<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00209
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 3/10/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00209
System ID: UF00088914:00209

Full Text
Magazine hebdomadaire d'information communist


- Jeudi 10 Mars 2011 91eme Annee N'10 Martinique: 1,80 France: 2,20 DOM: 1,90

Elections cantonalcs 2011:


B~i~e~l~:U







http://www.iournal-iustice-martiniaue. com


Sa ka Pa ..................... 2

Edito ..................... 1/4
- Elections cantonales

Lutte ociale ............... 4/5
- Ghislaine Joachim-Arnaud condamne
- Braves sociales
- Plan d'Urgence du Conseil Gdndral

Eco/ocial................. 6/8
- Oservatoire des prix
- Retour de I'inflation
- Conflits sociaux
- Journde de la femme

Politiue ................ .. 8/12
- Bilan du Conseil GEdnral de C. Lse
- Les radiations refont surface
- Situation financiere du Conseil Ge-
ndral
- Collectivitis incites a s'endetter

France....................12/13
- Sarkozy aux abols

Notre igion ..................t. 13
- Haiti : qu'attendre des elections P

Pan e MoWe ............f. 1/15
- Afrique meurtrie
- Braves sociales

Annaonca Lial ............ 15/18

Culture ................ f 19/20
- Carnaval 2011: Beau... mais tide






"JiUS TICe 99
Administration & Redaction :
TlI. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr


Laurent Prevost, le nouveau pr#fet Oe Martinique
C'est le mercredi 2 mars, en Conseil des Ministres, qu'a et6 d6voile le nom de celui
qui doit remplacer Ange Mancini & la tete des services de I'Etat en Martinique. Le
choix s'est port sur Laurent Prevost, actuellement en poste en Haute-Marne. Cet
enarque de 43 ans, a exerc6 de 2002 a 2005 des functions de secretaire general de
la prefecture de la Martinique; puis il a 6te directeur de cabinet d'Yves Jego et conseil-
ler pour I'outre-mer de Michele Alliot-Marie lors de son passage au ministbre de I'in-
terieur. Laurent Prevost devrait prendre ses nouvelles functions apres les elections
cantonales. Parmi les dossiers qu'il aura a gerer, il y a notamment la mise en place
prochaine de la collectivite unique de Martinique prevue au plus tard fin 2012.

Vol en plein chief

Une some de 172.000 euros a et6 d6robee le mercredi 2 dans un petit avion as-
surant le vol Pointe-a-Pitre Saint-Martin et transportant en soute 3 sacs contenant
1,2 million d'euros au total. A I'arrivee a I'ile de Saint-Martin, apres 40 minutes de vol,
on a constat6 que I'un des trois sacs avait 6t6 ouvert et que 172.000 euros s'etaient
volatilises.
Un passage, faisant mine d'etre souffrant, avait passe presque toute la duree du vol
dans les toilettes de I'avion d'ou, en demontant une cloison, il a pu acceder a la soute,
situee a I'arriere de I'appareil.
Selon les enqueteurs, I'auteur des faits a 6te identified comme 6tant un "mitropoi-
tain"vivant en Guadeloupe, et qui se rendait r6gulibrement & Saint-Martin. L'homme
qui etait deja connu des services de police a finalement 6te arrete. II avait une com-
plice a bord, qui a 6et arretee avant lui.
Une venture digne d'un film policies. Comme quoi, nous sommes tries modernes
sous les cieux antillais!

Fin 6e I'piemie egrippe

L'epidemie de grippe saisonniere en Martinique est terminee: c'est ce qu'a annonc6
la cellule de veille sanitaire le 4 mars dernier. La cellule a constate que la baisse du
nombre de syndromes grippaux vus en medecine de ville, observee depuis la fin du
mois de janvier, s'etait maintenue durant deux semaines consecutive. Une dyna-
mique semblable est observee en ce qui concern le nombre de visits a domicile
pour syndrome grippal effectu6es par SOS-Medecins.
Pour la periode comprise entire le 06 d6cembre 2010 et le 27 fevrier 2011, le nombre
d'infections respiratoires lies a un virus grippal est estime a 23 000. Quand mime !

Kalenda : la saf continue

Le tribunal de commerce de Pointe- a Pitre a rejete, le lundi 28 f6vrier, I'offre d'achat
de I'ex-Kalenda (ex-M6ridien) des Trois-Ilets propose par les societies d'6conomie
mixte de Fort-de-France et du Lamentin (Semaff et Semavil), associees au group
Vinci. Ces investisseurs ont fait dans un premier temps une offre a 7 millions d'euros,
qui a 6te ramenee a 4.5 millions d'euros suite a la decision de classement en site
protege de la parcelle du fortin. Le tribunal a jug6 cette offre insuffisante, arguant que
le prix de vente de I'6tablissement hotelier est evaluBe 11,8 millions d'euros. De plus,
beaucoup de creanciers attendent leurs reglements, don't les employes, a qui I'h6tel
doit 13 mois de salaires. Le liquidateur est reparti la recherche de nouveaux ac-
qu6reurs.
Rappelons que le site de I'etablissement hotelier des Trois-llets lequel a depose
son bilan en 2008- est a I'abandon. Et pr6cisons, a titre de comparison, que celui de
I'ancien Meridien de Guadeloupe a 6te repris en decembre dernier par la ville de
Saint-Frangois, qui chercherait maintenant un investisseur pour rebAtir un project h8-
telier.

La Martinique n'oubie pas Thierry Dot

Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au Niger dans
la nuit du 15 au 16 septembre, avec quatre autres Fran-
gais, un Togolais et un Malgache, employes des socie-
tes frangaises Areva et Satom, par la branch d'AI-Qaida
au Magreb Islamique (AQMI), est soutenu moralement
par toute la Martinique, y compris les militants commu-
nistes et leur journal Justice.


Fondateur : Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France TBl. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
'

_ A A PAt


- 1






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Elections cantonales: Declaration au Parti Communiste Martiniquais

Pour que le Conseil gneraL reste au service ae 'interet common


La champagne pour le dernier renouvellement du Conseil
general de la Martinique aux elections cantonales des 20
et 27 mars pro6hains se deroule A un moment oi la Mar-
tinique aborde un tournant important de son histoire,
avec la perspective de mise en place de la Collectivite
unique. Ce qui incite les adversaires de la majority sor-
tante A se lancer dans une demagogie indigne.

La Martinique, socie6t en crise
D'abord, elle intervient dans un context de crise 6cono-
mique et social d'une gravity exceptionnelle caracterisee
par:
-Un recul de I'activite dans presque tous les secteurs,
consequence de la politique nebcoloniale departementale
qui a reduit notre economic A privilegier I'importation au de-
triment de la production locale.
- Un ch6mage massif avec pres de 30% de la population
active, en particulier les femmes, et les jeunes sans em-
ploi A plus de 61% et un accroissement de la pauvrete.
- Les ravages de la politique anti social et reactionnaire du
gouvernement : suppression de postes et demantelement
dans les services publics, quasi blocage des salaires et re-
traites, etc.
- L'inefficacite de toutes les politiques de developpement
conques depuis Paris et basees sur la defiscalisation aux
effects ravageurs : speculation immobiliere, destruction des
terres agricoles victims de la Chloredecone, de la betoni-
sation et du Photovoltaique....
- Crise du logement social,
- Etc.

Qui sont tes vrais responsables be La crise ?
Loin de faire une analyse serieuse des causes reelles de la
crise, le PPM et ses allies se sont lances dans une cam-
pagne demagogique visant A faire porter la responsabilite
de la crises en Martinique A Alfred Marie-Jeanne et A Claude
Lise, faisant semblant d'ignorer qu'elle est la consequence:
-De I'absence d'un veritable pouvoir de decision maitrise
par nos elus.
- De la mondialisation capitalist et de I'integration A I'Eu-
rope qui imposent au nom du profit (licenciements bour-
siers) la destruction des emplois.
- De la politique liberale conduite depuis de longues an-
nees par les gouvernements frangais qui se traduit par des
transferts de charges vers les collectivites locales sans
compensations financibres equivalentes et par I'insuffi-
sance des dotations budgetaires.
- De la volonte du grand patronat martiniquais de briser
I'aspiration des travailleurs A plus de justice social illus-
tree par la crise social du 5 fevrier 2009

Sous La pr6sibence be Claube Lise, te Conseil g1n4ral,
une collectivite au service be t'interft commun.
Depuis I'accession A la presidency de Claude Lise, le
Conseil general a conduit une politique au service de I'in-


t6ret common du
people martiniquais.
Au moment our par
ambition personnelle
ou par volont6 de
contr6le de toutes les
structures politiques
du pays, le PPM et
ses allies s'acharnent
A discr6diter I'action
du conseil General,
I'exigence de v6rite,
en dehors des calculus
partisans, command
de reconnaitre la
quality de I'action du
Conseil general dans
de multiples domaines, cela bien au-delA de ses compe-
tences 16gales. II fautadmettre aussi le rdle qu'il joue dans
I'amortissement des effects de la cruise avec un soutien aux
plus faibles et A l'economie du pays.
Qui peut ignore les actions de cette collectivit6 dans les
domaines aussi varies que I'aide social A I'enfance
comme aux personnel Agees ou handicap6es, la sant6,
I'eau potable, 1'6ducation, I'aide aux 6tudiants, 'agriculture,
les ports de pCche, la culture, les 6quipements sportifs don't
le financement A haut niveau du stade de Fort de France et
de I'am6nagement du front de mer de la capital, alors que
la ville 6tait virtuellement en faillite ?
C'est cette politique de developpement durable qui I'a
conduit A s'endetter dans des limits raisonnables tant pour
le financement de ses propres programmes qu'au profit
des communes et qu'exagerent aujourd'hui quelques as-
soiff6s de pouvoir. Les mimes avaient reproch6 contra-
dictoirement & Alfred Marie-Jeanne de ne pas avoir endett6
la Region par frilosite.

Pour une majority favorable a ta responsabiit6
6u peuple Martiniquais
Le Parti Communiste Martiniquais qui a toujours milit6 pour
la responsabilite de notre people et pour une Martinique au
travail, se doit de d6noncer cette champagne fondue sur la
disinformation et la peur developp6e par le PPM et ses al-
li6s depuis la consultation du 10 janvier 2010.
II d6nonce le retirement de tous ceux qui ont reni6 leur
engagement en faveur de I'autonomie et qui ont trahi la
cause de I'6mancipation du people Martiniquais.
II s'engage resolument en faveur des autres forces de pro-
gres, ( MIM, RDM, Palima, Mod6mas et CNCP), qui se sont
clairement prononc6es en faveur d'une evolution statutaire
dans le cadre de I'article 74.
D'autant que des r6sultats des prochaines cantonales d6-
pendront les conditions de mise en place de la nouvelle
Collectivit6 Unique de Martinique que le PPM et ses allies
cherchent A renvoyer A 2014 et A confisquer A leur profit.
Face A la tentative du PPM et de ses allies de detourner le


ium'i 10MarI 2/ It n'* 0 i -Rag e'


EP






http://www.joural-justice-martinique.com


choix exprime le 24 janvier 2010, par la majority des Mar-
tiniquais en faveur de la fusion le plus rapidement possible
des deux collectivites dans le cadre de I'article 73 de la
Constitution, le Conseil general doit demeurer jusqu'au
bout la collectivite qui continue A ceuvrer pour le bien 6tre
de notre people et A veiller au respect de la volonte de nos
concitoyens.
La PCM lance un appel A la mobilisation citoyenne de ses


militants et de la population pour une participation active
aux cantonales des 20 et 27 mars pour dejouer toutes les
manoeuvres afin d'assurer la victoire des candidates qui,
avec le PCM, militent en faveur d'un veritable pouvoir mar-
tiniquais.
Pour le PCM
Le secretaire general
Georges Erichot


Conbamnee, Ghislaine Joachim-Arnaub ira jusqu' la Cour europeenne

ae justice pour sa relaxed


Les partisants de Ghislaine Joachim-Arnaud ont d6nonc6 une "justice colonial"
A I'annonce de la decision du delibere des juges du Tribunal
correctionnel, le mercredi 2 mars, les militants ont durant de
longues minutes scande des slogans contre "la justice colonial"
et repris en chceur "Matinikse ta nou; an 6ann bi6kpwofith
vofe nou kefouteyo doyo", le slogan incrimine. La justice venait
de reconnaitre coupable la secretaire general de la CGTM,
Ghislaine Joachim-Arnaud, de "provocation d la discrimination,
d la haine, a (a violence a Cigardd'un group depersonnes, en 'oc-
currence Ces bbkis a raison de leur origine ou de leur appartenance
ou de leur non- appartenance a une ethnic, une nation ou une race
determinee". Ils I'ont condamnee a 3 000 E d'amende et a la pu-
blication du jugement. dans France-Antilles. Dans le m6me
temps, I'association "CollectifDom", presidee par Daniel Dalin,
qui s'etait portee parties civil en replacement de I'association
"Respect (Dom"du beke Jean-Frangois-Hayot, a requ 1 E de
dommages et interets ainsi que le remboursement des frais
d'avocat a hauteur de 2 000.
Rappelons que le 15 decembre dernier, au course d'un process
de plus de 9 heures, le minister public avait requis 1.500 euros
d'amende a I'encontre de la secr6taire general, tandis que la
parties civil avait reclam6 un 1 euro symbolique et 5 000 E de
frais. Le tribunal est done alley au-del6 du requisitoire du par-
quet.
Des sa sortie du palais de justice Ghislaine Joachim-Arnaud a
decide de faire appel de cette decision. L'un de ses avocats,
Maitre Raphael Constant, a juge "cette decision critiquable surfa
forme et lefond". Pour Joachim-Arnaud et ses avocats, la seule
perspective est la relaxe. "Nous irons au plus haut, jusqu'd la
Coureuropienne de justice", a-t-elle affirmed. La secretaire gene-


rale, qui s'est adressee a ses camarades, a reiter6 que
"[e peuple martiniquais a fe droit de dire "an bann bek6
pwofite vole nou ke foute yo deyo" et que "cette futte
doit continue contre la vie chire et re'ploitation ". Elle
juge que cette condemnation ne I'affecte point, qu'au
contraire c'est le prix a payer lorsqu'on mene le com-
bat contre I'exploitation. En pregnant example sur ce qui
se passe dans le monde arabe, elle estime "qu'iliffaut
que Ces travaifleurs se mettent debout et comprennent qu'if
y a desgens qui soutirent es profiteurs et fes voleurs, et que
c'est a euxde destituer tous ceu qui sont responsa6bes de
exploitation, de 'oppression, et de prendre Ce pouvoir".
Pour son comite de soutien preside par Alex Granville
"c'est unjugement inique, rendu par a justice coloniale".
II denonce cette repression qui vise "afaire taire Ces de-
fenseurs des salaries, des chimeurs et exploitss. Max Celeste, re-
presentant du LKP, present pour la circonstance a souligne "que
c'tait unjugement de classe pour les bikes et fes possidants... Vn
jugement enfaveur dune cCasse social pour a rassurer". Et d'ajou-
ter: "Con assisted une vengeancejudiciaire pourpunir es acteurs
de la grande mobilisation de 2009". Au-dela, il estime que ce ju-
gement "s'adresse aux travailleurs de Guadeloupe et Martinique
pour lesfaire taire" Loin d'etre un echec cefui-ci riveille une mo-
bilisation au plan international qui met la France d indexx,
conclut-il.
En attendant que la Cour d'appel reexamine ce dossier, la se-
cretaire general entend continue a se mobiliser "contre Ce sys-
tame capitaliste et colonial .
C.B



Le decret du 2 mars nommant Laurent Prevost Pr6fet de la
Martinique a eLe public au Journal Officiel de la Republique
Frangaise du 4 mars. L'article 1, qui ne manque pas d'etre
amusant dans sa formulation, reflete le caractere absurde du
syst&me dans lequel nous vivons depuis si longtemps, avec
une region qui est en meme temps un department, alors
qu'en France la region regroupe plusieurs d6partements.
II est ecrit en effect que "'M. Laurent ,Privost, Prtfet de la Hiaute
Mlanie, est nommd Prifet de Ca region .Martinique, Prefet de la
lMartinique". C'est sans doute une n6cessile jundique, mais
comment ne pas sourire en voyant que Monsieur Prevost est
doublement prefet ? M.B.


Ek .ifjw 0 ars ust 0 y


[ Epa I


r ITESSO






http://www.iournal-iustice-martinique. com


Breves sociales


Le squash H6tel en mobe 6'autogestion
Les salaries du Squash h6tel, en conflict avec leur direction, ge-
rent depuis deux semaines I'etablissement. Ils reprochent 6 leur
directrice de ne pas tenir compete de leurs conditions de travail.
Des conditions de travail qui sont a I'origine d'heures de travail
supplementaire non remunerees. En sus, les comptes de I'en-
treprise sont plombes 6 cause d'un recours 6 la sous-traitance
"exagire", alors que certaines t&ches auraient pu 6tre realisees
par le personnel en place avec un bon planning. Selon le dele-
gu6 syndical, Jean-Frangois, Haugrain de la CDMT, les sala-
ries sont en attente d'un mode de governance qui ne soit pas
au detriment des salaries. D6ej qu'ils sont passes de 43 per-
sonnes a 34.
Par ailleurs, les salaries ont entame un movement de protes-
tation face au refus de la direction de leur octroyer une prime
pour un surcroit de travail engendre lors de la venue de I'en-
tourage du president de la Republique en janvier dernier. S'ils
ne sont pas en greve, ils affichent leur determination 6 obtenir
satisfaction.

Bateliere: La prime be fevrier toujours
cheval be bataille bes salaries
Les salaries de I'h6tel la Bateliere ont certes arr6te le vendredi
4 mars leur movement de protestation, mais sans pour cela re-
noncer A la prime dite de fevrier pour laquelle ils se mobilises.
C'est en raison de la situation de penurie de matieres premieres
a laquelle est confronted I'hotel et pour ne pas penaliser les
clients que les employes et leur syndicate CDMT ont pris cette
decision. IIs attendent la reunion du comite d'entreprise qui aura


lieu le 7 mars pour faire remonter leurs doleances aupres du
nouveau directeur Eric Coppet.
Car, entire temps, le group Monplaisir, gestionnaire de I'6ta-
blissement a demis de ses functions de directeur de I'h6tel Fidel
Montana, en poste depuis 2007, pour le remplacer par Eric
Coppet, un de leurs lieutenants. Une demarche denoncee par
Fidel Montana qui a critique la gestion "iumaine etfinanciere"
du group Monplaisir. II s'est sentii tralii" par ses patrons, sur-
tout compete tenu des chiffres d'exploitation en amelioration
qu'affiche la structure aujourd'hui, selon lui : un resultat d'ex-
ploitation previsionnel de 5 millions et demi d'euros pour la pre-
miere fois depuis 40 ans. Apres avoir empech6 durant deux
jours Eric Coppet de rejoindre son poste de nouveau directeur,
les salaries I'ont finalement laisse prendre son poste, notam-
ment pour la tenue du CE et signer les cheques pour le reap-
provisionnement. S'agissant de la prime, on en saura un peu
plus lundi 7 mars. L'h6tel Bateliere est actuellement en plan de
redressementjudiciaire. Le tribunal de commerce rendra sa de-
cision de liquider ou pas I'6tablissement en juin prochain.



Fortement mobilises depuis le 25 fevrier sans un jour de
greve, les 64 salaries de I'h6tel Bateliere ont obtenu satis-
faction sur leur prime dite de fevrier. Un accord a 6te signed
grace a I'association des mediateurs : 50% le 15 mars et
50% le 31 mars. La structure retrouve son fonctionnement
normal et la promesse de son directeur de faire vivre le dia-
logue social.


90 entreprises pour 228 operations ont benlficie bu Plan 6'urgence bu

Conseit general


Claude Lse et sa delegation ont rdouvert le sentier Grand-Rivibre/Precheur
Claude Lise et quelques elus du Conseil general se sont ren-
dus, le lundi 28 fevrier dernier, sur le site de deux chantiers pro-
grammes dans le cadre des travaux d'urgence inities en
novembre 2010, pour un montant de 30 millions d'euros. La de-
legation en a profit pour rencontrer les entrepreneurs qui ont
ben6fici6 de cette bouffee d'oxygene. Parmi les chantiers visi-
tes, il y a celui du sentier pedestre n20 qui relie Pr6cheur A
Grand-Riviere. Endommage lors du passage du cyclone


Thoma, il a ete reouvert au public apres sept semaines de
renovation. Les marins- p&cheurs pierrotains devront en-
core attendre quelques mois pour voir sortir de terre les
amenagements concernant la construction de 23 abris
destines au stockage de materiel de peche, la construc-
tion d'un local technique, la reconstruction d'un local de
sauvetage en mer et la construction d'un bloc sanitaire.
Rappelons que le montant des travaux d'urgence s'eleve
globalement & 30 Millions E: environ un tiers pour les b5-
timents et equipements de superstructures, et deux tiers
pour les chantiers d'infrastructures. Ce programme
concern 90 entreprises et totalise 228 operations. Tous
les corps de metier attenants au BTP sont concerns.
II n'y a pas de chiffre annonce concernant le nombre
d'emplois: on comptabilise 60 000 journees de travail,
don't 5 %, soit 3 000 journees, reservees a des travailleurs
en insertion.
La part reservee aux artisans et TPE est significative :10,2
ME, soit un tiers du budget programme, et quasiment toutes les
autres operations sont accessible aux TPE et aux PME. Le
programme inclut par ailleurs une part consequente de sous-
traitance aux artisans locaux. Ce qui est significatif, c'est que ce
plan a permis de conserver au moirts des emplois et de per-
mettre a des entreprises de rester la t6te hors de I'eau.
C.B


M


L TS OIA


.. euf i0 Mari 20 -justic n' 0- Pag 5






http://www.iournal-iustice-martinique.com


"A quoi sert 'Observatoire bes prix ?", bemanbe Alfreb Marie-Jeanne


SIo







Alfred Marie-Jeanne, Deput6, intervient sur la vie chore
Le Jeudi 03 mars dernier, lors des questions au gouvernement
A I'Assemblee national, le depute Alfred Marie-Jeanne a in-
terpell la Ministre de I'Economie, des Finances et de 'lndus-
trie Christine Lagarde au sujet de I'Observatoire des Prix.
"Quelle est la veritable utility: de cette nouvelle structure ?" a in-
terrog6 le d6put6. II fait le constat de sa dotation r6duite :
30 000 ; du risque de double emploi avec d'autres orga-
nismes existants : INSEE, IEDOM, DDCCRF II note des im-
pr6cisions quant 6 ses attributions : est-ce un organisme


fed6rateur, de contrdle, de r6glementation, de coercition, de
statistique ou uniquement de communication ? II souligne 6ga-
lement: articlee lerde la LO(EOM, permettant a rEtat d'in-
tervenir dans la riglementation des price de products de premiere
nicessiti, est rest lettre morte, sans parler des possibles ricusa-
tions europiennes". Partant de ces constations, il a r6clam6 des
precisons sur "Ce champ intervention de cet observatoire qui,
pour itre credible, doit observer mais aussi agir, fdautant que les
priC ne cessent d'augmenter".
Extrait de la reponse de M. Fr6deric Lefebvre, secr6taire d'Etat
charge du commerce, de I'artisanat, des petites et moyennes
entreprises, du tourism, des services, des professions libe-
rales et de la consommation. (...)
Depuis sa creation, en 2007, I'observatoire de la Martinique
consacre I'essentiel de ses travaux 6 la fixation des prix des
products p6troliers. Conformement au decret du 8 novembre
2010, les prix des products petroliers sont r6glementes et fixes
par arr6et prefectoral dans tous les d6partements d'outre-mer
6 /'exception de La Reunion. La mise en oeuvre de ce nouveau
dispositif vise 6 am6liorer la coherence des dispositions concer-
nees et 6 renforcer leur s6curit6 juridique, notamment au re-
gard de I'article L. 410-2 du code de commerce pour permettre
une lecture simplifiee, mensuelle et reactive de I'ensemble des
param6tres de coots qui influent sur I'evolution des prix des pro-
duits petroliers. L'observatoire de la Martinique s'interesse 6ga-
lement a 1'evolution des importations d'intrants agricoles -
composants de I'alimentation animal, engrais, products phyto-
sanitaires.

Notre commentaire : Cette reponse qui est en grande parties
inexacte, ne r6pond pas aux demands precises du deputy Al-
fred Marie-Jeanne : I'observatoire doit observer mais aussi agir.
Toujours la liberty des prix face 6 la reliance de I'inflation.


Janvier 2011 : Retour ae Vinflation en Martinique ?


Selon I'lnsee-Martinique, "fe debut de Iannie 2011
marque une nette tension sur les priC. En effet, au course
du mois dejanvier2011, findice desprixd I~ consomma-
tion des manages en Martinique augmente de 1,1 %. Tous
les grads postes sont en hausse. Le glissement sur un an
(jnvier 2011 compare a janvier 2010) est de + 2,3 % ".
En France les prix ont baisse de 0,2 % en janvier et
augmented de + 1,8 % en un an. La hausse des prix est
done repassee au-dessus de celle de la France.
Pourquoi ?
D'apres I'lnsee- Martinique, "les prix de I'alimentation
croissent de + 0,2 % et les prix des products frais aug-
mentent de + 0,5 %. Cette evolution, liie B la hausse
des prix des poissons frais (+ 6,7 %) et des fruits frais
(+ 0,6 %), est compens6e par la baisse des prix des
legumes frais (- 4,0 %).
Hors products frais, les prix des products alimentaires
progressent de 0,1 %.
L'indice des prix du tabac augmente de 3,4 %, soit + 2,4 % sur
un an.
L'indice des prix des products manufactures augmente de 1,0 %
(+ 1,1 % sur un an). Les prix de I'habillement et chaussures
sont en hausse (+ 1,7 %), les prix des products de sant6 et ceux


Augmentation de 6,7 % pour le poisson frais
des "autresproduits manufacturis"augmentent respectivement
de 0,3 % et 0,8 %.
Les prix de I'6nergie continent de croitre (+ 3,6 %, soit
+ 14,3 % sur un an centre + 3,7 % et + 13,7 % sur un an en
France). Le prix du supercarburant augmente (+ 3,8 %), ainsi


S0 Mari21-jstice '/-Page


! ECOISOCA






http://www.iournal-iustice-martinique.com


que celui de la bouteille de gaz (+ 4,8 %)".
A noter que les products petroliers ont 6t6 majors de + 17,2 %
en un an. L'61ectricit6 augmente de + 2,8 % en Janvier 2011 et
de 4,5 % sur un an.
"Les prix des services augmentent de 1,1 %. Le poste "trans-
ports et communications"progresse (+ 0,9 %) sous I'effet de la
variation des tarifs aeriens. La hausse des prix des "loyers et
services rattachis" (+ 0,6 %) est lie B la revalorisation des ta-
rifs des loyers (+ 1,2 %). Les prix des "services de sante" pro-
gressent de 0,8 %. Quant aux "autres services", ils rench6rissent


henaant la greve au port, ie MeaeT ae cyrille Lomte
a cru bon de donner une conference de press a la
CCIM le mercredi 23 fevrier 2011 pour, bien sOr, fus-
tiger "fe blocage du port". Mais surtout pour presen-
ter les r6sultats d'un sondage telephonique realise
par ATV et I'lnstitut Louis Harris les 21 et 22 f6vrier
2011 aupres de 400 personnel de 18 ans et plus re-
sidant en Martinique. Un sondage selon la methode
des quotas regroupant 56 % d'actifs et 67 % de per-
sonnes exergant dans le secteur prive.
Cela nous rappelle, pour le cas ou nous I'aurions ou-
blie, que les sondages d'opinion font parties de I'ar-
senal des dominants et de I'oligarchie. On I'a vu
pendant la champagne sur I'autonomie et le 74 oi le
meme Institut Louis Harris s'est applique 6 accom-
pagner et amplifier la champagne de la peur.
Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas tenir compete
des sondages et de leurs enseignements dans la a
lutte ideologique.
Tout d'abord 90 % des personnel interrogees ont entendu par-
ler d'une gr6ve du port "en ce moment".
S'agissant de la "sanctuarisation"du port, vieille revendication
patronale, ii faut reliever que 48 % des interviews contre 43 %
sont centre I'interdiction des groves "sur [e port de Martinique".
Et parmi eux, les opinions sont tranchees entire ceux qui tra-
vaillent dans le prive et la function publique : dans le priv6 52 %
sont pour I'interdiction centre 44 % et a I'inverse dans la fonc-
tion publique 35 % sont pour et massivement 58 % sont centre.
La peur des consequences des groves du port sur la perte
d'emploi doit probablement jouer pour les travailleurs du prive.
Si "sanctuarisation"veut dire instauration d'un "service minimum
obligatoire sur le port de Martinique", 93 % des sondes r6pon-
dent oui au service minimum, don't 93 % de oui pour ceux qui
travaillent dans le secteur prive et 89 % pour ceux qui travail-
lent dans le secteur public (33 % de I'6chantillon). L'ecart se
resserre. Cela veut dire que les oui des inactifs (44 % de
I'echantillon) depassent les 93 %. De quoi rejouir le patronat.
Ce qui signifie qu'il faut manier la greve sur le port avec pre-
caution.
S'agissant de I'impact de la greve du port sur la vie quotidienne
et la vie professionnelle, les reponses montrent une serieuse
contradiction : 52 % des personnel interrogees r6pondent
qu'elles ne sont pas g6nees par la greve du port dans leur vie
quotidienne et 67 % des personnel qui travaillent ne le sont
pas dans leur vie professionnelle. En d'autres terms, dans les
faits les Martiniquais n'avaient pas subi en majority les effects de
la greve en d6pit de I'atmosphere apocalyptique qu'ont voulu


de 1,3 %".
II est clair que, si tant est qu'il ait reellement existed, "'effet Le-
clerc"a cesse. De plus, la Martinique commence a subir sans
doute les effects des hausses speculatives de prix des matieres
premieres sur le plan international (alimentation, p6trole) dans
un context de liberty des prix laissant libre course a la pwofita-
syon.
Le gouvernement Sarkozy va-t-il laisser I'inflation ravager la fra-
gile 6conomie martiniquaise au lieu de prendre des measures
preventive ?
M.B.


Les dockers ne veulent pas entendre parler de "sanctuarisation"
creer Medef, Cgpme, chambres consulaires, FMP, PRM, et au-
tres.
Ce qui ne veut pas dire que la greve n'a pas eu de conse-
quences negatives sur le tissu 6conomique, notamment la ba-
nane.
L'lnstitut Louis Harris enfin interroge les personnel de I'6chan-
tillon sur leur opinion sur les revendications des dockers.
Les reponses traduisent sans contest I'impopularite de la
greve : 66 % des sondes ne trouvent pas "'uste oujustifiee la de'
made d'augmentation de salaire des dockers du port de 9Marti-
nique". Et 16 I'opinion des personnel travaillant dans le priv6 et
le public est identique : 70 % n'estiment pas "juste oujustifi'e"
la revendication salariale des dockers.
S'agissant de la greve elle-meme, 70 % des personnel inter-
rogees pensentqu'elle n'est ni 'juste"ni "justifiie". Toutefois, il
subsiste une difference de 10 points entire les personnel tra-
vaillant dans le secteur priv6 (76 %) et celles travaillant dans le
secteur public (66 %) qui ne I'approuvent pas. Encore le poids
du ch6mage et de I'ideologie patronale sur les travailleurs du
prive don't une majority travaillent dans des PME et TPE. Ele-
ment a prendre en compete dans les strategies ouvrieres.
En conclusion, au-dela des manipulations que peut comporter
tout sondage realise a chaud sur une opinion chauffee a blanc
centre une categorie social presented comme privilegiee (on
pourrait faire de meme contre les fonctionnaires beneficiaires
des 40 % par example), le movement syndical et populaire
responsible ne peut ignorer le r61e de I'opinion publique dans
le rapport des forces avec le patronat et le pouvoir.
Michel Branchi


ei u 1 Mari 2011 -e n 10- i i. -


A profo d'un ionbage pendant la ,frve du fort:

Ouel est te r6te ae 'opinion publique aans tes c


its sociaux ?


E oI A L I






http://www.iournal-iustice-martinique. com


Les origins be La Journee Internationale bes Femmes


En 1910, a Copenhague, Clara Zetkin, r6volutionnaire et f6mi-
niste allemande, propose aux participants de la Deuxieme
Conference Internationale des Femmes Socialistes que "Ces
femmes sociafistes de tous lespays organisent tous les ans une Jour-
nee des Femmes qui servira en premier [ieu [a lutte pour Ie droit de
vote desfemmes".
Des 1911, des manifestations impressionnantes ont lieu dans
un grand nombre de pays d'Europe et aux Etats-Unis. Dans la
seule ville de Berlin, 45 meetings rassemblent plus de 40 000
personnel. AVienne, plus de 30 000 femmes defilent dans les
rues.
Le 8 mars 1917, des femmes manifestent en Russie. Ce sont
les ouvrieres de tisseries qui se sont mises en gr6ve. Elles mar-
queront le debut de la revolution russe. Depuis, des rassem-
blements se font chaque annee de par le monde, fluctuant
selon le context politique et social. Au fil des annees, le 8 mars
a pris une place de plus en plus symbolique dans la lutte des
femmes.
Le 8 mars 1982 est le premier reconnu officiellement en France,
apres I'election des socialists. L'Union des Femmes de la Mar-
tinique a, des le debut, commemore et donned son importance
A cette journee de lutte et de revendication des femmes qui
garde toute son actuality.
C'est une journee de manifestations a travers le monde : I'oc-
casion de faire un bilan sur la situation des femmes. Tradition-


La lutte pour I'MgalitM toujours d'actualite


nellement les groups et associations de femmes militants
preparent des manifestations partout dans le monde, pour f6ter
les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications,
pour ameliorer la situation des femmes.
La Jojrnee international des femmes reste aujourd'hui d'une
brGlante actuality. Car tant que l'egalit6 entire les hommes et
les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la ce-
lebrer.
Source U.F.M.


" I I


Un bilan be 'action au Conseil general vu par Clauae Lise


\RASEMBLEMEt DEMOCRATIQUE
I' ;. ,Pnl- I l R n i ll-E


Claude Lise a I'occasion de la rentr6e du RDM le 14 Novembre 2010

(Intervention Rentree politique du Rassemblement D6mo-
cratique pour la Martinique- Dimanche 14 novembre 2010
- Marina du Robert- Extraits)

"(...)Par ailleurs, le Gouvernement considered que nos collecti-
vit6s territoriales doivent intervenir davantage pour compenser
ce qu'il faut bien appeler son disengagement.
Cela est tout a fait normal et tout B fait inadmissible. D'autant
plus inadmissible que ce Gouvernement n'a cesse d'asphyxier
ces collectivit6s territoriales. En Martinique comme dans les
autres DOM elles sont pratiquement toutes en difficultY, no-
tamment le D6partement et les Communes. La Region se porte
mieux parce qu'en reaction 6 la crise, il y a eu non seulement
un travail de redressement des finances sous les mandatures
d'Emile Capgras et d'Alfred Marie-Jeanne, mais un constant


souci d'eviter le relour a une telle situation. Le Conseil general
que je preside fait 6videmment face a I'effet ciseau auxquels
sont confronts tous les Conseils generaux de France et d'ou-
tre-mer: baisse des resources alors qu'augmentent les de-
penses du fait d'une explosion de la demand social.
(...) Oui, oui nous avons des difficulties. Mais il faut peut-6tre
rafrafchir la memoire de certain qui ont par ailleurs bien profit
du department pour s'affirmer en politique. Leur rappeler,
qu'en plus des contraintes qui present sur tous les D6parte-
ments, le notre continue de supporter les consequences d'un
engagement hors norme qu'il a dO assumer pour attenuer les
consequences de la trds grave crise financiere que la R6gion a
traverse dans les annees 90-91.
A I'epoque, personnel ne m'a entendujeter I'opprobre sur celui
qui 6tait aux commands. J'ai, en tant que ler vice-President
puis President a partir de 92 tout fait pour que la Martinique ne
p&tisse pas trop de la situation.
C'est ce qui explique le niveau d'engagement du Conseil ge-
neral de la Martinique dans des domaines qui normalement ne
rel6vent pas de ses competences.
Cela ne nous a pas empech6 de maintenirjusqu'en 2007 un
niveau d'investissement faisant de cette collectivit6, dans la
state des conseils gen6raux de 400 000 habitants, le 3eme
pour I'investissement par habitants.
Et, sur les 20 annees 6coul6es, c'est pros de 2 milliards d'eu-
ros de credits d'investissement qui ont ete injects dans I'6co-
nomie martiniquaise ; c'est-6-dire 100 millions d'euros par an en
moyenne. Des credits d'investissement qui ont 6et injects no-
tamment dans le BTP pour am6liorer le r6seau routier, d6ve-
lopper des infrastructures portuaires (tel le port de Case-Pilote,
le port du Vauclin ou actuellement le port de Grand-Riviere),
r6aliser des appontements (plus d'une 30aine) d6senclaver le


S 10 Mai0 e .0 -Page8


[ SOmCR i






http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


territoire, construire et r6nover des colleges (9 construits, une
20aine de r6habilit6s), doter la Martinique d'equipements per-
formants, tel I'ATRIUM, le CDST, etc, mais 6galement finance
des 6quipements communaux (le plus remarquable 6tant celui
que le Maire de Fort-de-France n'ajamais voulu inaugureravec
moi, le viaduc du Front de Mer qu'il a appele Malecon et qui est
le plus important ouvrage d'art de la Martinique, considered, qui
plus est, comme un d6fi technologique) enfin, ces credits ont
permis aussi de soutenir different secteurs de notre 6conomie.
Dans le m6me temps, nous avons dote la Martinique de dispo-
sitifs innovants en matiere de gestion technique de b&timents
en telegestion, en matiere d'etude, de suivi et de prevention
des phenomenes naturels (on nous reconnait sur ce point
un veritable p6le d'excellence).
Nous avons d'ailleurs obtenu 7 prix Territoria entire 2001 et
2007 don't un Territoria d'or en 2007 notamment pour notre
system d6partemental d'alerte de crues, system pour
lequel on nous demand actuellement un transfer de
technologies et de savoir faire au profit de la zone des Go-
naives d'Haiti.
Et nous venons de recevoir un 6eme prix Territoria (notre
2eme Territoria d'or) pour les techniques de protection du
littoral mises au point par nos ingenieurs (notamment la
conception de blocs pr6-fabriques qui ont fait I'objet d'un
brevet).
Alors, ceux ou celles qui prennent plaisir 5 dire sur les
ondes que nous dormons gentiment au Conseil g6enral
doivent admettre qu'en reality nous sommes atteints de


somnambulisme. Mais d'une forme de somnambulisme qui fait
de nous des somnambules hyperactifs !... (...).
(...) De toute fagon, I'Histoire fera la comptabilit6 des r6alisa-
tions de chacun et, franchement, je ne crois pas devoir craindre
son jugement !
En tout cas, si actuellement nous ne pouvons pas fire ce que
nous faisions a une autre 6poque, il est faux de laisser croire
que nous ne pouvons rien faire.
Au terme de 2 ann6es o& nous avons dO r6duire nos investis-
sements, nous nous appretons a consentir un effort exception-
nel pour contribuer au moins a freiner I'h6morragie B laquelle on
assisted en terms d'emploi, notamment dans le BTP (...)".


Le Conseil Gen6ral, competent en matibre de colleges


Precheur: Les radiations refont surface
.... ..... .. ...... ....... ..": "''''''^ ^.. t


Dans la commune du Pr6-
cheur, les radiations sem-
blent 6tre un ph6nomene
recurrent qui apparait
chaque election. 200 radia-
tions avaient ete r6clamees
par Roger Nadeau lors des
dernieres elections de
2008, et 150 personnel
avaient 6t6 r6tablies dans
leurs droits. Cette fois, c'est
une 6lectrice de la com-
mune, partisan de Roger
Marcelin Nadeau,
Maire et Conseiller G6n6ral du Pr6cheur Nadeau, I'ancien maire
battu par Marcelin Nadeau
aux dernieres elections municipales et cantonales, qui a servi
de faire-valoir pour s'adresser au Tribunal administratif.
La plaignante avait r6clame la radiation de 76 Blecteurs, don't 4


conseillers municipaux qui n'auraient pas d'attache avec la
commune. Alors que dans le cadre habituel de sa mission de
president de la commission administrative de la liste electoral,
le maire en place, Marcelin Nadeau, a fait proceder a une ving-
taine radiations, don't des morts et des personnel qui ne r6-
pondent plus aux courriers. Le juge administratif a decide la
radiation de 21 6lecteurs, don't quatre conseillers municipaux
elus en 2008. Marcelin Nadeau a declare que le juge s'6tait
tromp6, et qu'il comptait aller en cassation pour le demontrer.
Mais au-del6, il consider que c'est une manoeuvre de I'ex-
maire et conseiller general, qui entend par cette manipulation
gagner les elections de 2011. Pour Marcelin Nadeau, "ce n'est
pas sjrieu'". Et il se dit "confiant et determine, car nous avons
une vison, un project et un discours pour le Precheur, le Nord-
Caraibe et la Martinique" au contraire de son adversaire. II se
dit sOr de sa victoire le 20 mars prochain.


A nos Lectrices, tecteurs et abonnes (es)

A partir u 17mars 2011 (N 11) Justicepassera a 2 E

En effet, depuis 2005, nous avons maintenu le prix du journal a 1,80 E en d6pit des efforts pour en ame-
liorer le contenu et la quality, avec notamment le passage A la couleur.
Seulement, les augmentations des nombreuses charges inherentes a la fabrication de Justice nous
imposent une revision du prix de vente du journal.
En consequence, a partir du No 11 du 17 mars 2011, Justice passera a 2 E.
Nous continuerons avec la meme determination a poursuivre "frcure"de Jules Monnerot et le "Com-
6at fd'Andre~jAfier" pour que Justice poursuive sur "ke chemin de 'mancipation'
La Direction de Justice


"FOHT IqIB


OF I^BH^TgB~rrBi^aI ^






I http://www.iournal-iustice-martiniue. com


Situation financibre bu Consei general, te nio-PPM utilise 'artilerie

tourbe: Reponse 'Alfrea Sinosa a Frea Lorbinot


Nous avons re;u de M. Alfred Sinosa, conseiller general
du Lamentin et president de la Commission des Finances
de I'Assemblee D6partementale, une r6ponse a une inter-
view dans Antilla ( n* 1439 du 20/01/2011) de Fred Lordinot,
conseiller general de Sainte-Marie ayant rallied le neo-PPM
et critiquant vertement la gestion financiere de I'Assem-
blee departementale preside par le Senateur Claude Lise.
Pour aider nos lecteurs a comprendre nous resumons I'ar-
gumentation de Fred Lordinot et d'Alfred Sinosa. Pour ce
dernier, "les declarations de Fred Lordinot ne resistent pas
SI'analyse".

