<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00228
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: September 22, 2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00228

Downloads

This item has the following downloads:

( BRIDGECACHE )

( BRIDGECACHET )


Full Text
zine hebdomadaire d'information communist


Jeudi 22 Septembre 2011 91eme Ann&e N? 38 Martinique: 2,00 E France: 2,40 E DOM: 2,20


Elections s6natoriates:
Le PCM se prononce en
faveur des candidates du
RDM Claude Lise et Ray-
mond Occolier

O.N.U.:
Oui ra un Etat palestinien






http://www.journal-iustice-martinique.com


a ka Paisi ...................2

E it ................. ........ 3
- Uinsurection du Sud

Lutte ociales ................. t4
- K5F : preparer IE sursaut
- Nouveau sursis pour le Lancry

Eco/Soial ................. 5/6
- La entree de "Contact Entreprises"
- Nos mutuelles disparaitront-elles P

Socit ...................... 7/9
- Cooperation Lamentin/Santiago
- Fonds Giraumon Pelletier
- Brdves
- Dd zE pou Thierry Dol

Politiue ................... .. 10
- Elections senatoriales

Frae .................. .. 11/13
- Fite de I'Huma 2011
- Primaires du P.S.
- Des deux cotesde IAtlantique

Notre Reion ............p. 1.3/14
- Braves regionales

PaN le Moime ..........f 14/16
- Oui a un Etat palestinien
- Etats-Unis : 46 200 000 pauvres
- Voyage electoral en Ubya

Anmw LUgae ......... f. 6/

Culture .....................20
- Distiller une education artistique
- Hommage a Suzanne Roussi C=saire



"JUST ICE "
Administration & R6daction :
Tl. : 05 96 71 86 83
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Te.: 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
ST6. : 0596 73 14 54


Du changement la ttee usyndicat esmarins pcheurs
A quelques mois des elections au Comit6 regional des peches qui se derouleront du
23 d6cembre 2011 au 12 janvier 2012, le syndicate independent des marines pecheurs
de la Martinique change de presidence. C'est desormais la bouillante Marie Ad6mar
qui e ete 6lue a I'unanimite des membres lors de I'assemblee general du 12 sep-
tembre dernier. La nouvelle president, qui a toujours et6 omnipresente aux c6tes
de son epoux Ren6 Ademar prend done les renes d'un organisme qu'elle connatt fort
bien. Elle entend, dit-elle, poursuivre I'engagement de son predecesseur de d6fendre
les marines pecheurs et la profession. Un leadership qui lui sera contest, lors de cette
consultation, par la Sapem, I'autre syndicate de la profession.

RenouveUlement des lgueis Oe quarters be Schwcher

Apres plus de 2 ans de mandate et 211 reunions de quarter, le renouvellement des 78
delegues au service des 21 quarters de Schoelcher a debuted le13 septembre et
s'achevera le 19 octobre 2011. Ces intermediaires entire la population de leur secteur
et la municipality sont senses agir dans I'interet general de la commune, des quar-
tiers et de leurs habitants. Ils sont I'un des piliers de la democratic participative mise
en place par I'equipe municipal menee par Luc Louison Clemente. Dans leur mis-
sion d'animation et d'interface entire la population et la municipality, ils sont charges
d'organiser les reunions du comite de quarter, de proposer I'ordre du jour. Ils sont
egalement charges de recueillir les propositions et les doleances de la population
pour un mieux vivre ensemble. Un constat s'impose cependant : les jeunes de la
commune semblent peu interesses par cet engagement citoyen.

Voyage a Cuba des agriculteurs etpecheurs martiniquals

Dans le cadre de ses changes avec nos voisins de la CaraTbe, I'Association pour la
Promotion de I'Economie Rurale (APER) dirigee par Lucien Adenet propose aux pro-
fessionnels de I'agriculture et de la peche ainsi qu'au grand public un sejour de de-
couverte des exploitations et centres de recherches cubains. Apres Porto-Rico I'an
dernier, I'APER propose de decouvrir Cuba oO I'agriculture est en pleine restructura-
tion. Ce voyage est la 11 ime rencontre d'echanges de savoir faire entire agriculteurs
et pecheurs martiniquais avec leurs homologues de la Caraibe. Ce sejour est prevu
du 5 au 12 novembre prochains.
Renseignements: 06 96 33 08 02 ou Lucien.adenet@wanadoo.fr. Les places sont li-
mitees.

"Fusion.. Ceramique contemporaine"

Dans le cadre de ses expositions la bibliotheque Schoelcher propose : ",Fusion.. Cj-
ramique contemporaine"de Martine Baker et HabdaphaT du 30 septembre au 11 oc-
tobre 2011
Ces artistes presentent cette nouvelle exposition d'objets en ceramique avec la vo-
lonte d'explorer le domaine de la "fusion".
Selon eux, la richesse symbolique ou figuree de ces sculptures nous transpose dans
un ailleurs etonnant, jalonne d'emotions.
Elles sont le reflet de I'6change spontane entire deux personnages dans un space
intemporel oO le peintre rencontre la ceramiste.
C'est un periple nourri des quatre elements, la terre, le feu, I'air et I'eau o0 la matiere
premiere minerale se transform en objets qui materialisent I'homme dans ses di-
versites culturelles, qui le transportent dans un universe de metamorphoses qui lais-
sent des traces materielles et qui lui ouvrent les portes vers une interiorite permettant
un voyage d'exception

La Collection Du Pre Pinchon, patrimoine martiniquais

Le jeudi 15 septembre la collection du pere Pinchon est entree definitivement dans
le patrimoine martiniquais suite a la convention signee entire la Region et les dona-
teurs, Les Peres du Saint-Esprit.
En fevrier 1992, la Region Martinique avait requ en dep6t pour 20 ans renouvelables
les collections d'histoire naturelle, d'archeologie et la bibliotheque scientifique du R.P.
Pinchon. La collection du Pere Pinchon veritable tresor de notre faune et flore sera
bient6t en exposition publique dans le future musee du meme nom sur la route de Di-
dier.


^SeuaiR 2.etmr201j ien e 2


$A XA1PAJ t





http://www. iournal-iustice-martinique. cor


L'Insurrection bu Sub: Une page 6'histoire b'une brulante actuality.


En ce mois de septembre, la municipality de Riviere Pilote
ainsi que les associations et formations politiques qui mi-
litent pour I'avenement d'un veritable pouvoir politique
martiniquais commemorent le 141ieme anniversaire de
I'insurrection de 1870, communement appelee "Insurrec-
tiondusud"mais qui s'etait propagee a une grande parties
de la Martinique. Les causes de cet embrasement, on les
connalt. Elles trouvent leur origine dans le refus de la
plantocratie bekee d'admettre que la society esclavagiste
etait revolue depuis la revolution du 22 mai 1848, qu'elle
ne pouvait plus exercer sa domination sans partage, no-
tamment sur les nouvelles elites issues des membres les
plus eclaires de la bourgeoisie de couleur.
Tel est le sens de la revolte populaire don't le point de de-
part fut I'altercation qui, le samedi 10 fevrier 1870 avait
oppose deux martiniquais d'origine ethnique et de condi-
tion social bien differentes. D'un c6t6, le sieur Augier de
Maintenon, aide commissaire de marine, fraichement de-
barque A la Martinique et qui avait tries vite integre le cer-
cle des b6kes don't beaucoup n'avaient pas digere
I'abolition de I'esclavage 22 ans plus t6t et revaient de re-
tablir le travail servile.
De I'autre, un jeune noir de 22 ans, Leopold Lubin, issueu
dune 6onnefamifedusud, et donc de rang social relative-
ment eleve, mais qui portait cependant la lourde tare
d'etre un descendant "da'fncains"et done de ne pas ap-
partenir A la caste dirigeante bekee qui regnait sur le
pays. Sans computer les provocations du sinistre Code qui
ne sont pas sans rappeler celles de Roger Aubery qui
avaient attise la colere des grevistes, le 24 mars 1961, au
Lamentin.
Une page de notre histoire qui fut longtemps frappee du
sceau d'un silence impose, & cause de la symbolique
qu'elle porte et de la terrible repression qu'ont subie les
acteurs reels ou simplement supposes de ce souleve-
ment. L'insurrection du sud, don't I'exhumation est due
aux recherches de notre camarade Armand Nicolas a, de-
puis, inspire d'autres historians don't notamment Gilbert
Pago.
Dans la preface de I'ouvrage de ce dernier consacre A
cette page A la fois si sombre et si hero'fque de note his-
toire, I'ancien vice-recteur Alain Plenel, lui aussi victim
de la repression colonialiste ecrit avec une etonnante lu-
cid ite : "Comme beaucoup d'autres exlbsionspopulaires, cette in-
surrectionfut un ichec, mais aussi come beaucoup d'autres, et
surtoutpar Campeufque reviitt a repression, efe constitute une
itapefondamentae de Chistoire contemporaine de fa 9Marti-
nique" Lequel pursuit : "Its'agit d'nn confit qui oppose des
hommes fibres, enprincipe citoyens igauwen devoirs et en droits
et cecipour a premierefois ca fa Martinique".
Helas ce ne fut pas non plus pour la derniere. La proble-
matique soulevee par Alain Plenel reste une constant
qui a toujours marque le douloureux passe de notre peu-
ple. Car I'histoire de notre pays, jusqu'A une epoque pas


si lointaine, est jalon-
nee de ces revoltes
populaires sponta-
nees ou a I'initiative
des organizations
syndicales contre le
mepris envers les ne-
gres et la classes ou-
vriere affich6 souvent
ostentatoirement par
les -descendants des
maitres d'esclaves.
Du massacre de la di-
zaine d'ouvriers agri-
coles au Frangois lors
de la grbve de f6vrier
1900, en passant par
les 6vbnements de d6cembre 1959 qui firent trois vic-
times parmi la jeunesse martiniquaise, pour arriver a la
tuerie du Lamentin, le 24 mars 1961, et jusqu'aux 6vbne-
ments de Chalvet de 1974, toute I'histoire de notre peu-
pie est marquee par des movements de resistance
centre I'oppression exercee par les colonialists qui, de-
puis pres de quatre siecles, regnent presque sans par-
tage sur notre pays. La lecture des recherches publiees
par nos historians montre, come c'est toujours le cas
aujourd'hui, la collusion entire le pouvoir parisien et les te-
nants du system colonial pour maintenir leur domination
sur le pays.
Lesquels n'ont tire que peu de lemons de I'Histoire.
Certes, ils se font un peu moins arrogant que du temps
de I'affaire Lubin/Augier/ Cod6. Ils ont beau proclamer
que nous sommes "ous crioles" ils restent toujours
adeptes, come aux epoques esclavagiste et post es-
clavagiste, de la s6gr6gation racial. Certain d'entre eux
ne se ganant pas pour affirmer leur opposition lIa fusion
des diff6rentes ethnies vivant sur le sol martiniquais.
Deux evidences au moins s'imposent & tous ceux qui ont
le courage de regarder en face la r6alit6e conomique et
sociologique de notre pays. La premiere c'est qu'en depit
du chemin parcouru, grace & I'engagement des anticolo-
nialistes, les s6quelles du colonialisme tant sur le plan
economique que de celui de I'ali6nation culturelle de-
meurent encore vivaces. La second, c'est que le combat
visant A mettre fin a la domination multiforme de notre
people est encore long et difficile, A cause notamment des
volte face et des reniements de ceux don't la mission se-
rait d'6clairer le people.
Mais I'histoire n'est jamais ecrite une fois pour toutes.
Meme A petits pas, le people martiniquais, inspief par les
id6aux et les sacrifices des h6ros de 1870, continuera de
lutter pour la fin des injustices et d'avancer vers la res-
ponsabilit6 et le progrbs.
Honneur et respect pour les martyrs de I'insurrection du
Sud!
Georges Erichot


V ^^^^I^^^^I I B .lB^


E 0





http://ww.ioumal-iustice-martinique.com


K5F: Preparer et sursaut bes salaries
!I ,I~YI 1F -illllllllll! ..
. .. ... .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. . r .. .. . . .. . . . . .. . . . . - .. .. .. v .. .. . ..


Jeudi 15 septembre, la Maison des syndicats 6tait plus ani-
mee que d'habitude, le K5F faisait sa rentree syndicale sur
la problematique des contracts aides. Certes, ce n'etait pas
la grande foule, ils etaient quelques dizaines, I'occasion
d'un change entire dirigeants et militants. Lesquels ont
abord6 different sujets, et en particulier la situation "dif-
ficile" des contracts aides sans oublier au passage ce son-
dage commandite par Contact-Entreprise. Un K5F d'accord
sur le fait que, la croissance A I'arret et la politique d'aus-
terite ne presagent rien de bon pour les salaries. Les mili-
tants ont 6galement pris la decision d'ecrire aux candidates
auxs6natoriales afin d'obtenir leur appui concernant les
contracts aides. Afin de se preparer au mieux dans leur lutte
aux c6t6s des salaries qui connaissent de plus en plus de
difficulties, licenciements, pressions diverse, mauvaises
conditions de travail, les organizations syndicales ont de-
cid6 de continue leur travail de conscientisation,
conscientes que I'heure n'est pas propice A la mobilisa-
tion, mais plut6t a I'union des forces.
Le president du K5F, Leon Bertide fait le point


J : Comment se porte le K5F en cette rentree 2011 ?
Leon Bertide : Le K5F se preoccupe particulierement de son
organisation au niveau inteme. Nous avons eu deux seminaires
en 2010/2011, oi nous avons trait les questions d'organisation
du K5F pour mener le combat. Cela est essential pour nous,
car si nous ne sommes pas organisms 6 notre niveau, pas struc-
tures, si nous n'adoptons pas le project de charte deja en pos-
session des composantes, si nous ne sommes pas organises
geographiquement au niveau des communes afin de creer des
relais du K5F, cela ne pourra pas aller. Et c'est Il le principal


problem que rencontre notre organisation. Nous nous attelons
pour faire I'effort de traiter de toutes ces questions.
Evidemment nous ne sommes pas absents du pays, puisque
nous prenons position sur ce qui ce passe. Nous ne sommes
pas dans une periode o6 les mobilisations sont faciles, tout le
monde le sait. II s'agit pour nous d'apporter les elements au
people martiniquais pour I'amener a un sursaut de resistance.
Nous ayons signed des accords en 2009, ces accords, les prin-
cipaux, arrivent a expiration en mars 2012. II y a I'accord re-
gional interprofessionnel sur les salaires, I'accord sur les prix.
II nous faut done nous preparer a que ces accords ne meurent
pas, meme si on a prevu au niveau de I'accord interprofes-
sionnel sur les salaires, que la prime patronale deviendra un
annexe du salaire. II y a beaucoup de patrons qui n'entendent
pas cela. II y aura une bataille a mener pour obtenir que cela ne
reste pas au niveau du paper. Les organizations syndicales
sont parfaitement conscientes de cette situation et qu'il y aura
fort a faire a ce niveau.
J : Vous parler de resistance alors que patronat pr6ne le
dialogue social ?
L. B : II faut dire qu'il y a une certain evolution au niveau du
language patronal. II n'y a aucun patron qui se declarer centre
la discussion avec les organizations syndicales. Fondamenta-
lement la society est toujours ce qu'elle est, une society de
classes et la lutte des classes est bien vivante. Elle prend di-
verses formes et il y a une certain hypocrisie quand le patro-
nat pretend etre le chantre du dialogue social. Nous savons que
I'exploitation se pursuit, nous avons des jeunes effray6s quand
ils voient le jer"que prennent leurs parents. II y a unejeunesse
tres exploitee contrairement a ce que l'on pense. II y en a beau-
coup qui veulent travailler, mais travaillent dans des conditions
telles, que cela les degoute.
Donc le combat n'est pas encore termine et se poursuivra.
J : On entendra encore parler du K5F, d'une maniere ou
d'une autre ?
L.B : Le K5F est un outil que nous nous sommes donnes et
d'ailleurs qui a'fait envie A d'autre pays et a un certain nombre
de regions de France. Les movements de Guadeloupe et de
Martinique ont marque au niveau de salaries du monde entier.
IIs sont cites en example. Nous avons d6eja honorer cela, cet
outil ne doit pas disparaitre. Beaucoup de gens croient en ce
movement.
"Se a nou di ranmase gres nous pou nou we sa nou ka fe"
Propos recueillis par C.B


Nouveau sursis pour te group Lancry.


