Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00159
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France Martinique
Publication Date: March 18, 2010
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00159
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text

k.1jN H OMEBDOMA AII MRE
It Op.0'- 0-"'FORMATION COMMUtj"


Pour la Responsabilit6 et le D6veloppement veritable.


k 187 Ma 010 QO Rm TI m ,&IW..


UNE PRIORITY i


1.0 f '.l .: 2.20 f W I 1.90 q


RESPONSE A JEAN CRUSOL
Le Region Mdrtinique
d-t-elle 'casse Id
croissdnce economique' ?

FRANCE
SarkozLj sanctionne


I I I _


IY/~I~YL~r_~~I~~:r~ ---r~L~~y-'~R ------I~~11






ht-oI//www.iournal-ustice-martiniaue. cor


FI I


7 LA DENGUE TOUJOURS AUSSI ACTIVE
Aprbs la nette augmentation des consultations observe au course de la derniere se-
Sa ka PaFs ....................f. 2 maine de f6vrier (295 consultations estimees), le nombre de cas cliniquement 6vo-
cateurs de dengue en m6decine de ville est en regression. N6anmoins, avec 189 cas
Eito ........................ 3 estimes, il reste nettement au dessus du nombre de cas attend pour la saison. Le
- Declaration du PCM seuil est ainsi d6pass6 pour la deuxi6me semaine consecutive. Le taux de positivity
,des demands de confirmation biologique reste eleven meme si la tendance est a la
Luttes$ociale.................f. .. baisse. Au course de la premiere semaine du mois de mars, il se situe aux alentours
- Les prerogatives des CHSCT de 40 %, nettement au dessus des valeurs maximales attendues pour la p6riode.
Les cas cliniquement 6vocateurs sont signals dans 11 communes au course de cette
E~-dial ..................... 5 m6me semaine ; les communes les plus touches etant Diamant, Schoelcher et Le
- Lutter centre la vie cher Lamentin.

Socit ......................f. 6 LA MONTAGNE PELEE TOUCHED PAR LE FEU
- Affair Claudette Duhamel
L'incendie qui s'est declare depuis le dimanche 7mars dans la zone de la coulee de
Politiue .................. 6/7 la Riviere Claire, sur le flanc sud-ouest de la Montagne Pelee, a d6truit pres de 500
- Renaud de Grandmalson ha de v6g6tation. Le feu a ete circonscrit par les pompiers le vendredi 12 mars. Les
- Emprunt obligatoire regional feux et les fumees associees n'ont aucun lien avec une quelconque activity volca-
nique. Selon certain, la main de I'homme y serait pour quelque chose par ces temps
jgioUaleu2010 ...........f. 8/17 de s6cheresse. Ce site qui fait parties de la reserve biologique depuis 2007 a subi une
- Fort-de-France etranglie par la Ridgon P catastrophe de grande ampleur, selon les ecologistes, car une part important de la
- Rdponse a Jean Crusol biodiversity est parties en fumee. Le maire du precheur, Marcellin Nadeau, s'est alarmed
- Une tres forte abstention que "ces incendies, par (a deforestation qu 'is provoquent, ne manqueront pas d'accen-
- Declaration du R.D.M. tuer es risques d'inondation, notamment dans une commune comme le (Pricheur djd for-
- Resultats offidels tement eposie". Ce feu a permis de mettre en lumiere que la Martinique est d6munie
- I1s ont dit,..
- Le programme de Serge Letchlmy pour fire face a ce genre d'incendie.
- France : la Droite sanctlonndeERTRAND RE
LEON 8ERTRAHD LIBRE_
Pas IMe ............ 7. 718 Les trois avocats de I'|lu guyanais ont d6pose une nouvelle demand de remise en
- Choc frontal centre finance et Peuples liberty le 8 mars 2010, et cette fois ce fut la bonne puisque le juge des liberties a de-
- Isral/Palestine cide de la remise en liberty de Leon Bertrand le vendredi 12 mars 2010. Une measure
Not ............. qui b6enficie 6galement aux trois autres accuses dans cette affaire. Plac6 en de-
N ............... tention en Martinique en novembre dernier dans le cadre de I'enqu6te sur I'affaire
- Cuba des marches publics de I'ouest guyanais, Leon Bertrand a 6t6 mis en examen pour
- Jose MuJIca, president d'Uruguay favoritisme et corruption passive apres la decouverte de plusieurs irregularities dans
Am wUges. ....... 1.91/ des marches publics passes par la communaut6 de communes de I'ouest guyanais,
........la CCOG, don't I'ancien ministry du tourism est president. Leon Bertrand, place sous
".' controle judiciaire, aura donc pu voter pour sa liste aux r6gionales "VRedonnons des
- Jean Ferrat couleurs a fa Guyane" oO il figure en troisieme position. II conserve la totality des ses
.Omara Pirtupndo- mandates electifs.

'"JUS TWICE UN AUTRE REGARD SUR LE HANDICAP
Administration & Redaction : La second edition du
Tel.: 05 96 71 86 83 salon Madinina handi-
Fax: 05 96 63 13 20 cap s'est tenue le week-
ed.justice@wanadoo.fr end dernier A I'ancienne
aMrogare du Lamentin.
Ce fut I'occasion pour
les professionnels de
Fondateur : Jules MONNEROT presenter les nouveaut~s
(8 Mai 1920) destinies A faciliter la vie
Angle rues A. Aliker & E. Zola des personnel handica-
Fort-de-France T61. : 0596 71 86 83 pies. Mais sgalement
Commission Paritaire n* 0111 187526 pour la Coordination des
26 Janvier 2006 porsonnes handicapes
Directeur de [a Publication personnel handicaps
Fernand PAPAYA Claude Lise rencontre les handicaps de sensibiliser la popula-
Maquette : Guennal GUIOUBLY tion, les d6cideurs, au
Impression: sort des handicaps. La personnel handicapee n'est plus vue comme une "bite de
37, Rue E. Zola -97200 FoMrtn-de-Fnue foire" mais un individu qui a toute sa place dans la socit et, ce niveau, le travail
T61. :05967314 54 de la Coordination porte ses fruits.


SA XA )PASt




http://www.iournal-iustice-martinique.com


Fp E j~


Piclaration du Sureau folitque du PFC/M propfi du 2eme tour
deo ilectiown rieionaleo du 27 mars 20O0

POUR SAUVEGARDER LES INTERESTS MARTINICUAIS

ET GARANTIR L AVENIR DU PAYS I

VOTEZ POUR LA LISTE CONDUITE PAR ALFRED MARIE-JEANNE
Le premier tour des elections r6gionales
du 14 mars 2010 est caract6ris6 par :
1 ) Un fort taux d'abstention traduisant
la lassitude de I'electorat du fait de la
proximity des derniers scrutins sur I'6volu-
tion institutionnelle.

2) Une bi-polarisation autour des can-
didats Serge Letchimy et Alfred Marie-
Jeanne.


Le r6sultat du premier tour a plac6 en t6te
ces deux candidates et tr6s loin derriere les
autres listes.

Dans ce context, la candidature de
gauche de la liste "RDiM. fflance pour e-
vefppera Martinique"conduite par Made-
leine De Grandmaison, soutenue par le
PCM, n'a pu b6enficier d'une 6coute suffi-
sante et se cr6er un reel space politique.
Une autre caract6ristique du scrutiny est
constitute par le fait que, sur la lance des
consultations de janvier, une parties de
I'electorat de droite s'est port6e sur le can-
didat du n6o-PPM.

II faut souligner, en outre, que cette liste du
neo-PPM rassemble des elements poli-
tiques h6teroclites don't nombre d'entre eux
sont issues de la droite conservatrice et des
assimilationnistes de gauche.
Par ailleurs, cette liste a b6n6fici6 du sou-
tien de la bourgeoisie et d'une large frac-
tion du patronat responsible de la
pwofitasyon.


Pour le deuxi6me tour du dimanche 21
mars, le Parti Communiste Martiniquais ap-
pelle les travailleurs et la population A faire
6chec A I'entreprise h6egmonique du pre-
sident du n6o-PPM et de ses allies visant A
s'emparer des principaux centres de pou-
voir du pays.

II invite les Martiniquais (ses) a refuser
leurs suffrages aux repr6sentants du PPM
marques par la culture du deficit et de I'en-
dettement partout oO ils ont exerc6 des
responsabilit6s.

Aujourd'hui, ils veulent faire main basse
sur les finances de la Region pour venir au
secours de leur gestion d6faillante.

Le Parti Communiste Martiniquais ap-
pelle donc les electeurs tricess) & ac-
corder massivement leurs suffrages & la
liste conduite par Alfred Marie-Jeanne.
F-D-F, le 15/03/2010
Pour le BP du PCM,
le SG Georges ERICHOT


8 a i 200 n





http://www.journal-ustice-martinique.com


LEs PREROGATIVES DES CHSCT


Les membres du CHSCT peuvent faire appel & un expert agr66 :
lorsqu'un risque grave est constat6


En ces temps d'individualisation et de remise en cause des rap-
ports de travail, le plein exercise des missions des represen-
tants du personnel est le garant de I'expression et de la defense
collective des int6erts des salaries. A ce titre, le comit6 d'hy-
giene, de s6curit6 et des conditions de travail (CHSCT) jouit de
prerogatives permanentes ou ponctuelles, don't I'actualite juri-
dique et jurisprudentielle rappelle r6gulierement l'importance.
Le CHSCT est notamment en charge, de par la loi, de contri-
buer a la protection de la sant6 physique et mental et de la
security des travailleurs, A I'amelioration des conditions de tra-
vail, A la promotion de la prevention des risques professionnels
et du harcblement moral et/ou sexuel. Destinataire d'informa-
tions obligatoires dans ses domaines de competence (regle-
ment interieur, nouvelles technologies, rapport annuel...), de la
part de I'employeur, le CHSCT doit 6tre consulted avant toute
decision de I'employeur d'am6nagement important modifiant
les conditions de sant6 et de security ou les conditions de tra-
vail au sens le plus large. La loi (article L. 4612-8 du Code du
travail) mentionne de maniere non exhaustive mais indicative
toute transformation important des postes de travail d6coulant
de la modification de I'outillage, d'un changement de produit ou
de I'organisation du travail, la modification des cadences et des
normes de productivity lies ou non A la remuneration du tra-
vail... La Cour de cassation a ainsi considered que le project d'un


employer devaluation du personnel au moyen d'entretiens an-
nuels doit 6tre soumis prealablement a sa mise en oeuvre a la
consultation du CHSCT.
Ind6pendamment des inspections et du droit a enqu6ter qui leur
est reconnu par la loi, les membres du CHSCT peuvent faire
appel a un expert agr66 : lorsqu'un risque grave est constat6
dans I'6tablissement et en cas de project important modifiant les
conditions de sant6 et de s6curit6 ou les conditions de travail,
ceci 6tant entendu dans un sens large. L'exercice de ce droit
doit garantir au CHSCT I'acces A une information ind6pendante
et autonome, quels que soient les informations ou les moyens
intemes fournis et proposes par I'employeur. Sa mise en ceuvre
peut etre envisage en cas d'accident, ind6pendamment de
toute autre measure d'enquete administrative, voire p6nale, mais
6galement en cas de degradation constatee et important des
conditions de travail, g6enratrice de stress, ou de modification
de I'organisation du travail.
II permet I'ouverture de I'entreprise a une analyse et un avis ex-
terieur A celle-ci, si bien que, s'accompagnant en outre d'une
prise en charge financiere de I'employeur, il fait I'objet de fre-
quentes contestations judiciaires. A I'occasion de ces conten-
tieux, il appartient aux juges de simplement verifier que les
conditions legales du droit a expertise sont r6unie et non d'en
contr6ler I'opportunite.
La loi pr6voit 6galement que le CHSCT doit se prononcer sur
toute question de sa competence don't il est saisi non seule-
ment par I'employeur mais par le comit6 d'entreprise ou les de-
legues du personnel. Dans le cadre des projects de
reorganisation ou de restructuration don't les consequences se
mesurent en suppressions ou modifications d'emplois, I'avis du
ou des CHSCT doit s'int6grer aux procedures d'information-
consultation du comit6 d'entreprise, soit parce que sa propre
consultation par I'employeur s'impose soit parce qu'il sera sol-
licit6 par le comit6 d'entreprise comme un element n6cessaire
A sa propre information.
L'actualit6 command d'int6grer et d'organiser I'ensemble des
moyens d'information et d'intervention A la disposition des sa-
laries. A ce titre, les prerogatives du CHSCT doivent 6tre rap-
pelees, mediatis6es et surtout utilisees.
Par Pierre Masanovic
avocat au barreau de Lyon


BREVES SOCIALES


CLUB MED % 4S DEPARTS VOLONTAIRES
La direction du Club Med de Sainte-Anne a d6cid6 d'une ope-
ration de restructuration afin de faire face au manque A gagner
de I'h6tel. Ainsi, il a ete propose un plan social marque par des
departs volontaires. Sur les 223 salaries, 45 d'entre eux ont
accept un depart volontaire a la retraite. Avec ces departs, la
direction indique vouloir embaucher des jeunes pour redyna-
miser I'h6tel et se redonner une sant6 financiere. Soulignons
que le group Monplaisir a repris la structure en 2007 et que
plus de deux millions de travaux ont ete r6alis6s avec un fi-
nancement croise des collectivit6s et de I'Europe. Le Club Med
avait I'ambition de devenir le fleuron touristique de la Marti-
nique.
POLE EMPLOI I. O UELOUES AVANCEES
MAIS LA GREVE SE PURSUIT
Les agents affilies a la CDMT avaient debut une gr&ve le 8
mars pour protester centre les "conditions de a fusion" et re-


clamer des moyens humans. Les n6gociations ont difficilement
debut mais ont pu aboutir a quelques avanc6es. Les gr6vistes
ont obtenu le enforcement des effectifs avec 2 contracts a
dur6e ind6terminee finalists et des contracts a dur6e determi-
nee. II veulent un effectif A contract A dur6e ind6termin6e plus
important. D'autres points de la plate forme revendicative n'ont
pas requ d'6cho de la part de la direction. Les grevistes ont de-
cid6 de poursuivre leur movement.

AIAPEI VERS LA MOBILISATION ?
Les salaries de I'ADAPEI tirent la sonnette d'alarme sur la de-
gradation social et financiere de I'entreprise qui s'occupent
des personnel atteintes de handicap. Les 400 salaries ont de-
cid6 d'interpeller la DSDS et la Pr6fecture pour avoir des re-
ponses concr6tes a leurs inqui6tudes.
ils menacent, faute de quoi, de se mobiliser pour sauver leur
emploi... Nous y reviendront


Ieuh 18 2n P


- --------





httD://www.iournal-iustice-rnartinigue. cornI


Letter centre la vie chore et agir pour le pouvoir 'achat : UNE PRIORITE


La Martinique entire s'est mobilisee en f6vrier- mars 2009
centre la vie chere. Depuis plusieurs ann6es, les gouverne-
ments avaient abandonn6 toute action de contr61le et d'analyse
des prix, s'en remettant a la "main invisible de La concurrence
pour limiter les hausses". C'est un choix politique neolib6ral et
non le fait du hasard.
Les r6sultats sont IA. Selon I'enquete r6cente de France- An-
tilles (fevrier 2010), le panier de la m6nagbre de 45 products est
de 34 % plus cher en Martinique qu'en France, et I'6tude de
septembre 2009 de I'Autorit6 de la concurrence montre que les
carts atteignent plus 70 % sur un chariot-type de 100 products.
Ces carts ne s'expliquent pas seulement par le coOt du trans-
port et I'octroi de mer, conclut cette Autorit6. Elle admet que la
question des marges abusives et de la presence d'interme-
diaires inutiles dans le circuit d'importation et de distribution ne
doit pas etre 6cart6e.
Le movement populaire de fevrier a arrach6 une baisse subs-
tantielle de 20 % sur 400 products de premiere n6cessit6 dans
la grande distribution : 14 % pour la grande distribution, 2 %
pour le transport mari-
time et 4 % au titre de
I'octroi de mer. II faut
faire respecter cet ac-
cord, le p6renniser et
I'ameliorer en lui don-
nant une forme r6gle-
mentaire. II faut verifier
que la baisse de I'octroi
de mer qui coOte 9 mil-
lions d'euros aux collec-
tivit6s et aux
contribuables martini-
quais est effectivement
repercut6e dans les prix.
Cela est possible juridi-
quement. L'article 1er de
la Lodeom (loi pour le il faut s'assurer que la baisse de I'oc
developpement 6cono-
mique de I'outre-mer)
permet de fixer les prix des products de premiere n6cessite.
Mais, par posture ideologique neoliberale, le pouvoir refuse
jusqu'ici de prendre un d6cret d'application...1 faut exiger la
prise de cette measure 6elmentaire.
Pour lutter contre, les facteurs de vie chere, le gouvernement
s'en remet A I'activation de la concurrence par la creation de
groupements d'intervention regional- Concurrence (GIR) pour
deceler les abus et les situations de monopole ou de quasi-mo-
nopole. C'est utile mais insuffisant. Par nature, la concurrence
est limit6e dans des economies insulaires. II faut donc mettre en
oeuvre une politique volontariste de lutte contre tous les fac-
teurs de vie chere, y compris par I'action directed, quand cela
est n6cessaire, sur les prix.
Pour cela, il faut A la fois continue les etudes sur la formation
des prix et faire la transparence sur leur composition en don-
nant plus de pouvoirs et de moyens a I'Observatoire des prix et
des revenues et une participation plus grande des elus r6gio-
naux et/ou de la Collectivite unique future.
De meme, il convient de prendre des measures pour appliquer
effectivement le principle de continuityj territoriale"qui consiste
A diminuer le coOt du transport maritime ou a6rien (fret) par les
instruments (aides) mis en place par I'Europe et la Lodeom.
Surtout il faut s'assurer que ces economies sont repercutees


tro


dans les prix aux consommateurs par une action de control
s'appuyant sur des moyens r6glementaires.
D'autres measures de fond pour s'attaquer A la vie chere sont
necessaires :
- agir sur notre mode de consommation par une champagne
d'6ducation populaire et en aidant les associations de consom-
mateurs ;
- moduler les taux de I'octroi de mer en les abaissant sur les
products de large consommation populaire et surtaxant les pro-
duits de luxe de fagon A preserver cette resource de nos col-
lectivites ;
- produire localement tout ce qu'il est possible de produire (im-
port-substitution), notamment dans le domaine alimentaire et
agricole;
- reorienter syst6matiquement nos changes commerciaux vers
notre environnement g6ographique proche, ce qui implique des
measures r6glementaires et des changements de comporte-
ments;
- I'id6e d'une plate-forme logistique commune pour diminuer les
frais d'importation est a
6tudier s6rieusement et
A mettre en oeuvre;
C'est ainsl que I'on
pourra durablement agir
pour ameliorer le pouvoir
d'achat des Martiniquais
et la comp6titivit6 de
notre economic.
Car la vie chbre nuit
aussi A nos possibilities
de vendre nos products
ou d'attirer des tourists,
et est donc un facteur de
ch6mage.
Un Conseil regional di-
rig6 par des forces de
progress peut impulse
i de mer est r6percut6e dans les prix les actions qui d6pen-
dent directement de ses
comp6tences et intervenir vigoureusement auprs de I'Etat, no-
tamment au travers de I'Observatoire des prix et des revenues,
pour qu'il prenne enfin les measures qui s'imposent contre les
prix abusifs.
La competence fixation des prix peut faire I'objet d'une de-
mande d'habilitation legislative au b6nefice de la future Collec-
tivit6 unique, s'agissant d'une question central tant du point
de vue du pouvoir d'achat populaire que de celui d'un d6ve-
loppement endog6ne.
Une politique global des prix et de la consommation s'int6-
grant dans la politique de d6veloppement est indispensable.
Elle implique I'Etat et les deux collectivit6s aujourd'hu,i et de-
main, la Collectivit6 unique.
Michel Branchi


IF h18 Mr 2 0 n Pa


Ec-oIAL -





http://www.iournal-iustice-martinique.com


NON LIEU DANS L AFFAIRE DE CLAUDETTE DUHAMEL


Le 26 f6vrier
2010, un juge
d'instruction a
rendu une or-
donnance de
non lieu
concernant
I'affaire qui
opposait
I advocate
Claudette Du-
hamel i trois
magistrates qui
Claudette Duhamel, advocate et militant du MODEMAS A I'6poque
exergaient
Fort-de-France. Ce non-lieu r6sulte d'une affaire qui a d6-
but6 en 2003, lors de la defense de Maitre Dispagne pour
diffamation. Les magistrates ont mis en avant le 'comporte-
ment" A I'audience de maitre Claudette Duhamel et ont r6-
clam6 des sanctions A son encontre. Maitre Duhamel a des
lors d6pos6 plainte pour 'fawten iturepublique L'affaire
ayant 6t6 d6pays6e A Paris en Octobre 2009, le Parquet
avait requis un non-lieu lors de sa plaidoirie. Claudette Du-
hamel entend continue son combat pour la v6rit6 et fera
appel de la decision. Lire la reaction du Modemas auquel
appartient Claudette Duhamel.

