<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00213
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 4/14/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00213
System ID: UF00088914:00213

Full Text
azine hebdomadaire d'information communist


Jeudi 14 Avril 2011 91eme Annee N'

Cesaire Lu
.S 'i .*


15 Martinique: 2,00 France: 2,40 E DOM: 2,20


E.D.F.:
Jusqu'ou le pouvoir va-t-il
laisser pourrir le conflict ?
C6te 6'lvoire:
L'armee colonial fran-
gaise a aide Ouattara a
"dechouker" Gbagbo







http://www.journal-iustice-martinique. com


La Martinique n'oublie pas Thierry Dol

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au
Niger dans la nuit du 15 au 16 septembre,
avec quatre autres Frangais, un Togolais et
un Malgache, employes des societes fran-
gaises Areva et Satom, par la branch d'Al-
Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est
soutenu moralement par toute la Martinique,
y compris les militants communists et leur
journal Justice.


Ik a 1 ri'01in1 Pl


Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. :05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerle Martiniqualse
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


s Journee ae o#couverte et 6e visits autour 6u cacao
L'association pour la Promotion de I'Economie Rurale (APER) invite a une journee de
decouverte et de visits d'exploitations de cacaoyers, d'unites de transformation du
a ka Pase ..................... 2 cacao et de chocolateries en Martinique, le vendredi 15 Avril 2011, de 8 heures a 14
heures, la veille de la 19eme edition de la Foire Agricole et Artisanale de Riviere-Pi-
E ito ............... ......... lote.
- Aime Cesaire au Pantheon Inscriptions et renseignements aupres de Mme BAPTE Josiane, Presidente de
S...... I'APER, Coordinatrice de d'op6ration, au si6ge de I'APER (Ancienne Ecole Mater-
tE cia e .... nelle, rue du Marronnage, Bourg de Riviere-Pilote) les mercredis et samedis, de 9h30
- DF La mobilisation e po t 12h30, ou par t61ephone au 06 96 33 08 02 et 06 96 37 04 28.
- Accord transporteurs a benne
- Subvention : le cancer nous guette
- LEs travailleurs sociaux mobilisds 0gg 0 0 0
- Les travailleurs socaux mobilises Prsentation 6u Liwvre e Gilbert Pao: "'lInsurrection Oe Martinique

Soci .................... 6/7 (1870-1871)"
- Laurent Prevost : nouveau Pr-fet
- Reconstruction du Lycee Schoelcher Ce livre retrace le fil des ev6nements de I'insurrection du Sud de la Martinique de
1870. Gilbert PAGO, Directeur de L' IUFM de Martinique et specialist d'histoire de
Politi4ue ............... 8/9 la CaraTbe, des Antilles frangaises, restitue les relations sociales, raciales, coloniales
- Collectiviti Unique en Martinique tout just sortie de I'abolition de I'esclavage. Alain Plenel signe la pre-
- Cesaire au Panthdon : Discours face du Livre.
- Mayotte bascule a gauche Conference debat: jeudi 14 avril, 18h30 a I'Atrium
Seance de dedicace : Samedi 16 avril de 10h A 12h30 a la Librairie Alexandre
Vieu Parti ............... 10/12
- Remise des cartes 2011 Le Colectif u 5 Fevrier (K5F)fait le point sur le movement soal
- Intervention de Georges Erichot L Co tir f t point s m
- Motion sur la vie chore en Mdrtiniquadi

NotreAmeriue .............. .3 Le vendredi 8 avril 2011, le Collectif du 5 Fevrier invitait la press pour son compete
- Cuba fait le bilan de I'aide en Haiti rendu mensuel et pour paler de la situation social en Martinique. Le collectif s'in-
surge centre les attaques du monde patronal contre les salaries dans les different
PaUle Morne ............. 1/15 conflicts, qu'il accuse de porter atteinte "a' [Cconomie", et centre son refus du dialogue
- Afrique meurtrie
- Le choc japonais social, notamment a I'occasion des N.A.O (Negociations Annuelles Obligatoires). II
- Flash Hebdo reaffirme son soutien aux luttes actuelles et prepare activement la grande mobilisa-
tion du ler mai, journee de lutte des travailleurs.
Anminoafe Lgal ...........f. 16/19
Annoncetigad.......... Plais e justice : Des 6ouaniers soupponn#s e contrebande

Agea Culture ............... 20
- Concert de Yolanda Suarez Le monde judiciaire en ebullition avec I'interpellation de 11 personnel sur qui present
- Coucours de la Podsie en langue des soupcons de contrebande de products vestimentaires voles entire la France et la
crdole des pays de la Caraibe Martinique. "Le traffic de vitement vole est aviri, apris ifreste d determiner le rdCe de
clacun dans le dlroulement de ce traffic affirme le procureur de la Republique Claude
Bellanger. Ce traffic aurait profit a des commergants qui les revendaient ensuite avec
la complicity de deux douaniers qui ne faisaient pas payer les taxes exigibles..
"JUS TWICE
Administration & Rdaction : Colectif si53Orppele uUeuneactionnpourles-'contratsaides"
Administration & Redactionp
Tel.: 05 96 71 86 83 "Pour employi, centre la prekarite et le ch6mae"
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr Le "Collectifdes 5300", avec le soutien du "coflectifdu 5fivrier" appelle au Ras-
semblement a la maison des syndicats vendredi 15 avril b 8 heures pour une action
.- de protestation.


5.4X PS


/






http://www.iournal-iustice-martinique.com


pE m .


Aime Cesaire au Pantheon: hommage sincere ou recuperation politicienne?


Entrer au Pantheon est un privilege reserve a quelques
grands hommes ayant marque de leur empreinte I'histoire
de la France. C'est la reconnaissance d'une vie exem-
plaire au service de I'ideal republican et I'assurance que
le souvenir de I'ceuvre realisee par le defunt perdurera
dans la memoire des generations a venir, alimentant leur
volonte de toujours mieux faire, pour le bien de la nation
et de I'humanite toute entire.
Le president de la Republique qui s'etait rendu en Marti-
nique en avril 2008 a I'occasion du deces d'Aime Cesaire
et avait rendu un hommage national a celui-ci, vient de le
faire entrer symboliquement au Pantheon, au course d'une
ceremonie solennelle oi fut devoilee une plaque com-
memorative. Entree symbolique, car la famille du poete,
soucieuse de respecter ses dernieres volontes, a refuse
que ses restes soient transports en France. Oui, Cesaire
voulait etre enterre parmi les siens, dans cette terre mar-
tiniquaise arrosee et fertilisee par le sang et la sueur de
tant d'esclaves africains, de tant de Negres exploits,
ecrases, humilies et nies dans leur humanity. Sa famille
a done bien fait. Tout comme elle a bien fait d'accepter
d'aller & Paris assister A la ceremonie du 6 avril, car Aime
Cesaire a merited cet hommage.
II I'a merited pour son ceuvre poetique, authentique, lumi-
neuse, fulgurante et puissante, pour son combat centre
I'alienation de I'homme noir, pour la dignity du Martini-
quais, aussi pour son action au Parlement et comme
maire de Fort-de-France.
Si le people martiniquais, qui I'aimait tant, avait ete
consult pour savoir si oui ou non il etait legitime que lui
soit rendu un tel hommage, il ne fait pas de doute qu'il
aurait repondu majoritairement "oui.
Cependant, il faut savoir rester lucide et ne pas oublier le
passe. Le passe, c'est I'ostracisme don't la France offi-
cielle, celle qu'incarne Nicolas Sarkozy, a frappe Aime
Cesaire durant tant d'annees: la France de de Gaulle, de
Pompidou et de Giscard d'Estaing. N'oublions pas nos
ouvriers agricoles et nos jeunes tues par les "forces de
'ordre"durant cette period de repression colonial ou la
droite etait au pouvoir. Le passe, c'est aussi le refus du
'"Wgrefondazmentad'de recevoir en 2005 Nicolas Sar-
kozy, alors dirigeant de I'UMP, ce parti politique qui a fait
voter une loi reconnaissant les aspects positifs de la co-
lonisation. Le passe, c'est encore les propos racistes
tenus au Senegal par le meme Nicolas Sarkozy affirmant
que I'Afrique n'etait pas encore entree dans I'Histoire.
Hasard du calendrier ou choix habile, il se trouve que le
"pre du people martiniquais" est entree au Panth6on
alors que la France officielle celebrait "fannee des outre-
mer". Que le gouvernement veuille faire mieux connaitre
les "outre-mer"du people frangais est a priori une bonne
chose. Mais quand on sait que les peuples d'outre-mer
sont majoritairement "de coufeur", non blancs, et quand


on constate la stig-
matisation don't sont
victims, dans le dis-
cours official, les im-
migres non
europeens, on n'a
aucun mal a conce-
voir que les festivities
organisees durant
cette "annie des
outre-mer" n'auront
aucun impact positif
sur la montee du ra-
cisme et de la x6no-
phobie en France. II
est vrai que les 6lec-
tions presidentielles auront lieu dans un an et que Nico-
las Sarkozy, en baisse constant dans les sondages et
avec une UMP menacee de dislocation, a un imperieux
besoin des voix des "outre-mer"
Alors qu'Aime Cesaire entrait symboliquement au Pan-
theon, son Afrique tant aimee etait meurtrie. L'Occident,
A I'initiative de Nicolas Sarkozy principalement, au nom
du droit a I'ingerence humanitaire, a declench6 une des-
tructrice champagne de bombardments aeriens centre la
Libye, allongeant ainsi la listed des morts et des bless6s :
les forcesde a coalition", les "a"les"comme on les ap-
pelle aussi, Frangais en tote, sous I'egide de t'ONU
d'abord, puis sous de I'OTAN, ont multiplied -et continent
de multiplier- le nombre de victims, tuant et blessant
aussi bien les soldats de Kadhafi que les civil et les "re-
beldes"qu'elles sont censees prot6ger. Et voilc que le se-
cretaire general de I'OTAN reconnat enfin qu'il n'y a pas
de solution militaire au conflict libyen. Quel echec pour I'im-
p6rialisme occidental et pour Sarkozy! En C6te d'lvoire, la
"communauti international" c'est-A-dire I'Occident,
ayant pris des le d6but du processus electoral le parti de
son ami Alassane Ouattara, voici que la France de Sar-2
kozy se trouve engage dans une guerre civil I'issue
incertaine, don't elle espere cependant tirer de substan-
tiels profits economiques, comme aux bons vieux temps
de I'empire colonial.
En resume, s'il est indeniable que la 'panthionisation"
d'Aime Cesaire est un hommage m6rit6 et une cause de
fiert6 pour le people martiniquais, il n'en demeure pas
moins vrai que Nicolas Sarkozy I'a conque comme une
habile operation politicienne monte avec I'aide de
quelques intellectuals ultramarins assimil6s, et destinee !
redorer son blason personnel.
Les electeurs martiniquais devront avoir tout cela present
A I'esprit quand ils seront appeles & choisir le president de'
la Republique en 2102!
M.Belrose


-eraiIp* AvrS2 tice n 75 Pae-







http://www.iournal-iustice-martinique.com


La grOve EPF : Report he la Bcision u Conseil d'Etat

La mobilisation se pursuit
- ~ 1 ..:: :; -I;P... ;; -: : -- : : ,,,---- --, n /, ,,,,,,,, .. .... ,, .. ,,,,,,,i, ,


Le pouvoir ne doit pas laisser pourrir la greve a EDF
Les salaries d'EDF sont d6termin6s 6 poursuivre le movement
et faire valoir la justesse de leurs revendications salariales. A
savoir le paiement du complement de 15 % sur la prime de 40
% allou6e aux fonctionnaires.
EDF et la S6chilienne-Sidec avaient introduit une requete au-
pres du Conseil d'Etat concernant I'interpr6tation des textes
portant la demand des salaries quant a la revalorisation de
leurs salaires (complement de 15 %). Le rapporteur public a
demanded, le 7 avril 2011, que la requ6te en interpretation de la
S6chilienne-Sidec soit d6claree irrecevable car EDF n'est plus
une entreprise publique. Cette decision constitute un tournant
dans la greve menee par la FNME-CGT (F6deration national
des mines et de I'6nergie) dans les Dom. La decision finale du
Conseil d'Etat a ete mise en delib6re.


tinique, Guadeloupe, Guyane, Reunion et Saint-
Pierre et Miquelon.
Si le Conseil d'Etat suit le rapporteur public, les
salaries privil6gient I'organisation d'une table
S> ronde avec les pouvoirs publics plut6t que de sai-
sir les tribunaux judiciaires, ce qui pourrait durer
plusieurs mois.
Les salaries d'EDF Martinique ont, dans la se-
maine 6coulee, install un piquet de gr6ve devant
le centre de paiement & Fort-de-France pour se
faire entendre afin de ne pas perturber les usa-
gers. Mais au blocage don't ils se disent victims
aujourd'hui, ils envisagent de durcir leur mouve-
ment d'autant que des measures de r6torsion sem-
blent avoir et6 prises a I'6gard de certain de leurs
collogues de Guadeloupe (menace de licencie-
ment de 30 d'entre eux.
Dans un communique, I'intersyndicale des Ouvriers Dockers
du Port de Fort de France (CGTM, CFDT,STPFF, CSTM,
CDMT, FO) declare : "apporterson soutienferme aux ouvriers
grivistes d'EDF afin qu'a6outissent feurs efgitimes revendica-
tions".
Elle indique par ailleurs que "si Ia direction fdEDF n'envisage
pas rapidement de trouver des solutions au confit, fintersyndi-
cafe prendra toutes les dispositions nicessaires sur Ce port de 'Fort-
de-'rance, afin de trmoigner pus ouvertement sa solidarity avec
les grivistes ".
II est plus que temps de trouver une solution 6 un litige remon-
tant 6 1972.


Accorb transporters a benne: Jusqu'a quana ?


Un accord d6finitif (?) a 6t6 trouv6 apres 17 jours de
conflict entire transporteuraa benne et patrons des
carrieres et centrales 6 b6ton a propos de la concur-
rence jug6e deloyale des semi-remorques. Les en-
treprises du BTP et carri6res, grace a la
d6fiscalisation, se seraient equip6es de semi-re-
morques et casseraient les prix, contraignant les
transporteurs 6 benne a vendre a perte. De toutes
fagons, les prix de revient des semi-remorques sont
inf6rieurs logiquement a ceux des camions a benne,
en depit du coOt d'achat sup6rieur. De plus, la crise
dans le BTP qui a r6duit le volume d'activit6 n'a pas
arrange les choses : baisse de I'octroi de mer en
2009, baisse des commander publiques, 6clatement
de la bulle de I'immobilier accentu6 par la r6forme
de la d6fiscalisation par la LodBom en 2008/2009,
etc. Le gc
Un inventaire du pare de transport et des calculs de
prix ont ete r6alises. Qu'est ce qui empechait que cela soit fait
avant ? Le disengagement de I'Etat dans la regulation 6cono-
miquetout simplement. Les prixsont libres et aucune ertrave
A I'entr6e d'entreprises sur le march n'est tolerable, selon !es
A6ukases de I'Europe...
Les patrons de carrieres et de centrales ont pris I'engagement


uvernement est responsaDle au aesorare public cans les transports ae materaux
de ne pas d6passer un quota de transport dce mat6riaux par
semi-remorques de 33 %..Et le respect de cet engagement se-
Srait v6rifi6 par I'administration, la DEAL (ex-DDE). Voire...
L'accord pr6voit un gel du paFc des semi-remorques. Des n6-
gociations particuli6res se poursuivront avec I'e'ntreprise Colas
Squi jouirait d'une situation de "quasi-monopole" dans les mar-
ches.publics.


