Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00160
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France Martinique
Publication Date: March 25, 2010
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00160
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
1 EBDOMADAIRD'INFOATION COMMU


Pour la Responsabilit6 et le D6veloppement veritable.


IgI to/f


21 MARS 2010
W'MI^-


CONFIRMATION OFFICIELLE l
En 2009, Id Mdrtinique
plonge ddns Id crise
FRANCE
Une condemnation sans
dppel de Id politique
de Nicolas SarkozLj






htto://lwww.iournal-iustice-martinigue. corn


Saka PaF ................... . 2

Eito .................... . /4-
- Une page est tournee

Lutteiociaki................f. p4
- L'ADAPEI en cruise P

Economi .................f.. 5/6
- La Martinique plonge dans la crise

Politile/Ec ............... f. 6/7
- Dettes de Fort-de-France

vocidt ................... 7/8
- Reconstruction d'Harti

Politi e................. .. 8/19
- B&tir le Pays Martinique
- Les Camileons de la Politique
- Ruby Rabathaly
- Le SNES et Letchlmy
- Madeleine de Grandmalson
- Discours de Marle-Jeanne
- Resultats de 2Sme Tour
- Letchlmy I'emporte
- La fin d'un cycle
- Tribune sans appel
- Condamnation

Pa sk MNde ............ .19/20
- Afghanistan
- USA

Aww iltl ..2....0. -O2/2 '

Mimai u fu .if ; ... .....f. 2 #
-La tuerie du .A n .
.... '* *



"JusTreCE
Administration & Redaction :
Tel6. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France T61.: 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n* 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette: Guennadl GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerle Martlniqualse
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
T61. :0596 73 14 54


4Affaire de licole de la Pomiisque:
ALFRED MARIE-JEANNE DEPOSE PLAINTE
Le vendredi 18 mars dernier, Alfred Marie-Jeanne s'est rendu au palais de justice de
Fort de France dans le cadre de sa plainte avec constitution de parties civil dans I'af-
faire de la construction d'une cole A la Dominique, d6truite par un tremblement de
terre. II devait 6tre entendu par un juge d'instruction.
A I'approche de la consultation du 10 janvier, des informations visant manifestement
a discr6diter le president de la region avaient circuld sur le Net accusant la fille du pre-
sident, responsible de la cooperation regionale, de prise illdgale d'int6ret ou de delit
d'initid.
Cette affaire avait 6td abondamment exploit6e par les adversaires du president sor-
tant au motif que sa fille est la compagne d'un des membres d'un cabinet d'archi-
tectes qui avait remportd le march de conception de ce project. Bien que I'appel
d'offres ait 6te lance par le gouvernement de la Dominique. Rappelons qu'A maintes
reprises, Alfred Marie-Jeanne a expliqu6 que la decision de cette r6alisation qui entire
dans le cadre de la cooperation r6gionale avait ete d6cid6e en pleniere.
Le president Marie-Jeanne, considdrant qu'atteinte avait 6et port6e a son honneur &
donc saisi la justice afin que les auteurs de ces informations diffamatoires soient iden-
tifi6s et poursuivis. Sa fille Maguy ainsi que I'architecte mis en cause ont dgalement
saisi la justice.

ATTENTION A L 'ARNAQUE SUR LES TELEPHONES PORTABLES

Les escrocs ne manquent pas d'imagination. Derniere astuce en date : pousser les
utilisateurs de telephones portables A rappeler un num6ro surtax. Alors, si votre mo-
bile s'arrete de sonner avant que vous n'ayez eu le temps de d6crocher, mefiez-vous.
Une sonnerie, voire deux, puis plus rien. Votre tel6phone portable vient de sonner,
mais vous n'avez pas eu le temps de d6crocher. Forc6ment, le premier reflexe est
souvent d'utiliser la function rapperf' prdsente sur presque tous les appareils pour
savoir qui a tentd de vous joindre. Attention toutefois, car une telle manipulation peut
coOter cher. D'autant que les op6rateurs n'ont pas de parade et ne vous remboursent
pas vos units qui sont consommbes par ces num6ros.

AIDE A HAITI
Dans le cadre de la solidarity envers les habitants d'HaYti atteints d'un handicap phy-
sique, le Conseil Gendral, avec le concours de la Maison Ddpartementale des Per-
sonnes Handicapdes, a organism A partir du 29 janvier une collect d'aides techniques
fauteuilss roulants, b6quilles, d6ambulateurs, etc...). Le materiel rdcoltd grace A la
gdndrositd des Martiniquais, des associations et des fournisseurs de matdriels m6-
dicaux a 6t6 charge le lundi 22 mars 2010 en direction des villes sinistres de Haiti,
dans un container offert A Urgence Caraibes par le Conseil Gen6ral.

LES EPOUX PAOLO CONDAMNES EN APPEL
On se rappelle que suite A la diffusion sur Internet de photos intimes mettant en scene
I'dpouse de Karl Paolo alors directeur du CFA BTP, o6 travaillait 6galement sa
femme le Conseil d'administration de cet organisme avait d6cid6 de remettre le cou-
ple A son administration initial, A savoir I'Education Nationale. Se sentant 16s6s, les
6poux Paolo avaient introduit auprbs des tribunaux une demand d'indemnisation a
I'encontre d'Alfred Marie-Jeanne en sa quality de president de la Rdgion, et de la
Collectivitd elle-meme. Le 15 janvier 2010, le Tribunal de grande instance les a de-
boutds et condamnds aux d6pens. Saisie a son tour, la Cour d'appel de Tartenson
vient de confirmer la sentence. Dans sa conclusion, elle 6nonce qu'elle "condamne in
solidum les jpoux Paolo a payer d M91rAffred-9Marie Jeanne et au Conseilrigionalde [a
[Martinique [a some de 1 000 chacun en application de Carticle 700 du code de proce-
dure civie civie. etta demand desfrais irripitibfes des ipoux, Paolo; condamne in soli-
dum [es ipouT Paolo auw dcpens d'Appe".
Une bien triste affaire, don't nul ne peut se r6jouir.

I Le 6a6 knmarcfou pri difi, pran dlo rouze taw':
(Lorsque la barbe de ton camarade a pris feu, prends de I'eau, arrose la tienne.)
Plut6t que de se rejouir du malheur des autres, on devrait en tirer des lemons.


'Mr Jeuri 2 Ma 2010 e n 72Pg


[ SA A F~s





httn:/www.iournal-iustice-martinigue. cor


REGIONALES O010 UNE PAGE EST TOURNEE,
LE COMBAT POUR LE PROGRESS ET LA RESPONSABILITE CONTINUE


Les elections regionales des 14 et 21 mars 2010 mar-
quent le milieu d'une p6riode particulibrement impor-
tante de I'histoire de notre pays. Sur le plan
6conomique et social, chacun retiendra le movement
du 5 fevrier 2009 qui a rev6l1 la profondeur de la crise
systemique que subit notre pays ainsi que I'ampleur
du mal etre dans notre society encore profond6ment
marque par des rapports de type n6ocolonial avec la
France.
Au plan politique, le fait le plus marquant est le d6bat
autour de la question recurrente de la gestion des af-
faires martiniquaises par les Martiniquais (ses) et donc
du statut de notre pays et de son evolution institution-
nelle, qui a d6but6 le 18 decembre 2008 avec la pre-
miere reunion du Congrbs.
Question central de la Responsabilit6 martiniquaise
qui vient d'etre provisoirement tranchee avec I'adop-
tion, le 24 janvier, du project pr6voyant la transforma-
tion de notre pays en une collectivit6 territorial unique
dot6e d'une assemble unique, dans le cadre de I'ar-
ticle 73 (assimilation legislative).

Les recentes elections r6gionales, de par leur portee
immediate et future, revetent une important capital
pour I'avenir de notre pays. Elles ont permis une cer-
taine clarification politique en distinguant nettement les
v6ritables partisans de la responsabilit6 politique des
faux autonomistes et des conservateurs traditionnels.
Des le premier tour, le people a 6carte six listes des
neuf listes en competition. Soit que leurs propositions
n'6taient pas cr6dibles, soit qu'elles manquaient de
base 6lectorale ou encore qu'elles n'ont pu se faire en-
tendre et se creer un space politique suffisant. C'est
le cas de celle conduite par Madeleine de Grandmai-
son, qui i5ourtant sur la base d'un vrai programme de
gauche serieux et credible avait franchi la barre des
5% et s'est retiree de la competition en appelant &
voter pour Alfred Marie-Jeanne, tandis que celle de
Pierre Samot s'est 6vanouie avec les ambitions de son
leader.
Au 2ieme tour, les 6lecteurs ont place en tete la liste
"Ensem6be pour une Martinique nouvetTe"conduite
par Serge Letchimy qui, avec un peu plus de 78.000
voix, devance de plus de plus de 11 700 voix celle
conduite par le president sortant Alfred Marie-Jeanne
(66 308 voix). Tandis que la droite avec seulement 17
173 voix, repr6sentant 10,6% des suffrages exprim6s
realise son plus mauvais score.
En democratic, le people est souverain et notre parti
prend acte de ce rdsultat.
II constate cependant que le raz de maree PPM prevu
par certain sondeurs complaisants ne s'est pas pro-


duit. La victoire par
KO pr6vue dbs le
premier tour n'a
pas eu lieu. Et avec
48, 32% des voix,
la listed victorieuse
ne recueille pas la
majority absolue
des suffrages ex-
prim6s. Elle doit
son advance de 7 q
points essentielle- .
ment au poids rlec- (
toral de la ville de 1
Fort-de-France (et
des 21600 voix et
surtout des 11 643
voix d'avance sur son concurrent direct) accord6es A
son maire.
II faut signaler la belle remont6e du president du MIM
qui n'a pas suffi & combler son retard, son plebiscite &
Riviere Pilote, ainsi que sa victoire dans de nom-
breuses communes du Sud notamment come le
Frangois, Sainte Luce ou Rividre Salee don't les maires
jouaient des r6les de premier plan (Antiste) ou 6taient
tete de liste (Lesueur).
La Martinique est couple en deux blocs d'importance
A peu pres semblable.
Certes, la tete de listed des Patriotes pouvait difficile-
ment esp6rer reporter ce scrutiny, tant le context lui
etait d6favorable. La champagne 6Iectorale a en effect
Wtb brouille par la proximity de ce scrutiny avec les
deux consultations r6f6rendaires. Les adversaires de
I'autonomie ne se sont d'ailleurs pas priv6s de fire
I'amalgame en agitant le spectre d'un retour A I'article
74 en cas de victoire de la listed conduit par Alfred
Marie-Jeanne.
Alors qu'en France, les 6lecteurs sanctionnaient sevb-
rement la politique economique et social du gouver-
nernent, ici, faisant semblant d'ignorer la responsabilite
premiere de I'Etat dans la politique economique et de
I'emploi, ils se sont appliques & oriented la colere po-
pulaire centre la Rqgion rendue responsible de la
cruise, du ch6mage et de la pauvrete de bon nombre de
nos compatriots.
Speculant & qui mieux-mieux sur le fameux et pr~tendu
"mate1s"financier, ils ont sciemment oubli les pro-
messes de reliance economique du Plan Corail d'Yves
J6go, les fameux avantages de la zone franche glo-
bale de la Lodbom qui devraient,crber des milliers
d'emplois, ainsi que les 137 measures du comit6 inter-
minist6riel sur la reliance en Outremer annoncees avec


EPITO


jeui 25 Mari2010 jwtice 12 Page





p j ~~hffp://www~ioumnal-ustice-mnartiniaue. corn


fracas par Sarkozy. Sans computer la cabale nausea-
bonde autour de la cooperation avec la Dominique.
Plus souvent accule & d6fendre son bilan largement
denigr6 par une coalition de ses adversaires tant de
droite que de gauche, soutenue par les puissances
6conomiques qui tiennent le pays en otage, accuse de
tous les maux, le chef des patriots pouvait difficile-
ment I'emporter. Aprbs deux mandates marques par
une bonne gestion financiere et un niveau d'investis-
sement soutenu, Alfred Marie-Jeanne quite la pr6si-
dence avec le sentiment du devoir accompli. II laisse
les renes de la Region a la nouvelle 6quipe qui, em-
portee par son enthousiasme d6pensier, gagnerait A
maltriser la gestion de cette collectivity pour ne pas la
replonger dans de nouvelles difficulties financibres.
La nouvelle 6quipe devra aussi honorer ses nombreux
engagements tant en matiere de reliance des investis-
sements, de creation immediate d'emplois (5 000 &
7 000) que de construction de centaines de logements
sociaux.
Chacun aura note la volont6 affichee du future nouveau
president de mettre en place une "nouveffe gouver-
nance"plus respectueuse, dit-il, de I'equit6 et de la de-


mocratie participative et de collaborer avec les autres
institutions don't le Conseil general pour mener, entire
autres, jusqu'& son terme le delicat chantier de la mise
en place de la r6forme institutionnelle.
L'heure pour nous est a la vigilance tant sur la tenue
des multiples promesses que sur le dossier institution-
nel. Le minimum serait que celui qui a promise I'auto-
nomie par le biais de la troisieme voie et d'une
hypoth6tique revision constitutionnelle aura a cceur de
r6clamer le maximum d'habilitations 16gislatives dans
le cadre de I'article 73 lui permettant de mettre en
oeuvre les nombreux points de son programme qui,
sans cela, resteront lettre morte.
Certes la gauche autonomiste n'a pas gagne. Mais elle
a vecu I'experience in6dite du rassemblement de ses
forces pour mener un combat exaltant et faire avancer
le pays sur la voie de la responsabilit6, de la justice so-
ciale et du developpement veritable. Cet 6tat d'esprit
doit perdurer. Car d'autres rendez-vous nous atten-
dent. Rien n'est jamais fige.
Georges Erichot


r LUTES SI


L ADAPEI EN CRUISE ?


Le personnel a et6 regu par les different organismes de tutelle


Les salaries de I'ADAPEI (Association des parents et amis des
personnel inadaptees et handicapees mentales) affili6s a la
CDMT ont, 6 I'occasion d'une conference de press, attire I'at-
tention sur la "situation social et financiere de leur entreprise".
Cette association emploie 400 personnel et pergoit des fonds
publics pour son fonctionnement. En janvier dernier, le person-
nel avait observe une journ6e de gr6ve pour "dinoncer un cer-
tain nom6re de dysfonctionnements qui portent prejudice non
seulement d (a prise en charge des personnel en situation de han-
dicap mais aussi d leuroutilde travail", comme I'a explique Fre-
derique Pierre-Charles. Cette action n'a donn6 lieu A aucun
changement, selon le personnel, qui aujourd'hui encore deplore


le manque de moyens mat6riels pour repondre
aux besoins des usagers. La secr6taire syndi-
cale voit dans cette attitude des autorites de tu-
telle "du mipris pour les salaries et fes instances
du personnel". Les salaries craignent que les
dettes sociales ne soient pas payees et s'in-
quietent de la non-transparence sur la situation
financiere de I'entreprise. Pour eux, c'est le
signe d'une mauvaise gestion de I'6quipe en
place. Ils d6clarent "ne pas itre en confiance avec
leur empfoyeur". Selon Roger Lanoix, la struc-
ture "serait au board du dip6t de bilan". Les
agents ont donc d6cid6 de se rapprocher des
organismes de tutelle (DSDS et Etat) afin
d'avoir des r6ponses 6 leurs interrogations. Ils
reclament un audit financier et le changement
de I'6quipe en place.
La direction, de son c6te, d6ment cette affirma-
tion de mauvaise gestion. Elle advance que les 6evnements re-
cents ont d6grad6 la situation financiere, entrainant une
diminution du nombre des prise en charges. Or, les fonds ne
sont attributes qu'en function du nombre de personnel a pren-
dre en charge. Elle reconnaTt qu'il y a des difficulties et assure
mettre tout en oeuvre pour maintenir les emplois. En tout cas,
les salaries ont pris les devants en interpellant les autorit6s afin
d'eviter que les 400 emplois ne soient perdus, pour "maintenir
lefficaciti des structures quifavorisent l'ipanouissement de la
personnel handicapie".


I I


I--I- -. -


Ept o





http://Www.ioumnal-iustice-mnartiniczue. cornm


Confirmation office le : EN ?009, LA MARTINIlUE PLONGE DANS LA CRUISE


Les donnees publiees par I'Institut d'6mission des DOM
(IEDOM) en f6vrier et mars relatives aux r6sultats de I'annee
2009 confirment que notre pays subit une grave crise liee au
system neo-colonial en decomposition d'une part et d'autre
part A I'impact de la politique neolib6rale de Sarkozy et de la
crise financiere capitalist international. En attribuer la res-
ponsabilit6 aux collectivit6s locales et en particulier A la R6gion
parce qu'il y avait des elections en mars 2010 est une malhon-
netet6 don't il est temps que I'on se rende compete. Et dire que
certain 6conomistes nous d6nongaient comme alarmistes
quand nous expliquions A partir de septembre 2008 que notre
pays serait frapp6 par la crise capitalist. C'est plus facile et
aussi minable de s'en prendre aux l1us locaux. Nous attendons
la creation des 5 000 a 7 000 emplois promise par le nouveau
sauveur de la Martinique.

LES PRIX A LA CONSOMMATION
EN JANVIER 2010 '. 0,-S */
Au mois de janvier 2010, I'indice des prix A la consommation
des manages en Martinique augmente de 0,5 % par rapport au
mois pr6c6dent. Cette evolution est essentiellement due a la
hausse des prix des products p6troliers, des transports, ainsi
qu'A celle des prix du tabac. En janvier 2009, I'indice avait aug-
ment6 de 0,4 %. Le glissement sur un an (janvier 2010 com-
pare a janvier 2009) est de + 0,8 %. En France en janvier 2010,
le glissement des prix sur un an est de + 1,1 %. En Guade-
loupe, I'revolution annuelle est de + 2,2% ; en Guyane elle est
de + 1,9 %. Cela confirm qu'en Martinique, la recession est
severe et subit une deflation.
Les prix de I'alimentation diminuent de 0,1 % (- 0,4 % sur un
an). Cette evolution est due essentiellement a la baisse des prix
des products frais (- 2,4 % ; 2,2 % sur un an).. Hors products
frais, les prix de I'alimentation rench6rissent de 0,4 %.
Les prix du tabac augmentent de 4,3 % (+ 52,6 % sur un an).
Les prix de I'6nergie augmentent de 1,9 % en raison de I'aug-
mentation des tarifs des products p6troliers (+ 2,5 % ; 0,7 %
sur un an).
L'ensemble "transports et communications" augmente de 4,8 %
sous I'influence des tarifs saisonniers des transports aeriens.
Les prix des "autres services" s'accroissent de 0,7 %, les prix
des "assurances fiWes au.Cogement"y contribuent largement avec
une augmentation de 3,1 %. A I'inverse, les prix des services de
sant6 diminuent de 0,9 % (source : INSEE-Martinique).

VULNERABILITY FINANCIERE I NETTE AUGMENTATION
DES RETRAITS DE CARES IANCAIRES EN 200' (1 26,S V.)
Le nombre d'incidents de pavement sur cheques progress de
0,4 % sur les trois derniers mois de 2009 et de 3 % sur I'annee
2009. A 18 627 et 2 239, le nombre de personnel physiques et
de personnel morales en interdiction bancaire connaTt une 6vo-
lution similaire sur un an (respectivement + 1,3 % et + 2,9 %),
en d6pit d'un recul sur le trimestre (- 0,4 % et 1 %).
En revanche, les 6tablissements de credit ont recens6 1 116
retraits de cartes bancaires entre septembre et d6cembre 2009,
ce qui constitute un niveau historiquement elev6. Ce chiffre est
en hausse de 11 % sur le trimestre et de 26,5 % sur I'annee
2009, soit 4 207 retraits en d6cembre 2008 et 5 320 retraits de
cartes bancaires en d6cembre 2009 (source : lettre ledom n
206 fevrier 2010). '


COMMERCE AUTOMOBILE I. MOROSITE DE L'ACTIVITE
MALGRE UN SURSAU'T EN FIN D'ANNEE.
"L solutionn des immatriculations de vihicules neufs timoigne
d'une diminution du courant d'affaires dans le secteuren ien avec
fe rafentissement iconomique et [a baisse de (a consommation", in-
dique l'IEDOM (lettre de fWvrier 2010). Les primes A la casse)
ont eu un effet positif en fin d'annee.
En 2009, 15 646 v6hicules neufs ont ete immatricules en Mar-
tinique, centre 16 788 en 2008 (soit -6,8 % sur un an) et 17 840
en 2007. Le niveau de 2009 est A peine sup6rieur A celui atteint
en 2001. Dans le detail, les ventes de vehicules particuliers
neufs (VPN) se replient de -3,9 % sur un an centree + 10,7 %
en France) tandis que les vQntes de vehicules utilitaires neufs
(VUN) diminuent de -19,5 % sur un an. Signe de marasme 6co-
nomique. Les marques 6trangeres sont pref6rees par les par-
ticuliers (57,9 % de part de marche.
De meme, les v6hicules particuliers roulant au gasoil sont lesr
plus vendus (60 % des v6hicules). Signe de baisse du pouvoir
d'achat.
Le mois de d6cembre aura 6t6 favorable (provisoirement ?)
pour le secteur automobile grace aux diff6rentes promotions af-
fich6es par les concessionnaires et la perspective de la dimi-
nution de la prime A la casse en janvier 2010. A fin d6cembre
2009, 2 686 vehicules neufs (2 329 VPN et 357 VUN) ont.ete
immatricul6s soit + 61,9 % par rapport A d6cembre 2008.

IOURISME UNE CONJONCTURE DEFAVORABLE EN 2009 ...
Autres r6sultats d6finitifs pour 2009 : le tourism. Selon l'IE-
DOM, "Ce secteurdu tourism a souffert de la crise en 2009". L'IE-
DOM pursuit : "Le nombfre de passagers a airportt (1 495 209)
se reptie de 4,9 % sur Cannie. Cette diminution pfus accentuie que
celCe du traffic passage international(-3,5 %), a iti toutefois li-
mitie dans son ampleurpar des offres tarifaires. Selon Cassociation
du transport airien international(Iata), 2009 fut Ca pire annie du
transport airien international
(ParaleCement, 61 046 croisiiristes ontfait escape a (a Martinique
en 2009, soit une chute de 30% sur un an. La reprise de Cactiviti
de croisikre au 4e trimestre (45 bateauxcontre 34 au 4ime trimes-
tre 2008), n'aura paspermis de rattraper Ce retardpris pendant les
blocages du dibut d'annie et d'atteindre Co6jectifde 100 000 pas-
sagers que s'itaientfixs les professionneCs pour 2009. En avaCdu
secteur, Ces entreprises qui bneficient traditionneClement de ceflju
(artisans taxis, restaurateurs, ...) ont igalement Wit touches par
cette 6aisse dactiviti.
JAu niveau de Chltellerie, la situation n'est guere plusfavorable.


'i 2'


r EcoN





EcowmlE


Afin novembre 2009, fe tauxd'occupation s'affiche a 49 % contre
58,6 % un an plus t6t et le nombre de nuities se replied de -23,4 %
sur un an. La 6aisse des taux d'occupation, diji rencontrie en
2008 (- 5 points), fragilise la situationfinancidre des entreprises
hitelikres. En France, le principalindicateur iconomique du sec-
teur, appeal RevPAR (com6inaison du taux d'occupation des
chambres et de eurprix moyen), est en baisse de 8,5 % toutes ca-
tegories d'i6tels confondues". Un secteur largement d6pendant
de la conjoncture 6conomique international en dehors des
facteurs d'image propres : Dean, chlored6cone, tremblement
de terre, movement social, etc.

OCTROI DE MER -009'
UNE RECETTE PLUS FAIBLE AVEC LA CRISE
En 2009, les collectivit6s locales ont perqu 161,1 millions d'eu-
ros au titre de I'octroi de mer, soit une baisse 20,6 % par rap-


port 2008. Cette chute est li6e A la baisse conjointe des im-
portations enregistr6es par la Douane, sur la meme p6riode,
soit 25,9 %. Le niveau variable de cette resource d6pendant
du niveau des importations et donc de la consommation fra-
gilise le budget des communes pour qui elle constitute la pre-
miere recette fiscal de financement. Rappelons que le volume
de la consommation depend principalement des transferts de
I'Etat (salaires des fonctionnaires) et des revenues sociaux don't
les variations sont d6cid6es par le gouvernement francais.
Voici I'6volution de la recette de I'octroi de mer ces dernieres
annees:
2004 :167,2 millions d'euros
2005 :188,4 millions d'euros;
2006: 192,9 millions d'euros;
2007 :193,9 millions d'euros;
2008 : 202,9 millions d'euros.
2009: 161,1 millions d'euros.
(Source : lettre ledom n 207 de mars 2010)
Michel Branchi


IFOIIUlc I


Pette : Non, ce n'est fa Cesaire gui est responsable

DEPUIS L ENTREE EN FUNCTION DE LETCHIMY EN 2001, LA DETTE DE FORT-

DE-FRANCE N A CESSE D AUGMENTERR


En r6ponse aux informations publi6es sur la dette colossale de
Fort-de-France, Serge Letchimy a tent6 plusieurs esquives que
nous avons demont6es (cf. Justice no 7 du 4/03/.2010 et n 10
du 11/03/2010). En particulier, il a pr6sente le montant de la
dette par an (dur6e moyenne de 15 ans) et par habitant de 138
E pour la minorer en I'opposant a la charge de la dette par ha-
bitant qui est bien de 3079 E/habitant en 2008. II a fait sem-
blant de confondre annuity de la dette et charge de la dette.
Ensuite il a pr6sent6 un ratio annuityi de (a dette sur recette
rielles de fonctionnement" de 11,8 % lui permettant d'affirmer
qu'il serait proche de la
moyenne nationall" (fran- .t
gaise) de 11,4 %. Nous lui
avons oppose le ratio obliga-
toire "rapport de l'encours de la
dette sur les recettes rielles de
fonctionnement" de la Direc-
tion g6enrale des Collectivites
locales qui est a Fort-de-
France de 130,2 % alors qu'il
est de 78 % pour les com-
munes frangaises de plus de
10 000 habitants. Fort-de-
France dans sa statet" (villes La dette a augment de 48,
de 50 000 A 100 000 habitants) est la 96me plus endettee sur
les 76 villes de France de cette cat6gorie et de loin la plus en-
dett6e des DOM.
Alors Serge Letchimy a tent6 un autre tour de passe-passe en
rejetant la responsabilit6 de I'endettement de Fort-de-France
sur I'h6ritage requ d'Aim6 C6saire qui avait dO accueillir toute
la Martinique. II a cit6 par example un emprunt sur 40 ans rea-
lise en 1978 pour aider le CHU Pierre Zobda Quitman.

Evolution de la dette de Fort-de-France depuis 2000
Nous avons pu retracer I'endettement de Fort-de-France de-


j5


puis I'annee 2000 A partir de I'annuaire des communes, don-
nees officielles (site : http://alize22.finances.gouv.fr/com-
munes/eneuro/tableau), sachant que Serge Letchimy a
succ6ede Aime C6saire en 2001. Voir le tableau joint.
Que constatons-nous ?
1) L'encours de la dette (sans les int6erts) augmente entire
2001 (date de prise de function de Serge Letchimy) et 2008
(derniers chiffres connus) de 155,7 millions d'euros a 204,5 mil-
lions d'euros. La dette ne diminue donc pas, mais augmente
de 48,8 Millions d'euros, soit de + 31 % avec une acceleration
& partir de 2006. La dette ac-
tuelle n'est pas le seul h6ri-
I tage de la gestion d'Aime
C6saire, comme Serge Let-
chimy I'a sugg6r6 pour se d6-
fausser de sa gestion
hasardeuse. Rappelons que
la dette total en 2008, selon
le PV du conseil municipal de
Fort-de-France du
25/11/2008, se montait & 281
millions, intdrdts comprise :
amortissements (= 200,4 ME
(mais 204,5 ME selon le do-
millions d'euros depuis 2001 cument cit6 ici) + int6rdts
(80,8 ME) = 281 Millions
d'euros/ 91 249 habitants = 3 079 euros par habitant.
20) Selon un communique du conseil municipal de FDF du
23/02/2010, I'encours de la dette serait aujourd'hui de 207
Millions d'euros au 22/0212010. L'encours de la dette (sans
les int6rets, faut-il le souligner) aurait donc augment depuis
2008 de + 2,5 millions d'euros, en d6pit des remboursements.
Pour 6valuer la "charge de la dette", il faut inclure les int6rAts
comme nous I'avons fait pour I'annee 2008 pour laquelle nous
disposons des donnees completes.
3) L'6cart de 1'encours de la dette par habitant entire Fort-


V Ieu1'25 '2n-


'I ~httD://www~iournal-iustice-rnartinicque corn





http://www.i ournal-justice-martinique. com (


de-France et la moyenne des villes de France de la m6me
state (de 50 000 habitants 6 100 000 habitants) s'accroTt et
est pass de + 30 % a + 84 % : le poids de la dette en 2008
(sans les int6rets) est pour chaque habitant sup6rieur de pr6s
de 1 000 euros & Fort-de-France par rapport & la France. Soit
2 157 euros (sans les int6rets qui s'61evaient a 81 millions d'eu-
ros en 2008) centre 1 173 euros en France en moyenne. C'est
cela la r6alit6. Et cela explique le montant exorbitant des im-
p6ts qui, aux yeux des financiers, garantissent le rembourse-
ment de la dette.

IMPORTS LOCAUX .I QUELLE DIMINUTION ?
S'agissant des imp6ts, 6 RFO T616 le 18 mars 2010, Serge
Letchimy a affirm aux Martiniquais (ses), les yeux dans les
yeux, les avoir diminues, sans autre precision.
Voilb leur evolution :


Libelle Taux 2006 Taux 2007 Taux 2008 Variation
des taux

Tx d'Hab 24.53% 24.53% 23.95% 0, 58 %
Tx Fonc 29.41% 29.41% 29.21% 0,20 %
Prop. Baties
Tx Fonc. 25.32% 25.32% 24.72% 0,60 %
Prop. Non Baties

Autrement dit, il s'agit d'une baisse hom6opathique et sym-
bolique en 2008 mais qui maintient la "ville-capitale" dans le
palmares des villes qui matraquent le plus le contribuable. II
avait W6t envisage en 2009 de r6tablir les taux d'avant 2008
pour faire face aux contraintes financi6res. In extremis, Let-
chimy a renonc6 a cette augmentation.
Michel Branchi
19/03/2010


TABLEAU SUR L'EVOLUTION DE L'ENDETTEMENT DE LA VILLE DE FORT-DE-

FRANCE ENTIRE 000 ET 008 (DERNIERS CHIFFRES OFFICIALS CONNUS)


Dette 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

(1) Encours de la dette au
31/12 de I'anne au 164,8 ME 155,7 ME 156,0 ME 157,0 ME 165,6 ME 165,3 ME 179,9 ME 196,1 ME 204,5 ME

(2) Annuit6 de la dette 30,7 ME 30,6 ME 36,3 ME 26,3 ME 26,2 ME 24,0 ME 20,8 ME 18,5 ME 17,7 ME

(3) Encours en euros/Hts (F-
deF(3) Encours en euros/Hts (F- 1 740 1 643 1 647 1 657 1 747 1 745 1 898 2 070 2 157


(4) Moyenne Frangaise de la
State (communes de 50 1 337 1 253 1 184 1 133 1 129 1 103 1 133 1 131 1 173
000 6 100 000 habitants) -
encours en /hbt

(5) Ecart encours par habi-
tant FDF/My France= +30,1 % +31,1% + 45,3 % + 46,7 % + 54,5 % + 58,2 % + 67,5 % + 83,0 % + 83,8 %
(3)-(4)/(4)%
(6) Annuit6 de la dette en E/t
(FDF) 325 323 383 278 277 254 226 196 187

(7) Menne Fran e de a 275 264 258 244 221 186 163 156 149
Strate, annuity en E/t

(8) Ecart FDF/My France =
(6)-(7)/(7) % France + 18,1 % + 25,1 % + 48,4% + 13,9% + 25,3% + 55,8% +38,6% + 25,6% + 25,5%

Source : Annuaires des communes : alize22.finances.gouv.fr


CONFERENCE SUR LA RECONSTRUCTION D'HAI'TI
PrOs de 27 pays seront r6unis en Martinique, le 23 mars 2010, la demand d'aide a la reconstruction formul6e par le gouver-
pour la premiere "Confirence international des vilTes et regions nement ha'tien suite au s6isme du 12 janvier dernier. En Mar-
du mon!depourfa reconstruction !Hfafti". Cette conference, an- tinique, les participants devront trouver les voies pour amorcer
nonc6e par le president de la R6publique frangaise le 17 f6- un d6veloppement equitable et durable du territoire haitien.
vrier, lors de son d6placement en Haiti, est le prelude de la Selon les organisateurs, "La reconstruction ne permettra ~e di-
Conf6rence international des donateurs qui aura lieu le 31 veloppement du pays que si elie s'insere dans une virita6be poli-
mars 2010 New York, aux Etats-Unis. II s'agit de r6pondre a tique de dicentralisation et de concentration, Les deux


POLITIQUElEco I





http://www.iournal-iustice-martiniaue. cor


dynamiques itant intrinsequement complimentaires". En effet,
"'aifti a souffertjusqu'a aujourdhui dfun engorgement de la ca-
pitale, qui rassem6le pros du tiers de la population totale, et d'un
dflaissement des villes secondaires. La lourdeur du 6ifan humain
et matirieldicoule aussi de ce phinomine de surconcentration :
trois millions de Hfaitiens vivaient a TPort-au-Prince et Fessentief
de Cactivit eiconomique itait concentric dans une ville hypertro-
phiie pourtant concue pour 300 000 ha6itants".
Les objectifs poursuivis par cette premiere rencontre sont les
suivants :
1 Apporter la contribution des collectivit6s territoriales au
plan de d6veloppement voulu par les autorites haTtiennes, en
particulier dans son volet d'appui a la governance locale;
2 Coordonner I'aide international des collectivit6s territo-
riales;
3 Mutualiser les efforts des collectivit6s territoriales 6tran-
gores et haltiennes;
4 Aider au enforcement de la d6centralisation haftienne,
deja engage avant le s6isme.
Au programme : un d6bat sur le theme "PRconstruire Hfaiti a
partir des territoire s: concentration, dicentralisation". Cinq ate-
liers ont ete constitutes (d6veloppement urbain et am6nagement
du territoire, resources humaines, finances locales, develop-
pement 6conomique local, mutualisation et coordination), co-


presides par un representant haTtien et un representant d'un
pays tiers. Marie-Luce Penchard, ministry charge de I'Outre-
mer, et Alain Joyandet, secr6taire d'Etat charge de la Coope-
ration et de la Francophonie, repr6senteront le gouvernement
frangais.
Les r6sultats attendus de la Conference international des
villes et regions du monde pour HaTti sont :
1 Identifier de fagon concrete, et dans des secteurs cl6s, les
projects A engager par les Collectivites territoriales haTtiennes ;
2 itablir des partenariats sur la base de ces projects, en mu-
tualisant les efforts entire diff6rentes
Collectivites territoriales;
3 Contribuer, aux c6t6s des autorit6s haTtiennes et sous
leur direction, A la definition d'une strat6gie global et co-
herente de d6veloppement du territoire haYtien, alliant dyna-
mique de decentralisation et de d6concentration ;
4 Contribuer au chapitre governancene 1ocafe" du plan qui
sera adopt A New York. L'ensemble des travaux sera conso-
lid6 dans un document unique portant la vision des collectivites
territoriales dans la reconstruction d'Halfti et pr6sentera leurs
diff6rents programmes d'action. Ce texte sera soumis au Gou-
vernement haitien lors de la Conference international des do-
nateurs du 31 mars 2010 a New York. Par la suite, il sera
largement communique aux pays donateurs, aux institutions in-
ternationales et aux diff6rents acteurs locaux.
21/03/2010


FOITI I


BRATIR LE PAYS MARTINIQUE UN EDIFICE SERIEUSEMENT LEZARDE.


David Zobda et Pierre Samot: Croient-ils en autre chose qu'eux memes ?

UNE CREDIBILITE RUINEE
Les dernieres consultations electorales ont provoqu6 de se-
rieux d6egts collat6raux dans plusieurs 6quipes municipales et
dans certain parties politiques.
Ainsi en est-il de I'6quipe lamentinoise conduite par Pierre
Samot et de "Bdtir le pays Martinique", la formation don't il est
le president, aujourd'hui minee par des dissensions sur la stra-
tegie politique de son leader et par des rivalit6s de personnel.
Fond6e I'occasion des r6gionales de 1998, apres la rupture
avec le Parti communist martiniquais, "(Batir fe pays Marti-
nique" affichait A ses debuts de grandes ambitions. D'autant
qu'il avait ete porter sur les fonds baptismaux par plusieurs per-


sonnalit6s comme Edouard Glissant, Patrick Chamoi-
seau ou Louis Boutrin ou Gerard Dowrling- Carter.
Sans oublier Camille Chauvet.
Aujourd'hui, tous ont quitter le navire ou se sont mis en
retrait pour nombre de raisons.
Ainsi, nul n'ignore que c'est I'abandon brutal par P.
Samot du pharaonique project de Musee des Arts et des
Am6riques (M2A2) sur les ruines de I'ancienne usine
du Lareinty, sans meme en informer Edouard Glissant
pourtant chef du project, qui est A I'origine de la brouille
entire les deux hommes. La livraison de ce site, pre-
sent6e I'origine par Samot comme element du patri-
moine lamentinois, aux concessionnaires automobiles
et autres commerce n'a pas ete tres appr6ciee par
celui qui s'etait deja beaucoup invest dans sa mission.
Quant a Louis Boutrin qui apportait 6 ce movement
une caution ecologique et Gerard Dowrling Carter, ils
ont depuis belle lurette repris leurs billes et ont fait
6quipe avec Alfred Marie-Jeanne. B&tir s'est r6duit b
roupe purement lamentinois.
ce sont les r6centes consultations qui ont rev6le les erre-
ts de ce parti, ruinant du coup sa cr6dibilit6.
-un a garden en m6moire I'6trange attitude du leader du
pe "3Bdtir"qui avait fait mine de s'engager pour I'autonomie
pposant sa signature au bas de la declaration du 29 juillet
) creant le Rassemblement Martiniquais pour le Change-
t (RMC) et qui avait totalement desert la champagne en fa-
de I'article 74.
ment le president de Batir peut-il inviter les Martiniquais A
re en nous-mimes", comme il avait baptism sa liste des re-
ales quand, lui-meme ne respect aucun de ses engage-
s ?


V_ *e1i2 Mr200jutie '12- ag -*


[ SCntt





httD://lwww.iournal-iustice-martiniaue. cornI


UISCORDE ET ILLUSIONS PERWUES
Plus r6cemment, 6 I'occasion des r6gionales, son president a
cru bon de conduire sa propre liste, avec I'ambition de faire un
score significatif au premier tour, en s'appuyant sur le Lamen-
tin. Ce qui, selon la rumeur, lui permettrait de n6gocier au se-
cond tour avec Serge Letchimy, un soutien a sa candidature b
un poste de s6nateur. Mais son pietre score dans sa propre ville
(3447 voix), face au leader du MIM (3209 voix) et A celui du
PPM (2820 voix) et surtout ses r6sultats insignifiants sur I'en-
semble du pays (5131 voix) soit 3,96 % des suffrages exprimes
montrent que son 6toile a bien pali.
A cette d6confiture s'ajoutent des divisions internes sur la stra-
tegie et sur la ligne politique suivies. Les informations ont fait
6tat d'une reunion fort houleuse du bureau national de ce part
qui devait statuer sur le 2ieme tour.
Et alors que Pierre Samot, "au nom du group (Bdtir", precisait-
il par prudence, appelait a voter en faveur de Serge Letchimy,
d'autres comme Jose Mirande (36me sur la liste) faisaient
connaitre publiquement leur d6saccord.
Quant A Alfred Sinosa, "en sa quality de conseillerginiraldu La-
mentin", il publiait un communique dans lequel il d6sapprouvait
la decision de Samot et se prononcait clairement en faveur d'AI-
fred Marie-Jeanne, "incontesta6blement le mieuxplacj" selon lui
pour servir la Martinique. II y d6nonce "une menace rielie de voir
[es dirgeants du PPM utiliser fes moyens de la region pourfinan-


cer les nombreuxprojets en suspens a (Fort-de-Trance... au ditri-
ment du Lamentin et des autres communes". II est vrai que, pr6-
sident de la commission des finances du Lamentin, Sinosa n'a
jamais dig6r6 le siphonage des finances de la ville par la
Cacem.
Et Sinosa de conclure son appel en rappelant son attachment
& la morality et 6 I'int6grit6 des hommes. Des arguments qui
ont dO siffler aux oreilles du patron de Batir. VoilA un acte de
courage qui le rach6te de bien de ses silences.
Tout fait croire qu'il a d6finitivement pris ses distances, d'autant
qu'il announce qu'il ne sera "plus candidat a aucun mandatpoli-
tique". On a 6galement vu Claire Tumorfe, la conseillere g6ne-
rale de BAtir, dans les bras d'Alfred Marie-Jeanne lors d'un
meeting le jeudi 18 mars 6 Fort-de-France.
La guerre de succession qui fait deja rage au sein de la majo-
rite du conseil municipal devrait s'intensifier entire les divers
postulants 6 I'h6ritage. Au Lamentin, deux clans s'affrontent de-
puis quelque temps dejA. L'un partisan du Lamentinois de
souche qui "a bu Ceau du Longvilliers" et I'autre en faveur de
celui qui s'est tant d6men6 pour extraire le maire des griffes de
la justice.
A moins que Samot qui aura 80 ans en 2014 ne calme les ar-
deurs des uns et des autres en conservant le fromage tant
convoit6.


DERNIERS ECHOS DE CHAMPAGNE


LE 74 ET L'AUTONOMIE SORTIS PAR LA PORTE
Dans un des derniers tracts distributes par les mules du nou-
veau messie avant le deuxieme tour, on peut lire : "Votez Serge
Letchimy. Ne Caissons pas remettre en cause notre vote du 10 jan-
vier: le 10janvier nous avons massivementfait sortir le 74 par la
porte, nous ne le laisserons pas revenir par fafenitre (...)".
Pour grappiller des voix, le n6o-PPM n'a donc pas hesite a uti-
liser un argument de la pire droite d6partementaliste des Le-
sieur, Maignan et Laventure centre tout retour du 74 et faisant
ressurgir la peur de I'autonomie et de la perte des acquis so-
ciaux qu'il avait contribute associer malhonn6tement A I'article
74 dans I'esprit d'une notable parties de notre people.
Ce que le PPM a fait sortir par la porte pour gagner la Region,
c'est avec le 74 I'id6e d'autonomie elle-meme. Pour preuve, le
silence total depuis le 10 janvier sur la "troisieme voie", "'Tauto-
nomie constitutionnalisie dans 6 ans", le "74 Martiniquais", etc.
Mais contradiction flagantes, il a public un programme regio-
nal ne pouvant 6tre r6alis6 sur nombre de points (prix, politique
de 1'6ducation, cooperation r6gionale et europ6enne, foncier,
etc) que dans le 74 et I'autonomie.

LA DOMINIQUE, BOUC EMISSAIRE DE LA PAUVRETE
De la meme maniere, plongeant la main dans le caniveau de la
x6nophobie des assimlilationnistes, les portefaix du n6oPPM,
dans les appeals A voter en voitures sonoris6es, ont fustig6 I'aide
de la Region A la Dominique affirmant que les millions d6pen-
s6s pour aider A reconstruire un cole primaire pourraient 6tre
utilis6s pour secourir les Martiniquais vivant au-dessous du
seuil de pauvret6 ou les sinistr6s de Dean. Dire qu'il s'agit peut-
6tre de bons paroissiens qui vont a la messe ou au temple ou-
bliant 1'616mentaire devoir de solidarity chr6tienne, voire tout
simplement humaine et les grandes declarations de I'h6ritier de


C6saire sur la cooperation caraTfb6enne. De la x6nophobie a
1'6tat pur.

VERS UN GUICHET POUR LES PAUVRES A LA REGION ?
De meme on a pu entendre Letchimy lui-meme dans un echo
de champagne sur une radio(RCI ou RFO) assurer en substance
que les 50 millions d'euros d'exc6dents de la Region auraient
pu servir a aider des milliers parmi les 80 000 Martiniquais(ses)
vivant en-dessous du seuil de pauvret6 (moins de 650 euros
par mois) ou 6 avoir un revenue au SMIC. A quand I'ouverture
d'un guichet dans I'Agora du Conseil regional ?
Rappelons que le budget de la Region, avec 338 millions d'eu-
ros, repr6sente moins de 4 % du PIB martiniquais et que le fa-
meux exc6dent all6gu6 de 50 ou 60 millions d'euros selon
I'inspiration des porte-paroles de ce n6o-PPM de droite repre-
sente 0,6/0,7 % du meme PIB. A I'6chelle d'un citoyen 50 ou
60 millions d'euros, cela paraTt 6norme, mais pour cr6er des
emplois cela est trbs faible.

5 000 A 7 000 EMPLOIS TOUT DE SUITE?
Sur ATV, le soir du deuxieme tour, notre camarade Michel
Branch a d6nonc6 la d6magogie du candidate Letchimy annon-
9ant la creation de 7 000 emplois tout de suite. Gen6, Daniel
Robin a rectifi6 qu'il s'agissait de 5 000 emplois dans les 2 ans.
II se trouve que dans le programme en 7 axes de Serge Let-
chimy il est promise sous le chapitre "traiter Curgence" de "re-
trouver" 5 000 emplois (page 6). Et dans les prises de parole,
Letchimy a parle de cr6er tout de suite 5 000 a 7 000 emplois.
Et puis 30 000 emplois dans les 10 ans (page 8) et/ou 9 000
emplois sur 10 ans(page 9) dans le tourism. Cela sans au-
cune demonstration chiffree. N'est-ce pas du populisme qui
risque de cr6er a terme des d6sillusions ?
Antoine Gilles


* I"I I ,'I.


FOLITIqUE I





FOLITIqUE


LEs CAMELEONS DE LA POLITIQUE


Le dictionnaire Le Petit Robert, apres avoir defini le cameleon
comme un "reptile saurien", propose une second definition qui
est la suivante : "'Personne qui change de conduite, opiniono, de
(angage, au gri de Cintirit".
Des cam6l6ons, il y en a toujours eu en Martinique dans le do-
maine politique. Mais depuis quelque temps, il semble que cette
esp6ce d'individus tende A prolif6rer, singulierement au sein de
ce qu'il est convenu d'appeler "&a gauche". L'un des plus cele-
bres de nos actuels cameleons est sans contest Jean Crusol,
qui, en 2003, apres avoir fait champagne pour le "oui" a la Col-
lectivit6 unique dans le cadre de I'article 73, a brusquement re-
tourn6 sa veste peu avant la consultation populaire du 7
decembre, appelant a voter "non"avec la meme force de convic-
tion apparent. La suite, on la connait : Jean Crusol est entr6 au
PPM, ce qui lui a permis de frequenter du beau monde et de fi-
gurer en 176 position sur la liste de Serge Letchimy aux r6gio-
nales de mars 2010. Deux autres cameleons se sont r6evels en
plein jour a I'occasion de ces r6gionales : Luc Clement6 et Jus-
tin Pamphile. Ils se sont tous deux d6clar6s partisans de la col-
lectivite unique dans le cadre de I'article 74 et ont fait champagne
jusqu'au 10 janvier avec Claude Lise et Alfred Marie-Jeanne au


sein du RMC, combattant donc le front commun anti-autonomiste
constitu6 par le "P9M Nouveau", I'UMP et les socialists. Le
people martiniquais, fragilise par la crise socio-6conomique et
deboussole par I'intense campjagne de peur men6e par le front
commun, rejette massivement le 74 le 10 janvier, pour ensuite
dire "oui" a la Collectivite unique dans le 73, le 24 janvier. Sa-
chant que la prochaine tape decisive sera I'election de ladite as-
sembl6e unique, Clement6 et Pamphile ont choisi de se placer
d'ores et deja sous les ailes de Serge Letchimy. Conseillers re-
gionaux aujourd'hui, ils se voient membres de la future assem-
bl6e unique dans deux ou quatre ans.
Un autre cam6elon m6rite absolument d'6tre sorti de I'ombre. II
s'agit de David Dinal, m6decin de son 6tat. II s'est manifesto pu-
bliquement & I'occasion des r6gionales comme president du co-
mite de soutien de Serge Letchimy aux Anses d'Arlets. Ce que
beaucoup de gens ignorent, c'est que le 25 janvier dernier il a
ecrit, en creole, une belle lettre flatteuse a Alfred Marie-Jeanne,
o6 il se disait pret A rejoindre sa liste.
Comment peut-on changer de language et d'opinion aussi vite?
O est la dignity dans tout cela ? L'inter6t personnel doit-il me-
priser ainsi la morale la plus elementaire.
M.Belrose


APROPOS D'UN "BILLET" DE RUBY RABATHALY


Ruby Rabathaly a public dans France-Antilles, le 16 mars dernier,
au lendemain du 1 er tour des r6gionales, un billet subtil et corro-
sif ou il exprime I'idee que Nicolas Sarkozy "doit sefiliciter" de
ce qu'il appelle "ta pole position de Serge Letchimy". II 6voque les
deux raisons principles de cette supposee joie pr6sidentielle.
La premiere, dit-il, est que Letchimy "ne risque pas de venir, tous
fes quatre ans, frapper a sa porte pour riclamer une nouvelle
consultation institutionnelle". C'est ce que Justice n'a cess6 de
repeter des que le "(PPM 'ouveau" a lance sa fumeuse et chi-
merique "3M voie". Et c'est ce qu'a confirmed le changement de
language de ses porte- parole le lendemain du 10 janvier : le
"PPM Nouveau "a enterre I'idee d'autonomie, a laquelle il n'a ja-
mais cru vraiment. Sarkozy, la droite et le patronat martiniquais
peuvent donc 6tre tranquilles. La second raison 6voquee par le
journalist est que "fe feaderdu PP!M a r6ptia durant sa champagne
sa volonti de suivre loyalement Ces voies de Capprentissage et de
experimentationn et mieux d'attendre sagement la reform de


2014".
Et dire que Serge Letchimy, avant le 10 janvier, se faisait fort
d'obliger la France a modifier sa Constitution "obsolete"au profit
de la seule Martinique, et que Catherine Conconne insultait le 1-
gislateur frangais qui a ose inscrire dans I'article 74 de la Consti-
tution "des points qui blasphiment la democratie".
M.Belrose

N.B. : Nous aimons utiliser I'expression "VPPM Nouveau" qui
nous fait penser au fameux "Beaujolais Nouveau", ce vin fran-
gais qui chaque annee est mis en vente dans le monde entier et
presented comme 6tant toujours "nouveau". Ainsi nous apparait le
parti de feu Aime Cesaire : nouveau, de plus en plus influence
par I'ideologie liberal, dirig6 par un "leader"non encore "fonda-
mental' avide de pouvoir et pret a faire un faire un "grandpas"
avec ce qui reste de "fusine" et toute la bourgeoisie locale.


Affaire he Lycie $choelcher: LE SNES A ROULE JUSQU AU BOUT POUR LETCHIMY


Une nouvelle fois, le syndicate SNES a tent6 en pleine champagne
electorale une manipulation des 6elves et de I'opinion publique
a I'encoritre d'Alfred Marie-Jeanne. Ce syndicate s'est 6vertu6 de-
puis longtemps a combattre I'ancien president du Conseil r6gio-
nal. Les membres de la communaut6 educative du lyc6e
Schcelcher ont tenu une reunion pr6paratoire avant un conseil
technique paritaire devant 6voquer I'avenir de I'etablissement,
le vendredi 19 mars au rectorat. Reunion que le rectorat a pre-
fer repousser attendant I'election du president.
Dans,ce context electoral le SNES, par la voix de Joseph Henri,
a mobilise une parties des eleves et a demanded aux candidates de
prendre position concernant les projects pour I'6tablissement en
rappelant que si la t&te de liste Serge .etchimy a pris un enga-
gement, il appartenait maintenant & Alfred Marie-Jeanne et
Andre Lesueur d'adoptbr un project clair en cas d'election.


II est vrai que ce dossier a fait couler beaucoup d'encre depuis
quelques annees, alors qu'il se trouve au centre d'une vive po-
lemique entire I'ancien president de region (Alfred Marie-Jeanne)
et le d6put6 maire de Fort-de-France (Serge Letchimy) qui a ete
jusqu'A refuse le permis de construire.
L'Union des parents d'le&ves de la Martinique(UPEM) dans un
communique du 18 mars a appele "les parents fileves du Lycie
Schoekchera une vigilance accrue pour que leurs enfants ne soient
pas utilises a des fins autres que leur scozarit". L'Upem declare
que "malgre Cefait que certain refusent d'entendre les informa-
tionsfactuelles, notre questionnement et nos propositions nous
demeurons vigifants quant au future et a la sicuriti au Lycie
Schoelcher".


Pr jeu'25 Mar 2010 j''I n


I IhttD://wwwiouma1-iustice-rnartiniaue. cor





httD://www.iournalIjustice-mriiu~o


Lettre aux Martiniquai : JE RENTRERAI A LA MAISON EN TOUTE VIGILANCE


Nous avons regu trop tard de Madeleine De Grandmaison
ce trbs beau texte que nous publions o& elle tirait avant le
second tour des elections r6gionales les lemons de son ex-
perience politique. Elle appelait sans h6siter & voter pour
Alfred Marie-Jeanne, d la grande colbre de Serge Letchimy
et de ses lieutenants. Qu'elle soit remerci6e pour sa fer-
met6 et son courage.Merci de vos suffrages exprimes en
ma faveur depuis 38 ans don't 27, au titre des Elections Re-
gionales.
Merci singulierement aux 8.875 votants qui, le 14 mars 2010
ont accord leur confiance A la liste. :
Alliance pour d6velopper la Martinique
Que j'ai conduite sous le patronage du Rassemblement D&-
mocratique pour la Martinique .
Dans la conjoncture actuelle de violence sur les valeurs mo-
rales, sociales et humaines, votre choix, port6 sur moi prend
tout son sens : confiance, foi dans la parity, une parity global
ne laissant pour compete aucune facette du possible. Merci !
En allant A I'essentiel, je m'apergois que j'ai servi la Martinique
de I'Education la Martinique du Travail, la Martinique des As-
sociations, la Martinique de la Politique au sens le plus noble du
terme, et ce, avec le meme enthousiasme, le m6me bonheur.
Ma famille m'a port6e durant cette longue traverse, je ne la
remercierai jamais assez.
Le 22 mars, je rentrerai a la maison sans amertume, en toute
vigilance, sachant que j'ai men6 un combat just et ai donne6
chaque famille martiniquaise I'image du possible.
Hommage A mes parents
Heureuses retrouvailles avec mes enfants grands et petits, mon
mari, support ind6fectible, mes amis, mon jardin secret.
La Martinique, dans la confusion, est 6 la croisee des chemins,
sans guide et sans boussole. Cette confusion me vaut une halte
force, temps de la r6flexion, temps d'un bilan d'6tape ; mais,
je resterai mobilisee, la Martinique pourra computer sur moi, tant
que j'aurai de la force. "Car iln'est point vrai que Cc'uvre de
Chomme estfinie". La Martinique est mon pays, ma famille, avec
tout ce qu'elle peut exiger de tolerance, de compassion et de
courage, pour aussi tant de joie reque.
Nous sommes tous et chacun responsables du lendemain de


notre Martinique.
Femmes de Marti-
nique, mes sceurs,
gardens & i'esprit la
parole d' Aim6 C6-
saire aux filles du
pensionnat colonial
en juillet 1945 :
"N!ous sommes passi-
bles de (a mimejustice
qu'au tribunal du
monde, nous sommes
redevables des mimes
responsa6iltis, et que
dans la grande em-
6auche de lacuvre
universelle, nous
sommes bninficiires Madeleine de Grandmaison Le courage
des mimes quaifica-
tions. Eh bien, 9Mesdemoiselles, c'est pour tout cela, quej'ai ac-
cepti de prendre la parole devant vous, pour vous fire une chose
infiniment plus grave, une chose qu'ilvous appartient, a vousplus
qu' toutes autres i'entendre, que nous avons sur les bras une ci-
viisation a refaire"
J'ajoute : Un pays 6 construire
Dimanche 21 mars dans la belle lumibre annonciatrice d'avril,
le temps de convergence,
ne faussez pas le jeu.
Du Nord au Sud, votez pour la droiture, la rigueur, I'id6ologie
clairement assume, prot6gez la d6mocratie.
Votez la liste Patriotes et sympathisants
qui a tout mon soutien.
Madeleine de Grandmaison
Thte de liste R.D.M
du 14 mars 2010


Piscours pronounce par A lfred marie-jeanne : LE COMBAT CONTINUE


Martiniquaises,
Martiniquais,
Par votre vote,
vous avez sou-
hait6 un change-
ment 6 la tate de
la Collectivit6
R6gionale. La
tactique mise en
place et les ar-
guments utilises
par la liste victo-
rieuse ont et6
payants.
Je souhaite b la
nouvelle 6quipe
emmen6e par
Serge Letchimy
tout le succ6s at-


tendu par le people martiniquais.
Qu'il me soit permis d'adresser mes remerciements aux 66 309
6lectrices et 6lecteurs, qui ont accord leur confiance a la liste
des Patriotes Martiniquais et Sympathisants.
Ce n'est pas I'effondrement annonce.
Car nous sortons premier dans 13 communes et r6alisons plus
de 41 % des suffrages exprimbs. C'est vous dire militants et
sympathisants qu'il y a 16 matibre r6confortante A continue la
lutte.
Sachez enfin que nous avons herit6 d'une situation difficile et
que nous laissons une situation totalement assainie, permet-
tant toutes les audaces.
Mesi an pil,
M6si an chay
Plis fos pou demen.
Riviere-Pilote, le 21 mars 2010
Alfred Marie-Jeanne


Altred Marie-Jeanne : La ignite


IFOLIT10,1JE


ir jeu~25Mar5270-jwie no 12-Page/





hI h ll//www~iournal-iustice-martinicue. cor


RESULTATS OFFICIALS SECOND TOUR DES ELECTIONS REGIONALES DE MARTINIQUE
.0*1m 6.

Conue Incrt Votnt Bln SNl Sfrg nr l eg
exrn Lesiu Mai-Jan Letchi


I


Ajoupa-Bouillon
Anses d'Arlet
Basse-Pointe
Bellefontaine-
Carbet
Case-Pilote
Diamant
Ducos
Fds-Saint Denis
Fort de France
Frangois
.Grand Rivi6re
Gros Morne
Lamentin .,
Lorrain
Macouba
Marigot
Marin
Morne-Rouge
Mome-Vert
Precheur
Rivi]re-Pilote
Riviere Salbe
Robert
Saint-Esprit
Saint-Joseph
Saint-Pierre
Sairite-Anne
Sainte-Luce
Sainte-Marie
Schoelcher
Trini6
Trois-Ilets
Vauclin
Total
Pourcentage


RESULTATS GUYANE


RESULTATS REUNION


Inscrits
Abstentions
Votants
Blancs ou nuls
Exprim6s


69 655
34 480
35 175
1 041
34 134


Inscrits Votants


49,50 %
50,50 %
1,49%
49,00 %


2,96 %
97,04 %


Inscrits
Abstentions
Votants
Blancs ou nuls
Exprimes


550 480
221 856
328 624
13005
315 619


Inscrits Votants


40,30 %
59,70 %
2,36 %
57,34 %


3,96 %
96,04 %


Mme Christiane Taubira (LDVG)
M. Rodolphe Alexandre (LMAJ)


14 982voix 43,89 %
19152voix 56,11%


M. Michel VERGOZ (LSOC)
M. Didier ROBERT (LMAJ)
M. Paul VERGES (LDVG)


59933voix 18,99%
143 485 voix 45,46 %
112 201 voix 35,55,%


J 5 MI 2010 j n' 12 Page 12


I


-- --- ---


I I


I


[ ltflm ES 210


1 466
3 429
3 580
1 436
2950
3 065
4445
11 397
835
68 675
16 002
829
8 198
24 041
6580
1 149
3 189
6474
4 574
1 615
1 466
10625
8 975
17010
7 327
11 580
4 231
380
6 856
16 807
. 15480
9 963
5 094
7 926
301 249


913
2 007
2 073
1 070
1 658
1 806
2 635
6481
475
35013
9 001
470
4436
12988
4196
663
1 761
3625
2 599
963
848
7488
5 738
8886
4 113
6 024
1 858
2 125
4 549
8910
8338
5019
2 654
4 479
165 862


27
30
57
35.
33
40,
38
167
11
861
227
6
135
.;. 420
153
15
56
73
57
10
7
,*. 75
103
245
71
140
37
32
96
317
214
188
48
102
4 126


886
1 977
2 016
1 035
1 625
1 766
2598
6313
464
34 152
8 774
464
4 301
12568
4043
648
1 705
3552
2 542
963
841
7413.
5 636
8642
4 042
5 884
1 821
2 093
4 453
8 593
8125
4 831
2 606
4 377
161 739
53,96 %


100
136
429
52
166
287
235
684
120
2 476
939
69
419
1 071
414
263
215
241
170
160
70
241
1 607
1 169
529
689
292
186
420
1 026
1 137
449
281
445
17 187
10,63%


362
1 203
545
281
497
566
1 121
3051
86
10013
4 003
297
1 775
5 952
1 345
158
633
1 610
704
239
506
6519
2 749
3222
2 343
2 558
835
1 216
2 067
2 204
2696
1 525
984
2 294
66 359
41.03%


424
638
1 042
702
962
913
1 242
2578
258
21 663
3 832
98
2 107
5 545
2284
227
857
1 701
1 668
554
265
653
1 280
4251
1 170
2 637
694
691
1 966
5 363
4292
2 857
1 341
1 438
78 193
48,35 %


=1 4. 1 I ____________ &





httD://www~ioumnal-Lustice-mnartinipue. corn


SERGE LETCHIMY L'EMPORTE GRACE AUX VOIX DE FORT-DE-FRANCE


Un cycle, commence en 2008 avec la rencontre
des l1us en congress, s'est termin6 avec ce second
tour des elections regionales du 21 mars 2010. 12
ans apres sa premiere election, le president sor-
tant de la Region, Alfred Marie-Jeanne, a du conce-
der la victoire a son adversaire de toujours, Serge
Letchimy. Apres une champagne centre sur la
conception de la gestion de la Martinique et surtout
devoy6e attribuant a la R6gion malhonnetement il
faut le dire tous les maux du pays don't le moindre
n'est pas le taux de ch6mage structure 61leve,
78 189 6lecteurs de la Martinique ont decide de
confier les renes de la Region a I'equipe emmenee
par Serge Letchimy. II devient ainsi le dernier r6si-
dent de I'actuelle mouture de la Region. Le candi-
dat PPM a ainsi profit de la participation accrue a
ce second tour. L'augmentation de la participation
s'est r6alisee au benefice de celui qui avait vir6 en
tate au premier tour. Elle a augment de 11,57 poin
de 55,57% centre 44,47 %, I'abstention etant tombee
Les electeurs ont d6cid6 de faire un choix citoyen p
cond tour, pour signifier que I'abstention du premie
certainement due 6 une absence de lisibilit6 du fail
grand nombre de listes au premier tour(9). S'agit-il
table d6sir de changement ou la dynamique de car
t-elle a aussi r6veill les 6lecteurs pour ce second to
vrai que les candidates avaient mis les bouch6es dot
convaincre les electeurs. Et dans les faits, le duel c
tour s'est accentue entire Alfred Marie-Jeanne et S
chimy r6duisant Andre Lesueur 6 faire de la figure
de I'annonce des r6sultats dans la soiree du dimanch
la bataille a ete tres 5pre entire les deux candidates el
tats serr6s jusqu'au bout, Alfred Marie-Jeanne mena
32 communes sur 34. Et c'est finalement le r6sulta
de-France qui a permis la victoire de Serge Letchir
pr6sidence de la Region lui apportant les 11 000 voix
president sortant aura donc resist et il n'y a pas
drement annonci", comme I'a comment Alfred Mari
Car si l'on compare les chiffres, certes Letchimy a r<
de voix que Marie-Jeanne lors des elections de 20C
voix contre 74 880 voix), mais en pourcentage Mar
avait fait mieux (a savoir 53,73 % centre 48,32 %), se


"Ensemble pour une Martinique nouvelle": sans responsabilit ?

ts et a et6 le corps electoral a augment entire temps de quelque 30 000
a 44,65%. electeurs. Les electeurs ont donc d6cid6 I'alternance, meme
our ce se- s'ils reconnaissent la valeur du bilan de I'6quipe sortante en lui
r tour 6tait octroyant 66 359 suffrages. Comment expliquer la chute du lea-
t d'un trop der du MIM ? Certes, le president sortant avait un bilan et des
d'un vri- projects. Mais finalement le message mettant en avant de nou-
npagne a- velles tetes en politique et la promesse d'un changement aura
iur ? II est sans doute s6duit la majority des electeurs. Cela meme si
ubles pour Serge Letchimy et une bonne parties de son 6quipe sont sur le
lu premier devant de la scene depuis de nombreuses annees avec un
Serge Let- bilan contested Fort-de-France.
tion. Au fil Serge Letchimy I'emporte dans 23 communes sur 34 tandis
le 21 mars qu'Alfred Marie-Jeanne sort en tate dans 13 communes, don't
t les r6sul- la plupart dans le sud de la Martinique. Andre Lesueur et la
int jusqu'a droite continent de s'effondrer dans le paysage politique mar-
t de Fort- tiniquais, laissant la place a "une nouvelle dfroite dite moderne",
ny pour la peut-il se consoler avec la commune de son ami Sainte-Rose
d'6cart. Le Cakin. Le Macouba est en effet la seule oO il sort premier. Au
"eu 'effon- final, la liste "Ensemble pour une Martinique nouvelTe"remporte
e-Jeanne. 26 si6ges, les patriots avec Alfred Marie-Jeanne, 12 sieges et
5alis6 plus Rassembler la Martinique d'Andre Lesueur se retrouve avec 3
14 (78 057 sieges. La liste Serge Letchimy qui a tant promise devra dore-
ie-Jeanne navant d6montrer qu'elle saura mettre en avant les int6erts de
chant que la Martinique et non ceux de ses affid6s et des opportunistes de
tout poil qui lont rejointe passant pour certain al-
6lgrement du 74 le 10 janvier a la pr6tendue
"3Mme voie"le 14 mars. Elle devra faire la preuve
d'une bonne gestion en n'enfoncant pas la Marti-
nique dans I'endettement par des projects pha-
raoniques au pr6texte de la modernity. Marie
Jeanne I'a dit: "la situation est saine", mais Serge
Letchimy a d'ores et deja annonc6 un audit afin
de faire un 6tat des lieux. Une nouvelle donne po-
litique est donc en place pour amener la Marti-
nique vers la Collectivit6 unique au plus tard en
2014 et en 2012 selon ceux qui veulent aller au
plus vite. Aux Martiniquais de rester vigilants sur
le devenir du pays. Car rien ni personnel ne peut
empecher le surgissement tot ou tard au sein de
notre people de I'aspiration a la vraie responsa-
bilite, au besoin irrepressible de prendre notre
destin en main et de surmonter la peur distillee
honteusement.
C.B


V h Mr 2t -


L"EV&EM





LA
VENEMENT


Elus he la liste "Ensemble four une Martinique Nouvelle"


SERGE LETCHIMY
President du Conseil Regional


Catherine Conconne


Didier Laguerre Yvette Galop


Luc C6lment6 Jenny Dulys-Petit


Justin Pamphile


Jocelyne Pinville


Daniel Robin


Karine Roy-Camille


Daniel Chomet


Christiane Mage


Simon Morin


Marlene Lanoix


M.-France Thodiard










Camille Chauvet


Jean Crusol


Karine Galy


M.-Th6rese Casimirius


Jos6 Maurice


I Lordinot
Fred Lordinot


Elisabeth Landi


^^SSi IK3Sir ISSKKwc d


Patricia Telle


http://wwwiournal-iustice-martiniaue.com

CONSEIL REGIONAL





htto://www.iournak-ustice-martinigue. com


Thierry Fondelot


Manuela Mondesir


Elif ie la lite


Alfred Marie-Jeanne


Mane-H6Ibne LWoIn V


it

~.I4 &~
Ol8u~iIneJ4h~5~
I


Elus be la liste "Kassembler la Martinique"


Andre Lesueur Chantal Maignas


Miguel Laventure


DISCOURSE DE SERGE LETCHIMY DIMANCHE Z1 MARS

AU THEATRE AIME CESAIRE


Le people martiniquais a fait son choix.
Celui d'un changement profound dans un pays qui vit une crise
sans pr6c6dent.
Celui d'une conception moderne de la d6mocratie.
Celui d'une vision moderne du d6veloppement 6conomique.


Enfin, celui d'une responsabilit6 sereine.
Je remercie les 78 193 6lecteurs et Nlectrices qui ont vot6 pour
la liste que j'ai eu I'honneur de diriger: Ensemble pour une Mar-
tinique nouvelle !
Je remercie tous ceux qui se sont impliques dans cette cam-


*euh'25 Mar; 2 1 -a 5


LAE 'VENEMENT





I I ~hM.Il/www~ioumnal-iustice-martiniaue. corn


pagne, mes colistiers, militants et sympathisants !
Cette champagne a 6t6 extr6mement rude, mais I'heure n'est
pas a la rancune.
L'heure est au rassemblement!
Cette victoire n'est pas la victoire d'un clan sur un autre un clan,
c'est la victoire du people martiniquais tout entier vers un hori-
zon neuf.
La Region de demain ne sera pas la collectivit6 d'un Parti poli-
tique, ni celle d'un clan.
Et encore moins la collectivit6 d'un homme.
Elle sera ce qu'elle doit 6tre : la maison du people, la maison de
tous, ouverte A tous et attentive ; toutes les cr6ativit6s, 6 toutes
les solidarites !
Le pays vient de turner une page, et c'est un moment histo-
rique !
Mais la page qui s'ouvre doit s'inscrire dans I'humilit6, dans le
respect, dans le travail, dans la volont6 de faire people et de
nous mobiliser sans exclusive, pour affronter les moments dif-
ficiles, dans un 61elan de redressement economique, social et
culture, sans precedent.
Je rends hommage a tous les adversaires du premier tour, et du
deuxieme tour, N M. Alfred Marie-Jeanne, a M Andre Lesueur.
IIs ont d6fendu leurs id6es, affirm leurs convictions.
C'est par la participation de tous que nous pourrons construire
une d6mocratie de progress.
Une d6mocratie qui respect les differences et qui trouve dans
la contradiction la possibility meme du plus total enrichisse-
ment !
L'heure est a la joie, certes !


Mais I'heure est aussi au travail !
L'heure est aussi A la responsabilit6 de tous !
II n'y a pas de temps A perdre !
Des demain, nous mettrons au travail, notamment sur le plan
de la reliance 6conomique. Je demanderai, au Pr6sident du
Conseil General, M. Claude LISE, une rencontre, pour que le
plus rapidement possible, nous fassions un point sur les grands
enjeux du moment, mais aussi que nous traditions de la Collec-
tivit6 unique a venir!
D'ici la fin avril, notre plan de reliance devra etre valid par notre
comite de pilotage, pour 6tre soumis aux elus dans une stance
pl6niere, car la reliance des travaux publics doit se faire dans les
plus brefs delais !
Le plus rapidement possible, je rencontrerai, le representant de
I'Etat, les elus, les maires, les presidents de communaut6s,
pour que leur participation a notre plan de reliance soit total.
La Martinique a choisi de s'ouvrir a de nouvelles perspectives
de progres et de croissance !
Je lui dis merci !
Je measure I'immensit6 de la tAche qui m'est ainsi confine.
Que la jeunesse martiniquaise, que toutes les grandes per-
sonnes, que tous les martiniquais, d'ici et d'ailleurs, trouvent
dans ce d6fi qui s'ouvre I'occasion d'un engagement collectif et
le lieu exigeant d'une esp6rance nouvelle !
La Martinique nouvelle est en march !
Merci a tous !
Vive la Martinique riche de sa diversity !
Et Vive le people Martiniquais !
Serge Letchimy


21 MARS 2010 : LA FIN D'UN CYCLE POLITIC.UE RICHE EN RENIEMENTS ET EN


Avec I'election de Serge Letchimy A la pr6sidence du Conseil
regional le 21 mars 2010 se termine un cycle politique com-
menc6 le 18 d6cembre 2008 par la reunion du Congres des
elus martiniquais sur la question institutionnelle.
A l'initiative des deux presidents des collectivit6s majeures, les
elus martiniquais se prononcent & une trbs large majority pour
le choix de I'article 74 de la Constitution qui permet la transfor-
mation de la Martinique en Collectivit6 autonome garantissant
ses int6rets propres au sein de la R6publique frangaise. Seuls
les elus du PPM et de la droite d6partementaliste se pronon-
cent contre cette evolution. Serge Letchimy se prononce pour
un "74 martiniquais".
Des lors une violent champagne s'enclenche contre I'autono-
mie dans le 74.
Le 5 fevrier 2009, A I'appel d'une Intersyndicale r6unissant la
quasi-totalite des centrales martiniquaise, commence une


greve g6enrale centre la vie chere et les bas salaires. Elle se
termine par des accords sur la baisse des prix et I'octroi d'une
prime de vie ch6re. En d6pit du fait que la plupart des revendi-
cations concernent I'Etat frangais, certain syndicalistes mani-
pules s'efforcent de turner la pointe du movement contre les
elus des collectivit6s r6gionale et d6partementale, voire centre
certain maires. Pour reprendre la main, Nicolas Sarkozy, or-
ganise les Etats g6enraux de I'Outre-mer boycotts par la plu-
part des syndicats et par le PCM. La droite et les bekes
s'engouffrent dans cette tribune qu'ils tentent avec succ6s de
transformer en un forum centre les elus et contre 'revolution
institutionnelle. Des pamphlets circulent sur Internet et inondent
les tribunes de France-Antilles assimilant le passage A I'article
74 a I'ind6pendance, A la perte des acquis sociaux, a la baisse
brutale des credits de I'Etat, etc. Des comparisons malhon-
netes sont presentees avec les territoires frangais dotes d'un
statut dans le cadre de I'article 74. Le MIM-CNCP est le seul au
sein des ateliers des Etats g6enraux a tenir tete au d6ferlement
anti-evolution institutionnelle.
Le 18 juin 2009 se tient la deuxibme reunion du Congres pour
definir I'organisation et le fonctionnement de la Collectivit6 au-
tonome ainsi que ses comp6tences. Les comp6tences du do-
maine social sont soigneusement 6cart6es des pouvoirs de la
nouvelle collectivit6 comme le permet I 'article 74. Les elus tien-
nent bon. Le project est vote a nouveau par une large majority
incluant le MIM-CNCP, le RDM de Claude Lise, les socialists,
des personnalites de droite telles que Claudine Jean-Theodore
ou Jenny Dulys, etc. Seuls le PPM et la droite d6partementa-
liste des FMP-UMP s'y opposent. Serge Letchimy pr6sente
alors son project de "3Mme voie"pr6voyant une collectivit6 dotee
de comp6tences nouvelles et d'habilitations dans le cadre de


'r je'u 25 Ma ,rs 2 0 n1 1


FOLITIO&E I





http://Www.ioumnal-iustice-martinicue. cornm


I'article 73 et une "autonomie constitutionnafisee" dans 5 ou 6
ans. Le Congres demand le report des elections r6gionales
de mars 2010 pour permettre une bonne information des Mar-
tiniquais sur les propositions d'6volution institutionnelle.
Nicolas Sarkozy, en juillet, ; I'inauguration de I'aeroport Aim6
Cesaire, promet de consulter le people martiniquais sur I'6vo-
lution institutionnelle.
Le rapport des Etats g6neraux de la Martinique sign du Pr Vic-
tor Vaugirard, au m6me moment, conclut A la n6cessit6 d'une
evolution institutionnelle pour provoquer un d6veloppement de
type endog6ne.

CONSTITUTION DU RMC
Le 29 juillet, 6 I'initiative du RDM, se constitute au Squash H8tel
le Rassemblement Martiniquais pour le Changement (RMC)
pour d6fendre le 74, entire 11 organizations et avec des per-
sonnalit6s telles que Jenny Dulys et Claudine Jean-Theodore.
Vint ensuite le temps des reniements. Ce fut d'abord celui des
socialists tels que Louis-Joseph Manscour, Raphael Vaugi-
rard, etc, qui se prononcent pour I'assimilation de I'article 73.
Puis Jenny Dulys qui declare rester aux c6t6s de sa popula-
tion. En r6alit6 la pression des milieux b6k6s et patronaux s'ac-
centue contre I'aventure que representerait le passage au 74.'
La Martinique s'enfonce dans la crise 6conomique : les licen-
ciements se multiplient et les liquidations judiciaires de PME-
TPE font rage. Le PPM mene depuis janvier 2009 une
champagne dense sur les memes themes que la droite d6par-
tementaliste : la perte de I'6galit6 des droits, la perte des ac-
quis sociaux, etc. Au point que Miguel Laventure constate une
"convergence" avec Serge Letchimy.
Certains au sein du RMC s'engagent timidement dans la cam-
pagne en faveur du 74 comme BAtir le Pays Martinique de
Pierre Samot.
Nicolas Sarkozy conclut en novembre les Etats g6neraux de
I'outre-mer en annongant 137 measures pour un pr6tendu d6-
veloppement endog6ne dans le cadre de I'article 73. II fixe la
date des consultations aux 10 et 24 janvier 2010, I'une sur le
74, I'autre sur la Collectivit6 unique, article 73. Cela brouille les
cartes. II maintient les elections r6gionales les 14 et 21 mars
2010, just apres les consultations.
Le PPM constitute le Mouvement des autonomistes et progres-
sistes (MAP) en se ralliant diverse personnalit6s tels Jean-
Claude William, ex-pr6sident de I'UAG et des 6lus comme le
senateur Larcher, Maurice Antiste. On voit a ses meetings Mar-
cel Osenat, Jean-Marcel Maran, Claude De Jaham, etc. II est
clair que la bourgeoisie et une large fraction du patronat joue
Letchimy comme en 1956 elle joua Cesaire contre les commu-
nistes. Elle goOte avec ravissement a la "divine surprise"de voir
le parti de "'Afutonomie pour az Nation martiniquaise" se muer
en d6fenseur acharn6 de I'assimilation legislative et I'article 73.
Sarkozy aussi en sous main joue la carte du maire de Fort-de-
France en raison de la deliquescence de I'UMP de Chantal Mai-


gnan. Divers intellectuals de renom soit disant "nationalistes"ou
des artistes connus comme Patrick Chamoiseau se prononcent
contre I'autonomie et pour I'article 73 et I'assimilation... On voit
remonter un assimilationnisme refoul6 qu'on croyait terrass6
m6me chez certain syndicalistes comme les trotskystes de la
CGTM ou la CFDT ainsi que la FSU et le SNES. IIs font cam-
pagne sur le th6me de la perte des acquis sociaux menac6s
par le 74. Le SNES est A la pointe d'une provocation contre le
president de la R6gion Alfred Marie Jeanne 6 propos de la re-
construction du Lyc6e Schoelcher.
La droite d6partementaliste se d6chaTne contre le 74. Les
themes du n6o-PPM et de la droite assimilationniste se confon-
dent : risque, danger, venture, etc, sont les terms qui sont
martel6s dans les m6dias acquis en majority aux anti-74.
II faut d6cerner la palme 6 certain journalists de RFO.
Le 10 janvier I'article 74 et I'autonomie sont rejet6s par 80 %
des votants. Le pouvoir colonial exulte et declare que "fe Mdbat
institutionnelclos". Voire...

UN PLAN DE CARRIER RONDEMENT MENE
Le 24 janvier, les partisans de I'article 74 appellent 6 voter pour
la Collectivit6 unique de I'article 73 qui est adopt6e avec une
majority d'une petite participation. Cela n'emp6che pas la droite
et le PPM qui en d6cembre 2003 I'avaient torpillee d'en reven-
diquer effront6ment la paternity et de se presenter aux R6gio-
nales comme les vainqueurs du 10 janvier et du 24 janvier.
Au terme d'une champagne des r6gionales qui a attribu6 men-
songerement a la R6gion la responsabilite de la crise qui frappe
la Martinique, du ch6mage end6mique et de la pauvret6 et qui
promet de creer imm6diatement 5 000 a 7 000 emplois, Serge
Letchimy s'empare de la pr6sidence du Conseil regional de la
Martinique.
Un cycle politique se termine qui a vu le leader du parti qui se
pretend comme le parti "historique"de I'autonomie se hisser au
pouvoir A partir d'une champagne de peur contre le changement
de statut.
En r6alit6, il s'agit d'un plan de carridre rondement men6 en
sp6culant sur la difficult r6elle de faire passer I'autonomie
pour, en s'y opposant, en faire un moyen d'acc6der au pouvoir
contre les int6rdts martiniquais.
Aujourd'hui le leader du neo-PPM est plac6 face sa promesse
d'acc6der A I'autonomie par la troisieme voie d'une al6atoire
revision constitutionnelle sur measure et de relancer I'6conomie
martiniquaise et de la d6velopper en cr6ant des milliers d'em-
plois sans comp6tences nouvelles. En endettant la R6gion ?
Singulier challenge.
Le combat pour am6liorer les conditions de vie des travailleurs,
pour tirer le miller parti de la Collectivit6 unique, pour clever la
conscience politique du people martiniquais et pour cr6er les
conditions de la conqudte de la Responsabilit6 martiniquaise
continue avec les communists.
Michel Branchi


TRIBUNE EN COHERENCE ET RESPONSABILITE


Mdme si les scrutins des 14 et 21 mars sont deja passes,
cette tribune de note ami Serge M6nil garde toute son ac-
tualit6, car le combat pour la responsabilit6 et la dignity
martiniquaise continue plus que jamais malgre I'arriv6e A
la Region de celui qui I'a poignard6 dans le dos.

Je suis de ceux qui ont vote OUI le 10 janvier. OUI a une Col-
lectivit6 unique dans le cadre de I'article 74 de la constitution.


J'ai vote OUI parce que je suis favorable & I'id6e d'autonomie
que j'ai fait avancer dans les domaines oui j'6tais en capacity de
le faire. Sous ma responsabilit6, le syndicate d'enseignants que
j'animais est devenu une organisation autonome dans le cadre
du syndicate national frangais don't il dtaitjusque IA une section
au m6me titre que toutes celles qui, en France, en Guadeloupe,
en Guyane, A la R6union, en Corse, le composent. Cette orga-
nisation national qui reconnaTt, de longue date, le droit des


r jeull 25 Mar I 2 u n P


FOLITIqUE I





http://Www.ioumnal-'ustice-mnartinigue. corn


peuples A disposer d'eux-m6mes. Sous ma responsabilit6 de-
puis 1993, le syndicate a fait des propositions adressees aux
6lus pour I'instauration d'un system 6ducatif regional auto-
nome. Pour autant je n'ai jamais participA au d6bat politique :
c'est que, secr6taire general d'une organisation syndicale re-
groupant des enseignants ayant des options politiques et phi-
losophiques diverse, j'etais tenu A des discours unificateurs
dans des syntheses exprimant la volont6 du plus grand nom-
bre. Si ma pens6e 6tait libre, ma parole 6tait contrainte. N'exer-
gant plus de responsabilite publique, j'ai donc en coherence,
en responsabilit6 et ouvertement, fait le choix d'une collectivit6
autonome majeure. Mais il y a d6sormais un avant et un apres
10 janvier 2010. En toute hypothese, I'id6e meme d'autonomie
semble avoir 6et ensevelie le 24 janvier, et force est de prendre
acte du vote des 6lecteurs qui maintient la Martinique dans le
cadre trop 6troit de I'article 73 de la Constitution. Le 14 et le 21
mars, nous aurons a choisir, en conscience et hors de toute
peur paralysante, les hommes et les femmes qui prepareront
I'av6nement de la collectivit6 Unique. Pour ma part, en cohe-
rence et en responsabilit6, je fais en confiance le choix des
hommes et des femmes qui accompagnent les presidents Al-
fred Marie-Jeanne et Claude Lise qui se sont montr6 les plus
audacieux et les plus ambitieux. Pas pour eux-m6mes, 6vi-
demment, mais pour assur6ment la nouvelle collectivit6 qu'ils
veulent. Peut-etre les derniers 6v6nements rappellent-ils op-
portunement A ceux qui en font leur 6tendard que I'audace n'est
pas I'apanage de la jeunesse. Je fais le choix des presidents
Claude Lise et Alfred Marie-Jeanne et de celles et de ceux qui
les accompagnent pou participer utilement aux negociations
avec le gouvemement dans la perspective d'une Collectivit6 qui
soit r6ellement en capacity de r6pondre aux attentes des Mar-
tiniquais. Je fais en toute s6r6nit6 le choix des deux presidents
pour preparer les deux fusions a venir: Fusion des personnel
don't la dimension humaine n'echappe a personnel Fusion des
patrimoines. Ils sont, a mes yeux, incontestablement les mieux
pr6par6s A le faire et pour proposer les inflexions n6cessaires
quant aux orientations de la politique g6nerale a mettre en
oeuvre dans le court, le moyen et le long terme. Et viendra donc
apres le 24 mars le temps des n6gociations avec le. gouverne-
ment sur les modalit6s d'l1ection pour I'installation de la Col-
lectivit6 Unique Je ne suis ni juriste, ni politologue, ni
sociologue. Je suis tres modestement un citoyen attentif A la
vie de son pays pour lequel il veut le meilleur. Aussi, avant que
les experts reputes, sur I'objectivit6 desquels on peut A bon
droit s'interroger, investissent tous les champs m6diatiques, je
me risque a avancer quelques id6es de bon sens soumises au
debat n6cessaire : Si j'avais A choisir, j'opterais pour I'architec-


ture suivante : Un territoire, Une collectivit6, Une circonscrip-
tion electorale, pour penser la Martinique globalement- les mu-
nicipalites, les communaut6s de communes, ayant vocation A
concevoir et A agir localement, en coherence avec le project glo-
bal qu'elles auront necessairement contribute laborer. Si
j'avais A choisir, j'opterais pour une election A la proportion-
nelle: Avec une prime majoritaire qui ne r6duise pas I'opposi-
tion a la portion congrue et la place en situation de faire-valoir
d'une majority intouchable. Avec un seuil de 5% qui 6vite un
trop grand 6miettement de la representation politique qui peut
6tre source de d6sordre et de dysfonctionnements. Si j'avais a
choisir, j'opterais pour un ex6cutif de 21 membres, responsible
devant une assemble de 69 membres ayant capacity, sous
certaines conditions, a voter une motion de defiance A cet exe-
cutif. Si j'avais A choisir, j'opterais pour un seul conseil consul-
tatif de 41 membres avec une alternance triennale de la
pr6sidence entire le monde de I'6ducation, de la culture et de
I'environnement d'une part et le monde socio-6conomique d'au-
tre part. Ce conseil consultatif devrait disposer de I'autonomie
financiere qui garantisse son ind6pendance A I'6gard du pou-
voir politique. Si j'avais A choisir la date des elections, je dirais
que I'6ch6ance 2012 me paraTt la mieux indiquee si I'on veut fa-
voriser une clarification politique et un context apais6 au-
jourd'hui d'une extreme urgence. Clarification et apaisement
sont possibles, encore faut-il :
- que tous les elus ou pr6tendants fassent...ce qu'ils disent,
- que les engagements pris soient tenus.
- que I'int6ert du pays prevale en toutes circonstances sur les
destins personnel. que les conversions surprenantes ne vien-
nent plus alt6rer la confiance des electeurs et le credit des elus
et des repr6sentants.
- que les discours soient plus respectueux des femmes et des
hommes en competition. Alors le d6bat politique serait assure-
ment plus apais6, les attaques personnelles n'auraient plus au-
cune justification satisfaisante et seraient tries vivement
condamnees par I'opinion publique. Chacun conviendra que
ces elections peuvent se reveler d6terminantes : pour la cohe-
sion social et le d6veloppement harmonieux de la Martinique.
II me reste A souhaiter que le taux de participation aux elec-
tions gale au moins celui du 10 janvier 2010 Alors, les consul-
tations des 10 et 24 janvier n'auront pas Wet totalement
infructueux. Apres le 21 mars, tous les elus de quelque parti
qu'ils appartiennent auront I'obligation de faire corps pour ser-
vir avant tout la Martinique et les Martiniquais. Fait en cohe-
rence et responsabilite.
Fort-de-France le 03 Mars 2010
Serge M6nil.


FRANCE UNE CONDEMNATION SANS APPEL DE LA POLITICUE DE SARKOZY


Alors qu'A la Martinique, la droite et le PPM ont men6 cam-
pagne sur le theme de "fa region responsa6be de la crise et du
ch6mage", les 6lecteurs de la France hexagonale ont s6vere-
ment condamn6 la politique 6conomique et social de Nicolas
Sarkozy et de son gouvernement.
Sentant venir la d6route, la droite avait tent6 de relativiser I'im-
portance de ce scrutiny qui ne devait avoir, selon ses principaux
tenors, qu'une port6e r6gionale.
Mais c'6tait sans computer avec I'exasp6ration de tous ceux qui
portent tout le poids de la crise, de ces millions de ch8meurs
et de travailleurs pauvres qui s'enfoncent chaque jour davan-
tage dans la pr6carit6 et aussi des classes moyennes don't le ni-
veau de vie a Wte s6rieusement rabot6, alors que la fortune des
plus riches ne cesse d'augmenter.


Des le lier tour, tous ceux-IA avaient clairement exprime leur
m6contentement en donnant une majority de voix aux diffe-
rentes listes se r6clamant du parti socialist, d'Europe Ecologie
et du Front de gauche rassembl6 autour du Parti communist
frangais.
Le deuxieme tour qui a vu une augmentation de la participation
n'a fait qu'amplifier les r6sultats de premier. Avec 54,05% des
voix, les listes I'union de la gauche obtiennent un score histo-
rique, devangant de plus de 20 points celles de droite..
L'6chec de la droite income d'autant plus au president de la
R6publique qu'il avait tenu A designer lui-meme les tetes de
listes de son parti, rompant par IA meme avec une tradition qui
plagait le repr6sentant de I'Etat au dessus de ce type de consul-
tation.
De I'avis de tous les commentateurs, ces regionales ont ete


V I


[ IttfIONALEs 2010 1





http://www.iournal-iustice-martinique.com
une B6rezina pour la droite. Car la gifle a 6et cin-
glante. Aucun des huit ministres tetes de liste n'a A
ete elu.
Partout, sauf en Alsace, dernier bastion de la
droite, les listes d'union de la gauche ont balaye
celles de droite.
Illustration de I'ampleur de cette d6faite, m6me
dans les Hauts de Seine, fief de Nicolas Sarkozy,
la gauche obtient la majority absolue avec 51%
des voix.
Et dans toute I'llle de France, la liste d'union de la
gauche conduite par Jean Paul Huchon recueille
pros de 57% des voix alors que celle de Valerie
Pecresse n'en obtient que 43,3%. Autres exem-
ples de I'ampleur de cette d6route : la region Poitou- Charente
oO la liste PS de S6golbne Royal pulv6rise la droite avec un
score 60,6% centre 39,4 % A la droite; idem pour 19 autres re-
gions ou I'union de la gauche r6alise des r6sultats variant entire
44 et 60 % toujours loin devant celles de droite. La palme re-
venant au Midi-Pyr6enes, ou elle recueille 67,9 % des votes.
Et meme dans les regions ou la gauche n'a pu s'unir comme en
Bretagne et dans le Limousin, la droite ramasse la gamelle.
Dans cette derniere region la liste du Front de gauche menee
par le PCF r6colte plus de 19% des voix.
Au lendemain de ce scrutiny, la droite se reveille avec une
gueule de bois.
Meme les journaux d'habitude si complaisants avec la politique
de Sarkozy y vont de leurs critiques acerbes.
Ainsi Le Figaro note qu'il s'agit-"dune defaite quiva marquerun
tournant dans Ce quinquennat de Nicolas Sarkozy avec < des si-
gnauxforts des ifecteurs de droite qui ont Ce sentiment d'avoir ite
laissis sur le bordde la route ".
Pour I'Humanit6, ce vote est "une sanction pour le bifan de N.
Sarkozy"constatant que le rejet de sa politique n'est plus dis-
cutable. Tel quotidien le present comme un "autiste a [('ECy-
sie", tandis qu'un autre voit "un hyperperdant" A travers cet
"hyperpresident ".
Mais par de 16 la sanction de sa politique, Nicolas Sarkozy, A
cause du debat imprudemment lance sur I'identit6 national, a


rIO 2I


Nicolas Sarkozy : une politique en faveur des privil6gi6s
remis en selle le Front national qui avait ete lamin6 lors des
scrutins precedents. Nombre de potentats de la droite s'en
prennent aujourd'hui A Eric Besson, transfuge du PS, promu
ministry de I'identit6 national et de I'immigration.
Profitant de ce theme particulibrement dangereux que beau-
coup a droite souh'aitent voir le gouvernement abandonner, le
parti de Jean Marie Le Pen r6alise dans les 12 regions oO il
pouvait se maintenir un score moyen de 17,8 % avec des re-
sultats superieurs A 20 % dans le Nord et dans la region Pro-
vence Cote d'Azur.
Et pour en rajouter aux soucis des soucis, voila que Dominique
de Villepin, regaillardi par la d6route electorale de son ennemi,
announce la creation de son nouveau parti.
Que peut faire le president de la R6publique face A un tel de-
sastre ? Tout en repetant qu'il a entendu le message des Fran-
gais, il announce qu'il ne changera pas de politique.
Tout au plus, il a proc6d A un remaniement "technique"de son
gouvernement don't certain ministres comme celui du travail,
Xavier Darcos, et Fadela Amara, charge de la politique de la
ville, feraient les frais.
Pourtant, ce n'est 6videmment pas ce qu'attendent les citoyens.
Ici comme 1a bas, un changement radical de cap s'impose. II
est grand temps de donner la priority aux revendications des
salaries et des plus d6munis sur les privileges accords aux
nantis avant que la marmite n'explose.
G. Erichot


pL


AFGHANISTAN, UN CRIME DE GUERRE DE PLUS


Le 29 d6cembre dernier, CNN publiait un rapport dicte par le
Pentagone sur I'6radication physique dans la province de Kunar
d'un dangereux group de terrorists poseurs de bombes. Les
forces occidentales faisaient vraiment du "bon 6ou[ot". Las, un
fouineur inv6tere, J6erme Starkey, journalist britannique du
Time en Afghanistan, revelait temoins A I'appui, que les dange-
reux terrorists en question 6taient en fait des enfants Ages de
11 A 18 ans captures le 26 d6cembre et froidement executes
poignets entrav6s. Un exploit dans la pure tradition du massa-
cre de My Lai durant la guerre du Vietnam.
Dans le silence assourdissant de la grande press aux ordres,
"fibre et dimocratique"sur ces revelations, seul un petit nombre
de m6dias, don't le New York Times, osait annoncer que les
morts 6taient des enfants sans autre precision (une bavure de
plus en quelque sorte).
Le 24 f6vrier, I'US Army finissait par reconnaitre que les vic-
times 6taient effectivement des 6coliers ainsi qu'un jeune ber-
ger de 12 ans venu en visit. Starkey publiait aussit6t I'aveu
official sans provoquer pour autant la moindre reaction chez


ses confreres. Pourtant I'ex6cution deliberee de prisonniers est
un crime de guerre. Tuer de sang froid des enfants Ages de
moins de 15 ans est 6galement un crime de guerre. Quatre des
victims avaient de 11 a 12 ans, une autre, 15 ans.
Le Secretariat US A la defense, press de questions, faisait sa-
voir apres avoir affirmed tout ignorer de I'affaire, qu'une enqudte
serait diligent6e par I'lSAF (Force de I'OTAN deployee en sou-
tien de I'US Army en Afghanistan) laquelle aurait commence "a
faire des recherches".
Le fait de confier I'enquAte a I'ISAF met les militaires 6tatsu-
niens a I'abri, car le Congres US ne possede pas I'autorit6 pour
requerir le t6moignage de I'OTAN ou de I'SAF et se trouve de
ce fait juridiquement d6sarme.
Cela entire sans doute dans la nouvelle strategic pr6nee par le
general Stanley Mc Chrystal et destinee a "gagnerfe soutien de
[a population". II est vrai que les forces armees US n'en sont
plus A un crime de guerre pres en Afghanistan.
K. Solaris


Ceu~i2 5 M rJ 2010 juen' 7 g 1






[ PNL


htto://wwwioumal-iustice-martiniaue. corn


USA 1 ADOPTION DE LA REFORM DES SOINS DE LA SANTE PAR LA CHAMBRE


DES REPRESENTANTS


La Chambre des representants des Etats-Unis a adopt di-
manche 21 mars le project de loi global sur la r6forme des soins
de sant6, ce qui constitute une important victoire pour le pr6-


imp6ts sur les riches et I'interdiction aux societ6s d'assurance
de refuser de couvrir les gens ayant des ant6c6dents m6di-
caux.


sident Barack Obama. Le president Obama a salu6 I'adoption du project de loi, peu
La chambre a vot6 le project de loi par 219 voix centre 211 apres apr6s le vote 6 la Chambre des repr6sentants en d6clarant
avoir adopt la version du S6nat sur le dossier. que le vote a la Chambre des repr6sentants 6tait un vote diffi-
Au total 33 d6mocrates et les 178 r6publicains a la chambre s'y cile, mais "un vote correct".
sont opposes. Le project de loi sera ensuite remis au S6nat pour "Ngouspouvons toujours nous attaquerawuprob6emes importants,
y 6tre approuv6. Le president de la majority du S6nat, Harry a-t-il indiqu.
Reid, a affirm avoir rassembl6 un soutien suffisant pour son Le project de loi ne resoudra pas tous les probl6mes du system
adoption. des soins de sant6, mais il "nousfait avancer dans a bonne di-
Le project de loi pr6voit I'elargissement du plan de sante gou- des soins de santmais advance dan nne -
vernemental en faveur des pauvres, I'imposition de nouveaux reaction a-t-il ajout6.


AVIS DE CONSTITUTION
SOCILTE EN NOM COLLECTIF
APOLLON 1
Par acte sous seing priv6 en date du
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
en nom collectif entire :
- Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 164 852
- Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
Denomination social: APOLLON 1
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune
Siege social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet : la location de longue dur6e A des
entreprises exergant leur activity dans les
d6partements et territoires d'outre-mer de
tous bien d'6quipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de v6hicules de
plus de 3,5 tonnes, eligibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6n6ral
des Imp6ts.
Dur6e :,50 ann6es A computer de I'imma-
triculation de la soci6t6 au Registre du
commerce et des soci6tbs.
Grant: Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean BP 581
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
sign6 statutairement en quality de grant
pour la dur6e de la soci6t6.
La socit6 sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.
Pour avis et mention
Le Grant FB 2432

AVIS DE CONSTITUTION
SOCIITI EN NOM COLLECTIF
APOLLON 2
Par acte sous seing priv6 en date du
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
en nom collectif entire :
- Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 164 852
- Thalliance Gestion, SARL, C/O COB


Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
Denomination social: APOLLON 2
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune
Sibge social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet : la location de longue dur6e A des
entreprises exergant leur activity dans les
d6partements et territoires d'outre-mer de
tous bien d'6quipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de v6hicules de
plus de 3,5 tonnes, 61ligibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6n6ral
des Imp6ts.
Dur6e : 50 annees & computer de I'imma-
triculation de la soci6te au Registre du
commerce et des socit6s.
G6rant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Cerntre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean BP 581
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
sign6 statutairement en quality de grant
pour la dur6e de la soci6t6.
La society sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.
Pour avis et mention
Le Grant FB 2433

AVIS DE CONSTITUTION
SOCIATt EN NOM COLLECTIF
APOLLON 3
Par acte sous seing priv6 en date du
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
en nom collectif entire :
- Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 164 852
- Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
D6nomination social: APOLLON 3
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune
Sibge social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet : la location de longue dur6e A des
entreprises exergant leur activity dans les


d6partements et territoires d'outre-mer de
tous bien d'6quipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de v6hicules de
plus de 3,5 tonnes, eligibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6n6ral
des lmp6ts.
Dur6e : 50 ann6es A computer de I'imma-
triculation de la soci6t6 au Registre du
commerce et des soci6t6s.
Grant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean BP 581
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
sign6 statutairement en quality de grant
pour la duree de la soci6t6.
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.
Pour avis et mention
Le Grant FB 2434

AVIS DE CONSTITUTION
SOCIETY EN NOM COLLECTIF
APOLLON 4
Par acte sous seing priv6 en date du
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
en nom collectif entire :
- Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint
Jean BP 581 97098 SAINT BARTHE-
LEMY CEDEX, RCS Basse Terre B 482
164852
- Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
Denomination social: APOLLON 4
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune
Si6ge social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet : la location de longue duree A des
entreprises exergant leur activity dans les
d6partements et territoires d'outre-mer de
tous bien d'6quipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de vehicules de
plus de 3,5 tonnes, eligibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6neral
des Imp6ts.
Dur6e : 50 ann6es A computer de I'imma-
triculation de la soci6ta au Registre du
commerce et des soci6t6s.


G6rant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean BP 581
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
sign6 statutairement en quality de grant
pour la dur6e de la soci6t6.
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.
Pour avis et mention
Le Grant FB 2435

AVIS DE CONSTITUTION
SOCITEi EN NOM COLLECTIF
APOLLON 5
Par acte sous seing priv6 en date du
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
en nom collectif entire :
- Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 164 852
- Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
Denomination social: APOLLON 5
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune
Si6ge social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet : la location de longue dur6e A des
entreprises exergant leur activity dans les
d6partements et territoires d'outre-mer de
tous bien d'6quipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de v6hicules de
plus de 3,5 tonnes, 61ligibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6n6ral
des Imp6ts.
Dur6e : 50 ann6es A computer de I'imma-
triculation de la soci6t6 au Registre du
commerce et des soci6t6s.
G6rant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint
Jean BP 581 97098 SAINT BARTHE-
LEMY CEDEX, RCS Basse Terre B 482
725 785, est d6sign6 statutairement en
quality de grant pour la dur6e de la so-
ci6t6.
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.


-euh'25, 2010 n


i


ANNOCESUfALS -






httD://www~iournal-iustice-martiniaue. corn


Pour avis et mention lerie du Commerce Saint Jean BP 581
Le Grant FB 2436 97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
AVIS DE CONSTITUTION sign statutairement en quality de grant
SOCTIET EN NOM COLLECTIF pour la dur6e de la soci6t6.
APOLLON 6 La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
Par acte sous seing priv6 en date du du commerce et des soci6t6s tenu au
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6 greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
en nom collectif entire : de-France.
- Thalliance Conseil, SARL, C/O COB Pour avis et mention
Centre d'Affaires Multi Services Galerie Le G6rant FB 2438
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS AVIS DE CONSTITUTION
Basse Terre B 482 164 852 SOCITl EN NOM COLLECTIF
- Thalliance Gestion, SARL, C/O COB APOLLON 8
Centre d'Affaires Multi Services Galerie Par acte sous seing priv6 en date du
du Commerce Saint Jean BP 581 97098 12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS en nom collectif entire :
Basse Terre B 482 725 785 Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Denomination social: APOLLON 6 Centre d'Affaires Multi Services Galerie
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts du Commerce Saint Jean BP 581 97098
sociales de 0,01 Euro chacune SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Si6ge social : C/O Thalliance Gestion, Basse Terre B 482 164 852
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
97224 DUCOS Centre d'Affaires Multi Services Galerie
Objet: la location de longue dur6e A des du Commerce Saint Jean BP 581 97098
entreprises exercant leur activity dans les SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
d6partements et territoires d'outre-mer de Basse Terre B 482 725 785
tous bien d'6quipement professionnels D6nomination social: APOLLON 8
mobiliers et immobiliers, y compris la lo- Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
cation sans chauffeur de v6hicules de sociales de 0,01 Euro chacune
plus de 3,5 tonnes, 61ligibles aux disposi- Si6ge social : C/O Thalliance Gestion,
tions de I'article 199 undecies A&B et 217 Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
undecies et duodecies du Code G6n6ral 97224 DUCOS
des Imp6ts. Objet: la location de longue dur6e A des
Dur6e : 50 ann6es A computer de I'imma- entreprises exergant leur activity dans les
triculation de la soci6t6 au Registre du d6partements et territoires d'outre-mer de
commerce et des soci6t6s. tous bien d'6quipement professionnels
G6rant : Thalliance Gestion, SARL, C/O mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga- cation sans chauffeur de v6hicules de
lerie du Commerce Saint Jean BP 581 plus de 3,5 tonnes, 61ligibles aux disposi-
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX, tions de I'article 199 undecies A&B et 217
RCS Basse Terre B 482 725 785, est dd- undecies et duodecies du Code G6n6ral
sign statutairement en quality de grant des Imp6ts.
pour la dur6e de la soci6t6. Dur6e : 50 ann6es A computer de I'imma-
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre triculation de la soci6t6 au Registre du
du commerce et des socibt6s tenu au commerce et des soci6t6s.
greffe du Tribunal de Commerce de Fort- G6rant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
de-France. COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
Pour avis et mention lerie du Commerce Saint Jean BP 581
Le G6rant FB 2437 97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
AVIS DE CONSTITUTION sign statutairement en quality de grant
SOCIETt EN NOM COLLECTIF pour la dur6e de la soci6td.
APOLLON 7 La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
Par acte sous seing priv6 en date du du commerce et des soci6t6s tenu au
12/03/2010, il a 6t6 constitud une soci6t6 greffe du Tribunal de Commerce, de Fort-
en nom collectif entire : de-France.
Thalliance Conseil, SARL, C/O COB Pour avis et mention
Centre d'Affaires Multi Services Galerie Le G6rant FB 2439
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS AVIS DE CONSTITUTION
Basse Terre B 482 164 852 SOCITEl EN NOM COLLECTIF
Thalliance Gestion, SARL, C/O COB APOLLON 9
Centre d'Affaires Multi Services Galerie Par acte sous seing priv6 en date du
du Commerce Saint Jean BP 581 97098 12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6td
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS en nom collectif entire :
Basse Terre B 482 725 785 Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Denomination social: APOLLON 7 Centre d'Affaires Multi Services Galerie
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts du Commerce Saint Jean BP 581 97098
sociales de 0,01 Euro chacune SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Sibge social : C/O Thalliance Gestion, Basse Terre B 482 164 852
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
97224 DUCOS Centre d'Affaires Multi Services Galerie
Objet : la location de longue dur6e & des du Commerce Saint Jean BP 581 97098
entreprises exergant leur activity dans les SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
d6partements et territoires d'outre-mer de Basse Terre B 482 725 785
tous bien d'6quipement professionnels D6nomination social: APOLLON 9
mobiliers et immobiliers, y compris la lo- Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
cation sans chauffeur de v6hicules de sociales de 0,01 Euro chacune
plus de 3,5 tonnes, eligibles aux disposi- Siege social : C/O Thalliance Gestion,
tions de I'article 199 undecies A&B et 217 Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
undecies et duodecies du Code G6n6ral 97224 DUCOS
des Imp6ts. Objet : la location de longue dur6e A des
Dur6e : 50 ann6es A computer de I'imma- entreprises exergant leur activity dans les
triculation de la soci6t6 au Registre du d6partements et territoires d'outre-mer de
commerce et des soci6t6s. tous bien d'6quipement professionnels
Grant : Thalliance Gestion, SARL, C/O mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga- cation sans chauffeur de v6hicules de


plus de 3,5 tonnes, l61igibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6n6ral
des Imp6ts.
Dur6e : 50 ann6es a computer de I'imma-
triculation de la soci6t6 au Registre du
commerce et des soci6t6s.
Grant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean BP 581
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
sign6 statutairement en quality de grant
pour la dur6e de la soci6t6.
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.
Pour avis et mention
Le Grant FB 2440

AVIS DE CONSTITUTION
SOCITI EN NOM COLLECTIF
APOLLON 10
Par acte sous seing priv6 en date du
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
en nom collectif entire :
- Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jear, BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 164 852
- Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
Denomination social: APOLLON 10
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune
Siege social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet: la location de longue dur6e A des
entreprises exercant leur activity dans les
d6partements et territoires d'outre-mer de
tous bien d'6quipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de v6hicules de
plus de 3,5 tonnes, 61ligibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6n6ral
des Imp6ts.
Dur6e : 50 ann6es a computer de I'imma-
triculation de la soci6t6 au Registre du
commerce et des soci6t6s.
Grant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean BP 581
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
sign6 statutairement en quality de grant
pour la duree de la soci6t6.
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.
Pour avis et mention
Le Grant FB 2441

AVIS DE CONSTITUTION
SOCIETY EN NOM COLLECTIF
APOLLON 11
Par acte sous seing priv6 en date du
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
en nom collectif entire :
Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 164 852
Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
Denomination social: APOLLON 11
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune


Siege social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet : la location de longue dur6e A des
entreprises exergant leur activity dans les
d6partements et territoires d'outre-mer de
tous bien d'6quipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de v6hicules de
plus de 3,5 tonnes, 61ligibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6n6ral
des Imp6ts.
Dur6e : 50 ann6es & computer de I'imma-
triculation de la societ6 au Registre du
commerce et des soci6t6s.
Grant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean BP 581
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
sign6 statutairement en quality de grant
pour la duree de la soci6t6.
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.
Pour avis et mention
Le G6rant FB 2442

AVIS DE CONSTITUTION
SOCIETl EN NOM COLLECTIF
APOLLON 12
Par acte sous seing priv6 en date du
12/03/2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6
en nom collectif entire :
- Thalliance Conseil, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 164 852
- Thalliance Gestion, SARL, C/O COB
Centre d'Affaires Multi Services Galerie
du Commerce Saint Jean BP 581 97098
SAINT BARTHELEMY CEDEX, RCS
Basse Terre B 482 725 785
D6nomination social: APOLLON 12
Capital: 100 Euros divis6 en 10 000 parts
sociales de 0,01 Euro chacune
Sibge social : C/O Thalliance Gestion,
Centre d'Affaires G6nipa Lot B13 -
97224 DUCOS
Objet : la location de longue dur6e A des
entreprises exergant leur activity dans les
d6partements et territoires d'outre-mer de
tous bien d'6quipement professionnels
mobiliers et immobiliers, y compris la lo-
cation sans chauffeur de v6hicules de
plus de 3,5 tonnes, 61ligibles aux disposi-
tions de I'article 199 undecies A&B et 217
undecies et duodecies du Code G6n6ral
des Imp6ts.
Dur6e : 50 ann6es A computer de I'imma-
triculation de la soci6t6 au Registre du
commerce et des soci6t6s.
G6rant : Thalliance Gestion, SARL, C/O
COB Centre d'Affaires Multi Services Ga-
lerie du Commerce Saint Jean BP 581
97098 SAINT BARTHELEMY CEDEX,
RCS Basse Terre B 482 725 785, est d6-
sign6 statutairement en quality de grant
pour la dur6e de la soci6t6.
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort-
de-France.
Pour avis et mention
Le G6rant FB 2443

AVIS DE MODIFICATIONS
STATUTAIRES
SOCIETY SOLAR INOX MARTINIQUE
CAPITAL : 9 000
RCS : N* 430 473 736 00014 FDF
Suite A I'assembl6e g6n6rale extraordi-
naire du 10/03/2010, il a 6t6 d6cid6 de
modifier :
Objet : extension (production et comp-
tage d'6ngrgie, comptage et vente d'eau)


S200 n' 12 -.P


rN






NOCE UALE


- Transfer de siege social:
Ancienne mention :
20 Lot. la Colline,
97233 Schoelcher
Nouvelle mention:
N* 35 Route de ChAteauboeuf,
97200 Fort de France
En consequence, les articles 2 et 4 seront
mis A jour.
Pour avis Le G6rant FB 2444

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
ET DE RADIATION
SARL JULOUPAP
RUE VICTOR HUGO
97211 RIVIERE PILOTE
En date du 22 /12 /09, I'Associ6 unique
decide de dissoudre et de radier la so-
ci6t6 pour non r6alisation de I'objet social.
Pour avis, le grant FB 2445

ADDITIF AU JOURNAL
JUSTICE N*10 ,
DU 11/03/10 FB2387
SARL GINGER au capital variable de
2000 E
Lire : capital variable de 2 000 euros
au lieu de capital : 2 000 euros
Pour avis FB 2446

SARL EXODOM
SOCItTt A RESPONSABILITE
LIMITEE AU CAPITAL DE 200.00 e
SIaGE SOCIAL: ZONE DE MANHITY
97232 LE LAMENTIN
RCS DE FORT-DE-FRANCE
N 489 734 707
AVIS D'EXTENSION DE L'OBJET
SOCIAL
Aux terms du procbs-verbal de I'assem-
bl6e g6n6rale extraordinaire du 15 D6-
cembre 2009, il r6sulte que :
II a Wte d6cid6 d'btendre I'objet social, A
computer du 15 D6cembre 2009, aux acti-
vit6s:
I'acquisition et I'exploitation d'6quipement
de production d'6nergie renouvelable, no-
tamment de capteurs solaires, dans les
departments ou collectivit6s d'outremer
dans le respect des conditions pr6vues
aux articles 199 undecies B et 217 unde-
cies du code g6n6ral'des imp6ts (CGI) ;
Mention sera faite au RCS : FORT-DE-
FRANCE.
Pour avis FB 2447

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date du 15 f6vrier 2010, il a 6t6 constitu6
une soci6t6 A responsabilit6 limited :
Forme : SARL au capital de 7 500 euros
Denomination sociale: VILLAGE ELEC-
TRICITE SERVICES
Capital social d'origine : 7 500 euros don't
3 000 euros d'apports en nature.
Si6ge social : quarter Tamarins
97223 Diamant
Objet : toutes prestations dans le do-
maine de la domotique, de 1'61ectricit6, de
la gestion d'6nergie, de I'installation so-
laire, 6lectrique et informatique dans les
secteurs de la s6curit6, de la communi-
cation, de I'habitat, du bAtiment et la re-
pr6sentation de tout ce qui se rapport A
I'objet social
Dur6e : 99 ann6es a computer de son im-
matriculation au R.C.S
Grant: M. VILLAGE Ronnie demeurant
quarter Tamarins
97223 Diamant
La soci6t6 sera immatricul6e au registre
du commerce et des soci6t6s de Fort de
France
Pour avis la g6rance FB 2448

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date du 03 janvier 2010, il a 6t6 constitu6
une soci6t6 pr6sentant les caract6ris-


tiques suivantes :
Forme : soci6tA A responsabilit6 limited :
Denomination : MIC MATERIEL D'IM-
PRESSION ET CONDITIONNEMENT
Siege social : 1, avenue des Poiriers -
Quartier Pointe Savane
97231 Le Robert
Objet: Achat revente de machines d'em-
ballage et conditionnement
Dur6e : 99 ann6es A computer de son im-
matriculation au RCS de Fort de France
Capital : 5 000 euros divis6 en 500 parts
sociales de 10 euros et constitutes int6-
gralement par apport en num6raire
Grant : Monsieur Olivier FOURNET de-
meurant 1, avenue des Poiriers Quar-
tier Pointe Savane
97231 LE ROBERT,
sans limitation de dur6e.
La societ6 sera immatriculee au registre
de commerce et des soci6t6s de Fort de
France
Pour avis, la G6rance FB 2449

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv6 en date du 03
f6vrier 2010 &. Fort de France, il a Wt6
constitute une soci6tA civil immobilibre
ayant les caract6ristiques suivantes:
Denomination : SCI KENEYA
Adresse : 62, rue Moreau de Jonnbs -
97200 Fort de France
Objet : L'acquisition, la location de biens
immobiliers
Dur6e : 99 ans
Capital: 1 000 euros, apports exclusive-
ment en numeraire.
Cession des parts soumise A I'agrement
des associ6s aans les cas pr6vus aux
status
G6rante : Madame ABDOU Maria, de-
meurant 62, rue Moreau de Jonnes -
97200 Fort de France
La societA sera immatriculee au RCS de
Fort de France
Pour unique insertion, le G6rant
FB 2450

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date du 15 mars 2010, il a 6t6 constitute
une SARL pr6sentant les caractdristiques
suivantes :
Forme : SARL
Denomination : SUDEST BTP (Sigle :
S.D. BTP)
Sibge social: 03 Lot. les Oiseaux -97227
Sainte Anne
Objet : Travaux de magonnerie g6n6rale
et gros oeuvre de bAtiment, travaux de
terrassement
Dur6e : 99 ans A computer de son imma-
triculation au RCS
Capital : 8 000 E
Grant: M. BARAST Pedro
La soci6t6 sera immatricul6e A la cham-
bre des M6tiers de Fort de France
FB 2451

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution d'une
Soci6t6 A Responsabilit6 Limitee, prA-
sentant les caract6ristiques suivantes:
Denomination: CARIB CAR
Sibge social: Chemin des sources Des-
marinibres 97215 Rivibre Sal6e
Objet : La location et location-bail de
court duree de voitures particulibres et
autres v6hicules automobiles 16gers sans
chauffeurs; Entretien et reparation de v6-
hicules automobiles 16gers
Dur6e : 99 ans
Capital : 15 000 Euros, lib6r6 A hauteur
de 20 %
G6rance : M. ATINE Patrice, c61libataire,
n6 le 17 d6cembre 1991 au Lamentin
(972), de nationality frangaise domiciliA A
Fougainville 97211 Rivibre Pilote (Mar-
tinique)


M. BIRON Freddric, c6libataire, nd le 29
septembre 1983 au Lamentin (972), de
nationality frangaise, domicili6 au lotisse-
ment Mont tole n 7 all6e E Hibiscus Pel-
letier 97232 Lamentin (Martinique).
Immatriculation : RCS Fort de France.
Pour avis les grants FB 2452

CASINO BATELIERE PLAZZA
SOCILTE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE
AU CAPITAL DE 1 125 000 EUROS
SIaGE SOCIAL : RUE DES ALIZES
97233 SCHOELCHER
393 628 136 RCS FORT DE FRANCE
AVIS DE PUBLICITY
Par d6lib6ration du 30 mars 2009, I'as-
sembl6e g6nerale a nomm6 Jos6 HAYOT
en quality de repr6sentant permanent de
la soci6t6 HOLMEX, membre du Conseil,
en replacement d'Yves HAYOT, d6mis-
sionnaire. JosA HAYOT reside A Habita-
tion Saint Etienne
97213 GROS MORNE.
Par d6lib6ration du 10 fWvrier 2010, le
Conseil nomme Thierry GAGLIARDI, qui
reside appartement 23 bAtiment 2,
Residence Domaine de Marie
rue des Vanniers
97224 DUCOS,
en quality de Membre du Comit6 Ex6cu-
tif.
Mention sera faite au RCS de FORT DE
FRANCE
Pour avis FB 2453

SODEXCA MARTINIQUE
SOCIETi PAR ACTIONS SIMPLIFItE
AU CAPITAL DE 90 000 EUROS
SIEGE SOCIAL:
CASINO DES TROIS ILETS
24 RUE DES BOUGAINVILLIERS
97229 LES TROIS ILETS
303 191 092 RCS FORT DE FRANCE
AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
Par deliberation du 30 mars 2009, I'as-
semblde g6n6rale a nomm6 Jos6 HAYOT
en quality de repr6sentant permanent de
la soci6tA HOLMEX, membre du Conseil,
en replacement d'Yves HAYOT, ddmis-
sionnaire. Jos6 HAYOT reside A Habita-
tion Saint Etienne 97213 GROS
MORNE.
Par d6liberation du 10 f6vrier 2010, le
Conseil a mis un terme au mandate de
Membre du Comit6 Ex6cutif de Thierry
Yves Henri CLAVELIER, avec effet au 7
f6vrier 2010.
Mention sera faite au RCS de FORT DE
FRANCE
Pour avis FB 2454

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte SSP du 09 mars
2010, il a 6t6 constitu6 une soci6t6 ayant
les caract6ristiques suivantes :
Denomination social: POMPES FUNE-
BRES DE LA FONTAINE
Forme juridique: SARL
Sigle: P2F
Siege social: N 36 Rue de Schoelcher -
97215 Riviere Sal6e (Martinique)
Objet: gestion de toutes activit6s lies au
Fun6raire ; La franchise d'autres 6tablis-
sements Marbrerie Gravure, Plaques
fun6raires, Ventes de flours
Durde : 99 ans
Capital social: 6 500.00 E
G6rance : Mme Claudine ALEXANDRINE
Immatriculation au RCS
Pour avis et mention
La g6rante FB 2455

AVIS DE CONSTITUTION
Le 4 janvier 2010 a Wt6 constitu6 une
SARL ayant les caracteristiques sui-
vantes :
Objet : Activit6 de restauration ; activity
d'h6bergement ; organisation d'activit6s
touristiques ; organisation d'activit6s de


plein air, de manifestations touristiques et
culturelles ; communications 6v0nemen-
tielles
Et g6ndralement toutes operations indus-
trielles, commercials, financibres, mobi-
li6res, ou immobilibres, se rapportant
directement ou indirectement A I'objet so-
cial ou susceptible d'en faciliter I'exten-
sion ou le d6veloppement
Denomination social : SARL LE VOYA-
GEUR
Sibge social: Quartier plaisance 97232
Lamentin
Dur6e : 99 ans
Capital social : 3 000 E : apport en nu-
m6raire 3 000 E
Gerance : Madame JEAN -PHILIPPE Fa-
bienne demeurant, 18 pont Dor6 Cit6e
des Braves Quartier Four A chaux -
97231 Le Robert
La soci6te sera immatriculde au RCS de
Fort de France
Pour avis, la g6rance FB 2456

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing privA en date du
8mars 2010 A Fort de France, il a 6t6
constitu6 une soci6tA civil immobilibre
pr6sentant les caract6ristiques suivantes:
Objet : L'acquisition, la location de biens
immobiliers
Denomination social : SCI G.M.T
Sibge social : 14 impasse Louis Blanc -
97200 Fort de France
Dur6e : 99 ans
Capital : 1 000 E, apport exclusivement
en numeraire
Cession des parts soumise A I'agr6ment
des associ6s dans les cas prdvus aux
status
Grant: Monsieur TANNOUS Michel, de-
meurant 14, impasse Louis Blanc -
97200 Fort de France
La socit6A sera immatricul6e au RCS de
Fort de France
Pour avis, Le grant FB 2457

AVIS DE CONSTITUTION
SARL ACTIF BTP
Avis est donn6 de la constitution de la
SARL ACTIF BTP ayant pour objet les
activities industrielles et commercials
lies au batiment et travaux publics pour
une dur6e de 99 ans. Capital : 10 000
euros.
G6rance : Mme BABO Nathalie, habitant
78 rue du pav6, Saint Jacques, 97230
Sainte Marie
Siege social : C/* Mme BERMUDE Hen-
riette, Carabin, 97214 Le Lorrain, Marti-
nique
Immatriculation au RCS : en course
Pour avis, le grant FB 2458

AGENCE COURSES SERVICES
SOCITEt A RESPONSABILITE
LIMITIE AU CAPITAL DE 7 000
SIEGE SOCIAL : BAHAMAS N* 8
ZONE D'ACTIVITE DE LA SEMAIR
97231 LE ROBERT
504914755 RCS FORT DE FRANCE
Aux terms du procks verbal de I'AGE du
22/02/2010, le sibge social a 6t6 transf6rA
A Impasse Antoine VITEZ Cit6 Dillon
97200 Fort de France, A computer du
01/03/2010. L'article n 4 des status a
6t6 modifi6 en consequence :
Ancienne mention:
Siege : Zone d'activit6s de la Semair
97231 Le Robert
Nouvelle mention
Sibge : Impasse Antoine VITEZ Cit6
Dillon 97200 Fort de France
RCS : Fort de France
Pour avis FB 2459

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date du dix sept mars de I'an deux mil dix,


IL' 'A


httD://www.ournal-iustice-martinique. com







htto://www iounalIjustice-rnartinigue. corn


il a 6t6 constitu6 une soci6te pr6sentant
les caract6ristiques suivantes :
Denomination social: PLOMBRIVAL
Forme: SARL
Capital : 8 000.00 E
Siege social : Lotissement les Flam-
boyants cit6 Dillon Sq. F C19 97200
Fort de France Objet : Tous travaux de
plomberie
Pour une dur6e de 99 ans, la gerance est
assure par Monsieur BRIVAL Jean-
Louis Nicomede de nationality frangaise,
demeurant quarter Cap Bois Neuf -
97290 Le Marin.
Immatriculation au RCM de Fort de
France
Pour avis, Le grant FB 2460

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing prive en date du 04
mars 2010 A Fort de France, il a Wte
constitu6 une soci6te A Responsabilit6 Li-
mit6e don't les caracteristiques sont les
suivantes :
Denomination social : SODEX SARL
Objet principal : Toutes prestations d'ex-
ploitation, de management, de planifica-
tion des services de security, de sOret6 et
plus globalement,
toutes prestations de services aux entre-
prises notamment en mati6re informa-
tique et quality incluant toutes prestations
administrative relatives aux activities qui
y sont lies.
Sibge social : Zac de I'Ltang Zabricot,
Centre d'Affaires Agora
BAt C Pointe des Grives
97200 Fort de France
Duree de vie : 50 ans
Capital : 1000 E enti6rement liberbs
G6rance : Pierre MARIE-JOSEPH
demeurant 11 lot la Dominante
97200 Fort de France
Demande d'immatriculation sera faite au
Tribunal mixte de Commerce de Fort-de-
France
Pour avis; La gerance FB 2461

AU PEIGNE D'OR
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITED AU CAPITAL DE 7 500 EUROS
DIVISE EN 150 PARTS SOCIALES
SIEGE SOCIAL :
LOT. LES MOUBINS 3
HAUTEURS BOURDON
97218 BASSE POINTE
SIRET : 493 569 446 00013
APE: 7010 Z
AVIS DE MODIFICATION
DE LA DUREE DU MANDATE
DE LA GERANTE
Aux terms d'une decision collective en
date du 5 fevrier 2010, Mademoiselle
NORCA Patricia, domicilie Hauteurs
Bourdon 97218 BASSE POINTE, a et6
reconduite dans ses functions pour une
dur6e illimit6e.
Les modifications resultant dans I'avis an-
terieurement public de la decision ci-des-
sus sont les suivantes :
ANCIENNE MENTION (extrait de I'article
26 des status)
Est nommd premier grant de la society,
pour une dur6e de trois ans:
Melle NORCA Patricia
Demeurant A Hauteurs Bourdon
97218 BASSE-POINTE
NOUVELLE MENTION
La Soci6te est ger6e et administr6e par
un ou plusieurs grants, personnel phy-
siques, associA ou non, avec ou sans li-
mitation de la dur6e de leur mandate,
choisis par les associ6s.
Mademoiselle NORCA Patricia est nom-
m6e G6rante de la soci6te pour une
dur6e illimitee.
LA GERANCE FB 2462


3 H SERVICES
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITEE AU CAPITAL DE 9 146,94
SIEGE SOCIAL:
LES HAUTS DE CALIFORNIE
97232 LE LAMENTIN
RCS FORT DE FRANCE 391 742 251
Aux terms d'une delibdration en date du
28 janvier 2009, I'Assemblee Generale
Extraordinaire a decide d'etendre I'objet
social & I'activit6 de formation et de modi-
fier en consequence I'article 2 des status.
La G6rance FB 2463

AVIS DE CESSION
DE FONDS DE COMMERCE
Suivant acte sous seing priv6 en date du
15 mars 2010 A Fort de France, enregis-
tr6 & S.I.E de For de France POle Enre-
gistrement le 19/03/2010, bordereau n
2010/337 Case no 5 ;
SARL SOUP BAR
Society A Responsabilite limit6e au capi-
tal de 7622, 45 E don't le siege social est
au 120, rue Lamartine 97200 Fort de
France, immatriculee au RCS de F-de-F
sous le n 445 015 597 00013, represen-
tee par sa g6rante en exercise Mademoi-
selle Sylvette BATTET,
A vendu &:
SARL MONTATMAR
Societe a responsabilite limitee au capi-
tal 1000 e don't le siege social est C/
Mme MARTIN Impasse Les Immortels
97232 Le Lamentin, en course d'immatri-
culation de F-de-F, representee par son
grant en exercise Monsieur Philippe
MONTAGNAC,
Le fonds de commerce de restauration
exploit & 120, rue Lamartine 97200 Fort
de France, sous I'enseigne SOUP BAR
immatriculee au RCS de F-de-F sous le
n 445 015 597 00013, ensemble tous les
elements corporals et incorporels, y com-
pris le droit au bail en d6pendant,
Moyennant le prix de 20.000 e
La prise de possession a 6td fixed au
01/03/2010.
Les opposition, s'il y a lieu, seront re-
ques en laforme lgale dans les dix jours
de la demibre en date des publications 16-
gales, au sibge du s6questre, Maitre
Moise CARETO, Avocat au barreau de
Fort-de-France, demeurant 1, rue de
I':cole H6telibre 97233 Schoelcher, o6
domicile a 6t6 6lu a cet effect.
Pour insertion FB 2464

AVIS DE CONSTITUTION
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITtE
SPACE LOISIRS
Par acte sous seing privA en date du 15
mars 2010, il a 6td constitud une society
& responsabilit6 limited :
Denomination social : ESPACE LOI-
SIRS
Capital : 5 000 E divis6 en 250 parts so-
ciales de 20 chacune, enti6rement
souscrites et liberees.
Siage social : Quartier Dumaine 97240 Le
Frangois
Objet : la location de sales destinies &
toutes activities, notamment de loisirs,
spectacles de tous genres, animations,
fAtes familiales, priv6es, reunions, s6mi-
naires, ou autres etc...
Dur6e : 99 annees
Gerant : Monsieur Marcel DUPE n6 le 9
mai 1963 au Frangois (Martinique)
Demeurant Quartier Dumaine 97240 Le
Frangois est d6sign6 en quality de grant
pour la duree de la soci6t6
La soci4t6 sera immatriculde au Registre
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du tribunal mixte de commerce de
Fort de France
Pour avis et mention
Le grant FB 2465


AVIS DE CONSTITUTION
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITtE
MONTAMAR
Par acte sous seing prive en date du 4
mars 2010, il a et6 constitu6 une societe
a responsabilite limited :
Denomination social : MONTAMAR
Capital : 1 000 E divis6 en 100 parts so-
ciales 4 chacune, entierement souscrites
et liberees.
Sieges social : C/o Mme MARTIN Im-
passe LES Immortels 97232 Le Lamen-
tin
Objet : Toutes activities se rapportant a la
restauration sous toutes ses formes et a
I'exploitation de bar et autre 6tablisse-
ment d'accueil et de detente,
Duree : 99 annaes
Grant : Monsieur Jean-Philippe MON-
TATGNAC ne le 6 janvier 1964 A Fort de
France (Martinique), demeurant c/ Mme
MARTIN Impasse Les Immortels 97232
Le Lamentin est d6signd en quality de ge-
rant pour la duree de la society .
La society sera immatriculee au Registre
du commerce et des soci6tes tenu au
greffe du tribunal mixte de Fort-de-
France.
Pour avis et mention
Le grant FB 2466

AVIS DE CHANGEMENT DE REGIME
MATRIMONIAL
Maitre Xavier DUPONT, notaire A Paris
(126me), 191-193 avenue Daumesnil a
recu le 21 decembre 2009, un acte conte-
nant changement de regime matrimonial
portant adoption de la communaute uni-
verselle de biens de biens meubles et im-
meubles, presents et A venir, tel qu'il est
Atabli par I'article 1526 du Code civil, ave
clause d'attribution integral de la com-
munaut6 au survivant des deux epoux et
exclusion de la reprise des biens propres
en cas de dissolution de la communaute
par le decks de I'un des 6poux, par:
Monsieur Michel Edme MONNERAUD et
Madame Clotilde Josette JALCE demeu-
rant ensemble A Petit Bourg (97170), Jus-
ton ; initialement marids sous I'ancien
regime legal de la communaut6 de biens
meubles et acquats A defaut de contract
de marriage prealable A leur union c616-
brae A la mairie de Paris 17 Ame arron-
dissement, le 3 octobre 1964.
Les opposition des creanciers & ce
changement, s'il y a lieu, seront reques
dans les trois mois de la present inser-
tion, en I'office Notarial sus-mentionnA
Pour insertion, le Notaire. FB 2467

AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Conseil R6gional de Martinique, M. le
president du Conseil regional de Marti-
nique, Service Routier Regional Rue
Gaston Defferre, Cluny 97200 Fort-de-
France TlI. : 0596 59 63 00 Tleico-
pieur : 05 96 72 68 10
Adresse(s) internet: Adresse gendrale du
pouvoir adjudicateur : http://www.cr-mar-
tinique.fr
Principale(s) activity (s) du Pouvoir Adju-
dicateur :
Services g6neraux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Non
IntitulA attribu6 au march par le pouvoir
adjudicateur : Travaux d'amenagement
d'un carrefour en carrefour giratoire au
lieu-dit Savane Hubert sur la RN3
Description succincte du march ou de
I'acquisition/des acquisitions Les presta-
tions comprennent :
- le d6gagement des emprises sur une


surface d'environ 1600 m2,
- les terrassements avec environ 1500
m3 de d6blais,
- la realisation de remblais pour environ
525 m3 de 0/31,5 et 1200 m3 de 0/100,
- la realisation de I'assainissement avec
environ 500 ml de canalisation,
- la realisation d'accotements, de trottoirs
et dilots pour environ 210 m3 de beton,
3200 kg de treillis soudes et 900 ml de
bordures..
Classification CPV Classification CPV :
- 45233140-2 ,, Travaux routiers ,, IA10-
6 Modernisation ,.

Reference d'identification du march qui
figure dans I'avis d'appel public & la
concurrence :
-N3GIRHUBERT-08-01,
Type de march : Travaux d'ex6cution
Lieu d'execution ou de livraison : Com-
mune du Morne-Rouge Code postal
97260
Type de procedure Procedure adaptbe
(article 26 et 28 du Code des March6s
Publics)
Criteres d'attribution du marched : Offre
economiquement la plus avantageuse
appreciee en function des criteres enon-
ces ci-dessous avec leur ponderation :
- La valeur technique de la prestation af-
fectee d'un coefficient 5,5 et se declinant
selon les sous-crit6res suivants :
. Pertinence du memoire technique : 50
% du coefficient 5,5.
. Quality du SOPAQ : 30 % du coefficient
5,5.
. Qualite du SOPAE : 10 % du coefficient
5,5.
. Soin apporte A I'Alaboration des sous-
details de prix unitaires : 10 % du coeffi-
cient 5,5.
- Le prix de la prestation affected d'un coef-
ficient 4,5.
Valeur total finale du ou des march6(s)
HT: 446 380,70 E
Intitule et num6ro de march ou des lots
attributes :
Travaux d'amenagement d'un carrefour
en carrefour giratoire au lieu-dit Savane
Hubert sur la RN3
March no 10 TMT 004
Date d'attribution des Marches : 08/03/10
Nom du titulaire / Organisme : CARAIB
MOTHER
Adresse : Z.I. La L6zarde Voie n2
Code Postal : 97232
Ville : LE LAMENTIN
Telephone : 05 96 51 69 55
Telecopieur: 0596 39 18 07
Courriel : caraib-moter@eurovia.com
Nombre d'offres reques : 10
Montant final du march ou du lot attribute
(HT) : 446 380,70
Le march est-il susceptible d'6tre sous-
traite ? Non
Instance charge des procedures de re-
cours et aupres de laquelle des rensei-
gnements peuvent Atre obtenus
concernant I'introduction de recours :
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Tel : 0596-71-66-67 Fax : 0596
63.10.08
Service auprbs duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal Administratif de
Fort-de-France Immeuble Roy-Camille -
Croix de Bellevue BP 683 97262 Fort-
de-France Cedex Tel : 0596-71-66-67
Fax: 0596 63.10.08
Date d'envoi du present avis A la publica-
tion : 22 mars 2010 FB 2468


1 1h, M r 2 02


A NNONCEs U





http://www.joural-justice-martinique.com


CONNAISSOHS NOTRE HISTOIRE. ?4 MARS 1961 : LA TUERIE DU LAMENTIN


II1 y a 49 ans, le 24 mars 1961, la ville du Lamentin 6tait le th6e-
tre d'une enibme tuerie perp6tree par les forces forces de I'or-
dre centre les travailleurs en lutte pour de meilleures conditions
de travail et des salaires plus justes.
Pour comprendre ces 6venements, il faut revenir a la situation
economique et social en ce debut d'annee 1961 et se rappe-
ler que la Martinique sortait a peine des tragiques 6venements
de decembre 1959 : trois jours d'emeute populaire a Fort-de-
France, trois jeunes Martiniquais assassins.
Les masses laborieuses avaient de plus en plus mal a joindre
les deux bouts, comme I'a demontr6 une important enquete,
extr6mement fouillee, rdalisee par Camille Sylvestre, alors Se-
cr6taire G6neral du PCM, sur la situation des petits planteurs au
bord de la ruine, a cause des B6kes notamment.
Des janvier 1961, les ouvriers de la canne se mobilisent pour
exiger des augmentations de salaires. De leur c6te, les travail-
leurs municipaux deposent une plate- forme de revendications
exigeant la revalorisation de leurs salaires et des conditions de
travail plus d6centes. Les enseignants eux rentrent en greve
pour manque de moyens.
En f6vrier 1961, les ouvriers agricoles et les manutentionnaires
du bord de mer passent a Iaction et declenchent la greve.Tres
vite les manutentionnaires obtiennent satisfaction et arrachent
25% d'augmentation de salaire.
La greve des ouvriers agricoles et des usines s'amplifie et
touche I'ensemble de la Martinique.


1. Part Communiste Martiniquais




SURTROIS TOMF]ES


tin.
Alors que les ouvriers agricoles s'etaient reunis en assem-
blee g6nerale a I'ancienne cantine du Lamentin -a I'empla-
cement de I'actuelle maison de la culture-le Beke Roger
Aub6ry decida de les narguer en passant en voiture devant
le batiment. La provocation eut I'effet escompte, car la co-
lere des ouvriers 6tait deja a son comble, face au refus du
Beke de negocier quoi que ce soit. Les forces de I'ordre,
toujours pr6tes a reprimer tout movement de contestation
du system colonial encore vivace, reagirent avec brutality
et tirerent, tuant 3 Martiniquais et en blessant 25 autres.
Les morts sont :
Suzanne, Eulalie, Marie-Calixte, 24 ans, couturiere, quar-
tier Florinde
Marcellin, Alexandre, Laurencine, 21 ans, ouvrier agricole
a Roches Carr6es
Edouard Valide, 26 ans, ouvrier agricole a Roches Car-
rees.
Pour justifier cette tuerie, et au mepris de la douleur de
toues families meurtries, le prefet n'a pas hesit6 a d6clarer
que "la gendarmerie et [a policemen ['occurrence,ont fait feur de-
voir,comme iffalfait s'y attendre,tout feur devoir".
Georges Gratiant, maire communist du Lamentin, se faisant le
porte-parole de toute la Martinique indignee et blessee, pro-
noncera en guise d'eloge funebre des trois Lamentinois as-
sassines, un retentissant "(Discours sur trois tom6es" qui lui
vaudra des poursuites judiciaires de la part du colonialisme
frangais. Le Pr6fet ira m6me jusqu'A suspendre le maire adjoint
Valbon de ses functions, au pretexte qu'il aurait utilise une voi-
ture municipal pour une pretendue reunion syndicale.
Loin de casser le moral des travailleurs, ce massacre ne fit que
durcir le movement, et finalement, apres 6 semaines de
gr6ve, les travailleurs arracherent 8% d'augmentation de sa-
laire.
Ce Pr6fet s'appelait PARSI. Lors d'une intervention radio, il a
revel sans vergogne la collusion de I'Etat avec le patronat en
declarant : "'Travaifeurs .zri,,l retournez a cos champs de
canne. 'Et commeje velL(contribuer defa(on tangi6e au retourde
fapaisement, je prendfs fa responsatbifit de decider une augmenta-
tion de vos safaires de 4 % pendant les travau [d'enievement de
(a ricofte qui vous pennettra d'attendre desjours meifleurs".
Rappelons-nous nos morts, sans haine ni rancoeur! Les ou-
blier, ce serait les tuer une second fois!
F. Papaya


S- i 1 P


Le 10 mars 1961 les dockers observent 24 h de grove
d'avertissement. Les employes du Tresor se mobilisent a
leur tour.
N'oublions pas qu'a cette sombre epoque de notre histoire,
le gouvernement, avec son pr6fet, se mettait toujours du
c6t6 des patrons pour casser le movement social au lieu
d'apporter des reponses aux 16gitimes revendications des
travailleurs. Le sucre et le rhum rapportaient encore beau-
coup d'argent aux planteurs, b6kes pour la plupart. La sai-
son 1960-1961 a rapport aux usiniers un peu plus de 338
millions de francs a titre de prime, soit 450 francs le quintal,
et plus de 94 millions de francs au titre de I'aide de I'Etat,
sans computer le produit de la vente du sucre et du rhum.
75.000 tonnes de canne ont 6te livr6es alors.
C'est dans ce context de crise social sans precedent que
surviennent les 6venements du 24 mars 1961 au Lamen-


[ WN01KE PU FEUIPLE I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs