<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00243
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: February 2, 2012
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00243

Full Text
hebdomadaire d'information communist


Jeudi 03 Mai 2012 92? Annie No 18 Martinique: 2,00 E France: 2,40 DOM: 2,20 E

Tiin.iellgE 2
II I 4


Education:
Le Front commun
"Nous avons atteint
seuil critique"


le


Europe:
La crise financiere ca-
pitaliste n'est pas fine






http://www.iournal-iustice-martinique. com


La Martinique n'oublie pas Thierry Dol

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au Niger dans
la nuit du 15 au 16 septembre 2010, avec quatre autres
Frangais, un Togolais et un Malgache, employes des so-
cietes frangaises Areva et Satom, par la branch d'AI-
Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est soutenu
moralement par toute la Martinique, y compris les mili-
tants communists et leur journal Justice.


Ju 0, Mi2isl nIgsfaVIIcf Ige


8( Mai 1920U)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennabl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel.: 0596 73 14 54


Carburants au ler Mai: Hausse 6u Super, baisse Ougazole et

augaz

$a ka Pasi ................... 2 Les prix des carburants A la pompe au 1 er mai affichent une evolution contrasted
Le Super sans plomb 95 augmente de 1 ct d'euro par litre et passe de 1,62 E en avril
Eito .................. ....p. 3 2012 a 1,63 par litre ;
- Votons Frangois Hollande *Le gazole baisse de 3 cts d'euro par litre et passe 1,34 E en avril 2012 a 1,31 E par
litre ;
Luttef5ocialef .............. /17 *La bouteille de gaz butane de 12,5 kg baisse de 35 centimes et passe de 24,88 E en
- Le Front commun de L'Education avril 2012 a 24,53 E.
- Marine Lacefel a la tEte de Se UNSA
- .rne Lacel a Ia te de Se U Les raisons de ces variations sont indiquees dans le communique prefectoral, A sa-
- Lacenciements dans rh6tellerie voir en rs
voir en resume :
- Personnels municipaux
- Mai: "sanbel pou ripostx -Baisse des course du petrole brut (Brent) de 4,8 %;
-Baisse des course du butane de 1,9 % ;
Eco/Social .................. 8 -Hausse des course du Super de + 2,2 %;
- Nouvelle progression du ch6mage -Baisse des course du gazole de 2,1 % ;
-L6gere baisse des course du dollar par rapport A I'euro de 0,1 %.
Tribune ............... .. 8/9 Retenons notamment I'influence des evenements geopolitiques sur les course : ainsi
- De quoi Sarkozy est-il IE sympt6me P les pourparlers sur le nucleaire iranien pousseraient a I'optimisme et donc a la fin de
I'embargo sur le petrole brut iranien.
Media ..................... A I'inverse, pour expliquer la hausse du Super sans plomb, on constaterait une
- Justlc dans les mddias hausse de la demand aux Etats-Unis, en Asie(Indonesie), en Afrique de l'Ouest(Ni-
geria)et en Amerique latine (Bresil).
Prdidentielle .............. 10/13 II est souligne que les prix des carburants et du gaz en Martinqiue sont inferieurs" en
- Le rive brisd de Claudy Siar moyenne A ceux pratiques en France.
- Un strange appel de Serge LEtchimy
- Declaration du RDM FO#s Europ#ens
- Le vote FN amplified par N.Sarcozy
Le vendredi 20 avril 2012, 22 dossiers ont recu I'aval du comite de pilotage strate-
Eco/Europe .............. .13/1 gique, instance reunissant les presidents du Conseil regional et general, ainsi que le
- La crise financiere n'est pas fine prefet, et chargee de r6partir les fonds europeens. 9,52 ME de fonds europeens ont
ete attributes aux beneficiaires. Parmi les projects retenus, il y a celui de I'Agence pour
Notre Rifion ............. 1/16 la mobility avec I'accompagnement de personnel en recherche d'emploi au travers
- Assises de la FPAC: un succis de la mobility en France ou a I'etranger. Son action vise A repondre aux besoins de
- Braves Regionales I'economie martiniquaise dans des domaines ou I'offre locale de formation n'existe
pas ou est insuffisante. Les travaux d'amenagement des sites de Cap Chevalier et de
Pax le Mone ............ 16/17 Vatable, dans I'objectif de preserver les milieux naturels tout en valorisant I'accueil du
- Intervention trangere en Syrie ? public, ont ete retenus au titre du Feader

AnnocsLiga ...........f.17:19 Th c tw: Petits crimes conjugaux i I'Atrium

Culture ........... .... 20
- Chelchi ka sonji Vendredi 18 et samedi 19 mai a 20h en salle Frantz Fanon: Petits crimes conjugaux
S avec Lea Galva et Rudy Sylaire sur les planches pour une piece mise en scene par
Aurelie Dalmat assistee par Herve Deluge
JusrTICE
Administration & Redaction : Necroloe
Tel. : 05 96 71 86 83
0 9 7 8 8 Nous avons appris le deces de Mme Ramin Laure Felicite, a I'Age de 92 ans. Elle etait
Fax: 05 96 63 13 20 la veuve de I'ancien maire communist de Basse-Pointe, notre camarade Emile
ed.justice@wanadoo.fr Ramin. Ses obseques ont eu lieu le lundi 30 avril 2012.
Son bar a servi pendant de longues annees de lieu de rencontre oi les camarades
et lecteurs de Justice pouvaient recuperer leur journal.
Le Parti Communiste Martinique et le journal Justice presentent a la famille leurs tries
Fondateur:Jules MONNEROT sinceres condoleances et les assurent de toute leur sympathie.
FondateurM: Jules MONNEROT


$A X.4 1PASt





http://www.iournal-iustice-martiniaue. com


Ii


Le same6i 5 mai, votons massiveihent Frangois Holtanbe


pour battre Nicolas Sarkozy

Le second tour de I'election presidentielle, qui aura lieu le
samedi 5 mai en Martinique, revet une importance capital
aussi bien pour le people frangais que pour le people mar-
tiniquais, qui tous deux ont subi et continent de subir les
consequences nefastes de la politique n6oliberale mise en
oeuvre des les premiers jours de son mandate par Nicolas
Sarkozy, le president des riches.
Faisant du mot "rupture"son leitmotiv, et sous le pretexte
de moderniser la France, de I'armer pour faire face aux
defis de la mondialisation, Nicolas Sarkozy s'est appliqu6
A casser les acquis sociaux du people frangais, supprimant
massivement des postes dans la function publique, sacri-
fiant I'6ducation et la sante, accroissant la precarit6 et le
ch6mage, lequel a explos6 au contraire durant son quin-
quennat finissant, tandis que les plus riches s'enrichis-
saient davantage. Certes, on ne peut nier I'impact negatif
de la crise du system capitalist international sur les fi-
nances et l'economie frangaises, mais force est de consta-
ter que Nicolas Sarkozy a choisi, pour des raisons
ideologiques et de classes, de voler aux secours des ban-
quiers coupables, de socialiser leurs dettes en endettant
I'Etat, tout en imposant au people une s6rie de plans de ri-
gueur qui n'ont fait qu'accroitre sa detresse et son deses-
poir. Dans le m6me temps, Sarkozy s'est lanc6 dans une
sordide competition avec le Front national de Marine Le
Pen, sur un fond de xenophobie et d'islamophobie, de rejet
de I'immigr6 "visi6e": arabe et africain surtout.
Le premier tour de I'election a confirmed en parties ce que
les sondages avaient laiss6 entrevoir, A savoir que Fran-
cois Hollande 6tait devant Nicolas Sarkozy et que le score
du candidate du Front de gauche, Jean-Luc Melenchon,
6tait en measure de faire pencher la balance en faveur des
forces du changement au second tour. Les "6ons"r6sultats
enregistres par Marine Le Pen n'ont pas 6t6 vraiment une
surprise, compete tenu de son discours demagogique en di-
rection des victims de la crise, des travailleurs condam-
nes au ch6mage par la politique de Sarkozy et de son
gouvernement, des petites gens a qui elle a savamment
inocule le venin de la peur de I'immigre.
En Martinique, oi le taux de participation a ete de 52,42%,
la droite a ete battue a plate couture, ce qui augure un bon
second tour pour Frangois Hollande, qui d6sormais porte
A la fois les espoirs de ses partisans du premier tour et des
8.600 electeurs ayant vote pour Jean-Luc Melenchon, le
candidate soutenu par le Parti Communiste Martiniquais.
Corrime on peut le constater en regardant la television, la
champagne du second tour s'annonce rude. Nicolas Sar-
kozy, aux abois et conscient de tout ce qu'il va perdre s'il
n'est pas reelu, tente le tout pour le tout, faisant preuve
d'agressivite et de t6nacit6, appelant desesperement le
people a I'aide, s'efforgant par tous les moyens de seduire
les electeurs du Front national, reclamant pour la grande
bourgeoisie le droit de manifester le ler mai, essayant en
vain d'imposer a Frangois Hollande trois face A face tele-


vises et un d6bat sur p
quatre radios, etc. De i
son cMt6, Frangois
Hollande, pursuit
tranquillement son
chemin, gardant son
sang froid, develop-
pant progressive-
ment les grades
lignes de son project
pour la France,
confiant en sa vic-
toire, mais sachant
que rien n'est jou6
d'avance.
En effet, cette elec-
tion peut reserve
des surprises, du fait notamment de I'incertitude qui plane
sur le comportement des millions d'1lecteurs ayant vot6
pour Marine Le Pen. Aussi, chaque vote en faveur de Fran-
gois Hollande sera-t-il pr6cieux. Pour cette raison, le Parti
Communiste Martiniquais lance un appel pressant A tous
ceux qui ont port leurs suffrages sur Jean-Luc Ml6en-
chon, aux nombreux abstentionnistes du premier tour
(47,58% des 6lecteurs martiniquais) pour qu'ils aident le
people frangais A se d6barrasser de Nicolas Sarkozy et A
cr6er les conditions de la mise en place d'une autre poli-
tique, non soumise a la dictature des "marcies", favorable
a la reprise de I'activit6 6conomique, soucieuse de justice
social.
Notre condition de d6partement-colonie, notre mal-d6ve-
loppement, notre ch6mage structure, les discrimination
don't sont victims nos freres et sceurs de 1'6migration, le
sentiment que nous formons une communaut6 distinct du
people frangais, notre appartenance g6ographique au
continent americain: tous ces facteurs expliquent que les
elections dites uran~aies"suscitent moins d'inter&t et de
passion que les elections locales. Et encore : le taux de
participation aux consultations statutaires et institution-
nelles et aux r6gionales a 6t6 inf6rieur A celui de la pr6si-
dentielle...
Et pourtant, le choix du president de la R6publique fran-
gaise est determinant pour notre vie quotidienne et le de-
venir de notre people.

Votons donc massivement pour Frangois Hollande le
5 mai prochain: sans 6tat d'Ame, mais aussi sans illu-
sion naive, car I'avenir de notre pays la Martinique d6-
pend d'abord de notre lutte, de notre volont6 d'agir
dans I'unit6 pour le changement veritable et la Res-
ponsabilite.
M.Belrose


JC r^mji0-Mil21 fficen'18- ag 3 1





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Le Front be commun be L'Eucation :"nous avons atteint le seuit critique"


Mobilises centre le demantelement du system 6ducatif


A I'appel du Front commun de I'6ducation, compose de toutes
les organizations syndicales enseignantes (UNSA Education;
SNETAA; FSU; SMPE-CGTM, CSTM, UGTM Education,
SNES) ainsi que I'UPEM, ils etaient une petite centaine le ven-
dredi 27 avril I la Maison des syndicats mobilis6s centre "Ces
suppressions de postes dans Cacadimie et fes mutations forcess.
Ce Front de I'Education a decide de partir "en risistance"contre
les measures gouvernementales. La cause d'un tel courroux: la
suppression de 204 postes prevue dans I'academie a la ren-
tree prochaine et qui porte le nombre de postes supprimes de-
puis 5 ans A 800. Des suppressions qui ne concernent pas
seulement les enseignants mais aussi les personnel adminis-
tratifs, qui ont perdu plus de 80 postes depuis 2005 et vont subir
encore cette annee une perte de 8 postes. Les syndicats met-
tent en avant les consequences de cette politique de "casse du
systime iducatif qui conduit a une ditdrioration des conditions
d'exercice, [augmentation des effectifs par classes, ['augmenta-
tion desjeunes en ichec et en dicrochage scolaire ainsi que fes mu-
tations forces hors de Martinique des ndo-titulaires et des
stagiaires". Certains syndicats, notammert la CSTM et I'UGTM
Education, denoncent le system de deversement de titulaires
< non originaires ), presented comme une surdotation. Autre
cause relev6e par les syndicats : "un systime iducatifqui nest
pas pense pour repondre auxc besoins de (a Martinique dans son
environnement carib6en ".
"L'heure est grave", a lance la secretaire g6nerale de I'Unsa,
Mireille Jacques, et "historique" pour Jacqueline Petito faisant
allusion A la belle unanimity autour de cette mobilisation.
Certes, la mobilisation n'a pas Bte & la hauteur de I'attaque, es-
time le Front commun de I'Education, mais ce qui compete, c'est
que la bataille a commence. L'entre deux tours de la presiden-
tielle n'est pas stranger 6 cette levee de bouclier des syndicats.
Selon Jocelyn Present, "nous voulons montrer ceuxqui seront
responsa6bes, que ce soit fe nouveau ou fe sortant, que nous sommes
diterminis a nous faire entendre pour que fon puisse mettrefin a
ce dimantilement du systime iducatif en Martinique". Pour ce
responsible syndical, "Depuis 2011 nous avons alert et atteint
fe seui critique. Nous n'avons pas iti suffisamment icoutis et
c'est vraiment le cri du disespoir".
Une manifestation en prelude au 1 er mai que les syndicats veu-


lent voir puissant. Mais au-dela, ii sagil de se battle
tE AI pour arreter cette pol;tique el de revendiquer les
moyens pour une ecole d'excellence. C est Ici que I ac-
tion syndicate dolt rejoindre I action politique
C.B

Frank Cabrera, 6tWegue synbical
bu Lyce Acajou 2
"L ;Cldt7: d' 4C11.1011 11





dre de's sections. S,
on laisse cela passer,
cela voudra dire que






groupies, et ainsi les 6eFves se
retron aura une nette drava pratiques. Ces suppressions e pstes



entrainent une mauvaise quality de Cencadrement et des mauvaises
tion es conditions de travaipoures ves. Ce v encontre e ce que
vail. Par exemple, les




nouves vousections savoirque nos p- eves ruient.
pement durable" on iti re-
Frank Cabrera
groupies, et ainsi les 1ves se
retrouvent d 30 en travauxpratiques. Ces suppressions de poses
entrainent une mauvaise quaitil de fencadrement et des mauvaises
conditions de travailpour les tves. Cela va d rencontre de ce que
nous voulons : a savoir que nos ifeves rdussissent.
La demographie n'e~piique pas ces suppressions de postes au de-
triment de 'enseignement. L 'humain n'est plus au centre, c'est pu-
rement compta6be dans le cadre de (a Rivision Gindrafe des
Politiques Publiques.
Ce sont des decisions de suppressions qui ont ete prises apris les
commissions techniques acadimiques ou les conseis d'administra-
tion. On nous avait annonci queCques suppressions qui n 'affec-
taient pas trop au niveau des effectifs. Apris les vacances, une
autre charrette de suppressions est annoncie; c'est une volonti di-
Cibirie de dimantefer le systime en contournant fes instances. Nous
fe refusons. Cela n'a pas lieu deitre.
Ifest inadmissi6te que Con ouvre de nouvefles sections technolo-
giques avec une reform tres ambitieuse, alors que dans fe mime
temps on nous enCeve des moyens pour encadrer correctement les
ifeves.
Notre combat, c'est la quaidti de 'enseignement et de Cencadre-
ment pour Cavenir desjeunes Martiniquais, qui est enjeu".