'euni 1*AIB 201 jtI c 15 Pg


M


LUT7ESSnCIALES-






http://www.iournal-justice-martinique.com


Les transporteurs et patrons de carri6res et centrales b beton
se sont "entendus" sur un "coz2t minimal" du transport, et une
augmentation du coOt de ce m6me transport de 3,5 % est pre-
vue a partir du ler mai prochain.
Les representants des transporteurs, Jean-Leandre Luggiery
et Olivier Trompette, disent qu'ils n'ont eu "aucun soutien des
coflectivites"et reconnaissent eux-m6mes que cet accord "n'est
pas tres strict compete tenu de la legislation". En reality, cet accord
est tout A fait contraire a la legislation frangaise et europ6enne
de la concurrence et des transports. Les representants des
transporteurs en sont conscients puisqu'ils indiquent que les
entreprises ne sont pas obligees d'accepter les contr6les sur
leurs fichiers pour verifier le respect du quota de 33%..
II est temps de comprendre enfin que les collectivites n'ont
aucun pouvoir sur les autorisations de transport ni sur la fixation
des prix.
Par ailleurs, la legislation europeenne refuse toute vraie regu-


lation dans I'offre de transport. La conclusion est qu'il convient
d'obtenir une legislation adaptee a la r6alite d'une economic in-
sulaire avec un taux de ch6mage considerable poussant beau-
coup de Martiniquais a se r6fugier dans le transport. C'etait ce
que rendait possible I'autonomie avec I'article 74.
Les dirigeants des transporteurs, en allant voir le president du
Conseil regional, savent d6sormais qu'il ne peut pas
grand'chose pour eux dans ce syst6me, sauf presider 6 un ac-
cord fragile juridiquement, pour ne pas dire illegal, que le pa-
tronat peut remettre en cause a tout moment, come cela se
passe depuis des dizaines d'annees dans ce secteur.
Qui va faire respecter le prix minimal ? L'ex-DGCCRF ?
Si I'activite report dans le BTP, la tension peut retomber sans re-
gler la question au fond, comme cela s'est produit dans le
passe.
C'est le system neo-colonial d6partemental qui est facteur de
troubles a I'ordre public.
Antoine Gilles


Danger en Martinique: Le cancer bes subventions nous guette!!!

Nous publions bien volontiers ci-aprbs une analyse
de la situation des cooperatives dans I'agriculture
6manant de la CDMT, de la CSTM, de I'OPAM et de
I'UGTM K, ...


On s'est vant6 des subventions versees par I'Etat et I'Eu-
rope dans I'agriculture. Pour I'essentiel, elles ont ete en-
glouties par un petit group de gros producteurs de
banane et de canne qui n'avaient pas pour objectif le de-
veloppement de I'agriculture En 1985, 1400 producteurs
produisaient 220 000 tonnes de bananes. Aujourd'hui ce
mime tonnage est entire les mains de 380 producteurs.
Les petits producteurs sont eradiques !
Les petites et moyennes exploitations subsistaient
jusqu'alors dans le secteur maraTcher et dans I'elevage.
Aujourd'hui, ou s'affirme la lutte des agriculteurs pour un
developpement endogene et oO le gouvernement announce des
measures pour dynamiser ces secteurs, les memes gros pro-
ducteurs ont entrepris d'y jeter leurs tentacules. Leur objectif
est de se positionner pour accaparer les subventions qui sont
annonc6es!

40 millions: cela attire tes convoitises!
40 millions d'euros par an jusqu'a 2014 annonces pour la di-
versification (canne et banane non comprises). Cela c'est le re-
sultat de la mobilisation des agriculteurs qui avaient particip6
aux 38 jours du grand movement social de 2009 centre la
"pwofitasyion"!
Les gros producteurs se sentent soudain investis de la mission
de s'occuper de la diversification. De multiples associations,
don't ils sont presidents, sont creees dans le but de destabiliser
les structures qu'ils ne controlaient pas dans la filiere. Ces mes-
sieurs esperent reproduire la strategic mise en oeuvre dans la
banane:
Exterminer les centaines de petits producteurs et rester le
moins nombreux possible pour partager les subventions.

La crise organis6e ae t'elevage
Octobre 2010 : 5 cooperatives comptant 204 6leveurs se re-
groupent dans ce qui s'appelle d6sormais MADIVIAL.
II s'agit de COOPROLAM (lait), SCAM (volailles), SOCOPORC
(porcs), COOPGELMA (lapin), CODEM (bovins).
Le president de MADIVIAL, 6galement president de SCAM, de


Les aides publiques ne doivent pas aller en priority aux gros agriculteurs

SOCOPORC, de KINI (atelier decoupe de porcs), de I'AMIV (in-
terprofession viande), est en m6me temps nomme par le Pre-
fet pour representer les producteurs 6 I'ODEADOM, I'office qui
distribue les aides allou6es par I'Etat !!!

L'6limination bes geneurs a 6ebute
L'abattoir B6KalT, filiale de MNA 51% et SCAM 49%, est mis en
redressement judiciaire sur decision de son President (61eveur
de la SCAM) a la suite du refus de son actionnaire majoritaire
de vendre ses parts a la SCAM pour 1E.
Consequence : 45 emplois directs en peril.
MADIVIAL, lance une attaque mediatique centre le fabricant
d'aliments qui a pass les cooperatives au paiement comptant
pour cause d'encours trop eleves.
Des eleveurs de la SCAM laissent leurs animaux mourir de faim
et exposent ce spectacle au grand public.
MADIVIAL etant soutenue et prot6g6e par I'Etat, cette derni6re
menace d'aider I'importation d'aliments finis du b6tail avec la
logistique propose par les memes gros producteurs de ba-
nane.
Consequence A terme : perte d'emplois pour 83 salaries, 250
families qui vivent de cette activity perdront leur gagne-pain, et
les petits eleveurs (environ 800) dispgraTtront.
L'appropriation a vil prix des filiales de MNA et & terme de
I'usine de fabrication d'aliments (MNA) permettrait aux acca-
pareurs d'obtenir une parties des subventions convoit6es.
La cooperative maraichbre SOCOPMA qui contribuait
jusqu'alors, avec ses filiales de commercialization et de trans-


* V In1nr112011 jiiey 1- ae 5


/UTEl S m 0ClALiS






htt://www.iournal-iustice-martinique.com


formation au developpement de I'activit6 maraTchere et vivriere,
connaTt aujourd'hui de graves difficulties financieres et organi-
sationnelles.
L'activite de plus de 500 agriculteurs est menace en amount.
Plus de 60 salaries et plus de 1000 emplois directs et indirects
risquent d'etre supprim6s.
Cela n'a pas empech6 que le president du group SOCOPMA,
ait ete recemment nomme au conseil d'administration de
I'ODEADOM, sur proposition du pr6fet, sans aucune concerta-
tion avec le president de la chambre d'agriculture !
Dans I'interet de quels producteurs, pour quel developpement
cette nomination a-t-elle ete decide ?

Petits probucteurs, soyons vigilants et reagissons
Face 6 toutes les manoeuvres obscures, producteurs et autres
acteurs du secteur, nous restons extremement vigilants, et nous
nous pr6parons a faire obstacle a toute demarche visant, sous
couvert de mutualisation et de reorganisation de la filiere, a de-
posseder les agriculteurs de leur outil. De maniere plus gene-


rale nous exigeons que les orientations et les activities relatives
a la diversification soient reprises en main par les vrais acteurs,
et surtout, sous I'egide de la chambre d'Agriculture.
Nous reclamons, en particulier,.que le volet experimental
conduit sur les parcelles de la Chambre d'agriculture et du
CIRAD, ou encore que les actions conduites dans le domaine
de I'elevage et les essais sur les parcelles de la SECI soient
ramenes sous le pilotage de la Chambre d'Agriculture, comme
initialement prevu et qu'ils soient regis par un institute specifique
propre : "TInstitut Technique de la Diversification".
Nous sommes plus nombreux que ces quelques administra-
teurs de cooperatives, "vendeurs de rives empoisonnis", qui ne
pensent qu'a leurs interets personnel et sont prets a vendre
leur ame en nous pietinant.
Battons-nous contre les accapareurs et les speculateurs pour
continue a jouer notre role qui consiste 6 nourrir notre popula-
tion a partir d'une production locale.
CDMT CSTM OPAM UGTM


Les travaileurs socidux mobiliss pour La reconnaissance Oe leur qualification


La mobilisation des travailleurs sociaux du 16 mars 2011, A I'ini-
tiative de leurs collogues de France, et a dejA connu un pre-
mier success puisqu'elle a permitss le retrait de Fordre dujourdu
ConseilSupirieur de (a Fonction (Pubique Territoriae des projects
de dicrets maintenant les) assistants Sociaul Educateurs Spicia-
Cises, Educateurs de Jeunes Enfants, ConseiClres en Economie So-
ciale et Familiale en categorie B ".
Cependant le Gouvernement maintient son project et il le pre-
sentera a nouveau le 13 avril prochain sans tenir compete des
propositions des organizations syndicales.
L'objectif de la mobilisation du jeudi 7 avril dernier, forte de plus
de 500 salaries en Martinique regroups en intersyndicale
(SADEM-CGTM, CDMT, FO, CSTM), 6tait d'attirer I'attention
des autorites locales (Conseil General, Prefecture) pour exiger
du Gouvernement "Ce retrait diefnitifdeaprojets actues du nou-
velespace statutaire, [a reconnaissance des qualifications desper-


sonnes sociaux et la revalorisation en catigorie ".
Ces travailleurs sociaux relevent de I'activite des medicaux-so-
ciaux, et bien que dipl6mes d'un Bac + 3, sont classes en ca-
tegorie B correspondentt au niveau Bac + 2) et ne sont ni
reconnus quant a leur niveau de formation, ni remuneres par la
bonne grille de salaires.
David Zobda, en quality de ler vice-president du Conseil Ge-
neral, a indiqu6 que "Ce principle du votepar es Cius a la procfiaine
pleniere dune motion de soutien d cette mobilisation sera ivoque
avec [a (Prfsiente de la Collectiviti des son retour", et a precise
que "le ConseilCgneraCdemandera auxparlementaires martini-
quais de relayer la demand exprimie par les professionnels et les
lCus locaux au plus haut sommet de 'Etat".
C'est-a- dire rien de plus que ce que peut faire une collectivite
prise dans le corset de I'article 73 et que faisait I'ancien presi-
dent du Conseil general.


Laurent Prevost, Le nouveau Prefet en post


S .Ange Mancini s'en est alley
le mardi .29 mars prendre
son poste de Coordonna-
teur national du renseigne-
ment A la pr6sidence de la
R6publique. On retiendra.
de son passage de trois
ans et demi, la n6gociation
men6e durant le conflict de
f6vrier 2009. Un long conflict
oi les forces de I'ordre ne
sont pas intervenues mal-
gr6 les diff6rents appeals
Laurent Prevost, le nouveau Pr6fet des lobbys patronaux, si
on except I'6pisode de la
provocation des planteurs b6eks et leurs affid6s. Son succes-
seur Laurent Prevost s'est installed le mercredi 30 mars avec le
traditionnel hommabe au monument aux morts. N6 le 8 juin
1967 A Boulogne-Billancourt, le pr6fet connatt bien les Antilles
et en particulier la Martinique pour y avoir exerce en tant que


secretaire general de la prefecture de 2002 a 2005, et avoir etd
nomm6 directeur adjoint, puis directeur de cabinet du secre-
taire d'Etat a I'Outre-mer de Christian Estrosi, puis de Yves
Jego, avant d'etre Conseiller charge de I'outre-mer aupres de
laministre de I'interieur, de I'outre-mer et des collectivites terri-
toriales. Avant la Martinique, il a 6et pr6fet de la Haute-Marne.
Arrive en plein conflict social d'EDF, sa premiere declaration a
6te de dire qu'il fallait "arriverd un dialogue social plus normal
possible oi chacun s'ecoute et qu'on soit dans Capplication du droit
par tout le monde. Le droit, c'est assurerr le droit du travail, Cap-
plication du service public surtout quandilpeut y avoir des en-
jeu de sicuriti pour les citoyens martiniquais. Le droit, c'est aussi
si Ces parties festiment nicessaire de saisir les voies desjuridictions
en place et 6viter tout 6bocage". Laurent Prevost consacrera ses
prochains jours a "ecouter et prendre le temps d'couter et de vi-
siter", car, souligne-t-il, "Ces souvenirs, ce n'est pas Cactualite; if
faut remettre tout a jour et voir ce qui fait Cactualite". En
concluant, il'assure qu'il "dimarre sans a priori.


'eu 14 Av r 12S011S n S 1 Pe


R


[t z 'fTTS SCIA


rT~imn:






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Reconstruction du lycee Schoelcher:

Transfert bans L'ancienne maternite4 e Reboute... ?


Nous reprenons ci-aprbs pour I'information de nos lecteurs
une prise de position des syndicats CSTM-Education et
UGTM-Education sur le project de Lycee de transit a I'an-
cienne Maternite de Redoute pour la reconstruction du
Lyc6e Schoelcher et presented par I'actuelle majority du
Conseil regional. On se souvient que cette affaire avait ete
utilis6e d6magogiquement contre I'ancien president du
Conseil regional Alfred Marie-Jeanne par Serge Letchimy
et ses amis du SNES (cf affaire Cayol).

Lors d'un conseil d'administration extraordinaire, tenu le 1er oc-
tobre 2010 & la demand du Conseil R6gional, les elus de la
liste d'Union, CSTM-Education et UGTM-Education, se sont
prononces positivement, comme I'ensemble du CA, pour la re-
construction du lyc6e Schoelcher et pour le principle d'un lyc6e
de transit avec preservation de I'unit6 p6dagogique, d'autant
plus que ce sont la les requ6tes de toute la communaut6 sco-
laire depuis I'ann6e 2000.
Cependant, nous avons pr6cis6 que nous ne nous prononcions
pas sur le choix architectural retenu par le propri6taire des lieux
(remarquons tout de m6me que le project modifi6 ne nous est
pas plus agr6able que le project initial), et tenions A ce que les
utilisateurs, au moins par le truchement de leurs representants
au CA, continent A etre 6troitement associ6s 6 I'evolution du
project et A sa r6alisation afin que le nouvel 6tablissement soit le
plus fonctionnel et adapt possible.
Le representant de la Region, M. Robin, et les technicians qui
I'accompagnaient ont precise que le choix du lyc6e de transit se
portait fortement sur I'ancienne maternity de Redoute. L'en-
semble des repr6sentants du personnel a attire I'attention sur
un certain nombre de problems qui semblaient pr6judiciables
6 une telle utilisation, mais il a 6t6 repondu qu'apr6s conforte-
ment et un certain nombre de travaux d'isolation aux bruits, de
climatisation, d'agencement des sales, d'am6nagement de par-
king, de fluidification du traffic routier etc., les pr6-bac (soit en-
viron 900 616ves) pourront y faire leur rentr6e en septembre
2012 tandis que les post-bac (BTS,...) seront h6berg6s dans
des locaux situes sur I'ancienne route de Schoelcher. Ce choix
etant guide par le souci pour la Region d'optimiser la depense
grace 6 la transformation du batiment, une fois lib6re, en resi-
dence pour personnel Agees ou pour etudiants.
Ce choix a et6 confirmed publiquement, le lundi 22 f6vrier 2011,
par I'achat de I'immeuble de Redoute (5 millions d'euros) par la
Region des mains du CHU de Fort de France et nous en avons
ete informs lors du CA du 24/02/2011.

Notre reflexion s'etant poursuivie et approfondie, les travaux et
amenagements envisages nous semblant tres th6oriques, voire
meme hypothetiques, nous tenons A affirmer ici notre d6sac-
cord profound sur ce choix :
* Nous doutons fortement de la possibility de la mise aux
normes parasismiques (lesquelles ?), dans des delais courts
et & un coOt acceptable, d'un tel batiment, de plus de 3 niveaux,
construit depuis plus 50 ans, sans aucune norme de ce genre,
et la recent catastrophe du Japon ne peut que nous'conforter
sur I'importance de cette question.
* L'.ejclavement en contrebas d'une rocade au traffic routier
important et permanent entraine une nuisance sonore parti-
culibrement intense. L'insonorisation des.salles de classes ne
pourra-se faire qu'avec I'obligation d'une climatisation genera-


lisee. Quel cauchemar lors de pannes de climatiseur ou de cou-
pure d'electricite!
* Cette zone est d'un acces automobile tries difficile car tres
engorgee, en particulier le matin du fait de I'embouteillage de la
rocade dans le sens Schoelcher-Lamentin ; de plus la route de
la folie se voit bloquee au moindre probl6me. Quel cauchemar
en perspective pour le personnel, les parents et les 6elves !.
On peut egalement s'interroger sur les consequences d'un in-
cendie dans de telles conditions.
* Des difficulties certaines de parking risquent de se poser
pour le personnel et I'acces des bus des el6ves semble parti-
culi6rement problematique.
* Les 6leves pourront-ils disposer d'une cour de r6cr6ation
ou seront-ils tenus de rester dans les stages?
* L'organisation des activities sportives 6tant impossible sur
place, il faudra prevoir des dispositions particulibres qui se
traduiront, tres certainement, par des durees importantes
de trajet en car et des complications pour les emplois du
temps.
* Enfin, le desenclavement du lieu necessite nanifestement
un nouveau plan de circulation automobile qui prendra un
temps non n6gligeable pour etre r6alis6, d'autant plus si des
expropriations s'avbrent n6cessaires.

