<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00208
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 3/03/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00208
System ID: UF00088914:00208

Full Text
zine hebdomadaire d'information communist


Jeudi 3 Mars 2011 91ee Annee N 09 Martinique: 1,80 France: 2,20 DOM: 1,90 E
i0untca tanal c s2Jl


'


Dans la je ella bonn A
onnen
hume.ur sans jolenc
--HUI I IK 'U/


Cottectivit6 unique :
le PCM rencontre une
mission senatoriale
Lybie et Monbe arabe:
Le sort incertain des
revolutions







httD://www.iournal-iustice-martiniaue.com


a ka Pae .................. p. 2

Eiito ..................... 3.
- Elections cantonales

Luttesfocialej ..............f. /5
- Apres la grpve sur le port....

Education ................... 6
- Valdrie Pdcresse en Guadeloupe

Eco/ocial ................. f7/8
- Ecart des prix Martinique/France
- "Leffet Leclerc" s'dvapore

Agriclture ...............9/10
- Banane : Un pave dans la marre i

Media ............... .. 10/11
- Un rendez-vous de la press tonique

Politiue ................. 11/15
- Cantonales : des enjeux important
- Le PCM et rIvolution institutionnelle
- Audit de la Rigion

France ......... ........... 15
- Remaniement ministerial
- 6ime semaine anticoloniale

Notre keiion............... 16
- Venezuela

Pax le Mone ........... t17/18
- Lybie. le cynisme des tartufes
- Monde Arabe

Annwon iLeale ..........f. 19/23

Mimoire a Peue .............f.24+
- Tuerie du Lamentin (24 Mars 1961)



"Jus rTCE "
Administration & Redaction :
T41.: 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France TB6. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 87526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : Guenna6l GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprinerie Martiniquaise
37, Rue E Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


Ange Mandninomme aupres 6e Sarkozy

Ange Mancini, Pr6fet de la Martinique, a 6t6 promu Coordonnateur national du ren-
seignement a la Presidence de la Republique. Premier chef du RAID (Recherche As-
sistance Intervention Dissuasion), ancien directeur du SRPJ, il a beaucoup 6volub
au sein du renseignement. II devra assurer le lien entire le president de la Republique
et I'ensemble des services nationaux de renseignement, au premier rang desquels la
DGSE. On retiendra qu'il a tented de d6nouer la crise social de f6vrier sans faire in-
tervenir les forces de I'ordre, une crise qui n'a ete marquee que par les incidents pro-
voques par les planteurs bek6s. Son successeur devra 6tre connu prochainement.

La grippe en ecroissance

Apres avoir culmine aux alentours de 3 400 cas estimes chaque semaine durant les
trois premieres semaines de janvier, le nombre de syndromes grippaux vus en me-
decine de ville est en baisse depuis la derniere semaine de janvier. Pour chacune
des deux premieres semaines de fevrier, le nombre hebdomadaire de consultations
pour syndrome grippal est estime a environ 1 800. Bien qu'en diminution, ce nombre
reste au-dessus des valeurs attendues pour la p6riode. Les visits pour syndrome
grippal repr6sentent d6sormais 10 % de I'ensemble des visits m6dicales realisees
par SOS-M6decins, contre une moyenne de 16 % durant les 4 semaines prece-
dentes. L'6pid6mie de grippe saisonniere en Martinique est desormais en phase de
decroissance, indique I'agence de veille sanitaire de la Martinique.

Baisse 6es proiuits petroliers

La baisse de 3 cts sur le super sans plomb et de 49 cts sur la bouteille de gaz qui
sera observee a partir du ler Mars sont, selon la prefecture, la conjunction des cri-
teres observers en fevrier 2011, 6 savoir: une hausse du prix du baril durant la pe-
riode de r6f6rence du 01 au 23 fevrier: 101 $ en fevrier contre 96 $ en janvier 2011.
2), une appreciation de I'euro face au dollar; et I'evolution des products finis liee aux
variations de la demand mondiale. Selon ces memes criteres il y a une hausse de
la demand des products lourds (gazole, kerosene et fuel lourd), ce qui induit une
hausse des products finis. Ce qui explique, dixit la prefecture, la hausse de 1 ct du
gazole. Dans son communique, la prefecture met en exergue la comparison des
prix entire la France et la Martinique : les prix moyens sont plus 6elvs de 3 cts sur le
super sans plomb et de 11 cts pour le gazole en f6vrier. La bouteille de gaz (12,5 kg)
est a 23,68 E en mars contre 25,58 en France.
Jean-Rene Vacher, le secr6taire general, note qu'actuellement le march sur I'en-
semble des products p6troliers est tendu et devrait continue a I'&tre en raison des
troubles politiques au Moyen-Orient. II announce que la baisse constatee sur le sans
plomb risque de ne pas durer et que son prix risque de repartir a la hausse.

Semaine national 6espersonnes handicapies

L'espace Deficients visuels du Pavilion Bougenot annexee de la Bibliotheque Schoel-
cher) propose lors de la Semaine Nationale des Personnes Handicapees, une mani-
festation de sensibilisation. Cette annee, I'accent est mis sur la valorisation de
I'equipement sp6cifique mis a la disposition du public non et malvoyant... '"u course
de la Semaine Nationale des cPersonnes 1Handicapees, 1Espace cDeficients visueif, service
adapt, d'acces a f'criture et a ia lecture organise une manifestation 'Portes ouvertes'"
pour permettre au grand public de decouvrir et d'assister a des demonstrations de lo-
giciels et d'appareils specifiques. Ateliers de decouverte et de demonstrations de lo-
giciels et d'appareils specifiques mis a la disposition du public non et malvoyant :
(JAWS, Omnipage Pro, la machine a lire, le tel6agrandisseur...).

La Martinique n'oubUe pas Thierry Dot
Le Martiniquais Thierry Dol, pris en otage au Niger
dans la nuit du 15 au 16 septembre, avec quatre autres
Frangais, un Togolais et un Malgache, employes des
societies frangaises Areva et Satom, par la branch
d'Al-Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est soutenu
moralement par toute la Martinique, y compris les mi-
litants communists et leur journal Justice. Une fran-
gaise, le malgache et le togolais ont 6te liberes.


I *E. ',i.


_$AXAFAt






http://www.ioumal-iustice-martinique.com


Elections cantonales: Un enjeu majeur pour L'avenir be la Martinique.


Une election comporte toujours un enjeu politique. Mais
les tantonales qui se derouleront les dimanches 20 et 27
mars prochains auront aussi une dimension historique.
Elles seront en effet les dernieres avant la disparition du
Conseil G6n6ral, consequence de la volonte exprimee par
la majority des Martiniquais en faveur de la transformation
de la Martinique en une Collectivit6 Unique dirigee par une
Assemble unique par la fusion des deux collectivites ma-
jeures de la Martinique.
Au plan historique, c'est I'une des plus vieilles institutions
politiques et administrative de notre pays qui est appelee
a disparaitre, puisque que le Conseil general de la Marti-
nique a 6te cr66 par la loi du 10 aoOt 1871. II faut se rap-
peler que, pendant un siecle et demi, le Conseil General a
eu en charge I'amenagement de notre territoire et s'est im-
plique dans son developpement economique. Malheureu-
sement,"il n'a pas toujours ceuvre dans le sens souhaite
par notre Parti. En effet, sauf durant la court presidence
de Georges Gratiant, de 1947 a 1948, I'Assemblee de-
partementale a et6 dirig6e jusqu'en 1988 par des majori-
t6s de droite ou socialistes-droite qui se sont faites les
serviteurs z61es des politiques d'inspiration neocoloniale,
d'assimilation, de regression economique et de repression
decidees depuis Paris.
L'avenement d'une majority de gauche, sous la houlette
de Claude Lise, a beaucoup change I'image de cette as-
semblee, enfin devenue une collectivit6 au service du peu-
pie martiniquais et en particulier de ses categories sociales
les plus modestes, s'engageant meme bien au-dela de ses
competences.
Certes, le mandate que briguent les 79 candidates pour le
renouvellement des 23 sieges de conseillers generaux
sortants sera de court duree puisqu'il ne durera que dix
huit mois, car expirant a la fin de I'annee 2012.
II n'empeche que le tout prochain scrutiny revet une impor-
tance capitale.pour I'avenir de notre pays. II s'agira de
career les conditions les meilleures pour le passage a une
Collectivite unique efficace.
Car, si pa;fois la politique est souvent autant motivee par
I'ambition personnelle que par un engagement desinte-
resse au service du people, la brutality de I'objectif claire-
ment affiche par les candidates du PPM et ses allies de
"dchiouquer"Claude Lise de la presidence du Conseil ge-
neral ne peut que susciter la colere et I'indignation de I'im-
mense majority des Martiniquais.
Ces derniers souhaitent un debat democratique serein car
ils ont apprecie et apprecient encore I'action de cette col-
lectivite et de son president.
Le ton de la champagne des PPM et allies a deja ete donned
a travers les declarations de guerre les plus enflammees
centre la gestion de I'Executif sortant. Disposant du pac-
tole de la region, ils se plaisent a mettre en avant I'etroi-
tesse des marges de manoeuvre de I'assemblee de
I'avenue des Caraibes, oubliant que du temps de "Tentente
cordiafe', le Conseil general, par example, s'est lourdement
engage pour venir en aide A une ville de Fort-de-France au
bord de I'asphyxie financiere et qui aujourd'hui tente de se


refaire une sante sur
le compete de la R -
gion.
Qui peut nier la poli-
tique exemplaire
menee par le
Conseil general
dans le domain de
I'aide social qui est
son "ceurdme mtier"
travers la gestion du
RMI, du RSO, les
aides a la famille, a
la petite enfance ou
aux personnel
gebes pourtant si
importantes dans
cette soci6et broyee par la cruise ?
Qui peut contester I'action de cette assemblee en matiere
d'education en faveur de notre jeunesse a travers le pro-
gramme de renovation des colleges, alors que la rotation
de I'Etat stage ?
Faut-il rappeler I'ampleur des investissements du Conseil
general dans le domain de la sante, de I'agriculture, des
routes departementales, du sport ou de I'aide aux com-
munes ? Les arguments demagogiques avanc6s par les
adversaires de la majority sortante de Claude Lise ne de-
vraient pas peser lourd face a un tel bilan.
Mais I'objectivit6 ne sera pas de mise dans cette cam-
pagne qui sera marquee par la volont6 de d6nigrement
systematique, par I'esprit de revanche et par la volonte du
PPM d'effrayer I'electorat aux seules fins de s'emparer du
Conseil general, tape indispensable "ourmettre enpface
fa CofTectivit unique ad manire plus serene et plus effcace
Une nouvelle formulation de la vieille obsession h6g6mo-
nique de ce part don't le president a d6ej e6t proclame
'Ire de a nation"par I'un de ses porte-plume.
Pour lui donc, les choses seraient beaucoup plus simples
A la Martinique, si un seul parti, en I'occurrence le sien et
ses vassaux, disposait de tous les leviers de command
du pays. D'autant que le PPM n'a toujours pas dig6er
I'echec de son president de reunir a nouveau le Congres
pour tenter de detourner le vote des Martiniquais du 24
janvier 2010 vers sa fumeuse 36me voie.
Et on ne peut que s'inqui6ter des consequences d'une
telle conception de la d6mocratie quand on sait que d6ej
Edouard Del6pine, I'un de leurs mattres A penser, appelle
A faire unsort"et & "s'ccuper des vyous anti-VPM4 "!
II appartient a tous ceux qui, avec les communists, ont
une noble conception de la politique et qui se sont claire-
ment prononc6s en faveur de la responsabilit6 du people
martiniquais, de se rassembler pour faire echec A cette
danse do scalp autour du Conseil general, qui doit rester
la sentinelle veillant au respect de la volont6 populaire
dans cette phase decisive de la mise en place de la Col-
lectivit6 Unique.
Georges Erichot


, I ** Pi,


EPT t






http://www. ournal-iustice-martinique. com


Port: Apres la fin au conflict, trouver les moyens a'un dialogue social

permanent


La delegation syndicate avec S.Caboste et J-M Jean-Baptiste au centre

Depuis le lundi 28 fevrier, retour a la normal sur le port, apres
trois semaines de crise entire les ouvriers et I'employeur unique
Gemo. Au terme de 16 heures de negotiations dans la nuit de
vendredi et samedi matin, un accord a enfin 6te trouve entire
I'intersyndicale des ouvriers dockers CGTM CSTM CFDT et
Gemo. La troisieme seance de negociation, avec comme me-
diateurs le president du Conseil regional Serge Letchimy et sa'
directrice des resources humaines Danielle Laport, aura 6et
la bonne, puisqu'un consensus entire les deux parties a et
trouve.
On se rappelle qu'apres I'echec des negotiations annuelles
obligatoires o0 les ouvriers dockers avaient pr6sente six points
de revendications, don't une augmentation salariale, la revalo-
risation de leur prime et de meilleures conditions de travail, les
dockers avaient decide de rtduire la cadence. Partis de la base
d'une augmentation de salaire de 7.5%, ils ont revu leur pre-
tention a la baisse, reclamant 5%, tandis que le patronat pro-
posait 2.10%. Cette reduction de cadence, considered comme
une "greve periee"par la direction de I'entreprise, a ete condam-
nee par le tribunal. Pendant ce temps, les dirigeants patronaux
et les parlementaires, face a la degradation de la situation 6co-
nomique du pays, ont appele "ausens des responsabilites". Cette
greve a ete peu soutenue par la population, qui a ete soumise
a un deferlement mediatique tendant a presenter les ouvriers
dockers comme "des nantiS', et qui n' a pas compris le bien-
fonde des 7,5% d'augmentation demands au depart.
Un premier round de negociation le 20 fevrier dernier a permis
de rapprocher les points de vue et on pensait qu'un accord se-
rait trouve lors de la mediation sous I'6gide de Serge Letchimy.
Mais les discussions ont 6te interrompues. Les deux parties
avaient decide de ne negocier que trois points en les globali-
sant, don't les salaires. Mais la mise en lock-out de I'entreprise
par I'employeur et la demand par les salaries d'une prime de
compensation pour les concessions qu'ils ont faites sur leurs
revendications, ont de nouveau raidi les positions. Les deux
parties se sont retrouv6es le vendredi 25 fevrier et, au bout
d'une longue nuit d'Apres discussions un protocole de sortie de
conflict a et6 sign entire I'employeur unique, la CGTM, la CSTM
et la CFDT. Des concessions de part et d'autre, en depit de la
fermete affich6e par la direction des manutentionnaires, forte
du soutien du monde patronal, ont permis d'en sortir. Les
dockers ont obtenu une augmentation de salaire de 3% en deux
tapes le ler janvier 2011 (+ 2,10 %) et le ler mars 2011 (+
0,90 %), le paiement de 3 jours sur les six de lock-out decide
par Gemo, la r6organisation de la polyvalence, I'abandon des


sanctions judiciaires contre les 9 salaries condamnes par le tri-
bunal pour la gr6ve perlee, les conditions de reprise du travail
et un accord sur une etude du fonctionnement du port.
"Soulagement pour notre entreprise et pour (a Martinique", a de-
clare Jean-Charles Cren, le patron de Gemo, au sortir de cette
signature. II juge "qu'on aurait pufaire C'conomie de ce conflit;
on aurait pu trouver des conditions de sortie dans le cadre des
[AVO". En regrettant que ce "genre de conflict aitfait beaucoup
de mald la vie portuaire". Jean-Michel Jean-Baptiste de I'Inter-
syndicale, estime que c'est un "accordaccepta6fe, qui Caisse es-
pirer de meilleurs moments pour fe port, sans pour cela renoncer au
droit syndical'. Serge Caboste, d6elgue de la CGTM, qui a
connu quelques soucis avec son secretaire general, s'est de-
clare satisfait "que Ces dockers unis aient pu resisterau tapage me-
diatique etpatronaf'et a profit de I'occasion pour "s'excuserdes
dommages colfaterauxqu'a subis Ceconomic martiniquaise" sou-
lignant que "c'etait Ie pria payerpourque e patronat ne se croie
pas tout permit".
Dans cette difficile negociation, le president de region a an-
nonce mettre en ceuvre des moyens pour une stabilisation du-
rable du fonctionnement du port et a fait accepter I'id6e de
lancer un audit "afin defaire toute fa lumiere sur fe fonctionne-
ment du port de Fort-de-France". II s'agit de connaitre le fonc-
tionnement de la manutention, la situation professionnelle des
dockers, la formation des prix, la governance et le coOt du fret.
Si ces elements ne sont pas connus des elus, ils le sont des ac-
teurs du port en situation de quasi-monopole et de liberty des
prix de surcroit ainsi que de I'Etat (DDE et DGCCRF) qui s'est
bien garden de se meler de la question. Des elements censes
permettre aux elus de prendre les bonnes decisions, sachant
que pour permettre au port de Fort-de-France d'6tre parmi ceux
qui pourront recevoir le "hub cara6e" dans la perspective du
percement d'un troisieme canal & Panama, ce sont 60 millions
d'euros d'investissement qui devront 6tre realists et des crea-
tions d'emplois en bout de chain.
Un comite de suivi et un observatoire seront egalement mis en
place pour tenter de trouver les voies et moyens pour un port
qui fonctionne en continue, sachant que le port est vital pour le
developpement veritable de la Martinique.
En attendant 3000 conteneurs doivent 6tre rapatries sur le port
pour qu'il retrouve son rythme normal.


La delegation patronale de Uemo avec J.C. Cren au centre


V ~ I le


LTrE mwmrAE






http://www iournal-iustice-martinique. cor

Breves sociales


dL CGTM -Sante toujours centre
les conditions e transfer
Le mardi 22 fevrier, les agents affilies a la CGTM- Sante ont
observe une journee de greve afin que I'Agence regional de
sante (ARS) revienne sur la reorganisation du transfer de la
maternity du Lamentin a la Maison de la Mere, de la femme et
de I'enfant (MFME).
Le syndicate reclame le maintien de 10 a 15 lits sur le site de
Mangot Vulcin, estimant que les conditions du transfer ne sont
pas reunies. II consider que "ne pas accepter cette alternative
conduira immanqua6lement aifavoriser e secteurprivi et d dtgra-
der es conditions de travailet fes conditions de soin des usagers."
Recue par le directeur de I'ARS, la delegation syndicate est res-
sortie "dicue"de son entretien, car I'ARS entend continue le
transfer des services, avec une ouverture programmed pour le
mois de juin. La CGTM- Sante reaffirme toutefois qu'elle "nest
pas oppose au CWU unique compose du C~FTirinite, du CfILa-
mentin et du ClU de Fort-de-'rance", mais que "cela doit se
faire sans precipitation, en toute transparence, engarantissant fes
emplois et (e developpement du secteurpubfic hospitaier", faisant
valoir que cela n'etait pas garanti.

Hotel BdteliP : breve interruption Ae travail
Les salaries de I'h6tel bateliere ont cesse le travail le vendredi
25 fevrier pour protester centre la suppression "d'uneprime dite
de fvrier" sur leur bulletin de salaire de ce mois, octroyee de-
puis 27 ans. Sans en informer les organismes representatifs
des personnel, la direction de I'h6tel la Bateliere a decide de
sucrer cette prime en la remplagant par une prime a I'interes-
sement qui sera payee en deux fois : en juin et en decembre.
Les salaries n'ont rien voulu entendre, sachant que I'interesse-
ment est soumis a certaines conditions, et qu'il peut etre remis
en cause selon les conditions economiques. Le personnel as-
sure un service minimum, n'ayant pas obtenu des reponses de


Les salaries de Batelibre d6termin6s a ne pas se laisser faire
la direction. Un personnel inquiet 6galement pour la survive de
cette structure h6teliere qui connait des difficulties financieres.
Une parties des salaries a debarque a la table ronde du tou-
risme, le 28 fevrier ,pour reclamer de leur patron Yann Mon-
plaisir des explications sur cette suppression.