C6t6 rectorat, on justifie les suppressions
be postes par La i6mographie
"(De 2000 a 2012, notreAcadimie a vu ses effectifs diminuer de 20
464 deves au totaf(soit -21%, ler et 2nddegrd confondus). A la
rentrie 2012, CfAcadimie de la Martinique verra ses effectifs di-
minuer au minimum de 2 119 eieves par rapport a la pricidente
rentrie scolaire (ler et 2nddegre confondus).
La suppression despostes tient compete pour une largee part de cette


^ i 03. Mai 0,2jiicen 8 ag


[TS OIA iE





http://www.ioural-iustice-martinique.com


chute des effectifs (97 suppressions de postes dans le ler degrepu-
blic et 98 dans Ce 2nddegre)".
Le rectorat note que "Ce nom6re d'heures f'enseignement par rap-
port au nom6re id'Ceves est plus 4Cevi qu'au nationalsaufpour le
colCege oi ifse trouve au mime niveau (en colTge, 1,2 au niveau
acadimique ainsi qu'au national; en LGT, 1,68 centre 1,37 et en
LP 2,41 contre 2,1.2)".
Et par ailleurs, il "rappe/e que les personnel titulaires concerns
par une measure de suppression de poste sont soit affects dans un
autre etabCissement, soit mobilisss pour le rempfacement".
Dans ce cas, que deviennent les contractuels ?

Mireite Jacques SG be la F6beration UNSA E6ucation r6-
pon6 au recteur
"Monsieur le Recteur, nous vous demandons de preserver Cexis-
tant, mais vousfoncez tite 6aissie, centre vents et mares, telCe une
attaque sans merci. C'est normal: vous avez 6esoin de percevoir
votre PFR. Vne Prime defonctions et de rdsuCtats de 20 000 euros.
N'ous comprenons que votre entitement en est a la hauteur, mais


iC ne sera pas sans consi-
quence. Ce sont nos deves, Ces
iquipes pidagogiques et ad-
ministratives, c'est notre
icoCe quipayera un Courdtri-
but. SimpCement, parce que
vous, le reprisentant de
C'Etat, son exicutant, vous
etes bien loin, tris Coin, trop
loin de la rjafitt du terrain.
Ce que vous n'entendez pas,
c'est votre miconnaissance en
profondeurde nos rialitis, en Mireille Jacques
dXpit de votre discours qui se
veut rassurant. Vous ne comprenez pas Ces enjeuxrieCs de la socifat
martiniquaise pour exger ce don't eCCe a besoin, pour son cole, ses
jeunes, et les interlocuteurs que nous sommes.
Le dialogue doit permettre le changement et si rien ne change, c'est
qu'iln'y a pas de dialogue !"


Se Unsa: Marlene Lecefetl a a tete bu synbicat


'"Aujourd'hui, je pense
que le moment est venu
de passer Ce reCais ex-
plique Marie-Michelle
Toussaint qui durant 13
ans a dirig6 le Syndicat
des enseignants. "Je
crois que Ce relais est
bien pris", a-t-elle af-
Sfirm6 lors du 7isme
Congress de Se Uunsa
qui s'est tenu les 25 et
26 avril dernier. La
e nt p nouvelle secr6taire g6-
nerale b6n6ficie de son
arine Lecefe soutien : "e ruitmre
Marl~ne Lecefel
toute ma confiance et
mon affection, mon respect et mon admiration d M9arlne Lecefe:'.
La nouvelle dirigeante, enseignante de 38 ans de Lettres et His-
toire au Lyc6e professionnel de Petit-Manoir, n'est pas une de-
butante dans la lutte syndicate. Figure de proue de la lutte
centre le depart des n6o- titulaires apres le movement de
2009. Une lutte sold6e par leur maintien sur le sol martiniquais
apres une forte mobilisation. Pour elle, pas de quoi se singula-
riser : "c'est simplement Ce hasardquifait qu'unefemme succdde
d unefemme, si c 'etait un homme, on n 'aurait pasfait ha remarque.
Ce n'est pasginant". Elle pense poursuivre le combat qui a 6t6
mend par des g6ndrations de dirigeants. Estimant 6tre g un mo-
ment cl o6 I'6ducation est attaquee, o6 la syndicalisation est
un combat, il ne s'agit pas de baisser la garde mais d'envoyer
un signal fort en direction de la profession et 6galement I'opi-
nion publique. Elle compete "InterpeCCer les enseignants, iCfaut
a6soCument que C'cole se reeve et que Ces enseignants soient
confiants pour se mobiliserpour 'avenir desjeunes Martiniquais.


Ce combat en vaut Ca peine". Parmi les priorit6s de ses actions
imm6diates : "Lutter centre Ces 200 suppressions de postes et Ces
injustices qui minent notre society, et [e combat pour [e maintien
des stagiaires". Marie-Michelle Toussaint met en avant "son a6-
negation, son courage, sa volonti de mener toujours pCus haut le
syndicate et de redorer Ces Cettres de noblesse du syndicaCisme".
Lorsqu'on lui demand si elle est parties pour 10 ans, elle re-
pond "pour Cinstantj'espere etre au moins dcgne de fa confiance
de mes camarades".

Marie-MicheUe Toussaint bresse Le bilan be ses annees
4 Ia t6te bu synbicat SE Unsa
"Cela a eit 13 annies de futte, difficiles. ICafallu reliever un cer-
tain nom6re de defis. Nous n'avons pas cesse d'ftre attaquis par
Ce gouvernement et son ministire. Ifa y eu des suppressions de
postes, iCafallu nous mobiliser a chaquefois. ItafaClu travailler
avec les autres organizations syndicaCes, avec la socite6 civil, nos
ifus. Notamment, Corsqu'iCafaflu defendre CrcoCe en Martinique
et s'opposer aux suppressions de postes. Ce queje retiens aussi,
c 'est la mise en place.dun plan d'action centre la pricarit6 des en-
seignants et des personnel de Ciducation. Le combat centre Cin-
tegration des TOS, on n'a pas toujours ite comprise. On observe que
Cavenir nous a donni raison en ce qui concede 'analyse. Cela a ete
CeformidabCe movement defivrier 2009. Nous avonsfait un 6on
bout de chemin avec le (olCectif u Sfivrier. Lorsque nous avons
travailCCe a revendiation dun plan spcifique de recrutement pour
Ces originaires en Martinique par exempCe, c'itait tout afait dans
Ca Cigne de nos diffirents congres. Dans ia figne de ce que nous
avonsfait depuis 2004 avec la ridaction du plan de Cutte centre la
pricariti des enseignants. Cela a sgnifie etre sur fa brkche pendant
treize ans, tous lesjours. ICfaCCait assumer lafonction; Ce Syndi-


i 191
IN,~~~~ ~ ~ Ie~ a 21 Jtc n 8-Pg


LUTTS OIA I







cat des enseignants est un syndicate qui regroupe les enseignants
de la maternelle au Cycie. 9MVme s'iCy avait a c6te une iquipe tris
forte et soudde; en tant que secritaire ginerate, iffalTait queje sois
en measure de comprendre Ces diffirents dossiers et les porter.
'ai aussi expeimente Ce mifitantisme aufmminin. Ce n 'est pas une
promenade de sant, compete tenu des responsa6itits de cette na-
ture. Je suis arrive a un moment oi etre unefemme dirigeante
n'etait pas une sinecure. Je reconnais qu'iCy a une evolution et Ces
femmes doivent prendre Ceurpart dans cette evolution des menta-
itist".

Un conseil A votre successeure ?
"Le conseiCqueje pourrais donner, ce serait qu'iCfautfoncer et af-
fronter Ces pro6emes, les situations difficiles. Je suisfirre de pas-
ser [a main a unefemme, c'est important. Elle aura le combat a
menerpour la parity. Cee ne sera pasfacile. Les femmes disertent
Ces responsa6iites. ICvafaCCoir convaincre, nous organiserpour
permettre aujfemmes de prendre toute Ceur place de dinrgeantes
dans Ces organizations syndicates".


[^ LUTKTESSrIEw7 I


Hotellerie: Baie u Galion: 25 licenciements annoncis

"C'est reparti de pCus 6elle" selon la CDMT, qui fustige les fer- ..
metures d'h6tels. Apres la vague de fermetures ou d'abandons
de structures h6teli6res, don't celle embl6matique du Kalenda
ou de 'habitation Leyritz, la central report i la bataille centre
cette politique au moment otr les d6cideurs pretendent fire du
tourism le porte drapeau du d6veloppement 6conomique. En
I'occurrence, c'est h6tel de la Baie du Galion & Trinit6 qui est
concern, un etablissement du group Fabre -karibea qui a de-
cid6 de le transformer en residence h6teliere. Consequence, US1 i 0 il
selon le d6legu6 syndical ilie Louisy, "nospatrons ont dicidi de .L. NIu
licencier 25 salaries sur Ces 33". Les dirigeants estiment n'avoir
plus besoin de ce personnel pour leur nouveau project.
C'est le troisieme plan social auquel devront faire face les tra-
vailleurs, 1a "i& passent a la vitesse superieure, on consider cela Apres 18 ans de service, les salaries sont jets A la rue
comme une destruction et non une restructuration", tonne le de-
16gu6 syndical. Le vendredi 26 avril, une delegation s'est ren- prendre forme. Pour les salaries, la mobilisation se met en
due A la Region otl se tenait une r6unidn sur le tourism, afin place, "Ces travailleurs de la Baie du galion entendent mettre tout
d'interpeller les elus sur ce suicide social qui est en train de en aeuvre pour enrayer ce plan", affirme blie Louisy. C.B



Personnels municipaux: Pour conserver tes 200 euros

La CGTM-Soem veut conserver les 200 E acquis lors du mou-
vement de f6vrier 2009. Cette prime de 200 E a 6t6 act6e le 10
mars 2009 pour les agents non titulaires et ceux qui sont en-
dessous de 1.4 SMIC. Selon le syndicate, seules trois munici-
palites ont conserve la prime de 200 E sur la fiche de salaire de
leurs agents. Cette prime a disparu des fiches de paye sans
concertation, d6nonce le syndicate, alors que "lesprixont conti-
nu de croftre et 1a vie est plus chire". Le principal syndicate de la
territorial municipal appelle les agents A se mobiliser a partir
du 4 mai pour contraindre les 31 maires 6 maintenir "cet avan-
tage acquis". II se dit "prit a butter pour conserver cet advantage
qui nous donne un peu de pouvoir d'achat".
La question du pouvoir d'achat au centre de la revendication C.B


IF eMJi, 03MI 21 n' 1-Pae


---


http://www.iournal-iustice-martinique.com
Un regret ?
'ye n'ai pas de regret. If
y a avait terlement de
choses a fire. Le seurre-
gret est que nous
n'ayons pas obtenu sa-
tisfaction sur Ces dossiers
de education aprisfi-
vrier 2009. Ilfaut conti-
nuer [a bataife ".
Desormais Marie-Mi-
chelle Toussaint as- V
sume des
responsabilit6s en tant
que membre du conseil Marie-Mich6lie Toussaint
syndical, de reprbsen-
tante du personnel. Elle, continuera de toutes les manieres la
bataille aux c6t6s de Marl6ne Lecefel
C.B






http://www.iournal-iustice-martinique.com


ler Mai 2012 :"Sanbbl pou riposte"


Une bonne participation des travailleurs malgr le temps de pluie


En cette journee international de lutte des travailleurs, la ma-
jorite des organizations syndicales regroupees sous le mot d'or-
dre de I'intersyndicale "San6ie pou riposti" a decide de faire
cause commune & Fort-de-France. Une seule organisation a
manque & I'appel: Force Ouvriere qui a reuni ses troupes 6 Ri-
viere-Salee. Malgre la pluie qui s'est abattue sur le pays la veille
et le matin du ler Mai, ce sont des centaines de travailleurs
derriere les bannieres syndicales qui ont battu le bitume de
Fort-de-France. Elles ont 6t6 rejointes par les organizations po-
litiques de gauche (PPM, FSM, RDM, PCM, Parti de gauche,
etc.) et I'association 6cologique Assaupamar ou feministe UFM.
Des personnalites politiques etaient presentes. Citons notam-
ment Claude Lise du RDM, Louis-Joseph Manscour de la FSM,
Georges Erichot du PCM, Didier Laguerre du PPM, Alfred
Marie-Jeanne du MIM, Marie-H6elne Leotin du CNCP, Francis
Carole du Palima, Garcin Malsa du Modemas, etc. A signaler
que, pour suivre son mentor Sarkozy, Chantal Maignan (PRM)
etait present avec quelques compares pour parler du "vrai
travai", mais surtout se mettre en evidence par rapport 6 sa
candidature aux 16gislatives au Centre-Atlantique.
Le salaries des differentes secteurs de I'enseignement 6 I'h8-
tellerie en passant par la territorial ou la sant6 ont cri6 haut et
fort pour d6fendre leurs revendications et reclamer plus de jus-
tice social. Avec pres de 50 000 chomeurs & Pl1e emploi, la
question de I'emploi etait en bonne place a cote de la lutte
centre la vie chore. Dans le m6me temps, les suppressions de
postes, les licenciements donnent des inquietudes aux salaries
qui possedent encore un emploi. La crise n'6tait pas absente
avec la montee de la precarit6 de plus en plus grande et la pau-
vrete qui s'accroTt.
Ce premier mai, une bonne frange des travailleurs a demontre
qu'elle est pr6te A se battre, a resister, ne pas attendre sur un
"sauveursuprime"pour que les choses s'ameliorent. En ce sens
c'est un message qu'ont adresse les salaries au prochain pre-
sident de la Republique.
Les militants presents du PCM ont vendu plus de 50 numeros
de Justice et distribute un tract du Parti appelant a "[ever les
obstaclespoitiques" la satisfaction de leurs legitimes revendi-
cations. Ce ler mai se plagait entire les deux tours d'election
presidentielle francaise.
C.B

Nous avons pose la question a quatre dirigeants syndicaux
sur ce qu'ils retiennent de ce ler mai 2012.
Patrick Dore de I'UGTM : "I'unite"


Un chose important, encore une fois I'unit6 des travail-
leurs a triomph6 dans ce premier mai. C'est un premier
i^. mai comme celui l1 "san6fi pou risposter" qui peut nous
S permettre d'avancer, qui montre aujourd'hui le travail ef-
fectuer mais aussi celui a effectuer. Un niveau d'unit6 ren-
force, de fagon que les travailleurs soient capable
d'attaquer les vrais probldmes de la society et d'interpeller
par la force de la mobilisation les v6ritables responsables.
C'est-a-dire la sphere politique d'une maniere g6n6rale a
S quelque niveau que ce soit. Nous devons continue a de-
velopper cette unite, nous sommes sur la bonne voie dans
S les entreprises et aujourd'hui dans ce premier mai".

Ghislaine Joachim Arnaud (CGTM): "Se battre"
"Les travailleurs en Martinique ont manifesto comme les
travailleurs du monde entier pour exprimer leurs revendi-
cations, leurs souffrances. Ils ont dit que face a la vie
ch6re, il faut augmenter les salaires, les allocations, les pen-
sions, dire non au ch6mage, aux licenciements, que la Poste,
la Sante, I'Education, des services public qui rentrent au quoti-
dien de la population, ne doivent pas etre d6mantel6s. Les tra-
vailleurs ont eu raison de descendre dans la rue pour le dire et
I'exprimer.
Pour arracher ces revendications, il faudra redescendre dans la
rue aprds le ler mai, le temps qu'il faudra ceci en function de
I'etat d'esprit de la volonte des travailleurs. Pour que les choses
changent, que leur vie s'ameliorent que leurs conditions de tra-
vail soient differentes, il faudra se battre quelque soit le pr6si-
dent de la Republique qui sortira des urnes le 6 mai"

Leon Bertide (K5F) :"Preparer la riposte"
"C'etait int6ressant! Je suis personnellement assez satisfait de
la mobilisation des gens. Certes, La pluie nous a genes, car si
on se base sur ce que les travailleurs nous disaient avant le
premier, on aurait eu une mobilisation massive. II y a tant de
sujets de rancceur, de mecontentement dans les entreprises,
dans les branches du priv6 ou du public, il y a matiere a mobi-
lisation. C'est vrai que lorsqu'on regarded les gens qui se sont
mobilis6s, ils 6taient tres determines dans leurs mots d'ordre,
leurs chants et meme dans leur degaine meme dans le d6fil6.
C'est un bon test pour les luttes a venir. II y en qui ne sont pas
terminees et vont se poursuivre comme dans la sant6 ou I'6du-
cation, et d'autres viendront. La situation est difficile, la crise
s'approfondit et les travailleurs n'ont pas d'autre issue au-
jourd'hui que de se battre et preparer la riposte".

