<%BANNER%>
PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00239
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: February 2, 2012
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00239

Full Text
ie hebdomadaire d'information communist


- Jeudi 26 Janvier 2012 92n Annee N 04


- Martinique: 2,00 France: 2,40 E DOM: 2,20 E


'itt


, Ii mt l I II l .S "
arghendensoutieh
t 0 x ot1ages

vier 20121 h0
iveo Place Romro


Dol -500j i
Ilub Preso
invite 'a lairI


Te 29 Ja
I'Atrium -1





http://www.iournal-iustice-martiniaue. com


Sa ka af ....................p. 2

Eiito ......................... 3
- Pour un autre contract de responsa-
bilitt

Lutteisociales ............... 4+
- Sommet centre la crises

Society ................ .....f.
- St Barth et les acquis sociaux
- Baisse de la ddlinquance en 2011

Economic ................... .p. 6
- Hausse des prix

Politi4ue .................. 7/11
- Changer de culture economique
- N. Sarkozy en Guyane
- Hollande met la barre plus a gauche
- Budget regional
- La Martinique a horizon 2020

Criee elaPette ...........f. 72/13
- Sortir de euro ou le transformer ?
- Propositions alternatives

Notre Amrie .............. f.13
- Braves d'Amdrique
- Haiti, deux ans apres

Paw leMok e ...............f.
- Afrique et monde arabe
- Flash Hebdo

-Annonacigalef ........... 15/19

Culture/Sl rt...............20
- Concours de la Chanson cole
- Les Z4twal du sport martiniquais



VJIS TICCE"
Administration & Redaction:
Te. : 05 96 71 86 83
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tl. : 0596 73 14 54


Tournant pour I'h6tel la Batelire ?

Le group Monplaisir, propri6taire de I'h6tel Bateliere, a decide de se turner vers la
chaine du group americain Radison pour tenter de redorer le blason de ce fleuron
de I'h6tellerie martiniquaise. Depuis plusieurs annees, les different proprietaires qui
se sont succedes n'ont pas reussi & trouver le bon creneau pour cette structure. C'est
surtout le personnel qui a fait les frais de ces gestions plut6t calamiteuses. L'h6tel
est depuis deux ans en redressement judiciaire, ce qui n'empeche pas le group
Monplaisir de preparer I'avenir. Pour se turner vers I'enseigne americaine, I'h6tel
doit revoir ses standards en engageant un project de renovation qui va demarrer en
juin prochain. Durant six mois, I'h6tel doit former ses portes, renover ses 99 cham-
bres aux couleurs de I'enseigne Radisson, proposer 25 suites, et mettre le person-
nel en formation. Tout cela dans le but de seduire une clientele d'affaires et de loisirs.
Des travaux don't le montant est value & pres de 8 millions d'euros.
Une deuxieme phase de travaux devrait concerned les spaces loisirs et de detente,
et la creation d'un space SPA et d'un restaurant Lounge.

L'epiemie e astroenterite est U
Depuis la troisieme semaine du mois de decembre 2011, le nombre de consultations
des medecins generalistes pour gastro-enterites est en augmentation. Un debut d'6pi-
demie de gastro-enterites est actuellement observe en Martinique, indique la Cellule
de Veille, d'Alerte et de Gestion Sanitaire de I'ARS. Ce phenomene epidemique est
habituel pour la saison ; il est en phase avec ceux observes en France et en Guade-
loupe, ajoute-t-elle.
Pour limiter la transmission des virus a I'origine de cette 6pidemie, il est primordial
d'appliquer les regles d'hygiene de base, notamment le lavage regulier des mains
avec du savon. II est rappele aux parents que si leurs enfants (en particulier les plus
jeunes) presentent des sympt6mes de gastro-enterite (diarrhees, vomissements), ils
doivent consulter leur medecin traitant afin d'eviter tout phenomene de deshydrata-
tion qui peut 6tre severe chez les nourrissons.

Salon Du Lyceen 2012
Aprbs plus de 18 ans de presence au Lamentin, le salon du Lyceen aura lieu a Fort-
de-France et plus precisement au Stade Pierre Aliker A Dillon. "S'ouvrirau WMonde et
riussir", tel est I'intitule du theme retenu pour cette edition. Plus de 10 000 lyceens
sont attendus du 26 au 28 janvier 2012. Ce rendez-vous important de la vie lyceenne
en Martinique, vient concretiser la volonte du conseil regional et du rectorat de per-
mettre aux jeunes de prendre en main leur avenir en toute connaissance de cause.
Comme chaque annee, c'est une occasion pour les lyceens de se faire une idee plus
precise de leur future metier et du meilleur moyen d'y acceder, avec toute I'information
et tous les conseils disponibles en un seul lieu. Plus d'une centaine d'exposants, don't
notamment I'UAG, les grandes ecoles, les universities du Quebec. Durant le salon, il
y aura des conferences, des expositions, et la possibility d'echanges avec des pro-
fessionnels.

DebdtApdl tl samedi28 janvier: 'Pourquoifdut-il etuier I'histoire"

Radio Ase Plere Annou Lite et le Restaurant "6 Porte d'Afhique"invitent a la rencon-
tre-debat "(ab6cfii' qu'ils organisent le samedi 28 janvier 2012 de 11h30 a 13h au-
tour du theme : "Pourquoifaut-ifCtudier r'histoire". Elle sera animee par Edmond
Mondesir, philosophy, Joelle Cecina, professeur d'histoire et Georges-Henri Leotin,
professeur de philosophie.
Rendez-vous au restaurant 0 Porte d'Afrique 20 rue de la Fontaine Gueydon Fort
de France.


La Martinique n'oublie pas Thierry Dol

Le Martiniquais Thierry Dol. pns en otage au Niger dans la nuit
du 15 au 16 septembre, avec quatre autres Francais, un Togo-
lais et un Malgache. employes des societies frangaises Areva et
Satom, par la branch d AI-Qaida au Magreb Islamique (AQMI),
est soutenu moralement par toute la Martinique, y compris les
militants communisles et leur journal Justice


Seiuat *IrIrS7 -*rSIce n 0 -ae


F_ 5AXA1P,%





http://www. journal-iustice-martinique. com


Pour un nouveau contract be Responsabilite et be Developpement avec la France


Un candidate et un future president-candidat se sont suc-
ced6s recemment pour s'adresser aux citoyens des pays
composant ce que I'on appelle les "Outre-mer Frangois
Hollande en Guadeloupe et Martinique et Nicolas Sar-
kozy en Guyane.
Frangois Hollande semble considered que la question sta-
tutaire est reglee avec la collectivite unique et qu'il ne lui
appartient que de respecter les choix faits. II propose un
contract de partenariat avec chaque Region d'outre-mer
et les politiques y seront fixees dans une loi de program-
mation. C'est une idee interessante. Cependant il sem-
ble considered avec Victorin Lurel que les difficulties
economiques et sociales des departments et collectivi-
tes d'outre-mer ne sont dues principalement qu'au "des-
engagement derEtat"opere sous la presidence de Nicolas
Sarkozy. La methode qu'il propose : une defiscalisation
recentree et le retour a des subventions directed pour sti-
muler I'investissement.
Serge Letchimy lui a demanded de realiser une revision
de la Constitution reconnaissant notre existence en tant
que people et le droit A I'Autonomie tout en conservant
I'egalite des droits. Pas de reponse A ce jour. Va-t-il faire
comme Frangois Mitterrand lors de son deuxieme mandate
et louvoyer sur cette question de la revision constitution-
nelle ?
Nicolas Sarkozy declare en Guyane qu' "i[s'est attach a
bdtirune relation base sura confiance"entre la France et les
territoires d'outre-mer. II ajoute : "Dans e mime temps, la R6-
publiquefranfaise reconnait aussi (a diversity de vos territoires,
en sachant vous donner les moyens detre, davantage qu'aupara-
vant, fes acteurs de votre devefoppement. Si 'ous n'etespas fes ac-
teurs de votre devefoppement, personnel ne f fera a votre place. On
peut vous aider, on peut vous soutenir, on peut vous encourager,
on ne peut pasfaire (e travaild votre place. Et tous ceuxqui ra-
content qu'on peut faire ke travail a votre place vous men-
tent(..).La France ne craint pas de vous donner favantage de
responsabiiti sur fe pan institutionne4 diplomatique, iconomique,
culture'". Cela paraft aller dans le bon sens au niv6au des
principles. Reste a en verifier I'application.
Nicolas Sarkozy, au moins en paroles, reconnaTt la ne-
cessite de changer le module de developpement base
sur I'importation et d'aller vers un developpement plus en-
dogene en s'appuyant sur les productions locales. La me-
thode : defiscalisation, zones branches et exonerations de
charges rabotees pour cause de deficit budgetaire et de
plans d'austerite face & la crise de I'euro. 11 nous incite A
conquerir de nouveaux marches dans notre bassin re-
gional. Mais comment faire dans le cadre de la libre cir-
culation des marchandises, des capitaux et des hommes
et des accords APE qui nous ligotent, sans pouvoirs d'in-
tervention 6conomique, sans capacity de proteger notre
march ?
En verite, ce qui est en crise dans les DOM depuis le mi-
lieu de la decennie 2000, c'est le module neo-colonial de-


partemental ainsi
que nous I'avons
decrit et, & notre
suite, d'une certain
maniere le Schema
Martiniquais de De-
veloppement Eco-
nomique (SMDE), le
rapport local des
Etats generaux de
Victor Vaugirard et,
a sa fagon, le Pro-
fesseur Olivier Su-
drie dans son
rapport de 2010
pour la Chambre de
commerce. Faut-il
encore fire un Plan d'action de Developpement de la
Martinique(PADM) pour fire ce diagnostic et en tirer les
enseignements ? Ou veut-on noyer le poison dans la
technocratie et le verbiage ?
II est un fait nouveau decoulant de la cruise financiere his-
torique & laquelle la France et I'Europe sont confrontees:
II est de moins en moins possible d'asseoir la fausse
croissance de notre pays sur I'injection de transfers pu-
blics et sociaux en progression reguliere pour assurer un
filet de security pour les laisses-pour-compte du systlme.
L'ascenseur social est tombe en panne : inegalit6s crois-
santes, extension de la pauvrete, remontee inexorable du
ch6mage, precarite de I'emploi en hausse, vie chere per-
sistante, marginalization d'une fraction grandissante de
la jeunesse, paup6risation de nombre de retrait6s, vieil-
lissement accelere de la population, genocide par subs-
titution, etc. II devient plus difficile d'assurer A I'oligarchie
compradore une rente capitalist A partir du system
d'importation-consommation et des profits immobiliers
grAce A la speculation.
Seuls des Martiniquais conscients et arms des leviers
reels de d6veloppement peuvent s'attaquer aux defis qui
nous attendent : reorienter et refonder I'activit6 et I'em-
ploi dans ce pays.
C'est vrai : Ce que nous attendons des candidates & la pre-
sidence de la R6publique frangaise, ce n'est pas de la
compassion, des declarations d'amour, mais la pleine et
entire reconnaissance que nous sommes un people, y
compris dans la loi fondamentale de la France. Nous at-
tendons un contractt de Responsabilit6 et de DWvelop-
pement" dans le cadre d'une loi-programme de longue
period ayant un volet statutaire et un volet 6conomique
et financier afin d'engager la transition vers un autre type
de developpement, endogene, solidaire et 6cologique.
La crise nous impose le Changement en Martinique. Al-
lons-y
Michel Branchi


eI anier*g' ',l||,4T-Pg


I


r EPtO





htto:v/www.iournal-iustice-martiniaue.com


Sommet centre la crise: Un sommet b'hypocrisie, be guerre au social


A 100 jours du premier tour des presidentielles, cette initiative,
selon N. Sarkozy, serait dictee par "La gravity de la cruise [qui]
impose de prendre des decisions"qui ne sauraient etre retardees
pour cause de calendrier politique.

Un sommet a la "hussarbe"
Mais en reality, personnel n'est dupe des arriere-pensees de
celui qui se prepare a entrer en champagne. A commencer par
les responsables des cinq centrales syndicales convoquees le
mercredi 18 janvier E I'Elysee. Ainsi, pour le secretaire general
de la CGT, Bemard Thibault, il s'agit "d'une rencontre program-
mie, plus pour I'affichage dans une sequence fectorae, que dans
une viritatbe vo(onti de tirer es ensegnements de la situation"de
crise dans laquelle s'enfonce la France. Tandis que de son c6te,
Frangois Chereque, le leader de la CFDT, denongait "Cagita-
tion [du president] qui rappete son debut de mandate Pour tous
les responsables syndicaux, qui n'ont cesse d'alerter le gou-
vernement sur la degradation de la situation de I'emploi, ce
sommet arrive trop tard. Pour au moins trois raisons. D'abord
parce qu'il s'agit d'une methode brutale. "Legouvernementpre-
nant a la hussarde des decisions sur des sujets aussifoidamen-
taux" que le financement de la protection social et qui
demandenttnfie longue preparation, denonce le SG de la CFDT
Frangois Chereque. Ensuite, parce que les syndicats soup-
gonnent le president de chercher a les amadouer avant "une
nouvele offensive de deriglementation du temps de travail" et
I'instauration de la TVA dite socialle, perque par les syndicats
comme une augmentation d'imp6t qui provoquera une baisse
de la consommation et comme-un troisieme plan de rigueur,
aggravant done la recession. Enfin, et de I'avis meme de cer-
tains membres du gouvernement, les quelques measures d'ap-
plication immediate en faveur de 'emploi arrivent bien tard pour
permettre de freiner ou d'inverser la courbe du chomage.

Des mesires sans granb impact sur I'emptoi
Pour les leaders syndicaux, les measures annoncees seront
sans grand effet sur I'emploi. S'ils les ont plus ou moins ap-
prouvees, c'est qu'ils sont conscients du desespoir des
quelques 4 millions de travailleurs francais frappes par le ch6-
mage et par I'angoisse de ceux qui vivent dans I'attente des
plans de licenciement qui se multiplient. Un scepticisme par-
tage par 72% des Francais selon un sondage de I'institut BVA.
N. Sarkozy a done annonce cinq measures plus ou moins
consensuelles et le deblocage de 430 millions d'euros par re-
deploiement de credits pour les finance.
L'une d'entre elles concern la simplification du ch6mage par-
tiel qui serait rebaptise travailsd temps parties", par la r6duc-
tion du delai de 20 6 10 jours pour obtenir I'accord de
I'inspection du travail. La mise en formation des salaries
concerns serait aussi facilitee. La measure "ziro charge" vise 6
faciliter I'embauche des jeunes de moins de 26 ans en exone-
rant les tries petite entreprises (TPE) de moins de 10 salaries
de toute charge social pendant un an. Une measure d6ej ex-
perimentee en 2009, qui avait concerned 1,2 millions de contracts,
'mais qui avait ete abandonnee carjugee trop coOteuse. Le P6le
emploi don't les syndicats n'ont cesse de denoncer le manque
criant d'effectifs, eu regard a I'afflux de demandeurs d'emploi,
se verrait accorder une dotation suppl6mentaire de 30 millions
d'euros pour le recrutement de 1 000 agents supplementaires
pour un CDD de six mois. Ce.qui ne compense pas les 1 500


postes supprimees ces trois dernieres annees. L'accent sera
mis sur la formation des 239.000 ch6meurs inscrits en catego-
rie A, done sans emploi depuis deux ans. Ils devraient se voir
proposer soit un emploi, soit une formation. Une promesse qui
avait d6ja ete faite par le chef de I'Etat en fevrier 2011 mais non
tenue. Et comment le serait-elle alors que les licenciements se
multiplient dans tous les secteurs. C'est A Gerard Larcher, I'an-
cien president du Senat, qu'il a confine une mission visant a jeter
les bases d'une "reforme radical" de la formation profession-
nelle. Une mission inop6rante, vu le calendrier politique. Enfin,
N. Sarkozy souhaite creer une banque de I'induatrie dotee de
plus d'un milliard d'euros consacree au financement des en-
treprises, reprenant I'idee d'une banque des PMI lancee par
Frangois Hollande et d'un p6le financier public preconise par
Jean-Luc Melenchon.
Certaines de ces measures devraient, en principle 6tre mise en
oeuvre, en outremer. Mais pour quel impact sur le sort des
43.000 demandeurs d'emplois categorie A inscrits chez nous
au P6le emploi ?

TVA sociate et am6nagement bu temps be travail bifferis
Par crainte d'un clash avec les syndicats, le chef de I'Etat a pre-
fere renvoyer au 25 janvier I'annonce des decisions les plus im-
portantes. II s'agit d'abord de I'instauration de la "TV4 social"
pour, dit-il, "alervers une diversification accrue des sources defi-
nancement" de la Securite social et principalement de la
"branchefamile". Mais chacun sait qu'en reality, il s'agit d'une
measure reclamee avec insistence par le patronat visant a alle-
ger le coOt du travail par la reduction essentiellement des
charges patronales presentees comme responsables du
manque de competitivite des entreprises et de I'aggravation du
ch6mage. Mais, le president doit aussi tenir compete de I'oppo-
sition d'une parties de la droite a qui I'annonce de cette measure
avait fait perdre plusieurs dizaines de sieges aux legislative
de 2007. De meme, a-t-il repouss6e la fin du mois de janvier
son feu vert pour la conclusion d'accords d'entreprises relatifs
6 la modification du temps de travail (competitivite-emploi).
L'objectif de cette measure etant d'en finir avec les 35 heures et
de porter de fait b 37 heures la duree du travail. De leur cote,
les syndicats s'insurgent centre le refus du gouvernement de
mettre fin aux exonerations de charges pour les heures sup-
plementaires qui content plusieurs milliards d'euros par an a
I'Etat.
En 2007, N. Sarkozy alors candidate qui s'etait engage sur le
plein emploi, avait declare : "Si on s'engage d 5% de ch6meurs et
qud Carrivie y en a 10%o, c'est aux Franfais den tirer (es consi-
quences". Face 6 un bilan si desastreux, il a beau jeu de tenter
de se justifier par I'aggravation de la crise capitalist. Les Fran-
gais semblent etre determines d'en finir avec le sarkozysme.
Les progress du candidate du Front de gauche montrent qu'ils
sont de plus en plus nombreux a vouloir mettre fin au capita-
lisme predateur et de la social-democratie qui n'est que sa ver-
sion edulcoree. De leur c6te, les travailleurs et les ch6meurs
martiniquais doivent savoir que leurs malheurs r6sultent pour
I'essentiel de la persistence du system neocolonial, des
consequences de sa politique de la droite de soumission aux
exigences du patronat et de I'absence d'un veritable pouvoir
local de decision. Ici comme Ia-bas, les elections presidentielles
fournissent 6 tous I'occasion de realiser une revolution demo-
cratique.
GE


, .6aR!i^tiEII


L E.S.......S I






http://www. ournal-iustice-martiniue. corn

Saint-Barth et tes acquis sociaux


Depuis le ler janvier 2012, Saint-Barthelemy jouit du statut de
PTOM (pays et territoires d'outremer), (Justice N2). Bruno
Magras, President du Conseil territorial de la collectivite de
Saint-Barthelemy, a donned une interview a notre consoeur Ghis-
laine Burac, publiee dans France-Antilles Martinique du 11
janvier 2012.
Le president de la Collectivite de Saint-Barth y justifie I'adhesion
de Iile au PTOM en declarant: "Premierement, en tant que Co[-
lectivite d'Outre-Mer, rigie par 'article 74 de la Constitutioin
nous nous situons en parties, en marge du droit communfranfais.
Or, au sein des GRgions Vltrapiriphiriques, c'est Ce droit commun
europien qui s'applique. Ify avait &i une incoherence figislative
qu'iffafait supprimer. C'est (a premiere raison qui nous a conduits
a solliciter cette reform statutaire. (Dewuimement, la competence
douaniere -sauf ans Ces domaines rigaliens de rEtat- ne pouvait
etre transfer6e i (a ColCectiviti, qu'd la condition d'accder au sta-
tut dLe PTOM. C'est fa Coi organique qui le precise. Par consequent,
pourprotiger notre statute de port franc, nous ne vouCionspas que
le code des douanes europden s'applique d Saint-Barthieemy.
'Enfin, comme nous importons beaucoup des 'USA, nous ne vou-
lions pas non plus itre bCoquis, par une application strict des


normes europeennes >.
A une question sur la conservation des droits sociaux acquis, il
repond : "Tous les droits sociauxacquis sont conserves. Lors des
campagnes ilectorales sur rCvolution statutaire, on a raconte toute
sorte de mensonges pourfaire peur au.xgens. C'est de la vaste
6[ague ".
Ces mensonges, on les connait bien en Martinique, oO le peu-
ple a ete abuse par ceux distills par les partisans d'une cer-
taine "troisime voie"fumeuse.
Bruno Magras affirme par ailleurs : "Pour Cinstant, Ces compe-
tences que nous avons o6tenues nous suffisent ampCement. Nous
voulons enfaire bon usage. Apres on verra. ICn'y a pas chiez nous
de veCllite dfindependance. Mais ify a urgence a tenir compete des
spicificitis. On ne peut afciderpour Ces Antiles ia Pars. Cela ne
veut pas dire qu'iffaut se siparer Le gouvernementfranfais 'a
adaifeurs bien comprise"
C'est ce que le people martiniquais, aliene par une parties de
ceux qui se presentent comme des autonomistes, n'a pas en-
core compris, helas Mais la lutte pour debrider les consciences
continue.


Les autorites annoncent une petite baisse 6e la el6inquance en 2011
.'_" .... -. __ _-- .. ,-- ,'...; ---"' i---- -
Le bilan de la delinquance dans I'le a ete present par les au- langer, le procureur de la Republique. "Uitne eactejudicare
torites judiciaire et prefectorale le jeudi 19 janvier dernier. Sans qui permit de mettre hors d'tat de nuire un certain nom6re de
tomber dans le triomphalisme, elles apprecient tout de meme le
timber dans le triomphalisme, elles appreieno de e le maCfaiteurs", ajoute-t-il. La lutte centre le traffic (de drogues ?)
faith que "anne 2011 marqe pour z premirefois depu u- destination du march local a ete renforcee et se traduit par
sieurs annies 'arrit de 'augmentation des vioences Certes ce d'importantes saisies de stupefiants.
n'est pas encore I'eldorado, car les violence aux personnel Prevention et repression sont la clef de ces resultats positifs.
restent preoccupantes, Mais les autorites doivent
avec 13 faits pour 1000 continue a mener le com-
habitants, nettement su- bat tous les jours.
perieur i la r6f6rence II n'est pas sans interest de
frangaise. Elles notent noter qu'en France le
tout de mCme une baisse meme discourse sur la
global de 5%, soit pres baisse de la delinquance
de 300 victims de vio- a ete tenu recemment par
lences en moins cette le ministry de I'int6rieur,
annee. Concernant les alors que nous sommes
vols a main armee, ils di- deji en pleine p6riode
minuent de 17%. Autre electorale.
baisse sensible : celle Ont-ils tort les syndicate
des cambriolages d'eta- de police qui contestant la
blissements commer- v r vacit6 de ces chiffres?
ciaux et industries c'ri Moins de morts sur la
(moins 39%). En re- route
vanche, les cambriolages Le pr6fet Laurent Provost et A sa droite Claude Bellanger, procureur de la R6publique Au niveau de la security
de residences principles routibre, le nombre de
et secondaires continent de progresser (+3%). S'agissant de tues est en baisse: 24 victims contre 37 I'an dernier. Mais les
la delinquance economique et financiere, elle est en augmen- 2 roues continent de representer plus de la moiti& des tues
station global de 4%, ce qui eat dO essentiellement a I'activit6 (66,7%). La police' et la gendarmerie ont effectue 43 000 de-
des services de police en matiere de lutte contre la delinquance pistages d'alcool6mie et de stup6fiants, soit pres de 120
financiere (+15%) et en particulier contre le travail illegal. contrOles par jour en 2011. Ces contr6les ont debouch6 sur 1
Ce resultat est le fruit de la cooperation renforc6e entire la po- 005 suspensions de permis de conduire, soit 159 de plus qu'en
lice et la gendarmerie qui a permis notamment le d6mantele- 2010.
ment de 5 6quipes, representant une trentaine de personnel a C.B.
I'origine d'une centaine de crimes et delits, explique Claude Bel-


50CIE






I I ......M... Ir.c


Hausse bes prix 2011 be 2% poussee par l'nergie


Le dernier indice de prix de I'annee est paru et permet de juger
du niveau de I'inflation en Martinique.
Au course du mois de decembre 2011, I'indice des prix a la
consommation des manages en Martinique augmente de
0,5 %. Cette evolution est liee & la hausse des prix des services
et des products manufactures.
Les prix de I'alimentation sont en baisse, contrairement a
ceux du tabac et de I'energie qui sont stables.


Les products frais sont en augmentation


Le glissement sur un an (decembre 2011 a decembre 2010) est
de +2,0 %.11 a ete tire par les prix de I'energie (+10,4 % sur I'an-
nee).
En France, la hausse est de 0,4 % en decdmbre 2011 et de
+ 2,5 % sur un an. II n'est pas frequent, sauf le cas exception-
nel de 2009 (baisse des products petroliers et recession), de
constater une inflation inferieure en Martinique a la France.
Effet du ralentissement economique en 2011 et de la baisse du
pouvoir d'achat de certaines categories sociales ?


L'indice des prix de I'alimentation diminue de 0,2 % (+0,8 %
sur un an) apres une hausse de 0,3 % en novembre 2011. Ceux
des products frais augmentent de 0,3 %. A I'inverse, les prix de
I'alimentation hors products frais diminuent de 0,3 %.
L'indice des prix des products manufactures est en hausse
de 0,3 % (+1,0 % sur un an). Les fins des soldes et des pro-
motions expliquent I'augmentation des prix de I'habillement et
chausslures (+2,5 %). Les prix des autres products manufactu-
res regressent (-0,5 %). Quant aux products de sante, ils sont
stables.
L'indice des prix de I'6nergie reste inchange en decembre
2011 (+10,4 % sur un an). Cependant, le tarif du supercarburant
diminue de 1,4 %, alors que celui du gazole augmente (+2,4
%). Le prix de la bouteille de gaz recule de 0,2 %. Sur un an,
I'indice des prix des products petroliers a progress (+11,9 %).
En France il augmente de + 11,7 %. Le gaz en Martinique a
augmented sur un an de 13,9%.
L'indice des prix des services s'accroit de 1,0 % (+1,3 % sur
un an). Le poste "transports et communications" progress
(+ 3,7 %) sous I'effet de la variation des tarifs aeriens. Parmi
les autres services (en hausse de 0,8 %), de facon saison-
niere, les prix des services d'hebergement (+7,1 %), des
voyages touristiques (+5,9 %) progressent. A noter aussi, la
hausse des prix des services domestiques suite a la revalori-
sation de 2,1 % du smic au ler decembre. L'indice des prix des
"foyers etservices rattaclis "augmente (+0,3 %). A I'inverse, celui
des "services de sant" diminue de 0,4 %.
On constate en France un record de la hausse des prix des pro-
duits petroliers (Super sans plomb 95 a 1,556 E le 13/01/2012)
sous le pretexte des evenements geopolitiques en Iran et au
Nigeria alors que la demand est stable etque I'offre augmente.
Ce qui veut dire que, une fois de plus, la speculation capitalist
sur I'or noir est a I'oeuvre avec les masses de capitaux accu-
mules.
A.G (avec Insee-Martinique)


^^ r VIE PU PA kT


Parti Communiste Martiniquais
Dimnche 29janvier 2012 Cntine scoldire l boure Deucosa 9heures.

Theme: La Martinique face a la crise.


Depuis des decennies, la Martinique est confronted a une
crise economique et social qui decoule du system neoco-
lonial dans lequel elle est maintenue.
Sa situation s'est encore aggravee avec la politique de ri-
gueur imposee par la crise capitalist et plus recemment en-
core par les consequences de la degradation de la note de la
dette de la France.
En depit des measures de soutien annoncees par le gouver-
nement etdes plans de reliance des assemblies locales, la si-
tuation ne cesse d'empirer, privant nos jeunes de
perspectives et plongeant un nombre sars cesse croissant
de nos compatriotes dans le chomage et.dans la pauvrete.
Faut-il se croiser les bras face & de si sombres perspectives?
A I'approche des echeances importantes que constituent les


elections presidentielles et legislative, le Parti communist
martiniquais invite les Ducossais et les Ducossaises a une
rencontre en vue de la construction d'une alternative pour le
changement a I'occasion du :
Forum-D6bat le dimanche 29 janvier 2012, a partir de
9 heures, a la cantine scolaire du bourg de Ducos.
A cette occasion, vous pourrez exprimer votre point de vue et
formuler des propositions pour faire avancer notre pays.
Pour le PCM
Le secretaire general
G ERICHOT


,B ,Bu j .ie i rT3K jwti '0Pg


;;;;


w=


htto://www. iournal-iustice-martiniaue. com






......-t u cIT I E I


"Changer be culture economique", certes oui Et te changement be

culture politique ?


Serge Letchimy se targue de vouloir "changer de culture ico-
nomique" dans une interview du site Politiques Publiques
datee du 21 janvier 2012 et dirige par Franck Sainte-Rose
Rosemond.
De quoi s'agit-il ?
Ignorant totalement la crise qui secoue la France et I'Europe il
declare : "(..) Nous avons donc adcid dinvestir. C'jtait envi-
ron 13 7 millions deuros dinvestissement par an, nous passons a
200 millions".Cela fait une augmentation de 70 millions d'euros
par an. Pour fixer les id6es, cela fait 0,8 % du Produit Interieur
Brut martiniquais. II precise : "Entre 2010 etfin 2011, nous avons
dejd augmented de 80 millions les investissements realisis. Ce qui
nous a igafement permits doptimiser lesfonds europiens, puisque
nous sommes passes de 10 % de sommes dipensies a prs de 34 %,
en un an et demi. Et nous sommes passes de 20 % de programma-
tion a pres de 74 % de programmation desfonds europiens. Parce
que fesfonds europiens ne viennent que si vous mettez une contre-
partie, mais si vousfaites du "ralenti" pour votre contrepartie, il
y a unprobleme.(...)" Certes une meilleure implication de la col-
lectivite regional peut permettre de mobiliser des fonds euro-
peens plus important. Donc la Region peut esperer, ce faisant,
produire ce qu'on appelle un effectt de vierr" Mais il n'y a 1l
rien de fondamentalement nouveau.
S'agissant du risque d'endettement inconsidere de la Collecti-
vite, il retorque : "c'est un endettement qui est maitrisi, qui est
contr6lf. Avec 70 millions par an, nous sommes a un niveau de
desendettement de quatre ans, ce qui est tout afait ouable. C'est
forsque Con depasse 8 ou 9 ans de disendettement que Con peut
rencontrerdes difficult. Nous avons done une marge de manaeu-
vre tout d fait serenee. Personne n'a dit qu'il ne fallait pas re-
courir a I'emprunt. La question c'est qu'il soit gage sur des
resources, sinon il faudra augmenter les impots comme cela
s'est passe en 1992 sous la mandature Capgras apres la ca-
tastrophe Darsieres.. Or les dotations de I'Etat et les aides de
I'Europe sont appel6s a stagner, voire a reculer, ces prochaines
annees avec la crise et la recession. Les taxes indirectes qui ali-
mentent au principal le budget de la Region, telles la taxes sur
les carburants et I'octroi de mer, sont gagees sur I'importation
et la consommation. Qu'en sera-t-il avec la recession en course
en France et en Europe ? On se mord la queue.
Serge Letchimy ne peut s'empecher de stigmatiser ses pre-
decesseurs qu'il accuse de "logique deguichet vis a vis de 'Eu-
rope et de fa Trance quandon demand que faz Martinique se separe
de ['Europe et de la France", "une logique tres capitalistique. Li-
6graCe, mais vraiment du capitalism outrancier. Ici, tout etait
fondi sur le profit, sans conditionnait4, sans politique social ",
de "fogique de thesaurisation", de "populisme social puret dur"
pour faire apparaftre que, lui, est dans "une dynamique de rup-
ture" par rapport a ce qui se faisait auparavant. Si bien que son
interviewer le some de s'expliquer sur la notion de "change-
ment de culture &conomique" qu'il advance.
Ce changement de culture economique passerait par I'elabo-
ration d'un Plan d'action de Developpement de la Marti-


Serge Letchimy veut accroitre I'investissement par I'emprumt


nique(PADM) don't I'elaboration se ferait avec la participation
populaire.
II explique : "Pourmenercette refle .on autourdu PD9M, iffaut
une mobilisation globafe. Iffaut que nous actions dans les quar-
tiers, dans fes communes, que nous interrogions fa population, que
nous essayions d'aer fe plus loinpossibf dans Cadhision du peu-
pe, parce que 'objectifest quandmime de changerde culture eco-
nomique. Et d'assumer en 3Martinique de vraies mutations pour
que fa croissance economique soit partagee". C'est une bonne idee
qui a &te appliquee pour I'elaboration du Schema Martiniquais
de developpement economique(SMDE). On peut toujours faire
mieux. Mais, 1a aussi rien de nouveau sous le soleil.
II ajoute: "A'ujourd'hui on ne peut pas dire que la 9artinique soit
fun des pays (es plus pauvres de la planite. LETe a un PI1B equi-
valent a celui des pays developpis, mais effe a en revanche un tauc
de ch6mage de 23 %. On ne peut pas continue comme cela. Si nous
voulons une croissance partagee, nous devons changer de modefe
iconomique. Le modele de comptoir, de sociejt de consommation
avec importation massive est depassi. Iffaut que [a production re-
prenne la main. Pour alTer dans ce sens on est obliges d'avoir une
vraie reffe.ion et un plan actionn.
Ce PIB "equivalent a celui depays diveloppi"est en grande par-
tie artificial car gonfle par les transferts publics et leur double,
I'importation. Serge Letchimy le sait sans doute. Et s'il y a
quand meme 23 % (en reality 25 %) de chomeurs, c'est que le
contenu de notre pseudo-croissance est pauvre en emplois.
Pour reorienter le pays vers la production, il faut briser les struc-
tures de domination et pour cela done disposer des leviers d'un
vrai pouvoir politique. Que propose le president du Conseil re-
gional ?
II emet I'intention de s'adresser au secteur prive en creant des
zones d'activite, car il a confiance en lui. : "Quandonprendrini-
tiative de crier des zones d'activitis, cefa veut dire que Con fait
confiance au secteurprivi. C'est assez clair. Depuis 25 ans, on n'a
ralfise que deuxpetites zones en Martinique, fManlity, et Dillon
Stade. Je suis convaincu que c'est par e secteurprive que Con va
booster C'conomie et participer a la reduction du chimage. Notre


^SSSS3S^SS!S^^SIS SSEE i


http://www.iournal-iustice-martiniaue. com





httpn://www.ioumal-iustice-martinique. com


relation avec Ce secteurde Centreprise est visible, tres simple. VNous
les rencontrons tres riguR recent. Contact-Entreprises avait lancd
un cri d'afarme, parce que depuis tres longtemps ces entreprises
itaient asphyxyies pour plusieurs raisons, et fefait defaire appef
a fa Rgion, et a moi-mime en tant que president, me paraft etre
igaCement de feur c6tj un signed de confiance".
Donc il a regu cinq sur cinq le message du lobby patronal
Contact-Entreprises. Est-ce seulement en creant des zones
d'activite que I'on va stimuler I'activite productive ? II y a I'exem-
pie de la zone de la L6zarde, de la Jambette, etc. Ce sont pour
I'essentiel des entrep6ts d'importation et des commerce d'im-
port-consommation. Illusion....
Dur, dur de "changer de culture iconomique". Est-ce cela "chan-
gerde mode econormique"? Ne sommes-nous pas encore et en-
core dans I'affichage m6diatique ?
Finalement, il est propose I'investissement public par I'emprunt


et la multiplication des zones d'activit6. On cr6e les conditions
pour que les capitalistes investissent. C'est cela qui est fait de-
puis Dijoud, Pons, Perben, De Peretti, Jospin, Girardin, Jego,
Penchard, etc. Avec Debr6, on a au moins cree la Sara en
1970. Comment fait-on pour que les investissements et les re-
venus distributes alimentent la creation de richesses sur place
? Quel protectionnisme ? Quelle reorientation de nos changes
commerciaux ? Et la mobilisation de I'6pargne martiniquaise
qui s'evapore vers la France ? Et la fiscalite ? Et si les capita-
listes martiniquais ou strangers n'investissent pas ou ne s'inte-
ressent qu'a I'importation o6 les profits sont plus faciles, que
fait-on ?
Avec la crise capitalist il nous faut sortir des schemas habi-
tuels et prelhdre en mains nos affaires. Et pratiquer la vraie rup-
ture qui s'appelle I'Autonomie. Car, comment changer de
culture 6conomique sans changer de culture et de cadre poli-
tiques, c'est-6-dire rompre r6ellement avec I'assimilation ? La
voie est 6troite vers I'impasse. Michel Branchi


Nicolas Sarkozy a La chasse aux voix en Guyane


N. Sarkozy a compris la necessity du changement de module de d6veloppement
Nicolas Sarkozy, president de la R6publique et candidate non
encore d6clar6 aux prochaines elections d'avril-mai, a choisi la
Guyane pour presenter, le dimanche 22 janvier, ses voeux de
nouvel an a I'Outre-mer. A cette occasion, il y a effectu6 un se-
jour de deux jours ( samedi 21 et dimanche 22) qui s'est de-
roule dans un climate morose, 6 cause de la "crise"qui affected la
France et I'ensemble de I'Occident, du recent assassinate en Af-
ghanistan de 4 soldats frangais par un taliban infiltr6 dans I'ar-
mee reguliere; 6 cause aussi de sa baisse dans les sondages
et de I'acceleration de la champagne de Frangois Hollande, le
candidate du Parti socialist que les m6dias s'obstinent 6 pre-
senter abusivement comme celui de toute la gauche.
Le president 6tait accompagne de trois ministres ( Marie-Luce
Penchard: Outre-mer, Claude Gueant : Interieur, et Nathalie
Kosciusko-Morizert: Ecologie) ainsi que des Guadeloupeens
Daniel Maximin, commissaire de I'annee des Outre-mer (2011)
et Claudy Siar, delegu6 interministeriel a I'6galit6 des chances
des Frangais de I'Outre-mer.
Manifestement en champagne, et conscient du poids electoral
de I'Outre-Mer, il n' a pas voulu se laisser distance dans le
coeur des Guyanais par Frangois Hollande, lequel, franche-
ment engage dans la champagne des presidentielles, s'est rendu
recemment en Guyane et aux Antilles. Cette tournee lui a per-
mis de prendre contact avec la population, notamment celle de
I'int6rieur (villages bonis et amerindiens) et d'aborder un certain
nombre de themes sensibles, savamment choisis, int6ressant
soit la Guyane en particulier, soit I'ensemble de I'Outre-Mer.
Un premier temps fort a 6te la c6ermonie du 21 janvier, au
course de laquelle il a rebaptise I'aeroport Rochambeau de


Cayenne, "'Airoport FlikjEbouj". L'occasion pour lui de ren-
dre hommage a ce grand Guyanais, petit-fils d'esclaves n6 le
26 decembre 1884 et d6eced le 17 mai 1944, qui s'illustra en
servant fidelement la France colonial, en quality de gouver-
neur (en Martinique, en Guadeloupe et en Afrique) et qui en
ao0t 1940 apporta une aide decisive au general de Gaulle en
ralliant le Tchad aux Forces Frangaises Libres.
II a resume sa biographies et rappele qu'il repose au Pantheon
depuis le 20 mai 1949, regrettant qu'il n'ait pu voir ni la lib6ra-
tion de la France, ni la d6partementalisation de la Guyane et
des Antilles, ni I'emancipation de I'Afrique.
Le discours le plus attend 6tait celui consacre aux voeux. Pour
I'occasion, quelque 1.500 personnel se sont trouv6es reunies
dans une salle de Cayenne. Mais hasard du calendrier ou vo-
lonte deliberee de ne lui faire aucun cadeau, ce meme jour et
pratiquement au meme moment, Frangois Hollande accaparait
I'attention des grands m6dias frangais avec son premier grand
discours electoral, prononce au Bourget.
Jouant son va-tout, le candidate non encore declare a lance des
missiles centre Hollande, qu'il a accuse de demagogie et d'ir-
responsabilit6. A propos du vote des strangers non europeens
aux elections municipales (vote auquel est favorable Hollande),
il a cherch6e faire peur aux "cDomiens" en rappelant que ces
strangers representent 37 % de la population guyanaise, 36%
de celle de Saint-Martin et 40% de celle de Mayotte. II s'est
donc declare oppose 6 ce qu'on leur donne le droit de vote,
omettant de dire qu'en 2005, sous la pr6sidence de Chirac, il
6tait d'accord pour ce droit de vote.
En France, depuis quelque temps, la question de la security
devient une priority national a chaque champagne pr6siden-
tielle, surtout pour I'extreme droite et la droite, qui associent vo-
lontiers insecurity et immigration, alimentant ainsi la
xenophobie et le racism anti-arabe, anti-rom, et anti-noir. Ni-
colas Sarkozy n'a donc pas manqu6 de fustiger la delinquance.
II a profit de I'6moi provoqu6 par la recent fusillade qui s'est
sold6e par la mort de neuf orpailleurs clandestins bresiliens
pour se presenter comme un ennemi irreductible des maffias
6trangeres qui pillent I'or guyanais et pour annoncer une aug-
mentation des effectifs militaires charges de la defense du ter-
ritoire.
Au plan social et 6conomique, il a promise, pour reduire le ch6-
mage, d'augmenter I'offre de formation, et pour d6mocratiser
I'usage du telephone mobile il s'est engage b solliciter les ope-
rateurs afin d'obtenir des reductions de tarifs pour I'Outre-Mer.


^ HI ji 2012j wti' e S' 04 '-a. '


LI` POLITIQUE





htto://www. iournal-iustice-martiniaue. corn


II s'est dit confiant dans le developpement du tourism, saluant
les bons resultats enregistres auxAntilles en 2011 et promettant
d'aider la Reunion dans ce domaine.
II a appele les peuples d'Outre-Mer a prendre en main le deve-
loppement economique de leurs pays respectifs et a ne plus
computer sur I'aide exclusive de I'Etat.ll s'est dit pret a leur ac-
corder davantage de responnsabilite au plan institutionnel. Ce
discours, peut ttre interpreted de deux manieres differentes: ou
bien comme une invitation adressee a ces peuples pour qu'ils
-se retroussent les manches et s'impliquent advantage dans ledit
developpement, avec I'aide de I'Etat, ou bien comme I'annonce
d'un fort disengagement financier de I'Etat, un Etat en faillite du
fait d'une politique conque pour les riches et a cause de la crise
du system capitalist.
Nicolas Sarkozy a parle de la Collectivite unique qui se mettra
en place en 2014 en Guyane et en Martinique. Faisant allusion
a la Guadeloupe, il a mis en garde centre toute entente entire
les elus pour instaurer une nouvelle collectivite sans que la po-
pulation ne soit consultee. Ce souci de la democratic est loua-
ble, mais Sarkozy oublie comment il a fouled au pied la volonte
du people francais rejetant massivement par referendum le fa-


meux trait constitutionnel : pour arriver a ses fins, il a
contourne le verdict le populaire et proc6d par voie parle-
mentaire, sOr de sa majority acquise au dogme ultra-liberal, qui
a vote sans etat d'Ame le trait de Lisbonne qui reprend I'es-
sentiel du Traite constitutionnel.
II va sans dire que les vagues promesses de Sarkozy ne consti-
tuent nullement un programme pour I'Outre-Mer. Comment
pourrait-il en etre autrement de la part d'un homme politique qui
est candidate a sa succession sans I'etre officiellement et don't
I'entourage proche passe son temps a descendre en flames
les propositions de I'opposition, sans jamais formuler celles du
candidate non declare?
Qu'il s'agisse de Sarkozy ou de tout autre candidate a la presi-
dentielle, les peuples d'Outre-mer doivent exiger que la France
-qui a les asservis et exploits a outrance- assume ses res-
ponsabilites envers eux et les aide a sortir de I'assistanat, du
mal-developpement, de la non-production, du chomage avilis-
sant et destructeur, a acceder I'autonomie politique et 6 s'in-
tegrer harmonieusement en tant que territoires autonomes a
leurs aires geographiques respective.
M.Belrose


PresibentieUes: Francois Hollanbe met la barre plus a gauche


Francois Hollande a voulu affermir son image
Est-ce la consequence de la percee dans les sondages de
Jean-Luc Melenchon ? Car depuis son passage dans I'6mis-
sion de France 2 consacree a la presidentielle au course de la-
quelle le candidate du Front de gauche a pu exposer son
programme, sa cote de popularity a fait un bond sensible,
jusqu'a 8,5% des intentions de vote selon certain sondages.
Preuve que son positionnement resolument anticapitaliste se-
duit. Une nouvelle donne qui ne pouvait laisser indifferent le
candidate socialist, deja bouscule par I'aile gauche de son part.
Lors de son premier grand meeting tenu le dimanche 22 au
Bourget, il a formula des propositions censees le positionner
un peu plus a gauche.
En voici quelques unes : Inscription dans la Constitution de la
separation de I'Eglise et de I'Etat. Une garantie de la la'cite mal
menee par les gouvernements de droite, dans le domaine de
I'Education notamment.
Nomination par "une autorite independante"des presidents des
chaTnes de I'audiovisuel, un privilege que s'etait octroye Nico-
las Sarkozy et garantie de I'independance de la justice et la li-
berte de la press.
Diminution de 30% des indemnites du president de la Repu-
blique et des membres du gouvernement. On sait que Sarkozy
s'etait empress d'augmenter les siennes de 172 % des sa
prise de function.
Sur le plan economique, il a formula plusieurs propositions pour
"fe redressement du pays" parmi lesquelles :
La creation d'une banque publique d'investissement en lien


avec les fonds regionaux, la reorientation des "investissements
pub6fcs vers fes entreprises quiproduisent en France", la creation
d'un produit d'epargne en direction des PME, le rembourse-
ment des aides publiques par les entreprises qui delocalisent.
En retrait sur sa proposition de creer 60.000 postes dans I'en-
seignement, il entend cependant "mettrefin a la rBgfe aveugfe du
non-remplacement d'unfonctionnaire sur deux"
Se pretendant '"adversaire de a finance", il entend "remettre far-
gent d sa place de serviteur et non de maitre" de la France, par
une strict reglementation des activities des banques, I'inter-
diction de leur presence dans les paradise fiscaux ou I'encadre-
ment des bonus.
Au niveau europeen, le candidate socialist propose de redefi-
nir la politique europeenne de la France et en particulier les
rapports-avec I'Allemagne.
Pr6nant plus de justice social et fiscal, il propose de porter la
tranche superieure de I'imp6t sur la fortune a 45% pour les re-
venus superieurs a 150.000 euros par an, de reduire les niches
fiscales et de taxer les revenues du capital. II s'engage a rouvrir
les negotiations sur les retraites et a garantir le taux plein 6 60
ans pour ceux qui ont 41 annees de cotisations. Pour finance
le logement social, il entend doubler le plafond du livret A. Dans
le domaine de la sante, il prevoit I'encadrement des depasse-
ments d'honoraires et le enforcement des moyens de I'hopital
public.
En faveur de la jeunesse, il announce la creation d 150.000 em-
plois d'avenir, la miSe en place de contracts de generation et la
creation d'une allocation d'etude pour les etudiants les plus de-
munis.
Les socialists auraient-ils enfin compris que, comme le dit
Jean-Luc Melenchon, "In'y a de vraigauche que dans a rupture
avec Ce capitalism"" ?
Le problem avec les sociaux-democrates, c'est que quand ils
arrivent au pouvoir, ils reculent devant les forces d'argent si le
courant communist et de transformation social est trop fai-
ble.
Pour avancer a gauche et face la crise historique que nous vi-
vons, il faut done donner plus de force a la gauche de la
gauche.


Georges. Erichot.


JeuN 2sS^Snier 212 rlir04-






http://www. iournal-ustice-martinique. com


Conseil regional: les orientations buagitaires


Dss changes vifs entire les composantes poHtiques
Tres longue journee de travail pour les conseillers regionaux
reunis en seance pleniere le jeudi 19 janvier. A I'ordre du jour,
plusieurs dossiers, don't le debat sur les orientations budge-
taires 2012. L'occasion pour elus du group des Patriotes et
sympathisants de denoncer la "culture de Cendettement"de la
majority, laquelle lui renvoie la balle en parlant de "rupture". La
confrontation politique a ete une fois de plus au centre des de-
bats, qui se sont averes tres animes.

Abhesion aux organizations caribeennes
Le premier sujet a I'ordre du jour a ete I'adhesion du Conseil
regional aux organizations de la CaraTbe. Le long processus
enclenche par les different executifs a la tete de la Region ar-
rivera bientot a son terme, puisque la Region Martinique pourra
saisir I'Etat afin d'obtenir mandate pour negocier I'adhesion de la
Martinique a certaines organizations caribeennes. II s'agit de
I'adhesion en tant que membre de I'Organisation des Etats de
la Caraibe Orientale (OECO), et au titre de membre associe, a
I'Association des Etats de la Caraibe (AEC) et a la Commu-
naute des Caraibes (CARICOM), ainsi que sa participation, au
nom de la France, aux travaux du sous-groupe regional de la
CEPALC (Commission Economique des Nations Unies pour
I'Amerique latine et les Caraibes).
Cela a ete I'occasion de rendre hommage a feu Clovis Beau-
regard, ancien secretaire general de la commission caraibe,
pour I'energie qu'il a consacree a la reconnaissance de la Ca-
raibe par les Martiniquais.
Les elus ont approuve cette demand d'adhesion a I'unani-
mite, sans manquer de souligner avec force qu'il s'agit pour la
Martinique de faire entendre sa voix et de participer a des pro-
jets concrets de developpement dans un rapport gagnant-ga-
gnant, car "fa cooperation, n'estpas fa charity, ".
Une tape qui permet a la Martinique de s'ancrer dans son en-
vironnement.

17 Millions be provisions
La decision modificative allait donner un avant-go0t des joutes
verbales entire majority et opposition. S'appuyant sur I'audit fai-
sant etat de "de prisomption de deficit" et mettant en cause la
gestion de la mandature precedente, la majority a decide de
provisionner 17 millions d'euros pour des litiges et contentieux.
Ainsi'une dotation de 5 millions d'euros a ete prevue pour un li-
tige concernant la construction du Lycee de Bellefontaine, tan-


dis que 9 millions d'euros seront geles en attendant le regle-
ment du contentieux opposant I'Espace Sud a la collectivite re-
gionale pour la non perception de la taxe sur les carburants.
Prevoyant que des garanties d'emprunts octroyees a des en-
treprises (lesquelles ?) ne seront pas honorees, la Region a
prevu par ailleurs une dotation de 3 millions d'euros.
Un exercise qualified de bonne gestion ; mais que I'opposition at-
tribue au fait que la Region n'a pas su mobiliser 17 millions
d'euros et entend apparaitre vertueuse lors de la presentation
des comptes administratifs 2010.

Orientations bu bgtaires et emprunts
La majority au Conseil regional entend "poursuivre re defi de fa
refance gconomique dupays", et pour y parvenir, elle a fait le choix
"d'une stratgie financibre audacieuse et responsible", a lance
Fred Lordinot. Cette strategic basee sur "la non augmentation
de lafiscalite indirecte", le "maintien dun niveau d'dpargne net
suffisant assorti dun recours a Cemprunt modlre" et sur "fa pri-
servation de la sofva6ilitjfinanciere rigionafe >, se veut 6tre une
demarche de "rupture", ajoute le president de la commission
des finances. L'ambition etant de, tout en satisfaisant aux obli-
gations de la Collectivite, de booster I'investissement pour mar-
quer la "rupture". "Cet exercise 6udgitaire sera inevita6fement
affecteparfa cnise iconomique actue/fe", fait remarquer le CCEE.
Pour faire face a une reduction previsionnelle des recettes tant
a cause de la baisse des dotations diverse, de la degradation
du context financier et de la crise actuelle, ce sont 70 millions
d'euros d'emprunts qui devront etre mobilises pour atteindre
les objectifs budgetaires. Si I'on en croit Daniel Robin, de 100
a 150 millions d'euros de recettes fiscales sont attendus en
moins durant la mandature dans les caisses de la collectivite.
Et pour compenser cette baisse fiscal en 2012, pres de 270
millions d'emprunts seront mobilises au terme de la mandature.
"'Vne dmarche raisonnie qui nous conduit a une vraie rupture",
declare- t-il, tout en soulignant "qu'ify a des marges de gestion que
nous avons su mobiliserau sein de cette collectivit'".
Forte de cela, pour faire face a ces contraintes conjoncturelles,
la majority compete mettre en oeuvre "ses orientations poitiques
present6es au peuple"; declinees en 7 axes dans la Program-
mation Plurielle des investissements et du fonctionnement. "Le
contexte martiniquais nousy engage etnousy ob6ige", defend le
chef de group de la majority Daniel Robin. II se rejouit de ce
que dans le cadre de ses orientations budgetaires, "pourlapre-
mierefois se present une vraie programmation pluriannuefe des
investissements et dufonctionnement". "Nous seronsprits au mo-
ment de [Cvaluation pourconstaterque nous avons effectivement
changide 6raquet". Cela devra se traduire, selon lui, en reliance
des grands travaux "pourpermettre d fa collectivite d tre un e-
vier economique performant".
Fred Lordinot a trace la route de 2012 en evoquant "(a conti-
nuiti des chantiers fancis en 2011 et de tous ceuxqui seront sur es
rails en 2012 "
Le group des Patriotes et sympathisants, on a constate I'en-
gagement pris sur la non augmentation de la fiscalit6 indirecte.
"Nous resteronsvigilants", declare Daniel Marie-Sainte. Sachant
que desormais les collectivites locales devront sans cesse faire


LITIQUE JH^^^^


^eu~roi26janyler202utPic0Farye 10






http://www. iournal-iustice-martinique. cor


plus, faire mieux avec moins d'argent eu 6gard au context fi-
nancier, le leader de I'opposition s'inquiete du "recours modra d
remprunt", ajoutant : "c'est un endettement de 270 millions feeu-
ros que vous afez faisser (a coflectivitb. Je n'appe/Te pas ce(a un
recours modgr d Cemprunt". II termine en disant: "Le mode de
gestion des elus de (a majority perdure, je fe deplore etje le de-
nonce
Intervenant a son tour, Miguel Laventure ; aprbs avoir declare
que "nous avonsjoue (ejeu dune demarche commune", s'est dit
choque de "la demarche dun affichage politicien", denongant
ainsi "une production sectarisge" t propos des axes contends
dans les orientations budgetaires.
Ce a quoi a r6plique Serge Letchimy : "Wefaites pas croire au
people que forsqu'onfait un emprunt on augment es impdts. On
ne peut pas rester sur un regime aussi prddateur sur fe plan finan-
cier. Iffaut changer fa pensie 9conomique et changer de philosophie
9conomique interne". Francis Carole, pregnant la parole a son
tour, deplore que "dans 1e rapport iCn' a aucune praise en compete
de (a cruise, onfait comme s'iCn'y avait pas de cruise et de recla-
mer "un minimum d'ftudes prospective sur Cimpact de la cruise .


II ajoute: "Ce document a CalTure dunjoi' catalogue de vente par
correspondence; iln'apporte aucune reponse defondauxprobfi-
matiques posies de fa Martinique. Ify a quelques mesurettes, mais
pas de poiitique en measure de renverser ke course des choses" Cela
lui vaut la reponse suivante du PPM Didier Laguerre : "Ces
orientations budegtaires doivent correspondre aux engagements
que nous avons pris devant e peupfe. Loin de nous faisser abattre
par ce discours dimagogique, nous devons retrousser nos manchies
pourfaire en sorte de reliever e defi lancd par la situation intema-
tionae".
Precisons que les orientations budgetaires n'appellent pas de
vote. Certaines propositions avancees trouveront-elles leur
place dans le budget, comme I'a promise le president ? Reponse
dans quelques semaines.

Soutien financier
Les elus se sont prononces a I'unanimite pour soutenir finan-
cierement I'amenagement du port de plaisance de I'Etang Za-
bricot ainsi que la municipality des Trois-llets dans son project de
rachat du site du Kalenda. Ils ont par ailleurs decide d'octroyer
une aide de principle a la Semavil pour la renovation de I'h6tel
Diamond rock. C.B


La Martinique a 'horizon 2020: Bis repetita


Le president de la Region Martinique Serge Letchimy a installed
le comite de pilotage du "Plan dfction de d6veloppement de la
Martinique". Cet outil entend poser les bases du developpe-
ment de la Martinique dans tous les domaines a I'horizon 2020.
Les moyens pour y arriver sont de tendre vers un project com-
mun qui engagerait I'ensemble des acteurs. Pour cela, le
PDAM doit definir une strategic et le programme d'actions
concretes pour le realiser, mais aussi prevoir quel financement
au moment o6 I'argent se fait rare. Un travail du meme type
avait deja mene sous une autre appellation, puisqu'il s'agissait
du Schema Martiniquais de developpement economique
(SMDE). Celui avait ete realism avec les acteurs de terrain et la
population. Un document en etait sorti: "Entreprendre la Mar-
tinique, Vers uneperformance Collective". Ce document avait ete
cite dans le rapport des Etats generaux de Victor Vaugirard.
Lune des conclusions etait qu'il fallait pour changer de mode de
Developpement domicilier suffisamment de pouvoirs locale-
ment. Mais I'actuel president du Conseil regional I'avait rejete
car n'emanant pas de lui.
Donc on report pour un tour de reflexion.
A I'instar de ce qui avait ete fait pour le SMDE, des groups de
travail devront plancher sur les different objectifs, mais aussi
la population devra 6tre parties prenante dans cette vision de la
Martinique a I'horizon 2020. La dite "nouveTe governance > a
decide donc de repartir d ziro. Cette annie 2012 sera consacrie d
(a < fd'tabir une vision objective de (a rialite socioiconomique de la
Martinique". Les ateliers definiront egalement "Ies aXes priori-
taire d'actions et une stratigie faction qui tienne compete de nos
capacitis et resources" Dans cette phase, la population sera
consultee au travers d'une enquete de terrain afin de determi-
ner ses besoin, la vision, ses aspirations.
Le comite de pilotage compete entreprendre un tour des com-
munes pour permettra une approche territorialisee de la consul-
tation du PADM. Les jeunes seront egalement sollicites dans


Mise en route d'un nouveau plan de developpement
I'ensemble des lycees de la Martinique et des conseils munici-
paux des jeunes. Ce sont eux qui seront les plus concerns par
une vision d'avenir du pays. Par ailleurs, la possibility sera don-
nee de se constituer en groups de travail pour formaliser et
soumettre des propositions aux ateliers prospectifs en charge
de I'elaboration. Un appel a projects sera lance de sorte a se
constituer un portefeuille de projects d'action.
Viendra ensuite la phase de planification strategique oO la stra-
tegie sera decline en un portefeuille de projects d'actions, ope-
rationnel et assorti de son schema de financement, derniere
tape avant la mise en oeuvre du PDAM.
Le Comite de pilotage est compose de la president Conseil
General : Josette Manin, des Presidents des conseils consul-
tatifs Michel Crispin et Gerard Lacom, du Vice-president de
I'UAG, Fred Celimene, de deux elus, Daniel Robin et Jean Cru-
sol president des commissions "Evaluation et Prospective", et
des '"Affaires iconomiques"et de personnalites qualifiees, Andre
Alaric et Marcel Osenat en tant que presidents des rapporteurs
des groups de Travail. Un Comite, par consequent, verrouille
autour de la majority, autour du neo-PPM.


fvfeh2 .f .eR2 ,f^sticen,


4PSiITIUE





http:/vww.iournal-iustice-martinique.com


Sortir be t'euro, ou le transformer?


Sortir de I'euro, une fausse solution simpliste
La sortie de la monnaie unique, avec ses consequences
incalculables au plan economique et social, deboucherait
sur une guerre commercial, sans apporter de reponse a la
cruise.

La sortie de I'euro est la solution agitee par I'extreme droite et
les conservateurs de droite a I'approche de I'election pr6siden-
tielle/ la sortie de la France de la zone euro permettrait, en plus
du dumping fiscal et social entire les pays europeens, de jouer
sur le dumping monetaire en pratiquant une devaluation com-
petitive.
Les economistes communists et du Front de Gauche rappel-
lent que cette recette des annees soixante avait montre ses li-
mites dans les annees quatre-vingt et la premiere moitie des
ann6es quatre-vingt-dix lorsque les pays europeens se me-
naient une guerre feroce a coups de taux de change, par des
devaluations repetees. Leur but: rendre la monnaie moins
chere afin d'augmenter le volume des exportations et, a I'in-
verse, diminuer les importations.

En ne pregnant que le cas francais, les quatre devaluations rea-
lisees dans les annees quatre-vingt temoignent que le redres-
sement des changes n'a pas eu lieu et que les salaries en ont
paye le prix fort avec la degradation de leurs conditions so-
ciales. En effet, afin d'eviter une poussee inflationniste (hausse
des prix), ces politiques s'accompagnaient d'une pression sur
les salaires et d'une augmentation des imp6ts.
En d'autres terms: pas de politique de devaluations compe-
titives sans politique de rigueur. A la fin de cette periode, le de-
ficit commercial avait progress de 20 milliards de francs et la
part des salaires dans la valeur ajoutee avait perdu pres de 10


points, selon les calculs de I'economiste communist Yves Di-
micoli. Ce qui n'a pas empeche le chomage de croitre, passant
de 1,5 million de ch6meurs en 1981 & 2,2 millions en 1987.
Cela dit, ce debat ne s'arrete pas aux frontieres de la droite, ce
qui explique qu'un tiers des Frangais seraient prets a un retour
au franc, selon les different sondages realises au course de
I'annee 2011. Les avis sur la question sont multiples. Le souhait
de quitter la zone euro est particulierement present chez ceux
qui subissent le plus brutalement la crise: les jeunes, les em-
ployes (52 %) et les ouvriers (65 %, centre seulement 12 % des
cadres). A gauche, le Mouvement politique d'education popu-
laire (M'pep), regroupant des personnalites comme Jacques
Nikonoff, 6conomiste marxiste, mene champagne sous le slo-
gan: "Sortir de euro c'est sortir de fordre monitaire nioli6brat.
II ne faut pas ignorer que la decennie ecoulee depuis la cr6a-
tion de I'euro en 2002 a tissue de fortes interdependances eco-
nomiques et financieres au sein de I'Europe. La dette de la
France, detenue majoritairement par des non-residents, explo-
serait en cas de sortie de I'euro, d'autant plus fortement que
les detenteurs exigeraient .ne plus forte remuneration pour
supporter le risque. Accusant de lourdes pertes, les banques
qui detiennent en masse les obligations d'ctat auraient besoin
d'un secours massif pour ne pas finir en faillite.
L'economiste communist Yves Dimicoli estime que "Au mo-
ment oiu les travaiTeurs, unpeupartout en Europe, se mobilisent
centre (es measures d'austirite et mettent en question fes pouvoirs
en pace, vouloirse replier ans Cespace nationafreviendrait a e-
serter des terrains de 6atailfe essentiefs poursortir de la crie sys-
temique".
Pour lui, la veritable question serait plutot: que fait-on de la
monnaie que cree la BCE? Pour cela il faudrait revoir ses sta-
tuts. II faut aussi reorienter les richesses creees vers la r6mu-
neration du travail. Des propositions pour changer I'euro afin
qu'il devienne un outil au service de la transformation social.
Enfin, et c'est 6videmment une question qui a pris de I'impor-
tance au fil de ces decennies, s'en remettre aux seules mon-
naies nationals, c'est renoncer face a I'imperialisme du dollar
dans les relations economiques intemationales.
Ces orientations se couplent avec les propositions suivantes :
transformation de la creation monetaire, audit de la dette, re-
evaluation de la part des richesses orientees vers le travail, pole
public du credit et bataille pour une refonte des status de la
BCE, jusqu'a la question d'une transformation du FMI et du de-
veloppement A partir des droits de tirages speciaux (DTS) d'un
outil monetaire mondial face au dollar. Elles peuvent alors s'ins-
crire dans une dynamique d'emancipation des marches finan-
ciers.


Monnaie unique : Quatre propositions alternatives be Jean-Marie

H arribey, Professeur agre d sde nces conomiques etsociles etcopresikent 'Attc.

L'Humanite: Quelles sont, pour vous, les alternatives? taire et la mettre au service d'une politique veritablement so-
Sciale et ecologique. Car il faudra des investissements massifs
Jean-Marie Harribey : Quatre propositions. pour amorcer cette transition ecologique que I'on ne pourra ac-
La premiere: la socialisation de tout le secteur bancaire avec complir que si on mattrise le levier monetaire.
la mise sous control democratique de I'institution au sommet Deuxiemement, I'annulation de la parties de la dette publiqud
quest la BCE. Et ainsi retrouver la capacity de creation mone- que I'on peut considerer comme ill6gitime. Autour d'Attac s'est


, e , r.SayB f-jsi cerl 0I -ag 1


[ Ck -IVE ....VET..






http://www ournal-iustice-martinique.com


Jean-Marie Harribey, Professeur agreg6
de sciences economiques et sociales
et copr6sident d'Attac.


d'ailleurs constitute un
collectif pour la reali-
sation d'un audit ci-
toyen sur la dette
publique.
Troisieme point, une
reform fiscal radi-
cale remettant en
cause le declin de la
progressivity et frap-
pant les hauts reve-
nus, la restauration
d'une egalite de traite-
ment entire petites en-
treprises et grandes


ITT A 'I0E -I


Cuba: Liberation pour tes cinq
Le Comite International
pour la Liberation des
5 lance une nouvelle
champagne base sur
I'envoi de cartes pos-
tales et d'affiches au
President des Etats-

pour exiger la liberation
des 5 Cubains empri-
sonnes aux Etats-Unis.
Dans un communique
diffuse a Washington,
cette organisation soli-
daire precise qu'avec
I'appui du Syndicat des
Travailleurs Postaux
du Canada et du Syndicat des Rotativistes de Paris, 50 000
cartes postales seront disponibles en anglais et en espagnol
pour demander la fin de I'injustice envers Fernando Gonzdlez,
Gerardo Hernindez, Ram6n Labahino, Antonio Guerrero et
Rene Gonzalez. Des Cubains declares coupables en 2001 pour
avoir agi comme agents des services de renseignement cu-
bains, et d'autres chefs d'accusation.
Le Comite International pour la Lib6ration des 5 indique que la
champagne inclut aussi des conferences, des projections de do-
cumentaires et des tables d'information sur la voie publique.
Cette organisation relieve que tandis que les voies judiciaires


en faveur des 5 s'epuisent sans que justice soit faite, la cam-
pagne de denonciation et de solidarity se enforce dans le
monde entier et devient plus necessaire que jamais.

Des aizaines ae malaaies infectiouses
sont contr6t6es a Cuba
Les Cubains sont immunises contre des dizaines de maladies
qui tuent chaque jour 1 milliard de personnel dans le monde,
selon Otto Pelaez, chef du department des maladies trans-
missibles du Ministere de la sante publique cubaine.
Deux dizaines de maladies infectieuses sont contr6lees a
Cuba, don't 15 y compris la poliomyelite, le paludisme et le te-
tanos du nouveau ne, sont "ineystantes"-a-t-il explique-
"La diphtirie, (a coqueluche, fa rubno1~ et fe syndrome de ru6bioe
conginitafe, la miningitepost oreilons, fafiavrejaune, ke cholFra,
fesformes graves de tuberculose, ~a rage et fe made Chagas ont ite
iliminjes"a releve Otto Pelaez.
L'incidence de la leptospirose, de la lepre et de la brucellose, du
tetanos de I'adulte, de la meningite A, de I'Haemophilus in-
fluenzae B, de I'hepatite B, de la meningite B et C, des oreillons,
du typhus, de la syphilis congenitale et du sida chez les enfants
est tries faible.
L'immunisation est un des facteurs determinants dans I'6radi-
cation d'un grand nombre de ces maladies, qui sont 6vitables
moyennant des campagnes systematiques et gratuites de vac-
cination massive.


Point be vue Haiti: Deux ans apr s le seisme meurtrier


12 janvier 2010-12 janvier 2012, ce triste deuxieme anniver-
saire du violent seisme qui a endeuille la patrie de Toussaint
Louverture, premiere Republique noire, a reveled qu'il reste
beaucoup ) faire malgre quelques progress.
Vivent encore dans des villages de tentes plus de 500 000 per-
sonnes, dans de p6nibles conditions sanitaires. II reste aussi
plus de 5 millions de metres cubes de debris a degager.
Pour le secretaire general de I'ONU, I'aide international de-
meure necessaire pour de nombreux haTtiens. Notons a ce
sujet le role efficace joue par les medecins cubains sur place
qui soignent gratuitement le people haftien. C'est un acte de
solidarity de Cuba envers HaTti, qui date de bien avant le
seisme.
Sur le plan de la reconstruction, inaugurant une nouvelle uni-


versite financee par la Republique Dominicaine, I'actuel presi-
dent d'HaTti, (elu voici moins d'un an), Michel Joseph Martelly,
a declare le mercredi 11 janvier : < cette annie c'est Cannie oi
nous commencerons viritab6ement a construire >.
Puisse-t-il dire vrai, car en reality ce seisme a mis en evidence
toutes les failles et faiblesses economique, sociales de cette
nation, pillee par les dictatures successives avec la complicity
des imperialismes yankee et europeen. Les milliards de dollars
et promesses internationales devraient aboutir a une recons-
truction veritable.
Le people haitien ne demand pas << caiti etpitie>, mais crea-,
tions d'emplois, de logements, d'6coles pour vivre dignement.
Andre Constant


I i *2E0 SleEI^ Baeie ,.


~


m


societies qui, elles, ne patient pratiquement pas d'imp6t.
Quatriemement, une revalorisation forte de la force de travail
et des conditions salariales en instaurant progressivement un
salaire minimum decent dans tous les pays europeens et un
revenue maximum pour en finir avec les carts d'un a mille. Je
pense que d'un a dix serait d6ej un immense progress dans les
entreprises. Ces quatre propositions mettraient en echec les
programmes politiques liberaux qui ne peuvent qu'aggraver la
recession. II n'y a pas d'exemples historiques oO I'austerite ait
permis de sortir d'une cruise majeure... au contraire.
Propos recueillis par Max Staat
(Humanite 30 Decembre, 2011)









Afrique et monae arabe


http://www. ournal-iustice-martinique. corn


Au course de la
semaine der-
niere, I'Afrique
noire et le
monde arabo-
musulman ont
continue a fire
I'actualite me-
diatique.
Au Nigeria, les
heurts entire
Nigeria : Plusieurs centaines de morts depuis
le d6but des violence chretiens et ex-
tr6mistes mu-
sulmans ont cause au moins 132 morts dans la ville de Kano,
tandis que les m6dias faisaient etat de la poursuite des vio-
lences inter-ethniques meurtrieres au Sud- Soudan et des ac-
tions de gubrilla islamistes en Somalie.
En Afghanistan, pays musulman quoique non arabe, le fait
marquant a 6et le meurtre de quatre soldats francais d6sarmes
par un militaire afghan, qui a 6et identifi6 par la suite comme un
taliban infiltre dans I'armee reguliere. Nicolas Sarkozy a reagi !
cet acte, laissant planer la menace d'un retrait anticipe des
forces frangaises. Mais il semble que cette menace se soit vite
evanouie avec la revelation des liens du meurtrier avec les ta-
libans, d'autant que rapatrier en France tous ces soldats et tout
ce materiel militaire n'est pas une mince affaire, selon les ex-
perts qui se sont prononces sur ce theme a la television.
Ce quadruple meurtre, que I'on ne peut que deplorer, pose de
nouveau le problem de I'engagement de la France dans cette
guerre impossible 6 gagner, d6clenchee, voilA dix ans, A I'ini-
tiative de George W.Bush pour venger les milliers de morts des
attentats du 11 septembre 2001 et chAtier Ben Laden, creature
de la CIA et ancien allied de I'imperialisme etats-unien.
La mort en Syrie du journalist frangais Gilles Jacquier, repor-
ter a France 2, a fait I'objet d'un interessant documentaire de la
serie Envoye special, diffuse le jeudi 19 janvier. Pour une fois,

Flash-HIebioparKrisSoUaris

tunbi 16janvier
TAIWAN Confortable victoire du president sortant Ma Ying-
jeou (Kuomintang), partisan du rapprochement avec la Chine
continental, reelu pour 4 ans.

marbi 17 janvier
ARABIE SAOUDITE Les manifestations populaires se multi-
plient & Qatif, dans I'Est du pays, durement reprimees par I'ar-
mee qui tire ; balles reelles sur les protestataires. Comme le
despite saoudien est un ami avere de la democratice occiden-
tale", la press reste silencieuse.

mercrebi 18 janvier
ETATS-UNIS Jonathan Hansen, professeur a Harvard, de-
mande par voie de press la restitution inconditionnelle a Cuba
de la base navale de Guantanamo occupee illegalement par
les USA.

jeubi l9janvier
SYRIE L'emir du Qatar se dit partisan d'envoyer des troupes
en Syrie contre les forces gouvernementales, ce qu'il avait dej6


on a eu droit & une information un tant soit peu objective sur la
situation qui regne dans ce pays arabe et singulierement dans
la ville Homs, presentee g6neralement par les medias comme
le haut lieu de I'opposition democratique au pouvoir tyrannique
et sanguinaire de BacharAl -Assad. Les journalists "dEnvoye
speciaE", parmi lesquels la compagne de Jacquier, nous ont
montre une ville en proie a la peur, o6 il est extremement dan-
gereux de circuler a partir de 15 heures. La nouveaut6 de I'in-
formation, c'est que cette peur est partagee par toute la
population, car le danger ne vient pas seulement de I'armee ou
des forces de I'ordre gouvernementales, comme cela a ete mille
fois repete par les medias occidentau'x. En effet, les habitants
des quarters alaouites, favorables a Bachar Al-Assad, sont la
cible des rebelles, de "['Arrme syrienne Ci6re", qui leur tirent des-
sus, les tuant ou les blessant.
Le visage qui a ete offert de la ville de Homs rappelle celui de
certaines villes libanaises, singulierement Beyrouth, lors de la
guerre civil qui a divise et ravage ce pays voisin de la Syrie. II
s'y deroule en effet une implacable guerre entire communautes,
regroupees chacune dans ses quarters respectifs.
II faut noter qu'en depit de sa volonte d'objectivite, I'equipe d'
Envoye special n' a pu ceder la tentation d'insinuer que les
hommes de Bachar Al-Assad ne sont pas strangers a la mort
de Jacquier, et ce bien qu'elle n'ait pas ecarte I'hypothese d'une
action menee par les rebelles.
Et voilb que le samedi 20 janvier, les medias relayaient une in-
formation diffusee par le quotidien Le Figaro selon laquelle la
mort de Jacquier etait due a une "6avure"de I'opposition armee.
Comme il fallait s'y attendre, "['nnie syrienne i6rd' a aussi de-
menti cette information derangeante pour elle.
La verite sera-t-elle connue un jour, quand on salt I'importance
de la guerre mediatique dans ce malheureux conflict et la vo-
lonte de I'Occident et ses allies arabes d'eliminer coOte que
coOte I'actuel regime syrien?
M.Belrose
fait en Libye oi les troupes qataries formaient le fer de lance
anti-kadhafiste.

venareai 20 janvier
SOUDAN DU SUD Le nouvel Etat africain entend developper
ses relations avec la Chine notamment dans les domaines du
petrole, de I'exploitation miniere, de I'agriculture et de I'electri-
cite. Un premier ouvrage d'approvisionnement en eau potable
construit avec I'aide chinoise a ete inaugure en presence de
hauts representants du PC chinois.

samebi 21 janvier
COLOMBIE Le gouvernement colombien rejette les proposi-
tions de reprise des negociations de paix faites par les FARC
don't le ton critique vis & vis de la politique neoliberale mise en
oeuvre a te jug6 agressif.

mimanche 22 janvier
LIBYE La situation en Libye est de plus en plus confuse.
Chaque ville, chaque village, est contr6lee par des milices lo-
cales qui n'obeissent qu' leurs chefs. Les affrontements sont
frequents surtout pour le controle des routes et des carrefours
afin d'y instaurer des pagese" fort lucratifs. Le CNT n'arrive
toujours pas a retablir un sembJant d'ordre.


Or j e Ci26jaBi / itn'/ Pge14







http://ww. ournal-iustice-martinique.com


A.' NE qL I


AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 15
decembre 2011 a fort de France, il a ete
constitute une society civil immobiliere
ayant les caracteristiques suivantes :
Objet : I'acquisition, la location de biens
immobiliers,
Denomination : SCI LUIS
Siege social : habitation PEPIN Fonds
BRULES 97231 LE ROBERT (MAR-
TINIQUE)
Duree : 99 ans
Capital social: 3000C apports exclusive-
ment en numeraire
Cession des parts soumise a I'agrement
des associes dans les cas prevus aux
status
Grant : Monsieur ALLAYOS Bahiij de-
meurant : Fonds Brule 97231 ROBERT
(Martinique)
La society sera immatricule au RCS de
Fort de France
Pour avis le grant FB5295

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 15
decembre 2011 a fort de France, il a ete
constitute une society civil immobiliere
ayant les caracteristiques suivantes :
Objet : I'acquisition, la location de biens
immobiliers,
Denomination : SCI H.B.
Siege social : Redoute -33 avenue Louis
Georges Plissonneau Redoute 97200
Fort de France (MARTINIQUE)
Duree : 99 ans
Capital social : 10 000e apports exclusi-
vement en numeraire
Cession des parts soumise A I'agrement
des associes dans les cas prevus aux
status
Grant : Monsieur ASHOUR Bassim -
demeurant : Redoute 33 avenue Louis
Georges Plissonneau Redoute 97200
Fort de France (Martinique)
La society sera immatricule au RCS de
Fort de France
Pour avis le grant FB5296

AVIS DE CONSTITUTION
Entreprise unipersonnelle a responsabi-
lite limited : KMMP
Capital : 30 euros en numeraire
Siege social : 39 lotissement LA BATTE-
RIE 97222 CASE PILOT
Objet: la location de biens immobiliers en
meuble de tourism
Dur6e : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au RCS Fort de France
Grant : Mr Kendou PELLE demeurant
Residence Aigue Marine bat A 2 no 25
route de la Dorsale 97200 Fort de
France
Pour avis FB5297

AVIS DE CONSTITUTION
LAUHANNE EURL
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITtE AU CAPITAL DE 1000C
SIEGE SOCIAL : 12B ROUTE DE DI-
DIER RESIDENCE CORAIL APPAR-
TEMENT N* 4
97200 FORT DE FRANCE
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date a fort de France du 22 decembre
2011, il a ete constitu6 presentant les ca-
racteristiques suivantes :
Denomination social : LAUHANNE
Forme social : society a responsabilite
limited
Siege social : 12 B route DIDIER Resi-
dence Corail appartement n" 4
97200 Fort de France
Objet social : Le commerce de details de
carburants et de produites petroliers
I'achat et I'exploitation sous toutes formes
de tout commerce de vente de tous pro-
duits patisserie, snackerie, restauration
rapide, point chaud a emporter alimenta-


tion general ; lavage
Duree de la society: 99 ans a computer de
la date de I'immatriculation de la society
au registre du commerce et des societies
Capital social : mille euros (1000 e).
Gerance : Laurent LUBIN demeurant :
12B route de Didier Residence Corail
appartement no 4
97200 Fort de France
Immatriculation de la society au registre
du commerce et des societies de fort de
France -Martinique FB5298

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive du : 12/01/2012
est constitute
RAISON SOCIAL : 2M DENTAIRE
Forme juridique : SARL
Montant du capital : 50004
Siege social : 2 route de Didier immeu-
ble Didier Piazza Bat H Appt 163 -
97200 Fort de France
Objet : Fabrication de protheses den-
taires
Duree de la society : 99 ans
Grant: Benoit MOURES 97200 Fort de
France
Pour avis FB5299

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 13 janvier 2012, il a 6et consti-
tuee une : SARL
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : S.A.R.L X.Y. Zen
Adresse du siege social : Avenue Leo-
pold Sedar Senghor
Cite DILLON Batiment H/A
97200 Fort de France
Objet : commerce de chaussures de ve-
tements et accessoires divers confection
de vetements et toutes activities ayant un
lien direct ou indirect avec I'objet de la so-
ciete
Duree : 99 ans
Capital: 1000e
Nom du grant: Alain Claude URSULET
Adresse : Avenue Leopold Sedar Sen-
ghor Cite DILLON BAtiment H/A
97200 Fort de France
Immatriculation au registre du commerce
:en course
Pour avis la gerance FB5300

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 19 decembre 2011, il a ete consti-
tue une society a responsabilite limited
pr6sentant les caracteristiques suivantes
Denomination social : ACAJOU
CONDUITE SARL
Forme : Societe a responsabilite limited
Siege social : residence Les Hauts de St
James, Auteuil no 8 Acajou 97232 LE-
MENTIN
Objet social : enseignement theorique et
conduite des vehicules terrestres A mo-
teur
Duree de la society : 99 ans a computer de
la date de I'immatriculation de la society
au registre du commerce et des societies
Capital social : 4000e
Grant : Monsieur MAIZEROI Jean-Marc
Laurent demeurant Quartier Ravine
Touza
97233 SCHOELCHER, nomme pour une
duree indeterminee
Immatriculation de la society au registre
du commerce et des societies de fort de
France
Pour avis, 'associe FB5301

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte SSP en date du 21
decembre 2011, il a ete constitute une So-
cidet par Actions Simplifiee presentant les
caracteristiques suivantes :
Denomination social: COMPAGNIE DE
LOCATION ET D'INVESTISSEMENT DE
LA POINTE SIMON


Sigle : CLIPS
Forme : Societ6 par Actions Simplifiee
Siege social : C/o Hotel Bakoua la
Pointe du Bout 97229 LES TROIS-
ILETS MARTINIQUE
Objet : le financement d'un immeuble a
usage d'h6tel au profit d'un operateur h6-
telier, la Compagnie H6teliere d'lnvestis-
sement de la Pointe Simon < CHIPS ,,
situe a Fort de France, Pointe Simon,
sous la forme d'une acquisition de I'im-
meuble, equipe des elements neces-
saires a son exploitation, de leur location
aupres de cet operateur hotelier et de leur
vente eventuelle a ce meme operateur et
ce, dans les conditions prescrites a I'arti-
cle 199 undecies B du Code General de
Imp6ts.
Duree : 25 ans
Capital social: 1
President de la Societe : Monsieur Patrick
Olivier PICOURT demeurant 10 rue
Leopold Bellan 75002 PARIS
Immatriculation de la Societe : RCS de
Fort de France.
Pour avis, le President FB5302

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 21/11/2011, il a ete constitute
une SARL presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination : RAVAUD ET FILLES
Adresse du siege social : 88 rue Victor
Severe Fort de France 97200
Objet: Le negoce sous toutes ses formes
de tous mat6riels et products en tous
genres. La gestion et I'administration de
toutes soci6tes don't la society detiendrait
des parts sociales, et plus g6neralement,
toutes operations industrielles, commer-
ciales et financibres, mobilieres et immo-
bilieres.
Duree : 99 ans
Capital : 500 C
Nom du grant : Rolland-Alexandre RA-
VAUD
Adresse : 88 rue Victor Severe 97200
Fort de France
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB5303

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de la
SARL : "Eco-M" sous le sigle "Le M" au
capital de 20 000 euros. Siege social :
MBE 243, Mangot Vulcin 97232 Le La-
mentin. Objet principal : exploitation
d'etablissements touristique. Duree : 99
ans a computer de I'immatriculation au re-
gistre du commerce et des societes de
Fort de France. Grant : M. Zaki Haned
demeurant 4 avenue Georges Franck
73110 La Rochette nomme pour une
duree indeterminee. FB5304

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 17/01/2012, il a ete constitute
une SASU
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : BEAU SOURIRE
Adresse du siege social : Residence
Morne Vannier Route des Religieuses
Bat B2 porte 301 97200 Fort de France
Objet : Blanchement de dents, vente d'ar-
ticles cosmetiques
Duree : 99 ANS
Capital : 1000 e
Nom du grant : TARTRE Sandrine
Adresse Morne Vannier route des reli-
gieuses Bat B2 Porte 301 97200 Fort de
France
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB5305

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution des so-
ci6tes suivantes :


DENOMINATION: SCCV BC REUNION
SAINTE CLOTILDE
FORME : Societe Civile de Construction-
Vente
CAPITAL : 100 f
OBJET: Acquisition d'un terrain a batir en
vue de I'edification d'un ensemble de ba-
timents comprenant en tout'ou parties un
hotel et de leur vente en totality ou par
lots ;
SIEGE SOCIAL : 10, rue des Arts et Me-
tiers, Immeuble Pinsonnelle, Zone
Franche de Dillon 97200 FORT DE
FRANCE;
DUREE : 50 annees
GERANT : ACI IMMOBILIERE OUTRE-
MER represented par Stephane de REY-
NAL de SAINT-MICHEL;
IMMATRICULATION : RCS de FORT DE
FRANCE
Pour avis, FB5306

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SCI RUBIS
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 278 000 EUROS DI-
VISE EN 278 000 PARTS SOCIALES
DE 1 EURO CHACUNE
SIEGE SOCIAL : CHEZ MONSIEUR
FABRIC BOVAL
BOULEVARD DE LA MARNE
APT 50 IM. PANORAMA
97200 FORT DE FRANCE
R.C.S. F DE F : 2002 D 276
SIRET :443 712 591 00017
APE : 6820 B
Aux terms de I'assemblee general ex-
traordinaire des associes en date du jeudi
29 decembre 2011, il a ete decide de pro-
ceder aux modifications statutaires sui-
vantes :
*Le siege social primitivement fixed au
Boulevard de la Marne, Appartement 50,
Immeuble Panorama a FORT DE
FRANCE est transfer au 194 Impasse
Cassis, Chemin la Brise, Acajou Nord -
97232 le LAMENTIN.
L'article 4 sera modified en consequence.
*Mile Marie-Celine BOVAL a cede a Mile
Sarah BOVAL, une parties des droits
qu'elle possedait dans ladite society, le
tout conformement a la loi et aux status.
Mile Sarah BOVAL est, A la suite de cette
cession, titulaire des droits attaches aux
parts sociales cedees. L'article 7 sera
modified en consequence.
Pour AVIS
LA GERANCE FB5307

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SCI JADE
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 101 000 EUROS DI-
VISE EN 101 000 PARTS SOCIALES
DE 1 EURO CHACUNE
SIEGE SOCIAL : CHEZ MONSIEUR
FABRIC BOVAL
BOULEVARD DE LA MARINE
APT 50 IM. PANORAMA
97200 FORT DE FRANCE
R.C.S. F DE F : 2002 D 278
SIRET : 443 712 575 00010
APE : 6820 B
Aux terms de I'assemblee g6nerale ex-
traordinaire des associes en date du jeudi
29 decembre 2011, il a ete decide de pro-
ceder aux modifications statitaires sui-
vantes:
*Le siege social primitivement fixed au
Boulevard de la Marne, Appartement 50,
Immeuble Panorama a FORT DE
FRANCE est transfer au 194 Impasse
Cassis, Chemin la Brise, Acajou Nord -
97232 le LAMENTIN.
L'article 4 sera modified en consequence.
*Mile Marie-Celine BOVAL a ced6 A Mile
Sarah BOVAL, une parties des droits


.F Jerh2 a29V i cen0 -Pg *i1








http://www.ioural-iustice-martinique.com


qu'elle possedait dans ladite society, Ie
tout conformement A la loi et aux status
Mile Sarah BOVAL est, A la suite de cette
cession, titulaire des droits attaches aux
parts sociales c6dees. L'article 7 sera
modifi6 en consequence.
Pour AVIS
LA GERANCE FB5308

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SCI EMERAUDE
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 502 000 EUROS DI-
VISE EN 502 000 PARTS SOCIALES
DE 1 EURO CHACUNE
SIEGE SOCIAL : CHEZ MONSIEUR
FABRIC BOVAL
BOULEVARD DE LA MARNE
APT 50 IM. PANORAMA
97200 FORT DE FRANCE
R.C.S. F DE F : 2002 D 277
SIRET: 443 712 583 00014
APE: 6820 B
Aux terms de I'assemblee general ex-
traordinaire des associes en date du jeud
29 decembre 2011, il a 6et decide de pro-
ceder aux modifications statutaires sui-
vantes:
*Le siege social primitivement fixed au
Boulevard de la Marne, Appartement 50,
Immeuble Panorama a FORT DE
FRANCE est transfer au 194 Impasse
Cassis, Chemin la Brise, Acajou Nord -
97232 le LAMENTIN.
L'article 4 sera modified en consequence.
*Mile Marie-Celine BOVAL a cede a Mile
Sarah BOVAL, une parties des droits
qu'elle possedait dans ladite society, le
tout conformement A la loi et aux status.
Mile Sarah BOVAL est, a la suite de cette
cession, titulaire des droits attaches aux
parts sociales cedees. L'article 7 sera
modified en consequence.
Pour AVIS
LA GERANCE FB5309

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SCI ALLIANCE
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 10 000 EUROS DI-
VISE EN 100 PARTS SOCIALES
DE 100 EUROS CHACUNE
SIEGE SOCIAL : CHEZ MONSIEUR
FABRIC BOVAL
BOULEVARD DE LA MARNE
APT 50 IM. PANORAMA
97200 FORT DE FRANCE
R.C.S. F DE F : 2002 D 275
SIRET: 443 712 609 00017
APE : 6820 B
Aux terms de I'assemblee general ex-
traordinaire des associes en date du jeudi
29 decembre 2011, il a et6 decide de pro-
ceder aux modifications statutaires sui-
vantes:
*Le siege social primitivement fix6 au
Boulevard de la Marne, Appartement 50,
Immeuble Panorama A FORT DE
FRANCE est transfer au 194 Impasse
Cassis, Chemin la Brise, Acajou Nord -
97232 ie LAMENTIN.
L'article 4 sera modified en consequence.
*Mlle Marie-Celine BOVAL a cede a Mile
Sarah BOVAL, une parties des droits
qu'elle possedait dans ladite society, le
tout conformement A la loi et aux status.
Mile Sarah BOVAL est, a la suite de cette
cession, titulaire des droits attaches aux
parts sociales cedees. L'article 7 sera
modified en consequence.
Pour AVIS
LA GERANCE FB5310

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SCI DIAMANT
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE


AU CAPITAL DE 87 000 EUROS DI-
VISE EN 87 000 PARTS SOCIALES
DE 1 EURO CHACUNE
SIEGE SOCIAL : CHEZ MONSIEUR
FABRIC BOVAL
BOULEVARD DE LA MARNE
APT 50 IM. PANORAMA
97200 FORT DE FRANCE
R.C.S. F DE F : 2002 D 280
SIRET: 443 712 526 00013
APE : 6820 A
Aux terms de I'assemblee general ex-
traordinaire des associes en date du jeudi
29 decembre 2011, il a ete decide de pro-
ceder aux modifications statutaires sui-
vantes :
*Le siege social primitivement fixed au
Boulevard de la Marne, Appartement 50,
Immeuble Panorama A FORT DE
FRANCE est transfer au 194 Impasse
Cassis, Chemin la Brise, Acajou Nord -
97232 le LAMENTIN.
L'article 4 sera modified en consequence.
*Mile Marie-Celine BOVAL a c6d6 a Mile
Sarah BOVAL, une parties des droits
i qu'elle possedait dans ladite society, le
tout conform6ment a la loi et aux status.
Mile Sarah BOVAL est, a la suite de cette
cession, titulaire des droits attaches aux
Sports sociales cedees. L'article 7 sera
modified en consequence.
Pour AVIS
SLA GERANCE FB5311

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SCI SAPHIR
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 60 000 EUROS DI-
VISE EN 60 000 PARTS SOCIALES
DE 1 EURO CHACUNE
SIEGE SOCIAL: CHEZ MONSIEUR
FABRIC BOVAL
BOULEVARD DE LA MARNE
APT 50 IM. PANORAMA
97200 FORT DE FRANCE
R.C.S. F DE F : 2002 D 279
SIRET :443712542 00010
APE : 6820 B
Aux terms de I'assemblee general ex-
traordinaire des associes en date du jeudi
29 decembre 2011, il a ete decide de pro-
ceder aux modifications statutaires sui-
vantes:
*Le siege social primitivement fixed au
Boulevard de la Marne, Appartement 50,
Immeuble Panorama a FORT DE
FRANCE est transfer au 194 Impasse
Cassis, Chemin la Brise, Acajou Nord -
97232 le LAMENTIN.
L'article 4 sera modified en consequence.
*Mile Marie-Celine BOVAL a cede a Mile
Sarah BOVAL, une parties des droits
qu'elle possedait dans ladite society, le
tout conformement a la loi et aux status.
Mile Sarah BOVAL est, A la suite de cette
cession, titulaire des droits attaches aux
parts sociales cedees. L'article 7 sera
modified en consequence.
Pour AVIS
LA GERANCE FB5312

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SELARL GLAUDON -NABETI
SOCITEi D'EXERCICE LIBERAL
A RESPONSABILITE LIMITtE
AU CAPITAL DE 180 000 EUROS
SIEGE SOCIAL : 29 BOULEVARD DU
GENERAL DE GAULLE
97205 FORT DE FRANCE
B 425 040 391 RCS
FORT DE FRANCE
Aux terms du Proces-verbal de I'As-
. semblee Generale Extraordinaire en date
u 29 decembre 2011
Les associes ont agree
la demission de Madame Colette, Remi,
Laurence POULLET demeurant Resi-


dence la ferme, batiment B, escalier 2 re-
doute 97200 Fort de France de son
mandate de cogerant de la SEL GLAU-
DON -NABETI sis 29 boulevard du Ge-
neral de Gaulle 97205 Fort de France
avec effet au ler janvier 2012. Demeu-
rent comme cogerants Mme Marie-He-
lne GLAUDON et Monsieur Yves
NABETI
- la modification de la denomination so-
ciale de la SELARL GLAUDON NABETI
qui devient Laboratoire BIO SANTE CGN
a computer du ler janvier 2012
La gerance FB5313

AVIS DE CESSION DE BAIL
Par acte en date du 10 janvier 2012, la
society Martinique Alimentation Diete-
tique SARL, sise 40 bd du general de
Gaulle 97200 Fort de France immatricu-
lee au RCS FdF 409 783 529, cede a la
society Cash Martinique SARL, sise 40
bd du general de Gaulle a Fort de France
immatriculee au RCS FdF n*2009B2177,
son droit au bail pour un local a usage
commercial situe a rue de la Republique
numeros 9 et 11, rue Victor Hugo nume-
ros 65 et 67 et rue Gamier Pages numero
2 pour un montant de quatre cent qua-
rante mille euros.
La cession est opposable au tribunal de
commerce de Fort de France.
Pour avis, La Gerance FB5314

TRANSFER DU SIEGE SOCIAL
ARTEZANIA SARL
AU CAPITAL DE 20 000
SIEGE SOCIAL: IMMEUBLE SORE-
COM ACAJOU-CALIFORNIE 97232
LE LAMENTIN
RCS FORT DE FRANCE 532 972 528
D'une decision de I'AG en date du
10/01/2012, le siege social anciennement
situe Imm. Sorecom ZI Acajou-Califor-
nie 97232 Le Lamentin, est transfer au
13 Z.A. de KerLys 97200 Fort- de
France.
L'article 4 des status est modified en
consequence
La gerance FB5315

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SARL LA DIFFERENCE
AU CAPITAL DE 10004
Habitation Volcart Monesie 97228 STE
LUCE
Aux terms de I'assemblee g6nerale ex-
traordinaire du 07 Janvier 2012, les as-
socies ont approuve
1)La cession des 50 parts de Mme JEAN
BAPTISTE Coridon Stelina A Monsieur
JEAN BAPTISTE Willy representant 25
parts et 25 parts A Mme JEAN-BAPTISTE
Pascale.
2)La demission de Mme JEAN-BAP-
TISTE Stelina en quality de cogerante
Les status ont ete modifies en conse-
quence
Pour avis et mention, Le grant
FB5316

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
MAD'INSER PROPRETE
SOCIETY PAR ACTIONS SIMPLIFItE
AU CAPITAL DE 37 000C
SIEGE SOCIAL : ZI LES MANGLES
ACAJOU 97232 LE LAMENTIN
498 054 428
Suivant deliberation d'une assemblee ge-
nerale extraordinaire du 22 decembre
2011, il result que :
L'associe unique statuant aux conditions
prevues par les dispositions statutaires,
decide de la transformation de la society
en society a responsabilite limitee com-
portant deux associes, I'adoption des sta-
tuts de la soci6et sous sa nouvelle forme


et a decide de nommer pour une duree
indeterminee en quality de grant a
computer du ler janvier 2012. Monsieur
Felix BAKER n6 le 21 octobre 1963 A Fort
de France.
Demeurant: CHE IZIDEE CROIX RIVAIL
- 97232 LAMENTIN, de nationality fran-
caise.
Mention sera faite au RCS
Pour avis FB5317

AVIS DE MODIFICATION D'OBJET
SOCIAL
Par acte SSP en date du : 20/12/2011, ii
a ete procede6 la modification de I'objet
social de la SARL PRESTIGE BTP sis au
quarter Eudorcait 97230 SAINTE MARIE
Ancien objet : rev6tement, voiries re-
seaux divers, assainissement et canali-
sation, et plus generalement, toutes
operations industrielles, commercials, fi-
nancieres, mobilieres ou immobilieres, se
rapportant directement ou indirectement
a I'objet social ou susceptible d'en faciliter
I'expansion ou le developpement
Nouvel objet : revetement, gros oeuvre,
construction, rehabilitation, VRD, assai-
nissement et canalisation et plus g6enra-
lement, toutes operations industrielles,
commercials, financieres, mobilieres ou
immobilieres, se rapportant directement
ou indirectement a I'objet social ou sus-
ceptible d'en faciliter I'expansion ou le de-
veloppement
Pour avis le grant FB5318

AVIS DE CESSION DE PARTS
CIDANTILLES .ED
SOCIETY EN NOM COLLECTIF
CAPITAL 100 CUROS
SIaGE SOCIAL : CITE DILLON- 483
RUE VICTOR CORIDUN 97200 FORT
DE FRANCE
R.C.S. FORT DE FRANCE
N* 543 324 173
Par convention du 12/12/11, les associes
ont convenu la cession des 1000 parts
detenues par la SARL CARAIBES IN-
VESTISSEMENTS DEVELOPPEMENT
et M Gerard MARAN au profit de
Monsieur Laurent BECK, domicilie 50
rue des cottages 67400 ILLKIRCH
GRAFFENSTADEN pour 85 parts so-
ciales
Madame Marie Solange LEDIG Domicilie
- 26 rue ERCKMANN CHATRIAN 57
430 SARRALBE pour 80 parts sociales
Monsieur Christophe Henri ALLENBACH,
domicilie 26 rue ERCKMANN CHA-
TRIAN 57 430 SARRALBE pour 70
parts sociales
Monsieur Alain RACHON, domicilie 9
rue des champs 67520-KIRCHHEIM
pour 58 parts
Sociales
Monsieur Sylvestre MARTINI, domicilie 4
avenue CHRISTIAN PFISTER 67100
STRASBOURG pour 135 parts sociales
Monsieur Alain WEIBEL, domicilie 11 rue
de Bourgogne 67520 MARLENHEIM
pour 40 parts sociales
Madame Nathalie RIGAULT, domicilie 11
rue de Bourgogne 67520 MARLEN-
HEIM pour 40 parts sociales
Monsieur Jean Claude WERCK domi-
ciliA 23 rue du General de Lattre de Tas-
signy pour 80 parts sociales
Monsieur Gregory KIEHL, domicilie 15
rue Theodore. de Banville 75017 PARIS
pour 38 parts sociales
Monsieur Gilles BAILLOT, domicilie 24
boulevard Voltaire 75011 PARIS pour 43
parts sociales
Monsieur Thierry FRIEH, domicilie 13 rue
du Strengberg 67450 LAMPERTHEIM,
pour 65 parts sociales
Monsieur Bruno BATAILLE, domicilie 25
impasse de la Burgonce 79000 NIORT,
pour 266 parts sociales


Or- V 'EI-^ I' Ri


[ A AwoSts UqALE-5 j







htt p:/ww.iournal-iustice-martinique.com


L'article 8 des status sera modified en
consequence, le grant FB5319

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
SCI SABLE BLANC
AU CAPITAL DE 5 334,00EUROS
SIEGE SOCIAL 45 ROUTE DE
L'UNION
97200 FORT DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
N"442 679 130
Aux terms d'une assemble general
ordinaire en date du 08 juillet 2011, les
associes ont designed, en quality de co-
gerante, a computer du 08 juillet 2011 et
pour une duree indeterminee, Madame
Jacqueline DESIR demeurant a FORT
DE France (97200) Rue Des Lutins Didier
en replacement de Monsieur Claude
DESIR demissionnaire.
Le dep6t legal sera effectu6 au registre
du commerce et des societies de FORT
DE FRANCE.
Pour avis et mention,
Le gerante FB5320


AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
SARL LJMJ AU CAPITAL DE
1500.004
SIEGE SOCIAL : 11 RUE DES ARTS
ET METIERS LOT DILLON STADE
ADVANTAGE B 97209 FDEF
SIRET: 529 017 253 00012
Par decision de I'associee unique en date
du vendredi 25 Novembre 2011
M. Emile ARNOLIN demeurant : Imm les
Lauriers 1 97200 Fort de FDEF
A ete design en quality de grant en
replacement de : Mme Louise LAU-
RENT
Demeurant : Res Les Dames 97200
FdeF
Les functions de grant prennent effet A
computer du 25 novembre 2011 pour une
duree ind6terminee
Tous pouvoirs sont donnes au porteur
d'une copie des presentes a I'effet d'ac-
complir toutes les formalities legales de
publicity et de depot
Pour avis et mention FB5321

CHANGEMENT DE GERANCE
DESIGN'SHOES
AU CAPITAL DE 3 500 EUROS
SIEGE SOCIAL : 46 RUE FLORENT
HOLO 97240 LE FRANCOIS
SIREN : 532 335 296
Suite A I'assemblee g6nerale extraordi-
naire du 28/11/2011, avis est donned de la
admission de Mme Claude HAUTEVILLE
epse CLAVER le 30/11/2011 et de la no-
mination de Mme CAFE Christiane en
quality de gerante.
L'assemblee Generate prend acte de ces
decisions.
En cons6quence-l'article 12 des status a
ete modified
Pour avis, la gerante FB5322

AVIS DE CHANGEMENT
Aux terms d'un proces-verbal en date du
01/06/2010, L'assemblee general de
MG HOLDING SAS, capital: 44.189.000
c, 42, rue Gamier Pages 97200 Fort-
de-France, RCS de Fort-de-France
N"492.985.718, a decide de nommer:
Monsieur Philipe JOCK,
46, avenue Frantz Fanon 97200 Fort-
de-France, en quality de Commissaire
aux comptes titulaire et de nommer
L'Etude Controle et Analyse, 1, rue du
Printemps 75017 Paris, en quality de
Commissaire aux comptes supplant, ap-
pele a remplacer le Commissaire aux
comptes titulaire en cas de cessation de
ses functions. Mention sera faite au RCS
de


Fort-de-France. Pour avis. FB5323
AVIS DE CHANGEMENT
Aux terms d'un proces-verbal en date du
*01/02/2011, L'assemblee general de
MG HOLDING SAS, capital : 44.189.000
C, 42, rue Gamier Pages 97200 Fort-
de-France, RCS de Fort-de-France
N"492.985.718, a decide de nommer
Mme Florise CHAUVET, Imm CERP Mar-
tinique, 8 Lot. Plateau Acajou 97232 Le
Lamentin, Commissaire aux comptes Ti-
tulaire et Mme Sandra MARIE-JOSEPH,
Imm du Port, 8 Bd Frangois Mitterrand -
97200 Fort-de-France, Commissaire aux
Comptes supplant en replacement de
KPMG Entreprises et de M. Philippe RO-
SIER, demissionnaires. Mention sera
faite au RCS de
Fort-de-France. Pour avis. FB5324

AVIS DE CHANGEMENT
Aux terms du proces-verbal de I'AGE du
15/03/2011, I'article 17 des status de
MG HOLDING, SAS, capital :44.189.000
C, 42 rue Gamier Pages 97200 Fort-de-
France, RCS Fort-de-France
492.985.718 a ete modified comme suit:
,< ARTICLE 17 Presidence de la Societe
La Society est representee, dirigee et ad-
ministree par un President, personnel
physique ou morale, actionnaire ou non,
de la Societe.
Designation
Le President est ensuite design par de-
cision collective des actionnaires.
Lorsque le President est une personnel
morale, celle-ci dolt obligatoirement desi-
gne un representant permanent, per-
sonne physique.
Duree
La duree du mandate du president est de
deux ans. II est statue sur son renouvel-
lement tous les deux ans, A I'occasion de
I'assemblee d'approbation des comptes
annuels."
M. Yan MONPLAISIR, n6 le 21/04/1952
a Schcelcher, demeurant 5 Boulevard de
Verdun 97200 Fort-de-France, a ete
nomme President de la society pour une
duree deux ans en replacement de M.
Ralph MONPLAISIR, ne le 19 mai 1948
A Schcelcher, demeurant habitation Ma-
niba 97222 Case Pilote, nomme Direc-
teur General de la society, pour une
duree ne pouvant exceder celle du man-
dat du President. Mention sera faite au
RCS
de Fort-de-France. Pour avis. FB5325


AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
SOCIETY < MADININA PLOMBERIE
SANITAIRE SERVICES ,
SARL AU CAPITAL DE : 4 0004
SIEGE SOCIAL : 12 VOIE PAMPLE-
MOUSSE 63 LOTISSEMENT HIBIS-
CUS PLACE D'ARMES
97232 LE LAMENTIN
SIRET : 528 789 274
Suite a I'AG extraordinaire du 15 janvier
2012, les associes ont vote la culture de
la liquidation
De la society
Pour avis la g6rante FB5326

AVIS DE LIQUIDATION
S.A.R.L MADIN'RJ
CAPITAL FIXE DE 3000C
SIEGE SOCIAL : RESIDENCE OXALIS
B 31 ROUTE DE CHATEAUBOEUF -
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE -
N SIRET 498 826 981 00017
NAF : 741G
Les associes reunis en assemblee gene-
rale extraordinaire en date du 02 decem-
bre 2011ont decide la liquidation amiable
de la society a computer de ce jour
L'assemblee general susvisee, a


nomme comme liquidateurs, Mademoi-
selle Julia CHANTEUR, et Monsieur
Charles Jean-Philippe AUGUSTIN, avec
les pouvoirs les plus etendus pour reali-
ser les
Operations de liquidation et parvenir a la
cloture de celle-ci
Le siege de la liquidation est fixed r6si-
dence Oxalis B 31 route de Chateau-
boeuf 97200 Fort de France, adresse a
laquelle toute correspondence devra 6tre
envoy, et actes et documents relatifs
A la liquidation devront 6tre notifies
Pour avis la g6rance FB5327

SAVIS DE LIQUIDATION
TRANSBA
SARL AU CAPITAL DE 1100 EUROS
QUARTER PLACIDE
VILLA BEIJA N"28,
97280 LE VAUCLIN
495118986 R.C.S. FORT DE FRANCE
Aux terms d'une Assemblee Generale
Extraordinaire en date du 31 decembre
2011 les Associes ont :
approuve les comptes definitifs de la li-
quidation,
donned quitus au Liquidateur, personnel
morale Mme BACCARARD Louise, pour
sa gestion et decharge de son mandate,
prononc6 la cloture des operations de li-
quidation A computer du jour de ladite As-
semblee. FB5328

AVIS DE LIQUIDATION
DENOMINATION : GMM SARL
SOCIETY A RESPONSABILITE LIMI-
TEE AU CAPITAL DE 5 000 C
SIEGE SOCIAL : RESIDENCE LES
JARDINS DE L'UNION ROUTE DE
L'UNION 97200 FORT DE FRANCE
SIREN : 528 369 507
RCS FORT DE FRANCE
Aux terms d'une Assemblee Generale
Extraordinaire en date du 12 janvier 2012
les associes ont :
- approuve les comptes definitifs de la li-
quidation
- donne quitus au liquidateur, Mile MAD-
LON Melissa pour sa gestion et decharge
de son mandate,
- prononce la cl6ture des operations de li-
quidation A computer du jour de ladite as-
semblee
Radiation au registre du commerce et des
societies de Fort de France
Pour avis FB5329

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
NOM : GMM SARL
ADRESSE : RESIDENCE LES JAR-
DINS DE L'UNION, RTE DE L'UNION
97200 FORT DE FRANCE
CAPITAL : 5000 4
TMC 528 369 507
La dissolution anticip6e a ete prononcee
et la society a cesse toutes activities A
computer
du 20/12/2011, Mile MADLON Melissa
est design statutairement en quality de
liquidateur avec les pouvoirs les plus
etendus pour realiser les operations de li-
quidation.
Le siege de la liquidation est fixed a
I'adresse ci-dessus.
Pour avis, et mention le liquidateur
FB5330

AVIS DE MISE EN SOMMEIL
Aux terms de I'assemb.lee generate du
30 decembre 2011, les associes de al
SARL ANDRE ET ELIE, siege social
Usine du Marin, Im Aurore Montgerald
97290 Marin, siren 524905551, ont de-
cide de la mise en sommeille de cette so-
ciete a computer du 31 decembre 2011
pour une duree indeterminee
Pour avis, le grant FB5331


ADDITIF AU JOURNAL
< JUSTICE" N* 03
DU : 19/01/2012
SCI FLORAINDRE
Lire : Nom du Liquidateur : Monsieur
Yvon NOUREL
Lot la Securite 13 rue de I'Oiseau Cohe
- 97224 Ducos
Pour avis FB5332

AVIS RECTIFICATIF A LA PARUTION
DU 12/01/2012
c JUSTICE N" 2 ,, FB 5258
SARL LESCOURANT CLAUDE
ELEVATION (L.C.E) 524 478 831
574 RUE JACQUES ROUMAIN
97200 FORT DE FRANCE 7500C
Suite A I'AG du 27 decembre 2011, avis
est donne de la nomination de Monsieur
FEREOL Marc Andre, Anse Belleville
97250 PRECHEUR en replacement de
Monsieur LESCOURANT CLAUDE
Rousseau SAINT JOSEPH demission-
naire.
Pour avis FB5333






Coniull Riglonal
d la Mitlnlqui
AVIS DE MARCH
SERVICES
SECTION I: POUVOIR
ADJUDICATEUR
1.1) Nom, addresses et points) de contact
Conseil Regional de Martinique, h6tel de
Region rue Gaston Defferre Cs50601, A
I'attention de service de la Commande
Publique, MQ-97261 Fort-de-France. Tel.
(+33) 05 96 59 63 35. Fax (+33) 05 96 72
6810.
Adresse(s) internet:
Adresse g6nerale du pouvoir adjudicateur
: http://www.cr-martinique.fr.
--Adresse aupres de laquelle des infor-
mations complementaires peuvent etre
obtenues :
Conseil regional de Martinique, h6tel de
region rue Gaston Defferre CS 50601, A
I'attention de service de la command pu-
blique, MQ-97261 Fort-de-France Cedex.
Tel. (+33) 05 96 59 63 00. Fax (+33) 05
96 72 68 10. Adresse internet
http://www.cr-martinique.fr.
Adresse aupres de laquelle le cahier des
charges et les documents complemen-
taires (y compris les documents relatifs A
un dialogue competitif et a un system
d'acquisition dynamique) peuvent 6tre ob-
tenus:
Conseil regional de Martinique, h6tel de
region rue Gaston Defferre CS 50601, A
I'attention de service de la commander pu-
blique, MQ-97261 Fort-de-France Cedex.
Tel. (+33) 05 96 59 63 00. Fax (+33) 05
96 72 68 10. Adresse internet
http://www.cr-martinique.fr.
Adresse A laquelle les offres ou de-
mandes de participation doivent etre en-
voyees:
Conseil regional de Martinique, reception
des offres, par pli recommande ou centre
recepisse au Conseil Regional de la Mar-
tinique, Service de la Commande pu-
blique, ou en ligne A I'adresse Internet
sus-indiqu6e, A I'attention de service de
la command publique, MQ-97261 Fort-
de-France Cedex. Tel. (+33) 0 59 6 59 63
00. Fax (+33) 0 59 6 72 68 10. Adresse
internet : http://www.cr-martinique.fr.
1.2) Type de pouvoir adjudicateur:
Autorite regionale ou locale.
1.3) Activite principal :
Services generaux des administrations
publiques.
1.4) Attribution de march pour le compete


F V '4 i T *I'i


A AINONCE5 UqAL







http://www.iournal-iustice-martinique. cor


d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
SECTION II: OBJET DU MARCH
11.1) Description
11.1.1) Intitule attribute au contract par le
pouvoir adjudicateur :
Mission d'assistance A maitrise d'ou-
vrage dans le cadre de la mise en place
de la collectivite territorial de Martinique.
11.1.2) Type de march et lieu d'execution,
de livraison ou de prestation :
Services.
Categorie de services : no11 Services de
conseil en gestion et services connexes.
Lieu principal d'execution des travaux, de
livraison des fournitures ou de prestation
des services : conseil regional de Marti-
nique, 97261 Fort-de-France.
Code NUTS.
11.1.3) Information sur le march public,
I'accord-cadre ou le system d'acquisition
dynamique :
L'avis concern un march public
11.1.4) Information sur I'accord-cadre :
11.1.5)-Description succincte du march
ou de I'acquisition/des acquisitions :
La present consultation concern la
mise en place de la collectivite territorial
de Martinique.
Elle se structure autour de trois trenches
-Une tranche ferme qui demarrera a la
reunion de lancement avec I'assistant A
maitrise d'ouvrage (I"AMO) retenu et qui
se terminera trois mois apres la seance
de mise en place de la collectivite unique.
Cette tranche est decomposee en quatre
phases:
-Phase 0 : RBalisation d'un benchmarking
des demarches similaires
-Phase 1 : Initialisation du project
-Phase 2 : Execution du project
-Phase 3: Bilan du project et retour d'ex-
perience
Elle visera la convergence des deux col-
lectivites vers un socle commun permet-
tant le fonctionnement immediat de la
collectivite unique A sa creation. Enfin
prefigurera les diff6rents scenarios qui
seront soumis au choix de I'executif de la
collectivite unique d6s son election.
-Une tranche conditionnelle 1 'Transition
de la collectivite unique". Elle permettra
une transition qui verra le choix du sce-
nario de I'architecture cible retenue par
I'executif de la collectivite unique et son
implementation au sein de la collectivite.
Cette tranche n'excedera pas en cas d'af-
fermissement 18 mois.
- une tranche conditionnelle 2 "Stabilisa-
tion de la collectivite unique" qui permet-
tra de finaliser et de readapter a la marge
les processus organisationnels et fonc-
tionnels de la collectivite. Cette tranche
n'excedera pas 12 mois en cas d'affer-
missement.
11.1.6)-Classification CPV (vocabulaire
commun pour les marches publics):
73000000,71222200,71313440.
11.1.7) Information concernant I'accord sur
les marches publics (AMP): ,
March covert par I'accord spr les mar-
ches publics (AMP) : Oui
11.1.8)-Lots :
Division en lots : Non.
11.1.9)-Variantes :
Des variantes seront prises en conside-
ration : oui.
11.2) Quantite ou etendue du march
.11.2.1) Quantite ou etendue global :
Tranche ferme :
Phase 0 : Realisation d'un benchmarking
des demarches similaires
Phase 1 : initialisation du project
Phase 2: Execution du project
-Definition de la vision et des besoins
quant au service public de demain
-Definition de la collectivite unique cible


-Etat des lieux et mise en place d'un plan
d'action de convergence assorti de ses
indicateurs de suivi
-Accompagnement des ateliers de mu-
tualisation dans la mise en oeuvre
-Accompagnement de la collectivite
unique trois mois apres sa creation pour
s'assurer de la continuity du service pu-
blic.
Phase 3 : Bilan de la phase d'execution
Tranche conditionnelle 1 : Transition col-
lectivite unique
Cette tranche vise A accompagner les
elus de la collectivit6 unique dans le choix
du scenario d'architecture cible qui sera
fait et A accompagner I'equipe dirigeante
dans le d6ploiement et I'implementation
de ce scenario conformement :
-Au plan de deploiement rattache
-A la methodologie d'accompagnement
du personnel defini
Tranche conditionnelle 2 : Stabilisation
collectivite unique
Cette tranche a vocation A accompagner
la stabilisation du fonctionnement tant sur
le plan organisationnel que fonctionnel de
la collectivite unique. Un rapport final de
retour d'experience project sera 6galement
transmis.
11.2.2)-lnformations sur les options :
Options : oui.
Description de ces options : possibilities
d'affermissement des trenches condition-
nelles 1 et 2.
11.2.3)-Reconduction :
Ce march peut faire I'objet d'une recon-
duction: non.
11.3)- -Duree du march ou delai d'exe-
cution :
SECTION III : RENSEIGNEMENTS
D'ORDRE JURIDIQUE, ECONOMIQUE,
FINANCIER ET TECHNIQUE
III.1) CONDITIONS RELATIVES AU
CONTRACT
I1.1.1) Cautionnement et garanties exi-
ges:
Avances : si le titulaire I'accepte dans
I'acte d'engagement, une advance lui sera
versee dans les conditions prevues aux
articles 87 et 90 du code des marches pu-
blics.
Son versement est conditionne par la
constitution d'une garantie A premiere de-
mande ou, si le pouvoir adjudicateur ne
s'y oppose pas, par une caution person-
nelle et solidaire.
111.1.2) Modalites essentielles de finance-
ment et de pavement et/ou references aux
textes qui les reglementent:
111.2.1) Situation propre des operateurs
Bconomiques, y compris exigences rela-
tives A I'inscription au registre du com-
merce ou de la profession :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exgences sont
remplies : renseignements et formalities
necessaires pour evaluer si ces exi-
gences sont remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
module Dc2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation a etre titulaires du
march (disponible sur internet a
I'adresse suivante : www.minefi.gouv.fr,
theme : marches publics).
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au module DC 1 dans sa version 28 fe-
vrier 2011) disponible egalement sur in-
ternet A I'adresse suivante :
http://www.minefi.gouv.fr, theme : mar-
Ch6s publics).
111.2.2) Capacit6e conomique et financiere
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigpnces sont
remplies : renseignements et formalities
necessaires pour evaluer si ces exi-
gences sont remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-


faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march, r6a-
lisees au course du dernier exercise
disponible
- declaration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
Niveau(x) specifique(s) minimal(aux)
exige(s) : le dernier chiffre d'affaires an-
nuel disponible du candidate devra etre su-
perieur a 150 000 euros (T.T.C.).
111.2.3) Capacite technique :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies : renseignements et formalities
necessaires pour evaluer si ces exi-
gences sont remplies :
- une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
- declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
111.2.4) Marches reserves : Non.
111.3) CONDITIONS PROPRES AUX
MARCHES DE SERVICES
111.3.1) La prestation est reservee A une
profession particuliere :
La participation est rnservee A une pro-
fession particuliere : non.
111.3.2)Les personnel morales sont te-
nues d'indiquer les noms et qualifications
professionnelles des membres du per-
sonnel charges de la prestation :
.Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges de la prestation : Oui
Origine financement: Budget du Conseil
regional de Martinique
Paiement: virement administratif
Delai global de pavement: 30 jours
Avance de 5% prevue
Variation des prix : prix revisables.
111.1.3) Forme juridique que devra revetir
le groupement d'operateurs economiques
attributaire du march :
La region peut imposer apres attribution
du march la forme de groupement soli-
daire momentane.
111.1.4)-L'ex6cution du march est sou-
mise A d'autres conditions particulieres :
Lexecution du march est soumise A des
conditions particulieres : non.
111.2) CONDITIONS DE PARTICIPATION
SECTION IV : PROCEDURE
IV.1) TYPE DE PROCEDURE
IV.1.1) Type de procedure :
Ouverte.
IV.1.2) Limites concernant le nombre
d'operateurs invites a soumissionner ou
a participer:
IV.1.3) Reduction du nombre d'opera-
teurs durant la negociation ou le dialogue
IV.2) CRITERES D'ATTRIBUTION
IV.2.1) Criteres d'attribution :
Offre 6conomiquement'la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
6nonc6s dans le cahier des charges,
dans I'invitation & soumissionner ou A ne-
gocier ou encore dans le document des-
criptif.
IV.2.2) EnchBre Blectronique :
Une enchere electronique sera effectuee
:non.
IV.3) RENSEIGNEMENTS D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.3.1) Numbro de reference attribute au
dossier par le pouvoir adjudicateur:
DGS-AMOCTM-12-002.
IV.3.2) Publication(s) anterieure(s)
concernant le meme march :
Publication(s) anterieure(s) concernant
le m6me march : Non.
IV.3.3) Conditions d'obtention du cahier
des charges et de documents compl6-


mentaires ou du document descriptif :
Date limited pour la reception des de-
mandes de documents ou pour I'acces
aux documents : 27 fevrier 2012 12:00.
Documents payants: non.
IV.3.4) Date limited de reception des offres
ou des demands de participation
27 fevrier 2012 12:00.
IV.3.5) Date d'envoi des invitations A sou-
missionner ou A participer aux candidates
selectionnes :
IV.3.6) Langue(s) pouvant 6tre utilisee(s)
dans I'offre ou la demand de participa-
tion :
Langue(s) officielle(s) de I'UE : frangais.
IV.3.7) Delai minimum pendant lequel le
soumissionnaire est tenu de maintenir
son offre :
DurBe en jours : 180 (A computer de la
date limited de reception des offres).
IV.3.8) Modalites d'ouverture des offres :
Date : 28 fevrier 2012 12:00.
Personnes autorisees A assister A I'ou-
verture des offres : non.
SECTION VI : RENSEIGNEMENTS
COMPLEMENTAIRES
VI.1) RENOUVELLEMENT:
II s'agit d'un march renouvelable : non.
VI.2) INFORMATION SUR LES FONDS
DE L'UNION EUROPEENNE :
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par des fonds de I'Union
europeenne : non.
VI.3) INFORMATIONS COMPLEMEN-
TAIRES:
Appel d'offre ouvert (art 33, 57et 59 du
code des Marches publics)
Criteres de selection des candidatures
Les criteres de selection des candida-
tures qui seront utiliSes sont :
Capacites professionnelles, techniques et
financieres
Jugement des offres
L'Offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1. La valeur technique de I'offre (appr6-'
ciee sur la base de la note technique exi--
gee 2-8-2-d du present reglement de;
consultation) affectee d'un coefficient 6 se3
declinant selon les sous criteres suivantsJ
:- comprehension du besoin et pertinence
de la methodologie proposee 50% (du3
coefficient 6)
- expertise des intervenants proposes
pour la mission 30% (du coefficient 6)
- mode d'organisation de I'equipe 20%
(du coefficient 6)
2. Le prix affected d'un coefficient 4
3. Les delais d'execution des phases de
la tranche ferme affects d'un coefficient
2
Delai laisse au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
ciales et fiscales : 08 jours calendaires
* Capacites professionnelles:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectuees au course de la der-
niere annee, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive.
- indication des titres d'etudes et profes-
sionnels de I'operateur economique et/ou
des cadres de I'entreprise et notamment
des responsables de prestations de ser-
vices
- certificates de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee : autorisee
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement A la disposition des candi-
dats une plate-formrde dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique "


ANNJNiCiBS ULE


= jeuIi26janvier2012 n' 04- Page 18







http://www.iournal-iustice-martinicue.com


marches publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
-La recherche des consultations passes
par la Region Martinique
-Le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
-La transmission par voie Blectronique
des dossiers d'offre.
Delai de publicity : Les reductions de
delai de publicity prevues a I'article 57 II
4 et 50 du code des marches publics ont
6te utilisees au titre de la present
consultation.
Date d'envoi du present avis au JOUE et
au BOAMP : 17 janvier 2012.
VI.4) PROCEDURES DE RECOURSE
V1.4.1) Instance charge des procedures
de recours :
Tribunal Administratif de Fort-de-France,
immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
B.P. 683, MQ-97200 Fort-de-France. Tel.
(+33) 05 9 6 71 6 6 67. Fax (+33) 05 96
63 1 0 08.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris), 29 rue Barbet-De-Jouy, F-75700
Paris Cedex 7. Tel. (+33) 01 4 4 42 6 3
43. Fax (+33) 01 4 4 42 6 3 37.
VI.4.2) Introduction des recours :
VI.4.3) Service aupres duquel des ren-
seignements peuvent 6tre obtenus sur
I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif, croix
de Bellevue, MQ-97200 Fort-de-France.
Tel. (+33) 0 59 6 71 6 6 67. Fax (+33) 05
96 63 1 0 08.
VI.5) DATE D'ENVOI DU PRESENT
AVIS:
17 janvier 2012. FB5334

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA






aloni-ll M
CONCURRENCE
Identification de I'organisme qui passe le
march : H6tel de Region
Service de la command publique,
Rue Gaston Defferre CS 50601 97261
Fort-de-France Cedex Martinique, tl : 05
96 59-63-00 /telecopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique < Marches publics ,


Representant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Regional de la
Martinique
Procedure de passation : Procedure
adaptee en vertu de I'article 28 du Code
des Marches Publics (CMP)
Objet du march : Organisation de la ma-
nifestation de la journey de I'innovation
Reference d'identification du march :
DGACEI-JI-12-005
Caracteristiques principles : La present
consultation a pour objet I'organisation de
la manifestation de la journey de I'inno-
vation qui se deroulera le 28 fevrier 2012.
II s'agira de realiser un village exposition
sur I'innovation multisectorielle en Marti-
nique.
Allotissement La prestation est divisee en
trois lots, a savoir :
Lot 1: Coordination logistique
Lot 2 : Prestations de communication
Lot 3 : Creation d'un site web
Delai d'execution du march Lot 1 : II
devra 6tre propose par les candidates. Ce
delai est I'un des criteres arretes pour le
jugement des offres.
- Lot 2 : deux semaines, a computer de la
notification du march
* Lot 3 :
- Installation du site : deux semaines, a
computer de la notification du march
- Hebergement : 12 mois renouvelables
une fois, a computer de la notification du
march
Modalites essentielles de financement et
de pavement du march : Financement:
Fonds propres de la Region + fonds eu-
ropeens Programme Europ'act
- Paiement:
. Virement administratif
. Delai global de paiement : 30 jours
.Variation des prix : prix actualisables
.Avance 5 % (uniquement pour le lot 1)
Adresse aupres de laquelle les docu-
ments peuvent etre obtenus : Le dossier
de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service de la
command publique
Rue Gaston Deferre CS 50601 97261
Fort-de-France Cedex
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut 6tre egalement tele-
charge a I'adresse Internet sus indiquee.
Conditions de participation : Criteres de
selection des candidatures
Les candidatures seront selectionnees au
regard des trois criteres suivants :
- les capacities professionnelles, tech-
niques et financieres
* Situation propre du candidate:


Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
modele DC2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation a etre titulaires du
march
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants conforme
au module DC 1 dans sa version fevrier
2011)
* CapacitBs professionnelles:
Renseignements et formalities neces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectuees au course de la der-
niere annee, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive. Les
prestations sont prouvees par des attes-
tations du destinataire ou, a defaut, par
une declaration du candidate
- Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
- Indication des titres d'etudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des cadres de
I'entreprise, et notamment des responsa-
bles de prestation de services de meme
nature que celle du march.
* Capacites economiques et financieres :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
realisees au course du dernier exercise
disponible
- declaration appropriee de banque ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
* Capacites techniques :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
-Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
Criteres de jugement des offres :
L'offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1. La valeur technique de I'offre (appre-
ciee sur la base de la note technique exi-
gee au reglement de consultation)


affected d'un coefficient 6
2. Le prix affected d'un coefficient 4
3. Le delai affected d'un coefficient 2 (uni-
quement pour le lot 1)
Variantes
autorisees
Negociation des conditions du march a
passer: Les conditions du march pour-
ront le cas echeant etre negociees avec
les candidates apres examen de leur offre
Delai de validity des offres : 180 jours
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
etre obtenus : Conseil regional de la Mar-
tinique (service de la command pu-
blique) ou en ligne a I'adresse sus
indiquee
Date limited de reception des offres : 3 fe-
vrier 2012 a 12 H 00 (heure de Marti-
nique)
Adresse a laquelle les offres doivent etre
envoyees : Reception des offres par pli
recommande ou centre recepisse au
Conseil Regional de la Martinique Service
de la Commande Publique rue Gaston
Deferre -CS 50601 97261 Fort-de-
France Cedex Martinique ou en ligne a
I'adresse Internet sus indiquee
Delai laisse au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours et auprbs de laquelle des rensei-
gnements peuvent 6tre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Telephone : 0596-71-66-67
Telecopieur : 0596 63.10.08
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee autorisee
Autres renseignements :
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique
marches publics "
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
- le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie Blectronique
des dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion : 19 janvier 2012 FB5335


Abonnez-vous A JUSTICE

Je desire recevoir "JUSTICE" chaque semaine a mon domicile
N o m ......... ......................... .......................... . ... .. o m ........................................................................................
Adresse exact ................................................................................................


Je regle par :


I cheque bancaire


j cheque postal


A I'ordre de la Societe des Editions Justice

Nos tariffs : 1AN 6 MOIS 3 MOIS
MARTINIQUE i] 90 F L[ 50 _e 35 E
GUADELOUPE/GUYANE i 100F U 55e j 37
FRANCE _J O 110 I 60 Ej 45 E
(Frais de port inclus)

Retourner ce bulletin & : Soci6te des Editions "Justice" B.P. 4031 46 Rue Andre Aliker & E Zola 97202 Fort-de-France cedex
Tel 05.96 71 86 83 Fax : 05.96.63.13.20 e-mail : ed.justice@wanadoo.fr Siret : 384 449 641 00016 RC 92B 131


jeuI 0i ''vrieR 2 jstice X-PIe e9


I especes


I A NNE






http://www.iournal-ustice-martinique. com


Concours be la chanson creole, pretube au carnaval


Comme chaque annee,
le concourse de la chan-
son de la chanson
creole, prelude au car-
naval, est lance. Dans la

Riviere-Pilote, le samedi
14 Janvier 2012, devant
un public chaud, plu-
sieurs concurrent se
sont affronts dans les
quatre categories en
lice : la Biguine, la Ma-
zurka le Zouk et le Vid6
de carnival. Le jury pr6-
side par Annick Charlec
a eu a noter les candi-
dats sur quatre criteres :
Marlene Biron, laureate de la chanson de vid les m bodies les textes
les interpretations et les
prestations sc6niques. La plupart des chansons proposees
concernaient des faits de society, come le veut la tradition de
la chanson de carnaval.
La cat6gorie Biguine a te6 remport6e par Malory Victor avec le
titre "Si anjou", auteur/compositeur Flavie Biron. En cat6gorie
Mazurka, c'est "Ti manmay kayfe sa yo (e" de Victorin Naly, in-
terpr6tee par Mireille Kiayilouka qui a s6duit le jury. Laurent
Laka, habitue des podiums, a remport6 le concourse en Zouk
avec le titre "Rsve mwen". Pour la cat6gorie Vide, la victoire est
revenue Marlene Biron pour "To nou aprann pfantj cliou",
composition de Victorin Naly. Le prix special du jury a 6te attri-
bue a Marl6ne Biron. Le comit6 carnaval populaire de Riviere-
Pilote, au travers du concours de la chanson creole, a une fois
de plus, r6ussi a maintenir un rendez-vous fort pour la p6riode

Les Z'twat bu sport martiniquais


Alexandra Louis-Marie (escrime)


La 27e edition de la Ceremonie des "Zitwat"du Sport Martini-
quais (autrefois appelee la "Nuit des Meifeurs Sportifs Marti-
niquais') s'est deroulee samedi 21 janvier 2011 a la Maison du
sport. Cette manifestation consacree a honor les athletes et
les benevoles qui se sont mis en evidence durant I'annee. Cinq
ans apres le sacre d'Audrey Cakin (2006), le Handisport s'ins-
crit au palmares des "3 eiCCeurs Sportifs" avec Anne-Sophie


carnavalesque.
Place maintenant aux elections de reines, mini-reines, reine
meres et rois de sape, avant les vides dans les rues.

Marche centre la violence: Soyons tous res-

ponsables


Une action de sensibilisation centre la violence


Le carnaval est un moment propice a tous les d6bordements,
helas egalement a la violence. Pour sensibiliser les uns et les
autres, le collectifs des orchestres de rues qui ne se consider
pas seulement comme amuseur public a decide organiserr cette
manifestation de sensibilisation dans les rues du Robert. Le di-
manche 22 janvier, une grande parties des representants des
orchestres de rue ont defil6 pour dire "non a Ia violence: soyons
tous responsa6bes." Esperons que c'est appel sera entendu par
tous.





Maximin.
L'an dernier, cette sportive du handisport faisait d6ej parties des
10 nomines. II n'a fallu que d'un tour pour qu'elle soit elue par
les press sportive et les instances du sport.
Les 10 nominees et le podium
Sarah Goujon (athletisme),
Alexandra Louis-Marie (es-
crime), Steeven Seloi (es-
crime), Clara Kichenama-
Gourouvaya (halt6rophi-
lie), Anne-Sophie Maximin
(handisport), Jordan Luce
(handisport), Mathieu Gi-
rier-Dufournier karate6),
Louca Jourdan (surf),
Anais Plaissy (voile), Eric
Baray (voile).
Le podium final :
1. Anne-Sophie Maximin
(handisport)
2. Alexandra Louis-Marie
(escrime)
3. Mathieu Girier-Dufour-
nier (karate) Fernand Nardy, karateka honored
pour son b6nevolat


d lIfilB'BCic~qfBHa ~'


6--


[ Ss UiSiVOIT I