<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00214
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 4/21/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00214
System ID: UF00088914:00214

Full Text

ie hebdomadaire d'information communist


Jeudi 21 Avril 2011 91 me Annee No 16 Martinique: 2,00 France: 2,40 DOM: 2,20 E

Adwk i'c f&-rr


jk m C'A

s Socialeso
?+D" tiI+'+DIb l SI I

%S NDIA&I.


Plan be relance regional:
Serge Letchimy sort 724
emplois de son chapeau
Economic:
Non au matraquage
fiscal des contribuables
Lamentinois


.0







http://www.ioural-iustice-martinique.com


Sa ka Paei ..... ........ .. f. 2

E~ito ......................... 3
- Mettre la Martinique au travail

LutteS ociale ............... +1/6
- Grandes effervescence social
- Equinoxe ddterminee a se battre
- CGTM products pitroliers et EDF

Socite .................... .7/9
- IUFM des Antilles-Guyane
- "Tous crdoles !" Et I dictionnaire
- Lombre de Cdsaire au Panthdon

Politique ................. ..9/11
- Portrait de Claude Lise
- Paternity de Iautonomie
- Fiscalitd au Lamentin

Economic ............... 1f2/14
- Plan de reliance regional
- Terres agricoles livree au bdtonnage

Mimoire du Peu1le ......... .. 1/15
- Exposition colonlale

Agriculture................. 15
- Employs menaces dans le bambou
- Foire agricole 2011

France .................p. 16/17
- Garde a vue
- Rdforme de la fiscalite

Pans le Moe ............f. 17/19
- Crise en Europe
- Anniversaire de Mumla Abu Jamal
- Cuba : Forages p-troliers

Anrnosigifales ........... 19/23


"JUSTICE .9
Administration & R1daction :
Te. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


Prefecture Pdle d'excellence rural:

le project Oe Martinique labelise

Le "Relai de services publics" porter par la Communaut6 d'Agglomeration de I'Espace
Sud de la Martinique a 6te retenu comme project innovant dans le cadre de la poli-
tiques de "P6es d'excelence rurale", project finance par I'Etat.
II s'agit de I'acquisition d'un minibus itinerant 6quipe de bornes multiservices pour
I'ensemble des communes de I'agglom6ration. Ainsi les usagers pourront beneficier
de facilities dans les demarches administrative et informations aupres des parte-
naires comme la Caisse d'Allocations familiales, le P61e Emploi ou encore I'Agence
D6partementale d'lnsertion.

Coseil Economi'ue et social Reional de la Martintque(CEi) :

Michel Crispin president

La commission Permanente du CESR a ete mise en place lors de sa pleniere d'ins-
tallation le jeudi 14 avril 2011. Michel CRISPIN a e6t reconduit a sa pr6sidence.

Co feilde la Culture, d'Eduation etde l'E~nironnement (C E. E.) :

Gerarb Lacome prisisent

Le CCEE s'est r6uni le mardi 12 avril 2001 pour le renouvellement de sa commission
permanent et G6rard LACOME, par ailleurs president du CROSMA, a et6 6lu pre-
sident, succedant ainsi A Claude PETIT qui avait occupy cette function depuis 2005.

Pucof: Rencontre Uttiraire autour 6e ('OJAM

A I'occasion de la diffusion du film "L 'affaire L 'O.J.J.M. : La 9Martinique auwxMarti-
niquais'" RENCONTRE avec Gesner MENCE, auteur d'un livre sur le sujet et prota-
goniste de I'affaire de I'O.J.A.M : Vendredi 29 Avril a 18h00 A la Bibliotheque
municipal de Ducos ; 2 Rue Perrinon Te1. 05 96 77 18 35
Cette rencontre est animee par Arlette PACQUIT

uadeloufe Bureau d'Etue Ouvrieres (BEO) : Conference sur

les causes e (la vie chire

Pour le lancement du tout nouveau Bureau d'etudes ouvribres (BEO) don't la creation
result des accords du movement de 44 jours en Guadeloupe debut, son president
Alain Plaisir avait invite notre camarade Michel Branchi, economist, a donner le sa-
medi 16 avril dernier une conference-debat sur le theme : "Les causes de (a vie chlre
en guadeloupe". La conference a ete preceded par la projection d'un film remarqua-
ble sur la crise provoquee la speculation sur le riz en 2008. Plus de 200 personnel
etaient pr6sentes a la Mutualite de Pointe-a-Pitre, preuve que la mobilisation sur cette
question ne faiblit pas. Le BEO est un organisme de recherche, d'analyse et de
contr6le en matiere economique et social dirige par un conseil d'administration ol
sont representees toutes les centrales syndicales guadeloupeennes et les associa-
tions de consommateurs. II regoit des subventions de I'Etat et des collectivites regio-
nale et departementale guadeloupeennes.


La Martinique n'oublie pas Thierry Do


Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au
Niger dans la nuit du 15 au 16 septembre,
avec quatre autres Frangais, un Togolais et
un Malgache, employes des soci6t6s fran-
gaises Areva et Satom, par la branch d'AI-
Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est
soutenu moralement par toute la Martinique,
y compris les militants communists et leur
journal Justice.


1 2iumstie o HB -Pie2


$A A Ims






http://www.ioural-iustice-martinique.com


I" Mai 2011: Agir ensemble pour"Mettre la Martinique au travail" bans la

perspective be ta Responsabilite martiniquaise


Le 1e' mai 2011, les travailleurs martiniquais, comme tous
les travailleurs du monde, vont celebrer ce jour de lutte
pour defendre les revendications propres a chaque pays
et pour I'amelioration de leurs conditions de vie.
Dans notre pays, le movement social de Fevrier Mars
2009, qui s'est d6roul6 grace rassemblement realism au-
tour du Collectif du 5 Fevrier (K5F), a mis en evidence le
mal-vivre et le mal-etre de notre people et son aspiration
a vivre mieux et dignement. Au-dela de la conscience
qu'en ont eue les participants, ce movement social sans
precedent a aussi montr6 objectivement que le system
neo-colonial departemental etait parvenu a une impasse.
Le pouvoir a di reconnaitre lucidement que la departe-
mentalisation 6tait a bout de souffle et que la crise so-
ciale etait egalement identitaire et politique.
La question de la vie chbre en a 6t6 le detonateur et a
rencontre I'adhesion de la majority des masses labo-
rieuses et des classes moyennes. Cette dynamique de
rassemblement et de mobilisation a surprise par son am-
pleur et sa determination.
Cette vague de fond de la protestation, minoree par le
pouvoir frangais au debut, a interpelle la society frangaise
par sa duree : 38 jours en Martinique, 44 jours en Gua-
deloupe.
Pour la premiere fois, tous les regards dans le monde et
en France ont 6te tournes vers nos pays respectifs et, en
depit de I'envoi de renforts de gardes mobiles, la popula-
tion a mis en exergue que le module de developpement
qui nous etait impose depuis Paris ne profitait qu'a
quelques uns : le profit capitalist ou la pwofitasyion etait
accapare par une oligarchie colonial contrl6ant une eco-
nomie dependante, desequilibree et artificielle encore for-
tement marquee par le system de plantation..
Si une plate-forme de sortie de crise a ete signee par les
organizations syndicales ouvrieres, patronales sous I'au-
torit6 de I'Etat, des Collectivites et des parlementaires et
que des resultats substantiels ont ete obtenus, il n'en de-
meure pas moins que le suivi promise et nombre d'enga-
gements ne sont pas au rendez-vous. Par example, le
relevement des minima sociaux. Un certain nombre d'ac-
cords ne sont pas respects.
De nouveau, la vie chere est repartie a la hausse ces der-
niers mois. Le patronat s'est lance dans une contre-of-
fensive revancharde (cf affaire Bricolag, greve des
dockers, etc).
D'oO une certain exasperation au sein de la population
et le sentiment que la pwofitasyion s'est accentuee.
Malheureusement, le pouvoir central, qui detient I'essen-
tiel des leviers politiques et des soutiens, ne repond pas
aux problems poses. II tente de mettre en avant les col-
lectivites locales pour ne pas assumer ses responsabili-
tes.
Ainsi il a tented de diluer la puissance du movement de
fevrier-mars 2009 dans un semblant de debat avec la


tenue des "Etatsge-
nIrauw ie Coutre-mer"
don't il a fixed au d6-
part les regles et les
conclusions. De la
sorte, avec la compli-
cite de I'oligarchie
qui contr6le I'econo-
mie et de la fausse
gauche autonomiste,
il a tented de mainte-
nir le system neo-
colonial avec des
reformes de facade.
Face a I'offensive
brutal du patronat
et du capitalism, le syndicalisme aujourd'hui doit affir-
mer son unit pour resister i leurs attaques toujours re-
layees par les m6dias aux ordres qui denaturent le
movement social.
II convent a cet 6gard d'eviter le corporatisme et la sur-
enchbre qui isolent les travailleurs de la population labo-
rieuse et de la masse des ch6meurs qui souffrent.
On voit bien qu't chaque greve, on essaie de la rendre
impopulaire aux yeux de I'opinion publique sans chercher
a connaitre les raisons du movement ou en caricaturant
les revendications.
Nous, communists, nous nous plagons r6solument du
cete des travailleurs et des masses populaires qui doi-
vent tous les jours fire face A I'exploitation, a I'arbitraire
et & la repression anti-syndicale.
La politique de case social mise en place par le gou-
vernement touche prioritairement les couches les plus
defavorisees de la society A qui on demand de plus en
plus de sacrifices. Par example reform r6actionnaire des
retraites, case des services publics de sant6, de I'6du-
cation national, non renouvellement des contracts aids,
etc.
Le ler Mai, sera I'occasion d'interpeller les pouvoirs pu-
blics sur I'insupportable ch6mage qui frappe durement la
jeunesse de notre pays (6 jeunes sur 10) et d'appeler
celle-ci & refuser la resignation, a s'organiser et A s'en-
gager syndicalement et politiquement.
Pour tous, il s'agit aujourd'hui de career les conditions
d'une alternative politique nouvelle et de "mettre fa9 Mar-
tinique au travail' en avangant vers la Responsabilit6
martiniquaise.
Nous donnons rendez-vous a nos camarades et sympa-
thisants le dimanche ler mai 2011 & 8 heures devant le
siege de Justice pour participer ala journee de lutte des
travailleurs.
Fernand Papaya


I^ e: 21. Apri,201 6 -Pge


I E l







II http://www.iournal-iustice-martinique.com


Granbe effervescense social en Martinique


Beaucoup de luttes auxquelles il manque une perspective
Depuis le debut de I'annee les conflicts sociaux s'enchainent
avec un impact evident sur I'activite economique.
Apres le movement des dockers sur le port, la mobilisation
des transporteurs de products petroliers avec la panique qui
s'en est suivie dans les stations-service, la greve des trans-
porteurs de materiaux qui a bloque les carrieres et centrales a
beton, le conflict a EDF perdure face une direction parisienne
qui reste sourde aux revendications portees par les salaries, a
savoir appliquer le complement de 15 % de la prime de vie
chere..
Dans la semaine du 11 avril, les annonces de la direction pari-
sienne laissaient entrevoir une lueur d'espoir, car les agents
d'EDF rep6tent que I'objectif n'est pas de penaliser la popula-
tion. Mais les revirements de la direction d'EDF, selon les sala-
ries, ne pretent pas A I'optimisme. Tant6t on negocie, tant6t
deuxjours plus tard la direction "declare accepterde discuterseu-
fement de revendications autres que la prime de vie clire".
Vendredi 15 avril, il est annonce que de nouvelles propositions
"seraientfaites" et les agents de Martinique, Guadeloupe,
Guyane et Saint-Pierre et Miquelon devaient se concerter pour
savoir la response a apporter.

Mais d'autres movements, meme s'ils ont moins impactc"
touchent d'autres categories sociales : infirmiers lib6raux, h6-
tellerie, travailleurs sociaux, transporteurs de I'Espace Sud, etc.
Ces movements temoignent d'une grande inquietude et d'un
sentiment d'impuissance face a des interlocuteurs parfois sans


reels pouvoirs de decision.

Le week-end dernier a et6 propice aux nego-
ciations dans le group Karibea puisqu'un pro-
tocole de fin de conflict a ete sign, evitant les
licenciements annonces alors que la saison
touristique bat son plein.

Les transporteurs de I'Espace Sud, n'ont pas
appreci6 le fait que certain d'entre-eux avaient
6et assigns en ref6er devant les tribunaux
pour "entrave c a fli6erte du travail" par leur em-
ployeur, la CMT (Compagnie Martiniquaise de
Transport de Mme Sandra Casanova); ce qui a
pour consequence de durcir le movement. Le
tribunal a deboute I'entreprise. Signalons que
les revendications des salaries, affili6s a la
CSTM, portent sur les augmentations de sa-
laires et les conditions de travail, notamment de security.
De son cote, "Le Collctifpour rempfoi des 5300 (Contrats aidss)"
avait appel6e une mobilisation pour le vendredi 15 avril. II avait
ete rejoint par le Collectif du 5 Fevrier (K5F) afin de sensibiliser
le public sur la situation de ces salaries qui remplissent I'es-
sentiel des activities dans le milieu associatif. Le non renouvel-
lement de ces contracts a des consequences sur le
fonctionnement de ces associations (voir ci-dessous le cri
d'alarme de I'association "Equinoxe').
Du 11 au 16 avril, les infirmiers liberaux de Martinique en "grave
de tous fesprieevements biologiques"se sont associes a leurs col-
legues de France. Selon les representants syndicaux, les infir-
miers liberaux, se verraient imposer deux restrictions. D'abord,
leurs cabinets seraient exclus des lieux de prelevement autori-
ses. De plus, ils devraient obtenir une accreditation pr6alable
de la part du laboratoire pour lequel ils effectueront ces prises
de sang au domicile des patients. Quand on connait les liens
particuliers qu'entretiennent les infirmieres et infirmiers avec
leurs patients, souvent des personnel agees, cette ordon-
nance, si elle devait s'appliquer, pourrait avoir des conse-
quences sur la quality des soins. Les responsables des
laboratoires de Martinique se disent solidaires de ce mouve-
ment.
Le lundi 18 Avril, mobilisation d'une parties des personnel de la
Region
Fernand Papaya


Tribune : Pourquoi a Equinoxe nous sommes determines a nous battre ?


Nous avons appris avec stupefaction, non par les medias, mais
via les employes de Pole-Emploi, la decision prise par I'Etat de
mettre fin aux contracts aides dbs la mi-mars, concernant no-
tamment le secteur associatif, bafouant ainsi les engagements
pris.

Quand on sait
- que de nombreuses associations remplissent des missions
d'interit public qu'elles assument en lieu et place de I'Etat,
- que I'Etat aujourd'hui nous prive de nos moyens d'action en
reniant ses engagements et en supprimant les contracts aides,
seul moyen pour nous d'assurer ces missions dans des condi-
tions certes precaires, mais de les assurer quand meme, tant


bien que mal.
- qu'a Equinoxe par example, nous faisons fonctionner un GEM
(Groupe d'Entraide Mutuelle), qui accueille des personnel en
situation de handicap psychique, oeuvrant ainsi a leur mieux-
etre et a leur reinsertion social en les accompagnant au quo-
tidien. Ce qui suppose un encadrement adequate et suffisant que
seuls les contracts aides nous avaient permis de mettre en place
- que la fin des contracts aides nous amene a licencier deux,
peut-etre trois de nos cinq salaries, animateurs-encadrants, et
a reduire les plages d'accueil quotidien des usagers, avec les
consequences humaines et economiques pour les animateurs
qui seront licencies, mais surtout pour les usagers du GEM qui
voient ainsi disparaitre certain des ateliers indispensables a


I 'mfffi sai b 'S'


[.vWr L TT ,0IL







http://www.ioumal-iustice-martinique.com


leur accompagnement: atelier group de parole-relaxation n6-
cessaire pour 6couter la parole de personnel en souffrance
psychique, atelier press qui permet la fabrication d'un Bulletin
refl6tant la vie du GEM, ateliers th6etre et ecriture pour dire
avec le corps, avec des mots ce qu'on ne salt parfois pas dire
autrement, atelier Arts Plastiques serieusement mis en difficult
puisque son principal animateur sera licencie.

Nous ne pouvons, a Equinoxe, que nous opposer 6nergique-
ment a une telle decision.
D6ja les GEM survivent dans des conditions plus que pr6caires
puisqu'ils fonctionnent grace a une subvention non p6renne de
I'Etat, largement insuffisante, d'oO la contrainte pour nous
d'avoir dO embaucher des animateurs sous contract aid6 pour
repondre aux besoins d'encadrement des usagers.

Le GEM (Groupe d'Entraide Mutuelle) est une structure d'ac-
compagnement social des usagers de la psychiatric don't les
principaux objectifs sont: rompre leur isolement et leur redon-
ner leur place de citoyens dans la cit6 en les accompagnant
dans une demarche de reinsertion social.

La preuve n'est plus a faire de I'utilite des GEM dans le pro-
cessus de rehabilitation des usagers de la psychiatric :
- risques de rechute consid6rablement reduits pour ceux qui
frequentent un GEM (divis6 par quatre selon les statistiques
nationals)
- r6insertion dans la vie de la cite et reconnaissance de leur ci-
toyennete via leur implication dans des projects divers: exposi-
tion ouverte au public d'oeuvres d'usagers, organisation de
vide-greniers pour finance des sejours-vacances, organisation
de Journees Portes Ouvertes pour faire d6couvrir le GEM au
grand public, project de voyage, faisant d'eux ainsi les propres
acteurs d'une demarche pour de-stigmatiser les troubles psy-
chiques, pour faire comprendre que la "foie" n'est ni une tare,
ni rare, ni invalidante au point qu'on imagine, ni le danger per-
petuel pour I'autre qui justifie une loi securitaire quand ils ne
demandent qu'a etre ecoutes, entendus, reconnus.

Notre colere est grande a Equinoxe de constater la non-recon-
naissance du travail accompli dans un GEM par une associa-
tion de benevoles, mais surtout le total m6pris de personnel


en situation de handicap psychique, particulierement fragiles
revenues aujourd'hui avec tous les plus faibles, les laisses-
pour-compte de ce system qui fait de moins en moins de place
a I'humain, les boucs emissaires et les premieres victims de
restrictions budgetaires selectives.

Ce que des avancees progressistes en 2005 avaient apporte
- par la reconnaissance du handicap psychique pour la pre-
mibre fois dans la Loi de Fevrier
- par la Circulaire qui suivit en AoOt permettant la creation des
GEM en finangant leur fonctionnement,
une decision aussi injuste qu'inhumaine et incomprehensible
vient nous le retire.

Notre revolte gronde, non seulement a Equinoxe, porteuse du
project GEM, mais aussi chez les salaries-animateurs don't la
plupart sont eux-memes des usagers de la psychiatric qui
avaient enfin vu s'ouvrir I'espoir d'une insertion professionnelle,
si difficile pour les personnel souffrant de handicap, et particu-
lierement de handicap psychique.
Et surtout chez les usagers qui voient s'eteindre I'esperance
qu'avaient fait naitre chez eux ces beaux discours sur la re-
connaissance du handicap, sur I'acces a la citoyennet6... du
bla-bla-bla pensent-ils aujourd'hui. Sans doute avec raison.

A Equinoxe, nous sommes determines 6 nous battre et nous le
ferons pour que vive le GEM, pour en creer d'autres, autant que
necessaire, pour faire comprendre qu'une decision injuste et
inhumaine peut 6tre r6paree si ceux qui 'ont prise sont capa-
bles d'entendre et de'comprendre tout simplement.

Avec les salari6s-animateurs, avec les usagers du GEM, avec
toutes les associations qui comme la n6tre remplissent des mis-
sions d'utilite publique, nous nous battrons car "fa raison duplius
fort n'est souvent pas (a meilfeure".
C'est souvent celle du plus faible qui allume une lueur d'huma-
nite dans le coeur des hommes.
13/04/2011
Association EQUINOXE
Presidente : Yolene de Vassoigne
E-mail : yolene.dev@wanadoo.fr
GSM : 0696 44 99 22


Appel du Parti Communiite Martiniquai pour le ler Mai:

Journee international be tutte bes travailleurs
Pour I'amelioration des salaires, des pensions, de I'emploi et
du pouvoir d'achat.
Pour des measures immediate contre la vie chere.
Pour la defense de nos acquis sociaux, fruits de nos luttes.
Pour career les conditions de lutte pour combattre les injustices
qui frappent des couches laborieuses de plus en plus impor-
tantes de la society Martiniquaise. -
Pour I'exigence d'une Alternative Martiniquaise de Changement
pour une nouvelle politique de developpement 6conomique, so-
cial, ecologique et cultural et permettre a chacun de vivre de
son travail dans la dignity.
Faisons du ler mai une grande journee de mobilisation. .
Le Parti Communiste Martiniquais invite ses militants, sympa-
thisants a se mobiliser.
Rendez-vous Dimanche ler Mai 2011, a 8 heures devant le
siege de Justice rev6tu du tee-shirt a I'effigie d'Andre Aliker et
de Justice.


Parti Communiste Martiniquais


Georges Erichot, Sre GI du PCM, et Michel Branchi


- I I ,,.~


LUTTB wSILnE







http://www.iournal-iustice-martinique.com


PVclaration CfTM Produitsp etrolier : Soutien aux travailleurs 'EDF


Depuis plusieurs semaines, le Syndicat de I'Eclairage
de la Martinique (SEM-CGTM) demand & la soci6t6
EDF de respecter un accord signed en 1972 portant
sur un complement de prime de vie chere.
Devant le refus et I'entetement de leur direction, les
agents ont pris des dispositions pour contraindre
celle-ci a entendre leur revendication, dispositions qui
ont entrain6 des baisses de charge, done des cou-
pures dans toute I'ile.
Direction de EDF, syndicats patronaux, elus poli-
tiques, certain media, radio confessionnelle ont saisi
I'occasion pour se dechainer et jeterle discredit sur
I'action des agents de EDF mobilises pour la defense
de leurs droits. Ils sont par contre silencieux sur les in-
vestissements hasardeux et foireux de EDF qui ont
fait perdre des millions a I'entreprise, ou sur les divi-
dendes colossaux attributes a certain actionnaires!
Plus preoccupante est la position de nombreux tra-
vailleurs qui, pas du tout informs des tenants et des aboutis-
sants, croient just de joindre leur voix a celle des precedents
pour denoncer I'action des travailleurs de EDF don't 'action per-
turbe leur vie quotidienne.
La CGTM PP observe qu'a certaines occasions, les agents de
EDF n'ont pas 6te qualifies de privilegies ou de fossoyeurs de
I'6conomie. Que I'on se rappelle les lendemains du passage de
DEAN et les commentaires que I'on entendait alors sur leur ac-
tion ...
Aujourd'hui, parce qu'ils reclament I'application d'un accord
signed, ils seraient devenus des parias, responsables de tous
les maux de ce pays. Comme hier les dockers, les employes de
la SARA ou les chauffeurs de camions-citernes, en lutte pour
obtenir des augmentations de salaires.
La CGTM PP salue la lutte des agents de EDF pour la defense
et la sauvegarde de leurs droits et leur apporte son plein et en-
tier soutien. Elle demand a tous les travailleurs d'en faire au-
tant.
La CGTM PP se tient a la disposition des travailleurs en lutte de


Les dirigeants de la CGTM-Produits p6troliers
EDF pour envisager avec eux toute forme d'action de nature a
faire entendre raison a une direction atteinte de surdite.
La CGTM PP rappelle 6galement que, dans le secteur de la
distribution de carburants, la convention collective national du
N6goce et de distribution de combustibles solides, liquides, ga-
zeux, products petroliers du 20 d6cembre 1985, etendue par ar-
rete du 23 juillet 1990 JORF 8 ao0t 1990, est applicable en
Martinique, et que malgr6 deux courriers de la DDTE, des reu-
nions avec les services de la Concurrence et de la R6pression
des fraudes et de nombreuses reunions en prefecture, accom-
pagn6es de I'augmentation des prix des carburants en sep-
tembre 2009 notamment pour appliquer la convention, les
grants refusent de respecter leur signature et les dispositions
du Code du travail.
Alphonse DEGRAS
Secretaire General
Fort de France, le 15 avril 2011


PkE.55E- ,


Le Martiniquais Karl Sivatte reelu la t tte bes clubs-presse francophones


Entre le 7 avril et 10
avril dernier s'est tenu
le 316me congres de
I'Union des Clubs de
la Presse de France
et Francophone i
Nimes. Un congress
place sous le theme
'rDu journalism de
cnse d la cnise dujour-
nazlisme',
Durant trois jours
pres de 150 journa-
listes venus des qua-
Karl Sivatte, president tre coins de France
de I'Union des Clubs press mais aussi de Guade-
loupe, Guyane, Mall,
Haiti et Martinique ont debattu et confronted leur id6es sur le
fait de savoir comment les journalists travaillent face a I'ul-


tracommunication. Ce sujet d'actualit6, a I'heure ou on assisted
a une redefinition du metier du journalist face a la multiplica-
tion des sources d'informations, a permis des reflexions de
fond Occasion 6galement de jeter un regard sur une pro-
fession en crise au regard de la precarite de plus en plus
grande impose par les restructurations des m6dias. II s'agis-
sait de rester attentif a la situation en HaTti, oO suite a I'election
de Michel Marthely, trois journalists de la television ont ete
6vinces pour avoir mend champagne en faveur de Mirlande Ma-
nigat.
Un livre blanc devrait sortir des travaux qui ont 6te riches et
passionnants. Ce fut I'occasion pour les congressistes, outre
les travaux, de d6couvrir les richesses culturelles de la region
gardoise, notamment les manades (elevages" de taureaux).
Le congress a reelu Karl Sivatte, membre du club Presse Mar-
tinique, a sa tete pour un nouveau mandate de deux ans. Avec
le nouveau conseil d'administration, il aura la lourde tache de
faire entendre la voix de I'UCPF pour reunir le plus grand nom-
bre de journalists et communicants.
Claude Bourgrainville


'jeu.i2 Avri ,,.juIcePG1IPy


_ ~B -C I


TTS 50CrIrAE






http://www.iournal-iustice-martinique.com


IUFM 6es AntiUes-Guyane: integration a 'UAG t 1" mai 2011


Le 15 avril dernier ont ete publi6s au Journal Officiel de la Re-
publique deux decrets relatifs aux IUFM des Antilles-Guyane.
Le premier porte "dissolution des institute universitaires defor-
mation des maitres dans les academies de la guadeloupe, de la
Guyane et de la Martinique", et le second "creation d'instituts
universitaires deformation des maitres dans Cuniversite des An-
tifles et de fa Guyane".
II ne faut pas se meprendre en lisant ces textes: les trois IUFM
ne disparaissent pas. Ils changent de statut a partir du 1er mai
2011, cessant d'itre des etablissements publics d'enseigne-
ment superieur pour devenir des "coles internes"de I'UAG. Ils
restent implants en Guadeloupe, Guyane et Martinique res-
pectivement, mais percent leur independence. Ils devront ela-
borer chacun leurs status, qui seront approuves par le conseil
d'administration de I'UAG et par le recteur de la Guadeloupe,
chancelier des universities. Leurs "biens, droits et obligations"
sont devolus a I'UAG. Les fonctionnaires qui y sont affects
sont affects a I'UAG. Les etudiants qui y sont inscrits sont ins-


crits 6 I'UAG.
Le decret de dissolution stipule en plus que les comptes finan-
ciers relatifs aux exercices 2010 et 2011sont etablis par I'agent
comptable en function lors de la dissolution des institute et ap-
prouves par le ministry charge de I'enseignement superieur et
le ministry charge du budget.
Les IUFM des Antilles et de la Guyane ont tout fait pour re-
pousser cette fatale 6cheance, pour des raisons obscures.
Leurs personnel devront se faire 6 I'id6e que desormais un
IFUM est une "dcoe interne" de I'UAG, ce qu n'a rien de des-
honorant en soi, Evidemment, ils disposeront d'un budget bien
inferieur a celui auquel ils ont ete habitues, mais devront ap-
prendre a gerer la penurie et lutter pour que I'UAG soit mieux
dotee financierement par le gouvernement.
Les enseignants des trois IUFM, sans perdre leur autonomie,
devront integrer les equipes p6dagogiques des faculties pour
mieux aider celles-ci & repondre aux d6fis de la r6forme des
concours de recrutement d'enseignants du primaire et du se-
cond degree.
M.Belrose


QuanB 'association "Tous Creoles !" veut modifier la definition bu

mot "creole" bans les aictionnaires frangais


Roger de Jaham, president de I' association "Tous Creoles !", a
public un texte bien argument dans lequel il announce I'ambi-
tion de celle-ci de "contribuerafaire ivoCuerdans unproche ave-
nir la definition du term "creofe", afin de fe rendre conform aux
realitds duXXI b sicFe". A cet effet, I'association propose, dit-il,
"fa creation dun Comiti "Reffexion crolee" qui reunirait des per-
sonnaitis issues du Monde creole, c'est-d- dire aussi 6ien de la Ca-
rai'e et de ['Ocan indien que de [Europe ou dAJmerique du Nord".
II est precise que ce project "vient detre inscrit auprogramme of-
ficieldu Commissariat pour "2011, IJAnne des outre-merfran-
aais" par Monsieur (Danief Maximin". Et une liste de 16
personnalites que Monsieur de Jaham pense solliciter est pre-
sentee. On y trouve les noms des Antillais suivants : Pascal
Saffache, Gerry L'Etang, Jean Bernabe, Edouard de Lepine,
Andre Lucrece, Ernest Pepin, Jacky Dahomey, Lambert-Felix
Prudent et Patrick Chamoiseau. Raphael Confiant, le repre-
sentant le plus prolixe et le plus connu a I'6chelle mondiale du
courant de la Creolite est "oubl6".
Raphael Confiant a reagi a cette initiative conformement a son
caractere de polemiste, d6nongant dans Montray Kreyol "les dc-
fires itymologiques de Tous Crdoles". Apres avoir rappel6 que le
terme "crolfe" a signifies des le 17e siecle "ne et eleve auxAmi-
riques"et s'est applique aussi bien aux Noirs qu'aux Blancs, il
invite "Tous Creoles!" a poser la question de savoir "pourquoi es
eBilks, tout de suite apris 'abolition de Fesclavage (1848) se sont
arroggs le terme 'crolfe". En fait, il apporte sa reponse a la ques-
tion : "(Pourquoi les eBieIs dicident-is subitement qu'is sont les
seuls crdoles? La riponse est simple: tant que les nigres itaient es-
claves et done des sous-hommes, des non-citoyens, a question de sa-
voir qui etait fegitime a fa Martinique ne se posait pas. Maais L
partir du moment oit Pesclavage est aboi, se pose la question de


Roger De Jaham veut red6finir le mot "creole"
'autocltonie c'est-d-dire qui est 2Agitime sur cette terre. En clair:
i qui appartient-eFle ? (Donc, en s'appropriant le terme "crdole" d
leur seulprofit, les Bekis ont voulu sgnifier par fl qu'ils itaient
les seufs proprietaires lfgitimes de fa Martinique. Que les I'egres
n'etaient que des '"ffriquains" qu'ilconvenait de rapatrier sur le
continent noir".
Confiant en profit pour s'en prendre aux "noiristes et afro-cen-
tristes"qui refusent categoriquement que le terme "crdole"soit
utilise a propos des Negres, leur rappelant que "les nigres et les
mulitresfurent fes principauxfondateurs durant quatre si'cles.de
la culture crdole, mime si fes [Beks, puisplus tardlndiens, Chinois
et Syro-i6anais, portbrent leurpierre L PFdifice".
Nous allons essayer d'apporter notre contribution a ce d6bat
passionne en rappelant I'origine et I'evolution semantique du
mot "crtole". Mais auparavant, nous tenons a preciser que
Roger de Jaham entend faire disparaTtre une definition racial
et surannbe qui, dit-il, est celle "donnigineralement dans les dic-
tionnaires faisant actuellement autorit6" : personnele de race


*c V I ,,.rpmnnq~


F, SOCm t t







Shttp://www. iournal-iustice-martinique. com


6lanche nie dans es regions intertropicales". Raphael Confiant
qui, on I'a vu, definit le "cr'ole"comme celui qui est "ne et eievi
au.ime'riques", explique que ce terme vient du verbe latin
createe" qui veut dire "creer", et condamne toute tentative d'en
donner une nouvelle definition, soi-disant plus moderne.
En reality, comme on peut le constater en consultant le Grand
Dictionnaire Encyclopedique de Larousse, le terme "crole", ne
vient pas du latin, mais de I'espagnol "crioro", qui lui-mime de-
rive du portugais "crioulo". On y lit exactement ceci: "Creole
adj.et n. (esp. criollo; du port. crioulo, Noir ne dans les colo-
nies). Se dit d'une personnel don't les ascendants sont origi-
naires d'Europe et qui est nee dans les anciennes colonies
europeennes (Antilles, Reunion, etc.) Ainsi, s'il faut en croire le
Larousse, bien que le terme ait dans un premier temps d6si-
gne le Noir ne dans les colonies, il ne s'applique qu'aux des-
cendants d'Europeens nes dans les anciennes colonies, ce qui
est faux evidemment. Passons maintenant au Breve diccion-
nario etimologico de la lengua castellana, de Joan Corominas,
public en 1961. II y est ecrit que le mot espagnol "crollo"est
une adaptation du portugais "crioulb"et signifie: "banc neidans
fes colonies". Cependant, il est rappel6 que "crioulo"a d'abord
design "f'esclave qui nait dans (a maison de son maitre"et "'es-
clave ne dans [es colonies"(par opposition a celui qui provient de
la traite).
II semble donc etabli que les premiers "crioulos", "criofos" et


"creoles" etaient des Negres esclaves, nes en Amerique, que
les Blancs distinguaient, en les appelaient ainsi, des autres Ne-
gres, egalement esclaves, recemment arraches & la terre afri-
caine. Mais on sait egalement qu'aussi bien dans les colonies
espagnoles que dans les colonies frangaises d'Amerique, les
Blancs nes dans le pays se sont a leur tour proclames "crioabs"
- ou "crdoles" -, au point d'en arriver finalement a considered
qu'ils etaient les seuls a se dire "crioas"ou "creoles".
Pour 6viter tout malentendu, il convient de preciser quejusqu'a
maintenant je ne me suis interesse au terme "crole" qu'en r6-
ference a I'homme dit creole, sans tenir compete de la langue et
de la culture creoles. Or, ce que veulent faire apparemment
Roger de Jaham et ses amis, c'est explorer tout le champ se-
mantique de ce terme, a la faveur de la reflexion d6ej engage
par les ecrivains de la Creolite -meme si Raphael Confiant sem-
ble etre devenu persona non grata- et par Edouard Glissant,
lequel a cru deceler que le monde est en train de se creoliser
sous I'effet de la globalisation capitalist.
Mais est-il necessaire de reunir tant d'intellectuels pour de-
mander aux fabricants de dictionnaires de corriger la definition
racist et sotte qu'ils donnent traditionnellement du mot
"crole" ? II s'agit des terms "crioliti", "croliser" ou "crjoisa-
tion", le problem est different et un large et fructueux debat
peut s'ouvrir, en vue de nourrir les dictionnaires frangais.
M.Belrose


Tribune : Quanb I'ombre 6e Cesaire entire au Pantheon!


II faut sans doute souligner pour les nouvelles generations le re-
tournement que constitute pour la France officielle la decision
de faire entrer au Pantheon le nom d'Aime Cesaire; elles n'ima-
ginent certainement pas a quel point les Cesaire, les Damas,
les Catayee, les Glissant et plus encore les Frantz Fanon ont
ete consid6res comme I'anti-France Des ingrats, des pestife-
res, des ennemis qu'il fallait bien tolerer au Parlement, pour Ce-
saire et Cataye, mais don't il n'etait pas question de citer une
phrase, un propos, voire d'en faire etudier la moindre parcelle
des oeuvres dans les
structures scolaires ou
universitaires.
Ne serait-ce que pour
cela, entendre resonner
dans le temple des tem-
ples de la grandeur fran-
gaise des fragments
mecreants du "grand cri
negre" avait une saveur
rejouissante qui n'excluait
pas I'emotion pure nee de
la poesie elle-meme.
Mais fondamentalement
cette "reconnaissance "tar-
dive, commencee il est
vrai cela fait quelques an- Aimb C6saire et
nees, est apres tout une
affaire franco-francaise don't il nous faut, en tant que Martini-
quais-e-s, mesurer la portee reelle. Et a regarder la question
sans esprit critique, les yeux embues par les paroles sucrees a
I'edulcorant d'un Sarkozy, on risquerait de contribuer a I'6mas-
culation de ce qu'il y a de meilleur dans le message cesairien.
Quoi L'6vocation de la vie et de la pensee de Cesaire ne se-
rait qu'un jeu sans consequences sur les valeurs professes


son


par ceux qui font mine de le donner en example? Ce serait un
simple lot de consolation qu'on ferait miroiter sous le regard de
peuples a qui on continue de refuser le droit a I'initiative histo-
rique ? Un simple hochet quand on n'a rien d'autre a offrir ?
II est bien evident qu'on ne saurait attendre d'un gouvernement
francais quel qu'il soit de resoudre les problems qui relevent
de notre propre initiative. Mais comment pourrait-on supporter
I'hypocrisie de I'hommage a Cesaire lorsque ici, maintenant,
dans la pratique, on fait injure de fagon si evidente a ce a quoi
il croyait le plus fort ? La
premiere decence ne se-
rait-elle pas de reconnai-
tre le point de depart
obstine de sa pens6e a
savoir 'existence d'un
people appele le people
martiniquais ? Or qu'ont-
ils fait les gouvernements
frangais dans le silence
coupable de leurs oppo-
Ssitions ? Ils ont supprime
dans leur constitution
toute reference aux "peu-
Spes" don't la France "a fa
charge" et qu'elle devait
ami Pierre Aliker
"conduire ti s'adininistrer
euw-mimes" pour remplacer ces notions par celle de "popufa-
tions" (par politesse on ne dit plus "peuplades') pour designer
les peuples de Martinique, Guadeloupe, Guyane,... "Malnom-
mer les cfioses, disait Camus, ajoute i la nmisere du monde". Mal
nommer les peuples des dernieres colonies c'est refuser de les
consid6rer comme des entities avec lesquelles on doit discuter


Je: 2 Ari20S-uI S 1 I


50Cm t^t






http://www.ioural-iustice-martinique.com


au lieu de decider pour elles a tout bout de champ. Oi est le
respect de Cesaire dans cela ? O0 est il dans I'obstination a ne
pas faire une reforme aussi banale que la "reconnaissance pine
et entire dufait syndicalpropre auw terres coolniaes" ? OO est-
il dans le refus de proceder a I'election democratique d'assem-
blees constituantes par lesquelles ces peuples diraient les
institutions qui leur conviennent au lieu etre suspendus aux de-
cisions unilaterales d'un gouvernement-parlement frangais ?
II y a du chemin a faire avant que C6saire entire vraiment dans
leur Pantheon II pourrait alors sans doute croiser le fer avec
le retablisseur en chef de I'esclavage, Napoleon, et mime avec
le grand Hugo a qui il dirait I'horreur que lui avait provoque la
lecture d'un fameux discours non d6nu6 de pur racism colonial


sur I'Afrique a aller conquerir parce qu'elle n'est a personnel !
Mais laissons le passe .La revolution culturelle que la France
doit operer pour se mettre a la hauteur du dialogue avec Ce-
saire ne concern pas helas quela droite. C'est la gauche aussi
etj'ose dire d'abord qui doit d6coloniser sa pensee pour ne pas
faire de Cesaire un chantre de "['unite national" frangaise
comme I'a laisse echapper Frangois Hollande !
II est vrai que quand on entend une Segolene Royal incapable.
de retenir par coeur cette phrase tant repetee "ma boucfie sera fa
bouche des malieurs qui n'ont point de bouche" on se dit que la
vraie lecture ne fait que commencer de I'autre cote de I'ocean.
II faut un debut a tout.
Philippe Pierre-Charles


L POIT /U


Portrait : Caube Lise, un parcours guie4 par te combat pour la Res-

ponsabilite martiniquaise


Claude Lise est ne le 31 janvier 1941 a Fort-de-France et est de
longue date partisan de I'autonomie martiniquaise. II a ete pre-
sident du Conseil general de la Martinique de 1992 au 31 mars
2011. II est actuellement conseiller general et Senateur de la
Martinique.
Claude Lise effectue ses etudes secondaires au lycee Schoel-
cher et obtient son baccalaureat en 1959. II entame de 1960 6
1970 des etudes de medicine 6 la faculty de Bordeaux. II mi-
lite a I'AGEM (Association Generale des Etudiants Martiniquais
en France) et frequente m6me I'Union des Etudiants commu-
nistes de Bordeaux. II prend tries tot le bapteme de I'autonomie,
de I'anticolonialisme et de I'option de la transformation socia-
liste de la society.
Titulaire d'un doctorate en medecine et du diplome de "midecine
tropicafe", Claude Lise retourne en Martinique et ouvre son ca-
binet de medecin. En 1974, il est elu au conseil departemental
de la Martinique de I'Ordre des medecins. Sa carriere politique
debute en 1972 lorsque, avec quelques militants socialists, il
participe a la creation de la Federation socialist de la Marti-
nique (FSM). Puis, il se pr6sente aux cantonales de 1973 et
aux municipales de 1977 centre le fameux "sfdrif' Michel Re-
nard au Merigot (Nord-Atlantique). II risque alors sa vie face
aux nervis du patron du RPR martiniquais. Ensuite, il cree le
Parti socialist martiniquais (PSM) en 1976 qui prend position
pour I'autonomie et en est le secretaire-general jusqu'en 1978,
date a laquelle le Parti socialist martiniquais fusionne avec le
Parti progressiste martiniquais d'Aime Cesaire.
En 1999, le secretaire d'Ltat a I'Outre-Mer Jean-Jack Quey-
ranne du gouvernement Jospin propose aux parlementaires
Claude Lise (Martinique) et Michel Tamaya (Reunion) de pre-
parer un rapport sur les quatre departments d'Outre-Mer qui
servira de base de travail a la future Loi d'orientation pour les
DOM (LOOM). Ce sera le fameux rapport Lise-Tamaya. Notre
Parti s'opposera a ce rapport car, des le depart, le gouverne-
ment Jospin avait impose a Claude Lise et au Reunionnais Mi-
chel Tamaya de rechercher des evolutions institutionnelles dans
les DOM strictement dans le cadre de I'article 73 de la Consti-
tution (assimilation legislative avec de faibles possibilities
d'adaptations). Rodolphe Desire, encore autonomiste, denonga
le fait de turner dans le "bocaL'de I'article 73. Mais la LOOM
comportera une avanc6e: la possibility pour les elus des DOM
de se reunir en Congres pour proposer des evolutions institu-


tionnelles. Cela on le doit
6 Claude Lise.
Alfred Marie-Jeanne
choisit une autre voie
avec la D6claration de
Basse-Terre qui aboutit
au discours de Jacques
Chirac a Madiana recon-
naissant aux Dom la
possibility d'6voluer vers
I'Autonomie et t la r6-
forme des articles 73 et
74 de la Constitution en
2003 pour le permettre.
Claude Lise aura I'intelli-
gence de convoquer le Claude Lise visitant un chantier du programme
Congr6s des 6lus marti- d'urgence d6partemental
niquais A plusieurs re-
prises, de concert avec Alfred Marie-Jeanne qui, lui de son clte,
accept peu 6 peu I'id6e de I'6tape de I'Autonomie qu'il refu-
sait auparavant. Cela aboutit une premiere fois a la consultation
du 7 d6cembre 2003 sur une Collectivite unique article 73 qui
6choua notamment 6 cause du fameux "cfiatt an sak" de feu
Camille Darsi6res et de I'opposition de plusieurs leaders de
poids du PPM (De Lepine, D6sir6, etc) allies aux ultra-d6par-
tementalistes de toujours (FMP, Jean Crusol, bekes, etc).
Suite a des d6saccords avec le PPM et son actuel president
Serge Letchimy, Claude Lise a quite son ancient part avec
d'autres 6elus comme Madeleine de Grandmaison, Claude
Cayol, Pierre Suedile, Marie-Elise Nebon, Alexandre Mou-
riesse, Maxence Deluge, Genevibve Chanteur et fonde le 26
mars 2006 un nouveau parti politique de gauche, le RDM (Le
Rassemblement d6mocratique martiniquais). Beaucoup alors
ont cru 6 une querelle de.leadership au PPM suite au retrait po-
litique d'AimB C6saire. La suite a prouv6 qu'en r6alit6 I'opposi-
tion 6tait 6galement et principalement politique sur la volont6
reelle d'avancer vers I'autonomie et la methode pour y parve-
nir.
Le 21 novembre 2007, au S6nat, Claude Lise, Senateur et Pre-
sident du Conseil g6n6ral de la Martinique a requ des mains de
Christian Poncelet, Pr6sident du S6nat,,le Prix Territoria d'Or
attribu6 le 7 novembre 2007 au Conseil .general de la Marti-
nique et consacrant les collectivit6s territoriales regionss, d6-


IL 'h 2 A.r i 20i S6-


I


0 50t1 t j







http://www.iournal-iustice-martinique. com


partements, communes) don't les travaux novateurs, capable
d'6tre transposes a d'autres collectivites et faisant un bon
usage des deniers publics.
Le 20 mars 2008, Claude Lise est r66lu pour la sixieme fois
President du Conseil general de la Martinique. II obtient au ler
tour 27 voix contre 16 a Maurice Antiste, conseiller general du
Francois.
Fin 2008 et en 2009, le Congres est reuni a nouveau a I'initia-
tive de Claude Lise et d'Alfred Marie-Jeanne. Une majority
d'elus se prononce pour une Collectivite unique autonome dans
le cadre de I'article 74 et obtient du president de la Republique
I'organisation d'une consultation sur cette autonomie limitee le
10 janvier 2010. Le nBo-PPM de Serge Letchimy allied aux de-
partementalistes de la FSM, aux ultra-assimilationnistes de la
droite FMP, UMP, etc et de I'oligarchie et meme de fait a I'ex-
treme-gauche trotskyste (CO) mene une violent champagne de
peur de la perte des acquis sociaux et meme pour certain la


perte de la citoyennete frangaise. L'autonomie est rejetee mas-
sivement, mais le people accepted du bout des levres la Collec-
tivite unique article 73 le 24 janvier 2010 fusionnant conseil
general et conseil regional.
Claude Lise qui, par interet personnel, aurait pu rester tran-
quillement a la tete de son Conseil general a contribute par sa
tenacity a faire realiser par la Martinique un petit pas vers la
responsabilite. Ne serait-ce que pour ce courage et cette ab-
negation, on lui doit un hommage m6rite.
Claude Lise devient depuis le 31 mars 2011, le chef de file de
I'opposition au Conseil general de la Martinique, sa coalition est
composee des elus de la gauche autonomiste (RDM, MIM, Mo-
demas), favorables a une evolution dans le cadre de I'article 74
de la Constitution Frangaise. II affirme vouloir mener le combat
politique au service du pays tant qu'il en aura la force.
Antoine Gilles
(R6dige notamment avec Wikipedia)


T6moignage sur une tentative hasarbeuse be certain PPM be "tra-

vestir I'histoire" en revenaiquant la "Paternite be L'autonomie"


J'ai attend la fin
de I'article de Mr
V.T. dans Le Pro-
gressiste intitule
De la Paterniti
de [Autonomie"
pour apporter
une response d6fi-
nitive.
J'ai ete eberlue
par la 2e parties
de son article oO
il n'6tait question
que de la d6mis-
sion de Mr Ce-
saire (lettre a M.
Thorez) ;Mr V.T. y
a diverse sa bile
Armand Nicolas, t~moin et historian anticommuniste,
mais son propos
n'avait rien a voir avec le sujet "La Paterniti de [. utonomie".
Le centre de la discussion 6tait le suivant : dans une emission
i la radio (R.L.D.M.) j'avais eu I'occasion de r6pondre a la
question "quef tait [e lerParti martiniquais qui fanci fe mot for-
cre dfautonomie" ?
J'avais alors expose comment le P.C.M. avait ete amened b tre
le premier a presenter en bonne et due forme son project de sta-
tut le 24 f6vrier 1960 a la Maison de la Mutualit6e Fort-de-
France, lors d'une conference publique don't le presentateur
etait Georges Mauvois, dirigeant du P.C.M.
Mme Jeanny Darsibres avait alors engage avec moi une pole-
mique d'un ton fort agressif, m'accusant de "travestir C istoire ".
Dans Justice, Michel Branchi avait apporte une response do-
cument6e et irrefutable confirmant mes dires. C'est alors que,
sortant de sa retraite, le "sage"V.T. du P.PM. vint a la rescousse
- Imprudemment.
Car je confirm et je signe.
En F6vrier 1960, le P.PM. 6tait oppose a la revendication d'au-
tonomie :j'en fournis ici la preuve irrefutable.
Voici ce que declarait le Pr6sident du P.P.M., Mr Cesaire, dans
le rapport au ler Congres (constitutif) du P.P.M., le 22 Mars


1956 : Cesaire se declarait "en accordavec ['argument selon le-
quef a 9Martinique itant un pays sous-diveloppi, [autonomie
conduirait au dimantelement des lois sociales et a la 6aisse du ni-
veau de vie des travailleurs". Et il concluait "Fautonomie serait,
dans L'tat actueldes choses, une autonomie de la misbre".
Deux ans apres, au lendemain de la publication du project de
statut du Parti Communiste Martiniquais, il renouvelle sa
condemnation.
II ecrit dans Le Progressiste du 22 avril 1960 (soit 2 mois apres
ce project) "que [es notions contestges assimilation et dautono-
mie sont igalement inadiquates, qu'elles correspondent fune a une
conception vieillotte, Cautre a une conception villageoise, done
igalement condamnabfe de liistoire. C'est pourquoi, des son
Congr&s Constitutif e pP..M. apose fe pro6bme du dipassement
de cette autonomie pirinme. Or e dipassement oit riside- t-ilsinon
dans Cideefideraue".
C'est net et clair. Lautonomie etait, selon Cesaire, perimee et
condamnable, une "autonomie de fa misre".
Ce n'est que plus tard que Cesaire se rallia au mot d'ordre d'au-
tonomie. Mais il fit alors un pas en arriere : en 1981, apres
I'election de Mitterrand a la Presidence de la Republique, il de-
clara "un moratoire sur [autonomie", faisant confiance a ses
amis socialists du gouvernement pour s'occuper de la ques-
tion.
Ainsi le P.P.M. mit au frigidaire la revendication de I'autonomie.
Cela dura une bonne dizaine d'annees. Dr6le d'attitude de celui
que le P.P.M. consider comme le "pere de Cautonomie"!!
A ce moment, le Parti Communiste Martiniquais avait depuis
plusieurs annees subi I'assaut des colonialistes le plus rude de
son histoire.
J'ai ete personnellement, avec Camille Sylvestre, Secr6taire
general du P.C.M. condamne a 1 an de prison avec sursis, a
une forte amende et a la perte 6 vie de mes droits civiques et
politique, pour "atteinte ad intigriti du terrtoire national" en re-
vendiquant I'autonomie.
En outre, avec trois autres dirigeants communists (Georges
Mauvois, Guy Dufond, Walter Guitteaud) j'avais, en 1961 ete
frappe par I'Ordonnance du 15 octobre 1960 et revoque de
I'Education Nationale.


euIW 21 4 l 20, n' 16I-Faye 0


H^ OL/T/eU







http://www. journal-iustice-martinique. com


La repression n'a jamais touch# Le P.P.M.
Qui a donne le plus pour I'autonomie ? La reponse est 6cla-
tante.
Certes, il est exact que, progressivement, le P.P.M. en est venu
b adopter le mot d'ordre d'autonomie. Nous nous en sommes
felicites et nous avons engage un combat commun (La Conven-
tion du Morne-Rouge en 1971). Cela a ete positif pour notre
people.
Mais, depuis, le Moratoire du P.P.M. a brise I'elan. PierreAliker,
un des dirigeants du P.P.M., a reconnu que cela avait ete une
erreur.
Pourtant le P.P.M. a persevere dans cette voie. II a a deux re-
prises (la derniere en 2010 lors du referendum) pris position
centre toute tentative de faire un pas vers I'autonomie. Jusqu'a
aujourd'hui aucun project precis de statut n'a ete propose par le
P.P.M.(la dite 3e voie est une nebuleuse bien epaisse).
C'est regrettable. Cette attitude negative bloque toute avancee


significative, seme la confusion dans I'opinion publique et nuit
a I'union des forces favorables 6 I'autonomie.
Ainsi, au course de cette polemique, il a ete prouv6 que ce sont
certain dirigeants du P.P.M. qui ont voulu "travestir hiistoire"
a leur profit. Moins d'arrogance, moins de volont6 de discredi-
ter les autres, plus de souci d'honnetete intellectuelle serait
pour eux la legon a tirer de cette polemique.
Pour ma part, je pense qu'aujourd'hui I'essentiel n'est pas a se
chamailler autour d'un point d'histoire et de chercher un pere a
I'autonomie.
Que propose et que fait le P.P.M. pour faire avancer I'autonomie
? Est-il pret a se joindre loyalement et resolument aux autres
forces populaires et anticolonialistes, car la d6sunion est dom-
mageable pour notre people ? C'est 9a I'essentiel.
Nous attendons la reponse a ces questions, pour aller de
I'avant.
Armand Nicolas


Lamentin: Non au matraquage bes contribuables


Le jeudi 14 avril, dernier, le conseil municipal du Lamentin etait
convoque pour discuter des orientations budgetaires de I'an-
nee 2011. Un debat obligatoire dans toutes les communes de
plus de 3500 habitants avant I'elaboration du budget propre-
ment dit.
D'habitude, au Lamentin, il a lieu beaucoup plus t6t. Mais il in-
tervient cette annee apres les elections cantonales. On com-
prend bien pourquoi.
Car les orientations budgetaires presentees par P. SAMOT et
sa majority prevoient une measure qui se revelera tries doulou-
reuse pour les contribuables. A savoir une forte augmentation
des taux des trois taxes (Taxe d'habitation, taxe sur le foncier
bati, taxe sur le foncier non bati) directement pergues par la
commune.
Un veritable coup de massue sur la tete des Lamentinois, don't
beaucoup sont confronts, comme un grand nombre d'autres
Martiniquais, au ch6mage, a la precarite, a I'augmentation du
coOt de la vie et a la baisse du pouvoir d'achat.
Une crise aigue que le maire n'ignore pas. Si, dans sa decla-
ration de politique general, il dresse un tableau alarmiste de la
situation economique et social du pays, c'est pour affirmer im-
mediatement apres que "Magrd fes zdfficults de vie de nos ad-
ministrcs, je me vois contraint de presenter tous fes scinarii
d'equilfire du budget, y compris cefui d'une augmentation dim-
p6ts, rappefant toutefois que depuis 2004, les taux avaient ett
gefis".
En reality, il n'a propose aucune autre alternative, sinon : une
brutale reevaluation de 10 % des imp6ts locaux don't les taux
passeront de 16,85% a 18,65% !
Au nom de I'opposition, Georges Erichot et Daniel Marie-Sainte
se sont fermement opposes a cette augmentation massive de
la pression fiscal. Faisant valoir qu'a cette aggravation des
taux viendraient s'ajouter pour tous, les effects de la revision an-
nuelle des bases, c'est-a-dire de la valeur des biens immobi-
liers.
Certes, les finances de la ville se sont degradees, 6 cause en
parties des effects de la crise qui a entraine une baisse des re-
cettes d'octroi de mer en 2009.
Mais rien ne justifie cette brutale augmentation de la fiscalite
qui vise, selon le Maire, a retablir la capacity d'autofinancement
et done d'investissement de la collectivit6.
Pour Georges Erichot, ce choc pouvait 6tre amorti par un re-
cours plus important a I'emprunt, par des taux plus moderes,


Georges t, m L
Georges Erichot, conseiller municipal du Lamentin


par de nouvelles recherches d'economies et par la croissance
des recettes fiscales attendues pour I'annee 2011 de 6,96%,
sans augmentation des taux.
D'autant que selon le rapport remis aux elus, "depuis fe debut du
chantierfiscaf[dont Co6jectifest identifier ceux qui se sous-
traient id Cimp6t], fe product de la taxe d'habitation a augment
28,78%, tandis que cefui de a taxe fonciere progressait de 17,19%.
Et que Coctroi de mer avait retrouvi son niveau de 2008 ".
Signalons que I'opposition avait approuve cette demarche au
nom de la justice fiscal.
Certes des economies de fonctionnement ont ete realisees, no-
tamment sur les frais de personnel, mais elles restent insuffi-
santes pour degager un autofinancement satisfaisant
L'alourdissement des charges communales provient en parties
des ponctions operees sur le budget par certaines structures
tel I'office du tourism don't I'utilite n'est nullement justifiee et
qui pourrait etre fusionne avec celui de la Culture. Quant a la
Semavil, on est en droit de s'interroger sur son efficacit6 quand
on sait que plusieurs des operations qui lui ont confines,
comme I'amenagement du Calebassier et la resorption de I'ha-
bitat insalubre de Vieux Pont qui necessitent des dotations an-
nuelles importantes, sont au point mort depuis plus d'une
dizaine d'annees.
Non, la situation budgetaire du Lamentin n'imposait pas un tel
matraquage fiscal.


41 h 21 I A 20S Si3en'6 SSae


)POLITIQU







I http://www.iournal-iustice-martinique. com


Communique du group )e patriotel martiniquais et fympathisants

Plan e reliance regional : Une escroquerie inteltectuelle


Suite a la presentation par Serge Letchimy le 14 avril d'un
premier bilan du Plan regional de reliance revendiquant 724
emplois "g'eners", le group des patriots et sympathisants
a public le communique ci-apres :

"Plus d'un an aprbs son election, I'actuelle majority du Conseil
Regional fait un premier bilan de son pr6tendu plan de reliance
(lequel ? le premier ou le deuxieme ?) alors que la premiere
Vice-presidente du Conseil Regional avait promise, en Pl6nibre,
une evaluation mensuelle disponible sur le site du Conseil R6-
gional,mais jusqu'a present, cette evaluation mensuelle n'a ja-
mais ete faite... Encore une promesse non tenue !

Alors que I'on observe que le P61e Emploi a malheureusement
denombre 1656 ch6meurs de plus dans notre Pays de janvier
2010 a 2011, la nouvelle majority regional essaye, encore une
fois, de manipuler le people martiniquais.

C'est par une escroquerie intellectuelle quand qu'elle tente de
faire croire que 724 emplois auraient ete generes par son pre-
tendu Plan de reliance (le premier ou le deuxieme ?) sur des
chantiers communaux don't personnel ne connait la liste, en tout
cas, pas les elus du Conseil Regional.

Pour donner de la credibility aux chiffres annonc6s, on s'adjoint
I'ex-directeur de I'lnsee -Martinique, recemment debarqu6 de
son poste (c'est lui-meme qui I'a fait savoir a toute la press
qu'il cessait ses functions au sein de cette institution) Est-il
devenu un agent regional ? Dans I'affirmative, les statistiques
qu'il produit, seraient sujet a caution On pourrait, d'ailleurs, se
demander si la deontologie qui s'applique a ce type de function
a ete respected. On cite la CGSSM, IEDOM, le Pl1e Emploi...
comment ces institutions distinguent-elles les emplois qui re-
sulteraient de ces pseudos plans de reliance ?

En reality ces emplois nouveaux dans le BTP resultent de
chantiers, inities sous la mandature d'Alfred Marie-Jeanne et
des Patriotes Martiniquais, visible par tous et que I'actuelle
majority ne fait que continue. Citons au nombre de ces chan-
tiers, les plus important : le Musee du Pere Pinchon et le b5-
timent des Archives regionales au quarter Didier 6
Fort-de-France, I'lnstitut Regional de Formation aux Metiers du
Sport et de la Jeunesse, au quarter Mangot-Vulcin au Lamen-
tin, qui est actuellement le plus gros chantier en course, le dou-
blement de la RN 1 entire Sarraut et Pelletier au Lamentin, le
doublement de la RN 5 entire Riviere-Salee et Sainte-Luce, la


Penetrante Est au travers du Port..., le giratoire de Quatre-Croi-
sees...

L'actuefUe majority pr6tena 6galement
qu'elle a relance te TCSP ? Comment ?
Aucun chantier n'est en course actuellement sur I'autoroute! Les
seules actions effectuees a ce titre sont la signature de deux
conventions, I'une avec le Maire du Lamentin, President de la
Cacem et I'autre avec le Conseiller Regional, President du syn-
dicat-mixte. Par ces conventions, le nouveau President de re-
gion a obtenu les pleins pouvoirs sur le TCSP, ce qui lui permet
*de nombreuses etudes tries coOteuses ayant pour seule finality
la privatization de cet equipment de transport! Le Groupe des
Patriotes Martiniquais et Sympathisants attire I'attention de tous
sur le fait que I'Europe ne finance pas les etudes mais unique-
ment les travaux. De ce fait, si les travaux annonces ne sont
pas realises, les subventions promises par I'Europe risquent de
ne pas etre versees. Que la nouvelle majority se mette au tra-
vail pour faire sortir de nouveaux chantiers de terre pour une
vraie bouffee d'oxyg6ne au secteur du BTP. On en est tries loin
! La commission BTP et la commission d'appel d'offres de la
Region ne se reunissent que sporadiquement!

Au lieu de cela, on communique...on communique ... a tout va
! En reality, la nouvelle majority au Conseil Regional est deve-
nue championne dans le verbiage, alors que rien ne se fait dans
la reality dans un Pays dans lequel la situation social et eco-
nomique devient de plus en plus preoccupante : greve des
dockers, blocage des camionneurs, manifestation des travail-
leurs sociaux, manifestation du collectif des 5300 contracts
aides, greve d'EDF, greve des infirmiers liberaux, greve a la
CMT (Compagnie martiniquaise du transport), grave des hotels
"'Amyris", difficulties des creches privees ...

Dans le meme temps, alors qu'un gel des projects des centrales
photovoltaiques avait ete annonce par le nouveau president de
Region, les travaux reprennent a Potiche sur le territoire du Ma-
couba et a Assier sur le territoire du Lorrain... Ce type de tra-
vaux qui detruisent les potentialities agricoles, sont nefastes
pour notre Pays".
Le 15 avril 2011
Pour le Groupe des Patriotes Martiniquais
et Sympathisants
Daniel MARIE-SAINTE


Plan he reliance regional triennal 2010/2013

En six mois, Letchimy sort 724 emplois "gneres" be son chapeau


Le president du Conseil regional a announce au course d'une
conference de press tenue le'14 avril que son plan de reliance
triennal avait "gienre"724 emplois en six mois d'application.
France-Antilles du 15 avril, sous la signature de L M-M, titre son
paper : "724 emplois gendris par (e plan de reliance regional Le
plan de reliance n'est pas un vceu pieuw. Cliffres a Cappui, (a Re-
gion apr6sent hlier la press ses premiers risultts, apris sih mois


de travai". Notez le mot : "ginere"qui veut dire productt" pour
le sens commun. En d'autres terms, le plan de reliance regio-
nal aurait produit 724 emplois. Le subliminal.
Citant Serge Letchimy, le quotidien lui prete le propos suivant:
'"lu 14 avri, pros de 724 empfois ont ete ginerds, don't environ
60 % sont des creations d'empois". Que sont les autres ? Des
maintiens d'emploi existants ? Done 40 % des emplois "relance"


F jeyu i 21 T B011 Bicn' 6 Pae


[ t^f'VmlI







http://www.iournal-iustice-martinique.com


ne sont pas des creations au titre des 5 000 promise. Le piege
des mots
II pursuit: "Qeorges Para, directeur de Ilnsee, tient6t officiele-
ment charge de (Cvaluation du dispositif estime que daici trois ans
(ndlr: durie du plan de reliance) 3 700 d 4 130 nouveau emplois
apparaitront". Sur quelle base notre estimable statisticien a -t-
il effectue cette evaluation a I'horizon 2013 ? Une audacieuse
extrapolation don't I'lnsse detient la magie ? MystBre... Dans le
document adresse a la press par la Region, pas plus d'expli-
cation sur ces chiffres qui semblent eblouir la journalist de
France-Antilles. II faut done croire sur paroles celui qui est pre-
sente comme directeur de I'lnsee.
Or il ya un hic. M. Georges Para a adresse a toute la press un
courier date du 28 mars ou il indique qu'il quite ses functions
de directeur de du service regional de I'lnsee a partir du 4 avril
2011 pour de nouvelles responsabilites. A en croire France-An-
tilles il sera charge bient6t "officieffement" par la Region de
I'evaluation du dispositif du plan de reliance regional. Par conse-
quent, I'evaluation qu'il donn6e le 14 avril de 3 700 a 4 130 em-
plois en 2013 est officieuse.
Cette evaluation est avancee en utilisant l'autorite intellectuelle
et morale qui s'attache a la function de directeur de I'lnsee.
Georges Para a la date du 14 avril est sur le point d'etre sous
I'autorite du president du Conseil regional comme le mentionne
France-Antilles. II n'est plus directeur de I'lnsee. Cela manque
pour le moins de rigueur ethique pour ne pas dire plus.
Comment a-t-on value les 724 emplois generes par les 70
chantiers ayant demarre au 14 avril sur les 221 programmes
selon la Region ? On a interroge par questionnaire les entre-
prises ayant obtenu les chantiers, repond Catherine Conconne.
Quelle est la fiabilite de cette methode ? On a aussi recueilli les
chiffres obtenus par le RSI et la CGSS, membres du Comite de
suivi du plan de reliance installed par la Region, respectivement
sur I'emploi independent et I'emploi salari6. Le comite de suivi
comprend en outre I'lnsee, le P61e emploi, le Tresor public, la
Caisse des conges du Batiment et I'ledom qui communiquent
des indicateurs economiques.
Comment identifier dans les variations de I'emploi globales
constatees celles qui sont liees au plan de reliance regional ?
L'appareil statistique permet-il une telle evaluation ?
Autre donnee avancee : I'augmentation des ventes cumulees
de ciment en fevrier depuis le debut de la present annee 2011
de 17 % par rapport a la meme period janvier/fevrier de 2010.
La consommation de ciment qui effectivement reflete I'activite
du BTP est en croissance sur deux mois, c'est une bonne
chose. Attendons la suite.
Mais, selon la lettre de I'ledom d'avril 2011, elle est toujours
en dessous de 2,6 % par rapport 6 la moyenne de longue pe-
riode 1995/ 2011 pour le cumul annuel en fevrier: 34,3 milliers
de tonnes centre 35 000 tonnes. Elle est loin de la consomma-
tion de janvier-fevrier 2008 qui atteignait 45 000 tonnes. La
chute reste de 22,2 % par rapport a 2008, c'est-a-dire consi-
derable.
De plus, il est malhonnete d'imputer cette remontee de la vente
de ciment et des emplois independants et salaries au seul plan
de reliance regional.
II ne faut pas oublier que le conseil general, sous la presidence
de Claude Lise, a lance debut novembre 2010 un programme
de travaux d'urgence en soutien au secteur du BTP d'un mon-
tant annuel de 30 millions d'euros et qui s'est traduit par 205
operations.
Par ailleurs, Daniel Marie-Sainte, dans son communique public
ci-joint souligne a just titre que "En rdaitd ungrandnombre de
ces emplois nouveawu dans (e BTP risultent de ciantiers, initijs


sous 1a mandature d'Alfredarie-Jeanne et des Patriotes Marti-
niquais, visibuespar tous et que factueffe majority nefait que conti-
nuer". Voir ci-joint I'enum6ration de ces grands chantiers.
II faut raison garder: en f6vrier, comme le mentionne France-
Antilles, le nombre de demandeurs d'emploi de cat6gorie A,
avec 42 270 ch6meurs recenses officiellement, recule de 0,3 %
par rapport a janvier 2011. Mais ce nombre de demandeurs
d'emploi est en augmentation de 1 526 personnel par rapport
a f6vrier 2010, soit de plus 3,2 % sur un an. Et le taux de ch6-
mage official (nombre de demandeurs d'emploi par rapport a la
population active) est passe de 24,4 % en f6vrier 2010 a 25 %
en f6vrier 2011.
Encore une fois, la necessity d'un plan de reliance n'est pas dis-
cutable. Dans le programme regional de Madeleine Degrand-
maison auquel nous avons participe il 6tait preconise un plan
de reliance encore plus ambitieux.
Mais pourquoi cette fren6sie de communication qui fait penser
a un certain Nicolas Sarkozy au lieu de travailler sereinement
a I'avancement du pays ? Et surtout pourquoi avoir annonc6 le
chiffre de 5 000 emplois qui d6ej devient 4 130 seulement sui-
vant un tour de prestidigitation et pour lequel maintenant on
semble pret b s'affranchir de toute deontologie statistique ?
Decid6ment la quete obsessionnelle du pouvoir a la Collecti-
vite unique est mauvaise conseillere. Quant aux economistes,
au statisticiens, ils doivent eviter d'utiliser les chiffres pour cau-
tionner un discours partisan.
Michel Branchi


lettre remerdements dcamar e Joseph iaze
Le Parti Communiste Martiniquais a profit de sa remise
des cartes du dimanche 10 avril dernier pour faire une sur-
prise a notre camarade Joseph LAUZE, a I'occasion de son
90e anniversaire. II nous fait parvenir ce message que nous
publions avec plaisir.
Chers camarades du Parti
Ce dimanche 10 avril, j'etais venu renouveler ma total
confiance au Parti Communiste Martiniquais en pregnant ma
carte comme je le fais depuis 1943, a I'6poque dans la cel-
lule < Friedrich Engels > de Petit-Bourg & Riviere-Salee.
J'6tais loin d'imaginer que vous profiteriez pour celebrer
mon anniversaire.
Emporte par I'emotion, je n'ai pas su trouver les mots pour
vous dire toute ma reconnaissance et ma gratitude que
vous m'avez t6moigne a I'occasion de mon 90e anniver-
saire.
Je suis d'autant plus heureux et fier puisque vous le faites
dans le cadre du lancement de la remise des cartes 2011.
C'est toujours pour moi un moment privilegie que de pour-
suivre ensemble un chemin don't j'ai pu mesurer le parcours
que de nombreux camarades ont emprunt6 en toute humi-
lite avec comme seule boussole la defense des plus faibles.
Je suis un temoin et acteur du.travail mene par des g6n6-
rations de communists pour accompagner les travailleurs
dans le dur combat pour la defense de leurs revendications.
Amelioration des conditions de travail (Conventions collec-
tives, organizations syndicates), de vie (salaires, allocations,
creches, course du soir, etc.), ont ete notre marque de fa-
brique que personnel ne peut nous enlever.
Le meilleur cadeau que vous puissiez me faire, c'est de
poursuivre sans relAche, avec le meme d6sinteressement,
e lever le niveau de conscience du people Martiniquais en
restant fiddle a I'id6al communist plus actuel que jamais.
Joseph LAUZE


. ,I


^ECOKOMI







http://www. ournal-justice-martinique. com


Lamentin : Une vingtaine 'hectares ae terres agricoles livres au betonnage


Lors de sa stance du mercredi 14 avril, le conseil municipal du
Lamentin etait invite a se prononcer sur la modification du Plan
local d'urbanisme (PLU) de la commune. L'objectif etant d'ou-
vrir a I'urbanisation certain secteurs du territoire, en vue d'ope-
rations de speculation immobiliere, de construction de
logements collectifs et de creation de zones d'activites ou
d'equipements publics. Suite a I'approbation de la majority du
conseil, I'opposition s'etant prononcee contre, ce sont au total
plus de 20 hectares de terres agricoles qui auront definitive-
ment perdu leur vocation. Parmi lesquels: 8.5 ha du domaine
Gondeau -Favorite, 2,5 ha situes a Gondeau-Bois-Neuf ainsi
que 6,7 ha a Basse Gondeau.
La procedure pr6voit la mise en oeuvre d'une concertation avec
toute la population et notamment les personnel morales (as-
sociations) int6ress6es.
II appartient aux organizations agricoles et ecologistes de se
faire entendre sur ce dossier qui illustre la poursuite de la des-
truction des terres agricoles, alors que ce sont souvent ces
memes elus qui lors des campagnes electorales parent de
protection du patrimoine foncier agricole.


C'est d'ailleurs ce qu'a fait avec courage Tania Augustine,
jeune agricultrice membre du Conseil municipal, qui s'est pour-
tant abstenue lors du vote plut6t que de s'y opposer clairement.
S'il est vrai que les collectivites doivent imperativement r6pon-
dre a la forte demand de logements sociaux en mettant a la
disposition des societies d'HLM des terrains constructibles, il
n'en demeure pas moins evident que cela doit se faire dans le
cadre d'un amenagement concerto de I'ensemble du territoire.
Les communes du centre, comme le Lamentin, qui disposent
d'importantes surfaces agricoles doivent pouvoir resister a I'ap-
petit des speculateurs
Au nom de quelle logique, le maire du Lamentin cherche-t-il
toujours a gonfler la population de sa commune ? Pourquoi
vouloir concentrer tous les equipements et toues les activities
dans les communes du centre au detriment du reste du pays ?
II est grand temps que la Martinique soit dotee d'un veritable
pouvoir de decision capable de definir et de faire respecter un
schema coherent d'am6nagement du territoire.


MtMIk PE


Ne visitez pas L'exposition colonial


A I'heure de 2011, I'annee des Outre-Mer", il est int6ressant
de relire I'appel d'intellectuels francais lors de I'exposition
colonial de 1931 en France.

"A la veille du ler mai 1931 et B I'avant veille de I'inauguration
de I'Exposition colonial, I'etudiant indo-chinois Tao est enleve
par la police frangaise. Chiappe, pour I'atteindre, utilise le faux
et la lettre anonyme. On apprend, au bout du temps necessaire
a parer a toute agitation, que cette arrestation, donnee pour
preventive, n'est que le prelude d'un refoulement sur I'lndo-
Chine [1]. Le crime de Tao ? Etre membre du parti communist,
lequel n'est aucunement un parti illegal en France, et s'etre per-
mis jadis de manifester devant I'Elysee centre I'execution de
quarante Annamites. L'opinion mondiale s'est emu en vain du
sort des deux condamnes a mort Sacco et Vanzetti. Tao, livre
a I'arbitraire de la justice militaire et de la justice des mandarins,
nous n'avons plus aucune garantie pour sa vie. Ce joli lever de
rideau etait bien celui qu'il fallait en 1931, a I'exposition de Vin-
cennes.
L'idee du brigandage colonial (le mot etait brilliant et 6 peine
assez fort), cette idee, qui date du XIXeme siecle, est de cells
qui n'ont pas fait leur chemin. On s'est servi de I'argent qu'on
avait en trop pour envoyer en Afrique, en Asie, des navires, des
pelles, des pioches, grace auxquels il y a enfin, 16-bas, de quoi
travailler pour un salaire et, cet argent, on le represent volon-
tiers comme un don fait aux indig6nes. II est done natural, pre-
tend-on, que le travail de ces millions de nouveaux esclaves
nous ait donn6 les monceaux d'or qui sont en reserve dans les
caves de la Banque de France. Mais que le travail force ou
libre preside 6 cet change monstrueux, que des hommes
don't les moeurs, ce que nous essayons d'en apprendre a tra-
vers des temoignages rarement desinteresses, des hommes
qu'il est permis de tenir pour moins pervertis que nous et c'est
peu dire, peut-6tre pour 6claires comme nous ne le sommes
plus sur les fins veritables de I'esp6ce humaine, du savoir de
I'amour et du bonheur humans, que ces hommes don't nous
distingue ne serait-ce que notre quality de Blancs, nous qui di-


sons "iommes de couleurs" nous hommes sans couleur, aient
6te tenus, parla seule puissance de la metallurgie europeenne,
en 1914, de se faire crever la peau pour un tries bas monument
funeraire collectif- c'etait d'ailleurs, si nous ne nous trompons
pas, une idee frangaise, cela repondait 6 un calcul frangais -
voil/ qui nous permet d'inaugurer, nous aussi, a notre maniere,
I'Exposition colonial et de tenir tous les zelateurs de cette en-
treprise pour des rapaces. Les Lyautey, les Dumesnil, les Dou-
mer, qui tiennent le haut du pave aujourd'hui dans cette m6me
France du Moulin-Rouge n'en sont plus 6 un carnaval de sque-
lettes pres. On a pu lire il y a quelques jours, dans Paris, une
affiche non laceree dans laquelle Jacques Doriot etait presented
comme le responsible des massacres d'lndoChine. Nonlace-
r6e.
Le dogme de I'integrit6 du territoire national invoque pour don-
ner 6 ces massacres une justification morale, est bas6 sur un
jeu de mots insuffisant pour faire oublier qu'il n'est pas de se-
maine ot I'on ne tue aux colonies. La presence sur I'estrade
inaugural de I'Exposition Coloniale du Pr6sident de la R6pu-
blique, de I'Empereur d'Annam, du Cardinal Archev6que de
Paris et de plusieurs gouverneurs et soudards, en face du pa-
vilion des missionnaires, de ceux de Citroen et Renault, ex-
prime clairement la complicity de la bourgeoisie tout entire
dans la naissance du concept nouveau et particuli6rement in-
tolerable : la "grande Trance". C'est pour implanter ce concept-
escroquerie que /'on a b6ti les pavilions de I'Exposition de
Vincennes. II s'agit de donner aux citoyens de la metropole la
conscience de proprietaires qu'il leur faudra pour entendre sans
broncher I'echo des fusillades lointaines. II s'agit d'annexer au
fin paysage de France, d6ej tres releve avant-guerre par une
chanson sur la cabane-bambou, une perspective de minarets et
de pagodes. A propos, on a pas oublie la belle affiche de re-
crutement de I'arm6e colonial : une vie facile, des negresses
6 gros n6n6s, le sous- officer tries 61egant dans son complete
de toile se promene en pousse-pousse, traTne par I'homme du
pays I'aventure, I'avancement.


IL Juai 21 vi l 201-J uiBT ,,6Pae


- I "


[ Ecowml ,0







http://www. ournal-iustice-martinique.com


Rien n'est d'ailleurs 6pargn6 pour la publicity : un souverain in-
digene en personnel viendra battre la grosse caisse a la porte
de ces palais en carton p&te. La foire est international, et voila
comment le fait colonial, fait europeen comme disait le discours
d'ouverture, devient fait acquis. N'en d6plaise au scandaleux
Parti Socialiste et a la jsuitique Ligue des Droits de I'Homme,
il serait un peu fort que nous distinguions entire la bonne et la
mauvaise fagon de coloniser. Les pionniers de la defense na-
tionale en regime capitalist, I'immonde Boncour en tete, peu-
vent 6tre fiers du Luna-Park de Vincennes. Tous ceux qui se
refusent a etre jamais les d6fenseurs des patries bourgeoises


sauront opposer a leur go0t des fetes et de I'exploitation I'atti-
tude de Lenine qui, le premier au debut de ce siecle, a reconnu
dans les peuples coloniaux, les allies du proletariat mondial.
Aux discours et aux executions capitals, repondez en exigeant
I'evacuation immediate des colonies et la mise en accusation
des gen6raux et fonctionnaires responsables des massacres
d'Annam, du Liban, du Maroc et de I'Afrique centrale.
Breton Andre, Eluard Paul, Peret Benjamin,
Sadoul Georges, Aragon Louis, Char Rend,
Tanguy Yves, Unik Pierre, Thirion Andre, Crevel Rene,
Alexandre Maxime, Malkine George.


21 emplois menaces bans la filiere bambou!


LAssociation Fibre Insertion et Bambou pour le D6veloppement
(AFIBAD), association regie par la loi de 1901 oeuvrant pour la
promotion et la valorisation du bambou et des plants a fibres
par le biais de chantiers d'insertion, alerte sur sa situation par-
ticulierement preoccupante.
Depuis le debut de son action, I'AFIBAD b6enficie du soutien
affich6 de la majeure parties de la classes politique locale.
Aussi, I'AFIBAD s'etonne vivement face a I'absence de concre-
tisation des aides financieres, pourtant sollicitees dans le res-
pect des procedures en vigueur.
LAFIBAD apprend en effet en Mars 2011 que le dossier de-
pose en Novembre 2010 n'etait toujours pas instruit par les ser-
vices r6gionaux.
Parallelement, la collectivite departementale, qui a pourtant tou-
jours affiche son soutien au project de I'AFIBAD, et qui est en
possession, depuis le mois de Fevrier, du dossier de demand
de subvention don't la redaction a ete finalisee avec I'aide de
ses propres services, n'a a ce jour fait aucun retour.
L'AFIBAD se trouve penalisee par cette situation qui met en
peril son activity, et plus grave, son existence car elle est des-
ormais au bord du dep6t de bilan.
Employant 21 salaries don't 16 en Contrat Unique d'Insertion,
elle permet notamment a un public en difficult d'entrevoir un


avenir a I'ecart des chemins de la delinquance et de la margi-
nalisation en acquierant savoir faire et emploi.
A I'instar de toute association, elle doit egalement faire face a
des dettes don't les principles sont les charges sociales et les
salaires.
Or, la concretisation excessivement lente du soutien des prin-
cipales collectivites de I'le, penalise I'association au point de re-
douter le pire : mettre la cle sous la porte.
Ce sont 21 emplois qui sont menaces, don't 16 personnel qui
reprenaient goOt a la socialisation et a la valorisation d'eux -
memes et de leur fle. Les salaires du mois d'avril ne pourront
etre assumes.
Ce sont donc 21 foyers martiniquais qui ont maintenant a souf-
frir de cette situation.
L'AFIBAD regrette que ce project d'interet public martiniquais,
don't la pertinence est reconnue par les elus locaux et soutenu
par ceux-ci, soit desormais expose a extinction en raison du si-
lence des collectivites locales aux mains de ces memes elus.
Robert, le 17/04/2011
Contact:
- Lucette LORNE : 06.96.96.10.48
- Christophe RELOUZAT: 06.96.16.44.85
- Fax: 05.96.38.00.06


Foire agricole Be Riviere-Pilote : "Agrikilti nou, s4 premier fos peyi-a"


Samedi16 avril 2011 la 19eme edition de la Foire agricole et ar-
tisanale de Riviere-Pilote don't le theme central etait "Agrikifti
nou, s premier fospeyi-a", a accueilli un public nombreux.
Les different exposants ont pu montrer le savoir faire de nos
agriculteurs pour offrir aux Martiniquais des products de quality.
Pour I'edition 2011, I'accent a ete mis sur la patate douce, une
racine qui a ete un element important dans notre alimentation
mais malheureusement delaissee. Aujourd'hui les nutrition-
nistes lui reconnaissent des vertus et, de plus en plus, elle vient
en produit de substitution a la pomme de terre lors de la pre-
paration de soupes notamment. Elle peut-etre consommee en
legume, confiture, patisserie, glace, etc.
Le theme de la foire propose aussi une orientation pour notre
agriculture aujourd'hui, celle de se developper pour nourrir la
population. C'est le concept de I'agriculture paysanne. Face
aux problems lies a I'obesite sur laquelle la communaute me-
dicale tire la sonnette d'alarme, une alimentation saine et 6qui-
libree est a privilegier. II imported que nos agriculteurs puissent
developer leurs productions et qu'ils aient les moyens de le
faire.
La question de la terre doit demeurer une des priorities de nos
responsables institutionnels a un moment oi les appetits gour-
mands de certain investisseurs 6tranaers notamment s'acca-


Une fire qui t6moigne pour une autre orientation de notre agriculture
parent des terres agricoles pour I'installation de fermes photo-
voltai'ques don't les retombees ne beneficient pas toujours a la
communaute martiniquaise.
Les visiteurs, fideles a la foire, ont pu s'approvisionner en pro-
duits frais, a des prix abordables puisse que c'est de la vente
directed, "duproducteurau consommateur". Pour des raisons fi-
nancieres, la foire s'est tenue sur une seule journee. II faut si-
gnaler que la ville de Riviere-Pilote a mis les installations
gratuitement a la disposition des exposants.
Fernand Papaya


I W M ME P PEULE


[ 1nTTUk


I^^F mnr^xSS^^Ss^^







http:/www. iournal-iustice-martinique. cor


Garbe a vue: Une avancee certes, mais une reform mat ficel6e


A peine votee par le Parlement, la reform de la garde a vue,
en chantier depuis plusieurs mois, est immediatement entree
en application, sur injunction, vendredi dernier 15 avril, de la
Cour de cassation qui avait stipule dans son arret que la garde
a vue a la frangaise n'etait pas legal car I'avocat ne pouvait
pas y "participer"des la premiere heure.
Cette nouvelle reform est la consequence d'une decision, le
30 juillet 2010, du Conseil constitutionnel qui avait juge les pro-
cedures actuelles de garde a vue contraires aux droits fonda-
mentaux et au droit europeen et avait ordonne une reform
avant le 1 er juillet 2011.
Desormais, le prevenu
pourra etre assisted, des le
debut de la procedure, par
un avocat qui pourra assis-
ter aux interrogatoires, mais
sans pouvoir intervenir.
Le nouveau texte stipule
qu'aucune condemnation ne
pourra etre prononcee
I'encontre d'un justiciable,
sur la base de ses seuls
aveux, s'il n'a pu consulter
un avocat.
Une autre nouveaute de la
loi concern "fe droit au si-
fence": Toute personnel gar- L'abus de la garden A vue, ur
dee a vue se verra notifier
son droit de se taire. De plus, I'interrogatoire devra se passer "a
[a6ri du regarcet de toute icoute eterieurs" afin de respecter
"Ya dignity de ra personnel liumaine" et le "secret professionne'.
Bien qu'elles representent un indeniable progres, ces nouvelles
dispositions soulevent de nombreuses controversies au sein
meme du gouvernement. Alors que le ministry de la Justice, Mi-
chel Mercier declarait, just apres son adoption par les deputies,
que le nouveau texte representait "un bon iquifibre", le ministry
de I'interieur, Claude Gueant laissait entendre que ce texte lui
semble porteur "de risques qui n'ontpas te pfeinement mesures".


ne a'


La Gauche le juge incoherent car il n'integre pas les dernieres
evolutions de la jurispruderfce europeenne.
Le nouveau texte ne trouve pas non plus grace aux yeux de la
majority des syndicats des officers de police qui craignent que
la presence d'un avocat ne perturbe le deroulement de cer-
taines enquetes, notamment dans I'elucidation des affaires
concernant les mineurs ou les agressions sexuelles. En outre,
ils denoncent un alourdissement de la charge de travail sans
moyen supplementaire.
Meme reserve au niveau du syndicate de la magistrature qui,
tout en reconnaissant que
les nouvelles dispositions
att6nuent les "soupdonsper-
manents source qui s'est passe
pentuant fa garden d vue", de-
plore que I'avocat ne puisse
pas acceder au dossier et
que fe gouvernement reste
attachei d La culture de Caveu
et refuse de passer d fa cuf-
tur de a preuve
Meme si les avocats se feli-
citent de la mise en oeuvre
de la nouvelle procedure, ils
denoncent les difficult6s
tteinte aux libert6s publiques supplementaires a gerer
leurs cabinets et par leur
presence a la fois aux au-
diences et lors des interrogatoires.
Un souci partage par le bitonnier Constant, du Barreau de Fort
de France qui, apres avoir denonce les faibles moyens mis 6 la
disposition de la justice en Martinique, s'est engage, malgre
tout, dans I'interet des justiciables, a mobiliser ses confreres
pour faire en sorte que la loi soit appliquee chez nous.
Un feuilleton judiciaire qui est loin d'etre close.
G.E.


kRforme de lafiscalite: Demagogie et be nouveaux cabeaux pour tes riches


Que ne tentera pas Nicolas Sarkozy et ses amis pour echapper
a la deroute annoncee aux prochaines presidentielles ? Que
ne feront--t-ils pas pour apaiser I'angoisse des tries nombrdux
deputies UMP qui rapportent de leurs circonscriptions les juge-
ments de plus en plus severe de leurs electeurs sur la poli-
tique conduite depuis quatre ans par le president de la
Republique ?
D'abord par des initiatives purement demagogiques avec I'an-
nonce du ministry des Finances Frangois BAROIN de ce crea-
tion d'un mecanisme pour obliger les entreprises qui versent
des dividends a ses actionnaires a verser une prime d'un mon-
tant "jusqu'd 1.000"euros a leurs salaries.
Une proposition jugee "incomprdliensibfe" par la patrone du
Medef qui denonce la volonte de I'Etat de s'immiscer dans [a
gestion des entreprises, tandis que la CGT y voit une announce
pour masquer les measuress qui modifient fafiscaliti desplusfor-
tunds"et evacuer la question de I'augmentation r6elle des sa-
laires


Bouctier fiscal aux orties
Apres plusieurs semaines.de tiraillement entire les ultraliberaux
de I'UMP, favorables a la suppression pure et simple de I'imp6t
de solidarity sur la fortune (ISF), institute sous I'appellation d'im-
p6t sur les grandes fortunes par la gauche en 1981 et ceux des
deput6s qui reclamaient la disparition du "bouclierfiscal, le chef
de I'Etat a tranche en faveur d'une reform en trompe I'oeil.
Apres avoir longtemps martele qu'il ne renoncerait pas a ce
"marqueur" de son quinquennat qui ramene de 70 a 50% le
montant maximal de I'impot sur leur patrimoine acquitt6 par les
plus riches contribuables, il s'est resolu a abandonner ce qui
etait pergu par la majority des Frangais comme le symbol de
I'injustice fiscal.
Cet advantage institute par la loi TEPA, (travail, emploi, pouvoir
d'achat) peu apres I'arrivee au pouvoir de N. Sarkozy, et qui a
dej6 co0te 13 milliards par aux finances publiques, associe a
d'autres measures comme la baisse des droits de succession et
la deduction des interets'd'emprunts, etait cense creer un "clioc


* 1fSI v R SSSwSSSI ,IIIST i -


[ FPAAICE







http.//www. iournal-iustice-martinique. com


fiscal", doper la croissance et r6duire I'evasion fiscal.
L'injustice de ce bouclier fiscal d6nonc6e par toute la gauche
avait 6te mise au grand jour, a I'occasion de I'Affaire Woerth-
Bettencourt, avec le remboursement par I'Etat d'une centaine
de millions d'euros en quatre ans a Liliane Bettencourt, la
femme la plus riche de France.

ISF: De nouveaux cabeaux pour les riches
Press de calmer I'inqui6tude au sein de sa majority, le gou-
vernement par la voix de Frangois Baroin, faisait savoir qu'il se
contenterait d'alleger 'ISF.
Puis, le mardi 12 avril dernier, il confirm que cette r6forme sera
presented en juin a I'occasion d'un reajustement du budget,
ainsi que I'abandon du fameux "6ouclierfiscat'.
Une manoeuvre de la droite, a un an des presidentielles, pour
se debarrasser de ce qui est devenu un veritable boulet elec-
toral, tout en menageant les gros contribuables, membres du
"premier cercle"qui financent le parti du president.
D'oi cette reforme de I'ISF en compensation de I'abandon du
bouclier fiscal, elle relieve de 800.000 6 1,3 millions d'euros le
seuil d'assujettissement a I'imp6t de solidarity sur la fortune.
Ce qui aurait pour consequence d'exonerer de cette contribu-
tion 300.000 personnel "pas assez riches"! D'autant que ceux
qui restent assujettis, parmi les riches verront leur taux maxi-
mum d'imposition ramene de 1,8 % a 0,25 % ou 0,5% de la va-
leur de leur patrimoine. En Martinique le nombre d'assujettis a
I'ISF a explose ces dernieres annees d'autant que la d6fiscali-
sation a permis I'enrichissement de certain pr6dateurs.
Mais ce nouveau cadeau fiscal aura de lourdes repercussions
sur les finances publiques frangaises deja confrontees a un de-
ficit abyssal. Car si la suppression du bouclier fiscal permettra
a I'Etat de recuperer entire 700 et 800 millions d'euros, I'allege-
ment de I'imp6t de solidarity sur la fortune aurait pour effet qu'il


Christine Lagarde et Frangois Baroin : tout pour les riches


ne rapporterait au budget que 2,5 milliards d'euros centre 4 mil-
liards aujourd'hui. C'est done un cadeau de 1,5 milliard que la
reform accord aux plus riches
Reste que le ministry du budget n'a pas encore devoile par
quels moyens il compete combler ce manque 6 gagner. Tout au
plus, il se content d'annoncer qu'il n'est "pas question de tou-
cler au fivret 4, d Cassurance-vie des petits ipargnants, ni aux
placements des manages qui ne sont pas a CISF aujourd'hui". Mais
la Cour des comptes evoque la possibility d'un relevement de
la TVA. Ce qui relancerait I'inflation.
A I'heure oO la hausse des prix de I'6nergie et des products ali-
mentaires ecornent chaque jour le pouvoir d'achat, ce sont
done les categories les plus modestes qui risquent encore une
fois de faire les frais de la politique reactionnaire de Nicolas
Sarkozy.
G.E.


Crise be la bette souveraine en Europe, Iheure bes comptes a sonne


L'euro devait, parait il, proteger I'Europe de toute perturbation
financiere due a une quelconque crise eventuelle. La crise est
survenue et I'euro n'a etW d'aucune utility, I'Europe se retrouvant
plus durablement affected que le reste du monde.
La Grece tout d'abord s'est effondree en mai 2010 totalisant
900 milliards d'euros de dette. Une aide de 110 milliards d'eu-
ros sur 3 ans a dO 6tre improvisee d'urgence doublee d'un plan
de rigueur extreme (et socialement devastateur). Finalement
soulagee, Christine Lagarde declarait alors ne vouloir "mime
paspenser"a une possible contagion a d'autres pays.
Cela n'empechait nullement I'lrlande de basculer a son tour,
mine par une tries faible croissance et un secteur bancaire au
bord de la faillite. 85 milliards d'euros etaient alors necessaire
pour renflouer les caisses de I'Etat, bien sOr accompagnes d'un
plan d'austerit6 severe. Mme Lagarde reconnaissait vouloir es-
perer que "fincenfie etait iteint ".
Aujourd'hui, le Portugal n'ayant plus la capacity de faire face a
sa dette souveraine appelle a I'aide plagant du meme coup
I'Union europeenne dans I'angoisse. Les'fonds prevus pour ce
type de sauvetage vont vite se reveler insuffisants d'autant plus
que I'Espagne commence a inquieter. Certes sa dette publique
est inferieure a la moyenne europeenne et son secteur ban-
caire semble solide, mais avec un taux de ch6mage superieur
a 20 %, tout reste possible.
Apres I'Espagne, c'est I'ltalie et la Belgique qui montrent des


signes de faiblesse. Et la France n'est pas non plus a I'abri.
Le problem de la dette publique exacerbee par le recours a
des solutions neo-liberales pour tenter de surmonter la crise
global et systemique du capitalism ne se limited pas a I'Eu-
rope. La dette publique mondiale a double au course des dix der-
nieres annees : 18 900 milliards de dollars en 2000, 28 900
milliards en 2007, 37 900 milliards en 2010.
Les Etats-Unis avec leurs dettes et leurs deficits colossaux po-
sent egalement problem. La (faible) croissance US actuelle
ne doit pas faire illusion car elle se realise artificiellement avec
un deficit public croissant qui alimente insidieusement un risque
majeur d'implosion du march des Bons du Tresor US deja pro-
nostique par certain pour le second semestre 2011, sinon pour
I'annee 2012. Le dollar ne s'en sortira pas sans dommage.
Prevoyant le choc, la Chine a deja fait savoir qu'elle utiliserait
ses reserves de change pour aiderr fInion europeennefrappie
par fa cruise des dettes souveraines" car, avait-elle precise, "'Eu-
rope sera, a ['avenir, un de nos marches pour investor nos reserves
de change", ce qui lui permettra surtout de les diversifier afin
d'attenuer les effects d'une chute brutale du dollar.
De plus, empecher une faillite de la zone euro aura le double
advantage pour -les Chinois d'6viter une trop grande perturba-
tion de I'equilibre geopolitique mondial en meme temps que de
leur ouvrir largement les portes de I'Europe...
K Solaris


F 'el 2 2 1s tien'1 S-Pge1


r F kA MCE







http://www.iournal-iustice-martinique. com


Anniversaire be Mumia Abu Jamal: 29 ans bans le couloir be La mort


Le 24 avril 2011 Mumia Abu Jamal aura 57 ans don't 29 ans
passes en prison, aux Etats-Unis, dans le couloir de la mort.
Depuis le 3 juillet 1982, Mumia Abou Jamal, a 6te condamne a
mort pour le meurtre de I'officier blanc, Daniel Faulkner.
En effet, au premieres heures du 9 decembre 1981, il est grie-
vement blessed lors d'une fusillade dans le quarter sud de Phi-
ladelphie oi il venait de deposer un client. II avait ete contraint
d'exercer le metier de chauffeur de taxi de nuit a la suite de son
renvoi de la station de radio dont il etait un animateur apprecie.
II est arrete et accuse de meurtre.
Malgre ses denegations et une enquete inequitable expertises
balistiques inexistantes, balles non identifiables, absence de
relieve d'empreintes, zone non securisee, tests non effectues,
etc.),
- malgre les temoins subornes, menaces, ecartes ou intimides,


- malgre les rapports de police contradictoires,
- malgre les procedures d'appel et les violations de ses droits,
Mumia Abu-Jamal est condamne sous la pression d'un magis-
trat recordman des condamnations a mort, le Juge Sabo. La
peine de mort centre Mumia est requise par Ed Rendell.
Grace une mobilisation international de grande ampleur,
Mumia a echappe de peu a son execution et ce depuis 29 ans.
Les dirigeants du monde occidental qui donnent des lemons sur
les droits de I'homme a tout le monde, notamment ceux Etats-
Unis, feraient mieux de balayer devant leur porte et faire en
sorte que Mumia Abu Jamal soit enfin libre.
Les communists Martiniquais se joignent a cette grande
chaine de solidarity international qui se bat depuis 29 ans pour
liberer Mumia Abu Jamal
Fernand Papaya


Cuba fera bes forages petroliers bans Le golfe au Mexique


Selon la redaction du journal cubain Ahora en date du 8 avril
2011, Manuel Marrero, en tant que specialiste du Ministere de
I'lndustrie de Base (MINBAS), a annonce que I'industrie petro-
liere cubaine prevoit de forer cinq puits de petrole en haute mer
dans la zone 6conomique exclusive du Golfe du Mexique en
eaux profondes (400 a 1 500 metres) et tries profondes au-dela
de 1 500 metres).
Marrero a declare aux participants de la 2e Conference cubaine
sur le petrole et le gaz que le forage devra avoir lieu entire 2011
et 2013, avec la participation de diverse entreprises.
Marrero a dit que le forage se fera en utilisant un appareil de fo-
rage semi-submersible qui est consider comme le meilleur de
sa categories en terms de security et de la technologies, confor-
mement a des strictes reglementations environnementales.
Les entreprises et entities participant au project auront du soutien
logistique avec le materiel necessaire se trouvant au port de
Mariel.
Selon les chiffres du MINBAS, Cuba extrait actuellement
quelque 21 millions de barils de petrole et de gaz. Cela repre-
sente des revenues au-dessus des 1,3 milliards de dollars et
46 % de la consommation de Cuba.
La 2e Conference cubaine sur le petrole et le gaz s'est derou-
lee dans le cadre du Sixieme Congres international des
sciences de la Terre en course au Centre des Conventions de La
Havane.
A I'heure actuelle, les donnees disponibles suite aux recherches
d'ores et d6ej effectuees sur la zone economique cubaine du
golfe du Mexique ont fait etat de reserves estimees de 5 a 9
milliards de barils.


Rappelons que Cuba s'est orientee vers la prospection petro-
liere depuis la chute de I'Urss lui qui lui assurait ses approvi-
sionnements.
A noter que les companies etrangeres Repsol (Espagne),
Hydro (Norvege), OVL (Inde), PDVSA (Venezuela), Petroviet-
nam, Petronas (Malaisie) et Sonangol (Angola) operent dans
le golfe du Mexique aux c6tes de Cuba Petroleos (Cupet).
En octobre 2008, Cuba avait annonce que le pays pourrait de-
tenir plus de 20 milliards de barils de petrole dans les gisements
sous-marins soit plus du double que les chiffres obtenus via
les prec6dentes estimations. Le cas ech6ant, de telles reserves
placeraient Cuba parmi les 20 premiers pays producteurs.
Les estimations de Cubapetroleo s'etaient alors basees sur des
comparisons effectuees avec les reserves connues de zones
geographiques possedant des structures geologiques simi-
laires.
Les regions Cantarell et Poza Rica au large du Mexique et des
Etats-Unis avaient ete pris pour reference.
Si ces estimations s'averent correctes, les reserves de petrole
cubain seraient 6quivalentes a celles des Etats-Unis et prati-
quement le double de celles du Mexique.
Jonathan Benjamin-Alvarado, economist de I'universite du Ne-
braska, specialiste de Cuba avait recuse ces estimations car le
petrole cubain est a 2 000 m de profondeur, ce qui rend I'ex-
traction "cffficile et co2iteuse".
L'annonce des cinq forages entire 2011 et 2013 est une bonne
nouvelle pour tous les amis de Cuba qui esperent que ce pays
pourra en tirer des revenues au benefice de son people.
Michel Branchi


Argentine: Militaires US pris la main aans te sac


Le 10 fevrier dernier, un avion de I'US Air Force livrait aux au-
torites argentines du materiel de maintien de I'ordre destine au
Groupe d'intervention special de la police federal (GEOF)
dans le cadre d'une formation dispensee par des instructeurs
venus des Etats-Unis. Jusque Ia, rien d'anormal sinon la de-
couverte par la police argentine d'une grosse anomalie. Un tiers
de la cargaison, non declare, se composait d'armes, don't une
mitrailleuse, et de cantines metalliques estampillees 7e brigade
de parachutistes (basee en Caroline du Nord).
L'equipage dOment interrog6 sur cette "6izarrerie"se refusait a
toute declaration et s'opposait a I'ouverture des caisses. Aus-


sit6t informee, la president Kirchner donnait I'ordre aux poli-
ciers de passer outre, au besoin par la force, ce qui fut fait et
permis de decouvrir du materiel sophistique de transmission,
des programmes informatiques crypts, deux cles USB, un
disque dur "top secret"et... des stupefiants en quantity.
Le Pentagone preparerait il des "coups tordus" pour recuperer
cote que coOte I'Amerique latine contaminee par le Boliva-
risme ? Washington visiblement gene ne semble pas vouloir
s'etendre sur cette affaire qui vient d'etre revelee par "Pagina
12"(Armas y drogas en un avion military estadounidense).
K Solaris


V eIn r 2 Av2 stic. 6Pa'.


I


PA M OMPE t^








http://www.iournal-ustice-martinique.com


PA L P


Flash-Hebbo


tunbi li avril
ANGLETERRE Un officer a te6 tub et un marin blessed au
course d'une fusillade qui a 6clat6 le 8 avil a bord du sous-marin
nucleaire d'attaque Astute base a Southampton. Aucune preci-
sion n'a ete donnee sur cette affaire sinon qu'un homme avait
et6 arrete.


marbi 12 avril
ISLANDE Les Islandais repoussent 6 nouveau I'accord pour-
tant relativement favorable concernant le remboursement de
pres de 4 milliards d'euros au Royaume Uni et aux Pays-Bas
apres la faillite en 2008 de la banque privee Icesave jugeant
que les citoyens n'avaient pas a assumer les erreurs d'un eta-
blissement prive.


en Chine oi la couverture forestiere est passee de 12 % a 20 %
depuis 1990.


venbrebi 15 avril
BRICS Les 5 principles economies emergentes (Br6sil, Rus-
sie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se sont reunies dans I'ile-
province d'Hainan (Chine du sud) pour discuter du role
grandissant qu'elles occupent maintenant et de la situation tant
politique qu'6conomique dans le monde.


sameai 16 avril
CUBA Ouverture a La Havane du 6e Congres du Parti com-
muniste cubain consacre A "I'analyse de I'actualisation du mo-
dele economique cubain" aprbs que le "Projet des grandes
lignes de la politique economique et social du Parti et de la
Revolution" ait 6t6 longuement discut6 et amend au course de
large consultations populaires a travers tout le pays.


mercreai 13 avril aimanche 17 avrit
LIBYE L'OTAN qui ne cesse d'affirmer que les rebelles ne dis- FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Le FMI s'inquiete
possent pas d'armes lourdes a fini par le croire et a attaque et serieusement de I'etat des banques occidentales don't les be-
detruit plusieurs tanks insurges faisant 7 tu6s et blessant gra- sons de financement sont estimes a quelques 3600 milliards
vement de nombreux rebelles. de dollars sur les deux prochaines annees. Les risques finan-
ciers sont devenus 6normes qui s'ajoutent a ceux de la crise
jeuai 14 avril des dettes souveraines.

CHINE En 30 ans, plus de 6 milliards d'arbres ont 6te plants
j I


AVIS DE TRANSFER
SCI 5H LA MANCHE
society civil au capital de 1000
siege social : 1 lot riviere La Manche
97224 DUCOS
Inscrite au RCS au No siret 491997771
Suivant deliberation de I'assemblee ge-
nerale extraordinaire en date du 3 mars
2011, I'assemblee general extraordi-
naire decide de transferer le siege social
en consequence, I'article 5 des status a
6et modifi6 comme suit :
ancienne mention : 1 lot LA MANCHE
97224 DUCOS
nouvelle mention : 5 residence les suciers
- acajou 97232 le lamentin
a computer du 03 mars 2011
pour avis et mention
le grant FB 4135

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 4
avril 2011, I1 a ete constitute une society
aux caracteristiques suivantes :
Denomination social : FISH PARADISE
forme : SARL
CAPITAL : 8 000.00
Objet social :
l'importation de tous products et tous ani-
maux vivants pouvant 6tre revendus dans
une animalerie,
la reproduction de tous animaux pouvant
etre revendus dans une animalerie;
la vente de tous accessoires et toute ali-
mentation lies a I'activit6 de I'animalerie
siege social : 16 rue Victor Hugo
97200 Fort-de-France
g6rance : M. Eric Ange ORDON
duree : 99 ans
pour avis la gerance FB 4136

AVIS DE CESSION DE PARTS
SOCIAL
SCI SUD IMMO
Sise au 320,quartier Basse Gondeau c/
ALEX Alerte -97232 LE LAMENTIN
R.C.S Fort-de-france TMC 525287678
Aux terms de I'assemblee general or-


dinaires du 21 mars 2011, les associes
ont approuv6 la cession des 100 parts de
Mme MARIE REINE Yola Maryse au pro-
fit de Mile Audrey ALERTE
les status ont 6t6 modifies en cons6-
quence
Pour avis et mention FB 4137

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de la
SARL "LogiCiel DOM" au capital de
5000E, siege social 30 lot Les Mangles
Acajou 97232 LE LAMENTIN
Objet : la commercialization, la distribu-
tion de logiciels informatiques notamment
des progiciels Ciel : Le conseil en sys-
tames informatiques et notamment le ser-
vice de conseil en configuration
informatique, et I'exercice de toutes acti-
vites de formation dans les domaines ci-
dessous. Ainsi que toutes operations
industrielles, commercials ou finan-
cieres, mobilieres ou immobilieres, pou-
vant se rattacher directement ou
indirectement a I'objet social ci-dessus et
a tous objets similaires ou connexes. La
participation de la society a toutes entre-
prises ou societies creees ou a creer, pou-
vant se rattacher directement ou
indirectement a I'objet social ou a tous
objets similaires ou connexes, notam-
ment aux entreprises ou societies don't
I'objet social, et ce par tous moyens, no-
tamment par voie de creation d'entre-
prises ou societes nouvelles, d'apports,
fusions, alliances, societies en participa-
tion ou groupement d'interet economique
duree : 99 ans a de I'immatriculation au
registre du commerce et des societies de
fort de france
grant : Mme Rejane JOSEPH demeu-
rant a residence le vallon NO 12 quarter
La Haut 97215 Bivieres sale nommee
pour une duree indeterminee. FB4138'

AVIS DE DISSOLUTION ANCITIPEE
STECP SARL
Soci6et de travaux et d'6tancheite de


couverture et de Peinture society a res-
ponsabilite limited
siege social : immeuble Azteca A 3
Les sommets de terreville
97233 Schoelcher Martinique
au capital de 500.00
RCS Fort-de-france TMC : 500 105 218
n gestion 2007B 1651
Aux terms d'une assemblee general
extraordinaire en date du 02 avril 2011 la
dissolution anticipee a ete prononcee a
computer du 31 deembre 2009
Monsieur Pierre MIDELTON, associe ge-
rant est nomme liquidateur avec les pou-
voirs les plus 6tendus pour realiser les
operations, de liquidations
Le siege de la liquidation est fixed E plate-
forme 97222 Case Pilote
les actes et pieces relatifs a la liquidation
seront deposes au RCS de Fort-de-
france s
Pour avis et rrfention,
Liquidateur FB4139

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de I'en-
treprise individuelle a responsabilite limi-
tee (EIRL) "Willy Eliezer Jeux" sous le
sigle "WEJ"
duree : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registry du commerce et des so-
cietes de Fort de france
siege social: C/ M. Willy Eliezer Les Ter-
rasses de la mer bat. Perle appt 311D
97233 Schoelcher
Objet : Point jeux
dirigeant: M. Willy ELIEZER sis Les Ter-
rasses de la mer bat perle appt 311 D
97233 Schoelcher FB4140

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
7 avril 2011 il a ete constitute une society
pr6sentant les caracteristiques suivantes
Denomination : VILLSANIT
Forme : SARL
Capital social : Le capital initial est fixe a
la some de 300.00e divise en 300 parts


de 1 chacune, entierement liberees
siege social :
quarter Lourdes 97224 DUCOS
Objet : La society a pour objet : La vente
et la commercialization de diverse in-
ventions, vente de licences, prise de parts
dans des society immobilieres com-
merce, import, export et, plus g6nerale-
ment, toutes operations, industrielles,
commercials, financieres, mobilieres ou
immobilieres se rapportant directement
ou indirectement a I'objet social ou sus-
ceptibles d'en faciliter I'extension ou le
d6veloppement.
duree : 99 ans a dater de son immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes.
grant : Le premier grant dans les sta-
tuts est : Monsieur VILLERONCE Olivier
demeurant:139 av Paul Vaillant couturier
94400 VITRY SUR SEINE ( France)
Immatriculation : la society sera immatrn-
culee au repertoire des metiers et au re-
gistre du commerce et de soci6tes de
Martinique
Pour avis le grant FB 4141

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
SOCIAL
MADININA CONTROL
AU CAPITAL DE 7700E
18 BLD DE LA MARNE 97200 FORT-
DE FRANCE RCS DE FORT-DE-
FRANCE N" 498 694 223 000013 -
APE: 7010Z
Au course de la deliberation qui s'est tenue
le 8 avril 2011 au siege de la society, I'as-
socie unique a vote le transfer du siege
social
en consequence, I'article 4 des status
sera modified comme suit :
Ancienne redaction : article 4 siege social
Le siege est fixed au 18 bid de la Marne
97200 Fort-de-france
nouvelle redaction : article 4 : siege social
Le' siege social est fixed ZA petite Ravine
97280 LE VAUCLIN
le reste de I'article 4 demeure inchange6


eui 21 ,i 2i-ie *6fl1








http://www.iournal-iustice-martinique.com


Pour avia le grant FB 4142 Suite a I'AGE du 15 mai 2010 les asso-
cies ont decide de la mise en sommeil de
AVIS DE CONSTITUTION la society a computer du 30 juin 2008.
Aux term d'un acte SSP en date du les formalities seront effectuees aupr8s de
01/04/2011, il a ete constitute une society la CCIM de fort de France
ayant pour denomination social Pour avis la gerante FB 4147
PHIL MULTI SERVICES
siege social : quarter Morne Pitault AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
97240 LE FRANCOIS BEAUTE DES ILES
forme : SARL Unipersonnelle 21 RUE JOSEPH CLERC
nom commercial : CAPITAL DE : 7 622.45
PHIL MULTI SERVICES 97214 LORRAIN
Capital social : 1000.00E SIRET : 424 224 889
objet social: tout travaux sur r6seaux ca- A I'assemblee general extraordinaire en
blues et telecommunication date du 28 fevrier, a decide la dissolution
grant : Monsieur THEOTISTE anticipee de ladite society a computer de
philippe, quarter Morne Pitault ce jour, la society subsistera pour les be-
97240 LE FRANCOIS soins de la dissolution et jusqu'A la c16-
duree : 99 ans a computer de son immatri- ture de celle-ci la liquidation est fixee a
culation au RCS de Fort-de-France I'adresse ci-dessus, le liquidateur, est
FB 4143 charge de la liquidation avec pouvoir les
plus etendus.
AVIS DE CONSTITUTION pour avis et mention, le liquidateur
Par acte SSP en date a Fde F du FB 4148
12/04/11 AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
Forme : SARL SANTA THERESA SARL
Denomination : Delomenie Patrimoine CAPITAL DE 7625
siege social : Residence Aquamarine A 22 RUE SCHOELCHER
111 Le Lido 97233 Schoelcher 97200 FORT-DE-FRANCE
Objet : Conseil en gestion de patrimoine SIRET : 453 672 404 00010
capital :7000.00 en nature APE 4771Z
DurBe : 99ans L'assembl6e g8nerale extraordinaire des
Grant: M. Ludovic DELOMENIE associes, en date du 21 novembre 2008,
demeurant: a residence Aquamarine A au 22 rue Schoelcher 97200 Fort-de-
111 Le Lido 97233 Schoelcher france, a decide la dissolution anticipee
RCS de F-de-F pour avis FB 4144 de la society et 8 sa liquidation amiable
sous le regime conventionnel, conforme-
AVIS DE CONSTITUTION ment aux dispositions statutaires. La so-
Avis est donne de la constitution de la ciete
SARL BELCAB subsistera pour les besoins de la liquida-
Au capital de : 2000E tion et jusqu' la cl6ture de celle-ci le lieu
Siege social : Zac Riviere roches bat D4 ou la correspondence doit 8tre adressee
97200 Fort-de-france et celui o0 les actes et documents
Objet : Location de voiture de court concernant la liquidation doivent etre no-
duree tifies est 60 rue Isambert 97200 Fort de
duree : 99 ans a computer de I'immatricu- france siege de la liquidation
lation au registry du commerce et des so- elle a nomme come liquidateur MonsieL
cites de Fort de france SALEH Wahib 22 rue schoelcher 97200
Grant: M BELNY Serglo Fort-de-France, en lui conferant les pou-
demeurant : residence La Riviera bat voirs les plus 6tendus, sous reserve, de
1 apt 54 97200 Fort-de-france ceux exclusivement reserves par la loi a
nomm8 pour une duree indeterminee la collectivite des associes dans le but de
pour avis FB 4145 lui permettre de mener a bien les op8ra-
tions, en course, realiser I'actif, apurer le
AVIS DE CONSTITUTION passif, et repartir le solde entire les asso-
Suivant acte sous seing prive en date du cies dans le respect de leurs droits.
19 juillet 2010, a Fort-de-france, il a ete Le dep6t des actes et piece relatifs la li-
constitue une society a responsabilite li- quidation sera effectue au greffe du tribu-
mitee nal de commerce de fort de france en
Denomination social : annexe au registre du commerce et des
MARINES ASSOCIES societies
Nom commercial : Le liquidateur FB 4149
ONGL' ET CREATIONS
duree : 99 ans AVIS DE MODIFICATION
au capital de : 3000E STATUTAIRES
Siege social : centre commercial La Fon- PROPADIS
taine Terreville 97233 SCHOELCHER Societe par actions simplifiee au capital
Objet : La realisation de prestations de de 1 009 800 euros
services relevant de I'esthetique, ainsi 2 avenue des Arawaks, 97200 FORT DE
que la vente en gros et en detail de pro- FRANCE
duites de beauty et accessoires RCS FORT DE FRANCE 388 555 575
Gerant: Michelle Marie Ange MARTINES Aux terms des decisions des associes
demeurant : Quartier Tracee chemin de en date du 7 mars 2011, il result que :
Bonnin 97220 TRINITE Monsieur Andre HO, demeurant 21 ave-
La society sera immatriculee au registry nue du President Gaston Monnerville,
du commerce et des society tenu au 97300 CAYENNE a 6et nomme en qua-
greffe du tribunal de commerce de Fort lite de President en replacement de
de france Monsieur Charles HO HIO HEN, d8mis-
pour avis et mention sionnaire et ce, a computer du ler avril
La g8rante FB 4146 2011.
POUR AVIS
AVIS DE MISE EN SOMMEIL Le President FB 4150
CENTRE MARTINIQUAIS
DE PREVENTION AVIS DE CONSTITUTION
ET DE SECURITE (CMPS) SARL Avis est donned de la constitution de
AU CAPITAL DE 8 000 I'EURL : S.C.B
QUARTIER DOSITHEE au capital 1 000, siege social : quarter
CHEMIN CROIX GIRIN petite tracee
97213 GROS MORNE 97213 GROS MORNE


objet: construction b8timent VRD,
Magonnerie,
dur8e : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registre RCS de FdeF
Grant: Monsieur Jer(me Philippe
CESAIRE
demeurant : quarter Petite tracee
97213 GROS MORNE
nomme pour une duree ind8terminee.
Pour avis,
e grant Monsieur J6erme Philippe
CESAIRE FB 4151

AVIS AUGMENTATION DE CAPITAL
"HIBISCUS ROUGE"
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE DE
CONSTRUCTION VENTE
AU CAPITAL DE 111.000,00 EUROS
SIEGE SOCIAL : FORT DE FRANCE
(97200), ROUTE DE DIDIER, 17, RUE
DES BEGONIAS.
RCS FORT DE FRANCE 484.741.947
(2005 D 297)
Aux terms d'un acte recu par MaTtre
Victor NIMAR, Notaire Associe & FORT
DE FRANCE, le 07 Avril 2011, les asso-
cies de la Soci6et Civile Immobili8re de
Construction Vente denommee "HIBIS-
CUS ROUGE", ci-dessus identified, ont
procede a une augmentation de capital
de 1.000,00 Euros pour le porter de
110.000,00 uros A 111.000,00 euros
par la creation de 10 parts nouvelles de
100,00 Euros.
Les articles 6 et 7 des status ont e6t mo-
difi8s en consequence.
Depit legal : Tribunal de Commerce de
FORT DE FRANCE.
POUR AVIS
Me Victor NIMAR FB 4152

AVIS DE MODIFICATION
Aux terms d'une AGE en date du 10 de-
cembre 2010, I'associe majoritaire de la
SCI NOG IMMO, au capital de 3 000E,
ayant siege social a POINTE-A-PITRE
(Guadeloupe) C/O LANCRY LOGIS-
TIQUE GUADELOUPE "L.L.G" Ho Chi
Minh Bergevin, immatricul8e au RCS
de POINTE-A-PITRE sous le numero
2005 D 225, a decide :
-De d6missionner Monsieur LOUISE
Jean-Pierre de sa function de grant ; le
nouveau grant est Monsieur LANCRY
Jimmy
-De transferer le siege social de la society
: Immeuble HISSEO 16, rue Georges
EUCHARIS Lot. Dillon stade 97200
Fort de France (Martinique). L'article 4
des status a ete modified en conse-
quence.
Pour avis, le Gerant FB 4153

FEDERATION DU CREDIT MUTUEL
ANTILLES GUYANE
RUE DU PROFESSEUR RAYMOND
GARCIN 97200 FORT DE FRANCE
ASSOCIATION REGIE PAR LA LOI
DE 1901
SIRET No 453 350 894 00011
Les Membres de la Federation du Credit
Mutuel Antilles Guyane sont convies aux
Assemblies Generales Extraordinaires
de la Federation du Credit Mutuel Antilles
Guyane qui sont convoques par le
Conseil d'Administration aux dates sui-
vantes :
A) En Assemblee G6enrale Extraordi-
naire le vendredi 6 mai 2011 a 16 heures
30, dans les locaux de la Federation du
C.M.A.G. sis rue du professeur Raymond
GARCIN 97200 Fort de France,
afin de deliberer sur les projects des modi-
fications des status type des Caisses lo-
cales, des status de la Federation du
C.M.A.G. et du Reglement General de
Fonctionnement avec I'ordre du jour sui-
vant :
1. Constitution du bureau de I'Assemblee.


2. Modifications statutaires.
3. Questions diverse.
Conformement a I'article 12 des status
de la Federation du Credit Mutuel A.-G,
la present Assemblee Generale ne
pourra delib6rer que si la majority des
trois quarts des membres sent presents
ou represents.
C'est pourquoi, des a present, le Conseil
d'Administration convoque une deuxieme
Assemblee Generale Extraordinaire qui
sera appelee a se tenir si le quorum des
trois quarts des membres n'est pas reuni
(voir point "B" ci-apres).
B) En Assemblee Generale Extraordi-
naire le vendredi 20 mai 2011 a 16
heures 30 au Palais des Congrbs de Ma-
diana 97233 SCHOELCHER.
Cette deuxieme Assemblee Generale Ex-
traordinaire est convoquee pour se tenir
dans I'hypothese ou le nombre minimum
requis de membres ne peut etre reuni lors
de la premiere Assemblee G6enrale Ex-
traordinaire convoquee ci-dessus afin de
deliberer sur I'ordre du jour precise ci-
dessus sous point "A" pour la premiere
Assemblee Generale Extraordinaire.
Le Conseil d'Administration.
FB 4154

CAISSE FEDERAL DU CREDIT MU-
TUEL ANTILLES GUYANE
RUE DU PROFESSEUR RAYMOND
GARCIN 97200 FORT DE FRANCE
N SIRET : 682 033 261 00046
Les Soci6taires de la Caisse F6derale du
Credit Mutuel Antilles Guyane sont
convies aux Assembl6es Generales Ex-
traordinaires de la Caisse Federale du
C.M.A.G. qui sont convoques par le
Conseil d'Administration aux dates sui-
vantes :
A) En Assemblee Generale Extraordi-
naire le vendredi 6 mai 2011 a 16 heures,
dans les locaux de la Federation du
C.M.A.G. sis rue du professeur Raymond
GARCIN 97200 Fort de France,
afin de deliberer sur les projects des modi-
fications des status de la Caisse Fede-
rale du Credit Mutuel Antilles Guyane
avec I'ordre du jour suivant :
1. Constitution du bureau de I'Assemblee.
2. Modifications statutaires.
3. Questions diverse.
ConformBment a I'article 22 des status
de la Caisse Federale du Credit Mutuel
A.-G, la pr8sente Assemblee Generale
ne pourra deliberer que si la majority des
societaires representant les deux tiers du
capital social et les deux tiers des socie-
taires sont presents ou represents.
C'est pourquoi, des a present, le Conseil
d'Administration convoque une deuxieme
Assemblee Generale Extraordinaire qui
sera appelee a se tenir si le quorum des
deux tiers du capital social et les deux
tiers des societaires n'est pas reuni (voir
point "B" ci-apr8s).
B) en Assemblee Generale Extraordinaire
le vendredi 20 mai 2011 a 16 heures, au
Palais des Congres de Madiana 97233
SCHOELCHER.
Cette deuxieme Assemblee Extraordi-
naire est convoquee pour se tenir dans
I'hypoth8se oO le quorum des deux tiers
du capital social et les deux tiers des so-
cietaires ne peut etre reuni lors de la pre-
miere Assemblee Generale
Extraordinaire convoquee ci-dessus afin
de deliberer sur I'ordre du jour precise ci-
dessus sous point "A" pour la premiere
Assemblee Generale Extraordinaire.
Le Conseil d'Administration. FB 4155

CAISSE DU CREDIT MUTUEL
DE RIVIERE SALEE
Society civil Cooperative de Credit
Et a capital variable
RCS N' 415 133 164


Il Au tS' 16 -Pag 20


[ ANomI E5W1^









http://www.iournal-iustice-martinique.com


ORIAS no 07 032 774 affilie a la Caisse
Federale Antilles Guyane
Les societaires de la caisse du Credit Mu-
tuel de Riviere Salee reunis en Assem-
blee Generale Ordinaire, le samedi 9 avril
2011 a 9 h a la Maison des Associations
rue du 22 mai 97215 RIVIERE SALEE
ont decide :
- d'approuver la variation du Capital So-
cial et constatant que celui-ci etait de 677
947 E au 31/12/2009 s'eleve a 894 445
E au 31/12/2010.
Le President de Conseil d'Administration
FB 4156

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Society civil immobiliere LA DEGRAS,
au capital de 100 0.00 euros don't le siege
social est 82 allee du Framboisin Quar-
tier Fond Savane 97224 Ducos immatri-
cualtion en course.
Par deliberation en date du 30 mars
2011, I'assemble des associes a modified
les articles suivants :
Ancienne redaction article no 04 45 allee
des colibris Didier 97200 Fort de France
Nouvelle r6daction article n 4 82 A16e
du Framboisin Quartier Fond Savane -
97224 Ducos
Pour insertion
La gerante : Isabelle FEVAL FB 4157

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 2 mars 2011, il a ete constitute
une SARL
Presentant les caractbres suivantes :
Denomination : 2 C CREATION CA-
RAIBES
Sigle : 2 C
Adresse du siege social : 13 avenue de
I'Anse Madame 97233 Schoelcher
Objet : Edition et communication sous
toutes ses formes
Duree :99 ans
Capital : 5009 E
Nom du grant : Mme Oville Netty
Adresse : 13 avenue Anse Madame -
97233 Schoelcher
Immatriculation au registre du Commerce
en course
Pour avis, la g6rance FB 4158

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du
04/04/2011 au Diamant, il a ete constitute
une society a responsabilite limitee aux
caractenrstiques suivantes :
Denomiantion :ATOUT MECA PNEUS
Siege social : 68, avenue de Coridon -
97200 Fort de France
Objet : ventes de pneus, montages, geo-
m6tries, parallelismes, batteries, petite
mecanique.
Duree de la society : 99 ans a computer de
son immatriculation au registre du co-
memrce et des societies
Capital social : 7 500 euros lib6re pour
1.500, 00 euros en numeraires
Gerants Monsieru Yvon PERUGIEN
Madame Gyislaine PERUGIEN
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies de France
Pour avis, les grants FB 4159

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 28/03/11, il a ete constitu6
une SARL
presentant les caracteriqtiques suivantes
Denomination CARAIBES RECOUVRE-
MENT
Slgle : CR
Adresse du siege social : 48 rue Schoel-
cher 5eme Etage Porte 65 97200 Fort
de France
Objet Recouvrement de creances,
conseils aux partiuliers
Collaboration de dossier de finacement
Duree : 99 ans


Capital : 7 500 E Societe civil immobiliere en liquidation
Nom du grant : Robert GERMAIN Au capital de 1 000 euros
Christelle BORVAL Siege social : FORT DE FRANCE
adresse: Quatier Duquesne 97240 Fran- 97200 C/o SCI CAPUCINE Capucine
gois 5 Km route de Redoute, 97200 ZAC de Riviere Roche Artis Divers
FORT DE FRANCE BAtiment F1
Immatnculation au reistre du comemrce 503918716 RCS FORT DE FRANCE
en course Par decision du 29 octobre 2010, I'asso-
Pour avis cie unique a decide la dissolution antici-
la gerance FB4160 pee de la society a computer du jour de
ladite assemblee et sa mise en liquidation
CAISSE FEDERALE DU CREDIT amiable sous le regime conventionnel
MUTUEL ANTILLES GUYANE dans les conditions prevues par les sta-
SISE RUE DU PROFESSEUR tuts et les deliberations de ladite assem-
RAYMOND GARCIN blee.
97200 FORT DE FRANCE Elle a nomme comme liquidateur Mon-
INSCRITE AU R.C.S. SOUS LE sieur Jacques FELIXINE, demeurant 8,
NUMERO 682 033 261 00046 lotissement Montgerald L'oree du parc -
En date du 17 mars 2011, le Conseil 97200 Fort-de-France, pour toute la
d'Administration de la Caisse F6edrale du duree de la liquidation, avec les pouvoirs
C.M.A.G. a nomme Monsieur Alain DEL- les plus etendus tels que determines par
SERIEYS, en quality de Directeur G6en- la loi et les status pour proceder aux ope-
ral de la Caisse Federale du Credit rations de liquidation, realiser I'actif, ac-
Mutuel Antilles Guyane, en remplace- quitter le passif, et I'a autorisee a
ment de Monsieur Alain FRADIN. continue les affaires en course et a en en-
POUR AVIS gager de nouvelles pour les besoins de la
FB4161 liquidation.
Le siege de la liquidation est fixed au siege
AVIS DE CONSTITUTION social. C'est a cette adresse que la cor-
Aux terms d'un acte sous seing prive en respondance devra 6tre envoyee et que
date au Lamentin du 5 avril 2011, il a et6 les actes et documents concernant la li-
constitue une society presentant les ca- quidation devront 6tre notifies.
ract6ristiques suivantes : Les actes et pieces relatifs a la liquidation
Denomination social : K.C seront deposes au greffe du tribunal de
Forme social : Soci6et Civile Immobi- commerce de Fort-de-France, en annexe
liere au registre du commerce et des soci6t6s.
Siege social : 13 rue Schoelcher 97232 Pour avis
Le Lamentin Le liquidateur FB4163
Objet social : L'acquisition par voie
d'achat ou d'apport, la propriety, la mise ADDITIF AU JOURNAL JUSTICE
en valeur, la transformation, la construc- DU 24 FEVRIER 2011 N 8, PAGE 17
tion, I'amenagement, I'administration et la FB 3887 EURL LUIS
location de tous biens et droits immobi- Avis d'acquisition de fonds de commerce
liers, de tous biens et droits pouvant & stock de marchandises
constituer I'accessoire, I'annexe ou le lire en sus : L'entree en jouissance du
complement des biens et droits immobi- Tonds est fixee au ler avril 2011 et les op-
liers en question et a titre exceptionnel, la positions sont a I'adresse du fonds vendu
vente de biens immobiliers, dans I'interet pour avis, le grant FB 4164
de la society ;
Et ce, soit au moyen de ses capitaux pro- GOUTTIERES COUVERTURES
pres, soit au moyen de capitaux d'em- INDUSTRIELLES ANTILLES
prunt, ainsi que de I'octroi, A titre GCIA
accessoire et exceptionnel, de toutes ga- 5 IMPASSE DU PETIT MORNE -
ranties a des operations conformes au AVENUE DE LA BAIE DES ANGES
present objet civil et susceptible d'en fa- REDOUTE
voriser le developpement; 97200 FORT DE FRANCE
Et, g6neralement toutes operations ci- SARL EN COURS
viles pouvant se rattacher directement ou D'IMMATRICULATION
indirectement a cet objet ou susceptibles Aux terms d'une deliberation en date du
d'en favoriser le developpement, et ne 13 avril 2011, I'assemblee general ex-
modifiant pas le caractere civil de la so- traordinaire des actionnaires de la society
ciete. SARL GOUTTIERES COUVERTURES
Duree de la society : 50 ans a computer de INDUSTRIELLES ANTILLES a decide de
la date de I'immatriculation de la society modifier I'objet social de la society a
au Registre du Commerce et des Socie- computer du 13 avril 2011.
tes L'objet social est ainsi modified :
Capital social : 1 000 euros ancien objet social : La society a pour
Cession de parts sociales: la cession des objet la fabrication de gouttieres et la fa-
parts sociales est effectuee par acte au- brication de charpente et couverture par
thentique ou sous seing prive. Les parts elements.
sociales sont librement cessibles entire Nouvel objet social : La society a pour
associes et au profit du conjoint, des as- objet la fabrication et la pose de gout-
cendants ou descendants du cedant. tires en aluminium et charpentes cou-
Elles ne peuvent 6tre cedees a d'autres vertures par elements.
personnel qu'avec I'autorisation preala- L'article 2. OBJET des status est modified
ble de I'assemblee general extraordi- en consequence.
naire des associes. Pour avis FB4165
Gerance : Monsieur Yuk Wa KONG de-
meurant 13 rue Schoelcher 97232 Le La- AVIS DE CONSTITUTION
mention Avis est donn6 de la constitution d'une
Immatriculation de la soci6te au Registre society a responsabilite limitee denom-
du Commerce et des Socletes de Fort de mee MC CARIBEAN SARL. Siege social
France : : Prestige de la Meynard. Pilot 6 no 365,
Pour avis, 97200 Fort de France. Objet : La com-
Pour la Gerance, mercialisation de products cosmetiques.
Le Mandataire, FB 4162 Durbe : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation de la society, Capital: 1000 . Ge-
SCI JMC rance : Michelle FEDRONIC 89, ancienne
AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE route de Schoelcher, la Madrague 2 -


97233 Schcelcher et Claude LERIDER,
Prestige de la Meynard lot 6 No 365
97200 Immatriculation au RCS de Fort
de France. FB4166

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
Identification de I'organisme qui passe le
march : Conseil R4gional de la Marti-
nique
Service de la formation professionnelle,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
De-France Martinique, tel : 05 96 59-64-
60 / telecopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marches publics"
Repr6sentant du pouvoir adjudicateur:
Le President du Conseil Regional de la
Martinique
Procedure de passation : Procedure
adaptee en vertu de I'article 30 du Code
des Marches Publics (CMP)
Objet du march :
Realisation d'actions deformation au titre
du Programme regional de formation pro-
fessionnelle des jeunes 2010 (lots 01 a
47), a.:destination des jeunes de 16 &
moins de 26 ans sans qualification.
Reference d'indentification du march :
FP-JEU-1101 (lots 01 a 47)
Caracteristiques principles : Objectif ge-
neral de la prestation :
La present consultation porte sur le
choix de prestataires (organismes de for-
mation) devant r6aliser les actions de for-
mation dans le cadre du Programme
regional de formation professionnelle des
jeunes (PRFPJ) 2011 conformement
aux cahiers des charges.
Type de march :
Marches simples Marches a tranche
ferme et tranche conditionnelle
Allotissement :
La prestation sera divisee en 47 lots qui
seront attributes separement a savoir:
1 Secteur agriculture :
- Lot 01 : MAN-Pr6pa/Qualif CAPA option
production agricole, utilisation des mate-
riels, specialist productions v6egtales
(Nord)
- Lot 02 : MAN- Prepa/Qualif CAPA main-
tenance des materiels (Nord)
- Lot 03 : MAN-Pr6pa/Qualif CAPA option
production horticoles, speciality produc-
tions fruitieres (Sud)
- Lot 04 : MAN-Prepa/Qualif BAC Pro Tra-
vaux paysagers (Nord)
2 Secteur environnement:
- Lot 05 : MAN-Prepa/Qualif CAPA option
entretien de I'espace rural (Nord )
- Lot 06 : MAN-Prepa/Qualif CAP mainte-
nance et hygiene (Centre)
- Lot 07 : MAN-Prepa/Qualif BAC Pro hy-
giene et environnement (Centre)
3 Secteur industrie-BTP :
- Lot 08 : Ouvrier polyvalent BTP (Centre)
- Lot 09 : MAN-Prepa/Qualif CAP Instal-
lateur sanitaires (Centre)
- Lot 10 : MAN-Prepa/Qualif CAP Peintre
(Centre)
- Lot 11 : MAN-Pr6pa/Qualif CAP Mainte-
nance de v4hicules automobiles option
motocycles (Nord)
- Lot 12 MAN-Prepa/Qualif CAP Mainte-
nance de vehicles automobiles option
vehicules particuliers (Centre)
- Lot 13 : MAN-Prepa/Qualif BAC Pro
electrotechnique (Centre)
- Lot 14 : MAN-Pr6pa/Qualif BAC Pro
construction bAtiment gros oeuvre (Cen-
tre)
4 Secteur tourisme-hOtellerie-restaura-
tion :
- Lot 15 : MAN-Prepa/Qualif CAP Ser-
vices hoteliers (Sud)
- Lot 16 : MAN-Pr6pa/Qualif CAP cuisine
(Centre)
- Lot 17 : MAN-Prepa/Qualif CAP Patis-
serie (Centre)


IF 'euh 27 AprIl 2011 -jutice16 2


A A









http://www. journal-justice-martinique. cor


- Lot 18 : MAN-Prepa/Qualif CAPA option
industries agro alimentaire specialit6 ou-
vrier polyvalent de travail industrial des
viandes (Centre)
- Lot 19 : MAN-Pr6pa/Qualif BAC Pro res-
tauration (Centre)
- Lot 20 : MAN-Prepa/Qualif BAC Pro ac-
cueil-relations client et usagers (Sud)
5 Services :
- Lot 21 : MAN-Pr6pa/Qualif DEAVS
(Centre)
- Lot 22 : MAN-Prepa/Qualif DEAVS
(Nord)
- Lot 23 : MAN-Pr6pa/Qualif CAP option
services en milieu rural (Centre)
- Lot 24 : MAN-Pr6pa/Qualif BPJEPS
specialite activities sports collectifs (Cen-
tre)
- Lot 25 : MAN-Prepa/Qualif CAP Agent
de prevention et de mediation (Centre)
- Lot 26 : MAN-Prepa/Qualif CAP Agent
de security (Centre)
- Lot 27 : MAN-Prepa/Qualif BAPAAT op-
tion loisir du jeune et de I'enfant (Centre)
6 Divers :
- Lot 28 : MAN-Prepa/Qualif CAP Vente
relation clientele (Centre)
- Lot 29 : MAN-Pr6pa/Qualif CQP Agent
de suret6 aeroportuaire (Centre)
- Lot 30 : MAN-Pr6pa/Qualif BAC Pro
Micro informatique et reseaux installa-
tion et maintenance (Centre)
- Lot 31 : MAN-Prepa/Qualif BAC Pro
commerce (Centre)
-Lot 32 : MAN-Prepa/Qualif BAC Pro
comptabilite (Centre)
-Lot 33 : Passeport de competences in-
formatique europeen (Centre)
-Lot 34 : Formation Frangais langues
6trang6res (FLE) (Centre)
- Lot 35 : Formation Frangais langues
etrangeres (FLE) (Centre)
-Lot 36 : Formation Frangais langues
etrangeres (FLE) (Sud)
- Lot 37 : MAN ler degree (Centre)
- Lot 38 : MAN ler degree (Centre)
-Lot 39 : MAN ler degree (Nord)
- Lot 40 : MAN ler degree (Sud)
-Lot 41 : MAN 26me degree (Centre)
-Lot 42 : MAN 26me degree (Centre)
- Lot 43 : MAN 26me degree (Nord)
-Lot 44 : MAN 26me degree (Sud)
-Lot 45 : MAN specifique 6nergie renou-
velable (Nord)
-Lot 46 : Atelier de vie (Centre)
- Lot 47 : Atelier de vie (Centre)
Allotissement (suite) :
Possibility de presenter une offre pour un
ou plusieurs lots.
DurBe d'execution du march :
La duree d'execution du march sera pro-
posee pour chaque lot par les candidates.
Ils devront a cet effet renseigner I'article 4
de I'acte d'engagement.
Lieu d'ex6cution :
Sur tout le territoire de la Martinique
Modalites essentielles de financement et
de pavement du march : Financement:
Fonds propres de la Region
- Paiement:
. Virement administratif
. DBlai global de pavement : 30 jours
SPrix revisable
.Une advance de 5 % est prevue
Variantes :
Non autorisees
Adresse aupres de laquelle les docu-
ments peuvent etre obtenus :
Le dossier de consultation des entre-
prises sera remis gratuitement par le ser-
vice de la Formation professionnelle
Rue Gaston Deferre Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 64 60
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut etre egalement tele-
charge a I'adresse Internet sus indiquee.


Conditions de participation : CritBres de
selection des candidatures :
- Les capacities professionnelles, tech-
niques et financieres du candidate
O Situation propre des operateurs eco-
nomiques, (y compris exigences relatives
a a a I'inscription au registre du com-
merce ou de la profession): Renseigne-
ments et
formalities necessaires pour evaluer si
ces exigences sont remplies :-a d4clara-
tion
du candidate (conforme au module DC 5 -
version octobre 2008)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation a etre
Titulaires du march (disponible sur in-
ternet a I'adresse suivante :
www.minefi.gouv.fr, theme : marches pu-
blics).
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au module DC 4 dans sa version d'avril
2007) disponible 4galement sur internet
A l'adresse suivante :
http://www.minefi.gouv.fr, theme : mar-
ches publics)
0 Capacites professionnelles
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences
sont remplies :
- presentation d'une liste des principaux
services effectues au course de la
dernibre annee, indiquant le montant, la
date et le destinataire public ou
priv4. Les prestations de services sont
prouvees par des attestations du
destinataire ou, a d6faut, par une d6cla-
ration du candidate
-Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la
preuve de la capacity du candidate.
- indication des titres d'etudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des
cadres de I'entreprise, et notamment des
responsables de prestations de
services de meme nature que celle Jc
march.
D Capacites economique et financiere :
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour 6valuer si ces exigences
sont remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires
concernant les services objet du march,
realises au course du dernier
exercise disponible
-D6claration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les
risques professionnels.
O CapacitBs techniques :
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences
sont remplies :
-une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de
recherche de son entreprise ;
-D4claration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et
I'importance du personnel d'encadrement
au course de la derniere annee.
CritBres de jugement des offres :
L'offre Bconomiquement la plus avanta-
geuse sera appr4ciee en function des cri-
teres 6nonces ci-dessous :
* La valeur technique de I'offre affected
d'un coefficient 5 et appreciee & partir du
dossier technique d6taille requis au 5-1
du reglement de consultation selon les
sous criteres suivants :
- respect du cahier des charges et/ou du
referentiel
- materiels mobilises et locaux
- quality et experience des formateurs en-
cadrement pedagogique
- conditions de suivi des stagiaires
* Le prix de la prestation affected d'un coef-


ficient 3
* Le delai global d'execution de la presta-
tion propose a I'article 4 de I'acte d'enga-
gement affected d'un coefficient 2
Negociation des conditions du march 6
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas 6chBant 6tre negociees avec
les candidates apres examen de leur offre
Delai de validity des offres :
240 jours
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
etre obtenus :
Conseil regional de la Martinique (Service
de la formation professionnelle) ou en
ligne a I'adresse sus indiquee
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent etre
obtenus :
Conseil regional de la Martinique (Service
de la formation professionnelle) ou en
ligne a I'adresse sus indiquee
Date limited de reception des offres :
Le mardi 17 mai 2011 a 16 H 00 (heure
de Martinique)
Adresse a laquelle les offres doivent etre
envoyees:
Reception des offres :
- centre recepisse au Conseil Regional de
la Martinique Service de -la Formation
professionnelle rue Gaston Deferre -
Cluny-97200 Fort-de-France Martinique
- par voie postal (le cachet de la poste
faisant foi)
Delai laisse au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales :
8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours:
Tribunal Administratif de Fort-de-France
Immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
-B.P 683 97264 Fort-de-France Cedex
Tel : 0596-71-66-67 Fax : 0596
63.10.08
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interd6partemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX7
Telephone : 01.44.42.63.43
Telecopie : 01.44.42.63.37
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent Atre obtenus concernant
['introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif
Croix de Bellevue
97200 Fort-de-France
Te1: 0596-71-66-67
Fax : 0596 63.10.08
Transmission des dossiers d'offre par
voie demat6rialisee :
Autorisee
Autres renseignements :
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-form e de dmatrialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marches publics"
Cette plate-forme permit notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
- le telechargement des avis, reglement
de consultation et DGE
- la transmission par voie Blectronique
des dossiers d'offres
Pour le telechargement du DCE les can-
didats sont invites a bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra etre utilisee afin de les in-
former des eventuelles modifications ap-


portees au DCE.
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion :
Le 14 avril 2011 FB4167

CACEM
AVIS DE MARCH
IDENTIFICATION DE L'ORGANISME
QUI PASSE LE MARCH
Communaute d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75 82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact : M. Pierre Samot, Pre-
sident de la CACEM
Courrier 6lectronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse g4enrale du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Adresse internet du profile d'acheteur :
http://www.achatpublic.com
OBJET DE LA CONSULTATION
Accompagnement juridique et technique
dans I'elaboration des documents de
consultation dans le domain des mar-
ches publics.
CARACTERISTIQUES PRINCIPALS
Assistance a I'analyse prealable des be-
soins
Assistance a la redaction, a la prepara-
tion et a I'analyse des documents relatifs
aux marches publics
PROCEDURE DE PASSATION
Procedure adapt4e selon I'article 30 du
Code des Marches Publics
DUREE DU MARCH
Le march est conclu pour une duree de
6 mois a computer de la notification du
march. II pourra 6tre reconduit une (1)
fois.
JUSTIFICATION A PRODUIRE
Les candidates devront remettre a la
CACEM un pli comprenant les pieces de-
crites dans le r6glement de la consulta-
tion.
CRITERES D'ATTRIBUTION
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonces ci-dessous :
1. 60 % pour le memoire technique;
2. 40% pour le prix.
RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
TAIRES
NumBro de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2011/11A/DGA2/MAPA.
Delai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 90 jours a computer de la date limited de
reception des offres
Le Dossier de Consultation des Entre-
prises peut 6tre recupere sur le site de la
CACEM a I'adresse suivante :
http://www.achatpublic.com. Les candi-
dats qui le souhaitent peuvent obtenir
I'ensemble du dossier de consultation
sous forme paper a I'adresse du pouvoir
adjudicateur aux heures et jours d'ouver-
tures des bureau : les lundi, mardi et
jeudi de 8 h a 12 heures et de 14h a 16h
et les mercredi et vendredi de 8h a 12h.
Seules les offres sous forme paper de-
posees ou envoyees a I'adresse indiquee
dans la rubrique "Adresse auprbs de la-
quelle les offres doivent etre deposees"
dans le delai imparti seront acceptees.
Par consequent, les offres transmises par
voie electronique ne seront pas prises en
consideration.
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS
14/04/2011
DATE LIMITED DE RECEPTION DES OF-
FRES
11/05/2011 a 12 heures
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMI-
NISTRATIF ET TECHNIQUE:


h 21 Apri 20e1 -justicIS1-i Vt'2


[ lA NA10ICE5 UALE5









http://www.ioural-iustice-martinique.com


CACEM Commande Publique
Point de contact: Mme PEDRON
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
ADRESSE AUPRES DE LAQUELLE LE
CAHIER DES CHARGES ET LES DO-
CUMENTS COMPLEMENTAIRES PEU-
VENT ETRE OBTENUS ET A
LAQUELLE LES OFFRES DOIVENT
ETRE ENVOYEES:
CACEM Commande publique 4eme
etage
Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97200 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse internet : http://www.achatpu-
blic.com
Le President
Pierre SAMOT FB4168

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
Identification de I'organisme qui passe le
march : Conseil Regional de la Marti-
nique
Service de la formation professionnelle,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
De-France Martinique, tel : 05 96 59-33-
38 telecopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marches publics"
ReprBsentant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Regional de la
Martinique
Procedure de passation :
Procedure adaptee en vertu de I'article 30
du Code des Marches Publics (CMP)
Objet du march :
Realisation d'actions de formation au titre
du Programme Regional de Formation
Professionnelle (PRFP) 2011, a destina-
tion des demandeurs d'emploi (lots 1 a
32).
Reference d'indentification du march :
FP-ADU-1101
Caracteristiques principles :
Objectif general de la prestation :
La present consultation porte sur le
choix de prestataires (organismes de for-
mation) devant realiser les actions de for-
mation dans le cadre du Programme
Regional de Formation Professionnelle
(PRFP) 2011 conformement aux cahiers
des charges.
Modalites d'attribution des marches
L'attribution se fera par marches spares
(lot par lot)
Allotissement:
La prestation sera divisee en 32 lots qui
seront attributes separement a savoir:
Secteur AGRICULTURE :
- Lot 1 : Bac professionnel conduit et
gestion d'une exploitation agricole pro-
ductions animals (Nord)
- Lot 2 : CAPA productions horticoles spe-
cialite productions florales et legumieres
(Sud)
- Lot 3 : CAPA productions horticoles spe-
cialite productions fruitieres (Nord)
- Lot 4 : Certificat de specialisation Pro-
duction, transformation et commercialisa-
tion des products fermiers (Sud)
Secteur ENVIRONNEMENT:
- Lot 5 : BTSA gestion et maitrise de I'eau
-maitrise de I'eau assainissement (Cen-
tre)
- Lot 6 : Technicien en entretien de course
d'eau (Nord)
- Lot 7: CAP maintenance et hygiene des
locaux (Sud)
- Lot 8 : CQP installateur thermique et
photovoltaique (Nord)
- Lot 9 : Mention complementaire-techni-
cien en energies renouvelables option
energie thermique (Nord)
- Lot 10 : Certificat de specialisation tailles
et soins aux arbres/elagage (Nord)


Secteur INDUSTRIE-BTP :
- Lot 11 : Bac professionnel technician
geometre-topographe (Centre)
- Lot 12 : Master professionnel construc-
tion durable/eco-quartier (Centre)
- Lot 13 : Licence professionnelle inge-
nierie de I'efficacite energ6tique des bAti-
ments (Nord)
- Lot 14 : Ouvrier polyvalent BTP (Centre)
- Lot 15 : Chef de chantier gros-ceuvre
(Sud)
Secteur TOURISM :
- Lot 16 : Assistant commercial tourisme-
h6tellerie (Sud)
- Lot 17 : BTS ventes et productions tou-
ristiques (Nord)
- Lot 18 : CQP Assistant d'exploitation op-
tion restaurant/hebergement (Sud)
Secteur SERVICES :
-Lot 19: DEAVS (Nord)
- Lot 20 : Preparation au concours d'aide
soignant (Nord)
- Lot 21 : Preparation au concours d'auxi-
liaire de puericulture (Sud)

- Lot 22 : Preparation au concours d'infir-
mier (Centre)
- Lot 23 : CAPA services en milieu rural
(Sud)
- Lot 24 : BEPA services aux personnel
(Nord)
DIVERS:
- Lot 25 : Reactualisation des connais-
sances en bureautique et secretariat
(Centre)
- Lot 26 : R6actualisation des connais-
sances en comptabilite et informatique
(Sud)
- Lot 27 : BTS comptabilite et gestion des
organizations (Nord)
- Lot 28 : Agent de maintenance en ma-
rine de plaisance (Sud)
- Lot 29 : Mention complementaire Assis-
tance, conseil, vente a distance (Centre)
- Lot 30 : Licence professionnelle res-
sources humaines (Centre)
- Lot 31 : Licence professionnelle mana-
gement operationnel des PME organisa-
tions et entrepreneurial (Centre)
- Lot 32 : Assistant de gestion option ges-
tion administrative et financiere (Centre)
PossibilitB de presenter une offre pour un
ou plusieurs lots.
Duree d'execution du march : La duree
d'execution du march sera proposed
pour chaque lot par les candidates. Ils de-
vront A cet effet renseigner les articles 4
et 5 de I'acte d'engagement.
Lieu d'execution : Sur tout le territoire de
la Martinique
Modalites essentielles de financement et
de pavement du march: Financement:
Fonds propres de la Region et cofinance-
ment FSE
- Paiement:
. Virement administratif
. Delai global de paiement : 35 jours
. Prix revisable
. Une advance de 5 % est prevue
Variantes : Non AutorisBes
Adresse aupres de laquelle les docu-
ments peuvent etre obtenus :
Le dossier de consultation des entre-
prises sera remis gratuitement par le ser-
vice de la Formation professionnelle
Rue Gaston Deferre Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 63 38/0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut 6tre 6galement tele-
charge a I'adresse Internet sus indiquee.
Conditions de participation : CritBres de
selection des candidatures
Les candidatures seront selectionnees au
regard des trois criteres suivants :
- les capacities professionnelles, tech-
niques et financibres


* Situation propre du candidate :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- la declaration du candidate conforme au
module DC2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation a etre titulaires du
march
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants conforme
au module DC1 dans sa version septem-
bre 2010)
Capacites professionnelles
Renseignements et formalities neces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principaux
services effectues au course de la derniere
annee, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou prive. Les presta-
tions de services sont prouvees par des
attestations du destinataire ou, a defaut,
par une declaration du candidate
-Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
-CV et copie des dipl6mes des interve-
nants
- indication des titres d'etudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des cadres de
I'entreprise, et notamment des responsa-
bles de prestations de services de meme
nature que celle du march.
Capacites economique et financier :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les services objet du march,
realizes au course du dernier
exercise disponible
-Declaration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
CapacitBs techniques :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences
sont remplies :
-une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
-Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
Criteres de jugement des offres :
L'offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
* La valeur technique de I'offre affected
d'un coefficient 5 et appreciee a partir du
dossier technique detaille requis et se de-
clinant selon les sous criteres suivants :
- Respect du referentiel et/ou du cahier
des charges,
- Quality et experience des formateurs,
- MatBriels mobilises et locaux,
- M6thodes de suivi des stagiaires
SLe prix de la prestation affected d'un coef-
ficient 3
* Le delai global d'execution de la presta-
tion proposed a I'article 5 de I'acte d'en-
gagement affected d'un coefficient 2
Negociation des conditions du march a
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas echeant Atre negociees avec


les candidates apres examen de leur offre
DBlai de validity des offres : 240 jours
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
etre obtenus : Conseil regional de la Mar-
tinique (service de la formation profes-
sionnelle) ou en ligne a I'adresse sus
indiquee
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent 6tre
obtenus : Conseil regional de la Marti-
nique (service de la formation profession-
nelle) ou en ligne a I'adresse sus indiquee
Date limited de reception des offres : Le
Lundi 23 mai a 16 H 00 (heure de Marti-
nique)
Adresse a laquelle les offres doivent etre
envoyees : Reception des offres contre
recepisse au Conseil Regional de la Mar-
tinique Service de la Formation profes-
sionnelle rue Gaston Deferre -Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique
Delai laisse au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort-de-
France
Immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
-B.P 683 97264 Fort-de-France Cedex
Tel : 0596-71-66-67 Fax : 0596
63.10.08
Organe charge des procedures de me-
diation : Comite consultatif interdeparte-
mental de reglement amiable des litiges
relatifs aux marches publics de PARIS
(C.C.I.R.A de Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
Telephone : 01.44.42.63.43
Telecopie : 01.44.42.63.37
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recourse : Le greffe du
Tribunal administratif
Croix de Bellevue
97200 Fort-de-France
Tel : 0596-71-66-67
Fax : 0596 63.10.08
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee : Autorisee
Autres renseignements :
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marches publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
- le t6lechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie electronique
des dossiers d'offres
Pour le telechargement du DCE les can-
didats sont invites A bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra etre utilisee afin de les in-
former des 6ventuelles modifications ap-
portees au DCE.
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion : Le lundi 18 avril 2011
FB 4169


7 A -1 ,t h'6 Page2


K' I7







,I*^dI


iJustice- est habilite
a publier les annonces
legales etjudiciaires


Collectivites, Cabinets d'avocats, Notaires,
Experts comptables et Particuliers
Justice est un journal hebdomadaire d'information paraissant le
jeudi, habilite par la Prefecture, a publier les annonces legales et
judiciaires sur le Departement de la Martinique.
Les tarifs applicables en matiere d'annonces legales etjudiciaires, cal-
cules a la ligne, sont fixes chaque annee par arreti prefectoral.
Votre announce dolt nous parvenir le vendredi avant 1 1 heures
date de bouclage du journal pour une parution le jeudi suivant.
Votre Facture et unjustificatif vous seront expedies des parution
dujournal.


ServQiUceds announce u0s5goles M Wano-




WW [,-. w


Abonnez-vous i JUSTICE

Je desire recevoir "JUSTICE" chaque semaine a mon domicile
Nom ....................... ... ........ .. ...... Prenom................................... ..............
A d re s s e e xa c te ...................................... .............. ... ............. .................. .... ................................... ..................................
. o m...... .. ...... .. ...... ... .. ...... .. ... ...... .. ...... ... .. ...... .. ... ...... ....................... ... .. ...... ..... ...... .. ......... .. ...... .. ... ...... .. ...... ... .. ...... .. ... ...... .. .. ... ... .. .............................................. ......................


Je regle par :


7 cheque bancaire


A I'ordre de la Societe des Editions Justice
Nos tarifs :
MARTINIQUE
GUADELOUPE/GUYANE
FRANCE
(Frais de port inclus)


jl] cheque postal


1AN
I- 90
U 100
i_ 110


6 MOIS
Q 50
I155
S160


j] especes


3 MOIS
i] 35 E
i 37
1 45


Retourner ce bulletin a : Societ6 des Editions "Justice" B.P. 4031 46 Rue Andr6 Aliker & E Zola 97202 Fort-de-France cedex
T6 : 05.96 71 86 83 Fax : 05.96.63.13.20 e-mail : ed.justice@wanadoo.fr Siret : 384 449 641 00016 RC 92B 131


~"
-"~