Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00117
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: July 2, 2009
Copyright Date: 2009
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00117
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text

0po Z\NI HEBDOMADAIRE D'INFORMATI COMMUN\St

pSOOiO
9ea iJ~~ill7~Id4fv4lt200- 1u4.e )t2~~KA l,'E9~u:,OE O/tl9E


S jozy promefteune c, onsulfat
9IpiI.re. Avanons,
38"m Fesbiual de F-de-F 28me Tour Eycliste
,Que la bagarre soit
__ belle !
--Hausse du 5.I.I.e.
1f jurnls L'quivalent d'une
...mnin.n iv n lmc" bdquette par jour







SA IiC PiS JudiY Jillet 2-sn7a


Editor .............. .p. 3
- Oui l'Autonomie

Luttes Sociales .... .4/-
- Revalorisation du SMIC
- Casse du statut de la function public
territorial
- ATV : Rponse le 7 Juillet
- Mise en garde du Collectif Carburant

Politique ......... .. /1
- Une Guadeloupenne au gouvernement
- Conseil Gnral
- Serge Letchimu
- Congrs de Versailles
- Sarkozy en Martinique

Eco/Social ......... . 1

Evnement ......... .. 17
- Michael Jackson s'est "envol"

Clans le Monde ...... .p. 18
- Flash-Hebdo

Annonces Lgales .p. 18/27

Gultupe/S t .......... ... 28
- 38me Festival de Fort-de-France
- 28me Tour cycliste de Martinique


UN OUVRAGE DE JULIETTE


SMERALDA SUR PHILIBERT


DUFEAL


La Martiniquaise Juliette Smeralda,
Docteur en sociologie, dans sa re-
cherche de l'authenticit de la socit
martiniquaise a public une dernire
tude sur notre camarade Philibert Du-
fal, militant communist et syndicaliste
martiniquais, avec des entretiens de
Ren Barclay, 'Andr Constant et
Anique Sylvestre, fille de notre regrett
Camile Sylvestre.


~O~ldlC~IEC

c~?~Cio~?~


LA GRANDE SALLE AIMED CSAIRE


"JUSTICE"
Administration & Rdaction:
Tl. :05 96 7186 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr
http://www.iournal-iustice-martiniaue.com



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennal GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tl. :0596 7314 54


Dans le cadre de l'anniversaire d'Aim
Csaire le 26 juin 2009, le Conseil g-
nral a dnomm la grande salle de
l'Atrium : Salle Aim Csaire. Le prsi-
dent du Conseil Gnral de la Marti-
nique, Claude Lise, a dvoil la plaque
ralise par le plasticien Hector Char-


pentier, en presence d'un nombreux pu-
blic don't les fils Jacques et Jean-Paul
Csaire. La soire s'est poursuivie par
l'vocation du "Discours sur la Ngri-
tude" analyst par le professeur cubain
Carlos Moore. Une soire toute en mo-
tion.


LE SOLEIL GNREUX


Le dveloppement des nergies re-
nouvelables est en march de manire
inluctable. De plus en plus dans le
paysage s'observent des panneaux
photovoltaques. Aprs ceux de la
Cacem et avant la pose sur les bti-
ments des lyces et colleges, ce sont
les toitures du centre de valorisation or-
ganique du Syndicat Mixte Intercommu-
nal de Traitement des Ordures
Mnagres (SMITOM) qui accueillent


une central photovoltaque. 10 000
mtres carrs qui devront fournir au r-
seau EDF de l'lectricit, de quoi ali-
menter 400 foyers. Durant trente ans,
la socit prive Quantum Energie An-
tilles qui s'est charge du financement
de cette structure, l'exploitera moyen-
nant un loyer avant de la cder au SMI-
TOM. Une nouvelle source d'conomie
de resources fossiles importes qui
cotent de plus en plus cher.


Un ouvrage de plus de 450 pages. Le
choix de Juliette Smeralda n'est pas d
au hasard. Elle a t guide par la vo-
lont de ce qu'elle appelle la recherche
de l'me martiniquaise.
Elle nous dit : "Phiii6ert Dufal m'a tout
de suite donn Ce sentiment d'tre un ter-
ritoire martiniquais, davoir un space in-
trieur d'o i parole en terre ferme,
heree o notre socit et ses membres
sont aux prises avec 'angoisse de la d-
possession de tous ses patrimoines (...)
alors mme que (assimilationnisme atteint
rapoge de son efficacit (..)".
C'est donc un livre sur notre histoire
contemporaine vue travers les dcla-
rations d'acteurs et de tmoins vivants.
Il faut lire avec un esprit critique et
constructif cet apport sociologique de J.
Smeralda. Ce sont des tmoignages
souvent mouvants parfois poignants.
Vous trouverez ce livre en librairie et au
sige du journal Justice.
A. Constant









Oui, L'AUTONOMIE EST LA SOLUTION NOS PROBLMES !


Du voyage de Nicolas Sarkozy
la Martinique, nous les commu-
nistes nous retiendrons surtout le
discours prononc par celui-ci le
26 juin l'aroport Aim Csaire.
Un discours qui, sur la question
statutaire, a le mrite de prsenter
une synthse des diffrentes op-
tions autorises par la Constitution
et de rtablir la vrit sur les soi-
disant consequences dsas-
treuses du choix de l'article 74.
Ceux qui, droite comme
"gauce", se sont ingnis pen-
dant des annes diaboliser l'Au-
tonomie, essayer d'inoculer au
people martiniquais le "virus de la
peur, ne pourront plus le faire
dsormais avec autant d'impu-
dence, tout au moins publique-
ment. Aprs avoir enfonc la
veille, lors de la restitution des tra-
vaux des Etats Gnraux, une
porte ouverte en affirmant avec
une apparent conviction -et sans
craindre de dplaire ses parti-
sans locaux- que le statu quo
n'tait plus possible, le president
de la Rpublique a voulu tordre le
cou deux mensonges vhiculs
par des gens de mauvaise foi ou
mal informs au sujet de l'article
74, dclarant notamment : "Ilest,
par exemp(e, inexact de prtendre
qu'une collctivit quiferait (e chloix
de Carticl 74 de la Constitution
sortirait dsfiontires de a Rpu-
6ique [.. ]Iest aussi inexact de
prtendre qu'une collectivit quife-
rait le choix de articlee 74 de la
Constitution perdrait sa qualit de
"Rgion Vltrapnrpfirique" d'Eu-
rope et s avantages quilui sont as-
socis .
Pour les lecteurs de Justice de tels
propos ne constituent nullement
une nouveaut, car l'hebdoma-
daire du Parti Communiste Marti-
niquais ne cesse de dnoncer les


imposteurs qui disent le 1.'
contraire dans le but de -.'41~
semer la peur dans '.
l'esprit des Martiniquais We1
et de les convaincre
des bienfaits du statu
quo, de l'immobilisme
en matire institution-
nelle. Nicolas Sarkozy
a par ailleurs dcoch
une flche en direction
de ceux qui prtendent
obtenir une revision de
la Constitution pour la
seule Martinique en
vue d'une "autonomie
constitutionnelle" OU
constitutionnalise"
dans le cadre d'un nou-
vel article 74, lequel est
condamn donc ne
jamais voir le jour.
Le president de la Rpublique a
confirm sa volont de consulter
les Martiniquais sur l'volution ins-
titutionnelle, ce qui est conforme
la Constitution et au bon sens le
plus lmentaire. Cependant, ha-
bile politique la fois soucieux de
ne pas s'engager trop tt et de
manager aussi bien ses actuels
partisans que ses futurs allis, il
s'est livr un subtil jeu sur les dif-
frents choix juridiquement possi-
bles: statu quo, creation d'une
collectivit unique dans le cadre
de l'actuel article 73, statute d'auto-
nomie de l'article 74. Sous son ap-
parente objectivit on peut se
demander s'il n'a pas une prf-
rence pour une collectivit unique
dans le cadre de l'article 73, col-
lectivit qui a la faveur des FMP et
don't la conception rejoint ton-
namment celle exprime au
- Congrs par le troupee des pro-
gressistes et dmocrates", c'est--
dire le PPM et ses allis. Il envi-
sage en effet un processus en
deux tapes: 1) ... creation d'une
collectivit unique de iartiJe 73, as-
sortie dun pouvoir normatif ren-


forc..."; 2) "aprs pusieurs annes
(..) une second tape, vers plus
dcautonomie, pourrait tre engage "
Le risque existe donc de voir Ni-
colas Sarkozy dcider au mois
d'octobre de convoquer le people
martiniquais pour un rfrendum
qui ne soit pas celui souhait par
le Congrs des lus. Au lieu de lui
demander de dire oui ou non au
statut d'autonomie de l'article 74,
il peut trs bien lui imposer un
choix entire la collectivit unique
de l'article 73 et le statut d'autono-
mie de l'article 74.
La droite ne pouvant plus dfen-
dre ouvertement le statu quo, on
peut la voir rechercher et trouver
un consensus avec une certain
gauche" autour de la collectivit
unique de l'article 73 qu'elle a si
farouchement combattue en d-
cembre 2003.
Il appartient donc aux partisans de
l'autonomie avec l'article 74 de se
mobiliser pour un nouveau combat
idologique et politique pour mon-
trer que l'autonomie est la rponse
actuelle aux problmes cruciaux
du pays.
M.Belrose










REVALORISATION A MINIMA DU SMIC AU IER JUILLET


SMIC : Une augmentation journalire quivalente une baguette de pain


Le gouvernement a confirm le 22
juin dernier l'absence de coup de
pouce au salaire minimum qui doit
augmenter au 1er juillet de 1,3 % seu-
lement.
Ainsi, pour la troisime anne conscu-
tive, le gouvernement qui se veut celui
du "pouvoir d'achat" refuse de donner
un coup de pouce au SMIC. La revalo-
risation du salaire minimum, au 1er juil-
let, est donc limite au minimum lgal,
calcul en function de l'inflation et de
l'volution du salaire "ouvler', soit +
1,3 % cette anne. En effet chaque
anne en juillet- mais ce sera en janvier
partir de 2010- le tarif horaire du SMIC
est revaloris selon un calcul inscrit
dans la loi depuis 1970. La hausse cor-
respond l'volution sur un an des prix
la consommation pour les mnages
urbains ouvriers, laquelle on ajoute la
moiti du gain de pouvoir d'achat du sa-
laire horaire de base ouvrier (SHBO).


Cette anne, l'volution des prix en
France est negative (- 0,2 %) comme en
Martinique (- 0,2 % en mai sur un an et
- 0,3 % sur le mois de mai) et l'volu-
tion du SHBO est de 2,5 %. L'inflation
negative ayant t carte du calcul, la
revalorisation du SMIC est donc fixe
la moiti de 2,5 %, soit 1,25 %, et ar-
rondie 1,3 %.
En France, ce sont quelque 3,37 mil-
lions de smicards (en Martinique 22 000
25 000) qui verront leur taux horaire
passer de 8,71 euros brut 8,82 euros
et leur salaire mensuel (pour 35 heures)
passer de 1 321 euros bruts 1 337,70
euros, soit 16 euros de gain. En net le
SMIC passe de 1037 euros 1050
euros, soit un gain de 13 euros.
Brice Hortefeux, ministry du Travail, a
prsent ce grand pas en'avant devant
la Commission national de la conven-
tion collective (CNNC), o sigent pa-
tronat et syndicats. Et de prtendre
qu'avec 1,3 % de progression, "le pou-


voir d'achat des salaris concerns est tout
la fois prserv et garanti". "Il vaut
mieuxune vraie revalorisation qu'un faux
coup de pouce qui aurait un effet boome-
rang sur femploi et sur les plus dfavori-
ss, et remettrait en cause lemploi,
notamment dans les petites entreprises",
s'est-il justifi, reprenant les arguments
servis par le group d'experts dsign
par le gouvernement pour rflchir sur
le SMIC. Dbut juin, les cinq cono-
mistes ont rendu un rapport trs idolo-
gique et trs nolibral dnonant les
consequencess incontestablement dfavo-
rables" de la hausse du SMIC depuis
quinze ans. "De solides constatations em-
piriques convergent pour affirmer qu'un
cot lev du SMIC vince du march du
travail les travailleurs les plus fragiles,
ont-ils affirm. Traduction : les smicards
doivent comprendre qu'en limitant leur
pouvoir d'achat, le gouvernement les
protge du chmage La hausse des
salaires serait une contribution la lutte
contre la recession qui ravage l'cono-
mie en France et en Martinique.
Si "l'ensemble des organizations patro-
nales a t satisfait", selon lI CGT, tous
les syndicats ont critiqu le y~..verne-
ment. "11 centimes de l'heure, soit une
journe de travailpour se payer une ba-
guette de pain, c'est scandaleux !" a
tonn Maryse Dumas pour la CGT fran-
aise.
En Martinique, les travailleurs ont du
mal percevoir l'intgralit de la prime
de vie chre de 200 .
A. Gilles


Collectivits locaes: LA CASE DU STATUT DE LA FUNCTION

PUBLIQUE TERRITORIAL AU DETOUR D'UN TEXTE DISCRET


Le 21 janvier dernier, une proposition
de loi a t dpose par 87 dputs
issues de I'UMP, du Nouveau centre et
du MPF (villiriste). Intitul "proposition
de loi instituant la libert de recrutement
parles collectivits territoriales", ce texte
vise transformer, pour tous ceux qui
seront recruts partir du 1er janvier
2010, "la rgle actuelle" en matire de
recrutement des personnel. Le statut


de la Fonction publique territorial ac-
tuellement en vigueur sera maintenu
pour les functions "rgaliennes" que
remplissent les collectivits, comme
l'tat civil ou la police, par example.
Pour les autres missions, c'est le contract
de travail de droit priv qui serait gn-
ralis. Un dlai d'un an serait laiss aux
personnel dj en place pour opter
entire statut et contract. A dfaut de
choix, les agents seraient maintenus


sous statut. C'est le mme mcanisme
qui a dj t appliqu La Poste et
France Tlcom, en corollaire de l'ou-
verture des missions au march. Pour
la fdration CGT des Services publics,
"ils'agit en clair d'enfinir avec le Statut
dans la Fonction publique territorial, et
a term dans toute la Fonction publique,
avant liquidation des missions de cette
dernire ".










ATV: RPONSE LE 7 JUILLET 2009


Le tribunal devait statuer le 23 juin der-
nier sur l'avenir de la chane prive, en
redressement judiciaire depuis janvier
2009. Trois offres taient sur la table :
la continuation prsente par l'actuel
gestionnaire, le group Monplaisir, une
offre prsente par Jean-Claude Asse-
lin de Beauville avec la participation de
capitalistes locaux, et une offre du
conglomrat Trace-TV, Outremer Tl-
com et Antenne Runion chapeaut par
Barbara Jean- Elie. Le Tribunal aurait
justifi le report par le chque de 150
000 euros dpos par le group Mon-
plaisir. A cet effet, il est demand ce
dernier de faire un effort financier subs-
tantiel, puisqu'il s'agit d'ponger les
dettes d'exploitation qui tournent autour
de 750 000 un million d'euros pour la
priode allant de janvier juin 2009. Le
group doit prsenter quatre jours avant
le 7 juillet la justification de l'apurement
des dettes. D'autres exigences, rela-
tives cette fois-ci au Conseil suprieur
de l'Audiovisuel (CSA), sont prendre
galement en compete pour designer le
future repreneur, car aucun des repre-
neurs n'aurait demand le renouvelle-
ment de la frquence d'ATV, qui
s'achve en fvrier 2010. En outre,
selon l'avocat des salaries, la composi-
tion du capital port le group de Bar-
bara Jean-Elie ne rpondra pas aux


Olivier Laouchez et Jean-Claude Asselin de Beauville, deux repreneurs concurrents pour ATV

normes europennes. En tout cas, pour "XATVest une priority stratgique", et que
le personnel "cette situation est insup- c'est pour cela qu'elle s'appuie sur le
portable et ('attente difficile", exprime professionnalisme de ses partenaires.
Hubert Bornil. Toujours selon leur avo- Jean-Claude Asselin de Beauville est,
cat, Grard Dorling-Carter, "e personneC lui, plus dubitatif: "faut attendre, nous
rejette catgoriquement e plan du group sommes prts". Le 7 juillet, les 26 sala-
LMonplaisir qui n'a pas eu une attitude ris sauront quel sort sera rserv
loyal". Pour Barbara Jean-Ele, est leur outil de travail et qui seront leurs di-
loyale Pour Barbara Jean-Elie, est rigeants.
rigeants.
triste de voir cette chane qui souffre et C.B.
risque la liquidation". Elle estime que


BRAVES SOCIALES


La CDMT protest contre les blocages des accords du 11 mars


Le Collectif met en garde contre
la non application des accords
Une manifestation symbolique orches-
tre par la CDMT a eu lieu le mercredi


25 juin pour marquer la protestation des
travailleurs contre la -non application
par l'Etat des accords de mars 2009.
Dans cette mme journe quelques


membres du Collectif du 5 fvrier se
sont rassembls la Maison des syndi-
cats et ont rappel que le mcontente-
ment est toujours l et que les accords
sur les salaires et la baisse des prix ne
sont pas respects. Ils rclament la re-
prise des ngociations mises en som-
meil par les patrons et les diffrentes
administrations.

Les syndicats CGTM ET FO
de la Scurit social satisfaits
La mobilisation des salaries de la
Caisse Gnrale de scurit Sociale en
collaboration avec ceux des Caisses
d'allocations familiales de la Guyane,
Guadeloupe, Runion et Martinique a
permis d'obtenir que la prime de vie
chre service aux salaries passe de 25
% 35 %. Cette prime sera applique
avec un effet rtroactif partir du 1er
janvier 2009. Elle sera rajuste a hau-
teur de 40 % en janvier 2010. L'action
et la synergie des salaries des pays
d'outre-mer ont pay.










MISE EN GARDEN DU COLLECTIF CARBURANTS


Dans un communique le Collectif car-
burants compos des organizations
Syndicales SARA (CFE-CGC CGT-
FO CGTM-FSM & CDMT Martinique,
CGTG & Fo pour la Guadeloupe et
CDTG pour la Guyane) et celles de la
Martinique : CGTM Produits Ptroliers/
CDMT Transporteurs / CDMT Pompiste
I UGTM Stations-services rappelle qu'il
est l'origine de la creation par le Pr-
fet d'une table ronde de la chane le 17
avril 2009.
Il indique que : "(...Tous les Acteurs
concerns sont d'accordnon seufement sur
[a Charte thique mais aussi sur une
Feuill e Rde ute. TOVS sont d'accord
AUVSSI pour transmettre tous les docu-
ments ncessaires une transparence sur
leur situation administrative, financire
et Sociale.
Le collectif carburants constate que "Le
22juin 2009, nous tenons notre 2me Pl-
nire, hormis les avances des sous-com-


missions, trs peu d'Acteurs ont transmis
les documents demands" et que "'opa-
cit demeure, on veut toujoursflouer les
Consommateurs ".
En consequence :
"Le Collectif Carburants exige un accord
rapide sur:
* la preservation, voire 'augmentation ju-
dicieus de de mploi
* le maintien de 'Outilde Raffinage et
des autres Socits lies
* la matrise du Pouvoir d'achat sur les
carburants et le gaz
* le dveloppement durable (conomique
et social) de la region Antilles uyane.
LesActeurs etparticulirement les Ptro-
liers ne veulent pas morafiser fa Chane
Ptrolire et s'intgrer dans le Dveloppe-
ment Durable desAntilles uyane.
Malgr les accords parties(" entire les -
rants et les Syndicats de Pompistes, nous


sommes trs loin d'un apaisement social
car es conditions ne sont pas runies; les
difficults Sociales ne sont pas encore r-
solues au niveau de la Chane Ptrolire.
Le CollectifCarburants, Avan d{o dpas
farinn !
* Demand Au Ptroliers et autres c-
teurs de la chane ptrolire de transmet-
tre tous les documents ncessaires.
* Rappelle tous que le CollectifCar6u
rants est une manation Syndicale lie
tous les Mouvements de Guyane, uade-
loupe et de la 9Martinique.
* Invite tous fesActeurs de la chane P-
trolire rpondre furgence d'un accord
rapide, seu garant de la paix social.

Les Enjeux des _Mouvements Populaires
de 3 Rgions Antilles uyane sont nos
Enjeutj".