"Dujugement du 11 Avril 2003
A I'ordonnance de non lieu du 26 fvrier 2010 : un pas suppl6-
mentaire franchi par la justice colonial en Martinique
Le Modemas vient d'apprendre avec indignation qu'une or-
donnance de non-lieu du 26 F6vrier 2010 a 0t6 prise 6 I'en-
contre des 3 magistrates Boisselot, Hannoteau et Melendez qui
avaient fait I'objet d'une plainte pour faux de la part de Maitre
Claudette Duhamel.
Cette plainte est consecutive aujugement du 13 Avril 2003 d6-
coulant de I'affaire correctionnelle don't Maitre Duhamel assu-
rait la defense d'une advocate du barreau de Fort-de-France
face 6 trois dirigeants de la Chambre de commerce et dans le-
quel les 3 magistrats, foulant au pied leurpropre serment n'ont
pas h6sit6 d introduire un chapitre intitul6 "sur fe comportement
a F'audience de Maitre Ctaudette Dufamel et dans lequel ils at-
tribuaient 5 celle-ci des propos mensongers aux fins d'obtenir
des poursuites exemplaires.
Malgr6 la trentaine de t6moignages products notamment par 6
avocats du barreau de Fort-de-France, 2 61us Martiniquais, 4
enseignants et 6 chefs d'entreprise qui tous 6taient presents d
audience ; malgr6 I'intervention de la greffidre confirmant
I'inexistence et I'inexactitude des propos que les magistrats ont
attributes J Maitre Claudette Duhamel.
Ces propos 6tant :


'Attendu que favocate de la defense, Maitre Claudette Duhiamel
au course de la plaidoirie s'est faissie alter a traiter le procureur de
ta PR.publique et [e colonialistes corrompus ; qu'elte a diclari : "les magistrats de la
9Martinique sont-its tous des voyous ?" Et tenu des propos ra-
cistes..."
Le juge d'instruction du barreau de Paris loin de retenir I'alt6-
ration frauduleuse de la v6rit6 a pr6f6r6 balayer honteusement
les t6moignages products allant jusqu'a 6crire que "tes timoins
paraissent avoir du mal interpreter certain propos tenus au course
de Audience et de la ptaidoirie".
Quel m6pris donc pour les Martiniquais !
Pour blanchir d6finitivement les magistrats et enfoncer davan-
tage I'avocate, ce m6me juge 6voque sans scrupule, I'am-
biance bruyante et charge de confusion dans laquelle s'est
d6roul6e I'audience pour conclure que les propos relatifs aux
magistrats "voyous" tenus en d'autres circonstances par Ca-
mille Chauvet et publi6s dans Le Naif avaient pu 6tre tenus
par Maitre Claudette Duhamel.
Quelle perspicacity pernicieuse pour arriver 5 une telle assimi-
lation-confusion !
C'estbien surla base de ces deux sources que le juge a fond6
son non-lieu en faveur de ses colleagues magistrats.
Trop, Trop, c'est trop !!
Le Modemas ne peut s'emp6cher de voir dans le jugement du
26 F6vrier 2010, un acte discriminatoire et racist qui vient ren-
forcer la demarche discriminatoire et racist des 3 magistrats.
C'est aussi une volont6 de nuire 6 Maitre Duhamel, Avocate de
I'Assaupamar, de Jet Aviation Services (JAS), de Lamic et de
nombreuses causes don't la dignity et le droit se trouvent ba-
fous ; cette advocate, connue pour son int6grit6, sa rigueur, son
incorruptibility, n'a jamais cach6 ses opinions politiques.
Ce jugement r6vdle incontestablement le monstre colonialiste
qui se manifesto dans le fonctionnement de I'institution judi-
ciaire pour tenter d'abattre les forces r6sistantes porteuses
d'espoir 6 une p6riode oi) les flambeaux identitaires dans le
pays Martinique se font rares.
Le Modemas rappelle que bdillonner I'avocat, c'est laisser le
justiciable sans defense et qu'd travers ce jugement, c'est I'en-
semble des avocats et des justiciables Martiniquais qui sont
concerns.
Le Modemas appelle les Martiniquais d une mobilisation pour
emp6cher que ce jugement soit cass6 en appel et ne fasse ju-
risprudence don't les effects seraient d6sastreux pour les avo-
cats et les justiciables, notamment ceux de Martinique.
Le Modemas appelle donc a la vigilance et j la diffusion de ce
jugement qui doit 6tre connu de tous.
Le President du Modemas
Garcin Malsa"


FOITr E I


RENAUD DE GRANDMAISOHN UN SUBTIL EXERCISE DANS FRANCE-ANTILLES


France- Antilles a public le jeudi 11 mars dernier une tres int6-
ressante interview de Renaud de Grandmaison, cofondateur
du PPM, don't il est toujours membre, et bpoux de Madeleine de
Grandmaison, membre du RDM et tate de la liste "Alliance pour
divetopper fa Martinique". On y d6couvre un homme refusant


de choisir entire son parti et sa femme: 6 ce parti qu'il a cr6e
avec d'autres en 1958 et auquel il a sacrifice tant d'annees et
d'6nergie; 6 cette spouse 6 qui il est lie par 55 ans de "compa-
gnonnage".
Renaud de Grandmaison, en militant discipline et qu'il est, re-


IeuZ'1 Mar 2010 -# uite n' Pg


I I





hW.Il/www~iourmal-justice-mnartinioue. cornm~


fuse de critiquer le PPM d'aujourd'hui, mais il ne peut s'empe-
cher de laisser entendre un certain nombre de notes discor-
dantes. II declare par example : "Ye ne cache pas qu'ily a des
choses qui me dirangent aujourd'hui comme cefut le cas dans Ces
annies 1990, dans les annies 1980 et d des moindres degris dans
les annies antirieures". Si on compete bien les annees, on se
rend compete que cela fait bien longtemps qu'il support des
choses qui le d6rangent au sein de son parti. Certes, il ne dit
pas lesquelles, mais on pergoit dans son discours I'acceptation
resignee d'une nouvelle rea-
lite pas forc6ment conforme
A son id6al de progressiste et
. sa conception de la poli-
tique. C'est ainsi qu'il parole
d'une generationn qui ne rai-
sonne pas, nefonctionne pas
comme nos pr6dicesseurs",
d'hommes qui "peuvent itre
amenis a chercher, a prifirer
d'autres voies et moyens que
ceuxC de eurs priedecesseurs."
Bien que manifestement in-
satisfait, il se refuse a "s'iri-
ger en donneur de Cleons", se Renaud de Grandmaison ne reconn
rappelant I'incompr6hension
don't il a souffert de la part de la generation pr6ecdente, lorsqu'il
avait 30 ans.
Toutefois, lorsque le journalist lui demand s' il croit "en la troi-
sieme voie propose par Serge Letchimy pour accider a l'autono-
mie", sa r6ponse est franchement negative, en d6pit de son
apparent volont6 de ne pas ouvrir un d6bat : "9Moi, je crains
fort que la 3e voie n'ait subi un coupfataffe 10janvier 2010. Je
n'en dirai pas plius..."
Effectivement, la "3e voie", a laquelle ni Letchimy, ni le "VPM
nouveau", ni le MAP n'ont jamais cru s6rieusement, a ete li-


ait


quid6e le 10 janvier et enterr6e le 24. Le drame, c'est qu'elle a
entraine dans sa ternmbe I'id6e m6me d'autonomie, aux yeux de
beaucoup de Martiniquais.
Interroge sur la decision de Serge Letchimy de "dimissionner
de son mandate de maire en cas de victoire de sa liste aux rigionales
", Renaud de Grandmaison, exp6riment6 et lucide, avoue ne
pas "comprendre une tele prise de risque", tout en disant ne vou-
loir faire ni dire "rien qui puisse aggraver une situation qui (lui)
paraft daed trop tendue."
A quoi fait-il allusion exacte-
ment? Mystbre!
Quand le journalist essaie
ensuite de I'amener 6 pr6dire
l'avenir du RDM ( le part de
Madeleine) en cas de d6faite
aux regionales, il esquive
cette question-pibge et r6-
pond 6 sa manivre en do -
nongant un scrutiny Yfaussi par
le systfme de la proportion-
nelle", qui favorite excessive-
ment la liste arrive en tate,
au detriment des autres.
De m6me, il se montre res-
plus le PPM qu'il a particip6 A cr6er pectueux des choix effectu6s
par Alfred Marie-Jeanne,
mnme s'il ne les partage pas, et mime s'il dit ne pas 6tre sur-
pris par les critiques 6nonc6es par Serge Letchimy.
En r6sum6, Renaud de Grandmaison s'est livr6 A cette occa-
sion A un subtil exercise d'6quilibriste. II s'est montr6 soucieux
de ne pas nuire son parti tout en formulant des critiques A
peine voilees I'encontre de ses actuels dirigeants. Vis- N- vis
de sa femme Madeleine, qui milite dans un parti issu d'une
scission ayant affaibli le PPM, et d'Alfred Marie-Jeanne, don't il
ne partage pas I'idbologie mais qu'il connaTt depuis 60 ans, il
a fait preuve de comprehension et de respect.
M.Belrose


EMPRUNT OBLIGATAIRE REGIONAL

A PROPOS DE L'EPARGNE MARTINIQUAISE, DES CHIFFRES POUR FIXER LES IDEES


Actifs financiers au 31/12/2008 :
5,7 milliards d'euros.

- Dont d6p6ts A vue :
1,8 milliard d'euros (31,1 %);
- Dont placements liquides et a court terme
2,1 milliards d'euros (37 %)'
repartis entire 71,2 % pour les manages,
24,2 % pour les societes non financieres
et 4,6 % pour d'autres agents ;
(Y compris cptes/livrets) (1,15 milliard E);
- Dont 6pargne A long terme
1,8 milliard E d'euros (31,8 %)

Rien n'empeche de faire appel aux soci6ets locales, A I'epargne
des Martiniquais de la diaspora et a I'epargne institutionnelle
(banques, mutuelles, etc).
II existe 708 000 comptes'sur livrets.
Un emprunt rapportant 80 millions d'euros, comme dans les
Pays de Loire (emprunt de 6 ans), repr6senterait 3,80 % de


I'6pargne liquid et A CT martiniquaise (2,1 Mds E). Le taux du
Livret Aest A 1,25 %.
Une r6mun6ration de 4 % (comme en Pays de Loire) laisse un
rendement de 2,80 % apres prelevement, superieur au taux de
rendement du livret A.
Donc la proposition faite par Madeleine de Grandmaison de
realiser un tel emprunt est tout A fait r6aliste.


IF * 'I


POLITOVE





[ IttfIONALEs 2010


FORT-DE-FRANCE ETRANGLEE PAR LA REGION ?

ELLE LUI A ATTRI8UE 87,7 MILLIONS D'EUROS DE ?00 A ?009


Au course de la champagne du ler tour de ces r6gionales
2010, confront & la mise en cause de sa gestion de Fort-
de-France alors qu'il pretend 6tre "missiom'"par le people
pour sauver la Martinique entire, Serge Letchimy a accuse
les deux collectivit6s majeures, R6gion et D6partement, de
lui avoir coup les credits par sectarisme politique.
En ce qui concern le Conseil g6n6ral, on sait qu'il n'en est
rien. A titre d'exemple, il faut citer le financement du Front
de mer appel6 '"Ma&econ"par Letchimy qui revendique d'en
6tre I'auteur et pour lequel il n'a rien d6bours6.
Nous recevons cette- fois de Aude Goussard, colistibre d'AI-
fred Marie-Jeanne, un tableau r6capitulatif des sommes al-
lou6es a la ville de Fort-de-France de 2004 6 2009. II comporte
le financement regional directement alloue 6 la ville de Fort-de-
France pour 8,73 millions d'euros au titre de I'aide du conseil
regional aux communes (ACR= 1,7 ME) du Fonds d'investis-
sement routier et des transports ( FIRT= 3,1 ME), etc.
Fort-de-France pergoit aussi une part du Fonds Regional pour
le Developpement et I'emploi (FRDE) prelev6 sur I'octroi de mer
et distribu6 directement par les services de I'Etat aux com-
munes.
Figurent aussi les aides r6gionales attributes aux diff6rents
secteurs d'activit6 sur le territoire de Fort-de-France qui se
mpntent 6 78,93 Millions d'euros de 2004 a 2009 : agricul-
ture, peche, aides aux entreprises, logement sport, actions so-
ciales education, tourism, etc.

VERS UNE I iGEMONIE DU Nto-PPM,
ALLIED A LA BOURGEOISIE ?
La Region a attribute Fort-de-France au total 87,6 Millions
d'euros sur la periode 2004/2009.
Sans doute, ces credits ne sont-ils pas A la hauteur des de-
mandes de I'6dilite foyalaise, comme partout. Faut-il pour sa-
tisfaire Fort-de-France, sous couvert de charges de "centralitd",
depouiller les autres communes ? Un des enjeux du scrutiny est
de savoir si on va confier 6 un meme decideur la capital et la
region, en attendant qu'il *'empare du d6partement et demain
de la Collectivit6 unique ? Les Martiniquais vont-ils donner au
ndo-PPM la possibility de recreer I'h6egmonie politique que
I'ancien PPM a connue entire 1983 et 1992 et qui n'a pas fait
avancer le pays, le bloquant dans le "moratoire" et le deficit ?
Une h6egmonie aujourd'hui qui consisterait A enfoncer le pays
dans I'assimilation (le culte du "droit commun"de Manscour et
Lanoix) et le renoncement a toute Responsabilit6. Une hege-
monie au service d'une Sainte Alliance avec la grande bour-
geoisie et le patronat qui joue Letchimy 6 fond. La bourgeoisie
et Fort-de-France veulent mettre la main sur les 338 millions


Rieonse a Jean Crusol

LA REGION MARTINIOUE A-T-ELLE "CASSE LA CROISSANCE ECONOMIOUE"?


Afin de rendre le president de la Re6gion sortant responsa-
ble de la crise que vit le pays, son concurrent direct a uti-
lis6 les services de Jean Crusol, agreg6 d'6conomie,
pncien premier secretaire de la F6d6ration socialist ayant
vote contre la collectivite unique en d6cembre 2003, qui a
produit un libelle virulent intitul6 "re tan sastrvwdup4r-


silent sortant de Cf GJgiot WMaritinique'diffus6 sur internet et
dans Le Progressiste (n 2010 du 3 mars 2040).
Le professeur Jean Crusol I'accuse d'avoir cassiei [a croissance
economique de (a Martinique", notamment en ayant r6duit I'in-
vestissement regional de 10 % au d6but de sa premiere man-


I. /u I


d'euros de la Region et les economies r6alis6es. Cette alliance
s'est nou6e notamment lorsque s'est tenue en mairie, a I'initia-
tive du maire de Fort-de-France, une reunion avec une cen-
taine de patrons le 28 aoOt 2009 qui a about a la creation d'un
"Comiti de refance iconomique"dont le secretariat a 6t6 confie A
la Chambre de commerce pr6sidee par Claude Pompiere et sur
la base de quelque 21 revendications du grand patronat du
Medef (cf compte-rendu du 30/08/2009 sur le site Meetaw et
du 29/08/2009 sur le blog de Serge Letchimy). Bien sOr, ce Co-
mit6 ignore les responsabilit6s de I'Etat frangais dans la crise et
ses cafouillages dans la recherche d'une reliance (plan Corail
de Jego, plan reliance de Patrick Devedjian). II pointe les col-
lectivit6s locales et le d6bat institutionnel comme responsables
principaux de la crise, faisant preuve d'une forme d'autono-
misme de fait comme le bourgeois gentilhomme de Moliere fai-
sait de la prose sans le savoir. Le symbol de cette collusion
est le fait que I'un des conseillers 6conomiques eminent de
Serge Letchimy n'est autre que Marcel Osenat, ancien pr6si-
dent de la Chambre de Commerce, homme de droite patented,
sans parler des autres repr6sentants de la bourgeoisie presents
sur sa liste et au conseil municipal (Karine Roy-Camille, Frantz
Thodiart, etc). Ce combat a un aspect de classes incontestable.
Ce n'est pas pour rien non plus que la revue patronale "Inter-
entreprises"de la tres neoliberale, antisyndicale et assimilation-
niste Francette Rosamond 6reinte le president sortant dans ses
pseudo-comparaisons biaisees avec la gestion de Lurel en
Guadeloupe et promotionne Letchimy consacre comme fa-
vori" pour sa "vision" du d6veloppement dans son dernier nu-
mero. Une vision essentiellement tournee vers I'vttribution
d'aides sans contrepartie au patronat.
Si la Guadeloupe est si bien g6ere par le sieur Victorin Lurel et
a donc un taux de croissance sup6rieur a la Martinique comme
le serine Jean Crusol, pourquoi la revolte de 44 jours debut
2009 avec le LKP ?


I. DI http://Wwwwioumal-'ustice-mnartinioue. corn





httD://1wwwjiourna1-iustice-martiniczuexcom *


dature en 1998 et 1999 et en ayant choisi de rembourser, en
deux ans, la dette regionale. Et de compare I'6volution du Pro-
duit Int6rieur Brut (PIB= Richesse global) de la Martinique a
celui de la Guadeloupe qui, de sup6rieur qu'il 6tait en 1998 (5
milliards d'euros centre 4,8 milliards d'euros), a 6et d6pass6 en
2008 (7,6 milliards d'euros centre 7,8 milliards d'euros) par celui
de la Guadeloupe.
S'il y a un principle que I'on enseigne en economic, comme
dans toute science, c'est que lorsque deux ph6nom&nes (ou
deux variables) se produisent en meme temps, il n'y a pas ne-
cessairement un lien de cause A effet entire eux.
Et dans ce cas, I'6conomiste eminent quest Jean Crusol ne
peut I'ignorer.
La premiere donn6e A prendre en consideration est le poids de
la d6pense r6gionale dans I'6conomie mesur6e par la part des
depenses de la Region et de I'investissement regional dans le
fameux produit Int6rieur Brut (PIB), qui s'6elve 6 7 800 millions
d'euros. Ainsi, en 2008, les d6penses r6gionales se montaient
A 300 millions d'euros. Cela ne repr6sentait que 3,9 % du PIB
martiniquais. Par centre, les depenses de I'Etat s'elevaient a
2 800 millions d'euros et donc pesaient 37 % du PIB, soit plus
de neuf fois plus. Le r6le de la Region dans la croissance
comme dans la recession est donc mineur sinon marginal, quoi
qu'en disent les candidates qui veulent faire croire qu'ils vont re-
soudre tous les problems martiniquais. La Region ne peut que
contribuer a la reliance et plus globalement au d6veloppement
en agissant sur les structures.

PREMIER MOTEUR DE L'ECONOMIE
LA CONSOMMATION DES MENAGES
Ace propos, Letchimyn'hesite pas a rendre la Region respon-
sable de la recession historique qui a frapp6 la Martinique en
2008 (- 0,3 %), la premiere fois depuis 1946. II faut savoir que
le principal moteur de la pr6tendue croissance de la Martinique
est la consommation des manages (4,8 milliards en 2007) et
qu'elle a stagn6 en 2007 et recul6 de 0,3 % en 2008, selon les
donnbes publi6es par le CEROM (comptes rapides pour l'Ou-
tre-mer-Insee- bulletin n 11 de septembre 2009). Elle contri-
bue au recul du PIB de 0,2 % sur les 0,3 % de baisse de 2008.
La consommation des manages a recule depuis 2005 parce
que le pouvoir d'achat a baiss6, confront qu'il a 6t6 au frei-
nage des salaires (notamment du fait de la politique salariale du
pouvoir de droite dans la function publique) et & la hausse des
prix (p6trole brut, products alimentaires, etc). Tous facteurs qui
dependent du context international, de la politique du gouver-
nement et des decisions du patronat.
L'investissement (1,9 milliard d'euros en 2007) a aussi recule
en 2008 (- 2,5 %), et ce sont les investissements des manages
et des entreprises qui ont ralenti en 2008.
Les d6penses de I'Etat (2,8 milliards d'euros) ont recul6 de
1,5 % et ses prelevements (imp6ts) dans I'economie ont aug-
ment6 de + 11 % en 2008.
Quant A la comparison avec la Guadeloupe, le PIB des deux
pays tient dans un mouchoir de poche, A 200 millions d'euros
pres (+/- 2,5 %). Mais surtout on s'apergoit que ces comparai-
sons sont erronees, car le veritable moteur de la pseudo-crois-
sance des deux economies est la d6pense de I'Etat. Meme
cause, meme effet : en 2008, la croissance a ralenti en Gua-
deloupe, avec un d6calage par rapport 6 la Martinique. Le
Cerom (bulletin n 12 de septembre 2009) 6crit a propos de la
Guadeloupe : " tiren course d'annie/le Produit Intirieur brut (cPIB)guadeloupien
progress encore de 1,1 % en monnaie constant, mais c'est le plus
mauvais chiffre de ces dernieres annies... Le rephi de Cactivitj est


principalement du d la dimi-
nution de la demand inti-
rieure. L'investissement,
principal moteur le la crois-
sance en 2007, afMichi, et la
consommation des manages
s'est essoupffe" La note fait
6tat en Guadeloupe de
I'6rosion du pouvoir d'achat
des consommateurs gua-
deloupeens, de tensions in-
flationnistes, de
degradation du march du
travail qui pose sur la
consommation des me-
nages, de dM siquilibre Jean Crusol instrumentalise 'Economie
croissant des changes ex-
tbrieurs avec la chute des exportations, de repli de l'activit6 tou-
ristique (baisse du nombre de clients des hotels de 24 %) et de
repli du BTP avec I'incertitude, come en Martinique, sur I'6vo-
lution des dispositifs de dEfiscalisation (baisse du nombre de
logements autoris6s & la construction de 20,5 %). La Guade-
loupe entrait en 2008 en recession et cela a about au mouve-
ment de janvier-f6vrier 2009 avec le LKP.
Gageons que 2009 va se traduire aussi par une nouvelle r6-
cession en Guadeloupe come en Martinique.

MARTINIQUE ET GUADELOUPE UNE MiME DEPENDANCE A
LAEGARD DES TRANSFERS PUBLICS
Par consequent, opposer une Guadeloupe vertueuse et dyna-
mique 6 une Martinique frileuse et archaique est un proc6d6
trompeur. Les deux pays sont des nocolonies don't I'6conomie
est d6pendante et artificielle, base sur la consommation et
I'importation.
S'agissant de l'investissement, pr6cisons qu'en 2009 il se mon-
tait & 404 euros par habitant en Martinique centre 374 euros
par habitant en Guadeloupe. Et encore dans les 374 euros par
habitant, il y a en Guadeloupe 58 euros par habitant de rem-
boursement d'emprunt et zero en Martinique. La pression fis-
cale (recettes fiscales total sur potential fiscal total) en
Martinique est inf6rieure a celle de la Guadeloupe: soit de 0,95
alors qu'en Guadeloupe elle est de 1,09, c'est-&-dire superieure
a la moyenne frangaise siture & 1. Par example, le taux de la
taxe professionnelle r6gionale est de 1,94 % en Martinique
contre 2,50 % en Guadeloupe et 2,83 % en moyenne frangaise.
Mime chose pour la taxe sur les carburants plus forte en Gua-
deloupe qu'en Martinique
Conclusion : en 6conomie on peut fire mentir les chiffres. Le
plus grave est de se mentir 6 soi-mdme. Ce qui est vrai, c'est
que, g6r6e par des 6lus cons6quents, la Region peut consti-
tuer un space de resistances et d'initiatives locales au service
des travailleurs et de la population, pour I'amblioration de leurs
conditions de vie.
Faire porter b la Region Martinique la responsabilit6 de la
baisse de la croissance et de la recession de 2008 est particu-
librement malhonndte au plan moral et surtout erron6 au plan
de I'analyse 6conomique et donc politique. C'est ignorer ce qui
determine I'6volution de I'6conomie martiniquaise et donc se
priver des moyens d'agir pour la corriger.
Mais 6 I'6vidence, il ne s'agit pas d'ignorance mais d'instru-
mentalisation de I'6conomie au service d'une cause politi-
cienne.
Michel Branchi


or, 'I,..


r GfIONALEs 2010 1





IttflONALEs2010


UN SCRUTINY MARQUE PAR UNE TRIES FORTE ABSTENTION =

POLARISATION LETCHIMY MARIE-JEANNE


L'enjeu : L'urgence 6conomique et mise en place de la collectivity unique
La mise en place de la derniere mouture de I'actuel Conseil re-
gional n'aura pas mobilis6 les electeurs. Sur les 301 249 inscrits
sur les listes electorales, 133 959 se sont rendus aux urnes.
La participation n'a 6et que de 44.45 %, soit une abstention
(55.55%) en hausse de plus de 3.54% points par rapport a
2004. Une abstention qui serait due, selon les observateurs, a
une certain lassitude des electeurs apres les consultations de
janvier 2010. D'autres mettent en cause le grand nombre de
listes en competition. Trois rendez-vous avec les urnes en
moins de trois mois et peu de temps pour des explications
claires. Au terme de 15 jours de champagne tres animee sur le
terrain et dans les m6dias, le duel annonc6 entire la liste de
Serge Letchimy et Alfred Marie-Jeanne a lieu. Les deux
hommes ont focalis6 I'attention des electeurs au point de lami-
ner toutes les autres listes. Fort-de-France a ete la ville o6 on
a le moins vote (41%), alors que Serge Letchimy s'6tait dit "au-
torisi" par les Foyalais a conquerir la Region. Contrairement A
ses souhaits, le raz-de -mar6e Letchimy n'a pas eu lieu d6s le
premier tour. Son alliance objective avec la droite depuis le 10
janvier 2010 a fait que beaucoup d'electeurs de droite ont pre-
fere miser sur lui plutot que sur Lesueur. Alfred Marie-Jeanne
a maintenu son electorat en d6pit de la virulence des attaques
A son encontre. II a 6et la cible de pratiquement toutes les listes.
La grande deception a 6et celle de la liste RDM/Alliance qui
s'est trouv6 coinc6e entres ses deux mastodontes. II faut croire
que les electeurs de gauche ont prefer des le premier tour un

0 _

^, ^^!MET=


vote utile. Elle obtient tout de meme le droit de fusionner au se-
cond tour. Qu'en sera-t-il ? La droite regroupee autour d'Andr6
Lesueur qui avait cru se voir au sommet de I'affiche apres le
rejet du 74, doit d6chanter. Preuve que cette consultation du
10 janvier s'est jouee sur la peur. II a franchi de justesse la
barre pour se maintenir au second tour. Peu de voix pour le "po-
seurde 6riques", Pierre Samot, don't les electeurs n'ont pas cru
au migannage de sa liste. Guy Lordinot, pourfendeur de la
gestion r6gionale comme d'autres, avait cru a un come back
et a un destin national, et se voit une nouvelle fois renvoye
dans ses foyers. L'opa qu'a tent6e Ghislaine Joachimd Arnaud
sur la crise social de f6vrier 2009 n'a pas trouv6 d'6cho. Le
discours usit6 des patrons centre les travailleurs et sans veri-
tablement de perspectives a ses limits. Le discours assimilo
jusqu'A la caricature de Jean-Claude Granier a ete blackboule.
Max Orville, A I'image de son patron Frangois Bayrou, n'a pas
convaincu les Martiniquais de son soi-disant discours nouveau,
qui n'est qu'une resuc6e de la droite. Au final les electeurs mar-
tiniquais ont donc choisi une triangulaire pour le second tour
des elections. Un second tour qui sera Aprement dispute tant


Un Martiniquais sur deux ne s'est pas rendu aux urnes


les deux leaders sont convaincus chacun de leurs reserves de
voix A aller chercher. Comment se front les reports des voix
des electeurs des listes eliminees, sachant que les consignes
de votes ne sont que peu respectees ? Les electeurs devront
choisir entire I'inflation des measures d6magogiques du mis-
sionn6 de Fort-de-France et avancer en confiance pour met-
tre la Martinique sur de bons rails avec les patriots. Car la
derniere protection centre les drives pharaoniques ou les
risques de dilapidation rapide et d'endettement colossal,
comme lors de la pr6ecdente periode avec Darsieres, met
I'electeur devant ses responsabilites : faire le choix de la
confiance pour une 6quipe dejA qualifiee par sa gestion. Re-
ponse ce dimanche 21, pour I'installation de la nouvelle 6quipe
le vendredi 26 mars, celle qui aura en charge de discuter de la
mise en place de la nouvelle collectivit6 unique.
La liste Croire en nous meme de Pierre Samot appelle au vote
Letchimy, ce qui n'est pas une surprise.
La liste Alliance pour le d6veloppement de la Martinique et le
RDM appellent A s'opposer A la mainmise h6egmonique du
neo- PPM sur la Region et a voter Marie-Jeanne.


Les Blecteurs ont l6imin4 six listes d6s le premier tour


#1 ~httD://www.iournal-iustice-rnartiniaue. corn


V ieuci18 Mar 2070 uptzce o 11 -Page 7 -L





h~tpD:/www~ioumnal-iustice-mnartiniaue. corn


#4INA~ 20Y j


DECLARATION DU RASSEMBLEMENT WEMOCRATIOUE POUR LA MARTINIOUE


Le Rassemblement D6mocratique pour la Martinique a
pris acte des r6sultats du ler tour des elections r6gio-
nales.

Ceux-ci se caract6risent par un ph6nomene de bipolari-
sation que laissaient, en r6alit6, pr6sager les terms dans
lesquels les enjeux de ce scrutiny ont souvent 6te pr6-
sent6s 6 I'opinion.

Le R.D.M. remercie particulibrement les 8 875 6lec-
trices et 6lecteurs qui ont port leurs suffrages sur
la liste "RDM-Alliance pour d6velopper la Marti-
nique", exprimant ainsi leur adhesion aux propositions
constructive formulees par I'6quipe conduite par Made-
leine de Grandmaison pour apporter des r6ponses
concretes A la crise 6conomique et social que connaTt la
Martinique et poursuivre I'effort entrepris en faveur d'un
reel developpement durable.

Les Martiniquaises et les Martiniquais doivent d6sormais
prendre toute la measure des enjeux, v6ritablement cru-
ciaux, du 26me tour du dimanche 21 mars.

IIs doivent etre conscients de I'urgence qu'il y a a donner un
coup d'arret 6 I'entreprise sans precedent d'instauration d'un
pouvoir h6gemonique menee par les dirigeants du PPM. Un
parti qui, pour mener a bien sa strat6gie de conqudte du pou-
voir, a aujourd'hui renonc6e toute veritable identity politique.

L'accession de ces responsables politiques a un nouveau le-
vier de pouvoir (apres celui de la Capitale et celui de la Com-
munaut6 d'agglomeration du Centre, sans computer leur
attaque programme contre le Conseil general) comporterait
trois risques contre lesquels la Martinique doit absolument de
se pr6munir:
- risque pour la d6mocratie (trop de pouvoirs concentres
entire les memes mains !)
- risque pour les finances de la Re6gion, qui seraient litt6ra-
lement siphonnees pour venir alimenter le
budget de la Ville-Capitale afin de r6aliser -
nombre de projects en suspens depuis des
ann6es ; et ce, au detriment de la prise en SATCOMPT
compete des besoins des autres communes.
Des projects d'ailleurs pas toujours en rapport II faut reme,.
avec les attentes de la population foyalaise; frold;etla comi
- risque pour I'am6nagement du territoire, [ianceur .
oO le Nord et le Sud pourraient se trouver OO eTQsN
fortement 16s6s. o

Le Rassemblement D6mocratique pour la
Martinique insisted sur la n6cessit6 de
contrecarrer cette entreprise particulibre-
ment pr6judiciable aux int6r6ts de la Mar-
tinique.

Le RDM appelle donc ses militants, ses
sympathisants, I'ensemble des Martini-
quaises et des Martiniquais A voter mas-
sivement le Dimanche 21 mars pour la
listed "Patriotes Martiniquais et Sympathi- da I
sants" conduit par Alfred Marie-Jeanne; ibur
Alfred Marie-Jeanne qui, dans une periode ?4


Le bureau politique du RDM apporte sont soutien A Alfred Mane-Jeanne
particulierement difficile pour les collectivites territoriales, a su
preserver les 6quilibres financiers de la Region.

Notre position n'est le fruit d'aucune tractation. Elle est base
sur des considerations de principle et est avant tout guidee par
la volont6 de privilegier, par dessus tout, I'int6ert sup6rieur de
la Martinique. Nous nous sommes seulement assures que le
president Marie-Jeanne 6tait dispose a prendre en compete cer-
taines des propositions que nous avons formules lors de cette
champagne dans le cadre d'une plate-forme d'urgence pour la
Martinique.

Le RDM est convaincu de la capacity des Martiniquaises et
des Martiniquais a se mobiliser le dimanche 21 mars pour ef-
fectuer un choix lucide, conforme 6 I'int6ert bien compris de la
Martinique.
Le 16 mars 2010
Pour le Conseil Politique du R.D.M.
Le Secr6taire General
Claude LISE

DEtLEINE GRANDMAISON POQR -SOICOURAGE ET


a8eleine De Grandmaisonf pour I'courage liau fi6tie',
encelavec lesquels elle a men6 au cobat li
> a rtiue. u-deladusulete
tap n comrures Madelainae a da'nu7'a


*L eu'8Mr200j teI n' 7 Pag I A





[ /ttfIVNATE 20YO


RESULTATS OFFICIALS REGIONALES ?010 MARTINICUE


AJoupa-Bouillon
'Anses d'Arlet
Basse-Pointe
Bllfefontaine
Carbet
RaePiloter
Diamant
Ducos .,,
Fds-Saint Denis
0d rance
Francois
Grand Rivibre
I.I- I
Gros Morne
fa1ientin .
Lorrain
Macouba
Marigot


Morne-Rouge
Mdme.Vert l
Precheur


Riviere Sal6e


Saint-Esprit


Saint-Pierre
Sajni Anrie
Sainte-Luce
Sainte-Marie
Schoelcher


Trois-Ilets
\auclin
Total
Pdurcentage


I L+00
3 429
3 580
1 436'
2 950
: 3065
4445
11 397
835
68668
16 002
829
8 198
24 041-
6 580
1 149
3 189
S '." 6474
4 576
a 1;615.
1 466
0^:Y 10-625,.
8 975


7 327
11k580
4 231
3 98.1
6 859
16806
15 482
. 9 963
5 094
7 926
301 249


1 609
1 718
'845 'i
1 297
11 449,
2 226
5 073
346
28 363
7 045
402.
3 391
11 385
3 457
-* '473
1 528
C2Y6891;
2 115
.. 749 '
709
l 6 107
4 560
7 j 24a,
3 174
4.735.'
1 526
1 444-
3 586
7 324'
6815
4076'
2 041
3 824
133 959


RESULTATS


Inscrits
Abstentions
Votants
Blancs ou nuls
Exprim6s


GUADELOUPE


292 099
146 587
145 512
7017
138 495


50,18 %
49,82 %
2,40 %
47,41 %


4,82 %
95,18 %


Liste conduit par
Mme Jeanny Mathiasin-Marc (LAUT)
Mme Octavie Losio (LDVD)
M. Alain Lesueur (LDVG)
M. C6dric Cornet (LAUT)
M. Jean-Marie Nomertin (LEXG)
M. Alain Plaisir (LEXG)
M. Eric Jalton (LDVG)
M. Blaise Aldo (LMAJ)
M. Victorin Lurel (LSOC) (Elu)


ILi_ .- 'AES 'I


37
71
39
31
;,.35
48
179
4
S878
254
S 11
161
'403
208
18
64
68
102
18
16
n.: U .98
140
.. 289
99
176
50
26
86
335
207
199
47
118
4 550


/zu
1 572
1 647
806
1266
1 414
2 178
4 898
342
25486
6 791
391
3 231
10 982
3 249
455
1 464
2 621
2013
732
694
6 009
4420
6 835
3 075
4 559
1 476
1418
3 500
6 989
6 609
3 877
1 994
3706
129 419
42,96 %


409
27
51
122
44
513
291
11
1 199
227
183
113
263
92
88
330
58
84
18
14
,42
53
573
65
471
390
53
63
1 642
288
136
49
845
8 875
6,86 %


11U
109
428
39
130
192
180
540
125
1 777
724
58
313
669
350
151
187
186
130
201
68
191
1 479
974
553
463
244
162
425
572
884
330
256
386
13 586
10,50 %


Voix
3 903
2 871
1 377
9 634
3 911
1 958
17 175
19405
78 261


% Exprim6s
2,82
2,07
0,99
6,96
2,82
1,41
12,40
14,01
56,51


httD://www.ioumal-iustice-martinique.com





httD://www.iournal-iustice-martinique.com


11
11
2
25
*'*- 15'"

20
-- 83

2
296
85
9s :.. 4-.
57


54
...;4,. 3;
17
177
20
7 ., .7
29


24
145.
58
127
17
,t 36 '
22
. :, .' .52
120
S. ,.-, 35-
32
29
5 131
3,96.%


1
8
6
0
9
4 .36 .
20
S ,26
0
223..
81
11 .
58


18


10
12
12
7
2
S . .
9
"' 106
13
46
11
:,-- ,; *" kk-25 -
14
"t' -24- *
106
36
26
S.- 35
1 082
0,84%


RiSULTATs GUYArNE


Inscrits
Abstentions
Votants
Blancs ou nuls
Exprim6s


Le second tour opl
Christiane Taubira


24
21
49
17
32
61'
28


5
S.. ,689

174


119


89
21
72


50
S- 13
17
4.'; .,-.f.53-
72
.263.
55
218
59
. 350 .
51


214
.., ,'..' 13 1,
67
..78 ,
3 514
-l 7 ,-


S 4
9


9


3
. 118
19


43
t1,45
52
0O
28
9
18
2
2


5
'42'
15
23
6
'- ,: 3
11
;-'*. 1779 .
29
I -:. 80o
8
S. 6
2 446
.- 1,89,% ',


208
608
372
172
251
351
448
1 906
52
6 584
2619
75
1 161
..- 3-209
947
J .48 .
326
*;-999
418
168
361
5 280
1 935
1 949
1 576
1 422
340
717
1 428
.861
1 789
S -.1 "969
621
S 1 452;
41 642
32,18 %,


Liste conduit par
M. Gil Horth (LDVG)


69 659 Mme Joelle Prevot Madere (LAUT)
38 703 55,56 % Mme Chantal BertheloT (LDVG)
30 956 44,44 % M. Gabriel ServillE (LDVG)
912 1,31 % 2,95% M. Gilbert Fosse (LAUT)
30044 43,13 % 97,05 % M. Rodolphe Alexandre (LMAJ)
Mme Christiane Taubira (LDVG)
posera Rodolphe Alexandre A M. L6on Jean-Baptiste-Edouard (LSOC)
M. Roger Arel (LDVD)
M. Jos6 Gaillou (LAUT)


396
713


672
t 5964A
915


139
16 329,
2 795
,52
1 341


1 633
-*4:j"Tl16
488
.' . 1-A104n .
1 269


198


915


722
**. -,* 1-7383.
398


1 436


3029
4 -2Z10o
898


51 793
.V- ,0' Z 0


Voix
1 443
2 225
1 532
1 845
725
12201
6916
301
1 274
1 582


-7
7
S 9
16
1 110
45


5
271
67


26


14


6


12


3


28


18


11


50


150


37


1350
X-i.O-%,.


% Exprim6s
4,80
7,41
5,10
6,14
2,41
40,61
23,02
1,00
4,24
5,27


4'sSSB. ip If v/sIrS


r ; I





ktINAs 201

ILS Ot4T DIT%%


httD://www.iournal-'ustice-martinique.com


Alfred Marie-Jeanne : Patriotes


, Alfred Marie-Jeanne a Rivibre-Pilote


Le raz-de-marie attend n'a pas eu lieu. Au second tour, nous
pourrons mobiKiser etfaire comprendre que c'est nous qui incar-
nons fe changement. Le diffirentie n'est pas infranchissabCe. La
victoire est largement & notre portie au deujxeme tour. Rendez-
vous aes remain pour que dans 8jours, [a 1iste des "'Patriotes Mar-
tiniquais et Sympathisants" remporte, ki yo f~, ki yo pa 1&, fa
victoire.

Serge Letchimy : Ensemble pour une Martinique nouvelle


Serge Letchimy A Fort-de-France


"Nous sommes sortis en tite dans 24 communes sur 34. Cela n'a pas
itifacife. Le peupfe martiniquais est disormais luciae, conscient
et totafement determine i ailer vers une Martinique nouveffe. Nous
proposons une alternative pour d6velopper (a Martinique. Nous
devons tous et toutes nous mobiliser. Ce sera une semaine de tra-
vailpour se retrouver dimanche avec 90 000 voi(. La Martinique
nouveffe sera en construction".

Pierre Samot: Croire en nous-memes
"Dans ces ifections, ifya eu une polarisation de la champagne sur
deux hommes. Ce qui est important pour moi je sors en tite dans
ma commune".

Max Orville : Modem
"(Des risultats dacevants, mais ('avenir nous appartient. Nous au-
rons d'autres combats a mener".


Madeleine de Grandmaison : RDM/Alliance
'"e pense que les ifecteurs ont
sacrsifi Fessent ief t Cillusoire,
avec (a bipolarisation de la
champagne. Ify a un amal-
game sans pricident ~es idoo-
fogies. Le tPPM a perdu toute
idiologie de gauche et sou-
tient la droite. Ren nest
crair, quandces choses vont se
dicanter, on verra ressurgir
aux autres ifections un cer-
tain nombre de rivalite s et Madeleine de Grandmaison
d'antagonismes parce que ces
rassem6fementsfactices vont se riviler absolument non viables,
saufsi lfa Martinique vire d droite. Ce qui est dijh prejudiciable".

Ghislaine Joachim-Arnaud : Combat Ouvrier
"Nos ecteurs voulaient sinchrement que le monde du travailait
des reprisentants dans cette assemble rigionafe de 2010, ce ne sera
pas le cas. Combat Ouvrier ne donne pas de consigne de vote pour
Ce second tour".

Guy Lordinot:
"(De nombreux 6iecteurs ont port feurs suffrages sur Serge Let-
chimy telTement leur disir de voir changer la tite de Cexicutifri-
gionalitait ardent".


Andr6 Lesueur : Rassembler la Martinique
'A 1'Cvidence, ify a eu un
6parpiffement de nos voixqui
sont parties en grande parties
vers a lfiste Letchimy ce qui
donne un advantage & Marie-
Jeanne. Nous augmentons
nos voix sensiblement, mais
nous avons un grandreservoir
de voicdans Cequelnous irons
puiser la semaine prochaine.
Les autres fistes ont Wt6 mar-
ginafisies a cause fa bipolari- Andr6
station de la champagne .


esueur


Emilie Joncard : Rassemblement dans la France
"La Martinique est divisie. Je trouve qu'ify a un dicafage entire
Ces discours politiques et fa riaiti des gens. Pour Cavenir, je m'en-
gagerai dans une association pour a[ler sur Ce terrain".

Daniel Marie-Sainte, "Les patriots"
"Ify avait coalition du maire de fa capital. Pour attirer un certain
nombre d'iCecteurs de chacune des communes, des maires et des
conseiffers ginrauw se sont prisentis sur a fiste. Tous itaient fi-
guis contre.AlfredMarie-Jeanne, mais ifme semb6e que nous avons
quandmime risisti".


*eu1r 8 ar200 1 P age 1




httD:1www. iournal-iustice-martinigue. cor


LE PROGRAMME REGIONAL DE SERGE LETCHIMY


LES SEPT AXES OU Uh CONTE A DORMIR DEBUT
Serge Letchimy sait qu'en matiere politique il faut parfois faire
rever. Pour 6tre elu 6 la mairie de Fort-de-France en 2001, il
avait present 21 chantiers du 21 Ame siecle. Peu imported
qu'aujourd'hui aucun de ces 21 chantiers n'ait 6et r6alise, ce
qui compete c'est qu'il a ete elu. Et il dit que s'il n'a pu faire ce
qu'il a annonc6, c'est qu'il a ete asphyxia par les presidents des
Conseils general et regional.
Pour les R6gionales 2010, il se dit missionn" par le people de
Fort-de-France pour "sauver"la Martinique. II pr6sente un pro-
gramme sur 15 feuillets de paper glac6 pour relieverr le pays,
frappi dune recession iconomique sans president".
Parmi les valeurs don't il pretend qu'elles I'habitent, il indique
qu'il "a toujours considiri que notre ipanouissement ne passait pas
nicessairement par une rupture avec le cadre rjpubiicainfrancais".
Ce qui veut dire non a I'ind6pendance. II se prononce pour
"dans r'Etat de droit quest fa Trance, fa construction des bases du
diveloppement et du progrs
dans un processus de respon-
sabilisation inedit". Finie
"I'autonomie pour (a Nation
martiniquaise". Finie la troi-
sieme voie vers une "auto-
nomie constitutionnalisie"
dans six ans. Cette orien-
tation d'un processess de res-
ponsabilisation inedit" est
suffisamment vague et
obscure pour convenir aux
gens de droite qui I'ont re-
joint. Ce principle va au-
dela des elections
regionales, du d6veloppe- .
ment economique ou de .'
simples modalit6s de fonc- Un programme traduisar
tionnement d'une collecti-
vite unique, affirme-t-il. "If s'agit de faire ie choi fd'une socitei
martiniquaise s'instatTant dans d'ineditesfondations", proclame
avec grandiloquence le maire de Fort-de-France.
Lesquelles foundations ? Mystere.
Alors, le programme enonce 7 axes qui sont autant de traces si-
nueuses dans la fort sombre des ambitions de ses r6dac-
teurs..

Axe 1 : plan de reliance de I'emploi et de I'activit6
"L 'inertie de fa W'gion"est rendue responsible du taux de ch6-
mage moyen de 25 %, de la baisse de la fr6quentation touris-
tique, de I'existence de 28 000 Martiniquais au RMI, des 12 000
demands de logement non satisfaites (la R6gion n'est pas
principalement responsible du logement), etc. Rappelons tout
de suite que la Martinique est d6partement frangais et que le
gouvernement est responsible de la politique economique et
de la defense de I'emploi, en d6pit des comp6tences confines
6 la R6gion par la decentralisation actes I et II pour contribuer
au d6veloppement 6conomique. Le budget de la R6gion avec
338 millions d'euros en 2010 repr6sente 4 % du Produit Inte-
rieur Brut (PIB) martiniquais (7 600 millions d'euros en 2008),
alors que les d6penses de I'Etat, se montant A 2 800 millions


d'euros en 2008, representent 38 % de ce m6me PIB (richesse
global du pays). Cela r6duit singulierement la responsabilit6 de
la Collectivit6 r6gionale dans la situation 6conomique et social
de notre pays.
Du coup, faisant comme si la Region d6tenait tous les leviers
de decision, Letchimy promet de "retrouver tout de suite 5 000
empnois"par un plan de reliance. Pourquoi 5 000 emplois et pas
6 000 ou 4 000, on ne sait pas. Combien vont coOter les me-
sures annoncees, pas un mot.
Axe 2 : un "nouwau mode degouernance'avec la promesse
de diminuer la fiscalit6 locale, a savoir I'octroi de mer et la taxe
sur les carburants pour faire baisser les prix. Ce que Letchimy
ignore, c'est que la taxe sur les carburants est dej6 la plus fai-
ble de I'outre-mer et de France. Ce qu'il fait semblant d'ignorer,
c'est que la pression fiscal de la Region Martinique est la plus
faible de I'outre-mer et inf6rieure 6 la moyenne frangaise : par
example 1,09 en Guadeloupe centre 0,95 en Martinique.
Et comment va-t-il finance sa reliance ? Peut-6tre compte-il sur
le tr6sor qu'il croit pouvoir
trouver & la R6gion depuis
le temps qu'il en parole.
Axe 3 : "One Colectiviti
unique bienprpan'e". 11 an-
nonce une r6flexion sur
I'organisation et les com-
p6tences de la collectivit6
unique. Mais la question
des comp6tences a 6te
tranchpe par la consulta-
tion du 24 janvier. Les
competences seront cells
du d6partement et de la
Region. Sauf s'il veut
s'6carter du "roit comn-
r mun"auquel sont scotches
son alli6 socialist assimi-
la folie des grandeur lationniste Manscour et
son 6g6rie bleu-blanc-
rouge Marlene Lanoix. Par ailleurs on sait qu'il repousse la Col-
lectivit6 unique 6 2014.
Axe 4 : '"De smndbiion et de 'aud zc a r le dvhites motersw
de d 'veppeinent Quels moteurs ? Letchimy veut utiliser 'in-
vestissement public et announce cette fois la creation de 30 000
emplois en dix ans et de 9 000 emplois dans le tourism. La
aussi comment est-il parvenu ; ces chiffres ? II ne daigne pas
'expliquer et il serait bien en peine de le fire. II cite la creation
d'activit6s dans I'agriculture, la p~che, le tourism, le transport.
Curieusement il ne mentionne ni I'industrie, ni I'agro-alimen-
taire. OO sont la volonta, I'ambition et I'audace de produire lo-
calement ? Et c nouveau, il promet une baisse de I'octroi de
mer pour diminuer le coOt de la vie et les prix. Comment pourra
-t-il compenser la baisse des recettes des communes et de la
Region qui en r6sultera ? Comment pourra-t-il v6rifier que la
baisse de I'octroi de mer sera r6percut6e par les gros importa-
teurs et les grandes surfaces dans les prix, puisqu'il ne prbvoit
pas de contr6le,des prix ni pour la Collectivit6 unique ni pour
I'Etat. II se garde bien de proposer le contr61e des marges du
grand commerce d'importation et son cofiseiller Osenat ne le lui
a pas souffle. Et pour cause... On ne scie pas la branch sur la-
quelle on est assis.
II se prononce pour la creation d'une "autoriti unique des trans-


11F, /eu 8 MI2.0- en 7- ae


I k#fIONALEs 2


nt




L 1UJONAL~2010


ports" qu'il avait refuse quand c'6tait Claude Lise qui la pro-
posait. Autrement dit, si Letchimy est A la tete de I'Autorit6
unique des transports, elle est valuable pour le pays, mais si ce
n'est pas lui il la combat. C'est tout comme l'autonomie de I'ar-
ticle 74. Letchimy promet une nouvelle organisation de trans-
port en commun sur I'ensemble du territoire en 2013.
Axe 5: "Culure ident sport etpatrnoiwe Tout ce qui a d6ej
ete propose et tout ce que I'on peut imaginer y est: jardins bo-
taniques, jardins creoles, maison des m6tiers du patrimoine,
mus6e de I'Atlantique noir au Fort Tartenson, conservatoire re-
gional de la musique et des arts, ecole des arts et m6tiers
agence r6gionale des artistes martiniquais, institute des mondes
creoles, etc. Combien ? Comment ? Letchimy n'en a cure. II
promet.
Axe 6 : "Vn territoire so&aire afiaitat" II s'agirait de "nepfus
subirpassivement ['iclatement de la sociiti martiniquaise, la perte
de nos repires, la disparition de nos valeurs". Comment ? Par I'ha-
bitat, le logement (construction de 1 500 logements sociaux par
an), le foncier creationn d'un Etablissement public foncier), la
mise en place structures de retraite, I'elaboration d'un "plan ini-
tiativejeunes", la sant6 notamment par la prevention des pa-
thologies lourdes (diabete, hypertension art6rieHe, cancer du
col de I'ut6rus et de la prostate) ou la mise en place d'une for-
mation post-universitaire dans la sant6 publique, une politique
de I'education comme si la Region avait les prerogatives de
I'Education national ("penserun system iducatifduqueffe pays
9Martinique et &es Martiniquais soient le carur", est-il affirm sans
rire ou "divelopper le concept deformation tout au long de la vie'),
etc. Pas un chiffre, pas une evaluation, pas d'ech6ancier. En
matiere de sante par example on se demand s'il y a encore ici
une ARH.
Axe 7 : "La SMartinique ds envirmwnent et la cooperation r-
gionae". Le candidate Letchimy promet de "simpfifier la gouver-


nance de Ieau", de garantir I'approvisionnement en eau en qua-
lit6 et A prix raisonnable et de reconquerir et valoriser nos res-
sources en eau, d'acquerir I'autonomie 6nerg6tique A I'horizon
2030, de faire de la Martinique un '"oyau en matiere de biodi-
versit6", de s'investir dans les risques majeurs, notamment par
la reconstruction de 30 000 logements et 6quipements publics,
de red6finir sa politique de voisinage par I'int6gration cari-
beenne, europ6enne et international. II promet de faire adhe-
rer la Martinique et les DFA au Cariforum et 6 la Caricom. En
devenant ind6pendants ou autonomes ?
On aura not6 que ces promesses ne sont aucunement finan-
cees. Or que n'a pas dit Serge Letchimy pour disqualifier le
Schema Martiniquais de D6veloppement Economique (SMDE)
et I'Agenda 21 en tirant argument qu'ils n'6taient pas chiffr6s ?
Les 15 feuillets du programme de la liste "Ensemble pour une
[Martinique nouveffe" sont une version tropicalisee des contest
A dormir debout comme "(Blanche-neige et fes sept nains" parce
que nombre de propositions portent sur des choses deja en
course (plan sismique, structures pour personnel agees), sont
hors des comp6tences r6gionales propres (education, sante,
par example), parce qu'elles ne sont pas chiffr6es ni finances
et surtout parce que les pouvoirs pour les r6aliser ne sont pas
enonc6s (baisse des prix).
Ce programme est d6magogique parce que, de surcrolt, outre
son caractere pharaonique, il pretend s'ex6cuter en diminuant
la fiscalit6 r6gionale sans pr6voir des contre-parties.
En tant qu'illusionniste, il est certain que Serge Letchimy a un
brilliant avenir. Cependant son passe a Fort-de-France qu'il a
endett6e jusqu'au cou sans r6aliser aucun de ses 21 chantiers
de 2001 r6pond du peu de s6rieux de ses promesses pour ses
sept axes pour la Region Martinique.
La folies des grandeurs.
Dossier Justice


PROTESTATION DE LA LISTED DES PATRIOTS ET DES SYMPATHISANTS CENTRE RFO


Nous recevons de Maguy Marie-Jeanne le communique ci-
apres de la liste des Patriotes et sympathisants :
"Aujourd'hui dimanche 14 mars 2010, encore en total viola-
tion des r6gles du CSA, et apres la diffusion ce matin du Ma-
gazine Archipels "Cisaire/JAiker, une Traterniti" relay par le
Cable et donc accessible aux auditeurs de Martinique, RFO
Martinique a diffuse entire 15h et 16h, deux documentaires non
prevus A la programmation mettant en valeur le candidate de la
liste "ensemble poui une [Martinique nouvelle" et d6nigrant la
liste des patriotss martiniquais et sympathisants".
Ainsi, le documentaire "desgenspas comme fes autres"anime par
Dominique Legros d'une dur6e de 40 minutes a pr6sent6 la si-
tuation ville de Fort-de-France sous la forme d'interviews de


jeunes foyalais don't les propos et les explications ont 6et tres
tendancieux & I'encontre du Pr6sident actuel du Conseil Re-
gional. L'attach6 parlementaire du candidate de la liste "ensemble
pour une Martinique nouvelle" s'est lui-meme exprim6 en des
terms tres subjectifs rendant responsible la R6gion Martinique
de la situation crabique de la ville capital.
"Nousjugeons inadmissible ce nouveau manquement auxrigles de
deontologie electorate que nous considirons comme une nouvelle
tentative de manipulation de (opinion publique, a deux heures de
lafermeture des bureau de vote, et nous exigeons de URFO Mar-
tinique des explications et des excuses publiques" .
Signed : liste des patriots et des sympathisants


RFO ET LA VOLONTE DE NUIRE


Qu'est-ce-que c'est, ce journalism qui entend faire d'un banal
incident, un scoop 61lectoral ? Dimanche A Riviere-Pilote, un
6lecteur, partisan de Letchimy s'en prend A Alfred Marie-
Jeanne pour une histoire de listes qui ne serait pas alignees
sur la table. Alors que cela ne s'est pas d6roule dans le bureau
oO Marie-Jeanne votait, I'individu s'en prend 6 lui. Las de se
voir invective, Alfred Marie-Jeanhe r6plique et, IA, les deux jour-
nalistes de RFO qui n'etaient d'ailleurs pas sur les lieux au mo-
ment des faits, en font une montagne. Une montagne que les


images diffusees ont du mal A mettre en lumiere, un pr6tendu
scoop voulant soit-disant montrer que le president de R6gion
a "adrape", dira Francine Aglae de Rfo. La liste des Patriotes et
des Sympathisants s'est inscrite en faux centre le rendu fait par
ces "journafistes" de RFO estimant que "cet individu, a f[ori-
gine de cette provocation, doit itre seul tenu responsible de ses
actes ".


8 MI 2070 jtice n' ,- Page


/ I I ~httD://www~iounahL-ustice-rnartiniczue. cor





httD://www.iournal-iustice-martiniaue.com

FRANCE -, LA DROITE SANCTIONNEE


"Iffaudrafaire champagne sur mon bifan", avait enjoint Nicolas
Sarkozy aux tetes de file UMP aux elections regionales, avant
de battre prudemment en retraite lorsque le ciel des sondages
s'est assombri. Reste que c'est bien un d6saveu et une sanc-
tion que les electeurs ont signifies lors de la dernibre election
national du quinquennat. La droite rassemblee sous la ban-
niere du parti pr6sidentiel est surpass6e par le PS et recueille
nettement moins de 30 %. La sanction est lisible dans les votes
exprimes mais elle I'est tout autant dans la hausse des abs-
tentions, autour de 10
points superieure aux
elections de 2004.
Une bonne parties de
I'electorat de droite,
notamment celui des
milieux populaires 6
qui Nicolas Sarkozy
avait fait miroiter des
jours meilleurs, fait la
grbve des urnes. II ne
s'est pas encore ralli6
A une gauche qui ne
present pas d'alter-
native suffisamment
solide 6 ses yeux,
mais il ne soutient
plus Il'ys6e.
La encore, le chef de
l'&tat voit se d6mentir Fillon et Sarkozy sor
sechement ses van-
tardises ou il s'attribuait le m6rite d'avoir r6concili6 le pays avec
la politique, du fait de la bonne participation en 2007. II est a
craindre au contraire que le vendeur de mirages n'ait encore
creus6 le fosse entire les citoyens et le pouvoir. Que plus de la
moiti6 des 6lecteurs choisissent de ne pas se rendre aux urnes
temoigne d'une veritable crise de confiance dans la d6mocra-
tie. Mais comment pourrait-il en 6tre autrement alors qu'avant
meme le scrutiny Frangois Fillon et Nicolas Sarkozy procla-
maient leur intention de ne pas respecter la volont6 des elec-
teurs et de faire passer leurs contre-r6formes en force ? Cette
participation bien faible, si elle accuse la droite, interpelle aussi
la gauche. La parties n'est pas jou6e ; les salaries n'ont pas suf-


fisamment confiance en ses projects pour se confier & elle ; ce
n'est pas dans I'6talage des ambitions que I'opinion puisera des
motifs de lui donner les cles du gouvernement.
Si le Parti socialist realise un bon score, qui le place presque
N la hapteur de I'UMP, il lui faudra computer avec les autres
forces de gauche pour I'emporter dans la plupart sinon toutes
les regions. Encore faudra-t-il d'ailleurs que leurs electorats ne
jugent pas la parties trop vite gagnee en delaissant les urnes le
21 mars. Mais c'est une tache d'une bien plus grande ampleur
qui est d6sormais de-
mand6e & la gauche.
Dans ce cadre, le
score du Front de
gauche tpmoigne de la
recherche d'une oppo-
sition combative qui
contest les choix du
capitalism. L'unit6
don't il t6moigne a
d'ailleurs etW un
atout... qui manque
cruellement au NPA
d'Olivier Besancenot,
shchement renvoy6
sous la barre des 5 %.
Europe icologie rest
6 un niveau 6lev6
mais inf6rieur i ses
s de changer de cap ambitions. Si le
Modem et I'op6ration
qui visit & injecter de la droite au coeur de la gauche ont du
plomb dans I'aile, le Front national reste, hWlas, A un niveau
bien trop 6lev6. II faut dire qu'lric Besson et le nauseabond
d6bat sur I'identit6 national I'ont aide 6 rebondir. II pourra se
maintenir dans plusieurs regions. Le president ne peut donc
meme pas se targuer de reduire & la portion congrue la droite
extreme. Le recaler dimanche prochain dans toutes les regions
est donc le choix de la raison. La sanction 6 I'6gard de Nicolas
Sarkozy est lisible dans les votes exprimbs mais elle 'est tout
autant dans la hausse des abstentions.
Patrick Apel-Muller


PAN$ LE MOPE


GRECE, PORTUGAL, ISLANDE., UN CHOC FRONTAL ENTIRE LA FINANCE ET LES

PEUPLES


Greve g6nerale en Grece, referendum islandais : les peu-
pies refusent de payer la note de la crise. La dictature fi-
nancibre est desormais un talon de fer pour les nations
elles-memes.

La precipitation vers des superplans d'aust6rit6 provoquee par
le surendettement des Etats la Gr6ce, le Portugal, I'Espagne,
I'ltalie ou I'lrlande ne figurant en fait qu'aux avant-postes euro-
peens exprime I'entree de I'Europe dans une nouvelle phase
de la crise entam6e avec le krach de 2007-2008, celle d'un
choc frontal entire les marches financiers et les peuples.Ce sont
les grands acteurs de la finance, les Kommerzbank, BNP Pari-
bas ou autres Goldman Sachs, cr6anciers des itats, qui exi-


gent des citoyens des diff6rents pays qu'ils r6glent I'addition de
la crise. Des examples tres concrets permettent de comprendre
comment on en est arrive A cette situation explosive, I'impasse
6tant si total pour tous ceux qui entendent rester dans les rails
du syst6me entendez dans le respect des normes du pacte de
stability qu'ils ne congoivent plus d'autre issue que celle d'une
epreuve de force comme aujourd'hui avec le people grec. Les
banques frangaises sont particulierement bien placees parmi
les acteurs qui ont parie sur les difficulties des Itats. Elles figu-
rent ainsi parmi les plus grosses d6tentrices de titres de dette
grecque plus de 55 milliards d'euros & la fin de I'an dernier,
selon la Banque des reglements internationaux (BRI).
Un placement tres lucratif puisque le taux de I'ardoise hell6ne


IV I nI


-


GfIONL~s 010


m6





[ PAN5 LE MONPE I


Les peuples refusent de payer la note de la cruise


(bien sup6rieur d6s le depart a celui de la France) a explos6
avec la speculation, passant aujourd'hui ; plus de 6 % (sur les
marches, la r6mun6ration du placement grimpe avec le risque
pr6sume pris par les "investisseurs'). Et comme les traders de
Natixis, BNP Paribas et autres ont pu r6aliser leurs operations
en empruntant eux-memes A un taux d6risoire (1 %) aupres de
la Banque central europ6enne (BCE), on measure les gains
qu'ils ont pu realiser sur ce seul cart de taux. Sur le dos des
contribuables grecs.


Comme un bonheur n'arrive jamais seul au royaume des agio-
teurs, la valeur des fameux CDS (credit defaut swaps) ces ti-
tres qui jouent th6oriquement le r6le d'une police d'assurance
pour les Itats emprunteurs.- a elle aussi explos6 quand se sont
intensifies les rumeurs de faillite de la Gr6ce.
On comprend ainsi comment les affaires de ces grands acteurs
des marches sont redevenues si rapidement florissantes en
2009. Leur preoccupation, c'est desormais d'eviter que la bulle
obligataire n'6clate a son tour provoquee par une ou plusieurs
faillite d'Atats et ne leur revienne A la figure comme le fit, en
son temps, celle des subprimes. D'ou leur chantage sur les
gouvernements pour que les peuples absorbent, eux, le choc
du degonflement d'une enflure financiere qui, loin de disparal-
tre en 2008, a ete transferee vers la dette des Itats. Dans la
zone euro, la tAche leur est facilit6e par les r6gles memes de
fonctionnement de la monnaie unique, entibrement d6vou6es 6
prot6ger les rentes financieres. Parmi les giants de la finance
impliques dans ce dr61le de jeu, une mention particuliere est a
attribuer a Goldman Sachs. La star des stars de Wall Street a
en effet "conseill" en 2001 le gouvernement grec pour qu'il
puisse "toifetter" ses comptes et satisfaire aux critbres de
Maastricht (3 % maximum de deficit public), indispensables a
I'entr6e dans la zone euro. Aujourd'hui, plusieurs revelations
retentissantes font apparaTtre que Goldman Sachs 6tait aussi a
I'origine des rumeurs qui ont d6chaTn6 la speculation...
Bruno Odent (Humanite du 12/03/10)


ISRAEL NE PEUT CONTINUE A BAFOUER LES DROITS DU PEOPLE PALESTINIEN i


L'Etat d'lsrael, quel que soit le gouvernement en place, n' a ja-
mais cess6 de caresser le reve sioniste du "grandIsrar" reli-
gieusement et ethniquement "pur", d6barrass6 des
Palestiniens. Certes, certain gouvernements dits progres-
sistes ont pu afficher leur volont6 de rendre justice au people
palestinien, de respecter les accords internationaux signs par
Israel et census conduire a la paix entire les deux peuples, mais
force est de constater que cette paix est demeur6e a ce jour
une chimere et qu'elle tend meme a s'eloigner definitivement
avec I'actuel gouvernement Netanyahu.
Israel, fort de I'appui inconditionnel de. I'Occident et singuliere-
ment des Etats-Unis, a toujours trouv6 toutes sortes de pre-
textes pour ne pas tenir ses engagements et mener vis-a-vis
des Palestiniens une politique de type colonial, fondamentale-
ment racist. II a sem6 la division au sein de la resistance pa-
lestinienne, favorisant la monte du Hamas pour mieux affaiblir
I'OLP et I'Autorit6 palestinienne. II n'a pas hesite a massacrer la
population de la bande de Gaza, qu'il a d'abord affamee et
conduite au d6sespoir pour la punir d'avoir vot6 majoritairement
en faveur du Hamas. II est rest sourd aux accusations port6es
contre lui par la "communauti international" pour les crimes de
guerre commis par son arm6e b Gaza. En Cisjordanie, o6 il
continue une detestable politique de colonisation, il a erige un
mur de la honte pour isoler les Palestiniens des Israeliens.
L'61ection de Barack Obama, le premier president noir des
Etats-Unis, a fait naitre I'espoir qu'lsrael allait enfin s'efforcer de
resoudre definitivement le problem palestinien, que le chemin
de la paix allait s'ouvrir pour de bon. Mais la politique sioniste
de Benjamin Netanyahu ne laisse rien pr6sager de tel. En effet,
alors qu'un premier envoy du gouvernement etats-unien,
George Mitchell, venait de convaincre Mahmoud Abbas et Ben-
jamin Netanyahu de reprendre les n6gociations, et qu'un se-
cond, Joe Biden, vice-president de Barack Obama, se trouvait
en Israel pour faire avancer les choses, voil6 que Netanyahu
announce publiquement que son gouvernement autorise la


construction de 1.600 logements A Jerusalem Est, c'est-A- dire
an territoire palestinien.
Cette decision et le moment choisi pour I'annoncer ne doivent
rien au hasard. II est manifeste que Netanyahu a voulu r6affir-
mer haut et fort sa volont6 in6branlable de continue la poli-
tique de colonisation initi6e par ses pr6edcesseurs, sachant
que les Palestiniens ne I'accepteront jamais et n'auront d'autre
recours que la guerre, une guerre don't I'issue, malheureuse-
ment, ne pourrait que leur 6tre defavorable. Netanyahu a voulu
aussi defier Obama, lui signifier qu'il n'a pas la capacity poli-
tique de faire plier Israel et lui rappeler la toute-puissance du
lobby sioniste des Etats-Unis.
II est evident qu'une telle situation, si douloureuse pour le peu-
ple palestinien et si nefaste pour la paix au Moyen-Orient, ne
peut durer 6ternellement et qu'il convient de tout faire pour y
mettre un terme. La "communauti international" doit s'enga-
ger A fond pour amener Israel 6 la table des n6gociations et ob-
tenir qu'il renonce a sa politique colonialiste.
M.Belrose


Les Ialestlnlens n acceptent pas la poltlque ae colonisation a Israel


I V *


I P hffp://Www. iournaL-ustice-rnartinigue. corn





httD://lwww~iournal-iustice-martinigue. corn


r~ ~ ~ I '0~Emrv___-


CUBA DECLARATION DE L'ASSEMBLEE NATIONAL DU POUVOIR POPULAIRE


Au terme d'une champagne orchestr6e par de puissantes en-
treprises mediatiques, fondamentalement europeennes, qui ont
attaqu6 Cuba avec f6rocit6, le Parlement europeen vient de
voter, aprbs un d6bat malhonn6te, une resolution de condam-
nation de notre pays qui manipule des sentiments, denature les
faits, prof6re des mensonges et occulte des r6alit6s.
Le pr6texte avanc6 a ete le d6ecs d'un d6tenu, condamn6
d'abord pour des delits communs, puis manipul6 par des inte-
rets 6tasuniens et par la contre-r6volution inteme, pour avoir
refuse, de sa propre volont6, de manger malgr6 les avertisse-
ments et I'intervention des m6decins sp6cialistes cubains.
On ne saurait utiliser ce fait regrettable pour condamner Cuba
au motif qu'elle aurait pu 6viter ce d6ecs. S'il est un domaine ouo
notre pays n'a pas a se d6fendre verbalement, car la r6alit6 est
irrefutable, c'est bien dans celui de la lutte pour la vie des 6tres
humans, qu'ils soient n6s Cuba ou a I'etranger. Un seul
example suffit: la presence de m6decins cubains en Haiti onze
avant le s6isme de janvier dernier, ce don't la press h6egmo-
nique se garde bien de parler.
Cette condemnation masque un profound cynisme. Combien
d'enfants sont morts dans les nations pauvres parce que les
pays riches repr6sent6s au Parlement europ6en ne tiennent
pas leurs engagements d'Aide publique au d6veloppement ?


Tous savent que c'est prononcer 16 une sentence de mort mas-
sive, mais ils ont choisi de preserver leurs niveaux de gaspillage
et de surconsommation somptuaire, suicidaires 6 long terme.
C'est aussi offense les Cubains que de vouloir leur donner des
lemons alors que les gouvernements europeens r6priment en
ce moment meme les immigrants et les ch6meurs, tandis qu'ici,
le people propose librement et sans interm6diaires, dans des
reunions de quarters, ses candidates aux elections municipales.
Ceux qui ont particip6 & la contrebande adrienne de d6tenus, A
I'6tablissement de prisons ill6gales et a la pratique de la tor-
ture, ou qui les ont permis, n'ont aucun droit moral de juger un
people agresse et en butte a un blocus brutal.
Une condemnation si discriminatoire et selective ne peut s'ex-
pliquer que par I'6chec d'une politique qui a ete incapable de
faire plier un people h6roTque. Ni la loi Helms-Burton, ni la Po-
sition commune europeenne, apparues la meme ann6e, dans
les m6mes circonstances et dans les memes buts, toutes deux
au mepris de notre souverainet6 et de notre dignity nationals,
n'ont pas le moindre avenir, car les Cubains rejettent les dik-
tats, I'intol6rance et les pressions comme normes des relations
internationales.
Assemble national du Pouvoir populaire
de la R6publique de Cuba (11 mars 2010)


URUGUAY JosE MUJICA, INVEST PRESIDENT

Jos6 Mujica a W invest le ler mars dernier pour un mandate
de cinq ans, aux c6t6s de son vice-president Danilo Astori
l'Assemblie legislative, qu'a pr6sid6e sa femme Lucia Topo-
lansky. II a requ l'6charpe pr6sidentielle des mains de Tabar6
Vazquez, sur une Place de l'ind6pendance bond6e, en pr&-
sence des presidents d'Argentine, Cristina Fernandez; du Br&-
sil, Luiz Inacio Lula da Silva; du Paraguay, Fernando Lugo, de
Bolivie, Evo Morales; d'Equateur, Rafael Correa; de Colombie,
Alvaro Uribe et du Venezuela, Hugo Chavez. Etaient 6galement
presents le prince Philippe d'Espagne et le premier vice-pr6si-
dent cubain Jose Ramon Machado Ventura. Mujica s'est en-
gage 6 mettre en place un gouvemement de continuity, ouvert
r opposition, axe sur la suppression de l'indigence, et offrant
une proposition renouvel6e pour I'Ambrique latine et le Merco-
SUr. Jos6 Mujica, Pr6sident de I'Uruguay


SOCILTI DE SERVICES
BUREAUTIQUES
EURL AU CAPITAL DE 5000 E
SISE A 4 RUE DU GENERAL
DE GAULLE 97215 RIVIIRE-SALEE
SIRET : 502 916 323 00012
APE: 7010Z
AVIS MODIFICATION DE LA
DENOMINATION SOCIAL
Aux terms d'une decision en date du 22
f6vrier 2010, I'associ6 unique a d6cid6 de
modifier la denomination social qui de-
vient :
SERVICES, BUREAUTIQUE & BUSI-
NESS
Pour avis et mention.
La g6rante FB 2401

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
ET DE RADIATION
BMG
Aux terms d'une deliberation en date du
31 d6cembre 2008, I'Associ6 unique d6-
cide de dissoudre et de radier la soci6t6
pour non r6alisation de I'objet social.
FB 2402


AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
& DE RADIATION
SCI GERI
Aux terms d'une d6liberation en date du
1 Janvier 2008, I'Associ6 unique decide
de dissoudre et de radier la soci6te pour
non r6alisation de I'objet social
FB 2403

AVIS DE TRANSFER
DU SIEGE SOCIAL
SARL BEAUTE BIEN ETRE
ESTHETIQUE CONSEIL COIFFURE
MASSAGE MINCEUR
CAPITAL 1 500 e
Suite PV de I'assembl6e g6n6rale du 28
f6vrier 2010, il a Mt6 d6cid6 de transf6rer
le si6ge de ladite soci6t6 du 208 Kan Sik
Doj Cit6 Dillon 97200 Fort de France
& : R6sidence Oliver Lot 9 Acajou Est -
97232 Lamentin.
Pour avis FB 2404

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 25/02//10, il a 6t6 constitute
une : E.U.R.L


Presentant les caract6ristiques suivantes:
Denomination : LIBRE ACCESS MARTI-
NIQUE
Adresse : Rivibre Picard Mont Joly 97226
Mome Vert
Objet: Transport de personnel A mobility
r6duite et r6alisation de petits travaux de
la vie courante
Dur6e : 99 ans
Capital : 7 500 E
G6rant: M. Patrice HENRY
Adresse : 3 rue du Bataillon 5 Terres
Sainville 97200 Fort de France
Immatriculation au registre du Commerce
: en course
Pour avis, la G6rance FB 2405

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
SCI IMMOLAC
AU CAPITAL DE 200e
52 RUE DE LA COMTESSE ANNE
97233 SCHCELCHER
RCS FORT DE FRANCE 488 732 694
Aux terms d'une AGE en date du
8/03/2010, les associ6s ont d6cid6 Ia dis-
solution anticip6e de ladite soci6t6. M.
Vincent LESAFFRE demeurant A Enne-


tibres-en-Weppes (59320) au 17 rue de
la Gare est nomme liquidateur. Le siege
de la liquidation est fix6 au Si6ge social
de la soci6t6. C'est A cette adresse que
la correspondence devra etre adress6e et
que les actes et documents devront etre
notifies. Les actes et pieces relatifs a la li-
quidation seront d6pos6s au RCS de Fort
de France.
Pour avis et mention, M. Vincent LESAF-
FRE, Liquidateur. FB 2406

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
ET LIQUIDATION
SCI IMMOCAL
AU CAPITAL DE 100
52 RUE DE LA COMTESSE ANNE
97233 SCHCELCHER
RCS FORT DE FRANCE 488 732 678
Par une AGE en date du 8/03/2010, les
associ6s ont d6cid6 la dissolution antici-
p6e de ladite soci6t6.
M. Vincent LESAFFRE demeurant A En-
netibres-en-Weppes (59320) au 17 rue
de la Gare est nomm6 liquidateur. Le
siege de la liquidation est fix6 au Si6ge
social de la soci6t6. C'est A cette adresse


IA ~ & .i 18i Mars0207 no 11 Page


A NNOCES L'fA L






A NNONCEs UfALES I


que la correspondence devra etre adres-
s6e et que les actes et documents de-
vront etre notifies.
Les actes et prices relatifs & la liquidation
seront d6pos6s au RCS de Fort de
France.
Au terme de I'AGE en date du 8/03/2010,
les associ6s, aprbs avoir entendu le rap-
port du liquidateur:
- ont constat6 que la soci6t6 n'a d6ve-
lopp6 aucune activity depuis sa creation,
- ont approuv6 lee comptes de liquidation,
- ont donn6 quitus au liquidateur et d6-
charg6 de son mandate,
- ont prononc6 Ia cloture des operations
de liquidation.
Les actes et pieces relatifs A la liquidation
seront d6pos6s au RCS de Fort de
France.
Pour avis et mention,
M. Vincent LESAFFRE,
Liquidateur FB 2407

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01/04//10, il a 6t6 constitute
une soci6t6pr6sentant les caract6ris-
tiques suivantes:
Denomination : CONNECT ID
Adresse i Route de D6marche
97233 Schoelcher
Objet: Prestations de services informa-
tiques
Dur6e : 99 ans
Capital : 1 500 euros
Grant : Jean-Max JULIANS
Adresse : Rue Ananas, quarter la D6-
marche -97233 Schhoelcher
Immatriculation au registre du Commerce
en courp
Pour avis, La Gkrance FB 2408

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution d'une
soci6t6 pr6sentant les caract6ristiques
suivantes:
Forme: Societ6 & Responsabilit6 Limit6e
Denomination : SAMADIS
Adresse : Sainte Marie 97230
86-88 rue Schoelcher
Objet: Vente d'articles de bazar
Durbe : 99 ann6es
Capital : 3 000 euros
Grant: Patricia VULCAIN,
demeurant Chemin Usine Bassignac,
97220 Trinit6
Immatriculation au registre du Commerce
en course
Pour avis FB 2409

AVIS DE MISE EN SOMMEIL
Suite & I' AGE du 09/03/2010, il a 6t6 d6-
cid6 la mise en sommeil de la SARL CE-
DREC CONCEPT.
SIREN n* 504 347 246, RCS de Fort de
France FB 2410

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 07/03/2010 il a 6t6 consti-
tu6e une : S.C.T
Pr6sentant les caract6ristiques suivantes:
Denomination': TABITHA FY M
Adresse : Basse Gondeau Lamentin
97232
Objet: Acquisition de Terrains et maisons
afin de proc6der A I'6dification d'un im-
meuble pour vente
Duree : 99 ans
Capital: 4 000 E
Grant : Miguel SALVADOR
Adresse : Gondeau Lamentin
Immatriculation au registre du Commerce
: en course
Pour avis, la G6rance FB 2411

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 04/03/2010 il a W6t consti-
tuee une SARL
Pr6sentant les caract6ristiques suivantes:
Denomination : KAY SAVEURS


CREOLES
Adresse : Village du Diamant quarter
Dizac 97233 le Diamant
Objet : L'exploitation, la creation, I'acqui-
sition, la vente, la prise en location g6-
rance de tous fonds de commerce de
debits de boisson
Duree : 99 ans
Capital: 1 000 E
Grant : Jodl BADIAN Quartier Dizac
97223 Le Diamant
Immatriculation au registry du Commerce
: en course
Pour avis, la G6rance FB 2412

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01/03/2010, It a 6t6 constitute
une SARL
Pr6sentant les caract6ristiques suivantes:
Denomination: ACCOSTER SARL
Adresse : Domaine ChAteau Gaillard
97229 Trois Tlets
Objet: La communication, I'audit organi-
sationnel, I'organisation et la coordination
d'6vbnementlels et d'activites touris-
tiques, la conception et le suivi de projects,
le coaching des TPE et autres, la forma-
tion, la conception, I'6dition et la diffusion
au moyen de tous supports, lids au multi-
m6dia, I'animation des r6seaux, la r6gie
publicitaire
Durke : 99 ans
Capital: 10 000 C
Grant: Madame Raphadlle ROSALIE
Adresse : Domaine ChAteau Gaillard
97229 Trois lets
Immatriculation au registre du Commerce
en course
Pour avis, la G6rance FB 2413

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution d'une
soci6t6 pr6sentant les caract6ristiques
suivantes :
Forme : Soci6t6 a Responsabilit6 Limit6e
D6nomination : VERTIGE SARL
Adresse : Cit6 Dillon n* 46 rue 4 Fort
de France 97200 Martinique
Objet : La soci6t6 A pour objet en France
et A l'tranger :
- Tous travaux de pose de pyl6nes et
panneaux photovoltaiques
Tous travaux de consolidation de fa-
laises, pose de grillages et tous types de
travaux de confortement
Tous travaux de couvertures, et travaux
en hauteurs necessitant des m6thodes
sp6cifiques
Dur6e : 50 ann6es
Capital souscrit : 50000 euros
G6rant : Monsieur MARIE JOSEPH
RUDY
Demeurant JOSSEAUD Rivi6re Pilote -
(97200 Martinique)
Immatriculation au registre du Commerce
en course
Pour avis FB2414

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution de la
SARL : ACTIVITIES & LOISIRS MARTI-
NIQUE
Au capital de 1 000 euros
Si6ge social: 21 D R6sidence la Pagerie,
97229 Les Trois lets
Objet: Promotion et vente d'activit6s tou-
ristiques et de loisirs
Dur6e : 99 ans A computer de I'immatricu-
lation au registry du commerce et des so-
ci6t6s de Fort de France
G6rante : Mme C. CAMPORELLI
Demeurant 21D R6sidence la Pagerie,
97229 Les Trois lets, nomm6 pour une
dur6e ind6termin6e
Pour avis FB 2415

AVIS DE DISSOLUTION
INSTITUTE C2L FORMATION
SOCIETY A RESPONSABILITI


LIMITEE AU CAPITAL DE 1 000 E
37 RUE PERRINON
97200 FORT E FRANCE
N SIRET: 50006625300013
Aux terme d'une assemble g6ndrale ex-
traordinaire en date du ler mars 2010, les
associ6s ont d6cid6s la dissolution antici-
p6e de ladite soci6te A computer de ce
jour.
La g6rante C. Lydie LORIOT est nomm6e
liquidateur. Le siege de la liquidation est
fix6 au 39 rue Perrinon 97200 Fort de
France. C'est A cette adresse que la cor-
respondance devra etre adress6e et que
les actes et documents devront etre noti-
fi6s. Les actes et prices relatifs A la liqui-
dation seront d6pos6s au registre du
commerce et des soci6t6s de Fort de
France.
Pour avis et mention,
C. Lydie LORIOT, liquidateur. FB 2416

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution de
I'EURL : N' GEL ART
Au capital de 2 500 euros (2000 euros en
num6raire et 500 euros en nature). Siege
social: C/ Ang61la PIERRE-LOUIS
Pointe de Jaham
97233 Schoelcher
MARTINIQUE
Objet : Bijouterie fantaisie, Peinture d6-
coration sur tissu, creations artistiques re-
levant des Arts Plastiques.
Toutes activities de conception, r6alisa-
tion, production, vente par tous moyens,
d'objets artistiques en tous genres, ainsi
que toutes activities de formation et d'en-
seignement A vocation artistiques
Dure : 99 ans A computer de l'immatricu-
lation au registry du commerce de Fort de
France
G6rante: MIe Angela PIERRE-LOUIS .
La g6rante FB 2417

AVIS DE TRANSFER
DU SIEGE SOCIAL
CDML, Soci6t6 A Responsabilit6 Limit6e
au capital de 1 000 euros. 32 avenue
Maurice Bishop 97200 Fort de France. N*
Siret 49880S766. Selon le terms de I'As-
sembl6e G6n6rale du ler mars 2010, la
collectivit6 des associ6s a d6cid6 de
transf6rer le si6ge social de la society
CDML de 32 avenue Maurice Bishop
97200 Fort de France A 39 rue Perrinon
97200 Fort de France A computer du ler
mars 2010.
L'article 4 des status a 6t6 modifi6 en
consequence.
Pour avis, la g6rante. FB 2418

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6, en
date du trois mars de I'an deux mil dix il a
W6t constitute une societ6 pr6sentant les
caractbristiques suivantes :
D6nomination : PLOMBERIE CANALI-
SATION SOUTERRAINE (PCS)
Forme : SARL
Capital: 10000.00 E
Adresse : 13 rue Schoelcher 97215 Ri-
vibre Sale
Tous travaux de plomberie
Tous travaux de canalisation souterraine
de VRD et de b6ton
Pour une durde de 99 ans, la g6rance est
assure par Monsieur JEAN MARIE
DESIREE Alain de nationality frangaise,
demeurant Roches Carr6es 97232 La-
mentin
Immatriculation : RCS de Fort de France
Pour avis, le grant FB 2419

AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
Aux terms de I'assemblee g6n6rale ex-
traordinaire du quinze octobre deux mil
sept les associ6s ont vot6 les modifica-
tions statutaires suivantes :


Ancienne mention :
Article 7:
La g6rance est assure par Monsieur
CHARLETON-GUITTEAUD Gabriel de
nationality frangaise, demeurant Saint-
Vincent Rivibre Pilote
Nouvelle mention :
Article 7 modifi6 :
Est nomm6 pour grant pour une dur6e
illimitbe Monsieur BEAUREGARD Ray-
mond de nationality frangaise, demeurant
Marianne Rivibre Pilote .
Immatriculation : RCS de Fort de France
Pour avis, le grant FB 2420

EXPRESS TRANSPORTS
SOCitTi A RESPONSABIL1TE
LIMITEE AU CAPITAL DE 1 000 E
SIaGE SOCIAL :
75 RUE VINCENT PLACOLY
PLATEAU FOFO
97233 SCHOELCHER
498 151 497 RCS FORT DE FRANCE
Suivant le proces-verbal an date du ler
f6vrier 2010, I'assemblde g6n6rale extra-
ordinaire a decidd & computer du 1 er mars
2010:
De modifier I'objet social, en cons6-
quence, I'article 2 des status est devenu
Regie Publicitaire de Medias.
De modifier la denomination social qui
deviant INTERLUDE97 PUBLICITY, en
consequence de I'article 3 des status
De nommer en quality de grant M. Oli-
vier GENDREY demeurant 75 rue Vin-
cent Placoly Plateau Fofo, 97233
Schoelcher en replacement de Mile Va-
nessa FOY, en consequence de I'article
30 des status.
La g6rance 2421

FOYATEL
SOCIETY A RESPONSABILITI
LIMITEE EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 3 064 225.25 EUROS
SIGE SOCIAL : 68 AVENUE DES
CARAIBES
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE
B 403 529 779
AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
Suivant d61lib6ration de I'assembl6e g6-
n6rale ordinaire du 31/10/2010, les asso-
ci6s, aprbs avoir entendu le rapport du
liquidateur, ont approuv6 les comptes de
liquidation, ont donn6 quitus au liquida-
teur et I'ont decharg6 de son mandate,
puis ont prononcA la cl6ture des opera-
tions de liquidation.
Les comptes de liquidation seront d6po-
ses au RCS de Fort de France
Pour avis, le liquidateur FB 2422

SOCIETY KAZ'TACOS
Soci6t6 A Responsabilit6 Limitbe au ca-
pital de 500 euros
Le sibge social a Wt6 fix6 A Fort de
France, rue de la rdpublique n 46
La dur6e de la soci6t6 qui prendra course
A dater de son immatriculation au regis-
tre du commerce et des soci6t6s est fix6e
A 99 ans.
L'objet : la soci6t6 a pour objet : I'exploi-
tation et la distribution de products agroa-
limentaires fabriquds, imports au sein de
differentes structures de restauration et,
plus g6n6ralement, toutes operations in-
dustrielles, commercials, financibres,
mobilibres ou immobilibres, se rapportant
directement ou indirectement A I'objet so-
cial ou susceptibles d'en faciliter I'exten-
sion ou le d6veloppement.
La soci6t6 est g6r6e et administr6e par
M. BEDON Cyril d6sign6 en quality de
premier grant M. GUELLOUZ Maurade
en quality de second grant.
La societA sera immatricul6e au registry
du commerce et des soci6t6s tenu au
greffe du tribunal de commerce de Fort


'I 8 M 2 no 1


httD://www.ioumal-iustice-martiniaue. cor






httD://www.ournal-iustice-martinigue.com


de France de-France
Pour avis et mention Tel: 0596 59 63 00
Le grant FB 2423 Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout 616ment d'identification per-
AVIS DE CESSION DE PARTS mettant de le contacter en cas de besoin.
SOCIALES Ce document peut 6tre 6galement t616-
NG TENDANCES SECRETARIAT charge a I'adresse Internet sus indiqu6e.
SOCitTE A RESPONSABILITE Conditions de participation : Critbres de
LIMITIE AU CAPITAL DE 5 000e s61lection des candidatures
SIlGE SOCIAL : 1 BIS RUE ALBERT Les candidatures seront s6lectionn6es au
CAMUS 97232 LE LAMENTIN regard des trois crit6res suivants :
Aux terms de la d6lib6ration de I'AG du les capacit6s professionnelles, tech-
28 f6vrier 2010 autorise le rachat de parts niques et financibres
sociales entire les associ6s. Situation propre du candidate:
A I'issue de cette operation, Madame Renseignements et formalit6s n6ces-
Nadia EPHESTION et Monsieur G6rard saires pour 6valuer si ces exigences sont
CORANSON BEAUDU reprisentant remplies :
100 parts d6tiendraient 100 parts soit 100 la declaration du candidate (conforme au
% du capital de ma SARL NG TEN- module DC5 version octobre 2008) pour
DANCES SECRETARIAT. chacune des entreprises concurrentes
La g6rance ayant vocation A Atre titulaires du march
Nadia EPHESTION FB 2424 lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
AVIS D'APPEL PUBLIC A LA au module DC 4 dans sa version d'avril
CONCURRENCE 2007)
Identification de I'organisme qui passe le Capacit6s professionnelles:
march : Conseil R6gional de la Marti- Renseignements et formalit6s n6ces-
nique saires pour 6valuer si ces exigences sont
Service des March6s et de la command remplies :
publique, presentation d'une liste des principles
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort- prestations effectu6es au course de la der-
De-France Martinique, t61 : 05 96 59-63- nibre ann6e, indiquant le montant, la date
00 / t616copie : 05 96 72-68-10 et le destinataire public ou priv6. Les
Adresse Internet : http://www.cr-marti- prestations sont prouv6es par des attes-
nique.fr rubrique March6s publics stations du destinataire ou, A d6faut, par
Repr6sentant du pouvoir adjudicateur : une declaration du candidate
Le President du Conseil R6gional de la Certificats de qualifications profession-
Martinique nelles ou tout moyen apportant la preuve
Procedure de passation : Proc6dure de la capacity du candidate.
adapt6e en vertu de I'article 28 du Code Indication des titres d'6tudes et profes-
des March6s Publics (CMP) sionnels du candidate et/ou des cadres de
Objet du march : Mission d'expertise I'entreprise, et notamment des responsa-
technique, 6conomique et financibre bles de prestation de services ou de
d'6valuation de I'opportunit6 des activities conduite des travaux de m6me nature
envisages dans le cadre d'un project de que celle du march.
construction de gazoduc et verification de Capacit6s 6conomiques et financibres :
la r6alit6 des coOts estim6s Renseignements et formalit6s n6ces-
R6f6rence d'indentification du march : saires pour 6valuer si ces exigences sont
DRIC-EGAZO-10-005 remplies:
Caract6ristiques principles : La pr6sente declaration concernant le chiffre d'af-
consultation a pour objet de designer un faires global et le chiffre d'affaires concer-
bureau d'6tudes sp6cialis6 dans le sec- nant les prestations objet du march,
teur gazier pour une mission d'expertise r6alis6es au course du dernier exercise
technique, 6conomique et financibre ainsi disponible
que d'un d'appui technique afin d'6valuer Capacit6s techniques:
l'opportunit6 des activities envisages Renseignements et formalit6s n6ces-
dans le cadre d'un project de construction saires pour evaluer si ces exigences sont
de gazoduc dans les Antilles Frangaise et remplies :
v6rifier la r6alit6 des coOts estim6s. une description de 1'6quipement tech-
Ce project nomm6 Eastern Caribean nique, des measures employees par le
Gas Pipeline Project/Le Gazoduc des An- candidate pour s'assurer de la quality et
tilles consiste en I'amen6 de gaz natu- des moyens d'6tude et de recherche de
rel par voie de pipeline & partir des son entreprise;
gisements disponibles et situ6s & Trinidad -D6claration indiquant les effectifs
et Tobago jusqu'en Martinique, Guade- moyens annuels du candidate et I'impor-
loupe et Saint Martin pour la production tance du personnel d'encadrement au
61lectrique et d'autres d6bouch6s. course de la dernibre ann6e.
Lieu d'ex6cution Martinique en parties Crit6res de jugement des offres :
D61ai d'ex6cution de la prestation Dur6e L'offre iconomiquement la plus avanta-
globale de 2 mois geuse sera appr6ci6e en function des cri-
Modalit6s essentielles de financement et tares 6nonc6s ci-dessous :
de pavement du march : Financement : 1. La valeur technique de I'offre (appr6-
Fonds propres de la R6gion + Fonds eu- ci6e sur la base de la note technique exi-
rop6en de d6veloppement regional g6e au r6glement de consultation)
(FEDER : Interreg 4 caraibes Axes 4 affect6e d'un coefficient 6 se d6clinant
measure 4.1-) avec une participation A 75 selon les sous critbres suivants :
%. Compr6hension du besoin et pertinence
- Paiement: de la m6thodologie propose 50% (du
. Virement administratif coefficient 6)
. D61ai global de pavement: 35 jours -Expertise des intervenants proposes
. Variation des prix : prix fermes actuali- pour la mission 30% (du coefficient 6)
sables -Mode d'organisation de I'6quipe 20% (du
variantes Non autoris6es coefficient 6)
Adresse aupr6s de laquelle les docu- 2. Le prix affect d'un coefficient 4
ments peuvent 6tre obtenus : Le dossier N6gociation des conditions du march &
de consultation des entreprises sera passer: Les conditions du march pour-
remis gratuitement par le service des ront le cas 6ch6ant 6tre n6goci6es avec
march6s et de la command publique les candidates apr6s examen de leur offre
Rue Gaston Deferre Cluny 97200 Fort- D61ai de validity des offres : 180 jours


Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
Atre obtenus: Conseil regional de la Mar-
tinique (service des marches et de la
command publiques) ou en ligne A
I'adresse sus indiqu6e
Adresse aupres de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent Atre
obtenus : Conseil regional de la Marti-
nique (Direction des relations internatio-
nales et de la cooperation) ou en ligne A
I'adresse sus indiqu6e
Date limited de reception des offres : 06
Avril 2010 A 12 H 00 (heure de Marti-
nique)
Adresse A laquelle les offres doivent 6tre
envoy6es : R6ception des offres par pli
recommand6 ou centre r6c6piss6 au
Conseil R6gional de la Martinique Service
des March6s et de la Commande Pu-
blique rue Gaston Deferre -Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique ou en
ligne A I'adresse Internet sus indiqu6e
D61ai laiss6 au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal administratif de Fort de
France Croix de Bellevue Immeuble
Roy-Camille- BP 683
97200 Fort-de-France
T61 : 0596-71-66-67 Fax : 0596-63-10-08
Organe charge des procedures de m6-
diation : Comit6 consultatif de r6glement
amiable des litiges de PARIS 29 rue
Barbet de Jouy -75700 PARIS cedex 7
T616phone : 01.44.42.63.43 T616copie :
01.44.42.63.37
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recours : Le greffe du
Tribunal administratif Croix de Bellevue
97200 Fort de France
Transmission des dossiers d'offre par
vole d6mat6rialis6e autorisde
Autres renseignements :
Procedure d6mat6rialis6e
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement A la disposition des candi-
dats une plate-forme de d6mat6rialisation
accessible via I'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique ,
marches publics ,
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la r6f6rence d'identification du
march port6e au present avis d'appel
public & la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la R6gion Martinique
- le t616chargement des avis, r6glement
de consultation et DCE
- la transmission par vole 61lectronique
des dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis A la publica-
tion : 11 mars 2010 FB 2425

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Nom et adresse officials de I'organisme
acheteur : Conseil R6gional de Marti-
nique
Service des March6s et de la command
publique, Rue Gaston Defferre Cluny
97200 Fort-de-France Martinique T6-
16phone : 0596-59-63-00
T616copieur : 0596-72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique March6s Publics ,
Contact : le repr6sentant du pouvoir ad-
judicateur :
Le President du Conseil R6gional de Mar-
tinique
Proc6dure de passation : March6 i pro-
c6dure adapt6e [art. 28 du Code des Mar-
ch6s Publics (CMP)]
Intitul6 attribu6 au march : Travaux de
enforcement de dalle des locaux du r6-
fectoire et du self service au lyc6e de Bel-
levue.


Num6ro de r6f6rence attribu6 au march
par le pouvoir adjudicateur : BEL-09-
OP1-TRAV2
Caract6ristiques principles (description
succincte du march) : 11 s'agit plus pr6ci-
s6ment de proc6der aux travaux de ren-
forcement des dalles existantes des
locaux du r6fectoire et du self service
(498 m2) dans les conditions suivantes :
- Enlbvement et grutage de la chape exis-
tante : 498 m2
- Enl6vement surplus b6ton : 186 m2
- Evacuation et nettoyage
- Reprise des dalles cass6es : 20 units
- Mise en place des connecteurs dallettes
suivant plan BET
- Coulage du b6ton arm6 25 MP : 41 m3
DAlai d'ex6cution du march en mois La
dur6e des travaux est de 03 semaines A
computer de (la notification du march +
p6riode de 30 jours pour la preparation
des travaux).
Des variantes seront prises en consid6-
ration : Oui
Lieu principal d'ex6cution des travaux :
Lyc6e de Bellevue Ville de Fort-de-
France
N6gociation des conditions du march A
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas 6ch6ant 6tre n6goci6es avec
les candidates aprbs examen de leur offre
Adresse aupr6s de laquelle les docu-
ments peuvent 6tre obtenus : Les docu-
ments (dossier de consultation des
Entreprises DCE) seront remis gratuite-
ment par le Service des marches et de la
command publique du Conseil R6gional
de MARTINIQUE.
T6l6phone : 0596 59.63.00, T616copieur
: 0596-72.68.10
Lors du retrait du DCE le candidate devra
fournir tout l66ment d'identification per-
mettant de le contacted en cas de besoin.
Ce dossier peut-itre 6galement t616-
charg6 A I'adresse Internet sus-indiqu6e.
Modalit6s essentielles de financement et
de pavement du march : Financement
: Budget du Conseil R6gional de Marti-
nique
* Paiement:
- virement administratif
- D61ai global de pavement : 35 jours
- Avance de 5 % pr6vue
- Type de prix : prix global et forfaitaire
- Retenue de garantie de 5% pr6vue.
- Variation des prix : fermes actualisables
Adresse auprbs de laquelle des rensei-
gnements compl6mentaires d'ordre ad-
ministratif peuvent 6tre obtenus : Conseil
Regional de Martinique (Monsieur le Pr6-
sident du Conseil R6gional & I'attention
du service des March6s et de la Com-
mande Publique) Rue Gaston Defferre -
Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
- T616phone : 0596-59-63-00 T616co-
pieur : 0596-72-68-10 ou en ligne A
I'adresse Internet sus indiqu6e.
Adresse aupris de laquelle des rensei-
gnements compl6mentaires d'ordre tech-
nique peuvent 6tre obtenus : Conseil
Regional de Martinique (Monsieur le Pr6-
sident du Conseil R6gional A I'attention
du Service Technique) Rue Gaston Def-
ferre Cluny 97200 Fort-de-France Mar-
tinique T616phone : 0596-59-63-00 -
T616copieur : 0596-72-68-10 ou en ligne
A I'adresse Internet sus indiqu6e.
Conditions de participation : 0 Critbres de
selection des candidatures
Les capacit6s professionnelles, tech-
niques et financibres du candidate
0 Situation propre des opirateurs 6cono-
miques, y compris exigences relatives &
I'inscription au registre du commerce ou
de la profession : Renseignements et for-
malit6s n6cessaires pour 6valuer si ces
exigences sont remplies :
la declaration du candidate (conforme au
module DC5 version octobre 2008) pour


IF Jeu)1'78 Mars I 1 P


A IOC.5UAE






httD://www.journal-iustice-martinique. com


chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation A etre titulaires du mar-
ch6).
- lettre de candidature et le cas 6ch6ant
d'habilitation du mandataire par ses co-
traitants (conforme au module DC 4 dans
sa version d'avril 2007)
O Capacit6s professionnelles
Renseignements et formalit6s n6ces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies:
- Presentation d'une liste des travaux
ex6cut6s au course de la dernibre annie,
appuy6e d'attestations de bonne ex6cu-
tion pour les travaux les plus important.
Ces attestations indiquent le montant,
I'6poque et le lieu d'ex6cution des travaux
et pr6cisent s'ils ont Wt6 effectu6s selon
les r6gles de I'art et men6s r6gulibrement
A bonne fin ; (si cette presentation n'est
pas dejA demand6e dans le cadre du DC
5).
- Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate notamment les
certificates d'identit6 professionnelles ou
des r6f6rences de travaux attestant la
competence du candidate A r6aliser la
prestation pour laquelle il soummisionne
(si ces documents ne sont pas dejA de-
mand6s dans le cadre du DC5).
- Indication des titres d'6tudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des cadres de
I'entreprise, et notamment des responsa-
bles de prestation de services ou de
conduite des travaux de meme nature
que celle du march
O Capacit6s 6conomique et financibre
Renseignements et formalit6s n6ces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies:
- Declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les travaux objet du march, r6alis6s
au course du dernier exercise disponible
(si cette declaration n'est pas deja de-
mand6e dans le cadre du DC 5)
- declaration appropriate de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
o Capacit6s techniques
Renseignements et formalit6s n6ces-
saires pour 6valuer si ces exigences sont
remplies:
- Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et I'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la dernibre annee (si cette de-
claration n'est pas deja demand6e dans
le cadre du DC 5)
- Declaration indiquant I'outillage, le ma-
t6riel et 1'6quipement technique don't le
candidate dispose pour la r6alisation de
marches de mAme nature (si cette d6cla-
ration n'est pas d6j& demand6e dans le
cadre du DC 5).
Niveau(x) sp6cifique(s) minimal (aux)
exig6(s) : Pour I'appr6ciation des capaci-
t6s financi6res :
le chiffre d'affaires du dernier exercise
disponible du candidate devra Atre (en
euros T.T.C.) sup6rieur A 43 000 E.
Critbres d'attribution des marches :
Offre 6conomiquement la plus avanta-
geuse appr6ci6e en function des crit6res
d'attribution 6nonc6s ci-dessous :
- La valeur technique de I'offre (appr6-
ciee A partir du m6moire technique requis
au 3-1-2-b du r6glement de consultation)
affect6e d'un coefficient 6 se d6clinant
selon les sous critbres suivants :
- Organisation mat6rielle du chantier :
50% (du coefficient 6)
- Qualit6 des proc6d6s techniques et de
la m6thode de travail: 30% (du coefficient
6)
- Modalit6s de reduction des nuisances
bruitt, poussibres, circulation): 20% du
coefficient 6)


Le prix des prestations affect d'un coef-
ficient 4
D61ai minimum pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre:
180 jours
Date limited de reception des offres :
Le lundi 29 mars 2010 A 12 h 00 (heure
de Martinique)
Adresse A laquelle les offres doivent 6tre
envoy6es:
RFception des offres, par pli recommand6
ou contre r6c6piss6 au Conseil R6gional
de Martinique, Service des marches et de
la command publique, rue Gaston Def-
ferre Cluny 97200 Fort-de-France -
MARTINIQUE ou en ligne A I'adresse
Internet sus indiqube.
D1lai laiss6 au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
ciales et fiscales :
8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours et auprbs de laquelle des rensei-
gnements peuvent 6tre obtenus
concernant I'introduction des recours :
Tribunal Administratif de Fort-de-France
Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex T616phone : 0596-71-66-67
T6l6copieur : 0596 63.10.08
Organe charge des procedures de m6-
diation :
Comit6 consultatif interd6partemental de
r6glement amiable des litiges relatifs aux
marches publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
T616phone : 01.44.42.63.43
T616copieur : 01.44.42.63.37
Service aupr6s duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif
Immeuble Roy-Camille -Croix de Belle-
vue BP 683
97262 Fort-de-France C6dex
T616phone: 0596-71-66-67 T6l6copieur
: 0596 63.10.08
Transmission par voie dematerialisee :
.Autoris6e
Autres renseignements :
Procedure d6mat6rialis6e
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement A la disposition des candi-
dats une plate-forme de d6mat6rialisation
accessible via I'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique ,
marches publics ,,
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la r6f6rence d'identification du
march portbe au present avis d'appel
public A la concurrence) :
la recherche des consultations passes
par la R6gion Martinique
le t6l6chargement des avis, r6glement
de consultation et DCE
la transmission par voie 6lectronique
des dossiers d'offre
Date d'envoi du present avis aux organes
de publication (journaux d'annonces 16-
gales locaux)
Le mardi 09 mars 2010 FB 2426

CACEM
AVIS DE MARCH
Pouvoir adjudicateur
Norn, adresse et point de contact
Communaut6 d'Agglom6ration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
T61 : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact: M. Pierre SAMOT, Pr6-
sident de la CACEM
Courrier 6lectronique : infos@cacem-


mq.com
Adresse g6ndrale du pouvoir adjudicateur
(URL): http://www.cacem.org
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Autre : Etablissement public de coopera-
tion intercommunale (EPCI)
Services g6n6raux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du march
Description
R1alisation de prestations d'6tudes et
prospections g6ologiques et g6otech-
niques pour le compete de la CACEM
Type de march : Service
Cat6gorie de services :12
Lieu principal de livraison: communes du
territoire de la CACEM
Code NUTS : FR920
L'avis implique un march public
Description succincte :
Le march consiste A r6pondre aux be-
soins de prestations d'6tudes et prospec-
tions g6otechniques et g6ologiques pour
la r6alisation d'infrastructures de trans-
ports urbains et scolaires, de voiries com-
munautaires et des 6quipements
communautaires.
Classification CPV:
Objet principal : 71351000-3 Services de
prospection geologique et g6ophysique et
autre prospection scientifique
Objets compl6mentaires :
71351730-9 Services de prospection
geologique.
March couvert par I'accord sur les mar-
ch6s publics : oui
Division en lots : non.
Des variantes seront-elles prises en
consideration : non
Quantity ou 6tendue du march
Le march est un march A bons de com-
mande don't le minimum et le maximum
se d6clinent comme suit:
Minimum : 250 000 e HT ;
Maximum : 1 000 000 e HT.
Options : non
Nombre de reconductions 6ventuelles : 0
Dur6e du march ou d6lai d'ex6cution : 4
ans A computer de la date d'attribution du
contract.
Renseignements d'ordre juridique, 6co-
nomique, financier et technique
Conditions relatives au contract
Modalit6s essentielles de financement et
de pavement et/ou r6f6rences aux textes
qui les r6glementent : le march sera fi-
nanc6 sur les fonds propres de la
CACEM.
D6lai global de paiement : 35 jours
Modalit6s de pavement: mandate adminis-
tratif suivi d'un virement
Forme juridique que devra revatir des
op6rateurs 6conomiques attributaire du
march en cas de groupement: groupe-
ment conjoint ou solidaire
L'ex6cution du march est soumise A
d'autres conditions particulibres : non
Conditions de participation
Situation propre des op6rateurs 6cono-
miques, y comprise exigences relatives &
I'inscription au registry du commerce ou
de la profession : en application de I'arti-
cle 52 du code des march6s publics,
pourront 6tre 6limin6s :
- les candidates qui n'auront pas fourni
I'ensemble des declarations, certificates ou
attestations demands dOment compl6-
t6s, dat6s et signs dans le d6lai imparti;
- les candidates don't les niveaux de capa-
cit6s professionnelles, techniques et fi-
nancibres seront jug6s insuffisants, apres
analyse des 616ments fournis dans le
dossier de candidature.
Pieces A fournir :
1. I'imprim6 DC7 ou les attestations et
certificates fiscaux et sociaux d6livr6s par


les administrations prouvant qu'il a satis-
fait A ses obligations fiscales et sociales
au 31 d6cembre 2008 ;
2. Une attestation de furniture de d6cla-
rations sociales 6manant de I'organisme
de protection social charge du recou-
vrement des cotisations et des contribu-
tions sociales lui incombant et datant de
moins de six mois;
3. Lorsque son immatriculation au regis-
tre du commerce et des soci6t6s ou au
repertoire des m6tiers est obligatoire ou
lorsqu'il relieve d'une profession r6gle-
ment6e, I'un des documents suivants :
- un extrait de I'inscription au registre du
commerce et des soci6t6s (K ou K bis);
- une carte d'identification justifiant de
I'inscription au repertoire des m6tiers ;
- une correspondence professionnelle, A
condition qu'y soient mentionnes le nom
ou la denomination social, I'adresse
complete et le num6ro d'immatriculation
au registre du commerce et des societ6s
ou au repertoire des m6tiers ou A une
liste ou un tableau d'un ordre profession-
nel, ou la r6f6rence de I'agr6ment delivr6
par I'autorit6 competente ;
4. Lorsqu'il emploie des salaries, une at-
testation sur I'honneur de la r6alisation du
travail par des salaries employs r6guli&-
rement au regard des articles L. 1221-10
A 13 L.3243-1 A 4 R.3243-1 A 5 du
code du travail.
Capacity Aconomique et financibre
Rubrique D de la declaration du candidate
(imprimA DC5 version 2008 ou 6quiva-
lent)
Capacity technique
Rubrique E, F, G et H (en cas de sous-
traitance) de la declaration du candidate
(imprimA DC5 version 2008 ou 6quiva-
lent)
Pour justifier des capacit6s profession-
nelles, techniques et financibres d'un ou
de plusieurs sous-traitants, le candidate
produit les m6mes documents concer-
nant le sous-traitant que ceux exiges prd-
c6demment. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacit6s de ce ou ces sous-
traitants pour I'ex6cution du march, le
candidate produit un engagement 6crit du
ou des sous-traitants.
Marchds r6serv6s: non
La prestation est r6serv6e A une profes-
sion particulikre : non
Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges d'ex6cuter la prestation : non
Proc6dure
Type de procedure : ouverte
Critbres d'attribution
Offre 6conomiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
dnonc6s ci-dessous :
* Critere technique : 30% appr6ci6 au re-
gard du m6moire technique ;
* Critere prix: 50% appr6ci6 au regard du
Devis des Quantit6s Estimatives (DQE);
* Critere disponibilit6 : 20% disponibilit6
de I'entreprise & r6aliser la prestation A la
date de d6marrage pr6visionnel du mar-
ch6 au regard de son plan de charge & la
date de remise des offres (voir RC).
Une enchbre 6lectronique sera effectu6e
: non
Renseignements d'ordre administratif
Num6ro de r6f6rence attribu6 au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2009/52/DGA3/AO
Publications ant6rieures concernant le
mime march : non
Documents payants : non
Date limited de reception des offres : 19
Avril 2010 & 12 heures.
Langue pouvant 6tre utilis6e dans I'offre:
FR (frangais)
Delai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre


IFl


ANONESUfLE







httD://www.ioumal-iustice-martiniaue.cor


: 120 jours A computer de la date limited de
reception des offres
Personnes autorisees & assister A I'ou-
verture des offres : non

Renseignements complementaires
II s'agit d'un march periodique : non
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par les fonds commu-
nautaires : non
Autres informations: le dossier de consul-
tation des entreprises est tel6chargeable
sur Internet sur le site www.marchespu-
blics.net
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort de
France B.P 683 97264 Fort de France
Cedex Tel. : 0596.71.66.67 Fax :
0596.63.10.08
Introduction des recours:
- r6efer precontractuel : entire le d6but de
la procedure de passation et la signature
du contract dans les 10 jours suivant la
notification du rejet de I'offre
- recours pour exc6s de pouvoir : dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaquee.
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recours : Tribunal Ad-
ministratif de Fort de France B.P 683 -
97264 Fort de France C6dex Tel. :
0596.71.66.67 Fax : 0596.63.10.08
Date d'envoi du present avis : 8 Mars
2010
Adresses suppl6mentaires et points de
contact
- Adresses et points de contact aupres
desquels des renseignements comple-
mentaires peuvent 8tre obtenus
CACEM Service Gestion et Suivi des
Achats
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Point de contact: Mme Julians
Courrier electronique :
isabelle.julians@cacem-mq.com;
achats.publics@cacem-mq.com
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
- Adresses et points de contact aupres
desquels le cahier des charges et les do-
cuments complementaires peuvent etre
obtenus
CACEM Service des Proc6dures de
Marches
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
- Adresses et points de contact auxquels
les offres doivent 6tre envoyees
CACEM Service des Procedures de
Marches
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
TI : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net FB 2427

CACEM
AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Categorie : Etablissement public territo-
rial
Activity principal : services g6enraux
des administrations publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Nom et adresse officials de I'organisme
acheteur :


Communaute d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Correspondent : Pierre SAMOT, Presi-
dent de la CACEM
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL) :
http://www.cacem.org
Objet du march
Objet : Acquisition de mobilier de bureau
pour le nouveau siege de la CACEM
Type de march : fournitures achat
Classification CPV (objet principal) : 39
1300 00-2
Objet suppl6mentaire : 39 12 11 00-7
391321 00-7
3911 3000-7
Lieu d'ex6cution : CACEM Immeuble
Cascades III -97200 FORT DE FRANCE
Critbres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appr6ci6e en function des critbres
Anonc6s ci-dessous
1. 45% pour le prix ;
2. 45% pour le critere technique : appre-
ci6 au regard :
a. De la quality et de la durability des ma-
teriaux proposes
b. Des modalites de garantie et de SAV ;
c. De la valeur esthetique du mobilier.
3. 10% pour le delai de livraison des com-
mandes.
Procedures : Appel d'offres ouvert
Reference parution JUSTICE de I'avis ini-
tial : Annonce n* FB1153 du 14/05/2009
Attribution des marches :
* Lot n 1 : Mobilier de bureau de type 1
(mobilier de Direction)
- N* March6 : 09.057
- Attributaire : CARL DE GRYSE 97232
LAMENTIN
- Montant H.T. :
o Minimum : 20 000 euros HT
o Maximum : 60 000 euros HT
- Date d'attribution : 17/12/2009
* Lot n" 2 : Mobilier de type 2 (mobilier
standard)
- N* Marche : 09.058
- Attributaire : ACTI BURO S.C.M.B -
97232 LAMENTIN
- Montant H.T. :
o Minimum : 225 000 euros HT
o Maximum : 355 000 euros HT
- Date d'attribution : 18/12/2009
* Lot n* 3 : Mobilier de type 3 (mobilier "
open space -)
- N Marche : 09.059
- Attributaire : ACTI BURO S.C.M.B -
97232 LAMENTIN
- Montant H.T. :
o Minimum : 10 000 euros HT
o Maximum : 35 000 euros HT
- Date d'attribution : 15/01/2010
Date d'envoi du present avis & la publica-
tion : 9 Mars 2010 FB 2428

CACEM
AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Communaut6 d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Courriel: infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL) :
http://www.cacem.org
Objet du march
Objet: Piscine olympique communautaire
- construction de la piscine provisoire -
voiries et r6seaux divers


Type de march : march de travaux -
ex6cution
Classification CPV (objet principal) : 45
22 20 00 9
Objet supplimentaire : 45 21 22 12 5
4511 1000-8
45232410-9
Lieu d'execution : Lamentin
Critbres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonces ci-dessous
4. Valeur technique (moyens et organisa-
tion mis en place) : 40% ;
5. Prix : 40% ;
6. Delai : 20 %.
Procedures : Appel d'offres ouvert
Reference parution JUSTICE de I'avis ini-
tial : Annonce n FB1444 du 23/07/2009
Attribution des marches:
- N Marche: 10.001
- Attributaire : CARAIB MOTER
- Montant H.T. :
o Tranche ferme : 155 483,42 E
o Tranche conditionnelle : 163 044,10 E
- Date d'attribution : 24/02/2010
Date d'envoi du present avis a la publica-
tion : 9 Mars 2010 FB 2429

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
SERVICES
Identification du pouvoir adjudicateur
Etablissement public territorial
Activity principal : services generaux
des administrations publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Nom et adresse officials du pouvoir adju-
dicateur
Communaute d'Agglomeration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : Pierre SAMOT, Presi-
dent de la CACEM
Adresse Internet: infos@cacem-mq.com
Adresse du profile acheteur (URL) :
http://www.cacem.org
Objet du march
Objet du march: Prestations de mainte-
nance du system de security incendie
(SSI) de I'lmmeuble Cascades Ill-
Type de march de services : 01
Caracteristiques principles : mainte-
nance preventive et corrective
Prestations divisees en lots : oui
Duree du march : 3 ans a computer de la
notification du march
Conditions relatives au march
Modalites essentielles de financement :
resources propres de la CACEM
Delai global de paiement : 35 jours
Modalites de pavement : articles 86 A 98
du code des marches publics
Forme juridique que devra revetir le grou-
pement de fournisseurs: groupement so-
lidaire.
Conditions de participation
a) La lettre de candidature ou DC4 ; en
utilisant I'imprime DC4 (version d'Avril
2007) telechargeable A : http://www.fi-
nances.gouv.fr/formulaires/daj/DC/im-
primes_dc/dc4.rtf ou un document
comportant les memes informations ;
b) La declaration du candidate en utilisant
I'imprime DC5 (version octobre 2008) te-
lechargeable A :
http://www.finances.gouv.fr/formu-
laires/daj/DC/imprimes_dc/dc5.rtf ou un
document comportant les m6mes attes-
tations et informations;
c) La copie du ou des jugements pronon-
ces, si I'entreprise est en redressement


judiciaire;
d) Une presentation de la society explici-
tant ou completant les renseignements
demands dans le DC5 ;
e) Une presentation des principles refe-
rences datant de moins de trois ans et ve-
rifiables (indiquez les coordonnees du
client et le nom d'un contact) pour des
prestations similaires.
Pour I'analyse des candidatures, il sera
fait application de I'article 52 du code des
marches publics
Criteres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse appreciee en function des criteres
enonc6s ci-dessous avec leur pondera-
tion :
* M6moire technique : 40%
* prix: 60%.
Procedure
- Procedure adaptee
- Conditions de delai :
a Date limited de reception des offres : le
06/04/2010 A 12 heures
a Delai minimum de validity des offres :
90 jours.
Autres renseignements
- Numero de reference attribute au mar-
ch6 par le pouvoir adjudicateur :
2010/12/DGA3/MAPA
- Date d'envoi du present avis a la publi-
cation : 11 Mars 2010
Adresses compl6mentaires :
Adresse aupres de laquelle des rensei-
gnements complementaires peuvent etre
obtenus
- renseignements d'ordre administratif et
technqiue :
CACEM Service de Gestion et Suivi des
Achats
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72 (poste 203/216)
Fax : 0596.75.54.58
Adresse auprbs de laquelle des docu-
ments peuvent etre obtenus et adresse A
laquelle les offres doivent etre envoyees
CACEM Service de Gestion et Suivi des
Achats
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel: 0596.75.82.72 (poste 203/216)
Fax : 0596.75.54.58
Renseignements relatifs aux lots :
Lot nl
Intitule : Prestations de maintenance des
equipements de security incendie
Description succincte : maintenance du
SSI de type A avec alarm de type 1
adressable
Etendue ou quantity : 1
Lot n2
Intitule : Prestations de maintenance des
extincteurs
Description succincte : maintenance et
verification des extincteurs FB 2430

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte SSP du 01/03/2010, il a ete
constitute une SARL ayant les caracteris-
tiques suivantes:
Denomination : PERSPECTIVES DEVE-
LOPPEMNT
Objet social : Activites de promotion,
d'animation, de merchandising et d'eve-
nementiels
Siege social : 128 bis rue du professeur
R. Roy Camille Dillon
97200 Fort de France
Capital: 1000 E
Dur6e : 99 ans
Gerance : M. Andre Michel, demeurant
Bellegarde 97240 Le Francois
Immatriculation au RCS de Fort de
France FB 2431


* IJeuJ11'18 *ac no I -Page 2


A NNONCES U





http://www.jioumal-justice-martinique.com


JEAN FERRAT I LE POETE AVAIT TOUJOURS RAISON


Des ses premieres chansons au debut des ann6es 60, il ex-
prime sa "nature rebelfe"quitte a s'attirer les foudres d'une cen-
sure plus ou moins tacite.
Son etiquette communist derange : en 1965, 'ioIcainic "est
privee d'antenne et en 1966 il est interdit de petit ecran en rai-
son de sa candidature sur la liste PCF aux elections munici-
pales d'Antraigues (Ard6che).
Ma France, cette chanson dans laquelle il s'attaque aux gou-
vernants ("Cet airde fiberte don't vous usurpez aujourd'hui e pres-
tige'), est interdite d'antenne. Ferrat refuse de passer 6 la lt61e
sans elle et patientera deux ans avant d'etre a nouveau invite
sur un plateau. En 1971, Yves Mourousi rompt la censure en
diffusant un extrait de la chanson.
Jean Ferrat avait fait de cette censure un sujet de chanson iro-
nique : "Quand on n'interdira pfus mes chansons, je serai bon a
jeter sous fes ponts... ".
Son attachment politique, Jean Ferrat le date de son enfance,
lorsqu'un militant communist lui sauve la vie pendant I'Occu-
pation, une p6riode qui lui a ravi a I'Age de 11 ans son pbre
Mnacha Tenenbaum, juif 6migr6 de Russie en 1905 et mort en
deportation.
"On ne guerit pas de son enfance", confiera-t-il plus tard. De
m6me, il ne reniera jamais son admiration pour certain des
combats du communism, comme la lutte contre le nazisme,
le colonialisme et I'argent roi.
En 1967 celui qui n'a jamais chanted dans les pays de I'Est est
invite a Cuba. II en revient avec la chanson "Cuba si", ou il de-
clare que I'on y vit "pauvre" mais firere.
Sans jamais avoir pris la carte du parti, Jean Ferrat sera


conseiller municipal (1970-1983) a la mairie communist d'An-
traigues, soutiendra la candidature de Georges Marchais pour
la presidentielle de 1981, et sera inscrit sur la liste communist
aux europeennes de 1999.
"'e n'aijamais iti un bini-oui-oui"du parti communist, tenait-
il a precise: "e n 'ai pas defifa fa patte/je ne vienspas dtune icu-
tie", affirme-t-il dans sa chanson "Je ne suis qu'un cri".
Et de rappeler qu'il a d6nonc6 I'invasion russe de la Tcheco-
slovaquie en 1968 et conspue en 1980 "Ies stafiniens zefis" de
'-y;i' t'l.i' .i "qui "nous ont fait avafer des coufeuvres",
dans la chanson Mhili", une response au iia, globafement po-
sitif'dress6 alors par le PCF a propos des pays de I'est.
R6volt6 et r6veur, I'homme & la criniere blanche et aux mous-
taches g6nereuses s'etait fait, peu a peu, de plus en plus rare.
II n'a jamais tellement aimed la sc6ne, "trop diure physiquement ".
II la quite en 1972 aprbs le Palais des sports, puis fuit volon-
tairement la television, cette "machine a vendre".
Son havre de paix s'appelle Antraigues, petit village ardechois
immortalise par un de ses plus grands succes ("La. tihiai"''),
oO il s'installe en 1973 avec sa femme, la chanteuse Christine
Seve, dec6dee en 1981. Jean Ferrat sort peu de sa taniere
mais chaque apparition, chaque nouvel album est un ev6ne-
ment m6diatique, et souvent I'occasion d'un nouveau "coup de
gueuCe": contre la grande industries du disque et de la commu-
nication qui condamne le pluralisme et la liberty, contre le PAF
qu'il juge "obscene", contre le nucleaire ou contre la condamna-
tion du contestataire Jose Bove qu'il soutient en 2007 comme
candidate "antifiberaCl" I'election presidentielle. Recemment, il
a soutenu le Front de Gauche dans la champagne des elections
regionales.
Tant6t engage, tantot poete 6merveill6, le chanteur alterne ten-
dresse et colere. II met en musique la po6sie "jaiffissante"de
Louis Aragon, don't certain textes sont maintenant indissocia-
bles de la voix chaude et caressante de Ferrat ("Que serais-je
sans toi", ou ",liimei d perdre (a raison').
Ermite bucolique aux prises avec I'humanite, il aurait voulu "etre
le cri de a misange/n 'tre qu'un simple gazouifis", mais la condi-
tion humaine aura fait de lui "fe cri qu 'on abrege, [a dietresse infi-
nie".


L'ASSOCIATION MARTINIOUE-CURA A REICONTRE OMARA
POR TUONDO
Frederic Maitrel et Michel Nedan ont rencontre mercredi 10 mars 2010
la diva du Buena Vista Social Club Omara Portuondo. lors de son se-
jour en Martinique pour un concert le jeudi 11 mars Ce ful I'occasion
d'echancer sur la situation a Cuba et sur le travail de I'associalion Mar-
tinique Cuba
C est cle.ant plus de 900 personnel dans la salle Aime Cesaire de
I'Atrium a Fort-de-France. qu'Onara Porluondo a interpreted plusieurs
morceaux de ion repertoire Elle a au course de son concert, rendu
homage aux membres du Buena ',ista Social Club aulourd'hui dispa-
,us el en parliculier a Ibrahim Ferrer


V '4I


[ CUITUKE I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs