<%BANNER%>
PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00255
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: February 2, 2012
Publication Date: 08/30/2012
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00255

Full Text
zine hebdomadaire d'information communist


Jeudi 30 Aout 2012 92? Ann&e No 35 Martinique: 2,00 France: 2,40 E DOM: 2,20 E

Vie ch~reen outr emeri: 1




o i *i, q '


Syrie:
Menace d'intervention
occidentale sous cou-
vert d'aide humanitaire
Vie bu parti:
F. Hollande et V. Lurel re-
pondent 6 G. Erichot
i i-- -- ^ ^^ ^ ^ --^ M ^^-l M ^^i M -- M^ mMMWMWI -i MMri






http://www. ournal-iustice-martinique. com


a ka Fae .................... 2

Eaito ...................... 3
- Preparer un nouveau module de de-
veloppement

Lutte $ociale ................. .4
- Stagiaires et ndo-titulaire
- Les Salaries de Ih6tellerie en lutte

Vie u Parti..................p. 5
- F. Hollande repond a G.Erichot

ociite ............ ..... ...5/7
- Epandage adrien
- TCSP: le compete a rebours est lance
- Rentrd scolaire
- Le CH de Colson mis sous tutelle

Politilue/Eo ............... 8/10
- Vie chere en Outre-Mer
- Monopoles et vie chnre

France .................. .. 11/12
- Rentree politique et social

Pansle More ............ 12/14
- Braves d'Amdrique
- Syrie

AnenowceUgales.......... f. 1/15

port et Culture ............... 16
- Jeux paralympiques
- Trophee Yvon Lutbert
- Jeunesse Caribdenne







"Jus TWICE
Administration & Redaction
Te. : 05 96 71 86 83
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A Aliker & E Zola
Fort-de-France T6el 05 96 71 86 83
Commission Paritaire no 0116 187526
12 Janvier 2012
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : GuennaBl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37. Rue E Zola 97200 Fort-de-France
Tel 0596 73 14 54


w


La Martinique n'ouble pas ThierryDot

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au Niger
dans la nuit du 15 au 16 septembre 2010, avec qua-
tre autres Frangais, un Togolais et un Malgache, em-
ployes des societies frangaises Areva et Satom, par
la branch d'AI-Qaida au Magreb Islamique (AQMI),
est soutenu moralement par toute la Martinique, y
compris les militants communists et leur journal
Justice.


e 3 I 201 E uiln3 -Pe


Debut es trdaux Du Centre departmental 'Incene t e secours

La premiere pierre symbolisant le lancement de la construction de I'6difice devant
abriter le Service departemental d'lncendie et de Secours avait 6te pose le 4 de-
cembre dernier. Promise aux pompiers depuis plusieurs decennies, cette infrastruc-
ture a et6 congue pour repondre aux normes les plus innovantes en matiere de
construction para sismique. Les travaux ont enfin debut la semaine derniere et I'edi-
fice devrait 6tre acheve a la fin de I'annee 2013. II s'elevera sur le site servant
jusqu'alors de parking au personnel du Conseil general. Le stationnement de leurs ve-
hicules sera reported sur le parking de I'Atrium.

Parking payant i la Pointe Marin

Le maire de Sainte Anne Garcin Malsa I'a announce : La municipality ne peut plus
payer pour les usagers. Elle a done decide de realiser des amenagements supple-
mentaires sur les parking longeant la plage de la Pointe Marin et de revoir les condi-
tions de stationnement. D6sormais, C'est un page permanent 24h/24 qui y sera
install. Elle veut ainsi mettre fin a I'anarchie qui regne sur ce site tres frequent. Si
le stationnement sera desormais payant, le maire souligne que I'acces a la plage
reste gratuit. Trois cent places de stationnement seront done am6nag6es avec des
6quipements garantissant la security des usagers, assure le maire. D'autre part la
proprete des lieux sera am6lioree et la surveillance des baignades renforcee. Pour y
acceder, il faudra desormais d6bourser un euro pour la premiere heure et 50 cen-
times par demi heure suppl6mentaire quel que soit le moment de la journee. Cette
measure ne fait pas I'unanimite, mais Garcin Malsa reste ferme. Car, selon lui, c'est la
voie "d'un d'veloppement durable et sofidaire ". II espere r6colter dans les annees fu-
tures le fruit de sa politique en faisant de Sainte Anne un "p6be ifexceCfence pour [a
MAartinique".
II n'est pas exclu qu'a I'instar de la Pointe Marin, des stationnements payants soient
installs sur d'autres sites de la commune, a commencer par les Salines.

Un manuel peafgoique pour les coliens par Robert SAE

Selon Robert SAE, "Les enseignants et fes i eves n'ontjamais cesse hfattirer attention
sur fe caractere inadapte des manuefs scolaires en usage. Votre culture et notre environ-
nement n'y sont abordis qu [a marge, afors que tout pedagogue sait qu'ils doivent, au
contraire, constituer un soc(e sur Cequelappuyer Censeignement, pour que cefui-ci soit ef-
ficace".
Ces ouvrages sont consus d'abord
come un "coup de main aux cofi-
giens" puisqu'ils prennent en
compete les programmes officials de
la 6isme a la 3ieme. Mais ils peu-
vent aussi 6tre utiles a tout martini-
quais qui souhaite disposer des
informations essentielles concer-
"-i nant I'histoire, la g6ographie de
& notre pays et de notre environne-
ment caribeen. Le manuel de fran-
gais peut egalement permettre a
tous ceux, jeunes ou adults, qui souffrent de lacunes de disposer d'un support pour
une remise a niveau.


[ $A KA JpAst I






http://www.ioural-iustice-martiniaue.com


SEf


Nous saisir ie Ia crise pour preparer un nouveau moabee ae Developpement


La period des vacances est en train de se terminer.
Beaucoup de Martiniquais ont du se priver pour faire face
aux depenses de la rentree. Certains ont renonce A par-
tir en voyage ou sont allies moins loin, moins longtemps
et moins cher.
Car meme si I'augmentation de I'allocation de rentree
scolaire de 25 % a permis a beaucoup de families de
souffler, les etudes content toujours plus cher et les four-
nitures continent A augmenter.
Les porte-monnaie sont vides par les additions qui s'ac-
cumulent. Essence, transports, products de consomma-
tion courante, en particuliers les products alimentaires
frais, etc, font des ravages dans les budgets.
A cet regard, le project de loi de Victorin Lurel contre la vie
chere dans les "outre-mer"qui doit etre adopted au Conseil
des ministres du 5 septembre est, pour I'heure, bien in-
suffisant et tres decevant. Nos elus locaux et nos parle-
mentaires devront I'amender serieusement et lui insuffler
plus de vitamins pour faire reellement reculer la vie
chere.
En Martinique, rappelons-le, I'lnstitut d'emission des
DOM a recemment annonce une activitye en recuf' au
2eme trimestre de cette annee ainsi qu'au 3eme trimes-
tre en course. Le secteur du BTP broie du noir et attend les
reunions promises par le Prefet pour voir si sera mis en
place un plan de reliance concerto comme revendique.
L'h6tellerie pursuit sa descent aux enfers. Pour la Baie
du Galion, c'est fini et les 25 employes sont licencies. Les
deux hotels geres par la Semavil, I'Hotel-Club des Trois-
Ilests et le Diamond Rock, sont au bord du gouffre et les
travailleurs ont du faire greve pour obtenir une promesse
de paiement de leurs salaires. Au-delA de chaque cas
d'esp6ce qui present ses particularities, cela montre que
I'h6tellerie de tourism n'est pas en bonne sante malgre
les satisfecits d'autosatisfaction que s'auto-delivrent le
CMT et la Region
D'ailleurs le ch6mage a continue A augmenter en juillet
dernier. Apres avoir franchi pour la premiere fois en juin
2012 la barre de 50 000 demandeurs d'emploi avec 50
470 personnel, le ch6mage frappe en juillet 50 649 per-
sonnes (categories A,B,C inscrites A P61e emploi), soit
plus 5,7 % par rapport a il y a un an.
Au meme moment le Directeur general de I'agence re-
gionale de Sante (ARS) announce la mise sous "adminis-
trationprovisoire"de I'H6pital psychiatrique de Colson pour
"dysfonctionnement&et irrngufarits", voire "malversations ,,
dans la gestion. Un deficit de 21 millions d'euros aurait
ete accumule en cinq ans.
Si ces faits sont averes, autant on peut comprendre que
des h6pitaux soient en difficult en raison des politiques
de restrictions budgetaires menees depuis longtemps,
mais pas la gabegie et I'irresponsabilite.
Cette situation est d'autant plus inquietante que la France
est tombee dans une croissance zero, qu'elle subit une
avalanche de plans sociaux, que le chomage explose en


juillet et que le nou-
veau pouvoir Hol-
lande-Ayrault veut
en meme temps s'en
tenir A la reduction
des deficits A 3 % du
PIB I'an prochain. Ce
qui remet en cause
toute chance d'em-
bellie economique.
La Grace et la zone
euro sont toujours en
cruise et Frangois
Hollande s'est re-
cemment align6 sur
I'intransigeance
d'Angela Merkel
pour exiger du gouvernement grec de droite qui sollicite
un delai suppl6mentaire de deux ans I'application imme-
diate du plan d'austerite impose par la troika (BCE, FMI
et Commission europeenne). Un plan d'austerite qui
plonge le people grec dans la misere et la recession, le
rendant incapable de rembourser sa dette.
Au programme du gouvernement figure certes I'applica-
tion des engagements de champagne de Frangois Hol-
lande, mais aussi la priority donnee A la reduction des
deficits budgetaires au prix de I'acceptation de I'austerite
continue dans le trait europeen Sarkozy-Merkel. Un
project de loi de ratification du trait sera presented au Par-
lement debut octobre.
La Martinique est done confronted A une situation de cruise
et A I'austerite. Elle commence A en prendre conscience.
Face & ce gouvernement qui, de toute Avidence, manque
de I'ambition nacessaire face aux urgences sociales, il
faudra, bien entendu, lui rappeler ses processes.
Frangois Hollande a repondu A la lettre de Georges Eri-
chot, Secretaire general du PCM, qu'il s'engageait A "tout
mettre en ceuvrepourapporterdes r6ponses concretesetprennes"
aux besoins et aux attentes des Martiniquais et qu'il avait
pris note des "difficuls conomiques et soci es rencontrees
parks habitants 7ea Martinique" Tant mieux. Nous le lui
rappellerons au besoin.
Mais surtout, nous devons lui rappeler'son engagement
A conclure un contract avec chaque collectivite d'outre-mer
sur la duree dans le cadre d'une loi-programme. Car nous
devons nous saisir de la cruise pour preparer un nouveau
module de D6veloppement. La Martinique n'est pas un
pays d6veloppe et ne vit pas en dehors du monde. Elle
doit penser son avenir
A nous d'6tre en measure de faire des propositions
concretes et credibles.
La responsabilite, c'est aussi cela aujourd'hui,..
Michel Branchi


I rwisisc ',Inff.xisjms^^






http://www.ioumal-iustice-martinique. com


Stagiaires et neo-titulaires: Enfin ta fin bu parcours ?


Les stagiaires et neo-titulaires ont espoir de rester au pays pour la plupart d'entre-eux

Apres plusieurs semaines de bataille, c'est mercredi 29 sep-
tembre que stagiaires et neo-titulaires don't les cas sont en sus-
pens sauront s'ils pourront effectuer leur rentree en Martinique.
Ils sont 81 stagiaires et 24 neo titulaires ayant reussi au
concours qui lors du movement national d'affection se sont vu
affects pour la plupart en France, notamment dans I'acade-
mie de Creteil, reputee difficile. Beaucoup d'entre eux ont de-
cide de ne pas franchir le pas arguant d'un besoin de postes
dans I'academie. C'est sous I'egide du Front commun de I'Edu-
cation qu'ils ont mene bataille pour vivree et travailleraupays".
Petitions, manifestations, campement au rectorat, mobilisation
des elus, interpellations du ministry de I'Education ont ete le
quotidien de ces enseignants. Une premiere liste composee de
49 laureats stagiaires et 10 neo-titulaires ayant les criteres re-
quis pour rester au pays avait ete apretee. Des negociations
engagees avec le Recteur Andre Siganos n'ont pas about.
Celui-ci, restant dans la logique de I'ancien gouvernement de
reduction de postes, n'a fait qu'executer sans defendre les
jeunes martiniquais. Ce n'est qu'a I'arrivee du gouvernement
de Jean-Marc Ayrault qu'un changement de ton est intervenu et


que; suite a la reponse de Vincent Peillon au depute Alfred
Marie-Jeanne, les choses ont 6volue. "Nous ne serionspas arri-
vis a ces extremes si (e recteur avait gire convenablement ce dos-
sier. Ilaurait di itre reigl des la mi-juilfet", s'est emport6 un
membre du Front. II aura fallu toute la determination des syn-
dicats du Front commun pour faire avancer le dossier en depit
de la parole ministerielle. Un group de travail entire recteur et
syndicats s'est tenu le vendredi 24 ao0t : "Nous sommes alls
chercher les 80 % de candidates restants", a affirm Marlene Le-
cefel de SE Unsa. En effet,,au bout de trois heures de re-
cherche de solutions au cas par cas, des avanc6es ont vu le
jour. "Nous avons obtenu des propositions d'affection pour 16 sta-
giaires et 9 neo- titulaires. a-t-elle indique. Si les propositions
sont enterinees par le ministere, ce sont 65 stagiaires et 20
neo- titulaires qui pourront rester en Martinique. Pour cela une
bataille politique doit 6tre engagee avec le minister et c'etait le
but de la rencontre des interesses avec le depute Serge Let-
chimy le 25 ao0t. "(Pour qu'iffasse pression pour que ces cas soient
entirinis mais aussi que des nigociations s'engagent sur le regime
d'affectation dans les Dom" a explique la secretaire du SE
Unsa. Le depute s'est engage a trouver un consensus autour
d'un travail technique au cas par cas avec le minister de I'Edu-
cation national. Selon lui, plusieurs facteurs militent pour le
maintien de ces personnel dan I'academie : le besoin en per-
sonnel, la demographie, des jeunes en Age de procreer que
I'on envoie en France alors que la population vieillit ainsi que les
departs A la retraite. Pour que ce problem d'affectation soit re-
solu, le depute souhaite proposer au minister de mettre en
place une gestion previsionnelle des emplois et des compe-
tences compete tenu des departs massifs des enseignants a la
retraite mais aussi revoir le regime d'affectation des jeunes an-
tillais.
Fatigues par cette longue bataille, mais confiants dans la suite
syndicats et candidates restent vigilants.
C.B


Les salaries re M'h6teUlerie en lutte


p- --





Une table ronde pour le maintien de I'activite h6tellibre
H6tel Baie du Galion : En lutte depuis plusieurs mois, les 34
salaries de I'h8tel du Galion n'ont pas pu faire changer de bra-
quet la direction de I'etablissement. Les diverse rencontres
avec les collectivites et les manifestations des employes n'ont
pas fait plier les dirigeants. Ceux-ci ont decide de transformer
la structure h6teliere en residence h8teliere. Pour la faire fonc-
tionner, seulement 9 salaries resteront sur le site tandis que 25
autres salaries ont ete licencies. Le comite d'etablissement en-
.tamera une procedure afin de contester les licenciements qui


n'ont pas ete realises dans les normes, selon le syndicate CDMT.
Par ailleurs, la volonte des salaries d'explorer la possibility
d'une cooperative ouvriere tient toujours. II s'agit, selon Philipe
Pierre-Charles de la CDMT, de "faire ce que Cepatronat nepeut
pasfaire vivre. "IIs attendent le soutien des collectivites pour ce
faire.

Diamond Rock et H6tel Club : Les employes du Diamond
Rock et de'l'h6tel Club des Trois-Ilets sont toujours en attente
des promesses de la Semavil sur le versement de leurs sa-
laires. L' inquietude ne se limited pas aux salaires impayes mais
egalement A I'avenir des etablissements. Celles-ci seront fer-
mees A partir du 1"r septembre mais aucune information n'est
transmise aux salaries.
Les syndicats n'ont cesse d'alerter sur la situation dans I'h8tel-
lerie et de reclamer une table ronde de tous les acteurs.
Dans un communique, Daniel Marie-Sainte, chef de file du
Rasssemblement Populaire Lamentinois, reclame que "Le
Maire-prisident doit s'expiquer sur ce micmac", celut de payer
des salaires des employes des hotels avec I'argent des contri-
buables lamentinois.


W, I'i 5 A ot22rr Vrice n 'S3-Pg,


^ L^TTS SOi ALES






http://www.iournal-justice-martiniaue.com


Franpois HoUlanbe et Victorin Lurel reponbent a Georges Erichot


Ci-apres, nous publions la re-
ponse du president de la R6pu-
S, F e blique, Francois Hollande, en date
du 30/07/2012 au courier que
Georges Erichot, Secr6taire G&-
n6ral du PCM, lui avait adress6 le
16/07/2012 sur la situation de
cruise 6conomique et social d'une
exceptionnelle gravity que vit la
Martinique et la n6cessit6 & la fois
de r6pondre 6 I'urgence social et
Le president Frangois Hollande aussi de preparer I'avenir en
concertation avec toutes les
forces du pays (cf Justice na 30 du 26/07/2012) .
On notera que, dans sa response, le repr6sentant du chef de
I'Etat affirmed la volont6 de ce dernier de "favorisere diveloppe-
ment solidaire"de chaque collectivit6 d'outre-mer et de placer
en tete la lutte centre la vie ch6re. II s'engage a apporter des 'i-
ponses concretes et pirennes" aux besoins et aux attentes des
Martiniquais.
Copie de la lettre 6 Frangois Hollande avait 6t6 adress6e 6 Vic-
torin Lurel, Ministre des Outre-mer. Ce dernier, sous la signa-
ture de son conseiller Thierry Dahan, a r6pondu le 31 juillet. II
6crit que "fort de 1a conflance du president de la Ripublique et du
Premier ministry ils'est immidiatement mis au travailavec Cam-
bition de servir au mieux Censemb6e des outre-mer ".
Bien entendu, le PCM jugera ces intentions aux actes.


parishi 30 JUiL 12

Monsieur te Secr6taire Gin6ral,

La correspondence que vous avez envoy6e au Pr6sident de la
R6publique lui est bien parvenue.
Sensible A votre demarche, ainsi qu'au message de veux que vous lui
avez adressd A I'occasion de son election, Monsieur Franqois HOLLANDE m'a
confi6 le soin de vous en remercier vivement.
Comme vous le savez, le Chef de l'FiT a la pr..ifnrid con'ictionr que
les outre-mers apportent une diversity humaine- et multielle r;.ntcll] a noirc
Nation. Ddtermind A redonner espoir a nos concitoyens ultramarins, en particulier
aux jeunes gener'inm. il a affirm sa volontt de favoriser le d6veloppement
solidaire de chaque collectivite, en mobilisant tous les efforts necessaires pour
relancer la production, l'emploi et la croissance. Dans le context de crise que nous
connaissons, il a 6galement plac6 la lutte contre la vie chare au premier rang de ses
priority.
Des lors, croyez bien que Monsieur Frangois HOLLANDE est
paruiculirement A l'6coute des preoccupations que vous lui avez soumises
concerant les difficulties 6conomiques et sociales rencontrdes par les habitants de la
Martinique. Soyez dgalement certain qu'il est r6solu A tout en mcuvre pour apporter
des r6ponses concretes et pdrennes A leurs besoins et A leurs attentes.
Je vous prie d'agrder, Monsieur le Secrdtaire OGn6ral, expression de
res sentiments lems eitleurs.


L'Orbre bes mebecins 6efavorable a I'panbale aerien


A propos de la ques-
tion de 1'6pandage
a6rien, nous pen-
sons utile de com-
Smuniquer la prise de
position de I'Ordre
des medecins de la
Martinique pr6sid6e
par le Dr Raymond
r HB6enon. Son com-
Smuniqu6 a ete public
sur le site Politiques
SPubliques le
22/08/2012, mais est
dat6 du 31/07/2012. II
apparait que ce com-
Docteur Josiane Jos Pl6age m qu rpond aux
declarations de Flo-
rent Grabin, president de I'association 6cologique PUMA,
et defend lets prises de position contre 1'6pandage a6rien
de la pr6sidente de I'Association M6dicale Pour la Sauve-
garde de la Sant6 et de I'Environnement (AMSES), le doc-
teur Josiane Jos-Pelage.
11 rappelle qu'il a adress6 un rapport au Conseil regional et il
cite le principle de precaution contenu dans la Constitution fran-
caise.
II pursuit : "L'ordre motive son avis sur :
- L incertitudee gui plane quant id 'innocuiti des products, (es


sources information des experts nationawu et international
itant divergentes,
- Les particularitis rigionates dfincidenceforte de certain cancers
de maladies endocriniennes et de maladies neuro-deiginratives,
rattachfes pour (a plupart d des modifications de Cenvironnement
chimique et toxicologique,
- L'interdictionfaite par les Etats-Vnis d'utilisation de deuw de
ces products difeconazole et propiconazote sur Ce so amiricain,
- L experiencee de la moldcule de chlordicone des annies 1970.
Et fordre riaffirme son avis defavorabCe sur utilisationn des pro-
duits privus, que cet usage sefasse par voie terrestre ou aerienne,
des lors que leur innocuiti n'a pas ite prouvie".
On notera que I'avis de I'Ordre ne dit pas que les products
concerns sont cancerigenes ou toxiques mais que leur inno-
cuit n'est pas prouv6e.
Florent Grabin, president de PUMA, dans un entretien dans An-
tilla ( n 1522 du 23 ao0t 2012) soutient de son c6t6 que les
products concerns sont homologu6s au niveau europ6en et ne
sont pas canc6rigenes. Et Antilla reproduit, a sa demand, un
courier du Directelur general de I'ARS et du Pr6fet a Mme Jos-
Pelage en date du 18/02/2012 qui indique que "la spiciatiti ba-
note est aujourd'hui non classie comme produit cancirigtne ou
toxique matgre son refirencement CAS".
Qui croire ?


i 30 A oat 201 j no35- Page5II '911


VI P" FA It.


^^rmI I






http://www.ioumal-iustice-martinique.com


TCSP : Le compete a rebours est lance


Le traffic sera fortement pertube par les travaux du TCSP A la rentree

Depuis quelques semaines les entreprises s'affairent sur un gi-
gantesque chantier sur la tranche allant de I'avenue Maurice
Bishop a Fort de France (Sainte-Ther6se), au carrefour de la
Galleria et a celui de la Lezarde au Lamentin. Le compete a re-
bours est lance pour la suite du chantier du transport en com-
mun en sitegpropre (TCSP) puisque les travaux devront etre
terminus en fin 2015, faute de quoi le financement europeen
ne sera pas assure.
Vendredi 17 f6vrier, une delegation regionale avec en ,tte le
president Serge Letchimy 6tait sur le terrain pour voir de situ
I'avancee du chantier. Des travaux qui devront modifier en pro-
fondeur I'avenue central de Sainte-Th6rese puisque des 16
metres de large actuellement, elle devra atteindre 32 metres A
terme pour conserver ses deux fois deux voies. Et celle du mi-
lieu devra accueillir le trace du TCSP Et pour y arriver ce ne


sont pas moins de 261 acquisitions foncieres qui ont 6et ne-
cessaires, don't 147 constructions A d6molir et a reloger. Ainsi
pres de 50 % de I'assise fonciere est acquise, exactement 124
parcelles. Certains ont accept la transaction propose par la
Region, a savoir soit un relogement en HLM ou dans le priv6 ;
pour d'autres une indemnisation de leur bien au course du mar-
che immobilier. "Je veille a que chacun puisse trouver une solu-
tion dans ie respect", s'est voulu rassurant le president de
Region. D'autres proprietaires n'ont pas accept les proposi-
tions et seront expropri6s : ils sont 89 dans ce.Qca. Reste 48
cas 6 traiter encore A I'amiable et don't le resultat'devra 6tre
connu avant la fin de I'annee 2012 pour avancer sur le chantier.
Un chantier de 35 millions d'euros.
Au niveau de la Galleria, I'un des noeuds de ce trace, 13 mil-
lions d'euros de travaux ont egalement commence, les entre-
prises devront realiser un passage superieur de 200 metres et
un passage souterrain pour permettre le passage du TCSP.
Des travaux qui vont contrarier la circulation et causer des
genes aux usagers. Mais, comme le precise Franck Numeric,
chef du project TCSP, "ils'agit de doter la 91artinique d'un sys-
tme *de transport moderne et efficace. Dans tous les cas, les res-
ponsables techniques promettent d'impacter le moins possible la
circulation. Des travaux de nuit sont privus pour limiter Cimpact
sur la circulation. "
Pour cet ouvrage extr6mement important pour I'avenir de la
Martinique, beaucoup de retard a 6t6 accumul6 sur le chantier.
L'ex6cutif regional declare tout mettre en oeuvre pour terminer
dans les dl6ais souhaitant qu'il n'y ait pas trop d'aleas nuisibles
& I'avancee des travaux.
C.B


Le conseit general prepare La rentree scolaire


En cette veille de rentree scolaire, la president du Conseil ge-
neral, Josette Manin, a effectue la visit de quatre colleges de-
partementaux afin de faire le point sur I'avancement des
chantiers.
Elle a pu se rendre compete que les am6nagements et travaux
lances A.la faveur des vacances avancaient A un bon rythme.
L'engagement de la collectivit6 departementale envers les col-
legiens 6tant de "Ceur assurer un environnement de travailet de
vie scolaire de qualte".
II faut savoir que le conseil general a en charge 43 collegespu-
blics et 8 autres 6tablissements prives qui accueillent un peu
plus de 21.000 eleves. Une competence pour laquelle elle
consacre I'un de ses plus important budgets, A raison de 1800
euros par coll6gien.
Ainsi, chaque annee, 8 millions d'euros sont attributes au fonc-
tionnement des coUeges; plus de 15 millions sont affects aux
travaux de s6curisation et de mise aux normes pedagogiques.
En outre, 1,5 million est alloue aux equipements et pres de 14
,millions sont consacres aux salaires des quelque 526 agents
d6partementaux qui interviennent dans les etablissements. Des
travaux de rehabilitation et de mise aux normes parasismiques
ont ete entames dans quatre colleges (Dillon 1, Marigot, Marin
et Riviere-Pilote). L'amelioration de I'acces aux colleges pour
les 6leves handicaps se pursuit.


La President Josette Manin fait le point sur I'avancee des travaux au college
Jacques Roumain de Riviere-Pilote
Lors de sa visit la president a constate que les conditions
d'accueil dans les restaurants scolaires etaient en voie d'ame-
lioration notamment dans les collages des Terres-Sainville et
de Tartenson oi deux unites de demi-pension seront ouvertes
a la rentree. Un refectoire devrait aussi 6tre construit dans le
college des Anses-d'Arlet et celui de Riviere-Pilote rehabilite.
Le Conseil g6n6ral a 6galement mis en place des programmes


4 'I 4iIBr' IS^


[ tmSsCt





httD://www.journal-iustice-martiniaue.com


spbrtifs departementaux destines favoriser la pratique de cer-
taines disciplines sportives.
Ainsi, trois plans seront proposes A la rentree pour le develop-
pement de la natation, de I'escrime et des activities nautiques.
Plusieurs centaines de collegiens devraient s'y adonner avec
I'espoir de voir naftre de nouvelles vocations.
Le dispositif "Ecoe-famifCe-quartier"cree depuis 2007 pour lut-


ter centre I'echec scolaire sera renforce pour accompagner les
eleves en difficult.
De plus, la collectivite organise et finance quotidiennement le
transport terrestre et maritime de pres de 15.000 eleves vers les
different etablissements pour un budget d'un peu plus de 10
millions d'euros. Les parents ne supportant que 29 % du coOt
du tarif global.


Sante: Colson mis sous administration provisoire
.................. ,/, i ..........................::~::~: ::: : -- .


t. Bourgeois, J. baltlae, U. ursulet, U. ballet, J.U. uelanatte et M.L. Audel


L'Etablissement de sante mental de Colson a ete mis sous ad-
ministration provisoire, c'est-A dire sous tutelle, le 22 AoOt der-
nier. Une premiere pour une structure de sante en Martinique.
Un acte exceptionnel sachant que seulement 10 6tablisse-
ments de sante ont connu ce statut en France dans les 10 der-
nieres annees. Cet acte fait suite A un arrete pris par directeur
general de I'Agence regionale de sante (ARS), Christian Ursu-
let, seule entity autorisee A decider d'une telle measure. Le cen-
tre hospitalier de Colson etait dirige depuis 2002 par Marc
Climer qui a ete place par decision administrative en position
de recherche d'affectation. Parallelement, la ministry de la
Sant6 Marisol Touraine, a designed les administrateurs charges
de gerer I'etablissement au moins jusqu'en fevrier 2013. II s'agit
de Guy Vallet, inspecteur des affaires sociales, nomme en qua-
lite de directeur provisoire et de Jean-Claude Delnatte charge
des finances. "Vne mission quia du poids", selon le DG de I'ARS
avec deux experts : I'un dans le domaine de la psychiatric et
I'autre dans celui de la gestion financiere. Leur mission: "pre-
parer lafeuiCle de route du nouveau directeur" en redigeant un
rapport sur la situation exacte de I'etablissement et formuler
des propositions pour I'avenir.
Pourquoi est-on arrive 14 ? Christian Ursulet a souligne que de-
puis un an, son administration bataille avec la direction de Col-
son pour obtenir un contr6le de I'etablissement. Mais le plus
important A ses yeux a ete la mise en danger des patients mar-
tiniquais a Colson. Devant "le constat cd'icec", il ne restait plus
qu'a prendre cette decision radical. Le 22 ao0t dernier, devant
la press, le dire6teur de I'ARS justifiait sa decision, s'appuyant
sur les conclusions des trois missions de I'lnspection general
des affaires sociales (Igass) qui auraient mis A jour les defail-
lances et mnirhe des irregularities graves dans la governance
de I'etablissement. Lesquelles ? Mystere pour le moment. Le
DG n'a pas voulu en dire plus, la justice et le fisc etant saisis de
ces dossiers. Mais il se dit que le directeur pourrait faire I'objet
de prainte au penal pour des "malversations".
La degradation de la structure financiere est egalement mon-


tree du doigt. Colson accuse "un tr's fourddeficit "de
plus de 21 millions d'euros auxquels s'ajoutent 4 millions
de report de charges qui devraient plomber les exercices
futurs ainsi que la bagatelle de 28 millions de dettes aux
banques. Pourtant, cet etablissement avait requ en 2011
une dotation de pres de 11 millions d'euros dans le cadre
d'un plan de retour A I'6quilibre. Sans computer les 8 mil-
lions d'euros dus au syndicate inter-hospitalier de Mangot
Vulcin, ce qui a aggrave les difficulties financieres de cette
nouvelle plate-forme de sant6 don't une parties qui doit ac-
cueillir une unite de psychiatric reste desesperement
vide, en attendant son occupation par les malades de
Colson. L'ARS, tout comme I'inspecteur Guy Vallet, di-
sent ne pas comprendre pourquoi au moins 115 patients
relevant de la psychiatric ne sont toujours pas transfers
dans cette unite flambant neuf, mieux adaptee A la me-
decine actuelle alors qu'ils sont encore accueillis dans
des conditions jugees insupportables, alors qu'a Mangot Vul-
cin, pres de 130 places sont mises A la disposition de Colson.
Pourtant, nombre de recommendations avaient ete formulees
par les inspecteurs mais elles n'ont pas ete mises en applica-
tion par I'ancien directeur Marc Clemer.
Ce sont done tous ces manquements qui ont contribute A ame-
ner le directeur de I'ARS A demander la mise en conge du di-
recteur du CH de Colson don't le Conseil de surveillance reste
en function.
Desormais, c'est une administration A double tete qui aura pour
mission de "prendre les measures d'urgence pour mettrefin aux.
dysfonctionnements ". Elle devra preparer le demenagement de
Colson, ce qui devrait se faire en plusieurs tapes. Meme si,
selon Guy Vallet, "Ies responsa6i its sont multiples,[mais]e per-
sonneln 'est pas mis en cause. "
Le directeur int6rimaire en-
tend travailler en etroite colla-
boration avec les personnel
et les autres structures medi- I
cales, car la psychiatric mo-
derne requiert une grande -
pluridisciplinarite.
Cette decision est un coup de
semonce de la part de I'ARS
qui souligne qu'une telle sanc-
tion n'est pas A exclure pour
les autres 6tablissements de
sante s'ils ne s'engagent pas
sant ss ne s'engagent pas Guy Vallet inspecteur de I'lgassf
resolument dans la voie du re-
dressement. Une allusion A peine voilee a la situation particu-
lierement critique du tout nouveau CHU unique de la
Martinique. Si pour Colson aucun plan social n'est programme,
il n'en sera pas probablement de m6me pour les autres p6les
hospitaliers qui accusent un deficit cumule de 147 millions d'eu-
ros.


ie 0 AS g'Iirs l t 3 P.


LrrlM1






I http://www.iournal-iustice-martinique. com


Vie chere en outre-mer Aboption 6'un project be oi te 5 septembre:

Un project qui boit etre profonaement remanie


C'est official. Le project de loi centre la vie chbre dit de "r-
guztion conomique outre-mer'sera present au Conseil des
ministres le 5 septembre prochain pour adoption. Un
avant-projet a ete present aux collectivites d'outre-mer.
Pour avis et consultation ?

En tous cas, le project
que nous avons pu
S nous procurer confirm
.i nos craintes.
e pII n'est pas question de
Sreglementer ou d'enca-
drer les prix outre-mer
de quelque maniere
ique ce soit au nom du
dogme de la sacro-
pe sainte liberty des prix
et au besoin en se li-
evrant i des contorsions
ideologiques malhon-
n6tes. Par example, en
Victorin Lurel 6tait partisan de reglementer les 6crivant que I'encadre-
prix des products de premiere n6cessitd. ment des prix a 6et
6carte parce qu'il est actuellement applique dans les DOM et
s'est r6vele inefficace. Cela est faux, car chacun sait et peut
verifier que I'immense s ajorite des prix sont libres, A I'exception
des prix des carburants vu le monopole de la Sara, depuis I'Or-
donnance Chirac-Balladur de 1986. DejA & I'epoque le renfor-
cement de la lutte centre les pratiques anticoncurrentielles etait
cens6 remplacer le control des prix considered come "ar-
chai lue". On sait ce qu'il en advint :21 ans plus tard, la revolte
de tous les peuples des dits "DOaM" centre la vie chere eri
2009, 2010 et 2011. De plus, il faut encore repeter qu'avant la
cruise de fevrier-mars 2009 aucune analyse de la formation des
prix n'avait et6 realisee depuis la liberation des prix, ne serait-
ce que pour essayer d'expliquer les carts de prix considera-
bles DOM/France. Donc, selon le project Eurel la lutte centre la
vie chere resultera seulement de I'injection d'une nouvelle dose
de "concurrence ifbre et nonfausse ".


Des measures pour tenter b'insuffter
plus be concurrence
L'article ler permit par d6cret du gouvernement d'imposer en
principle plus de concurrence dans les marches de gros en si-
tuation de monopoles ou d'oligopoles. Apres consultation de
I'Autorit6 de la Concurrence. Les sanctions sont d6volues 2
I'Autorit6 de la concurrence. II est explique le plus s6rieusement
du monde dans I'6tude d'impact que "cet article constitute [a dis-
position principaCe pourpasser dune regulation des marches de d~-
tailpar contr6le des prix a une regulation des marches de gros par
la levie des obstacles d la concurrence". Mensonge et illusion : il
n'y a pas de contr6le des prix outre-mer.
L'article 2 permet d'interdire les clauses d'exclusivit6 outre-mer
qui ne sont pas justifies par de v6ritables motifs 6conomiques.
La measure n'est pas g6enrale, mais au cas par cas.
L'article 3 donne aux collectivites territoriales (R6gions) la pos-
sibilite de demander au ministry de I'6conomie de saisir I'Auto-


rite de la Concurrence de cas de pratiques anticoncurrentielles.
L'article 4 abaisse a 5 millions d'euros le seuil actuellement t
7,5 millions d'euros de controle des concentrations dans le
commerce outre-mer par I'Autorite de la Concurrence. II per-
met de contr6ler les rachats de surfaces de ventes entire 600 m2
et 1000 m2.
Selon I'agence de press GHM dans France-Antilles du 24
ao0t, ces deux articles "dirangent" la Fedom (F6deration des
entreprises des DOM= lobby patronal).
L'article 5 donne A I'Autorite de la Concurrence le pouvoir de
remettre en cause les situations de concentration excessive
existantes dans la grande distribution.
L'article 6 permet A la commission departementale d'6quipe-
ment commercial de consulter I'Autorite de la Concurrence si
une implantation nouvelle permet a une entreprise de depasser
50 % de surface dans la zone de chalandise.
L'article 7 met A jour le code des postes et telecommunication
(sanctions outre-mer).
Les autres articles concernent I'extension de normes outre-
mer prises par ordonnance, la mise en oeuvre de certaines dis-
positions propres aux collectivites d'outre-mer et des measures
specifiques tenant aux caracteristiques des pays d'outre-mer.
Certaines de ces measures peuvent etre utiles si le pouvoir se
dote des moyens de les faire appliquer. Nous y revfendrons
plus en detail.

Des economies oh la concurrence est limitie
structureUement
Pourtant dans le rapport de 41 pages intitule "etude d'impact"
et qui justified la loi de regulation economique outre-mer, il est
abondamment demontre que "Ca chertj de la vie caractirise les
outre-mer". Ainsi sont passes en revue ce que depuis plusieurs
annees nous ne cessons de denoncer: la degradation du pou-
voir d'achat, des prix structurellement plus eleves qu'en France
avec des carts depassant les 55 %, dit le rapport, un coOt de
la vie plus eleven et des revenues moyens inferieurs de 30 % a
ceux de France, etc.
Mais surtout il est demontre que les marches de ces pays sont
"propices auwphinomines de concentration" et que structurelle-
ment la concurrence y est limitee. D'oO la constitution d'oligo-
poles (petit nombre d'entreprises) voire de monopoles (un
secteur domine par une seule entreprise). L'etude de I'OCDE
(Organisation Commune de DeveloppementEconomique) sur
les petites economies qui explique que "Ie Aombre limiti.d'ac-
teurs sur fapCupart de ces marches itroitspeutfaciiter Ce maintien
de cartels et arrangements collusifs" est meme citee. En bref,
des ententes expresses ou tacites pour se partager le march
et ne pas se faire une concurrence majeure et done impossible
a combattre penalement..
Et c'est le meme rapport qui pretend combattre la vie chere en
insufflant une plus grande dose de concurrence par decret.
Cela est-il possible ? C'est le comble pour des partisans du li-
beralisme que de vouloir creer de la concurrence par decret en
Conseil d'Etat.... Cela constitute une insurmountable contradic-
tion. Ce n'est pas etonnant car le redacteur du project de loi Lurel
n'est autre qu'un certain Thierry Dahan, qui avait d6ej ereinte
dans le rapport de I'Autorite de la concurrence de 2000 toute


w I^^ 0 AIE1 I.r.itn35Pae 'A


"ITfvqy^l^o I






http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


Comment combattre une constitution a ollgopoles avec une concurrence
structurellement limited
idee de contr6le des prix des carburants. Heureusement, il n'a
pas ete suivi et la reglementation des prix des carburants a ete
adaptee, parfois amelioree et aussi affaiblie en rendant les prix
des carburants trop dependants des sautes d'humeur des mar-
ches. Ce grand pretre issu du Temple du neo-liberalisme qu'est
I'Autorit6 de la concurrence frangaise est aujourd'hui en charge
de la concurrence et de la vie ch6re au minister des outre-
mer. Un symbol et une catastrophe.


Victorin Lurel: Pour La mise en oeuvre be La LODEOM
bans I'opposition
Pourtant dans la brochure du PS intitulee "Outre-mer: le vrai
bilan de' icolas Sarkozy" de janvier 2012, Victorin Lurel qui la
co-signait avec Louis-Joseph Manscour et certain responsa-
bles socialists d'outre-mer, 6crivait: ")n seuCle.emple : a pos-


sibilite offerte disormais au gouvernement par la LO(EOM de
riglementer certain prib outre-mer n'a toujours pas ete utilise
tout simplement parce que ra ministry de Coutre-mer ne Ce consider
pas necessaire, comme elle Ca indique aux rapporteurs de la com-
mission des finances de 'Assembl6e national sur la mise en oeu-
vre de la LODEOW, car... < la peur du gendarme a ite suffisante
pourfaire 6aisser les prix ".
Son ami Marc Vizy, dans le rapport de Terra Nova Projet 2012
- Contribution n1 6 "Les outre-mers dans la Ripublique" de jan-
vier 2012 6crit : "Proposition n7: Agirsur lespris outre-meren
renforcant les moyens de contrdle de rEtat, en encadrant pfusfor-
tement les marges et rentes de situation de certain secteurs et en
interdisant certaines pratiquesfaussant la concurrence".
Ce qui nous convient parfaitement.
Dans I'opposition le ministry actuel et son fiddle conseiller et
chef de cabinet etaient partisans de reglementer les prix des
products de premiere necessity. Et arrives au pouvoir, ils
confident la regulation des prix & I'Autorite de la concurrence qui
depuis 1986 n'a jamais voulu ou pu combattre r6ellement les
monopoles et oligopoles outre-mer.
II est necessaire de renforcer a la fois la lutte centre les pra-
tiques anticoncurrentielles et de reinstaurer I'analyse syst6ma-
tique de la formation des prix et le contr6le des prix de certain
products et services de large consommation populaire. De
meme, il faut stopper le d6mantelement des DDCCRF dans les
DOM au profit des DIECCTE et recruter des agents, de prefe-
rence martiniquais, correctement forms pour cette tache d'uti-
lite publique.
Le project de loi Lurel doit 6tre profondement remanie et
amended.
Michel Branchi


Monopoles et vie chere: arguments contre arguments sur Politiques Publiques


Nous avons repondu dans Justice n 32 du 9/08/2012 la tri-
bune du lobby patronal Contact-Entreprises presidee par M.
Emmanuel De Reynal intitulee "Vie chire et monopolies: Atten-
tion auxcfantasmes !" et parue dans Politiques Publiques
(31/07/2012) et France-Antilles (2/08/2012). Contact-entre-
prises niait I'existence de "monopoles"en Martinique et recusait
par advance I'idee de la regulationn iconomique", relativement ti-
mide A notre gre, avancee par le nouveau ministry des outre-
mers Victorin Lurel.
Nous avons adresse a la press cet article sous forme de tri-
bune un peu remaniee (en y enlevant tout ce qui pourrait etre
considered comme pol6mique) et notamment au site Politiques
Publiques qui I'a publiee le 9/08/2012. Nous avons relev6 18
comrnmntaires sur cette tribune qui explique que dans une 6co-
nomie insulaire et d6pendante oO, par nature, la concurrence
est tres limitee, il faut une surveillance 6troite de la formation
des prix et des marches, sans exclure a priori I'idee d'un enca-
drement des prix.
II est int6ressant sur ce sujet recurrent de la vie chere de re-
pertorier les principaux arguments presents.
Notons d'embl6e que 16 des contributeurs sur 18 affichent des
points de vue convergents avec le n6tre et que, generalement,
le ton est courtois moins agressif et anticommuniste que lors
de nds tribunes precedentes publiees sur ce site. Mais deux in-
terlocuteurs, sans doute issues du patronat, sous les pseudo-
nymes de "Le XKid" et "'udace", defendent une option
neoliberale extreme et I'un d'entre eux n'a pas hesite a verser


dans la logomachie anticommuniste.
En rester au stade du constat ? Non, pour une politique
global des prix
Au depart un billet signed "a6cx" pr6sente notre article comme
"sjrieuw". II demand n6anmoins ce que, a la fin de notre paper,
nous appelons un "nouveau motele de (Developpement" et un
"vraipouvoirmartiniquais". II observe en outre que "Onpeut se
refugierjusqu plus soif derrire ces notions indfinies. ICnefau-
dra certainement pas demander auxprofiteurs de definir et le mo-
dele iconomique et fe vrai pouvoir. If est en train de dire,
fJnalement, que tant que celui-ci ne sera pas en place sa demons-
tration restera au stade du constat". Interpellation interessante.
Nous pourrions inviter "abcx" A lire Justice oO ces deux
concepts de "nouveau model de Diveloppement"et de "vraipou-
voirmartiniquais"sont regulibrement exposes et explicit6s. Re-
pondons pour faire court qu'il s'agit de baser notre
developpement sur la creation de valeur ajoutee de maniere di-
versifiee, solidaire et durable dans le cadre d'une economic
mixte public-prive. Quant au vrai pouvoir martiniquais, il s'agit
d'une Collectivite dotee d'une large autonomie notamment au
plan economique avec une Assemblee elue A la proportion-
nelle. Un pouvoir faisant une large part a la democratic partici-
pative.
S'agissant de la lutte centre la vie chere nous ne nous limitonL
pas au constat. Nous avons voulu contrer une tentative de blo-


. I irmfIRifas II


FO"IT 011E






I Ihttp://www.joural-iustice-martinique.com


quer toute intervention publique. II s'agit aujourd'hui de pren-
dre des measures d'urgence en r6glementant les prix des pro-
duits de premiere necessity et en agissant vigoureusement
contre les entraves A la concurrence. Mais la vraie question est
de mettre en place une politique global des prix, en r6orientant
nos changes commerciaux et en avangant vers I'autosuffi-
sance alimentaire et une meilleure couverture de notre march
int6rieur par substitution d'importations, en modifiant progres-
sivement notre mode de consommation, etc. Pour nous cela
implique de disposer localement des principaux leviers de de-
veloppement 6conomique.

Recettes "ringardes" et "archaiques" des "dictatures so-
cialo-communistes"?
"Le Kid" r6pond en vitup6rant contre "fidiologie des dictatures
sociafo-communistes de rfEst"et en recusant comme "orienties
idiologiquement" les analyses presentees de I'Autorite de la
concurrence et du cabiner Syndex sur I'insuffisance de concur-
rence et le niveau exag6r6 des marges. II soutient, en citant
des chiffres don't il ne mentionne pas la source, que les marges
ici sont identiques A celle pratiquees en "metropole'. Un inter-
naute d6nomm6 "Zen" lui fait observer qu'il est de "mauvaise
foi"de mettre en cause les constats de I'Autorit6 de la concur-
rence, particuli6rement en mati6re de marges, "au risque(..)
fdentrer dans le dini totaC'.
Sur le fond "Le Td" s'oppose avec virulence au "blocage des
prb' qui, A I'entendre, aurait 6chou6 partout ou il aurait 6te ap-
plique. Toutes les Ecoles de commerce du monde entier type
HEC, selon lui, enseignent que le blocage des prix produit I'ef-
fet inverse A celui recherche.
Tout d'abord nous n'avons pas parle de "blocage"des prix, mais
"dencadrement des priC", ce qui n'est pas tout A fait la meme
chose : les formes de surveillance des prix sont varies et vont
de I'observation au blocage en passant par le contr6le des
marges, etc.
Et tout en nous traitant de "ringard" et d' "archaique", ana-
themes invariablement utilisees pour designer les analyses des
economists marxistes, le capitalist qui se cache courageu-
sement derriere son pseudonyme "Le Ki'" se r6fere'contra-
dictoirement A Raymond Barre, 6conomiste liberal pur qui fut
Premier Ministre de Giscard d'Estaing et qui n'avait pas hesit6
A utiliser le contr6le des prix au milieu des ann6es 1970 pour
casser I'inflation galopante en France et dans les DOM. Ray-
mond Barre, il est vrai, 6tait gaulliste. Come quoi, il n'y a pas
que les "dictatures socidfo-communistes de fEst"A utiliser un des
instruments de la politique 6conomique : la politique des prix.
L'internaute "Zen" met en doute par ailleurs la "pseudo-exper-
tise"des Ecoles de commerce type HEC. HEC est effective-
ment le concentr6 de I'id6ologie patronale en matibre
economique.

Les taxes "abusives' causes be ta vie chire ?
Autre argument du farmeux "Le (d'd6cid6ment dechain6 :
Les responsables de la vie chbre seraient la Region avec un
octroi de mer a 25 %( !), I'Etat (douanes) et la CGM avec des
frais d'approche de 15 %(!!) et non les commergants. L'Etat et
la Region sont accuses de "pritevements abusifs". Outre le fait
que ces chiffres sont absolument faux et que I'interess6 ne se
donne pas la peine de citer sa ou ses sourcess, nous lui
conseillons la lecture de I'ouvrage de Richard Crestor, ingenieur
et deeIgue g6n6ral de I'association patronale AMPI, sur "La for-


mation du prix du produit import dans les DOM" (RC Edi-
tions-Janvier 2012) et que nous avions pourtant cite dans notre
tribune. II d6montre math6matiquement que, du fait de taux de
TVA inferieurs dans les DOM (8,5 % contre 19,6 % pour le taux
normal) qu'en France, I'incidence des taxes d'octroi de mer
dans les prix est compens6e jusqu'A un taux 22,5 % et est in-
f6rieure A celle de la TVA en France. II apprendrait 6galement
que le taux d'octroi de mer le plus frequent est celui de 7 % (et
non 25 %), soit 9,5 % avec I'octroi de mer regional (60 % du
montant total des importations en valeur). La taxe d'octroi de
mer se retrouve certes dans le prix final mais ne saurait expli-
quer en r6gle g6n6rale I'6cart de prix Martinique/France. C'est
ce que dit I'Autorit6 de la Concurrence.
Par ailleurs, plusieurs internautes ("Zen", "Taashi", etc) r6pon-
dent A I'argument typiquement patronal que ce sont les taxes
dites "a6usives"(octroi de mer, taxe sur les carburants) qui font
la vie ch6re en expliquant qu'il faut finance les services publics
ou la sante car "nous sommes dans un dipartement dans 1equelif
y a beaucoup de besoins sociauJ et iconomiques ligitimes a satis-
faire". Solide bon sens qui 6loigne des canons de la pens6e
n6o-lib6rale sur la baisse systematique des imp6ts. Une ques-
tion : la baisse de I'octroi de mer en 2009 par la Region a-t-elle
6t6 r6percut6e dans les prix puisque les prix sont libres et que
la Region n'a aucun pouvoir pour verifier cela ? II y a fort A pa-
rier que cela s'est traduit souvent par un cadeau aux importa-
teurs. Cela dit, la modulation judicieuse des taux d'octroi de mer
peut faire parties d'une politique des prix nouvelle ciblant la pro-
tection du pouvoir d'achat populaire.

Rentabilit6 et profit pour lutter contre la vie chere ?
Enfin un internaute qui semble bien connaitre le fonctionnement
des organizations patronales MEDEF, CGPME, AMPI, Contact-
Entreprises se camouflant derriere le pseudo "'Audace"s'est fait
le d6fenseur sans fard du capitalism et du profit... pour lutter
contre la vie ch6re. Ce faisant il r6pondait a un internaute (affi-
chant le pseudo "rim Tim bwa sk')qui posait la question de la
presence d'antillais de couleur a la t6te des organizations pa-
tronales. '"udace" 6crit notamment : "On devrait admettre sans
dogmatisme que Cintiret ginira reside dans une iconomie dyna-
mique, dans faquelfe fes entreprises retrouvent de La renta6iriti,
premiere condition pour rendre nos marches attractifspour de nou-
veaux concurrents
Les prij 6aisseront quandnos entreprises iront mieuw ce qui se
constate partout dans le monde. .n revanche, fes price resteront
Kfevis tant que nos entreprises iront mar Ce qui est malheureuse-
ment le cas aujourtfhui (...)Si vous voulez Cutter contre les mo-
nopoCes, arretez de taper sur fes entreprises. Au contraire, aidez-fes
a itre profitables >. Voila qui a le m6rite de la clart6 : rentabi-
lit6 = profit pour ce repr6sentant de notre patronat. Or ce n'est
pas la m6me chose sans parler de la productivity.
Ce qui est r6confortant c'est qu'il s'est attire les r6ponses sui-
vantes. Lilian : "Brefaidez fes 4faire encore plus deprofitasyon "
Comme on le voit la lutte des classes n'est pas un mythe.
Jeannot : "(..)Afors Contact Entreprises et ses 6obbies du com-
merce, stop [ai disinformation Les prir montent dans un mar-
chi monopoCistique C'est fe 6 a ba de Ciconomie !".
La question de la vie ch6re est un bon exercise pour situer les
enjeux de d6veloppement et de justice social. Des enjeux de
classes 'et de domination n6o-coloniale. C'est cela qui g6ne
beaucoup.
Michel Branchi


eh0 tm 02sm -S isen'3s-Pae10 '


"LT t tl^co





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Rentree politique et social en France: L'heure bes choix


Elles sont bien finies, les vacances en France. Pour toutes
les formations politiques frangaises, elles se sont cl8tu-
rees par des seminaires ou par des universities d'ete qui
ont donned le ton et le contenu de la prochaine sequence
politique et social avec un agenda bien garni, tant pour
les composantes de la majority que pour celles de I'oppo-
sition.

Quanb la broite tente ae reprenbre aes couleurs
Sonnee pendant de longs mois aprbs sa defaite 6 la presiden-
tielle puis aux legislative, la droite tente de reprendre des cou-
leurs. Depuis quelques jours, elle cherche a saturer les medias
en attaquant tous azimuts la politique du gouvernement, ac-
cuse d'immobilisme tant sur la gestion de la crise syrienne que
sur les questions de politique interieure. Vantant le volontarisme
( ou I'agitation) de leur champion vaincu, qui avait pris la tete de
la croisade contre Kadhafi, les orphelins de Nicolas Sarkozy
poussent Frangois Hollande a engager la France dans la pou-
driere syrienne pour chasser du pouvoir Bachar A-Assad.
Amnesique sur le bilan catastrophique de ses cinq annees de
gestion marquees par plusieurs plans de rigueur, des sacrifices
imposes aux plus faibles alors que les nantis beneficiaient du
bouclier fiscal et d'exonerations de charges de toute nature, la
casse des services publics et de I'emploi, les tenors de la droite,
ont sonne la charge contre la politique de F. Hollande et de
Jean-Marc Ayrault. Ainsi, en guise de rentr6e politique, I'ancien
premier ministry Francois Fillon, candidate A la presidence de
I'UMP, a propose des reformss radicales"pour un pacte de pro-
ductivit6 qui s'inspirent des recettes ultraliberales de l'ere Sar-
kozy. Au cceur de ce pacte : "Caugmentation du temps de travail
dans lesfonctions publiques, [a suppression des 35 heures, une r4-
forme de Cindemnisation du chdmage". Mais aussi "une conver-
gence du coft du travail entire [es principals economies
europiennes" pour sauvegarder I'euro et reussir la r6industriali-
sation de la France. Bien entendu, c'est I'Allemagne oi il
n'existe pas de salaire minimum et oO les travailleurs ont dO ac-
cepter des baisses substantielles de salaire, oO 20% de la po-
pulation vivent dans la pauvrete et don't les services publics ont
ete serieusement rabotes qui devrait servir de module. Une po-
litique de nivellement par le bas, chere aux ultraliberaux pour
repondre aux exigences de profit des capitalistes.
En attendant, la droite mise sur I'6chec de la gauche pour pren-
dre sa revanche aux elections municipales de 2014. Entre
temps, elle aura peut-6tre d6jA choisi le nouveau patron de
I'UMP au terme d'une bataille qui s'annonce particulierement
dure entire de nombreux pretendants parmi lesquels Jean-Fran-
gois-Cope et Frangois Fillon font figures de favors.

Rentr6e agit6e pour les socialistes et leurs allis.
Lors de leur university d'et6 qui s'est tenue le week-end der-
nier a la Rochelle, les socialists ont voulu afficher leur unite
tant au sein de leur parti qu'au sein du gouvernement ainsi que
leur volonte de reussir le changement promise par Francois Hol-
lande. Ils auront tout interet a mettre les bouchees doubles au
moment ou les impatiences jugees lgitimes" par le Premier
ministry commencent 6 s'exprimer avec de plus en plus de
force au sein des classes laborieuses. Car meme si certain
socialists vont jusqu'a delivrer un label de "sansfaute" aux
cent premiers jours de F. Hollande, les sondages traduisent
bien une certain deception meme chez leurs militants et sym-


pathisants. D'autant que les nombreux nuages qui s'amoncel-
lent devraient inciter le gouvernement a plus d'audace. Jean-
Luc Melenchon parole de bilan "creux". Force est de reconnaltre
que le gouvernement "doit itre d Coffensive, qu'ifacci[ere"selon
les propos de Frangois Rebsamen, le president du group so-
cialiste au Senat. D'autant que les provisions en matiere d'em-
ploi et de croissance n'incitent pas a I'optimisme. La session
extraordinaire du Parlement prevue fin septembre devrait 6tre
I'occasion pour la majority socialist de manifester son volon-
tarisme avec la presentation du project de loi sur le logement et
d'un autre sur les emplois d'avenir qui prevoit la creation de
100.000 postes la premiere annee et de 50.000 I'annee sui-
vante en faveur des jeunes les plus fragiles. S'agissant du pou-
voir d'achat, apres le minuscule coup de pouce de 0,6 % pour
le Smic revalorise au total de 2 %, il y a peu de chance qu'il soit
ameliore.
Mais le gouvernement devra s'attaquer aux dossiers encore
plus delicats des reformes de structures qui impliquent le dia-
logue avec les partenaires sociaux et qui concernent la reforme
des contracts de travail, la securisation des parcours profes-
sionnels, les modalites de licenciement et le financement de la
protection social.

Dissensions internes au Parti socialist,
D'autres soucis attendent le parti socialist et le gouvernement.
Alors que la succession de Martine Aubry semble ouverte, le
PS est confronted aux nombreuses voix discordantes qui se font
entendre sur de nombreux sujets. Et en premier lieu A propos
de la ratification du Traite sur la stability, la coordination et la
governance (TCSG) qui impose a tous les Etats de la zone
euro I'adoption de la fameuse regle d'or et done des politiques
de rigueur. Certes, en autorisant son inscription dans une loi
organique ce qui evite & Francois Hollande I'6cueil d'une revi-
sion de la Constitution, le Conseil constitutionnel lui a consid6-
rablement facility la tAche, mais il doit maintenant computer avec
ceux I'aile gauche de son parti et ceux des ecologistes de sa
majority qui menacent de voter centre ou de s'abstenir. Les-
quels sont de plus en plus sensibles aux appeals de Jean-Luc
Melenchon (FG) 6 constituer un front du refus.

Le Front be gauche a L'offensive
A I'occasion des "Estivales citoyennes" qui se sont tenues le
week-end dernier 6 Grenoble, le Front de gauche s'est penche
sur son avenir A partir de deux questions-cles : Celle de son
positionnement apres I'avenement de la gauche au pouvoir et
celle de son fonctionnement interne. Si des divergences se sont
manifestoes sur la structuration et la governance du mouve-
ment, tous les militants ont exprime leur attachment "Li pour-
suivre ensemble [a Ielle venture du printemps [lectoraf... avec
Cenvie defaire 6volueret, s'iflefaut de transformer Coutif". Bien
que les mauvais resultats aux legislative leur aient laisse un
goOt amer, les militants du FG ont surtout garden en t6te leur
score A deux chiffres a la presidentielle et qui fait de leur orga-
nisation "uneforce qui compete disormais sur la scene pofitique...
et que ne peut nier Ce gouvernement de Jean-9Warc .Ayrault" Le
Front de gauche est convaincu que ses idees ont pen6tre de
large couches de la population. Comme le temoignent les re-
sultats du sondage CSA montrant que globalement 25% des
FranGais lui font confiance pour defendre leurs interits presque
a egalite avec le PS (27%), alors que 42% d'entre eux souhai-
tent que ses idees soient prises en compete par le gouverne-


g Ih 30A 21 j* '5r -Pal*ge


FRA NCE





http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


ment. Un resultat qui traduit une aspiration A un changement
politique profound "en depit des craintes relatives a (a mauvaise
conjoncture social et iconomique", conclut I'analyste du CSA.
Une image positive qui decuple I'energie des militants et en par-
ticulier ceux du PCF, engages bec et ongle dans la bataille


contre la ratification du Pacte budgetaire europeen (TSCG) et
heureux de constater que 72% de leurs compatriotes approu-
vent leur appel en faveur d'un referendum sur le trait euro-
peen.
Une question qui interesse les peuples d'outre-mer.
Georges Erichot


P N I P


Explosion Dans une raffinerie venezu ienne
25 personnel sont mortes et 80 ont ete blessees tres t6t le sa-
medi 25 ao0t lors d'une explosion dans la raffinerie de Amuay
dans I'Etat venezuelien de Falcon. Situee dans une peninsule
en mer des Caraibes, A I'ouest du Venezuela, la raffinerie
d'Amuay fait parties du complex de raffinerie de Paraguana,
I'une des plus grandes raffineries dans le monde, avec une ca-
pacite de production de 955.000 barils par jour. Amuay produit
A elle seule 645.000 barils par jour. Le president de PDVSA, et
ministry du Petrole et des Mines, Rafael Ramirez a signaled:
"Nous avons eu unefuite de gaz qui a provoque une explosion et
Cincendie d deux reservoirs de la raffinerie et dans des zones en-
vironnantes". II a explique que I'onde explosive a ete d'une
grande magnitude et on a constate des dommages important
dans certaines infrastructures et des logements qui sont en face
de la raffinerie. Une enquete sur les causes qui ont provoque
I'incendie a ete ouverte. L'incendie declenche par I'explosion a
ete maTtrise et les operations de I'usine ont repris le lundi. Le
president Chavez a dit avoir appris la nouvelle avec une pro-
fonde douleur et a d6crete trois jours de deuil national.

Isaac provoque morts et Dsolation sur son

passage
Le passage de la temp6te tropical Isaac au large de la Marti-
nique et de la Guadeloupe a eu peu de consequences dom-
mageables, ce qui n'a pas ete le cas pour d'autres Ties de la
grande Caraibe. A Cuba, les provinces de I'Est ont pris toutes
les precautions pour 6viter des pertes humaines et reduire les
degats que peut provoquer la temp6te tropical Isaac, notam-
ment avec I'evacuation des populations. On ne constate que

L31"r3p -- LA EI 1 "PN 7 -


Haiti: La tempete a egalement d6truit 335 maisons et en a endommag6 2.346 autres.

des degats materials. Alors que le gouvernement haitien avait
lanc6 la mobilisation en HaYti, le bilan partiel du passage de la
tempete Isaac fait 6tat de 19 morts, de 14 375 personnel eva-
cuees et de 13 561 personnel en abris provisoires. 165 camps
sont affects au niveau de 7 communes du department de
I'Ouest et 13 888 manages y ont ete touches. La population
des tentes qui vit dans des conditions infrahumaines, a passe
' f


des moments difficiles.
Les autorites ont, en tout cas, fait savoir qu'elles competent met-
tre un terme A la situation dans les tentes, en donnant des mai-
sons aux derniers rescapes du seisme devastateur du 12
janvier 2010. Mais ils sont encore quelque 400.000 & vivre sous
des bAches et des tentes, plus de 2 ans et demi apres la ca-
tastrophe.


Cuba :Augmentation e 5% Su nombre e tou-

ristes
1 842 202 tourists avaient sejourne A Cuba fin juillet 2012 ce
qui represente une croissance de 5,4% par rapport a la meme
period de I'annee derniere.
Le Bureau National de Statistiques precise, dans un bulletin dif-
fuse A La Havane, que Cuba a accueilli 215 857 estivants en
juillet, soit 3 % de plus qu'au meme mois de 2011.
L'annee derniere, le secteur touristique avait dejA battu son pre-
cedent record de 2 716 317 visiteurs.
Carlos Vogeler, directeur pour les Ameriques de I'OMT, I'Orga-
nisation Mondiale du Tourisme, avait pronostique en avril, lors
de la convention international du tourism, une augmentation
de visiteurs pour Cuba.
"Cu6a se modernize et diversified ses offres, ce qui s'avere tres avan-
tageuj surtout si Con tient compete des potentiaitits du pays, par
example, dans le domaine de 1a culture", avait alors souligne le
directeur de I'OMT pour les Ameriques.

La F ration aes tu iants occupe I'univer-

site au ChiUli
ils~~7~ pbYT% ;


)nt6 & plusiuers reprises les forces de I'ordre


Cela fait plus d'unan que les etudiants chiliens manifestent
centre le montant des frais d'inscription dans les universities,
qui sont parmi le plus elev6s du monde. Le movement se ra-
dicalise chadue jour davantage. 10 000 dollars par an, c'est le
coOt moyen des frais d'inscription dans une university chilienne,
alors que le revenue annuel moyen d'une famille est de 16 000
dollars. Suite aux manifestations depuis mai 2011, le budget de
I'educationra ete auamente de 10 % en 2012 et une reform


I dI 0 Aa' n'i35-Pagie2


FRANCE I





http://www.iournal-iustice-martinique.com


sur la gestion des colleges et des lycees est en course. Mais
c'est loin d'8tre suffisant pour la Federation des etudiants uni-
versitaires du Chili (FECH) qui veut voir la fin d'une education
a deux vitesses dans le pays. En 2011, les 6tudiants manifes-
taient pour la gratuity des universities publiques. Mais face a la
surdite du president vis-6-vis de leurs attentes, le movement
s'est radicalism et les chiliens demandent une nouvelle Consti-
tution. Is veulent une refonte du system 6ducatif ultraliberal
herite de la dictature d'Augusto Pinochet. La Federation des
6tudiants chiliens a decide I'occupation de-l'universite de San-
tiago du Chili et le blocage de plusieurs faculties. La federation
a appel6 les 6tudiants et la population en general a defendre un
system d'education gratuit, pluraliste, interculturel et d'excel-
lence.

Cuba: 20 millions oe alrs pour le finance-

ment Oe Ia subversion Cuba
Les itats-Unis destineront 20 millions de dollars suppl6men-
taires au financement de la subversion a Cuba, est-il indique
dans une lettre du Departement d'Etat au Congres, publiee
dans le Nuevo Herald.
Cette lettre a 6t6 publiee apres la decision des pays membres
de I'Alliance des peuples de notre Amerique (ALBA) d'expulser
I'USAID de leurs territoires pour la simple raison que l'USAID
constitutee unfacteurperturbateur qui porte atteinte a 1a souve-
rainet et a la stability poltique"de ces nations. Selon eux, I'ob-
jectif n'est pas d'en faire beneficier le people cubain, mais de
renforcer, en leur facilitant I'accbs aux technologies, le travail
d'individus a Cuba qui soutiennent la politique de "cfiangement
de regime": ce petit group de collaborateurs, prealablement
identifies pour etre utiles a ces fins, beneficie des services d'un
reseau et de materiel adequat a leur "mission". Pendant I'ad-
ministration de Barack Obama, le gouvernement des Itats-
Unis, dans ses efforts pour destabiliser la society cubaine, a eu
recours A une combinaison de methodes subversives tradi-
tionnelles et nouvelles. Aussi bien pour I'annee fiscal 2009 que
pour 2010, 20 millions de dollars ont ete destines A des pro-
grammes de subversion a travers I'USAID et le Departement
d'ltat. La subversion politique et ideologique est devenue ces


dernieres annees un instrument indispensable de la politique
des Etats-Unis vis-a-vis de Cuba.

Haiti Destruction u Palais national
Les travaux de destruction du Palais national ont et6 officielle-
ment lances le mercredi 22 ao0t. Le palais situ6 en plein coeur
de la capital Port-au-Prince a 6et lourdement endommag6 lors
du seisme du 12 janvier 2010. Ce chantier est done tout un
symbol de la reconstruction du pays. Le president Martelly a
confine A I'ONG de I'acteur Sean Penn de se charger des tra-
vaux. Son organisation humanitaire aurait d6ej commence a r6-
colter des fonds pour la reconstruction. Cette decision souleve
un vent de polemique 6 travers le pays. L'organisation, specia-
lisee dans le secteur medical, s'est proposee de realiser gra-
tuitement les travaux. Une offre genereuse mais qui froisse
I'orgueil national haTtien. L'ancien president de la Republique
frangaise Nicolas Sarkozy avait offert de reconstruire le palais
apres le seisme. Cette proposition, sur laquelle les Frangais
sont revenues sur la pointe des pieds et A mots feutres, avait
provoqu6 la colere de beaucoup d'Haitiens. Trois mois seront
necessaires pour raser les ruines du Palais national, que beau-
coup auraient souhaitees conserver, comme memoire de la ca-
tastrophe et monument historique pouvant devenir site
touristique.

Epi#emie Ie engue a Cuba
Le Mir..stere cubain de la sante publique a demanded A la po-
pulation d'appuyer les efforts consentis dans le pays pour 6vi-
ter la proliferation du moustique Aedes Aegypti qui frappe
actuellement Cuba. La chaleur, I'humidite et les pluies font aug-
menter le risque de proliferation des maladies transmises par
ce vecteur comme la dengue et la fievre jaune. Dans des de-
clarations A la television, le directeur national de lutte anti vec-
torielle, Juan Ram6n Vazquez, a explique que la population n'a
pas conscience du risque reel. II a precise qu'il y a une aug-
mentation des niveaux de proliferation des moustiques dans 23
arrondissements et localities du pays. Le specialist cubain a
mis I'accent sur le fait que bien que Cuba dispose d'un system
tres efficace de vigilance et de contr8le de I'Aedes Aegypti, la
contribution de tous les citoyens est indispensable.


Syrie : Impasse militaire et biplomatique et menace intervention

occibentale 6eguisee sous couvert a'aibe humanitaire.


L'idee d'une zone d'exclusion aerienne est a nouveau agitee par Washington et Paris
Le 19 ao0t, le chef de la mission des observateurs militaires de
I'ONU dirigee par le general senegalais Babacar Gaye quittait
la Syrie. C'etait la consequence logique de la demission de son


responsible Kofi Annan qui constatait son incapacite6 faire
respecter le cessez-le-feu, ni par les forces de I'armee r6gu-
liere syrienne, ni par celles de I'armee syrienne libre (ASL).
Cette mission sera desormais remplacee par un simple bu-
reau de coordination". Une decision qui a ete prise contre I'avis
de la Russie, de la Chine mais aussi du secretaire general de
I'ONU, Ben KI Moon. Apres 17 mois d'affrontements militaires
qui ont d6ej fait plus de 20.000 morts et des centaines de mil-
liers de refugies, la crise syrienne entrait veritablement dans
une impasse diplomatique. Juste avant sa demission, Kofi
Annan avait, 6 just titre qualified ce conflict comme etant une
"guerreparprocuration"et denonc6 le manque de soutien a son
plan de paix, sans aller jusqu'a citer les pays a qui etaient
adresses ses reproches.
Le depart de celui qui 6tait presented comme le message de la
paix laisse un vide difficile a combler. D'autant que son suc-
cesseur, I'algerien Lakhdar Brahimi ne se montre pas tres op-


jeurirc) oat2rr 2-ju~twcen'r5-fai -


r PAN LEO I


--- d
-1






http://www.iournal-iustice-martinique. com


timiste, se disant meme "effrayi"par la complexity de sa mis-
sion.
Le conflict syrien apparait desormais dans une impasse total.
Mais chaque jour qui passe donne une ampleur nouvelle A ce
carnage avec notamment le nombre sans cesse croissant de
victims des bombardements ou d'executions sommaires don't
chaque camp rejette la responsabilite sur celui d'en face.
Sur le terrain, les troupes disparates de I'armee syrienne dite
libre (ASL) ne semblent pas en measure de vaincre les forces de
I'armee reguliere. Elles ne paraissent meme pas en measure
d'occuper durablement les positions conquises. Elles ont dO
evacuer la plupart des quarters de Damas ou d'Alep oi elles
avaient pris pied. Pourtant, bien decidee a continue la lutte,
elles continent les operations de harc6lement et de guerilla
contre les troupes regulieres.
II est evident que ce qui n'etait qu'une revolte social nee dans
le sillage du printemps arabe et qui devait, selon occidentaux
aboutir, comme en Libye a la chute de BacharAl-Assad n'a pas
pu durer aussi longtemps sans le soutien des ennemis.tradi-
tionnels de la Syrie que sont I'Arabie saoudite et le Qatar qui ne
sont pas des modules de democratic mais aussi la Turquie et
les puissances occidentales. Ainsi, recevant A Paris le chef du
Conseil national syrien, Francois hollande I'a encourage "a or-
ganier un large rassem6Cement de toutes Iesforces de opposition,
en particulier Ces riseauxlocauxde coordination, Ces conseis revo-
futionnaires et fes reprisentants de nrmne syrienne i6re". Une
mission quasi impossible, tant les rivalites sont grandes au sein
de cette opposition. Et dans quel but ? Sinon pour continue la
lutte. D'autant qu'elle refuse toute solution de "reconciliation na-
tionale", y compris celle incluant le depart d'Assad dU pouvoir.
Par delay la personnel du dirigeant syrien, c'est tout le system
politique en place que I'opposition et ses allies veulent abattre.
Mais dans ce conflict, les imperialistes occidentaux semblent


etre pris a leur propre piege. Rejetant toute solution n6gociee
avec le regime syrien, ils ont fait du depart de BacharAl-Assad
un prealable incontournable et ont privilegie I'option militaire,
tenant chaque jour des propos de plus en plus menagants.
Certes Barack Obama qui a meme brandi la menace d'une in-
tervention directed sous pretexte de supposees velleites d'utili-
sation d'armes chimiques par le regime de Damas s'est
content pour I'heure de charger la CIAde coordonner les ope-
rations visant A aider les insurges. Francois Hollande lui a im-
mediatement emboTte le pas.
Les puissances imperialistes hesitent A livrer directement aux
insurges des armes dites "[ftales", c'est-a-dire tres puissantes.
Par crainte de les retrouver entire les mains des combatants
d'AI-Qafda, de plus en plus presents sur le terrain. Ni la
Grande-Bretagne, ni la France ne veulent prendre le risque de
reproduire le scenario libyen qui a about A la destabilisation du
Mali et de tout le Sahel.
Pour I'heure, a defaut d'une intervention directed, sous couvert
d'actions humanitaires, elles envisagent, comme I'a propose
Hilary Clinton, I'instauration d'une etroite zone d'exclusion ae-
rienne & la frontiere avec la Turquie pour permettre a I'ASL de
gagner un peu de terrain sur les forces loyalistes. Frangois Hol-
lande immediatement n'a pas exclu de s'y rallier. Cela a pro-
voqu6 une vive mise en garde de la Chine et de la Russie
centre toute violation de la souverainete de la Syrie et du droit
international.
Visiblement la crise syrienne prend la dimension d'un conflict r6-
gional. Israel voulant en profiter pour briser I'axe entire la Syrie
et I'lran qui sont les seuls a s'opposer A son hegemonie militaire
sur la region. Voilb un conflict dans lequel le people syrien est
pris en otage et qui risque de s'eterniser en multipliant les vic-
times et en destabilisant encore plus cette poudriere du Moyen
Orient.
G.E


AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution de la so-
ci6t6 :
Denomination : TAINOS EURL
Au capital de : 1 000 euros
Forme: EURL
Siege social: R6sidence Guimauve Bu-
reau N* 4 B&t. D 15 Palmiste -97232
LE LAMENTIN
Objet : La society a pour objet
-L'acquisition, la vente, la location de tous
biensimmobiliers...
-Toutes operations financieres, mobi-


lieres et immobilibres...
Duree : 99 ans
Grant: Monsieur Christian SAINRIMAT
Demeurant : Residence Guimauve Bu-
reau N 4 Bat. D15 Palmiste- 97232 LE
LAMENTIN. FB6115

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 12/06/2012, il a 6t6 consti-
tueune SARL
Presentant les caract6ristiques suivantes
Denomination :B.Y.L MARKET
Adresse du siege social : 1 rue de la Li-


bert6 Morne des Esses 97230 Sainte
Marie
Objet: Epicerie. Duree :99 ans.
Capital:1000
Nom du grant :BALMY Ludovic et
BALMY Yann
Adresse: CroisBe Mangot Quartier
Poirier 97213 Gros Morne
- ReculBe 97230 Sainte Marie
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la g6rance FB6116


Abonnez-vous i JUSTICE

Je desire recevoir "JUSTICE" chaque semaine A mon domicile
Nom .... ..... .. ........ ..... ........ .. ... .......Pr nom ......... ........... ................................ ......... ....
Adresse exact .... ........ ......... ......... ..................... .. .. .............. ......... ....... .


Je r6gle par -


._ cheque bancaire


A I'ordre de la SociA61 des Editions Justice


Nos tanfs
MARTINIQUE
GUADELOUPE/GUYANE
FRANCE
(Frais de port inclus)


1AN
IJ 90
_j 100 E
ij 110 C
' ro


I[ cheque postal


6 MOIS
S 50 e
1 55 E
1 60E


_- esp6ces


3 MOIS
_j35 I
137
_45 e


AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitutionde
I'EURL : INOX SERVICES PLUS, sigle :
I.S.P
Au capital de :5000E
Siege social: La Ren6e,97211 Riviere Pi-
lote
Objet: La fabrication et la pose de toutes
pieces de chaudronnerie, acier inoxyda-
ble, acier, aluminium, tuyauterie
Dur6e :99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registre RCS de FDF
Grant : Mr Willy Miguel LOPEZE
Demeurant La Renee,97211 Rivibre Pi-
lote pour une dur6e illimitee
Pour avis, le grant FB6117

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 22/08/2012, ii a 6td consti-
tu6une EURL
Pr6sentant les caracteristiques suivantes
Denomination :IMPRESSION PERSON-
NELLE
Adresse du siege social : Quartier Saint-
Vincent 97211 Riviere Pilote
ObjetkRealisation de tous travaux d'im-
pression sur support paper, textiles, ma-
tieres plastiques, verre, m6tal, bois et
ceramique.
Dur6e :99 ans
Capital:2000E
Nom du grant :BRIVAL Clarisse
Adresse : Quartier Saint-Vincent 97211
Riviere Pilote
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB6118
a


Remormer ce bDulled A Sadot des Editons 'Justce' B P 4031 46 Rue Andre Aliker & E Zola 97202 Fortlde-France caoex
Til 05 9671 8683Fa 05 96 63 1320- e-mad ea ustoe@wanadootr- Srel 384 449 64100016 RC 92 131
................................................................... ...........----....... -..............-...


06 1 *uJI1 'D W 3 A t'5 P 'I. -


------~-


r A NNONCEs LE'fA LE








http://www.iournal-iustice-martinique.com


AVIS DE CONSTITUTION
En date du 24/08/2012, il a ete consti-
tueune SAS.
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination :JLTLOC
Objet social :Location de court duree de
voitures de tourism
Siege social :2 rue lieutenant St
Felix,97215 Riviere Salee
Capital:4000. Duree :99 ans
President: Mme Viviane LANDRY MO-
DESTIN demeurant quarter Prefon-
taine,97211 Riviere Pilote
Admission aux assemblies et droit de
vote : Tout actionnaire a le droit de parti-
ciper aux decisions collectives sur justifi-
cation de son identity et de I'inscription en
compete de ses actions au jour de la d6ci-
sion collective. Clauses d'agrement: Les
cessions d'actions sont soumises a
I'agrement de la collectivit6 des action-
naires.
Immatriculation au registre du commerce
de FDF.
Pour avis, FB6119

AVIS DE CHANGEMENT
DE NOM PATRONIMIQUE
Mademoiselle Danai Lourde GATEAU,
nee le18/12/1988 & Port-au-prince Haiti,
demeurant chez
TALOND Roland quarter pre-fon-
taine,97211 Riviere Pilote agissant en
nompersonnel, depose une requete au-
pres du garde desSceauxa I'effet de
substituer a son nom patronymique celui
de
LOUIS-MARIE Danai Lourde. FB6120

AVIS DE CHANGEMENT
DE NOM PATRONIMIQUE
Mademoiselle Mathilda GATEAU, nee
le25/02/1986 a Port-au-prince Haiti, de-
meurant chez
TALOND Roland quarter pre-fon-
taine,97211 Riviere Pilote agissant en
nompersonnel, depose une requete au-
pres du garde desSceauxa I'effet de
substituer a son nom patronymique celui
de
LOUIS-MARIE Mathilda FB6121


AVIS DE VENTE DE FONDS
DE COMMERCE
SNACK MAXI MIXX SARL
Au capital de7500Eex Hifi car
ZlAcajou Californie
97232 FORT DE FranceMartinique
Siret: 498 178 722 00019
APE: 5610A
Par decision d'une AGEdu30/06/2012,
les associes ont decide de vendre le
fonds de commerce de la society Snack
Maxi Mixx SARL societede restauration
rapide chinoise. Par suite, proc6der a la
dissolution anticipee de la society Snack
Maxi Mixx SARL
Cette vente a ete realisee au profit de M.
CHEN Min Jun, ne le 16 janvier 1971)
Guangdong
(Chine) de nationality frangaise demeu-
rantl4 rue Jean Jaures Terres Sainville-
97200 Fort de France
Suivantacte de vente sous seing prive du
17/07/2012
Pour avis le grant FB6122

AVIS DE CHANGEMENT DE GRANT
GESTAMAT
Sari au capital de 40.000 euros
217 Route de Redoute 97200 Fort de
France
Siret : 528 954 803 00011 Code APE :
1071C
Les associes de la Societe Gestamat se
sont reunis en assemble general ex-


traordinaire le 2 juillet 2012 aux fins de
nommer Jean-Claude COURSY, nou-
veau grant en replacement de Fairouz
HAIRECHE, demissionnaire.
Pour avis, la gerance FB6123

AVIS DE CHANGEMENT D'ADRESSE
SARL < KAZ'AFFAIRES > ste au capital
de 6 300E, siege social 204 residence
Morne Vannier Route des Religieuses -
97200 Fort de France RCS fort de
France TMC750956 179
Suite a I'AG extraordinaire du
20/08/2012, il a ete decide de transferer
le siege social
Ancienne mention : 204residence Morne
Vannier rte des religieuse 97200 Fort
de France
Nouvelle mention : Immeuble < le midi de
Lahaut Rond Point de Lahaut
Route de Des marinieres 97215 Riviere
Salee
Pour avisle grant FB6124

AVIS DE CONSTITUTION
DE SOCIETY
Par acte sous seing prive en date du 23
juillet 2012 et enregistre aux impots le 27
juillet 2012( bordereau no 2012/919 case
n 15)
Denomination social : HIBISCUS COIF-
FURE
Forme social : Societe & Responsabilite
Limitee
Siege social : 226 rue Squadra C1 Rue
du Professeur Garcin Cite Dillon -
97200 FORT-DE-FRANCE
Objet social : La society a pour objet la
coiffure mixte, la vente de products capil-
laires et esthetiques, la vente de materiel
de coiffure, accessoires de mode et la
participation de la Societe, par tous
moyens, a toutes entreprises ou societies
creees ou a creer, pouvant se rattacher a
I'objet social, notamment par voie de
creation de societies nouvelles, d'apport,
commandite, souscription ou rachat de ti-
tres ou droits sociaux, fusion alliance ou
association en participation ou en grou-
pement d'interet economique ou de loca-
tion gerance.
Duree de la society: 99 ans a computer de
son immatriculation au Registre du Com-
merce et des Societes jusqu'en 2107.
Capital social: 7500 euros, composee de
100 parts egales d'un montant de 75
euros chacune.
Gerance : Madame Laurette DUGUET,
nee le 05 fevrier 1965 a FORT-DE-
FRANCE (Martinique) demeurant R6si-
dence Bougainvillers BAtiment A5 -
Porte 6 Floreal FORT-DE-FRANCE
(97200)
R.C.S. de Fort de France FB6125

CHANGEMENT DE GRANT
SOCITE : SCI REJANE,
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL D E1.500 EUROS
R.C.S. : FORT DE FRANCE 449 489
590 N" DE GESTION 2003 D 206
SIEGE SOCIAL: CENTRE GENIPA
PLAZA BUREAU 13
97224 DUCOS
Aux terms d'une consultation ecrite des
associes en date du 22 AoOt 2012, et
conformement a I'article 18 des status,
Monsieur Serge JulienJEROME, nele 22
mai 1948 au FRANCOIS 97240 MARTI-
NIQUE, demeurant au FRANCOIS lieudit
La Manzo 97240 a ete nommeen quality
de gerantpour la duree de la society, en
replacement de Monsieur Philippe
BOYER ayantete revoque de ses fonc-
tions.
Pour avis et mention
Le Gerant FB6126


VILLE DE SAINTE-ANNE
MARCH DE TRAVAUX
1) IDENTIFICATION DE I'ORGA-
NISME QUI PASSE LE MARCH
Maitre d'ouvrage: Ville de Sainte-Anne
1 Place Abbe MORLAND 97227 SAINTE-
ANNE
Tel: 0596 76.73.06 Fax: 0596 76.76.95
Email : secretariat.mairie-sainte-
anne@orange.fr
Adresse du profile acheteur
https://www marches-securises.fr
2) OBJET DU MARCH
Travaux VRD et de construction de cinq
bungalows en bois
3) LIEU D'EXECUTION : Camping de la
Pointe Marin
4) MODE D'ATTRIBUTION
L'operation sera attribute & une entre-
prise ou a un groupement d'entreprises
dans les obligations contractuelles de
celui-ci a I'egard du present march.
Si le groupement est conjoint, le manda-
taire est solidaire de chacun des autres
operateurs
5) MODE DE PASSATION M.A.P.A
6) NATURE DES TRAVAUX A EXECU-
TER
Les travaux definis ci-dessous font I'objet
de 7 lots :
Lot 01 Gros oeuvre -VRD
Lot 02 Electricite
Lot 03Faux plafond-menuiseries inte-
rieures et exterieures
Lot 04 Plomberie sanitaires
Lot 05 Rev6tement sol
Lot 06 Peinture
Lot 07 Installation photovoltaique
L'offre de chaque entreprise consulted
devra porter sur I'ensemble des travaux
formant au moins un lot. Toute offre in-
complete sera eliminee.
7) DELAIS D'EXECUTION: 5 mois
8) LANGUE DE REDACTION DES
PIECES: Frangais
9) DATE MINIMUM DE VALIDITE DES
OFFRES: 90 jours
10) JUSTIFICATIONS A PRODUIRE A
L'APPUI DES OFFRES
Voir le reglement
110) CRITERES D'ATTRIBUTION:
Offre 4conomique la plus avantageuse
appreciee en function des criteres enon-
ces ci-dessous avec leur ponderation.
-Valeur technique : 5 pts
-Prix des prestations : 3 pts
-Delai d'execution : 2 pts
12) RETRAIT DU DOSSIER DE
CONSULTATION:
Mairie de Sainte-Anne, secretariat Ser-
vices Techniques
13) CONDITION D'ENVOI OU REMISE
DE L'OFFRE:
L'offre transmise sous pli cachet sera re-
mise centre recepisse au secretariat des
services techniques et portant I'adresse
et mentions suivantes :
Mairie de SAINTE-ANNE
1 Place Abbe MORLAND 97227SAINTE-
ANNE
Offre pour le march de travaux: Travaux
VRD et de construction de cinq bunga-
lows bois
< NE PAS OUVRIR ,
14) DATE ET DE RECEPTION DES OF-
FRES
Le jeudi 20 septembre 2012 avant 12h00
15) RENSEIGNEMENTS D'ORDRE AD-
MINISTRATIF ET TECHNIQUE OBTEN-


TION DES DOCUMENTS ET TRANS-
MISSION DES PLIS:
Mairie de Sainte-Anne
Hotel de Ville
Place Abbe Morland 97227 SAINTE-
ANNE MARTINIQUE
Aupres de : Monsieur Samuel CIDOLIT-
Xavier PANCRATE
Tel.: 0596 76 73 06 0596 76 56 90 Fax:
0596 76 76 95
Email: technique@mairie-sainte-arine.fr
160) DATE D'ENVOI DE L'AVIS A LA PU-
BLICATION:
Mercredi 22 ao0t 2012
Le Maire
Garcin MALSA FB6127


VILLE DE SAINT-PIERRE
AVIS
MAPA- SUITE A APPEL D'OFFRES IN-
FRUCTUEUXLOT 2 ET 3
POUVOIR ADJUDICATEUR: MAIRIE
DESAINT-PIERRE
ADRESSE RUE CAYLUS97250 SAINT-
PIERRE
TELEPHONE 96 78 10 32 TELECO-
PIE 05 96 78 16 93
OBJET DU MARCH FURNITUREE ET
LIVRAISON DE MATERIEL NAUTIQUE
POUR LE CENTRE NAUTIQUE LA GA-
LERE ET BATEAU DE SURVEILLANCE
LIEU D'EXECUTION : VILLE DE SAINT-
PIERRE
CARACTERISTIQUES PRINCIPLES
ACQUISITION ET LIVRAISON DE MA-
TERIEL NAUTIQUE ,ET BATEAU DE
SURVEILLANCE
PROCEDURE
PROCEDUREADAPTIEEN APPLICA-
TIONDES ARTICLES 26.11 ET 28 DU
CODE DES MARCHES PUBLICS
DATE LIMITED RECEPTION DES OF-
FRES
DUREE DE VALIDITEDES OFFRES 90
JOURS
DEMAND DEDOSSIERS
LA DEMAND PEUTETRE ADRESSEE-
PAR COURRIEROU FAX05 96 78 16 93
A M LE MAIRE DE SAINT-PIERRE, RUE
CAYLUS
9750 SAINT-PIERRE
LES DOCUMENTS SONT CONSULTA-
BLES EN LIGNE ET TELECHARGEA-
BLES SUR
MARCHES-SECURISES.FR
INSTANCECHARGE ,DES RECOUR-
SET AUPRESDE LAQUELLE OBTE-
NIRDES INFORMATIONSSUR
L'INTRODUCTION DES RECOURSE
TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE FORT
DE FRANCE
DATE LIMITED DE RECEPTION DES OF-
FRES :LES CANDIDATSDOIVENT
FAIRE PARVENIRAU PLUS TARDLE 21
SEPTEMBRE 2012 A 12 H 00 LEUR
OFFRE ECRITEA L' ATTENTIONDE M
LE MAIRE DE SAINT-PIERRE
DATE D'ENVOI DEL'AVIS A LA PUBLI-
CATION : LE22 ABOUT 2012
SAINT PIERRE, LE 22 AOUT 2012
LE MAIRE
RAPHAELMARTINE FB6128


^SW '4I W iSS


L I


^itlpnitL'flttii /J*lf'+t'i






http://wwwiournal-iustice-martinique.com


Jeux paralympiques: 29 ao t au 9 septembre.


Londres sera, a partir de
mercredi 29 ao0t la capi-
tale mondiale du sport 6
I'occasion des 14e Jeux
Paralympiques. II s'agit
de la plus important Edi-
tion des Paralympiques
depuis la creation de
cette competition, il y a
52 ans. I1 y aura un nom-
bre record d'athl6tes
(4.200) venant de 174
pays represents dans
I Le handisport I'honneur 20 disciplines.Londres
2012 marque le retour
du sport adapted (environ 200 athletes) aprbs une absence de
douze ans. Les sportifs deficients intellectuals avaient 6et ex-


clus des Jeux de Sydney en 2000 apres une tricherie de
I'6quipe espagnole de basket-ball. La quasi-totalite des 2,5 mil-
lions de billets disponibles a aussi deja 6te vendue, contre 1,8
million pour les jeux Paralympiques de Pekin en 2008. 174 pays
seront represents dans 20 disciplines. Deux Martiniquais sont
presents dans la delegation francaise de 162 membres don't
153 sportifs handicaps (102 hommes et 51 femmes. Cette de-
legation convoite 16 titres.
Le Sud-Africain de 25 ans Oscar Pistorius, surnomme "Blade
Runner"(le coureur aux lames), qui court avec des protheses
en carbon, avait illumine les Jeux paralympiques 2008 & P6kin
(Chine) en remportant trois medailles d'or (100 m, 200 m et 400
m). Apres son venture avec les valides aux jeux Olympiques
de Londres, le sprinteur tentera de conserver ses trois titres
glances a P6kin et ainsi poursuivre la legende du "Blade Ryn-
ner".


Les violins remportent le ler trophee 6e a season

Le Trophee du Conseil general 'Yvon Lutbert" a souri pour la
premiere fois & I'equipe du president Marcel Pujar. Le champion
de Martinique, le Racing Club de Riviere-pilote, a remporte cette
1eme edition en battant en finale I'Union Sportive de Grand-Ri-
viere, equipe de promotion d'honneur par 2 & 0 dimanche 26 ao0t.
Lors de la phase eliminatoire le Racing avait battu le Stade Spi-
ritain, tandis que I'U.S Riveraine avait elimine le Good-Luck. Les
quatre equipes se sont partagees les 15 000 E de dotation don't
6 000 E pour le vainqueur. Une belle entree en matiere pour cette
ouverture officielle de la saison footbalistique qui sera marquee
notamment par la qualification la selection de la Martinique a la
Digicel Cup. Le racing ajoute le trophee Yvon Lutbert Conseil general a son palmares

Succes e a quinzaine be Iajeunesse caribeenne 2012 de I'OMDAC


La 13e edition international de la quinzaine de la jeunesse ca-
ribeenne a debuted le 30 juillet et s'est terminee le 13 ao0t 2012.
Cette initiative qui vise a rapprocher les jeunes caribeens de
ceux de la Martinique et a leur faire decouvrir les multiples fa-
cettes de la vie de notre pays est depuis longtemps inscrite
dans le calendrier des actions de I'OMDAC dirige par Yves-
Marie Seraline. Ce sont 48 jeunes delegues representant la Re-
publique Dominicaine, Sainte-Lucie, Trinidad et Tobago, St
Kitts, St Vincent, Grenade, la Dominique, accompagnes par des
jeunes martiniquais et membres de I'OMDAC qui ont participe
a cet change.
Ils sont passes par Fort-de-France, Le Carbet, le Pr6cheur, St
Joseph, Le Vauclin, le Diamant, Sainte-Luce, Riviere-Salee et


Sainte-Anne ou ils ete recus par d'autres jeunes du pays.
Comme a I'accoutumee, ces rencontres ont donned lieu & des
debats autour de nombreux sujets communs a tous les peuples
de notre region : De I'Afrique aux CaraYbes, avons-nous une
identity commune ? Que puis-je faire dans la communaute pour
preserver I'environnement ? Quels sont les besoins des jeunes
caribeens pour leur insertion dans la vie active ? L'importance
de la culture et du patrimoine dans la construction de la per-
sonnalite des jeunes ? Comment ameliorer les changes entire
jeunes dans la Cara'be ? Quelle attitude observer face aux nou-
veaux medias numeriques : Passivite ? Acceptation incondi-
tionnelle ? Position critique ? Utilisation productive ?
La journee Internationale de la Jeunesse du 12 ao0t institute
par I'Unesco s'est deroulee a Sainte-Anne, avec presentation
des drapeaux et des hymnes nationaux de toutes les delega-
tions, suivies d'une animation. Les delegues ont ete recus dans
la mairie saintannaise par le Maire Garcin Malsa. Une r6solu-
tion a ete redigee comme chaque annee et sera transmise aux
organismes internationaux.
Le financement de cette manifestation est depuis quelques an-
nees d6ej pris en compete par les structures basees dans les
pays concerns comme I'Alliance francaise, les services cultu-
rels ou des associations qui supportent en totality les deplace-
ments et les frais de preparation des delegues, montrant ainsi
leur inter&t pour un tel project. L'OMDAC compete sur une parti-
cipation de la Region et de certaines communes pour I'aider 6
faire face a une parties des frais de sejour en Martinique.


o.^BrhB3 AsET202jticni-lal 16


CULTURE