<%BANNER%>
PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00217
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 6/02/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00217
System ID: UF00088914:00217

Full Text
ie hebdomadaire d'information communist


Jeudi 2 Juin 2011 91 me Annie N' 22 Martinique: 2,00 France: 2,40 DOM: 2,20


education el


Tourisme:
Une troisieme tenta-
tive sur Roissy.
Sera-t-elle la bonne ?

Cabinet experts Synaex:
La pwofitasyon explique
la "vie chere"







http://www.journal-iustice-martinique.com


La Martinique n'oubie pas Thierry Doe

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au
Niger dans la nuit du 15 au 16 septembre,
avec quatre autres Frangais, un Togolais et
un Malgache, employes des societes fran-
9aises Areva et Satom, par la branch d'Al-
Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est
soutenu moralement par toute la Martinique,
y compris les militants communists et leur
journal Justice


rIW IRwj in2srjuicen'2 -


Fondateur Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. :05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication
Fernand PAPAYA
Maquette : Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martinlquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


$A KA IPASt


Une campaign de sensibilisation aans les bus a e t Cacem
Une charte citoyenne dans le transport scolaire a ete signee mercredi 25 mai dernier
entire la CACEM (Communaute d'Agglomeration du Centre de la Martinique), les
a ka Fai ..................... 2 chefs d'etablissements, les representants des parents d'6elves et les eleves p pour
faire des transports en commun un lieu de respect et de conviviality. 6 951 61eves
E-ito ................. ....... transports chaque jour par 131 vehicules qui desservent les 70 etablissements de
- Sarkozy et IOutre-Mer la Cacem provoquent des incivilit6s. C'est pour mettre les jeunes face a leurs res-
L c .. ponsabilit6s que la Cacem a decide de les engager avec cette charte. Au travers
Lu e ale ........ d'un clip du chanteur Paille, les resolutions nouvelles ont ete edict6es. Les jeunes
- La rEquite de la CMT rejette
- La requi de a CMTre pe s'engagent a ne pas etre impolis envers les chauffeurs, a presenter leurs titres de
- Deficits des hopitaux publics
transport, a attacher leurs ceintures, ou a rester assis a leur place pendant le trajet.
Socidt ................... 5/6 Les chauffeurs devront en retour repondre aux salutations des eleves tout en exer-
- Visite d'Alain Pouchelon gant respectueusement leur I'autorite.
- Emploi vacancy pour 1000 jeunfes 4ieme Universite 6es maires de Martinique

Eco/$ocial ................f. 6/10
........... Durant deux jours 30 et 31 mai, les maires de Martinique etaient reunis au Trois-llets
- Carburant : fixation des prix
- "Pwofitasyon" et vie chere I'occasion de la 4ieme edition des "'niversites des Maires de la Martinique". A cette
- Baisse du prix des carburants manifestation ont egalement pris part leurs homologues de Guadeloupe et de
- Tourism Guyane notamment. Le theme principal d'actualite & I'occasion de ces journees
d'echange et de reflexion : La Reforme des CollectivitBs, quel avenir pour la com-
Politilue................ 10/13 mune martiniquaise ?' Des professionnels de divers secteurs sont intervenus pour
- Rencontre Penchard Manin changer avec les elus et parmi eux le professeur Antoine Delblond.
- Regions ultrapdriphdriques et Caralbes
- Collectiviti unique Catastrophe naturefe pour Mariot et Sainte-Marie

Memoir dPeuple ........... .. 13 Suite aux intemperies des 24 et 25 decembre 2010, les communes de Marigot et de
- Insurrection antiesclavagiste Sainte-Marie ont ete reconnues en 6tat de catastrophe naturelle au titre des inonda-
tions et coulees de boue par I'arrete interministeriel du 23 mai 2011. En consequence,
Fra ce ................... 1/15 les personnel sinistrees (particuliers, commercants, artisans,agriculteurs, entreprises,
- Sommet du G8 collectivit6s locales...), titulaires d'une police d'assurance garantissant leurs biens
- Immigration des dommages d'incendie ou de tout autre peuvent beneficier de la garantie catas-
trophe naturelle. Les assures ont jusqu'au 4 juin 2011 pour declarer aupres de leur
PanleMoe e ............... 15 compagnie d'assurance leurs dommages materiels directs.
- Moyen-Orlent
Soutien financier auxjeunes etuaiants
Annmncesfifales ..........f. 16/19
Le president du conseil regional Serge Letchimy informed que la Commission Per-
Mimoiri PaiFeu........... ..20 manente du 24 mai 2011 a decide d'accompagner les families des jeunes 6tudiants
- Ordonnance de 1960 en classes pr6paratoires aux grandes 6coles, qui ont satisfait aux epreuves d'ad-
missibilite, et qui doivent se rendre en France pour presenter les epreuves d'admis-
sion. Le soutien financier qui leur est octroye est de 700 euros par jeune. Plusieurs
etudiants martiniquais sont concerns par ce parcours don't 92 sont, jusqu'a au-
jourd'hui, exclus de toute aide.
Le dispositif sera mis en place en collaboration avec LADOM.
"JuSTsCe -
v. sTiCE Rencontre avec Daniel Boukman
Administration & Redaction : Rcot ie Bok
TI. : 05 96 71 86 83 A I'occasion de la parution de son nouvel ouvrage en creole martiniquais
Fax: 05 96 63 13 20 PAWOL FONMI-FOL, Editions Mabouya (10euros),
ed.justice@wanadoo.fr Samedi 4 juin 2011 de 10h a 12h
LIBRAIRIE ALEXANDRE -Angle rue pietonne/rue Lamartine Fort-de-France
~Contacts : 0696 94 32 20


f






http://www.iournal-iustice-martinicue.com


Sarkozy et I'Outre-mer: Une champagne be se6uction a visee Rlectorale.


Depuis de longs mois d6ja, les diff6rents pays composant ce
qu'on appelle "fOutremer"en general, et la Martinique en par-
ticulier, font I'objet de la part du gouvernement d'une attention
qui ne manque pas d'interpeller I'observateur averti de la vie
politique.
Une attention marquee par I'implication personnelle du presi-
dent de la Republique Nicolas Sarkozy qui durant les quatre
annees d6ja ecoulees de son septennat a effectue de nom-
breux voyages dans les departements d'outremer et en Mar-
tinique.
Un interet illustr6 aussi par une succession de visits de ses
ministres qui n'hesitent pas a traverser I'Atlantique au moindre
pretexte.
Ainsi avons-nous dejA vu defiler, a une ou plusieurs reprises,
nombre de ses ministres don't ceux de la Sant6, de I'Educa-
tion, de la Justice...etc, et bient6t celui de I'Agriculture.
Sans computer les multiples allers retours des ministres suc-
cessifs en charge de I'Outremer, don't I'evanescent Christian
Estrosi, I'inoubliable Yves Jego, et maintenant Marie Luce Pen-
chard.
L'essentiel etant de prouver que le president accord une at-
tention particuliere aux difficulties auxquelles sont confrontees
les deux millions de personnel vivant dans les possessions
"ultramarines"de la France et qui sont aussi des electeurs don't
II entend s'attirer la sympathie.
D'origine guadeloupeenne, la ministry de I'Outremer actuelle
semble 6tre la mieux place pour remplir cette difficile mission.
On ne saurait, du reste, lui reprocher une certain implication
dans la recherche de solutions A la crise aigie que traver-
sent nos territoires, une crise 6conomique, social et societale
don't la gravity a et6 r6v6ele par le movement de f6vrier-mars
2009. M6me si les voies preconisees nous paraissent totale-
ment inadaptees parce que le "diveloppement endogine" ne se
d6crte pas de Paris.Force est de reconnaitre que dans cette
entreprise de "caiGnothirapie" elle et ses autres colleagues s'y
sont pleinement investis.
Tout recemment encore, en compagnie du secretaire d'Etat au
tourism, Fr6d6ric Lefebvre, la ministry de I'Outremer s'est
rendue en Guadeloupe puis en Martinique pour signer avec
les presidents des deux Conseils regionaux et en presence
des professionnels du tourism des "contratsde destination"en
vue de I'ouverture d'une dessert hebdomadaire de la Gua-
deloupe et de la Martinique a partir de Roissy censee drainer
vers nos hotels une clientele europ6enne, suivi "d'uncontrat de
promotion"visantl'amelioration de I'ebergement et de I'accueil.
Mais pourquoi avons-nous cette irrepressible sensation de
"djiavu"?
Dans la foulee, la ministry a rencontr6 les professionnels du
nautisme qui s'inquietent des consequences du severe coup
de rabot sur la d6fiscalisation dans ce secteur comme dans
certain autres. Lesquels se sont entendus dire par la minis-
tre que si "(a defiscalisation itait un outilpour soutenir 'icono-
mie, aujourdtiui, elle est surtout percue comme une dapense
fiscale. Maniere de dire qu'il y a une limited aux cadeaux fis-
caux en faveur des danseusess de &a France".
Argent, Argent, quand tu nous manques Car avec la crise ca-
pitaliste qui a encore aggrave le deficit de I'Etat, le pouvoir ne
peut plus, comme par le passe et a I'approche d'ech6ances
electorales majeures, comme la presidentielle de 2012, s'atti-


rer les faveurs de I'6lec-
torat ultramarin par le
d6blocage de subven-
tions, d'exonerations et
d'aides de toutes sorts
pour soutenir des 6cono-
mies a bout de souffle.
D'autant que sur le ter-
rain, le bilan des me-
sures de reliance mises
en place de manitre so-
lennelle par le fameux
Comite interministeriel
pour I'Outre-mer (CIOM)
du 6 novembre 2009,
apres les Etats g6n6raux
de I'Outremer (EGOM),
se revble particulibrement mediocre. Dans le meme temps, les
populations mesuient les ravages de la politique de restriction
des depenses publiques d6cid6es par le gouvernement et qui
se traduit, entire autres, par le non replacement d'un fonc-
tionnaire sur deux partant A la retraite, des coupes sombres
dans les effectifs d'enseignants, la diminution des donations al-
Iou6es aux collectivites, I'augmentation des deficits des h6pi-
taux et I'envolee continue du ch6mage, I'accentuation de la
"viechire" etc.
Que peut fire ce pouvoir dans ces conditions sinon se lancer
dans une vaste entreprise de seduction A travers de multiples
initiatives qui, il faut le reconnaitre, ne content pas cher. Cela
consist d'abord & flatter I'orgueil des Martiniquais avec la
"'pantheionisation"de Cesaire, I'institution d'une "annie des Ou-
tremers"avec la collaboration de certain intellectuals et artistes
et le tris habile et d6magogique discourse prononc6 au palais
du Luxembourg par le president de la R6publique le 10 mai
dernier, lors de la journee commemorative des m6moires de la
traite, de I'esclavage et de leurs abolitions. Autant de tenta-
tives visant a effacer de notre m6moire le fameux article de loi
vantant les aspects positifs de la colonisation et le tristement
cel6bre discourse de Dakar danslequel N. Sarkozy affirmait que
I'Afrique et les Noirs n'6taient pas encore entr6s dans I'His-
toire.
Tout cela suffira-t-il & retourner en sa faveur I'opinion des 6lec-
teurs des outremers qui, tres majoritairement, votent &
gauche?
Mais force est de constater qu'6 d6faut de solutions auda-
cieuses avancdes par les parties de gauche et en particulier par
le Parti socialist frangais, la droite tente de redorer son blason
en outremer. Car, dans la bataille electoral qui s'engage et
don't I'issue rest incertaine, chaque voix comptera. Dont les
n6tres.
Au moment du choix, les Martiniquaises et les Martiniquais de-
vront se m6fier des apparences et juger sur le fond. Ils de-
vront aussi bien se m6fier de ceux qui s'appliquent aujourd'hui
& les caresser dans le sens du poil que des assimilationnistes
de droite comme de gauche qui leur d6nient le droit de dispo-
ser d'un veritable pouvoir martiniquais leur permettant de met-
tre en ceuvre la veritable politique de developpement don't le
pays a tant besoin.
C'est sur la base de I'engagement des uns et des autres qu'ils
devront rendre leur verdict, dans un an.
Georges Erichot


FmoSmsVuwcffF~jawRw


I


r #






http://www.iournal-iustice-martinique. com


Transport anw I'Espace 5ub : La requete be la CMT rejetee.


Le pari de Sandra Casanova, directrice de la Compagnie
Martiniquaise de transport (CMT), visant a obtenir du tri-
bunal administratif une annulation de la regie mise en
place par I'Espace Sud a ete perdu.


Sandra Casanova au centre avec des non grevistes de la CMT


L'exploitante de la delegation de service public, organisee par
I'Espace Sud, sur le territoire des communes de Riviere-Salee,
Riviere-Pilote et Sainte -Luce, avait depose un recours pour
reclamer la suspension de la misee en rigie temporaire" de ce
service confine a deux autres entreprises, qu'elle avait jugee
"ile gale". Vendredi 27 mai, le juge des refers a qualified d'ir-
recevable la requete presented par le transporteur et sa filiale
(< Bus du Sud ) reclamant I'annulation de la regie provisoire.
Estimant que la regie temporaire ne signifie nullement ni la mo-
dification, ni la resiliation du march.
Ce jugement conforte I'Espace Sud qui avait estime cette re-
quete non fondue. Une seule chose semble etre acquise, A
ce stade de cet interminable conflict, c'est que les usagers ne
devraient plus souffrir de I'absence de moyens de transport
entire ces trois communes.
Cette decision est toutefois lourde consequences pour la CMT
et pour sa filiale"Bus du Sud", sachant que I'Espace Sud avait
signifies A la society titulaire du march une mise en demeure de
reprendre le service expirant au 28 Mai.
Dans un communique, la gerante de la CMT, Sandra Casa-
nova refute les arguments de I'Espace Sud en des terms vi-
rulents. Selon elle, le "Vendredi 27 Maai, une entreprise


martiniquaise et ses 23 salaries disparaissent dufait de 1a seule
decision de syndicaTistes et dihommes poitiques qui n'ont aucune
volonte de se battre pour que la 9Martinique advance et gagne". Al-
lant jusqu'a accuser le president de I'Espace Sud Eugene Lar-
cher de connivence avec le syndicate CSTM.
Rappelons qu'apres plus de 45 jours, le conflict entire les chauf-
feurs du reseau de bus et- la Compagnie Martiniquaise de
Transports n'a toujours pas trouve de solution
La directrice de la CMT assure qu'elle n'est pas en measure de
repondre aux exigences salariales des chauffeurs grevistes af-
filies a la CSTM. Elle estime que le responsible de la CSTM a
benefici6 d'une indiscretion lui ayant permis d'avoir connais-
sance de son offre de prix et qu'a partir de la la revendication
salariale d'augmentation de 20 % est fondue sur une confusion
entire le coOt horaire du service et le salaire brut.
S'agit-il d'un constat d'echec ? Le fait est que Sandra Casa-
nova souhaite que "[esfuturs repreneurs du service intigreront
'ensemble des salary's grivistes et non-grivistes de (Bus du Sud'.
Pour Bertrand CAMBUSY, le responsible syndical, il s'agit d'
"une victoire de la virite et de hlonnetete". La patronne de la
CMT n'ayant jamais cherche a resoudre le conflict par le dia-
logue.
II faudra toutefois attendre que les elus communautaires se
reunissent pour prononcer eventuellement la decheance de
I'entreprise, prolonger la regie et relancer une nouvelle dele-
gation de service public de transport dans le perimetre de la
Communaute.
La directrice du CMT dit tout de meme attendre les decisions de
I'Espace Sud pour juger de I'opportunite de poursuivre la ba-
taille juridique.
Les grevistes qui attendaient cette issue, se disent prets a re-
prendre du service tout en maintenant leur cahier de revendi-
cations avec tout nouvel exploitant du reseau. IIs auraient requ
I'assurance du president de I'Espace Sud que cette clause de
reprise serait incluse dans un eventuel nouveau contract de de-
legation de service public.
Un conflict qui illustre, s'il en etait encore besoin, les difficulties
d'organisation du transport en Martinique, pris entire interets pri-
ves et interest public. La solution A terme est d'aller vers la cr6a-
tion d'un veritable service de transport public.
Justice suivra pour ses lecteurs 'revolution de ce dossier par-
ticulierement sensible.
C.B.


Pificit5 deh /iPitaux : Les pouvoirs publics be nouveau interpeles par

tes synaicats


Dans une belle unanimity, toutes les organizations syndicales,
A savoir la CGTM, la CDMT, I'UGTM, FO et la CSTM ont de
nouveau tire la sonnette I'alarme s'agissant des enormes de-
ficits auxquels sont confronts les quatre grands h6pitaux du
pays que sont le CHU Pierre Zobda Quitman, I'unite psychia-
trique de Colson ainsi que les centres hospitaliers du Lamen-
tin et de Trinite.
Selon les different porte-parole, en depit des efforts faits pour
ramener les deficits d6ej consequents en 2009, la situation en
fin 2011 s'avere "tris critique".
Ce ne seront pas moins de 56 millions d'euros de deficit que


cumuleront, a la fin de I'annee ces 6tablissements. Selon les
syndicats, les reports de charges et les deficits avaient Bte mas-
ques a I'epoque A la demand de I'ARH, I'anc6tre de I'ARS.
Une decision politique A I'epoque, souligne Ghislaine Joachim-
Arnaud, la dirigeante de la CGTM. Certes, les deficits ne sont
pas de meme ampleur dans tous les etablissements. Mais tous
les grand centres hospitaliers pourraient 6tre mis sous tutelle
car depassant largement les niveaux de deficits autorises, dixit
les syndicats. Selon Ghislaine Joachim Arnaud, "Cela ne chan-
gerait rien, cela pourrait mime empire soits regide dun adminis-


jeh^ i i* +n 2011-' AISn 2Pe


M


/LTS S OCI ii I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


trateur. "
Aujourd'hui, affirme la CGTM, "Le CHJ( Pierre
Zo6da Quitman ne sera plus en measure dassurer
sa mission ". Elle met en cause I'Etat qui n'a pas
tenu ses engagements en matiere de coeffi-
cient geographique pour reevaluer la dotation
de fonctionnement allouee aux etablissements
publics et qui n'a pas honored ses promesses
d'aide exceptionnelle de 6 Millions d'euros et
d'un million pour les creances irrecouvrables.
"L'Etat n'a rienfait", tonne la syndicaliste. Au
contraire, "if asphyxie C'hpitalpu6lic en ridui-
sant fes recettes de 12.7 millions fdeuros."
Raymond Lavenaire de la CDMT note que les
conditions de transfer des malades de Colson
vers I'h6pital Mangot Vulcin prevu pour Octobre
sont loin d'6tre optimales.
A I'h6pital de Trinit6 en greve depuis le 23 mai, Les syndicate FO,
la situation est aussi catastrophique selon
Serge Aribo de I'UGTM. "On demand au personneldeparticiper
au plan de redressement de 11 millions en 6 mois, afors que nous ne
sommes pas responsables ", s'insurge-t-il. Et d'ajouter "On veut
faire porter au personnelTrinite (a souffrance des agents du La-
mentin, c'est cela qui est inadmissible". Et de poser la question
"que veut-onfaire rjeffement de Cf ipitalde Triniti: un dispensaire
ou un vrai centre hospitalier au service des 10 000 habitants ? ".


CSTM, CDMT, CGTM et UGTM unanimes pour denoncer la politique gouvernementale

Pour les organizations syndicales, tous ces dysfonctionne-
ments, mettent 6 mal le service public au profit du prive. Pour
y faire face, elles ont decide de reagir ensemble en sensibilisant
la communaute hospitaliere, les medecins, les usagers ainsi
que les politiques. Ils assurent qu'ils ne resteront pas inertes
face a une situation qui met en danger la security de la popu-
lation.
C.B


Visite M'Alain Pouchelon, Presibent ae La Conf6rence bes Batonniers

be France


L'institution jubiciaire sinistr6e.


Alain Pouchelon, Raphael Constant et Patrick Lingib6


Une delegation de la Conference des b&tonniers de France
composee du president Pouchelon et du batonnier Patrick Lin-
gibe de la Guyane representant I'Outremer a ete reque par I'Or-
dre des avocats du Barreau de Fort- de -France du 24 au 26
mai dernier.
L'occasion pour le batonnier Raphael Constant de rappeler
ses differentes prises de position concernant le manque cruel
de moyens don't souffre la Justice en Martinique.
"Ceci au disavantage desjusticia6[es martiniquais", a-t-il insisted.
f La Justice vit, selon lui, "une crise sanspricedent"et une des il-


lustrations en est le report d'un proces d'assises parce que
I'Etat n'avait pas paye I'expert.
La question de la construction de la Cour d'Appel reste toujours
en suspens. Apres le toll des avocats, finalement la chancel-
lerie a decide de lancer un programme revu a la baisse qui de-
vrait etre livre en 2013. Le batiment n'accueillerait plus le
Tribunal d'instance ni le Conseil des Prud'hommes.
Signe de la grande misere de I'institution judiciaire en Marti-
nique, le tribunal d'instance de Fort-de-France siege dans le
centre commercial Perrinon. "Ce quiparait contraire a [image
d'unejustice indipendante et de quality s'insurge le bAtonner.
Ce sont toutes ces doleances et bien d'autres encore que le
batonnier Pouchelon devra faire remonter a la Chancellerie au
terme de son periple aux Antilles-Guyane. Une situation qui ne
le surprend guere, "car, on n'est pas mieuwloti en France", rela-
tivise- t-il.

De nouveUes r6formes mais peu ae moyens.
Le president de la Conference des Batonniers s'est attarde sur
la reforme de la garde vue, pierre d'achoppement entire le gou-
vernement et les avocats. II s'est felicite que certain amende-
ments ont pu etre pris en compete, d'autant que le texte en
discussion demand encore de sensibles ameliorations.
Apres d'Apres negociations avec les avocats, le gouvernement
a accepted de mettre en place des moyens supplementaires
pour am6liorer les conditions de la garde A vue sans remettre
en cause I'aide juridictionnelle. Une autre petite victoire pour
les avocats : le gouvernement a accepted de prendre en compete


11111 q1I 111.


tLUSSI Asm5


^^f BJSOCIE'Tt^^^^^^






http://www.ioural-justice-martinique.com


les frais de deplacement et les gardes A vue de nuit.
Pour autant, cette reform est encore loin d'etre satisfaisante
car elle ne permet pas d'assurer une vraie defense des le debut
de la garde a vue comme le prevoient les textes, en raison
des difficulties sur un grand nombre de points d'ordre juridique
ou pratique..
Avec 4 995 gardes A vue en Martinique, les debuts de la mise
en place de la reforme se passerait relativement bien en zone
gendarmerie et moyennement en zone police, a explique le
batonnier R. Constant, qui reconnaTt cependant que I'existence
de 31 lieux potentiels de garde vue pose des problems dif-
ficilement gerables.
Pour mattre Poulechon, c'est "un pro6bme de dignity inadmis-
si6be". D'ailleurs le batonnier Constant entend saisir le tribunal
administratif pour condamner I'Etat sur les conditions de de-
tention dans les locaux de retention de I'aeroport.
Bien qu'aucune evaluation ne soit encore faite sur la reforme de
la garde a vue, le pari gouvernemental d'une baisse des gardes


A vue ne semble pour I'instant pas tenu, selon les batonniers.
Ce qui, B terme ne manquera pas de poser des soucis de fi-
nancement.
Le president de la Conference se dit preoccupe par la reforme
sur les juries citoyens qui va reclamer un deploiement de
moyens humans important. Vne situation maCpreparee",
juge-t-il.
Au course de cette rencontre avec la press, le batonnier
Constant a annonce la mise en place d'un avocat supplemen-
taire pour la permanence des gardes a vue et la creation d'une
permanence supplementaire hebdomadaire reservee aux vic-
times. Ce sont desormais 8 avocats du barreau qui sont
chaque semaine A la disposition des justiciables martiniquais.
Une demonstration de "'Tengagement du 6arreau pour que fac-
ces i une defense de quality ne soit pas un vain mot pour lejusti-
ciable martiniquais", s'est felicite Raphail Constant.
C.B


Un emploi vacancies pour 1000 jeuns be 16 a 36 ans


Aider les jeunes a entrer dans le monde du travail

Le dispositif "Immersion jeunes", sera-t-il une aubaine pour
les chefs d'entreprises, mais aussi pour ces 1 000 jeunes don't
le Conseil regional a decide de finance I'embauche durant les
deux mois des grandes vacances de juillet et aott ?
Le dispositif permet aux entreprises du prive, quel que soit
leur secteur d'activite, d'embaucher une jeune au SMIC a
temps plein ou & temps partiel durant au moins un mois et
exceptionnellement deux. En contrepartie, le Conseil regional
prend en charge 40 % du salaire. Pour les jeunes handicaps
la participation r6gionale peut allerjusqu'6 50 %.
Cette operation vise A permettre aux jeunes, certes de se faire
une "cagnotte "pour poursuivre les etudes et r6pondre A d'au-


tres besoins, mais surtout a leur faire "dicouvrir le monde de
Centreprise, de divefopper et capitaliser un savoir faire." II
s'adresse aux jeunes de 16 6 35 ans scolarises, 6tudiants,
ceux entrant en apprentissage ou inscrits dans le reseau des
Missions locales. Ce dispositif peut 6galement permettre aux
chefs d'entreprise "I'essayer"un jeune durant cette period et
peut-etre I'embaucher durablement. Les jeunes devront s'en-
gager b suivre une "journie civisme "pour les aider dans la
suite de leur parcours. Des gardes fous ont toutefois W6t mis
en place.
IIs concernent notamment le respect par les entreprises de
leurs obligations sociales et fiscales,. De plus, elles ne de-
vront pas avoir licenci6 de personnel dans les douze mois pre-
cedent.
Par ailleurs, les patrons qui accueillent habituellement des
jeunes dans le cadre des emplois saisonniers et de remplace-
ment vacances ne pourront beneficier de ce dispositif que s'ils
garantissent des embauches supplementaires. Deux pilots
pour cette operation, I'AGEFMA (I'Association de Gestion de
I'Environnement de la Formation en Martinique ) pour ce qui
est de I'accueil des jeunes et I'ADEM (L'agence pour le d6ve-
loppement 6conomique de la Martinique) pour s'assurer du
respect par les entreprises des conditions I'aide et pour son
paiement. Une convention quadripartite sera signee entire la
Region, L'ADEM, I'employeur et le jeune. Un coup de pouce
bienvenu pour des jeunes qui cherchent 6 s'occuper, 6 condi-
tion que les patrons ne s'en saisissent pas pour la detourner de
son objectif premier.
C.B.


EI A


Surendettement: nouvelUe augmentation Du nombr Oe de pts
Sur les deux premiers mois de I'annee 2011, le nombre de dossiers d6poses de surendettement progress de 58 %. L'augmen-
tation du nombre de dep8ts s'est de nouveau acceleree par rapport & 2010 (+26,3 % sur un an).


Le chiffre: + 26,3 % n2010 pr rapport 2009
source: ledom, bulletin 4eme T 2010


I~m~Untcllmfi nlN~ra* a;


[ SZC^t t






http://www.iournal-iustice-martinique. con


Ecol/ow i L I


Carburantf : L'Observatoire bes prix finalise ta mise en place au sys-

teme be fixation bes prix


La reunion de I'Observatoire des prix et des revenues du 24
mai avait pour but de consulter les membres pour avis sur
un project d'arrdt6 prefectoral de methode de fixation des
prix des carburants. Ce dispositif complete le nouveau me-
canisme de fixation des prix instaure par le gouvernement
suite a la crise de f6vrier-mars 2009 par decret n 2010-1332
du 08 novembre 2010.


Un combat gagn6 centre La liquidation be La Sara
Cette r6glementation, selon I'administration de la DIECTE (ex
concurrence et consommation), a pour objectifs de :
'"ssurer une modification mensuele des price afin de reffiter de
maniere plus reactive ies variations des course mondiaur a fa hausse
comme a 1a 6aisse.
assurerune meideure information de toutes les parties int6ress6es,
notamment les consommateurs, via un Observatoire des (Prhiet des
Revenues rinove et d6sormais preside par un Magistrat de la Cham-
bre regional des Comptes.
Limiterd unefoisparan, saufcirconstances exceptionnefCes, les r1-
visions des marges des opirateurs, autX states de la production
(SAR4) et de la distribution gross et ditai" ";
II est admis 6galement- ce qui n'allait pas de soi- de "pirenni-
ser foutilindustrie ([a raffinerie) via [a mutualisation a Cichelle
des Antifles et de fa guyane des cofits d'acheminement et de pas-
sage en dip6t des produitsfournis par fa SAX4 ". La "mutualisa-
tion"du coOt du transport vers la Guyane et du stockage veut
dire que Guadeloup6ens et Martiniquais patient une parties de
ces coOts pour que le carburant soit un peu moins cher en
Guyane.
En effet, on se souvient que le premier rapport de I'lnspection
gen6rale des Finances, dit rapport Bolliet envisageait purement
et simplement la fermeture de la Sara et I'instauration de
pompes automatiques pour baisser les prix et cr6er la concur-
rence sur le march des Antilles et de la Guyane. II a fallu le
rapport de I'Aract et un rapport parlementaire dit rapport Oilier
pour faire admettre le maintien de la Sara, la prise en compete
d'un system de distribution porteur de 1 000 emplois, la re-
conduction du system d'administration des prix et une plus
grande transparence dans ce mecanisme. C'est de cela qu'il a
6t6 question, m6me si A ce stade les choses sont apparues
complexes et techniques. C'est ainsi qu'il a ete d6fini un chiffre
d'affaires mensuel d'6quilibre, le calcul du prix pivot des pro-
duits reglement6s et un coefficient de commercialit6 de chaque
produit.
Les trois composantes bu prix aes carburants
Rappelons que les trois composantes des prix des carburants
sont:
1. Le prix sortie SARA : Repr6sente I'ensemble des coOts de
production et de stockage de la raffinerie: Le benefice de la
Sara a 6t6 fix6 par le gouvernement a 8 % au lieu de 10/12 %
auparavant. Contr616 et fix6 par le Prefet s'appuyant sur I'ex-
DGCCRF. Ce prix est identique dans les trois pays.
2. La taxation r6gionale octroii de mer et taxe sp6ciale sur les
carburants) : Competence exclusive des Conseils R6gionaux,
au profit des collectivit6s territoriales. Est diff6rente d'un pays a
I'autre. Ce qui explique en parties les differences de prix A la


pompe.
3. La distribution : Les marges de gros et de detail sont contr6-
lees et fixees par les Pr6fets. Sont diff6rentes d'un pays a I'au-
tre. Cela est aussi a I'origine de prix a la pompe diff6rents d'un
pays B I'autre.
Ce sont ces questions-16 qu'il faut expliquer honn6tement 6
I'opinion publique.
En resume, le nouveau dispositif reglementaire comprend :
Le decret no 2010-1332 du 08 novembre 2010, I'Arr6t6 Pr6fec-
toral de M6thode d6battu a I'observatoire des prix et un Arre6t
Pr6fectoral mensuel d'actualisation des prix sur la base des
evolutions constatees des diverse cotations representatives
du march international.
A cela s'ajoute un examen annuel des comptes de la SARA,
des grossistes et des d6taillants, avec presentation obligatoire
a I'Observatoire des Prix et des Revenus des evolutions de prix
d6coulant de la mise en oeuvre de la r6glementation.
Depuis quelques mois, cette r6forme a 6te exp6riment6e dans
un context de forte augmentation des prix du p6trole brut en
raison principalement de la speculation capitalist internatio-
nale.
Le prix du super carburant, jusqu'ici inferieur au prix en France,
a rejoint son niveau A 1,54 /litre le 2 mai dernier.
Le prix du gazole,- 1,28 E/litre le 2 mai en Martinique est encore
inferieur de 9 centimes par litre au prix pratique en France (1,37
E/).
Les prix ont baiss6 le ler juin.
Des pistes pour soulager tes consommateurs
Parmi les questions restant A 6tudier, il ya, selon nous celle de
la mise en place d'une certain continuityi territoriale" par la
prise en compete sur fonds europ6ens d'une fraction du coOt de
transport des matieres premieres de la Sara et du coOt d'ache-
minement vers la Guadeloupe et la Guyane. II n'y a pas de rai-
son que ces coOts soient entierement supports par les
consommateurs. Cela leur ferait gagner quelques centimes a
la pompe.
Par ailleurs, pour attenuer I'effet des hausses il serait utile de
mettre en place un tarif social des carburants pour les me-
nages de condition modest contraints d'utiliser un vehicle
pour leurs d6placements. De m6me, I'instauration d'une taxes
sur les carburants flottante, 6 I'image de la TIPP flottante, pour-
rait att6nuer les hausses m6caniques d'octroi de mer engen-
dr6es par I'augmentation des course du p6trole brut et des
products semi-finis imports octroii de mer fix6 en pourcentage
des prix a I'import).
II est clair que doit 6tre publi6e r6gulierement la structure des
prix des carburants afin que chaque citoyen sache qui gagne
quoi : matiere premiere et products semi-finis et finis imports,
Sara (coOt de production et benefice), transport mutualis6,
taxes conseil regional, grossistes, d6taillants. C'est quand
m6me le moins que I'on puisse demander.
Mais I'avenir, selon nous, est a la transformation de la Sara en
entreprise publique regional dans le cadre d'un p61e pu-
blic de l'energie a I'6chelle de la Guadeloupe, de la Guyane et
de la Martinique.
II convient d'en jeter les bases.
Michel Branchi
Membre de I'Observatoire des prix


Ce^ 2un 07-j^ic of22 IPage 7






hhttp://www.iournal-iustice-martinique.com


Prix, pouvoir W'achat: La pwofitasyion explique ta "vie chore" en Mar-

tinique, seton te cabinet experts SYNDEX


IrMPUSIUM UI RI "A 1
SStructure des coOts et
des prix a la Martinique.
De G A D: Adrien Laroze et Christian Duchesne de Syndex, Eric Picot (URIM/CFDT)
et Jean-Jacques Manach (Resp Outre-mer CFDT)
Le jeudi 26 mai dernier, I'Union Interprofessionnelle regio- et la mi
nale Martinique CFDT dirigee par Eric Picot a organism un et lafis
"symposium' sur le theme "structure des cots et des pritd lf traperil
Martiniue". En fait, il s'agisait de presenter les r6sultats princip
de I'etude r6alis6e par le cabinet d'expert Syndex intitul6e nomiqu
'Le pouvoirnacfiat d nes e DO9-Incidence de la structure des dans di
priset des co ts- L Martinique' des sur
mie, da
Le cabinet Syndex est un cabinet d'experts travaillant pour les distribu
comites d'entreprises evoluant dans la sphere du syndicate fran- Les aut
gais la CFDT. II a effectue deux missions d'etudeen Martinique. quinze
Presentant leur etude sur le pouvoir d'achat et les causes de la ainsi qL
vie chere dans les DOM, les auteurs, MM Christian Duchesne, telecon
Adrien Laroze et Philippe Morvannou expliquent qu'ils ont L'appor
ecart6 une enieme approche comparative de prix entire la Mar- I'effet s
tinique et la "mitropole". Le constat de la vie chere etant partage prises
de leur
par tous, ils ont essay de "comprendre sagenese ou pusprici- de
Syndex
siment Cesfacteurs de tension epqliquant lespriX.levis". Ils ont fa-
freffet s
vorise principalement "une approche macro-iconomiquefonde e
sur la recherche de dissonances pouvant ester entire les perfor- a pri
%..."
mances des sociftis 6asies l[a Martinique et celles de mitropoe".

L'opacit be I'conomie martiniquaise Les au
Cependant ils avertissent qu'ils se sont heurtes a ce qu'ils nom-
ment "Topaciti de ['conomie martiniquaise", A savoir que les en- nages,
treprises ne deposent pas leurs comptes au tribunal de handice
commerce, que les acteurs 6conomiques ont refuse de com- mais ig
muniquer la decomposition de leur prix de revient ou de leur de tran.
compete ; que les services de I'Etat comme la Region ou I'le- respri7
dom ne leur ont fourni aucune information, etc. Opacite orga- de a ch
nisee, dirons-nous.
De plus, les responsables du cabinet Syndex ont souligne la perteur
pauvrete de I'information economique en raison de I'insuffi- a 5,7 p
sance de moyens alloues I'INSEE. Ils ont done dO se resou- nancier
dre a la seule exploitation des informations publiques. points
Syndex constate-apres nous -que la pretendue "croissance"des transpc
dix dernibres annees en Martinique n'a pas eu les retombees Par cor
sociales attendues. "Les inigalitis sociafes se sont accrues et le octroi
deoom onomique n'a profit qu une minoit% de l population. Analvs
boom iconomique n'a profit qu'd une minority de la population. Analys


Dans le mime temps la croissance iconomique entrainait
uneflamb6e des price de Cimmobilier, une augmentation
des pri des 6iens de consommation et une perte de pou-
voir d'achat pour la majority des manages", notent-ils.
C'est ce que nous ecrivions des 2008.
C'est pourquoi la problematique des prix a 6te au coeur
du movement de debut 2009 en Guadeloupe et en
Martinique.
Les experts constatent au passage que plus de deux
ans apres les 6v6nements "aucune reponse structurelle
n'a ete apportie afin de riduire les inigati'ts et de [utter
durablement centre ia vie chre".

Une 6conomie tris concentree
Analysant les causes de la vie chere, les experts de
Syndex estiment que "les carts de priXentre les (DOM
'tropole ne peuvent s'epiiquerseulement par C[loignement
;calte domienne". II faut relativiser les handicaps de I'ul-
)herie et des surco0ts, estiment-ils. Pour eux, la cause
ale reside dans le "pouvoirde march" des acteurs eco-
ies. En clair, I'existence de monopoles et d'oligopole
fferents secteurs permettant d'imposer des surmarges et
profits en fixant des prix superieurs aux coOts. L'econo-
ins beaucoup de secteurs et pas seulement dans la
tion est-il precise- est concentree entire peu de mains.
eurs citent une etude de I'IEDOM de fin 2004 recensant
groups capitalistes dominant I'economie martiniquaise
ue des filiales de groups frangais (Sara, EdF, France-
n, etc).
t principal de I'etude se situe dans le fait qu'elle chiffre
ur les prix du fait que les taux de profit brut des entre-
capitalistes martiniquaises sont tres superieurs a ceux
s homologues frangaises. Conclusion des calculs de
: "A la Martinique, pour Censemble du secteurmarchand
iur fes pri, [i a [la dissonance des taux de profit brut sur
'de 1998-2006, peut itre value en moyenne d plus de 9,1


Des taux be profit brut consib4rables
teurs de I'etude enfoncent le clou : "Au niveau des mi-
les pricintigrent ainsi non seulement les surcofits ies aux
aps structures comme Cinsulariti ou encore C(lonement,
element ceuX lis d C'ensemble des cofts d'organisation et
action relatifs a la structuration des marches. Par ailleurs,
intigrent les surmarges de chacun des acteurs tout au Cong
aine de valeur". Par example, le taux de profit brut est su-
a la France de 13,7 points dans la construction, de 2,6
points dans I'industrie, de 9,9 points dans les activities fi-
es, de 6,9 points dans les activities immobilieres, de 12,7
dans les services aux particuliers, de 8,1 points dans le
rt, etc. Interessant. Illustration de la "pwofitasyion".
ntre, le cabinet Syndex reprend I'analyse selon laquelle
de mer aurait un effet inflationniste sur les prix de I'ordre
I 10 % et cela de par son caractere nondeductible.
e relativisee par I'Autorite de la Concurrence qui rappelle


uI 2,i n 201jiticn'22- I Page


L I ,






http://www.iournal-justice-martinique.com


que les taux de TVA sont inferieurs dans les DOM. De plus, tout
en reconnaissant la n6cessit6 d'un outil de "protection"au ser-
vice du d6veloppement, le cabinet Syndex privil6gie une d6-
marche int6grationniste, voire assimilationniste, en voulant
transformer I'octroi de mer en une sorte de TVA. De meme,
dans la m6me optique, le raisonnement en terms de balance
commercial lui parait "peu pertinent" puisque "la 91artinique
fait parties intigrante de 'iconomiefranfaise". Sortir de "'icono-
mie de comptoir"consisterait, selon Syndex, a r6duire les taxes
et imp6ts a I'entr6e octroii de mer). L'6conomie de comptoir
tient d'abord de la dependance des importations et de I'import
consommation domin6 par les grands groups frangais de la
distribution allies aux grands groups locaux.
Le cabinet Syndex relieve que, malgre la croissance, le revenue
disponible de la plupart des manages a baisse entire 2001 et
2006 et que seuls les manages les plus aises ont vu progres-
ser leur revenue disponible. Et cela renvoie a la precarisation
des emplois crees ces quinze dernieres annees. La Martinique
a done connu une "croissancepauvre" en emplois, est-il indique,
et pour nous plut6t une "croissance appauvrissante."
C'est I'effet de la defiscalisation.

Changer be moele economique
ou be mob6le politique ?
De plus, en tenant compete des depenses contraintes et des de-
penses necessaires, qui en moyenne representent 46 % du re-
venu disponible, Syndex demontre que, par example, en 2010


le pouvoir d'achat de I'ensemble des salaries pays de 1 smic
6 4 smic a baisse de 1,7 %.
Le cabinet Syndex conclut a la necessity de "changerde modefe
economique"en mettant davantage de justice social et en fa-
vorisant le developpement durable de la Martinique.
S'agissant de la formation des prix et de I'organisation des mar-
ches, Christian Duchesne, Adrien Laroze et Philippe Morvan-
nou, les auteurs, preconisent la mise en place d'outils adapts :
- Enforcement de la disponibilite d'6lements statistiques
afin de permettre une reelle surveillance du niveau et de la for-
mation des prix d'une part ;
- Un contr6le strict des services de la Concurrence dans
certain secteurs economique's afin de dynamiser la concur-
rence, d'autre part;
- Reflexion sur I'organisation des marches avec les acteurs
6conomiques pour raccourcir les circuits de distribution ou mu-
tualiser certain co0ts (logistique, transport par example).
Ces propositions, minimales de notre point de vue, sont loin
d'etre realisees car I'ex-DDCCREF est en voie de demantele-
ment dans le cadre de la RGPP (Revision genrerale des Poli-
tiques Publiques). Mais on notera qu'elles cedent 6 la pression
liberale en excluant le contr6le des prix lui-meme, considered
comme "pervers" par les docteurs Diafoirus du liberalisme.
L'etude du cabinet Syndex et de la CFDT a le merite de rappe-
ler que la question de la "vie chire"est central dans ce pays
et appelle un autre module Bconomique et aussi, selon nous, la
mise en place d'un veritable pouvoir martiniquais. II faut aussi
changer de module politique.
Michel Branchi


Baisse bes prix bes carburants au lerjuin 2011


Les prix des carburants enregistrent une baisse au ler juin
mais le gaz augmente.
En liaison avec la baisse du prix moyen du baril de 7,3 % (114
dollars par baril en mai centre 123 dollars par baril en avril) et
au leger enforcement de I'euro face au dollar( 1 E gale 1,44
$ centre 1,43 $ en avril), les prix des carburants sont les sui-
vants :
- Super sans plomb : 1,52 /litre au lieu de 1,54 /litre, soit
- 2 centimes par litre ;
- Gazole : 1,21 /litre au lieu de 1,28 E/litre, soit 7 centimes
par litre ;
Selon la prefecture, la baisse du baril de petrole brut est liee 6
plusieurs facteurs : stabilityi de la production des pays de
'OPEP, croissance de la production du brut ne provenant pas


COPEP, impact dun iventuelcessez-le-feu en Libye". Aiosi la
Martinique est de plain-pied dans I'economie mondiale et subit
les effects de la politique imperialiste des occidentaux.
Par centre, le prix de la bouteille de gaz domestique de 12,5
kg liee A revolution du prix du butane passe de 24,06 a 24,24
E, soit une augmentation de 18 centimes.
A titre indicatif, en mai le prix du Super SP & 1,54 /I 6tait au
mmem niveau que le prix moyen en France, alors que le prix du
gazole 6 1,28 /I etait de 4 centimes plus bas qu'en France ou
il a ete en moyenne en France de 1,32 /I.
Le prix de la bouteille de gaz equivalent 12,5 kg etait 6 26,34 E
en France pendant la periode du 25 mars au 13 avril 2011.
Cette baisse est-ce un repit temporaire pour le consommateur
ou I'amorce d'une decrue durable ? A.G


Tourism: Une troisieme tentative aepuis Roissy pour attire la clientele europeenne


Signature du Contrat de destination


Mobilisation general pour relancer le tourism, A en croire les
professionnels, la Region et I'Etat.
Marie-Luce Penchard, la ministry de I'Outremer et Frederic Le-
fevre le secretaire d'Etat au tourism sont venus, la semaine
derniere honorerr Cengagement du cPrisident de la Frpublique "
Un discours martele tout au long du sejour comme un message
subliminal que Sarkozy fait ce qu'il dit, en matiere de dessert
aerienne notamment. Avec I'annonce, a partir du 4 novembre
prochain, par Air France d'un vol hebdomadaire au depart de
Roissy en direction de la Martinique et de la Guadeloupe. Une
measure reclamee par les professionnels visant a augmenter la
frequentation touristique de I'ile en attirant la clientele euro-
peenne.
La signature d'un contract de destination entire les douze parte-


pil- II~ III, IN.1 11


0 Eot I L






http://www.iournal-iustice-martinique.com


naires est "un nouveldlan du partenariat entire rEtat et les ac-
teurs touristiques", s'est rejoui Frederic Lefevre.
" On ne peut avoir un diveloppement iconomique sansjouerd fond
la carte du tourisme, a de son c8te explique Marie-Luce Pen-
chard. Et pourjouer sur la quality, un programme de renovation
des etablissements 'et de formation des acteurs du tourism a
ete arrete.
"On est sur fa bonne voie", a assure la ministry qui s'est felici-
tee de "la demarche de la collectivite (ndlr : rgionale) d'afficher
tres clairement que le tourism est cet aXe de diveloppement qui
doit itre privilfgie en associant les Martiniquais dans une vision


partagie et responsable".
Pour les acteurs martiniquais, ce vol hebdomadaire est "un
point de depart qu'iffaut rjussir d promotionner et en parallele
une politique dattractiviti du territoire."
Serge Letchimy a profit pour remettre aux deux ministres les
premieres esquisses du contract d'excellence ou contract de pro-
jet entire I'Etat et la Region Martinique sur les 10 ans a venir.
Cela suffira-t-il A relancer notre tourism, alors que les tarifs ae-
riens restent dissuasifs ?
Qu'il faille relancer le tourism, tout le monde en convient. Mais
suffit-il d'une eniemme champagne de promotion ?
C.B


I /I


Rencontre Marie Luce Penchara Josette Manin


Josette Manin, Laurent Prevost et Marie-Luce Penchard


Marie-Luce Penchard a consacre une heure dans son planning
pour rencontrer officiellement la nouvelle president du Conseil
general, Josette Manin.
Cette derniere, entouree de David Zobda et de Raphael Vau-
girard, reserva un accueil courtois 6 la ministry Marie-Luce
Penchard, confiant qu'elle connaissait depuis peu la president
du Conseil general Les deux femmesravaient d6ej change
brievement lors de la pantheonisation de Cesaire en avril der-
nier.
Ce vendredi 27 mai, elles ont procede 6 un tour d'horizon des
grands sujets qui sont de la competence du Conseil general.
Parmi les sujets abord6s, la dependance, "jepense qu'ify a des
experiences qui sont menses ici, qui peuvent itre valorisjes et
peut-itre reprises au plan national', a souligne la ministry. La
mise en place du RSA ainsi que la politique d'insertion ont ete
passees en revue. S'agissant des dettes de I'Etat vis-a-vis du


Conseil general, Marie-Luce Penchard a invite au prefet B "re-
garder de plus prs d (a rotation pour la gestion du "RI et fes 6e-
soins exprimis par [a Collectiviti pour que Con parole des memes
chiffres". L'ancienne mandature avait annonce un chiffre de 60
millions de dettes de I'Etat envers le Conseil general.
Le texte porte par Marie-Luce Penchard sur la Collectivite
unique a ete aussi un des grands sujets traits. "IfCtait inti-
ressant d'avoir un change et le point de vue des ifus en term de
rapprochement des deuxjadministrations pours'assurer que cela ce
passe dans de bonnes conditions et que cette collectiviti unique des
quelsera mise en euvre pourra mener les missions qui sont (es
siennes", a explique la ministry. Les questions d'organisation,
A savoir si le texte modified par le Senat convenait et n'allait pas
r I'encontre des propositions des elus, les conditions d'obten-
tion de I'habilitation ont ete evoquees. S'agissant de la date
Marie-Luce Penchard a reaffirmed que "rien n'est icart6 toutes
les iventualitis sont sur la table, car e president de (a Ripublique
pour 'instant n'a pas tranchi ".
Concernant les moyens de la collectivite unique, la ministry a
reitere qu'il s'agissait de I'addition de la dotation allouee au de-
partement et de celle attribute & la Region, meme si I'Etat peut
venir en accompagnement de la Collectivite.
Les deux commissions ad hoc conseil general et regional sous
la houlette de Raphael Vaugirard et Didier Laguerre devront
se rencontrer au debut du mois dejuin pour mettre en place les
grandes lignes du planning de travail avec les diff6rentes par-,
ties concernees par cette fusion.
C.B


Rgionf Ultraperipheriluef Caraibe : QueUe cooperation?


Karine Galy, Serge Letchimy et S.E. Shirley Skeritt Andrew


Durant deux jours, les 25 et 26 Mai, s'est tenu A Fort-de-France
un seminaire de consultation sur la strategic conjointe Union
europeenne et CaraTbes. Un evenement qualified "dhistorique"
par la president de la commission cooperation et affaires eu-
ropeennes au Conseil regional, Karine Galy.
Une rencontre qui s'est deroulee en presence S.E. Shirley Ske-
ritt Andrew, Ambassadeur des Etats pour la CaraTbe Orientale
(OECS)aupres de I'Union Europeenne.
Les pays de la region CaraTbe ont decide de consulter les Re-
gions ultraperipheriques des Caraibes frangaises en vue d'une
nouvelle strategic de cooperation pour le prochain programme
op6rationnel 2013/2020.
L'Europe et la CaraTbe ont lors de precedentes discussions po-


F IJeun r2ss 0 s1''I*2 Pe


[ EOI S ,CIAL






http://www.iournal-iustice-martinique. com


litiques decide de redefinir leur partenariat afin de prendre en
compete les priorities et les specificites propres 6 I'espace cari-
been.
Parmi les defis a surmonter figurent en bonne place cetui de la
promotion de I'integration regionale et de la cooperation pour un
developpement durable, I'elaboration de solutions pour faire
face au changement climatique et aux catastrophes naturelles
ainsi que la reconstruction d'Haiti.
Autant de sujets qui suscitent I'int6ret du president des Regions
Ultraperipheriques Serge Letchimy, pour qui I'insertion dans la
region caraTbe est une priority. II a tenu aussi & associer la
Guyane, Guadeloupe, Saint-Martin et Saint Barth6lemy a cette
reflexion commune.
Toutefois, pour peser sur cette strategic qui necessite la mise
en place d'un certain nombre d'outils, et en particulier la revi-
sion des instruments financiers, les RUP reclament d'etre as-
sociees de maniere perenne a toutes les tapes de la
discussion. D'oi I'importance accordee a ces changes
Une bataille qui ne s'annonce pourtant pas facile C'est le cas
de I'articulation des mecanismes en vue d'une cooperation
debouchant sur des actions concretes, entire le FED (Fonds


europeens pour le developpement) et le FEDER. Serge Let-
chimy plaide pour plus de flexibility afin de mettre en place une
cooperation intelligence. Selon Karine Galy, [a question prio-
ritaire et 1a question centrafe de la cooperation ne peuvent se sa-
tisfaire des instruments teCs qu 'is existent; mais ilaurait ieu de
crier un instrument didie a [a cooperation cari ienne. ". Au
terme des travaux, les instances caribeennes et les RUP fran-
9aises semblent parler d'une m6me voix pour une cooperation
plus efficace.
Les participants 6 cette rencontre ont edited une declaration fi-
nale actant toutes les recommendations formulees durant ces
deux jours et qui sera transmise aux autorites nationals, 6
I'Union Europeenne et au CARIFORUM. Deux autres rencon-
tres devraient 6tre programmees avant la signature du docu-
ment finalisant la strategic conjointe de partenariat UE -
CaraTbes en septembre.
A noter que lors de son recent passage, la ministry de I'outre-
mer Marie-Luce Penchard a annonce la venue d'un inspecteur
qui fera I'inventaire des outils financiers en terms de coope-
ration au niveau caribeen.


Debatsur les CoUectivites Unique Guyane-Martinique au Sendt le 12 mai2011

"Nous ne sommes mime pas au milieu bu gue: abstention vigilante"

Extraits e I'intervention 'Odette Terrae, Sinatrice PCF Ou VaI-&e-Marne,


Nous presentons ci-apres des extraits de I'intervention
d'Odette Terrade, Senatrice communist du Val-de-Marne,
dans le debat du Senat le 12 mai dernier sur les loi orga-
nique et ordinaire portant creation de Collectivites unique
en Guyane et en Martinique. Odette Terrade est d6jA venue
en Martinique en visit d'etudes. T


Odete Terrade, Senatrice PCF


Mme Odette Terrade : "(...) J'ignore si le resultat du premier re-
ferendum ferme la porte, 6 moyen ou long terms, a une plus
grande autonomie de la Guyane et de la Martinique, et si celui
du second confirm I'attachement profound des Antillo-Guyanais
6 la France metropolitaine.
En fait, nous sommes meme convaincus que cette precipita-
tion a modifier la situation institutionnelle de la Guyane comme
de la Martinique, 6 depasser le cadre de la d6partementalisa-


tion et A s'inscrire dans le droit fil de la revision constitutionnelle
de 2003 ne fait que pointer un peu plus les questions essen-
tielles.


Collectivit6s unique: ce n'est pas ta panacde
pour tous tes maux
Surtout, cette demarche met en relief toutes les difficulties qui,
des lors que ces textes auront ete adopts et promulgues,
continueront de se poser sur place, sur le plan tant economique
que social, en terms de developpement des potentialites, de
reponse aux problems d'emploi, de formation, d'education, de
preservation des spaces naturels, de valorisation des res-
sources, de measures adaptees pour reduire les inegalites so-
ciales, les soucis de logement, ou encore pour etablir les
conditions de nouvelles cooperations avec les Itats voisins.
En quelque sorte, nous ne sommes meme pas au milieu du
gue, et la discussion de ces deux textes de loi ne constitute
qu'une premiere tape, au demeurant necessaire, sur le long
chemin qui reste a accomplir pour instituer de nouvelles as-
semblees locales, mettre en oeuvre des competences nouvelles
et repondre aux problems reve6ls au grand jour par les 6ve-
nements du debut de I'annee 2009 (souligne par la R6dac-
tion).
Bien entendu, I'objet de ces textes n'est pas de poser les bases
d'une nouvelle strategic de developpement economique et so-
cial de la Guyane et de la Martinique. Toutefois, il nous sem-
blerait bienvenu de faire en sorte que les dispositions qui seront
finalement promulguees soient effectivement utilisables, en tant
que moyens, pour favoriser ce developpement economique et
social.
Que l'on nous comprenne bien : si, avec ces textes realises en
quelque sorte sur measure, il ne s'agit que de creer les condi-
tions permettant aux tenants actuels du pouvoir metropolitan et
A quelques-uns de leurs relais disponibles outre-mer de se trou-
ver confortes, nous serons loin du compete (soulign6 par la Re-
daction). Si, en revanche, il s'agit de permettre a I'Assemblee


W jfentCi ryin2f1-.y n-g


N__


I"1OTi U I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


de la Guyane comme a I'Assemblee de Martinique d'appr6-
hender les problems economiques et sociaux sous un jour
nouveau et de d6finir et mettre en oeuvre des solutions plus
adaptees, nous pourrons nous feliciter d'avoir favorise cette de-
marche.
Autant dire que le nouveau cadre institutionnel don't nous de-
battons est davantage susceptible de creer des attentes et de
se voir eprouve par les faits -juge sur pieces, en quelque sorte
- que de constituer, d'ores et dejI, la panache aux maux don't
souffrent les peuples martiniquais et guyanais(...).


2014: Favoriser ceux qui ont la majority bans tes
conseils r6gionaux
(...) Bref, nous ne sommes pas encore convaincus de I'absolu
bien-fond6 du mode de scrutiny qui est ici mis en avant et qui
risque fort de n'avoir qu'une seule raison d'etre : limiter le plus
possible le nombre de listes presentes Jors des futures elec-
tions.
Au demeurant, I'organisation de la premiere consultation rela-
tive a I'election des deux nouvelles assemblies n'est pas sans
poser problem.
En effet, tout laisse penser que le Gouvernement a I'intention
de faire en sorte que cette election coincide exactement avec
I'installation des conseillers territoriaux en 2014, ce qui, sous
couvert de laisser du temps au temps, permet surtout de don-
ner 6 ceux qui disposent pour I'heure de la majority dans les
deux conseils regionaux les moyens de se preparer au mieux
a la suite des operations(...)
(...)La demarche privilegiee par le Gouvernement vise, en fait,
6 rendre quasi impossible toute mise en place rapide et effec-
tive des nouvelles assemblies, lors m6me que I'article 12 du
project de loi ordinaire permettrait de ne pas retenir la date de
mars 2014.
Grosso modo, ce texte ouvre une fenetre de tir entire le 1 er ian-
vier 2013 et mars 2014, mais pour la reformer aussitot. semble-
t-il N'est-ce pas. madame la ministry ? (souligne par la
Redaction)
Mme Marie-Luce Penchard, ministry : Pas du tout! Ce point
ne figure pas dans la loi.(...).
Mme Odette Terrade. Un tel choix nous conduit a nous inter-
roger sur les prolongements que ce project de loi pourra connal-
tre a moyen terme.

Soci6ts "ultramarines": soci6tes bloqu6es
Ce que les 6venements des mois de fevrier et mars 2009 ont
prouve, c'est que les societies ultramarines 6taient marquees


par de profondes inegalites sociales. Un sentiment non pas de
fatality devant I'etat des choses, mais de blocage et d'absence
de promotion social et/ou individuelle, y est largement partage.
Ainsi, pour la Martinique, ce movement a revel6, de maniere
6vidente, que I'ensemble du commerce et une bonne parties des
activities productrices 6taient, de fait, contr6les par un nombre
extremement reduit de personnel, pour ne pas dire de families,
le plus souvent issues des anciennes lignees de planteurs ou
d'une immigration plus recent venue de metropole, et que
cette concentration s'operait au detriment du plus grand nom-
bre. (soulign6 par la Redaction)
Si I'evolution statutaire et institutionnelle de la Martinique ne
conduit nullement a modifier la situation des pouvoirs 6cono-
miques et les rapports sociaux et si elle n'offre pas 6 la jeu-
nesse locale, enfin, les moyens de developper pleinement ses
potentiels et ses projects, elle n'aura pas servi a grand-chose.
Pis, elle risquera fort de rendre la population mefiante envers
toute autre evolution ulterieure et envers le mode de fonction-
nement institutionnel qui lui est ici propose(...)


Absence be carburant pour Le changement: Abstention
vigilante
(...) De fait, I'absence d'avancees notables sur le contenu du
project de loi ordinaire, sur les engagements de I'ltat en direc-
tion de la Guyane comme de la Martinique comment ne pas
regretter, une fois encore, que I'on repousse sans arr6t, et en
particulier A I'examen des lois de finances, la resolution de nom-
bre des problems recurrents des collectivites ultramarines ? -
ne peut que nous amener a nous prononcer sur ce texte par
un vote d'abstention vigilante :
"abstention", parce que nous ne pouvons valider la demarche
suivie dans son ensemble les deux projects de loi decoulent
tout de meme de consultations plut6t boudees par le corps
electoral, car organisees durant une mauvaise p6riode de I'an-
nee civil -;
"vigilante", parce que le Gouvernement peut computer sur notre
group pour remettre, en tant que de besoin, la question sur le
tapis.
Pour oser une image, disons qu'on nous present le nouveau
statut de la Guyane et de la Martinique comme le moteur du
changement. Le problem est que, pour le moment, il n'y a
guere de carburant pour le faire turner, et done pas assez de
moyens pour permettre 6 nos amis ultramarins d'avancer sur le
chemin du developpement, du progres et de la promotion de
leurs potentiels.
.Pour notre part, nous le regrettons vivement(...)".


Lu sur le site "Politiques Publiques"

Une majority pour la CoUectivite unique en 2012 ?


Nous avons lu sur le site Politiques Publiques de F anck
Rosamond, repute proche du neo-PPM I'6cho suivant:
" Colectivite Unique : C'est 2012 (Publij le 26/05/2011
Ou plutdt ce serait 2012 pour une tris large majority (63 %) de la
sobyantaine dinternautes qui ont vote sur nos pagesfacebook re-
pondant d [a question : 'tPrefirez-vous ia colTectiviti unique en
Guyane et en Martinique, en 2012 ou 2014 ?".
.Au-del du peu de reprisentativiti que nous reconnaissons vo-
lontiers a notre "sondage" nous notons njanmoins que cette ques-
tionfait 6ouger Ies [ignes politiques traditionnelles. Et ce plutdt
enfaveur de la date de 2012. qAinsi, des internautes qui nous pa-


raissent plut6t neutres politiquement, ou qui sur dautres themes
manifestent une certain proximite avec [a majority rigionalo-dt-
partementale, ont pu se prononcerpour 2012. Maniere peut-etre
de signifier que Cexrcution dune measure quatre ans apris Ce ver-
dict des urnes pouvait paraftre 6ien eboignie.
Pour ce qui est de la rialti tde la situation, les textes adopts par
le Snat, et quiseront di6attuspar 1Assembfie Nationalefinjuin,
privoient une mise en oeuvre de la collectivite en 9Martinique et en
Guyane, entire ie vote de (a foi et mars 2014. Laformule propose
n'exclut donc pas 2012, mais Iaisse en rialiti le cho auxaw lus lo-


* uhiWI n2W11f ,ifffi. ag


[ FOTIQE c' I


E






http://www.journal-justice-martinique.com


cauxde cette date de mise en oeuvre. Et fes majoritis locales, tant
en 9Martinique qu'en Guyane se sont dejd prononcies poitique-
ment pour une mise en oeuvre au term d'un processus de prepa-
ration et de fusion des collectivitis...plus proche de 2014 que de
2012.

Ainsi sur un 6chantillon d'internautes don't il est precise qu'il est
peu representatif et compose de personnel qui "paraissent plu-
t6t neutres poitiquement" A I'animateur du site, 63 % se pro-
noncent pour I'installation de la Collectivite unique en 2012.
Car il leur parait de bon sens de ne pas appliquer une reforme
quatre ans apres son adoption. Et si le collectivite unique est re-
poussee A 2014, pour quand I'autonomie de la 36me voie ?


Conseil General
de la Martinique


Conseil Regional
de la Martinique


L "THHR PU "


Inurrection antieclavagiste : Armanb Nicolas continue a impulser to 22 Mai


Armand Nicolas a particip6 au 22 Mai 2011


Cette annee encore notre Parti a apporte sa contribution dans
la celebration du 22 Mai. On sait le r6le majeur qu'a joue notre
Parti dans I'emergence du 22 Mai, considered par lui comme la
date la plus important de notre histoire.
C'est en effet, a la suite des conferences, donnees en 1945 par
le camarade Gabriel Henry et des recherches effectuees par
Armand Nicolas, professeur d'histoire, que ce dernier publia
une brochure sur ce glorieux evenement en 1960, brochure qui
fut tiree A pres de 10.0000 exemplaires en quatre editions au
course des annees suivantes.
Cette ann6e, Armand Nicolas, malgre son grand Age, ne me-
nagea pas sa peine pour impulser le 22 Mai. Des jeudi 19, il
participait A une emission de Tele en compagnie de la socio-
logue Juliette Smeralda sur les antennes de Zouk TV.
Pendant plus d'une heure, avec les responsables de la station,
ils insisterent sur I'importance du 22 Mai et de notre histoire
dans la longue qu6te de notre people pour se debarrasser de
I'alienation colonial. L'emission, 6maill6e de questions des au-
diteurs, fut reprise une deuxieme fois le dimanche 22 Mai.
Vendredi 20 et samedi 21 mai, Armand Nicolas repondit A I'in-
vitation du Mouvement International pour la Reparation (MIR),
preside par Garcin Malsa, maire et Conseiller General de
Sainte Anne, pour participer au Konvoi qui, chaque annee,
sillonne.la Martinique en vue de c616brer le 22 Mai. Vendredi
20, A Case Pilote, lors du depart de la Kanawa (pirogue ame-
rindienne fabriquee par les militants de I'association Karisko),
Armand Nicolas rappela le genocide don't fut victim la com-
munaute amerindienne dans les Ties des Antilles massacre
par les conquerants europeens. Puis il souhaita bon vent aux


rameurs de la Kanawa en parlance pour Saint Pierre. En meme
temps le Konvoi arrivait et prenait la route pour Belle-Fontaine.
Devant la foule rassemblee sur le bord de mer, Armand Nico-
las et Garcin Malsa rappelerent le combat mene par eux, par
les enseignants et par les forces populaires pour faire connaT-
tre A notre people cette page determinante de son histoire,
combat qui aboutit A la loi de 1983 instituant le 22 Mai, date of-
ficielle de I'abolition de I'esclavage a la Martinique.
Samedi 21, le Konvoi terminal son periple au Precheur. A I'etape
de Saint Pierre, sur la place du march, devant une foule nom-
breuse, attentive et interessee, Armand Nicolas raconta les
evenements qui aboutirent a I'insurrection general des es-
claves de Mai 1848. II souligna un aspect important de I'action
pour la Reparation a savoir que nous ne devons pas attendre
des autres le pardon ou la reparation, mais agir des aujourd'hui
dans different domaines pour reparer les dommages causes
par le colonialisme, notamment dans le domaine cultural. II pro-
posa que, dans toutes les communes or cela serait necessaire,
la municipality se devait de "faire ~a toilette "de la denomina-
tion de certain sites, de certaines rues qui mettaient A I'hon-
neur des personnalites qui furent d'odieux esclavagistes. Par
example la Place Joyeuse a Trinite et la Place Bertin a Saint
Pierre : L'amiral Villaret Joyeuse et le prefet Bertin furent en-
voyes par NapolBon Bonaparte en 1802 pour retablir I'escla-
vage A la Martinique, apres le trait d'Amiens qui rendait la
Martinique occupee par les Anglais A la France.
Joyeuse et Bertin se distinguerent en fermant les ecoles et en
deportant sur les cotes arides du Golfe du Mexique des di-
zaines hommes de couleurs libres juges indesirables. Cette
proposition fut approuvee dans I'enthousiasme et Garcin Malsa
s'engagea A la defendre.
Mme Walker, sociologue des Etats-Unis, donna les conclusions
des travaux du Colloque tenu par les organisateurs du MIR.
Puis au son des tambours, la longue colonne du Konvoi
s'elanga vers le Precheur ou elle fut accueillie par le maire Mar-
celliri Nadeau.
Justice

NB : Samedi 21 Mai, France-Antilles a public une interview
donnee par Armand Nicolas au journalist Adams Kwateh sur
le theme "La li6 ration du 22 9Mai doit nous servir de lemon. Nous
devons entretenir et enrichir le 22 Mai" (voir notre article dans
Justice de la semaine derniere).


r I'I RHSIIW


I IPO/Ti






http://wwwiournal-iustice-martinique.com


$ommet du 8 et malheurs he PK : Deux aubaines pour Nicolas Sarkozy


ilieu des autres chefs d'Etat des huit pays les plus indus-
trialises de la planete, Nicolas Sarkozy etait seul a repre-
senter la France lors du recent sommet du G8, qui s'est
tenu a Deauville les 26 et 27 mai. II n'a pas eu a souffrir de
la presence de Dominique Strauss-Kahn, comme ce fut le
cas lors d'une precedent rencontre & Paris ou I'ex pa-
tron du FMI avait relegue au second plan le president de
la Republique.


Les"maitres du monde" veulent maintenir leur emprise sur les peuples

A Deauville entour6 notamment du president americain Barack
Obama, de la chanceliere allemande Angela Merkel et du pre-
mier ministry David Cameron, Nicolas Sarkozy qui porte la
double casquette de president du G20 et du G8 a pu occuper
tout I'espace mediatique que lui offrait cette occasion, a un an
des presidentielles.
Toujours au plus bas dans les sondages, il en a profit pour
tenter de redorer son blason, en cherchant a reprendre pied sur
la scene international. D'autant que, sur le plan interieur peu
d'evenements nouveaux, a part une tres fragile baisse du ch6-
mage et une tres timide reprise de la croissance, nourrissent
son espoir de remonter la pente.
Un sommet ardemment desire et taille sur measure pour celui
qui, a defaut de r6sultats sur le plan int6rieur, tente de profiter
de la scene international pour se "reprisifentiatiser".
Pas etonnant done que ce "37iMme sommet des tout-puissants"
ait 6t6 presque entierement consacre aux grandes questions
diplomatiques, militaires et de security qui preoccupent ses
membres. D'autant que d6sormais, c'est le G20 auquel sont
associes les 12 principaux pays emergents don't la Chine,
I'lnde, le Bresil ainsi que I'Union europeenne qui traite des
grandes questions economiques comme la crise financiere, la
regulation mondiale ou le climate.
Ce fut done I'occasion pour les membres du G8, d'affiner leur
strategic face aux revoltes arabes et de reaffirmer leur volonte
de leadership pour contrecarrer la montee des nouvelles
puissances economiques.

Baton ou carotte seton La bocilite bes peoples arabes.
Ainsi, les debats suscites par les revoltes dans les pays arabes
ont ete I'occasion pour le president frangais de s'afficher en
chef de guerre, exigeant le depart du colonel Kadhafi sous
peine d'en payer les consequences s'il s'entete > et intensifiant
les frappes aeriennes 6 I'aide d'helicopteres, tout en proposant
au president russe Dimitri Medvedev de tenter d'obtenir un de-
part negocie du dirigeant libyen. D'autant que, sur le terrain, le
succes militaire est loin d'etre acquis.
Lui et les autres dirigeants occidentaux se sont aussi montres
tres menagants a I'egard de la Syrie don't les dirigeants sont


ete invites a quitter le pouvoir, "sans ou6lier C[ran "
Lors de ce sommet, les puissances imperialistes ont affin6 leur
strat6gie de recuperation des revolutions arabes par le biais
d'une pretendue generosity qui n'est pas depourvue d'arriere
pensees. Les 40 milliards d'aide promise a I'Egypte et 6 la Tuni-
sie sont certes necessaires aux economies de ces pays si
dependantes du tourism, mais ils visent aussi, sous couvert de
"soutien d (a democratisation", 6 imposer de nouvelles reformes
liberales et a renforcer I'emprise des multinationales.

Une volont6 be nomination A pine aissimutle.
Face a I'emergence de nouvelles puissances economiques et
militaires comme celles qui constituent les "BRICS", (Bresil,
Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), les pays du G8 enten-
dent tout mettre en oeuvre pour preserver leur suprematie et
rester les plus riches. C'est dans cet objectif qu'ils ont longue-
ment discut6 des droits de la propriety intellectuelle qui leur per-
met de contr6ler la maitrise de certaines technologies Et si le
contrele d'lnternet souhaite par N Sarkozy proc6de d'une vo-
lonte affichee de proteger les mineurs, il relieve aussi de celle
de contr6ler la circulation de I'information par les pays les plus
riches.
Quand ils abordent la question de la cooperation avec I'Afrique,
c'est pour signaler que le "diveCoppement du secteurprive [doit
itre] Ie moteur de ~a croissance"sur ce continent. Ce qui n'est en
reality qu'une incitation a la poursuite du pillage des richesses
de ce continent.
C'est cette meme volonte de conserver la mainmise sur les
grandes institutions internationales qui ont motive le soutien
quasi unanime des membres du G8 & la candidature de I'ultra-
liberale Christine Lagarde a la tete du FMI. Nitolas Sarkozy
s'est, du reste rejoui du soutien des Etats Unis, au risque de
froisser leurs autres partenaires.

Les Palestiniens une fois be plus oublis.
Mais comme d'habitude, les membres du G8 se bien gardes
d'arreter une position sur la question palestinienne. Certes le
blocage du processus de paix a et6 evoque et le propos
d'Obama souhaitant la creation d'un Etat palestinien a et6
salue. Mais le G8 s'est bien garden de souhaiter sa concr6tisa-
tion, repoussant la demand dans ce sens du Canada (?), par
crainte de provoquer une nouvelle colere d'lsrael et autorisant
de fait la poursuite de la colonisation de la Palestine.
Le sujet de divergence le plus important a oppose la France &
I'Allemagne sur la question du nucleaire que I'Allemagne sou-
haite abandonner 6 moyen terme alors que la France entend
toujours en tirer I'essentiel de son 6nergie.
La catastrophe de Fukushima hante toujours les esprits.
Les altermonaialistes tenus a l'cart
De leur c8t6, les altermondialistes ont denonc6 espritt sicuri-
taire"qui a entoure ce forum. Pas moins de 12.000 policies et
militaires avaient 6te deploys autour de la ville. Alors qu'au-
cune manifestation d'envergure n'etait annoncee. Celles qui ont
eu lieu au Havre n'ont rassemble que quelques milliers de per-
sonnes. D'ailleurs, pour une fois, ce "festivaf'des huit pays les
plus riches du monde n'avait guere mobilise ni les medias, ni
les politiques. A I'exception de Sarkozy, bien entendu.
Peut-etre parce que le scenario 6tait d6ej ecrit d'avance.
G.E


Si f ,n 21'ur ~en'22 I Pge 1


I


FUNCE






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Immigration en France:
Les cliches sur immigration mis a mal par un aubit
Des parlementaires de tous bords ont rendu public le 12 mai
en France un audit de la politique migratoire frangaise. Cher-
cheurs, experts, associatifs et syndicalistes y demolissent
contreverit6s et cliches accumules depuis des annees par le
pouvoir sarkozyen.
De juin 2010 a mars 2011, trente-cinq chercheurs, experts, te-
moins, acteurs professionnels, syndicalistes, associatifs ont ete
auditionnes. Le resultat? Trois cents pages rendues publiques
qui deconstruisent un 6 un les fantasmes sur I'immigration. De-
monstration en trois questions.
Exemple :Les immigr6s cottent-ils cher a la coUectivit6 ?


Non, au contraire. La contribution nette au budget des admi-
nistrations publiques des immigres s'6elve 6 12 milliards d'eu-
ros, explique Lionel Ragot, professeur d'economie 6 I'universite
de Lille. Les immigres contribuent meme davantage que les na-
tionaux frangais au financement de la protection social: A hau-
teur de 2250 euros pour les premiers centre 1500 euros pour
les Frangais. Enfin, si la France optait pour une < immigration
zero >, ce n'est plus 3 % du PIB qu'il faudrait trouver A I'horizon
2050 pour finance la protection social, mais 5 %. Autre etude
interessante, celle de Tony Travers, directeur de recherche a la
London School of Economics, qui a calcule que la r6gularisation
de 400000 travailleurs en situation irreguliere a Londres rap-
porterait 3,4 milliards d'euros dans les caisses de I'ltat britan-
nique!
AG avec I' Humanite du 12 mai 2011


PA LE pMO


Moyen-Orient: Israil multiplie les obstacles sur La voie 6e ta paix


L'unit6 palesti-
nienne retrou-
vee a pour
consequence
de d6montrer
la volont6 he-
gemonique
d'Isradl avec i
sa tate Benja-
min Neta-
Des Palestiniens se rassemblent A Rafah dans la Bande de nyahu. Un Etat
Gaza au point de passage vers I'Egypte, le 15 mai 2011. instrument de
Washington
dans sa politique de domination au Moyen-Orient.
Pour s'en convaincre, il suffit de voir I'accueil triomphal reserve
au Premier Ministre Israolien au Congres des Etats-Unis le 24
mai dernier. II a 6t6 ovationn6e plusieurs reprises alors qu'il af-
firmait la volonte du gouvernement israelien de "ne pas revenir
auwcfrontiares de 1967", contrairement aux resolutions en ce

FLASH-HEBDO

tuni 23 mai
ESPAGNE Cuisante d6faite du Parti socialist (PSOE) au pou-
voir, consequence directed de sa politique d'extr6me rigueur. La
droite (PP) ne progress cependant que tres moderement tandis
que la gauche (IU) soutenue selon les regions par le PCE enraye
son erosion. Le movement des "inieznes"qui occupe la Puerta
del Sol par contre gagne en puissance.

marbi 24 mai
CHYPRE Les Communistes (AKEL) donnes largement perdants
pour cause de negociations avec les Chypriotes turcs, renforcent
au contraire leurs positions avec 36,67 % des suffrages en meme
temps que leurs allies de centre-gauche (DIKO) progressent avec
15,76 % des votes.

mercrebi 25 mai
LIBYE L'intensification des bombardements "iumanitaires"sur
Tripoli a eu pour resultat de tuer 19 civils et d'en blesser 130 autres
depuis le debut de la semaine.


jeubi 26 mai


sens de I'ONU, de ne pas arr6ter la colonisation et que "'Jru-
salem doit rester fa capital 'une et indivisible' d'Israie'.
Une telle prise de position est une fin de non-recevoir a une ve-
ritable negotiation preconisee par I'OLP qui milite pour que
I'Etat palestinien soit reconnu par I'assemblee general de
I'ONU en septembre prochain.
Mahmoud ABBAS, dirigeant actuel de I'OLP vient de reaffirmer:
"Nous disons toujours que la nigociation est notre cloir, (a nigo-
ciation et rien d'autre... ".
Ainsi, il est clair que la volonte des dirigeants palestiniens n'est
pas la guerre ni le terrorism. Ils militent pour que la Palestine,
leur Patrie morcel6e, soit reconnue comme Etat et devienne
membre de I'ONU.
C'est une des garanties de la paix au Moyen-Orient.
Ceci n'en deplaise aux G 8, a Nicolas Sarkozy et au lobby juif
Yankee.
A.C


NATIONS-UNIES L'Organisation Internationale du Travail (OIT)
denonce le travail force auquel sont soumis les peuples autoch-
tones d'Amerique latine (amerindiens) notamment dans les
grandes plantations sucrieres et de chAtaignes du Bresil.

venbrebi 27 mai
FMI Les BRICS (Bresil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud)
protestent centre la tentative de nommer un Europeen a la tete du
FMI, rappelant que la crise financiere a justement d6but6 dans les
pays developpes de I'Occident.

same6i 28 mai
LIBYE En violation total du mandate de I'ONU, I'OTAN s'acharne
& d6truire les infrastructures de Tripoli. L'objectif n'est plus d'impo-
ser une z6ne d'interdiction du ciel libyen mais de venir a bout de
Kadhafi.

bimanche 29 mai
INDE L'adoption du module n6olib6ral, la suppression des sub-
ventions agricoles qui s'en est suivie et I'ouverture au march mon-
dial de I'agriculture indienne ont depuis 16 ans, pousse au suicide
250 000 fermiers indiens pris dans le carcan de dettes insurmon-
tables, soit en moyenne un toutes les 30 minutes sans que cela
n'emeuve le moins du monde les d6fenseurs des droitss de
fhiomme".


~ l 201jifr ie'22 Page 5


r FRA NCE








http://www.iournal-iustice-martinique.com


AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 25.05.2011, il a 6te consti-
tuee une : SCI
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : F.A.N.U.E.L
Adresse du siege social : n 5129 ES-
PACE Commercial BELLE ETOILE
97212 SAINT JOSEPH
Objet : La propriety, la gestion, et plus ge-
neralement I'exploitation par Bail, location
ou toute autre forme d'un immeuble que
la socidte se propose d'acquerir et toutes
operations financieres, mobilieres ou im-
mobilieres de caractere purement civil et
se rattachant A I'objet social.
Durbe : 99 ans
Capital : 1000E
Nom du grant: Sebastien LANAUD
Adresse : N 307 chemin TIAN SIO PO
RIVIERE I'OR
97212 SAINT- JOSEPH
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la g6rance FB4293

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 10.05.2011, il a 6et consti-
tuee une : SCI
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : M.J.J.
Adresse du siege social : 80 rue SAINT
JUST T.S.V. 97200 F-de-F
Objet : la society a pour objet en France
et notamment dans les d6partements de
la Martinique et de la Guadeloupe, I'ac-
quisition, la construction, la vente, la ges-
tion, I'exploitation par bail, location toute
autre forme de biens immobiliers, et
toutes autres operations financibres, mo-
bilieres, immobilibres de caracteres pure-
ment civils et se rattachant A I'objet social.
Duree : 99 ans
Capital : 1524C
Nom du grant: BLANDY Manuella
Adresse : 23 bis BEGONIAS Langellier
BELLEVUE RAVINE VILAINE 97200 Fort
de France
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la grance FB4294

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 02.05.2011, il a Mte consti-
tuee une
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : STUD'ANTILLES
Adresse du siege social : rue des 2 Oies
- JAMBETTE BEAUSEJOUR 97200
Fort-de-France
Objet : Conception et gestion de projects
lies a la recherche et developpement,
gestion et administration des operations
liees
Durbe : 99 ans
Capital: 7500
Nom du grant : LAVENAIRE MARIE
FLORE
Adresse : rue des 2 Oies JAMBETTE
BEAUSEJOUR 97200 Fort-de-France
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB9295

AVIS DE LOCATION GERANCE
Monsieur Chantal Joseph Frangois
SAINT CYR, seul grant du fonds de
commerce SARL TRUDEL-HOLDING, au
capital de 7622.45Euros, sise : 99 ave-
nue Abbe Lavigne Terre Sainville
97200 Fort-de-France RCS fort de
France : N' 305 934 275 00010 n" ges-
tion :76B 26, a louer son fonds de com-
merce A Monsieur GUDUFF Adrien, n6 le
: 08 septembre 1956 a fort de France de-
meurant au 59 Avenue Louis Domergue
chez Mr Jean Maurice MORVILLE, Mont-
gerald
97200 Fort de France. Le nouveau grant


A la jouissance pleine et entire du fonds
A partir du 1 f6vrier 2011
Pour avis le grant FB4296

AVIS DE PROLONGATION
DE LA DUREE
SCI DU VERGER,
AU CAPITAL DE 1 524.50E
SIEGE SOCIAL : ZI ACAJOU CALI-
FORNIE 97232 LE LAMENTIN
Prolongation de la vie social :
Par decision de I'AGE du 2 mai 2011, la
duree de la vie social de la society est
prorogee de 7 ans
Ancienne mention : duree ler juin 1988
au 30 mai 2011
Nouvelle mention : prolongation de la vie
social au 30 mai 2018
Pour avis, le grant FB4297

AVIS DE MODIFICATION
DE GERANCE
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED SAPHIR OPTIK
SIS IMMEUBLE OPALE ZAC DE
L'ETANG Z'ABRICOTS -
97200 FORT DE FRANCE
AU CAPITAL DE 1000
Aux terms d'une deliberation en date du
2 mai 2011, I'assemblee g6nerale ordi-
naire a nommd Monsieur Herv6 LOUIS
JOSEPH, demeurant 51 rue de la Cour-
tille La ferme route de Redoute
97200 Fort de France,
en quality de grant associe, pour une
duree ind6terminee en replacement de
Mademoiselle Karene TANASI
La gerance FB4298

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution par acte
sous seing prive d 'une entreprise pre-
sentant les caracteristiques suivantes :
Forme : society A responsabilit6 limited
DBnomination : PREVRISQ
Siege social : 4 rue de la Republique
97200 Fort de France
Objet social : la Formation le conseil I'au-
dit
Dur6e : 99 ans
Capital social : 1000D
Cog6rance : Melle Audrey Isabelle
BONHEUR,
resident 7 place des Pavilions
69007 LYON
M Charles Hugues CORDEMY
resident 4 rue de la republique
97200 Fort de France
Pour avis le cogerant FB4299

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de
I'EURL: RADIOCOM
au capital : 7500
Siege social : Habitation Roches Carrees
97232 LAMENTIN
Objet: Maintenance et installation d'6qui-
pement de reception et de diffusion duree
99 ans A computer de I'immatriculation au
registre RCS de FDF,
grant : Monsieur Jean Marc
BERENGER BOD
demeurant 58B quarter Beausejour -
Jambette 97200 Fort de France
Nomme pour une duree ind6terminee ;
pour avis, Le grant FB4300

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de
I'EURL: INOX SERVICES PLUS
au capital : 5000
Si&ge social: La Renbe -
97211 RIVIERE PILOTE
Objet : La fabrication et la pose de toutes
pieces de chaudronnerie, acier inoxyda-
.ble, acier, aluminium, tuyauterie, duree
99 ans A computer de I'inmatriculation au
registre RCS de FDF,


grant: Mr Willy Miguel LOPEZ
demeurant au : La Renee
97211 RIVIERE PILOTE
Nommb pour une duree ind6ter
Le grant

AVIS DE MODIFICATIO
STATUTAIRES
NAXYS CONSULTING SA
AU CAPITAL DE 10 000
480 095 504 RCS
DE FORT DE FRANCS
En date du 31 juillet 2010 par de
I'assemblee general ordinaire
cies, il a ete d6cid6 le chang
siege social, ancienne mentic
dence nouvelle cite, Quartier L
Petit Bourg 97215 RIVIERE S
Nouvelle mention : lot 29 Z
97232 LE LAMENTIN
En date du 31 juillet 2010, par de
I'assemblee generale extraordi
associes, il a 6et acted la decisic
grant Nathalie SEBASTIEN,
SABASTIEN, domicilie au 18
Meches 94000 CRETEIL es
grant de la soci6te
Pour avis et mention, le grant


AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en dat
dredi 23 mai 2011, il a ete cons
society d 'ingenieries artistique.
racteristiques suivantes :
Denomination social: ARTITU
Forme society A responsabilite
Capital : 3000
Siege social : quarter I'autre bor
FONDS ST DENIS
Objet : le developpement du sec
ristique, culture et artistique no
la gestion et I'exploitation de s
d'h6telleries, de structures cultu
residences d'artistes
La production audiovisuelle et I'
tion de spectacles vivants, le con
pertise, I'etude et le suivi d'i
publiques et privees, I'insertioi
sionnelle notamment celles des
la professionnalisation du secte
biais notamment de la formation
risation, I'animation culturelle
tique. La production, I'edition, la
sous toutes formes, tous objets
connexes ou facilitant la r6alis
I'objet social y compris I'acquisi
gestion immobilibre et ce en tou
Duree : 50 annees
Gerance: Fahtia Marie NIVERT
Pour avis la g6rance

AVIS DE DISSOLUTION ANT
SOFT GOODIES SARL
SOCIETE A RESPONSABI
LIMITEE EN LIQUIDATI
AU CAPITAL DE : 7 500
SIEGE : 44 FOND DESTRE
97212 SAINT JOSEPH
SIRET :481 818 136 000
L'assemblee g6nerale extraordir
nie le 01 mai 2011 a decide la di
anticipee de la soci6te A compt
decembre 2008 et sa mise en li
amiable.
Elle a nomme comme liquidate
GUITTEAUD Suzy demeurant a
chemin Cl6mencin Palmiste 9
MENTIN, pour toute de la dur6
quidation, avec les pouvoirs
6tendus, pour proceder aux op6r
liquidation, realiser I'actif acquitti
sif, et I'autorise & continue les at
course et & en engager de nouve
les besoins de la liquidation.
Le lieu o6 la correspondence
adressee et o6 les actes et do
concernant la liquidation doiven


:E


minee ;
FB4301

NS


tifies a ete fixed chez Mme GUITTEAUD
Suzy demeurant a Villa n3 chemin Cle-
mencin Palmiste -97232 LAMENTIN,
L'article 5 des status relatif A la duree de
la liquidation seront depose au greffe du
tribunal de commerce
Le Liquidateur FB4304


ARL, AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
, MIS'O POINT
SOCIETY A RESPONSABILITE LIMI-
E TEE EN LIQUIDATION
decision de AU CAPITAL DE : 7 500E
des asso- SIEGE : 44 FOND DESTREILLE
sment de 97212 SAINT JOSEPH
n : resi- SIRET: 480 896 117 00011
amberton L'assemblee general extraordinaire reu-
ALEE nie le 01 mai 2011 a decide la dissolution
Mangles anticipee de la societe a computer du 31
decembre 2009 et sa mise en liquidation
icision de amiable.
naire des Elle a nomme comme liquidateur Melle
on du co- GUITTEAUD Suzy demeurant a Villa n3
M Thierry chemin Clemencin Palmiste 97232 LA-
rue des MENTIN, pour toute de la duree de la li-
t nomme quidation, avec les pouvoirs les plus
6tendus, pour proceder aux operations de
liquidation, realiser I'actif acquitter le pas-
FB4302 sif, et I'autorise A continue les affaires en
course et A en engager de nouvelles pour
IN les besoins de la liquidation.
e du ven- Le lieu o la correspondence dolt 6tre
stitue une adressee et ou les actes et documents
s aux ca- concernant la liquidation doivent etre no-
tifies a 6t6 fixed chez Mme GUITTEAUD
DE Sari Suzy demeurant A Villa n*3 chemin CAe-
limitee mencin Palmiste- 97232 LAMENTIN,
L'article 5 des status relatif a la duree de
rd, 97250 la liquidation seront depose au greffe du
tribunal de commerce
cteur tou- Le Liquidateur FB4305
tamment
structures ADDITIF AU JOURNAL JUSTICE
relies, de N 14, PAGE 17, PARUTION 07/2011
FB 4081
organisa- MULTI SERVICES BTP lire :
Iseil, I'ex- Mr RELOUZAR Cedric, Mr CHRONE Ste-
nitiatives phane, Mr MONA Boris
n profes- Pour avis FB4306
artistes,
eur par le AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
, la valo- SARL ELECT SECURITY
et touris- au capital de 1000, RCS de FDF
diffusion 484 492 129 siret 484 492 129 00032
similaires ZI champigny Petite Cocotte -
sation de 97224 DUCOS
tion et la Les associes reunis en assemble g6ne-
s pays rale extraordinaire le 11 octobre 2010 ont
decide le changement de grant a comp-
ter du 01 janvier 2011
FB4303 Gdrant sortant: Madame DEJOUY
Frangoise
ICIPEE G6rant entrant: Monsieur HILLAIRET Gil-
bert
LITE Pour avis et mention
ON La gerance FB4307
4E
ILLE AVIS DE LIQUIDATION TOTAL
CAP 110 EURL
14 Sari unipersonnelle au capital de 1000e
naire reu- Anse CAFARD 97223 DIAMANT
solution 521 830 711 R.C.S. Fort de franc e
:er du 31 Par decision du grant en date du 15 mai
quidation 2011, I'associe unique A approve les
comptes definitifs de la liquidation, donned
eur Melle quitus au liquidateur Monsieur WOLNER-
Villa n3 NAM Paul, pour sa gestion et decharge
7232 LA- de son mandate
e de la li- Prononc6 la culture des operations de li-
les plus quidation A computer du jour de ladite as-
ations de semblee
er le pas- Radiation au registre du commerce et des
ffaires en societies de Fort de France
lles pour Pour avis FB4308

doit 6tre AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
cuments EURL BEUZE MYRTHA
t 6tre no- Entreprise interpersonnelle A responsabi-


IFIIIIISr sS l w S f I


r^- ANNOuES fAlEST T^^^^^^








http://www.iournal-iustice-martinicue.com


lite limited
Au capital de 7500
Siege social : centre d'affaires BETER-
BAT villa n" 4 Place d'armes
97232 LAMENTIN
La society EURL BEUZE Myrtha en-
seigne THERAFORM, avise de son
transfer de siege. Domicilie & la resi-
dence le Vallon d'acajou bAtiment Sa-
phran 97232 LAMENTIN, le siege est
transfer au centre d'affaires BETERBAT
villa -no 4 place d'armes 97232 LA-
MENTIN
Pour avis la gerance FB4309

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive il a 6et consti-
tue une society cooperative de production
A computer du 02 fevrier 2011 presentant
les caracteristiques suivantes
Denomination social :
REFLET KARAIB PRODUCTION
Sigle : REK PROD
Capital en numeraire : 1000E
Siege social : 21C rue du pere Beauman
Lotissement esperance chAteau Boeuf
97200 Fort de France
Objet: I'activit6 de boite de production au-
diovisuel global et g6n6raliste, la concep-
tion, la redaction, I'edition, la creation
d'emissions d'infprmations de journaux
televises, de magazines, de reportage, de
documentaires
Duree : 99 ans
President : Monsieur Alain LIVORI de-
meurant cite Ozanam Batelibre bAt A9
9eme 6tage porte 50 -
97233 SCHOELCHER
Directeur : Monsieur Jean-Michel
MEDEC, demeurant 21 C rue du Pbre
Beauman lotissement esperance Ch&-
teau Boeuf 97200 Fort de France
La society sera immatriculee au registre
des commerce et des society de fort de
France
Pour avis FB4310

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
Denomination : SCI R&D, RCS :
529 869 836 code APE en course
Adresse : 74 Jambette Beaus6jour -
97200 Fort de France MARTINIQUE
Suite A 'AGE du 14 mai 2011, il a 6t6 de-
cide de modifier les articles suivantes
Article 8 : deux nouveaux associes : Mme
RAMATHON Marie-Josee et
Mme DE SOUZA Arlette
Article 9 : Capital : ancienne mention :
montant 900.00, nouvelle mention :
1200.00e
En consequence, les articles references
ci-dessus seront mis A jour.
Pour avis, les grants FB4311

ERPS ENTRETIEN, REPARATION,
PRO-SERVICES
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITtE EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 2 500 EUROS
SIlGE : RESIDENCE GLORIA,
APPT 7, LOT. LUCITO,
97223 DIAMANT
479 798 753 RCS FORT DE FRANCE
L'Assemblee Generale reunie le 31 de-
cembre 2008 a approved le compete dffi-
nitif de liquidation, decharge Madame
Gisele SOULEZ DAMAZIE de son man-
dat de liquidateur, donned A cette derniere
quitus de sa gestion et constate la cl6ture
de la liquidation A computer du jour de la-
dite assemblee.
Les comptes de liquidation seront d6po-
ses au greffe du Tribunal Mixte de Com-
merce de Fort-de-France, en annexe au
Registre du commerce et des societies.
Pour avis, Le Liquidateur FB4312


GERARD GRANVORKA
AVOCATA LA COUR
CENTRE D'AFFAIRES DE DILLON-
STADE
16, RUE GEORGES EUCHARIS -
97200 FORT-DE-FRANCE
TEL. :0596 75 60 64/
FAX. : 0596 75 70 27
VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES
SUR SURENCHERE
AU TRIBUNAL DE GRANDE INS-
TANCE DE FORT DE FRANCE
LES ENCHERES NE PEUVENT ETRE
PORTEES QUE PAR MINISTER
D'AVOCAT INSCRIT
AU BARREAU DU TRIBUNAL DE
GRANDE INSTANCE DE FORT-DE-
FRANCE, sis au Palais de Justice, 35
Boulevard General de Gaulle 97200
FORT DE FRANCE
Le MARDI 12 JUILLET 2011 A 10
HEURES,
D'un immeuble situe A Lieudit Coridon -
Angle de I'Avenue Coridon n" 34 et de la
rue Granvorka n" 2 97200 Fort de
France,
Cadastre Section AH n" 104, pour une
superficie de 510 m2
MISE A PRIX: 112.200
S'adresser :
Soit a Maitre Gerard GRANVORKA, Avo-
cat au Barreau de FORT DE FRANCE,
Centre d'Affaires de Dillon-Stade, 16 Rue
Georges Eucharis 97200 FORT DE
France. Tel. 0596 75 60 64.
Soit au Greffe du Tribunal de Grande Ins-
tance de FORT DE FRANCE (35, Bd du
General de Gaulle 97200 FORT-DE-
FRANCE) oO le Cahier des conditions de
vente n 10/00045 peut 6tre consulted.
Pour avis. FB4313

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte regu par Maitre Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taire Associe de la Societe Civile Profes-
sionnelle "Evelyne GUATEL et Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENTE, No-
taires Associ6s a FORT DE FRANCE
(Martinique) 10 Avenue Louis Domergue,
Domaine de Montgeralde, le 30 avril
2010, a 6et constitute une society civil
immobiliere ayant les caracteristiques sui-
vantes :
La society a pour objet : I'acquisition par
vole d'achat ou d'apport, la propriety, la
mise en valeur, la transformation, la
construction, I'amenagement, I'adminis-
tration et la location de tous biens et
droits immobiliers, de tous biens et droits
pouvant constituer I'accessoire, I'annexe
ou le complement des biens et droits im-
mobiliers en question..
La denomination social est: LAURA.
Le siege social est fixed a :
SAINT-JOSEPH (97212),
Bois du Parc Chemin Morne Basset no 9.
La society est constitute pour une duree
de 99 annees
Le capital social est fix6 & la some de :
DEUX CENT QUATRE-VINGT QUATRE
MILLE HUIT CENTS EUROS
(284.800,00 EUR).
Les apports sont en nature et en nume-
raire .
Toutes les cessions de parts, quelle que
soit la quality du cessionnaire, sont sou-
mises A I'agr6ment prealable de la col-
lectivite des associes donned par une
decision extraordinaire.
Le premier grant de la society est : Ma-
dame Marie-Claude RAGAL n6e RAME-
DACE, demeurant.
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies de FORT
DE FRANCE


Pour avis, Le Notaire.


FB4314 Pour avis


AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
SARL RESIDENCE KATALINE
CAPITAL SOCIAL 7800
SIaGE SOCIAL Z.I. ACAJOU CALI-
FORNIE IMM SE MINOU
97232 LE LAMENTIN
Aux terms d'un acte du proces verbal
des decisions des associes du
13/05/2011, il r6sulte que les associes ont
decide la dissolution anticipee de la so-
ciete A computer du 31/12/2010 et sa mise
en liquidation.
L'assemblee general susvise a nomme
comme liquidateur:
M. MONTREDON Jean-Michel,
avec les pouvoirs les plus etendus pour
r6aliser les operations de liquidation et
parvenir & la cloture de celle-ci.
Le siege social de la liquidation est :
ZI Acajou Californie, immeuble SE Minou
97232 LE LAMENTIN,
adresse a laquelle toute correspondence
devra etre envoy6e, et actes et docu-
ments relatifs a la liquidation devront etre
notifies. Me dep6t des actes et pieces re-
latifs A liquidation sera effectua au greffe
du tribunal de commerce de fort de
France, mention sera faite
au RCS de Fort-de-France
Pour avis le liquidateur FB4315

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
SALOME PROMOTION IMMOBILIERE
SARL AU CAPITAL DE 7 500
SIaGE SOCIAL : C/O CED 26, IM-
PASSE DES SAPOTILLES 97233
SCHOELCHER
487 446 171 RCS FORT-DE-FRANCE
Suivant AGE du 31/01/2011, les associes
ont transfer le siege social & Immeuble
Synergie, ZI Californie, 97232 LE LA-
MENTIN, A effet du meme jour et modified
I'article 4 des status en consequence.
Pour avis FB4316

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
KANEL PROMOTION
SARL AU CAPITAL DE 7 500 E
SIEGE SOCIAL : 26, IMPASSE DES
SAPOTILLES, IMMEUBLE COFFRE
97233 SCHOELCHER
481 011 195 RCS FORT DE FRANCE
Suivant AGE du 07/02/2011, les associes
ont transfer le siege social A Immeuble
Synergie, ZI Californie, 97232 LE LA-
MENTIN, & effet du m6me jour et modified
I'article 4 des status en consequence.
Pour avis FB4317

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
LE CARRE D'EVE
SCCV AU CAPITAL DE 1 000
SIaGE SOCIAL : C/O CED, 26 IM-
PASSE DES SAPOTILLES,
97233 SCHOELCHER
501 421 697 RCS FORT DE FRANCE
Suivant AGE du 20/12/2010, les associes
ont transfer le siege social A Immeuble
Synergie, ZI Californie, 97232 LE LA-
MENTIN, A effet du meme jour et modified
I'article 4 des status en consequence.
Pour avis FB4318

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
LE CL.OS DE BELLEVUE
SCCV AU CAPITAL DE 1 500 4
SIaGE SOCIAL : C/O CED, 26 IM-
PASSE DES SAPOTILLES, 97233
SCHOELCHER
501 098 784 RCS FORT DE FRANCE
Suivant AGE du 20/12/2010, les associes
ont transfer le siege social A Immeuble
Synergie, ZI Californie, 97232 LE LA-
MENTIN, A effet du meme jour et modified
I'article 4 des status en consequence.


FB4319


AVIS DE LIQUIDATION
DE LA SOCIETY
MONIN S DIFFUSION
Society A responsabilitA limited
au capital de 750 euros
Siege social : 14 Lotissement les Ha-
meaux de la Carreau,
quarter petit fonds 97270 Saint Esprit
RCS Fort de France 518009154
Aux terms d'une decision en date du 31
decembre 2010, Mademoiselle Sandrine
MONIN associee unique, en sa quality de
liquidateur, a etabli les comptes de liqui-
dation et a prononce la cloture de la liqui-
dation.
Les comptes de liquidation seront d6po-
ses au greffe du Tribunal de commerce
de Fort de France, en annexe au Regis-
tre du commerce et des societies.
Pour avis, Le Liquidateur FB4320

AVIS DE LIQUIDATION
DE LA SOCIETY
VF BTP
Soci6te A Responsabilite Limitee en liqui-
dation
Au capital de 7622,45 euros
Siege : Quartier Providence,
97270 SAINT ESPRIT
RCS de Fort-de-France 429 899 255
L'Ordonnance rendue le 06 avril 2011 par
le Tribunal Mixte de Commerce de Fort-
de-France a approuve le compete d6finitif
de liquidation, decharge Monsieur Ca-
mille VIOLTON de son mandate de liqui-
dateur, donned A cette dernibre quitus de
sa gestion et constate la cloture de la li-
quidation A computer du jour de la publi-
cite.
Pour avis, Le Liquidateur FB4321

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 25.05.2011, il a 6te consti-
tuee une : Sari
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : ALIZES & COCOTIERS
Adresse du siege social: 3 res Les MOU-
BINS 97228 SAINTE LUCE
Objet: Activite touristique dans la location
d'appartements, de bungalows, de voi-
tures, prestations, d'excursions en voiture
ou/et bateaux ou tout autre moyen.
Duree : 99 ans
Capital : 1000E
Nom du grant : GOUESSANT Jean-
Pierre
Adresse : 3 res Les MOUBINS 97228
SAINTE LUCE
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB 4322

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
TI BUZZ
Society A responsabilite limited
au capital de 7520euros
Siege social : 14B Lot Pins Caraibes -
97229 TROIS ILETS
RCS FdeF TMC 493 974 992
Transfer du siege social
Decision de I'assemblee g6nerale du
10 mai 2011,
Le sibge social anciennement situe :
14B Lot Pins Caraibes -
97229 TROIS ILETS
Est transfer : rue des Jastrams -
Quartier Nicolas
97270 SAINT ESPRIT
La socit6A fera I'objet d'une nouvelle im-
matriculation aupres du registre et des
societies de Fort de France
La g6rance FB4323

AVIS DE LIQUIDATION TOTAL
Par decision du 15 mai 2011, I'associ6


I 'd 1 'I


I A IOE f








http://www.iournal-iustice-martinique. com


unique de la SARL PH QUATRE, don't le
siege social est situe 51 rue Victor HUGO
- 97200 FORT DE France a approuv6 les
comptes de liquidation, donn6 quitus au
liquidateur et decharge de son mandate,
constat6 I'absence de boni de liquidation
et prononc6 la cloture des operations de
liquidation. Les comptes de liquidation se-
ront deposes au Greffe du tribunal de
commerce de FORT DE FRANCE.
FB 4324

CACEM
AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Communaut6 d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
Place Frangois Mitterrand
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
T : 0596.75.82.72
Fax: 0596.75.87.06
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Autre : Etablissement public de coop6ra-
tion intercommunale (EPCI)
Services generaux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du march
Objet : March6 public de maitrise d'oeu-
vre pour la phase II des travaux de reha-
bilitation du Centre d'Enfouissement
Technique du lieu dit la Trompeuse a &
Fort de France (972)
Type de march : Services cat6gorie de
services n12
Lieu principal de prestation : Fort de
France (972)
Code NUTS: FR920
L'avis implique un march public
Description succincte :
Le march concern une mission de mai-
trise d'oeuvre pour la phase II des travaux
de rehabilitation du Centre d'Enfouisse-
ment Technique.
Classification CPV:
Objet principal : 71222000-0 Services
d'architecte pour la conception d'ou-
vrages exterieurs
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics: oui
CritBres d'attribution
Offre 6conomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des critbres
enonc6s ci-dessous
- prix : 35 %
- Organisation du Planning : 20 %
- Memoire technique : 45 %
Procedures: Appel d'offres ouvert


Reference parution JUSTICE de I'avis ini-
tial : Edition Justice n" 26 du 01/07/2010
- Annonce n FB2896
Attribution des march :
-N Marche : 11.019
- Attributaire : ANTEA
- Montant H.T. : 498 000 EHT
- Date d'attribution : 28/03/2011
Date d'envoi du present avis A la publica-
tion : 25/05/2011 FB4325

CACEM
AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Communaut6 d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
Place Frangois Mitterrand
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Autre : Etablissement public de coopera-
tion intercommunale (EPCI)
Services generaux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du march
Objet : Mission de maitrise d'oeuvre rela-
tive A la realisation d'une central solaire
photovoltaique sur le d6me rehabilite du
CET de la Trompeuse & Fort-de-France
Type de march : Services categorie de
services n 12
Lieu principal de prestation : Fort de
France (972)
Code NUTS : FR920
L'avis implique un march public
Description succinct :
Le march concern une mission de mai-
trise d'oeuvre pour la realisation d'une
central photovoltaique sur le centre
d'enfouissement technique de la Trom-
peuse A Fort de France (972).
Classification CPV :
Objet principal : 71222000-0 Services
d'architecte pour la conception d'ou-
vrages exterieurs
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics : oui
Critbres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonces ci-dessous
a. Le prix : 45%
b. Le m6moire technique : 45% ,
c. Le delai propose : 10%.
Procedures : Appel d'offres ouvert
Reference parution JUSTICE de I'avis ini-


tial : Edition Justice n 22 du 03/06/2010
- Annonce n FB2755
- Avis rectificatif : Edition Justice n" 23 du
10/06/2010 Annonce n FB2785
- Avis rectificatif : Edition Justice n 25 du
24/06/2010 Annonce n FB2862
Attribution des marches :
- N March6 : 11.021
- Attributaire: Groupement EGIS EAU/DJ
ARCHITECT
Mandataire du groupement: EGIS EAU
- Montant H.T. : 249 010 CHT
- Date d'attribution : 28/03/2011
Date d'envoi du present avis A la publica-
tion : 25/05/2011 FB4326

CACEM
AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Communaute d'Agglom6ration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
Place Frangois Mitterrand
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
TI : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Autre : Etablissement public de coop6ra-
tion intercommunale (EPCI)
Services generaux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du march
Objet: Realisation des prestations d'ana-
lyses des effluents liquides et gazeux du
Centre d'Enfouissement Technique
(CET) de la CACEM A Fort de France
Type de march : Services categorie de
services n*12
Lieu principal de prestation : Centre d'En-
fouissement Tcehnique (CET) de la
CACEM A Fort de France (972)
Code NUTS: FR920
L'avis implique un march public
Description succincte :
Le march consist A r6pondre aux be-
soins des prestations d'analyses r6gle-
mentaires sur les eaux et les gaz du CET.
Classification CPV:
Objet principal : 79723000 : Service
d'analyses biologique
March couvert par I'accord sur les mar-
ch6s publics : oui
Critbres d'attribution
Offre 6conomiquement la plus avanta-
geuse appreci6e en function des critbres
6nonc6s ci-dessous
o Le prix: 50%
o les d6lais de transmission des resultats


Collectivit6s, Cabinets d'avocats, Notaires,

Experts comptables et Particuliers

Justice est un journal hebdomadaire d'information paraissant le
jeudi, habilit6 par la Prefecture, A publier les annonces lIgales et
judiciaires sur le D6partement de la Martinique.
Les tariffs applicable en matidre d'annonces legales etjudiciaires, cal-
cules A la ligne, sont fixes chaque annee par arrete pr6fectoral.
Votre announce dolt nous parvenir le vendredi avant I heures
date de bouclage dujournal pour une parution lejeudi suivant.
S Votre Facture et unjustificatif vous seront expddies d&s parution
BA dujournal


courant A partir de la date des preleve-
ments: 20%
o La quality du memoire technique, no-
tamment la quality de I'equipe d6di6e et
la note methodologique sur les modalites
d'ex6cution des prestations : 30%
Procedures : Appel d'offres ouvert
Reference parution EDITIONS JUSTICE
de I'avis initial : Editions Justice n 24 du
17/06/2010 Annonce n FB2818
- Avis rectificatif : Editions Justice n 25
du 24/06/2010 Annonce n FB2861
Attribution des marches : Lot n1 : Ana-
lyses des effluents liquides
- N March : 11.022
- Attributaire : GEODE SOLEN
- Montant minimum H.T.: 10 000 e
- Montant maximum HT: 120 000 E
- Date d'attribution : 28/03/2011
Attribution des marches : Lot n2 : Ana-
lyses des effluents gazeux
- N March : 11.023
-Attributaire : APAVE PARISIENNE
- Montant minimum H.T.: 4 000 E
- Montant maximum HT: 40 000 E
- Date d'attribution : 04/04/2011
Date d'envoi du present avis A la publica-
tion : 25/05/2011 FB4327

CACEM
AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Communaute d'Agglom6ration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
Place Frangois Mitterrand
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
T61: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact: M. Pierre SAMOT, Pre-
sident de la CACEM
Courrier electronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse general du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Adresse internet du Profil d'acheteur
(URL): http://www.achatpublic.com
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Autre : Etablissement public de coop6ra-
tion intercommunale (EPCI)
Services g6n6raux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du march
Fourniture et maintenance d'un bouteur
pour travail en decharge pour le Centre
d'Enfouissement Technique de la
CACEM
Type de march : march de founitures -
Achats
Lieu principal de livraison : Le Centre
d'Enfouissement Technique La Trom-
peuse 97200 Fort de france
Code NUTS: FR920
L'avis implique un march public
Description succincte : Fourniture d'un
bouteur au CET. Formation des agents
de la CACEM, charges de I'utilisation et
de I'entretien Maintenance preventive et
curative.
Classification CPV:
Objet principal : 43 21 10 00 5 Bulldo-
zers
March couvert par I'accord sur les mar-
ch6s publics : oui
Procedure : Type de procedure : ouverte
Critres d'attribution
Offre 6conomiquement la plus avanta-
geuse appr6ciee en function des criteres
6nonc6s ci-dessous :
1. 40% pour le prix, aporicie sur la base
de la some des forfaits de furniture et
de maintenance ;
2.30% pour la valeur technique du mate-
riel propose ;


IF ii 201 r um i.isn'2 Pge 1


[ A itmas UfALES I








htt://www. ournal-iustice-martinique. com


3. 30% pour I'organisation et les moyens
mis en oeuvre pour assurer les presta-
tions de maintenance.
Une enchere Blectronique sera effectuee
: non
Renseignements d'ordre administratif
Numero de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2010/13A/DGA3/AO
Renseignements complementaires
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par les fonds commu-
nautaires : non
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort de
France B.P 683 97264 Fort de France
Cedex Tel. : 0596.71.66.67 Fax :
0596.63.10.08
Introduction des recours :
- referee precontractuel : entire le debut de
la procedure de passation (publication de
I'avis) et la signature du contract dans les
10 jours suivant la notification du rejet de
I'offre
* recourse pour exces de pouvoir: dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaquee.
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recours : Tribunal Ad-
ministratif de Fort de France B.P 683 -
97264 Fort de France Cedex Tel.:
0596.71.66.67 Fax : 0596.63.10.08
Reference parution JUSTICE de I'avis ini-
tial :Journal n 32-33 Annonce n FB
3085 du 26/08/2010
Attribution des marches :
- N Marche : 10.016
- Attributaire : Ste BAMITEL
- Montant H.T.:
o 897.640 E HT
- Date d'attribution : 28/04/2011
Date d'envoi du present avis A la publica-
tion : 25/05/2011 FB4328

CACEM
AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Communaute d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
Place Frangois Mitterrand
B.P 407
97204 Fort de France Cedex


Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact: M. Pierre SAMOT, Pre-
sident de la CACEM
Courrier electronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse general du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Adresse internet du Profil d'acheteur
(URL): http://www.achatpublic.com
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Autre : Etablissement public de coopera-
tion intercommunale (EPCI)
Services generaux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du march
Description : Location d'engins avec
chauffeur pour le compete de la CACEM
Type de march : march de service -
Categorie de service : 27
Lieu principal d'execution:
Le Centre d'Enfouissement Technique
de la CACEM Riviere Roche 97200
Fort de France ;
Lieux definis par la Direction des Infra-
structure, et se situant sur le territoire de
la CACEM
Code NUTS : FR920
L'avis implique un march public
Description succincte :
Les locations avec chauffeur, objets du
present march concernent les materiels
et tAches principles & accomplir suivants
1. compacteur de decharge : compactage
des dechets dans les casiers d'exploita-
tion du CET;
2. Bulldozer (bouteur) de 30 tonnes mini-
mum equipe d'une lame articulee et de
ripper scarificateur 3 dents a I'arriere : re-
glage des dechets sur la zone d'exploita-
tion du CET, realisation des merlons des
casiers d'exploitation, toute autre opera-
tion de terrassement ;
3. pelle retro sur chenille a bras deported :
courage des reseaux hydrauliques, r6ali-
sation de tranchees d'enfouissement,
mise en oeuvre de materiaux de recou-
vrement et de materiaux de carriere, rea-
lisation de merlons des casiers
d'exploitation, toute autre operation de
terrassement ;


4. pelle retro sur chenille a long bras : cu-
rage des canaux et des reseaux hydrau-
liques (ces operations incluent
I'evacuation des boues de courage) ;
5. tractopelle : nettoyage zone de trans-
fert, deplacements de dechets verts et
remplissage de bennes de broyat, creu-
sement de tranchees et autres travaux de
terrassement ;
6. camion a benne amovible : toute acti-
vite de transport de materiaux et de trans-
fert de bennes amovibles ;
7. camion a benne basculante : toute ac-
tivite de transport de materiaux.
Ces prestations seront executees du
lundi au vendredi de 04h00 a 16h00 et le
samedi de 04h00 14h00.
Les sujetions techniques de mise en
oeuvre sont precisees par les services de
la CACEM.
En dehors des prestations regulieres de-
finies supra, le titulaire pourra 6tre solli-
cite a tout moment pour des prestations
ponctuelles repondant a des situations
d'urgence :
- en cas d'incendie ou de glissement de
terrain ou autre evenement necessitant
une intervention rapide au centre d'en-
fouissement technique ;
- pour des deblaiements A realiser sur le
reseau routier communautaire suite, no-
tamment:
o suite a des glissements de terrain,
o tous autres deg&ts faisant suite a des
intemperies.
Pour ces prestations a realiser en ur-
gence, le titulaire devra pouvoir intervenir
a tout moment, dans un delai d'une heure
(1 heure) A computer de la demand des
superviseurs de la CACEM. II devra par
consequent transmettre a la CACEM un
numero de telephone, de portable a
contacted en cas d'urgence.
Classification CPV:
Objet principal : 60 18 20 00 7 Location
de vehicles industries avec chauffeur
Objets complementaires : 60 18 10 00 -
0 Location de camion avec chauffeur
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics : oui
Procedure : Type de procedure : ouverte
Criteres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres


enonces ci-dessous:
1. 60% pour le prix;
2. 40% pour le memoire technique de-
compose en sous-critbres decrivant les
dispositions prises par le candidate dans
les domaines suivants :
Depannage et replacement des mate-
riels defectueux : 40%
Interventions d'urgence : 40 %
Security des travailleurs : 20 %
Une enchere electronique sera effectuee
: non
Renseignements d'ordre administratif
Numero de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2010/13A/DGA3/AO
Renseignements complementaires
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par les fonds commu-
nautaires : non
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort de
France B.P 683 97264 Fort de France
Cedex Tel. : 0596.71.66.67 Fax :
0596.63.10.08
Introduction des recourse :
- refere precontractuel: entire le debut de
la procedure de passation (publication de
I'avis) et la signature du contract dans les
10 jours suivant la notification du rejet de
I'offre
- recourse pour exces de pouvoir : dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaquee.
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent btre obtenus concernant
I'introduction des recours : Tribunal Ad-
ministratif de Fort de France B.P 683 -
97264 Fort de France Cedex Tel.:
0596.71.66.67 Fax : 0596.63.10.08
Reference parution JUSTICE de I'avis ini-
tial : Journal n 43 Annonce n FB3350
du 28/10/2010
Attribution des marches:
- N March : 10.015
- Attributaire : Groupement CTA/3T
- Montant H.T. :
o 511.378,40 E HT
- Date d'attribution : 05/04/2011
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion : 25/05/2011 FB4329


Abonnez-vous a JUSTICE


Je desire recevoir "JUSTICE" chaque semaine a mon domicile
N o ........................om. . ........................ no m ..........................................................................................
A d re ss e e xa cte ............... ........ ............................................................................................................................................


Je regle par:


j cheque bancaire


I cheque postal


A I'ordre de la Societe des Editions Justice


Nos tarifs :

MARTINIQUE

GUADELOUPE/GUYANE

FRANCE
(Frais de port inclus)


1AN

L 90 E

LI 100 E
LJ 110 E


6 MOIS

O 50 e

U 55
1 60 E


I especes




3 MOIS

35 E
-]37

45 E


Retourner ce bulletin a : Societe des Editions "Justice" B.P. 4031 46 Rue Andre Aliker & E Zola 97202 Fort-de-France cedex
Tel :05.96 71 86 83 Fax : 05.96.63.13.20- e-mail : ed.justice@wanadoo.fr Siret: 384 449 641 00016 RC 92B 131


'1 ISISpmWSSSSIr IW^


A /~sLf E






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Ordonnance sceldrate du 15 october 1960- A6ut 1961- Aout 2011:

Ily a 50 ans tes birigeants communists refusaient l'arbitraire colonial

Lancement d'une souscription pour la realisation &'un documentaire


Le 15 octobre 1960 le gouvernement De Gaulle prit une or-
donnance d'un extreme arbitraire et empreinte de sceleratesse
colonialiste qui stipulait que : "lesfonctionnaires de PELtal et des
etablissenments publics de IE.tat en service dans fes -DO/iM don't le
comporternent est de nature a trouiier l'orcre public peiuvent etre,
sur la proposition du prefet et sans autre formadte, rappefes d'f-
fice en Jletropole par fe ministry don't ils dependent pour recevoir
une ,'.' ,I L i' affectation. Celte fecision de rappeler est indbpen-
dante des procedures disciplinatires don't cesfonctionnaires peu-
enti fire f'o6jet. Effe est notifiee par f'intennediaire cdt Prefet qui
peut prendre routes measures necessaires ci son execution "
Nous sommes en pleine guerre d'Algerie et la question de I'in-
dependance du pays gagnait les masse et etait portee par le
Front National de Liberation (FNL) et done les fonctionnaires
etaient dans le viseur du pouvoir qui, lui, defendant "I' i ,rie
franchise".
Apres les evenements de decembre 1959 et la tuerie du La-
mentin le 24 mars 1961, les communists martiniquais etaient
etroitement surveilles car ils proposaient I'option de I'autono-
mie.
Le 12 aoit 1961, Armand Nicolas, Walter Guitteaud et Georges
Mauvois etaient convoques par le Prefet de la Martinique, Mi-
chel Grollemund. Ce dernier leur notifiait une decision de mu-
tation d'office en France. Le 13 octobre 1961, Guy Dufond
recevait egalement sa notification de mutation.
II y a donc 50 ans ces dirigeants communists, solidairement,
refuserent I'arbitraire, et dans une lettre ils se sont adresse au
representant de I'Etat en ces terms : "La t' ,ii,,p,, est note
patrie. 'Nous connaissons Ia ttisire el les difficuftjs des masses po-
putaires Martiiniquaises pour avoir giandi au mniieu d'elTes. 'Vonus
avons, depuis notre jeune .K;,. r/fTeclii aiu pro6bf'mes que pose


La vile du Robert accueile la

27ieme Tour 6e Martinique des Yoles rondes

du 31juilletau 7 about 2011

sous le theme : Si ou enmen yol, pwoteje lanme-a"


'Favenir de note pays el nous avons a0hiere au l t i Communiste
qui seudnous parait repondre aun eAigences de cel avenir"
"/'ous prtendezi nous iinposerd'alTerj .].i', notre pain dans fexi.j
'Cous [e save 6icn, nous n 'avons pas d'autre mitier que cefli que
nous e.erCons au service de F'L-tat. Et e'ous savez aussi que nous
solmmes charges de faminfle. +'ous entendez ainsi nous tenir par le
venture et par C'amour que nous portions a nos enfants.
14ails nous avez oub fie une donnee, cel/e-ci:
L 'instruction que nous possedons et quiest notregagne pain, nous
la devons au hit tles des esciaves martiniquais, aui. littes de piu-
sieurs generations de :l.iir tiniquais qui se sont hattus centre [o6s-
curantisme colonialet cliricaf
\ous preferons uvire dans fe gene pfitt6t que d'accepter uneforne
norvefle d'esclavage.
S'.~ avons clioisi de consacrer notre vie a la cause di progres et
dte Ia liberation de notre people.
Nous avons con fiance que les forces saines de notre pays s 'uniront
et agironsipour fire annuler cette measure qui est une insult a
tout [e people :Il I/ iniquais.
'nouis v aiou sons s connaftre par [a present lettre que noits refi-
sons fa mutation d"office que rous nous avez notfi ee".
Armand Nicolas, Walter Guitteaud, Georges Mauvois et Guy
Dufond ont ete rays de la function publique.
Le pouvoir colonial frangais n'avait qu'un objectif, c'etait de
contraindre nos camarades a I'exil et de decapiter la direction
du Parti Communiste Martiniquais. II fut surprise par leur reaction
et leur determination a servir les int6rets superieurs de leur
pays.
IIs ont fait le sacrifice de leur vie professionnelle, qui s'annon-
gait brillante : Guinrlaud et Mauvois etaient inspecteurs des
PTT, Armand Nicolas, professeur d'histoire et Dufond profes-
seur de lettres. Ils s'etaient surtout assigned a I'oeuvre de
conscientisation et d'emancipation du people martiniquais.
Cette page important de notre histoire sera evoquee lors d'une
manifestation que nous organiserons au mois d'octobre 2011.
Nous sommes sur le point de travailler sur la realisation d'un
documentaire avec les temoins directs et nous faisons appel
au soutien financier des camarades, sympathisants et amis
pour nous aider. Ces dons peuvent 6tre adresses a I'ordre de
I'AFPCM (Association de financement du PCM) et une attesta-
tion sera delivree pour les declarations de deductions fiscales
Le Secretariat du PCM

Liste de souscription : Siege de Justice Anfgle desrues
Andr6 Aliker et Emile Zola BP 4031
Tel : 0596 718 683


eu I juin211jitiHI -Ple 20


[" WN0MftE "U ,EUPI I