Tout cela nous amene a douter tries fortement de la possibility
de demenager dans des temps proches (septembre 2012 an-
nonce au CAdu 1/10/2010, d6ej reported a septembre 2013 au
CA du 24/02/2011), dans un immeuble convenable, securise et
fonctionnel et pour enfin voir commencer la reconstruction de
ce lycee, que nous reclamons depuis plus de 10 ans.
A notreavis, il serait beaucoup plus realiste, rapide, judicieux,
meilleur march et peut 6tre meme s6curisant de revenir a
I'idee d'un etablissement de transit en modulaires a proximity,
si possible, du lycee actuel.
Nous reaffirmons notre demand de reconstruction du lycee
Schoelcher au plus t6t, afin d'eviter que ce seisme majeur que,
malheureusement, nous attendons ne surprenne la commu-
naute scolaire dans ces vieux murs.
De plus, nous regrettons le renoncement a I'obligation d'une
construction en classes D sur appuis parasismiques qui avait ete
impose dans le project initial. L'abandon des appuis parasis-
miques, pour des raisons 6conomiques, mime en conservant
la classes D, nous fait craindre que I'on perde I'avantage du sys-
teme apparemment le plus efficace qui permettrait d'avoir la ga-
rantie de conserver un batiment fonctionnel en cas de
tremblement de terre particulierement destructeur et I'un des
rares lieux pouvant participer a I'organisation de secours apres
une telle catastrophe (ce qui semblait 6tre dans le cahier des
charges initial).
Enfin, les annonces d'un calendrier sans cesse reported et ral-
long6, nous font craindre que cette reconstruction devienne I'ar-
lesienne et que I'impatience, jusque-la, continue de la
communaut6 scolaire atteigne ses limits.

Fort-de-France le 07/04/2011
CSTM-Education
Jocelyn JAUBERT


UGTM-Educaion
Patrick JEAN-BAPTISTE


Il jeH gr1Apil0ju ino 1-geI


I Socta t






http://www.iournal-justice-martinique.com


Cottectivite unique: te rapporteur Bu Senat pour Le report A'instal-

tation au 31 a6cembre 2014


Christian Cointat rapporteur de la commission des lois


Le programme parlementaire est enfin saisi de I'evolution ins-
titutionnelle.des collectivites de la Guyane et de la Martinique.
Des le 6 avril. la commission des lois de I'Assemblee national
devait proceder A I'audition de la ministry de I'Outre-mer.
Notons que, contrairement 6 ce que songeait faire I'Elysee, il
n'y aura pas de lettre rectificative lors d'un nouveau passage en
conseil des ministres. Cette option devait, de toute fagon, n'etre
qu'un vecteur pour porter eventuellement la modification de la
loi electorale pour la Polynesie frangaise. Cette option est ca-
duque selon I'Elys6e car la Polynesie aura un texte parfaite-
ment autonome vis-a-vis des evolutions institutionnelles de la
Martinique et de la Guyane.
D'un autre c6t6, le rapporteur de la Commission des lois du
Senat, Christian Cointat (UMP), a formula des propositions
d'amendements au project de loi du gouvernement portant crea-


tion de la Collectivite unique de Martinique.
Sur la date d'installation, il suggere que la collectivit6
unique soit mise en place au plus tard le 31 decembre
2014, soit deux ans apres la date retenue par le gou-
vernement a savoir le 31 decembre 2012 au plus tard.
Le motif avanc6 est qu'il faudrait tenir compete du calen-
drier (18 mois) de mise en place des regles financieres
et comptables que le gouvernement doit realiser par or-
donnance.
Sur la prime majoritaire accordee 6 la liste qui arriverait
en tete des suffrages, le senateur-rapporteur propose
de la limiter & 9 sieges au lieu de 20%, soit 10 sieges.
S'agissant de la motion de defiance, il est envisage
qu'elle soit deposee par 30 % des 6lus de I'assemblee
de Martinique et non par la majority absolue.
Ces propositions devront 6tre examinees par la com-
mission des lois du Senat pour 6ventuellement etre sou-
mises A la discussion de I'ensemble des senateurs..
En Martinique, le syndicate CGTM-SOEM dirig6 par Daniel Gro-
mat, homme-lige de Serge Letchimy,.essaie de semer la pa-
nique dans les personnel du Conseil general et du Conseil
general en agitant I'epouvantail que des agents "cadresjA et B
resteront sur ie carreau" ou seront "laisses pour compete" (FA du
4/04/2011) et de demander le report de la procedure de reuni-
fication des deux collectivites. On se souvient de ses diatribes
contre le 74. Comme quoi, on peut 6tre syndicaliste et reac-
tionnaire au sens de refuser tout changement ou toute 6volu-
tion.
Cela montre que les obstacles sur la route de la Collectivite
unique sont loin d'etre franchise et que la vigilance s'impose
centre les faux amis du people.


Aime Cesaire au Pantheon: analyse 6'un biscours
----- ---- ~ ~~~ ~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ..... - -----,,,-- ....------- :-;-:---- -- =.--;- ...::::~_:1--r::-::~~


Mercredi dernier, 6 avril 2001, les Martiniquais, et aussi
sans aucun doute, les Guadeloupeens et les Guyanais ont
6coute avec attention et emotion I'hommage A Aime Ce-
saire rendu au Pantheon par Nicolas Sarkozy, president de
la R6publique frangaise.

Ainmi Cesaire, on le sait, avait demanded a reposer en terre mar-
tiniquaise, volonte que sa famille a scrupuleusement respec-
tee, y compris lorsque le gouvernement lui a fait part de son
souhait de transferer ses restes au Pantheon. Le Pantheon est
un lieu hautement symbolique, un monument destine a perpe-
tuer la memoire d'un certain nombre de fils illustres de la patrie,
qui y sont enterres ou don't le nom y est grave sur une plaque
commemorative, tels Victor Hugo, I'Abbe Gregoire, Schoelcher;
Alexandre Dumas, Victor Hugo, Jean Moulin, Andre Malraux.
Nicolas Sarkozy, face au refus de la famille, a dO se contenter
d'apposer une plaque commemorative sur I'un des murs du ce-
lebre monument, au course d'upe ceremonie solennelle parfai-
tement orchestree, retransmise dans le monde entier grace aux
medias. A cette occasion il a un prononc6 un discours magis-
tral qui a ete precede de la diffusion d'un film sur Aime C6saire
realis6 par la Martiniquaise d'Euzhan Palcy et d'un extrait d'une
piece de th6Atre d'Aime Cesaire.
Le discours de Nicolas Sarkozy a manifestement ete 6crit par
un intellectual, comme le veut la tradition en France et dans le


monde politique en general, quel que soit le pays considered.
L'auteur reel, forcement anonyme, de tels discours, est ironi-
quement designed par le terme de "negre". Ainsi, un "negre"- noir
ou blanc, on ne sait pas- a lou6 ou pret6 sa plume au president
de la Republique pour cet hommage ou ",Aregrefondamental'.
Nicolas Sarkozy a d'emblee mis I'accent su le fait que le Ce-
saire qu'il honorait au nom de la R6publique etait le Cesaire
poete, ce qui est habile car Cesaire est affectivement connu de
par le monde pour son genie poetique, pour 6tre I'un des chan-
tres de la Negritude. Apres avoir rappele comment la nouvelle
de son deces tomba le 17 avril 2008 au petit matin, il a enu-
mere, en allant du plus proche au plus lointain, les pays qui
pleurerent alors:
"La %Martinique pleura. Elle venait de perdre son pore.
Les Antilles pCeurkrent.
La France pleura. Effe venait de perdre fun de ses enfants qui lui
faisait le plus honneur.
L '4frque pleura, comme elle avait pleure Senghor, plus peut-etre
parce que c'itait unefigure plus fointaine et par consequent plus
emouvante".
Le discours a port ensuite sur la foule immense qui accom-
pagna le cercueil du poete, une foule qui, a dit Nicolas Sarkozy,
pleura non seulement le vieux lutteur politique, non seulement


jeu^Hmi I* Aprl21am '1-ae


FOL TIq






http.://www.iournal-iustice-martinique.com


le po6te, mais aussi I'homme bon, gentil et g6nereux, ce qui
est vrai et indeniable. Puis le president de la Republique a rap-
pele I'amour des plants d'Aime Cesaire, son humanisme, sa
soif,de liberty, sa volonte farouche de faire reconnaTtre et res-
pecter rotre identity. Apres cela, il a evoque tour A tour la sco-
larite de Cesaire 6 Basse-Pointe puis au Lycee Schoelcher,
ses etudes superieures au Lycee Louis Le Grand et a I'Ecole
Normale Superilure, sa rencontre avec Senghor, son amitie
avec Damas et son retour en Martinique en 1939.
L'annee 1939, on s'en souvient, est celle oO a commence la
"Seconde querre 9Mondiale", guerre qui a
vu la Martinique soumise au pouvoir ty-
rannique de I'amiral Robert, represen-
tant du regime pro- nazi de Vichy II est
interessant de noter comment Nicolas
Sarkozy parole de cette period de I'his-
toire martiniquaise : "Sous femprise de
Vichy, le regime colonial se durcit".
Comme si avant Vichy le regime colonial
n'etait que douceur et mollesse!
Faisant ensuite reference la revue
Tropiques, qu'Andre Breton, de pas-
sage en Martinique, decouvrit en 1941,
Nicolas Sarkozy dit qu elle a ete creee
par Aime Cesaire, sa femme Suzanne et
"quelques amis", sans nommer ces
amiss", parmi lesquels, on le sait, il y
avait le communist Rene Menil. De
meme, il omet de preciser que Cesaire M A-
n'a pas gagne & lui tout seul "Ce grand ll ll
combat" de la d6partementalisation. II
laisse dans I'ombre I'ouvrier Bissol et tait IrVI
le fait que le project de departementali- A AI l"
station etait port et appuye par le Parti
Communiste Frangais.
II fait certes reference au PCF, mais seulement pour mention-
ner la fameuse lettre d'Aime Cesaire 6 Maurice Thorez, en
1956, au moment o6, dit-il "Ces chars de [frme Ropuge s'appre-
taient da craser Cinsurrection hongroise".
Dans le reste de son discours, Nicolas Sarkozy aborde des
themes varies : creation du PPM en 1958 ; amour de Cesaire


pour la France ; refus de I'assimilation ; revendication pour le
peoplee martiniquais"du droit 6 I'independance, mais refus de
I'independance, du "separatisme"; refus de demander repara-
tion & la France, "car pour fui le crime itait irreparable"; volonte
que "ha Martinique cessdt d'itre seulement consommatrice pour
devehirproductrice".
Aime Cesaire, homme de paradoxe, aimait a parler de peoplee
martiniquais", de "nation martiniquaise", sans jamais lutter pour
I'independance de son pays la Marti-
nique. On constate que Nicolas Sarkozy,
soit parce qu'il n'a pas bien lu le discours
6crit par son "negre"- ou ses "negres"-,
soit parce qu'il fait sienne la pensee de
Cesaire, reprend 6 son compete I'expres-
sion peoplee martiniquais". Cela nous
comble d'aise, nous qui ne cessons d'af-
firmer qu'il existe bien un people marti-
niquais, une nation martiniquaise. Et
cela nous amene a lancer un appel A
tous les Martiniquais pour qu'ils exigent
que Nicolas Sarkozy efface de la Consti-
tution frangaise I'expression "populations
d'outre-mer" pour remettre sa place
"peuples foutre-mer".

Pour finir, notons la place symbolique
que Nicolas Sarkozy a assignee & Aime
Cesaire au Pantheon : "a c6te [...] de
Aibbi grigoire et de Schoelchier": deux il-
lustres Francais qui ont ceuvre pour
'R I'abolition de I'esclavage. Ainsi, Nicolas
r Sarkozy a voulu nous ramener au passe
colonial et esclavagiste, peut-etre pour
signifier que Cesaire a poursuivi et mene
a son terme le combat pour I'emancipation total, spirituelle et
intellectuelle, des esclaves negres. Si c'est cela, nous deman-
dons : a quand une plaque commemorative au Panth6on, en
signe de reparation symbolique, A la memoire de I'Esclave In-
connu ?
Question pas du tout saugrenue !
M.Belrose


Cantonales: Mayotte bascule a gauche


Les habitants de Mayotte (les Mahorais), n'ont pas laisse a
I'UMP le temps de s'installer a la tete de cette collectivite d'Ou-
tremer devenue officiellement 101ieme department frangais
et le 5ieme DOM depuis le 29 mars dernier.
En effet, a I'issue des recentes elections cantonales, ses
Conseillers generaux devaient, comme dans tous les autres de-
partements, se reunir le jeudi 31 mars pour elire leur president
ainsi que les membres de la Commission permanent. Une
election qui avait dO etre reportee au dimanche suivant, faute
de quorum, suite a I'absence des 9 elus de droite, tres divises.
Ce nouveau department d'Outremer dote d'une assemble
unique, longtemps fief de la droite, a done officiellement bas-
cule a gauche avec I'election a la tete de son ex6cutif de Daniel
Zaidani, divers gauche par 10 voix centre 9 a son predeces-
seur UMP Ahamed Douchina.
M. Zaidana a recueilli toutes les voix "progressistes" soit deux
PS, sept divers gauche et un divers droite.
En raison de ce centre temps, les cere6nonies qui devaient mar-


quer le passage 6 la departementalisation, en presence de la
ministry de I'Outremer, Marie-Luce Penchard, ont ete ren-
voyees.
Situee dans I'Ocean indien, entire Madagascar et la Reunion,
Mayotte s'est detachee des Comores don't elle faisait parties &
I'occasion du referendum de 1974 sur I'independance de I'ar-
chipel. Lors de cette consultation, les Mahorais s'etaient pro-
nonces en faveur du maintien de leur fie dans le giron frangais.
Un second referendum organism en 1976 confirm ce choix.
Neanmoins, I'Union des Comores, Etat independent qui re-
groupe les autres Ties de I'archipel contest ce choix et reclame
toujours la restitution de cette ile.de 376 km2, peuplee de
186.400 habitants.
La stigmatisation de I'lslam par Nicolas Sarkozy et ses amis de
I'UMP n'est sans doute pas etrangere au revers de la droite
dans cette fie en grande majority musulwane.
AC et GE


'II A~rir20ul-mrttcen75rPag I,


r JPOLITI






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Lancement be la remise des carter 2011 u Parti Communiste Martiniquais

Sur te theme be "La lutte pour at responsabilite Martiniquaise veritable"

Dimanche 10 avril 2011, le Parti Communiste Martiniquais lan- people martiniquais, et les nombreux conflicts sociaux actuels
gait la champagne de remise des cartes pour I'ann6e 2011. Cette temoignent des inqui6tudes des travailleurs avec la monte du
manifestation est un moment important dans la vie de notre or- ch6mage, des licenciements et tous les maux qui en decoulent
ganisation car elle permet aux communists de renouveler leur comme la violence, la delinquance, la drogue, etc. (lire le rap-
engagement dans I'action politique en donnant b leur Parti la port du Secr6taire General)
force necessaire pour affronter les defis auxquels notre pays Les nombreuses interventions qui ont suivi I'intervention de
se trouve confronted et pour lesquels ils se doivent de tracer les Georges Erichot ont ete dans le sens de I'affirmation de I'en-
perspectives d'une alterna- gagement communist au-
tive nouvelle. I jourd'hui et de la n6cessit6
Armand Nicolas, ancient Se- imp6rieuse de renforcer le
cr6taire G6neral du PCM, et Parti pour porter les revendi-
historien, nous. a r6affirm6 cations des masses labo-
par sa presence son enga- rieuses. C'est dans ces
gement communist, vieux 1s conditions que la Parti devra
de 63 ans d6j. Parson long mettre en place un plan de
travail de recherche histo- travail pour aller l la rencon-
rique, il a contribu6 o l'eveil tre de la population.
des consciences en defri- C'est dans une ambiance
chant la verit6 historique de conviviale que le Secretaire
notre pass colonial et a General remettait les pre-
montr6 que les esclaves ar- mires cartes 2011, donnant
raches 6 leur terre d'Afrique ainsi le signal de la cam-
n'ont jamais accept leur pagne de mobilisation des
"statut dg esclave", et qu'il se Armand Nicolas, ancien Sre Gal du PCM, relevant sa carte de Georges Erichot communists.
sont lib6ers le 22 mai 1848. Le Parti profitait de I'occa-
Georges Erichot, dans son rapport introductif, a montr6 com- sion pour souhaiter un
ment la cruise du capitalism international plonge les peuples joyeux anniversaire notre camarade Joseph Lauz6 qui f6tait
dans le d6sarroi le plus total. La recherche de solutions nou- ses 90 ans le 11 avril 2011, au son de I'nternationale.
velles pregnant en compete les int6erts des masses dans certain Nous avons 6galement une pens6e fraternelle pour notre ca-
pays, comme en Amerique Latine, doit 6tre suivie avec atten- marade Gabriel Henry, qui f6te ses 103 ans le 14 avril 2011.
tion. Les communists presents ont approuv6 une motion (ci-jointe)
Bien sOr, cette crise social touche encore plus durement le pour la defense du pouvoir d'achat des masses laborieuses.

