<%BANNER%>
Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00204
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: 2/03/2011
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373
sobekcm - UF00088914_00204
System ID: UF00088914:00204

Full Text
Magazine hebdomadaire d'information communist


1 '' Jeudi 03 F6vrier 2011 91 ee Ann6e N' 05 Martir
*U^T i.- in- mi


ie: 1,80 E France: 2,20 E DOM: 1,90 E
^{ilk B~lIIllilliilli^HSMk :- s -SK,^. .


Speculation capitalist:
Le retour du p6trole cher
ecrase les plus pauvres
et menace la croissance
U.E./Amerique Latine:
Les interests agricoles des
DOM brades







htt://www.iournal-justice-martinique.com


SakaFasi ..................... 2

Edito ..................... 3.
- Le monde arabe se revolt

Lutte $ociales ......... ...... .
- Acaddmie : Suppression de post

Eco/Social .................t.41/8
- Filiere "Science et Technique
- Accord U.E. / pays d'Amdrique Latine
- Observatoire des prix
- Troubles du comportement
- Le pdtrole cher menace la croissance

Politilue ................ . 8/12
- Palima et revendications populaires
- Collectivitd Unique
- Logement insalubre
- "2011, Annee des Outre-mer"
- Le pays face a lui-meme

France .................. 13/1
- Nicolas Sarkozy

Notre Kgion ............. 1..
- Haiti

Pan leMone ............ .15/17
- Egypte
- Sommet de Davos
- Flash-Hebdo

Annxon ce alea .......... P.17/19

Littirature..................f.20
- Georges Mauvois : "Henry Ldmery :
de Saint-Pierre a Vchy"





"Juis TICE"
Administration & Redaction :
Te. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France TBI. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : GuennaIl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. : 0596 73 14 54


Eneijnementi prierur: Mise en place 'un dispositifpourun

meilleur accueil Oes etuiants martiniquais en France

Pour pallier aux difficulties des 6tudiants martiniquais en France une convention-
cadre a ete signee le vendredi 28 janvier 2011 pour la mise en place d'un dispositif
d'accueil specifique pour les etudiants martiniquais dans les academies de la France
entire la Delegation interministerielle pour I'egalite des chances des originaires d'ou-
tre-mer, la Region Martinique et le Centre national des oeuvres universitaires et sco-
laires (CNOUS). Les objectifs de cette convention sont multiples: Ameliorer I'accueil
des etudiants martiniquais a leur arrivee en France ; Donner une priority d'acces aux
logements des Centres regionaux des oeuvres universitaires et scolaires (CROUS)
aux 6tudiants martiniquais boursiers et faciliter les deplacements en France ; Infor-
mer les etudiants en mobility, avant leur depart et lors de leur installation et enfin met-
tre en place un reseau d'etudiants martiniquais boursiers departementaux referents
charges d'accompagner les primo-arrivants en vue d'une meilleure integration. La
Martinique est done la 9eme collectivite d'outre-mer a entrer dans ce dispositif.

L'At eme: Valoriser la chaleur
L'Agence de I'environnement et de la mattrise de I'6nergie (ADEME) a present ven-
dredi 28 janvier dernier aux collectivit6s et entreprises le dispositif "(FondChiaCeur",
mis en place suite aux Grenelle de I'environnement. II s'agit d'accompagner tout les
projects visant A developper la chaleur issue des energies renouvelables, par exem-
ple I'eau chaude solaire, la chaleur issuesdes entreprises agroalimentaires, done les
valoriser et les utiliser en matiere energetique. Toutes les entreprises qui ont des gi-
sements de chaleurs qui peuvent 6tre products & partir d'energies renouvelables sont
concernees ou celles qui veulent utiliser le soleil comme source de chaleur tels les
bailleurs sociaux pour I'eau chaude. Les porteurs de projects seront soutenus par
I'ADEME au niveau de I'investissement. Ce fonds n'est pas destine pour faire de
I'electricite mais uniquement encourager les sources de chaleurs renouvelables qui
ne sont pas exploitees.

RdaioAPAL per6 une ses voix: Hermann Ribier n'est plus


Nous avons appris avec stupeur le decbs d'Hermann Ri-
bier, animateur & Radio APAL depuis janvier 1990. 11 nous
a laisse le 27 janvier 2011 a I'Age de 50 ans. Ne le 25 juil-
let 1960, il animait les matinales de Radio APAL du lundi
au vendredi. II animait 6galement I'emission "Bokantaj"
dans laquelle ii a interview des centaines de Martiniquais
qui ont su apprecier sa gentillesse, son professionnalisme
et ses paroles simples pour les mettre a I'aise devant le
micro. Hermann etait aussi cadre sportif a I'Eveil des Trois
Ilets. Radio APAL perd un homme de quality et de rigueur
professionnelle. Justice adresse ses tres sinc6res condo-
leances a sa famille, A Radio Apal et a ses amis.


3eme festival Oe marionnettes en Martinique

Jala reconduit pour la 3e fois le festival B.B.M. Bamboula Bwabwa et Marionnettes,
Du 7 au 12 fevrier 2011 a Case-Pilote. Elle a comme partenaire les CEMEA de la
Martinique ainsi que la logistique de la mairie de Case-Pilote. II s'agissait, lors du pre-
mier festival en fevrier 2007, de faire I'6tat des lieux, a propos d'un objet cultural et
du patrimoine : le bwabwa. Ce troisibme festival s'ouvre sur I'Europe avec comme in-
vite Albert Bagno, marionnettiste italien. Au fil de la semaine, des spectacles, des ate-
liers, une conference et une grande expo.

La Martinique n'oublie pas Thierry Dol
Le Martiniquais Thierry Dol pris en otage au Niger
dans la nuit du 15 au 16 septembre, avec quatre au-
tres Frangais, un Togolais et un Malgache, employes
des socidtds frangaises Areva et Satom, par la
branch d'Al-Qaida au Magreb Islamique (AQMI), est
soutenu moralement par toute la Martinique, y com-
pris les militants communists et leur journal Justice.


V-S'1 qVSI f' SI.


AXA1Am






http://www.journal-iustice-martinique. com

Tunisie, Egypte et mon e arabe:


les peuples contre ta 6ictature et te tiberalisme


L'irruption de la jeunesse et des peuples tunisien et 6gyptien
sur la sc6ne mondiale doit 6tre un 616ment de profonde sa-
tisfaction pour tous les peuples de la planete. Cela rappelle
qu'il est possible de se frayer la voie versl'emancipation en
ce d6but de 216me siecle.;; Non, I'histoire n'est pas finie!
En Tunisie, il faut souligner que le gouvernement frangais
s'est couvert de deshonneur en soutenant jusqu'au bout
I'odieux regime de Ben Ali.
Sa ministry des affaires etrangeres, Michele Alliot-Marie,
n'a-t-elle pas ose faire des offres de services a cet autocrate,
proposant que "'e savoir-faire de nos forces de sicuriti, qui est re-
connu dans fe monde entier, permette de rjgler des situations sdcuri-
taires de ce type" ?
Des milliers de prisonniers politiques dans les prisons, des
disparus estimes A plusieurs centaines par les defenseurs
des droits de I'homme, une pression policiere constant, des
d6mocrates pourchass6s, des arrestations arbitraires, la
peur instillee de maniere permanent. C'6tait cela le regime
de Ben Ali, r6gulierement "rdilu"a 90 % depuis plus de vingt
ans.
La "revolution dejasmin" ne doit 6tre ni d6tourn6e ni confis-
quee.
Les travailleurs, la jeunesse et le people tunisiens, tout
comme les forces progressistes, ont raison de I'exiger.
Mais la dictature de Ben Ali etait aussi un "6onieeve"de la
mondialisation lib6rale aux yeux des institutions internatio-
nales que sont I'organisation mondiale du commerce
(OMC), le Fonds monetaire international(FMI) et I'Union eu-
rop6enne(UE) preconisant demantelement des services pu-
blics et privatisations. La Tunisie avait fonde sa strat6gie sur
des secteurs employant une main d'oeuvre peu qualifi6e, a
savoir le textile et le v6tement, ou le tourism. Un paradise
social (bas salaires) et fiscal (d6fiscalisation sur dix ans et
rapatriement gratuit des profits) pour les multinationales
6trangbres, notamment frangaises.
Les 1350 filiales d'entreprises francaises implantees dans
ce pays constituent le deuxibme employeur(110 000 sala-
ri6s) apres I'Etat tunisien. Le tourism (Accor, Club Med,
Pierre et Vacances,etc), la grande distribution (Carrefour,
Casino), la bancassurance( BNP Paribas, Credit agricole,
BPCE), le BTP (Eiffage, Bouyghes), etc. Cette politique
orientee vers le tout exportation et le tourism a provoque
ch6mage eleven, explosion du sous-emploi, notamment chez
les jeunes dipl6mes, et paup6risation de masse.
Priority donn6e au tourism, cela ne rappelle-t-il pas une
grand'messe r6cente en Martinique avec comme grands
pretres Nicolas Sarkozy et Serge Letchimy ? Et I'id6e de lan-
cer une champagne sur le theme de Martinique "6dtisseursde
paradis"ne renvoie-t-elle pas A la Tunisie qualifiee de "para-
dis touristique": Djerba, etc.
Apres la Tunisie, I'Egypte, le Y6men. Cela sans pr6juger de
ce qui peut encore se passer en Alg6rie ou au Maroc, oi
tout reste en suspens.
En Egypte, La semaine derniere cela a 6te I'explosion
contre 30 ans de dictature et d'etat d'urgence d'Hosni Mou-
barak. Au Caire, a Suez, a Alexandrie, des dizaines de mil-


liers de manifestants
ont brave la police, les
tirs de gaz lacrymo-
genes et de balls en
caoutchouc.
La r6volte populaire
s'alimente des memes
refuse : une jeunesse
sans avenir ni perspec-
tives, I'exasp6ration des
travailleurs soumis A
une politique lib6rale
autoritaire, reprimes
des qu'ils protestent, la
colere des Egyptiens en
general qui ne supportent plus les restrictions aux libert6s
imposees depuis trente ans, sous covert d'etat d'excep-
tion.
Et la Tunisie a montr6 la voie.
Karim Bitar, chercheur associ6 & 'lInstitut frangais des re-
cherches internationales et strat6giques (IFRIS), explique :
"Ily a unefrustration poitique mais aussi une grande pricariti jco-
nomique et social. Paradodafement, za situation des Tunisiens, qui
ont rmussi feurrivolution, itait meilfeure. PrOs de 40 % des rEgyptiens
vivent avec moins de 2 dolarsparjour(ndr: moins e'1,50 euro) fors
mane que fe government ggyptien reaoit chaque annie des itats-
ns, depuis trente ans, entire 2 et 3 miluards de doairs. Ify a donc un
problem defiustration sociafe, de mauvaisegouvemance jconomique
quis'ajoute a cet irrasistibe 6esoin de i6erti qu'on a vu apparaftre no-
tamment surInternet sur les riseauwsociauG quijouent un r6fe trs
important ".
Alors que la colere montait ces dernieres semaines,.le gou-
vernement 6gyptien, en bon eleve aussi de la politique lib6-
rale du FMI, coupait ou reduisait les aides financibres
allou6es A certain secteurs, notamment A la sant6 et
I'6nergie, ce qui va entrainer des hausses de prix.
Un point common & ces revoltes : I'un des facteurs d6clen-
chant a 6t6 la hausse des prix des products de premiere n6-
cessit6 tels que le sucre, I'huile, les c6r6ales, etc. La vie
chere.
Comme en Martinique et dans les DOM d6but 2009.
Le brand penseur du lib6ralisme Friedrich Hayek justifiait les
conseils qu'il prodiguait au dictateur chilien Augusto Pinochet
par cet aveu: "fepr~ferepersonnefTement une dLctature libirae t un
gouvernement ddmocratique dans fequelfe G6braGsme serait absent".
Les grands pretres du capitalism financier d'aujourd'hui ne
pensent pas autrement.
Comme quoi capitalism liberal et dictature font bon me-
nage. Jusqu'A ce que les peuples se mettent en march de
maniere irresistible. Jusque-lI les defenseurs des droits de
I'homme en Occident etaient muets. Geopolitique oblige.
Nous devons soutenir les forces progressistes du monde
arabe qui rappellent que I'espoir vient de ceux qui luttent
pour la liberty et la democratic.
Michel Branchi
31/01/2011


'ul 3 pir 2 011wtr n' R 05- a -


p I


M






http://www.iournal-iustice-martinique.com


5uppression e poftefs an 1'A ca Cmie : les synbicats protestent


La Martinique la plus touchee par les suppressions de postes


L'annee scolaire 2011-2012 sera marquee par une nouvelle
vague de suppressions de postes, tant au niveau du premier
degree avec 95 postes rays que du second degree avec 135
postes elimines, sans computer le personnel administratif et les
contracts aides qui ont commence a disparaitre. Des suppres-
sions de postes qui provoquent la col6re des syndicats ensei-
gnants. La FSU note que "pour la troisieme annie consecutive,
Cacadimie de 9Martinique est Cacademie la plus touchie en matidre
de suppressions de postes et donc de classes". Yvon Henri Joseph,
le secretaire general de la FSU, explique que ce.sont "depuis
sept ans pros diun miller de suppressions de postes dans 'Educa-
tion national. On ne peut pascontinuer comme celaparce que nous
gallons dans Ce mur. A cela s'ajoute Cefait que ces suppressions vi-
sent d augmenter le nom6re d'deves par classes rendant encore plus
difficile notre travailde tous Cesjours. Tout le monde sait que Ie
travaifactueCdans Ces eta6bissements scolaires est extrimement
difficile avec la population scolaire que nous avons. Population
qui elle-mjme se retrouve icrasie par la situation iconomique qui
crie des tensions". Une tension qui se traduit par une montee de
la violence mettant en exergue le manque d'encadrement mal-
gr6 les dires du rectorat.
Andre Siganos, le recteur, indique que "depuis 14 ans Cacadimie
vit au dessus de ses moyens". Le recteur oppose la baisse des
effectifs et I'application de la politique de Sarkozy de la sup-
pression d'un fonctionnaire sur deux pour expliquer cette forte
diminution des effectifs d'enseignants. "Depuis Cannie derniere,
on a supprimi une classes pour huit ifeves de moins, cette annie, le
rectorat supprime une classes pour 10 ireves de plus", d6nonce


Henri-Joseph. Les chiffres temoignent, selon Yves Henri-Jo-
seph, "que ce qui pose un pro6beme est bien Capplication mica-
nique des departs ai Ia retraite". Pour 625 el6ves de moins dans
le second degree (-10 el6ves en colleges 482 en lycees pro-
fessionnels et -388 en lycees d'enseignement general et tech-
nologiques), "onfermera 12 classes en college", se plaint la FSU.
"On arrive dans une situation oi [Ces itabCissements se vident ".
Consequence de cette saignee, selon les syndicats ensei-
gnants, une augmentation du nombre d'616ves par classes et la
function publique de I'Education malmenee avec le demante-
lement de la filiere technologique. Cela va plus loin, expose
Henri Joseph, "c'est toute 'Education national que Con est en
train defaire exploser". Les syndicats enseignants ont quitter la
table du ler comit6 technique paritaire charge d'enteriner ces
suppressions de postes le mardi 25 janvier dernier,attitude
qu'ils competent rnouveller le ler fevrier. Une intersyndicale est
appelee 6 se mettre en place afin de prendre des measures pour
tenter de r6duire ces suppressions de postes. "Chacun doit se
preparerd.une mobilisation qui doit itre massive et durable", sou-
tient la FSU en reconnaissant qu'il faut changer de strategic
"pourfaire entendre nos voijusqu'auxechiancespresidentieffes."
"Ifne s'agit pas dealer a un affrontement direct si nous ne sommes
pas suffisamment arms, maispriparer (a guiriffa", conclut le se-
cretaire general.
C.B

Communique be le FSU:
Grive bans L'Eaucation Ie 10 fevrier 2011
"La FSU appelle I'ensemble des personnel de I'education 6
faire gr6ve le jeudi 10 fevrier. L'Academie de la Martinique est
la plus sinistree de toutes les Academies de France et d'Outre-
mer, pour la troisieme arinee consecutive, et ces saignees
s'ajoutent aux suppressions qui n'ont cess6 d'affaiblir notre
Bcole depuis 7 ans. Les reformes s'ajoutent a ces cures d'amai-
grissement qui ont pour finality de reduire notre cole 5 une
sorte de garderie en attendant la montee de la privatisaton En
Martinique, nous savons tout ce que I'ecole nous a apporte et
doit nous apporter en terms d'emancipation et de reussite so-
ciale. II est grand temps de se moboliser avant sa disparition
imminent. La FWU appelle tous les personels de I'Education
en Martinqiue 6 signer sa petition en ligne, 6 faire grdve le 10
fevrier et c se mobiliser le m6me jour devant le rectorat".


I / ,oI


Atfreb Marie-Jeanne interpellle le gouvernement a propos be ta fi-

tlire "Sciences et techniques"


Mercredi 26 janvier, le depute Alfred Marie-Jeanne lors de
la seance question au gouvernement, a pose une question
a Luc Chatel, ministry de I'education national, de la jeu-
nesse et de la vie associative.
Alfred Marie-Jeanne : "La r6forme des lyc6es a profond6ment
remis en.cause la filire Sciences et techniques industrielles
en provoquant I'abandon de I'enseignement de la physique ap-
pliqu6e et la reduction d'enseignements en atelier ou en labo-
ratoire au profit d'une filidre plus g6neraliste inadapt6e B ce type


d'apprentissage pour beaucoup d'e61ves. De plus, la suppres-
sion, sans autre alternative, d'une passerelle opportune entire le
lycee professionnel et le lyc6e g6n6ral restreint davantage les
possibilities qui leur sont offertes.
Au moment oLi le r6le fundamental des sciences et des tech-
niques est r6affirme, ce choix ne me paraft pas des plus judi-
cieux pour la Martinique. Pourtant, la filiere STI y a fait ses
preuves. Moyen d'ascenseur social, elle a permis a des Blves
de b6enficier d'un savoir-faire plus en rapport avec les d6bou-


V *#a 'IV'if'rierw-wten0Pa


L


/BBrr TTESSOCLL







http://www.iournal-iustice-martinique.com


ches proposes par les
entreprises.
Face aux evolutions
technologiques, la re-
forme aurait do plutot
privilegier technique
et pratique, et non les
amoindrir. Le Conseil
superieur de I'6duca-
tion a lui-meme 6mis,
a deux reprises, un
vote negatif. Ce serait
cas tres rare que le
minister n'en tienne
pas compete.


Face au context martiniquais d6jB pr6caire, n'est-il pas pr6f6-
rable, monsieur le ministry, de revenir sur une telle disposition
en I'adaptant aux circonstances".

Reponse de M. Frangois Baroin, ministry du budget, des
comptes publics, de la function publique et de la r6forme de
I'ltat, porte-parole du Gouvernement.
"Je ne partage pas tout a fait votre point de vue, parce que je


crois que nous pouvons d6jB nous entendre sur la definition du
constat. Les sciences et techniques industrielles n'avaient pas
evolu6 depuis 1993. Elles concentraient dix-sept sp6cificites de
sp6cialisation, d'options particulieres, conduisant, comme cela
a ete recemment constate, a une disaffection de.plus de 20 %
des effectifs de cette filiere.
C'est la raison pourlaquelle, dans le cadre de la reforme des ly-
cees, une nouvelle specialisation plus large integre les filieres
techniques industrielles et la reflexion, la formation et la quali-
fication des jeunes inscrits dans ces filieres pour tout ce qui in-
t6resse de pres ou de loin le developpement durable. Cela
permet de conserver des specialit6s et d'elargir la game pour
des 6tudes post-bac, notamment, avec I'enseignement obliga-
toire de deux langues supplementaires, favorisant la mobility,
done le developpement de filieres indiscutablement d'avenir.
Vous me permettrez, avec le recul de mon experience passee,
et puisque nous avons partag6 deux annees de travail au ser-
vice de la Martinique, notamment, de constater que, face aux
problems inherents j I'Arc carib6en en matiere de biodiver-
sit6, de risques sismiques et naturels, d'utilisation des energies
naturelles et renouvelables et de developpement durable, il est
obligatoire et urgent de former desjeunes de Martinique au ser-
vice du developpement economique de cette region".


Accords entire I'Union europeenne etcertains pays atino-americains:

Les interets agricotes bes DOM brabes par 'Europe et la France


Deux senateurs de gauche, Daniel Marsin (Guadeloupe,
DVG) et Serge Larcher apparente PS, Martinique) ont fait
part de leurs craintes pour I'avenir de I'agriculture en
outre-mer apres de recents accords commerciaux, le 18
janvier dernier au Senat lors d'une stance de questions-
cribles a la ministry de I'Outre-mer Marie-Luce Penchard.
Daniel Marsin (Guadeloupe, DVG) a estim6 que "si fon devait.
continue dans [a direction" prise au sommet de Madridde mai
(UVE-.Amdrique fatine et Caraifes) "avec Fe 1Mercosur", "nos agri-
culteurs europiens seraient sacrifies"par '"ne machine infernale"
"La voix de 'outre-mer n'est pas entendue, fes objectifs commu-
nautaires sont ignores malgri nos alertes successives" a d6clar6
M. Marsin.
Insistant sur les accords commerciaux conclus entire I'UE, la
Colombie et le P6rou, qui pr6voient la suppression de tarifs
douaniers applicables aux products agricoles tropicaux A I'en-
tree du march de I'UE, Serge Larcher (app. PS, Martinique) a
soulign6 que "la banane, Cigname, le sucre et le rhum structurent
CagricuCture domienne".
Pour M. Larcher, president du comite de suivi de la mission d'in-
formation sur les departements d'outre-mer, "des compensations
s'imposent"car "es agriculteurs domiens ne doivent pas itre sacri-
fibs une nouvellefois sur Cautelde Cindustrie europjenne".
Mme Penchard a repondu que "le principle d'une clause de sau-
vegarde r6gionalisee a 6et acted ce qui constitute "un premier
pas".
Elle a ajoute que le president de la Republique "a 6crit au pre-
sident (de la commission europeenne) Barroso pour demander
des contreparties".
'Les R

[es quatre iDOMffrancais) ne peuvent servir de variables d'ajuste-
ment. (Des etudes d'impact doivent itre systimatiquement enga-
gjes", a-t-elle dit.


Daniel Marsin, Senateur guadeloupeen, et Serge Larcher, Senateur Martiniquais

Selon la ministry de I'Outre-mer, 'iffaudra aussi que soient pri-
cisies ies conditions de diclenchement des clauses de sauvegarde".
"La piriode cli sera enjuin etjuillet; nous serons actifs", a promise
Mme Penchard, soulignant qu''ifest beaucoup plus difficile de
negocier depuis que nous sommes 27, surtout a Cheure oi toutes Ies
poitiques communes doivent itre revues'"
Precis6ment, la Martinique et les autres DOM sont europeens,
mais I'Europe et la France sacrifient leurs interets dans les ne-
gociations internationales, par example sur la banane, pour
s'ouvrir des marches a leurs products. Malgre les bonnes pa-
roles de Marie-Luce Penchard, les clauses de sauvegarde,
quand elles fonctionnent et ne sont pas etroitement contr8lees
par Bruxelles, viennent quand les degats sont faits, et les com-
pensations financieres ne sont jamais 6 la hauteur des pertes
vu la crise budgetaire de I'Europe a 27.
Une fois de plus, le statut de RUP ne garantit pas la defense de
nos interets. A quoi servent les conferences des regions dites
ultra-p6ripheriques ? Qu'en pense le president du Conseil re-
gional de la Martinique, intronise president des RUP en grandes
pompes pour cette annee ?
Antoine Gilles avecAFP


'i IS r. 20*1ym W itn'0 -Pge


Alfred Marie Jeanne, d6put6


r E / 'oc







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Le nouvel Observatoire aes prix et aes revenues a son president


Jean-Luc Maron president de I'Observatoire des prix et des revenues

Jean-Luc Maron est le nouveau president de I'Observatoire des
prix et des revenues, nouvelle formule. Le legislateur a decide de
"detacher I'observatoire de la tutelle du prefet, en lui octroyant
comme president une personnalite dite "independante". Ce qui
est fait avec la nomination a la tete de I'Observatoire des prix
et des revenues de la Martinique d'un magistrate de la Chambre
regional des comptes, Jean-Luc Maron, 52 ans, magistrate fi-
nancier. Lors de la premiere reunion le jeudi 27 janvier a la
Chambre de Commerce, il a declare 6tre "conscient de 'im-
mensite de la tdche qui Cattend." L'observatoire repond "' une
tres grande demand de la part des consommateurs et de fensem-
6fe de la socitde martiniquaise', a-t-il ajoute. Si I'observatoire des
prix, prevu par une loi en 2000, mais seulement mis en place en
2007, n'a fonctionne que seulement deux ans avec comme axe
presque unique la problematique des prix des carburants, fe-
vrier 2009 a reveal une forte demand au niveau de la trans-
parence des prix en genr-ral, explique-t-il. Un decret pris en


2010 a elargi le champ des observatoires de prix outre-mer.
Ceux--ci devront : analyser le niveau et la structure des prix et
des revenues ; fournir aux pouvoirs publics une information re-
guliere sur leur evolution ; 6mettre des avis afin d'6clairer les
pouvoirs publics sur la conduite de la politique economique et
de cohesion social; saisir I'Autorit6 de la concurrence des dis-
torsions de prix reperees dans les economies et etablir un rap-
port annuel au ministry de l'economie et de I'emploi. La
premiere rencontre entire les different colleges de la structure,
A savoir les pouvoir politiques, economiques, les syndicats, les
personnalites qualifiees, les associations de consommateurs et
les representants de I'Etat, a eu lieu le 27 janvier dernier afin
d'etablir un reglement interieur. Dans 15 jours se mettront en
place les differentes commissions. A cette occasion le presi-
dent a declare 6 la press avoir sentii une demandeforte sur
[autre versant caronparle souvent des pri mais ify a aussi fes re-
venus. Ifs sont intimement eis et c'est une des tdches auwquelles
on va s'attaquerdans [es mois qui viennent". Et a ce sujet, Jean-
Luc Marron de rappeler que "1a capacity de [observatoire est de
Investigation, avec faccs aux documents des diffirentes admi-
nistrations, auxitudes", mais qu'il n'a pas de moyens de dire
aux patrons d'augmenter les salaires. II envisage de creer un
tableau de bord des prix, sorte de thermometre qui s'appuie sur
I'lnsee mais different de celui actuellement public. L'ambition
du president est de mettre en place "une programmation d'tudes
"afin de faire un rapport des la fin de I'annee sur plusieurs
points. Jean-Luc Maron entend s'appuyer "surla competence, le
savoir fair et la bonne volonte et la presence des chacun" pour
que I'observatoire soit un outil efficace. Pour debuter I'Etat n'a
debloque que 20 000 E a la structure pour les etudes. Avec cela
I'observatoire n'ira pas tres loin.
C.B.


Tirer tes Lemons 6e La protestation populaire centre ta "vie chore" en 2009


Le lancement de I'Observatoire des prix et des revenues nou-
velle formule la semaine derniere, se veut une reponse a la pro-
testation populaire de f6vrtfr-mars 2009 centre la < vie chere >.
Ainsi I'Observatoire est present comme plus < independent >.
II est preside par un magistrate de la Chambre regionale des
comptes et non plus par le prefet.
'S'agissant de son role, ii n'a guere change. II s'agit, comme I'a
defini son president M. Jean-Luc Maron, d'un role de veille, d'in-
formation, de'conseil et de proposition ainsi que de signalement
A I'Autorite de la Concurrence des carts de prix "significatifs"
entire la France et la Martinique.
Mais en ce qui concern les moyens, les choses ont peu evo-
lue. Le secretariat de I'Observatoire reste assume par les ser-
vices de I'Etat. L'observatoire n'a pas d'autonomie de
fonctionnement. S'agissant du budget, il a ete dote royalement
de 20 000 euros par le minister de I'Outre-mer. De quoi a
peine faire realiser une etude.
Certes, il faudra beaucoup de volonte et d'implication de ses
membres pour faire vivre cet observatoire des prix et aussi des
revenues. Mais il faudra exiger du pouvoir qu'il attribue 6 I'Ob-
servatoire des moyens en adequation avec les missions qui lui
sont confines.
S'agissant des carts de prix Martinique/France, diverse
etudes ont ete realisees depuis le movement social de f6vrier-


mars 2009. L'Autorite de la Concurrence a meme estime que le
coot du transport et I'octroi de mer n'expliquaient pas 6 eux
seuls ces carts. Etaient en cause les < comportements > des
different acteurs economiques concourant a I'importation et la
distribution. Entendez, les pratiques d'ententes illicites et les
marges abusives.
II faudra bien que I'Observatoire des prix s'attaque reellement
a I'elucidation de ces facteurs de hausse des prix. Or, sous I'ef-
fet de la speculation, on assisted a une flambee des course des
matieres premieres energetiques et alimentaires dans le monde
qui ont presque atteint les sommets de 2008. Et les experts pre-
disent un regain d'inflation international en 2011. Englub dans
le dogme de la liberty des prix, le pouvoir va-t-il continue la po-
litique du laisser-faire et laisser-passer ? Les hausses des prix
du sucre, de I'huile, des cereales, etc, ont ete les'causes des
6meutes dans les pays du Maghreb. Ces phenomenes se ma-
nifesteront dans notre pays, meme si c'est avec un certain de-
calage dans le temps. D6ej les prix des carburants ont
commence a subir I'incidence de la hausse du petrole brut.
Plus que jamais, il y a lieu de surveiller et eventuellement
contr6ler les evolutions des'prix et des facteurs.qui les compo-
sent.
Tel est le bon sens et telle est la legon des revoltes populaires
dans-les DOM au debut de 2009.
Antoine Gilles


I O sum FO N I M


^^ I m I






http://www.iournal-iustice-martinique.com


1Medico-iocial: De nouvelles structures pour combattre tes troubles

6u comportement chez lesjeunes


Grande premiere le vendredi 28 janvier. Le Groupement
Cooperatif de Martinique pour la Promotion des per-
sonnes Inadaptees ou Handicapees (GCMPIH) a inau-
gure deux structures m6dico-sociales paralleles, le Centre
Medico-Psycho P6dagogique (CMPP) et le Service
d'Education Speciale et de Soins 6 Domicile (SESSAD),
qui s'inscrivent dans un project global intitule "AlCos", du
nom de cette plante bien connue tant pour sa resistance
que pour ses vertus medicinales.
Le principal objectif de ce complex medico-social est de
contribuer 6 ameliorer les resources destinies a reme-
dier aux troubles d'origine affective et aux difficulties
d'adaptation scolaire et social d'enfants et d'adolescents
de chez nous.
Ces deux structures prennent en charge quelque 700 en- 1
fants dans une demarche de prevention ou de traitement ch
precoce.
Une maniere d'anticiper sur les perturbations qui peuvent en-
trainer de graves problems de deviances que I'on observe de
plus en plus chez certain certain adolescents et adults.
Sa mise en place confine au sociologue et travailleur social
Felix Ozier-Lafontaine vise A palier a la defaillance d'un prece-
dent organisme similaire qui s'occupait de 307 enfants qui se
retrouvaient done sans prise en charge.
Le CMPP est implanted dans plusieurs secteurs de maniere a
6tre beaucoup plus proche des parents. Felix Ozier-Lafontaine
estime qu'il a largement repondu a I'attente des enfants pris en
charge.
S'agissant du SESSAD, I' administrateur delegue, Felix Ozier-
Lafontaine justifie son utility en ces terms : "Nous avons vu ap-
paraftre un type d'enfants un peu particurer qui n'avaient pas
seulement des probCemes psychoaffectifs ou des pro6Cemes passa-
gers, mais des enfants qui avaient des troubles marquis, < durcifiis
>> de Capprentissage. Nous avonsfait la proposition 'un Service
d'Education Spiciale et de Soins da Domicile (SESSAD) Aloes.
Cette structure s'adresse beaucoup plus a des enfants qui ont des
troubles de Capprentissage et penvent avoir des probCemes au ni-
veau de Ceur capacity de maitrise de Corthographe ou du calcul,
mais aussi de raisonnement et d'attention, des troubles de Cap-
prentissage sjvvres. A la difference du CMPP, Ce SESSJD inter-
vient dans Ces icoCes et a domicile. La notion de domicile englo6ant


ristian Ursulet (ARS) Felix Ozier-Lafontaine (GCPMIH) et la representante du Recteur;

de maniere tris large CicoCe ou Ce club sportif". "(Dsormais", pour-
suit-il, "ces deux structures peuvent dipister toutes sortes d'en-
fants grdce aux moyens humains important mis d feur
disposition".
L'6quipe pluridisciplinaire compete 6 psychologues de jeunes, 6
reeducateurs en psychomotricite 2 orthophonistes, 5 mede-
cins a temps parties et 20 reeducateurs sp6cialises capable
d'apporter un soutien individual au plan des apprentissages
scolaires et un ergotherapeute.
Elle compete de nombreux jeunes Martiniquais renforces par
d'autres specialistes venus de France. Elle couvre toute la Mar-
tinique a I'exception de Fort-de-France, qui poss6de son Cen-
tre Medico-Psycho P6dagogique
Felix Ozier-Lafontaine reconnait cependant I'existence d'un
secteur non couvert allant du Morne Rouge & Basse-Pointe.
Le pays compete done un ensemble de structures medico-so-
ciales qui, lorsque tout cela sera coordonne avec I'Agence Re-
gionale de Sante, permettra de mieux gerer les probl6mes de
violence des jeunes notamment. D'autant que le maillage est
tres fort avec I'education national, explique Felix Ozier -La-
fontaine.
Pour ce specialiste, "Les enfants don't vous entendez parler, qui
passent a 'acte dans les inciviGits ou es petites d i6ts sont souvent
des enfants don't on ne s'est pas occupy assez t6t. ICnefautjamais
ou6Cier qu'un enfant qui passe a Cacte est un enfant qui ne va pas
6ien ou anciennement na pas ete soign6".
Et il pursuit : "L'ide est que si nous renforcons les struc-
tures et les coordonnons, on pourra privenir et traiter de ma-
nicre pricoce avec des moyens spicialises de maniere a
impacter et defaire pression sur le cceur de la violence pour
qu'elle diminue".
Passionn6 par cette nouvelle venture, Felix Ozier -La-
fontaine confie : "Nous avons Cintention de monter a un ni-
veau de techniciti avec cette iquipe, au mime niveau
qu'aiCCeurs". II se dit "trs fier" de disposer d'une telle
6quipe, mais il lui reste, sbuligne-t-il "a former des cadres
martiniquais dans le secteur midico-social, i n'y en a pas
assez.


Invites et personnel lors de la ceremonies d'inauguration


F 1 Ii *D '.rier2 sice n*05S Page 7


SO1 ~






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Speculation capitaliste : Le retour bu petrole cher ecrase tes plus pau-

vres et menace la croissance


Le prix de I'essence a la pompe s'approche en France des
records de 2008. Le besoin d'une autre gestion de I'energie
degagee des logiques des marches est plus actuel que ja-
mais.
Depuis le 11 janvier, des que Sarkozy a tourney les talons, le
prix du litre de gazole a ete fixed A 1,14 E au lieu de 1,08 E (+ 6
cts d'euro) et le Super sans plomb 95 a 1, 39 /I au lieu de 1,31
/I (+ 8 cts d'euro). En France, a la meme date, le litre de ga-
zole 6tait a plus d'1,27 euro en moyenne, celui du Super sans-
plomb'95 A plus de 1,46 euro. Les prix flambent 6 nouveau a la
pompe en France comme en Martinique, certes avec un deca-
lage dans le temps. Pour le moment, les prix en Martinique res-
tent plus bas qu'en France tout en suivant la meme pente
ascendante.

En France, ils rejoignent les niveaux record atteints la mi-
2008.
La hausse frappe ici comme Ia-bas le plus durement les sala-
ries les plus touches d6ja par les pertes de pouvoir d'achat. En
Martinique cela est d'autant plus crucial que les transports en
commun sont encore largement inorganises, meme s'il faut re-
connaitre des ameliorations.
Cette hausse est provoquee par un nouvel acces de fievre sur
les course du brut, desormais ancres au-dessus des 90 dollars
le baril.
En Bolivie, une augmentation de plus de 80 % des prix des pro-
duits lies au petrole a declenche, fin decembre, des 6meutes
sociales, avant que le gouvernement Morales ne revienne sur
le mecanisme qui avait autoris6 cette repercussion brutale des
hausses du march. Lecon a retenir.
II existe trois raisons a ce regain de hausse sur le petrole:
1/ Prisonniers de logiques de rentabilite A court terme, les mul-
tinationales petrolieres ont invest trop tardivement dans le raf-
finage ou I'exploration/production.
2/ Une demand plus levee d'energie dans les pays emer-
gents, oO la croissance est repartie tres fortement 6 la hausse
apres le tres sensible flechissement de 2009 provoque par la
cruise.
3/ Le retour de la speculation sur I'or noir au sein des marches
a terme comme le Nymex de New York oO, sous pretexte de
"se couvrir ", on parie sur 'revolution des course du brut en
s'echangeant done des tonnes de petrole virtuelles. Les
hausses de prix les plus spectaculaires sont le fruit de cette
speculation. Des masses de liquidites deversees par la Re-


serve federal des Ltats-Unis, qui a decide debut novembre de
refaire fonctionner A fond la planche a dollars, sont placees par
les banques et les groups capitalistes sur les products finan-
ciers les plus rentables. Parmi eux, ceux des marches a terme
petroliers... Meme scenario qu'en 2008.
Cette nouvelle flambee qui frappe d'abord, on I'a vu, les plus
demunis partout dans le monde, est lourde de menaces pour la
croissance elle-meme. En particulier en Europe et en France
don't depend la Martinique, oO la reprise est deja minee par les
plans d'austerite. D'apres une etude de I'Agence international
de l'energie (AIE), "si le pitrole rest au-dessus des 90 dollars le
barifen 2011, le ratio de lafacture pitrolire par rapport au (PIB
de C'EI sera de 2,1 %, soit tres pros du niveau de 2008 ". Soit le
niveau identique atteint a la veille de la plongee dans la reces-
sion. D'oi I'alerte des dirigeants de I'AIE: "Les prixdu petrole
sont entris dans une zone dangereuse."
C'est dire I'urgence de revisions des politiques economiques
menees par les grands pays capitalistes europeens. Cela pour
sauver la reprise dans I'Union Europeenne (UE), mais aussi
faire face a I'acuite du defi de I'acces global a I'energie. Enfin
on ne peut plus s'en remettre aux marches pour la gestion d'un
bien aussi crucial pour le developpement de I'humanite sur le
plan social, educatif ou environnemental. II faut barrer la route
a la speculation et rompre avec le liberalisme capitalist.
Antoine Gilles
avec Bruno Odent de I'Humanite

NouvelU hausse 6es prix des carburants Ie
lerfevrier
La prefecture a decide de fixer au ler fevrier le prix du
Super sans plomb la pompe de 1,39 E/litre A 143 E/litre
soil + 4 centimes d'euro et celui gazole de 1,14 E/litre & 1,19
/lilre, soit plus 5 centimes d'euro. II s'agit de repercuter v
"I'augmentation du prix du bail de pelrole au course du mois
de janvier", dit le pr6fet, en application du nouveau decret
sur les prix des carburants du 8 novembre 2010 qui a de-
cid6 une fixation mensuelle des prix des carburants en Gua-
deloupe, Guyane et Martinique. Le course du baril de brut A
Londres a franchi la barre des 100 dollars le 31 janvier 2011,
plus haul niveau depuis octobre 2008, sous pretexte de sou-
levement populaire en Egypte. Bravo la speculation capita-
liste !


Le Palima : Donner un prolongement programmatique aux revenai-

cations populaires


Dans Palima- Hebdoa n* 10 du 24 au 30 janvier 2011, Fran-
cis Carole et Clement Charpentier-Tity ecrivent notamment:
a (...) ONNER UN PROLONGEMENT PROGRAMMATIQUE AUX REVEN-
DICATIONS POPULAIRES
Des a present, une nouvelle phase politique s'ouvre dans la
perspective de la creation de la collectiv'te de Martinique. La
bataille sera certes ideologique et portera, naturellement, sur
I'analyse de notre society, la nature des forces qui y agisqent,


la place qui doit etre faite chacun, notre vision de I'avenir,
notre prdjet de soci6te.
Mais elle sera aussi concrete, pratique. Des reponses politiques
precises devront 6tre donnees aux diff6rents secteurs de notre
population qui, dans un context rendu encore plus penible par
la crise, cherchent des solutions urgentes a leurs difficulties.
Celles-ci concernent aussi bien I'emploi que le logement, les
prix ou encore les transports, la question du handicap, etc...


1 'IS 'A *e Sm' c


[ EcS osA ,


POITQ.E







http://www.ioural-iustice-martiniaue.com


Une parties significative de ces dol6ances populaires avait et6
exprim6e lors du movement de f6vrier-mars 2009. L'une des
t&ches des patriots consiste 6 leur donner un prolongement
politique et proqrammatique, sur la base d'une demarche par-
ticipative et ouverte. capable de favoriser I'adh6sion la plus
large (soulign6 par la redaction)

TravaiUer a la construction O'un nouveau mo&#le
)e 6eveloppement
Ces defis du quotidien ne sont pas sans rapport avec I'impasse
du module colonial-departemental qui subsiste encore dans
notre pays. Les soubresauts du system liberal mondial consti-
tuent un facteur aggravant de cette impasse qui est apparue
bien avant fevrier 2009, lequel n'en est que I'expression so-
ciale. Plusieurs indicateurs confirment, depuis longtemps,
I'echec de ce syst6me : une croissance sans developpement,
un ch6mage endemique, une balance commercial largement
d6ficitaire, la concentration des changes exterieurs vers la
France sur un nombre limit de products, la quasi-inexistence
de la recherche-d6veloppement etc...
En depit du corset etroit de la collectivite unique, dans le cadre
de I'article 73, c'est ce module que nous devons avoir I'ambition
de changer en profondeur pour reduire notre dependance, mo-
derniser notre economic, impulser une vraie strategic de re-
cherche d6veloppement, briser les monopoles paralysants et
retrogrades, donner perspectives et espoir 6 notre jeunesse.
L'intelligence martiniquaise ne saurait eternellement se satis-
faire des miettes laissees par les speculateurs interesses par
leurs seuls profits. Le developpement economique de la Marti-
nique doit etre au service des interets martiniquais.
En decembre 2007, la fusion de I'Agenda 21 et du Sch6ma
Martiniquais de Developpement Economique (SMDE) avait
constitute une premiere tentative de reponse aux defis d'un de-
veloppement martiniquais (national), durable et solidaire. Loin


Alfred Marie-Jeanne et Francis Carole


des slogans faciles sur les paradise 6 bdtir ", (pour les autres
!) il s'agit surtout d'actualiser, d'approfondir et de mettre en oeu-
vre cette demarche global (...).
(...) La collectivite unique devra done contribuer 6 donner 6
notre pays une nouvelle impulsion, dans tous les domaines oD
nous pouvons agir. Notre t6che consistera aussi. avec notre
people. 6 creer les conditions necessaires pour gagner des es-
paces de pouvoir indispensables au developpement de notre
nation et 6 la refondation de notre society. Cette activity insti-
tutionnelle ne fera sans que dans la measure ot elle s'inserera
dans une dvnamique permanent de liaison avec notre people
et de politisation de celui-ci. car -et nous ne cesserons d'v in-
sister- la collectivite unique ne saurait 6tre I'alpha et I'omeqa
du combat national martiniquais". (souligne par la redaction).
NDLR : Cette analyse rejoint la proposition du PCM d'elaborer
un project martiniquais. En outre, pour le porter, notre parti
advance I'idee de creer un Front Martiniquais pour la Respon-
sabilite.
A.G


Communique Ou conseil Oes ministries u 26jnvier2011

Projects be toi collectivites be Guyane et be Martinique


Nous reprenons ci-aprbs le communique official apres
I'adoption du project de loi sur la Collectivite Unique.
"La ministry aupres du ministry de I'interieur, de I'outre-mer, des
collectivites territoriales et de /'immigration, charge de I'outre-
mer, a presented un project de loi organique portant diverse me-
sures de nature organique relatives aux collectivites regies par
I'article 73 de la Constitution et un project de loi relatif aux col-
lectivites de Guyane et de Martinique.
Ces textes mettent en ceuvre I'evolution institutionnelle sou-
haitee par les electeurs guyanais et martiniquais qui ont choisi,
le 24janvier 2010, la creation d'une collectivit6 unique qui exer-
cera les competences devolues au department et 6 la region,
tout en demeurant regie par I'article 73 de la Constitution. Ils
ont fait I'objet d'une concertation fructueuse avec les acteurs
locaux.
Le project de loi ordinaire definit I'organisation et le fonctionne-
ment des deux nouvelles collectivites. Leurs competences re-
sulteront logiquement de I'addition des attributions exercees
aujourd'hui par le conseil regional et le conseil general.
La Guyane sera dotee d'une assemble de cinquante-et-un
membres, assemble don't sera issue une commission perma-
nente, et d'un conseil economique, social et environnemental.
Les organes institutionnels de la Martinique seront constitutes
d'une assemblee de cinquante-et-un membres, d'un conseil
executif de neuf membres et d'un conseil economique, social et


environnemental. Pour I'essentiel, les dispositions de droit com-
mun applicables aux conseils regionaux regiront le fonctionne-
ment de ces institutions.
Au plan electoral, chacune des deux nouvelles collectivites
constituera une circonscription unique, compose de plusieurs
sections don't le nombre sera arr6t6 par d6cret en Conseil
d'Etat. Un scrutiny de listed proportionnel 6 deux tours B la plus
forte moyenne, avec une prime majoritaire de 20 % des sieges
6 pourvoir, a ete retenu.
La premiere election des membres des assemblies de Guyane
et de Martinique aura lieu avant le lerjanvier 2013.
Le project de loi organique, quant 6 lui, vise 6 permettre aux col-
lectivites regies par I'article 73 de la Constitution d'exercer plei-
nement la faculty d'adaptation et de definition des normes qui
leur a ete reconnue, depuis 2003, par la Constitution. Dans ce
but, il allege la procedure d'habilitation des collectivites territo-
riales par I'Etat en la matiere".
NDLR : Miguel Laventure des FMP et Max Orville du Modem
ont entrepris une champagne pour b nouveau faire peur de la Col-
lectivite Unique accusee de s'eloigner du droit commun et de
faire du 74. Les anciens et nouveaux assimilationnistes sont de-
cidement indecrottables et refusent la plus petite evolution insti-
tutionnelle. Leur horloge s'est arret6e en 1946 Max Orville a
appelle en renfort Frangois Bayrou qui a tire a boulets rouges
sur le mode de scrutiny prevu et la governance de I'Assemblee.


or .a *yreR 2 5icSe n" 0 a *


"/LTIU I


R






httD://www.iournal-iustice-martinique.com


Vers une toi Letchimy pour resorber 'habitat insalubre outre-mer ?


L'Assemblee Nationale a adopted mercredi 26 janvier en pre-
miere lecture le project de loi pr6sente par le depute et pr6-
sident du Conseil Regional Serge Letchimy relative a la lutte
contre I'habitat indigne outre-mer. Un project de loi qui fait
suite a une 6tude 6mettant des propositions pour relancer la
politique de lutte contre I'habitat insalubre outre-mer, etude
demandee par le gouvernement en avril 2009 au depute Let-
chimy. "C'est un texte de consensus", a fait remarquer le de-
pute socialist Francois Brottes. "Ce qui est aussi exceptionne", a
t-il ajoute.
"Ils'agit d'un moment extrimement important pour les peuples
d'outre-mer, en particulierpour Ces 70 000famiffes soit 200 000
personnel environ qui vivent dans des conditions difficiles en
raison dun habitat insalubre. Ce sont 65 000 a 70 000 maisons qui
sont concernies. Cesfamilles vivent cette situation comme un dini
du droit au logement, une absence dfquit6 et un manque de re-
connaissance. C'est aussi un moment important pour fes profes-
sionnes, les acteurs Cocaux et fes collectivitjs. J'insiste sur lefait
que certaines operations de traitement de Chabitat insalubre durent
depuis vingt-cinq ans et qu'iffaut en moyenne une dizaine dan-
nies pour traiter quatre cents fogements. C'est igalement un grand
moment dejustice sociale, a declare le d6pute Letchimy lors
de I'examen de ce texte a I'Assemblee Nationale don't il 6tait
le rapporteur.
"Lesfamilles concernies sont proprietaires de la maison, mais pas
du sol, que cefui-ci appartienne au secteurpu6bic Etat, collecti-
vitis ou itablissementspublics ou au secteurprivi", a explique
le rapporteur. Cette loi si elle est adoptee donnera "droit a


une aidefinancibre pour perte de domicile s'agissant des terrains
pubiics, tandis que Farticle 2 concern les terrains privis", de
meme que pour "les propriitaires 6ailleurs et pour fes proprie-
taires occupants. "Ce texte permettra dor6navant d'assouplir
les procedures administrative et ainsi debloquer des projects
d'urbanisme complexes, en attente depuis plusieurs an-
nees. Au course de la discussion, on retiendra de la declara-
tion d'Alfred Marie-Jeanne cette pr6conisation : "Et, puisque
cette proposition de foi a vocation a devenir 1oi opirationneCCe,
mieu vaut s'accorder un temps pr6ciewu s'illefaut pour parfaire
fes conditions de son approbation. Tout travail 6clC irait da 'en-
contre du but recherchi, a savoir enfever des personnel dans leur
inhumaine condition de vie et d'hibergement". II a conclu en ces
terms : "Ye voterai pour la proposition de loi du coffegue Let-
chimy dans f'espoir dun engagementferme a tenir, pour la risorp-
tion des zones d'ha6itat humainement insoutena6bes". Selon la
ministry de I'outre mer qui se felicite de I'adoption en pre-
miere lecture du texte, le depute propose "de nouveauxoutils
pour repondre a des situations marques Ie plus souvent par une
grande pricariti. Le Gouvernement partage votre preoccupation
et adhere dans une large measure aux rponses que vous proposed et
qui recueillent, je fe constate, un large consensus, au-del6 des cli-
vages que nous connaissons trop". Le depute Louis-Joseph
Manscour se r6jouit que "cette proposition de loi apportent des
iclairages nouveau des riponses nouvelles, tantjuridiques que
techniques et ur6anistiques, au traitement de Cha6itat spontane
dans les opirationspu6biques menjes par les coflectivit6s et autres
institutions pu6fiques".
Cette proposition de loi, la quatrieme d'un depute domien,
apres celle de C6saire-Bissol sur la loi de departementali-
sation, la loi Taubira sur le crime contre I'Humanite, celle sur
les changements climatiques de Paul Verges, est selon
Serge Letchimy "La premiere legislation aussipoussie sur Cha-
bitat informed, bien entendu en France et certainement dans le
monde ". La loi votee en premiere lecture toutefois "n'est pas
encore ceffe de (a R'pubique", le S6nat devra I'examiner sans
la d6naturer., a souligne un parlementaire. Et puis, previent
le rapporteur, "si [a circulaire application n'estpas rapidement
pubiie, tout ce qui sera vote ici n'aura aucun sens." Quid de la
question du financement, sachant que I'Etat en la matiere
n'a pas ete tr6s diligent, des contraire, aux dires de Marie-
Luce Penchard.
C.B


Le gouvernement lance "2011, annee he Outre-mer" :

Faire connaitre tes pays 6'outre-mer ou vanter tes bienfaits be la co-

lonisation et be assimilationn ?


L'agence France Presse relate le lancement le 12 janvier
par le gouvernement de "2011, annee des Outre-mer ".
Voyons le programme.
"Le gouvernement a lanci le 12janvier dernier Cannie des outre-


mer, qui doit permettre de dicouvrir, tout au long de 2011, grdce
a de nombreuses manifestations, la rjaitet des territoires doutre-
mer, au-del6 des cliches des paradises de cocotiers"ou des "enfers de
cyclones" indique I'AFP.


'euia3 Fi** Brn -ui!e E, 05 Fe70


" OLITI/.







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Elle pursuit : '"nnoncee par Nicolas Sarkozy en novem6re 2009
fors du premier conseilinterministriefde [outre-mer, quelques mois
apris une cruise sociaCe sanspricident auxAntilfes, '2011, annie des
outre-mer" a pour objectif defaire mieuw connaitre les douze co-
fectivitis ultra-marines et feurs apports ".
Pourquoi ne pas faire mieux connaitre ces pays aux Fran-
Qais?
'Sait-on que [es outre-mer constituent 80 % de la biodiversitifran-
faise etfont de (a France la second puissance maritime du glo6e
?", s'est interrog6e la ministry de I'Outre-mer Marie-Luce
Penchard.
La on voit poindre le gros nez de la France imperialiste.
L'AFP note : "Sait-on que sur [es quelques "75 anngues de France,
plus de cinquante sont pratiquies outre-mer, ou a-t-on suffisam-
ment en tete que ces territoires ont "etroitement participi a fiis-
toire de France" de la premiere abolition de Cesclavage en 1794 a
la Resistance ?, a demanded de son c6te (Daniel9Maximin, commis-
saire de Cannje des outre-mer ".Ce que nous nous proposons de
mettre en evidence, c'est cela : un attachement a la citoyennete
partagie en mime temps qu'un combat pour [a reconnaissance
ididentitis spicifiques" resume I'6crivain .
Ainsi ces pays n'ont pas leur propre histoire mais ont "par-
ticipe"a I'histoire de France. Vision assez assimilationniste
du grand 6crivain.
L'AFP continue : "Dicrivant une 'France des outre-mer"et non
"de I'outre-mer", Mme Penchard a soulign6 que "ces territoires
font parties intigrante de notre Rpublique, lui apportent beau-
coup et fenrichissent chaquejour".
'Tout au long de Cannie, je m'attacherai. d avoiler les richesses
des outre-mer au grandpublic a travers cet am6itieuxprogramme
de manifestations" a-t-elle dit.
Tous les domaines sont concerns : culture, institutions, de-
veloppement durable, 6conomie et entreprise, artisanat, tou-
risme, sports et loisirs.
L'ann6e sera lance symboliquement eq f6vrier par I'illumi-
nation des 12 colonnes de I'Assembl6e national d'une cou-
leur repr6sentant chacune un territoire ultra-marin
(Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin, Saint-Barthelemy,
Guadeloupe, Martinique, Guyane, Mayotte, La Reunion,
Wallis-et-Futuna, Nouvelle-Cal6donie, Polyn6sie francaise
et Terres australes et antarctiques frangaises, TAAF).
Un colloque suivra au S6nat sur les evolutions statutaires
de ces territoires.
Plus prosaTquement, le Salon de I'agriculture et la Foire de
Paris mettront en avant leur gastronomie.
L'ann6e mettra aussi en valeur leur "extraordinaire richesse ar-
tistique et cufturefle" a souligne le ministry de la Culture Fr6-
d6ric Mitterrand, grace a des spectacles de th6etre,
musique, danse et de nombreuses expositions, don't une ex-


Economic : La Valeur u travail
Le gouvernement et le patronat invoquent regulierement
le "cot J'u travail'"pour expliquer le ch6mage. Oubliant de
fait que le travail, a un certain niveau de productivity, est
capable de crder plus de valeur qu'il ne lui en faut pour
vivre. Rappelons que c'est la quantity de travail direct et in-


Marie-Luce Penchard et Daniel Maximin


position C6saire, Lam, Picasso au Grand Palais.
Le Salon du livre fera plus de place aux auteurs ultra-marins
et le Printemps des po6tes mettra pour la premiere fois a
I'honneur la po6sie d'outre-mer, sur le theme "d'infinis pay-
sages'
Pour son lancement en mars, pres de 400 com6diens, don't
Juliette Binoche et Jane Birkin liront des poemes d'ecrivains
des CaraYbes, de I'Ocean indien et du Pacifique dans les
6coles, h6pitaux, prisons et lieux publics.
En juin, la "dissidence des risistants awuAntilfes"sera celebree
dans les prefectures et des anciens combatants venus d'ou-
tre-mer comm6moreront pour la premiere fois I'appel du 18
juin aux Invalides et au Mont Val6rien.
Le Salon du Bourget montrera les r6alisations spatiales de
la Guyane, I'extraction du nickel en Nouvelle-Cal6donie et
les stations satellites dans les TAAF.
La Nouvelle-Cal6donie organisera les Jeux du Pacifique (27
ao0t-10 septembre) et les Etats g6neraux des langues r6-
gionales outre-mer auront lieu en d6cembre a Cayenne
(Guyane).
Un programme, au-dela de sa diversity, qui vise essentiel-
lement a montrer que ces pays sont la France, un pro-
gramme a forte connotation assimilationniste, cherchant a
mettre en valeur les bienfaits de la colonisation.
O est la demonstration expliquant des societes faronn6es
par I'esclavage et le system de plantation ? O0 sont les
symboliques de I'ame profonde de ces peuples ?
Bien entendu, il n'est pas ininteressant que nos artistes se
fassent connaltre, mais attention & la r6cup6ration occultant
la crise de notre soci6t6 d6partementale colonial et A ne
pas sombrer dans le doudouisme a I'instar de la champagne
sur les "bdtisseurs de paradise ".
On n'est pas loin des c616brations du Tricentenaire du rat-
tachement de la Martinique A la France de 1935 (voir "His-
toire de la Martinique ", tome 3, par Armand Nicolas).
Antoine Gilles


direct n6cessaire a la production qui determine la valeur
des marchandises. Ainsi le patronat et la droite n'ont de
cesse de pressure la r6mun6ration du travail afin d'agran-
dir 1'ecart entire la valeur cr6ee par le salaries et yn salaire,
pour r6colter la plus-value. Cela s'appelle dela puwofita-
syon"ou exploitation. Ainsi, la valeur du travail reste la cld
de la comprehension des rapports de production.


'hI firIr 201 Itc ,0'.ae


"1OLIT-q U







http://www. ioural-iustice-martinique. com


Afref la visite de Sarkozy : Le pays face a lui-meme.


La recent visit de Nicolas Sarkozy dans notre pays merite
qu'on y revienne.
L'annee 2010 n'aura pas laisse de bons souvenirs dans la me-
moire de la majority des Martiniquais. Celle qui vient de debu-
ter ne permet nullement entrevoir une quelconque amelioration
de la situation economique et social du pays. Depuis d6ej plu-
sieurs annees, tous les indicateurs economiques affichent un
rouge de plus en plus vif. M6me les services officials et les me-
dias les plus zel6s qui traditionnellement avaient une lecture
optimiste ou edulcoree des tableaux economiques ont fini par
reconnaltre la profondeur de la crise & laquelle nous sommes
confronts.

Un "parabis touristique, mais un enfer social
IIs ont dO admettre I'existence d'au moins 50.000 ch6meurs au
lieu des 36 500 jusqu'alors annonces, c'est-a-dire qu'un Marti-
niquais sur deux 6tait sans emploi, que 8.000 adults n'avaient
jamais travaille et, plus grave encore, que 61,2% des jeunes
de 15-24 ans se trouvaient au ch6mage !
C'est I'lnsee qui relieve que 80.000 personnel soit le cin-
quieme de la population vivent en-dessous du seuil de pau-
vret6. Le logement social est toujours au point mort.
Le vieillissement accelere de notre population ainsi que la me-
nace de genocide sont enfin confirms officiellement (cf Jus-
tice de la semaine derniere).
Deja r6gulibrement frappee par les cataclysmes naturels et
confronted la pollution a la chloredecone, voila aujourd'hui
que ce qui survit encore de notre agriculture est mis en peril du
fait de la cupidity de ceux qui sont attires par le nouvel eldo-
rado du photovoltaique.
On pourrait continue, sur des pages, a evoquer la dramatique
derive d'une parties de notre jeunesse qui, faute de perspec-
tives, bascule dans le tourbillon des paradise artificiels ou dans
une violence aveugle, don't ils sont parfois les premieres vic-
times. Et ce ne sont pas les quelques indices de "'amrioration
de Lindicateurgobalfdu climat des affaires"deceles par I'IEDOM
et mentionnes dans le dernier bulletin de conjoncture 6cono-
mique et social de la Chambre de Commerce et d'lndustrie qui
peuvent nourrir le moindre espoir d'amelioration de la situation
de ceux qui souffrent de la crise. D'autant que la vulnerability
des manages et des entreprises a encore augmented et que la
courbe du chomage continue de grimper.
La crise social de fevrier-mars 2009 a montre a quel point le
climate social 6tait explosif. Le feu couvre encore sous la cendre.
Que reste-t-il des annonces du CIOM ?
Le president de la Republique qui avait organism, dans chacun
des departments d'outre-mer en mars 2009 les "Etats ginj-
rauxde COutremer", suivis en septembre de la m6me annee par
le premier Conseil interminist6riel de I'Outremer (CIOM) ne peut
ignorer la profondeur de la crise qui frappe ces territoires et le
n6tre en particulier.
Certes, il avait reconnu que nous etions arrives a "a fin dun
cycle historique"et qu'il fallait s'engager dans une veritable dy-
namique de developpement qui devrait 6tre desormais "endo-
gene".
Les 71 measures transversales, communes a tous les DOM et
les 66 measures "territoriales" propres aux departments antil-
lais 6taient de nature a enclencher 'n nouveau depart pour les
.Antifles", comme le titrait a I'epoque le quotidien France-An-


tilles. Une envelope de 40 millions d'euros devrait 6tre consa-
cree 6 la diversification de I'agriculture et de la peche.
Mais I'histoire de notre pays est ponctuee par ces avalanches
d'annonces qui suivent ces grands-messes ou les visits des
presidents de la Republique
Celle que vient d'effectuer dans notre ife Nicolas Sarkozy les 7
et 8 janvier derniers n'echappe pas a cette regle. En depit d'une
volonte affichee de "rupture"avec ses predecesseurs maintes
fois annoncee, elle ne s'est guere differenciee de ces dernieres
si ce n'est la minute avec laquelle ce voyage au "paradis"avait
ete prepare.

Sarkozy s'est livr# a 6es incantations
Car il faut bien reconnaTtre que la visit de ce president don't
I'image n'a jamais beaucoup brille aux Antilles etait avant tout
une operation de seduction dans la perspective des pr6siden-
tielles de 2012.
Mais qu'a-t-elle apporte de concrete a notre pays don't I'6cono-
mie est aujourd'hui exangue et la society a bout de souffle ?
Les quelques measures annoncees relevent plus du domaine de
I'incantation que de la volont6 reelle de I'Etat d'en finir avec
cette economic de comptoir, de non production, fondue sur la
consommation de products imports.
Le president a voulu adopter un language moderne en parlant de
"diveCoppement endogene". Pourtant, il soutient, comme du
temps de Giscard d'Estaing et en pleine recession mondiale
que le tourism, si expose a la conjoncture international, de-
vrait etre le moteur de notre developpement.
II n'a pu distribuer, aprbs ses voeux a I'Outremer, de cadeaux
sonnants et tr6buchants. Au contraire, confront aux restric-
tions budgetaires, il a confirmed le rabotage des avantages de la
defiscalisation qui avait toujours ete presented comme la pa-
nacee pour stimuler le developpement 6conomique.
Certes, il nous a invites a "crier fa richesse parole diveloppement
endogene", mais avec quels moyens ? Les initiatives annoncees
par Nicolas Sarkozy comme le classement de la Montagne
Pelee et du tour des yoles au patrimoine de I'Unesco sont
certes valorisantes pour I'image de notre pays. Mais sont-elles
de nature A impulser un veritable developpement touristique ?
La nomination d'un commissaire au developpement endogene
apparait a la fois comme un son nouveau gadget et une vo-
lonte de I'Etat de maintenir I'omnipresence au meme titre que
le nouveau pouvoir de substitution qui sera attribute au prefet
lors de la mise en place de la Collectivite unique.
Une collectivite unique, malheureusement sans veritables com-
petences nouvelles pour mettre en oeuvre une veritable poli-
tique de developpement concue par nos 61us et 6 la hauteur
des enjeux auxquels se trouve confront notre pays.
Nicolas Sarkozy a regagne son palais de I'Elysee, laissant la
Martinique face a ses problems.
Cette visit ne restera pas dans la memoire des Martiniquais,
mais elle aura le merite de faire comprendre 6 ceux qui en dou-
taient qu'il est temps pour notre people de prendre en charge
son propre destin et qu'il est urgent de rassembler les forces de
progres pour construire ce pays sur des foundations bien solides.
Georges Erichot


F^' JiS 3r 1wI n0I5Pe


n


[ F"1 #11QU







http://www.ioural-iustice-martinique.com


La presibence bu G20 en 2011 peut-elle sauver Nicolas Sarkozy en 2012 ?


A partirdu lerjanvier, Nicolas Sarkozy assume la presi-
dence du G20, qui regroupe les 19 premieres economies
de la planete ainsi que I'Union europeenne. II aborde
aussi la derniere ligne droite de son quinquennat avant
la presidentielle de 2012. C'est dire si la periode s'an-
nonce comme decisive pour la credibility de son action
politique qui, jusqu'a ce jour n'a encore guere ete cou-
ronnee de success.
Pour le president de la republique candidate a sa propre
succession, 2011 devrait 6tre une "annie utile". Cette
presidence apparait done comme une veritable aubaine,
un alibi pour mettre en place une strategic de diversion
visant a detourner les victims de sa politique de leurs
preoccupations premieres.
"D'une certainefaqon, on est servi par la cruise a-t-il de-
clare, en s'installant a la tete du G20, esperant se pre-
senter en 2012, en reorganisateur d'un monde
passablement chamboule par la crise capitalist. Un argument
qui selon lui, devrait lui permettre de reconquerir cette part per-
due de son olectorat pour esperer figure au second tour de la
presidentielle. Car, a I'inverse de 2007, c'est la droite qui craint
le siphonage de son electorat par la candidate du Front natio-
nal Marine Le Pen.
Nicolas Sarkozy sait qu'il ne pourra guere computer sur le bilan
de sa politique interieure desapprouvee par la majority des
Frangais. "Le sentiment qu'ia fait une pofitique pour les riches
va itre fourdd porter", reconnait un de ses ministres.
Car sur la plupart des grands dossiers de politique interieure, lui
et sa majority ont perdu la bataille de I'opinion. Ainsi, apres
avoir longtemps soutenu qu'il ne toucherait pas au bouclier fis-
cal, le voila qui reconnait qu'il s'agissait d'une erreur.
"Le president dupouvoird'achat "aura et6 celui don't la politique
economique et social aura le plus contribute 6 aggraver les
conditions de vie des couches populaires et meme des classes
moyennes don't une grande parties lui avait accord leur
confiance en 2007.
Chez nous, elle est en parties responsible de la crise de f6vrier-
mars 2009.
Suppression massive de postes dans la function publique, ex-
plosion du chomage et de la pauvret6, attaques en regle centre
les acquis sociaux, difficult accrue d'acces aux soins, crise du
logement social, deficit abyssal des finances publiques, vie
chere... autant de griefs qui alimentent depuis longtemps leur
rancoeur. Et la notre !
Le passage en force sur la reformegles retraites n'a toujours
pas 6te digere par les travailleurs, a I'exemple des dockers fran-
cais qui continent de se battre pour obtenir la reconnaissance
de la penibilite de leur profession.
II ne pourra guere non plus s'appuyer sur le bilan de sa poli-
tique etrangere pour redorer son blason. Les populations
d'Afrique noire ont encore en memoire son discours de Dakar
sur I'homme noir qui "n'etait pas encore entrd dans L'histoire"et
refarctaire A I'idee de progress.
La complaisance de son gouvernement vis-a-vis de la dictature
de Ben Ali en Tunisie ainsi que la proposition de sa ministry de
la Defense Michble Alliot-Marie de mettre le "savoir-fairefran-
fais" en matiere de maintien de I'ordre A la disposition de ce
tyran pour mater la revolte populaire ont encore devalue aux
yeux de tous les peuples autrefois colonists, I'image.de la
France qui se pretend 6tre la patrie des droits de I'Homme.


Sarkozy a la recherche d'une popularity perdue


L'engagement de I'armee frangaise dans le bourbier afghan est
en outre fort mal perqu.

Comment le pr6sibent espere-t-il remonter
un si tourb handicap ?
L'importance donnee a la presidence du G20 est aussi pour
Sarkozy I'occasion de reconstruire son image de president de
la republique, une function que Dominique de Villepin lui re-
proche, non sans raison, d'avoir mal habitee. En depit du nou-
veau style affiche depuis le remaniement d'octobre dernier,
deux tiers des Francais garden une mauvaise image de lui.
Desormais, il cherche a apparaitre plus apaise, a se defaire de
I'image de I'omnipresident present sur tous les dossiers, cher-
chant a faire la paix avec De Villepin et des yeux doux aux cen-
tristes.
Mais cela ne suffira pas. Le temps n'est plus aux invectives par
lesquelles il repondait aux interpellations lors de ses deplace-
ments sur le terrain. Aujourd'hui, il cherche 6 seduire les foules
en mettant davantage en avant son spouse comme lors de sa
recent visit aux Antilles.
II lui en faudra beaucoup plus pour remonter dans I'estime de
la majority de I'opinion. Au nom de la reduction du deficit -qu'il
a considerablement aggrave & cause des cadeaux accords
aux nantis- imposee par I'Europe et les agencies de notations fi-
nancieres, il a mis en oeuvre une politique de rigueur qui frappe
les plus demunis, A I'image des coupes budgetaires qui ont en-
traine la suppression de plusieurs milliers d'emplois aides, don't
plus de 5.000 ici.
Alors, il compete sur la presidence du G20, en se fixant comme
objectif d'apporter "des reponsesglo6afes"a "un monde nouveau".
Une utopie dans ce context de guerre economique exacerbee
par la crise mondiale et par I'appetit des capitalistes.
Sa volonte de reguler meme a minima le system financier, en
proposant une taxation meme infime (0,01%) sur les transac-
tions financieres, se heurte 6 I'opposition des plusieurs pays
don't les finances sont dans le rouge et qui craignent la deloca-
lisation de leurs banques.
De meme, ses intentions proclam6es de regulation des mar-
ches pour eviter la speculation sur les matieres premieres agri-
coles au detriment des pays les plus pauvres se heurtent a
I'opposition de la Chine et de I'lnde.
Le president du G20 souhaite-t-il moraliser les activities finan-
cieres en reglementant par example la remuneration des fa-
meux traders ? C'est oublier la vraie nature du capitalism. Car


Si*iiSS2011fSic, '05-iae1


FRANCE







http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


A peine sauvees grace 6 I'injection massive de fonds publics,
les banques ont vite repris leurs anciennes habitudes en leur
distribuant des bonus toujours aussi faramineux. Quant A sa
volonte de calmer la guerre des monnaies qui oppose les deux
premieres economies mondiales, Nicolas Sarkozy risque fort
de rester en marge des negociations qui se tiennent directe-
ment entire les Etats-Unis et la Chine. Et sa proposition de misee
enplace dun socle de protection social universel-e" risque fort de
susciter une levee de bouclier de la part des tenants du libera-
lisme sauvage et de la mondialisation qui s'enrichissent ou-
trancierement sur la misere des travailleurs des pays pauvres.
C'est dire combien Nicolas Sarkozy a peu de chance de tirer de


la presidence du G20 I'aura escompte.pour border dans les
meilleures conditions I'echeance de 2012.
Le drame est que dans la gauche socialist n'apparaTt, pour
I'instant, aucune initiative ppuvant offrir une alternative credible
6 cette majority de citoyens qui rejettent le sarkozysme. Au sein
de cette parties de la gauche, les rivalites de personnel ont de-
puis longtemps pris le pas sur I'elaboration d'un programme
susceptible de rassembler tous ceux qui aspirent a un avenir
plus radieux. Le Front de gauche avec le Parti Communiste,
pour sa part, a entrepris une demarche visant d'abord a ela-
borer un programme de changement, ciment des forces de pro-
gres.
G. Erichot


I I


Haiti: Toujours en zone be turbulences


~ta ~ 1S~f--i a
Le people haitien, objet de toutes les manipulations et instrumentalist
pour 16gitimer un pouvoir politique

Le site AlterPresse ecrit "Hai'ti est entrie depuis quefques se-
maines dans une zone de confusion avec la conjunction de plu-
sieursfaits qui suscitent des interrogations, alors qu'aucun agenda
clair n'est mis sur la table en ce qui concern favenir immidiat".
Sur la crise electorate haTtienne, est venu se greffer le retour de
Jean-Claude Duvalier le 16 janvier, apres 25 ans d'exil en
France. L'ancien dictateur, don't I'un des avocats assure qu'il
entend rester "pour toujours"en Haiti, a ete inculpe de corrup-
tion, de detournement de fonds publics et d'association de mal-
faiteurs, commis sous sa presidence (1971-86). Le site relate
"'apparition soudaine, le mercredi 26janvier sur [a scene pofitique
national, dun group danciens militaires, s'identifiant comme
"fusif croisis d'Jmerique noire" et affirmant leur volonti de sor-
tirde Cec clusion". Et sans computer les manoeuvres engages
par les partisans lavalas pour exiger la contribution de I'admi-
nistration du president Barack Obama au retour physique de
leur leader Jean-Bertrand Aristide, en exil en Afrique du Sud
depuis 2004. Plusieurs organizations populaires ont lance un
appel & une manifestation de rue le ler fevrier prochain pour re-
clamer le depart du president Rene Preval le 7 fevrier. Elles en-
tendent egalement obtenir, avec ce movement de protestation,
I'annulation des elections presidentielles et legislative du 28
novembre et I'arrestation des membres du Conseil Electoral
Provisoire. S'agissant de la crise electoral, le Conseil Ilecto-
ral Provisoire announce la publication des resultats des elections
presidentielle du 28 novembre dernier pour le mercredi 2 fe-
vrier avec le risque de nouvelles violence de la part des me-
contents de I'un ou I'autre des camps en presence. Le CEP
prevoit le second tour des elections generales en Haiti le 20


mars. La champagne pour le second tour aura lieu entire le 17 f6-
vrier et le 17 mars, les resultats preliminaires connus le 31 mars
et les resultats definitifs proclames le 16 avril. Sous la pression
international, le parti au pouvoir, "Inite", a publiquement an-
nonce le retrait de la participation de son candidate dans la
course a la presidence, Jude Celestin arrive second en no-
vembre L'impasse electorale est total en depit de la declara-
tion de la secretaire d'Etat americaine Hillary Clinton, de
passage le 30 janvier dernier et du message de Washington en
faveur du respect des recommendations de I'OEA pour resou-
dre la crise electorale, recommendation du retrait du candidate
du pouvoir Jude Celestin. Alors qu'un porte-parole du Conseil
Electoral Provisoire (CEP) a fait savoir que, conformement a la
loi l6ectorale en vigueur, le candidate de la plateforme presi-
dentielle Inite (Unit6), Jude Celestin, ne peut plus faire retire sa
candidature. Quels seront done les candidates pour le second
tour sachant que Mirlande Manigat est arrivee en tete et que
Michel Martelly, est sorti troisieme, don't on dit qu'il est proche
de I'ancien dictateur "Baby doc". La lutte pour le pouvoir poli-
tique 6 travers ces elections, c'est clairement la lutte pour le
contr6le des resources. Pendant qu'Ha'ti se cherche des diri-
geants pour un Etat, la situation un an apres le terrible seisme
n'a pas 6volue. 95% des ruines toujours sur le sol, pres d'un
demi-million de personnel dans des campements de refugies
sans acces A des services vitaux comme I'eau potable, I'elec-
tricite, la plupart des institutions collapsees et une population
qui ne trouve pas de reponse. O est I'argent que la commu-
naute international avait promise avec une si grande rapidity et
une pretendue bonne volonte ? Selon le Guatemalteque Ed-
mond Mulet, coordonnateur du programme de I'ONU pour HaTti,
sur les 10 milliards offers seuls 10% ont ete verses. Un enga-
gement existe pour debloquer 30% et on attend encore de voir
ce qui va se passer avec les 60% restants. Dans I'ensemble,
ces elections, non seulement, montrent les enjeux et les luttes
entire classes dominantes nationals, lobbies strangers et im-
perialismes pour le contr6le de I'appareil politico-administratif
du pays, mais egalement elles revelent tout le mepris de ces
acteurs a I'endroit du people ha'tien, objet de toutes les mani-
pulations et instrumentalist pour legitimer un pouvoir politique
auquel il est stranger et don't il ignore les tenants et aboutis-
sants. 31/01/2011

"Je ne reconnals ...plus ma terre, jadis rebelle, au-
jourd'hui travestie, soumise A la terreur des ombres, en-
dormie dans la moelleuse routine insubversive"
Franketienne


Jeu 3fiC SVR Si2011 'i'n0-a1


RANCE






htt://www.iournal-iustice-martinique.com

Egypte: La barrier be la peur bris.e


Faire des predictions lorsque les ev6nements sont si rapides
est risque, mais il ne fait aucun doute que le soulevement en
Egypte m6me s'il prenait fin aura un impact 6norme dans la
region. Les 6v6nements en Egypte et en Tunisie font trembler
les foundations de tout le monde arabe. Apr6s les Tunisiens, les
Egyptiens ont massivement brise une barriere de la peur, le 25
Janvier, quand ils sont descendus dans les rues et les mani-
festations continent au Caire. Malgr6 le couvre-feu, la s6cu-
rite s'est d6terioree, de nouvelles protestations se d6veloppent
dans des villes commeAlexandrie et Suez. Des avions de com-
bat et des helicopteres de la force aerienne 6gyptienne survo-
laient le Caire, et des camions suppl6mentaires transportant
des troupes sont apparus sur la place central ob les manifes-
tants exigent la fin du regime du president Hosni Moubarak. Les
groups d'opposition dans le pays ont appel6 a I'unit6 natio-
nale, et Mohamed El Baradei, une figure de I'opposition, est ar-
riv6 & la place Tahrir pour se joindre aux protestations. La
"Coalition national pour fe changement", qui regroupe plusieurs
movements d'opposition, y compris les Freres musulmans, a
nomm6 M. ElBaradei pour n6gocier avec le gouvernement de
Moubarak. La "communaute international" est terrifi6e. Wash-
ington comprend tres bien que la revolution 6gyptienne aura de
profondes consequences sur les autres pays de la region. Pen-
dant des ann6es, les memes imp6rialistes ont dict6 leur poli-
tique 6conomique 6 ces gouvernements "indipendants". Les
reformss de march" ont gen6r6 une in6galit6 croissante, de la
pauvrete et du chomage. AprBs que le president 6gyptien ait
dissous son gouvernement, Washington a declare 6 qu'il ne
suffisait pas de "changer rembafage" avec un remaniement de
son gouvernement et I'a press de tenir sa promesse d'une v6-
ritable r6forme. Un appel a 6et lanc6 pour une grande march
le 1 er f6vrier, tandis que Moubarak venant de nommer un nou-
veau cabinet dans une tentative de d6samorcer les manifesta-
tions en course & travers le pays. Mais les groups d'opposition

Matnik Caribbean Carnaval


Le people egyptine exige le depart du president Hossin Moubarak
estiment que les changements de personnel ne peuvent leur
suffire et ils ont declare qu'ils allaient poursuivre leur mobilisa-
tion jusqu'A ce que le president d6missionne. Aprbs des af-
frontements meurtriers dans lesquels environ 125 personnel
ont 6et tudes au Caire et dans d'autres villes, les manifestants
ont accuse la police d'utiliser une force excessive. La facility
relative avec laquelle les Tunisiens ont mis a bas leur dictateur,
et la rapidity avec laquelle I'Egypte s'est embras6 pourraient
bien envoyer un message aux autres peuples de la region. II y
a eu des manifestations de masse en Alg6rie, au Yemen et en
Jordanie. Les manifestants jordaniens exigent la d6mission du
gouvernement du Premier ministry Samir al-Rifai, la dissolution
du parlement. La semaine derni6re, un group d'ex-officiers jor-
daniens a 6crit une lettre ouverte au roi de Jordanie. Ils lui de-
mandent de mener des r6formes, afin d'6viter le pire. La
Grande-Bretagne, la France et I'Allemagne ont appel6 Mou-
barak 6 r6pondre aux griefs de son people et A prendre des
measures pour ameliorer la situation des droits humans dans le
pays. 31/01/2011


LIBER



MUMM

ABU-JAMAL


Le group tanbou bo kannal, ho
Sous un chaud soleil, dimanche 30
Martinique et de Guadeloupe ont d
mois de festivit6s "san manman, sa
la joyeuse ambiance nul doute que I
cette ann6e.


mmage a I'Afrique du Sud
aj nvier les rou es & ied de


N011UEAll SITE DU COLLECTIF UNITAIRE NATIONAL
isENSEMBLE SAUVONS MUMIAL
...............@..................win


,r
_1 -


lonn6 le coup d'envoi de deux
an papa" de carnaval. Au vu de
e carnaval seta de haute tenue
*WWW. MU MIBUAM.O


rP .


- ---
-


g






http://www.ioural-iustice-martinique.com


Davos, un sommet revetateur be la perte W'influence be 'Occibent

capitalist


Les pays emergents ont invest Davos comme ils ont invest le G 20 et d'autres instant
La 41e edition du Forum economique mondial de Davos s'est
tenue dans un context assez particulier. Fini les grandes
messes pontifiantes du neoliberalisme triomphant. La crise de
2008 est passee par 1l semant le doute et le desarroi. Cette
crise aurait dO etre surmontee en 2009, puis en 2010, grace
aux measures d'urgence prises pour sauver le system. Elle le
sera, promise jure, en 2011. Du moins si la reprise n'est pas trop
molle, si le chomage se resorbe, si les marches et les specu-
lateurs s'assagissent, si...
Pour les Occidentaux, le probl6me est simple et n'a rien a voir
avec I'application quasi suicidaire des dogmes du neolib6ra-
lisme. Tout est de la faute des Chinois et de leur yuan "sous-
evalue" qui dope leurs exportations au detriment des autres
economies. Et peu imported que la reappreciation effective mais
contr8lee du yuan sert plut6t les interets de Pekin qui procede
actuellement A un reajustement structure de sa monnaie, s"em-
ploie A contenir un exces d'inflation et surtout tient a controler
les flux entrants de capitaux exterieurs irresistiblement attires


par un dynamisme 6conomique qui ne se
dement pas. Peu imported aussi que les ex-
1 portations ne soient plus le principal moteur
de la croissance chinoise de plus en plus
axee sur son march interieur. C'est meme
S* l un des principaux objectifs du 12e plan
quinquennal (2011 2015) qui doit aboutir &
un ralentissement sensible mais 6 une plus
grande stability de cette croissance.
Cependant qu'on se rassure, la Chine n'a
aucun inter6t A destabiliser le march des
obligations (la dette des Etats) d6ej passa-
blement malmene par les Etats-Unis qui ont
brutalement et arbitrairement fait chuter la
valeur du dollar pour tenter de remedier 6
une situation economique peu enviable et
qui ne cesse de se deteriorer.
Mais le dollar est encore pour le moment la
principal monnaie de reserve mondiale.
ices internationales Les Chjnois qui s'emploient 6 diversifier au
maximum leurs reserves de change ne I'ou-
blient pas et continent, quoi que plus moderement, d'acheter
des bons du Tresor US. Neanmoins ils ont d6ej prevenu qu'ils
ne joueront pas aux pompiers ad aeternam ( ndlr : pout I'6ter-
nite). Ils rempliront leurs obligations et front face 6 leurs res-
ponsabilites, mais il est plus que temps d'organiser le monde
sur d'autres bases compete tenu du basculement qui s'y est pro-
duit.
La Chine et le Parti communist chinois sont certes devenus
aujourd'hui incontournables, mais 1 n'est pas I'essentiel. Outre
la forte participation chinoise au Forum, celle des Indiens et des
Africains du Sud n'a pas manque de frapper les esprits. Les
pays emergents ont invest Davos comme ils ont invest le G
20 et d'autres instances internationales. Le temps semble bien
revolu oO I"Occident regnait en maitre sur le monde maintenant
que l'espoir fait turner les tetes vers Pekin, Brasilia, New-Delhi,
Moscou, Johannesbourg, etc, plut6t que Washington.
K. Solaris


Flash-Hebbo


Lunbi 24 Janvier
PORTUGAL Anibal Calvaco Silva, le president conservateur
sortant est minoritairement reelu des le ler tour avec 52,90 %
des quelques... 47 % de votants (soit un electeur portugais sur
4). Un vrai succ6s democratique.

Mar6i 25 Janvier
PORTUGAL La Banque central du Portugal s'attend a voir le
PIB national se retracter de 1,3 % en 2011, consequence de la
politique d'austerite adoptee par le gouvernement.

Mercrebi 26 Janvier
PEROU AprBs le Bresil, I'Argentine, le Chili, I'Uruguay, le
Guyana, la Bolivie et I'Equateur, le P6rou reconnai a son tour
la Palestine comme "Etat fire et souverain".


Jeui 27 Janvier
TUNISIE Le Parti communist ouvrier de Tunisie (PCOT), le
Parti du Travail Patriotique et Democratique (PTPD) et cinq au-
tres organizations de gauche se constituent en "'Front du 14
janvier" en vue de poursuivre la revolution jusqu'a sa phase
d'ach6vement.

Venbrebi 28 Janvier
COTE D'IVOIRE Le president ougandais Yowesi Museveni
denonce la position "simpliste"de I'ONU reconnaissant Ouat-
tara comme president et demand I'ouverture d'une enquete
serieuse sur le processus electoral ivoirien, I'enregistrement
des electeurs et le contrele des votants.


, .a 3 ff 201CI *Stc ll'l 05-fag 1


F PS j LE MONPE







http://www.iournal-iustice-martinique.com


Samebi 29 Janvier
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Un nouveau
parti communist (PCCo) vient d'y 6tre constitu6 avec pour ob-
jectif la realisation du socialisme en RDC.


Dimanche 30 Janvier


VIETNAM La politique de r6forme (D6 Moi) lancee en 1986 et
instaurant un system d'"economie de march a orientation so-
cialiste" a permis de faire chuter la pauvret6 de 58 % en 1993
& 14,5 % en 2008, permettant a 25 millions de Vietnamiens
d'6chapper a la misere. Aujourd'hui la lutte est engage contre
la precarit6, un des derniers points sombres de I'economie viet-
namienne.


MODIFICATION STATUTAIRES
H DISTRIBUTION
SOCIETt ANONYME AU CAPITAL
DE 17 461 120 EUROS
2 AVENUE DES ARAWAKS, 97200
FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE: 440 343 010
Aux terms d'une deliberation du
22/12/2010, le Conseil d'administration a:
Confirm I'exercice par Monsieur
Charles HO HIO HEN, President du
Conseil d'Administration des functions de
Directeur General et le port ainsi du titre
de President Directeur General ;
Decide de nommer avec effet au
14/01/2011, en quality de Directeur Ge-
neral Delegue,
Mademoiselle Christine HO HIO HEN,
Demeurant Imm Dominique, Appt 16, Re-
sidence Parc de Cluny, 97200 FORT DE
FRANCE FB 3760

MODIFICATION DU CAPITAL SOCIAL
MATIERES PLASTIQUES
MARTINIQUAISES "MPM"
SARL AU CAPITAL DE 1 874 160 C
SIEGE SOCIAL : ZI PETITE COCOTTE
CHAMPIGNY, 97224 DUCOS
421 432 204 RCS FORT-DE-FRANCE
Par AGE du 25.11.2010, les associes ont
decide de reduire le capital A hauteur de
715 140 pour le ramener & 1 159 020 E
par diminution de la valeur nominal de
chaque part social qui passe de 76 E
47 E.
Nouvelle mention :
Le capital social est fixe a 1 159 020 E. II
est divise en 24 660 parts de 47 E cha-
cune.
Les status sont modifies en conse-
quence.
Dep6t legal au RCS de Fd&t-de-France.
Pour avis FB 3761

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
ler Juillet 2010, il a ete constitute une so-
ciete a Responsabilite Limitee, don't les
caracteristiques sont les suivantes.
Denomination social: WI COSMETIC.
Capital social: 3 000 , divise en 30 parts.
Siege social: Centre Commercial de Bel-
levue 97200 Fort-de-France.
Objet: importation, exportation, distribu-
tion de products cosmetiques et autres
products.
Duree: 99 ans.
Grant: Mme Frangoise Valere demeu-
rant Pointe de Jaham 97233 Schoelcher.
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societes de Fort-de-
France. FB 3762

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
17/01/2011, if a 6te constitute une society
A Responsabilite Limitee, don't les carac-
teristiques sont les suivantes.
Denomination social: LA MARTINI-
QUAISE
Forme : SARL
Capital: 1000 E
Siege social: 204 Res. Morne Vannier -
RFe des Rellgieuses 97200 Fort-de-
France.
Objet: Boulangerie Patisserie


Duree: 99 ans.
Gerant: Mme Edda PULVAR
Pour avis, le grant FB 3763

ADDITIF AU JOURNAL JUSTICE
DU 06 JANVIER 2011
No 01 PAGE 18- FB3646
AB SARL
Lire objet : Travaux de gros oeuvre en b&-
timent VRD
Espace 92 local C4 BP 62 ZI Canal
Cocotte 97224 Ducos FB 3764

AVIS DE RADIATION TOTAL
Lors de I'assemblee general du
08/01/2011, les actionnaires reunis ce
jour ont pris acte de la radiation total de
CHRISCONCEPT EURL, residence Rhi-
zophore Basse Gondeau Lamentin
97232.
RCS Fort de France 484 422 191.
Le dep6t des actes sera effectue au
greffe du tribunal de commerce de Fort
de France.
Pour avis et mention
La gerante FB 3765

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du
01/01/2011, il a ete constitute une Entre-
prise Unipersonnelle a Responsabilite Li-
mitee (EURL) au capital de 2 000.00
euros: MILAN EXPRESS.
Siege social: 43 Boulevard Kennedy
97228 Sainte Luce
Objet: Toutes activities et services dans le
secteur du tourism et du transport mari-
time de personnel, ainsi que la vente de
products ou objets lies au domaine de la
mer et du tourism.
Duree: 99 ans a computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
ciete de Fort-de-France
Grant: M. Patrice Elie AMANOU de-
meurant 43 Boulevard Kennedy 97228
Sainte Luce
La gerance FB 3766

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
En terms d'une decision prise en date
du 03 janvier 2011, les cogerants asso-
cies de la society COMMUNICATION ET
GESTION D'EVENEMENTIELS ont de-
cide la dissolution anticipee de la dite so-
ciete. Les cogerants se sont designs
liquidateurs a savoir Mr GOUACIDE Joel
demeurant au 3km rte de Didier n 155,
Impasse des Ramiers 97200 FDF et Mile
CHRISTINE Charlene demeurant au
1km800 rte de redoute 9 rue du Bel Air,
97200 FDF. C'est A cette adresse que de-
vront Atrd addresses les correspondances,
actes et documents notifies, les actes et
pieces relatifs A la liquidation seront de-
poses au registre du commerce et ders
societies de Fort de France.
Pour avis et mention, les cogerants liqui-
Sdateurs. FB 3767

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 24/01/2011, il a ete constitute
une SCI
Presentant les caracteres suivants :
Denomination : SCI LE GREEN IMPE-
RIAL
Adresse du siege social: 44 av. I'lmpera-


trice, Trois Ilets 97229
Objet : L'acquisition, I'administration et la
gestion par location ou tout autre moyen
de tous immeubles, biens immobiliers,
parts de societies civiles immobilieres, de
la tenue en pleine propriety, nue-pro-
priete ou usufruit, I'ali6nation sous forme
de vente ou d'apport de tout ou parties des
biens composant I'actif social dans la me-
sure ou ces actes ne constituent pas des
actes de commerce.
Duree : 99 ans
Capital : 500
Gerant: M. HAUSTANT Thierry
Adresse : 44 avenue de I'imperatrice
97229 Trois Ilets
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la gerance FB 3768

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
17 janvier 2011, il a ete constitute une so-
ciete A responsabilite limitee uniperson-
nelle presentant les caracteristiques
suivantes :
Denomination : S.F.T. SUN FOOD TRA-
DING
Forme social : Societe a Responsabilite
Limitee
Capital social: 5 000 E divise en 50 parts
de 100 euros chacune entierement sous-
crites et liberees.
Siege social : 79 route de Balata, 97200
Fort de France
Objet social : La society a pour objet :
Toutes operations d'import de products
destines a I'alimentation humaine frais,
secs ou surgeles.
Ainsi que plus generalement toutes ope-
rations mobilieres ou immobilieres, com-
merciales ou financieres, concourant
directement ou indirectement A I'objet
susmentionne.
Duree : 99 ans A computer de son imma-
triculation
Exercice social : du ler octobre au 30
septembre
Gerance : Monsieur Philippe MOUROU-
VIN, 79 route de Balata, 97200 Fort de
France


Immatriculation au registre du commerce
et des societies de Fort de France.
FB 3769

PREFET DE LA REGION
MARTINIQUE
SECRETARIAT GENERAL
DIRECTION DES AFFAIRES
LOCALES
ET INTERMINISTERIELLE BUREAU
DES ACTIONS DE L'ETAT
EXTRAIT DE DECISION
CDAC No 11-04
Reunie le 06 janvier 2011, la Commission
Departementale d'Amenagement Com-
mercial de la Martinique a accord I'auto-
risation sollicitee par la SCI KOROSOL
pour creation d'un magasin specialist
dans la vente d'articles de sport, peche,
loisir et nautisme, A I'enseigne INTER-
SPORT, d'une surface de vente de
1200m2 au lieu-dit, Zac Gaschette au
Robert.
Le texte de la decision devra 6tre affiche
pendant un mois a la mairie du Robert.
Pour le Prefet et par delegation
Le secretaire General
De la Martinique
Jean-Rend VACHER FB 3770

AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
BEAUTY STREET SARL,n" SIREN 517
412 060 societe en liquidation, don't le
siege est C/O Karine MOGADE St Lau-
rent Morne des esses 97230 SAINTE
MARIE. En date du 22 janvier 2011, les
associes ont approuves le compete defini-
tif de liquidation. Les comptes definitifs
sont deposes au greffe du tribunal de
commerce de FDF, en annexe au RCS.
Pour avis, le liquidateur FB 3771

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
EURL CMDIS
CHEMIN LONGUET
97223 LE DIAMANT
RCS FDF TMC 522086446
AVIS DE DISSOLUTION
ET DE RADIATION
L'assemblee general extraordinaire du
25/01/2011 a decide la dissolution et la


I-----------------------------------------------------
Abonnez-vous d Justice

Je desire recevoir "Justice" chaque semaine a mon domicile

Nom : ....................----- ..Pr6nom : .......................
Adresse exacte: ...... ............................ ......
----------------------------------------------------------

Code Postal :.............. Ville :...... _.........................
T6lphone : --....................... .............................

1 an 6 mois 3 mois
Martinique I 80 Q 45E 32
Guadeloupe/Guyane Q 86 E Q 48 I 35
France Q100 Q 55 I 40
Retourner ce bulletin a
Society des Editions "Justice" BP 4031 46 rue Andre Aliker
97200 FORT DE FRANCE CEDEX
Tel.: 05 96 71 86 83/ e-m @il: ed.justice@wanadoo.fr


'I~ I~r~~lpnl~rqr *i "I


^^I H'P I


,- /NN77?E57UfALES








http://www.journal-iustice-martinique. com


radiation au 27/01/2011.
L'entreprise subsistera pour les besoins
de la liquidation et jusqu'a la cloture de
celle-ci, la liquidation est fixee a I'adresse
ci-dessus.
Le grant M. CATTIAUX Martial est
nomme liquidateur, demeurant chemin
Longuet 97223 Le Diamant, est charge
de la liquidation avec les pouvoirs les plus
etendus.
Pour avis, le grant FB 3772

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte S.S.P. il a ete constitute la
S.A.R.L. denommee:
"TRANSCAM"
Raison social : TRANSCAM S.A.R.L"
Capital :30 000 euros*
Siege social : 19 rue de la Republique
97260 Morne Rouge
Objet : Transport : de materiaux, de mar-
chandises et de personnel
Terrassement, location d'engins, de ca-
mions de bus et petits materiels roulants.
Revente de materiaux
Duree de la society : 99 ans A computer de
I'immatriculation au R.C.S.
Grant : PETIT FRERE Jean Paul Louis
demeurant 19 rue de la Republique
97260 Morne Rouge.
Pour avis,
La gerance FB 3773

SAVIS DE CONSTITUTION
En date du 27/01/2011, il a ete constitute
une: SARL
Presentant les caracteristiques suivantes
Denomination : ECE MULTISERVICES
Adresse du siege social: 137 acajou pro-
longee voie no 1 97232 LAMENTIN
Objet : autres commerce de detail ali-
mentaire en magasin specialist et autres
prestations
Duree : 99 ans
Capital : 762 E
Nom du grant : SALPETRIER Guy
Adresse : 137 acajou prolongee voie n" 1
97232 LAMENTIN
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB 3774

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donne pour la constitution d'une
society civil presentant les caracteris-
tiques suivantes
Forme : society civil a capital variable
Denomination : LES FLORANDCHRIST
Siege social : chez M et Mme SAINRI-
MAT- 9 residence Emmanuel
Lotissement Semaphore
Objet: acquisition, revente, gestion et ad-
ministration civiles de tous biens et droits
immobiliers lui appartenant
Duree: 99 ans
Capital: 1 500
Apports en numeraire : 1500 E
Gerance : Monsieur SAINRIMAT Chris-
tian Gadtan et Madame SAINRIMAT Fer-
nande Marie Christiane demeurant au 9
residence Emmanuel Lotissement Sema-
phore
97231 LE ROBERT
Immatriculation au RCS de fort de France
FB 3775

AVIS DE DEMISSION DU CO-GERANT
CIBER IMMOBILIER
SIEGE SOCIAL : QUARTER DESERT
RESIDENCE LES PLAGES DU SUD
ANSE MABOUYA
97228 SAINTE LUCE
RCS FORT-DE-FRANCE
B 498 176 718 00019
L'assemblee general extraordinaire des
associees reunie le 15 septembre 2010 a
pris acte de la d6mission de Madame Mo-
nique LANCRY de ses functions de co-
gerante a computer du m6me jour et du


maintien du mandate de Madame Annie
CITTANOVA pour une duree indetermi-
nee
La meme assemble a decide de modi-
fier en consequence I'article 17 des sta-
tuts
Ancienne mention gerantes
Madame Annie CITTANOVA
Madame Monique LANCRY
Nouvelle mention gerante
Madame Annie CITTANOVA
Pour avis la gerance FB 3776

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donne de la constitution de la s
S.A.A.S
Denomination : OUTRE-MER ORGANI-
SATION
Forme Juridique : SAS
Capital: social: 10 000e
Siege social : centre commercial la Gal-
lerie 2 acajou 97232 LE LAMENTIN
Objet : production, promotion, distribution,
et diffusion de tous programmes audiovi-
suels, edition et commercialization d'oeu-
vres artistiques et litteraires
communication
Duree : 99 ans
Gerance : Marc CONDIANT ne le 24 avril
1951 a Fort de France (972) de nationa-
lit6 frangaise
Demeurant Fond Bourlet 97222 CASE
Pilote
Pour une duree indeterminee
La societe sera immatricul6e au registre
du commerce et des societies de fort de
France
Pour avis la presidence FB 3777

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
JR BAZAR
SARL AU CAPITAL DE 15 244 C
FORT DE FRANCE (MQUE)
SIRET : 432 876 563
Suivant deliberation de I'assemblee ge-
nerale extraordinaire du 30/11/2010,
Monsieur Joseph CHAYIA demeurant a
Fort-de-France (Mque) 67 rue Victor
Schoelcher, a ete nomme en quality de
grant en replacement de Monsieur
Matthias CHAYIA demissionnaire pour
une duree illimitee A computer de ce jour
Le dep6t legal sera effectue au greffe du
tribunal de commerce de fort de France
Pour avis le representant legal FB 3778

AVIS DE CONSTITUTION
Par actes sous seing prive du 25 janvier
2011 es constitute :
RAISON SOCIAL : MIAM !
FORME JURIDIQUE : EURL
Montant du capital : 10 000
Siege social : 57 quarter 97212 SAINT
JOSEPH
Objet : commercialization de plats cuisi-
nes
Duree de la society : 99 ans
Gerante : Magali MEYNIER 57 Quartier
Salubre 97210 SAINT JOSEPH
FB 3779

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
EURL ALA MAISON
1 RUE ERNEST HYPPOLITE SAVANE
PETIT
MORNE ROUGE
AU CAPITAL DE :7 622.45C
RCS : 343 585 899
L'assemblee general en date du 11 jan-
vier 2011 a decide la dissolution anticipee
de la society au 31 d6cembre 2010. La
society subsistera pour les besoins de la
liquidation et jusqu'a la cloture de celle-
ci. La liquidation est fixee a I'adresse ci-
dessus.
Le grant M. ALAMELON Paul est
nomme liquidateur demeurant & 1 rue Er-
nest Hyppolite Savane Petit Morne
Rouge 97260, est charge de la liquidation


avec les pouvoirs les plus etendus.
Pour avis, le grant FB 3780

TRAVAUX PUBLICS MOLINARD
(T.P.M)
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE : 11.200 C.
SIEGE SOCIAL: FOND BOUCHER
97222 CASE PILOT
SIRET: 419 174 149 00015
APE 4311 Z
CHANGEMENT DE GERANT
L'AGO du 30/06/2010 a decide de nom-
mer come nouveau grant la society
GPM sari au capital de 100 E, no siret :
414 211 972 00018, domiciliee, Fond
Boucher 97222 Case-Pilote,
represented par M. Patrick MOLINARD
en replacement de M. Patrick MOLI-
NARD.
Pour avis
La Gerance FB 3781

SOCIETY DE TRAVAUX SPECIAUX
(S.T.S)
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE : 110.000 C.
SIEGE SOCIAL : ZI PETITE COCOTTE
N2 97224 DUCOS
SIRET: 389 437 14600019
APE 4399 D
CHANGEMENT DE GERANT
L'AGO du 30/06/2010 a decide de nom-
mer come nouveau grant la society
GPM sari au capital de 100 E, no siret :
414 211 972 00018, domiciliee, fond Bou-
cher 97222 Case-Pilote,
represented par M. Patrick MOLINARD
en replacement de Monsieur Patrick
MOLINARD.
Pour avis
La Gerance FB 3782

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte SSP en date du 25
janvier 2011, il a ete constitute une SARL
presentant les caracteristiques suivantes:
Denomination social : SR AUTO LOR-
RAIN
Sigle: GSR
Forme : SARL
Siege social : Fond brule LORRAIN -
97214 Martinique
Objet: Carrosserie, peinture, mecanique
Duree : 99 ans
Capital social : 10 000 e
Grant de la Societe : Guy-Andre
SAINTE-ROSE
Demeurant LOTISSEMENT POINTE
THALEMONT 97240 LE FRANCOIS,
Immatriculation de la Societe : RCS de
Fort de France.
Pour avis, le Gerant FB 3783

AVIS DE MISE EN LOCATION
GERANCE
Par acte sous seing prive du 27/12/2010
enregistre au SIE de Fort de France le
29/12/2010 bordereau 2010/1 863 case
n 12. Monsieur Daniel NILOR, commer-
gant inscrit au RCS de Fort de France
sous le n" 89A 148 (349428003), de na-
tionalite frangaise, ne le 26/06/1955 au
Frangois, demeurant Boulevard Septem-
bre 70, 97211 Riviere Pilote a donne en
location g6rance a la SARL L'ANTRE
NOUS, inscrit au RCS de Fort de France
sous le no 2010 B 2132, au capital de
8.000 , ayant son siege social boulevard
Septembre 70, 97211 Riviere Pilote agis-
sant par sa gerante en exercise, un fonds
de commerce de SNACK BAR RESTAU-
RANT TRAITEUR ET POINT PMU pour
une duree d'une annee recouvrable par
tacite reconduction A computer du 27 de-
cembre 2010 moyennant une redevance
mensuelle de 1914.69 .
Pour avis. FB 3784


AVIS DE MISE EN SOMMEILLE
EURL PLASTIC PULP AU CAPITAL
DE 4000 EUROS. SIEGE SOCIAL:
4 CHEMIN BOIS THIBAULT DIDIER
APT. 5 97200 FORT DE FRANCE.
Aux terms d'une deliberation en date du
30 decembre 2010, I'assemblee general
extraordinaire de I'associe de la society
EURL PLASTI PULP a decide la mise en
sommeil de la society a computer du ler
janvier 2011.
RCS de Fort de France : 508330 347
Grant : Madame M'BARECK -
GRANCE Mailemnine FB 3785

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 18 janvier 2011, il a ete constitute
une society.
Denomination social : SOCIETE MARTI-
NIQUAISE DE GARDIENNAGE
Siege social : Quartier Josseaud Bellay
-97211 Riviere Pilote
Forme : SARL Unipersonnelle
Sigle: SMG
Capital : 1000 E
Objet social : la protection des personnel,
des biens, le contr6le d'acces des diffe-
rents sites.
Grant : Monsieur Jean Michel VAIN-
QUEUR demeurant sis quarter Josseaud
Bellay 97211 Riviere Pilote.
Duree : 99 ans a computer de son imma-
triculation au RCS de Fort de France.
FB 3786

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing prive en date du
26/01/2011, ii a ete constitute une societe
presentant les caracteristiques suivantes:
Denomination : LF PRECISION
Forme: EURL
Capital : 1 000 E
Siege social : Villa Beijaflor quarter Bel-
lay 97228 Sainte Luce
Objet: Contr6le et Maintenance de mate-
riel de precision
Gerante: Franck LEMOILLE
Duree : 99 ans
Pour avis, le grant FB 3787

CABINET DE MAITRE MOISE
CARETO
AVOCAT A LA COUR
1, RUE DE L'ECOLE HOTELIERE
97233 SCHOELCHER
TEL.: 0596 71 27 39
FAX : 0596 71 27 40
e-mail : avocat.careto@orange.fr
AVIS DE CONSTITUTION
SCI FLOPAKENYA
Par acte sous seing prive en date du 25
janvier 2011, il a ete constitute une society
civil immobiliere:
Denomination social: SCI FLOPAKE-
NYA
Capital : 1000 e divise en 100 parts so-
ciales de 10 C chacune, entierement
souscrites et liberees.
Siege social :C/o Mme Therese RAGOO
87 impasse Bois Cafe 97232 LE LAMEN-
TIN
Objet : I'acquisition, la gestion de tous
biens immobiliers.
Duree : 99 annees
Grant : Madame Florise Lucienne DE
GARRIGUES, nee le 26 octobre 1964 au
LAMENTIN demeurant 23 Place des
Vosges 75003 PARIS
La society sera immatriculee au Registre
du commerce et des societies tenu au
greffe du tribunal Mixte de commerce de
Fort-de-France.
Pour avis la Gerante FB 3788

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing prive en
date du 24/01/2011, enregistre a la re-
cette de CLUNY MARTINIQUE.


a 'r eI i.201-AB n '0 age 8


i


[ A 'AINONCES Uf LES









htt://www.iournal-iustice-martinique.com


II a et6 constitute une society presentant
les caracteristiques suivantes :
Forme : Societe a Responsabilite Limitee
(SARL)
Denomination : AMBAR BTP
Siege : C/ Monsieur ELANA Yvon Quar-
tier Grand Champ 97232 Lamentin
Martinique.
Objet social : La society a pour objet plus
sp6cialement tous travaux du batiment et
travaux publics en Martinique et tout autre
department frangais.
Capital variable d'origine de 1000 euros
constitute de 100 parts de 10 euros cha-
cune
Capital minimum est de 1 000 euros et
capital maximum est de 6 000 euros.
Duree : 99 ans
Gerant Monsieur ELANA Eric Herve
La society sera immatriculee au RCS de
Fort de France 97200
Pour avis, la gerante FB 3789

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01/02/11, il a ete constitute
une EURL
Presentant les caracteristiques suivantes:
Denomination : COP COPY 972
Adresse du siege social : Res. Toquade
BAt N Apt 10 Reneville Fort de France
Objet: Reprographie, signaletique et pho-
togravure
Duree : 99 ans
Capital : 5 000
Nom du grant : CAPUT Charles
Adresse: Res. Toquade Bat N Apt 10 Re-
neville Fort de France
Immatriculation au registre du commerce
en course.
Pour avis, la gerante FB 3790

SOCIETY CARIBEENNE D'ETUDES
ET DE DEVELOPPEMENT "CED"
SARL AU CAPITAL DE 80 000 C
SIEGE SOCIAL : IMMEUBLE
SYNERGIE, ZI CALIFORNIE,
97232 LE LAMENTIN
443 187 380 RCS FORT-DE-FRANCE
Suivant AGE du 28.12.2010, les associes
ont decide d'augmenter le capital de
70.000 E par incorporation de reserves et
de 40.000 E en numeraire pour le porter
a 190 000 E.
Les status ont ete modifies en conse-
quence.
Ancienne mention : Capital : 80.000 E
Nouvelle mention : Capital : 190.000 4
Mention au RCS : Fort de France
FB 3791

SOCIETY CARIBEENNE D'ETUDES
ET DE DEVELOPPEMENT "CED"
SARL AU CAPITAL DE 190 000 C
SIEGE SOCIAL : IMMEUBLE
SYNERGIE, ZI CALIFORNIE,
97232 LE LAMENTIN
443 187 380 RCS FORT-DE-FRANCE
Suivant AGE du 13.01.2011, les associes
ont decide d'augmenter le capital en nu-
meraire de 40 000 pour le porter a 230
000 .
Les status ont ete modifies en conse-
quence.
Ancienne mention : Capital : 190.000 E
Nouvelle mention : Capital: 230.000
Mention au RCS : Fort de France
FB 3792

CABINET AGIK'A
1 PLACE DU 18 JUIN 1940
74940 ANNECY LE VIEUX
DOREALLE
SELARL AU CAPITAL DE 10.000 C
SIEGE SOCIAL : 8 RUE DE LA
BONNE SANTE CLAIRIERE
97200 FORT DE FRANCE
AVIS DE CONSTITUTION
Par acte SSP en date A FORT DE
FRANCE du 13/01/2011, il a ete consti-


tue une SELARL presentant les caracte-
ristiques suivantes :
Denomination social : DOREALLE
Siege social : 8 Rue de la Bonne Sante -
Clairiere 97200 FORT DE FRANCE
Objet social : I'exercice en commun de la
profession de chirurgien-dentiste
Duree de la Societe : 99 ans a computer
de la date d'immatriculation au RCS de
FORT DE FRANCE
Capital social : 10.000 E
Gerance :
- M. Georges REFFERT dmt 92 Lot Pla-
teau Roy Rue de la Princesse Mary
97233 SCHOELCHER,
- Melle Sandra ALLAGUY, dmt Domaine
de Montgeralde 34 Av des Hameaux
Sud 97200 FORT DE FRANCE,
- M. Jean-Paul LETUR, dmt Residence
Romana B Impasse des Glycines -
Pointe de Jaham
97233 SCHOELCHER,
- Mme Noelle DORMOY nee MARIE, dmt
9 Chemin de la Houssaye Rte de Didier
97200 FORT DE FRANCE.
Pour avis
La G6rance FB 3793

CAISSE DE CREDIT MUTUEL
CREDIT ARTISANAL
IMMATRICULEE AU R.C.S.
SOUS LE N" 303 160 394
Les societaires sont convies aux Assem-
blees Generales de la Caisse ci-dessus
qui sont convoquees par le conseil d'ad-
ministration aux dates suivantes :
A) En Assemblee Generale Extraordi-
naire le 3 mars 2011 a 16 heures 30 lieu
: Credit Artisanal Angles de rues V. Se-
vere et Gallieni 97200 Fort de France.
afin de deliberer sur le project de modifi-
cation des status type des Caisses avec
I'ordre du jour suivant :
1. Constitution du bureau de I'Assemblee.
2. a) Modification des status type des
Caisses portant sur I'article 6 Parts so-
ciales replace par le texte suivant:
Art. 6 Parts sociales

La categories B don't la valeur nominal
est fixee a 1 euro, avec un minimum de
detention, de souscription et de rachat de
100 parts.
Ces parts sont negociables.
Le nombre maximum de parts B qu'un
societaire peut souscrire est limited &
50000.

Les parts de la categorie B sont liberees
entierement a leur souscription.
Les conditions de souscription, de remu-
neration et de remboursement des parts
B sont fixees par le Reglement General
de Fonctionnement......
Le reste sans changement.
2.b) Modification des status type des
Caisses portant sur I'article 7 Objet -
remplace par le texte suivant:
Art. 7 Objet

Les excedents de gestion apres, le cas
echeant, remuneration des parts sociales
-seront affects en totality a la constitu-
tion de fonds de reserve, a I'exclusion de
toute autre repartition entire les socie-
taires.
Le reste sans changement.
2.c) Modification des status type des
Caisses portant sur I'article 10 A Ad-
mission remplace par le texte suivant:
Art. 10- Admission

a. Les personnel physiques majeures
- ayant leur domicile
- ou exergant leur profession
- ou etant inscrites au r6le d'un imp6t
- ou ayant un interest personnel ou familial
dans la circonscription definie a I'article 2
B des presents Statuts ;


b. Les personnel morales ayant :
- leur siege social ou un etablissement
- ou un interest economique
- ou don't I'un des dirigeants ou associes
a un interest personnel ou familial dans la
circonscription definie a I'article 2 B des
presents Statuts.
Le reste sans changement
Art. 11 Retrait

Les ayants droit d'un societaire decade
sont egalement tenus de rembourser de
plein droit et sans delai toutes les
sommes que le defunt dolt a la Caisse,
sauf A beneficier de terms ou delais ac-
cordes par le Conseil d'Administration de
la Caisse.
Le reste sans changement.
Art. 32 Remuneration du capital

Les parts de capital peuvent, sur decision
de I'Assemblee Generale, recevoir une
remuneration dans les limits du taux
maximum fixe par la loi du 10 septembre
1947.
Les excedents de gestion apres, le cas
echeant, remuneration des parts sociales
- sont affects en totalite a la constitution
de fonds de reserve, a I'exclusion de
toute autre repartition entire les socie-
taires.
Conformement a I'article 18 B des status
type des Caisses, la present Assemblee
Generale ne pourra deliberer que si la
majority des 2/3 des societaires sont pre-
sents ou represents.
C'est pourquoi, des a present, le conseil
administration convoque une deuxieme
Assemblee Generale Extraordinaire qui
sera appelee a se tenir si le quorum des
2/3 des societaires n'est pas reuni (voir
point "B" ci-apres).
B) en Assemblee G6nerale Extraordinaire
le 25 mars 2011 a 18 heures au Palais
des Congres de Madiana a Schoelcher
a la suite immediate de I'Assemblee Or-
dinaire et dans les memes locaux que
celle-ci.
Cette deuxieme Assemblee Extraordi-
naire est convoquee pour se tenir dans
I'hypothese o6 le nombre minimum requis
de societaires ne peut 4tre reuni lors de la
premiere Assemblee Generale Extraordi-
naire convoquee ci-dessus afin de deli-
berer sur I'ordre du jour precise ci-dessus
sous point "A" pour la premiere Assem-
blee Generale Extraordinaire.
Le Conseil d'Administration de la Caisse
de CREDIT ARTISANAL FB 3794

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
- Nom et adresse officials de I'organisme
acheteur : Conseil General de la Marti-
nique.
Correspondent : lise Claude President du
Conseil General de la Martinique, avenue
des caraibes B.P. 679, 97264 Fort-de-
France Martinique, tel. : 05-96-55-26-00,
telecopieur: 05-96-55-37-87, adresse in-
ternet : http://www.cg972.fr.
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs.
Principale(s) Activite(s) du pouvoir adju-
dicateur : Protection social.
Objet du march : travaux de transcrip-
tion des debates du conseil general de la
martinique.
Cat6gorie de services : 5.
CPV Objet principal : 64200000.
Lieu d'execution : department de la mar-
tinique.
Code NUTS : FR92.
L'avis implique un march public.
Caracteristiques principals:
Refus des variantes.
Prestations divisees en lots : oui.
Possibility de presenter une offre pour un
ou plusieurs lots.


Modalites essentielles de financement et
de paiement et/ou references aux textes
qui les reglementent : : le pavement se
fera par virement administratif dans un
delai global de 30 jours maximum, confor-
mement a I'article 98 du Code des mar-
ches publics modified par decret
no2008-1355 du 19 decembre 2008 rela-
tif au delai maximum de pavement dans
les march publics. Le titulaire a droit a
une advance dans les conditions prevues
a I'article 87 du Code des marches pu-
blics.
Le defaut de pavement dans le delai prevu
donne droit au versement d'interets mo-
ratoires au titulaire et au sous-traitant. Le
taux applicable est celui de I'interet legal
en vigueur augment de 7 points a la
date a laquelle les inter6ts moratoires ont
commence a courir.
Unite monetaire utilisee, I'euro.
Conditions de participation :
March reserve : non.
Justifications a produire quant aux quali-
tes et capacities du candidate :
Autres renseignements demands : dc 1
(lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses co-traitants, ancien-
nement DC 4),
DC 2 (Declaration du candidate, ancienne-
ment Dc5).
CritBres d'attribution :
Offre Bconomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
6nonces dans le cahier des charges (re-
glement de la consultation, lettre d'invita-
tion ou document descriptif).
Type de procedure : procedure adaptee.
Date limited de reception des offres : 18 fe-
vrier 2011, a 12 heures.
Delai minimum de validity des offres : 150
jours a computer de la date limited de re-
ception des offres.
Autres renseignements :
Numero de reference attribute au march
par le pouvoir adjudicateur / I'entite adju-
dicatrice : ca mapa 03/11.
Renseignements complementaires : le
march sera conclu pour une duree de 1
(un) an, reconductible 2 fois.
Les candidates ont la possibility jusqu' la
date et here limited de remise des offres
de:
- telecharger le dossier de consultation
des entreprises a I'adresse Internet sui-
vante : www.cg972.fr rubrique marches
publics appeals d'offres;
- de les demander ou retire gracieuse-
ment a I'adresse suivante : Conseil Ge-
neral de la Martinique Direction G6enrale
Adjointe charge des Finances et des
Moyens. 19 rue Jacques Cazotte B.P
679, 97264 Fort-De-France Cedex
Tel. : 05 96 55 37 86
telecopieur: 0596 55 37 87
La remise des offres par voie Blectro-
nique est autorisee.
Instance charge des procedures de re-
cours : tribunal administratif de fort-de-
france immeuble roy camille croix de
bellevue, 97264 Fort-De-France,
tel. : 05-96-71-66-67, courriel : greffe.ta-
fort-de-france@juradm.fr, telecopieur :
05-96-63-10-08.
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recours : tribunal admi-
nistratif de fort-de-france immeuble roy
camille croix de bellevue, 97264 Fort-De-
France, tel. : 05-96-71-66-67, courriel :
greffe.ta-fort-de-france@juradm.fr, tele-
copieur : 05-96-63-10-08.
Renseignements relatifs aux lots :
Lot 1. Transcription des debats du
Conseil General
Lot 2. Traduction des debats du Conseil
General FB 3795


II IiL'


r ANOC5UA







htlp://www.ioural-iusce-tice-ainiue corn


Un nouveau livre ae (eorges Mauvoi : "Henry Lemery: be Saint-Pierre a Vichy"


R.Constant, M-D. Grangenois, G.E Mauvois, A. Nicolas et J-C Numoz

Trois regards sur le dernier ouvrage de Georges Mauvois
consacre a ce martiniquais Henry Lemery ont ete donnes a en-
tendre le lundi 24 janvier dernier lors de sa presentation a
I'Atrium.
Henry Lemery, avocat et homme .":iincque ne le 9 decembre
1874 a Saint-Pierre, est decade le 26 avril 1972. 11 est, en 1917,
le premier martiniquais a devenir membre d'un gouvernement
francais.
Marie Denise Grangenois en moderatrice, Armand Nicolas te-
moin d'une 6poque et historien, Jean Christophe Munoz, avo-
cat qui a deja propose une contribution sur Henry Lemery et
enfin le bAtonnier Raphael Constant ont entoure Georges Mau-
vois a cette occasion.
Armand Nicolas a rappele les caracteristiques qui fondent la
IrInralure de Georges Mauvois, "La finesse de I'analyse, fe souci
de 'objectivite, fe sehielLx 'Ielegance du style et son humour. "Ve-
nant au personnage de ce livre don't Mauvois, en pionnier, a pu
etablir une biographies tres exhaustive, Armand Nicolas le decrit
comme "un personnage amligu, contest qui a mtarqu~ considera-
bemeinet 'Chistoire de nos pays tout en itant un pir ':nn.ic poli-
tique d'. ', i' ti 'On personnage sorti de rien et parcenu au
sommet de fEtat ". II pursuit avec ce regard de I'historien sans
concession, "un personnage qui a ete plut6t negatifpour la Mar-
tinique". II ne frequente la Martinique qu'a la IIllei des elec-
tions. Ce descendant d'esclave, fils illegitime de Raoul Depaz,
usinier et d'une esclave indo- africaine va devenir un person-
nage de la p.:lti'ique francaise et rietrnariornal, II1 devient un
avocat remarquable et grace a son entregent grimpe I'6chelle
social. "I/ avait un but : devenir un grand avocat et un hommetn
pofi'ique, un loinze qui comrpte. Ifa prepare cell en repirant les
gens suscept ibfes de liti apporter queque cfhose. 'On tiomme pofi-
tique qui ne pensait qu 'i lui, un carrieriste", constate Nicolas.
Avocat d'affaires, depute, senateur, secretaire d'Etat des trans-
ports, ministry de la Justice, des Colonies, porte-parole et de-
fenseur de I'aristocratie et des puissances d'argent dans un but,
"se seiir de la A'artinique pour arriuer son but. La iMat inique
n 'a pas tenui une place essentieLfe dans sa uie, "demontrera I'his-
torien. Dans I'affaire Aliker il prendra fait et cause pour Aubery
durant son bref passage au poste de Gardes des sceaux. Ar-
mand Nicolas terminera en opposant deux figures de I'histoire
de la Martinique don't Georges Mauvois a trait : "Georges gra-
tiant, avocat du people, des cl /'if-. d/es petites gens, enracilnes
dans fe reel martiniquais, qui conmattait les puissances d agent et


puis cet avocat carriei-ste qui ne pensait qu a fili, a
fort peu apporte a La '4artinique. IIa, a moti avis, de-
fendui une cause mnauvaise".
L'avocat Jean-Christophe Munoz en I'erudi3ant "'Ia
tiouve digune d'interit et s'est deiandad pourquoi il
itait oublie "en signalant "que Coubl;erserait une er-
reurpour L ia i,7i;,',l,'". II a mis en avant sa "reus-
site sociale. L'avocat reconnait que le livre de
Georges Mauvois lui a fait "prendie conscience de Iz
complaisance de Lnimer avrec &tussolini et Jil regime
dit general'Franco ". II mit en evidence que ce fut lui
"le premier en 1919 et 1923, quifit une proposition de
loi pour la depaitetnentalisation pour fes quatre colo-
nies daans une epoque peu encline a cela ". Mauvois,
dans son ouvrage, mettra en opposition la departementalisa-
tion version Lemery et celle obtenue par Cesaire-Bissol. II lui
est reproche sa collaboration avec Petain, condamne pour in-
dignite, mais retabli pour fait de resistance. "'Un ,i .iiii..
jusqu 'au bout ", dira de lui Munoz.
Le bAtonnier Raphael Constant retient de Mauvois, "un Ali-
clieI: i,,: conteur miagnifique et un lionnite liotime, bien que
pas tris partisan de Lemery, ui dbnne sans cesse l7 parole en le-
fense". '1 croit deceler dans le livre un prochain ouvrage sur Fer-
nand Clerc. "Leamery est cellii qui a e inieuwrtussi dacns le conte.\te
de [a society franchise de Cepoque ", note le batonnier. Apres avoir
passe en revue divers aspects de la vie de Lemery, il conclut en
ces terms : "un ouvratge renmarqualle a lire et a reire qui peut -
etre Iolijet de la connaissance ia'un personnage qui a ete important
de notre histoire, inme si on peut avoir un avis e.trtimement ne-
gatifa cet rgard".
Georges Mauvois n'a pas manque de raconter que c'est une
intervention de Georges Aliker, le fils de "Souloute Marcel Ali-
ker et le neveu d'Andre Aliker, passionne de genealogie, qui lui
a permis de realiser cet ouvrage. "lin 'enuoyait des petites fet-
tres adiressdes d'aSord au pt~e et au /fis puis au fil du temps au
pere. If luii est venu ii Cidee que ICon pouvait ecrire quelque chose
sur Lirmery, moi je n 'etais pas tr)s cfaudf- je ne suis pas histo-
rien et fdapirs les docutmentsj'ai compnis qu 'ifavait quefque chose
a fire. 'e me suis dis la pre-
iniere close que je dois fire
c'est d'affer a Si.at- !, r, c
pourpelnitrerl Ie personnage
. II mit en exergue tout de
m6me les difficulties pour
faire cet ouvrage.
Une contribution interes-
sante a cette periode de
notre histoire politique a
connaitre.
Marie Denise Grangenois
a plaid pour la tenue ra-
pide d'un colloque sur les
oeuvres de Georges Mau-
vois. Georges Aliker a fait naitre le declicchez
C.B G. Mauvois pour6crire sur Henry Lemery


~


a [_ )lllll!^^8M~MI =41 IH