UNE GUADELOUPEENNE AU GOUVERNEMENT


Marie-Luce Penchard, le nouvel atout prsidentiel
pour "tenir" l'outremer

Profitant du dernier remaniement minis-
triel, le duo Sarkozy-Fillon a limog
assez brtutalement Yves Jgo pour le
remplacer au Secrtariat d'Etat l'Ou-
tre-mer par la Guadeloupenne UMP
Marie-Luce Penchard, fille de Lucette
Michaux- Chevry, elle-mme ancienne
ministry de l're chiraquienne.
Bien que les Martiniquais l'aient dcou-
verte l'occasion des rcentes lec-


tions europennes -qui se sont
soldes par un relatif chec pour
elle-, Marie-Luce Penchard est
pour ainsi dire une inconnue,
don't le moins qu'on puisse dire
est qu'elle doit faire ses preuves
pour tre credible. Faut-il se r-
jouir de voir une "ultramarine"
un tel poste de responsabilit?
Pas spcialement, mme si sa
nomination peut sembler tre la
preuve que les Ngres sont aussi
capable que les Blancs, que
l'Outre-mer est riche en talents,
que la France officielle n'est pas
racist, etc., car tout membre du
gouvernement est somm de
faire la politique dcide par le
president de la Rpublique l're
de l'hyper prsidence. Autrement
dit, Marie-Luce Penchard recevra
sa feuille de route" et devra s'y
conformer, sans faire abstraction
pour autant de sa personnalit et
sans renoncer au choix de ses m-
thodes de travail.
Certes, on peut voir un atout dans son
origine antillaise, mais outre qu'il ne suf-
fit pas d'tre antillais pour comprendre
et rsoudre les nombreux et complexes
problmes des Antilles, l'Outre-mer ne
se limited pas aux Antilles. C'est un
monde vaste et marqu par une trs


grande diversity, ce qui justifie que Ni-
colas Sarkozy ait prfr pa r rcem-
ment "des outre- mers".
France- Antilles, dans sa livraison du 25
juin reproduit une interview accorde
par la nouvelle secrtaire d'Etat qui pr-
cise ses trois dossiers prioritaires: les
Etats gnraux, le dossier des carbu-
rants et l'volution institutionnelle. Sur
le problme des carburants, que nous
communists ne dissocions pas de
celui du maintien en activity de la Sara,
il convient d' tre trs vigilant, de se m-
fier des fausses informations divulgues
au sujet du soi-disant enrichissement
excessif de cette socit don't certain
souhaitent la disparition pour livrer les
Antilles aux Compagnies importatrices.
Quant aux deux autres dossiers, seul
Nicolas Sarkozy, qui a le pouvoir de
fixer les modalits et la date de la
consultation populaire, peut dcider du
type de question poser aux Martini-
quais, ainsi.que de la manire don't se-
ront articules conclusions tires des
Etats gnraux et volution institution-
nelle. Et surtout la ngociation du
contenu de la loi organique statutaire en
cas de succs de l'article 74 la consul-
tation populaire.
Marie-Luce Penchard sera juge en
function de ses actes.
M.Belrose










Conseilgnral- 2008: UN EXCDENT EN PROGRESSION


Parmi les points l'ordre du jour de la
plnire du Conseil gnral le 25 juin
dernier, le vote du compete administratif
2008 et la participation du dpartement
la measure de soutien au pouvoir
d'achat des salaries des entreprises pri-
ves suite au conflict de fvrier. C'est
dans un hmicycle clairsem que
Claude Lise et le rapporteur Alfred Si-
nosa ont expos le rsultat de l'activit
de la collectivit pour l'anne 2008. Le
budget de 688 638 241 a
t relativement bien ex-
cut selon le rapport, en
effet 94.88% des recettes
ont t raliss. Il faut
noter une baisse des re-
cettes en 2008 de 3.73%
par rapport 2007. Au ni-
veau investissement, les
resources reprsentent
79.08% des provisions
budgtaires. A noter que la
collectivit a mobilis 55
millions d'euros d'emprunt
bancaire en 2008, soit
74.22% du montant prvu.
L'excutif souligne que la
progression de l'encours
de la dette dpartementale Les
commence ralentir. Une
volution qui contribute freiner la d-
gradation de la capacity d'endettement.
Elle amorce dsormais, compete tenu de
ses contraintes budgtaires, un flchis-
sement de son endettement. S'agissant
des recettes de fonctionnement, ceux
de la fiscalit directed sont en hausse au
contraire des taxes indirectes en baisse,
d la dgradation de la conjoncture
conomique. Les recettes verses par
l'Etat pour compenser les transferts de
comptences, demeurent, en dpit de
leur lgre progression notoirement in-
suffisantes, souligne l'excutif. Le


Ren Mnil enfin sur les chemins de
la reconnaissance ?
C'est devant une salle de dlibration


Conseil gnral a consacr la plus
grosse part de son budget la dpense
d'aide social et de sant, suivie des
frais gnraux (administration gnrale
et frais gnraux d'entretien des bti-
ments et rseaux routiers). En definitive
la collectivit enregistre un excdent de
601 992E en progression par rapport
2007. Pour le president Claude Lise,
c'est le rsultat "des signes d'assainisse-
nient de notre situation puisque nous


lus ont commenc l'assainissement des finances de la collectivity

avons mis en oeuvre depuis deux ans des
dispositions tendant rduire les dpenses
sans toucher auxservices rendre la po-
pulation. Cela donne des signes encoura-
geant". Il a lanc un appel afin que l'Etat
fasse un effort, et comprenne qu'il n' y
aura pas de plan de reliance tant que le
Conseil gnral ne sera renforc pour
qu'il puisque augmenter sa part d'in-
vestissement pour le BTP notamment.
Que l'on puisse nous aider dans une
priode difficile a-t-il fait valoir. Pas de
reaction ce compete administratif, il est


bien remplie que mercredi
24 juin dernier a t pr-
sent au public l'ouvrage de
Genevive SEZILLE-MENIL
intitul "Pour l'mancipa-
tion et l'identit du people
martiniquais" dit chez
L'Harmattan et compos
d'crits souvent mconnus
du grand philosophy, cri-
vain et militant communist
martiniquais. Ren Mnil.
Prside et introduite par Al-
fred Marie-Jeanne, president
du Conseil regional, la soire eu en-
tendre les interventions liminaires suc-


vrai que la plupart des lus devaient se
rendre la visit de Sarkozy. Au final 25
lus ont approuv ce compete et 10 au-
tres s'abstiendront (PPM et Andr Le-
sueur, FMP). "Vne attitude negative
liabituelle de ce group que dplore
Claude Lise. Iffaut ne pas un habituel
double discours sur la main tendue d'un
cot et le rejet systmatique de 'autre"
conclu-t-il.

Prs de 5 millions pour les
S bas salaires
S A l'unanimit, les lus ont vot
la contribution du Conseil g-
nral la sortie de cruise du
conflict de fvrier/mars 2009.
Une subvention de prs de 5
millions d'euros (4 .900 000)
sera consacre soutenir les
entreprises locales dans l'aug-
mentation des salaires. La col-
lectivit s'est engage pour
une contribution de 15 E par
salari. Dans le mme temps
pour les agents non titulaires
de la collectivit don't les sa-
laires ne dpassent pas 1.4
SMIC, une some de 100 E
net par mois est en place depuis
le 1er avril. Pour les salaries du priv, la
collectivit est en attente pour savoir par
quel biais cette some de 15 E sera
verse. Les lus ont rappel "l'effort
considerable pour teindre 'incendie" en
soulignant que ce n'est pas de sa com-
ptence de verser un salaire et qu'il fau-
dra se proccuper de ce qu'il adviendra
aprs le dlai d'un an de sa mise en
place. "Tout cela reserve des surprises ds-
agrables", prvient Claude Lise.
C.B


cessives trs clairantes de Gene-
vive Szille-Mnil, la veuve de notre
regrett Ren Mnil qui a ralis et or-
donnanc ce recueil, d'Andr Lucrce
et de Jol Beuze, crivains.
Un dbat riche mit en evidence la tra-
ce essentielle de Ren Mnil qu'il a
ralise sur les chemins de notre iden-
tit depuis le "manifeste de Lgitime
'Dfense"et la ncessit de mieux faire
connatre cette dterminante contribu-
tion.
Une sympathique collation a cltur
cette manifestation trs conviviale.
M.










REMODELAGE DES CIRCONSCRIPTIONS LECTORALES POUR

LES ELECTIONS DES DPUTES


La commission consultative charge
par la Constitution de donner un avis
sur les projects de loi dlimitant les cir-
conscriptions pour l'lection des dpu-
ts a donn un avis favorable au
remodelage lectoral de Martinique. En
France, ce redcoupage des circons-
criptions lgislatives voulu par le gou-
vernement avait provoqu lors de son
announce de fortes critiques gauche.
Une leve de boucliers, qui avait forc
le secrtaire d'tat l'Intrieur Alain
Marleix d'installer
cette commission
cre par la revision


constitutionnelle de 2008 et prside par
Yves Guna, le 1er
mai dernier. Le gou- mla.l
vernement l'avait sai-
sie pour donner l'un
de ces trois avis: "pro-
positions complmen-
taires voire "
alternatives", simples -
suggestions ou pas
d'objection". Pour la
Martinique, elle n'a
pas fait d'objection .
la proposition gouver-
nementale. Il s'est agi
de modifier la dlimita- ,SI
tion de certaines cir-
conscriptions
nombre de dputs ..... :.'.*
constant, quatre ac-
tuellement eu gard
la dmographie. Les
chiffres retenus tien-
nent compete du recen-
sement de 2005.
Sachant que l'cart
maximum de popula-
tion par rapport la moyenne dparte-
mentale est fix par la loi 20%. Le
gouvernement est libre de les suivre ou
non. Aprs le passage du texte devant
le Conseil d'Etat, le conseil des minis-
tres devra l'entriner et II sera ventuel-
lement examin devant le Parlement
au course d'une session extraordinaire
en septembre.
La situation actuelle rsulte du dcou-
page lectoral du 24 novembre 1986, et
la dernire election remote au 20 juin
2007:

Premire circonscription : Cantons de
L'Ajoupa-Bouillon, Basse-Pointe, Ma-


couba, Gros-Morne, Le Lorrain, Le Ma-
rigot, Saint-Joseph, Sainte-Marie I,
Sainte-Marie II, La Trinit. 79465 habi-
tants Dput :Louis-Joseph Manscour

Deuxime circonscription : Cantons
de Case-Pilote, Le Carbet, Fort-de-
France I, Fort-de-France II, Fort-de-
France III Fort-de-France IX,
Fort-de-France X, Le Morne-Rouge, Le
Prcheur, Saint-Pierre, Schoelcher I,
Schelcher Il. 80494 habitants, Dput:


Une nouvelle redfinition des circonscriptions lgislatives

Alfred Almont

Troisime circonscription : Cantons
de Fort-de-France IV, Fort-de-France V,
Fort-de-France VI, Fort-de-France VII,
Fort-de-France VIII, Le Lamentin I, Le
Lamentin II, Le Lamentin III. 93421 ha-
bitants, Dput : Serge Letchimy.

Quatrime circonscription : Cantons
des Anses-d'Arlet, Le Diamant, Ducos,
Le Franois I, Le Franois II, Le Marin,
Rivire-Pilote, Rivire-Sale, Le Robert
I, Le Robert II, Saint-Esprit, Sainte-
Anne, Sainte-Luce, Les Trois-llets, Le
Vauclin.127945 habitants: Dput :AI-


fred Marie-Jeanne


La nouvelle mouture propose :
Premire circonscription : Cantons de
Le Franois I, Le Franois II, Gros-
Morne, Le Lamentin I, Le Lamentin II,
Le Lamentin III, Le Robert I, Le Robert
II, La Trinit. 107 456 habitants

Deuxime circonscription : Cantons
de L'Ajoupa-Bouillon, Basse-Pointe,
Case-Pilote, Le Carbet, Le Lorrain, Ma-
couba, Le Marigot, Le
Morne-Rouge, Le Pr-
cheur, Saint-Pierre, Saint-
Joseph, Schelcher I,
Schelcher II, Sainte-
Marie I, Sainte-Marie II.
100 991 habitants

Troisime circonscrip-
tion : Cantons de : Fort-
de-France I,
Fort-de-France II, Fort-de-
France III, Fort-de-France
IV, Fort-de-France V, Fort-
uamiTMe de-France VI, Fort-de-
France VII,
Fort-de-France VIII, Fort-
de France IX Fort de
France XI. 90 347 habi-
tants

Quatrime circonscrip-
tion : Cantons de: Les
Anses-d'Arlet, Le Dia-
mant, Ducos, Le Marin,
Rivire-Pilote, Rivire-
Sale, Saint-Esprit,
Sainte-Anne, Sainte-Luce,
S, .: Les Trois-llets, Le Vauclin.
> 98 938 habitants.

Il en resort un jeu de
chaises musicales au ni-
veau des circonscriptions ainsi qu'un r-
quilibrage du nombre d'habitants pour
obtenir une moyenne de 99 433 per-
sonnes. Exit Nord-Carabe et Atlan-
tique, les communes du nord sont
regroupes, comme celles du sud. Les
cantons de Fort-de-France ne sont plus
saucissonns et deviennent circons-
cription unique. Les cantons du Sud
sont rpartis entire les nouvelles pre-
mire et quatrime circonscription. Au
del du rquilibrage dmographique
se profilent les lections prvues dans
trois ans. Qui a-t-on voulu favoriser ou
carter ?










PART COMMUNIST MARTINIQUAIS:

INVITATION A UN SMINAIRE DE RFLEXION

Chers camarades,
Chers compatriotes,
Le Congrs des lus Martiniquais a arrt les de fait- a dcrt un nouveau moratoire tout en
dispositions juridiques tendant transformer se rclamant en paroles de l'Autonomie et
l'actuel statut en une nouvelle collectivit rgie d'Aim Csaire. Cela cre la confusion.
par l'article 74 de la Constitution Franaise.
C'est un pas important qu'il convient de faire Comment ag pour convincre
valider par le people martiniquais.
Ces dispositions vont dans le sens de la re- et conqul
vendication du Parti Communiste Martiniquais
pose ds 1960, savoir : ,noOUVefe CoUe Ctivite

cadred'unou istatut qidnnerai autonomy e Martinique?
auX taiuas (a diction dae fers af- Et pour quoifaire?
fairs pour (efweppement conomique et
Le Parti Communiste Martiniquais invite ses mi-
socia[up litants, sympathisants et amis participer au
sminaire de rflexion :
Le movement social de fvrier/mars 2009 a
montr le mal vivre et le mal tre de notre peu- DIMANCHE 5 JUILLET 2009
ple et a pos avec force l'urgence de repenser H S SA AI
notre modle de dveloppement et de la ques- Ue Ade
tion de la responsabilit politique martiniquaise. Sige de "Justice"
Par contre, les forces traditionnelles de la Angle des rues Emile Zola et Andr Aliker
droite assimilationniste opposes tout chan- Terre Sainville Fort de France
gement ont vu converger vers elles le PPM qui-


COMMUNIQU :

Congrs du 18juin 2009: LE PCM EXPRIME SA SATISFACTION ET

APPELLE LE PRESIDENT DE LA RPUBLIQUE RESPECTER'LA

VOLONT DES LUS MARTINIQUAIS


Le Parti Communiste Martiniquais salue
avec satisfaction les resolutions adop-
tes par la majority des lus du
Congrs lors de la sance solennelle du
jeudi 18 juin 2009.
C'est un bon project qui s'inscrit dans la
droite ligne de la revendication de l'au-
tonomie pose depuis 1960, le premier
en Martinique, par le Parti Communiste
Martiniquais et qui a bnfici du sou-
tien d'un large ventail de forces poli-
tiques et sociales de la Martinique et
des DOM lors de la Convention du
Morne rouge les 16-17 et 18 aot 1971.


Au moment o le movement social a
pos avec force la ncessit de repen-
ser notre modle de dveloppement, le
Parti Communiste Martiniquais observe
que le PPM, pourtant signataire de la
Convention du Morne Rouge pour l'Au-
tonomie, dcrte un moratoire d'un nou-
veau genre.
Le Parti Communiste Martiniquais de-
mande au Prsident de la Rpublique
de respecter la volont des lus marti-
niquais exprime lors des Congrs des
18 dcembre 2008 et 18 juin 2009, et
de mettre en place le processus de n-


gociation de la loi organique statutaire
et de consultation du people martini-
quais.
Le Parti Communiste Martiniquais in-
siste sur la ncessit pour les forces du
changement de mettre en place un
Front Commun pour mener ensemble
une grande champagne d'explication sur
tout le territoire martiniquais.
Fort-de-France, le 22 Juin 2009
Pr le Bureau politique du PCM
Fernand Papaya
Secrtaire










SERGE LETCHIMY OU L'IMPOSSIBLE PARI DE SE DISSOCIER DE

LA DROITE ASSIMILATIONNISTE ET IMMOBILISTE


La difficult pour le PPM est de refuser
l'autonomie permise par l'article 74 de
l'actuelle constitution franaise tout en
vitant de se voir reprocher de s'aligner
sur les positions immobilistes et assimi-
lationnistes de la droite ultra de Miguel
Laventure, Andr Lesueur, Franoise
Rose-Rosette, Chantal Maignan, etc,
ainsi que des bks tel Jean-Louis De
Luy De Fossarieu, grand pourfendeur
de la Collectivit unique de dcembre
2003 et qui a repris du service contre
l'article 74.
Alors Serge Letchimy proclame haut et
fort que ce qu'il veut c'est plus d'auto-
nomie et cela parce que le PPM est "Ce
seuldpositaire et garant de lautonomie".
Dans la motion propose au Congrs
des lus le 18 juin, le group des pro-
gressistes et dmocrates
affirme rechercher "un
consensus globalen vue dun
processus daccs fIutono-
mie". Le texte affirme :
"Nous, (Parti historique de
emancipationn du people
martiniquais" et se rfre au
"combat lgitime de Csaire
pendant plus de cinquante
ans, celui du progrs dans
['autonomie et dans lga-
lit". La tactique PPM a
change par rapport au 18
dcembre 2008. Il ne faut
plus apparatre comme hos-
tile au changement institu-
tionnel mais la mthode et
au calendrier.
Une fois de plus, il faut d-
mentir formellement cette
assertion historique men-
songre reprise dans un bel
ensemble par les mdias, savoir que
Csaire serait le pre de l'Autonomie.
Le premier parti avoir revendiqu ex-
plicitement un statut d'autonomie est le
Parti Communiste Martiniquais le 14 f-
vrier 1960 dans une conference de
Georges Mauvois au Palais de la Mu-
tualit Fort-de-France. Csaire en
tait encore l'autogestion, puis l'au-
tonomie de gestion. Puis il n'en vint
l'Autonomie que fugacement en 1963 et
surtout lors du Congrs du PPM de
1965.
Dans son interview au quotidien
France-Antilles du mercredi 24 juin, la
veille de l'arrive de Nicolas Sarkozy,


President de la Rpublique franaise,
Serge Letchimy, le president du PPM,
insisted : "Et ceuxqui tentent de nous as-
socier la droite se trompent lourdement.
Elle estfavorable l'article 73. NVous,
c'est l'autonomie. Je rpte que nous
sommes rsolument pour une autonomie
galitaire, pas celle que nousprparent les
partisans de [article 74. NVous ne voulons
pas aller Cchec".
Sur quoi repose ce refus de l'autonomie
de l'article 74 ? Serge Letchimy as-
sne : "article 74 actuelde 1a Constitu-
tion (..) est une remise en cause de
'galit des droits". Qu'on lui cite les
examples de Saint-Barthlmy et Saint-
Martin, que Nicolas Sarkozy prenne


Serge Letchimy, dubitatif, tent par la droite?

tmoin Saint-Pierre-et-Miquelon pour
montrer la "souplesse"de l'article 74, rien
n'y fait, et du coup Letchimy retombe
dans le discours de la peur de la droite.
Dans l'interview cite, il affirme : "plutt
deupas srs que deuxpas dans le vide".
Il voque le "risque" d'aller vers un
"changement de rgime politique" (ndlr :
passer de l'assimilation legislative la
spcialit lgislative).Le choix de l'arti-
cle 74, ses yeux, est "htif' et "anti-
dmocratique". Etrange pour un parti qui
revendique 50 ans de luttes pour l'auto-
nomie. Le principle d'galit des ci-


toyens est dans le prambule de la
Constitution et dans son article 1er.
Dans un statut de l'article 74, la Marti-
nique reste dans la Rpublique fran-
aise, a rappel le Prsident de la
Rpublique franaise en personnel. Et la
loi organique statutaire revendique par
le Congrs des lus maintient la protec-
tion social dans le droit commun, ce
que curieusement Daniel Robin critique
(cf Le Progressiste n" 2090 du 17 juin
2009).
Letchimy reprend l'accusation de la
droite sur la ngociation du contenu du
statut et le vote de la loi statutaire orga-
nique aprs la consultation des Martini-
quais et y voit un "ChfattJn Sa'". Le Pr
Carcassonne a rpondu que l'on pou-
vait consulter le people martiniquais sur
un avant-projet de
loi organique (cf
Justice de la se-
maine dernire). Et
Spuis, dans la propo-
sition Letchimy de
Collectivit unique
article 73 avec des
Shabilitations lgisla-
Stives, il faudra aussi
'"v.. j consul. -u prala-
ble les Mrvciitiniquais
et voter la loi statu-
...... : I taire (simple) aprs.
,. C'est le mme chatt
.. an sak. Avec la dif-
frence qu'il y a
moins de garanties
avec une loi ordi-
naire qu'avec une
loi organique qui est
quasi constitution-
nelle et non
"conventionnelle ",
comme le prtend
frauduleusement le
president du PPM.

L'agitation du syndrome des risques
La motion PPM, comme dans l'argu-
mentaire du petit assimil modle, agite
"[e syndrome de risques divers" et d-
nonce la precipitationn" et "'aveugle-
ment". Mme discours pour provoquer
des "peurs irrationnelles" dnonces
par Sarkozy qui a dclar : "Ce dbat ne
souffre pas la caricature et les fausses in-
formations destines provoquer des
peurs irrationnelles dans la population".
Que propose le no-PPM ?


