<%BANNER%>
PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00221
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 6/16/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00221
System ID: UF00088914:00221

Downloads

This item has the following downloads:

( BRIDGECACHE )

( BRIDGECACHET )


Full Text
izine hebdomadaire d'information communist


Jeudi 16 Juin 2011 91eme Annie N 24 Martinique: 2,00 France: 2,40 DOM: 2,20 E


Conjoncture economique:
La Martinique toujours en
panne au l er Trimestre 2011

Cre6it Martiniquais:
Une faillite frauduleuse sur
fond de defiscalisation et
de speculation immobiliere







http://www.iournal-iustice-martinique.com


a ka Pae ................... 2

Edito .......................p. 3
- Nos champions nous montrent la
voie

Lutte$ociale ..............f. +/5
- Les syndicats au chevet de I'h6pital
- Un project medical de territoire
- Letchimy rappelle le government a
SES engagements

Eco/jutice ..............p. 5/6
- Affaire du Credit Martiniquais

Economic .................. 6/7
- Conjoncture economique

Mimoire u Peuple ............ 8
- Hommage a Georges Gratiant

Politi4ue ...................9/12
- Loi "Letchimy"
- Question d'Alfred Marie-Jeanne au
gouvernement
- Pleniere regional
- Le PPM est-il toujours de gauche P

Frace .................f. 12/13
- Annee des Outre-Mer

NotreAmerirue ............ 13
- Braves de notre Amdrique

Eure .....................t.14
- Lorigine de la bactdrie enfin identified

Annoles Lales ............ 1. 4/15

Sfort etCulture............. 16
- Passion en Action




Administration & Rbdaction:
T I. : 05 96 71 86 83
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette : Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


Poine plus loure require en appel centre A. Huyues-Despointes.

Le 15 decembre dernier, Alain Huygues-Despointes avait 6te condamne en premiere
instance a 7500 euros d'amende pour apologizee de crime centre hiumanite"et a la pu-
blication du delibere dans France-Antilles. II avait cependant ete relaxed du chef "d'in-
citation a la haine raciale.
La Ligue centre le racism et I'antisemitisme (Licra) s'etait constitute parties civil et
avait obtenu 5 000 E de dommages et interets. Des I'enonce du verdict les conseils
de I'ancien industrial, au lieu de s'en tenir A cette peine some toute moderee,
avaient annonce leur intention de se pourvoir en appel. Pour Dinah Rioual-Rosier, de-
fenseure d'Alain Huygues-Despointes, "iCserait insupportable de (aisserplanerau des-
sus de sa tite une condemnation fourde comme Capologie de crime contre Chumanit,
afors qu'ifest Ie contraire de tout cela", avait-elle explique. Arrogance de caste de ceux
qui veulent toujours avoir le dernier mot au nom de leur conviction intacte de leur su-
periorite racial.
Lors de I'audience en appel, le jeudi 10 juin, Alain Huygues-Despointes est rests sur
la meme ligne de defense que lors de son proces en septembre dernier. Selon lui, il
aurait ete "piege"lors de la realisation du documentaire de Canal 10 sur "Lesderniers
maitres de 1a Martinique"et n'est point un racist. C'est quand meme bien lui qui a
declare que I'esclavage avait de "bons c6tds". De leur c6te, les avocats de la parties
civil ont reitere que les delits d'apologie de crime contre I'humanite et d'incitation A
la haine racial etaient caracterises et de ce fait ont reclame la condemnation du pre-
venu. L'avocat general a demanded de durcir la sanction prononcee en premiere ins-
tance en reclamant 10 000 E d'amende et la publication de la decision. Le verdict
definitif sera rendu le 30 juin prochain.

Du low-cost Dans to transport maritime inter-fles

A partir du 20 octobre prochain des allers-retours Guadeloupe-Martinique seront pro-
poses par I'Express des Ties, la seule rescapee de I'aventure maritime Inter-iles. C'est
en effet la seule compagnie qui assure les voyages maritimes entire nos deux Ties, en
concurrence avec I'aerien. A travers cette offre, elle tente de recuperer des parts sup-
plementaires du traffic de passagers. Les promoters ont decide d'investir sur un
concept A bas coOt avec un temps de trajet plus long des prestations et un confort
moindres pour appater les clients. Cette nouvelle compagnie low-cost, baptisee
"Jeans", devrait desservir ses clients au depart de Saint- Pierre, A bord d'un catama-
ran moins spacieux mais tout aussi securise, est-il avance, pour un billet autour de
70 euros ont precise les responsables de "fExpress des ifes".

Debat: Quel avenirpour le football on Martinique

Radio Ase Plere Annou Lite et le Restaurant "6 Porte d'Afrique" organise une ren-
contre-debat "K(ab6chi" le samedi 18 juin 2011 de 11h30 a 13h autour du theme :
"Quelavenirpourfefootbaflen Martinique" au restaurant 0 Porte d'Afrique 20 rue
de la Fontaine Gueydon Fort de France.
Cette rencontre-debat sera animee par:
* Fred Miram-Marthe-Rose, secretaire de la Ligue de Football de Martinique
* Serge Louise, president de la section football du Golden Star
* Jean Pierre-Louis, ancien joueur et entraineur de football, ancien selectionne de
Martinique
Cette rencontre-debat sera retransmise en direct sur les ondes de Radio Ase Plere
Annou Lit6 94.9 MHz/107.8 MHz
La Martinique n'oublie pas Thierry Dol


Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au
Niger dans la nuit du 15 au 16 septembre,
avec quatre autres Frangais, un Togolais et
un Malgache, employes des societies fran-
9aises Areva et Satom, par la branch d'AI-
Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est
soutenu moralement par toute la Martinique,
y compris les militants communists et leur
journal Justice


- I mEESSSS^i S.E ',I


[ SA K FAn t






http://www.ioural-iustice-martinique. com


Quanb nos champions nous montrent la voie.


Lilian Thuram, Ronny Turiaf, Tony Parker, Boris Eli-
sabeth-Messager, voila des noms qui ne laissent in-
different aucun sportif. Car chacun dans sa discipline,
le football pour le premier et le basket pour les trois
autres, ont realis6 un exceptionnel parcours profes-
sionnel qui fait d'eux des hommes combles tant sur le
plan sportif que materiel.
Ainsi, A I'abri des soucis quotidiens et aur6ole de ses
nombreux titres gagnes avec les plus grands clubs,
don't celui de champion du monde en 2008 avec
I'6quipe de France, Lilian Thuram aurait bien pu se
contenter de gerer sa retraite sportive si bien merit6e.
Quant aux trois autres, qui sont de grandes stars du
basket, ils poursuivent leur brillante carriere au sein
des plus prestigieuses 6quipes frangaises ou ameri-
caines. Eux, qui gagnent confortablement leur vie, ne
connaissent pas I'angoisse des lendemains incer-
tains.
Ils auraient pu comme d'autres, se laisser griper par
leur succes personnel, s'enfermer dans une tour
d'ivoire et former les yeux sur le sort particulierement
cruel reserve aux jeunes de notre pays don't, faut-il le
rappeler, plus de 62% sont condamn6s au ch6mage.
Mais ces dieux du stade se sont encore davantage
grandis en gardant les pieds sur terre et en se por-
tant au chevet notre society si mal en point.
Merci donc a Lilian Thuram, de s'6tre invest, A tra-
vers la foundation qui porte son nom, dans "fa futte
centre e racism sous toutes sesfornes, enpariantsur Cdu-
cation come outilde basepourfairefront centre ce phno-
mnne .
Merci au recordman de selections en 6quipe de
France et qui a certainement dO essuyer en maintes
circonstances, et notamment dans le milieu sportif,


des propos racistes, de rappeler a ceux qui
n'ont qu'un caillou A la place du cerveau
"qu 'ifn'y a qu'une seue race, fa race humaine "
Saluons avec la meme chaleur I'heureuse
initiative prise par Rony Turiaf et Boris Eli-
sabeth-Messager, fondateurs de I'associa-
tion "Passionenaction" pour avoir organism,
avec leurs amis Tony Parker et Boris Diaw
cette belle manifestation en direction de la
jeunesse autour du Basket et qui vise un
double objectif.
D'abord sportif. Nul ne peut nier I'interet
d'une telle initiative qui a permis aux fans
de basket d'assister a ces deux rencontres
de haut niveau entire cette vingtaine de
stars invitees chez nous. L'image positive
vehiculee par ces champions qui veulent
transmettre aux autres ce que le sport leur


a apport6 ne peut
que susciter des vo-
cations chez cer-
tains de nos jeunes.
Mais il convient sur-
tout de mettre en
exergue les objec-
tifs particulierement
nobles qui ont ins-
pir6 les promoters
de I'operation.
A savoir prouver, a
travers leurs pro-
pres examples, que
jeunesse ne rime
pas toujours avec
echec et qu'il est possible, s force d'efforts et de vo-
Iont6 de s'inscrire dans une demarche de reussite.
Car le message d6livr6 par I'association de Ronny
Turiaf est un appel A la mobilisation de chacun afin
de tirer le meilleur de ses potentialit6s pour s'ins6rer
dans la vie active.
Le rappel par ces sportifs de haut niveau des valeurs
fondamentales comme le partage, I'honn~tet6, le res-
pect, la g6enrosit6, la solidarity ainsi que I'appel t I'ef-
fort arrive & point nomm6 pour remonter le moral de
nos compatriotes don't beaucoup sont tents par le
renoncement. Car ii faudra bien nous rassembler et
retrousser nos manches pour sortir notre pays de I'or-
niere dans laquelle le syst&me actuel I'enfonce
chaque jour davantage.
Georges Erichot


r--------------------------------------------------------------

PARTI COMMUNIST MARTINIOUAIS
BuLtetin i'abh6zsion


N o m : ................................... P r6no m : ...................................
A ge :................ P rofession : ...............................................
A d re s se : .................................................................................


T e l. : .................. .......................................................................
Date et signature


Bulletin a remettre a un militant ou adresser:
P.C.M angle des rues E. Zola et A. Aliker B.P 4069 TSV
97200 Fort de France Tel : 0596 71 86 83


r E


V jeni 6f j 2011 -justic 2 P






I http://www.iournal-iustice-martinique.com


Les synbicats au chevet be 'h6pital public'


Claude Lise et Denise Marie sont venus appuyer les syndicats dans leur lutte
pour r6clamer des moyens
Une nouvelle fois les hospitaliers ont fait entendre leur voix pour
Sreclamer des moyens pour sauver I'h6pital public. On le sait, la
situation dans les h6pitaux est "critique", notamment dans les
trois plus grands que sont le CHU Pierre Zobda-Quitman, Tri-
nite et Lamentin.
Ces trois principaux centres, a eux seuls, cumulent un deficit de
plus de 50 millions d'euros.
Mercredi 8 juin, a I'appel de I'intersyndicale CGTM, UGTM,
CSTM, CDMT et FO, les salaries ont observe une journee de
mobilisation pour "defendre Eeuroutilde travai". Apres des ac-
tions de sensibilisation aupres du personnel sur les lieux de tra-
vail, pres de deux cents employes de la sante, tous secteurs
confondus, se sont rendus dans les locaux de I'Agence Regio-
nale de Sante (ARS). L'intersyndicale avait invite a se joindre au
movement la communaute medical, les parlementaires ainsi
que les usagers de la sante. Seuls le senateur Claude Lise et
Madame Denise Marie de I'Association des usagers ont mar-
que de leur presence cette mobilisation.
Claude Lise s'est dit particulierement sensibilise par la cruise que
vivent nos h6pitaux depuis des annees II "constate que la si-
tuation dans les l6pitaux se degrade sur fe plan materielavec Ce
manque criant depersonneC. Et selon lui s'il faut unepuissante


mobilisation", il faut aussi "que 'opinion pub6ique comprenne
qu'ify a q quelque chose qui fa concern au premier chef' Sou-
lignant que les collectivites n'ont pas les moyens de regler
le problem et & qu'a ce titre, c'est a I'Etat de prendre ses
responsabilites. II a promise de relayer cette mobilisation au-
pres du minister.
Tour a tour, avant d'etre recus par le responsible en chef
des hopitaux, Elie Bourgeois et Ghislaine Joachim Amaud,
Serge Aribo, Frantz Roy Larentry, Robert Lavenaire, les res-
ponsables syndicaux ont developpe les raisons de leur co-
lere. Ils ont denonce cette situation qui entraine souffrance
au travail et stress au sein du personnel. Ils craignent qu'il
"n'eis-te plus d'jquite en matiure de sante"
Les agents hospitaliers ne formulent pas de revendications
salariales, mais reclament des moyens materiels et hu-
mains pour accomplir leur mission au service de la population.
Au nombre de leurs revendications figurent la compensation de
la non revalorisation du coefficient geographique de 2006 a
2010 a 30,4% au lieu de 25 % applicable a tous les actes me-
dicaux, y compris les consultations externes, une aide excep-
tionnelle pour les creances irrecouvrables, des financements
pour la mise aux normes parasismiques des bitiments hospi-
taliers et medicosociaux.
Un volet est consacr6 a I'emploi, avec les plans d'integration
des contractuels dans tous les etablissements. Le numero 2 de
I'ARS, Elie Bourgeois, tout en reconnaissant cette "situation
tendue", ne pouvait que repeter ce qui avait ete dit aux syndi-
cats une semaine auparavant par Christian Ursulet. A savoir
que I'ARS est en discussion avec le minister de la Sante sur
quelques points de revendication afin d'obtenir des moyens
pour repartir sur de nouvelles bases.
Les syndicats ont signifies au representant de I'ARS qu'ils at-
tendent d'avoir des reponses precises a leurs revendications
et ont fixed un ultimatum au 19 juin. En cas de non reponse, la
mobilisation reprendra a computer du 27 juin.
C.B


Sant: Pour "un project medical be territoire", declare Christian Ursulet (ARS)


Joseph Batiilde, Christian Ursulet et Elie Bourgeois


Mardi 7 juin, veille de la mobilisation syndicate, le patron de
I'Agence Regionale de Sante (ARS), Christian Ursulet, a ex-
prime son analyse s'agissant de la situation des h6pitaux de


Martinique et notamment des trois grandes struck;
Y | tures hospitalibres. Pour lui, le retablissement de la
situation passe par la creation du CHU unique, une
fusion a realiser, selon lui, dans les trois ans qui vien-
nent. Un redressement qui passe aussi par un ac-
compagnement de I'Etat au travers du Plan sante
outremer. La fusion envisagee devrait se faire en
trois temps, A partir du ler janvier 2012, a rappele le
directeur de I'ARS. Mais pour I'heure, le diagnostic
du redressement de la "situation eWtrimement digra-
dee" des trois etablissements partage par les diffe-
rents partenaires ne passe pas par les memes
solutions.
Si du cte syndical on appelle a plus de moyens fi-
nanciers, Christian Ursulet a une autre approche de
la question. II rappelle qu'en 2005, on a injected plus
de 10 millions dans les hopitaux et aujourd'hui on se
retrouve au m6me point. II propose un veritable project medical
de territoire. Selon le directeur de I'ARS, 7 sept conditions se-
ront necessaires pour redresser la situation. Cela passe par


Iu 7s i 201-jstic 24-Page,*


i~~--~ ------ ra~an~~is


^LTsSw syn icats uIt
nnl nAl






http://ww. iournal-iustice-martinique. corn


des directions performances avec une vraie gestion de la tre-
sorerie, le refinancement des h6pitaux de Trinite et du Lamen-
tin, un meilleur financement des investissements avec la
recherche de partenariats, la valorisation du plan sante outre-
mer et notamment la just remuneration du coefficient geogra-
phique, la r6sorption des dettes irrecouvrables, le project medical
incluant un CHU unique. Pour reussir ce pari, il en appelle a la


responsabilite de tous pour en finir avec la surenchere qui pour
lui n'est que "posture" D'autant que beaucoup d'acteurs so-
ciaux sont conscients que la crise que traverse I'hopital public
ne peut se reduire uniquement a des enjeux financiers.
C.B


Serge Letchimy rappelle te gouvernement a ses engagements

Dans une lettre datee du 10juin, Serge Letchimy in-
terpelle le ministry de la Sante, Xavier Bertrand, sur
"fa situation extrimement prioccupant du C-RlUZ de
'Fort-de-France". II rappelle les engagements de
I'Etat de revoir le coefficient geographique, du fi-
nancement des activities d6ficitaires et des dettes ir-
recouvrables et du financement du plateau
technique du CHU. A ce jour seule une parties des
engagements a ete tenue. Et le d6pute de d6noncer
applicationn uniform des rigfes 6uidgtaires".
II r6clame une rencontre avec le ministry pour "evo-
quer es solutions urgentes d apporter d cette situation
qui crie en Martinique uneforte tension"


Les syndicate promettent des actions de mobilisation


[ EcoIJUSTICE


Affaire bu Crebit Martiniquais: Une faillite fraubuteuse sur fonb be

aefiscalisation et ae speculation immobiliere


L'affaire du Credit Martiniquais, plus de douze ans apres sa re-
velation le 4 fevier 1998, est venue devant le tribunal correc-
tionnel de Fort-de-France pour 15 jours a partir du 6 juin
dernier. C'est ainsi que Pierre Berte, Laurent Fabre, Guy Cot-
trell, Charles Rimbaud et Brigitte Mockly, ancienne directrice,
doivent repondre des accusations "d'a6us de biens social. recel
dabus de pouvoiret escroquerie". Du beau linge.
Pour deux autres mis en cause, a savoir Pierre Michaux, ancien
President Directeur general et Marcel Fabre, ancien action-
naire, I'action publique est eteinte du fait qu'ils sont decades.
Un rapport de la Commission bancaire de 1996 estime que les
resultats financiers presents par la Direction du Credit Marti-
niquais sont falsifies. La banque presentait un passif de 339,3
millions de francs et la society mere, la Compagnie financier
d'Outre-mer (Cofidom) un passif de 66,4 millions de francs.
La Cofidom, actionnaire a 76 % du Credit Martiniquais, comp-
tait 650 actionnaires parmi les bekes les plus influents des An-
tilles. Toutefois, dix huit d'entre eux contrelaient plus de 51 % de
COFIDOM, don't quatre pres de 25 % : Groupe Bernard Hayot,
8,34 %, Groupe Fabre Domergue 6,19 %, Groupe Laguarigue
5,67 %, Germain Madkaud 4, 03 %. On retrouve aussi dans la
holding Cofidom les groups Huyghes-Despointes, Financiere
Caraibe, Plissoneau, Clerc, etc.
Le Credit Martiniquais a ete cree le 11 fevrier 1922 par acte pu-
blie au journal official de la Martinique. Son process verbal d'as-
semblee general constitutive mentionnait comme premiers
administrateurs, Gustave Alizard, Louis Felix Bellonie, Theo-
dore Bellonie, Charles Gallet de SaintAurin, Saint-Michel Hayot
et Emmanuel Rimbaud.
En 1995, cette banque occupe une position-cle dans I'6cono-


mie martiniquaise. Elle detient 14 % des d6epts bancaires et
finance environ 20 % du volume des credits a I'economie.
Beaucoup de fonctionnaires y ont traditionnellement leurs
comptes et plusieurs milliers d'entreprises travaillent avec cette
banque.
Particularite. Selon le joumal Le Point du 24 janvier 2007, Pierre
Michaux, le PDG, "disposait dune autorisation de signature
jusqu 20 minions defrancs... afors que, dans une banque de cette
tailTe, ffeu vert du comiti est exig des rfmission dun chique de
3 millions de francs"
II est reproch6 aux anciens dirigeants par la justice d'avoir "sys-
timatisi une politique visant dfausser fes comptes annues de Co-
fidom et du Cridit Martiniquais pour dissimuler le soutien
desespire d des groupements don't fa situation 6tait tris compro-
mise". La banque a ainsi engage ses resources "dans des opb-
rations bneficiant essentielfement a ungroupe de clientsfavorisis
don't certain itaient mem6res des organes de direction de la banque
ou de la compagniefinancidre".
Des credits ont ete accords sans exiger les garanties habi-
tuelles. Et cela en raison de la collusion entire certain crean-
ciers- preteurs et les dirigeants de Cofidom et du Credit
Martiniquais.
Selon la justice, les credits "attri6uis dans des conditions criti-
qua6bes, voirefraudufeuses"ont ete orients vers des personnel
impliques dans des operations de defiscalisation "enpartenariat
ou en association avec la maison-mere du Credit Martiniquais, [a
Cofidom".


V~~~r~llrn~~~ b


_ 50CIALES






http://www.ioural-iustice-martinique. com


Le Credit Martiniquais a utilis6 les fonds deposes pour specu-
ler dans la defiscalisation et I'immobilier dans les annees 1990.
Or il ne faut pas oublier que c'est en 1986 que Bernard Pons,
ministry chiraquien des DOM, a elabore sa loi de defiscalisation
en etroite collaboration avec les milieux patronaux martiniquais
bekes et autres.
Les avocats des prevenus, comme de just, ont essay d'uti-
liser des manoeuvres dilatoires de procedure en plaidant la nul-
lite -ou les questions prioritaires de constitutionnalite pour
obtenir I'invalidation de la procedure. Cela a ete rejete. Le fond
du dossier est que le prejudice est estime a un milliard de
francs.
En reality, le veritable pouvoir etait aux mains des actionnaires
bekes du Credit Martiniquais qui I'ont pille par cupidity et avi-,
dite.
Selon la revue Business News d'octobre 2009, au 30 juin
1996, les 18 plus gros actionnaires beneficiaient de concourse
pour 652 millions de francs (21 % de I'encours net des credits
a la clientele) et ne pesaient que ... 61 millions de francs dans
les d6epts du Credit Martiniquais. Un veritable racket.
L'Etat francais a quand meme verse 1,6 milliard de francs en
janvier 2000 a travers le Fonds de garantie des depots pour
renflouer le Credit Martiniquais et couvrir I'insuffisance d'actif.
Apres sa faillite, le Credit Martiniquais a ete repris par la Bred
fermant une page de I'histoire economique de la Martinique; a
savoir celle de la toute puissance economique des families


7 --
Le Credit Martiniquais a fait faillite du fait de la cupidity et de I'avidit6
des capitalistes b6kes
bekes sur les Antilles-Guyane. Des dizaines d'employes ont
perdu leur emploi avec une indemnisation plus ou moins cor-
recte. D6sormais le capital financier est entierement francais
dans notre pays. L'6pargne martiniquaise est captee pour fruc-
tifier ailleurs.
II n'empeche que I'opinion martiniquaise exige de savoir la ve-
rite sur cette affaire.
Antoine Gilles


I I


QueUe conjoncture economique au ler Trimestre 2011 ?


"La Martinique toujours en panne'


A G, Philippe De La Cognata, Directeur de 'IEDOM et les membres de la CCIM

Lors d'une reunion a le Chambre de commerce le 31 mai
dernier, I'lnstitut d'emission des DOM (IEDOM), represented
par son Directeur Philippe de la Cognata, a presented des c
elements sur la conjoncture economique de la Martinique
au premier trimestre 2011. Petite incursion dans I'6cono-
mie. Le diagnostic est sans 6quivoque : "Vne conjoncture
sans reliefau ler Trimestre 2011" t

L'indicateur de climate des affaires (ICA) de la Martinique qui re-
suite de I'interrogation des milieux d'affaires par I'IEDOM est s
toujours inferieur la moyenne de longue period et bien en r
retrait par rapport a celui enregistre & la Reunion, en Guade- r


loupe, en France, en Guyane et en Nouvelle-Cale-
donie par 'IEDOM, I'IEOM et la Banque de France.

Une activity economique qui reste "6egrabe"
Toujours par le biais de sondages, les chefs d'entre-
prises jugent que activityti est en dessous de 1a
moyenne de tongue piriode" et que "factivitei cono-
miques reste degradde au premier trimestre". IIs pre-
S voient une petite amelioration pour le 26me
trimestre.
Nous avons deja souligne la subjectivity de cette no-
tion de climate des affaires et de "confiance"a propos
de la question statutaire et institutionnelle oi les
memes milieux s'etaient 6vertues fin 2009- debut
2010 a se faire peur. La "clarification institution-
nele", comme I'ecrivait I'IEDOM dans sa note ex-
press de mars 2011, aurait favorise "une reprise de
'iconomie de fa 9Martinique"en 2010, surtout perceptible en fin
I'annee. II semble que cela n'ait pas dure. Va-t-on encore in-
;riminer les groves ?
)e meme pour les provisions d'investissement des entreprises:
Alles restent negatives.
En ce qui conceme le march de I'emploi, comme il fallait s'y at-
endre, le nombre de demandeurs d'emploi de categorie A est
in hausse de 5,2 % sur un an a fin avril 2011 avec 40 840 ch&-
neurs recenses. Le taux de ch6mage augmente de 1,1 point
sur I'annee passee et s'etablit a 24,7 % en avril 2011. Dans le
neme temps le nombre d'offres d'emploi collectees recule par
apport a janvier 2011 de quelque 980 a 800 en avril 2011. "Pas


I p i r',I p


[ EcIJUSTICE I:






http:/Aww. iournal-iustice-martinique. com


damelioration sur fefront de Cemploi", comment laconique-
ment 'IEDOM. En reality, le ch6mage continue a s'aggraver.
Dans ce context, la consommation des manages estjugee "en
demi-teinte". En effet le chiffre d'affaires cumule de la grande
distribution affiche un taux de croissance annuel de 4,6 % pour
le premier trimestre 2011 centre plus 33,8 % au ler trimestre
2010 et moins 25,3 % au ler trimestre 2009. Pour memoire, le
chiffre d'affaires de la grande distribution progressait au rythme
de 11,4 % et 14,3 % respectivement aux premiers trimestres
des annees 2007 et 2008.
Autre signe de la morosite de la consommation : les immatri-
culations de vehicles neufs, en cumul a fin mars 2011, sont
en recul par rapport a 2009 et 2010. Moins de 3 000 immatri-
culations au ler trimestre 2011 centre 3 800 en 2009 et 4 700
a 5 200 aux m6mes periods de 2008 et 2007. A priori, c'est la
fin d'un certain type de consommation absurde, mais aussi le
signe d'un recul du pouvoir d'achat. S'y ajoutent les effects de la
fin de la prime a la casse et de la diminution de la defiscalisa-
tion sur les vehicules utilitaires.
Et pourtant I'inflation est repartie a la hausse : les prix en fin
avril ont augmented de 3,1 % sur un an en Martinique contre
2,1 % en France en glissement annuel. Autrement dit, le rythme
de I'inflation est repasse au-dessus de celui de la France alors
qu'il avait ete inferieur en avril 2009 et avril 2010. On revient a
2008 o0 la hausse des prix annuelle en avril avait ete de 3,3 %
centre 3,0 % en France. Aujourd'hui avec 1 %, I'ecart est su-
perieur.
Autre signe de tension de la situation des manages : le nom-
bre de dossiers de surendettement deposes atteint 157 au ler
trimestre 2011 centre 129 au 46me trimestre 2010 et 113 au
ler trimestre 2010. C'est le record trimestriel depuis 2007...

BTP: activity moins b6Orabke ?
L'activite, a en croire un sondage IEDOM parmi les chefs d'en-
treprises, serait "moins digradee dans fe BTP". Pourtant I'indi-
cateur d'opinions est en dessous de la moyenne de longue
period. Les chefs d'entreprises prevoient toutefois une petite
progression au prochain trimestre
dans ce secteur.
Quoiqu'il en soit, les ventes cumu-
lees de ciment de janvier a avril
(62 000 tonnes), indicateur emi-
nemment significatif de I'activite m ventes
de ce secteur, ont ete un peu inf6- 100 000
rieures a celles de la meme pe- 90000
riode de 2010 (65 000 tonnes) et 80000 -
largement inferieures a la 70000
moyenne de longue period pour 60ooo -
janvier a avril (75 000 tonnes). La soo5oo -
reprise n'est done pas au rendez- 40 00 -
vous pour le moment. Les effects 30000
du plan de reliance regional pa- 2000 -0
raissent se faire attendre malgre 10000 -
les proclamations emanant de pla- 0
teau Roy. 2005
Ces mauvaises performances ont sourn: amentAnlalsi


ete mises au compete de la greve des transporteurs de mate-
riaux de construction et de la greve du port. Mais ces conflicts ne
sont-ils pas des revelateurs de la crise martiniquaise et d'une
certain incapacity & mener le dialogue social ?
Alors c6te tourism il y aurait une "amIioration de ~a conjonc-
ture"selon I'opinion des professionnels interroges par I'IEDOM.
En effet, on decompte une petite augmentation de 1,9 % du
nombre de passagers a I'aeroport en cumul a fin,mars 2011 par
rapport a la meme periode de I'annee passee et le taux d'oc-
cupation des hotels ; fin mars 2011 atteint 63,2 % contre
63,8% en 2010 et 58,5 % en 2009. Par contre, le nombre de
croisieristes pursuit sa chute vertigineuse a 15 232 croisie-
ristes a fin mars 2011 contre 50 000 en 2010.
S'agissant des credits bancaires, cela n'est guere mieux.
II est note un "ratentissement de progression des encours enfin de
trimestre" pour les credits a la consommation des manages et
r I'exploitation des entreprises (leger recul).
II est indique par 'IEDOM que "fes credits a fZCa6itat se sont
maintenus mais que fes credits dinvestissement (ndTr: des entre-
prises) marquent e pas".
Cela confirm que les investissements sont en panne cote sec-
teur prive.
Si I'on en croit France-Antilles du 3 juin, le president de la
Chambre de commerce Manuel Baudoin, est quand meme op-
timiste, en raison de la perspective du port de transbordement
qui est sur de bons rails, de la mise en place du hub de Roissy
et du chantier du Grand Saint-Pierre, sans computer la transat
Benodet-Martinique qui serait satisfaisante pour une premiere.
Pour lui, ces projects sont porteurs de reliance.
Si croissance il y a, sera-t-elle porteuse d'enrichissement reel
et de creations d'emplois perennes ?
En attendant, la Martinique souffre.
Plutot que d'esperer un salut hypothetique, elle doit se mobili-
ser pour le vrai changement.
Michel Branchi


onsommation locale de ciment
cumul de janvier a avril


en vrac m ventes en sac


-Moyenne de longue p4riode (95-2011)


2006 2007 2008 2009 2010 2011


, V IllI r'b '


La phrase '"4 fin avri2011, lenombre de demandeurs d'emploi e categories A

(DEFMA) s '6eve 40 4080, soit une hausse de 5,2% sur un an. L 'indicateur de cho-

mage gagne ain.si 1,1 point sur un an pours' ta6lir d 24,7%".


EC M






http://ww. iournal-iustice-martinique.cor


Anniversaire be la bisparition be Georges Gratiant

Un granb Martiniquais entierement bevoue a La cause be son peupte.


Georges Gratiant en compagnie de son spouse Jenny


Le 20 juin 1992, il y a de cela 19 ans, disparaissait I'une des
plus grandes figures du movement ouvrier et national martini-
quais en la personnel de Georges Gratiant. Parcours excep-
tionnel d'un homme hors du commun qui, par son engagement
totalement d6sint6resse mais entierement impliqu6 dans la de-
fense des masses laborieuses, a incontestablement marqu6 le
20e siecle martiniquais.
II a ceuvre a la construction d'une organisation communist
donnant & la classes ouvriere martiniquaise les outils pour la
prise de conscience de sa force et pour imposer au pouvoir de
la bourgeoisie des meilleures conditions de vie et d'existence.
Avec Rene Menil, ils ont participe la redaction des status de
I'organisation syndicate, I'Union Syndicale de la Martinique, en
1936 qui deviendra plus tard la CGTM.
L'avocat qu'il etait, est devenu un des plus grands remparts
contre la repression don't furent victims les principaux diri-
geants communists mais aussi dans des affaires retentis-
santes comme "les 16 de Basse-Pointe" ou encore "affaire de
COJJM", evenements qui furent portes & I'ecran par la r6ali-
satrice martiniquaise Camille Maudeuch.
Son engagement lui vaudra des ennuis avec le pouvoir colo-
nial apres la brutale repression qui fit 3 morts au Lamentin le 24
mars 1961. En effet, il avait exprime son indignation et sa co-
lere contre I'insupportable brutality policiere dans la commune
don't il etait le maire dans un discours-poeme qui devint celebre
"Sur trois tom6es".
Georges Gratiant etait aussi ce maire, anime d'une grande ri-
gueur dans la gestion des affaires publiques, qui, autour d'une
equipe d'hommes et de femmes dynamiques, a su faire de la
commune rurate du Lamentin une grande ville devenant le pou-
mon economique de la Martinique.
Au lendemain de sa disparition, son camarade de combat Rene
Menil dira de lui : "Si Con seproposait de raconter a vie de georges
gratiant une vie si itroitement mhte d fa vie de notre commu-
naute iffaudrait, pour accompCir cette tdche, tout un Civre.
'Tiche difficile tant done la diversity et fa comp.etei des ivene-
ments qu'ila traverses et parfois orients. C'est que chaquefois
que notre socite a ite secouee soitpardes Cuttespopulaires souvent


sanglantes, soitparungrandtournant de Chistoire
mondiaCe (comme en 1945), georges gratiant s'est
trouvi prac comme naturelCement dans Ce tumuCte
et Ce drame des ivinements. Et cela depuis Ces an-
nies 30. Citons: Ca chute de CamiralRobert orga-
nisie au camp de (Baata, Ca profonde
transformation poitique en Martinique en 1946,
Ses grades affaires de Basse-Pointe, de COfLJM,
du Lamentin(1961), de Chiavet, etc.
Et ce n'est pas par un hasard 4yant choisi, une
fois pour touted, Ca cause et Ce camp populaire pour
grande transformation profonde de la society -
georges gratiant eut toujours conscience d'assu-
Smerune obfigationpolitique ginraCe. Vne ob6iga-
i_ tion d'intervenir partout oil notre destin 6tait
directement ou indirectement en jeu. C'Otait la
condition du Martiniquais et de thomme qui itait
enjeu au Cendemain de la lie guerre Mlondiake. Sous un aspect
different, c''tait Ce mime probeme poitique fondamenta qui se
posait dans Caffaire des 16 de Basse-Pointe comme dans cede de
COJM1 affaires que georges gratiantprit en mains et qu'ilmena
a 6ien come si c'etait sa propre cause"
R6ne Menil, de sa plume subtile et magique rend encore plus
attachant Georges Gratiant en ecrivant: "Vne chose qu'inefau-
dra pas qu'on ou6lie c'est un c6te don't on ne parfe guBre en po-
litique et qui cependant, fait parties du modlCe qui inspire faction
des hiommes sans qu'is en aient une conscience nette. ICs'agit de
ce comportement pofitique qui diforde Ca poitique et qui apporte
enplus une image dune befe tenue, de "elgance dugeste', du 6on
goft ce que Ces crivains appellent Cesthitique dans (a vid'.
Rene M6nil a beaucoup regretted que Georges Gratiant n'ait pas
ecrit "lui -meme meme sa propre vie, ses experiences person-
nelles quelque chose qui aurait ete ses Memoires. II savait
tant de choses et il etait un si magnifique conteur !"
Georges Mauvois, son
autre camarade de lutte,
,'', ... a combl6 cette lacune
." .. en 2009 en produisant
un livre intitul : "georges
gratiant, un avocat dans
Ce siecfe" dans lequel il
"SUR TROIS retrace sa vie et son
TOMBES" oeuvre. Livre que nous
OMB S invitons les Martiniquais
rA.Juin,, Lenn c.., Sue se procurer pour
mieux s'inspirer des
Discours-po-de combats menes par nos
Ceorges Grmlans
Mar.tI n illustres aines dans I'in-
teret superieur de notre
patrie martiniquaise.
Fernand Papaya
I -- -Cw "VhLMLI M n ~


V Vrm ,n H #sI I I


^^ WMOaB~MEIVU PUPLE -






http://ww. ioural-iustice-martinique.com


La "loi Letchimy" pour tenter be resoubre at question be I'habitat in-

salubre et informed


Le vote de cette loi est la suite de la mission confine par le
gouvernement en avril 2009 au deputy de la Martinique
Serge Letchimy sur I'habitat informel et a la lutte contre
I'habitat indigne. %"'objectifdu Gouvernement, partage avec
C'ensemle des Clus ultramarins, est de relancer a lutte centre Piha-
6itat insalubre outre-mer et de la doterde nouveauwoutis opera-
tionnes", a souligne Marie-Luce Penchard, ministry de
I'outremer. Une proposition de loi introduite par Serge Let-
chimy a 6te adoptee par les deput6s a I'unanimite le 26 jan-
vier 2011 et apres I'avoir recadree et remaniee les
senateurs I'ont votee a I'unanimite le 4 mai 2011 dernier.
Une loi definitivement adoptee en derniere lecture par les
d6put6s le jeudi 9 juin. "Ce tet me sem6Ce isomnais cair et
adapt auxoljectifs souhaitis par espouvoirs pu6bics. Ilprsente
des avanceesfondamentaes", s'est r6jouie Marie-Luce Pen-
chard. Parmi les avancees notables revenues par la minis-
tre : "'institution d'une aidefinancibre compensatoire pour les
occupants don't fe domicie devra itre d&moli ou e~qropii. Cette
aidefinanciire a unefinafiti important :faciiter integration de
fa lutte contre P'ihaitat insalu6re et indigne dans le cadre des ope-
rations d'aminagement ".


Serge Letchimy : rattraper le temps perdu


Extrait du discours du rapporteur Serge Letchimy : "Cette
proposition de loi est une avancee conceptuelle fondamentale,
une reconnaissance ethique sur le plan de I'urbain et de I'hu-
main, et c'est, enfin, une vision nouvelle de la solidarte dans le
monde. Un milliard de personnel environ vivent dans ce que
I'on appelle I'habitat informed ou insalubre. Selon les provisions
des Nations unies, trois milliards de personnel vivront, d'ici 6
2050, et notamment dans le Sud, dans ce que I'on appelle /'ha-
bitat populaire, I'habitat informed ou insalubre. Le taux de crois-


sance de cet habitat sera d'environ 4 6 5 % par an. Des villes
- comme au Bresil compteront 500 000, 800 000, voire un
million d'habitants de ce type d'habitat. Cela signifie que la
place de I'informel dans la production de I'habitat est essen-
tielle. La procedure que nous engageons aujourd'hui est un
example, un module, une technique, une reconnaissance d'une
forme de "[oger", d'une forme d'exister d'une forme d'habitat,
done de mon point de vue d'un droit de propriety, puisque c'est
ainsi qu'il faut I'appeler, minimaliste. Pour autant ce n'est pas
maintenant que tout commence avec la proposition de loi, car
beaucoup d'operations de r6sorption de I'habitat insalubre in-
formel et indigne ont ete menees a bien dans le passe.
(...) En effet, une operation de resorption de I'habitat insalubre
de 200 logements dure dix, quinze, voire vingt ans. Cela n'a
aucun sens. Maintenir un tel rythme serait s'engager pour des
milliers d'annees. Les families concemees risquent done de dis-
paraftre sans beneficier d'une politique de I'habitat et du loge-
ment.
Cette demarche apparaft comme un aboutissement, comme un
parachevement, en vue d'une acceleration pour rattraper le
temps precieux perdu par endroits.
(..) Tout cela renvoie a un triptyque : le premier volet, legislatif,
reposant sur les quatorze propositions de mon rapport, est ac-
quis; le deuxieme volet, le dispositif de reform de la circulaire,
est en course et necessite une acceleration ; le troisieme volet,
enfin, est constitute parla mise en place locale d'un programme
de resorption de I'habitat insalubre et par un enforcement du
pilotage et de la gouverance des politiques de resorption de
I'habitat insalubre".

Le depute Alfred Marie Jeanne saluant I'arrivee du texte a re-
leve "Ce qui imported ici et maintenant, c'est 6elet 6ien 1a mise en
route concrete avec e mime. tempo, des measures arreites dun com-
mun accord La est Ce vrai defi". II a conclu en ces terms :
"Maintenant, ilreste tout Ce reste, c'est-a-dire fe marathon de la
mise en ceuvre, dipouile de toute pritention aeirante. Aux risques
natureS majeurs queje vens da'voquer, Etat, Collectivit6s, n'ajou-
tons pas Ce risque majeurd unfinancement non ai a hauteur des 6e-
soins reels".

Le depute Alfred Almont : "La proposition de loi qui nous est
soumise correspond nos attentes. Mais iCfaut maintenantfaire
vite".
Tous I'ont bien souligne en ces temps oi I'argent se fait rare et
la crise du logement aigue sur nos territoires, le chemin s'an-
nonce long.


Question crite 6'Alfreb Marie-Jeanne sur La Couverture Malabie Univer-

selle Complementaire et I'AUocation be Solibarite aux Personnes Agees


Question : "Au moment oO le gouvernement lance un grand
chantier sur la dependance, je souhaite vous alerter sur deux
difficulties auxquelles sont confrontees en Martinique, de plus
en plus de personnel 5gees et de personnel porteuses de han-
dicap. La premiere difficult a pour origine I'exclusion des titu-


laires du minimum vieillesse et des beneficiaires de I'Allocation
aux Adultes Handicapes de la CMU Complementaire. En effet,
trop souvent la prise en compete du forfait logement prive des
milliers de personnel de cette CMU Complementaire, alors que
paradoxalement, ce sont celles qui en ont le plus besoin. L'aide


eul1f i20T-,uivti e 2-. Pg9


PBITIqUE -1






I http://www.iournal-iustice-martinique.com


Alfred Marie-Jeanne :"Ne pas penaliser les plus modestes"
forfaitaire pr6vue pour I'acquisition d'une compl6mentaire sant6
ne change pas grand chose 6 la situation. La deuxidme diffi-
cult6 vient des conditions de recouvrement de I'Allocation de
Solidarity aux Personnes Agees. Recuperable sur la succes-
sion au d6ces de I'allocataire, cette allocation est remboursee
par les heritiers du beneficiaire si le patrimoine immobilier a une
valeur superieure 6 39 000 euros. Ce seuil est d'autant plus ra-
pidement atteint qu'il ne tient pas compete de la forte evolution
du march immobilier en sans cesse augmentation. Dans ces
conditions, de nombreuses personnel ge6es pr6ferent renon-
cer a cette prestation pour ne pas penaliser leurs heritiers.
Monsieur le Ministre, quelles measures le gouvemement compete
t-il prendre pour mettre fin a cette double penalisation qui frappe


les plus modestes et les plus fragiles ?"

Reponse de Xavier Bertrand, ministry du travail, de I'emploi
et de la sante: "Monsieur le depute, permettez-moi d'apporter
un certain nombre de precisions sur les points que vous venez
d'evoquer
Premierement, le forfait logement tient compete de la situation
reelle des personnel concernmes. La preuve en est qu'il se
situe a un niveau inferieur au montant des allocations logement
versees. Des lors, cette prise en charge forfaitaire est plus fa-
vorable aux b6n6ficiaires que ne le serait une prise en charge
integrale. Deuxiemement, a la Martinique, en Guadeloupe et
dans les autres collectivites d'outre-mer le plafond est supe-
rieur de 11,3 % a ce qu'il est en metropole ; le dispositif appli-
cable outre-mer est donc 6galement plus favorable.
Troisiemement, c'est cette majority qui a mis en oeuvre I'aide 6
/'acquisition d'une compl6mentaire sant6, don't plus de 100 000
personnel beneficient actuellement. De plus, nous n'avons
cess6 de revaloriser son montant, afin que les personnel qui
sont un peu au-dessus du plafond de la CMU ou de la CMUC
ne soient pas sans droits. J'ajoute que nous avons 6galement
augmented le minimum vieillesse de 25 % sur I'ensemble du
quinquennat. Quant au recours sur succession, la majority a
justement decide, dans le cadre de la r6forme des retraites por-
tee par Eric Woerth, d'en exclure les b&timents et terrains agri-
coles, afin de ne pas penaliser les personnel qui nombreuses
dans ce cas a la Martinique detiennent un petit patrimoine
foncier. Toutes ces measures, nous les avons votees. Je tiens
done B vous dire que, si vous voulez aider les plus defavorises,
il vous faut voter les dispositions proposees par le Gouverne-
ment et la majority".


Plenire Ou Conseil rgionsal 7juin

Retour sur la conception bu Transport coUectif en site propre (TCSP)


La pl6niere r6gionale du mardi 7 juin demier a ete "p'utot tran-
quilLe", en d6pit de quelques escarmouches entire I'opposition
des 6eus patriots et le president Serge Letchimy.
Le dossier relatif au nouveau dispositif d'intervention regional
en faveur des offices de tourism et syndicats d'initiative, apres
moult debats a finalement ete reported.
Au non du group des Patriotes, Francis Carole a reclame une
augmentation de la subvention allou6e aux offices de tourism
et aux syndicats d'initiative afin qu'ils puissent remplir efficace-
ment leur mission. Une copie qui sera donc & revoir.
Si les elus ont vote a I'unanimite I'attribution d'une subvention
au Syndicat mixte de transport collectif en site propre (TCSP),
le d6bat autour de ce dossier et I',occasion d'une rude confron-
tation entire les deux groups sur les solutions techniques en-
visagees en vue de la poursuite des travaux.
La polemique du jour s'est cristallisee sur le franchissement de
la section entire la Riviere Lezarde et le canal Gaigneron au La-
mentin. Cette portion de la RN5, regulierement inondee en pe-
riode de fortes pluies, gene, on le sait, considerablement le
traffic routier avec le sud de I'Tle.
L'ancienne mandature avait retenu la solution "conomique"d'un
viaduc sureleve de deux fois 2 voies permettant le passage du
tramway et une circulation automobile limit6e en cas d'inonda-
tion.
Selon Daniel Marie-Sainte, le president a cheisi une solution
bien plus on6reuse consistent a surelever toute I'autoroute par
le biais d'un viaduc et qui se chiffrerait a quelque 90 millions


- -f11T 'm I r'5
Eviter de perdre de I'argent sur le TCSP par manque de consormation
des credits europ6ens
d'euros.
Et Daniel Marie-Sainte de d6noncer la strat6gie du presidentt
[qui] veut reprendre tout ca ziro, or ify a une ichiance pour termi-
ner fe project Une echeance impose par I'Europe pour
consommer ses fonds. D'autant, selon lui, "qu'aucun dossier 1n
nous est montre pour Cavancie des travau. flucun martiniquais
ne voit actueTement des travauxen train de sefaire. Le president
a choisi defaire tout reprendre mais i risque defaire perdre.-a d
%Martinique beaucoup d'argent". II a r6clame un debate sur la
conception du TCSP. Ce a quc' Serge Letchimy a r6torque
"qu'ilfalTait eQpertiserla situation actuele, care pas tenir compete


eB i *r ji,.!1 BicEa n$-ae70


[ "T E Ir






http://www.ioural-iustice-martinique.com


de managementet physique, ce n'est pas 6on". '"e nepeuxpas lan-
cer un chantier ozi chaquefois e TCSP arrive et bute sur une voi-
ture", a-t-il lance, pour expliquer qu'il faut avoir une vision
global sur le chantier. "Nous avons decide de revisiter le chan-
tier de Gaigneron etfaire remonter tout fe monde pour repondre
auxattentes des populations"a-t-il plaid. Rappelant que sur leS
180 millions octroyes aux travaux seulement 22 millions ont ete
depenses a ce jour. "Ily a un rattrapage colossaldfaire d'ici
2015" a-t-il soutenu, "pour viterde perdre de Cargent".
Lors du d6bat sur I'attribution d'une subvention a la Chambre


des metiers et relative a la formation des apprentis, Daniel
Marie-Sainte a lance une pique en direction de la majority ac-
tuelle pour constater que, contrairement aux annonces du plan
de reliance sur I'apprentissage que "ce n'est pas sifacil de Lie-
criter une augmentation du nom6re dapprentis".
L'examen des travaux sur le Musee du Pere Pinchon, finance
auparavant uniquement sur les fonds propres de la Region,
pourtant eligibles au FEDER a ete I'occasion, pour Catherine
Conconne de vanter "les mirites de fa 6onne gestion" Un par-
tout.
C.B


Revue be press

Politiques Publiques: "Le PPM est-it toujours un parti be gauche ?"


Ce n'est pas Justice qui pose la question: "Le (PM est-itou-
jours un part de gauche ?". La question est posee par Franck
Sainte-Rose-Rosemond, dit FSRR, sur le site Politiques Pu-
bliques le 7/06/2011. Cela ne manque pas de sel car Franck
Sainte-Rose-Rosemond est un ancien Directeur de cabinet de
Serge Letchimy a la Cacem.
FSRR observe : "Cisaire dicia&, 4iier en retraite, Renaudde
grandmaison ou EdouardDeepine hors-jeu, odolphe (Dsire ou
Louis Crusofen retrait... autour de Serge Letchimy, une nouvelle
generation de quadras a pris es rines du part de Trinelf, et mai-
trise de nom6reu lieuxde pouvoirpoltique en 'Martinique. Mais
que reste t-iCdesfondations idmologiques du TPM ?"
II rappelle : "rDans ses status de 1958, fe PPM se aefinit comme
'unparti nationalist, dimocratique et anticolonialiste, inspire de
uid[alsociaiste et disentravi de toute aiegeance envers fes au-
tres groupements poftiques metropofitains et locaux If entend
dans rimmediat, preparer e peuple martiniquais d assumer la res-
ponsa6biiti des decisions surfeplanpolitique, iconomique et social
sur plan culture axerses efforts sur e diveloppement de la per-
sonnaitei martiniquaise'. (..)
(...) Le TPM se definit done d son origine a [afois comme un
part de gauche, et igalement comme un parti nationatiste. Mais
que reste-t-ilde cette dernimre assertion ?"
Franck Sainte-Rose-Rosemond indique : "Dans son ouvrage
'aimi Cisaire, une traverse parado.ale du siece' paru en 1993,
RpaphaiConfiant met en doute, sur fa base de plusieurs ivene-
ments politiques don't fefameux 'moratoire' de 1981, la rialiti de
la volonti nationafiste d',imi Cisaire et de son part Vne 'accu-
sation' reprise d de nombreuses occasions depuis, et notamment en
2002 quandte PPM9 saufRenaudde grandmaison refusa de
voter en Congres amendmentt Caroe sur Cexistence dune Na-
tion martiniquaise, puis en 2003, quandt part est accuse par ses
adversaires de torpier 'par dessous"fa consultation en vue de Cas-
semlfee unique, et enfin en 2010, quandils'oppose d fa mise en
place de Cautonomie propose par article 74 de la constitu-
tion.(..)"
L'animateur du site Politiques Publiques ajoute : "Outre ce
'dclicn' idologique, (a poGtique dalliances quifonde la nouvefle
governance ne milite pas non plus enfaveur ni du socialisme, ni
du nationalism. Comment e (PIM, en imaginant qu'ifsoit rest


Des initiatives PPM salutes par le patronat
1e mbme, pourrait-ifpritendre mettre en oeuvre une politique so-
cialiste et nationaliste, afors que son nouveau poids politique re-
pose enpartie sur des alliances nonues avec ses anciens adversaires
'reactionnaires' dun c6te, et ses rapprochements avec e patronat
dautre part..".
Sacrilege II fait un parallele avec le fameux "bout de chemin
avec 'Csine"de Lagrosilliere, module politique de feu Camille
Darsieres : "~itste t-ilunparallfe entire la demarche de rappro-
---------------------------------------------------------------------
Souscription militant

Aux membres du comit6 central, aux militants et aux
sympathisants

II y a 50 ans, I'Ordonnance du 15 octobre 1960 frappait qua-
tre dirigeants communists et les contraignait a une muta-
tion d'office en France.
En significant leur refus, Armand Nicolas, Walter Guitteaud,
Georges Mauvois et Guy Dufond etaient revoques de la
function publique.
Ce rappel historique fera I'objet d'un documentaire avec les
temoins de I'6poque et sera projet6 lors d'une manifesta-
tion que nous organiserons au mois d'octobre prochain.
Pour nous aider a la realisation de ce documentaire nous
faisons appel au soutien financier de nos camarades, amis
(es) et sympathisants.
Vos dons seront 6tablis a I'ordre de I'A.F.P.C.M.
Le Tr6sorier du PCM
Roger Riam
- - . . . . . . . . . . . . . . . . - -. . . . . . . . . . . . . . . . .-


jIk jeui 6?iInB1AIB


-----


r POLIm






http://www. iournal-iustice-martinique. com


cement deJoseph Lagrosiibhre avec fusinier Crerc en 1919, et
cefui du (Partiprogressiste martiniquais avec (es patrons du eMeef
aujourd'fui ? Depuis ~e dibut de sa conquete pofitique, Serge Let-
chimy a toujours consire'r les patrons come des acteurs incon-
tourna6fes du de'veloppement, et n'a pas manque de Ces associer d
ses initiatives. C'est encore t cas aujourfiui qu'ifest a f[t&ate de
(a Region. Attitude moderne de cefui qui sait que [a richesse et fes
emplfis ne peuvent iesormais venir que du privi, ou conviction Ci-
6bra& ? Toujours est-ilque ses initiatives sont saCuies par fe pa-
tronat, don't plusieurs jeus de Calliance 'EnsembCe pour une
Martinique nouvelTe"sont issues. Peut-on d fafois se riclamer dun
part adepte de [a futte des classes, defendre fe prolftariat, et sa-
tisfaire fes patrons ?".
Cela dit, nous doutons que I'on puisse qualifier attitudee mo-
demre" le fait de considerer "fa richesse et (es emplois ne peuvent
desormais venirque dupriv". II s'agit d'un choix ideologique, le
liberalisme capitalist. Car on peut tout aussi bien estimer que,
dans certain secteurs, I'entreprise publique est plus apte 6
career la croissance et I'emploi. Par example, I'energie notam-
ment les energies renouvelables, I'eau, la finance, le transport,
la sante, la recherche, certaines industries, etc.
On peut observer que si le PPM nouveau s'est rapproche de
I'oligarchie colonial, la bourgeoisie, elle, a mise sur le PPM
des le 18 decembre 2008 lors du Congres pregnant I'option de
I'autonomie. Pour un ensemble de raisons que I'on pourrait de-
velopper.
Enfin, Franck Sainte-Rose-Rosemond conclut: "En mars 2010,
durant [a champagne pour fes rigionates, Le patron du PPM an-
nonfait 'qu' i s'agit de fair le cihoi dune society martiniquaise
s'instaflant dans i'iniditesfondations', en project, et en gouver-
nance. Loin du socialism ou du nationalisme chers a ses leaders
historiques, Ce pragmatism semblefinalement itre la principal


foundation du (PM nouveau. Les martiniquais s'en paignent-ifs
? Visibiement non. Mais aussi payant soit-ileCectoralement, ce
pragmatism constitue-t-ilune virita6fe voie poltique, de nature
d permettre un dvelbppement humain et iconomique dura6b Xe ad
Martinique ?".
Plusieurs Blus de I'alliance "Ensembte pour une Martinique nou-
veITe"issus du patronat, un pragmatisme "[oin"du socialisme et
du nationalism des leaders historiques, souligne Franck
Sainte-Rose-Rosemond.
II est significatifqu'un an apres le rejet de I'autonomie sous I'im-
pulsion de la champagne de peur du neo-PPM et la conquete
dans la foulee par ce parti et de ses allies des deux collectivi-
tes, un des soutiens de Serge Letchimy brise un tabou et se
demand si son pragmatismme, aussi payant electoralement
soit-il, peut permettre un "d&veloppement humain et durable de
fa Martinique" Certains au neo-PPM se demandent-t-ils ce que
devient "fTAutonomie pour fa Nation martiniquaise" ?
Pour nombre d'observateurs objectifs, il est clair que le PPM
actuel a subi une mutation profonde aux plans human et doc-
trinal qui I'a fait glisser a droite de I'echiquier politique martini-
quais. II a passe le socialisme et le nationalism par pertes et
profits. II s'est range sous la banniere du lib6ralisme, version
soft du bon vieux capitalism. II a adopted a plus soif I'argu-
mentation des assimilationnistes les plus rances sur la perte
des acquis sociaux contre I'autonomie du 74.
Quand on pense qu'Aime Cesaire dans la "fettre da 9aurice tho-
rez"en 1956 parlait d'adapter le marxisme aux peuples noirs.
Nous en sommes a des annees-lumiere avec ses successeurs.
C'est pourquoi nous parlons de "neo-PM".
M.B


2011, Annwe 6es "outre-mer" ou I'affirmation coloniale
nous cihbrions aujourdhui une apothdose qui soit proche dune da-
cadence ? Jamai4, chez nous, (MJn de [a pensie et sonjaifflissement
n'ont et plus puissants qu'aujouraihui. A cette minute, grdce au
poste de Pontolse, inauguri frier, fe son de la vovcque vous enten-
dez est gcoutj d N oumna, d Hfanoi, d Dakgar, da Fort-de-France.
N[otre emprise sur fe monde se resserre chaque jour Notre idialest
teldfment vivant que ce sont fes ides dEurope qui donnent au-
jourdhui azfi vre enAsie. Beaucouppensaient qu'jtendre la puts-
sancefranfaise dans fe monde, c'gtait fa difue Paffai6bir, (a rendre
Sdrn iOutre. mer moins apte a conjurer unpiriftoujours menapant. t1ais, auxours
H, 11. sme d esmm pr t mde lou6 r
tragiques, Ces colonies vinrent se placerau c6ts de fa M re patrie
et ('union de notre Empire sefit da epreuve de fa douleurdu sang.
A ebtj de nos vifies colonies, ces booxi defamilf igrenis dans
Brice Hortefeux, Marie-Luce Penchard et Frederic Mitt rand A ti e nos vieiTes colonies, ces 6tjowctefamife 6grends a ns
(Atfantique et dans Pocian Indien, c'est ra France africaine,
Ci-apres pour I'6dification de nos lecteurs, deux textes de Paul grande comme [Europe [..]".
Reynaud qui fut un homme politique de premier plan sous la Paul REYNAUD ministry des Colonies Discours inaugural
3eme et la 46me R6publiques en France en etant plusieurs fois de I'Exposition colonial 6 mai 1931
president du Conseil (equivalent de ler Ministre). II terminal sa "Le Franfai a [a vocation cofoniae. Cette v&nitd tait obscurcie.
carrier comme president de I'Assemble national& Les ichecs passagers du X'VI/ me sieclf avaientfait oublier deux.
"La colonisation est e plus grandfait le M-istoire. Est-ilvrai que


FI *ui 20lcI n2 S Pag I2


L II


_ ............... ....


FRAIVCE I






http/vwww. iournal-iustice-martinique.com

sikcfes daentreprise et de rjussite. En vain, depuis cent ans, nous
avions retrouvi la tradition, remporte des succds magnifiques et
ininterrompus: Aigne, Indociine, Tunisie, Madagascar, Afique
occidental, Congo, Maroc. 9Malgri tout, le prejugi su6sistait: re
Franfais, rtpetait-on, n'est pas colonial ItafalTu P'eaposition ac-
tuel(e et son triomphe inoui'pour dissiperles nudes. Aujourd'iui fa
conscience coloniale est en pfeine ascension. (Des millions et fes
millions de 6Francais ont visits les splendeurs de Vincennes. Nos co-
Conies ne sont plus pour eux des noms maCconnus, don't on a sur-
charge Ceur mnmoire d'icoliers. Ifs en savent ca grandeur, Ia beauty,
[es resources: ifs Ies ont vues vivre sous Ceursyeu( Chacun deuw
se sent citoyen de a gran e France, ceffe des cinq parties du mondf.


Cette r6vclation vient a son heure. Alors que (a Cutte iconomique
est plus sivere quefamais, es colonies enseignent auw Franais Ce
courage et la confiance. Efles n'accueilent point fesfai6les, iCfaut
avoir 'dame 6ien tremple poury prosper et seufement poury vivre.
L' lite qu'eles exigent et qu'elfesforment aura e corps ro6uste et
ie coeursans fefaifance: ceuxwd qui manqueraient ces quaftts s'lit-
mineront d'ewu-memes: Ca rudesse de fa tache i accompfirfera Ces
soldats ouvriers. [..]".
Paul REYNAUD, ministry des Colonies
Le Livre d'or de I'Exposition colonial
international de Paris 1931


NI 'i^ "


Perou: un nouveau prisi ent deauche
Decid6ment, la gauche ne cesse de progresser en AmBrique
Latine, oO desormais I'imperialisme nord-americain n'a prati-
quement plus d'allies inconditionnels, meme s'il dispose encore
de bases militaires susceptibles de lui permettre d'intervenir
brutalement dans les affaires interieures des peuples de la re-
gion.
Au Perou, on vient d'assister au triomphe electoral d'Ollanta
Humala ancien militaire, m6tis et socialist convaincu. Le pre-
sident elu, qui s'est rendu au Bresil, oO il a eu un entretien avec
I'ancien president Lula, a declare le vendredi 10juin qu'il comp-
tait s'inspirer de I'exemple bresilien. II a aussi fait part de son in-
tention d'etablir des relations d'amitie avec Hugo Chavez, le
president de la Republique Bolivarienne du Venezuela.

Colombie : les ictimes Oe Ia violence poli-
tiqueserontindemnisees
La Colombie passe pour etre I'un des pays les plus violent de
toute I'Amerique Latine. Une guerre civil "eterneC e"-comme
dirait Gabriel Garcia Marquez- y oppose depuis un demi-siecle
groups revolutionnaires et forces gouvemementales appuyees
par des paramilitaires de droite. Lancien president Manuel
Uribe, fiddle allied de I'imperialisme nord-americain, a, au course
de ses deux mandates successifs, mene une lutte sans merci
contre les FARC et I'ELN, qu'il a affaiblies, sans pouvoir les
aneantir. Sa politique repressive s'est soldee d'autre part par
de tries nombreux assassinats de militants syndicaux,
d'hommes politiques de gauche et de paysans pauvres. Uribe
a aussi mene une champagne diplomatique hostile a Chavez et
a la Revolution Bolivarienne.
L'actuel president de la Colombie, Juan Manuel Santos, bien


que ne pouvant etre qualified d'homme de gauche, a initie une
politique beaucoup plus intelligence et humaine, de reconcilia-
tion national et de reparation. C'est ainsi que le vendredi 10
juin, il a signed, en presence de Ban Ki-Moon, le secretaire ge-
neral de I'ONU, une loi dite "Ley de Victimasy de Restitucidn de
'lirras" Cette loi vise d'une part a indemniser les victims des
violence politiques exercees par les groups r6volutionnaires,
les forces gouvernementales et les paramilitaires depuis 1985
(environ 4 millions de personnel), et d'autre part a restituer
leurs terres a quelque 400.000 families, spoliees a partir de
1991.
Juan Manuel Santos, qui a retabli de saines relations avec le
Venezuela de Chavez, est sur la bonne voie, meme, s'il lui reste
un long chemin a parcourir et de nombreux obstacles a vaincre
pour ramener la paix en Colombie et developper son pays.

Venezuel : Chavez opWer # La Havane
Les autorites venezueliennes ont annonce a la fin de la se-
maine derniere que le president Chavez avait subi une inter-
vention chirurgicale a Cuba et que I'operation s'etait bien
passee. II avait un abces dans la zone du pelvis (bassin).
II convient de rappeler que Chavez ne prend presque jamais
de repos et qu'il consacre tout son temps a son people et a la
Revolution Bolivarienne : frequemment sur le terrain, il s'oc-
cupe de tous les dossiers economiques, sociaux et politiques,
allant au devant de la population pour connaTtre ses difficulties,
voyageant aussi pour representer le Venezuela sur la scene in-
ternationale, et surtout luttant inlassablement pour I'union des
peuples de la CaraYbe et de I'Amerique Latine.
Justice lui souhaite un prompt retablissement.
M.Belrose


La spIculation sur les matieres premires responsible #e l hausse du ptrole, selon 'ONiU


Une intervention gouvernementale directed serait peut-etre ne-
cessaire afin de faire eclater la bulle qui affected un march des
matieres premieres invest par une nouvelle meute d'investis-
seurs financiers, estime une etude des Nations-Unies publiee
dimanche 5 juin.
Une speculation excessive a fait progresser les prix du petrole
d'environ 20 % et envoy un faux message aux acteurs du mar-
che, precise le rapport. Depuis I'eclatement de la bulle bour-
siere, aux environs de I'an 2 000, le petrole ainsi que d'autres
matieres premieres attirent les investisseurs financiers tout
come les producteurs et les grands consommateurs histori-


quement presents.


Le rapport des Nations-Unies cite des donnees de la banque
Barclays Capital, precisant que les fonds lies aux matieres pre-
mieres avaient atteint un sommet en mars 2011 avec environ
410 milliards de dollars, soit presque le double du niveau de
2007, avant la crise.
Le course du petrole Brent a Londres qui etait de 93 dollars le
baril en janvier 2011 a culmine a 125 dollars en mars 2011 et il
etait a 115, 5 dollars le 6 juin 2011(D'apres I'agence Reuters).
Comme on le voit, la hausse des prix des carburants n'est pas
seulement liee a la demand des pays emergents, comme le
repetent les multinationales petrolieres.


i 2011-jusice'2#-l Sye .






http,://ww.iournal-iustice-martinique.com


Facterie: bes graines germees allemanbes et non bes concombres espagnols


L'Allemagne a identified le 10 juin dernier des graines germees
comme source de I'6pid6mie de diarrhee qui a fait 31 morts en
Europe et level I'avertissement contre la consommation de sa-
lades, concombres et tomatoes crus, qui a co0te tres cher aux
agriculteurs europeens.
Selon les analyses, "les gens qui ont mang ces grains ont neuf
fois plus de chances davoir des diarrhies sanglantes et adautres
signes infection par la bactirie E col: entirohimorragique (Ecei)
que ceuxqui n'en ont pas mange".
Riches en vitamins et mineraux, les graines germBes de len-
tilles, luzerne, soja etc... sont revenues populaires en restau-
ration. Elles sont services notamment dans les salades et les
sandwich. Mais elles sont levees dans la chaleur et I'humidite
et des chercheurs y voient des vecteurs de bacteries patho-
genes, comme I'Eceh et la salmonelle.
Les analyses "multiples" autour de la ferme biologique Gart-
nerhof a Bienenbottel (nord), soupronnee depuis plusieurs


Flash-Hebbo


Lunbi 6juin
PORTUGAL Le Parti socialist victim de sa soumission au
capital et A I'Union europeenne s'effondre (-8,5 %) A I'issue
des legislative. La droite realise une percee historique de
+9,52 % et s'impose tout en pr6nant la meme politique d'aus-
terite. La gauche (CDU) emmenee par le Parti communist
fait mieux que resister avec pres de 8 % des suffrages.

marbi 7juin
MOLDAVIE Le Parti communist remporte des le ler tour
des municipales la capital Chisinau avec 51,59 % des voix
et Balti, second place economique du pays, avec 68,27 %
des suffrages. La coalition pro-occidentale au pouvoir subit
une cuisante defaite.

mercre6i 8 juin
VENEZUELA Le Conseil des ministres alloue plus de 100
millions de dollars aux meres de famille ayant de bas salaires
et aux etudiants.

jeubi 9juin
ETATS-UNIS Le Congrds some le president Obama d'ex-
pliquer en quoi consiste reellement "notre mission enJAfgia-
nistan, notre mission en Irak notre mission en Li6ye". Sur la


ven8rebi 10juin
CHINE Estimant que les parlementaires US jouaient avec
le feu sur la question de leur dette souveraine, la Chine
some Washingtop d'assumer ses responsabilites en evitant
de faire defaut sur cette dette ce qui declencherait une pa-
nique financiere general.

samebi 11 juin
AFRIQUE L'economie africaine est en phase de decollage
(+5 a 6 % de croissance annoncee) soutenue par la forte de-
mande de matieres premieres de I'lnde et de la Chine (sur le
principle du "gagnant-gagnant") ce qui permet a I'Afrique d'ac-
cumuler des resources financibres necessaires pour se de-
velopper et se degager de la seule production miniere,
processus que I'Occident voulait eviter a tout prix. Cependant
la production agricole africaine ne r6pond pas encore aux be-
soins et le manque d'electricite freine toujours cruellement
I'essor du continent Noir.

6imanche 12 juin
EQUATEUR 12 accords de cooperation ont ete conclus lors
de la 9e rencontre presidentielle Equateur-Venezuela, r6ali-
sant un nouveau pas vers I'integration latino-americaine, ob-
jectif affiche de la revolution bolivarienne en course.


r A taOC5i flrSB -


AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
CARIBEEN ALU 35 rue Paul Langevin
97200 Fort de France,Capital : 7 622
RCS : FDF TMC 500 679 899 N* de
Gestion 2007 B 1832
La dissolution anticipee a 1et prononcee
A computer du 30 mai 2011 pour I'exercice
close le 31 d6cembre 2010. Mr ELOI Ro-
dolphe est designed statutairement en
quality de liquidateur avec les pouvoirs
les plus etendus pour r4aliser les opera-
tions de liquidation.
Le siege de la liquidation est fixed &
I'adresse ci-dessus.


Pour avis, et mention le liquidateur.
FB4365
AVIS DE MODIFICATION
Aux terms d'une assemble g6nerale
extraordinaire, il a Wte decide ce qui suit:
La society EURL JMD PRESTIGE
devient EURL SOPROLAM PRESTIGE.
Le si6ge social est transfer6e route de
Jeanne d'Arc
97232 Le Lamentin
La soci6et exploitera les marques Jean
Marc DELIN, JMD PRESTIGE et Crboli-
tes Gourmandes"


par voie de concessions
Pour avis et mention, le grant
Jean Marc DELIN


FB4366


EGP FINANCE
SARL AU CAPITAL DE 7 500 4
SIlGE SOCIAL : C/O CED,
26 IMPASSE DES SAPOTILLES,
97233 SCHOELCHER
493 029 391 RCS FORT DE FRANCE
Suivant AGE du 15/10/2008, les asso-
cies, statuant en application de I'article
L.223-42 du code de commerce, ont dB-
cid6 qu'il n'y avait pas lie#A dissolution


de la society.
Pour avis


FB4367


EGP FINANCE
SARL AU CAPITAL DE 7 500 C
SIEGE SOCIAL : C/O CED,
26 IMPASSE DES SAPOTILLES,
97233 SCHOELCHER
493 029 391 RCS FORT DE FRANCE
Suivant AGE du 07/02/2011, les associes
ont transfer le siege social a Immeuble
Synergie, ZI Californie, 97232 LE LA-
MENTIN, & effet du m6me jour et modifi6
I'article 4 des status en consequence.


di ur i 2t ** 2I -m Prage


jours, n'ont pas prouve la presence irrefutable de la bacterie
mais "ta chlaine indices est teTement importante"qu'on peut af-
firmer I'origine de la contamination, selon les responsables des
autorites sanitaires.
En revanche, comme des milliers d'analyses effectuees sur des
tomatoes, des concombres et des salades se sont revelees ne-
gatives, I'alerte lancee le 25 mai en Allemagne contre ces ali-
ments a ete levee.
Cette alerte decretee face a I'extension de I'epidemie a dOre-
ment touched les agriculteurs europeens, don't les marchandises
ont ete boudees.
Les producteurs espagnols, incrimines a tort au debut de la
crise, disent avoir perdu 225 millions d'euros par semaine.
Leurs homologues allemands chiffrent a 60 millions d'euros leur
manque-A-gagner depuis le lancement de I'alerte.
L'Union europeenne a propose une aide de 210 millions d'eu-
ros aux agriculteurs touches.
D'apres AFP

Libye, Obama s'est defausse en rappelant qu'il en avait trans-
fere le contr6le a I'OTAN.


" l"pzonr I








http://www.iournal-iustice-martinique.com


Pour avis FB4368 Nom du grant: Caroline ANELKA Gon-
deau 97212 Saint Joseph
ORDONNANCE Immatriculation au registre du Commerce
Vu la requete ci-dessus presentee, vu les en course.
articles 809 a 810-12 du code civil et Pour avis, la Gerance FB4372
1342 a 1353 du code de procedure civil.
Nous declarons vacant la succession de AVIS D'ANNONCES LEGALES
feu Joseph Alphonse LUC. Designons le CHANGEMENT
service des Domaines de la Martinique DE SIEGE SOCIAL
comme curateur a la succession de feu STAR BAT TP SARL
Joseph Alphonse LUC et ce a I'effet: SOCIETY A RESPONSABILITE
- D'accomplir tous les actes inherents & LIMITEE
cette quality et definis aux articles 810 & AU CAPITAL DE 8000 E
810-12 du code civil et 1344 a 1353 du Par decision de I'Assemblee Generale
code des procedures civil. de repre- Extraordinaire des associes, tenue le :
senter cette succession pour toutes les 12 mai 2011, le siege social de la soci6et
actions dirigees par et centre elle. Fait au a ete transfer & :
palais de justice de FDF, le 07/01/2010. Immeuble Marsan Kerlys Porte n 14
ORDONNANCE RECTIFICATIVE 97200 Fort de France
D'ERREUR MATERIELLE Le grant FB4373
Nous Tristan GERVAIS DE LAFOND,
President du Tribunal de Grande Instance AVIS DE CONSTITUTION
de Fort de France, vu I'ordonnance ren- En date du 31/05/2011, il a ete constitute
due en date du 7 janvier 2010, suite a la une: SARL
requete deposee le 31 d6cembre 2010 Presentant les caracteristiques suivantes
par Marie Claude TIN et Edgard CERY, Denomination : INSTITUT DE LA FOR-
ayant pour avocat Maitre BOURGEOIS ; MATION CONSEIL ENVIRONNE-
Vu la requete en rectification d'erreur ma- MENT SECURITE SECOURISME
terielle presentee par Maitre BOUR- Sigle: I.F.C.E.S.S
GEOIS nous indiquant que I'ordonnance Adresse du Siege social : Centre com-
est datee du 7 janvier 2010, au lieu du 7 mercial Place d'Armes (Lamentin)
janvier 2011 ; vu I'article 462 du code de Objet: Organisme de formation
Procedure civil ; Attendu qu'il convient Duree : 99 ans
de rectifier I'erreur materielle continue Capital : 7 500 euros
dans ladite ordonnance et de substituer a Nom du grant: Mr BARTEL Miguel
la mention "Fait au Palais de justice de Adresse : Voie de Ville Chateauboeuf-
Fort de France le 7 janvier 2010"; "fait au Fort de France
Palais de Justice de Fort de France le 7 Immatriculation au registre du Commerce
janvier 2011 Par ces motifs, ordonnons en course
la rectification de I'ordonnance comme Pour avis, la Gerance FB4374
suit ; en substituant A la mention "Fait au
Palais de Justice de Fort de France le 7 AVIS DE CONSTITUTION
janvier 2010" : "Fait au Palais de Justice En date du 08/06/2011, il a ete constitute
de Fort de France le 7 janvier 2011". Di- une : SARL
sons que la decision rectificative sera Presentant les caracteristiques suivantes:
mentionnee sur la minute et les expedi- Denomination : ETOILE DE MER
tions de I'ordonnance. Fait a Fort de Adresse du Siege social : Riviere Mahault
France, en notre cabinet, le 12 avril 2011. 97250 Fonds Saint Denis
FB4369 Objet : Aquaculture
Duree : 99 ans
DISPARITION TOTAL DE LA SO- Capital : 4 000 euros
CIETE ET RADIATION Nom du grant: GRIFFIT Raymond
SARL BRUNATAN Adresse : Fonds Saint Denis Riviere Ma-
Par assemble general du 30 decembre hault 97250.
2010 decide la disparition total et la ra- Immatriculation au registre du Commerce
diation de la dite society don't le siege est en course
60 avenue des Caraibes 97200 Fort de Pour avis,
France la Gerance FB4375
Pour avis FB4370
AVIS DE CONSTITUTION
AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE Avis de constitution de la Societe Civile
Aux terms d'une assemblee G6enrale Immobiliere.
Extraordinaire en date du 31 mai 2011. Denomination : SCI ZILLA
Les associes de la society : Forme juridique : Societe Civile Immobi-
DIAGNOSTIQUE GEOTECHNIQUE SOL liere.
CARAIBE Capital social : 200 euros
ont decide la dissolution anticipee de la- Siege social : 69, rue du Professeur Ray-
dite society a computer de ce jour, Mon- mond Garcin Didier -
sieur Jean-Marc PRAJET, 97200 Fort de France.
demeurant A Quartier Tracee Bonin Objet : Achat Vente Locations
97220 Trinite est nomme liquidateur Gerant :Madame Gisele BABO ROUSSI
Pour avis, le grant FB4371 Puy Ferrat 97280 Le Vauclin
Duree : 99 ans
AVIS DE CONSTITUTION La society sera immatriculee au registre
En date du 08/06/2011, il a ete constitute du Commerce et des Societes de Fort de
une : EURL France. FB4376
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : QUI VIVRA VERRA AVIS DE CONSTITUTION
Sigle : A. Q.V.V. Nom commercial : QUI En date du 01 juin 2011, il a ete consti-
VIVRA VERRA EVENEMENTIEL. tuee une : EURL
Adresse du Siege social :Chemin Kevin Presentant les caracteristiques suivantes
Jeanne Rose N" 1517 Gondeau Denomination : I- LAND MARKETING
97212 Saint Joseph. Adresse du Siege social: 49 route du La-
Objet : Creer, Organiser tout type d'eve- mention Chateauboeuf
nements, sur measure, d'ordre prive ou Objet: Conseil en marketing
professionnel a caractere festif ou official. DurBe : 99 ans
Duree : 99 ans Capital : 1 000 euros
Capital : 100 euros Nom du grant : Mr COLOMBE Joel


Adresse : 49 route du Lamentin Cha-
teauboeuf -97200 Fort de France
Immatriculation au registre du Commerce
en course
Pour avis, la Gerance FB4377

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 05 mai 2011, il a et6 consti-
tuee une Societe Civile Immobiliere (SCI).
SCI a capital variable.
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : SCI FARODI
Adresse du Siege social : 45 allee des
Colibris
Objet: Pour objet : dans les DOM-TOM,
en France metropolitaine et a I'6tranger :
I'acquisition, I'administration, I'exploitation
sous toutes ses formes de tous immeu-
bles et biens immobiliers ; Toutes opera-
tions financieres mobilieres se rattachant
directement ou indirectement a cet objet
et susceptible d'en favoriser la realisation
a condition toutefois d'en respecter le ca-
ractere civil.
Duree : 99 ans
Capital : 500 euros
Nom du grant : Rosine Fabiola Aimee
Adresse : 45 AlIee des Colibris Route
de Didier 97200 Fort de France
Immatriculation au registre du Commerce
en course
Pour avis, la Gerance FB4378

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 01
avril 2011, il a Wet constitute une society
EURL
Denomination social:
ISKE LOCATION.
Capital : 1000 E
Siege social : Quartier Jeanne d'Arc
97232 Le Lamentin
Objet: Location de vehicles Duree : 99
annees a computer de I'immatriculation de
la society au registre du commerce et des
societes.
Gerante : Mme Rosalie GASCHET desi-
gne par les status FB4379

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 9 mai 2011, a ete constitute
une soci6et presentant les caracteris-
tiques suivantes :
Forme : society a responsabilit6 limited
Denomination : LOUMA Grill
nom commercial : CHEZ LUIS
siege : quarter Laugier -
97215 RIVIERE SALEE
Objet : la restauration typique et gastro-
nomique sur place ou a emporter
duree : 30 annees
capital : 2 200E
don't 1 2004 en numeraire
Gerance : Madame POLCZYK -
GONCALVES Marzena Maria
pour avis le representant legal FB4380

AV IS DE CONSTITUTION
En date du 9 mai 2011, a ete constitute
une society presentant les caracteris-
tiques suivantes :
Forme : society A responsabilit6 limited
Denomination : AJ MOD
siege :8rue Joinville SAINT PRIX
97215 RIVIERE SALEE
Objet : pret A porter, vetements homme,
femmes enfants, accessoires divers
duree : 20 annees
capital: 1 000e en numeraire


Gerance: Madame POLCZYK -
GONCALVES Marzena Maria
Pour avis le representant legal
FB4381

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
PART N CO SARL
45 RUE SCHOELCHER
97215 RIVIERE SALEE
Suivant deliberation de I'assemblee ge-
nerale extraordinaire du 08 juin 2011, il a
ete decide ce qui suit : changement de
gerance de la SARL PART N CO a
computer de cette date
en consequence, les status ont ete mo-
difies comme suit. Ancienne mention:
la gerance de la societe est assuree par
Monsieur LINDOR Michel Victor
nouvelle mention :
la gerance de la society est assure par
Melle SUNVE Marie-Alice, demeurant
30 voie des caraibes,
97215 RIVIERE SALEE
le depot legal sera effectue au greffe du
tribunal de commerce de fort de france
pour avis le representant legal
FB4382

AVIS DE LIQUIDATION TOTAL
RESIDENCE TAMIRA
society unipersonnelle a responsabilite li-
mitee "en liquidation"
au capital de 7 800e
siege social : immeuble SE Minou
ZI Acajou Californie
97232 LE LAMENTIN
n siret : 501 144 869 00010 -APE 701A
L'assemblee general en date du
01/06/2011 au siege de la society a de-
cide de la mise en liquidation de la so-
ciete et ainsi
approve les comptes de liquidation qui-
tus au liquidateur, decharge de son man-
dat, cloture de liquidation, radiation de la
society, les comptes de liquidation seront
deposes au RCS de FDF
pour avis, le liquidateur FB4383

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
Aux terms de I'assemblee general du
01/06/2011, les associes de la SCI
CHRISTINE ont portes les modifications
suivantes aux status, I'agrement du nou-
vel associe CHRISTINE Allann et la re-
partition du capital en M CHRISTINE
Adrien pour 90 parts
et M CHRISTINE Allann pour 10 parts
apres cession de parts
Pour avis FB4384

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du :
01 juin 2011, ii a ete constitute une society
a responsabilite limited,
a capital fixe,
laquelle present les caracteres ci-apres
denomination : PASS'TRAVEL
objet : Agence de voyages
siege social :
immeuble BAOBAB RUE LEON GON-
TRAND DAMAS
97232 LAMENTIN
duree : 99 ans
capital : 20 000Curos
grant: Monsieur TELLE Jean Marie
parts : 1000 parts
valeurs : 20
pour avis, le grant FB4385


formation communist




,m n vrtal


* ~:mm~i I~,r-~


r A /a s






Shttp://www.jioumal-ustice-martiniaue. com


Passion en Action: une semaine memorable


Boris Elizabeth-Mesnager et Ronny Turiaf, I'enfant du pays, et
ses "potes"ont durant une semaine montre que le sport pouvait
rimer avec altruisme et bonheur. Les acteurs de I'association
"Passion en action "ont dit leur fierte d'avoir pu realiser ce r6ve
: "celi de re'venir au pays a',ec une plus value". Cette operation
pr6paree depuis un an et demi s'est soldee selon Ronny Turiaf
"par une semaine rice en emotion".' Is ont sillonne le pays pour
partager leur passion avec les jeunes sportifs. "La rencontre des
enfants malad-es a ete un moment gralv que nous n 'ouoiierons pas",
a confine Ronny Turiaf. II se rappelle son operation a cceur ou-
vert qu'il a subi le 27 decembre 2009. Mais aussi le bonheur
d'avoir pu donner de vivre deux matches d'exhibition avec des
joueurs de la NBA, don't Tony Parker, I'idole de toute une ge-
neration.
Cette operation, esperent les promoters de Passion en action,
sera a perenniser, mais I'association va encore developper des
actions pour donner a des jeunes martiniquais I'opportunite de


vivre de leur passion. Selon Boris Diaw, "fe potentiefinartini-
quais est excellent et nmrite df'ttre e.pioite. L occasion de donner
une chance a certain pour devenir des dignes representants a
Fim,.,c die leuraizies".
Vendredi soir 10 juin un peu plus de 15 000 ont ete recoltes
lors d'une vente aux encheres au profit de Passion en action
pour les enfants malades. 10 lots ont 6te mis en vente don't des
maillots de Rony, un ballon dedicace, des tableaux de Mme
Diaw. Tres heureux de la soiree, un jeune homme a casse sa
tirelire de 400 euros en s'octroyant un maillot de Carry, "parce
qu 'iltait ungrand shooter trois points", place oO il excelle et
aussi parce qu'il fait parties de ses idoles. L'occasion pour lui de
faire une bonne action mais en ayant un moment de bonheur
d'avoir cette relique.


Les stars au DasKet avec Josette Manin


Football: Club Colonial, nouveau champion Lamentin Jazz Project: 6e purs moments 6e

6e Martinique de football bonheur musical
Apres 39 ans d'attente les joueurs du president Ho Hio Hen,
les joueurs du Club Colonial, ont recompense leur supporters
du titre de champion de Martinqiue. Le Club Colonial succede
au RC Riviere-Pilote au palmar6s. II n'y en avait pas beaucoup
qui avaient mise sur cette equipe en debut de championnat.
Elle a su profiter des absences des potentiels leaders pour se
hisser au remier plan. Bravo Champion.
La Samaritaine, I'AC Vert-Pr6 et le RC Lorrain sont relegues en
Promotion Honneur
ri Wi7

w n


s joueurs du lub on en esse
Les joueurs du Club Colonial en liesse


Durant trois jours les jardins de I'hippodrome de Carrere n'a
pas desempli. Et pour cause, I'office de la culture du Lamen-
tin presentait la 9ieme edition du Lamentin Jazz Project. Une
edition dediee aux femmes. On a pu entendre et voir nos plus
belles voix feminines en mati6re jazzistique, en la personnel de
Jacquie Defoi, Joelle Vielet et Roger Dorwling-Carter ou en-
core Jaine Rogers Quintet. Si les voix feminines etaient a
I'honneur, cote orchestrations les glf musicianss etaient
presents en la personnel de Mario Canonge ou encore Domi-
nique Bougrainville. Ce festival se bonifie avec I'Age.
Vivement la prochaine edition.


'B u 16jin -rjuIsicH S1


--


"I "TJS T CULTUXE