Yolbne Toussaint (CGTM-FSM): "I'emploi des jeunes"
"Je regrette que les travailleurs ne se soient pas plus mobilis6s
en ce jour, car s'ils 6taient au travail, pMie ou pas, ils s'y se-
raient rendus. II y a un manque de militantisme. Malgre tout, il
y a des travailleurs dans la rue qui continent a dire non B la po-
litique mise en place II 6tait important pour nous de reclamer
du travail pour lesjeunes. Ne pas les laisser B la drive sous les
manguiers, on a I'impression que les politiques se contentent
de cette situation, car il ne suffit de donner des allocations et de
dire tais-toi
La situation me semble grave, il ne faudra pas attendre long-
temps. II y aura un moment, il y aura une revolte dans le pays
et on deviendra comme a Chicago. On est entrain de partir !
Volo. C'est un suicide collectif. II est important de rassembler et
de dire non a cette autodestruction".


F'^ f f 0Ma21 n'vn I8- Page L


~P~......-.,:.:::~


LUTTSSO






http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


Mars 2012: NouveUe progression )u chmage

PrOs be 50 000 chomeurs reels en Martinique


Selon un communique emanant de la Prefecture (DIECCTE et
P61e emploi Martinique), A fin mars 2012 le nombre de deman-
deurs d'emploi de cat6gorie A (n'ayant pas travaill6 du tout)
s'6tablit a 42 387 en Martinique. Soit + 0,5 % par rapport A f6-
vrier 2012 (+ 207). Et il est en hausse de 2,5 % sur un an. An-
nongant I'information, B6atrice Vandevoorde sur RCI a ajout6
que cette variation est inferieure A celle de la France en mars
2012 qui est de + 7 % en un an. Lair de minimiser le nombre
de ch6meurs en Martinique.
La r6alit6 c'est que avec ce chiffre on est A 25 % de la popula-
tion active au chomage et surtout que depuis 2007 oO le nom-
bre ch6meurs de cat6gorie A 6tait de 34 463, il a augmented de
22,9 %.
Le nombre de demandeurs d'emplois cat6gorieA,B et C, c'est-
A-dire la totality des demandeurs d'emploi inscrits a P61e emploi
(sans emploi du tout ou avec une activity r6duite) s'6tablit a 49
696 en mars 2012, soit une augmentation de 1,1 % en un mois
(+ 560) et de 3,2 % en un an. Retenons que le nombre de cho-
meurs reel approche les 50 000. A signaler que le nombre de


demandeurs d'emploi de cat6gorie A de 50 ans et plus s'accroft
de 1,9 % (+9,9 % sur un an).Le nombre de demandeurs d'em-
ploi A,B,C de moins de 25 ans s'il s'accroit de3 % en mars, il re-
cule legerement 0,5 % en un an.
La dur6e du chomage s'accroTt : le nombre de demandeurs
d'emploi inscrits A Pl1e emploi en categorie A, B, C depuis un
an ou plus diminue de 0,3 % au mois de mars 2012 mais s'ac-
croTt de +7,6 % sur un an. Enfin, encore plus inquietant: les of-
fres d'emploi collect6es par pOle emploi diirinuent en
Martinique au course des trois derniers mois de 34,1 % par rap-
port aux trois mois precedents. De meme le nombres d'offres
d'emploi durables (6 mois ou plus) est aussi en baisse de 39 %
et celui des offres d'emploi non durables (moins de 6 mois) de
28,7 % Les entrees A Pl1e emploi en categories A,B et C pro-
gressent en Martinique, au course des trois derniers mois, de
3,3 % par rapport aux trois mois pr6ecdents. Les sorties, quant
A elles, progressent seulement de 0,2 %.
Ou sont les 5 000 creations d'emplois ?
M.B


De quoi Sarkozy est-il te symptome ? breve reftexion sur un systIme


Nous avons reGu de notre ami Andre Lucrece un texte re-
marquable analysant le Sarkozysme. Nous avons e6t
contraints d'en tirer les extraits ci-apres.
Le sarkozysme est souvent present comme une ideologie ba-
nale, sans coherence, sans racine historique. II serait au fond
un "machin" politique d6sordonn6, un peu A I'image de son
concepteur, marque par une agitation frenetique et une surex-
citation don't on peut mesurer les tics nerveux et les convulsions
au quotidien en legardant dire et faire son auteur.
Une telle lecture, don't on peut comprendre qu'elle soit journa-
listique, me paraTt notoirement insuffisante, d'autant que le mo-
ment pr6sidentiel en France produit dans la cristallisation a la
fois des paroles et des actes tries r6evlateurs des ideologies qui
s'affrontent. Ce serait une erreur que de sous-estimer le sar-
kozysme, qui n'est pas seulement le fait de celui qui lui donne
nom, mais 6galement d'ideologues qui ne sont pas n'importe
qui. Je veux parler d'Henri Guaino, la plume de Sarkozy et A
ce titre co-auteur des discours de Grenoble, (meme si son chef
de cabinet, Cedric Goubet, et Maxime Tandonnet son conseil-
ler sur les questions d'immigration y ont contribu6) et de Dakar
- et d'autre part du principal conseiller, symboliquement installed
A I'Elys6e, le d6nomm6 Patrick Buisson, historien de I'OAS, an-
cien directeur d'un vieux journal d'extreme droite, la tristement
c6elbre publication, connue pour sa disinformation et sa haine
de I'6tranger, denommee "Minute".
De quoi done le sarkozysme, comme system, est-il le symp-
tOme ?

Le sarkozysme est antihumanisme
Depuis mon plus jeune age, j'ai ete nourri par I'humanisme de
mes deux grands-p6res, tous deux directeurs d'ecole, puis, a
I'age de la'reflexion philosophique, j'ai lu Jean-Paul Sartre,
L'existentialisme est un bumanisme, un classique qui nous 6tait
recommand6 comme livre de chevet. Et en m6me temps Ce-
saire qui nous disait dans Le Cahier..., cette chose simple et


enorme A la fois : "...je serais un homme-juif un homme-cafre, un
homme-hindou-de-Calcutta, un homme-de-larlem-qui-ne-vote-
pas" Et cette chose simple m'est rest6e et me permet de dis-
tinguer aujourd'hui le premier qui vient remettre en cause cette
chose simple que I'Europe, elle-meme, a appele "humanisme"
et qu'elle n'a pas toujours respectee.
Et voila qu'un homme aujourd'hui, dans son discours de Gre-
noble, un homme et son system, le sarkozysme, vient jeter en
pature au people frangais les Roms, au point d'etre rappel6 6
I'ordre par le pape BenoTt XVI soi-meme qui indique, au cas oO
le president francais I'aurait oublie, que le catholicisme est un
humanisme, qu'aucune population, aucun people ne saurait
6tre stigmatis6 et que le principle de "l'accueildes hommes de
toutes origins" est sacr6(...). (...) Alors des gens posent la
question essentielle en forme de bilan du sarkozysme. "Peut-on
se resigner aufait qu'un habitant sur dk soit durablement prive
des biens essenties: fogement, travail alimentation, soins, hospi-
talit6". Oui, hospitality, ce mot que Sarkozy ne connait que
lorsqu'il accueille les riches, ses amis.

Le sarkozysme est une pratique d6complexee
et cynique du mensonge
Je ne m'attarderai pas sur le premier mensonge ideologique
qui nous concern : "Ces 6ienfaits de la colonisation". Cesaire y
a r6pondu en son temps, refusant de recevoir I'auteur de cette
abomination. Et les intellectuals africains, que I'on invitait dans
le discours de Dakar & entrer dans I'histoire, ont 6crit sous la di-
rection d'Adame Ba Konare un livre au titre eloquent: Petit pre-
cis de remise A niveau sur I'histoire africaine A I'usage du
president Sarkozy. Je m'en tiens IA, et pourtant il y aurait tant
de choses a dire.
Prenons alors quelques examples r6cents apparus pendant la
champagne. Pour commencer, trois ou quatre mensonges de


V :I ,fir, :ri l


[I^^ E oIA ,


a TizIIIUNE





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Sarkozy soi-mme : "La France est le seulpays daEurope, vous
m'entendez ? fe seul, y'en a pas fdautres ofi Ie pouvoir d'achat a
progress chaque annie durant (a cruise Cette assertion est
fausse sur toute la ligne et d6mentie par divers observatoires
qui montrent que nombre de pays de I'OCDE, don't beaucoup
sont en Europe, ont vu leur pouvoir d'achat progresser, et cela
chaque ann6e. De plus, selon I'lnsee, le pouvoir d'achat par
unit de consommation stagne en France depuis 2008(...).

(...) Le sarkozysme pr6ne la saturation de I'espace
m6diatique
Afin de faire passer tous ces mensonges, le'sarkozysme a ela-
bore une strat6gie de saturation de I'espace m6diatique liee
d'une part A I'hyperactivit6 de son chef, mais egalement t une
adaptation circonstancide aux nouveaux media.
"Vne idee parjour" est le concept que le candidate a tent6 de
promouvoir afin de masquer son bilan catastrophique. Mais ce
que le sarkozysme entend par "idee" est une assertion qui va
des attaques violentes souvent ad hominem a des contrev6ri-
tes concernant les propositions de I'adversaire. A cela s'ajoutent
des encheres don't on se demand ce qu'elles viennent faire
dans un d6bat pr6sidentiel qui consistent A verser les retraites
le ler du mois au lieu du 8 ou d'enseigner le code a I'6cole
s'agissant du permis de conduire.
Cela passe 6galement, lorsqu'une information est au d6savan-
tage du sortant, par la manipulation de I'opinion. C'est ainsi
qu'apres "Ca 6aisse tendancielfe de 1a hausse du ch6mage"qui ca-
chait la hausse continue du nombre de ch6meurs vers les 10%,


on a eu droit A une dette "qui augmente moins vite", quand en
r6alit6 la dette publique a continue d'augmenter sous Sarkozy
pour atteindre 85,8 % du PIB en 2011 centre 82,3 % en
2010 (...)

(...) Le sarkozysme a introduit la vulgarity
au sommet de I'Etat
La vulgarity n'est pas seulement une question de language. C'est
tout ce qui, par le language et par les actes, par le manque de
distinction, par I'absence de delicatesse et par le d6faut de
biens6ance, choque. Un tel abaissement va '1'encontre de la
r6publique exemplaire.La vulgarity n'est pas seulement le fait
de s'exprimer ainsi en public : "Casse-toi, pauvre con". C'est
aussi I'ignorance du sens de la measure, telle qu'au Fouquet's,
c'est le culte indecent de I'argent, c'est I'obstination A placer
son fils un 6tudiant mediocre envers et centre tout a la tete
d'un 6tablissement public(...),
(...) En r6alit6 et en conclusion, I'extr6me droitisation de Sar-
kozy n'est que la reconnaissance tardive de sa veritable place,
et sa consanguinite avec son conseiller Buisson la chose la
plus naturelle qui soit pour un avatar d'extreme-droite. N'ou-
blions jamais la volont6 populiste du sarkozysme de s'adres-
ser directement au people, ne banalisons pas cette tres
inqui6tante obsession d'6liminer les corps interm6diaires qui
font vivre une soci6t6 civil, essentielle a la vie d'un people, et
appr6tons-nous, si telle est la volont6 populaire, 6 vivre le 6 mai
la delicieuse apr6s-midi d'un foehn, renforc6 par les aliz6s,
chassant I'indignite...
Andre LUCRECE, Ecrivain, Docteur en sociologie


Justice bans tes me6ias: Au carrefour be la presibentietle frangaise
Le troisieme numero de 'remission Le Kiosque Economie de M.Laouchez il s'agit du retour de la reconnaissance de la ne-
Zouk TV anim6e par G6rard Dorwling-Carter a eu lieu vendredi cessit6 d'un certain niveau de protection 6conomique pour lut-
27 avril. II a mis en presence, outre notre r6dacteur en chef Mi- ter centre les effects de la mondialisation sauvage sur I'emploi.
chel Branchi, Maurice Laouchez, ex-Directeur de banque et au- Pour Eddie Marajo, s'appuyant sur des travaux des Nations-
teur d'une chronique hebdomadaire sur radio Canal Antilles et Unies, cela est vain car I'Europe a besoin de la main d'oeuvre
Eddie Marajo d'Open Soft System. Parmi les nombreux sujets ext6rieure pour sa croissance. Plusieurs sujets prevus n'ont pu
6voques, signalons I'exemple de I'lslande, petit pays de 320 6tre traits faute de temps : les propositions des 6conomistes
000 habitants, qui a refuse6de payer la dette et a poursuivi ses "atterres", le s6rieux du chiffrage des programmes des candi-
dirigeants responsables de la mauvaise gestion du pays. Mi- dats, etc. La question du recul agricole en Martinique a 6et ef-
chel Branchi y a vu un example de la revolutionn 'ctoyenne"pre- fleuree. Elle a 6t6 exposee dans Justice (n" 15 du 12/04/2012).
conis6e par Jean-Luc Melenchon. Autre sujet: le "vrai travail" Au rendez-vous de'la press sur.Martinique Premi6re le samedi
invoqu6 par Nicolas Sarkozy. II est I'auteur du "vrai cf6mage"a 28 avril mettant en presence sous la houlette de Bertrand Ca-
r6pondu la gauche frangaise. En reality, il s'agit du travail sans ruge, Gabriel Gallion de France-Antilles, Daniel Comp6re du
les protections sociales auquel rave la droite de toujours. Mau- Progressiste, Francette Rosamond de Inter-Entreprises et
rice Laouchez s'est plaint de la lourdeur du Code de travail fran- Michel Branchi de Justice, les principaux sujets abordes furent
gais. Ont 6te abondamment comments les recent propose du les mobilisations syndicales dans le secteur de la Sant6
president de la Banque Centrale Europeenne Mario Draghi pro- (contractuels) et dans I'Education (suppression de 200 postes
posant 6 la fois un "pacte de croissance europien"et des reformss a la rentree2012) et les resultats du premitour de I'election
pr6sidentielle. Pour notre r6dacteur en chef la situation dans la
structurefles". En fait, c'est un debut de reconnaissance par les sante et 1'6ducation montre que les solutions sont politiques et
autorit6s europeennes que les politiques d'aust6rite budg6taire r6sultent de decisions prises par le gouvernement francais. La
ne peuvent regler le probl6me de la dette mais diminuent les re- le syndical rejoint le politique, a-t-il 6te releve. S'agissant des r6-
cettes fiscales, 'enfoncent des pays comme I'Espagne, par sultats du premier tour de I'6lection pr6sidentielle, fut mise en
example, dans la recession et le ch6mage massif fragilisant le exergue unanimement la perc6e du Front national en France
syst6me bancaire avec un risque de contagion a la France et a (17 ;8 % des voix) etaussi en Martinique (doublement des voix
I'Europe entire. Cependant I'exigence de "reformes structu- avec presque 7 000 voix). Accord se fit pour en situer les rai-
relles"sur le march du travail exprimee par le president de la sons principalement au plan social. Pour Michel Branchi, rap-
BCE signifie I'accentuation de la flexibility du travail et done I'ac- plant I'exemple funeste des annees 1930 en Europe, il faut
croissement de la precarit6 et done la baisse des revenues et de changer radicalement de politique et rompre avec le'lib6ralisme
la demand et la recession. Cercle vicieux connu. capitalist qui est A I'origine de la crise historique que nous vi-
Al,lr ,.^ n rrr .;t A. In nln.;r 1- ;,I. ,,-I I,- nrir .,,-v-,,, n,-t-in,,, nl,. vons.