*
.~ ri "
t~:il~f~s~ ~i~sBg~B~Igt~' ~
:~' 4'








aiYO i


Dans l'interview cita.,de France-An-
tilles, Serge Letchimy avance : "C'est
pour cela que je propose une volution en
deux temps. Vn premier avec le rassem-
6bement des deuX collectivits en une col-
lectivit unique dote de pouvoirs et de
possibiits d'tre ha6ilite dans plusieurs
domaines comme celui de la loi. C'est une
rforme possible qui ne demand pas de r-
forme de la Constitution. (Deuimement,
une exprimentation pendant cinq ans
avec une clause de rendez-vous dans cinq
ou sib ans pour voir tout ce qui peut tre
modifi et arriver devant la population
avec une consultation sur le changement
de rgime politique".
Autrement dit, le PPM, "parti historique"
de l'autonomie a besoin de six ans en-
core pour savoir ce qui peut tre de-
mand On comprend pourquoi jamais
le PPM n'a labor un project de statut
d'autonomie article par article, comme
!'y a invit Pierre Aliker plusieurs re-
prises et comme I'a fait le PCM depuis
1991 (amend depuis). Tant il est vrai
que la notion d'autonomie doit prendre


un moment donn une forme juri-
dique. Le ddain affich par certain
droite mais aussi gauche et l'ex-
trme-gauche pour le dbat entire arti-
cle 73/1 article 74 n'est que le paravent
du refuse du changement statutaire au-
jourd'hui.
Notons que Sarkozy a envisag un pro-
cessus similaire celui avanc par le
PPM, nouveau cru.. Il a dclar le 25
juin l'aroport Aim Csaire : "J'ajoute
que fvolution institutionnelle peut aussi
se concevoir comme un processus, une d-
marche comportant plusieurs tapes. Par
excemple, on pourrait imaginer, dans un
premier temps, la creation d'une collecti-
vit unique de l'article 73, assortie d'un
pouvoir normatifrenforc. Aprsplusieurs
annes, et issue d'une valuation du
fonctionnement de cette collectivit
unique, une second tape, vers plus dau-
tonomie, pourrait tre engagee. Voil la
convergence du PPM avec le pouvoir
don't parlait Claude Lise lors du
Congrs.
Il n'en demeure pas moins que, dans
l'immdiat, le PPM propose la mme


chose que la droite, savoir une Col-
lectivit rgie par l'assimilation lgisla-
tive et que sa fameuse "autonomie
constitutionnelle", "autonomie gali-
taire", est repousse aux calendes
grecques, c'est--dire dans un future in-
dtermin. D'autant que Sarkozy a
confirm qu'il n'a pas l'intention de mo-
difier la Constitution.
N'a-t-il pas insist ': "Je ne conois une
ventuelle volution institutionnell e e la
SMartinique que dans le cadre de la Consti-
tution existante. Les articles 73 et 74 de
notre Loifondamentale sont trs souples
et autorisent des degrs variables dauto-
nomie (..)?"
Il sera difficile au president du PPM de
continue refuser l'autonomie possible
aujourd'hui sans risques srieux, sans
collusion de fait avec les immobilistes et
les attards de l'assimilation.
Les problmes cruciaux de la Marti-
nique de l'emploi, du Dveloppement
vritable et de la Responsabilit marti-
niquaise n'attendent pas.
Le PPM doit se ressaisir
Michel Branchi


FRANCE CONGRS DE VERSAILLES: PAROLES, PROMESSES


ET RALITS D'UN SHOW-SARKO


Un exercise pour la gloire du chef sans vritable retombe pour les travailleurs


Depuis Adolphe Thiers en 1875, aucun
autre chef d'Etat franais ne s'tait
adress au Congrs. Il a fallu attendre
donc 134 ans (aprs modification de la
constitution en juillet 2008) pour que le
president Sarkozy s'exprime devant le
Congrs convoqu cette intention.
Pour autant ce spectacle de "one man
show Sarko" a t l'occasion de confir-
mer avec des artifices de language, la


poursuite d'une politique de rgression
social avec le recul annonc de l'ge
de la retraite, le dmantlement de
l'chafaudage des collectivits locales,
la poursuite de la rforme librale des
universits, le non replacement de
milliers de fonctionnaires, la remise en
cause de leurs status, le refus d'aug-
menter le SMIC vritablement, de
lourdes menaces sur la sant etc.. Une
politique de rigueur qui ne dit pas son


nom. Par contre pas de remise en
cause du bouclier fiscal si prcieux aux
nantis. Promesse de non augmentation
de l'impt, mais recours un emprunt.
Pour mmoire, le dernier emprunt Bal-
ladur de 1993 avait bnfici aux gros
contribuables. Il avait cot la collec-
tivit publique plus de 90 milliards en ne
lui rapportant que 40 milliards !
Ce monologue prsidentiel de 45 mi-
nutes n'a pas t suivi d'un quelconque
dbat. Il faut noter que les parlemen-
taires de la gauche communistse, d-
mocrates et verts) avaient refus d'aller
Versailles pour jouer aux figurants.
Ceux du Parti Socialiste y allrent res-
tant ostensiblement les bras croiss du-
rant la tirade de Sarkozy.
En cette priode de crise financire,
cette mise en scne du Congrs de
Versailles aurait cot entire 400 000 et
500 000 euros aux contribuables. Le
discours de Versailles demeure, au-
del des mots, un discourse de rigueur
pour les plus dfavoriss, sans pers-
pectives pour les jeunes et ces milliers
de chmeurs qui l'on promet de raser
gratis demain.
Plus que jamais l'heure est la mobili-
sation et l'action unie.
A. Constant








Sarkzy en Martinis: Ni IND-PENDANC, NI STATUS -UO

Sarpgy en fMiarinique : Ni INDEPENDANCE, NI S TA TU QUQ


L'nommage de la France a ces vaillants hommes


En visit clair en Martinique, le prsi-
dent de la Rpublique Nicolas Sarkozy
aura trac le vendredi 26 juin, le cadre
dans lequel devraient se situer les futures
enjeux pour l'avenir de la Martinique. Ni
indpendance, ni statu quo, le people
sera consult sur le degr d'autonomie,
a-t-il dclar en substance dans un dis-
cours qui fera date. Outre le nouveau
ministry de l'Intrieur Brice Hortefeux et
sa secrtaire d'Etat l'Outremer Marie-
Luce Penchard, on notait la presence,
parmi les accompagnateurs du prsi-
dent, de nombreuses personnalits an-
tillaises et runionnaises, don't Patrick
Karam, Laura Flessel Daniel Maximin,
et Franoise Verges.
Alors que sa visit ne semblait prsen-
ter aucun risque majeur, c'est sous
haute protection qu'elle s'est droule.
La scurit tait maximale, avec une
presence plus que renforce de poli-
ciers et de gendarmes venus de l'hexa-
gone. De qui se mfiait-on, alors que le
syndicate CDMT, pour protester, avait
justement manifest en petit nombre le
mercredi, afin d'viter tout affronte-
ment? Partout o tait attend le chef
de l'Etat, il y avait un public tri, et les
militants UMP se trouvaient en premiere
ligne. Les invits devaient systmati-
quement montrer patte blanche. Quant
aux routes, elles taient bloques pour
viter tout retard dans la visit minute
de Sarkozy. Et c'est sans surprise que
celui-ci a remport un joli succs lors de
ses bains de foule soi- disant improvi-
ss.
Hommage de la France aux dissidents
La veille, le jeudi 25 juin, le chef de l'Etat
avait "rpar une injustice", en rendant
aux dissidents, ces jeunes Martiniquais
qui au pril de leur vie ont travers le
canal de la Dominique ou de Sainte-


Lucie pour railler le Gnral de Gaulle.
Moment mouvant que ces hommes at-
tendaient depuis 60 ans. Nicolas Sar-
kozy a dclar que "par leur
participation exemplaire aux combats
pour 1a i6bration de la France, les dissi-
dents sont entrs dans la lgende sacre de
[a Second uerre mondiale", soulignant
que "Notre histoire partage et nos sangs
mls sont un ciment que nulne peut 6ri-
ser". Il a assur que "L'Etat accompagne
le project portparSerge Letchimy, un M-
morial en hommage aux dissidents" qui
devrait se situer sur le front de mer. Une
quinzaine d'hommes, don't six Guade-
loupens, ont reu la lgion d'honneur
ou ont t levs au grade de Com-
mandeur. La chef de l'Etat-conclura par
ces mots: "nous venons de rparer une
grande injustice, les dissidents furent de
grands rsistants".

Visite de l'industrie locale
En compagnie d'Al-
fred Marie-Jeanne et
de Pierre Samot,
ainsi que de Pierre
Marie-Joseph, repr-
sentant des MPI, Ni-
colas Sarkozy a vu
l'industrie locale
l'euvre, au pas de
course. Visite de
deux entreprises du
group Aubry au
Lamentin: Big'in et la
Socit Martini-
quaise de production
alimentaire. L'occa-
sion pour certain
chefs d'entreprise de Pierre-Marie Joseph, p
lui glisser quelques


mots sur leurs difficults et leurs at-
tentes. Fret, dfiscalisation, tourism,
dsenclavement ont t quelques uns
des sujets abords. Le president de la
rpublique a cout sans faire d'an-
nonce, renvoyant tout le monde aux r-
sultats des Etats gnraux.

Les Etats gnraux
vers un comit de suivi
Prs de 800 personnel, don't une majo-
rit d'encarts UMP l'espace aropor-
tuaire du Lamentin pour une sance de
restitution des Etats gnraux, lesquels
avaient t dcrts par Nicolas Sar-
kozy au sortir de la crise de fvrier/mars
en Guadeloupe et en Martinique. Autour
de la grande table sont installs le pr-
sident escort des deux ministres, le
prfet, Richard Samuel, le coordonna-
teur des Etats gnraux, entour de
quelques rapporteurs d'ateliers. N i -
colas Sarkozy lancera en introduction
une operation sduction avec le volon-
tarisme et l'habilet qu'on lui connat :
"if n' a pas de fatalit l'chec. La
France a besoin des ntilles. La France
ne serait pas la France sans Ces outre-
mers". Pour rpondre l'inquitude qu'il
aura perue durant la crise ainsi qu'au
Collectif du 5 fvrier qui esti, que les
Etats gnraux sont l pour dominer le
movement social, il announce vouloir
reliever un dfi, affirmant que l'on doit
russir et qu'on aura besoin de tout le
monde Pour lui, cela passe par la res-
ponsabilisation des Martiniquais et le
fait de leur donner la possibility de faire
valoir leurs qualits et leur potential.
Faisant allusion aux multiples maux
don't souffrent les socits antillaises, il
dclare sans ambages que "le statu quo
n'est plis p'ossibfe ". Il prcise par ailleurs


1'-







irsident des AMPI a expliqu au president la necessity de
measures adaptes la situation







II Je Jsi -a'


'Beaucoup de promesses ont t nonces par Sarkozy. Dboucheront-elles sur des actes concrete?


que la synthse sera faite au mois d'oc-
tobre, l'issue d"un premier conseil in-
terministriel de l'outre-mer. Le thme
transversal choisi pour border
quelques problmatiques tait : "Com-
ment dvelopper la 'Martinique dans fex-
cellence". Pascal Saffache, president de
I'UAG, proposera que l'on s'appuie sur
la biodiversit et que l'Universit soit "la
pierre angulaire"de son dveloppement.
"Ilfaut nous permettre d'tre les acteurs
de notre dveloppement et soutenir ce d-
veloppement" a-t-il dclar notamment.
Selon Marcel Osenat, "le tourism de-
vrait tre la priority des priorits". Le pro-
fesseur Joseph Jos insistera sur
" amlioration de notre presence dans la
Carabe". Catherine Conconne a parl
de "large demand de dmocratie et de
transparence" et point du doigt l'vic-
tion des Martiniquais des lieux de res-
ponsabilt. C'est la mme qui
dveloppe unargument bas sur la peur
contre toute volution statutaire au titre
de l'article 74. Pierre Marie-Joseph a
voqu "lincertitude comme ennemi de
'emploi" et la ncessit d'un "patrio-
tisme conomique". Ce dernier n'est pos-
sible qu'avec l'autonomie qui ne parat
pas faire parties de ses prfrences. Un
autre universitaire, le professeur Aim
Charles Nicolas, a soulign qu'il faut
"tre attentif au causes de dislocation du
lien social'. La question de l'antillanisa-
tion des cadres tant dans le priv que
dans la function publique, ainsi que
celle de la transparence et des moyens
pour contrler la fixation des prix ont t
souleves. Nicolas Sarkozy a lanc
quelques pistes comme celle d'une
plate-forme de sant pour la formation
des besoins sanitaires, trs important
dans la region. Par ailleurs, il s'est d-
clar favorable au passage des exa-


mens des grandes coles sur place.
"J'iraijusqu'au bout sur la transparence
des prides carburants", a-t-il lanc. Re-
venant sur la situation conomique et
social actuelle, il condamne le statu
quo, qui est la prennisation d'un sys-
tme injuste et non transparent. Rcla-
mant la confiance des Martiniquais, il
estime que de la crise de fvrier peu-
vent natre des opportunits.
Nicolas Sarkozy donne l'impression
qu'il a compris les difficults qui affec-
tent traverse notre socit. Que fera-
t-il ?

Quelques reactions au sortir
de cette squence bien huile.
Serge Letchimy (PPM) :"Ila pleinement
conscience des enjeuX Les solutions rete-
nues seront-elles les bonnes ? Ilfaut des
measures qui sortent des sentiers battus. .
partir de la on peut trouver un cadre de
discussion qui nous permette defaire des
choix de changement en matire de dve-
loppement. On verra, ilfaut attendre, il
ne faut pas foncer tte baisse .


Louis Joseph Manscour (FSM), pour
sa part, a dclar: "Ce qui est important,
c'est de mettre en musique tout cela, et que
cela se ralise. Ilsemble qu'i[, a la un pr-
sident de la qRpublique qui a envie de
prendre en compete [es aspirations du peu-
ple martiniquais. toutefois, entire [es in-
tentions et la ralit nous attendons voir
en octo6r'.
Et pour Pierre Marie-Joseph (AMPI) :
"Ily a beaucoup de promesses de contri-
6ution venir; tout cela peut sduire
quelque part, mais i faut attendre octo-
6re et avoir confiance en nos lus pour sa-
voir vers quelle orientation ose dirge."

La population sera consulte
Des personnalits politiques, des mem-
bres la socit civil, quelques militants
UMP, PPM ont envahi le hall de l'aro-
port du Lamentin plac sous haute sur-
veillance :11 faut brandir son carton
d'invitation et passer sous le dtecteur
des agents de surveillance. Les prsi-
dents des Conseils regional et gnral,
Alfred-Marie-Jeanne et Claude Lise, les
parlementaires Alfred Almont, Louis-
Joseph Manscour, Pierre Samot le
maire du Lamentin, Monseigneur Michel
Mranville, Serge Letchimy, Pierre Ali-
ker qui est revenue sur sa decision de ne
pas y assister, Bernard Pons, et
Jacques Csaire vont dvoiler au ct
de Nicolas Sarkozy la plaque appose
sur l'entre B de l'aroport, dsormais
baptis "Aroport Aim Csaire". Avant
le discours attend du chef de l'Etat sur
l'volution institutionnelle, Serge Let-
chimy souligne que "ce que nous sommes
en train defaire en ce moment n'aurait
pas plu celui don't l'anniversaire nous
assemble aujourd'hui. Jim Csaire ne se
contentait pas de ne pas aimer les hom-


"Hommage l'homme qui nous a conduit changer notre regard sur nous mme et sur notre histoire" Sarkozy







OI. IIJ Jeui 'lile 209-usieW2 a 4


Baplnie de l', rcprt Ame CEcsaire



Sarkl'Zy a renvoye a leurs eludes les Fe nimur. pe el si

mages, illes dtestait, et quandcela lui
tait possible, is 'en cartait rsolument "
ajoutant que ce qui est essential, "c 'est
la clbration d'un combat, d'une
conscience, et, pour tout dire, en ce qui
nous concern ici en Martinique, d'une
exigence". Aprs avoir rappel qu'il y a
deux ans, alors qu'il tait ministry de l'in-
trieur, Nicolas Sarkozy, avait accept
le nom d'Aim Csaire, il pursuit:
"NVous avons voulu que ce nom devienne
le trait d'union entire nous et le monde,
pour souligner quelpoint cet immense
pote, chantre de la ngritude peut tre
source d'inspiration d'une nouvelle hu-
manit" (..) Ainsi, dans cet aroport, le
monde viendra vers nous parAim C-
saire, et nous irons vers fui par im C-
saire". Plus politiquement, pour voquer
le changement, il parlera de "cette auto-
nomie don't l'absence et la ncessit consti-
tue en chacun de nous une sacre blessure,
une soifirrmdiable". Et de conclure: "If
est temps d'uvrer a l'avnement de cet
autre monde que Csaire devinait La
Martinique autonome est prte y pren-
dre toute sa part !'. De son ct Nicolas
Sarkozy dfinira Csaire comme
"l'homme qui a dcolonis les esprits',
ajoutant : "Aucune race, crivait-il, ne
possde le monopole de la beaut, de 'in-
telligence, de la force". Et il enchanera
en annonant : "Je consulterai les Marti-
niquais sur l'volution institutionnelle de
feur territoire, comme la Constitution m'y
autorise. Les Mlartiniquais seront libres
de choisir, en leur me et conscience, le
chemin qu'ils souhaitent emprunter. Il
faut qu'un large dbat se poursuive et que


chacun puisse y participer'.
C'est dit. Il estime que "le
dbat est srieux" et
condamne, sans les nommer,
ceux qui vhiculent de
'fausses information?' en vue
de crer des "peurs irration-
neCles", visant ainsi notam-
ment les les partisans de son
propre camp et certain de
gauche. Sur la question de
l'autonomie, il martle: "(Plus
une collectivit est autonome,
plus effe doit s'assumer. Plus les
Cus ont de competence, plus ils
doivent rpondre, devant leurs
llies auJ ur ,. ,.
lecteurs, des choix qu ils ont
faits en leur nom". N'est-ce pas inciter
aussi une autre forme de peur alors que
la Constitution prvoit les transferts de
financement. Il carte de facto la ques-
tion de l'indpendance -qui n'est pose
par personnel l'heure du dbat- et
confirm que "le dbat qui est ouvert est
celui du just degr dautonomie. Celui de
[a responsa6ilit'. Il carte galement
une revision de la Constitution, comme
cela a t demand par le PPM. Car
"articles 73 et 74 de notre Loifondamen-
tale sont trs souples et autorisent des de-
grs variables d'autonomie", juge-t-il.
Dans le mme temps, il propose de
confier davantage de responsabilits et
de capacits d'initiative aux lus et, pa-
ralllement, de renforcer les pouvoirs de
l'Etat localement. "La dcentralisation
doit aller de pair avec la dconcentration
du pouvoir". Car, selon lui, la crise n'a
pas fait merger une demand de
moins d'Etat. Son souhait est de mettre
en oeuvre le programme de Csaire r-
sum dans la formule "Le passe rpar,


f'avenir prpar". Il continue: "Le passe
rpar, c'est la reconnaissance de la sin-
gularit martiniquaise, de la singularit
antillaise, de [a singularit des Outre-
mers. En ce dbut du 21me sicCe, la Qe-
publique veut construire, avec les
Outre-mers, des relations mancipes des
scores de Cpoque colonial et post-colo-
niale. Elle veut construire des relations
fondes sur fe respect, [a responsabilit et
a fraternity'. On voudrait croire cette
vision nouvelle des relations entire la
France et les peuples des outre-mers.
Un discourse habile, rconfortant pour
les uns et les autres, mais qui manque
encore de precision. On n'oublie pas
que, dans sa stratgie, Sarkozy a dj
choisi son camp car, en voulant montrer
un example d'une volution institution-
nelle conue comme un "processus",
comme "une dmarche comportant plu-
sieurs tapes', c'est la proposition du
PPM qui est mise en avant : dans une
premiere tape une Collectivit unique
article 73 avec un pouvoir normatif ren-
forc et dans une deuxime tape,
aprs une valuation, une consultation
sur un statut d'autonomie. Une faon
pour lui de garder la main sur notre ter-
ritoire inscrit dans l'article 73. Les lus
seront consults en septem:., et la d-
cision prise en octobre. Pour 'rieure, on
en est rduit aux hypothses, notam-
ment en ce qui concern la date de
l'lection rgionale.
Malgr l'ambigut de ce discours, on
retiendra que Nicolas Sarkozy n'a pas
ferm la porte aux forces de progrs,
lesquelles devront s'unir pour crer un
rapport de forces favorable la cause
mancipatrice qu'elles dfendent.
C.B


Sarkozy a donn rendez-vous aux lus pour discuter des nombreux points en suspens









REACTIONS AU DISCOURSE DE SARKOZY


Les lus ont pris acte des propositions deSarkozy et attendent la suite.


Claude Lise
"Ce quej'apprcie, c'est que contrairement
ce que lui avaient demand certain l-
ments de la droite martiniquaise, ilne pr-
cipite pas les choses. On n'est pas dans
une logique consultons tout de suite ,
dans une ambiance d'affolement quife-
rait que la population rejette toute volu-
tion. D'abord, le president de la
qpublique a dit, encore mieux que ses
prdcesseurs, que le statu quo n 'tait pas
viable. Ce n'est pas nouveau, ilfa rpt;
mais ilva plus loin, ildit qu'ilfaut cesser
de polluer le dbat avec les arguments de
la peur. Ila eu le ton just pour dpolluer
le dbat.
Ila affirm deux chose trs importantes
: d'abord, si on devait choisir l'article 74,
quifait sipeur certain, iln 'y a pas lieu
de craindre une sortie de la Rpublique;
deuximement, cela ne pose pas de pro-
bl6me au regdrdde CEurope, de notre po-
sitionnement en tant que region
ultrapriphrique. Cela va permettre un
dbat plus serein. J'espre que toutes les
families politiques vont accepter d'entrer
dans un dbat defond: Que voulons-nous
? Dans queldomaine voulons- nous exer-
cer davantage de responsabilits. Nous
avons la possibility maintenant d'engager
ce dbat de manire plus srieuse".

Alfred Marie-Jeanne :
"Sarkozy n'a pas t ngatif, peut-tre
que cela drange ceux qui prconisaient


que 'on puisse modifier la Constitution.
Leprsident a t clair, la Constitution ne
sera pas modifie. Je lavais dj annonc.
Ila dclar qu'il ne faut pas zombifier
'article 74; ilexiste et beaucoup de pays
'ont adopt. Par consquent, on ne sort
pas de la Constitution, on ne sort pas de
'Europe, c'est suffisamment clair. Main-
tenant c'est la ngociation qui reste, le ca-
lendrier mettre en place. Ilfaut que les
lus se mettent ensemble pour une victoire
du people martiniquais. Prenons ce plus
et avanons".

Louis-Joseph Manscour:
"Je ne suis pas surprise par le discours du
president Sarkozy, parce que c'est
quelqu'un de trs habile. Ila voulu donner
satisfaction tout le monde. Ila rassur
la population e"fait plaisir aux indpen-
dantistes, autonomistes et ceuxqui sont
pour le statu quo. Toutefois, il a dit
quelque chose de trs important : c'est
qu'ila 'intention de respecter la decision
des lus et de consulter la population.
iMaintenant, il n'a pas donn d'chan-
cier. Quandlefera- t-il? Ila dit qu' ilne
faut pas bousculer les choses et que la po-
pulation doit tre bien informe. J'ima-
gine que la question qu'ilva posersera trs
large, ce qui permettra au people de pou-
voir dcider clairement. Je constate qu 'il
n 'est pas daccordpour 'indpendance et
pense que la _Martinique doit rester dans le
cadre franais, ce qui est important. Si le


cadre est pos, beaucoup de points restent
claircir et nous verrons cela avec lui,
comme il a annonc".

Alfred Almont :
"Nous avons eu droit une leon de v-
rit, le president a trs clairement indiqu
qu'ila entendu nos populations, qu'ila
bien compris qu'ily a un cloix faire
entire le statu quo et une volution pour
plus de responsabilit. La decision de
consulter les populations est claire, car la
decision appartient auxpopulations lo-
cales. Ila t encore plus clair en affir-
mant que les moyensjuridiques sont dans
la Constitution. Ilnous appartient main-
tenant de savoir quelle decision nous se-
rons amens prendre pour assurer notre
dveloppement dans le future "

Serge Larcher :
"Sarkozy a t habile et quilibr, c'est un
discours cha-cha-cha : trois pas en avant,
trois pas en arrire. Ilouvre le champ des
possibles, il rpond la solicitation des
lus en consultant. Sur quelle question?
On n'en sait rien. Ila laiss entendre que
[on pourrait avoir deux questions. Quel
calendrier? Ce sont des questions quipa-
raissent anodines mais sont trs impor-
tantes. Ily a normment de choses qui
sont possibles et pour lesquelles ilfaudra
dbattre avec le president. Je reste encore
sur mafaim parce que essentiall n'a pas
t fait.

Andr Lesueur:
Le president a balay tout les champs du
possible en indiquant les tendances,
jusques y comprise le statu quo, qu' ma
connaissance personnel ne souliaite. Il
laisse imaginer qu'ily aura une consulta-
tion et que celle-ci portera au moins sur
deux questions. Ce sera bien, car c'est ce
point de vue que nous dfendons au FjMP.
J'espre que nos lus seront consults pour
faire valoir notre point de vue".

Christiane Taubira :
C'est la preuve du respect que le prsi-
dent a pour la socit martiniquaise, pour
le people de Martinique, pour les lus.
JNon pas parce que spontanment qu'il a







Ju Y Il' t 0


Christianne Taubira

II I-i


Allocations chmage:
Faible revalorisation
Les allocations chmage ne seront re-
valorises que de 1% au 1er juillet. Au
conseil d'administration de I'UNEDIC,
les syndicate se sont abstenus lors du
vote. "C'est toujours le mme thtre, a
ragi ric Jtu6in (CI). Le MEDEF
veut parprincipe une revalorisation inf-
rieure celle du SMIC. On s'est abstenus
car, au moins, ily avait 1%, mais a ne r-
pondpas aux besoins".
Le patronat a mis dans
la balance la dgrada-
tion des comptes de
I'UNEDIC, don't le dfi-
cit est creus par l'aug-
mentation du nombre
de chmeurs.

Les prix en mai 2009
en Martinique:
0,3 %
Au mois de mai 2009,
l'indice des prix la
consommation des
mnages baisse de
0,3%. A la mme p-
riode en 2008, il tait
rest stable. Sur un an
(mai 2008 mai 2009,
la variation est nga-
tive (-0,2%). Le recul
mensuel de l'indice
s'explique principalement par la chute
des prix des products frais, qui frle les
5%.
Le ralentissement dans l'habillement et
la chaussure (-1,2%) a aussi contribu
cette baisse.
L'indice des products alimentaires reste
relativement stable (-0,5%) malgr la


un jet de respect pour
nous, mais parce qu if
afini par comprendre
[es voix qui s'1event
de nos terres, Cespnt
qui anime le compor-
tement collectif, les
exigences qui se rp-
tent, qui sont rcur-
rentes de gnration
en gnration. Ce
sont [ des marques
de grandpeuple, de
grande personnalit,
de petites gens ordi-
naires qui habitent


baisse des products frais. Celle-ci se jus-
tifie par la diminution des prix du pois-
son (-4,8%), des fruits (-4,7%) et des
lgumes (-4,1%). Contrairement aux
boissons alcoolises qui progressent de
1%, les boissons non- alcoolises dimi-
nuent de 0,8%.
Les prix du tabac continent leur flam-
be (+25%). L'ensemble du secteur des
products manufactures baisse de 0,8%,
malgr la progression de 2,6% des pro-


duits de sant.
L'indice des prix des services volue
peine (+0,1%). A l'intrieur de ce poste,
les baisses de prix dans les transports
et communications (-0,6%) et les autres
services (-0,3%) sont contrebalances
par la hausse note dans les services
de sant (+1,2%), notamment les ser-


profondment [eur humanit, n'acceptent
pas de se laisser craser, de courier et
chaque circonstance relvent la tte. Je
crois qu'intuitivement ou instinctivement
le president de la rpublique afini par le
comprendre. I l'a traduit intellectuelle-
ment et juridiquement travers ce dis-
cours politique qui pose trs clairement
engagement de la France vis--vis de la
9Martinique. La reconnaissance de la
France pour ce qu'a apport la Marti-
nique travers le temps, pour ce qu'elle va
apporter encore. Et enfin, la responsabi-
lit des Martiniquais quant leur destin,
donc l'oligation pour CEtatfranais de
leur donner le clioi".


vices dentaires (+4,9%).
L'indice des prix de l'nergie reste sta-
ble Stabilit de l'indice des loyers et ser-
vices rattachs.
C'est le premier indice pregnant pleine-
ment en compete l'accord sur la baisse
des prix BcBa.
(Source : INSEE-Martinique

Mdicament :
Retrait du "Di-Antalvic"
L'Agence franaise
de scurit sani-
taire des products
de sant (AFS-
SAPS) s'est plie le
26 juin, la dci-
sion de retire pro-
gressivement de la
vente le Di-Antalvic,
un mdicament an-
tidouleur. L'Agence
europenne du m-
dicament avait mis
un avis dfavorable
pour son maintien
sur le march. En*
effet, 200 morts par
an au Royaume-
Uni, et 400 'en
Sude, sont dplo-
rs dans des
contextes d'intoxi-
cations volontaires
tentatives de sui-
cide) ou accidentelles. L'AFSSAPS in-
dique toutefois que le mdicament est
sr "dans des conditions nonnrmales d'utili-
sation". L'agence va dsormais tudier
l'impact pour la sant des remplaants
ventuels, ainsi que de possibles dro-
gations pour les malades ne pouvant
s'en passer.











MICHAEL JACKSON, DIT PETER PAN, S'EST DFINITIVEMENT

ENVOL


Michael Jackson, roi de la pop

Le roi de la pop, Michael Jackson, est
mort l'ge de cinquante ans. Star in-
contestable de la pop music, il laisse
derrire lui une euvre musical univer-
selle qui aura marqu des millions d'ad-
mirateurs.
En 2008, le magazine Rolling Stone le
classait encore parmi les plus grands
chanteurs de tous les temps. Star pla-
ntaire autoproclame, roi de la pop,
Michael Jackson est mort dans la nuit
de jeudi vendredi l'ge de cinquante
ans dans un hpital de Los Angeles.
Selon le porte-parole de l'tablisse-
ment, le chanteur aurait t victim d'un
arrt cardiaque son domicile de
Holmby Hills, un des quarters hupps
de Los Angeles o il louait un manoir
depuis quelques mois. Sitt connue, la
nouvelle a fait l'effet d'une onde de choc
un peu partout dans le monde, aux
Etats-Unis bien sr, o ses fans se sont
aussitt runis par centaines devant
l'hpital, pleurant leur idole, et jusqu'au
Japon, o le chanteur dchanait les
passions, le gouvernement nippon,
aussi incroyable que celui puisse para-
tre, ayant tenu exprimer sa profonde
tristesse l'annonce de son dcs.
Michael Jackson, malgr les frasques
d'un parcours extraordinaire qui le
mena du sommet jusqu'aux enfers, re-
joint la destine de ceux qui semblent
tre ns pour devenir des mythes. Ma-
rilyn, James Dean taient de ceux-l,
disparus eux aussi bien trop tt, dans
des conditions tragiques aprs avoir
connu la gloire. Michael Jackson repose
dsormais au Panthon des stars uni-
verselles que seule l'Amrique semble
pouvoir engendrer. Sa mort vient nous
rappeler que mme les icnes plan-
taires sont des toiles filantes. On le
croyait pourtant immortel, comme hors


du temps, lui qui se prenait volontiers
pour Peter Pan. Bambi Jackson, c'tait
l'ternelle qute de l'adolescence, la re-
cherche d'un monde enfantin, qu'il ne
voulait quitter pour rien au monde. Dans
les annes 1980, devenu un des plus
gros vendeurs de disques au monde, il
tait parvenu fdrer une Amrique
don't l'imprialisme cultural entendait
dominer la plante. Rattrap par une in-
dustrie du disque rvant de puissance
et de royalties, Jackson tait devenu un
phnomne mondial, hros de millions
d'adolescents fascins par son ct mu-
tant et le narcissisme d'un chanteur qui
se pensait alors Invincible, du nom d'un
de ses derniers albums.
C'est l'album Thriller (cinquante millions
de disques vendus dans le monde) qui
va installer dfinitivement son image de
roi de la pop.
N le 29 aot 1958 Gary dans l'tat
de l'lndiana, ses premiers pas dans la
musique furent ceux d'un enfant star.
Avant son apoge et de parvenir d-
passer le King Elvis en devenant la plus
grande mgastar de l'histoire du show-
biz, il commena sa carrire de chan-
teur au sein des Jackson Five. Il est le
plus jeune des cinq frres du group et
n'a alors que cinq ans. Ce n'est que
quelques annes plus tard, l'ge de
onze ans, qu'il dcroche son premier
contract au sein de la formation familiale
qui devient le premier group de l'his-
toire de la pop inscrire ses chansons
directement au hit-parade, grce des
succs tels que ABC ou l'Il Be There.
Une jeunesse marque par le succs,
mais pas toujours heureuse cependant,
cause d'un pre svre et exigeant
avec lequel il est souvent en conflict. Mi-
chael Jackson expliquait ainsi le ct
Disneyland de sa proprit de Nerver-
land o se trouvaient runis un zoo, un
cinma et un carrousel, lieu o, disait-il,
"je pouvais avoir tout ce que je n'avais
pas eu dans mon enfance"'.
Enfant vedette ds son plus jeune ge,
Michael Jackson apprend trs vite les fi-
celles du mtier, grce des rencontres
qui allaient donner un sens sa carrire
solo. On le voit alors turner, en 1978,
un remake du Magicien d'Oz,The Wizz,
aux cts de Diana Ross. Mais, c'est sa
rencontre avec le producteur-arrangeur
Quincy Jones qui lui permettra de vri-
tablement dcoller. C'est ainsi qu'en
1979, il sort Off The Wall, premier
album qui mlange dj pop et
rythm'n'blues et battra tous les records


de ventes, avec dix millions d'albums
couls. Mais, c'est l'album Thriller (cin-
quante millions de disques vendus dans
le monde) qui va installer dfinitivement
son image de roi de la pop. Partout, son
style musical cartonne grce une voix
haut perche et un registre qui mle
funk et disco, donnant lieu des chor-
graphies toutes aussi originales. Ses
shows trs visuels seront ainsi marqus
par des dhanchements sexy et son fa-
meux pas de danse, le Moonwalk ,
que des milliers d'adolescents de par le
monde chercheront imiter.
Sur scne Michael est le roi du monde,
enchanant les tournes et enregistrant
des albums qui chaque fois font
mouche, tels Bad ou Dangerous. Enfin,
il y aura Le tube repris par les foules du
monde entier, We Are The World, co-
crit avec Lionel Richie. Une chanson
crite contre la faim en Afrique, et qui
restera comme le single le plus vendu
aux tats-Unis (7 millions d'exem-
plaires).
L'image de l'icne pop est corne,
marquant le dbut de la dchance du
chanteur.
Au triomphe va succder une priode
qui allait noircir une existence jusqu'ici
teinte de russite. La star mondiale,
adule par des millions d'adolescents,
est soudainement accuse d'abus
sexuel envers un garon de treize ans.
Les mdias font leurs choux gras des
accusations de pdophilie. Jackson doit
maintenant faire face aux juges lors
d'un procs devant la Cour supreme de
Santa Maria en Californie, qui dura de
longues semaines. Le chanteur fut ac-
quitt. Mais l'image de l'icne pop est
corne, marquant le dbut de la d-
chance du chanteur. Bless et psy-
chologiquement dstabilis, le chanteur
occupe dsormais la rubrique people
des journaux. On parle dsormais sur-
tout du chanteur noir devenu blanc
force de chirurgie plastique qui allait
transformer radicalement son visage.
Jackson, qui semblait ne plus se satis-
faire de son image, paraissait toutefois
avoir rcemment repris got la vie. Il
devait repartir pour une immense tour-
ne dans le monde, heureux de pouvoir
retrouver ses fans. Six cent mille d'entre
eux avaient d'ailleurs tenu acheter un
billet pour revoir leur dole sur scne. La
premiere date devait avoir lieu Lon-
dres le 13 juillet. Le destin en aura d-
cid autrement.
Victor Hache











FLASH HEBDO


Le-Snat amricain prsente des ex-
cuses pour l'esclavage et la sgrga-
tion
Washington : Cinq mois aprs l'entre
la Maison-Blanche du premier prsi-
dent noir, Barack Obama, le Snat des
tats-Unis a formellement prsent des
excuses au nom du people amricain,
pour "'esclavage et la sgrgation racial'
envers les Noirs amricains.
Cette resolution symbolique a t ap-
prouve par acclamation, dmocrates
et rpublicains tant largement d'accord
sur les terms du texte.
Le texte qui reprend les terms de la d-
claration d'Indpendance des tats-
Unis du 4 juillet 1776 rclame un "nouvel
engagement du Congrs au principle selon
lequel tous les tres sont crs gaux et
avec des droits inalinables la vie, la fi-
6ert, et la poursuite du 6onheur".
Toutefois, il stipule bien que le texte de
la resolution ne peut servir de "support
uneplainte contre les Etats-Vnis'. D'ail-
leurs, le group des lus noirs de la
Chambre des reprsentants, a exprim
ses "inquitudes' sur cette dernire dis-
position.
Les premiers esclaves sont arrivs en
1619 sur les ctes de la colonie britan-
nique de Virginie (est), ce qui, comme
le souligne la resolution, porte 246 le
nombres d'annes d'esclavage dans
l'histoire amricaine. L'esclavage n'a
t officiellement aboli aux tats-Unis
qu'en 1865, dans le 13e amendment
de la Constitution.
Caracas : Les gouvernements du Ve-
nezuela et des Etats-Unis ont convenu
de rinstaller leurs ambassadeurs ex-
pulss, a dclar le ministry vnzu-
lien des Affaires trangres.
L'ambassadeur vnzulien aux Etats-
Unis, Bernardo Alvarez et l'ambassa-
deur amricain au Venezuela, Patrick
Duddy, reprendront leur travail diploma-
tique. La tension s'est accrue dans les
relations vnzulo-amricaines aprs
que le president vnzulien Hugo
Chavez a expuls Duddy en septembre
2008 pour soutenir la decision du prsi-
dent bolivien Evo Morales d'expulser
l'ambassadeur des Etats-Unis en Boli-
vie, Philip Goldberg.
Honduras : Le president de la R-
blique victim d'un coup d'Etat.
L'arme hondurienne a expuls le pr-
sident dmocratiquement lu Jos Ma-
nuel Zelaya Zelaya, au pouvoir depuis
2006. Le president du Congrs du Hon-
duras Roberto Micheletti a t dsign


dimanche pars le parle-
ment nouveau chef. de
I'Etat de ce pays. Les ten-
sions ont augment suite
la decision de Manuel
Zelaya de tenir un rf-
rendum sur un change-
ment de la Constitution
pour lui permettre de bri-
guer un second mandate.
Car, selon le president
Zelaya, il est impossible,
dans le cadre de la
Constitution actuelle, de
mener de profondes
transformations sociales.
Or, il est ncessaire,
selon lui, de mettre fin
la misre et aux ingali-
ts. Au Honduras, sept
personnel sur dix vivent
dans des conditions de
pauvret ou d'extrme
pauvret. Les reprsen-
tants de l'oligarchie, les
milieux d'affaires et le
Jose Manuel Zelaya destitu par l'arme et soutenu par les chefs d'Etat
haut clerg avaient mani- d'Amrique Latine


fest leur dsaccord. Le Tri-
bunal supreme lectoral, l'appareil
judiciaire, la Cour supreme de justice et
le Parlement se sont opposs gale-
ment la tenue de ce -frendum, de
mme que les couches les mieux nan-
ties de la population. La Cour supreme
et le procureur gnral ont annonc que
le vote tait illegal. Expuls au Costa-
Rica, le chef de l'Etat hondurien s'est dit
victim d'un "enlevement"et d'un "coup
drEtat". 'Si Ces Etats-Unis ne sont pas der-
rire ce coup dEtat, les putschistes ne
pourront pas conserver le pouvoir, a-t-il
affirm. Les gouvernements de l'accord
de libre-change des peuples de I'ALBA
ont exprim leur soutien au president
Zelaya "pourses actionsjustes et dcisives
destines dfendre le droit du peuple
hondurien egprimersa souverainet, et
renforcer un processus de transformation
social marqu par 'institutionnalisation
dmocratique". L'ALBA comprend Anti-
gua-et-Barduda, la Bolivie, Cuba, la R-
publique Dominicaine, l'Equateur, le
Honduras, le Nicaragua, Saint-Vincent-
et-les Grenadines et le Venezuela. Les
condamnations de ce push se multi-
plient travers le monde et notamment
dans les rangs de la gauche radical la-
tino-amricaine, don't M. Zelaya s'tait
rapproch ces dernires annes aprs
avoir t lu en 2006 sous l'tiquette de
conservateur.


Les ministres des Affaires trangres
des pays membres du Systme d'int-
gration d'Amrique central (SICA) ont
'vigoureusement condamn' le coup
d'Etat militaire au Honduras. Le coup
d'Etat, qui a exil le president Manuel
Zelaya, est une "violation bruta e de la
dmocratie et de [Etat de droit", ont indi-
qu les ministres. Le president vn-
zulien Hugo Chavez a dclar que le
coup d'Etat au Honduras tait un 'pro-
6Ceme grav' pour la dmocratie et l'Etat
de droit en Amrique latine, son arri-
ve Managua pour la runion de
I'ALBA. Le president Chavez a fait sa-
voir qu'il se tiendra fermement du ct
de M. Zelaya. Le president nicara-
guayen Daniel Ortega, l'hte de la ru-
nion, a affirm que les membres de
I'ALBA adopteront des measures dras-
tiques pour sauvegarder la paix, la d-
mocratie et le rgime de droit en
Amrique latine. Jose Manuel Zelaya
est Managua pour participer un
sommet special de l'Alternative boliva-
rienne pour les Amriques (ALBA).
29/06/09










ANNUNG.ES L


TRANSFER DU SIEGE SOCIAL
CHANGEMENT DE GRANT
SOCIETY MARTINIQUAISE
DE DISTRIBUTION
DE MARCHANDISES
S.M.D.M
RCS FORT DE FRANCE
B 411 303 233
L'assemble gnrale extraordinaire des
associs runie le 11 juin 2009 a dcid
de transfrer le sige social de Fort de
France (97200) 108 rue Lamartine au Ro-
bert (97231) Quartier Monnerot et nom-
mer Monsieur LAGIER Elie en quality de
grant en replacement de Madame
CINNA Marie Aristide, dcde.
Pour avis, la grance FB 1324

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 10
mai 2009, il a t constitu une socit
responsabilit limite.
Denomination : Brin d'Amour Participa-
tion (BAP)
Capital : 200 4
Sige social : Brin d'Amour 97220 TRI-
NITE
Objet : Prise de participation, gestion et
rachat de socit
Dure : 99 ans
Grant: M. Pascal ARDON demeurant
Brin d'Amour 97220 Trinit a t dsign
premier grant sans limitation de mandate
La socit sera immatricule au Registre
du Commerce et des Socits tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort
de France.
Pour avis, le grant FB 1325

SARL BIG STAR
EN LIQUIDATION
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 7 622.45 C
35 RUE ERNEST ANDR
97232 LE LAMENTIN
SIRET: 441 350 055 000 14
APE 524C RCS: 2002 B 182
L'assemble gnrale extraordinaire des
associs, en date du 4 dcembre 2008,
au 35, rue Ernest Andr 97232 LE LA-
MENTIN, approve les comptes dfinitifs
de liquidation, donn quitus de sa gestion
et dcharg de son mandate Monsieur
FAYAD Imad, le liquidateur, et constat
la clture de la liquidation. Les comptes
du liquidateur ont t dposs au greffe
du Tribunal de Commerce de Fort de
France.
Le liquidateur FB 1326

AVIS DE LIQUIDATION
EURL ALIBABA
ENTREPRISE UNIPERSONNELLE
RESPONSABILIT LIMITE
EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 7 622.45 C
10 RUE SCHOELCHER
97232 LE LAMENTIN
SIRET: 450 333 281 000 19
APE 553B
RCS: 2003 B 935
L'assemble gnrale extraordinaire des
associs, en date du 10 dcembre 2008,
au 10 rue Schoelcher 97232 Lamentin,
approve les comptes dfinitifs de liqui-
dation, donn quitus de sa gestion et d-
charg de son mandate Monsieur
MULHEM Suleiman, le liquidateur et
constat la clture de la liquidation. Les
comptes du liquidateur ont t dposs
au greffe du Tribunal de Commerce de
Fort de France.
Le liquidateur FB 1327

AVIS DE MODIFICATION
SARL ANT. CLAU
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 1000 C
12, RUE DU GOUVERNEUR FLIX
EBOU 97200 FORT DE FRANCE


SIRET: 505 325 811 00014
N DE GESTION : 2008 B 1510
Ancienne mention : MAKDASI Majed
Date d'effet de la dmission :
30 avril 2009
Nouvelle mention : SUCCAR Marwan de-
meurant : impasse Pierre Justin Dam-
pierre Gosier 97190 GUADELOUPE
Dure du mandate : indtermine
Pour insertion, le grant FB 1328

AVIS DE TRANSFER
DU SIEGE SOCIAL
Aux terms de l'assemble gnrale or-
dinaire du 20 juin 2009, il a t convenu
du transfer du sige social de MOZAIC
CONSTRUCTION SARL situe Basse
Gondeau 97232 Lamentin l'immeuble
Posidon, 15 rue Georges Eucharis, Lot
Dillon Stade 97200 Fort de France.
FB 1329


MODIFICATION DE L'ACTIVITE
SERVICES-ANTILLES.COM
FORME :SARL
CAPITAL SOCIAL : 10 500
SIGE SOCIAL: ZAC RIVIRE
ROCHE 1ER TAGE BAT D4
97200 FORT DE FRANCE
RCS : 503 264 582
Aux terms du procs-verbal en date du
11 juin 2009, l'assemble gnrale extra-
ordinaire a dcid la modification de l'ac-
tivit de l'entreprise computer du 11 juin
2009 et de modifier l'article 2 des status
en consequence.
L'inscription modificative sera porte au
RCS tenu par le greffe du tribunal de
commerce de Fort de France.
La grance FB 1330

SOCIETY NOUVELLE PLANET
AUTO
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 7 500 C
SIGE SOCIAL : 24 CHEMIN DES
EAUX DCOUPES
97200 FORT DE FRANCE
Suivant decision, unique du 31 mars
2009, il rsulte que la Socit Nouvelle
Plante Auto, don't l'objet est : Toutes les
operations et prestations de services pou-
vant se rattacher la rparation et l'en-
tretien de vhicules automobiles et
industries, est mise en activity computer
du 1er avril 2009.
Mention sera faite au RCS de Fort de
France
Pour avis. FB 1331
SECURITY PRIVEE
ANTILLES-GUYANE
SOCIT PAR ACTIONS SIMPLIFIE
AU CAPITAL DE 37 000 EUROS
SIGE SOCIAL: IMMEUBLE MARSAN
KERLYS PORTE 28
97200 FORT E FRANCE
491 187589
Suivant dlibration d'une assemble g-
nrale extraordinaire du 20 novembre
2008, il rsulte qu e : l'assemble gn-
rale autorise la Prsidente SAS AF PAR-
TICIPATIONS cder la branch
d'activit Tlsurveillance du fonds de
commerce de la socit Scurit Priv
Antilles Guyane, la socit SPAG TEL.
Mention sera faite au RCS
Pour avis FB 1332

SPAG TEL
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 7 500 C
SIGE SOCIAL: IMMEUBLE MARSAN
KERLYS PORTE 28
97200 FORT E FRANCE
509125 373 00019
Suivant dlibration d'une assemble g-
nrale extraordinaire du 05 dcembre
2008, il rsulte que : l'Assemble Gn-
rale autorise la socit SPAG TEL, re-


prsente par son
TAINE faire l'aci
d'activit Tlsun
commerce de la
Antilles Guyane.
Mention sera faite
Pour avis

GFA DE L
GROUPEMENT F
AU CAPITAL
HABITATION L(
LE MOF
RCS DE FO
380
Aux terms d'une
ordinaire runie o
date du 16 juin 20C
sign, en quality d
16 juin 2009 et pc
Monsieur Paul E,
MARRAUD DES i
cement de Monsi
Marie Franois qu
Le dpt lgal se
du commerce et (
DE FRANCE
Pour avis et menti
Le notaire

AVIS DE(
Avis est donn d
socit prsenta
suivants :
Denomination so
: SARL. Capital:
Sige social : 3
Fort de France. i
tion et la comr
orientaux. Dure
date d'immatricu
rance : Roueida
16 rue Garnier
France. Immatril


AVIS DE
STATUS DE
Par acte SSP e
du 15 juin 2009
Forme : SCI
Denomination:
Sige social : C
LE MARIN
Objet : Gestion
ble
Capital : 10 00l
Dure: 99 ans
Grant : Mme
rant rue Dial
Immatriculatioi
FdF.
Pour avis.

SEC
ANI
SOCIE

AU CAPI
SIGE SOCI
KEJ
97200

Suivant dcis
il rsulte que
Monsieur N
Raphal Dire
computer de j,
Mention ser
France
Pour avis

RECTII
JUS1
JUSTICE
1) Lire : D(
TRAVAUX
ET MENU,
PLAME)
Au lieu de :









I&NNTHBIH ILBJ B Jelt0-Jutceo`- g'l e 20


tenue au 22 rue Garnier Pags Fort de
France, a dcid la dissolution anticipe
de la socit D'AVITAILLEMENT DE
VOYAGES ET DE DANSES, effet rtro-
actif computer du 30 mars 2006 et la li-
quidation amiable sous le rgime
conventionnel, conformment aux dispo-
sitions statutaires.
Le liquidateur nomm est M. Jean Pierre
VILLERONCE. Domicile de liquidation 22
rue Gamier Pags 97200 Fort de France
Pour avis, le liquidateur FB 1342

SOCIETY JURIDIQUE ET FISCAL
MOYAERT DUPOURQU BARALE
& ASSOCIS
27, COURSE EVRARD DE FAYOLLE
33000 BORDEAUX
AVIS DE TRANSFER
DE SIGE SOCIAL
EURL DE LA BAIE DU MARIN
EURL AU CAPITAL DE 1.500 C
16 RUE OSMAN DUQUESNAY
97290 LE MARIN
RCS FORT DE FRANCE 485.206.692
Par decision de l'associ unique du
01.05.2009, le sige social a t transfr
: Angle des rue Emile Zola et boulevard
Allgre 97290 Le Marin, effet du
mme jour.
L'article 4 des status a t modifi en
consequence.
Inscription modificative au RCS de Fort
de France
Pour avis et mention
La grance FB 1343

DECLARATION D'INSAISISSABILIT
Aux terms d'un acte reu par Matre Eric
ARNESEN, Notaire BORDEAUX,
119bis boulevard du Prsident Wilson le
18 mai 2009 une declaration d'insaisissa-
bilit a t effectue par :
Monsieur Vittara MEAS, expert-compta-
ble, n PHNOM PENH (CAMBODGE)
le 2 octobre 1949, poux de Madame
Chantal Ninette GANDUS, avec laquelle il
est mari sous le rgime de la commu-
naut de biens rduite aux acquts d-
faut de contract de marriage pralable
son union clbre la mairie de PARIS
18ME ARRONDISSEMENT (75018), le
31 octobre 1984, demeurant MERI-
GNAC (33700) 48 avenue du Marchal
Joffre, et exerant son activity profes-
sionnelle LE LAMENTIN EN MARTI-
NIQUE (97232), Quartier Pays Ml,
identifi au Rpertoire SIREN sous le nu-
mro 384677266, et au SIRET sous le
numro 38467726600049 code APE
6920Z Activits comptable, sur ses droits
dtenus sur les immeubles ci-aprs dsi-
gns, et dpendant de la communaut de
biens existant entire lui et son pouse, sa-
voir :
1- La pleine proprit d'un terrain btir
sis Commune de CADILLAC-EN-
FRONSADAIS 33240 37 Rue de Saint
Romain, cadastr section A numro 1183
lieu-dit au Carrefour pour 20 ares,
2- Dans un ensemble immobilier situ
Commune de SAINT-OUEN (SEINE-
SAINT-DENIS) 93400 5 Rue Godillot, ca-
dastr section AL numro 111 pour 4ares
6 centiares,
L'usufruit du lot n*12 : Un appartement sis
au troisime tage, porte gauche en mon-
tant l'escalier, comprenant une entre,
une salle manger sur rue, deux cham-
bres sur cour, une cuisine, un dbarras et
un wc.
Et les cinq cent cinquante et un /dix mil-
limes (551 /10000 mes) de la proprit
du sol et des parties communes gn-
rales.
Et le lot n35: Une cave sise au sous sol
portant le numro 8.
Et les neuf /dix millimes (9/10000 mes)
de la proprit du sol et des parties com-
munes gnrales.


Cette declaration n'a d'effet qu' l'gard
des cranciers professionnels du dcla-
rant don't la crance est ne aprs la pu-
blication de l'acte au bureau des
hypothques competent.
Pour insertion
Le Notaire FB 1344

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution de la so-
cit responsabilit limite B.C.G :
Capital social : 7 622 euros
Sige social : Quartier Marianne 97 211
Rivire Pilote
Objet : Toute activity BTP Gros ouvre et
couverture
Dure : 99 ans
Grant : Patrick BEAUREGARD, n le
20/01/65 Rivire Pilote
demeurant au quarter Marianne 97211
RIVIERE PILOTE, nationalit franaise.
Immatriculation au Rpertoire des M-
tiers de FDF.
Pour avis et mention
Patrick BEAUREGARD FB 1345

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 15/06/09, il a t constitu
une :SARL
prsentant les caractristiques suivantes:
Denomination: CHP
Objet : l'achat, la vente, la location, la
maintenance de tout article de scurit,
de systmes vidosurveillance et logiciels
lis, toutes prestations informatiques
Dure: 99 ans
Capital: 10 000 E
La grante : CONSTANT Carole, Marc
MORIN
Adresse: Route de Delivry, 97228 Sainte
Luce.
Immatriculation au registre du commerce
: en course
Pour avis, le grant FB 1346

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPE
SARL P.B.B. MONTAGE
AU CAPITAL DE 1 500 EUROS
RIVIRE BAMBOU
97240 LE FRANCOIS
RCS 2008 B2631
SIRET 509028809 00010
Suivant dlibration de I'AGE du
15/04/09, les associs ont dcid la dis-
solution anticipe de la socit computer
du 15/04/09 et sa mise en liquidation.
Mie Cindy CLAVEAU a t nomm liqui-
dateur de la socit.
Le sige de la liquidation est fix Rivire
Bambou 97240 FRANCOIS.
C'est cette adresse que la correspon-
dance devra tre envoye et que les
actes et documents concernant la liqui-
dation devront tre notifis.
Le dpt des actes et pieces relatifs la
liquidation sera effectu au greffe du tri-
bunal de commerce de Fort de France.
Pour avis, le liquidateur FB 1347

AVIS DE LOCATION GERANCE
DE FONDS DE COMMERCE
ET DE LA PARTIES DE L'IMMEUBLE
SERVANT A L'EXPLOITATION
ENTIRE LES SOUSSIGNS:
Madame Myriane Paule FIBLEUIL, de
nationality franaise, ne le 22 mars 1960
au
LAMENTIN (MARTINIQUE), commer-
ante inscrite au registre du commerce et
des socits de
Fort de France sous le n* A 316 287 333,
demeurant 1 rue Vincent Allgre, 97231 -
LE ROBERT
Ci-aprs dnomm le Bailleur, d'une part,
Et
La Socit CASMAR, Socit A Respon-
sabilit Limite au capital de 2000 euro,
en course d'immatriculation auprs du
Greffe du Tribunal Mixte de Commerce
de Fort de


JUSTICE EST DESORMAIS EN LIGNE...

Retrouvez dsomais chaque semaine
l'Edito ainsi que la "une"
de votre Journal
et bien d'autres informations
sur notre site internet.

0- http://www.journal-ustice-martinique.com


France et don't le sige social est sis au 1,
rue Vincent Allgre 97231 Le Robert
Ci-aprs dnomm le Locataire grant
d'autre part,
Il a t convenu ce qui suit:
Article 1 Objet du contract
Le bailleur donne bail loyer titre de
location-grance conformment aux dis-
positions du code du commerce au loca-
taire grant prcit, qui accepted, un fonds
de commerce lui appartenant de dbit de
boisson et de restauration rapide sur
place et emporter exploit sous l'en-
seigne
"CHEZ MIMI" au Bourg du Robert au 1
rue Vincent Allgre dans un immeuble
proprit de la SCI XAMY et comprenant:
a) l'enseigne et le nom commercial sous
lesquels il est exploit ;
b) la clientle et l'achalandage y attachs;
c) le matriel, le mobilier commercial, l'ou-
tillage et les agencements servant son
exploitation tels que ceux dcrits en un in-
ventaire dress par acte spar annex
au present contract ;
d) le droit la jouissance des locaux dans
lesquels est exploit le fonds pour le
temps qui reste courir du bail ci-aprs
rappel sans que cette dure puisse ex-
ci er celle de la prsente location-g-
rance;
e) le bnfice des conventions, marchs
passs avec des tiers pour l'exploitation
du fonds ;
f) le droit la licence IV sans en affected
la proprit ;
Tel que le tout s'tend, se pursuit et
comporte, sans aucune exception ni r-
serve, et dans son tat actuel, que le pre-
neur dclare parfaitement connatre pour
l'avoir visit et examin aux fins des pr-
sentes. Il dclare connatre parfaitement
et savoir que le fonds est exploit sur un
rez-de-chausse comportant un snack-
bar, un point Loto & PMU et une terrasse
couverte.
Article 2 Rappel du droit au bail
Le droit d'exploitation des locaux ci-des-
sus dsigns dans lesquels ledit fonds
est exploit rsulte du titre de proprit
de la socit civil immobilire XAMY.
Les murs don't est propritaire la Socit
Xamy abrite le fonds lou situ au rez-de-
chausse d'une part, et l'tage d'autre
part, la parties privative hors exploitation.
Au titre du present contract de location g-
rance, le locataire-grant occupera une
surface reprsentant la totalit du rez-de-
chausse et mise sa disposition pour
l'exploitation du fonds lou et il s'engage
occuper les locaux durant toute la dure
de la location-grance et pour les seuls
besoins de son exploitation, sans pouvoir
invoquer la quality de sous-locataire ou
de cessionnaire.
Article 3 Dure
La prsente convention est consentie et
accepte pour une dure d'une anne
computer du
premier juillet 2009.
Elle pourra tre renouvele ensuite par
accord entire les parties, pour une priode
-maximale quivalente d'une anne dans
la limited du bail principal.


Chacune des parties pourra mettre fin
aux clauses et conditions prvues au
contract, en prvenant l'autre par lettre re-
commande avec accus de reception au
moins trois mois avant l'chance.
Il est expressment convenu qu'en cas
de refus de renouvellement, le present
contract de location-grance cessera de
plein droit la date de ce refus.
Article 4 Dclaration relative la loi du
20 mars 1956
4.1 Dclaration du bailleur
Le bailleur dclare qu'il remplit les condi-
tions exiges par l'article 4 de la loi du 20
mars 1956 et justifie de sa quality de
commerant par son immatriculation au
Registre du commerce et des socits.
Il justifie galement qu'il exploit person-
nellement le fonds objet du present
contract depuis le 7 mars 1979 soit plus de
9 annes.
Le bailleur dclare en outre qu'il n'est l'ob-
jet d'aucune des dchances prvues par
l'article 1er de la loi n" 47-1135 du 30 aot
1947 relative l'assainissement des pro-
fessions commercials et industrielles.
4.2 Le locataire-grant dclare quant
lui n'tre l'objet d'aucune condemnation
ou dchance prvue par ce texte.
4.3 Information des parties des cons-
quences juridiques de la location-grance
Le bailleur et le locataire-grant recon-
naissent avoir t informs des cons-
quences prvues par la loi du 20 mars
1956 concernant la location-grance et
plus particulirement :
- du fait qu'aux terms de l'article 8 de la-
dite loi, le bailleur du fonds est solidaire-
ment responsible avec le
locataire-grant des dettes contractes
par celui-ci l'occasion de l'exploitation
du fonds, et ce, pendant une dure de six
mois computer de la publication du
contract de location-grance dans un jour-
nal d'annonces lgales ;
- que les cranciers terme du bailleur
peuvent en vertu de l'article 7 de la loi du
20 mars 1956 dans le dlai de 3 mois sui-
vant la publication du present contract de-
mander au Tribunal de
Commerce competent de dclarer leur
crance immdiatement exigible dans
l'hypothse o ils considreraient que la
prsente location-grance les met en
pril.
- que la fin de la prsente location-g-
rance rend immdiatement exigible et de
plein droit les dettes affrentes l'exploi-
tation du fonds contractes par le loca-
taire-grant pendant la dure de la
grance -que le locataire-grant ne sau-
rait rpondre d'aucune dette, du chef du
propritaire du fonds lou
Article 5 Charges et conditions la
charge du locataire-grant
Il est expressment stipul que l'activit
PMU pour laquelle le bailleur a t agr
par la socit PMU ne fera parties de l'ob-
jet du present contract que pour autant que
le locataire-grant soit lui-mme agr
par la socit PMU laquelle condition ne
saurait tre opposable la parties baille-
resse. FB 1348









L NNNIE LAE'Jui J ille '09-JsieW2 ae2


CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
TRAVAUX
Identification du pouvoir adjudicateur
Catgorie : Etablissement public territo-
rial
Activity principal : services gnraux
des administrations publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur :
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Correspondent : Pierre SAMOT, Prsi-
dent de la CACEM
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL):
http://www.cacem.org
Adresse du profile acheteur:
www.marchespublics.net
Objet du march
Objet: March bons de command de
travaux de signalisations horizontales et
verticales sur le territoire de la CACEM.
Type de march de travaux : execution
Lieu d'excution : Territoire de la CACEM
L'avis concern un march public
Caractristiques principles :
Les travaux et prestations attendus com-
prennent notamment : travaux de mar-
quage de ligne, furniture et pose de
panneaux de signalisation routire, four-
niture et pose de poteaux d'arrt de bus,
etc.
Le march est pass sans minimum mais
avec un maximum par lot et par priode
d'excution fix comme suit :
Lot 1 : Signalisation routire : 400 000
euros HT par an
Lot 2 : Poteaux d'arrt de bus : 100 000
euros par an
Les variantes sont acceptes, unique-
ment sur le lot n2
Prestations divises en lots : oui
Dlai d'excution : mentionn dans les
bons de command.
Nature et tendue des travaux :
Les travaux et prestations attendus com-
prennent :
- Lot 1 Signalisation horizontal et verti-
cale
La signalisation horizontal comprend le
marquage de lignes continues et discon-
tinues, des travaux spciaux, (flches di-
rectionnelle et de rabattement zbra
d'lots, passage piton, etc...) de former
et de dimensions homologues d'aprs
les normes Europennes
La signalisation vertical comprend la
furniture et pose de panneaux de signa-
lisation de police avec quipements ainsi
que la furniture et pose d'quipements
de scurit de type balisettes ou plots, de
glissires de scurit ou d'quipements
spciaux.
- Lot 2 Fourniture et pose de poteaux
d'arrt :
Ce lot comprend la furniture et la pose
de poteaux d'arrts de bus et le rempla-
cement des pieces dfectueuses consta-
tes sur les poteaux d'arrts existants du
primtre des transports urbains de la
CACEM.
Conditions relatives au march
Cautionnement et garanties exiges :
conformment l'article 101 du code des
marchs publics, une retenue de garantie
gale 5%du montant est effectue sur
chaque bon de command.
Modalits essentielles de financement:
Les travaux seront financs sur les res-
sources propres de la CACEM.


Dlai global de paiement : 40 jours
Modalits de paiement : articles 86 98
du code des marchs publics
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement de fournisseurs : groupement so-
lidaire
Conditions de participation
Voir rglement de la consultation.
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous avec leur pondra-
tion :
* Critre technique :40% apprci au re-
gard du mmoire technique.
* Critre prix apprci au regard du dtail
des quantits estimatives : 30%
* Critre dlai : 20% (dlais de fabrication
et de livraison)
Procedures :
- Type de procedure: Procdure adapte
- Conditions de dlai :
n Date limited de rception des offres : le
23 juillet 2009 12 heures 00
n Dlai minimum de validit des offres :
120 jours.
Renseignements complmentaires
- Numro de rfrence attribu au mar-
ch par le pouvoir adjudicateur :
2009/18/DGA3/MAPA
- Autres informations :
En cas de co-traitance, chaque co-traitant
doit transmettre les mmes documents
que ceux mentionns dans le rglement
de la consultation, l'exception de la let-
tre de candidature (DC4).
En cas de sous-traitance dj connue,
pour justifier des capacits profession-
nelles, techniques et financires d'un o
plusieurs sous-traitants, le candidate pro-
duit les mmes documents concernant le
ou les sous-traitant(s) que ceux exigs
des candidates. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacits de ce ou ces sous-
traitant(s) pour l'excution du march, le
candidate produit un engagement crit du
ou des sous- traitant(s).
Les imprims DC4, DC5 et DC7 sont t-
lchargeables l'adresse Internet sui-
vante :
http://www.minefi.gouv.fr/themes/marche
s_publics/formulaires/index.htm,
rubrique "formulaires pour les candidates
un march public".
En application de l'article 52 du code des
marchs publics pourront tre limins :
a) les candidates qui n'auront pas fourni
l'ensemble des dclarations, certificates ou
attestations demands dment compl-
ts, dats et signs dans le dlai imparti;
b) les candidates don't les niveaux de ca-
pacits professionnelles, techniques et fi-
nancires seront jugs insuffisants, aprs
analyse des lments fournis dans le
dossier de candidature.
Si la CACEM constate que des pices
don't la production tait rclame sont ab-
sentes ou incompltes, elle peut dcider
de demander aux candidates concerns
de produire ou complter ces pices dans
un dlai fix dans sa demand et qui ne
saurait excder 10 jours. Pass ce dlai,
la candidature sera considre comme ir-
recevable.
Le Dossier de Consultation est tlchar-
geable sur www.marchespublics.net
- Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction des recourse :
Tribunal Administratif de Fort de France
B.P 683 -97264 Fort de France Cdex -
Tl. : 0596.71.66.67 Fax
0596.63.10.08
- Date d'envoi du present avis la publi-
cation : 24 juillet 2009
Adresses complmentaires :
- renseignements d'ordre administratif
CACEM Service Gestion et Suivi des
Achats


Chateauboeuf Est B.P 407 5 mois computer de la date d'attribution
97204 Fort de France Cedex du contract.
Tl : 0596.75.82.72 Renseignements d'ordre juridique, co-
Fax : 0596.75.54.58 nomique, financier et technique
- renseignements d'ordre technique Conditions relatives au contract
CACEM Direction des Transports Modalits essentielles de financement et
Tl : 0596.75.87.12 de paiement et/ou rfrences aux textes
- Adresse auprs de laquelle des docu- qui les rglementent : le march sera fi-
ments peuvent tre obtenus nanc sur les fonds propres de la
CACEM Service des Procdures de CACEM, du FNDS, de la Rgion Marti-
Marchs nique, du Dpartement Martinique et de
Immeuble Gros Bec l'ADEME. Les crdits CACEM sont ins-
Chateauboeuf Est B.P 407 crits au budget primitif, section d'investis-
97204 Fort de France Cedex segment.
Tl : 0596.75.82.72 Dlai global de paiement : 40 jours
Fax : 0596.75.54.58 Modalits de paiement : mandate adminis-
Adresse internet : www.marchespu- tratif suivi d'un virement
blics.net Possibilit d'avance dans les conditions
- Adresse auprs laquelle les offres doi- fixes par le code des marchs publics et
vent tre envoyes : conditionne par la constitution d'une ga-
CACEM Service des Procdures de rantie premiere demand.
Marchs Une retenue de garantie de 5% sera ef-
Immeuble Gros Bec fectue sur les acomptes
Chateauboeuf Est B.P 407 Forme juridique que devra revtir le grou-
97204 Fort de France Cedex pement d'oprateurs conomiques attri-
Tl : 0596.75.82.72 butaire du march : groupement conjoint
Fax : 0596.75.54.58 FB 1349 ou solidaire
L'excution du march est soumise
CACEM d'autres conditions particulires : non
AVIS DE MARCHE Conditions de participation
Pouvoir adjudicateur Renseignements concernant la situation
Nom, adresse et point de contact propre de l'entrepreneur, du fournisseur
Communaut d'Agglomration du Centre ou du prestataire de services et rensei-
de la Martinique (CACEM) gnements et formalits ncessaires pour
Immeuble Cardinal l'valuation de la capacity conomique, fi-
Chateauboeuf Est nancire et technique minimal requise
B.P 407 en vue de la selection des candidatures
97204 Fort de France Cedex (application des articles 43, 44, 45, 46 et
Tl : 0596.75.82.72 52 du code des marchs publics) :
Fax :0596.75.87.06 1) Situation juridique rfrences re-
Point de contact : M. Pierre SAMOT, Pr- quises :
sident de la CACEM Lettre de candidature en utilisant l'im-
Courrier lectronique : infos@cacem- prim DC4 (version 2008) ou un docu-
mq.com ment contenant les mmes
Adresse gnrale du pouvoir adjudicateur renseignements ;
(URL) : http://www.cacem.org Rubriques C et I de la Dclaration du
Type de pouvoir adjudicateur et activity candidate en utilisant l'imprim DC5 (ver-
principale sion 2008) ou un document contenant les
Autre : Etablissement public de coopra- mmes renseignements et attestations ;
tion intercommunale (EPCI) Le numro d'inscription au registre de la
Services gnraux des administrations profession (registre du commerce, regis-
publiques tre des mtiers ...) pour les personnel
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le physiques ou morales nouvellement
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs cres un rcpiss de dpt de dcla-
Objet du march ration auprs d'un centre de formalits
Description des entreprises.
Dialogue comptitif Piscine olympique 2) Capacit conomique et financire -
communautaire : construction de la pis- rfrences requises :
cine provisoire Rubriques D et H (en cas de sous-trai-
Type de march : march de travaux tance pour cette dernire) de la Dclara-
excution tion du candidate (imprim DC5 version
Lieu principal d'excution : Lamentin 2008 ou quivalent).
Code NUTS : FR920 Pour justifier de ses capacits profes-
L'avis implique un march public sionnelles, techniques et financires, le
Description succincte : candidate peut demander que soient ga-
Travaux de construction d'une piscine element prises en compete celles d'un ou
provisoire dans le cadre de l'extension de de plusieurs sous-traitants en prsentant
la piscine communautaire. Les travaux un engagement crit. Le candidate pr-
comprennent : un bassin complete d- sentera le parc de vhicules qu'il utilisera
montable, des vestiaires et annexes en pour la ralisation des prestations.
structures modulaire et l'amnagement 3) Rfrence professionnelle et capacity
du site d'accueil, technique rfrences requires :
Classification CPV : Rubriques E, F, G et H (en cas de sous-
Objet principal : 45 21 22 12-5 travaux de traitance pour cette dernire) de la D-
construction de piscines claration du candidate (imprim DC5
March couvert par l'accord sur les mar- version 2008 ou quivalent).
chs publics : oui Rfrences datant de moins de trois ans
Division en lots : oui. Il convient de sou- et vrifiables (indiquez les coordonnes
mettre des offres pour un ou plusieurs du client et le nom d'un contact) pour des
lots. prestations similaires ou quivalentes.
Des variantes seront-elles prises en Les imprims DC4 et DC5 peuvent tre
consideration : non tlchargs partir du site :
Quantit ou tendue du march http://www.minefi.gouv.fr/themes/marche
Le march comporte 2 lots, chacun tant s publics/formulaires/index.htm
fractionn en une tranche ferme et une Rubrique "formulaires pour les candidates
tranche conditionnelle. un march public"
Pour le lot nl, la tranche conditionnelle Marchs rservs : non
concern le repli des installations. La prestation est rserve une profes-
Options : non sion particulire : non
Dure du march ou dlai d'excution Les personnel morales sont tenues d'in-








NIE ILA'LEsJeui ,Jullet200 c n'2


diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges d'excuter la prestation : non
Procedure
Type de procedure : Dialogue comptitif.
Procedure se droulant en phases su-
cessives afin de rduire progressivement
le nombre des solutions discuter ou des
offres ngocier.
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous
* Valeur technique de l'offre apprcie au
regard de la solution propose :45%
* Prix : 35%
* Dlais d'excution : 20%
Une enchre lectronique sera effectue
:non
Renseignements d'ordre administratif
Numro de rfrence attribu au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2009/05/DGA3/DC
Publications antrieures concernant le
mme march : non
Documents payants : non
Date limited de reception des demanded
de participation : 3/08/2009 12 heures.
Date d'envoi des invitations participer
aux candidates slectionns : la date n'est
pas connue
Langue pouvant tre utilise dans l'offre :
FR (franais)
Dlai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 120 jours computer de la date limited de
reception des offres
Personnes autorises assister l'ou-
verture des offres : oui
Le responsible de project, les agents de
fa Direction Commande publique et
agents de la CACEM comptents en la
matire ou leurs reprsentants
Renseignements complmentaires
Il s'agit d'un march priodique : non
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par les fonds commu-
nautaires : non
Autres informations :
Le programme fonctionnel du dialogue
comptitif devra tre rcupr par les
candidates au Service Procdures de Mar-
chs de la CACEM ou sur le site
www.marchespublics.net.
Le dossier de consultation des entre-
prises pourra tre tlcharg uniquement
par les candidates agrs sur le site
www.marchespublics.net
Le candidate pourra transmettre une can-
didature paper, sur support physique
lectronique ou dmatrialise
(www.marchespublics.net).
Modalits de presentation de la candida-
ture
En application des articles 44 46 du
Code des Marchs Publics, les candidates
devront remettre un dossier comprenant
l'ensemble des pieces numres au pa-
ragraphe "conditions de participation"
(justifications produire quant aux quali-
ts et capacits des candidates, capacity
conomique et financire, capacity tech-
nique) ci-dessus relatives la candida-
ture de l'entreprise, entirement
compltes, dates et signes sous
peine de non-recevabilit de la candida-
ture.
Ces pieces devront tre tablies par tout
candidate, par chacun des co-traitants
pour un groupement :
Pour justifier des capacits profession-
nelles, techniques et financires d'un ou
de plusieurs sous-traitants, le candidate
produit les mmes documents concer-
nant le sous-traitant que ceux exigs pr-
cdemment. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacits de ce ou ces sous-
traitants pour l'excution du march, le
candidate produit un engagement crit du
ou des sous-traitants.


Les pices constitutives de la candidature
dfinies au paragraphe a) ci-dessus se-
ront regroupes dans une envelope ca-
chete portant les mentions suivantes en
recommand AR ou contre rcpiss la
CACEM:
"DIALOGUE COMPETITIF PISCINE
OLYMPIQUE COMMUNAUTAIRE :
CONSTRUCTION DE LA PISCINE PRO-
VISOIRE"
NE PAS OUVRIR AVANT LA SEANCE
D'OUVERTURE DES PLIS
Les candidatures devront tre remises
contre rcpiss l'adresse suivante :
CACEM
Service Procdures de Marchs
Immeuble Gros Bec Chateauboeuf Est
B.P. 407
97204 FORT DE FRANCE Cedex
avant la date indique sur la page de.
garde du present rglement,
ou, si elles sont envoyes par la poste,
devront l'tre l'adresse ci dessous :
CACEM
Service de Procdure de Marchs
Immeuble Gros Bec Chateauboeuf Est
B.P. 407
97204 FORT DE FRANCE Cedex
par pli recommand avec avis de rcep-
tion postal et parvenir destination avant
ces mmes date et heure limited.
Les dossiers qui seraient remis ou don't
l'avis de reception serait dlivr aprs la
date et l'heure limited fixes ci-dessus
ainsi que ceux remis sous envelope non
cachete, ne seront pas retenus. Ils se-
ront renvoys leurs auteurs.
Afin d'amliorer la lecture et l'analyse du
dossier, il est conseill aux candidates de
relier et de prsenter le dossier en res-
pectant l'ordre des pices.
En application de l'article 52 du code des
marchs publics, pourront tre limins :
- les candidates qui n'auront pas fourni
l'ensemble des dclarations, certificates ou
attestations demands dment compl-
ts, dats et signs dans le dlai imparti;
- les candidates don't les niveaux de capa-
cits professionnelles, techniques et fi-
nancires seront jugs insuffisants, aprs
analyse des lments fournis dans le
dossier de candidature.
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort de
France B.P 683 97264 Fort de France
Cdex Tl. : 0596.71.66.67 Fax :
0596.63.10.08
Introduction des recourse :
* rfr prcontractuel : entire le dbut de
la procedure de passation (publication de
l'avis) et la signature du contract dans les
10 jours suivant la notification du rejet de
l'offre
* recourse pour excs de pouvoir: dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaque.
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recours : Tribunal Ad-
ministratif de Fort de France B.P 683 -
97264 Fort de France Cdex Tl.:
0596.71.66.67 Fax : 0596.63.10.08
Date d'envoi du present avis : 24/06/2009
Adresses supplmentaires et points de
contact
- Adresses et points de contact auprs
desquels des renseignements compl-
mentaires peuvent tre obtenus
CACEM Service Achats
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Point de contact : Mme Julians
Courrier lectronique : isabelle.ju-
lians@cacem-mq.com ou frederic.louis-
sidney@cacem-mq.com
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
- Adresses et points de contact auprs


desquels le cahier des charges et les do-
cuments complmentaires peuvent tre
obtenus
CACEM Service des Marchs Publics
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
- Adresses et points de contact auxquels
les offres doivent tre envoyes
CACEM Service des Marchs Publics
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
Information sur les lots
Lot nl
Intitul : Bassin
Description succincte : foundation du bas-
sin et des plages, bassin, structures bas-
sin plage et rampe, escaliers, plancher de
plage et rampes, bardage fermetures des
sous-faces de plages, pdiluve, gardes
corps, gouttires, lvateur PMR, traite-
ment de l'eau et production d'eau
chaude.
Classification CPV: objet principal : 45 21
22 12-5
Quantit et tendue : les quantits et
tendues sont dfinies dans le project par-
tiellement dfini
Indications quant une autre dure du
march ou une autre date de commen-
cement/d'achvement : sans objet
Lot n2
Intitul : Vestiaires et annexes quips
(structures modulaires)
Description succincte : foundations de ves-
tiaires, revtement de sols, lectricit,
ventilation, rafrachissement, plomberie,
se, rurerie extrieure, escaliers
Classification CPV: objet principal : 45 21
22 12-5
Quantit et tendue : les quantits et
tendues sont dfinies dans le project par-
tiellement dfini
Indications quant une autre dure du
march ou une autre date de commen-
cement/d'achvement : sans objet
FB 1350

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
SERVICES
Identification du pouvoir adjudicateur
Catgorie : Etablissement public territo-
rial
Activits principles du pouvoir adjudica-
teur : services gnraux des administra-
tions publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Noms et adresse officials de l'organisme
acheteur :
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : M. Serge LETCHIMY,
President de la CACEM
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL) :
http://www.cacem.org
Objet du march : Traitement des vhi-
cules hors d'usage et des ferrailles ache-
mins sur le site du Centre
d'Enfouissement Technique de Rivire
Roche et Transfert des dchets valorisa-
bles vers une unit de valorisation.
Type de march de services : 16


Lieu d'excution: CACEM
L'avis concern un march public
Les variantes sont autorises.
Les prestations ne sont pas divises en
lots
Dlai d'excution : 3 mois.
Conditions relatives au march
Modalits essentielles de financement et
de pavement :
Le financement est effectu sur les res-
sources propres de la CACEM
Dlai global de paiement : 45 jours
Modalits de paiement : articles 86 98
du code des marchs publics
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement de candidates : groupement soli-
daire
Conditions de participation
Les conditions de participation sont d-
tailles dans le rglement de la consulta-
tion.
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous avec leur pondra-
tion :
* Prix : 60%
* Valeur technique de l'offre : 40%.
Procedure: Procdure adapte.
Conditions de dlai :
Date limited de reception des offres :
21/07/2009 12 heures
Renseignements complmentaires
- Numro de rfrence attribu au mar-
ch par le pouvoir adjudicateur
2008/22/DGA3/MAPA
- Dlai minimum de validit des offres: 90
jours computer de la date limited de r-
ception des offres
- Le dossier de consultation est tlchar-
geable sur le site de la CACEM
http://www.cacem.org
Les offres sur support paper uniquement,
sont :
* Soit remises sur place contre rcpiss,
* Soit transmises par lettre recommande
avec avis de reception postal.
Les heures d'ouverture des bureaux sont
: les lundis, mardi et jeudi de 8h 12h et
de 14h 16h ; les mercredis et vendredi
de 8h 13h pour le mois de juin et de 8
heures 13 heures pour le mois de juillet.
Date d'envoi du present avis : le
24/06/2009
Annexe I Adresses complmentaires
Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements complmentaires peuvent tre
obtenus
CACEM Service Gestion et suivi des
Achats
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse auprs de laquelle des docu-
ments peuvent tre obtenus et adresse
laquelle les offres doivent tre envoyes
CACEM Service Procdures de mar-
chs
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58 FB 1351

CACEM
AVIS DE MARCH
Pouvoir adjudicateur
Nom, adresse et point de contact
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl :0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact: M. Pierre SAMOT, Pr-
sident de la CACEM
Courrier lectronique : infos@cacem-
mq.com
Adresse gnrale du pouvoir adjudicateur









ANNIE ILc'isJui Y Jillet20 Jstc 2 Pag-


(URL) : http://www.cacem.org
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Autre : Etablissement public de coopra-
tion intercommunale (EPCI)
Services gnraux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du march
Description
Construction d'un rseau d'intercon-
nexion de sites et de furniture d'accs
internet pour le compete de la CACEM
Type de march : travaux conception
ralisation
Classification CPV:
- Objet prinicpal : 45 23 23 00 5 Tra-
vaux de construction de ligne tlpho-
nique et de ligne de communication et
ouvrage connexe
- Objet annexe : 64 22 10 00 1 Service
d'interconnexion
72 41 10 00 4 Fournisseurs de service
internet
Lieu principal de livraison : locaux de la
CACEM.
Code NUTS : FR920
L'avis implique un march public
March couvert par l'accord sur les mar-
chs publics : non
Division en lots : non.
Des variantes seront-elles prises en
consideration : non
Quantit ou tendue du march
Construction d'un rseau liant des sites
distant et furniture et location de mat-
riel d'extrmit de rseau
Options : non
Dure du march ou dlai d'excution
Le march est conclu pour une dure de
4 ans.
Renseignements d'ordre juridique, co-
nomique, financier et technique
Conditions relatives au contract
Modalits essentielles de financement et
de paiement et/ou rfrences aux textes
qui les rglementent : le march sera fi-
nanc 100 % sur les fonds propres de
la CACEM ; les crdits ncessaires sont
inscrits au budget primitif, section de
fonctionnement.
Dlai global de paiement : 40 jours
Modalits de paiement : mandate adminis-
tratif suivi d'un virement
Possibility d'avance pour ce march dans
les conditions fixes par le code des mar-
chs publics.
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement d'oprateurs conomiques attri-
butaire du march : groupement solidaire
L'excution du march est soumise
d'autres conditions particulires : non
Conditions de participation
Situation propre des oprateurs cono-
miques, y comprise exigences relatives
l'inscription au registre du commerce ou
de la profession : en application de l'arti-
cle 52 du code des marchs publics,
pourront tre limins :
- les candidates qui n'auront pas fourni
l'ensemble des dclarations, certificates ou
attestations demands dment compl-
ts, dats et signs dans le dlai imparti;
- les candidates don't les niveaux de capa-
cits professionnelles, techniques et fi-
nancires seront jugs insuffisants, aprs
analyse des lments fournis dans le
dossier de candidature.
Justifications produire quant aux quali-
ts et capacits du candidate :
1. la lettre de candidature en utilisant l'im-
prim DC4 (version avril 2007) ou un do-
cument contenant les mmes
renseignements, accompagn le cas
chant des pouvoirs autorisant le man-
dataire du groupement signer l'acte
d'engagement;
2. en cas de redressement judiciaire, la
copie du ou des jugements prononcs ;


3. le candidate peut joindre en outre s'il les
a en sa possession les documents qui se-
ront produire par le candidate retenu et
lists la section IV du rglement de la
consultation.
Capacity conomique et financire
La declaration du candidate intgralement
renseigne en utilisant l'imprim DC5
(version avril 2007) ou un document
contenant les mmes renseignements et
attestations.
Capacity technique
Les moyens matriels et humans et les
rfrences vrifiables pour des presta-
tions comparable datant de moins de
cinq ans seront dtaills dans un docu-
ment annexe ;
En cas de co-traitance, chaque co-traitant
doit transmettre les mmes documents
que ceux mentionns ci-dessus, l'ex-
ception de la lettre de candidature (DC4).
En cas de sous-traitance dj connue
Pour justifier des capacits profession-
nelles, techniques et financires d'un ou
de plusieurs sous-traitants, le candidate
produit les mmes documents concer-
nant le sous-traitant que ceux exigs pr-
cdemment. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacits de ce ou ces sous-
traitants pour l'excution du march, le
candidate produit un engagement crit du
ou des sous-traitants.
Marchs rservs : non
La prestation est rserve une profes-
sion particulire : non
Les personnel morales sont tenues d'in-
diquer les noms et qualifications profes-
sionnelles des membres du personnel
charges d'excuter la prestation : non
Procedure
Type de procedure : Procdure adapte
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous :
1. 60% : Valeur technique de l'offre,
2. 40% : le prix global de la prestation.
Une enchre lectronique sera effectue
: non
Renseignements d'ordre administratif
Numro de rfrence attribu au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2009/27/DGA1/MAPA
Publications antrieures concernant le
mme march : non
Documents payants : non
Date limited de reception des offres :
27/07/2009 12 heures 00.
Langue pouvant tre utilise dans l'offre :
FR (franais)
Dlai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 120 jours computer de la date limited de
reception des offres
Renseignements complmentaires
Les imprims DC4, DC5 et DC7 sont t-
Ichargeables l'adresse Internet sui-
vante :
http://www.minefi.gouv.fr/themes/marche
s_publics/formulaires/index.htm,
rubrique "formulaires pour les candidates
un march public".
Il s'agit d'un march priodique : non
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par les fonds commu-
nautaires : non
Autres informations: le dossier de consul-
tation des entreprises est tlchargeable
sur Internet sur le site www.marchespu-
blics.net
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort de
France B.P 683 97264 Fort de France
Cdex Tl. : 0596.71.66.67 Fax :
0596.63.10.08
Introduction des recourse :
* rfr prcontractuel : entire le dbut de
la procedure de passation (publication de
l'avis) et la signature du contract dans les
10 jours suivant la notification du rejet de


l'offre
* recourse pour excs de pouvoir: dans les
2 mois de la notification ou de la publica-
tion de la decision attaque.
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse : Tribunal Ad-
ministratif de Fort de France B.P 683 -
97264 Fort de France Cdex Tl. :
0596.71.66.67- Fax : 0596.63.10.08
Date d'envoi du present avis : 23/06/2009
Adresses supplmentaires et points de
contact
- Adresses et points de contact auprs
desquels des renseignements compl-
mentaires peuvent tre obtenus
CACEM Service Gestion et Suivi des
Achats
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Courrier lectronique : frederic.louis-sid-
ney@cacem-mq.com ou isabelle.ju-
lians@cacem-mq.com
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
- Adresses et points de contact auprs
desquels le cahier des charges et les do-
cuments complmentaires peuvent tre
obtenus
CACEM Service des Procdures de
Marchs
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
- Adresses et points de contact auxquels
les offres doivent tre envoyes :
CACEM Service des Procdures de
Marchs
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net FB 1352

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
DENOMINATION ET ADRESSE DE LA
COLLECTIVITE PASSANT LE MARCH
Ville de Fort de France
Rue Victor SEVERE BP 646
97 262 Fort de France
Tl. : 0596 59.60.00 Fax : 0596.60.91.96
MODE DE PASSATION
Le present march procedure adapte
est soumis aux dispositions des articles
28 et 29 du Code des Marchs Publics.
OBJET DU MARCH
MARCH DE SERVICES
Rfrences la nomenclature euro-
penne (CPV):
Objet principal :
71335000-5 : Etudes techniques
AFFAIRE
tude d'amnagement pour la revalorisa-
tion du "Haut Trenelle".
Variantes autorises : NON
En application de l'article 35 Il 6 du Code
des marchs publics, des marchs ngo-
cis pourront tre passs ultrieurement.
Numro de march : 09S0012
DELAIS D'EXECUTION DU MARCH
12 mois computer de la notification du
march
Date prvisionnelle de notification du
march : le 30 juillet 2009
MODALITES D'OBTENTION DU DOS-
SIER/
REMISE DES OFFRES/RENSEIGNE-
MENTS
Par envoi postal ou remise contre rc-
piss de dpt
Adresse postal de reception :
Ville de Fort-de-France


Service Marchs publics
80 rue de la Rpublique
3me tage au dessus de Match
97262 Fort-De-France Cdex
Tel : 0596.59.14.78
Date limited de reception des offres : le
17/07/2009 12h00
JUSTIFICATIONS ET PIECES A PRO-
DUIRE
Enveloppe unique
- Lettre de candidature (DC4),
- Declaration du Candidat (DC5) accom-
pagne d'une presentation du candidate
justifiant la capacity technique minimum
- Dlgation de Pouvoir le cas chant
- l'acte d'engagement, cadre ci joint
complter, dat et sign par le reprsen-
tant qualifi de l'entreprise, ou le groupe-
ment d'entreprises, candidates ayant
vocation tre titulaire du march,
- le cahier des clauses particulires, ac-
cepter, dater et signer sans modifica-
tion,
- une dcomposition du prix global et for-
faitaire du candidate
- un mmoire mthodologique (mthodo-
logie et moyens affects la mission)
DELAI D'ENGAGEMENT DE L'OFFRE
90 jours
CRITERES UTILISES LORS DE L'AT-
TRIBUTION DU MARCH
Critres de jugement des offres :
* Valeur technique (Pondration: 60)
* Prix (Pondration : 40)
Mode de rglement : Virement bancaire
(Mandat administratif), financement as-
sur sur fonds propres de la ville
RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
TAIRES
Ville de Fort-de-France
Direction Matrise d'Ouvrage et Observa-
toire du Patrimoine
Rue Victor Svre Btiment adminis-
tratif (4me tage)
97 200 Fort de France
Tel : 0596.59.43.95 /0596.59.60.34
INSTANCE DE RECOURS
Tribunal administratif de Fort de France,
immeuble Roy-Camille
B.P.683 croix de Bellevue, MQ-97264
Fort-de-France.
Tl. : 59 65 96 71 66 67. Fax : 59 65 96
63 1008
DATE D'ENVOI DE L'AVIS D'APPEL PU-
BLIC A LA CONCURRENCE
Le 24 juin 2009
Le Maire
Serge LETCHIMY FB 1353

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur : Conseil Rgional de Marti-
nique
Service des Marchs et de la command
publique, Rue Gaston Defferre Cluny
97200 Fort-de-France Martinique -T-
lphone : 0596-59-63-00
Tlcopieur : 0596-72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marchs Publics"
Contact : le reprsentant du pouvoir ad-
judicateur :
Le President du Conseil Rgional de Mar-
tinique
L'avis implique la passation d'un march
Procedure de passation : March pro-
cdure adapte [art. 28 du Code des Mar-
chs Publics (CMP)]
Intitul attribu au march : Travaux de
foundations pour la pose d'une construc-
tion modulaire au lyce Montgrald du
Marin.
Numro de rfrence attribu au march
par le pouvoir adjudicateur MO ,--
OP4
Caractristiques principles (description
succincte du march) : II s'agit plus prci-
sment de raliser les travaux suivants :
- terrassements gnraux (dboisement,









IJ i Y ilt


dcapage terre vgtale, remblais d'ap-
port grave non trait)
- gros-euvre
- voierie
- rseau lectrique
- furniture et pose d'un escalier mtal-
lique
Prestations divises en lots : Oui
Quantit ou tendue global Oui : Possi-
bilit de prsenter une offre pour un ou
les deux lots
INFORMATIONS SUR LES LOTS
* LOT no 1 INTITUL : GROS EUVRE
1) DESCRIPTION SUCCINCTE:
-Terrassements gnraux : dboisement-
dcapage/terre vgtale-remblais.
- Gros cuvre : installation chantier-im-
plantation-fouille-bton- remblais.
- Voierie : dcapage/encaissement-r-
glage compactage couche fondation-
vacuation dblais.
- Escalier mtallique : dpose-fourniture
et pose.
2) QUANTITY OU TENDUE : dcapage
: 130m2-remblais : 20m3- fouille : 8m3-
bton :16m3-fourniture et pose d'un es-
calier mtallique ouvrage bton pour
foundation escalier :2m3.
3) INFORMATIONS COMPLMEN-
TAIRES :
Dure : 1 mois ( computer de l'ordre de
service de dmarrage des travaux).
SLOT no 2 INTITUL : ELECTRICITY
1) DESCRIPTION SUCCINCTE:
Mise en place rseau lectricit pour la
pose d'une construction modulaire.
2) QUANTIT OU TENDUE : furniture
et pose de fourreaux TPC f69 :1ml-cble
U1000 R02V 4X10mm2 :10mi-cble cui-
vre sur 1x29mm2 :10ml- disjoncteurs :2-
goulotte :7ml-cble torsad :100ml 1
bote d'embout alu/cuivre 1 bote dri-
vation 1 bote de sicame pour drivation
- 1 certificate de conformit.
3) INFORMATIONS COMPLMEN-
TAIRES:
Dure : 1 mois ( computer de l'ordre-de
service de dmarrage des travaux).
Dlai d'excution des marchs en mois
La dure global des travaux est de un
(1) mois computer de (la notification des
marchs + priode de 30 jours pour la
preparation des travaux).
Des variantes seront prises en consid-
ration :
Non
Lieu principal d'excution des travaux :
Lyce Montgrald commune du Marin
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus : Les docu-
ments (dossier de consultation des
Entreprises DCE) seront remis gratuite-
ment par le Service des marchs et de la
command publique du Conseil Rgional
de MARTINIQUE.
Tlphone : 0596 59.63.00, Tlcopieur
: 0596-72.68.10
Lors du retrait du DCE le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut-tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus-indique.
Modalits essentielles de financement et
de paiement du march : Financement
: Budget du Conseil Rgional de Marti-
nique
SPaiement :
- virement administratif
- Dlai global de paiement : 40 jours
-Rglement effectu sous forme
d'acomptes mensuels et d'un solde.
- Type de prix : prix global et forfaitaire
- Variation des prix: fermes actualisables
Cautionnement et garanties exiges : Re-
tenue de garantie :
Une retenue de garantie de 5% est pr-
vue conformment aux articles 101 103
du code des marchs publics. Elle peut
tre remplace par une garantie pre-


mire demand ou, si le pouvoir adjudi-
cateur ne s'y oppose pas, par une caution
personnelle et solidaire.
Langue pouvant tre utilise dans l'offre:
Franais
Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements complmentaires d'ordre ad-
ministratif peuvent tre obtenus : Conseil
Regional de Martinique (Monsieur le Pr-
sident du Conseil Rgional l'attention
du service des Marchs et de la Com-
mande Publique) Rue Gaston Defferre -
Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
- Tlphone : 0596-59-63-00 Tlco-
pieur : 0596-72-68-10 ou en ligne
l'adresse Internet sus indique.
Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements complmentaires d'ordre tech-
nique peuvent tre obtenus : Conseil
Regional de Martinique (Monsieur le Pr-
sident du Conseil Rgional l'attention
du Service Technique) Rue Gaston Def-
ferre Cluny 97200 Fort-de-France Mar-
tinique Tlphone : 0596-59-63-00 -
Tlcopieur : 0596-72-68-10 ou en ligne
l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation : -Critres de
selection des candidatures
Les capacits professionnelles, tech-
niques et financires du candidate
* Situation propre des oprateurs cono-
miques, y comprise exigences relatives
l'inscription au registre du commerce ou
de la profession : Renseignements et for-
malits ncessaires pour valuer si ces
exigences sont remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
modle DC5 version octobre 2008) pour
chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation tre titulaires du mar-
ch).
- lettre de candidature et le cas chant
d'habilitation du mandataire par ses co-
traitants (conforme au modle DC 4 dans
sa version d'avril 2007)
SCapacits professionnelles
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- Presentation d'une liste des travaux
excuts au course de la dernire anne,
appuye d'attestations de bonne excu-
tion pour les travaux les plus important.
Ces attestations indiquent le montant,
l'poque et le lieu d'excution des travaux
et prcisent s'ils ont t effectus selon
les rgles de l'art et mens rgulirement
bonne fin ; (si cette presentation n'est
pas dj demande dans le cadre du DC
5).
- Certificates de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate notamment les
certificates d'identit professionnelles ou
des rfrences de travaux attestant la
competence du candidate raliser la
prestation pour laquelle il soummisionne
(si ces documents ne sont pas dj de-
mands dans le cadre du DC5).
- Indication des titres d'tudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des cadres de
l'entreprise, et notamment des responsa-
bles de prestation de services ou de
conduite des travaux de mme nature
que celle du march
* Capacits conomique et financire
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- Declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les travaux objet du march, raliss
au course du dernier exercise disponible
(si cette declaration n'est pas dj de-
mande dans le cadre du DC 5)
- declaration approprie de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
* Capacits techniques


Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et l'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la dernire anne (si cette d-
claration n'est pas dj demande dans
le cadre du DC 5)
- Declaration indiquant l'outillage, le ma-
triel et l'quipement technique don't le
candidate dispose pour la ralisation de
marchs de mme nature (si cette dcla-
ration n'est pas dj demande dans le
cadre du DC 5).
Critres d'attribution des marchs :
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
d'attribution noncs ci-dessous :
- La valeur technique de l'offre (apprcie
partir du mmoire technique requis au
3-1-2-b du rglement de consultation) af-
fecte d'un coefficient 6 se dclinant
selon les sous critres suivants :
- Organisation matrielle du chantier:
50% (du coefficient 6)
- Quality des procds techniques et de
la mthode de travail :30% (du coefficient
6)
- Modalits de reduction des nuisances
bruitt, poussires, circulation): 20% du
coefficient 6)
- Le prix des prestations affect d'un coef-
ficient 4
Dlai minimum pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre:
180 jours
Date limited de reception des offres :
Le mercredi 15 juillet 2009 12 h 00
(heure de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes :
Reception des offres, par pli recommand
ou contre rcpiss au Conseil Rgional
de Martinique, Service des marchs et de
le command publique, rue Gaston Def-
fer,s Cluny 97200 Fort-de-France -
MARTINIQUE ou en ligne l'adresse
Internet sus indique.
Dlai laiss au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
ciales et fiscales :
8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction des recourse :
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Tlphone : 0596-71-66-67
Tlcopieur : 0596 63.10.08
Organe charge des procedures de m-
diation :
Comit consultatif interdpartemental de
rglement amiable des litiges relatifs aux
marchs publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
Tlphone : 01.44.42.63.43
Tlcopieur: 01.44.42.63.37
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recours :
Le greffe du Tribunal administratif
Immeuble Roy-Camille -Croix de Belle-
vue BP 683
97262 Fort-de-France Cdex
Tlphone : 0596-71-66-67 Tlcopieur
: 0596 63.10.08
Transmission par voie dmatrialise :
Autorise
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique


"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
- le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique
des dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les can-
didats sont invits bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra tre utilise afin de les in-
former des ventuelles modifications ap-
portes au DCE.
Les candidates qui ont transmis leur dos-
sier d'offre par voie lectronique peuvent,
en parallle, faire parvenir la Rgion
Martinique une "copie de sauvegarde" de
ce dossier ; ceci sur support physique
lectronique (CD, DVD) ou sur support
paper. L'envoi se fera dans les conditions
prcises dans le rglement de la consul-
tation.
Date d'envoi du present avis aux organes
de publication (journaux d'annonces l-
gales locaux)
Le mercredi 24 juin 2009 FB 1354

AVIS D'APPEL*PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Identification de l'organisme qui passe le
march : Conseil Rgional de la Marti-
nique
Service de la formation professionnelle,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
De-France Martinique, tl : 05 96 59-64-
60 / tlcopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marchs publics"
Reprsentant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Rgional de la
Martinique
Procedure de passation : Procdure
adapte en vertu de l'article 30 du Code
des Marchs Publics (CMP)
Objet du march :
Ralisation d'actions de formation au titre
du Programme regional de formation pro-
fessionnelle des jeunes 2009 (lots 46
60), destination des jeunes de 16
moins de 26 ans sans qualification.
Rfrence d'indentification du march :
FP-JEU-0904 (lots 46 60)
Caractristiques principles : Objectif g-
nral de la prestation :
La prsente consultation porte sur le
choix de prestataires (organismes de for-
mation) devant raliser les actions de for-
mation non qualifiantes mobilisationn,
mise niveau) dans le cadre du Pro-
gramme regional de formation profes-
sionnelle des jeunes (PRFPJ) 2009 -
4me parties conformment aux cahiers
des charges.
Allotissement : La prestation sera divise
en 15 lots qui seront attribus spar-
ment savoir :
- Lot 46 : Mobilisation autour des mtiers
de la mer et de la plaisance (Trinit ou
Robert ou Sainte-Marie)
- Lot 47 : Mobilisation autour des mtiers
de la mer et de la plaisance (Trinit ou
Robert ou Sainte-Marie)
- Lot 48 : Mobilisation autour des mtiers
de la mer et de la plaisance (Rivire-Pi-
lote ou Marin ou Sainte-Anne)
- Lot 49 : Mobilisation autour des mtiers
de la mer et de la plaisance (Rivire-Pi-
lote ou Marin ou Sainte-Anne)
- Lot 50 : MAN 2me degr (Lamentin)
- Lot 51 : MAN 2me degr (Saint-Pierre)
- Lot 52 : CAPA Travaux paysagers (Ro-
bert ou Trinit ou Sainte-Marie)
- Lot 53 : BPA productions vgtales
(Carbet ou Saint-Pierre)
- Lot 54: BEPA option agriculture des r-
gions chaudes (Saint-Esprit ou Rivire-












It'info un Maiin)
Io I ',i 'Ai' l t Filoyei do commerce
iiilli pli intlil t (I)DuI ou Rivire-

lt l ,rAi CAI' Emp|loy de vente specia-
lio option Il productss d'quipements)
(li)i ii'il)
-Loi 7 : CAP Agent d'entreposage et de
mrssagori (Fort-de-France)
SLot 58 : TP Agent de maintenance sur
oquipements bureautiques (Fort-de-
France ou Lamentin)
- Lot 59 : TP Installateur de rseaux c-
bls (Fort-de-France ou Lamentin)
- Lot 60 : CAP gestion des dchets et hy-
gine des locaux(A) (Fort-de-France ou
Lamentin)
Possibility de prsenter une offre pour un
ou plusieurs lots.
Dure d'excution du march : La dure
d'excution du march sera propose
pour chaque lot par les candidates. Ils de-
vront cet effet renseigner l'article 4 de
l'acte d'engagement.
Lieu d'excution : Sur tout le territoire de
la Martinique
Modalits essentielles de financement et
de paiement du march : Financement :
Fonds propres de la Rgion (30 %) + Pro-
gramme oprationnel 2007-2013 (PO)
(70%)
- Paiement :
. Virement administratif
. Dlai global de paiement : 40 jours
. Prix rvisable
. Une advance de 5 % est prvue
Variantes : Non autorises
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus :
Le dossier de consultation des entre-
prises sera remis gratuitement par le ser-
vice de la Formation professionnelle
Rue Gaston Deferre Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 64 60
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation: Critres de
selection des candidatures :
- Les capacits professionnelles, tech-
niques et financires du candidate
* Situation propre des oprateurs cono-
miques, (y comprise exigences relatives
l'inscription au registre du commerce ou
de la profession): Renseignements et for-
malits ncessaires pour valuer si ces
exigences sont remplies :
-la declaration du candidate (conforme au
modle DC 5 version octobre 2008)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation tre
Titulaires du march (disponible sur in-
ternet l'adresse suivante :
www.minefi.gouv.fr, thme : marchs pu-
blics).
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au modle DC 4 dans sa version d'avril
2007) disponible galement sur internet
l'adresse suivante :
http://www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics)
* Capacits professionnelles
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences
sont remplies :
- presentation d'une liste des principaux
services effectus au course de la
dernire anne, indiquant le montant, la
date et le destinataire public ou
priv. Les prestations de services sont
prouves par des attestations du
destinataire ou, dfaut, par une dcla-
ration du candidate
-Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la


preuve de la capacity du candidate.
- indication des tires d'tudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des
cadres de l'entreprise, et notamment des
responsables de prestations de
services de mme nature que celle du
march.
- Capacits conomique et financire :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences
sont remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires
concernant les services objet du march,
raliss au course du dernier
exercise disponible
-Dclaration approprie de banques ou
preuve d'une assurance pour les
risques professionnels.
* Capacits techniques :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences
sont remplies :
-une description de l'quipement tech-
nique, des measures employes par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'tude et de
recherche de son entreprise ;
-Dclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et
l'importance du personnel d'encadrement
au course de la dernire anne.
Critres de jugement des offres :
L'offre conomiquement la plus avanta-
geuse sera apprcie en function des cri-
tres noncs ci-dessous :
* La valeur technique de l'offre affecte
d'un coefficient 5 et apprcie partir du
dossier technique dtaill requis au 5-1
du rglement de consultation
* Le prix de la prestation affect d'un coef-
ficient 3
* Le dlai global d'excution de la presta-
tion propose l'article 4 de l'acte d'en-
gagement affect d'un coefficient 2
Ngociation des conditions du march
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas chant tre ngocies avec
les candidates aprs examen de leur offre
Dlai de validit des offres : 240 jours
Adresse auprs de laquelle.les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
tre obtenus : Conseil regional de la Mar-
tinique (Service de la formation profes-
sionnelle) ou en ligne l'adresse sus
indique
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent tre
obtenus : Conseil regional de la Marti-
nique (Service de la formation profes-
sionnelle) ou en ligne l'adresse sus
indique
Date limited de reception des offres : Le 22
juilet.2009 12 H 00 (heure de Marti-
nique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes : Rception des offres contre
rcpiss au Conseil Rgional de la Mar-
tinique Service de la Formation profes-
sionnelle rue Gaston Deferre -Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique
Dlai laiss au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort-de-
France
Immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
-B.P 683 97264 Fort-de-France Cedex
Tl : 0596-71-66-67 Fax : 0596
63.10.08
Organe charge des procedures de m-
diation : Comit consultatif interdparte-
mental de rglement amiable des litiges
relatifs aux marchs publics de PARIS
(C.C.I.R.A de Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
Tlphone : 01.44.42.63.43


Tlcopie : 01.44.42.63.37
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recours : Le greffe du
Tribunal administratif
Croix de Bellevue
97200 Fort-de-France
Tl : 0596-71-66-67
Fax :0596 63.10.08
Transmission des dossiers d'offre par
voie dmatrialise : Autorise
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
- le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique
des dossiers d'offres
Pour le tlchargement du DCE les can-
didats sont invits bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra tre utilise afin de les in-
former des ventuelles modifications ap-
portes au DCE.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : Le 23 juin 2009 FB 1355

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Identification de l'organisme qui passe le
march : Conseil Rgional de Martinique
Service des Marchs et de la command
publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France Martinique, tl : 05 96 59-63-
00 /tlcopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr- rubrique "Marchs publics"
Reprsentant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Rgional de la
Martinique
Procedure de passation : Procdure
adapte en vertu des articles 28 et 30 du
Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march : Ralisation de presta-
tions dans le cadre de la Manifestation
MIZIK LAREJION (Ralisation d'un spot
audiovisuel Restauration, collation,
cocktail -Organisation spectacle concert
et animations musicales)
Rfrence d'indentification du march :
SCRPP-SMIZIK-09-019
Caractristiques principles : Le Conseil
regional organise une manifestation cul-
turelle "MIZIK LAREJION. Dans ce cadre,
il recherche des prestataires pour assu-
rer les missions de ralisation d'un spot
audiovisuel, de Restauration, collation,
cocktail, d'organisation d'un spectacle
concert et animations musicales). Date et
heure de la manifestation : le 8 aot 2009
de 17 heures 22 H 30.
Public attend : tout public.
Variante Autorise
Allotissement Cette prestation est divise
en 03 lots, savoir :
- lot B1 : Ralisation d'un spot audiovisuel
Description succincte :
Conception, ralisation, furniture d'un
spot de 30 seconds pour diffusion et pu-
blicit en tlvision et en radio :
- lot B2 : Restauration collations- cock-
tail
Description succincte :
Il s'agit d'assurer des prestations de col-
lations et restauration (formule menu
pack individual) de cocktail (mises en
bouche chaudes et froides)
lot B3 : Organisation spectacle concert et


animations musicales dfraiements ar-
tistes
Description succincte:
Recherche d'un prestataire entrepreneur
de spectacle pour organiser et coordon-
ner un concert musical groupe 4 a 5 mu-
siciens en formation) pour assurer un
spectacle musical en live intgrant princi-
palement des interpretations de jeunes
boursiers musicians.
NB : Les candidates ont la possibility de
prsenter une offre pour un ou plusieurs
lots.
Lieu d'excution de la prestation Htel du
Conseil Rgional de Martinique
Dure d'excution du march : Le candi-
dat devra faire une proposition pour la
dure de chacun des lots qu'il souhaite se
voir attribuer
Modalits essentielles de financement et
de paiement du march : Financement :
Fonds propres de la Rgion
- Paiement :
. Virement administratif
. Dlai global de paiement : 40 jours
. Variation des prix : prix fermes
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus : Le dossier
de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service des
marchs et de la command publique
Rue Gaston Defferre -Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation : Critres de
selection des candidatures
Les candidatures seront slectionnes au
regard des trois critres suivants :
- les capacits professionnelles, tech-
niques et financires
* Situation propre du candidate:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
modle DC5 version avril 2007) pour
chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation tre titulaires du march
(disponible sur internet l'adresse sui-
vante : www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics).
- copie du ou des jugements prononcs,
si le candidate est en redressement judi-
ciaire (si ces documents ne sont pas dj
demands dans le cadre du DC 5)
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au modle DC 4 dans sa version d'avril
2007) disponible galement sur internet
l'adresse suivante
http://www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics)
* Capacits professionnelles:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectues au course de la der-
nire anne, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou priv. Les
prestations sont prouves par des attes-
tations du destinataire ou, dfaut, par
une declaration du candidate
* Capacits conomiques et financires :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
ralises au course du dernier exercise
disponible
* Capacits techniques:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont


&NNCNCIF=g LGALES Jeudi Y JuilletIO09 Justice if `27 -Pagel$









ENI 'IJediJulle 2009 -Ju Pag' 26


remplies :
- une description de l'quipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de. la quality et
des moyens d'tude et de recherche de
son entreprise ;
-Dclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et l'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la dernire anne (si cette d-
claration n'est pas demande dans le
cadre du DC5).
Critres de jugement des offres :
L'offre conomiquement la plus avanta-
geuse sera apprcie en function des cri-
tres noncs ci-dessous :
- valeur technique de l'offre affecte d'un
coefficient 5
- prix de la prestation affect d'un coeffi-
cient 3
Ngociation des conditions du march
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas chant tre ngocies avec
les candidates aprs examen de leur offre
Dlai de validit des offres : 180 jours
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
tre obtenus : Conseil regional de Marti-
nique (service des marchs et de la com-
mande publiques) ou en ligne l'adresse
sus indique
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent tre
obtenus : Conseil regional de Martinique
(Service de la communication, des rela-
tions publiques et du protocole) ou en
ligne l'adresse sus indique
Date limited de reception des offres : 7 juil-
let 2009 12 H 00 (heure de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes : Rception des offres par pli
recommand ou contre rcpiss au
Conseil regional de la Martinique Ser-
vice des Marchs et de la Commande
Publique rue Gaston Defferre -Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique ou en
ligne l'adresse Internet sus indique
Dlai laiss au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal administratif Croix de
Bellevue
97200 Fort-de-France
Tl : 0596-71-66-67
Organe charge des procedures de m-
diation : Comit consultatif de rglement
amiable des litiges de PARIS
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recours : Le greffe du
Tribunal administratif Croix de Bellevue
Transmission des dossiers d'offre par
-voie dmatrialise : Non autorise
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
- le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
Pour le tlchargement du DCE les can-
didats sont invits bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra tre utilise afin de les in-
former des ventuelles modifications ap-
portes au DCE.
Les candidates qui ont transmis leur dos-
sier d'offre par voie lectronique peuvent,
en parallle, faire parvenir la Rgion
Martinique une "copie de sauvegarde" de


ce dossier ; ceci sur support physique
lectronique (CD, DVD) ou sur support
paper. L'envoi se fera dans les conditions
prcises dans le rglement de la consul-
tation.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : 23 juin 2009 FB 1356

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Identification de l'organisme qui passe le
march : Conseil Rgional de Martinique
Service des Marchs et de la command
publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France Martinique, tl : 05 96 59-63-
00 / tlcopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marchs publics"
Reprsentant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Rgional de la
Martinique
Procedure de passation : Procdure
adapte en vertu des articles 28 et 29 du
Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march : Ralisation de presta-
tions dans le cadre de la Manifestation
MIZIK LAREJION (Edition signaltique
impression- Ralisation et impression de
T-shirts location de chapiteaux -sonori-
sation et mise en lumire lectrification
site manifestation location de matriel
audiovisuel location d'un podium)
Rfrence d'indentification du march :
SCRPP-SMIZIK-09-018
Caractristiques principles : Le Conseil
regional organise une manifestation cul-
turelle "MIZIK LAREJION. Dans ce cadre,
il recherche des prestataires pour assu-
rer les missions d'dition impression, de
ralisation et impression de T-shirts, de
location de chapiteaux, de sonorisation et
mise en lumire, d'lectrification du site
de la manifestation, de location de mat-
riel audiovisuel et de podium. Date et
heure de la manifestation : le 8 aot 2009
de 17 heures 22 H 30.
Public attend : tout public.
Variante Autorise-
Allotissement Cette prestation est divise
en 07 lots, savoir:
- lot Al : Edition signaltique et impres-
sion
Description succincte :
II s'agit pour le prestataire d'effectuer les
prestations suivantes :
- Conception/cration d'un visuel Thme
:"Mizik Larjion"
- Support de communication : Edition et
Impression d'une affiche -(Format 45 x
100 cm ht quantit 20 Quadri Couch
mat 160g) Signaltique (2 panneaux fond
blanc en Akilux ou similaire Format 1 m
x 1 m 2 banderoles (impression quadri -
6m x 0,90 m sur bche anti UV rsis-
tant au vent avec oeillets et corde pr-
voir pour fixation) et Ralisation d'une
maquette pour press crite (% page
press crite 172 x 524 mm)
- lot A2 : Ralisation et impression de T-
shirts
Description succincte :
II s'agit pour le prestataire d'effectuer la
prestation de Fourniture, d'impression, et
livraison de :
- 150 tee-shirts coton -170g Coloris noir
impression quadri couleur recto
- 50 tops encolure V manches courts
coton -170g Coloris noir
impression quadri couleur recto
- lot A3 : location de chapiteaux
Description succincte :
Fourniture montage, dmontage des
structures suivantes : 12 chapiteaux 5x 5
m2 et de 3 chapiteaux de 4 x 4 m2
- lot A4 : Sonorisation et mise en lumire
Description succincte :
Mise disposition d'un matriel de sono-
risation et d'clairage d'un podium et dif-
frents spaces


- lot A5 Travaux lectriques pour site
manifestation
Description succincte :
II s'agit d'effectuer des travaux d'lectrifi-
cation sur la zone de la manifestation :
parking, restaurant, podium et jardin.
lot A6 location de matriel vido :
Il s'agit d'effectuer des prestations de
captation et de retransmission images sur
crans gants et production d'un module
vido partir de la captation des images
NB : Les candidates ont.la possibility de
prsenter une offre pour un ou plusieurs
lots.
Lieu d'excution de la prestation Htel du
Conseil Rgional de Martinique
Dure d'excution du march : Le candi-
dat devra faire une proposition pour la
dure de chacun des lots qu'il souhaite se
voir attribuer
Modalits essentielles de financement et
de pavement du march : Financement:
Fonds propres de la Rgion
- Paiement :
. Virement administratif
. Dlai global de paiement : 40 jours
. Variation des prix : prix fermes
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus : Le dossier
de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service des
marchs et de la command publique
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation : Critres de
selection des candidatures
Les candidatures seront slectionnes au
regard des trois critres suivants :
- les capacits professionnelles, tech-
niques et financires
* situationn propre du candidate:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
modle DC5 version avril 2007) pour
chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation tre titulaires du march
(disponible sur internet l'adresse sui-
vante : www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics).
- copie du ou des jugements prononcs,
si le candidate est en redressement judi-
ciaire (si ces documents ne sont pas dj
demands dans le cadre du DC 5)
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au modle DC 4 dans sa version d'avril
2007) disponible galement sur internet
l'adresse suivante
http://www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics)
* Capacits professionnelles:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectues au course de la der-
nire anne, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou priv. Les
prestations sont prouves par des attes-
tations du destinataire ou, dfaut, par
une declaration du candidate
* Capacits conomiques et financires :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
ralises au course du dernier exercise
disponible
* Capacits techniques :
Renseignements et formalits nces-


saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- une description de l'quipement tech-
nique, des measures employes par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'tude et de recherche de
son entreprise ;
-Dclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et l'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la dernire anne (si cette d-
claration n'est pas demande dans le
cadre du DC5).
Critres de jugement des offres:
L'offre conomiquement la plus avanta-
geuse sera apprcie en function des cri-
tres noncs ci-dessous :
- valeur technique de l'offre affecte d'un
coefficient 5
- prix de la prestation affect d'un coeffi-
cient 3
Ngociation des conditions du march
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas chant tre ngocies avec
les candidates aprs examen de leur offre
Dlai de validit des offres : 180 jours
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
tre obtenus : Conseil regional de Marti-
nique (service des marchs et de la com-
mande publiques) ou en ligne l'adresse
sus indique
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent tre
obtenus : Conseil regional de Martinique
(Service de la communication, des rela-
tions publiques et du protocole) ou en
ligne l'adresse sus indique
Date limited de reception des offres : 7
JUILLET 2009 12 H 00 (heure de Mar-
tinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes : Rception des offres par pli
recommand ou contre rcpiss au
Conseil regional de la Martinique Ser-
vice des Marchs et de la Commande
Publique rue Gaston Defferre -Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique ou en
ligne l'adresse Internet sus indique
Dlai laiss au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal administratif Croix de
Bellevue
97200 Fort-de-France
Tl: 0596-71-66-67
Organe charge des procedures de m-
diation : Comit consultatif de rglement
amiable des litiges de PARIS
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recours : Le greffe du
Tribunal administratif Croix de Bellevue
Transmission des dossiers d'offre par
voie dmatrialise : Non autorise
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
- le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
Pour le tlchargement du DCE les can-
didats sont invits bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra tre utilise afin de les in-
former des ventuelles modifications ap-
portes au DCE.
Les candidates qui ont transmis leur dos-
sier d'offre par voie lectronique peuvent,








*NUCSIAE ed IJile O -Jstc n'21 -Pge'2


en parallle, faire parvenir la Rgion
Martinique une "copie de sauvegarde" de
ce dossier ; ceci sur support physique
lectronique (CD, DVD) ou sur support
paper. L'envoi se fera dans les conditions
prcises dans le rglement de la consul-
tation.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : 23 juin 2009 FB 1357

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
March de services d'entretien et de r-
paration
IDENTIFICATION DE L'ORGANISME
QUI PASSE LE MARCH
Commune
Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur:
Ville de Fort de France
Monsieur le Maire
Rue Victor Svre
97262 Fort de France
France
Tl : 0596596000
Fax: 0596609169
URL : http://www.fortdefrance.fr
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas, pour
le compete d'autres pouvoirs adjudica-
teurs.
Principale(s) activit(s) du pouvoir adjudi-
cateur :
Services gnraux des administrations
publiques
OBJET DU MARCH
MARCH A BONS DE COMMAND DE
MAINTENANCE DES MATERIALS
FIXES DES SERVICES DE LA VILLE
Lieu d'excution ou de livraison
Centre technique dela trompeuse, Dillon,
Fort de France
97200 Fort de France
L'AVIS CONCERN
Un march public
CARACTERISTIQUES PRINCIPALS
La procedure d'achat du present avis est
couverte par l'accord sur les marchs pu-
blics de I'OMC
Classification CPV :
Objet principal : 45259000
Variantes :
Avec variantes
Caractristiques principles :
Les variantes doivent rpondrent au plan-
ning et spcification du constructeur
Description des options :
Possibility de recours aux marches com-
plementaires, art 35 du CMP
Calendriers des marchs ulterieurs :
Marchs conclu, de sa date de notifica-
tion, pour un dure d'un an reconductible
une fois pour une priode maximale de
deux ans.
Dure du march :
12mois
CONDITIONS RELATIVES AU MARCH
Cautionnement et garanties exigs :
Si une nouvelle dfaillance affectant le
mme organe et ayant la mme origine
que la premiere se produit dans un dlai
infrieur trois (3) mois, il n'y a pas de
facturation. Toutes les pices remplaces
et couverte par une garantie seront men-
tionnes comme telle sur le carnet de
maintenance avec la date d'effet de la ga-
rantie.
Modalits de financement :
Financement en fond propre Paiement
40 jours
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement d'entrepreneurs, de fournisseurs
ou de prestataires de services attributaire
du march :
Groupement solidaire
Langues pouvant tre utilises dans l'of-
fre ou la candidature en complement de
celles faites en franais :
Franais
Autres conditions :
L'excution du march n'est pas soumise


d'autres conditions particulires
CONDITIONS DE PARTICIPATION
Critres de selection :
Au regard du DC4 etDC5 dument com-
plets et signs faire apparaitre le CA
d'affaire des trois dernieres anns et faire
ressortir le CA, les rfrences et les com-
ptences en adquation avec l'objet du
lot auquel reponds le candidate.
March est non rserv
Justifications produire quant aux quali-
ts et capacits du candidate :
DC 4 (Lettre de candidature et d'habilita-
tion du mandataire par ses co-traitants,
disponible l'adresse suivante :
http://www.minefe.gouv.fr, thme : mar-
chs publics)
DC 5 (Dclaration du candidate, disponible
l'adresse suivante : http://www.mi-
nefe.gouv.fr, thme : marchs publics)
CRITERES D'ATTRIBUTION
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous avec leur pondra-
tion
55% : Prix
45% : Valeur Technique au regard d'un
mmoire technique et toutes autres
pieces justiicatives
Enchre lectronique :
Aucune enchre lectronique ne sera ef-
fectue
PROCEDURES
Mode de passation :
Procedure adapte
CONDITIONS DE DELAI
Date limited de reception des offres :
24/07/2009 12 H 00
Dlai minimum de validit des offres :
120 jours
AUTRES RENSEIGNEMENTS
Numro de rfrence attribu au march
par le pouvoir adjudicateur / l'entit adju-
dicatrice :
DPB/MAPA/MAINTENANCE
INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES
Conditions d'obtention du cahier des
charges et des documents complmen-
taires :
Documents non payants
MARCH DIVISE EN LOTS
Possibility de prsenter une offre pour un
ou plusieurs lots
Lot N 1 Machines outils
Description : Machines outils: Atelier fer-
ronnerie Atelier mobilier scolaire Atelier
menuiserie industrielle Atelier tournage
Information complmentaires : Mini-
mum: 200 euro Maximum: 25000 euro
Classification CPV : 50530000
Lot N 2 Equipements mcanique
Description : Equipements mcanique:
Atelier mcanique vhicule lger Atelier
mcanique vhicule lourd
Information complmentaires : Mini-
mum: 200euro Maximum: 30000euro
Classification CPV : 45259000
Lot N 3 Centrale bton
Description : Centrale bton Auxiliaires
existant la central Bton
Informations complmentaires : Mini-
mum: 200 euro Maximum: 40000 euro
Lot N 4 Equipements sous pression
Description : Equipements sous pression
Central bton Prfa Lourd Station de
lavage Atelier mcanique
Informations complmentaires : Mini-
mum: 200euro Maximum: 30000 euro
Lot N 5 Cuisine central
Description : Cuisine central
Information complmentaires : Mini-
mum: 200 euro Maximum: 25000 euro
Lot N 6 Laboratoire d'hygine
Description : Laboratoire d'hygine
Information complmentaires : Mini-
mum: 200 euro Maximum: 20000 euro
Lot N 7 Espace Camille DARSIERE
Description : Espace Camille DARSIERE
Informations complmentaires : Mini-
mum: 200 euro Maximum: 15000 euro


Lot N 8 Rgie scnique
Description : Rgie scnique
Information complmentaires : Mini-
mum: 200 euro Maximum: 20000 euro
ADDRESSES COMPLEMENTAIRES
Renseignements d'ordre administratif
Service Marchs Publics
Ville de Fort de France
80 rue de la rpubliqe
97200 Fort deFrance
France
Tl: 0596591478
Fax : 0596555294
Email : mpdsp@fortdefrance.fr
URL : http://fortdefrance.forsup.net
Renseignements d'ordre Technique
DGASTAP/DPB/ SETEC
Ville de Fort de France
Centre technique de la trompeuse Haut
de Californie
97232 Le lamentin
France
Tl: 0596500269
Fax : 0596502531
Email : katia.frederic@fortdefrance.fr
URL : http://fortdefrance.forsup.net
Adresse laquelle les offres/candida-
tures/demandes de participation peuvent
tre envoyes
Service Marchs Publics
Ville de Fort de France
80 rue de la Rpublique
97200 Fort de France
France
Tl :0596591478
Fax : 0596555294
URL : http://fortdefrance.forsup.net
INSTANCE CHARGE DES PROCE-
DURES DE RECOURS
Tribunal administratif de fort de france
Immeuble Roy-Camille BP 683 Croix
de Bellevue
97264 Fort-de-France
France
Tl: 596596716667
Fax :596596631008
SERVICE AUPRES DUQUEL DES REN-
SEIGNEMENTS PEUVENT ETRE OB-
TENUS CONCERNANT
L'INTRODUCTION DES RECOURS
Tribunal administratif de fort de france
Immeuble Roy-Camille BP 683 Croix
de Bellevue
97264 Fort-de-France
France
Tl: 596596716667
Fax : 596596631008
date d'envoi 23 06 2009 FB 1358

AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Conseil Rgional de Martinique, rue Gas-
ton Defferre, Cluny ; M. le president du
Conseil regional de Martinique, l'atten-
tion du service des Marchs, MQ-97200
Fort-de-France. Tl.: 0596- 59 63 00. T-
lcopieur : 05 96 72 68 10.
Adresse(s) internet: Adresse gnrale du
pouvoir adjudicateur: http://www.cr-mar-
tinique.fr.
Adresse du profile d'acheteur:
http://www.cr-martinique.fr.
Type de Pouvoir Adjudicateur et activity
(s) Principale(s) :
Collectivit territorial. regionn)
Services gnraux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Non
Publications antrieures
- APPEL D'OFFRES OUVERT INITIAL
- L'avis d'appel public la concurrence a
-t-il fait l'objet d'une publication ? : Oui
- Si Oui rfrences de publication
Parution : Antilla Justice..... announce
n 15529 FB 0260..... date : 09/10/2008
- A-t'-il fait l'objet d'une publication rectifi-
cative ? Non
- PROCEDURE NEGOCIEE


- L'avis d'appel public la concurrence a-
t-il fait l'objet d'une publication ? Non
Intitul attribu au march par le pouvoir
adjudicateur : Travaux de rehabilitation
au CFPPA du LORRAIN.
Rfrence d'identification du march qui
figure dans l'avis d'appel public la
concurrence : CFALOR-06-OP1
Type de march Travaux (ordinaires)
Lieu d'excution ou de livraison : com-
mune du LORRAIN
March couvert par l'accord sur les mar-
chs publics (AMP) : Non
Type de procedure : march ngoci
pass en vertu de l'article 35-1-1 du code
des marchs publics.
Critres d'attribution du march: La va-
leur technique de l'offre affecte d'un
coefficient 6 se dclinant selon les sous
critres suivants :
- Organisation matrielle du chantier :
40% (du coefficient 6)
- Modalits de reduction des nuisances
bruitt, poussires, circulation) : 60% du
coefficient 6)
* Le prix des prestations affect d'un coef-
ficient 4
Valeur total finale du ou des march(s)
HT : 98 634,98 E pour les lots 3 et 6
Intitul et numro de march ou du lot at-
tribu : Travaux de rehabilitation au
CFPPA du LORRAIN Lot 3 "Menuise-
ries intrieures et extrieures"
N 09TST015
Date d'attribution du March : 15 avril
2009
Nom du titulaire / Organisme : GIE MAR-
TINIQUE REHABILITATION
Adresse : Espace Posidon Lot Stade
Dillon 15 rue Eugne Eucharis
Code Postal : 97200
Ville : FORT DE FRANCE
Tlphone : 0596 60 57 30
Tlcopieur : 0596 70 51 30
Nombre d'offres reues : 1
Montant final du march ou du lot attribu
(HT) : 88 175,59
Offre la plus base (HT) : -
Offre la plus leve (HT) : -
Possibilit de sous-traitance : Oui R-
ponse inconnue
Intitul et numro de march ou du lot at-
tribu : Travaux de rehabilitation au
CFPPA du LORRAIN Lot 6 "Plomberie
- Sanitaires"
N 09TST016
Date d'attribution du March : 15 avril
2009
Nom du titulaire /Organisme: GIE MAR-
TINIQUE REHABILITATION
Adresse : Espace Posidon Lot Stade
Dillon 15 rue Eugne Eucharis
Code Postal :97200 Ville : FORT DE
FRANCE
Tlphone : 0596 60 57 30
Tlcopieur : 0596 70 51 30
Nombre d'offres reues sur ce lot : 3
Montant final du march ou du lot attribu
(HT) : 10 459,39 E
Offre la plus basse (HT) : 10 459,39 E
Offre la plus leve (HT) :17 129,00 E
Possibility de sous-traitance : Oui R-
ponse inconnue
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction de recours: Tri-
bunal administratif de Fort-de-France, im-
meuble Roy-Camille croix de Bellevue
-B.P 683, MQ-97264 Fort-de-France.
Tl. 05 96 71 66 67. Fax 05 96 63 10 08.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : Le lundi 22 juin 2009 FB 1359




1 ,Mus Mazas
puf 0










38` festivalculturelde Fort-de France : "MOISSONS VIVANTES"


Le rendez-vous cultural incontournable
de la Ville de Fort-de-France dbute ce
vendredi 3 juillet au Cnacle, sur le ter-
minal de croisire. Le thme gnrique
du festival cultural est "Moissons vi-
vantes", extrait de Paroles d'les
d'Aim Csaire. Il s'agit par ce titre de
jeter un regard sur les pis de cette
moisson don't les semailles ont eu lieu
au course de toutes ces an-
nes, de faire vivre la notion
de vivre ensemble tout en
nous ouvrant au monde,
comme l'a crit le pote. En
dpit d'un budget rduit
(860 000 ) d la rduc-
tion budgtaire de la rgie
du Sermac, l'quipe dirige
par Lydie Btis a su faire
preuve d'imagination cra-
trice pour pouvoir proposer
un festival de quality. Et les
affiches sont allchantes.
Une programmation clec-
tique et diversifie est pro-
pose durant les 17 jours de
festival. Cela s'exprimera,
selon Danielle Marceline, la
prsidente du Conseil d'exploitation du
Sermac, par "fa mise en valeur de notre
production avec une ouverture sur {'ext-
rieur; des concepts nouveau pour offrir
une diversit de programmation". Et pour
cela, les organisateurs ont consent un
gros effort financier afin de faire venir de
Turquie la troupe "'ire offlnatofid' qui
sera une des attractions de cette anne.


Jean- Paul Csaire reviendra avec une
nouvelle creation du texte d'Aim C-
saire Et les chiens se taisaient . Que
ce soit sur le grand Carbet, sur le front
de mer, au thtre Aim Csaire, les
ttes d'affiche seront nombreuses : Ma-
lavoi, Tony Chasseur et son big-bang,
Mario Canonge, Jean-Luc Guannel.
Une nouvelle dynamique est enclen-


Le festival prsent sous les toiles au coeur du quarter Rivire I'

che pour faire vivre le festival au ceur
des quarters; il y a "une volonti de met-
tre en valeur des lieux et que les fMartini-
quais s'approprient Ceur viffe dans sa
totalit', souligne Mme Marceline. Le
ceur de la ville retentira de sons divers
notamment lors de "La roue des arts', le
14 juillet et le 19 juillet, o la rue sera li-
vre aux carnavaliers pour le "'Fam--


buoyant sfiorO'. "On tient compete de fa vo-
[ont desfestivaliers d'occuper pfus d'es-
pace dans (a ville", explique la
prsidente. Le Cnacle, cet space de
rflexion la parole libre, s'toffe pour
rpondre aux interrogations, nos pro-
blmatiques et celles du monde. Ainsi
Juliette Smeralda, la sociologue marti-
niquaise traitera pour la
1re intervention de "notre
rapport au cheveu crpu'",
qui se poursuivra par un
dfil de coiffure. "La 6lis,
maladie colonial, concept
esthtique"; "nmatiniein f-
vri: cDe la greve sur les ha-
Sbitations expression de
Bla souverainet des droits";
"Les syriens Maaretiniquais:
tre ici et a bas"; "(e conflit
p*' ; isralo-arabe, ses cons-
quences, sa porte et son d-
veloppement sont
or quelques uns des thmes
qui seront exposs et d-
battus chaque soir partir de 18h30.
Beaucoup de manifestations gratuites
sont prvues dans le cadre de ce festi-
val. N'hsitez pas les vivre pleine-
ment. Et pour les payantes, malgr la
crise et pour tenir compete du context,
les tarifs restent inchangs : 25e, expli-
quent les organisateurs.
C.B


28"" 'Tour cyclist de la Martinique: QUE LA BATAILLE SOIT BELLE


Willy Roseau au premier plan ne briguera pas un

Du 4 au 12 juillet, la 28ime dition in-
ternationale de Martinique va passion-
ner les amoureux de la petite reine. Sur


les routes de l'le, les
110 coureurs qui
prendront le dpart
se livreront une
apre bagarre pour se
placer dans le pelo-
ton de tte. Le Marti-
niquais Willy Roseau,
vainqueur l'an der-
nier, sera SERA ab-
sent pour cause
d'tudes. C'est un
peu plus de 1000 ki-
lomtres qui donne-
ront aux coureurs des
quatre quipes inter-
nationales (Japon,
deuxime titre Canada, Suisse, Hol-
lande), ceux venus
de France ( Nantes Atlantique et Ven-
de U pilote par Herv Arcade) ainsi
qu'aux selections de Martinique, Gua-


deloupe et toute l'armada martini-
quaise, l'occasion d'offrir un beau spec-
tacle.
Une nouveaut: le tour dlaisse Fort-
de-France pour son dpart et se d-
place Rivire-Sale o auront lieu le
dpart et l'arrive de la premiere tape.
Fort- de- France accueillera le 1er
contre la montre. Le Lamentin verra
l'apoge de la grande boucle martini-
quaise. Les partenaires ont fait
confiance aux organisateurs. Le budget
du tour est de 400 000 euros et ali-
ment par les collectivits (34% )et les
sponsors privs (66%). La scurit rou-
tire sera au ccur des preoccupations
du comit regional cycliste prsid par
Alfred Defontis. Souhaitons que
l'preuve don't la popularity ne se d-
ment pas soit palpitante et ouverte de
bout en bout.
C.B




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs