<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00226
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Creation Date: August 25, 2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00226
System ID: UF00088914:00226

Full Text
ine hebdomadaire d'information communist


Jeudi 25 AoOt 2011 91em nne N 33/34 Martinique: 2,00 E France: 2,40 DOM: 2,20

CrHe du ampitalsme mondlall
et flm ne


00
CC"
O
80
N(0
C-


Pourquoi


7


Conv. bu Morne-Rouge:
1971/2011, 40 ans aprs :
La permanence de notre
lutte pour la Responsabi-
lite martiniquaise
Libye:
Une victoire de I'OTAN







http://www.iournal-iustice-martiniaue. com


SakaFaRe ..................... 2

E~ito ........................ .
- Convention du Morne-Rouge

Luttes ocialef ............... .+
- Enseignants-stagiaires

Socidti ....................fp. 5/6
- Crash de la West Carribean
- DECEs de Pierre-Just Marny

Memoire du euple ........ .. 7/8
- Rend MEnil
- Convention du Morne-Rouge

Politique ............... ..9/12
- A propos de la tribune d'Henri Pastel
- Senatorlales 2011
- Edouard de Ldpine
- Y.-L. Monthieux et A Lavenaire

Cri e la Pette ........... P 2/
- Crise du capitalism : Pourquoi P
- Crise financiere

Tribune ................. 15/16
- Nouvelles mithodes de I'mpirlalisme
- A quol s'attendre P

Pa le Moe ................f.16
- Libye : Victoire de I'OTAN

Annonue ligale..........t.. 17/19

Sofrt/Culture.............. 20
- Jeunesse Cariddenne
- Miss Et Mister Martinique queen 2011
- Festival Biguine-Jazz
- Le Club Colonial remporte 1e trophee
Yvon Lutbert


VJUS TICC"
Administration & R6daction :
T1. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 1 87526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniqualse
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


Nos places toujours envahies par les algues sargasses.

Les algues sargasses continent de s'echouer sur le littoral martiniquais. Une inva-
sion qui interpelle d'autant plus les Martiniquais que les scientifiques n'ont pas encore
pu 6tablir avec certitude I'origine de ce ph6nomene qui donne bien du fil a retordre A
nos elus, lesquels, en cette periode de vacances, aimeraient voir les plages de leurs
communes bien plus accueillantes.
Cette situation commence 6 avoir des repercussions negatives pour les profession-
nels qui exercent leurs activities en bordure de plages.
Alors qu'en France, les pouvoirs publics ont mis en place les moyens pour repondre
a la proliferation des algues vertes, en Martinique "L 'Etat nous a abandonni"se des-
ole Raymond Occolier, le maire du Vauclin, president de I'association des maires. II
a done reclame la mise a disposition de I'armee ou de contracts aides. De son cote,
la Region a mobilise 100 000 4 pour permettre aux maires des communes concer-
nees de faire face a cette invasion. Par ailleurs, a I'initiative de la collectivite regional,
un comite de suivi a ete mis en place afin de coordonner les actions mises en oeuvre.
Dans cet objectif, elle presentera un plan d'actions visant 6 repondre aux preoccu-
pations des municipalities. L'Etat s'est dit pret a y apporter sa contribution. Des actions
citoyennes sont egalement organisees sous I'egide notamment des municipalities du
Diamant et du Vauclin pour debarrasser leurs plages de ces tonnes d'algues don't la
decomposition genre des emanations d'hydrogene sulfur qui incommodent les ri-
verains et peuvent provoquer des probl6mes aux personnel souffrant de problems
respiratoires.
Le president du Conseil regional Serge Letchimy a ecrit au Premier ministry en date
du 19 ao0t que "malgri de nom6reuses initiatives prisespar Ies communes touclies et Ies
collectivitjs, Ce constat estfait aujourd'hiui, tant par les colfectivitis, que fes services de
[Etat, de rinadaptation et de 'insuffisance des moyens disponibles". II "sofficite un en-
gagement majeurdes moyens d'observation adrien et de coifectes maritimes de CEtat, afin
d'anticiper les consequences sanitaires, iconomiques et icologiques pr6visibles de cette si-
tuation".


Rentr e scoUire : 18 millions 'eurospour I'ARS

Depuis vendredi 19 aoit, la Caisse d'allocations familiales (CAF) a commence le ver-
sement de I'Allocation de rentree scolaire (ARS) aux families aux revenues modestes.
Une prestation don't I'augmentation de 1,5% ne compense pas la hausse de pres de
7% du coOt de la rentree en France selon I'association Families de France (FDF).
Son coOt est encore bien superieur chez nous.
Le montant de I'ARS est module en function de I'age de I'enfant, soit 284,97 euros
pour les 6-10 ans, 300,66 pour les 11-14 anset 311,11 pour les 15-18 ans. Pour pou-
voir beneficier de la prestation cette annee, les resources des parents pergues en
2009 pour un enfant a charge devront 6tre inferieures a 22.970 euros. Cette alloca-
tion vise a amortir les depenses des parents pour cette period sachant que le coGt
de la rentree scolaire pour un eleve entrant en sixieme est cette annee de 187,32
euros, en hausse de 6,8% par rapport a 2010 selon I'association Families de France.
En Martinique, cette annee ce sont un peu plus de 18 millions d'euros qui devront 6tre
verses aux 26 754 allocataires pour 37 215 enfants de 6 a 18 ans scolarises dans les
etablissements publics ou prives.

La Martinique n'oublie pas Thierry Dot

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en
otage au Niger dans la nuit du 15
au 16 septembre, avec quatre au-
tres Frangais, un Togolais et un
Malgache, employes des societes
frangaises Areva et Satom, par la
branch d'Al-Qaida au Magreb Is-
lamique (AQMI), est soutenu mo-
ralement par toute la Martinique, y
compris les militants communists
et leur journal Justice


ii Sfl, Re il5lots0s Rifen S14Sae2'


SA KA)PAS


M






http://www journal-justice-martinique.com


40 ans apres La Convention bu Morne-Rouge: La permanence be notre

lutte pour La Responsabilite martiniquaise


II y a quarante ans (les 16,17 et18 AoOt 1971), les antico-
lonialistes de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Reu-
nion et de la Guyane declaraient solennellement que nos
peuples "constituent, par feur cadre g6ograpiique, feur dve-
loppement histoique, feurs composantes ethniques, eurculture,
leurs intirets iconomiques, des EVWit7ES NATIONALES,
don't Ia riaite est diversement ressentie danis a conscience de ces
peuples".
C'etait la Convention du Morne-Rouge pour I'Autonomie.
Elle etait le fruit d'une longue maturation conduite par les
partisans de I'autonomie qui, faisant le constat de I'echec
des politiques publiques, arrivaient & I'6vidence qu'il ne
pouvait y avoir de veritable developpement 6conomique
servant les interets superieurs de la Martinique sans un ve-
ritable pouvoir martiniquais fort.
Le mal developpement ne pouvait qu'engendrer le malaise
social don't souffraient les masses laborieuses. L'idee de
I'autonomie.gagnait des couches de plus en plus etendues
de la population. Mais plutOt que d'appoiter des reponses
A ses preoccupations, le pouvoir colonial pratiquait la poli-
tique du "bdifln"contre les communists et I'intimidation
par la repression.
En affirmant haut et fort la necessity de parvenir & I'Auto-
nomie, les participants de la Convention du Morne-Rouge
faisaient preuve de lucidity et de courage.
Le 13 mai 1971, lors de la visit de Pierre Messmer, mi-
nistre des "DOMW" Georges Fitt-Duval, au nom du group
communist au Conseil General, denongait la situation
6conomique et la domination colonial en ces terms : "If
resort que f poitique du Gouvernement est un cfhec retentis-
sant. La structure cooniafe de notre economie n 'agure change,
sa dependance vis--vi de Cetrieurs'est encore aggravie. Tous
fesplans restent ici des chiffons de paper et fe 6e suivra li voie
des pricedents. cDans presque tous fes domaines, fes objectifs
n'ontjamais jte atteints et de oin "
28 ans plus tard (1999), Eliane Mosse, Economiste char-
gee d'une mission sur le developpement economique des
D.O.M., dans son rapport, arrivait A la meme conclusion et
ecrivait :"Les probifmes de developpement des departements
d'outre-mer ontfait fobjet depuis fe dr6ut des annies quatre-
vingt-dikde nombreuwrapports, contenant despropositions sou-
vent tres intiressantes, mair don't peu ont ete appliques et/ou
suivies deffets. On constate que fesgrands dysfonctionnements
de f'conomie des D.O.9. restent pratiquement incfang6s, voire
mime s ggravent au course des annies, quits gisse din tauxde
chfmage-trois a quatrefois supnrieur cefui de la mitropofe,
dun tauxde couverture des importationspar es exVortations ex-
trimementfai6e, de ia dipendance de transferts sociauCmas-
sifs, ou 6ien encore de fapermanence advantages catigorie qui


ne repondent plus a une
fogique iconomique ou so-
ciaf ".
Aujourd'hui, 40 ans
apres la Convention
pour I'autonomie si-
gnbe au Morne-Rouge,
le constat n'a gubre
6volue sinon que notre
dependance vis-A-vis
de la France et de I'Eu-
rope s'est renforc6e et,
pire, le '~enocite par
substitution" s'est dan-
gereusement aggrave,
le ch6mage atteint des records, la pauvret6 s'installe, la
desesp6rance gagne notre jeunesse face A un horizon de
plus en plus incertain.
C'est dire que I'urgence du rassemblement des forces an-
ticolonialistes pour proposer une issue s'impose & nous
tous. La gravity de la situation de notre pays nous indique
que nous vivons une period de grande responsabiiit6e
I'6gard de notre communaut6 martiniquaise don't nous ob-
servons avec inquietude les.derives dans une certain so-
ci6et de consommation artificielle.
En 1971, nous avons eu la lucidity et le courage de. sur-
monter nos divergences pour tracer une perspective nou
velle.
Seulement le colonialism frangais, aguerri par ses expe-
riences coloniales, a les capacities de manceuvrer pour at-
tiser le poison de la division pour mieux asseoir sa
domination.
L'exp6rience recent des "Etatsginirauw"rou celle des
consultations de 2010 est bien presente a notre "bonsou-
venir"pour montrer que le pouvoir et les partisans de I'as-
similation savent d6voyer I'aspiration populaire au
changement en maniant habilement la peur de la perte des
acquis sociaux. Et nous voilA A nouveau dans I'impasse,
m@me si nous avons pu 6viter le pire en arrachant tout de
mime I'instauration d'une Collectivite unique pour corriger
I'aberration historique de deux collectivit6s pour un seul
territoire.
La lutte pour la responsabilit6 martiniquaise, pour I'affir-
mation de notre identity, pour la preservation de notre cul-
ture constitute un combat livre par des generations
d'anticolonialistes au sein desquelles les communists ont
joue un rOle majeur pour voir merger I'esprit de resistance
contre le system colonial. II est encore vivant.
Par notre unite, par notre capacity de construire une alter-
native pour entrainer I'adhesion de notre people, nous se-
rons en measure de briser le mur de la peur qui entrave
notre chemin 6mancipateur. Ainsi nous ferons honneur A la
lucidity des conventionnels du Morne-Rouge.
Fernand Papaya


= ui, Z AFV2^y-uiaicena;l Pag, "-


........ P Io









http://www. ournal-iustice-martinique.cor


2005-2011 -Crash be La West Carribean: La bouteur toujours vive


Le 16 ao0t dernier marquait le sixieme anniversaire
du crash de West Carribean ou 152 Martiniquais
perdaient la vie au Venezuela. Un sixieme anniver-
saire qui tombe le meme jour que ce mardi 16 ao0t
2005.
A cette occasion, I'Association des Victimes de la
,Catastrophe Arienne (AVCA) a organism dans 7 r.
communes une commemoration pour rendre hom-
mage aux victims, mais surtout pour affirmer que le
combat pour la v6rite est plus que jamais actuel. Six
annees d'intenses combats et d'emotion pour ces
families et la societe martiniquaise.
A Fort-de-France, quelques families et les membres
de I'association se sont retrouves devant la stele oi
sont apposes les 152 noms des victims. Une gerbe
a 6te deposee avant une minute de silence. Ce
meme ceremonial s'est d6roule a Saint-Joseph,
Basse-Pointe, Frangois, Ducos Saint-Esprit et Riviere-Pilote.
Auparavant, les families s'etaient retrouvees au Lamentin ou
une nouvelle stele a vu le jour avant d'6voquer le cheminement
du combat judiciaire durant ces annees. Olivier Berrison, le pre-
sident de I'association, estime que "fa voolnte depoursuivre ce
combat pour Ia viriti est intacte, d'autant que des personnel qui
avaient arritd sont revenues pour nous donner un nouveau souffle
afin avoir [a mime determination qu'au depart". L'association
refute la these consistent a mettre I'essentiel de la responsabi-
lite sur les pilots. Sur le dossier, le president souligne : "On a
rdussi d gagner une petite 6atail. (Des contre eVpertises ont ete
demandjes aujuge concernant les ofites mais aussi des traductions
des conversations entire es pilots. Nous alTons au tribunaladmi-
nistratifattaquer a rigfementation de Caviation civil qui n'a eu
aucun contact avec fa compagnie West Cari6ean, ni avec Cinter-
midiaire. Nous espirons que cera serafait car fa cham6re d'ins-
truction nous a donned raison depuisjanvier concernant cesfaits.
Nous attendons. "



Pierre-Just Marny repose a Schetcl


Recueillement devant la plaque commemorative de Fort-de-France


Nous avons rencontre Francesca, foyalaise qui a per6u
16 proches bans le crash. EUe temoigne:
"C'est une riplique du premieranniversaire, oi j'aiperdu monpere
et ma 6eTe -mere dans fe crash. Cefa r6veifle (a douleur toujours
vive, tant que Con n'aura pas fa veriti on n'aura pasfait notre
deuil Cefa est incontesta6Ce, iffaut quej'aie fa vritd.
Iffaut que e gouvernement sorte de son since, que fes copinages,
les complicitis s'arritent et que les Etats mesurent cette tragddie.
152 Martiniquais et un iquipage qui ont perdu fa vie. Ce sont de:
itres humains que fon a envoys au tombeau.
Ilfaut que Caviation civifefranfaisefasse fe nicessaire pour tra-
duire fes documents pour nous aider a F'VC1 a& mener notre 6a
tale. Sinon, i aura encore des morts et des malades, d
traumatises du 16 aouit 2005. Je suis moi mime malade de cett,
tragddie, je souffre de tout mon corps. Je suis reconnue hiandicapde
a cause de cette doueur.
En ayant perdu 16personnes trs proches de mon entourage, je n
suis pas sortie de cet accident etj'en soiffre encore."


ter

Les resultats de I'enquete en course diligentee par le parquet
apres le suicide de Pierre Just Marny n'ont pas-encore ete
devoiles. La famille n'a pu obtenir gain de cause dans sa de-
mande de consulter la dernibre missive laissee par le "plus
ancien detenu de France. Et c'est pour avoir acc6s au dossier
que les avocats ont depose plainte. Apres I'autopsie du corps
de Pierre-Just Marny, celui a ete rendu a la famille. Une veil-
lee a ete organisee le vendredi 12 au soir a la Joyau et celui
qui se faisait appeler "La Pantiere noire"a ete inhume le sa-
medil3 ao0t 2011. Pierre Just Marny apres avoir purge 48
ans de detention repose desormais au cimetiere de Schcel-
cher. Une foule important a accompagne "Capanthere noire"
a sa derniere demeure. Une ceremonie empreinte d'emotion
s'est deroulee en presence de beaucoup de ses soutiens.
Mais pour beaucoup I'affaire Marny n'est pas terminee avec
sa mort. Reste a connaitre la "verite".


Entour6 d'anonymes Marnya ete inhume aux cotes de sa mere


F / eaiAt1,n1,B n '.B334 Page


.. Ct~I







http://www. iournal-iustice-martinique. com


Hommage a Pierre-Just Marny par Daniel Boukman


Je ne suis pas un Frangais mais un Martiniquais
ne d'un descendant d'Arawaks. Pas un Francais, un Ca-
raibe
Extrait d'une lettre de Pierre-Just Marny en date du 19 avril
2009
Le dimanche 7 ao0t 2011, dans sa cellule, Pierre-Just Mamy
mettait un terme definitif A ces 48 annees d'emprisonnement
qui faisaient de lui le plus vieux prisonnier de ce pays la
France qui, malgre ce deni de justice, a I'impudeur de se pre-
tendre la patrie des droits de I'Homme.
Officiellement, Pierre-Just Marny s'est
suicide. Nombreux sont ceux qui diffi-
cilement acceptent cette version des
faits; j'hesite pour ma part a partager
un tel scepticisme mais j'affirme que la
mort de cet homme exceptionnel, les
decideurs de I'areopage judiciaire en
partagent largement la responsabilite.
L'hommage queje rends aujourd'hui A
Pierre-Just Marny ne concern pas la
portion de sa vie entach6e par le geste
fatal qu'il accomplit ce 2 septembre
1965 et pour lequel, apres 48 annees
de privation de liberty, il a paye, lour-
dement paye... Toutefois, je ne suis
pas du parti de ceux qui justifient le
calvaire carceral de cet homme en
rappelant qu'il avait du sang sur ses
mains.,.
Apres tant d'annees passees dans
une quinzaine de prisons frangaises, Pierre Just Marny lors
don't 6 annees, seul, enchaine au fond
du mitard, cette geole faite pour mater ( les fortes tetes ;
apres 32 annbes interned dans un h6pital psychiatrique du Vau-
cluse, Pierre-Just Marny est transfer, le 28 mai 2008, a la pri-
son de Ducos... Aux demands repetees de mise en liberty
conditionnelle (1) effectuees par ses avocats, au plus haut ni-
veau de la magistrature frangaise, il a toujours ete oppose une
fin de non-recevoir, et cette implacable decision, I'appareil ju-
diciaire installed en Martinique va la perpetuer en y ajoutant une
dose supplementaire d'inhumanite.
En effet, ce ne sera que suite t de nombreuses requetes que
ses avocats finiront par obtenir une permission de sortie, mais,
leur est-il precise, sous escorted militaire, et seulement pour une


duree de 6 heures.... Et quand de nouvelles demands sont for-
mulees, on dit NON !...Qui pis est, pour calmer les impatiences
justifiees du plus vieux prisonnier de France, plusieurs fois, sur
ordre du prefet, il sera trimballe a Colson pour y recevoir ca-
chets et piqOres.
Le 7 ao0t 2011, Pierre-Just Mamy est trouve, sans vie, dans sa
cellule...Dernier outrage a lui inflige : les pages qu'il a ecrites
avant son dernier voyage, sont jusqu'a ce jour, confisquees...
Pendant 48 annees, institution penitentiaire et instance psy-
chiatrique ont vainement tented de bri-
ser la volonte de ce Martiniquais au
caractere d'acier trempe... Puisse,
dans ce pays, le n6tre oi tant de
nos compatriotes, par peur ou compli-
cite, acceptent I'inacceptable, puisse,
au-dels de sa mort, Pierre-Just Marny,


de sa permission en 2010


I'insoumis, demeurer longtemps un
example a mediter.
Daniel Boukman, ecrivain patriote
martiniquais..

1. L'octroi de la liberty conditionnelle, P.J
Marny pouvait y pretendre dans la measure oO
tout condamne a perp6tuit6, apres 22 ans de
prison, peut en beneficier, apres avis favora-
ble du CNO (Centre National d'Observation)
base a Fresnes..., C'est suite A son passage
devant ce CNO, le 12 juillet 2007 qu'il avait pu
quitter, apres 32 ans d'internement, I'h6pital
psychiatrique du Vaucluse, et etre transfer a
Ducos...Le 25 juin 2008, une nouvelle loi im-
pose a tous condamnes a perp6tuit6 de pas-
ser devant le CNO pour une evaluation de


leur dangerosite... Estimant avec raison qu'il
a deja subi cet humiliant examen, P.J Marny refuse de se rendre a Fresnes
oO pendant 6 semaines, de nouveau, comme un cobaye, il aurait ete de
nouveau soumis A toute une batterie de tests don't ii garde un tres mauvais
souvenir...En outre, dans le cadre d'une justice digne de ce nom, comme
ses avocats n'ont cess6 de le demander, P.J Marny aurait pu obtenir une
liberation conditionnelle soit en vertu d'une suspension de peine pour rai-
sons medicales : il 6tait atteint de cecite, son bras gauche en course de pa-
ralysie, ou bien suite A une commutation de peines : il aurait suffi de
transformer une perp6tuit6 en une peine avec un nombre d'annees d6ter-
mind, ou bien encore par I'octroi d'une grace pr6sidentielle : fin decembre
2010, les avocats de PJ Marny presentent au president de la republique
frangaise une supplique en ce sens ; le 4 janvier 2011, le Comit6 Lib6rez
Marny fit de meme : en retour, A ces differentesdemarches sera oppose un
bureaucratique refus.


"Un sentiment sincere be revolte contre 'injustice..."

Extraits une interview MAdrlene Hospice surrr l cas Mrny
Marlene Hospice, anthropologue, qui ecrit le livre "Pas de piti 1960-1965. Dans cette adolescence source de tous les dangers
pour Marny" a et6 interrogee par Adams Kwateh de France qui sera pour lui le lit de son malheur, Marny vit du mauvais c6te,
Antilles du 13-14-15/08/2011. Pour elle Marny est "un sofdat dans la marge social de la vie en bande, des petits vols qui I'ins-
perdu dans une mauvaise cause, mais ine peutpas saisir" Mar- talent dans la d6linquance. Pourtant, dBs qu'il est entr6 en action
S dans sa cavale, il enflamme I'imagination non pas seulement d'une
Ine Hospice est aussi ancienne president de I'Association range de jeunes en deshererce, mais de plusieurs couches so-
gnrale des Etudiants Martiniquais au debut des annes1960.rence, mais de plusieurs couches so-
g6nErale des Etudiants Martiniquais au d6but des anneesl960. ciales dans des tranches d'Ages distinctes. II existe toujours une re-
Extraits. lation complex entire la marge social "des cas sociaux" et la
Certain voyaient en lui un heros "nationaCl", notamment la
majority social qui se trouve du bon c6t6, et cela est d'autant plus
generation qui avait 15 a 20 ans en 1964. Avec le temps, com- vrai dans ces annees martiniquaises 1960-65 ou la mixite social,
ment jugez-vous la tentative de politisation de I'affaire Marny? urbaine en particulier, est beaucoup plus 6tendue qu'aujourd'hui et
M. H: Je n'accolerais pas A Marny la m6daille du h6ros d'aucun fait se c6toyer des jeunes par-delA les frontibres sociales qui les
ordre. II y a sans aucun doute "un cas arny"qui nous parle pour discriminent entire eux.
differentes raisons qu'il taut rapporter au context des annees (Entretien Adams Kwateh)


1F I,*eu 25 oien.S ,qe.1 e 6


[ Scltt






http:/vww. ournal-justice-martinique.cor


Rene Menil :"Pour 'manidpation et I1ntiti6 u peupte martiniquals'


Trks cher eni
C'est un compagnon qui te pare.
Vn compagnon, c'est I mot qui convent.
Ensem6fe nous avons affronti fa vie.
Ensem6(e nous avonspens.
Ensemb6e nous avons rv.
La Martiniqueface au monde, et quelmonde !
La petite Martinique s'interrogeant sur
eie-mime, sur son pass, sur son avenir, sur son itre minme
Toute notre ginration est dans fd,
dans cette angoisse, dans cette pensie.
Toute une generation.... et tu 'as symbolsie
La %Martinique ne t'oubiera pas,
j'en suis persuade, car tu as aide d la fonder.
Aimi Cesaire

A qui s'adressait ce po6me 6crit par Aime Cesaire ?
Tout simplement a Rene M6nil lors du deces de ce dernier le 29
ao0t 2004 dans le livre de condoleances !
Dejb 7 annees de silence! Finies ses critiques litteraires et po-
litiques, finie sa poesie...
Et oui, qui se souvient encore, en ces temps de distraction,
d'amusement de celui qui a combattu toute sa vie pour I'ame-
lioration et la reconnaissance de la condition humaine martini-
quaise.
C'6tait un homme honn6te, sincere et courageux Un homme
d'avant-garde, un homme r6flechi Toutes ses paroles 6taient
pesees, soupesees, pas un mot de travers II 6tait conscient de
la puissance des mots! Comme I'a dit M. Erichot, secretaire du
PCM lors des funerailles "Rene' Menifne disait pas tout ce qu'i1
pensait mais ilpensait tout ce qu'ildisait".
C'6tait un homme simple qui avait des convictions profonde-
ment enracinees II a defendu ses opinions jusqu'6 sa mort et
est rested fiddle au marxisme jusqu'a son dernier souffle.
II etait un etre exceptionnel. Exceptionnel non seulement par
ses qualities intellectuelles il 6tait un creuset de culture mais
exceptionnel aussi par ses qualities humaines : sa bonte, sa


courtoisie, son ex-
treme politesse,
son overture d'es-
prit, sa delicatesse
et sa discretion le
caractrisaient.
Et ce regard i II
avait un regard qui
vous transpergait,
un regard qui vous
transformait, un re-
gard qui vous hu-
manisait !

A sa mort en 2004,
Ren6 MENIL a 6t
salute par I'opinion
martiniquaise una-
nime come un Rene M6nil, communist et philosophy marxiste mar-
des eminents intel- tiniquais don't les dcrits sont d'une actualitM brulante
lectuels martini-
quais du 206 si6cle II a 6t6 l'un des animateurs de deux
revues prestigieuses "Ldgitime Dfense" et "Tropiques" et a
public 2 ouvrages "Trac6es" et "Antilles djnjadis" (pour le-
quel il a obtenu en 1999 le prix Frantz Fanon).
II definit la society martiniquaise ainsi:
"lfa society martiniquaise est niafricaine, ni chinoise, ni indienne,
ni memefranfaise mais antillaise enfin de compete. antilfaise est
notre culture".
Pour qu'on ne I'oublie pas et pour montrer toute I'activit6 cultu-
relle que Ren6 MENIL a menee j'ai fait un recueil de ses textes
quej'ai intitul6 Ren6 MENIL: Pour 1'6mancipation et I'iden-
tit6 du people martiniquais" don't le professeur Jalabert vient
de publier un article ce mois-ci dans la revue "L'ours".
Genevieve Sezille-Menil

(Vous pouvez trouver ce livre aux Editions Justice" An-
gles des Rues Zola-Aliker A Fort-de-France).


It y a 40 ans, les 16-17-18 aout 1971:

La Convention pour t'Autonomie (Morne-Rouge)


Suite de la Declaration finale de la Convention pour I'autonomie

(...) Le Programme economique, social et cultural,
be I'Autonomie
Le programme economique social et cultural de I'autonomie
presentera certes des particularities propres t la situation de
chacun des pays considers, mais ii tiendra compete partout des
principles generaux et des buts d6finis ci-dessous :
Le programme economique part de la r6alite de I'heritage tres
lourd d'une economic colonial artificielle, desequilibree et fra-
gile, conque en function des besoins et d'int6erts exterieurs a
ces pays.
Son but sera de sortir le pays de son sous- developpement co-
lonial, de r6aliser un developpement harmonieux visant 6 liqui-
der les d6esquilibres economiques et sociaux actuels, i


repondre aux besoins et aux interets fondamentaux du people.
Pour atteindre ce but, I'Etat autonome partira de I'augmenta-
tion des productions traditionnelles, mais aussi de la diversifi-
cation des cultures, du developpement de la peche et de
I'elevage .11 entreprendra I'industrialisation, a partir des res-
sources agricoles et de la peche, du sol et du sous-sol et cr6era
une industries de la metallurgie legere...
Ainsi, sera considerablement diminuees les importations des
biens de consommation courante, r6equilibrees les balances
du commerce et des paiements.
La r6forme agraire aux Antilles et la Reunion, la r6cup6ration
par I'Etat guyanais autonome des terres actuellement doma-
niales constitute des moyens necessaires pour augmenter la
production, diversifier les cultures et freiner I'exode rural. Cette
reform constituera une source d'emplois par I'attribution des
terres aux petits et moyens paysans, et mettra a la disposition


- ~2A,! -jutic n' 3,14-aB* 7 ,


WMOIkE VU PEUPL






http:/A/ww.ioural-iustice-martinique.com


WMB VJ,/ B EH "


de la collectivite des domaines de grande production.
L'Etat autonome, par I'appropriation collective des grands
moyens de production, la constitution de societies d'economie
mixte, le regime fiscal, assurera le developpement 6conomique.
Une coordination des economies des Antilles et de la Guyane
facilitera leur developpement et un debouch6 plus large a leur
industries.
L'extension des relations avec les autres pays y contribuera
egalement.
Le programme social de I'Etat autonome decoule de la realisa-
tion de ce programme 6conomique.
La encore, il faut souligner le lourd heritage du passe colonial;
mais I'Etat autonome visera a resorber les desequilibres so-


M au premier rang de la lutte pour I'Autonomie


ciaux, les disparities des revenues et le ch6mage par une poli-
tique de I'emploi, une repartition plus just des revenues, une
security social veritablement au service des travailleurs, une
politique de logement pour les masses populaires et une poli-
tique reellement efficace de la sante basee principalement sur
la medecine preventive et I'hygiene du milieu.
Sur le plan cultural, tenant compete des acquis positifs et des
aspects negatifs actuels, I'Etat autonome developpera un en-
seignement de masse renove dans son contenu, ses methodes
et ses buts, utilis'nt toutes les conquetes de la science et de la
technique.
Un tel enseignement mettra I'homme guadeloupeen, guyanais,
martiniquais et reunionnais au centre de la vie social et A la di-
rection des affaires de son pays et le liberera ainsi des com-
plexes d'une alienation de 3 siecles de colonisation.
Ainsi, s'exprimant librement, il affirmera dans tous les domaines
sa propre culture jusque la etouffee, pour acceder a la culture
universelle
Comment changer le statut
La faillite de la d6partementalisation dans tous les domaines
est telle que les peuples de nos pays ont manifesto par des ac-
tions de grande ampleur reur opposition a la poursuite de cette
politique.
Les dernieres consultations electorales ont reflete cette oppo-
sition et pose avec force le problem de transformations radi-
cales dans nos pays.
Le pouvoir colonial responsible de cette faillite est contraint de
reculer, mais manoeuvre pour maintenir I'essentiel des positions
coloniales. II cherche g diviser nos peuples. II announce sa de-
cision d'elaborer lui-meme un project amenageant le statut et de
consulter les conseillers generaux sur ce point.
Une telle procedure doit 6tre denoncee et ses resultats des
maintenant contests et recuses.
L'in6galite de representation au Conseil General, au detriment
des villes et en faveur de petites communes rurales, la fraude


qui a preside a I'election de nombreux conseillers generaux, le
desaveu de nombreux autres par les electeurs a la consulta-
tion de mars 1971,et le fait qu'aucun conseiller general ,en 1967
et en 1970,n'a ete designed a cette assemblee avec un mandate
legal et official d'y definir les modalites d'un changement de sta-
tut, sont autant d'elements qui disqualifient sans appel les
Conseils Generaux comme assemblies representatives ayant
competence pour discuter d'un problem aussi grave ;et en-
core moins pour engager les peuples de leurs pays.
C'est avec les peuples qu'il faut traiter a travers les interlocu-
teurs qu'ils auront librement designs et non avec des hommes
qui detiennent finalement leur mandate plus par procuration du
pouvoir que par delegation populaire.
La procedure annoncee par le pouvoir engage'l fond des le
depart et des le depart tout dialogue truque ne trompe personnel
et hypotheque gravement I'avenir.
Les parties et organizations de la Convention du Morne Rouge
considerent que le droit de leurs peuples a I'autodetermination
ne peut s'exercer actuellement que par le moyen de I'election
libre et democratique, au suffrage universal d'une Assemblee
ayant pour seul but I'elaboration du nouveau statut du pays.
Le scrutiny de liste proportionnel et le droit de vote a 18 ans de-
vront permettre 6 toutes les tendances de I'opinion, d6mocrati-
quement representees, de participer a la discussion et a
I'elaboration des institutions du pays.
L'election de ces assemblies implique des garanties et des me-
sures precises pour eliminer toutes les formes de fraudes et de
violence, de pression et de corruption qui entravent jusqu'A
present la libre expression de la volonte populaire.
C'est 6 ces Assemblees guadeloupeenne, guyanaise, martini-
quaise et reunionnaise, Clues par les Guadeloupeens, Guya-
nais, Martiniquais et R6unionnais, de d6finir et de decider le
statut de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de
la Reunion.

Appel au people
Par le programme politique, economique, social et culture
qu'elle implique, la lutte pour I'autonomie peut et doit rassem-
bler toutes les forces democratiques des pays concerns.
C'est la raison pour laquelle, les parties et organizations signa-
taires appellent tous les democrats, tous les honnetes gens
de leurs pays 6 realiser un front uni contre le colonialisme, pour
la liberation et le developpement, quelles que soient leurs opi.
nions philosophiques ou religieuses.
Morne Rouge, le 18 AoQt 1971
Les participants
.Confederation Generale des Travailleurs Guadeloupeen
Union des Femmes de la Guadeloupe
Parti Communiste Guadeloupeen
Cercle Guyanais d'Etudes Marxiste
Parti Communiste Martiniquais
Parti Progressiste Martiniquais
Confederation Generale des Travailleurs Martiniquais
Amicale des Elus Democrates du Sud de la Martinique
Regroupement de I'Emigration Martiniquaise
Confederation Generale des Travailleurs Reunionnais
Front de la Jeunesse Autonomiste de la Reunion
Groupe du Progres de la Reunion
Union Generale des Travailleurs Reunionnais en France
Parti Communiste Reunionnais
Groupe Temoignage Chretien de la Reunion '
L'Union Generale des Travailleurs Guyanais, absente de la
Convention, a adresse un telegramme le 18 aoQt 1971 soute-
nant globalement les conclusions des travaux


F IeuI -justiE nS 33BS- Bge







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Pr0 0I


A propose ae la tribune Prenons garae a la Martinique qui gronae !"

be Henri Pastel


Nous avons recemment salute le repit apporte par le
Tour des yoles rondes de la Martinique "dans la gri-
saille de la crise". Mais nous nous sommes sincere-
ment demanded si les Martiniquais avaient pris
conscience de la gravity de la crise sans precedent
que vit notre pays. Aussi avons-nous sursaute quand
nous avons lu dans Politiques Publiques la tribune
6crite par Henri Pastel le 30/0712011 et intitulee "Prenons
garden ai a Martinique quigronde i'.
Nous connaissons bien Henri Pastel pour tenir sur la radio
Canal Antilles une rubrique hebdomadaire generalement
bien documentee sur I'actualite dans la CaraTbe et propo-
ser des 6ditos assez acides. Pour le situer politiquement,
indiquons qu' Henri Pastel, lors de la champagne sur le
changement statutaire par le passage a I'article 74 et lors
des recentes elections regionales et cantonales a tire a
boulets rouges centre Alfred Marie- Jeanne et Claude Lise
et soutenu sans etat d'ame le Parti de Serge Letchimy
Au bout d'un cycle
II part du constat suivant que nous partageons globale-
ment : ( "Le constat est unanime: Notre pays va maC Nootre iconomie
va mat. Notre society va mafet notre registre de vafeurs est en crise. Quant
a notrejeunesse -je parole de cefle qui est en panne, et elle est nom6reuse -
, tenaiflie entire Ce non-emploi ou Ce pricaire, eCe se vautre parfois dans
Cartificiel, la violence ou cettejouissance dontparfeAndriLucrece, quand
elCe n'est pas appatie par illusion fun assistant institutionnalisi."
Pourquoi cette situation ?
Hfenri Pastelpropose une anafyse : "Une evidence. Nous sommes parvenus
depuis une bonne quinzaine d'annie au bout dun cycle gfo6al Cycle de
pensie, cycle iconomique, cycle environnementalet ividemment cycle po-
[itique. Les veiitis d'fier ne sont plus celes d'aujourd'hui et, persister
dans Ce statut quo ante, ne peut que conduire a Fisolement, a lafaiblesse
et enfin de compete au chaos. C'est mafleureusement cet itat esprit qui
sem6be privaloirdans notre pays oi, parpeurde la nouveautd ou parsim-
ple conservatism patrimonial nous demeurons notamment accroclis, Ca-
minaires, a un modele iconomique obsolete, en tout cas, a un modele qui
ne cadre plus avec fes exigences technologiques qui rigissent Ce monde ac-
tuel, encore moins avec les nouvelles rialitis geockonomiques et gBopoli-
tiques."
Que nous vivions la fin d'un cycle politique, cela est evi-
dent. Meme Nicolas Sarkozy I'a compris en 2009. On
pourrait a ce stade poser la question a Henri Pastel: Qui
a combattu le changement propose le 10 janvier 2010 et
agite "lapeurde la nouveaute"? Et quel est ce "modeCe iconomique
o6sorete" si ce n'est le model economique departemental
integre a I'Europe en tant que RUP ?
Henri Pastel evoque la crise de I'euro, le regne du lib6ra-
lisme qui soumet tout a la loi de I'argent don't nous subis-
sons "par ricochets les contre-coups". II mentionne le fait
que la France n'a plus d'argent tenaillee qu'elle est par ses
deficits..
"Pourtant rien ne sem6fe indiquer a Fort-de-France que Con ait pris la
measure de (a situation.", releve-t-il judicieusement. On continue
les jeux de cirque... Or, Henri Pastel estime que "c'est dun
changement progressifmais radicardont notre pays a 6esoin et non de rus-
tines trompeuses". Quelles sont ces "rustines" puisque tout le


pouvoir local est entire les mains de ses amis ?
Nouvelle governance : vocable pompeux ?
Ici il se fait impertinent. II remarque : "Paraiffeurs, suffit-ilque
tous Ces tenors pofitiques inoncent d tue-tite Ce voca6Ce pompeuxde "nou-
velle governance" pour que nos mauC soient guris ? Certes, iC est 6on
d'assainirCefonctionnement de nos institutions. Certes, iCest 6on de mieux,
depenser argent public. Certes, iCest 6ien de tenter de mettrefin a 1as-
sistanat de6rid. Certes iCestjuste de parer aux urgences et de venir en
aide au communes exsangues, mais nepouvons-nous pas aflerplus Coin?
We pouvons-nous pas turner Ce dos par example i ces pratiques poSiti-
ciennes dun autre temps quifont que es kCecteurs n 'ont qu'un choio, ceCui
de voter chichement toujours pour fes mimes, quipassent de feurfauteuil
de maire a cefui de conseiller gnnral puis a ceCui de conseiCer regional
puis a celui de diputi ou de snateur, quandifs ne Ces cumulentpas, ou de
s'a6stenir?"
Qui parle a tue-tete de "nouvellegouvernance "? Qui veut pas-
ser d'un fauteuil de conseiller regional a celui de senateur?
Que propose-t-il ? "(edefinir non pas fe paysage poitique, mais les
relationspolitiques entire Ces diffirentesforces dimocratiques modeires, et
rlaistes". Cela veut dire quoi ?
La, Henri Pastel devoile ses modules. II cite d'abord Pierre
Samot, celui qui apres avoir port un coup terrible le Parti
Communiste Martiniquais auquel.lui Henri Pastel a parti-
cipe a echoue a constituer un vrai Parti a I'6chelle de la
Martinique. Un diviseur.
II se ref6re ensuite a Aime Cesaire, celui de 1956, de la
cassure du Parti Communiste qui, le 22 novembre 1956,
dans son fameux discours sur la savane a propose "un large.
front-martiniquais de progres et de democratic". Une reference A un
acte de division des forces populaires.
Quel Front Martiniquais ?
II lance : "Voild Capiste, voiCa la voie, voiltd exempCe, voi lCa seute issue
possible a Ca cruise qui 6roie notre pays, et la seule planche ai r'a6oration
des nicessaires nouveau modtefs don't nous parfions plus haut, corolaires
o6ligis dune Martinique en phase avec le monde."
Ce que nous notons, au-delA des references historiques
et de personnalites contestables avancees, c'est un cer-
tain desenchantement du cote de ceux qui avaient cru en
"une Martinique nouvele" et une certain prise de conscience,
avec des restrictions mentales limitant le rassemblement
aux "forces dimocratiques modedres et realistes ", de la necessity
d'un Front Martiniquais, proposition invariable du PCM. Un -
Front Martiniquais pour le Changement et la Responsabi-
lite, faut-il preciser. Ou est-ce une prise de marques en
vue du srutin pour la Collectivite unique connaissant I'au-
teur de la tribune ?
Oui, la crise broie la Martinique.
En ce 40eme anniversaire de I'historique Convention du
Morne-Rouge d'ao0t 1971 nous preferons nous referer a
cet &evnement et a son appel aux Martiniquais "a riaCiserun
front uni centre Ce coloniaCisme, pour Ca liberation et le diveCoppement ".
Aujourd'hui, effectivement la Martinique gronde. II imported
de tracer la voie de I'Union des forces populaires.
Michel Branchi


^^*fmi


-- --:: .. ;i~.;-;1.,..1..-~--1li;;-ii-i_~ii*l


-.;~ ` i -- I ~"ri-~rl-----rrr --r~r.iii--~i--i:-~.~-I...;_ ------:-:?:---;-.-.r~-.-rr~-~-r;...;. ~~ *







http://ww.ioural-iustice-martinique.com


Senatoriales 2011 : Et beux be plus
I-----L I II I ------ I~ I


Les candidates continent de se faire connaitre pour les elec-
tions senatoriales du 25 septembre prochain.
Rappel des candidates dej& declares : Claude Lise et de Ray-
mond Occolier supports par le RDM ; Serge Larcher et Mau-
rice Antiste intronises par le PPM et Ensemble pour une
Martinique Nouvelle.
La droite n'est pas en reste avec d'un cote Eric Hayot soutenu
par les FMP et Georges Virassamy, invest par I'UMP.
C'est maintenant au tour d'un autre candidate de droite, Maurice
Laouchez, de solliciter les suffrages des 846 grands electeurs.
Selon celui qui a ete aux c6tes de Osons Oser, puis de I'UMP
et qui se definit aujourd'hui comme sans etiquette: "La Marti-
nique doit faire face a
une crse economique, so-
ciat et moral sans pri-
cidint. If y a donc
urgence changer de cap
et r ire de nouveauxrse-
nateurs porteurs d'fides
neuves ". Maurice Laou-
chez entend apporter
son "eJpirience jcono-
n mique, d'omme action
I ^% et de terrain a fa risolu-
Maurie Laouchez ,dissident UMP ti espro6ms aigues


que rencontre la Warti-
nique". Selon lui, "nous
avons trop datouts pour
supporter tant de souf-
frances".
C8t6 RDM, la situation
se complique singuliere-
ment avec la candida-
ture d'Ange Lavenaire.
Le president de la Com-
munaute du Nord et
maire du Marigot, apres
s'6tre "laissd attendrir",
selon son expression
lors de l'interview don-
nee d Mike Irasque Ange Lavenaire, dissident RDM
d'Antilla a decide "aprks
avoirlonguement refflchi"de se porter candidate. Et selon Ange
Lavenaire, Claude Lise aurait dO passer la main apr6s les der-
ni6res d6faites electorales. II estime qu'en sa quality de "repri-
sentant dfune colTectivitj de 18 communes et de 100.000
ha6itants", il a la capacitye defaire des choses pour lepays"et qu'
"i ne pouvait done pasfaire comme si ifn'avait pas son mot d
dire". Ambition quand tu nous tiens...
C.B


Apropos des sendtorides

Ebouarb De LUpine rompt quelques lances avec te PPM nouveau


Edouard De Lepine (EDL) fait savoir publiquement qu'il n'est
pas d'accord avec la designation de Serge Larcher comme can-
didat du PPM aux prochaines elections senatoriales. Rien de
plus banal en some. De Lepine a-t-il fait autre chose que de
ne pas 6tre d'accord ? Contre I'Autonomie au PCM et pour I'ln-
dependance par la lutte armee, s'il vous plait. Pour le moratoire
en 1981. Contre la Collectivite unique le 7 decembre 2003,
contre I'article 74 le 10 janvier 2010, a nouveau centre la Col-
lectivite unique le 24 janvier de la meme annee. Contre la loi sur
la Collectivite unique de Sarkozy parce qu'elle n'est pas assez
dans le droit commun, etc.
Ce qui est interessant ce sont les considerations qui accompa-
gnent cette prise de position tant dans Antilla (n 1467 du 3
ao0t 2011) que sur son blog "Le Devoirde cohirence"(nouvelle
serie du 3 ao0t 2011).

Vous avez bit "fagornerie" ?
Edouard De L6pine explique sa decision de rendre publiques
ses prises de position par rapport au PPM parce que le "devoir
dun militant attach a son parti ou a 'idice qu'ifs'enfait est de
resister au encouragement, de combattre fe pessimisme et fa risi-
gnation, de prendre ie taureau par es comes, de dire clairement ce
qu'ilcroit devoir dire, sans prisomption ni acrimonie, mais sans
faiblesse ni concession a fafjagonerie qui sem6be etre fa rigfe non
icrite mais imprescripti6fe de nos interventions pubSques".
Beaucoup est dit : encouragementt "pessimisme" "r signation"


qu'il faudrait combattre et surtout eviter la "flagorneri' qui se-
rait devenue une "rBgf non icrite"au nouveau PPM.
Et, bien sOr, c'est au nom de la fidelity i la pensee d'Aime Ce-
saire que se fait ce deballage. En exergue de son blog, De Le-
pine cite ce propos du fondateur du PPM : "Notre futte n'est pas
une futte pourplus ou moins de subventions, nipourplus ou moins
defranchises. C'est une Cutte plusfondamentale. C'est une futte
pour a reconnaissance de la personnaliti collective dupeuppe mar-
tiniquais". Cela voudrait-il dire que I'ancien maire du Robert es-
time que I'actuelle direction aurait abandonn6 cette lutte
fondamentale ?
Ainsi, pour I'ancien militant communist, createur du GRS et
actuel garden du c6sairisme, les conditions dans lesquelles le
Comit6 national du PPM a design Serge Larcher, senateur
sortant, comme candidate du PPM aux s6natoriales sont "nac-
ceptabes". II parle meme de Comite national du PPM "crou-
pion"convoque par SMS. Et personnel n'ose le dire en public
au PPM, denonce-t-il.

"Tragique inculture et incroyable pr4somption"
Sur la question du fonctionnement du PPM, dans Antilla Ge-
rard Dorwling-Carter lui demand: 'fibors ? cDeficit finocratique,
centraisme 6ureaucratique... II repond : "Ils'agit moins de s
centraisme 6ureaucratique x de < deficit dimocratique que des
consequences de rineqip ience et de fa tragique incuture desjeunes


,F_ / POIiU


Pmrrf :fS25faIS ISjuitIce S'!3334-Sag 7







http:/vww.iournal-iustice-martinique.com
- ----- --- . ....... --- --- ~----- - -- ......... .


gens qui se trouvent a Ia direction du Parti et, pour queCques uns
d'entre ewu de fincroya6fe prisomption qui les ha6ite (...)" In-
culture, inexperience, presomption, Edouard De Lepine est fe-
roce.
D'o0 la decision prise par EDL de publier des changes de let-
tres avec Serge Letchimy, Didier Laguerre et avec un militant
non mentionn6 nommement pour ctairer opinionn.
EDL fait d'abord une analyse du fonctionnement du PPM assez
virulente. Les organes dirigeants ne sont reunis que lorsque le
president du PPM a des "trous dans son agenda" charge de de-
pute, president des RUP, de president du Conseil regional, de
president de la SEMAFF, d'ancien maire de la capital, etc. Les
reunions sont convoquees par telephone, par SMS, et au mieux
par e-mail. Et quant on vient, "on vient pour ecouter et applau-
dirplutdt que pour d~6attre et ciderr.
De Lepine public done une lettre a Serge Letchimy et 6 Didier
Laguerre dans laquelle il propose la candidature de Rodolphe
Desire et qu'il a finalement envoyee aux membres du Comite
national du PPM et aux presidents de balisiers constatant que
la Direction du PPM ne I'avait pas fait, une lettre de Didier La-
guerre aux adherents du PPM et une lettre a un adherent du
PPM non cite "manifestement mafinformn ou sous infornm". Dur
6 avaler qu'un courier qu'il destinait aux membres du PPM ait
ete mis au panier... pour un Edouard De Lepine.

Serge Larcher: un PPM en bas ige
S'agissant de Serge Larcher, I'historien ecrit : "Je doute que
Opinion progressiste comprenne que pour reprisenter fe part de
Cisaire trois ans aprks sa mort, notre direction prfere at opdolphe,
d Loulou, ia Charfes-HTenri ou d Tfiodiard, un rPM en 6as dge
(moins de trois mois), 6i6eronnant, mime goulument, quefques
6ri6es du 6 a 6a du cisairisme, quelTes que soient par aiteurs ses
qualits sans doute rjeffes".
II ajoute : Mo, je maintiens que fe meiffeur candidate (PIP dalns
fa situation extrimement difficile que connait Ie pays, et qui ne
sem6le devoir s'amrliorer defafon sgnificative au course des trois
anies de transition qui nous stparent de notre nouveau statut, est
notre camarade (Dsire". A noter en passant que De Lepine ne
semble pas croire pas aux vertus miraculeuses du Plan d'ur-
gence regional et autres plans annonces frenetiquement au fil


des semaines par le nouveau president de Region.
Sur la question de fond relative i la mission & accomplir au
Senat, EDL evoque certes "fe respect de la constitution et des in-
tirets de la dimocratie locate "qui implique la presence d' <
hommes d'experience et de conviction ). II precise qu'il s'agit
d'exprimer "avec la competence et (a termination indispensa-
bles"les points de vue du PPM non seulement sur "fes questions
de notre vie quotidienne, mais sur cef/es, pour nousfondamentales,
de ia reconnaissance de la personnafite collective dupeupe marti-
niquais et de notre droit inaiwna6fe a la responsa6iite et a fini-
tiative hiitorique, deuxdesfondements indispensa6fes de (apensie
de CUsaire". Serge Larcher n'aurait done pas les convictions au-
tonomistes suffisantes pour cela, juge De L6pine, orfevre en la
matiere.
Au-dela des combinaisons politiciennes, la reaction 6 I'adhe-
sion opportuniste de Serge Larcher au Parti cree parAime Ce-
saire pour se faire reelire Senateur et I'observation des moeurs
politiques par un vieux routier comme Edouard De Lepine, cou-
tumier lui-meme des changements de cap, vaut le detour. Mais
le pays est vraiment tomb6 bas.
Antoine Gilles


Yves-Leopotl Monthieux sur la piste 'Ange Lavenaire


Le chroniqueur bien connu de la droite ultra-departementaliste
Yves-Leopold Monthieux comment dans une tribune intitulee
'nge Lavenaire a-t-i change de bonnet ?" la decision d'Ange
Lavenaire, jusqu'a nouvel ordre membre du RDM, de se pre-
senter aux elections senatoriales centre le leader de sa forma-
tion Claude Lise (Politiques Publiques du 14/08/2011 et
Antilla n 1469 du 19/08/2011). -
II ecrit notamment a propos de I'evolution de I'actuel PPM: "Or
si la politique a un sens, ils'agirait aujourd'hui de rsistera ce que
tous nomment, au SDYM et au-del Chighmonie du MtYP et quise-
rait en ralite fa domination dun liomme et dun seul (D'aifeurs,
fes protestations des diigeants du part et de nomreux militants
nostargiques centre accusation d'hiegmonie passent a c6te du
sujet. C'est 6ien fa disparitionpure et simple duparti que devraient
craindre ceuwqui voient rouge forsqu'on par1 de nto-iXM. A vou-


loir nier Cavenement dun nouveau FPPI, ifs pourraient ne pas
voirvenir afin du qPPM, tout simplement (...) Contrairement au(
apparences, ce n'est pas t P M qui "higimonise" mais le 6i-pri-
sident Letchimy qui itendsa toie d'araignie. If efait a sa ma-
niere, non sans talent, enfaisant &e dos rondet sansfaire attention
aux fruits qui chuintent au sein du part qu'i a refus en hiri-
tage(..)".
Cela rejoint quelque peu les diatribes vengeresses d'un
Edouard De Lepine don't nous faisons etat par ailleurs.
Perfidement Yves-Leopold Monthieux ajoute: "Qui ne voit que
fa defection de Lavenaire ne peut quefaire 6attre Claude Lise,
Cennemijurd de Letchimy, faciiter Ciection de Serge Larcher et
de MauriceAntiste et surtout com6fer fe vceu du Prdsident. Si c4
denier n'a pas encouraged ui-mnme la candidature d'Ange Lave-


Or '2Vc n' 3 ,cf -Page1


__. "t IT~








S 'http://ww. ioumal-iustice-martinique.com


naire (on n y mettrait pas fa main aufeu), ilne devrait pas se pain- brifants ts times du part. De m~me, Serge Letchimy pourrait 6ien
dre de ce qui ressembe ai une offre de service spontanie avec retour demander au (PPM dr ne plus ennuyer fe maire du Marigot aux
d'ascenseur espirr. En obtenant que fe DM- renonce aux cFis de futures municipals Est-ce pure speculation ? Lavenir le dira.
fa vie de Schacher, fe president a coupe fe siffot i un des pCus M.B


Crise au capitalism monaialis et financiarise: Pourquoi ?


La semaine noire traversee la semaine derniere par les
Bourses mondiales illustre la gravity et la permanence
d'une crise, celle du capitalism mondialise et financiarise.

La semaine derniere a vu s'accelerer la chute des marches fi-
nanciers. Cela illustre le caractere inedit et la gravity de la crise
financiere commencee en 2007/2008 et de la recession de
2009-debut 2010.
Apres la montee au front du tandem Merkel-Sarkozy, les
Bourses mondiales en effet ont de nouveau ete balayees par un
vent de panique alimente par une croissance atone et des


Comment las Etats-UnIs ont accumul6 14 300 milliards do dollars de dette publique
DETE AMRICAINE n.tdan.
2009-20o
0m- moc t .. ....|.pu Ptlafndd .l ditH Wptn du pln dl.


a-,,At, 'I m ,m -
1 ctt. fca.hL dpni d unt el
dmInreJl, dl' t[l


Avant R.uN.
12 O(C Reliquat do."s es
d'lndOchlmn
H19-1993
:000 I i duioba
0sooo .

4000


2001-2009 0
11-2001 | ipts.guimto
InttUs diMlts Afthanitan,(2001)
SpriMdnti pouundl i ln*(003),
nulildeux .'"*
.budgi ,m

0.j.td....
'mo....,


_0 -" M $ O U J-W O M
SOURCES.OtrAHTEMEt0lUTrtSOH.6URErTtPUlJ~niiaTE0flO-flESttBAWOFNEWWRK.WIC00fUOfWl0UPMEIAItfB


craintes sur les banques. Mais ce sont surtout les banques eu-
ropeennes qui tetanisent les marches.
L'hypothese d'une simple poussee de fievre irrationnelle ne
tient pas. En reality, une accumulation de petits indices a ra-
vive les craintes sur la solidity des banques europeennes (la
francaise Societe g6nerale, la britannique Barclays Bank, I'al-
lemande Commerzbank par example) alors que la cruise de la
dette publique pose encore et toujours sur le secteur.
Son caractere inedit ? Cette crise se distingue par sa vio-
lence, sa profondeur, son etendue aucun continent n'est 6par-
gne. Elle present en outre la particularity d'avoir necessity une
intervention publique sans precedent afin d'empecher I'6crou-
lement du system financier international.
L'injection de milliers de milliards de dollars, d'euros, de yens
a ete realisee sans que des contreparties aient ete exigees,
sans criteres sociaux. Le redressement de la rentabilite qu'ils
ont favorise a ete obtenu centre I'emploi, les salaires, I'inves-
tissement, les services publics, ce qui explique les difficulties
actuelles de la croissance.
Et c'est ce qui explique que, contrairement aux autres crises,
I'on n'assiste pas 6 une vraie reprise de I'activite economique
dans les grands pays capitalists.
Sa gravity ? La crise a touched le coeur du system capitalist
mondialise et financiaris6 et affected gravement toute I'econo-
mie mondiale, les conditions de yie de centaines de millions de
personnel. L'Organisation intemationale du travai6(OIT), dans
son rapport de 2011 value a 205 millions le nombre de ch6-


meurs dans le monde en 2010, un niveau semblable A celui de
2009, en hausse de 27,6 millions sur 2007.
En outre, les aides au system bancaire au bord de la faillite,
aux grandes entreprises, de meme que les desequilibres bud-
getaires provoques par la recession economique et I'aggrava-
tion du ch6mage et des problems sociaux ont provoque une
envolee de I'endettement public aupres des marches financiers.
Le spectre be la recession
C'est le refus des dirigeants du G7 de mettre en cause la toute
puissance de ces marches, leur acharnement dogmatique E
poursuivre des politiques d'austerite mortifere, qui font craindre
une descent de I'economie mondiale dans un marasme sans
fin. Une nouvelle recession n'est pas a carter selon plusieurs
economistes eminents. En France la croissance a ete nulle au
2eme trimestre de cette annee selon I'NSEE. En Allemagne,
locomotive de la zonez euro, elle n'a ete que de 0,1 % et ses
exportations, point fort du "modle", ont recule, signe d'un ra-
lentissement general en Europe. La zone euro s'est trainee
avec une croissance de 0,2 % au course de ce deuxieme tri-
mestre 2011 selon Eurostat.
Lundi 8 ao0t, deja, une etude de I'Organisation pour la coope-
ration et le developpement economique (OCDE), I'organisme
qui regroup les principaux pays capitalists developpes, mon-
trait que le climate de degradation est general. Elle indiquait no-
tamment que les indicateurs "pour le Canada, za Trance,
'AlTemagne, f'tal e, e Royaume-Uni, le Brrsil ra Chine et 'Inde
continent d pointer vers des rafentissements de Vactivite econo-
mique"tandis que "des signauXplusforts d'inversion des cycles de
croissance ontfait eur apparition aux Etats-Vnis, au japon et
en Russie". En fin de semaine derniere, la banque d'affaires
JPMorgan Chase annongait la revision a la baisse de ses pre-
visions de croissance pour les Etats-Unis. De financiere la crise
gagne I'economie reelle.
Rompre avec te noUiberalisme
Ce sont a la fois cette crainte de retour de la recession, la crise
de la zone euro et la defiance E I'rgard du secteur bancaire eu-
ropeen aux bilans plombes par les dettes des pays les plus fra-
giles de cette zone (Grece, Italie, Espagne, Chypre, etc), qui
expliquent I'effondrement des marches d'actions. Les capitaux
preferent se reporter vers les valeurs jugees plus sores: 'or et
les obligations des Tresors publics americains et allemands.
Cela alimente le ralentissement economique et les risques de
recession.
Ces soubresauts des bourses sont attises par les fonds spe-
culatifs anglo-saxons qui misent sur une dislocation de la zone
euro et par la volonte des Etats-Unis, grace a une politique mo-
netaire tries laxiste de la Fed (banque central americaine), de
tenter de soutenir la croissance americaine moribonde.
II faut rompre avec le neoliberalisme qu'une certain gauche
socialist en France et en Europe n'arrive pas a abandonner.
L'heure est a la lutte pour des reforms radicales mettant en
cause le system capitalist lui-meme. C'est le seul moyen de
sortir progressivement du cercle vicieux de la crise : endette-
ment-austerite-r6cession-,endettement-crise.
Antoine Gilles (avec AFP et I'Humanite) 21/08/21


IF 8Jeu 1250I.tIBW-upicen' B3^


w..1


CPISE VE LA PETTE






http//vww.ioumal-iustice-martinique.com


I ? t L


Crise financiere: gouvernements et parties politiques a genoux face a

la iictature aes marches.


Quanb sonne le tocsin.
Dans son editorial du numero 747 de I'hebdomadaire Ma-
rianne du 13 au 19 ao0t dernier intitule: ( C'est le system
qui est a bout de souffle >, Jacques Julliard qui ne passe
pas pour un dangereux revolutionnaire se livre a une ana-
lyse sans complaisance de la crise financiere qui depuis
2007 secoue de plus en plus violemment la planete toute
entire.
II ecrit notamment : "Ifaut renoncer a dicrire fe capitalism
actueCcomme un regime nonrmal.. C'est unproduit dopant qui
ne peut accoucher que de surhommes ou de monstres, moyen-
nant d'enormes dchets ". Une phrase don't I'auteur pourrait
tout aussi bien pu etre un communist, soustraction faite
du mot "renoncer". Car, en veritables marxistes, nous
n'avons jamais cesse de denoncer, depuis la naissance du
movement communist au risque de ne pas etre com-
pris- I'essence meme de ce system qui repose sur I'ex-
ploitation de I'homme par I'homme et sur I'accumulation
d'enormes richesses entire les mains de quelques privilegies
amassees sur la misere des masses laborieuses.
Jusque dans les annees 1970, leurs fortunes s'etaient baties,
pour I'essentiel sur I'economie reelle, fondue sur la production
industrielle, au prix, certes, d'une exploitation feroce de la
classes ouvriere. Mais la puissance des movements ouvriers -
au lendemain de la deuxieme guerre mondiale notamment- en-
cadres par les syndicats souvent men6s par des communists
avait pu conquerir de substantielles avancees sociales. C'etait
aussi I'epoque oO les etats, don't la France notamment, tenaient
encore une part important du pouvoir de decision dans les do-
maines economique et financier.
Aujourd'hui, la donne a radicalement change. "Nous vivons 1a
plus < marxiste", des crises, cele oil (i domination de instance
iconomique sur 'instance politique est icrasante", ecrit le meme
editorialiste. Et il n'est pas le seul 6 denoncer les excs de la fi-
nanciarisation excessive de I'6conomie, les remunerations et
les profits indecents engranges par les dirigeants des grands
groups, les privileges fiscaux exorbitants accords aux riches,
I'6crasement des classes moyennes, I'explosion du ch6mage
ou I'appauvrissement accru des plus defavocises.
Les manifestations "d'indWgn&s "en Grece, en Espagne, au Por-
tugal, les revoltes urbaines en Angleterre, la mobilisation des
pauvres et des classes moyennes en Israel, pourtant "terre
benie"du liberalisme contre la vie chere et la rapacity de leurs
capitalistes montrent que les peuples n'acceptent pas les cures
d'austerit6 exigees par les rapaces de la finance pour resorber
les deficits publics don't ils ne sont en rien responsables.
Comme t la veille de la revolution de 1789, quelques uns de
ces super nantis semblent decouvrir qu'ils dansent sur un vol-
can. Au point que certaines grosses fortunes comme le multi-
milliardaire americain Wareen Bufett ou le Frangais Maurice
Levy ont lance un appel en faveur d'une participation (symbo-
lique) des plus riches g la resorption de la dette.

La bictature be La finance
Aujourd'hui, dans cette economic capitalist financiarisee A
I'extreme, la puissance des marches financiers est telle qu'elle


Le capitalism face au tsunami de la crise
met A genoux les Etats meme les plus puissants comme les
Etats Unis. La decision I'agence de notation Standard and
Poor's d'abaisser d'un petit cran (AA+ au lieu de AAA) la note
de la dette americaine, c'est-6-dire la capacity de la premiere
puissance economique du monde 6 garantir le remboursement
de ses emprunts, a partout b travers le monde, acc6l6r6 la de-
gringolade des bourses. Cela traduit en reality le fait que la
super puissance americaine a des limits. II a suffi encore d'une
rumeur mettant en doute la solidity de la Societe Generale, la
premiere banque frangaise, pour provoquer une degringolade
a la Bourse de Paris oO regnait deja des doutes sur la capacity
des banques frangaises de faire face 6 la crise de la dette sou-
veraine dans la zone euro. VoilA les Etats qui se sont lourde-
ment endettes pour sauver les banques en 2008/2009 pris a la
gorge par ces memes banques qui r6alisent de fabuleux profits
avec I'argent des contribuables.
Apres avoir multiplied les cadeaux fiscaux en faveur des grandes
fortunes, voila, ces Etats, a I'exemple de la France, sous la me-
nace d'une degradation de sa note triple A, g cause de son de-
ficit jug6 excessif. Un deficit dO en parties t la chute de la
croissance, mais aussi & la perte, rien que pour I'annee 2011 de
plus de 100 milliards d'euros de recettes fiscales, A cause des
exonerations de toutes sortes accordees aux plus riches.
La crise de I'euro est I'illustration des ravages de la pensee
neoliberale qui a interdit, lors de la signature du trait de Lis-
bonne, toute aide directed de la Banque central europeenne a
un etat en difficult. Laquelle a dO recourir A bien des artifices
pour sauver la Grece de la faillite. Aujourd'hui, les Etats mem-
bres de I'Union europeenne qui, en s'enfermant dans le trait
de Maastricht s'engageaient a limiter leur deficit a 3% de leur
produit interieur brut (PIB) sont mis en demeure, sous la pres-
sion de I'Allemagne et de la France, d'inscrire dans leur consti-
tution la fameuse "regle dor" du respect de I'equilibre
budgetaire. Budgets qui devraient etre soumis au control des
autorites de Bruxelles qui imposeront, si elles les jugent ne-
cessaires, les coupes sombres pour revenir A I'equilibre et re-
pondre aux attentes des milieux financiers. Car aujourd'hui, ni
le G8, ni le G20 preside par N. Sarkozy, ni I'Union europeenne,
ni aucun etat n' a la volonte de prendre la moindre measure pour
mettre fin t la tyrannie de "a pieuvre 6ancaire" don't les tenta-
cules enserrent les etats et broient les peuples. "Le seulgou-


' jBuB25Aot2' A-jti'3ft4gPge 1-3







http://www.iourhal-iustice-martiniaue.com


vernement mond!ial c'est celui de Cargent". Car ce que veulent
aujourd'hui les maTtres de la finance mondiale, ce sont des
etats depourvus de tout pouvoir en matiere economique, re-
duisant au minimum les depenses sociales, abandonnant I'es-
sentiel de leurs pouvoirs regaliens au secteur priv6 et faisant,
bien sOr, payer le moins d'imp6ts possible aux riches. Oi est la
fameuse regulation promise par Sarkozy lors de son discours
de Toulon ? Dr6les de democraties dans lesquelles les citoyens
n'ont aucun moyen d'intervenir dans les decisions qui concer-
nent leur vie quotidienne et meme dans certain cas leur sur-
vie!

En France, uel entire broite et sociaUistes
pour la note triple A
Les principaux candidates declares ou potentiels a la pr6siden-
tielle frangaise sont autant obsedes par leur cote de popularity
dans I'opinion que par I'accueil reserve par les milieux finan-
ciers A leurs propositions dans le domaine economique et no-
tamment en ce qui concern la reduction du colossal deficit de
I'Etat qui a double depuis I'arrivee de Nicolas Sarkozy au pou-
voir en 1997. Dans le camp du president sortant comme chez
les socialists, don't nombre d'entre eux sont totalement conver-
tis au liberalism, tout le monde s'applique & rassurer les mar-
ches, jurant pouvoir ramener le deficit B 3% du PIB en 2013.
Un pari qui semble bien difficile 6 tenir a cause en parties des
mauvais chiffres de la croissance (0% au 2ieme trimestre) et
qui passe pour les uns comme pour les autres par des cures
d'austerite plus ou moins severes. Ce qui suppose des coupes
severes dans les depenses publiques et des augmentations
d'imp6ts qui, quoi qu'en dise N. Sarkozy, n'epargneront pas les
plus defavoris6s.
La preparation du budget 2012 pour lequel le gouvernement
cherche 10 milliards d'euros de recettes supplementaires mon-
tre bien qu'il n'entend pas revenir sur la plupart des injustices
fiscales qui ont creuse le deficit. Pas question de changer I'im-
p6t sur les societies qui favorite les grandes entreprises du
CAC 40 comme Total et qui pese plus lourdement sur les PME.
Pas question de revenir sur la baisse de la TVA dans la res-
tauration et qui coOte pres de 3 milliards 'I'Etat ou sur I'exone-
ration des heures suppl6mentaires. Seuls sont envisages le


relevement des prel6vements obligatoires pour un certain nom-
bre de manages et d'entreprises ainsi que le rabotage de
quelques niches fiscales don't certain avantages lies I'immo-
bilier et ; la defiscalisation outremer.
Mais les recettes nouvelles seront fournies par la poursuite,
voire I'aggravation de la politique de restriction des depenses
publiques (diminution des effectifs de la function publique, gel
des dotations aux collectivites, baisse de 2,5% des credits de
fonctionnement et d'intervention, dans le domaine social no-
tamment). Les ministres de I'Economie et du Budget ont beau
proclamer qu' "ilnefautpaspesersurfes pu6ics espCusfragiles,
ni toucher a des dispositifs qui concernent Cemploi" il n'en de-
meure pas moins vrai que toutes ces restrictions de credits au-
ront des repercussions negatives sur I'emploi et sur Iaction
social. Et ce n'est pas le mince effort demanded aux plus gros
revenues qui mettra fin aux injustices fiscales.
Quant aux socialists, ils se disent d'accord pour refuser de
voter I'inscription dans la Constitution de la "regle dor" impo-
sant la reduction des deficits. Une proposition denoncee
comme un piege tendu par "Ce roi du cadeaufisca"'. Et d'accu-
ser la droite de vouloir se donner un vemis de bon gestionnaire.
Mais englues dans la primaire, leurs principaux candidates ne
se sont guere clairement exprimes sur ce delicate sujet. Cepen-
dant, les remedes qu'ils proposent ne sont pas fondamentale-
ment different de ceux proposes par N. Sarkozy. DejA Manuels
Walls, lui aussi candidate la primaire souhaite "qu'opposition et
majority trouvent un terrain d'entente et envoient un signalaux
marchis "
Seuls, Jean-Luc Melanchon pour le Front de gauche et Eva
Joly pour les ecologistes refusent I'austerite exigee par
Bruxelles et les milieux financiers et proposent de sanctuariser
les services publics, une augmentation generalisee des imp6ts
sur les hauts revenues et de canaliser I'epargne populaire vers
I'investissement public. Les medias rafusent le debat sur la rup-
ture avec le neoliberalisme.
A droite comme chez une certain gauche, la note triple A est
decidement tres convoitee .
G.Erichot


"Une certitude : tes chose vont empirer"JosephStiitz, professeurJ 'univer-

siti Columbia etprix Hobol d'onomie 2001, ancien Direct urdu Fl:


Dans une tribune du journal Le Monde du 18/08/2011, sous
le titre "Comment Mviter une longue ltfhargie de riconomie ? La
croissance, non faust~iiti nous sortira de &a crise", Joseph Sti-
glitz ecrit notamment :
"(...) Poutant fa vraie reponse, au moins en ce qui concern les
pays qui, comme les Etats-nis, peuvent emprunterdfai6le tauw,
est simple : utiliser [argent pourprocider d des investissements a
haut rendement. Cela tout i fafois relancerait [a croissance et ge-
nirerait des recettesfiscales,faisant ainsi baisserd moyen terme ie
ratio de la dette par rapport au produit intirieur 6rut (PIB) et
am/liorant fa dura6titi de la dette.
9Meme avec fa situation 6udgitaire que nous connaissons, riorien-
ter les defenses et fes imp6ts vers fa croissance en diminuant les
prfPevements sur les safaires et en augmentant les imp6ts des plus
riches, mais aussi en a6aissant les taxes pour fes entreprises qui in-


vestissent et en les augmentantpourcetTes qui ne e font pas -, per-
mettrait dame iorer fa durability de la dette.
Les poittiques actuelTes se refusent pourtant d envisager ces solu-
tions. Les marches savent que (a vague defai6be imposition et de
fitichisme de la dette qui 6alaie actue/Tement Jtlrantique nordsi-
gnfie qu Cn'existe aucun instrument disponi6be: a politique mo-
nitaire ne marchera pas, Fa politique 6udgitaire est entravie, (a
croissance ralentira et f'amilioration des deficits (rdsultant de f4aus-
tirite) sera dicevonte (..)
(.. )faintenant que 'ampleur du prob6me est apparue en pine
fumikre, une nouvefe certitude a surgi: Fa certitude que, queffes que
soient les measures adoptees, Fes choses vont empire. Vne lethargic
prolonge apparait dasormais comme Fe scenario optimiste"


F )eAaroSaHjits PTT^ ag 14AIt


"'L BHITIeUE






http://Aww. iournal-iustice-martinique. corn


Les nouvelles methobes aes Imprialistes occiaentaux pour aominer

te Mone / A. Nicolas


Vraiment le monde est a I'erivers Les Imperialistes occiden-
taux (Angleterre, France, Etats-Unis) veulent le modeler et le
dominer a leur profit. Et chaque fois, pour masquer leur poli-
tique de rapines et d'exploitation, ils inventent des ( combinai-
sons ) pour tromper I'opinion publique.
Recemment ils ont entraTne I'ONU dans une guerre "humani-
taire"contre la Libye de Kadhafi, soi-disant pour "protagerlapo-
pulation civil liiyenne". Voil6 trois mois que leurs avions et
leurs fusees ecrasent les villes de Libye, tuent des centaines de
gens.
Ils continent done a manoeuvrer pour mettre en place un gou-
vernement de "transition"' leur devotion. Ainsi ce n'est pas le
people libyen qui choisi ses gouvernants, c'est Sarkozy, Juppe
et autres Cameron. Obama semble vouloir partir ( sur la pointe
des pieds >. Ils violent le droit international qui dispose que les
Etats strangers ne doivent pas s'ingerer dans les affaires des
autres et decider pour eux.
Mais la Libye ne suffisait pas. C'est le tour de la Syrie: Sarkozy
et Jupp6 proposent a leurs comperes de mettre en place un
"gouvernement de transition", "dimocratique" videmment.
De quel droit ? Ils n'ont pas obtenu le (< bombardment de la
Syrie )>, alors ils poussent une nouvelle formule: ils vont choi-
sir des marionnettes qui vont former une"transition dimocra
tique". Maintenant la ( democratic ), ce n'est plus le choix sou-
verain du people concerned, mais le choix impose de I'exterieur
par les puissances d'argent d'Etats strangers.
Ah Si le Syrie voulait imposer a la France un gouvemement de
son choix, j'entends d'ici les hauts cris de fureur de ces gou-
vernants !
Honte, folie, scandal, arrogance et autres epith6tes jailliraient
de toutes parts. Mais la Syrie est une ancienne colonie fran-
caise et il y a les nostalgiques de ce bon "viewutemps "qui veu-
lent remettre la main sur la Syrie au nom de la "democratie et des
Droits de HWomme".
Les "redresseurs de torts "occidentaux ne manquent pas de tou-
pet. Ils donnent des lemons aux autres, alors que chez eux les


masses populaires se mettent debout. Le people grec se
dresse pour sa survive. 300.000 manifestants en Israel crcla-
ment la "justicesociale"; a Londres, capital de I'Angleterre, les
jeunes par milliers devastent des quarters et s'en prennent aux
signes de I'insolence de la richesse. En Espagne, les indignes
(les sans travail) occupent les places des villes. Tous ces sou-
levements de colere ne tarderont pas a se repandre ailleurs
centre les gouvernants au service des milliardaires.
En France on manque d'argent, parait-il, pour combler le d6fi-
cit de 15 milliards d'euros de la Securite Sociale, mais on de-
bloque des centaines de milliards d'euros pour aiderr "les
banquiers! Le gouvemement Sarkozy Jupp6 ne menage pas
les millions d'euros pour bombarder la Libye et aider les "re-
befes"et demain pour finance un soi-disant governmentt de
transition dimocratique" en Syrie.
A leurs cOtes, se demenent le roi d'Arabie et le Sultan du Ko-
weft qui reclament le "respect de la democratic enSyrie". On aura
tout vu Arabie et Koweit diriges par des tyrans moyenageux
(presque tous les principaux ministres sont des membres de la
famille royale) qui depensent les milliards du p6trole a acheter
des equipes de foot et des hotels de luxe "prestigiewu "en Oc-
cident alors que leurs peuples "tirent e dauibleparfa queue". Un
jour, pour eux, le reveil sera brutal !
Les derniers sondages en France indiquent que 51 %, soit la
majority des Francais, sont centre I'intervention militaire fran-
caise en Libye.
En derniere heure, un soldat anglais venu en Afghanistan pour
"retablir la democratic" a eu quelques ennuis avec la police
parce qu'il coupait les doigts des Talibans rebelles morts pour
les collectionner et rapporter des souvenirs "(sic) dans son
pays.
C'est qui les "civilisds"? Les "sauvages" afghans ou les demo-
crates anglais collectionneurs de doigts coupes Decidemment
le monde est a I'envers !
Armand Nicolas (8/8/2011)


Massacre en Norvege, emeutes au Royaume Uni:


A quoi pouvait-on s'attenbre 'aut

4Nihh.


re ? par Robert Sae
Emeutes au Royaume Uni : David Cameron, premier ministry
britannique promet que ses exemplaires forces de I'ordre de-
busqueront et eradiqueront sans pitie les fauteurs de trouble.
Pas question que son bel ordre social soit entache par ceux qui
ne seraient que des bandes de delinquants.
Massacre en Norvege: le language est plus soft mais la logique
est la meme : Ce n'est qu'un trublion illumine et drogue qui a
ose tragiquement ternir I'image d'une society aux valeurs telle-
ment avancees. Mais qu'on se rassure: On fera bloc pour de-
fendre celles-ci !
En reality et quant au fond, ces deux evenements participent du
meme d6erglement qui conduit, regulierement et sur tous les
continents, des tueurs en serie disjoncter et a massacrer des
personnel innocentes dans des universities, sur leur lieu de tra-
vail ou dans des marches. Dans ce bal macabre, les mal-nom-


I=w II.i25A!at2S11jwticen!'f -SPae 1


Face a I'exlposion, tout s6curitaire est la reponse
de David Cameron premier ministry anglais


FT IUE







htt://vww. iournal-justice-martinique. cor


mes aitss divers" ne sont que la tete emergee de I'iceberg des
exasperations et de la barbarie que genre ce system don't
les gouvernements, soi-disant horrifies et surprise, sont les ani-
mateurs zeles.

Mais a quoi pouvait-on s'attenbre 6'autre ?
Leurs medias cultivent sciemment la culture de la violence et
se complaisent dans la degradation de toute grandeur humaine.
Les jeux video pullulent oi, des I'enfance, on apprend a tuer
pour gagner. Les industries de la pornographic se chargent de
limiter I'horizon des desaxes a la satisfaction de leurs plus bas
instincts. Cela, la main sur le coeur, au nom de pretendus
ideaux de liberty !
Assurer I'acc6s 6 I'education et I'epanouissement de tous, don-
ner des credits aux associations de terrain pour aider la jeu-
nesse a "s'en sortir" ? Vous voulez rire ? Que diraient la


Commission de Bruxelles, le FMI et la Banque mondiale ?
Individualisme et competition sont eriges en resorts divins. II
faut desormais etre pret a tout pour "se vendre", pour "vendre
sonpays"et, surtout, ne pas hesiter a precariser la situation des
plus faibles pour "gagneren competitivite"! La loi fondamentale
c'est la CONCURRENCE.
Et ils pensaient pouvoir festoyer a I'abri, en livrant des boucs
emissaires a la vindicte des laisses pour compete: jeunes, men-
diants, immigres, Rom, musulmans, ou autres punching-ball.
La recette a si souvent fait ses preuves Eh bien Non, le sys-
teme continuera a etre victim des diables qu'il libere et plus
vite il disparaitra, plus vite les peuples pourront pretendre c
I'6panouissement et a la quietude.
Robert Sae


Libye: Victoire be l'OTAN


Des "rebelles" armss et soutenus par I'Otan


.Le regime du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est sur le
point de s'effondrer.
Apres six mois d'insurrection et cinq mois de frappes de I'OTAN,
les troupes dites rebelles ont pris le control de la capital Tri-
poli lundi 22 ao0t.
Fidele a sa reputation de pugnacite et defiant les appeals de la
communaute international et des rebelles a se rendre, M. Ka-
dhafi resistait toujours.
Debut fevrier, les Libyens sont descendus dans les rues Ben-
ghazi, la deuxieme plus grande ville du pays, afin de proclamer
leur opposition centre le leader libyen.Au pouvoir depuis 42 ans
et jusqu'a present le plus ancien chef d'Etat du monde arabe,
M. Kadhafi a procure au people libyen les moyens d'existence,
alors qu'il s'est assure du soutien des tenors des tribus (les tri-
bus et les clans constituent la majority des forces politiques en
Libye.
Ne d'une famille bedouine de la tribu des Gaddafa dans le de-
sert de Syrie le 7juin 1942, Mouammar Kadhafi a recu une edu-
cation religieuse rigoureuse avant d'entrer a I'Academie militaire
de Benghazi en 1963. A la suite de ses etudes, il s'est engage
dans I'armee libyenne en 1965 et a 6te envoy en Grande-Bre-
tagne pour suivre un entrainement supplementaire au British
Army Staff College en 1966.
Sa governance a debuted en septembre 1969, apres que Ka-


dhafi, alors officer subalterne, second par
quelques colleagues dans "le 9iouvement des ofi-
ciers i6res", ait mene le coup d'Etat sans effusion
de sang contre le vieux roi Idriss, qui se trouvait en
Turquie pour un traitement medical et qu'il avait
instaur6 la Republique arabe libyenne. Par suite,
Mouammar Kadhafi est devenu president du
Conseil de commandement de la revolution (CCR)
et commandant en chef des forces armies de
Libye.
La victoire des insurges libyens est bien entendu
une victoire de I'OTAN et de la coalition ameri-
cano-franco-britannique qui I'a precede. Ce sont
des bombardements intensifs qui ont lamine, puis
demoralise, les forces fideles au regime & Tripoli
et permis I'assaut final. Entre-temps, meme si les
details restent opaques, I'OTAN a deployed un
vaste arsenal tant militaire (missiles, helicopters,
drones) qu'humain (forces speciales au sol et
conseillers aupres des rebelles). Les resolutions
de I'ONU concernant I'embargo sur les armes ont ete allegre-
ment bafouees, par la France notamment qui a avoue avoir livre
du materiel aux rebelles de I'Ouest.
Desormais c'est le Conseil de Transition (CNT) pilot par Mous-
tapha Abdeljalil, 59 ans, diplome en droit musulman, ancien mi-
nistre de la justice, de Kadhafi & partir de 2007 qui dirige ce
riche pays petrolier, avec I'ouverture d'une period d'incerti-
tudes. Une reunion des pays de I'OTAN et des puissances
arabes est prevue des la semaine prochaine afin "d'itudier Ia
feuilie de route de a, communaute international en Li6ye".
Dans sa feuille de route, le CNT, a prevu "de remettre lepouvoir
a une assem6fie efue dans un afai de liuit mois maximum et 'adop-
tion dune nouvele Constitution".
Mais d'ores et deja le lobby petrolier se frotte les mains a I'idee
dejuteux profits.
"J" -22/08/2011


Pr )eui25AoBa, l, iceA 3a'' *


FPANSi LE M#











http://www.iournal-iustice-martinique.com


[ A Nwj atqL I


Immatriculation au RCS de Fort de
France
Pour avis FB4634

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donne de la constitution d'une
society presentant les caract6ristiques
suivantes :
Denomination : SOCIETY ANTILLAISE
DE TRANSPORTS (S.A.T)
Forme : society A responsabilit6 limited
Siege social : D. Center, 142 rue Raoul
Follerau, Cite Dillon 97200 Fort de France
Objet : Transport d'hydrocarbures, trans-
ports divers de biens et marchandises
Dure : 99 ans
Capital : 9000.00 euros
Gerance : Monsieur Marc-Andre GENE-
VIEVE-ANASTHASIE demeurant route
des religieuses, rue de la Dorsale, Im-
meuble Saphir C, Porte 34, 97200 Fort de
France
Immatriculation au RCS de Fort de
France
Pour avis FB4635

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution d'une
society presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination : ALOES
Forme : SCI /Societe Civile Immobiliere
Siege social: 21 lot Fond Rose
Objet : En Europe, Caraibes et Outre
mer, I'acquisition de terrain pour realiser
des constructions et tous ouvrages desti-
nes A la location ou la vente, de toutes
operations mobilieres et immobilibres ou
financement se rattachant A I'objet social.
Duree: 99 ans
Capital : 1000 euros
Gerance : Madame SEGUIN CADICHE
Epouse RAPON Lucile
Immatriculation au RCS de Fort de
France
Pour avis FB4636

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 10/02/2011, il a ete constitute
une SARL
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : TP LOCATION
Adresse du siege social : Corps de garde
97228 Sainte Luce
Objet : Location de materiels BTP
Dure : 99 ans
Capital : 5000 euros
Nom du grant:
Joel MONLOUIS BONNAIRE
Adresse : Corps de garde 97228 Sainte
Luce
Immatriculation au registry du commerce
en course
Pour avis, la g6rance FB4637

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte S.S.P. il a ete constitute la
S.A.R.L. denommee :
,, DR Multimedia ,
Raison social : DR Multimedia.",
Capital : 2 000 euros
Siege social : Morne Pitault chemin Ra-
quil 97232 Le Lamentin
Objet : developpement gestion multime-
dia et ing6nierie informatique
Duree de la society : 99 ans a computer de
I'immatriculation au R.C.S.
Grant : Marie Christine BELAY, nee le
19/05/1977 A Fort de France, demeurant
Morne Pitault chemin Raquil 97232 La-
mentin
Pour avis,
La gerance FB4638

AVIS DE CONSTITUTION
II a ete constitute par acte sous seing prive
en date du 23 mai 2011, une society A
responsabilite limitee sous forme d'entre-
prise unipersonnelle (EURL)


au capital de 10 000Q
denomination : LA BANQUISE
siege social : 6 route de I'union
residence la Cocoteraie
97200 Fort-de-france
objet : Glacier, PAtissier, Salon de the
duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes de Fort de France
gerante : Mme Agnes
DAUNAR SATTONNAY
Pour avis FB4639

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 18/06/2011 A Fort-de-France, il a
6te constitute une society presentant les
caracteristiques suivantes :
Denomination : COFFEE MILK-SHAKE
ISLAND
Forme : SociBte A responsabilit6 limited
Siege social : Galerie Deproge 46 rue
Ernest Deproge 97200 FORT DE
FRANCE
Objet: Exploitation d'un Bar Cafe Glacier
Capital social : 25 000 euros
Duree : 50 ans
Gerance : Mr BOURT Olivier demeurant
Res. Victor Schcelcher Route du Campus
97233 Schoelcher
-Mme PROSPER Lindley demeurant
Res. Allende Cite Dillon
97200 Fort-de-France
Immatriculation : RCS de Fort-de-France
Pour avis FB4640

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 15 ao0t 2011, il a ete constitute la
sari SYLVER LUCE CASA BELLA PIZZA
don't les caracteristiques sont les sui-
vantes
Denomination social : SYLVER LUCE
FORME : SARL
Capital: 6000e duree :30 ans
Constitute de : 1 0004 en numeraire, et
5000 en nature materiels ,
Siege social : 15 place Jose Marti centre
ville Fort de France Martinique 97200
Objet social : vente de pizzas a emporter
sandwicherie restauration vente de bois-
son non alcoolisees et alcoolisees ciga-
rettes carte et recharge mobiles
Gerance : BLONBOU Sylvere Daniel ,
1681 quarter Durand Saint Joseph
Martinique
Pour avis
La gerance FB4641

AVIS DE CONSTITUTION
II a ete constitu6 le 26juillet 2011, une so-
cietA A responsabilite limited presentant
les caracterisitiques suivantes :
denomination : SARL Martinique Indus-
tries Bois
Sigle MARIB
siege social : MBE 314 Mangot Vulcin
97232 LAMENTIN
objet social : la construction et la pose de
charpente, tous travaux de couverture de
bAtiments tous travaux de menuiserie, le
montage de bAtiments en bois ou a ossa-
ture bois
duree : 99 ans
capital : 30004
grant : Eric PATRICE
37 les Roseaux 97232 LAMENTIN
Immatriculation RCS de F-de-F
Pour avis FB4642

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte S.S.P. en date du 6
avril 2011, il a 6te constitute une society
don't les caracteristiques sont les sui-
vantes : Forme : society par actions sim-
plifiee. Objet : La conception, la
fabrication et la distribution de products
pharmaceutiques, parapharmaceutiques
et cosmetiques, la participation directed ou


indirecte, toutes prises de participation
sous quelque forme que ce soit dans
d'autres entreprises, la gestion et/ou la
mise en valeur de ces participation
Denomination : SHB
Siege social : 2, lotissement Poinsettas,
Peter Maillet 97270 SAINT ESPRIT
Duree : 99 ans a computer de son imma-
triculation au R.C.S.
Capital social : il est fixed A la some de
1 000 e et divise en 1 000 actions d'un E
chacune
Transmission des actions : Les transferts
d'actions de I'associe unique sont libres.
En cas de plurality d'associes, tout trans-
fert d'actions entire associes sera libre. En
revanche, le transfer d'actions a un tiers,
y compris un conjoint, un ascendant ou
un descendant d'un associe, ne pourra
intervenir qu'avec I'agrement prealable
de la society.
President: Mme Shirley BILLOT spouse
BOQUIEN demeurant 99, rue Legendre
75017 PARIS
La society sera immatriculee au R.C.S.
de FORT DE FRANCE FB4643

AVIS DE TRANSFER
DU SIEGE SOCIAL
SC IMMOBILIERE BENEDICT.
CLAUDE DORMOY
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 1 000.00 EUROS
SIEGE SOCIAL:
14 RUE DES BAMBOUS
97224 DUCOS
492178306 RCS FORT DE FRANCE
Suivant decision collective des associes
en date du 29 decembre 2010, il resulte
que:
Le siege social a ete transfer a Petite
France 97240 Frangois, A computer du 1 er
janvier 2011. L'article 3 : siege social des
statut a ete modified en consequence
Ancienne mention Siege : 14 rue des
Bambous 97224 Ducos
Nouvelle MENTION
Siege : Petite France 97240 Frangois
Mention sera faite au RCS : Fort de
France
Pour avis FB4644

AVIS DE CHANGEMENT D'ADRESSE
SCI RESIDENCE LE SAPHIR
RC Fort de France : 350451969
Suite I'AGE du 03.08.11, le siege social
est transfer
Ancien article 4 : lot Bardinet Fort de
France
Nouvel article 4 : 14/16 rue Toussaint
Louverture 97200 Fort de France
Le grant FB4645

AVIS DE TRANFERT DE SIEGE
GEANT CAYENNE
Society par actions simplifiee au capital
de 1 800 000 euros
Siege social : 2 avenue des Arawaks,
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE 343 502 134
Aux terms d'une deliberation en date du
27 juin 2011, I'Assemblee Generale Mixte
des associbs de GEANT CAYENNE a
decide de transferer le siege social du 2
avenue des Arawaks, P7200 FORT DE
FRANCE au 10 ZI Collery, 97300
Cayenne a computer du ler juillet 2011 et
de modifier en consequence I'article 3
des status.
La Society, immatriculee au Registre du
commerce et des societies de FORT DE
FRANCE sous le numero 343 502 134
fera I'objet d'une nouvelle immatriculation
aupres du Registre du commerce et des
societies de CAYENNE.
POUR AVIS
Le President FB4646

VENTE DE FONDS DE COMMERCE


Mme Violaine Celine LOUISET, seule ge-
rante du fonds de commerce denomm6
LE B'MOL, angle des rues Victor Hugo et
Dupuy a Saint Pierre
RCS FDF TMC 431661081
N de gestion 2005 A 425
A vendu son fonds A la SARL LE POPU-
LAIRE au capital de 7622 e don't le siege
est & Saint Pierre, angle des rue Dupuy
et Gabriel P6ri
RCS FDF 429501737
La prbsente vente a ete consentie et ac-
ceptee moyennant le prix de 32000
Le nouveau proprietaire a la jouissance
pleine et entire du nouveau fonds a par-
tir du 21 avril 2011. L'ancien proprietaire
se decharge de toutes responsabilites en-
vers la society. FB4647

CESSION DE PARTS SOCIALES
SARL HORIZONS
57 RUE VICTOR HUGO
97200 FORT DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
N 45290028500027
Suite A la cession de parts consentie par
les associes ci-apres nommes :le
31/07/2011, M. TIHMEH Robert demeu-
rant Tartous (Syrie)
A M. TIHMEH Charles demeurant 54, rue
Antoine Siger, 36me etage 97200 Fort de
France. L'article 7 des status a 6te modi-
fie en consequence. Dep6t legal air RCS
de Fort de France
Pour a vis, la g6rance FB4648

CHANGEMENT DE GERANT
LES ASSOCIES DE LA SARL
NOSOTEXMA-EDNR,
SISE 63 RUE SCHOELCHER
97230 Sainte Marie, reunis le 23 juillet
2011 en AGO ont pris acte de la d6mis-
sion de Mile Sandra FORTUNE des ses
functions de gerante et ont decide de
nommer gerante Mme Marie Maurice
Marthe BLAMEBLE,
demeurant A Pain de Sucre
97230 Sainte Marie
Pour avis, la gerante FB4649

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
SAVEURS ET FRUITS
SARL AU CAPITAL DE 12 0004
SIaGE SOCIAL HABITATION LA NAU
QUARTER NAU -
97270 SAINT ESPRIT
RCS 2011 B 414 -
SIRET 530 024 397 00016
Aux terms d'une assemblee general
extraordinaire en date du 30 juillet 2011,
les associes ont designed, en quality de
gerante, Mme SAINTE-ROSE-FAN-
CHINE Manuela, en replacement de M.
SAINTE-ROSE-FANCHINE Georges, de-
missionnaire.
Pour avis la g6rance FB4650

AVIS DE LIQUIDATION
Le 26 juillet 2011, au vu du rapport du li-
quidateur, I'associe unique de I'EURL
MICROTROPIC CARAIBES
domiciliee au 43 lot Fond Basile 97220
Trinite, a approuv6 les comptes de liqui-
dation et prononce la c6ture des opera-
tions de liquidation.
Le dep6t legal des comptes de liquidation
sera effectue au Greffe du Tribunal de
commerce de Fort de France
Mention sera faite au RCS de Fort de
France
Pour avis FB4651

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
EVACOOP SARL
6 AVE DES INSURRECTIONS
ANTI-ESCLAVAGISTES
97211 RIVIERE PILOT
RCS : FDEF TMC 497 489 393


P aIiB A 1, t*e n' 333-aige 1








http://www.ioural-iustice-martinique.com


N" GESTION 2007 B 524 ministration aux dates suivantes :
CAPITAL: 6 000.00 EUROS A) En Assembl6e Generale Extraordi-
Suite aux decisions prises en assemblies naire le 14 septembre 2011 a 14 heures
generales aux dates suivantes : a :
- Le 29/06/2010: Adhesion d'un nouveau Espace CREDIT MUTUEL Zone .Artisa-
membre : TRANSPORTS FCN SARL nale Les Mangles 97232 LAMENTIN
don't le siege est situe quarter Josseaud afin de deliberer sur le project de modifi-
97211 Rivibre Pilote immatriculee au cation des status avec I'ordre du jour sui-
RCS de Fde F sous le no 432 389 294 No vant :
GESTION 2000 B 605. 1. Constitution du bureau de I'Assemblee.
Le 25/07/2011 : sortie de la SARL MTS 2. Modification des status portant sur I'ar-
dont le siege est situe A pont Madeleine tide 3 SIEGE SOCIAL replace par le
97211 Riviere Pilote immatriculee au texte suivant:
RCS de FdeF 349 468 371 Article 3 Siege Social
n gestion 89 B 44. Le siege de la Caisse est fixed a :
-Demission d'un cogerant Monsieur Espace CREDIT MUTUEL Zone Artisa-
MONLOUIS-BONNAIRE Franck. nale Les Mangles 97232 LAMENTIN
FB4652 Le reste sans changement.
Conformement a I'article 18 B des status,
MODIFICATIONS STATUTAIRES la present Assemblee Generale Extra-
CARIBBEAN FULL CONCEPT SAS ordinaire ne pourra deliberer que si la ma-
AU CAPITAL DE 1000 jorite des 2/3 des societaires sont
33 AV E. NESTORET presents ou represents.
97260 MORNE ROUGE C'est pourquoi, des a present, le conseil
RCS : 522 693 217 d'administration convoque une deuxieme
Suite a I'assemblee extraordinaire du : Assemblee Generale Extraordinaire qui
03/07/10, il a ete decide de modifier les sera appelee a se tenir si le quorum des
articles suivants 2/3 des societaires nest pas reuni (voir
ART: 6,7,9, point "B" ci-apres).
1) Ancien capital : 1000, nouveau capi- B) en Assemblee Generale Extraordi-
tal: 10000 naire le 28 septembre 2011 a 14 heures
2) Ancien President : SOREL Christelle, dans les memes locaux.
nouveau SOREL David Cette deuxieme Assemblee Extraordi-
3) Changement d'actionnaire, ancien ac- naire est convoquee pour se tenir dans
tionnaire : SOREL Christelle, nouveau ac- I'hypothese ou le nombre minimum requis
tionnaire : VOYER Thierry de societaires ne pourra etre reuni lors de
4) Fin d'exercice social : ancienne la premiere Assemblee Generale Extra-
31/12/10, nouveau : 31/12/11 ordinaire convoquee ci-dessus afin de de-
En consequence, les articles ci-dessus liberer sur I'ordre du jour precise
seront mis a jour. ci-dessus sous point "A" pour la premiere
Pour avis le PRESIDENT Assemblee Generale Extraordinaire.
FB 4653 Le Conseil d'Administration de la Caisse
de CREDIT MUTUEL ENSEIGNANT DE
TRANSFER DU SIEGE SOCIAL MARTINIQUE FB4656
STE FRIANDISES & DELICES
MARTINIQUE AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
Lors de I'assemblee general qui s'est BLANQUI IMMOBILIER
tenue le 8 ao0t 2011 a 19heures au SOCIETE CIVILE AU
siege. II a et6 convenue de modifier CAPITAL DE 14 177.76
I'adresse et il a ete retenue que le nou- 13 RUE BLANQUI TERRES
veau siege sera SAINVILLE
62 rue GABRIEL PERI 97200 FORT DE FRANCE
Terres Sainville 97200 Fort de France En assemble general extraordinaire,
Au lieu : Rue Montesquieu Terres Sain- les associes ont decide de la dissolution
ville 97200 Fort de France anticipee de la society et ont nomme
Le quorum etant atteint ce jour la il a ete monsieur LESDEMA Jose
vote A I'unanimite des membres presents 3.500 route de Moutte Lotissement Toit
Pour avis en mention Tropical 97200 Fort-de-France, en qua-
Le grant FB4654 lite de liquidateur.
Le siege de la liquidation est fixed a
AVIS DE TRANSFER DE SIEGE I'adresse du liquidateur.
SOCIAL Toute operation d'opposition devra etre
Aux terms du PV en date du 01 mars adressee a I'adresse ci-dessus indiquee
2011, I'assemblee general extraordi- Les associes ont decide le meme jour la
naire de la SARL LMTT a decide les mo- cloture des operations de liquidation et la
difications suivantes : radiation de la societe au registry du com-
Transfer du siege social : ancienne merce et des societes
mention : 325, avenue du Professeur Le liquidateur FB4657
Judges Turiaf Squadra D Cite Dillon 97200
Fort de France AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
nouvelle mention :58, rue du Profes- TRUE MUSIC SYSTEM
seur Camille 97200 Fort de France. SOCIETE A RESPONSABILITE
D'accepter la emission de Monsieur LIMITEE AU CAPITAL DE 1006
BAURAS Francis de ces functions de co- SIEGE SOCIAL MAISON LITTORIE
grant avec effet au 01 mars 2011 et de LOT LES 4 VENTS
garder en quality de grant unique pour HABITATION SAINT -JOSEPH
une duree indeterminee Monsieur 97220 TRINITE
CHARLERY Yannis. N SIRET : 478 769 755 00016
Les status ont ete modifies en conse- Aux terms d'une decision en date du :
quence. Dep6t legal au RCS De Fort de 12 ao0t 2011,
France I'associe unique a decide la dissolution
Pour insertion FB4655 anticipee de la society A computer de ce
jour et sa mise en liquidation amiable
CAISSE DE CREDIT MUTUEL sous le regime conventionnel
ENSEIGNANT DE MARTINIQUE Monsieur Franck ROCHARD,
SIRET : 438 863 797 00017 grant associee, exercera les functions
Les societaires sont convies aux Assem- de liquidateur pour realiser les operations
blees Generales de la Caisse ci-dessus de liquidation et parvenir A la cloture de
qui sont convoquees par le conseil d'ad- celle ci


Monsieur Franck ROCHARD,
demeurant:
quarter Grande savane Maison Lof
97224 DUCOS,
a ete nomme en quality de liquidateur,
avec les pouvoirs les plus 4tendus pour
realiser les operations de liquidation et
parvenir a la cl6ture de celle-ci
Le siege de la liquidation est fix6e : la
Maison Littorie lot les 4 vents, Habitation
Saint Joseph 97220 TRINITE.
C'est a cette adresse que la correspon-
dance devra etre envoyee et que les
actes et documents concernant la liqui-
dation devront 6tre notifies
Les actes et pieces relatifs a la liquidation
seront deposes au Greffe du Tribunal de
commerce de fort de France, en annexe
au registre du commerce et des societes
Pour avis,
le liquidateur FB4658

AVIS DE DISPARUTION TOTAL
AU PARADISE DES PETITS SARL
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 500
SIaGE SOCIAL : 45 RUE MOREAU DE
JONES ALEXANDRE
97200 FORT DE FRANCE
N SIRET : 483 178 505 00010
APE 4771Z
Lors de I'A.G. du 16/08/2011 Les asso-
cies sous la Presidence du liquidateur,
Mr MARIGNAN Roger, ont votes a I'una-
nimite la disparution total de la society a
cette m4me date
Pour avis FB4659

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
L.M.INVEST
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 5 000
SIEGE SOCIAL: RESIDENCE LA
CHERRY "O"
97223 DIAMANT
482 142 619 RCS FORT DE FRANCE
Par decision du 2 janvier 2011, I'associe
unique a decide la dissolution anticipee
de la society a computer du 2 janvier 2011
et sa mise en liquidation
a ete nomme liquidateur
Monsieur LANCRY Maurille Cyprien
Daniel,
demeurant : residence la Cherry
"0" 97223 Diamant,
avec les pouvoirs, les plus 6tendus pour
realiser les operations de liquidation et
parvenir a la cloture de celle-ci
Le siege de la liquidation est fixe resi-
dence la Cherry "O"
97223 Diamant
adresse A laquelle toutes correspon-
dances devront etre envoyees, et actes
et documents relatifs & la liquidation de-
vront 4tre notifies.
le dep6t des actress et pieces relatifs A la
liquidation sera effectu6 au greffe du tri-
bunal de commerce de Fort de France


Mention sera faite au RCS:
Fort de France
Pour avis


FB 4660


AVIS DE CONSTITUTION
En date du 06/06/2011, il a ete constitute
une SCI
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : SCI BEBEL BRELEUR
Adresse du siege social : Residence Oi-
seaux des lies Routoutou 4 -
97228 Sainte Luce
Objet : Achat de biens immobiliers et ges-
tion, Duree : 30 ans
Capital : 1000 euros
Nom du grant : BEBEL Aliette
Adresse : Residence Oiseaux des lies
Routoutou 4 97228 Sainte Luce
Immatriculation au registry du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB4661

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
COOPERATIVE DES
AQUACULTEURS DE MARTINIQUE
C/ CHAMBRE D'AGRICULTURE
DE LA MARTINIQUE
PLACE D'ARMES BP 312
97286 LAMENTIN CEDEX 02
CAPITAL :1800
N TMC 482 229 101
L'AGO du 10/12/07 a proc6de au renou-
vellement du conseil d'administration
conseil sortant : Jocelyn LOUISE Presi-
dent, Karl LARCHER Vice President,
Pierre DEL Secretaire, Chantal COR-
DEMY, tresorier, conseil entrant Chantal
CORDEMY Presidente, Philippe VILLA-
NOVE Vice President, Jocelyn LOUISE
secretaire, Guylene AMORY tresoribre,
Gilles LOUIS-JOSEPH assesseur.
L'AGO reunie extraordinairement du
24/01/11, a proc6d6 au renouvellement
du conseil d'administration et a la nomi-
nation du commissaire aux comptes
Conseil sortant: Chantal CORDEMY
President, Philippe VILLANOVE vice
president, Jocelyn LOUISE secr6taire,
Guylene AMORY tr6soribre, Gilles
LOUIS-JOSEPH assessur.
Conseil entrant : Pierre DEL President ,
Clotaire FRANCOIS Vice-president, Phi-
lippe VILLONOVE secretaire, Alexis
RAGOT Tresorier, Emile AGOT asses-
seur. Le commissaire aux comptes est
Nadine GERMANY
(siret 521 441 204 000 18) Et I'AGO du
11/07/11 a procede A la mise a jour des
status prescrite par I'ordonnance 2010-
459 et au renouvelement du tiers sortant
du conseil d'administration.
le President FB4662


cas Expert comptabs, Notaires et Partculler
Justice est un journal hebdomadaire information
paraissant le jeudi, hablllte par la Prfecture, A
publier les annonces ILgales et judiclalres sur le
DLpartement de la Martinique.
Les tarifs applicables en matiere d'annonces legales et
judiciaires, calculus a la ligne, sont fixes chaque annee
par arretd prefectoral.
Votre announce doit nous parvenir le vendredi avant
11 heures date de bouclage du journal pour une
parution leJeudi suivant.
Votre Facture et unjustificatif vous seront expedies
des parutlon du journal.


IL- 'A ,


r I







http ww'w.ioural-Iuslice-martinique.com


12 e"4ition be la 15zaine be la Jeunesse Caribeenne 2011




Des jeunes caribeens a la decouverte de la Martinique.
L'association OMDAC a mis en place depuis le debut des an-
nees 2000, une rencontre c.arlt.ee&trn-e prolongeant I'experience
du rassemblement pour la Jeunesse Martiniquaise annuelle
commencee en 1984. Durant deux semaines des jeunes cari-
beens et martiniquais ont fait un periple au travers de quelques
communes de I'ile a savoir Le Precheur, le Diamant, Le Fran-
cois, Les Trois Ilets, Sainte-Anne en compagnie des membres
de I' OMDAC et de jeunes representant la plupart des com-
munes d'accueil.
Pour I'edition 2011, une quarantine de jeunes originaires de:
Republique Dominicaine, Sainte-Lucie, Grenade, Saint Kitts
and Nevis, Trinidad et Tobago, Dominique, Saint Vincent et
Grenadines, Haiti ont particip6 a cette operation. Au pro-
gramme : des debates, des ateliers numeriques multilingues, la
decouverte du patrimoine (danses et musique traditionnelle


haute-taille au Francois, bele avec J.C. Lamorandiere, Chouval
Bwa), des seances d'expression artistique sur podium. L'OM-
DAC a organism la visit guidee de sites a Ste Luce (jardin
creole Ecotours), au Gros Morne (Moulin, Galerie et installa-
tions de I'Habitation Ste Etienne, avec le soutien des elus de la
Mairie), de Saint-Pierre, des sites de Fonds St Jacques et St
James a Ste Marie.
Selon Yv-Marie Seraline, president de I'association, "'vootc ac-
tion firortis e e maniere conir'iale une mniilen.,r connaissance d es
cultures de la C. ii i, d travers 1Ia rencontre decsjeunes et pennet
(e pChs lare db6at sur des questions d"interet general". Toutefois.
il note "Ia df ficulte pour eta6fir Ie contact arec un certain nom-
re e f municipafites et [e manque d'integration desjeunes marti-
niquais d ( action, sauf quand fI'iiitc s'implique, afors que da;ns
cette in ne period dite de vacancies, la profusion de fetes, recep-
tion pour les jeunes, et autres actions de.vraient facifiter ce rap-
prochiement ". Ce qui peut paraitre paradoxal surtout lorsqu'a tout
moment on parole d'integration dans la Carai'be et que bon nom-
bre de communes sontjumelees avec des pays de la Caraibe.
"ous auons des dffijcutes d comprendre indifference voire lios-
tifite d notre project quand CO' MliIC .'. ;1', ic la participate ion de
certaines municipalities d ce project intercufltuieregionaf", s'etonne
YV Marie- Seraline.
En depit de ces dif .:ulle I'edition 2011 s'est bien deroulee et
des jeunes martiniquais seront regus et encadr6s par les parti-
cipants ayant vecu I'experience de la "lSzaine"durant une se-
maine dans les pays concerns durant les vacances scolaires
de novembre a Paques.


Une belle et un beau pour nous reprisenter Le Club Colonial remporte le Trophie Yvon Luther
Depuis 1997, le Trophee de football du Conseil general de-
nommee Yvon Lurter marque I'ouverture officielle de la saison
footballistique martiniquaise. Cette annee les quatre champions
en lice pour le trophee etaient le Club Colonial, champion de di-
vision d'honneur, L'US Diamantinoise, champion de d'honneur
regional, le Club Pel6en, champion de promotion d'honneur
et le New Star, champion de premiere division. Le Club Colo-
nial succede au CS Belimois qui I'avait emporte en 2010. Le
champion de division d'honneur remporte les 6000E destines
au vainqueur du tournoi en battant le Club P61een par 5 buts a
zero. Pour arriver en finale le Club Colonial et le Club Peleen,
ont battu le New-Star de Ducos et I'US-Diamantinois sur un
score de 2 buts a 0. Un premier trophee pour le Club champion
qui n'a pas intritcrri de dormir sur ses lauriers.
Axelle Perrier et Axel Cage, Miss et Mister Martinique Queen 2011.
Festival Bi uine Jazz 2011: I tW bon


Un excellent cru pour cette edition 2011 a I'image des musicians du group
3Rasin" ou des chanteurs R. Tamar, T. Chasseur et P. Gertrude


Le c.ub doyen d t p r e debut de s n.
Le club doyen deja affute pour le debut de saison.


Irmnl~~l~rrll~rNFI~~IrCICI-