<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00229
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: September 29, 2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00229

Downloads

This item has the following downloads:

( BRIDGECACHE )

( BRIDGECACHET )


Full Text
ine hebdomadaire d'information communist


Jeudi29Septembre2011 1 N 39 Martinique: 2,00 France: 2,40 DOM: 2,20
00p- Jeudi 29 Septembre 2011 91 me Annee N 39 Martinique: 2,00 E France: 2,40 E DOM : 2,20 E


AM.Antiste et Larcher
SlePPM~ tallie rs 'em par
perieipso leleer de pouvor


M6moire bu Peuple
1870-2011: I'insurection
du sud, commemoree
avec ferveur
Etats-Unis
L'execution du Troy
Davis, un nouvel acte
de barbarie






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Saka Pas ................. p. 2

E~ito ..................... 3
- Le vrai visage du capitalism

Luttef ociale ................ .
- Greve a I'Education national

Eco/ocial ................. .. 4
- Vers la rEforme des transports ?

Economie .................p. 5/6
- Exploration pdtrolire en Martinique
- Olivier Huyghes-Despointes

ocite .................. p. 6/7
- De profondes disparities

Emigration ................ 7/8
- Lutter centre les discrimination

Mimoireu F eufle ..........f. 8/9
- Insurrection du Sud

Politiue .................. 10/11
- M. Antiste et S. Larcher dlus

Crie Capitalifte..............f. 12
- La Martinique et les "pr'ts toxiques"

France ................... 12/73
- La droite fran;aise sur le grill

Notre Rigion ............... 1
- Braves regionales

Pan le Mone .............14/16
- LOccident appelle au secours
- Execution de Troy Davis
- Palestine : un moment historique

AnnornceU Liale ............ 17/19


"JUSTICE
Administration & R6daction:
T1. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. :05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : Guennasl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
L Te. :0596 73 1454


Renvoi e I'affire Fanon Aexand r au 26 mars 2012
Dans I'affaire de I'ancienne directrice des services du Conseil general, Frederique
Fanon Alexandre, poursuivie pour prise illegal d'interet et detournement de fonds
publics, la defense a reclame du temps pour attendre I'avis du Conseil d'Etat. Cette
affaire remote a 2008, date a laquelle un corbeau alerte la Justice sur une salaries
du Conseil general qui serait affectee au service de la directrice des services. Mon-
tee au creneau du president de I'epoque, Claude Lise, qui met en avant une delibe-
ration du Conseil general de 1992 placant un agent au service de Frederique Fanon
Alexandre. Au travers de cette affaire, Claude Lise voyait a I'epoque "[a 4ijme phase
de dichoukage", une maniere detournee de I'atteindre. L'avocat de Mme Fanon
Alexandre, le batonnier Eloidin, a declare A I'appui de sa demand de report que "fa
parole de la Cour rigionaCe des comptes est souvent sanctionnie par Ie ConseifdEtat".
Fort de ce constat, il attend que le Conseil d'Etat retablisse la victim dans ses droits,
car pour lui il n'y a pas de detournement de fonds publics. L'affaire est renvoyee au
26 mars 2012.

Des dipltmes universitaires Managers Oe rayon

Lan dernier, I'Universite des Antilles et le la Guyane et GBH ont initie un programme
de formation en alternance aux metiers de la grande distribution delivrant un dipl6me
universitaire de Manager de rayon (DUMAR), de niveau Licence (Bac+3), afin de rap-
procher le monde de I'enseignement et le monde de I'entreprise dans le but de pro-
fessionnaliser les formations des etudiants et favoriser ainsi leur employability. Les
20 6tudiants de la premiere promotion ont ete accueillis par un tuteur Manager de
rayon ou Chef de department au sein des magasins Carrefour et Mr Bricolage du
group GBH. 15 ont obtenu leur dipl6me, soit un tres bon taux de reussite de 75%.
14 sont en poste dans des entreprises de GBH aux Antilles-Guyane. Les laureats ont
requ leur dipl6me le vendredi 23 septembre, en presence de Pascal Saffache, Pre-
sident de I'UAG, et de Bernard Hayot, President Directeur General de GBH.
Un partenariat qui continue, puisque la selection des candidates de la deuxieme pro-
motion du DUMAR est en course en vue d'un demarrage du programme de formation
au plus tard en janvier 2012.

Attention la dengue

Dans son dernier bulletin du point epidemiologique relatif a la situation de la dengue
en Martinique I'agence Regionale de Sante announce un passage en phase 2, niveau
1, foyers isoles. Cela, suite A la decouverte d'un premier foyer de dengue qui a ete
identified en ao0t dans la commune de Sainte-Luce. Cela en depit du fait que durant
les 2 derniers mois, le nombre de cas cliniquement evocateurs de dengue est rested
faible. Ce sont 350 cas de dengue cliniquement evocateurs et 57 cas de dengue bio-
logiquement confirms qui ont ete releves par les medecins sentinelles. II en est de
meme pour les cas biologiquement confirms. Une mise en garde afin de prendre
les measures habituelles pour se proteger des moustiques porteurs de la maladie

L Martinique n'oublie pas Thierry Dot

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en
otage au Niger dans la nuit du 15 au 16
septembre, avec quatre autres Fran-
gais, un Togolais et un Malgache, em-
ployes des societes frangaises Areva et
Satom, par la branch d'Al-Qaida au
Magreb Islamique (AQMI), est soutenu
moralement par toute la Martinique, y
compris les militants communists et
leur journal Justice



Sqjou Wa6y 'ou k onwt pawuflkache
C'est dans la colere qu'on dit la verite
OOOOOOOOOOOOOOOOOIDOOOOOOOOOOOOOOOOOO OOOOOOO


I~ A~~rl.s~u~In~~~q~


[ $AKA v~s





htt:i//www.iournal-iustice-martiniaue. com


La "crise" revele le vrai visage 6u capitalism


Dans le Manifeste du parti communist, public en 1848, Karl
Marx annongait d6ja le phenomene de mondialisation que
nous sommes en train de vivre maintenant. Partant d'une
observation rigoureusement scientifique des grandes
phases de I'histoire de I'humanite jusqu'A I'epoque contem-
poraine, il arrivait en effet a la conclusion que la bourgeoisie
occidentale, alors en phase ascendante, allait etendre son
empire au monde entier, imposant le system capitalist A
tous les peuples de la planete. II affirmait aussi que la bour-
geoisie, perque comme une classes social revolutionnaire,
allait necessairement creer les conditions permettant au pro-
letariat -qui fait sa richesse- de la vaincre au moyen de la
lutte des classes, de lui imposer sa "dictature"dans la pers-
pective de I'instauration d'une society nouvelle, prospere et
heureuse, debarrass6e de toute exploitation de I'homme par
I'homme, sans classes social et sans injustice.
On sait comment cet ideal communist a impulse la lutte re-
volutionnaire au course du XXe siecle, en Europe d'abord,
puis en Asie, en Amerique Latine et en Afrique, le combat
contre la bourgeoisie se confondant dans les pays coloni-
ses avec celui mene contre le colonialisme et I'imperialisme.
La premiere grande revolution triomphante a donned nais-
sance A I'Union Sovietique, laquelle au lendemain de la Se-
conde guerre mondiale, a joue un role determinant dans la
lutte contre le camp capitalist, domine par les Etats-Unis, et
a contribute grandement a I'independance des peuples co-
lonises d'Asie et d'Afrique.
La derniere decennie du XXe siecle fut marquee par la chute
du mur de Berlin, le disparition de I'Union Sovietique et la
dislocation du "6bocsociaflste"Ces evenements furent inter-
pretes par les ideologues de la bourgeoisie comme la fin de
I'histoire et des ideologies, et le capitalism affirma plus clai-
rement que jamais sa toute-puissance et sa volonte de do-
mination plan6taire. Venue d'Angleterre et des Etats-Unis
d'Amerique, la doctrine neoliberale s'erigea en dogme, im-
posant, au nom de I'efficacit6 economique et de la moder-
nite, des politiques reactionnaires en reality : reduction du
r6le de I'Etat dans la conduite de I'economie, denationalisa-
tions-privatisations, casse des acquis sociaux, delocalisa-
tions pour reduire le coOt du travail, lutte implacable entire
les entreprises A I'echelle de la planete entire, avec elimi-
nation des faibles et fusion ou alliance strategique entire les
puissantes. Jamais la course au profit rapide et juteux n'avait
ete aussi obsedante. Dans le meme temps, dans ce monde
desormais globalise, on assisted au surgissement de "pays
,mergents"( Chine, Inde, Afrique du Sud, Bresil), avec les-
quels I'Occident se doit de computer.
En 2008, brusquernent eclata "1&crie", en provenance des
Etats-Unis. Une crise provoquee par le capitalism finan-
cier, qui fit trembler et continue de faire trembler le monde
entier, mettant en peril le present et I'avenir d'une grande
parties de I'humanite. La responsabilite des grands 6tablis-
sements bancaires est accablante dans cette affaire. C'est
que le capitalism financier, soucieux de s'enrichir sans
cesse et rapidement, privilegie la speculation au detriment
de I'investissement. Tout est matiere A speculation: les ali-
ments, les matieres premieres, les products financiers, les
monnaies, et maintenant les dettes des Etats, etc. La so-


phistication des
moyens modernes de
communication
confere un immense
pouvoir aux traders,
aux agents boursiers
qui en un clic peuvent
transf6err des millions
d'euros ou de dollars
d'un compete A un
autre, d'un bout A I'au-
tre de la terre. Les
m6dias, notamment
la television mais
aussi la radio et inter-
net, contribuent a
career un climate d'in-
certitude et de peur
qui favorite la cruise. II suffit que les m6dias se fassent I'6cho
d'une declaration un tant soit peu alarmiste de tel ou tel res-
ponsable politique ou economique pour que les bourses de-
gringolent aussit6t, quite a remonter le lendemain.
Le capitalism financier dispose par ailleurs de ses agencies
de notation qui font regner la terreur et imposent leur diktat
aux gouvernements, car on en est arrive malheureusement
A une tape de I'6volution de I'humanite o0 les Etats subis-
sant la loi des puissances financieres nationals et interna-
tionales.
La nouvelle phase de la "crise"frappe de plein fouet I'Occi-
dent, don't certain observateurs donnent le decline pour ine-
luctable, mais c'est le monde entier qui est 6branle et
menace, tellement les economies sont interd6pendantes.
Elle se manifesto par la montee du ch6mage et de la pau-
vret6, par des sacrifices inhumains imposes aux peoples,
singulierement aux classes moyennes et aux petites gens.
Les Etats-Unis, le pays le plus puissant de la planet, ont
une dette colossale & payer. En Europe, le pays le plus tou-
ch6 est la Grece, qui est A genoux, financierement 6tran-
gl6e, avec une dette impayable; mais, le sort du Portugal, de
I'Espagne, de la Grande Bretagne et de I'ltalie est A peine
plus enviable. Quant & la France, 6galement endettee, avec
ses principaux 6tablissements bancaires menac6s de fail-
lite, elle vient de prendre connaissance du plan de rigueur
concocted par le gouvernement. Et A I'approche de I'hiver, ils
sont des millions les chemeurs, les petits salaries qui ne sont
pas sOrs de manger, I'Europe ayant menace de cesser la
distribution de ses surplus alimentaires.
Que dire de notre Martinique, avec son ch6mage structure,
sa pauvrete croissante, sa vie chbre, ses in6galites criantes,
sa violence d6sormais endemique, sinon qu'elle est malade
aussi bien du system d6partemental-colonial que du capi-
talisme?
Le capitalism esi en train d'administrer la preuve qu'il n'est
pas I'avenir de I'Humanite. Plus que jamais s'impose la ne-
cessit6 de son d6passement, & I'echelle de la terre entire,
et de son replacement par un socialisme authentique, A
inventer.
M.Belrose


*--- I *~~mslnA~-~s


p T





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Premier movement social bans l'Eucation national


Les personnel contestant la politique destructrice du gouvernement
envers I'Education Nationale

Premier rendez-vous social de la rentr6e: le movement de
greve dans I'Education national le mardi 27 septembre a I'ap-
pel de plusieurs centrales syndicales en France et relay en
Martinique par la majority des organizations syndicales de
I'Education national (SE UNSA, SMPE CGTM et FSU). Les
syndicats protestent contre les mauvaises conditions de scola-
risation et de travail engendrees en cette rentr6e par la pour-
suite de la politique gouvernementale de suppression de
postes. Ainsi, le minister de I'Education national prevoit
14.000 suppressions. Quant A I'acad6mie de Martinique,elle


"pourrait ainsi "rendre entire 200 et 250 postes en 2012". Les
consequences de cette politique de "digraissement du mam-
mouth" se traduisent d6ej par des fermetures d'6coles, de
classes une offre de formation r6duite, la baisse du taux de
scolarisation en maternelle et des jeunes entire 15 et 19 ans,
une surcharge des classes, des conditions de travail degrad6es
pour les 616ves et le personnel, et I'impossibilit6 de prendre en
charge les 616ves les plus en difficult ou en situation de han-
dicap, s'indignent les syndicats. "Ces measures n'ont qu'un seur
o6jectif: (a realisation ad'conomies pour comblerdes deficits, don't
ne sont nulfement responsabies ni (es iheves, ni Ces travaifleurs de
'Education national, au detriment dun service public fd'duca-
tion de quatit", s'emporte le SMPE CGTM.
C'est pour dire non a cette politique budg6taire de misere que
les syndicats revendiquent "une autre pofitique iducative". Ils
exigent I'arr6t des suppressions d'emplois, une autre logique
pour le prochain budget et une transformation d6mocratique du
syst6me 6ducatif afin d'assurer la r6ussite de tous les 616ves.
Les syndicats enseignants se sont donn6 rendez-vous devant
le rectorat pour faire entendre les revendications des person-
nels de I'enseignement.
Selon le SMPE CGTM par la voix de Gabriel Jean -Marie,
"Certes, unejournie ne suffira certainement pas pourfaire recufer
e gouvenement. 9Mais une participation massive constituera un si-
gnaffort en direction du gouvernement et offrira de nouveles pers-
pectives aux travailleurs de ce secteur".


I L ,


Vers une reform aes transports ?


un iransporn marinme aigge a un service puoilc lei est I un aes cnailenges
de ce comit6 de pilotage

La question du transport dans notre pays est un veritable ser-
pent de me. Un parc automobile qui ne cesse de gonfler et des
usagers de la route de plus en plus englues dans les embou-
teillages, en depit des'quelqles ameliorations apportees au re-
seau routier. Le project .du transport en site, propre est en
march, mais ne r6soudra pas 6 lui seul la problematique des
deplacements. Par le passe, plusieurs initiatives ont 6te prises;
on a vu certes apparaTtre dans les tissus communaux et les


groupements communaux des organizations de transports qui
fonctionnent. Toutefois, a cause de la multitude des acteurs,
cela reste un vrai casse-tete pour les elus et les Martiniquais.
A I'initiative du Conseil regional, un comit6 de pilotage compose
de I'Etat, du d6partement, de la communaute de I'espace Sud,
de la Cacem, de la communaut6 des communes du nord de la
Martinique, des chambres consulaires et du syndicate mixte du
transport en site propre, a vu le jour mercredi le 21 septembre.
L'objectif est de doter la Martinique "dun transport structure et
efficace" en organisant un service "collectifecologique, multi-
modal, accessible partout et par tous". Pour I'heure, la mission.
de ce comit6 de pilotage est de "mener des reffexions pour une
mise en action de ce qu'iffaut faire de manijre concrete". On
s'acheminera vers une refonte complete des transports de pas-
sagers et de marchandises en Martinique, sur terre et par voie
maritime, nous promettent les initiateurs. Car selon les promo-
teurs "On a tous fes outils pour mener a bien cette reform des
transports". Parmi les idees avanc6es, la reconnaissance du
transport maritime, avec le lancement d'une delegation de ser-
vice public dans la baie de Fort-de-France. Reste la question
des professionnels en tout genre qui vivent du transport et qui
revendiquent d' etre associes A I'operation.
'Attendons voir si ce n'est pas un 6nieme coup de communica-
tion.


IFfII 'nI-1.If


I ~;~~ ;;;;---:-:::-:::::::::::::::::---~~^~`~~ ;;;~~ ~~~~~~~~~~~~"~~~~~~~~


LmTES flSlOIALE





httDp://www.iournal-iustice-martiniaue. com


Exploration petroliere en Martinique au point mort: W'autres que

nous accaparent te pouvoir ae decision


Nous avons fait 6tat de la decouverte en Guyane d'un gisement
d'hydrocarbures par un consortium Tullow Oil-Total-Shell- North
Pet, a savoir "des reservoirs gr6seu_ impregnis dlhydrocarbures
liquides"(Justice n 37 du 15/09/2011). Et nous avons pose la
question de savoir si cette decouverte profiterait aux Guyanais.
Notre confrere France-Antilles du 13 septembre dernier re-
vient sur le sujet en posant la Une la question : "Pitrole Et
nous... Qu'en est-i des recherches mendes depuis des annies par
une society americaine (...)"
L'article signed Cecile Evrard de6oit le lecteur. II est titr6 "Chez
nous, Ce pitroCe et [e gaz restent aufondde Ceau".
Le journal resume : "Tne society amiricaine s'intiresse depuis
plusieurs annies aux richesses de nos sous-sofs marines. Apres Ca
diCivrance dfun premierpermis aujourdthui epird, PSyM demand
maintenant son renouvellement. Mais Ce verdict de Cadministra-
tion sefait attendre".
L'article rappelle qu'il est fort possible qu'il y ait des milliards de
metres cubes de gaz natural dans la zone economique exclu-
sive de la Martinique. Cela resulte de campagnes sismiques
datant de la fin des annees soixante-dix et des connaissances
geologiques r6centes.
La society RSM Production Corporation, filiale de Grynberg
Petroleum basee dans le Colorado (USA), avait obtenu un per-
mis de recherche exclusif de 5 ans du MinistBre francais de I'ln-
dustrie le 5 ao0t 2004. Les elus martiniquais n'avaient pas ete
consults et avaient appris la nouvelle en lisant France-An-
tilles!
Ce permis dit "permis Caravelle"accordait une surface 6 explo-
rer de 24 000 km2 et autorisait RSM a effectuer une champagne
sismique pour echographier le sous-sol et, le cas echeant, ef-
fectuer des forages d'exploration. A ce jour, pour des raisons


pas claires, ces campagnes n'ont pas ete realisees. En 2009 la
society RSM a demanded le renouvellement du permis, cette
fois pour 10 500 km2. Et cette demand serait toujours en course
d'instruction aupres du minister de I'industrie. Et aucune raison
de ce delai n'est donnee en dehors du fait qu' il s'agit de "pro-
cidures difficiles" parce qu'il s'agit d'un "zone qui n'est pas du
tout exploree"
En d'autres terms, les interets martiniquais sont bafoues.
Le meme dossier de France-Antilles public une interview de
Christiane Taubira, deputee de la Guyane. Elle rappelle que
malgre de nombreuses presentations d'amendements pour
creer une fiscalit6 sur I'activite petroliere au benefice des col-
lectivites regionales d'outre-mer, elle s'est heurtee a un refus
total de Bercy ministere frangais des Finances). De m6me elle
n'a pu obtenir une "habiiitation miniere"dans le cadre de la loi
sur le Collectivite unique en depit du dep6t d'un amendment.
Christiane Taubira conclut : "C'est d (a RLigion (Guyane, NDL(r)
defaire le forcing pour ricupirer la competence Lattribution du
titre d'exploitation. Malheureusement, sa creation est entachie
parses discours refusant les responsabilitis qu'offrait Carticle 74 ".
Et elle denonce la politique actuelle par cette formule saisis-
sante : grandss projects exogpnes, grands risques, gros disastres,
miettes locales".
La vraie lecon en Guyane comme en Martinique, quels que
soient les choix en matiere d'exploration petroliere, c'est que
nous ne detenons pas les veritables leviers du developpement.
Ceux qui ont enkaye nos pays dans I'article 73 ont pris une
lourde responsabilit6 historique.
La question de la conqu6te de I'autonomie se pose chaque jour.
Donc le combat continue.
Michel Branchi


Olivier Huyghes-Despointes (Contact-Entreprises) : es capitalistes

martiniquais "ont retire teurs biUes"


Si I'on en croit Olivier
Huyghes-Despointes,
president de I'association
patronale Contact Entre-
Sprises, cit6 par France-
Antilles (13/09/2011), le
montant des investisse-
ments priv6s (entreprises
et particuliers) s'est Blev6
300 millions d'euros
chaque annee de 2004
2008.
Durant les ann6es 2009
et 2010 les investisseurs
auraient retirei feurs
SbilCes" et les 300 millions
Olivier Huyghes Despointes d'euros ne sont plus in-
d'euros ne sont plus in-
ject6s dans I'6conomie. L'information aurait 6t6 donn6e par le
Directeur de 'IEDOM, a rapport Olivier Huygues-Despointes.


II remarque que ces 300 millions d'euros annuels depassent
"de loin" les 106 millions d'euros du plan de reliance regional
sur trois ans.
II a declare : litteralement: "ln chiffre Ceprouve. ICn'est pas tres
connu et c'est regrettable car c'est viritablement un chiffre cli.
C'est ie directeur des'etudes de CfEIDOM Martinique, qui Cavait
rendu public le 26 novem6re dernier fors du colloque "ICes Eco". If
s'agit des 300 millions d'euros qui itaient injects dans C[conomie
martiniquaises a peu pros chaque annie de 2004 d 2008 d travers
Ces investissements des particuliers et des entreprises. Ce chiffre de
300 millions deuros est d compare par exemple avec les 106 mil-
lions d'euros investis par (a Rigion dans son plan de reliance, sequel
rappelons-le, s'itate sur3 ans E/ bien en 2009 et en 2010, ces 300
millions ont disparu en mime temps que la confiance qui motivait
pricidemment ces agents iconomiques, cettefameuse confiance,
moteur de la croissance et donc de la creation d'emplois...


* Inr~Bhr~m~~~~ 0-


E/~oI I






http://www.iournal-justice-martinique.com


Effectivement M. Philippe La Cognata, le Directeur de I'IEDOM,
n'a cess6 de repeter que si le secteur prive ne prenait pas le re-
lais, la reliance regionale ne suffirait pas pour retrouver la "crois-
sance". Car I'investissement prive joue un role plus important
que I'investissement public dans notre 6conomie. Cela confirm
ce que nous avons constamment avance, A savoir que le plan
regional d'urgence ne peut a lui seul "relancer" I'6conomie et
creer les 5 000 emplois promise.
Les capitalistes martiniquais don't les profits ont augmented
considerablement au course de la decennie 2000, ainsi que I'ont


revele le Pr Olivier Sudrie, conseiller de la CCIM, et le recent
rapport du cabinet Syndex, sont face A leurs responsabilites.
Une decennie qui a vu augmenter les inegalites sociales, la pr6-
carite de I'emploi et la pauvrete en Martinique.
Les representants de I'oligarchie ont all6gue en 2009 le debat
sur I'article 74 et le rabotage de la defiscalisation de la Lodeom
pour expliquer leur attentisme. Aujourd'hui, c'est quoi ? Les
groves, le nouveau rabotage de la fiscalite specifique a I'Outre-
mer (suppression de I'abattement de 30 % sur I'imp6t sur les
benefices) ?
A.G


Martiniquaises W'hier et W'aujourb'hui: Une place granaissante bans

une society marquee encore par be profonbes aisparites


L'lnstitut de la Statistique et des 6tudes economiques
(INSEE) a public en juin dernier une utile et interessante
6tude sur l'6volution de la place des femmes dans la so-
ci6t6 martiniquaise entire 1974 et 2007, soit sur 35 ans.
' Ralisee par Catherine Armelle, charge d'Etudes, et Xavier
Paraire; charge de I'expertise du march du travail, i'etude s'ar-
ticule en trois chapitres:
1) Les fernmeS, un regard sur es 35 anees passees ;
2) Une presence mieux affirm6e sur fe-warche du travail;
3) Des difficulties persistantes.


QueUe evolution bepuis 35 ans.?
Bien entendu, les femmes sont plus nombreuses a la fin de la
period observee (1974/2007), :soit 212 800 femmes centre
167 000. La population martiniquaise est majoritairement f6mi-
nine, a 53,5 %. La population feminine est aussi vieillissante
(16 % de plus de 65 ans en 2007 centre 7,5 % en 1974),
comme le reste de la population..
Les femmes agees sont de plus en plus isolees : 38 % des 9
500 femmes de plus de 80 ans vivent seules en 2007 centre
30 % en 1074. Elles sont quatre fois plus nombreuses qu'il y a
35 ans Et la tendance va se poursuivre A I'horizon 2040 oO
elles seront 31 600.
D'une maniere general, il y a trois fois plus de femmes seules
qu'en 1974 : 23 700 femmes seules et sans enfants en 2007
centre 7 200 en 1974.
Autre element, plus encourageant celui-l : les Martiniquaise
sont plus diplemees : En 2007, six femmes de 25 & 34 ans sur
dix detiennent le bac ou un diplome de I'enseignement supe-
rieur En 1974, seule une femme de cette tranche d'age sur dix
possedait au moins le baccalaureat.

QueUe est I'evolution aes femmes
sur Ie plan bu travait ?
Selon I'NSEE la "croissance de 'emploi"profiterait aux femmes.
Entre 1974 et 2007, I'emploi en Martinique a augmented de
69 %. Le nombre de femmes ayant un emploi a, lui, augment
de 110 % alors que celui des hommes n'a cru que de 41 %. In-
contestablement il s'est produit une feminisation du monde du
travail. A titre d'element de comparison, en France, I'augmen-
tation de I'emploi feminin a ete moindre, soit de 55 %. Ainsi 48
femmes de 15 A 64 ans sur 100 exercent une activity profes-
sionrielle en 2007 centre 36 femmes sur 100 en 1974.
Alors que I'economie martiniquaise s'est tertiarisee, les femmes
sont majoritaires dans le secteur des services. Leur nombre a


ete multiplied par 2,5 dans le tertiaire depuis 1974. L'INSEE es-
time que la tertiarisation aurait "favornse 'insertion profession-
netfe desfemmes". En outre, la generalisation des dipl6mes a
permis auwfemmes martiniquaises d'acceder A des postes plus
qualifies : trois fois plus de femmes sur des postes interme-
diaires et dix fois plus de femmes cadres en 35 ans C'est que
Ie niveatsde, formation des femmes s'est considerablement
ameliore.-Atite d'iltustration de cette evolution, indiquons qu'en
1974 90 % des femmes en emploi n'avaient aucun dipl6me, en
2007, elles sont moins de 30 % ; de meme, aucune femme en
emploi ne detenait de dipl6me bac + en 1974, en 2007 elles
sont plus de 32 %.
Enfin la population feminine en emploi vieillit comme I'ensem-
ble de la population en emploi.

De fortes bisparites frappant tes femmes bans un
context global be precarit6 6'emploi
On le sait, seuls 49 Martiniquais en Age de travailler (15/64 ans)
sur 100 sont en emploi centre 64 Francais. Mais les Martini-
quaises de 15 & 64 ans ne sont que 47 sur 100 & travailler
contre 52 sur 100 pour les hommes martiniquais.
De meme les femmes sont:
- plus souvent au ch6mage : taux de ch6mage official de 22,3 %
en 2007 centre 20 % pour les hommes ;
- plus longtemps au ch6mage : 77 % des femmes au ch6mage
sont en ch6mage de longue duree (depuis au moins un an)
contre 67 % des homes au chomage ;
- plus nombreuses dans le "ialo"du ch6mage qui designe les
personnel desirant travailler mais classes "inactives"au sens
de la definition du Bureau International du Travail (BIT) : 8 %
des femmes de 15 6 64 ans contre 6 % d'hommes. II s'agit de
travailleurs decourages non recenses parmi les demandeurs
d'emploi inscrits au pole emploi;
- plus penalisees du fait du phenomene de la monoparentalite.
On sait que 4 families sur 10 en Martinique sont monoparen-
tales et que dans la majority des cas, elles sont dirigees par
une femme. Le taux d'emploi des families monoparentales de
15-54 ans est de 53 %, alors qu'il est de 67 % pour les cou-
ples. Et cela est pire quand les families monoparentales ont de
jeunes enfants (taux d'emploi de 34 %);
- limitees 6 un plus faible nombre de metiers que les hommes,
alors qu'elles ont majoritaires dans 32 families professionnelles
sur 86 : 46 % des femmes travaillent sur 8 metiers;
- moins reconnues malgre leurs dipl6mes : leur taux d'emploi
est inferieur A celui des hommes a la plupart des niveaux de


p 111! 1I ,,1 1. =. I I 1


[ E vfo/


50CIE'TE





http://www.iournal-iustice-martinique.com


formation (sans diplome ou CEP ou BEPC, CAP et BEP et Bac-
calaur6at). II n'y a que pour le niveau Bac + 2 ou dipl6me su-
p6rieur qu'elles font jeu 6gal avec les hommes.
Malgr6 de grands progres r6alis6s depuis les 35 dernieres an-
nees, la situation des femmes martiniquaises est marquee en-
core par de grandes disparit6s dans une society de ch6mage
massif et de profondes inegalit6s qui vont en s'aggravant.
Seul le combat commun des hommes et des femmes peut s'at-
taquer aux maux du mal-d6veloppement colonial et de I'exploi-
tation capitalist par la conqu6te d'un vrai pouvoir martiniquais.
Et ainsi avancer vers une vraie parit6.


Michel Branchi


L'INSEE announce un dossier a venir sur la parity
Hommes/Femmes en Martinique :
> Evolution de la population feminine
> Egalit6 professionnelle
SArticulation des temps de vie
> Parite et acces aux responsabilites
SAcces aux droits et respect de la personnel


Comment butter centre les aiscriminations qui frappent tes ressor-

tissants 6e "t'Outremer" en France ?


Lors de la Fete de I'Humanite 16-17-18 Septembre 2011 au
stand Nouvelles etincelles co-organise avec Justice s'est
tenue une conf6rence-debat sur le theme 'Egafit- des
chances, sodarit ou respect des droitsfondamentau.r: Comment
[utter contre es discrimination quifrappent Ies ressotissants de
"routremer ou "des outremers" comme on dit maintenant- en
(France ?"
Notre redacteur en chef Michel Branchi a fait la contribu-
tion suivante :


1) Quele ogaUt6 bes chances ?
Egalite entire ressortissants d'outre-mer ou entire ressortissants
d'outremer et Frangais ? A I'evidence pour ceux gui emploient
ce concept, il s'agit d'assurer, d'6tablir ou de retablir I'egalite
entire les originaires des pays de I'Outremer et les Francais.
Les chances, ce sont les possibilities pour chacun d'acceder A
un certain nombre de biens communs comme 1'6ducation, le
logement, I'emploi, certes, mais aussi la dignity, le respect, la
consideration, la promotion social, etc. On postule qu'il faut
eliminer les obstacles existants, decoulant soit de la situation
d'inegalit6 provenant de I'histoire, soit des pr6jug6s. La ques-
tion est posee : Pourquoi ces inegalites entire Guadeloupeens,
Martiniquais, Guyanais et Reunionnais d'une part et Frangais
d'autre part ?
L'Histoire ? La colonisation et I'esclavage ? Le sous-develop-
pement ?
Oui, bien entendu.
Mais il ya egalement les conditions de I'emigration en France
dans les annees 1960-1970 (annees Bumidom). Et celle qui se
pursuit avec I'accentuation de la crise en Guadeloupe, Marti-
nique et les autres DOM avec LADOM : depart de jeunes, re-
tour de retraites et afflux de Frangais dans nos territoires.
Resultat : vieillissement accel6r6 de la population, en Marti-
nique notamment.
Pour eliminer ces obstacles, il faut done les identifier et en de-
terminer les causes.
L'inegalite des chances a des causes anciennes et r6centes
sur lesquelles nous devons agir et nous mobiliser.
Par example : Pourquoi le taux de ch6mage parmi les origi-
naires est plus elev6 que dans le reste de la population en
France ? Manque de competences ? Manque de relations ?
Racisme ?
Si le niveau de formation est inferieur, pourquoi ? Le fait de re-
sider dans certain quarters en France qui reproduit I'insuffi-
sance de formation. Et pourquoi les Antillais sont concentr6s


gP&TI COMM 41 TIfT _'1UlM
FONDE A C/-P Si-iR.E BELL
LU 30 MARS 1958

bL & AU


-7



Un debat anim6 lors de la Fete de I'Humanit6
dans certaines zones ?
Autre problem et pas le moindre : minorities visible et.minori-
tes invisibles ? En d'autres terms, la question de la couleur de
la peau dans un pays p6tri par des siecles de prejuges inf6rio-
risant la race noire. On voit bien que la reconnaissance de I'es-
clavage comme crime centre I'humanite, si elle a constitute un
enorme pas en avant, n'a pas regie la question. La question de
I'esclavage commence B peine a 6tre abordee dans les ma-
nuels scolaires. La source du racism ordinaire reside dans le
discours developpe dans les m6tropoles coloniales pour justi-
fier I'esclavage et la colonisation. Aujourd'hui encore, une par-
tie de I'opinion frangaise refuse ce qu'elle appelle la
"repentance"et veut croire aux "6ienfaits"de la colonisation.
II faut une politique determinee pour amener le people frangais
a faire son devoir de memoire et ainsi exorciser les vieux de-
mons toujours vivaces. II faut lutter au quotidien contre les cas
de racism en utilisant tous les moyens legaux : Halde, etc.

2) La soUbarite
C'est le principle sur lequel doivent s'appuyer les pouvoirs pu-
blics en France et les autres acteurs sociaux pour combattre
les in6galites selon I'origine.
Pour que le people frangais accepted l'idee de solidarity pour
progresser vers I'egalite des chances avec les ressortissant de
I'Outremer, il faut qu'il soit penetre qu'il ne s'agit pas seulement
d'une obligation morale, mais aussi d'un moyen d'amiHorer le
vivre ensemble avec des personnel qui sont reellement ses
egaux. Des Guadeloupeens, des Martiniquais qui aussi ont leur


-4HIF eudi pembrSSuSS39 Page 7


E if mI I






http://www.ioumal-iustice-martiniaue.com


identity et leur culture propre forgoes par I'Histoire et qui en font
des peuples. On ne peut lutter lucidement que si on sait qui on
est et d'oO on vient. La question identitaire est eminemment
central.
Ici nous retrouvons les droits fondamentaux proclames dans la
Constitution frangaise. Droit au travail, droit a I'education, droit
A la sante, droit au respect de sa culture, etc.
Nos compatriotes doivent exiger le respect de ces droits qui
sont le resultat de luttes aussi bien de nos ancetres que des
masses populaires en France meme.
Nous savons que nous vivons une epoque oO partout dans les
pays capitalistes developpes, sous I'influence des idees neoli-
berales, les dr6its sociaux sont remis en cause au nom de la
rentabilite, de la flexibility, de I'adaptation a la mondialisation
capitalist, pour eradiquer la dette, etc. En France, la bour-
geoisie (droite et Medef) a decide d'eliminer toutes les avan-
c6es du Conseil national de la Resistance: retraites, education,
indemnisation du ch6mage, logement social, etc. Pour 6chap-
per A la crise capitalist, elle veut en reporter les effects sur le
people travailleur au moyen de politiques d'austerite renfor-
cees.
Dans ce context de ch6mage et d'accroissement des inegali-
tes de toutes natures, la situation de ce qu'on appelle pudi-
quement les minority visibles" et des originaires d'Outremer
ne peut 6tre que plus difficile compete tenu de la fragility de la si-
tuation de nos compatriotes et de la resurgence des prejuges
negatifs.


3) Comment agir ?
II faut A la fois mener des actions de soutien aux compatriotes
dans la detresse en utilisant et en activant les moyens existants
: case social, Ladom, municipalities, etc.
II faut lutter pied a pied centre les cas de discrimination racistes.
Et faire respecter les droits fondamentaux de cette Republique
frangaise.
Mais on ne peut pas ne pas se poser la question de savoir si les
ressortissants de I'Outremer doivent ignorer que, pour une
large part, leur situation et les probl6mes qu'ils rencontrent de-
coulent de la politique reactionnaire du pouvoir en place.
Autrement dit, les originaires d'Outremer ne peuvent 6tre ab-
sents des luttes sociales et politiques des forces de.progres de
France.
De meme, nos compatriotes ne doivent pas oublier que leurs
difficulties, I'obligation de leur venue en France ont pour princi-
pale cause la politique colonialiste de I'Etat francais qui a fait de
nos pays des territoires de ch6mage et de non production. Des
pays sans reelle capacity collective d'agir vraiment contre le
sous et le mal-developpement dans le cadre du statut neoco-
lonial de I'assimilation (article 73). Et cela, malgre le passage a
la Collectivite unique en Martinique en 2014 qui constitute une
avancee reelle. La Martinique present encore les traits d'une
colonie, une colonie de type particulier mais une colonie.
Nous pensions que, contrairement aux apparences, la lutte
contre les discrimination qui frappent les ressortissants de
I'Outremer en France va de pair avec la lutte pour un vrai pou-
voir de decision dans leur pays d'origine.
17/09/2011 Michel Branchi


N MIR P- IPEUL


1870-2011 : L'nsurrection bu Sub commemor6e avec ferveur.


De nombreux martiniquais avides de s'iipr6gner de leur histoire


Durant trois jours, du jeudi 22 au samedi 24 septembre, les
organizations dites patriotiques ainsi que la municipality
de Riviere Pilote se sont mobilisees pour faire de la com-
memoration de I'lnsurrection du Sud une manifestation po-
pulaire et de grande ampleur. Fortement mediatisee, elle a
rassemble un grand nombre de nos compatriotes autour
d'un programme particulierement riche.
C'est & Riviere Pilote, commune qui fut au centre des 6vene-
.ments qu'ont eu lieu le jeudi 22, au march couvert, les c6re-
monies officielles d'ouverture des manifestations. Elles devaient
se poursuivre le vendredi 23, par un hommage aux principaux
acteurs de la revolte. A partir de 17 heures, c'est au son des
conques de lambis qu'ut defile empruntait les rues de la com-
mune, s'arrdtant 6 chacun des lieux symboliques pour d6voiler


une plaque commemorative. D6sormais la place central du
bourg portera le nom de Rosanie Soleil, tandis que la Maison
des associations prendra celui de Lumina Sophie.
La commemoration s'est poursuivie le samedi 24, A Fort-de-
France, avec la pose d'une stele et le dep6t d'une gerbe A Des-
clieux oi furent fusilles, le 25 novembre 1871, cinq des acteurs
de ce movement. Dans I'apres-midi, des marches A travers
les campagnes de Rivi6re-Pilote ont permis A la population ru-
rale de revivre cette page si important de I'histoire de notre
pays don't plusieurs episodes se sont deroules dans leurs quar-
tiers.


Septembre 1870 sous les regards croises bes historians
Car tel etait le but essential de cette commemoration don't le
point d'orgue fut la rencontre entire les historians, a la salle Lu-
mina Sophie, le vendredi soir. Intitulee Regards croisis d'Aisto-
riens sur septem6re 1870", devant une salle bondee, et en
presence de nombreux descendants des acteurs de la revolte,
elle fut I'occasion pour chacun d'eux d'evoquer un aspect par-
ticulier de cet evenement. Ou de confronter son point de vue
avec celui de ses autres confreres. Plus de trois heures d'ex-
poses et de debatslres instructifs animes par des specialistes
de I'histoire de notre pays, tels Marie-Helene L6otin, Armand
Nicolas, Gilbert Pago, Jean-Louis Fonsat et Richard Chateaux-
Degat et' qui permirent A I'audifoire tries nombreux et particulie-
rement attentif de s'impregner de la dimension historique de
I'evenement.
A cette occasion, le moderateur rendit un vibrant hommage 6
Armand Nicolas pour ses recherches sur I'histoire de notre
pays.


--------------I *rFFhl~pm~C ~ ~ --------


Emf ,ZA TIO





htti://www.iournal-iustice-martinique.com


Plusieurs lieux et edifices ont et6 baptises des noms des insurg6s de 1870
a Rivibre-Pilote

Ainsi, Marie-Helene Leotin s'appliqua & brosser le tableau de
la situation economique et social de la Martinique en 1870,
c'est-a-dire 22 ans apres I'abolition de I'esclavage. Un pays tou-
jours tenu par les anciens maTtres et don't I'economie est do-
min6e par la culture de la canne en pleine mutation avec la
construction des usines centrales. C'est en effet de cette
epoque que prend naissance dans le nord et le centre le capi-
talisme usinier, marque par la concentration des exploitations
agricoles au profit de quelques grandes families bekees, tou-
jours nostalgiques de I'epoque esclavagiste. Alors que le sud
restait une region de petite paysannerie.
Elle montra comment cette plantocratie avait profit de la chute
de la 2ieme Republique, suite au coup d'Etat de Louis-Napo-
leon du 2 decembre 1851, pour renforcer I'exploitation des tra-
vailleurs, aidee par une justice a son entire devotion avec la
condemnation A cinq ans de reclusion, de Lubin par un tribunal
qui avait refuse la presence de Noirs parmi les assesseurs.
C'est d'ailleurs ce racism illustre par les provocations du beke
Cod6 qui se vantait d'avoir eU la peau de Lubin qui avait port
a son paroxysme le desir de vengeance de la population.
Dans son expose, Armand Nicolas, ainsi que d'autres inter-
venants insisterent sur la volonte du pouvoir colonial d'imposer
le silence sur les combats de nos anc6tres centre I'oppression.
Tous eurent A coeur de livrer au public des cl6s pour une meil-
leure comprehension de ces evenements qui ont embrase le
sud et le centre du pays.
Pour tous les intervenants, I'affaire Lubin ne fut que I'etincelle
qui mit le feu aux poudres. D'autant que, pas tres loin de la Mar-
tinique, de nombreux ev6nements (troubles & Porto Rico,
guerre de Secession et abolition de I'esclavage aux Etats Unis)
alimentaient cette soif de justice chez les plus eclair6s.
Armand Nicolas souligna le sens profound de:cet ev6nement
qui, selon lui, marquait d6ej la volont6 des masses miserables
de refuser I'exploitation capitalist renforcee par les measures
scelerates imposees par I'amiral Gueydon, entierement acquis
a la cause des bekes. C'est en effet I'6poque oO, pour disposer
d'une main-d'oeuvre bon march, le gouvernement autorise
I'importation des "Congos"d'Afrique et de travailleurs Indiens
r6duits pratiquement en esclavage et qui prirent une part ac-
tive A I'insurrection. S'il reconnaTt le caractere spontane de I'in-


A LA MEMOIRE DE SOPHIE LUMINA DITE SURPRISE.
HEROINE DE L'INSURRECTION DU SUb
DE LA MARTINIQUE DE 1870


Id, vous Ates sous le regard ardent de Lumina Sophie dite Surprise.
Figure de proue des femmes insurg6es et condamndes,

Femme de caractare n6e en 1848, Marie Philombne Roptus de son
nom d'itat civil est couturlbre. Au moment de I'nsurrection,
elle est Agee de 22 ans.

Enceinte pendant I'nsurrection, sa combatlvite ne sera pas pour
aptant ebranlee.


Une stele en hommage aux fusilles & Desclieux (Fort-de-France)
iistoire et une riposte a la volonti du pouvoir colonialf'imposer
le silence sur les causes profondes de cette insurrection en mettant
en avant la bar6arie de ses acteurS' et de souhaiter que l'6voca-
tion de tous les ev6nements important de notre histoire s'ins-
crive dans la problematique de I'emancipation et de la
rehabilitation de I'homme noir. Ce fut, en verite, une.helle legon
d'histoire, un pas de plus dans la connaissance de notre passe
encore trop ignore.
Signalons que deux publications ont permis de faire le point sur
cette important periode de notre histoire. II s'agit d'abord de la
brochure d'A. Nicolas, I'nsurrection du sud de 1870" et
celle, plus recent de G. Pago intitulee L'insurrection de
Martinique, 1870-1871".
G.Erichot


J 'h 29 Sepebe 01s '3 -Pg -


surrection,il signal que son principal animateur, Louis Telga
portait des idees "rovolutionnaires"en proposant le partage des
grandes proprietes au profit des travailleurs.
II insist aussi sur le r6le de I'elite noire et des jeunes qui par-
couraient les campagnes pour mobiliser la population en vue de
la revision du jugement condamnant Lubin et pour lancer des
appeals au soulevement. Et d'insister sur I'importance de la
connaissance par le people de son histoire pour mener une
lutte eclairee contre tous les aspects du colonialisme.
Lui aussi montra comment cette plantocratie aidee par une jus-
tice a sa devotion qui avait refuse la presence de Noirs comme
assesseurs, avait injustement codamne Lubin & 5 ans de re-
clusion. C'est d'ailleurs ce racism illustre par les provocations
du beke Code qui se vantait d'avoir eu la peau de Lubin qui
avait port & son paroxysme le desir de vengeance de la po-
pulation.
Quant A Gilbert Pago, il mit en exergue la place considerable
tenue par les femmes dans la popularisation de ce movement,
comme dans celui de fevrier 2009. Ce sont elles, menees par
Lumina Sophie, alors enceinte, Rosanie Soleil et par Madeleine
Clem qui avaient organism la mobilisation en vue du proces en
appel puis se sont jointes aux homes pour venger Lubin en ih-
cendiant les habitations. Ce sont elles qui ont participe & la cap-
ture et A I'execution de Code. Apres la defaite des insurges,
elles furent jugees aussi sev6rement que les hommes par un
tribunal de guerre. A I'exemple des 13 femmes lourdement
condamnees et parmi elles, Lumina Sophie, separee de son
nouveau-ne interned au Fort Saint Louis et qui fut envoyee au
bagne de Cayenne oO elle mourut sept ans plus tard. Une re-
pression si feroce que plusieurs des personnel recherchees
s'exilerent ou durent changer de nom.
Pour Richard ChAteau D6gat, la commemoration des 6vene-
ments de septembre 1870 est "un acte de ricupiration de notre


WMIR I FEP L I


L





http://www.ioural-iustice-martiniaue.com


Les grants Rlecteurs ont choisi Antiste et Larcher. Et maintenant ?


Maurice Antiste, maire et conseiller regional du Frangois, a et6
elu des le premier tour tandis que Serge Larcher, senateur sor-
tant, a remporte le second tour des elections senatoriales du
dimanche 25 septembre & Fort-de-France. "La machine du clan
dominateur a marchi, selon les propos du senateur sortant,
Claude Lise, qui a ete battu. La nouvelle configuration senato-


seule la conscience des grands ilecteurs doit primer".
Apres la confrontation serree du ler tour A I'issue de laquelle
Serge Larcher avait obtenu 386 voix centre 313 pour Claude
Lise, les deux protagonistes devaient s'affronter lors du second
tour. C'est avec 478 (+ 88) voix centre 326 (+ 16) pour Claude
Lise que Serge Larcher remportait le second siege.
Certains grands electeurs ont ete plus sensibles au movement
politique detenant le pouvoir dans les deux collectivites ma-
jeures.
La sortie de Delepine et I'opposition du balisier du Marin ne sont
sans dniitn nac Atranners mai qpnnnd tnur imnns A R Sero L ar-


Les ueux represenmans maruniquals au oenai


riale a confie desormais les renes du pays au group dirige par
Serge Letchimy.
Arrives en rangs serres A I'instar de I'armee romaine, les 420
membres de "Ensemble pour une Martinique Nouvelle",
compose de 9 groups ont fait une demonstration de force.
C'est sans surprise que quelques heures plus tard Maurice An-
tiste recueillait sur son nom 425 voix et a reussi son pari, dans
une election pour laquelle tous les pronostics le donnaient ga-
gnant. "Sajoie s'est teintie de tristesse"car il a regretted que "Ie
tandem ait quecques petits rats au premier tour" en parlant du
ballotage de son "ami"Serge Larcher.
II etait done le seul a recueillir la majority absolue. Un second
tour etait done necessaire pour designerJe second senateur de
la Martinique.


La foule des grands electeurs a la prefecture


cher qui, A ce moment, a fait le plein de voix de son camp en
obtenant toutes les voix du goupe "Ensemble pour une Mar-
tinique nouvelle". Serge Larcher s'est felicit "d'avoir 6attu
un dissident T(PM". Choquant de la part d'un PPM de si fraTche
date...


ulauae LUse aesormals elu au uonsell general


une election qui sest aeroulee aans une amulance uun enirin ou lUs jUux e al iV
dej& faits

Second tour: ta bataiUle es sortants.
Sur les 7 candidates restant qui pouvaient se maintenir pour le
second tour, seuls deux se sont retrouves opposes : Claude
Lise et Serge Larcher.
Pour ceuxqui se sont d6sistes les arguments avanc6s sont no-
tamment "(a tradition repubicaine"mise en avant par Raymond
Occolier et "fe manque de sens" pour les candidates de droite.
Et pour Claude Lise : "pas de tractations et pas de nejociations,


Claude Lise paie aujourd'hui le prix de sa misee Lmortpo tique"
decretee depuis qu'il a quitter le PPM pour desaccord de poli-
tique de fond. II faut tirer toutes lemons de ce scrutiny et du virage
assimilationniste de neo-PPM qui est la suite de la defaite du
74.
Une nouvelle page politique s'ouvre pour notre pays avec cette
election, mais cela va-t-il changer I'avenirde notre people ? La
bataille essentielle et urgente se situe ici et pas au Senat pour
convaincre nos compatriotes de la necessity de se prendre en
main pour suivre la voie de la responsabilite et du changement
reel.


I^fpjJwtiSen'S3f Pae0


"/ )OLIT^eVE I





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Maurice Antiste : Des rats du
1er tour
"Je remercie tous ceux qui ont
port leur suffrages sur mon nom
et celui de Patricia Tell, ma sup-
pleante. Ils ont fait un choix de
coeur, de raison et politique. Je
suis tres heureux. Nous sommes
un quatuor qui a 6t6 appr6ci en
d6pit des rats du premier tour".


Maurie Laouchez (sans etiquette) : pas entendu
"C'6tait une question d'hon-
neur. j'estimais que je pou-
vais encore apporter
queqlue chose 6 ce pays et
consid6rais qu'il falait don-
ner une alternative aux
grands 61lecteurs. Mon ana-
lyse 6tait que la Martinqiue
va mal. Est-ce que I'on
pourrait ensemble avoir un
sursaut ? Les grands 6lec-
teurs majoritairement ont
consid6r6 que P'on pouvait
continue comme cela. Je
souhaite qu'ils ne se trompent pas. Je souhaite que les deux
s6nateurs r6ussisent pleinement car leur succ6s sera le mien
et leur 6chec 6galement le mien".

Ange Lavenaire (dissident RDM) : Je me prepare 6 d'autres
combats
Pour Ange Lavenaire "cette
journ6ee 6tait un grand jour
parce que mon honneur et ma
dignity son sauf. On voulait
me tuer, j'ai r6sister. Au-
jourd'hui le vrai combat com-
mence. J'ai des perspectives
d'avenir qui m'6taient d prori
coupes et que je vais pouvoir
utiliser. (On pourrait vous voir
sur la d6putation en 2012 ?)
Tout ets possible c'est ou-
vert".

Claude Lise : Un verdict sans appel
"Je m'6tais pr6par6 6 cette 6ventualit6 puisque le rapport des
forces au d6part allait dans ce sens. J'ai lanc6 un appel 6 une
prise de conscience de la n6cessit6 d'6viter une sorte d'h6g6-
monie d'un clan politique.
Les grands 6lecteurs n'ont
manifestement pas en-
tendu cet appel. On est.
rest sur des histoires un
peu politiciennes sans
vraiment envisager I'avenir
de la Martinique. Ceux qui
ont le plus de militants,
d'alli6s ont gagn6 math6-
matiquement c'est un re-
sultat un peu
math6mathique. Je pense
que j'ai fait le plein des
voix RDM et les votes des


amis de Raymond Occolier. II n'y a pas eu d'apports suppl6-
mentaires. Beaucoup au deuxieme tour sont allies dans le sens
de la victoire.
Mon engagement politique continue. Je continuerai a d6fendre
encore avec peut-6tre plus de force les idees quej'ai essay de
faire passer durant cette champagne carla Martinique va connai-
tre des moments extrememenst difficiles".

S Raymond Occolier :
S Les grands 61us ne
m'ont pas entendus
"La d6mocratie 6 jou6.
Sje pensais arriver pre-
mier cela n'a pas 6t6 la
n cas. Je souhaite bonne
chance B ceux qui ont
6t6 6lu. J'espbre qu'il
Ivont travailler pour la
Martinique".

Serge Larcher :Je portals toute I'histoire du PPM
"Cette victoire est la reconnaissance du travail accompli. Mais
aussi, dans ce duel, je portals sur mes epaules toute I'histoire
de mon nouveau parti, le
PPM. Je d6die cette vic-
toire 6 Josette Manin et 6
quelq'un qui a 0t6 trds im-
portant dans la vie politique
martiniquaise, Camille Dar-
sidre.
Aujourd'hui c'est trds im-
portant d'avoir deux s6na-
teurs qui vont tirer dans le
m6me sens, qui vont ac-
compagner les deux
grandes collectivit6s ma-
jeures de la Martinique. En
ce sens, ce travail sera trds
important, lorsqu'on sait que le S6nat est la chambre de r6fW-
rence des collectivit6s locales. Pour l'avenir et la mise en place
de la Collectivit6 unique, c'est trds bien que nous arrivions en-
semble".


Resultats 6 premier tour


Inscrits : 846
Votants : 836
Exprim6s: 828
Maurice Antiste:
Serge Larcher:
Claude Lise:
Raymond Occolier:
Georges Virassamy
Ange Lavenaire:
Eric Hayot:
Maurice Laouchez:


425 voix ( lu)
386
313
265
80
68
51
22


Secon) tour (a computer)
Inscrits : 846
Votants : 836.
Exprimes: 802
Serge Larcher : 474 voix (61u)"
Claude Lise : 328 voix


V ^ euI29S eSVS20SVI n' 9-PIag 1


"L I





http://www.ioumal-iustice-martinique. com


Crzief aiaciere et collectipite' locale

La Martinique touchee par les "prets toxiques" be Dexia


Selon France-Antilles du 24/25 septembre citant le journal Li-
beration du 21/09/2011, le CHU de Fort-de-France, les com-
munes de Sainte-Marie et du Lamentin ont souscrit les fameux
"prits toxiques"de la banque Dexia credit local.
Le CHU de Fort-de-France aurait emprunte plus de 37 millions
d'euros en quatre prets entire 2007 et 2008 et le surcoOt serait
de 10 millions d'euros. Soit un taux d'interet total pour ces pr6ts
de 27,65 % Ces prets sont qualifies de "torCques" parce que
le pret est indexes sur des taux de change ou la parity euro-franc
suisse comme pour. le CHU.
Sainte-Marie aurait A payer un surcoOt de 162 000 euros pour
un pret a Dexia de 2 156 000 euros, soit un taux d'interet de
7,51 %. Le Lamentin devra faire face A un surco0t de 58 000
euros pour un emprunt de 891 000 euros, soit un taux d'int6ret
de 6,51 %.
En fait, les prets toxiques de Dexia ruinent les communes
Renflouee par les contribuables a hauteur de 6,4 milliards d'eu-
ros en 2008, la banque n'a pas change ses pratiques.

Dexia renfloue par I'argent bes contribuables
En 2008, Dexia, la banque des collectivites territoriales, est
passee A deux doigts de la faillite. Au point que la France, la
Belgique et le Luxembourg ont injected 6,4 milliards d'euros dans
le capital. Renfloue, I'etablissement bancaire a tout de meme
degraisse en supprimant 900 emplois. Trois ans plus tard, rien
n'a change. Cette annee, la banque doit fournir une provision
exceptionnelle de 3,6 milliards d'euros pour se debarrasser
d'une parties de ses placements en subprimes aux Itats-Unis...
Quand les "pretspourris" proposes aux collectivites sont, eux,
toujours actifs. Ces emprunts a "bas coz2t", avec un taux tries
bas dans un premier temps, mais qui adosses A des indices ou
"swaps"peu lisibles, comme le taux interbancaire A Varsovie, le
taux de change du dollar, du franc suisse ou encore du yen, ex-
plosent la note presented aux collectivites. Selon le journal Li-
beration, pas moins de 5 500 collectivites en France ont eu
recours A ces emprunts pour un total de 25 milliards d'euros,
avec un surcoOt pour les collectivites de 3,9 milliards d'euros A
la fin 2009. En juillet, la Cour des comptes estimait que 30 a 35
milliards d'euros des 160 milliards de dettes souscrites par des
centaines de collectivites etaient toxiques et que 10 A 12 mil-
liards presentaient un risque potential tres eleven. Mais impos-
sible pour les collectivites de racheter ces credits. La banque
propose des taux fixes tres eleves et assortis d'une penalite.
Selon le quotidien Liberation, Dexia a couvert ces prets par des


contracts avec des banques comme JP Morgan ou Goldman
Sachs, ce qui empeche desormais la banque de transformer
les prets toxiques en prets A taux fixe car elle s'exposerait alors
A "un.risque de perte inorme"face a ces banques.
C'est que emprunter aupres des banques pour investor afin de
repondre aux besoins des populations est un exercise difficile
pour les collectivites locales. En clair, les credits deviennent
rares et chers. Quand les collectivites territoriales, villes, de-
partements ou regions, empruntent, ce n'est pas pour abonder
leur budget de fonctionnement, mais uniquement pour investor.
Construire des ecoles, des gymnases, des logements, des
creches, des lieux culturels, entretenir la voirie, developper les
transports, etc.

Creation b'une agency be financement
bes investissements tocaux
C'est pour garantir et securiser leur capacity d'investissement
que I'Association des maires de France (AMF) et de nom-
breuses associations de collectivites, don't I'Assemblee des de-
partements de France (ADF) et I'Association des regions de
France (ARF), ont rendu public le 20 septembre la creation
d'une Agence de financement des investissements locaux.
Cette agence de financement vise A obtenir, sans passer par
I'intermediaire des banques, des emprunts aupres des divers
investisseurs prives. Ce qui permettra, selon les initiateurs, de
ne proposer que des products simples et s6curis6s.
Les collectivites pourront-elles par ce moyen se soustraire A la
pression des marches financiers ? C'est la volonte des asso-
ciations d'elus. Mais la reality risque d'etre autre, quand
I'agence entend s'adresser aux investisseurs prives comme,
par example, les fonds de pension ou lutres, qui exigent une
rentabilite immediate que ne peuvent apporter les investisse-
ments a long terme.
Cette demarche des associations de collectivites locales re-
pose avec force la question du r6le que devraient jouer les
banques pour favoriser une tout autre politique du credit. On
retrouve ici la necessity de creer un p6le financier public s'ap-
puyant sur un role nouveau devolu & la Banque Centrale Euro-
peenne pour mobiliser I'argent au service de I'investissement et
I'emploi.
Le cas Dexia pose done une question essentielle au moment oi
le debat rebondit sur la necessity ou non de recapitaliser les
banques.
Antoine Gilles


Scanbales, befaite aux senatoriates: La broite franaise sur te grill
Tremblement de terre politique ou dernier coup de semonce communes rurales au detriment des grandes villes sera, enfin
avant les presidentielles de 2012, la defaite de la droite aux contr6le par une majority de gauche, refletant, en parties, la rea-
elections senatoriales a pris une allure de fin de regne. lite du rapport de force entire la droite et la gauche en France.
Selon la Constitution, le Senat est I'assemblee representative
Un r64quiibrage b6mocratique satutdire des collectivites locales, don't les plus importantes sent dete-
Car la victoire que vient de reporter la gauche repare ce qui nues par la 6auche. C'est elle, en effet, qui gere la quasi-tota-
apparaissait de plus en plus comme un deni de democratic. lit6 des regions, la grande majoritye des departments et des
Une victoire historique, car pour la premiere fois depuis I'ave- villes de plus de 15.000 habitants representant 60% de la po-
nement de la cinquieme Republique, le Senat qui a toujours ete pulation francaise. Pourtant, le "poids"d'ur delegue d'une pe-
ancre A droite, A cause d'une surrepresentation des petites tite commune de 100 habitants et la France en compete des


WI rJ 29 SR S2 r-' I3R,9-r Page12


___ I


FF CIS A ITLIT


FRA NCE






http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


milllers- est trois fois superieur a celui d'une grande ville. En
depit des multiples manoeuvres de la droite et du president sor-
tant du Senat, Gerard Larcher, elle n'a pas pu contenir la pous-
see de I'ensemble des formations de gauche, Parti socialist,
Parti communist et Europe Ecologie-Les Verts (EE-LV).

La poltique be N. Sarkozy et be La broite rejetee
par tes grants lecteurs.
Aprbs les defaites successives du parti presidential A toutes les
consultations de I'ere Sarkozy, la victoire incontestable rem-
portee par les candidates de gauche traduit le rejet massif de la
politique conduite depuis son arrivee au pouvoir en 2007. Car
c'est sur un fond de mecontentement general que les grands
electeurs, confronts quotidiennement aux ravages de la poli-
tique de la droite, sont allies aux urnes. Deja fortement remon-
tes centre le pouvoir a cause de la reforme des collectivites
territoriales imposee par I'Elysee, ils sont confronts aux conse-
quences desastreuses de la revision general des politiques
publiques (RGPP), de la baisse de la dotation de fonctionne-
ment (DGF), de la mauvaise compensation de la suppression
de la taxe professionnelle qui les prive de moyens financiers
important et de la disparition programmee des contracts aides
qui met encore plus A mal les services publics.
Une sanction qu'exprime bien Pierre Laurent, le secretaire na-
tional du PCF pour qui "c'est la citadelfe de la droite qui est tom-
6be. C'est une sanction sans appelde a politique gouverementale.
Ce scrutiny porte la marque du rejet de ses choir et de la core des
lfus des collectivitis territoriales, face auw attaques reipites du
gouverement centre la democratic locale(". Tandis que pour Har-
lem Desir, secretaire par interim du PS, "Ifs'agit f'uneprogres-
sion historique pour la gauche et une sanction incontestable pour
vUMP".
Aujourd'hui, avec 177 sieges, la gauche detient la majority ab-
solue au Senat, contre 144 pour I'UMP et les divers droites et
26 pour les centristes.
A gauche, c'est le group socialist qui se enforce le plus avec
127 elus. Avec deux sieges perdus et un autre gagne par le
Parti communist (20 elus), le group Front de gauche main-
tient globalement son effectif de 21 membres. Les ecologistes,
don't le nombre d'elus passe de 4 & 10, enregistrent un progress
remarquable. Dans de nombreux departements ainsi qu'A Paris
la gauche progress soit en voix, soit en sieges. Tandis que le
revers de la droite, dejA plombee par la politique de Sarkozy, a
ete aggrave par les divisions au sein de I'UMP. Certains A droite
tentent de relativiser I'ampleur de la defaite. Pour Jean-Francois
Cope, le patron de I'UMP, elle constitutee une deception maispas
une surprise"' alors que pour Gerard Larcher, le president sor-
tant "Ce vrai rendez-vous, c'est [annie prochaine". On se defend
comme on peut!

Dejouer Les manoeuvres be La broite
La droite qui, en toutes circonstances, se present comme res-
pectueuse de la dernocratie, a dejA lance les grandes manoeu-
vres pour tenter de conserver la presidence de la Haute
Assemblee, bien qu'elle y soit minoritaire. Des dimanche soir,
G. Larcher a annonce qu'il briguerait A nouveau le fauteuil du
"Plateau"avec un argument assez surprenant selon lequel la
majority senatoriale sortie des urnes ne serait pas "celle du
Parti socialiste". Propos qui ont entraMne une vive reaction du
PS qui a mis la droite en garde contre toute tentative de de-
tourner le verdict des urnes par "un tripatouillagepour nouspi-


quer des voi, [car]on aurait un Sinat ingouvernable". "Pas de
hold-up", s'est exclame Jean-Pierre Bel, le patron du group
socialist et qui brigue la presidence. Ce troisieme tour risquant
d'etre serre, la droite espere convaincre quelques radicaux ou
divers gauche de voter pour son candidate & la presidence, le
samedi ler octobre.

Avec tes affairs, be nouveles #pines
pour Nicolas Sarkozy
DejA serieusement engluee dans les affaires, voila que la droite
voit surgir de nouvelles difficulties avec la conquete du Senat
par la gauche.
Son image, d6ej pas tries reluisante, vient d'etre encore ternie
par les soupcons de livraison, par les dictateurs africains, de
valises d'argent pour finance les campagnes electorales de
ses candidates. Dans l'affaire des retro-commissions liees A la
vente de sous-marins au Pakistan (affaire Karachi), I'etau se
resserre autour des proches de Nicolas Sarkozy. Deux d'entre
eux, Nicolas Bazire, ex-directeur de la champagne d'Edouard
Balladur et Thierry Gaubert, ex-conseiller de N. Sarkozy au mi-
nistere du Budget en 1994, ont ete mis en examen pour com-
plicite et recel d'abus de biens sociaux. Les juges les
soupconnent d'avoir ete destinataires de fortes sommes ayant
servi a finance la champagne presidentielle de Balladur, sou-
tenu a I'epoque par Nicolas Sarkozy, contre Jacques Chirac.
Edouard Balladur pourrait, du reste, etre tries prochainement
convoque par les magistrates.
De son cote, Brice Hortefeux, proche conseiller de Nicolas Sar-
kozy, est aussi entree dans la tourmente.
La police possede des informations la faisant soupConner Brice
Hortefeux, ancien ministry de I'lnterieur, charge de la prochaine
champagne de N. Sarkozy, d'avoir violet le secret de I'instruction
de I'affaire Karachi et d'avoir acces au proces-verbal d'audition
de I'epouse de I'un des mis en examen qui a devoile la com-
bine. Une affaire qui pourrait meme atteindre directement I'Ely-
see.
Mais en cette periode de precampagne, la droite'devra desor-
mais aussi computer avec une opposition renforcde. Deja, elle se
voit contrainte d'abandonner le project de reunion du Congres
pour tenter de faire adopter la fameuse "rglfe dor"sur les de-
ficits publics exigee par les milieux financiers. Le vote du bud-
get de 2012 et de la Securite social risque fort d'etre une autre
epreuve.
Les elements d'une possible defaite du Sarkozysme semblent
se mettre en place. II appartient a la gauche frangaise de ne
pas decevoir les attentes des masses laborieuses. Car la ques-
tion n'est pas seulement de battre Sarkozy a la prochaine pre-
sidentielle, mais de proposer une reelle alternative.


jean rverre bel Lanadlat Pi- pour la presiaence du Senat


.,-~l-- ---~--- U--


FRANCE J






http://www.ioural-iustice-martiniaue. com


Haiti Justice en faveur es victims e u uva-
lirisme.
Amnesty International a presented le jeudi 22 septembre dernier
un second rapport sur I'ancien chef d'Etat haitien Jean- Claude
Duvalier. Lorganisation recommande, entire autres, que "les ac-
tues dirgeants reconnaissent la responsabilite de rCEtat dans les
crimes commis et que des "excuses officie es" du chefde ['Etat 9Mi-
clie[iMartelly soient presenties a la nation", indique le site Al-
terpresse. Dans son premier rapport, Amnesty International
avait fait etat de temoignages portant sur des detentions arbi-
traires, des morts en detention, des homicides et des dispari-
tions ayant eu lieu sous la presidence de I'ancien dictateur
Jean- Claude Duvalier. Celui-ci est rentre en HaTti le 16 janvier
2011, apres 25 ans d'exil en France. II a ete inculpe deux jours
apres, pour des crimes commis par son regime. L'organisation
demand aux autorites haltiennes de traduire I'ancien dictateur
en justice pour ces crimes-IA, commis entire 1971 et 1986, et
que justice soit rendue aux milliers de victims du duvalierisme.

4.5 millions a'Haitiens sont dans une situa-
tion insecurity alimentaire.
Le responsible de la Coordination Nationale de Securite Ali-
mentaire (CNSA), Garry Mathieu, a indique le jeudi 22 sep-
tembre que pres de la moitie de la population hal'tienne, soit
4.5 millions de citoyens sont dans une situation d'insecurite ali-
mentaire. Ces donnees ont et6 recueillies suite A une enquete
devaluation de la security alimentaire dans le pays, conduite
par la CNSA avec I'appui du Programme Alimentaire Mondiale
(PAM), I'Organisation des Nations Unies pour I'Alimentation
(FAO) et d'autres partenaires.
Le socio-economiste Camille Charlmers a, lui, indique que le
liberalisme pratique depuis quelques annees en Haiti a gran-
dement contribute & marginaliser la production agricole,'entrai-
nant du meme coup sa chute.
Au terme d'une visit de 3 jours dans le pays, le nouveau di-
recteur regional du PAM pour I'Amerique Latine et les CaraTbes,
Gemme Lodesani, avait exprime son inquietude devant le ni-
veau d'insecurite alimentaire dans le pays, soulignant que plus
de 18 mois apres le trermblement de terre de janvier 2010, et en
depit des efforts deploys par les acteurs, la faim demeurait un
problem pour beaucoup d'Haitiens.

Equateur: Rafael Coma efen le project eco-
l(gique YasuniITT
Le president equatorien, Rafael Correa, relancera d'ici
quelques jours, aux Nations Unies, le project "Yasuni IT!', une


Le president equatorien, Rafael Correa, en compagnie de Ban Ki Moon, secr6taire
general de I'ONU

initiative 6cologique de son gouvernement don't le but est de
maintenir sous terre une important quantity de petrole brut lo-
calisee en Amazonie, en change d'une contribution financiere
au niveau international. Le project "If7", qui reprend les initiales
des gisements petroliferes d'lshpingo, de Tiputini et de Tambo-
cocha, dans la fort amazonienne, sites qui presentent pres de
20 % des reserves du pays en or noir, a pour objectif de
convaincre la communaute international de finance a hauteur
de 3,5 milliards de dollars sur 12 ans I'abandon de leur exploi-
tation, soit un manque 6 gagner que les Iquatoriens evaluent
A 850 millions de barils de petrole. La proposition a et6 bien ac-
cueillie initialement par different gouvernements et institutions.
Cependant la recolte de fonds n'excede pas pour le moment 5
millions de dollars; 40 millions doivent etre debloques confor-
m6ment aux engagements de differentes nations, selon des in-
formations donnees par la negociatrice du project, Ivonne Baki,
ambassadrice de bonne volonte de I'UNESCO. Le gouverne-
ment equatorien espere recevoir d'ici la fin de I'annee un fidei-
commis international de 100 millions de dollars (administre par
la PNUD); dans le cas contraire, le chef de I'ltat se dit pret a
exploiter la reserve petroliere situee en plein coeur de I'Ama-
zonie, a raison d'une production estimee a 850 millions de ba-
rils. La non d'exploitation de cette reserve de petrole permettrait
d'eviter I'emission dans I'atmosphere d'environ 407 millions de
tonnes de dioxyde de carbon.
II est A noter que I'lquateur pourrait mettre en place, grace aux
financements strangers, une "viCe de 1a 6io-connaissance "au
coeur de I'Amazonie afin d'effectuer des recherches scienti-
fiques dans le domain medical en procedant A I'analyse de la
grande biodiversity du parc natural Yasuni.


PANS LE MONPE


Crise, IOcci6ent appelle au secours


L'Union europeenne engluee dans une crise majeure qu'elle ne
cessait initialement de nier puis de minimiserjusqu'a il y a peu,
n'a plus d'autre espoir que dans I'intervention salvatrice des
pays 6mergents, notamment de la Chine."
Toltes les'tentatives visant a carter le risque de faillite de ses
membres les plus lourdement endettes, a commencer par la
Grece, n'ont eu d'autre effet que de compromettre toujours plus
I'equilibre 6conomique deja braniant de I'Allemagne et de la


France, ses principaux piliers. Et I'avenir ne cesse de s'assom-
brir. Maintenant c'est I'ensemble du syst6me financier europeen
qui risque d'etre emporte par la tourmente. Pas moins de 46
grandes banques europeennes se trouvert serieusement me-
nacees.
Face au desastre imminent, I'Occident appelle !es pays 6mer-
gents du BRICS au secours, et c'est IA que les choses se com-
pliquent, car les int6rets et les possibilities des membres du


V e 'h2, e 'rSI.WilS3S9 Pae 1


-----;- --~-::::::;;;;;;;;;;;;;;;;;; ~-............ .......... ........ I; ;; ;; ;;; ;; "; ;;; ;; ;; ;;; --


l' NTRE "f tN






http://www.iournal-iustice-martinique.com


BRICS different d'un pays A I'autre.
L'Afrique du Sud se verrait bien venir en aide a I'Europe moyen-
nant un soutien effectif dans sa quete d'un siege permanent au
Conseil de Securite de I'ONU, mais elle ne dispose pas de re-
serves monetaires suffisantes pour acquerir de la dette euro-
peenne. Le Bresil dispose de quelque 360 milliards de dollars
de reserve et les capitaux ne cessent d'affluer au vu de sa crois-
sance. Venir en aide aux Europeens serait un bon investisse-
ment, Brasilia convoitant egalement un siege permanent au
Conseil de Securite. La Russie se montre aussi interessee par
les titres de dette europeenne, mais uniquement par des titres
solides comme ceux de I'Allemagne ou de la France. On n'est
jamais trop prudent. L'lnde dispose de 320 milliards de dollars,
mais la dette europeenne ne I'interesse pas, elle prefere ache-
ter de I'or.
Reste done la Chine et ses quelque 2 400 milliards de dollars
de reserve monetaire qui en font I'interlocuteur reve. Seulement
les Chinois ne tiennent nullement & entrer dans le schema oc-
cidental qui voudrait les confiner dans le simple r6le de pr6teur
sans acces possible A la prise de decision et encore moins & la
mise en oeuvre de reformes du system financier mondial qui
pourtant en aurait grand besoin. Ils ont ete tres clairs sur ce
point, reaffirmant qu'ils ont dejA suffisamment de problems A
resoudre dans le cadre de leur propre developpement (re-
structuration industrielle, renouvellement de leur 6conomie et
de leur mode 6conomique, perfectionnement des services pu-
blics et de la Securite social encore embryonnaire, etc.).
L'Europe n'offre & la Chine aucune opportunity reellement int6-


ressante et les risques inherents t sa crise sont par trop nom-
breux. Les investisseurs Chinois ne se bousculent d'ailleurs pas
outre measure en Europe. "Commencez doncpar dvefoppervotre
march intinieur, amiliorez 1e cadrejuridique exstant et criez des
opportunities commercials que le monde entierpuisse partager"
conseillent-ils aux Occidentaux.
Cependant un effondrement economique de I'Europe et des
Etats-Unis aurait pour effet de destabiliser gravement I'6cono-
mie mondiale, ce qui n'est pas dans I'interet de la Chine. L'achat
de la dette europeenne represent certes un investissement a
haut risque (qui de plus ne sauverait pas I'Europe sur le long
terme), mais outre qu'il stabiliserait provisoirement la situation,
il procurerait surtout un advantage certain et un formidable
moyen de pression A la Chine lors des futurs sommets inter-
nationaux, ce qui n'est pas & dedaigner.
Au final, le BRICS appelle les Occidentaux & adopter "despoi-
tiques iconomiques etfinancijres responsables, a 6viter de ginirer
un excjs de iquiditis mondiales et a entreprendre des reforms
structurefles pour soutenir [a croissance, crier des emplois et r4-
duire fes desequifibres" et se declare "prit a envisager, si nices-
saire, d'offrir un soutien par le 6iais du MF9i ou d'autres
institution financires internationals, seoln es circonstances spi-
cifiques de cdaque pays".
K. Solaris


L'execution 6e Troy Davis: Un nouvel acte be barbarie be ta justice

americaine.


Troy, Davis, un
noir americain de
42 ans, a 6t6 exe-
cute le jeudi 22
septembre, au
petit martin, dans le
penitencier de
Jackson, en Geor-
gie apres 20 ans
passes dans le
couloir de la mort.
L'execution de la
sentence ayant
ete plusieurs fois
ete repouss6e. A
sept reprises, il
avait formula sans
success une de-
mande a etre re-
juge en appel. La
veille, le Bureau
des graces de cet
Etat, seul compe-
Jusqu'a la derniere second, Troy Davis a clamrn son tent en la matiere,
innocence avait rejet6 son ul-
time recours, bien
que trois jur6s parmi ceux qui avaient vote la condemnation de
Troy se soient pr6sentes devant le Bureau des grAces pour ten-
ter de faire commuer sa peine.
Troy Davis avait 6et condamn6 a mort en 1991pour le meurtre
d'un policies blanc en 1989, aprbs un proces qui fut une paro-


die de justice. En effet, ni I'arme du crime, ni aucune empreinte
digital ou d'ADN de Troy n'ont ete retrouvees.
Le tribunal s'etait base uniquement sur les accusations de 9 te-
moins qui I'avaient designed comme I'auteur du crime. Mais de-
puis, 7 d'entre eux sont revenues sur leurs declarations. En ao0t
2009, il avait enfin obtenu de la Cour supreme la possibility de
presenter devant le tribunal de nouvelles preuves de son inno-
cence. Plusieurs temoins avaient alors affirmed qu'ils avaient
subi des pressions pour designer Troy comme I'auteur du coup
de feu. Un "doute minimal"qui n'a pourtant pas emporte I'adhe-
sion des juries. Troy aura done vecu 20 ans d'une interminable
attente, de toute evidence plus difficile a supporter que tous les
autres chAtiments.
La Cour Supreme de Georgie est restee sourde aux multiples
appeals a la clemence. 600.000 personnel avaient signed un
appel en faveur de sa grace parmi lesquelles 3.000 religieux et
un miller de magistrats. L'ancien president Jimmy Carter, le
pape Benoit XVI ainsi que des responsables de I'Union euro-
peenne se sont associes a cette demarche.
Dans une declaration particulibrement remarquee, I'ancien mi-
nistre frangais Robert Badinter, A I'origine de I'abolition de la
peine de mort en France a sevbrement condamne cette exe-
cution, estimant qu'elle restait "une tdche sur a justice amiri-
caine .
II faut rappeler que, depuis le retablissement de la peine de
mort en Georgie en 1976, 51 personnel ont ete executees dans
cet Etat:
Voila une affaire qui resemble etrangement au calvaire endure
par Abu Jamal.
A.C.


FCI 4rlr*SlS


fP BI





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Palestine: un moment historique aux Nations Unies


Comme prevu,
Mahmoud Abbas a
demand le ven-
dredi 23 septem-
bre au Conseil de
security de I'ONU
la reconnaissance
pleine et entire
d'un Itat palesti-
nien au sein de
I'organisation inter-
nationale. 'ai
remis au secretaire
giniral Ban Kii
WMoon Ca demand
Pour Abou Mazen, le gel de la colonisation israelienne
dans les territoires occupies et le respect des frontieres fad7ision come
du 4 juin 1967 restent des prgalables & toute reprise membre d part en-
des pourparlers avec IsraBl.
tire des Nations
UJnies de la Palestine sur 1a 6ase des lines du 4juin 1967 avec J-
rusafem-Est pour capital. Cette demand officielle a 6et de-
pos6e malgr6 I'opposition d'lsra61l et des Itats-Unis.
Le president Abbas a pr6cis6 qu'avec cette demarche les Pa-
lestiniens "ne cherchaient pas d isofer ni a dife6gitimerIsra'"' mais
avec I'occupation et la colonisation qui "est en train de ditruire
une solution d deux Etats", le pouvoir isra6lien actuel, a-t-il
lance, a "sape tous les efforts de pavj depuis un an".
Saisi de la demand palestinienne, le secr6taire general de
I'ONU doit se retourner vers le Conseil de s6curit6, qui, 6 son
tour, doit r6unir un comit6 charge d'examiner la requdte et d'ins-
crire un vote I'agenda. Cinq membres, permanents et non-
permanents, du Conseil de s6curitM (Chine, Br6sil, Liban,


Afrique du Sud, Russie), sur quinze au total, ont d6j6 dit qu'ils
approuvaient le choix palestinien. La Colombie a annonc6
qu'elle s'abstiendrait. Quatre voix supplementaires sont neces-
saires aux Palestiniens pour obtenir la majority requise de neuf
voix. Compte tenu de la complexity de la procedure onusienne
I'examen de la requ6te palestinienne pourrait durer plusieurs
semaines, voire des mois, avant un vote du Conseil de security.
Le n6gociateur en chef palestinien Saeb Erekat, qui est mem-
bre de I'Organisation de liberation de la Palestine (OLP), a de-
clar6 "Notre strategic consistefondamentatement d ricuperer les
territoires occupis par Israeldepuis 1967 et a ne pas permettre au
Premier ministry isralien Benjamin Netanyahu de maintenir le
statu quo. Notre requite est fun des moyens destinis d mettre un
term a une phase de nigociations infructueuses et a etab6ir un
nouveau processus politique internationalqui permettra defaire
cesser 'occupation israelienne", a expliqu6 M. Erekat.
Quelle sera la prochaine tape pour les Palestiniens, sachant
que les Etas-Unis brandissent leur droit de veto?
La France propose un statut analogue A celui du Vatican, un
statut d'observateur. Toutefois cette option serait assortie de
conditions tr6s restrictives, notamment de ne pas porter plainte
devant la Cour penale international contre Israel. Une option
d6fendue par Nicolas Sarkozy qui viserait A entamer des ne-
gociation pour aboutir A un accord de paix d'ici un an.
Cette initiative aura le merite de faire tomber les masques et
de montrer qui sont les vrais ennemis de la paix.
"C'est un moment de veriti et monpeuple attendde connaitre la ri-
ponse du monde", avait conclu Mahmoud Abbas en ce jour his-
torique.
En tout cas, en attendant la suite, la diplomatic palestinienne a
ramen6 la cause palestinienne au premier plan des pr6occu-
pations internationales.


Flash-Hebdo

tunbi 19 septembre
HONGRIE Gyula Thurmer, president du Parti communist ou-
vrier hongrois, se dit convaincu que I'avenir de I'Europe se de-
cidera dans la rue et non dans les Parlements car le
Capitalisme ne pourra pas r6soudre la profonde crise qui I'af-
fecte. L'option R6volution n'est done pas exclue. C'est d'ailleurs
la raison pour laquelle la bourgeoisie s'oppose de toutes ses
forces a la revitalisation du movement communist.

marbi 20 septembre
ETATS-UNIS Selon I'ONG etats-unienne "Save the Children",
Cuba se situe au 8e rang mondial pour le syst6me de soins m6-
dicaux accords aux enfants d6passant I'Allemagne (10e), la
France (12e) et les Etats-Unis (15e). Cela se passe de com-
mentaires.

mercrebi 21 septembre
BRICS Le Br6sil, la Russie, I'lnde, la Chine et I'Afrique du Sud
ont ratified le "Consensus de Beijing", s'engageant A faire face a
la crise financi6re mondiale et a promouvoir une croissance ro-
buste, durable et equilibr6e ainsi que de consolider le consen-
sus avec les autres pays tout en instaurant des measures
concurrentielles efficaces et justes sur le march international.


jeubi 22 septembre
ETATS-UNIS La Reserve federale (FED) fait tout ce qu'elle
peut (finalement pas grand chose) pour stimuler I'6conomie US,
mais les perspectives ne sont pas bonnes avec un taux official
de ch6mage de plus de 9 %, une croissance poussive et un en-
dettement abyssal. La Fed avoue ne plus trop savoir quoi faire.

ven6rebi 23 septembre
ETATS-UNIS Le nombre de citoyens US vivant sous le seuil
de pauvret6 a atteint le chiffre record de 46,2 millions de per-
sonnes en 2010 centre 43,6 millions en 2009. Le revenue fami-
lial median a r6gress6 de 2,3 % et le nombre de
Nord-Am6ricains sans couverture m6dicale avoisine les 50 mil-
lions.

sameai 24 septembre
ISRAEL Le Parti communist israelien confirm son soutien
inconditionnel A la demand d'adh6sion de la Palestine A I'ONU
qu'il pergoit comme "une contribution important pour la paix".

6imanche 25 septembre
ARGENTINE Pour la premiere fois de son histoire, le Parti
communist argentin remporte un si6ge au parlement provincial
de Corriente, concretisant ainsi la monte progressive de son
influence au sein de la Gauche locale.


Veui 29 5 e 20* n B 9 age 1


--- --- 9


[ PAMS LE MONPE I






httD://www.iournal-iustice-martiniaue.com


INSERTION CESSION
DE FONDS DE COMMERCE
Suivant acte requ par Maitre Franck MA-
THIEU, notaire soussigne, associe de la
Societe Civile Professionnelle denorhmee
"Franck MATHIEU et Colette MATHIEU-
BRISMEUR notaires, associes d'une so-
ciete civil professionnelle titulaire d'un
office notarial">, don't le siege est A Fort de
France (Martinique), 19 rue Victor Hugo,
le 13 juillet 2011, enregistre & SIE DE
FORT DE France-POLE ENREGISTRE-
MENT, le 27 juillet 2011, bordereau
n2011/888 case n15, a ete cede par :
Monsieur Bassam AL CHEIKH, commer-
gant, et Madame Lina Danielle ISSA,
commergante, son spouse, demeurant
ensemble A RIVIERE SALEE (97215), 6
rue de la Source lieudit Petit Bourg.
A : Mademoiselle Soren Benicia VAL-
SON, sans profession, demeurant A LE
CARBET (97221) 6 Allee des Cactus
Fond Capot. Celibataire.
Un fonds de commerce de detail d'habil-
lement exploited a FORT DE France (Mar-
tinique), 9 rue Antoine Siger, connu sous
le nom commercial "CASABLANCA", et
pour lequel le cedant est immatricule au
registre du commerce et des societies de
FORT DE FRANCE,
sous le numero 387 937 287.
Le cessionnaire est proprietaire du fonds
vendu A computer du jour de la signature
de I'acte.
L'entree en jouissance a ete fixee au jour
de la signature.
La cession est consentie et accepted
moyennant le prix principal de VINGT
MILLE EUROS (20.000,00 EUR), s'appli-
quant :
- aux elements incorporels pour DIX
MILLE TROIS CENTS EUROS
(10.300,00 EUR),
- au materiel pour NEUF MILLE SEPT
CENTS EUROS (9.700,00 EUR).
Les opposition, s'il y a lieu, seront re-
ques en la forme legale dans les dix jours
de la derniere en date des insertions pre-
vues par la loi, au siege de I'office notarial
,19 rue Victor Hugo ou domicile a ete elu
A cet effet.
Pour insertion, Le Notaire FB4799

AVIS CONSTITUTION
Aux terms d'un acte ssp en date A Ri-
viere Salee du 01/09/2011, ii a ete consti-
tue une Societe presentant les
caracteristiques suivantes :
Denomination social : ZOZIME
Forme: Societe A Responsabilite Limitee
Capital : 2.000 4
Objet : construction, entretien de canali-
sations, realisation de tous types de tra-
vaux d'assainissement ; tous types de
'travaux de magonnerie general et de
gros oeuvre du bAtiment et travaux pu-
blics en relation ou non avec le traitement
des eaux; la location, avec ou sans ope-
rateur, de machines et d'equipements
pour la construction
Siege social : Quartier Laugier 97215
RIVIERE-SALEE
Duree : 99 ans
Gerance : M. Serge ZOZIME demeurant
Quarter Renee -
97211 RIVIERE-PILOTE
R.C.S. : FORT DE FRANCE FB4800

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous.seing prive en
date du 22 Septembre 2011 & Fort de
France, il a ete constitute une society pre-
sentant les caracteristiques suivantes.
DENOMINATION SOCIAL : SNC CI-
DANTILLES.SAA
FORME SOCIAL: Society en Nom Col-
lectif
CAPITAL SOCIAL : 100 Euros
SIEGE SOCIAL : Cite Dillon -483, ave-


nue Victor Corridun -
97200 FORT DE FRANCE
OBJET SOCIAL : La location simple de
longue duree de vehicles de tourism et
de transports, de materials pour le BTP,
pour I'agriculture, I'industrie,l'artisanat.
DUREE : 99 ans (quatre vingt dix neuf
ans) a computer de son immatriculation au
registre du commerce et des societies,
sauf dissolution anticipee ou prorogation.
ASSOCIE-GERANT: la societe
CARAIBES INVESTISSEMENT DEVE-
LOPPEMENT, SARL au capital de 10
000 Euros, Cite Dillon -483, avenue Vic-
tor corridun 97200 FORT DE FRANCE,
RCS Fort de France B 435 179 460
don't le representant legal est Monsieur
Gerard MARAN
ASSOCIE : Monsieur Gerard MARAN,ne
le 25 mai 1957 a Saint Esprit (Marti-
nique), de nationality francaise et de-
meurant Cite bateliere Bat C4- appt
739- 97233 SCHOELCHER
La Societe sera immatriculee au Registre
du commerce et des societies de FORT
DE FRANCE
Pour avis, La gerance FB4801

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 22 Septembre 2011 & Fort de
France, il a ete constitute une society pre-
sentant les caracteristiques suivantes.
DENOMINATION SOCIAL : SNC Cl-
DANTILLES.EMI
FORME SOCIAL : Society en Nom Col-
lectif
CAPITAL SOCIAL : 100 Euros
SIEGE SOCIAL : Cite Dillon -483, ave-
nue Victor Corridun -
97200 FORT DE FRANCE
OBJET SOCIAL : La location simple de
longue duree de vehicles de tourism et
de transports, de materiels pour le BTP,
pour I'agriculture, I'industrie,l'artisanat.
DUREE : 99 ans (quatre vingt dix neuf
ans) A computer de son immatriculation au
registre du commerce et des societies,
sauf dissolution anticipee ou prorogation.
ASSOCIE-GERANT : la society CA-
RAIBES INVESTISSEMENT DEVELOP-
PEMENT, SARL au capital'de 10 000
Euros, Cite Dillon 483, avenue Victor
corridun 97200 FORT DE FRANCE,
RCS Fort de France B 435 179 460 don't
le representant legal est Monsieur Gerard
MARAN
ASSOCIE : Monsieur Gerard MARAN,ne
le 25 mai 1957 & Saint Esprit (Marti-
nique), de nationality frangaise et de-
meurant Cite bateliere Bat C4- appt
739- 97233 SCHOELCHER
La Society sera immatriculee au Registre
du commerce et des societies de FORT
DE FRANCE
Pour avis, La gerance FB4802

AVIS DE CONSTITUTION
Le 22 septembre 2011 a ete constitute
une SARL ayant les caracteristiques sui-
vantes :
Objet: La transformation et conservation
de legumes, La transformation et conser-
vation de fruits, La transformation et
conservation de legumes surgeles
La transformation et conservation de
fruits surgeles
Et generalement toutes operations indus-
trielles, commercials, financieres, mobi-
lieres, ou immobilibres, se rapportant
directement ou indirectement A I'objet so-
cial ou susceptible d'en faciliter I'exten-
sion ou le developpement
Denomination :
SARL AGRIMART PROCESS
Siege social : lot Le Hameau n 7 -Fond'
Rose 97260 LE MORNE ROUGE
Dur6e : 99 ans
Capital social : 15 000e apports en nu-


meraire 15 00 Objet : Gestion des affaires
Gerance : Monsieur VENUMIERE Gatien Pour avis, la gerance F4808
demeurant lot Le Hameau, n* 7 Fond
Rose 97260 LE MORNE ROUGE AVIS DE CONSTITUTION
la societe sera immatriculee au RCS de En date du 02/05/2011,
Fort de France .il a ete constitute une SARL.
Pour avis, Denomination:
La gerance FB4803 CARIBBEAN SPA CENTER
Pour une duree de 99 ans.


