<%BANNER%>
PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00241
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: February 2, 2012
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00241

Full Text
ne hebdomadaire d'information communist


Jeudi 8 Mars 2012 92ee Annee N 10 Martinique: 2,00 E France: 2,40 E DOM: 2,20 E
Ill~ i ,"; , -


H6pital public:
Malade du desengage-
ment de I'Etat
4,me trimestre 2011:
Faiblesse de la consom-
mation et persistence
d'un chomage eleven






http://www.ioural-iustice-martiniaue.com


a kaPase ................... .. 2

E~ito ...........................
- Notre engagement pour le front de
gauche

Luttes$ociale .............. #/5
- H6pital public : Au secours !
- Social : Les posters en greve

Eco/Social ................ .5/6
- Les 40 ans de la CAF
- Hausse du prix des carburants

ocidtd .................. 7
- Journee international de la femme

Vie u Parti.................. 8
- Remise des cartes 2012

Economic .................... 9
- Conjoncture au 4dme trimestre 2011

Politique ................ 10/11
- Legislatives 2012
- Collectivite unique

Pr.i.intillo ............. 1 2/1
- Soutien a Jean-Luc Mdenchon
- LOutremer a besoin d'actes forts
- Nicolas Sarkozy bousculd

Notre Rgion ........... ... 115
- Guadeloupe : penser un project collectif

Pa le MoAwe ............ 15/16
- Afrique et monde arabe

Anxonces Ufas ..........f. 16/19

Culture ...................f.20


VJ JUSTICE
Administration & Redaction:
T61. : 05 96 71 86 83
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. : 05 96 71 86 83
Commission Pantaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : GuennaBl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


Le "roi"Mongin echappe a a prison

Albert Mongin dit "le roi"avait fait appel de la condemnation a un an de prison et une
amende de 45 000 euros prononcee par le tribunal correctionnel le 18 mai 2011, suite
aux degradationss sur rifet Oscar", au Frangois, en liaison avec ses activities d'excur-
sionniste. L'affaire etait devant la Cour d'Appel de Tartenson le jeudi 1er mars dernier.
Les magistrats ont fait sauter la peine d'un an de prison mais ont alourdi I'amende, qui
est passee de 45 000 a 50 000 "Le roi Mongin"a en outre six mois pour demolir
les installations, sous peine de 100 euros d'amende par jour de retard. Cette decision
n'a pas surprise Albert Mongin, qui a denonce le process qui lui est fait, faisant valoir
qu'un autre occupant, Eric de Lucy, est toujours present sur I'Tlet. S'il avait dans un pre-
mier temps pense a abandonner cette activity, il a decide de la continue, quite 6
changer la facon d'exercer. Une concertation avec I'Assaupamar et ses soutiens est
envisagee pour voir comment border I'avenir suite a la decision du tribunal.

La grippe Sevit

Le nombre de consultations pour syndrome grippal, estime a partir des donnees issues
du reseau de medecins sentinelles est en augmentation, selon la cellule de veille sa-
nitaire. Elle observe tout de m6me que I'on n'a pas atteint encore le stade d'epidemie.
Le nombre de visits a domicile pour syndrome grippal, realisees par SOS-medecins
a augmented d6s la mi-d6cembre. Depuis debut janvier 2012, ces medecins realisent
en moyenne chaque semaine 19 consultations pour syndrome grippal. On note tou-
tefois un doublement de ces consultations avec 39 visits pour grippe entire le 20 et
le 26 fevrier. Aux urgences pediatriques de la MFME, le nombre de consultations pour
syndrome grippal a augmented de facon reguliere mais moderee depuis la premiere se-
maine de janvier 2012, passant de 32 consultations hebdomadaires a 60 durant la
derniere semaine de fevrier. Pour se proteger centre la grippe, il est recommande de
se laver souvent les mains et de se servir de mouchoirs en paper.

Un nouveu president i Contact ent prise

Le lobby patronal Contact Entreprise a procede au changement de son comite di-
recteur. Apres Olivier Hughes Despointes, c'est au tour d'Emmanuel de Reynal, d'as-
surer la presidence de cet organisme. II est second par une vice-presidente Sandra
Casanova, un tresorier Andre Dorn et une secretaire Anne-Emmanuelle Zameo. 160
entreprises de toutes tailles et de tous types composent I'effectif de I'association.

La Socopma on redessementjuiciaire

President depuis trois mois de la SOCOPMA (Societ6 cooperative des maratchers de
la Martinique), Guy Ovide-Etienne avait decide de faire appliquer la clause de sau-
vegarde a la society. Mais il n'a pas ete suivi, et le tribunal a place la society en re-
dressementjudiciaire le mardi 28 fevrier dernier. On ne sait pas pour I'instant combien
de temps aura la society pour retrouver ses marges de manoeuvre. II est vrai que la
situation financiere de la cooperative maraichere est depuis quelques mois plut6t dif-
ficile. La soixantaine de salaries etaient deja montes au creneau face a la crainte d'un
plan social. Une situation due, selon les responsables, a une mauvaise organisation
de la society et au non paiement des creances par les collectivites qui font appel a
elle. Ce ne sont pas moins de 2 millions d'euros qui lui sont dus. Et parmi les 250 pro-
ducteurs, beaucoup rechignent, devant I'absence de paiement de leur production, a
livrer a la cooperative. Ce qui place les autres societes du group, notamment la dis-
tribution et la congelation, en difficult. La Region est intervene derni6rement pour
avancer de I'argent frais, mais la situation reste instable. Le nouveau president plaide
pour une mise en formation du personnel en attendant la restructuration.

La Martinique n'oubie pas Thierry Do

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au Niger
dans la nuit du 15 au 16 septembre, avec quatre au-
tres Frangais, un Togolais et un Malgache, employes
des societies francaises Areva et Satom, par la
branch d'AI-Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est
soutenu moralement par toute la Martinique, y com-
i pris les militants communists et leur journal Justice
~1 '


[ $ KA1PAt





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Notre engagement en favour bu Front be gauche


Si certain qui se disent de gauche declarent ne
pas etre concerns par le grand d6bat que constitute
I'election presidentielle, le Parti Communiste Marti-
niquais, lui, a decide de s'y impliquer et de prendre
clairement position en faveur du Front de gauche
don't la candidature est portee par Jean-Luc Melen-
chon. Certes, entend-on parfois dire, cette election
est d'abord la rencontre entire un homme et les ci-
toyens. Mais plus que les atouts de la personnalite
de ce candidate, c'est d'abord son positionnement re-
solument a gauche et son ancrage social dans le
proletariat qui ont motive notre decision.
Ni suivisme, ni infeodation B aucun parti frangais.
Notre choix est fondamentalement politique II re-
suite d'une reflexion approfondie qui a about A la
conclusion que dans le context de cette crise du
system capitalist d'une exceptionnelle gravite,
I'election presidentielle offrait aux communists, aux
travailleurs et A tous les hommes de progrbs I'occa-
sion d'exprimer leur rejet de la mondialisation ultrali-
berale. Une mondialisation qui entend asservir les
peuples aux seuls interets des puissances d'argent
et a cette politique qui ne cesse de sacrifier I'humain
sur I'autel du profit. Comment nous, communists
martiniquais, qui avons toujours ete solidaires ou
etroitement associes a toutes les luttes qui ont about
a d'indeniables conquetes sociales pourrions-nous
rester I'arme au pied face a une politique aussi re-
trograde qui broie les plus faibles ?
Comment notre parti qui, depuis la naissance du
movement communist, lutte infatigablement contre
I'injustice social pourrait-il se desinteresser de ce
combat. En effet, depuis 2007, I'action de Nicolas
Sarkozy et de la droite reactionnaire n'a about qu'.
favoriser les nantis. Ce "president des riches" s'est
applique a faire porter le fardeau de la crise par les
pauvres et & elargir chaque jour davantage le fosse
des inegalites entire ceux qui sont d6ej immensement
riches et ceux qui sont condamnes a vivre avec des
salaires de misere ou en dessous du seuil de pau-
vrete ?
Oui, il s'agit bien pour nous de profiter de cette elec-
tion pour ouvrir les yeux de nos compatriotes sur la
vraie nature de capitalism, sur la volonte d'asser-
vissement des travailleurs aux interests ego'stes des
tenants du system. Oui, il est necessaire de prendre
une part active au combat pour que soient hisses le
plus haut possible les valeurs de solidarity, de pro-
gres social et de paix portees par le candidate du
Front de gauche. II s'agit surtout, pour nous de faire
merger une alternative progressiste au neocolonia-
lisme pour sortir de la situation mortifbre dans la-


quelle notre pays est
enferm6 depuis la de-
partementalisation.
Notre solidarity doit
6tre total avec les
forces progressistes
de France et d'Europe
qui s'opposent A ce ca-
pitalisme predateur et
A la politique de case
social mise en ceuvre
pour r6pondre aux exi-
gences du grand capi-
tal et de la Finance.
Car la Martinique, department frangais arrime &
I'Europe, rest totalement concerned par les choix
politiques arrte6s A Paris ou A Bruxelles.
C'est donc en tenant compete de I'urgence a apporter
une response social c la cruise afin d'att6nuer les
souffrances de nos compatriots et par solidarity de
classes que le Parti communist martiniquais s'est en-
gage aux c6tes du Front de gauche et a soutenir la
candidature de Jean-Luc Melenchon.
Dans son programme, le candidate du Front de
gauche entend donner la priority au d6veloppement
6conomique et ( la lutte centre le chomage en reje-
tant la politique d'aust6rit6 qui amplifie ici les effects
de la crise capitalist et en faisant de I'emploi public
"un moteur du diveloppement endogne".
S'agissant de notre revendication d'un veritable pou-
voir martiniquais, nous pouvons computer sur le sou-
tien du Parti Communiste Frangais pour fire
avancer cette exigenceau sein du Front de Gauche.
D'autant que la proposition de J-L Melenchon d'aller
vers une 6ieme Republique et d'inscrire dans la
Constitution la garantie des droits sociaux serait de
nature g mettre fin & I'odieux chantage 6 la perte des
acquis sociaux qui, A deux reprises dejA, a frein6
notre march yers I'accession A une plus grande res-
ponsabilite.
Loin d'abandonner ce combat, nous sommes deci-
des a nous battle pour aboutir avec les forces de
progrbs au pouvoir en France A la signature d'un
contract nouveau garantissant I'accession a une r6elle
responsabilite politique et ouvrant la voie au d6ve-
loppement veritable.
Georges Erichot

N.B. Voir en pages 12 les autres raisons de voter
pour le candidate du Front de Gauche.


RI i rB I B


I p I






Ikttp://www.iournal-iustice-martinique.com


H6pital public: Au secours!



Aara


p


Signature de la convention pour repeindre la facade et I'dtancheite du CHU Pierre Zobdi

La situation financiere de h6pital public est de plus en plus ten-
due, ce qui engendre une situation sanitaire particulierement
degradee en Martinique. Ainsi, les trois unites du CHU (Zobda
Quitman, Mangot Vulgin et Louis Domergue) cumulent un defi-
cit de 261 millions d'euros. De partout montent des cris r6cla-
mant des moyens pour un service public de quality. Apres les
syndicats hospitaliers, ce sont les m6decins des trois princi-
paux centres hospitaliers de Martinique (Fort-de-France, La-
mentin et Trinit6) qui sont montes au creneau, reclamant des
moyens pour "ne pas mettre en danger le vie des patients". II est
fait 6tat de fournisseurs qui ne sont pas pays depuis plus de
14 mois, de materiel manquant, d'augmentation de certaines
infections, notamment nosocomiales, de services fermes, telle
la chirurgie cardiaque. L'h6pital public est en train de sombrer
devant le disengagement de I'Etat. Tous les parlementaires
sont d6ja intervenus pour reclamer que I'Etat respect les en-
gagements qu'il a maintes fois pris. Ils d6noncent notamment
I'absence de reconnaissance par I'Etat d'un coefficient geogra-
phique major, du fait de I'eloignement des DOM, et du Plan
Sant6 Outremer de Mme Bachelot, pourtant valid par Mr Sar-
kozy lors de son dernier passage dans les DOM.
Serge Letchimy, dans une lettre co-signee par les autres par-
lementaires, s'indigne que "la situation dans Ces hdpitaud la
Martinique est revenue insoutena6be dun triple point de vue:
- tant pour la sicurite des patients mettant en danger leur vie,
- que les conditions de travaildes different personnel avec un
manque de personnelfmdical,
- et la sicuriti des usagers des hipitauxpar risque de contamina-
tion aboutissant ainsi, seCon ie Syndicat Martiniquais des fospi-
taliers, a une grave cruise de confiance dans [e systmme de sante et
de soins a [a [Martinique. Cela est inaccepta6le !"
II reclame des r6ponses a I'Etat concernant "ses engagements
quant au plein exercise de ses compitences en matikre de sante et
notamment une aide immediate aufinancement des actions de si-
curisation des activitis midicates du CM7U mettant fin a 'actueCle
situation de cruise ainsi que faccompagnement et la contribution
de CEtat d la sortie du deficit du CJV de Fort-de- France et pCus
globalement a [a recapitalization des hipitawu de Martinique et
de Guadeloupe".
La collectivite r6gionale est intervene A hauteur de 27 millions
en faveur du CHU pour des actions d'urgence mais elle ne peut
prendre la place de I'Etat dans sa mission r6galienne.


Face a la situation catastrophique bes h6pi-
taux en Martinique, t'Etat b6bloque trois mil-
Lions 6'euros sur tes bix rcltam6s
A I'Assembl6e national, le d6put6 Louis-Joseph
Manscour a interpelle une nouvelle fois le ministry de
la Sante Xavier Bertrand sur les engagements pris au
sujet du CHU.
Question du depute : "Le 29 juin dernier, j'attirais
votre attention sur la situation des hipitaux de Marti-
nique, au 6ordde Ce-plosion, et vous disais qu'ifs talent
maladies. .Aujourd'fui, au regarddes ricents ivinements,
a uitman is ne sont plus seulement malades, ifs sont a C'agonie.
(...) Lors de vos diffirents passages d Ca Martinique,
vous avez pris des engagements : Ce rjexamen du coefficient gjo-
graphique, en compensation des surcoits lies auxcontraintes go-
graphiques ; e financement de certaines activitis crueClement
defcitaires; la prise en compete des criances irricouvrables, soit
pCus 30 millions d'euros, quipesent sur Ces budgets de ces h6pitaux
depuis des annies et participent tres lourdement a Ceurs deficits
(..)".
Le jeudi 29 fevrier, le ministere de la sante a requ les trois Pre-
sidents des Conseils d'Administration (devenus Conseil de Sur-
veillance) : Louis Joseph* Manscour (Trinite), Yvon Paquit
(Fort-de-France), Philipe Edmond-Mariette (Lamentin), porteurs
d'une demand de 10 millions d'euros pour repondre a I'ur-
gence de la situation. "Le ministere a dlcidd de digager une en-
veloppe de trois millions deuros, une paifle qui nefait que reporter
les ichiances. Si CEtat n'entendpas mettre pCus de moyens en avriC
nous aurons des difficult pourpayer fe personnel', avertit Philipe
Edmond Mariette.
Reponse de Xavier Bertrand, ministry de la sante : "J'annon-
cerai une nouveCfe augmentation du coefficient giographique dans
lesjours qui viennent, defacon a pouvoir donner tes moyens n6-
cessaires a ces itablissements qui connaissent des sujetions et des
6esoins de financement particuliers ".
Cela fait cinq ans que la r6alisation de cette promesse est at-
tendue.