Autre spjet a or : a question e e a pr r
et/ou de la pr6f6rence communautaire. Pour M.Branchi et


-~ ,. 'I.1~~m~,~~4a


A.G


r iisNI





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Le reve brise B'assimilation be Clauiy Siar


Claudy Siar est "(Dieigui Inter-
ministiriefld 'galiti des chances
pour es Franais d'Outre-mer"du
gouvernement Sarkozy-Fillon. II
a succ6de6 ce post il y a un an
au tres m6diatique Patrick
Karam qui a fait sa reputation &
la tate du Collectif-Dom avec la
S revendication de la baisse du
billet d'avion DOM-France. II
s'est heurt6 aux monopolies ae-
riens. Claudy Siar a 6et anima-
teur vedette de radio et
audy Siar doue qe galit television et dans le show-biz. II
Claudy Siar d~couvre que l'6galitd
en droits recouvre les discrimination a un label assimilationniste bon
teint. Sans jeu de mots.
II a declare la semaine derni6re : "Definitivement les regions
f Outre-mersont peu considiries voire miprisies. Ne seraient-elles
dans res imaginaires de beaucoup de nos compatriots et dans fes
faits, que fes "confettis de cancien empire coloniaffranFais" ?
Ilest temps que la sociitifranfaise change Ilest urgent que fes
traitements inffgs aux originaires dOutre-mer et a feurs terres
cessent La responsa6iiti dune teffe situation est partagie par
ensemble de la classes dirigeante de notre pays. Tous fespartispo-
ltiques qui ont iti au pouvoirportent d es responsabilitis de la mar-
ginaisation de ces territoires qui ont connu fesclavage et la
colonisation. fMalgri es nom6reuses avancies depuis 2007, Fes dis-
paritis perdurent.
Ye suis D6Figue i interministirielpour [igaiti des chances des Fran-
fais dfOutre-merdepuis un an et, depuis un an,je constate, a tous
Fes niveauxde ha sociti, fe manque de volonti aigaliti entire tous
fes Franfais.
Disormais la France doit itre claire envers fes populations feOu-
tre-mer. Sont-elfesfranfaises ou ne bineficient-efes que des miettes
de la "Francite" ? Si ces regions continent de subir cet ostracisme,
nous devrons tous en tirer fes consequences.
L 'Outre-merpourra alors figitimement se poser la question fune
ivofution statutaire bien plus important que ceffe o6tenue par [a
[Martinique et Fa guyane(..)".


Un strange Appel a voter Franmois

Nous avons regu un '.ApeCde Serge Letlimy voter Francois
-i ola ed'date du 26 avril qui est en grande parties un plai-
doyer pro-domo pour I'actuelle politique du n6o-PPM.

Serge Letchimy se felicite d'abord des r6sultats obtenus par
Frangois Hollande au premier-tour en Martinique en s'en attri-
buant g deri-mot la paternity : "Lors du premier tour des sections
prisidentieflesfranfaises,je vous ai appelfis a porter vos suffrages
sur Franfois lofflnde Les risultats sont au-feld de tout espoir",
d6clare-t-il fitrement.
Ensuite il campe le choix du 26me tour avec un language anti-
capitaliste digne de Jean-Luc Melenchon. II explique : "Devant


Qu'est ce qui a provoque une telle colere au point d'amener
Claudy Siar a envisager I'autonomie voire I'ind6pendance des
pays de ce qu'on appelle I'Outre-mer ?
II a constate, A I'occasion de I'election presidentielle et de sa
couverture mediatique, ce qu'il appelle "Ie dini de Coutre-mer".
Les pays d'Outre-mer n'existent pas pour les medias francais.
Et pourtant, rappelle-t-il, le 19 mars 2012 marquait le 666me
anniversaire de la departementalisation pour les anciennes co-
lonies de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane et de
I'lle de la Reunion. II constate pourtant la persistence "diniga-
itis de traitement envers COutre-mer". II cite dix examples : la te-
lephonie mobile, les billets d'avion, le ch6mage chez les jeunes
largement superieur a la moyenne francaise et don'tt personnel
nefait itat", les cheques hors place, la drepanocytose, les cau-
tions, les medias, le passport, la Poste, la politique familiale.
II deplore I'absence de situation identique dans I'Outre-mer et
en France. Dans certain cas, cela est impossible et result de
la geographie (Internet, telephone mobile, etc) et il y a une part
d'illusion dans cette quete d'assimilation integrale. Sur la dite
continuityi territoriaae", la comparison avec la Corse se heurte
a une question de credits d'Etat et de coOt. Le concept m6me
de continuityi territorial" est assimilationniste, comme si on
pouvait gommer la distance et aussi quelque part I'histoire.
Amarrer les DOM a la France quelque part pros de I'lle de Noir-
moutier ? II denonce a just titre "la violence de la vie chlire"qui
pauperise nos populations et il announce que "la coCeregronde".
D'origine guadeloupeenne, elev6 en France, bien introduit dans
la micro-societe mediatique des blacks de France, Claudy Siar
represente bien une parties de nos compatriotes qui ont cru 6tre
les egaux des Frangais et qui decouvrent qu'il sont different
malgre leur carte d'identite francaise. Dur, dur.
C'est la fin du reve de I'assimilation, le bout du chemin de I'in-
tegration et le debut (peut-6tre ?) des chemins d'identite don't
parlait notre regretted Rene Menil. D'autres risquent de faire le
meme constat.
En tous cas, il est strange que ce cri de colere soit pousse entire
les deux tours de I'election presidentielle, I'air de dire : "Man
pas te adan !". II faut continue a se battre centre les discrimi-
nations injustifiees don't sont victims nos compatriotes en
France sans susciter chez eux d'illusion sur leur identity reelle.
Michel Branchi



Hollanae ie Serge Letchimy

nous, maintenant, s'ouvrent deuwperspectives:
dun cdte, incarn par fe gouvernement actuel, un systime capi-
taliste a 6out de souffle quiprivifegie la maximisation des profits
au detriment de la dignity humane, qui accentue fes inigaitis so-
ciales par sa logique d'enrichissement demesure des uns sur fap-
pauvrissement et Ce surendettement systimatiques des autres.
de fautre, fe choixkdune iconomie social, solidaire, respectueuse
de fenvironnement. Vne iconomie dans faquefCe ['Humain s'im-
pose aux arrogances bancaires et aux speculations sauvages des
march financiers.
Avec Francois Hoflande, nous retenons fe souci d'un monde de to-


^^wyV FSSE .SS 'ISSESS I^


P l S Io #^ ^





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Cirance, de solidarity, de partage des richesses et du respect de fau-
tre dans ses differences, ses traditions, ses mimoires, sa cuCture,
son intimiti et sa dignity hiumaine". A croire qu'avec Frangois
Hollande on va passer au Socialisme. C'est presque le pro-
gramme du Front de gauche "L 'Humain d'aord'. II est vrai que
son proche conseiller Patrick Chamoiseau appele a voter Jean-
Luc Melenchon en France et le conseille ici alors qu'il vote
Francois Hollande. On ne met pas ses oeufs dans le meme pa-
nier, n'est-ce-pas ? La v6rit6, c'est que le programme de Fran-
gois Hollande, malgr6 quelques avancees, n'est pas un
programme de rupture avec la politique neo-lib6rale.
S'agissant de la Martinique, le president du n6o-PPM d6crit
ainsi la situation :
"Ce combat, nous devons Ie mener collectivement, partout dans le
monde, et ici, en [Martinique, encore davantage. 5Nulne peut se sa-
tisfaire de Cinsoutenafbe:
- 1 martiniquais sur 5 vit en dessous du seuilde pauvrete
- un tauxde chimage effarant (62, 4%) qui detruit notrejeunesse.
-Drogue et violence marginalisent etfont des ravages
- une economie qui se nourrit des fClude containers, des taxes dim-
portation et de transferts sociauxl".
On croyait, vu les arguments d6velopp6s lors des campagnes
sur le 74 et les r6gionales de 2010, puis les cantonales et s6-
natoriales de 2011, qu'Alfred Marie-Jeanne et Claude Lise, les
presidents du Conseil regional et du Conseil general, 6taient
les responsables de ces maux r6currents et que le pouvoir cen-
tral occupy par la droite sarkozyste en 6tait absous. La Marti-
nique, a les entendre lui et ses soutiens 6 I'epoque, avec la
decentralisation-r6gionalisation b6n6ficiait d'une quasi-autono-
mie. Au point de promettre une reliance 6conomique et 5 000
creations d'emploi avec la Region toute seule.
Le president du Conseil regional pursuit son strange '"AppeC'
de la sorte : "C'est intolera6le, nous avons entrepris, a [a region
[Martinique, de le (ndlr : "Tinsoutena6be') combattre par une Io-
gique qui dcserte [s guichets et qui s'instalfe risolument dans la re-
lance de (a production focale, fautonomie de pensie, Cautoriti de
conception, 'innovation, Cardeur dune responsa6iiite collective,
quifavorise Ca responsa6iCite de chacun.
)ne dimarche deprojets". Voila pour la defense et illustration de
I'actuelle politique r6gionale don't on attend toujours les retom-
bees concretes.
Et Serge Letchimy present un curieux argument : "fous
n'avons rien a demander, ni a quemander a Francois Hfolfande,
seulement Ce conforter dans Ce combat qu'ifmne. Rien a exiger,
sinon qu'il russisse et que cette riussite nous accompagne dans


Serge Letchimy ne demand plus de revision constitutionnelle a FranCois Holland

notre voConte dune Martinique nouvelle". Et la demand d'une
revision constitutionnelle reconnaissant le people martiniquais
et un droit a I'autonomie pr6sent6e au Parc Floral le 15 janvier
2012 face & Francois Hollande (cf Justice n 5 du 2/02/2012)
? Elle est d6ja passe & la trappe avant meme I'6ventuelle elec-
tion du candidate socialist. Comme cela, si Francois Hollande
ne revise pas la Constitution pour permettre I'autonomie, on
pourra dire que I'on n'a rien demanded.
Et qu'est-ce done cette "Martinique nouvefe"'qui ne demand
ni ne quemande rien ?
Serge Letchimy embouche les trompettes du lyrisme : "Vne
Martinique travailleuse, productive, innovante, rice de son as-
sise cari6tenne, ouverte surson berceau amiricain, et ne renoncant
a aucune de ses soCidaritis avec Ca France, avec CEurope, avec
CAfriique ou avec flnde, et tous Ces peuples du monde.
Une Martinique active, volontaire, digne et responsable !
Vne Martinique rice de son droit d [a difference et a Cinitiative,
qui ne remet pas en cause C'igalite des droits". Que peut 6tre une
Martinique "digne et responsa6be" sans I'exigence d'un vrai pou-
voir martiniquais ? Demander, revendiquer, ce n'est pas qu6-
mander.
Le PCM appelle 6 voter Frangois Hollande "en toute luciditi".
Pour avancer, il faudra se battre. Peut-6tre dans de meilleures
conditions dans le domaine social avec Frangois Hollande pre-
sident de la R6publique francaise. Pour le reste, au plan insti-
tutionnel et statutaire : a voir. Surtout si le n6o-PPM rend les
armes d'avance.
Antoine Gilles


RDM: Plus large mobilisation pour l'6tection be Francois HoUlanaem


Declaration du RDM (Extraits)
Le Rassemblement Democratique pour la Martinique a enre-
gistr6 avec satisfaction le choix fait par les Martiniquais de pla-
cer tres nettement Frangois HOLLANDE en tate de leurs
suffrages au ler tour de I'election pr6sidentielle
(...)Au 26me tour, le Rassemblement D6mocratique pour la
Martinique appelle les Martiniquaises et les Martiniquais a am-
plifier la volont6 qu'ils ont majoritairement exprim6e en faveur
d'un changement de politique. Le RDM approve les grandes
orientations du programme de Frangois HOLLANDE tendant
notamment A une veritable reliance 6conomique, A une reduc-
tion des inegalit6s sociales, a une r6forme de la fiscalit6, a une


plus just repartition des moyens accords aux collectivit6s lo-
cales et a une r6elle prise en compete des besoins et des at-
tentes de la jeunesse
(....)Notre parti prend, par ailleurs, acte de I'attention'que Fran-
cois Hollande est pret 6 accorder aux propositions que'le RDM
pourra formuler dans I'int6ret de la Martinique et des outre-mer
; A ce titre, notre parti est 6videmment decide 6 faire valoir ses
positions, notamment sur tout ce qui touche aux conditions a
remplir pour un veritable d6veloppement durable et pour que
la future collectivit6 unique soit un authentique instrument de-
mocratique au service de ce d6veloppement. (...)
(1) Le titre est de la Redaction


z hr 03 Mai 20i72i n18-PLg


W__


r )PIUSIENTIELL





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Le vote Front national amplified par La politique be Nicolas Sarkozy


Le Marine Le Pen : souvent I'expression de la colere
des victims de la crise capitalist
Les resultats du premier tour de la presidentielle font ap-
paraitre une poussee de I'extreme droite. Arrivee en 3e po-
sition, sa candidate a recueilli au total plus de 6,4 millions
de voix, soit 17,80% des suffrages exprim6s. Le meme phe-
nomene a ete constate dans tous les pays d'outremer. En
Martinique, Marine Le Pen a double le nombre de voix du
Front national (4,76 % en 3012 centre 2,11 % en 2007).

Le vote FN: Entre abhesion et r#volte
Beaucoup ont cherche savoir pourquoi un si grand nombre
d'electeurs avaient glisse un bulletin Le Pen dans I'urne.
L'equation est certes complex. Mais, les principals motiva-
tions du comportement de I'electorat frontiste ont ete identifiees.
Car, il faut bien le reconnaTtre, les drapeaux tricolores furieu-
sement agites lors des meetings de ce parti ne sont pas des
symbols de "[i6erti, 6gaite, fraternity", devise de la R6pu-
blique francaise, mais ceux de I'affirmation d'une pretendue
identity6 nationaCe" qu'il faudrait proteger face A de pseudo
hordes d'immigrants qui menaceraient les fondements memes
de la civilisation occidentale et chretienne don't les frontistes se
sont declares protecteurs. Un argument qui trouve un large
echo notamment chez les personnel agees et dans I'electorat
catholique plut8t conservateurs, et tres attaches aux valeurs
traditionnelles.
C'est d'abord cette categorie de la population que le Front na-
tional a seduite par ses messages outranciers sur I'immigra-
tion, avec en ligne de mire les Roms, denonces aussi par
Nicolas Sarkozy lors de son fameux discours de Grenoble en
2010. Mais c'est surtout la peur de I'lslam qui constitute I'un des
principaux fonds de commerce du FN. Pour I'extr6me droite,
les pratiques religieuses ou societales de cette religion justifient
la theorie du choc ou du conflict des civilisations tant exploited par
ses partisans. Les faux debats imposes durant la champagne
par Marine Le Pen sur la question de la viande Hallal, la pole-
mique relancee autour du port du voile sont des signes tangi-
bles de la permeabilite d'une large parties de la society frangaise
a ces arguments 6 forte connotation identitaire.
D'autant que, dans cette society si fragilisee par la crise capi-
taliste, minee par le ch6mage des ouvriers et don't les classes
moyennes sont obsedees par le declassement social, la tenta-
tion de transformer I'etranger en bouc emissaire est tres forte.
Pas etonnant done que nombre de ceux-ci qui s'etaient laisses
seduire en 2007 par "re travaifferpluspourgagnerpluis"de Sar-
kozy se soient tournes vers le FN.
Outre les regions de I'Est et du Nord ravagees par la desin-


dustrialisation et par le ch6mage, la poussee de Marine Le Pen
a 6te aussi enregistree dans les zones rurales don't les popu-
lations sont aujourd'hui acculees a la pauvrete 6 cause de la
dereglementation des marches agricoles imposee par la mon-
dialisation et qui se sentent abandonnees par I'Etat. Ils vivent
tres mal la disparition des services publics impose par la ri-
gueur budgetaire.

Le Front national: un grossier amalgame iaoologique.
La tactique de Marine Le Pen fondamentalement populiste,
n'est pas tres different de celle d'Hitler qui, en1933, avait
convaincu les Allemands que leurs malheurs venaient princi-
palement des Juifs et de la finance capitalist qui s'6taient ac-
capares des richesses de leur pays. On connait la suite.
Pour la candidate du FN, dans la France de 2012, ce sont les
immigres qui s'emparent du travail des "vraisfrancais", detour-
nent les aides sociales et sont les responsables du deficit de la
Security social. N'est-elle pas all6e jusqu'6 affirmer que la re-
duction de 95% des flux d'immigration permettrait une econo-
mie de 38 milliards d'euros de prestations sociales, qu'il y aurait
plus de 10 millions de fausses cartes vitales en circulation en
France ? Ce que dementent formellement les autorites. Mais
chacun sait que plus le mensonge est gros, plus il est cru, no-
tamment par ceux qui vivent dans I'angoisse des lendemains
difficiles.
Le message de Marine Le Pen paraTt d'autant plus credible aux
yeux de nombreux Francais que ses analyses sur les causes
de la crise, et notamment les ravages de la mondialisation ca-
pitaliste, et sur la dictature des marches financiers rejoignent
en parties et dans les mots celles du Front de gauche. Mais peu
imported pour ses partisans la credibility des solutions qu'elle
propose. Celle de former herm6tiquement les frontieres pour
se proteger de I'immigration n'est qu'un leurre. Tout comme la
sortie de I'euro, pas aussi facile a faire qu'a dire. Celle de cas-
ser "Ce system" vise moins I'ultraliberalisme, le patronat et le
monde de la finance que les syndicats et les autres "corps in-
termidiaires" egalement denonces par Nicolas Sarkozy. II ne
s'agit pas de casser le "systme capitalistt. Le lepenisme est
visceralement anticommuniste et antisocialiste.

Les ibees 6u FN Lglitim6es par Sarkozy
Au lendemain de la presidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy
s'etait vante d'avoir "siphonni"les voix du FN. Tout au long de
son quinquennat, il a vainement tented de fideliser cet electorate
en epousant de plus en plus ouvertement les theses racistes et
xenophobes de ce parti en faisant des immigres les principaux
responsables de I'insecurite, en accelerant 6 grands frais les
expulsions d'etrangers, en se presentant en protecteur des va-
leurs traditionnelles de la France, etc. Au risque parfois de se
renier et de susciter I'effroi dans son propre camp (cf Raffarin,
De Villepin,etc).
A I'approche du premier tour de 2012, son rapprochement avec
I'ideologie du FN n'a eu pour effet que de legitimer les theses
frontistes et de renforcer le vote en faveur de M. Le Pen. Le "si-
plonage "s'est realise dans I'autre sens.
Mais le FN s'alimente depuis les annees 1980 des echecs de
sa politique economique et social qui s'est traduite par I'aban-
don des couches populaires d'abord par la gauche socialist et
s'est renforce recemment du fait des injustices de la politique


0 I at 2 1uet n18-PIage 1


[ )PSIPETIE- I





http://www.iournal-iustice-martinique.com


sarkozyste qui leur font porter I'essentiel du poids de la crise.
Toute aussi grave encore est le virage ultra droitier pris par
Sarkozy dans I'entre deux tours. Dans sa tentative desesperee
de draguer I'electorat frontiste, il a fait siens ses arguments les
plus ringards s'agissant de la defense de identity nationale,
denongant le "bilement ginirafsur la diversity [prisentee comme]
valeurpositive". Apres avoir constate que le Front national etait
"compatible avec la Rpublique", le voilA qui s'inspire de Petain
pour c6lebrer le "vrai travail", rejetant du coup tous ceux qui,
le ler mai, se rangent sous la banniere de leurs organizations
syndicales. Aucun chef de I'Etat francais n'etait alley aussi loin
dans une strategic de division et de recherche de collaboration
avec I'extr6me droite.

Des Martiniquais, victims bu system n6ocolonia, se-
buits par te Front national
De nombreux Martiniquais se sont emus du resultat realise ici
par la candidate du FN don't le score a double, passant de 3367
voix en 2007 a 6960 voix en 2012. Certains sont allies vite en
besogne, en n'y voyant que I'expression d'un vote ethnique,
c'est-a-dire de personnel originaires de I'autre c6te de I'Atlan-
tique. Certes, un certain nombre d'entre eux qui vivent encore
dans la nostalgic de I'epoque colonial ou qui adherent I la
theorie de I'inegalite des races chere i la droite et a I'extreme
droite ont vote en faveur de Marine Le Pen. Pourtant, ce n'est
pas dans les communes oO resident le plus grand nombre de
"metropolitains"que le FN a enregistre, proportionnellement A
leur population, le plus grand nombre de suffrages. Ainsi au
Diamant, commune oO les europeens representent environ
40% du corps electoral, seulement 4,6% des electeurs ont ac-


.corde leurs suffrages & Marine Le Pen. Tandis qu'au Gros-
Morne, ce sont 248 electeurs representant 6,41 % des suf-
frages exprimes et au Precheur 74 voix, soit 7% des votes qui
se portaient su la candidate du FN. Par delA I'emoi souleve par
ces chiffres bruts, il convient de s'interroger a la fois sur I'6vo-
lution de la composition du corps electoral martiniquais et sur
I'adhesion grandissante de certain de nos compatriotes a cette
ideologie foncibrement xenophobe et reactionnaire. Certains,
dans le sillage du FN, manifestent publiquement leur rejet de
I'etranger-les Saint-Luciens et les HaTtiens notamment- les ac-
cusant d'etre les seuls auteurs des delits de grand banditisme
qui'font I'actualite de notre pays, oubliant la responsabilite de
nos propres compatriotes. Certains de ceux qui disposent d'un
emploi ne se genent pas pour denoncer, comme le fait Sarkozy,
ceux qui doivent se contenter de minima sociaux. Ils oublient
que I'oisivete est la mere de tous les vices, et que la delin-
quance qui sevit dans le pays decoule en grande parties du ch6-
mage que subissent 62% de nos jeunes.
On sait que le populisme prospere sur le terreau de la deses-
perance. Nos compatriotes seraient bien inspires de ne pas se
tromper de cible Certes, certain des originaires des Ties voi-
sines ne sont toujours de gentils visiteurs, mais nous aurions
tort de faire d'eux les principaux responsables des graves pro-
blames auxquels nous sommes confronts qui ont nom capita-
lisme et neocolonialisme.
A nous d'etre vigilants pour rejeter le populisme et mener le
combat centre les veritables adversaires des travailleurs et du
people martiniquais.
Georges Erichot


La crise finance re capitalist n'est pas finie


Loin d'etre en mars, la crise financiere s'etend.
La crise de la zone euro ne cesse de rebondir. Apres Athenes,
Dublin, Lisbonne, Rome, c'est sur Madrid que se sont focali-
sees toutes les inquietudes. Les taux d'interet des emprunts
d'Etat espagnols ont franchi des sommets, ce qui rencherit tou-
jours plus le service de la dette de ce pays et nourrit le scepti-
cisme sur sa capacity A faire face A ses remboursements.
Profitant de I'accalmie boursiere de ces derniers mois, Nicolas
Sarkozy clamait pourtant, le 16 mars dernier: "9aintenant que
1a crsefinanciere est derriere nous, je peu vous fe dire. En sauvant
fes autres, on s'est sauvi nous-mimes. "Le president de la R6pu-
blique sortant se vantait alors des bienfaits du trait budgetaire
concocted avec la chanceliere allemande. Et voila que I'Europe
rechute. Des le premier tour de I'election presidentielle les
bourses europ6ennes ont chute lourdement.

La misire s'ltenb
II ne pouvait en etre autrement tant les medications imposees
aux Europeens ne constitute pas un remede mais un poison.
Pour sauver les rentes des marches, on n'a pas hesit6 A prati-
quer de la facon la plus autoritaire des coupes A la hache dans
les budgets sociaux, les services publics, les salaires ou les re-
traites. R6sultat: le ch8mage explose. La misere s'etend. Et la
consommation recule sous I'effet des pertes de pouvoir d'achat.
Ce qui plombe dangereusement la croissance partout, restreint


les rentrees fiscales des Etats, et aggrave done leurs... situa-
tions financieres.

Obsession be tI baisse au cout bu travail
Le fiasco prend une dimension si eclatante que, sans remettre
en cause I'austerite, on reparle desormais A Bruxelles, Paris ou
Berlin, de prescriptions en faveur de I'activite. Mais sans se de-
partir de I'obsession de la baisse du "cout du travail". On tente
ainsi d'imposer partout une flexibility accrue du travail. C'est le
sens des propos recents du president de la Banque Centrale
Europeenne Mario Draghi. Comme en Italie ou en Espagne, oO
I'on a lance des contre-reformes du Code du travail qui vont
precariser encore davantage la grande masse des salaries. On
6vite ainsi soigneusement d'aborder la question essentielle du
poids croissant des charges financieres (taux d'interet de la
dette, dividends, etc.) supports par les entreprises. C'est
pourtant la reduction de ces coOts insupportables qui peut li-
berer vraiment les entreprises et leur competitivite.

*Mais ou sont les 1000 miliarbs 'euros
injects par ta BCE?
En decembre et en fevrier, la Banque central europeenne
(BCE) a ouvert les vannes du credit aux banques, en langant
deux operations de refinancement A long terme (trois ans), A
un taux quasi nul de 1%. Des operations qui ont eu un franc
succ6s aupres des banques: en decembre, 523 banques ont


IF Ij 0 ,3 Mat01i2 wim n'1-Pe


L


" OSIPENTIEV^


[ "/ "iUxon





http://www.iournal-iustice-martinique.com


I -. x.L W I-I -
Le system bancaire espagnol sous tension
emprunte 489 milliards d'euros, puis la second vague a profit
a 800 banques qui ont emprunte 530 milliards d'euros. L'ob-
jectif affich : 6viter tout risque de "credit crunch" (ass6chement
du credit) en zone euro. Et par consequent, detendre non seu-
lement les conditions de financement sur les marches finan-
ciers, mais surtout dynamiser I'activite des agents economiques
(entreprises/menages) de l'economie dite <. Pourtant,
selon les dernieres statistiques publiees par la BCE, le flux de
prets aux entreprises non financieres a... diminue de 3 milliards
d'euros en fevrier, tandis que le flux de pr8ts aux manages n'a
pas change.
D'un c8te, les measures d'austerite present sur I'activite et done
sur la demand de credit. Et de I'autre, les banques ont consi-
derablement durci leurs conditions d'acc6s au credit.
De plus, une etude realisee en France sur la deuxieme quin-
zaine de mars dernier sur leurs conditions d'acces au credit
constate un resserrement du march du credit bancaire et
consider que les conditions se tendront encore plus dans les
mois 6 venir.
Pendant un certain temps, les economistes et autres commen-
tateurs d'actualite sur la crise ont annonce la fin des tensions
sur les titres de la dette, grace a I'action de la BCE, pour com-
penser I'absence d'effets sur I'economie reelle.
Les chiffres disponibles montrent que les banques espagnoles
et italiennes ont accru leurs achats nets d'obligations souve-
raines de la zone euro en fevrier. Cela aurait permis d'eviter
provisoirement I'effondrement des banques de la zone euro et


d'enrayer la contagion sur le march de la dette souveraine.
Depuis, le regain de tension sur les dettes souveraines a repris
de plus belie.

Menace massive sur te credit en Europe
Le quotidien economique Les Echos du jeudi 19 avril ne fait
pas dans la dentelle et announce que "(a menace sure credit reste
massive en Europe "en rendant compete du dernier rapport sur la
stability financi6re du Fonds mon6taire International paru la
veille. La crise n'est pas finie, mart6le Jose Vinals, un des di-
recteur de I'lnstitution, malgr6 le recul de I'instabilit6 des mar-
ches financiers ces derniers mois. Le journal proche du grand
capital 6crit : "Le FtMI vafue & 2 000 milliards d'euros Ceffort de
desendettement des banques europiennes dans Ces deuw ans. L 'as-
sainissement des bilans du secteurfinancier europien pourrait en-
trainer une rarefaction de Coffre de credit qui aurait des
consequences negatives sur factivitei conomique (Dans un contexte
marque par Ce retour de fortes tensions sur Ces marches, fafacture
pour C conomie mondiae serait iCevie. Entrainje par une nouvelfe
aggravation de la cruise de la dette de la zone euro, Ciconomie des
autres regions de la plante subirait Ces contrecoups de conditions
de credit revenues de plus en plus dures".Quelles solutions ?
Comme les medecins de Moliere preconisant la saignee, le FMI
demand "la poursuite des poitiques d'ajustement monitaire et
d'assouplissement monitaire pour iviter Ce scenario du pire" qui
ne sont pas suffisantes, est-il estime. Par cercles concen-
triques, les pays emergents pourraient etre aussi victims de ce
choc exterieur. Les Etats-Unis et le Japon ne sont pas oublies
et sont qualifies de "risquespermanentspour fa sta6iltifinanciere
glob6ae en raison de feurs deficits". Les Etats-Unis sont aux prises
avec un endettement eleven des manages et une vague de sai-
sies immobilieres. Le FMI demand, entire autres, de permettre
aux fonds de sauvetage europeens mis en place recemment
de prendre des participation directed au capital des banques
en difficult. En clair, utiliser I'argent public pour sauver a nou-
veau la Finance.
On le voit, la crise capitalist mondiale n'est pas finie.
Antoine Gilles (avec I'Humanite)


NI I


Les Assises bes Forces Patriotiques, anticolonialistes, anticapitalistes

be ta Guabeloupe (F.P.A.C.): un success


Evenement important en Guadeloupe avec la cloture des As-
sises des Forces Patriotiques, anticolonialistes, anticapitalistes
les 14 et 15 avril dans la ville du Lamentin. Cinq organizations,
CIPPA, COPAGUA, FNKG, PCG, UPLG, travaillent depuis de
longs mois "en vue de rassembler et de mo6ifiser une majority de
QuadeCoupiens sur un project poitique de rupture avec Ce systime
actuefqui enfonce fe pays dans 'impasse ".
Le Comite Central du PCG, le 3 octobre 2010, appelait tous
les Partis Politiques et Organisations Patriotique et Anticolo-
nialistes dela Guadeloupe A travailler ensemble a la tenue des
Assises des forces Patriotiques, Anticolonialistes et Anticapita-
listes pour "procider d un 6ifan critique de fa Cutte de dicolonisa-


tion engage depuis Cs diecennies 50 en Guadeloupe etfonder un
project colCectifdimancipation du peupe guadeCoupien au 21 sie-
cle".
C'est ainsi que fut mise sur pled une methode de travail avec
la constitution de cinq ateliers sur des themes tels que le de-
veloppement 6conomique, la sante et la protection social,
I'Education et la Formation, I'amenagement du territoire, le pou-
voir politique (statut de large autonomie). Ces organizations ont
elabore un document d'brientation particulierement fourni fai-
sant un etat des lieux sans complaisance de la situation de la
Guadeloupe caracterisee par une economic colonial de de-
pendance conduite par les multinationales francaises ou euro-
peennes.


eahWI0l! MIW 201 n' 8-Pa


I / "liur1





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Dans cet 6tat des lieux, les FPAC notent: "(a liquidation
de la production et des producteurs guadefoupiens, Cins-
titutionnalisation de Cassistanat comme mode de vie, la
diCapidation volontaire du patrimoinefoncier, le suren-
dettement des families, I chec scolaire, la monte de da pr- .
carite et la pauvreti, le climage endemique, etc." En
cloture des Assises les responsables ont invite les or-
ganisations anticolonialistes de Martinique et le Guyane
pour un meeting international, lors de la premiere jour-
n6e autour du theme : "Le droit des peoples encore
sous domination frangaise a I'autoddtermination et
les conditions de son exercise".
La Martinique 6tait repr6sent6e par le PCM et le GRS.
Le Modemas, le CNCP et le MIM ont adress6 des mes-
sages de solidarity.
Dans son intervention, Fernand Papaya, au nom du PCM, a
rappel6 les resolutions de I'Assemblee G6n6rale de I'ONU de
decembre 2010 qui stipule : "L'Assembl6e genrale e 'ONJVU a
igaCement price les Etats membres et Ces organismes des Nations
unies de veiCCer a ce que la souverainete permanent des territoires
coloniauxsur Ceurs resources naturefCes soit pleinement respected
et sauvegardce. EECe a reafirmn que desfacteurs tefs que la super-
ficie du territoire, a situation gqographique, Ca taifle de la popu-
lation et Ce caractkre limit des resources naturefles ne devraient,
en aucun cas, empicher la population cun territoire non -auto-
nome d'eercer rapidement son droit inaliinable d Cautodetermi-
nation, y comprise Cindependance, conformiment a la (Dclaration,
don't [es dispositions sont pCeinement appica6Ces aux territoires
non autonomes.
L '~G a egalement reaffirmed qu 'iincombe d toutes lespuissances
administrative, en vertu de la Charte et conformiment a [a iD-
claration, de crier dans les territoires places sous leur administra-
tion des conditions iconomiques, sociales et autres qui Ceur
permettent de parvenir a une < veritable autonomie et d [auto-
suffisance iconomique".
II a en outre soulign6 les similitudes de la situation de nos pays
respectifs en ces terms : "Nouspartageons Cesgrandes ignes de
vos analyses sur Ca situation economique, social, cuCtureffe, ico-
Cogique car nos pays subissent Ces memes effects disastreux des po-
Citiques menjes depuis des dccennies et qui, toutes aboutissent au
mime risultat : un chimage persistent, une iconomie dipendante,
le mal-diveloppement, unejeunesse performante a qui Con n'offre
aucune perspective sinon dans [immigration au nom savant de la
mobiCiti alors que dans Ce mime temps des gens venus de France ou
du reste de CEurope, occupent des emplois qui peuvent itre attri-
6uies a nos compatriotes. C'est la poursuite avec mithode et cy-
nisme du genocide par substitution".
A I'issue de deux jours d'un travail fructueux, un document
d'orientation fera I'objet de debat avec I'ensemble des forces
vives de la Guadeloupe.
La Resolution Politique des Assises des FPAC indique :
"Les Forces Patriotiques, AnticofoniaCistes et Anticapitalistes
(CIPA, COPAgUA, FKNVg PCg, 'VPLG) rjunies en cClture
de leursAssises, au Lamentin les 14 et 15 avriC2012, aprLs avoir
:-Adopte une Diclaration commune avec le G~S, Le Parti Com-
muniste 9Martiniquais


-0ouVEtO
LOAUL
I


Les anticolonialistes guadeloupeens ont franchi une tape

- Denoncant Ces rapports coloniaux imposes par CEtatfrancais d
la Guadefoupe, a [a Guyane et a Ca Martinique, et exigeant le res-
pect du droit da autoditermination des Peuples et Nations de ces
pays, conformiment ad a (Dclaration des Nations Vnies de 1960,
- Prisenti Ces orientations stratigiques issues des travauxqu'elles
ont realises ensemble et avec lesguadeCoupiens a travers Ces ateiers
de reflexions et changes pour d6blayer le chemin de C1mancipa-
tion de notre peuple et relancer Ca Cutte pour la dicolonisation de
notre pays,
- S'engagent d poursuive avec pCus de determination et de
confiance la Cutte politique dcmocratique de masse pour (a conquete
dun Statut de large ,utonomie, domicifiant le pouvoirpolitique
en guadeCoupe avec pour objectif (a mise en ceuvre dun modefe de
dcveloppement iconomique endogine de type mixte ".
Pour I'exercice de ce droit a I'autod6termination du people gua-
deloup6en les FPAC proposent la demarche suivante :
- Une action politique de masse pour imposer de rayer le nom
de la Guadeloupe de la liste des pays cit6s dans I'article 72.3
de la Constitution, comme "population"dans le people frangais.
- La mise en place d'une Assembl6e Constituante, l6ue au scru-
tin de liste A la proportionnelle int6grale,,ayant pour seule com-
p6tence elaborationn d'un project de Statut politique pour la
Guadeloupe.
- La consultation du people guadeloup6en sur ce project de Sta-
tut.
De toutes les interventions, il est ressorti une r6elle volont6
d'unir les forces guadeloupeennes pour cr6er une vraie dyna-
mique de progr6s dans I'int6ret sup6rieur de leur pays don't I'ob-
jectif est clairement affich6 : I'6mancipation du people
guadeloup6en.
Et la mission de ce choix de la responsabilit6 pour les FAPC,
est de travailler a la construction d'une Autorite Politique
comme force organis6e pour la conqu6te d'un Statut de large
Autonomie, domiciliant le pouvoir politique guadeloupeen
Fernand Papaya


Cher Camarade,
Au nom des FPAC je remerciement sinc6rement le Parti
Communiste Martiniquais d'avoir particip6 e la cloture de
nos Assises et vous confirm notre volont6 de continue
notre collaboration dans notre lutte commune centre I'im-
perialisme frangais .
Avec mon amiti6. FOS !
Christian C61este


euISIriI 0 0 i'18Pa


r OR R~I O ,h IL





ht*p://www.iournal-iustice-martinique.com


Hugo ChAvez be retour au Ve6nzuela
Le president du Vene-
zuela, Hugo Chavez, est
revenue dans son pays en
provenance de La Ha-
vane oO il a fait son 46
cycle de traitement de ra-
dioth6rapie depuis le
mois de mars. A son arri-
v6e a I'aeroport interna-
tional Sim6n Bolivar de
Maiquetia, Hugo Ch6vez
a exprim6 sa satisfaction
d'etre a nouveau dans sa
patrie et il a annonc6 que
le gouvernement conti-
nuera d'appliquer des Hugo Chavez
projects pour ameliorer les
conditions de travail des V6n6zueliens, comme la promulgation
de la nouvelle Loi Organique du Travail.

Haiti: Michel MarteUy "en bonne forme"
Le president Michel
Joseph Martelly est de
retour depuis le 30 avril
en Haiti, aprbs deux
semaines d'absence
du pays pour des rai-
sons de sante. Le chef
de I'Etat haitien a souf-
fert d'une embolie pul-
monaire, mais son 6tat
de sant6 est d6sormais
stable, selon son
6quipe m6dicale. De-
puis Miami oi: il est en
convalescence, le chef
de I'Etat a fait savoir
Michel Joseph Martelly que cette maladie a
failli lui 6ter la vie, mais
qu'il est d6sormais en
bonne forme. Toutefois, la maladie du president a fait et conti-
nue de faire I'objet de pol6miques: plusieurs personnalites don't
au moins 2 senateurs-m6decins ont 6mis des doutes sur la
these de I'embolie pulmonaire. Certains parent d'une "em6ofie
gazeuse'" une maladie generalement cause, par une intoxica-
tion au stup6fiant. Michel Martelly, loin de ces pol6miques, a
reiter6 sa volont6 de venir se remettre au service du develop-
pement de son pays.


Recrubescence bu choltra en Haiti
L'epidemie de cholera affiche une nette recrudescence dans
certain departements du pays, et plus particulierement dans la
zone metropolitaine de Port-au-Prince, ou plusieurs cas sont
recenses, announce le site Alterpresse. Ces nouveaux cas de
cholera coincident avec les intemperies qui touchent tout le
pays notamment depuis le debut de cette semaine. Pres de 150
cas en moyenne par jour ont 6t6 recenses. "La situation n'est
pas alarmante, le ministkre est prit faireface, parce que, non seu-
lement les consignes ont ete passes afin d'ouvrir des centres de
traitement de chofira dans les zones qui ont connu une fambie,
mais aussi des materiefs sont dejd disponibles pour refever le defi",
a souligne le coordonnateur national de la lutte centre le cho-
lera, Donald Frangois. Par ailleurs, "aucun cas de chiolCra n'a ete
enregistri dans fes zones ou le ministere de la sante a permits fa dis-
tribution du vaccin centre la maladie", a soutenu Donald Fran-
cois.

Pr6sibentieUle on Republique bominicaine
La presidentielle en Republique dominicaine aura lieu le 20 mai
et la champagne fait rage entire les deux principaux candidates :
celui du Parti revolutionnaire dominicain (PRD), Hip6lito Mejia,
considered comme social-democrate, et Danilo Medina du Parti
de la liberation dominicaine (PLD), de centre droit partisan du
libre-6change, en tete dans les sondages. Le pays est dirig6
par le president Leonel Fernandez du Parti de la liberation do-
minicaine (PLD) depuis 2008.

Un journaUste fran ais bless et bisparu en Colombie
Le journalist frangais, Romeo Langlois, travaillant pour la
chaine de television France 24 et pour Le Figaro, a 6t6 bless
et est port disparu en Colombie depuis samedi. Le Quai d'Or-
say se "mo6ilise" et "en liaison avec les autoritis colombiennes".
Le journalist de 35 ans accompagnait une brigade de I'armee
colombienne dans une operation anti-drogue dans des regions
contr8lees par les rebelles des Forces armies r6volutionnaires
de Colombie (FARC) au moment de sa disparition. Present en
Colombie depuis 2000, annee oO il est arrive a Bogota pour des
etudes en sciences politiques et en communication, Romeo
Langlois a realise de nombreux reportages d'investigation dans
la region, et particulierement sur les FARC. II realisait un re-
portage pour France 24 aux c6tes d'une unite des forces aero-
navales colombiennes dans le cadre d'une operation
anti-drogue. Creee en 1964, la guerilla des FARC, la principal
guerilla de Colombie, compete encore 9 000 combatants, don't
les membres sont essentiellement replies dans les regions
montagneuses et dans les forts.


PAW LE rONPE


Syrie: menace intervention etrangere ?


La Syrie continue malheureusement A faire I'actualite media-
tique, comme on peut le constater en regardant la television.
Le cessez-le-feu consecutif a I'acceptation par les deux parties
en conflict du "pl~znjnnan"n'est pas effectif, A en juger par les
nombreux morts et blesses enregistres depuis le 12 avril: selon
Amnesty International, 362 personnel auraient 6te tuees entire
le 12 et le 28 avril. Ces chiffres doivent etre manipules avec
precaution, car d'une maniere general, les medias et les res-
ponsables politiques hostiles d Bachar Al- Assad aiment a re-
peter que I'armee gouvernementale massacre la population,


passant ainsi sous silence ou minimisant les actions meur-
trieres des rebelles de I'Armee syrienne libre et des islamistes
d'AI Qaida qui les Opaulent.
On sait que le samedi 21 avril, le Conseil de security de I'ONU,
compose de quinze membres, avait adopted une nouvelle reso-
lution -votee par la Russie et la Chine- visant A envoyer en Syrie
300 observateurs non arms, pour une mission prevue pour
durer 90 jours, 6tant entendu que leur nombre pouvait aug-
menter en function des besoins. L'ONU y exigeait pour ses ob-
servateurso: 1) la liberty de circuler dans tout le pays; 2) que leur


prf -4ffj. ,I s*S


/TRE f ION






http://www.iournal-iustice-martinique.com


security soit garantie; que leurs communications ne souffrent
pas d'interferences. Et le gouvernement syrien 6tait invite ins-
tamment, d'autre part, A retire des villes ses troupes et ses
armes lourdes.
Mais force est de constater que cette nouvelle resolution n' a
rien change sur le terrain, oi la guerre continue, alimentee
aussi bien par le gouvernement que par les rebelles etAI Qaida.
Face 6 cet etat de fait, Alain Juppe et Hilary Clinton ont com-
mence & I'ONU une champagne en faveur d'une intervention
armee en Syrie, en application du chapitre 7 de cet organisme
international ayant pour pour mission de maintenir la paix entire
les nations. Ils I'ont fait a la demand du Conseil national syrien
et de I'Armee syrienne libre, qui ne voient d'autre issue a la
guerre qu'une intervention etrangere, comme en Libye.
II faut s'attendre 6 ce que la pression s'accentue a partir du 5
mai, date t laquelle KofyAnnan, I'emissaire de I'ONU, doit ren-
dre la conclusion de son rapport sur I'application du cessez-le-
feu.
Mais la Russie et la Chine seraient- elles pretes a renoncer a
leur droit au veto?
II convient d'insister sur la guerre mediatique a laquelle se li-
vrent les deux camps et leurs allies respectifs. Par example,
I'agence officielle syrienne SANA a annonce recemment que
3.000 detenus avaient ete liberes depuis novembre 2011 et que
30 autres I'ont 6te depuis le cessez-le-feu. Qui a entendu cette


p. F


Manifestation des partisans de Bachar-Al-Assad


nouvelle sur les radios et televisions occidentales ? Autre exem-
pie: L'Humanite, dans sa version electronique du 21 avril, indi-
quait que, selon I'ONU, 9.000 personnel etaient mortes en
Syrie en 13 mois, tandis que selon I'Observatoire syrien des
droits de I'homme (base & Londres) il y avait eu 11.000 tues
pour la m6me periode. 2.000 morts de difference, c'est beau-
coup, n'est-ce pas! Mais qu'importe I'exageration quand il s'agit
de braquer I'opinion international contre BacharAl-Assad?
M.Belrose


Flash Heb6o


lunbi 16 avril
ESPAGNE Broyes par la crise, les Espagnols ont ete plus que
choques par I'annonce de I'accident don't a ete victim leur roi
au course d'une chasse a I'elephant d'un co0t de plus de 30 000
euros.


marbi 17 avrit
SYRIE Le Conseil des Droits de I'homme de I'ONU denonce
les exactions et les violations des droits de I'homme commises
par les opposants arms au pouvoir en place dans le plus total
silence mediatique des Occidentaux.


mercrebi 18 avrit
AFGHANISTAN Suite a I'6chec militaire patent des forces de
I'OTAN et des USA, le gouvernement australien envisage de
retire ses troupes d'Afghanistan au course de I'annee 2013, soit
un an plus t6t qu'il n'etait prevu.


jeui 19 avril
BAHREIN Intensification de la repression des manifestations
au Bahrein oD le Grand prix de formile 1 a ete maintenu. L'Ara-
bie saoudite et le Qatar envisagent d'envoyer des renforts pour
soutenir la monarchie contested.


venbrebi 20 avrit
CANADA- L'annonce d'une forte augmentation des droits d'ins-
cription universitaire provoque la colere des etudiants quebe-
quois qui se sont heurtes a la police apres avoir envahi le Palais
des Congres.


samebi 21 avril
ISLANDE La Chine et I'lslande ont sign six accords de coo-
peration don't un accord cadre sur I'Arctique et un accord sur le
libre-echange entire les deux pays.


AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 19/04/2012, il a ete consti-
tuee une : SCI
Prdsentant les caracteristiques suivantes
Denomination : MANICE
Adresse du siege social : 3 Impasse du
LIDO ANSE COLLAT
97233 SCHOELCHER
Objet: location de biens immobiliers
Duree : 99 ans
Capital 1000E
Nom du grant: LE GALL Fabrice
Adresse : 3 Impasse du LIDO ANSE
COLLAT
97233 SCHOELCHER
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB5697

AVIS DE CONSTITUTION
En datedu 02/03/2012, il a et6 constitute


une: SARL
presentant les caracteristiques suivantes
denomination : VILLA EMMANUELLE
Adresse du siege social : Bout Barriere
MORNE VERT 97226
Objet : LOCATION SAISONNIERE
dur6e : 99 ans
capital: 1500D
nom du grant: M. PELAGE Luc et MMe
PELAGE Patricia
Adresse : Bout BarriBre
MORNE VERT 97226
Immatriculation au registre du commerce
en course
pour avis la g6rance FB5698

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte requ par Maitre Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taire Associ6 de la SocietA Civile Profes-
sionnelle

GERMAIN PORSAN-CLEMENTt, No-
taires Associes a FORT DE FRANCE
(Martinique) 10 Avenue Louis Domergue,
Domaine de Montgeralde, le 30 d6cem-
bre 2011, enregistr6 A FORT D FRANCE
le 19 janvier 2012, a 6et constitute une
society civil immobiliere ayant les ca-
ract6ristiques suivantes :
La soci6et a pour objet: I'acquisition par
voie d'achat ou d'apport, la propri6et, la
mise en valeur, la transformation, la
construction, I'am6nagement, I'adminis-
tration et la location de tous biens et
droits immobiliers, de tous biens et droits
pouvant constituer I'accessoire, I'annexe
ou le complement des biens et droits im-
mobiliers en question.
La denomination social est:.
SCI MATOMILO.
Le siege social est fixed A : FORT DE
FRANCE (97200), 46 Rue Carlos Finlay.


La soci6t6 est constitute pour une durbe
de 99 annees
Le capital social est fix &A la some de :
QUATRE CENT VINGT SEPT MILLE
EUROS (427.000,00 EUR)
Les apports sont en nature
Toutes les cessions de parts, quelle que
soit la quality du ou des cessionnaires,
sont soumises a I'agr6ment prealable a
I'unanimit .des associ6s.
Le premier grant de la society est: Mon-
sieur Emile Marcel OVIDE, demeurant &
SAVINGNY-LE-TEMPLE (77176)
24 avenue Victor Schoelcher.
La society sera immatricul6e au registre
du commerce et des toci6t6s de FORT
DE FRANCE
Pour avis; Le Notaire. FB5699

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
D.M.G. PNEUS SARL


Ik_ inl 'A


, Nw/as UfA LES






http://www.iournal-iustice-martinique.com


SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL SOCIAL
DE 7 630,00 EUROS
SIEGE SOCIAL : FOND BELLEMARE
97 222 CASE PILOTE (MARTINIQUE)
RCS : FORT DE FRANCE
B 432 081 354 (2000 B 553)
Aux terms d'un proces-verbal en date du
17 avril 2012, I'associe unique de DMG
PNEUS SARL a decide de transferer le
siege social & I'int6rieur du department
de la Martinique en le transferant de la
commune de Case Pilote a Schcelcher:
Ancienne adresse :Fond Bellemare
97 222 Case Pilote (MARTINIQUE)
Nouvelle adresse : 90, ancienne route de
Schcelcher
97 233 Schcelcher (MARTINIQUE)
Pour avis. FB5700-

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
SOLEDADE SARL
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL SOCIAL
DE 7 630,00 EUROS
SIEGE SOCIAL :
QUARTER LAREINTY
97 232 LE LAMENTIN (MARTINIQUE)
RCS: FORT DE FRANCE
B 432 086 940 (2000 B 554)
Aux terms d'un proces-verbal en date du
18 avril 2012, I'associe unique de
SOLEDADE SARL, a decide de transf6-
rer le siege social A I'interieur de la com-
mune du LAMENTIN
Ancienne adresse : Face Perasie Im-
meuble Gabriel Z.I. CALIFORNIE
97232 Le Lamentin (MARTINIQUE)
Nouvelle adresse : Quartier Lareinty
97 232 Le Lamentin (MARTINIQUE)
Pour avis. FB5701

AVIS DE CHANGEMENT DE GRANT
SARL LA PECHE
AU CAPITAL DE 50 000 F
SIEGE : 150 RUE VICTOR HUGO -
97200 FORT DE FRANCE
RCS N* FORT DE FRANCE
L'AGE du : 11/04/2012, de la sari
PECHE, a nomme grant
M. Marc ANDRE,
demeurant A I'entraide, voie Biguine,
8 rue des pampilles
97200 Fort de France
en replacement de Madame Annie
ANDRE pour une duree indeterminee
function qu'il a accepted
L'article n 12 des status relatif A la ge-
rance est modified en consequence
Pour avis et mention au RCS de Fort de
France
Pou avis FB5702

MODIFICATIONS STATUTAIRES
Avis est donned de la modification des part
sociales de:
la SCI HABITATION VAL D'OR
Siege social : habitation Val d'Or-
97227 SAINTE ANNE
En date du 05 avril 2012, les associes
Hubert VEILLEUR et Roger VEILLEUR
ont cede successivement 3 et 7 parts so-
ciales de la SCI HABITATION VAL D'OR
a Marie-Annick VINCENT,
nee le 06 ao0t 1962 a Fort de France ,
de nationality frangaise,
demeurant: 193 rue Leona Gabriel
cite Dillon 97200 Fort de France
Celibataire
Les formalities afferentes seront effec-
tuees par la gerarce
Pour avis la gerance FB5703

AVIS DE LOCATION GtRANCE
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 20 decembre 2011 enregistre le
23 avril 2012 au SIE de fort de France


bordereau 212/430 case 13
La sari TRESINE,
au capital de 75006,
immatriculee au RCS de Fort de France
sous le numbro 484558929,
domiciliee 4 rue BlInac Fort de France
represented par Mr TREFLE Hector, a
donne en location gerance a la sari
CHARTHUR, au capital de 1000e, en
course immatriculation au RCS de fort de
France domiciliee BP 8044 97259 Fort de
France represented par M Frederic
TRESDOI, un fonds de commerce de res-
taurant-bar situe au 4, rue blenac 97200
fort de France pour une duree de trois an-
nees a computer du 1 er janvier 2012
Pour avis FB5704

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
& TRANSFER DE SIEGE
Les associes de la sari HORIZON GES-
TION CARAIBES au capital de 1000E,
siret : 529 306 078 00013 -APE : 8299Z
siege social : centre commercial La Gal-
leria 2 Acajou 97232 LE LAMENTIN
ont decide suite a I'assemblee general
extraordinaire du 26 mars 2012, le rem-
placement de son grant jacques ZABU-
LON domicilie au 8 lot la Dominante,
Terreville 97233 SCHOELCHER A comp-
ter du 31 mars 2012 par Monsieur Alex
ARNAUD domicilie au quarter la Renee
97211 RIVIERE PILOT
Le siege est transfer A la rue de la Res-
source 23, impasse Citronnelle
97232 LAMENTIN
Pour avis et mention FB5705

AVIS RECTIFICATIF AU JOURNAL <
JUSTICE DU 12 AVRIL 2012,
N 15 FB 5612 PAGE 16
Adresse lire : DIAMANT OUTREMER
Pointe de la Cherry
Residence Mercure ACQUA SUD
97223 LE DIAMANT
Au lieu de : DIAMANT OUTREMER
24 lotissement LUCITO
97223 LE DIAMANT
Pour avis FB5706

AVIS DE VENTE AUX ENCHERES
PUBLIQUES
CABINET DE MAITRE MARYSE
DUHAMELAVOCAT
IMM BEL AZUR -
48 RUE SCHOELCHER 97200 FDF
TEL : 70.10.38
II sera procede le mardi 12 juin 2012 A
Dix heures, au tribunal de grande ins-
tance de fort de France (Martinique), pa-
lais de Justice -35 bd General de Gaulle
A la vente aux encheres publiques au
plus offrant et dernier encherisseur de
Un immeuble sis au FRANCOIS (Marti-
nique) lieudit Trianon Nord, consistent en
un terrain sur lequel se situe une maison
construite en dur, couverte en tale, com-
prenant un escalier exterieur, un rez-de -
chaussee d'une grande piece une petite
piece, une cuisine & I'ancienne deux WC,
& I'etage une grande salle avec balcon,
ledit immeuble cadastre section AL n
173, d'une superficie de 1000m2
Selon process verbal de description de
Maitre Jean Frangois CIRBA huissier de
justice A fort de France du 22 septembre
2011
II s'agit dune villa en dur dontja toiture est
a deux pans, couvert de t6les nervurees
par endroits pourries et perches, compor-
tant un rez-de-chaussee et un 6tage,
dans laquelle est exploit un fonds de
commerce de boulangerie pAtisserie
L'etage comprend
Un escalier en beton arme a la facade
ouest y conduit; le carrelage au sol est
compose de petits carreaux de couleur
beige ; la porte principal d'acces est A
deux battants et en fer forg ; on y trouve


une vaste piece non entretenue dans la-
quelle sommairement des cloisons ont
ete mises au Nord/Est pour constituer
une piece et au sud/ouest pour constituer
des toilettes comprenant un receveur de
douche et un lavabo a colonne, de cou-
leur blanche, le tout tres vetuste
Le rez de chaussee comprend
Dans la parties arriere de la villa
La salle de reception et de vente s'ou-
vrant sur une terrasse, au moyen de cinq
rideaux m6talliques le sol est carrele de
carreaux de dimensions 30/30 de couleur
beige et de carreaux de dimensions
30/30 de couleur marron clair.
Devant la parties avant de la villa et au
Sud/ouest
II existed deux locaux contigus sommaire-
ment construits en structure m6talliques,
couverts de toles ondulees de couleur
bleue, avec un bardage en bois et en ja-
lousies de type SECURITY, celui de
droite constitute la parties cuisine et celui
du fond et de gauche, la parties restaura-
tion ; le tout est ferme sur la parties avant
de la villa par un rideau metallique de
couleur blanche; enfin, une structure en
bois couverte de toles ondulees abrite un
conteneur destine au secretariat et A la
comptabilite de la society occupant ainsi
que deux chambres froides
La villa est louee A usage commercial
moyennant un loyer mensuel de 1500e,
suivant contract de bail commercial du 1 er
decembre 2002.
La vente est poursuivie a la requ6te de la
society Financiere Antilles Guyane dite
SOFIAG, soci6te par actions simplifiee
immatriculee au RCS de fort de France
sous le n 448 328 344 reprdsentee par
son directeur general, ayant son siege
social & fort de France : 12 bid general de
gaulle 97200
Venant aux droit de la society de credit
pour le developpement de la Martinique
dite SODEMA en vertu d'un trait de fu-
sion publiA au R.C.S. de Fort de France le
11 mai 2005
Ayant pour avocat constitud Maitre Ma-
ryse DUHAMEL, avocat au Barreau de
fort de France y demeurant : imm Bel
Azur -48 schoelcher 97200
Le cahier des conditions de vente a ete
depose au greffe du tribunal de grande
instance de fort de France palais de jus-
tice : 35 bid General de Gaulle 97200 o6
toute personnel peur en prendre connais-
sance
Les encheres s'ouvriront sur la mise a
prix pour le seul lot de : trois cent qua-
rante mille Euros
(340 000e). Les encheres ne peuvent
etre portees que par minister d'avocat
inscrit au barreau de Fort de France
FB5707

INSERTION LIGALE
TRANSFORMATION ET TRANSFER
SIEGE SOCIAL DE SOCIETY
Suivant acte regu par Maitre Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taire Associe de la Societe Civile Profes-
sionnelle Evelyne GUATEL et Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taires Associes A FORT DE FRANCE
(Martinique) 10 Avenue Louis Domergue,
Domaine de Montg6ralde, le 23 novem-
bre 2011, enregistre A FORT DE
FRANCE, le 29 NOVEMBRE 2011, a ete
constatee le transfer de siege et la trans-
formation de la society SCI ORIENT
BAlE I en society SCCV ORIENT BAlE I
don't les nouvelles caracteristiques sont
les suivantes :
Denomination : ORIENT BAIE I
Siege : 2 rue Simon Cottrell Anse Ma-
dame 97233 SCHOELCHER
Objet : La soci6te a pour objet: I'acquisi-
tion par voie d'achat ou d'apport de tous


immeubles et la construction sur ceux-ci
de tous biens de toutes destinations, la
vente en totality ou par lots de ces biens,
a term, en etat future d'achevement ou
apres achievement.
Et ce, soit au moyen de ses capitaux pro-
pres soit au moyen de capitaux d'em-
prunt, ainsi que de I'octroi, A titre
accessoire et exceptionnel, de toutes ga-
ranties A des operations conformes au
present objet civil et susceptibles d'en fa-
voriser le developpement.
Et, generalement toutes operations ci-
viles pouvant se rattacher directement ou
indirectement A cet objet ou susceptibles
d'en favoriser le d6veloppement, et ne
modifiant pas le caractere civil de la so-
ciete.
Duree : 94 ann6es A computer du jour de
I'immatriculation au registre du commerce
et des soci6tes de la society transformee.
Capital de : 1000 euros.
Instance dirigeantes : Monsieur Patrick
GOUAIT, Monsieur LOMBARD Jean-
Christophe.
La transformation sera portee au registre
du commerce et des societies de FORT
DE FRANCE
Pour avis
Le Notaire.
Etude de Maitres Evelyne GUATEL et
Sandra GERMAIN PORSAN-CLE-
MENTE Notaires associes A FORT DE
FRANCE (Martinique), 10 Avenue Louis
Domergue, Domaine de Montgeralde
FB5708

AVIS D'AUGMENTATION
DE CAPITAL SOCIAL
Suivant acte requ par Maitre Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taire Associe de la Societe Civile Profes-
sionnelle "Evelyne GUATEL et Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taires Associes > A FORT DE FRANCE
(Martinique) 10 Avenue Louis Domergue,
Domaine de Montgeralde, le 30 mars
2012, enregistre a FORT DE FRANCE, le
5 avril 2012, a 6te effectuee une aug-
mentation de capital social de 259 500
euros de la SCI SIRIMA 3 immatriculee
au RCS de FORT DE FRANCE 538 584
269
CAPITAL SOCIAL ANCIENNE MEN-
TION
Le capital social est fixed A la some de
1000 euros.
II est divise en 100 parts sociales de dix
euros (10,00 eur) chacune, numerotees
de 1 A 100 attribugees aux associes en
proportion de leurs apports.
CAPITAL SOCIAL NOUVELLE MEN-
TION
Le capital social est desormais fixed A la
some de DEUX CENT SOIXANTE
MILLE CINQ CENTS EUROS
(260.500,00 EUR) et dorenavant divise
en 26050 parts sociales de dix euros
(10,00 eur) chacune, entierement sous-
crites et lib6rees, numerotees de 1 a
26050.
Les modifications statutaires seront pu-
bliees au registre du commerce et des so-
cietes de FORT DE FRANCE.
Pour avis, le Notaire FB5709

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
Societe : SARL CHAAM
Capital : 2000
Adresse : 43 rue Osman Duquesnay
97290 Le Marin
Siret : 512 023 722 000 14
RCS : Fort de France
Code APE : 4771 Z
Suite a I'assemble general extraordinaire
du 02/04/2012, il a ete decide
1. la liquidation de la society
Sari CHAAM
2. La nomination du liquidateur:


V, 1 01


C ANNEIONC fy







http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


M. HAAJAR Fayssal
Pour avis

AVIS DE DISSOLUTION ANT
Aux terms d'une AG extraord
date du 06 mars 2012 enregisti
de France le 16 avril 2012
La SARL traiteur chez Guilene
de 7 500
Dont le siege social est : pe
97220 TRINITE
Immatriculee au RCS de Fort d
II a ete decide la dissolution an
la mise en liquidation amiable
mee liquidateur Mme Guilene A
La gerante

AVIS DE MISE EN LIQUID
SARL CABINET HBCh
SIEGE SOCIAL : 117 ROUTE I
LIGIEUSE
97200 FORT DE FRANC
SIRET : 450 503 354 000
CAPITAL : 8000D
Aux terms de I'assemblee extra
du 17 avril 2012, les associes o
la mise en liquidation de ladite s
Monsieur : HAMDI Mohamed-el
est nomme liquidateur
siege de la liquidation : 117 roul
religieuses 97200 Fort de fran
pour avis le liquidateur







Conull nrlgoal
do la Mtialqi.
AVIS D'APPEL PUBLIC A
CONCURRENCE
Identification de I'organisme qui
march : Conseil Regional de M
Service de la Commande public
Rue Gaston Defferre CS50601
Fort-de-France Cedex Martiniqu
96 59-63-00 / telecopie : 05 96
Adresse Internet : http://www
nique.fr- rubrique Marches p
Representant du pouvoir adjuc
Le President du Conseil Regiona
tinique
Procedure de passation : P
adaptee en vertu de I'article 28
des Marches Publics (CMP)
Objet du march : Assistance
d'ouvrage pour la determination
de gestion et d'exploitation de I'
gional de formation aux m6tiers
et de la jeunesse (IRFMSJ)
Reference d'identification du
DDS-AMOIRFMSJ-12-030
Caracteristiques principles et
allotissement : La present con
pour objet la designation d'un p
qui realisera pour le Conseil re
Martinique I'assistance A malt
vrage pour la determination du
gestion et d'exploitation de I'ln
gional de Formation aux Metier
et de la Jeunesse.
Le prestataire doit fixer les or
permettant :
d'effectuer le choix du mode d
et d'exploitation de I'IRFMSJ ;
de definir les orientations peda
a adopter concernant les formal
metiers lies aux sports, a I'anim
jeunesse et a I'education
de preciser les qualifications
tences du personnel admini
charge de la gestion, de I'adm
et du fonctionnement de cet Ins
d'envisager le rayonnement de
dans son environnement geog
aussi bien au niveau local, qu'
de la Caraibe.


La mission comportera les deux phases
FB5710 suivantes:
Phase 1 : Choix des orientations juri-
ICIPEE diques, administrative et pedagogiques
inaire en Cette phase doit aboutir a la production
ree a fort de documents qui definissent les orienta-
tions juridiques, administrative et peda-
au capital gogiques a adopter et qui permettront
une exploitation optimale de I'IRFMSJ,
tit gallon afin que celui-ci degage des recettes suf-
fisantes pour en assurer la viability et la
e France rentabilite & long terme.
ticipee et Phase 2 : Mission d'accompagnement et
est nom- de conseil
LBICY Cette phase consistera a accompagner le
FB5711 comite de pilotage pour la mise en place
du mode de gestion et d'exploitation re-
kTION tenu.
I Delai d'execution Phase 1 : 8 semaines
DES RE- Phase 2 :4 semaines
Modalites essentielles de financement et
;E de pavement du march : Financement :
18 Fonds propres de la Region
Paiement:
lordinaire Avance de 5% prevue
nt decide Virement administratif
societe Delai global de pavement : 30 jours
Monsaf Variation des prix : prix revisables
variantes Non autorisees
te des Adresse aupres de laquelle les docu-
ce ments peuvent etre obtenus : Le dossier
FB5712 de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service de la
Commande Publique
Rue Gaston Deferre CS50601 97261
Fort-de-France Cedex
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut 6tre egalement tele-
LA charge a I'adresse Internet sus indiquee.
Conditions de participation : Criteres de
passe le selection des candidatures
tartinique Les candidatures seront selectionnees au
que, regard des trois criteres suivants :
S-97261 les capacities professionnelles, tech-
e, tel: 05 niques et financiers
72-68-10 Situation propre du candidate:
.cr-marti- Renseignements et formalities neces-
ublics saires pour evaluer si ces exigences sont
dicateur : remplies :
al de Mar- la declaration du candidate conforme au
module DC2 version septembre 2010)
procedure pour chacune des entreprises concur-
du Code rentes ayant vocation A etre titulaires du
march
a maitrise lettre de candidature et d'habilitation du
du mode mandataire par ses cotraitants conforme
institute re- au module DC 1 dans sa version fevrier
Sdu sport 2011)
Capacites professionnelles:
march : Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
sultation a presentation d'une liste des principles
restataire prestations effectuees au course de la der-
gional de niere annee, indiquant le montant, la date
rise d'ou- et le destinataire public ou prive.
mode de Indication des titres d'etudes et profes-
istitut Re- sionnels de I'operateur economique et/ou
s du Sport des cadres de I'entreprise et notamment
des responsables de prestations de ser-
ientations vices
Certificats de qualifications profession-
e gestion nelles ou tout moyen apportant la preuve

Igogiques Magazine
tions aux
action, a la

et compe-
stratif en
inistration
stitut ;
I'IRFMSJ
raphique,
a I'chelle


de la capacity du candidate.
* Capacites economiques et financieres :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
realisees au course du dernier exercise
disponible
* Capacites techniques :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
- Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
CritBres de jugement des offres :
L'offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1. La valeur technique de I'offre (appre-
ciee sur la base de la note m6thodolo-
gique exigee au 2-8-2-d du reglement de
consultation) affectee d'un coefficient 6
se declinant selon les sous criteres sui-
vants :
- Comprehension du besoin, pertinence
de la methodologie et du deroulement de
la mission proposee 50% (du coefficient
6)
-Expertise des intervenants proposes
pour la mission 30% (du coefficient 6)
-Mode d'organisation de I'equipe 20% (du
coefficient 6)
2. Le prix affected d'un coefficient 4
Negociation des conditions du march a
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas echeant etre negociees avec
les candidates apres examen de leur offre
Delai de validity des offres : 180 jours
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
etre obtenus : Conseil regional de Marti-
nique (service de la command publique)
ou en ligne a I'adresse sus indiquee
Date limited de reception des offres : 14
mai 2012 a 12 H 00 (heure de Martinique)
Adresse a laquelle les offres doivent etre
envoyees : Reception des offres par pli
recommande ou centre recepisse au
Conseil Regional de la Martinique Service
de la Commande Publique rue Gaston
Deferre -CS50601- 97261 Fort-de-
France Cedex Martinique ou en ligne a
I'adresse Internet sus indiquee
Delai laisse au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance chargee des procedures de re-
cours : Tribunal administratif de Fort de
France Croix de Bellevue Immeuble
Roy-Camille- BP 683
97200 Fort-de-France
Tel :0596-71-66-67 Fax :0596-63-10-08
Organe charge des procedures de me-
diation : Comite consultatif de reglement
amiable des litiges de PARIS 29 rue
Barbet de Jouy -75700 PARIS cedex 7
Telephone : 01.44.42.63.43 Telecopie :


01.44.42.63.37
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recours : Le greffe du
Tribunal administratif Croix de Bellevue
97200 Fort de France
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee autorisee
Autres renseignements :
Procedure demat6rialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique
,, marches publics ,
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
- le te6echargement des avis, reglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie electronique
des dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion : 24 avril 2012 FB5713

PNEUVAL
ADDITIF AU JOURNAL JUSTICE DU
19 avril 2012 n 16 pagel7 FB5637
Nom lire : COURLA, au lieu de COURIA
FB 5714

(AVIS DE PUBLICATION DE FIN DE
LOCATION-GERANCE D'UN FONDS
DE COMMERCE
La location gerance du fonds de com-
merce d'hotellerie et de restauration ex-
ploite & Diamant (97223), Bourg Rue
Gens Bois, qui avait ete consentie, par
acte sous seing prive en date du 26 fe-
vrier 2008, enregistre a SIE de FORT-
DE-FRANCE le 27 fevrier 2008, n
2008//238 case n 27, par Monsieur Hu-
bert Marcel ANDRIEU, demeurant a Lo-
tissement LUCITO, Habitation BAMPOU
97223 LE DIAMANT, a la society I'ES-
CALE DU ROCHER, SARL au capital de
20 000 E Siret : 502 654 934 00024,
don't le siege social se trouve sis a HOtel
Diamant Les Bains 92 Rue Justin ROC
97223 LE DIAMANT, a definitivement pris
fin le 31 mars 2012.

AVIS DE PUBLICATION DE MISE EN
LOCATION GERANCE D'UN FONDS
DE COMMERCE
Par acte sous seing prive en date du 02
avril 2012, enregistre la S.I.E. de FORT-
DE-FRANCE P1le enregistrement le 05
avril 2012, sous le n 2012/379 Case n
14, Monsieur Hubert Marcel ANDRIEU
demeurant Lotissement Lucito, Habitation
Bampou 97223 DIAMANT a confie & la
Society en constitution KAY ALl SARL
don't le siege social est sis Hotel DIA-
MANT LES BAINS Bourg du Diamant la
location-gerance d'un fonds de com-
merce d'h6tellerie et de restauration ex-
ploite A DIAMANT pour une duree de 6
mois qui court a computer du ler avril
2012, renouvelable pour une duree inde-
terminee au terme de la premiere pe-
riode, par tacite reconduction.


V r' 0 Mai 212-jstie' P IR


r A Nmas^^f IU^^ fAf LES I -]^







http://www.iournal-iustice-martinique.com
J_ -martiiclue. co


Chekhe ka sonj : Un point symbolique entire te 27 avrit et Le 22 mai


La Ville de Schoelcher, qui tire son nom du c6elbre abolition-
niste Victor Schoelcher, est soucieuse chaque annee d'honorer
sans exclusive toutes les grandes figures ayant contribute &
I'abolition de I'esclavage a la Martinique. C'est la raison pour
laquelle elle se propose d'etablir constamment, au-dela du
cadre 6troit de I'histoire 6v6nementielle, un lien f6cond dans le
cadre de la commemoration de I'abolition de I'esclavage de
1848 entire les dates du 27 avril et du 22 mai. II s'agit bien pour
la Ville et les associations culturelles partenaires de transmet-
tre cette page de I'Histoire aux jeunes generations afin qu'elles
s'impregnent mieux du passe pour mieux apprehender I'avenir.
En cette annbe 2012, c'est le personnage de Pierre-Marie Pory-
Papy, acteur incontournable de I'abolition de I'esclavage qui est
mis A I'honneur (Frangois Auguste Pbrrinon Lumina Sophie et
Charles Auguste Bissette ont 6te les personnages mis en
exergue les annees prec6dentes).
Un ensemble de manifestations convergeront pour rappeler
I'action et la m6moire de cet acteur incontournable de I'abolition
de I'esclavage : une place et un immeuble schoelcherois por-
tent dbja son nom, et des causeries interg6n6rationnelles au-
tour des valeurs humanistes seront destinies a nous permettre
de nous r6approprier cette grande figure notre histoire.
Sous I'appellation Chelche ka sonje, une serie de manifesta-
tions se derouleront a partirdu 27 avril 2012 dans cette ville de
Schoelcher.


"Pory-Papy, acteur incontournable be 'abolition

6e S'esclavage"
Pierre-Marie Pory-Papy, fils d'un homme libre de couleur de la
Martinique et d'une affranchie, est n6 le 3 mai 1805 a Saint-
Pierre a la Martinique.
AprBs des etudes secondaires a Aix-en-Provence couronnees
par le baccalaureat en 1834, Pierre-Marie Pory-Papy fait des
etudes juridiques a Paris. Celles-ci terminbes, il s'inscrit au bar-
reau de Saint-Pierre le 4 novembre 1835. II est en quete d'une
charge d'avoue quand survient la Revolution de 1848. II va
alors concr6tiser son engagement politique.
Avocat et depute de la Martinique de 1848 A 1849 et de 1871
a 1874, Pierre-Marie Pory-Papy sera successivement Blu
conseiller municipal, maire adjoint, maire et depute au parle-
ment.



Competition ie Kanawa

L'association Karisko dirigee par Marcel Rapon est en train de
gagner son pari: reintroduire les pratiques am6rindiennes dans
notre
environnement. La competition de Kanawa, cannot amerindien
est de plus en plus prise des jeunes.


Commemoration du decret du 27'Avril 1848 a Schoelcher


L'agitation revolutionnaire de 1848 propulse Pierre-Marie Pory-
Papy au Conseil Municipal de Saint-Pierre oi il est charge de
la Police.
Pierre-Marie Pory-Papy est devenu un personnage important
de I'histoire de la Martinique, notamment pour son role en fa-
veur des esclaves lors de I'insurrection anti-esclavagiste de mai
1848 a Saint-Pierre.
Le 24 mai 1848, au lendemain de I'application du decret de
I'abolition de I'esclavage de 1848, Pierre-Marie Pory-Papy est
elu par le conseil municipal, maire de Saint-Pierre, function qu'il
occupera jusqu'au 30 ao0t 1848.
Pierre-Marie Pory-Papy est elu b deux reprises d6pute de la
Martinique du 9 ao0t 1848 au 26 mai 1849 et du 8 fevrier 1871
au 27 janvier 1874, date de son d6ces.



? Programme du 12m"' Konvwa pou Reparasyon
S / b Sibonev. laino. Arav.ak, Kalina. Karituna,.. Nou v tou o
Mabhk
Vendrdl111/0/2012: ATRIUM
16h Projection film a Akayouman o realise par Chnstian Foret en collaboration avec Kansko
18h : Confrence srur I'apport amrindien cthe Its peuplcs des Antilles t de 'Ainmaonie '
Intcrvenants Annick FRANCOIS-HAUGRIN (histonenne specialist des Amrnndiens), Carloman BASSET (histonen
specialist des Am inndiens), Therry LETANG (anthropologue), Chefs coutumlers d'Awala et de Yalmapo de la communaute
Kalina de Guyane.
Same 1210W2: (14,6km -2,3NMen mer)
7h30: Allocutions du president et des invites (Caraibes de la Dominique, Kalina)
IdhO : Depart de I'etape en presence du group WATABWI
Etapte (Pa 22 Me) Anrse Figuier Rivire- Pllots (sites amtnndcns) / Etape sur mer en kanawa
et en gomrnuer
Groune nied : VOUKOIUM
Dlmnanchie101M2:
Village KARIBANGO Ai in Pointe-larin (site am6rindlen)
9h d 16h : exposition d'artsans (vannene, potene, son du cheveu natural (ateler TORTILLE), manoc, kassav, tanncne,
transfrmaion de la calebasse ssdu o .), utan go i a c association Gomuner et Traditio, pon ex iterante
sur les traces des amenndiens (Muse dpartementale), animation musical avec Bamboumuzik..
9h3-llh : atehiers sur la question de la restitution des terres chez les populations ameindiennes (Carloman BASSET), sur
I'apponr amnndien dans I'Ethnopharmacopee de a Martinique (Emmanuel NOSSIN/TRAMIL),
11h: Ceremoni Dekatman Mas avec VOUKOIUM
15h-16h Synthnse des atelier,
16h- 7h : Clture avec un plateau artisique E so :L
Lundl 1406/12: (7,4 km) Le MIR et I'asaociton Ha-Maan anlmeront, de
1h30 : Les Coteaux (iimte Se Luce/ Rivere Sale) Dlamant (clmetiere) 9b a 16h, des stands san ina bRua s org vies lls de
Dpart/i Arrivee: DEFOULMAN WELELE BAND part di nu A -travrs ce aetmrns, ens
asnolatisna ouhaiteint sensibllier la population
Mardi 5/0512: (10,1 kim) la queton de rparaon et vaaner Is rtr
1830: Etape Robert, Route de Pte la Rose(Seemare) Pie Savane pau t IR (Thl-r, au.ollanrt, apesar, dts
Depart / Arrive :GROUPE 231 es sur note Histre...) des preodut
denva du fruit A pin ..L'ateler TORTILLE vous
MIrcdIr 1W 2: (6 km) inrerea au techniques dentrebten dies heveux
,I ,, I- 'i ,, a i r .1 i i t- i I1 naturSls,

Jeudi 17/0M2 : (7,4 km)
18h30: Etape Loram ; S&guineau Vive
Depart / Arrive : BARYL BAND BAMBOU DES ILES | trMIRelta
Vendredl18OW12: (7,4km) KIadko t IOn er
18630: Etape Joyau entiree clmetlere) Rive-drotte (Devant local de TANBOU BOKANNAL) i tTradon.
Depart / Arrive : TANBOU BOKANNAL
8amsedil910 22: (8,1km -3 NM)
18h30: Etape Schelcher (place des Arawak) Case-Plote (Maine) / Etape sur mer en kanawa et en gommier
Depart / Arrive : MOOV'
Dmanche 20/0612: (11,9 km 5 NM)
18h30: Etape Bellefontame (Maine) St-Pierre (Place Benin) / Etape sur mer en kanaw en gommler
Depart / Arriv(e : LES COLIBRI
LMrdl 21/a 12: (9,2km- (5 NM)
18h30: Etape St-Perre (Place Bern) Precheur (place 22 Me) / Etape sur mer en Kanawa et en gomnrer
Group A pied: SAN CHENN
Mardl 2210012: Remise des dipl6mes sur s place 22 me de Samte Anne
Contact MIR : 0696 189 194 mara aeirjafiaUwia n- www.msarmartiniqu e.cm


S0 Mai 202 tic n' 1-age o


CULTUIZE