Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00158
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France Martinique
Publication Date: March 11, 2010
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00158
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
S MEI INFLATION COMMUIS'd


Pour la Responsabilit6 et le D6veloppement veritable.


E I4.I 1 1 0 E I 0 f m wi^


Un choix7clEir5etveritableme de gauche
Madeline de Grandmaison,
RDM / Iliance pour le tChangement
mA ^W9^ '^^*iBilII^^






httD:/www.-joumnal-iustice-mnartinigue. corn


0"J JUSTICE w

Administration & Redaction :
Tel. : 05 96 71 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr


Sa ka Pasi .................... f.2

Eiito .....................P. 31/4
- non a la ddmagoglc et a la confusion

Luttes Sciales ...........f. 4/6
- Prime de vie chire
- H6pital : Pas de fermeture de lIts
- ATV: Reprise de travail

5ecieti...................... .f. 6
- Journee Internationale des Femmes

Economie .................... f. 7
- Parutlon du TER 2009-2010

begionale2010 ........... 8/15
- Echos de champagne
- La droite ne fault plus recette
- Le Stade de Dillon et Letchimy
- Endettement de Fort-de-France
- L'dchec des projects de Letchimy
- Uste Madeleine de Grandmalson
- Avec ou sans Grace I

France .................. .16/17
- Elections Reglonales

Notre Amdriwe ........... 17/18
- Hatti et Chill
- Cuba et IONU

Pa klMeule ............18/20
- Islande
- LOLP Israel
- Grace
- LUnion Europdenne


F i Iq


LA DENGUE EST TRIES ACTIVE

Alors que la p6riode lui est en principle peu propice, la dengue circle de maniere ac-
tive en Martinique. 389 cas biologiquement confirms ont 6te recens6s pour cette sai-
son 2010. UIs ont 6t6 d6tectds A I'occasion de consultations pour syndromes grippaux.
Selon la cellule de veille sanitaire, on note la persistence d'un foyer trbs actif aux
Trois-Ilets (Anse A I'Ane) et 1'6mergence de nouveaux foyers, notamment dans les
Hauts de Terreville (Schoelcher) ou encore A Tartane (Trinit6). Par ailleurs, les ma-
lades sont porteurs d'un virus qui n'a que peu circul6 depuis 10 ans. Ce qui a amen6
les autorit6s sanitaires A declencher le niveau 2, qui correspond A une "circulation ac-
tive avec foyers multiples". Ce changement entraine, entire autres, un enforcement
des measures de d6moustication dans les communes particulierement touches.

RAPHAEL CONFIANT PRIME

L'ecrivain Raphael Confiant, vient de se voir attribuer le prix de I'AFD (Agence Fran-
gaise de D6veloppement) pour son dernier roman "L'Hfoteldu 6on paisir"publid aux
editions Mercure de France il y a quelques mois. Ce prix lui sera remis le 19 mars pro-
chain & Aix-en-Provence, dans le cadre des "'ournes des crivains du Sud'organisees
par Paule Constant, professeure A I'Universitd d'Aix-en-Provence et ancienne lau-
reate du Prix Goncourt.
Le prix de I'AFD est dot6 d'un montant de 5.000 euros. Son president, pour la prd-
sente annde, est I'6crivain congolais Alain Mabanckou.

JALA PRESENT AU SALON DU LIVRE DU 26 AU 30 MARS 201O

La socidt6 "Lditions Lafontaine", crdde par la volontd de Jeannine Lafontaine, dite
Jala, est une maison est sp6cialis6e dans la litt6rature jeunesse, antillaise. Plus d'une
centaine d'ouvrages ont 6t6 6dit6s ainsi qu'une trentaine d'auteurs. editions Lafon-
taine d6veloppe une autre activity : les spectacles de marionnettes creoles, ou
bwabwa. Les contest s'animent par le biais des marionnettes a I'effigie des person-
nages de contest antillais. Jala est 6ditrice, mais aussi conteuse et marionnettiste.
Elle parcourt les contrdes avec sa case au bwabwa et ses livres. Une fervente dd-
fenderesse du patrimoine cultural antillais. Deux autres auteurs seront A ses cot6s :
Sonny Bago6-Tancons, conteuse, marionnettiste et musicienne et Serge Restog, au-
teur de contest creoles. IIs seront presents A la porte de Versailles pour faire d6cou-
vrir un autre pan de notre culture.

LE 8ARREAU DE FORT-DE-FRANCE S'INSURGE

Aprbs la mort d'un homme a Trinitd, dans un communique dat6 du 8 mars et sign
du BAtonnier Raphael Constant, le barreau de Fort-France denonce une atteinte A la
prisomption innocence. "Samedi 6 mars 2010, un homme est mort alors qu'ifse trouvait
en garde a vue dans les locaux de la gendarmerie de Triniti. L'Ordre des.Avocats prend
acte que le Parquet ait announce ouverture dune enquite en vue d'tablir les circons-
tances de ce ddecs.
Toutefois, ils'itonne que, dores et dija, et avant toute investigation, ilsoitfait itat d'un
suicide. L'Ordre desAvocats regrette et condamne qu'a cette occasion, fa personnel dici-
dee soit prisentie comme coupable au motif qu'ele auraitfait des "aveux" pendant cette
garden a vue.
Ils'agit d'une intolerable atteinte a la prisomption d'innocence.
f convient de rappefer a ('occasion de ce drame que la procedure actuelle en matiure de
garden a vue a t considirie comme contraire a la Convention Europienne des Droits de
rfHommeparde nombreusesjuridictions de France (SBobigny, Nancy, Paris, etc.). ODufait
de Absence de Cavocat lors des auditions de la personnel gardee a vue. Dans ce cadre, des
aveuxobtenus en garden 4 vue doivent itre recueills avec (a pfusgrande prudence et ne peu-
vent, a eux seuls, fonder une condemnation"

ERRATUM: Dans le numdro de la semaine demibre A la page 24 de I'article titr6
"Oe la 9Martinique pour nos enfant" il fallait lire "De la musique pour nos enfant".
Nous prions I'auteur et nos lecteurs de nous excuser pour cette bourde.


Auriu


Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France TlI. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette: Guennael GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerle Martiniqualse
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tel. :0596 73 14 54


$A A PAL


kjwkF .....


I




httix//www.ioura1-iustice-martiniaue. cor


NON A LA DEMAGOGIC ET LA CONFUSION! VOTONS "ALLIANCE POUR

DEVELOPER LA MARTINIQUE" DIRIGEE PAR MADELEINE WE GRANDMAISON


La d6magogie et la confusion sont les traits ca-
ract6ristiques de la pr6sente champagne 6lectorale,
men6e par certaines listes A droite et par la fausse
gauche. Cette champagne a commence en r6alit6
des le mois de juin 2009, a I'occasion des travaux
du Congres des elus martiniquais. Le PPM, don't
on pouvait s'attendre a ce qu'il se lance, avec les
autres formations de gauche, dans la bataille pour
le triomphe de I'id6e d'autonomie qu'il pretend in-
carner depuis plus de 50 ans, d6clara la guerre aux
partisans de la collectivite unique autonome dans le
cadre de I'article 74 de la Constitution, nouant une
alliance de fait avec la droite et les socialists, tra-
ditionnellement et visceralement departementa-
listes. Les arguments majeurs brandis par ses
porte-parole autorises 6taient la sauvegarde de
I'6galite des droits et "l'autonomie constitutionnali-
sie". Le "'PM nouveau"ou neo-PPM (c'est ainsi
qu'il convient de I'appeler, eu regard a sa drive
droitiere) a donc invent la chimbre de la "troisime
voie", qualifiant la Constitution frangaise d'obsolbte
et exprimant son m6pris pour le l6gislateur qui a re-
dig6 cet article 74 don't certain points "6lasp4hment
az dimocratie". Fanfaron, le "PKM nouveau"a voulu
faire croire aux Martiniquais qu'il avait le pouvoir
d'obliger la France A modifier sa Constitution pour
y inscrire la fameuse "autonomie constitutionnalse".
Mals au lendemain du 11 janvier, une fois la col-
lectivit6 dans le 74 rejetee massivement par un
people fragilis6 par la crise socio-economique et
soumis A une intense propaganda -de droite et de
"gauche"- articulee autour de la peur, les porte-pa-
role du "PM nouveau"et de son satellite le MAP
cesserent de parler d'autonomie et de "troisieme
vwio". Pas question de faire peur aux electeurs avec
de tels mots! Nicolas Sarkozy n'a-t-il pas declare
que le debat institutionnel 6tait "c1os"? Pourquoi
donc le contredire? Mieux vaut lutter pour obtenir la
majority au Conseil regional et eliminer ainsi Al-
fred Marie-Jeanne de la pr6sidence, en attendant
de r6gler son compete au "traftre"Claude Lise, au
Conseil g6n6ral. Et a droite et au n6o-PPM on es-
saie de surfer sur les scrutins des 19 et 24 janvier
2010. Si pour gagner il faut faire des promesses
d6magogiques, d6baucher des partisans du 74,


donc des adver-
saires d'hier, ouvrir
les bras A des per-
sonnalit6s de droite,
pas de problame! Au
'4"S nouveau"la fin
justified les moyens,
et la faim de pouvoir
n'a pas de limited.
L'obsession de rem-
porter co0te que
coOte ces r6gionales
rend les gens ner-
veux. Malheur a qui ose d6noncer tel partisan du
74 pass au service de Letchimy : les coups de
poing ne sont pas faits pour les chiens! Et meme
a I'interieur d'un mime camp aucun responsible
n'est A labri des gifles d'une femme en furie, forte
en gueule et en muscles.
Serge Letchimy a voulu signer definitivement l'ar-
rlt de mort de I'autonomie en declarant dans le do-
cument oO il a pr6sente sa listed: "Cette ste quejai
lhonneurde conduire apour ambition de construire un
environnement institutionnef stabe pour relancer &a
Martinique sur Ies chemins du deve(oppement et de (a
creation aremploin" On retrouve I& une idee chbre
A la droite et au grand patronat: plus question de
parler d'6volution institutionnelle, cause d'instabilit6
politique et 6conomique. Et l'on comprend pourquoi
le "'PM nouveau" qui fait le ravissement du patro-
nat, nest pas du tout press de voir la collectivit6,
avec son assemblee unique, se substituer aux
Conseils regional et ge6nral. Mais, chose amu-
sante et triste A la fois, alors que le "P"M nouveau"
veut enterrer honteusement I'autonomie, I'UMP se
proclame "progressiste". Chantal Maignan I'a fait lors
de son face-A- face avec Catherine Conconne,
dans France-Antilles. Jean-Marcel Maran a repris
la m6me idee dans un article public le 2 mars der-
nier dans le m6me journal, revendiquant meme la
creation de la collectivit6 unique au b6ndfice des
FMP contre toute evidence. Comme Letchimy,
Maran parle de stability, disant que "nous sommes
dans une paixinstitutionneffe" et ironisant sur le si-
lence de "ceuxquiparaient de 3 voie .


V Mars 2 010 -Iwtice n' 10 -D Pae.3


r Epao





EPITO


En fait, tous les adversaires de I'actuelle majority
regionale, de Marie-Jeanne en particulier, tous
ceux qui revent de s'emparer de la R6gion sont
"autonomistes"sans le savoir. Nous disons cela iro-
niquement certes, mais il est frappant de constater
que, pouss6s par I'ambition et r6solus a faire usage
sans moderation de la d6magogie, ils font comme
si la Martinique 6tait une collectivit6 dot6e d'une
large autonomie et d'un budget en ad6quation avec
ses responsabilit6s dans le domaine 6conomique.
Et de promettre de terrasser le chomage par une
reliance economique en pleine crise capitalist
mondiale. IIs oublient la responsabilit6e crasante
de I'Etat frangais et du gouvernement Sarkozy-
Fillon dans la situation actuelle de la Martinique. Its
font semblant d'ignorer qu'avec un budget de 338
millions d'euros les possibilities de la Re6gion sont
limit6es alors que les d6penses de I'Etat frangais
en Martinique sont de I'ordre de 3 000 millions d'eu-
ros, soit plus de 9 fois plus. Et surtout que les pro-


fits des capitalistes martiniquais avoisinent les 2
500 millions d'euros. Ils font semblant d'ignorer les
causes profondes et reelles de notre mal- develop-
pement et de notre mal-6tre, pr6efrant voir le soi-di-
sant matelas d'euros (de 60 millions d'euros)
accumule par la Region durant les dernieres man-
datures. Comment soigner le malade martiniquais
avec un diagnostic aussi faux ?
Le Parti Communiste Martiniquais appelle les elec-
teurs A ne pas se laisser abuser par ces dema-
gogues et ces revanchards. II les invite A voter
massivement pour la liste conduite par Madeleine
de Grandmaison "'iancepourdavedopperfa 9Marti-
nique" qui propose un '"plan durgence iconomique"
bas6 sur un emprunt regional obligataire et de pre-
parer I'avenir de la Martinique en creant au plus t6t
la Collectivite unique. En meme temps il faudra lut-
ter pour que Sarkozy realise ses 137 promesses.
Maurice Belrose


PRIME DE VIE HERE I OQU'EN SERA-T-IL DU PAIEMENT PAR LE DEPARTMENT


ET LA REGION DE LA CONTRIBUTION


PROMISE AUX SALARIES ?


Aucun salari6 n'a requ A ce jour la contribution promise par
ces deux collectivit6s dans le cadre de I'accord sign en
mars 2009, et ce, bien que les sommes aient 6t6 budg6ti-
s6es. Ce retard dO A la lourdeur des formalit6s administra-
tives s'av6re d'autant plus p6nalisant et r6voltant qu'A
computer de ce mois de mars 2010, le Conseil g6n6ral et la
Region cesseront leur aide, comme I'avaient sp6cifi6 leurs
presidents respectifs. Pr6cisons que la hausse de salaire
de 200 obtenue en mars 2009 grace A la mobilisation po-
pulaire, est finance comme suit: 100 euros mensuels pro-
venant, pour une dur6e de 36 mois du RSTA (Revenu
Suppl6mentaire Temporaire d'Activit6), 25 euros apportes
par les entreprises entire 25 et 75 E par la region et 15 E
par le d6partement. Cette amputation de salaire, bien
qu'elle ne soit pas une surprise, risque de pousser le K5F
A interpeller I'Etat et les chefs d'entreprises.


Les presidents des collectivit6s 6taient rests fermes sur la dur6e de versement
de leur part de la prime


POLE EMPLOI EN GREVE
L'ensemble des agents du P61e Emploi Martinique sont entries
en gr6ve ce lundi 8 mars. Depuis la fusion ANPE-Assedic les
agents des deux structures ne cessent de d6noncer les condi-
tions de cette fusion. Derniere, le syndicate CDMT avait 6t6 A
I'origine d'un regroupement de tous les p8les emplois des DOM
pour porter leurs revendications devant leur direction. Apros I'in-
^ ',,'^ terruption des n6gociations le mercredi 3 mars, la CDMT a d6-
V..: cid6 d'une gr6ve reconductible de 24 heures A partir du lundi 8
mars. Le syndicate CDMT exige entire autres : "'arrit du 3949
qui a disorganisi fe service auxusagers et le retour du standard, (a
p,/ ernpLoi creationn de 25 postes en contract a durie in~dtennrmine, le respect
0 ades ifentitisprofessionnefTes et faprise en compete des demandeurs
d'emploi malmenis par la fusion"


IF ~ I I I ',i~


, I htto://www.iournal-iustice-martiniaue. corn


r LUTTES 500y





httD://www~iournal-iustice-martiniaue. corn


CHRONIQUE JURIDIQUE % BROIT DE REGARD DES REPRESENTANTS DU PERSON-

NEL SUR LA GESTION DE L ENTREPRISE


En I'6tat actuel du droit, le pouvoir de decision appartient dans
I'entreprise au seul employer. Pour autant, celui-ci est tenu de
fournir au comit6 d'entreprise une information precise, 6crite et
loyale prealablement a sa decision, notamment quand elle a un
impact sur la march g6enrale de I'entreprise. C'est sur ce ter-
rain de la communication des documents et de la quality de I'in-
formation que les CE sont, depuis peu, en train de gagner un
droit de regard sur la gestion de I'entreprise et, notamment, sur
I'opportunit6 des projects de restructuration envisages par I'em-
ployeur.
Un droit de regard sur
I'ensemble des socie-
tes du group : II a
ainsi 6et jug6 que le
comit6 d'entreprise A "
avait le droit d'acc6der
A I'ensemble des 6el- -
ments relatifs & la po-
litique global du
group en matiere
6conomique, finan-
ciere et social (CA
Paris, 28 juin 2007,
society Wabco
France) et, notam-
ment, a la communi-
cation des comptes
analytiques de I'en-
semble des sites eu-
ropeens (TGI Paris, 5
fevrier 2009, society
Molex).
Un droit de regard Les travaileurs doivent partici
6tendu A toute la poli-
tique d'entreprise : Grace aux batailles judiciaires, ce droit de
regard est de plus en plus 6tendu : le comite d'entreprise peut
non seulement demander la communication des comptes et bi-
lans des soci6ets du group (affaire Molex), mais aussi des do-
cuments complete et pr6cis sur le project industrial et la strategic
du group 6 venir tels que les plans strat6giques et leurs conse-
quences d6taillees sur I'emploi (cour d'appel de Pads, 31 juil-