Cinq millions en emprunt
Face aux demands du syndicate des praticiens hospitalier, Da-
niel Riam, directeur du CHU Pierre Zobda -Quitman declare
avoir recu I'assurance de pouvoir contractor un emprunt de 5
millions d'euros aupres des banques. Cette some sera affec-
tee aux travaux d'urgence, aux 6quipements courants et aux
medicaments.
Selon le directeur du future CHU unique Daniel Riam, "les solu-
tions existent pour sortir de cette "machine d produire des defi-
cits", nous avons ilabore une politique globafe". Cela passe par
la fusion des h6pitaux publics pour une mutualisation des
moyens et un accompagnement massif du minister de la
sante.
A cela, le syndicate des praticiens hospitaliers replique en de-
mandant "qu'elle ne sefasse pas au prix de Ca degradation des
conditions daccueilet de soins des patients".


11F, *je Ma; 202 itcen'0-Pge





Shttp://www.iournal-iustice-martinique.com


Social: Les posters en greve

La greve entamee par les posters du centre de tri
de Fort-de-France affilies A la CGTM/PTT est-elle
en train de faire tache d'huile sur I'ensemble du ter-
ritoire ? C'est en tout cas le souhait des syndica-
listes apres I'absence de r6ponse de la direction de
la Poste a leur revendication. Un souhait d'autant
plus soutenu que la tentative de repression judi-
ciaire voulue par cette direction pour atteinte au
droit du travail a echou6. Le tribunal des refers a
au contraire condamn6 la Poste a verser 500 euros
au secr6taire g6n6ral Max Gervinet pour procedure
abusive. Le magistrate a 6galement d6sign6 la di-
rectrice adjointe de I'inspection du travail afin de
servir de mediateur dans le conflict. Les posters ont
cess6 le travail le lundi 27 fevrier pour protester
contre la r6organisation du system de distribution
du courier, pr6vue dans le project intitul6 "Facteurs
Tdavenir". II s'agit, selon le syndicate, d'accentuer les
mauvaises conditions de travail. Ainsi un postier
devra distribuer, par example, le courier sur Godissard puis
ensuite se rendre & Haut du Port et terminer au Terres Sain-
villeune repartition difficilement acceptable pour les posters.
Ils r6clament une remise A plat de ce system. Par ailleurs, le
syndicate juge les nouveaux locaux de Dillon inadapt6s pour
contenir pres de 200 personnel. Fort de la decision de justice,
le syndicate CGTM/PTT entend amplifier le movement avec
I'appel A une greve gendrale de tous les posters a partir du
jeudi 8 mars. "Les posters ont inormiment de difficultis, c'est le


Les posters revendiquent une autre organisation du travail


moment de les mettre d plat", justifie le dirigeant syndical. Et de
mettre en avant le manque d'effectif, la mauvaise organisation
du travail, le management par le stress. Sur ce dernier point, les
syndicalistes veulent eviter qu'un salaries de la poste n'en
vienne a accomplir un geste malheureux, comme cela s'est vu
dans.d'autres administrations. Quelle sera la r6ponse de la di-
rection ? En attendant, notre journal Justice et votre courier ne
sont pas distribu6s. Jusqu'b quand ?


Les 40 ans be la Caisse W'Alocations famiiales(CAF): 36 % bes families

n'ont que tes prestations sociates pour vivre


Pour beaucoup de families, les prestations sociales sont les seules revenues

La Caisse d'allocations familiales a eu quarante ans le ler mars
dernier, puisqu'elle a vu lejour le ler mars 1072. Avant il y avait
I'assurance Deleuze puis la S6curite social. II a fallu un long
processus pour obtenir 1'6galite de traitement relative avec la
France. Les comriunistes se sont battus avec acharnement
contre la pretendue paritye sociaCe gCloiae". II existe encore un
certain nombre de discriminations.221 261 personnel en 2010
sont couvertes par les prestations familiales, soit plus d'un Mar-
tiniquais sur deux. 56 082 personnel ont b6nefici6 de I'action


social. Et ces prestations representent la seule resource pour
36 % des families allocataires. Un chiffre qui permet de com-
prendre la force du chantage A la perte des acquis sociaux lors
des consultations statutaires et institutionnelles. "Les presta-
tionsfamilales ne reprisentent plus un complement de resources"
-si tant que cela ait ete le cas dans ce pays de ch6mage "mais
le seulrevenu pour de nom6reusesfamilles", declare a France-
Antilles du ler/03/2012 son actuel Directeur M. Marcel Man-
gatalle. France-Antilles des 3 & 4 mars 2012 public le
temoignage poignant de deux meres families de 5 enfants qui
decrivent leurs difficulties de vie et qui n'ont pour resources
que les prestations sociales.
L'une des deux dit vouloir travailler si elle trouve un emploi.
L'autre dit ne pas pouvoir en raison de la garde de ses deux ju-
melles. Ceux qui parent d'assistanat devraient turner leur
langue dans leur bouche avant de reprendre ce cliche reac-
tionnaire et y regarder de plus pres.
La CAF couvre les domaines suivants : entretien des enfants
(naissance, education, garde, temps libre), logement, handi-
cap, isolement, monoparentalite, precarite, invalidite et restau-
ration scolaire.
En 2009, le budget total de la CAF, soit 665 millions d'euros,
equivalait au montant total des depenses des communes de la
Martinique (665,5 millions d'euros).


P, Beui 8 MaI 2072 -uie n10-lag


L I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


NouveUle hausse bes carburants le ler mars en Martinique: Faut-il


bloquer tes prix?


Un tarif social au b6nefice des usagers modestes est a etudier


Les prix des carburants ont encore augment le ler mars
dernier. Le Super sans plomb a pris 4 cts par litre de plus
en passant de 1,50 /I & 1,54 /I et le gazole a ete plus sage
en augmentant de 1 ct par litre en 6tant paye 1,31 E/Il la
pompe au lieu de 1,30 /l.

Les motifs donn6s par le communique pr6fectoral montrent que
la Martinique subit de plein fouet la speculation accrue organi-
see a partir des tensions g6opolitiques dans les pays exporta-
teurs et de la faiblesse de I'euro par rapport au dollar du fait de
la crise de la dette souveraine en zone euro (Grece, etc). C'est
ainsi que le baril de p6trole brut brent a augment de 6 % 6
cause de la situation en Syrie et au Soudan ainsi qu'en raison
de la decision de I'lran de ne plus livrer de p6trole en Europe,
notamment a la France et a la Grande-Bretagne en pointe dans
I'hostilit6 6 I'lran et a la Syrie (armements des rebelles syriens
par le biais du Qatar).
Les citations de Super sans plomb et de gazole qui sont utili-
sees dans la formule de revision des prix aux Antilles-Guyane
ont respectivement augmented de + 7,55 % et + 3,8 % a cause
de la vague de froid en Europe et de la reduction de production
de' plusieurs raffineries en Europe. Le hausse du gaz propane
se r6percute sur la demand en essence et favorite la hausse
des prix.
Certes, en f6vrier 2012 le prix a la pompe du Super sans plomb
est rest inf6rieur en Martinique 1,50 E/I centre 1,57 E/I en
France en moyenne. De meme pour le gazole: 1,30 E/I en Mar-
tinique centre 1,41 E/I en moyenne en France en fevrier.
Mais la hausse des prix en France ne presage rien de bon :
1,60 euro pour le litre de super sans plomb 95, 1,44 euro par
litre pour le gazole, selon les derniers chiffres publi6s au debut
de la semaine derniere par le minister du Ddveloppement du-
rable.

Un blockage bes prix bes carburants ?
Le prix des carburants est entree 'dans le d6bat politique en
France. Frangois Hollande propose un blocage "temporaire",
pour.une dur6e de "trois mois", des prix de I'essence. Une p6-
riode A I'issue de laquelle serait r6tablie une Tipp "fCttante"qui
ne serait plus fondue sur la variation du volume mais qui fluc-


oimr SSrS Mr 2 i n'


'L-


tuerait en function du prix du bail, afin de "resti-
tuer au consommateur ce que CrEtat n'a pas d avoir
comme recettes suppfimentaires". La TIPP est la
taxe int6rieure sur les products p6troliers qui
n'existe pas dans les DOM. Elle existe sous la
forme de la taxe sp6ciale sur les carburants ou
FIRT et est pergue par les Conseils regionaux. A
la Reunion, la rbcente baisse des carburants de
8 centimes par litre a r6sult6 d'une baisse de I'oc-
troi de mer au detriment de la Region, du D6par-
tement et des communes (manque a gagner de
24 millions d'euros).
Les sarkozystes ont essay de ridiculiser la pro-
position Hollande. Sarkozy a d6clar6 que le blo-
cage des prix n'a pas de sens puisque le p6trole
est achet6 a I'etranger et que son prix est fix6 par
le march mondial. "Bloquer les prixj des carbu-
rants en agissant sur lafiscalite, mime pour une
durie (imitie d trois mois, reprisente une charge prohibitive pour
Ce budget de r'tat. Le btocage dune augmentation de 10 centimes
pour trois mois reprisente une charge de 1,25 milliardd'euros pour
rfEtat", a ainsi appuye Eric Besson, ministry de I'ndustrie.
Si la part des taxes reste important dans la composition du
prix et repr6sente pres des deux tiers du tarif en France, il ne
faut pas oublier que la monte des prix profit essentiellement
aux p6troliers. A commencer par Total,.qui a annonc6 pres de
12,3 milliards d'euros de b6n6fices pour I'annee 2011. "CeCa met
en evidence une mainmise des petroiers sur les prix et les marges
de toutes es activities alant de Cextraction d la distribution, au de-
triment du consommateur", avait d6nonc6 I'association de
consommateurs UFC-Que choisir. La preuve est apportee par
le fait que les prix hors taxes augmentent plus vite que les prix
a la pompe. "C'est done befet bien la rente privie et non la rente
pu6lique qui asphyxie principalement les consommateurs", precise
I'UFC.
Pour le PCF, "s'attaquera la hausse du pride Cessence demand
des reformes consiquentes qui passent par la creation dun prix
max7mal, dune baisse de 5 % de ha cipp ; e tout finance par [a
taxation des entreprises pitro~ires". Cette idee est violemment
r6cus6e par I'industrie p6troliere qui pr6fere la proposition Hol-
lande d'agir sur les taxes.
L'id6e d'un "tarifsocia" des carburants au ben6fice des usa-
gers modestes finance par un prelevement sur les profits des
soci6t6s p6trolieres est aussi & 6tudier.
Le prix de la bouteille de gaz de 12,5 kg a diminu6 de 96 cen-
times et est fixee au ler mars a 24,59 E au lieu de 25,55 kg
(27,12 / equivalent 12,5 kg en France d6but f6vrier 2012).
A.G


C cos3^ ^ I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


8 mars: journee international bes broits bes femmes
= 7= -------- --~.-~-.~~~-~.~~.. .. . .. ....... .. _Z7__ Z...._::. .:...:.:::.:...r.. ...


Les femmes patient un lourd tribute au ch6mage


Clara Zetkin (1857-1933) est n4e Clara Eissner, le 5 juillet
1857 a Wiederau, pres de Chemnitz, en Saxe. Fille d'un ins-
tituteur de village, elle se destine A I'enseignement et 6tu-
die a I'6cole normal feminine de Leipzig.

Des le milieu des annees 1870, elle frequente les movements
feministes, participe aux activities de I'Association general des
femmes allemandes et adhere a la mouvance socialist. En
1878, elle reussit brillamment son examen, mais malgre I'amour
pour sa profession, elle choisit une autre voie, celle des idees
socialists en plein essor en Allemagne sous Bismarck. Le Parti
Socialiste interdit par Bismarck, elle s'exile en 1878 a Zurich ou
elle choisit pour compagnon le revolutionnaire russe Ossip Zet-
kin. Ils ne se marient pas ("parprincipe'), et s'installent & Paris
en 1882 oO ils menent une vie d'emigr6s revolutionnaires. Bien
qu'ils ne soient pas marines, elle prend le nom de son compa-
gnon don't elle aura deux enfants. A la mort d'Ossip Zetkin en
1889, elle retourne en Allemagne avec ses fils.
C'est en 1910 a Copenhague, lors de la conference de "'Tn-
terationale Socialiste des 'emmes", que Clara Zetkin propose
aux congressistes de dix sept pays d'organiser une "Journje in-
ternationaCe desfemmes" pour promouvoir le droit de vote des
femmes, I'6galit6 des droits et de meilleures conditions de tra-
vail.
Et ca fait boule de neige. En 1911, des manifestations sont or-
ganisees en Autriche-Hongrie, au Danemark, en Suisse, en Al-
lemagne, puis les annees suivantes en France, aux Pays-Bas,
en Russie et en Suede. En mars 1911, un million de femmes
manifestent en Europe. Le 8 mars 1913, des femmes russes
organisent des rassemblements. En Allemagne, le 8 mars
1914, les femmes reclament le droit de vote. Le 8 mars 1915,
6 Oslo, des femmes defendent leurs droits et reclament la paix.
Clara Zetkin est aussi redactrice en chef de "L'Egafite" (Die
Gleichheit), le journal feminin allemand le plus diffuse a
I'epoque(125 000 abonn6es en 1914), elle y expose sur la
femme, sur le couple, sur I'6ducation des enfants, sur I'ecole,
des idees tres novatrices.
Quand les Allemandes obtiennent le droit de vote en 1918 (pres
de trente ans avant les frangaises !), c'est en parties le resultat
de la lutte obstinee de Clara Zetkin.
Voili donc les origins de la journee international des femmes,
un e6vnement qui de nos jours, semble un peu banalise, un
peu 6dulcore, mais qui s'est impose grace aux luttes feministes.
Et en ces temps Il, ga n'etait pas du gateau !


Les principaux combats de Clara Zetkin ont 6tB la lutte
pour le droit de vote des femmes, le droit au divorce et A
I'union libre, I'6galit6 entire les sexes, la fin de la guerre, la
suppression du capitalism, au sein du parti socialist,
puis du parti communist allemand. Elle est emprisonnee
en 1915 a cause de son action pour la paix. Eh oui, la Zet-
kin n'etait pas une tide !
Apres des annees de vie militant, le 30 ao0t 1932, a I'Age
de 75 ans, elle est chargee, en sa quality de doyenne du
Reichstag, de prononcer le discours d'inauguration du par-
lement oO dominant les nazis. Ce jour Ia, elle lance un vi-
brant appel a lutter contre I'hitlerisme. Ce sera sa derniere
manifestation publique.
En exil a Moscou, elle meurt le 20 juin 1933 & lI'ge de
soixante seize ans (son opposition & Staline suscite des
doutes quant aux conditions de son deces). Elle repose
au pied des murs du Kremlin, face a la place Rouge.
Sautons les annees, la Resistance, la lutte pour la contracep-
tion, le droit a I'avortement, et d'autres encore. Enfin, le 8 mars
1977, I'Organisation;des Nations Unies (ONU) donne un statut
official a la Journee Internationale des Droits des Femmes,
soixante sept ans apres sa creation A Copenhague par Clara
Zetkin. Le 8 mars 1982, le gouvernement francais decide a son
tour de cel6brer la Journee Internationale des Droits des
Femmes en France.
En tous cas, les convictions de Clara Zetkin lui ont largement
survecu. Pour elle, le couple est fait de deux partenaires qui
sont 6gaux en droits. Elle est favorable au divorce par consen-
tement mutuel et pense que les gargons, comme les filles, doi-
vent prendre part aux travaux du manage. Mere de deux
gargons, elle a vecu elle-meme en union libre, et s'est toujours
montree en faveur du travail des femmes, seul moyen selon
elle, de subvenir a leurs besoins et de gagner autonomie et li-
berte.

En Martinique
L'Union des Femmes de la Martinique a, des le debut, com-
memore et donned son importance a cette journee de lutte et de
revendication des femmes qui garde toute son actuality.
C'est une journee de manifestations a travers le monde : I'oc-
casion de faire un bilan sur la situation des femmes. Tradition-
nellement les groups
et associations de
femmes militants pre- Ilange FITTE-DL\ :I
parent des manifesta- Le don de soi
tions partout dans le
monde, pour f6ter les
victoires et les acquis,
faire entendre leurs re- I
vendications, pour ame-
liorer la situation des
femmes.
La Journee internatio-
nale des femmes reste .
aujourd'hui d'une brG- ,,,,
lante actuality. Car tant
que I'egalit6 entire les '""', h,.,
hommes et les femmes .
ne sera pas atteinte,
nous aurons besoin de is
la c6l6brer.
Solange Fitt-Duval, une pionniere dans la lutte
pour les droits des femmes en Martinique


V 8 Mari 202 i'*1-PIag


50CIETE





http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


Lancement be la remise bes cartes 2012: Renforcons notre Parti Com-

muniste pour faire avancer ta Martinique!


Des communists fier de I'6tre


Dimanche 4 mars, comme chaque annee, notre Parti invitait
ses rhfilitants au lancement de la remise solennelle des cartes
2012. C'est un acte militant de premiere importance car il s'agit
de renouveler notre confiance au Parti et de s'impliquer dans
ses orientations politiques, economiques, sociales et culturelles
pour sortir notre pays du le marasme dans lequel il est plonge
depuis des d6cennies.
En ouverture de la reunion, le Secretaire General, Georges Eri-
chot fit observer une minute de silence a la memoire de notre
camarade Gabriel Henry, decade le 23 fevrier dernier en France
& 103 ans.
Dans une conjoncture 6conomique d'une rare violence social
engendres par le system capitalist qui fabrique la pauvrete,
la misere, la delinquance, les licenciements, le chomage il est
de notre devoir de nous revolter.
Les dirigeants du monde capitalist imposent aux peuples des
measures de plus en plus severes et brutales et ils d6cretent
avec une insolente hypocrisie la rigueur comme "une vertu".
Cette rigueur qui frappe d'abord et surtout les masses labo-
rieuses a qui il est demand de payer leur politique au service
des puissances d'argent.
"Mtloilisons-nous pour rdpondre aL Curgence sociale, tel etait le
theme central de notre reflexion que presentait notre camarade
Michel Branchi au nom du Comite Central. Nous ressentons
avec colere la souffrance quotidienne de nos compatriotes qui
eprouvent les plus grandes difficulties 6 subvenir 6 leurs besoins
essentiels (se nourrir, se loger, trouver un emploi, les charges
familiales, etc.). Cette frange important de la population qui vit


de minimas sociaux (retraites, Rsa, indemnit6s de ch6mage),
qui est dans une pr6carite extreme et qui pour manger, a re-
cours aux organismes de solidarity (Secours catholique, Croix-
Rouge, banque alimentaire, 6picerie social, etc).
Que dire de nos jeunes qui en d6pit de leur formation profes-
sionnelle ou universitaire sont contraints a I'exil sous le vocable
de "la mo6ilite"alors que dans le m6me temps des personnel
venant de France occupent des emplois auxquels nos jeunes
compatriotes auraient pu pretendre?
Le rapport de Michel Branchi brosse un tableau particuliere-
ment inqui6tant de la situation 6conomique et social de notre
pays et don't m6me les institute officials comme I'INSEE recon-
naissent la gravity.
"Ifaut [utter contre Ces effects sociauxde la cruise et placer au pre-
mier plan 'urgence social dans notre pays : emploi, pouvoir
d'achat, [ogement, acc's d la sante et d Ceducation, transports,
etc. ", insisted t-il.
II affirme : "La cruise financibre capitalist montre que, malgre (a
chute du mur de Berlin et Ceffondrement des regimes dits "socia-
listes" mais qui, pour beaucoup, itaient devenus bureaucratiques
et autoritaires, le capitalisme n'est pas triomphant ni invulnerable.
ICn'est pas battu certes et loin s'enfaut. Mais des riches sont
possibles dans le systime.
4u plan idfologique on note un regain fintiret pour les analyses
de WMar et des marxistes pour comprendre la cruise et la mondiali-
sation. 'On regardnouveau est port sur fes communistss. D'oO la
n6cessite de r6affirmer notre engagement communist plus
que jamais : "I[nousfaut etre attentifs aux besoins des masses
mime Ces plus anodins et nous efforcer d'y apporter des solutions
immidiates sans perdre de vue Cobjectiffondamentalde 1a trans-
formation de la socijte (un socialisme authentiquement martini-
quais) et de mancipation martiniquaise, d savoir Cautonomie a
Citape actuelle".
Apres la remisse solennelle des cartes pour I'ann6e 2012, les
camarades ont entonne "C'nternationale"et se sont retrouv6s
autour du pot de I'amiti6.
Fernand Papaya


Parti Communiste Martiniquais

Bulletin d'adh6sion


No :....................................................... Pr6nom :........ ..... .......................... ...............
A g e : ......... ... ..... ..................................... ............. P rofe ssio n :...............................................................
A d re s s e :............. ............ .... ................................... .............................................. ............. ................
.... .. .. ............................................................... ..............................................................................
T el. : ......................................... . .
Tel.: .............. ... .............. ....: ..............


Date et signature


Bulletin a remettre a un militant ou adresser :
P.C.M angle des rues E. Zola et A. Aliker B.P 4069 TSV
97200 Fort de France Tel : 0596 71 86 83


V o euiS MaiS2012SVitiIeSS10 -age


L VEJ "IPA ItT






http://www.iournal-ustice-martinique.com


Conjoncture economique en Martinique au 4em

Stability ans la morosit', faibtes

tance W'un ch6mage 6levm

L'lnstitut d'emission des DOM (IEDOM) vient de publier sa note
express sur les "tendances conjonctureffes du 4eme trimestre 2011
en Martinique "(NE n" 139 de fevrier 2012). Nous avions d6ej
rendu compete du point conjoncturel fait par la Chambre de com-
merce le 27 janvier dernier et qui donnait d6ja quelques resultats
complete de I'annee 2011. Cette note va plus loin.


Conjoncture mon6iale: recession en zone euro et ralen-
tissement aans la Caraibe
La note donne d'abord quelques elements de la "conjoncture in-
terationale et rigionale". Pour I'ledom, "1a reprise international
marque le pas": croissance moderee dans les economies 6mer-
gentes mais qui ralentit, moderee aux Etats-Unis avec augmen-
tation de I'emploi, contraction en Europe a la fin 2011 et
progression de 1,7 % en France en 2011. II faut ajouter une pre-
vision de recession de BruxeHes de 0,3 % en zone euro en 2012
et de croissance ralentie en France a + 0,4 % en 2012. Indiquons
que la zone euro a atteint son plus haut niveau historique de taux
de chomage en janvier 2012, a 10,7 % et 16,92 millions de ch6-
meurs. La crise financiere capitalist, si elle connait un repit, n'est
pas finie.
L'ledom constate un "ralentissement jconomique dans 1a Caraife"
du fait de la hausse des prix de I'energie, de la diminution des
depenses de tourism et de la reduction des depenses publiques.
A la Barbade, I'economie est rested "sta6be"en 2011.

Martinique: Prevision be baisse au ler trimestre 2012
Pour la Martinique, I'ledom met en avant son indicateur du climate
des affaires(ICA) resultant d'une enquete aupres des chefs d'en-
treprises. II serait "stable"au 46me trimestre 2011 et en dessous
de 3,2 points de sa moyenne de longue periode, comme cela a
ete tout au long de I'annee 2011. Mais "Ies anticipations sont d [a
baisse" pour le premier trimestre 2012.
La consommation des manages estjug6e "atone". Mais I'inves-
tissement des entreprises a ete "mieu.orienti" au 46me trimes-
tre. De meme pour le BTP, le tourism et les services aux
entreprises. Mais on devrait s'attendre a une inflexion A la baisse
au debut 2012.
Ces considerations generales etant faites, examinons les
grandes functions 6conomiques.
*Prix : moderation. La hausse annuelle a et6 de 2 % en 2011
avec tout de meme une augmentation de 10,4 % des prix de
I'energie.
*Emploi : persistencee dun cf6mage ifevi', dit I'ledom. En de-
cembre 2011, le nombre de demandeurs d'emploi de categories A
atteint 41 970, soit un indicateur de chomage a 24,9 % et une
augmentation de 3,5 % sur un an. Le nombre d'allocataires de
P6le emploi (ch6meurs indemnises) a augmented de 11,8 % en
un an. Ils sont 22 899 a vivre d'allocations ch6mage sur 41 970
demandeurs d'emploi, soit seulement 54,5 %. Que font les au-
tres ? Par contre, les offres d'emploi ont augmented de 22,1 % au
4e6ne trimestre par rapport au 3eme trimestre pour atteindre 3
404. Sur I'annee le nombre des offres d'emploi collectees est de
11 945, soit + 14,7 % sur 2010. Signe d'une reprise ?
*Consommation : "atonie", consommation "incertaine". Le chif-
fre d'affaires de la grande distribution progress de 3,8 % en


e trimestre 2011:

se ae ta consommation et persis-



2011. Par contre, les recettes d'octroi de mer ont baiss6 de 3,7 %
sur ce mime 46me trimestre 2011, de m6me que les importa-
tions de biens de consommation (- 1,3 %) et de biens d'6quipe-
ments electriques (- 35,7 %). Sur I'annee 2011, les recettes
d'octroi de mer ont progress de 3,4 % (183 millions d'euros) et
celles de TVA de 6,5 % (165,5 millions d'eucos). Autre element
non mentioned par I'ledom : la Sara a vendu moins 9,3 % de pro-
duits petroliers en 2011. Cela indique egalement une perte de
pouvoir d'achat et une reaction face aux augmentations conti-
nues des prix des carburants.
*Investissements des entreprises : maintien. Mais il s'agit de
renouvellement et ce retour & I'equilibre se fait dans.un climate d'
"incertitude"et de "manque deperspectives", en raison notamment
des chances electorales. Les credits d'equipement ont aug-
mente de 3,5 % sur I'annee 2011.La situation financiere des en-
treprises estjugee "stable". On n'est pas dans une perspective de
reliance de I'investissement malgre les profits fabuleux engran-
ges ces dernieres annees.
*Echanges exterieurs : repli. Repli des importations de 3,4 % au
4eme trimestre et des exportations de 35,3 %. Les importations
sont en progression legere de + 0,8 % sur I'annee et les expor-
tations en baisse 32,7 % du fait de la baisse des exportations de
products petroliers et des products agricoles. Le taux de couver-
ture des importations par les exportations passe de 14,7 % en
2010 A 10,3 % en 2011. Le pays continue a se devitaliser.

Amelioration be I'activite fin 2011, mais pessimism
pour 6but2012
L'analyse de I'activite par secteurs conduit I'ledom a juger qu'il
ya "ameioration"au 46me trimestre. Mais les perspectives pour
le ler trimestre 2012 sont "mesurees.
*Secteur primaire (agriculture): degrade. Baisse des exporta-
tions de products agricoles : la Martinique a exported 135 779,6
tonnes de bananes en 2011, soit -28,7 % que I'annee prece-
dente. Baisse de la production de viande de 7,7 % en 2011. Mais
augmentation de 10,4 % des importations de viande bovine et
baisse de 7,3 % des importations de viande porcine et de 8,3 %
de celle de volailles.
*Secteur agro-alimentaire : repli de I'activite en raison de la
hausse des prix des matieres premieres et de la "faib6esse"de la
consommation locale.
*Secteur du BTP : activity favorablement orientee. Cela en
raison de mises en chantier des donneurs d'ordre publics. Ce-
pendant, paradoxalement, les ventes de ciment ne decollent pas.
Pour les mois 6 venir, les entreprises prevoient un "flichissement"
du volume d'affaires.
*Secteur industrial : redressement. Cela en lien avec I'amelio-
ration dans le BTP.
*Tourisme : activity favorablement orientee. Cela resulte des
campagnes de promotion, est-il explique, et aussi "du report d'une
parties de la clientele du 6assin mediterraneen". C'est-a-dire Tuni-
sie, Egypte, etc. Donc reprise conjoncturelle.
*Services aux entreprises : beneficie de la'hausse global des
autres secteurs. Mais perspectives "pessimistes" pour le ler tri-
mestre 2012.
II est clair que ce pays a besoin de changement.
Michel Branchi


IF i BB .1r I .


Ecowm






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Lcgislatives 2012: Quanab es app6tits s'aiguisent

P A, s'attirer la sympathie de la majority des 21.000 elec-
teurs du Lamentin. Un pari risqu6 A ces trois candi-
datures dites de gauche, devraient logiquement
s'ajouter deux autres candidates de droite en la per-
sonne de Chantal Maignan (parti r6gionaliste martini-
quais) et de Naema Tilhac sous les couleurs de I'UMP.
Mais les choses risquent encore de se compliquer si,
comme en fait 6tat la rumeur, Serge Letchimy deci-
dait de s'y presenter son tour pour tenter de barrer
-la route a "Cha6in". Une decision qui serait fort mal
perque par "Bdtir" dont le candidate a dcl4 annonc6
qu'il n'avait pas I'intention de "faire de cadeau"A ses
allies. D'autres pr6tendants se d6clarent pr&ts a faire
don de leur personnel pour faire "avancer la circons-
cription"comme on entend souvent. C'est le cas de
D'abord d6fendre les internts du people martiniquais Christian Verneuil, 4ieme adjoint au maire du Robert
don't I'annonce de la candidature ne fait pas I'unani-
Gaterie provisoire bes pr4tenbants. mite au sein de la majority du conseil municipal. Des rumeurs
Au moins vingt candidates potentiels pour les quatre sieges de font 6tat d'une 6nibme candidature d'Eric Val6re, toujours en
AA,,- ... A. ~,-, .^ I,.- ........ ,I,^. I... .,^ _^.:^,^ mal de reconnaissance electorale.


udputs rlpr6senantii la Mai unique a I Assemble national !
C'est le decompte provisoire auquel on aboutit en faisant le tour
des circonscriptions. Mais par delay le calcul de probability, le
reste fort simple, et qui permet d'affirmer qu'il ne peut y avoir
que quatre elus et done beaucoup de deceptions, s'impose la
conclusion politique que la principal raison d'etre de la nebu-
leuse que constitute I'alliance "Enseml6e pour une Martinique
nouvelle"dominee par le PPM n'est que la conqu6te du pouvoir.
Et I'on est aujourd'hui en droit de s'interroger sur ce qu'il en res-
tera, si comme il est a craindre, aucun des candidates declares
ou potentiels, membres de cette coalition, n'entend ceder le
moindre pouce de terrain. Tous se presentant comme legitimes.
II faut remarquer que les plus avides de ces candidates sont
ceux qui, sentant turner le vent lors de la consultation du 10
janvier 2010 s'ur l'6volution statutaire, se sont hates de rejoin-
dre le PPM, dans I'espoir de se retrouver en bonne place sur la
bonne liste, aux regionales de 2010.
Le president du PPM, inspirateur de I'Alliance, parviendra-t-il a
faire taire certaines ambitions qui risquent de mettre a mal la co-
alition qui a porter Josette Manin A la presidence du Conseil Ge-
neral en 2011 ? II y a fort a parier qu'une fois de plus, par delay
les declarations d'intention, les problems fondamentaux de la
Martinique restent au second plan.

Pl6thore be canbibatures
Le redecoupage des quatre circonscriptions a pour conse-
quence une redistribution des cartes.
C'est notamment le cas de la 1ere circonscription (Centre at-
lantique) qui englobe desormais les communes du Lamentin,
de Saint-Joseph, du Gros-Morne, de Trinite, du Robert et du
Frangois et qui fait I'objet de beaucoup de convoitises. C'est
dans cette circonscription, totalement remodelee, que la ba-
taille risque d'etre la plus Apre si les intentions de candidatures
se confirment. Situation delicate pour le depute sortant, Louis-
Joseph Manscour prive du soutien des electeurs du nord at-
lantique qui, a deux reprises dejb, lui ont accord leur
confiance. Alfred Marie-Jeanne serait-il decide A partir a la
conquete de ce nouveau territoire oi il dispose de solides sou-
tiens? II devrait aussi rencontrer sur sa route Philippe Edmond-
Mariette, le 1er adjoint au maire du Lamentin qui, a I'ombre de
Pierre Samot et soutenu par "O(tir pays Martinique", espere


Dans la 2ibme circonscription, elle aussi profondement re-
dessinee et qui, pour
des raisons d'equilibre
demographique re-
groupe toutes les
communes du nord
caraibe de Schoelcher
au Precheur et de la
,N c6te atlantique, de
Grand Riviere jusqu'a
Sainte-Marie, lesjeux,
non plus, ne sont pas
faits. La lutte s'an-
nonce f6roce pour la
i succession d'Alfred
Almont qui ne se re-
Marcelin Nadeau,portera les couleurs pr6sente pas. Les
du Modemas dans la 2ibme circonscription candidatures annon-
cees de Jenny Dulys-
Petit class6e & droite (Sarkozyste) et de Luc Louison Clemente
qui se dit de gauche, tous deux membres de "Ensemble pour
une artinique nouvele "illustrent I'ambiguite de cette coalition.
Finalement, le maire de Schcelcher a 6et choisi.
A l'oppos6, le maire de Sainte-Marie, Bruno Nestor Az6rot es-
pore le soutien du RDM. Mais il devra computer avec la candi-
dature de son coll6gue du Precheur, Marcelin Nadaud invest
par le Mod6mas. Cette formation qui d'habitude ne prend pas
part aux elections l6gislatives se dit "diterminje, plans fe conteXte
particufler de cruise 6conomique, sociale, financier, morale et jco-
fogique que sutissent, aujourA hui, notre pays et 1a planite, i pren-
dre toute sa place dans le scrutiny pour fes ifections figislatives de
juin 2012, dans la region du Nord particufirement touchie par le
maldiveloppement que connait Censembfe- de (a M9lartinique".
Dans cette circonscription, la droite serait repr6sent6e par Yan
Monplaisir qui n'en est pas 6 son coup d'essai. Christian Rapha
du parti r6gionaliste martiniquais, Frantz Lebon, socialist, en-
tendent, eux aussi se jeter dans la bataille. Encore inconnu sur
la sc6ne politique, Olivier Jean-Marie, proche du PPM veut
aussi aller au plus pres des electeurs, de m6me que Philipe


jeuh8 MarI 202 Bc n -BPag S10


"1 TnqsE






http://www.iournal-iustice-martinicue. com


Couta ancien candi-
dat aux cantonales 6
Trinit6.
Dans troisibme cir-
conscription qui en-
globe toute la ville de
Fort-de-France et fief
du PPM oi le d6put6
sortant Serge Let-
chimy est solidement
install, on suivra
avec attention le par-
cours de Francis Ca-
role, president du
Palima et conseiller
i regional tres actif. II
devrait b6n6ficier du
soutien de toutes les
autres forces authen-
Francis Carole, candidate dans tiquement de
la 3ieme circonscription gauche. Les couleurs
de la droite seraient
port6es encore une nouvelle fois par Miguel Laventure alors
que I'UMP sera repr6sent6e par Georges Virassamy, un au-
thentique repr6sentant de la droite oxyd6e.

Dans la 4iBme circonscription qui rassemble la totality des


communes du Sud a I'exception du Frangois et du Robert, le
suspense est entretenu par la possible emigration du deputy
sortant Alfred Marie-Jeanne vers le Centre atlantique. Ce de-
part serait comble par la candidature d'une des figures mon-
tantes du MIM en la personnel de Jean-Philippe Nilor. Ce qui
ouvrirait la voie a une primaire entire lui et Eug6ne Larcher du
RDM.
Du c6te du PPM, la competition est engagee entire Jean Crusol
qui a abandonne la federation socialist et est toujours en quete
d'une reconnaissance "nationale"et le maire des Trois Ilets, Ar-
naud Rene Corail, allied de longue date du parti de Trenelle. A
droite, le maire de RiviBre-SaIee, Andre Lesueur qui avait rea-
lise un tries bon score lors des dernieres legislative espere pro-
fiter de I'absence eventuelle du depute du sud pour rafler la
mise. Deux autres candidates pointent le nez : Philippe Petit de
"Giniration M1artinique", veteran des campagnes dans le sud,
specialiste du zangzolage de gauche a droite et vice-versa et
Fred Tirault, secretaire general de I'UMP, un jeune particuliere-
ment anachronique par son assimilationnisme forcene.
Mais d'ici la date limited de depot des candidatures, il est fort
probable que des retraits ou des declarations nouvelles chan-
geront la donne dans ces quatre circonscriptions.
Par delay les ambitions des uns et des autres, notre parti ne se
positionnera en faveur d'un candidate que s'il se prononce clai-
rement pour la responsabilite politique du people martiniquais
et la defense des interets des travailleurs.
G. Erichot


CotUectivite unique: Installation be la commission tripartite


La commission tripartite charge d'examiner les ques-
tions relatives a la mise en place de la collectivite
unique a ete installee mercredi 29 fevrier 2012 en pre-
fecture de region.
Cette commission preside par le prefet de la region
Martinique est composee de 4 representants de I'ltat,
de 4 representants du conseil regional et de 4 repre-
sentants du conseil general.
La commission tripartite est charge d'evaluer et de
contr6ler la reality des charges, engagements et ga-
ranties du department et de la region transfers a la
collectivite territorial au moyen de comptes certifies
presentant les situations comptables au lerjanvier de
I'annee de fusion du department et de la region. Elle
sera egalement consultee sur les projects d'ordon-
nances prevus par I'article 15 de la loi du 27 juillet 2011
relative aux collectivites territoriales de Guyane et de Marti-
nique. La commission peut egalement organiser des concerta-
tions avec les organizations representatives du personnel de
department et de la region afin de preparer les transferts de
personnel, de biens et des finances A la collectivite territorial.
Cette instance se reunit au moins une fois par trimestre ou & la
demand d'un de ses membres.

Les membres de la commission
Laurent Prevost, prefet de la region Martinique
Claude Vauchot, directeur regional des finances publiques
Andre Siganos, recteur de I'academie de Martinique
Eric Legrigeois, directeur de I'environnement, de I'amenage-
ment et du logement

Representants du Conseil Regional:
Titulaires et Suppl6ants
Serge Letchimy (PPM) Fred Lordinot (PPM)
Daniel Marie-Sainte (MIM) Francis Carole (Palima)


Sege Letchimy, Laurent Prevost et Josette Manin

Miguel Laventure (FMP) Andre Lesueur (FMP)
Didier Laguerre (PPM) Daniel Robin (PPM)

Representants du Conseil General:
Titulaires et Suppleants
Josette Manin (Batir) David Zobda (Batir) (FSM)
Rapha6l Vaugirard FSM) -Fred Derne (Vivre A SChoelcher)
Johny Hajjar (PPM) Jean-Claude Ecanvil (PPM)
Eugene Larcher (RDM) Marcellin Nadeau (Modemas)

Sur son reseau social, I'elu du group des patriots et sympa-
thisants Daniel Marie Sainte affirmed "Nous serons trss vigilants
au sein de cette.commission tripartite, carsonfonctionnementpri-
voit une disposition particulibrement antidimocratique. Quandif
s'agira de procider des votes au sein de cette commission, lesfonc-
tionnaires designs qui reprisentent OEtat pourront voterau inmee
titre que les ilus du Peuple !".


JeuVi8Ma i2 Iuti K ife


" #FOLI


""~"""~" -~~""






httrp://www.iournal-iustice-martinique. com


Pourquoi nous soutenons Jean-Luc Melenchon, can6ibat bu Front be Gauche


Militante, Jean-Luc Melenchon et Pierre Laurerit


Nous refusons de tomber dans la confusion volontairement en-
tretenue dans I'opinion et qui present le candidate du Parti so-
cialiste comme 'unique repr6sentant de "fa gauche". Dans cette
grande confrontation d'id6es, c'est J-L Melenchon qui porte les
valeurs authentiquement de gauche. D'autant que les socia-
listes, du temps oO ils sont rests au pouvoir ont, en maints do-
maines, applique des politiques de droite. "In'y a de gauche,
a diclari J-L WiMlenchon, que dans la rupture avec le systme".
En refusant, a la difference des socialists, un simple adoucis-
sement de la brutality du capitalism, le candidate du Front de
gauche porte le debat sur le terrain de la lutte des classes que
la plupart des forces de gauche avait cru avoir enterree. Un
message dans lequel les communists se retrouvent naturelle-
ment. Son programme intitule "L 'umain d'a6ord"formule une
serie de propositions qui rejoignent nombre de nos revendica-
tions comme I'augmentation du SMIC, la retraite a 60 ans, une
politique de sant6 vigoureuse, le control des banques, la crea-
tion d'un pole financier public pour le financement des inves-
tissements. Son pacte pour un nouvel essor des services
publics, ainsi que son engagement a s'affranchir du carcan im-
pose par le trait de Lisbonne ont trouv6 un echo favorable au-
pros de notre parti. De meme avons-nous apprecie sa
determination b lutter sans concession centre les theses ra-
cistes et xenophobes du Front national.
Mais c'est aussi I'analyse de-la situation ecoromique et social
de notre pays faite par le candidate du Front de gauche qui a
encore motive notre soutien a sa candidature. Sa condamna-
tion sans 6quivoque de I'econornie de comptoir qui ne profit


qu'au lobby de I'import-consommation et de la volont6 des gou-
vernements successifs d'assigner a notre pays un simple role
de plate-forme de redistribution des products frangais et euro-
peens dans la Caralbe, son plaidoyer en faveur de I'integration
de notre region dans la CaraTbe et pour un developpement en-
dog6ne centre prioritairement sur la satisfaction de nos propres
besoins ont 6te aussi des elements determinants dans notre
choix.
Face a un tel enjeu, les communists martiniquais ne sauraient
se r6fugier dans le silence et la resignation, alors qu'il est im-
peratif pour la survive de notre people d'en finir avec ce syst6me
departementalo-colonial, aujourd'hui a bout de souffle qui en-
gendre chaque jour un ch6mage encore plus massif, prive notre
jeunesse de toute perspective d'avenir et fait planer sur notre
people la menace d'un veritable genocide par substitution.
Dans ce difficile combat, notre parti a besoin de la solidarity de
toutes les forces de progres d'ici et de IA-bas pour avancer sur
la voie de la responsabilite et du developpement. Et la presence
active des communists francais au sein de ce Front de gauche
nourrit notre espoir de progresser dans cette voie.
Dans son programme, le candidate du Front de gauche entend
donner la priority au developpement economique et a la lutte
centre le chomage en rejetant la politique d'austerite qui am-
plifie ici les effects de la crise capitalist et en faisant de I'emploi
public "un moteur du daveloppement endogine".
S'agissant de la question statutair, notre Parti compete
surt le soutien du Parti Communiste Frangais au sein du Front
de Gauche la prise en compete de notre revendication don't une
delegation devrait se rendre en Martinique tries prochainement.
La proposition de J-L Melenchon d'aller vers une 6ieme R6pu-
blique et d'inscrire dans la Constitution la garantie des droits
sociaux serait de nature A mettre fin a I'odieux chantage a la
perte des acquis sociaux qui, 6 deux reprises d6ja, a freine
notre march vers I'accession & une plus grande responsabilite.
Loin d'abandonner ce combat, nous sommes decides a nous
battre pour aboutir avec les forces de progres au pouvoir en
France 6 la signature d'un contract garantissant I'accession a
une reelle responsabilite politique et ouvrant la voie au deve-
loppement veritable.
Nous savons que cette march sera longue et difficile et que
contrairement a ce que certain pourraient croire, I'enfonce-
ment de notre pays dans la crise ne facility nullement cette
prise de conscience.
Georges Erichot


Pour to Parti Communiste Fran ais: "'Outremer a besoin 'actes forts"


C'est le titre de I'interview de Jean-Louis Le Moing, responsa-
ble au PCF de I'Outremer et paru dans le supplement "Com-
munistes" de I'Humanite du mercredi 22 fevrier, avant le
declenchement du profound movement social a la Reunion qui
nous rappelle que la crise sans precedent que traversent ces
territoires, loin de s'etre estompee, ne fait que s'aggraver. Nous
publierons ci-dessous quelques extraits de cette interview as-
sortis de nos commentaires.
D'abord, le responsible du PCF commence par constater, a
just titre, que "fOutremer est Ce lieu oi [Ces candidates se bouscu-
lent a quelques semaines de la.prisidentielle, mais que rien ne sem-
ble avoir change pour ces populations". Au contraire,


ajoutons-nous, les choses ont empire, sous les centre coups
de la crise capitalist et des plans de rigueur successifs impo-
ses par le gouvernement de Nicolas Sarkozy. En temoigne la
nouvelle revolte social qui embrase depuis quelques jours I'le
de La Reunion oO le ch6mage officiellement frappe 30 % de la
population active et, comme chez nous plus de 60 % des
jeunes, bien que la majority des elus de ce department reste
encore attachee au statut departemental. Un cinglant dementi
a tous ceux qui, ici, vantaient le soit-disant "dynamisme jcono-
mique"de ce territoire pour justifier leur refus de lier la question
du developpement a celle de la domiciliation d'un veritable pou-
voir local.


eI V 8 Mai 02' Ic n' l0-PageI 12


FRESIPENTIELLE5 ^^^^





http://www. ournal-iustice-martinique. com

Et J-L Le Moing qui se trouvait chez nous lors du
movement social de f6vrier-mars 2009, de rappe-
ler que "C'est cette situation de detresse social, Le sen-
timent dun avenir bouchi quifurent a Corigine dun
precedentt] movement sociald'une ampleur rarement
inigalCe... auwAntilles, en guyane eta la R; union",
sans oublier Mayotte. Des territoires qui, rappelle-t-
il, "cumufent deux troisfoisplus de ch6meurs que la
metropole, jusqu'a sicfois plus de d'allocataires du
R5A, des priX de premiere nicessiti insupporta6bes,
une pauvrete massive...
Interpell6 sur les solutions qui pourraient permettre
de sortir de cette situation de crise permanent, J-
L Le Moing r6pond que "Les movements sociawu


dans les (DOM [portent] 'exigence dune remise en
cause profonde du mode de diveloppement de ces ter-
ritoires, du dipassement de feur situation de dependance ... et de
colonisation de consommation".
Selon lui, "Pour [utter contre la dipendance absolue auj trans-
ferts sociaur ilfautfavoriser Fe diveloppement endogene. Ce qui
implique une pofitique de substitution dans la production agricole
et industrieife avec unefiscaitei dynamique soutenant cette nou-
velle potitique, des outifsfinanciers impCiquant Cipargne locate et
desfonds publics y compris europiens". II se dit partisan d'une
vaste reforme fonciere et du developpement de partenariats
economiques avec les pays de la zone. Dans le domaine de
I'6ducation, il propose que les enseignements scolaires met-
tent I'accent sur "la connaissance et la transmission de Chistoire
et de Cidentite des populations afin fextirper les relents colonia-
Cistes et les discrimination quiperdurent". Rappelant que le pro-
gramme du Front de gauche entend "favoriser un nouveau.
modele de diveloppement pour le progres human endogene en rup-
ture avec le modele actueCde dependance inigalitaire".
Sur la question de l'6volution statutaire, le responsible du PCF
reconnaTt la mauvaise perception de la revendication de plus de
responsabilites par les formations de la gauche francaise, peu
informees de la reality de ces territoires situes & plusieurs mil-
liers de kilombtres de la France. Pour lui, le statut politique des
DOM issu de la departementalisation est aujourd'hui "a bout de
souffle. ICdoit ivoCuer. La question de la responsa6iiite est cardi-


r IP


Jean-Louis Le Moing en compagnie de Georges Erichot et Robert Cayol
lors de son d6placement en mai dernier

nale (ndTr:fondamentale)pourpermettre auxcutra-marins defor-
muler et mettre en euvre feursprojets de diveloppement". Recon-
naissant "qu'aucun modleCe e peut prevaloiren ce domaine et que
le de6at sepoursuit au sein du Front de gauche". Et de se d6cla-
rer favorable 6 des "reponses adapties" A I'histoire et aux r6ali-
tes socio-economiques de chaque pays.
J-L Le Moing conclut son interview en affirmant que "les com-
munistes [franaais] soutiennent tout processus visant d d&velopper
la responsa6ihite et [a maitrise par les populations concernmes des
questions eies d Ceurdevenir... [car] (a responsabiitej est une ques-
tion dejustice, de respect, mais aussi d'efficacite".
Ce rappel de la position de principle des communists francais
nous satisfait.
Notre Parti qui, a I'approche de I'election presidentielle a inter-
pell6 le secretaire national du PCF et Jean-Luc Melenchon sur
leur engagement 6 soutenir notre revendication d'un veritable
pouvoir martiniquais prend acte de ce qui, pour nous est un
debut de reponse. Nous notons que les analyses de J-L Le
Moing s'inspirent tres largement de nos propositions. Toutefois,
le Parti Communiste Martiniquais qui se retrouve dans le com-
bat centre le capitalism mene par le candidate du Front de
gauche reste en attente de son engagement 6 soutenir notre
demarche sur cette question.


A suivre be pres Bruxeules privoit une recession on 2012

Premiers effects 6e la reform es retrites das la zone uro (- 0,3%)


Sarkoy-Fillon

Selon la caisse national vieillesse, le nombre de nou-
veaux retraites en 2011 s'est eleven a 630 379, soit une di-
minution de 15 % par rapport a 2010, premiers effects de
la relorme des retrailes de novembre 2010 repoussant,
progressivement de 60 a 62 ans I'Age de depart legal & la
retraite. L'age moyen de depart s'est rapproche des 62
ans. Bien entendu ces donnees sont introuvables pour la
Martinique. -


La zone euro va connailre une recession, avec un repli de
0,3 % de son produit interieur brut, a estime le 23 fevrier
-dernier la Commission europeenne, dans ses dernieres
provisions. La dCommission, qui tablait encore sur ure pro-
gression de I'euro-PIB de 0,5 % en octobre dernier, a revu
'toutes ses provisions a la baisse. Huit pays de la zone
euro connaitront une recession, don't I'ltalie(- 1,3 %), I'Es-
pagne(- 1%), la Belgique, I1 Grece (-,4 %), le Portugal
(- 3,3 %) ou bien encore les Pdys-Bas. Une croissanse
faible est prevue pour I'Allemagne (+ 0,6 %) et la France
( + 4 %).


IFjW Mai202WtcISn'I 10 I






http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


Echos be champagne

Nicolas Sarkozy bouscule par les mobilisations populaires.


La question de I'emploi a fait irruption dans la champagne des
presidentielles. Non pas sous forme de promesse des different
candidates, mais a travers la mobilisation des milliers de salaries
don't les emplois sont menaces par la desindustrialisation ac-
celeree de la France. Un bien sombre bilan pour Nicolas Sar-
kozy qui, en 2007, avait promise de ramener le taux de
ch6mage A 5%, faute de quoi il considererait qu'il aurait 6choue.
Pas etonnant qu'il cherche par tous les artifices a cacher les
tristes resultats de son quinquennat : 900 unites industrielles
fermees-et 100.000 emplois detruits rien qu'en 2009. Des noms


Nicolas Sarkozy doit affronter la col6re ouvriere


de sites ou d'entreprises qui resonnent desormais comme des
rappels de toutes ces promesses non tenues, de tous ces tra-
vailleurs sacrifice au nom du profit capitalist. Florange puis
Gandrange, hauts-lieux de la siderurgie lorraine qui, bien
qu'ayant largement beneficie des subventions publiques sont


aujourd'hui condamnes par Mittal, le N1 mondial de I'acier;
Petroplus, cette raffinerie de la Seine maritime abandonnee par
ses proprietaires suisses, pris a la gorge, nous dit-on par les
banques qui refusent de finance une activity jugee pas assez
rentable ; I'entreprise de lingerie feminine Lejaby don't I'essen-
tiel de la production a ete delocalise au Maroc, I'usine PSA
(Peugeot-Citroen) d'Aulnay en sursis, etc. Longue est la liste
des plans sociaux qui jettent 6 la rue des milliers de travailleurs.
Plus de 500.000 sous le quinquennat de Sarkozy durant lequel
le ch6mage, toutes categories confondues, qui touchait 3,6 mil-
lions de personnel en 2007 en frappe 4.8 millions en ce debut
de 2012.
Et pour tenter d'amortir le choc de ce tsunami social, Nicolas
Sarkozy s'agite comme un diable dans un benitier. Annoncant
une aide de I'Etat de 150 millions d'euros pour remettre en
march le dernier haut-fourneau de Lorraine, appelant a la res-
cousse ses amis et grands patrons du Fouquet's et du CAC 40
6 differer les plans sociaux ou & reprendre les filiales en diffi-
culte. Des solutions precaires, selon les syndicats qui ne visent
qu'a renvoyer les licenciements au-delb de I'election presi-
dentielle. Et autant d'annonces destinies a presenter Nicolas
Sarkozy comme etant le seul capable de tenir la barre pour af-
fronter la crise. Heureusement, les travailleurs ne sont pas
dupes. Les mises en scene, comme par example le rassem-
blement des ouvriers sur un chantier du batiment pour accueil-
lir N. Sarkozy, par un froid presque siberien, ne trompent pas
les travailleurs don't la grande majority reste sceptique face a
I'agitation de ce sauveur supreme. Un simple repit, le temps de
la champagne, car la valse des licenciements reprendra ineluc-
tablement apres les elections
GE


I "


Guabeloupe: Penser un project politique collectif


Deuxieme en partant de la gauche, Felix I-lemin, tecretaire general au U~lu

"Historique Patriotes, anticolonialistes et anticapitalistes en de p
movement du 2 mars au 15 avri! ": tel est le titre de I'article que Par
consacre le site caraib creol neuws au rassemblement des tenL
forces patriotiques et anticolonialistes et anticapitaliste guade- anti
loupeens pour une "une alternative au statut colonialimposipar d'in


S'itatfranfais depuis pros de 4 sidles". En
effet, les organizations considerent que ce
rassemblement pour des Assises est un
6venement majeur dans un context poli-
tique marqu epar des decennies d'opposi-
tions et d'affrontements qui ont affaibli le
camp anticolonialiste. Depuis pluSieurs
mois, les organizations politiques patrio-
tiques anticolonialistes et anticapitalistes
CIPPA, COPAGUA, FKNG!, PCG et UPLG
ont decide de travailler ensemble "en vue de
rassembler et de mobiliser une majority de
Guadeloupiens sur un project politique de rup-
ture avec Ce systeme actuef qui enfonce le
pays", ont-ils indique lors d'une conference
resse le 8 fevrier dernier. Cela suite a I'appel lance par le
i Communiste Guadeloupeen en octobre 2010 pour la
ie des Assises des forces patriotiques, anticolonialistes et
capitalistes dans I'objectif de fonder "un project collectif
nancipation du peupCe guadeolupien au 21ieme sidcle".
is un premier temps, ces organizations ont fait "Ce bilan de (a


* eu 8 Mari 22'0Pe


[ RSw'iP ,





httD://www.iournal-iustice-martinique.com \


Cutte de decolonisation engage en Guadeloupe puis ont defini Ces
orientations du project ifrmancipation et la stratigie de conquete
Sdu pouvoirpolitique d mettre en ceuvre". Les FPAC (Forces Pa-
triotiques Anticolonialistes et Anticapitalistes de la Guadeloupe)
ont d6cid6 de proposer au people guadeloup6en de co-elabo-
rer un vrai programme 6conomique et un statut politique et les
moyens d'y parvenir.
Pour cela, les FPAC fondent leur revendication sur le droit a
I'autodetermination des peuples. La revendication politique s'ar-
ticulera autour "fun statut de Carge autonomie en retenant 'ob6-
jectif de 2014 pour Carracler". Les organizations politiques
proposent une demarche autour de trois axes :
1) "une action unitaire politique de masse pour imposer de rayer Ce
nom de la Guadeloupe de Ca liste des pays cites dans Carticfe 72.3
de la Constitution comme population dans le peuple francais.
2) La mise en place fune Assembiee Constituante, ilue au scrutiny
a la proportionnelle integraCe ayant pour seuCe competence C'la-
boration dun project de Statut politique pour Ca guadeloupe
3) La consultation du people guadeCoupien sur ce project de Statut
apris nigociation avec le pouvoir francais".
Et c'est en ce sens qu'un appel a 6te lance au people Guade-
loup6en : (...) "Prenons Cinitiative de repenserle Pays et de Ce re-


fonder avec pour objectif absolu de Ce construire durablement et
iquitabtement sur la base de ses resources humaines, naturelCes,
matirieffes et surtout sur la base du respect des valeurs ithiques,
fondues sur la dignity, Ce respect de la vie humaine et la solidarity.
(...)"
Les Guadeloup6ens seront amenes a 6tre acteurs de leur de-
venir lors de ces Assises qui vont se tenir tout le mois de mars
et jusqu' la mi-avril, sur tout le territoire guadeloup6en.
D6veloppement 6conomique, finances, fiscalit6, changes
commerciaux ; sant6, protection social, cadre de vie, protec-
tion du patrimoine et de I'environnement; education, formation
et probl6mes de society, developpement cultural et sportif ;
amenagement du territoire, travaux structurants, organisation
de la s6curit6 et de la protection civil, politique de prevention
et de gestion des risques naturels ; pouvoir politique, statut de
large Autonomie, changes et cooperation avec la CaraTbe,
I'Europe et le reste du Monde seront les sujets traits dans les
ateliers, les conf6rences-d6bats proposes avec les sp6cialistes
et experts dans chacun des domaines abord6s. Ce sera le lieu
pour poser dans toute leur dimension, les problems de la Gua-
deloupe et les solutions envisages afin de construire collecti-
vement "un project politique d'mancipation".
(Avec Nouvelles Etincelles)


[7, P L P


Afrique et monbe arabe:

Senegal: la fin semble proche pour Abaoutaye Waae


A gauche Macky Sallan, ancien premier misnistre talonne Abdoulaye Wade
Le premier tour des elections pr6sidentielles s6n6galaises s'est
plut6t mal passe pour Abdoulaye Wade, le president sortant,
Age de 85 ans, candidate A un troisi6me mandate. En effet, il n' a t
recueilli que 34, 85% des suffrages exprim6s, soit 942.546 voix,
alors qu'en 2007 il avait 6t6 elu au premier tour avec 55,86 %
des suffrages. II y aura done un second tour ( sans doute le 18
mars) oi il sera oppose & Macky Sail, I'un de ses anciens pre-
miers ministres, qui a obtenu 26,57 % des suffrages, soit
719.369 voix. Macky Sail devrait b6ndficier du report des voix
qui se sont exprimees en faveur de Moustapha Niasse, lui aussi
ancien premier ministry de Wade, qui est arrive en troisi6me
position avec 13,20 % des suffrages, soit 357.347 voix.
Malgr6 la vive tension qui a precede le premier tour, ou peut-


6tre a cause des violence et des morts enregis-
-' r tries, la participation a et6 relativement faible,
S puisque seuls 51,58 % des 6lecteurs se sont de-
S places, alors qu'en 2007 le taux de participation
*: r etait de 70% .
Wade va done essayer de r6cup6rer une parties
des abstentionnistes, mais outre que Sail en fera
S de m6me, la disillusion du peule s6n6galais est si
grande que le second tour risque de se transfor-
mer en referendum centre le president sortant. Le
2 mars, Moustapha Niasse a appeal publiquement
A voter pour Sail, qui augmente ainsi ses chances
de succ6der & Wade.
II faut savoir que sous Wade, qui a fait une poli-
tique ultra-lib6rale, la pauvret6 et la corruption ont
augment au Senegal. Beaucoup de jeunes, s6-
duits par le mirage europ6en et pouss6s par la
pauvret6, n'ont pas h6sit6 a mettre leur vie en
danger en s'embarquant sur des pirogues sur-
charg6es 6 destination des lies Canaries, porte d'entr6e de
'Europe. Des centaines d'entre eux sont morts au course de la
ravers6e, tandis que les survivants venaient grossir la masse
des sans-papiers en Espagne et dans d'autres pays europeens.
Ces voyages "cCandestins" 6taient organisms par des maffias
connues des autorit6s corrompues.

Syrie: toujours La guerre
Nous aurions aim6 annoncer la fin de la guerre civil en Syrie,
mais helas elle a continue au course de la semaine derni6re.
D'apr6s les nouvelles diffuses par les medias occidentaux, le
eudi ler mars les troupes gouvernementales auraient d6but6


V fiai 8 02jt-ic n' 0I-Pae


NOTRE IWION






[ PAVI5 LE tM


leur offensive contre le "6astion des rebefles", c'est-A- dire.le
quarter de Baba Amr, dans la ville de Homs, poumon 6cono-
mique du pays. Le lendemain, on apprenait que ledit quarter
etait tombe aux mains de I'armee de Bachar AI Assad, mais que
les rebelles refusaient de rendre les armes, decides A continue
le combat. Les medias occidentaux parent de veritable "mas-
sacre", de destruction methodique et systematique de bAti-
ments, tandis que Nicolas Sarkozy qui a decide de former son
ambassade, menace de traduire le president syrien devant les
tribunaux pour ses crimes. Comme a I'accoutumee, le vendredi
2 de nouvelles manifestations, reprimees par la force, ont eu
lieu dans un certain nombre de villes, don't Damas et Alep,
selon les m6mes medias.
Ces nouvelles, telles qu'elles'sont diffusees, ne refletent qu'un
aspect de la reality, car les medias en question s'obstinent a
nier le fait que V'on assisted a une veritable guerre civil entire
musulmans chiites et sunnites, meme si le rapport de forces
est favorable a la minority chiite au pouvoir. Les medias veulent
faire croire que les rebelles de I'Armee syrienne libre sont es-
sentiellement des deserteurs, alors que mais I'on sait qu'6 leur
c6te combattent des strangers, don't des membres d'AI Qaida.
Les combats se deroulant essentiellement en zone urbaine, ces
rebelles disposent surtout d'armes legeres: mortiers, grenades,
roquettes, kalachnikovs, qui leur parviennent de I'etranger via le
Liban.
La paralysie de I'ONU joue en faveur du gouvernement, ce don't
le Conseil national syrien et I'Armee syrienne libre sont pleine-


ment conscients, meme s'ils s'obstinent a croire et A faire croire
que le regime peut etre vaincu par les armes. Le drame que vit
actuellement le people syrien vient du fait que les conditions du
fameux "printemps ara6e" n'etaient pas r6unies dans ce pays;
que la Syrie dispose de fiddles allies tels que I'lran et le Hez-
bollah libanais; que la Russie et la Chine, tirant les lemons de
I'aventure libyenne, ont refuse de s'associer a I'imperialisme oc-
cidental et aux regimes arabes integristes conduits par I'Arabie
saoudite et le Qatar. II convient de rappeler que tous les oppo-
sants au regime de BacharAl Assad ne pr6conisent pas la lutte
armee.
L'opposition armee se trouve dans une position de faiblesse
don't sont en grande parties responsables ceux qui 'ont encou-
ragee A s'engager dans cette voie, car I'ONU est militairement
impuissante, a cause du veto russe et chinois au Conseil de
security. Certes, I'ONU, par le bais de son Conseil des droits de
I'homme a vote le 1er mars une resolution exigeant que la Syrie
"mettefin auxviolations des droits de 'Phomme"et garantisse A
I'ONU et aux agencies humanitaires un "accds sans entrave" aux
zones de conflict, mais cela ne resout absolument pas le pro-
bleme de la guerre. Cette resolution a ete votee par 37 pays. II
y a eu 3 voix centre ( Russie, Chine et Cuba) et 3 abstentions
( Equateur, Inde et Philippines).
Plus que jamais s'impose la necessity d'un dialogue qui sera
difficile et long entire Syriens.
M.Belrose


CAISSE DE CREDIT MUTUEL
DE RIVIERE SALEE
ZA LA LAUGIER
97215 RIVIERE SALEE
Les societaires de la Caisse de Credit
Mutuel de Riviere Salee sont convies a
I'Assemblee Generale
Ordinaire le Samedi 14 avril & 9h00 a la
Maison des Associations, rue du 22 Mai
97 215 Riviere Salee.
Ordre du jour de I'Assemblee Generale
1 Bienvenue, ouverture de I'Assemblee,
constitution du bureau.
2 Compte rendu activity.
3 Presentation du bilan et compete du re-
sultat.
4 Rapport du Conseil d'Administration et
certification des comptes.
5 Approbation du bilan et du compete de
resultat. Affectation du resultat.
6 Resolutions quitus et d6charge au
Conseil d'Administration.
7 Elections au Conseil d'Administration
: 2 sieges a pouvoir MME Karine DE-
LUGE et Mile Sandra VALENTIN
8 Cl6ture de I'Assemblee Generale.
Le Conseil d'Administration de la Caisse
de Credit Mutuel de Riviere Salee.
FB5462

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acted sous seing prive en date du
9 fevrier 2012, A Fort de France, il a ete.
constitute une society a responsabilite li-
mitee don't les caracteristiques sont les
suivantes:
Denomination social : SARL VILLA ECO
Capital social : 10 000e
Siege social : Corniche 3 Centre Com-
mercial de Bellevue Boulevard de la
Marne 97200 FORT DE FRANCE
Objet: En Europe et plus particulierement
Sdans tous les departments frangais d'ou-
-,' tre-mer, et dans la Caraibe, toutes activi-
tes de gros ceuvre de construction, de
renovation, d'agencement, d'importation
et de n6gocea en gros et demi-gros de


tous products commerciaux non alimen-
taires de construction.
Duree : 99 ans
Gerant associe : Monsieur Pierre CORO-
NADO demeurant 31 Lotissement Les
Terrasses de Maniba
97222 CASE PILOTE
La soci6te sera immatriculee au registry
du commerce et des societies de Fort de
France.
Le Grant FB5463

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive
seing en date du ler mars 2012 A Fort de
France, il a ete constitute une soci6te pre-
sentant les caract6ristiques suivantes.
Denomination :
SNC CIDANTILLES .SOG
Forme social : Societe en Nom Collectif
Capital social: 100 euros
Siege social : cite Dillon 483 avenue
Victor Corridun 97200 Fort de France
Objet social : La location simple de
longue duree de materials de production
pour I'industrie, la blanchisserie indus-
trielle.
Duree : 99 ans (quatre vingt dix neuf ans)
a computer de son immatriculation au re-
gistre du commerce et des societies, sauf
dissolution anticipee ou prorogation
Associe Gerant: La society CARAIBES
INVESTISSEMENT DEVELOPPEMENT
SAR au capital de 10 000 euros, Cite
Dillon 483 avenue Victor Coridun 97200
Fort d France RCS Fort de France B 435
179 460 don't le representant legal est
Monsieur Gerard MARAN
Associe : Monsieur Gerard MARAN, ne le
25 mai 1957 A saint Esprit (Martinique),
de nationality frangaise et demeurant cite
Bateliere BAt C4 Apt-739 97233 Schoel-
cher
La societe sera immatriculee au registry
du commerce et des societies de Fort de
France
Pour avis, la gerance FB5464


AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
13 fevrier 2012, A Fort de France, il a ete
constitute une society a responsabilite li-
mitee don't les caracteristiques sont les
suivantes:
Denomination social:
SARL INGENIERIE ECO
Capital social : 10 000
Siege social : Corniche 3 Centre Com-
mercial de Bellevue Boulevard de la
Marne 97200 FORT DE FRANCE
Objet : Ingenierie en bAtiment et travaux
publics, ingenierie financier et juridique,
ingenierie d'affaires.
Duree : 99 ans
Grant associe : Monsieur Pierre CORO-
NADO demeurant 31 Lotissement Les
Terrasses de Maniba
97222 CASE PILOT
La society sera immatriculee au registry
du commerce et des societies de Fort de
France.
Le Grant FB5465

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 09/02/2012, il a ete constitute
une SARL presentant les caracteristiques
suivantes : denomination :
AGEMM Rent a car.
Adresse du siege social : Lot Verte Val-
lee 97212 Saint Joseph
Objet : Location de voitures
Duree: 99 ans
Capital : 7 800
Nom du grant : SUIVANT Christelle
MANSUELA Yoan
Adresse : Lot Verte Vallee 97212 Saint
Joseph
Immatriculation au registre du commerce.
en course
Pour avis, la gerance FB5466

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution d'une
society presentant les caracteristiques


suivantes :
Forme : Societe a responsabilite limited
Denomination social : 1, 2 Toit
Siege social : La fabrication, la pose de
charpentes bois, pose de toitures, pose
de faux plafonds, pose de gouttiere et fa-
brication de gouttieres en aluminium.
Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation de la society au registre du com-
merce et des societies
Capital : 10 000 euros
Gerance : Monsieur ROSINET Ruddy,
demeurant quarter vapeur Est 2 97240
Le Frangois
Immatriculation au registre du commerce
et des societies de Fort de France
Pour avis
Le grant FB5467

AVIS DE LIQUIDATION
JBM CONCEPT SARL
QUARTER FOND MASSON
97215 RIVIERE SALE
SIREN :510042 922 00011
L'assemblee general des associes, reu-
nie le 15 fevrier 2012, au siege de la so-
ciete, Quartier Fond Masson 97215
Riviere Salee, a 8 heures precises, a ap-
prouve les comptes definitifs de liquida-
tion, donne quitus de sa gestion et
decharge de son mandate Monsieur JEAN
BAPTISTE Lambert, liquidateur, et
constate la cloture de la liquidation. Les
comptes du liquidateur ont et6 d6poses
au greffe du tribunal de commerce de
Fort de France.
Le liquidateur FB5468
AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPE DE
LIQUIDATION
SJBM CONCEPT SARL
QUARTER FOND MASSON
97215 RIVIERE SALE.
SIREN :510 042 922 00011
L'assemblee general extraordinaire des
associes, en date du 15 fevrier 2012, et
tenue au siege, a decide la dissolution
anticip6 de la society a computer du 31 de-


httD://www.iournal-iustice-martinique.com


--


' I


r 19^^^^nCaZp'l







http://www.iournal-iustice-martinique.com


cembre 2011, et sa liquidation amiable
sous le regime conventionnel, conforme-
ment aux dispositions statutaires.
Elle a nomme comme liquidateur Mon-
sieur JEAN BAPTISTE Lambert demeu-
rant Fond Masson 97215 Riviere salee en
lui conferant les pouvoirs les plus eten-
dus, sous reserve, de ceux exclusivement
reserves par la loi a la collectivite des as-
socies dans le but de lui permettre de
mener a bien les operations en course,
realiser I'actif, apurer le passif, et repartir
le solde entire les associes dans le res-
pect de leurs droits.
Le dep6t des actes et pieces relatifs a la
liquidation sera effectue, au greffe du Tri-
bunal de commerce de Fort de France,
en annexe au registre du commerce et
des societies.
Le grant FB4569

AVIS DE DISSOLUTION
SATE ENERGY
EURL au capital de 900 E
Siege social : Guimauve Lamentin BAt
Esc. 17 97232 Lamentin
RCS 409 236 320 00027
L'AGE de 17/02/2012 a decide de la dis-
solution amiable de la society A computer
du 17/02/2012, nomme en quality de li-
quidateur LESMOND JOCELYN demeu-
rant Bois Acajou Apt 07 Bat A, et fixe le
siege de la liquidation chez le liquidateur.
FB5470

AVIS DE DISSOLUTION
ANTICIPEE
SOCIETi EN LIQUIDATION
< RESTAURANT CHU MUY LI k
SARL au capital de 3000 E
Siege Social: 21 rue Jean Jaures 97240
LE FRANCOIS
RCS FDF : 500 161 682 000 17
Aux terms de I'Assemblee Generale
Mixte du 31Decembre 2011, il a ete de-
cide la dissolution de la society a computer
du 31 Decembre 2011et sa liquidation
amiable. Le lieu oi la correspondence
doit 6tre adressee a ete fixe a 21 rue
Jean Jaures 97240 LE FRANCOIS. Le
grant, M Herve CHU, a ete nomme li-
quidateur de la Societe.
Pour extrait, la gerance FB5471

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
Le 23/02/2012 a 09h, I'AG extraordinaire
de la SCI CALEBASSIER a nomme Mr
Patrice MENIR nouveau grant de la SCI
FB5472

AVIS DE MODIFICATION
EARL DOUCEURS MADININA au capi-
tal de 7500
Siege social : habitation Charpentier
97225 le marigot
N" Siret : 524 441 078 00010
Au terme du proces verbal de I'assem-
blee extraordinaire du ler fevrier 2012 de
I'EARL DOUCEURS MADININA :
- suite a une cession de 15 parts sociales
datee du ler fevrier 2012 de Monsieur
GASSETTE Steeve en faveur de Ma-
dame CARl Sarah, spouse GASSETTE,
les articles 5 et 7 des status ont ete mo-
difies pour tenir compete de la nouvelle re-
partition des parts sociales
Les actes modificatifs sont d6poses au
RCS de Fort de France
Pour avis et mention FB5473
AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SCI ANIFRAN
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 1 525 EUROS DIVISE
EN 100 PARTS SOCIALES
DE 15,25 EUROS CHACUNE
SIEGE SOCIAL :
11 RUE HOMERED CLEMENT
97240 LE FRANCOIS


R.C.S. F DE F:
SIRET : 442 662 003 00015
APE : 6820 A
Aux terms de I'assemblee general ex-
traordinaire des associes en date du
mardi 31 janvier 2012, ii a ete decide de
proceder a la modification statutaire sui-
vante :
*Monsieur Anicet, Genevieve OREL a
cede & Madame Francoise, Eric LABON,
epouse OREL, une parties des droits qu'il
possedait dans ladite societe, le tout
conform6ment a laJoi et aux status. Ma-
dame Frangoise, Eric LABON, epouse
OREL est, a la suite de cette cession, ti-
tulaire des droits attaches aux parts so-
ciales cedees. L'article 7 sera modified en
consequence.
Pouravis, la gerance FB5474

AVIS DE MODIFICATION
SCICAMPECHE
Aux terms de I'assemblee g6nerale du
13 octobre 2011. Les associes ont decide
de nommer suite au d6ecs du grant, M.
FIRMIN Raphael, Mme Nelly BARON ,
nouvelle gerante. Le nouveau siege so-
cial etant transfer au 498 chemin Bel Air
97232 Lamentin.
Pour avis FB5475

TRANSFER DE SIEGE SOCIAL
CARAIBE SPARE PART SARL
Capital 7622 euros
Sis quarter Union
97226 Morne Vert
RCS 395 195 183 00011 APE /4532Z
Par acte sous seing prive en date du 28
fevrier 2012, les associes ont votes A
I'unanimite le transfer du siege social de
la society a I'adresse suivante : Zac de
Riviere Roche BAt F5 ler etage 97200
Fort de France
Pour avis FB5476

TRANSFER DE SIEGE SOCIAL
SARL LUIS
FOND BRULE 97231 LE ROBERT
MARTINIQUE
SIRET : 538 526 054
AVIS
Suivant I'assemblee general du
15/02/2012, il a 6et decide le transfer so-
cial de la society au 2 rue Archambaud,
97410 Saint Pierre. lie de la reunion
Ancienne mention : Quartier fond brOle,
97231 le Robert Martinique
Nouvelle mention : 2 rue Archambaud,
97410 Saint Pierre. lie de la R4union
Mention sera faite au RCS de Saint Pierre
Le grant FB5477

AVIS DE CESSION DE FONDS
DE COMMERCE
Suivant acte SSP au Lamentin en date du
27 fevrier 2012, enregistr6 I la Recette
des Imp6ts de Fort-de-France le 2 mars
2012, bordereau n 2012/245 Case n2,
Mr Gabriel MONTLOUIS-CALIXTE, exer-
gant en entreprise individuelle sous le n
312 779 234 don't I'etablissement princi-
pal est sis Quartier Belle Etoile 97 212
- SAINT-JOSEPH
A CEDE
A LA SOCIETY LE FOURNIL DU MARIN,
SARL au capital de 5 000 don't le
siege social est sis Zone de la Duprey -
97 290 LE MARIN immatriculee au
RCS DE FORT DE FRANCE sous le nu-
mero 539 343 244 represented par Mr
Bertrand FORSAIN demeurant 54 Lot
Les Gardenias Les C6teaux -97 228 -
SAINTE LUCE, un fonds de commerce
de BOULANGERIE-PATISSERIE sis et
exploit Zone de la Duprey 97 290 LE
MARIN moyennant le prix de 25 000 .
La prise de possession et I'exploitation ef-
fective par I'acquereur ont ete fixees au
10 septembre 2011.


Les opposition seront reques dans les
dix jours de la derniere en date des publi-
cites legales, au siege du fonds c6d6
pour la validity ainsi que pour toutes cor-
respondances.
Pour avis FB5478





"-

AVIS DE MARCH
SERVICES
SECTION I -POUVOIR ADJUDICATEUR
Nom, addresses et points) de contact :
-Conseil Regional de Martinique, h6tel de
region rue Gaston Defferre CS 50601, a
I'attention de service de la Commande
Publique, MQ-97261 Fort-de-France. Tel.
(+33) 05 96 59 63 00. Fax (+33) 05 96 72
68 10.
-Adresse(s) internet : Adresse general
du pouvoir adjudicateur : http://www.cr-
martinique.fr.
-Adresse aupres de laquelle des informa-
tions complementaires peuvent etre ob-
tenues :
-Conseil regional de Martinique, h6tel de
region rue Gaston Defferre CS 50601, a
I'attention de service de la command pu-
blique, MQ-97261 Fort-de-France Cedex.
Tel. (+33) 05 96 59 63 00. Fax (+33) 05
96 72 68 10. Adresse internet
http://www.cr-martinique.fr.
-Adresse aupres de laquelle le cahier des
charges et les documents complemen-
taires (y compris les documents relatifs a
un dialogue competitif et a un system
d'acquisition dynamique) peuvent 6tre ob-
tenus :
-Conseil regional de Martinique Lors du
retrait du DCE le candidate devra fournir
tout element d'identification permettant de
le contacter en cas de besoin. Ce dossier
peut-etre 6galement telecharge a
I'adresse Internet sus-indiquee, h6tel de
region rue Gaston Defferre CS 50601, a
I'attention de service de la command pu-
blique, MQ-97261 Fort-de-France Cedex.
Tel. (+33) 05 96 59 63 00. Fax (+33) 0 59
6 72 68 10. Adresse internet
http://www.cr-martinique.fr.
-Adresse a laquelle les offres ou de-
mandes de participation doivent 6tre en-
voyees:
-Conseil regional de Martinique, reception
des offres, par pli recommande ou centre
recepisse au Conseil Regional de la Mar-
tinique, Service de la Commande pu-
blique, ou er ligne a I'adresse Internet
sus-indiquee, hotel de region rue Gas-
ton Defferre CS 50601, A I'attention de
service de la command publique, MQ-
97200 Fort-de-France Cedex. Tel. (+33)
05 96 59 63 00. Fax (+33) 05 96 72 68
10.
Adresse internet : http://www.cr-marti-
nique.fr.
Type de pouvoir adjudicateur:
Autorite regionale ou locale.
Activity principal :
Services gen6raux des administrations
publiques.
Attribution de march pour le compete
d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Le pouvoir adjudicateur agit pour .le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
SECTION I I-OBJET DU MARCH
Intitule attribud au c6ntrat parole pouvoir
adjudicateur :
Etude sur I'Etat des lieux du transport de
marchandises et de la logistique en Mar-
tinique.
Type de march et lieu d'execution, de li-
vraison ou de prestation :
Services.


-Categorie de services : nol 1 Services de
conseil en gestion et services connexes.
-Lieu principal d'execution des travaux,
de livraison des fournitures ou de presta-
tion des services : territoire de la Marti-
nique.
-Code NUTS FR920
Information sur le march public, I'accord-
cadre ou le system d'acquisition dyna-
mique :
L'avis concern un march public
Information sur I'accord-cadre : neant
Description succincte du march ou de
I'acquisition/des acquisitions :
Cette etude a pour objet la realisation
d'un etat des lieux du transport de mar-
chandises et de la logistique en Marti-
nique, la proposition de scenario et de
plans d'actions qui se decompose comme
suit :
- analyse du context
- analyse global de I'offre de transport et
de la logistique en Martinique
- analyse quantitative et qualitative des
flux,
- analyse detaillee de I'offre et de la de-
mande de transport de materiaux
- diagnostic
- scenario devolution et d'orientation
-Plans d'actions.
Classification CPV (vocabulaire commun
pour les marches publics) :
73000000-2,73110000-6
Information concernant I'accord sur les
marches publics (AMP) :
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics (AMP) : Oui
Lots :
Division en lots : Non.
Variantes :
Des variantes seront prises en conside-
ration : oui.
Quantity ou etendue global :
Cette etude vise a realiser un etat des
lieux du transport de marchandises et de
la logistique en Martinique, et de d6finir
les scenarii et plans d'actions A mettre en
oeuvre pour faire face aux mutations at-
tendues.
La prestations est divisee en deux
phases, 6 savoir:
Phase 1: Realisation d'un etat des lieux
du transport de marchandises et de la lo-
gistique en Martinique :
A-Analyse du context
B-Analyse global de I'offre de transport
et de la logistique en Martinique
C-Analyse de la demand
D-Analyse specifique pour le transport de
materiaux
Phase 2 : definition des scenarii et plans
d'actions
A-Methodologie et moyens pour mettre
en oeuvre cet objectif de diagnostic par-
tage
B-Scenarios devolution
C-Plans d'actions.
Informations sur les options :
Options : non.
Reconduction:
Ce march peut faire I'objet d'une recon-
duction : non.
SECTION I II-RENSEIGNEMENTS
D'ORDRE JURIDIQUE, ECONOMIQUE,
FINANCIER ETTECHNIQUE
CONDITIONS RELATIVES AU
CONTRACT
Cautionnement et garanties exiges :
Avance : si le titulaire I'accepte dans I'acte
d'engagement, une advance lui sera ver-
see dans les conditions prevues aux arti-
cles 87 et 90 du code des marches
publics.
Son versement est oonditionnh par la
constitution d'une garantie A premiere de-
mande ou, si le pouvoir adjtdicateur ne!
s'y oppose pas, par une caution person-
nelle et solidaire"
Modalites essentielles de financement et


L I


IF 19TB^CTIBiOB^EB







http://www.ioumal-iustice-martinique.com


de pavement et/ou r6efrences aux textes
qui les reglementent :
Origine du financement : Fonds propres
du Conseil Regional de Martinique
Paiement : virement administratif
Delai global de pavement: 30 jours
Avance de 5% prevue
Variation des. prix : prix revisables.
Forme juridique que devra rev6tir le grou-
pement d'operateurs economiques attri-
-butaire du march :
La region peut imposer apres attribution
du march la forme de groupement soli-
daire momentane.
L'ex6cution du march est soumise & des
conditions particulieres : non.
CONDITIONS DE PARTICIPATION
Situation propre des operateurs econo-
miques, y compris exigences relatives A
I'inscription au registre du commerce ou
de la profession :
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- la declaration du candidate conforme au
module Dc2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation A etre titulaires du
march,
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au module DC 1 dans sa version 28 fe-
vrier 2011)
Capacity economique et financiere :
Renseignements et formalities neces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies:
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
realisees au course du dernier exercise
disponible
-Declaration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels
-Niveau(x) specifique(s) minima I (aux)
exige(s) : le dernier chiffres d'affaires an-
nuel global disponible du candidate doit
etre superieur a 80 000 euros toutes
taxes comprises.
En cas de groupement d'operateurs eco-
nomiques, il sera pris en compete pour la
verification de cette exigence, la some
des chiffres d'affaires declaree par
chaque co-traitant.
Capacity technique :
Renseignements et formalities neces-
saires pour Avaluer si ces exigences sont
remplies :
- une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par.le,
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
- declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la dernibre annee.
Marches reserves : Non.
CONDITIONS PROPRES AUX MAR-
CHES DE SERVICES
La participation est reserve a une pro-
fession particuliere : non.
Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges de la prestation : oui
SECTION IV-PROCEDURE
TYPE DE PROCEDURE
Ouverte.
CRITERES D'ATTRIBUTION
Offre Bconomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonces dans le cahier des charges,
dans I'invitation a soumissionner ou & ne-
gocier ou encore dans le document des-
criptif.
Enchere electronique:
Une enchere electronique sera effectuee


: non.
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMI-
NISTRATIF
Numero de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur:
DEPT-ETML-12-019.
Publication(s) anterieure(s) concernant le
mmme march : Non.
Conditions d'obtention du cahier des
charges et de documents compl6men-
taires ou du document descriptif :
Date limited pour la reception des de-
mandes de documents ou pour I'acces
aux documents : 23 avril 2012 12:00.
Documents payants : non.
Date limited de reception des offres ou des
demands de participation :
23 avril 2012 12:00.
Langue(s) pouvant 6tre utilisee(s) dans
I'offre ou la demand de participation :
Langue(s) officielle(s) de I'UE : frangais.
Delai minimum pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
Dur6e en jours : 180 (A computer de la
date limited de reception des offres).
Modalites d'ouverture des offres :
Date : 25 avril 2012- 10:00.
Lieu : Conseil Regional de Martinique
Personnes autorisees & assister a I'ou-
verture des offres : non.
SECTION V-RENSEIGNEMENTS COM-
PLEMENTAIRES
RENOUVELLEMENT:
II s'agit d'un march renouvelable : non.
INFORMATION SUR LES FONDS DE
L'UNION EUROPEENNE:
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par des fonds de I'Union
europeenne : non.
INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES:
Appel d'offre ouvert (art 33, 57 & 59 du
code des Marches publics)
Criteres de selection des candidatures
Les criteres de selection des candida-
tures qui seront utilises sont:
Capacites professionnelles, techniques et
financieres
Critere de jugement des offres :
L'Offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1. La valeur technique de I'offre (appre-
ciee sur la base de la note technique exi-
gee 2-8-2-d du present reglement de
consultation) affectee d'un coefficient 6 se
declinant selon les sous criteres suivants
comprehension du besoin et pertinence
de la methodologie proposee 50% (du
coefficient 6)
-Expertise des intervenants proposes
pour la mission 30% (du coefficient 6)
-Mode d'organisation de I'equipe 20% (du
coefficient 6)
S2. Le prix affected d'un coefficient 4
3. Les delais d'execution des phases du
march affects d'un coefficient 2
Delai laisse au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
ciales et fiscales': 08 jours calendaires
* CapacitBs professionnelles:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- presentation d'une liste des principles
prestations effectuees au course de la der-
niere annee, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive.
- indication des titres d'6tudes et profes-
sionnels de I'operateur Bconomique et/ou
des cadres de I'entrepriSe et notamment
des responsables de prestations de ser-
vices
- certificates de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee : autoriste
Procedure d6materialisee
Le Conseil regional de Martinique met


gratuitement A la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique "
marches publics "
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
maiche portee au present avis d'appel
public A la concurrence) :
-La recherche des consultations passes
par la Region Martinique
-Le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
-La transmission par voie Blectronique
des dossiers d'offre.
Date d'envoi du present avis au JOUE et
au BOAMP : ler mars 2012.
PROCEDURES DE RECOURSE
Instance chargee des procedures de re-.
cours :
Tribunal Administratif de Fort-de-France,
immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
B.P. 683, MQ-97200 Fort-de-France. Tel.
(+33) 05 96 71 66 67. Fax (+33) 05 96 63
1008.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comit6 consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris), 29 rue Barbet-De-Jouy, F-75700
Paris Cedex 7, F-75700 Paris Cedex 7.
Tel. (+33) 01 4 4 42 6 3 43. Fax (+33) 01
4 4 42 6 3 37.
Introduction des recours :
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus sur I'intro-
duction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif, croix
de Bellevue, MQ-97200 Fort-de-France.
Tel. (+33) 05 96 71 66 67. Fax (+33) 0 59
6 63 1 008.
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS :
ler mars 2012 FB5479







AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Identification de I'organisme qui passe le
march : Conseil Regional de Martinique
Service de la command publique,
Rue Gaston Defferre CS 50601 97261
Fort-de-France Cedex Martinique, tel: 05
96 59-63-00 / telecopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique Marches publics >>
Representant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Regional de Mar-
tinique
Procedure de passation : Procedure
adaptee en vertu de I'article 28 du Code
des Marches Publics (CMP)
Objet du march : Realisation d'un audit
des Instruments d'lngenierie Financibre
(IIF) de la Region Martinique
Reference d'indentification du march :
DGACEI-INGFIN-12-018
Caracteristiques principles : Afin de
prendre en compete I'evolution des textes
legislatifs et reglementaires en particu-
lier europeens -relatifs aux IIF et d'ame-
liorer leur gestion, le Conseil Regional
decide de proceder A un audit adminis-
tratif, juridique, et organisationnel des ins-
truments existants.
L'audit s'attachera a :
-apprecier la quality des documents juri-
diques de mise en aeuvre des IIF : plans
d'activite, conventions de gestion, etc.;
-apprecier I'organisation des IIF, notam-
ment la repartition et le suivi des obliga-
tions entire les organisms gestionnaires
et le Conseil Regional ;
-apprecier la cohformite aux textes regle-


mentaires des dossiers d'aide des b6nd-
ficiaires ultimes de chaque IF ;
-elaborer des recommendations pour une
mise eventuelle en conformity et une ra-
tionalisation du fonctionnement des IIF.
La prestation se decompose en deux
phases, A savoir :
Phase 1 : Etat des lieux
Phase 2 : Propositions et mise en confor-
mite
Delai d'execution Duree global de la
prestation 7 semaines environ. Cette
duree se decompose comme suit:
*Phase 1 : 5 semaines
*Phase 2 : 2 semaines
Lieu d'execution de la prestation Sur le
territoire de la Martinique
Modalites essentielles de financement et
de paiement du march : Financement :
Fonds propres de la Region
Paiement:
. Virement administratif
. DBlai global de paiement : 30 jours
. Variation des prix : prix actualisables
Variantes autorisees
Adresse aupres de laquelle les docu-
ments peuvent etre obtenus : Le dossier
de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service de la
command publique
Rue Gaston Deferre CS 50601 97261
Fort-de-France Cedex
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut etre 6galement tele-
charge A I'adresse Internet sus indiquee.
Conditions de participation : CritBres de
selection des candidatures
Les candidatures seront selectionnees au
regard des trois critbres suivants :
-les capacities professionnelles, tech-
niques et financieres
Situation propre du candidate:
Reriseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
replies :
Ila declaration du candidate conforme au-
modele DC2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation & 6tre titulaires du
march (disponible sur internet a
I'adresse suivante : www.minefi.gouv.fr,
theme : marches publics).
1lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au module DC 1 dans sa version fevrier
2011) disponible egalement sur internet A
I'adresse suivante
http://www.minefi.gouv.fr, theme : mar-
ches publics)
apacites professionnelles:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
Presentation d'une liste des principals
prestations effectuees au course de la der-
niere annee, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive.
i Indication des titres d'etudes et profes-
sionnels de I'operateur Bconomique et/ou
des cadres de I'entreprise et notamment
des responsables de prestations de ser-
vices
ICertificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
CapacitBs Bconomiques et financieres :
Renseignements et formalities neces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies :
Declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
realisees au course du dernier exercise
disponible


S/j 8 Mari202e ', :0 -


L"_ A N f A LES,^







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Declaration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels
15,5 Capacites techniques :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
SUne description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
1Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
CritBres de jugement des offres :
L'offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres 6nonces ci-dessous :
1. La valeur technique de I'offre (appre-
ciee sur la base de la note technique exi-
gee au 2-8-2-d du reglement de
consultation) affectee d'un coefficient 6
se declinant selon les sous criteres sui-
vants:
*Comprehension du besoin, pertinence
de la methodologie et du deroulement de
la mission proposes 50% (du coefficient
6)
*Expertise des intervenants proposes
pour la prestation 30% (du coefficient 6)
*Mode d'organisation de I'equipe 20% (du
coefficient 6)
2. Le prix affected d'un coefficient 4
Negociation des conditions du march a
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas echeant etre negociees avec
les candidates apres examen de leur offre
Delai de validity des offres : 180 jours
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
etre obtenus : Conseil regional de Marti-
nique (service de la command publique)
ou en ligne A I'adresse sus indiquee
Date limited de reception des offres: Le 22
mars 2012 a 12 H 00 heree de Marti-
nique)
Adresse A laquelle les offres doivent etre
envoyees : Reception des offres par pli
recommande ou centre recepisse au
Conseil Regional de la Martinique Service
de la Commande Publique rue Gaston
Deferre -CS 50601 97261 Fort-de-
France Cedex Martinique ou en ligne a
I'adresse Internet sus indiquee
Dalai laisse au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales :8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal administratif de Fort de
France Croix de Bellevue Immeuble
Roy-Camille- BP 683
97200 Fort-de-France
Tel: 0596-71-66-67 Fax: 0596-63-10-08
Organe charge des procedures de me-
diation : Comite consultatif de reglement
amiable des litiges de PARIS 29 rue
Barbet de Jouy -75700 PARIS cedex 7
Telephone : 01.44.42.63.43 T6elcopie :
01.44.42.63.37
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recours : Le greffe du
Tribunal administratif Croix de Bellevue
97200 Fort de France
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee autorisee
Autres renseignements :
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique ,
marches publics ,
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du


march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
-la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
-le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
-la transmission par voie electronique des
dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion :Le 5 mars 2012 FB5480





-a-

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Identification de I'organisme qui passe le
march : Conseil Regional de Martinique
Service de la command publique,
Rue Gaston Defferre CS 50601 97261
Fort-de-France Cedex Martinique, tel: 05
96 59-63-00 / telecopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique Marches publics >
ReprBsentant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Regional de Mar-
tinique
Procedure de passation : Procedure
adaptee en vertu de I'article 28 du Code
des Marches Publics (CMP)
Objet du march : Realisation d'un audit
de la federation martiniquaise des offices
de tourism et syndicats d'initiatives
(FMOTSI)
Reference d'indentification du march :
DGACEI-FMOTSI-12-021
Caracteristiques principles : La present
consultation vise a la designation d'un
prestataire pour la realisation d'un audit
de la FMOTSI (Federation Martiniquaise
des Offices de tourism et Syndicats d'ini-
tiative). Cet audit repond a une com-
mande formulee par les Presidents des
deux collectivites, regionale et d6parte-
mentale, dans le cadre de I'evaluation
des politiques publiques et de la strategic
de restructuration du tourism a la Marti-
nique.
Delai d'execution Le prestataire dispo-
sera de 25 jours, & computer de la notifi-
cation du march, pour realiser la
mission.
Lieu d'execution de la prestation Sur le
territoire de la Martinique
Modalites essentielles de financement et
de pavement du march : Financement:
Fonds propres de la Region
Paiement:
. Virement administratif
. Delai global de pavement : 30 jours
. Variation des prix : prix actualisables
Variantes autorisees
Adresse aupres de laquelle les docu-
ments peuvent 6tre obtenus : Le dossier
de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service de la
command publique
Rue Gaston Deferre CS 50601 97261
Fort-de-France Cedex
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut etre 6galement tele-
charge a I'adresse Internet sus indiquee.
Conditions de participation : Criteres de
selection des candidatures
Les candidatures seront selectionnees au
regard des trois criteres suivants :
-capacites professionnelles, techniques
et financieres
Situation propre du candidate:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
la declaration du candidate (conforme au


module DC2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation a etre titulaires du
march (disponible sur internet a
I'adresse suivante : www.minefi.gouv.fr,
theme : marches publics).
1 lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au modele DC 1 dans sa version fevrier
2011) disponible egalement sur internet a
I'adresse suivante
http://www.minefi.gouv.fr, theme : mar-
ches publics)
1-0 Capacites professionnelles:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
1 presentation d'une liste des principles
prestations effectuees au course de la der-
niere annee, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive.
1 Indication des titres d'etudes et profes-
sionnels de I'operateur economique et/ou
des cadres de I'entreprise et notamment
des responsables de prestations de ser-
vices
1 Certificates de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
150 Capacites economiques et finan-
cieres :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
1 declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
realisees au course du dernier exercise
disponible
1 declaration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels
1-5 CapacitBs techniques:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
1 Une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
1 Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
Criteres de jugement des offres :
L'offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1. La valeur technique de I'offre (appre-
ciee sur la base de la note technique exi-
gee au 2-8-2-d du reglement de
consultation) affected d'un coefficient 6
se declinant selon les sous criteres sui-
vants :
* Comprehension du besoin, pertinence
de la methodologie et du deroulement de


la mission proposes 50% (du coefficient
6)
- Expertise des intervenants proposes
pour la prestation 30% (du coefficient 6)
- Mode d'organisation de I'equipe 20%
(du coefficient 6)
2. Le prix affected d'un coefficient 4
Negociation des conditions du march a
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas echeant etre negociees avec
les candidates aprbs examen de leur offre
Delai de validity des offres : 180 jours
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
etre obtenus : Conseil regional de Marti-
nique (service de la command publique)
ou en ligne a I'adresse sus indiquee
Date limited de reception des offres : Le 22
mars 2012 a 12 H 00 (heure de Marti-
nique)
Adresse a laquelle les offres doivent etre
envoyees : Reception des offres par pli
recommande ou centre recepisse au
Conseil Regional de la Martinique Service
de la Commande Publique rue Gaston
Deferre -CS 50601 97261 Fort-de-
France Cedex Martinique ou en ligne a
I'adresse Internet sus indiquee
Delai laisse au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal administratif de Fort de
France Croix de Bellevue Immeuble
Roy-Camille- BP 683
97200 Fort-de-France
Tel : 0596-71-66-67 Fax : 0596-63-10-08
Organe charge des procedures de me-
diation : Comite consultatif de reglement
amiable des litiges de PARIS 29 rue
Barbet de Jouy -75700 PARIS cedex 7
Telephone : 01.44.42.63.43 TBelcopie :
01.44.42.63.37
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recours : Le greffe du
Tribunal administratif Croix de Bellevue
97200 Fort de France
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee autorisee
Autres renseignements :
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
marches publics >
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
- le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie Blectronique
des dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion : Le 5 mars 2012 FB5481


POUR TOUTES VOS DEMARCHES
AU GREFFE DE COMMERCE, CFE, IMPOTS, PREFECTURE


CREATION, MODIFICATION ET RADIATION DES SOCIETIES
K-BIS AGREEMENTS TENUE DES REGISTRES LEGAUX


CONTACTEZ UN FORMALISTE PROFESSIONNEL


Antilles Formaltes


Leader en Formalites
des Entreprises en Martinique

Tel. 06 96 40 25 85


Iu .8 Mr 2 02 j w no0 i Pae7


,NONE Uf/E






http://www. iournal-iustice-martiniaue.com


Deux nouveaux ouvrages ie Georges Etuth re Mauvois ont paru en librairie


Georges.E. Mauvois fait le portrait de la society martiniquaise
Le premier est un recueil de ses Oeuvres thidtrales completes.
Comme le dit Georges E. Mauvois, c'est "dans un souci de clarte,
de ranger Ces choses"qu'il a decide d'editer chez K- Editions, les
11 pieces de theatre qu'il a ecrites. En faisant cela, il a pense
au 'jeune etudiant qui dans [es decennies a venirvoudra sepencher
sur Fes ceuvres de ses predecesseurs et pourra ainsi avoir sous [a
main un seuidocument ".
Sa premiere piece de theatre, ,lp, ,r Cacouf date de 1966.
C'est le fruit d'une volonte militant, raconte-t-il. "J'etais d
repoque au Parti communist. fCm'est venu d Cidie que Con pou-
vait, par le theatre, exercer une action mifitante comparable d celle
que Confaisait en aFlantfaire des conference on tenir des reunions,
etc. Le thietre est devenu brusquement un de ces moyens d'e(.-


Yoles ronOes
Les grandes yoles ont repris la competition, dimanche 4 mars,
au Vauclin lors de la second journee du challenge. UFR/Chan-
flor caracole toujours en tdte en d6pit d'une belle remont6e de
Joseph Cotrell/ Leader Mat. La prochaine competition est pre-
vue le 25 mars a Sainte-Anne.



.


pression militante". l1 ;,L Cacoula connu son heure de gloire
surtout en France, oO il 6tait joue par les 6tudiants antillais.
C'etait la premiere piece de theatre 6crite avec sa trame et ses
personnages.
Georges E. Mauvois explique a propos des 10 autres "come-
dies"qu'il y a eu une evolution dans son ecriture theAtrale. En
effet, la part du militantisme a ete moins grande pour laisser
place a une "motivation sociale. "'Faire Fe portrait de la sociite
teFre que je la voyais, sous son jour amusant, derisoire et avec fe
mime souci qui anime un photograph. Fi itr Fa chose, [es person-
nages, [a vie te[[e qu 'efe est prisente au moment o tje (a regarded .
En fait, souligne Georges Mauvois, "c'est toujours fe 6esoin de
communique que nous avons fes uns et fes autres". Et I'auteur af-
firme haut et fort qu'il n'entend pas voir ses pieces mises en
scene par n'importe qui. Par souci de ne pas travestir sa pen-
see.
Le second ouvrage, Contes et histoires, est un livre pour la jeu-
nesse plongee dans son imaginaire natural, mais pas seule-
ment puisqu'il fait remonter des souvenirs a plus d'un. "Je me
suis rendu compete que 1a pFupart de mes textes etaient interessants
a faire [ire par des enfants". II en a profit pour les reunir tous
dans cet ouvrage. Les contest, c'est I'imaginaire, et tout le reste,
c'est la vie, explique-t-il
Au detour de la lecture, on se rend compete en quelque part que
I'auteur nous livre ses histoires de jeunesse. hiu des histoires
sontfondees sur des histoires presque vecues" laisse-t-il enten-
dre.
Deux ouvrages a posseder et a devorer goulument.


Les voyages pour Oestresser
Durant trois jours, pas moins de 20 000 visiteurs se sont pres-
ses dans les all6s de Madiana lors du Salon du voyage. Un
phenombne dO selon, les organisateurs, a la pression am-
biante. Les martiniquais veulent changer d'air et I'occasion de
faire de belles affaires. II est vrai que voyagistes et banquiers
etaient reunis pour donner du r6ve de paradise plus bleu ailleurs.


CMAC: Samei 10 mars 20HOO Theatre A lUwon pou Milo
En compagnie du jeune duo, Ida et Damien, embarquons pour un voyage au pays de la memoire, de nos emerveillements, de nos
douleurs, dans la complicity du monde des bois, de liens qui impregnent parfois avec humour la vie des habitants d'un quarter.
Dans ce spectacle de theatre musical, les acteurs, danseurs, musicians, 6voluent sur des rythmes de language,
Sides joutes verbales, des trajectoires ; un jeu physique nourri de I'apport choregraphique. Une creation a la
croisee de 2 universe : le theatre et la danse. En filigrane, et en hommage a Emmanuel Caserus dit Milo.
Ti Emile, "ceFui qui a descend Fe b6re dans (a capitafe vers 1970", un travail d'expression en resonnance avec
les codes esth6tiques de la tradition Bele. Les intervenants, dans I'execution de certaines figures b6enficiant
du conseil eclaire d'un ancien de la tradition, Felix Caserus.


i 8Mars2 2e *0 Fae


[ CULTURE I