Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00169
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: May 27, 2010
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00169
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
ie hebdomadaire d'information communists


Jeudi 27 Mai 2010 9me Annee N' 21 Martinique: 1,80 E Fran,




A ZA


COMMEMORATION


: 2.20 E DC


REPARATIONS :
Le colonidlisme decldre
"coupdble"

GRANDE DISTRIBUTION "
Leclerc va-t-il fire bdisser
les prix P






http://www.journal-iustice-martinique.com


S DENGUE : L EPIDEMICE SE CONFIRM
Le nombre de cas cliniquement 6vocateurs de dengue, vus en medecine de ville, a
a ka Pai ................... .2 sensiblement augment, avec 344 cas. Le nombre de cas estimes durant la premiere
semaine de mai est plus de trois fois superieur a la valeur maximale attendue pour
Edito........................ la periode. L'extension geographique des cas de dengue s'est confirmee au debut
- Nous appuyer sur le 22 Mai du mois de mai. Plusieurs communes du nord de la Martinique sont maintenant tou-
chees. L'incidence des cas suspects de dengue est plus particulierement elevee dans
Luttes$ociales .............. 4/5 les communes du Diamant, du Carbet, des Trois-Ilets et du Robert. Depuis le 23 fe-
- ADAPEI vrier 2010, date du debut de I'actuelle recrudescence saisonniere, 35 patients biolo-
- Vedette Madinina giquement confirms ont ete hospitalises, don't 12 adults et 23 enfants. 8 formes
- Pieces ditachees automobile severes ont 6te enregistrees. Les autorites sanitaires appellent donc a la prevention.
- Sante
MARNY : QUELQUES HEURES DE LIBERTY
90me Anniversaire ........ p. 6/7 Le plus vieux prisonnier de France, Pierre-Just Marny, a obtenu 6 heures de liberty
- Un bel anniversaire avant la fin du mois de juin. Une "libiration"qui se fera sous haute surveillance car
- Discours de Claude ULise
la justice consider qu'il represente toujours un risque de trouble a I'ordre public. La

Mimoiredu Peuple .......... .8/9 date de cette "sortie"ne sera pas divulguee. Une sortie qui peut en entrainer d'autres
- Un 22 Mai commemore avec ferveur si cela se passe bien, explique la Justice. Apres 47 ans derriere les barreaux et age
de 66 ans, Pierre-Just Marny se bat pour obtenir une liberation conditionnelle. Pour
Region ................... .. p.9 cela, le detenu doit se rendre a Fresnes pour des examens, mais il refuse de quitter
- Nouvelle Directrice gnedrale le pays. Une bataille que son avocat continue de mener.
LE PARC NATUREL REGIONAL A UN NOUVEAU PRESIDENT
Posiier retraite ............ .. 10/1 -
- Situation en Martinique Daniel Chomet (PPM) a ete elu A la tate du Parc Naturel Regional de la Martinique
- Orientations gouvernementales avec 169 suffrages, le mercredi 19 mai. Louis Boutrin, candidate de I'opposition, a re-
- Contre-proposition du P.s. cueilli 63 suffrages. Le Parc Naturel regroupe les communes, la region, le conseil ge-
- "Nouvelle Semaine" neral, les communautes de communes, et gere un space de 60 000 hectares. II a
pour mission la protection et la gestion du patrimoine natural et cultural, entire autres.
University .................. # Le nouveau president entend travailler a la valorisation de I'identite du Parc dans le
- 7 departs a la retraite cadre du developpement durable et a la mise en oeuvre de la charte du PNRM. Une
charte en attente de la signature des maires pour sa mise en place.
E-co omie ................ L. CONCOURSE LYCEENS : S ETABLISSEMENTS RECOMPENSES
- Arrive de E. Leclerc

Pand leMonide ............. 15/16 !1
- Thailande

Annonce igalei...........p. 16/19

Culture ...................p.2 20
- Dakar, capital d'art


rJUS TI C E
Administration & R6daction :
T6. : 05 96 71 86 83
Fax : 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr

n PLes lyceens de Joseph Zobel (Riviere-Sale) fiers de leur ralisation : le Taxi pays
La huitieme edition du Concours lyc6en de la realisation technologique et profes-
Fondateur:Jules MONNEROT sionnelle, institu6 par la R6gion a d6cern6 ses r6compenses. Ce concourse a 6te mis
(8 Mai 1920) en place pour valoriser le savoir-faire des lyc6ens. Sur les 12 6tablissements sco-
Angle rues A. Aliker & E. Zola laires inscrits au concours, avec une quinzaine de projects au total, cinq sont arrives
Fort-de-France TBl. 05 96 71 86 83
Fort-de-France T. : 05 96 71 86 83 au bout, avec une dizaine de projects finis, qui sont exposes au grand public jusqu'au
Commission Paritaire n' 0111 187526
26 Janvier 2006 31 mai dans I'agora de la R6gion. Lors de la remise des prix en presence du pr6si-
Directeur de la Publication: dent de la Region, la cr6ativit6 et I'exp6rimentation des lyc6ens ont 6t6 salutes. Le
Fernand PAPAYA premier prix a 6t6 remport6 par le lyc6e Joseph Zobel de Rivibre-Sal6e avec son
Maquette: Guenna6l GUIOUBLY "Tai pays". Les oeuvres des laureats, adapt6es aux r6alit6s locales, peuvent servir
Impression: au d6veloppement, notamment celles concernant la t6elmesure de la consommation
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37. Rue E. Zola 97200 Fort-de-France d'eau et d'6lectricite, I'6quipement autonome pour les agriculteurs, ou la transforma-
Tel.:059673 14 54 tion du miel local.


I In 2 Mi 01 -utif e n'2 a


[ $ X. 1P~t


n





httD://www.iournal-iustice-martinique.com


NOUS APPUYER SUR LE 22 MAI POUR AVANCER


Ainsi, le people martiniquais, une fois de plus, a celebre
dans la joie et la fierte son 22 Mai, se souvenant avec
emotion de ces valeureux esclaves qui le 22 mai 1848 se
sont souleves et ont impose I'abolition definitive de I'es-
clavage le 23 mai. Cette v6rite historique, aujourd'hui re-
mise en cause par certain revisionnistes et renegats, a
et6 devoilee par deux communists : Gabriel Henry, qui
a initie I'oeuvre de demystification de I'histoire colonial,
et Armand Nicolas qui I'a poursuivie par ses conferences,
articles et ouvrages. D'autres, apres les communists,
ont repris le flambeau, sur le terrain martiniquais et A I'As-
semblee national frangaise. Le combat pour la recon-
naissance de I'importance historique du 22 mai 1848 a
ete long et difficile, mais il a fini par payer, puisqu'au-
jpurd'hui le 22 Mai est jour ferie et ch6me en Martinique.
Certes le mois de mai est riche en jours fries, civils et re-
ligieux, mais le 22 Mai n'est pas un jour ferie quelconque:
c'est le n6tre, c'est I'anniversaire d'un evenement histo-
rique majeur, hautement symbolique, fondateur de notre
identity collective, de notre nation.
II convient de rappeler que I'esclavage est une pratique
tries ancienne et universelle, a laquelle ont recouru sans
honte durant des siecles des peuples aussi civilises que
les Grecs et les Romains. La difference entire I'esclavage
antique et celui auxquels ont ete soumis les Africains en
Amerique, c'est que ce dernier a ete erige en system,
16gitime et codified par les pouvoirs politiques europeens
avec la complicity et la benediction des hommes d'eglise.
II est bon aussi de rappeler que le commerce d'esclaves
africains a commence avant la "d~couverte"de I'Amerique
par Christophe Colomb le 12 octobre 1492.
Dans les colonies europeennes d'Amerique, I'Africain est
devenu un "negre", etre human prive de liberty, trans-
forme en source de richesse en sa double quality de mar-
chandise et d'outil de production, soumis a un savant et
long processus d'alienation culture[le, maltraite et humi-
lie. Lorsque les Frangais prirent possession de la Marti-
nique et de la Guadeloupe en 1635, le system colonial
espagnol, qui leur servit de module et qui etait construit
sur I'exploitation des Indiens et des esclaves africains,
avait deja plus de cent ans d'existence. Les autres pays
europeens qui se lancerent dans I'entreprise colonial en
Amerique pratiqubrent tous I'esclavage des Africains,
soumettant ces derniers au meme system injuste et
cruel.
Arriva cependant I'ere des abolitions: la fin du 1.86me sie-
cle et la premiere moitie du 19 eme. La France revolu-
tionnaire donna, I'exemple en1793, ce qui n'empecha
cependant pas Napoleon de retablir I'esclavage en 1802.
Les esclaves de Saint-Dorningue profitbrent des troubles
provoquees par la Revolution de 1789 pour declencher
un processus'qui devait aboutir en 1804 a la naissance
de la republique d'Haiti. Toutes-les colonies espagnoles,
sauf Cuba et Porto Rico, arracherent leur independence
entire 1810 et 1824 et durent faire face au problem de
I'abolition de I'esclavage. Le cas le plus interessant a cet
* heard est celui du Venezuela, ou la revolution d'indepen-


dance initi6e en
1810 par I'aristo-
cratie creole de
Caracas se trans-
forma vite en
guerre civil, une
guerre civil dou-
bl6e d'une guerre
racial et social.
La raison en est
que les Blancs
creoles ne com-
prirent pas la ne-
cessite d'abolir
I'esclavage des
Noirs, lesquels
choisirent majori-
tairement de letter
pour I'Espagne, centre la r6publique. Proclam6e le 5 juil-
let 1811, la republique fut 6cras6e a deux reprises par les
troupes espagnoles appuyees par les masses populaires:
en 1812 et 1814. Le course de I'histoire commenga &
changer apres que Bolivar eut decr6et I'abolition de I'es-
clavage le 2 juin 1816: pour tenir une promesse faite.
Petion et obtenir davantage de soldats pour I'armee re-
publicaine. Mais en 1821, lorsque la guerre centre I'Es-
pagne est pratiquement gagnee, I'esclavage fut retabli. II
sera aboli definitivement en 1854, et come en Marti-
nique, les propridtaires d'esclaves seront indemnis6s,
mais pas les esclaves.
Trois pays d'Amerique latine se singularisent par la date
tardive A laquelle I'esclavage y a 6et aboli: Cuba, Porto
Rico et le Br6sil.
Ce bref raccourci historique vise A montrer la necessity
pour nous Martiniquais de connaitre notre propre histoire
et celle des autres pays americains, singulierement celle
des Noirs. La connaissance de ce pass commun ne
peut que nous aider a decrypter le present et n preparer
I'avenir.
Pour en revenir & la celebration de I'abolition de I'escla-
vage chez nous en Martinique, nous disons que c'est une
chose indispensable et salutaire. Peuple traumatis6, de-
poss6d6 de lui-m6me, malade du racism, incertain
quant a son avenir et sans prise sur le present, coupe en
deux par I'emigration, en quote de reperes et de valeurs
sOres dans un monde soumis un implacable processus
de globalisation sous I'egide du capitalism n6olibbral,
nous avons besoin de nous retrouver autour de la me-
moire de nos anchtres africains, de les glorifier, de nous
r6approprier leur esprit de resistance, de vanter leur he-
ritage cultural.
Mais cela n'a de sens que si nous evitons de tomber dans
le piege du pass6isme; que si nous nous inspirons de leur
example pour avancer ;que si I'6vocation de notre Mere
I'Afrique nous aide & nous desali6ner, a r6soudre nos pro-
blemes actuels et L faire n~tres les problemes-concrets
auxquels sont confronts aujourd'hui les peuples noirs


IFI /I I


I .pil






Evae


http://www.iournal-iustice-martinique. com


(africains et americains) ; que si nous cessons d'6tre es-
claves de la pensee esclavagist et de I'alienation; que si
nous nous liberons du racism qui gangrene les esprits.
Ce "nous", c'est d' abord nous les Afro-descendants, ma-
joritaires en Martinique. Mais c'est aussi I'ensemble des
Martiniquais, toutes ethnies confondues, car nous
sommes tous embarques sur le m6me bateau.
En ce mois de mai 2010, nous devons continue de r6ver
d'une soci6te sans classes sociales, sans exploits et ex-


ploiteurs, sans antagonismes raciaux, d'une soci6te com-
muniste ou I'Homme serait au centre de tout.
En attendant, nous devons mener au quotidien le combat
pour la Responsabilite martiniquaise dans I'Autonomie,
pour une soci6te plus just et plus humaine, d6barrassee
du ch6mage et de la violence.
M. Belrose


A4APEI: SUR TOUS LES FRONTS POUR SAUVER L'EMPLOI


Les salaries de I'ADAPEI inquiets de I'avenir de leurs emplois


L'Association Departementale des Amis et Parents de Per-
sonnes Handicap6es (ADAPEI) se trouvant en redressement
judiciaire depuis le 30 avril 2010, suite a la cessation de paie-
ment intervene en septembre 2009, les salaries et leurs syn-
dicats ont decide de monter au creneau sur tous les fronts.
Ainsi, I'UGTM, la CGTM et la CDMT ont-elles constitu6 le 30
avril une intersyndicale pour agir unitairement afin de preserver
les emplois et les 11 structures d'accueil des personnel handi-
capees. Le mercredi 19 mai, nombreux 6taient les salaries pre-
sents a I'assemblee g6n6rale. Ils ont pose beaucoup de
questions, se demandant notamment: "comment en deuXans, on
apu atteindre un teCgouffre sans que la tutelle ne sache et ne dise
rien, oiu est pass [argent" ? Face au silence de la direction sur
les documents obligatoires, notamment en ce qui concern les
motifs de la cessation de paiement, Fr6derique Pierre-Charles,


d6eeguee du personnel declare, indign6e : "Effe refuse
,_ defaire de nous des partenaires dans cette situation extrj-
mement delicate". Selon Hubert Roberson de la CDMT,
"nous sommesface d unflou concernant tant le montant de
Sa dette de Centreprise que le nombre de salaries". En effet,
selon certaines sources, la dette varierait de 14 a 17 mil-
lions d'euros et le nombre de salaries de 369 & 435. Les
syndicats ont decide de frapper & la porte de I'Agence
Regionale de Sant6 (ARS), le principal bailleur de fonds,
en vue d'obtenir des informations sur I'etat reel de la so-
ciet6. Ils veulent 6galement connaitre le "positionnement
de Ca tutelle" sur cette situation. Parallelement a cette
rencontre, les syndicats ont decide de presenter des pro-
positions et "d'encadrer" I'administrateur judiciaire dans
ce redressement judiciaire. Ils souhaitent mettre en
avant des propositions pour garantir la survive et I'emploi,
et ils s'opposent 6 ce que les recettes de gestion appli-
quees au prive soient calqu6es sur une entreprise de
sante. Pour gagner cette bataille, les syndicats ont decr6t6 la
mobilisation de tous les salaries afin qu'ils portent chacun leur
pierre a l'6difice. Comme le souligne Fr6d6rique Pierre-Charles,
"chacun, du poste qu 'ioccupe, a un point de vue sur des manque-
ments ou des amdliorations d apporter... N"ous sommes convaincus
que Ca mobilisation du personnelreste la force motrice pour trou-
ver des solutions permettant [a pirennisation de activityd pour fa
prise en charge des personnel en situation de handicaps en fMarti-
nique". Des parents s'inqui6tent d6ja de I'avenir de leurs en-
fants places dans ces centres. Les syndicats ont done decide
de les rencontrer afin de les impliquer dans le combat commun
pour la sauvegarde de I' ADAPEI. Cette entreprise, creee en
1971, n'en est pas a sa premiere crise. S'en sortira-t-elle une
nouvelle fois ? C.B


LES SALARIES DES VEDETTES MADININA DENONCENT LEUR SOUFFRANCE AU

TRAVAIL


Le vendredi 21 Mai, les salaries de la SAGETM Vedettes Ma-
dinina syndiqu6s 6 la CGTM ont interpell6 leur direction sur leur
"souffrance au travail", a I'occasion d'une conference de
press. "J'ai peur quandje vais travailler. On en a marre et on
voudrait que cela change", lance Roland Man6r6, employ de-
puis 16 ans dans I'entreprise. Emmanuel Benoit, d616gu6
CGTM, d6nonce les conditions de travail sur des bateaux en
mauvais 6tat, ne respectant pas les nouvelles normes de s6-


curite. II se plaint 6galement des nuisances sonores et des fu-
mees nocives, insupportables tant pour 1'6quipage que pour les
passagers. La s6curit6 au quotidien est devenue une obses-
sion pour les navigants des 7 navires de la compagnie. "On
constate une incivility grandissante, nous sommes obliges defaire
a police face d des passagers arms qui ne veulent pas payer, a des
6agarres", deplore Roland Man6re. Les jours de forte affluence,
les navigants qui devraient se retrouver trois pour cent passa-