AVIS DE CONSTITUTION
HD MADININA RENTAL SARL
Avis est donne de la constitution de la
SARL HD MADININA RENTAL
sous le sigle HDMR
au capital de 28 000 euros.
Siege social : Residence les Capetiens
97240 Le Frangois.
Objet : location de motocyclette Harley-
Davidson.
Duree : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes de Fort de France. Grant : Mme
Armelle LHERMITTE
demeurant Vallee heureuse, 72 voie Bi-
taco 97212 Saint Joseph
nommee pour une duree indeterminee.
Pour avis FB4804

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 du
1er septembre 2011, il a ete constitute
une societe presentant les caracteris-
tiques suivantes :
Denomination : INTERNATIONAL PA-
TRICE CONSULTING
Sigle I.P.C
Forme: Societe & Responsabilite Limitee
Capital : 1500.00 euros
Siege social : Residence Tire d'Aile Im.
Cayali 97200 Fort de France
Duree : 99 ans A partir de la date d'im-
matriculation au RCS
Objet : Le conseil, I'accompagnement
pour les affaires, la gestion de I'entreprise
et la formation.
Gerance: Ralph PATRICE
Pour avis, le grant FB4805

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 16/09/2011, il ete constitu6
une SCI, presentant les caract6ristiques
suivantes
Denomination : TI COLIBRI
Adresse du siege social : 20 rue Abbe
Saffache 97227 Sainte Anne
Objet : Acquisition de biens immobiliers,
gestion et administration de biens
Duree : 99 ans
Capital: 1000 euros
Nom du grant : Laurence FRECCERO
Adresse : Quartier les anglais 97227
Sainte Anne
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB4806

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 02/05/2011,
il a ete constitute une SARL.
Denomination : DATA SECURITY
Pour une duree de 99 ans.
Au capital de 7 500 euros.
Nom du grant: Ronald NADEAU
Adresse du siege social : Immeuble FRI
GODOM-ZIP Pointe des Grives
97200 Fort de France
Objet: Traitement de donnees
Pour avis, la gerance FB4807

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 02/05/2011,
il a ete constitute une SARL.
Denomination : OMEGA FINANCES
Pour une duree de 99 ans.
Au capital de 20 000 euros.
Nom du grant : Ronald NADEAU
Adresse du siege social: Immeuble FRI-
GODOM-ZIP Pointe des Grives
97200 Fort de France


Au capital de 7 500 euros.
Nom du grant: Ronald NADEAU
Adresse du siege social : Immeuble FRI-
GODOM-ZIP Pointe des Grives
97200 Fort de France
Objet : ActivitBs de soins corporels
Pour avis, la gerance FB4809

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un ASP en date du
19/09/2011, il a ete constitute une society
a responsabilite limitee presentant les ca-
racteristiques suivantes :
Denomination social: D'LUX
Si7ge social : Residence Sainte Cathe-
rine Esc. C Porte 22- Cluny
97200 Fort de France
Duree : 99 ans
Objet : Restauration rapide
Capital social: 1500 euros
Gerance: Yannick MAGDELONNETTE
La society sera immatriculee au RCS
Pour avis et mention
La gerance FB4810

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 19/09/2011, il a ete constitute
une SCI presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination social : YALLAN
Siege social : Quartier Dumaine Sud
97240 Frangois
Objet: Acquisition, revente, gestion et ad-
ministration civiles de tous biens et droits
immobiliers
Duree: 99 ans
Capital social: 1000 E
Gerance : CABRERA Roseline
Adresse : Quartier Dumaine Sud
97240 Frangois
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB4811

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 21/09/2011,
il a ete constitute une SARL.
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : SATEB MAINTENANCE
Adresse du siege social : Quartier Che-
valier 97211 Riviere Pilote
Objet : Maintenance industrielle ; recon-
ditionnement de machine industrielle,; fa-
brication de machine industrielle
conception d'equipements modulaires a
visee environnementale ; Prestations et
equipements dans le cadre de I'environ-
nement
Duree : 99 ans
Capital: 8000 euros
Nom du grant : ELISABETH-
MESNAGER Yoann
Adresse Res. Riviera BAt II Apt 43 -
97232 Lamentin
Immatriculation au registre du commerce
en course.
Pour avis, la gerance FB4812

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du
25/07/2011 avis est donned de la constitu-
tion de la SARL : EURL LES SAVEURS
DE CLARA. Au capital de 5000 euros to-
talement liberes.
Siege social : Quartier Bellevue
97280 le Vauclin (Martinique)
Objet : La society a pour objet : la fabri-
cation de plats cuisines & livrer, la r6ali-
sation de prestation traiteur
SDuree : 99 ans A computer de I'immatricu-


OFw- Ru 29 S r e20ie 9-Page17
I -


,s U






http://www.ioumal-iustice-martinique. com


lation au registre du commerce et des so-
ci6ets.
Grant: Mademoiselle Clara COLOMBO
nee le 14 f6vrier 1979 aux Abimes, de na-
tionalit6 frangaise, celibataire demeurant
quarter Bellevue
97280 Le Vauclin (Martinique)
Le grant
FB4813

AVIS DE NOMINATION
SOCIETY MARTINIQUAISE DE
PROTECTION ET SECURITY
SOCIaTE PAR ACTIONS
SIMPLIFIES
AU CAPITAL DE 37000 EUROS
SIEGE SOCIAL : CENTRE CCIA LA
GALLERIA 3tME ITAGE
97232 LAMENTIN
452 191 653
Suivant deliberation d'une assemble ge-
nerale ordinaire du 30 juin 2010, ii r6sulte
que I'associe unique, connaissance prise
de la r6alisation definitive de la fusion ab-
sorption de la soci6te AF PARTICIPA-
TIONS par la soci6et GROUPE
FONTAINE, decide de nommer en
consequence la SARL GROUPE
FONTAINE, Pr6sidente du la society A
computer du 30 juin 2010.
Mention sera faite au RCS de Fort de
France
Pour avis
FB4814

AVIS DE NOMINATION
MULTI SERVICES CARAIBES
SOCIETY PAR ACTIONS
SIMPLIFIES
AU CAPITAL DE 37 000 EUROS
SIEGE SOCIAL : CENTRE CCIA LA
GALLERIA 97232 LAMENTIN
443 387 089
Suivant decision de I'associe unique du
18 ao0t 2010, il rdsulte que : I'associe
unique
connaissance prise de la realisation d6fi-
nitive de la fusion absorption de la soci6te
AF PARTICIPATION par la socie6t
GROUP FONTAINE, decide de nom-
mer en consequence la SARL GROUPE
FONTAINE, Presidente du la society &
computer du 18 aout 2010.
Mention sera faite au RCS de Fort de
France
Pour avis
FB4815

AVIS DE NOMINATION
SECURITY PRIVE ANTILLES-
GUYANE
SOCIaTE PAR ACTIONS
SIMPLIFIEES
AU CAPITAL DE 37 000 EUROS
SItGE SOCIAL: IMMEUBLE MARSAN
KERLYS PORTE 28
97200 FORT DE FRANCE
491 187589
Suivant decision de I'associe unique du
18 ao0t 2010, il r6sulte que : I'associ6
unique
connaissance prise de la realisation defi-
nitive de la fusion absorption de la socie6t
AF PARTICIPATION par la soci6t6
GROUP FONTAINE, decide de nom-
meren consequence la SARL GROUPE
FONTAINE, Presidente du la society A
computer du 18 ao0t 2010.
Mention sera faite au RCS de Fort de
France
Pour avis
FB4816

AVIS DE NON DISSOLUTION
Suivant deliberation de I'assembl6e ge-
nerale extraordinaire du 28/01/2011, les
associ6s, de EVEA, SARL au capital de
1.000.352 E ; Immeuble MONPLAISIR,
ZI La L6zarde -97232 Le Lamentin, RCS


Fort-de-France N" 385.163.191
dans le cadre des dispositions
L.223-42 du Code de commerce
cid6 de ne pas dissoudre la So
Mention sera faite au RCS d
France. Pour avis.

ADDITIF AU JOURNAL
Justice N 31 du 04 ao0t 2011
- FB 4572
BIRDY FINANCES
Changement de grant
Monsieur CONTROLE Jean Ma
Severin replace Monsieur
Dominique


AVIS DE MISE EN SOMM
PRO CARRELAGE PLOMI
Suite au proces-verbal du 21 av
a e6t d6cid6 la mise en sommei
ci6t6 PRO CARRELAGE PLC
sise A Usine du Simon
97240 LE FRANCOIS
RSC:501 144315
Code APE ou gestion :008710
L'avis prend effet A computer:
du 2 mai 2011
Pour avis, la gerante Mme DEL


AVIS DE LIQUIDATION
"MISTURA FINAo
8500KM RTE DE BALA
97234 FORT DE FRAN
SIRET :509 185 922
Avis de liquidation total de la
responsabilit6 limit6e MISTUF
Siret 509185922 au capital de
don't le siege social est situe6
route de Balata 97234 Fort de
represents par son liquidateur M
Eloise Sabrina en sa quality de


AVIS DE DISSOLUTION ANT
MAGIC FROID
SARL AU CAPITAL DE 8000
Si6ge social : 132 rue du Prof
mille Cit6 Dillon
97 200 FORT DE France
RCS FORT DE FRANCE :441
Aux terms du proces-ve
29/03/2011, I'assembl6e gendr
ordinaire a decide la dissolution
de la soci6et An computer du 31.
et sa liquidation amiable sous I
conventionnel, conform6ment a
sitions statutaires. La soci6et s
pour les besoins de la liqui
jusqu'A la cloture de celle-ci. Le
correspondence dolt etre adre
celui o6 les actes et documents
nant la liquidation doivent 6tre
6te fix6 au siege social actuel, si
liquidation. Elle a nomm6 comm
teur St6phane BASTON, domic
tier La Pointe, Lotisseme
Paletuviers
97229 LES TROIS ILETS
en lui conferant les pouvoirs
6tendus sous reserve de ceux e
ment reserves par la loi A la cc
des associ6s, dans le but de lui
de mener A bien les operations
realiser I'actif, apurer le passif e
le solde entire les associes dan
pect de leurs droits.
Le d6p6t des actes et pieces re
liquidation sera effectu6 au gref
bunal de Commerce de F(
FRANCE en annexe au reg
commerce et des societes.
Pour avis, Le G6rant


AVIS DE DISSOLUTION ANT
GUARDOM SARL
Soci6t6 A Responsabilit6 Limite


I, statuant Siege social: 108 rue Victor Hi
de I'article 97200 Fort de France
e, ont de- Au capital de 7600.00
cidte. RCS de Fort de France TMC 51
e Fort de N de gestion 2009 B 491
Aux terms d'une assemble
FB4817 extraordinaire en date du 18 ju
L la dissolution anticipee ai te r:
Page 13 A computer du 31 d6cembre 201
M. William SEBAG, associe g
nomme liquidateur avec les po
plus 6tendus pour r6aliser les c
arc de liquidation.
NADEAU Le siege de la liquidation est fi:
rue Victor Hugo 97200 Fort de
FB4818 Les actes et pieces relatifs a la I
seront depos6s au RCS de
IEIL France
BERIE Pour avis et mention
ril 2011, il M. W. SEBAG, le liquidateur
I de la so-
)MBERIE
AVIS DE DISSOLUTIC
ET DE LIQUIDATION ANTICIP
SOCIETY NOUVELLE D'ELEC
7972 Socitd &A Responsabilite Limit
pital de 7 622.45 E- Si6ge so
miste 69 Chemin la Treiz
.YON M. Lamentin, RCS Fort de France
FB4819 386 960 N de gestion : 2007
Siret: 498 386 960 00021-APE
N Aux terms d'une deliberatior
semblee Generale Extraordinail
TA du 15 septembre 2011, la collect
CE associes a d6cid6 la dissolution
de la society A computer du 20 s
society A 2011 et sa mise en liquidation
1A FINA. Elle a nomme Monsieur VOLT/
e 2000 E demeurant Palmiste 69 chemin
8.500 km 97232 Lamentin, en quality de li
France et et lui a confer les pouvoirs les I
lle Rose- dus pour terminer les op6er
gerante. course, r6aliser I'actif, acquitter I
FB4820 Le siege de liquidation est fixed
social de la society. C'est A cett
ICIPEE que la correspondence devra et
et que les actes et documents c
EUROS la situation doivent etre notifies
Roy Ca- Mention sera faite au RCS DE I
Pour avis

113 438
rbal du AVIS DE DISSOLUTION
ale extra- ANTICIPEE
anticipee L'associe unique de la social
/12/2010, MARCHE EURL,
e regime au capital de 7500 .
ux dispo- RCS de Fort de France; B 482
ubsistera decide suite a I'assemblee ger
nation et traordinaire du 3 janvier 2011, h
lieu oO la tion amiable de la society et
ss6e est comme liquidateur qui accepted,
s concer- Monsieur Philippe URSULET, a
notifies, a rant. Toute correspondence d
Age de la adress6e A son adresse.
e liquida- Les actes et pieces relatifs & la li
ilie Quar- ont 6te depos6s au registre du o
ent des et des societies de Fort de Fran
Pour avis et mention
Le grant
les plus
xclusive-
ollectivite AVIS DE DISSOLUTIOI
permettre ANTICIPEE
en course, SOCIETY CEANNE
it r6partir RCS Fort de France 512 172 5f
is le res- Par decision du 31 decembre 20
ci6t6 SMCR DISTRIBUTION,
latifs a la unique de la SOCIETE CEANF
fe du Tri- cid6 la dissolution de la soci6et
ORT-DE- transmission du patrimoine A
istre du unique SMCR DISTRIBUTION.
Conformement aux dispositions
cle 1844-5 du code civil, cette di
FB4821 s'effectue sans liquidation et er
transmission universelle de ce p
ICIPEE de la soci6t6 au profit de son
unique, la soci6te SMCR DI
e TION, sous reserve qu'A I'issue


d'opposition pr6vu par la loi, les crean-
ciers n'aient pas fait opposition A la dis-
solution ou en cas d'oppositions, que
celles-ci aient ete rejetees en premiere
instance ou que le remboursement ait ete
effectue ou les garanties constitutes
Pour avis, la gerance
FB4825


lerant est AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
luvoirs les COACHING
operationss CITE DILLON N* 566
AV. VICTOR CORIDUN FDF
xe au 108 RCS : 451 092 688
France AU CAPITAL DE 500 E
iquidation CODE DE GESTION
Fort de N'2003 B 1152
Apres dissolution, I'associe unique a
constate la cloture de liquidation et la dis-
parition total de la soci6et A computer du
FB4822 22.09.2011.
La radiation sera effectuee au RCS de
IN Fort de france
'EE Pour avis,
TRICITE le liquidateur
ee au ca- FB4826
cial : Pal-
e 97232 AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
TMC 498 SARL TOP ENKA
B 1047 Au capital de 7 500 E
-: 4321 A Siege social 5 rue Joinville Saint Prix
n de I'as- 97215 Riviere Salee
re en date N Siren : 505 161 174 Fort de France
ctivite des L'assemblee g6nerale extraordinaire en
anticipee date du 30 ao0t 2011, a d6cid6 la disso-
eptembre lution anticipee de la soci6et A computer
amiable. de ce jour. La society subsistera pour les
kT Olivier, besoins de la dissolution et jusqu'A la clO-
la Treize ture de celle-ci. La liquidation est fixee a
quidateur I'adresse ci-dessus.
plus 6ten- Gerants : CANTINOL Claudine et Va-
itions en nessa, est charge de la liquidation avec
e passif. les pouvoirs les plus 6tendus
au siege Pour avis et mention, les grants
e adresse FB4827
re envoy
oncernant AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
SARL TTLD
FdeF Sise Ravine Acajou Riviere Pilote 97211
RCS : 483 477402 000 18
FB4823 Capital : 4760 C
A I'assemblde general en date du 12
N mars 2011 a decide la dissolution antici-
p6e de la society & computer : 31 d6c6m-
tI COTE bre 2010. La society subsistera pour les
besoins de la dissolution et jusqu'a la clo-
ture de celle-ci. La liquidation est fixee a
503 958 a I'adresse ci-dessus.
Aerale ex- Le grant: LOUISY- DANIEL Robert est
a dissolu- charge de la liquidation avec les pouvoirs
a nomm6 les plus 6tendus.
Pour avis et mention, le grant
ncien ge- FB4828
evra Atre
AVIS DE TRANSDFERT DU SIEGE
quidation Suivant assemble g6enrale extraordi-
ommerce naire du 16/08/2011, le si6ge social de la
ce. society
NETONE SYSTEMS, SARL, capital :
7500 E, RCS Fort-de-France
FB4824 512.209.651 a 6te transfer de Imm
CLERC Z.I La Lezarde 97232 Le La-
N mention A Acajou Bas Palmiste 97232 Le
Lamentin. Les status ont ete modifies en
consequence. Pour avis.
16 FB4829
10, la so-
associde AVIS DE TRANSFER
JE, a de- DU SIEGE SOCIAL
& avec la BLACK HAIR
I'associd 7, rue Papin Dupont
97200 Fort de France
de I'arti- Capital : 2000 euros
solution RCS de Fort de France
ntraine la Avis est donned du transfer du siege so-
atrimoine cial de la society A computer du 07 sep-
associd tembre 2011, consequence les articles
STRIBU- des status seront modifies.
du d6lai Ancienne mention


S^ i 29. ,ep01j e n'9-ag1


I' I







http://www.iournal-iustice-martinique.com


7 rue Papin Dupont 97200 Fort de France
Nouvelle mention
62 Route de I'enclos, centre commercial
La Belle Creole 97233 Schoelcher
Pour avis, le grant FB4830

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
SELARL BANETTE CONAN
GIROUDIERE
AVOCATS LA ROCHELLE
<,
SOCIETE A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 100 000 EUROS
SIEGE SOCIAL : FORT DE FRANCE
(MARTINIQUE) LOTISSEMENT
DILLON STADE
15RUE GEORGES EUCHARIS
483 406 948 RCS FORT DE FRANCE
Aux terms de I'AGE du 13/09/2011, le
siege social anciennement fixe a Fort de
France (Martinique) 15 rue Georges Eu-
charis Lot Dillon Stade a ete transfer A
La Rochelle (Chte Mme) Parc d'activites
Jean Guiton Rue des Trois Peres BAti-
ment A 2eme etage A computer du
13/09/2011.
L'article 4 des status a ete modified en
consequence
Pour avis, la gerance FB4831

AVIS DE CESSION DE PARTS
CARAIBES ECO CONSTRUCTION
SARL AU CAPITAL DE 7500.00 E
SIEGE SOCIAL QUARTER
FLEURI MEDECIN
(MARTINIQUE) RCS TMC 509 901 542
N" DE GESTION 2009 B 144
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date a Fort de France du 05 septembre
2011 enregistre a la Recette Divisionnaire
de Fort de France Ouest (Martinique) le
19 septembre 2011 Bordereau no
2011/1074 case no 18.
Monsieur Olivier LOUREL qui accepted les
15 parts sociales don't il dispose dans la
Society CARAIBES ECO CONSTRUC-
TION SARL pour la some de 1500
Les opposition seront reques au Cabinet
de Maitre Ferdinand EDIMO NANA, 28
avenue des Arawaks
97200 Fort de France
Elles devront Atre faites au plus tard dans
les dix jours qui suivront la derniere en
date des publications legales prevues
Le grant
FB4832

AVIS DE CESSION DE PARTS
SOCIETY SUD VOILERIE
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 3800 EUROS
SIEGE SOCIAL :
19 ALLEE DE LA CORNICHE
LOTISSEMENT LA COLLINE
97233 SCHOELCHER
RCS FORT DE FRANCE
TMC 522 695 923 (2010 B 696)
Aux terms du process verbal de I'assem-
blee general extraordinaire du 09 sep-
tembre 2011, il result que :
la collectivite des associes a pris acte de
la cession des parts de Monsieur Patrick
Hyacinthe PRUDENT au profit de la
SARL MANU VOILES.
La collectivite des associe a pris acte de
la admission Monsieur Patrick Hyacinthe
PRUDENT en tant que co-gerant e la so-
ciete SUD VOILERIE SARL a effet au 15
septembre 2011. En consequence Mon-
sieur Clair Emmanuel RESIN exercera
seul les functions de grant de la society.
La collectivite des associes a decide de
transferer le siege de la society SUD
VOIELRIE SARL 19 ALLEE DE LA COR-
NICHE Lotissement la colline 97233
SCHOELCHER, A CARENANTILLES,
Baie des Tourelles 97200 Fort de France


Martinique, a computer de ce jou
Les articles 4-7-8 et 14 des statu
modifies en consequence.
Pour avis


AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRES
SARL SABOR KARIBI
AU CAPITAL DE : 12001
POINTE DU MARIN 97227 ST
RCS : 498 561 828 0001
APE : 553B
Suite a I'assemblee extraordi
08/06/2011, il a ete decide de mi
articles suivants article 3 & 4,
-nouvelle adresse : 54 av Jean
TSV 97200 Fort de france
- Objet en sus : Bar, restaurant,
culturelles;
En consequence, les articles re
seront mis A jour
pour avis le grant

AVIS DE MODIFICATION
Par decision du 8 juillet 2011,
unique grant de la society NE
SARL au capital de 2000 E, in
RCS de Fort de France no 45i
ayant siege social 19 rue Blen.
Fort de France a decide :
- de modifier en consequence d
sion de parts intervene le 12
I'article 8 de status article 8 c
cial Le capital social est fixe a I
de 2000 euros. II est divise en
sociales de 20 euros chacune
ment liberees et attributes selo
ports en numeraires originels et
de la cession des parts social
ao0t 2010 a Toufik BELAALA.
parts sociales formant le capital
- de transferer, a effet du 1l
2011, le siege social de la so
meuble Synergie, Zone de la Tr
97232 LE LAMENTIN et d'y eta
I'etablissement principal,
- de modifier, A effet du ler jan
I'article 4 des status comme su
cle 4 : siege social -etablisse
condaire : Le siege social et
etablissement de la society es
meuble Synergie, Zone de la Tr
97232 LE LAMENTIN. La society
d'un etablissement secondaire
19 rue Blenac 97200 Fort de Fi
- de constater que I'activite prior
la society devenue depuis plusi
cices celle du demenagement,
port par vole terrestre, aer
maritime de biens ou marchan
transports internationaux, d'aff
de dep6t et garde meubles oi
chandises ;
de modifier en consequence I'a
status comme suit < article 2:
cial. Tant en France metropolis
dans les departments ou territ
tre mer ou a I'etranger, la soci
objet social de :
1 les demenagements, les tran
voie terrestre, aerienne ou mi
biens et marchandises, I'organ
transports internationaux, I'affre
dep6t, la garde de meubles ou
dises, le commerce de gros de
dises.
2 I'achat, la vente de tous pro
metiques, de tous products deri
cessoires de mode textiles oi
products decoratifs et d'ameubl
3 la prise en location-gerance
en location gerance de tout
commerce, la prise de particip
souscription, achat de toute pai
I'apport dans toute societe, gro
en rapport avec I'objet social tel
aux paragraphes 1 et 2. ,
- d'augmenter le capital soc


r. some de 8000 euros pour le porter a 10
ts ont ete 000 euros par creation de 400 parts so-
ciales nouvelles par compensation avec
les creances exigibles et liquides sur la
FB4833 society inscrite au credit du compete cou-
rant des associes '
NS Par decision du 12 ao0t 2011, I'associe
unique a constate la souscription des 400
E parts nouvelles a career par lui-meme par
0E compensation a due concurrence des
E ANNE sommes inscrites au credit de son
9 compete courant d'associe et a decide de
modifier I'article 8 des status a effet du
naire du 12.08.2011 comme suit:
jdifier les A la constitution, le capital social etait fixe
a la some de 2 000 (deux mille) euros
Jaures divise en 100 (cent) parts sociales de 20
euros chacune entierement liberees et at-
et actions tributes en recompense et dans la pro-
portion des apports en numeraires
iferences effectues par :
Monsieur Toufik BELAALA, a concur-
FB4834 rence de 700 (sept cents) euros ; soit 35
parts sociales
NS Monsieur Malik TIFRIT, a concurrence de
I'associe 1 300 (mille trois cents) euros ; soit 65
W LAND parts sociales.
scrite au Par suite de la cession de la totality de
3564109, ses parts sociales par Monsieur Malik TI-
ac 97200 FRIT au benefice de Monsieur Toufik BE-
LAALA par acte sous seings prives du
de laces- 25/08/2010 au SIE de Fort de France
.08.2010 sous bordereau n2010/981 case n15,
capital so- les 100 (cent) parts sociales composant
a some le capital ont ete attributes a Monsieur
100 parts Toufik BELAALA.
,entiere- Par suite d'une augmentation de capital
n les ap- social de 8 000 (huit mille) euros decide
Spar suite le 8 juillet 2011 par creation de 400 parts
es du 12 sociales nouvelles au prix d'emission de
Total de 20 euros chacune et realisee le 12 aout
S: 500 0. 2011 par compensation des creances
er janvier exigibles et liquides sur la societe ins-
iciete im- crites au credit de son compete courant
ompeuse, d'associe, le capital social a ete porte a la
blir aussi some de 10 000 euros
(dix mille euros ).
vier 2011, II est divise en 500 (cinq cents) parts so-
it : < arti- ciales de 20 (vingt) euros chacune, entie-
ment se- rement liberees et attributes selon les
principal apports en numeraire au moment de la
t fixe im- constitution de la society, puis par I'effet
ompeuse, de la cession de parts sociales du 12 ao0t
:e dispose 2010, puis consecutivement a I'augmen-
tation de capital social realisee le 12 ao0t
rance. 2011 a:
cipale de Monsieur Toufik BELAALA : cinq cents
eurs exer- parts sociales numerotees de 1 A 500,
du trans- ci....................500 parts
ienne ou Soit la totalite des parts sociales formant
idises, de le capital social
retement, Pour avis la gerance FB4835
u de mar-
AVIS DE MODIFICATION DE
article 2 de L'OBJET SOCIAL
Objet so- DE LA SARL EXCELL
taine, que COMMUNICATIONS
oires d'ou- au capital de 8 000,00 euros


6te a pour

sports par
maritime de
isation de
tement, le
marchan-
marchan-

duits cos-
ves, d'ac-
u non, de
ement;
ou la mise
fonds de
nation par
rticipation,
oupement,
que defini

:ial de la


Siege : Bat. T, esc. 2, avenue Raoul Fol-
lereau 97200 FORT DE FRANCE
A procede le 15 septembre 2011 & la mo-
dification de I'objet social" pour y ajouter
"animations
sporadiques et adoption du statut d'edi-
teur" et "fabrication et commercialization
de plats a faible teneur calorique".
La gerante, Marie-Helene DALU
FB4836

AVIS DE FUSION ABSORPTION
MADIANET
Society par actions simplifiee
Au capital de 450 000O
Siege social: ZI les Mangles Acajou
97232 LE LAMENTIN
B 328 375 548
Suivant deliberation d'une assemble ge-
nerale ordinaire du 18 ao0t 2010, il re-
suite que : L'assemblee general,
connaissance prise de la realisation defi-
nitive de la fusion absorption de la society
AF PARTICIPATION par la society
GROUP FONTAINE, decide de nom-
mer en consequence la SARL GROUPE
FONTAINE, Presidente de la society a
computer du 18 ao0t 2010.
Mention sera faite au RCS de Fort de
France
Pour avis FB4837

AVIS N FB4765 DU 15/09/11
AAPC MODIFICATIF
MARCH A PROCEDURE ADAPTEE
POUR LA REALISATION D'UNE ETUDE
D'IMPACT ET D'UN DOSSIER D'EN-
QUETE PUBLIQUE RELATIFS AUX
TRAVAUX D'AMENAGEMENT DE
L'EAT DE LA POINTE FAULA (Ville du
VAUCLIN)
La modification porte sur la date limited de
reception des offres.
Date limited de reception des offres:
Les offres devront parvenir pour le 05 Oc-
tobre 2011 a 12 h 00 au plus tard au lieu
du 23 septembre 2011 A 12h00.
Toute offre parvenue apres ces date et
heure ne sera pas prise en compete.
FB4838

AVIS RECTIFICATIFA L'ANNONCE
FB 4511 DU 27 JUILLET 2011 N029
PAGE: 14
Denomination social : Serrurier-sou-
dure-Travaux-metalliques
SIGLE : S.S.T.M
Pour avis, Le Gerant FB4839




w- Q11


F -1


Justice est un journal hebdomadaire d'information
paraissant le jeudi, habilite par la Prefecture, a
publier les annonces legales et judiciaires sur le
Department de la Martinique.

Les tariffs applicables en matiere d'annonces legales et
judiciaires, calculus a la ligne, sont fixes chaque annee
par arrete prefectoral.
Votre announce dolt nous parvenir le vendredi avant
S1 heures date de bouclage du journal pour une
parution lejeudi suivant.
Votre Facture et unjustificatif vous seront expedies
h ri nrlnltinnI rl l lnn l


*~~ I


r A^'w fALES -1














A. Nicolas G. Mauvois W. Guitteaud G. Dufond

Face A L'Orbonnance sc6ltrate
bu 15 Octobre 1960


Sous la prdsidence du Dr Michel Yoyo

Dimanche 16 Octobre 2011 17 H
A L'ATRIUM Fort-de-France
Avec la participation d'Armand Nicolas,
Georges Mauvois, Guy Dufond

Film documentaire
Temoignages
Signature de livres