La sortie de cruise du Groupe Lancry s'avere d6cid6ment bien
laborieuse. Le 24 novembre prochain, les responsables des dif-
ferentes entities du group ont, a nouveau rendez-vous avec
les juges du tribunal de commerce pour faire le point sur I'6vo-
lution de la situation firanciere de ses differences entreprises.
Rappelons qu'une nouvelle .periode d'observation courant
jusqu'au 22 fevrier 2012 a ete accordee aux deux enseignes
Leclerc de'Place d'Armes.et de Long Pre, ainsi qu'a la plate
forme Rene Lancry SA de la zone de la Lezarde.
Le 8 septembre demier, les juges ont enterinL le nouvel orga-
nigramme exige par le tribunal et qui devrait donner plus de li-
sibilite quant a la gestion du group. D6sormais, le group qui
entend sauvegarder son caractere familial sera place sous
I'egide de Hedder Lancry qui occupera les functions de pr6si-


dent directeur general des differentes societies de la holding,
tandis que son frere Steeve Lancry exercera les functions de di-
recteur general. Un comite de direction ainsi qu'un comite ope-
rationnel devraient faciliter les prises de decisions plus
collegiales au sein du group qui accuse un passif de I'ordre
de 80 millions d'euros et qui a dO deja se separer de quelques
140 collaborateurs pour tenter de surmonter ses difficulties. En
tout etat de cause, ce.sont les travailleurs, qui, une fois de plus
payment les consequences de la mauvaise gestion du group et
de la concurrence acharnee que se livrent les capitalistes lo-
caux. Ces salaries rencontrent-ils le bonheur au travail comme
le pretend le pseudo sondage patronal de Contact Entreprises?


&__IRnPSBlrr^^jRrBa ^ --A


LoTrf5 0CILE





http://www.iournal-iustice-martinique. com


Conference deprelie de rentrie de I'a'tociationfptronale "Contact-Entrepriies"

Les salaries martiniquais satisfaits ae teurs entreprises ou attaches

a preserver Leur emptoi ?


Contact-entreprise, un des lobby patronaux les plus actifs qui
entend se placer au cceur du debat sur les orientations de la
*soci6te martiniquaise en vendant I'id6ologie n6o-lib6rale, a ef-
fectu6.sa rentr6e par une rencontre avec la press lundi 12 sep-
tembre dernier.
Le moins que I'on puisse dire est que I'ambiance est morose
pour Olivier Huyghes-Despointes, son president. Et le constat
ne presage pas des lendemains meilleurs/. II declare : "notre


Daniel Ladieu presents le sondage realis6 par l'institut Luis Harris


iconomie est en crise"et il ajoute qu'il n'y a" guere d'espoir dune
plus grande implication de 'Etat dans fe diveloppement icono-
mique de notre ife" et que fa Martinique est en passe de perdre
son statute de region en retard i ddveloppement". II conclut done
: "'Etat, C'Europe, fes colectivitis locaes, tous ces leviers pub6cs
traditionnef de notre d&veloppement paraissent paralysis". Et
pour le b' pourfendeur des travailleurs lors de la crise de
2009, un &te salut "fentreprise". Entendez les patrons.
"C'est l& et seulement &l que se trouvent fes marges de progression
de notre iconomie, sespossi6biits e de velppement", assene le di-
rigeant d'entreprise. En r6alite, il ne fait qu'enoncer ce qui est
le role normal de I'entreprise en regimg capitalist.
Mais pour cela, souligne Olivier Despointes, un imp6ratif qui
n'est pas encore a I'ordre du jour selon lui : "fe retour de la
conflance". II prone le travailler ensemble pour retrouver cette
confiance. Car, justifie le patron de Contact-Entreprise, "La cruise
en course nous a en effet appris une chose: certain territoires rd-
sistent mieuxque dautres. Or ce sont toujours ceuxquiposs&dent
1a meilleuregouvernance teritoriale, ceuxoi fes diffirents acteurs
travailTent ensemble, avec un project partage qui indique a direc-


tion a suivre". Et si certain patrons y sont prets, d'autres he-
sitent a leur emboiter le pas.
L 'objectifque s'estfitX Contact-entreprise est de travailer < "en-
sem6f c nous redresser et a conjurer fesformidabLes menaces pre-
sentes aujourd'hui dans notre mediocre situation iconomique
actueffe ". Cest la mani&re de Contact-Entreprise de tirer les le-
gons du movement social de fevrier-mars 2009 et de la rise
capitalist.

Un sonbage pour venbre La politique patronage
Le lobby patronal pavoise tout de meme apres les resultats d'un
sondage commandit6 par lui et realis6 aupr6s de 300 salaries
du prive en Martinique en juillet dernier par I'institut Louis Har-
ris. Et I'un des resultats mis en avant est que "82 % des salaries
ont une 6onne opinion de feur entreprise" Ce m6me chiffre est
celui de ceux qui se disent attaches a leur entreprise tandis que
77 % en seraient fiers. 78 % jugent que I'ambiance au sein de
leur entreprise est bonne et autant ont une bonne opinion de
leurs dirigeants. Autre resultat qui est claironn : 88 % des sa-
laries estiment que les entreprises priv6es jouent un role es-
sentiel dans le d6veloppement de I'economie martiniquaise En
2006, ils n'6taient que 78%. Un bond de 10% qui s'explique-
rait, selon Daniel Ladieu, par 'implication plus grand e ies en-
treprises dans la society; tel en 'iroitnnementt ou e sponsoring". Que
les entreprises privees -qui sont majoritaires- jouent un rdle "es-
sentie' dans le d6veloppement de I'economie martiniquaise
n'est que I'enonciation d'une evidence. Le secteur nationalist
dans I'economie est faible.
Si 8 salaries sur 10 sont fiers de leurs entreprises, la moiti6
d'entre eux choisirait quand meme de travailler pour la function
publique et seulement 22 % resteraient dans le prive. Un choix
dict6 d'une part pa les effects de la crise qui ont eu des cons6-
quences sur 89 % des sondes et d'autre part en raison de I'in-
securite de I'emploi dans le prive. "Lafonctionpublic a toujours
autant d'attrait" reconnait le responsible de 1'6tude. Les en-
treprises martiniquaises ont du pain sur la planche pour rassu-
rer leurs salaries sur la perennit6 de I'activite, un paradox
lorsque I'on sait qu'aujourd'hui on ne parle plus que de flexibi-
lit6 et de temps partiel.
En reality, dans le context de ch6mage massif et en crois-
sance qui est celui de cette annee 2011, les travailleurs sont
plus attaches a leur emploi qu'a I'entreprise et au patron. Pour-
quoi il n'y a t- il pas de questions sur les salaires et la promo-
tion ?
C.B


Le jonage-de Contact-Entrefrilef analyfipar lef yndicat :

"Un coup de communidation'selon Philip Pierre Charles, secretair einIrd e la CDMAT:


<< Ce que nous aurions aimed c'est rencontrer ces salaries satisfaits;
cela nous auraitfait beaucoup pfaisir. [Malheureusement, ifs ne
sont pas capabfes de repondre d cette demand parce que Con
chercie vraiment oitpeuvent se trouver ces 80% degens satisfaits.


Et notamment quandon va d fa [Maison des syndicats, on constate
'7affluw continued es salaries qui se plaignent fors des reunions
avec les fleguds du personneloui on expose les revendications et les
prob6lmes. Sans computer que dans bon nom6re dentreprisses, on


Pr eui22 I I .br e E Vwicen3 a


ECO150





1 htt://www.iournal-iustice-martinique. com


sondage. D'autre part, on sait tris 6ien que ceux.qui commandent
les sondages, commandant unpeu le rasultat. Les entrepises qui 1es
Sralisentposent et orientent fes questions defafon d donnersatis-
faction d ceux quipaient fe sondage.
C'est en ce sens que nous disons que si Contact Entreprises avait
vraiment voulu savoir fa v 'riti sur fes sentiments des safalisface
a feurs entreprses et feurs directions, ifaurait contactires organi-
sations syn!iwcafespour .finirfes conditions dun sondage srieeu-
o6jectif. Kous aurions discuti de cela, mais ce n'ttait pas (a prioc-
cupation de [organisation patronaCe.
Ifentendait da6ordfaire un coup de communication, et qui ap-

DEBOU I paremmentfonctionne. 9Mais cefa ne change absolument pas ra n-
cessitipour les travailTeurs de s'organiser, de s'unir, de se syndiquer
pour se difendreface aurprobi(mes qu'irs ont et nous racontent
Philipe Pierre Charles, dirigeant de la CDMT continueiement ".
constate fa6sence de mise en place des instances representatives Propos recueilis par C.B
du personnel On a des raisons d'tre trks mefiants sur ce prjtendu


Nos mutueles bisparaitront-elle


Dans une lettre datee du 5 septembre dernier, parue dans le
quotidien du 9 suivant et adressee aux parlementaires de la
Martinique, Mr Rene Bamay, le president de I'Union r6gionale
de la Mutualite frangaise-Section Martinique tire une sonnette
d'alarme. On pourrait meme dire sonne le tocsin a propos du
"doubiement de la taxation des contracts solidaires et responsa6les"
annonce le 24 ao0t par le gouvernement Sarkozy/Fillon, dans
le cadre du plan de rigueur.
Une preuve supplementaire qui montre que, liberalisme oblige,
les pouvoirs publics sont bien decides a tirer le maximum de
profit d'une institution qui, a I'origine reposait uniquement sur la
solidarity de ses membres et sur le devouement des plus actifs.
II faut rappeler que le movement mutualiste resulte, chez
nous, d'une tradition bien anterieure a I'eruption de la Montagne
Pelee, le 8 mai 1902. La Martinique comptait alors plusieurs di-
zaines d'organisations mutualistes qui, de tontines se muerent
en societies de secours mutuel, puis en mutuelles. Avec le
concours de nombreux benevoles. L'immeuble de la Mutualite
qui se dresse sur le boulevard A Fort de France, sur le Boule-
vard du General De Gaulle, atteste de la vitality qui animait ce
movement.


s?

Nul doute que ce temoin ne peut qu'irriter les preda-
teurs financiers qui tirent d'immenses profits du des-
engagement progressif de I'Etat de la couverture du
risque maladie et qui mettent tout en oeuvre pour faire
main basse sur les complementaires- sante.
Car' 'Union europeenne est passee par l Au nom du
liberalisme, elle a impose une nouvelle legislation qui
a livr6 le secteur de la mutuality aux appetits des
grands groups financiers et a substitute I'individua-
lisme A la solidarity. En temoigne la bagarre acharnee
que se livrent les banques et les soci6tes d'assurances
pour conquerir ce qui est devenu un veritable march.
Quand le president de I'Union regional mutualiste
6crit :"Cette measure est dune grande injustice sociafe. Si
nufne contest (a nicessite de [utter centre &es deficits, Fe
clioiade taxer es compfementaires santi indispensa6fes a
tous nos concitoyens, y comprise ies moinsfavoriss, quand
'effort demanae auwplus hiauts revenues ne sera que sym-
bolique", il ne fait que confirmer que la politique conduite par N.
Sarkozy ne vise qu'a faire payer les ravages de la crise finan-
ciere capitalist par les plus faibles, en epargnant les plus
riches.
Une politique qui privera encore davantage de pauvres d'une
couverture complementaire et de certain soins coOteux,
comme c'est deja souvent le cas.
II est clair aujourd'hui que I'objectif vise est de livrer la totality
de ce "marchi"a I'avidite des affames de la finance, pour le seul
profit des actionnaires toujours a I'affut de dividends de plus
en plus juteuses et pour qui le concept "d'entraide mutuefle"est
une notion depassee. Qu'on se rappelle que le Parti commu-
niste avait attire I'attention des Martiniquais sur les conse-
quences de notre integration a I'Europe en ces terms: "Cette
integration totafe a 'Europe ouvre (a voie a tous (es dangers". Le
loup decri6 dans une chanson A succ6s est bien 1 ... i ka dB-
vore nou.
Andre Constant, ancien membre.de I'USMM
Ancien president de society mutualiste.


Or I'i 22 .br 2011 -wtXfnS4wPg;


01r50 I





http://www.ioural-iustice-martinique. com


Coop ration e tre Le Lamentin et Santiafo: Sous Ie sign be la bioaiversite.


En decembre 2010 lors de la signature des nouveaux accords de cooperation,
Claudio Carracedo Gonzales avait anime a la mairie du Lamentin 'atelier de travail
sur la biodiversity.

Dans le cadre du jumelage de la ville du Lamentin avec San-.
tiago de Cuba, de nouveaux accords de cooperation ont
emerge sur la biodiversity. Ainsi, deux experts de I'organisme
de recherche cubain BIOECO (Centre Oriental des Ecosys-
temes et de la Biodiversite) seront accueillis par la ville du La-
mentin durant 4 semaines du 17 septembre au 15 octobre. Leur
mission sera d'apporter leurs competences a la conception de
la strategic que la ville du Lamentin veut developper dans le
domaine de la biodiversity.
Le 16 decembre 2010, des protocoles de cooperation pre-
voyant de travailler sur ce theme ont ete signs entire les deux
villes. Cette demarche s'explique par le fait que la ville du La-
mentin, dans son Projet de Ville n2, consacre six actions a ce
domaine. En plus de cette volonte politique forte d'oeuvrer dans
le domaine de la cooperation, de par son positionnement geo-
graphique, le Lamentin est particulierement concerned par la
prise en compete de la biodiversity.


Strdatgie lamentinoise en bioiversite
En octobre 2010, a I'occasion de la celebration des 14 ans de
jumelage, lors d'une mission a Santiago, sOivie de la visit, en
decembre de la meme annee d'une delegation cubaine, des
rencontres tant politiques que techniques ont eu lieu, afin
d'identifier les pistes de projects concrets a mettre en oeuvre.
Des changes qui ont fait merger I'opportunite de mettre a
profit l'experience technique du partenaire cubain BIOECO


pour finaliser le project de la ville du Lamentin dans ce domaine
Cette feuille de route sera elaboree en s'appuyant sur les stra-
tegies nationals cubaines et.locales d6ja existantes pour faire
merger une demarche propre au territoire lamentinois. Celle-
ci impliquera de nombreux acteurs tant publics (Etat, autres col-
lectivites, Universite des Antilles et de la Guyane) que prives
(associations, habitants, entreprises,...). Cet change de sa-
voir-faire et de bonnes pratiques en terme methodologique sera
la cle de voOte de cette mission d'6tude.
Ils seront done deux scientifiques a etre accueillis par la ville
du Lamentin du 17 septembre au 15 octobre, a savoir Claudio
Carracedo Gonzales, le directeur de BIOECO, et Alberto De
Las Mercedes Beyris Mazar, expert en diagnostics. Durant leur
sejour, des rencontres avec different responsables d'orga-
nismes, des visits de sites, des preparations d'ateliers sont au
programme. Une synthese de leurs travaux et une proposition
de strategic d'intervention sur plusieurs annees seront pr6sen-
tees a la fin de leur sejour.

fu'est-ie que BIOECO
Le Centre Oriental des Ecosystemes et de la Biodiversit6 de
Santiago de Cuba a pour mission de realiser des etudes spe-
cialisees et interdisciplinaires qui contribuent a definir et carac-
teriser les aires d'importance ou de grand interest pour la
biodiversity. A cela, il faut ajouter I'etablissement des voies et
methods pour leur conservation et leur mise en valeur sur le
plan culture, economique et social.
BIOECO, en collaboration avec plusieurs institutions cubaines
et etrangeres, a organise ou codirige plus de 30 evenements
scientifiques congress symposiums, ateliers et tables rondes)
pour contribuer a la diffusion des resultats des etudes et tra-
vaux de conservation de la biodiversity dans la Caraibe.
Depuis 1995, I'institution organise tous les 4 ans un atelier de
biodiversity avec la participation de delegations de toutes les
provinces cubaines et de partenaires strangers. Le dernier ate-
lier qui s'est tenu en 2005 a rassemble plus de 100 chercheurs,
technicians, specialists, etudiants et professeurs de differentes
institutions nationals et etrangeres. Durant toutes ces annees,
les chercheurs et specialists du centre ont favorite les
changes avec la CaraTbe et I'Amerique Latine (Saint-Do-
mingue, HaTti, Venezuela, Mexique,...) dans la recherche d'op-
portunites, le developpement professionnel et la gestion des
resources financieres. A noter que son siege, situe dans le
centre-ville de Santiago, accueille 6galement un musee d'his-
toire naturelle.


"Les habitants be Fonbs Giraumon Peletier, (Lamentin) sont-its bes

oublies ?" par Daniel Marie -Sainte
"" --~~--


La RN1, construite par I'Ltat en 1962, traverse le quarter de
Fonds Giraumon sur le territoire de la ville du Lamentin. Les
nombreux habitants qui y resident, don't beaucoup sont appa-
rentes, se sont trouves spares les uns des autres.
De plus les equipements publics, tels transport urbain, creche,
cole, etc., situes a Pelletier sont difficilement accessible aux
usagers.
Cette situation risque de s'aggraver du fait de la mise a 2X2
voies de la RN1, actuellement en course de realisation par la


Region, si une passerelle n'est pas construite au dessus de la
route national a cet endroit.
C'est pour cela qu'en fevrier 2011, Les habitants de Fonds Gi-
raumon ont adresse une petition, avec 83 signatures, au Pre-
sident de Region et au Maire du Lamentin pour protester contre
les conditions dans lesquelles se deroulait le chantier de la RN1
entire Sarraut et Pelletier.
N'ayant ete nullement inforrns sur ce chantier regional qui tra-
verse le quarter en separant des families, ils decouvraient que


I I'


^SO^It^t ^ ^]





http:/Aww.iournal-iustice-martinique.com
8emiya


ce project de mise a 2 X2 voies de la Route Nationale n"l ne
prevoyait pas la construction de passerelle, au droit de leur
quarter, pour permettre aux nombreux pistons (ecoliers et per-
sonnes ages) d'aller prendre le bus a Pelletier, en toute secu-
rite !
Six mois plus tard, en juillet, n'ayant reru de reponse ni de la
Region, ni de la Mairie du Lamentin, ils leur ont adresse un
deuxieme courier et, cette fois-ci, ils.m'en ont fait tenir une
copie. (Voir pieces-jointes)
Je me suis, immediatement, rendu sur les lieux a leur rencon-
tre pour ecouter leurs doleances et me faire une opinion sur ce
qui 6tait demanded.
J'ai interpelle le President de Region que j'ai rencontre au debut
du mois d'ao0t pour lui faire savoir que je soutenais les legi-
times demands formulees par ces Lamentinois, notamment
celle concernant la construction d'une passerelle pour les pie-
tons au droit de leur quarter coupe en deux par la RN1.
Lors de cet entretien le president de region s'etait engage a
donner une reponse aux habitants de Fonds Giraumon au

Serge Letchimy J propos u project de re-
constrfution dupLfteau technique e I'hdpi-
tal Pierre Zohda q uitman.
Serge Letchimy A interpelle, le 12 septembre, M. Xavier Ber-
trand, ministre du travail, de I'emploi et de la sante concer-
nant les engagements de I'Etat sur le financement du project de
reconstruction du plateau technique de I'h6pital Pierre Zobda
Quitman.
Le president confirm I'avancee technique du dossier avec la
procedure de conception-realisation mais souligne I'inquie-
tude suscitee par le volet financier des travaux. Le budget glo-
bal de ces travaux s'elevant a 169 ME pour des etudes et des
travaux qui devront s'etalerjusqu'en fin d'annee 2015. Le plan
de financement initial prevoyait la repartition suivante :
93 ME finances par I'Etat (subvention et emprunts dans le
cadre du Plan h6pital 2012)
34, 6 ME finances par I'Europe (Fonds FEDER)
16,9 ME finances par la Region Martinique
24,5 ME finances par le CHU de Fort-de-France (Fonds pro-
pres et emprunts
Le president est preoccupe de I'absence de la decision bud-
getaire d'octroi de la subvention de 36 ME de I'Etat, ainsi que
la participation de I'Agence Frangaise de Developpement
(AFD) et la Caisse des Dep6ts et Consignations (CDC) cen-
sees soutenir I'octroi des financements garantis par le Plan
H6pital 2012. "Cette absence de reponse, et cette incertitude sur
fefinancement interdisent donc e dp6t du dossier grandProjet
Europeen exg par 'Europe et induisent de cefait un risque de
perte de cefinancement PEDER, et surtout un dlgagement d'of-
fice tres important sure Programme Opirationne12007-2013 de
(a [Martinique", s'alarme Serge Letchimy.


Les Conseilsgenerdaux es.Dom opposes j Id
re forme Ae Is vente i Tsbahc
Les presidents des conseils generaux des Dom reunis en
commission outre mer de I'Assemblee des D6partements de
France ont adresse une motion au gouvernement relative a
la vente de tabac le 12 septembre demier.
En preambule, les presidents soulignent que le gouvernement


debut de septembre et a venir a leur rencontre dans le quarter
en ma presence pour leur exposer les solutions qui seraient
,portees aux problems exposes dans la petition.
Malgre mes relances, en Commission regional du BTP et en
Commission Permanente, a cejour ces engagements n'ont pas
ete tenus.
Pire, un autre conseiller regional resident au Lamentin serait
venu dans le quarter pour dire que la passerelle pietonne ne
serait pas construite 16 oi les habitants le souhaitent mais plu-
sieurs centaines de metres plus loin aux abords du giratoire en
construction !
Cette announce a declenche une legitime colere des habitants
don't j'ai pu constater la manifestation lors d'une recent visit
dans le quarter. '"
En tant qu'elu patriote, je serai tries vigilant pour que satisfac-
tion total soit donnee aux habitants du quarter Fonds.Giro-
mon du Lamentin.
Le 14/09/2011 Daniel Marie-Sainte


a decide d'instaurer un system de licence pour la vente du
tabac dans les DOM, une measure qui devrait etre appliquee
depuis le ler aout 2011. Les presidents des conseillers ge-
neraux considerent que finstauration de (a ficencepresente un
risque majeurpour factivite 6conomique du petit commerce avec
des consequences sociafes". Ils s'inquietent du risque de contre-
bande et son impact sur les recettes de la taxe sur le tabac.
Les conseils generaux soulignent qu'ils "n'ont pas de moyens
alequats feurpermettant la mise en euvre du nouveau disposi-
tifet sagestion. "Ils souhaitent que I'on maintienne les points
de vente de tabac existants aujourd'hui et "demandent augou-
vernement de surseoir d toute publication du dtcret d'applica-
tion de cette measure tant qu'une evaluation approfondie de ses
effects sur 'iconomie des (DOM n'aura pas et effectude en rela-
tion avec les chambres de commerce et dindustrie et fes syndi-
cats concernss" Ils sollicitent du gouvernement les moyens
pour mettre en place les services adapts.
LesPresiAenste Conseils enedraux reda-
ment n plan OrttMrapae vdoontaristeplu-
riannuPepourle floement
Le logement outre-mer etait I'objet d'une table ronde le 13
septembre lors de I'Assemblee des Departements de France
A la Reunion a laquelle etait participe la president du Conseil
general de la Martinique Josette Manin. Les membres de la
Commission Outre-mer ont partage le diagnostic de la situa-
tion du logement dans leurs territoires respectifs et reflechi
aux moyens de repondre a la demand de logement social. Le
constat est unanime :"une crie gBnirafise caractrisee par une
offre insuffisante pour ripondre aux besoins." Pour remedier a
cette situation, les presidents de conseils generaux dans une
declaration commune reclament la mise en place "dun plan
de rattrapage volontariste puriannuel". Cela passe par un ren-
forcement "des leviers de financement, de la governance et
d'inscrire le logement dans une logique de developpement du-
rable" Ils souhaitent le enforcement et I'adaptation des finan-
cements par la Ligne budgetaire unique (LBU) egalement
I'eligibilite du le logement social aux Fonds Europeen. Des re-
commandations qui seront "relayies aupris des instances dici-
sionneles nationafes".


^i 22 eb r 201 .tic n' ,- P g 8


L 50CIETE





htto://ww.iournal-iustice-martiniaue.com


Solibarite: be ze pou Thierry Dot

UIs 6taient plus
d'un miller de
Martiniquais a
avoir repondu pre-
sent vendredi soir
16 septembre A
I'invitation du Col-
t' lectif pour la libe-
; ration de Thierry
V Dol, detenu de-
| puis un an au
Sahel en compa-
/ I'?1,6 /? gnie de trois de
a ses compagnons
1 de travail. Durant
deux heures, les
manifestants ont
d6fil6 dans la rue
principal du
bourg de la commune oi etaient exposees plusieurs cen-
taines de photos des enfants des ecoles. Une manifesta-
tion digne oI le silence etait entrecoup6 de slam et de
poemes lus par les enfants des ecoles du Frangois. Tous
les presents n'avaient qu'une exigence dans ce silence, la


lUs etaient plus d'un miller a defiler en silence dans I'artere principal du bourg


liberation rapide des otages. Une manifestation que ne
souhaitent pas voir renouvelee les participants, esperant
que les n6gociations aboutissent au plus vite. Selon For-
tune Voustad, organisateur de la soiree "/aplisgramdjoiese-
rait dfterensemle son rtour Un souhait unanime de toute
la Martinique. C.B



112


Les scolaires se sont Deaucoup impliques aans cette manifestation


Marquer sa solidarity avec la famille de Thierry Dol et reclamer sa liberation


FORK.DE FKANCE

Bilcnure en %enle au -e, de
Justice au Terrpe Sainvlle


InsurKCtion )Iu u5i
,# 1870# "Un ev -

nement mdjeur e
notre histoire
"Rivolte populaire, soule-
vement paysan pour la
terre, fa liberty et Ia dignit,
rInsurectibn du Sud est
dans unte large Inesur' la
derniire des "r;crotes des-
clatr's". .lais di6ouc.iant
sur Cai,'.mr, effe portrait
d Cij en son scin les rec endi-
cations qui mob6irsent au-


jourdhui fesforces rovolutionnaires martiniquaises: suppression
de C'exploitation capitaiste, If reform agraire, fa fibiration na-
tional.
En ce sens eiTe est vritabCement un 6vWnement majeur de notre
hiistoire
gloire auTouvriers et paysans duSudqui ont donni Ceurvie pour
faire se lever e jour! Leur cri de combat retentira toujours dans
nos mornes et dans nos coeurs comme un appeal fa Cutte pour la
iberti".
Armand Nicolas/1971
Vendredi 23 septembre
17H00 Bourg de Riviere-Pilote: Pose de plaques comm6-
moratives.
19H30 Salle Lumina Sophie: Regards crois6s d'historiens
sur septembre 1870 avec Marie-H6lene Leotin, Richard
Chateau-Degat, Gilbert Pago, Jean-Louis Fonsat, Armand
Nicolas


IF euBi22 I I ,mbre2OHCTjuiffiM8-^ge^


Armand NICOLAS
L'insurrection du Sud
6 la Martinique
(Septembre 1870)





http://www.ioumal-iustice-martinique.com
. ........ .......................... ... . .........


Elections ienatoriale : Qui pour befenbre la Martinique au Palais 6u

Luxembourg ?
SHuit candidates se sont declares pour cette senatoriales:
^ r Claude Lise, s6nateur sortant porte etendard du RDM tentera
un troisi6me mandate, Serge Larcher senateur sortant estam-
pille PPM, Raymond Occolier, candidate soutenu par le RDM,
Maurice Antiste, candidate "Ensemble pour une Martinique
nouvelle", Ange Lavenaire candidate dissident RDM, Maurice
Laouchez, candidate dissident UMP, Georges Virassamy, desi-
i gne par I'UMP et Eric Hayot candidate avec le soutien des FMP.


Serge Larcher Maurice Antiste
Dimanche 25 septembre, les 846 grands electeurs deputies ,
delegues des conseils municipaux, conseillers generaux et re-
gionaux) sont attendus a la prefecture en vue d'elire les deux
senateurs de la Martinique pour une duree de 6 ans. Les Se-
nateurs ont les memes pouvoirs legislatifs que les Deputes (ini-
tiative legislative et vote des projects de propositions de lois). Le
senateur touche une indemnity brute maximale de 7 100 et dis-
pose de 7 548 E pour la remuneration de un A trois collabora-
teurs. A cela s'ajoute une indemnity representative de frais de
mandate qui sert A payer les loyers pour une permanence, les
frais de reception, les frais d'habillement, les frais de transport,
notamment soit 6 240 E. Le Senat compete actuellement 343
members. En septembre 2011, cinq senateurs supplementaires
seront elus, il y aura donc 348 senateurs, nombre desormais
inscrit dans la Constitution. L'Ieection senatoriale recouvre une
particularity: il s'agit de la seule election oO le vote est obliga-
toire pour les membres du college electoral. Pour 6tre elu au
premier tour, il faut reunir la majority absolue des suffrages ex-
primes (soit 425 suffrages). Afin que I'elu recueille la majority
des suffrages exprimes, ainsi que le dispose la Constitution (ar-
ticle 7), seuls deux candidates sont autorises a se presenter au
second tour. II s'agit des deux candidates ayant obtenu le plus
grand nombre de suffrages au premier tour.


. laude se
Claude Use


Raymond Occolier


Le choix du PCM : Claude Lise et Raymond Occolier
Aujourd'hui oO notre pays vit une crise economique d'une ex-
ceptionnelle gravity et aborde une tape important de son his-
toire avec la mise en place en 2014 de la Collectivite Unique. II
imported done que la Martinique soit representee par d'authen-
tiques partisans de la responsabilite. Des 8 candidates en lice
seuls Claude Lise et Raymond Occolier repondent aux criteres
que nous avons toujours avances en pareille circonstance. A
savoir un veritable ancrage a gauche, un engagement ferme
en faveur de 'revolution institutionnelle, la fidelit6e ses idees et
le sens profound de I'interet du pays. En consequence le Parti
Communiste Martiniquais votera Claude Lise et Raymond Oc-
colier lors de ces senatoriales du 25 septembre.


So1iPe de m4mofwe


Film documentaire

Temoignages.:,


Dimanche 16 Octobre 2011 17 H
A U'ATRIUM Fort-de-France
Sous la pr6sidence du Dr Michel Yoyo


Signature de llivres Ayec, laparticilpation d'Armand Nicolas,
,' G orgies Mauvois, Guy Dufond



~~~~~~~~ :~rfnP~gm~~~i~~ 'i,.-- e


. ITPU


Otw%4&fPwe





http://www.iournal-justice-martinique.com


Fete be 'Huma 2011 : Les Inbignes be La Courneuve
w =1MZU 120MAMM.=ot MME9


Meeting sur la grande scene de I'Humanit6, Andre Chassaigne, Marie-George-Buf-
fet, Jean-Luc M6lenchon, Pierre Laurent, Patrick Lehyaric
La fete de I'Humanite 2011 a La Courneuve s'est deroulee
dans le context d'une crise capitalist sans precedent et dans
la perspective de I'election presidentielle frangaise de 2012.
Pour le Parti Communiste Frangais, membre du Front de
Gauche, soutenant Jean-Luc Melanchon comme candidate 6 ce
rendez-vous politique majeur en France, il s'agissait de lancer
cette candidature. D'autant que les medias focalisent I'atten-
tion de I'opinion sur le spectacle des primaires socialists ou
sur le deplorable feuilleton Dominique Strauss-Kahn. Plus que
jamais done la Fete de I'Humanite a, cette annee, &et le ren-
dez-vous de toute la gauche frangaise et du debat sur les condi-
tions pour gagner et mener une politique alternative en 2012.
En toile de fond, une question impossible g eluder: gerer la
crise ou en sortir ? La gauche socialist devra choisir.
Contrairement 6 ce que disent certain reportages qui ne voient
que I'arrivee des candidates socialists i la fete ou le public qui
ne viendrait que pour les spectacles ou encore les gesticula-
tions de certain gauchistes, des dizaines de milliers de per-
sonnes ont participe A des dizaines de d6bats sur tous les
sujets brGlants du moment : la crise, les plans d'austerite, la
Palestine, les luttes en Amerique Latine, le reveil du monde
arabe, etc.
De meme, la Fete a ete I'occasion de vendre plus de 40 000
exemplaires du programme partage du Front de Gauche intitule
"L 'fumain d'abord"

Pierre Laurent :"It suffit parfois 6'une etincelle pour
embraser La pLaine"
Jean-Luc Melanchon, au course du meeting du dimanche 18
septembre, a appele a vaincre la resignation. II a declare :
"Nous nefaisons pas champagne pour un homme ou un part, mais


are
*w
t~t~.


r- r-W -
Debat Frantz Fanon stand Justice: De G a D: Serge Guichard,Fernand Papaya,
Herv6 Fuyet, Marie-France Astegnagni


pour une immense ambition collective". D'autant que "un monde
nouveau nous appee a faction face a ce monde qui roufe a safin".
Et d'ajouter faut empicher que ficroutement de cet ordre en-
traine fa civilisation des hommes dans sa chute... Lejourde fa ri-
volution citoyenne s'est fevj".
Pour sa part, Pierrre Laurent a demand : '"/Tons-nous dicider
que infection prisidentiefe et fes infections flgisfatives marqueront
fe grandretour du peuple sur fa scene poltique ? La gauche popu-
faire, fa gauche vivante, fa gauche syndicate, fa gauche inteffec-
tueffe sont en France es forces immense. Et pourtant nous ne
sommes pour fe moment qu'un desordre de courage.
Notre responsa6biite est de trouver fe chemin dfe unit !(. .)Alors,
a present tout dpendde vous. ICsuffit dune itincel f pour em-
braser fa pfaine(..) ".
'Au stand de Justice s'est deroule un debat sur les 50 ans de
la mort de Frantz Fanon avec la participation de Pierre Bouvier,
auteur d'un ouvrage sur Frantz Fanon, Serge Guichard, presi-
dent de I'Association de solidarity aux families Roms, PK Mur-
thy, president du reseau international Frantz Fanon, Chantal
Delmas de Espaces Marx, Yves Manville, le fils de Marcel Man-
ville, Fernand Papaya, Directeur de Justice, Michel Branchi,
R6dacteur en chef de Justice. Ils ont tous souligne I'actualite
des idees de Frantz Fanon. Un debat sur le meme sujet a eu


P= PWITI cOMMUfMTIT f.UAF0
FUNDE A .APESTE-E BELL
LE 30 MARS 1958,

d i


,-r

Dbat stand Nouvelles Etincelles: de G a D: F.Papaya, M.Branchi, F61ix FlImin,
Gaston Calife(Case social) et Christian Cl6este

lieu au stand du village du monde avec la participation des
memes intervenants et du grand economiste marxiste d'origine
egyptienne Samir Amin. Samir Amin et les autres apres sont
venus prendre le punch au stand de Justice
Au stand des Nouvelles Etincelles un debat co-organise avec
Justice sur le theme Comment lutter centre les discrimina-
tions qui frappent les ressortissants de I' "Outremer ) ? avec
la participation eclairante de M. Gaston Calife-Onesiphore, pre-
sident de la Case social. II a fait de revelations sur la paupe-
risation de nombre de nos compatriotes vivant en France.
Notre camarade Michel Branchi a participe a un debat organism
par la radio du Val-de-Marne (Bonneuil) sur le theme "Du com-
6at centre (a Pwofitasyon au combat centre fa vie chre. Regards
croisis". Occasion demontrer que la lutte contre la vie chere
continue.
Nous reviendront sur ces debats.
La fete de I'Humanite a ete la fete des Indignes de France et du'
monde.
Michel Branchi


'r 1!!t 2 W201 -i'utie 7 n. -Pg


r Fk





http://www.iournal-iustice-martinique.com


Primairei du P5: Pas be volonte clairement affichee ie rompre avec

te liberalisme


Arnaud Montebourg, Jean-Michel Baylet, Frangois Hollande,Martine Aubry,Manuel Wa
S6golBne Royal: les candidates a la primaire socialist du 9 Octobre
Les responsables socialists avaient tenu A ce que le premier
debat televise entire les six candidates a la primaire organism par
leur parti ne tourne pas a I'affrontement direct, comme ce fut
souvent le cas. Leurs vceux furent pleinement exhausses. En
effet, la confrontation qui s'est deroulee le jeudi 15 septembre,
sur le plateau de France 2 ne fut pas un pugilat. Mais elle n'a
pas non plus permis aux pres de 5 millions de telespectateurs
qui 'ont suivie de se faire une idee precise des differences qui
separent les six protagonistes, don't cinq sont directement issues
du PS, a savoir Martine Aubry, Francois Hollande, S6golene
Royal, Manuel Walls, Arnaud Montebourg, et le radical Jean-
Michel Baylet.
Pour beaucoup, ce fut un exercise d'image plus qu'un reel
debat de fond. Chacun tenant davantage a exposer ses
nuances par rapport aux autres plut6t que des differences de
fond. Tous faisaient du reste reference au programme de leur
parti qui, il faut bien I'avouer, ne remet pas en cause le libera-
lisme, chacun se bomant le plus souvent A y porter quelques
touches personnelles. A I'exception d'Amaud Montebourg, tous'
les pretendants ont inscrit leur discours dans la logique libe-
rale, donnant plus I'impression de chercher a corriger ses
exces que de vouloir s'opposer resolument g e system qui
met aujourd'hui en danger I'economie mondiale. C'est lui qui a
le plus nettement marque son opposition aux milieux financiers
en declarant qu'il "preferait mettre les 6anques sous tute/e avant
que ceffes-ci ne nous mettent nous-mimes sous tutefe ". On y est
presque dejb.
Une position plus radical que celle de Segolene Royal et de
Francois Hollande qui envisagent cependant eux aussi une re-
forme des banques, rejoignant le point de vue des commu-
nistes et du Front de gauche pour qui, celles-ci devraient se
concentrer sur le financement de I'economie reelle et non sur la


speculation centre la dette publique. Seul des six, Arnaud
Montebourg s'est clairement oppose a la mondialisation
capitalist. Et de proposer une taxation des transactions
financieres pour faire payer la dette par les riches. Plu-
sieurs autres de ses propositions comme le blocage des
loyers, le partage d'une parties des profits entire les sala-
ries ou le retablissement des allocations familiales des le
premier enfant rejoignent celles du candidate du Front de
gauche Jean-Luc Melenchon, soutenu par le PCF
Sur la question de la resorption du deficit, Segolene
Royal qui n'envisage pas de hausse d'imp6t s'est enga-
gee a faire rembourser les cadeaux fiscaux don't ont be-
neficie les plus riches et envisage de s'appuyer sur la
reliance de I'economie avec notamment la creation d'une
lls et banque publique pour finance les PME.
Elle s'est prononcee centre les licenciements boursiers.
Sur le plan de la morale politique, elle envisage la des-
titution a vie des elus condamnes pour des malversations. Autre
candidate en lice, Frangois Hollande donned favori par les son-
dages. Lui aussi promise de soutenir la croissance par une re-
forme fiscal ainsi que la remise a niveau de I'Education
national avec la creation de 60.000 emplois "quoi qu'iarnive"
au moyen d'une loi programme sur 5 ans.
Celui qui affirme ne pas aimer "fa richesse insofente, les remu-
nerations indecentes, figoisme d'unepartie de la population" pro-
met des measures pour alleger la facture des manages les plus
modestes. Meme tonality chez Martine Aubry distance dans
les sondages et qui propose de moduler les tarifs de I'eau et
de I'electricite selon les revenues des manages; en some des
tarifs sociaux comme le proposent depuis longtemps les com-
munistes.
Quant a Manuel catalogue comme etant le moins a gauche, il
s'est montre tres prudent sur I'augmentation du pouvoir
d'achat, un theme qui pourtant sera au coeur de la presiden-
tielle, accusant de "mentir" ceux qui proposent I'amelioration
des revenues. Tout comme Jean-Michel Baylet qui a brille par le
flou de ses propositions.
Mais une question de fond demeure : Comment realiser cer-
taines de ces reformes comme celle des banques ou le par-
tage des profits sans une remise en cause du liberalisme ?
Les responsables du Front de gauche ont certes note une evo-
lution chez la plupart des candidates socialists et I'apparition
de "convergences" avec les propositions de Jean-Luc Melen-
chon. Mais est-ce suffisant pour faire merger un vrai pro-
gramme port par toute la gauche et susceptible d'emporter
I'adhesion d'une majority d'electeurs en 2012 ?
Georges Erichot


Des ieux c6t6s ie 'Atlantique, te soutien aux profits conduit a I'impasse
- . 1.... .. .. ............ 1--V- -M- 1 E l
La situation de la planet est d'une gravity sans precedent de- cune action coordonnee n'est envisagee afin de soutenir I'acti-
puis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le FMI, I'OCDE, la vite economique. C'est meme plut6t I'inverse et les groups di-
BCE ont emis en rafale des provisions faisant etat d'un ralen- rigeants des differentes zones donnent le sentiment d'avoir la
tissement sensible de la croissance mondiale. Les Etats-Unis et main sur le couteau.
I'Europe en seraient particulieremeqt affects. Pour autant, au- Le contrast est 6tonnant. Alors qu'en septembre 2008 une


IF eu *'22 epmbrIrjitn Page' 12


FUNCE





http://vwww.ournal-iustice-martinique. com


intervention publique conjointe a permis d'eviter 1'ecroulement
du system financier international, trois ans plus tard chacun
donne le sentiment d'oeuvrer dans son coin et de facon tout a
fait opposee. Aux Etats-Unis, le president Obama a presented
jeudi dernier un "pranpour emploi"de 447 milliards de dollars
qui ambitionne de relancer la croissance et de reduire le cho-
mage, notamment en multipliant les exonerations d'imp6ts et
de cotisations pour les entreprises, afors que les pays de la
"vieie Europe" multiplient, eux, les measures de reduction des
depenses publiques, mettent durement 6 contribution les sala-
ries et les families au nom des equilibres budgetaires.
Comment expliquer ce decalage? Cela tient a une chose tries
simple: les Etats-Unis profitent du dollar alors que I'Europe
s'agrippe a I'euro fort. Avec leur monnaie, pivot du system mo-
netaire international, et grace a la crise de la zone euro, les au-
torites de Washington considerent disposer encore d'une


marge de manoeuvre pour attirer des capitaux du monde en-
tier, notamment des pays emergents, et obtenir des resources
a bon compete. Les dirigeants et les grands groups europeens,
qui ne beneficient pas d'un tel atout, multiplient, eux, les plans
d'austerite afin de conserver vaille que vaille un course eleven de
I'euro et chapter malgr6 tout des capitaux, en rivalite avec les
Itats-Unis.
Des deux c6tes de I'Atlantique, on court probablement apres
une meme illusion. Au-dela de leurs differences reelles, cha-
cun des dispositifs est port par I'idee que la reliance de la crois-
sance passerait d'abord par la restauration des profits et non
prioritairement par le developpement des depenses pour les
hommes. Les deux positionnements risquent ainsi de conduire
a terme a un meme effondrement financier.
Pierre Ivorra


IT IO


uatemala : Second tour des sections prsi-
entieales le 6novenbre 2071.
L'ancien general Otto Perez Molina, ultra conservateur et
adepte de la main de fer, est arrive en tete des dix candidates en
lice au premier tour de la presidentielle au Guatemala, qui s'est
deroulee dans le came dimanche 11 septembre dernier. C'est
entire ce candidate d'extreme droite, Age de 60 ans et un jeune
affairiste liberal Manuel Baldizon de 41 ans, que les 7,3 millions
d'electeurs du pays auront a choisir, lors du second tour qui se
deroulera le 6 novembre prochain.
Rigoberta Menchu, prix Nobel de la paix et seule repr6sen-
tante de la gauche avec le Frente Amplio (FA, credited de 3%
des intentions de vote), a denonce un scrutiny emaille d' "irrjgu-
faIitis".
Le Guatemala est un pays gangrene par la violence des gangs,
le crime organism et les abus de pouvoir des cols blancs. La
moitie de ses 14 millions d'habitants vit en dessous du seuil de
I'extreme pauvrete. Deux millions de personnel souffrent de
denutrition et pres de 30 % de la population sont analphabetes.
Quant a la ciminalite, elle est sept fois superieure a la moyenne
mondiale. II convient de souligner que 90 % de la cocaine
consommee aux Etats-Unis resultent d'un traffic transitant par le
Guatemala. Pas etonnant que dans ce context, les discours
ultra securitaires trouvent un tres large echo dans la popula-
tion.
On s'attend a ce qu'Otto Perez, battu par le president sortant Al-
varo Colon lors de la presidentielle de 2007, devienne le pre-
mier general a la retraite a etre elu chef de I'Etat depuis 1996.
Les Guatemalteques devront egalement elire lors de ce meme
scrutiny pour un mandate de 4 ans les 158 deputies au Congres
et 20 au Parlement, ainsi que 333 maires du pays.

Venezuela: la presidentielle do2012
La Commission electoral national du Venezuela a fixed la date
de la prochaine election presidentielle au 7 octobre 2012.
Les elections legislative se tiendront egalement au mois de
decembre de la meme annee, tandis que les elections locales
seraient reportees au plus tOt a avril 2013.
En depit du cancer pour'lequel il est soigne, le president sortant
Hugo Chavez a fait savoir qu'il etait suffisamment en forme pour
briguer un nouveau mandate.
"I est nicessaire que nous travaillions tous ensem6e pourparve-
nird une victoire, carsinon, nous ne pourrons mime pas en rkver'


a declare M. Chavez qui entend remettre en movement le
grand 'rPle patriotique' donde en 1998 pour realiser I'union
entire son parti (le Parti socialist unified du Venezuela) et ses al-
lies.
Le president venezuelien Hugo Chavez commencerait di-
manche a Cuba une nouvelle seance de chimiotherapie pour le
traitement de son cancer.
Les groups d'opposition qui maintiennent leur alliance au sein
de I'Unite democratique designeront le 12 fevrier 2012 leur can-
didat unique qui affrontera Hugo Chavez lors de la prochaine
presidentielle.

Cuba exhorte I'ONU voterpour ld levee d
I'entmbaso amricsin


le blocus constitute le principal obstacle au developpement et au bien-etre
des Cubains.
Le mercredi 14 septembre, Cuba a appele les 193 membres
des Nations Unies, a se prononcer, lors de la prochaine As-
semblee general de I'Organisation, a emettre un vote unanime
contre I'embargo politique et economique impose par les Etats
Unis. Selon Abelardo Moreno, vice-ministre cubain desAffaires
etrangeres, "Pembargo a entrainj des pertes iconomiques a hau-
teur de 975 milliards de dollars depuis 1962". II a demanded la
communaute international de voter le 25 octobre prochain t
nouveau t une ecrasante majority une resolution condamnant
les sanctions, au moment oO I'Assemblee g6nerale de I'ONU


F euS2V2 ISS'eb 01 38-Pae13


_ A IVC F





I http://www.iournal-iustice-martinique.com


procedera A un nouvel examen de cette question.
Moreno a ajout6 que I'embargo americain relieve d'une 'in-
fluence extraterritoriale"car il permet d'imposer des sanctions
aux entreprises etrangeres decidant d'avoir des changes com-
merciaux avec Cuba. Alors, selon lui, "fa communaute intera-
tionate devrait denoncerce 6[ocus inhumaid' une fois pour toutes.
Rappelons que I'annee demiere I'Assemblee general des Na-
tions unies s'6tait prononcee A une majority 6crasante del87
voix pour la levee de I'embargo, vote considered comme une
'victoire importante"pour La Havane. Ace jour, seuls les Etats-
Unis et son inconditionnel allied, Israel se prononcent toujours en
faveur de la poursuite du blocus.

Hafti: Les ieputes haitiens ont entwrine Id
nomination ae Gdr Conil0 e commA e Premier
ministry
Les d6putes haltiens ont approve 6 I'unanimite vendredi 16
septembre, la nomination de Garry Conille, hautdiplomate onu-


sien, au poste de Premier
ministry. La nomination de
M. Conille doit encore 6tre
approuv6e par le Senat.
Celui-ci ne devrait pas y
faire opposition, le pr6si-
dent de la Chambre haute
(Senat) ayant exprime son
accord pour cette nomi-
nation. Une premiere mais
difficile victoire du pr6si-
dent Michel Martelly, qui
depuis son entree en fonc-
tion en mai dernier, luttait
pour obtenir I'approbation
par le Parlement de la no-
Gary Conille, un immense chantier attend mination dun Premier mi-
le future premier ministry d'Haiti nistre. Deux precedentes
propositions du president
Marthelly (I'homme d'affaires Daniel-Gerard Rouzier et le juriste
Bernard Gousse) avaient ete rejet6es par le Congres et le
Senat.


r PI P


Oui a un Etat palestinien


Le people palestinien a le droit d'obtenir son propre Btat.
Au-dela des obstacles evidents que posent les mbnaces et les
pressions exercees par les Etats-Unis et Israel, les Palestiniens
sont determines a saisir I'Organisation des Nations-Unies pour
une demand officielle, qui comprend la candidature a I'ONU
d'un Etat palestinien independent.
Les negociations de paix directed entire Palestiniens et Israe-
liens stagnent depuis octobre, depuis qu'lsrael a refuse de met-
tre un terme aux constructions de colonies en Cisjordanie et a
Jerusalem Est. En r6ponse,- les Palestiniens ont decide de
s'adresser a I'ONU et de demander la reconnaissance interna-
tionale d'un Etat palestinien independent. Mahmoud Abbas a
declare que "recourira O I~OV n'taitpas une action unifatirale,
iCs'agit dune decision arabe et nous ne reviendrons pas sur nos
pas". Cette requete pour I'adhesion t I'ONU sera soumise le 23
septembre.au Conseil de Securite A I'issue du discours du pre-
sident de I'autorite palestinienne prononce devant I'Assemblee
general de I'ONU A New York. Les Palestiniens beneficient du
soutien des pays arabes, de I'Organisation de la cooperation
islamique, du Mouvement des non-alignes, de la plupart des


Etats d'Amerique du Sud et de I'Union africaine. La po-
sition de I'Union europeenne n'est pas encore connue.
Les Etats-Unis ont laisse entendre qu'ils utiliseraient
leur veto pour bloquer la candidature palestinienne, de-
clarant que I'Etat palestinien devrait parvenir a un ac-
cord negocie avec Israel.
& Mahmoud Abbas soutient qu'il etait convaincu "qu'a fer
devant PONVU ne sigmfiait pas que fes Palestiniens itaient
opposes auwnegociations de.pai ". II en 6tait arrive a cette
solution car "ifny avait aucune negociation en course a-
t-il poursuivi. "La Paestine ne cherche pas ae isolerlsrailet
ne voulait pas en arriverad a confrontation avec les Etats-
'nis", a-t-il ajoute. "Nous irons devant le Conseilde sicu-
riti pour (a pfeine adhesion dun Etat se 6asant sur les
territoires de 1967, ensuite fes nigociations de paik (avec
Isral) sur e statut permanent reprendront", a declare le
president de I'Autorite palestinienhe.
Le negociateur en chef palestinien, Saeb Erekat, a declare
dans un communique & I'occasion du 186me anniversaire de
la signature des accords d'Oslo (13 septembre 1993) entire Is-
rael et I'Organisation de liberation de la Palestine (OLP) que
"fes poitiques israfiennes en course de repression violent centre
les Palestiniens, d'epansion des colonies ainsi que de construction
du mur desolation '"endent les accords~ dOslo ineJistants'"
De son cote Israel denonce "une demarche unifatirale a C'OV"
des Palestiniens, qui n'amenera pas la paix.
II est temps que la communaute international officialise la re-
connaissance et la legitimite de la souverainete du people pa-
lestinien dans la limited des frontieres fixees par la resolution de
1967, ce qui implique la condemnation de la politique de colo-
nisation des territoires arabes.
Un pas qui ne sera pas de tout repos p6ur le people palesti-
nien qui s'attend a des lendemains difficiles avec son voisin.


,A, Veu2 5be2BBBeIUfH. Page


- ---


K "TkS P"ION I


~





http://www.ioumal-iustice-martinique.com


Etats-Unis: retour vers te passe avec 46 200 000 be pauvres

Au miroir des statistiques officielles, les Etats-Unis
decouvrent les images du cauchemar des annees
30 celles de la Grande D&epression. Les chiffres
du Census Bureau dressent le process de I'auste-
rite a I'americaine. Le pays compete 46,2 millions de
pauvres (pour 309 millions d'habitants). Le nombre
le plus eleven depuis 1930 et la troisieme hausse
consecutive en trois ans..
II faut remonter,selon I'organisme official, a 52 ans
pour retrouver une telle degradation de la society.
Sont touches principalement les jeunes, les
femmes, les meres seules, les hispaniques et les
noirs. Les banlieues et les zones rurales le sont ..,


plus que les centre villes. Le niveau de pauvrete
est fixed a 22.350 dollars, pres de 17.000 euros de
revenues par an pour un couple avec deux enfants.
Ce qui laisse peu d'espoir de pouvoir se nourrir, se
soigner correctement et payer un parcours scolaire decent aux
enfants.
Le Census Bureau indique que 45 millions de citoyens sont
obliges d'avoir recours aux bons alimentaires, les food stamps,
en augmentation de 64% depuis 2008. Un reseau accordant
les bons alimentaires a Chicago constate un changement dans
la composition des demandeurs. II arrive maintenant que des
donateurs soient devenus des demandeurs car le ch6mage, les
pertes de salaires ont frappe I'ensemble des classes
moyennes. S'ajoutent ceux qui risquent I'expulsion parce qu'ils
ne peuvent plus payer leurs emprunts.

Sur a liste noire bes statistiques on relive aussi que
49,9 millions n'ont pas 6'assurance.
"La pauvreti dans itAmirique d'aujourdhiui provoque non seule-
ment 'awinxt, Ce maheur, Finconfort et fe manque de 6iens matj-
ries. Eie mine a la mort ", tonne le senateur independent du
Vermont, Bernie Sanders. "A cause de la cupidite, de 'insou-
ciante conduite de 'WallStreet nous sommes maintenant au centre


de la pire cruise iconomique depuis 1930". "Et des mem6res du
Congrks veulent riduire Cesfilets qui assurent une maigre sicurite
auranciens, auxmalades, auwenfants et acsalari~spauvres. En
dpit de cette itendue de (a pauvreti, ces gens veulent riduire ou
enfinir avec fes retraites, 'aide midicale auwpauvres, iesfood
stamps, ['aide au chauffage, fes programmes 'aide aimentaire, et
a'aide au indigents et auxsans a6nis".
Bernie Sanders design ,dans un article public par le Huffing-
ton Post le programme des Republicains, inspire des integristes
du Tea Party, qui ont fait de la fin de I'intervention de I'Etat, le
point fort de leur champagne electorale, rendant celui ci respon-
sable de la dette, d'un assistant qui freine la competitivite et
done d'une atteinte a la liberty d'entreprise de la nation la plus
riche du monde. Un theme malheureusement qui entraine des
electeurs angoisses par la montee du ch6mage et de la misere,
A se turner faute d'alternative a I'ultra liberalisme, vers les can-
didats de ce courant demagogique qui viennent d'emporter
deux elections a New York et dans le Nevada centre des can-
didats Democrates.


Sarkozy: Voyage electoral en Libye sur fonb 6e chasse aux Noirs.


Nombre d'observateurs ont ete surprise tant par la precipitation
que par la date choisie par Nicolas Sarkozy pour sa visit en
Libye. D'autant que le conflict militaire n'est pas termine, que les
derniers bastions de I'est du pays rests fiddles a Kadhafi re-
sistent avec acharnement aux assauts des troupes du CNT et
que le "guide de Ca revolution" reste introuvable.
Pourtant, ils ont tries vite compris les raisons de cette visit
eclair, en compagnie du premier ministry britannique David Ca-
meron. Elles sont avant tout politiques. Tous deux lourdement
desavoues par leur opinion publique, a cause de leur politique
antisociale, les deux comperes esperent redorer leur blason a
travers une politique etrangere particulierement aggressive. La
Libye leur a fourni un terrain de manoeuvres bien propice,
apres le vote de la resolution 1973, autorisant I'usage de la
force pour proteger les populations civiles centre les exces des
troupes de Kadhafi. Et de chercher a tirer profit de ce qui est
presented par les medias amis comme une grande victoire di-
plomatico-militaire. Comme I'a note le journalist Vincent Hu-
geux de I'hebdomadaire I'Express, "Pour tout sarkhozyste
guettipar la diprime, rien ne vaut une cure d Benghazi".


En temoignent les titres dithyrambiques de la press de droite
pour evoquer cette visit de quelques heures, ponctuee d'un
discours de 2 mn40 a Tripoli et d'une escapade a Benghazi.
La date du jeudi 15 septembre n'avait pas du reste ete choisie
au hasard. C'est en effet celle du premier debat televise entire
les candidates a la primaire du parti socialist. Par ce voyage, N.
Sarkozy n'a-t-il pas aussi cherch6e effacer la victoire rempor-
tee sur le terrain judiciaire par "son ennemi intime", Dominique
de Villepin totalement blanchi dans I'affaire Clearstream ? D'au-
tre part, ce periple intervient au moment oO la classes politique
francaise et tout particulierement le pouvoir en place a I'Elysee,
don't le ministry de I'interieur Claude Gueant, sont eclabousses
par les revelations sur le financement occulte des campagnes
electorales de la droite.
Bien entendu, ce voyage s'accompagne d'une forte odeur de
petrole. Ces deux pays qui ont pris la tete de la croisade anti
Kadhafi, en faisant deja la cour aux nouveaux maitres du pays,
entendent recolter les fruits de leur engagement.
Mais, pour certain, ce voyage serait aussi motive par le desir
de renforcer I'autorite du gouvernement provisQire issu du


Si2 '''S I'brSBB 7SlutiE Pe


I, LE M






[ ra PA LE I ..


http:/Avww.iournal-iustice-martinique. com


Conseil National de Transition face au conflict politique tres se-
rieux qui vient d'eclater entire les islamistes et les autres
groups arms engages dans la guerre contre Kadhafi. Car il y
a fort a parier que I'unite jusqu'alors affichee degenere tres vite
en une guerre entire tributs pour le seul benefice des islamistes
radicaux.


Chasse aux Noirs en Libye.
Alors que la press denongait hier a longueur de colonnes le
risque de genocide auquel etait expose le people libyen, et
s'extasie aujourd'hui sur le successs diplomatique" de Sarkozy,
voila qu'elle observe un silence assourdissant sur le sort re-
serve aux Noirs dans ce meme pays. Ni I'OTAN, ni N. Sarkozy,
ni les defenseurs des droits de I'homme ne trouvent rien a re-
dire des attaques ciblees contre les Libyens noirs et centre les
travailleurs immigres noirs par ces memes rebelles.
De I'avis de certain journalists, cette guerre est empreinte de


fanatisme religieux et de racism contre les Noirs. Ainsi, un ar-
ticle du New York Times du dimanche 11 septembre signalait
que "de nom6reu re6eTes retouraient feur core contre fes im-
migrants dAfrique su6-saharienne en les accusant d'etre des mer-
cenaires au service de (adhafi sans aucune preuve que La couieur
de feurpeau"et que "des yncliages auraient iti commis fors de la
prise de Benghazi". Les appeals a I'apaisement et a la concorde
lancs par le president frangai&semblent ne pas concerned les
Noir.
Pourtant I'lrak et I'Afghanistan sont Il pour rappeler que, dans
ces pays a forte tradition tribafe et religieuse, toutes les tenta-
tives des puissances imp6rialistes d'imposer des gouverne-
ments a leur solde d6generent en affreux conflicts ethniques et
religieux. Decid6ment, leurs dirigeants n'ont tire aucune legon
de I'histoire.


A tVN C iiRL


AVIS DE CONSTITUTION
ALIZE AUTO ECOLE SARL
76 BIS RUE ERNEST DEPROGE
97200 FORT DE FRANCE
Denomination : ALIZE AUTO ECOLE
SARL
Capital : 7 500 euros
Siege social: 76 bis rue Ernest Deproge,
Objet : Enseignement de la conduit des
vehicules A moteur
La soci6et est immatriculee au RCS de
FDF sous le n* 450 032 321
Au terme du proces verbal en date du 30
juin 2011, I'assemblee general extraor-
dinaire a decide de nommer en quality de
Grant : Monsieur Eric MENCE en rem-
placement de Monsieur Joel THERE-
SINE-AUGUSTINE.
L'inscription modificative sera portee au
RCS tenu par le greffe du Tribunal de
commerce de Fort de France.
Pour avis, le grant FB4766

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms de I'institution des status du
12 septembre 2011, avis est donned de la
constitution de
Denomination social : DIEU T'AIME
Nom commercial : BLACK PEARLS
Associe unique : Monsieur Kenny MAR-
GUERITE domicilie Californie
97232 le Lamentin
Forme social : EURL
Objet : La society a pour objet, en France
et A I'etranger : coiffure et esthetique en
salon et & domicile Ecriture, vente et Edi-
tion la traduction dans toutes les langues
et la promotion de livres dans tous les do-
maines, (vendus sur Internet, en boutique
ou au porte A porte ou autres). La distri-
bution, au detail ou en gros, de biens de
consommation.courante a destination du
public, dans toutes branches d'activite et
notamment le domain de la literature,
I'alimentaire ou les cosmetiques et plus
generalement le bien 6tre et I'6panouis-
sement personnel, (vendu sur Intemet, en
boutique ou porte A porte), vente et fabri-
cation d'accessoires, photographies nu-
m6riques. Gestion de site Internet divers,
transmission de connaissances diverse
ecrites ou theoriques par le biais d'lnter-
net, de colloques, de seminairbs ou de
course. Et plus g6neralement toutes ope-
rations commercials, financibres, mobi-
lieres et immobilieres pouvant se
rattacher directement A I'objet social et a
tous objets similaires ou connexes, ou
susceptibles d'en faciliter I'extension ou
le d6veloppement.
Capital social : 700.00 euros


Le siege de la society est fixed chez Mme
Christina MARGUERITE, Californie,
97232 Le Lamentin
Duree de la society : 99 ans a partir de
son immatriculation au registre du com-
merce et des societies de Fort de France
Nom du grant : Mr MARGUERITE
Kenny demeurant Californie 97232 Le
Lamentin FB4767

AVIS DE REPLACEMENT
DU GERANT
PEROUALPH
SOCIETi CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 195 360 EUROS
SI-GE SOCIAL : VILLA MATHILDE,
QUARTER PtROU
97290 LE MARIN
450 340 898 RCS FORT DE FRANCE
Aux terms d'uhe deliberation en date du
1 erjuillet 2011, I'Assemblee Generale Or-
dinaire a nomme Monsieur Alain AL-
PHONSINE, demeurant quarter Perou,
97290 le Marin, en quality de grant pour
une duree illimitee en remplacementde
Madame Paulette ALPHONSINE.
Pour avis
La g6rance FB4768

AVIS DE CONSTITUTION
ELSA KAMMERER
AVOCAT A LA COURT
ZONE DILLON STADE
16, RUE GEORGES EUCHARIS
97200 FORT DE FRANCE
Par acte sous seing prive, il a ete consti-
tu6 une society responsabilite limited
presentant les caracteristiques suivantes
Denomination social :
LA PAUSE GOURMANDE
Capital social : 10.000
Siege social : Villa Lordinot, quarter Saint
Jacques 97230 Sainte Marie
Objet sommaire : 'exploitation d'une acti-
vite de production et vente de products de
boulangerie patisserie glacier et de plats
cuisines.
Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes
Grant: Mme Marie Louise Malidor epse
Lordinot, demeurant Villa Lordinot, Quar-
tier Saint Jacques 97230 Sainte Marie
Immatriculation au RCS de Fort de
France
Pour avis, le grant FB4769

CHANGEMENT DE GERANT
L'AGENCE DE RENOVATION
CARIBEENNE
SARL AU CAPITAL DE 8 500 6


27 ROCADE DU BEL HORIZON RTE
DE REDOUTE
97200 FORT DE FRANCE
SIRET: 519389050
Suite AGE du 1/09/2011, Mr P. IVALDI a
ete nomme grant en replacement de
C. CAMICAS ayant cesse ses functions
A.la meme date.
Ancienne mention
Le grant est Christian CAMICAS
Nouvelle mention
Le grant est Patrice IVALDI
Le grant FB4770

AVIS DE DISSOLUTION AMIABLE
GISAPARO
SCI AU CAPITAL DE 1 5004
SIEGE SOCIAL
C/ MLLE ISABELLE.NICOLAS, RESI-
DENCE LES TERRASSES, BASSE
GONDEAU 97232 LAMENTIN
511 432171 RCS FORT DE FRANCE
L'AGE du 22/08/2011 a decide la disso-
lution amiable de la society et de sa ra-
diation A computer du meme jour, nomme
en quality de liquidateur Mile NICOLAS
Isabelle, demeurant Residence les ter-
rasses Basse Gondeau 97232 Lamentin
et fixed le siege de liquidation au siege de
la soci6te.
Modification au RCS de Fort de France
FB4771

AVIS DE DISSOLUTION
ET DE LIQUIDATION
MARINOL
SARL AU CAPITAL DE 8000
SIEGE SOCIAL : CP MME GINE'TE
OZIER LAFONTAINE 42 RUE OSMAN
DUQUESNAY 97290 LE MARIN
524312097 RCS FORT DE FRANCE
L'AGE du 31/08/11 a decide la dissolution
de la society amiable ainsi que la liquida-
tion A computer du meme jour, nomme en
quality de liquidateur Mile NICOLAS ISA-
BELLE, demeurant residence..les ter-
rasses Basse Gondeau 97232 Lamentin,
et fixed le siege de liquidation au siege de
la society.
Modification au RCS de Fort de France
FB4772

AVIS DE LIQUIDATION
SOCIETY D'APPLICATION
DE PEINTURE TRADITIONNELLE
(SAPT)
SOCTliT A RESPONSABILITE
LIMITrE EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 7622.50 EUROS
SIEGE DE LIQUIDATION C/ MAGALI
CAPRICORNE TRACE BONIN


97220 TRINITY
44534094600018
RCS DE FORT DE FRANCE
Aux terms d'une deliberation en date du
08 septembre 2011, I'assemblee gene-
rale extraordinaire des associes a decide
-d'approuver les comptes de liquidation
-de donner quitus au liquidateur et I'a de-
charge de son mandate
-de prononcer la cloture des operations
de liquidation
-Les comptes de liquidation seront d6po-
ses au RCS tenu par le tribunal de com-
merce de Fort de France
Pour avis, le liquidateur FB4773

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01/08/2011, il a ete constitute
une SARL
Prdsentant les caracteristiques suivantes
Denomination : CLEAR BLUE CA-
RAIBES MARTINIQUE
Adresse du siege social : Pointe Chau-
dibre 97280 Le Vauclin
Objet : Developpement de tous types
d'activites touristiques et pedagogiques
visant la valorisation du milieu natural et
ses ecosystemes
Duree : 99 ans
Capital: 7 500 4
Nom des grants :
Marc MARIE-MAGDELAINE
Max MENIR, Harry HOSPICE
Adresse : Pointe Chaudiere
97280 Le Vauclin
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la g6rance FB4774

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 30
ao0t 2011 & Fort de France, il a 6et
constitute une Societe Civile Immobiliere
ayant les caracteristiques suivantes :
Objet : L'acquisition, la location de biens
immobiliers
Denomination : SCI A.B.A
Siege social : Redoute, 33 avenue Louis
Georges Plissonneau Redoute
97200 Fort de France (Martinique).
Duree: 99 ans
Capital social 50 000 euros, apports ex-
clusivement en numeraire
Cession des parts soumise A I'agrement
des associes dans les cas pr6vus aux
status.
Grant : Monsieur ASHOUR Bassin de-
meurant Redoute 33 avenue Louis
Georges Plissonneau Redoute
97200 Fort de France (Martinique).
La soci6te sera immatriculee au RCS de


ui 'l' Ite-bIe201,I'uic n'38-*Page






http://ww. iournal-iustice-martinique.com


Fort de France Ancienne mention :
Pour unique insertion, le grant La society a pour objet la realisation de
FB4775 travaux de terrassement et de travaux di-
vers. Fouilles principles,
AVIS DE REPRISE D'ACTIVITE Nivellement, r6alisation du chemin d'ac-
INGENIUM BTP ces, rigoles de foundations,
MAISON MORIN MICHELLE TranchBes pour les raccordements, eva-
PRESQU'ILE 97212 SAINT JOSEPH cuations, Remblaiement movementss de
RCS : 50215894200016 terre),tout type de travaux
Suite a I'AG du 27 juin 2011, il a ete de- Elle pourra prendre toutes participation
cid : dans toute affaire ou society ayant un
1)la mise en sommeille effective de la so- objet similaire ou de nature a favoriser
ci6te jusqu'au 30./06/2011. ses propres activities et realiser toutes
2)la reprise de I'activite de la soci6te a operations financieres, commercials,
computer du 01/07/2011. mobilieres ou immobilieres susceptible
Pour avis FB4776 de faciliter la r6alisation de son objet.
Nouvelle mention :
AVIS DE CESSION DE PARTS La soci6t6 a pour objet, outre la r6alisa-
CIDANTILLES.RAV tion de travaux de terrassement. r6ali-
SOCItTt EN NOM COLLECTIF station d'espaces verts,
CAPITAL 100 EUROS demolitions,travaux publics,
SIEGE SOCIAL : CITE DILLON VRD (Voirie et Reseaux Divers),
483 RUE VICTOR CORIDUN Locations d'engins
97200 FORT DE FRANCE Vente de tous materiaux
RCS FORT DE FRANCE Elle pourra prendre toutes participation
N* 531 203 511 dans toute affaire ou soci4te ayant un
Par convention du 18/08/11 les associes objet similaire ou de nature a favoriser
ont convenu la cession des 1000 parts ses propres activities et realiser toutes
detenues par la SARL CARAIBES IN- operations financieres, commercials,
VESTISSEMENTS DEVELOPPEMENT mobilibres ou immobilieres susceptible
et M. G4rard MARAN au profit de : de faciliter la realisation de son objet.
-Monsieur Francois MARIN BRAUN, do- Pour avis, LA GERANCE
micilie 1 rue Schubert, 67000 Strasbourg FB4780
pour 695 parts sociales.
-Monsieur Frederick BRUNET, domicilie AVIS DE CONSTITUTION
80 ter, rue Leon BrOlon 37550 Saint Aver- II a 6et cree le 24 juillet 2011, les status
tin, pour 169 parts sociales de la SARL TRANS PARADIS DOM don't
-Monsieur Eric CEPECK, domicilie 9 le siege est situe a : C/C FAE ZI Champi-
place des Turones Chambray-les-Tours gny Imm Frangipanier 97224 Ducos
(37) pour 136 parts sociales. L'objet de cette derniere, tant en France
L'article 8 des status sera modified en qu'a I'etranger est :
consequence FB4777 Le transport de personnel et de mar-
chandises
AVIS DE MODIFICATIONS L'acquisition, la prise en location-ge-
STATUTAIRES rance de toutes entreprises ainsi que
MARIN PLONGEE SARL I'exploitation de tous 4tablissements,
AU CAPITAL DE 15000 e fonds de commerce, usines, ateliers, se
PORT DE PLAISANCE rapportant a I'une ou I'autre des activities
BASSIN TORTUE 97290 LE MARIN specifiees.
RCS: 519 848 402 L'acquisition de toutes operations pou-
Suite a I'AG extraordinaire du vant se rattacher a I'objet social
01/09/2011, il a ete decide de modifier Le premier grant est Mr C. BUNOD
I'article n 1 FB4781
Article 1- Objet : Cette society a pour
objet : I'exploitation d'une base de loisirs AVIS DE CONSTITUTION
nautiques proposant des activities touris- Par acte SSP en date a FDF du 15/09/11.
tiques de pratique et d'enseignement de Forme : EURL
la plongee sous-marine. Denomination : ULTRA BTP CARAIBE
En consequence, I'article reference ci- Enseigne : FANCHONNA TP
dessus sera mis a jour. Sigle : UBC
Pour avis, le grant FB4778 Siege social : Impasse Mango Fil 97224
Ducos
AVIS DE NOMINATION DE GERANT Objet: Travaux Publics Batiment
LES RESTAURATEURS Capital :7000.00 e en nature
DES ANTILLES SARL Duree :50 ans
Aux terms de I'assemblee g4enrale en G4rant : Mr FANCHONNA Valery de-
date du ler mars 2011, Madame Marie meurant 48, rue du panier Caraibe quar-
Claire BONNIOL demeurant Mare Poirier, tier Fonds Panier 97224 Ducos
97223 Diamant, est nommee grant sans RCS de FDF pour avis FB4782
limitation de duree.
Pour avis, AVIS NON DISSOLUTION
La gerance FB4779 S;A.R.L.tGUADAPAI
SARL AU CAPITAL DE 7 500 EUROS
AVIS DE MODIFICATION SIEGE SOCIAL : CIO SUN MOTOS,
STATUTAIRE RUE SAINT CHRISTOPHE,
TERRA EURL KERLYS DILLON,
AU CAPITAL DE 3 000 EUROS 97200 FORT-DE-FRANCE
DIVISE EN 100 PARTS DE 30 EUROS R.C.S.: FORT-DE-FRANCE
CHACUNE SIREN 384 002 952
SIEGE SOCIAL : QUARTIER MORNE L'assembl6e g6nerale extraordinaire du 4
PITAULT BOIS-NEUF juillet 2011, statuant conformement a I'ar4t
97240 LE FRANCOIS tide L. 223-42 du Code de commerce, a
R.C.S. FORT DE FRANCE decide de ne pas dissoudre la Societe.
TMC 501 736 912 APE 4312 A Pour avis,
Au terme de I'assemblee gen6rale extra- Le representant legal. FB4783
ordinaire du 30 ao0t 2011, I'associe
unique a decide de proceder a la modifi- AVIS DE CONSTITUTION
cation statutaire suivante : Aux terms d'un acte sous seing prive en
1 ) Adjonction de I'objet social date au Lamentin du 14 juin 2011, il a ete


constitute une soci4te presentant les ca-
racteristiques suivantes :
Forme : Societe Civile Immobiliere
Denomination : M.C.L.G
Siege social : Lamentin (97232) -
25 Residence Belfort
Objet : acquisition vente et ou construc-
tion de tous immeubles gestion par bail
ou autre
Duree : 99 ans a computer de son imma-
triculation au registre du commerce et des
societies
Capital : 500 euros
Gerance : Madame Monique CANDALE
Immatriculation au registre du commerce
et des societies de Fort de France
FB4784

AVIS DE TRANFERT
DU SIEGE SOCIAL
ELITRA SARL
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 5000 4
SIEGE SOCIAL : 5 RUE DU VIEUX
CHEMIN TERRE SAINVILLE
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE
TMC 530 560 176
Aux terms d'une deliberation en date du
6 septembre 2011, I'assemblee general
extraordinaire a decide de transf4rer le
siege social du 5 rue du Vieux Chemin
97200 Fort de France au 6 rue Eugene
FREYSSINET 97122 Bale Mahault a
computer du ler octobre 2011 et de modi-
fier en consequences I'article 4 des sta-
tuts
La gerance FB4785

AVIS DE CONSTITUTION
Denomination : Soci6et de Produits d'Hy-
giene et d'Entretien Martiniquais
Sigle : SPHEM
Forme SARL
Capital : 1000 Q
Siege social : Chemin Fond Giromond
Pelletier 97232 Lamentin
Objet : Commercialisation et distribution
de products d'hygibne et de nettoyage sur
le department de la Martinique
Duree de la socidt6 : 99 ans
Grant : Philippe LERIDER, demeurant
Chemin Fond Giromond Pelletier 97232
Lamentin
La society sera immatriculee au RCS de
Fort de France
Le grant B4786

AVIS DE CHANTGEMENT DE REGIME
MATRIMONIAL ".
S.C.P. "MATHIEU,
MATHIEU-BRISMEUR"
NOTAIRES ASSOCIS
19, RUE VICTOR HUGO "
97200 FORT-DE-FRANCE
Avis de changement de regime matrimo-
nial. Les 6poux : Monsieur Alex Prosper
ARNAUD, comptable, et Madame Maguy
DorothBe URSULET, directrice de
creche, demeurant ensemble a RIVIERE
PILOTE (97211), quarter La Renee, ma-
ries a la mairie du FRANCOIS (97240)
le 21 juillet 1990 ; sous le regime legal de
la communaute de biens reduite aux ac-
Squets, Modification operee : adoption du
regime de la separation de biens, tel qu'il
est etabli par lesarticles 1536 a 1543 du
pode civil.
Notaire redacteur de I'acte : Maitre Co-
lette MATHIEU-BRISMEUR, Notaire as-
socie a FORTDE-FRANCE (97200)
19,rue Victor Hugo.
Date de I'acte : 09 SEPTEMBRE 2011.
Oppositions a dresser, s'il y a lieu, dans
les 3 mois de la date de parution du pre-
sent avis par lettre recommandee avec
demand d'avis de reception ou par ex-
ploit d'huissier, aupres du notaire


redacteur de I'acte a I'adresse mention-
nee ci-dessus.
POUR AVIS
Me C. MATHIEU-BRISMEUR
FB4787

AVIS DE LIQUIDATION TOTAL
TRUE MUSIC SYSTEM
SOCICTE A RESPONSABILITE LIMITED
AU CAPITAL DE 100g
SIEGE SOCIAL : MAISON LITTORIE
LOT LES 4 VENTS
HABITATION ST JOSEPH
97220 TRINITE
N SIRET : 478 769 755 000 16
CADE APE: 9001Z
L'assemblee general reunie le 12 ao0t
2011 a approuve le compete definitif de li-
quidation decharge Monsieur Franck RO-
CHARD de son mandate de liquidateur,
donned a ce dernier quitus de sa gestion
et constate la cl6ture de la liquidation a
computer du jour de ladite assemble
Les comptes definitifs 6tablis par le liqui-
dateur sont depose au greffe d u tribunal
de commerce de fort de France, en an-
nexe au registre du commerce et des so-
cietes
Pour avis le liquidateur FB4788

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 15/09/11, il a 6et constitute
une : EURL
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : EURL
Denomination : BELLINO
Adresse du siege social : 11 bis rue Emi-
lius Lovince 97233 Schoelcher
Objet: vente sur place a emporter de tous
plats cuisines, repas boissons, sand-
wiches, et restauration rapid toutes ac-
tivites se rapportant a la vente la
distribution d'articles de press journaux
,tabac, papeterie, toutes activities de bu-
reautique et informatique (telecopies, in-
ternet) et exploitation de licence de jeux
PMU
Duree : 70 ans
Capital : 10004
Nom grant: Mme CHAMPROBERT
Josephine Marie
Adresse : 15 all6e des soupirs lot Fonds
Rousseau Terreville
97233 SCHOELCHER
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB4789

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
14/09/2011, il a ete constitute une society
presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : CARA1BE UNIFORMS
EQUIPEMENTS
Sigle : CUE
Forme : EURL
Capital : 5000 C
Si7ge social: Centre commercial Pelages
- Loc n 9 6 35 Bid Fernand GUILLON
97232 Le LAMENTIN
Objet : vente de v4tements et d'equipe-
ments professionnels
Gerante: Lyannick Julie Blaise ZIE-ME
Duree : 99 ans
Pour avis, la gerante FB4790

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date A Fort de France du 22 julin 2011,
il a ete constitute une society
presentant les caracteristiques suivantes
Forme social : Societe & Responsabilite
Limitee
Denomination : LCDR-L Caribeenne de
Revetement
Nom commercial: Films an Co
Siege social : Immeuble Ph4nix Zac du
Lareinty, 97232 Lamentin
Objet social : La pose de films solaire, de-


- V ~y I 0 0


ANNOUNCE LtqALE







[ I a s UALE


http://www.iournal-iustice-martinique. cor
.. .. .. .. ...


coratif et security sur bAtiment et auto-
mobile, la pose de rev6tement des sols
et murs
Duree de la society: 99 ans A computer de
la date d'immatriculation de la society au
registre du commerce et des societies
Capital social : 8000 euros
Gerance: Madame Isabelle DOUGE, de-
meurant Maison 130 rue Mnman DIo,
quarter Vaudrancourt, 97224 DUCOS
Immatriculation de la society au registre
du commerce et des societies de Fort de
France
La gerance FB4791

AVIS DE TRANSFER
DU SIEGE SOCIAL
SCI MERISE
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 1000 EUROS
SIEGE SOCIAL : RESIDENCE
FRANCE HORIZON APPT D115
ROUTE DES RELIGIEUSES
97200 FORT DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
N 497 847 491
Suivant deliberation de I'assemblee ge-
nerale reunie le 12 septembre 2011, les
associes de la society ont transfer le
siege social A I'adresse suivante :
12 rue du Cachibou, ravine vilaine 97200
Fort de France
Le dep6t legal sera effectu6eau greffe du
tribunal de Fort de France
Pour avis, le representant legal
FB4792

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
SCI JEAN-CLAUDE
AVENUE SALVADOR ALLENDE
BAT AB5
CITE DILLON
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE
TMC N2008 D6
Aux terms du proces-verbal de I'assem-
blee general extraordinaire du 9 ao0t
2011, il en resulte que :
- ler resolution : transfer du siege social
-26me resolution : modification de I'article
- siege des status comme suit :
Le siege social est fixed a Fort de France
Avenue Salvador Allende BAtiment AB,
escalier 5, Porte C001 Cite Dillon
Mention sera faite au RCS de Fort de
France FB4793

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
SCI MADO
AVENUE SALVADOR ALLENDE BAT
AB ESCALIER 5, PORTE C001
CITE DILLON
97200 FORT DE FRANCE
SIRET :525 287 736 00017
Aux terms du proces-verbal de I'assem-
blee general extraordinaire du 9 ao0t
2011, il en result que :
- ler resolution : transfer du siege social
-2eme resolution : modification de I'article
,, siege des status comme suit :
Le siege social est fix6e Fort de France
Avenue Salvador Allende BAtiment AB,
escalier 5, Porte C001 Cite Dillon
Mention sera faite au RCS de Fort de
France FB4794

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
DEXIM SARL
AVENUE SALVADOR ALLENDE BAT
AB ESCALIER 5, PORTE C001
CITe DILLON
97200 FORT DE FRANCE
SIRET N* 442136 00016
Aux terms du proces-verbal de I'assem-
blee general extraordinaire du 9 ao0t
2011, il en resulte que :


- ler resolution: transfer du siege social
-26me resolution : modification de I'article
,, Siege des statutes comme suit:
Le siege social est fix6 A Fort de France
Avenue Salvador Allende Batiment AB,
escalier 5, Porte C001 Cite Dillon
Mention sera faite au RCS de Fort de
France FB4795

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
SCI JC INVEST
AVENUE SALVADOR ALLENDE BAT
AB ESCALIER 5, PORTE C001
CITE DILLON
97200 FORT DE FRANCE
SIRET N* 442136 00016
Aux terms du proces-verbal de I'assem-
bl6e general extraordinaire du 9 ao0t
2011, il en resulte que :
- ler resolution : transfer du siege social
-2eme resolution : modification de I'article
,, Siege des status comme suit:
Le siege social est fixed A Fort de France
Avenue Salvador Allende BAtiment AB,
escalier 5, Porte C001 Cite Dillon
Mention sera faite au RCS de Fort de
France FB4796






ConJI MglMoi

CONSEIL REGIONAL
AVIS DE MARCH
SERVICES
I POUVOIR ADJUDICATEUR
NOM, ADDRESSES ET POINTS) DE
CONTACT:
Conseil Regional de Martinique,
Rue Gaston Defferre plateau Roy Cluny,
Contact : service de la command pu-
blique,
97200 Fort-de-France. TIe. 05 96 59 63
00. Fax 05 96 72 68 10.
Adresse(s) internet:
Adresse g6nerale du pouvoir adjudicateur
: http://www.cr-martinique.fr.
Adresse aupres de laquelle des informa-
tions complementaires peuvent 6tre ob-
tenues :
Conseil Regional de Martinique,
rue Gaston Defferre Cluny,
Contact : Service de la command pu-
blique,
97200 Fort-de-France. T6. 5 96 59 63 00.
Fax: 5 96 72 68 10.
Adresse aupres de laquelle le cahier des
charges et les documents compl6men-
taires peuvent etre obtenus :
Conseil Regional de Martinique,
rue Gaston Defferre, Plateau Roy -Cluny
97200 Fort-de-France,
Adresse A laquelle les offres ou de-
mandes de participation doivent 6tre en-
voyees:
Conseil Regional de Martinique,
Gaston Defferre plateau Roy Cluny
97200 Fort-de-France
Reception des offres, par pli recommande
ou contre recepisse au Conseil Regional
de la Martinique, Service de la Com-
mande publique, ou en ligne A I'adresse
Internet sus-indiquee,
TYPE DE POUVOIR ADJUDICATEUR
ET ACTIVITt(S) PRINCIPALE(S) :
Collectivite territorial.
Services generaux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
II OBJET DU MARCH
llntitule attribute au march parole pouvoir
adjudicateur:
Assurer le transport aerien de personnel


pour le compete du Conseil Regional de
Martinique.
Type de march : Services.
Categorie de service : no03.
L'avis implique :
L'etablissement d'un accord-cadre.
llnformations sur I'accord-cadre :
Accord-cadre avec un seul operateur.
Duree de I'accord-cadre: Duree en mois
:12.
Description succincte du march ou de
I'achat/des achats :
II s'agit pour le titulaire du march de regir
les modalites d'acquisition des titres de
transport aerien destines aux personnel
voyageant aux frais du Conseil Regional
de Martinique.
Classification CPV (vocabulaire commun
pour les marches publics):
60400000, 60410000.
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics (AMP) : oui
Des variantes seront prises en conside-
ration : oui
QUANTITY OU ETENDUE DU MARCH
Le march a pour objet de regir les mo-
dalites d'acquisition de titres de transport
aerien destines aux personnel voyageant
aux frais de la Collectivite regional.
II s'agit avant tout d'agents et d'elus du
Conseil Regional mais aussi de toute
autre personnel don't les frais de transport
seraient pris en charge par la Region.
Options : oui
Nombre de reconductions eventuelles :3.
Dans le cas de marches de fournitures ou
de services A caractere renouvelaile, ca-
lendrier previsionnel des marches ulte-
rieurs: en mois : 12 (A computer de la date
d'attribution du contract .
DUREE DU MARCH OU DELAI D'EXE-
CUTION :
Duree en mois : 12 (A computer de la date
d'attribution du contract .
ALLOTISSEMENT
Division en lot : oui : il convient de sou-
mettre des offres pour : un ou plusieurs
lots
LOT no1 : Fort-de-France/France
Description succincte : Assurer le trans-
port aerien de personnel entire la Marti-
nique et les different aeroports de
France et vice versa.
Quantity ou etendue : La Region s'en-
gage a fournir un montant de command
minimum annual de 80 000 euros (T.T.C)
au titulaire qui. lui s'engage A r6aliser
toutes les commands faites par la Re-
gion.
CLASSIFICATION CPV (VOCABULAIRE
COMMON POUR LES MARCHES PU-
BLICS):
60400000, 60410000.
LOT no2 : Fort de
France/Caraibes/Cayenne/Caracas/Mia
mi
Descriptions succincte :
Assurer le transport aerien de personnel
entire la Martinique et les different aero-
ports du monde autres que ceux concer-
nes par les lots 1 et 3 (Caraibes
notamment : Port-au-Prince, Saint Do-
mingue, San Juan, Saint martin, Saint
Barthelemy, Desirade, Marie galante, Les
Saintes, Pointe a Pitre, Dominique,
Sainte Lucie, Saint Vincent, Union, Mous-
tique, Canouan, Barbade)
Quantity ou etendue La Region s'engage
A fournir un montant de command mini-
mum annual de 30 000 euros (T.T.C.) au
titulaire qui lui s'engage a realiser toutes
les commander faites par la Region. -
CLASSIFICATION CPV (VOCABULAIRE
COMMUN POUR LES MARCHES PU-
BLICS) :
60400000, 60410000.
LOT no3 : Fort de France/Reste du
monde
Description succincte : Assurer le trans-


port aerien de personnel entire la Marti-
nique et les different aeroports du
monde autres que ceux concerns par
les lots 1 et 2.
Quantity ou etendue :La Region s'engage
A fournir un montant de command mini-
mum annual de 30 000 euros (T.T.C.) au
titulaire qui lui s'engage A realiser toutes
les commander faites par la Region.
CLASSIFICATION CPV (VOCABULAIRE
COMMON POUR LES MARCHES PU-
BLICS) :
60400000,60410000.
III RENSEIGNEMENTS D'ORDRE JU-
RIDIQUE, ECONOMIQUE, FINANCIER
ET TECHNIQUE
CONDITIONS RELATIVES AU
CONTRACT
Cautionnement et garanties exiges :
Avance:
Si le titulaire I'accepte dans I'acte d'enga-
gement, une advance lui sera versee dans
les conditions prevues aux articles 87 A
90 du code des marches publics. Elle por-
tera selon le montant mini du lot (si celui-
ci est superieur a 50 000 euros) ou sur
chaque bon de command. Son verse-
ment est conditionne par la constitution
d'une garantie A premiere demand ou,
si le pouvoir adjudicateur ne s'y oppose
pas, par une caution personnelle et soli-
daire.
Modalites essentielles de financement et
de paiement et/ou references aux textes
qui les reglementent :
-origine financement : Budget du Conseil
regional de Martinique
- pavement : virement administratif
- delai global de paiement : 30 jours
- reglement effectu6 sur facture et apres
service fait.
- advance de 5 % prevue
- variation des prix : prix revisables par
ajustement au tarif grand public du titu-
laire du march.
Former juridique que devra revetir le grou-
pement d'operateurs economiques attri-
butaire du march :
La Region peut imposer apres attribution
du march la forme de groupement soli-
daire momentane.
L'execution du march est Soumise a
d'autres conditions particulibres :
Non.
CONDITIONS DE PARTICIPATION
Situation propre des operateurs Bcono-
miques, y compris exigences relatives A
I'inscription au registre du commerce ou
de la profession :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- la declaration du candidate conforme au
module Dc2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation a etre titulaires du
march
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au module DC 1 dans sa version sep-
tembre 2010).
Capacity economique et financiere :
Renseignements et formalities neces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies:
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
realisees au course du dernier exercise
disponible
- declaration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
Niveau(x) specifique(s) minimal(aux)
exige(s) : le dernier chiffre d'affaires an-
nuel disponible du candidate devra etre su-
perieur :
- pour le lot 1 A 500 000 euros (T.T.C.)
- pour le lot 2 a 100 000 euros (T.T.C.)


^rr'__eu I 'Ipebre201^ usicen^ Pge






http://wwwiournal-iustice-martiniaue.com


- pour le lot 3 a 100 000 euros (T.T.C.)
En cas de groupement d'op6rateurs 6co-
nomiques, il sera pris en compete pour la
verification de cette exigence, la some
des chiffres d'affaires declares par
chaque cotraitant.
Capacity technique :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies ::
- une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
-Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
* Capacites professionnelles:
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principals
prestations effectuees au course de la der-
nibre annee, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive. Les
prestations sont prouvees par des attes-
tations du destinataire ou, a d6faut, par
une declaration du candidate
- certificates de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
- indication des titres d'etudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des cadres de
I'entreprise, et notamment des responsa-
bles de prestation de services ou de
conduite des travaux de meme nature
que celle du march.
Marches reserves : Non
CONDITIONS PROPRES AUX MAR-
CHES DE SERVICES
La prestation est reserve a une profes-
sion particuliere : Non
Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges de la prestation : oui
IV : PROCEDURE
TYPE DE PROCEDURE : Ouverte
Appel d'offres ouvert (art. 33, 57 a 59 et
77 du Code des Marches Publics)
CRITERES DE SELECTION DES CAN-
DIDDATURES ET DE JUGEMENT DES
OFFRES
Criteres de selection des candidatures
Les criteres de selection des candida-
tures qui seront utilises par le repr6sen-
tant du pouvoir adjudicateur, (RPA) au
titre de I'article 52 du code des marches
publics sont:
-Capacites professionnelles, techniques
et financieres
Criteres de jugement des offres :
L'offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1 la valeur technique de I'offre (appre-
ciee sur la base de la note technique exi-
gee 2-8-2-d du present reglement de
consultation) affected d'un coefficient 6 se
declinant selon les sous critbres suivants
-Capacite de repondre au mieux aux be-
soins et contraintes de transport exprimes
par la region 40% (du coefficient 6)
-La possibility d'acceder directement au
syst6me d6materialise de reservation
proposed 30% (du coefficient 6)
-Mode d'organisation du candidate (equipe
dediee et disponibilite reactivite) 20%
(du coefficient 6)
-La mise a disposition permanent des
tarifs par voie dematerialisee 10% (du
coefficient 6)
2 le prix des prestations affected d'un
coefficient 3
3 les avantages consentis par le candi-
dat et decrits au 3 de I'acte d'engagement


et dans la note technique affected d'un
coefficient 2
Une enchere electronique sera effectuee
: Non
V RENSEIGNEMENTS D'ORDRE AD-
MINISTRATIF
Numero de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur:
DGAMG-STAR-11-057.
Publication(s) anterieure(s) concernant le
mmme march : Non
Conditions d'obtention du cahier des
charges et des documents complemen-
taires ou du document descriptif :
Date limited pour la reception des de-
mandes de documents ou pour I'acces
aux documents : 25 octobre 2011 a
12H00.
Documents payants: non.
Date limited de reception des offres ou des
demands de participation :
25 octobre 2011 A 12 HOO.
Langue(s) pouvant etre utilisee(s) dans
I'offre ou la demand de participation :
frangais.
Delai minimum pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: Duree en jours : 180 (A computer de la
date limited de reception des offres)
Modalites d'ouverture des offres :
26 octobre 2011 10:00.
Lieu : conseil Regional de Martinique.
Personnes autorisees a assister a I'ou-
verture des offres : non.
VI RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
TAIRES
IL S'AGIT D'UN MARCH PERIODIQUE
:OUI
Calendrier previsionnel de publication
des prochains avis : juin 2015.
LE MARCH S'INSCRIT DANS UN
PROJET/PROGRAMME FINANCE PAR
DES FONDS COMMUNAUTAIRES: Non
AUTRES INFORMATIONS :
Delai laisse au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
ciales et fiscales : 08 jours calendaires
Adresse a laquelle les offres doivent 6tre
envoyees:
Reception des offres, par pli recommande
ou centre recepisse au Conseil Regional
de la Martinique,
service de la command publique,
rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France -MARTINIQUE ou en ligne a
I'adresse Internet sus-indiquee.
Transmission des dossiers d'offre par
voie d6materialisee : autorisee
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement & la disposition des candi-
dats une plate-forme de d6mat6rialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique "
marches publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
-La recherche des consultations passes
par la Region Martinique
-Le telechargement des avis, r6glement
de consultation et DCE
-La transmission par voie Blectronique
des dossiers d'offre.
Delai de publicity : Les reductions de
delai de publicity prevues a I'article 57 II
4 et 5" du code des marches publics ont
ete utilisees au titre de la pr6sente
consultation
Date d'envoi du present avis au JOUE et
au BOAMP : 14 septembre 2011.
PROCEDURES DE RECOURSE
Instance chargee des procedures de re-
cours:
Tribunal Administratif de Fort-de-France,
immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
B.P. 683, MQ-97200 Fort-de-France


Cedex. Tel. (+33) 5 96 71 66 67. Fax
(+33)5 96 6310 08.
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris), 29 rue Barbet-De-Jouy, F-75700
Paris Cedex 7. Tel. 01 44 42 63 43. Fax
01 44 42 63 37.
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent Atre obtenus concernant
I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif, croix
de Bellevue, MQ-97200 Fort-de-France.
Tel. 05 96 71 66 67. Fax 05 96 63 10 08.
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS :
14 septembre 2011. FB4797






C....llnalo..
ald. i Mfl..*
APPEL A PROJECTS
Identification de I'organisme qui lance cet
appel Conseil Regional de Martinique
Service de la command publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France Martinique, tel : 05 96 59-63-
00 / telecopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr onglet Marches publics
Num6ro de reference du dossier DGA-
CEI-APBOOS-11-074
objet de I'appel a projects Le Conseil Re-
gional lance un appel a projects a destina-
tion d'entreprises souhaitant etre
accompagnees afin d'ameliorer leurs per-
formances.
Caracteristiques principles du project
DESCRIPTION DU PROJECT:
Tendre vers la performance et I'innova-
tion a ete un des objectifs inscrits dans le
cadre du plan de reliance du Conseil re-
gional.
Cet objectif a ete reconnu comme fonda-
mental pour la modernisation des sec-
teurs Bconomiques traditionnels et
I'innovation apparait comme le veritable
moteur de la croissance pour le develop-
pement economique et social traditionnel.
Aussi afin d'accompagner les mutations
technologiques imposees par le context
international le Conseil regional organise
I'appel a project BOOSTER LA MATU-
RITE DE VOTRE ENTREPRISE>.
Cet appel a projects s'adresse aux entre-
prises qui manifestent un besoin d'ac-
compagnement.
II s'agit d'ameliorer et de renforcer I'ac-
compagnement des entreprises par I'or-
ganisation de missions de conseil.
A travers cet accompagnement renforc6,
I'objectif, A terme consiste a ameliorer les
performances des entreprises (rentabilite
et solvabilite).
L'accompagnement porter sur la reali-
sation de prestations de conseil dans le
cadre de I'accompagnement des entre-
prises pour la Region Martinique et no-
tamment sur:
- la recherche de financement
- la formalisation d'idees de projects
- I'aide au pilotage de I'entreprise : ta-
bleaux de bord, contr6le de gestion
- la sensibilisation A des functions ou
competence cles: gestion des res-
sources humaines, quality, prise en
compete de I'environnement...
- I'aide au developpement....
L'entreprise beneficierait d'un accompa-
gnement qui integrerait des journees
conseils personnalises par des consul-
tants experiments.
Le soutien pourrait done porter sur plu-


sieurs axes de d6veloppement de la per-
formance de I'entreprise :
- I'analyse strategique
-les prestations de maturation de projects
- I'etude de march
- la demarche quality
- (recrutement de cadres, formation),
- la performance technique (acquisition
de materials),
- la performance environnementale (im-
plantation immobiliere, quality, energie,
...).
A I'issue de la selection, les laureats be-
neficieront d'un programme d'accompa-
gnement comprenant des reunions
d'information, une mise a disposition
d'experts : comptables, banquiers, avo-
cats, formateurs, un plan d'actions per-
mettant a I'entreprise de renforcer sa
competitivite sans remettre en cause son
autonomie d'action...
Beneficiant d'une assistance technique,
les entreprises se verront done proposer
un programme operationnel associant
conseil, formations,, mise en reseau et
orientation.
L'ensemble de ces interventions s'inscrit
dans une logique de resultats, les objec-
tifs seront d6finis au prealable et I'eva-
luation des prestations realisees
systematique.
Les beneficiaires potentiels sont les en-
treprises individuelles, industrielles, arti-
sanales et de services
Cofinancement du project Les finance-
ments publics mis a la disposition de
cette operation sont d'environ 2.5 ME et
seront finances par les fonds du FEDER.
Constitution des dossiers de project Les
candidates s'appuieront, pour la constitu-
tion de leur dossier de project sur le dos-
sier de consultation 6tabli & cet effet et
disponible au Service des Marches et de
la command publique du Conseil r6gio-
nal ou en ligne a I'adresse suivante :
http://www.cr-martinique.fr (cliquer sur
I'onglet << marches publics ,).
Num6ro de reference du dossier: < DGA-
CEI-APBOOS-11-074>
Criteres d'examen des candidatures :
L'examen du project se fera en appreciant
les documents et informations transmis
par les entreprises candidates et notam-
ment son dossier de candidature.
Des precisions pourront etre demandees
au candidate.
D'une fagon general, la selection se fera
sur :
* I'opportunite et la pertinence du project,
* la situation de I'entreprise
Sla nature du besoin identified,
* une analyse d'impacts du project sur la
performance et la productivity de I'entre-
prise, la demarche marketing et commer-
ciale, I'environnement.
- La coherence des projects avec la stra-
tegie regional
- Les criteres de conditionnalite et no-
tamment les bonnes pratiques, la quality,
la governance, la responsabilite social
et societal envisagees
La priority sera donnee aux secteurs et
axes identifies comme 4tant prioritaires
tourismm, BTP, environnement, agro
transformation, biodiversity, innovation,
aquaculture, culture et audio-visuel)
Un Comit6 de selection examiner les
candidatures.
Remise des dossiers de project Les can-
didats front parvenir leur dossier de pro-
jet(s) au President du Conseil Regional
(Service de la command publique) au
plus tard le 5 octobre 2011 a 12 heures
Date d'envoi a la publication du present
avis Le 19 septembre 2011
FB4798


iu)'22 '0'lSS ruc En 3 Pae


,IANNt / UfALTESTt 7





[ CULTURE I


Atrium : Distiller une education artistique auxjeunes


Orlane et Joby Bernabe, corndiens dans "Le Tartuffe" revisit pat Herve Deluge

Bernard Lagier directeur du centre cultural departmental de
Martinique "Atrium"etAurelie Dalmat, charge de mission cul-
turelle ont present le nouveau challenge pour la saison
2011/2012 : "developper (a poitique cuftureffe et artistique en di-
rection desjeunes populations de tMartinique, et pCus particufiere-
ment des scolaires". Pour mettre en place ce vaste chantier, les
organisateurs se sont associes avec plusieurs partenaires que
sont la Direction regional des affaires culturelles (DRAC), le
Rectorat, les chefs d'etablissements et les Conseils General et
Regional. Le credo mis en avant ": education culturelfe et ar-
tistique comme axe de diveloppement sensoriefet intelfectue".
Et pour y parvenir, un project specifique a 6te mis en place pour
les jeunes scolaires du premier et du second degr6, ainsi que
des instruments pour amener les jeunes a frequenter les es-
paces culturels. II s'agit en premier lieu d'un passport "jeune


abi, '' qui donne droit a des multiples avantages au sein de
la structure culturelle. Les organizations ont mont6 une pro-
grammation the6trale specifique couvrant I'annee scolaire. Elle
debutera le 12 octobre prochain par la piece de Moliere "Le
Tartufe"revisit6e par un jeune metteur en scene Herv6 Deluge
avec a la distribution des com6diens de talent comme Joby Ber-
nabe et Orlane Leurs differentes ceuvres devraient favoriser le
rapprochement de ces jeunes avec la culture, former les spec-
tateurs de demain, mais aussi leur faire decouvrir toutes les ac-
tivites qui tournent autour de la realisation d'une piece de
th6etre. Les scolaires du premier degree seront inities au pro-
cessus de la creation the&trale a partir d'un texte de Xavier Or-
ville "T'ip.i serpentjaune". L'occasion de lutter centre I'illettrisme
par le biais des arts plastiques, du theatre et du conte.
Le second degree n'a pas ete oublie avec la mise en place d'ate-
liers de lecture, de piano, de slam et d'initiation a I'ecriture th6e-
trale.
L'ambition est d'apporter aux jeunes martiniquais les codes, les
references culturelles, les outils n6cessaires a la formation d'un
esprit critique et a I'epanouissement de soi au sein de la so-
ciete, mais aussi de susciter des vocations dans les m6tiers de
la culture.
Pour la repr6sentante du rectorat, Valerie John, c'est un ve-
rita6fe sgne fort en direction de [a communaute scolaire avec des
possi6ilitis et des overturess. Reste que, selon elle, "qu'i faut
faire vivre ce project et donner auC leves (a chance de la proximity
culturefe. "
Un project Atrium-Ecoles qui a suscite I'enthousiasme des en-
seignants presents lors du lancement de I'operation.
Les enseignements de ce qui se veut "notre remain artistique"
seront values en fin d'annee, mais d'ores et deja, Bernard La-
gier announce que cette mission se poursuivra.
C.B


Un chaleureux hommage a Suzanne Roussi Cesaire


Nee en 1915, aux Trois Ilets, Suzanne Roussi Cesaire fut une
intellectuelle militant, professeure au pensionnat colonial (re-
baptise plus tard du nom d'Ernest Renan).
Elle est I'auteure de plusieurs articles parus dans Tropiques,
revue de critique litteraire publiee de 1941 et 1945 sous le re-
gime de I'amiral Robert et don't elle fut I'un des membres fon-
dateurs avec Rene Menil, Georges Gratiant et Aime Cesaire.
Rappelons que cette revue avait ete interdite, apres quelques
parutions par ce regime fasciste.
Suzanne Roussi Cesaire fut I'epouse d'Aime Cesaire de qui elle
eut 6 enfants don't 2 filles et quatre gargons. Ils divorcerent en
1963 et Suzanne deceda en mai 1966.
C'est done dans une just demarche de rehabilitation des fi-
gures representatives de I'histoire et de la pensee de notre peu-
ple, que I'Union des femmes de la Martinique a tenu, le samedi
17 septembre, au course d'une rencontre debate, a mieux faire
connaitre cette personnalite humaniste, chantre de I'antillanite,
du surrealisme et de I'anti doudouisme larmoyant. Une femme
combattante determine que ses proches appelaient "fa pan-
there noire", quoi qu'elle fot une vraie chabine.
La president de I'Union des Femmes, Rita Bonheur etait tries
heureuse et tres & I'aise pour inaugurer cette causerie-d6bat
animee par Huguette Bellemare. A cette occasion, la vie trepi-


uuel est rapport cans notre society de Suzanne Houssi Uesaire au centre du debate
initie par I'Union des Femmes de la Martinique.

dante et captivante ainsi que I'oeuvre de Suzanne Roussi Ce-
saire furent exposees, en depit d'un silence encore inexplique,
a un auditoire d'une cinquantaine de personnel confortable-
ment installees sous un chapiteau, 6 I'espace Jeanne Lero, au
siege de I'UFM, au 17 de la rue Lamartine oD une exposition se
tientjusqu'au 30 septembre.
A.C


S22 m 2 1ui --a. 2 '1


http://www.iournal-iustice-martinique.com