptembe2I12- n 6 -iPage 6


I1 especes


1AN
,_ 90
IJ 100
IJ 110 E


6 MOIS
'_ 50 E
J 55 E
_1 60 E


3 MOIS
IJ 35
I 37
_ -45


L


^fSOrtT






http://www.ioumal-iustice-martinique.com


Rentree scolaire en chiffres


L'ecole doit redevenir un vecteur d'emancipation social


Ces quelques chiffres resument la probl6matique de la rentree
scolaire 2012 qui se deroulera dans 341 ecoles et 6tablisse-
ments, don't 82 etablissements pour le second degree (49 col-
leges et 33 lycees) repartis en 66 etablissements publics et 16
etablissements prives.
Cette rentree concern aussi quelque 259 ecoles primaires
don't 243 publiques et 16 privees.
Ce sont 86 730 eleves qui seront accueillis dans les premier et
second degres des secteurs public et prive.
Ils devraient etre encadres par 9 029 personnel, selon les chif-
fres disponibles au 17 mars 2012.
De plus I'Education mobilise 747 personnel administratifs,
techniques, sociaux et de sante, des ingenieurs et des person-
nels techniques de recherche et de formation, des contractuels
A duree determinee. Elle est supervisee par 306 personnel de
direction, d'inspection et d'orientation. Les course sont assures
par 3 015 enseignants dans le ler degree et par 4 961 profes-
seurs dans le 2nd degree.
La grande majority des 6elves frequentent des etablissements
publics, soit 39 119 pour le premier degree et 37 501 pour le se-
cond degree. On notera entire 2000 et 2012 une baisse sensible
et continue des effectifs avec une perte de 11 600 l66ves dans
le ler degree et de 9 304 dans de second degree. Soit une dimi-
nution total de 20 464 eleves.
Entre la rentree 2011 et celle de 2012, la baisse prevue est de
2 119 6elves (-959 pour le ler degree et -1160 pour le 2nd
degree .


Conseil Gienral et Rectorat ensemble pour la

entree
Dans le cadre de la preparation de la rentree scolaire 2012,
David Zobda, ler Vice-president du Conseil General, et Andre
Siganos, Recteur d'Academie, se sont rencontres avec leurs
equipes, afin de faire le point sur les different dossiers en
course.
Les changes ont porter notamment sur la situation des sec-
tions d'enseignement general et professionnel adapted
(SEGPA), initialement implantees dans les colleges et en course
de transfer depuis 2009 vers les lycees professionnels. David
Zobda a souligne I'importance pour la Collectivite d'avoir rapi-
dement une lisibilit6 quant aux projects definitifs de restructura-
tion arretes par les services acad6miques, afin de pouvoir
arbitrer rapidement sur les demands d'investissement formu-
lees par les different etablissements concerns, investisse-
ments estimes A plusieurs centaines de milliers d'Euros.
S'agissant du Schema Previsionnel d'lnvestissement, M. Zobda
a rappel6 le souhait de la Collectivite d'une etroite concertation
sur ce point avec les services de I'Etat, notamment pour la rea-
lisation du chiffrage, des diagnostics et de I'analyse des be-
soins.
Enfin, concernant la concertation national ( Refondons I'Ecole
), lancee par le Ministre de I'Education Nationale, le Conseil
General a souligne I'importance d'y voir inclure des th6ma-
tiques specifiques aux DOM, tels que les coOts de construction
parasismique ou la prise en compete de I'appartenance 6 I'es-
pace caribeen.
La reunion s'est conclue sur une presentation de la vision du
Conseil General sur le devenir des collegiens martiniquais avec
notamment des propositions concernant la necessity d'un tra-
vail sur le socle de connaissances minimum sur les domaines
suivants :
- techniques de prevention et de secours,
- technologies de I'information,
- connaissance et integration dans I'espace caribeen, qui de-
vrait se traduire par des appeals a projects & destination des col-
leges.
(d'apres un Communique Conseil general du 27 ao0t 2012)


POI /.U


La Martinique, membre associde e la CEPALC


Serge Letchimy a conduit la d616gation francaise A I'Assembl6e
G6n6rale de la Commission Economique pour I'Am6rique la-
tine et les CaraTbes (CEPALC), qui s'est tenue & San Salvador
du 29 au 31 ao0t 2012. 11 a defendu I'adh6sion a cet organisme
de cooperation regional de la Martinique et de la Guadeloupe,
en quality de membres associes. Un vceu formula depuis long-
temps par les elus martiniquais et qui se concretise suite A I'avis
favorable donned par le ministry des Affaires etrangeres, Lau-
rent Fabius, en faveur de I'adhesion de la Martinique A cette
structure regional de I'ONU o0 siegent 44 Etats de la Caraibe
et de I'Amerique du sud. Cette adhesion a ete acceptee par ac-
clamations unanimes des membres de la CEPALC.
Dans son discours le president de region a affirm "NVotre de-
mande d'adhision a la CEPA4LC et d& 'OECS constitute une tape,
nous entamons d'ores et djjd les nigociations avec la CARICOWM


kAr 4 .
. . I ,
.


La Marlnique prena place peu a peu aans son environnement geographique


^F / I ,ju^icn S-^I.


I------ --- ----- -----~ ------------------ ~-........-


F,
L





httD://www.ioural-iustice-martiniaue.com


et fAEC. Nous vivons cela comme un grandmoment, un moment
historique. Car, 6ien au-dela des nicessitis iconomiques et sociales,
iCy a dans notre demarche, une dimension proprement affective.
Mais si votre institution accepted notre adhesion, au delf de l'af-
fection partagee, c'est aussi un champ ilargi et nouveau, de coo-
piration sud/sudqui s'ouvre a nous >. D'ajouter Cette demand
d'adhision exprime aussi une grande voConti du peuple Martini-
quais et guadefoupien, de s'inscrire dans une reappropriation col-
lective de Ceur propre geographie. Concernant la CEPALC, la
France a toujours accord une attention particuCibre a ses travau.)C
Sa presence y est constant, effe sera par I'adhision de la Marti-
nique et de la guadefoupe renforcie." Et de conclure en ces
terms : "Cette nouveCCe ere n'est possi6Ce que si nospeuples, dans
unefraterniti retrouvie, prennent conscience de feurappartenance
a un ensemble riche de diversitis et 'identitis, 2a Caraife et 'Ami-
rique Catine, ont unpotentiefcapa6be d'ouvrir es perspectives dune
nouvelle democratic iconomique pour (utter centre fes pricaritis
humaines qui nous minent. C'est a nous de concevoir et de riussir
cette nouvelle espirance ".
Selon un communique de la Region Martinique, "la dynamique
d'insertion rigionafe s'inscrit dans une Iogique < >; chaque action de cooperation doit apporter un binefice direct ou
indirect auxapartiesprenantes concernies. ICs'agit de cooperation
dans des domaines hlis aux compitences de la R gion Martinique,
et dans le respect des compitences de chaque territoire concern,

A La conference e La CEPALCJ San Salvdor:


au titre du statut spicifique de < membre associe >, parmi lesquefs
figurent Ces territoires non-indapendants de Ca Caraibe comme
Porto-Rico, Aruba (nierlandais), [Montserrat et Anguilla (britan-
niques). Cecipermettra a la Martinique de defniren commun avec
Ces pays membres et Ces territoires associis les strategies de dive-
Coppement de la region caraibe et de participer conjointement a [a
definition des priorities iconomiques et sociales d caractere inter-
nationalte& que:
* [a prospection commercial,
* Camilioration de la desserte agrienne,
* [immersion linguistique et iducative desjeunes dans Ces pays
strangers, Le diveloppement d'echanges et des bonnes pratiques
dans des domaines varies comme :
* Ces energies renouvelables,
* agriculture,
* &a culture,
* [a protection de Cenvironnement,
* le diveloppement durable. La Martinique aura un fien direct
avec les responsa6fes pohtiques et iconomiques des itats et des ter-
ritoires voisins tefs que Ce privoient [es textes lfgislatifs. Ils'agira
ainsi defavorser une plus grande implication de notre pays dans
Ces organes de cooperation rigionaCe de la zone Caraibe et Amj-
rique Latine (OECS, CEPALC, CARICOM AEC) ).


SinfuUliergSei Letchimyconsii le que tI Martinique et U Guadeloupe sont les "fronties ex-
ternes loignees e I'Europe"
!q~~~~~~~~~~~~~~~o,~'~`~ "~


Dans son discours A la CEPALC (Nations unies) A San Sal-
vador le 31 aoat 2012, Serge Letchimy a notamment declare
: "Nos histoires, nos futtes ont crie un champ institutionnelet po-
Citique complete de relations. C'est dufait de cette compleiti que
je peux ici, aujourd'hui, m'adresser a vous,. La fois au nom de la
France, et au nom de cette collectiviti rigionafe que constitute la
9Martinique.
Nous reprisentons cette unite et cette diversity qui ne s'opposent
pas, mais qui au contraire donnent PC'eemple dun partenariat au
sein de la Rjpu6liquefrancaise,fondi sur Ce respect mutuel; et sur
Ce respect de nos identitis, donc de nos differences. La France n'est
pas une Nation enfenrme dans sa geographie et Ce corset de sesfron-
tieres (..) C'est pourquoi, dans ses dernirres dispositions Clgisla-
tives, Ces coClectivitis d'Outre-mer ont obtenu le droit departiciper
pleinement a des poitiques de diveloppement rigionales (.)".
Dr6le de manibre d'expliquer que la Martinique et la Gua-
deloupe restent des colonies d6partementales ne disposant
mime pas de I'Autonomie et a laquelle s'appliquent I'assi-
milation legislative de I'article 73. Elles sont la France dans
la Caraibe !
II a poursuivi : "Le enforcement de notre insertion rigionae s'ins-
crit aussi dans une dynamique souhaitie par CInion europienne,
notamment pour les regions uCtra piriphiriques que nous sommes
et qui constituent Cesfrontikres exernes ioblgnes de (Europe. 'Une


Serge Letchimy a represents la France & San Salvador


nouvelle politique de grandvoisinage dans notre zone passe par
l'harmonisation des politiques d'investissement, dans le cadre de
'utifisation desfonds europiens pour Ia caraibe et lmitrique ia-
tine (..)"
La Martinique et la Guadeloupe sont aussi les Lfronticres ex-
ternes 6loignies de CEurope" dans la Caraibe. Nous sommes
aussi les commis de I'Europe pour I'utilisation des fonds eu-
ropeens !
Et dire que ce discours a tonalite colonialiste sort de la
bouche du president d'un parti pr6nant "f4utonomie pour la
Nation martiniquaise".
A.G


I~- *'''I' I /1'.nn~- ~


"IP IT^H ^






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Communique bu PCM sur le "Projet be loi de regulation iconomi ue outre-mer"

Vie chore: Le project Lurel est notoirement insuffisant


Le gouvernement, donnant la priority A la lutte centre la vie
ch6re dans les pays de ce qu'on appelle les "outre-mer", a de-
mande au ministry des Outre-mer Victorin Lurel de presenter un
project de loi qui sera examine en Conseil des ministres le 5 sep-
tembre 2012 prochain.
Un project de loi d6nomm6 projectt de foi de rigufation iconomique
outre-mer" a 6te adress6 aux collectivit6s locales pour avis et
propositions.
Notre Parti, qui s'est toujours porter au premier rang de la lutte
centre la vie chere et pour la defense du pouvoir d'achat, estime
apres etude que ce project en I'etat est notoirement insuffisant
pour les raisons suivantes :
1) Alors que dans son programme Frangois Hollande s'6tait
prononc6 pour I'encadrement des prix des products de premiere
n6cessit6, alors que Victorin Lurel defendait dans le bilan de
Sarkozy outre-mer fait par le PS le meme choix, le project ecarte
par principle toute option de contr6le des prix consid6r6 comme
risque et inefficace.
2) Si le project propose des measures th6oriquement utiles
contre les abus et les pratiques anticoncurrentielles notamment
des monopoles et oligopoles qui dominant nos economies, le
plus souvent leurs conditions de mise en ceuvre sont compli-
qu6es, al6atoires et longues. Le project ne se donne pas les
moyens juridiques suffisants de rendre effective les louables
intentions qu'il affiche en matiere de contr6le des marches de
gros, d'interdiction des exclusivit6s, de contr6le de la creation
de grandes surfaces, de concentration excessive et de d6mo-
lition des positions dominantes existantes.
3) Les measures de contr6le et d'application 6cartent large-
ment le niveau local et sont essentiellement confines A des or-
ganismes situ6s au niveau du pouvoir central, comme I'Autorit6


de la concurrence qui a brille par son inertie et son inefficacit6
depuis la liberation des prix en 1986.
Le Parti Communiste Martiniquais estime que le Projet de
loi sur la regulation 6conomique doit etre profondement
remanie et amended dans les directions suivantes :
1) Retablir I'obligation d'analyser et surveiller r6guliere-
ment la formation des prix t tous les states dans les pays dits
d'outre-mer.
2*) Affirmer le principle de I'utilisation conjointe de I'action
contre les pratiques anticoncurrentielle et, en cas de n6cessite,
des different degres d'encadrement des prix des products et
services de grande consommation.
3*) Donner des pouvoirs d'action aux divers echelons locaux
: Etat, Regions, Observatoires des prix et des revenues, asso-
ciations de consommateurs, etc.
4) Arr&ter I'application du demantelement des DDCCRFim-
pose par la revision g6nerale des politiques publiques (RGPP)
de Sarkozy et renforcer substantiellement leurs moyens regle-
mentaires et humans, en particulier par des recrutements
d'agents originaires des pays concerns.
Le PCM appelle les travailleurs et les consommateurs a etre vi-
gilants sur une question crucial pour laquelle il y a eu trop de
promesses non tenues et de deceptions.
Cependant, seule une politique global des prix, de la concur-
rence et de la consommation impliquant les acteurs locaux peut
agir sur le niveau des prix et redonner du pouvoir d'achat aux
consommateurs.
Le Secr6taire g6n6ral du PCM
Georges Erichot
(Fort-de-France le 2 septembre 20123


Carburants: Pour la baisse, tes DOM attenbront


Malgre la flambe des prix de I'essence et du gazoil, le gou-
vernement a renonc6 en France au "blocage" promise par Fran-
cois Hollande. L'Ltat et les p6troliers partagent I'effort : ils
renoncent chawun a 3 centimes d'euro au litre. Les p6troliers,
Total en tete avaient menace de cesser les approvisionne-
ments du march de p6trole en cas de blocage des prix et sur-
tout si la hausse du prix du baril obligeait de vendre a perte
.C'est qu' un rapport de la Direction g6enrale de la Concurrence
et de la Consommation montre que le raffinage est peu renta-
ble en France et que la marge nette de la distribution est a
peine de 1 centime par litre.

Le pouvoir a reculi face aux petroliers
Le gouvernement a tranch6: des le 29 ao0t, et pour trois mois,
les prix des carburants baisseront, au maximum, de 6 centimes
par litre. A I'issue d'une reunion avec les industries et les dis-
tributeurs du secteur p6trolier, Pierre Moscovici, le ministry de
I'6conomie, a announce le plan remplagant la promesse de cam-
pagne de Frangois Hollande d'un "blocage"des prix des carbu-
rants. Le ministry de I'lconomie a d6voil6 un m6canisme dans
lequel I'Etat et les petroliers baisseraient les taxes et les marges
de 3 centimes d'euros chacun. Sur la facture pour 25 litres,
"concretement, c'est un euro et demi de moins", se felicite-t-il en
6voquant un montant "extrimement substantie'. Selon les cal-


Carburants: pas de hausse pour le moment

culs de Bercy, "[effort" pour I'Etat seraa denviron 300 millions
c'euros". Effort aussi d'aust6rit6 budgetaire.


