Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00176
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: July 8, 2010
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00176
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
ie hebdomadaire d'information communist


Jeudi 8 Juillet 2010 90O Anne N' 27 Martinique: 1,80 E France: 2,20 DOM: 1,90


c Pierre Aliker
: .


RETRAITES %
Le K5F se met en branle
VIOLATION DE LA
CORRESPONDENCE
DES ELUS PATRIOTS
Le tribunal ordonne
letchimy de cesser
ses agissements






http://www.journal-justice-martinique.com


Sa ka Pai ..... ...........p. 2

ELito ........................ 3.
- NE baissons pas la garden

Pogsier Retraites ........... 4/6
- Mres fonctionnaires
- Le K5F se met en branle
- Justice avec les travailleurs

Socit ....................p. 7/9
- Loi contre les violence faites aux
femmes
- Stle aux lus Lamentinois disparus
- Dmenti du CHU

Eco-Social .............. 10/12
- Martinique: Un pays en crise social

Politi4ue ................ .. 12/11
- Correspondence au Conseil Rgional
- Plnire du Conseil Gnral

France ................. 1/1
- Gourvenement gangrn par l'argent

Pan leMone ............ 15/16
- Parti Communiste de Porto Rico
- Venezuela
- Honneur Patrice Lumumba
- Flash Hebdo

Anoncew Ugales...........f. 17/19

Culture ....................20
- 39e festival de Fort de France
- Rando Tour 2010





"JUrST#IC "
Administration & Rdaction
Tl. : 05 96 71 86 83
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tel. :05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Ferand PAPAYA
Maquette : Guennal GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tl : 0596 73 14 54


L 'AssOCA TION ORGAPEYI
Orgapyi organise un march de products exclusivement issues de l'agriculture orga-
nique, le mercredi 14 juillet de 15 19h Bois Rouge, Ducos.
Vente products varis :
Fruits et lgumes frais, laitue, ptisserie et pain aux fruits et lgumes pays, pt v-
gtal, sirop de groseille, confitures diverse, products de la ruche, products dshy-
drats, farine de manioc et bien d'autres, kassav, lait de soja, tofu, kombucha, noni,
jus frais, glace, fleurs, plants mdicinales seront prsents... Sans oublier des
conseils sant et des dgustations de products et des recettes indites ...
Rendez-vous tous les 2me & 4me mercredis du mois.

Pef moyen fitnancierf et humain four efnoin de dualiten Martintue :

MANIFESTATION SAMEDI 10 JUILLET 2010 FORT-DE-FRANCE,

"Les organizations des personnel hospitaliers, les organizations syndicates de salaries,
les fournisseurs de Chpital, [es reprsentantspofitiques du Conseilnraldont son pr-
sident, la Communaut des Communes du Nord, les villes du Prcheur, de Fort-de-France,
runis (e 30juin 2010 au CH :
AJppellent la population une manifestation de rue le samedi 10juillet pour egger de
C'Etat des moyens consquents et immdiats afin de poursuivre des soins corrects pour [a
population".


Riultat, du BacZO0: 58,31 Y/. DE SUCCESS AU BAC GENERAL

Selon un communique du rectorat, le baccalaurat gnral enregistre un taux de suc-
cs de 58,34 % en 2010, contre 59,42 % en 2009. Il y avait 2247 candidates presents.
1 311 admis, 313 ajourns et 622 autoriss au 2me group.
Le taux de succs est de 66,79 % en srie scientifique (734 admis), 47,48 % en
sciences conomiques (308 admis) et de 53,91 % en srie littraire (268 admis).
Le major de la promotion 2010 est Bolinois Linius, srie S lyce de Bellevue, men-
tion Trs bien moyenne de 19, 07.
Le candidate le plus jeune est n en janvier 1995 et s'appelle Barnay Yorrick, srie S.
Il a obtenu la mention bien.

LA PREFECTURE COMMUNIQUE (EXTRAITS)

Election des reprsentants de la profession de l'enseignement de la conduite
et de la scurit routire au Conseil suprieur de l'ducation routire).
Le Comit interministriel de la scurit routire (CISR) a dcid, le 13 janvier 2009,
l'largissement des comptences du Conseil Suprieur de l'Enseignement de la
Conduite Automobile et de l'Organisation de la profession (CSECAOP), pour pouvoir
traiter de l'ensemble des questions relatives l'ducation routire. En consequence,
le (CSECAOP), s'est transform en Conseil suprieur de l'ducation routire (CSER),
don't le mandate des membres est de 5 ans.
Un arrt ministriel du 31 mai 2010 (JO du 3 juin 2010), fixe les dates du scrutiny pour
la designation des reprsentants de la profession de l'enseignement de la conduite
automobile et de la scurit routire au Conseil suprieur de l'ducation routire.
Ce scrutiny est organis, par correspondence, au niveau dpartemental, entire le 22
novembre et le 1er dcembre 2010, le cachet de la poste faisant foi.
L'inscription sur la liste lectorale aura lieu du 28 juin au 3 septembre 2010 inclus.
Le corps lectoral est compos de deux colleges distincts, d'une part le college des
responsables d'tablissements d'enseignement de la conduite automobile et, d'autre
part, le college des salaries des dits tablissements.
Pour tre inscrit dans le college des responsables d'tablissements et dans le college
des salaries, voir les conditions requises la Prfecture l'adresse et au numro de
tlphone ci-aprs.
Les personnel concernes qui n'auraient pas reu par la voie postal un formulaire
d'inscription sont invites s'adresser au bureau de la Circulation et des transports
de la prfecture qui se tient leur disposition pour tout renseignement relatif ce
scrutiny au numro suivant : 05.96.39.37.09
FDF le 30/06/2010


SA A P.S


jeui8uille20lO-u5tic n'27 Page





httD-://www.iournal-iustice-martinique. com


NE BAISSONS PAS LA GARDEN DURANT CES VACANCIES !


Traditionnellement le mois de juillet signal le dbut
des grandes vacances, priode propice au repos,
aux voyages, aux divertissements les plus varis,
aux excs de toutes sortes aussi, malheureusement.
La Martinique se dpeuple partiellement durant cette
priode, car nombreux sont ceux qui prennent
l'avion en direction de la France ou vers d'autres
destinations touristiques. Dans le mme temps, elle
accueille toutes ces families migres en France qui
ne peuvent "rentrer au pays" que grce au fameux
"cong bonifi", un cong que le gouvernement veut
modifier sous le prtexte que les dparts massifs en
vacances des ressortissants des DOM, nombreux
dans les hpitaux, la police, la poste, les transports
publics, dsorganisent les services o ils sont em-
ploys.
Le retour en vacances de nos frres de la diaspora
doit nous rappeler l'tat de sous-dveloppement
dans lequel la France a maintenu et continue de
maintenir ses "vieiTes colonies", qu'elle a transformes
en dbouchs pour les productions agricoles et in-
dustrielles franaises et europennes. Il doit aussi
nous faire prendre conscience que ces Martiniquais
de l-bas ont t incits partir massivement dans
les annes 1960 par le biais du BUMIDOM, ou
s'engager dans l'arme. Bon nombre d'entre eux re-
viennent pour s'tablir dfinitivement dans leur pays
d'origine, leur patrie, qu'ils trouvent bien change,
moins accueillante, moins martiniquaise dmogra-
phiquement et culturellement. Il s'agit le plus sou-
vent de retraits, qui ne tardent pas faire
l'exprience de la vie chre et de l'individualisme en-
gendr par le systme dpartemental avec son ap-
parence de richesse et son vernis de modernit. Ils
se trouvent confronts, eux aussi, au problme des
structures d'accueil pour personnel ges, seules
ou handicapes.
Mme si l'accueil n'est pas toujours chaleureux,
mme s'ils reviennent ici avec des prjugs, des
ides de "'Eranaisde Trance", ces Martiniquais et Mar-
tiniquaises de la diaspora sont nos frres et nos
soeurs, font parties intgrante de notre people, ce
que nous qui vivons ici en permanence avons ten-
dance oublier.
Cette anne, les perspectives s'annoncent sombres,
avec la crise du systme capitalist mondial don't on
ne voit pas la fin, avec la politique d'austrit ren-
force mise en place par le pouvoir, avec les scan-
dales financiers qui claboussent certain membres
du gouvernement franais, lequel, ayant entrepris
de dmolir mthodiquement les acquis sociaux qui


faisaient l'originalit
et la fiert de la R-
publique franaise
depuis la fin de la
second guerre
mondiale, s'attaque
maintenant aux re-
traites pour satis-


fire les exigences
des marchs finan- !-
ciers. Le plan de
reliance et d'ur-
gence de Serge
Letchimy, vide-
ment ncessaire,
ne peut contrecar-
rer totalement les effects dpressifs de la politique de
la France et de l'Europe.
La priode des grandes vacances a toujours t
mise profit par les gouvernements ractionnaires
franais pour raliser leurs mauvais coups. Mais cet
"t"risque d'tre different des autres, car syndicats
et parties politiques de gauche sont dcids rester
mobiliss, aller la rencontre des Franais sur les
plages, dans les camping, pour les informer et les
tenir prts la riposte au mois de septembre.
Ici en Martinique, la mobilisation est moindre, mais
cela ne signifie absolument pas que nous soyons
moins concerns et moins menacs. Au contraire,
la rforme des retraites nous affectera davantage,
cause de notre sous-dveloppement, de notre ch-
mage massif et structure, du vieillissement de notre
population, du niveau plus faible des salaires et re-
venus. Le K5F a enfin dcid une champagne d'in-
formation et de mobilisation sur ce sujet crucial qui
concern aussi la jeunesse dans la perspective
d'une mobilisation en septembre. Notre Parti conti-
nuera sa champagne initie le 24 juin la FOL, sur le
caractre dangereux de la reform Sarkozy-Fillon.
Il est donc indispensable de rester vigilant et mobi-
lis. Justice qui ne prend pas de vacances, conti-
nuera d'informer ses lecteurs, d'oeuvrer au combat
pour la Responsabilit martiniquaise, condition de la
survive de notre people coup en deux par le colo-
nialisme.
Bonnes vacances tous et toutes. Que les soucis
quotidiens ne vous empchent pas de vous amuser
sainement!
M. Belrose


^ ewi. EifseiswfffScen"7-Tae.


1 Eptr 1


~-~iii






httpD://www.iournal-iustice-martinique.com


Mre foctionnaire$: REPORT DE LA DATE


Les femmes, premires victims de la rforme des retraites


Devant le souffle de la contestation, le gouvernement a t
oblig de lcher du lest en repoussant, le 30 juin, la date butoir
des dossiers des fonctionnaires parents de trois enfants et
ayant quinze ans de service souhaitant prendre leur retraite an-
ticipe dans des conditions avantageuses.
Le dispositif leur permettait de liquider leur pension l'ge de
leur choix, les rgles de calcul tant figes la date laquelle
ils avaient eu leurs trois enfants et quinze ans de service. Cette
measure datant de 1924 (!) faisait parties d'une politique familiale
en incitant les femmes cesser de travailler aprs la naissance
du troisime enfant. Le project de loi sur les retraites prsent le
16 juin dernier prvoit que les rgles de calcul soient alignes
sur le rgime gnral. Le gouvernement avait fait savoir, la
stupeur gnrale, que les personnel concernes devaient faire
leur demand de dpart avant le 13 juillet, date du Conseil des
ministres, devant entriner le project de loi sur la rforme des
retraites avant mme l'examen du texte par les dputs par-
tir de septembre. Le ministry du Travail, ric Woerth, et le se-
crtaire d'tat charge de la Fonction publique, Georges Tron,
ont finalement "dcid de repousser (a date du 13juillet au 31d-
cembre 2010".
Le gouvernement voulait rendre applicable le 13 juillet, avant
mme le vote de la loi, une disposition de son project qui sup-
prime le droit des parents fonctionnaires au dpart anticip,
sans dcote sur la pension. 15000 femmes sont concernes.
D'o une grande inquitude des agents concerns.
En cause, l'article 18 qui supprime, computer de 2012, le droit


Ketraitef: LE KSF SE MET EN BRAHLE


Le Collectif du 5 fvrier avait appel un meeting le mercredi
30 juin sur la question de la rforme des retraites engage par
le gouvernement Sarkozy-Fillon.
Devant une assistance relativement modest, la tribune, Phi-
lippe Pierre-Charles, entour de plusieurs responsables syndi-
caux, a fait d'abord le point sur les dossiers en course : prime de
vie chre (part des collectivits), pieces dtaches automobiles,
etc.
S'agissant des retraites, plusieurs exposs ont trait des en-
jeux, de l'aspect revendicatif, du financement et des perspec-
tives de lutte.
S'agissant des enjeux, Daniel Naudart a expos le caractre
nocif des prcdentes rformes et a prsent plusieurs don-
nes soulignant la situation particulire d'ingalits sociales, de


pauvret et de dgradation social de la Martinique : montant
des retraites plus faible qu'en France, nombre lev de per-
sonnes relevant de la CMU et de la CMUC(1 Martiniquais sur
3), nombre de retraits au minimum garanti(18 000 selon lui),
etc. A cet gard, il a montr comment la politique de drem-
boursement des mdicaments frappait cruellement les retrai-
ts.
S'agissant de l'aspect revendicatif, Alex Grivalliers de Sud-PTT
a soulign que le project gouvernemental allait accentuer la mi-
sre car son but est de diminuer les retraites.
Il est donc demand le maintien de l'ge lgal de la retraite
60 ans et la retraite taux plein 65 ans. Pour le financement
des retraites, il est avanc la diminution du chmage qui per-
mettra d'augmenter le nombre de cotisants, l'augmentation des


Fr- fe 8Eilt2 1 J5tc 2 ae


POSSIER RETRAITE


au dpart anticip offert jusqu'alors aux fonctionnaires
remplissant une double condition: avoir lev trois en-
fants et computer quinze ans de service. Ce dispositif tait
massivement utilis, surtout par des femmes : en 2008,
pas moins de 15000 agents en France ont pu dcrocher
de cette faon.

SUPPRESSION SANS COMPENSATIONS
Dans les faits, actuellement, ce dispositif est souvent uti-
lis par des mres pour se soustraire des conditions de
travail pnibles, difficilement conciliables avec la vie de
S famille.
S Pour l'heure, cependant, l'inquitude ne tenait pas seu-
lement l'annonce de la liquidation de ce droit, mais aux
modalits d'application. Selon le project de loi, les parents
ayant trois enfants et quinze ans de services avant le 1er
janvier 2012 conservent la possibility de partir par anti-
cipation. un dtail prs, en l'occurrence le dtail qui
tue: ils devaient dposer leur demand avant le 13juillet 2010.
Pass ce dlai, leur pension aurait t fortement ampute. Ex-
plication. Sous la loi actuelle, les modalits de calcul de la pen-
sion pour ces dparts anticips sont celles en vigueur l'anne
o les mres ont la fois quinze ans de service et 3enfants.
Pour la plupart des postulants potentiels aujourd'hui, il s'agit
donc des rgles en vigueur avant la rforme Fillon de 2003. Au-
trement dit, avant que ne soit instaure, entire autres, la dcote
pour carrire incomplete. Le project de loi prvoyait qu'aprs le
13 juillet prochain, les rgles de calcul de la pension pour d-
part anticip soient celles issues de la loi Fillon. Sachant que la
trs grande majority des femmes postulantes ont une carrire
incomplete, elles devaient subir donc la dcote (laquelle, rai-
son de 1,125% par trimestre manquant, peut atteindre jusqu'
25 % de la pension). "La pertefinancire pour fesfemmes sera en
moyenne entire 20 % et 25 %", calcule I'UGFF-CGT.

DES ECONOMIES SUR LE DOS DES FEMMES
Une telle disposition, de toute evidence taille pour faire le
maximum d'conomies sur le dos des femmes, rvle une
conception a priori trs trange du droit qui consistait rendre
une loi applicable alors mme qu'elle n'avait pas t vote, et
donc ventuellement modifie lors du dbat parlementaire.
C'est cette disposition qui a t remise en question suite aux
protestations.
A.G avec Yves Housson de L'Humanit






http://www.iournal-iustice-martinique. com


cotisations patronales, l'augmentation des salaires
et d'une manire gnrale une autre rpartition des
richesses.
En conclusion, il est exig le retrait du project Woerth
et l'ouverture de vraies ngociations.
Philippe Pierre-Charles, le president du Collectif, a
recadr le project de rforme des retraites dans les
politiques d'austrit mises en oeuvre par les gou-
vernements europens pour faire payer la crise aux
travailleurs. Il a fustig l'argument de l'augmenta-
tion de l'esprance de vie ("on vit plus vieuzvdonc if
faut travaifferplus") en remarquant que l'augmen-
tation de l'esprance de vie n'avait pas jusqu'ici em-
pch le financement des retraites et qu'il fallait en
regard prendre en consideration la monte consi-
drable de la productivity du travail et des richesses.
Il a compar le prtendu deficit de la Scurit so-
ciale tous les prlvements indus qu'elle subit.
Il a considr que les travailleurs martiniquais de-
vaient se mettre en position de dfendre leurs pro-
pres revendications et de pouvoir les ngocier. Rappelant le
travail effectu par les syndicats pour aboutir au 5 fvrier 2009,


Philippe Pierre-Charles au centre


il a appel mettre en branle une champagne d'information et de
mobilisation pendant les vacances pour prparer une grande
mobilisation pour la defense' des retraites en sep-
tembre. Ainsi il propos une distribution massive de
tracts pendant le tour des yoles 2010 comme cela
avait t fait en 2008 sur la vie chre et le pouvoir
d'achat.
Au course des changes qui ont suivi, notre cama-
rade Michel Branchi a insist sur la dangerosit de
la contre-rforme des retraites pour la Martinique, et
sans doute tous les Dom, compete tenu de leur
context conomique et social de mal dveloppe-
ment et de profondes ingalits sociales : vieillisse-
ment plus rapide de la population qu'en France en
raison en particulier des manipulations dmogra-
phiques du colonialisme franais avec la politique
du Bumidom, taux de chmage lev plus spcifi-
quement chez les jeunes, taux de pauvret norme
(1 Martiniquais sur 5), nombre lev de retraits du
priv au minimum vieillesse (prs de 3 sur 10), pr-
carit de l'emploi, etc. Il appel refuser que le pou-
voir fasse de la Martinique "un pays de vieux


Des militants prts entrer en champagne


pauvres". Il a assur l'assemble du soutien du PCM dans ce
combat.
George Arnaud a attir l'attention sur la situation
des femmes qui dj ont des retraites plus faibles
en raison de carrires plus incompltes, de salaires
plus bas, d'un taux de chmage plus lev. Le pro-
jet de rforme en course va aggraver cette situation
inadmissible de discrimination social l'gard des
femmes.
II a t question galement de sensibiliser les par-
lementaires martiniquais cette question.
Il faut simplement regretter que cette mobilisation
soit aussi tardive. Mais elle atteste une prise de
conscience au niveau des directions syndicales que
la question du rgime des retraites concern la so-
cit martiniquaise au premier chef et qu'elle mrite
un examen particulier vu la situation social difficile
du pays.
Il reste combattre le sentiment erron que la Mar-
tinique n'est pas concerne ou que les jeux sont
faits. L'argumentation du pouvoir base sur de
fausses vidences et imprgne de la pense
unique doit tre combattue pied pied partir des
ralits du pays.
M.B


Une rforme catastrophiques pour les classes populaires


euai8I7


1 J90esE-R RET






httD://www.iournal-iustice-martinigue. com


Justice, unepresse e riitance : AVEC LES TRAVAILLEURS POUR DEFENDRE LES

RETRAITES


Depuis plusieurs annes, le monde est violemment secou par
l'une des plus violentes crises du systme capitalist. Mais les
rponses apportes par les dirigeants politiques sont loin d'tre
la hauteur des esprances des peuples. Cela on le voit tous
les jours.
A la Martinique, les consequences de cette crise sont encore
plus dramatiques, d'autant que les solutions prconises
conues pour des pays dvelopps et appliques au ntre de
manire mcanique ne tiennent nullement compete de nos sp-
cificits caractrises par un mal dveloppement chronique et
une conomie structurellement dsarticule. Pas tonnant que
le remde soit pire que le mal.

La press bourgeoise au service des puissants vhicule une
vritable champagne d'intoxication pour imposer aux travailleurs
des sacrifices encore plus grands, en particulier sur les re-
traites.
A chaque mauvais coup
contre les masses labo-
rieuses, elle nous sert sa
formule toute faite qui
appelle les masses labo-
rieuses faire preuve de
"ralsme, de courage, de
pragmatism c'est--
dire accepter les sacri- .
fices exiges par les
matres du capital. Alors
que les richesses pro- '
duites par la force des
travailleurs permettent
aux dirigeants des
grandes entreprises
franaises et d'ici de \
faire crotre de manire
scandaleuse leurs pro- Michel Branchi (au ce
fits sans qu'il n'y ait de
redistribution, comme cela a t dmontr rcemment, lors de
la runion des dcideurs organise par la CCIM.
L'exemple le plus frappant est celui de la rforme des retraites
qui va toucher des milliers de nos concitoyens et tout est fait
pour donner le sentiment qu'il s'agit d'une affaire loigne de
nous.
Le gouvernement profit de l'intrt suscit par la coupe du
monde de football pour s'en prendre notre systme de retraite
et tenter de nous culpabiliser au prtexte qu'il n'y aurait pas
d'autre alternative face aux volutions dmographiques.
Pourtant, tous ceux qui occupent un emploi cotisent dans l'es-
poir de pouvoir bnficier, autant que possible en bonne sant,
d'une retraite convenable. Et voil que le gouvernement pr-
tend changer les rgles du jeu en allongeant la dure de coti-
sation et en repoussant l'ge lgal de dpart la retraite 62
ans et celui du droit au taux plein 67 ans au prtexte que
son financement ne serait pas assur. Cela est faux : l'argent
existe.
A Justice nous disons qu'il est plus que temps de nous mobili-
ser car avec cette rforme apparatra au fil des annes une
nouvelle catgorie de retraits encore plus pauvres voire mi-
srables, avec des consequences aggraves pour l'ensemble
de la socit.


ntre


Par example, les milliers de travailleurs municipaux qui occu-
pent des emplois prcaires seront les principles victims de
cette rforme ractionnaire et sclrate. Ils ont malheureuse-
ment t utiliss comme des "agents" au service des munici-
palits, quelque fois comme gross 6ras". Mais quand sonne
l'heure de la retraite la dsillusion est total car la pension n'est
"qu'une aumne" qui ne permet pas de subvenir aux besoins
essentiels comme ceux de se nourrir, se soigner ou de se loger.
Quant aux vieux travailleurs salaries de l'agriculture qui ne b-
nficient pas de retraite complmentaire et qui touchent entire
600 et 700 , leurs fins de mois sont synonymes de difficults
car ils doivent attendre entire le 9 et 12 pour percevoir leur mai-
gre retraite.
Pour eux, le tlphone qui leur permet de garder le contact
avec leurs enfants vivant en France ou ailleurs est un poste de
dpense important. Mais la facture doit tre honore tous les
deux mois, sans oublier
l'eau, l'lectricit, l'ali-
mentation et bien d'au-
tres dpenses
incontournables.
Beaucoup de travail-

de l'agriculture, du bti-
ment, du commerce sont
l'approche de la retraite
atteints de maladies de
longue dure come le
diabte, 'hypertension ou
les maladies card -vas-
culaires. Pourtant, en
dpit de la prise en
S. charge de 100 % de ces
Srpathologies, ils sont
constraints de dbourser
) au meeting du K5F des sommes non ngli-
geables, car certain m-
dicaments, dits "de comfort" et pourtant ncessaires ne sont
plus rembourss, suite la politique sclrate du pouvoir sar-
kozyen.
Notre journal se veut donc tre la voix de ces milliers de nos
compatriots retraits qui vivent dans la prcarit mais il se
donne comme mission aussi d'attirer l'attention de tous ceux
qui devront se prparer leur tour partir la retraite et qui
doivent se mobiliser centre les mauvais coups que nous pr-
parent Sarkozy et Fillon avec leur rforme ractionnaire de re-
traites.
Le slogan "travaillerplus pour gagner pus" est un chec total.
Aujourd'hui c'est continuer travaillerplus longtemps, cotiser
plus, pour une retraite diminue" sans pouvoir atteindre la re-
traite, sinon en mauvais tat physique.
Oui nous devons dfendre notre systme de protection social
pour laquelle nous contribuons.
Le pouvoir sait trouver des milliards d'euros pour sauver les
banques alors que les travailleurs ne sont pas responsables de
leur droute. Malgr la crise, les entreprises cotes en bourse
dgagent des bnfices colossaux mais le pouvoir sarkozyen
demand toujours plus de sacrifices aux masses laborieuses.
Fernand Papaya


jeui8juillet20lOueticen27- Pg 6


POSOEit ItE-FIZAI-rE-






http://www.journal-iustice-martinique.com


A option e la loi contre les violence faites aux femmes : L'UNION DES FEMMES

DE MARTINIQUE REAGIT


n1e %eroj ", ffle~ len%
nous S'erons nniw il
I ~i i I(III ~ elpal


La Direction de l'Union des Femmes


Dans un communique rendu public l'Union des Femmes de la
Martinique (l'UFM) "se rejouit du vote dfinitifde la loi contre les
violence conjugales par rAssemble Nationale ce marli 29 juin
2010.
fMalgrplusieurs points de rgression non ngligeables par rapport
au premier texte adopt (Assemble Nationale, don'tt le change-
ment d'intitul du texte), cette loi reprsente une avance consi-
drable, pour mieux protger et mieuxprvenir toutes forces de
violence, notamment sur les points suivants :


- La creation de l'ordonnance de protection permettra au juge aux
affairesfami(iales, avant mme le dpt d'une plainte, de protger
en urgence et defaon temporaire la femme,
- L'innovation majeure que constitute la creation d'un dlit de vio-
lences psychologiques, la France tant [e premierpays au monde
le crer,
- L'amlioration des droits des femmes migrants victims de vio-
lences en situation rgulire ou irrgulire,
- La prise en compete de la prevention.
Elle prvoit aussi une mise en oeuvre rapide et un suivipar les me-
sures d'ordre rglementaire ncessaires.
Nous esprons que cette Coi, qui conforte la ncessit d'une action
volontariste et global pour butter contre toutes Ces violence envers
Ces femmes, sera un lment d'impulsion pour leurprise en compete
par les politiques de fMartinique dans leurs ayes stratgiques de
dveloppement.
Nous continuerons nous mobiliser pour que [es moyens soient
donns aux associations d'aide au. victims pour 'accompagne-
ment des femmes victims (coute, accompagnement, logement,
lieu d'accueil urgence ...) sur ensemble du territoire 5Marti-
niquais".


UN MEMORIAL DDIE AUX ANCIENS ELUS DU LAMENTIN


Depuis dj plusieurs mois, l'Association des Anciens Elus du
Lamentin prside par notre camarade Ferdinand Clrence,
travaille la ralisation d'un memorial ddi aux lus au-
jourd'hui disparus. Le but, selon le president, est de faire sortir
de l'oubli ceux qui depuis l'avnement d'une municipality com-
muniste la tte de cette commune ont travaill son dve-
loppement.
Ainsi donc le vendredi 2 juillet, sur les coups de 16 heures, une
cinquantaine de personnel, lus actuels et anciens ainsi que
des parents des disparus, s'taient retrouves au cimetire
communal pour le premier acte d'une srie de manifestations
programmes sur plus d'une semaine.
Il s'agissait de l'inauguration d'une stle sur laquelle ont t
gravs les noms des 42 lus prsents en ordre alphabtique
qui ont sig dans les diffrentes quipes depuis 1960. Parmi
eux figurent bien videmment ceux des deux maires commu-
nistes Fernand Guilon et Georges Gratiant, ceux d'autres lus
de premier plan comme Renoult Valbon, Clmnt Jrme, et
tout naturellement Pierre Zobda-Quitman ainsi que tous ceux
qui plus modestement ont servi la collectivit.
Sur un panneau taient affichs les portraits de la plupart de
ces disparus.
Dans son allocution, Ferdinand Clrence rappela l'engagement
de ces Communistes de la premiere heure qui, en ces temps si
difficiles, ont oeuvr pour quiper les quarters les plus reculs,
moderniser le bourg et prparer la commune devenir plus tard
la capital conomique de l'le.
Puis, il revenait David Zobda, reprsentant la municipalit ac-
tuelle, de mettre nouveau en exergue l'oeuvre accomplie par
les quipes municipales prcdentes, manire de reconnatre
l'excellent travail ralis par les Communistes ainsi que leur en-
gagement dans le combat politique pour l'mancipation du peu-


SA nos lus disparus . "
-- ^du Lamentin "..
de 1960 2010 B
I I,, fl ,IN qmI? IL, L*INMA.d .f^^^-


Le p a e ds ma iet i- se poUr.suiv leldm
ca. n .Ai..-.. -. 'ITuOlr u

Imo8anmep,,og :. -s
l-
Une stle avec les noms de 42 lus lamentinois disparus
pie martiniquais.
Le programme des manifestations s'est poursuivi le dimanche
4 avec une course de gommiers Californie, un tournoi de foot-
ball du 7 au 9 juillet Jeanne d'Arc, une soire littraire, la
mdiathque le vendredi 9, en mmoire Georges Gratiant et
anime par Georges Mauvois. Le samedi 10 sera consacr
une soire bl Morne Pitault et le programme s'achvera le
mercredi 14 avec une randonne pdestre travers les quar-
tiers du Lamentin.
Vers 12h30, les participants devraient se retrouver autour d'un
ti-nain more gant en musique anim par Kolo Barst.
Une heureuse initiative qui allie politique, mmoire, culture et
dtente et que notre parti tient saluer.
G. Erichot


i t n P


1-Soci-r






http://www.journal-iustice-martinique.com


Intervention du pfut Alfred Marie-Jeanne : PROJET DE LOI RELATIF A LA

MODERNISATION DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE


Alfred Marien Jeanne dfend le monde agricole

Nous publions ci-aprs l'intervention du dput Alfred
Marie-Jeanne sur la loi de modernisation de l'agriculture
et de la pche

"Lors de mon intervention la discussion gnrale, j'ai ras-
sembl en un seul tenant les principaux points litigieux qui sont
autant d'obstacles la mise en oeuvre du project de loi sur la
modernisation de l'agriculture et de la pche en martinique.
J'ajoute le problme de l'indivision qui non rgle juridiquement,
conduit encore au morcellement du foncier.
En effet, les cohritiers s'octroyent une parties de l'exploitation
initial privilgiant ainsi l'aspect patrimonial sur l'aspect cono-
mique.
Je signal de nouveau que la raret du foncier agricole est ag-
grave par les installations de fermes photovoltaques au sol.
On assisted l une vritable anarchie du fait que le photovol-


taque n'est pas encadr par la loi.
C'est un effet d'aubajne pervers.
Je rappelle qu' mon initiative, deux
amendments ont t adopts lors de
la LODEOM : l'un qui permet dorna-
vant de dterminer dans le SAR la lo-
calisation prfrentielle des activits
relatives aux nergies renouvelables,
l'autre qui vise soutenir le financement
du dveloppement des nergies renou-
velables sur les quipements publics.
Autre point
Concernant la molcule chloredcone,
don't la rmanence est multi-sculaire,
elle n'a rien pargn sur son passage.
Elle a contamin, et sols, et eaux, et
products agricoles, jusqu' ltre human.
Quand on pense que ce product toxique,
pictogramme tte de mort, a t inter-
dit aux Etats-Unis depuis 1976, quand
on se rappelle le rapport circonstanci
Sngaroff de 1977, on est en droit de
rclamer dommages et intrts pour
ceux qui ont t frapps leur insu.
Je veux parler surtout des agriculteurs,
des aquaculteurs, des marins-pcheurs.
Par consquent, Il faut mettre en place une "vritale veille sa-
nitaire ".
En effet, on ne peut plus nier qu'il est impratif de faire un re-
censement de tous les ouvriers agricoles utilisateurs du celor-
dcone de 1972 2002.
Il faut galement lancer une tude pidmiologique l'endroit
de cette catgorie de population reste trs longtemps au
contact du product.
Il faut dclencher un suivi medical de ces families car la Mu-
tuelle Sociale Agricole n'a pas t tendue la Martinique
jusqu' present.
Vu la gravit de la situation, l'extension de cette mutuelle me
parat imperative, monsieur le Ministre".


CHU Pierre Zoba-Quitman (La Meynard) : iEMENTI DE LA DIRECTION A

PROPOS D'UN COURRIEL ANONYME SUR DES DIZAINES DE DECES SUSPECTS


Un trange message titr "CJ7V manmaille a grave !!!"a circul
en dbut de semaine dernire sur Internet mettant en cause
une suppose hcatombe de dcs au service de neurochirur-
gie de l'Hpital Pierre Zobda-Quitman. Il est allgu 78 dcs
en un an et demi et 49 dcs entire janvier 2009 et janvier 2010.
Un mdecin d'origine argentine, Chef de ce service, Norberto
Manzo, est nommment mise en cause et trait de "bouclier".
Il est accus de n'avoir pas les diplmes requis pour occuper la
function en question. La Direction de l'hpital La Meynard est
accuse de ne pas intervenir pour arrter l'hcatombe. Le texte


accuse : "Sien France, on s'est dbarrass du (Dr Manzo, en Mar-
tinique, les responsables du CJU n'ont pas jug bon d'intervenir
pour arrter lh'catombe".
Et la press martiniquaise, traite ironiquement de "coura-
geuse", est dcrite comme "musele" comme certain syndica-
listes galement. Il est demand de faire suivre cet e-mail. Le
"nous"est utilis plusieurs reprises dans cette missive.
Ayant reu ce message anonyme et ne disposant d'aucun
dbut de preuve des faits allgus, notre journal s'est bien
gard de le publier et encore moins de le faire suivre, se pro-


S20n7P


POLITIQUE


1 SCI






httD://www.iournal-iustice-martinigue. com


posant d'enquter.
La Direction de la Meynard a public la mise au point suivante :

"9ise aupoint de a ODirectiongnrae propos du service de neu-
rociirurgie
Des rumeurs malveillantes circulent actuellement sur le 9VETmet-
tant en cause fa quatit des soins dans le service de Neurochirur-
gie du CIHU de Fort-de-France et son Chef de service, le docteur
Nor6erto Manzo;
Le procd utilis est le plus vifqui soit puisqu 'is 'agit dattaquer
nommment des personnel tout en gardant 'anonymat, ce qui est
bien pratique pour affirmer n'importe quoi sans s'exposer des
poursuites judiciaires pour diffamation.
Outre le fait que ces rumeurs pourraient remettre en cause la
confiance que la population accord au CWJ, elles s'appuient sur
des informations totalementfantaisistes :
,Ainsi, le chiffre de 78 dcs dans ce service depuis 2009 ne corres-
pond aucune ralit. En 2009 ila t dnombr 9 dcs dans le
service, chiffre conforme la moyenne national en neurochirurgie
compete tenu de la criticit de ce type de chirurgie.
.fin de donner un coup d'arrt un climate dltre et nuisible au
CHE) entretenu par ces rumeurs et lettres anonymes,j'ai d'ailleurs
demand C'AS par courier du 4 mai 2010 de diligenter une ins-
pection du service portant sur la qualification des mdecins et sur
l'valuation des pratiques professionnelles, ceci en plein accord
avec le Prsident de fa Commission SMdicale 'fEtablissement et
avec le Chef de service, le Docteur Norberto 5Manzo.
Cette inspection est en course et je serai prochainement destina-
taire du rapport qui sera rendu. Toute personnel ayant des o6ser-
vations relatives au fonctionnement du service de neurochirurgie
du CHiU est invite crire en toute transparence au Directeur
gnralqui instruira comme il e fait pour toute reclamation qui
lui est prsente. Les lettres et courriels anonymes recevront ga-
lement le traitement habituel...
Danief.'iam
Directeur nraldu CWHV de Fort-de-Trance"

Par ailleurs, RFO-Tl a public un sujet
de Maurice Nagou au journal tlvis du
mercredi 30 juin soulignant que le fa-
meux e-mail anonyme n'apporte aucune
preuve, telle la liste des 78 dcs cits.
Ainsi en 2009 il y aurait eu 9 dcs au T
lieu des 49 avancs par le courriel. in
Le Docteur Patrick Ren-Corail, prsi-
dent de la Commission mdicale d'Eta-
blissement, interrog sur les faits parle
de "courrieldiffamatoire et insultant pour -' -
notre hpitalf et ajoute : "c'est injuste et
insultant pour le praticien concern, le Dr
Manzo en l'occurence. Des poursuites
sont annonces par le mdecin qui sera
soutenu par l'hpital.
Le Directeur de l'ARS, Christian Ursulet,
a prfr ne pas s'exprimer et a dclar
attendre les conclusions d'une mission
d'inspection qui dbute sur la mortality
dans le service concern.


S'agissant de la qualification du Dr Noberto Manzo, le prsi-
dent du Conseil de l'Ordre de la Martinique, le Dr Raymond H-
lnon, explique que le Dr Manzo est qualifi en neurochirurgie
en Argentine et a dj exerc Brest et Besanon. En
France, cette qualification doit tre homologue pour tre re-
connue. Il s'agit donc d'un problme administratif et non mdi-
cal, a-t-il conclu.
Ghislaine Joachim-Arnaud, CGTM-Sant, interroge elle aussi
par RFO, a t prudent, admettant qu'en raison des restric-
tions budgtaires il y avait plus de problmes cette anne qu'en
2009. Mais elle a dclar que si elle devait se faire hospitali-
ser, elle le ferait au CHU Pierre Zobda-Quitman. C'est le
moins...
L'enqute de RFO fait tat d'un conflict antrieur mettant en
cause un autre mdecin de ce service, le Dr Mostofi. Cela a un
srieux parfum de vengeance dans l'air et de rglement de
comptes. Qui manipule qui ?
En clair, il faut attendre les conclusions de l'enqute diligente.
C'est une affaire de jours et non de mois, a indiqu Christian Ur-
sulet, le Directeur gnral de l'Agence Rgionale de la Sant,
France -Antilles du 1er juillet Cette affaire ajoute au climate
dltre qui rgne actuellement. Il est urgent de faire toute la lu-
mire sur ces accusations gravissimes. Mais la vraie question
est de donner l'hpital public les moyens humans et finan-
ciers de fonctionner correctement.
Quant aux courriels anonymes sur Internet, ils peuvent faire
trs mal dans une micro- socit comme la socit martini-
quaise et tout citoyen responsible doit refuser de s'en faire le
relais.
Antoine Gilles

PS : Dans une lettre ouverte, le "coffege des chirururgiens"juge
unacceptablee qu'un des chirurgiens de 'tablissement (Ndlr : le Dr
Manzo) soit soumis une aggression calomnieuse mettant en cause
sa probit, sa morality, ses comptences".
Ils demandent que la justice soit saisie pour identifier les au-
teurs des courriers anonymes et les poursuivre en diffamation.


Qui veut dtruire la confiance envers le CHU ?


jeul 8ule 201 j;c n2 PaeY


1 $oc:


2






h ttpo:/www.iournal-iustice-martinigue. com


[a socit martiniquaise fafse au scanner : UN PAYS EN CRISE SOCIALE PRIS

)ANS L'ETAU DU MAL-DEVELOPPEME'NT


Georges Para et Claude Lise

S- UN PAYS MALADE DU CHMAGE ET DE L INSUF-

FISANCE D'EMPLOIS
.e president du Conseil gnral, Claude Lise a organis le
Dudi 1er juillet une intressante sance de presentation de
leux tudes commandes l'INSEE-Martinique sur "'m-
ploi et chmage et revenus, conditions de vie et consommation"
n Martinique. Avaient t invits l'ensemble des lus, des
yndicats du conseil gnral, des membres du CESR et du
;CEE ainsi que les cadres de la Collectivit et des repr-
entants de la socit civil.
;es tudes visent en premier lieu apporter des lments
'aide la decision aux dif-
brents responsables de


tous les lments extrmement riches des deux
tudes prsentes.
Nous commenons par l'tude sur l'emploi et
le chmage en Martinique de Xavier Paraire.
L'observation principal est que "le manque
structures femnplois dans le secteur priv" est la
difficult majeure du march du travailmartini-
quais".
1. Une population active qui s'accrot encore
mais cela ne va pas durer.
L'auteur constate que "durant ces sept dernires
annes, les 3Martiniquais en emploi ou au chmage
au sens du (BIT(ndir : les actifs) sont plis nom-
breuxque les inactifs de 15 ans ou pl~us. Mais cefa
ne durera pas. Selon [es dernires projections d-
f fl"[ mographiques de l'Insee, fa hWartinique va deve-
nir run des dpartemnents fes plus vieude fc Qrance.
La part des 60 ans ou plus dans ensemblel e de a
population va passer de 18 % en 2004 36 % en 2030 (]PLAN-
SOWS., 2006). Les actifs vont devenir minoritaires: en 2009, la
5Martinique compete 13 actifs de 20 ans ou plus pour 10 inactifs,
mais en 2030 l'l ne comptera plis que 8 actifs de 20 ans ou plus
pour 10 inactifs".
Alors que le taux d'activit est plus bas en moyenne en Marti-
nique de 7,5 % par rapport la France, cet cart est encore
plus lev pour les moins de 35 ans illustrant les plus grandes
difficults des jeunes martiniquais entrer sur le march d' tra-
vail. Le recul de l'ge lgal de dpart la retraite va pnaliser
encore plus les jeunes martiniquais qui ont un emploi plus tard.
2. Une insuffisance chronique d'emplois dans le priv


action de la Collectivit en
iatire social et cono-
lique.
a presentation a t assu-
be par Georges Para, Chef
e service regional de l'IN-
;EE assist des auteurs
es tudes Grard Forgeot
t Xavier Paraire.
,prs la confrence-dbat
e la Chambre de com-
ierce devant les dcideurs
Madiana avec le gourou
conomiste Olivier Sudrie,
uis la presentation conjoin-
3ment avec l'IEDOM du
ilan conomique 2009,
INSEE enfonce le clou :
otre pays est dans une
rise structurelle et soci-
ale grave qui vient de loin
t don't il convient que les
Dsponsables prennent
onscience.
qous ne pouvons prsenter
ans le cadre de cet article


Net vieillissement de la population en emploi


15000


-10000


-5000


5000


Hommes


4U i


35u1

Zb 1i


10000


15000


..-- .. 62,5

57,5
Femmes
52,5
47,5
42,5
37,5
32,5
27,5
22,5
17,5
12,5


I-i 2009 Hommes --- 2009 Femmes -*-2002 Hommes --*-2002 Femmes
Source : Insee, enqutes Emploi Dom 2002-2009.
Champ : Martinique, population des mnages, personnel de 15
ans ou plus, ge au 31 dcembre.


eu ul2 1 ufn 7PIage 1 -*/,' ,


bu 1


[ ECO-SOCIAL 1


1 3tz 45 1


'q





httD://wwwiournal-iustice-martiniaue. com


EI00 I


Le taux d'emploi (rapport
entire le nombre de personnel Le risque de
au travail de 15 64 ans et la
population du mme ge) est
de 48,7 % contre 64,8 % en
France et 64,6 % dans l'Union
europenne 27. Et il
manque de contracts dure 70
indtermine dans le secteur
priv (taux d'emploi en CDI 60
des 15-64 ans de 19,9 % en 50 --
Martinique contre 32,8 % en
France). Ces carts ne sont 40
pas le rsultat d'une mauvaise
conjoncture mais sont 30
consubstantiel au mal et sous-
dveloppement de type parti- 20 241-,
culier svissant dans les
DOM. 10 7 9,
L'INSEE comment : "cDepuis o
2002, date laquefTe a t fanc 2002 2003
le nourvau questionnaire de
renqute rEmpfoi DOW, fes per-
sonnes en emploi n'ont janmais
t najoritaires cliez es 15-64
ans. Le manque d'emplois en
lMartinique est donc une ra[it
structureffe, conime pour la uadeloupe et fa uyane. Ces carts
important entire fa 'Martinique et fa 'France mtropolitaine se si-
tuent ians les contracts dure indtermine (CDI). iEn AMarti-
nique, 23 personnel de 15 64 ans sur 100 disposent d'un CDI. iEn
'France mntropolitaine, elles sont 39 sur 100, soit 16 de plis".
Il est observ cependant que de plus en plus de femmes tra-
vaillent, mme si il y a encore plus d'hommes en emploi que
de femmes : progression de 10 % entire 2002 et 2009 pour les
femmes et recul de 3 % pour les hommes sur la mme priode
L'emploi global n'a progress que de 4 % de 2002 2009.
3. Par ailleurs, il est signal un net vieillissement de la po-
pulation en emploi.
"La population martiniquaise en emplfoi est une population qui
vuieffit. La moyenne d'ge passe de 41 ans en 2002 43 ans en
2009. Le nombre de personnel qui vont bientt partir fa retraite
ou en prretraite s'accrot rapidemenit. La part des 45 ans ou plus
passe de 37,5 % en 2002 46,1 % en 2009. La question du rein-
placement (ou du non- remnplacenment) de ces personnel va devenir
une preoccupation central dut march dut travai dans [es annes
venir.
Si fes seniors en emploi sont de plus en plus nonmbreux ce n 'est pas
le cas des nouvellfes gnrations qui anivent sur le march du tra-
vail Les jeunes en emploi deviennent moins nombreu.x: de 24,9 %
en 2002, fes 25-34 ans ne reprsentent plus que 17,3 % de la po-
puation en emploi de 15 64 ans en 2009; les 15-24 ans suivent
la mme tendance la baisse : 3,7 % en 2009, aprs 4,2 % en
2002".
Autrement dit, les jeunes ne remplacent pas les seniors qui par-
tent un rythme acclr. Sans une politique d'emploi martini-
quais volontariste, le pays va se vider de sa substance ou subir
une substitution de population pour faire face aux besoins (cf La
Meynard). C'est ce que proposaient les partisans du 74 en do-


chmage est trs lev chez

les jeunes

Evolution du taux de chmage par ge










... .. --2

12,3 12,4 11,8 1
1 9,9 8,4


2004 2005 2006 2007 2008 2009


--- 15-24 ans -1- 25-49 ans


50-64 ans


Source : Insee, enqutes Emploi Dom 2002-2009.
Champ : Martinique, population des mnages, personnel de 15
64 ans, ge au 31 dcembre.

tant la Martinique des outils institutionnels pour agir.

REVELATION : 56 100 SANS EMPLOIS REELS AU

LIEU DE 36 100 CHMEURS OFFICIALS
Les consequences de ce manque d'emploi sur la population en
ge de travailler sont pnalisantes. Citons notamment :
- Le chmage se maintient des niveaux trs levs : 22,1 %
en 2009 contre 20,9 % en 2002 (7,4 % en France en 2008
selon l'enqute emploi) ;
- Les femmes sont toujours plus touches par le chmage que
les hommes : taux de 23,3 % contre 20,9 % pour les hommes
en 2009 ;
- Le risque de chmage est trs lev chez les jeunes : Entre
2007 et 2009, le taux de chmage des jeunes explose. Il monte
de 14,5 points, passant de 46,7 % en 2007 61,2 % en 2009.
Il est maintenant un niveau jamais atteint auparavant. L'al-
longement de la dure de cotisation et le recul de l'ge lgal
de la retraite prpare une gnration des retraits plus de 70
ans;
- En ce qui concern les seniors, ils sont moins touchs par le
chmage que les jeunes. Nanmoins le taux de chmage des
50-64 ans double en l'espace de 7 ans ;
- La population au chmage vieillit. Les chmeurs de 40 ans ou
plus deviennent plus nombreux : ils reprsentent 42,3 % des
chmeurs en 2009, aprs 29 % en 2002 ;
- L'insertion professionnelle des jeunes se dgrade nettement
depuis deux ans : la part des chmeurs de moins de 25 ans
passe de 16,1 % en 2002 20,2 % en 2009 ;
- Il n'y a pas que les chmeurs officials (au sens du BIT) tre
touchs par le manque d'emplois. ct d'eux, de prtendus
"inactifs" souhaitent travailler. C'est ce que I'INSEE appelle "le
fialo autourdu climage"et que nous avons dnomm les "cf-
meurs dcourags". L'INSEE depuis peu les dnombre : en 2009,
ils sont 20 000 en Martinique. Ces personnel sont considres
comme inactives au regard des critres du Bureau international


i f fm r''r.rWSfn


21,






21,
2,






htt-://www.iournal-iustice-martinigue. com


On observe une mise l'cart durable de

l'emploi d'un ieune actif sur trois
Evolution du taux de chmage de longue dure par ge

40
35 ,9---------------,--.-------------.-----37.'-


30
25
20
1.a. r.m Y -.- 16,


7,8 8. 7 11,1 11,0
7,8 8,7 7,3


2002 2003 2004 2005 2006 2007


--15 24 ans -*-25 49 ans


50 6


10,3- -10,!


2008 2009

4 ans


Source : Insee, enqutes Emploi Dom 2002-2009.
Champ : Martinique, population des mnages, personnel de 15
64 ans, ge au 31 dcembre.

du travail (BIT) du fait de leur manque de disponibilit ou de
l'absence de recherche effective d'emploi. Elles reprsentent Plus que jamais la question
7,7 % de la population des 15 64 ans, contre 1,9 % en veloppement est pose et
France. Les femmes sont plus nombreuses (63,3 % du halo au- pouvoir martiniquais dmo
tour du chmage). Les quatre- cinquimes de ces personnel A suivre
sont classes en inactifs parce qu'elles ne font aucune re-
cherche effective d'emploi. Le nombre rel de chmeurs serait
de 36 100 au sens du BIT en 2009 + 15 000 20 000 chmeurs
dcourags = 51 100 56 100 chmeurs rels.


- Enfin, le manque de forma-
tion est un facteur aggravant
du chmage : les non dipl-
ms sont nombreux en Marti-
nique et la part des diplms
du suprieur demeure insuffi-
sante mme si des progrs
rels ont t raliss en ma-
tire de formation. Mais on ne
peut pas dire que le manque
de formation initial "explique"
le sur-chmage martiniquais
par rapport la France,
comme le soutient I'INSEE.
L'INSEE reconnat que le
manque d'emplois affected le
tertiaire marchand et l'indus-
trie-nergie.


Nous analyserons l'tude "Re-
venus et conditions des m-
nages"de Grard Forgeot dans
un prochain numro. Mais,
d'ores et dj on peut en livrer
les conclusions principles :
"Forte progression des ingalits
depuis 2001" et "un niveau de
vie jug en dgradation ".
d'un changement de modle de d-
donc de la mise en place d'un vrai
cratique et autonome.

Michel Branchi


troupe Wde Patriotes Martiniquais et Sympathi$antt : COMMUNIQUE SUR LA

PLAINTE POUR VIOLATION DU SECRET DES CORRESPONDANCES PAR LE PRESI-

DENT DU CONSEIL REGIONAL ET SES SERVICES


"Le tribunaladministratif ordonne au president du conseilrgio-
nalde la Martinique de donner ses services toutes instructions
pour qu'i soit immdiatement mis fn aux agissements susmen-
tionns".
Suite une audience en date du 2 juillet 2010, le tribunal ad-
ministratif de Fort-de-France a donn raison au group des pa-
triotes et sympathisants qui, par l'intermdiaire de Matre
Germany, avait introduit un rfr-libert pour violation du se-
cret des correspondances.
Le tribunal administratif prcise dans ses attendus :
"En ce qui concern lesfaits :
Considrant qu'i rsufte de instruction et notamment des cachets
d'une part du service du courier du conseilrgionalde la iMarti-
nique et dautre part du cabinet du president de cette instance qui
ont t apposs sur de nom6reux courniers adresss aux quatre re-


qurants, lus de opposition dans cette assemble, et qu'in 'est
d'ailleurs pas contest, que les pis adresss certain conseillers r-
gionauw sont systmatiquement ouverts sans qu'ilsoitfait de dis-
tinction entire les diffrentes categories de courriers que peuvent
recevoir ces lus et sans que soit recueilli 'accordpralable des des-
tinataires de ces courriers;
En ce qui concern latteinte une libertfondamentale:
Considrant que le secret des correspondances, don't la violation
est sanctionne par article 432-9 du code pnal, et la libert
d'exercice de leurs mandates par les lus locaux ont le caractre
dune fibertfondamentale au sens de article L.521-2 du code de
justice administrative; qu'ilne rsulte pas de instruction et qu'il
n'est dailleurs pas soutenu, que [es agissements susanalyss soient
justifis par des circonstances particulires; que de tels agissements


[ ECO-SOCIAL


I~i~rr~m


jeuijuillt20l-justen'7- Pae 12






http://www.ournal-ustice-martinique.com

portent une atteinte grave et manifestement illgale au secret des
correspondances et la li6ert d'eercice de feur mandate par Ces
lus rgionauxw
En ce qui concern (urgence :
Considrant que, compete tenu des consequences que [es agissements
susanalyss entranent en permanence sur le secret des correspon-
dances et sur les conditions d'exercice de leur mandate par Ces lus
de la region, ily a urgence d'y mettre fn... "
En consequence de quoi, le tribunal administratif ordonne ce
qui suit :
"Ifest prescrit au president du conseilrgionalde la $Martinique de
donner ses services toutes instructions pour qu'if soit immdia-
tement mis fn aux agissements susmentionns".
Martinique, le 5 juillet 2010
Pour le Groupe des Patriotes et Sympathisants
Daniel Marie-Sainte


6.J 1 1 d


r..q


Daniel Marie-Sainte


PLENIERE DU CONSEIL GENERAL DU 29 JUIN VOTE DU COMPETE ADMINIS-

TRATIF )PARTEMENTAL 2 09


Alfred Sinosa, rapporteur du budget du Conseil Gnral


En dbut de sance, la communaut hospitalire a voulu inter-
peller les lus sur la gravit de la situation du CHU et le soutien
qu'elle attend d'eux.
Les nouveaux lus issues des dernires consultations partielles
conscutives aux lections rgionales ont fait leur rentre au
sein de la collectivit.
En dpit d'une conjoncture socio-conomique fortement im-
pacte par la crise social de fvrier 2009, la Collectivit a glo-
balement bien rsist : 96% des recettes prvisionnelles ont
t ralises, et 93% des crdits ouverts ont fait l'objet d'un
mandatement.
Par ailleurs, dans un context de baisse des recettes d'environ
2% (baisse de la taxe sur les carburants, des droits de muta-
tion), la Collectivit russit la gageure de rduire trs sensible-
ment son recours l'emprunt (10,1 ME contre 63 ME en 2008,
soit une baisse de plus de 80 %) toujours sans augmenter la
pression fiscal, qui reste donc son niveau de 2006.
Le dpartement de la Martinique se situe ainsi au dernier rang,
pour l'Outre-Mer, et dans la tranche la plus base au niveau


ranais, s'agissant du taux d'imposition.
utre signe du redressement budgtaire, l'aug-
mentation de l'excdent dgag sur la section
e fbnctionnement (de 30 ME en 2008 33 ME
n 2009), qui se traduit par une amlioration de
l'quilibre financier.
Les dpenses d'aide social demeurent le pre-
mier poste du budget dpartemental (320ME,
oit 62,17 % du budget de la Collectivit), sui-
les des charges de personnel (en lgre aug-
mentalion de 99 104 ME, essentiellement suite
u nouveau transfer de personnel TOS).
Rappelons que la dette de l'Etat au titre du RSO
e du RMI se chiffre dsormais (au 31/12/2009)
plus de 46 ME.
Les dpenses d'investissement directed se mon-
enl sur l'exercice 2009 109,2 ME, confortant
la collectivit dans son rle d'acteur conomique
de premier plan sur le territoire : l'augmentation
de 17% des subventions aux tiers souligne la vo-
lont constant du conseil gnral de soutenir l'activit cono-
mique sous toutes ses formes.
Au total, plus de 623 ME ont t injects dans l'conomie mar-
tiniquaise, sous forme d'investissement, d'achats divers ou de
revenues aux personnel les plus dfavorises.
Ont notamment t privilgies :
* l'ducation (construction et rehabilitation de colleges)
* l'agriculture et la pche rehabilitationn de l'abattoir, construc-
tion du port de Grand Rivire)
* les infrastructures de dessert (amnagement, scurisation,
quipements)
Au total, le Conseil Gnral a plutt bien rsist la crise en
2009 et a ainsi pu jouer pleinement son rle d'assistance au
plus grand nombre, tout en maintenant un appui significatif au
secteur conomique et l'emploi.
Le compete administratif a t approuv par 30 voix pour et 12
abstentions don't celles du PPM et de ses allis.


.Jei8ule2l ut 2 Pe


',






htto://www.iournal-iustice-martinigue.com


LE GOUVERNEMENT SARKOZY-FILLON GANGRNE PAR L'ARGENT


DES MINISTRIES QUI VAMPIRISENT L 'ETAT
Durant sa champagne prsidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy
avait promise une "Q1 lation I'Elyse, il donnait l'exemple, sa faon, en invitant
dans l'un des plus chics restaurants de Paris tout le gratin de la
bourgeoisie et du monde des affaires, en s'octroyant une fara-
mineuse hausse de salaire de 172% ou encore en s'offrant une
croisire en Mditerrane sur le yacht du milliardaire Vincent
Bollor.
Il avait vite oubli sa promesse d'tre "le president du pouvoir
dachat", affichant de manire ostentatoire son penchant pour
le "6[ing-6(ing" et ses connivences avec les dtenteurs de
grande fortunes.
Pas tonnant donc, qu' tous les niveaux du gouvernement, les
ministres et les secrtaires d'Etat suivent l'exemple de leur pr-
sident; chacun s'appliquant tirer, sans vergogne, le maximum
d'avantages matriels ou financiers de sa function et protger
ses amis de classes. Les Franais, qu'ils appartiennent aux
classes moyennes ou laborieuses, lamines par la crise capi-
taliste et qui l'Etat impose
des sacrifices de plus en plus
insupportables, condamnent
sans appel ce pouvoir gan- ._
grn par l'argent.
Ils ne sont d'ailleurs plus que
26% approuver l'action du
president de la Rpublique,
alors que 71% la rejettent !
Et la descent aux enfers
risque fort de se poursuivre.
D'autant que, depuis mainte-
nant plusieurs semaines, des
rvlations parfum de scan-
dales claboussent plusieurs
membres du gouvernement.
Pas de restriction en ces
temps de crise pour les minis-
tres de cet Etat que Fillon lui-
mme a dclar en faillite.
Ainsi, aprs le scandal du lo- Combien de temps Eric Woer
gement du ministry de l'In-
dustrie, Christian Estrosi, c'est Christian Blanc, le secrtaire
d'Etat en charge du project "randParis" qui s'offre 12.000
euros de cigares cubains aux frais du contribuable. De son
ct, Rama Yade, la secrtaire d'Etat aux Sports qui reprochait
l'quipe de France d'tre loge dans un trop luxueux htel en
Afrique du Sud aurait dj dpens, rien que pour cette anne
2010, 270.000 euros de billets d'avion, soit un dpassement de
220% du budget qui lui tait initialement allou. Elle-mme
s'tait rserve une chambre 667 euros la nuit !
Et cette liste de profiteurs est loin d'tre exhaustive puisqu'il
faudrait y ajouter les noms de Fadela Amara, de Christine Bou-
tin et de bien d'autres qui vampirisent I'Etat.
D'autres comme le secrtaire la cooperation Alain Joyandet,
font coup double, en outrepassant sans vergogne la loi pour se
faire dlivrer en toute illgalit un permis de construire pour sa
villa au bord de la Mditerrane et en louant un jet priv
116.000 euros, afin de regagner prcipitamment Paris, aprs
un voyage en Martinique, pour ne pas rater un pot de l'amiti
avec son ami president.
Autant de manquements "Pexemplarit" prche nouveau


th s


par le chef de l'Etat et par son Premier ministry et qui avaient
dj srieusement terni l'image de ce gouvernement de droite.

AFFAIRE WOERTH-BETTENCOURT OU LES LIAISONS
DANGEREUSES ENTIRE LE POUVOIR ET L'ARGENT
Mais l'affaire Bettencourt dans laquelle se trouve impliqu Eric
Wurth, le ministry du Travail revt une toute autre dimension.
Elle illustre, s'il en tait encore besoin, les liens troits et sou-
vent obscurs qui unissent I'UMP au monde de l'argent. Alors
que depuis quelques semaines, certain mdias faisaient ta-
lage des problmes opposant Liliane Bettencourt, la trs riche
hritire de l'Oral, accuse par sa fille de dilapider son im-
mense fortune au profit d'un artiste, le site "Mdiapart"faisait
tat de conversations prives la souponnant d'vasion fiscal.
De prime abord, l'affaire serait classer dans la rubrique des
faits divers tant la fraude fiscal est largement pratique par
ces dtenteurs de grandes fortunes qui prfrent placer leur
magot dans les paradise fiscaux pour chapper l'impt. Il n'est
donc pas tonnant d'apprendre que Mme Bettencourt n'a ja-
mais rvl au fisc franais
ses comptes secrets en
'! Suisse, Singapour ou en
Uruguay et son le aux Sey-
Schelles.
Mais, elle a vite pris une di-
mension politique car ces en-
registrements clandestins
raliss entire mai 2009 et mai
2010 font apparatre les noms
L de Florence Woerth, pouse
du ministry, charge de grer
une parties de la fortune de Li-
liane Bettencourt et d'Eric
Woerth alors ministry du bud-
get (de mai 2007 mars2010)
et trsorier de I'UMP jusqu'
ce jour.
Ds lors, nombreux sont ceux
qui, dans l'opposition et mme
'accrochera-t-il au pouvoir ? droite s'interrogent sur l'im-
plication de l'pouse du l'ac-
tuel ministry du Travail dans l'organisation de cette fraude
fiscal en change de dons financiers l'UMP. La justice qui
possde ces enregistrements devrait ouvrir une enqute sur le
rle de l'pouse du ministry dans cette affaire qui prend allure
de scandal d'Etat et dnonce avec vhmence par l'opposi-
tion.
Le dput socialist Arnaud de Montebourg y voit "une collu-
sion entire ceuxcqui diligent la France et ceuxquifraudent les fois"
De son ct, le journal l'Humanit s'interroge : "ln ministry du
Budget, qui a la charge de rprimer a fraudefiscale, peut-ilvivre,
travers le salaire ou [es honoraires que peroit sa propre femme,
de la mmefraudefiscale ?". Et le mme journal d'enfoncer le
clou en crivant que "ces affaires ne sont pas des cas isols mais
bien les preuves d'une consanguinit cultive entire t'Etat-vMgP et
les cercles d'argent ".
Tout, en effet, dans cette affaire, contribute alimenter de tels
soupons. Aujourd'hui encore, le ministre-trsorier Eric Woerth
continue d'animer le "Premier Cercle" qui rassemble un miller


V' jui8uillt201 -Juc n P


[ hANC





http://www.journal-justice-martinique.com


des plus riches financeurs du parti de Nicolas Sarkozy.
Eric Woerth, faut-il le prciser, a t conseiller juridique et fis-
cal chez Arthur Andersen, le cabinet conseil au service des
multinationales impliques dans le scandal Enron en 2002. Il
deviendra, entire 1997 et 2002, l'un des directeurs
Associs de ce cabinet.
Peut-on donc raisonnablement penser que ces gens se retrou-
vent tous les deux mois dans de luxueux htels simplement
pour verser leur obole l'UMP, sans attendre en retour un trai-
tement de faveur de leurs dossiers fiscaux ? Peut-on croire en
la sincrit du ministry qui affirme qu'il ne s'est jamais intress
celui de Mme Bettencourt et qu'il n'tait mme pas au courant
du remboursement la milliardaire de 30 millions d'euros au
titre du bouclier fiscal si cher N. Sarkozy ?
Peut-on faire confiance Mme Woerth, paye 180.000 euros
l'an par Mme Bettencourt quand elle affirme tout ignorer des
placements l'tranger et de la fraude fiscal organise par sa
patronne ?
Les soupons s'accumulent autour d'Eric Woerth qui, tout en
dnonant un lynchage mdiatique, a d contraindre son
pouse abandonner ses functions pourtant si grassement r-
munres. Preuve qu'il y a bien au moins conflict d'intrt et que
la morale politique est srieusement bafoue.

ECRAN DE FUMEE
Quant au president de la Rpublique qui se retrouve aujourd'hui


au creux de la vague, il avoue qu'il se serait "bien pass de tout
cela". Pour l'instant, il refuse de lcher son ministry du Travail
en charge du dossier explosif des retraites et de remanier son
gouvernement discrdit par ses ministres "zls dfenseurs des
privilgis"ou qui mnent grand train de vie alors que le com-
mun des citoyen doit se serrer la ceinture jusqu'au dernier cran.
Pour gagner du temps, il a choisi la stratgie du dlestage en
se sparant d'Alain Joyandet et de Christian Blanc, prsents
comme les deux seuls moutons noirs, coupables d'avoir abus
des fonds publics. Mais la plupart des observateurs n'y voient
qu'une grossire manceuvre de diversion, s'interrogeant sur le
sens de ces dmissions prcipites et le maintien en function
des autres ministres clabousss, alors qu'un remaniement du
gouvernement tait dj annonc pour octobre. Il n'chappe
personnel qu'il s'est agi, pour le president, d'ouvrir une soupape
pour tenter de sauver le soldat Woerth don't la position devient
de plus en plus intenable et faire retomber la pression qui pse
sur l'Elyse.
Il est trs peu probable que cela suffira redorer le blason de
l'occupant de l'Elyse, discrdit par les scandals et de son
gouvernement en tat de dcomposition fort avanc. Car il ne
s'agit plus maintenant de changer les hommes mais radicale-
ment de politique pour attnuer la souffrance de tous ceux qui
sont broys par la crise capitalist.
G. Erichot


PA JV LOPE


RENAISSANCE DU PART COMMUNIST DE PORT RIco


Le Parti Communiste de Porto Rico fond en
1934 avait t dissout en 1991 aprs les v-
nements survenus en Europe de l'Est avec
l'effondrement des rpubliques populaires.
Des militants fidles aux principles du
marxisme lninisme avaient constitu un
movement baptis "Refondation Commu-
niste de ,iuerto Rico"en 2001 et ont pris part
de nombreuses luttes notamment pour la
souverainet de leur pays encore sous do-
mination colonial des USA.
Depuis deux ans, les communists de Porto
Rico travaillaient l'laboration de nouveaux
status et un programme de lutte dans la
perspective du congrs de reconstitution du
Parti Communiste de Porto Rico (PCP).
Ce Congrs s'est tenu le 19 juin 2010 San
Juan, un moment o le pays est frapp de
plein fouet par la crise du systme capitalist Le nouvea
et o les fonctionnaires et les travailleurs du
priv en sont les premires victims, avec de nombreux licen-
ciements.
D'ailleurs, depuis plus d'un mois, les tudiants sont en grve
notamment pour protester contre l'augmentation de 1000 dol-
lars des droits d'inscription l'universit.
Pour Miguel Cruz, lu la Commission Politique du PCP, "le
communism sera en vigueur tant qu'e.Xste un ordre conomique
qui aiguise les differences et nie la population [es droits de
Chomme basiques".
"L'e ploitation continue, le seuilde pauvret augmente, i n'y a
pas daccs la sant et le pouvoir dachat est chaquefois amoin-


T







u Parti Communiste de Porto Rico entends lutter contre toute forme d'ingalit

dri dans une socit qui incite ('acquisition incontrle de biens
de consommation, mais in 'y a pas d'empCoi", a-t-il poursuivi avec
force.
Miguel Cruz a expliqu que son pays de plus de 3,8 millions
d'habitants "ne peut dj plus cachersa banqueroute politique, so-
ciale et conomique derrire (sous la fausse protection) que (ui offre
l'imprialisme qui 'a mis sous sa botte des 1898, quandlinvasion
des tats-Vnis s'est produite".
Le P C M a adress un message de solidarity au Parti Com-
muniste de Porto Rico.
Fernand Papaya


F' jei8jullet210 -jticen'27 P


LPA C






httpoe//www.iournal-iustice-martinigue. com


VENEZUELA LE PRINCIPAL ACTIONNAIRE DE GLOBOVISION ACCUSE D'AVOIR

VOLE 7 MILLIARDS DE BOLIVARS FORTS


La lutte des classes qui n'a cess de s'intensifier au Venezuela
depuis l'lection de Hugo Chavez Frias, a atteint des sommets
ingals depuis la fin de l'anne 2009, notamment avec la d-
cision du gouvernement de prendre le contrle de 11 banques
en faillite, afin de sauvegarder les intrts des citoyens qui y
avaient plac leur argent.
Parmi ces banques, il y a Banco Federal, don't le principal ac-
tionnaire tait un certain Nelson Mezerhane, qui se trouve tre
par ailleurs le principal actionnaire de Globovision, la chane de
tlvision la plus active dans la guerre mdiatique que livre la
bourgeoisie vnzuelienne Chavez et la Rvolution boliva-
rienne. Accus de corruption, Nelson Mezerhane a prfr
s'enfuir du pays pour ne pas rendre de comptes la justice,
important dans sa fuite sept milliards de bolivars forts, some
qui reprsente peu prs la totalit de l'pargne de ses six cent
mille clients, personnel de condition modest dans leur majo-


rit.
Le vendredi 2 juillet, jour o a commenc la second tape du
processes de ddommagement des pargnants de Banco Fe-
deral, Chavez a prononc un long et vibrant discourse, dnon-
ant une fois de plus la bourgeoisie vnzulienne et les
banquiers voleurs qui abusent le people grce aux mdias
qu'ils contrlent. Il a rvl que l'Etat a dj vers un milliard
sept cent millions de bolivars forts sept cent vingt-six mille
pargnants qui avaient fait confiance aux 11 banques places
sous contrle. Insistant sur le cas de Nelson Mezerhane, il a
mis l'ide d'une loi interdisant un banquier de possder une
tlvision.
Evidemment, Globovision est dcide continue sa guerre
mdiatique, crier qu'au Venezuela la libert d'expression
n'existe plus, ce qui est archifaux.
M. Belrose


Afrique: SO ANNIVERSAIRE DE L'INDEPENDANCE DU ZA'IRE

HONNEUR PATRICE LUMUMBA
Le Zare, ancient Congo Belge, a clbr le 30 juin son demi-sicle d'in- "'
dpendance, une indpendance conquise en 1960 et suivie le 17 jan-
vier 1961 de l'assassinat du premier ministry, Patrice Lumumba,
victim de Mose Tshomb (Surnomm Tiroir-caisse) et d'autres com-
plices de l'imprialisme.
A l'occasion de cette clbration, les fils de Patrice Lumumba ont fait
part de leur intention de porter plainte contre 12 Belges qu'ils accusent ,
d'avoir particip l'assassinat de leur pre.
De son ct, l'historien belge Ludo White affirme que c'est le roi Bau- I
douin lui-mme qui a donn le feu vert pour l'assassinat de Patrice Lu-
mumba. Le roi n'aurait pas pardonn Patrice Lumumba le discours
que celui-ci a prononc devant lui le jour de la signature de l'acte d'in- "
dpendance. Patrice Lumumba dnonait en effet, de manire dtail-
le, les souffrances, l'humiliation, l'exploitation, le pillage subis par le
people congolais l'poque colonial. AC Patrice Lumumba, assassin et trahi

FLAS-i-HEBDO___


Dimanche 27 juin
Iran L'tat de guerre est proclam prventivement dans la
zne Nord-Est du pays face une forte concentration de
troupes US et israliennes paralllement l'envoi de bombar-
diers israliens en bordure de la frontire Ouest.

Lundi 28 juin
Vietnam Le ministre des Ressources naturelles et de l'Envi-
ronnement ouvre un sommet scientifique international destin
mettre au point des solutions d'adaptation aux effects des
changements climatiques dans la zone sensible du delta du
Mkong.

Mardi 29 juin
France La croissance attendue par le gouvernement n'est pas
au rendez-vous avec seulement un pauvre 0,1 % pour le 1er tri-
mestre 2010, contre 0,6 % au trimestre prcdent. Par contre,
la dette publique a augment de 46,5 milliards pour atteindre
80,3 % du PIB.

Mercredi 30 juin
France 700 000 euros d'conomiss grce la suppression
de la garden-party lysenne, mais 176 millions d'euros d-


bourss pour l'Airbus prsidentiel permettant au locataire ac-
tuel de l'Elyse de pouvoir imiter le president des Etats-Unis et
son Boeing Air Force one.

Jeudi 1er juillet
Grande-Bretagne Le Foreing Office pingle l'ambassade des
USA Londres qui refuse de s'acquitter des 3,8 millions de li-
vres (4,6 millions d'euros) accumuls pour non-paiement des
droits de page instaurs dans le centre de la capital britan-
nique.

Vendredi 2 juillet
Laos Le gouvernement lance un programme de dveloppe-
ment socio-conomique destin permettre au taux de crois-
sance du Laos de passer de 8 % 8,5 % en 2011.

Samedi 3 juillet
Chine Google a finalement dcid de faire machine arrire et
de se plier la legislation chinoise pour ne pas se faire vincer
d'un march regroupant maintenant 400 millions d'internautes
et don't il ne dtient que 30 %, contre 60 % pour le portail chi-
nois Baidu.
KS


fe .jile 201 -I 5c n'2 Pa e1


PANJ LE OMP







htto://www.iourna-iustice-martinigue. com


AVIS DE CONSTITUTION
En date du 29/06/10, il a t constitu
une EURL
Prsentant les caractristiques suivantes
: Denomination : LA PAPAYE VERTE
Adresse : 54 rue Lagrosillire 97220
Trinit
Objet : Chambre d'htes Table d'htes
Dure : 99 ans
Capital : 7 500 E
Grant: Mme PLANCHETTE Dominique
Adresse : Idem
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la grance FB 2900

LE GRAIN DE SABLE
SARL T.G.M
PLACE DE LA VIERGE
97228 SAINTE LUCE
SIRET: 478 415 326 00014
CAPITAL SOCIAL D'ORIGINE :
7 622.00
AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Par AGE du 03 juin 2010, les associs
ont vot l'unanimit les resolutions sui-
vantes :
- Modification corrlative statutaire des
associs
- Augmentation consquente du capital
social de 7 622.00 E 30.000.00
Ancienne mention :
Le capital social est fix la some de
7 622.00e. Il est divis en 5000 parts de
15,24
Nouvelle mention :
Le capital social est fix la some de
30.000,00 E. Il est divis en 1 500 parts
de 20 E .
Pour avis FB 2901

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 06
juin 2010, il a t constitu une EURL au
capital de 1 500 euros dnomme
"MAGIS".
Sige social : Ravine Plate, 97280 Le
Vauclin
Objet : Le conseil et la formation profes-
sionnelle continue
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cits de Fort de France.
Grant: M. Roland ROSILLETTE
demeurant Ravine Plate
97280 le Vauclin
nomm pour une dure indtermine.
FB 2902

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01/06/10, il a t constitute
une EURL
Prsentant les caractristiques suivantes:
Denomination : MAZARIN PRESTATION
SERVICES
Adresse : 25 rue du Port, Pontalery,
97231 Robert
Objet : Location de vhicules de court
dure et prestations de services annexes.
Dure :99 ans
Capital : 1 500 E
Grant : Eric MAZARIN
Adresse : Yoyoye, quarter Ponalery,
97231 Robert
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis, la grance FB 2903

AVIS RECTIFICATIF
SOLUTION AGENCEMENT SARL
MAISON JUMARIE
QUARTER MONT-VERT
97231 LE ROBERT
Rectificatif de l'annonce parue au journal
"Justice" le 1er avril 2010 sous le numro
FB 2469 concern bien
la mise en sommeille de SOLUTION
AGENCEMENTSARL


et non la socit D'AGENCEMENT ET
DE RENOVATION SARL.
La grante FB 2904

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 01
juin 2010, il a t constitu une SARL au
capital variable minimum de 8 000 euros,
dnomme GA2C.
Sige social : 11 chemin Jules Beaunes -
97234 Fort de France.
Objet : la gestion administrative, com-
merciale et saisie informatique, l'initiation
la bureautique.
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cits de Fort de France.
Grant : Mlle Lucie PALMONT- THIMO-
TEE demeurant 11 chemin Jules
Beaunes, 97234 Fort de France, nom-
me pour une dure indtermine.
FB 2905

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terme d'un acte sous seing priv du
22 juin 2010, il a t constitu une socit
prsentant les caractristiques suivantes:
Denomination : EURL LUDO COIFF'
Forme : Socit responsabilit limite
Capital : 3000.00 euros
Sige social : 76 bis, rue Devard Ambroi-
sine Cit Calebasse
97200 Fort de France
Objet: l'exploitation d'un salon de coiffure
hommes et dames et la distribution de bi-
joux fantaisie, d'accessoires et tout autre
produit se rattachant l'objet social.
Dure : 99 ans
Grante : Mme Juliana GERNO
Pour avis, la grante FB 2906

STRM SARL
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 20000.00 C
aux terms d'une assemble gnrale
extraordinaire en date du 21 juin 2010,
les associs ont accept la dmission du
cogrant Monsieur Jean-Claude FIDE-
LIN.
Monsieur Ugo FIDELIN associ devient
par consquent grant unique de la so-
cit STRM.
Les modifications ncessaires seront ins-
crites l'article 8 des status.
L'inscription modificative sera porte au
RCS tenu par le greffe du tribunal de
commerce de Fort de France.
Pour avis et mention,
le grant FB 2907

OCTRAC SARL
SARL AU CAPITAL DE 53 272.45 C
B.P. 212 LE LAMENTIN
SIRET N 344 442 470 000 11 6
APE 494 1 B
L'assemble gnrale extraordinaire des
associs, en date du 21 novembre 2004,
au quarter Mahault 97232 Lamentin a
dcid la dissolution anticipe de la so-
cit et sa liquidation amiable sous le r-
gime conventionnel, conformment aux
dispositions statutaires.
La socit subsistera par les besoins de
la liquidation et jusqu' la clture de celle-
ci. Le lieu o la correspondence doit tre
adresse et celui o les actes et docu-
ments concernant la liquidation doivent
tre notifis est Quartier Mahault- 97232
Le Lamentin.
Elle a nomm comme liquidateur Mon-
sieur OCTAVIE Guy, demeurant quar-
tier Mahault 97232 Lamentin, en lui
confrant les pouvoirs les plus tendus,
sous reserve de ceux exclusivement r-
serv par la loi la collectivit des asso-
cis, dans le but de lui permettre de
mener bien les operations en course,
raliser l'actif, apurer le passif, et rpartir
le solde entire les associs dans le res-


pect de leurs droits.
Le dpt des actes et pieces relatifs la
liquidation sera effectu au greffe du Tri-
bunal de commerce de Fort de France,
en annexe au registre du commerce et
des socits.
Le liquidateur FB 2908

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 25/06/2010, avis est donn de la
constitution de I'EURL GAN ASSU-
RANCES CLAUDE MORIN AGENT au
capital de 1000 euros dcompos
comme suit :
-1000 E en numraire
- Sige social : BP 742 15 rue Blnac -
97200 Fort de France
- Objet social : de proposer tous les ser-
vices d'assurances et de placement fi-
nanciers ainsi que toutes autres
prestations de services pour lesquelles
elle a t mandate.
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au greffe du tribunal
Grant : Monsieur MORIN Claude est d-
sign en quality de grant.
Pour avis, le grant FB 2909

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 13 juin 2010, avis est donn de
la constitution de SCI VICTORIA au capi-
tal de 500 euros dcompos comme suit:
- 500 E en numraire
- Sige social : Fond Saint Jacques Route
de Pain de Sucre 97230 Sainte Marie
- Objet social : l'acquisition, la gestion,
l'administration et la disposition de biens
immobiliers
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au greffe du tribunal
Grant : Madame BAZABAS Julienne
Marie Ange est dsign en quality de g-
rant.
Pour avis, le grant FB 2910

AVIS DE CESSION DE FONDS DE
COMMERCE
Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 06 avril 2010, enregistr SIE de
Fort de France Ple Bordereau n
2010/508 Case n 22.
La SARL LA BOUTIQUE DE LA ROUTE,
au capital de 7 622.45 euros, don't le
sige social est l'Enclos route de Terre-
ville 97233 Schoelcher, immatricule au
RCS de Fort de France sous le n 441
406 469, reprsente par le grant Mon-
sieur Yves ROME.
A cd :
La SARL DOUCEUR CREOLE, asso-
ci unique, immatricule au RCS de Fort
de France sous le n 514 284 322, n DE
GESTION 2009 B 1559, don't le sige so-
cial est Anse Madame, Immeuble Lo-
nard 97233 Schelcher, reprsente
aux prsentes par Monsieur Laurent
BOLS, grant et associ unique, n le 29
aot 1973 Fort de France, divorc, de
nationality franaise, demeurant D-
marche, 12 rue des Lauraces 97233
Schoelcher.
Un fonds de commerce de patisserie,
plats emporter traiteur connu sous
l'enseigne LA TARTE AUX POMMES,
situ Anse Madame Immeuble Lo-
nard 97233 Schelcher, moyennant le
prix de 220.000 euros (deux cent vingt
mille euros).
Les opposition seront reues chez mai-
tre Michel LANGERON, avocat au Bar-
reau de Fort de France, demeurant 88,
rue Victor Svre 97200 Fort de
France, dsign en quality de squestre,
o il a t fait election de domicile. Elles
devront tre faites au plus tard dans les
dix jours qui suivront la dernire en date
des publications prvues par la loi.


Pou avis


FB 2911


SOCOFI
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITEAU CAPITAL DE 160 000 C
40 RUE DE LA BOTIE, 75008 PARIS
RCS PARIS 519 038 574
Aux terms d'une decision du 29 juin
2010, l'associe unique a dcid de
transfrer le sige social du 40 rue de la
Botie, 75008 Paris, Impasse Socomi,
Zone Industrielle de Place d'Armes,
97232 Le Lamentin, computer du 31 mai
2010 et de modifier corrlativement l'arti-
cle 4 des status.
En consequence, ladite socit fera l'ob-
jet d'une nouvelle immatriculation au RCS
de Fort de France.
Elle a galement nomm, computer du
31 mai 2010, Charles Ho Hio Hen, de-
meurant rue des Moraces, Ravine
Touza, 97233 Schoelcher, en quality de
grant pour une dure illimite en rem-
placement d'Etienne Denis Reynaud, d-
missionnaire.
Pour avis
La grance FB 2912

AVIS DE CESSION DE PARTS
SOCIALES
SCI DOMI
SIREN : 509 771 564
ANSE GOUROUD 2 RUE DES CA-
RAMBOLE 97233 SCHOELCHER
Le 15/12/2009, il a t dcid par I'AGE
ce qui suit :
Madame Dominique CHALONO cde la
totalit de ses parts Madame Nicole
CHALONO demeurant au sige de la so-
cit.
Pour avis, le grant FB 2913

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE SO-
CIAL
SARL FX GRAPHICS
Suite L'AGE du 15/06/2010, les asso-
cis ont dcid de transfrer le sige de
la socit
de 117 avenue Maurice Bishop
97200 Fort de France
Avenue Frantz Fanon
97200 Fort de France.
Pour avis, le grant FB 2914

AVIS DE MISE EN SOMMEIL
SCPA MARTINIQUE
Suite au Procs verbal du : 09/06/2010, il
a t dcid la mise en sommeil de la so-
cit sise : Im ARTI DIVERS Bt F3, Zac
de Rivire Roche 97200 Fort de France
RCS : 482 566 270
Code gestion : 205 B 1449
l'avis prend effet computer du
30/04/2010.
Pour avis le Grant FB 2915

SARL BIDJOUL
S.A.R.L. AU CAPITAL DE 38 112,25 C
SIGE SOCIAL :
CI" STHEPHEN VAUDRAN
PLAGE DE GRANDE ANSE
97217 LES ANSES D'ARLETS
RCS 98 B 815
SIREN : 420 196 693
AVIS DE PERTE DE CAPITAL SOCIAL
DE SOCIETY
Aux terms d'une dlibration en date du
mardi 18 dcembre 2009, l'Assemble
Gnrale Extraordinaire des associs,
statuant en application de l'article L. 223-
42, a dcid qu'il n'y avait pas lieu dis-
solution de la Socit.
Le dpt lgal interviendra au Greffe du
Tribunal de Commerce de Fort de France
Pour Avis et mention
S. VAUDRAN
Le grant FB 2916

SARL LE TEMPS DE VIVRE


jeuarfI. n *ifSffuicn7-Pge1


1 A jv#voivcE-.< L







httD://www.iournal-iustice-martinigue. com


SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 30 489,80 C
SIGE SOCIAL :
17 PLACE JOS MARTY
97200 FORT DE FRANCE
R.C.S.: 96 B 911
SIREN : 409 595 501
AVIS DE CHANGEMENT
DE GERANCE
Aux terms d'une dlibration en date du
29 Septembre 2009, la collectivit des as-
socis a dcid de mettre fin au mandate
de Monsieur Alex CASIMIR en quality de
co-grant de la socit computer de ce
mme jour.
Le dpt lgal interviendra au Greffe du
Tribunal Mixte de Commerce de Fort de
France.
Pour Avis et mention
Le grant FB 2917

AVENANT AUX STATUS
Par un avenant aux status en date du 2
janvier 2010, l'associ unique de la SAS
CHARPENTE MILLET a dcid de modi-
fi l'article deux des status comme suit.
L'objet mentionn dans les status "Tra-
vaux de charpente en bois et de couver-
ture" est remplac par l'objet "Fabrication
et pose de charpente en bois, pose de
couverture".
Pour avis et mention.
La grance FB 2918

MARTINIQUE TRAVAIL TEMPORAIRE
AGENCE TERTIAIRE CADRES ET
COMMERCE
SARL AU CAPITAL DE 400 000 C
23 RUE YVES GOUSSARD
97200 FORT DE FRANCE
RCS FDF N 507 663 946
AVIS DE MODIFICATION D'OBJET
SOCIAL
L'assemble gnrale tenue le 24 juin
2010 a dcid de modifier l'objet social en
procdant son extension computer du
1er janvier 2010 et de modifier en cons-
quence l'article 2 des status.
Corrlativement, l'avis prcdemment pu-
bli, relativement l'objet social est ainsi
modifi :
Article 2: Objet social :
"(...) Le placement, le travail temps
partag, le portage salarial et le conseil
en gestion et resources humaines".(nou-
velle mention)
La suite de l'article reste inchange.
Pour avis
La Grance FB 2919

MARTINIQUE TRAVAIL TEMPORAIRE
SARL AU CAPITAL DE 152 449,02 C
19 RUE YVES GOUSSARD
97200 FORT DE FRANCE
RCS FDF N B 393 002 977
AVIS DE MODIFICATION D'OBJET
SOCIAL
L'assemble gnrale tenue le 24 juin
2010 a dcid de modifier l'objet social en
procdant son extension computer du
1er janvier 2010 et de modifier en cons-
quence l'article 2 des status.
Corrlativement, l'avis prcdemment pu-
bli, relativement l'objet social est ainsi
modifi :
Article 2: Objet social :
(...) "Le placement, le travail temps par-
tag, le portage salarial et le conseil en
gestion et resources humaines".(nou-
velle mention) (...).
La suite de l'article reste inchange.
Pour avis
La Grance FB 2920

AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
Decision extraordinaire de l'associ
unique en date du 30 juin 2010.
Monsieur Roland JOFFRE, associ
unique de la socit STUDIO ROLAND


en cession extraordinaire tablit ce jour,
le procs verbal de clture de liquidation
de sa socit STUDIO ROLAND sise
Bt. Bihoreau B4 Village Crole, la Pointe
du Bout, 97229 les Trois Ilets. Cette dci-
sion prend effet immdiat, ce mercredi 30
Juin 2010 minuit.
De ce fait, il a t dress le present pro-
cs verbal sign par l'associ unique et
consign sur
le registre de ses decisions.
Fait Trois ilets le 30 juin 2010. L'associ
unique. Mr JOFFRE Roland. FB 2921

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 28
juin 2010, il a t constitu une Sarl
Denomination : DELICES DE REGALE
au capital de 2.000 entirement sous-
crites et libres don't le sige social est
Rgale- 97211 RIVIERE-PILOTE
Objet : La fabrication, production et vente
de tous products finis et semi finis de p-
tisserie, boulangerie, plats cuisins, trai-
teurs, services banquets et cocktails.
Dure : 99 ans
GERANT: Monsieur Max CLAIRICIA, de-
meurant Rgale 97211 RIVIERE-PI-
LOTE.
La socit sera immatricule RCS de Fort
de France.
Pour avis et mention, le Grant FB 2922

DEPARTMENT DE LA MARTINIQUE
VILLE DE SCHOELCHER
AVIS DE MISE A DISPOSITION DU
PUBLIC DU DOSSIER DE PROJECT
DE LA PREMIERE MODIFICATION
SIMPLIFIEE DU PLAN LOCAL
D'URBANISME (P.L.U.)
DE SCHOELCHER
- Objet de la mise disposition : Premire
Modification simplifie du Plan
Local d'Urbanisme de la Ville de Schoel-
cher.
- Dtails :
1. Project SIMAR : construction de loge-
ments sociaux Pointe de Jaham sur la
parcelle N 123 dpassement de COS ;
2. Project SMHLM : construction de loge-
ments sociaux au bourg sur la parcelle P
139 construction en limited sparative
aux tages.
3. Project SMHLM : construction de loge-
ments sociaux au bourg sur la parcelle P
306 construction en limited sparative
aux tages.
- Dure de la consultation : 1 mois du 19
Juillet 2010 au 18 Aot 2010 inclus.
- Sige de l'enqute : Htel de Ville de
Schoelcher (Service Urbanisme) ;
- Composition du dossier et mise dis-
position du public : Les pieces des dos-
siers de projects relatives la Premire
Modification Simplifie du Plan Local
d'Urbanisme (P.L.U) ainsi qu'un registre
destin recevoir les observations du pu-
blic seront mises la disposition du pu-
blic pendant toute la dure de l'enqute
aux jours et heures habituels d'ouverture
des bureaux.
- Consultation du dossier au Service Ur-
banisme: les lundis, mercredis, jeudi et
vendredis de 8H00 12H00.
- Reception du public au Service Urba-
nisme les : mercredis 21, 28 juillet
2010 ainsi que les mercredis 4, 11 et 18
aot 2010 de 8h00 12h00. FB 2923

AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Conseil Rgional de Martinique, M. le
president du Conseil regional de Marti-
nique, Service Routier Rgional Rue
Gaston Defferre, Cluny 97200 Fort-de-
France Tl. : 0596 59- 63- 00 -Tlco-
pieur : 0596 -72-68-10
Adresse(s) internet : Adresse gnrale du
pouvoir adjudicateur : http://www.cr-mar-


tinique.fr rubrique "marchs publics"
Type de Pouvoir Adjudicateur et activity
(s) Principale(s) : Collectivit territorial
Services gnraux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Non
Publications antrieures
- L'avis d'appel public la concurrence a
-t-il fait l'objet d'une publication ? : Oui
Si Oui rfrences de publication
Parution n* 2009/S 246-352393 Annonce
n 2009/S 246-352393 Date 22/12/2009
Parution n" BOAMP A 247 Annonce 304
Date 23/12/2009
- A-t'il fait l'objet d'une publication rectifi-
cative ? Non
L'avis implique la passation d'un march
Intitul attribu au march par le pouvoir
adjudicateur : Travaux d'amnagement
de la Pntrante Est sur la Section Ci-
menterie/Bishop.
Description succincte du march ou de
l'acquisition/des acquisitions II s'agit no-
tamment de travaux comprenant :
Lot N 1 : Terrassements, assainisse-
ment, chausses
- le dgagement des emprises sur une
surface d'environ 7.000 m2,
- les terrassements avec environ 9.200
m3 de dblais,
- la ralisation de remblais pour environ
3.000 m3 de 0/31,5 et 4.500 m3 de 0/100,
- la ralisation de l'assainissement avec
environ 2.150 ml de canalisation, et 150
ml de foss trapzodal en bton et 150
ml de foss trapzodal en terre,
- la ralisation d'accotements, de trottoirs
et dlots pour environ 1.200 m3 de bton,
32.000 kg de treillis souds et 4.500 ml
de bordures en bton.
Lot N 2 : Mur de soutnement en rem-
blai renforc
- la ralisation d'un mur de soutnement
en remblai renforc avec environ 880 m2
d'lments de parement, 2.000 m3 de
remblais techniques en 0/60, 3.400 m3
de remblais en 0/100 et 5.100 m2 de go-
textile de enforcement,
Lot N 3 : Glissires bton
- la ralisation de glissires bton avec
environ 1.500 ml de sparateur simple de
type GBA et 150 ml de sparateur double
de type DBA
Lot N 4 : Enrobs
- la ralisation des enrobs avec environ
3.000 tonnes de GB 0/14, 1.500 tonnes
de BB 0/14, 2.000 tonnes de EME 0/14 et
500 tonnes de BBTM 0/10.
Classification CPV 45233140-2 "Travaux
routiers" IA10-6 "Modernisation"
Lot n" 1 :
- 45112000-5 "Travaux de fouille et de
terrassement", IA10-6 "Modernisation" ;
- 45232130-2 "Travaux de construction
de canalisations d'eaux pluviales", IA10-6
"Modernisation";
Lot n 2 :
- 45262620-3 "Murs de soutnement",
IA10-6 "Modernisation".
Lot n 3 :
- 45233292-2 "Installation de dispositifs
de scurit" AB05-4 "Bton", IA10-6 "Mo-
dernisation" ;
Lot n 4:
-45233220-7 "Travaux revtement
routes", IA10-6 "Modernisation".
Rfrence d'identification du march qui
figure dans l'avis d'appel public la
concurrence : "N9CIMEBIS-06-02"
Type de march Travaux d'excution
Lieu d'excution ou de livraison : Com-
mune de Fort-de-France Code postal :
97200
Code NUTS FR 920 MARTINIQUE
March couvert par l'accord sur les mar-
chs publics (AMP) : Oui
Type de procedure Appel d'offres ouvert


Critres d'attribution du march : Offre
conomiquement la plus avantageuse
apprcie, quel que soit le lot, en function
des critres noncs ci-dessous avec
leur pondration :
- La valeur technique de la prestation af-
fecte d'un coefficient 5,5 et se dclinant
selon les sous-critres suivants :
. Pertinence du mmoire technique : 50
% du coefficient 5,5.
. Quality du SOPAQ :30 % du coefficient
5,5.
. Quality du SOPAE : 10 % du coefficient
5,5.
. Soin apport I'laboration des sous-
dtails de prix unitaires : 10 % du coeffi-
cient 5,5.
Le prix de la prestation affect d'un coef-
ficient 4,5.
Une enchre lectronique a t utilise :
Non
Valeur total finale du ou des march(s)
TTC:
4 661 256,15 e Taux de TVA: 8,50 %
Intitul et numro de march ou des lots
attribus :
Travaux d'amnagement de la Pn-
trante Est sur la Section Cimenterie/Bi-
shop.
Lot n1 : Terrassements, assainissement,
chausses".
March n 10 TMT 015 (Variante)
Date d'attribution du March : 27 mai
2010
Nom du titulaire / Organisme : SATRAP
Adresse: Z.I. La Lzarde Immeuble Les
Amandiers
Code Postal :97232 Ville : LE LAMEN-
TIN
Tlphone : 05 96 60 00 61
Tlcopieur : 05 96 71 41 22
Courriel : satrap.sarl@orange.fr
Nombre d'offres reues pour ce lot :
Lot nl : 09
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
Lot nl : 2 846 429,80 E Taux de TVA :
8,50%
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? Non
Intitul et numro de march ou des lots
attribus :
Travaux d'amnagement de la Pn-
trante Est sur la Section Cimenterie/Bi-
shop.
Lot n 2 "Mur de soutnement en remblai
renforc"
March n 10 TMT 016 (Variante)
Date d'attribution du March : 27 mai
2010
Nom du titulaire / Organisme : SATRAP
Adresse : Z.I. La Lzarde Immeuble Les
Amandiers
Code Postal : 97232 Ville : LE LAMEN-
TIN
Tlphone : 05 96 60 00 61
Tlcopieur : 05 96 71 41 22
Courriel : satrap.sarl@orange.fr
Nombre d'offres reues pour ces lots 05
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
605 828,20 Taux de TVA : 8,50 %
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? Non
Intitul et numro de march ou des lots
attribus :
Travaux d'amnagement de la Pn-
trante Est sur la Section Cimenterie/Bi-
shop.
Lot n 3 "Glissires en bton"
March n 10 TMT 017
Date d'attribution du March : 27 mai
2010
Nom du titulaire / Organisme : SATRAP
Adresse Z.I. La Lzarde Immeuble Les
Amandiers
Code Postal : 97232 Ville : LE LAMEN-
TIN
Tlphone : 05 96 60 00 61


[ A NivoNcE-.% LfA LES


jeuai8juillet20lO -justice n27- Pale 18
ai







httoe//www.iournal-iustice-martinigue. com


Tlcopieur : 05 96 71 41 22
Courriel : satrap.sarl@orange.fr
Nombre d'offres reues pour ces lots : 02
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
178 596,43 Taux de TVA : 8,50 %
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? : Non
Intitul et numro de march ou des lots
attribus :
Travaux d'amnagement de la Pn-
trante Est sur la Section Cimenterie/Bi-
shop.
Lot n" 4 "Enrobs"
March n" 10 TMT 018
Date d'attribution du March : 26 mai
2010
Nom du titulaire / Organisme : COLAS
Martinique SAS
Adresse : Z.I.P de la Pointe des Grives
Code Postal : 97200
Ville : FORT DE FRANCE
Tlphone : 05 96 70 70 70
Tlcopieur : 05 96 70 70 80
Nombre d'offres reues pour ces lots : 02
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
1 030 401,72 Taux de TVA : 8,50 %
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? : Oui
Valeur ou pourcentage de la part du mar-
ch susceptible d'tre sous-traite :
Pourcentage 4,50 %
Description succincte de la valeur/pro-
portion du march sous-traiter : Trans-
port de l'enrob
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme financs par les fonds euro-
pens : Oui. FEDER Axe 2
Accessibility du territoire Action 2.1 :
Dveloppement du transport multimodale
et modernisation des transports collectifs
terrestres, maritime et ariens volet 1
:TCSP.
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction de recours: Tri-
bunal Administratif de Fort-de-France -
Croix de Bellevue -B.P 683 97262 Fort-
de-France Cedex Tl : 0596-71-66-67
Fax : 0596-63-10-08
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recours : Le greffe du
Tribunal administratif de Fort-de-France -
Croix de Bellevue BP 683 97262 Fort-
de-France Cedex Tl : 0596-71-66-67
Fax : 0596-63-10-08
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : Lundi 28 juin 2010 FB 2924

AVIS D'ATTRIBUTION
Identification de l'organisme qui passe le
march : Conseil Rgional de Martinique
M. le president du Conseil regional de
Martinique, Service Routier Rgional -
Rue Gaston Defferre, Cluny BP 601 -
97200 Fort-de-France Tl. : 0596 59 63
00 Tlcopieur : 05 96 72 68 10
Adresse(s) internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marchs Publics"
Type de Pouvoir Adjudicateur et
activity (s) Principale(s) : Collectivit ter-
ritoriale
Services gnraux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Non
Publications antrieures
L'avis d'appel public la concurrence a -
t-il fait l'objet d'une publication ? : Oui
Si Oui rfrences de publication
Parution n 2009/S 201/289573 Annonce
n 2009/S 201/289573: Date 17/10/2009
Parution nO BOAMP B 202 Annonce 369
Date 20/10/2009
A-t'il fait l'objet d'une publication rectifica-


tive ? Non
Intitul attribu au march : Matrise
d'ouvre relative la ralisation du fran-
chissement sud de l'changeur du Canal
du Lamentin pour le passage du TCSP.
Caractristiques principles
(Description succincte du march) : Il
s'agit d'assurer la conception et le suivi
des travaux du franchissement Sud de
l'changeur du Canal du Lamentin pour
le passage TCSP en sparant complte-
ment les flux TCSP des flux automobiles,
avec la construction d'un ouvrage pour le
franchissement du Canal du Lamentin et
d'une bretelle de raccordement l'auto-
route. Part de l'enveloppe prvisionnelle
affecte aux travaux : 7 000 000 E HT
(valeur septembre 2009).
Quantit et tendue global : L'opration
de travaux peut tre globalement dcrite
en terms de quantit et d'tendue
comme suit:
- La construction d'un ouvrage pour le
franchissement du Canal du Lamentin et
d'une bretelle de raccordement l'auto-
route comprenant :
* le dgagement des emprises, les ter-
rassements, l'assainissement, les chaus-
ses, etc ;
* la ralisation des remblais ncessaires
la ralisation de la bretelle ;
* la ralisation d'un ouvrage, ainsi que
des dispositifs de scurit ;
* le dploiement et l'implantation de four-
reaux de part et d'autre de l'ouvrage pour
l'clairage et les quipements du TCSP ;
* les structures de chausse et les enro-
bs ncessaires au raccordement de la
voie TCSP la voie TCSP existante de
part et d'autre du project ;
* l'clairage public ;
* les quipements de scurit et d'exploi-
tation y compris les quipements spci-
fiques au TCSP.
Classification CPV (vocabulaire commun
pour les marchs publics) : -71000000-8
"Services d'architecture, services de
construction, services d'ingnierie et ser-
vices d'inspection" IA10-6 "Modernisa-
tion".
- 71311300-4 "Services de conseil en ma-
tire d'infrastructure" IA10-6 "Moderni-
sation".
- 71320000-7 "Services de conception
technique" IA10-6 "Modernisation".
Numro de rfrence attribu au dossier
par le pouvoir adjudicateur:
"AlMOCANAL-09-01"
Type de march : Services
Catgorie de services : 12
Lieu principal d'excution des presta-
tions:
Autoroute Al Echangeur du Canal La-
mentin Commune du Lamentin Code
postal : 97232
Code NUTS: FR 920 MARTINIQUE
Le march est-il couvert par l'accord sur
les marchs publics (AMP) ? : Oui
Type de procedure : Ouverte
Critres d'attribution du march : Offre
conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function des critres non-
cs ci-dessous avec leur pondration :
- La valeur technique de la prestation af-
fecte d'un coefficient 6 et se dclinant
selon les sous-critres suivants :
* Pertinence de la note mthodologique :
60 % du coefficient 6.
* Expertise de l'quipe project : 40 % du
coefficient 6.
- Le prix de la prestation affect d'un coef-
ficient 4.
Une enchre lectronique sera effectue
: Non
Valeur total finale du ou des march(s)
TTC:
328 755 Taux de TVA : 8,50 %
Intitul et numro de march ou des lots
attribus : 10 EMT 004


Maitrise d'oeuvre relative la ralisation
du franchissement sud du Canal du La-
mentin pour le passage du TCSP -Auto-
route Al
Date d'attribution du March : 18 mai
2010
Nom du titulaire / Organisme : EGIS
ROUTE -SCETAUROUTE
Adresse : Agence Martinique 6, rue des
Arts et Mtiers Lotissement Dillon Stade
Code Postal : 97200
Ville : Fort-de-France
Tlphone : 06 96 83 10 63
Tlcopieur: 05 96 64 99 61
Courriel : herve.bessan@egis.fr
Nombre d'offres reues : 07
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
328 755,00 Taux de TVA : 8,50 %
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? Oui
Valeur ou pourcentage la part du march
susceptible d'tre sous-traite :
Valeur hors TVA : 176 000 Monnaie :
Euro ()
Description succincte de la valeur/pro-
portion du march sous-traiter (si elle
est connue):
-Etudes, ouvrages d'art, gotechnique,
foundations, environnement: 54,46 %
-Architecture des ouvrages d'art : 3,63 %
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finances par les fonds euro-
pens : Oui FEDER Axe 2
Accessibility du territoire Action 2.1 :
Dveloppement du transport multimodal
et modernisation des transports collectifs
terrestres, maritimes et ariens volet 1
:TCSP
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction de recourse:
Tribunal Administratif de Fort-de-France


- Croix de Bellevue -B.P 683 97262 Fort-
de-France Cedex Tl : 0596-71-66-67
Fax : 0596 63.10.08
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal Administratif de
Fort-de-France Croix de Bellevue BP
683 97262 Fort-de-France Cedex Tl :
0596-71-66-67 Fax : 0596- 63-10-08
Date d'envoi du present avis la publica-
tion :
Lundi 28 juin 2010 FB 2925

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte reu par Matre Robert
CEAUX, Notaire Associ Fort de
France (Martinique), CROIX DE Bellevue,
le 29 juin 2010, a t constitu une so-
cit civil ayant les caractristiques sui-
vantes :
Denomination : SOCIETY CIVIL IMMO-
BILIER ROMARE, par abrviation SCI
ROMARE
Objet : L'acquisition par voie d'achat ou
d'apport, la proprit, la mise en valeur,
la transformation, la construction, l'am-
nagement, l'administration et la location
de tous biens et droits immobiliers.
Dure : 99 annes computer de son im-
matriculation au Registre du Commerce
et des Socits.
Capital : 4.400 00 euros
Apports : en numraire
Grant: Monsieur Roland RATENAN
Clause d'agrment : les cessions de parts
sont soumises l'agrment de l'unani-
mit des associs, sauf entire les asso-
cis et leurs descendants.
La socit sera immatricule au registre
du commerce et des socits de Fort de
France.
Pour avis
Me Robert CEAUX FB 2926


Pl '9
L Jui8uillt201 -Juticen27-Page1,9


1 vvmc








39 I EE FESTIVAL CULTURAL : LES ARTS EN FETE


'/www.iournal-iustice-martinioue. com


Ce 39ime festival cultural de la lie de Fort-
de-Friin.:+ii r-.iii.- "'sonna ce ", est ddi
Pierre Ali Cr ce "mytihe Ciant "g de 103 ans. -.
C'est "iunIe iai olue l'1f tmoigll'r de dson vi<'ant l "
respect tet lflc t action que fnous asol pouri lpui .
rsume Danielle Marceline, la prsidente du e rn.
conseil d'e-pjII' iili'l du Sermac. Celui qui a dit f.Le~
en 2008 que "li's sprialistes des! ffaires rnarti-
niquaises sont les .lFai iniquaiL eut it-memes sera
donc au cour des f. rii.i-re de cette anne.
Mme si I'esprit de son propos na pas t suivi
par Letchimy lors de la consultation du 10 jan-
vier 2010. Avec un nouveau slogan "",estical -la
Se t a cl lu... pi noIll... poU11 loulli t mr titnitj", la
39ime ,-'iLroin prendra son envol le vendredi
9 ,u!ii-e sous le prau de la mairie de la capi-
tale, avec "mllodie des cord es", un rcital de
l'atelier :,.ii r- du Sermac. Certains spectacles -'
seront offers en dehors de Fort- de -France:
au Lorrain, au Morne Rouge et Sainte- Luce,
ce qui reprsente "un pas 'ers lZ llmutiulsation
des moyens ", selon la prsidente. Le Cnacle ouvrira ses portes
le vendredi 9 au soir, avec un volet musique, des chants et la
lecture de textes, avant la srie des dbats qui seront organi-
ss chaque soir du ct du terminal croisire de la Pointe-
Simon. L'ouverture colii'lluii du festival aura lieu le samedi 10
juillet. Il sera prsent cette occasion, sur la scne du grand
Carbet, un travail de creation des artistes martiniquais en l'hon-
neur du docteur \iii.er sous la houlette du musicien Ronald
Tulle et des lves du Sermac. "Cette creation porte sur la v1ie et
les 'vnements importants qui ont marqu la < ie d'il 1)Dr li I. 'l
partir de ces priodes-l, on a dtflinit les musiques qui tiout mu,
des p ys qui li sont cliers. -)Deu chirotlgiraplies olit ni.s en miouce-
mient cette cr ation sur laquelle on travailie dipuis 7 miois. ('el/c
fiit plus de cent persounes SIurscne. tn' trail 'intressant pour


un mlusicienc, car il v a une irmnise en quest ion d'e ,son sac oir et c est
un i..,, : ;,-: pregnant ", est-il expliqu. Le festival ne droge pas
aux ingredients qui font son success: il y aura des locomotives
de Cuba, de Porto Rico ou du Cap Vert, ainsi que des specta-
cles pour enfants, pour jeunes et des personnel de diffrents
ges. Durant 15 jours, les arts en tous genres seront l'hon-
neur pour le plus grand bonheur des ';:.i. iiers Avec un bud-
get de 400 000 l'quipe du Sermac s'efforce de faire des
prouesses par ces temps de crise pour proposer un programme
de quality. Les tarifs des spectacles n'ont pas subi c iriii..n iii II
faut esprer que le temps soit de la parties. vu ce dbut d rhi. r-
nage plutt pluvieux.
Rappelons que le Dr "'i-i i. Ail er est le frre cadet d'Andre Ali-
ker, grant de Justice, assasin par les sbires du capitalism.
C.B.


RANDO TOUR ?010 Tous VOS BASKETS !


C'est l'occasion d'un ..i rr dansant organis le samedi 3 juil-
let la villa Monrose que Bernard Bolosier, le president de l'as-
sociation Rando Sans Frontire a prsent le Rando Tour 2010.
Une soire don't la russite prsage celle du project prsent ce
soir-l.
S'appuyant sur son succs grandissant, les .r-in.lirre enten-
dent faire de cette nii'iiet'-.i.iii"'n un rendez-vous incontourna-
ble des vacances.
L'A dii 'n de cette anne se donne comme objectif de dvelop-
per, travers la pratique de la march, l'esprit de :,ji tlir et de
solidarity, de sensibiliser les participants au respect de l'envi-
ronnement, d'aller la rencontre des sites :.irtr--.qr-'-. du
pays. de dcouvrir notre arii- ;.- .ri et de mieux connatre notre
patrimoine historique.
Du 10 juillet au 22 aot. les Martiniquais sont donc rn. ii: d-
couvrir ou redcouvrir leur pays l'occasion d'une douzaine
de randonnes pdestres.
Le coup d'envoi sera donn le samedi 10 juillet avec une tape
reliant les communes du Robert et de Trinit. Les autres pas-
seront par presque toutes les localits de la Martinique et seront
l'occasion de visiter des activits irilr iirinaii ou traditionnelles


comme la vannerie du Morne des Esses, la poterie des Trois
Ilets ou la fabrique de farine de manioc et le jardin creole de Mr
Rijo au Franois. D'autres, comme celle qui se droulera sur le
territoire de Sainte-Anne, auront une ( ,iin- i,:,r.n encore plus
culturelle avec un expos autour du registre des matricules
d'esclaves. Certaines tapes telle celle reliant le Prcheur
Grand-Rivire ou le Morne-Vert Fonds-Saint-Denis ne seront
co:n'-.iieei-: qu'aux marcheurs aguerris. cause de leur carac-
tre sportif. A noter que l'tape de Sainte-Anne du 23 juillet se
droulera de nuit et que les journes des 30 et 31 juillet se d-
rouleront en Guadeloupe.
Voil une manifestation qui devrait sduire les trs nombreux
pratiquants de randonnes pdestres de notre pays et .i iir-
tous les vacanciers qui sont rentrs au pays et ont soif de re-
dcouvrir les trsors de leur belle M.liiir iiiu
Inscription obligatoire 48 heures avant chaque tape aux N
suivants :
- Centre cultural du Bourg du Lamentin : 0596 51 15 33
- Bernard Bolosier : ,: .'.':-,' 55 87
- Serge Valbon : Il .' :i: 64 77
GE


-.--'-------.--- t f


---------- --- ---------------- ---------




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.7 - mvs