Der,


let 2009, affaire Caisse d'epargne), les pactes d'actionnaires et
I'acte de cession d'une activity (TGI Paris, 6 janvier 2009, af-
faire NextiraOne). En d'autres terms, il est indispensable d'exi-
ger de I'employeur tout element permettant aux elus d'avoir une
vision global de la situation de I'entreprise, des entreprises du
group et de leurs perspectives d'avenir. Par la communication
de ces pieces, les elus imposent a I'employeur de se justifier
sur la pertinence et I'opportunit6 de ses choix de gestion et le
questionnent sur sa capacit6e avoir une vision a long terme de
la gestion de I'entre-
prise dans l'int6rit de
cette dernibre et des
salaries. Ainsi, les
6lus ont indirecte-
ment la possibility
d'influer sur la gestion
de I'entreprise en
contraignant I'em-
ployeur formaliser
et expliquer son pro-
jet qui pourra, le cas
6ch6ant, 6voluer ou
6tre modifit d6s lors
que les membres du
CE seront en measure
de demontrer I'ab-
sence de pertinence
dudit project. 11 resort
des dernibres d6ci-
sions judiciaires que
I'employeur ne peut
d6sormais plus invo-
A la aestion de eur entrelrise quer la confidentiality


des documents ou le
secret des affaires pour faire 6chec la demand legitime des
repr6sentants du personnel. Continuons a nous battre sur le
terrain de la communication des documents et d'une informa-
tion loyale en attendant une participation active et entire des
salaries 6 la gestion de I'entreprise.
Par Aline Chanut, avocat a la cour


tHPITAL PAS DE FERMETURE DE LITS


Le personnel de I'h6pital du Lamentin affili6e la CGTM a sus-
pendu le travail durant deux jours (les 4 et 5 mars) pour faire
part de son d6saccord quant a certaines decisions de la direc-
tion de I'h6pital. Les agents hospitaliers ont install un barrage
filtrant devant les grilles de I'h6pital sans toutefois empecher
son fonctionnement, puisqu'un service minimum a ete organism.
Ils ont 6galement march dans les rues de la ville pour informer
la population. Les revendications portent sur plusieurs points.
Le premier est le transfer du p61le mere et I'enfant sur Man-
got-Vulcin avec tous ses services, sans suppression de lits,
comme pr6vu initialement. Or, selon le syndicate, la direction
envisage la surpression de 10 lits. Le second point est la
conservation du service de chirurgie visc6rale au niveau du
p6le de chirurgie, comme le pr6voient les plans modifies. Or, il
est pr6vu que ce service soit couple a la maternity. Une here-


sie, selon le syndicate, avec tous les risques sanitaires que cela
comporte pour les nouveaux n6s. Le syndicate exige en outre
le maintien de I'ensemble des emplois titulaires, stagiaires, CDI,
CDD et la suppression de la mission d'expertise sur Mangot-
Vulcin confine au nouveau directeur du CHU de la Meynard :
Monsieur Daniel Riam qui sera 6 la fois juge et parties. II r6clame
la transparence total sur toutes les decisions futures relative
A la cooperation et au project medical de territoire. Apres un
round de n6gociation, la direction a accept de revenir sur la
decision de suppression de lits et la conservation du service de
chirurgie. Les n6gociations doivent se poursuivre sur les autres
points .Satisfaits les agents ont d6cid6 de suspendre le mou-
vement de greve mais restent vigilants sur la suite des op6ra-
tions.


W, Jui'lM r;2 1 -utI'ce no*10,- Page 5


F' LUTTE SOCIALE





LUTTES SOCIALES


ATV : REPRISE DU TRAVAIL


En pleine cam-
pagne 61ectorale,
les salaries jour-
nalistes d'ATV
ont cess6 le tra-
vail durant cinq
jours pour protes-
ter contre la nou-
velle organisation
mise en place par
la nouvelle direc-
tion. IIs repro-
chent 6 la
nouvelle direction
de les contrain-
dre, sans concer-
station, 6 faire
d6sormais deux
reportages au
lieu d'un repor-
tage et une off in-
Alain Livori, d6l6gu6 syndical SNJ terview par jour.
IIs contestent
6galement la suppression des postes de chef d'6dition et de
secr6taire de redaction. Ce ne sont pas moins de 23 revendi-
cations que met en avant le d6l6gu6 syndical SNJ, Alain Livori.
II y a notamment le fait que le personnel ne sait toujours pas
quel est statut de la chatne et qui est le v6ritable employer.
d6nonce aussi la degradation des conditions de travail. Alors


que le 21 janvier dernier, le tribunal de commerce a confi6 la
society HRTV de Jean-Claude Asselin de Beauville la location-
gerance de la structure pour la p6riode allant jusqu'en juillet
2010, les salaries sont toujours soumis & la direction d'ATV qui
leur fait passer des notes de service, tandis qu'un nouveau di-
recteur de I'information leur impose de nouvelles charges de
travail d6cid6es par les nouveaux repreneurs pour faire face
aux difficulties 6conomiques que connaTt la chaTne priv6e. La
presence des deux m6diateurs Gilles Marthe et Stephen
Bag6e qui ont entendu les deux parties, n'a pas permis de trou-
ver un terrain d'entente. Jean-Claude Asselin de Beauville a
propose aux salaries d'exp6rimenter la nouvelle organisation
durant six mois avec I'appui de formateurs et des mat6riels
ad6quats. La proposition a ete refuse par les journalists qui
ont fait une contreproposition consistent 6 suspendre la greve
et 6 reprendre le travail le vendredi 5 mars dans les conditions
habituelles, pour ensuite engager de nouvelles n6gociations
aprbs le premier tour des elections r6gionales. Cela n'a pas ete
accept par la direction. Finalement, la n6gociation qui s'est
deroul6e le samedi 6 mars A la direction du travail a permis de
sortir de I'impasse. Les deux parties ont d6cid6 de continue a
travailler dans les conditions habituelles jusqu'aux elections re-
Qionales. Des le 12 Avril, d'exp6rimenter, durant trois mois, I'or-
ganisation du travail proposee par la direction. Les autres
points du cahier de revendications seront n6gocies A partir du
29 Mars 2010.
Selon le delegue syndical, "On aurait pu faire ['lconomie de ce
conf/it si la direction nous avait associis a ce changement et a
son evolution".


JOURNEY INTERNATIONAL DES FEMMES


Cette ann6e 2010
marque le 100ibme
anniversaire de luttes
01 a '. odes femmes, 40 ans
du Mouvement de Li-
beration des Femmes
et le lancement de la
3ieme Marche mon-
diale des femmes. En
Martinique, plusieurs
manifestations ont
marqu6 cette journee
de sensibilisation.
L'Union des femmes a
pr6sent6 les diff6rents axes de son travail. Une journee qu'elle a d6di6e b "ses
scurs haftaiennes". "Loccasion d"etre solidaire detoutes
sesfemmes e part le monde qui souffrent et se battent ",'
selon Rita Bonheur, la pr6sidente. Pour elle, en Mar-
tinique, i'egalit6 est loin d'dtre une r6alit6 et reste du
chemin 6 parcourir. Pour avancer, des partenariats ont
6t6 6tablis avec des municipalities pour qu'elles pren-
nent en compete dans leur politique les besoins des
52% de la population. Pour I'UFM, cette journee est
loin d'etre obsolete, "elle contribute &jeter un iclairage,
un regardplus point sur [a situation desfemmes", af-
firme Marie-Jo Sellaye A


Juliette Sm6ralda aux Anses d'Arlet


nses d'Arlets, le 8 Mars 2010


IL eiur Mar; 2010 n -Pi t'P


http://www.iournal-iustice-martiniaue.com


~-:-~ -;;;;--:;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;; ;;; ; ~ ;;;;;^I~ ~~-~~~~~~~


'50CIETE





htt-://www.ioumal-ustice-martinipue.com


PARUrION DU TER Z009-12010 UN OUTIL 1)i TRAVAIL INDISPENSAHLE


Un panorama economique, d6mocraphique et social de la Martinique

Georges Para, le Directeur de I'INSEE-Martinique, a pr6sent6
lors d'une conference de press le 25 fevrier les Tableaux eco-
nomiques r6gionaux 2009-2010(TER). Cet outil de travail des-
tine A tout d6cideur local ou a toute personnel s'int6ressant 6
sa region present un panorama economique, d6mographique
et social complete de la Martinique. II se veut simple, accessible,
multi- domaines permettant de recadrer un dossier, une dis-
cussion, une r6efexion en apportant les donnees de-reference.
Le TER paraTt tous deux ans et celui-ci est le demier en version
paper. Aust6rit6 budg6taire oblige. A moins que I'INSEE trouve
des partenaires pour finance la publication de cet instrument.
Par contre le TER fera I'objet d'un site annuel avec une mise a
jour en continue et annuelle.
Parmi les innovations, des elements de comparison avec les
autres DOM ou la CaraTbe ou encore les regions ultrap6riphe-
riques europ6ennes. Des comparisons qui souverit n'ont pas
6et honnetes dans le d6bat institutionnel recent sur le 74. Et
aussi aujourd'hui dans la champagne des r6gionales. Ainsi on
voit que les indicateurs principaux tels que le taux de ch6mage,
le PIB/habitant, I'6volution annuelle des prix, I'esp6rance de vie,
le nombre de chambre d'h6tels, etc, sont loin d'etre d6favora-
bles en Martinique par rapport aux autres DOM. Par contre, le
taux de ch6mage des DOM est largement sup6rieur a celui des
regions espagnoles et portugaises autonomes : 10 % pour les
Canaries et 22 % pour la Martinique en 2007 par example.
A ce propos, Georges Paca a de nouveau mis en garde sur les
differences de chiffres du chomage entire I'INSEE et p8le em-
ploi par une question de definition au sens du bureau interna-
tional du travail : un ch6meur, ce n'est pas tout A fait la meme
chose qu'un demandeur d'emploi. Quant a la population active
servant a calculer le taux de ch6mage, seule rINSEE est habi-
litee a la calculer, a-t-il insist. Effectivement, ce n'est pas un


debat 6sot6rique.
Le TER 2009-2010 confirm la perte de population de Fort-de-
France et du Centre (Lamentin) au profit du Sud. La question de
la fiscalit6 exorbitante de Fort-de-France a 6ete voquee dans ce
ph6nomene.

40 000 FRANsAIS A LA MARTINIQUE
De meme, est confirm le vieillissement Acc6ere de la popula-
tion auquel le pays n'est absolument pas prepare: part des plus
de 60 ans et plus passant de 19 % en 2005 A 35 % A I'horizon
2030. La population est de 397 732 habitants au recensement
de 2006 et est estimee A 403 000 habitants au 1 er janvier 2010.
De meme il est expliqu6 que I'emigration des jeunes Martini-
quais s'est acc6elere au course de la derniere decennie "pour
poursuivre leurs itudes ou entrer dans az vie active". Maniere de
dire pour chercher du travail.
Le nombre de personnel de 5 ans ou plus r6sidant en France
5 ans plus tot et r6sidant en Martinique en 2006 est 18 670. En
gros, selon le Directeur de I'INSEE, il s'agirait des "mitropoli-
tains", en fait des Frangais. En r6alit6, le nombre de personnel
resident en Martinique et nees en France avoisinerait les 40
000 qui seraient pour I'essentiel des "mntropolitains". II y aurait
donc environ 40 000 Frangais dans ce pays. Sujet sensible que
IlNSEE a du mal A cerner, dit-elle.
Question de volont6 politique, selon nous.
Pour faire bonne measure, il est indiqu6 qu'ils sont 114 000 Mar-
tiniquais vivant en France en 2006, soit presque 10 000 de plus
que sept ans auparavant (104 692 en 1999). IIs 6taient 109 616
en 1990. Au course de la d6cennie 1990, I'6migration avait re-
cul6. Cela montre I'accentuation de la crise en Martinique. Ces
Martiniquais en France repr6sentent 0,17 % de la population
frangaise, alors que les Frangais vivant en Martinique repr6-
senterait entire 5 et 10 %, selon ces donnees. Le processus de
caldochisation observable a I'ceil nu trouve ici un d6but de
confirmation scientifique. Dire cela n'est pas du racism, mais
relive de la defense 6elmentaire de notre communaute don't
Aime Cesaire disait qu'elle pouvait disparaTtre comme ont dis-
paru les civilisations Incas, Mayas ou Azteques.
Enfin ceTER rappelle utilement que, contrairement A certaines
idees reques, le nombre d'etrangers en Martinique ne repre-
sente que 1,6 % de la population total, soit 6 187 personnel
don't 33,2 % de Sainte-Luciens ( 2057) et 25,5 % de Haltiens
(1575). Ces deux nationalit6s concentrent plus de la moitie des
strangers resident en Martinique. Donc arribre la x6nophobie
anti-caribeenne chbre A certain a droite.
D'autres donnees instructives figurent dans ce TER, notam-
ment I'emploi, les revenues, les budgets des collectivit6s, le tou-
risme, etc. Par centre ne cherchez pas le montant des
depenses de I'Etat qui est strat6gique ni le montant des profits
des capitalistes martiniquais.
Comme quoi, la statistique permet utilement de recadrer les de-
bats politiques en leur donnant la base scientifique n6cessaire
que nous marxistes nous pr6efrons, mais seulementjusqu'A un
certain point, sans remettre en cause I'h6g6monie de l'id6olo-
gie neoliberale.
Donc, 6tudiants, chercheurs, citoyens, gardez I'esprit critique :
les chiffres ne sont pas la v6rite.
Le TER 2009/2010 est disponible en librairie au prix de .12
euros et telechargeable sur le site de I'Insee en Martinique :
www.insee.fr/martinique
Michel Branchi


IF je~ 7Mr 00-utc' 10 -I Pale


Ecoml





httol://www.ioumal-iustice-martiniaue. cor


ECHOS DE CHAMPAGNE 1


REGIONALES MODE DE SCRUTINY
Le mode de scru-
tin pour les 6lec-
tions r6gionales
des 14 et 21
mars prochains
est un scrutiny
proportionnel ;
deux tours avec
une prime majo-
ritaire (soit 25 %
des sieges) attri-
buee b la listed ar-
Une prime de 25% d'61us pour la liste arriv6e en tate rivee en tte.
Lors du premier
tour de scrutiny, si une liste obtient la majority absolue des suf-
frages exprim6s, elle obtient le quart des sieges a pourvoir, plus
la prime. Les autres si6ges-sont r6partis A la representation
proportionnelle entire toutes les listes ayant obtenu au moins
5 % des suffrages. Seules les listes ayant obtenu plus de 10 %
des.suffrages exprimes au premier tour peuvent se maintenir au
second tour de scrutiny et 6ventuellement fusionner avec les
listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages. Au second tour,
la liste qui arrive en tete obtient le quart des sieges A pourvoir
et la prime. Les autres sieges sont repartis a la representation
proportionnelle entire les listes ayant obtenu au moins 5 % des
suffrages exprim6s au second tour.

L'UFM EcRIT AUX CANDIOATS TETES DE LISTED
La president de I'Union des Femmes de la Martinique, Rita
Bonheur 6crit aux candidates en lice pour diriger la R6gion.
Dans son courtier, elle convient que "Notre cofectiviti rigionaLe
a en charge Ce dieloppement de [a Wartinique. Certes, ehe nepeut
pas tout, mais a ce titre, dans ses domaines de compitences, ilest
dans ses prerogatives et de sa responsabiliti d'eCaorer et de mener
unepolitique affichie en ce sens". Elle les interpelle "pourconnat-
tre Ces propositions de [feur] liste pour contribuer au d6veloppe-
mentd'une culture de i'galj entire Ces homes et Cesfemmes, tant
au sein de la colectiviti que dans ses potitiques, permettant de
faire avancer Ces conditions de vie desfemmes, et par (a mime,
toute Ca socifti martiniquaise". L'UFM revendique "fa nicessiti
de prendre en compete &a situation desfemmes, Ceurs r6les speci-
fiques dans notre sociiti martiniquaise, Ces discrimination dont
eles sont victims, si nous voulons construire une socifti nouveCe
par un dfelfoppement iconomique, sociital politique harmonie u
qui ne Caisse aucune composante en rade. 'On diveCoppement du-
rable dans toute sa definition".
\
L'ASSAUPAMAR VEUT DES REPONSES
Dans une'd6claration date du ler mars 2010, re president de
I'Assaupamar constate A propos des regionales que plus (( per-
sonne ne refute aujourd'hui la n6cessit6 d'engager notre pays
dans un processus de d6veloppement durable. Et A cet 6gard
il convient "que icoCogie soit mise au cceur de toute orientation
de dveloppement". A cet effet, I'association 6cologique attend
que les candidates se prononcent sur: la n6cessit6 de prot6ger
les terres agricoles, le d6veloppement des energies renouve-
lables, la gestion de I'eau, la preservation du littoral ou la de-


pollution de nos sols et spaces contamines au chlord6cone.
Henri Louis R6gis souhaite que des engagements forts soient
pris sur ces themes pour une veritable politique de d6veloppe-
ment durable.

DES "COM8ATTANTS" AUX MAINS' LESTES
La semaine dernibre, mardi 2 mars, le conseiller aux affairs
economiques de Claude Lise, Pascal Marguerite a port plainte
centre le maire du Lorrain Justin Pamphile. Dans sa plainte, le
collaborateur de Claude Lise explique avoir regu "un appelau
telephone de Mr Justin (Pamphiie (Ce) traitant de connard et (le)
menafant de (lui) fair la peau", ajoutant : "J'ai tenti de Ce rai-
sonner en vain. 10 minutes aprisfj'tais dans Ce couloir du conseil
giniralforsqu'ilest arrive, en me voyant iCm'afrappi avec ses
poings au niveau de la clavicule, deux cofCegues l'ont maitrisj".
Selon Justin Pamphile, Pascal Marguerite aurait porti atteinte
a 'honneur et a [a dignity des [lus 3Martiniquais" pour les avoir
accuses de se "prostituer pour un plat de CentilCes" sur Face-
book qui est priv6. La justice aura son mot A dire dans cette af-
faire, mais il difficile pour le citoyen moyen d'accepter que I'on
vienne frapper quelqu'un sur son lieu de travail sous pr6texte
de laver I'honnedr des elus martiniquais. Rappelons que le
sieur Pamphile qui a fait champagne pour le 74 jusqu'au 10
janvier et donc combattu la "3i voie", a rejoint le PPM pour les
regionales.
II semble qu'a Fort-de-France il y ait d'autres "com6attants"
aux mains aussi lestes. Chut! Pas de noms!

LETCHIMY BRADE LE BALISIER ET LA 3EME VOIE
Si I'on en croit France-Antilles du 2 mars, Serge Letchin:v a du
retire le logo du PPM, la fleur de balisier, de I'affiche de pre-
sentation de la liste " En effet, un des colistiers d'ouverture (du cot6 du Morne-
Rouge) ayant rejoint le d6pute-maire de Fort-de-France pour
tenter de conqu6rir la R6gion lui aurait t6l6phon6 pour lui dire :
"Tufais fd, onperddes voixde nos eCecteurs". Et Letchimy se se-
rait ex6cut6 et fait enlever le symbol du balisier du document
en question. Sans doute s'agit-il d'un colistier don't I'l1ectorat
est anti-PPM et a du mal A voter pour le parti des h6ritiers de
feu Aim6 C6saire.
Comme quoi, il est des combinaisons qui ont du mal A passer.
Letchimy pris en otage par ceux don't il a voulu chapter les voix,
ce n'est pas banal. Et contraint de sacrifier le symbol de son
Parti, cela a dO faire mal A certain. VoilA oJ m6ne le racolage
sans principles de gens qui n'ont pas de valeurs communes. Le
"ni droite, nigauche"a des limits. Comment pourraient-ils diri-
ger ensemble la collectivit6 r6gionale, et meme devoir impul-
ser le passage A I'autonomie de la 36me voie ?
Rudy Rabathaly, redacteur en chef du quotidien et fin observa-
teur, 6crit A ce sujet dans I'6dition des 6 & 7 mars: "Fort de Cop-
portuniti voire de fopportunisme du "Non" tous azimuts de
janvier dernier, Serge Letchimy, d'ordinaire prudent, a dicide de
jouer son va-tout pour carter definitivement Mlarie-Jeanne. Aussi,
de sa "troisieme voie", if dide'i den porter Ce deui(discret pour si-
duire socialistes et autres partisans de la cloture du dibat institu-
tionneC". Letchimy liquid tout pour gagner la Region : le
balisier, signe de I'identit6 PPM et I'autonomie. II solde I'h6ri-
tage.


F, Ii GD I'


[ IttfIONALE.52010





httD://www.iournal-ustice-martiniaue.com


LA UROITE NE FAIT PLUS RECETTE


RtlNAI 20


La vieille droite d6partementaliste qui pensait tirer profit des
consultations des 10 et 24 janvier, ne s6duit plus. De nom-
breuses defections sont constat6es dans ses rangs. Les diri-
geants de cette droite oublient qu'ils sont comptables de la
politique r6actionnaire de Nicolas Sarkozy, responsible de tout
ce que les Martiniquais ont d6nonc6 durant les graves de fe-
vrier-mars 2009(la vie chere, le ch6mage, les bas salaires, les
retraites de misere, etc). IIs etaient nombreux a droite A fustiger
le "Collectif du 5 TFvrier" et b appeler a la repression au nom
de la sacro-sainte "bi6erti de travail".
Ils se sont m6me permis d'exclure un des leurs, le president de
I'UMP Jean-Claude Granier, avec une certain arrogance, heu-
reux et pavoisant
d'avoir "clos"la ques-
tion institutionnelle. II
est vrai qu'il s'agit d'un
dinosaur assimila-
tionniste qui refusait la
Collectivit6 unique. II
6tait difficile de refuser
cette reforme adminis-
trative 6elmentaire.
Et voila qu'arrivent les
61lections au Conseil
Regional et on
constate beaucoup de
defections, comme
par example celle du
group "Osons-Oser"
que I'on retrouve sur
les listes Samot, Let-
chimy. Preuve s'il en La droite d6partementali
est de la derive droi-
tiere du n6o-PPM et de son clone Batir. Et des personnalites
classes & droite se retrouvent sur les listes Lordinot, Orville et
Granier qui ne sont en r6alit6 que des versions et succursales
de la droite assimilationniste. Les FMP-UMP n'ont pu satisfaire
tous les app6tits.
Claudine Jean-Theodore qui, tres t6t, a pris ses distances avec
la droite en choisissant I'evolution statutaire au titre de I'article
74, se retrouve sur la liste de Marie-Jeanne.
De son c8t6, Francoise Rose-Rosette des FMP, n'a pas appre-
cie que le candidate Andre Lesueur soit d6sign6 depuis Paris.
Dans un r6quisitoire particulierement severe paru dans France-


ste


Antilles du 5 fevrier 2010. "Rassembler: cherchons 'erreur", elle
d6nonce :
"Iffaut voir dans cette designation, l'influence directed de "Paris ".
Nous aboutissons de ce fait au paradoxe suivant: sous I'6gide
de son echelon national, un parti politique tres peu represented
localement, I'UMP, prend, au moment des elections r6gionales,
le pas sur "1zgssembler fa Martinique". Un parti politique natio-
nal reprend la main sur un ensemble de movements locaux
tel Forces Martiniquaises de Progres, movements de longue
date clairement implants a la Martinique.
Cherchons I'erreur! L'erreur est en parties li6e A I'application per-
sistante des vieux codes nous reliant encore a la "metropole".
Ne sommes-nous pas
en effet trop souvent
subjugu6s, dans tous
les sens du term, par
les d6sirs nationaux ?
Se ranger & la volont6
du pouvoir central est
une r6gle du jeu de
toute 6ternite. Mais ici,
I'application de cette
rngle est rendue plus
trouble par le soubas-
sement historique de
colonisation. II est
grand temps au-
jourd'hui de casser les
vieux codes. Les cas-
ser pour transformer
enfin les anciens rap-
aux ordres de Sarkozy ports, en relations de
consideration et de
respect r6ciproque.
L'erreur reside aussi dans le d6calage entire le paysage poli-
tique martiniquais tel qu'organis6 ; ce jour, et notre r6alit6. Par-
ticulibrement au sein de ce qu'il est convenu d'appeler "la froite
martiniquaise".
Frangoise Rose-Rosette d6couvre le colonialisme. Le seul
moyen de "casser ftes vieux codes"c'6tait de voter "Oui"le 10 jan-
vier dernier pour I'Autonomie, ce qu'elle n'a pas osd faire!
Femrnand Papaya


LE STADE DE DILLON ET LETCHIMY


Lors d'un meeting a Tr6nelle, Serge Letchimy, le candidate
de la liste 'Ensma6fe pour une Martinique nouvee' a affirm
que I'une des causes des difficulties de la ville 6tait qu'elle
avait support seule la charge du stade de Dillon. La R6-
gion n'aurait pas invest un penny dans ce stade regional
qui accueillera une competition de la Concafaf dans le der-
nier trimestre 2010. Letchimy pris en flagrant d61lit de men-
songe.
Les pr6cisions de Daniel Marie-Sainte, vice-pr6sident du
Conseil regional. (NDLR):

"Ce que Letchimy n'a pas dit:
Le stade omnisport Pierre Aflier"de

le ConseilRgionald hauteur de 65.212.000,00 F
don't: 9.500.000,00 F. par Camile (Darsieres (de 1987 a 1991)
52.013.120,00 F. par Emile Capgras (de 1993 a 1995)
3.698.880,00 F. parClfredMarie-Jeanne (de 1998 a 1999)
Total: 65.212.000,00 Tallouis la Vih fe deort-de-France par
fa Region.
En plus, (a WRgion a garanti a hauteur de 25% un emprunt de
100.000.000,00 F que (a Vilte a contractipour (a construction de
stade.
Ce qui reprisente un engagement de 25.000.000,00 F !"
Daniel Marie-Sainte


, 'i Mar; 200 n'0- a


-:;;:::: "` -- --- 1"





ItflONL~s210


Endettement colossal he Fort-e-France : Letchimy oblige de sortir du bois our se justifier

FORT-DE-FRANCE RESTE LA VILLE LA PLUS ENDET7EE DES DOM ET LA 9EME

DE FRANCE


Serge Letchimy, cette fois-ci, est sorti lui-m6me du bois pour
se d6fendre sur la gestion municipal mise en cause de divers
cotes et notamment par notre journal ( cf Justice n 2, 8 et 9
des 14/01, 25/02 et 4/03/2010). Apres avoir envoy au feu Ca-
therine Conconne, puis sur internet un certain Juan (pseudo
d'un de ses affid6s), il descend dans I'arene au conseil munici-
pal du 2 mars. Et France-Antilles du 3 mars reproduit (com-
plaisamment) son plaidoyer. L'essentiel est repris dans Le
Progressiste du 3 mars (n 2121).
II utilise le meme proc6d que feu Darsieres : il repond A c6t6.
On lui parole endettement, il r6pond d6penses et realisations.

Premier argument : il aligne les exc6dents des budgets de
Fort-de-France de 2001 a 2008. Au total, cela fait 307 millions
d'euros sur huit ans. Sans ignorer que I'on peut presenter des
budgets en exc6dent tout en camouflant sous des "restes a rea-
liser"cons6quents des deficits, voilA qu'il fait ce qu'il reproche
au president sortant: a savoir "termineravec 50 millions d'euros
sans avoirrecours a Cemprunt", fustige-t-il. Sauf que lui il fait des
exc6dents avec des emprunts.

Deuxi6me argument: il a abaiss6 les taux d'imposition a par-
tir de 2008. Mais motus et bouche cousue sur le fait que ces
taux restent parmi les plus elev6s du pays et des DOM : le taux
de la taxe d'habitation a 23,95 %, par example, est plus du
double du taux moyen martiniquais, A savoir 11,87 % et supe-
rieur au taux moyen DOM, soit 16,27 %, et meme de France,
soit 13,63 %.

Troisi6me argument: le nombre d'agents municipaux 6tait de
2891 en 2001 et est de 3172 en 2010 et. le taux d'encadrement
est passe de 3 A 10 %, soutient-il. Le nombre d'agents munici-
paux a donc augment mais, comme il y a eu des incitations au
departs A la retraite (de I'ordre de 1000 A 1 500), il a continue
A recruter suivant la vieille pratique clienteliste du PPM. D'o0
I'endettement. CQFD.


Fort-de-France : Une dette de 3 079 euros par habitant jusqu'en 2031


rime argument: S'agissant de I'endettement, il y a des
ints qui datent par example de 1978 (association a un em-
de 40 ans pour aider le CHU de Fort-de-France), rappelle-
* ratio du minister de I'6conomie et des finances, le taux
ettement calcul6 selon "fe rapport annuity de la dette sur
e reelles defonctionnement" serait de 11,8 % pour une
nne national des communes m6tropolitaines de la m6me
de 11,4 % (communes de 50 000 A 100 000 habitants).
ne nous sommes curieux, nous avons Ate rechercher ce
et nous ne I'avons pas trouv6. Par contre, parmi les 11
obligatoires il y a un ratio n 11 d'endettement qui est le
ort de ['encours de la dette sur fes recettes reelles defonc-
ement". Ce rapport est de 130, 2 % pour Fort-de- France
07, selon les statistiques des comptes administratifs des
its locaux de la Direction g6enrale de collectivites locales
L) du minister de I'Interieur (dernier chiffre connu).
tio est de 78 % pour les communes de plus de 10 000 ha-
s en France. La dette est inf6rieure en France aux re-
reelles alors que Fort-de-France a une dette sup6rieure
,2 % A ses recettes r6elles de fonctionnement!
regarded les villes de plus de 50 000 habitants des DOM
.pergoit que Fort-de-France pulv6rise tous les records une
e plus:
enne (50 675 habitants) : 26,4 % d'encours de la dette
Lpport aux recettes reelles de fonctionnement;
Abymes (63 290 hbts) : 75,6 % pour le meme ratio;
it-Denis de la Reunion (132 573 habitants) : 40,1 % ;
it-Paul de la R6union (96 545 hbts) : 75,5 %
it-Pierre de la R6union (69 849 hbts) : 53,9 % ;
"ampon (61 258 hbts) : 75,9 %:
le-France est 96me villes endettee en 2007 des 76 villes
50 000 et 100 000 habitants de France, toujours selon la
e source officielle. Beau palmar6s.

ui6me argument : pour justifier cette politique dispen-
e, le maire de Fort-de-France aligne le total annuel des
investissements et des achats et en
face les equivalentss emplois" pour
tenter de d6montrer qu'il a "cri6 des
emplois indirects (...) dans tout fe
tissu iconomique de la Martinique"...
Manibre de d6montrer que cette po-
litique laxiste soutient et cr6e I'em-
ploi.
Ainsi, par example, en 2008 Fort-
de-France a r6alis6 66,2 millions
d'euros d'investissements et
d'achats (travaux, fournisseurs, etc)
et cela repr6senterait 3 486 "iqui-
valents emplois". Fort bien. On en
deduit que le coefficient d'emploi
utilis6 pour presenter ce bilan flat-
teur est 19 000 euros de depenses
annuelles pour un emploi (1 583
euros mensuels charges com-
prises).


1F Aeuu i 17 *, 2,n 0


I El hffp://www~ioumnal-justice-mnartiniaue. corn




httD://lwww.iournal-iustice-rnartinipue. cornmE


Mais alors comme la Region a r6alis6 en
2008 163,5 millions d'euros d'investisse-
ments seuls (sans les achats) cela ferait,
selon le m6me raisonnement, 8 605 6qui-
valents emplois, soit des emplois soutenus
ou cr66es. Cela fait donc deux fois et demie
plus sans endettement. Arthm6tique pour
arithm6tique.
La v6rite, c'est que I'endettement excessif
provoque a terme I'augmentation des im-
p8ts et donc la recession et des pertes
d'emplois, comme c'est le cas pour la "vi'le-
capitale ".
Sans parler de la possibility de mise sous
tutelle du prefet comme au Marin. LA il s'agit
d' une decision en grande parties politique...
II suffit de voir ce qui se passe pour un Etat
comme la Gr6ce qui est contraint d'imposer
aux travailleurs une politique de regression
social afin de renter dans les criteres de Maastricht. L'Europe
refuse de I'aider.
Derri6re ce d6bat de chiffres, il y a deux fagons de faire de la
politique : dire la v6rit6 aux travailleurs ou les faire rover pour
chapter leurs voix. Deja I1'6poque de Gratiant et CUsaire, ces


deux conceptions s'opposaient au sein du Parti Communiste.
Gestion rigoureuse contre gestion laxiste pour ramasser des
voix. On sait ce qu'il en advint. Gratiant fut chass6 et fit du La-
mentin la capital 6conomique du Pays.
Michel Branchi


Point e vue : Le icandale... I'echec es project ae Letchimy a Fort-de-France:

CELA FRISE LE SCANDALE..


Nous reprenons ci-apres une tribune de Francis Carole sur
la gestion municipal de Fort-de-France par le amitssCxna
Serge Letchimy, le nouveau messie.
Vendredi, 05 Mars 2010 (source : site Bondamajack)
Le maire de Fort -de-France la capital de la Martinique avait
annonc6 "21 projects pourfe 21eme sikcfe". II apparalt de plus en
plus que le surendette-
ment de la ville (281
millions d'euros), signe
1'6chec d'une vision
pharaonique, surtout
en pleine crise. A bien
y regarder, certaines
d6marches pourraient
friser le scandal :

I L'Etang z'abricots.
C'est le project phare de
la mandature de I'ac-
tuel maire. Or, depuis 3
ans, un appel d'offres
visant b d6finir le
concessionnaire pour
la marina est rest
sans effet. Pas de Cascade 2 : des bAtiments to
concessionnaire Au-
jourd'hui, environ 60 % des personnel qui s'6taient position-
noes sur les parcelles A vendre ont d6sist6. Pour masquer cette
d6convenue, la CACEM aurait Wte incite a acqudrir une bonne
parties des surfaces 6 construire (8 Hectares). Les investisseurs
d6sistent parce que la mairie de Fort- de -France n'a pas tenu
ses engagements. Le potential de cette zone se voit remis en
question ; ainsi, les surfaces de I'Agora 2, qui est un batiment
de bureaux termin6 depuis un an, ne sont occup6s qu'A 50 %.
"Le nouveau quartierde [Etang Z~6bricots"semble 6 I'6vidence


Iuji


abriter bien des mysteres...
2 Le technop6le de Sainte-Th6r6se.
Le spectacle est all6chant : Panneaux couleurs avec des
images f66riques qui montrent A quoi le project va ressembler.
Imaginez donc : 3 000 m2 de bureaux alors qu'Agora 2 est A
moitiA vide. Qui va finance ce project ? Qui va occuper ces bu-
reaux ? Pos6s depuis
,s plus d'un an, les pan-
Sneaux couleurs sont
d6sormais "d6dous".
Derribre ? Un grand
point d'interrogation...

3 Les cascades 2.
5 000 M2 de bureaux,
au depart destines 6
des entreprises, de-
vraient, par d6faut,
8tre occup6s par la
CACEM. Quelqu'un
veut-il chercher I'er-
reur, surtout quand on
parole de creation d'ac-
tivit6s ?
ours on attente de locataires qLa liste des projects en
en attente de souffrance serait trop
longue 6 exposer (la
Savane, la Fontaine Gueydon 6 I'dtude depuis 5 ans, la R6ha-
bilitation de I'habitat insalubre de Ravine Bouill6 en 6tude de-
puis 3 ans, Cit6 Bon Air, CitA Flor6al, Ecole de Balata en project
depuis 4 ans, L'ilot les Postale etc.).
Tout cela a-t-il vraiment WtA bien pens6 ? La gestion financibre
de ces operations 6tait- ellerigoureuse ? II reste que des zones
d'interrogation subsistent quant 6 la mise en oeuvre de ces pro-
jets ;


Francis Carole


, V


IttfINAL~ 201





C IttflONALEs 2010 1


GRANDS AXES DU PROGRAMME DE LA LISTED "ALLIANCE POUR DEVELOPER LA

MARTINIQUE" MENEE PAR MADELEINE DE GRANDMAISON

PLATE-FORME D URGENCE


S I



Michel Branchi et Madeleine de Grandmaison


I REPONDRE A L 'URGENCE
La mandature 2010.... s'inscrit dans un context de crise 6co-
nomique et social, d'attentes fortes de la population en terms
de traitement de son quotidien. II nous faudra tenir compete des
urgences, des programmes en course, de I'av6nement de la Col-
lectivit6 Unique, telle que voulue par le people, et ceci dans les
meilleurs d6lais.
De m6me, en relation avec les 6vonements de fWvrier 2009 il
conviendra de suivre la mise en oeuvre des decisions du conseil
interminist6riel pour I'Outre-mer.
Ce sont la des orientations qui nous ambnent A formuler
quelques grands axes du programme que nous entendons met-
tre en oeuvre. Un programme r6aliste sans promesses inutiles,
marqu6 du sceau d'un volontarisme lisible dans nos proposi-
tions ayant pour objectif de :
* Faire merger des niches d'emplois
* D6fendre nos int6rdts d'insulaires face A la France continen-
tale, a I'Europe et plus largement 6 la mondialisation
* Chercher ensemble la voie du D6veloppement Dura-
ble, du bien-6tre partag6, de la decision agissante.
La voie de I'am6nagement de notre territoire adapt
aux contraintes geographiques de notre Tie 80% de
mornes et montagnes, 20%de terrains plats, 150A 900
hab. /km2.
* Donner 6 notre jeunesse I'espoir d'une chance d'ave-
nir en pregnant en compete leurs projects en initiant des
formations-actions-developpement.
* Rapatrier "nos cerveauw" pour la mise en oeuvre de
grands chantiers autour de :
- notre patrimoine dans toutes ses r6alit6s,
- notre tourism,
- I'environnement,
- I'am6nagement 6quilibr6 et de I'animation culturelle
de notre territoire,
- I'am6nagement des zones d'activit6s et de zones de
services,


la prise en compete du vieillissement de la
population, de nos ain6s et des couches so-
ciales vuln6rables et en 6tat de pr6carit6.
Reconsid6rer notre agriculture sur la base
d'une diversification bien pens6e, visant a
nous rapprocher de I'autosuffisance alimen-
taire, lui assurer un accompagnement scien-
tifique, une assistance technique adaptee
aux besoins
Viser une integration bien comprise de I'en-
semble agriculture peche, 6levage, tou-
risme, organiser les filieres (production et
commercialization).
Mettre I'accent sur:
La revalorisation de notre patrimoine frui-
tier, sur I'agriculture biologique
Valoriser notre expertise en :
Gouvernance de I'eau,
Assainissement,
Prevention des risques, chez nous et dans
la Cara'be.
Recr6er un climate social de quality fond6 sur la paix social et
racial. Nous sommes tous quelque part m6tiss6s Recreons
les conditions de vivre ensemble pour nous, pour nos enfants.
Faisons de la confiance retrouv6e un objectif premier, rendant
possible un vrai contract 6conomique et social, base de contract
triennal de progr6s.

Faire merger un space de concertation, lieu d'une veritable
d6mocratie participative.

Construire une soci6t6 moderne oi femmes et homes trou-
vent place sans discrimination.

* Voix de Femmes
centree la pr6carit6 (emplois pr6caires, bas salaires, ch6mage
longue dur6e)
centree I'exclusion, plus de logements sociaux
.contre les violence faites aux femmes


Valoriser notre artisanat et notre patrimoine


'I ar5 010 umti n'10 -Pag 72


http://www.ioumal-iustice-martinique.com





httD://www.ioumal-iustice-martinique.com


- Voix de Femmes
Pour une society plus 6galitaire
Pour un reel partage des responsabilites politiques

II L'INVESTISSEMENT
Redonnons a I'investissement toute sa place. Etre martiniquais,
c'est participer au d6veloppement, investor a la Martinique.
Le probleme des banques, un vrai "casse tfte"A la Martinique,
un frein a toute dynamisation de I'6conomie.
Un fonds regional de garantie pour une politique de logements
dynamique, pour le d6veloppement de poles touristiques, vari-
tables locomotives 6conomiques pour la cote cara'fbe, (Saint
Pierre) pour le Plein Nord, (I'aeroport de Basse-pointe) pour le
sauvetage et la rehabilitation de nos hotels (d6veloppement du
concept Green h6tel).
Aide aux communes sous une forme specifique:
Financement d'un d6fi :
Une commune, un project structurant (6conomique, social, cul-
turel)
Une politique r6gionale de sites: le contract d'objectif comme
outil
- contract d'objectif avec le Parc Naturel Regional de la Marti-
nique
- contract d'objectif avec le Conservatoire du littoral pour la mise
en oeuvre d'une gestion durable de nos spaces proteges
- contract d'objectif avec les associations (sport, culture, ...)
- 1'economie social comme outil de d6veloppement
- politique vigoureuse de formation insertion, port6e par des
projects A caractbre economique.

Accompagnement scientifique de notre d6veloppement.
Tout en pr6servant et consolidant I'identit6 du PARM, (Ple
Agroalimentaire R6gional de la Martinique) rechercher un
conventionnement avec les organismes de recherches de I'Etat
pour 6viter I'isolement et faciliter une bonne prise en compete de
nos resultats.

III OUTILS FINANCIERS
Pour une R6gion audacieuse !
Outre le fonds de garantie regional:
- Solliciter 1'6pargne martiniquaise pour un emprunt obligataire
regional
* Travailler avec la Banque Europ6enne d'lnvestissement (BEI)
* Prendre des measures incitatives pour un amenagement har-
monieux du territoire
Nous retrouver dans un effort collectif de notre propre respon-
sabilite.

IV JE NOTRE INTEGRATION DANS LA CARA'IE ET

DANS L 'EUROPE
En soutien au tourism et A I'emploi
- G6enraliser I'6tude de I'anglais et de I'espagnol dans I'Educa-
tion
- Etablir un contract d'objectif avec les socioprofessionnels, les
syndicats pour une formation permanent des personnel
- Faciliter les changes avec nos voisins
Creation d'une agence de cooperation, Martinique-Caraibe-
Europe pour:
* faciliter le montage des dossiers de porteurs de projects,
* assurer la consommation des credits europeens,
* mettre en place les financements- Relations avec la BEI
Banque europeenne d'investissement) et autres banques,


Relancer le logement social


* fire 6voluer les A.P.E caraYbes (Accords de partenariat
TEuope-Carabe) dans le sens de nos interets et d'un march
intra-r6gional,
* prendre notre part a la reconstruction d'HaYti en faisant valoir
notre expertise en different domaines,
* obtenir que la Martinique soit une tte de line pour I'action
frangaise a Haiti,
* assurer un lobbying au niveau de Bruxelles (un relais sur
place en liaison avec les autres RUP (Region Ultra p6riphe-
riques) et deputies) etc.


V INCONTOURNABLE : PREPARER L 'AViNEMENT DE

LA COLLECTIVIT UNIQUE
Trois chantiers en un :
* Chantier legislatif avec de nombreux questionnements
* Chantier administratif (fusion des deux administrations avec
sa charge d'inqui6tude).

* Chantier economique requerant d6s les premiers jours de la
nouvelle mandature un tat de lieuxdee es dossiers jusque trai-
tes par chaque Assemblee, et ayant vocation a etre des 61e-
ments d'un project unique.

Dans cette optique I'echange et la concertation devront 6tre la
regle sur fond de governance base sur 1'ethique, la tolerance
sans complaisance.

Paul Verges, president du Conseil regional PCR de la Reu-
nion exprime son soutien a Madeleine De Grandmaison

Chere Madeleine,
Alors que nous sommes, les uns et les autres, pleinement
absorbs par la champagne des elections r6gionales, je vou-
drais t'exprimer tous mes encouragements pour le combat
que tu menes et te souhaiter plein success.
Depuis La R6union, nous avons bien 6videmment suivi les
elections de janvier en Martinique et en Guyane. L'essentiel
desormais est de garder le cap et de trouver la voie pour ten-
dre vers I'objectif choisi, A partir de la situation concrete,
m6me si elle ne correspond pas totalement a ce que I'on
avait espere.
Je te renouvelle, ch6re Madeleine, tous mes souhaits de
reussite pour les prochaines chances. Laurence se joint A
moi pour t'exprimer toute notre amiti6. Et mon fiddle souve-
nir.
Signed: Paul Verges


*F Je 1 I 2070 J'*ren'70- ag 1


_0!


IttlON L~ 2 #7





TwUNE


AVEC OU SANS GRECE PAR Louis BOUTRIN


De D G : Alfred Marie-Jeanne, Louis Boutrin et Francis Ca


Connaissez-vous Konstantinos Karamanlis ? Probablement
pas Pourtant, cet ancien Premier Ministre grec vient de preci-
piter son pays au bord de la banqueroute. Aujourd'hui, la Grece
est en passe de rentrer dans I'histoire des faillites 6conomiques
6tatiques.
D'allure rassurante, elegant, sourire ultra-brite, Konstantinos
Karamanlis (K.K.) avait promise aux 6lecteurs grecs months et
merveilles durant une champagne 6lectorale mediatis6e A I'ame-
ricaine. Issu d'une grande famille qui a marqu6 la vie politique
de la Grece, (son oncle, Konstantinos Karamanlis, est rest au
pouvoir durant pres de 26 ans, soit un peu moins longtemps
qu'Aim6 C6saire !) le pouvoir lui est tomb6 entire les mains. Son
regne fut 6ph6mere mais suffisamment long pour mettre la
Gr6ce en quasi faillite. Jugez-en vous memes !
A son arrive au pouvoir en 2004, K.K. n'a que 47 ans mais ses
ambitions sont d6ja de l'ordre de la d6mesure... presque pha-
raonique Sa bonne volont6 affich6e, faire diminuer le ch6mage
en Grece. Sa priority, la politique 6conomique et agricole. Pour
y parvenir, il opte pour unb politique lib6rale. Dope par le suc-
ces des Jeux Olympiques d'Athenes, K.K. se lance dans des
projects tout azimut. Mais voila, les pr6tentions de K.K. d6pas-
sent I'entendement car I'homme a fait de la culture de I'endet-
tement sa religion et, en Grece, tout autant qu'en Martinique, ce
n'est pas tres orthodox. La crise financiere intemationale de
2007-2008, passee par 1a, n'arrange rien. Beaucoup de projects
sont rests en plan A l'instar des nombreux chantiers inachev6s
de la Ville Capitale.
En effet, apres la crise financiere des subprimes, c'est au tour
des Etats de I'Union europeenne d'etre au bord de la faillite..
Les experts en 6conomie sont formels "(Beaucoup d'Etat qui ont
fait du deficit public leur politique budgitaire connaitront de
graves difficultis car a (a difference des Etats-'Unis, I'Europe ne
dispose pas de fondfidiralhiabiliti a injecter des mifliards pour
rijquifi6rer les comptes fdEtats enfaillite". L'exemple de la
Gr6ce est tr6s significatif meme si la France n'est pas A I'abri.
En moins de quatre ans le deficit budg6taire de la Grece ex-
plose. Empetr6 dans un deficit public abyssal, notre fringuant


K.K. est battu aux 61ections 16gisla-
tives d'octobre 2009 et remplac6 par
un gouvernement socialist dirig6 par
Gheorghios Papandreou. Sous la
pression de la Commission euro-
pdenne et des marches, ce dernier
est contraint d'instaurer un plan dras-
tique d'aust6rit6. Rbsultat des
courses, la crise financiare s'est ac-
compagn6e d'un cortege de measures
impopulaires et c'est le people qui
paie la facture : gM l des retraites,
baisse des salaires, baisse des reve-
nus des fonctionnaires, reduction des
primes salariales, augmentation de la
TVA et des prix, le tout couronn6
d'une hausse des imp6ts.

LES LECVONS DE LA RISE GRECGUE
A quelques jours d'une 6ch6ance
6lectorale majeure, les Martiniquais
doivent tirer les legons de cette cruise
role grecque. IIs auront 6 choisir entire
deux approaches de la governance
r6gionale et devront 6viter les consequences calamiteuses
d'une mauvaise gestion :
Soit ils d6cident de garder & la tite de la Region Martinique, Al-
fred Marie-Jeanne don't la rigueur dans la gestion des affairs
publiques est reconnue par les milieux 6conomiques. Ace titre,
le Ministbre de I'Int6rieur, de I'Outre-Mer et des Collectivit6s ter-
ritoriales a 6tabli un classement 2009 des R6gions les mieux
g6r6es de France. La Region Martinique est class e 3Y/26
quant ; I'investissement en 6quipement/habitant. Eh oui La
Region Reunion class6e 2nd se retrouve la Region la plus en-
dettpe de France quand celle de Martinique demeure la moins
endett6e (16re/26 R6gions) quant A la fiscalit6, Marie-Jeanne
n'a jamais augment les imp6ts en 12 ans et la Region Marti-
nique est class6e 6*/ 26. (Ces bons r6sultats sont obtenus du-
rant I'ann6e 2009 c'est-n-dire, en pleine cruise financilre
international et malgr6 les consequences de la ryvolte social
de F6vrier-Mars 2009).

Soit, contre toute logique, ils optent pour Serge Letchimy don't
le passe politique est jalonn6 d'un cortege de dettes et deficits
publics. Ainsi, Iors du Conseil municipal du 25 novembre 2008,
Serge Letchimy pr6sentait un profile d'extinction de la dette qui
s'61evait & 281 millions d'euros (Voir PV de ce Conseil munici-
pal page 10). La degradation de la situation 6conomique de la
Ville de Fort de France est telle, qu'a I'instar de la Gr6ce, il a re-
cours b plusieurs emprunts 6 des taux prohibitifs pour combler
son gouffre financier. N'6tait-ce pas Serge Letchimy lui-mdme
qui reconnaissait publiquement son incapacity & mener ses pro-
jets prioritaires : "Ilsera dijfici( defaire moins, car nous avons
touchii lefondw'. (Voir FA. du 27 nov. 2008).

L'61ecteur pourrait se laisser abuser car, dans I'entourage de
Serge Letchimy, des Prix Nobel d'Economie proclament, urbi
et orbi, qu'une bonne gestion des affaires r6gionales consiste-
rait ; lancer des emprunts, A endetter la Collectivit6 r6gionale
pour satisfaire les nombreux besoins du pays. M6dias, polito-
logues, et mime la concierge du coin, reprennent 6 I'unisson


Pip- Ie 7 Mar; 20*0 j n' 10 -'Page 1


http://www.ioumal-iustice-martinique. com





htto://www~iournal-iustice-martiniaue. cornIE


ledit refrain. Malgr6 leur attitude condescendante vis a vis d'une
gestion qualifiee de "Bon pire defamifle", aucune theorie 6co-
nomique ne vient confirmer leur assertion. Et pour cause Au
contraire, les experts reconnaissent aujourd'hui que bien des
"Etats d'Europe vivent tous au-dessus de feurs moyens" et que
cette logique de I'endettement est suicidaire pour I'6conomie (.
En Grece, les agencies de notation viennent de sanctionner ce
pays pour I'ampleur de son deficit budg6taire. En 2009, le d6-
ficit grec est pr6vu A 12,7 % du produit interieur brut. Tandis
que la dette publique est attendue A 113 % du PIB (soit 300 mil-
liards d'euros) pour la fin 2009 et 120 % en 2010. Depuis plu-
sieurs jours la Grece est un pays paralyse par une greve
gen6rale. La population en colere descend dans la rue pour
s'opposer au plan d'aust6rite du Gouvernement.
A notre echelle locale, I'exp6rience malheureuse de Camille
Darsieres, le mentor de Serge Letchimy, n'a pas laiss6 que de
bons souvenirs durant sa pr6sidence de 1983 a 1992: 1 Milliard
200 millions de dettes et autant de deficit. Taxe sur I'Octroi de
Mer, Taxe sur le carburant et augmentation des imp6ts ont per-
mis d'6ponger dette et deficit laiss6s par I'ancien president PPM
de Plateau Roy.


Encore plus recemment, les contribuables de la commune du
Gros-Mome ont 6et confronts A cette logique du deficit bud-
getaire. Pour combler celui laiss6 par Anicet Turinay, et sous la
pression de la Chambre Regionale des Comptes, la nouvelle
6quipe municipal a du augmenter les imp6ts de 76 %. Le
Gros-Morne a rejoint ainsi Fort-de-France a la tete des com-
munes oi la pression fiscal demeure la plus 6lev6e du pays.

Alors, parlons vrai Au-delA des joutes verbales et de la sur-
enchere 6lectorale, ayons le courage de reconnaitre, qu'en ces
temps d'incertitudes 6conomiques internationales, la crise de
la Grece nous pend au nez. Les marches financiers s'interro-
gent sur la capacity de la Grece, qui croule sous les deficits, A
pouvoir rembourser ses emprunts. Quant aux 27 chefs d'Etat
europeens, ils n'ont pas encore pu se mettre d'accord sur I'aide
financibre A allouer A la Gr6ce face a sa crise budg6taire.
Devant un tel tableau, le 14 mars prochain, gardens notre
confiance en Alfred Marie-Jeanne qui a su g6rer les affaires pu-
bliques de notre pays et continuous donc a avancer en
confiance avec lui.
Louis Boutrin


MANIFESTO DU COMITE DE SOUTIEN DE MADELEINE DE GRANDMAISON

"L 'heure de nous memes a sohni" Ami CESAIRE.

Les signataires du present manifest ont pris acte
du petit pas effectu6 le 24 janvier 2010 : Les Mar-
tiniquais se sont prononc6s pour une collectivitt
unique. Dans la conjoncture actuelle, c'est un pas
sur le chemin de la responsabilit6 et de la dignity
martiniqualse.
Les 61ections r6gionales des 14 et 21 mars pro-
chains nous donnent I'occasion de mettre en place
le conseil regional qui aura A preparer la fusion des
deux collectivit6s, conseil g6ndral et conseil r6gio-
nal, d'61ire les homes et les femmes qui devront
r6pondre aux urgences et preparer I'av6nement de
cette collectivit6 unique que les Martiniquais ont
choisie.
Les signataires ont fait, sans reserve, le choix de -
soutenir pour ces 61ections r6gionales des 14 et 21
mars prochains la liste "'DWM-4ffiance pour dive-
lopperde fa Wartinique"conduite par Madeleine de voter Madele ne de Grandmaison
Grandmaison, qui propose de:
- R6pondre A I'urgence avec un programme rbaliste affichant ses objectifs : Retrouver la confiance qui rendra possible un
vrai contract social, faire merger un space de concertation, lieu d'une v6dritable d6mocratie participative et relancer r'emploi.
- Assurer le sauvetage de nos entreprises et de nos industries.
- Redonner A I'investissement toute sa place, avec, en particulier, une proposition faite aux communes: "une commune, unpro-
jet structurant (dconomique, social cufturelo".
- Ouvrir le chantier de notre integration dans la caraibe et dans I'Europe, avec la creation d'une agence de cooperation, Mar-
tinique- CaraYbe- Europe.
- Pr6parer I'av6nement de la collectivit6 unique, en langant les trois chantiers : le chantier l1gislatif (qui ouvre la possibility de
n6gociations multiples), le chantier administratif (qui doit conduire b la fusion des deux administrations) et le chantier 6cono-
mique (qui demand un 6tat des lieux des dossiers traits par les deux assemblies et la mise sur pied d'un project unique).
Nous invitons toutes les femmes et tous les hommes de progr6s de ce pays A nous rejoindre pour fair triompher la liste ,RDM.-
Alliance pour d6velopper la Martinique n, conduite par Madeleine de Grandmaison.

SSignature:

Nom, pr~nom et profession


'I Ceu)r77Ma 200 0 -a1


r IttfIONALEs 2





FRANCE


REGIONALES UN CHEMIN DE CROIX POUR LA DROITE


Jean-Luc MWlenchon (P.G.) et Pierre Laurent (P.C.F.)

LES MAUVAIS CALCULUS DE LA DROITE.
A une semaine du premier tour des 61lections r6gionales, la
droite ne se fait guere plus d'illusion quant au sort r6serve6
ses listes. Tous les sondages predisent sa d6faite dans les 22
regions de la France.
L'hypothese d'un grand schelem, c'est-6-dire d'une victoire to-
tale de la gauche est devenue aujourd'hui une quasi certitude.
En effet meme I'Alsace, seul bastion regional encore d6tenu
par la droite risque fort de tomber.
Et pourtant, il y a encore un an, les dirigeants de I'UMP, Nico-
las Sarkozy en tete, voyaient a travers cette consultation I'oc-
casion de regagner le terrain perdu & cause d'un debut de
mandate particulierement chaotique et d'une politique econo-
mique et social marquee dans tous les domaines du sceau du.
lib6ralisme d6bride.
Mais c'6tait computer sans la combativit6 des travailleurs et le re-
veil de la gauche.
IIs tablaient d'abord sur les divisions du parti socialist mine par
des querelles internes et notamment par la rivalite entire Mar-
tine Aubry et S6gol&ne Royal. Ils comptaient 6galement sur une
monte en puissance du NPA (le Nouveau parti anticapitaliste)
don't le leader Olivier Besancenot 6tait devenu le chouchou des
medias et sur I'affaiblissement du Front de Gauche issu de I'al-
liance entire le PCF et le Parti de Gauche de Jean-Luc M61en-
chon. Mais voilA que c'est un scenario inverse totalement qui se
deroule.
Au fil des mois, Martine Aubry a repris en mains le PS. Tota-
lement investie dans la champagne des socialists, elle a lanc6
une vigoureuse offensive centre la politique men6e par le gou-
vernement. Mieux, elle semble 6tre parvenue t ramener dans
le giron socialist beaucoup de ceux qui, a I'occasion des elec-
tions europeennes avaient rejoint les ecologistes. Cr6dit6es de
scores de 29 A 31%, les listes socialists devanceraient, d6s le
premier tour celles de droite.
Les Verts, avec seulement 12 A 14% auraient abandonn6 tout
espoir de devancer le PS en Ille de France notamment.
Quant au NPA, il est aujourd'hui presque inaudible. Les son-
dages ne le cr6ditent que de 4% des intentions de vote.
Le voila largement supplant par le Front de gauche qui, avec
Marie-George Buffet et Jean Luc Melenchon meme une dyna-
mique champagne tant en
Ille de France que dans les autres regions. Les sondages cre-


ditent leurs listes de 7 a 12 % des voix selon
les regions. Quand au MODEM de Frangois
Bayrou, il s'orienterait vers un naufrage.

UNE DROITE AUX ABOIS.
C'est done aux abois que la droite aborde la
derniere line droite de ces r6gionales.
Le president de la R6publique qui, un moment
avait voulu en faire un enjeu "national"', relati-
vise aujourd'hui la portee de ce scrutiny. L'ou-
verture en direction de certain socialists est
fort mal perque par les electeurs de droite don't
beaucoup s'interrogent sur I'utilit6 du fameux
et fumeux d6bat sur I'identit6 national. Aucune
tete de liste ne sollicite sa presence sur le ter-
rain, plut8t perque comme un 6pouvantail.
Le camp sarkozyen est rong6 par des rivalites
de personnel. En Ille de France par example,
la champagne de la droite tourne & la cacopho-
nie et A la d6route. Dans cette region qu'elle re-
vait d'arracher au socialist Jean-Paul Huchon, la champagne
de I'UMP vire a la foire d'empoigne entire sa tete de liste Vale-
rie P6cresse, la ministry de I'enseignement sup6rieur, et ses
autres colistiers membres du gouvernement. Et comme un mal-
heur ne vient jamais seul, la voila encore plus disqualifiee par
I'affaire Ali Soumare.
D'origine africaine, cette tete de liste socialist dans le Val
d'Oise avait 6et hAtivement pr6sent6e par deux maires UMP
comme "un dflinquant multi ricidiviste".
Information qui s'est r6evele fausse et qui a encore accentue la
zizanie a droite, au point que, le 2 mars, Nicolas Sarkozy a do
convoquer toute la bande 6 I'Elys6e pour resserrer les boulons.
Et A quelques jours du scrutiny, Nicolas Sarkozy, d6cid6ment
fort mal inspire a r6ussi & s'alibner la sympathie meme des agri-
culteurs pourtant majoritairement classes 6 droite. Eux don't les
revenues ontdiminue de 30 %, A cause du d6mantelement de la
politique agricole commune(PAC) imposee A I'Europe par I'Or-
ganisation mondiale du commerce au nom du lib6ralisme, ils
ont tres mal appr6cid I'absence du president a l'inauguration
du salon de I'agriculture comme le veut la tradition.


ICI COMME EN FRANCE, DENONCER
ET SANCTIONNER
LA POLITIQUE DU GOUVERNEMENT.
Alors qu'a la Martinique, les adversaires de la majority r6gio-
nale sortante s'6poumonent a vouloir rendre la region respon-
sable de la crise economique et du ch6mage, en France, les
electeurs s'appretent a sanctionner la politique du chef de I'Etat
et de son gouvernement qui plongent chaque jour dans la pre-
carite de plus en plus de salaries et de gens issues des classes
moyennes.
Ceux qui, ici, se glorifient d'avoir ancr6 notre pays dans I'iden-
tit6 legislative, font semblant d'oublier que la Martinique,
comme toutes les regions de France subit directement les
consequences d6sastreuses de cette politique dont les effects
sont aggrav6s par notre situation ndocoloniale.
Pourtant, en France comme ici, les arguments ne manquent
pas pour condamner cette politique qui fait la part belle aux
riches alors que le president de la R6publique a de plus en plus
de mal b se justifieen face a une opinion publique de plus en


&I /euh'1 M ar. 20.0 It n 0 a


http://Wwwwioumnal-iustice-mnartinigue. corn





httD:/wwwmioumrnal-utice-martiniue. corn


plus hostile comme le t6moigne sa cote de popularity au plus
bas.
Bouclier fiscal, des dizaines de milliards accords aux banques
et aux entreprises sans aucune contrepartie, casse des ser-
vices publics, delocalisations, suppression d6jA en trois ans de
100.000 postes dans la functions publique, aggravation du ch6-
mage, r6forme regressive des retraites souvent d6jA mis6ra-
bles, blocage des salaires, suppression de la taxe
professionnelle, r6forme des collectivites territoriales sur fond
de recentralisation, prochain plan de rigueur pour 6ponger le
deficit colossal de I'Etat, etc.
Les sources de m6contentement qui justifient un vote sanction
ne manquent pas.
Et c'est consciente d'6tre en phase avec I'opinion de la majo-
rit6 des travailleurs que Marie-George Buffet du PCF les ap-


pelle A ne pas se contenter de regarderr passer fe Tg'V des r4-
formesgouvernementales"tandis que pour Pierre Laurent, la tete
de liste PCF du Front de gauche en Ille de France il faut agir
"pour que fes ifus de la gauche combative soient fesplus nbmbrewu
possible au sein des conseiCs rigionaux".
Pour lui "chaque voixqui seportera sur fes rstes du front de gauche
sera un choti utife pour placer fes regions en position de combat
contre la droite".
Un discours qui est valuable des deux c6tes de I'Atlantique. Ici
comme en France toutes les forces authentiquement de
gauche doivent se rassembler pour faire 6chec A la politique
antisociale de la droite et de ceux qui lui c6dent.
G. Erichot


NOTR AMIZ~U


HAI'ITI ET CHILI; DES PHENOMENES SIMILAIRES DANS DES REALITIES DIFFE-

RENTES


La nature proaut les pnenomenes naturels...


Les s6ismes puissants et d6vastateurs en HaTti et au Chili qui
se sont products en prds de deux mois sont des preuves de la
fragility relative de notre planete mais aussi des r6alit6s diff6-
rentes dans lesquelles les peuples font face a ces ph6no-
m6nes suivant leurs degr6s de pauvret6 et de
d6veloppement.
Les 6v6nements survenus en HaTti ont boule- -
vers6 le monde car ce pays a 6t6 le theatre de
la premiere revolution victorieuse d'esclaves
dans I'histoire, depuis Spartacus en 73 avant
notre &re, jusqu'aux premieres ann6es du 19e
si6cle quand ce pays a obtenu son ind6pen-
dance de la France.
Ce people a dO cependant payer un pris tr6s
6lev6 pour sa r6volte. II a W6t victim d'abord
d'un blocus militaire de la part de la France
puis d'un blocus commercial de la part des
Etat-Unis. Ensuite, la France I'a oblige6 payer
une compensation 6conomique pour sa liberty.
Elle a 6t6 pay6e depuis 1825 jusqu'en 1947.
Des estimations tr6s conservatrices sur le
montant de ces compensations ont 6t6 faites


par le gouvemement du Pr6sident Jean-Bertrand
Aristide. Le montant vers6 avait alors 6t6 estim6
6 21 milliards de dollars, une some qui aurait
suffi pour d6velopper le pays.
En ce qui conceme HaTti, la France et r'empire
6tasunien naissant ont toujours accord la prio-
rit6 a leurs liens avec des propri6taires terriens
sans piti6, avec des politicians corrompus et A
d'autres couches du meme acabit, comme le ra-
conte Femand Hibbert dans son roman "Seine"
jusqu'A d6boucher sur la dictature des Duvalier.
IIs ont tous aggrav6 la misere et I'abandon dans
lequel le s6isme a trouv6 ce people le 12 janvier.
D6sarticul par des d6cennies d'instabilit6 poli-
tique et d'interventions 6trang6res, avec un gou-
vernement affect par la presence d'un
contingent militaire international ; avec des insti-
tutions faibles et sans structures d'organisation
pour faire face a la catastrophe, les r6sultats
atroces sautent aux yeux de toute la planete et sont une honte
pour I'humanit6.
Au Chili, le tremblement de terre du 27 f6vrier a 6t6 de 20 A 50


...mais les catastrophes sont les products des hommes


I I GE .ll M 200 en'7-Pge1


------


FIZA





NOTFU A MkI0,VE I


fois plus puissant, selon diverse 6tudes, mais la devastation a
6t6 bien inf6rieure qu'en HaYti malgr6 tous les probl6mes enre-
gistr6s dans les heures qui ont suivi le s6isme.
On 6prouve la meme douleur pour un mort a Santiago du Chili
ou A Concepcion ou A Port-au-Prince, mais on ne peut pas ou-
blier la difference 6norme qui existe en ce qui concern I'im-
pact social qu'ont souffert ces deux pays et qui nous rappelle
I'affirmation selon laquelle c'est la nature qui met les ph6no-
m6nes naturels mais que les catastrophes sont le produit de la
conduite des hommes.
Les niveaux de d6veloppement 6conomique et social atteints
par les Chiliens ainsi que I'exp6rience accumul6e en cas de
s6isme, leur ont permis de mieux faire face A un d6sastre qui
aurait pu 6tre total en raison de sa magnitude de 8,8 degr6s
sur I'6chelle de Richtewr


p6ries face au violent tremblement de terre.
Au Chili, la croissance 6conomique se r6duira a cause des d6-
gats soufferts, mais en Halti elle a complement disparu en 60
seconds.
Les lemons sont tellement 6videntes qu'il pourrait sembler que
les commentaires sont en trop, mais on n'aura jamais insist
sur le fait que ce n'est qu'en l1iminant la pauvret6, I'exploita-
tion, I'abandon et le d6sespoir; ce n'est qu'en dotant la soci6t6
de structures d'organisation ad6quates ; en combattant I'anal-
phab6tisme et en renforgant les institutions que I'on pourra 6vi-
ter que des tragedies ne se produisent A cause de ph6nom6nes
naturels que I'on ne peut pas pr6voir et moins encore annoncer,
mais on peut, oui, prot6ger les personnel pour r6duire la dou-
leur et les souffrances.
(Radio Cuba)


Cependant HaTti 6tait pratiquement nu et en proie aux intem-

CUBA VIENT D'ETRE ELUE A LA VICE-PRESIDENCE DU COMITE DE DECOLONISA-

TION DE L'OHU

Pedro Nufiez Mosquera, repr6sentant de Cuba aupr6s de mit6 de decolonisation a trouver des solutions cr6atives pou-
I'ONU, consid6re cette 61ection, une reconnaissance A la po- vant appuyer les aspirations 16gitimes des peuples subissant
sition contre le colonialisme et en faveur de I'ind6pendance et encore de nos jours un regime colonial et qui sont les lies Ma-
de la defense de la souverainet6 des peuples, qui a toujours louines, Porto Rico, le Sahara occidental, Gibraltar, les Ties
caract6ris6 le gouvernement et le people cubains. Bermudas, les lies CaTmans et la Nouvelle Cal6donie, entire
Le Secr6taire g6n6ral de I'ONU, Ban Ki-Moon, a appel6 ce co- autres.



ISLAND REMBOURSEMENT DES SPECULATEURS, LE PEOPLE DIT NON

Les citoyens de cette petite Tie de la mer du Nord 6taient invi-
t66 samedi 6 mars A se prononcer par voie de referendum sur
la question de la prise en charge par leur Etat de I'indemnisa-
tion des 6pargnants britanniques et n6erlandais suite A la fail-
lite de la banquet Icesave, ernport6e par la tourmente financi6re
de I'ann6e derni6re.
Par plus de 93% des suffrages exprim6s, ils ont rejet6 I'accord
sign par leur gouvemement de gauche pr6voyant la prise en
compete par le remboursement jusqu'A 2024 des quelque 3,9
milliards d'euros perdus dans la tourmente financi6re A cause
de l'imprudence des sp6culateurs'. Et cela, en d6pit des pres-
sions des gouvernements britannique et n6erlandais qui me-
nacent de bloquer le dossier d'adh6sion de leur pays A I'Union
europ6enne.
En Grace comme en Islande, les peuples r6sistent par des
moyens divers aux ravages du lib6ralisme. Le people contre I'enrichissement des spdculateurs islandais
G.E

L'OLP APPROVE DES DISCUSSIONS INDIRECTES AVEC ISRAEL


Manmoua ADDas, president palestinlen


L'Organisation de liberation
de la Palestine (OLP) a ap-
prouv6 dimanche une -pro-
position des Etats-Unis
pour.tenir des discussions
indirectes avec Israel. Yas-
ser Abed Rabbo, membre
du comit6 ex6cutif de I'OLP,
a indiqu6 que "la direction
palestinienne a dicide de
donner une chance d ia pro-
position amiricaine". Les


discussions indirectes seraient focalis6es sur les fronti6res du
future Etat palestinien et les preoccupations s6curitaires, a r6-
v616 Abed Rabbo lors d'une conference de press a Ramallah.
II a indiqu6 que les Palestiniens demandent A avoir leur Etat
sur les territoires occup6s par Israel pendant la guerre de 1967,
don't la Cisjordanie, la bande de Gaza et J6rusalem-Est. La d6-
cision des Palestiniens survient apr6s le feu vert de la Ligue
arabe et permettra au president palestinien Mahmoud Abbas
de reprendre les n6gociations avec Israel apr6s une interruption
de 15 mois. Abbas maintient, toutefois, qu'lsraed doit cesser la
construction des colonies en Cisjordanie et A J6rusalem-Est
avant le d6but des discussions directed.


IF' I I I ,i .


I' 'I httD://www.iourna1-'ustice-martiniaue. corn





hW.Il/www.iournal-iustice-martinigue. cornm


frete: ILLUSTRATION DES RAVAGES DE L'EURO ET DE LA SPECULATION FINANCIER


La Grece est I'un des petits pays d'Europe qui a
adh6er6 l'Union europeenne (UE) en 1981.
Comme la quasi-totalite des Etats de I'UE, A I'ex-
ception de I'Angleterre, elle fait parties de la zone
euro et devait respecter les fameux critbres du trait
de Maastricht qui limitent le deficit des comptes pu-
blics de chacun des membres A moins de 3% de son
PIB (Produit int6rieur brut). Or depuis quelque mois,
ce pays est durement secou6 par une crise finan-
cibre, 6conomique et social d'une exceptionnelle
gravity.
L'origine de cette crise tient a plusieurs causes don't
on ne retiendra que trois. D'abord la structure de
I'economie de ce pays qui s'accommodait d'un sec-
teur informel, c'est-a-dire non pris en compete dans
les statistiques officielles pour I'6valuation de son
PIB, c'est-A-dire de sa richesse global. Avec une
administration reputee d6faillante, I'Etat grec n'6tait
guere en measure de faire rentrer correctement ses imp6ts et
de tenir des statistiques fiables. La Grece serait I'un des cham-
pions de I'6vasion fiscal.
C'est pour pallier A ces carences qu'au moment de presenter
son adhesion a I'Union europeenne, le pays a fait appel A des
banques priv6es pour I'aider A constituer un dossier remplis-
sant les criteres exig6s par I'Europe. Un dossier qui s'av6re au-
jourd'hui plus que truqu6, en majorant le PIB de ce pays et
minorant dans des proportions consid6rables le niveau de son
endettement.
La deuxibme raison c'est qu'A ces difficulties structurelles sont
venus s'ajouter les effects devastateurs de la crise capitalist
mondiale qui ont provoqu6 comme partout A travers le monde
I'explosion du deficit public qui atteint 12,7 % de son PIB. On
est loin des 3% imposes par Maastricht!
La troisieme vient du d6chaTnement de la speculation financibre
qui n'h6site plus a s'attaquer aux 6tats eux-m6mes! Car se
sont les m6mes agencies de notation 6troitement liees aux
banques qui avaient falsifi6 le dossier grec et qui profitent au-
jourd'hui des malheurs du pays. A titre d'exemple, pour rem-
bourser un emprunt de 40 milliards d'euros n6goci6 lors de sa
mobilisation A un taux d'int6erts de 3% et qui arrive a ech6ance
en avril-mai 2010, le pays est contraint de contractor un nouvel
emprunt a 6 %. Ce qui se traduira par un gain de plus de 26 mil-
lions d'euros pour les banques sur le dos du contribuable grec.
Ces memes agencies ayant entire temps d6grad6 sa note ; ce
qui fait grimper les taux d'int6erts consentis.
Pour Rudolf Hickek, un sp6cialiste financier allemand de
gauche, "'agitation autour de fa Grice est volontairement pro-
voquie par ceu qui spiculent sur (es monnaies" car "les spicula-
teurs tirent surtout profit de Cinstabiitit des monnaies" d'autant,
selon lui que "plus un pays est petit, plus if est brutalement ivrdi
auw spiculateurs".
Et c'est si vrai que depuis quelques semaines, ces pr6dateurs
financiers ont concentre leurs offensives sur les quatre ou cinq
pays les plus fragiles de la zone euro, les fameux "PIGS"(Por-
tugal, Italie et Irlande, Grece, Spain pour Espagne). Allant
jusqu'A mettre en danger la stability de I'euro. D'autres pays
europ6ens et pas des moindres, ne seraient pas A I'abri de tels
deboires.
Le danger est d'autant plus grave que les difficulties de la Grece
portent en elles des risques s6rieux d'une nouvelle crise fi-
nanciere mondiale. Plusieurs grandes banques frangaises,


Les iravalieurs grecs reTuseni ae payer la cnse


suisses, allemandes et americaines, se basant sur les recom-
mandations des agencies de notation ont consent des credits
de plusieurs dizaines de milliards d'euros A I'Etat grec qui pour-
rait bien se d6clarer en faillite si les measures drastiques exi-
gees par Bruxelles s'av6rent inefficaces. Certains specialistes
n'excluent pas la sortie de la Grece de la zone euro, tandis que
le gouvemement n'6carte pas le recours au Fonds mon6taire
international, comme n'importe quel pays du Tiers Monde !
Aujourd'hui, la Grece se trouve place sous la tutelle de la
(BCE), la Banque central europ6enne qui lui a impose un plan
de rigueur drastique avec comme objectif une 6conomie de
annuelle de 4,8 milliards d'euros repr6sentant 2% de son PIB.
Ce qui est 6norme !
Presentees par le premier ministry Georges Papandreou
comme "nicessaires pour assurer (a survive du pays et de ficono-
miegrecque", ce plan pr6voit une augmentation de la TVAde 19
A 21%, des hausses importantes sur les tabacs et I'alcool, la
baisse de certain salaires, la reduction des primes des 13 et
14ieme mois et le non pavement des cong6s pays pour les
fonctionnaires ainsi que le gel des retraites.
Et ce n'est pas fini. L'Allemagne qui assure le leadership au
sein de I'Union europ6enne a 6cart6 tout soutien financier direct
A la Grece. L'U E exigeant meme des measures encore plus se-
veres.
Des measures fort mal accueillies par les syndicats de tous les
secteurs Aconomiques et qui ont provoqu6 de gigantesques
manifestations A Athenes et dans toutes les villes du pays avec
comme principal slogan : "fous n'accepteronspas le chfmage et
[a pauvreti pourpermettre au capital monopolistique defaire de
gros profits! ".
Tandis que pour le responsible du principal syndicate des fenc-
tionnaires grecs, les socialists avaient promises que fes riches
paieraient, mais au lieu de ce(a, i&s se serpent chez fes pauvres ".
Quelle sera I'issue de cette crise ? En d6pit des declarations
de la chanceliere allemande, Angela Merkel, qui affirme que
"'Europe ne faissera pas tomber (a grice", voilA le premier pays
"du nord" livr6 aux app6tits de la speculation mondiale et aux
diktats de I'Europe. La fameuse solidarity europ6enne devient
de plus en plus un mythe. Ce qui arive A la Grece peut aussi
se produire en Martinique si nous confions la Region A des spe-
cialistes de la dilapidation des finances publiques.
G. Erichot


1h eu11 Mr 21 Ic n' 0 Page 1


r PANS LE MONPE I






I ~httD:/www.ioumal-iustice-mnartiniaue. corn


L' UNION EUROPEENNE FAIT EAU DE ROUTES PARTS


Contre I'austerite la seule solution : la lutte


La situation de la zone euro est devenue v6ritablement inquie-
tante. Le deficit budg6taire de la Grece (12,7 % de son PIB, soit
plus de 300 milliards d'euros et un service de la dette qui ne
cesse d'augmenter) repr6sente un risque substantial pour I'euro
et I'Union europ6enne, laquelle ne sait plus trop quoi faire pour
se tirer d'affaire, d'autant que la Gr6ce n'est pas la seule en
cause. L'Espagne n'est pas mieux lotie avec un deficit de sa
balance de pavement atteignant les 46 milliards de Livres ster-
lings, ce qui I'oblige emprunter A hauteur de 11,8 % de son
PIB. L'lItalie 6galement connaTt un endettement estime & 120 %
de son PIB pour cette annee et A 128,5 % pour 2011. Jusqu'A
la Grande-Bretagne (hors zone euro) qui se trouve confronted
A un endettement au moins aussi important que celui de la
Grece. Bref, I'Union europeenne fait eau de toutes parts.
Les sp6culateurs s'en donnent a coeur joie et realisent de co-
quets profits en attaquant I'euro, ce qui est tout benefice pour
les Etats-Unis car les investisseurs, de plus en plus nerveox, se
retirent massivement de la zone euro pour reconvertir leurs ca-
pitaux en Bons du Tr6sor US, faisant monter du meme coup la
valeur du dollar. Mais comme I'a fait remarquer le "'Financial
Times", compete tenu de la situation financiere peu reluisante


des Etats-Unis, "les OBons du Trisor amiricains sont un abri tout
aussi sar que (Pearlfarbor l'tait en 1941 ". C'est bien pourquoi
la Chine, profitant du rebound du billet vert, s'est empress6e de
se d6barasser en d6cembre dernier de plus de 34 milliards de
dollars de Bons du Tr6sor US, diversifiant ainsi ses avoirs
(30,7% du total mondial des avoirs en devises) afin de se met-
tre a I'abri d'une possible et probable d6pr6ciation du dollar.
La fameuse "reprise mondiafe" semble bien faire long feu et le
capitalism pourrait 6tre selon toute probability bient6t
confronted un fort risque d'effondrement 6conomique genera-
lis6. Les milliards engloutis dans le sauvetage des banques et
des economies n'auront sans doute servi qu'b retarder
I'6ch6ance.
La seule et unique option (en dehors de celle du changement
radical de soci6et) permettant d'enrayer la m6canique infernale
est de se d6fausser sur les travailleurs, les couches sociales
modestes et la classes moyenne, qui en assumeraient le coOt
et les consequences par le biais de severes measures d'auste-
rit6 (gel ou diminution des salaires, recul de I'Age de depart a la
retraite, augmentation g6enrale des taxes et de la fiscalite,
coupes sombres dans les prestations sociales comme les allo-
cations familiales, la s6curit6 social, les retraites, etc.).
Le capitalism n'a guere d'autre solution, et la seule chose qui
le fait encore h6siter, c'est le prix politique qu'il lui faudra payer
pour cela. Plus les peuples montreront de combativite et plus il
sera malaise de les tondre. Par centre, s'ils font preuve de pas-
sivite et de docilite...
Et c'est bien vers cette option que se dirige la Commission eu-
ropeenne qui peaufine actuellement son "'Projet directeur" pour
la croissance et I'emploi baptism " declaration de guerre economique et social adressee aux tra-
vailleurs.
K Solaris


AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
SOCIAL
SOCIETY CHRIST SAINRIMAT
ARCHITECTURE SELU
SOCIETY D'EXERCICE LIBERAL
UNIPERSONNELLE
AVEC UN ASSOCIt UNIQUE.
SELU AU CAPITAL DE 8 000.00
SIRET N* 45258115000011
RCS N 2004 B 304.
ANCIEN SIEGE SOCIAL:
RES GUIMAUVE BAT E ESC 17
PALMISTE 97232 LE LAMENTIN
NOUVEAU SIGE SOCIAL:
RES GUIMAUVE BAT D ESC 14
PALMISTE 97232 LE LAMENTIN
Suivant deliberation d'une assemble g6-
n6rale extraordinaire en date du 31 d6-
cembre 2009, I'associ6 unique a d6cid6
de transf6rer le siege social de R6s. Gui-
mauve BAt E esc. 17 Palmiste 97232 Le
Lamentin A computer du 01 janvier 2010.
Corr6lativement, I'avis pr6c6demment
public est modifi6 comme suit:
Ancienne mention:
Le siege social est fix6 A RES Guimauve
BAt E Esc 17 Palmiste 97232 Le La-
mentin
Nouvelle mention:
Le si6ge social est fix6 A RES Guimauve
B&t D Esc 14 Palmiste
97232 Le Lamentin
Pour avis, le G6rant FB 2364

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
VOLONTAIRE


SOCIETt GLOBAL SERVICES
SARL AU CAPITAL DE 5 000 EUROS,
EN LIQUIDATION
SIEGE SOCIAL : 53 ALBERT CAMUS,
97232 LE LAMENTIN
RCS FORT DE FRANCE B
50867477700018
L'assembl6e g6n6rale du 30 novembre
2009 a d6cid6 Ia liquidation amiable de la
soci6t6 sous le regime conventionnel A
computer du 31 d6cembre 2009.
A 6t6 nomm6 comme liquidateur, Ma-
dame Guylbne MICHEL, lotissement Ha-
bitation Bois carr6, 97232 Lamentin avec
les pouvoirs les plus 6tendus pour proc6-
der aux operations de liquidation et par-
venir a la cl6ture de celle-ci.
Le siege de la liquidation est fix6 & I'an-
cien siege social
RCS Fort de France
Le liquidateur
Guylene MICHEL FB 2365

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 05/03/10, il a 6t6 constitu6
une SARL
Pr6sentant les caract6ristiques suivantes:
Denomination SALADWICH MARKET
Sise : 10 rue Louis Macaire -97200 Fort
de France
Objet : Vente de products de boulangerie
(viennoiseries, patisseries), sandwiche-
rie, saladerie et autres products de res-
tauration rapide.
Dur6e : 99 ans
Capital: 500 C


Grant: Pascal LAURENCINE
Adresse : 10 rue Louis Macaire 97200
Fort de France
Immatriculation au registre du commerce
: en course
Pour avis, la g6rance FB 2366

SOCIETY MARTINIQUAISE
DE CONCIERGERIE
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITtE AU CAPITAL DE 7 500 E
SIEGE SOCIAL: CENTRE
COMMERCIAL LA GALLIRIA
3EME &TAGE 97232 LAMENTIN
503 891 848
AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Aux terms du procbs-verbal de I'assem-
bl6e g6n6rale extraordinaire du 28 janvier
2010, il r6sulte que :
L'objet social a 6t6 modifi6 A computer du
28 janvier 2010. En consequence, I'arti-
cle 2 des status a 6t6 modified comme
suit:
Ancienne mention:
Toutes operations se rapportant au net-
toyage, A I'entretien de tous sols, locaux
et autres emplacements, A tous travaux
de conciergerie, et & la surveillance pri-
v6e dans les domaines de la s6curit6 des
biens et des personnel.
Nouvelle mention :
Tous travaux se rapportant au nettoyage,
& I'entretien de tous sols, locaux et autres
emplacements A tous travaux de concier-
gerie, et a la surveillance dans les do-


maines de la s6curitd des biens et des
personnel.
Monsieur Arnaud FONTAINE, demeurant
: 1069, lotissement Les Hauts de Maniba,
97222 Case Pilote, a Wte nomme grant
en replacement de Monsieur Raoul
FARDIN, rue de I'Anacardier Providence,
97270 Saint Esprit, d6missionnaire, A
computer du ler mars 2010.
L'article 7 des status a 6t6 modifi6 en
consequence.
Le nom de Monsieur Raoul FARDIN a Wt6
retire des status sans qu'il y ait lieu A un
replacement par celui de Monsieur Ar-
naud FONTAINE.
Mention sera faite au RCS.
Pour avis FB 2367

SOCIETY MARTINIQUAISE
DE MEDIATION
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITtE AU CAPITAL DE 150 E
SIEGE SOCIAL :
C/* AF PARTICIPATION CENTRE
COMMERCIAL LA GALLERIA
3tME ETAGE 97232 LAMENTIN
97232 LAMENTIN
AVIS DE CHANGEMENT DE GERANT
Aux terms du procbs-verbal de I'assem-
bl6e g6nerale ordinaire du 28 janvier
2010, Monsieur Arnaud FONTAINE, de-
meurant 1069, lotissement les hauts de
Maniba 97222 Case Pilote, a WtA
nomm6 grant en replacement de Mon-
sieur Raoul FARDIN, rue de I'Anacardier
Providence, 97270 Saint -Esprit, demis-


_ PANS LE MONP


A NNONCrsLE'fA LE


jeuAi 1 Mari2070 jtice o 10 -Page 2





htto://wwwjournal-iustice-martinigue.com


sionnaire, pour convenances person-
nelles, A computer du ler mars 2010.
RCS : Fort de France
Pour avis FB 2368

SOCIETY MARTINIQUAISE DE
PROXIMITE
SOCITE. A RESPONSABILITE
LIMITEE AU CAPITAL DE 7 500 e
SIaGE SOCIAL: CENTRE
COMMERCIAL LA GALLERIA
3 I ME ETAGE 97232 LAMENTIN
503 891 889
AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRE
Aux terms du procbs-verbal de I'assem-
bl6e gen6rale extraordinaire du 28 jan-
vier 2010, il r6sulte que :
L'objet social a 6t6 modifi6 A computer du
28 janvier 2010. En consequence, I'arti-
cle 2 des status a 6t6 modifi6 comme
suit :
Ancienne mention :
Toutes operations se rapportant au net-
toyage, A I'entretien de tous sols, locaux
et autres emplacements, A tous travaux
de conciergerie, et A la surveillance pri-
v6e dans les domaines de la s6curit6 des
biens et des personnel.
Nouvelle mention :
Tous travaux se rapportant a la concier-
gerie d'immeubles, toutes operations se
rapportant au nettoyage, A I'entretion de
tous sols, locaux et autres emplacements
et A la surveillance des biens.
Monsieur Amaud FONTAINE, demeurant
: 1069, lotissement Les Hauts de Maniba,
97222 Case Pilote, a 6t6 nomm6 grant
en replacement de Monsieur Raoul
FARDIN, rue de I'Anacardier Providence,
97270 Saint Esprit, d6missionnaire, A
computer du 1 er mars 2010.
L'article 7 des status a 6t6 modifi6 en
consequence.
Le nom de Monsieur Raoul FARDIN a 6t6
retire des status sans qu'il y ait lieu A un
replacement par un celui de Monsieur
Amaud FONTAINE.
Mention sera faite au RCS.
Pour avis FB 2369

IMPRIMERIE V & M CARAIBES
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITEE AU CAPITAL DE 30.000 4
SIUGE SOCIAL : QUARTER BAC
97224 DUCOS
SIRET : 508 545 472 000 13
CODE APE : 1813Z
Aux terms d'une d6liberation en date du
04 janvier 2010, I'assembl6e g6n6rale or-
dinaire a nomm6 :
Monsieur Vincent FAFARD, demeurant
14 rue Zobda Quitman, R6sidence Ma-
thurin appartement 4, 97232 Lamentin en
quality de grant associ6 pour une dur6e
ind6termin6e en replacement de Ma-
dame M6lissa FAFARD.
La gerance FB 2370

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv6 en date du 06
janvier 2010, enregistr6 A la S.I.E de Fort
de France, il a 6t6 constitu6 une socl6t6
civil immobillbre pr6sentant les caract6-
ristiques suivantes :
Denomination : SCI K.A.S.E
Forme : Soci6t6 Civile Immobilibre
Capital: 300 E
Objet: La proprid6t, la gestion et plus g6-
n6ralement I'exploitation par bail, location
ou toute autre former d'un immeuble que
la soci6t6 se propose d'acqudrir
Siege social : 39, rue Jena Jaur;s -
97280 Le Vauclin
Dur6e : 99 ann6es
G6rance : Monsieur CREPIN Alexandre,
n6 le 10 septembre 1975 A Vitry-Le-Fran-
gois, demeurant 16, Lot. Les Hauts de
Sigy Quartier Belle Etoile 9728 Vau-


clin, de nationality frangaise, cblibataire
Immatriculation : au RCS de Fort de
France
Pour avis FB 2371

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn6 de la constitution d'une
soci6t6 pr6sentant les caractdristiques
suivantes :
D6nomination social : M & T LOGISTIK
Forms: Soci6t6 A Responsabilit6 Limit6e
Siege social: Cit6 Dillon n 46 rue 4, Fort
de France 97200 Martinique
Objet : Tous conseils en management,
suivi, et mise en place dens le domain
technique
conduites de n6gociations, structura-
tions de projects, pilotage hi6rarchique ou
fonctionnel de projects dans le domain
technique ou autres
Conseil, formation, de conceptions,
d'expertise et de d6ploiement appliques
Dur6e : 50 annbes
Capital souscrit : 1 000 euros
Grant : LAURENT Jean-Pierre
Demeurant 46 cit6 Dillon rue n 4 Squa-
dra A, 97200 Fort de France
Immatriculation au registre du commerce
: en course
Pour avis, le grant FB 2372

HELIBLUE
SNC AU CAPITAL DE 3811,22 EUROS
SIaGE SOCIAL:
IMMEUBLE DE LA HOUSSAYE
ZI DE LA JAMBETTE
97232 LAMENTIN
434 028 072
RCS DE FORT DE FRANCE
L'an deux mil neuf, le 30 septembre. La
soci6t6 HEILIBLUE SARL au capital 95
000 E, siege social ZI Jambette, 97232
Le Lamentin, immatricul6e au RCS de
Fort de France 433 990 504 (2000 B
1083), associ6 unique de la SNC HELI-
BLUE, a d6cid6 Ia dissolution sans liqui-
dation de cette soci6t6 dans les
conditions de I'article 1844-5 alin6a 3 du
code civil.
Les cr6anciers peuvent former opposition
devant le tribunal de commerce de Fort
de France dans les 30 jours de la pr6-
sente publication
Pour avis FB 2373

SOCIETY HELIBLUE
SOCitT" A RESPONSABILITE
LIMITEE AU CAPITAL DE 60 000 E
SIEGE SOCIAL : IMMEUBLE
LAROC ZI DE LA JAMBETTE
97232 LE LAMENTIN
RCS FORT DE FRANCE
B 433 990 504 (2000 B 1083)
AVIS D'AUGMENTATION
DU CAPITAL
Aux terms d'une d6lib6ration du 21 no-
vembre 2009 la collectivit6 des associ6s
a d6cid6 une modification du capital so-
cial par compensation avec des
cr6ances, ou en num6raire
Ce qui entraine la publication des men-
tions suivantes :
- ancienne mention : HEIBLUE SARL au
capital de 95 000 E
- nouvelle mention: HELIBLUE SARL au
capital de 60 000 e
Les articles 7 et 8 des status ont 6t6 mo-
difies en consequence
Pour avis FB 2374

SOCIETY HELIBLUE
SOCIETY A RESPONSABILITE
LIMITEE AU CAPITAL DE 95 000 E
SIaGE SOCIAL : IMMEUBLE
LAROC ZI DE LA JAMBETTE
97232 LE LAMENTIN
RCS FORT DE FRANCE
B 433 990 504 (2000 B 1083)
AVIS D'AUGMENTATION


DU CAPITAL
Aux terms d'une d61lib6ration du 30 sep-
tembre 2009 Ia collectivit6 des associ6s
a d6cid6 une modification du capital so-
cial par compensation des comptes cou-
rants des associ6s.
Ce qui entraine la publication des men-
tions suivantes :
ancienne mention : HEIBLUE SARL au
capital de 7 622,45 e
nouvelle mention: HELIBLUE SARL au
capital de 95 000 e
Les articles 7 et 8 des status ont 6t6 mo-
difies en consequence
Pour avis FB 2375

AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
SOCIAL
Entreprise Nouvelle de Travaux Publics
SARL au capital de 74 000 euros
495 096 828 RCS Fort de France
Aux terms d'une assemble g6nerale
extraordinaire du 5 f6vrier 2010, les as-
socies ont d6cid6 le transfer du sibge so-
cial : Villa A14 Lot Gros Raisins, 97228
Sainte Luce A I'adresse : Quartier Au-
grain, 97231 Le Robert A computer du 8 fW-
vrier 2010.
L'article 4 du chapitre 1 des status a 6t6
mis A jour
Pour avis et mention
M. Nicolas ETILE, grant FB 2376

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 02 f6vrier 2010, il a 6t6 consti-
tu6 une SARL
Pr6sentant les caractdristiques suivantes:
D6nomination: ENT SERV
Sise : G6nipa Petit Bourg 97224 Ducos
Objet : I'entretien, la reparation et la r6-
novation des travaux de I'habitat et autres
Dure : 99 ans
Capital: 100 e
Grant : DE LEPINE Roger
Adresse : G6nipa Petit Bourg 97224
Ducos
Immatriculation au registre du commerce
: en course
Pour avis FB 2377

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01/03/10, il a 6t6 constitu6
une SARL
Pr6sentant les caract6ristiques suivantes:
D6nomination : JM MULTISERVICES
Sise : Lot Canal, AII6es des Pal6tuviers
chez Jean Valbert 97224 Ducos
Objet : La r6alisation de tous types de tra-
vaux d'espaces verts- d'am6nagements
paysagers, la r6alisation de tous types de
travaux de nettoyage et entretien de lo-
caux
Dur6e : 99 ans
Capital : 2 000 e
Grant : Jean VALBERT
Adresse : Lot Canal, All6es des Pal6tu-
viers chez Jean Valbert 97224 Ducos
Immatriculation au registre du commerce
en course
Pour avis FB 2378

AVIS DE CONSTITUTION
Denomination: CAPS CONSULTING
Former social : SARL
Adresse si6ge social : 21 immeuble les
Flamboyants ZI L6zarde 97232 Lamen-
tin
Objet social: Conseil en gestion ...
Dure : 99 ans
Capital: 1 000 e
G6rance : PIAULT Th6odose demeurant
Quarter Petit Paradis 97270 Saint Esprit
FB 2379

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv6, en date du 20
juillet 2009, il a 6t6 constitu6 une SARL
d6nomm6e TRANSPORTS D'ANDRE-
MONT, au capital de 1 000 .


Siege social: Quartier Bois Neuf- 97224
Ducos :
Objet : Transport divers de biens et de
marchandises D6potage
Dur6e de la soci6t6 : 99 ans
G6rance : Monsieur MARECHAL Scho-
lastique Guy, 142 rue du Baobab Place
d'Armes 97232 Lamentin
La soci6t6 sera immatriculee au RCS de
Fort de France
Pour avis, le grant FB 2380

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 01 mars 2010, il a 6t6 consti-
tu6 une SARL
Pr6sentant les caract6ristiques suivantes:
D6nomination: MASTOCK LOGISTIQUE
SARL
Sise : Quartier Place d'Armes 97232
Lamentin
Objet : Livraison, d6potage, empotages
de containers, fret inter- fie
Dur6e : 99 ans
Capital : 2 000 f
G6rant : Gaflle CATAN
Adresse : 24 rue du Fond Paniers Ca-
raibes 97224 Ducos
Immatriculation au registre du commerce
: en course
Pour avis la g6rance FB 2381

AVIS DE CONSTITUTION
II a 6t6 constitu6 une Soci6t6 A Respon-
sabilit6 Limit6e
D6nomination socials : DERBY SAV
ELECTROMENAGER
Son single est : DERBY SAV ELECTRO-
MENAGER
Dur6e : 99 ans
Capital: 20 000 euros
Siege social : Les Hauts de Californie,
Espace Laouchez, le Lamentin 97232
Objet : La reparation d'appareils 6lectro-
m6nagers, d'6quipements pour la mai-
son, et la vente d'accessoires et de
pieces d6tach6es 61lectrom6nagers
Grant: M. JEANNETTE Joseph Thomas
La soci6t6 sera immatricul6e au registre
du commerce et des soci6tes tenu au
greffe du tribunal de commerce de Fort
de France. FB 2382

AVIS DE CREATION
Par SSP du 24/02/10, il a 6t6 cr66 une
SCI DE CONSTRUCTION VENTE r6gie
par le titre
I X du livre troisibme du code civil.
Raison social : SCI OZAM
Capital social: 1 000 euros par apport en
num6raire
Si6ge social: Im. Les Amandiers ZI la L6-
zarde voie n 1 97232 Lamentin
Objet : Acquisition, construction et vente
de terrains et d'immeubles de toute na-
ture
Objet : 50 ans A partir de son immatricu-
lation au RCS de Fort de France
G6rant: GIBON Florent 10 avenue des
Balcons Montg6ralde 97200 Fort de
France
Pour avis, la g6rance FB 2383


MODIFICATION D'AVIS
DE CONSTITUTION
Capital social: 30 000 euros, rectifi6 A 10
000 euros pour la soci6t6 unipersonnelle
A responsabilit6 limited : KRYSTAL NAIL
FB 2384

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 15/02/10 a 6t6 constitute une
soci6t6 pr6sentant les caract6ristiques
suivantes :
Forme: Soci6t6 A Responsabilit6 Limit6e
Denomination : AGJ PRESTATIONS
Siege : route du Frangois, 97270 Saint
Esprit
Objet : I'exercice d'activit6s commer-


/e17 Mar 207 *iic n -Pge2


I A 104ONCEs Liq






A NNONCEs UfA LES


ciales, industrielles, de prestations de
services ou encore artisanales
Dur6e : Vingt ann6es
Capital: 7 000 e en num6raire
G6rance: Monsieur OCTAVIE Alain Paul,
demeurant Croix Rivail, 97232 Le La-
mentin
Pour avis, Is repr6sentant 16gal
FB 2385

AVIS DE MISE EN SOMMEIL
Aux terms d'une decision en date du
29/02/2010, les associ6s ont d6cid6 la
mise en sommeil avec effet r6troactif A la
date du 3 f6vrier 2007 de la SARL JP
BTP, RCS Fort de France 409 097 938.
Pour avis FB 2386

AVIS DE CONSTITUTION
Le 1er mars 2010, iI a 6t6 constituA une
SARL ayant les caract6ristiques sui-
vantes
Denomination : RED GINGER
Objet social : Fabrication et vente de pro-
duits cosm6tiques
Si6ge social : Quartier Bel Event 97226
Le Morne Vert
Capital : 2 000
Dur6e : 99 ans
Grant : Mile MERLINI Magalie, demeu-
rant 3 allbe de la Louisiane Didier 97200
Fort de France
Immatriculation au RCS de Fort de
France FB 2387

NAUTIC PLUS
SOCitTE A RESPONSABILITE
LIMITED
SIEGE SOCIAL : ENTREE
SPOURTOUNE 97220 TRINITY
CAPITAL SOCIAL : 8 000 EUROS
SIRET: 47767585400012
APE : 7729Z
Lors d' I'Assemblde G6nerale du 28 no-
vembre 2008, les associes de la SARL
DULAC NAUTIL ont vot6 pour la dissolu-
tion anticip6e de la soci6t6, & la date du
30 novembre 2008, Madame ETIFIER
Marie Th6r6se a 6t6 nommee liquidateur,
I'adresse de la liquidation reste idem.
Pour avis FB 2388

CONCEPT LOCATION SARL
SOCILTE A RESPONSABILITE
LIMITEE AU CAPITAL DE 8 000.00 E
SIaGE SOCIAL : 72 ZAC DU BAC
97220 TRINITY
SIRET : 47755694800016 APE 711A
Lors d' I'Assembl6e G6n6rale du 28 no-
vembre 2008, les associ6s de la SARL
CONCEPT LOCATION ont vot6 pour la
dissolution anticipee de la soci6t6, A la
date du 30 novembre 2008, Monsieur
TELLE Jean- Marie a 6t6 nommrn liquida-
teur, I'adresse de la liquidation reste
idem.
Pour avis FB 2389

CONCEPT INVESTISSEMENT
ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A
RESPONSABILITE LIMITtE
SIAGE SOCIAL : IMMEUBLE LES HY-
BRIDES MANSARDES CATALOGNE
97231 ROBERT
CAPITAL SOCIAL : 7 622.45 EUROS
SIRET: 43441809400013 APE :
4690Z
Lors d' I'Assembl6e G6n6rale du 28 no-
vembre 2008, les associ6s de la EURL
CONCEPT INVESTISSEMENT ont vot6
pour la dissolution anticip6e de la soci6t6,
& la date du 30 novembre 2008, Monsieur
TELLE Jean- Marie a 6t6 nomm6 liquida-
teur, I'adresse de la liquidation reste
idem. ,
Pour avis FB 2390

CONCEPT CONSTRUCTION
SOCITEi A RESPONSABILITE LIMIT


SIaGE SOCIAL: ENTREE SPOUR-
TOUNE 97220 TRINITY
CAPITAL SOCIAL : 7 623 EUROS
SIRET : 44894798600015
APE: 4120 A
Lors d' I'Assembl4e G6n6rale du 28 no-
vembre 2008, les associ6s de la
CONCEPT CONSTRUCTION ont vot6
pour la dissolution anticip6e de la soci6t6,
A la date du 30 novembre 2008, Monsieur
TELLE Jean- Marie a 6t6 nomm6 liquida-
teur, I'adresse de la liquidation reste
idem.
Pour avis FB 2391

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date du 01 mars 2010 & Fort de France, il
a 6t6 constitu6 une society pr6sentant les
caracteristiques suivantes :
Denomination : CIDANTILLES.BBS
Forme : Socidt6 en Nom Collectif
Capital :100
Si6ge social : CitA Dillon 483 avenue
Victor Corridun 97200 Fort de France
Objet: R6alisation d'investissements pro-
ductifs mobiliers et/ou immobiliers dans
les d6partements d'outre-mer. La location
simple de longue dur6e desdits investis-
sements A des entreprises situ6es dans
les d6partements d'outre mer et exergant
leurs activities dans les secteurs de I'in-
dustrie, de la boulangerie, de I'h6tellerie,
du tourism, du bAtiment et travaux pu-
blics, des transports et de I'artisanat. La
creation et I'exploitation directed ou indi-
recte de tous fonds de commerce.
Dur6e : 99 ans (quatre vingt dix neuf ans)
A computer de son immatriculation au re-
gistre du commerce et des soci6tes, sauf
dissolution anticip6e ou prorogation.
Associ6 G6rant : La soci6t6 CA-
RAIBES INVESTISSEMENT DEVELOP-
PEMENT, SARL au capital de 10 000
euros, Cit6 Dillon 483 avenue Victor
Corridun 97200 Fort de France, RCS
Fort de France B 435 179 460 don't le re-
pr6sentant l6gal est Monsieur MARAN.
AssociA : Monsieur G6rard MARAN,n6 le
25 mai 1957 a Saint ESPRIT 5mARTIN-
QIUE) de nationality frangaise et demeu-
rant cit6 bateli6re BAt C4 Appt. 739 -
97233 Schoelcher
La soci6t6 sera immatricul6e au Registre
du Commerce et des Soci6t6s de Fort de
France
Pour avis, la g6rance FB 2392

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date du 22 fWvrier 2010 il a 6t6 constituA
les soci6t6s en nom collectif suivantes:
D6nomination social: KELLY 1, KELLY
2, KELLY 3, KELLY 4, KELLY 5, KELLY
6, KELLY 7, KELLY 8, KELLY 9, KELLY
10, KELLY 11 KELLY 12, KELLY 13,
KELLY 14, KELLY 15, KELLY 16, KELLY
17, KELLY 18, KELLY 19, KELLY 20.
Capital social : 152 euros divis6 en 153
parts de 1 euro, entibrement souscrit et li-
b6rA en numeraire
Si6ge social : C/ Mme CABRISSEAU,
R6s. Le Clos Fl1icit6 Appt. 7 BAt A -
97233 Schoetcher
Objet social : La location simple ou de
longue dur6e A des entreprises exergant
leur activity dans les d6partements d'ou-
tremer, de tous biens d'6quipement ou
d'immobiliers A destination profession-
nelle eligibles aux dispositions du code
g6ndral des imp6ts.
Dur6e de la Soci6t6 : 50 ann6es A comp-
ter de la date de I'immatriculation de la
Soci6t6 au Registre du commerce et des
soci6t6s
Grant : Mme Miguelle LEBON sise 16
residence Coriandre Moreau 97128
Goyave
Pour avis, le grant FB 2393


URBATIQUE CONCEPT
Aux terms d'une deliberation en date du
1 Mars 2010, I'Assembl6e Generale Ex-
traordinaire des associ6s de la society A
responsabilit6 limited URBATIQUE
CONCEPT a d6cid6 de transf6rer le
si6ge social du Zone d'activit6 PROBAT,
quarter petite Rochelle, 97224 Ducos A
la Zac de rivibre roche, bat F6, 97200 Fort
de France A computer de ce jour, et de mo-
difier en consequence I'article 4 des sta-
tuts. FB 2394

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv6 en
date A Fort de France du 1 Mars 2010 il a
Wte constitu6 une soci6t6 pr6sentant les
caracteristiques suivantes :
Forme social : Soci6t &A responsabilitd
limited
Denomination social : TI'FOYAAL
Siege social : Rue Pietonne, 97200 Fort
de France
Objet social : exploitation de tout fond de
commerce, en particulier de restauration
type brasserie, de restauration tradition-
nelle et rapide,
Dur6e de la Soci6t6 : 99 ans A computer
de la date de I'immatriculation de la So-
cid6t au Registre du commerce et des so-
ci6t6s
Capital social: 10 000 euros
Gerance : Monsieur Harold JEANVILLE,
demeurant RFsidence les tamarins esc.4,
porte5, 97223 Diamant
Immatriculation de la Soci6t6 au Registre
du commerce et des societes de Fort de
France. FB 2395

LE JASTRAM
SOCI"TE A RESPONSABILITE
LIMITIE AU CAPITAL DE 10 000 E
SIEGE SOCIAL : C/O SOBETEST,
CENTRE D'AFFAIRES CALIFORNIE
97232 LE LAMENTIN
488 053 489 RCS FORT-DE-FRANCE
Suivant AGE du 31.12.2009, it r6sulte
que :
les associ6s de la Soci6tA ont, confor-
m6ment aux dispositions de I'article L
223-43 du Code de commerce, d6cid6 A
I'unanimit6 la transformation de la Socidte
en Soci6t6 en nom collectif A computer du
01.01.2010 sans creation d'une personnel
morale nouvelle, et ont adopt le texte
des status qui r6giront d6sormais la So-
ci6t6 ;
I'objet social a 6t6 dfendu aux activities
de lotisseur, op6rateur, promoter immo-
bilier ;
le siege social, le capital, la dur6e, la d6-
nomination social de la Soci6t6 sont in-
chang6s.
Cette transformation entratne la publica-
tion des mentions suivantes :
Associ6s : la Soci6t6 a pour associ6s in-
definiment et solidairement responsables:
SARL GROUP MORIN, si6ge social
au Centre d'Affaires de la Martinique, Ca-
lifornie, 97232 Le Lamentin
SARL ANTILLES INVESTISSEMENTS
ET DEVELOPPEMENT, sibge social :
Centre d'Affaires Califomie, 97232 Le La-
mentin
G6rance
Sous sa forme de SARL, la Soci6t6 6tait
g6r6e par M. Patrick MORIN.
Les associ6s ont confirm le G6rant de la
Soci6t6 sous sa forme de Soci6t6 en nom
collectif :
M. Patrick MORIN, demeurant La Prairie,
97240 LE FRANCOIS.
Pour avis, FB 2396

NUORIZON WELLNESS CARAIBES
EURL
EURL AU CAPITAL DE 150 000
PORTER A 250 000 E


L 7M r200-utc, e e n 0 ae2


SIEGE SOCIAL : CENTRE
COMMERCIAL "LA CABRESSE"
34 ANCIENNE ROUTE
DE SCHOELCHER
97233 SCHOELCHER
RCS FDF : 502 286 818
Le 23 f6vrier 2010, I'associbe unique a
d6cid6 d'augmenter le capital social par
I'incorporation de son compete courant
d'une some de 100 000 euros.
Ceci modifie ainsi qu'il suit les pr6c6-
dentes parutions 16gales.
Capital social
Ancienne mention
Le capital est fix6 & 150 000 euros
Nouvelle mention
Le capital est fix6 A 250 000 euros
Pour avis FB 2397

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte reau par Maitre Vic-
tor NIMAR, Notaire associe A FORT DE
FRANCE (Martinique), le 4 mars 2010, il
a Wtt constitu6 une Societe Civile Immo-
bilibre pr6sentant les caract6ristiques sui-
vantes :
Denomination :" B2M ".
Siege social : FORT DE FRANCE
(97200), quarter Ermitage, 27, Rue Da-
ribo L6anise.
Objet social : La Societ6 a pour objet :
I'acquisition par voie d'achat ou d'apport,
la propri6t6, la mise en valeur, la trans-
formation, I'am6nagement, I'administra-
tion et la location de tous biens et droits
immobiliers.
Duree : 99 annees A computer de son im-
matriculation au Registre du Commerce
et des Soci6t6s.
Capital social :480.100,00 Euros, consti-
tue par un apport en num6raire pour
100,00 Euros et par des apports immobi-
liers pour 480.000,00 Euros.
Cessions de parts : Les parts sont libre-
ment cessibles entire associ6s et au pro-
fit du conjoint, des ascendants ou des
descendants d'un associe. Toutes autres
cessions sont soumises A I'agr6ment
prbalable de la collectivit6 des associes
donn6 par une decision extraordinaire.
L'exercice social commence le ler Jan-
vier et finit le 31 D6cembre de chaque
annbe.
Grants : Les premiers grants de la so-
cietA sont Mademoiselle Patricia Marie
Emmanuelle BRITHMER, et Monsieur
Ronald Louis Marie BRITHMER, demeu-
rant tous deux A FORT DE FRANCE
(97200), quarter Ermitage, 27, Rue Da-
ribo Lanise, nomm6s pour une dur6e il-
limit6e.
Immatriculation : La soci6t6 sera immatri-
cul6e au Registre du Commerce et des
Societbs de FORT DE FRANCE.
Pour avis
V. NIMAR FB 2398

AVIS DE CONSTITUTION
Denomination : STB SOCIETE DE
TRAVAUX DU BATIMENT
Forme social : SARL
Adresse sibge social:
21 immeuble les Flamboyants
ZI L6zarde 97232 Lamentin
Objet social : Gros ceuvres, BAtiments,
VRD, R6habilitation, D6molition
Duree : 99 ans
Capital : 2 000 E
G6rance : PIAULT Franck demeurant 16,
Lotissement La Sagesse 97215 Riviere
Sale FB 2399

CACEM
AVIS DE MARCH
Pouvoir adjudicateur
Nom, adresse et point de contact
CommunautA d'Agglombration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal


http://www.ioumal-iustice-martinique.com







htWD://www~iournal-ustice-mriiu.cr


Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
T61 : 0596.75.82.72
Fax: 0596.75.87.06
Point de contact: M. Pierre SAMOT, Pr6-
sident de la CACEM
Courrier 61ectronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse generale du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Autre : Etablissement public de coopera-
tion intercommunale (EPCI)
Services g6n6raux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du marched
Description
Location longue duree de v6hicules de
service 2010-2014 pour le compete de la
CACEM
Type de marched : march de founitures -
location
Lieu principal de livraison : locaux de la
CACEM et locaux du titulaire.
Code NUTS: FR920
L'avis implique un march public
Description succincte : Fourniture de v6-
hicules de segment B, SUV 4*4, de v6hi-
cules de type ludospace, de v6hicules
utilitaires en location simple, entretien, re-
paration et assistance.
Le march comporte 3 lots traits par
marches s6pares.
Le march est passed & bons commander
avec des montants minimum et maximum
d6finis pour chaque lot, ce, pour la dur6e
du marched.

Classification CPV:
Objet principal : 341 00 000-9 v4hicules
A moteur
Objets compl6mentaires:
* PA01-7 location
March couvert par I'accord sur les mar-
ch6s publics : oui
Division en lots : oui. II convient de sou-
mettre des offres pour un ou plusieurs
lots.
Des variantes seront-elles prises en
consideration : non
Quantity ou 6tendue du march
Les montants minimum et maximum de
chacun des lots du march s'6tablissent,
pour la dur6e du march comme suit:
Lot1 :
* minimum : 320 000 euros hors taxes
* maximum : 430 000 euros hors taxes
Lot 2:
* minimum : 60 000 euros hors taxes
* maximum : 90 000 euros hors taxes
Lot 3:
* minimum : 120 000 euros hors taxes
* maximum : 150 000 euros hors taxes
Options : oui
Description de ces options : avenants,
marches n6goci6s dans les conditions
fixes au CCP
Duree du march ou delai d'ex6cution
Le marched est conclu pour une p6riode
allant de la date de sa notification au 31
d6cembre 2014.
Renseignements d'ordre juridique, 6co-
nomique, financier et technique
Conditions relatives au contract
Modalit6s essentielles de financement et
de paiement et/ou r6f6rences aux textes
qui les r4glementent : le march sera fi-
nanc6 & 100 % sur les fonds propres de
la CACEM ; les credits n6cessaires sont
inscrits au budget primitif, section de
fonctionnement.
D1lai global de pavement : 35 jours
Modalit6s de pavement : mandate adminis-
tratif suivi d'un virement
Possibility d'avance dans les conditions


fixees par le code des marches publics.
Forme juridique que devra rev6tir le grou-
pement d'op6rateurs 6conomiques attri-
butaire du march : groupement solidaire
L'ex6cution du march est soumise &
d'autres conditions particulibres : non
Conditions de participation
Situation propre des operateurs econo-
miques, y compris exigences relatives A
I'inscription au registre du commerce ou
de la profession : en application de I'arti-
cle 52 du code des marches publics, suite
A I'examen des 616ments relatifs A la can-
didature, pourront btre l1imin6s :
- les candidates qui n'auront pas fourni
I'ensemble des declarations, certificates ou
attestations demands dOment comple-
tes, dat6s et signs dans le d6lai imparti

- les candidates don't les niveaux de capa-
cites professionnelles, techniques et fi-
nancieres seront jug6s insuffisants, apres
analyse des l66ments fournis dans le
dossier de candidature.
Justifications A produire quant aux quali-
t6s et capacitds du candidate :
1. la lettre de candidature en utilisant I'im-
prim6 DC4 (version avril 2007) ou un do-
cument contenant les m6mes
renseignements, accompagn6 le cas
6ch6ant des pouvoirs autorisant le man-
dataire du groupement a signer I'acte
d'engagement ;
2. en cas de redressement judiciaire, la
copie du ou des jugements prononc6s ;
3. le candidate peut joindre en outre s'il les
a en sa possession les documents qui se-
ront A produire par le candidate retenu et
lists a la section IV du reglement de la
consultation.
En cas de co-traitance, chaque co-trai-
tant doit transmettre les m6mes docu-
ments que ceux mentionn6s ci-dessus, A
I'exception de la lettre de candidature
(DC4).
En cas de sous-traitance deja connue,
pour justifier des capacities profession-
nelles, techniques et financieres d'un ou
plusieurs sous-traitants, le candidate pro-
duit les m6mes documents concemant le
ou les sous-traitant(s) que ceux exig6s
des candidates. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacities de ce ou ces sous-
traitant(s) pour I'execution du march, le
candidate produit un engagement ecrit du
ou des sous- traitant(s).
Les imprim6s DC4, DC5 et DC7 sont te-
l1chargeables A I'adresse Internet sui-
vante :
httpJ//ww.minefi.gouv.fr/themes/marche
spublics/formulaires/index.htm,
rubrique "formulaires pour les candidates
A un march public".
Capacity 6conomique et financiere
La declaration du candidate integralement
renseignde en utilisant I'imprim6 DC5
(version octobre 2008) ou un document
contenant les memes renseignements et
attestations.
Capacity technique
Les moyens materiels et humans et les
references vbrifiables pour des presta-
tions comparable datant de moins de
cinq ans seront d6taill6s dans un docu-
ment annexe ;
Pour justifier des capacit6s profession-
nelles, techniques et financibres d'un ou
de plusieurs sous-traitants, le candidate
produit les m6mes documents concer-
nant le sous-traitant que ceux exig6s pr6-
cdlemment. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacities de ce ou ces sous-
traitants pour I'ex6cution du march, le
candidate produit un engagement 6crit du
ou des sous-traitants.
March6s reserves : non
La prestation est r6serv6e A une profes-
sion particulibre : non
Les personnel morales sont tenues d'in-


diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges d'ex6cuter la prestation : non
Procedure
Type de procedure : ouverte
Criteres d'attribution
Offre economiquement la plus avanta-
geuse apprdciee en function des criteres
6nonc6s ci-dessous :
1. 70% : pour le prix, apprecie sur la base
du detail des quantities estimatives ;
2. 30% : pour les qualities techniques de
I'offre, appreciees sur la base des ele-
ments fournis dans le cadre de response.
Une enchere electronique sera effectuee
: non
Renseignements d'ordreadministratif
Numbro de r6f6rence attribu6 au dossier
par le pouvoir adjudicateur :
2010/08/DGA1/AO
Publications anterieures concernant le
m6me march : non
Documents payants : non
Date limited de reception des offres :
15/04/2010 A 12 heures 00.
Langue pouvant 6tre utilisee dans I'offre :
FR (frangais)
Delai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 120 jours & computer de la date limited de
reception des offres
Personnes autorisees a assister a I'ou-
verture des offres : oui
Les membres de la commission d'appel
d'offres et le responsible de project ou son
/ ses representants. Les commissions
d'appel d'offres ne sont pas publiques.
Peuvent 6tre presents, les agents de la
Direction Commande publique, le comp-
table et un representant de la DRCCRF
sur invitation.
Modalites d'ouverture des offres :
Date : fin avril 2010
Lieu : CACEM 97204 Fort de France
Renseignements complementaires
II s'agit d'un march p6riodique : non
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par les fonds commu-
nautaires : non
Autres informations :
Le march comporte 2 options obli-
gatoires au sens du droit national:
* Option 1 : assurance tous risques ;
* Option 2: pneumatiques furniturer, d6-
pose et pose, parall61lisme, 6quilibrage et
valves).
Le dossier de consultation des entre-
prises est tel6chargeable sur Internet sur
le site www.marchespublics.net
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort de
France B.P 683 97264 Fort de France
Cedex Tel. : 0596.71.66.67 Fax :
0596.63.10.08
Introduction des recours :
* r6f&re precontractuel : entire le d6but de
la procedure de passation (publication de
I'avis) et la signature du contract dans les
10 jours suivant la notification du rejet de
I'offre
* recours pour exc6s de pouvoir: dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaqu6e.
Service aupres duquel des renseigne-
ments peuvent 6tre obtenus concernant
I'introduction des recourse : Tribunal Ad-
ministratif de Fort de France B.P 683 -
97264 Fort de France Cedex Tel. :
0596.71.66.67 Fax : 0596.63.10.08
Date d'envoi du present avis : 04 Mars
2010
Adresses supplementaires et points de
contact
- Adresses et points de contact auprbs
desquels des renseignements compl6-
mentaires peuvent Atre obtenus
CACEM Service Gestion et Suivi des
Achats
Immeuble Gros Bec


Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Point de contact : Mme Julians
Courrier electronique : achats.pu-
blics@cacem-mq.com
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
- Adresses et points de contact aupres
desquels le cahier des charges et les do-
cuments compl6mentaires peuvent Atre
obtenus
CACEM Service Gestion et Suivi des
Achats
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Point de contact : Mme Julians
Courrier electronique : achats.pu-
blics@cacem-mq.com
T61 : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
- Adresses et points de contact auxquels
les offres doivent 6tre envoybes :
CACEM Service Gestion et Suivi des
Achats
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tel : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
Informations sur les lots :
Lot nl
Intitule: location longue duree de vehi-
cules de segments B et SUV 4*4
Description succincte :
Vehicules segment B diesel et essence;
SUV 4*4 double cabinet
Classification CPV
Objet principal : 341 00 000-9 vehicules
& moteur
Objets complementaires:
* PA01-7 location
* 341 10 000-1 voitures particulieres
* 341 13 000-2 v6hicules a 4 roues mo-
trices
Quantity et 6tendue
Marched a bons de command :
* minimum : 320 000 euros hors taxes
* maximum : 430 000 euros hors taxes
Lot n2
Intitule : location longue duree de vehi-
cules 5 places ludospace
Description succincte : utilitaire leger.
Classification CPV
Objet principal : 341 00 000-9 v6hicules
A moteur
Objets complementaires:
* PA01 -7 location
* 341 10 000-1 voitures particuli6res
Quantity et Atendue
Marche a bons de command :
* minimum : 60 000 euros hors taxes
* maximum : 90 000 euros hors taxes
Lot n3
Intitule : location longue duree de v6hi-
cules utilitaires de type fourgon/fourgon-
nette
Description succincte : fourgon 8m3 ;
fourgonnette 3m3
Classification CPV
Objet principal : 341 00 000-9 v6hicules
a moteur
Objets complementaires:
* PA01 -7 location
* 341 36 000-9 fourgons integres
* 341 36 100-9 fourgonnette
Quantite et etendue
March & bons de command :
* minimum : 120 000 euros hors taxes
* maximum : 150 000 euros hors taxes
FB 2400


Or Je' 77 Mar 200-usien' I. Pg


A NNONCES UfA LE I





L4 MARTINIQUE AL 'HEURE DU CHOIX :


ELECTIONS RECIONALES desl I etl 1 mar 20o10
RASSEMBLEMENT MARTINIQUAIS"
POUR LE PROGRESS DANS LA FRANCE


uigilants


. .


H hc1cpter plus d'itre
poussIs A la misire

I dans les entreprises et
ians les rues. comme .
en fevrier-mars 2009.
DC e NON au :i-':

V o t e z
P-pour les candicats du
camp des travailleurs.
te COMBIIAT OIIVRIER

laineA
.ARNAUDI


em IALriae nauveau
um HIBI l~taii nouvlete >


^^^ ^^.Crl,,c .I trjidP ,Oter
Serge

MCHIMY
E CilIo ng rai dest 4 id maI -, 0R'1(I


mWm metultmfnlnamtn m .t m


) -j
Q20. 9


I I
1 I JJ 9 J
EI L I I l ''I I' I -


IIIKII


martini
Ma rinic




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs