<%BANNER%>
PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00220
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 5/26/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00220
System ID: UF00088914:00220

Downloads

This item has the following downloads:

( BRIDGECACHE )

( BRIDGECACHET )


Full Text
e hebdomadaire d'information communiste


Jeudi 26 Mai 2011 91eme Annee N 21 Martinique: 2,00 France: 2,40 DOM: 2,20
|- i. qp.,___. _i 9 JWmhu


La lettre be 1'IEDOM:
"Nouvelle degrada-
tion de I'emploi"
D. Strauss Kahn:
Une brutale descent
aux enfers







hty/WWW iournal-iustice-martiniaue corn


Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au
Niger dans la nuit du 15 au 16 septembre,
avec quatre autres Frangais, un Togolais et
un Malgache, employes des soci6t6s fran-
gaises Areva et Satom, par la branch d'Al-
Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est
soutenu moralement par toute la Martinique,
y compris les militants communists et leur
journal Justice.


111111- 14


r


Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France T6I. :05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 I 87526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennadl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerle Martinlqualse
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. :0596 73 14 54


L '5A KA JpAsi


9 Perpetuite pour Roger Marperite
CCet horrible drame qui avait en janvier 2009 secoue la society martiniquaise a trouve
son epilogue aux assises le 20 mai dernier. Roger Marguerite apres avoir frappe mor-
a ka PaM ................... 2 tellement de 20 coups de couteau son ex compagne Marie-Ange Donval avait mis le
feu a la maison. Sa propre fille avec Marie-Angele Donval trouva la mort quelques se-
Edito..................p....... 3 maines apres tandis que I'autre fille de sa compagne porte dans sa chair les stig-
- Constituons un front martiniquais mates de cette atroce tragedie car brilee a 70 %. Durant tout son proces, Roger
Lutte 5 Marguerite, n'a guere semble 6tre affected par son acte, et s'il a au final r6clame le par-
ttesociales ............ don & la survivante et a la famille, celui-ci a ete rejet6 par la fille. L'avocat general a
- Breves sociales ,
-B ocie reclam6 une peine de reclusion criminelle assortie d'une peine de s0rete de 22 ans.
- Albert Mongin
Les jur6s ont retenu la perp6tuite mais sans peine de surete lui donnant la possibility
Sociti ........................ 6 de se soigner pout tenter de retrouver une humanity.
- Ddbat sur la dependance
UEne these sur Id question du fonder
E~oomie ................. .p. 7/8
- Fonds EuropdEns Le mardi 10 mai, sur le Campus universitaire de Schoelcher, Mme Arlette Constant-
- Nouvelle degradation de Iemploi Pujar a soutenu sa these de doctorate en Sciences Juridiques, intitulee "Gestion outre-
merdufoncier et diveloppement durabte outre-mer, contribution a une approche critique
olitiue ................. .. 8/11 de space martiniquais".
- Regions ultrapdriphdriqueses
- Trompe-l'olil I'Assemblde Nationale La these, dirig6e par le Professeur des universities Antoine Delblond, a requ la men-
tion Tres honorable.
Memoire Peuple ......... 11/13 Pour notre Tle de 1100 Km2, don't une parties est chlordeconee, et qui en plus est me-
- LE 22 mal dolt nous servir de le;on nac6e par les fermes photovoltaTques installees a meme le sol, c'est un sujet brQlant
- Soyons dignes de nos ancitres d'actualit6, d'autant qu'en Martinique le problem du foncier est tres complex, avec
un enchev6trement du droit de proprie6t et de la domanialite publique (50 pas gBo-
Europe ....................f. 13 metriques).
- L'spagne en prole a la contestation Nous pr6sentons nos sinceres felicitations a la nouvelle docteure pour ce succ6s bien
merite.
L'Evenemet ................ 14 A.C
- DSK: brutal descent aux enfers Un Cnseil essays Fort-e-France

PakleMonre ............. 15/17 Apres le Lorrain, Fort-de-France est la deuxieme commune a franchir le cap en co-
- Haiti : un nouveau depart P h6rence avec la politique de la ville envers les personnel ages. Elle a mis en place
- Afrique meurtrie un conseil de sages compose de trente membres A majority retraites, d6sign6s pour
- Accord d'unite palestinlenne les 2/3 par le maire, et le 1/3 restant par I'association des clubs des ain6s de la ville,
- Obama tente de reprendre la main pour trois ans. Le Conseil des Sages a pour vocation la recherche du bien commun
A ilas /9 et de 'inter6t general.
Les membres du Conseil des Sages peuvent soulever des problems specifiques
?ortfSCuAture .............t. 20 qu'ils souhaitent approfondir. Ils les soumettent alors au Maire pour approbation.
- Commemoration du 22 mal
Coupe de Martinique de football Rencontre avec Daniel Boekman
A I'occasion de la parution
"JuS TfIC "" de son nouvel ouvrage en creole martiniquais
PAWOL FONMI-FOL,
Administration & R6daction : Editions Mabouya (10euros),
Te1. : 05 96 71 86 83 Samedi 4juin 2011 de 10h a 12h
Fax: 05 96 63 13 20 LIBRAIRIE ALEXANDRE
ed.justice@wanadoo.fr Angle rue pi6tonne/rue Lamartine
97200 Fort-de-France Martinique
Contacts : 0696 94 32 20

Fondateur : Jules MONNEROT La Martinique n'ouble pas Thiery Dol
) 190291i aM8_ _






http://www.iournal-iustice-martinique. com


rpE


Et si nous constitutions un Front Martiniquais pour La Responsabilite ?


Un debate sur le bilan de I'application des measures an-
noncees par le president de la Republique Nicolas Sar-
kozy a I'issue du Comite Interministeriel de
I'Outre-mer(CIOM) le 6 novembre 2009 s'est tenu a I'as-
semblee national la semaine derni6re, le 18 mai dernier,.
a I'initiative du group socialist et singulierement de Vic-
torin Lurel. 137 measures d6crites comme "historiques"
avaient et6 proclamees a grands sons de trompe pour
faire suite aux Etats generaux de I'Outre-mer lances
comme une reponse du pouvoir neocolonial la crise eco-
nomique et social qui a frappe debut 2009 a des degrees
divers I'ensemble des pays d6signes sous le vocable "dj-
partements"d'outre-mer et aussi certain de ceux qui sont
6tiquetes "cotectivitis eoutre-mer".
Au-dela des calculs politicians des socialists francais as-
similationnistes en vue de chapter des voix d'outre-mer aux
pr6sidentielles et qui ont et6 a I'initiative de ce debat par-
lementaire, cela a 6te I'occasion de constater que, sur la
plupart des sujets, rien n'a substantiellement avanc6.
Promotion d'originaires dans la Fonction publique outre-
mer, creation d'un fonds d'investissement de proximity
pour collector I'6pargne locale, dotations aux collectivites
locales, photovoltaYque et autonomie energ6tique, acces-
sibilit6 des entreprises locales aux marches publics, lo-
gement social, Fonds exceptionnel d'lnvestissement
(FEI), lutte contre la vie ch6re, etc. Le bilan apres deux
ans est soit negatif soit tres mitige. Le pouvoir, avec la
crise des finances publiques, n'a plus comme par le passe
la possibility ni egalement la volonte de traiter le sous et
mal-developpement economique structure des DOM par
une couche supplementaire d'assistanat. C'est ainsi... En
face, les socialists refusent I'Autonomie et s'appuient sur
des assimilationnistes ou des rallies a I'assimilation. Im-
passe..
Marie-Luce Penchard, la ministry de I'outre-mer, r6pond
que jamais I'outre-mer n'a ete aussi mis a I'honneur. Et
de citer I'annee des outre-mers, la pantheonisation d'Aim6
Cesaire, le devoilement d'une stele en I'honneur du com-
bat des esclaves pour leur liberty, les reformes institu-
tionnelles, etc. Comme quoi I'argumentation de Sarkozy
pour les presidentielles prend forme et sa sincerity appa-
rait pour ce qu'elle est : de la pure communication..
Pour la Martinique, les choses sont simples. Malgre le ne-
cessaire plan d'urgence regional, le ch6mage a continue
a augmenter au premier trimestre de cette annee pour-
suivant la degradation constatee en 2010. Le pouvoir
d'achat est lamin6 par I'inflation qui report et les manages
n'ont jamais ete aussi surendettes. Le BTP est toujours a
I'arret, etc. Le tourism comme soeurAnne attend la brise
de la Transat Benodet. Le pays n'est pas encore au pa-
radis.
Pendant ce temps-la, les forces retrogrades freinent au-
tant qu'elles peuvent la mise en place de la Collectivite
unique qui pourrait, sans loin de 16 pouvoir resoudre tous
les probl6mes, mettre plus de coherence et d'efficacite
dans I'action publique locale. Une champagne visant a af-


foler les agents legi-
timement inquiets
des deux collectivites
face a la r6forme est
instrumentalis6e par
certain syndicats
manipules politique-
ment.
Au S6nat une coali-
tion immorale d'inte-
gristes jacobins a en
parties denatur6 le
project relativement.
acceptable du gou-
vernement, en parti-
culier sur la date de
mise en place au
plus tard au 31 decembre 2012 pour la remplacer par le
31 mars 2014. La prime majoritaire antidemocratique at-
tribuee a la liste arrive en tate dans le scrutiny a 6t6 main-
tenue a 9 elus sur 51. 11 faudra voir ce qui se passer i
I'Assemblee national.
Le risque de voir un clan s'emparer de tous les leviers de
pouvoir n'est donc pas un fantasme.
Mais il faut pourtant garder 6 I'esprit que lors des regio-
nales de mars 2010 le president actuel de la R6gion ne I'a
emporte que par 48 % des voix et qu'aux cantonales de
mars 2011 les forces coalisees par le neo-PPM n'ont pas
obtenu la majority en voix. Selon notre confrere Antilla
du 31 mars 2011 le PPM et allies ont remport6 16 727
voix et le RDM-MIM et allies ont obtenu 20 196 voix, tan-
dis que la droite et les sans etiquette totalisaient 5 637
voix.
Le basculement de la pr6sidence du conseil general qui a
permits d'evincer Claude Lise result done d'une pure
combinaison politicienne don't la trahison de B1tir a 6et un
element central.
Le people martiniquais n'a cependant pas renonc6 & la
lutte pour la responsabilit6 et la dignity.
II faut, par consequent, fire front sur celui de I'information
face i la machine qui est lancee m6thodiquement et s'at-
teler a la construction d'un project martiniquais afin de re-
donner a nos compatriotes I'espoir de changer le course
des choses actuel.
II faut surtout leur donner une perspective mobilisatrice en
rassemblant les vritables forces de progress, come I'a
propose avec force le Secr6taire general du PCM,
Georges Erichot, a Sainte-Philomene le 22 mai dernier.
A quelques semaines du 406me anniversaire de la
Convention du Morne -Rouge des 16-17 et 18 ao0t 1971,
le PCM estime que la meilleure maniere de le c6elbrer se-
rait de constituer un Front Martiniquais pour I'Autono-
mie ou pour la Responsabilite entire tous ceux qui
veulent continue g faire avancer le pays sur la voie du
progrbs.
Michel Branchi


IFn ,1mr,1j^ S ^ I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


CMT: Ultimatum fixed au27Mdi
La greve des chauffeurs affilies A la CSTM de la Compagnie
Martiniquaise de Transport (CMT) dirigee par Sandra Casanova
debutee le 11 avril est toujours dans I'impasse. Alors que I'au-
torit6 organisatrice, L'Espace Sud a mis en en place une regie
jusqu'au 27 mai avec deux autres companies de transport.
Lors d'une conference de press le 20 mai dernier le president
de I'Espace Sud, Eugene Larcher, face aux accusations de la
CMT, a remis en lumiere les manquements de cette derniere.
"VDs Ce debut la CMiTn'ajamais respected ses engagements contrac-
tues", a-t-il explique. Parmi les griefs que I'autorite du service
public aurait constates : absence de dessert de deux lignes
sur trois a Sainte-Luce, egalement & RiviBre-Salee ou encore
des retards A repetition, des bus pas conformes, malgre les 278
956 d'avances de demarrage verses en decembre pour les
trois premiers mois d'activite. Une advance qui n'a toujours pas
ete justified par le CMT. Le service fait n'est pas conforme au ca-
hier des charges. II contest les accusations de "machination
pour iliminer la C9MT"avanc6es par Sandra Casanova. Allega-
tions qu'il juge diffamatoires. Eugene Larcher a annonce la de-
cision de I'Espace Sud de mettre un terme au contract avec la
CMT, si d'ici le 27 mai celle-ci n'apporte pas la preuve qu'elle
peut mettre en place un service repondant a I'attente des usa-
gers et regularise les mises en demeure. Le president est venu
apporter de I'eau au moulin des grevistes en affirmant que "la
grave n'est pas aC origin des problems mais elfe est venue Ces ac-
centuer". Et de souligner que "'Espace sudn'avaitpas ase mCier
dun confit entire empfoyeur et salaries".

Les chauffeurs en greve font be nouveaux parler 6'eux.
Le lundi 23 Mai, le syndicate CSTM a tenu A faire le point sur
I'evolution du conflict et expliquer ses intentions. Bertrand Cam-
busy, le secretaire general n'a pas manque en ouverture de son
propos de s'insurger centre les propos de Sandra Casanova
sur les ondes les qualifiant de "destructeur". II est toujours en at-
tente d'un droit de reponse. Le syndicate a rappele que sa plate-
forme revendicative content huit points don't: les conditions de
travail, la security des usagers et les salaires. "Vneplate-forme
toujours fdactualite queCque soit Cinterlocuteu" a martele, Ber-
- #and Cambusy. Le syndicate entend egalement contester les
Scontrats de travail qui ont fait passer les salaries de I'entite CMT
a celle de Bus du Sud.
Une demand de I'Espace Sud vise a creer une society dediee
au transport afin de creer plus de transparence, mais selon le
secretaire general, cela peut-etre source de regression social
car cette creation induit une flexibility pour les salaries. Le syn-
dicat r6clame la clarification de la situation des salaries face A
ce transfer en plein conflict. S'agissant de la mise en regie, le
syndicate indique qu'il n'y a pas eu de convention de mise a dis-
position des salaries pour les autres entreprises et et, a ce titre,
il n'avait pas a intervenir: les grevistes sont toujours salaries de
la CMT. Et d'autre part, la CSTM n'a pas voulu "troublerla rigie
mise en place poursoulager Ces usagers des trois communes". Dans
la perspective du 27 mai, Bertrand Cambusy lance: "quefCe que
soit la solution retenue, nous serons au combat des le 28 maipour
que Ces salaries qui sont sur le riseau soient au travailmais pas a
n'importe quefprx et certainement pas avec 1044C". Et Bertrand
Cambusy a laisse eclater sa colere centre les services de I'Etat
juges laxistes "c'est nous quifaisons le travailde fEtat et mal-
gr cela iln'agit pas centre Cesfauteurs". II attend, dit-il, depuis le


6 mai une reponse A une audience reclamee au prefet. Les 17
salaries se disent toujours determines d'atteindre leur but a sa-
voir une reponse a leurs revendications. Et il menace de re-
mettre au gout du jour les methodes de la CSTM : "ACfer au
devant des interfocuteurs"
Le Jeudi 26 Mai, le tribunal Administratif devra se prononcer
sur le recours depose par la CMT A I'encontre de I'Espace Sud
pour avoir mis en place une regie.
Sandra Casanova tiendra une conference de press mardi 24
pour dit-elle dire "la vritit sur les protagonistes de ce que, au-
jourd'hui, on peut clairement appefer une << machination".


Contre Ia suppression oepostes ans I'O ucation
Les syndicats d'enseignants (SE Unsa, Snetaa-FO, CSTM
Education, UGTM Education, Snuipp-FSU et Unsa Education)
et I'association de parents d'ee1ves I'Upem ne desarment pas
face a la saignee des postes dans I'Education national a la
rentree 2011. Ce sont 239 postes qui seront supprimes dans
I'academie.
Le mercredi 18 mai, une 6nieme manifestation etait organisee
de maniere unitaire devant le rectorat 6 Terreville. Ces sup-
pressions de postes aboutiront a une quality moindre de I'en-
seignement, disent les personnel de l'education. Elles
deboucheront sur des classes surchargees, des suppressions
de maTtres specialists, une reduction des choix d'orientation
des 6leves, des fermetures de classes, sans computer le
manque de personnel d'encadrement, font-ils observer. Et les
consequences des suppressions se traduiront inevitablement
par une diminution des resultats scolaires, une augmentation
des phenomenes de violence et du ch6mage des jeunes dipl6-
mes, denoncent les organizations.
Celles-ci ont ete revues par un responsible du rectorat, sans
avoir obtenu aucune reponse positive a leur inquietude. Certes,
la delegation a recu le soutien des politiques, avec notamment
la motion votee par les Conseils general et regional en juillet
2010, I'appui de I'Association des maires de Martinique. Mais,
aucune action n'a pu jusqu'ici inflechir la politique de restriction
decidee a la tete de I'ttat et mise en place par le rectorat. Pour
autant, syndicats et parents d'el6ves ne baissent pas les bras
et entendent continue a interpeller et a mobiliser, car il s'agit de
"Taveniret du respect de nos enfants".


CHU laboratoires : Mise en place I'un comite

ae vi gilnce
Le personnel des laboratoires du CHU a observe une journey
de greve le mardi 17 mai. Selon le personnel, les 22 contrac-
tuels qui sont en poste -pour certain depuis 10 ans-, en ont
assez de la situation de precarite dans laquelle ils sont.
II s'agissait pour le syndicate CGTM-Sante de reclamer la regu-
larisation de contractuels sur les 10 postes vacants existant et
un plan de d'integration pluriannuel pour les 12 autres. Apr6s
une discussion avec la direction, les grevistes ont decide la sus-
pension du movement de grbve, estimant qu'il y a eu des
avancees au course de cette rencontre. Ils ont obtenu un plan
d'integration sur 4 ans pour les 19 contractuels qui ont le statut
de remplacants permanents. Un engagement trimestriel sur 1
an pour 2 contractuels permanents mais qui n'ont pas le statut,
et le passage A 100% d'un contractuel travaillant a 80%. Pour
suivre I'application de ce protocole d'accord, un comite de vigi-
lance a ete mis en place.

Lettre ouverte e la CDMTauxParlementaires


'I.


ITSvSu I ALES






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Oe la Martinique
Le syndicate CDMT, par la voix de son secretaire general Philipe
Pierre-Charles, dans une lettre ouverte du 20/05/2011, appelle
les parlementaires a intervenir sur trois sujets juges "prioccu-
pants". La premiere question a trait A la bataille que menent les
syndicats et associations pour retrouver le niveau des contracts
aides CAE et CUI (Contrat d'acc6s a I'emploi et contract d'in-
sertion unique) de 2010, comme I'avait laisse entendre Xavier
Bertrand au depute Alfred Marie-Jeanne. "'ous sommes foin du
compete alors que Finteret des missions fdutiCite sociale effectuds
par ces personnel autant que rintiret des salaries eu.-memes com-
manderait que FEtat transform en emplois dura6fes ces contracts
pricaires", ecrit le secretaire general.
La loi a decide que les CAE Dom ne font pas parties de I'effec-
tif du personnel, "une atteinte a fidde de la democratic sociale,
s'insurge le syndicaliste. II reclame une evaluation du system
au regard de I'incitation a I'embauche, de I'insertion des concer-
nes et du respect de leurs droits.
S'agissant de la question de la "reconnaissance pleine et entire
dufait syndicalmartiniquais", troisieme sujet, le secretaire ge-
neral appelle les parlementaires 6 un "vigoureuse intervention
surce dossier comme [es deuxprjcidents". II rappelle que depuis
trois ans, en depit des interventions des parlementaires et de la
promesse ministerielle suite au movement de 2009, "aucun
changement n'est intervenu".


EDF: L'action revendicative se pursuit
Les syndicats d'EDF dits des "pays foutre mer" (Guadeloupe
Martinique Guyane et Reunion) n'ont toujours pas obtenu gain
de cause dans le conflict qui les oppose a leur direction pour
I'application du protocole de 1972 sur la prime de vie chere, A
savoir le complement de 15 % sur les 40 %. Dans un commu-
nique diffuse le 20 mai, la CGTM SEM reaffirme ne pas vouloir
"'augmentation de salaires, ni le statute defonctionnaire mais le
respect et Fapplication des dispositions privues par la loi dans le
statut du personnel qu'EDF, que Fes entreprises productrices
fdlectricite refusent de verser". Le syndicate s'interroge sur la dis-
crimination qui est faite aux agents des DOM face A ceux ve-
nant pour 4 ans de I'hexagone, lesquels beneficient de
I'integralite des dispositions legales. La CGTM SEM reclame
une table ronde avec la direction. Les syndicats des DOM an-
noncent avoir privilegie la voix du dialogue, mais que face au si-
lence et a la volonte de pourrissement, ils entendent faire parler
6 nouveau d'eux.
Un statu quo qui ne desarme pas les grevistes, lesquels assu-
rent qu'ils iront jusqu'au bout pour I'application de leur droit :
"nou pekefe daey ".
Ils determineront les moyens d'action dans les prochains jours,
et reclament d'ores et dejA le soutien de la population et des
autres travailleurs.
II leur appartiendra de bien expliquer leurs revendications et de
convaincre le people martiniquaise de la justesse de leur cause,
de prevoir des modalites d'action pas trop penalisantes pour
I'6conomie du pays, afin qu'ils recoivent le soutien escompte.
C.B


Albert Mongin conbamne mais triomphant


Le "roi" Albert Mongin au milieu de ses nombreux supporters

Ils etaient nombreux & avoir accompagne au tribunal correc-
tionnel, le mercredi 18 mai dernier, Albert Mongin, dit "le Roi
9Mongin", exploitant de products touristiques sur les Tlets du
Francois et a la Pointe Courchet. II 6tait poursuivi par I'Etat et
la municipality du Frangois pour n'avoir pas detruit ses instal-
lations, conformement a la decision de justice rendue le 2 juil-
let dernier. II avait ete reconnu coupable de "degradation de sites
classes au patrimoine historique, execution de travauwsur un site
classic monument historique et violation dun arretepour fa conser-
vation du biotope". II avait dix mois pour mettre ses installations
aux normes.
Or, 6 ce jour, Albert Mongin ne s'est pas execute. Pour sa de-
fense, il indique qu'il a "prisente unprojet de mise auxnormes de
ses installations et attendles autorisations de fEtat et de Fa mu-
nicipalite". Constatant que rien n'avait ete fait, le tribunal a suivi
les requisitions du procureur condamnant I'entrepreneur a 12


mois d'emprisonnement ferme et 45.000 euros d'amendes pour
les deux delits, et 750 euros de contraventions. Le procureur
n'ayant pas requis de mandate de dep6t, il est reparti libre. Et
c'est parce qu'il n'y a pas subi de mandate de dep6t que les sou-
tiens de Mongin I'ont porter en triomphe. D'autant que, selon lui,
ce n'est pas le moment de detruire son installation, sachant que
la periode des grandes vacances est d'une grande important
pour son entreprise.
Cette affaire cache un bras de fer politique entire le Maire du
Francois et Albert Mongin, lequel estime que "MauriceAntiste
veut ditruire une entreprise martiniquaise construite a force de
ses bras". La "roi" Mongin denonce les deux poids deux me-
sures dans les decisions prises concernant le littoral. II a d'ail-
leurs recu le soutien du MIM, du CNCP et de I'Assaupamar
dans cette affaire. Dans un communique, ses soutiens decla-
rent : "'Le Wpi Mongin' n'est dailleurs pas Fe seula etre instaliF
sur 'ilet Oscar et sur le fittoral franciscain (Le Cap-Est est Ia
pour en temoigner). Pourquoi s'acharne t-on sur Fui seul? (..). If
est question de sauver une entreprise qui afait ses preuves et de
maintenir des emplois".
Albert Mongin a decide de faire appel de cette decision de jus-
tice. Ce qui lui permettra de continue de faire decouvrir no-
tamment la "Baignoire de Josephine".
Toutefois, on peut se demander si les lets pourront supporter
une telle frequentation et ce qu'il restera pour les generations
futures. On doit poser aussi serieusement, de maniere plus glo-
bale, le probl6me de la propriety et de la jouissance de tous les
lets de la Martinique, ainsi que celui du libre acc6s a toutes
nos plages, sans obstacle physique et sans page.


lll mll prqfS 2 21in2ge


! UTSSCA







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Debat sur la e6penaance: faire face au 6Cfi bu vieillissement


De D a G : C. Ursulet, J. Manin, R. Bachelot-Narquin et le prefet L. Provost

C'est en presence de la Ministre des solidarites et de la cohe-
sion social, Roselyne Bachelot-Narquin, que s'est ouvert le
lundi 23 mai, le debat sur la d6pendance a Madiana. "Comment
envisager Ca place des personnel agees dans notre society et com-
mentfinancer une prise en charge de quality": tels sont les defis
que doit reliever la society face au vieillissement de la popula-
tion.
La Martinique et la France devront faire face A un nombre crois-
sant de personnel dependantes, dans une proportion supe-
rieure A celle prevue par les dernieres projections de 2005.
Ainsi, A I'horizon 2040, pres de 40% des Martiniquais auront
plus de 60 ans. En France, selon les statistiques, il y aura plus
1 400 000 personnel dependantes A I'horizon 2020.
Ce debat, initie par le gouvernement, devra "apporter des solu-
tions multiples, individuaCisies et adapties, affant de 'adaptation
des villes pour mieux accueiffir fes personnel agees ia accompa-
gnement des aidants", a explique la ministry. Certes, des initia-
tives individuelles sont prises, qui apportent un peu d'oxygene,
telles les families d'accueil, oO la prise en charge permet de
construire de veritables projects de vie auxquels les pension-
naires participent pleinement. Mais, elles sont encore trop peu
nombreuses. Le choix du maintien A domicile est une donnee
important, mais il faudra intensifier la formation des aidants. II
est aussi question de formes d'accueil intermediaires entire,
d'un c8te, le domicile et, de I'autre, les maisons de retraite, de
plus en plus medicalisees.
Le plan de developpement du secteur medico-social acted en
2008 entire I'Etat et ses partenaires, qui prevoit notamment la
creation sur 5 ans de 1 000 places pour personnel Agees, afin


de contribuer A la resorption du deficit d'6quipement de la re-
gion, advance lentement. En 2010, 174 places ont ete installees
sur les 200 programmees.
Pour finance ce defi, il avait 6te avance une nouvelle journey
de solidarity, qui a ete annulee a I'approche des 6lectiohs, et
qui de toutes fagons impliquait, une fois de plus, une ponction
sur les revenues des seuls salaries. D'autre part, certain re-
doutent que la reforme ne se traduise par la privatization du
syst6me de prise en charge et par le recul de la solidarity. Le
president de la Republique, Nicolas Sarkozy, n'a-t-il pas declare
dans son discours de lancement des debats sur la dependance
: "ifnousfaut sans doute inventer autre chose que le mod'ele tra-
ditionnelde couverture des rsques par la sicuriti sociale? Ponc-
tion de I'assurance vie des personnel dependantes,
augmentation du taux de CSG des retraites ou nouvelle journey
de solidarity sont autant de pistes regulierement evoquees.
Outre les groups de travail, les debats dans les regions sont
I'occasion de permettre a ceux qui le souhaitent de partager
leurs experiences dans ce domaine, de faire part de leurs
preoccupations et d'avancer des propositions. Une synthese
des contributions du lundi 23 mai ainsi que les travaux sur la de-
pendance seront transmis au minister.
Une restitution finale de I'ensemble des travaux sera remise au
President de la Republique au debut du mois de juillet. Elle ser-
vira de base au project du gouvernement, don't les premieres
measures figureront dans la loi de financement de la Securite
social pour 2012, examine A I'automne 2011.
C.B

En Martinique : 26 246 personnel, soit 37 % des 60 ans et
plus, touchent une pension vieillesse inferieure au minimum
vieillesse fixed A 629 E en 2007 (A ce jour 708 E).
19 539 personnel, soit 27,5 % des 60 ans et plus, ont une pen-
sion comprise entire 629 E et 1000 E. Ils sont 3 763 soit 5 % ,
a toucher plus de 1 000 E.
On recense 45 etablissements pour personnel Agees:
- 2544 places autorisees et 1416 places installees, don't 21 Eta-
blissements pour Personnes Ag6es Dependantes
Focus sur la Maladie d'Alzheimer:
Pres de 7500 personnel atteintes de la Maladie d'Alzheimer
(estimation).
1 etablissement d'hebergement permanent pour 48 pension-
naires, avec une capacity global de 84 residents.
1 accueil de jour autonome recemment installed pour 12 places.
3 "consultations mimoire", don't une labellisee, au CHU de Fort-
de-France
Source : Prefecture de Martinique


' I


Fonbs europeens: 105 dossiers valiaes


Apres deux mois d'interruption en raison des chances poli-
tiques et du droit de reserve prefectorale, le comit6 de pilotage
strategique,(CPS) compose du prefet, de la president du
Conseil general et du president du conseil regional represented
par la premiere vice-presidente Catherine Conconne, s'est
reuni le 20 mai dernier. Cette interruption n'a pas nui aux por-
teurs de projects, puisqu'il n'y a pas eu d'interruption dans I'ins-
truction des dossiers. Ce ne sont pas moins de 105 dossiers
qui ont ete valides pour un peu plus de 33 millions d'euros et


soutenus par des fonds europeens.
"Des investissements qui impactent (a vie de tous fesjours et sont
au ceur des politiques pubiques", a martele le prefet Laurent
Prevost. Josette Manin, qui prend la succession de Claude
Lise, a reaffirm6 le "soutien du ConseiCgineralauw porteurs de
projects" et n'a pas manqu6 de souligner "e defi d releverpour
que la consommation desfonds soit plus poussie".
Catherine Conconne, a tordu le coup au cliche qui fait croire
______________________


^ I i. 26, Mat,07 en'27- Pge


I fSOCrt







http://www.ioural-iustice-martinique.com


que la Martinique est une mauvaise consommatrice des fonds
structures, en d6clarant : "La Martinique est active dans [a
consommation desfonds". Si la programmation se pursuit a un
rythme regulier comme I'a annonc6 le pr6fet, il reste 6 aboutir
a des r6alisations effective, car il faudra rendre compete a I'Eu-
rope. Un bilan d'6tape sera fait au mois de juin afin d'6valuer oo
en est la realisation des grands projects, tel le TCSP.
Tous les responsables se sont rejouis de voir enfin d6marrer ce
vaste project de 170 millions d'euros quest la reconstruction du
plateau technique du CHU Pierre Zobda Quitman aux normes
parasismiques. Les premieres etudes sont lancees pour un
montant de 11.7 millions d'euros. Autre project du CHU, soutenu
par les Fonds Europ6ens de Developpement (FEDER) : celui
d'ISIS. Le project ISIS (Intelligent Survey for Information Sys-
tems) est destine A rendre imm6diatement compr6hensibles les
multiples donn6es relatives aux patients en reanimation.
La r6alisation d'une creche multi entreprises d'une quarantine
de places au Lamentin, pour un montant de 1.7 millions d'eu-
ros, devrait permettre aux salaries d'avoir une structure de
proximity r6serv6e a la petite enfance.
Le fonds social europ6en intervient en matibre de formation et
Sd'insertion, et pas moins de 9 projects ont recu I'aval du CPS.
Une concern les coll6giens en situation de rejet de I'institution
scolaire, il s'agit d'un dispositif relais du groupement d'interet
public formation continue (outil de gestion pour les actions qui
d6passent le champ des competences des 6tablissements pu-
blics). Les investissements concernant la modernisatior des
fermes aquacoles et de la production d'elevage se pursuit.
Le comite strat6gique a poursuivi la simplification des aides eu-


Josette Manin, Laurent Prevost et Catherine Conconne


ropeennes pour les agriculteurs, sachant que c'etait la ou le ni-
veau de consommation 6tait le plus faible, en raison de la com-
plexit6 des demarches pour y acceder. Acc616rer la
modernisation des exploitations agricoles : tel est I'enjeu. Ainsi,
au travers de I'Agence francaise de d6veloppement, un fonds
de garantie est mis en place pour permettre un pr6financement
des operations. Des measures ont et6 prises 6galement pour les
jeunes agriculteurs : on a allege les seuils des spaces agri-
coles pour pretendre au FEADER (Fonds Europ6ens Agricoles
pour le Developpement Rural). Avec ces measures et une cam-
pagne de communication, les responsables souhaitent voir le
niveau de consommation augmenter au benefice du develop-
pement agricole.
C.B


Selon la lettre he I'IEPOM e mai 2011 :"Nouvete agraiation e 'emploi"au

ler trimestre 2011) ou Se pa an set pipiri ki ka chanted ki ka fe soley leve


Nous pourrions triompher au vu des donn6es sur le ch6-
mage publi6es par la derniere lettre de I'ledom du mois de
mai 2011 qui announce : "' ouvefe degradation le fempfoi au
premier trimestre...".
On se souvient de la pol6mique que nous value la critique de
I'6valuation des premiers effects du plan de reliance d'urgence du
president du Conseil regional. A I'appui de leur argumentation,
les thurif6raires de la "nouvelle governance" avangaient no-
tamment la hausse des ventes de ciment en f6vrier 2011 (+ 17
% depuis le debut de I'ann6e), le recul du nombre de deman-
deurs d'emploi de 0,3 % en f6vrier par rapport & janvier 2011,
les 8 770 annonces intentionss de recruter"en 2011 de I'en-
qu&te BMO de pole emploi., etc. Nous avions invite & la pru-
dence ( cf Justice n 16 du 21/04/2011, n" 18 du 5/05/2011 et
n 19 du 12/05/2011). Se pa an sel pipiri ki ka chanted ki ka fe
soley 16v6 (une hirondelle ne fait pas le printemps).

Emptoi: 66grabation
Que dit la recent lettre de I'ledom sur I'6volution de I'emploi?
"Afin mars 2011, le nombre de demandeurs d'emploi de catigorie
A (DEFWA) s'Ceve d 41 260, soit une hausse de 4,9 % surun an
(+2,5 % sur le trimestre). L'indicateur de chdmage gagne ainsi 1,1
point sur un an pour s'eta6fir a 25 %".
En d'autres terms, la hausse du ch6mage sur le premier tri-
mestre de cette ann6e a continue par rapport A I'an dernier,;
plan regional d'urgence ou pas. Ce qui ne veut pas dire, une
fois de plus, qu'il fallait rester les bras croises. Ce que jamais
nous n'avons soutenu.


ruie mrnplul: une nausse ou cnomage ae pres ae o/o sur un an


L'ledom pursuit:
"... mais perspectives dembauches selon Cenquite B'0MO
Selon Cenquite sur Ies besoins de main-d'oeuvre rialisie par Pdfe
employ 20,4 % des employers envisagent fdembaucher en 2011,
soit 8 770 intentions fembaucle. Toutefois, ces recrutements sont
conditionnes par une reprie de ractivite 6conomique. A fin mars,
2 785 offres d'emploi ont ite enregistrees, soit + 5,9 % sur un an.
Cette evolution doit itre toutefois itre analysie avec precaution,
seules, 37,5 % des offres sont des emplois durab6es".
C'est exactement ce que nous avons dit. A savoir que I'enqu6te
sur les besoins de main-d'oeuvre (BMO) de p6le emploi devait
6tre appr6cide avec precaution et que les "intentions de recru-


jeuda fssi2fIjaice 27-age *


r Ecw/






http://www.iournal-iustice-martinique.com


ter"pour se realiser dependaient de la vigueur de I'activite eco-
nomique. De plus, une majority de recrutements envisages 6tait
des contracts a duree determinee (CDD). Ce que confirm la na-
ture des offres d'emploi du ler trimestre 2011 : seulement 37,
5 % des offres d'emploi sont des emplois durables, souligne &
just titre I'ledom. Et moins de 50 % des ch6meurs de catego-
rie A sont indemnises.

Ventes be ciment: recul
Parallelement, les ventes de ciment ont recule de 29,0 % en
mars 2011 par rapport A fevrier 2011 et de 35,5 % sur un an et
de 3,6 % en cumul sur le premier trimestre 2011 par rapport au
ler trimestre 2010 qui etait d6ej en crise... Effets de la gr6ve
des transporteurs de materiaux ? Mais la greve des transpor-
teurs de materiaux n'est-elle pas le reflet et la consequence de
la crise martiniquaise aussi bien structurelle que conjoncturelle:
plethore de camions, reglementation inadaptee aux realites,
hausse des prix des carburants, recul du BTP, etc ?
En d'autres terms, la crise tenaille la Martinique. On ne peut
pas s'en rejouir, bien entendu.
Le plan de reliance regional aura sans doute des effects, mais il
faut autre chose pour sortir le pays du marasme.

Surenbettement: record historique
Ajoutons que le nombre de dossiers de surendettement bat
tous les records de "plus haut historique"en Martinique depuis
2002.
La lettre de I'ledom ecrit en mai 2011 : "Le surendettement des
manages: une activity 2010 en forte hausse qui se confirm dibut
2011.
Jlu course de [annie 2010, 447 dossiers de surendettement ont iti
deposis contre 354 en 2009, soit + 26,3 % sur un an. Cette pro-
gression a iti regulire tout au long de fannie et s'est accildrfe en
dicem6re avec un nombre recordde dossiers de 53, portant le total
du dernier trimestre 2010 a 120 (plus haut historique sur la pj-
riode 2002-2010). Les 4 premiers mois de 2011 renforcent cette
tendance avec 205 dossiers diposis, soit un nouveau plus haut his-


torique".

Touristes: toujours pas 'embellie
Dans le meme temps, le nombre de passagers a I'aeroport en
fevrier dernier depuis le debut de I'annee est en recul de 0,5 %
sur 2010 et le nombre de croisieristes continue sa chute aux
enfers avec une baisse sur la meme periode de 65 % en moins.
La reprise dans le tourism n'est pas encore 1 en depit de la
methode Coue appliquee par la dame Roy-Camille. Quels ef-
fets pourront avoir la co0teuse transat Benodet ? II faut atten-
dre.

Inflation: retour bu supplement colonial
S'agissant de la hausse des prix A la consommation, elle at-
teint +2,6% a fin mars 2011. La lettre de I'ledom livre le com-
mentaire suivant: "Le tauxd'inflation annuels'etablit ainsi +
2,6 % centre + 1,1 % un an auparavant. Ilse site d un niveau su-
pirieur a celui des autres giographies (2 % en 9Mfitropole, 2,1 % en
Quyane, et 2,5 % a [a Riunion), a [exception de [a guadeloupe
(+3,2 %).
Ce relevement tient a fa progression desprixde linergie (+16,9 %)
et dans une moindre measure ad a hausse des prix des services (+1,9
%). Les prix des products manufactures et
de Calimentation sont en Cligre augmentation (+0,6 %/).
Hfors inergie, la hausse des pri( est plus significative qu'da fain de
Cannie 2010 (+1,3 % contre +0,7 %), elle atteint ainsi un niveau
supirieur a celui de la mitropoCe (+0,9%/)".
En clair, I'inflation est repartie et elle est plus levee qu'en
France (la "metropole" dit I'ledom) alors que le Smic et les mi-
nima sociaux sont fixes par reference a la hausse des prix en
France. La perte de pouvoir d'achat reguliere qui en resulte re-
leve du fameux "supplement colonial'. La lutte contre la "vie
chire"est plus que jamais d'actualite.
Donc le vrai changement reste a I'ordre du jour.
Michel Branchi


tI Inqi


Kgions ultrapirifherilue : Letchimy tire la sonnette a'alarme


Serge Letchimy, president des Regions ultrap6ripheriques
(RUP) en exercise, a dressed le lundi 16 mai un bilan de mi-
mandat. Pour rappel, les RUP sont au nombre de 9 (Gua-
deloupe, Guyane, Martinique, Reunion, Saint-Barth,
Saint-Martin, Acores, Canaries, Madere) ; Serge Letchimy a
accede a la presidence tournante en octobre 2010.

Risque be perare e 180 a 200 millions o'euros lors bu
PO 2013-2020
Au delay des actions tres intense realisees, c'est I'avenir des
fonds structures dans le prochain programme operationnel
2013-2020 destine a la Martinique qui a semble le plus preoc-
cupant pour le president de Region. En effet, selon la statis-
tique europeenne, la Martinique aurait atteint le plafond des
75% du PIB (produit interieur brut)moyen europeen, ce qui nor-
malement implique qu'elle sorte de "'o6jectifConvergences"
pour entrer dans celui de la competitivite. Or, d'apres le presi-


dent, "Nous ne sommes pas prits"car cela implique une verita-
ble revolutionn en matiure de conception du developpement de pas-
ser d'une logique de guichet d cellede project II indique que le
critere du PIB est infonde et qu'il est errone de soutenir que la
Martinique aurait atteint des resultats avances en matiere de
developpement au regard de la situation economique et so-
ciale. Sortir de I'objectif 1 fera perdre entire 180 et 200 millions
a la Martinique, fait remarquer Letchimy, qui pursuit en disant
qu'il s'agira d'un "veritable sjisme". Pour 6viter cela, il entend
contester les donnees europeennes, faire integrer I'annee 2009
dans les statistiques de facon a donner une bouffee d'oxygene
et tenter de reporter 6 plus tard cette sortie. Prudent toutefois,
il announce "ce sera un miracle si Con maintient le montant des
fonds structures actuelf'.
II plaide pour un cadrede region intermediaire et propose
I'adaptation d'un cadre specifique pour la Martinique car des
RUP, elle est seule dans ce cas de figure. Ce cadre devra "a


I '2mas ju. ms '2s-'Pg


IEwoOIE






http://ww.iournal-iustice-martinique.com


titre derogatoire nous maintenir dans Cobjectifconvergence ou a
defaut nous accompagner dans une situation de transition viable ".
II y aura aussi des n6gociations a mener avec I'Etat frangais
pour compenser les sommes perdue en cas de sortie.
Pour se donner les moyens d'exercer un lobbying efficace, les
presidents des regions frangaises ont decide d'ouvrir un bureau
& Bruxelles, et qui devra 6tre operationnel au mois de septem-
bre.

Convaincre be la necessity be la prise en compete bes
specificit6s bes RUP
Autre sujet d'inquietude : I'avenir des RUP face 6 la conjunction
du context de crise 6conomique et social, des problems
budgetaires, et de I'elargissement & 27. II faut A nouveau ba-
tailler pour faire defendre I'article 349 reconnaissant les speci-
ficites des RUP. La presidence martiniquaise a decide de se
montrer offensive avec une presence marquee aupres des ins-
titutions europeennes. Plusieurs rencontres avec les commis-
saires europeens sont prevues, pour les sensibiliser.
La rencontre avec la commissaire de la peche et 6 la politique
maritime le 19 avril pour faire toucher du doigt la necessity de
continue A aider A I'acquisition des navires neufs, alors qu'il y
a un arr6t de cette measure en Europe A cause de la surexploi-
tation des especes, demontre la non prise en compete de nos
specificites. "Ifs'agit ad d'un enjeu considerable pour la piche",
explique le president.
La presidence martiniquaise investit les forums europeens afin
de "garantir la defense de Cultraperipherie". D'autre part,six
contributions ont 6t6 transmises ; la commission europeenne
"pourfaire entendre notre positionnement notamment sur la poli-


Serge Letchimy confronted au rouleau compresseur int6grationniste europ6en

tique de cohesion reformie ou Ie march unique". Par ailleurs, la
Martinique a lance trois etudes portant surles surco0ts de I'ul-
trap6ripherie, la politique maritime integree et la valeur des 6co-
syst6mes des RUP.
Toutefois, des batailles extr6mement complexes seront a
mener dans les mois A venir afin de faire reconnaitre la r6alit6
de I'article 349 du trait de Lisbonne, car avec I'elargissement
6 I'Est, les donn6es ne sont plus les memes. Ainsi, plusieurs
rendez-vous sont a I'agenda des presidents de RUP, des ren-
dez-vous qui doivent aboutir A une rencontre avec le president
de la Republique afin qu'il fasse valoir aupres de ses parte-
naires europeens le statut 349 des RUP.
Contrairement a ce qui avait ete promise, notre arrimage A I'Eu-
rope n'a pas ete un fleuve tranquille et nous devons continue
a batailler pour ne pas sombrer dans les remous du libre-
6changisme.


C.B

Debat en trompe-'oeit a lassemblee national sur te bitan bu Co-

mite interministeriel be 'Outre-mer (CIOM): Un bat masque


Petite operation politicienne de Victorin Lurel ?


Un debat parlementaire sur la mise en oeuvre des 137 me-
sures adoptees par le fameux CIOM (Comite interministe-
riel pour I'Outre-mer) du 6 novembre 2009 preside par
Nicolas Sarkozy s'est tenu a I'assemblee national fran-
gaise le 18 mai dernier a I'initiative du group socialist
(SRC) et plus particulierement du sieur Victorin Lurel, de-
pute et president du Conseil regional ultra-assimilation-
niste de la Guadeloupe.
II faut rappeler que ce Comite interministeriel de I'Outre-mer
cree en grandes pompes pour la circonstance a ete presented


comme la conclusion des Etats g6neraux de I'Outre-mer
(EGOM) organisms par le pouvoir en guise de reponse a la crise
economique et social qui a frappe A des degr6s divers les
pays d6nomm6s "departements" ou "col.ectivitis" d'outre-mer
au debut de I'ann6e 2009 et plus particulierement la Guade-
loupe et la Martinique.
Dans Justice (n" 46 du 12 novembre 2009) nous avions ana-
lys6 ces measures et tire la conclusion que "si, unefois de plus
'Etatfranpais consider qu'ifpeut rialiser Ce 'developpement en-
dogene' de Paris par Prefets interposes ou dans article 73 ce qui
est la meme chose, on va da fchec et a Lexplosion social assure a
terme".
C'est dire que le bilan realise par un partisan du statu quo ins-
titutionnel ne pouvait mener plus loin qu'un debat politician. Le
depute Alfred Marie-Jeanne a refuse de participer 6 cette mas-
carade.
Victorin Lurel s'appuie sur un bilan r6alis6 par un organisme
socialist denomme "Terra Nova"et dirige par un ancien sous-
prefet Marx Vizy.
Citons le depute Lurel: "nouspouvonsaujourdhui affirmer, avec
regret, que Ce meilleur taux execution des measures du CIOM est
atteint d La PSunion avec 25,6 % et le pire d Saint-Martin avec
moins de 6 %. En guadeloupe, ilatteint 19,8 %; en Guyane, 22,2
%; en Martinique, 18,3 %; a Saint-Pierre-et-7Miquefon, 11,8 %.


!_~l~fV i 2 'Mai2K -sticeR'21- ag


" IFOI~ I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Dans Chexagone, ifest d peine 16 %. Pour ce qui reeve des.me-
sures transversales, seuCun quart de ceffes-ci a ite vhritablement
mis en ceuvre". Sur les 580 millions d'euros repr6sentant le chif-
frage des measures annonc6es une grande parties des finance-
ments n'est pas au rendez-vous, soutient le d6put6 socialist.


Marie-Luce Penchard nous renvoie A nos turpitudes


BataiUe 6arisoire be chiffre
La ministry Marie-Luce Penchard, chaussant d'autres lunettes
a repondu : "Quelbilan peut-on tirer aujourd'hui de la mise en
euvre du CIOM ? Je voudrais vousfaire partager un constat sim-
ple : Ce Gouvernementfait clairement son travail Ce sont au-
jourdhui pres de 85 % des 137 decisions du CIO9M qui sont
riaCisees ou en course de realisation".
Bataille de chiffres sur la ligne budgetaire unique (LBU) que la
ministry pretend avoir "sanctuarisie" a 274 millions d'euros et
sur le Fonds Exceptionnel d'lnvestissement qui aurait debloque
pres de 200 millions d'euros en deux ans.
Conclusion de la ministry sarkozyste : "Jamais un Gouvernement
n'avait rjussi a traiter avec succes et courage poCitique des sujets
aussi sensibles, voire tabous, et aussi diffirents que la promotion
des uCtramarins auxpostes de responsabiirit,...
9Mme 9Huguette Bello (PCR). Ce n 'est pas vrai chez nous !
9me Marie-Luce Penchard, ministry. ... Ca reform des indemni-
tbs de retraite, Cassouplissement des visas ou les reformes institu-
tionneCles. Avec fannie des outre-mer, jamais un gouvernement
n'avait autant mis a Chonneur nos outre-mer, feurs cultures, feurs
histoires, feurs grands hommes. L'hommage solennelde la nation
ra imi CUsaire puis le divoilement dune stAle en Chonneur, pour '
(a premierefois, du combat des escCaves pour la iberti,... ".
.Tour A tour les deputies furent autorises a poser des questions
& la ministry. Ainsi furent abordes divres sujets tels que, la no-
mination d'originaires dans la function publique outre-mer (Hu-
guette Bello, PCR), les energies renouvelables, le logement
social( Huguette Bello, PCR et Chantal Bethelot, ap soc), le
plan d'urgence pour la jeunesse (Jeannie Marc, soc), I'octroi
de mer et les dotations aux collectivites (Louis-Joseph Mans-
cour, soc)), la lutte centre la vie chere (Huguette Bello, PCR).
Etc.

Le mur ae la cruise capitaliste et bes bolmes n6o-Ub6raux
Marie-Luce Penchard a plusieurs reprises s'est defaussee sur
les collectivites locales pour expliquer I'insuffisance de realisa-


tion des measures promises, arguant que notamment I'Etat n'est
mattre d'ouvrage (logement par example). Sur I'insuffisance de
credits, elle a dO avouer la crise des finances publiques : "La
decision du geldes dotations, qui s'inscrit dans fe cadre de [a poli-
tique gouvernementale de maitrise des dipenses pu6liques, a e6t
praise au niveau national, iCest donc Cogique qu'efle concern aussi
Coutre-mer", a-t-elle declare s'agissant des dotations aux col-
lectivites locales.
Sur la question de la vie chere, Marie-Luce Penchard a plaid
une fois de plus I'impuissance au nom du dogme de la liberty
des prix et de la libre concurrence : '"e ne peux, aisser dire que
nous n'avons pas agi enfaveur du pouvoir d'achat (...) Nous
Cavonsfait, et nous continuerons de lefaire, mais nous sommes
dans une economie de march: nous ne pouvons pas riglementer Ces
price et n'appliquer que des prix administris,...
W. Victorin Lurel Ce n'est pas ce qa'on vous demand !
9Mme Marie-Luce Penchard, ministry. ... c'est la concurrence qui
fera 6aisser les prii".
On notera I'accord de Victorin Lurel sur le fond : pas de prix ad-
ministres.

La question bu "b6veloppement enbolgne" biaisee
Mais la question de fond du developpement endog6ne fut, a sa
maniere, abordee par le deputy Serge Letchimy. II a declare
notamment: "'e dois reconnaitre queje n'aipas ite un adepte des
itats gineraux tes qu'ils ont ete concus. J'ai toujours consider
que dresser des listes de measures ne correspondpas au besoin de rj-
formes profondes de ces pays (...)"
Et d'interroger sur des points precis dans France-Antilles du
19 mai 2011 : "Parmi les enjeuwimportants, iCy a C'accessi6iliti des
(PME/2PE auwmarchis pu6Cics. ICy avait a promesse de modifier
Ce code des marches pu6Cics et ca n'a pas eitfait. L'epargne locale
doit itre mo6iCisie pour Pinvestissement, or efe repart... Lefonds
dinvestissement de proximite(cense drainer Cepargne Cocale, ndTr)
permettrait de relancer industrialisationn de nos pays. Ifn'est pas
fait. Le gouvernement prend'orientation taller vers P'autonomie
inergitique et en mime temps on dicapite lefinancement de C'ner-
gie solaire. Sur fe Cogement social, on constate que (a LBZ) n'est pas
sacraCis6e. Je suis pCut6t partisan pour que CEtat assume ses res-
ponsa6iCitis gCobaCes et que Ces colCectivitis puissent organiser un
developpement coherent. ye ne suis pas tris d'accordavec 'idie
d'un commissaire au d6veloppement endogyne. Ca n'a pas de sens.
Le developpement endogene est d'a6ordinteCCectuelet cette domi-
ciCiation dune espkce de parrain n'a aucun sens. Pour d6velopper
une production, iffaut un minimum de protection de la produc-
tion locale". Tout cela est fort bien dit et rejoint nos critiques de
fond sur la philosophie economique centraliste du CIOM.
Autrement dit, on se heurte au system neo-colonial departe-
mental et a I'integration mecanique A I'Europe.
Que repond Marie-Luce Penchard, par example sur la question
d'accorder la preference aux entreprises locales dans les mar-
ches publics ? Elle s'abrite naturellement derriere la directive
europeenne : "S'agissant du code des marches pu6Cics, lest vrai
que la question de sa revision se pose. Simplement, la directive eu-
rop6enne nous conduirait a entrer dans une procedure trop com-
plexe, c 'est [a raison pour IaquefCe nous avons prefire fa voie de la
circulaire pour inciter a avoir recours d (a production locaCe, no-


Veuh 6 Mai2SS 17,Sic 7 Page / 0


H PO#ITiQ






http://www.ioural-iustice-martinique.com


tamment pour fes marches publics passes par 1Xttat".

Ou Marie-Luce Pencharb nous renvoie facitement au
"broit common"
Dans France-Antilles du 19 mai, la ministry est plus directed et
enfonce le clou : "Nous sommes dans le droit commun et iffaut
un moment donni choisir son statut. Nous sommes tenus par une
directive europdenne. Ilny apas de non volonti de notre part de
modifier ce code, mais une impossibility. (Pour autant, nous avons
adressi une circulaire a C'ensemble de nos services pour que dans le
cadre des marches pu6bics de [Etat, nous puissions prendre en
compete les entreprises ultramarines, notamment dans les produc-
tions agricoles. Comment [es colectivitis locales s'associent a notre
demarche ? Cette complimentariti ne sefait pas. Nous sommes
dans une dualite; iCy a faction de CEtat d'un co6t, de C'autre les
collectivitis. Nous ne parvenons pas a travailler ensemble alors
que personnel ne peut agir seul Iffaut etre ensemble pour r6ussir


le diveloppement endogene".
Alors, on en reste Il ? On volt bien qu'on retrouve la question
du statut vis-a-vis de la France (article 74) et vis-a-vis de I'Union
europeenne (modification de I'article 349 vers I'association spe-
cifique). Marie-Luce Penchard logiquement nous renvoie au
"droit commun" et a nos turpitudes. Comment vouloir I'article
73 et vouloir deroger au code des marches publics, un fonds
pour collector I'epargne locale avec un taux de defiscalisation
sortant du droit commun, et proteger la production locale? Elle
renvoie aux collectivites locales qui seules peuvent impulser le
pretendu "developpement endogene". Or ces collectivites n'en ont
pas la capacity juridique ni financi6re.
Nous sommes dans un bal masque. On tourne en rond dans le
"bocal'de I'assimilation-d6partementalisation, comme disait un
temps Rodolphe Desire.
Pendant ce temps, la crise economique et social s'approfon-
dit dans les soi-disant "DOM" et dans notre pays. Jusques a
quand ?
Michel Branchi


[ MOIEPUPEI I


A rmand Nicolai a France-A ntille : "Notre passe historique qui est te

22 mai boit nous servir be lteon "_


Le r6le be a 6couvreur bu 22 Mai 1848 6'Armanb Ni-
colas en tant qu'historien reconnu par France-Antilles
France-Antilles des samedi 21 et dimanche 22 mai 2011
dernier public & la Une sous le titre "22 9ai: epays sesou-
vient'l'annonce suivante : tncontri avec rhistorien.rmanw
Nicolbs'qui invite a "e etrteniretemncfrle 22w'ai"et cela ac-
compagne d'une photo de notre camarade.
En pages interieures, le journal public une interview d'Armand
Nicolas par Adams Kwateh presentee comme suit: "interview
AnrmandX/icolas, Professeur a'9istoire. ArmandXNicolas est le pre-
mier historien a decouvrir la date du 22 mai 1948, marquant
C'aboutissement des soulvements des esclaves en vue de feur Ii-
berti. Rencontre".
Apres avoir souhaite que la celebration du 22 mai reaffirme "le
sensfondamentaCdu 22 mai", Armand Nicolas precise: "D'a6ord,
ilfaut fire des efforts pour populariser Chistoire de la Martinique
en sensibilisant d des dates et des personnalitis de notre histoire.
D'ozi Ce travailde devoir de mimoire qui s'e.prime de diffirentes
manieres don't la Xdnomination des Cieux des sites ou des person-
naitist de notre histoire. Iffaut riellement porter attention sur ce
dernier point. Et quandje dis attention, c'est parce qu'ify a un
'toilettage' dfaire au niveau des places ou des spaces qui portent
des noms de personnel [iees a des phases sombres de notre histoire.
Trks concritement, iCs'agit par exemple des places Bertin a Saint-
Pierre et Joyeuses d Triniti. L'un itait un amiral, Cautre un civil
Ils ont iti envoyss en 1802 parNapolCon pour rta6bir 'esclavage
en Martinique. Notre mimoire n'a pas a les glorifier".
Pour terminer, le journal lui demand : '"Iujourd'hui, C'idee de la
(ibiration conquise en 1848 sem6be admise. Miais d'autresparlent
dimancipation. Qu en pensez-vous ?".
Armand Nicolas repond : "I est vrai que P'aboition correspon-


dait a une phase de notre
histoire. Car en 1848,
c'otait C'homme martini-
quais qui accidait a sa
propre liiert. C'est-,-dire
qu'iC n'itait pCus [a pro-
pri'dt dun autre homme.
eais depuis, 'histoire n'a
pas cessi sa march. Ces
mimes personnel qui
avaient brisei es cihanes se
trouvent soumises a (a do-
mination coloniale. En
fait, nous sommes dans un A.rmand Nicolas a t visionnaire
system particulier qui est
de nocolonialisme. Cette situation pose e probOeme de 'imancipa-
tion, c'est-l-dire d6cider soi-meme pour soi-mime. C'est un travail
l Ca foispoCitique, iconomique et cuCture (Pour moi emancipationn
c'est le defi de C'avenir. Encore unefois, notre pass historique qui
est le 22 mai doit nous servir de lemon".
France-Antilles pr6sente Armand Nicolas A ses lecteurs qui a
public en 1962 "la revolution antiesclavagiste de mai 1848 d la
Martinique, premiere base icrite sur le 22 mai". II rappelle la
"longue marche"qui a conduit B la reconnaissance du 22 mai
1848 en soulignant en particulier la contribution en 1944-1950
de notre camarade Gabriel Henry qui a aujourd'hui 102 ans.
II rappelle aussi, comme pour faire bonne measure, l'inaugura-
tion par Aime C6saire en 1971, ii y a quarante ans, de la place
du 22 mai & Tr6nelle.
Comme quoi, malgre tout il n'est pas possible d'occulter sans
fin la verite.


IF Imf^ '


FOLITlql







htt ://www. iournal-iustice-martinique.com


22 Mai 1848-22 Mai 2011: Soyons bignes be nos ancetres en ras-

semblant nos forces pour La conquete be la responsabilite.


A travers toute la Martinique, de nombreuses manifesta-
tions ont marque la commemoration du 163ieme anniver-
saire de la revolution antiesclavagiste de 1848.
Mais c'est le dimanche 22 mai, a Sainte-Philomene, sur le
territoire de la commune du Pr^cheur, un des hauts-lieux
de I'insurrection, que s'est deroulee la manifestation la
plus symbolique. Au pied de la stable erigee en hommage
aux heros de 1848 ou s'etaient rassembles de nombreux
militants venus de toute la Martinique, plusieurs interve-
.1 nants prirent la parole pour rappeler la portee de cette
commemoration.
( Apres le salut du representant de la municipality pr6cho-
tine, il revenait d'abord a I'historienne Marie-Therese Leo-
tin de rappeler la chronologie des 6venements ayant about
a la signature par la gouverneur Rostoland du decret
d'abolition le 23 mai 1848.
Puis d'autres intervenants don't Georges Erichot pour le
PCM, Edmond Mondesir pour le CNCP, Francis Carole pour
le Palima, Lucien Adenet au nom de la commune de Rivibre
Pilote et Alfred Marie-Jeanne au nom du MIM prirent la pa-
role pour rappeler I'importance de cette date dans I'histoire
de notre pays, denoncer ceux qui cherchent a banaliser ou
a decredibiliser la portee de cet evenement et pour appeler
au rassemblement des forces de progrbs afin de faire
6chec a ceux qui s'opposent par diff6rentes manoeuvres a
la march de notre people vers la responsabilite.
Ci-apres large extraits de I'allocution de SG du PCM.

"Depuis d6ja quelques ann6es, les forces de progres de notre
pays se retrouvent ici, A Sainte-Philom6ne, dans ce lieu si
charge de memoire, pour comm6morer I'6evnement le plus im-
portant de I'histoire de notre pays, A savoir la R6volution anti-
esclavagiste de 1848.
Une commemoration qui intervient apr6s celle du 140i6me an-
niversaire de I'insurrection du Sud. Deux e6vnements symbols
de la longue et douloureuse lutte de notre people pour la
conqu6te de sa liberty et du droit a la dignity.
Mais combien d'autres pages de notre histoire doivent 6tre
chaque annee ou periodiquement evoquees pour nous rappe-
ler que la Martinique n'a jamais ete le paradise don't revent ceux
qui sont actuellement en charge du tourism, mais un pays don't
la terre a ete tachee et fecondee par la sueur et le sang de nos


Georges Erichot pendant son intervention
M 111 *nIIIII III;' ;IIII I


Le monument de Sainte-Philomene au Pr6cheur


ancetres. Au nombre de ces 6venements figurent aussi les san-
glantes repressions organisees par le pouvoir colonial en re-
ponse aux legitimes revendications des ouvriers agricoles pour
tenter d'alleger la misere qui les ecrasait(tueries du Francois,
du Carbet, du Lamentin, de Chalvet (...).
(...) Chaque people a besoin de heros ou au moins de figures
emblematiques.
Le people martiniquais a les siens. C'est I'esclave Romain re-
fusant de se soumettre aux injonctions de son maTtre d'arreter
le tambour, donnant le signal de I'insurrection don't nous com-
memorons le 163ieme anniversaire. C'est Lumina Sophie, I'he-
ro'ne de I'Insurrection du Sud et qui mourut au bagne de
Cayenne. C'est I'odieux assassinate d'Andre Aliker qui n'a ja-
mais ete puni alors que le coupableEug6ne Aubery avait et6
identified. Ce sont des hommes comme Victor Lamon, Pierre
Zobda-Quitman, Georges Gratiant, pour ne citer que ceux Ia
qui ont mene les grandes luttes pour la conquete des droits so-
ciaux.
C'est Frantz Fanon et c'est Aime Cesaire, don't la pensee est
aujourd'hui tant devoyee par ceux qui se proclament ses heri-
tiers.
En ce jour de commemoration du 22 mai, hommage doit 6tre
rendu A Gabriel Henri qui le premier, des la fin des annees 1940
a level le voile sur le rl8e des esclaves dans le processus de
I'abolition et surtout & Armand Nicolas qui a definitivement 6ta-
bli la verite historique sur les evenements qui ont
about, a I'arret de ce crime multiseculaire contre I'hu-
manite que fut I'esclavage.
Aujourd'hui, ce sont ceux qui,restant fiddles a leur en-
gagement en faveur d'une autonomie dans le cadre
de I'article 74, refusent de se renier au nom d'un op-
portunisme de mauvais aloi ou de la promesse d'un
strapontin continentt la lutte contre les sequelles du
colonialisme.
Arret du crime, du genocide, avec I'abolition de I'es-
clavage, certes. Mais pas de I'exploitation de notre
people.
En conclusion, de la 4ieme edition de sa brochure,
notre camarade Armand ecrivait : "'insi, [a revolution
de mai 1848 a about a fa destruction de fesclavage, mais
elCe n'a pas supprimi ['exploitation de Chomme par


[ "EMOME PU EUPLE I







http://www.iournal-iustice-martinique.com


hliomme et 1a masse du people est restde soumise aux memes ex-
ploiteurs, au mimes maitres. Elfe a mis fin a une certaineforme
de domination cofoniafe particulirement barbare, mais Coppres-
sion colonialiste s'est maintenue sous uneforme plus sournoise, as-
surant njanmoins le pillage de notre pays et icartant notre people
de tout pouv)oir initiative et de decision...."

La Revolution be 1848...marque une tape et non une fin
Propos de visionnaire, en ce moment oO notre pays vit une
tape important de son histoire avec le d6bat sur la mise en
place de la collectivit6 unique et sur celui, momentan6ment mis
entire parentheses, sur son evolution statutaire.
En ce jour de commemoration de la revolution antiesclavagiste
de 1848, la mobilisation et I'abnegation des acteurs de cette
page glorieuse de notre histoire doivent inspire chacun et cha-
cune d'entre nous.
Le long et difficile combat engage & la fois contre le pouvoir co-
lonial frangais et surtout aujourd'hui contre ceux qui, ici meme
utilisent toutes les arguties de la "troisi'me voie" et du sort du
personnel des deux collectivit6s pour retarder la r6alisation de
ce petit pas de la mise en place de la Collectivit6 unique, doit
nous inciter, nous sinceres partisans du changement et de la
responsabilit6, A unir nos forces et faire triompher I'id6al don't
nous nous 6tions solidairement engages A entretenir la flamme
lors de la creation du Rassemblement pour le Changement, le
29 juillet 2009.


Aujourd'hui, face a un adversaire local qui dispose de presque
tous les leviers de command du pays, il est imperatif que les
forces favorables au changement renforcent leur unite dans la
perspective de la prochaine consultation don't 'importance n'est
plus a souligner. Chacun y apportera sa contribution. Certains
disposent d'une important capacity de mobilisation sur le ter-
rain.
D'autres apporteront la pertinence de leur reflexion. L'essentiel
aujourd'hui etant, par delay des postures d'un autre Age, de pro-
poser au people martiniquais, a I'approche d'echeances im-
portantes, une alternative credible pour conduire notre pays sur
le chemin de la responsabilite et du developpement. C'est pour-
quoi, en ce 163iBme anniversaire de la revolution antiesclava-
giste de 1848 et du prochain 40ieme anniversaire de la
Convention du Morne Rouge notre Parti renouvelle son appel
en faveur de la constitution d'un Front Martiniquais pour I'Au-
tonomie ouvert 6 toutes les forces de progress du pays.
Camarades et amis, sachons nous inspire de I'exemple de
ceux qui, en 1848, ont su "col~ tit ekZipor' pour rompre les
chaines de la servitude jeter les bases d'un destin commun.
Vive nos glorieux ancetres Vive le rassemblement des forces
de progress Vive le people martiniquais enfin rassemble pour
faire avancer notre pays
Fort de France le 22 mai 2011
Georges Erichot
Secretaire general du PCM


["Ev.1'


Apres Le Maghreb, 'Espagne en proie a la contestation


Les movements sociaux qui, il y a quelque mois,
ont violemment secoue certain pays du Maghreb
comme I'Egypte et la Tunisie viennent d'atteindre les
rivages nord de la Mediterranee : Portugal, Grece,
etc. D6sormais elles embrasent toute I'Espagne.
Bien entendu, les medias leur ont donned peu
d'echos, d'autant que le risque de contagion me-
nace toute I'Europe et en particulier les pays qui, a
I'exemple de la France ont adopted des plans de ri-
gueur pour repondre aux exigences des marches fi-
nanciers.
C'est ainsi que depuis le 15 mai, la peninsule ibe-
rique se trouve confronted a une rebellion in6dite
contre le ch6mage et la crise economique sembla-
ble A celles qui ont embrase les pays arabes.
Une fronde subite, nee sur les reseaux sociaux et
qui s'est invitee dans la champagne electorale, au
moment oi les socialists espagnols affrontent a
I'occasion des elections regionales et municipales, une opini
publique qui rejette massivement le plan d'austerite impost
leur gouvernement par les milieux financiers.
Si les sujets de mecontentement sont des plus varies, le ch
mage qui touche plus de 21% de la population et pres de
moitie des jeunes de moins de 25 ans (en Martinique, c'est
% des jeunes de moins de 25 ans), reste le motif essential
la mobilisation. Beaucoup d'electeurs et notamment les jeun
crient leur defiance envers les grands parties politiques es[
gnols don't le Parti socialist et le Parti populaire classes & drc
et affichent leur sympathie pour < les petits parties > don't ce
des communists espagnols.
Comme sur la place Tarie du Caire, les manifestants, et nota
ment de jeunes "indignis"campent depuis plus de deux


Les "indign6s" espagnols manifestent contre le ch6mage et les measures d'aust&rite
maines sous des tentes, scandant des slogans contre le capi-
on talisme et la mondialisation neoliberale.
S& L'annonce, le 2 avril, par le Premier ministry Zapatero qu'il ne
se presenterait pas pour un troisieme mandate en 2012 n'a pas
16- suffi A calmer les esprits.
la La revolte des Espagnols n'est que le debut d'un vaste mou-
62 vement d'opposition des peuples contre les politiques neolibe-
de rales qui entendent leur faire payer les consequences de la
ies crise capitalist.
)a- On est bien loin du temps ob, surfant sur I'effondrement du so-
ite cialisme dans les pays de I'Est, les tenants du liberalisme ca-
flui pitaliste promettaient aux peuples un bonheur planetaire.
II existe une alternative a ce capitalism predateur. C'est un so-
m- cialisme democratique adapted aux realities de chaque pays.
se- Dont la Martinique. G.E


^ eu Mi 201 iic eS*21 P e I


WM/R U F L"







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Pemei juiiciaires de PK : Une brutale bescente aux enfers.


En quelques heures, Dominique Strauss-Kahn, le directeur
du Fonds monetaire international (FMI), I'un des hommes
les plus en vue de la planete et candidate favor des son-
dages pour les presidentielles frangaises est tombe de son
piedestal. II a ete accuse samedi 14 mai, d'agression
sexuelle par une jeune femme de chambre de I'h6tel Sofi-
tel de New York ou il residait.
La jeune employee de trente deux ans, d'origine africaine
a, en effet, affirmed devant la police, qu'alors qu'elle pene-
trait dans la chambre occupee par DSK qu'elle croyait vide,
elle a ete agressee sexuellement par cet homme sorti tout
nu de sa salle de bain.


DSK libre, sous etroite surveillance


Et voila "DSK. dans de sales draps", comme I'ecrit I'Humanite
date du lundi 16 mai. S'enclenche alors une implacable meca-
nique judiciaire qui s'apparente 6 une descent aux enfers.
Le lundi 16 juin, en compagnie de deux celebres avocats, me-
nottes aux poignees, au milieu d'une fort de cameras, il a ete
presented devant la juge du tribunal de I'Etat de New York pour
une audience preliminaire.
DSK s'et alors vu signifier les charges revenues centre lui par
le procureur Cyrus Vence Junior qui s'est taill6 la reputation de
combattre implacablement "(a dfinquance des cofs blanks". A sa-
voir : aggressionn sejueffe, tentative de violet de sequestration", en
tout sept chefs d'inculpation don't les trois premiers sont consi-
deres comme des crimes et passibles de plusieurs dizaines
d'annees de prison.
Lors de cette premiere audience DSK a decide de plaider non
coupable.
Le jeudi 19 mai, lors de la second audience, en presence de
son spouse et de sa fille, DSK a ete formellement inculp6 par
ce "grandjury". Mais le juge lui a accord la liberation condi-
tionnelle moyennement le versement d'une caution d'un million
de dollars et une garantie supplementaire de 5 millions de dol-
lars. Une liberation assortie de conditions tr6s strictes.

DSK exhib6 et une victim sans visage
L'image de Dominique Strauss-Kahn, menottes aux poings au
milieu d'une meute de journalists, qui a circule en boucles sur
tous les medias du monde a choqu6 plus d'un. D'autant que la
loi frangaise interdit, au nom du respect des droits de la per-
sonne et de la presomption d'innocence, de montrer des pri-
sonniers menott6s et de filmer les sales d'audience dans les
affaires criminelles.


Pourtant la pratique est courante aux Etats Unis. L'exhibition
du suspect qui vise a I'humilier et t mettre en valeur le procu-
reur qui, rappelons-le est elu, se deroule lors des transferts du
suspect.
Quant a la presumee victim, elle ne semble meme pas exis-
ter dans les medias tant ceux-ci se focalisent sur le prevenu.
Aucune photo d'elle n'a encore ete publiee hormis celle d'une
silhouette enveloppee d'une couverture blanche. Toutefois, par
del6 le drame que vit DSK, il convient d'avoir une pens6e pour
cette femme qui, selon ses avocats vit un profound traumatisme.
Dej6, les avocats de DSK s'appliquent a presenter d'elle une
image "trs peu sdduisante" pour attirer celui qui a la reputation
d'etre un seducteur.
De son vrai nom Nafissatou Diallo, cette Africaine, mere d'une
adolescent, se faisait appeler Ophelia sur son lieu de travail.
Presentee comme une employee module, menant une vie sans
histoire dans le quarter pauvre du Bronx. Nous voila parties pour
un nouveau feuilleton a I'americaine avec comme protagonistes
d'un c6te une femme noire de condition modest et de I'autre
un personnage don't I'envergure considerable semble l'ecraser.

Affaire Strauss-Kahn: Un s6isme politique en France
Avec I'affaire DSK, le fric et le sexe viennent de s'inviter dans
la vie politique frangaise, A un an des elections presidentielles.
L'une des premieres 6 s'exprimer a ete Marine Lepen toujours
prompted A I'amalgame politique sur le theme de "touspourris".
De leur c6te, la plupart des tenors du Parti socialist s'accor-
dent a reconnaltre, que quelle soit la veracite des faits, leur can-
didat favori des sondages a la presidence de la Republique est
"entri dans une nassejudiciaire don't iln'est pas prit de sortir".
Pour eux, il s'agit avant tout d'une affaire d'homme qui ne
touche pas directement le PS.
Nombre d'entre eux cependant se disent choques par les
images de DSK menotte, "profondement humiliantes" selon
Martine Aubry, la secretaire national du PS. Tandis que pour
BenoTt Hamon, "'objectifreste intact, battre Nicolas Sarkozy".
Pourtant meme si Martine Aubry affirme que cette affaire ne
bousculera en rien le calendrier politique du PS, il n'empeche
qu'elle provoque une redistribution des cartes dans la course au
presidentiable au sein de ce parti don't plusieurs responsables
jusqu'alors rests dans I'ombre se sentent pousser des ailes.
DSK elimine, Francois Hollande semble etre en liste face 6
Martine Aubry. Nicolas Sarkozy pour I'instant, ne tire aucun be-
nefice des difficulties actuelles du PS, selon un tout recent son-
dage. II a d'ailleurs recommande & ses lieutenants de se
montrer tres mod6res dans leurs commentaires.
De son c6te, le secretaire national du PCF, apres avoir rappele
la gravity des faits s'ils sont averes, a mis en garde contre la
tentation "de placer cette affaire au centre du dd6at prisidentief".
Une crainte justifiee par la focalisation de la champagne la per-
sonnalite des candidates au detriment de leurs propositions.
Nul doute que pour longtemps encore I'affaire DSK fera la une
des medias. Mais les travailleurs auront tout inter6t a ne pas
se laisser detourner de leurs vraies preoccupations que sont la
defense du pouvoir d'achat, le ch6mage et la defense des ac-
quis sociaux.
G.E.


IF *u 26 Mai'211j u '1 .Sae


LF_ 'E







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Haiti: un nouveau e6part ?


f, A EMnp


Ainsi, HaTti a un nouveau president de la R6publique, issu non
pas du monde politique mais de I'univers des artistes. MICHEL
Marthelly, qui a avoue avoir touched jadis 6 la drogue et que I'on
a vu adopter sur scene des postures grossieres, a la limited de
la pornographic, est manifeste-
ment un chef d'Etat singulier, hours
norme. Cependant, comme ses
predecesseurs, il apparait comme
un messie aux yeux de son peu-
pie martyr, qui depuis I'ind6pen-
dance n'a connu que la misere:
celle engendree par la guerre d'in-
dependance elle-meme; par
I'exorbitante et immorale indemni-
sation reclamee et imposee par la
France; par les dictateurs qui se
sont succed6 au pouvoir; par la
corruption generalisee; par la des-
truction des forts, source primor- Michel Marthely en b
diale de vie, etc.
Son election survient alors que le pays n'a pas encore com-
mence vraiment a se remettre du terrible seisme de janvier
2010 ni de la mortelle 6pid6mie de cholera. L'aide internatio-
nale, genereusement promise sous le coup de I'emotion, a ete
verse au compte-gouttes et risque fort de se reveler une farce


ion


en fin de comptes.
Tet Kale, comme on I'appelle familibrement, semble en bons
terms avec les Etats-Unis, le veritable mattre de la destined
d'HaTti depuis des decennies. En politique, il a des idees floues,
et I'on dit qu'il n'est pas fache avec
d'anciens dictateurs. La presence
en Ha'ti de B6b6 Doc et d'Aristide
peut 6tre pour lui un atout ou un
handicap, selon la circonstance.
Ce qui est certain, c'est qu'Haiti ne
peut pas sortir par ses propres
moyens de la cruise 6conomique,
social, institutionnelle, politique
dans laquelle elle se d6bat depuis
le 196 si6cle. Elle a besoin d'une
aide 6conomique massive imme-
diate et d'une cooperation poli-
tique, culturelle et universitaire
terms avec les USA permanent pour cr6er un v6rita-
ble Etat, jeter les bases d'un de-
veloppement global durable.
Sa diaspora, travailleuse, intelligence et solidaire, peut et doit
participer & I'effort de reconstruction. La Martinique aussi a une
obligation de solidarity avec le people ha'tien.
M.Belrose


Afrique meurtrie: La preuve que 'imperialisme n'est pas mort


Au course de la semaine derniere, malgre le bruit mediatique as-
sourdissant fait a I'echelle mondiale autour de I'affaire DSK, on
a pu entendre deux nouvelles importantes relatives A I'Afrique.
La premiere, c'est I'annonce faite le 20 mai que I'OTAN avait
detruit 8 navires de guerre libyens dans les ports de Tripoli, Ak
Khums et Syrte. La second, c'est la ceremonie d'investiture


Les rrappes oe I u I AN conire la LioyeDlesseni ei rueni


d'Alassane Ouattara dans la ville de Yamoussoukro, la capital
officielle de la C6te d'lvoire, le 21 mai. Outre qu'ils ont eu lieu
dans deux pays africains, ces deux evenements ont un point
commun :ils apportent la preuve que I'imperialisme occidental
est bien vivant et toujours aussi dangereux pour les peuples du
"tiers monde".
En Libye, I'Occident qui a profit du "printemps ara6e" pour
pousser I'opposition A Kadhafi A prendre les armes et a creer un


Conseil National de Transition, sachant pertinemment que cela
ne pouvait deboucher que sur une guerre civil, s'est arrange
pour que I'ONU intervienne dans le conflict et finisse par charger
I'OTAN de mener les operations militaires centre la Libye. Offi-
ciellement, il s'agissait de proteger la population libyenne, soi-
disant menacee d'extermination par le "bourreau" Kadhafi. Au
debut, il n'etait question que de creer une "zone d'exclusion ad-
rienne" destinee a empecher I'aviation gouvernementale de
bombarder la population. Pour cela, il fallait en principle detruire
les aeroports, les moyens de communication, les postes de
commandement. Mais en reality I'OTAN s'est mise en devoir
de bombarder sans discrimination objectifs militaires et bati-
ments civils, tuant aussi bien des soldats de I'armee gouverne-
mentale que des "re6elles"et des civils innocents. L'OTAN a
meme tent6 d'assassiner Kadhafi, reussissant A tuer I'un de ses
fils et trois de ses petits-fils.
Le conflict s'enlisant, I'OTAN a fini par s'attaquer A la marine li-
byenne, d6truisant 8 navires, sous le pretexte qu'ils repr6sen-
taient un danger a la fois pour la marine < alliee > et pour la
population.
A la longue, I'OTAN risque de gagner cette guerre de destruc-
tion. Elle a en a les moyens. Elle a surtout I'imperieuse neces-
site de la gagner, car I'Occident a besoin de faire main-basse
sur le p6trole libyen et d'avoir comme interlocuteur et complice
un gouvernement docile et reconnaissant. Les capitalistes oc-
cidentaux, les marchands d'armes en particulier, se frottent d6ej
les mains en pensant aux bonnes affaires qu'ils front en Libye,
aux juteux contracts que vont engendrer la reconstruction des
infrastructures civiles et militaires detruites et la reconstitution
d'une armee moderne.
Remarquons au passage que la "communalte interationale",
I'ONU et I'OTAN se sont gardees et se garden toujours de la
moindre intervention militaire en Syrie, oO pourtant le pouvoir


I u2M2jI^Kt n'21- PaeES 15


- 111111-~---~~_1~II
~






Shttp://www.iournal-iustice-martinique.com


reprime dans le sang les opposants qui manifestent en masse.
Deux poids, deux measures. L'imperialisme occidental sait faire
le bon choix, en function de ses inter6ts, et dispose de puis-
sants medias pour conditioner et abuser I'opinion publique in-
ternationale.
II est heureux que I'OTAN ne soit pas entree en guerre contre
la Syrie. L'ONU doit promouvoir la paix et la reconciliation na-
tionale en Libye au lieu de laisser I'OTAN continue son oeuvre
destructrice.
Nicolas Sarkozy, I'un des principaux acteurs de la croisade anti-
Kadhafi, a ete, comme par hasard, le seul chef d'Etat occiden-
tal present & Yamoussoukro a I'occasion de I'investiture
d'Alassane Outtara. Tout un symbol! II a certes promise d'aider


financierement la "nouvelle Cote d'Ivoire", mais il a surtout an-
nonce qu'il garderait "toujours une presence militaire en Cote
d'Ivoire... ". II a eu la precaution de preciser que c'etait a la de-
mande de Ouattara, mais il a dit aussi que c'etait pour assurer
la protection des ressortissants frangais.
Ainsi, comme aux beaux temps de la colonie, la France main-
tient des soldats hors de son territoire metropolitan, pour de-
fendre ses interets nationaux. Sarkozy a beau affirmer que les
soldats frangais "ne seront pas 1a pourprotiger un gouvernement
que(qu'ilsoit", personnel ne peut le croire. L'armee frangaise
n'a-t-elle pas joue un rl1e determinant dans la victoire militaire
de Ouatarra sur Gbagbo?
M.Belrose


Le Caire: L'accora 6'unite patestinienne relance La champagne pour La

reconnaissance ae 'Etal palestinien


ps ., .. '.
8-. I

.1* ,Lf t. .
Les Palestiniens mbilises lors de la Nakba (catastrophe)


A la veille du ler mai dernier un accord interpalestinien a ete
signed au Caire (Egypte) entire le Hamas et toutes les autres
composantes de I'Organisation de Liberation de la Palestine
(OLP) creee par le regretted Yasser Arafat.
Cet accord Hamas-Fatah ne peut que rejouir tous les vrais par-
tisans de la Paix au Proche-Orient !
Outre des personnalites independantes, treize organizations
palestiniennes I'ont paraphe : le Fatah au pouvoir en Cisjorda-
nie; le Hamas qui controle Gaza ; le Parti du Peuple Palestinien
communistt) ; le Front Populaire de Liberation de la Pales-
tine(FPLP); le Djihad Islamique ; le Front Democratique de Li-
beration de la Palestine ; etc.
Cet accord debouchera sur des initiatives nouvelles pour re-
soudre la question palestinienne. L'accord prevoit la creation
d'un haut conseil de security en vue de la future integration des
unites de security des different movements dans une force
de security ( professionnelle ), d'une commission electorale et
la liberation de detenus du Fatah et du Hamas. De plus, il pre-
voit la formation d'un gouvernement d'independants pour pre-
parer des elections presidentielles et legislative simultanees
dans un delai d'un an.
Cette union palestinienne, en dehors des reserves emises par
certain des signataires (notamment le PPP-Communiste),
place au-dessus de tout I'interet national du people palestinien
et son unite.
Du coup, les dirigeants de I'Etat d'lsraIe qui surfaitnt sur la di-
vision des Palestiniens paraissent decus et desargonnes. Le


premier ministry Benyamin Netanyahou et ses 6mis-
saires ont ete demarcher les capitals occidentales pour
dissuader la communaute international de reconnaTtre
un Etat palestinien sans reglement prealable avec Israel.
Une nouvelle tape est cependant franchise qui ne va que
renforcer la champagne en course pour la reconnaissance
'-1- d'un Etat palestinien.
Au moment ou les peuples arabes, du Maroc au Yemen,
en passant par la Tunisie et I'Egypte, etc, ont amorce un
virage democratique reclamant plus de justice social et
de liberty dans la dignity, la demand d'lsrael est en
contradiction pour la premiere fois avec les interets occi-
Sdentaux, meme si I'attitude americaine demeure am-
' bigue. Une redistribution du jeu se realise au
moyen-orient avec, au centre, le reglement du conflict is-
raelo-palestinien. C'est ce qu'a compris Netanyahou.
Andre Constant

FaWwa Khader: "L'unite u service

6e la Palestine"
Dirigeante du Parti du people palestinien (PPP, commu-
niste), membre de I'OLP, Fadwa Khader se felicite de I'ac-
cord avec le Hamas.
Question : En quoi I'accord passe avec le Hamas est si impor-
tant pour le movement palestinien?
Fadwa Khader. C'est particulierement important au moment oo
nous nous battons pour la reconnaissance de I'ltat palestinien
a I'occasion de I'Assemblee general des Nations unies, en
septembre prochain. La premiere chose qu'il fallait c'etait evi-
demment obtenir cet accord pour retrouver I'unite palestinienne.
Une unite qui nous rend plus forts aux yeux de la communaute
international et du monde arabe. Parce que maintenant plus
personnel ne pourra utiliser le pretexte de la division palesti-
nienne pour reporter la reconnaissance d'un Etat palestinien.
Nous allons maintenant utiliser cette opportunity pour avancer.
Depuis longtemps maintenant, en tant que Parti du people pa-
lestinien, nous appelons A la formation d'un gouvernement
d'union national, particulierement lors des reunions de I'OLP.
De nombreux movements palestiniens, particulierement parmi
les jeunes, ont appele & mettre fin a cette division entire nos or-
ganisations. Maintenant, la priority est I'independance de la Pa-
lestine. II s'avere qu'aujourd'hui un tel accord serait fructueux
pour tout le monde.
(L'Humanit6 du 5/05/2011)


*1l 26 M 1 -S n'21 -ZPag /16


[ PANS LE MOMPE -BB 1f






http://www. oural-iustice-martinique. com

Obama tente ae reprenare ta main


PA. PI


Le president Obama se reveille, enfin pourrait on dire. Les peu-
ples du Maghreb et du Machrek peuvent maintenant computer
sur les Etats-Unis dans leur lutte centre le despotisme, la mi-
sere et la corruption. Le virage est pour le moins radical car
jusqu'a present Washington penchait plut6t du c6t6 des "demo-
crates" poigne type Moubarak ou Ali Saleh quand ce n'6tait
pas Batista, Papa Doc, Videla ou Pinochet. Ce brusque chan-
gement d'attitude est sans doute 6 mettre au compete du si envi6
"pragmatisme made in VSA". Apres tout tant mieux, il n'est ja-
mais trop tard...
Ainsi donc Obama se range deliberdment du c6t6 des luttes
populaires au Proche-Orient qui repr6sentent aujourd'hui une
"occasion hiistorique" pour les Etats-Unis don't I'avenir serait pa-
rait-il "ie ~i celui du monde ara6e" et qui de ce fait vont aider
concretement les "pays qui s'ouvrent aux reformes politiques, et
en premier lieu a Tunisie et 1Egypte avec un nouveau programme
d'aide". Ce nouveau programme consistera pour I'essentiel a
aider ces pays B r6cup6rer les avoirs derobes par leurs anciens
dirigeants. Si ce concrete se revble plut6t abstrait c'est que
1'6poque des "Plans Marshall'semble bel et bien revolu. II est
vrai que les caisses de I'Oncle Sam sont plus que vides au-
jourd'hui.
La Palestine, une des pr6cedentes promesses du candidate
Obama, n'a pas 6te oubli6e. Non pas qu'lsrael ait et6 vertement
semoncee pour sa politique de spoliation et de colonisation
menee manu-militari, mais le constat de I'impasse intenable ac-
tuelle a amend Obama & "insister"pour qu'lsrael fasse preuve
d'audace pour favoriser une paix durable. Cela fait d'ailleurs
plus de 3 ans qu'il insisted ainsi...
Ce discours qui se veut historique ne semble cependant pas
avoir eu I'effet escompte tant les observateurs se montrent
sceptiques. Que le president Obama, que certain n'hesitent
pas & appeler "066Olaa", ait besoin de reprendre la main, c'est


FLASH-HEBDO

tunbi 16 mai
ETATS-UNIS La dette de I'Etat federal atteint le plafond limited
fixed & 14 294 milliards de dollars par le Congr6s, au delay de la-
quelle les Etats-Unis ne peuvent plus emprunter, ni honorer
cette dette. Le Tresor affirme pouvoir rester sous cette limited en
jouant sur divers ajustements comptables au moins jusqu'au 2
ao0t.

marbi 17 mai
AFGHANISTAN Pour la 3e fois en moins d'une semaine, les
forces de la coalition occidentale tuent "parerreur"de jeunes ci-
vils afghans lors de tirs "accidentes"visant des Talibans.

mercre1i 18 mai
ETATS-UNIS La Chine a r6duit de 9,2 milliards de dollars le
montant de la dette US qu'elle d6tient, signe palpable de son
disengagement croissant vis a vis du billet vert. La Banque
mondiale de son cote estime que I'h6gemonie du dollar prendra
fin d'ici 2025.

jeubi 19 mai
TUNISIE Le gouvernement tunisien dement formellement les
pretendues informations sur la fuite en Tunisie de la femme et
de la fille de Kadhafi.


une evidence. Qu'il
puisse y parvenir est
une autre affaire. Com-
ment le croire alors qu'il
vient tout just de cou-
vrir par son silence com-
plice la f6roce et
sanglante repression du
people barheini men6e
par les forces armies
saoudiennes appelees
en soutien d'un mo-
narque honni par ses
sujets. Le petrole et les Obama plaide pour un Etat Palestinien
bases militaires nord-
americaines installees sur I'ile en sont peut-6tre la cause. Mais
comment le croire quand il fait bombarder la Libye de Kadhaffi
don't il veut la peau et qu'il s'abstient de bouger au Yemen ol
son protege Ali Saleh fait tirer sur son people. Comment le
croire aussi quand ii dit soutenir la lutte des peuples pour la de-
mocratie tout en s'abstenant de le fire quand la population du
Wisconsin s'insurge centre la premise en cause des lois sociales
et des droits syndicaux dans cet Etat des USA. Et quel silence
eloquent sur le people grec saigne 6 blanc par la politique d'ex-
tr6me rigueur impose par I'Union europeenne et le FMI. Quel
silence egalement concernant la mobilisation g6enrale de mil-
liers de jeunes Espagnols qui manifestent sans discontinue de-
puis de nombreux jours sur la Puerta del Sol, la place
embldmatique de Madrid de6j rebaptis6e place de la Solution,
centre le ch6mage qui touche de6j 45 % d'entre eux, la misure
et la politique liberal tant de la droite que de la gauche sociale-
lib6rale actuellement au pouvoir.
Comment croire Obama aujourd'hui ? "Yes we can" peut itre,
mais pas grand chose pour le moment.
K. Solaris


venbrebi 20 mai
LIBYE La F6d6ration international des Droits de I'Homme
(FIDH) denonce les exactions et les violence don't sont vic-
times les migrants africains d'origine sub-saharienne dans les
z6nes contr616es par les insurg6s sous le pr6texte racist "Noir
= mercenaire".

samebi 21 mai
PAKISTAN Consequence directed des operations militaires US
unilat6rales sur son territoire, le Pakistan cherche A s'affranchir
du diktat 6tasunien et se rapproche ostensiblement de la Chine.
Au course de sa visit A P6kin, le premier ministry Yusuf Raza
Gilani s'est engage & resserrer les liens historiques de son pays
avec la Chine.

bimanche 22 mai
EMIRATS ARABES UNIS Erick Prince, fondateur de la soci6t6
Blackwater (arm6e privative tristement cel6bre en Irak), a 6t6
charge par le Pentagone de former une arm6e de mercenaires
destine conduire des "missions op6rationnelles sp6ciales
pour r6primer les revoltes int6rieures, du type de celles qui sont
en train de secouer le monde arabe aujourd'hui". Un premier
bataillon de 800 hommes est en course d'entrainement aux Emi-
rats sur la base de Zayed Military City.


e 2I6^ ^ a 21' jSSe21a








I http://www.iournal-iustice-martinique.com


AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donne de la constitution d'une
society presentant les caracteristiques
suivantes
Denomination social: HUBERT
Forme : SCI
Capital: 1000E
Siege social : Villa I'ensoleill6e, lotisse-
ment citronnelle, Fonds Bourlet
97222 CASE PILOT
Objet social : Acquisition d'un immeuble
Duree : 99 ans
Gerance : HUBERT Franck Roger
Immatriculation : RCS de Fort de France
Pour avis et mention FB 4272

AVIS DE CONSTITUTION
Par decision d'un acte sous seing prive
en date du 01 mars 2011,
il a ete constitute la SARL MTP
au capital de 1500.00E
don't le siege social est Riviere Mahault -
97250 FONDS SAINT DENIS, objet so-
cial :Travaux de magonnerie, construction
de maisons, terrassement, voirie reseaux
divers et plus generalement, toutes ope-
rations pouvant se rattacher a son objet
par voie de creation de society d'apport
de souscription ou d'achat de titre ou droit
sociaux, fusion ou autrement, et toutes
operation industrielles commercials, fi-
nancieres mobilibres ou immobilieres.
Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registre des metiers G6rant:
Monsieur Pierre Yves MOUSTIN
est statutairement design en quality de
grant
Pour avis et mention FB 4273

AVIS DE CONSTITUTION
Le 15 avril 2011, a ete constitute une
EARL ayant les caracteristiques sui-
vantes
Objet : production vente de products agri-
coles et toutes les activities agricoles
connexes
Denomination : EARL MA TOUT'BEL
Siege social : quarter Birot
97213 LE GROS MORNE
Duree : 99 ans
Capital social : 7500E apports en nu-
meraire 7 500
Gerante : Madame CALIXTE Corinne -
demeurant quarter Birot
97213 LE GROS MORNE
La society sera immatriculee au R.C.S de
fort de France
Pour avis et mention FB 4274

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de
L'EURL ELDS ,, entreprise de location
et de services
Au capital de 5000O
Siege social : 58 rue Victor Schoelcher -
97232 LAMENTIN
La soci6et a pour objet la location de tous
types de materiels et de biens et la pres-
tations de services en France et dans
I'Europe et les caraibes
Duree : 99 ans A computer de son imma-
triculation au registre du commerce et des
societies
Gerante : Mme M.C AUGIER -
demeurant : Peters Maillet
97270 St Esprit.
Nommee statutairement a duree indeter-
minbe
Pour avis et mention FB 4275

AVIS DE MISE EN SOMMEIL
EURL KARIB GREEN
27 RUE CASSIEN SAINTE CLAIRE
97270 LE SAINT ESPRIT
Suite A I'AGE du : 22/02/2011, I'associe
unique a decide de la mise en sommeil
de la society a computer du 01/01/2011
pour une duree indeterminee
Les formalit6s seront effectuees aupres


du greffe de Fort de France mention sera faite au RCS de F-de-F
Pour avis le grant FB 4276 Pour avis, le liquidateur FB 4279

AVIS DE CESSATION D'ACTIVITE AVIS DE LIQUIDATION TOTAL
MATNIK CLEAN AGENCE DE DEVELOPPEMENT
En date du 1 mai 2011, il a 6et decide I'in- CONCEPT
terruption de I'activite definitive de I'en- Voie 2 all6e des Mesanges La Crique
treprise : 97220 TRINITE
MATNIK CLEAN RCS n" 512 023 201
sis a : quarter LOURDES/VAUDRAN- L'assemblee g6enrale extraordinaire reu-
COURT- nie le 10 mai 2011 a diligent le liquida-
97224 DUCOS teur M. CALABER Laurent
ENTREPRISE INDIVIDUELLE Demeurant : voie 2 allee des ME-
dirige par: SANGES LA CRIQUE 97220 TINITE et
Monsieur VILLERONCE EDDY donned a ce dernier quitus de sa gestion
Immatriculee sous le n" suivant : pour la liquidation a computer de ce jour
513 112 037 00017 APE 8122Z Le siege de la liquidation est fixed a
au registre des metiers de la Martinique I'adresse du liquidateur c'est a cette
Pour L'ENTREPRISE : adresse que les correspondence devront
Mr VILLERONCE EDDY etre adressees et que les actes et docu-
avis et mention FB 4277 ments devront 6tre notifies.
Les actes et pieces relatifs A la liquidation
AVIS DE TRANSFERT DU SIEGE seront deposes au registre du commerce
SOCIAL FX DISTRIBUTION EURL et des societes de F-de-F
SOCIETY A RESPONSABILITE Pour avis le liquidateur FB 4280
LIMITED
CAPITAL DE 500E AVIS DE CONSTITUTION
IMMEUBLE LAOUCHEZ BATIMENT ROCK ROSE
All Z I DE CALIFORNIE SOCIETY A RESPONSABILITE
97232 LE LAMENTIN LIMITED
RCS FORT DE FRANCE 497 790 097 AU CAPITAL DE 7624E
Avis est donned que par deliberation de LOT LA CARAIBE
I'assembl6e g6nerale extraordinaire reu- 97222 CASE PILOTE
nie le 15/02/2011, il a ete decide que le Avis est donne de la constitution d'une
siege social de la society actuellement soci6te presentant les caracteristiques
serait transfer a immeuble LAOUCHEZ suivantes :
BAtiment A11 ZI de Californie Forme : SARL
97232 LE LAMENTIN, Denomination : ROCK ROSE
ce a computer du : 15/02/2011. Siege social : lot la Caraibe -
II a ete decide que I'objet social de la so- 97222 CASE PILOTE
ciete serait etendu a I'activite suivante, A Objet : la society a pour objet en France
computer du 15/02/2011. La location de lo- et dans le monde, la production, I'edition
caux commerciaux et de sales de forma- et la distribution d'oeuvres cin6matogra-
tions ainsi que la prestation de services phiques, courts et longs metrages, d'ceu-
lies vres audiovisuelles, musicales, litteraires,
Pour avis, le grant FB 4278 d'oeuvres n'entrant pas dans la categories
des oeuvres, precedemment cities sur
AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE tous supports connus ou inconnus a ce
RESIDENCE TAMIRA jour et la production d'evenements en
SOCIETY UNIPERSONNELLE A RES- tous genre.
PONSABILITE LIMITIE EN LIQUIDA- La participation de la society par tous
TION AU CAPITAL DE 7800C moyens A toutes entreprises, groupe-
SIEGE SOCIAL : IMMEUBLE SE ments d'interets Bconomiques et societies
MINOU ZI ACAJOU CALIFORNIE frangaises ou 6trangbres, creees ou A
97232 LE LAMENTIN career pouvant se rattacher directement ou
SIRET : 501 144 869 00010 indirectement a I'objet social ou & tous
APE 701A objets similaires don't I'objet serait sus-
L'assemblee general extraordinaire de ceptible de concourir A la realisation de
I'associe unique, en date du 13 mai 2011 I'objet social et ce, par tous moyens, no-
et tenue a immeuble SE MINOU- ZI Aca- tamment la voie de creation de societies
jou Californie nouvelles ou de fonds de commerce, ap-
97232 LE LAMENTIN, a decide la disso- port, souscription ou achat d'actions ou
lution anticipee de la society A computer de parts sociales ou de parts benefi-
du 31/12/2010, et sa liquidation amiable ciaires de fusion, de societies en partici-
sous le regime conventionnel, conforme- pation, de groupement, d'alliance ou de
ment aux dispositions statutaires. commandite. Le cas ech6ant et plus ge-
La society subsistera par les besoins de n6ralement, toutes operations, indus-
la liquidation et jusqu'A la cloture de celle- trielles, commercials, financibres,
ci. Le lieu ou la correspondence dolt etre mobilieres ou immobilibres, pouvant se
adressde et celui ou les actes et docu- rapporter directement ou indirectement A
ments concernant la liquidation doivent I'objet social et A tous objets similaires ou
etre notifies, a ete fixed & immeuble SE connexes pouvant favoriser son exten-
Minou ZI Acajou Californie sion ou son d6veloppement
97232 LE LAMENTIN, siege de la liqui- Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
dation. Elle a nomme comme liquidateur lation au RCS de Fort de France,
Monsieur MONTREDON Jean-Michel de- capital 7624
meurant a Habitation le Repos- Morne G6rance : Suzy SOREL et Maharaki
Coco 97224 DUCOS, en lui conferant MARIE JOSEPH
les pouvoirs les plus etendus, sous re- Immatriculation : RCS de Fort de France
serve de ceux exclusivement reserves Pour avis FB 4281
par la loi & la collectivite des associes,
dans le but de lui permettre de mener a AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
bien les operations en course, realiser I'ac- SARL COTE JARDIN
tif, apurer le passif, et repartir le sold 149 ROUTE DE BALATA
entire les associes dans le respect de 97200 FORT DE FRANCE
leurs droits SIRET : N 413 542 796 0001
Le dep6t des actes et pieces relatifs A la APE 014B CAPITAL : 10 671.436
liquidation sera effectue au greffe du tri- A I'assemblee g6nerale extraordinaire en
bunal de commerce de Fort de France, date du 17 avril 2011 il a Wte decide la dis-


solution anticipee de la society A computer
du 17 avril 2011. La society subsistera
pour les besoins de la dissolution et
jusqu'a la cloture de celle-ci, la liquidation
est fixee a I'adresse ci-dessus
Le grant M. RENE CORAIL est charge
de la liquidation avec les pouvoirs les plus
6tendus
Pour avis et mention, le grant
FB 4282

SELARL AVOCATS CONSEIL
& DEFENSE SOCliTE D 'AVOCAT
93, RUE VICTOR SEVERE -
97200 FORT DE FRANCE
TEL : 05 96 53 59 49
FAX 05 96 58 97 07
AVIS DE CHANGEMENT DE REGIME
MATRIMONIAL EN VERTU DE LA LOI
N 65.570 DU 13 JUILLET 1965
Avis est donned par les presents, en exe-
cution de la loi du 13 juillet 1965, de la
presentation d'une requete, devant le tri-
bunal de Grande Instance de Fort de
France, par Madame Margaret Amedee
LOUIS ETIENNE spouse SOUDIN, nee
le 30 mars 1964 a Fort de France, de na-
tionalite francaise, exergant la profession
d'agent administratif, et son epoux Mon-
sieur Tonny Sabine SOUDIN, ne le 29
ao0t 1962 A Fort de France de nationality
frangaise, exergant la profession d'entre-
preneur, en transport public, demeurant
ensemble 45 rue Potehoule 97200
FORT de France, tendant a I'homologa-
tion d'un acte notaries passe le 11 fevrier
2011 en I'etude de Maitre Catherine
SCHIN-OUA-SIRON-SCHAPIRA, notaire
associe de la SCP -Catherine SCHIN-
OUA-SIRON-SCHAPIRA et Renaud
NIRDE, a fort de France, contenant leur
declaration conjointe en vue de transfor-
mer en regime de separation de biens, le
regime de la communaute de meubles et
acquets adopted par eux prealablement A
leur marriage celebre a la Mairie de fort de
France, le 18 decembre 1990
FB 4283

AVIS DE CONSTITUTION
SOCItTE EN NOM COLLECTIF
ARES 01
Par acte sous seing prive en date du
16/05/2011, il a e6t constitute une society
en nom collectif entire :
Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 164 852
Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
Denomination social: ARES 01
Capital: 100 Euros divise en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune
Siege social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires Genipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet : la location de longue duree a des
entreprises exergant leur activity dans les
departments et territoires d'outre-mer de
tous bien d'equipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de vehicles de
plus de 3,5 tonnes,
eligibles aux dispositions de I'article 199
undecies A&B et 217 undecies et duode-
cies du Code General des Imp6ts.
Duree : 50 annees a computer de I'imma-
triculation de la society au Registre du
commerce et des societies.
Grant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean
BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS


S26 Mai 20*7 c n'2 1 -S e 8


,NNONC^s UfALES








http://www.journal-iustice-martinique.com


Basse Terre B 482 725 785, est d6signe lieres au immobilieres de prest
statutairement en quality de grant pour services s'y rapportant.
la dur6e de la society. Transmission des actions : La
La society sera immatriculee au Registre des actions entire associes est I
du commerce et des societies tenu au PrBsident : Charles HO HIO I
greffe du Tribunal de Commerce de Fort- meurant rue des Moracees
de-France. Touza, 97233 SCHOELCHER
Pour avis et mention Le Gerant Commissaires aux comptes :
FB 4284 titulaire : la society KPMG AUC
son siege social Rue Carmin, B
CAISSE DE CREDIT MUTUEL 31676 LABEGE CEDEX
SAINTE LUCE supplant : Monsieur Christian L
SOCIETE COOPERATIVE DE CREDIT domicilie Rue Carmin, BP 1761
A CAPITAL VARIABLE LABEGE CEDEX
ET A RESPONSABILITE STATUTAI- La Society sera immatriculee aL
REMENT LIMITEE du commerce et des societies d
SISE RUE SCHCELCHER 97228 France.
SAINTE LUCE POUR AVIS, Le President
En course de creation
Les societaires de la Caisse sont convo-
ques a I'Assemblee Generale Extraordi- AVIS DE CONSTITUTIC
naire qui se tiendra le Mercredi 15 Juin En date du : 19.05.2011, il a e
2011 A 8 HOO, au siege social de la tuee une : Societe civil immob
Caisse de CREDIT MUTUEL, rue Schoel- Presentant les caracteristiques
cher-97228 SAINTE-LUCE, t I'effet de Denomination : SCI Les DC
d4lib6rer sur I'ordre du jour suivant : D'HYPOCRATE
Approbation d'un contract d'apport partiel Adresse du Siege social: 383 c
d'actif prevoyant I'apport de la branch I'Armoise quarter La SAINT F
complete et autonome d'activit6 du bu- 97224 DUCOS
reau de Sainte Luce par la Caisse de Objet : La propriete, I'adminis
Credit Mutuel de Place d'Armes & la I'exploitation par bail, location
Caisse de Credit Mutuel Sainte Luce en ment de tous immeubles bati:
course de cr6ation.Les apports sus nom- bAtis don't elle pourrait devenil
mes sont places sous le regime juridique taire ulterieurement par voie d'a(
des scissions. construction, change, apport
Modification statutaire. ment.
Pour executer les formalities. Dur6e : 99 ans
Le conseil administration. Capital : 1000 (mille euro)
FB 4285 Nom du grant :
Mme Christelle JEROME
AVIS DE CONSTITUTION Adresse : 383 chemin de I'A
Aux terms d'un acte sous seings prices quarter La SAINT PIERRE
en date a Fort de France du 19 mai 2011, 97224 DUCOS
il a ete constitute une society presentant Immatriculation au registre du C
les caracteristiques suivantes : en course
Forme : Societe par actions simplifiee Pour avis, la Gerance
Denomination : WIFIN
Siege : 2 avenue des Arawaks, AVIS DE CONSTITUTIC
97200 FORT DE FRANCE Avis est donned de la constitute
Duree : 99 ans SARL unipersonnelle
Capital : 50 000 euros Denomination : BARRY
Objet : La participation directed ou indi- Forme juridique : SARL unipers
recte se rapportant aussi bien a la crea- Capital social : 2 5004
tion qu'a I'exploitation de toutes Siege social : Bezaudin -
entreprises industrielles, immobilieres, fi- 97230 SAINTE MARIE
nancieres ou commercials, par voie Objet : Terrassement, am6na
d'apport, de souscription, d'achat de titres des sols, transport d'engins de
ou de droits sociaux ou de constitution de VRD
societies, a gestion de son portefeuille ti- Duree : 99 ans
tres ainsi que toutes operations mobi- Gerance : Davis EGOUY, BE


nations de 97230 SAINTE MARIE
Pour une duree indeterminee
Session La socidte sera immatricul6e au registre
ibre. du commerce et des societies de Fort de
HEN, de- France
Ravine Pour avis, la gerance FB 4288

AVIS DE CONSTITUTION
IT, ayant Avis est donne de la constitution d'une
;P 17610, soci6te presentant les caracteristiques
suivantes :
.IBEROS, Forme juridique Soci6t6 anonyme simpli-
0, 31676 flee
Denomination : OENO FWI SAS
SRegistre Siege social : quarter Fenelon -
e Fort de 97224 DUCOS
Duree: 99 ans
Capital : 8 000Euros en apport
FB4286 en num6raire
PRESIDENT:
)N Roger ALEXIS-ALEXANDRE
t6 consti- Immatriculation : au RCS de Fort de
iliere France
suivantes Pour avis, FB 4289
)MAINES
AXA CARAIBES
hemin de SOCIETY ANONYME
'IERRE AU CAPITAL DE 3 798 000 EUROS
ENTREPRISE REGIE
tration et PAR LE CODE DES ASSURANCES
ou autre- SIEGE SOCIAL : CENTRE DILLON
s ou non VALMENIERE
r proprie- 97200 FORT DE FRANCE
:quisition, 381 150 838 RCS FORT DE FRANCE
ou autre- Lors de sa reunion en date du 12 mai
2011, le conseil d'administration de la so-
ciete AXA Caraibes a : pris acte de la de-
mission de Monsieur Michel Hasco6t de
ses mandates de presidents du conseil
administration et d'administrateur de la
rmoise society,
Coopte Monsieur Eric Berger, demeurant
4, rue Vaisse 69006 Lyon, en quality
commerce d'administrateur puis I'a nomme president
du conseil d'administration de la society,
FB 4287 en replacement de Monsieur Michel
Hascoet, demissionnaire, pour la duree
)N restant a courir du mandate de ce dernier
ion de la soit jusqu'a I'issue de I'assemblee gene-
rale appele a statuer, en 2012, sur les
comptes du dernier exercise close.
onnelle Pris acte de la designation, par lettre en
date du 12 mai 2011, de Monsieur Cyrill
Vails demeurant 58 route de Sauve -
30900 Nimes, en quality de representant
gements, permanent de la society AXA France vie
chantier au conseil d'administration de la society,
en replacement de Monsieur Olivier Le-
febure, -pris acte de la admission de
ezaudin Monsieur Cyrill Vails de son mandate d'ad-


ministrateur
Modification sera faite au registre du com-
merce et des societes de fort de France
Pour avis, le Directeur General
FB 4290

AXA CARAIBES RESEAU VIE
SOCIETY ANONYME AU CAPITAL DE
1 524000UROS
SIEGE SOCIAL : CENTRE DILLON
VALMENIERE
97200 FORT DE FRANCE
405 349 606 RCS FORT DE FRANCE
Lors de sa reunion en date du 12 mai
2011, le conseil d'administration de la so-
ciete AXA CARIBES a: pris acte de la de-
mission de Monsieur Michel Hascoet de
ses mandates de presidents du conseil
administration et d'administrateur de la
society,
Coopte Monsieur Eric Berger, demeurant
4, rue Vaisse 69006 Lyon, en quality
d'administrateur puis I'a nomme president
du conseil d'administration de la society,
en replacement de Monsieur Michel
Hascoet, demissionnaire, pour la duree
restant a courir du mandate de ce dernier
soit jusqu'a I'issue de I'assemblee gene-
rale appele a statuer, en 2012, sur les
comptes du dernier exercise close.
Pris acte de la designation, par lettre en
date du 12 mais 2011, de Monsieur Cyrill
Vails demeurant 58 route de Sauve -
30900 Nimes, en quality de representant
permanent de la society AXA Caraibes
au conseil d'administration de la society,
en replacement de Monsieur Olivier Le-
febure,
Pris acte de la demission de Monsieur
Cyrill Vails de son mandate d'administra-
teur
Modification sera faite au registry du com-
merce et des societies de fort de France
Pour avis, le Directeur General
FB 4291

AVIS DE TRANSFER DE SIEGE
DC DOM
SARL AU CAPITAL DE 5000 E
SIEGE SOCIAL: 15 RES LE BELFORT,
BLEtME, 97232 LE LAMENTIN.
488 024 753 R.C.S. FORT DE FRANCE
L'AGE du 19/05/2011 a decide de trans-
ferer le siege social de la society au 6 Re-
sidence Capucine, Beleme, 97232 Le
Lamentin, a computer du 19/05/2011
Mention au RCS de Fort-de-France
FB 4292


Abonnez-vousa JUSTICE

Je desire recevoir "JUSTICE" chaque semaine a mon domicile
Nom ................................................ ................... Pr nom ........................................... .........................................
A d re s se e x a c te .............. ......... .............................................................................................................................................


Je regle par :


I cheque bancaire


' cheque postal


A I'ordre de la Societe des Editions Justice


Nos tarifs :
MARTINIQUE
GUADELOUPE/GUYANE
FRANCE
(Frais de port inclus)


1AN
L 90
LJ 100 e
I_ 110 E


6 MOIS
150
S55 e
LI 60 E


3 MOIS
7 35
_ 37 E
_145 E


Retourner ce bulletin a : Societe des Editions "Justice" B.P. 4031 46 Rue Andre Aliker & E Zola 97202 Fort-de-France cedex
Tel : 05.96 71 86 83 Fax : 05.96.63.13.20 e-mail : ed.iustice@wanadoo.fr Siret : 384 449 641 00016 RC 92B 131


IF I 2 M V'2 En2 Pay 'Rn -e


Sespeces


r AN'ra Uf ALE5 -1






httrp:/ww.iournal-iustice-martinique. com


22 Mai 2011 :163 ans apres La Martinique se souvient...
Les celebrations du 163ieme anniversaire du 22 mai ont donned lieu a une multitude de manifestations aux quatre coins
de I'ile. Les Martiniquais ont commemore de maniere diverse ce 22 Mai. CEuvre de memoire, march pour la reparation,
manifestations festives ou culturelles partout le message distilled etait : la liberty ne nous a pas 6te octroyee, mais a ete
arrachee. Et il reste encore a conquerir d'autres tapes. Cet indispensable devoir de memoire doit permettre de se sou-
venir mais aussi de tracer des perspectives pour I'avenir.


Au Lamentin : Se deye pawol ki ni pawol, une fresque multidis-
ciplinaire ou toutes les composantes de notre people ont cele-
bre la liberty.


Augustin Senghor, maire de Goree, etait I'invite de la ville de
Fort-de-France pour les commemorations du 163ieme anniver-
saire de I'abolition de I'esclavage. Durant trois jours, il a ren-
contre les institutionnels et decouvert les lieux de memoire de
notre pays. II nous livre son sentiment au terme de ce sejour.
"''ai decouvert des hornmnes et un pays qui m 'est t cs prochie. Je
sens le fiesoin de revenirpli.s sou'ent en ':artinique, parce que mes
racines sont ici autant que celles des M4artiniquais sont en
}\frique ".


Fort-de France : Un joli conte caribeen avec une belle esthe-
tique, ou le bien fini par I'emporter sur le mal. La morale est qu'il
faut se battre pour la liberty.


L'Atrium se ta zot, "Pruwol pi miziKpou song; (es ancetres

Au nom de la memoire de nos ascendants africains, victims
de la traite n6griere et de I'esclavage, au nom de la dignity du
people Martiniquais, agissant au nom de centaines de p6ti-
tionnaires, M.P.R.E.O.M. P.K.L.S, NOU MATINITJE LETA
MATINITJE ont renomme le quarter "4qointe Lynchf", quarter
"Cap de faLi6ert".


Coupe de Martinique de Football: Le Racing Club be Rivi re-Pilote re-

noue avec bame coupe


Le Racing-Club de Riviere Pilote a enfin inscrit de nouveau ins-
crit son nom au palmares de la coupe de Martinique de football
dit "coupe dT 22 mai"ce 21 mai 2011. Sa derniere victoire dans
cette competition remote 1978. Mais depuis la nouvelle for-
mule institute par I'ex president de Region Alfred Marie-Jeanne
les violines n'avaient pu reporter une victoire malgre leur pre-
sence dans maintes finales. Au terme d'une tries belle rencon-
tre qui s'est soldee par un 2x2, les finalists ont du se
departager aux tirs aux buts. Ce sont les hommes de Geralbert
Guitteaud qui se sont montres les plus habiles en mettant au
fond des filets leurs 5 tirs centre 4 pour le Golden Lion. Les foot-
balleurs sont allies porter la coupe a Alfred Marie-Jeanne qui se
trouvait dans les gradins du stade Pierre Aliker.


Le Racing 33 ans d'attente pour ce moment de bonheur


^ eR2 Mi 201B t ie I1 Pale20


[ CLVIE