S27 Mai21wI '21 -P


I
I--~--- I "' II` -


L^^ UTmS i ALE5 -





http://www.iournal-iustice-martiniue.com


gers ne sont que deux, parce la direction ne veut pas
embaucher, explique-il. II y a peu, les salaries ont dO
fire jouer leur droit de retrait face a cette insecurity
grandissante. II y a peu de contrles des affairs mari-
times en mer, et encore moins de contr6les de la police
a terre, constatent lbs salaries. "nVous sommes obligis de
travailler mime en itant malades", fait observer Bruno
Ledoux, car les cong6s de maladie sont mal rembour-
s6s par la caisse sp6ciale a laquelle ils appartiennent.
Les salaires sont a la traine, la prime de risque inexis-
tante, alors que la soci6et a le monopole du transport
dans la rade de Fort-de-France, souligne encore le
syndicaliste. Des salaires de "misre" tournant autour
de 1300 E pour un capitaine et de 1100 E pour un ma-
telot. Les 26 personnel navigants r6clament donc une Les salaries de vedettes Madinina aspirent A de meilleures conditions de travail et un salaire decent
revalorisation des salaires et la signature d'un accord
collectif d'entreprise. Des n6gociations collectives ouvertes ne m6tier de marin. Devant ces nombreuses "dfficultis qui nepeu
sont toujours pas termin6es apres 8 seances, car nos "propo- vent plus durer, ils ont voulu alerter I'opinion publique et, par la
sitions ne sontpasprises en compte"souligne Emmanuel Benoit. mme, la direction. Ils envisagent, en cas de refuse du dialogue
Les salaries signalent qu'il n'y a aucune reconnaissance de leur et de prise en compete de leurs doleances, de marquer le coup
par des actions qu'ils n'ont pas encore cibl6es. C.B

Le K5F : ENFIN LA REPRISE DES NEGOTIATIONS SUR LES PIECES DETACHEES

POUR AUTOMOBILE
Le mercredi 19 Mai, les dirigeants du K5F et une cinquantaine
de personnel ont obtenu I'ouverture de n6gociations sur le dos-
sier des prix des pieces d6tach6es pour automobile. Cela a 6t6
rendu possible par une action 6nergique men6e a la zone in-
dustrielle de la Jambette aupres du patron du M6def, Cyril .
Comte de la CCIE Toyata, qui se trouve 6galement 6tre ven-
deur de pieces d6tach6es. Les manifestants ont bloqu6 son ,
comptoir durant toute la matin6e et arrach6 un accord pour la ,
reprise des negotiations en commission technique en vue de .
faire baisser les prix des pieces detach6es. La prefecture a pris
I'engagement de tenir cette reunion avant la fin du mois de mai.
Un "succts"pour le K5F qui insisted sur le fait qu'il a obtenu cette
reprise de n6gociation "sans grve". II n'est pas dit cependant 7 PiM51,THEtS
que les automobilistes martiniquais voient les prix baisser de .. NON
maniere significative, tant les distributeurs mettent I'accent sur .. A. A
le coOt des transports et le montant des taxes locales pour jus- ATI
tifier leurs marges.
Quoi qu'il en soit, la verit6 doit 6tre faite sur les prix imposes
aux clients, et les marge abusives doivent disparaitre. Pour
cela il faudra r6instaurer le contr6le des prix. II faudra aussi r6-
soudre t6t ou tard le probl6me de fond, qui est celui de I'orga-
nisation du transport public en Martinique, problem intimement La t6nacit6 des militants contre la pwofitation a permis d'arracher
li6 & celui de la lutte contre la pollution. C.B des n6gociations

SANTE :LA SANT, L'AFFAIRE DE TOUS

Le Comit6 de gr6ve du CHU a d6cid6 de
placer le d6bat sur I'avenir du CHU sur le
terrain public. C'est ainsi que le mercredi 19
mai 6tait organism 6 la Maison des syndi-
cats, un meeting d'information. Le comit6 de
greve veut associer la population au devenir
du CHU, menace dans son existence par
des deficits structures.


G. Joachim-Arnaud, I. Marie, C. Charlery Adele et R. Regina


pp 'VSI-R fWV-S^ '


L tTESCAE





http://www. iournal-iustice-martinique.com


UN BEL ANNIVERSAIRE POUR LES 90 ANS DE JUSTICE.


A I'Atrium tors du vernissage de I'exposition


Les manifestations qui ont marque le 90ieme anniversaire de
Justice ont connu un tres vif success. C'est la preuve de I'enra-
cinement du doyen de la press martiniquaise dans le paysage
mediatique de notre pays, mais aussi de I'attachement de nos
concitoyens 6 ce journal don't I'engagement dans les luttes so-
ciales aux cte6s des travailleurs et pour leur emancipation n'a
jamais faibli.
Des manifestations places sous le patronage de Claude Lise,
president du Conseil general et deputy de la Martinique, aux-
quelles la direction du journal ainsi que le Parti Communiste
Martiniquais avaient convie I'ensemble des Martiniquais, fai-
sant fi de leurs divergences politiques. Car si Justice a toujours
ete un journal militant, il n'en demeure pas moins vrai qu'il fait
aujourd'hui incontestablement parties du patrimoine martini-
quais.


PREMIER TEMPS FORT LE VERHISSAGE DE L'EXPOSITION A L'ATRIUM.
Beaucoup ont compris le sens de notre demarche puisque pres
de 300 personnel avaient repondu a notre invitation. Parmi
elles, celles qui ont ete les acteurs ou les temoins de certain
evenements evoques, comme Armand Nicolas, Georges Mau-
vois, Solange Fitte-Duval, Andr6 Constant, Gesner Mence ou
Philibert Dufeal pour ne citer que ceux-Ia. Le succes a ete, du
reste, 6 la hauteur des ambitions que s'etaient fixees les mem-
bres du comite d'organisation et des moyens mis en oeuvre
pour faire de cet anniversaire un evenement et une rencontre
des Martiniquais avec leur histoire.
Une histoire don't Justice est le temoin durant
dej6 pres d'un siecle et don't il a garden la me-
moire dans ses archives. Tel est le sens de I'ex-
position inauguree le mercredi 12 mai a I'Atrium
par le president du Conseil general.
Dans son allocution, il s'appliqua a rappeler la
force de I'engagement de Justice aupres des
masses laborieuses ainsi que sa fidelity 6 la ligne
definie des le ler numero par Jules Monnerot.
L'.exposition qui se decline sous la forme d'une
fresque en 7 panneaux giants retrace le par-
cours de notre journal depuis son lancement
jusqu'a nos jours.
Sa visit est I'occasion pour nos compatriotes de
se longer dans I'histoire de notre pays a travers
quelques th6matiques majeures et forcement ar-


bitraires, tant la matiere est abondante, comme"
SCaffaireAnfdre6)fiker" en 1934, la lutte des Com-
munistes pour I'emancipation des femmes A par-
tir de 1944, le clergy et le communism, I'action
des Communistes en faveur de la departementa-
lisation en 1946.
D'autres panneaux eclairent le visiteur sur la
construction du movement syndical, la lutte des
Communistes pour la conquete des droits so-
ciaux, I'6volution de la press martiniquaise, la
censure et la repression don't furent victims le
journal et ses militants.
D'autres encore consacr6s a Justice "Timoin de
son temps"evoquent des faits divers qui sont res-
tes graves dans notre memoire collective comme
la supercherie de la vierge du Grand retour ou
"'affaire Marny".
Enfin cette exposition se termine par un balayage de la period
actuelle avec I'evocation de I'action de Justice et du Parti Com-
muniste en faveur de I'6volution institutionnelle.
Les invites purent ensuite changer leurs impressions autour
d'un buffet bien garni.
Nul doute que de nombreux Martiniquais viendront s'informer A
I'une des sources authentiques de I'histoire contemporaine de
notre pays.

A LA MAISON DE LA CULTURE DU LAMENTIN, UN DEBATE NOURRI AU-
TOUR DE LA PRESS D'OPINION.
Le deuxieme temps fort avait pris la forme d'un debat sur le
theme du "r6le d'un journald'opinion, face aux autres midias,
dans laformation de (a conscience martiniquaise et de Ca :itoyen-
nete". Sous I'autorite d'Anthony Toussant, dans le r6le du mo-
derateur, plusieurs intervenants don't le president Claude Lise,
Fernand Papaya, le directeur de la publication, Michel Branchi,
le redacteur en chef, Mme Bosphore-P6rou doctorante d'his-
toire, Gabriel Galion le president du Club Presse, Edmond Mon-
desir professeur de philosophie prirent la parole, pour saluer
I'extraordinaire longevity ainsi que la quality des articles Justice
et pour border la problematique de la press d'opinion face
aux autres medias.
La plupart d'entre eux s'appliquerent 6 demontrer qu'il n'existe
pas de press neutre.


Un nombreux public venu discuter du role de la press d'opinion


V IS rJ l ir,,.S ,


E


90tNE ANNIVEKSAME I^^f






http://www.iournal-iustice-martinique.com


La difference se situant entire celle qui, comme Justice affiche
clairement ses choix politiques et celle qui, sous couvert de
neutrality, se fait le defenseur de I'ordre 6tabli, de I'ideologie
dominant et qui est du reste contr6lee par les grands groups
financiers.
D'autres mirent I'accent sur la n6cessite de faire la distinction
entire "communication" qui est I'apanage de la press quoti-
dienne dite d'information souvent a la recherche du sensation-
nel, rentabilit6 oblige, et la veritable information qui implique un
certain recul et une analyse critique des 6venements evoques.
Un d6bat tres riche qui a permis a chacun de se rendre compete
de I'importance d'une press d'opinion, dans une society oi les
grands medias dits neutres sont asservis aux puissances d'ar-
gent.
La salle connut un premier grand moment d'emotion lorsqu'Ar-
mand Nicolas, cite comme grand temoin, monta a la tribune
pour rendre hommage sur un ton vibrant, a I'action de Justice
et I'exhorter a "poursuivre Ce combat contre le capitalisme et Ce co-
Coniafisme ".
II terminal son intervention en transmettant aux responsables
du journal le message de sympathie de Jenny Gratiant,
I'epouse de notre regretted camarade Georges Gratiant.
L'autre moment, aussi intense que le premier, fut le rassem-
blement pour "(a photo defamilfe"rassemblant c6te a c6te ceux


qui ont contribu6 a faire gagner a Justice ses lettres de no-
blesse notamment A. Nicolas et Georges Mauvois,
Apres le message de Paul Quellery-Selbonne, representant le
Parti Communiste GuadeloupBen et I'hebdomadaire les Nou-
velles Etincelles, la manifestation s'est poursuivie par la re-
mise-d'un trophee aux plus valeureux militants de la cause de
Justice.
II revenait a Georges Erichot, le secretaire general du Parti de
tirer les enseignements de ces deux jours de festivities et
d'exhorter I'assemblee a soutenir ce journal de combat en par-
ticipant A sa diffusion, en le lisant et en le faisant lire.
Et c'est en toute conviviality que la soir6e se prolongea tard
dans la nuit autour d'un buffet.
Commemoration oui Mais surtout un nouveau depart pour
Justice qui se doit de "changerpour rester lui-mime", afin de
s'adapter aux realit6s de son 6poque comme le rappelait son
r6dacteur en chef Michel Branchi.
Toute I'6quipe du journal Justice tient a remercier tous ceux qui
ont contribu6 au success de ces manifestations et en particulier
L'Atrium,, I'Office de la Culture du Lamentin, France-Antilles,
Antilla, RFO, RCI, KMT, et les autres medias qui se sont fait
I'6cho de nos manifestations ainsi que la society TAG pour la
quality de ses prestations.
G. Erichot


SALUER LE SOUCI CONSTANT DE LANALYSE DE "JUSTICE"

FXTRAITV mi nivreniRn n I fAl ain ICF IF 12 MAI Ai 'ATRIUM


C. Lise "Continuer de convaincre de la necessitM pour le people martiniquais
d'avancer de maniere r6aliste mais r6solue, sur la voie de la responsabilite".

"Je veux donc, avant tout, remercier les organisateurs les re-
presentants de Justice et du Parti.Communiste Martiniquais -
de m'avoir adresse un geste d'estime et, je crois pouvoir dire,
d'amiti6 que j'apprecie tout particulierement. (...) Un militant qui
a toujours entretenu avec ses camarades communists des re-
lations oi le d6bat franc et sans complaisance a toujours eu
toute sa place, mais oi la camaraderie vraie n'a jamais fait de-
faut.
(...) Le combat pour I'emancipation de I'homme, et singuliere-
ment de I'homme martiniquais, est celui-la m6me don't le jour-
nal Justice s'est toujours voulu le vecteur.
C'est I'engagement pris des sa creation par le "Groupe Jean
Jaures"de Jules Monnerot, dans la Martinique colonial des an-
nees 1920 oO r6gnent I'arbitraire, I'injustice, les inegalites, la
discrimination, la repression,...
(...) Une chose est sOre, c'est que, pour un organe de press,


un 90eme anniversaire est une occasion privilegiee de dresser
un bilan et de degager des perspectives.
C'est, en I'occurrence, I'occasion pour nos compatriotes de ren-
dre un hommage merit6 au doyen de la press martiniquaise.
De saluer son souci constant de I'analyse. De I'analyse lucide.
De I'analyse avec laquelle on peut se trouver en desaccord,
mais don't on ne peut contester le caractere approfondi.
L'analyse guidee par un souci d'elucidation des problems de
notre temps ; sans jamais craindre d'aller 6 contre-courant des
pensees unique, des ideologies dominantes voire meme,
comme le dirait Jaures, des "hueesfanatiques"; sans jamais
craindre de payer le prix de son audace et, disons-le, de son
courage.
(...) Justice c'est, par dessus tout, le par reussi de I'indepen-
dance 6 I'6gard de certain interets et notamment de ceux des
puissances d'argent : au nom de la liberty de pensee et d'ex-
pression ; au nom de I'indispensable function critique que doit
remplir un journal d'opinion.
L'enjeu est evidemment crucial au moment ou present tant de
menaces sur la liberty de la press en general. Au moment oO,
par example, un industrial comme Arnaud Lagardere, contro-
lant la distribution d'une majority de titres de press en France,
n'hesite pas 6 declarer, je le cite : "C'est quoi 'indipendance de
1a (Presse ? (Du pipeau. Avant de se demander s'ils sont indipen-
dants, Cesjournaistesferaient mieux de savoir si leurjournalest
pirenne".
Vous comprendrez, face a de telles declarations, que I'on soit
d'autant plus enclin a saluer, au sein de notre society martini-
quaise, tout a la fois I'independance et la perennite d'un Jounal
comme Justice.
Que I'on soit enclin 6 souhaiter qu'il cdntribue pendant long-
temps encore a enrichir le debat democratique martiniquai
A contribuer a nous convaincre qu'il n'y a pas de press libre
sans democratic, mais pas davantage de democratic sans
press libre".


L e 7Mli01r0-usicen21Page7 '


,9tEANIE5AR





http://www.iournal-iustice-martinique.com


UN 22 MAI 2010 COMMEMORE AVEC FERVEUR%


Les tambours ont resonn6 toute cette journee du 22 mai (Ici rond point du Vietnam her


De Grand-Riviere a Sainte-Anne, de nombreuses manifesta-
tions ont marque la commemoration du 162ieme anniversaire
de I'abolition de I'esclavage. Preuve que la verite sur la revolu-
tion antiesclavagiste du 22 mai 1848 reve6le par notre cama-
rade Armand Nicolas est aujourd'hui reconnue par la
quasi-totalit6 de notre people, a I'exception d'une poignee de
revisionnistes, comme I'evenement majeur qui a mis fin a ces
deux siecles de servitude imposes a nos anc6tres par le colo-
nialisme.
Cette annee, avec une semaine d'avance, c'est le proces du
colonialisme initie par le MIR (Mouvement international pour les
reparations) preside par Garcin Malsa, qui a marque le debut
de ces manifestations commemoratives. AprBs deux jours de
debats, le verdict avait ete mis en delibere.
Entre-temps, le "Kjonvoi pour fes reparations" parcourait les
routes du pays pour inciter la population a adherer a son com-
bat. Un appel qui semble recueillir un echo de plus en plus fa-
vorable, vu le nombre de marcheurs qui ne cessait de grossir
au fil des tapes.
Et c'est au terme de la derniere tape, le vendredi 21 mai, au
Precheur, que fut rendu le verdict de ce proces singulier avec
la condemnation a mort du colonialisme pour genocide envers
les peuples amerindiens et noirs et crime contre I'humanite.
Le lendemain, 22 mai, c'est au quarter Sainte-Philomene, entire
Saint-Pierre et Precheur, sur I'un des theAtres historiques du
declenchement de I'insurrection antiesclavagiste, que de nom-
breux militants des "Komitipopife 22 mai", du MIM, du Palima,
du CNCP, de I'UGTM et de la CSTM se retrouvaient pour une
ceremonie traditionnelle de commemoration.
Plusieurs dirigeants de notre Parti etaient aussi presents
et tenaient un stand qui a connu un certain succes avec
la vente d'un grand nombre de numeros de Justice, du
tee shirts a I'effigie de Jules Monnerot et d'Andre Aliker.
Cette annee, cette manifestation avait pris un relief par-
ticulier avec la participation d'Armand Nicolas a qui la
plupart des intervenants ont rendu un hommage tres ap-
puye pour ses recherches sur I'histoire de notre pays et
notamment sur les evenements ayant about & I'abolition
de I'esclavage.
C'est d'ailleurs sur le rappel du context souvent encore
mal connu de la fin de la periode esclavagiste que I'his-
torienne Marie-H6lene Leotin, conseilliere regionale et
membre du CNCP, devait longuement insisted pour mon-
trer a quel point le system esclavagiste etait arrive a
bout de souffle pour des raisons multiples.
D'abord pour des raisons politiques a cause du progress,


en France des Republicains conduits par Schoelcher
et resolument opposes a I'esclavage.
Ensuite pour des raisons economiques : la chute du
prix du sucre et la faible rentabilit6 du travail servile ren-
daient de moins en moins viable le maintien de I'orga-
nisation de I'habitation qui n'avait pas evolue depuis
deux siecles.
Enfin, parce qu'il devenait de plus en plus difficile, voire
dangereux de maintenir cette organisation social fon-
dee sur I'asservissement, la deshumanisation et I'ex-
ploitation 6hontee d'une masse d'esclaves par une
minority de maTtres blancs.
D'autant que I'esclavage des 1833 avait d6ej ete aboli
dans les Ties anglaises voisines.
oique) D'ailleurs, comme I'a souligne I'historienne, la multipli-
cation des revoltes d'esclaves, tout au long de cette
premiere moitie du 19ieme siecle prouve que I'explosion etait
inevitable. Apres avoir insisted sur le caractere revolutionnaire
des evenements ayant contraint le gouverneur Rostoland a si-
gner, le 23 mai, le decret d'abolition, elle langa une mise en
garde 6 ceux qui sont aujourd'hui tents de reviser I'histoire en
minorant la portee du 22 mai 1848 et qui veulent retablir,
comme au bon vieux temps, le culte de Victor Schoelcher.
De nombreuses autres interventions ponctuerent cette matinee.
Apres le message du representant de I'association "Vigilance
2000"qui rappela son combat pour un changement politique
au Precheur, c'est le maire de Saint-Pierre, Raphael Martine
qui langa un appel au people martiniquais a se rassembler pour,
a-t-il dit, "[ibirer notre pensie" et accentuer la pression centre
les Etats qui oppriment encore d'autres peuples.
Francis Carole rappela "fampleurdu drame humain"que fut I'es-
clavage.
Ceux qui, comme Daniel Marie-Sainte, Leon Bertide ont ete les
pionniers pour que le 22 mai soit reconnu journee ch6mee et fe-
riee ont evoque quelques temps forts des luttes menees par
leurs organizations, il y a maintenant pres d'une trentaine d'an-
nees.
Quand Georges Erichot prit la parole au nom du PCM, ce fut
d'abord pour rappeler que la revolution antiesclavagiste de
1848 s'inscrivait dans la lutte seculaire des peuples opprimes
centre I'exploitation capitalist. Mais il insist surtout sur I'in-
dispensable unite des forces de gauche pour gagner, chez
nous, le combat de la responsabilite politique, pour lutter contre
les ravages de la crise capitalist et la politique liberal de Ni-
colas Sarkozy.


Le konvoi pour la reparation a mobilise plus de 2 500 personnel durant la semaine


Sh 2Ma200-utcrfrT I -Pg 8


ETjyvw PU rF "





httr://www.iournal-iustice-martinique.com


Armand Nicolas, le "Pere" du 22 Me
intervenant au Pr6cheur


C'est avec beau-
coup d'emotion et
de determination
dans la voix qu'Ar-
mand Nicolas, an-
cien secretaire
general du PCM et
"pare du 22 mai",
s'adressa a la
foule pour rappeler
le long chemine-
ment ayant conduit
a la reconnais-
sance du 22 mai
comme date offi-
cielle de I'abolition
de I'esclavage 6 la
Martinique et la ne-


cessit6 de rassembler les forces authentiquement de gauche
pour eviter la banalisation de cette date et continue le combat
pour la liberation du people martiniquais. Et pour atteindre ces
objectifs, devait-il marteler, "ilconvient de depasser es differences
qui nous ont longtemps iloignis"et se rassembler sur I'essentiel.
Une intervention salute par des applaudissements tres nourris.
II revenait & Alfred Marie-Jeanne de clore les interventions en
rendant un vibrant 6 celui qui "avait deterre le 22 mai", le pre-
sentant Armand Nicolas comme "un monument" pour la
connaissance de I'histoire de notre pays. Et de denoncer, lui
aussi, "cewu qui veutent revisiter 'hiistoire de notre pays" avec
comme objectif de demobiliser le people dans sa lutte pour la
conqu6te de la responsabilite.
La manifestation s'acheva autour d'un pot du 22 mai bien me-
rite. La forte chaleur avait desseche bien des gosiers et creuse
les appetits.
G. Erichot.


'"COUPABLE" LE COLONIALISME SELON LE VERDICT DES PEUPLES COLONIES


La Cour d'Assises convoquee specialement a I'occa-
sion du 10ieme Konvoi pour les reparations a declare
"coupab6e le colonialisme". Le verdict est tombe vendredi
21 Mai avec la symbolique d'6tre rendu dans la ville oi
le gouverneur Rostoland a signed la fin de I'esclavage
en Martinique. Le Mouvement pour la Reparation (MIR)
avait intent un proces au colonialisme, accuse d'avoir
"commis des crimes imprescripti6bes de : genocides, depor-
tation, mise en esclavage, exfoitation, tortures physiques
et mentales, aiienation, spoliation, destruction de civifi-
sation et de cultures, occupations iffigales de territoires et
vofde richesse natureffes et historiques". La cour presi-
dee par Maryse Duhamel a entendu durant deux jours,
les 14 et 15 mai, a I'Atrium, I'avocat general Felix
Rhodes, les avocats de la defense, maTtres Georges
Emmanuel Germany et Patrice Tacita et les parties ci-
viles represents par Claudette Duhamel et Line Louze-Don-
zenac. Le jury 6 I'unanimite a declare "[e coConiaCisme coupable"
de tous les faits, et comme sentence sa misee a mort". II or-
donne la destruction de tous les symbols, notamment le code
noir qui en fait I'apologie. Les pays colonists qui s'etaient por-
tes parties civiles sont juges recevables et une expertise sera
diligentee afin d'evaluer les prejudices subis. Un college d'ex-
perts est nomme a cet effet. Ce premier proces du colonialisme


en terre colonisee est une satisfaction pour le president du MIR,
Garcin Malsa. Le verdict du proces du colonialisme.ll sera com-
munique a tous les reseaux et aux anticolonialistes de la pla-
nete qui luttent centre le colonialisme. Garcin Malsa souhaite
que les actes du proc6s soient verses au dossier de I'autre pro-
ces en reparation intent a I'Etat frangais depuis 2005 devant
le Tribunal de grande instance de Fort-de-France.


LISE MOUTAMALLE, NOUVELLE DIRECTRICE GENERAL DE LA REGION

"Uln vraidefi", ce poste pour Lise Moutamalle n6e a Trinit6 en 1978, qui di-
rige I'administration g6enrale de la R6gion Martinique depuis le 18 mai 2010.
Le successeur de Raphael Henry a effectu6 sa scolarit6 au college et lyc6e
Frantz Fanon avant de partir faire ses 6tudes en classes preparatoire au Lycee
Condorcet. Elle entame son parcours professionnel par un poste de direc-
tion adjointe des services au sein de I'Office Departemental de I'Eau or. elle
sera plus particulibrement charge de la mise en place et structuration des
services au c6t6 de la directrice. Elle rejoint le G(oupe Veolia en tant que
charge de mission aupres de la Direction. Les enjeux sont nombreux pour
la directrice g6nerale mais pas de quoi la secouer car souligne t-elle ; "Ce que
j'ai appris aifleurs doit ftre mis au service du diveloppement de chez moi. le crois
qu'ifest important quandon a des compitences et des qualitis de les mettre au
service de son pays et de contribuer d son daveloppement".


r _NED


NiM "K PU "


H I





I http://www.iournal-iustice-martinique.com


VONNEES SUR LA SITUATION DES RETRAITES EN MARTINIQUE


II etait recense 65 936 retraites au total en Martinique en 2006
(TER 2009/2010), don't environ 14 000 retrait6s de la Fonction
publique.
Les donnees sur le montant des retraites en Martinique sont in-
connues ou anciennes datant de 2003: 519 euros en moyenne
pour le regime general (prive). Un montant faible refletant la si-
tuation de I'economie et de I'emploi en Martinique ainsi que la
difficult pour les travailleurs 6 faire valider une retraite com-
plete.
Le montant moyen mensuel des retraites serait de 978 euros en
2006, selon les declarations de revenues, centre 1 122 euros
par mois en moyenne en France en 2008.
La situation en Martinique des retraites complementaires meri-
terait d'etre mise a plat : il y a 69 252 salaries cotisants a I'IR-
COM (priv6s cadres et non cadres, sauf salaries agricoles et


du BTP), 21 098 retraites percevant une retraite compl6men-
taire et 7 873 entreprises au 31/12/2008 (site IRCOM).
Le nombre de retraites du regime general etait de 52 203 en
2008 en Martinique (TER 2009/2010). Seuls 40,4 % des tra-
vailleurs du prive ont done une retraite complementaire en Mar-
tinique. 21 955 personnel 6taient beneficiaires du minimum
vieillesse au 31/12/2008, soit 40 % des retraites du prive.
Montant minimum vieillesse au ler/04/2010 : 709,95 par
mois.
II est difficile d'avoir des donnees sur les retraites tant aupres
de I'NSEE que de la CGSSM.
Pourtant, I'impact des r6formes que prepare le gouvernement
sera encore plus negatif dans notre pays vu le context de ch6-
mage massif de precarite rt du viellissement accelere.


Un document 'orientation u gouvernement: UNE MINI-CONTRIBUTION DU CAPITAL

POUR FIRE AVALER LA PILULE DE LA FIN DE LA RETRAITE A SOIXANTE ANS


I,
AGErem. du. t et en fT
A G. Eric Woeth ministry du travail et en face Bernard Thibeult Sge de Ia cGT.


Le gouvernement a public le dimanche 16 mai un "document
orientation surla reform des retraites". II a fait une trouvaille :
annoncer une mini-contribution du capital pour faire passer la
fin de la retraite 6 60 ans. II s'agit bien sOr d'un leurre.
Les medias se sont extasies a I'envi sur son intention de met-
tre en place "une contribution suppelmentaire de solidarite sur es
hauts revenues et les revenues du capital'. Contribution qui, pre-
cise le document, "ne donnera pas droit a restitution au titre du
bouclierfiscal'. Les resources ainsi collectees alimenteraient
le fonds de solidarity vieillesse, qui prend en charge en parti-
culier les cotisations des ch6meurs. Quels revenues, precise-
ment, seraient ainsi taxes ? A quelle hauteur ? Pour I'heure,
mystere. Selon des estimations avancees, le rendement de
cette contribution ne depasserait pas les 3 milliards d'euros.
Loin des besoins de financement supplementaires values pour
I'ensemble du system de retraite a 30 milliards d'euros cette
ann6e. "C'est une measure purement symbolique pourfaire passer
la pilule du report du depart a la retraite", commentait I'econo-
miste,H enri Sterdyniak, de I'Observatoire frangais des conjonc-
tures 6conomiques (OFCE). "C'est du populisme et de [a
demagogie", ajoutait-il.
Le gouvernement ne cache pas que, pour lui, la solution est ail-
leurs : il fera, dit-il, "de, augmentation de ia duree dactiviti" le


"socle"de la r6ponse au d6s6quilibre financier des
regimes de retraite. On ne sait pas encore si le choix
sera realism sur I'allongement de la duree de coti-
sation ou sur le recul de I'age legal de depart, mais
on peut donc 6tre certain que I'essentiel de "[effort"
sera une fois encore, comme lors des r6formes de
1993 et 2003, r6clame aux assures sociaux. Cela
veut dire des annees de travail supplementaires ou,
plus vraisemblablement, et quoi qu'il en dise, de
pensions diminuees.

MENSONGE SUR LES PENSIONS
Le gouvernement affirme ne pas vouloir baisser les
pensions. Ce serait pourtant la consequence de sa
reforme.
Dans son document d'orientation, le gouvernement
prend "[engagement" de "ne pas riduire les deficits


en 6aissant lespensions des retraitis d'aujourd'hui". "Leurpouvoir
d'achat, affirme-t-il, sera toujours garanti, comme c'est Fe cas au-
jourd'hui". Toutes les organizations syndicales de retraites
s'inscrivent en faux centre cette assertion : elles evaluent a 10
% en dix ans la perte de pouvoir d'achat des pensions. Depuis
la reforme de 1993, celles-ci sont indexees sur les prix. Mais
I'indice official ne reflete pas I'augmentation reelle du coOt de la
vie pour les retraites, en particulier la forte hausse des de-
penses de sante (augmentations du forfait hospitalier, intro-
duction des franchises, deremboursements de
medicaments...). Le gouvernement n'envisageant pas de re-
venir a I'indexation des pensions sur I'evolution des salaires,
plus avantageuse, qui prevalait avant 1993, cela signifie qu'il
programme bien la poursuite de la baisse du pouvoir d'achat
des retraites actuels.
"L 'engagement" de ne pas "baisser les pensions des retraites de
demain"ne vaut pas plus cher. La poursuite de I'allongement de
la duree de cotisation requise pour une retraite a taux plein,
comme I'envisage le gouvernement, entraTnera mecanique-
ment une diminution des pensions. Les futures generations de
retraites presentant des carrieres endommagees pa.fle ch6-
mage et la pr6carit6 auront d'autant plus de difficult remplir
les conditions exigees, et subiront la decote, dispositif qui di-
minue la pension pour cause d'annuites manquantes.