jeuh6 Septemre -jutice '36 s-P,


_n


"r IP IITOU






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Victorin Lurel: Ngociations avec les collectivites pour
baisser les taxes ?
Le ministry des outre-mer, Victorin Lurel, a annonce qu'il avait
saisi les prefets pour preparer la mise en oeuvre de ce plan
dans les departements et regions d'outre-mer "en tenant compete
des particularitesfiscales et reglementaires des diffirents terri-
toires". C'est a croire que le ministry decouvre que les taxes
sont regionalisees et que les prix sont reglementes dans les
DOM. II promet d'emblee que "Ce cadre de ces discussions porter
sur un dispositif equivalent a celui applque dans lCferagone".
L'assimilation quand tu nous tiens. En clair, on va demander
aux collectivites de baisser sur leurs taxes et aux petroliers de
baisser sur leurs marges qui seraient de 8 a 15 % (sic). Le mi-
nistre qui fut president de Region semble s'etonner que "cer-
taines colectivitis demandent a ce que effort qui eurest demanded
soit compensi par FEtat...'Mais ify a quefques coflectivitis qui
pourraientfaire 'effort" (France-Antilles du 30/08/2012). Et
d'annoncer A nouveau la revision du decret carburants de no-
vembre 2010. Faut-il croire que le seul defaut de ce decret est
d'avoir ete pris par ses predecesseurs ? Car ce decret, elabore
apres une concertation laborieuse, a le merite d'avoir preserve
la perennite de la Sara et les emplois de pompistes que la li-
beralisation du secteur envisagee par I'Autorite de la Concur-
rence pour importer du produit raffin6 de la Caraibe
menacaient. Les prix en Martinique sont generalement inf6-
rieurs A ceux de France. En attendant les resultats des nego-
ciations, le ministry a indique qu'il n'y aura pas d'evolution des
prix des carburants dans les departements d'outre-mer qui au-
raient dO certainement augmenter le 1er septembre.

YD'o vient la hausse bes prix & La pompe ?
Mais d'oO vient la hausse des prix A la pompe depuis le debut
de I'annee ? La hausse des prix A la pompe vient essentielle-
ment de celle du petrole brut et de la speculation international
attisee par les troubles geopolitiques (Iran, Syrie, Nigeria, Fu-
kushima, etc). Quatre facteurs sont avances par le journal "Le
Monde"du 18 ao0t.:
1) La demand, malgre son recul en Europe et sa stagnation
aux Etats-Unis, resterait en hausse partout ailleurs et particu-
lierement en Asie (Japon, Chine).
2) Une offre contrainte, en particulier A cause des sanctions des
occidentaux a I'egard de I'lran. A cela s'ajoutent le recul de la
production en mer du Nord et les tensions'autour d'lsrael et les
rumeurs d'une attaque imminent de ce pays centre I'lran.
3) Une prime pour le petrole brent de la mer du Nord du fait de
la baisse relative des prix du petrole americain liee A une sur-
production aux USA.


4) La crise de I'euro : Jamais I'Europe n'a pay6 en euro aussi
cher sa principal matiere premiere: 95 euros le baril le 16 ao0t
dernier contre 91 euros en 2008 au plus fort de I'euphorie pe-
troliere qui avait propulse le baril vers des sommets (146 dollars
le baril en juillet 2008). En un an I'euro a perdu 14 % de sa va-
leur par rapport au dollar, monnaie international du commerce
du petrole brut et cela du fait de la crise des dettes souveraines
et des inquietudes sur I'avenir de la zone euro. Cela rencherit
le baril en euro. II faut savoir que 10 % de depreciation par rap-
port au dollar augmente le prix A la pompe de 7 centimes. La
crise capitalist est toujours pregnante.

Le r6oe majeur be La speculation et be La crise be L'euro
Cette analyse est a nuancer parce que :
1) L'opacit6 du coOt d'extraction qui varie de 20 dollars a 80 dol-
lars alors que les prix du brut depassent les 80 dollars. C'est a
ce niveau que les multinationales engrangent le maximum de
profits. L'opacite regne sur ces prix.
2) La speculation est permanent sur le prix du baril selon
I'OFCE (Office francais des conjonctures economiques). La
forte demand asiatique est a relativiser: la demand des mar-
ches 6mergents tend plut6t A diminuer. Avec I'amas de liquidi-
tes 6mises par les banques centrales et la crise de la zone
euro, les boursicoteurs sont tents de se turner vers cet actif.
Resultat, le prix de la matiere premiere atteint des records..
3) Le raffinage subit une politique de desinvestissement et de
delocalisation des petroliers. La France est devenue importa-
trice nette de products raffines et est dependante. Les ferme-
tures de raffinerie se succedent (4 raffineries sur 10 ont ferme
depuis 3 ans). L'existence de la Sara, dans ces conditions, est
menace.
4) Les taxes sont levees en France (60 % du prix du Super
95et 50 % du prix du gazole), mais alimentent outre-mer les
budgets des collectivites (FIRT). En Martinique, elles sont lar-
gement inferieures au niveau frangais, particulierement pour le
gazole. Comment encore baisser ? Seule I'instauration d'un
"taxe spiciafe sur les car6urants fottante" variant avec I'octroi
de mer, comme la TIPP flottante de jadis variant avec la TVA,
pourrait baisser les prix... A la marge.
La demagogie sur la question du prix des carburants n'a qu'un
temps. II faut s'en prendre aux multinationales du petrole. En at-
tendant, la seule solution reside dans un tarif social au benefice
de ceux qui sont contraints d'utiliser leur vehicule faute de
transports en commun suffisants. Et conserver le contr6le des
prix dans les DOM. A quand un p6le public de I'energie ?
Antoine Gilles
NB : Prix actuels des carburants :
*Super sans plomb 95 : Martinique 1,58 /I (ler/08/2012 ;
France: 1,60 /L (13/08/2012);
*Gazole : Martinique : 1,31 /I (ler/08/2012); France : 1,44 E/l


France: Une rentree politique et social sous haute tension

Emploi et croissance: Clignotants au rouge vif i


Parmi les nombreux chiffres qui ont ete publi6s en cette p6riode
de rentree politique et social, plusieurs retiennent I'attention.
Certes, ils concernent au premier chef les Frangais, mais ils ne
peuvent nbus laisser indiff6rents, vu I'arrimage jusqu'a au-
jourd'hui encore de notre destin A celui de la France.. Le pre-
mier chiffre et le plus recent est celui du ch6mage. II resonne
comme un tocsin qui assombrit encore davantage I'espoir des
I


travailleurs des deux c6t6s de I'Atlantique qui sont a la re-
cherche d'un emploi. L'aveu est de Michel Sapin, le ministry de
I'Emploi qui a reconnu que le taux de chomage avait depasse,
en France, a la fin du mois d'ao0t la barre fatidique des 10%,
soit plus de 3 millions de demandeurs d'emplois de categorie A,
c'est-a-dire n'exercant aucune activity. Un chiffre qui monte a
3.232.000 en incluant les ch6meurs de I'Outremer. En Marti-


"I` FOSIT qUEIc


FIZACE


ii eudCi 6 etembile2072 -juic n' 36 Page 10






http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


nique ce sont 43 396 martiniquais qui n'ont aucune
activity et en juin le nombre total des sans emploi a
franchi le seuil aussi symbolique des 50 000 de-
mandeurs d'emploi pour atteindre en juillet 50 849
personnel. Un ch6mage qui prend des proportions
dramatiques pour les jeunes don't 62%, ici sont sans
aucune activity. "Des symbofes deja depassis", laisse
tomber le ministry du Travail qui reconnait que le
pire est encore a venir. Lequel d'ajouter qu'il faut
"de 1a croissance pour crier des emplois et [utter viri-
ta6bement centre Ce chlmage". Or comment creer de
la croissance alors que le gouvernement socialist
pursuit la politique d'austerit6 de son predeces-
seur, alors que dans ce domaine, la situation ne
cesse de se deteriorer ? Le gouvernement vient
d'avouer que le taux de croissance de 1,2% sur le-
quel il avait bAti ses provisions budgetaires pour
2013 devrait etre revu A la baisse. Pour Mathieu
Plane de I'Office francais de conjoncture economique (OFCE),
la France "est au cceurde la recession sociale. Et les Martiniquais
sont dans le meme wagon D'autant que le projectt de Coi de ri-
gulation iconomique outre mer"porte par Victorin Lurel n'est pas
de nature A stopper la degradation du pouvoir d'achat et des
conditions de vie des populations dites ultramariness".
Pour cet economiste de I'OFCE, cette degradation du march
de I'emploi est la consequence de "la vague d'austiriti qui s'est
mise en place en Europe". Or, poursuit-il, "pCus faustiriti est im-
portante, pCus Ces repercussions sociaCes sont iCevies", mettant en
garde le gouvernement sur la dangerosite du Pacte budgetaire
Sarkozy-Merkel. Pour lui, "Sa ratification nefera qu'alimenter
cette erreurstratigique de faustiriti ginraCisde... don'tt nous su-
bissons aussi les consequences.

Ratification au Trait6 europeen: un ent6tement a
haut risque politique
Le deuxieme chiffre que le gouvernement ferait bien de medi-
ter est celui revel6 par le sondage CSA, pour le compete de I'Hu-
manitN et qui montre que 72 % des Francais sont partisans
d'un referendum sur le trait europeen qui continentt un abandon
de souveraineti ... et une regression dimocratique qui empiche-
ront toutepoitique de changement", selon Pierre Laurent, le se-
cretaire national du PCF. Une exigence democratique qui se
justifie d'autant plus que Frangois Hollande s'etait engage a re-
negocier le dit trait. Un "vioide la dimocratie", selon Jean-Luc
Melenchon et que le PCF et le Front de gauche soutenus par
certain ecologistes des socialists et d'autres formations de
la gauche radical entendent combattre. La lutte centre la rati-
fication sera d'ailleurs au coeur de la fete de I'Humanite qui se
tiendra du 14 au 16 septembre a La Courneuve. Le gouverne-
ment qui a choisi son adoption par la simple voie parlementaire
risque d'etre confronted a la fronde d'une parties de ses propres
troupes don't une quinzaine de deputies socialists. L'argument
du Parti socialist selon lequel sa ratification "ne serait pas un
solde de tout compete" ce qui laisserait supposed que le trait
pourrait encore 6tre amended les laisse sceptiques. Nombre
d'organisations syndicales ont d'ailleurs mal apprecie la pre-
sence du premier ministry Jean-Marc Ayrault et de neuf minis-
tres a I'universite d'ete du Medef ol le chef du gouvernement
s'est engage a ratifier le trait europeen et a ne pas soumettre
"Toutilde travail'a I'imp6t sur la fortune, g la grande satisfac-
tion de la president du Medef. Preuve que le liberalisme n'a


Dix ministres socialists a I'Universite d'ete du Medef


pas grand-chose a craindre sous un gouvernement dit de
gauche.


Coup W'accelerateur pour tenter 6e conjurer les perils
D'autres chiffres inquietent les responsables de I'Executif.
D'abord celui de la cote de popularit6edu President de la Re-
publique qui accuse une sensible baisse; celui des insatisfaits:
50% des personnel interrogees se disent decues par I'action
du gouvernement, tandis que 68% d'entre elles s'avouent pes-
simistes pour leur avenir notamment dans le domaine de I'em-
ploi. Ce sont les raisons pour lesquelles le gouvernement,
accuse par la droite d'immobilisme, a decide d'avancer au 10
septembre la session extraordinaire du Parlement initialement
fixee au 24. L'objectif est d'afficher son volontarisme face au
problem crucial du ch6mage des jeunes (22,5%) et bien plus
eleven dans les zones urbaines sensibles (ZUS) et dans les
DOM/ COM. Une session qui sera consacree en priority aux
measures phares concernant la creation de 150.000 contracts
d'avenir en CDD ou en CDI. En fait des emplois aides, sub-
ventionnes a hauteur de 75% par I'Etat, dans "les activities
davenir et don't futiliti social est avrde". Ils s'adresseront en
priority aux jeunes en grande difficult, sans aucune qualifica-
tion resident dans les quarters difficiles ou dans les zones ru-
rales eloignees. D'une duree de un a trois ans, ils seront pour
I'essentiel reserves au secteur public don't une bonne part a
I'Education national avec des possibilities d'insertion definitive.
Afin eviter les effects d'aubaine, comme ce fut le cas avec la for-
mule des emplois-jeunes de Lionel Jospin, le gouvernement a
decide de ne les ouvrir au secteur prive qu'A des conditions tries
strictes. Pour la plupart des associations, ils ne peuvent etre
qu'une measure d'urgence face a la detresse des jeunes. Tandis
que les syndicats s'inquietent du risque de recrutement de
"nouveau.precaires dans lafonction pubCique". A I'inverse I'Union
national des Etudiants de France y voit une volont6 d'accom-
pagner socialement les etudiants don't beaucoup sont en
grande difficult financiere.
L'autre project de loi prevoit la construction en urgence de
150.000 logements sociaux. Ces measures, ajoutees A la baisse
temporaire des prix des carburants et de la hausse de I'alloca-
tion de rentree scolaires suffiront-elles 6 calmer la grogne so-
ciale ? Pas si sOr d'autant que les appeals g la mobilisation des
travailleurs et I'apret6 du debat autour du trait europeen ris-
quent fort de mettre Francois Hollande face a une presidency
normalle, c'est-a-dire agitee.
G.E


V' IefVS5SttISrn -jstleSnoS6I-age/


r FRNC,






http://www.iournal-iustice-martiniaue. com


Bec & Plumes: Cohn-Benbit tire sur Melenchon pour avoir passe ses

vacancies avec Chavez


Daniel Cohn-Bendit, ancien ultra-r6volutionnaire de mai 1968 et
euro-depute d'Europe-Ecologie-Les Verts, a declare au journal
Le Monde du 22/08/2012 A propos de Jean-Luc Melenchon :
"Mais quelqu'un qui donne des (kons de politique et qui passe ses
vacances avec Chavez, c'est assez stupefiant...Si e modeCe de d6-
mocratie, c'est Chavez, pour moi, c'est merci et au revoir! ".
Quand on pense qu'en mai 1968 il denongait les communists
parce qu'ils n'etaient pas assez revolutionnaires a son gre et
qu'ils ne declenchaient pas I'insurrection Et aujourd'hui, il tire
sur tout ce qui n'est pas au garde a vous face A la dictature
neo-liberale de I'Europe capitalist. Ainsi il est centre ceux de
son propre parti, comme Eva Joly, qui veulent que le people
frangais soit consulted sur le Traite budgetaire europeen Sar-
kozy-Merkel instaurant I'austerite & perpetuity, le fameux Trait6


sur la Securite, la Coordination et la Gouvernance (TSCG).
L'ecologie a bon dos et cache parfois des projects reactionnaires
peignant le capitalism en vert.
Hugo Chavez a 6t6 61u democratiquement et I'opposition qui
control la quasi-totalite des medias au Venezuela ne se gene
pas pour le critiquer et meme tenter de le destabiliser par tous
les moyens legaux et illegaux. Peut-etre devrait-il, au nom de la
democratic occidentale, rester inerte pour qu'il lui arrive ce qui
a reussi au Chili ou au Guatemala ou 6 Saint-Domingue, ou au
Honduras, etc ? Jean-Luc Melenchon a raison de s'informer sur
les voies nouvelles pour changer vraiment la society, sauf a
accepter eternellement la gestion loyale du capitalism neo-li-
beral et la dictature de la finance.
A.G


I'F-


Le Department du Tresor met ea nouveofes
entraves aux voyages entree les Etats-Unis et


Le D ptement du Tresor americain, (le minister des fi-
naql dopte de nouvelles measures entravant I'application
Sdu rne "Peuple d cPeupfe", mis en march par I'adminis-
tratioftbana en 2011 dans le but d'augmenter les chances
de voyages entire les Etats-Unis et Cuba. En effet, de nouvelles
dispositions bureaucratiques compliquent le renouvellement
des licences accordees I'annee derniere pour visiter Cuba &
des fins culturelles, scientifiques ou religieuses, entire autres.
Les formulaires pour demander I'autorisation necessaire ont
augmented de 6 & des centaines de pages. Selon les nouvelles
regles imposees par le Departement du Tresor pour demander
le renouvellement de ces licences, il faut prouver que les
voyages realises I'annee derniere n'ont pas ete des activities
de tourism regulier pendant le sejour & Cuba. Selon le journal
Detroit Free Press, presque aucune organisation beneficiant
jusqu'a present des licences octroyees par I'office de contr8le
des actifs strangers pour organiser des voyages A Cuba n'a pu
les renouveler. Parmi ces organizations se trouvent de presti-
gieuses institutions comme le Musee Metropolitain d'Art, le Na-
tional Geographic, Harvard Alumni et le National Trust for
Historic Preservation.

Tempete Isaac ans la Caraibe: Un impact va-

riable selon les pays.
En Ha'ti, apres le passage de la temp6te Isaac, on a denombre
24 morts et 6 disparus et 5 morts en Republique Dominicaine.
Par centre, a Cuba, les autorites se sont felicite que le disposi-
tif de defense civil et de gestion a bien fonctionrl dans I'en- -
semble du pays pour reduire au maximum I'impact de la
tempete. Cuba a mis a profit son experience dans la lutte centre
les phenomenes meteorologiques pour assurer la protection de
la population et des biens d'une maniere rationnelle et oppor-
tune. Ainsi, grace A la preparation des populations et I'inves-
tissement dans des mecanismes de reponses efficaces aux
niveaux local, regional et national, aucune perte de vie humaine


En Haiti Isaac a fait des ravages
n'est A deplorer et il n'y a pratiquement pas eu de degAts eco-
nomiques et sociaux dans I'ile. La tempete tropical qui s'est
abattue sur une parties territoire cubain (notamment la region de
Baracoa, dans I'est du pays) a permis de valider un nouveau
concept en matiere de security des personnel et de sauve-
garde des biens. A cette occasion, ce system a fonctionne de
maniere particulierement efficace et rationnelle, conformement
aux instructions de la Defense civil. Ce nouveau concept
d'6vacuation permet d'heberger les personnel chez des pa-
rents ou amis et non pas dans des locaux publics. Cette initia-
tive permet une coordination plus efficace et rationnelle des
efforts selon les responsables.
La tempete tropical Isaac aura eu un effet plus benefique que
defavorable pour les douze barrages de la province de Villa
Clara.

Discussion avec es FARCen Colombie
"Des discussions eTploratoires ont ite lancies avec les 'FA1C
(Forces armies rivolutionnaires de CoCombie) pour tenter de met-
trefin au confit". Des propos tenus & la television, le 27 ao0t
dernier, par le president colombien, Juan Manuel Santos. Un
espoir pour I'ouverture d'6ventuelles negociations de paix apres
plus de 48 annees de conflict qui aurait fait entire 50.000 et
200.000 victims, don't une majority de civils.
Les dernieres negociations menees avec les FARC datent de
p


jeuRi6 5ept1 c n'36-Pae 12


FIZANCE






http://www.iournal-iustice-martinique. com


1999. Le president Andres Pastrana et Manuel Marulanda, fon-
dateur des FARC, s'6taient rencontres avant que le processus
n'6choue en 2002. Les autorites avaient alors accuse les FARC
de profiter de la demilitarisation pour recruter de nombreux
membres. "Les risultats de ces rapprochements avec ies Farc se-
ront connus dans les prochainsjours", a precise le president co-
lombien, tout en excluant un arret des actions militaires durant
cette periode. "Nous maintiendrons les operations et fa presence
militaire sur chaque centimetre du territoire", a-t-il soulign6, af-
firmant avoir appris des "erreurs du passed Les discussions
pourraient avoir lieu a Cuba ou en Norvege. Le chef de I'Etat a
ajoute qu'il pourrait aussi ouvrir des negotiations avec un autre
group rebelle, I'ELN, I'Armee de liberation national, qui
compete 2.500 combatants. La perspective de negotiations de
paix est approuvee par 74 % des Colombiens et suscite un cer-
tain consensus dans la classes politique.
Fond6e en 1964 par Manuel Marulanda, marxiste 16niniste,
cette rebellion est issue d'une insurrection paysanne qui recla-
mait un meilleur partage des terres. La guerilla des FARC
compterait encore quelque 9200 combatants, replies dans les
montagnes et les forts a la suite d'une serie de revers mili-
taires qui ont divis6 ses troupes par deux en une decennie. Les


Les violence vont-elles cesser en Colombie


FARC sont reconnues pour avoir pris en otage plusieurs per-
sonnalites politiques ou militaires. En avril dernier, le mouve-
ment a, par ailleurs, liber6 ses derniers prisonniers "politiques",
des policies et militaires detenus depuis 12 a 14 ans, et a an-
nonc6 avoir renonce aux enlevements contre rangon.


Syrie: Armes chimiques, pretext pour une intervention comme en Irak


Apres les Etats-Unis
(Obama), c'est au tour
de la Grande-Bretagne
; (David Cameron) puis
de la France, par la voix
de Frangois Hollande,
de menacer Bachar-Al-
Assad, le president sy-
rien, d'une intervention
militaire en cas d'utilisa-
tion d'armes chimiques
du regime syrien. Ce
pr6texte rappelle les
declarations am6ri-
caines a I'encontre du
Colin Powel a I'ONU en fevrier 2003 regime de Saddam
Hussein en Irak avant
I'intervention militaire en 2003. Georges W.Bush et son secre-
taire d'Etat Colin Powell avaient accuse le dirigeant irakien de
poss6der des armes de destruction massive lors d'un discours


aux Nations unies, en f6vrier 2003.
Le journal Le Monde, "ia bourgeoisiefaitejourmaP'comme le di-
sait I'ancien directeur de L'Humanite Roland Leroy, 6crit le 28
ao0t a propos d'une pretendue "menace des armes chimiques sy-
riennes" que "les Occidentaux ont mis Damas en garde, is inter-
viendront en cas d'emploi ou de detournement de ces engines Donc
I'intervention aurait lieu en cas d'usage et meme de "perte de
contr6le par Damas darmes chimiques", precise le journal qui
evoque par example le fait que ces armes puissent tomber "aux
mains d'extrimistes" tels AI-Qaida, "ditectis en Syrie". Extre-
mistes que les occidentaux arment et conseillent de concert
avec le Qatar, I'Arabie Saoudite et la Turquie. Done une provo-
cation reste possible. Le Monde indique benoTtement que "Les
Etats-Unis, le Royaume-Vni et [a France se sont deja coordonnds
sur les modalitis dune iventueffe operation de "sjcurisation" des
armes chimiques (.)".) Ainsi on intoxique I'opinion publique.
A.G


Syrie: te bessous bes cartes


Les rebels ne sont pas des ages
Les rebelles ne sont pas des anges


Les combats s'intensifient en Syrie oO les rebelles, faute de
pouvoir tenir le terrain face a I'armee syrienne, s'efforcent de
multiplier les zones de combat. La CIA s'est vu obligee de re-
cruter 6000 djihadistes de tous pays (Saoudiens, Qataris, Egyp-
tiens, Jordaniens, Libyens, Tchetchenes, Britanniques,
Francais...) pour declencher la bataille d'Alep et les pertes sont
consequences. Dernierement, une colonne de 40 vehicles
arms venant de Turquie a 6te interceptee et aneantie. A Ribba,
pres de la frontibre libanaise, plusieurs milliers de Chretiens en-
cercles par les djihadistes ont pu 6tre degages par I'armee. Une
soixantaine de rebelles y ont laisse leur vie.
C'est la un des points forts du pouvoir. Les Chretiens, tout
comme les Alaouites, les Druzes, ies Ismailiens, les Chiites et
les nombreuses autres communautes qui constituent la Syrie,


Inh *''I'^^^ey1 n I6-ae1


^PANS LE, Mj







http://www.ioural-iustice-martiniaue. com


redoutent une mainmise des djihadistes salafistes (r6put6s
pour leur.f6roce intolerance) sur le pays et serrent les rangs au-
tour de Bachar al-Assad.
La vraie question qui se pose a propos de la Syrie est de savoir
a qui profit le crime. SOrement pas au pouvoir que I'Occident
cherche a abattre par tous les moyens. Pas meme aux gou-
vernants europeens pourtant acharnes A la perte d'Assad, don't
Fabius dans un eclair de lucidity, convenait tout r6cemment
qu'ils avaient, tout comme les Russes, int6rets A 6viter I'instau-
ration d'un regime islamiste & Damas. Cela n'empeche nulle-
ment ce meme Fabius de passer son temps a jeter de I'huile sur
le feu et a precher une intervention quoi qu'il en coOte.
Restent les Etats-Unis qui jouent un r81e veritablement pervers
dans cette affaire, poussant I'OTAN et la Turquie au clash, mais
en 6vitant de jouer ostensiblement au va-t-en guerre. Leur ob-
jectif est multiple. II vise en premier lieu la Chine devenue trop
puissante a leur goOt et qu'il faut contrer A tout prix. Mais pas
question de I'affronter ouvertement; ce serait suicidaire vis a vis
de leur principal cr6ancier. II ne reste done qu'6 recourir aux


Flash-Hebao


Lunbi 27 aout
LYBIE Dans I'incapacite de retablir et d'assurer I'ordre public,
le ministry libyen de I'interieur a pref6re remettre sa demission
laquelle a ete refusee, personnel ne voulant lui succ6der.


marbi 28 aoOt
EQUATEUR En 5 annees, le gouvernement progressiste
6quatorien a reussi & sortir de I'exploitation salariale plus de
450 000 enfants (sur 650 000) leur permettant de pouvoir enfin
etre scolarises.


mercrei 29 aout
UNION EUROPEENNE La grande distribution (Unilever, Le-
clerc...) se positionne pour pouvoir faire face a la montee de
I'appauvrissement general et progressif constate en Europe en
reconditionnant leurs products soit a I'unite, soit en volume re-
duit.


"coups tordus"en essayant de destabiliser I'environnement 6co-
nomique et les routes commercials de Pekin.
En second lieu, c'est la Russie (alliee de la Chine avec qui elle
partage une immense fronti6re) qui est visee. Un nouvel Etat is-
lamique capable de destabiliser I'Asie central I'affaiblirait sO-
rement et serait une aubaine inesp6ree qui g6nerait
considerablement la Chine. En outre Washington ne serait pas
mecontent de voir I'Europe (dangereux rival depuis que I'euro
joue les trouble-fete dans la zone dollar) s6rieusement pertur-
bee par la montee de I'islamisme (qu'il ne faut surtout pas
confondre avec I'lslam) sur son flanc oriental et m6diterraneen.
Tel est le veritable enjeu de la dangereuse parties qui se joue
au Proche-Orient sous couvert de pretextes humanitaro-de-
mocratiques don't les djihadistes n'ont que faire. Leur seul but
est d'imposer le salafisme wahabite partout dans le monde
sous la ferule exclusive du commanderr des croyants" en I'oc-
currence la theocratie saoudienne.
K. Solaris


jeubi30 aot
AFGHANISTAN De plus en plus de soldats US sont abattus
par les militaires afghans qu'ils encadrent (incidents officielle-
ment denommes vertt sur bleu"). 12 au course des deux der-
nieres semaines et 40 depuis le debut de I'annee.


venhrebi 31 ao0t
BAHREIN Les manifestations severement reprimees par I'ar-
mee saoudienne ont repris a Bahrein (emirat chiite regie par un
autocrate sunnite soutenu par I'Arabie saoudite et les USA) en-
trainant des dizaines de milliers de personnel dans les rues.


samebi ler septembre
LIBYE Le pouvoir issu des sectionss dimocratiques"ne contr6le
que la capital (et pas tous les quarterss. Dans le rest du pays
c'est toujours le chaos, gere 6 coups de kalachnikov par les
differentes tribus et leurs milices.


bimanche 2 septembre
ALLEMAGNE Ce sont en fait 7,4 millions d'Allemands qui
cherchent desesperement un emploi decent, bien loin des 2,5
millions de chomeurs 'bfficiefs"


AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv6 en date du 23
juillet 2012 et enregistre aux imp6ts le 27
ao0t 2012- (bordereau no 2012/1039
case no 23)
Denomination social : S.V.P ( SOLU-
TION VALORISATION PROJECTS)
Forme social: Soci6te A ResponsabilitB
Limitee
Siege social : immeuble opale Etang
Z'Abricots 97200 Fort de France
Objet social : la societe a pour objet tant
en France qu'a I'etranger: prestations de
services (conseil, expertise,)
DurBe de la society : 99 ans sauf dissolu-
tion anticipee ou prorogation
Captal social : 1000 (mille) E, divise en
100 (cent) parts sociales d'un montant de
10 (dix) nominal, entibrement liberees,
attributes A I'associe unique
Gerance : Mademoiselle Sandrine Isa-
belle JEAN, nee le 10 avril 1974
a TOULOUSE,
Celibataire, demeurant 30.5 lotissement
Anse Bonneville Tartane -


97220 LA TRINITE
R.C.S. de Fort de France
Pour avis


AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive le 30 juillet
2012, il a 6te constitute une society a res-
ponsabilite limited
Denomination : AUTOMATE SYSTEM
CONTROL Sari
Sigle : ASC Sari
Capital social : 7500e
Divises en 75 parts de 100
Siege social : 25 avenue Raymond Gar-
cin Residence les Filaos Didier
97200 Fort de France
Objet : Automatisme portes et portails,
contr6le d'acces, 6lectricite g6nerale ,
serrurerie et security, protection incendie,
toutes operations pouvant se rattacher di-
rectement ou indirectement a I'objet so-
cial
Grant: Monsieur Bernard BOULANGE
Duree de la soci6et 99 ans, doif 6tre ins-
crit au registre du commerce, chambre


des metiers de
Fort de France
FB6129 Pour avis, le grant


AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
PATRIMONIUM
RCS 531 301 612
7 B- RES LES OLYMPIAC
97228 STE LUCE
Le 27/08/2012, modification de
mination << Societe Antillaise de
de Patrimoine SAGP >
La forme : SARL
Le capital de : 1000e & 2500
Objet en sus : gestion imr
conseil juridique et fiscal
Les articles correspondents ont
fies
AVIS DE MODIFICATIO
S DE L'OBJET SOCIAL
SOCIETY VERTIGE
SARL AU CAPITAL DE 50
CITE DILLON N 46 RUE I
NUMERO D'IDENTIFICAT


520 996 018
RCS DE FORT DE FRANCE
FB6130 Aux terms d'une assemble g6nerale
extraordinaire en date du 10/08/2012, les
N associes ont decide de modifier I'objet so-
cial et de I'etendre a de nouvelles activi-
tes. En consequence, les status se
trouvent modifies comme suit:
)ES, Article 2 Objet social
La society a pour objet en France et a
: la deno- I'etranger:
Gestion Tous travaux de pose de pyl6nes ; tous
travaux de consolidation de falaises, pose
de grillages et tous types de travaux de
confortement ; Tous travaux de couver-
nobilibre, tures, et travaux en hauteurs necessitant
des methods sp6cifiques; Tous travaux
6te modi- de b&timents et travaux publics ; Tous tra-
FB6131 vaux d'electrifications ; Tous travaux de
genie civil et de reseaux divers ; Tous tra-
N vaux d'installation de centrales photovol-
taiques ; La participation de la society,
par tous moyens, a toutes entreprises ou
000 e societies cre6es ou a career, pouvant se
N 4 rattacher a I'objet social, notamment par
ION


I f Sepembqre20s7 Iu;e n6-ae1


[ A S LE A~fIONPE^^


'NNONC~ I UfAL







http://www.iournal-ustice-martinique.com


vole de creation de societies nouvelles,
d'apport commandite, souscription ou
rachat de titres ou droits sociaux, fusion,
alliance ou association en participation ou
groupement d'interet economique ou de
location gerance.; Et plus generalement,
toutes operations industrielles, commer-
ciales, financieres, mobilieres et immobi-
lieres, pouvant se rattacher directement
ou indirectement a I'objet social et a tous
objet similaires ou connexes pouvant fa-
voriser son extension ou son developpe-
ment.
Le dep6t legal sera effectue au registre
du commerce et des societies de Fort de
France.
Pour avis et mention
Le grant FB6132

AVIS DE MODIFICATION
BURO.COM EURL
EURL AU CAPITAL DE 7500 C
CROIX MISSION RUE EUGENE
MAILLARD
97212 SAINT JOSEPH
RCS: 45111788100016 FDEF
Aux terms d'une deliberation en date du
30 ao0t 2012, I'assemblee general
extraordinaire a decide de transferer le
siege social de la Croix Mission Saint
Joseph (97212) a Croisee Jeanne d'Arc
au Lamentin (97232) a computer du ce jour
et de modifier en consequence I'article 5
des status. La society decide
egalement d'ajouter I'enseigne suivante :
K'Raib grillades.
La gerance FB6133

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
SARL TDFA capital 13000E, siege so-
cial: imm Gouyer Californie 97232 FDF
RCS : 482 565 637 00014 Proces ver-
bal AG extraordinaire du : 28 janvier
2012, il a ete procede aux changements
suivants : emission du grant et associe
: Marie Georges ADRASSE, nomination
dans ce meme PV de Serge LANGOZ,
acceptant les dites functions et nomme
en quality de nouveau grant.
Pour avis FB6134

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
SARL PHIL RESTO
SARL AU CAPITAL DE 1 000.00
SIEGE SOCIAL: CENTRE COMMER-
CIAL COUR PERRINON
97200 FORT DE FRANCE
SIRET :531 367 316 00019
Avis est donn6 que par deliberation de
I'assemblee general extraordinaire reu-
nie le 6 ao0t 2012, Monsieur Yves CHA-
LONO demeurant immeuble Beaupr6 -
Appt C 108, Pointe de Jaham 97233
Schoelcher a ete nomme en quality de
nouveau grant de la society pour une
duree indeterminee a
Computer du 6 ao0t 2012, en remplace-
ment de Monsieur Yann
CHALONO
Les status ont done ete modifies comme
suit :
< La gerance de la society est assure
par Monsieur Yann CHALONO demeu-
rant : bAt A 301 residence beaupre -
pointe de Jaham 97233 Schoelcher
Remplace par:
<< la gerance de la society est assuree par
Monsieur Yves CHALONO, demeurant
immeuble Beaupre Appt c 108, pointe de
Jaham -97233 Schoelcher
Pour avis FB6135

CABINET DE MAITRE MARYSE
DUHAMEL
AVOCAT
IMM BEL AZUR 48, RUE
SCHOELCHER 97200
AVIS DE VENTE AUX ENCHERES
PUBLIQUES


II sera proced6 le MARDI 16 OCTOBRE
2012 A DIX HEURES, au Tribunal de
Grande Instance de Fort de France (Mar-
tinique) Palais de Justice 35 bd Gene-
ral de Gaulle, a la vente aux encheres
publiques, au plus offrant et dernier en-
cherisseur de :
Un immeuble sis au Bourg du Morne
Rouge, consistent en un terrain d'une su-
perficie de DOUZE ARES HUIT CEN-
TIARES (12a 08ca), cadastr6 lieudit -
Rue du Dispensaire section C no 53, sur
lequel existent une maison principal
construite en bois sur solage en magon-
nerie, couverte en toles divisee en plu-
sieurs pieces et des dependances de
meme construction et couverture ; et une
petite construction en demi sous-sol en
beton arm6
Selon process verbal de description de
Maitre Jean-Frangois CIRBA Huissier de
Justice a Fort de France, du 30 mars
2011,
II s'agit d'une villa en bois de construction
tres ancienne, couverte de toles rouillees
et trouees et comportant un comble ; elle
est pourvue d'une terrasse et d'un jardin
a I'ouest, au sud et a I'est, et comprend
un sejour salle a manger ; quatre cham-
bres a coucher avec des toilettes atte-
nantes vetustes ; un bureau dans les
combles.
Au nord se trouve adosse a la villa un
garage et une grande piece avec des toi-
lettes, le tout tres vetuste et humide .
A I'ouest de la villa se trouve une depen-
dance en dur et en bois, le tout couvert
de t6les ondulees, comprenant une salle
d'eau avec des sanitaires tres vetustes ;
une cuisine ; une chambre a coucher ;
une buanderie, une piece avec un grand
bassin en beton rempli d'eau
A I'est et donnant sur la rue principal, un
garage en beton avec des toilettes tres
vetustes .
La villa est occupee par la proprietaire et
ses enfants; elle est reliee aux reseaux
electrique E.D.F. telephonique et eau
courante, et pourvue d'une fosse sep-
tique.
La vente est poursuivie & la requite de la
SOCIETY FINANCIERE ANTILLES
GUYANE dite SODIAG, SOCIETY par
actions simplifiee immatriculee AU RCS
de fort de France sous le n 448 328 344
represented par son Directeur General,
ayant son siege social a Fort de France :
12 bd General de Gaulle 97200, venant
aux droits de la SOCIETY DE CREDIT
POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA
MARTINIQUE dite SODEMA en vertu
d'un trait de fusion public au R.C.S. de
fort de France le 11 mai 2005.
Ayant pour avocat constitute Maitre Ma-
ryse DUHAMEL avocat au barreau de
fort de France y demeurant imm bel azur
-48 rue Schoelcher 97200.
Le cahier des conditions de vente a ete
depose au Greffe du Tribunal de grande
Instance de Fort de France, Palais de
Justice : 35 bd General de Gaulle 97200
ou toute personnel peut en prendre
connaissance
Les encheres s'ouvriront sur la mise A
prix pour LE SEUL LOT de Cent quatre
vingt mille euros
(180 000)
Les encheres ne peuvent Atre portees
que par minister d'avocat inscrit au Bar-
reau de Fort de France FB6136

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
FUSION CARAIBES
23 Les Hts de Californie
97232 Le Lamentin
L'Assemblee GenBrale Extraordinaire en
date du 10 mars 2009 a decide la disso-
lution anticipee de la society a computer
de ce jour. La society subsistera pour les


besoins de la dissolution et jusqu'a la cl6-
ture de celle-ci. La liquidation est fixee a
I'adresse ci-dessus.
Le grant Pascal PIGNOL est charge de
la liquidation avec les pouvoirs les plus
etendus.
Pour avis et mention, le grant FB6137

C.I.D.
SARL AU CAPITAL DE 1000 C
SIEGE SOCIAL:
426, CHEMIN BAGASSE GRAND
CHAMP, 97232 LAMENTIN.
53365138600013 RCS FORT DE
FRANCE
En date du 01/11/2011, I'associe unique a
nomme en quality de grant
LEULY JONCART Gaston en remplace-
ment
de Nathalie BABO, a computer du meme
jour.
Modification au RCS de Fort de France
FB6138








AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
S- NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE
L'ORGANISME ACHETEUR : COM-
MUNE DE MARIGOT
Monsieur le Maire, Ange LAVENAIRE,
h6tel de Ville Lotissement < La Marie ,
97225 Marigot, tel : 0596-53-50-09, tele-
copieur : 0596-53-54-83
Adresse internet du profile acheteur :
https://www.marches-securises.fr/.
II OBJET DU MARCH
Fourniture, pose, location, entretien et
maintenance de trois sanitaires publics a
entretien automatique.
Type de march de fournitures : location.
CPV Objet principal: 90000000
Objets supplementaires : 50760000
Lieu de livraison : Commune de Marigot,
97225 Marigot.
Code NUTS: FR92
L'avis implique un march public.
Caracteristiques principles :
Fourniture, pose, location, entretien et
maintenance de trois sanitaires publics a
entretien automatique
QuantitBs (fournitures et services), nature
et etendue (travaux)
Tranche ferme : 2 appareils sanitaire au-
tomatique, duree 15 ans
Tranche conditionnelle : 1 appareil sani-
taire automatique, dur6e 15 ans
Des variantes seront-elles prises en
compete : oui
III- RENSEIGNEMENT D'ORDRE JURI-
DIQUE, ECONOMIQUE, FINANCIER,
ET TECHNIQUE
Modalites essentielles de financement et
de paiement et/ou references aux textes
qui les reglementent : financement par
budget communal. Prix revisables. Paie-
ment par mandate administratif a 45 jours.
Versements trimestriels.
Langues pouvant etre utilisees dans I'of-
fre ou la candidature : frangais.
Unite monetaire utilisee : I'euro
Conditions de participation :
Criteres de selection des candidatures :
experience du candidate pour des presta-
tions de meme nature en milieu tropical.
Ne sont pas admises :
les candidatures qui ne sont pas rece-
vables en application des articles 43, 44
et 47 du CMP ;
les candidatures qui ne sont pas ac-
compagnees des justifications a produire
quant aux qualities et capacities des can-
didats ;


- Les candidatures qui ne representent
pas des garanties techniques et finan-
cieres suffisantes.
Situation juridique references requises:
documents mentionnes aux articles 44,
45 et 46 du CMP;
Capacity economique et financiere re-
ferences requises : citation de I'entre-
prise par un organisme accredite (IE
dom)
Reference professionnelle et capacity
technique references requises : certifi-
cats de capacity.
IV-PROCEDURE
Type de procedure :
Appel d'offre ouvert (articles 33 et 57 a 59
du code des marches publics)
Procedure adaptee en application des ar-
ticles 26-11-2 et 28 du code des marches
publics.
Criteres d'attribution :
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonces dans le cahier des charges (re-
glement de la consultation, lettre d'invita-
tion ou document descriptif).
Conditions de delai :
Date limited de reception des offres :
Delai minimum de validity des offres: 120
jours a computer de la date limited de re-
ception des offres.
Modalites d'envoi et de remise des offres:
Les candidatures et les offres peuvent
Atre adressees ou remises dans les
conditions suivantes :
- Presentees sur support paper et adres-
sees par lettre recommandee avec de-
mande d'avis de reception postal avant la
date et I'heure limited de reception des of-
fres.
- Presentees sur support paper et re-
mises sous plis cachet au service desti-
nataire centre rec6pisse a ces m6mes
dates et heures limits.
- Transmises par voie electronique : des
publication de I'avis d'appel public a la
concurrence, les candidates peuvent tBle-
charger gratuitement le dossier de
consultation sur le site
https://www.marches-securises.fr
Le retrait du dossier de consultation sous
forme electronique n'oblige par une trans-
mission des offres par voie electronique.
La transmission des offres par telecopie
ou par message electronique n'est pas
autorisee.
Les plis qui seraient remis, ou don't I'avis
de reception serait delivre apres la date
et I'heure limits fixees ci-avant, ainsi que
ceux sous envelope non cachetes ne
seront pas retenus.
Les plis seront envoys ou remise a
I'adresse suivante et porteront les men-
tions suivantes :
Monsieur le Maire de la Commune de
MARIGOT
Ange LAVENAIRE
H6tel de Ville Lotissement la Marie -
97225 MARIGOT
MARCH PUBLIC
ENVELOPE D'OFFRE
NE PAS OUVRIR PAR LE SERVICE
COURIER
V-PROCEDURES DE RECOURSE
Instance charge des procedures de re-
cours et aupres de laquelle des rensei-
gnements peuvent 6tre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Nom de I'organisme : Tribunal d'instance
de Fort de France
Adresse : Parquet de Fort-de-France
Code postal : 97000
Ville : FORT DE FRANCE
Date d'envoi du present avis de publica-
tion : 31ao0t 2012
Marigot, le 31/08/2012
Le maire
Ange Lavenaire FB6139


Pf^^QI 6Ie22- stn -e 15


A w af'i LS





http://www.journal-iustice-martinique.com


14-15 & 16 septembre 2012, la Fete ae 'Humanit : Un space pour

Expression aes luttes populaires en France et aans le Monbe


Les 14, 15 et 16 septembre 2012, se tiendra le grand rendez-
vous annuel de la fete de I'Humanite au Parc de la Courneuve.
Ce grand rassemblement se deroulera dans un context lie A
I'election de Frangois Hollande a la presidence de la R6pu-
blique frangaise et a laquelle les communists frangais, au sein
du Front de Gauche, ont apporte une contribution decisive
(plus de 4 millions de voix).
Seulement la situation social continue de s'aggraver avec la
multiplication des plans sociaux, soigneusement mis en sour-
dine sous I'ere Sarkozy et qui par leur ampleur jettent des mil-
liers de travailleurs dans la rue.
La fete de I'Humanite offre une excellent tribune pour expri-
mer la revolte contre ces licenciements insupportables et contre
lesquels la mobilisation populaire est indispensable pour
contraindre le patronat a reculer. Le salaries seront au coeur
des debats afin d'exiger que fe "ciangement maintenant" pro-


mis par Hollande ne soit pas confisque par les ideologues de la
comp6titivit6 et des delocalisations comme malheureusement
on le constate avec la stagnation des salaires, la hausse des
prix des products de premiere necessity, etc.
Notre Journal Justice sera present a cette grande rencontre des
communists, des altermondialistes, des anti-imperialistes des
cinq continents, venus partager leurs luttes, leurs experiences,
leur espoir d'un monde meilleur, de paix et de solidarity.
Nos camarades de I'Association des Amis du Journal Justice,
notamment son president Francis Silande, s'affairent deja A la
preparation du stand pour accueillir les tres nombreux fideles
qui nous visitent chaque annee.
Le vendredi 14 septembre, A 17 heures, le Reseau Internatio-
nal Frantz Fanon animera un debate sur le theme : "L'idologie
d'extrime droite et nio cofoniaie : quelimpact sur 1a cruise en Eu-
rope et auxJntifes?"anime par Chantal Delmas et d'autres per-
sonnalites comme Said Bouamama, Serge Guichard, Herve
Fuyet.
Samedi 15 septembre, le Parti Communiste Martiniquais, re-
presente par son Secretaire General, Georges Erichot, et I'As-
sociation des Amis du Journal Justice, invitent a un change
sur le theme : "Martinique : Vn Front de 1a Rtesponsabilit pour
une perspective d'avenir".
Ce sera I'occasion d'echanger avec nos compatriotes vivant en
France sur la situation economique et social de la Marti-
nique.au lendemain des elections presidentielles et legislative
Au "Vifage du Monde", de nombreux Partis Communistes,
movements anti-imperialistes, de Liberation Nationale et fe-
ministes de tous les continents vont partager leurs experiences
de luttes face au desastre de la crise mondiale du system ca-
pitaliste et leur espoir d'un monde de paix.
Fernand Papaya


Jeux Paralympiques: La premiere me6aitle 6'or en atht6tisme

La Martiniquaise Mandy Frangois-Elie, 22 ans et hemiplegique, s'est impose
-, .~- en 14 sec 8/100 sur I'epreuve du 100M just devant la Namibienne Johanna
Benson (14.23) et la Tunisienne Neda Bahi (14.36). Elle a battu le record d'Eu-
rope. Mandy Frangois-Elie n'a pas oubli6 ses entraineurs martiniquais Luc Pi-
quionne et Jocelyn Niemat a qui elle a
f codediee sa victoire.Avant d'etre victim
.... d'un AVC en d6cembre 2008, Mandy a -- --
ete une athlete de haut niveau en tant
que sportive valide. Elle d6tient le record
de Martinqiue du 400M plat.
Apres avoir lutt6 pour sortir du coma,
elle renoue avec le sport pour se r6aliser
et se dirige vers le handisport avec Jo-
celyn Niemat. Au meeting international
d'Aix-les-Bains, la Martiniquaise signed
les minima sur 100, 200 et 400 m et se
retrouve en 6quipe de France pour une
premiere participation au jeux paralym-
pique, Mandy est acclamee par plus de
80 000 persons lors de son tour d'hon- Le coureur cycliste Cedric Ramas-
neur. On a aussi de bonne chances en- samy entrera en piste le 7 septem-
core de la voir sur le podium des 200 et bre avec une chance de m6daille.
Mandy Frangois-Elie A I'entrainement a Dillon 400M. Felicitations.


V Blf!flfyIE


" IKEI "RT