Les accusations ae Frea Lorbinot, n#o-PPM
Qu'a ait Freb Lorbinot ?
Dans Antilla n 1439 du 20 janvier 2011, le conseiller de
Sainte-Marie declare
notamment a propos
de la strategic finan-
ci6re du Conseil ge-
neral : "La situation
est dramatique. On
sous-estime le poids
de cette dette de 351
millions deuros, supi-
rieure au budget du
Conseil regional La
totality de nos re-
cettes, par exemple
sur Ca tate foncinre
sur les propriftis bd-
ties, va au pavement
Fred Lordinot, un Conseiller GBnbral excite6" de ces 40 mifions
d'euros dannuiti de
la dette. On est plom6is poir 12 ans (..)".
Antilla ayant object que I'Agence Frangaise de D6veloppe-
ment(AFD) parole au contraire "dune strict maftrise des charges
defonctionnement"du Conseil general, de "dynamisation de ses
resources propres", de "redressement de sa situation financidre",
de "djiut de disendettement", etc, Fred Lordinot r6pond: "(...)
L )FD c'est qui ? C'est le ailleur defonds du Conseilginiral
U1ne sorte de banquier( .) Pour o6tenir desfonds, iffaut s'adres-
serai ces institutions, qui ne vont pas dire que emprunteurest to-
talement d~faiClant. Lorsque vous avez un di6iteur, vous ne
souhaitez pas sa mort. Le ConseilginiraCest un debiteur que les
crianciers tiennent Ca tite hors de C'eau, pour qiu'iCpuisse rem-
bourser le montant colossaCde sa dette".
Le conseiller general neo-PPM enonce que le president Lise
"doit mettre en place un plan de maftrise desffrais defonctionne-
ment de la collectivity". Antilla lui demandant si cela a 6t6 fait,
il concede : "C'estfait". Mais il ajoute : "mais a suppose qu'ily
ait une vraie stratigie e.posie auc ~tus. L 'Issemblie est Id pour
contrdler Cexjcutif'. Encore des grands mots technocratiques
don't sont friends les neo-PPM. La question est de savoir si les


depenses ont 6te mattrisees ou non.
Enfin il announce, apres avoir constate que 2011 est "'annie
ziro de lafiscati't", car le Conseil general ne beneficiera plus de
certaines impositions directed : "Tout ceci conjugue & un endet-
tement aussi important, iCy a pirilen la demeure. Cela va se tra-
duire par une augmentation de lafiscaiti directed ".

RUponse b'Alfreb Sinosa, president be ta commission
aes Finances au Conseil genera

* Un endettement maitrise
"(...) En soulignant que I'encours de la dette du Conseil gene-
ral, soit 351 ME pour un budget ex6cut6 de 650 ME, est supe-
rieur au budget de la R6gion Martinique, Fred Lordinot voudrait
susciter un r6flexe de peur chez I'administr6. Or, comme tous
les analysts le savent, ce qui imported, ce n'est pas le montant
brut de I'encours d'endettement, c'est le taux d'endettement et
la capacity de d6sendettement.
En 2010, le ratio d'endettement (rapport entire I'encours de la
dette et les recettes reelles de fonctionnement) s'etablissait a
67 % alors meme que le seuil d'alerte fix6 par les autorit6s de
contr6le de I'Etat est de 131 %. De meme, le poids de la charge
de la dette (rapport entire I'annuit6 de la dette et les recettes
reelles de fonctionnement) 6tait 6gal d 7,30 % en 2010, alors
que le seuil d'alerte est fix6 a 22 %. En outre, le rembourse-
ment de I'encours de la dette est pr6vu non pas dans les 12
ann6es qui viennent, comme cela est dit dans I'interview, mais
S/I'horizon 2030.
Comme nous ne cessons de le r6peter, I'endettement du
Conseil G6n6ral est certes important (le d6partement de la Mar-
tinique d6tenait fin 2008 le 13e plus important ratio d'endette-
ment), mais c'est un endettement maitris6. D'ailleurs, aussi
bien le niveau de la dette que le poids de la charge de la dette
connaftront une sensible evolution a la baisse en 2011.
Cela dit, si on en restait au raisonnement fruste de Fred Lordi-
not, que devrait-on penser de I'encours de la dette de la Re-
gion Guadeloupe, de I'ordre de 169 ME pour un budget execute
fin 2008 de I'ordre de 396 ME ? Que devrait-on dire des 442
ME d'encours de la dette de la Region R6union pour un budget
execute de I'ordre de 804 ME fin 2008 ? Quelles conclusions
tirer pour la Region Guyane don't I'encours de la dette fin 2008
est de plus de 90 ME pour un budget execute de I'ordre de
163 ME ? Et, plus encore, comment devrait-on apprecier les
209 ME d'endettement de la Ville de Fort-de-France (soit
144,55 % des products de fonctionnement) pour un budget exe-
cute d'un peu plus de 202 ME au 31 d6cembre 2009 ?...(...)".

* Pourquoi cet endettement ?
Alfred Sinosa rappelle : "(...) Tout B sa volonte de denigrement
systematique du Conseil general, il feint d'ignorer les raisons
historiques qui ont conduit le Conseil general a prendre 6 sa
charge nombre d'operations d'investissement comme I'Abattoir
Departemental, la SAEM le Galion, les amenagements por-
tuaires, des equipements cultures (ATRIUM, CDST), des 6qui-
pements pour la.production d'eau potable don't I'usine de Vive,
le barrage de la Manzo, la Station d'Essais en Cultures Irri-
guees, etc. Parmi ces raisons historiques, il faut mentionner,
comme il ne peut I'ignorer, I'impossibilite dans laquelle s'est


'I u / rI ; 2 071 n0 10 -Page


L"1 tFOLIT^






http://www.iournal-iustice-martinique.com


trouv6 le Conseil R6gional, au debut des annees 1990 et pen-
dant longtemps, de degager les moyens financiers suffisants
pour contribuer au developpement des infrastructures du pays
(...)"
En r6alit6, il s'agit du surendettement de la Region laiss6 par
Camille Darsi6res, le pere spiritual de I'actuel president de R6-
gion, et qu'Emile Capgras puis Alfred Marie-Jeanne ont du sur-
monter apres 1992.

* DeloyautB envers le Departement vis-a-vis de la dette de
I'Etat
Le president de la Commission Finances souligne : "(...) A vou-
loir tout demontrer par le biais de I'endettement, notre homme
met donc clairement a nu son incapacity 6 concevoir une poli-
tique budgetaire dynamique au service du developpement du
pays. De surcrott, transparaft, chez lui, une evidente deloyaute
envers I'institution departementale.
Ainsi, il n'est nullement question, de sa part, des consequences
desastreuses des transferts de competences et de charges de
I'Etat vers les collectivites territoriales, et notamment vers les
collectivit6s departementales. Pas la moindre allusion au fait
qu'au 31 decembre 2010, I'Etat devait au Conseil General de la
Martinique 58 ME au titre du RMI, 15,8 ME au titre de I'APA (Al-
location personnalisee d'autonomie) et 23,5 ME au titre de la
PCH (Prestation compl6mentaire du handicap)... C'est pour le
moins edifiant! (...)".

* A propos de la fiscalite : le choix de la maTtrise des
charges de fonctionnement courant
Alfred Sinosa r6torque 6 propos de I'obligation d'augmenter la
fiscalit6 : "(...) Enfin, voila quelqu'un quijubile B I'idee que le
Conseil General serait dans I'obligation a terme d'augmenter sa
fiscalite directed. Rappelons que, depuis le debut des annees
1990, les taux d'imposition du Departement n'ont augmented de
fagon moderee qu'6 trois reprises: en 1998, en 2003 et en 2006.
II n'aurait done ete nullement illegitime d'augmenter les taux
d'imposition en 2009, quand on salt que quasiment tous les de-
partements ont augmented leurs imp6ts directs une annee sur
deux depuis deux decennies.
Pourtant, et contrairement a ce que laisse entendre les propa-
gateurs de contre-verites, I'executif d6partemental n'a jamais
considered I'augmentation de la fiscalite locale comme un moyen
essential pour resoudre les problems financiers, ce, pour une
double raison : d'abord, parce que le system fiscal inegalitaire
existant conduit a pressure principalement les classes
moyennes ce qui serait prejudiciable la consommation ; en-
suite, parce qu'une augmentation moderee des taux de 8 % B
10 % ne rapporterait au mieux que 5 ME 6 ME.
Dans ces conditions, afin de concilier une politique d'investis-
sement active et le maintien a des niveaux acceptable des
grands agregats financiers, le Conseil General a eu recours a
une politique systematique de mattrise des charges de fonc-
tionnement courant. Cette politique est 6voquee chaque annee


lors du debat sur
les orientations
budgetaires, lors
du vote du bud-
get ou lors de
I'approbation du
compete adminis-
tratif. Cette ques-
tion a, par
ailleurs, fait I'ob-
jet de d6veloppe-
ments lors du
seminaire de re-
flexion sur la si-
tuation financiere
de la collectivite
qui s'est tenu le
27 mai 2008.
(...)".


Alfred Sinosa, President de la commission des finances du
C ;I GI A l


* Concernant la
pr6tendue com-
plaisance de I'Agence Frangaise de Developpement(AFD)
Le president de la commission Finances du Conseil g6n6ral r6-
torque : "(...) Tous les interlocuteurs de la Collectivite d6parte-
mentale qu'il s'agisse des etablissements bancaires ou de
I'Etat, a travers la Direction G6nerale des Finances Publiques -
reconnaissent les resultats positifs de la politique budgetaire et
financiere menee. II n'y a que Fred Lordinot pour avancer la
these abracadabrante selon laquelle I'AFD (Agence Frangaise
de D6veloppement) voudrait maintenir la tete du Conseil G6ne-
ral hors de I'eau, et, pour ce faire, produirait des analyses com-
plaisantes de la situation budgetaire et financiere du
d6partement-Martinique. Nous atteignons l/ un summum de de-
magogie, car non seulement I'AFD ne peut finance les de-
penses de fonctionnement de la collectivite, mais, en outre, le
Conseil General n'a beneficie d'aucun traitement de faveur de la
part de cette institution bancaire, ni d'aucune autre d'ailleurs !
(...)".

Pour conclure Alfred Sinosa prend position clairement sur le
plan politique :
"Jouer les Cassandre, annoncer systematiquement une crise
budgetaire et financiere du Departement peut toujours consti-
tuer un passe-temps. Face d cela, il y a ceux qui, avec I'execu-
tif departemental, sans tapage ni exuberance, font face aux
difficulties de la periode, poursuivent une important politique
social au service des plus defavorises, maintiennent I'effort en
faveur du developpement et de l'equipement de la Martinique,
avec des resultats incontestables".
Michel Branchi


Cantonales-France : Des collectivites incitees a s'enbetter aupres bes

marches financiers


Nombre de d6partements, faute d'autonomie fiscal et en rai-
son d'une insuffisance de resources, sont contraints de re-
courir fortement a I'emprunt. Une spirale explosive A terme.
Quel est le d6partement le plus endett6 de la France m6tropo-
litaine? Non, il n'est pas de la region parisienre,'c'est le Nord,
avec une dette sup6rieure A 1 milliard d'euros en 2009. II est


suivi par la Seine-Maritime (987 millions d'euros) et les Alpes-
Maritimes (942 millions). Mais si I'on rapporte la dette au nom-
bre de foyers fiscaux ou d'habitants, le classement change du
tout au tout. Sont en t6te, du point de vue du taux d'endette-
ment, les d6partements ruraux comme le Cantal avec 4302
euros de dette par foyer fiscal et 1124 euros par habitant, les


"I O IT


IFm 1nsmsiwsssvssnss^






http://www./oural-iustice-martinique.com


Hautes-Alpes, le Tarn-et-Garonne, le Gers...(ndlr: Martinique
: 877,5 euros par habitant). Cela s'explique. Ils disposent de
faibles resources et doivent repondre 6 des besoins sociaux
important compete tenu de la pauvret6 de populations rurales
souvent Agees. Selon les chiffres donnes par le minister de
I'lnterieur, cette dette des d6partements est en forte hausse.
Elle est passee de 18,16 milliards d'euros en 2004 A pres de 25
milliards en 2008. Entre 2001 et 2009, la dette de la Correze a
explos6, augmentant de 850 %, celle de la Seine-Saint-Denis
de seulement 17,2 %, celle de la Cote-d'Or de 833 %, celle de
la Moselle de 4731 %, celle du Var de 1956 %! Un endette-
ment 6videmment alimente par un recours accru aux emprunts.
Un flux annuel de 3,37 milliards d'euros en 2004, monte a 5,28
milliards en 2008 pour I'ensemble des departements. Une
bonne parties de ces emprunts ont d'ailleurs servi a rembourser
des dettes anterieures. Cet endettement n'est pas tres eleve
mais, dans le context de la perte d'autonomie fiscal des
conseils generaux, il risque de leur poser de serieux problems


a terme. Ils sont en effet obliges legalement de couvrir la charge
d'interets et de remboursement du capital par des resources
tirees de I'impot alors que, comme toutes les collectivites, ils
disposent d'une autonomie fiscal de plus en plus reduite. Pour
payer leurs dettes, ils vont done devoir continue 6 s'endetter.
Comment expliquer cette montee de I'endettement?
Pris en tenaille entire la montee de leurs charges et I'insuffi-
sance de leurs resources, de plus en plus dependants de do-
tations budgetaires que I'tat a decide de geler, les conseils
generaux ont pour resource soit de contraindre leurs de-
penses, soit d'emprunter sur les marches financiers. ( ndlr:
Cette situation n'est done pas propre a la Martinique).
Tout cela milite notamment pour une remise en cause de la po-
litique de I'ltat et pour que les collectivites retrouvent un reel
pouvoir fiscal, essentiellement sur... les entreprises et la crea-
tion de richesses.
Pierre Ivorra


La France face une crife 0ociale et morale tans precient : Sarkozy aux abois


Sarkozy se lance en pelerinage sur les lieux symbols de la Chretient6 pour reconqu6rir


Avec seulement 22% d'opinions favorables selon un recent
sondage, Nicolas Sarkozy bat aujourd'hui tous les records d'im-
popularite et les turpitudes du president et de ses ministres ont
pr6cipit6 I'Executif dans une grave crise morale.
Au moins trois facteurs expliquent ce rejet massif.
D'abord, les ravages de sa politique anti-sociale.
Le bilan definitif du quinquennat de Nicolas Sarkozy n'est pas
encore 6tabli. Mais deja, les travailleurs peuvent mesurer I'am-
pleur des ravages de sa politique ultra-liberale dictee par le
Medef qui a impose le disengagement de I'Etat afin de reduire
les deficits publics et la baisse du coOt du travail pourfaire face
a la mondialisation capitalist et augmenter les profits.
La premiere exigence du patronat s'est concretisee notamment
par la mise en oeuvre de la revision general des politiques pu-
bliques (RGPP) qui a entraine la reduction drastique des ef-
fectifs de la function publique avec le non-remplacement d'un
fonctionnaire sur deux partant a la retraite, a I'origine de nom-
breux disfonctionnements dans les services publics.
Elle est aussi symbolisee par la recent reforme des retraites
qui penalise tant les salaries a la carri6re d6ej si incertaine.
La deuxieme exigence de ceux qui tiennent les renes de I'6co-
nomie s'est traduite par le detricotage du Code du travail, les
delocalisations, le blocage voire meme I'ecrasement des sa-
laires, I'explosion du ch6mage qui permet au patynat de dis-
poser d'une main-d'oeuvre de plus en plus precaire et done de
plus en plus docile.


Celui qui avait invite les Frangais a "travaillerplus pour
gagnerplus" est aujourd'hui & la tete d'un pays oi les
in6galites sociales n'ontjamais ete aussi grandes. Ses
promesses sonnent d'autant plus creux que les reve-
nus indecents de ses amis du grand patronat et de la
haute finance apparaissent comme autant de provoca-
tions envers les defavorises.
Car alors que le ministry de I'industrie Eric Besson de-
nongait recemment le coOt du travail comme excessif
en France -et aussi chez nous, une etude revelait que
les patrons du CAC 40 ont gagn6 en moyenne 77 300
euros par mois, soit l'equivalent de 77 fois le Smic, tan-
dis que le magazine Marianne revelait que les six prin-
cipales banques frangaises avaient distribute plus de 3
l milliards d'euros de bonus a leurs traders. Les dockers
I'opinion
ne sont pas les mieux pays O0 est la "morafisation du
capitafisme" promise par Nicolas Sarkozy ?
Simultanement, I'INSEE nous apprenait qu'en France, 6 mil-
lions de travailleurs, soit 25% des salaries, gagnent moins de
750 euros nets par mois, que le travail A temps partiel se ge-
neralise et que le declassement social et la pauvrete gagnent
des categories jusque la epargnees. Un phenomene qui touche
encore davantage la Martinique, colonie departementale.
Un pouvoir discredited par une crise morale sans precedent.
Nul n'a oublie I'engagement de N. Sarkozy de faire de la France
"une ripublique exemplaire". Pourtant, jamais I'image d'un exe-
cutif frangais (president et ministres) n'a 6te autant ternie par
les comportements individuals de certain et par les conflicts
d'interets.
En premier lieu, les Francais n'ont jamais accepted cette proxi-
mite, voire cette complicity entire les plus hauts responsables de
I'Etat et les milieux d'affaires.
Ils n'ont jamais apprecie ce president qui, aux dires de Domi-
nique de Villepin, n'a jamais su incarner la function, ni par sa
conception de I'exercice du pouvoir, ni par I'image qu'il a sou-
vent donnee lors de ses deplacements officials.
Et les multiples scandals qui ont d6ej emaille ses quatre an-
nees d'exercice du pouvoir, telle I'affaire Woerth-Bettencourt ou
les amities plus que suspects de sa ministry des Affaires
etrangeres Michele Alliot-Marie avec les proches du dictateur
tunisien dechu Ben Ali ont encore assombri le bilan.


"t OLIT#qUE


r FIZA NCE I


.^Vjeui 0 an5207 jwice n' 10 Page 1






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Et que dire de ce president qui entend tout diriger depuis I'Ely-
see mais qui se montre si leger dans ses appreciations, si in-
constant dans ses choix politiques et qui n'hesite pas a se
contredire, meme sur les questions au sujet desquelles il sem-
blait afficher une determination inebranlable. A I'exemple du fa-
meux bouclier fiscal, longtemps presented comme le socle de
sa politique fiscal et condamne aujourd'hui a disparaTtre, en
meme temps que le rabotage de I'imp6t de solidarity sur la for-
tune (ISF).
La crise morale est telle qu'elle a gagne les grands corps de
I'Etat comme celui des magistrats, accuses de laxisme dans
I'affaire Laetitia ou des diplomats qui denoncent une politique
etrangere soumise, victim de "famateurisme" et & "'impusi-
vite"du chef de I'Etat.
Voila un president pr6t A tout pour redorer son blason et a re-
monter le moral de la droite aux abois.

L'6chec bans La tentative be reconquete be L'opinion
Le dernier sondage creditant Marine Lepen de 23% des voix
au premier tour de la presidentielle de 2012 a, de toute evi-
dence, seme le doute sur la capacity de Nicolas Sarkozy de se
qualifier pour le 2iBme tour et encore moins de I'emporter. Pour
la plupart des observateurs, cette progression du Front national
est d'abord la consequence de la strategic du president candi-
dat visant a reconquerir I'electorat de I'ultra droite en chassant
sur le meme terrain de la xenophobie et de la chasse aux im-
migres.
Incapable de repondre aux attentes des plus defavorises et des
classes moyennes laminees par la crise, il instrumentalise les
religions pour evacuer les questions sociales.
Mais avec le debat avorte sur I'identite national et aujourd'hui
avec celui sur la place de I'lslam en France, sur I'immigration et
sur la laT'cite, il n'est parvenu qu' legitimer les theses racistes
du Front national au risque de stigmatiser la deuxieme religion
de France et la communaute musulmane.
Dans sa tentative de reconquete de I'electorat catholique qui
I'abandonne, voilA le president de cette republique dite laTque


qui se lance en pelerinage sur les lieux symbols de la Chre-
tiente pour rappeler "[es racines essentiellement chritiennes de la
France"et qui s'apprete a assister A la beatification, a Rome de
Jean-Paul II.
C'est dans cette meme optique qu'au lieu de prendre claire-
ment position en faveur des movements democratiques nais-
sant dans le monde arabe, il cherche A susciter la peur en
predisant le debarquement de flots de refugies sur les c6tes
frangaises. Le problem, c'est que ni l'eviction de MichBle Alliot
Marie, ni I'appel au secours d'Alain Juppe en tant que ministry
des affaires etrangeres ne suffiront a lui faire remonter la pente.
Pas plus que la mort annoncee du bouclier fiscal ne saurait
gommer I'image du president des riches qui lui colle tant a la
peau. Les travailleurs pour qui les priorities demeurent I'emploi,
I'amelioration de leur pouvoir d'achat et plus de justice social
n'ont rien a attendre de ce pouvoir qui reste insensible & leurs
souffrances.

Pour une alternative be gauche credible
Le drame, pour les victims de cette politique reactionnaire,
c'est que les solutions alternatives qui se dessinent ne parais-
sent guere plus porteuses d'espoir d'amelioration.
Paralyse par des rivalites de personnel et par un processus de
primaires qui risque fort de I'affaiblir, le Parti socialist s'avere
incapable de presenter des propositions credibles susceptibles
de rassembler I'ensemble des forces de gauche.
L'attachement de ses principaux leaders, tel Dominique
Strauss-Khann, au liberalisme fait craindre, en cas de victoire
du candidate socialist, la poursuite d'une politique qui ne serait
pas fondamentalement different pour les travailleurs. II appar-
tient aux parties qui n'ont jamais fait de concession au capita-
lisme, Communistes en tete, d'eclairer d'abord les travailleurs
pour les eloigner des fausses solutions proposees par I'extreme
droite mais aussi pour que soient enfin prises en compete leurs
legitimes revendications dans les propositions de ceux qui se-
ront appeles a diriger le pays.


lHaiti, qu'attenbre bes elections ?


Le 20 mars, les electeurs haYtiens se rendront aux urnes pour
le second tour des elections (initialement prevu le 11 janvier)
qui verra s'affronter Mirlande Manigat spousee de I'ex- presi-
dent Manigat), candidate du Rassemblement des Democrates
Nationaux Progressistes (RDNP proche de I'Organisation chre-
tienne-democrate d'Amerique) qui avait obtenu 31 % des voix
au ler tour, au chanteur Michel Marthely (droite haitienne,
proche des duvalieristes) dote de 21 % des suffrages. A I'origine
elle aurait dO etre opposee 6 Jude Celestin, candidate du presi-
dent Pr6val qui ne pouvait pas briguer un nouveau mandate, et
qui avait recueilli, lui, 22 % des votes. Mais la contestation avait
ete telle qu'il avait ete contraint de renoncer non sans denon-
cer la "prime a [a violence" constitute par la decision du Conseil
electoral provisoire (CEP) qui lui avait "voCef a victoire"en I'ecar-
tant du scrutiny.
Enfin des elections en HaTti, dira-t-on, apres la tragedie du
seisme et celle du cholera. Enfin les HaYtiens vont pouvoir re-
nouer avec la democratic. Du moins formellement. Les elec-
tions sont en effet le critere absolu de la democratic pour les
grands medias bien pensants. A condition bien sOr que les elec-
teurs fassent le "bon choiX". La regle non ecrite veut en effet


que tout regime herite du label "djmocratique"des lors qu'il s'in-
feode a Washington et de celui de "dictature"s'il se permet la
moindre independence vis a vis de la Maison blanche (exem-
ple le Venezuela).
Pourtant la "dimocratie", surt6ut ces derniers temps, s'est sou-
vent reve6le n'etre qu'un instrument de domination des grandes
puissances leur permettant de perpetuer leur mainmise sur les
pays qui les interessent, que ce soit pour leurs richesses eco-
nomiques (petrole ou autres), leur main-d'oeuvre au rabais ou
leur position strategique sur telle ou telle parties du globe.
Que peuvent esperer les HaTtiens de ce second tour ?
Manigat qui reconnait que la machine electorale ne lui inspire
guere confiance, vu les incidents qui ont eu lieu lors du premier
tour, s'inquiete surtout du taux de participation. Non pas qu'elle
croie que les HaYtiens auront peur de se rendre dans les bu-
reaux de vote, mais elle pense "quepeut itre ifs ne seront pas mo-
tives" pour aller s'exprimer.
Ils auraient d'ailleurs de bonnes raisons pour cela. Apres tout
chat echaude...
K Solaris


k .h 10MRi2*SitIIS n '1-


I R C


NO"TE f" m m I






http://www.iournal-ustice-martinique.com


Afrique meurtrie :

Libye et Cote 6'lvoire: aeux pays menaces 'ecldatement
. . ~ ~ ~~~~~~~~~~~~~ .urll .. .. .. ...... .. ..... .... ..... . . ... ...... ..... "1/ ...r w


La situation en Libye proche de la guerre civil


Les bouleversements en course dans le monde arabe ne doi-
vent pas faire oublier la tragique situation qui regne en C6te
d'lvoire suite au refus de Laurent Gbagbo de ceder le pouvoir
au president elu Alassane Ouattara. Qu'il s'agisse de la Tunisie,
de I'Egypte et de la Libye-pour ne citer que les pays arabes les
plus mediatises- ou de la CMte d'lvoire, c'est I'Afrique toute en-
tiere qui est meurtrie et inquiete pour son avenir. Si les mouve-
ments populaires qui sont en train d'ebranler la plupart des pays
du Moyen Orient ont surprise ou semble surprendre les capitals
occidentales, qui disposent pourtant d'efficaces services de ren-
seignement, il n'en va de meme des troubles qui ensanglantent
actuellement la CBte d'lvoire du fait de la volonte de Gbagbo de
s'accrocher coOte que co0te au pouvoir, quite A longer de
nouveau son pays dans la guerre civil.
Force est de constater, aussi bien en ce qui concern la C6te
d'lvoire que les pays arabes, qu'il est difficile de bien compren-
dre les evenements qui s'y deroulent et de savoir qui tire les fi-
celles dans les coulisses. Les medias traditionnels, ainsi que
les nouveaux moyens de communication de masse nes de la
veritable revolution technologique que constitute Internet, nous
abreuvent d'informations instantanees, parfois non verifiees et
souvent inverifiables, qui jouent sur I'affectif et ne permettent
pas I'analyse objective necessaire A une bonne apprehension
de la reality. Par example, qui peut nous renseigner objective-
ment sur le r61e des services de renseignement 6tats-uniens,
britanniques, israeliens ou frangais dans ces different 6vene-
ments? Qui est derriere Gbagbo et qui pousse Ouattara? Qui
Moukarack genait-il vraiment, en dehors de son people qu'il op-
primait? Pourquoi Kadhafi est-il presented comme ce tyran
abreuve du sang de son people et pourquoi les Etats-Unis et
d'autres pays occidentaux le menacent-ils d'une intervention
militaire?
La triste realite que I'on observe est que les chefs d'Etat arabes
que I'Occident hypocrite s'est mis brusquement A detester
etaient juges frequentables et souvent adults jusqu'a ces sou-
levements populaires. L'exemple le plus criant est sans
contest celui de Kadhafi. A I'age de 27 ans, il a chasse du pou-
voir, en1969, le roi Idris ler, mettant aussit6t en oeuvre d'im-
portantes measures revolutionnaires, telles la reforme agraire et
la nationalisation du petrole. Kadhafi a utilis6 les revenues tires
du petrole au profit du people libyen, mettant I'accent sur le de-
veloppement economique et social, donnant la priority t I'6du-
cation et la sante. II a aussi, helas, impose son people un
regime autoritaire. Devenu megalomane et extravagant, il a eu
recours, dans son combat contre I'Occident, 6 I'arme detesta-


ble du terrorism, pour finir par se reconcilier avec cet Oc-
cident honni et par ouvrir la Libye aux investisseurs 6tran-
gers, lesquels etaient surtout interesses par le secteur
petrolier. Ainsi, seduit par les theses liberales, il privatisa
de nombreuses entreprises publiques, sous la tutelle bien-
veillante du FMI.
Les gouvernements occidentaux, soucieux de signer de
juteux contracts de toutes sortes avec les dirigeants arabes,
ont allegrement fouled aux pieds leurs belles theories sur
les droits de I'homme et fait des courbettes a tous les au-
tocrates ou tyrans arabes, y compris le defunt Saddam
Hussein. Kadhafi a eu done droit, lui aussi, a ses cour-
bettes, singulierement de la part de Nicolas Sarkozy et de
I'ltalien Berlusconi.
Maintenant, pourquoi ces menaces d'intervention militaire
et cette diabolisation outranciere de Kadafhi? Pour le com-
prendre, il faut savoir tout d'abord que la Libye possede un
sous-sol riche en petrole, source d'energie strategique, comme
on sait. II faut savoir ensuite que la society libyenne repose sur
une base tribal, et que dans les tribus la detention et le port
d'armes 6 feu sont tout a fait normaux. Cela, ajoute a la deser-
tion d' un certain nombre de militaires, explique la rapidity avec
laquelle sont apparus des groups de rebelles arms et le ca-
ractere implacable de la repression. En Libye, la configuration
est celle d'une veritable guerre civil, ce qu'on n'a vu ni Tunisie
ni en Egypte. Et la guerre est attisee par les pays de I'OTAN,
don't ont dit qu'ils ont d6ja envoy leurs forces speciales aider
les opposants a Kadhafi.
Si un cessez-le-feu n'intervient pas rapidement, la Libye risque
de connaTtre un sort similaire a celui de I'lrak. II est en effet peu
probable que Kadhafi accepted de s'en aller comme I'ont fait les
presidents de la Tunisie et de I'Egypte. Et sans arret des com-
bats, les Etats-Unis et les autres pays de I'OTAN auront le pre-
texte qu'ils attendent pour une brutale intervention militaire. II en
resultera plus de morts, de blesses et de destruction. Et sur-
tout le pays sera divise en clans farouchement antagonistes,
menace de demembrement.
La Cote d'lvoire court le meme risque de guerre civil genera-
lisee et de partition: avec une zone musulmane favorable 6
Ouatarra et une autre chretienne et animiste contr8lee par
Gbagbo.
Seuls les imperialistes pourraient s'en rejouir.
M.Belrose
r -----------------------------------------------------

S PART COMMUNIST MARTINIOUAIS
ButtLtin b'ah6slion
P 'ad~Fjet^ au Partd Comuiaste Ha-tifnuals
Nom : ................................... Prenom : .............................
Age :................ Profession : ...........................................
A dresse : ...................................................... ......................


Tel....... .... ...........
T e l. : .................................................................................. t .....
Date et signature


Bulletin a remettre a un militant ou adresser:
PC.M angle des rues E. Zola etA. Aliker B.P 4069 TSV
97200 Fort de France Tel : 0596 71 86 83


IuI 10, ai 20 i nmf'10W -ae7


R


L . ii I







http://www.ioural-iustice-martinique.com


Flash-Hebao

Lunbi 28 fvrier
ETATS-UNIS Don Huber, universitaire emerite, signal en ur-
gence qu'un nouvel agent pathogene a ete decouvert dans le
"roundup ready"( ?) qui pourrait etre responsible du taux elev6
de sterilite et d'avortement spontane dans le betail observe aux
USA.


Marai ler mars
TURQUIE Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK),
constatant qu'aucune avancee concrete pour un reglement de-
mocratique de la question kurde n'avait ete enregistree depuis
6 mois, met fin a la treve unilaterale qu'il avait proclam6 et se
repositionne sur une strategic defensive "plus efficace" face au
gouvernement turc.


politique 6conomique et social don't le project sera present au
6e Congres du Parti communist cubain. Le people devant
avoir "Ie dernier mot dans ce processus".


Venbrebi 4 mars
CUBA Carlos Serpa Maceira, directeur de I'Union des jour-
nalistes libres de Cuba et porte-parole des "dames en 6banc",
s'est revele 6tre I'agent de la Securite d'Etat "Emilio", infiltre
dans la "dissidence"cubaine retribuee par les USA ouvertement
considers par les dissidents comme une vache 6 lait.


Samebi 5 mars
SOUDAN Les combats opposant d'une part I'armee du Nord,
la tribu des Misseriya et des miliciens soudanais aux forces ar-
mees du Sud, ont fait plus d'une centaine de morts dans la re-
gion d'Abyee.


Mercrebi 2 mars Dimanche 6 mars
SOUDAN 10 personnel (7 policies et 3 combatants) ont BURKINA FASO -Au moins 5 morts et une centaine de bles-
trouve la mort au course de violent combats dans la region s6s, tel est le premier bilan de la repression de la contestation
d'Abyee contestee entire le Nord et le Sud Soudan. de la jeunesse burkinabe qui s'est soulevee a Koudougou suite
au deces d'un jeune dans les locaux de la police. Le siege du
Jeubi 3 mars gouvernorat de la province a ete incendie et la revolte s'est
CUBA La population a massivement particip6 aux assem- 6tendue & Ouagadougou.
blees populaires charges d'examiner les grandes lignes de la


AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Aux terms de I'AGE de la SARL K.A.P.
ACAJOU du 20 decembre 2010, il a ete
decide de :
- transferer le siege social de Quartier
Dillon 578, avenue Jean-Marie SER-
RAULT 97200 FORT-DE-FRANCE au
11 front de mer Bourg de Schoelcher -
97233 SCHOELCHER
- modifier la denomination social : la
SARL K.A.P. ACAJOU devient la SARL
J2L SCHOELCHER
Les articles 3 et 4 des status ont ete mo-
difies en consequence. FB 3935

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Aux terms de I'AGE de la SARL K.A.P.
ANTILLES GUYANE du 28 decembre
2010, il a ete decide de :
- transferer le siege social de Quartier
Dillon 578, avenue Jean-Marie SER-
RAULT 97200 FORT-DE-FRANCE au
C 18 Squadra F Cit6 Dillon Rue Kann
Ribann 97200 FORT-DE-France.
- modifier la denomination social : la
SARL K.A.P. ANTILLES-GUYANE de-
vient la SARL J2L PARTICIPATION
Les articles 3 et 4 des status ont 6t6 mo-
difies en consequence. FB 3936

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Aux terms de I'AGE de la SARL K.A.P.
TSV du 29 decembre 2010, il a 6et de-
cide de modifier la denomination social :
la SARL K.A.P. TSV devient la SARL J2L
TSV
L'article 3 des status a 6te modifi6 en
consequence. FB 3937

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv6 en date du 22
Fevrier 2011, il a 6t6 constitu6 une So-
ciet6 Civile Immobiliere au capital de
1000.00 euros enregistree A la recette
principal des Imp6ts de Cluny le
24/02/2011 bordereau n"2011/236
Case n4


DENOMINATION SOCIAL :
S.C.I LA DESGRAS
SIEGE SOCIAL :
45B Alle des colibris Didier
97200 Fort de France
OBJET :
- L'acquisition d'un terrain pour la vente
parcellaire des lots
GERANTE : Mile Isabelle FEVAL demeu-
rant 82 Allee du Framboisin Quartier
Fond Savane -97224 DUCOS, nommee
statutairement pour une duree ind6termi-
nee
DUREE: 99 ans
La society sera immatriculee au Greffe du
tribunal de commerce de Fort-de-France
Pour avis, la g6rante FB 3938

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
GREEN DELUXE SARL
SARL AU CAPITAL DE 1.500 EUROS
306 Bat O Residence Morne Calebasse
Ouest Route des Religieuses -
97200 Fort de France
Siret :498 126 655 00014 -
Code APE: 8130Z
Les associDs de la Societe Green Deluxe
se sont reunis en assemblee general ex-
traordinaire le 1er fevrier 2011 aux fins de
- agree la cession de la totality des 20
parts detenues par Richard ROSINE, ce-
dant, au profit de Samy ADELISE, ces-
sionnaire,
- nommer Samy ADELISE, nouveau
grant, eh replacement de Richard RO-
SINE
- transf6rer le siege social de I'entreprise
I'adresse suivante : c/o ADELISE Passio-
niste Quartier Poirier Rue L6piny -
97213 Gros Morne
Pour avis, la g6rance FB 3939

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
14 fevrier 2011, A Schoelcher, il a et6
constitute une society & responsabilit6 li-
mitee don't les caract6ristiques sent les
suivantes :
Denomination social : HAMSA SARL


Duree : 99 ans
Au capital de 10 000 euros
Siege social: Residence Obayear -
19 avenue Emile Maurice Plateau Fofo
- 97233 SCHOELCHER
Objet : le coaching, I'accompagnement
professionnel et personnel, le conseil et
la formation en communication, ainsi que
la production audiovisuelle.
Grant : Monsieur David GOVINDIN de-
meurant Residence OBAYEAR -19 ave-
nue Emile Maurice Plateau Fofo -
97233 SCHOELCHER.
La society sera immatriculee au Registre
du commerce et des societies tenu au
Greffe du Tribunal de Commerce de Fort
de France
Pour avis et mention,
Le Grant FB 3940 .

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
3 decembre 2010, il a 6et constitute une
society par action simplifiee :
Denomination social : LCPS
Duree : 50 ans
Au capital de 1 000 euros
Siege social : 31 rue des Pipiris
97231 LE ROBERT
Objet: Activites de Holding
President : Monsieur Stephan TORRES
demeurant 31 rue des Pipiris 97231 LE
ROBERT
La society sera immatriculee au Registre
du commerce et des societies tenu au
Greffe du Tribunal de Commerce de Fort
de France
Pour avis et mention,
Le President FB 3941

AVIS DE DISSOLUTION
SNC BD LOCATION
Au capital social de 152.45 euros
Siege social : 6 rue Raymond Garcin
Route de Didier
97200 FORT DE FRANCE
SIREN : 403 034 234 RCS FORT DE
FRANCE
Aux terms d'une assemblee general
extraordinaire, en date du 31 decembre


2010, les associes ont decide la dissolu-
tion anticip6e de ladite society ce jour. La
society subsistera pour les besoins de la
liquidation et jusqu'A la cl6ture de celle-ci.
Madame Madeleine DESCLOS, demeu-
rant 69 Habitation O'Mullane 97223
DIAMANT est nomm6 Liquidateur.
Le siege de la liquidation est fixed 14 route
de Cluny 97200 FORT DE FRANCE.
C'est A cette adresse que la correspon-
dance devra 6tre adressee et que les
actes et documents devront 6tre notifies.
Les actes et piBces relatifs & la liquidation
seront deposes au registre du commerce
et des societies de Fort de France.
Pour avis et mention,
Madame Madeleine DESCLOS
Liquidateur FB3942

AVIS DE LIQUIDATION
THOT ACSE
SARL AU CAPITAL DE 2000C
siege social quarter carribre
97280 VAUCLIN
RCS : FdeF 2005B1069
Avis est donned que par deliberation de
I'assemblee generale ordinaire du 26 f6-
vrier 2011, les associes ont approuve les
comtpes de liquidation, decharg6 Ma-
dame BILLON Maryline demeurant a car-
ribre 97280 VAUCLIN de son mandate de
liquidateur, donned quitus de sa gestion au
liquidateur, et prononce la cloture des
operations de liquidation
les comptes de liquidation sont deposes
au greffe du tribunal de commerce de fort
de france
Pour avis FB 3943

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de la
SARL : Atlantique Multi Services
Capital fixe de sept mille cinq cent euros
(7500)
siege social : quarter Dominante
Marigot 97225
Objet : tout I'entretien des spaces vert,
elagages et rehabilitation de I'habitat
dur6e : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-


jeum0Miw2011ppf, 70 Pagi1


P5 L INP


, M A !w ^ rNON LE








http://www.ioural-iustice-martiniaue.com


ciet6 de fort de france
grant : Monsieur RIEUX C6dric
demeurant : derriere Morne Sainte Marie
nomme pour une dur6e ind6terminee
pour avis FB 3944

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte SSP en date A F-de-F du
02/09/2010, a ete cree le 112 SARL, au
capital de 7000e en nature le siege so-
cial est fixed A 112 avenue Paul Nardal
972 FdeF. Objet: distribution et commer-
cialisation de tous types de products
durbe
99 ans, le grant est
Melle FRANCOIS Marie-Claire
demeurant: 11 rue de la sapotille
97200 Fort-de-france
immatriculation de la socibte au
RCS de FdeF
pour avis FB 3945

AVIS DE CONSTITUTION
II a ete constitute le ler mars 2011, une
society presentant les caracteristiques
suivantes :
Forme EURL Entreprise Unipersonnelle
& Responsabilit6 Limitee
Denomination : MERCERIE BAZAR
<>
siege social: rue Edgar DumauzBe
97224 DUCOS
Objet social : La society a pour objet la
vente d'articles de mercerie et de bazar
duree 99 annees A computer de son im-
matriculation au registre du commerce
capital : leuro
gerance : Mme APAT Chantal
23 rue des Manguiers cite Lazaret
97224 DUCOS
immatriculation au registre du commerce
et des societies de Fort de france
la gerante FB 3946

AVIS D'AUGMENTATION DU
CAPITAL COME ONLINE
SARL au capital de 1 000e
siege social : Villa Casa Del Sol, 3 lotis-
sement Cay Bwa
chemin de Grand Fond les Hauts de Ma-
niba
- 97222 CASE PILOTE
RCS fort-de-france TMC 507 480 820
II r6sulte du proces verbal de I'assemblee
g6nerale Mixte ordinaire et extraordinaire
de la soci6t6 du 28 d6cembre 2010,
que le capital social de la soci6t6 a 6te
augmented par incorporation de reserves
de 36000 euros et porter de 1000 euros A
37000 euros ladite augmentation ayant
ete realisee par elevation du montant no-
minal des parts sociales qui sera port de
la some de Dix (10) euros chacune A
celle de trois center soixante dix (370)
euros chacune.
En consequence, I'aticle 2.5. des status
de la soci6te a 6t6 ainsi modified
<< le capital social est fix6 & trente sept
mille (37000) euros divise en 100 parts
sociales de trois cent soixante-dix (370)
euros chacune, numerotees de 1 A 100
entibrement souscrites et liberees, repar-
ties en totality entire les associes soit :
Monsieur Claude Roger ROSEAU, pro-
prietaire de 49 parts sociales,
numerotees de 1 A 49.
Monsieur Pascal LECOMTE proprietaire
de 17 parts sociales num6rotees de 50 A
66.
Monsieur Mike LECOMTE proprietaire de
17 parts sociales numerotees de 67 A 83
Madame Nathalie HOARAU, spouse LE-
COMTE Propri6taire de 17 parts sociales
num6rotees de 84 & 100
Ancienne mention
capital social de : 1000 euros
Nouvelle mention
capital social de 37 000 euros
pour avis,


le grant FB 3947 Chemin Pointe Cerisier-
97240 LE FRANCOIS
AVIS D'AUGMENTATION DU IMMATRICULATION au registre de Com-
CAPITAL merce et des Societes de Fort-de-France.
SCI BERN INVEST FB 3951
SOCIETY CIVIL AU CAPITAL DE
550.000,00 EUROS AVIS DE CONSTITUTION
SIEGE SOCIAL : FORT-DE-FRANCE Aux terms d'un acte sous seing prive en
(97200 MARTINIQUE), date & SCHOELCHER du 28 f6vrier
11 LOTISSEMENT BARDINET RCS 2011, il a Wte constitu6 une society pre-
FORT-DE-FRANCE 451 961 148 sentant les caracteristiques suivantes :
L'assemblee g6enrale du 31 d6cembre Forme social : Soci6ete responsabilite
2010 a decide une augmentation du limited
capital. Denomination social: CHISIS
Ancienne mention : capital : Siege social: Residence Le Grand Large,
550.000 Euros. Appt 7, Rue Aubin Edmond,
Nouvelle mention : capital: 97233 SCHOELCHER
1.000.000 Euros. Pour avis Objet social : exportation, importation,
Le grant FB 3948 achat, vente, negoce, distribution, repre-
sentation en gros et en detail de tous pro-
AVIS DE CONSTITUTION duits, marchandises, articles
Par acte sous seing priv6 en date du 22 d'alimentation ou autres, denr6es quel-
Fevrier 2011, il a 6te constitu8 une So- conques, consulting en communication et
ci6t6 Civile Immobilibre au capital de marketing, conseil en strat6gie d'entre-
500.00 euros enregistree A la recette prin- prise, publicity, conception d'outils pro-
cipale des Imp6ts de Cluny le 25/02/2011 motionnels, conseil A I'export, formation,
bordereau n"2011/246 Case n*2 Duree de la Societe : 99 ans
DENOMINATION SOCIALE: Capital social : 500 euros
S.C.I LARC G6rance: Myriam HO HIO HEN, demeu-
SIEGE SOCIAL : 18 Rue Schoelcher rant Residence Le Grand Large, Appt
97232 LAMENTIN 7Rue Aubin Edmond,
OBJET: 97233 SCHOELCHER
- L'acquisition, I'administration, I'exploita- Immatriculation de la Soci6et au RCS de
tion sous toutes formes, de tous immeu- Fort de France.
bles et biens immobiliers Pour avis
GERANTE : Mile Fabiola ROSINE de- La G6rance FB 3952
meurant 45B AllBe des colibris Didier -
97200 Fort de France, nommee statutai- AVIS DE CONSTITUTION
rement pour une duree indetermin6e Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
DUREE : 99 ans date du ler mars 2011, a ete constitute
La soci6te sera immatriculee au Greffe du une Societ6 A Responsabilite Limitee
tribunal de commerce de Fort-de-France presentant les caract6ristiques legales
Pour avis, suivantes :
la g6rante FB 3949 DENOMINATION SOCIAL :
LA CAFET DE LA JETEE
AVIS DE CONSTITUTION FORME : Soci6ete Responsabilite So-
Par acte sous seing prive en date du 15 ciale
Fevrier 2011, il a WtB constitu6 une So- OBJET: La Societ6 a pour objet, dans le-
ci6t6 Civile Immobiliere au capital de d6partement de la Martinique, I'exercice
500.00 euros enregistr6e A la recette prin- de I'activite de BOULANGERIE PATIS-
cipale des Imp6ts de Cluny le 25/02/2011 SERIE.
bordereau n2011/246 Et generalement, toutes operations com-
Case n"3 merciales ou financieres, mobilibres ou
DENOMINATION SOCIALE : immobilieres existent ou A cr6er, pouvant
S.C.I LE GRA-L se rattacher directement ou indirectement
SIEGE SOCIAL : 18 Rue Schoelcher A I'objet social ou A tous objets similaires
97232 LAMENTIN ou connexes, notamment aux entreprises
OBJET: ou soci6tes don't I'objet serait susceptible
- L'acquisition, I'administration, I'exploita- de concourir A la r6alisation de I'objet so-
tion sous toutes formes, de tous immeu- cial, et ce, par apports, fusions, alliances
bles et biens immobiliers ou societes en participation ou groupe-
GERANTE : Mile Fabiola ROSINE de- ments d'interet Bconomique.
meurant 45B AllBe des colibris Didier CAPITAL SOCIAL 7 000 Euros divise en
97200 Fort de France, nommee statutai- 70 parts sociales
rement pour une duree ind6terminee de 100 Euros chacune constitute unique-
DUREE : 99 ans ment d'apports en nature d'une valeur
La soci6t6 sera immatriculee au Greffe du global de 7 000 Euros, estimes par un
tribunal de commerce de Fort-de-France Commissaire aux apports don't le rapport
Pour avis, la gerante a ete annexed aux status.
FB3950 SlGE SOCIAL :
16 rue Frantz FANON La Jetde 97240 le
AVIS CHANGEMENT D'ADRESSE DE FRANCOIS
SIEGE SOCIAL DURE : 99 ans
II a e6t constitute, le 30 juin 2008 une so- GERANT: Monsieur Charles-HAlBne RO-
ci6t6 presentant les caracteristiques sui- SANNE -
vantes: 16 rue Frantz Fanon Cite la Jetee
FORME : EURL 97240 le FRANCOIS
DENOMINATION : AMO 97 IMMATRICULATION AU REGISTRE DU
ANCIEN SIEGE SOCIAL : 6 allee des COMMERCE ET DES SOCIETIES :
Mahoganys Cap Est La soci6te sera immatriculee au registre
97240 LE FRANCOIS commerce et des soci6t6s tenu au Greffe
NOUVEAU SIEGE SOCIAL: 47 Chemin du Tribunal de Commerce de Fort de
Pointe Cerisier 97240 LE FRANCOIS France. Pour extrait
DUREE : 99 annees a computer de son LA GERANCE FB 3953
immatriculation au registre du Commerce
et des Soci6t6s. AVIS D'AUGMENTATION
CAPITAL: 1 500,00 Euros.. DU CAPITAL
GERANCE: Monsieur Henri AGENCY BEAUTY COLOUR
CASTENETTO, DIFFUSION


capital: 1000
siret: 503 186 975 00010
siege social : 62 Domaine de Roches
CarrBes
97232 LE LAMENTIN
Par assemble g6n6rale extraordinaire
du 17 fevrier 2011, decision a 6te prise
par les associes de la society, d'augmen-
ter le capital social de la society, pour le
passer de 1000 A 41000 FB 3954

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
SARL PERTAYS
au capital de 7 622.45E
siege social : centre HACKAERT
97218 BASSE POINTE
n siren : RCS 437 724 131 00010
Au terms de I'assemblee extraordinaire
du 23 fevrier 2011, les associes ont de-
cide la dissolution anticipee de ladite so-
ciete au 31 decembre 2010
le siege de la liquidation est situe au
centre Hackaert 97218 BASSE POINTE
le liquidateur est Monsieur PERTAYS
Felix, adresse : 5 rue de la gare
97218 BASSE POINTE
pour avis et mention
Le grant FB 3955

AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
MADIN-PRODUCTIONS
BARINGTHON 97224 DUCOS
N SIREN 481 131 423
Les associes reunis en assemblee g6ne-
rale extraordinaire le 4 fevrier 2011, A Ba-
ringthon 97233 Schoelcher par
M. Pierre Cataybe, liquidateur de la so-
ciet ont approuv6 les comptes definitifs
de liquidation et constate la clsture
conform6ment aux dispositions de I'arti-
cle 270 du d6cret du 23 mars 1967. les
comptes definitifs 6tablis par le liquidateur
seront depos6s au greffe du tribunal de
commerce de fort de france en annexe au
registre du commerce et des societies ac-
compagn6s d'une copie du proces verbal
de I'assemblee ayant approuv6 ces
comptes
Pour avis
Le liquidateur FB3956

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 01/02/2011, il a ete constitute une
society pr6sentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination : EP MAYBE PARFUM
MARTINIQUE
forme : soci6te par actions simplifies,
siege social : 22 rue des Lucioles Jam-
bette
Beausejour 97200 Fort-de-france
Objet : commercialization de products
dans les domaines de la parfumerie
beauty, sante et bien-etre
duree : 99 ann6es
capital social : 1000E
president: M. PEDRON Eric
la soci6te sera immatriculee au R.C.S.
de Fort de france
Pour avis,
Le president FB 3957

AVIS DE DE CLOTURE DE
LIQUIDATION
EURL MAG BEAUTE
sari au capital de 7622.45e
1 rue Leonce Bayardin
97232 LAMENTIN
siret : 499 437 689 00015
Aux terms de I'assemblee g6n6rale en
date du 31/12/2010, I'associ6e unique a
approuv6 les comptes d6finitifs de liqui-
dation, decharg6 Mademoiselle
EDOUARD Olguine de son mandate de li-
quidateur donn6 A cette dernibre quitus
de sa gestion, constate la cloture de li-
quidation A computer du jour de ladite as-
semblee


F .euh ,0 iCT'l20/7iHKtce no10rfPge1


[ AN'NfNTE UfALES







http://www.ioural-iustice-martinique.com ,


la society sera radiee du registre de com-
merce et des society de Fort de france
pour avis et mention FB 3958

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donne de la constitution de
I'EURL : M.V.A.S.A.
au capital 1000 Euro
siege social : Morne ESCARPE
97211 Riviere Pilote
Objet conseil vente maintenance forma-
tion dans le domaine de I'informatique,
des nouvelles technologies et autre ele-
ments associes
duree : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registre RCS de FDF
Gerant Monsieur Ismael Gerald
FONSAT, demeurant Morne ESCARPE
97211 Riviere Pilote, nomm6 pour une
duree indeterminee
Le grant, FB3959

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 25
Fevrier 2011 il a ete constitute une SARL
au capital de 7500 euros en numeraire
denommee BATICASA.
Siege social: 1 avenue de la Vallee Mont-
gerald 97200 Fort de France.
Objet : travaux de charpente.
Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registred tiers et de I'artisanat de Fort de France.
Gerant: LOPES Joao Luis nomme pour
une duree ind6terminee. FB 3960

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 25
Fevrier 2011 il a 4te constitute une SARL
au capital de 5000 euros en numeraire
denommee EURL LOCATIONS FRAN-
JUMAU.
Siege social : Plaisance quarter Fond
Core 97250 Saint Pierre.
Objet : locations saisonnieres de meu-
bles.
Duree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes de Fort de France.
Grant: DUMORA Maurice nomme pour
une duree indeterminee. FB3961

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution
de I'EURL PROJECTT REUSSITE, au ca-
pital de 5000E, siege social : 52/54 bou-
levard du General de Gaulle
97200 Fort-de-france
Objet: soutien scolaire
duree : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce
Gerante : Mme Sonia BOURGROIS
demeurant au quarter Desmarinibres
97215 RIVIERE SALEE, pour une duree
indetermnee
pour avis FB 3962

AVIS DE NOMINATION
EXTRA
Society A Responsabilite Limitee
Capital social : 1 000 euros
Siege social : 7, rue Vincent Allegre
97231 LE ROBERT
508 123 411 RCS FORT DE FRANCE
ADDITIF
Par decision de I'associee unique du
14/01/2011, M. fabric RICHARD a ete
nomme grant.
Grant:
Nouvelle mention : Fabrice RICHARD, re-
sidence les hauts creoles camelia 2,
pointe du bout 97229LES TROIS-ILETS;
L'article 7 des Statuts a ete modified en
consequence. FB 3963

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 3 Mars 2011 A Fort de France, il
a ete constitute une society presentant les


caracteristiques suivantes.
DENOMINATION SOCIAL : SNC Cl-
DANTILLES.ESC
FORME SOCIAL: Society en Nom Col-
lectif
CAPITAL SOCIAL : 100 Euros
SIEGE SOCIAL : Cite Dillon 483, ave-
nue Victor Corridun 97200 FORT DE
FRANCE
OBJET SOCIAL : La location simple de
longue durBe de vehicules de tourism et
de transports, de materiels pour le BTP,
pour I'agriculture, I'industrie,l'artisanat.
DUREE : 99 ans (quatre vingt dix neuf
ans) A computer de son immatriculation au
registre du commerce et des societies,
sauf dissolution anticipee ou prorogation.
ASSOCIE-GERANT : la society CA-
RAIBES INVESTISSEMENT DEVELOP-
PEMENT, SARL au capital de 10 000
Euros, Cite Dillon 483, avenue Victor
corridun 97200 FORT DE FRANCE,
RCS Fort de France B 435 179 460 don't
le representant legal est Monsieur Gerard
MARAN
ASSOCIE : Monsieur Gerard MARAN,ne
le 25 mai 1957 A Saint Esprit (Marti-
nique), de nationality frangaise et de-
meurant Cite bateliere Bat C4- appt
739- 97233 SCHOELCHER
La Society sera immatriculee au Registre
du commerce et des societies de FORT
DE FRANCE
Pour avis, La gerance FB 3964

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte requ par Maitre Serge
DUVAL, notaire, associ6 de la Societe Ci-
vile Professionnelle d6nommee ,Serge
DUVAL, notaire, associe d'une society ci-
vile professionnelle titulaire d'un office no-
tarial", don't le siege est A Fort de France
(Martinique), 31 rue Moreau de Jonnes ,
le 3 mars 2011, il a ete constitute une so-
ciete civil immobiliere ayant les caracte-
ristiques suivantes :
La society a pour objet : I'acquisition par
voie d'achat ou d'apport, la propriety, la
mise en valeur, la transformation, la
construction, I'amenagement, I'adminis-
tration et la location de tous biens et
droits immobiliers, de tous biens et droits
pouvant constituer I'accessoire, I'annexe
ou le complement des biens et droits im-
mobiliers en question.
La denomination social est:
SCI AURELIDO.
Le siege social est fixed a :
FORT DE FRANCE (97200),
4 chemin de la Houssaye, rue du Profes-
seur Raymond Garcin, lieudit Didier, chez
Monsieur Georges JARJOURA.
La society est constitute pour une duree
de quatre vingt dix neuf (99) annees
Le capital social est fixed A la some de :
DEUX MILLE EUROS (2.000,00 EUR)
Les apports sont uniquement en nume-
raire.
L'exercice social commence le ler Jan-
vier et finit le 31 Decembre de chaque
annee.
Le premier grant de la society est Mon-
sieur Alexandre Laurent Daniel
JARJOURA,
demeurant & FORT DE FRANCE
(97200),
4 chemin de la Houssaye, rue du Profes-
seur Raymond Garcin, lieudit Didier.
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies de Fort de
France. FB 3965

AVIS DE TRANSFER
CABINET DE M" MOISE CARETO
AVOCAT A LA COUR
SARL TRANSPORT AUTONOMES
DUCOSSAIS
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 7500C


PLACE ANDRE ALIKER
97224 DUCOS
R.C.S N" 449 789 262
Par assemblee general extraordinaire
en date du 15 avril 2005, il a ete decide
du transfer du siege social et correlative-
ment de modifier I'article 5 des status
don't la nouvelle redaction est:
Article : 5 Siege social
le siege de la society est fixed A place
Andre Aliker
97224 DUCOS
Pour avis et mention FB 3966

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
18/02/2011, A SPAY il a 6te constitu4 une
society presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination ILLICO
Forme : societe & responsabilite limited
Siege social MBE 228- Mango Vulcin -
97288 LAMENTIN cedex 2
Objet: I'acquisition, la souscription, la de-
tention, la gestion et la cession, sous
toute forme, de toutes parts sociales et de
toutes valeurs mobilieres dans toutes so-
cietes ou entities juridiques, crepes ou A
creer
Toutes prestations de service en matiere
administrative, financieres, comptable,
commercial, informatique, de gestion,
de mise A disposition de materiel au pro-
fit des filiales de la soci6te ou de toutes
autres societies dans lesquelles elle de-
tiendrait une participation directed ou indi-
recte,
Et plus generalement toutes operation
mobilibres ou immobiliires, industrielles,
commercials ou financieres, pouvant se
rattacher A I'objet social ou A tous objets
connexes et susceptible d'en faciliter le
developpement ou la realisation
Capital social fixe : 150 E divise en 150
parts sociales de 1 e chacune
Durbe de la society : 99 ans A computer de
son immatriculation au RCS
Gerance Michel CHATELAIN, route de la
belle etoile Le Prelandon 72700 SPAY
Cession de parts et agreement : les ces-
sions de parts sont libres uniquement
entire associes
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies de Fort-de-
France
Pour avis FB 3967

REGINE ATHANASE
SOCIETY D'EXERCICE LIBERAL A
RESPONSABILITE LIMITED AU CAPI-
TAL DE 30 000 EUROS
SIEGE SOCIAL: 41, RUE ISAMBERT -
1ER ETAGE
97200 FORT DE FRANCE (MARTI-
SNIQUE)
493499297 RCS FORT DE FRANCE
AVIS DE PUBLICITY LEGAL
D'un process verbal d'assemblee general
extraordinaire du 16 F6vrier 2011, il re-
suite que :
-Le capital social a ete augmented d'une
some de six mille (6 000) euros, pour
8tre porter de trente mille (30 000) euros A
trente-six mille (36 000) euros, par apport
en nature.
En consequence, I'article 7 des status a
ete modified de la maniere suivante
Ancienne mention :
Le capital social est fixed A la some de
trente mille (30 000) euros.
II est divise en trois cents (300) parts so-
ciales de cent (100) euros chacune,
toutes de meme categorie, entibrement
souscrites et reparties entire les associes
en proportion de leurs droits.
Nouvelle mention:
Le capital social est fixed & la some de
trente-six mille (36 000) euros.
II est divise en trois cents soixante (360)


parts sociales de cent (100.00) euros
I'une, toutes de meme categorie, ehtibre-
ment souscrites et reparties entire les as-
socies en proportion de leurs droits.
-La denomination social a 6t6 modifi6e
pour adopter, A computer du 16/02/2011
celle suivante: ATHANASE/ADELEUX.
En consequence, I'article 3 des status a
ete modified comme suit:
Ancienne mention:
La denomination de la society est : RE-
GINE ATHANASE.
Nouvelle mention :
La denomination de la society est :
ATHANASENADELEUX.
-Le siege social a ete transfer, a comp-
ter du 01/01/2011, de FORT DE
FRANCE (Martinique) 41, Rue Isambert -
ler Etage A 39/43 RUE VICTOR SE-
VERE -97200 FORT DE FRANCE MAR-
TINIQUE.
En consequence, I'article 4 des status a
ete modified comme suit:
Ancienne mention:
Le siege social est fixed A FORT DE
FRANCE (Martinique) 41, Rue Isambert -
ler Etage.
Nouvelle mention :
Le sibge social est fix6 A 39/43 RUE VIC-
TOR SEVERE 97200 Fort de France -
MARTINIQUE.
Dep6t legal au greffe du tribunal de com-
merce de FORT DE FRANCE.
Pour avis,
le representant legal FB3968

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
Nom et adresse officials de I'organisme
acheteur : SEMSAMAR
Personne responsible du march : Mme.
La Directrice G6nerale
Objet du march : Marche de maitrise
d'oeuvre (Infrastructures) pour I'Amena-
gement du Lotissement de
BAGATELLE 97213 GROS MORNE
(MARTINIQUE).
Definition de la mission : Art. 7 de la loi
85-704 du 12 juillet 1985 dite loi MOP.
PRO
ACT
EXE
DET
AOR
Type de march : Marche de maitrise
d'oeuvre (domaine Infrastructures) (Or-
donnance du 6 Juin 2005)
Lieu d'execution : Commune du Gros-
Morne 97213 (MARTINIQUE)
Nomenclature CPV : 74200000-1 Ser-
vices d'architectures, d'ingenierie, de
construction et service de
conseils techniques connexes
Enveloppe financiere provisoire affected
aux travaux : 1.700.000 e HT
Modalites essentielles de financement et
de pavement et/ ou references aux textes
qui les
reglementent: Paiement A 30 jours
L'unite mon6taire utilisee est I'Euro
Justifications & produire quant aux quali-
tes et capacities du candidate : conforme-
ment aux
dispositions de I'article 45 du CMP, I'offre
devra &tre accompagnee :
- d'une lettre de candidature
- d'une declaration sur I'honneur dOment
signee, justifiant que le candidate ne fait
I'objet d'aucune
interdiction de concourir et qu'il satisfait
aux obligations fiscales et sociales
- de renseignements permettant d'6valuer
les capacities professionnelles, tech-
niques et financieres
du candidate
- des certificates et qualifications profes-
sionnelles
Criteres d'attribution : offre 6conomique-
ment la plus avantageuse appreciee en


h 10 MarI 20S jiticn' 70 PIae17


^AN'NONCTs OALE








http://www.oural-justice-martinique.com


function des criteres
enonces ci-dessous:
- References et valeur technique 20 %
- Delais d'execution 30 %
- Prix des prestations 50 %
Type de procedure : Marches passes
selon la procedure adaptee (MAPA) arti-
cle 28 du CMP.
Date limited de reception des offres : le
Mardi 05 Avril 2011 avant 17 heures.
Date d'envoi du present avis A la publica-
tion : le 3 Mars 2011
Adresse aupres de laquelle les dossiers
peuvent etre retires :
SEMSAMAR Agence Martinique
Immeuble Synergie Califomie 2
97 232 LE LAMENTIN
0 05 96 73 16 59 O 05 96 73 13 66
Adresse auprbs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique et adminis-
tratif peuvent etre
obtenus:
Eddie CRIQUET 0 05 96 73 16 59 0 05
96 73 13 66 ecriquet@semsamar.fr
Adresse ou les offres doivent etre trans-
mises : Les offres seront transmises par
voie postal en pli
recommande ou remises centre r6ce-
pisse, et adress6 A I'attention de :
Madame La Directrice Generale de la
SEMSAMAR
Immeuble Synergie Californie 2
97 232 LE LAMENTIN.
Fait A Lamentin,
Le 3 Mars 2011
Pour la SEMSAMAR,
La Directrice Generale FB3969

CACEM
AVIS DE MARCH
IDENTIFICATION DE L'ORGANISME
QUI PASSE LE MARCH
Communaut6 d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
1, place Frangois Mitterrand
97204 Fort de France Cedex
T61: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact : M. Pierre Samot, Pre-
sident de la CACEM
Courrier electronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse general du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Adresse internet du profile d'acheteur :
http://www.achatpublic.com
OBJET DE LA CONSULTATION
Rkalisation de maquettes et impression
des guides et plaquettes d'informations
pratiques relatifs au commerce non se-
dentaire.
CARACTERISTIQUES PRINCIPALS
- Realisation de la maquette du guide et
de la plaquette,
Impression des guides et des plaquettes.
PROCEDURE DE PASSATION
Procedure adaptee selon I'article 28 du
Code des Marches Publics
DUREE DU MARCH
Le march est conclu pour une duree de
1 mois a computer de la notification du
march
JUSTIFICATION A PRODUIRE
Les candidates devront remettre A la
CACEM un pli comprenant les pieces de-
crites dans le reglement de la consulta-
tion.
CRITERES D'ATTRIBUTION
Offre Bconomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
6nonces ci-dessous :
* La quality (redactionnelle), I'experience
du candidate et les outils usites (PAO, etc.)
au regard des prestations a realiser ; la
comprehension de la mission par ce der-
nier et sa perception de la problematique
et des enjeux lies A la realisation de deux
supports adequats destines A informer et


A faciliter la comprehension des publics
concerns : memoire technique : 45 % ;
* Le montant de la prestation : 45 % ;
* Les moyens humans affects a la rea-
lisation de la prestation : les intervenants
concerns devront faire preuve d'adapta-
tion par rapport aux equipes de coordina-
tion (Chef de service SAE, Service
Corimunication, etc.).: 10 %
RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
TAIRES
Numero de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2011/5A/DGA4/MAPA.
Delai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 90 jours A computer de la date limited de
reception des offres
Le Dossier de Consultation des Entre-
prises peut etre recupere sur le site de la
CACEM & I'adresse suivante :
http://www.achatpublic.com. Les candi-
dats qui le souhaitent peuvent obtenir
I'ensemble du dossier de consultation
sous forme paper A I'adresse du pouvoir
adjudicateur aux heures et jours d'ouver-
tures des bureaux : les lundi, mardi et
jeudi de 8 h A 12 heures et de 14h A 16h
et les mercredis et vendredi de 8h A 12h.
Seules les offres sous forme paper de-
pos6es ou envoyees & I'adresse indiquee
dans la rubrique "Adresse aupres de la-
quelle les offres doivent etre deposees"
dans le delai imparti seront acceptees.
Par consequent, les offres transmises par
voie electronique ne seront pas prises en
consideration.
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS
1/03/2011
DATE LIMITED DE RECEPTION DES OF-
FRES
24/03/2011 A 12 heures
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMI-
NISTRATIF :
CACEM Commande Publique
Point de contact: Mme PEDRON
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE TECH-
NIQUE:
CACEM Service
Point de contact : Mme ALCINDOR Ma-
nuela
Tl : 0596.75.82.72
ADRESSE AUPRES DE LAQUELLE LE
CAHIER DES CHARGES ET LES DO-
CUMENTS COMPLEMENTAIRES PEU-
VENT ETRE OBTENUS ET A
LAQUELLE LES OFFRES DOIVENT
ETRE ENVOYEES:
CACEM Commande publique 46me
etage
Immeuble Cascades III
1, place Francois Mitterrand
97200 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Le President
Pierre SAMOT FB3970

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
FOURNITURES
Identification du pouvoir adjudicateur
Categorie : Etablissement public territo-
rial
Activities principles du pouvoir adjudica-
teur : services generaux des administra-
tions publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Noms et adresse officials de I'organisme
acheteur :
Communaute d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades 3
Place Frangois Mitterrand
B.P 407


97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent: M. Pierre SAMOT, Pre-
sident de la CACEM
Courriel : achats.publics@cacem-
mq.com
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
Profil acheteur : www.achatpublic.com
Objet du march :
Amenagement du front de mer de
Schoelcher furniture et pose d'equipe-
ments sportifs (97233 Schoelcher).
CritBres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
6nonces ci-dessous avec leur pondera-
tion :
* Memoire technique : 40% ;
* prix : 60%.
Procedure: Procedure adaptee.
Conditions de delai :
Date limited de reception des offres : 24
mars 2011 A 12 heures.
Renseignements complementaires
- Numero de reference attribu6 au mar-
che par le pouvoir adjudicateur
2011/09/DGA3/MAPA
- Delai minimum de validity des offres: 90
jours a computer de la date limited de re-
ception des offres
- Le dossier de consultation est telechar-
geable sur le site de la GACEM
http://www.achatpublic.com
Date d'envoi du present avis : le
03/03/2011
Annexe I Adresses complementaires
- Adresse auprbs de laquelle des rensei-
gnements peuvent 6tre obtenus :
CACEM Service Achats Operationnels
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Courriel : achats.publics@cacem-
mq.com
- Adresse a laquelle les offres doivent
etre envoyees :
CACEM Service Achats Operationnels
Immeuble Cascades 3 Place Frangois
Mitterrand
97200 Fort de France FB 3971

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
TRAVAUX
Identification du pouvoir adjudicateur
Nom et adresse officials du pouvoir adju-
dicateur
Communaute d'Agglomeration du Centre
Sde la Martinique (CACEM)
Place Frangois Mitterrand
Immeuble Cascades III
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : Pierre SAMOT, Presi-
dent de la CACEM
Adresse Internet : http://www.cacem.org
Adresse du profile acheteur (URL)


http://www.achatpublic.com
Objet du march :
Travaux d'amenagement des locaux de
la regie accotements de Schoelcher.
Lieu d'execution : Schoelcher (97233)
L'avis concern un march public
Les variantes ne sont pas autorisees.
Duree du march : 2 mois
Conditions relatives au march
Modalites essentielles de financement et
de pavement:
Le financement est effectue sur les res-
sources propres de la CACEM
Delai global de paiement : 30 jours
Modalites de paiement : articles 86 & 98
du code des marches publics
Forme juridique que devra revetir le grou-
pement-de candidates : groupement soli-
daire
Critbres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
6nonces ci-dessous avec leur pondera-
tion :
- valeur technique : 45% (appreciee sur
la base des moyens affects et du delai
de realisation propose)
- prix : 55%
Procedure: Procedure adaptee.
Conditions de delai :
Date limited de reception des offres : 24
mars 2011 A 12 heures.
Renseignements complementaires
- Numero de reference attribute au mar-
che par le pouvoir adjudicateur :
2011/12/DGA3/MAPA
- Detai minimum de validity des offres : 90
jours a computer de la date limited de re-
ception des offres
- Le dossier de consultation est telechar-
geable sur le site de la CACEM :
http://www.achatpublic.com
- Des visits des locaux a am6nager sont
prevues du 11 au 17 mars 2011 de 9h00
A 11h00, a I'attention de tous les candi-
dats.
Date d'envoi du present avis : le
04/03/2011
Annexe I Adresses complementaires
- Adresse aupres de laquelle des rensei-
gnements peuvent etre obtenus :
CACEM Service Achats Operationnels
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Courriel : achats.publics@cacem-
mq.com
- Adresse A laquelle les offres doivent
etre envoyees :
CACEM Service Achats Operationnels
Immeuble Cascades 3 Place Frangois
Mitterrand
97200 Fort de France
Renseignements relatifs aux lots
Lot 1 Electricite courants faibles et
forts
Lot 2 Climatisation et ventilation
Lot 3 Plomberie sanitaires
Lot 4 Faux plafonds cloisons menui-
series interieures et metallerie
Lot 5 Revetements de sols et murs
Lot 6 Peinture interieure FB 3972


Collectivites, Cabinets d'avocats,
Experts comptables, Notaires et Particulier
Par arrbt6 pr6fecloral Justice esi habilble a publier les annonces 16gales
et judiciaires
Les tarts applicables en mariere d annonces legales el ludiciaires cal-
cules & la ligne, sont hxes chaque annee par arr6te prefectoral
.Votre announce doil nous parvenir le vendredi avant 1 1 heures date de
bouclage du journal pour une parulon le leudi suivant.
Votre Faciure et un justificalit vous seront eApedles des parulion du journal.
Pour toute information complemenlasre, veuillez contacter le Service
des Annonces Legales
Angles des rues E. Zola et A. Aliker BP 4031 TSV 97200 Fort de France
Tel.: 0596 71 86 83 Fax : 0596 63 13 20
ed justice@wanadoo.lr nrip '*ww icournal-lustice-martinlque com


'I $.R SIi0MrsT 2n'R0Pa1


A )VIVONCES UjTfALES J^^^^





http://wwwioumal-iustice-martinique.com
Quelques images bu Carnaval

:~rism


jeun 1Mi R 0 j nvmI s0-Pa IR'i





http://www.ioural-justice-martinique. com


----Kannaval 2011 : beau... Mais tiebe


Avec des debuts timides, les sujets de sa
Majeste Vaval, qui cette annee a pris la forme
d'un evenement des TIC, Facebook (ou "fes
6ouk"), se sont vite repris pour monter en am-
biance et en chaleur retenue. Des milliers de
carnavaliers ont envahi durant les quatre
jours les rues de la capital pour une atmo-
sphere tres coloree et festive. Les sujets sa-
tiriques ont ete tries nombreux.
Une tres bonne ambiance qui n'a pas attend
les sommets


RL 'i 0 r s0 tcnIjeuli rs Ie0-Pae2


[ CULTURE j