Les gents DF veulent leur "40%
Durant deux jours, jeudi 24.et vendredi 25 fevrier, les agents
d'Electricite de France (EDF) ont observe un wnouvement inter-
Dom qui avait pour objectifd'interpeller la direction national
pour I'application de la loi pour une prime de 40 % et non de
25% pour les salaries de la filiere energie. Les grevistes recla-
ment I'application d'un accord remontant & 1972 et qui prevoit
des majorations de salaire pour les agents EDF equivalentes
aux autres fonctionnaires de I'Etat, soit 40% au total. La direc-
tion d'EDF Martinique souligne que le texte invoque fait actuel-
lement I'objet d'un recours devant le Conseil d'Etat. Les
discussions sur cette question devraient se poursuivre
puisqu'une rencontre entire agents EDF et la direction national
est prevue le 16 Mars prochain


Bec & Plumes: Le aiscours colonialiste au ministry ae l'Eucation


Le mardi 22 fevrier, le corps ensei-
gnant regrouped en une intersyndi-
cale a declenche un movement de
greve pour protester contre les sup-
pressions de postes prevues a la
rentr6e 2011 2012.
Les enseignants, qui sont en
contact avec les realities et difficul-
tes observees dans I'accomplisse-
ment de leur mission educative, ont
attire I'attention depuis plusieurs
Visite dlectorale de Luc ChateL mois sur la politique qui consiste, a
travers le fameux "Schima d'empfois
2011 2013", a appliquer le concept de "non remplacement d'un
fonctionnaire sur deuxpartant d fa retraite" pour faire des eco-
nomies.
Le ministry de I'Education national, en visit dans notre pays,
n'a pas eu la courtoisie de les rencontrer et a delegue un
"conseiler" sans pouvoir. C'est du mepris colonialiste car il ne
se serait pas permis une telle desinvolture en France.


Seulement, il fait de la communication pour vendre "sa mar-
chandse". C'est avec beaucoup de suffisance qu'il declare au
journalist de Martinique 1 re le 22 fevrier: 'je ne vous laisserai
pas dire que facadimie de [Martinique est la pCus touchie, c'est
inexact. L'academie de Martinique est 2a mieuxdotie aujourd'hui
au tauxt dencadrement au niveau national Nous avons fe meil-
feur taux d'encadrement de toutes fes academies".
Et quand le journalist lui demand : "quele est Cacadimie a
plus touchie par /es suppressions de postes ?" Luc Chatel avec
une certain arrogance repond : "Ifaudrait fe demanderauwen-
seignants, je ne suispas (e porte-parole des syndicate, ca ne vous a
pas chaipp, je suis ministry de CEducation national, je suis venu
expCiquer ma pofitique..."
On peut legitimement s'interroger sur I'objectif de cette visit si
le ministry en charge de I'Education national refuse d'enten-
dre les doleances de ceux qui sont charges de mettre en oeuvre
"SA" politique.
Fernand Papaya


V II FOm


r LUTES 0CIAES






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Valerie Pecresse en Guaaeloupe: (a a chauffe!


Si la visit de Valerie
Pecresse sur le
Campus de Schoel-
cher, le 18 favrier
dernier, s'est effec-
tuee calmement,
dans un climate de
quasi indifference de
Ia part des etu-
diants, du personnel
administratif et des
enseignants, les
ValBrie Pcresse voulait d'une visit cool et soft choses se sont pas-
sees de tout autre
maniere la veille, sur le Campus de Fouillole, a Pointe-l-Pitre,
oi "despoliciers en civi~en giants noirs"sont intervenus brutale-
ment pour arracher une banderole, blessant trois enseignants
selon un communique syndical largement diffuse sur Internet.
La banderole disait: "(Des moyenspour fes 6dtiments, non au mas-
sacre ide enseignement supirieur". Rien de plus 1egitime en de-
mocratie! Mais apparemment, la ministry de I'enseignement
sup6rieur et de la recherche ne voulait pas que sa visit soit
trouble par ce genre de revendication, et les forces dites de
I'ordre ne se sont pas fait prier pour la satisfaire. Cela a donned
lieu e beaucoup d'agitation, mais finalement la banderole arra-
chee a ete premise en place par les enseignants et etudiants...
"au nez et d Ia barbe de Picresse, duprefet, despoliciers et du cor-
tege dit off cie', toujours selon le communique.
Normalement, les forces de I'ordre n'ont pas le droit d'interve-
nir dans I'enceinte d'une university frangaise, sauf si elles y sont
autorisees par le president de ladite university. Or, I'UAG a
sign une convention permettant une telle intervention, dans le
but de garantir la security des etudiants, des personnel admi-
nistratif et enseignant, et de lutter en particulier contre le traffic
de drogues. Sur le Campus de Schoelcher, par example, il n'est
pas rare de voir des gendarmes effectuer des rondes, et per-


sonne ne s'en offusque, car cette presence est perque comme
rassurante, sauf pour les delinquants.
Mais dans I'affaire du 17 fevrier a Fouillole, il ne s'agissait pas
de deloger des delinquants, mais d'empecher la libre expres-
sion d'une opinion diff6rente de I'opinion officielle. On voulait
d'une visit cool et soft, sans manifestation de mecontente-
ment, afin que les medias diffusent les images d'une ministry
heureuse, chaleureusement accueillie.
Emu par les reproches formulas a son encontre dans certains
documents qui circulent", le president de I'UAG, don't on dit que
certain adversaires veulent I'empecher de finir tranquillement
sans mandate, a cru judicieux de se defendre en repliquant le
22 fevrier par la voie d'lnternet, alors qu'un communique de
press bien pense aurait ete plus sage. II y declare notamment
qu'il lui a paru "inadmissible qu'(i) puisse itre tenu pour respon-
sa6b de ces incidents qu'(i) ne cautionnepas", et qu'il a demandede
a fa Direction de la S&curite VUraine des expications sur fesfaits
survenus le 17f6vrier dernier."
Manifestement, les zeles policies ont pris le president de I'UAG
au depourvu.
Seuls, deux elus ont eu I'attitude digne qui s'imposait face a la
brutality policiere: M. Bangou, maire de Pointe- a- Pitre, et Me
Louis-Carabin, deputee- maire du Moule, ont quitter les lieux,
refusant de continue la "mascarade", pour reprendre le mot des
syndicats.
Ces evenements montrent que contrairement au Campus de
Schoelcher qui somnole, celui de Fouillole est vivant, meme s'il
est anime en parties par un petit group d'etudiants anarchistes
et que certain pretendants au tr6ne de president de I'UAG me-
nent une triste champagne anti-Martiniquais sous le pretexte de
dechouker Pascal Saffache.
Quant aux conditions de la presence des gendarmes ou des
policies sur les trois Campus, elles necessitent manifestement
d'etre revues.
M. Cazeaux


A nos tectrices, lecteurs et abonnes (es)

Apartirdu 17mars2711 (N 17)Justicepassera J2 E.
En effet, depuis 2005, nous avons main-
i tenu le prix du journal 1,80 E en d6pit des
.I efforts pour en am6liorer le contenu et la
quality, avec notamment le passage a la
couleur.
Seulement, les augmentations.des nom-
breuses charges inh6rentes & la fabrication
de Justice nous imposent une revision du
Ewooe!,, "prix de vente du journal.
En consequence, A partir du NO 11 du 17
_" .. mars 2011, Justice passera A 2 E.
Nous continuerons avec la meme determi-
nation & poursuivre "'ceuvre" de Jules Monnerof et le "Combat d'Andr 4fiker" pour que

Justice poursuive sur "e cfemin de L'imancipation"
La Direction de Justice
I -- I. ',,. ,


ghcat #






http://www.ioural-iustice-martinicue. com


Recapitulatif 6es carts be prix Martinique/France


Si avant le movement social du 5 fevrier 2009 peu
d'etudes etaient disponibles a propos de I'ecart des prix
entire la Martinique et les Dom d'une part et la France d'au-
tre part, depuis il est significatif que plusieurs analyses ont
Wte realisees sous la pression des luttes populaires.
Nous presentons ci-apres un recapitulatif des princpales
etudes parues
1) France-AntilleslAssociation des consommateurs du
Francois (ADCF) : + 24 % a + 39 %
Une enquete trimestrielle est effectuee depuis le 5 fevrier 2009
conjointement par France-Antilles et I'Association des Consom-
mateurs du Francois portant sur un panier de 45 products, prin-
cipalement alimentaires. Dernier ecart en date : + 24 % en
Martinique suivant des releves entire le 24 novembre et le 2 de-
cembre 2010. Ce resultat refleterait, selon la redactrice de
France-Antilles, Cecile Evrard, un "effet Leclerc". Jusque-la,
I'ecart de prix du panier oscillait entire + 31 % et + 39 %. (cf Jus-
tice no 1 du 6/01/2011).
2) Autorite de la Concurrence : + 70 %
Selon I'avis de I'Autorite de la Concurrence (no 45 du
8/09/2009) saisie par le gouvernement suite aux movements
sociaux dans les DOM de janvier-mars 2009, une etude por-
tant sur des comparisons d'un panier de 100 products impor-
tes donnerait les carts medians suivants :
- Guadeloupe : + 65 %;
- Guyane: + 70 %;
- Martinique : + 70 %;
- Reunion : + 55 %;
LAutorite de la Concurrence indiquait en conclusion sur ce cha-
pitre: "fes indications quantitativesfournies par 'chfiantilfonjus-
tifient que fAutoritj de la concurrence apprdhende fe micanisme
deformation de ces carts de prikafin, fe cas ichiant, didentifier,
au long de la chafne d'approvisionnement et dintermndiaires re-
liant la imtropole et fes (DOM, fesfacteurs suscepti6fes de les ac-
croitre au Letriment des consommateurs domiens et de Cefficacite
iconomique".
Par ailleurs, le meme avis de I'Autorite de la Concurrence men-
tionne que "ies coats de transport, s'isjouent un rlfe dans a for-
mation des carts de pri ne suffisentpas L epfiquerl importance
de ces carts "et que "une analyse conjointe des tawuxdoctroi de
meet des charges defret conduit i fa conclusion que cesfrais dap-
proche, et Coctroi de merenparticulier, ne suffisentpas a ejpiquer
Cintigraliti des carts o6serves (...) Iconvient donc de rechercher
au travers d'autres 6lFements structures ou comportementaux re.-


plication de la majeure parties des carts de prC observes ".
L'Autorite de la Concurrence va plus loin et pointe le r6le des
marges commercials en remarquant notamment : "Des releves
rafises au course de Cenquite ont r6vifi des marges commercials re-
lativement fevjes dans fes DOOM, friquemment supirieures i 40
%, pour certaines categoies de products".
En clair, il faut continue a chercher les facteurs de vie chere
pour les eradiquer. Or, a cejour, rien n'a ete fait. (cf Justice no
38 du 17/09/2009). Aucune etude de ce type n'avait ete realisee
depuis la liberation des prix par I'ordonnance Balladur du ler
decembre 1986.
3) L'INSEE chiffre I'ecart a + 16,9 % en general et + 45 %
pour les products alimentaires
Une etude de I'NSEE rendue en juillet 2010 (INSEE-Premiere
n 1304 de juillet 2010) et realisee a la demand du gouverne-
ment chiffre I'ecart de niveau general de prix comme suit ( cf
Justice no 32 du 12/08/2010):
Le budget de consommation d'un menage frangais augmente-
rait de :
- 19,6% en Guyane;
-16,9 % en Martinique;
- 14,8 % en Guadeloupe;
- 12,4 en Reunion.
En pregnant comme reference la structure de consommation en
France, les carts de prix des products alimentaires sont im-
portants :
- Martinique: + 44,6 %;
- Guadeloupe: + 33,8 %;
- Guyane : + 49 %;
- Reunion : + 36,6 %;
La precedente etude spatiale des prix de ce type dans les DOM
avait ete realisee en 1992 !
4) Revue professionnelle Lineaires: + 84 %
Selon la revue sp6cialisee ( Lindaires a de janvier 2011, sur la
base d'un panier de 125 products alimentaires releves en
grandes surfaces; I'ecart de prix avec la France est de + 84 %
en moyenne en Martinique et de + 78 % pour Leclerc (cf Jus-
tice no 2 du 13/01/2011).
Avant le 5 fevrier 2009, il n'y avait que le rapport parlementaire
du depute communist Jean-Pierre Brard (13/03/2007) qui avait
donned des elements sur les carts de prix outre-mer/France.
Des elements avaient egalement ete fournis dans une etude
realisee par Michel Branchi pour I'lntersyndicale martiniquaise
en octobre 2008.
Par consequent, il est etabli de maniere certain sinon scienti-
fique que I'ecart de prix avec la France est consequent et qu'il
ne se justifie pas seulement par le coOt du transport et par I'oc-
troi de mer.
II convient de continue a analyser la structure des prix des pro-
duits et services de large consommation populaire et .d'agir
contre-tous les facteurs de vie chere, sans exclure a priori des
measures de control des prix.
Voil un champ d'investigation pour le nouvel Observatoire des
prix.
II convient maintenant de faire attention aux comparisons de
prix effectuees et publiees sans garantie de serieux scientifique
par les grandes surfaces pour prouver qu'elles sont moins
chores (cf Leclerc et Carrefour).
Antoine Gilles


N D* W31


r 0A






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Lancry bepose son bilan et "'effet Leclerc" sur tes prix

s' vapore


Le panorama de la grande distribution risque d'etre boulevers6
Deux evenements semblent nous donner malheureuse-
ment raison sur le front des prix.
D'abord le "coup de tonnerre", comme la press I'a announce,
de la mise en redressement judiciaire du group Lancry. Le-
clerc- Place d'armes, Leclerc-Long-Pre et Lancry SA a la Le-
zarde sont concerns, soit environ 200 salaries. Les magasins
Ed du Marin, du Lamentin et de Kerlys ne le sont pas. Les res-
ponsables de I'entreprise, Heder et Steeve Lancry ont ete au tri-
bunal de commerce le mardi 22 fevrier pour effectuer le dep6t
de bilan. Un administrateur judiciaire sera nomme et etablira
un "plan de continuation" avec un apurement du passif. Le
Fonds de garantie des salaires sera mis en oeuvre pour assu-
rer leur paiement. Les difficulties financieres du group Lancry
sont un secret de Polichinelle. Elles sont recurrentes depuis
plusieurs annees.
Aussit6t Michel-Edouard Leclerc, le patron de I'enseigne Le-
clerc a public un communique oO il affirme sa confiance dans
le group Lancry, estime que I'on n'a pas fait de cadeaux a son
affilie et announce qu'il lui accordera des facilities de tresorerie.
II ecrit sur son site: "Les centres E Leclerc estiment qu'is (ndTr:
Hfedder et Steeve Lancry) n'ont pas gachi (a confiance donnie par
leurs colTgues, notamment dans cette premiere 6agarre pourfaire
6aisserlesprit. Pensez donc: Carrefours'est payeunepage depu6
comparative (sur un nombre tres limiti dartices) afors que Cen-
seigne en 9Metropoe nous avait trainesdevant fes tribunauxpour
avoir os fair une tefe pu6bicite !!! Faut-ilqu'en Martinique fes
Lancry dirangent(..)".
Les causes des difficulties de Lancry seraient, selon Martinique
Premiere, dans I'ordre la crise social de fevrier 2009, le chan-
gement d'enseigne et la recent greve du port. Voire... Tout est
possible dans le marigot de I'import-distribution oO les croco-
diles sont affames. Michel Leclerc parle des banques... Quid
du project de rachat de I'hypermarch6 Cora par Lancry ? Le pa-
norama de la grande distribution risque sans doute d'6tre pro-
fond6ment affected.

Severe retour ae bbton sur tes prix
L'autre information est la publication par France-Antilles le
24 fevrier de son panier trimestriel de comparison des prix
avec la France. Le quotidien qui recemment encore le 14 de-
cembre s'extasiait a la Une sur la baisse des prix (" a
6aisse... continuous !"qui aurait ete provoquee par I'irruption
des enseignes Leclerc dans le paysage de la grande distribu-
tion en Martinique announce a la Une : "Consommation panier


France-Aintifes-Prk: svere retourde 6bton"(cf Justice no 1 du
6 janvier 2010). En page interieure, Cecile Evrard, qui conduit
cette enquite pour le journal en collaboration avec I'Association
des consommateurs du Francois, explique: "PanierFrance-Jin-
tilTes- Sevre retour d la normal C'6tait trop 6eau pour etre du-
rable : en decembre 2010, la difference entire notre panier de 45
products Martinique et cetui identique, de 'fexagone n'etait plus
"que" de 24 %. fujourdhui a fete auwprix estfinie". Et de
constater que "T "effet Leclerc ", comme nous Cavions nommi en
decembre 2010, n'aura pas dure longtemps". Dont acte. En effet
les releves effectues entire le 9 et le 10 fevrier 2011 montrent
une baisse des prix de 2 % en France et une hausse de 6 % en
Martinique depuis les derniers releves entire le 24 novembre et
le 2 d6cembre 2010. La difference de prix du panier de 45 pro-
duits remote a + 33 % par rapport a la France au lieu de + 24
%. Soit 158,65 euros en Martinique centre 119,21 euros en
France.
Pour le reste:
- Fruits et legumes : + 31 % par rapport a la France;
-Viandes: + 37 %;
- Non alimentaire: + 16 %;
- Discount (Leader Price) : + 32 %;
Accessoirement, France-Antiffes donne une explication sur le
fait que I'enquete du magazine professionnel Liniaires de jan-
vier 2011 donnait une difference de prix de + 84 % centre + 24
% pour son enquete (cf Justice no 2 du 13 janvier 2010).
Un : I'enquete de Lineaires prend en compete un plus grand
nombre de points de vente (5 au lieu de 3).
Deux : Lineaires compare surtout les grandes marques
dans I'alimentaire (comme Leclerc-Lancry) alors que I'enquete
France-Antilles compare aussi des marques de distribution (ce
qu'on appelle les MDD) ainsi que des products non alimentaires.
Trois : Lineaires fait des comparisons avec des releves
sur I'ensemble du territoire frangais alors que I'enquete
France-Antilles, plus modest, se limited a la region parisienne.
Preuve que tant pour la definition de I'6chantillon que pour les
modalites de releves cela ne s'improvise pas. II faut, pour etre
credible, que cela soit pris en charge par un service public type
Concurrence et Consommation. Cela n'empeche pas que des
associations de consommateurs fassent leurs propres releves.
L'enquete France-Antilles a comble la carence de I'Adminis-
tration de la Concurrence et de la Consommation et du gou-
vernement dans un domaine crucial livr6 aux libres forces du
march, c'est-a-dire aux monopoles et a I'oligarchie qui contr6-
lent ce pays.
On le sait, du c6te official, I'arrivee de Leclerc en Martinique
etait la reponse a I'explosion contre la vie chere en fevrier 2009.
Le president de I'Autorite de la Concurrence, Bruno Lasserre,
se felicitait du supplement de concurrence amene par I'arrivee
fracassante de Leclerc en Martinique. Et, bien sOr, toute idee de
contr6le des prix 6tait considered comme ringarde.
Apres la greve du port, qui va empecher les entreprises en si-
tuation de quasi monopole et d'entente de repercuter au-dela
du coOt reel les surcoOts objectifs occasionnes par le conflict ?
Au royaume de la Sarkozie, les requins sont libres. Mais, re-
petons-le, dans beaucoup de pays arabes le facteur declen-
chant des soulevements a ete souvent la vie chere.
Michel Branchi


C~, E *e* '~~i~9; E ~ :


[ s.1 t SOCA






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Un pave aans la marre !: La Cour bes comptes benonce la perversion bes

aibes a la banane. Vives protestations bes groupements be proaucteurs

La Cour des competes, dans son rapport annual remis
le 17 fevrier dernier au president de la Rppublique,
s'est interessee a quelques politiques de I'Etat fran-
Gais dans les d6partements d'outre-mer. Mais il d6-
nonce la gabegie des aides a I'agriculture et
particulierement a la banane.
La Cour note que les aides, principalement destinees a la
banane et a la canne, ont crO de 40 % entire 2008 et 2010.
Elles representaient 28.6 % de la valeur de la production
agricole des DOM, soit le double de la proportion consta- ei a
tee en France. Ace niveau, il faut dire tout de suite, sans
cautionner les abus, que comparison n'est pas raison.
La specificity des DOM a ete reconnue par I'article 349
du Traite europ6en (ex-article 299-2).
"Le cas extreme", a cite le president de la Cour, le socia-
liste Didier Migaud, est celui de la banane de Martinique La banane est surtout menace par I'Europe et I'OMC
: "s aides reprisentent 64,7 % de la valeur de la production
". Tandis que le secteur n'arrive pas a maintenir ses emplois matiquesfriquents,fragiitisanitaire, iloignement des marchis de
qui sont en baisse de 40 % aux Antilles. Mais ce n'est pas tout, consommation et concurrence de pays tiers a 6as niveau de safaire.
I'effort budg6taire de I'Etat pour les producteurs de bananes r Ifs sont neanmoins dificifement comprhiensibles dans un context
quelque fois pris la forme d'abandon de creances. de raretd 6udgitaire, et conduisent d s'interroger, dins une pers-
Entre 2003 et 2008, ce sont des lettres interministerielles qui
ont transformed des prets en subventions, notamment apres le pective L moyen et long terme, sur la meilfeure stratigie d retenir
cyclone Dean : 32,54 millions d'euros d'avance aux producteurs pour divelopper femploi et factiviti iconomique dins fes dipar-
ont ete ainsi convertis en subventions. La defense a ete faite tements dfoutre-mer."
sans inscription en credits budgetaires et n'a ete regularisee
que par la loi de reglement 2009. TL, ,,. ~ .., ..:-.


Une aiae ae 15 000G par hectare
Au total, sur 53,5 millions d'euros avanc6s entire 1997 et 2008,
les producteurs de bananes n'ont rembours6 que 5 millions.
Ces transformations en subventions de 89 % des prets 6qui-
valent, compete tenu des interets non pergus, a une aide sup-
plementaire de 49,2 millions E, indique la Cour.
Quant aux aides communautaires, la banane en est beneficiaire
de 53 % et la canne de 28 %. "De cefait, ces cultures en refoi-
vent une part des aides trns supirieure a feurpoids dans (a pro-
duction agricole des 4 DOM, 14,5 et 19,1 % respectivement".
L'evolution de I'aide par tonne de bananes produite est passee
de 350 la tonne en 2002 a 775 E en 2007 et 691 E en 2008.
Quant a I'aide par rapport a la superficie, elle s'est elevee a
15 000 E par hectare en 2008 (ce qui fait une aide de 300 000 E
pour une plantation de 20 hectares). En comparison, le mon-
tant moyen de la subvention a I'hectare en France est de 500 .
La Cour des comptes souligne : "De plus, les elpoitations fes
plus importantes recoivent essentieldes aides: Les erploitations
de pCus de 20 hectares (12,7 % en Martinique et 7,7% en guade-
(oupe) recoivent respectivement 66 % et pris de 50 % des aides ".
Ce sont toujours les memes qui accaparent les aides.
Le total des subventions (subventions sur products + subven-
tions d'exploitation 1998-2008) par emploi sauvegarde en 2008
dans le secteur agricole est de 126 428 euros en Martinique
centre 58 931 E en Guadeloupe, 44 240 E a la Reunion et 11
926 en Guyane. Deux fois plus en Martinique qu'en Guade-
loupe.
"Ces chiffres refttent, certes, concluent les magistratsfinanciers,
lesfortes contraintespropres au secteurde la banane: incidents cfi-


HI 1.U mpI.ts W3U eiWeu inuus3
Le minister de I'Outre-mer a repondu a ces observations no-
tamment: "(..) Ilconvient de 6ien distinguer le soutien accord a
desfilieres deportation, exposes a (a concurrence international
(production de bananes etjfilire "canne'), et ie soutien nicessaire
don't 6endficient fesfilieres en diveloppement opirant sur e mar-
chi interieur. (...) 1a culture de [a 6anane participe a f'quilibre de
Piconomie desAntidles et au mode(age des paysages. Surtout, ede
genre une important activity amount entrantss, transport terres-
tre, sous-traitance, embalage, etc.) et aval(transport, manuten-
tion, activists portuaires, remplissage des containers qui repartent
sur 1a mitropofe).
Le calculde Caide ramende a C'hectare, a Ceyportation ou a fem-
ploi direct devrait done itre completipar une anafyse des effects de
Caide, tout au long Le la chaine de production/commercialisation."
La Cour de comptes reconnait quand meme, a demi-mot, que
c'est la demolition de I'organisation europeenne du march de
la banane qui a conduit a la diminution de la production et des
emplois. En Martinique on est passe de 6 473 emplois en 2000.
dans la banane a'4 027 en 2007, soit 38 %. La Cour constate
en effet: "E Lqasges a uneforte concurrence, avec (a disparition
progressive desprotections douanieres, fes cultures destinees a Cex-
portation ont itde objet de regroupements de producteurs et dune
diminution du nom6re douvriers agricoes. Les aidespourfes main-
tenir ont plus servi a preserver e chiffre d'affaires que 'emploi".
Les responsables de la profession bananiere ont protested
contre le rapport de la Cour des comptes en le taxant de par-
tiel et partial. Ainsi Philippe Ruelle, directeur de I'Union des
groupements de producteurs de bananes (UGPBAN), repond a


clrsnrrrr~rYrrs~


I qIUT






[ A f -TfP


http://www. ournal-iustice-martinique.com


France-Antilles du 25 fevrier:
"France-Antilfes: Mais peut-on dire qu'ify a des a6us concernant
ta 6anane ?
'Phliippe Rue/e:: On dit que (a 6anane a 30fois plus aides que
(es cultures metropolitaines. ICfaut ramener fa auw cofts de pro-
duction. La 6anane, c'est 40 000 Cpar hectare et Caide a Chectare
est de 15 000 C. Ca n'est plus parei forsque Con compare 500
aide par rapport a un coft de production de 2000 Cpour du 6fi.
Jamais, on ne met Fa en perspective Mme chose pour 'emploi On
nous dit que remploi a aisse depuis... 1980 Dans fh 6anane, if
y a dixou quinze ans, c'jtaient des emploisjournafiers, des tdche-
rons quivenaient ia em6auche fe matinpour unejournee ou moins.
Aujourdhui, c'est 90 % d'emplois en ODI, des qualifications avec
30 mitiers diff.rents. Le rapportfait competement abstraction de
cela. C'est en fa que c'est un rapport partiefou partial .)".
La ministry de I'Outre-mer repond pour sa part que "(es aides
sont elevies mats e~plicables" et declare "je prefer que fes gens
mangent des 6ananes produites auxAntilles plut6t que des 6a-
nanes produites par nos concurrent d Citranger". Pour elle, "il
faut prendre fe rapport de ia Cour des competes comme un aue de


travail notamment par rapport a (a necessity de ne pas concentrer
Agriculture autour de deuxacotivitis centrafes".
Au final, la Cour recommande de redeployer les aides en privi-
legiant la diversification, de prendre en compete le bilan carbon,
de lier le versement des aides au strict respect de I'environne-
ment, d'operer un suivi du plan chlordecone en liaison avec le
minister de la sante, d'ameliorer I'integration des filieres pour
qu'elles repondent mieux a la demand locale, astreindre
I'ODEADOM a etablir le bilan de toutes les aides agricoles pour
avoir une vision global des aides don't beneficie I'agriculture
des DOM.
Une vision de la Cour des comptes severe et quelque peu
comptable et neoliberale mais qui montre, a son insu, que la
politique europeenne de libre-echange et de demantelement
de I'organisation du march conduit a la perversion des aides.
D'ob une reaction typiquement cartieriste qui etait a prevoir : il
y a une limited aux aides. II est clair que cela montre qu'en
France la tentation du disengagement financier des DOM est
permanent, quelle que soit la forme sous laquelle cela se pre-
sente. La reflexion sur les orientations de la politique agricole
en Martinique est plus que jamais d'actualite.
Antoine Gilles (avec agence de press GHM
et rapport cour des comptes


Un renbez-vous be la press tonique


Leon Bertide, president du K5F, au RDV de la Presse sur Martinique 16re

Pour la 36me, voire la 46me fois, notre redacteur en chef, Mi-
chel Branchi, a ete invite a representer Justice au rendez-vous
(RDV) de la press de Martinique Premiere (ex-RFO) du sa-
medi 16 fevrier a 12 heures.

Cette emission rassemble'les representants de la press mar-
tiniquaise pour commenter et analyser les principaux evene-
ments de I'actualite de la semaine ecoulee en Martinique et
dans le monde. Elle est diffusee en Tele et radio et rediffusee
le dimanche apres-midi a 17 h 20.
Autour de la table, Jean-Claude Samyde et Joseph Nodin re-
dacteurs en chef et journalists de Martinique Premiere et
comme invites Francette Rosamond (mensuel Inter-Entre-
prises), Adams Kwateh (quotidien France-Antilles), Michel
Branchi (hebdomadaire Justice). Le representant du K5F,'Leon
Bertide son nouveau president, etait invite egalement.
Au menu de ce RDV de la press: Greve du port, Education-
visite de Luc Chatel, grogne dans les h6pitaux, cantonales,
audit du Conseil regional et Lybie-monde arabe.


En ouverture, Jean-Claude Samyde fit etat de la libe-
ration de 3 otages parAl Quaida dans le Magrheb pour
souhaiter celle de notre compatriote Thierry Dol. Ce a
quoi s'associerent tous les participants.
Le debat a porte principalement sur le conflict du port
alors que venait de tomber I'information qu'un protocole
d'accord venait d'etre signed, le samedi matin sous la
mediation de Serge Letchimy, actant une augmentation
des salaires des dockers de + 3 % en deux tapes.
Tout de suite, notre consoeur Francette Rosamond a
chanted les louanges de la mediation du president du
Conseil regional Serge Letchimy considerant qu'on en-
trait dans une ere nouvelle oi on enregistrait I'inter-
vention des "poltiques"en matiere social. Plusieurs
Sintervenants lui rappelerent que les autres presidents
du Conseil regional avaient realise des mediations dans
les conflicts sociaux :Alfred Marie-Jeanne, Emile Cap-
gras, etc.
Leon Bertide, president du K5F, tout en se felicitant de la
conclusion d'un accord, a denonce la champagne patronale vi-
sant a diaboliser les dockers. II a indique que c'est sur le port
que l'essentiel des profits de notre economic se realisait.
Michel Branchi a souligne I'absence de I'Etat et de la Direction
du Travail don't c'est la competence, trop heureux de laisser la
place au president de la Region.
II expliqua que, partout dans le monde la profession des
dockers, vu sa place dans I'economie, avait su arracher un sta-
tut particulier et que ces travailleurs avaient raison de defendre
leurs acquis. Joseph Nodin, en r6ponse a la champagne visant
a stigmatiser les salaires des dockers en les publiant sur inter-
net, salaire qui seraient de I'ordre de 5 000 a 6 000 brut par
mois en 2005, revela que sur le net (Bondamanjak) circulait
I'information que le patron deGemo, Jean-Charles Cren per-
cevait 41 000 E par mois. Ce que I'on aimerait savoir, c'est le ni-
veau des profits de Gemo et des entreprises qui gravitent
autour du port.


'V I ,''. I






http//www.ioural-iustice-martinique. com


II reste qu'il convient moderniser les relations sociales sur le port
pour eviter au maximum les conflicts, car la Martinique demeure
une economic sous-developpee basee sur la consommation et
I'importation. Et cela dans le cadre d'un veritable Projet martini-
quais, a indique le representant de Justice.
S'agissant des cantonales, pour lesquelles on sait desormais
qu'il y a 79 candidates, Michel Branchi a souhaite que les candi-
dats affichent leur couleur politique et leurs programmes au lieu
de se refugier dans des banalities. II a affirmed que ces elections
s'inscrivaient dans la perspective de la mise en place de la Col-
lectivite Unique. Joseph Nodin a estime qu'il s'agissait d'un
enjeu essential pour Claude Lise, ses sieges de president du
Conseil general et de senateur etant directement en jeu. Ce sur
quoi il fut rectifi6 par plusieurs intervenants tel Adams Kwateh
qui jugea qu'elles constituaient aussi un enjeu majeur aussi pour
Serge Letchimy. En reality, il s'agit d'un scrutiny important pour
I'installation de la Collectivite Unique. Tous s'accorderent pour
que les candidates n'avancent pas masques derriere des pro-
messes mirifiques, du genre creer des emplois dans le canton,
comme I'a fustige Michel Branchi.
S'agissant des movements sociaux dans I'Education et les h6-
pitaux, au-dela des adaptations et reformes que personnel ne
refuse par principle, le redacteur en chef de Justice a note que
gouvernement est sous la pression de la crise capitalist et ap-


plique une politique neoliberale de demolition des services pu-
blics (RGPP- revision general des politiques publiques) consis-
tant a faire plus avec moins et en exigeant plus de rentabilite,
comme dans le prive:
Leon Bertide du K5F a invite le pouvoir a ecouter les syndicats.
Concernant la publication cette semaine de I'audit du Conseil
regional tendant a montrer I'inorganisation des services de la
Region sous la precedente mandature, notre redacteur en chef
jugea normal que de tels audits soient realises, car il est tou-
jours possible et necessaire d'ameliorer la gestion et qu'il fallait
en tenir compete. Mais il consider qu'il s'agissait d'un plan de
communication politique pour peser a la veille des cantonales.
A I'exception notable, une nouvelle fois, de Francette Rosa-
mond, decidement fervente supportrice du nouveau president
du Conseil regional, tous les participants estimerent qu'il s'agis-
sait d'une "manauvrepoliticienne". D'autant plus qu'il fut revele
que les resultats de cet audit sont detenus depuis octobre 2010
et retenus. Certainement pour etre publi6s au moment des can-
tonales oO I'adversaire design est I'alliance MIM, RDM, CNCP,
etc.
La situation en Lybie et dans le monde arabe n'a pu etre abor-
dee faute de temps.


Cantonales Mars 2011 : Des enjeux important


IIs sont 80 candidates et leurs remplagants inscrits pour bri-
guer les 23 sieges de la serie sortante du Conseil general.
19 femmes en candidates, un candidate sans adversaire, Al-
fred Monthieux, 5 duels (Fort-de-France IX- Lorrain PrO-
cheur Trois-llets), 7 triangulaires (Robert II Sainte-Marie
III Vauclin -Schoelcher I et II -Riviere-Pilote -Trinite -
Francois II ) et le canton le plus convoit6, Sainte-Marie I
avec 7 candidates : voila quelques traits de ces cantonales.
Depuis plusieurs jours, les diff6rents candidates tentent de
chapter I'attention des Blecteurs sur le terrain, car il s'agira
de faire comprendre aux citoyens les enjeux afin d'eviter
un taux d'abstention record. Ces dernieres elections du
Conseil general comportent des enjeux important,
puisque les elus seront charges de preparer la Collectivite
unique de Martinique. A I'horizon se profile aussi la bataille
de la presidency du Conseil General detenue par Claude
Lise depuis 1992 que le PPM et ses allies entendent "de-
chouker".

Macouba/Grand-Riviere:
Sortant: Ste-Rose Cakin (UMP) supp Marlene Florimond
Joachim Bouquety (RDM) supp Lucie Ducteil spouse Gabourg
Arthur Guillaume Trebeau supp Isabelle Andree Marajo
Joseph Elie Borval Mme Marie-Francoise Remir spouse Lison

Lorrain
Sortant: Philipe Guy Annonay (DVD) supp Olga Christine Jubely
Bertin Rosalie Zoror (DVG) supp Odile Yolande Jalta

Marigot
Sortant: Ange Lavenaire (RDM)- supp Marthe Marie V6eayoudon
Frantz Michalon supp Bernadette Germaine Jougon
Mme Julie Cyprien Gros-Desirs supp Edgard Renaud Mirza
Toussaint Joseph Peraste (D) Sylviane Marie Lorte


Sainte-Marie I
Sortant : Fred Michel Lor-
dinot (PPM) supp Audray
Zulmea
Hippolyte Eric Courset
(DVG) supp Paule Marie-
Victoire Persani
Julien Vert-Pre (Renou-
veau) supp Marie Patrice
Cassilde
Anatole Emile Tropbrillant
- supp Marie-Odile CIe-
rima
Lionel Desroses (MIM) -
supp Jaima Marechal
supp Jaima Mar~chal Alfred Monthieux (Robert I
Edith Maximin Capitaine. n'a pas d'adversaire
(UMP) supp Desiree
Guylene Terrine
Claude Lucien Bellance supp Evelyne Emilienne Lerandy

Sainte-Marie II
Sortant : Bruno NestorAzerot ( DVG) supp Paulette Prosp-
rine Berimey
Doroth6 Adeline Bonnialy (UMP) supp Maddalena Limea
Ludovic Dominique Cauver (Renouveau) supp Cathia Marika
Clerempuy

Trinit6
Sortant Frederic Gabriel Buval (FSM) supp Paulette Rapon
Alain Mathurin-Rapon ( MIM) supp Yolaine Limol
Philipe Couta -Mrne Sabrina Senephro

Robert I
SortantAlfred Monthieux (RDM) supp Helene Marie-Evelyne
Marie-Luce


V juR i Mar 20;; iinOR-iPae
ILIa~~~l~rrqn






http://ww. iournal-iustice-martinique. com


Marie-Line Lesdema du MIM et son supplant vont batailler contre J. Hajjar sur le
canton III de Fort-de-France

Robert II
Sortant: Belfort Birota (RDM) supp Francesca Savy
Zacharie Chantal Maignan (PMR) supp Theophile Jean Leria
Guillaume Jose Loutoby (PPM) supp Mad-Colette Alain Lita-
dier

Fort-de-France III
Sortant: Johnny Michel Hajjar (PPM) supp Anne-Carmen Ra-
phaelle Goma
Margaret Leon Tanger (D) supp Victor Michel Chalono
Jocelyne Sabine (RDM) supp Claude Thomas Luc-Cayol
Marie-Line Lesdema (MIM) supp Daniel Thimoth6e Mergerie

Fort-de-France IV
Sortant: Noe Malouda (Palima)
Rolande Grubo (Palima) supp Gabriel Beltan
Luc De Grandmaison (PPM) supp Danielle Guy
Kenneth Joseph supp Astrid Louisor
Raphael Montet supp Vanessa Doubel
Guy Gulliver (UMP) supp Valerie Pelage


I~~IH1~ eYLIJ


Virginie Mian et Daniel Marie-Sainte a I'assaut du canton Lamentin II

Fort-de-France VI
Sortant: Jean-Claude Jabol (PPM) supp Marie-Line Arnolin
Joel Michel Bardet (RDM) supp Sophie Marie-Sainte
Marc Sefil (UMP) supp Dina Dieuzede-Cophire
Mme Jacqueline Tally (GRS) supp Victor Rosier-Coco

Fort-de-France VIII
Sortante: Genevieve Chanteur (RDM) supp Jean-Michel Demare
Marie-Jeanne Jeanville (Modem) supp Thierry Lesel
Jocelyn Regina (PPM) supp Magali Gaufry
Mme Liliane Bilan supp Marc-Andre Monard

Fort-de-France IX
Sortant: Yves -Andre Joseph (DVG) supp Mirella Phebidias


Mme Georges Arnaud (GRS) Eddy Vaity

Lamentin II
Sortante : Claire Turnorfe (Batir)
Daniel Marie-Sainte (MIM) supp Virginie Mian
David Zobda (Batir) supp Suzy Sillon
Erick Valere supp Marie-Ange Fleriag- Amalou
Richard Augustin Guigne supp Nathalie Jubenot

Schcelcher I
Sortant: Lucien Nolbas (UMP)
Yolene Largen-Marine (DVG) supp Jacques Napoly
Max Orville (Modem) supp Eline Gamess
Renaud Saint-Albin (UMP) supp Valerie pendant

Schcelcher II
Sortant : Fred Derne (DVG)
- supp Marilyne Marmot-
Chauvet
Leonce Vaillant Bardury
(MIM) supp Alain Neree
Jean-Luc Maville supp Sa-
brina Quimbert

Pr~cheur
Sortant : Marcelin Nadeau
(Mod6mas) supp Guyl6ne
Joseph-Ang6lique
Roger Nadeau (UMP) -
supp Celine Natchimie
Claude Lise, president sortant sera tres
Ducos present durant la champagne
Sortant : Charles Andre
Menc6 (RDM) supp Suzie Zebrlus epouse Smeralda
Louis Marie-Sainte (PPM) supp AngBle Dordonne
Philipe Petit (MLP) supp Jacinthe Villageois
Guy Maxim-Tartare supp Marie-Noelle Diphe
Jean-Claude Petit supp Mirella Jean-Joseph epouse Line

Frangois II
Sortante : Mme Marie-Frantz Tinot (mpf) supp Charles
Edouard Lupon
Marie-H616ne Leotin (CNCP) supp Maurille Saint-Prix
Samuel Tavernier supp Marie-Josette Zenon

Rivibre-Pilote
Sortant: Lucien Adenet (MIM) supp Gladys D'Abadie de Lurbe
Jean-Claude Filin (crypto PPM) supp Maguy Joachim-Sabas
Franciolo Dancrade supp Manuela Brival

Riviere-Sal e
Sortante :Sylvia Saithsoothane (FMP) supp Christian Rano
Georges Emmanuel Germany (MIM) supp Ketty Beaudi
spouse Borne
Joseph Virassamy (ex socialist, ultra assimilationniste) supp
Michele Pinel-Fereol
Daniel Robin (PPM) supp Bettina Bonheur

Trois-llets
Sortant: Arnaud Rene-Corail (PPM) supp Nathalie Grat
Lise N'Guela (MIM) supp Clement Jean-Alphonse

Vauclin
Sortant: Daniel Cleon (FSM) supp Annie Nerjat
Fernand Odonnat supp Lucie Lebrave
Emilie Joncart supp Roger Zozor


I ISRSVSlS!! 'A.',


P P OUTIqUE I






http.//www.ioumal-iustice-martinique. cor


Le PCM rencontre une mission senatoriale be la commission aes tois

Une delegation du PCM composee de
Georges Erichot, Secretaire general, et
Roger Riam et Michel Branchi, membres du
bureau politique, a rencontre jeudi 24 fevrier
a la prefecture, a sa demand, une mission
senatoriale de la commission des lois de la
Haute assemble.
II s'agissait pour la mission represented par
Christian Cointat, senateur UMP et rappor-
teur, et Bernard Frimat, senateur socialist
et president, de recueillir les points de vue .
de I'ensemble des formations politiques
martiniquaises sur le project de loi du gou- ,. '
vernement portant creation de la collectivite ,- ?
unique de Guyane et de la collectivite unique ._
de Martinique.
Le Parti Communiste Martiniquais a remis Michel Branchi et Georges Erichot
un resume de sa position qui est reproduit
ci-apres et Georges Erichot a developpe oralement les dif- En consequence, le PCM se prononce en faveur de la mise en
ferents points: date de mise en place, governance, mode place de cette collectivite unique, au plus tard le 31 d6cembre
de scrutiny, conseils consultatifs, competence, etc. 2012.
Georges Erichot a insisted sur le fait que cette reforme est S'agissant de la governance de la collectivite nouvelle,
demandee depuis 1982 et qu'il ne fallait pas la retarder le PCM s'est positionne en faveur d'un executif collegial et
sous quelque pretexte que ce soit. d'une assemble deliberante.
II a aussi insisted sur I'idee que pour le PCM, il s'agissait Conseils consultatifs : Le PCM soutient la revendication de
seulement d'une tape sur la voie de la Responsabilite I'institution d'un Conseil des Communes, a c6te du Conseil eco-
martiniquaise et que son objectif restait un statut d'Auto- nomique, social et environnemental, comme propose par le
nomie dans le cadre de la Republique frangaise qui n'est Congres et par la Commission ad hoc.
possible a I'heure actuelle que dans le cadre I'article 74 de Sur le mode de designation des membres de I'Assembl6e,
la present Constitution de la France. le PCM se prononce en faveur d'un scrutiny proportionnel, sur
Les deux senateurs n'ont pas cache qu'ils jugeaient le pro- une circonscription unique divisee en 4 sections recouvrant les
jet de loi "bacl". circonscriptions legislative actuelles. Mais il est oppose a la


Position au Parti Communiste Martiniquais
sur revolution institutionneUe ae It Martinique
La Martinique est a la veille de franchir un pas important vers
la simplification de son organisation administrative. L'evolution
institutionnelle envisagee est la consequence de la volonte clai-
rement exprimee par la grande majority de ceux qui se sont ex-
primes lors de la consultation du 24 janvier 2010, lesquels se
sont prononces en faveur de "(a creation dune coflectiviti unique
exercant [es compitences devolues au (Dipartement et de ia ,RKgion
tout en demeurant regie par articlee 73 de fa Constitution".
Soucieux du respect de la democratic et de la volonte popu-
laire et dans un souci d'efficacite, le Parti communist se pro-
nonce pour:
- La mise en place, au plus vite de cette collectivite unique,
dite Collectivite de Martinique, d'autant que le people avait ete
consult dans I'urgence, le 10 janvier puis le 24 janvier 2010,
quelques jours seulement apres les fetes de fin d'annee. Le
PCM rappelle que I'argument avance pour justifier cette preci-
pitation etait que la clarification et la simplification des institu-
tions s'averaient indispensables a une plus grande efficacite et
une plus grande lisibilite des politiques publiques.
- II s'agit de la reparation d'une aberration administrative
datant de 1983, suite 6 I'echec du project de Collectivite unique
Emmanuelli.
De plus le PCM rejette categoriquement I'argument de ceux qui
pretextent des eventuelles difficulties de fusion des personnel
et du patrimoine du CR et de CG pour demander le renvoi a
2014 de la nouvelle collectivite.


prime de 20% qui confere a la listed majoritaire un advantage
exorbitant, au detriment des autres sensibilities politiques. II pro-
pose que cette prime soit de 5%.
- Pouvoir de substitution du Pr6fet : Le PCM y est radicale-
ment oppose. D'autant que cette disposition est contraire a I'es-
prit m6me de la decentralisation et de la volont6 des
Martiniquais d'aller vers davantage de responsabilites.
- S'agissant de la question des competences, le PCM de-
mande que soit respected le choix des Martiniquais pour une col-
lectivit6 rassemblant les competence du D6partement et de la
Region. : une addition et non une fusion
- S'agissant des habilitations, il approve la proposition de
faire coincider leur duree avec celle du mandate de I'Assemblee,
mais se dit en desaccord sur leur champ, don't il souhaite I'ex-
tension, et leurs modalites au cas par cas sur demand justi-
fiee. De plus, elles devraient etre permanentes.
- Dotations budgetaires de la nouvelle collectivite. Le PCM
souhaite qu'elles soient au moins egales a celles jusqu'alors
attributes aux deux collectivites actuelles et qu'elles tiennent
compete de ses charges nouvelles.

En conclusion, le PCM consider que la reform institutionnelle
envisagee n'est qu'une tape vers la domiciliation en Marti-
nique d'un veritable pouvoir de decision qui ne peut etre ob-
tenu que par une veritable autonomie. Celle-ci, pour I'heure
n'est possible que dans le cadre de I'actuel article 74 de la
Constitution.
Fort de France le 24 f6vrier 2011
Pour le PCM, le secretaire general
Georges ERICHOT


VI y I ** ',,


Politique






http://www.iournal-iustice-martinique.com


AuWit be la Region : La gestion rigionale pric 8ente mise 'a 'inex

a la veiUe bes cantonales


"Jamaisje n'ai vu une telle inor-
ganisation dans une col/ectivit'",
a declare d'embMe Serge Let-
chimy, president de Region, en
presentant a la press quatre
audits realizes par le cabinet
SJr6me Dupuis Consultant,
I~ -- conseil en gestion des organi-
. J stations publiques : le premier
portant sur I'organisationnel, les
autres ayant trait a la gestion de
S. Letchimy a la manoeuvre la politique economique (hors
tourism, agriculture et peche), social et sportive durant la
mandature d'Alfred Marie-Jeanne.
Ces audits ont ete commandites par la nouvelle equipe deux
mois apres son arrive a la tete de I'institution, "pas pour aler
chercherquoi que ce soit, nonplus se servirpouraccuser, mais pour
faire un itat des lieux", s'est justified Serge Letchimy. Difficile d'y
croire quand on sait que ces audits ont ete remis a I'executif en
octobre 2010. Le fait qu'ils ne sortent que maintenant, a la veille
des cantonales, n'est pas dO au hasard, et Letchimy ne trompe
personnel lorsque qu'il affirme qu'il "faUait travaifleren interne
avec le personnel.
Ils sont brandis comme "preuve"qu'il avait vu just: "'avais rai-
son de denoncer finertie de cette region durant fa champagne elec-
torale".
Que r6velent-ils exactement, dans les notes de syntheses qui
ont ete remises a la press le jeudi 24 fevrier ? Tout d'abord,
qu'il n'y a pas eu malversation pour enrichissement personnel.
Concernant I'organisationnel, il est note "une desorganisation
des services en attente de regles dujeu et de guide pour fadminis-
tration, un manque d'encadrement, et des cadres court-circui-
tis, entire autres". Ce "constat" permet a I'actuel president
d'affirmer: "Cefa a eu des consequences graves sur es performances
de la collectiviti et sur Ce bien-itre des salaries Serge Letchimy
informed qu'un group de travail a ete mis en place en octobre
pour repondre "aux besoins du personnefen matiure de transpa-
rence et de regles dujeu, de reconnaissance et de justice, responsa-
biliti di'coute et de dialogue". Cela a about a la conception de
160 actions qui devront etre mises en place, don't la creation
d'un comite d'oeuvre social, la location de nouveaux bureaux.
S'agissant de I'encadrement, la nouvelle equipe a decide de
I'augmenter jusqu'b 30% des effectifs, contre 20% precedem-
ment. Ainsi, lors de la presentation de I'organigramme qui
n'existait pas, plusieurs directions ont ete creees (des moyens
generaux, des resources humaines et de preparation a la col-
lectivite unique, du BTP, de la competitivite, de I'emploi et de
I'innovation et de I'education et de la formation, finances). II a
ete aussi cree des missions "dites 2020" sur des thematiques
de projection, comme "le grandSaint-Pierre" ou "e plan de re-
fance"
Pour la gestion de la politique social, qui a ete au centre des
dernieres regionales, il en resort que "es aides ont ete dilivries
avec un dispositif eqxirimental durant 11 ans".et que "Ce mon-
tant des aides sociales ont progress aufitdes annies". Le presi-


dent de Region denonce le "clientilisme au travers du dispositif
de billets davion mis enplace sans encadrement Ilegafapres I'ar-
ret de I'aide au voyage. Selon Serge Letchimy, "afors que ce n'est
pas [a competence de la region, au detriment du developpement
economique on a choisi difi6brement dejouerau pompiersocial Ce
n'estpas un ihasard". Un nouveau dispositif encadre a ete mis en
place pour repondre a la demand des families en difficult. La
region envisage de faire passer dorenavant 'Taide social de
survie"par les communes.
Si sur le sport, "ify avait un objectifpassionnelqui a permits
dfavoir une vraie presence, a politique mise en place itait abraca-
da6rante", juge Serge Letchimy. L'audit affirme qu'il y avait "un
dispositif discritionnaire sans sou6assement juridique a destina-
tion des sportifs" Desormais plus de cheque octroye lors de
grandes manifestations sportives et une refonte de la politique
sportive.
S'agissant de I'audit sur la politique de gestion economique, "un
dispositifcomplet mais complete et parfois inadapte", note le ca-
binet de consultation. II ajoute, "globaCement, Faction iconomique
nous a paru trop souvent portde par uneforme de croyance naive
dans un dynamisme suppose du tissu iconomique". Ainsi le consul-
tant propose "une simpTification du dispositif aides en redui-
sant le nombre de categories intervention et une meileure
fitbeilitec de celle-ci en recourant advantage au credit qu'auxsu6-
ventions". Une maison de I'entreprise sera creee afin de fede-
rer I'ensemble des institutions et acteurs dans le domaine de
I'entreprise, avec un guichet unique pour les porteurs de project.
"La collectiviti rigionale n 'tait pas organisde pour affronter les
grand enjeuxde remain", conclut Serge Letchimy.
Daniel Marie-Sainte, chef de file de I'opposition, don't la gestion
est mise en cause, declare qu'il n'avait pas encore analyse I'au-
dit qu'il n'aurait recu que le jour de sa mediatisation. "C'est un
audit unifat6ralet partiefenfonction de celui qui paye", estime -
t-il.
Et il advance trois arguments:
1) "le chovidu consultant n'apas eti fait par fa commission d'ap-
peld'offre don't iTfait parties ;
2) 'Topposition n'a pas ite associde au comite de suivi et n'a pas
tei auditie";
3) s'agissant du personnel "demoralis~", il note que "sous fa man-
dature d'AlfredlMarie-Jeanne aucun suicide de cadre ni aucune
admission n'ont ite enregistris", et que "c'est un pretete pouren-
cadrer et s'entourer dune pfliade de copains".
II ajoute que, contrairement aux dires, il est certain que ces au-
dits serviront d'arguments durant la champagne electoral qui
s'annonce, pour "casserdu Marie-Jeanne".
"C'est indigne a reagit I'ancien president Alfred Marie-
Jeanne, qui ajoute c'est audit tendancie~u cherchie a denmrer
et d dshionorer(...).Le jugeant basementt iCectorale"
Nombre de commentateurs relevent que beaucoup de collec-
tivites soumises a un tel audit recueilleraient le meme diag-
nostic, a commencer par Fort-de-France. C.B


I I Y* 'M,,IIw V .-


P"LIT^qHE J






htt.://www.ioural-iustice-martiniaue.com


Polf t i u


28 nouveaux projects soutenus par Les fonbseuropeens representant

plus be 17 MCE 'investissements


Le comite de pilotage strategique (CPS) des fonds europeens,
compose du Prefet et des Presidents des Collectivites regio-
nale et departementale, s'est reuni le vendredi 18 fevrier 2011
a la Delegation a I'amenagement du territoire (Prefecture). II a
valid a cette occasion 28 nouveaux projects retenus par les ins-
tances techniques.
Ces projects vont ben6ficier de 7.8 ME d'aides europeennes
auxquelles vont s'ajouter les cofinancements publics de I'Etat,
de la Region, du Departement, des Communes et de parte-
naires prives pour pres de 10 ME. La formation figure en bonne
place parmi les projects retenus, notamment la formation des
agents du department.
22 projects soutenus par le Fonds europeen de Developpement
regional (FEDER) pour un montant total de 13.8 ME, don't 6.6
ME de subventions europeennes, ont ete retenus, parmi les-
quels 8 projects pour I'aide au fret. Signalons a ce sujet que le
CPS a valid la reprogrammation de 16 dossiers d'aide au fret,


portant ainsi la participation europeenne de 50 % a 75 % du
coOt total du project.
4 autres projects valorisant I'environnement et le traitement des
dechets pour un montant total de plus de 3 ME, don't plus d'1.5
ME de contributions communautaires, ont et6 retenus au titre du
FEDER, tel celui initie par la Communaute de Communes du
Nord de la Martinique (CCNM) pour la mise en place de la col-
lecte selective des emballages managers, pour un coOt total de
plus de 2.7 ME, don't 50 % de participation UE, et celui de la
Commune du Gros-Morne pour la resorption des vehicles hours
d'usage (VHU).
Trois projects de recherche dans le domaine agronomique ont
ete soutenus, tel celui de la "Conception de systems de cultures
innovants dfaibtes impacts environnementaux'.
Le CPS a retenu dans le cadre des Fonds Europeens de la
Peche deux dossiers representant un investissement de plus
de 32 000 , don't plus de 18 000 E d'aides europeennes.


Remaniement: le pari e la peur

Le chef de I'Etat, dans une tries court allocution radiotelevisee,
a justified le remaniement afin de "reorganiser les ministries qui
concernent notre diplomatic et notre security'"
Nicolas Sarkozy a done annonce dimanche les nominations
d'Alain Juppe comme ministry des Affaires 6trangeres, de
Claude Gueant comme ministry de I'lnterieur et de I'lmmigration
et de Gerard Longuet comme ministry de la Defense, dans une
allocution radiotelevisee.

Pas un mot pour MAM et Hortefeux
Le numero deux du gouvernement, ministry de la Defense de-
puis novembre, replace au Quai d'Orsay MicheleAlliot-Marie,
qui a dO demissionner apres plusieurs semaines de polemique
a propos de ses vacances de Noel en Tunisie. En revanche, le
compagnon de MAM, Patrick Oilier, reste ministry des Rela-
tions avec le Parlement. Claude Gueant, secretaire general de
I'Elysee depuis 2007, accede a la place Beauvau, un poste don't


ce prefet revait depuis des annees. II replace Brice Hortefeux,
qui quite le gouvernement. Quant a Gerard Longuet, president
du group UMP au Senat depuis juin 2009, il succede a Alain
Juppe au minister de la Defense.

La peur bes flux migratoires"incontr6Lables"
Le president Nicolas Sarkozy a estime que les revolutions
arabes en course ouvraient "une ere nouvele"dans les relations
de la France avec ces pays et a mis en garde centre "lesflux
migratoires"consequences des "tragedies"dans les pays en re-
volte centre les regimes en place, qui pourraient etre "incon-
trfa6fes". "Nous savons ce que pourraient etre es consequences
de teles tragedies sur des flu migratoires devenus incontr63a6[es
et sur e terrorime. C'est toute [Europe afors qui serait en premiere
$igne", a estime le chef de I'Etat.
Humanity du 28/02/2011


Sixieme semaine anticoloniale


Du 18 au 25 fevrier s'est tenue a Paris la sixieme semaine an-
ticoloniale. Dans le context actuel de la politique internatio-
nale, cette manifestation realisee 6 I'initiative d'une soixantaine
d'organisations et associations, rev6t une importance crucial.
L'ouverture s'est deroul6e au siege national du Parti Commu-
niste Frangais, place du colonel Fabien. Ceci en presence de
Jacques Fath, Henri Alleg (auteur de "La question'), de I'am-
bassadeur de la Palestine, des representants de la Tunisie, de
I'Egypte, de la Bolivie, des Kurdes, des Tamouls, etc.
Jacques Fath, responsible aux affaires internationales du
PCF, en seance inaugural d6clara a propos des evenements
dans les pays arabes : "'On souffle nous vient du Sud, qui 6ou-
feverse et o6ige penser favenir dans une region stratigique.. Ces
movements rappellnt que fes principals puissances du capita-
fisme, feurs institutionsfinancieres intemationalds ont structure et
maintenu dans (k tongue durie un rapport de predation et de do-


mination colonial higimonique et brutal.'
Pour le responsible du Forum social mondial, Gustave Mas-
siah, le soulevement du monde arabe ouvre une "nouveffephase
des indipendances, cele des peupres et pas seuement des Etats-
Nations".
Cette sixieme semaine anticoloniale s'est achevee le samedi
26 fevrier par un rassemblement-defile aboutissant au minis-
tere des affaires etrangeres a Paris pour dire : "Non d [a poli-
tique coloniafe de a France. Non a fa guerre. Non au racism. Non
a (a xinophio6ie dEtat".
Faut-il rappeler que le president francais Nicolas Sarkozy, en
proposant une Union pour la Mediterran6e avait souhaite
qu'Hosni Moubarak en f0t le president. Peu de temps aupara-
vant, Dominique Strauss-Kahn avait fait I'eloge de la politique
menee en Egypte, citee en example.
Andre Constant


am", ,,


-111-


F RA IjC






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Venezuela: Commemoration 6u 27 fevrier 1989


I ..- .
Hugo Chavez, president de la R qpublique Bolivarienne commemore le 27 fevrier 1989
Le dimanche 27 fevrier dernier, le gouvernement de la R6pu-
blique Bolivarienne du Venezuela a commemore le 22e anni-
versaire des massacres du 27 fevrier 1989
Ce jour-la et durant les suivants, le president Carlos Andres
Perez, du part Acci6n Democratica, ordonna a la police de Ca-
racas de reprimer dans le sang une revolte populaire, presen-
tee comme une "revolte de fafaim"par les medias occidentaux.
Carlos Andres Perez et son gouvernement, obeissant aux in-
jonctions du FMI (Fonds Monetaire International), s'etaient mis
en devoir d'appliquer les recettes neoliberales: "moins d'Etat",
"virite des pri", "[oi du marchI", etc. Cela s'est traduit par une
brutale augmentation des prix, notamment des prix du trans-
port urbain. Les plus touches furent les habitants des quarters
populaires -des fameux barrios couverts de ranchitos -, c'est-a-
dire les laisses-pour-compte traditionnels de la society vene-
zuelienne. Ce people affame, compose essentiellement de
Noirs, de Mul&tres et de Metis, se souleva en masse, pillant
des magasins d'alimentation et des commerce divers. La re-
ponse des forces de I'ordre au service de I'oligarchie fut terrible.


Voyant que la police ne suffisait pas a la tache, Carlos Andres
Perez fit donner I'armee. Le nombre de tues ne fut jamais re-
vele officiellement, mais les medias ont parole de milliers de
morts.
Mais ces massacres allaient se reveler fatals pour CAP (Carlos
Andres Perez ). En effet, un group de militaires patriots, au
rang desquels se trouvait Hugo Chavez Frias, indignes par le
triste role que le gouvernement avait fait jouer a I'armee, com-
mencerent a nourrir le project d'une "R~vofution bolivariemne". II
y eut d'abord deux coups d'Etat manques en 1992, tous deux
fomented par Chavez : en fevrier et en novembre. Par la suite,
voulant se debarrasser d'un Carlos Andres Perez devenu ge-
nant, la bourgeoisie I'accusa de corruption et le fit condamner
par une justice aux ordres. Finalement CAP choisit le chemin de
I'exil- un exil dore grace & I'argent vole- a Miami, ou il vit ac-
tuellement et complete centre Chavez.
Malgre ses deux coups d'Etat manques, Chavez a ete elu de-
mocratiquement et triomphalement president de la Republique
du Venezuela, don't par la suite il a fait modifier I'appellation of-
ficielle pour bien signifier sa volonte de rupture, sa volonte de
realiser la "r6uolution d6mocratique et pacifique"promise durant
la champagne electorale.
Parmi les nombreuses missions qu'il a assignees a son gou-
vernement, il y a celle consistent a rendre justice aux victims
du 27 fevrier 1989 et a leurs families. C'est ainsi que I'Etat a in-
demnise a ce jour plus de 317 families, et que des travaux on
ete entrepris pour exhumer les cadavres trouves dans une
fosse commune et les identifier afin de les rendre a leurs fa-
milies respective.
II est done tout a fait legitime que soit commemore le 22e an-
niversaire de ces massacres, d'autant qu'en cette annee 2011
est celebre le 200e anniversaire de I'lndependance du Vene-
zuela.
Maurice Belrose


Venezuela: La FAO considered que La politique alimentaire ae ce pays

est un exemple a suivre


Comme on le sait, la faim est I'un des plus graves problems
auxquels se trouve confronted I'humanite, problem que les
speculations des grandes banques occidentales'sur les pro-
duits alimentaires ne fera qu'aggraver si on les laisse faire im-
punement.
Dans ces conditions, il est important de signaler cette lettre de
felicitation que vient d'adresser au gouvernement de la Repu-
blique Bolivarienne du Venezuela le representant a Caracas de
la FAO (Organisation des Nations Unies pour I'Agriculture et
I'Alimentation), Alfredo Missair, au nom du directeur executif
dudit organisme, Jacques Diouf.
Alfredo Missair ecrit notamment: '" une epoque oiu fespri des
ailments s'envotent et oi plus dun milliarddepersonnes souffrent
defaimi, e Venezuelafait exactement 1e contraire". Et de noter
que le pays, depuis I'accession au pouvoir de Chavez, a prati-
quement reduit de moitie la denutrition global, laquelle est pas-
see de 11% a 6%.
Le pourcentage des enfants souffrant de denutrition est tomb6
a 3,25%, alors qu'il etait de 7% avant la Revolution boliva-
rienne. Celte baisse est a mettre en relation avec I'augmenta-
tion du nombre de meres ayant choisi d'allaiter leuis enfants :
de 7% a 27%.


Ce sont la des donnees objectives, que nul ne peut nier. La Re-
volution bolivarienne, tant d6criee par la grande bourgeoisie ve-
nezuelienne et les imperialistes, a apporte beaucoup au people
venezuelien, a I'immense masse des laisses-pour-compte du
capitalism sauvage.
M.Belrose

Une integration energtique renforcee
Le P6rou, le Chili; la Colombie et I'Equateur, sont parvenus
vendredi 25 fevrier & un accord sur un project d'intercon-
nexion electrique, visant a renforcer I'integration energetique
et la security dans la region.
Les ministres des Affaires etrangeres et de I'Energie des
quatre pays se sont reunis 6 Lima, oi ils ont montre "un
grand int6ert et une volonte politique pour promouvoir le pro-
jet", a fait savoir le ministry peruvien des Affaires etrangeres,
Jose Garcia Belaunde.
L'accord, qui entrera en vigueur d'ici 30 jours, prevoit la mise
en place d'un "corridor energetique" entire les quatre pays, a
reve6e M Belaunde, ajoutant que des measures allaient etre
prises pour identifier les infrastructures necessaires et d6fi-
nir des mecanismes d'echange d'electricite.


IF B Mas 201Kit I n' O Pag 16


Li Nor i lo I






http:,wwwiournal-iustice-martinique.com


Libye, te cynisme aes tartufes
Haro sur Kadhafi Le.personnage, il est vrai, s'y prete. Plus
chef de clan que d'Etat, ruse mais fantasque, il est surtout im-
previsible. La Libye, confronted a son tour a la vague de contes-
tation qui deferle sur le monde arabe, est plus qu'au bord de la
guerre civil et nous assistons a un veritable dechainement me-
diatique qui frise I'hysterie en meme temps qu'a un foisonne-
ment de fausses nouvelles au point qu'il est difficile de s'y
retrouver. Kadhafi toujours a Tripoli serait au Venezuela. Les
morts se competent (helas) par centaines pour les uns, par mil-
liers pour d'autres et I'Occident hurle d'horreur, feignant d'ou-
blier les milliers de civils tues par ses troupes en Afghanistan
(plus de 2420 rien qu'en 2010).
Pas uh mot non plus sur les armes allegrement vendues au
"fictateurfou" de Tripoli, ni meme d'ailleurs sur les juteux
contracts passes avec lui depuis 2003 sur le principle "petrole
contre respecta6ifitd officiaCisee" II est des choses que I'on pre-
fere faire oublier. En criant plus fort que les autres par example.
II en a ete ainsi avec Ben Ali chaudement felicite fin 2008 par
le FMI pour sa politique judicieuse et la bonne tenue de son
economic avant d'etre qualified deux ans et une revolution plus
tard d'odieux dictateur. Tout comme Moubarak, ce bon eleve
du FMI qui avait fait faire a I'Egypte des "progrks significatifs"


pouvant servir d'exemple.
Ce qui est sOr, c'est que les peuples accules a la misere se re-
biffent. La crise global du capitalism et le declin constate des
puissances imperialistes leur ont offer une opportunity qu'ils
ont saisie au bond. Ce declin est tel qu'aucun pays capitalist
n'est en situation de pouvoir se substituer aux Etats-Unis de-
faillants pour diriger un nouveau system de contr6le du
monde. Pas meme I'Union europeenne, elle-meme en mau-
vaise posture.
Cela ne signifie pas bien sOr que les USA sont definitivement
hours jeu, comme le prouvent les multiples manceuvres en course
pour tenter de limiter la casse. Les "revofutions"arabes n'abou-
tiront pas necessairement a leur terme. Certaines s'essouffle-
ront, d'autres seront sans doute r6cup6eres. Mais la n'est pas
I'essentiel. La demonstration a ete faite que la mobilisation ac-
tive des peuples est en measure, une fois la peur et I'apathie sur-
montees, de venir a bout de n'importe quel dictateur. Et cet
enseignement n'est pas pret d'etre oublie. II n'y a qu'a voir la de-
termination des Tunisiens et des Egyptiens toujours mobilises
et qui ne semblent pas reellement disposes a en rester la pour
s'en convaincre. Voila qui augure bien de I'avenir.
K Solaris


Monbe arabe: Le sort incertain aes revolutions.


Le sort des revoltes et des revolutions qui secouent le monde
arabe depuis maintenant deux mois parait des plus incertains.
Tant la perspective, pour elles, de deboucher sur des gouver-
nements veritablement democratiques semble incertaine. D'au-
tant que dans les deux pays oO s'est level le vent de liberty qui
souffle sur les pays de la region, les administrations civiles et
militaires qui se sont substitutes aux dictateurs dechus ne sem-
blent guere pressees de demanteler les structures politiques et
economiques mises en place par les regimes precedents, ni de
favoriser la transition democratique reclamee par le people.
Ainsi, en Egypte, I'opposition rejette les amendments appor-
tes a la Constitution du pays et demand la redaction d'une
nouvelle. De meme, elle juge insuffisantes les measures d'as-
souplissement des criteres de candidature aux elections, don't
la date n'est toujours pas fixee. Elle denonce egalement les res-
trictions a la creation de nouveaux parties politiques toujours ver-
rouillee par les militaires, tandis que dans la rue, des heurts
sporadiques opposent des manifestants aux forces de I'ordre.
Dans la capital tunisienne, de violent affrontements qui au-
raient deja fait cinq morts ont oppose des manifestants a la po-
lice. Vendredi dernier, plus de 100.000 personnel, souvent
jeunes, ont denonce "Ya confiscation de la rivolution"et reclame
"la dissolution du gouvernement provisoire, de fa Cfam6re des di-
putes... et fa creation dune assem6bee constituante" pour instituer
un veritable regime parlementaire.
En outre, les manifestants exigent une amnistie general, la
dissolution du Rassemblement constitutionnel democratique,
le parti de Ben Ali, ainsi que le jugement des dignitaires de I'an-
cien regime. Dimanche, ils ont contraint le premier ministry de
transition issu de I'ancienne equipe de Ben Ali a la demission.
II a ete replace par un ancien ministry de I'equipe de I'ere
Bourguiba.
Nombre d'observateurs ont exprime leur crainte de voir le pays
s'enfoncer dans le chaos si le gouvernement transitoire tardait
a repondre aux exigences de la rue.
A Aden, la capital du Yemen et de la contestation centre le
president Saleh, de veritables scenes de guerre se sont de-


roulees dans la nuit de vendredi 27 a samedi 28 fevrier, pro-
clamee 'journie du ibut de fa fin du regime L'intervention
muscle des services de security et de l'armee a fait au moins
cinq morts et plusieurs dizaines de blesses.
La contagion a gagne I'Arabie-Saoudite, royaume feodal,
riche en petrole, a la solde des Etats Unis. Dans ce pays oO la
moindre contestation etait reprimee, une centaine d'intellectuels
demandent I'abolition de la monarchie absolue symbolisee par
le vieux roi Abdallah, I'instauration d'une monarchie constitu-
tionnelle, la separation des pouvoirs et I'adoption d'une consti-
tution.
Pour tenter de calmer la contestation, le roi a do accorder une
augmentation de salaire de 15% a tous les fonctionnaires, des
aides supplementaires aux etudiants et gracier tous les detenus
pour des delits financiers(!).
De plus, il a annonce une serie de measure pour lutter centre le
ch6mage.

La Lybie, 6picentre bu seisme qui agite te monbe arabe
Mais c'est sur la Lybie que se concentre I'attention de tous les
observateurs.
Quinzejours apres le debut de 'insurrection centre le regime de
Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, le pays a bas-
cule dans la guerre civil.
Alors que dans I'ouest oO se trouve Benghazila deuxieme ville
du pays, I'opposition tente de mettre en place une administra-
tion provisoire, les villes de I'est oO se trouvent les principaux gi-
sements petroliers passaient les unes apres les autres sous le
contr6le des emeutiers. La capital Tripoli oO le regime a
concentre I'essentiel de ses moyens de repression resiste en-
core.
Et Kadhafi ne lesine pas sur les moyens pour mater les insur-
ges, allant jusqu'a offrir une aide de 300 dollars a chacun de
ses partisans. Pourjustifier la repression, il a brandi la menace
d'AI-Qaida, accuse d'attiser les feux de la revolte.
Mais la defection de plusieurs ministres et diplomats libyens
tant dans le pays u'6 I'6tranger affaiblit jour apres jour le re-


I I I 44 ',,.


-~~-~~-~-


PAA1 LE MO E _






http://www.ioural-justice-martinique.com


gime.
En reponse aux appeals des manifestants qui souhaitent son de-
part, le colonel Kadhafi a replique que son pouvoir en tant que
"guide de [z revolution" etait seulement "moraF et qu'il n'avait
pas le pouvoir "defaire appfiquer[es Iois" Se comparant, a I'oc-
casion a la reine d'Angleterre.
Pourtant, il pretend lutter )jusqu'a (a derniregoutte de sang"pour
sauver sa "revolution", tandis que I'un de ses fils tente de tenir
un language plus modern vis-a-vis des emeutiers.
II n'empeche que de multiples
temoignages denoncent une
sanglante repression organisee
par le clan Kadhafi avec I'appui
de mercenaires strangers qui
procederaient a des executions
sommaires de blesses, jusque
dans les h6pitaux.
Face a la violence des com-
bats, plus de cent mille etran-
gers ont deja quitt6 le pays, par
les voles aerienne et maritime
ou a travers la frontier avec la
Tunisie.
Mais force est de constater
que, derriere leurs declarations
martiales les dirigeants Occi- .
M. Kadhafi parait
dentaux se montrent tries pru-
dents face a la situation en
Lybie.
Certes, les principaux chefs d'Etat occidentaux ont condamne
en des terms plus ou moins durs la repression dans ce pays.
Plusieurs pays annoncent avoir bloque les avoirs de la famille
de Kadhafi & I'etranger. L'ONU a adopted un project de resolution
ihstituant un embargo sur les armes et le gel des voyages des
diplomats libyens, tandis que les Etats Unis se disaient "prfts"
a fournir "toute aide" aux opposants et a positionne ses forces


de p


navales et aeriennes face a la Lybie.
Une autre resolution adoptee a I'unanimite vise a saisir la Cour
Penale Internationale d'une plainte contre les dirigeants libyens
pour crime contre I'humanite.
Par contre, beaucoup ont note que la responsible de la diplo-
matie de I'Union europeenne, Catherine Ashton n'appelle pas
au depart de Kadhafi, se contentant a I'exhorter "'c cxuvrer en
vue dune solution plus pacifique de la situation... Car loin des
soucis du people libyen, plusieurs pays de la Mediterranee don't
notamment la France et I'ltalie sont d'abord preoccupes
par leurs interests economiques-
Spetroliers notamment- et par le
risque d'afflux d'immigrants don't
Kadhafi assurait le contr8le.
Par delay les informations diffu-
sees par les media occiden-
S' taux, il convent de s'interroger
sur les aspects caches des ve-
nements qui agitent le monde
arabe.
Car il est vrai que le regime de
Kadhafi, a I'origine avait adopted
une strategic anti occidentale et
anti imperialiste. II a ensuite
bascule dans la dictature et
dans le terrorism. II n'en de-
lus en plus isol6 meure pas moins vrai que les
pays occidentaux se montrent


beaucoup moins virulents envers les monarchies petrolieres et
feodales du moyen Orient qui pietinent allegrement les droits de
I'homme.
Pourquoi n'appellent-ils pas a renverser les autres monarchies
feodales du Moyen Orient comme ils appellent les Libyens a se
defaire de Kadhafi ?
La democratic et la defense des droits de I'homme ne sauraient
etre a geometrie variable.


FLASH-HEBDO


lunai 21 fevrier
FRANCE Croissance en berne (1,5 % seulement), deficit ex-
terieur de 51,4 milliards d'euros, ch6mage en hausse (+ 3 %),
deficit budgetaire de pres de 150 milliards d'euros,... 2010
confirm la dangereuse erosion de I'economie francaise.

marbi 22 fvrier
JAPON Le gouvernement japonais se dote pour la premiere
fois depuis la fin de la second guerre mondiale d'un service de
renseignement exterieur (sur le module de la CIA). Les princi-
paux pays vises sont la Chine et !a Coree du Nord.

mercreai 23 fevrier
ARABIE SAOUDITE Plus qu'inquiet face aux soulevements
populaires dans le monde arabe, le roi Abdallah d'Arabie, de
retour de sa convalescence au Maroc, se hate de debloquer
toute une serie d'allocations et de measures sociales a titre pre-
ventif. On ne sait jamais dans un pays oO le chomage atteint
des sommets.

euai 24 f vrier
SOMALIE De yiolents affrontements opposant les forces de,
paix de I'Union africaine aux combatants islamistes radicaux


ont fait 20 morts et 51 blesses, essentiellement des civils, a Mo-
gadiscio.

venbre6i 25 fdvrier
CHYPRE Ouverture a Nicosie de la Rencontre international
organisee par I'AKEL (parti des communists chypriotes ac-
tuellement au pouvoir) sur le problem de la lutte du people pa-
lestinien contre I'occupation israelienne.

samebi 26 fvrier
IRAK La revolte populaire touche a son tour I'lrak malgre I'etat
de guerre. Des milliers de manifestants "en colere" descendus
dans la rue, s'attaquent aux batiments symbols du pouvoir et
aux forces repressives. On denombre des dizaines de morts et
de blesses.

aimanche 27 fevrier
ETATS-UNIS La croissance economique US (moteur de I'eco-
nomie occidentale) a ete revue a la baisse (2,8 % au lieu des
3,2 % escomptes). La dette publique est devenue telle qu'elle
plombe tous les efforts entrepris pour sortir de la crise.
K. Solaris


, I i* ',,.


PAS, LE rMmNs








http://wwwioumal-iustice-martinique. com


L'EMERAUDE
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 97 000 EUROS
DIVISE EN 6 315 PARTS
SIEGE SOCIAL:
11 RUE HOMERE CLEMENT
97240 LE FRANQOIS
R.C.S : FDF 97 B 316
SIRET: 411 664 550 00018
CODE APE: 5610 C
AVIS DE REPLACEMENT
DE LA GERANTE
Aux terms d'une decision de I'associb
unique en date du 17 fevrier 2011, Ma-
dame Eric LABON a 6et nommee Ge-
rante de la society a computer du 17
fevrier 2011 en replacement de Ma-
dame LUCCIN Germaine Aimeranthe
ayant cesse ses functions a ladite date du
17 fevrier 2011
Pour avis
LA GERANTE FB 3898

STARLETTE BEAUTE
SARL
AU CAPITAL DE 8250
SIEGE SOCIAL 76, BIS, RUE ERNEST
DEPROGES
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE 45203184
Aux terms d'une assemblee g4nerale
extraordinaire en date du 16/02/11, les
associes ont decide de transferer a
computer du 21/02/11 le siege social qui
etait au 76 bis, rue ernest DEPROGES
est transfer a I'adresse suivante :
70, rue Joseph LAGROSILLIERE,
97220 TRINITE.
L'article 4 des status a ete, en conse-
quence, mis A jour.
Le dep6t legal sera effectue au registre
du commerce et des societies de Fort de
France
Pour avis et mention,
La Gerante
BRUNOIR Reza FB 3899

AVIS DE MODIFICATION
AUTO SERVICES
SARL
AU CAPITAL DE 18 293.88C
SIEGE SOCIAL ZONE ARTISANALE
LA LAUGIER
97215 RIVIERE SALEE
RCS Fort de France 43866728
Aux terms d'une assemblee general
extraordinaire en date du 10/02/11, les
associes ont decide de transferer a
computer du 14/02/11 le siege social qui
etait a La Zone Artisanale La Laugier,
97215 Riviere Salee est transfer a
I'adresse suivante:
70, rue Joseph LAGROSILLIERE,


97220 TRINITE.
L'article 4 des status a ete, en conse-
quence, mis a jour.
Le depot legal sera effectue au registre
du commerce et des societies de Fort de
France
Pour avis et mention,
Le Grant: Lambert BORNE FB 3900

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
8 fevrier 2011, a Fort de France, il a et6
constitute une society a responsabilite li-
mitee don't les caracteristiques sont les
suivantes :
Denomination social : LES GOURMAN-
DISES FOYALAISES SARL
Enseigne commercial : LA YOLE
BLEUE
Duree : 99 ans
Au capital de 10 000 euros
Siege social : 11 Boulevard du General
de Gaulle
97200 FORT DE FRANCE
Objet: Patisserie, Boulangerie et Traiteur
Grant: William DUVENTRU demeurant
Residence Vent d'Ouest
Route de la Fontaine Didier
97200 FORT DE FRANCE
La society sera immatriculee au Registre
du commerce et des societies tenu au
Greffe du Tribunal de Commerce de Fort
de France
Pour avis et mention,
Le Grant FB 3901

CONVOCATION DANS UN JOURNAL
D'ANNONCES LIGALES
"CAISSE DE CREDIT MUTUEL
DE RIVIERE SALEE.
ZONE ARTISANALE LA LAUGIER
97215 RIVIERE SALEE
Les societaires sont convies aux Assem-
blees Generales de la Caisse ci-dessus
qui sont convoquees par le conseil d'ad-
ministration aux dates suivantes :
A) En Assemblee Generale Extraordi-
naire le mercredi 23 mars 2011 a 15
heures au siege de la Caisse, sis a la
Zone Artisanale La LAUGIER 97215 RI-
VIERE SALEE
afin de deliberer sur le project de modifi-
cation des status type des Caisses avec
I'ordre du jour suivant :
1. Constitution du bureau de I'Assemblee.
2. a) Modification des status type des
Caisses portant sur I'article 6 Parts so-
ciales replace par le texte suivant.
Art. 6 Parts sociales
La categorie B don't la valeur nominal
est fixee a 1 euro, avec un minimum de
detention, de souscription et de rachat de
100 parts.
Ces parts sont negociables.


Le nombre maximum de parts B qu'un
societaire peut souscrire est limited a
50000.
...Les parts de la categories B sont libe-
rees entierement a leur souscription.
Les conditions de souscription, de r6mu-
neration et de remboursement des parts
B sont fixees par le Reglement General
de Fonctionnement......
Le reste sans changement.
2.b) Modification des status type des
Caisses portant sur I'article 7 Objet -
remplace par le texte suivant:
Art. 7 Objet
Les excedents de gestion aprbs, le cas
echeant, remuneration des parts sociales
-seront affects en totality a la constitu-
tion de fonds de reserve, a I'exclusion de
toute autre repartition entire les socie-
taires.
Le reste sans changement.
2.c) Modification des status type des
Caisses portant sur I'article 10 A Ad-
mission remplac6 par le texte suivant:
Art. 10- Admission
...a. Les personnel physiques majeures
- ayant leur domicile
-ou exergant leur profession
- ou etant inscrites au r6le d'un imp6t
- ou ayant un interet personnel ou familial
dans la circonscription definie a I'article 2
B des presents Statuts ;
b. Les personnel morales ayant :
- leur siege social ou un etablissement
- ou un interest economique
-ou don't I'un des dirigeants ou associes
a un interet personnel ou familial
dans la circonscription definie a I'article 2
B des presents Statuts.
Le reste sans changement
Art. 11 Retrait
Les ayants droit d'un societaire decade
sont egalement tenus de rembourser de
plein droit et sans delai toutes les
sommes que le defunt doit a la Caisse,
sauf a beneficier de terms ou delais ac-
cordes par le Conseil d'Administration de
la Caisse.
Le rest sans changement.
Art. 32- Remuneration du capital
Les parts de capital peuvent, sur decision
de I'Assemblee Generale, recevoir une
remuneration dans les limits du taux
maximum fixed par la loi du 10 septembre
1947.
Les excedents de gestion apres, le cas
echeant, remuneration des parts sociales
- sont affects en totality a la constitution
de fonds de reserve, a I'exclusion de
toute autre repartition entire les socie-
taires.
Conformement a I'article 18 B des status
type des Caisses, la present Assemblee
General ne pourra deliberer que si la


majorte des 2/3 des societaires sont pre-
sents ou represents.
C'est pourquoi, dOs a present, le conseil
administration convoque une deuxieme
Assemblee Generale Extraordinaire qui
sera appelee a se tenir si le quorum des
2/3 des societaires n'est pas reuni (voir
point "B" ci-apres).
B) en Assemblee Generale Extraordinaire
le samedl 09 avril 2011 A 9 heures a la
Maison des Associations sis rue du 22
mai 97215 Riviere Salee.
Qui sera suivie immediatement de I'As-
sembl6e Generale Ordinaire et dans les
memes locaux que celle-ci.
L'ordre du jour de la dite Assemblee figu-
rant au point C suivant.
Cette deuxieme Assemblee Extraordi-
naire est convoquee pour se tenir dans
I'hypothese o0 le nombre minimum requis
de societaires ne peut etre reuni lors de la
premiere Assemblee Generale Extraordi-
naire convoquee ci-dessus afin de deli-
b6rer sur I'ordre du jour precise ci-dessus
sous point "A" pour la premiere Assem-
blee Generale Extraordinaire.
C) Ordre du jour de I'Assemblee Gene-
rale Ordinaire :
-Bienvenue ouverture de I'Assemblee ,
constitution du bureau.
-Compte rendu d'activite
-Presentation du bilan et du compete de
resultat
-Rapport du Conseil d'Administration et
certification des comptes.
-Approbation du bilan et du compete de re-
sultat. Affectation du r6sultat.
-Resolutions, quitus et d6charge au
Conseil d'Administration.
-Reponses a vos questions
-Allocutions de I'invite d'honneur
-Cloture de I'Assemblee
Le Conseil d'Administration de la Caisse
de Credit Mutuel de Riviere Salee..."
FB 3902

SOGEXCAM
SOCIETY PAR ACTIONS SIMPLIFIEE
AU CAPITAL DE 50.000 EUROS
DON'T LE SIEGE SOCIAL EST SITUE
RUE DES ALIZES
97233 SCHOELCHER,
CONSTITUTION AU RCS
DE FORT DE FRANCE (972)
AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 17.
fevrier 2011, est constitute la Societ6
presentant les caracteristiques suivantes:
FORME : Societe par actions simplifiee
DENOMINATION : SOGEXCAM
CAPITAL : 50.000 euros
SIEGE : rue des Alizes 97233 Schcel-
cher
OBJET :toutes operations commercials


PART COMMUNIST MARTINIQUAIS
Bulletin b'abh6sion

P 7'adl//e au Pa_-t CommaSae HparaniiuCs

Nom : ................................. Prenom : .................................
A ge :................ P rofession : ....................................................
A d re sse : ........................................................ ....................



Te l. : ................ ......................... .........
Date et signature



Bulletin a remettre A un militant ou adresser:
P.C.M angle des rues E. Zola et A. Aliker B.P 4069 TSV
97200 Fort de France Tel : 0596 71 86 83


Abonnez-vous d Justice
Je desire recevoir "Justice" chaque semaine a mon domicile
Nom : ...---- -Prenom :
Adresse exacte :

------------------ --------------- --- ---- ------- -----
Code Postal :_ - -.... Ville : - -...
Telephone :- - -_ .-- - - - - - -


Martinique
Guadeloupe/ Guyane
France


1 an
Q 80
Q 86 E
100 e


6 mois
Q 45
U 48
Q 55


3 mois
Q~ 32 E
Q 35 E
Q 40


Retourner ce bulletin a
Society des Editions "Justice"- BP 4031 46 rue Andr6 Aliker
97200 FORT DE FRANCE CEDEX
Tel.: 05 96 71 86 83 / e-m @ il : ed.ustice@wanadoo.fr


J~tA nno"1! "


EkL euh-4 Mri 017juit'Cen* ,9 -Pag 1,








http://www.iournal-justice-martinique.com


se rapportant A I'exploitation de tout fonds
de commerce de casino, bar, grill, res-
taurant, discotheque, I'achat, la vente, la
prise en location-g6rance de tous 6tablis-
sements pratiquant tout ou parties des ac-
tivites ci-dessus
DUREE: 99 annbes
ADMISSION AUX ASSEMBLEES ET
DROIT DE VOTE: Tout associe peut par-
ticiper aux assemblies sur justification de
son identity et de I'inscription en compete
de ses actions. Chaque associe dispose
d'autant de voix qu'il possede ou repre-
sente d'actions.
AGREMENT : sont libres les cessions
d'actions au profit des membres du
Conseil et les cessions d'actions par une
personnel morale associee a une society
qu'elle contr6le ou qui la contr6le. Toute
autre cession d'actions est subordonnee
A I'exercice d'un droit de pr6emption et
toute cession d'actions A un tiers etran-
ger A la Societe est subordonnee a I'exer-
cice du droit d'agr6ment.
DIRECTION :
President du Comite Executif : Monsieur
Bruno GENDROT, demeurant A r6si-
dence "les Cascades de Madiana", ap-
partement B41, 25 rue Vincent Plakoly,
97233 Schoelcher.
President du Conseil : Monsieur Henri
ERNOULT, demeurant Villa Castella-
mare, Alle du Champ Bertin, 97200 Fort
De France.
Vice-President du Conseil : Monsieur
Jacques ASSIER DE POMPIGNAN, de-
meurant habitation Trianon,
97240 Le Frangois.
Membre du Conseil:
- Monsieur Henri ERNOULT, demeurant
Villa Castellamare, Alle du champ Bertin
A Fort de France (97200).
- La society KOUROS, SC au capital so-
cial de 1 600 euros; siege social: Trianon
- 97 240 Le Francois ; immatricglie A
Fort de France sous le n* 391 549.318,
represented par son grant, Monsieur
Jacques ASSIER de POMPIGNAN.
- La society HOLMEX, SAS au capital de
2.597.820 euros ; siege social : Habita-
tion Saint Etienne, 97213 Le Gros Morne
; immatriculee A Fort de France sous le
n 399 530 203, represented par son di-
recteur g6n6ral, Monsieur Jos6 HAYOT.
COMMISSAIRES AUX COMPTES TITU-
LAIRE : Monsieur Laurent YVON, de-
meurant A centre d'affaire Dillon Express,
lotissement Dillon Stade, 97200 Fort De
France.
COMMISSAIRES AUX COMPTES SUP-
PLEANT : Monsieur Richard WILL, de-
meurant au 2, boulevard de la
Republique, BP 408, 97329 Cayenne
Cedex.
IMMATRICULATION :au RCS de Fort de
France.
Pour avis, FB 3903

ELY MAR
SOCIETY ANONYME EN
LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 99.091,86 EUROS
SIaGE SOCIAL: IMMEUBLE FLASH
POINTE SIMON
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE
TMC 338 174 873
AVIS DE PUBLICITY
Aux terms du proces-verbal de I'assem-
blee gen6rale extraordinaire du 18 fevrier
2011, il a 6te d6cid6 la dissolution antici-
pee de la Soci6t6e computer du 18 fevrier
2011 et sa mise en liquidation.
L'assemblee general susvis6e a nomm6
comme Liquidateur Henri ERNOULT, de-
meurant Villa Castellamare, Alle du
Champ Bertin, 97200 FORT DE
FRANCE, avec les pouvoirs les plus
etendus pour realiser les operations de li-


quidation et parvenir A la clbture de celle-
ci.
Le siege de la liquidation est fix6 chez
GROUP COGIT Rue des AlizBs BP
7133 97277 SCHOELCHER.
Mention sera faite au RCS de FORT DE
FRANCE.
Pour avis FB 3904

SARL DEFISCALLIANCE
AU CAPITAL DE 45 000,00 EUROS
SIEGE SOCIAL : 17 RUE EUGENE
EUCHARIS LOT DILLON IMMEUBLE
DILLON 3000 STADE
97200 FORT-DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
SOUS LE NUMERO 434 199 873,
Aux terms d'une deliberation en date du
01 f6vrier 2011, I'Assemblee G6nerale
Extraordinaire a d6cid6 de restreindre
I'objet social aux activities de conseil en
gestion de patrimoine, les transactions
immobilieres, la gestion immobiliere, le
courage en assurances et de modifier en
consequence I'article 2 des status.
Ancienne mention
La Soci6t6 a pour objet:
Le conseil en nouvelle technologies, le
conseil en gestion de patrimoine, les
transactions immobilibres, la gestion im-
mobiliere, le courage en assurances.
Nouvelle mention
La Soci6t6 a pour objet:
Le conseil en gestion de patrimoine, les
transactions immobilieres, la gestion im-
mobiliere, le courage en assurances.
Le rest de I'article demeure inchang6.
La Gerance FB 3905

SARL DEFISCALLIANCE
AU CAPITAL DE 45 000,00 EUROS
SIEGE SOCIAL : 17 RUE EUGENE
EUCHARIS LOT DILLON IMMEUBLE
DILLON 3000 STADE
97200 FORT-DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE SOUS LE
NUMERO 434 199 873,
Aux terms d'une deliberation en date du
01 f6vrier 2011, I'Assembl6e Genbrale
Extraordinaire a decide de transftrer le
siege social du. 11 Rue des Arts et Me-
tiers Immeuble Avantage- Lot. Dillon
Stade 97200 Fort-de-France au 17 rue
Eug6ne Eucharis Lot Dillon Immeuble
Dillon 3000 stade 97200 Fort-de France,
et ce A computer du 01 f6vrier 2011 et de
modifier en consequence I'article 4 des
status.
Ancienne mention:
Le siege social est fix6 11 Rue des Arts et
Metiers Immeuble Avantage- Lot. Dillon
Stade 97200 Fort-de-France,
Nouvelle mention :
Le siege social est fix6 A computer du 01
fevrier 2011:
17 rue Eugene Eucharis Lot Dillon Im-
meuble Dillon 3000 stade 97200 Fort-de
France
Le rest de I'article demeure inchange.
La Gerance FB 3906

AVIS DE LIQUIDATION
MEDANBA II
SociBet en nom collectif en liquidation
au capital de : 254 605 .10Euros
siege : PROMENADE SAINT MARTIN
02000 LAON
410 156 905 RCS de Fort-de-france
L'assembl6e g6nerale reunie le
23 octobre 2010 a approuv6 le comtpe
d6finitif de liquidation, d6charge Monsieur
G6rard TALLOTTE de son mandate de li-
quidateur, donri6 A ce dernier quitus de
sa gestion et constate la cl6ture de la li-
quidation A computer du jour de ladite
assemble
Les comptes de liquidation seront d6po-
ses au greffe du tribunal de commerce de
Fort de france, an annexe au registre du


commerce et des societes immobilieres, et toutes operations s'y rat-
Pour avis le liquidateur FB 3907 tachant
duree 99 ans
MODIFICATION STATUTAIRE capital: 5000 E
SOCIAL grant : Erick ORVILLE
PRO-MED INDEPENDANT adresse : 13 av Anse Madame 97233,
SARL AU CAPITAL DE 1500C SCHOELCHER
SIEGE SOCIAL: 13 KASSAV RES Immatriculation au registre du commerce
STUDIOTEL 97233 SCHOELCHER en course
RCS : TMC 500 343 538 Pour avis la gerance FB 3912
N GESTION 2007 B 1741
Aux terms du proces verbal de delibera- AVIS DE CONSTITUTION
tion de I'assemblee g6nerale qui s'est Au term d'un acte sous seing prive en
tenue au sibge de la society le 9 janvier date du 30 novembre 2010, il a 6t6 consti-
2011, le grant et associe unique de la tu6 une society A responsabilit6 limited
SOCIETE PROD-MED INDEPENDANT, presentant les caracteristiques suivantes
Monsieur LEGRAND -CASTOR Philippe Denomination social MABOUYA SER-
demeurant : A fort de france a decide VICES
- la reprise d'activite de la society apres capital : 500 divise en 25 parts de 20E
mise en sommeil a computer du 1 er janvier apports en num6raire 500E
2010, siege social : ancienne Unsine quarter
- le transfer du siege social du 13 Kas- Gradis
sav res STUDIOTEL 97233 SCHOEL- 97218 BASSE POINTE
CHER au 12 GAIAC res Grand Village objet: la creation et I'exploitation d'entre-
97233 SCHOELCHER prise de desinsectisation, de traitement
Pour avis, antitermites et anticryptogamique de les-
le Grant FB 3908 sivage de conservation et toutes opera-
tions pouvant se rattacher A I'objet social
AVIS DE CONSTITUTION dur6e : 99 annees a computer de son im-
Suivant acted sous seing prive en date du matriculation au registre du commerce et
17 janvier 2011, il a 6td constitute une des societies
Soci6et civil immobiliere au denomina- Gerant : Monsieur Arthur TREBEAU
tion social de JOKENACA au capital demeurant : 7 place de la resistance
de : 1 000 97218 GRAND RIVIERE
au siege social : lotissement Beausoleil la society sera immatriculee au registre
Bois carre 97232 LE LAMENTIN du commerce et des societes de fort de
objet : I'acquisition, I'administration et la france
gestion par location ou autrement de tous pour avis FB 3913
immeubles et bien immobiliers
dur6e : 99 ans A computer de son immatri- AVIS DE CONSTITUTION
culation au registre de commerce et de le ler f6vrier 2011, a 6t6 constitute une
tous immeubles et bien immobiliers EARL ayant les caracteristiques
ont 6tA nommes grant et co-gerant: suivantes
M K6muel et pierre-Celestin Joseph Objet : production vente de products agri-
CASASSE FB 3909 coles et toutes les activities agricole
connexes
AVIS DE TRANSFER DE SIEGE Denomination EARL
SEP SECURITY ENVIRONNEMENT COLLINE AUX COLIBRIS
PROTEGE siege social : quarter Ermitage Lacroix
CAPITAL DE 7 500 C n75 97212 SAINT JOSEPH
SIEGE SOCIAL duree : 99 ans
RESIDENCE ST MAXIME capital social : 7500E apports en numA-
N 1 ROUTE DE L'UNION DIDIER raires 75006
97200 FORT DE FRANCE grants : Mademoiselle BELLIARD
RCS : 40197430800017 APE 452P Fabienne Nicaise
Suite & I'assemblee general extraordi- demeurant appt n* 4 res la Brise
naire de 10 janvier 2011, avis a etA donned impasse Gervaise Palmiste
de la nouvelle du siege de la society. : 97232 LE LAMENTIN
Residence Pac de Cluny BAtiment Hen- Madame BELLIARD Marie Ange
riette n" 42 97200 Fort de France demeurant: quarter Ermitage Lacroix
L'ssembl6e G6enrale modifie I'adresse n 75 97212 SAINT JOSEPH
mentionnee aux status. La soci6et sera imatriculee au R.C.S.
Pour la society de Fort de France FB 3914
Gerard DESCAS FB 3910
AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
AVIS DE CONSTITUTION EURL PLASTIC PULP, AU CAPITAL
En date du 24.02.2011, il a Bet constitute t DE 4000C
une : EURL siege social : 4 chemin Bois Thibault
pr6sentant les caracteristiques suivantes Didier appt 5 97200 Fort-de-france
denomination : MTR Services aux terms d'une deliberation en date du
Adresse du siege Pr6fontaine 15 fevrier 2011, I'assemblee general ex-
Riviere Pilote 97211 traordinaire de I'associe e la society
objet: service A la personnel EURL PLASTI PULP A decide la dissolu-
duree 99 ans tion complete de la soci6t6
capital: 1400 Madame M'BARECK-GRANGE Mailem-
nom du grant: ROME Maguy Th6rbse nine en est nomme liquidateur le siege de
adresse : Prefontaine la liquidation est fix6 au siege social
Riviere Pilote 97211 2010B 579 RCS de fort de france
Immatriculation au registre du commerce grant : Madame M'BARECK-GRANGE
en course Mailemnine FB 3915
Pour avis la gerance FB 3911
AVIS DE CONSTITUTION
AVIS DE CONSTITUTION Aux terms d'un acted sous seing prive en
En date du 22.02.2011, il a 6t6 constitute date du 21 fevrier 2011, il a ete constitute
une : S.C.C.V une society pr6sentant les caracteris-
presentant les caracteristiques suivantes tiques suivantes :
denomination : AUR.OR.E denomination social : EQUIPROTECH
Adresse du siege : 13 avenue ANSE forme social : society A responsabilite li-
MADAME mitee
objet : acquisition de foncier, promotion siege social : BAt D4 riviere roche


V / I I* ',,, I~ll~r


[ ANNOKv fALE5








http://www.ioural-iustice-martinique. com


97200 Fort-de-france
objet social succinct : prestation de ser-
vices, maintenance et service apres
vente pour tous equipements profession-
nels et materials de grande cuisine et tout
types de prestations ayant un rapport
avec I'objet principal
duree de la society :99 ans a computer de
la date d'immatriculation de la society au
R.C.S.
capital social : 70 000.00 divises en 100
parts chacune entierement liberees nu-
merotees de 1 a 700 et attributes aux as-
socies en proportion de leur apports
respectifs A savoir a Miguel NELLER a
concurrence de 51 parts sociales portant
les numerous 1 a 51.
a EQUIP' PRO SAS ; 49 parts sociales
portant les numerous de 52 a 100.
gerance : Monsieur Miguel NELLER
demeurant : rue des Alizes Petite Anse
97217 Anses d' Arlets
RCS Fort de France FB 3916

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 21 fevrier 2011, il a ete constitute
une society ayant les caracteristitques
suivantes :
denomination : INITIO
Forme social : EURL
Siege social : immeuble Fratome ZA
Cocotte canal 97224 DUCOS
objet social : realisation d'etudes et tra-
vaux relatifs a la topographie, la geode-
sie, la geologie, I'urbanisme,
I'amenagement, les travaux publics I'ar-
chitecture, I'expertise immobilieres, la
maitrise fonciere
duree 99 ans
capital social : 8000
grant : Guylene MOUROUGANDY
immatriculation au registry du commerce
et des society de fort de france
pour avis la gerance FB 3917

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
SARL MADININA TERRASSEMENT
S/C CEDRIC WILLY BARCLAY
QUARTER DUROCHER
97232 LE LAMENTIN
SIRET : 491 358 966 00019
Reunis le 27 decembre 2010, les asso-
cies ont pris acte de la demission de Ma-
demoiselle Evryna BARTHELEMY en sa
quality de co-gerant de Madinina Terras-
sement Sari
Monsieur Cedric BARCLAY co-gerant
devient en consequence grant unique
de Madinina Terrassement cette decision
prend effet au 01 janvier 2011 pour une
duree indeterminee
Pour avis la gerance FB 3918

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donne de la constitution de
I'EURL
LADY'S COSMETICS
au capital de 2 000
siege social: chez Mme Anaelle BAKER
11 residence les Oreades sans Pareil
97215 RIVIERE SALEE
objet : central d'achat, grossite, import-
export de products cosmetiques (corps et
cheveux)
duree :99 ans a computer de I'immaticula-
tion au registre du commerce et de so-
ciete de Fort de france
Gerante : Mme Anaelle BAKER,
demeurant 11 residence les Oreades
Sans Pareil 97215 RIVIERE SALEE
nommee pour une duree indeterminee
FB 3919

AVIS DE CESSION DE PARTS
SOCIALES
Par assemble general extraordinaitre
en date du 15/12/2010
les associes de la SARL POLES CA-


RAIBES society au capital de 90 0004
don't le siege est sis au centre commerci-
cale de Bellevue 97200 Fort-de-france.
Se sont reunis en vue d'approuver la ces-
sion de parts sociales de Monsieur
BEAUFILS Michel associe sortant, au
profit de Monsieur VALBON Avit-Lude as-
socie entrant
cession de 1800 parts sociales, approu-
ves par assemble general extraordi-
naire au prix de zero euro accepted par le
cessionnaire
le grant Monsieur Pierre CORONADO
est reconduit dans ses functions par as-
semblee spare et du meme jour et
meem date.
Les status seront mofifies comme suit
Monsieur BEAUFILS Michel associe sor-
tant et cedant et Monsieur Avit Lude VAL-
BON associe entrant
Pour avis le grant FB 3920

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution d'une
society presentant les caracteristiques
suivantes
Denomination social : VITAL INFO
SERVICES
forme : society a responsabilte limited
(S.A.R.L)
Capital: 4500e
siege social :
centre d'affaires californle 2 immeuble
Synergie 97232 LE LAMENTIN
objet social : developpememnt de ser-
vices dedies aux professions liberals
duree : 99 annees A computer de son im-
matriculation au registre du commerce et
des societies
gerance : Monsieur Philippe NEGOUAI
FB 3921

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive il a ete consti-
tue une society a responsabilite limitee a
computer du 5 tevrier 2011 presentant les
caracteristiques sivantes
Denomination social : SMART IN OFF
(S.I.O)
capital : en numeraire :75004
siege social : n" 4 & 5 rue Georges Eu-
charis bat 1 A immeuble Dillon
express 97200 Fort-de-france
Objet: la production de matrices sonores
originales sur bandes, cassettes, CD, la
mise a disposition des enregistrements,
leur promotion et leur distribution aupres
de grossistes, de detaillants ou directe-
ment aupres du public
I'enregistrement sonore en studio oO ail-
leurs, y compris la production d'emissions
de radio enregistrees
I'edition musical, activities d'exploitation
des droits (copyright) associes aux com-
positions musicales, de promotion, d'au-
torisation et d'utilisation de ces
compositions dans des enregistrements, a
la radio a la television, dans des films,
des spectacles, sur des supports impri-
mes ou dans d'autres medias. Les unites
actives dans ce domaine peuvent detenir
les droits de propriety intellectuelle ou
agir pour le compete de leur detenteur
duree 99 ans
grant : Impasse des glycines, residence
Oceane 97233 Schoelcher, de nationa-
lite frangaise ne le 4 juillet 1967 a Paris,
celibataire chef d'entreprise P.M.E
la society sera immatriculee au registre
des commerce et des society de Fort de
France FB 3922

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 21/02/2011, il a ete constitute
une EURL presentant les caracteristiques
suivantes:
Denomination :LIOR DISTRIB
Adresse du siege social :
Entree Cherubin Californie


Lamentin 97232
Objet: Publicite
Duree : 99 ans
Capital: 1000 a
Nom du Gerant: LORON Roger
Adresse : Entree Cherubin Californie
Lamentin 97232
Immatriculation au registre du commer-
ceen course
Pour avis la gerances FB 3923

AVIS D'AUGMENTATION
DU CA ITAL
ROBERT II
SOCIETY CI VLE IM.OBILIERE
AU CAPITAL DE 1 52 50 EUROS
PORTE A 458 874,49 EUROS
Siege social : 2 avenue des Arawaks
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE 407 946 086
L'Assemblee Generale Extraordinaire
reunie en date du 31 decembre 2010 a
decide et realise une augmentation du
capital social de 457 350 pour le porter
a 458 874,49 par emission au pair de
30 000 parts nouvelles de 15,245 .
En consequence, I'article 7 des status a
ete modified.
Ancienne mention : Le capital social est
fixed a 1 524,50 .
Nouvelle mention: Le capital social est
fixe a 458 874,49 4.
Modification sera faite au Greffe du Tri-
bunal de commerce de Fort de France.
Pour avis
La Gerance FB 3924

ADDITIF AU JOURNAL " N 06 DU 10/02/11 FB3803
AGR CONSTRUCTIONS
25 RUE DARIBO LEANISE
L'ERMITAGE
97200 FORT DE FRANCE
II convient de lire objet social : Menuise-
rie, charpente bois, construction, amena-
gement interieur, vente d'articles relevant
de ce domaine d'activite.
Pour avis FB 3925

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
FJB WEST INDIES BRAND AGENCY
SOCIETY A RESPONSABILMITE
LIMITED AU CAPITAL DE 5000 C
SIEGE SOCIAL: 404, RUE KANN
KRISTALINE, DILLON,
97200 FORT DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
508 274 933
Les associes ont decide aux terms
d'une deliberation en date du 16 fevrler
2011, la dissolution anticipee de la so-
ciete a computer du meme jour et sa mise
en liquidation amiable en application des
dispositions statutaires. Elle a nomme en
quality de liquidateur Monsieur Frederic
Jean-Baptiste, demeurant 404, ue Kann
Kristaline, Dillon 97200 Fort de France a
computer de la meme date. Les associes
ont confer au liquidateur les pouvoirs les
plus etendus pour les operations de liqui-
dation et notamment realiser I'actif et ac-
quitter le passif. Le siege de la liquidation
est fixe au siege social'qui sera le lieu
d'envoi et de reception de la correspon-
dance et celui de la notification des actes
et documents concernant la liquidation.
Les actes et pieces reflatifs a la liquida-
tion seront deposes au greffe du Tribunal
de commerce de Fort de France.
Pour avis et mention,
le liquidateur FB 3926

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte SSP en date & FDF du 11/02/11
Forme SNC
Denomination : JKLM
Siege social : 30, rue du Sur Anse Bon-
neville 97220 Trinite
Objet : Acquisition et location de biens


Capial : 20 000, 00 C
Duree : 50 ans
Gerant : Mr MARIANO Jean Marc de-
meurant au 30, rue du Surf Bonnevile
Tartane 97220 Trinite
RCS de Fort de France
pour avis FB 3927

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 15/02/11, ii a ete constitute
une SARL
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination WANAKAERA PRODUC-
TION
adresse du siege social : 22 Lot. le Soleil
Levant, Quartier Terreville 97233 Schoel-
cher
Objet : Toutes activities relatives a la prio-
duction audiovisuelle
Duree : 99 ans
Capital : 880 E
Nom du grant: Samule CHANOL
Adresse: 22 Lot. le Soleil Levant, Quar-
tier Terreville 97233 Schoelcher
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB 3928

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive du
17 fevrier 2011 a Fort de France, enre-
gistre le 23 fevrier 2011, il a ete constitute
une Societe a Responsabilite Limitee
ayant pour :
Denomination : GR2M
Siege social : rue Justin Rock
97223 Diamant
objet : Restauration rapid, snack, sur
place et a emporter
Duree : 99 ans
Capital 600 4 en numeralre divise en 06
parts de 100 .
Gerant : Madame SAINT PIERE Rika
Placide n 15 residence Dizac
97223 Diamant
La socieet sera immatriculee au RCS de
Fort de France. FB 3929

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRES
STUM BTP
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED
AU CAPITAL DE 2 000 EUROS
SIEGE SOCIAL:
8 ALLEE DES PITONS
97233 SCHOELCHER
500 487 715 RCS FOR DE FRANCE
Par decision du ler janvier 2011, I'asso-
cie unique a adopted la modification sui-
vante :
Transfer du siege social.
En consequence I'article 4 des status a
ete modified de la facon suivante :
Ancienne mention :
Le siege social est fixed a : Les Chau-
mettes n 19 51, route de Didier
97200 Fort de France
Nouvelle mention : le siege social est fixed
au 8, allee des Pitons 97233 Schoelcher
Le rest sans changement
Mention sera faite au RCS : Fort de
France
Pour avis FB 3930

PHARMACIE LA BONNE SANTE
AVIS DE NON DISSOLUTION
Aux terms d'une deliberation en date du
15 septembre 2010, I'assemblee gene-
rale Extraordianire des associes, statuant
en application de I'article L. 223 42 du
Code de commerce, a decide qu'il n'y
avait pas lieu a dissolution de la Societe.
La gerance FB 3931

PHARMACIE LA BONNE SANTE
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 20 000 C
EN COURSE DE REDUCTION ET


euBI ar 2011 utiBe i .p- JFaye l


JA AtvwasfALS








http://www.ioumal-iustice-martinique.com


A i jA I


D'AUGMENTATION A 60 000 EUROS
SIEGE SOCIAL SOCIAL : 54 RUE
ERNEST ANDRE 97232 LAMENTIN
490 786 795 RCS FORT DE FRANCE
Par une deliberation en date du 30 no-
vembre 2010, I'Assemblee G4nerale Ex-
traordinaire a decide :
de reduire le capital social de 20 000
euros a 0 euros, a la suite de pertes, par
voie de reduction du nombre des parts,
sous condition de la realisation definitive
de I'augmentation de capital d6cidee ci-
apres ;
et d'augmenter le capital de 60 000
euros pour le porter a 60 000 euros par
I'6mission au pair de 3 000 parts nou-
velles a liberer en numeraire.
Elle a ensuite constate la souscription et
la liberation des parts ainsi que liberation
du compete courant de I'associe. Elle a
constate en consequence la realisation
definitive de I'augmentation de capital et
correlativement de la reduction prealable
de capital et apporte les modifcations sta-
tutaires rendues necessaires par la dou-
ble operation.
Les mentions anterieurement publiees re-
latives au capital social sont ainsi modi-
flees :
Article 7 Capital social
Ancienne mention :
Le capital social est fixed a vingt mille
euros (20 000 euros)
Nouvelle mention :
Le capital social est fixed a soixante mille
euros (60 000 euros).
La gerance FB 3932

CACEM
AVIS DE MARCH
POUVOIR ADJUDICATEUR
NOM, ADRESSE ET POINT DE
CONTACT
Communaut6 d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cascades III
1, place Francois Mitterrand
97204 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact : M. Pierre Samot, Pre-
sident de la CACEM
Courrier electronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse general du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Adresse du profile d'acheteur (URL)
www.achatpublic.com
TYPE DE POUVOIR ADJUDICATEUR
ET ACTIVITY PRINCIPAL
Autre : Etablissement public de coopera-
tion intercommunale (EPCI)
Services generaux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
non
OBJET DU MARCH
DESCRIPTION :
Intitule attribute au march par le pouvoir
adjudicateur :
Maintenance des installations de gestion
technique du batiment (GTB) et des ins-
tallations electriques du siege de la
CACEM
Type de march et lieu d'execution des
prestations de services :
Services
Cat6gorie de services : n1l service d'en-
tretien et de reparation (article 29 du
CMP).
Lieu principal de prestation : Siege de la
CACEM
Code-NUTS : FR920
L'avis implique : un march public
Description succinte du march ou de
l'achat
Lot 1 : maintenance des installations de
gestion technique du ballment du s:ige


de la CACEM a I'immeuble Cascades III.
Entretien et maintenance du syst6me de
gestion technique du batiment (GTB) en
global, de gestion technique du batiment
des locaux occupies par la CACEM ne-
cessaires A la conduite, la surveillance,
les reglages, I'entretien courant, les me-
nues reparations et les depannages d'ur-
gence du syst4me de-GTB.
Lot 2 : maintenance des installations elec-
triques du siege de la CACEM a I'immeu-
ble Cascades III.
Entretien et maintenance du poste de
transformation HTA/BTA, du Groupe
electrogene et de ses equipements auxi-
liaires, des onduleurs, du TGBT, des ta-
bleaux divisionnaires et de la distribution
general d'energie, de la distribution ter-
minale ( eclairage, prises de courant et
alimentations specifiques), de I'eclairage
de security necessaires a la conduite, la
surveillance, les reglages, I'entretien cou-
rant, les menues reparations et les de-
pannages d'urgence des installations
electriques courant fort.
Classification CPV :
Descnpteur principal :
- 50700000-2 Services de reparation et
d'entretien d'installations de batiment
- 50711000-2 Services de reparation et
d'entretien d'installations Blectriques de
batiment
March couvert par I'accord sur les mar-
ches publics: oui
Division en lots : oui
Des variantes seront-elles prises en
consideration : non
QUANTITE OU ETENDUE DU MARCH
Etendue global :
L'entretien des installations GTB
concern les 6quipements suivants :
Le PC de supervision et ses acces-
soires,- le controleur de reseau, les Auto-
mates et modules d'extension, les
Switchs ethernet, passerelle Jbus et ma-
teriel actifs divers, les modules d'alimen-
tation etc.
L'entretien des installations electriques
comprenant :
Le group electrogene, le poste de trans-
formation, les onduleurs, le tableau ge-
neral et les tableaux divisionnaires, la
distribution general et la distribution se-
condaire, les appareillages, les appareils
et lampes d'eclairage etc.
Options : non
Nombre de reconductions eventuelles :
DUREE DU MARCH OU DELAI D'EXE-
CUTION
Le march est conclu pour une duree de
1 an a computer de la date d'attribution du
contract. II peut 4tre reconduit deux fois
sans que sa duree total d'execution
n'excbde trois ans.
INFORMATIONS SUR LES LOTS
Lot 1 : maintenance des installations de
gestion technique du batiment du siege
de la CACEM & I'immeuble Cascades IIl.
Description stccincte
Entretien et maintenance du system de
gestion technique du batiment (GTB) en
global, de gestion technique du batiment
des locaux occupies par la CACEM ne-
cessaires a la conduite, la surveillance,
les reglages, I'entretien courant, les me-
nues reparations et les d6pannages d'ur-
gence du system de GTB.
C.P.V. Objet principal 50700000-2 Ser-
vices de reparation et d'entretien d'instal-
lations de batiment
- Objet supplementaire 48625000-5 Sys-
teme d'exploitation de systems ouverts.
Lot 2 : maintenance des installations Blec-
triques du siege de la CACEM a I'immeu-
ble Cascades Ill.
Description succincte :
Entretien et maintenance du poste de
transformation HTA/BTA, du Groupe
electrogene et de ses equipements auxi-


liaires, des onduleurs, du TGBT, des ta-
bleaux divisionnaires et de la distribution
general d'energie, de la distribution ter-
minale ( 6clairage, prises de courant'et
alimentations specifiques), de I'eclairage
de security necessaires a la conduitepla
surveillance, les reglages, I'entretien cou-
rant, les menues reparations et les de-
pannages d'urgence des installations
electriques courant fort.
C.P.V. Objet principal: 50711000-2 Ser-
vices de reparation et d'entretien d'instal-
lations Blectriques de batiments
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE JURI-
DIQUE, ECONOMIOUE, FINANCIER ET
TECHNIQUE
CONDITIONS RELATIVES AU
CONTRACT
Modalites essentielles de financement et
de pavement et/ou references aux textes
qui les reglementent:
- Possibility d'avance conformement a
I'article 87 du code des marches publics
- Cession ou nantissement des creances
resultant du march : application des ar-
ticles 106 a 111 du CMP
- D6lai global de paiement : 30 jours
- Modalites de paiement : mandate admi-
nistratif suivi d'un virement
- Prix : forfaitaires et revisables pour la
maintenance preventive, unitaires et a
I'acte pour les interventions correctives
- Le financement est effectue sur les res-
sources propres de la CACEM -
Forme juridique que devra revetir le grou-
pement d'operateurs Bconomiques attri-
butaire du march : groupement solidaire
L'execution du march est soumise a
d'autres conditions particulibres : non
CONDITIONS DE PARTICIPATION
Situation propre des operateurs econo-
miques, y compris exigences relatives a
I'inscription au registry du commerce ou
de la profession
Renseignements et formalities n4ces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies:
- Une lettre de candidature (imprime DC1
- version du 15/09/2010 telechargeable
a : http://www.finances.gouv.fr/formu-
laires/daj/DC/imprimes_dc/dcl .rtf ou un
document comportant les memes infor-
mations), le pouvoir (ou les pouvoirs en
cas de groupement) de la personnel habi-
litee a engager la society ainsi que les ha-
bilitations du mandataire par ses
cotraitants en cas de groupement.
- Une declaration sur I'honneur pour jus-
tifier que le candidate n'entre dans aucun
des cas d'interdictions de soumissionner
4 un march public mentionnes a I'article
43 du code des marches publics (I'im-
prime DC2 version 15/09/2010 tele-
chargeable :
http://www.finances.gouv.fr/formu-
laires/daj/DC/imprimes_dc/dc2.rtf ou un
document comportant les mmmes attes-
tations et informations)
- La copie du ou des jugements pronon-
ces, si le candidate est en redressement
judiciaire ;
Capacity economique et financibre:
Renseignements et formalities n4ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- Declaration concernant le chiffre d'af-
faires des trois (3) dernibres annees ; le
candidate pourra prouver sa capacity fi-
nanciere par tout autre document consi-
dere comme equivalent par le maitre de
I'ouvrage, s'il est dans I'impossibilite de
produire I'un des renseignements sus
mentionnes.
Capacity technique :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
Pieces a fournir pour le candidate unique
ou pour chaque membre du Groupement,


en cas de groupement
- declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et impor-
tance du personnel d'encadrement pour
chacune des trois dernieres annees
- declaration indiquant I'outillage, le ma-
teriel et I'equipement technique dent le
candidate dispose pour la realisation de
march de meme nature
- presentation d'une liste des principaux
services effectues au course des trois der-
nieres annees, indiquant le montant, la
date et le destinataire public ou priv4
- Pour justifier des capacities profession-
nelles, techniques et financieres d'un ou
de plusieurs autres intervenants, le can-
didat produit les m6mes documents
concernant ces intervenants que ceux
exiges precedemment. En outre, pour
justifier qu'il dispose des capacities du ou
des sous-traitants pour I'execution du
march, le candidate produit un engage-
ment ecrit du ou des sous-traitants.
Marches reserves non
CONDITIONS PROPRES AUX
MARCHES DE SERVICES
La prestation est reservee a une profes-
sion particuliere :
Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges d'executer la prestation :
PROCEDURE
TYPE DE PROCEDURE : ouverte
CRITERES D'ATTRIBUTION
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des critbres
enonces ci-dessous
0 Le prix des prestations : 40%
0 La valeur technique de I'offre .60%
Une enchere electronique sera effectuee
: non
RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMI-
NISTRATIF
NumBro de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2010/30A/DGA3/AO
Publications anterieures concernant le
mmme march : non
Documents payants : non
Date limited de reception des offres :
5/04/2011 12 heures
Langue pouvant etre utilisee dans I'offre:
FR (francais)
Delai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 120 ours a computer de la date limited de
reception des offres
Personnes autorisees a assister a I'ou-
verture des offres : oui
Les membres de la Commission d'appel
d'offres et le responsible de project ou son
/ ses representants Les commissions
d'appel d'offres ne sont pas publiques.
Peuvent etre presents, les agents de la
Direction Commande publique, le comp-
table et un repr6sentant de la DRCCRF
sur invitation.
Modalite d'ouverture des offres :
Date : avril 2011
Lieu: CACEM Immeuble Cascades III -
97204 Fort de France
RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
TAIRES
IL S'AGIT D'UN MARCH PERIODIQUE
: non
LE MARCH S'INSCRIT DANS UN
PROJET/PROGRAMME FINANCE PAR
LES FONDS COMMUNAUTAIRES : non
AUTRES INFORMATIONS:
Conditions d'obtention des dossiers de
consultation des entreprises :
Le dossier de consultation des entre-
prises est telechargeable sur la plate-
forme de dematerialisation suivante
http//www.achatspublics.com
Les candidates qui le souhaitent peuvent
obtenir I'ensemble du dossier de consul-
tation sous forme paper a I'adresse du


'F jeu l IB 3S i 201 I'9 2 !


I








http://www.iournal-iustice-martinique.com


pouvoir adjudicateur aux heures et jours
d'ouvertures des bureaux.
Conditions de remise des offres :
Les offres sont transmises soit :
- Sous forme materialisee : pli cachete a
I'adresse du pouvoir adjudicateur aux
heures d'ouvertures des bureaux
- Sous forme dematerialisee : sur le site
http//www.achatspublics.com
Criteres de selection des candidatures :
en application de I'article 52 du code des
marches publics, pourront etre Blimines :
- les candidates qui n'auront pas fourni
I'ensemble des declarations, certificates ou
attestations demands dOment comple-
tes, dates et signs dans le delai imparti
- les candidates don't les niveaux de capa-
cites professionnelles, techniques et fi-
nancieres seront juges insuffisants, apres
analyse des elements fournis dans le
dossier de candidature.
Le critbre "valeur technique" (60%) sera
appreciee sur la base d'un memoire com-
prenant :
- I'organisation mise en place en terme de
moyens humans personnels affects,
references des personnel, qualification)
- les moyens materiels affected a la pres-
tation;
- la methodologie proposed ;
-le calendrier mis en oeuvre pour I'exe-
cution des prestations de maintenance
preventive
PROCEDURES DE RECOURSE :
Instance charge des procedures de re-
cours :
Tribunal Administratif de Fort de France
B.P 683 97264 Fort de France Cedex -
Tel. : 0596.71.66.67 Fax
0596.63.10.08
Introduction des recours :
- referee precontractuel : (art. 1551-1 du
CDJA) dans les 10 jours suivant la notifi-
cation du rejet de I'offre
- recours pour exces de pouvoir : (art. R
421-1 a R421-3 du CDJA) dans les 2
mois de la notification ou de la publication
de la decision attaquee.
- Recours de pleine jurisdiction : dans les
2 mois de la publicity annongant la
conclusion du contract.
Service auprbs duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recourse :
Tribunal Administratif de Fort de France
B.P 683 97264 Fort de France Cedex -
Tel. : 0596.71.66.67 Fax
0596.63.10.08
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS :
23/02/2011
ADDRESSES SUPPLEMENTAIRES ET
POINTS DE CONTACT
Adresses et points de contact aupres
desquels des renseignements comple-
mentaires peuvent 6tre obtenus :
CACEM Commande Publique
Immeuble Cascades III
1, place Francois Mitterrand
97200 Fort de France Cedex
Point de contact: Mme Pedron
Courrier electronique : www.achatpu-
blic.com
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse internet (URL) : www.achatpu-
blic.com
Adresses et points de contact aupres
desquels le cahier des charges et les do-
cuments complementaires peuvent etre
obtenus et auxquels les offres doivent
6tre envoyees :
CACEM Commande publique 4eme
etage
Immeuble Cascades III
1, place Francois Mitterrand
97200 Fort de France Cedex
Courrier electronique : www.achatpu-
blic.com


Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Adresse internet (URL) : www.achatpu-
blic.com
Le President
Pierre SAMOT FB 3933

REGION MARTINIQUE
AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
Identification de I'organisme qui passe le
march : Conseil Regional de Martinique
Service des Marches et de la command
publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
De-France Martinique, tel : 05 96 59-63-
00 / telecopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique ,, Marches publics >,
Representant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Regional de Mar-
tinique
Procedure de passation : Procedure
adaptee en vertu de I'article 28 du Code
des Marches Publics (CMP)
Objet du march : Assistance a maitrise
d'ouvrage pour I'elaboration et la mise en
oeuvre du CPRDFP
Reference d'indentification du march :
AMO-CPRDFP-HFP01
Caracteristiques principles : La present
consultation a pour objet la mission d'as-
sistance technique, juridique et adminis-
trative de la Region Martinique en vue de
I'elaboration et de la mise en oeuvre du
Contrat de Plan Regional de Developpe-
ment des formations Professionnelles
(CPRDFP).
La mission s'effectue en 2 tapes :
1ere tape qui se decompose en 4
phases suivantes :
- Premiere phase : Diagnostic territorial
partage/ etat des lieux,
- Deuxieme phase : Analyse des besoins,
-Troisieme phase : Redaction d'un rap-
port de synthese et des plans d'actions,
-Quatrieme phase : Redaction finale et
approbation du Contrat de
plan regional de developpement des for-
mations professionnelles
(CPRDFP).
2eme tape : Suivi et mise en oeuvre du
CPRDFP
Delai d'execution de la prestation Duree
total de la mission est de 48 semaines
environ. Les candidates devront faire une
proposition de delai par phase.
Lieu d'execution Territoire de la Marti-
nique
Modalites essentielles de financement et
de pavement du march : Financement :
Fonds propres de la Region.
- Paiement:
.Virement administratif
. Delai global de paiement : 30 jours
. Variation des prix : prix fermes actuali-
sables
. Avance de 5% : prevue.
variantes Non autorisees
Adresse aupres de laquelle les docu-
ments peuvent etre obtenus : Le dossier
de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service Forma-
tion Professionnelle.
Rue Gaston Deferre Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut 4tre egalement tele-
charge a I'adresse Internet sus indiquee.
Conditions de participation : CritBres de
selection des candidatures
Les candidatures seront selectionnees au
regard des trois criteres suivants :
- les capacities professionnelles, tech-
niques et financieres


* Situation propre du candidate :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- la declaration du candidate (conforme au
module DC2 version septembre 2010)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation a etre titulaires du
march
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au modele DC1 dans sa version septem-
bre 2010)
* Capacites professionnelles:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectuees au course de la der-
niere annee, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou prive. Les
prestations sont prouvees par des attes-
tations du destinataire ou, a defaut, par
une declaration du candidate
- Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate.
- Indication des titres d'etudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des cadres de
I'entreprise, et notamment des responsa-
bles de prestation de services ou de
conduite des travaux de meme nature
que celle du march.
* Capacit6s Bconomiques et financieres :
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
replies:
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
realisees au course du dernier exercise
disponible
* CapacitBs techniques:
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- une description de I'equipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'etude et de recherche de
son entreprise ;
-Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee.
Criteres de jugement des offres :
L'offre economiquement la plus avanta-
geuse sera appreciee en function des cri-
teres enonces ci-dessous :
1. La valeur technique de I'offre (appre-
ciee sur la base de la note technique exi-
gee au reglement de consultation)
affected d'un coefficient 5 se declinant
selon les sous criteres suivants :
- Comprehension du besoin et pertinence
de la methodologie
-Expertise des intervenants proposes
pour la mission
-Mode d'organisation de I'equipe
2. Le prix affected d'un coefficient 3
3 le delai de realisation affected d'un coef-
ficient 2
Negociation des conditions du march a
passer: Les conditions du march pour-
ront le cas 6cheant etre negociees avec
les candidates aprbs examen de leur offre
Delai de validity des offres : 180 jours
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
etre obtenus : Conseil regional de Marti-
nique (service Formation Professionnelle)
ou en ligne a I'adresse sus indiquee
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent etre
obtenus : Conseil regional de Martinique
(Service Formation Professionnelle) ou
en ligne a I'adresse sus indiquee
Date limited de reception des offres : 22


mars 2011 a 12 H 00 (heure de Marti-
nique)
Adresse a laquelle les offres doivent etre
envoyees : Reception des offres par pli
recommande ou centre recepisse au
Conseil Regional de la Martinique Service
Formation Professionnelle rue Gaston
Deferre -Cluny 97200 Fort-de-France
Martinique ou en ligne a I'adresse Inter-
net sus indiquee
Delai laisse au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal administratif de Fort de
France Croix de Bellevue Immeuble
Roy-Camille- BP 683
97200 Fort-de-France
Tel :0596-71-66-67 Fax : 0596-63-10-08
Organe charge des procedures de me-
diation : Comite consultatif de reglement
amiable des litiges de PARIS 29 rue
Barbet de Jouy -75700 PARIS cedex 7
Telephone : 01.44.42.63.43 Telecopie :
01.44.42.63.37
Service auprbs duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recourse : Le greffe du
Tribunal administratif Croix de Bellevue
97200 Fort de France
Transmission des dossiers d'offre par
voie dematerialisee autorisee
Autres renseignements :
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante

http://www.cr-martinique.fr rubrique ,
marches publics ,
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public & la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
- le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie electronique
des dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion : 25 Fevrier 2011 FB 3934

ADDITIF AU JOURNAL < du 17/02/2011 JUSTICE N 7 Page 19
FB3838
Lire sigle : CBDF
Au lieu de CBDG

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du
25.06.2010, avis est donne de la consti-
tution de la SARL
,,SARL SNACK LA FRAICHEUR"
au capital de 3000E totalement liberes
siege social : quatier Desfort
97220 Trinite (Martinique)
objet : la society a pour objet la restaura-
tion rapide sur place et a emporter
DurBe : 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes
Les co-gerants
Mme Annie MARIA nee le 17 avril 1958
a Sainte Joseph de nationality frangaise
Marine demeurant : Desfort 97220 Tri-
nite.
Mme Maryse LAURENT nee le ler no-
vembre 1963 a Ste M arie de nationality
frangaise, marine demeurant Quartier
Union Impasse chauffeur 97230 Sainte
Marie

Mpln hDomadl dint Uon ,mu 010


*1 I D*


A N'asUfALE I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


La tuerie u Lamentin, 24 mars 1961: La repression colonial en Martinique


II y a 50 ans, le 24
Mars 1961, le
sang d'innocents
a coule dans les
rues du Lamen-
tin. Une fois de
plus ceux qui de-
vraient garantir la
security des ci-
toyens ont re-
tourne leurs
armes centre les
travailleurs qui ne
reclamaient que
le droit de vivre
mieux pour nourrir
leurs enfants.
Au moment oO le
gouvernement
francais decide de
faire de I'ann6e
2011, "[annee des
la Une de Justice du 30mars 1961 Outre -er", il est
bon de rappeler
au people frangais, la politique de repression conduite en son
nom par ce system colonial departemental.
24 Mars 1961 est une de ces dates obi les ouvriers de la canne,
en se mobilisant pour obtenir des augmentations de salaire, ont
eu en permanence en face d'eux, non pas les patrons, mais les
forces dites de I'ordre pour d'abord intimider et ensuite pour, en
pleine greve, au Lamentin, tirer, tuant trois citoyens.
- Suzanne, Eulalie, Marie-Calixte
24 ans, couturiere, quarter Florinde
- Marcellin, Alexandre, Laurencine
21 ans ouvrier agricole a Roches Carrees
- Edouard Valide
26 ans, ouvrier agricole a Roches Carrees
Trois noms, qui ont marque a jamais I'histoire du movement
ouvriermartiniquais.
Georges Gratiant alors maire communist du Lamentin, ne
pouvait rester insensible a ce drame et a cried sa colere lors des
obseques des victims du colonialisme francais :
"4u noinm e forare et e Fea force publique,


au nom de I autorite qui nous regente, au nom de
la foi et an noin de (a F'rance, une poignee d'assassins
en armes vient de creuser trois tombes fun coup
dans notre soflamentinois'"
Et bien entendu, Georges Gratiant fut poursuivi devant les tri-
bunaux pour "injures envers arnnee". Les assassins resterent
impunis. L'avocat des grandes causes, le maire du Lamentin,
lui, fut inquiete. Belle morale aux colonies appliquee par ceux
qui viennent du pays "des droits de I -i'i,,, "et qui rendent la
justice "au nom du people franfais".
Maitre Rene Thorp, Ancien Batonnier du Barreau de Paris, qui
ne pouvait assurer la defense de Gratiant, avait tenu a lui ma-
nifester sa solidarity en ces terms :
"Vous avez, par le discours que vous avez pronounce < sur trois
tombes" stigmatise celte tuerie dans des tennes que [a poursuite
croit pouvoir qualifier de diffamatoires.
y'aurais, quant d moi developpe une argumentation qui pour tre
F'ordre moral; n en a pas moinssa valeurdans un procesqui touche
de si pres les relations qui doivent e.ister entire fa It ,h et [es
peoples r'Outre-mer.
I[y a tun certain visage de [a i ai,, c sous les traits duque notre
pays est connu dans le monde et qui lui vaut [a primauti dont il
jouit dans fordre de I'humain et de Ca culture.
La i r1,1,c apparait, i travers ses regimes successifs, comme la na-
tion du droit centre ia force, de Copprime centre oppresseur. 11 ussi
bien, son aruvre n'a eu de justification que dans ra measure ont,
come lont affirmed si souvent ses grants liommes d'Etat, elTe de-
vait servir la civilisation et non [es interits privos.
Or, c'est ce visage de fa i .111,PL, qui est aftire quandceu qui pri-
tendent agir en son nom, assurent [e maintien de i'ordre en ver-
sant Ce sang".
24 mars 2011, le Parti Communiste Martiniquais entend saluer
la memoire des victims innocentes du Lamentin et rendre un
hommage appuye a georges Gratiant, maire communist du
LamenGratiant qui, dans le "cDiscours sur trois tomnes"(la diffu-
sion en fut interdite en 1961), nous a montrer le vrai visage du
colonialisme.
Fernand Papaya


An Kannanval 6ans la bonne humour et sans violence, se sa nou Ie


La reine de Fort-de-France et sa cour


Les groups a pieds rivalisent de couleurs et de sons


s ou elle font la specificity de note carnava
Is ou elle font la specificite de notre carnaval


Ill^rlf^^i^JIi^.r


-- ~


---------I-- - ~