Pour un Parti communist renove au service be la Martinique

Intervention Su Secrtaire fnerat du PCM, Georges Erichot (Extraits)

-' ~~ ..I'6chec du module n6o-colonial d6partemental en Mar-
tinique et la crise sp6cifique qui frappe le pays, etc.
Le Secr6taire g6n6ral du PCM a abord6 plus particu-
librement la situation politique actuelle.

'(...) La Martinique h un tournant 6e son histoire.
Depuis qu'en 1960, notre Parti a formellement proclame
notre droit l I'autonomie, il n'a jamais relcch6 le combat
pour I'aboutissement de cette revendication. Contraire-
ment au PPM qui, c tort, revendique la paternity de ce mot
d'ordre, il n'a jamais ddcr6t6 de "moratoire".
Pendant longtemps, nous avons 6t6 les seuls i porter
cette revendication, alors que d'autres nationalists ou in-
Georges Erichot a 6nonc& les raisons qui rendent indispensable d6pendantistes faisaient pr6valoir I'idee d'ind6pendance.
un Parti Communiste en Martinique Notre analyse, toujours valuable, se fondait, I1'6poque sur
I'examen approfondi de la complexity de notre situation
Georges Erichot a brosse un panorama des conditions
6conomiques, sociales et politiques dans lesquelles se de- de pays coloniad'un type particufier' D~s1955, notro Parti
roule aujourd'hui le combat des communists martini- avait tir6 la conclusion que le statut d6partemental fond6 sur
quais : la crise du capitalism financiaris6 et mondialis6 I'assimilation avec comme cor6llaire I'aliBnation ne permettait ni
avec les guerres imp6rialistes (C6te d'lvoire, Libye, etc), la la reconnaissance de notre personnalit6, ni I'epanouissement
politique de regression social en France de Sarkozy, de notre identity, ni un veritable d6veloppement economique.


I 14 'i 201 itiB 5-Pa e 0


VIE f^ FA IZTI






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Pourtant, il nous fallait tenir compete du refus de la majority des
Martiniquais de rompre d6finitivement avec la France, mais de
son desir de prendre en main la gestion d'une parties de ses pro-
pres affaires.
II a fallu beaucoup de temps et le prix trds lourd pay6 par plu-
sieurs de nos camarades pour que I'id6e d'autonomie s'impose
a beaucoup de ceux qui au depart y etaient farouchement op-
pos6s, et finisse enfin par 6tre majoritaire, nous le croyons,
dans le pays.
Et pourtant, 6 deux reprises notre march vers la responsabi-
lite a 6chou6 just a proximity du but. Et chaque fois 6 cause
de I'opposition de la droite conservatrice mais surtout 6 cause
du recul du PPM ancien ou nouveau qui, au moment du choix,
n'h6site pas 6 s'allier avec les forces les plus r6trogrades pour
faire capoter le project. L'objectif 6tant avant tout d'accaparer le
pouvoir.
A I'approche de la premiere consultation sur I'Assembl6e
unique en 2003, notre Parti avait lance un appel la constitu-
tion d'un Rassemblement pour le changement.
Le 7 d6cembre 2003, le project d'Assembl6e unique, dans le
cadre de /'art. 73 a 6t6 rejet6 a un miller de voix pros, 6 la suite
d'une champagne mensong6re sur la perte des acquis sociaux
orchestr6e par une strange coalition dans laquelle se sont re-
trouves des responsa-
bles du PPM, des
assimilationnistes de la
FSM et la droite conser-
vatrice. Aujourd'hui, nous
pouvons affirmer que si
notre appel avait 6t6 en-
tendu, nous'aurions d6j6
atteint I'objectif de I'As-
sembl6e unique.
Sept ans plus tard, le
people 6tait de nouveau
consult sur l'6volution
statutaire et institution- I
nelle du pays. Entre-
temps, I'id6e de la
responsabilite avait pro-
gress6 dans les masses, Les camarades ont pris la parole pour
gr6ce au travail de notre
Parti et I'abandon de la revendication de I'ind6pendance par
les nationalists.
La constitution, le 28 Juillet 2009, du Rassemblement martini-
quais pour le changement (RMC) regroupant le RDM, le MIM,
le CNCP, le PALIMA, le MODEMAS, Vivre 6 Schoelcher, B&tir
le Pays Martinique et le PCM pouvait laisser esp6rer I'issue
heureuse du combat pour une veritable autonomie. Mais c'6tait
sans computer avec le double jeu de certain et la d6termina-
tion du neo-PPM et de ses allies regroups au sein du MAP
(Mouvement des Autonomistes et Progressistes) a faire
6chouer la consultation du 10 janvier 2010 en brouillant le
d6bat avec leur proposition de troisi6me voie don't ils n'ontja-
mais r6v61e le contenu et B la suite d'une champagne indigne
sur la perte des acquis sociaux et des fonds europ6ens.
Pour la second fois, la Martinique rata ce rendez-vous histo-
rique qui lui aurait permis de disposer des moyens de concevoir
et de mettre en ceuvre une veritable politique de d6veloppe-
ment pour sortir le pays de I'impasse.
Mais, des le lendemain, les Martiniquais furent les t6moins des
revirements des repr6sentants de Vivre 6 Schoelcher, puis de
B&tir et de quelques autres qui passerent dans le camp du nou-
veau PPM.
Cependant, I'id6e de la Collectivite unique permettant de sim-


plifier la gestion du pays et de rationaliser les moyens 6tant
d6sormais admise par une large majority de la population, I'is-
sue de la consultation du 24janvier sur son adoption ne faisait
pas de doute. Et Serge Letchimy de s'approprier malhonn6te-
ment le b6n6fice du vote en faveur de la Collectivit6 unique en
faveur de laquelle s'etaient 6galement prononc6s les partisans
de I'Art. 74.
Dans la foul6e, "r[Aliance pour une Martinique nouvele", ras-
semblement h6t6roclite, qui avait accueilli une parties de la
droite, 6 I'issue d'une champagne d6magogique soutenue par
les milieux patronaux, de denigrement de la gestion des deux
assemblies, de promesse d'un plan de reliance avec 6 la cle la
de creation de 5.000 emplois devrait remporterles elections re-
gionales. Une victoire qui signe le retour aux affaires de la bour-
geoisie ainsi que la collusion avec les milieux d'affaires de
I'oligarchie.

Le combat ne faisait que commencer
Car sit6t elu, le president du CR d6couvre que la collectivite
unique pour laquelle il a appeal 6 voter ne pouvait r6sulter de
la simple fusion des comp6tences du CG et du CR. II se rend
compete, face 6 la crise, qu'il ne disposera pas des moyens ins-
titutionnels de s'attaquer aux vrais probl6mes de notre pays et
de r6aliser ses pro-
messes en mati6re de
d6veloppement et
d'emplois. Le voila qui
demand des comp6-
tences supplementaires
don't il s'est priv6 en
combattant I'article 74.
Alors, il tente de d6tour-
ner la volont6 des Mar-
tiniquais qui avaient
vot6 pour la simple fu-
sion des deux assem-
S- bl6es en proposant de
Srunir un nouveau
Congr6s.
xpliquer leur fid6lit B id6al communist L'opposition des forces
favorable au 74 I'a fait
reculer. Mais le changement de majority intervene au Conseil
g6n6ral modified les donn6es du probldme. Serge Letchimy a
beau proclamer que "9anin est li6re", il demeure evident
qu'elle devra se plier aux volont6s du PPM et de ses allies qui
Point port6e 6 la pr6sidence.
La t&che qui nous attend s'annonce rude. En effet, il y a fort 6
parier que le n6o-PPM et ses vassaux, forts de leur majority
dans les deux assemblies tenteront une nouvelle fois de r6u-
nir le Congrds dans le but d'abord de substituer sa troisi6me
voie au vote clairement exprim6 par en faveur d'une simple fu-
sion des deux collectivit6s et ensuite pour faire repousser 6
2014 la date de mise en place de la collectivit6 unique. Le
temps pour lui de bien quadriller le pays afin de reporter les
elections pour I'Assembl6e unique.
En d6pit de la pr6f6rence exprim6e par N. Sarkozy pour 2012,
le risque de report 6 2014 est 6 prendre tr6s au s6rieux. D'au-
tant que la Commission des lois du S6nat vient de proposer ce
report.
C'est dans ce but que se met en place cette strat6gie de re-
lance de la champagne de peur autour notamment de la ques-
tion de fusion des personnel des deux collectivit6s et du mode
de scrutiny 6 la proportionnelle qui ne respecterait pas la repr6-
sentation territorial des cantons et des communes. Certains,


I VF R'Vl .


VIE ".


e






http://www.iournal-iustice-martinique.com


J droite, se voyant d6ja "orphelins du fdpartenlent", allant
jusqu'6 compare le Conseil ex6cutif pr6vu comme un "virita-
6[e gouvernement local" et pr6sentant la Collectivit6 unique
comme I'antichambre de I'autonomie, menagant m6me de sai-
sir le Conseil constitutionnel.
La v6rit6, c'est que tous ces assimilationnistes de-droite comme
de gauche qui se proclament respectueux de la d6mocratie re-
fusent obstin6ment de reconnaltre la 16gitimit6 du vote du 24
janvier 2011 qui permet au people martiniquais de faire une pre-
miere experience de la responsabilit6.
D'abord parce que la-nouvelle organisation administrative don't
I'inefficacit6 n'est plus a d6montrer mettrait fin au decoupage du
pays en petits fiefs aux mains des 61us locaux. Ensuite parce
qu'elle contraint les politiques a penser de maniere global
I'am6nagement'et le d6veloppement du pays.

Renforcer le Partipour pesersur les choixfuturs
Chacun se rend bien compete que nous vivons une p6riode im-
portante de I'histoire de notre pays.
Mais a quoi servirait cette Collectivit6 unique si elle ne nous
permettait pas de faire un nouveau pas vers la responsabilit6
en rompant avec la conception n6ocoloniale de la gestion du
pays ?
A en croire le neo-PPM et ses allies, il suffirait d'une "nouvelle
gouvernance"pour r6soudre les difficult6s. Ce qui sous-entend
d'une part que les responsables des ex6cutifs du CR et du CG
avaient failli a leur mission. Ce qui est totalement faux. Et que
d'autre part, qu'il serait possible de changer significativement
les choses en restant dans le cadre juridique de I'assimilation


16gislative de I'art. 73.
Ce qui imported dans I'imm6diat, pour nous Communistes, c'est
la mise en place au plus vit6 de la Collectivit6 unique, dans les
meilleures conditions possibles, afin qu'elle soit en measure de
faire face a la cruise economique et soci6tale qui a conduit le
pays au bord de I'abime, m6me si les pouvoirs don't elle sera
dot6e, nous le savons, demeurent limits.
Certes, nous entendons que soit respect le vote des Martini-
quais.
Cependant, le Parti Communiste Martiniquais r6affirme sa vo-
lont6 de poursuivre la lutte en faveur d'une veritable autonomie
(qui aujourd'hui n'est possible que dans le cadre de I'article 74),
afin de disposer des outils 16gislatifs et r6glementaires pour
prendre B bras le corps les problems du pays
Mais la mise en place de la Collectivite unique ne suffit pas. Ce
qui imported tout autant, ce sont les politiques qui seront mises
en oeuvre par la majority qui sortira des prochaines elections
pour l'Assembl6e unique. Notre vceu, c'est qu'elle soit issue du
rassemblement des forces authentiquement de gauche qui
s'etaient clairement positionn6es en faveur de I'autonomie.
C'est pourquoi, nous renouvelons notre appel la constitution
d'un Front de Gauche a I'image du RMC.
Notre Parti entend occuper toute sa place dans le combat qui
s'annonce. Et pour cela, il doit 6tre en measure de se faire en-
tendre. Ce qui suppose qu'il dispose des moyens de ses am-
bitions (...)"

Georges Erichot a 6nonce pour terminer une serie de moyens
pour renforcer le Parti en allant a la rencontre des Martiniquais
pour laborer un Projet Martiniquais.


Motion fur la vie chore : PLafonner tes prix bes probuits ae premiere

necessity en Martinique


Le PCM sera present dans la bataille de la Collectivite unique
R6unis le 10 avril 2001 pour le lancement solennel de la remise
de cartes 2011, les Communistes martiniquais ont vote la mo-
tion suivante :
Le gouvernement a recemment annonce des measures pour
amortir la hausse des prix de I'energie et des products alimen-
taires en France. Ces measures, notamment le "panier des es-
sentieFs"de 10 products alimentaires, sont des "mesuresgadgets
selon les associations de consommateurs (UFC-Que Choisir?).

Car elles ne portent que sur un petit nombre de products laisses
au choix de la grande distribution capitalist et des prix maxi-
mum ne sont pastfix6s.


Pris dans le dogme du lib6ralisme et de la liberty des prix, le
gouvernement en est r6duit a faire de I'esbroufe.
Mais nous relevons cependant que ce pouvoir ne peut esquiver
I'exigence populaire d'agir contre la hausse des prix.
SEn Martinique, la vie ch6re est repartie A la hausse de plus belle
depuis le debut de I'ann6e. La pwofitasyon ne recule pas. Loin
de IA.
SLe Parti Communiste Martiniquais invite les travailleurs et la po-
pulation A exiger du gouvernement la prise de measures imme-
diates et efficaces.
Cela est possible !

Grace A des amendments des parlementaires des DOM, la loi
pour le d6veloppement 6conomique des DOM de mai 2009 (Lo-
deom) permet de fixer les prix des products de premiere ne-
cessit6 dans les DOM et COM (Collectivites d'outre-mer).

II suffit que le gouvernement prenne un d6cret, ce qu'il a obsti-
nement refuse de faire jusqu'a maintenant.

Pour ameliorer le pouvoir d'achat des travailleurs, des retrait6s
et des plus pauvres, le gouvernement doit plafonner les prix
des products et services de grande consommation populaire.

Nous appelons les MartiniquaisB soutenir cette just revendi-
cation.
Fort-de-France, le 10 avril 2011


jI^ 1 Apr i201j uijs f 5-age .2


^TVIE PU IPA IZTI^^






http://www.iournal-justice-martinique.com


HaitiCuba: Cuba fait un bilan 6e I'aibe humanitaire a Haiti


Nous reprenons ici un extrait de I'allocution de Bruno Ro-
driguez Parrilla, ministry cubain des relations exterieures,
au Conseil de Securite de I'ONU sur Haiti le 6 avril 2011.

"Voila un an a peine, nous nous sommes reunis a plus de cent
cinquante gouvernements et autres acteurs internationaux au
siege de cette Organisation pour contribuer significativement
au relevement et A la reconstruction d'Ha'ti apres le tremble-
ment de terre souffert par ce pays le 12 janvier 2010. La soli-
darite fut absolument louable, a s'en tenir aux declarations.
En effet, le montant promise de neuf milliards de dollars pour la
reconstruction, don't cinq a verser dans les deux premieres an-
nees, plus les offres supplementaires en nature, quoique in-
suffisantes, traduisaient une volonte de cooperation indeniable.
Le principle declare de degager cette aide selon les priorities du
gouvernement ha'itien, de facon a renforcer I'autorit6 de I'Etat,
impliquait le respect de la souverainete de ce pays meurtri et
des prerogatives de ses autorites gouvernementales.
II semblait done exister une volonte universelle de prater de
I'aide A cette nation heroTque, la premiere & avoir brise le joug
colonial et aboli I'esclavage sur le continent americain.
Mais ce qu'il est advenu depuis n'a pas 6te en accord, helas,
avec I'esprit qui avait regne a cette conference du 31 mars
2010, alors que, pourtant, nombre de ce qu'on appelle "fesprin-
cipauXdonateurs"continuent de consacrer des resources exor-
bitantes a la guerre et A I'intervention militaire.
L'aide financiere et materielle promise, bien qu'insuffisante au
regard de I'ampleur du probl6me, n'a pas etW deboursee. La
volonte du gouvernement haitien n'a pas 6t6 respectee, pas
plus que ses priorities. La reconstruction d'Haiti envers laquelle
nous nous etions tous engages reste en attente (...)
Cuba a axe ses efforts sur le secteur qui peut avoir le plus d'im-
pact, la sante publique, facteur cle de la durability et de la sta-
bilite social d'Ha'iti.
En pleine coordination avec I'Alliance bolivarienne des peuples
de Notre Amerique (ALBA) et selon les indications et priorities
du gouvernement ha'itien, nous avons ceuvre inlassablement
pour mettre en march un programme de reconstruction du
syst6me de sante national, qui a pour essence de satisfaire aux
besoins sanitaires des trois quarts de la population la plus ne-
cessiteuse, aux moindres frais.
Du 12 janvier 2010 & ce jour, le bilan est le suivant : presque
deux millions de patients traits ; plus de 36 000 interventions
chirurgicales ; presque 8 500 accouchements ; plus de 465 000
personnel traitees par physiotherapie.
Nous avons pr&te service dans vingt-trois h6pitaux commu-
nautaires de reference, dans trente sales de physiotherapie,
dans treize etablissements de sante, dans deux postes chirur-
gicaux ophtalmologiques et au Laboratoire de sante publique.
Un Programme integral d'hygiene et d'epidemiologie se deroule
dans dix departements du pays.
Le programme de cooperation promu par Cuba fait fond sur 1
117 cooperants sanitaires, don't 923 sont Cubains et 194 vien-
nent d'autres pays, mais ont ete dipl6mes A Cuba.
Les resources apportees d'une maniere solidaire et genereuse
par le president de la Republique bolivarienne du Venezuela,
Hugo Chavez Frias,.ont et6 essentielles. Nous avons aussi
oeuvre 6troitement avec le Bresil dans le cadre d'un accord tri-
partite avec HaYti.
Cuba a aussi recu le soutien de plusieurs pays pour pouvoir
executer ce programme de sante. La Namibie, la Norvege,
I'Afrique du Sud, I'Australie et I'Espagne ont apporte, de pair


avec des groups de donateurs individuals, un peu plus de 3,5
millions de dollars.
Nous sommes pr6ts a travailler avec tout pays ou toute orga-
nisation qui, d'une mani6re rigoureusement humanitaire, en
respectant le gouvernement ha'itien et en pleine coordination
avec lui, souhaiterait participer a la reconstruction et au deve-
loppement de son syst6me de sante.
Parallelement, les medecins cubains ont dO faire face a une
grave 6pidemie de cholera. Ils ont etabli dans ce but 67 unites
qui ont soigne plus de 73 000 patients, soit le tiers des patients
traits dans le pays, et don't seuls 272 sont dec6d6s, pour un
taux de mortality de 0,37% inf6rieur de cinq fois a celui des au-
tres institutions presentes en Ha'ti. Le traitement de tous ces
patients a exige du devouement et de I'esprit de sacrifice, sur-
tout la nuit. Durant ces 77 derniers jours, notre personnel me-
dical et paramedical n'a enregistre aucun decks de cholerique.
Une nouvelle experience, les Groupes d'enquete active "Au
ccurde az sous-commune", a permis d'etudier presque 1 700 000
personnel vivant dans des communautes ne disposant pas de
services de sante et de diagnostiquer plus de 5 300 cas de cho-
lera A domicile.
Si je vous donne ces chiffres, avec toute la modestie de notre
people, c'est just pour argumenter A partir d'exemples pra-
tiques notre conviction qu'Hal'ti a besoin d'une aide substan-
tielle et desinteressee, 6troitement coordonnee avec le
gouvernement, a meme de contribuer a son developpement et
de lui permettre de surmonter les immense difficulties et les
clivages socio-economiques qui entravent la stability du pays et
le progrbs de son people.
Haiti n'a pas besoin de force d'occupation, pas plus qu'elle n'est
ni ne peut 6tre transformee en un protectorat des Nations Unies
(...).
(...) Cuba est fermement convaincue que la situation humani-
taire en Ha'ti est du resort, non pas du Conseil de security,
mais de I'Assemblee general don't il usurpe frequemment,
comme en I'occurrence, les faculties. Ha'ti n'est pas une ques-
tion qui menace la paix et la security internationales, ni qui peut
-se regler par des forces militaires concues pour des operations
de maintien de la paix. Par ailleurs, les serieuses conse-
quences des omissions, des abus, des deux poids deux me-
sures et des procedes antidemocratiques don't souffre ce
Conseil sont de notoriety publique.
Les problems de cette nation soeur decoulent pour I'essentiel
de siecles de pillage colonial et neocolonial, du sous-develop-
pement, d'une des dictatures les plus longues et les plus san-
glantes qu'ait connue notre region et de I'intervention 6trangere.
II faudrait, une bonne fois pour toutes, respecter le droit inalie-
nable du people ha'ltien A I'independance et 6 I'autodetermina-
tion.
Ha'ti a besoin de resources pour se reliever et se developper.
Elle a besoin d'engagements humans, non d'ingerence ni de
manipulation politique. Elle a besoin d'un tantinet de genero-
site, et non de tant d'6gofsme.
Je vous remercie.


IF NOR A #QU


14AY r2Oil-justicen'5-Page13


I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Afrique meurtrie


t. -.


L'agression imperialiste en Libye au bord de I'enlisement

Libye: 'OTAN bans L'impasse, La Mort continue
son oeuvre
Comme cela etait A prevoir, I'agression imp6rialiste contre la
Libye s'est revelee un fiasco et une source de malheurs sup-
plementaires pour le people libyen, que I'Occident pretendait
"lib6rer" de la "dictature" de Kadhafi. Les dernieres nouvelles
diffusees par les medias sont eloquentes a ce propos. On a vu
et entendu des "rebel[es", don't des militaires en uniform, ac-
cuser I'OTAN de tuer des civils et de bombarder les "insurges".
On a vu et entendu des hauts responsables de I'OTAN nier
dans'un premier temps de tels bombardements, puis recon-
naTtre qu'ils avaient ete bien effectues et presenter leurs ex-
cuses en disant que I'OTAN ignorait que les "rebelles" avaient
des tanks. Finalement, le samedi 9 avril, c'est le secretaire ge-
neral de I'OTAN en personnel qui a declare qu'il n' y avait pas
de solution militaire au conflict libyen.
II n'y a pas et il n'y aura de solution militaire pour plusieurs rai-
sons. La premiere est que les occidentaux et leurs suppletifs
arabes ne peuvent gagner aucune guerre en se contentant de
lancer des bombes et des missiles depuis le ciel ou a partir de
navires de guerre, pour "intefligentes" que soient ces armes.
La second est que les "insurgis", que personnel n' ose quali-
fier de "rivoCutionnaires" alors que les medias ont abondam-
ment parle de revolutionn ara6e", n'etaient manifestement pas
prets A faire une veritable guerre ni conscients des difficulties
qu'ils allaient rencontrer en pregnant ainsi les armes contre le
gouvernement libyen. Ils se sont fait des illusions et ont ete abu-
ses par ceux qui les ont pousses et encourages A la rebellion.
De leur point de vue, leur combat est just et leurs sacrifices no-
bles et necessaires. Mais objectivement, ils sont victims des
occidentaux, lesquels jusqu'a une date recent etaient en bons
terms avec le "tyran" Kadhafi parce que leurs interests econo-
miques leur imposaient de faire de bonnes affaires avec lui, de
s'asseoir sur leurs grands principles humanitaires et democra-
tiques. Nicolas Sarkozy est tout particulierement responsible
de cette impasse. II a 6te le premier en tout: A reconnaltre le
Conseil National de Transition, A precher la croisade contre Ka-
dhafi, A commencer les bombardements aeriens quand I'ONU
a decide d'ouvrir les hostilities. Les "insurgis"ne constituent pas
une veritable armee et ne sont pas suffisammnent arms pour
mener une lutte victorieuse. Ils ne peuvent pas beneficier de


I'appui de soldats de I'OTAN combattant avec eux
au sol. Les Etats-Unis, principal puissance occi-
dentale, ont d6jA sur leur dos deux guerres en pays
musulman et ne veulent pas d'une troisieme. La
France a propose de fournir des armements plus
performants a la rebellion, mais les autres "alides"
ont eu peur, pregnant enfin au s6rieux les affirmations
de Kadhafi selon lesquelles Al Qa'da combattait en
Libye aux cteBs des "re6beaes".
Toute guerre est sale, cause de d6vastations, de
souffrances, de haine et de mort. Les guerres ci-
viles, ethniques et religieuses sont particulierement
attristantes et d6gueulasses. En Libye ,chaque jour
qui passe des hommes, des femmes et des enfants
meurent. Et aucune issue militaire ne s'annonce a
'horizon. La solution se trouve dans la n6gociation.
Les occidentaux doivent discuter avec le gouverne-


ment libyen, sans exiger le depart de Kadhafi
comme ils le font depuis le debut du conflict, creer les conditions
d'un dialogue entire Libyens des deux camps.
Cela est possible avec de la bonne volonte.

Syrie: U aussi it faut un retour a La paix par te biatogue
La Syrie n'est pas un pays africain, mais la situation qui s'y est
creee depuis le declenchement de la revolutionn ara6e" est
semblable par certain aspects A celle que vit la Libye. Nous
avons a1 un people mosaique, traverse de contradictions mul-
tiples, A la structure fragile, don't une parties s'est soulevee
contre le pouvoir en place, exigeant des reformes democra-
tiques, et surtout se montrant tenace dans son aspiration A des
changements profonds. Le gouvernement a malheureusement
repondu par la repression, et nombreux sont les manifestants
qui ont ete tues ou blesses A ce jour. On constate toutefois,
avec soulagement, qu'il n'y a pas eu "d'ingerence humanitaire"
de I'Occident, que I'OTAN n'est pas en train de detruire le pays
sous ses bombes comme elle le fait en Libye. Cependant, le
fait que 13 policies aient ete tues recemment peut faire crain-
dre une veritable guerre civil aux consequences desastreuses.
Le pouvoir a interet A 6couter la voix de I'opposition au lieu de
reprimer systematiquement.

C6te b'lvoire: Laurent Gbagbo arrete a Abiajan
Le president ivoirien sortant Laurent Gbagbo a ete arrit6 lundi
11 avril A I'issue d'une offensive generalisee des forces de son
rival Alassane Ouattara, appuyees par les moyens aeriens et
blinds des forces frangaises et de la mission des Nations
Unies (Onuci).
L'ambassadeur de C6te d'lvoire aupres de I'ONU, Youssoufou
Bamba, a assure que Laurent Gbagbo est "en bonne sante" et
sera pr6sent6 devant la justice pour 6tre juge.
Dans la matinee, la residence de Laurent Gbagbo a Abidjan
avait ete "partiellement d6truite" par les derniers bombarde-
ments des forces de I'ONU et de 'l'armee frangaise. L'hypocri-
sie du gouvernement francais assurant qu'il n'a pas arrete
Laurent Gagbo est manifesto. La France s'est comport6e
comme une puissance neo-coloniale et imperialiste. II faut sou-
haiter que la guerre civil et son lot de destruction et de morts
s'arretent. Le pays qui est paralyse, meurtri et cruellement di-
vise aspire A la paix.
La semaine derniere avait dejA vu les militaires francais, sous


A A!3^E!SE5^U^S3[3SI3^


[ PANS LE MONPE I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


le drapeau de I'ONU, bombarder de loin le bunker de Gbagbo,
en soutien a Ouattara. Mais quand celui-ci leur a demand de
participer effectivement au combat en montant a I'assaut des
positions tenues par les hommes de Gbagbo, la reponse a 6t6
que la France n'etait pas engagee dans le conflict, qu'elle agis-
sait sous mandate de I'ONU pour proteger la population. Belle
hypocrisie!
Laurent Gbagbo, I'obstine, a sans doute obtenu moins de voix
qu'Alassane Ouattara aux dernieres elections presidentielles,
mais il n'est pas sOr qu'il mente quand il dit que les partisans de
Ouattara ont fraud. Son tort principal est de s'etre trouve face
a un adversaire certes populaire, mais surtout li6 au monde de
la finance international, fidele ami de I'Occident.
Contrairement a ce que veut faire croire leur actuelle propa-
gande, les occidentaux ne sont pas les amis de I'Afrique, qu'ils


ont depecee, pillee et appauvrie. Ils ont soutenu, pour defendre
leurs inter6ts economiques, les pires dictateurs, les dirigeants
politiques les plus corrompus.
Maintenant, ils cherchent 6 se refaire une virginity, se presen-
tant comme les defenseurs des droits de I'homme, des four-
nisseurs de modules de democratic. Mais tout cela n'est que
leurre, hypocrisie. Le colonialisme et I'imperialisme ne sont pas
morts.
Pour s'en convaincre, il suffit de computer les pays du Tiers
Monde ayant des bases militaires aux Etats-Unis ou en Europe.
II n'y en a aucun! Par contre, les bases militaires 6trangeres
sont nombreuses dans certain pays du Tiers Monde.
M. Belrose
le 11/04/2011


Le choc japonais


La situation 6conomique mondiale n'etait deja pas tres brillante
en depit du dynamisme des pays 6mergents. Les calamities na-
turelles (inondations, secheresses, canicules, etc.) de 2010
avaient serieusement aggrave les choses en provoquant une
flambee des prix des products alimentaires. II en 6tait resulted
une vague de revoltes populaires parties de Tunisie puis
d'Egypte, pour s'etendre a I'ensemble du monde arabe avec
pour consequence une brutale envolee du prix du baril de pe-
trole et une nouvelle vague migratoire vers I'Europe.
La catastrophe cumulative (seisme majeur, tsunami, desastre
nucleaire) survenue au Japo.n (3e puissance economique mon-
diale) ne peut qu'accelerer et amplifier le processus de la crise
systemique global actuellement en course. L'ampleur des
pertes tant humaines qu'economiques est telle que I'empire du
Soleil levant va devoir non seulement reduire, voire meme ar-
reter ses achats de Bnris du Tresor US don't il detient (avec les
pays du Golfe) quelque 25 % du montant global de la dette fe-
derale des Etats-Unis, mais aussi com'mencer a les mettre en
vente pour pouvoir recuperer de quoi finance la reconstruction
et la reliance de son economic. Et cela just au moment oO la
Chine (detentrice de 20 % de la dette US) entend diversifier au


Ftash-Hebbo


lunbi 4 avrit
FRANCE Apres le scandal des frigates de Taiwan et celui
des sous-marins de Karachi, c'est celui des sous-marins de Ma-
laisie qui fait maintenant surface. Sexe, meurtre, pots de vin et
soupgons de retrocession sont a I'origine d'une demarche judi-
ciaire malaisienne en course.

marbi 5 avrit
CHINE Le Quotidien du people denonce le pretexte huma-
nitaire avance par les Occidentaux en Libye et qui masque en
fait leurs seuls int6erts et leur volonte de continue 6 dominer le
monde.

mercrebi 6 avrit
GRECE Ouverture a Ath6nes du 16e Congres de larF6dera-
tion Syndicale Mondiale (FSM).

jeubi 7 avrit
PORTUGAL Le ministry portugais des finances reclame une


maximum ses reserves de change et rechigne de ce fait a conti-
nuer d'investir dans cette dette. II ne reste done plus qu'un seul
acquereur d'importance des Bons US... la Reserve federal qui
rachete deja plus de 70 % des nouvelles emissions de Bons. Le
risque est maintenant decuple d'une implosion du march des
Bons du Tresor US avec toutes les consequences que I'on peut
en redouter.
La Chine qui s'attend a devoir encaisser I'onde de choc japo-
naise (Tokyo est son principal partenaire commercial repre-
sentant 8 % de ses exportations et 13 % de ses importations)
alors qu'elle est en pleine phase de transition visant 6 accorder
une plus grande preeminence a son march int6rieur dans son
developpement general (objectif du 12e plan quinquennal)
reste cependant le seul pays en measure de pouvoir aider mas-
sivement et efficacement le Japon. Les Etats-Unis qui jusque-
16 s'arrogeaient le pouvoir d'influer sur la vie politique et
economique de I'archipel nippon n'a plus vraiment les moyens
(ni peut-etre la volonte) de sauver son alli6 devenu aussi un
dangereux rival.
K Solaris


aide financi6re en raison d'une enorme dette publique et des
difficulties a pouvoir emprunter sur les marches financiers 6 des
taux non usuraires.

venbrebi 8 avril
LIBYE Nouvelle bavure de I'OTAN. Deux rebelles au moins
ont ete tues et une dizaine d'autres blesses par des frappes ae-
riennes. Ils n'avaient pourtant pas tires en I'air pour saluer leurs
"protecteurs ".

same6i 9 avril
BRESIL L'institut bresilien de recherche economique appli-
quee (IPEA) appelle a renforcer les changes sino-bresiliens
afin de reduire la vulnerability du pays. Le commerce avec la
Chine qui ne cesse de s'accroitre avait permis au Bresil d'en-
registrer un excedent de 5,3 milliards de dollars I'an dernier.

aimanche 10 avril
REPUBLIQUE TCHEQUE Le ministry des Transports, Vit
Barta (droite au pouvoir), a ete contraint de demissionner pour
avoir tent6 d'acheter le soutien de deux membres de son parti
don't il brigue la presidence.


jeuI 1S4 Avril 201 n 1 WI5-Pae.5


n


L PAN$ LE NO








http://www.iournal-iustice-martinique.com


AVIS DE CONSTITUTION
En date du 07/04/2011, il a ete constitute
une SARL, presentant les caract6ris-
tiques suivantes :
Denomination : NET PERFORMANCE
Adresse du siege social : 27 ancienne
route de Schoelcher 97233 Schoelcher
Objet : entretien et lavages de vehicules,
capitonnage, charge de climatiseurs, re-
novation optique, teinte de vitres
Duree : 99 ans
Capital : 6350, 00 E
don't 2 350 en nature
Nom du grant: M. Pascal Marc ZEPHIR
Adresse : 6 Km route de Balata, n 7 rue
de la baie des Anges, 97200 Fort de
France.
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, le grant FB4110

AVIS DE CONSTITUTION
Le ler avril 2011, a ete constitute une
EARL ayant les caracteristiques sui-
vantes :
Objet: Production, vente de products agri-
coles et toutes les activities agricoles
connexes.
Denomination : EARL PEPINIERE LE
LEONCE
Siege social : habitation Fonds Nicolas -
Chapelle Villarson 97231 Le ROBERT
Duree,: 99 ans
SCapital social : 7 500 E Apport s en nu-
meraire 7 500 E
Grant : Madame DARNAL Genevieve,
Marie Frangoise demeurant quarter
Fonds Nicolas Chapelle Villarson -
97231 Le Robert
La society sera immatriculee au RCS DE
Fort de France
Pour avis FB4111


AVIS DE CONSTITUTION
En date du 07/04/2011, il a ete constitute
une SARL, presentant les caractAris-
tiques suivantes :
Denomination : GARAGE J.A.M
Adresse du sibge social : Lot Mespont
97200 Morne Rouge
Objet : Mecanique automobile
Duree : 99 ans
Capital: 2000 E
Nom du grant : Mr. MILIA Johnny et
Mme MILIA Angela
Adresse: Lot Nazareth 97200 Morne
Rouge
Immatriculation au registry du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB4112


AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing privb en date du
05/02/2011, il a ete decide de career une
society a responsabilite limited repondant
aux caracteristiques suivantes :
Denomination social : SOCIETE DE
DISTRIBUTION DE PRODUCTS LO-
CAUX
Siege social : 5, rue remain Blondet
97200 Fort de France
Objet: La distribution de tous products lo-
caux, caribeens sous toutes ses former
presents et A venir en toutes forces de
diffusion
Dur6e : 99 ans
Capital social: 1.500 euros repartis en 15
parts de 100 euros chacune, dent 300
euros liberes soit 20% du capital social
Gerant : Patrice LAMOTTE
La society sera immatriculee au registry
du commerce et des societes FB4113


AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte SSP en date du 5
avril 2011 ii a Ate constitute une society


Denomination social :
TOMARIE
Siege social : Residence Caraibe Jam-
bette 2, BAtiment Kalinas appartement
101, 97200 Fort de France
Forme: Societe Civile Immobiliere
Capital: 100
Objet social : Location de terrains et d'au-
tres biens immobiliers
Gerance: Monsieur Maurice BLAMEBLE,
Residence Caraibe Jambette 2, BAtiment
Kalinas appartement 101, 97200 Fort de
Fance
Cessions de parts sociales : les parts so-
ciales sent librement cessibles au profit
d'un Associe.
Toute cession & un tiers de la society est
soumise au prealable A agreement de la
collectivite des Associes reunis en As-
semblee Generale
Duree : 99 ans a computer de son imma-
triculation au RCS de Fort de France
FB4114

AVIS DE CONSTITUTION
Etude de Maitres Franck MATHIEU et
Colette MATHIEU-BRISMEUR, Notaires
associes A FORT-DE-FRANCE (Marti-
nique), 19, rue Victor Hugo
Avis de constitution
Suivant acte requ par Maitre Colette MA-
THIEU-BRISMEUR, Notaire Associe de
la Societe Civile Professionnelle THIEU, MATHIEU-BRISMEUR >, titulaire
d'un Office Notarial & FORT-DE-
FRANCE, 19, rue Victor Hugo, le 22 fe-
vrier 2011, a ete constitute une society
civil immobiliere ayant les caracteris-
tiques suivantes :
La societe a pour objet : I'acquisition,
I'exploitation par bail, location, ou autre-
ment de tous immeubles et notamment
une maison d'habitation sise a FORT DE
France (97200) 38 rue Fabre Adelaide
Damaze.
La denomination social est: JLR.
Le siege social est fixed a : FORT DE
FRANCE (97200), 38 rue Fabre Adelaide
Damaze.
La society est constitute pour une duree
de 99 annees
Le capital social est fixe A la some de :
CENT QUARANTE CINQ MILLE DEUX
CENT UN EUROS (145.201,00 EUR)
.Les apports sont en nature.
Les parts sent librement cessibles entire
associes, toutes les autres cessions sent
soumises A I'agrement prealable A I'una-
nimite des associes.
Le premier grant de la society est : Ma-
demoiselle Marie Ange MABDELON-
NETTE, sus nommee, demeurant a
FORT DE France (97200) 52 rue Fabre
Adelaide Damaze. La society sera imma-
triculee au registre du commerce et des
societies de FORT DE FRANCE
Pour avis
Le Notaire. FB4115

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
LA BAIE DU TROU ETIENNE
SOCIETY CIVIL DE
CONSTRUCTION-VENTE
AU CAPITAL DE 1 000 EUROS
SIEGE SOCIAL C/O ETP
9 ZAC LES COTEAUX
97228 SAINTE-LUCE MARTINIQUE
RCS FORT-DE-FRANCE
B 494 347 180 (2007 D 48)
Suivant decision collective des associes
du 28 janvier 2010, Gilles FILIN, demeu-
rant A Alle des Pitons La Colline -
97233 a ete nomme Gerant. FB4116

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de fa constitution de
I'EURL: CHAPITEAUX CARAIBES EX-
PRESS au capital de 1 5004
Siege social : SCI de la Batterie


70 impasse LAMOTTE quarter Palmiste
-97232 LE LAMENTIN
Objet: location de chapiteaux
Duree : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registre RCS de FDF
grant Mr Philippe Christophe
JOSEPH LOUISIA
demeurant : 70 impasse LAMOTTE
quarter Palmiste -97232 LE LAMENTIN
nomme pour une duree indeterminee
Le grant : Monsieur Philippe Christophe
JOSEPH LOUISIA FB4117

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donne de la constitution d 'une
society presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination :
ENTREPRISE LAGAVILLE
Forme: society A responsabilite limited
Siege social : quarter Eudorgait -
97230 SAINTE MARIE
Objet : construction, renovation et pose
de charpente en bois, travaux de repara-
tion, renovation, finition en menuiserie et
de maqonnerie,
Duree : 99 ans
Capital: 3000E en numeraire
Gerance : Monsieur LAGAVILLE Alex,
demeurant quarter Eudorgait -
97230 SAINTE MARIE
Immatriculation :
au RCS de Fort de France
Pour avis FB4118

AVIS DE CESSION DE PARTS
SCCV CARTASIA
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
AU CAPITAL DE 1000
SIEGE SOCIAL : 15 RUE GEORGES
EUCHARIS
97200 FORT-DE-FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
N" 518 840 137
Suivant acte sous seing prive du 31 mars
2011, don't un original a ete depose au
siege social par la gerance
La SARL SOGEVIM, society A responsa-
bilite limited au capital de 15 006 dent
le siege est au 15 rue Georges EUCHA-
RIS 97200 FORT-de-France lotisse-
ment Dillon Stade A Fort-de-France (
97200) identified sous le numero SIREN
441 594 371, represented par son grant
Monsieur Gilbert VINCENT SULLY de-
meurant au : 50 Lotissement Gondeau a
SAINT JOSEPH (97212) a cede a Mon-
sieur Frantz Felix CHERY demeurant 20
lotissement Bellevue Ladour A SAINTE
LUCE (97228), 2 parts de ladite society,
le tout conformement A la lloi et aux sta-
tuts, ladite cession ayant et6 r6gulibre-
ment agree par une deliberation des
associes en date du 31 mars 201, il a 6te
fait depot de deux actes originaux de
I'acte de cession au greffe du tribunal de
commerce de Fort de France
Pour avis les cogerants FB4119

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
MARTINIQUE TRANSPORTS
FRIGORIFIQUES SARL ( MTF)
394 lot Grand CHAMP 97232 LE LA-
MENTIN
N SIRET : 498 955 426 00016 Code
APE: 49418
Au term de I 'AGE du 18/03/2011, tenue
au sieg e de la societe MARTINIQUE.
TRANSPORTS FRIGORIFIQUES SARL,
les associes pregnant acte de la admission
de Mr CERSON Guitry du post de coge-
rant qu'il occupe A MTF, decident de
nommer Mr AGRIODOS Antonio comme
grant unique et de modifier I'article 12
des status conformement au change-
ment intervenu
Pour avis le gerarn FB4120

AVIS DE CONSTITUTION


Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 26 mars 2011, a Schoecher
(MARTINIQUE), il a ete constitute une so-
cidte presentant les caracteristiques sui-
vantes
Denomination : CLOMEL
Forme social : Societe civil immobiliere
Siege social : residence Anse Bellemarre
97233 SCHOELCHER
Objet: toutes operations financieres, mo-
bilieres ou immobilieres
Capital social : 1000E
Duree 99 ans
Gerance : Monsieur HENRY Jean
Georges demeurant a Residence Anse
Bellemarre 97233 SCHOELCHER
Immatriculation RCS de Fort-de-France
Pour avis FB4121

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 04 avril 2011, Fort de France, il a
Ate constitute une society presentant les
caracteristiques suivantes :
Denomination social :
SNC CIDANTILLES .SCA
Forme social: Societe en nom collectif
Capital social : 100
Siege social: cite Dillon 483 avenue Vic-
tor Corridun 97200 Fort-de-France
Objet social : la location simple de longue
duree de materials de production pour
I'industrie
Duree : 99 ans (quatre vingt dix neuf ans
) a computer de son immatriculation au re-
gistre du commerce et des societies, sauf
dissolution anticipee ou prorogation
Associes grant : la society CARAIBES
INVESTISSEMENT DEVELOPPEMENT
SARL au capital de 10 000W, cite Dillon -
483 avenue Victor Corridun 97200 Fort-
de-France RCS de Fort-de-France B
435 179 460 dent le representant letal est
Monsieur Gerard MARAN
Associe : Monsieur Gerard MARAN ne le
25 mai 1957 a Saint Esprit (Martinique)
de nationality frangaise et demeurant cite
Bateliere B&t C4 appt 739 97233
Schoecher
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies de Fort-de-
France
Pour avis la gerance FB4122

AVIS DE CESSION DE PARTS ET DE
CHANGEMENT DE GERANT
SNACK NID D'OR EURL
AU CAPITAL DE 3 00
SIEGE SOCIAL 39 RUE EUGENE
MAILLARD
97212 SAINT JOSEPH
RCS DE FORT DE FRANCE:
2008 B 1767 (507 756 930)
L'assemblee general extraordinaire de
la sociAte du 31 mars 2011 a approve le
project de cession des parts avec effet au
Ser avril 2011, de Monsieur Zifeng DENG
A Monsieur Young Jian SHEN pour 100
parts, suite a la emission de Monsieur
Zifeng DENG de ses functions de grant
I'assemblee general nomme avec effect
au ler avril 2011, en quality de nouveau
grant Monsieur Young Jian SHEN
Pour avis le grant FB4123

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 10.03.2011, il a ete constitute
une : society a responsabilite limited
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : KARIBEA BTP
Sigle KBTP
Adresse du sibge social : quarter Poirier
97213 GROS MORNE
Objet : construction, renovation, exten-
sion, demolition de tous ouvrages en bois
et b6ton du bAtiment et travaux publics
Duree: 99 ans
Capital : 100
Nom du grant: VESANES Melina


- juh Ar^l 207ie n ''75- Pg1


[ ANNONCT LitfAiES I








http://www. ioural-iustice-martinigue.com


Adresse : quarter Poirier -
97213 GROS MORNE
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gBrance FB4124

AVIS D.E CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du
01/02/2011, il a 6et constitute la SARL
AZLoc au capital
Social de 1000 en numeraire don't le
siege social se situe au : 28 rue Yves
Goussard
97200 Fort-de-France qui a pour objet :
I'ingenierie en genie logiciel et informa-
tique, la conception, le developpement,
I'edition, la formation, le conseil, la com-
mercialisation la maintenance de logicels,
de sites internet de materials informatique
accessoires et consommables. Elle sera
enregistree a la CCIM de Fort de France
Duree : 99 ans, le grant :
Monsieur DELUGE Pascal demeurant au
28 rue Yves Goussard
97200 Fort-de-France
Pour avis FB4125

AVIS DE VENTE AUX ENCHERES
PUBLIQUES SUR SURENCHERE
II sera procede le Mardi 24 MAI a DIX
HEURES, au Tribunal de Grande Ins-
tance de fort de France
(Martinique), Palais de Justice 35 bid
general de Gaulle, a la vente aux en-
cheres publiques au plus offrant et der-
nier encherisseur de :
Un terrain sis au bourg de la commune du
LAMENTIN 24 rue Schoelcher cadastre
section A 139 pour la 77 ca
Selon proces verbal de description de
Maitre Louis Victor FIRMIN Huissier de
Justice au Lamentin du 12 novembre
2008
II s'agit d'un bAtiment construit en dur et
peint, situ6 24 rue Schoelcher et place
Maceo comprenant un rez-de-chaussee
et trois stages
Le rez-de-chauss6e est occupy par la
pharmacie SYLVESTRE qui est locataire
d'une surface d'environ 76m2 et d'une
autre petite piece d'environ 40 m2, pour
un loyer mensuel de 3000E
Les stages sont divises en locaux acces-
sibles par le couloir du rez-de-chaussee
equipe d'un digicode
Sur la facade versant place Maceo ; ce
couloir donne acc6s A un escalier et a un
ascenseur
A chaque etage I'ascenseur donne direc-
tement sur le palier des locaux, I'escalier
permet d'acceder aux locaux par une
porte commune
Le premier etage comprend
Une veranda commune un local loue a
M QUITMAN Ralph, dentist, pour un
loyer mensuel de 1000I un local d'envi-
ron 40m2 Ioue a Mme LEE, dieteticienne,
pour un loyer mensuel de 700
Une piece A usage de sanitaire commun,
situee sur le palier
Le second etage comprend :
Un local d'environ 40m2 occupy par la
pharmacie, un local inoccupe presented
comme faisant 72m2 environ, une piece a
usage de sanitaire commun, situee sur le
palier
Le troisieme etage comprend :
Un local d'environ 40m2 loue A
M PIQUIONNE Jean-Yves, inmdecin,
pour un loyer mensuel de
800E, un local d'environ 70 m2 loue a
M KALFON Issam, medecin, pour un
loyer mensuel de 1000E, une piece a
usage de sanitaire commun, situee sur le
palier.La vente est poursuivie a la requete
de la SOCIETY FINANCIERE ANTILLES
GUYANE dite SOFIAG,
Soci6et par actions simplifiee immaticu-
lee au RCS de Fort-de-France sous le n


448 328 344
Repr6sentee par son Directeur General
ayant son siege social A Fort-de-France :
12 bid General de Gaulle 97200, venant
aux droits de la Societe de Credit pour le
Developpement de la MARTINIQUE dite
SODEMA en vertu d'un trait de fusion
public au R.C.S de fort de France le
11 mai 2005
Ayant pour avocat constitute Maitre Ma-
ryse DUHAMEL, avocat au Barreau de
Fort-de-France, y demeurant : imm Bel
Azur 48 Schoelcher 97200
Le cahier des conditions de vente a 6t6
depos6 au greffe du tribunal de Grande
Instance de Fort-de-France Palais de
Justice 35 bid general de Gaulle 97200
ob toute personnel peut en prendre
connaissance
Les encheres s'ouvriront sur la mise a
prix pour le seul lot de :
CINQ CENT TRENTE ET UN MILLE
TROISCENT EUROS (531.300E) les en-
cheres ne peuvent etre portees que par
minister d'avocat inscrit au barreau de
fort de France FB4126

AVIS DE CHANGEMENT DU
CAPITAL SOCIAL
Aux terms d'un acte requ par Maitre
Ghislaine PALCY-DRU Notaire, titulaire
d'un Office Notarial A FORT-DE-FRANCE
(Martinique), Rue dr Gouverneur Ponton,
Immeuble Foyal 2000, le 16 mars 2011,
une reduction de capital social par retrait
partiel d'actif a 6et effectu6e par les as-
socies de la soci6et d6nommee :
SCI DILVY-VILSANS, society civil im-
mobiliere au capital de 7622.45 EUR,
don't le siege est a FORT DE FRANCE
(97200), 18 rue FLEURY NOEL, route de
moutte, identifiee au SIRET sous le nu-
mero 418 040 416 00012 et immatriculee
au Registre du Commerce et des Socie-
tes de FORT DE FRANCE.
CAPITAL SOCIAL ANCIENNE MEN-
TION
Le capital social s'elevait originairement
a un montant de 7622.45, divise en 500 ti-
tres sociaux de chacun 15,24 euros, re-
partis entire les membres de la society.
CAPITAL SOCIAL NOUVELLE MEN-
TION
Par suite du retrait d'actif ci-dessus
constat6, le capital social est desormais
fixed A la some de TROIS MILLE QUA-
RANTE HUIT EUROS (3048 ) et dore-
navant divise en 200 titres sociaux de
15.24 E chacun, entierement souscrits et
liberes, numerotes de 1 & 200 attributes,
de la maniere suivante.
NOUVELLE REPARTITION DU CAPI-
TAL SOCIAL
La repartition entire les membres de la so-
ciete du fait de la reduction de capital ci-
dessus constatee se trouve 6tre
desormais la suivante :
- A Monsieur Jean Hugues DILVY : vingt
(20) parts, numerotees de 1 a 20.
- A Monsieur Gabin DILVY : vingt (20)
parts, numerotees de 21 a 40.
- A Monsieur Raymond VILSANS :qua-
rante six (46) parts,
numerotees de 41 A 86.
- A Madame Josseline N'GUELA : vingt
(20) parts, numerotees de 86 a 105.
- A Monsieur Daniel VILSANS : soixante
quatorze (74) parts, numerotees de 106
a 180.
- A Madame Christiane LAVAL, vingt (20)
parts, numerotees de 181 & 200.
.Soit un total legal au nombre de titres so-
ciaux composant le capital social actuel.
Pour insertion
Le Notaire FB4127

SAVIS DE LIQPJIDATION
PASSE SUD
SARL EN LIQUIDATION


AU CAPITAL DE 7622.45 EUROS
SIEGE SOCIAL 5 LOT GRAND BLEU
97280 LE VAUCLIN
RCS N*43864782800013
Avis est donned que par deliberation de
I'assemblee general ordinaire du 23
mars 2011 la collectivite des associes a
approuv6 les comptes de liquidation,
decharge Monsieur BASSET Christian
demeurant A 5 lot. Grand bleu 97280 LE
VAUCLIN de son mandate de liquidateur,
donne quitus de sa gestion au liquidateur
et prononce la cloture des operations de
liquidation.
Les comptes de liquidation sont deposes
au greffe du tribunal de commerce de
FORT DE France. FB4128

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte requ par Maitre Vic-
tor NIMAR, Notaire associe A FORT DE
FRANCE (Martinique), les 28 et 31 Mars
2011, il a ete constitute une Societe Civile
presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : SOCIETYE FINANCIERE
LODEON", par abreviation "SOFILO".
Siege social : FORT DE FRANCE
(97200), Clinique Saint Paul, quarter
"Clairiere", 4, Rue des Hibiscus.
Objet social : La Societe a pour objet, tant
en France que dans les Departements et
Territoires d'Oure-Mer :
Toutes operations se rapportant directe-
ment ou indirectement a la prise de parti-
cipations, sous quelque forme que ce
soit, dans toutes societies ou entreprfses,
frangaises ou 6trangbres, ainsi que I'ad-
ministration, la gestion, le control et la
mise en valeur de ces participation et
des entreprises qui en dependent.
Elle gerera, en assurant la politique bud- .
getaire, comptable et financiere du
group ainsi cree, les participation in-
dustrielles, commercials et agricoles qui
lui seront apportees, et pourra accorder
aux societies constituent son portefeuille
tous concours, prets, avances ou garan-
ties.
Duree : 99 annees A computer de son im-
matriculation au Registre du Commerce
et des Societes.
Capital social: 700,00 Euros, entierement
fournis en numeraire
Cessions de parts : Toutes cessions de
parts, a titre onereux comme A titre gra-
tuit, et meme entire associes, sont sou-
mises A I'agrement prealable de la
collectivite des associes donna par une
decision extraordinaire.
L'exercice social commence le ler Jan-
vier et finit le 31 D6cembre de chaque
annae. *
Grant : Monsieur Olivier Dorval Robert
Auguste LODEON, demeurant a
SCHOELCHER (97233), Pointe de
Jaham, 6, Impasse les Glycines, Resi-
dence Oceane, nomme pour une duree
illimitee.
Immatriculation : La society sera immatri-
culee au Registre du Commerce et des
Soci6tes de FORT DE FRANCE.
POUR AVIS
Me Victor NIMAR FB4129

CREDIT SOCIAL
CAISSE DE CREDIT MUTUEL
34- 38 RUE GARNIER PAGES
97200 FORT DE FRANCE
CONVOCATION
Les societaires
Du CREDIT SOCIAL, Caisse de CREDIT
MUTUEL sont invites & assister A I'As-
semblee Generale Extraordinaire
qui se tiendra Le jeudi 28 avril 2011 A 16
heures 30, au siege de la Caisse
34-38 Rue Garier Pages
97200 FORT.DE FRANCE
Avec I'ordre du jour suivant:
- Ouverture de I'Assemblee


- Modification des Statuts
- Rapport d'activite
- Lecture des Rapports General et Spe-
cial:
- Certification des comptes
- examen et approbation desOrnptes de
I'Exercice social Nlos le 31 decembre
2010
- Ratification des cooptations des Admi-
nistrateurs intervenues en course d'exer-
cice
- Approbation et d6charge de la gestion
du Conseil d'Administration
Le conseil d'administration
N.B: Conformement A I'article 18 des sta-
tuts, la present Assemblee Generale ne
pourra deliberer que si le tiers au moins
des Societaires sont presents.
Dans le cas contraire, le Conseil d'Admi-
nistration convoque d'ores et dejA les So-
cietaires a une deuxieme Assemblee
Generale Extraordinaire le 18 mai 2011 a
18 h 00 & I'H6tel la Bateliere.
Pour avis, la gerance FB4130

AVIS DE NON DISSOLUTION
BATI GROUP CARAIBES
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITtE
AU CAPITAL DE 1000 EUROS
SIEGE SOCIAL : 16 RUE EUCHARIS
DILLON STADE
97200 FORT DE FRANCE
491460259 RCS FORT DE FRANCE
Aux terms d'une deliberation en date du
28 octobre 2010, I'Assemblee Generale
Extraordinaire des associes, statuant en
application de I'article L. 223-42 du code
de commerce, a decide qu'il n'y avait pas
lieu a dissolution de la socite6 .
Pour avis,
La gerance FB4131


CACEM
AVIS D'ATTRIBUTION DE MARCH
SERVICES
POUVOIR ADJUDICATEUR
NOM, ADRESSE ET POINT DE
CONTACT
CommunautA d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact : M. Pierre Samot, Pre-
sident de la CACEM
Courrier electronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse general du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Adresse du profile d'acheteur (URL)
http://www.achatspublics.com
TYPE DE POUVOIR ADJUDICATEUR
ET ACTIVITY PRINCIPAL
Autre : Etablissement public de coopera-
tion intercommunale (EPCI)
Services g6neraux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non
OBJET DU MARCH
DESCRIPTION:
Intitule attribute au march par le pouvoir
adjudicateur:
March d'entretien d'equipements com-
munautaires
Type de march et lieu d'execution des
prestations de services :
Type de march : Services
Categorie de services : n*16
Lieu principal de prestation : territoire de
la CACEM
Code NUTS : FR920
L'avis implique : un march public
DeSQription succincte du march :


F II'Mi


A NNOiNCr Lk








http://www.iournal-iustice-martiniaue. com


Le present march a pour objet I'entretien
des equipements communautaires: abris
bus (Ab), point d'apport volontaire (Pav)
et abris poubelles (Ap) de la CACEM.
Classification CPV :90710000
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics : oui
PROCEDURE
TYPE DE PROCEDURE : ouverte
CRITERES D'ATTRIBUTION
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonc6s ci-dessous
Le prix des prestations : 60%
La valeur technique de I'offre : 40%
Une enchere electronique sera effectuee
: non
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMI-
NISTRATIF
Numero de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2010/14A/DGA3/AO
Publications anterieures concernant le
meme march : non
Avis de march
Numero de I'avis au JO :
2010/S 1556239779 du 12/08/2010
Numero de I'avis au BOAMP : parution
155 B, announce n231 du 12/08/2010
Numero de I'avis Justice : n 32
du 12/08/2010 FB 3059
Attribution du march
March : n 11.012
Lot 1 : ville de fort de France
Date d'attribution : 21/02/2010
Information sur le montant du march :
Valeur total finale du march :
859 377.50 euros HT
March : n 11.013
Lot 1 : ville du Lamentin et certaines voles
de Saint-Joseph
Date d'attribution : 21/02/2010
Information sur.le montant du march :
Valeur total finale du march :
1 206 098.33 euros HT
Nom et adresse de I'operateur econo-
mique en faveur duquel une decision d'at-
tribution du march a et6 prise
CLEAN GARDEN, immeuble Dillon 3000
Dillon Stade 17, rue Eugene Eucharis -
2eme etage 97200 Fort-de-France Tel:
0596 42 70 70 Fax : 0596 50 30 50
Introduction des recourse :
* referee precontractuel : dans les 10 jours
suivant la notification du rejet de I'offre
* recours pour exces de pouvoir : dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaquee.
* Recours de pleine jurisdiction : dans les
2 mois de la publicity annonQant la
conclusion du contract.
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS :
01/04/2011 FB4132

CACEM
AVIS DE MARCH SERVICES
SECTION I: POUVOIR
*ADJUDICATEUR
1.1) NOM, ADDRESSES ET POINTS) DE
CONTACT:
Cte d'Agglo du centre de la Martinique,
place Frangois Mitterrand Immeuble Cas-
cades 3, F-97204 Fort-de-France Cedex.
Tel. (+33) 05 96 75 82 72.
Adresse(s) internet:
Adresse general du pouvoir adjudicateur
: http://www.cacem.org.
Adresse du profile d'acheteur
http://www.achatpublic.com.
Adresse aupres de laquelle des informa-
tions complementaires peuvent etre ob-
tenues:
CACEM Service Achats Operationnels,
immeuble Cascades 3 Place Frangois
Mitterrand 4 eme etage, F-97200 Fort-de-
France. Tel. (+33) 05 96 75 82 72. E-mail
isabelle.julians@cacem-mq.com.
Adresse aupres de laquelle le cahier des
charges et les documents complemen-


taires (y comprise des documents relatifs
& un dialogue competitif et un system
d'acquisition dynamique) peuvent 6tre ob-
tenus:
CACEM Service Achats OpBrationnels,
immeuble Cascades 3 Place Frangois
Mitterrand 4.4me etage, F-97200 Fort-de-
France.
Adresse A laquelle les offres ou de-
mandes de participation doivent etre en-
voyees:
CACEM Service Achats OpBrationnels,
immeuble Cascades 3 Place Frangois
Mitterrand 4 eme etage, F-97200 Fort-de-
France.
1.2) TYPE DE POUVOIR ADJUDICA-
TEUR ET ACTIVITIES) PRINCIPALE(S)
Autre.
Services generaux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non.
SECTION II: OBJET DU MARCH
11.1) DESCRIPTION
11.1.1) Intitule attribute au march par le
pouvoir adjudicateur :
Appui A I'exploitation d'une unite de valo-
risation du biogaz d'une puissance de
845 kwe situde au CET de la Trompeuse.
11.1.2) Type de march et lieu d'execution
des travaux, de livraison de fournitures ou
de prestation de services :
Services.
Cat6gorie de service : no27.
Lieu principal de prestation : centre d'en-
fouissement Technique de la Trompeuse,
97200 Fort-de-France.
Code NUTS FR920.
II.1.3)L'avis implique :
Un march public.
11.1.5) Description succincte du march
ou de I'achat/des achats :
- Fonctionnement exhaustif du reseau, de
la torchere et de I'uvb (unite de valorisa-
tion du biogaz);
- prestations generales liees a I'appui 4
I'exploitation de I'uvb, y compris I'unite de
torchbre.
11.1.6) Classification CPV (vocabulaire
commun pour les marches publics):
65410000,71314200.
11.1.7) Marche couvert par I'accord sur les
marches publics (AMP) : Oui.
11.1.8)Division en lots:
Division en lots : Non.
11.1.9) .Des variantes seront prises en
consideration : Oui.
11.2) QUANTITY OU ETENDUE DU MAR-
CHE
11.2.1)Quantite ou etendue global :
exploitation d'une unite de valorisation du
biogaz de 845 kwe.
11.2.2)Options : Non.
11.3) DURIE DU MARCH OU DELAI
D'EXECUTION :
Duree en mois: 54 (A computer de la date
d'attribution du contract .
SECTION III : RENSEIGNEMENTS
D'ORDRE JURIDIQUE, ECONOMIQUE,
FINANCIER ET TECHNIQUE
111.1) CONDITIONS RELATIVES AU
CONTRACT
111.1.1) Cautionnement et garanties exi-
ges versement de I'avance de 5% sou-
mis a presentation d'une garantie &
premiere demand.
111.1.2) Modalit6s essentielles de finance-
ment et de paiement et/ou references aux
textes qui les reglementent :
- advance de 5% versee dans les condi-
tions fixees au CCAP.
111.1.3) Forme juridique que devra rev6tir
le groupement d'operateurs economiques
attributaire du march :
Groupement solidaire.
111.1.4) L'execution du march est sou-
mise & d'autres conditions particulieres :
Non.


111.2) CONDITIONS DE PARTICIPATION
111.2.1) Situation propre des operateurs
Bconomiques, y compris exigences rela-
tives a I'inscription au registre du com-
merce ou de la profession :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies : la lettre de candidature en uti-
lisant I'imprime Dcl (version septembre
2010) ou un document contenant les
mmemes renseignements, accompagne le
cas echeant des pouvoirs autorisant le
mandataire du groupement a signer I'acte
d'engagement;
- en cas de redressement judiciaire, la
copie du ou des jugements prononces.
111.2.2) Capacit6e conomique et financiere
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies : la declaration du candidate in-
tegralement renseignee en utilisant I'im-
prime Dc2 (version de septembre 2010)
ou un document contenant les memes
renseignements et attestations. Les
moyens materials et humans et les r6fe-
rences verifiables pour des prestations
comparable datant de moins de trois ans
seront detailles dans un document an-
nexe. Le cas echeant, le candidate joindra
egalement en annexe les copies des cer-
tificats de qualification ou des agreements
dans le domain objet du march don't il
dispose.
111.2.3)Capacite technique :
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies : la declaration du candidate in-
tegralement renseignee en utilisant I'im-
prime Dc2 (version de septembre 2010)
ou un document contenant les m6mes
renseignements et attestations. Les
moyens materials et humans et les r6fe-
rences verifiables pour des prestations
comparable datant de moins de trois ans
seront detailles dans un document an-
nexe. Le cas 6cheant, le candidate joindra
egalement en annexe les copies des cer-
tificats de qualification ou des agrements
dans le domaine objet du march don't il
dispose.
111.2.4)March6s reserves :
111.3) CONDITIONS PROPRES AUX
MARCHES DE SERVICES
111.3.1) La prestation est reserve a une
profession particuliere:
Non.
'111.3.2) Les personnel morales sont te-
nues d'indiquer les noms et qualifications
professionnelles des membres du per-
sonnel charges de la prestation :
Oui.
SECTION IV : PROCEDURE
IV.1) TYPE DE PROCEDURE
IV.1.1)Type de procedure :
Ouverte.
IV.1.2) Limites concernant le nombre
d'operateurs invites a soumissionner ou
a participer:
IV.1.3) Reduction du nombre d'opera-
teurs durant la negociation ou le dialogue:
IV.2)CRITERES D'ATTRIBUTION
IV.2.1)Criteres d'attribution :
Offre Bconomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
Anonces ci-dessous :
1. coOt d'exploitation (y compris OPR).
Ponderation : 55%.
2. moyens mis en oeuvre pour garantir le
service et la disponibilite. Ponderation :
25%.
3. moyens mis en oeuvre pour ameliorer
la performance du system. Ponderation
:20%.
IV.2.2) Une enchbre electronique sera ef-
fectuee :
Non.
IV.3) RENSEIGNEMENTS D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.3.1) Numero de reference attribute au


dossier par le pouvoir adjudicateur:
2011/15/DGA3/AO.
IV.3.2) Publication(s) anterieure(s)
concernant le meme march :
Non.
IV.3.3) Conditions d'obtention du cahier
des charges et des documents comple-
mentaires ou du document descriptif :
Documents payants : non.
IV.3.4) Date limited de reception des offres
ou des demands de participation :
23 mai 2011 12:00.
IV.3.5) Date d'envoi des invitations a sou-
missionner ou a participer aux candidates
selectionnes :
IV.3.6) Langue(s) pouvant Atre utilisee(s)
dans I'offre ou la demand de participa-
tion :
frangais.
IV.3.7) Dalai minimum pendant lequel le
soumissionnaire est tenu de maintenir
son offre :
Duree en jours : 180 (A computer de la
date limited de reception des offres).
IV.3.8) Modalites d'ouverture des offres :
Lieu : CACEM immeuble Cascades 3 -
place Frangois Mitterrand 97200 Fort-
De-France.
Personnes autorisees & assister a I'ou-
verture des offres : oui.
- Membres de la CAO;
-services administratifs et techniques
competents;
- assistant A maitrise d'ouvrage.
SECTION VI : RENSEIGNEMENTS
COMPLEMENTAIRES
VI.1) IL S'AGIT D'UN MARCH PERIO-
DIQUE:
Non.
VI.2) LE MARCH S'INSCRIT DANS UN
PROJET/PROGRAMME FINANCE PAR
DES FONDS COMMUNAUTAIRES :
Non.
VI.3) AUTRES INFORMATIONS :
I'heure limited de remise des offres est
fixee & 12 heures locales.
Date d'envoi du present avis au JOUE et
au BOAMP : 8 avril 2011.
VI.4)PROCEDURES DE RECOURSE
VI.4.1) Instance charge des procedures
de recourse :
Tribunal Administratif de Fort-de-France,
B.P. 683, MQ-97264 Fort-de-France.
VI.4.2)lntroduction des recourse :
Precisions concernant le(s) delai(s) d'in-
troduction des recourse : referee precon-
tractuel: dans les 10 jours suivants la
notification du rejet de I'offre
- recourse pour exces de pouvoir: dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaquee.
VI.4.3) Service aupres duquel des ren-
seignements peuvent 6tre obtenus
concernant I'introduction des recours :
VI.5) DATE D'ENVOI DU PRESENT
AVIS : 8 avril 2011.
FB 4133

CACEM
POUVOIR ADJUDICATEUR
NOM, ADRESSE ET POINT DE
CONTACT
Communaut6 d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97204 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact : M. Pierre Samot, Pre-
sident de la CACEM
Courrier electronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse general du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Adresse du profile d'acheteur (URL)
www.achatpublic.com
TYPE DE POUVOIR ADJUDICATEUR
ET ACTIVITY PRINCIPAL


- jeui* 1A'a 011 j i lun'1-Pae8


L AN'rir t f ALES I








http://www.iournal-iustice-martinique. com


Autre : Etablissement public de coopera-
tion intercommunale (EPCI)
Services generaux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non
OBJET DU MARCH
DESCRIPTION:
Intitule attribute au march par le pouvoir
adjudicateur:
Mise en place d'un reseau de suivis dans
le cadre du contract de baie de Fort-de-
France
Type de march et lieu d'execution des
prestations de services :
Type de march : services
Categorie : 27
Code NUTS : FR920
Lieu principal de prestation : CACEM
L'avis implique : un march public
Description succinte du march ou de
I'achat
Le march est decompose en deux lots
Lot 1 : Suivis en milieu marin
Lot 2 : Suivis en milieu aquatique terres-
tre
Classification CPV :
Descripteur principal : 90711000-4 Eva-
luation de I'impact sur I'environnement
autre que pour la construction
Descripteur supplementaire :90711300-7
Analyse des indicateurs environnemen-
taux autre que pour la construction
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics : oui
Division en lots : oui
Des variantes seront-elles prises en
consideration : non
QUANTITE OU ETENDUE DU MARCH
Options : non
DUREE DU MARCH OU DELAI D'EXE-
CUTION
Le march est conclu pour une duree de
deux (2) ans a computer de la date de sa
notification.
INFORMATIONS SUR LES LOTS
Lot 1 : Suivis en milieu marin
- suivi de I'etat de sante des peuplements
coralliens de la baie et ecosystemes as-
socies
- suivi des parametres hydrologiques des
eaux marines de la baie
- suivi de la contamination des sediments
et des organismes vivants par les micro-
polluants
Lot 2 : Suivis en milieu aquatique terres-
tre
- suivi du transport solide de certain
courts d'eau et mobilisation au niveau de
la baie
- suivi de la contamination en products
phytosanitaires de certain course d'eau
- suivi hydrobiologique des course d'eau
de la baie de Fort-de-France
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE JURI-
DIQUE, ECONOMIQUE, FINANCIER ET
TECHNIQUE
CONDITIONS RELATIVES AU
CONTRACT
ModalitBs essentielles de financement et
de paiement et/ou references aux textes
qui les reglementent :
Possibility d'une advance 5% conforme-
ment a I'article 87 du code des marches
publics
Cession ou nantissement des creances
resultant du march : application des ar-
ticles 106 a 111 du CMP
- Delai global de paiement : 30 jours
- Modalites de paiement : mandate admi-
nistratif suivi d'un virement
- Prix : forfaitaires et revisables
- Le financement sera effectue comme
suit :
Europe : 35%
Etat : 15%
Region : 17%
ODE : 10%


Cacem : 23%
Forme juridique que devra revetir le grou-
pement d'operateurs economiques attri-
butaire du march : groupement solidaire
L'execution du march est soumise a
d'autres conditions particulieres : non
CONDITIONS DE PARTICIPATION
Situation propre des operateurs econo-
miques, y compris exigences relatives a
I'inscription au registre du commerce ou
de la profession
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- Une lettre de candidature (imprime DC1
- version du 15/09/2010 telechargeable
& : http://www.finances.gouv.fr/formu-
laires/daj/DC/imprimes_dc/dcl.rtf ou un
document comportant les memes infor-
mations), le pouvoir (ou les pouvoirs en
cas de groupement) de la personnel habi-
litee & engager la society ainsi que les ha-
bilitations du mandataire par ses
cotraitants en cas de groupement.
- Une declaration sur I'honneur pour jus-
tifier que le candidate n'entre dans aucun
des cas d'interdictions de soumissionner
a un march public mentionnes & I'article
43 du code des marches publics (I'im-
prime DC2 version 15/09/2010 tele-
chargeable :
http://www.finances.gouv.fr/formu-
laires/daj/DC/imprimes_dc/dc2.rtf ou un
document comportant les memes attes-
tations et informations)
- La copie du ou des jugements pronon-
ces, si le candidate est en redressement
judiciaire ;
Capacity economique et financiere:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- Declaration concernant le chiffre d'af-
faires des trois (3) dernieres annees ; le
candidate pourra prouver sa capacity fi-
nanciere par tout autre document consi-
dere comme equivalent par le maitre de
I'ouvrage, s'il est dans I'impossibilite de
produire I'un des renseignements sus
mentionnes.
Capacity technique :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
Pieces a fournir pour le candidate unique
ou pour chaque membre du Groupement,
en cas de groupement
declaration indiquant les effectifs moyens
annuels du candidate et importance du
personnel d'encadrement pour chacune
des trois dernieres annees
declaration indiquant I'outillage, le mate-
riel et I'equipement technique don't le can-
didat dispose pour la realisation de
march de meme nature
presentation d'une liste des principaux
services effectues au course des trois der-
nieres annees, indiquant le montant, la
date et le destinataire public ou prive
Pour justifier des capacities profession-
nelles, techniques et financiers d'un ou
de plusieurs autres intervenants, le can-
didat produit les memes documents
concernant ces intervenants que ceux
exiges prec6demment. En outre, pour
justifier qu'il dispose des capacities du ou
des sous-traitants pour I'execution du
march, le candidate produit un engage-
ment ecrit du ou des sous-traitants.
Marches reserves : non
CONDITIONS PROPRES AUX
MARCHES DE SERVICES
La prestation est reserve a une profes-
sion particuliere : non
Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges d'executer la prestation
PROCEDURE


-euhb A vivrice n'15- PsP9


TYPE DE PROCEDURE : ouverte
CRITERES D'ATTRIBUTION
Offre economiquement la plus avanta-
geuse apprecide en function des criteres
enonces ci-dessous :
Prix : 50 %
Competences affectees a la mission (40
%)
Planning propose: 10 %
Une enchere electronique sera effectuee
: non
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMI-
NISTRATIF
Numero de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2011/7A/DGA3/AO
Publications anterieures concernant le
meme march : non
Documents payants : non
Date limited de reception des offres :
19/05/2011 a 12 heures
Langue pouvant 6tre utilisee dans I'offre :
FR (frangais)
Delai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 120 jours a computer de la date limited de
reception des offres
Personnes autorisees a assister a I'ou-
verture des offres : oui
Les membres de la Commission d'appel
d'offres et le responsible de project ou son
/ses representants. Les commissions
d'appel d'offres ne sont pas publiques.
Peuvent etre presents, les agents de la
Direction Commande publique, le comp-
table et un representant de la DRCCRF
sur invitation.
Modalite d'ouverture des offres :
Date : mai 2011
Lieu : CACEM Immeuble Cascades III -
97204 Fort de France
RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
TAIRES
IL S'AGIT D'UN MARCH PERIODIQUE
: non
LE MARCH S'INSCRIT DANS UN
PROJET/PROGRAMME FINANCE PAR
LES FONDS COMMUNAUTAIRES : oui
(FEDER)
AUTRES INFORMATIONS:
- Conditions d'obtention des dossiers de
consultation des entreprises :
Le dossier de consultation des entre-
prises est telechargeable sur la plate-
forme de dematerialisation suivante :
http//www.achatspublics.com
Les candidates qui le souhaitent peuvent
obtenir I'ensemble du dossier de consul-
tation sous forme paper a I'adresse du
pouvoir adjudicateur aux heures et jours
d'ouvertures des bureaux.
Conditions de remise des offres :
Les offres sont transmises soit :
Sous forme materialisee : pli cachet A
I'adresse du pouvoir adjudicateur aux
heures d'ouvertures des bureaux
Sous forme dematerialisee : sur le site
http//www.achatspublics.com
Criteres de selection des candidatures :
en application de 'article 52 du code des
marches publics, pourront 6tre elimines :
- les candidates qui n'auront pas fourni
I'ensemble des declarations, certificates ou
attestations demands dOment comple-
tes, dates et signs dans le delai imparti
- les candidates don't les niveaux de capa-
cites professionnelles, techniques et fi-
nancieres seront juges insuffisants, apres
analyse des elements fournis dans le


dossier de candidature.
Les offres non eliminees sont appreciees
en function des criteres pond6res sui-
vants :
Prix : 50 %
Competences affectees A la mission (40
%)
Planning propose: 10%
PROCEDURES DE RECOURSE :
Instance charge des procedures de re-
cours :
Tribunal Administratif de Fort de France
B.P 683 97264 Fort de France Cedex -
Tel. : 0596.71.66.67 Fax
0596.63.10.08
Introduction des recourse :
- Refere precontractuel : entire le debut de
la procedure de passation (publication de
I'avis) et la signature du contract dans les
16 jours suivant la notification du rejet de
I'offre
- Ref6er contractuel : six mois maximum
suivant la conclusion du contract en I'ab-
sence de publicity.
- Recours pour excess de pouvoir : dans
les 2 mois de la notification ou de la pu-
blication de la decision attaquee
Recours de plein contentieux: deux mois
& computer des measures de publicity.
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recours :
Tribunal Administratif de Fort de France
B.P 683 97264 Fort de France Cedex -
Tel. : 0596.71.66.67 Fax
0596.63.10.08
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS :
8/04/2011
ADDRESSES SUPPLEMENTAIRES ET
POINTS DE CONTACT
Adresses et points de contact aupres
desquels des renseignements comple-
mentaires peuvent etre obtenus :
CACEM Commande Publique
Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97200 Fort de France Cedex
Point de contact: Mme Pedron
Courrier Blectronique : www.achatpu-
blic.com
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse internet (URL) : www.achatpu-
blic.com
Adresses et points de contact aupres
desquels le cahier des charges et les do-
cuments complementaires peuvent 6tre
obtenus et auxquels les offres doivent
etre envoyees :
CACEM Commande publique 4eme
6tage
Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97200 Fort de France Cedex
Courrier electronique : www.achatpu-
blic.com
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse internet (URL) : www.achatpu-
blic.com
Le President
Pierre SAMOT
FB 4134


Magazine hebdomadaire d'information communist





urlagespob


_A Nwmas Uya,5







CULTURE i


Z' t ." .. : ,.'i 't.. '

T:oji' la geole ni an funett.
I pa bien grand, i ni barreau,
Me ga assez pou en zetoile
Voye an ti bonsoue
Pou fre-ou qui adan trou-a.
Toutt' la geole ni an -Jn-r, .
I tou piti, i grilaye
Me pa busoin an gran funett
Con an funett I'eglise
Pou ten-n zouezo chanted
Toutt' la geole ni an funett'.
Soleil nou-a ka psse adan-i
En mitan lumie-a, tifre-moin, dc.]t.i'.ull
Et b6 rayon-a con an pavilion.
Toutt' la geole ni an funett'
Malgre-i piti i ja plu grand
Passe trou an zeguille
Glisse la soie andan-T
Fil la soie E pF r -,.:e
Zott pa tchoue moune, zott pa vole
Me zott le :.iiiie .-nan-mn.ill mange
Pou yo sa tchimbe douett douboutt
Plu rh6 qu'u papa-yo
Dan an pays san maitt!
Chaque la geole ni an -n-ei l .
Frb-nou-a qui marred la geole,
Ten-n, ten-n zott toutt rhele-nou-a :
Derh6 ni an grand rhele Pou rhale zott derh6 !

Poeme ecrit par (Glr-en Gratiant
en soutien aux 18 jeunes de I'OJAM EN 1963

:, :' :. ,r' r i^' ^ i~t, ," .






(Les puces ne restent pas sur les chiens morts.)
Les malheurs eloignent les amis.


[annou gloriye lang

k r 6 yoI I a


http://www.iournal-iustice-martinique. com




L'Atrium present Yolanda Suarez en recital de piano le
Vendredi 15 avril prochain en Salle Fanon a 20h.
I Pianiste cubaine elle commence le piano a 7 ans a I'Ecole
Elementaire des Arts de sa ville ; dipl6mee des etudes su-
perieures a I'lnstitut Superieur des Arts elle commence a
travailler comme professeur de piano a I'Ecole national
des Arts de la Habana puis en 1998 s'installe en Martinique
ou elle devient le pianist soliste de I'Orchestre Sympho-
nique de 'ile Mahogany; en 2010 elle regoit le 2eme prix au
concours Musical de France; elle s'occupe actuellement de
sa propre ecole de piano en Martinique.
Un mot encore pour I'exposition d'Alain Dumbardon qui est
magnifique et qui dure jusqu'au 16 avril; cet ambassadeur
de I'art martiniquais discret et perfectionniste partage son
universe puissant et ancre et nous in. ite a decouvrir sa vision
revisitee du monde qui I'interroge sans cesse!
Valerie Rouf
0696.23.69.62


jeuh I# Avri12011 -justice 5- ay