<%BANNER%>
PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00218
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 6/09/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00218
System ID: UF00088914:00218

Full Text

hebdomadaire d'information communist


Jeudi 9 Juin 2011 91e" Ann6e No 23 Martinique: 2,00 France: 2,40 DOM 2,20
-L -


Jean Louis Le Moing (PCF):
"'avenir ne doit se dessiner
que par des gens conscients,
maltres de leur destin"

Maurice Betrose:
"L'habitation-plantation a son
ancetre dans I'hacienda"
<. ^ _________________^







I) httpw//rwwiournal-iustice-rnartminiue. corn


La Martinique n'oublie pas Thierry Doe

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au
Niger dans la nuit du 15 au 16 septembre,
avec quatre autres Frangais, un Togolais et
un Malgache, employes des soci6tes fran-
gaises Areva et Satom, par la branch d'Al-
Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est
soutenu moralement par toute la Martinique,
y compris les militants communists et leur
journal Justice


/


Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : GuennaMl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


" ff fV V # lErf, f V lI "


Bac2011:5 812 candiats inscrits 6ans I'Acaoemie
SLes epreuves du baccalaurbat debuteront le 14 juin 2011 pour se terminer le 27juin.
Ils sont 2 192 candidates inscrits pour le Baccalaureat general (38 %); le Baccalau-
Saka Pai ................... 2 reat technologique accueille 1 596 candidates (35%), et 2 024 candidates (27%) plan-
cheront pour le Baccalaureat professionnel. IIs etaient 5 368 candidates pour la
Edito .......................p. 3 session du bac de 2010, avec 4 131 laureats tous bacs confondus soit un taux de
- Exprimez votre colere reussite de 79.1 %. A quelques encablures de la barre des 80 % fixee par I'Educa-
tion national.
Lutte $ociales .............t..4/5 Quelque 3 516 6leves de premiere general et technologique sont inscrits aux
- Tension a Lancry Leclerc epreuves anticipees, 279 candidates se presentent en individuals. Le candidate le plus
- Transport Espace Sud jeune est Age de 16 ans et le plus Ag6 a 58 ans. 1 280 correcteurs seront mobilises
- H6pital public dans 33 centres d'epreuves.
- Le Medef au combat L'Academie de Martinique s'occupe des 737 candidates qui composeront dans les
centres d'examens a I'etranger: 14 pays d'Amerique Latine et HaTti. Les epreuves
conomie ..................... 6 sont reparties en deux groups : les epreuves du premier group et celles du second
- Profit brut Martinique/France group ou "orawde rattrapage".
group ou "orauXde rattrapage .
kevuee e Pree............... 6/7 S'agissant du premier group les resultats seront proclames le ler juillet, pour le
- Apres I'Utude Syndex Bac general et technologique ainsi que le Bac professionnel.

ocitd.................... 7/8 Saison cyclonique 2 active
- Risque de seisme Martinique/Gua-
deloupe Debutee le mercredi ler juin, la saison cyclonique de 2011 "devrait itre encore plu-
- I'UFM attaquie par le colonel t6t ricie en systemes actifs, et assez proche de la moyenne des 15 demidres annies, forsqu'if
n'y apas d'episode de type EI(Nfio sure Pacifique", indique Meteo France sur son site
Politique ..................f.d9/ internet. Selon I'equipe de chercheurs americains du D6partement des Sciences de
- Paroles de nos palmentaie I'Atmosphere de I'Universite du Colorado, entire 16 et 19 cyclones devront traverser
- Jean-Louis le Moing
Jean-Luis lles CaraTbes, don't 5 ouragans majeurs. Les risques de probability qu'un cyclone ma-
jeur affected I'arc antillais est de 61%, d'apres I'6quipe. On devrait computer 80 jours
Socidtd ................. 12/13 de perturbations dOs aux cyclones don't 10 jours pour les ouragans majeurs. Le pre-
- M. Belrose prend sa retraite de I'UAG mier nom de la liste cyclonique 2011 est Arlene suivi de Bret. Le dernier est Whit-
ney. En esperant que nous n'aurons pas a tous les decouvrir. Sachant que la
France ................. .. 14/15 Martinique peut ne pas 6tre epargnee par un phenombne, les measures de preventions
- Presidentielles 2012 sont a prendre pour preparer la saison

PanieMone ............f.15/1 Journ#e &e i mer 8 au 13juin.
- Libye : I'OTAN perciste
- Un G-8 indlcrottable Pour la troisieme annee consecutive, le minister du Developpement durable orga-
nise durant six jours, (du 8 au 13 juin 2011), les JournBes de la mer. Ces journees sont
Annoncufiugale........... 17/19 I'occasion de decouvrir la mer, ses metiers, ses passionnes, son patrimoine, sa bio-
diversite. Trois manifestations auront lieu en Martinique : L'eau et le Bassin Versant
Memoire hu FPeule............P.20 du Robert du 8 au 13 juin 2011 au Robert; une journee porte ouverte au CROSS An-
- Aux origins du capitallsme.. tilles-Guyane le 10juin 2011& Fort-de-France. L'association Papa dlo procedera au
S nettoyage de la baie de Saint-Pierre le 12 juin 2011.

"vJus TICe Alain DW##, President de la Fderation 6es Yoles RonOes
Administration & R6daction : Samedi 4 juin, lors de I'assemblee general qui s'est tenue au Saint-Esprit, 56 mem-
Tel. : 05 96 71 86 83 bres sur 91 ont elu Alain dede i la tete de la federation des yoles rondes qui replace
Fax : 05 96 63 13 20 desormais la society des yoles. Alain Dede entend continue le travail pour faire de
ed.justice@wanadoo.fr la yole "un veritable vecteurde diveloppement touristique". Quatre nouveaux ont fait
leur apparition au sein du comite directeur. Outre le calendrier habituel, la federation
S devra mener a bon term la 27ieme edition du Tour qui prendra le depart du Robert.


54 .4 RA%


i






http://www.ournal-iustice-martinique.com


Ma rtiniquais, exprimez votre colere et votre indignation!


La Martinique ne voit pas la fin de la cruise et a du mal A re-
garder I'avenir avec confiance.
Et pourtant, il y a un peu plus d'un an, elle a vot6 pour une
nouvelle 6quipe au Conseil regional car elle avait ete per-
suad6e que la pr6ecdente avait une gestion "tropfrifeuse",
"sans ambition"et sans imagination. On I'avait convaincue
-malhonnetement- que si les choses allaient mal, les an-
ciens presidents des Conseil general et regional 6taient
responsables en grande parties du chomage, de la crise du
tourism, du marasme du BTP, et meme de ne pas avoir
prevu la revolte social de f6vrier 2009, etc.
Sur les injonctions du neo-PPM et de ses allies socialists
et de la droite assimilationniste de toujours, le pays saisi
par la peur avait au prealable refuse de s'engager dans la
defense de ses "intritspropres"grace A I'article 74 et s'etait
refugie dans la pretendue security molle de I'assimilation
legislative de I'article 73 de la Constitution. II avait choisi a
minima de passer A la Collectivite unique dans le cadre de
I'article 73 et du droit commun. Une Collectivit6 unique don't
certain s'evertuent A retarder la mise en place au maxi-
mum.
Que constate-t-on ?
La Chambre de commerce, examinant la semaine dernibre
la conjoncture economique du premier trimestre de cette
annee, constate que la reprise n'est pas au rendez-vous.
Le chomage continue d'augmenter au rythme de quelque
5 % sur un an. L'investissement est au point mort. Seuls le
tourism et la consommation dans les grandes surfaces
montreraient un fremissement. Et encore faut-il tenir
compete de la douloureuse deconfiture du group Lancry-
Leclerc qui menace 144 travailleurs de perdre leur emploi.
Le context general est "atone" se plaignent les respon-
sables 6conomiques. Et le plan de reliance regional, alors
?
C6te pouvoir d'achat, la situation est loin d'etre au beau
fixe. Un cabinet d'experts exterieur mandate par un syn-
dicat, le cabinet Syndex, constate que I'une des causes
principles de la vie chore en Martinique est constitute par
la concentration du pouvoir economique entire quelques
mains et par le niveau plus 6leve qu'en France des profits
capitalistes (cf Justice de la semaine derniere). Ce n'est
pas une decouverte mais une confirmation par des gens
venus d'ailleurs. Autre confirmation de la part de ces ex-
perts : depuis 10 ans les inegalites sociales se sont ac-
crues en Martinique et seuls les Martiniquais les plus riches
ont vu leur pouvoir d'achat augmenter. Pour les autres, les
pauvres et meme les classes moyennes, c'est la baisse ou
au mieux la stagnation. Rien A voir avec les difficulties de
Lancry-Leclerc, le plus fragile de la cour des grands de la
distribution ?
C'est au meme moment que Serge Letchimy A I'Assem-
blee interpelle le gouvernement car il redecouvre que c'est
I'Etat qui est responsible des inegalites sociales, du cho-
mage, de la faiblesse du Produit Interieur brut martiniquais
et de la vie chbre. II demand une nouvelle repartition des
richesses. II etait temps...Car le plan de reliance ne suffit
pas A repondre aux exigences sociales qui s'expriment.


C'est que la politique
neo-liberale de Sarkozy
pursuit ses ravages.
Pour I'6ducation, le
recteur Andre Siganos
confirm la suppression
de 239 postes et I'appli-
cation du non remplace-
ment d'un fonctionnaire
sur deux partant A la re-

19 mai 2011).
Cependant, pregnant
conscience subitement
que I'acad6mie de la
Martinique sera "Ia pfus vie lfe d rance as 2030", que "Ya
course dimograpliique de 'academie est dramatique", le res-
ponsable de la principal administration de I'Etat declare :
"fesalut nepourra ne venirque efe ireur Iffaut accepterque
dautres viennent z que nous Ies accueilnus, que nous soyons
fheureuwde fes voirarrivei...t) En clair, il faut acc6lrer le
'inocieparsu6stituttion" Voil& I'avenir de colonies de peu-
plement qu'imagine ce monsieur qui nous fait penser A un
certain recteur Doumenge.
S'agissant de la sant6 et des h6pitaux publics, le Direc-
teur du CHU de Fort-de-France, Daniel Riam, lance un cri
d'alarme (France-Antilles des 4 &5 juin 2011): "aVosfforts
de gestion son rnduits a niant" Pourquoi ? "Parapplication
micanique des effets de ra Campagne satonafe, avec notam-
ment e point fort des missions denseinement, e recherche et
dinnouationpourfesquer nous sub sons une diminution deplus
de 7-mil onseurow"s Le budget previsionnel 2011 du CHU
pr6voit un deficit qui passera de 22 millions d'euros A 34,4
millions d'euros de ce fait. Celui de I'ensemble des h6pi-
taux atteindrait 56 millions d'euros selon les syndicats.
L'H6pital public est asphyxia et les personnel, une fois de
plus, en appellent A I'Etat pour qu'il remplisse ses obliga-
tions en appliquant le volet financier du plan sante-outre-
mer. II faut les soutenir. Notre sant6 est & ce prix.
Les Martiniquais(es) doivent crier leur colere et leur indi-
gnation face A ces gAchis humans et financiers, face aux
injustices, face A la descent de notre pays vers I'ablme.
L'article 73 ne protege pas la Martinique centre la defer-
lante lib6rale.
II est clair aussi qu'au-delA, il faut se battle pour que cela
change vraiment.
II faut une alternative claire A gauche en France pour une
autre politique. Car ce qui se passe en France a in6vita-
blement une incidence dans notre pays. On le voit dans les
secteurs de I'Education et de la Sant6 et ailleurs. Nous
sommes attentifs au dobat politique frangais & gauche.
II faut se preparer en meme temps A construire une autre
Martinique responsable,d'elle-meme ici dans la perspec-
tive de la Collectivite unique et plus loin vers I'Autonomie.
Michel Branchi


EVT I


^ uiH 20 "1 -jwt n' 23m, i I e, I






htto://ww. ioumal-iustice-martiniaue. com


Tension aux Etablissements Lancry Lecterc sur fon b.e dissension synbicale


Les magasins sent rests ferm6s durant cinq jours


Depuis I'annonce de la mise en redressementjudiciaire, en fe-
vrier dernier, des trois etablissements Lancry, a savoir les hy-
permarches Leclerc de Place d'Armes et Long Pre ainsi que
les entrep6ts Rene Lancry SA, a la Lezarde, une vive inquie-
tude s'est emparee des salaries. Tous se posent cette angois-
sante question : "Comment a-t-onpu arriver ce stade, alors que
Con annonfait des fendemains enchanteurs ? ". Et depuis, les sa-
laries n'ont de cesse de s'interroger sur les raisons qui ont
conduit les hypermarchs a I'enseigne de Leclerc & dans une
telle impasse financier.
Ils se demandent, entire autre questions, oO est passee la ga-
rantie de 1,7 million d'euros en faveur du group de Hedder
Lancry adoptee par les elus regionaux lors de la pleniere du
mardi 31 mars 2009.
Certes, I'administrateur judiciaire et la direction proposent un
plan dit "de sauvegarde de Cemploi" Ce plan prevoit cependant
la suppression de 144 postes au sein des trois entreprises, la
suppression des acquis comme la prime de transport, de la part
mutuelle patronale, du 13ieme mois et la remise en cause du
travail le dimanche ainsi qu'une reduction du temps de travail
de 35 a 30 heures hebdomadaires.
Les salaries denoncent le mauvais fonctionnement des ins-
tances representatives du personnel. "On digraisse pour qu'iC
puisse s'engraisser", s'insurge Murielle, deleguee CFDT. "Nous
refusons un retourd une teffe rgressionsociale"ajoute-t-elle avec
force.
Un plan que le personnel juge inadmissible et exigeant que la


direction revoie sa copie, sur fond malheureusement de dis-
sension syndicale sur les moyens d'arriver a fair pression sur
la direction.
La CFDT et la CDMT, les deux syndicats presents dans les hy-
permarches n'ont pas la meme vision des choses. Depuis le
debut de la semaine derniere (mardi 31 mai), les salaries affi-
lies a la CFDT ont decide le blocage des enseignes Leclerc. Ils
reclament des explications et exigent les documents compta-
bles.
Une strategic que n'approuvent pas les salaries affilies a la
CDMT, qui certes "comprennent Cexaspiration des salaries",
mais "dinoncent firresponsabifiti de certain devant fes difficul-
tis r6effes de ces entreprises qui contribuent d une reduction beau-
coup plus important de leffectif.
Pour Eric Picot, secretaire de la CFDT "Tout ceci est d'une
grande hypocrsie. Quandafons-nous nous mobifiserpour tenter d
sauver ce quipeut Ietre ?", s'interroge-t-il.
Et la CDMT de se desolidariser du movement de greve de-
clenche par la CFDT
Des discussions ont ete entamees avec la direction et I'admi-
nistrateur, des avancees ont ete obtenues. Les grevistes par-
lent de reembauche selon les besoins de I'entreprise. Mais il
reste encore beaucoup de points en suspens et notamment la
prime de depart.
Les negociations devaient reprendre ce lundi 6 juin.
En reality, on assisted dans ce secteur de la grande distribution
b un phenomene de concentration capitalist et de guerre com-
merciale lie la baisse du pouvoir d'achat des consommateurs
martiniquais provoquee par la crise dans laquelle le pays est
entree progressivement depuis 2005. De plus, on a continue a
deliver ces dernieres annees des autorisations d'agrandisse-
ment de surfaces commercials alors que la Chambre de com-
merce avait juge qu'il y avait lieu d'arreter. Cela n'exclut pas
des erreurs de strategic commercial de la part de la Direction
de Lancry-Leclerc qui a lance I'op6ration baisse des prix avec
I'arrivee fracassante de Edouard Leclerc. Les travailleurs sont
en train de payer cette politique capitalist. Ils ont droit a notre
solidarity. Rien ne serait plus nefaste que pertains fassent de la
surenchere pour se placer syndicalement.
03/06/2011
Lundi 6 juin apres des negociations avec la direction,les sala-
ries ont supendu le movement de greve. Le travail a repris.
C.B


Transport Ef.ace Wu : Les salaries seront-ils reintegres ?


Une page s'est tournee dans le long feuilleton du transport au
niveau de I'Espace Sud et plus specialement s'agissant du re-
seau de dessert des communes de Riviere-Sale, Riviere-Pi-
lote et Sainte-Luce.
En effet, le mardi 30 mai, les elus de la communaute ont vote
a la majority moins trois abstentions (26 sur 29) la rupture du
contract avec la Compagnie de Transport Martiniquaise (CMT).
Une decision attendue depuis le jugement du tribunal rejetant
la requete de Sandra Casanova, la patronne de la CMT, visant
a faire annuler la regie mise en place par I'Espace Sud.
L'institution de cette regie qui permet d'assurer la continuity du
service de transport public de voyageurs fait suite au long
conflict entire la direction de la CMT et les salaries chauffeurs.


Ces derniers reclamaient une augmentation de salaire et de
meilleures conditions de travail. Selon le president de I'Espace
Sud, Eugene Larcher, cette decision est motivee par "pas mat
de 9efailfances de fa CMI'. Les elus ont notified cette deliberation
la direction de la CMT. Ils ont decide de passer une conven-
tion jusqu'au 31 decembre avec les acteurs de la regie en
place. Ils competent mettre ce r6pit a profit pour preparer un nou-
vel appel d'offres pour designer le nouveau delegataire de ce
service.
Les chauffeurs ont decide d'arreter la greve a la veille de cette
decheance. Le secretaire general de la CSTM a ecrit a la di-
rection de la CMT pour lui indiquer que les salaries ayant sus-
pendu le movement de greve sont a sa disposition. Ils


I I IIMM Am.n ~1-1-0


[ LUTTES SOIwrL^^^-5 I^






http://www.iournal-iustice-martinique. com


reclament le respect des dispositions legales prevues par le
Code du travail. II s'agit, selon le syndicaliste, de delivrer le
compete de tout solde aux salaries suite a la perte de ce march.
Les salaries se disent sereins dans I'attente de I'issue de ce
conflict. Ils ont recu du president de I'Espace Sud I'engagement
d'etre integr6s au sein de la regie.


De son cote, Sandra Casanova, la directrice de la CMT a de-
nonce la "collusion entire 'EspaceSudet fa CS~9 Elle compete
continue a solliciter la justice "afin que cee-ci ripare une injus-
tice Elle a declare qu'elle ne s'arretera pas sur un 6chec et
qu'elle continuera a ceuvrer pour le developpement de son
pays. C.B


Journee be mobilisation bans te secteur hospitalier le 8juin:

"Pour empecher que VH6pital public ne tombe bans ta aecheance"


H6pitaux publics : une bombe financiere aux effects incalculables
L'intersyndicale CGTM, la CDMT, UGTM et FO a decide d'une
journee de mobilisation le 8 juin prochain pour obtenir des
moyens supplementaires en faveur de I'h6pital public.
Les salaries des quatre centres hospitaliers Pierre Zobda Quit-
man, Lamentin, Trinite et Colson seront appeles & debrayer
pour marquer leur exasperation face t la politique de sante a
la Martinique. Une politique qui se traduit par la reduction des
credits, le manque de personnel et de moyens materiels, la
persistence des difficulties de toute nature dans ce secteur. "La
situationfinanciere exftrmemnt grave des iapitauVjustifie pei-
nement que toute fa communauti hiospitai'ere se mette en ordre de
mobiisation pour que les moyens tom6ent immidiatement", juge
Ghislaine Joachim Arnaud, la secretaire de la CGTM -Sante.
Car ce sont pres de 56 millions d'euros de deficit au total aux-
quels sont confronts les h6pitaux publics. Face a cette situa-
tion, s'offusquent les syndicate, non seulement I'Etat ne


respect pas ses engagements mais, de plus,
ponctionne les etablissements.
Ainsi la reevaluation du coefficient geographique
de 25 % a 29 % a computer du lerjanvier 2011, suite
aux resultats des etudes de I'ARS sous I'egide du
minister et conformement aux engagements pris
par le minister en octobre 2011, n'est toujours pas
appliquee.
La revalorisation de ce coefficient impose a I'Etat
I'augmentation les dotations allouees aux h6pitaux
en raison de leur eloignement des centres d'appro-
visionnement.
Les syndicats reclament, en outre, une aide ex-
ceptionnelle en compensation de la non revalorisa-
tion de ce coefficient depuis I'accord de 2005.
IIs reclament un veritable plan pour un retour A
I'equilibre financier tenant compete de l'etat de I'h6-
pital public en Martinique qui ne soit pas un enieme
engagement sans lendemain.
La perspective de pouvoir garantir a chacun un acces legal a
des soins de quality ainsi que la protection des emplois et
des salaires demeurent les deux principles motivations de
I'intersyndicale qui pursuit solidairement la lutte pour laquelle
la population doit manifester sa solidarity.
De son c6te, Daniel Riam, le Directeur du CHU de Fort-de-
France declare a France-Antilles des 4 et 5 juin demier: "Nos
efforts de gestion sont riduits a n.ant" a cause d'une reaction
budgetaire de 12,7 millions d'euros par application mecanique
des effects de la champagne national sur les missions d'ensei-
gnement, de recherche et d'innovation. De ce fait, le deficit pre-
visionnel du budget du CHU passera de 22 millions d'euros b
34,4 millions d'euros. II demand un moratoire sur les r6duc-
tions budgetaires et la mise en oeuvre immediate du volet fi-
nancierdu Plan sante outre-mer. C.B


Le Meoef au combat
i~~~ ~ i 1 1 Mll IIIII MI


Le Medef qui est I'organisation du patronat martiniquais a re-
nouvele ses instances dirigeantes le 31 mai demier.
On note parmi les nouveaux venus au conseil d'administration:
-Agriculture: Nicolas Marraud des Grottes ;
- Industrie : Hubert Aubery, Charles Larcher, Kevin Parfait;
- Commerce: MichelAndr6, Nicolas Assierde Pompignan, Cyril
Comte, Yann Granville, Roland Lameynardie, Nadine Zobda ;
- Tourisme: Eric de la Houssaye, Benoit Le Cesne, Karine Roy-.
Camille;
-Autres services: Thibaud Assier de Pompignan, Francois Bri-,
chant, Sandra Casanova, Jean-Charles Cren, Yves Fagherazzi,
Arnaud Fontaine, Philippe Jock, Pascale Mouriesse, Claude
Pompiere;
- BTP: Guillaume de Meillac, Bruno Fabre, Serge Jean-Joseph


On notera la presence massive des capitalistes b6eks avec un
saupoudrage de mulatres.
Pour la premiere fois, t notre connaissance, une elue PPM est
membre dirigeante du lobby patronal : Karine Roy-Camille. Un
signe qui montre la mutation du neo-PPM.
On retrouve sans surprise la patronne de combat Sandra Ca-
sanova, grande crois6e contre I'article 74.
Le patronat martiniquais resserre les rangs et s'apprete A
faire front dans la tourmente capitalist en plant ses
hommes et ses femmes dans les lieux de pouvoir.
A.G


*Irynctmrs I


1 LUTTES 50C






http://www.iournal-ustice-martinique. com


Tableau bes taux be profit brut compares Martinique/France 1998-

2007 (excebent brut 6'exploitation/probuction)


Secteurs Taux de Taux de Ecarts de taux Effets sur les
economiques profit brut profit brut Mque/France prix
Martinique France
1998-2007 1998-2007
Industrie
Biens 12,2% 7,9% +4,3% 4,3%
intermidiaires
Biens 11,2% 5,5% +5,7% 5,6%
d'6quipement
Biens de 11,4% 8,8% +2,6% 2,5%
consommation
Industrie Agro- 10,7 % 7,3 % + 3,4% 3,5 %
Alimentaire
Commerce 17,9 % 12,5 % + 5,4% 5,4 %
Construction 20,6 % 6,9% + 13,7 % 13,7 %
Services
Services aux 26,5% 13,8% + 12,7 % 12,6%
particuliers
Hotels 18,4% 10,9% +7,5% 7,2%
restaurants
Services aux 19,1% 13,2% +5,9% 6,0%
entreprises
Activities 76,3% 69,4% +6,9% 6,9 %
immobilibres
Activit6s 25,2% 15,2% +5,0% 9,9%
financieres
Transport 19,6% 11,5% +8,1% 8,1 %
Secteur 9,1 %
marchand__
Source: INSEE, Traitement SYNDEX


Commentaire:
Voila la preuve que la profitation existe bel et bien en Martinique
Les taux de profit indiqu6s dans le tableau ci-dessus sont repris
de I'6tude sur le pouvoir d'achat dans les DOM "incidence de la
structure des prinet des coi2ts- Tome 2- La 9Martinique" du cabi-
net d'experts Syndex (cf Justice no 22 du 2/06/2011).


3)
bu4


Immobilier et commerce sources de profits patronaux


1) On observe que les taux de profit sur la periode 1998-
2007 sont superieurs en Martinique a ceux de France,
quel que soit le secteur.
20) Les taux les plus eleves sont dans les activities immo-
bilieres (76,3%), les services aux particuliers (26,5 %), les
activists financieres (25,2 %), la construction ( 20,5 %), le
commerce (17,9 %). Les taux de profit dans I'industrie sont
tres inferieurs, sans descendre au-dessous de 10 %. On
peut y voir I'effet de la d6fiscalisation.
Ces taux de profit present sur le niveau des prix et contri-
ent 6 la "vie ctire",selon le cabinet Syndex.
A.G


PNVEp PkE5


Renbant compete be e'etube Synbex sur les causes be la vie chore,

France-Antilles judge te context actuet"pire" que celui be 2008


Un public attentif lors de la conference de Syndex


Nous avons rendu compete de I'6tude du cabinet Syndex sur le
pouvoir d'achat et les causes de la vie ch6re en Martinique
dans Justice (no 22 du 2/06/2011)sous le titre "Lapwofitasyion


Seplique (a 'vie chere' en Martinique". France-Antilles
public sur une pleine page 2 un dossier de Cecile Eve-
rard assez complete sur I'6tude de Syndex sous le titre
assez provocateur: "Quefaut-ilchanger? Tout Ie mo-
defe iconomique !". Le dossier n'est tout de mime pas
annonc6 a la Une. Bien entendu, le journal. ne va pas
jusqu'b affirmer comme Justice que pour changer le
module economique, il faut changer le module poli-
tique et cr6er un vrai pouvoir martiniquais. Soyons r6a-
liste !
Cependant I'article analyse honnetement les facteurs
qui "induisent despnr Jeves", notamment "un marcie
peu concurrentief propice a (a constitution de rentes",
"Toctroi de mer inflationniste par definition", "des taux
de profit ifevis"avec des effects sur les prix, etc. Nous
avons dit en quoi I'analyse sur le caractere inflation-
niste de I'octroi de mer nous paraissait contestable : les taux
de TVA en Martinique sont inf6rieurs a ceux de France en rai-
son de I'existence de I'octroi dce mer. De plus, I'octroi de mer


lik Jem I'iT -utle no2 -Pge6 1


EC OIE I


. ... . .... -






htt://www iournal-iustice-martinique. cor


.P.. p r


preserve I'existence d'une petite industries martiniquaise, ce qui
semble ne pas preoccuper le cabinet Syndex obnubil6 par la
consommation.
II est indique par ailleurs que la grande distribution n'est pas
seule coupable de la vie chere et sont mentionnes 6galement
les services financiers, I'eau, etc.
Le dossier reprend les analyses sur les revenuess et niveauxde
vie inegalitaires" et le fait que seuls les revenues des gens aises
ont progress ces demieres annees. II est souligne que la crois-
sance en Martinique a ete "pauvre"en creations d'emploi, vu le
taux de chOmage (22 % en 2009; ndlr :en fait 25 % en 2011)
et le nombre d'emplois precaires. Un chiffre trompeur est indi-
que, celui du fort taux de creations d'entreprises avec le statut
d'autoentrepreneur qui masque "e plus souvent des emploisprj-
caires".


Un panel de reactions a cette etude est propose allant de Ra-
phael Vaugirard ou Michel Branchi & des repr6sentants du pa-
tronat tels que Cyril Comte du Medef ou Pierre Marie-Joseph
des MPI en passant par Denise Marie de I'association des
consommateurs de la Martinique et divers syndicalistes comme
Philippe Pierre-Charles de la CDMT ou Eddy Ortole de I'UGTM.
Le dossier se termine sur I'appreciation que "Fe context actuel
surfond de tensions fortes sur les matieres premieres et les car6u-
rants, ressemblefortement a cefui de 2008. Enpire". C'est-a-dire
avant I'explosion social de fevrier 2009.
Effectivement, les conditions d'une nouvelle explosion social
paraissent s'accumuler peu a peu car la crise capitalist dans
le monde et en Martinique n'est pas terminee.
Antoine Gilles


I064Tt


Imminence 'un fLifme en ua)eloufe et en Martinique ?

"Pas plus important maintenant qu'avant", selon le ipcialistes


Sur internet a circul6 copie d'une lettre adressee le
11 mai 2011 par un certain Guy-Noel Aubry, profes-
seur agrege de Sciences physiques au Lycee Jo-
seph Gaillard, a la president du Conseil general de
la Martinique pour I'informer que la Martinique et la
Guadeloupe "sont directement menaces par un sisme
ayant (es trois caractristiques suivantes": majeur ou
tries intense, certain et imminent selon les investi-
gations qu'il assure avoir menees avec un autre
professeur au Lycee de Riviere -Salee, M. Marc-Oli-
vier Bellemare.
Pourquoi te s4isme est-it imminent ?
M. Aubry explique doctement que "fe dfplacement rela-
tifdes plaques tectoniques Caraibes etAt(antiques est en
train de connaitre un brusque rafentissement; paraflie-
ment lafriquence des Seismes augmentede maniare important,
particulirement dans un triangle form desSaintes, F Sud-Est de
la Martinique et Fe Nord-Est de la Guadefoupe. Cefa signifie que
tous Fes ifements sont rjunis pour que nous ayons un siisme de 7,5
a 8,5 dans [es procliainsjours, fes prochaines semaines ou les pro-
chains mois sur la Guadefoupe, fa Martinique (ou fa Dominique).
J'ai 6ien parel dejours, de semaines ou de mois mais pas d'anne
(..)".

Voici la reponse de M. Christian Ant6nor-Habazac de I'Ob-
servatoire volcanologique et sismologique de Guadeloupe
(I'lnstitut Physique du Globe de Paris) base en Guadeloupe

" Guadefoupe, fe fundi 30 mai 2011.
Depuis fa semaine dernire, idcircufe sur fe net un document qui a
pour objet "Aerte sur un dangergrave imminent et certain" jma-
nant dun professeur agreig en (Physique, M. AUtBRy uy-No2 i
(...)
(..) Depuis fafin de la semaine passe, j'ai refu un courtier en
quantity inhabitue(Fe de personnel me demandant fa raflit d'une
teife menace imminent.


Seisme de novembre 2007 en Martinique


A tout cea,je riponds que:
- dire qu'ilse produira un s6isme consie'rd comme majeur, ou tres
intense, dans nos regions est une riaitie compete tenu de la situa-
tion giographique de nos Ifes qui sont proches dune zone de sub-
duction (zone de f'icorce terrestre pouvant ginirer de tris gros
seismes) (Pour mimo, Fe (SEVL) seisme historique majeur des Pe-
titesAntifes quifit au moins 3000 (trois miles) morts en Guade-
Foupe Fe 08fevrier 1843, vers 10h40 du matin.
- dire que cette occurrence est certain est aussi une rjalite et c'est
pour cela que nous nous efforfons defaire passer Fes messages de
prevention d la population et itest heureuwde constaterque tous
les corps constitute de fa sociWte qui vont de (ltat auw associa-
tions travaillent ensem6fe dans cette optique.
Sur ces dewupoints, M. JAVBR/ nefait rien de plus que de Fes
6voquer, sans s'attarder.
Sur Fe troisime et dernier point qui est 'imminence du siisme, f,
fe developpement est plus consequent. M. AYVBR affirme que Fe
diplacement relatifde nos plaques "est en train
de connaitre un brusque rakntissement'...
Lia, je suis intrigue et tres interrogateur: commentfait-i pour
connaitre fa vitesse du dipilacement refatifdes deuxplaques concer-


*m~~mctmrrYsb I. '






http:/www. iournal-iustice-martinique.com


nies ? Et surtout comment peut-i iaffirmer que ce movement ra-
Centit ?
La sciencefait desprouesses, mais e/e nefaitpas encore tout, c'est
vrai En ce qui concern Ce dfplacement des plaques chez nous, nous
avons commence, iCy a environ de 10 ans, des measures par G'PS
(globa[Positionning System) diffirentie[qui nous donnent la po-
sition relative de points choisis a environ trois millimetres pris
(plusieurs points en Guadeloupe et Ifes voisines). Cette etude est
toujours en course, car ele doit integrerses risultats surpCus de 10
ans, et ede devrait nous renseignersur es deformations su6iespar
a plaque carai6e sur e moyen et long term. Et on n'en n'estpas
encore hi.
5M. AUBSYaffirme aussi que ... "la frquence des seismes aug-
mente de manire important, particuuierement dans un triangle
former des Saintes, fe Sud-Est de ca Miartinique et Ce Nord-Est de
Ca quadeloupe"...
C'est vrai qu'ify a eu un essaim de seismes au Saintes depuis re 21
novem6re 2004 et qui dure toujours. 9Mais a part cefait-li, tres
hia6itueldans nos regions (par e, la zone de Redonda en 1985 et
en 1986), i est connu, depuis C'eistence de la sismologie instru-
mentale continue ici (1950), que nous avons des zones sismogi-
niques comme lEst de ca Martinique, tEst de Wd rie-Galante, ~Est
de ca DEsirade et e NWord-Est de lCa grande-Terre/Antigua (siege
du sdisme majeur de 1843)
Annueffement, Fes 06servatoires de Guadefoupe et de Martinique
detectent environ de 800 d plus de 1000 trem6fements de terre, ce
quifait en moyenne trois i cinq parjour en incluant les Saintes.
Parmi cewux a, seufs cinq a di sont ressentis par fes populations
chiaque annie. Vn seisme, en moyenne tous fes cinq ans, fait tres


peur et 6besse ou tue : par ex les Saintes en 2004, ca Martinique
en 2007pour fes plus recent.
Ify a cependant un constat clair: ifny aAVCUWn E augmenta-
tion particuCi e de la sismicite autour ou sous nos fes.
Pour conclure, le risque sismique n'est pas plus important mainte-
nant qu'avant ou dans fefutur Ilexiste tout simpement et 6ien
sir avec ca possi6ilite d'avoir un 6venement de magnitude comprise
entire 7.5 et 8.5.Iest impossible, dans C'tat actueCde la recherche
mondiale, depr6voir une imminence particuliere carce risque n'est
pas pridictibe :
Donner une date, une priode, une ichiance relve de purefantai-
sie.
L'occurrence du seisme itant rdelfe, e pro6beme est qu'd force de
crierau loup, on risque de voirfe Coup sortirvraiment de sa taniere
et certain pourront dire qu'ifs avaient eu raison.
Nos ancitres, au moment outle soleilcouchant disparaissait a Ph'o-
rizon, avaient-iCs raison de prierpour qu Criapparaisse ?
Doncpr6parons-nous tout simpCement, sans donner dans le catas-
trophisme dune imminence hypothltique.
Bien d vous tous
Christian A EO -HABAZA C
OVSg IfPGP
0690554633"

II est clair qu'en ces temps de crise capitalist generalisee
et de menaces accrues en raison des effects du r6chauffe-
ment climatique, certain veulent speculer sur les peurs,
meme sous couvert de qualifications scientifiques. II
convient de garder son sang-froid tout en se preparant se-
rieusement au "big one". Sans affolement.


L'UFM attaquee par Ie colonel


En fevrier dernier, I'Union des Femmes de la Martinique (UFM)
s'6tait 6mu qu'une femme vietnamienne, marine au colonel de
gendarmerie Bellamy, de victim de violence psychologique
et sexuelle 6tait ressortie accusee. A la suite d'une plainte por-
tee par son mari elle s'6tait vu notified un rappel & la loi tandis
que sa plainte 6 I'encontre du mari, etait classee sans suite.
L'association de defense avait done mediatise I'affaire, estimant
que la personnalite du mari I'avait protege'" Devant le toll de


cette affaire, la hierarchie avait mute le colonel sans bruit hours
de Martinique. En avril dernier, nouveau rebondissement de
cette affaire: le colonel contre-attaque et estime que IUFM est
a I'origine de ses d6boires et porte plainte avec une assigna-
tion devant le Tribunal d'Instance. Deux accusations sont for-
mulees b I'encontre de la president de I'Union des Femmes,
Rita Bonheur, et de I'intervenante social, Nicole Ramael : at-
teinte la vie privee et atteinte a la presomption d'innocence.
Le colonel r6clame la modique some de 368 000 E de
dommages et interets. Cette affaire I'aurait prive de pro-
motion et d'indemnite de depart pour un grade de son
rang. "Scandalise", la president de I'UFM Rita Bonheur
rejette les accusations du gendarme. Elle estime que
I "association n'aurait pas ete dans sa mission si nous
n'avons pas accompagne cettefemme". "I.s'agit d'une ten-
tative de museer notre association parce qu'eCle s'est atta-
quee queCqu'un de puissant", retorque-t-elle
L'UFM juge qu'il y a Ia "un danger de derive avec un re-
tour au silence desfemmes victimss.
Elle ne compete pas "se faisser intimider". Deux avocats
sont charges de repondre au niveau juridique, mais
d'ores et dej6 I'UFM a alerted le reseau d'associations
afin de populariser cette affaire.


Yvette Ebion, Rita Bonheur et Nicole Hamael


Vi S i'


50C47t I







http://ww. ournal-iustice-martinique.com

Paroles be nos parlementaires.


Le Sentfeur Claude icit du minister u1 Trd-
vaildpropos es contratsdi6s
M. Claude Lise attire
I'attention de M. le
ministry du travail, de
I'emploi et de la
sant6 sur la situation
dans laquelle se trou-
vent les salaries em-
bauches par le biais
des contracts d'accs
IA 'emploi (CAE-
DOM). Ce dispositif
sp6cifique A I'outre-
mer a 6et cree par la
#', \ loi n' 94-638 du 25
Sjuillet 1994 et a fait
C. Lise: favoriser I'emploi pereenne rcemment I'objet
d'une adaptation de
son regime juridique, par parallelisme avec les CUI-CIE
contractss unique d'insertion-contrats initiative emploi). Si ce
dispositif permit aux entreprises qui ont recourse e de tels
contracts de b6enficier, de la part de I'tat, d'une aide financiere
consequente et d'exonerations de cotisations, il conduit, en
effect, A instaurer une categorie de salaries places dans une si-
tuation nettement moins avantageuse que celle de ceux b6ns-
ficiant d'un CDD habituel. L'employeur n'est pas tenu de verser
d'indemnites de fin de contract & I'employ6. II n'est pas tenu non
plus a un delai de carence entire la fin d'un contract et la conclu-
sion d'un autre. Par ailleurs, dans la pratique, les modalit6s de
formation professionnelle et d'accompagnement, non obliga-
toires mais recommandees, ne sont guere mises en place, no-
tamment en Martinique. Enfin, ces salaries ne sont pas pris en
compete dans I'effectif, diminuant d'ailleurs ainsi la possibility,
pour le rest du personnel, d'avoir des delegues elus. Quant
aux CAE-CUI, dispositif parallele qui concern le secteur non
marchand, il semblerait que I'tat diminue leur financement
alors mIme que I'utilit6 social effectuee par ces personnel
en outre-mer devrait inciter 6 transformer en emplois durables
ces contracts precaires. II lui est donc demand s'il n'estime pas
necessaire de proc6der a une evaluation de ces dispositifs. II
s'agit notamment de s'assurer que ceux-ci ne se substituent
pas outre-mer aux contracts de travail de type CDD ou CDI
contractt g dur6e d6termin6e ou ind6terminee). Par ailleurs, ne
faudrait-il pas envisager, en contrepartie de I'aide de I'Ejtat, de
rendre obligatoire I'insertion, dans les conventions conclues
entire I'employeur, I'employe et P61e emploi, de dispositions sur
I'accompagnement et la formation ? Cela permettrait de facili-
ter ainsi I'acc6s t un emploi perenne, ce qui est la vocation de
ces dispositifs."

Une question a (a ministA')ri sol aritis it
e i cohAsion sodiale u sujet es acrkhis
Claude Lise se dit preoccupe "sur fa situation particulibrement
prioccupante en WMartinique des structures d'accueilde fa petite
enfance, don't les graves difficutisfinancihres imposent des dici-
siomis urgentes et pirennes". Les dispositifs de la prestation de
service unique, mise en place debut 2010, don't celui du contract
'au soutien des objectifs, ne peuvent en alJcun cas suffire A as-


surer une gestion equilibree de ces creches qui regoivent plus
2 400 enfants, emploient un miller de salaries et don't le niveau
d'accueil et de security exige par la reglementation rend les
coOts incompressibles. Des structures don't il "manque toujours
30 d 40 % pour 6oucler feur budget "selon la president de la fe-
deration national des associations pour la petite enfance. Le
senateur interpelle la ministry sur les "actions (qu) ehe envi-
sage de menerpourfaireface rapidement d cette situation alar-
mante"'

ie dputeSerfe Letchiimy snquiete u pou-
voird'dchat
"Monsieur le Premier mi-
nistre, dans le monde ac-
tuel les inegalites
s'accroissent dans I'acces <
aux resources elemen-
taires, comme I'alimenta-
tion, le logement,
l'6nergie.
La situation en France est
inqui6tante: 8 millions de
personnel vivent sous le
seuil de pauvret6, soit
13,4 % de la population.
C'est aussi la conse-
quence, qu'on le veuille Serge Letchimy : "partager les richesses",
ou non, de choix poli- en s'en pregnant aux capitalistes ?
tiques et 6conomiques marques par le disengagement de
I'ltat, notamment face aux marches financiers.
Au course des dix demieres annees, le revenue annuel moyen
des 10. % les plus modestes s'est eleven de 970 euros quand
celui des 10 % les plus riches s'accroissait de 11 500 euros.
Dans le m6me temps, sachez que 0,01 % des plus riches ont
gagne 360 000 euros supplementaires. Oi est I'Ltat dans son
r6le regulateur ? (Applaudissements sur les bancs du group
SRC.)
Les inegalites de revenues se creusent face a des jeunes don't
pres de 20 % sont au chomage. En outre-mer, les chiffres par,
lent d'eux-memes : 25 % de chomage, un PIB inferieur de 30
% par rapport a I'Hexagone, des products de base superieurs de
35%.
Les evenements en Grece et en Espagne doivent nous inter-
peller et nous faire prendre conscience d'un risque de rupture
de la solidarity et de la cohesion au sein de nos societies.
Monsieur le Premier ministry, plut6t que d'accuser, comme I'a
fait votre ministry des affaires europeennes, les populations
pauvres de se complaire dans I'inactivite, plut6t que de rejeter,
comme le fait votre ministry de l'interieur, la responsabilite de
cette situation sur les immigres et les strangers, quand accep-
terez-vous enfin d'assumer la question eminemment politique
du partage et de la redistribution des richesses et du travail ? >
Reponse: Alors que la question etait adressee au Premier mi-
nistre et concernait la France entire, Frederic Lefevre I'a axee
sur I'Outremer. Dans sa reponse, il a rapelle les measures de-
cidees lors du Conseil interministeriel de I'outre-mer. Et il a
conclu que "fe Gouvernement itait decide a s'engagerde maniere
determine, notamment en matiure de tourism qui est si impor-
tant en outre-mer, poursoutenir e developpement iconomiquk en-
d ogne".


uIIuI' 21rBn"2 -Pe 9 41


_ Il tI






http://www. iournal-iustice-martinique. com


Jean-Louis Le Moing (PCF): "t'avenir ne boit se bessiner que par bes

lens conscients, maitres be teur bestin"


Jean -Louis Le Moing, coordinateur charge au sein du Parti
Communiste Frangais des relations avec les Dom, tr6so-
rier national, a s6journe chez nous du 9 au 12 mai dernier.
II a rencontre des parties politiques, des syndicats et autres
associations. II s'est rendu sur le terrain et a pu toucher du
doigt la reality de la situation social et economique de
notre pays. Nous I'avons rencontr6 just avant une seance
de travail avec les syndicats martiniquais.


Wg~ ~ LpWIZc~r~*n~' rnI


Jean-Louis Le Moing, responsible PCF outremer


Justice: Vous 6tes venu vous enquerir de la situation de la
Martinique, pourquoi faire exactement ?
Jean-Louis le Moing : J'etais d6ej venu quelques semaines
avant la consultation referendaire sur le passage A I'article 74.
Apres plusieurs contacts avec mes camarades du Parti Com-
muniste Martiniquais, j'ai juge qu'une nouvelle mission etait utile
pour connaitre dans le detail de quelle facon le PCM et les al-
lies du rassemblement comptaient border la nouvelle periode
qui s'annonce avec le passage A la Collectivite unique. C'est
I'objet principal de ma venue, outre le fait que nous entretenons
des liens etroits avec les camarades du PCM. Par example je
les ai informs de la facon don't au PCF nous avons I'intention
d'aborder les prochaines chances electorales, avec la presi-
dentielles et les legislative. Nous avons eu des changes sur
un certain nombre de choses.

J : S'agissant de la Collectivite unique en d6bat bient6t au
Parlement, quelle est la position du PCF, notamment par
rapport a vos changes sur place ?
J.L M: La position du PCF est assez invariable, nous pensions
que tout pas en avant vers I'autonomie, la responsabilite est
une bonne chose. C'est en ce sens que le PCF soutient de
toutes ses forces, a I'Assemblee Nationale et au Senat, tout
pas qui peut permettre cette autonomie nouvelle et cette res-
ponsabilite. C'est une condition pour affronter les defis sociaux,
economiques et democratiques qui sont devant la Martinique
et plus generalement I'ensemble des territoires et department
d'outre mer.

J : Y a -t-il des points specifiques qui ont ete abordes lors
de vos changes ?
J. L .M : J'etais particulierement attentif a I'ecoute d'amis syn-
dicalistes qui nous ont fait le point apres la mobilisation de 2009
et sur la grande question qui subsiste apres ce formidable mou-


vement. Concernant nos amis du MIM, j'avais eu I'occasion de
rencontrerAlfred Marie-Jeanne lors de ma pr6c6dente venue,
et cette fois-ci j'ai rencontre Daniel Marie-Sainte, un contact en-
richissant oi j'ai appris un peu plus des subtilites de la vie po-
litique martiniquaise.
Le PCF soutiendra-t-il le texte au Parlement ?
J.L.M: Je crois que depuis longtemps nous avons une regle :
c'est la mattrise par les gens eux-memes de leur destinee, en
m6tropole et plus singulierement dans les Dom. Nous le [le
texte]) soutiendrons parce que nous pensions que I'avenir ne
doit se dessiner que par des gens conscients, maitres de leur
destin. Nous soutiendrons toutes les propositions qui viendront
du bloc democratique en faveur de I'autonomie et de la res-
ponsabilite.

J : S'agissant de la situation politique en France, on s'aper-
goit que I'on va de plus en plus vers les extremes, et les
sondages ne font que le confirmer. Comment le PCF vit
cela et quelles sont ses actions par rapport a cela ?
J.L. M : Nous sommes preoccupes. Ce n'est pas un pheno-
mene frangais, c'est un ph6nomene europeen: la monte de la
xenophobie, le reflexe de repli sur soi. Je crois que c'est la re-
sultante d'une crise profonde durable. Depuis trente ans, la
France vit dans une crise important qui s'est accentuee A par-
tir de 2008. II y a besoin d'une r6ponse de progres aux ques-
tions qui taraudent la society frangaise et sont les ferments de
la monte de I'extreme droite. Le ch6mage, la vie chere, I'in-
quietude par rapport A I'avenir de nos enfants, le logement et
I'insecurite, sont autant de questions qu'il faut prendre a bras le
corps. Nous, Parti Communiste Frangais avec le Front de
gauche, nous entendons construire une reponse de gauche
adapt6e aux defis de notre temps et de notre pays. C'est A cela
que nous travaillons. Et c'est dans ce sens que nous travaillons
A I'6mergence d'une candidature du Front de gauche pour
I'election presidentielles et les elections legislative.

J: Cela voudra-t-il dire que le PCF risque de ne pas avoir de
candidate propre A ces elections presidentielles de 2012 ?
J.LM : Oui. C'est une eventualite que nous avons, lors d'une
reunion de notre direction national, soumise a I'approbation
des communists francais. On est actuellement en plein dans
le debat. Les 130 000 communists frangais sont appeles a se
reunir pour en discuter, et nous aurons une conference natio-
nale en juin. Et in fine, ce sont les communists qui lors d'une
consultation decideront de la strategic qu'ils adopteront. En tout
etat de cause, la direction n'a pas rejete I'idee que Jean-Luc
Melenchon puisse 6tre le candidate pour cette election presi-
dentielle. Nous entendons personnaliser le rassemblement et
I'existence du Front de gauche et assurer sa perennisation
dans la vie politique.

J : Et quel sera le programme du candidate par rapport aux
attentes des Frangais ?
J.L.M: Nous sommes en train de travailler un programme, car
evidemment ce sont les contenus qui doivent decider du reste
et pas la personnel. Nous sommes en train d'avancer vers la
conclusion d'un accord global avec nos partenaires du Front
de gauche, c'est -a- dire le Parti de gauche de Jean-Luc Me-
lenchon et la Gauche Unitaire de Jean-Luc Picquet. Au cceur de
ce rassemblement, nous mettons en avant les ambitions du
front de Gauche, I'ambition politique. Pour nous, le Front de


ir euh jui. nIwJu P' -a 1


ITU 77






http://ww. ioural-iustice-martinique.com


Gauche ne dolt pas 6tre seulement le rassemblement de la
gauche de la gauche, qui doit exister, mais dolt se donner pour
vocation, comme objectif que toute la gauche francaise prenne
les measures qui s'imposent, mette en oeuvre une vraie politique
nouvelle. Cela c'est I'ambition et la strat6gie. Nous sommes en
train de finaliser un programme sur lequel le ou la candidate
s'engagera. Cet accord portera sur I'articulation entire la presi-
dentielle et les legislatives, parce nous voulons pervertir I'elec-
tion presidentielle. C'est une election qui porte un tort a la
democratic, oblige a une personnalisation a outrance et qui fait
passer au second plan le debat d'idees. Et pour la pervertir, il
ne faudra pas un seul candidate, mais 600 candidates aux 16gis-
latives, qui seront aussi candidates a la presidentielle.

J : Un mot sur la politique international de la France et la
fougue guerriere de Sarkozy?
J. L.M : Le PCF est angoisse. II vient dans une recent decla-
ration de demander le retrait des troupes frangaises d'Afgha-


nistan et de substituer a cette politique guerriere une vraie po-
litique de cooperation et de developpement. C'est I'echec ab-
solu en Afghanistan, ce sont les seigneurs de guerre qui ont
repris la main. On assisted a la montee des fondamentalistes,
avec un peu plus de pouvoir, qui agissent dans ce pays. II faut
une cooperation sous I'egide de I'ONU avec des investisse-
ments qui permettent le developpement. Avec des mecanismes
qui remettent le pouvoir aux peuples eux-memes, c'est tres im-
portant de le faire. Nous avons critique tries vertement, et avons
ete les seuls t denoncer a I'Assemblee national I'intervention
en Libye. Cela n'est pas la solution, et malheureusement les
faits nous donnent raison. II faut arreter cette aggression afin de
permettre une solution politique. Dans aucune region du monde
la force ne reglera rien. II faut que la politique reprenne ses
droits et permette aux peuples de reprendre la main. Pour cela,
la democratic est la seule arme valuable, quelle que soit la re-
gion du monde.
Propos recueillis par C.B


Le recteur Anbre Siganos et te vieillissement acceter be it Martinique


Le recteur Andre Siganos a donned une interview a
notre confrere Antilla (no 1456 du 19 mai 2011). II de-
clare notamment : "(..) [a course dimographique de
racadimie est dramatique. Je pkse mes mots. Nous per-
dons equivalentt dun Cycye cfiaque rentrie. (De toutes
[es academies de France, nous sommes cede qui vieilit Ce
plus vite. Nous serons facadimie et fa colectiviti, mime
si eTe est unique, la plus vieille de France, des 2030.
L'anaCyse quejefais, c'est que fe salut ne pourra venir
autrement que de Cexrtrieur Iffaut accepter que d'au-
tres viennent ici que nous Ces accueifons, que nous soyons
heureuw!e [es voir river, de fes voirvivreparmi nous et
participer a ia masse critique de compitences don't nous
avons besoinpourfaire que la Martinique, au contraire,
devienne une acadimie, un department, unpays, tres al-
lant pour Ce 21Vme siece(.. )".
Ainsi le recteur Siganos a trouve la parade au vieillissement ac-
celere de la society martiniquaise provoque par les manipula-
tions demographiques des annees Bumidom et de la politique
d'emigration systematique appliquee par les gouvernements
francais dans les DOM pendant que le pays etait envahi par
des Frangais. La politique de transformation des pays d'outre-
mer en "colonies depeuplement"chere a un certain Pierre Mess-
mer pour resoudre le problem colonial. Ce qu'en d'autres
temps, le PPM appelait le "genocideparsubstitution"et qu'il re-
pudie comme etant du racisme..
Dans Justice nous avons signaled le danger grave de menace
sur I'existence meme du people martiniquais en tant que tel a
I'occasion de la parution de la derniere projection de popula-
tion de 'INSEE (no 4 du 27/01/2011).Le risque effectivement,
c'est qu'il y ait dans ce pays une population a I'horizon 2030-
2040 mais plus de people martiniquais
Au lieu de s'opposer a la dilution de I'identite martiniquaise, le
premier responsible francais de I'education nous appelle sans.
ambages & ouvrir toutes grandes les portes du pays pour que
nous soyons soi-disant "unpays tres aflant pour e 21nme sicle ".
Le problem n'est pas simple, mais ne faut-il pas mener deja
une politique permettant de remplacer les departs a la retraite-
massifs par des recrutements de Martiniquais ? Et surtout re-
donner aux Martiniquais et 6 la jeunesse confiance dans leur


Le recteur Andre Siganos : accelrer le genocidee par substitution" ?


pays en mettant en oeuvre le veritable Changement. C'est ainsi
que I'on va inverser la fameuse courbe demographiquedrama-
tique.
'~~--- --~- ~ ~-- --- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- --
Souscription miitante

Aux membres du comite central, aux militants et aux
sympathisants

II y a 50 ans, I'Ordonnance du 15 octobre 1960 frappait
quatre dirigeants communists et les contraignait a une
mutation d'office en France.
En significant leur refus, Armand Nicolas, Walter Guitteaud,
Georges Mauvois et Guy Dufond etaient revoques de la
function publique.
Ce rappel histonque fera I'objet d'un documentaire avec les
temoins de I'epoque et sera projetL lors d'une manifestation
que nous organiserons au mois d'octobre prochain.
Pour nous aider a la realisation de ce documentaire nous
faisons appel au soutien financier de nos camarades, amis
(es) et sympathisants.
Vos dons seront etablis a I'ordre de I'A.F.P.C.M.
Le Tr6sorier du PCM
Roger Riam
- - - - - - - -. . .. . . . . . . L . . . . . . . . . . . . . . . . . .--


PT E


^BBjiBcB8n 2011SBuMtieln*2 -a







http://ww.ioumal-iustice-martinique.com


Maurice Betrose prenb sa retraite aux term ae 41 ans au service be

t'Universite Antilles Guyane.


Notre redacteur en chef adjoint Maurice Belrose a ete ho-
nore dernierement par ses amis et collaborateurs au sein
de I'Universite Antilles-Guyane. II a ete interroge par Ra-
phael Confiant pour le magazine Antilla. Avec son accord,
nous proposons a nos lecteurs d'en savoir un peu plus
sur celui qui consacre un temps precieux a Justice.


Maunce DUlrose un UUes IUrIUldeus uU I UMl


Antilla : Maurice Belrose, vous arrivez au terme d'une
longue carriere au sein de I'UAG Pouvez-vous nous dire
ce qui vous a pousse a choisir des etudes d'espagnol ?
Maurice Belrose : Ma carriere universitaire a debuted en octo-
bre 1970, en Guadeloupe, au Centre d'Enseignement Supe-
rieur Litteraire (CESL), antenne de la Faculte des Lettres et
Sciences Humaines de Bordeaux. J'ai commence comme as-
sistant, puis j'ai accede au grade de maitre assistant pour finir
par devenir professeur des universities de premiere classes.
J'ai fait mes etudes superieures a Bordeaux, apr6s avoir recu
une solide formation au Lycee Schoelcher, oO je suis entree en
classes de troisieme, en 1958. Avant le Lycee Schoelcher, j'etais
au Cours Compl6mentaire du Marin. A cette 6poque-JA, il n'y
avait que deux lycees en Martinique, reserves prioritairement
aux eleves issues des classes sociales aisees. Le Cours Com-
plementaire du Marin qui accueillait les eleves du Marin, du
Vauclin et de Sainte-Anne, se voyait attribuer chaque annee un
quota de deux eleves pouvant entrer en classes de second :
une fille au Lycee dit "dejeunesfides", et un gargon au Lycee
Schoelcher. Voyant que j'etais bon eleve, I'un de mes profes-
seurs, feu Raymond Neris, conseilla & mes parents de me faire
entrer au Lycee Schoelcher en troisieme. Pour cela je devais
passer un examen comportant une epreuve de frangais et une
epreuve d'espagnol. Mais a cette 6poque, I'espagnol n'etait
plus enseigne au Marin. J'ai essay de I'apprendre tout seul,
mais ne me sentant pas au niveau, je ne me suis presented quA
I'epreuve de francais. Surprise : j'ai ete admis sur la base de
cette seule epreuve.
C'est que j'avais recu une bonne formation en francais, comme
dans toutes les autres matieres, au demeurant, ce qui m'a per-
mis d'obtenir le Prix d'Excellence en troisieme.
Je dois preciser que je suis de la champagne (du quarter Morne
Courbaril), ne (en 1943) et elev6 au sein d'une famille-de mo-
destes cultivateurs creolophones, et que j'ai appris (difficile-
ment) le frangais A I'ecole.
Je suis tombe amoureux de la langue espagnole & I'age de huit


ans, quand un oncle a moi, militaire de carriere, est revenue en
vacances avec une radio portative alimentee par une grosse
batterie. Je passais mon temps 6 ecouter les emetteurs du Ve-
nezuela, subjugue par la musicality de la langue espagnole.
Quand je suis entree au Lyc6e, j'avais un bon niveau en anglais,
mais peu a peu I'espagnol a chasse I'anglais de mon coeur. Le
processus s'est acc6eler en classes de premiere, quand j'ai
commence a avoir course avec I'excellent Alfred Melon, -deja
decede-, qui m'a conseille fermement de demander une bourse
et d'aller continue mes etudes a Bordeaux apres le Baccalau-
reat. A Bordeaux j'ai continue a bien travailler, et 1l encore un
professeur a guide ma vie. II s'agit de Noel Salomon -deja de-
cede lui aussi-, eminent hispaniste, directeur de I'lnstitut
d'Etudes Hispaniques et lb6ro-americaines. Marxiste
convaincu, anticolonialiste et anti-imperialiste, Noel SaLOMON
etait persuade que les Antillais et Guyanais devaient s'investir
dans la construction de la future university des Antilles et de la
Guyane que I'universite de Bordeaux, en accord avec I'Etat,
avait decide de creer. C'est ainsi qu'apres avoir fait entrer au
CESL le Guadeloupeen Alain Yacou, il me donna ma chance.
Ni Yacou, qui a fini professeur des universities de classes ex-
ceptionnelle, ni moi ne I'avons de6u.

Antilla: Pourquoi le Venezuela est devenu votre champ de
recherche privilege?
M.B.: A cause de la radio et de Noel Salomon. Lorsque je suis
entree au CESL, avec obligation de reussir ma carriere, j'ai dO
chercher un champ de recherche. Noel Salomon, mon direc-
teur de recherche, s'est content de me dire: "Voyez du c6te du
Venezuela" Acette 6poque, les liaisons aeriennes entire la Mar-
tinique et le Venezuela etaient faciles, et la vie au Venezuela
n'etait pas chere, et surtout il n'y avait pas la-bas I'actuel climate
d'insecurit. D'autre part, tres peu d'universitaires francais s'in-
teressaient a ce pays.
Je me suis donc lance a fond dans I'etude de sa literature.

Antilla : Pouvez-nous nous presenter vos principles pu-
blications?
M.B. : J'ai ecrit mes deux theses sur la literature vneezuelienne
: une these de doctorate de 36 cycle, soutenue en 1976, et une
these de doctorate d'Etat, soutenue en 1986. Les deux ont ete
traduites en espagnol sous forme de condense et publiees au
Venezuela. La premiere porte sur le roman de la periode 1892-
1935 et la deuxieme sur un movement litteraire hispano-ame-
ricain de la fin du XIXe siecle et du debut du XXe siecle, appele
Modernismo, que j'ai etudie A travers un certain nombre de re-
vues et d'oeuvres de fiction. J'ai public aussi un ouvrage sur le
Noir dans le roman venezuelien, en francais d'abord, en espa-
gnol ensuite; un autre, en frangais puis en espagnol, sur le ro-
mancier Julian Padron ; et un dernier, en espagnol, sur le
romancier Jose Balza.

Antilla: Y a-t-il un rapport entire les movements culturels
venezueliens et ceux des Antilles francaises (Negrityde-
A'ntillanit6-Cr6olit6) ?
M.B.: A cela, je reponds tout d'abord que le Venezuela est a
la fois un pays sud-americain et caribeen, et ensuite que I'his-
toire politique, economique et culturelle des Antilles frangaises
.offre beaucoup de similitudes avec celle de toute I'Am6rique
Latine.


IFjCeuh'B9jBI 201 enr3 Pge


F, 50cltrt






http://ww. ioural-iustice-martinique.cor
Lorsque la France a pns possession des Antilles, le system
colonial espagnol avait dej- un siecle d'existence. Par example,
la presence d'esclaves noirs au Venezuela est attestee des
1525 L'habitation-plantation antillaise a son ancetre dans I'ha-
cienda hispano-americaine. avec la meme hierarchie des
groups ethniques la meme confusion entire "race" et "casse
soila' ", le meme racism Le mot "creof" vient de I'espagnol
criollo, qui a son tour derive du portugais crioulo (prononcer -
knolou). Au debut, il a servi a designer les esclaves nes en
Amenque Mais aux Antilles comme dans le monde hispano-
americain, les Blancs nes dans la colonie ont pretend etre Jes
seuls "creole's" ou crollos Une fois I'independance acquise au
debut du XIXe siecle, les pays latino-americains se sont toumes
vers Pans pour tout ce qui concern la culture intellectuelle et
artistique, ce qui explique blen des similitudes entire la literature
antillaise et la literature hispano-americaine.
Apres une phase d'imitation plus ou moins servile de modules
francais et d'exotisme, la literature hispano-americaine est en-
tree a la fin du XIXe siecle dans une phase de production d'oeu-
vres originales, d'affirmation identitaire. C'est ainsi qu'au
Venezuela naTt vers 1890 le movement connu sous la d6no-
mination de Criollismo, qui announce quelque part notre Creolite.
A ce propos, on observe tout d'abord une interessante evolu-
tion semantique du terme criollo, qui a fini par signifier "natio-
na[" ou "authentiquement venezuefien". On constate ensuite
que, bien que le pays soit independent depuis longtemps, les
intellectuals continent de poser la question de la nation, cer-
tains affirmant que la nation existe bel et bien, tandis que d'au-
tres disent que la population venezuelienne ne constitute pas
encore une nation, en tout cas pas la veritable nation, bien in-
tegree, qu'ils appellent de leurs voeux. Les ecrivains criollistas
recherchent "[dme crdofe"ou "[dme national" la champagne:
dans le paysage ainsi que dans les coutumes, les croyances,
les traditions et le language des paysans, lesquels sont gene-
ralement des ouvriers agricoles vivant dans le cadre d'une ha-
cienda. Certains d'entre eux, animes par un nationalism etroit,
en viennent meme a affirmer que seules les oeuvres don't 'ac-
tion se deroule au Venezuela sont des oeuvres "nationafes".
Peonia, de Manuel Vicente Romero Garcia, le premier roman
annonciateur du Criollismo au Venezuela, a ete public en 1890.
II est aussi le premier a mettre en scene des personnages
Noirs. En 1934, avec la publication de Canci6n de negros de
Guillermo Meneses naTt une tendance proche de la Negritude,
qui offre du Noir I'image de I'homme joyeux, sensuel, erotique,
doue pour la musique, sensible aux fluides cosmiques et tellu-
riques. Ce Negrismo va trouver sa plus belle expression dans
Cumboto (1950) du Mulatre Ram6n Diaz Sanchez, qui pose,
entire autres problems, celui de I'alienation du Noir et du Mu-
lItre, problematique que va developper, dans une perspective
different, Frantz Fanon dans Peau noire, masques blancs
(1952).
Au Venezuela, il n'y a rien qui rappelle I'Antillanite.

Antilla : Quel regard jetez-vous sur 'UAG apres trente et
quelques annees d'existence de cette institution don't on
peut dire que vous Ctes I'un des peres fondateurs ?
M.B.: Avant I'UAG, il y a eu le CUAG (Centre Universitaire des
Antilles et de la Guyane) cree en 1971. L'evolution de notre uni-
versite ne peut etre separee de I'evolution economique, social,
societale, demographique de nos trois pays et des reformes in-
troduites dans I'enseignement sup6rieur frangais par les gou-
vernements successifs, qu'ils soient de droite ou de gauche.
En gros, on peut dire que dans toutes les universities francaises,
UAG comprise, on a assisted a une progressive degradation des


r0


Quelques ouvrages 6crits par Maurice Belrose
conditions de travail, source de frustration, voire de decoura-
gement. Pour de multiples raisons (ch6mage, manque de pers-
pective, manque de motivation, choix par defaut) les 6tudiants
sont globalement de mois en moins performants. L'aveu le plus
clair de I'6chec de I'universite frangaise est le "plan rjussite en
ficence": depuis trois ans, I'Etat consacre un budget specifique
a la lutte centre I'echec en licence, et toutes les universities en
beneficient.
L'UAG, qui participe 6videmment a ce plan, est par ailleurs I'une
des universities qui recoivent la dotation budg6taire par etudiant
la plus faible..

Antilla : Maintenant que vous n'aurez plus de course a as-
surer, comment envisagez-vous votre nouvelle vie ?
M.B. : Aprs quelque 42 annees au service de I'6ducation na-
tionale, don't 41 a I'UAG, j'aspire a vivre un peu diff6remment.
Desireux de continue a animer la recherche a I'UAG, j'ai de-
mande a beneficier du titre de "professeur emerite" Je pense
combler mes nombreuses lacunes culturelles, en lisant et en
voyageant. Je voudrais recommencer a parler anglais et por-
tugais. Je veux surtout apprendre a ne rien faire; revoir les ciels
6toiles de mon enfance campagnarde (peut-etre dans la sa-
vane africaine; en Patagonie ou au sommet des Andes); revi-
vre cette 6poque lointaine ou la lumiere electrique ne troublait
pas le sommeil des oiseaux.
Je souhaite finalement consacrer le plus de temps possible a
ma femme, sans laquelle je n'aurais jamais fait une telle car-
riere, a nos deux fils expatries en Europe et a nos cinq petits-
fils : cinq charmants petits miles !


Un public d'enseignants et d'6tudiants a salu6 M. Belrose


w jeuaI juIn201 jtic 23-aeI.;






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Prifien tielle francaises 2012.

Le PCF pour un ra semblement veritablement a gauche.


PCF : construire le rassemblement populaire avec Jean-Luc Melenchon ?
A moins d'un an de I'importante echeance que representent les
elections presidentielles, les medias ne semblent se passionner
que pour ces affaires de moeurs qui ont emporte certain hauts
responsables politiques tels Dominique Strauss-Kahn ou
Georges Tron. Ou pour les rivalites qui opposent les different
leaders du Parti socialist dans la course aux primaires pour
2012.
Certes, si certain se sont interesses A la reelection de C6cile
Duflot pour un troisieme mandate A la tete d'Europe Ecologie-
Les Verts, c'est surtout pour commenter les propos de Nicolas
Hulot qui envisageait un eventuel partenariat avec Jean-Louis
Borloo. Un nouveau sujet de diversion pour occulter les debats
de fond.
Pas etonnant que beaucoup aient superbement ignore la
Conference national du Parti communist francais qui s'est
tenue du 3 au 5 juin, A Montreuil et qui devait permettre aux
800 delegues de se prononcer democratiquement sur la stra-
tegie de leur parti et sur le choix de leur candidate pour le grand
rendez-vous de 2012.
Pourtant, dans le context de crise capitalist mondiale et de
mobilisation des peuples ecrases par des politiques ultralibe-
rales et oO une majority de Frangais souhaitent une alterna-
tive veritablement de gauche pour en finir avec la politique
antisociale mise en oeuvre par N. Sarkozy et son gouverne-
ment, I'evenement ne peut etre considered comme anodin.
D'autant que le Front de gauche qui rassemble le PCF, la
Gauche unitaire et le Parti de gauche est, dans le context ac-
tuel la seule formation de poids ayant adopted une ligne resolu-
ment anticapitaliste.
Depuis longtemps deja, la grande press, desormaisicontr6lee
par les grands groups financiers ne s'interesse qu'aux forma-
tions politiques qui ne remettent pas en cause les fondements
du liberalisme. En temoigne I'extraordinaire couverture media-
tique don't a beneficie DSK, avant sa chute.

PS :le risque 6'une i6rive vers Le centre.
Mais I'elimination de la course A I'Elysee de I'ancien patron du
FMI, connu pour son adhesion au liberalisme n'a pas eu pour
consequence un positionnement plus A gauche du Parti socia-
liste. Au contraire, dans la perspective des primaires socia-
listes, les deux principaux candidates & I'investiture socialist,
Martine Aubry et Frangois Hollande apparaissent plus preoc-
cupes par la recuperation des "strauss-K2ahniens"d6sormais or-
phelins que par la construction d'une altemative v\ritablement
ancree A gauche.


-"---- ---


11 jeu 'ju 2011i tice n23 i*,,. I


Et pour les seduire, I'une et I'autre cherchent a se de-
marquer de la gauche du PS pour se recentrer sur des
positions de plus en plus conformes A I'ideologie de la
social-democratie, si chere a DSK et aux milieux d'af-
faires.
C'est ainsi qu'en change de leur soutien, une parties des
fiddles de DSK ont demanded A la premiere secretaire du
PS de se "defaire de [son] affiance avec la gauche du
parti. Ce A quoi elle a repondu qu'elle ne sera "pas fa
candidate de ia gauche du part" Ces memes "strauss-
kahiniens", forts du soutien des maires socialists des
grandes villes, exercent la meme pression sur Francois
Hollande. La reality est que, de plus en plus travaille par
les activists de la foundation "Terra Nova" entierement
devouee a la candidature de DSK, le parti socialist
n'envisage la victoire en 2012 qu'en se demarquant de la
gauche authentique antiliberale pour se rapprocher du centre.
Du reste, son programme ne prevoit ni la remise en cause de
la mondialisation capitalist, ni le desserrement des contraintes
imposees par le trait de Lisbonne, par le pacte de stability mo-
netaire, par les milieux financiers et qui present si lourdement
sur les travailleurs.

Le PCF avec Jean-Luc M6Lenchon
pour "ancrer La gauche A gauche"
Sauf en 1974 oO il avait apporte son soutien a Frangois Mitter-
rand et au "Programme commun", le PCF avait toujours presented
son propre candidate aux presidentielles.
Pas 6tonnant done que la strat6gie des dirigeants du PCF ait
suscite, A just titre, I'inquietude de ceux qui redoutent la perte
de I'identite et la dissolution de leur parti dans une alliance
avec les autres forces authentiquement de gauche. Mais les
resultats encourageants engranges par le PCF lors des re-
centes cantonales dans le cadre du Front de gauche ont
conforte la demarche de rassemblement du secretaire national
Pierre Laurent, qui craint un score mediocre en cas de cavalier
seul, dans un context oO le scrutiny est personnalise a ou-
trance. D'oO sa strategic de privil6gier les legislative.
L'annonce, par la direction national du PCF de son intention
de soutenir la candidature de Jean-Luc Melenchon, le pr6si-
dent de Parti de gauche, avait souleve I'opposition de cer-
tains membres influents du Parti qui, comme Maxime Gremetz,
Andre Chassaigne et Andre Gerin souhaitaient que les idees
defendues par le PCF soient portees par un candidate issu de
ses rangs.
La question a ete tranchee lors de la conference national du
PCF consacree a la preparation des presidentielles. Les autres
candidates s'etant retires, c'est sans surprise que la majority des
delegues s'est prononc6e en faveur de J-L Melenchon sur la
base d'un "accordglobal" autour d'un project partage ouvrant
une perspective politique A la mobilisation social.
Car le PCF qui porte la dynamique du Front de gauche s'est
donned comme principal objectif de hisser ce dernier a un ni-
veau de "cridibiitei fectorate" pour d'abord offrir une alterna-
tive authentiquement de gauche A I'electorat ouvrier de plus en
plus seduit par le populisme de Marine Lepen. Ensuite, pour
modifier les rapports de force pour qu'en cas de victoire des
socialists, la France soit veritablement gouvernee a gauche.
/ .. . .


kA AICF






http:/Awww.iournal-iustice-martinique.com


"Partage des richesses", "reprise du pouvoir aux 6anques'et aur
marchisfinanciers", "affranchissement du trait de Lis6onne",
"construction dfune autre Europe", "changement du course de la
mondialisation", tels sont les grands axes de ce programme.
Ce "projetgloba/'qui porte egalement sur les elections legisla-
tives sera soumis au vote final de tous les communists fran-
gais du 16 au 18 juin prochains.


Riches encore plusrichessous Sdrkozy
Selon une etude du Credit Suisse devoilee par le journal La
Tribune, il y a ce jour 24 millions de millionaires en dollars
dans le monde, ce qui represente 14 millions de plus qu'en
2007.
La France, du fait de la politique ultraliberale de Sarkozy, etait
en 2007 au 3ieme rang mondial, derriere les USA et le Japon,
mais devant I'Allemagne de Merkel, la Grande Bretagne et I'lta-
lie. 2, 2 millions de ces millionaires resident en France. Pour


Certes, les communists martiniquais ne peuvent rester indif-
ferents 6 la candidature de cet homme authentiquement de
gauche. Mais ils conditionnent leur soutien & la prise en compete
dans son programme des revendications exprimees par notre
Parti qui visent 6 mettre a bas le system neocolonial d6parte-
mental, a combattre le ch6mage et la vie chere, a favoriser un
nouveau type de developpement economique et favoriser
I'emergence d'un veritable pouvoir local.
G.Erichot
mieux se servir; le gouvernement reform I'impot sur la fortune
(ISF votee par la gauche en 1982). II s'agit de faire en sorte
que les riches patient encore moins d'impots, en remontant le
seuil d'application, tout en allegeant les taux !
Quant aux contribuables "classiques", ils casquent, et les pau-
vres seront encore plus pauvres.
Dans notre Martinique, il y a de plus en plus de pauvres et de
gens vivant au-dessous du seuil de pauvrete.
C'est cela le liberalisme A.C


IVAN5 L'E MNI V


Libye: Enlisee, 'OTAN prolonge sa champagne ae destruction systematique


Une grande parties de la population libyenne toujours fiddle a Kadhafi

Au course de la semaine ecoulee, les medias occidentaux ont
annonce que, selon une commission d'enquete cr6ee par le
Conseil des droits de I'ONU, les forces de Kadhafi ont com-
mis des crimes centre I'humanite et des crimes de guerre. Le
Nouvel Observateur, dans un article public le ler juin, affirme
que les enqueteurs auraient recueilli des temoignages per-
mettant d'etablir que "10.000 d 15.000 personnel auraient ete
tuies en Libye depuis le mois defevrier" et que les rebelles li-
byens ont egalement commis des actes qui "constitueraient des
crimes de guerre"selon I'ONU.
II convient de noter tout d'abord I'imprecision relative au nom-
bre de morts: entire 10.000 et 15.000 il y a une grande diffe-
rence, mais peu imported puisque I'essentiel est de faire
retomber la responsabilite de tous ces morts sur Kadhafi et les
"membres de son premier cercCe". II convient de remarquer en-
suite la precaution avec laquelle il est fait etat des crimes com-
mis par les rebelles: on ne parle que de "crimes deguerre"et on
recourt au conditionnel "constitueraient" pour exprimer I'idee
qu'il ne s'agit que d'hypotheses non averees.
Un autre texte diffuse le meme jour par I'agenceAFP reprend
les memes accusations centre Kadhafi, mais apporte d'int6-


ressantes precisions complementaires sur la guerre. C'est
ainsi que I'on apprend que depuis le 31 mars, I'OTAN a effec-
tue plus de 9.000 sorties d'avions, don't pres de.3.500 avec un
objectif de frappe ; que Tripoli, la capital de la Libye, est la
cible de "raids intensifs depuispres dune dizaine dejours"; que
selon un decompte du regime de Tripoli, "es raids ontfait 718
morts et 4.067 6fess&sparmi les civil entire fe 19 mars et e 26 mai".
L'AFP constate que malgre ces bombardements incessants "re
conflit sembfe s'enliser".
Voila ce que I'imperialisme occidental n'avait pas prevu. Et voila
qui explique sa decision de prolonger jusqu'au mois de sep-
tembre la champagne de bombardements initialement conque
pour se terminer ce mois-ci.
L'OTAN n'a pas atteint ses objectifs et continue done de de-
vaster la Libye, pour que I'Occident s'empare ensuite de son
petrole. Cyniques, ses porte-parole ne cherchent pas a cacher
que I'objectif principal, c'est I'elimination physique de Kadhafi,
de sa famille et de ses proches compagnons. Cela explique
les bombardements repetes du complex de Bab AI-Aziziyah
oO Kadhafi est cense resider.
Les consequences de cette guerre atroce, ce sont aussi les
quelque 893.000 personnel qui ont do fuir le pays, les 1.200
qui ont peri noyees en voulant rejoindre I'ltalie.
L'imperialisme doit cesser son aggression et laisser les Libyens
regler leur problem entire eux.
La non intervention de I'OTAN au Yemen et en Syrie, oO pour-
tant la repression est feroce et ou regne un climate de guerre ci-
vile, est la preuve que I'Occident pratique une politique de deux
poids deux measures, pour defendre ses interets economiques.
Pour lui, les droitss de lPhomme"ne sont pas les memes partout.
Si le sous-sol libyen n'etait pas aussi riche en petrole, les "re-
6elTes"n'auraient pas ete pousses a la rebellion et arms, et le
pays n'aurait pas ete plonge dans ce gouffre.
Les peuples arabes ont soif de democratic et de paix pour af-
fronter les defis d'aujourd'hui et preparer un avenir meilleur. La
guerre n'est pas la solution A leurs problems, comme elle ne
I'est pas en Irak et en Afghanistan.
M.Belrose


Je uuB .Pj n 21 n ic '23-Rp1


r P1C






I http://ww.ioumal-iustice-martinique.com


Deauvitle, un G-8 inbecrottable


L'h6g6monie des Occidentaux bel et bien r6volue


Reuni en sommet a Deauville, le G-8 groupe des 7 pays capi-
talistes les plus developpes plus la Russie) s'est engage a sou-
tenir financierement les pays arabo-musulmans engages sur
"fa voie de fa democratic", autrement dit la Tunisie et surtout
I'Egypte. "'Vous membres du G-8, soutenonsfermement fes aspi-
rations duprintemps ara6e et ceTes du peupfe iranien"(l'lran etant
la prochaine cible des Occidentaux apres la Libye et la Syrie).
28 milliards d'euros ont dejA ete trouves pour "soutenirfa tran-
sition admocratique"en course.
Ainsi donc, les pays membres du G-8 ont ete capable de trou-
ver les fonds necessaires pour soutenir le printemps arabe
alors qu'ils n'arrivent pas A les reunir pour compenser chez eux
les effects de la crise sur le plan social (ch6mage, SDF, sante pu-
blique, education...).
En fait, les Occidentaux font le forcing pour maintenir leur em-
prise sur les pays du Maghreb et du Machrek, serieusement
mise a mal par la violent reaction des peuples arabes accules

Flash-Hebbo

lun6i 30 mai
EGYPTE La gauche jusque 1 clandestine se rassemble en un
"Front socialist" unique regroupant 5 formations politiques
don't le Parti communist egyptien. Cette nouvelle alliance se
pose pour tache de donner tout son sens A la revolution de jus-
tice social du people egyptien.

marai 31 mai
JAPON Selon les resultats definitifs des demieres elections
locales, le Parti communist confirm sa position de premier
parti d'opposition en totalisant 8,34 % des sieges (2800 conseil-
lers) dans un context de forte defiance vis-a-vis des grands
parties dominants en perte de vitesse.

mercrebi lerjuin
AFGHANISTAN Plus de 200 soldats occidentaux ont peri en
Afghanistan depuis le debut de I'annee. Au total ce sont plus
de 2400 soldats, don't 1500 Nord-americains qui ont trouve la
mort en pres de 10 annees de combats contre les Talibans.

jeubi 2 juin
PAKISTAN La Chine offre 50 avions de chasse JF-17 au Pa-
kistan et met en garde V\ashington: toute attaque US contre le
Pakistan sera interpretee comme un acte d'agression contre la
Chine.


par la crise a une extreme pauvrete alors meme que leurs diri-
geants se vautrent dans une insolente opulence alimentee par
I'exploitation de leur misere.
Ces revoltes peuvent en effet, en cas de reussite, aboutir a de
veritables revolutions sociales les liberant a tout jamais du sys-
teme capitalisto-imperialiste. Leur echec par contre les main-
tiendrait dans leur statut actuel de periph6rie dominee.
Tel est I'enjeu du problem et I'Occident entend bien, malgre
I'ampleur du marasme oi il se debat, ne pas perdre sa mise
d'autant plus que ses tentatives de mettre a bas les regimes
politiques arabes qui lui echappent en Libye, en Syrie et en
Iran, s'enlisent dans des conflicts d'un autre age qui de plus sont
potentiellement ruineux.
Concernant la Libye, le G-8 en depit de la position de la Rus-
sie sur cette question, a d'ailleurs demanded I'arret immediate du
recours a la force centre des civils, non pas de I'OTAN bien sOr,
mais des forces libyennes et le depart de Kadhafi, pourtant sou-
tenu par la grande majority des tribus qui composent la popu-
lation libyenne.
Par contre, le G-8 ne semble pas avoir aborde la question de
la succession de Strauss-Kahn a la tete du FMI, poste ouver-
tement revendique par Mme Lagarde, ministry frangaise des
Finances, ce poste devant par tradition revenir 6 un Europeen.
Meme la Chine aurait, parait-il, approuve sa candidature. Pour-
tant un recent communique du BRICS (Bresil, Russie, Inde,
Chine et Afrique du Sud) insisted sur I'obsolescence de cette
"tradition" non ecrite qui ne tient aucun compete des nouvelles
realities car aujourd'hui ce sont les pays emergents qui dyna-
misent I'economie mondiale. Mais les Occidentaux ont bien du
mal a comprendre ou A admettre que I'epoque de leur hege-
monie est bel et bien revolue.
K. Solaris

venbrebi 3 juin
MOLDAVIE De puissantes manifestations se succedent de-
puis plusieurs semaines a Chisinau, capital de la Moldavie.
La population participe massivement aux "Marches sociales"
organisees par le Parti communist pour chasser du pouvoir
I'Alliance pour I'integration europ6enne qui conduit le pays au
desastre.

samebi4juin
ETATS-UNIS Pour produire 14 000 milliards de dollars de re-
venu national (PIB), les Etats-Unis ont genere 50 000 milliards
de dette total pour lesquelles ils doivent verser 4 000 milliards
d'interet par an. Le dollar est ainsi devenu la plus enorme bulle
speculative de I'histoire, bulle qui finira comme tous les bulles
de ce type par un effondrement historique.

6imanche S juin
CUBA La decouverte recent d'importants gisements de pe-
trole d'excellente quality en haute mer au large des c6tes nord
cubaines vont transformer Cuba d'importateur actuel en expor-
tateur de petrole. Les USA se retrouvent face a un epineux di-
lemme avec leur blocus. Cuba en effet est prete A associer des
companies petrolieres US a I'exploitation de ces gisements
(elles ont un savoir faire indeniable), mais les lois nord-am6ri-
caines interdisent toute cooperation avec elle. Resultat : les
Etats-Unis se voient priver par un effet boomerang d'une affaire
potentiellement juteuse t laquelle participent d6ej les Espa-
gnols, les Chinois, les Bresiliens et les Venezueliens.


V C ui2Ol -?JuBe n' 2 Pe 1


LrPS'E LEMItVE m








http://www. oural-iustice-martinique. cor


AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv6 en date du 5
mai 2011, il a ete constitu6 une SARL au
capital de 150,00 euros, en numeraire,
denommee SOS Administratif Caraibes
Siege social : Residence Kannick Bat
Mester B4 97270 LE SAIN ESPRIT
Objet : Conseil pour les affaires et autres
conseils de gestion
Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes de Fort de France.
Grant: Melle JACQUENS Nadine San-
dra demeurant Residence Kannick Bat
Mester B4 97270 LE SAIN ESPRIT,
nomm6 pour une duree indetermin6e.
FB4330

ERPS ENTRETIEN, REPARATION,
PRO-SERVICES
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITtE EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 2 500 EUROS
SIEGE : RESIDENCE GLORIA,
APPT 7, LOT. LUCITO,
97223 DIAMANT
479 798 753 RCS FORT DE FRANCE
L'Assemblee Gendrale reunie le 31 de-
cembre 2008 a approuv6 le compete defi-
nitif de liquidation, decharge Madame
Gisele SOULEZ DAMAZIE de son man-
dat de liquidateur, donned A cette derniere
quitus de sa gestion et constate la cloture
de la liquidation A computer du jour de la-
dite assemblee.
Les comptes de liquidation seront depo-
ses au greffe du Tribunal Mixte de Com-
merce de Fort-de-France, en annexe au
Registre du commerce et des societies.
Pour avis
Le Liquidateur FB4331

LCRF
SOCIaTE A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 8 000 EUROS
SIlGE SOCIAL : BOULEVARD
FRANQOIS MITTERRAND, ENTREE
BOURG DE TARTANE
97220 TARTANE
AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date a Tartane du 16 mai 2011, il a ete
constitute une society presentant les ca-
racteristiques suivantes :
Former social : Societe a responsabilite
limited
Denomination social: LCRF
Nom commercial: AIRFLY 972
Siege social: Boulevard Francois Mitter-
rand, Entree Bourg de Tartane, 97220
TARTANE
Objet social : La commercialization, la
distribution, I'import, export de products
marchands plus particulierement d'article
et de vetement de sport, le d6veloppe-
ment, I'enseignement, la gestion des ac-
tivites nautiques.
Duree de la Societe : 99 ans A computer
de la date de I'immatriculation de la So-
ciet6 au Registre du commerce et des so-
cietes
Capital social : 8 000 euros
Gerance : Monsieur Arnaud ANTON de-
meurant Pointe Faula, 97280 Le Vauclin
Immatriculation de la Societe au Registre
du commerce et des societies de Fort de
France.
Pour avis
La Gerance FB4332

3C CONSULTING
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 500 EUROS
SIEGE SOCIAL :
IMMEUBLE HEXAGONE
C/ SYNAAPS, Z.I. PETITE COCOTTE
97224 DUCOS


AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date a Schcelcher du 10 mai 2011, il a et6
constitu6 une society presentant les ca-
racteristiques suivantes :
Former social : Societ6 a responsabilite
limited
Denomination social : 3C CONSUL-
TING
Siege social : Immeuble Hexagone, C/
SYNAAPS, Z.I. Petite Cocotte, 97224
DUCOS
Objet social: Le conseil en entreprise
Duree de la Soci6t6 : 99 ans A computer
de la date de I'immatriculation de la So-
ciete au Registre du commerce et des so-
cietes
Capital social : 500 euros
Gerance : Madame Colette CHASSEUR,
demeurant Habitation Case Navire, 46
rue Aubin Edmond, 97233 SCHOEL-
CHER
Immatriculation de la Societe au Registre
du commerce et des societies de Fort-de-
France.
Pour avis
La Gerance FB4333


AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive, il
a Mte constitu6 une society denommee :
FASHION'S QUEEN EURL
Au capital de 8000 E divis6 en 80 parts
de 100 euros chacune.
Siege social : 5 residence les Crotons -
97200 Fort de France
Objet social : Commerce et confection de
pr6t-A-porter et accessoires chaussures
Pour une duree de 99 ans A computer de
I'immatriculation au registre du commerce
et des societies de Fort de France
Grant : Madame VALLEJO-CABIT
Christiane nommee pour une duree inde-
terminee. FB4334

AVIS DE DISSOLUTION
TRANSBETON EURL
AU CAPITAL VARIABLE DE 1 500 c,
SIEGE SOCIAL : MBE MANGOT
VULCIN 97232 LE LAMENTIN
NUMERO D'IDENTIFICATION : 453
634 766
RCS FORT DE FRANCE
Aux terms de la decision de I'associe
unique du 21 avril 2011, le grant a de-
cide la dissolution anticipee de ladite so-
ciete ce jour. La socidet subsistera pour
les besoins de la liquidation et jusqu'a la
cloture de celle-ci.
Monsieur Stephan TORRES, demeurant
31 rue des Pipiris 97231 LE ROBERT
est nommee Liquidateur.
Le siege de la liquidation est fixee 31 rue
des Pipiris 97231 LE ROBERT. C'est A
cette adresse que la correspondence
devra etre adressde et que les actes et
documents devront etre notifies.
Les actes et pieces relatifs a la liquidation
seront deposes au registre du commerce
et des societies de Fort de France.
Pour avis et mention,
Liquidateur FB4335

SARL LA LORRINOISE PROMOTION
IMMOBILIERE
SARL AU CAPITAL DE 10 000 4
SIEGE SOCIAL : 26, IMPASSE DES
SAPOTILLES 97233 SCHOELCHER
453 777 633 RCS FORT-DE-FRANCE
Suivant AGE du 27/06/2009, les associes
ont transfer le siege social a Immeuble
Synergie, ZI de Californie, 97232 LE LA-
MENTIN, a effet du meme jour et modifi6
I'article 4 des status en consequence.
Pour avis FB4336

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en


rraEBIBHSBVSH 9


date du 20 avril 2011, enregistr6 a la re-
cette des imp6ts de Fort-de-France, il a
ete constitute une society don't les carac-
t6ristiques sont les suivantes :
* Denomination social : CARRE LOG-
SOC 1101
* Forme : society civil immobilibre
* Capital social: 200,00 euros
* Siege social : Immeuble Dillon 3000 -
17 rue Eugene Eucharis 97200 Fort-de-
France
* Objet social : la construction, I'acquisi-
tion et la renovation des logements dans
les DOM TOM COM pour les confier en
location a un organism de logement so-
cial. Cette operation s'inscrit dans le
cadre des dispositions de I'article 199 un-
decies C du C.G.I.
* Duree : 99 annees a computer de I'im-
matriculation au registre du commerce et
des societies
- Apport : les associes n'ont effectu6 que
des apports en numeraire don't le montant
s'eleve a 200,00 euros.
* Gerance : M. Olivier TEBOUL est d6si-
gn6 en quality de premier grant pour
une duree ind6terminee.
* Parts sociales clause d'agrement :
Toutes operations ayant pour but ou pour
consequence le transfer d'un droit quel-
conque de propriety sur une ou plusieurs
parts sociales entire personnel physiques
ou morales, a I'exception de cells inter-
venant entire associes, sont soumises A
agreement de la gerance.
* la society sera immatriculee au registry
du commerce et des societies de Fort-de-
France
La g6rance FB4337

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 20 avril 2011, enregistre a la re-
cette des imp6ts de Fort-de-France, il a
ete constitute une society don't les carac-
teristiques sont les suivantes :
* Denomination social : CARRE LOG-
SOC 1102
* Former : society civil immobiliere
* Capital social : 200,00 euros
* Siege social : Immeuble Dillon 3000 -
17 rue Eugene Eucharis 97200 Fort-de-
France
* Objet social : la construction, I'acquisi-
tion et la renovation des logements dans
les DOM TOM COM pour les confier en
location a un organism de logement so-
cial. Cette operation s'inscrit dans le
cadre des dispositions de I'article 199 un-
decies C du C.G.I.
* Duree : 99 annees A computer de I'im-
matriculation au registre du commerce et
des societies
* Apport : les associes n'ont effectu6 que
des apports en numeraire. Leur montant
s'eleve a 200,00 euros.
* Gerance : M. Olivier TEBOUL est desi-
gn6 en quality de premier grant pour
une duree indeterminee.
* Parts sociales clause d'agrement :
Toutes operations ayant pour but ou pour
consequence le transfer d'un droit quel-
conque de propriety sur une ou plusieurs
parts sociales entire personnel physiques


ou morales, A I'exception de cells inter-
venant entire associes, sont soumise a
agreement de la gerance.
* la society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies de Fort-de-
France
La gerance FB4338

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date du 20 avril 2011, enregistre A la re-
cette des impets de Fort-de-France, il a
ete constitu6 une society don't les carac-
teristiques sont les suivantes :
* Denomination social : CARRE LOG-
SOC 1103
* Forme : society civil immobiliere
* Capital social: 200,00 euros
* Siege social : Immeuble Dillon 3000 -
17 rue Eugene Eucharis 97200 Fort-de-
France
* Objet social : la construction, I'acquisi-
tion et la renovation des logements dans
les DOM TOM COM pour les confier en
location A un organism de logement so-
cial. Cette operation s'inscrit dans le
cadre des dispositions de I'article 199 un-
decies C du C.G.I.
* Duree : 99 annees A computer de I'im-
matriculation au registre du commerce et
des societes
* Apport : les associes n'ont effectue que
des apports en numeraire. Leur montant
s'eleve A 200,00 euros.
* Gerance : M. Olivier TEBOUL est desi-
gne en quality de premier grant pour
une duree indeterminee.
* Parts sociales clause d'agrement :
Toutes operations ayant pour but ou pour
consequence le transfer d'un droit quel-
conque de propriety sur une ou plusieurs
parts sociales entire personnel physiques
ou morales, a I'exception de cells inter-
venant entire associes, sont soumise a
agreement de la gerance.
* Immatriculation au registre du com-
merce et des society : la society sera im-
matriculee au registry du commerce et
des societies de Fort-de-France
La Gerance FB4339

ELY MAR
SOCITI ANONYME
EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 99.091,86 EUROS
SIEGE SOCIAL: IMMEUBLE FLASH -
POINTE SIMON
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE
TMC 338 174 873
AVIS DE PUBLICITY
Aux terms du proces-verbal de I'assem-
blee general extraordinaire du 26 mai
2011, il result :
- que les actionnaires ont approuv6 les
comptes de liquidation ;
- que quitus a ete donned au Liquidateur
Monsieur Henri ERNOULT, demeurant
Villa Castellamare, Alle du Champ Ber-
tin, 97200 Fort de France, et qu'il a ete
decharge de son mandate;
- que la cloture des operations de liquida-
tion a ete constate a computer du 26 mai
2011.


Administration & Redaction :
Tel. : 05 96 71 86 83 Fax: 05 96 63 13 20

ed.justice@wanadoo.fr


r A NNONCE5 Uqr








[ AI AO E I


http://www.ioural-iustice-martinique. com


Mention sera faite au RCS de FORT DE
FRANCE.
Pour avis FB4340

SCI CAP AZUR
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 1000 EUROS
SIEGE SOCIAL :
15 RUE GEORGES EUCHARIS
97200 FORT DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
N 452 965 296
AVIS DE MODIFICATION
DE L'OBJET SOCIAL
Suivant acte sous seing priv6 du 25 mai
2011, don't un original a ete depose au
siege social par la gerance.
La SARL SOGEVIM, identifi6 sous le nu-
mero SIREN 441 594 371, Monsieur Gil-
bert VINCENT SULLY demeurant 50
lotissement Gondeau a Saint Joseph
(97212), ont decide de remplacer I'objet
social par les mentions suivantes : L'ac-
quisition, la construction, I'administration,
la location, et I'exploitation par bail ou tout
autre moyen de tous biens immobiliers et
la cautionnement simple ou hypothecaire
des associes ; la vente d'ensemble im-
mobilier par lots, soit apres achievement
de la construction, soit en I'etat future
d'ach6vement, ou a term, dans les
conditions fixees par les articles L261-1
et suivants du code de la construction et
de I'habitation ; Et plus generalement,
toutes operations mobilieres, immobi-
lieres et financieres pouvant se rattachant
directement ou indirectement A cet objet,
ou destinies a en faciliter la realisation,
pourvu qu'elles ne portent pas atteinte au
caractere civil de la society.
II a 6t6 fait dep6t de deux actes originaux
de I'acte de changement de denomina-
tion social au greffe du tribunal de com-
merce de Fort de France.
Pour extrait, les associes. FB4341

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 28 fevrier 2011, il a ete constitu6
une society presentant les caracteris-
tiques suivantes :
Denomination social : NOSOTEXMA -
EDNR
Forme social : SARL
Capital social: 5 000 C
Apports en numeraire : 5 000 C, liberes
d'un cinquieme, soit 1 000 4
Siege social: 63, rue Schoelcher 97230
SAINTE MARIE
Objet social : achat et vente au detail de
pr&t-a-porter, vetements, chaussures
pour hommes, femmes et enfants, de ma-
roquinerie, bijoux fantaisie et accessoires
divers
Duree de la society : 99 ans


Immatriculation de la society au registre
du commerce et des societies de Fort de
France.
Les associes de la society NOSOTEXMA
- EDNR, reunis en AGO le 11 mai 2011,
ont decide de nommer en quality de ge-
rante Mademoiselle Sandra FORTUNE,
domiciliee 16, rue des Kaidons 97230
SAINTE MARIE
Pour avis et mention. FB4342

SARLCARAIBES TECHNOLOGIES
NUMIRO SIREN : 385 121 934
L'assemblee general extraordinaire des
associes du 25 mai 2011 a decide la dis-
solution anticipee de la society a computer
du 31/12/1992 a titre de regularisation et
sa radiation.
Le liquidateur est Mme Yolene LAN-
GLOIS. L'adresse de liquidation sera
cell du siege, Zac de terreville 97233
Schoelcher.
Pour avis, le grant. FB4343

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acted sous seing priv6 en
date du 26/02/2011 etabli a Fort-de-
France, il a ete constitute une society pre-
sentant les caracteristiques suivantes :
Denomination : ARTEZANIA
Former: Societe A Responsabilite Limitee
Siege social: ZI ACAJOU-CALIFORNIE
Imm. Sorecom
C/O EuroServices
97232 Le Lamentin
Objet: Importation vente de products d'ar-
tisanat d'art et de decoration, de products
cosmetiques.
Capital social : 20 000 e
Dure : 99 ans
Gerance : Mme Hanane MOUSTAQIL
Residence La Mouina Redoute
97200 Fort-de-France
Immatriculation : RCS de Fort-de-France
Pour avis
La gerante FB4344

ORDONNANCE
Vu la requete ci-dessus presentee, vu les
articles 809 a 810-12 du code civil et
1342 A 1353 du code de procedure civil.
Nous declarons vacant la succession de
feu Joseph Alphonse LU. Designons le
service des Domaines de la Martinique
comme curateur A la succession de feu
Joseph Alphonse LUC et ce A I'effet :
- D'accomplir tous les actes inhdrents a
cette quality et definis aux articles 810 a
810-12 du code civil et 1344 a 1353 du
code des procedures civil. de repre-
senter cette succession pour toutes les
actions dirigees par et contre elle. Fait au
parlais de justice de FDF, le 07/01/2010.
ORDONNANCE RECTIFICATIVE
D'ERREUR MATERIELLE


Nous Tristan GERVAIS DE LAFOND,
President du Tribunal de Grande Instance
de Fort de France, vu I'ordonnance ren-
due en date du 7 janvier 2010, suite A la
requete depose le 31 decembre 2010
par Marie Claude TIN et Edgard CERY,
ayant pour avocat Maitre BOURGEOIS ;
Vu la requete en rectification d'erreur ma-
terielle presented par Maitre BOUR-
GEOIS nous indiquant que I'ordonnance
est datee du 7 janvier 2010, au lieu du 7
janvier 2011 ; vu I'article 462 du code de
Procedure civil ; Attendu qu'il convient
de rectifier I'erreur materielle continue
dans ladite ordonnance et de substituer a
la mention Fait au Palais de justice de
Fort de France le 7 janvier 2010 ; fait au
Palais de Justice de Fort de France le 7
janvier 2011 Par ces motifs, ordonnons
la rectification de 'ordonnance comme
suit; en substituant a la mention ", Fait au
Palais de Justice de Fort de France le 7
janvier 2010" : Fait au Palais de Justice
de Fort de France le 7 janvier 2011,. Di-
sons que la decision rectificative sera
mentionnee sur la minute et les exp6di-
tions de I'ordonnance. Fait a Fort de
France, en notre cabinet, le 12 avril 2011.
FB4345

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
SARL AGREGATS DU NORD
CAPITAL: 163 000 e
SIEGE : CARRIERE MOULIN A VENT,
97270 SAINT ESPRIT
Aux terms d'une assemblee general
extraordinaire en date du 21 janvier 2011,
I'assemblee a nomm6 M. Clement GRA-
BIN grant en replacement de M. Jean
- Claude SIGERE demissionnaire.
Pour avis FB4346


QUALITY CONCEPTION
SARL AU CAPITAL DE 2000 EUROS
BLD GINIRAL DE GAULLE
97260 LE MORNE ROUGE
RCS: N' 531 368 322
GRANT: M. MATHURIN RENAY
Ancien objet social : Prestations de ser-
vices, soutien aux entreprises, quality
Nouvel objet social : Prestations de ser-
vices, de soutien aux entreprises, de for-
mations (tous secteurs confondus). En
Hygiene, Qualit6, Securite, environne-
ment, techniques agricoles et Agro ali-
mentaires. FB4347

AVIS DE MODIFICATION
suite A I'AGO du 13 mai 2011, les modifi-
cations suivantes ont ete apportees a la
SARL EXCELL FINANCE.
Siren :521 327 445
1) Changement de la denomination so-
ciale et du sigle :


Ancien: EXCELL FINANCE, Sigle X.F.I
Nouveau : STRATEGIC FINANCIERE
PATRIMOINE, sigle : Strategie Fi
2) Transfert du siege social : nouveau
siege : 28 avenue des Arawaks 97200
Fort de France
3) Adjonction d'activite : courage en as-
surance, courage en financement et la
gestion du patrimoine, transactions im-
mobilieres, formation comptable et finan-
ciare.
Pour avis, la gerance FB4348

BEAUTE DES ILES SARL
CAPITAL DE 7622.45 E
SIRET : 422224889
21 RUE JOSEPH CLERC
97214 LE LORRAIN
A I'assemblee g6nerale mixte ordinaire et
extraordinaire en date du 31 mars 2011 a
18 heures au siege de la society.
A ete decide la cloture de la liquidation a
computer de ce jour.
Le liquidateur est charge de la liquidation,
avec les pouvoirs les plus etendus.
Pouvoir avis et mention du liquidateur.
Le liquidateur FB4349

C@P COPY 972
EURL AU CAPITAL DE 5000 EUROS
RIS. TOQUADE. BAT N. APT 10
RENIVILLE
97200 FORT DE FRANCE
530061175 R.C.S FORT DE FRANCE
DURE :99 ANS
Par decision du grant en date du 25 mai
2011, il a ete decide de transferer le siege
social de la society au rue des Brisants
Pointe des Negres, 97200 Fort de France
A computer du 26 mai 2011.
Mention sera faite au registry du com-
merce et des society de Fort de France.
FB4350
AVIS DE CONSTITUTION
Par acted sous seing prive en date du 01
avril 2011, il a ete constitute une society
EURL
Denomination social: ISKE LOCATION,
capital : 1000 r
Siege social : Quartier Jeanne d'Arc
97232 Le Lamentin
Objet : Location de Vehicules Duree: 99
annees a computer de I'immatriculation de
la society au Registre du commerce et
des socidtes
Gerante : Mme Rosalie GASCHET desi-
gnee par les status. FB4351

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 03/05/2011, ii a ete constitute
une SARL. Presentant les caracteris-
tiques suivantes : Denomination CARI-
PEX
Adresse du siege social : Fond Bourlet
Case Pilote 97222
Objet : la transformation, le conditionne-
ment et presentation de products frais,
I'importation et I'exportation de tout type
de denrees perissables et non p6rissa-
bles, I'intermediation, le commerce de
gros et de detail, ainsi que la distribution
et transport de marchandises.
Duree : 50 ans
Capital : 1000 ,
Nom du grant : CHASSEUR Stephane
Adresse : Fond Bourlet Case Pilote
97222
Immatriculation au registry du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB4352

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 02/05/2011, il a ete une SARL
presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : LA FEE
Adresse du siege social : 12 rue Antoine
Siger, 97200 Fort de France
Objet : Vente de pret-A-porter femmes et


'eh^201^ -Suiino2-Pg1


Collectivit6s, Cabirets d'avocats, Notaires,

Experts comptables et Particuliers

Justice est un journal hebdomadaire d'information paraissant le
jeudi, habilit6 par la Prefecture, a publier les annonces 16gales et
judiciaires sur le Departement de la Martinique.
Les tarifs applicable en matiere d'annonces Ilgales etjudiciaires, cal-
culds A la ligne, sont fixes chaque annde par arrest pr6fectoral.
Votre announce doit nous parvenir le vendredi avant 11 heures
date de bouclage dujournal pour une parution lejeudi suivant.
Votre Facture et unjustificatif vous seront expedies d6s parution
dujournal.








http://www.ioural-iustice-martiniaue.com


accessoires
duree : 99 ans
Capital : Six mille euros
Nom et adresse du grant : SERAFINI
Laure Horizon B8 Clairiere 97200 Fort
de France;
Vitre Cecile, 8 route de I'Universite,
97233 Schoelcher
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB4353

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01/06/2011, il a 6et constitute
une SARL presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination: BLENIGRILL
Adresse du siege social : 48 rue Blenac
Objet :Fabrication et Vente Plat Grillade
et Sandwich a emporter
Duree : 99 ans
Capital : 7 500
Nom du grant : RENARD Lucien
Adresse 10 rue Mazurka, Route de I'en-
traide 97200 Fort de France
Immatriculation au registre du commerce
en course.
Pour avis, la gerance FB4353

MODIFICATION STATUTAIRE
SCI MONTESQUIEU
21 RUE MONTESQUIEU -TSV
97200 FDF
Par PV du 28/04/2011, il a ete decide a
I'assemblee general ce qui suit :
- Adhesion d'un nouvel associe en la per-
sonne de Mme LOUIS -MARIE Josiane
Nee EUGENE
Et par PV du 30/04/2011, I'assemblee ex-
traordinaire a design de nouveaux ge-
rants :
- M. EUGENE Eric (Gerant)
- Mme EUGENE Marie Aimee Naguy (co-
gerant)
L'article des status sera en conse-
quence, mis a jour. FB4354

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 25/05/2011, il a ete constitute
une SASU presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination: TOP FOLY
Adresse du siege social : Res. Toloman
Routes des Religieuses 97200 Fort de
France
Objet : Pret a porter homme, femmes ,
enfants en ligne.
Duree : 99 ans
Capital 100
Nom du grant: MERIL INGRID
Adresse : Res Toloman Route des Reli-
gieuses 97200 Fort de France
Immatriculation au registre du commerce
en course.
Pour avis, la gerance FB3455

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 30/05/2011, il a ete constitute
une SASU presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination : SOLUTION CONSEILLE
Adresse du siege social : Renee 97211
Riviere Pilote.
Objet : Courtage en assurance vie et
conseil en investissement
Duree: 99 ans
Capital 1000
Nom du grant: Gilles Olivier DESTIN
Adresse : Renee 97211 Riviere Pilote
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB4356

AVIS DE CHANGEMENT
DE REGIME MATRIMONIAL
Suivant acte reSu par Maitre Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taire Associe de la Societe Civile Profes-


sionnelle ",Evelyne GUATEL et Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taires Associes a, FORT DE FRANCE
(Martinique) 10 Avenue Louis Domergue,
Domaine de Montgeralde, le 31 mai
2011, a ete requ le changement de re-
gime matrimonial portant adoption de la
SEPARATION DE BIENS par:
Monsieur Jean-Michel BAPTE, Chef ope-
rateur son, et Madame Muriel Sonia
YANG-TING, Fonctionnaire territorial, son
spouse, demeurant ensemble a SAINT-
JOSEPH (97212), 15 Residence Les Ma-
hoganys.
Les opposition des creanciers a ce
changement, s'il y a lieu, seront reques
dans les trois mois de la present inser-
tion, en I'Office Notarial oi domicile a ete
elu a cet effet.
Pour insertion
Le Notaire. FB4357

AVIS DE MODIFICATION
DE DENOMINATION SOCIAL
SCCV CARTESIA
ANCIENNEMENT CARTASIA
SOCIETY DE CONSTRUCTION VENTE
AU CAPITAL DE 1 000 EUROS
SIlGE SOCIAL :
15 RUE GEORGES EUCHARIS
97200 FORT DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
N 518 840 137
Suivant acte sous seing prive du 25 mai
2011, don't un original a ete depose au
siege social par la gerance.
La SARL SOGEVIM, identifiee sous le
numero SIREN 441 594 371, Monsieur
Frantz Felix CHERY demeurant 20 Lotis-
sement Bellevue Ladour A Sainte Luce
(97228), et la SARL SADIMO, identified
sous le numero SIREN 438 313 942 ont
decide du changement de denomination
social de la SCCV CARTASIA en CAR-
TESIA.
II a ete fait dep6t de deux actes originaux
de I'acte de changement de denomina-
tion social au greffe du tribunal de com-
merce de Fort de France.
Pour extrait, les associes. FB4358

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
DOM VRD SARL
AU CAPITAL DE 7 660 EUROS AU
RCS DE FDF B 477 753 339
(2004 B 908)
SIEGE SOCIAL CHEMIN MORNE
LUDGER, QUARTER BOIS NEUF
97224 DUCOS
Par assemblee ordinaire en date du
26/05/2011 A 20h, les associes de la
SARL ont accepted la demission de Mr Ro-
drigue STEPHANIE-VICTOIRE, et
nomme en quality de nouveau grant


Mme Flora STEPHANIE-VICTOIRE.
Celle-ci declare qu'elle accepted ces fonc-
tions et qu'elle n'est frappe par aucune
measure d'interdiction et qu'elle peut exer-
cee les dites functions au seins de la so-
ciete.
Pour avis, le grant. FB4359

DISSOLUTION ANTICIPEE DE
LA SARL BRUNATAN
Par assemblee general du 22 decembre
2010 decide la dissolution anticipee de la
dite society don't le siege est 60 ave des
Caraibes 97200 Fort de France
Pour avis FB4360

AVIS DE TRANSFER
DU SIEGE SOCIAL
SOCIETY RTS CONSULTING SARL
Avis est donned du transfer du siege so-
cial de la society a computer du
01/12/2010.
en consequence les articles des status
seront modifies comme suit :
Ancienne adresse : 8 ZI Acajou Californie
97232 Le Lamentin
Nouvelle adresse : 27 Centre d'Affaires
Beterbat 1 rue Victor Lanon Place
d'Armes 97232 Le Lamentin
Pour avis, la gerante FB4361

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
ET DE LIQUIDATION AMIABLE
F.A.J DORSAN
SOCITEA A RESPONSABILITE
LIMITED EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 7 620 EUROS
SIEGE SOCIAL :
MORNE POIRIER- 97220 TRINITE
RCS FORT DE FRANCE 422 511 196
L'Assemblee Generale Extraordinaire
reunie le 9 mai 2011 a decide la dissolu-
tion anticipee de la Societe a computer de
ce jour et sa mise en liquidation amiable
sous le regime conventionnel dans les
conditions prevues par les status et les
deliberations de ladite assemble.
Elle a nomme comme liquidateur Mon-
sieur Ernest Jean DORSAN, demeurant
Morne Poirier 97220 Trinite, pour toute la
duree de la liquidation, avec les pouvoirs
les plus etendus tels que determines par
la loi et les status pour proceder aux ope-
rations de liquidation, realiser I'actif, ac-
quitter le passif, et I'a autorisee &
continue les affaires en course et A en en-
gager de nouvelles pour les besoins de la
liquidation.
Le siege de la liquidation est fixed au
Morne Poirier 97220 Trinite. C'est a cette
adresse que la correspondence devra
etre envoyee et que les actes et docu-
ments concernant la liquidation devront
etre notifies.


Les actes et pieces relatifs a la liquidation
seront deposes au Greffe du Tribunal de
commerce de Fort de France, en annexe
au Registre du commerce et des socie-
tes.
Pour avis,
Le liquidateur. FB4362

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 21
mai 2011, il a ete constitute une society
presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : MADRAS DESIGN SARL
Enseigne : LA BOUTIQUE DU MADRAS
Forme: Societe a Responsabilite Limitee
Capital social : 1000 euros divise en 100
parts sociales de dix euros, chacune en-
tierement souscrites et liberees pour moi-
tie, et attributes aux associes en
proportion de leurs apports respectifs.
Siege port de plaisance, deuxieme bas-
sin 97290 Marin
Objet: achat, negoce, vente au detail et
transformation de tissus ; vente articles
de mercerie ; vente de tous products tou-
ristiques,souvenirs, plus generalement
toutes operations commercials et finan-
cieres se rattachant directement ou indi-
rectement a I'objet ci-dessus.
Duree : 99 ans a computer de son imma-
triculation au Registre du commerce et
des societies de Fort de France, sauf cas
de prorogation ou de dissolution antici-
pee.
Grant : Mme Ginette OZIER-LAFON-
TAINE, demeurant 42 rue Osman Du-
quesnay 97290 Le Marin
Pour insertion, la gerante FB4363

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 31/05/2011, il a ete constitute
une SARL presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination : LA DIFFERENCE SARL
Adresse du siege social : Habitation Vol-
cart Monesie 97218 Sainte Luce
Objet: Location court duree de vehicle
neuf et occasion.
Duree : 99 ans
Capital : 1000 euros
Nom du grant : JEAN BAPTISTE Willy
Co-gerant : CORIDON epouse JEAN-
BAPTISTE Stelina
Adresse du grant : Habitation Volcart
Monesie 97218 Sainte Luce
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB4364


Abonnez-vous A JUSTICE

Je desire recevoir "JUSTICE" chaque semaine a mon domicile
Nom ............................. .................. ....................Preno .........................................................................................
Adresse exact ................................................................................................ .....................................................................


Je regle par :


_j cheque bancaire


A I'ordre de la Societ6 des Editions Justice

Nos tariffs :
MARTINIQUE
GUADELOUPE/GUYANE
FRANCE
(Frais de port inclus)


_ cheque postal


1AN
IJ 90
I_ 100 E
_j 110 E


6 MOIS
O 50
L 55
L 60


J espbces



3 MOIS
S135
S37 e
i 45 f


Retourner ce bulletin a Societe des Editions "Justice" B.P 4031 46 Rue Andre Aliker & E Zola 97202 Fort-de-France cedex
Tel 05.96 71 86 83 Fax 05.96.63.13.20 e-mail ed.justice@wanadoo.fr Siret: 384 449 641 00016 RC 92B 131


* I 11


A /iiosI






http://www.ournal-iustice-martinique.com


Auxorigines du capitalism, ad trite ngrire

L'exploitation Bes esdaves noirs: un system economique integre


Instaurant deja une "mondialsation de la force de travail,
systematiquement utilisee dans la croissance du capita-
lisme, la traite transatlantique differe des autres pratiques
esclavagistes.
L'esclavage a existed depuis des temps tries anciens. II est at-
teste en Europe jusqu' la fin du Moyen Age. Pendant long-
_- ........... .. ...- - -,- -...~ ----


'" ' -,M B


temps, I'esclave n'a pas ete defini par sa couleur. Chez les
Grecs anciens, pouvait etre mis en esclavage tout "6ar6are"
non grec, synonyme de non civilise. Les Romains eurent des
esclaves grecs, mais plus souvent venus des confins de Ger-
manie, de Thrace ou du Proche-Orient. La plupart des esclaves
etaient blancs (esclave vient de la region de Slavonie). Au Ve
siecle av. JC, Aristote, inspire par Platon qui avait fait des bar-
bares les ennemis naturels des Grecs, preferait les non-Grecs
comme esclaves, "car que certain aient goueerer et ifautres
a etre goutvernes n est pas seutement necessaire, maisjuste -, de
naissance, certain sont destines a la sujetion, d'autres non".
Chez les Arabo-Musulmans, tout paien, non musulman (equi-
valent du barbare des Grecs), pouvait etre mis en esclavage: a
noter que la solution inverse fut adoptee en Occident, puisque
le Code noir edicte aux Antilles par Louis XIV (1685) stipule que
tous les esclaves doivent etre 1 'i it L et instruits dans la reli-
gion cathfolique".
La Bible comme le Coran n'ont rien contre les Noirs; le racism
de couleur apparait assez tard sous la forme du "mtythe de
( i,, i": interpretation tardive de la Bible, sur I'ivresse de Noe
et sa fureur d'apprendre que son dernier fils s'en etait moque:
il le maudit dans sa descendance. Les commentateurs ont
ajoute que le maudit engendra les Noirs. L'histoire fut transcrite
en Europe au XVle siecle et confirmed au XVIIle.
Ce n'est pas un hasard: au meme moment nait la traite des
Noirs a travers I'Atlantique. Le commerce des esclaves fut "en
droiture" dans I'Atlantique sud entiree le Bresil et I'Afrique) et
triangulaire dans I'Atlantique nord entiree la France et I'Angle-
terre, les cites americaines et celles d'Afrique). Bient6t, seuls
les Noirs devinrent esclaves, d'ou le synonyme d'esclave au
XVllle siecle: "'Negre".
La tragique originality de la traite atlantique fut son intensity sur
une period relativement court (du milieu du XVlle au milieu
du XIXe siecle). Elle draina en deux siecles et demi un peu plus


que ne I'avait fait en dix siecles la traite transsaharienne entiree
10 et 12 millions), et le double de la traite vers I'ocean Indien.
Le system des plantations esclavagistes de canne a sucre,
d'abord invented par les Portugais dans les miles occidentales
d'Afrique et imported au Bresil, essaima dans les Caraibes au
XVIIle siecle. II y fut meurtrier et provoqua pendant la R6volu-
tion frangaise la revolte de Saint-Domingue, conduite par Tous-
saint Louverture. Elle aboutit, apres une brave suppression de
I'esclavage par la Revolution (1794-1802), a la creation du pre-
mier Itat noir independent, HaYti. Les plantations esclavagistes
migrerent alors jusqu'a Cuba, le plusgros producteur de la 1 fin
du XVIIle siecle. Au XIXe siecle, les Etats-Unis prirent le relai
avec le coton des Ltats du Sud esclavagistes jusqu'a la guerre
de Secession (1863-1865).
Le system don'tt la rentabilite est questionnee par les histo-
riens): developpa en imbrication avec I'essor du mercantilisme
puis du capitalism occidental: canne a sucre, coton furent suc-
cessivement des matieres premieres essentielles pour I'indus-
trie europeenne qui ne produisait ni I'une ni I'autre. Cette
"mondiafisation de la force travail systematiquement utilisee
dans la croissance du capitalism fait la difference avec les
traites anterieures. Celles-ci ne furent pas plus douces, aussi
bien dans le monde arabo-musulman qu'en Afrique m&me.
Mais I'esclave n'y fut pas necessairement reduit en "outifobjet
de production" comme il le fut aux Ameriques.
L'exploitation des esclaves noirs dans le monde atlantique,
toutes choses egales d'ailleurs, peut etre compare a celle des
travailleurs des pays du Sud employes aujourd'hui par les mul-
tinationales Nord : il s'agit d'un system economique integre.
L'interdiction de la traite, c'est-a-dire du commerce des es-
claves (en 1807, generalisee en 1815), n'a pas change grand
chose au traffic de contrebande tant que subsista l'esclavage
de plantation. Or, au long du XIXe siecle, lobbies de planteurs
ont retarded au maximum I'emancipation des esclaves (1835 en
Grande-Bretagne, 1848 en France, 1863 aux Etats-Unis, 1888
seulement au Bresil), au fur et a measure que les structures so-
ciales et mentales evoluaient en Occident.
CATHERINE COQUERY-VIDROVITCH,
Professeure emerite a I'Universite Paris-Diderot Paris-VII
( Hors-serie de I'Humanite -Mai 2008 :
"Esclavage : L hislolre oubliee")


F Iu mnl 207- sienI Pale


L AMMOIRE PU "EME I