[ PO S t TKABTil I


*si^F Je27 Mrai 01i 0 jice n*2 Page 10





http://www.ournal-iustice-martinicue.com


I'AUTRES PISTES DE FINANCEMENT POSSIBLES
En langant ce rendez-vous retraite 2010, le gouvernement et
le chef de I'Etat avaient tented de limiter le debat aux economies
6 realiser sur les depenses, et done d'exclure les recettes de la
discussion. Forces et contraints, ils font mine d'inflechir leur dis-


course tout en s'en tenant a leur dogme liberal :
hausse des prelevements obligatoires. A tra-
duire par: non 6 toute modification reelle du par-
tage de la valeur ajoutee (richesses creees) a
I'avantage de la protection social. Le capital se-
rait a peine egratigne par la nouvelle contribu-
tion envisagee.
Le document gouvernemental balaye toutes les
autres propositions de financement des retraites
non conformes 6 ce dogme, et tendant a remet-
tre en question ce modele de croissance base
sur les profits des capitalistes. Les idees, pour-
tant, ne manquent pas. Soumettre les revenues
financiers des entreprises, qui n'ont cesse de
gonfler depuis vingt ans, et qui sont totalement
exoneres, 6 une cotisation social du m6me ni-
veau que celle versee par les salaries, rappor-
terait quelque 20 milliards d'euros aux caisses
de retraite, ont calcule les economistes commu-
nistes en France. Reformer la cotisation patro-
nale de fagon 6 favoriser les entreprises ob le


non a une


rapport entire la masse salariale et la valeur ajoutee est le plus
eleven permettrait aussi d'ameliorer le financement de la retraite
tout en enclenchant un cycle de developpement vertueux. Le
movement social peut par sa mobilisation imposer la discus-
sion sur de telles pistes.
Les propositions du PCF et de la CGT seront presentees la
semaine prochaine.
Antoine Gilles (avec I'Humanit6)


Contre-propositions P5: LE PS REAFFIRME LES SOIXANTE ANS, MAIS ADMET

LE DEPASSEMENT DE L AGE LEGAL_


Martine Aubry, Marisol Touraine et Harlem Desir

Le Parti socialist a enfin devoile le 19 mai ses contre-pro-
positions au project du gouvernement public le 16 mai II
ne remet pas en question I'age legal, veut mettre le capital
a contribution, mais insisted sur la 'retraite cliisie"plus tar-
dive et le travail des seniors.
Comme elle I'avait annonce, la direction du Parti socialist a
done attend que soient connues les grandes lignes du project
gouvernemental pour rendre publiques ses propres proposi-
tions sur I'avenir du system des retraites (un document de huit
pages)
L'horizon choisi pour realiser les reforms et en mesurer leurs
effects est 2025. Au bout de quinze annees, un nouveau rendez-
vous permettra de juger si le contre-projet socialist se sera
avere "durable, just e et efficace". Le maintien des soixante ans


comme Age legal de depart en retraite est reaffirmed.
"Nous nous opposerons de toutes nos forces au fait de
repousser I'age 16gal au-dela de soixante ans", a af-
firme Martine Aubry en presentant le project.
De m6me, il n'est pas question, assure le project, d'al-
longer la duree de cotisation jusqu'en 2020, date A
partir de laquelle la question pourra 6tre reposee.
Mais Martine Aubry n'envisage pas de revenir sur le
processus d'allongement en course. "Nous actions que
nous sommes a 41 ans en 2012 et que nous serons a 41
ans et demi en 2025", a declare la premiere secretaire.

SIE RELEVEMENT DE L'IMPOT SUR LES SOCIETIES
"C'est une reform de society", a-t-elle fait observer, qui
ne saurait etre abordee uniquement sous I'angle fi-
nancier. Neanmoins, la perennite du system soli-
daire necessite de nouvelles sources de
financement. Le PS a en vue les stock-options et les bonus,
I'application de la CSG A tous les revenues du capital, I'aug-
mentation de la contribution sur la valeur ajoutee des entre-
prises, avec exoneration pour les PME. Sur I'exercice 2010, le
PS chiffre I'apport de ces measures a 19 milliards d'euros, le be-
nefice escompt6 atteindrait 25 milliards en 2025. Le document
preconise egalement le relevement de I'imp6t sur les societies,
acquitted par les banques, de 15 %. Cela constituerait un apport
de trois milliards par an, qui abonderait le fonds des retraites
cree sous le gouvernement Jospin (1997-2002).
Le document prevoit aussi "une augmentation modtrie et italie
dans le temps"des cotisations patronales et salariales : de 2012
a 2021, une hausse annuelle de 0,1 point de cotisation sala-


IF eh2m7 MaiIl 20 Elll-rie'21 -Page


LE CAPITAL TAXES COMME LE TRAVAIL : 100 MILLIARDS DEU-
ROS DE RECETTES
Patrick Artus, directeur des 6tudes economiques chez Natixis, a d6clar6 au
journal Le Monde du 17 mai 2010 :
"Selon nos calcufs, iffaudrait qu'en deuwans la France riduise son deficit de 96
milliards d'euros. Le gouvernement assure que la croissance apportera 20 mil-
fiards d'euros mais ifsefonde sur une provision optimiste de 2,5 %. S'iCfaut trou-
ver96 milliards de reductions de nos deficits structures, ce sera comp[iqui. Cela
reprisente deuxsiacfes de bouclierfiscal! On peut toujours, comme en Grace, de-
cider de ne plus payer les retraites ni fesfonctionnaires. Ce n'est pas efficace. La
seulefacon defaire, c'est de procider a une grande reformefiscale en afignant [a
taxation des revenues du capitalsur celle du travail Cela pourrait rapporter 100
milliards d'euros sans degdts iconomiques puisque ces revenues sont ipargnis!"

Extrait d'un entretien au journal le Monde du dimanche-lundi 17 mai.


F, .





I http://www.iournal-iustice-martinique. com


riale et employer, pour atteindre 1 % au bout de dix ans. Cela
se traduirait par 12 milliards d'euros mobilis6s en 2025, calcule
la direction du PS. Le coOt en serait pour un salaire moyen
entire 20 et 25 euros. Tout en r6affirmant le droit 6 la retraite a
soixante ans, le project du PS s'inscrit dans une logique de de-
passement de I'age legal. II developpe le theme de la "retraite
choisie", system 6 la fois "universefet personnaCisi". Des sur-
cotes encourageraient les salaries 6 travailler au-dela des
soixante ans. "Les rythmes de Ia vie ont change. Le rythme ter-
naire (formation, activity, retraite) ne correspondplus ni aux rea-
litis ni awu aspirations", argument le PS, qui mentionne les
temps de formation rompant avec I'activite professionnelle, les
moments de rupture choisis (ann6es sabbatiques...). Dans
I'avenir, un competee temps" permettra de "decloisonner" les pe-
riodes de la vie. Le PS pr6voit d'instaurer une cotisation volon-
taire au titre des annees d'6tude (en fait une majoration de la
cotisation retraite au course des dix ou quinze premieres annees
pour valider jusqu'a trois ans d'activite). Le PS 6voque la prise
en compete de la penibilite et des petites retraites. Et preconise
d'ameliorer le travail des seniors. Ceux qui auront depasse
I'Age legal de soixante ans ?

UN PROJECT COMPORTANT DES AMBIGU'ITES
En presentant son contre-projet au plan de destruction mas-


sive du gouvernement en matiere de retraites, la direction du
Parti socialist est tries loin toutefois d'avoir lev6 toutes les am-
biguit6s. Certes, le PS enonce une series de pistes de finance-
ment qui vont dans le sens d'une plus just repartition de la
contribution a un system de solidarity social et intergenera-
tionnelle. Mais encore faudrait-il aller jusqu'au bout : faire coti-
ser A parts egales les revenues du capital et du travail.
L'6conomiste Patrick Artus value a cent milliards d'euros ce
que rapporterait une reforme des cotisations allant dans ce
sens. On ne peut done mener ce debat sur une question que
tous a gauche en France consid6rent comme civilisationnelle
en faisant I'impasse sur les moyens reels que I'on peut mobili-
ser et sur I'element determinant que le developpement de I'em-
ploi salari6 constitute pour assurer 6 tous une retraite digne des
soixante ans. En incitant a I'allongement de la duree des coti-
sations ne cherche-t-on pas 6 r6duire le montant des pen-
sions ? Est-ce profitable pour I'emploi que de chercher 6
maintenir au travail des "seniors"( pour ne pas dire des travail-
leurs Ages et fatigues) alors que le ch6mage fait des ravages
chez les jeunes, particulierement ceux des quarters popu-
laires.. Mais peut-on mobiliser sur le theme de la "retraite choi-
sie"? C'est-6-dire travailler plus longtemps pour ne pas vivre
trop mal.
A. G. (avec I'Humanite)


REPORTER LA CONTRE-REFORME DE 20 ANS OUTRE-MER, COME LE PROPOSE

LE NOVEL HERDOMADAIRE "NOUVELLES SEMAINE"?


On ne peut pas dire que
e la question des retraites
soit sortie des seules
Spreoccupations syndi-
u cales en Martinique. Per-
sonne en dehors de
ne EiLnotre journal Justice n'a
jusqu'ici 6voqu6 la pro;
blematique des retraites
particulierement diff6-
rente du context fran-
gais. Et pourtant la
contre-reforme engage
par le pouvoir sarkozyste
constitute un vrai enjeu
de civilisation.
Voila qu'un nouvel heb-
Nouvelles Semaine une situation des retraites domadaire recemment
sp6cifique dans les DOM cree, Nouvelles Se-
maine, edited en Guade-
loupe et distribute en Martinique avec un contenu
Antilles-Guyane et dirig6 par Pierre-Edouard Picord, announce a
la Une: "Retraite: Lafin dune ipoque"(Nouvelles Semaine n"
6 du 13 au 19 mai 2010).
Enfin des donn6es sur ce probl6me crucial, nous sommes-nous
demand ? Hjas, pas le moindre chiffre sur le montant des re-
traites, le nombre de retrait6s, le taux de replacement, les
provisions 6 I'horizon 2030, voire 2050 et I'impact de la contre-
r6forme projet6e par le pouvoir sur le montant des pensions ici.
Cependant ce journal Nouvelles. Semaine a le m6rite de poin-
ter du doigt la situation specifique des DOM sur ce sujet de so-
ci6t6 eminent. li 6crit : "'Une catastrophe sur /es retraites, si efle
atteint Force 5 en 'France, va balayer les.Antilles avec des vents de


force 7. La vieillesse a peu d'avenir chez nous".
Pour Marc Mazeppa, le redacteur de I'article, la France est
contrainte de r6aliser sa reforme des retraites "quandtous Ces
dlfais sont jpuis6s et que Ca reform est incontourna6e". Elle est
"ob6igqe d'engager sa reform des retraites dans [es pires conditions
iconomiques, avec Ce risque dune rivolte sociale", estime-t-il.

DOUBLEMENT DES PLUS DE 60 ANS A L'HORIZON 2030
S'agissant de I'outre-mer, comme pour la France, le journal
aborde la question essentiellement sous I'angle d6mogra-
phique : "En Outre-mer, [a question dimographique et son inci-
dence sur les retraites se pose mais personnel ne 1a soueve. Pourtant
nous avons te plus vite. La chute de la nataliti a 6ti plus rapid
en Outre-mer qu'en France hexagonale. Et en cas accident du
regime des retraites, c 'est comme pour Ces accidents de la route, la
vitesse est unfacteur aggravant des consequences (..) WMeme si
nos retraites, giries dans Fe cadre national 6bneficient du mime ni-
veau de garanties, dans Ces vingt ans, Fe vieillissement des popula-
tions ultramarines rendra (a prise en charge financiere de Ca
dependance insupporta6le pour nos conseiCs genraux". Cela ils le
savent et tirent la sonnette d'alarme depuis quelque dix ans.
S'appuyant sur une etude de I'lnstitut national d'etudes demo-
graphiques (INED) d'octobre 2009 (que nous avons d6ja citee
dans nos colonnes), I'hebdomadaire indique que les popula-
tions de Guadeloupe, Martinique et, dans une moindre measure,
de Guyane, vieillissent plus vite qu'en France en raison certes
de la chute de la natalite, mais aussi de I'emigration des jeunes
actifs et des retours des personnel ages. Sans oublier I'effet
Bumidom des annees 1960-1970. D'ici 6 2030, la part des
soixante ans et plus dans la population aura double Et non


H 2 i 2010 -Jitice n*21 -Page 12


[ PTOSSE RETRA" ,





http://www.iournal-iustice-martinique.com


"triple"comme le dit le journal. Ce qui par contre va tripler, c'est
le "tau. de dependance vieillesse" (rapport entire le nombre de
personnel agees de 60 anset plus et celui des individus d'age
actif de 20 & 59 ans) : soit environ 80 personnel de 60 ans et
plus pour 100 personnel de 20 6 59 ans en Martinique en 2030,
70 en Guadeloupe centre 61 pour cent en France..

UN NIVEAU DES PENSIONS DEJA MISERABLE QUI RISQUE DE SE DE-
GRADER ENCORE
D'autre part, il est souligne par I'hebdo Nouvelles-Semaine,
comme Justice I'a plusieurs fois martele, que, "en raison de la
mauvaise situation de Cemploi, de carries ou employs n'ayant pas
ouvert droit a une retraite suffisante, [a part des bineficiaires du
minimum vieillesse chez les plus de sokiante ans est plus impor-
tante en Outre-merque dans Ciheagone". En cause : la precarit6
des conditions de travail et d'emploi, le taux eleven de chomage,
le retrait pr6coce du march du travail (encourage par le revenue
de solidarity ou RSO n'existant qu'outre-mer), le taux de bene-
ficiaires de minima sociaux sup6rieur a la moyenne frangaise
(25 % de la population de 20 ans ou plus en 2006 en Marti-
nique contre 7 % en France). Indiquons que la part des b6n6-
ficiaires du minimum vieillesse en Martinique est de 27 % des
plus de soixante ans en 2006 (31 % en Guadeloupe) contre 4
% en France.
Cependant aucune donnee sur le niveau des pensions et re-
traites complementaires n'est mentionnee. Le seul chiffre don't
on dispose, c'est que le montant moyen de la retraite du regime
general 6tait de 519 uros en 2003 (Familles de Martinique
2003- INSEE/CAF 2005).
Le journal avertit : "L 'Outre-mer ne va pas engager une reform
spicifique des retraites. L 'Outre-mer va su6ir Ces measures restric-
tives qui seront adopties, et don't Ies ripercussionspournospopu-
lations n'auront sans doute mimepas ite etudices. NVos diputes et
senateurs devront voter cette reform. Ifs doivent savoir que Cen-
jeu est dune importance accrue en Outre-mer et se saisir au plus
vite de la question".
Subir des lois venues d'ailleurs, tel est le lot des neo-colonis6s
d6partementaux que nous sommes.

RETRAITES UN RETARD D'APPLICATION DE 20 ANS OUTRE-MER
II est clair qu'il conviendrait que nos parlementaires exigent du
gouvernement une 6tude specifique de la situation des retraites
et des effects des measures projetees en France sur le tissu eco-
nomique et social de nos pays. Par ailleurs, contrairement a ce
qu'affirme le journal, rien n'oblige nos repr6sentants au Parle-
ment francais de voter pour le project du pouvoir.
Relevant que "la prime de vie ch/re des fonctionnaires n'est pas
prise en compete dans le caCculdes pensions et que cefa provoque
une diminution du taux de couverture du salaire par la pension (
ndr : iffaudrait dire plut6t taux de remplacement) et des diffi-
cults pour les retraitis ayant encore charge defamille", le journal
pronostique que les fonctionnaires exprimeront des revendica-
tions 6 ce sujet (ndlr : a la Reunion les fonctionnaires touchent
un supplement forfaitaire de retraite de 35 %).
L'hebdomadaire Nouvelles. Semaine remarque avec raison
que "Ce retarddans la mise en ceuvre de la sicurite sociaCe dans nos
regions entraine pourtant des consequences nefastes, au, actuels
comme auxfuturs retraitis (..)".
Dans un autre article du meme dossier retraite du journal inti-
tule "Les uCtramarins victims du systeme, Marc Mazeppa 6crit


"Une catastrophe sur les retraites de forces 7 se prepare pour les Antilles"

que ce que craignent le Frangais, "une retraite au ra6ais, c'est ce
que nos retraitis ont de tout temps subi'. Pourquoi ? Alors que la
France a organism son syst6me de retraite en 1930 puis en
1945, dans les DOM "la Sicuriti social n'est entree en regime de
croisiere qu 'a partir des ainjes 1960" et cela "avec un tauc de
chfmage de 30 %", indique-t-il. Et ce n'est qu'aujourd'hui que
"lesAntiflais et Ces Guyanais commencent a 6bneficier des retraites
bases sur les 41 ans de cotisations nicessaires correspondent a la
piriode d'activiti 1970-2010".
II note que "Vn an apris Ce movement socialde 2009, ilfaut se
rapper que [es retraitis quifont parties des uftramarins Ces plus d6-
munis, notamment en terms de pouvoir d'achat, ont maCgre tout
tei les oubfi's des accords defin de confit du movement socialde
2009". Ils ont et6 oublies par le gouvernement mais pas par les
organizations syndicales qui n'ont pas manqu6 de souligner le
caractere miserable des pensions en Guadeloupe et en Marti-
nique.
Mais deja sans doute le pouvoir avait mesure I'enjeu financier
considerable de la question des retraites outre-mer. Et c'est
sans doute pour cela qu'on ne trouve pratiquement aucune in-
formation chiffr6e sur la question ni 1'INSEE, ni a la Caisse
gen6rale de S6curit6 social, ni au Conseil d'orientation des re-
traites (COR).
Au final, le journal formule la proposition de "maintenirles condi-
tions actuelTes de versement de la retraite jusqu 'en 2030". II s'agi-
rait de tenir compete des 20 ans de retard dans I'application de
la security social dans les DOM en y repondant par "20 an-
nees de dLcalage en ce qui concern Ces measures restrictives que Ce
Gouvernement se prepare a faire voter".
Cette demand peut paraitre surprenante voire fataliste, car
elle consider comme ineluctables les projects du gouvernement
d'allongement de la duree d'activit6 et de baisse des pensions
qui en resulterait automatiquement. Mais elle a le m6rite d'atti-
rer I'attention sur la situation catastrophique qu'entrainerait une
application m6canique de la contre-reforme reactionnaire qui
se prepare en France alors que la situation de nombre de re-
tfait6s est deja miserable dans nos pays.
La vraie question est d'imposer des deux bords de I'Atlantique
une vraie reform des retraites correspondent a I'enjeu de civi-
lisation qu'il constitute.
II est certain qu'il faut se mobiliser avec les travailleurs frangais,
mais en defendant nos "intirets propres" une fois de plus.
Comme pour le 74 assez paradoxalement.
Antoine Giles


Cei7, ^^ r,'mr.'aWlrfumw -aye 1,4


r7 t0.1F S





http://www.iournal-iustice-martinique.com


LA POLITIQUE D EMIGRATION FORCE, RESPONSIBLE DU GENOCIDE PAR SUBS-

TITUTION ET DU VIEILLISSEMENT ACCELERE DE NOTRE PEOPLE, SELON L'INSTI-

TUT NATIONAL DE LA WEMOGRAPHIE (INED)


En effet, I'etude cite de 'lned explique le phenomene de subs-
titution de la sorte : "(Pourtant le depart desjeunes adultes, prin-
cipalement des natifs, a entraine un solde migratoire nigatifentre
20 et 30 ans, pendant que Carivee de nouveauCimmigrants et le
retour des natifs 1fdge mfir ou retraitis concouraient c un sold
positifauwages supirieurs. Les migrations ont donc exerce une in-
fluence sur la structure de la population enfaisant progresser la
part des non natifs (mitropolitains et strangers) et en accilerant (e
vieiflissement dimographique" (Population et soci6tes n 460 -
Octobre 2009).
En clair, les Guadeloupeens et Martiniquais sont parties et ont
ete remplaces par des Frangais. Cela le journal Nouvelles Se-
maine ne I'a.pas repris. La question de la caldochisation du
pays est taboue.
Comme on le voit, la politique criminelle d'emigration force de


population initiee par le plan Nemo apres decembre 1959 a
cree une veritable bombe 6 retardement economique et social
dans nos pays.
Les perspectives d'avenir ne sont guere "encourageantes", aver-
tit en outre une autre parties de I'etude de I'lned, non reprise par
le journal, et prevoit que beaucoup de ceux qui atteindront I'5ge
de la retraite dans les prochaines annees "risquent d'afficher
des carrieres tris "incomp'etes", aCors meme que s'accroissent Fes
duries de cotisations".
L'etude de I'lned craint par ailleurs que "s'y ajoutent Fes effects de
Fa pricariti qui, en touchant leurs enfants ou aidantspotentiels, ri-
duisent Feur capacity d maintenir la tradition de solidaritd entire
gindrations".
A.G


FACULTi DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES % 7 IDPARTS A LA RETRAITE


Cela ne s'etait jamais vu dans I'histoire de I'U.A.G: 6 la seule
Faculty des Lettres et Sciences Humaines il y a sept departs a
la retraite en cette fin d'annee universitaire. Un maTtre de conf&-
rences et six professeurs des universities s'en vont en effet, mis-
sion accomplie. Cinq parent a 65 ans et deux a 68 ans, les
professeurs des universities ayant la possibility d'6tre "mainte-
nus en activity en surnombre" au delb de leur 65ieme anniver-
saire, ce pendant 3 ans. Sont concernees les disciplines
suivantes: Histoire (2 departs), Geographie (1 depart), Langues
et cultures regionales (1 depart ), Litterature comparee (1 de-
part), Didactique et Franqais Langue etrangere (1 depart), An-
glais (1 depart). Trois des futurs retraites sont martiniquais, les
quatre autres etant des "metros", martiniquais de coeur. Les
plus anciens a I'U.A.G y sont depuis 37 ans, et le moins ancien
depuis 6 ans. Ils s'appellent: Danielle Begot, Jean Bernabe,
Maurice Burac, Lionel Davidas, Pierre Dumont, Alain Tirefort,
Georges Voisset.
Ils ont tous servi I'universite avec passion et un sens aigu de
leurs responsabilites, alliant, comme il convient, recherche et
enseignement. Ils symbolisent une epoque, une generation, et
pour cette raison ils laissent un vide qu'il sera peut-etre difficile
de combler. Jean Bernabe, Danielle Begot, Maurice Burac et
Lionel Davidas ont 6te de veritables pionniers de I'enseigne-
ment superieur aux Antilles- Guyane, m6me si leurs autres col-
legues ont eux aussi beaucoup apporte, beaucoup donne.
La relieve viendra de I'UAG meme, ou il y a pour I'instant
quelques candidates potentiels, mais aussi et surtout des autres
universities frangaises et etrangeres. Outre qu'il est sain de fa-
voriser la mobility et de limiter le recrutement local, la Facult6
des Lettres et Sciences Humaines souffre actuellement d'un
manque de maTtres de conferences titulaires de I'HDR (Habili-
tation a diriger des recherches) et qualifiess auxfonctions de
professeurdes universitis"par le CNU (Conseil national des uni-
versites).
Les emplois vacants (signalons qu'il il y a deux postes de pro-
fesseur dans le department d'Anglais) seront pourvus par voie


de concours, les nouveaux enseignants-chercheurs devant en-
trer en function le ler septembre 2010, sauf peut-6tre le pro-
fesseur de geographic. En effet, pour des raisons obscures, le
president de I'universite n'a pas soumis a temps au vote du
Conseil d'administration la listed des membres du Comite de se-
lection de geographie charge d'examiner les dossiers des can-
didats. Pour des raisons tout aussi obscures et revoltantes, les
excellent professeurs Jean Bernabe et Daniele Begot n'ont
pas et6 juges dignes de figure dans le Comite de selection cor-
respondant 6 leur discipline respective. Incroyable mais vrai!
Ainsi fonctionne la nouvelle "gouvernance"de I'U.A.G!
Le Doyen de la Faculte des Lettres et Sciences Humaines, la
professeure Corinne Mence-Caster, aide de tout le personnel,
a tenu a celebrer comme il convenait ces 7 departs a la retraite.
Dans une salle joliment decoree, ont altern6 deux heures du-
rant, dans une atmosphere empreinte d'emotion, discours, re-
mises de cadeaux et prestations musicales, avant que I'on ne
fasse honneur au buffet modest mais savoureux.
II y avait des personnel d'autres composantes, des anciens
parties a la retraite quelques annees auparavant. II y avait aussi
les medias.
M.Belrose
I---------------------------------------- -------------
Abonnez-vous d Justice
Je desire recevoir "Justice" chaque semaine a mon domicile
Nom : -Prenom :
Adresse exacte : .

Code Postal :._ ___---- Ville :...... .... ...
Telephone :
1 an 6 mois 3 mois
Martinique I 80 E 45 IE 32
Guadeloupe/ Guyane IQ 86 I 48 IQ 35
France 1100E I 55E IU 406
Retourner ce bulletin a
Society des Editions "Justice"- BP 4031 46 rue Andre Aliker
97200 FORT DE FRANCE CEDEX
Tel.: 05 96 71 86 83 / e-m@il: ed.justice@wanadoo.fr


!F I Je 7 Ma^i 21 'W-a/i A


n


LKz P05fsEn fi- ,


F_ VNIVEKSITE'
L J





http://www.iournal-iustice-martinique.com


(ranbe Piftribution capitalite: L ARRIVE DU GROUP E. LECLERC EN MARTI-

NI.UE VA-T-ELLE FIRE BAISSER LES PRIX ?


Est-ce un effet retard du movement social du 5 f6vrier 2009 ?
On apprend le 20 mai que le group Lancry a decide de s'affi-
lier au group frangais Edouard Leclerc. Le bruit circulait d6ja
depuis plusieurs mois.
Le group Lancry, dirige par Heder Lancry, c'est aujourd'hui
deux hypermarch6s (Place d'Armes et Landy au Lamentin) et
trois supermarch6s (Ed Fort-de-France, Sainte-Luce et Marin).
II compete 440 salaries et detient 12 % de parts du march de
la grande distribution alimentaire. II a 6te cr66 par notre re-
grett6 camarade Ren6 Lancry il y a 59 ans. C'est le seul
group negre de la grande distribution.
Le changement d'enseigne aura lieu 6 la fin du mois de sep-
tembre pour les hypermarches et au debut de I'annee 2011
pour les supermarches. Le group Lancry assure qu'il restera
independent. Cela reste 6 voir.
Le group Lancry a demissionne du Syndicat de la Grande
Distribution alimentaire (SGDA) en arguant, entire autres, que
la presence en son sein des importateurs est contraire 6 "une
reform ndcessaire de Ca distribution en Martinique".Cela veut-il
dire qu'il existe une entente pour empecher les prix de bais-
ser ?
On se rappelle qu'en juin dernier le group Lancry avait fait
une champagne d'affichage fracassante denoncant le fait que
les importateurs-grossistes avaient accapar6 de la baisse de
I'octroi de mer realisee par le Conseil regional dans le cadre
I'accord de baisse des prix BCBa suite au movement de fe-
vrier 2009 (cf Justice n 28 du 9 juillet 2009) sans la repercu-
ter en aval.
Le group Leclerc, de son c8t6, declare dans un communique
que "cette initiative va permettre de relancer a concurrence dans
fe commerce martiniquais et donnera Ces moyens au group Lan-
cry de pratiquer une politique des prix aggressive au profit des
consommateurs martiniquais".
Dans une interview a France-Antilles des 21-22-23 mai 2010,
Michel-Edouard Leclerc, PDG du group E.Leclerc, affirme
que "la Martinique est trop chere. C'est a aussi un manque de
concurrence et de vrais monopoles de Calimentaire. Les grossistes


qui ont des licences des marques trustent Ce march et prennent
trop de marge. Je connais 6ien Ce prob6eme pour 'avoir rencontri
d Ca Rla union. Nous y sommes implants depuis un an et nous y
avons 6aisse les prbi de 6 d 8 %, non seuCement chez nous mais
aussi chez Ies concurrents".
Le patron de la chaine Leclerc soutient qu'il y aura de nou-
velles games de products : "nos marques distri6uteur, qui sont
tres performances. Elles sont 15 % d 20 % moins chores que Ces
marques nationales", assure-t-il. II announce qu'il livrera les hy-
permarch6s Lancry aux memes conditions que les hypermar-
ches Leclerc en France. Ce n'est pas un cadeau, mais le
respect de la loi.
La press frangaise a soulign6 maintes fois les liens particu-
liers entire Michel-Edourad Leclerc et Nicolas Sarkozy. On at-
tribue au PDG du group Leclerc d'avoir jou6 un r6le decisif
dans I'adoption de la loi dite de modernisation de I'econo-
mie(LME) don't le but affiche & I'epoque etait de "rendre dupou-
voir d'achat au consommateur" en faisant baisser les prix.
Entree en vigueur en 2009, la loi a accord aux distributeurs
une liberty de n6gociation qui n'a pas fait baisser les prix en
magasin. Et les agriculteurs frangais ne cessent de manifester
centre le fait que les grandes surfaces leur imposent des prix
non remunerateurs sans que les prix des fruits et legumes
baissent pour autant. Et il est question de moderer les marges
des distributeurs, en cas de crise seulement.
En d'autres terms, il ne faudrait pas que I'arrivee de Leclerc
entraine I'61imination economique de nos producteurs (indus-
trie, viandes, fruits et legumes, etc) sous couvert de faire bais-
ser les prix et le enforcement du courant d'importation de
France et d'Europe. Bref, I'accentuation de notre integration
economique au bloc europeen, mortifere pour notre d6velop-
pement reel.
En tous cas, il s'agit d'une nouvelle preuve que le capital fran-
gais penetre peu a peu dans notre pays et bouscule les pos-
tions des capitalistes b6k6s. Cela ne veut pas dire
necessairement moins de pwofitasyon.
Michel Branchi


PAW LE .


THAILANDE, FORCE RESTE A LA LOI MAIS LE PROBLEM EST TOUJOURS PAS

RESOLU


Le gouvernement thaTlandais a finalement decide de regler la
crise par la force en langant I'armee appuy6e par des chars et
des tireurs d'elite a I'assaut du reduit des "chemises rouges".
Bilan : plus de 80 morts, des centaines de blesses, de tres nom-
breux incendies don't celui de la bourse, du Central World et de
plusieurs banques (imaginons le dechainement de nos medias
officials s i de pareils ev6nements s'6taient products 6 P6kin ou
a La Havane par example).
Force est done restee 6 la loi, mais rien n'a 6et r6gl pour au-
tant. D'abord parce que les problems r6els n'ont pas 6te trai-
tes. Ensuite parce que les provinces rurales, fiefs des "chemises
rouges" n'entendent pas en rester 1l. Enfin parce que si la po-
pulation tha'landaise se trouve confronted a une veritable lutte


de classes entire exploits maintenus dans la pauvrete et nantis
avant tout soucieux de preserver leurs privileges, aucun parti
communist n'est la pour d6crypter la situation, conscientiser et
structure les masses pour les conduire vers des objectifs r6a-
lisables.
D'un c6te on trouve les militants du "Front Vni pour [a (Dimo-
cratie et contre la (Dictature" appel6s "chemises rouges", parti-
sans de I'ex-premier ministry Thaksin Shinawatra, ex-magnat
milliardaire des telecommunications, aussi corrompu que cor-
rupteur, mais qui a.,eu I'astuce de s'appuyer sur les pauvres
(majoritaires dans le pays et done dans les urnes).
De I'autre, les adversaires de Thaksin regroupes dans "LAl-
Ciance du people pour la dimocratie" (chemises jaunes) au pou-


JeuW*K iV 2 WiSS 7Pg1


n


tNMI ]







F N t P


http://www.iournal-iustice-martinique.com


voir, representant le palais royal, I'armee, les hauts fonction-
naires et les milieux d'affaires. L'actuel premier ministry, Abhi-
sit Vejjajiva, dipl6me d'Oxford, fait assez pale figure pour ne
pas m6me pouvoir affirmer sa 16gitimit6 aupres de la popula-
tion. II est vrai qu'il a ete propuls6 au pouvoir par I'armee en
2006, dans la plus pure tradition militaire d'un royaume qui a
connu 18 coups d'Etat (ou tentatives de putsch) depuis 1932.
Le roi Bhumibol Adulyady, monarque depuis 1946, garant de
I'unite du royaume et considered comme un demi-dieu, n'est ce-


pendant pas intervenu cette fois dans la crise. II est vrai qu'il
est hospitalis6 depuis septembre 2009 et qu'il a 82 ans...
II n'en reste pas moins qu'en ThaTlande 20 % des plus nantis
accaparent 69 % de la richesse national et que les 20 % les
plus pauvres doivent survive en se partageant 6 peine 1 % de
cette richesse. Tant que cette injustice n'aura pas 6te reglee,
rien ne pourra etre regl6 en Thailande.
K Solaris


AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing priv6 en date du
/ / 2010, il a W6t constitute une society pre-
sentant les caract6ristiques suivantes:
Denomination: "DOUCEURS LOCALES"
Forme : EURL
Capital: 4 300
Siege social : quarter Desmartinieres -
97211 Riviere Pilote
Objet : PAtisserie
Gerante : Gesiane CHARLES
Duree : 99 ans
Pour avis le grant FB 2699

AVIS DE CONSTITUTION
SARL FOYAL AUTO SERVICES
Par acte sous seing prive en date du ler
fevrier 2010 il a ete constitute une society
don't les caracteristiques sont les sui-
vantes :
Denomination : FOYAL AUTO SER-
VICES
Forme SARL
Capital: 7 600E
Siege voie n" 3 route de balata 97200
Fort-de-France
Objet : vente de pneumatiques et autres
accessoires automobiles
DurBe : 99 ans
Grant : Nicolas DUCROS 105 lot les
Bermudes Terreville 97233 SCHOEL-
CHER
Immatriculation : RCS de Fort-de-France
FB 2700

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 06/05/2010, il a ete constitu6
une SCIL
PrBsentant les.caract6ristiques suivantes:
Denomination : ILAYANN
Adresse : pte Faula 97280 LE VAU-
CLIN
Objet : gestion et location de tous biens
apportes A la SCIL ou qu'elle se propose
d'acquerir
Duree : 99 ans
Capital: 15 000E
Grant: MIRANDE Johan
Adresse IDEM
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB 2701

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 06/05/2010, il a 6te constitute
une SCIL
.Presentant les caracteristiques suivantes:
Denomination : JAYILA
Adresse : PTE Faula 97280 LE VAU-
CLIN
Objet : gestion location de tous biens ap-
portes A la SCIL ou que la society se pro-
pose d'acquerir
Duree : 99 ans
Capital: 1000E
Grant: MIRANDE Johan
Adresse IDEM
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB 2702

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 06/05/2010, il a ete constitute


une SCIL
Presentant les caracteristiques suivantes:
Denomination KAJOLAJ
Adresse : pte Faula 97280 LE VAU-
CLIN
Objet : gestion et location de tous biens
apportes a la SCIL ou qu'elle se propose
d'acquerir
Duree : 99 ans
Capital : 1000E annees
Grant : MIRANDE Johan
Adresse IDEM
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la g6rance FB 2703

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 12/05/2010, il a ete constitute
une SARL
Presentant les caracteristiques suivantes:
Denomination P.N. CONSULTING SARL
Adresse : n 807 Chemin Cannelle -
97231 LE ROBERT
Objet : Ingenierie TIC et de formation ;
conseil ; formation conception, etude et
developpement de projects, accompagne-
ment professionnel, et toutes prestations
connexes relevant des energies renouve-
lables, du tourism du marketing, inser-
tion professionnel et du developpement
durable
DurBe : 99 ans
Capital : 800E
Grant: NOLEO Patrick
Adresse n 807 Chemin Cannelle 97231
LE ROBERT
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis la gerance FB 2704

AVIS DE CONSTITUTION
SCI J.L. J
Suivant acte requ par Maitre Ghislaine
PALCY-DRU, notaire titulaire d'un office
notarial a Fort-de-France (Martinique)
rue du gouverneur Ponton,
immeuble Foyal 2000, le 05 mars 2010,
public au bureau des hypotheques de
Fort-de-France le 23 mars 2010, volume
2010P n 1726 a ete constitute une so-
ciete civil immobiliere ayant pour objet :
I'acquisition par voie d'achat ou d'apport,
la propriety la mise en valeur la transfor-
mation, la construction, I'am6nagement,
I'administration et la location de tous
biens et droits immobiliers, de tous biens
et droits pouvant constituer I'accessoire,
I'annexe ou le complement des biens et
droit immobiliers en question
La denomination social est SCI J.L.J
Le siege social est fixed A Fort-de-France
(lotissement les.tropiques fonds Berny
Didier immeuble JEAN LAURENT
la society est constitute pour une duree
de 99 annees
Le capital social constitute d'un apport A
titre pur et simple de biens immobiliers,
est fix6 A la some de :
Deux cent quinze mille euros
(215 000.00E)
toutes les cessions de parts, quelle que
soit la quality du ou des cessionnaires,
sont soumises A I'agrement prealable a


I'unanimite des associ6s,
le premier grant de la society est : Mon-
sieur JEAN LAURENT Lucien Gilbert,
Demeurant a Fort-de-France (97200),
lot les tropiques Fonds Berny Didier
La society sera immatricule au registry du
commerce et des societies de Fort de
France
Pour avis, le notaire FB 2705

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de la
SARL TRANSPORTS GABIN'J au capital
de 109 000 euros.
Siege social : quarter Sarrault
97232 Lamentin
Objet : Tous services et activities dans le
secteur du transport routier de personnel
et toutes autres formes de transports.
SDuree : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cietes de Fort de France.
Grant : M. Jean GABIN demeurant
Quarter Sarrault
97232 Le Lamentin
nomme pour une dur6e indeterminee.
Pour avis, la G6rance FB 2706

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
DAXIA 973
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 22 800 e
SIEGE SOCIAL : CENTRE
D'AFFAIRES AGORA
ZAC DE L'ETANG Z'ABRICOT
97200 FORT DE FRANCE
500 114 145 RCS FORT DE FRANCE
Suivant deliberation de I'assemblee g6-
nerale extraordinaire du 28 avril 2010, il
a ete decide deproceder a la dissolution
anticip6e de la society DAXIA 973 et sa li-
quidation amiable conformement aux dis-
positions des articles 32-2 et 33 de ses
status. Monsieur METAIRON Thierry de-
meurant 15 rue de Limon 91120 Palai-
seau a ete nomme en quality de
liquidateur.
Mention sera faite au RCS de Fort de
France FB 2707

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01/04/10, il a et6 constitute
une association
Pr6sentant les caract6ristiques suivantes:
Denomination : GENIE PLUS 2000 (QG
des Ados)
Adresse : 12 avenue Frantz Fanon Bel-
levue 97200 Fort de France
Objet : Accueil de loisir PBriscolaire -
Soutien scolaire Halte garderie
Duree : 99 ans
Grant: JG HENRY
Adresse : la colline 97233 Schoelcher
Immatriculation au registre du commence
en course
Pour avis, la gerance FB 2708

CABINET DE MICHEL LANGERON
AVOCAT
38, RUE VICTOR SEVERE
97200 FORT DE FRANCE
AVIS DE CONSTITUTION
SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE


FLORIA
Par acte sous seing prive en date du 4
mai 2010, ii a ete constitute une soci6et
civil immobilibre:
Denomination social : FLORIA
Capital : 1 000 euros divise en 20 parts
sociales de 50 euros chacune, entiere-
ment souscrites et liberees.
Siege social : 200 rue des Cycas Bel
Event- 97221 Carbet
Objet : L'acquisition et la gestion par voie
de location ou autrement de tout bien im-
mobilier, tous autres biens de meme na-
ture don't elle viendrait a etre proprietaire.
Duree : 50 annees A computer de I'imma-
triculation de la society au registre du
commerce et des societies
Grant : Monsieur Olivier TENEBAY, ne
le 17 octobre 1972 A 97200 Fort de
France, demeurant 200, rue des Cycas,
97221 Carbet est designed statutairement
en quality de grant pour la duree de la
society.
La soci6et sera immatriculee au registre
du commerce et des societies tenu au
greffe du tribunal mixte de commerce de
Fort de France.
Pour avais et mention
Le grant FB 2709

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du
11/11/2009, il a ete decide de creer une
societe A responsabilite limitee repondant
aux caract6ristiques suivantes :
Denomination social : CARIBEENNE
DE GENOMIQUE APPLIQUEE
Siege social : 39, route de la Jambette,
97200 Fort de France
Objet social : Tous travaux de recherche
et d'etudes dans.le domaine des sciences
de la vie
Duree : 99 ans
Capital social : 25 000 euros repartis en
250 parts de 100 euros chacune don't 5
000 euros liberes soit 20 % du capital so-
cial
Grant: Emmanuel BOTTIUS
La society sera immatriculee au registre
du commerce et des societies
Pour avis, la g6rance FB 2710

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 18/05/10, il a ete constitute
une EURL
PrBsentant les caracteristiques suivantes:
Denomination : KALINE LINGERIE
Adresse : Residence Fleur d'eau
97240 Le Francois
Objet : vente de lingerie
Duree : 99 ans
Capital : 3000 euros
Grant: ANGELIQUE Annie-Laure
Adresse : Residence Fleur d'eau
97240 Le Francois
Pour avis, la Gerance FB 2711

RESIDENCE LES EMBRUNS
Entreprise Unipersonnelle a Responsabi-
lite Limitee
En liquidation
Au capital de 7 800.00 E
Siege social : Im. SE MINOU -ZI Acajou


I 2 7Mi 2010.-S uiE 1


ANONE !A






http://www.iournal-iustice-martinique.com


Californie 97232 Lamentin
Siret : 394 442 809 00062 APE :4120 A
L'associ6 unique, Monsieur Jean- Michel
MONTREDON, en date du 10 mai 2010
approve les comptes definitifs de liqui-
dation, donne quitus de sa gestion, se de-
charge de son mandate de liquidateur, et
constate la cloture de liquidation. Les
comptes du liquidateur ont 6et deposes
au greffe du tribunal de commerce de
Fort de France.
Le liquidateur FB 2712

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
EURL OANAKI CREATION
CENTRE TAUP PLAZA QUARTER
TAUPINIERE 97223 LE DIAMANT
RCS FDF TMC 511 936 122 N* DE
GESTION 2009 B 736
La dissolution anticipee a eta prononcee
et la society a cesse toutes activities a
computer
du 17 mai 2010, Mme ROUSSEAU Na-
dege est designee statutairement en qua-
lite de liquidateur avec les pouvoirs les
plus etendus pour realiser les operations
de liquidation.
Le siege de la liquidation est fixe A
I'adresse ci-dessus.
Pour avis, et mention le liquidateur
FB 2713

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 19/05/10, il a ete constitute
une SARL
Presentant les caracteristiques suivantes:
Denomination : S AND J
Adresse : rue Diaka au Marin 97290
Objet: Bazar divers
Duree : 99 ans
Capital: 3 000 E
Gerant: Chen XIAO
Adresse : 68 rue Ernest Deproge 97200
Fort de France
Immatriculation au registre du commerce
: en course
Pour avis, la gerance FB 2714

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
ATO FIRST SARL
Modifications intervenues au terme des
assemblies generals extraordinaires
des 30 mars et 30 avril 2010 au siege de
la society :
Nouvelle denomination social : ALL
TRADE OFFICE FIRST SARL. Sigle :
A.T.O FIRST SARL
Activity compl6mentaire : management
d'artistes de tous types, hotesse, manne-
quin..
Cogerance : Jordan IVALDI Residence
les Palmiers 91 rue du Prof Raymond
Garcin 97200 Fort de France ; Johan
GAUDOUX cite Hibiscus Bat G
Porte 7 Place d'armes Le Lamentin ;
Patrice ABOULICAM cite Ozanam -
B&timent 5 Appt Appt 282 B&teliere
97233 Schoelcher.
Pour avis, la gerance FB 2715

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donned de la constitution de la
SARL: SAG ERP
Au capital de 7 000 euros
Siege social : 3 rue Schoelcher
97212 Saint Joseph
Martinique
Objet : Gestion de la security dans les
etablissements recevant du public
Duree : 99 ans A computer dq I'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
ci6t6s de Fort de France 97200
Grant: M. CAUFOUR Emile
demeurant baie des Mulets
97280 Vauclin Martinique,
nomme pour une duree indeterminee
Fbrt de Francele 11/05/10


La gerance,
Emile CAUFOUR

AVIS DE CONSTITUTIC
Aux terms d'un acte sous seini
date du 20 juillet 2005,
II a ete constitute une society c
par les articles 1832 et suivants
Civil, laquelle present les c
tiques ci-apres :
DENOMINATION : BABY
OBJET : L'acquisition, I'edific
transformation, I'administratior
dernisation, I'amenagement, I
tion, la remise en etat, la location
les biens immobiliers et plus
ment, toutes operations ci
connexes de quelque nature
soient se rattachant A I'objet su
de nature A favoriser directemer
rectement le but poursuivi par I
son existence ou son develop
SIEGE SOCIAL : Chez Monsie
Timoleon AMBROISE
Quarter Bellay
97228 SAINTE-LUCE
DUREE : 99 ans
CAPITAL SOCIAL : 1 000 Euros
500 parts sociales
de 2 Euros chacune
GERANT : Monsieur Thierry
AMBROISE
Pour extrait
La gerance

MEDIASCORP SARL
AU CAPITAL DE 210
SIEGE SOCIAL : 41 LOTISS
CORALITA
FOND CAPOT 97221 LE C
AVIS DE CLOTURE DE LIQUID
L'AGO du 31 mai 2010 a app
comptes definitifs de liquid
charge le liquidateur de son
donne quitus de sa gestion et c
cloture de liquidation.
La society sera radiee du re
commerce et des societies d
France.
Pour avis et mention
Monsieur Philippe HYIOT,
Liquidateur

SAGE FEMME DU CENI
SOCIETY CIVIL
AU CAPITAL DE 1000 EU
SIEGE SOCIAL :
N 10 RUE ORBANSSAN T
97212 SAINT JOSEP
AVIS DE CONSTITUTE
Aux terms d'un acte sous sein
date a Fort de France du 10 m
a ete constitute une society press
caracteristiques suivantes :
Forme social : SAGE FEMME
TRE
Siege social : n 10 rue Orbans
97212 Saint Joseph
Objet social: La mise en commit
les moyens materiels necessair
de faciliter I'exercice des activity
sionnetles des associes, et ni
I'acquisition ou la prise A bail d
immeubles et droits immobilie
saires A I'exercice de ces profe:
au logement de ses membres
personnel.
Duree de la society : 50 ans a c
la date de I'immatriculation de
au registre du commerce et des
Capital social : 100 euros, con
quement d'apports en numerai
Gerance : Madame Regine AN
demeurant cite Dillon BAt A.
Porte 6 97200 Fort de France
Madame Nadia HEUNRY, d
propriety Murat Pointe Savane
Robert sont nommees prem


rantes de la society pour une duree illimi-
FB 2716 tee.
Clauses'relatives aux cessions de parts.
)N Agrement requis dans tous les cas
g prive en Immatriculation de la society au registre
du commerce et des societies de Fort de
ivile regie France
du Code La gerance FB 2719
aract6ris-
AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
cation, la SCI ABRICOT
n, la mo- SOCIETY IMMOBILIERE AU CAPITAL
a repara- DE 1 000 EUROS
In de tous SIEGE SOCIAL : QUARTER
generale- SEAILLES N* 681
viles ou 97212 SAINT JOSEPH (MARTINIQUE)
qu'elles RCS FORT DE FRANCE
s indique N' 497 818 732
nt ou indi- Suivant deliberation de I'assemblee ge-
a society, nerale reunie le 16 mai 2010, Nicolas
ement. GUITTEAUD, demeurant 12 rue du Ca-
ur Thierry chibou, Ravine Vilaine 97200 Fort de
France a ete nomme en quality de grant
en remplacement de Guy AUBRY et Ca-
roline GUITTEAUD pour des raison per-
.sonnelles, pour une duree indeterminee,
divise en a computer du 16 mai 2010.
Le siege social de la society est fixed au
domicile du grant.
Timoleon Le dep6t legal sera effectue au greffe du
tribunal de Fort de France.
Pour avis, le representant legal.
FB 2717 FB 2720

AVIS DE CONSTITUTION
E En date du21/05/10 il a ete constitute
EMENT une: SARL
Presentant les caracteristiques suivantes:
ARBET Denomination : LES RESIDENCES DES
IDATION PLACES DU SUD
rouve les Adresse : Plage de I'Anse Caritan
tion, de- 97227 Sainte Anne
mandate, Objet: Agence immobiliere
onstate la Duree : 99 ans
Capital : 4 000 (Quatre mille ) euros
gistre du Gerant : M. BEN-AROUS Albert
e Fort de Adresse: Route du Cap Chevalier
97227 Sainte Anne
Immatriculation au registre du Commerce
:en course
FB 2718 Pour avis,
La Gerance FB 2721
TRE
AVIS DE CONSTITUTION
IROS En date du 29/04/10, ii a et6 constitute
une: SCEA
'HALY Presentant les caracteristiques suivantes:
- Denomination : LA DIGUE DES FLAM-
ON BOYANTS
g prive en Adresse : Quartier Beaufond 97229 Trois
ai 2010, il Ilets
entant les Objet : Acquisition prise par bail, exploi-
tation proprietes agricoles
DU CEN- Duree : 99 ans
Capital : 3 000 E
san Thaly Gerant: Roselyne ODONNAT
Adresse : Beaufond 97229 Trois Ilets
un de tous Immatriculation au registre du Commerce
es en vue : en course
es profes- Pour avis, la Gerance FB 2722
otamment
e tous les AVIS DE CONSTITUTION
rs neces- En date du 20 mai 2010, il a eta consti-
ssions, ou tuee une society
ou de son Presentant les caracteristiques suivantes:
Forme : Societe A responsabilite limited
ompter de Denomination : JEVALAMA
la.societe Adresse : Anse Caritan Chez Monsieur
societies. Alain MARTIN
stitue uni- Objet : La restauration touristique, la ges-
re tion h6teliere, le transfer de clientele,
GLIONIN, I'acquisition et la prise en g6rance libre de
a ESc. A tous fonds de commerce, et generale-
e ment toutes operations mobilieres et im-
lemeurant mobilieres, financieres, commercials et
97231 Le industrielles, se rapportant directement
ieres ge- ou indirectement A I'objet social ou pou-


vant en faciliter le developpement et I'ex-
tension
Capital : 12 000 E
Duree : 99 ans
Grant: Monsieur Alain MARTIN demeu-
rant Residence Melodie anse Caritan
97227 Saint Anne
Adresse :
Immatriculation au RCS de Fort de
France
Pour avis, la Gerance FB 2723

SELARL GLAUDON -NABETI
SOCIETE D'EXERCICE LIBERAL
A RESPONSABILITE LIMITED
AU CAPITAL DE 180 000 EUROS
SIEGE SOCIAL : 29 BOULEVARD
DU GENERAL DE GAULLE
97205 FORT DE FRANCE
B 425 040 391
RCS FORT DE FRANCE
Aux terms des Proces Verbaux des As-
semblees Generales Extraordinaires en
date des 4 et 25 janvier 2010
II a ete decide :
La nomination de Madame Colette
POULLET, demeurant au 23 rue de la
ferme Redoute 97200 Fort de France
au mandate Cogerant avec effet au ler
mai 2010.
La nomination de Madame Laurence FA-
GOUR nee DOLOMIE, demeurant 19 lo-
tissement du gue, rue des deux oies -
97200 Fort de France au mandate Coge-
rant avec effet au 1 er mai 2010.
La Gerance FB 2724

LABORATOIRE D'ANLYSES
MEDICALES YANG-TING POULLET
SELASU
AU CAPITAL SOCIAL DE 7622.45 e
SIEGE SOCIAL
SIS 12 RUE PERRINON
97200 FORT DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
TMC 314 292 350
Aux terms d'une decision en date du 18
mai 2010, la SELARL GLAUDON-NA-
BETI au capital de 180 000 E, boulevard
du General de Gaulle 97205 Fort de
France RCS B 425 040 391 a, en sa qua-
lite d'associee unique de la soci6te de-
cide la dissolution anticipee de la society
a computer du 18 mai 2010 sans qu'il y ait
lieu & liquidation. Sur le plan fiscal la dis-
solution prendra effet au ler mai 2010.
Conformement aux dispositions de I'arti-
cle 1844-5 alinea 3 du code civil, les
creanciers de la society LAM Yang-Ting
Poullet peuvent former opposition a la
dissolution dans un delai de 30 jours a
computer de la present publication, de-
vant le tribunal de commerce de Fort de
France.
L'associe unique FB 2725

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Nom et adresse officials de I'organisme
acheteur : Conseil Regional de Marti-
nique
Service des Marches et de la command
publique, Rue Gaston Defferre Cluny
97200 Fort-de-France Martinique Te-
lephone : 0596-59-63-00
Telecopieur: 0596-72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr- rubrique "Marches Publics"
Contact : le repr6sentant du pouvoir ad-
judicateur:
Le President du Conseil R6gional de Mar-
tinique
Procedure de passation : Marche A pro-
cedure adapt6e [art. 28 du Code des Mar-
ches Publics'(CMP)]
Intitule attribute au march : Travaux de
ravalement-des facades des bAtiments A,
B, C et S au lycee Joseph GAILLARD de


1^SfLnl'Wr 'A


-E


,A /NONCES dfA LES






http://www.ioural-iustice-martinique. com


la Pointe des NBgres.
Numero de reference attribute au march
par le pouvoir adjudicateur : PDN-06-
OP2-TRAV
Crai principals (description
=, o W`: 11 s'agitplus prici-
Ssment'11Cocedtr aux travaux suivants:
'O Restruit0sation des batons des fa-
g..ades de bAtirpents A, B, C et S (3100
m2) ,
0 Traitem'tsdes faades exterieures el
pignons en peinture (2 850 m2)
0 Traitement des coursives et escaliers
Sen peisal*d(
Murntgfyde corps (3 300 m2)
SPlafond (2 530 m2)
Volets escalier (209 m2)
o Traitement des ouvrages exterieurs en
peinture (grilles, portes et acces aux es-
caliers) :
Grilles, portes et acces escaliers (447
m2)
Ouvrage bois : (109-m2)
Traitement des portes bois massif (23
m2)
Peinture de sol : (2 800 m2)
Prestations divisees en lots : Oui : Possi-
bilite de presenter une offre pour un ou
plusieurs lots
INFORMATIONS SUR LES LOTS
O LOT no 1 INTITULE : Ravalement des
facades
1) DESCRIPTION SUCCINCTE:
Restructuration b6ton traitement exte-
rieur peinture traitement coursives et
escaliers traitement peinture sur ou-
vrages divers.
2) QUANTITY OU ETENDUE: Lessivage
A haute pression pour elimination batons
non adh6rents/passivations des
aciers+greffe d'acier : 3100m2 d6ca-
page murs facades : 2850m2 lessivage
murs plafonds menuiseries : 8889 m2 -
traitement anticryptogamique facades
:2850m2 traitement peinture : 2850m2
peinture : 9417 m2 depose pose et
furniture interrupteurs pour eclairage hu-
blots : 2 traitement joints de dilatation :
504 ml reparation descentes EP : 24 -
gaine electrique en plafond : 7 ml re-
prise chape deterioree : 6 m2.
3) INFORMATIONS COMPLEMEN-
TAIRES:
Duree en mois : 4 mois (A computer de I'or-
dre de service de demarrage des tra-
vaux).
O LOT no 2 INTITULE : Serrurerie
1) DESCRIPTION SUCCINCTE :
Depose furniture et pose de grilles en
acier galvanise
2) QUANTITY OU ETENDUE : Escaliers
du bAtiment B : 2 facade arriere du bA-
timent B au RDC :6 -c8te gauche du bA-
timent C au RDC : 1.
3) INFORMATIONS COMPLEMEN-
TAIRES:
Duree en mois : 3 mois et 2 semaines (a
computer de I'ordre de service de d6mar-
rage des travaux).
Prestations divisees en lots (suite) : 0
LOT no 3 INTITULE : Menuiseries bois et
aluminium
1) DESCRIPTION SUCCINCTE :
Depose furniture et pose de menuiseries
des b&timents A, B, C et S
2) QUANTITY OU ETENDUE : poubelles
: 8 portes ALU : 2 persiennes en verre
:40 portes bois :11 trappes en bois :8
3) INFORMATIONS COMPLEMEN-
TAIRES:
Duree en mois : 3 mois et 2 semaines (a
computer de I'ordre de service de demar-
rage des travaux).
Delai d'execution des marches en mois
Laduree global des travaux (pour I'en-
semble des lots) est de 04 mois a comp-
ter de (la notification des marches +
period de 30 jours pour la preparation


des travaux).
Des variantes seront prises en consid6-
ration : Oui
Negociation des conditions du march a
passer : Les conditions du march pour-
font to oae ech6ant 6tre It~gocibes avec
les candidates apres examen de leur offre
Lieu principal d'ex6cution des travaux :
Lycee Joseph GAILLARD de la Pointe
des Nbgres Commune de Fort-de-
France.
Adresse aupres de laquelle les docu-
ments peuvent 6tre obtenus : Les docu-
ments (dossier de consultation des
Entreprises DCE) seront remis gratuite-
ment par le Service des marches et de la
command publique du Conseil Regional
de MARTINIQUE.
Telephone : 0596 59.63.00, Tel6copieur
:0596-72.68.10
Lors du retrait du DCE le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut-6tre egalement t616-
charge A I'adresse Internet sus-indiquee.
Modalites essentielles de financement et
de pavement du march : Financement
: Budget du Conseil Regional de Marti-
nique
SPaiement:
virement administratif
Delai global de paiement : 35 jours
Avance de 5 % previre
Type de prix : prix global et forfaitaire
Retenue de garantie de 5% prevue.
Variation des prix : revisables
Adresse aupres de laquelle des rensei-
gnements complementaires d'ordre ad-
ministratif peuvent etre obtenus.: Conseil
Regional de Martinique (Monsieur le Pre-
sident du Conseil Regional a I'attention
du service des Marches et de la Com-
mande Publique) Rue Gaston Defferre -
Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
Telephone : 0596-59-63-00 T6leco-
pieur : 0596-72-68-10 ou en ligne a
I'adresse Internet sus indiquee.
Adresse aupres de laquelle des rensei-
gnements complementaires d'ordre tech-
nique peuvent 6tre obtenus : Conseil
Regional de Martinique (Monsieur le Pre-
sident du Conseil Regional A I'attention
du Service Technique) Rue Gaston Def-
ferre Cluny 97200 Fort-de-France Mar-
tinique Telephone : 0596-59-63-00 -
T6elcopieur : 0596-72-68-10 ou en ligne
A I'adresse Internet sus indiquee.
Conditions de participation: 0 Critbres de
selection des candidatures
Les capacities professionnelles, tech-
niques et financi6res du candidate
O Situation propre des operateurs 6cono-
miques, y compris exigences relatives A
I'inscription au registre du commerce ou
de la profession : Renseignements et for-
malites necessaires pour evaluer si ces
exigences sont remplies :
la declaration du candidate (conforme au
module DC5 version octobre 2008) pour
chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation A 6tre titulaires du mar-
che).
lettre de candidature et le cas echeant
d'habilitation du mandataire par ses co-
traitants (conforme au module DC 4 dans
sa version d'avril 2007)
O Capacit6s professionnelles
Renseignements et forVialit6s n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
Presentation d'une liste des travaux
executes au course de la derniere annee,
appuyee d'attestations de bonne execu-
tion pour les travaux les plus important.
Ces attestations indiquent le montant,
* I'poque et le lieu d'execution des travaux
et precisent s'ils ont 6et effectues selon
les regles de Part et menes regulibrement


A bonne fin ; (si cette presentation n'est
pas deja demandee dans le cadre du DC
5).
- Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate notamment les
certificates d'identite professionnelles ou
des references de travaux attestant la
competence du candidate A realiser la
prestation pour laquelle II soummisionne
(si ces documents he sont pas deja de-
mandes dans le cadre du DC5).
- Indication des titres d'etudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des cadres de
I'entreprise, et notamment des responsa-
bles de prestation de services ou de
conduite des travaux de meme nature
que celle du march
0 Capacites economique et financiere
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- Declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les travaux objet du march, realises
au course du dernier exercise disponible
(si cette declaration n'est pas dejA de-
mandee dans le cadre du DC 5)
- declaration appropriee de banques "ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
O Capacites techniques
Renseignements et formalities n6ces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- Declaration indiquant les effectifs
moyens anhuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee (si cette de-
elaration n'est pas dejA demandee dans
le cadre du DC 5)
- Declaration indiquant I'outillage, le ma-
teriel et I'equipement technique don't le
candidate dispose pour la realisation de
marches de meme nature (si cette decla-
ration n'est pas deja demandee dans le
cadre du DC 5).
Niveau(x) specifique(s) minimal (aux)
exige(s) : Pour I'appreciation des capaci-
tes financibres :
le chiffre d'affaires du dernier exercise
disponible du candidate devra 6tre (en
euros T.T.C.) superieur A 265 000 E
pour le lot 1 ; 7 800 pour le lot 2, 17 000
pour le lot 3.
Critbres d'attribution des march :
Offre economiquement la plus avanta-
Sgeuse appreciee en function des criteres
d'attribution enonces ci-dessous :
* La valeur technique de I'offre (appreciee
a partir du memoire technique requis au
3-1-2-b du reglement de consultation) af-
fectee d'un coefficient 6 se declinant
selon les sous criteres suivants :
- Organisation materielle du chantier :
50% (du coefficient 6)
- Quality des procedes techniques et de
la methode de travail: 30% (du coefficient
6)
- Modalites de reduction des nuisances
bruitt, poussibres, circulation): 20% (du
coefficient 6)
- Le prix des prestations affected d'un coef-
ficient 4
Delai minimum pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre:
180 jours
Date limited de reception des offres :
Le jeudi 10 juin 2010 & 12 h 00 (heure de
Martinique)
Adresse A laquelle les offres doivent 6tre
envoyees:
Reception des offres, par pli recommande
ou contre recepisse au Conseil Regional
de Martinique, Service des marches et de
la commander publique, rue Gaston Def-
ferre --Cluny 97200 Fort-de-France -
MARTINIQUE ou en ligne & I'adresse


Internet sus indiquee.
Delai laisse au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
ciales et fiscales :
8 ours calendaires
Instance chargee des procedures de re-
court et aupres de laquelle des rensei-
gnements peuvent 6tre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Telephone: 0596-71-66-67
Telecopieur : 0596 63.10.08
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comite consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX7
Telephone : 01.44.42.63.43
Telecopieur: 01.44.42.63.37
Service auprbs duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif
Immeuble Roy-Camille -Croix de Belle-
vue BP 683
97262 Fort-de-France Cedex
Telephone : 0596-71-66-67 Telecopieur
: 0596 63.10.08
Transmission par voie dematerialisee :
Autorisee
Autres renseignements :
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation
accessible via I'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marches publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
- le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie electronique
des dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis aux organs
de publication (journaux d'annonces 1e-
gales locaux)
Le mercredi 19 mai 2010 FB 2726

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
Nom et adresse officials de I'organisme
acheteur : Conseil Regional de Marti-
nique
Service des Marches et de la command
publique, Rue Gaston Defferre Cluny
97200 Fort-de-France Martinique tel.:
0596-59-63-00
Te1ecopie : 0596-72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr- rubrique "Marches Publics"
Contact : le representant du pouvoir ad-
judicateur :
Le President du Conseil Regional de Mar-
tinique
Procedure de passation : Marchb a prq-
cedure adaptee [art. 28] et 77 du Code
des Marches Publics (CMP)]
Intitule attribute au march : Travaux
d'6clairage, de courants forts et faibles
dans les lycees et autres batiments du
patrimoine immobilier du Conseil R6gio-
nal.
Numero de reference du dossier : OPT-
ELECTRICITE-09-OP3TRAV2
Prestations divisees en lots : Oui
Les travaux sont repartis en 05 lots :
- Lot nol (secteur Nord Atlantique).
- Lot n2 (secteur Nord Caraibes).


OF ,i Mai 2010J itiH'21-Pae1


[ A NNTCE fA LES






http://www.iournal-iustice-martinique.com


- Lot n3 (secteur Centre EST).
- Lot no4 (secteur Centre OUEST).
- Lot n"5 (secteur Sud).
Les candidates pourront presenter une
offre pour un, deux ou trois lots maximum
sur les cinq lots precites.
Le non respect de cette disposition ren-
dra I'offre irreguliere au sens de I'article
35-1-1 du CMP, et conduira a son rejet.
Delai d'execution du march Marche
passe pour une duree de 12 mois (A
computer de la date de notification du mar-
che) reconductible une fois de fagon ex-
presse. Le titulaire ne pourra refuser la
reconduction.
Caract6ristiques principles (description
succincte du march) : La present
consultation concern les travaux d'eclai-
rage, de courants forts et faibles dans les
lycees et autres bAtiments du patrimoine
immobilier du Conseil Regional. int6res-
sant principalement les etablissements
repartis par lots comme suit :
Lot nl (secteur Nord Atlantique) : lycee
Lorrain, lycee Sainte-Marie, lycee de Tri-
nite, LEPA du Robert, CFPPA du Lorrain,
CFPA de trinity, CFPPA du Robert, SRR
Basse-Pointe, SRR Trinite.
Lot n2 (secteur Nord Caraibes) : Lycee
Saint-James, lycee de Bellefontaine,
CFPPA du Carbet, Maison des volcans,
SRR Saint-Pierre, ARDTM Schoelcher,
Ecole Hotelibre a Schcelcher, Villa du di-
recteur Schoelcher, SRR Pointe de
Jaham, SRR Bateliere, lycee de Bate-
liere.
Lot n3 (secteur Centre EST) : lycee
ACAJOU 1, lycee ACAJOU 2, LP Petit
Manoir, lycee de Place d'Armes, lycee de
Ducos, LEGTA Croix-Rivail, CFA de
Ducos, CFPPA du Gros-Morne, Immeu-
ble SAFER au Lamentin, Pole Agroali-
mentaire, SRR Carrbre.
Lot n4 (secteur Centre OUEST) Fort-de-
France : Lycee Bellevue, LP Chateau-
boeuf, lycee de Cluny, lycee Dillon, Lycee
de la Pointe des Negres, LP de la pointe
des N6gres, lycee Schoelcher, CFPA
Dillon, Siege et CRPT, CFA de Sainte-
Th6erse, H6tel de Region, Villa Helico-
nias, Ex paierie (immeuble Prudent),
Immeuble FOYAL 2000, Ex SICABAM,
Ex immeuble MANSOUR, Musee Ethno-
graphique, Ex immeuble EDF
Lot n5 (secteur Sud) : Lycee du Fran-
cois, lycee de Riviere-salee, lycee du
Marin, lycee Montg6rald, CFPPA de Ri-
viere-Pilote, CFA de Riviere-Salee, CFPA
TRIANON, CFA du Frangois, CFA de
Ducos, Maison de la canne, Eco Musee,
SRR Frangois, SRR Marin, SRR Riviere-
Salbe.
II s'agit plus precisement de realiser des:
Travaux de mise en conformity elec-
trique et d'installation electrique ;
travaux d'installation, de replacement
des syst6mes alarme incendie ;
Travaux d'installation, de remplace-
ment des systems t6lephoniques ;
Travaux d'installation, de remplace-
ment des reseaux informatiques.
Type de march Marche a bons de com-
mande.
Quantity ou etendue global Les presta-
tions seront executees dans le cadre de
marches a bons de command 6tablis sur
la base des montants annuels suivants
pour chacun des lots :
- minimum de 50.000 e TTC
- maximum de 450 000 TTC
Des variantes seront prises en conside-
ration :
Non
Negociation des conditions du march &
passer: Les conditions du march pour-
ront le cas echeant etre negociees avec
les candidates apres examen de leur offre
Adresse aupres de laquelle le cahier des


charges (dossier de consultation des en-
treprises DCE) et les documents comple-
mentaires peuvent etre obtenus : Ce
dossier sera remis gratuitement par le
Service des marches et de la command
publique du Conseil Regional de MARTI-
NIQUE.
Tel. : 0596 59.63.00, Fax. : 0596-
72.68.10
Lors du retrait du DCE le candidate devra
fournir tout element d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut-etre egalement tele-
charge & I'adresse Internet sus-indiquee.
Modalites essentielles de financement et
de paiement du march : Financement
: Budget du Conseil regional de Marti-
nique
SPaiement:
-virement administratif
- Delai global de paiement : 35 jours
Avance de 5 % prevue
- Type de prix : prix unitaires
- Variation des prix : revisables
- Retenue de garantie de 5% prevue.
Adresse auprbs de laquelle des rensei-
gnements complementaires d'ordre ad-
ministratif ou technique peuvent etre
obtenus : Conseil Regional de Martinique
(Monsieur le President du Conseil Regio-
nal A I'attention du service des Marches
et de la Commande Publique) Rue Gas-
ton Defferre Cluny 97200 Fort-de-
France Martinique Telephone :
0596-59-63-00 T6elcopieur : 0596-72-
68-10 ou en ligne a I'adresse Internet sus
indiquee.
Conditions de participation : Criteres de
selection des candidatures
Les capacities professionnelles, tech-
niques et financieres du candidate
Situation propre des operateurs econo-
miques, y compris exigences relatives &
I'inscription au registre du commerce ou
de la profession : Renseignements et for-
malites necessaires pour evaluer si ces
exigences sont remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
module DC5 version octobre 2008) pour
chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation A etre titulaires du mar-
che).
- lettre de candidature et le cas 6ch6ant
d'habilitation du mandataire par ses co-
traitants (conforme au module DC 4 dans
sa version d'avril 2007)
Capacit6s professionnelles
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- Presentation d'une liste des travaux
executes au course de la derniere annee,
appuyee d'attestations de bonne execu-
tion pour les travaux les plus important.
Ces attestations indiquent le montant,
I'epoque et le lieu d'execution des travaux
et precisent s'ils ont ete effectues selon
les regles de I'art et menes r6gulibrement
a bonne fin.
- Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate notamment les
certificates d'identite professionnelles ou
des references de travaux attestant la
competence du candidate a realiser la
prestation pour laquelle il soummisionne.
Capacites economique et financier
Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies:
- Declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les travaux objet du march, realists
au course du dernier exercise disponible
- declaration appropriee de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
Capacites techniques


Renseignements et formalities neces-
saires pour evaluer si ces exigences sont
remplies :
- Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la derniere annee
- Declaration indiquant I'outillage, le ma-
teriel et I'equipement technique don't le
candidate dispose pour la realisation de
marches de meme nature
Niveau(x) specifique(s) minimal (aux)
exige(s) : Pour I'appreciation des capaci-
tes financieres : le chiffre d'affaires du
dernier exercise disponible du candidate
devra etre (en euros T.T.C.) superieur a
326 000 4 (lot 1); 192 000 e (lot 2) ; 228
000 E (lot 3) ; 324 000 E (lot 4) ; 211 000
E (lot 5).
Criteres d'attribution des marches :
Offre Bconomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
d'attribution enonces ci-dessous :
La valeur technique de I'offre (appreciee
A partir du memoire technique requis au
3-1-2-b du present reglement de consul-
tation) affectee d'un coefficient 6 se de-
clinant selon les sous criteres suivants :
- Organisation materielle du chantier:
25% (du coefficient 6)
- Modalites sur la security et I'hygiene sur
le chantier : 25% (du coefficient 6)
- Adequation entire les besoins exprimes
dans le CCTP et les products proposes
dans les fiches techniques : 50% (du
coefficient 6)
Le prix des prestations affected d'un
coefficient 4
Delai minimum pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre:
180 jours
Date limited de reception des offres :
Le jeudi 10 juin 2010 6 12 h 00 heree de
Martinique)
Adresse a laquelle les offres doivent etre
envoyees:
Reception des offres, par pli recommande
ou centre recepisse au Conseil Regional
de Martinique, Service des marches et de
la command publique, rue Gaston Def-
ferre Cluny 97200 Fort-de-France -
MARTINIQUE ou en ligne a I'adresse
Internet sus-indiquee.
Delai laisse au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
ciales et fiscales :
8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort-de-
France Immeuble Roy-Camille Croix de
Bellevue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Tl : 0596-71-66-67
Fax : 0596 63.10.08
Organe charge des procedures de me-
diation :
Comit6 consultatif interdepartemental de
reglement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
Telephone : 01.44.42.63.43
Telecopie : 01.44.42.63.37
Service auprbs duquel des renseigne-
ments peuvent etre obtenus concernant
I'introduction des recours:
Le greffe du Tribunal administratif
Immeuble Roy-Camille -Croix de Belle-
vue BP 683
97262 Fort-de-France C6dex
Tel: 0596-71-66-67 Fax : 0596 63.10.08
Transmission par voie dematerialisee :
Autorisee
Autres renseignements:
Procedure dematerialisee
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement a la disposition des candi-
dats une plate-forme de dematerialisation


accessible via I'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marches publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la reference d'identification du
march portee au present avis d'appel
public a la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Region Martinique
- le telechargement des avis, reglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie electronique
des dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis aux or-
ganes de publication (journaux d'an-
nonces legales locaux)
Le mercredi 19 mai 2010 FB 2727

CACEM
AVIS RECTIFICATIF
REPORT DE DATE LIMITED
DE REMISE DES CANDIDATURES
IDENTIFICATION DU POUVOIR ADJU-
DICATEUR
Categorie : Etablissement public territo-
rial
Activity principal : services generaux
des administrations publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Nom et adresse officials de I'organisme
acheteur :
Communaute d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Correspondent : Pierre SAMOT, Presi-
dent de la CACEM
Immeuble Les Cascades III
Place Frangois Mitterand
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
OBJET DU MARCH
Objet du march
Construction d'une unite de valorisation
du biogaz du CET de la Trompeuse.
Description succincte du march :
Construction d'une unite de valorisation
du biogaz suite a la rehabilitation du Cen-
tre d'Enfouissement Technique de la
Trompeuse
Type de march de travaux : execution
Lieu principal de prestation : CET de la
Trompeuse 97200 FORT DE FRANCE
Classification CPV:
Objet principal: Code CPV n 45251240-
5 : Travaux de construction de centrales
de production d'electricite alimentee au
gaz de decharge.
Objet complementaire : Code CPV n
45251141-1 : Travaux de construction de
centrales geothermiques.
PROCEDURE
Type de procedure : procedure adaptee
Renseignement d'ordre administratif :
NumBro de reference attribute au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2010/24/DGA3/DC
Numero de I'avis au BOAMP 96 A an-
nonce 151 du 19/05/2010
Date d'envoi de I'avis original
12/05/2010
L'avis implique : report de date limited de
remise des candidatures
Au lieu de 25/05/2010 a 12 heures
Lire 02/06/2010 a 12 heures
Date d'envoi du present avis: 20/05/2010
FB 2728


PF jeud MaI2 jstien1Pg


A NNNE /AE





htHn //www iournal-iustice martini ue corn


Dakar vit durant un mois
depuis le 7 mai au
rythme de sa "9 erne
c.... ,,I p r t st J,- a,, ,
C ntuemporain ", qui fait de
la capital 4r,-n3-igl ase le
rendez-vous des .a~isie-
Splasticiens et amateurs
d'art africain. Parmi les
nombreux createurs pre-
sents, des artistes hai-
tiens sont ta anonour a
Sla galerie dart national.
1 ; L(esP Nantees.iLen:s et installa-
Yv-Mari SERALINE tions de Mario Benjamin,
Jean Herard Celeur,
Maxcence Denis, Barbara Prezeau Stephenson ont t'-r sr:uie-
rement marque les esprits Benjamin etant mime 'un des lau-
reats de la foundation Blascher durant ce 'tDat i4rt 2010" aux
c6tes d'autres recipiendaires don't le principal laureat est Jean
KAT 1-EYI '.IIUKENDI tReptliul D6mocratique du Congo)
prix d6couverte de la Biennale Dak'art 2010 decerne par la
Foundation Blachere. Leur t, .3 a inspire notamment par le
tremblement de terre de janvier dernier, s'appuie sur les tech-
niques de I'art video ou les savoir-faire traditionnels d'Ha ti.
Dans le mime temps, le centre cultural "er Tiiossane de
Dakar, tres actif dans le "(of) du :. i. -0 qui se deploie large-
ment en dehors de la capital, presentait sa manifestation
"' r,,. "' qui a permits a des ari.i te- philosophies, intellec-
tuels et organisateurs cultures de plusieurs pays d'Afrique, de
he. g ., (Paris, Nantes, Rennes) et i Euroi: (I IeI Fin-
lande) ainsi que de la 1.1w -iii. lu' d'echanger et de produire du
sens, autour des concepts de I'art numerique. Debats, tables-
rondes, -- I:P ItI: installations et performances d artistes en
salle et en exterieur ont compose le menu de cette manifesta-
tion qui s'appuie sur le reseau t e Jes uents num eriues ini-
tie en -i par Ker Thiossane, sous la conduit de Marion
Louisgrand Sylla.
Une cn-iie:trr _liv,,* de competence et de talents a explore un
space encore en friche ou se c6toient objets technologiques
evolu6s, theories du developpement des communications, et
reflexions societales. Les disparities en terms de moyens ne
disparaissent pas d'un coup de baguette magique entire les
communautes representies, mais au moins des ,a l~~iII; -.
s'etablissent et les adeptes du "dio it yourself voire de
I'open source, peuvent se fire entendre par des inter-
locuteurs recherchant une ilre -,r i t,,on de leurs capa-
cites.
Realisee grace a une p--iiI :,p- irn,,rj preponderante du fi-
nancement europeen dans le cadre du programme eu-
ropeen ACP Culture pour les actions transnationales,
cette operation "d"essaimqe' ", developpe un pIgr -in ,r-
qui permet aux partenaires originaires du Senegal, du
Mali, d' Afrique du Sud. de plusieurs grandes villes de
France, et de la Martinique, d'ceuvrer a la mise en place
d'une c. _Ii ..:- qui vise la duree .lril -. une com-
pl6mrnentarit6 productive entire les partenaires.
Ainsi. les responsables de "*'pse des I centss ~luinrriqu s",
apres analyse des actions men6es aux .,r il, -. a choisi
fin 2008 de solliciter I OMDAC comme partenaire cari-
been. Au iw t 'I de .-e't_ annee R. Toussies, etait dele- U


gue en tant que membre de I'association pour participer aux
premiers travaux collectifs a Dakar.
Le programme general de cette operation comporte des eve-
nements -pjr'tis sur 2 ans, avec un regroupement final dans le
cadre du 8e Forum des Arts Numeriques de I'OMDAC, evene-
ment qui prendra ainsi une dimension a caractere internatio-
nale. Des participants de tout le reseau mis en place
representant plusieurs pays africains et de I'hexagone seront
presents, aux c6tes des caribeens qui seront invites par I'OM-
DAC.
Le partenaire martiniquais de Ker Thiossiane devient ainsi un
interlocuteur pf ii:.gie et participera avant la cloture de 2011, a
plusieurs rencontres i-rnii_4hqui.. programmees au Senegal,
puis au Centre Soleil d'Afrique du Mali, avant la cloture de 2011.
En novembre prochain, une session ouverte aux profession-
nels du numerique et aux artistes sera ainsi mise en place par
I'OMDAC dans le domaine des "arts sensitifs". A signaler que
des enseignants de I'IRi-' .1 se sont ',t..:i~-. a ce ,r ri inrine.
en vue d'uI--li-'r ces technologies dans leur institute.
L IP 1 sera d'ailleurs normalement parties prenante de I'etape
martiniquaise du programme en 2011, sachant qu'a 3 reprises
,-i .1DAC avait deja logiquement invite cet etablissement a par-
ticiper au FAN durant les annees prec6dentes, avec des for-
tunes diverse.
D'autres pfni.i- ip3an qui etaient presents a ",,' Pi,;', origi-
naires d'Afrique du Sud, de Finlande, pourront 6tre de la parties
pour realiser des ateliers ou performances en Martinique, dans
la measure ou sont prevues des changes d'artistes du nume-
rique qui enf,:.rr:inil des residences dans les mois qui vien-
nent.
L'evenement dakarois de .,t, Jes'Ints ~wmiiqiues"s'acheve
le 21 mai par un ensemble de manifestations : La restitution de
;,ii-r-i "4tt interactif. Presentation de cinq projects de crea-
tion interactive en presence des deux animateurs et des 22 par-
ticipants i, l.,-irn-,i.q -, la.i Maroc, Senegal) la presentation de
la "valise pedagogique 'er t',tiossane" Outil d'apprentissage et
de prototypage des techniques et eih-,;ijlye; pour des oeu-
vres d'arts IrI-rf,. iit, et enfin la projection i'I i. dAf ique"
de Didier AWADI ainsi que le lancement de I'installation de
Jean Katambayi.

Compte rendu de Yv-Mari SERALINE, representant du collec-
tif international ,',. d'es cents -,, 1,,L "en C.ir.ait, e le re-
portage complete (des (iiaI,:-,- de photos pour le moins) seront
visible sur le site de I' OMDAC: www.omdac.org.


ne concentration de competences et de talents a explore un space encore en friche


Pr ~ II j^ohl Mai 2010 ^tite 01-Faye 20
L.~~f-~~r~Fnm '


' ..K.4 T ;. -l ,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs