Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00114
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: June 4, 2009
Copyright Date: 2009
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00114
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text

1 gl HEBDOMADAIRE D'INFORMATIN COMMUtIS


~$ fiitiC8


1CM =r _
go n1111 -" V4Zl"mO
O N D E S R E PR 9 FP ' UJ S A U PA R lENi T E r J I Ju N 0 0 9 I
b o- lu j.6
kr T


e HCARAU


notre r
Co
,


PLetC
ansI
k m


R.5.T.H.
L'Etat paiera ses 100 F
le 9 Juillet 2009

Renconlre auec...
Vez Mddeleine de Grdndmdison
jslifl candidate dux europennes


---- smo


'I ----- ~- -


lique







di 4 Jn 2


EMILE LARGEN CONDAMNE


clUpaitioni PIM ... .p. 3/4
- Votez "Alliance des Outremers"
Luttes Sociales ....... S5/ .
- Quel avenir pour A.T.V. P
- Stations-services
- R.S.TA. : l'tat paiera ses 100 C
- Appel de 8 syndicats
Socit ............ . 7
- Risques ctiers dans la Carabe
- UAG: election du Conseil scientifique
Economic Agpicole ..p. 8/
- Vers une autosuffisance alimentaire ?
- Le poulet de la discord
Elec. seuopennes .p. 10/11
- Ventes et achats de l'Europe en
Martinique
- Elections europdennes
_Entetien avec ... .. 12/13
- Madeleine de Grandmaison
Euopusenne ......... .. 14
- Patrick Chamoiseau
Mmoipe du Peu le . .. 15
- Revolution antiesclavagiste de 1848
Notes Ampique ....... 1
- Correa et Chavez main dans la main
- Salvador ; un pays en crise
Annonces Lgales .p. 17/23
.ultupe ........... . 24
- Hommage G. de Vassoigne


"JUSTICE"
Administration & Rdaction :
Tl. :05 96 7186 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr
http://www.iournal-iustice-martiniaue.com



Fondateur :Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl.: 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n' 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennal GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tl. :0596 73 1454


(Soic~t~ce

~~o"o~


sence de plusieurs tmoins capitaux.
Les jurs ont confirm le premier verdict
assorti d'une interdiction d'exercer une
activity en contact avec des mineurs
pendant 10 ans. Emile Largen, libr
aprs deux mois de prison lors de son
premier procs, a t reconduit au cen-
tre pnitentiaire de Ducos. la decid de
se pouvoir en cassation.


LE GOUDRON SURPAYE
Combien de milliers d'euros ont t cette fraude de grande envergure d-
surfacturs par les deux cadres de la nonce par un ex salari. Le Parquet a
Socit Colas au dtriment des ouvert une information judiciaire pour
Conseils Gnral et Rgional entire faux et usage de faux, et dans le mme
2006 et 2008, pour des prestations re- temps, les presidents des deux collec-
latives la furniture d'enrob bitu- tivits ont port plainte pour connatre
meux? C'est cette question que l'ampleur du prejudice. Pour l'heure, les
s'efforce de rpondre la section finan- deux cadres, absents de la Martinique,
cire et conomique de la police judi- ont t mis en examen.
ciaire (S.R.P.J) aprs la dcouverte de

INSERTION DE JEUNES
L'Association Gestion Dveloppement- le Greta, etc, mme si certain ont t
Proximity dirige par Mario Moreau a dus de n'avoir pas rencontr de
organis vendredi 29 mai dernier une chefs d'entreprise. Une second jour-
opration d'insertion au ceur du quar- ne est prvue le 5 juin, cette fois avec
tier de Rive-Droite. Pour les responsa- des chefs d'entreprise et des offres, ont
bles de l'association, l'objectif tait expliqu les dirigeants de l'association,
d'amener les oprateurs socioprofes- satisfaits de cette premiere. L'Associa-
sionnels au plus prs des jeunes en re- tion est en attente d'un local pour un
cherche de formation et d 'emploi. Ils suivi de ces jeunes en qute de forma-
ont t nombreux les jeunes presser tion, afin de mettre sur pied un obser-
de questions les diffrents partenaires vatoire.
presents, tels le Ple emploi, le AFPA,

JALA VEUT CONTINUE


Depuis une quinzaine d'annes, les di-
tions Lafontaine diriges par Jeannine
Lafontaine dite Jala, ont fait connatre
des dizaines d'auteurs antillais. La so-
cit a dit des dizaines d'oeuvres
pour faire vivre la culture martiniquaise
ainsi que des ouvrages pdagogiques
destins aux jeunes scolaires. Malheu-
reusement, faute d'une infrastructure
commercial important, elle a accu-
mul les dettes (60 000e), car les ou-
vrages ne sont pas assez vendus,
chacun tant dit prs de 2000
exemplaires. Afin de limiter la casse,


Jala avait voulu dposer le bilan, mais
le tribunal a dcid de sa mise en re-
dressement et lui a accord un dlai al-
lant jusqu'au 7 juillet pour prsenter un
plan de continuation. Depuis, un mou-
vement de solidarity s'est organis
pour aider la socit se renflouer. Les
Martiniquais sont invits ne pas lais-
ser disparatre cette structure qui fait
parties de notre patrimoine cultural en se
rendant son sige, situ au bourg de
Case-Pilote, afin d'y acqurir des ou-
vrages.


CHAMPAGNE DE SENSIBILISATION CONTRE L'ALCOOL

AU VOLANT


L'alcool reste une des principles
causes (2me cause) des accidents
mortels dans notre pays, une consom-
mation d'alcool renforce pendant les
priodes festives. Afin de sensibiliser
les usagers de la route, la dlgation


la scurit routire a lanc une nime
champagne, sous forme audiovisuelle
dans les stations-service du group
Total. Un spot interpellera les automo-
bilistes sur le danger de l'alcool au vo-
lant.


Justice : Le procs en appel d'Emile
Largen s'est traduit par la reconduction
de la peine inflige en premiere ins-
tance par la Cour d'assises, savoir 15
ans de prison. Il avait t reconnu cou-
pable d'avoir abus de sa fille mineure,
durant quatre ans, des faits qu'il a tou-
jours nis. Un procs en appel avec de
multiples rebondissements et en l'ab-











VOTEZ POUR


LA LISTE "ALLIANCE DES


OUTREMERS


CONDUITE PAR ELIE HOARAU, AVEC MADELEINE DE GRAND-

MAISON POUR LA SECTION ATLANTIQUE.


ELECTION DES REPRCSENTANTS AU PARI.EMCNT EUROPI N JUIN 2009
LA REUNION MARIINIIOE POLYNESIE FRANAISE GUAOELOUPE GUYANE MAYOTTE
NOUVELLE-CALEDONIE ST.BARTHLEMY ST-MARTIN STPIERRE ET MIQUELON WALUS ET FUTUNA


DEBOUT I;aIiiance

DANS L'EUROPE
Liste Alliance
des Outre-Mers conduitepar

Elie HOARAU
Oke HOARAU





Madeleine JOUTE Huolhit TEFAARERE MayaCiSARI GeorgR. BRDENT
DE GRANOMAISON. ..
;' '' " .. -. > ' t ;. . . ofu L lU. U .




CaRi.ne vOIotMAI)EE S-rgine KORASON Makaio FOLITUU
MACHORO4EIGNIIR .... ...,
'i-;;-^. ;.S:h.-'!. p .'


Le samedi 6 juin, les lecteurs de
l'Outremer franais voteront pour
designer leurs reprsentants au
Parlement europen.

1- Ces lections se droulent
dans un context de crise :
- Crise financire capitalist
ayant entran une svre rces-
sion conomique dans les pays
capitalistes dvelopps et par ri-
cochet dans les pays mergents :
destruction massive d'emplois et
flambe du chmage, prcarit et
pauvret accrues, baisse du pou-
voir d'achat, etc...
- Crise du systme colonial d-
partemental dans les DOM et
particulirement en Martinique et
en Guadeloupe comme I'a d-
montr la rvolte social et soci-
tale de fvrier-mars 2009.

2- L'Europe prsente comme


un rempart centre la
mondialisation et la
cruise cpitaliste, non
seulement n'a pas
empch la crise,
mais ses choix noli-
braux en ont t les
facteurs cls : aust-
rit salariale, flexibility
du march du travail,
libre-changisme ef-
frn, dlocalisations
massive, demolition
des services publics,
privatisations, poli-
tique montaire rigide
de la Banque Centrale
Europenne, etc.
Cette Europe s'avre
incapable de faire
face la crise, vu la
faiblesse des plans de
reliance adopts et
leur orientation lib-
rale. Les mmes


causes produiront, coup sr, les
mmes effects.
Nous ne pouvons qu'tre soli-
daires de ceux qui en Europe
mme et en France, comme le
Front de Gauche, luttent pour
une "autre Europe", une Europe
rellement social.
Par contre, I'UMP, le Modem et le
Parti socialist soutiennent le
Trait de Lisbonne d'essence no-
librale, malgr la crise du sys-
tme capitalist.

Pourquoi te PCM appelle-t-il
participer aux lections euro-
pennes ?

3- Nous Martiniquais, nous ne
sommes pas europens, mais
nous sommes concerns par
l'Europe puisque sa politique
s'applique chez nous intgrale-


ment, avec toutes ses contraintes.
Les effects ngatifs de l'intgration
sont amplifis dans notre pays en
raison de la faiblesse et de la fra-
gilit de notre conomie.
75 80 % des lois votes par le
Parlement franais et qui s'appli-
quent en Martinique sont des
transpositions de lois adoptes
par le Parlement europen.
Au fil des annes et des traits,
ce Parlement a acquis de plus
en plus de pouvoir : pouvoir de
co-lgislateur galit avec le
Conseil des Ministres, pouvoir de
censure de la Commission, pou-
voir budgtaire, pouvoir d'en-
qute, etc.
Le problme du Parlement eu-
ropen, ce n'est plus qu'il
manque de pouvoir, c'est sa
majority librale et social lib-
rale favorable aux dogmes lib-
raux et au libre change
gnralis qui ont engendr la
crise et accentuent l'exploitation
des travailleurs.
L'orientation politique de ce Parle-
ment n'est donc pas indiffrente
pour les intrts des travailleurs et
du pays Martinique.

Nos intrts doivent y tre d-
fendus.

4- Notre Statut de Rgion ultra-
priphrique (RUP), de l'Union
europenne, aprs bien des ba-
tailles menes en particulier par
le communist Paul Vergs, re-
connat formellement certaines
de nos spcificits ((loigne-
ment, troitesse du march, co-
nomie insulaire, vulnrabilit aux
intempries, relief, etc).
Il en dcoule des drogations
ponctuelles et temporaires au
libre-change europen destruc-







1I IC I '1 Nui 4Jun209 Jstc Y-ag


teur pour notre conomie et l'attri-
bution de certaines aides pour
compenser les inconvnients de
l'intgration.
Des drogations provisoires
constamment remises en cause
octroii de mer) car elles sont
subordonnes au respect de "I.n-
tgritet (a cofitece d Pordrefjui-
dque europen ("1a concurrence
libre et non fausse'). Le bnfice
des Fonds structures europen
est remis en question par l'appli-
cation rigide des critres d'attribu-
tion europens (PIB < 75 % du
PIB moyen europen) et par l'lar-
gissement continue de l'Europe aux
pays de l'Est. Un processus qui
abaisse le PIB moyen europen et
accrot le nombre de rgions ligi-
bles des fonds structures que
l'Europe capitalist refuse d'aug-
menter.
L'octroi des fonds structures
la Martinique est subordonn
par l'Europe l'adoption de pro-
grammes oprationnels (PO) res-
pectant la stratgie dite de
Lisbonne qui impose le principle de
"comptitivit"dans la politique de
dveloppement des RUP.
Ce principle vient en contradic-
tion avec le dveloppement de
la production et de l'emploi,
avec la recherche de l'autosuffi-
sance alimentaire, avec un nou-
veau type de dveloppement
endogne, durable et solidaire.
La Martinique a certes reu de
l'Union europenne 703,6 millions
d'euros d'aides de 2000 2006,
soit 100,5 ME en moyenne par an
; mais l'Europe hors la France a
ralis un bnfice commercial de
2407 millions d'euros sur la Marti-
nique de 2003 2007, soit 481
M en moyenne par an. Nous ne
sommes donc pas des mendiants.
Le chmage volue vers les 30 %
des Martiniquais en ge de tra-
vailler et 52 % des jeunes sont
sans emplois.

5-Le statut de RUP doit voluer
vers un vrai statut particulier


d'Association et de cooperation
spcifiques accordant un droit
drogation permanent, le droit la
protection de notre march et le
droit de choisir librement notre
voie de dveloppement. La Marti-
nique doit pouvoir se turner et
changer avec les peuples et pays
voisins de la Carabe pour sortir
du face face exclusif avec la
France et l'Europe qui, de fait, la
place sous tutelle.
De plus, il est possible de faire va-
loir nos droits par une mobilisation
solidaire de celle des autres peu-
ples l'image du rejet de la
Constitution europenne d'es-
sence librale exprim par les
Franais et les Irlandais en 2005
et par les Nerlandais en 2008 ou
l'exemple des avances so-
ciales arraches par le mouve-
ment de fvrier-mars 2009.

Pourquoi le PCM appelle voter
pour Madeleine de Grandmai-
son ?

6- Madeleine de Grandmaison a
t lue en 2004 sur la liste Al-
liance mene par Paul Vergs
que nous avons soutenue.
Elle a sig au Parlement euro-
pen partir de 2007 quand Paul
Vergs s'est retir. Elle a t ins-
crite au group de la Gauche Unie.
europenne (GUE) constitu de
dputs europens communists
de diffrents pays europens et
d'autres dputs progressistes et
verts.

C'est une candidate d'exp-
rience.
Son bilan est positif Elle a fait
preuve de dvouement et de com-
bativit.
Aujourd'hui elle figure en 2me
position sur la liste "'Afiance des
Outre-mers" mene par Elie Hoa-
rau, Secrtaire gnral du Parti
Communiste Runionnais (PCR).
Elle se bat pour un partenariat
vritable avec une autre Eu-
rope, une Europe vraiment so-
ciale.


7- Nous appelons encore
voter Elie Hoarau Madeleine de
Grandmaison car :
- La liste "'Bance pour les Outre-
mers"affirme qu'il faut "in'enter
unnoueau more de development
conomiquepourlesDOM". Il s'agit
pour cette liste d'affronter les ren-
dez-vous prvus dans les annes
venir :
- rengociation en 2013 des
fonds structures qui ont dj
baiss de 15% pour les pro-
grammes oprationnels 2007-
2013 du fait de l'largissement de
l'Union europenne ;
- remise en cause des aides
pour l'industrie sucrire (Ru-
nion);
- consequence de la conclusion
des accords de partenariat co-
nomiques (APE), dfavorables
aux RUP, entire I'UE et les pays
voisins des DOM qui risquent de
venir concurrencer la production
locale, alors que le dsquilibre
entire importations et exportations
ne cesse de s'approfondir ;
- defense de la production ba-
nanire menace rgulirement
par les reculades de l'Europe
face aux diktats de I'OMC mani-
pule par les USA ;
- menace de suppression au-
del de 2014 de l'octroi de mer
qui protge difficilement le faible
tissu productif des DOM et pro-
cure des resources indispensa-
bles leurs collectivits locales;
- Etc ;

Le samedi 6 juin, votez Ma-
deleine de Grandmaison, pour
dfendre les intrts martini-
quais et pour un nouveau
partenariat d'gal gal avec
une Europe respectueuse
rellement de nos spcifici-
ts et de notre personnalit.

Le Parti Communiste Martiniquais
Fort-de-France, le 3 Juin 2009











QUEL AVENIR POUR ANTILLES TLVISION P


La chane de tlvision Antilles Tlvi-
sion (ATV) est dans la tourmente. Com-
ment peut-elle repartir avec un effectif
dcim? Comment peut-elle tre une
tlvision de proximity quand la pro-
duction est mise mal? Reprise par le
group Monplaisir en octobre dernier,
avec l'objectif de redresser une situation
dj mal en point, la chane est en at-
tente du verdict du tribunal de com-
merce, qui devra tre connu le 2 juin.
Avec un passif de 4.5 millions d'euros,


la chane est en redressement judiciaire
depuis janvier. Selon Hubert Bornil, le
dlgu syndical, "[es repreneurs n'ont
inject aucun fonds dans 'entreprise
comme annonc; au contraire ifs ont em-
6auch des cadres". Pour maintenir l'en-
treprise, ils ont mis en place un plan
social avec au dpart 15 licenciements.
Mais l'inspecteur du travail en ayant re-
fus deux, c'est donc une charrette de
13 salaries sur les 39 qui ont reu le 25


mai leur lettre de licenciement. Au-
jourd'hui, les salaries s'estiment berns
par les repreneurs qui avaient laiss
croire en un avenir meilleur. Plusieurs
groups ont demand des informations
sur l'entreprise dans le cadre de l'appel
d'offre de cession. Continuation, ces-
sion ou liquidation ? Le reste du per-
sonnel est en attente.
C.B.


Aprs la suspension du movement des grants de stations-service :

LE PROBLME REST ENTIER


La grve des grants de stations-ser-
vice commence le jeudi 21 mai a t
"suspendue" lundi 25 mai dans l'aprs-
midi l'issue d'une runion de cinq
heures la prfecture entire
grants et le Secrtaire g-
nral Vacher. Un relev de
conclusions a t sign por-
tant, aux dires de Diane
Montrose, prsidente de la
chambre syndicale des g-
rants, sur la non automatisa-
tion de pompes, le pouvoir
d'achat des grants, l'arrt
de la proliferation des cuves
prives, un moratoire pour
les dettes fiscales et sociales
des grants, le maintien des I
emplois dans les DOM en
particulier chez les pom-
pistes. Les grants ont ob-
tenu aussi l'engagement que
leur demand de revalorisa- La mission
tion de la marge de dtail
sera tudie et qu'ils pour-
ront participer cette tude tant au mi-
nistre de l'outre-mer qu' la Direction
gnrale de la Concurrence Paris
(DGCCRF). De mme, ils pourront ren-
contrer Mme Anne Bolliet, l'Inspecteure
gnrale des Finances, chef de la mis-
sion sur la fixation des prix des carbu-
rants dans les DOM et auteur d'un
rapport ayant provoqu l'motion des
salaries de la chane ptrolire. En clair,
un des rsultats de la crise des carbu-
rants dans les Dom, pour l'heure, est
que les autorits locales sont dessaisies
de la responsabilit de la fixation des
prix et que la question est recentralise
Paris. La Direction locale de la
concurrence est charge de faire un
rapport Paris. La hausse de la marge
demande de 1,96 E par litre est donc
loin d'tre accorde. Va-t-on prendre
sur la marge des grossistes (Total,


Esso, Chevron-Texaco, Rubis-Vito)
pour donner satisfaction aux dtail-
lants ?
Par ailleurs, la mission parlementaire


parlementaire sur le carburant s'est prononce contre les pompes
pour prserver les emplois des pompistes

sur les carburants a sjourn la se-
maine dernire en Martinique, venant
de Guyane. Il s'agit des dputs Patrick
Ollier (UMP), president, de Christiane
Taubira et Alfred Almont, Vice-prsi-
dents, de Jrme Cahuzac (PS), rap-
porteur, Jacques Le Guen (UMP),


Jean-Claude Lenoir (UMP). Elle a ren-
contr tous les acteurs de la filire ainsi
que l'administration (Prfecture,
Douanes et DDCCRF).
Elle a assur qu'il n'est pas
question de revenir sur le
"modce social" existant en
Martinique avec une distri-
bution de dtail comportant
des pompistes et l'exis-
tence d'une raffinerie. Par
contre, certain surcots
seraient corriger
(stockage, marge de gros).
La mission announce qu'elle
proposera de modifier la
formule de fixation des prix
afin qu'il y ait moins de d-
calage entire les variations
des course du ptrole brut et
celles des prix la pompe.
Le rapport sera remis au
automatiques mois de juillet.
Les decisions politiques
tardent et semblent chap-
per aux responsables locaux.
L'imbroglio cr par les decisions in-
tempestives de Yves Jego et ses a
priori idologiques libraux prnant la li-
bralisation du secteur sans l'avoir tu-
di continue de peser lourd.
A.G


ORANGE : VERS UN ACCORD P
En Guadeloupe depuis le 4 avril et en Martinique depuis le 17 avril 2009, les sa-
laris d'Orange Carabe ont entam un movement de grve avec un cahier de re-
vendications charge. Les salaries entendent avoir les fruits des confortables
bnfices qu'ils contribuent gnrer pour la socit. Aucune ngociation n'a
about suite aux multiples diversions de la direction, voulant casser la dtermina-
tion des grvistes. Ce qu'elle n'a pas pu obtenir, ceux-ci rests souds et camps
sur leur positions, l'obligeant ngocier srieusement. Le 29 mai des avances
ont t observes, selon les dlgus du personnel, notamment une prime de
1500 E. Les ngociations devraient se poursuivent le 2 juin et les salaries sou-
haitent trouver une issue favorable.
le 1 er/06/09










RSTA : LE 9 JUILLET, L'ETAT PAIERA SES 100 i


Attendu depuis deux mois, le dcret
d'application sur le revenue supplmen-
taire d'activit (RSTA) a t public le 27
mai dernier. Ce dcret permet la mise
en place de cette prestation social pro-
mise par l'Etat suite aux accords du 10
mars dernier titre de prime de vie
chre. Il s'agit d'une some de 100
par mois qui sera verse
aux salaries touchant moins
de 1.4 smic, soit 1450 e net.
L'Etat a prvu une enve-
loppe de 233 millions d'eu-
ros pour les dpartements
intresss par cette measure
prvue pour une dure de -
trois ans en attendant l'arri-
ve du Revenu social d'ac-
tivit (RSA). Ce sont plus de
220 000 personnel qui peu-
vent toucher cette allocation
nouvelle, selon le secrta-
riat l'outre-mer.
En Martinique, c'est la
Caisse gnrale de Scurit
Sociale qui sera l'interlocu-
teur des 60 000 75 000 sa-
laris concerns, ce que
son directeur considre comme "une
chance", car la CGSS est ainsi "reconnue
comme partenaire socialincontournable ".
Un chiffre fluctuant car environ 7 % des
salaries dpendent d'autres caisses,
comme les marins-pcheurs ou ne sont
pas dclars la Caisse par les entre-
prises. L'occasion pour les autorits de
constater le manque de base de don-
nes fiables sur les statistiques sociales
en Martinique. Car le secrtaire gnral


de la prfecture, Jean Ren Vacher, et
Marc Schmid, directeur gnral de la
Caisse de Scurit social de la Marti-
nique, se sont dclars le 29 mai der-
nier dans l'incapacit de donner un
chiffre exact. Ils ont dclar que l'Etat
ne rechignerait pas allonger le budget
si cela s'avrait ncessaire. Marc


Le movement du 5 fvrier avait contraint I'Etat proposer
une prime de vie chre de 100 euros

Schmid a soulign les efforts que la
Caisse a faits pour payer dans les
temps.
Les premiers versements pour la p-
riode mars, avril et mai auront lieu par-
tir du 9 juillet, et ce jusqu'au 31 aot,
date limited d'envoi des demands. La
date limited de pavement du trimestre
juin-juillet- et aot est fixE au 30 no-
vembre 2009. "Nous voulons payer cette
prestation au plus vite car ily a des si-


tuations conomiques difficiles pour les
salaris"a-t-il ajout. Pour ce faire, une
quarantine d'embauches ont t effec-
tues. Pour y avoir droit, il faut avoir
exerc une activity salarie temps
plein ou partiel au minimum un mois du-
rant le trimestre qui vient de s'achever,
quelle que soit la taille de
l'entreprise, indpendam-
ment de tout accord sur les
salaires, avec au moins
1849.46 E brut de salaire.
Une allocation qui n'est pas
un salaire comme le prcise
le secrtaire gnral. Elle ne
figurera pas sur la fiche de
salaire, et ne doit pas tre
prise par les chefs d'entre-
prises comme excuse pour
ne pas augmenter les sa-
laires. Le RSTA vers tri-
mestriellement sera calcul
en function des mois travail-
'- ls. Les agents de la fonc-
tion publique non titulaires
ainsi que les personnel en
contract aid y ont galement
droit.
Les salaries concerns recevront un for-
mulaire de demand du RSTA leur
domicile. Seule la CRDS (contribution
au remboursement de la dette social)
est prleve sur le RSTA. Par ailleurs,
une champagne de communication sera
lance, un numro vert et un site inter-
net mis en place afin d'informer les sa-
laris sur les modalits permettant de
percevoir cette allocation.
C.B


France: Nouvel7e tape vers un movement revendicatif unitaire ?

UN APPEL DE 8 SYNDICATE


Le mardi 26 mai, travers plusieurs
villes de France et dans l'unit, les tra-
vailleurs ont encore manifest contre
les effects dCvastateurs de cette crise du
capitalism don't ils sont les victims. Le
chmage crot en France, consequence
des plans de reliance inspirs par le
MEDEF et mis en application par le.
gouvernement.
Les 8 syndicate : CGT, CFDT, FO, So-
lidaire, FSU, CGC, UNSA, CFTC, CFE
ont tenu une conference de press
commune pour prsenter leurs revendi-
cations. Une declaration unitaire en est
sortie. Les 8 syndicate demandent au
gouvernement et au patronat d'ouvrir
prioritairement les ngociations et de
mettre le social au centre de sa poli-


tique.
Ils rclament des measures
concrtes favorables au
monde du travail et de
maintien des services pu-
blics.
Seront-ils entendus ? Pas
sr, car pour l'instant, c'est
une toute autre politique
social que le president de
la Rpublique a dfendue
lors de sa dernire inter-
vention tlvise. Jusqu'o
devront aller les travailleurs
pour obtenir un inflchisse-
ment de cette politique an-
tisociale ?
A. Constant


.6 6familles dcri/Ib
" au profit des aIiornnares
NON la laER METURE
de VMIc AIEtMS.


Le retour la politique scuritaire de Sarkozy ne dtournera pas
les travailleurs de l'enjeu essential : la demolition de l'emploi










QUATRIME SESSION DU GROUP INTERGOUVERNEMENTAL

DE COORDINATION D'ALERTE AUX TSUNAMIS ET AUX AUTRES

RISQUES CTIERS DANS LA MER DES CARABES


Les 2,3 et 4 juin, le hall de l'htel Bate-
lire a accueilli une centaine de partici-
pants lors de la quatrime session du
Groupe Intergouvernemental de Coor-
dination d'alerte aux tsunamis et aux
autres risques ctiers dans la mer des
Carabes. Organise
conjointement par le
Conseil Gnral et
I'IPGP (Institut de
Physique du Globe
de Paris), sous
l'gide de l'UNESCO,
cette rencontre s'ins-
crit dans la continuity
de l'action engage
par la Collectivit
pour positionner la
Martinique comme
un acteur essential
de la gestion de
crises majeures
l'chelle de la Ca- .--
rabe. En effet, paral-
llement
l'exploitation de ses
quipements, le
Conseil gnral a d- Le Co
velopp des actions
de partenariat avec des organismes
scientifiques tels que I'IPGP et le R-
seau Acclromtrique Permanent
(RAP) (risques sismiques) et mis en
ceuvre une politique active de coopra-
tion avec la Carabe dans le domaine


des risques naturels.
D'autres projects sont initis par le biais
des ples de comptitivit. En attendant
de constituer un ple de comptitivit
Martinique, le Prsident du Conseil G-
nral a propos aux lus d'adosser le


,nseil Gnral souhaite faire de la Martinique un pole d'alerte aux t
Conseil Gnral deux ples dj exis-
tants, celui d'Aix en Provence traitant de
la "gestion des risques et de la vulnrabi-
it des territoires" (thmes: inondations,
scheresse et sismes) et celui de Mer
PACA pour le thme Tsunami.


Ces partenariats permettront de dve-
lopper un vritable savoir faire en ma-
tire de risques naturels.
Le Conseil Gnral a d'ores et dj pro-
pos de s'associer au RATCOM (cra-
tion d'un Rseau d'Alerte Tsunami) du
ple Mer PACA re-
tenu lors du 6me
Us U appel projects du
i FUI (Fonds Unique
Interministriel) en
juillet 2008.
Le project RAT-
COM vise dve-
lopper un systme
d'alerte pour les
risques tsunamis
et ctiers en
champ proche. Ce
systme sera com-
pos d'une archi-
tecture global
capable de grer
l'alerte de bout en
bout, de la dtec-
tion d'un danger
l'alerte la popula-
sunamlis tion et permettant
de mutualiser les
services d'alerte pour tous les risques ;
Au course de ce sminaire a t aborde
la question des systmes de surveil-
lance et de dtection, de l'valuation
des risques, des recommendations pour
l'avenir.


UAG : NOUVELLE ELECTION DU CONSEIL SCIENTIFIQUE


Comme on le sait, les universits fran-
aises competent chacunetr6is Conseils
qui sont le Conseil d'administration
(CA), le Conseil scientifique (CS) et le
Conseil des tudes et de la vie univer-
sitaire (CEVU), le plus important d'entre
eux tant le Conseil d'administration. A
I'U.A.G l'laboration des nouveaux sta-
tuts imposs par l'application de la loi
dite LRU a t laborieuse et a donn
lieu plusieurs runions riches en trac-
tations de type politician, du fait de la
ncessit de tenir compete des. exi-
gences de chacun des trois ples (Gua-
deloupe, Guyane et Martinique) et
d'arriver un consensus satisfaisant.
Une fois adopts, ces status ont permits
l'lection des membres du Conseil d'ad-
ministration, lesqueis leur tour ont pu
lire le president, en l'occurrence Mon-


sieur Pascal Saffache. Le CEVU et le
Conseil scientifique ont t renouvels
galement, sur la base desdits status,
lesquels pourtant ont d tre partielle-
ment rcrits aprs ces lections afin de
tenir compete de certaines reserves for-
mules par le ministre de l'enseigne-
ment suprieur et de la recherche.
Aprs la grve de fvrier-mars, il a fallu
organiser une election partielle pour
complter la representation martini-
quaise au CEVU collegee des profes-
seurs des universits). C'est que le
CEVU est peru malheureusement
comme le Conseil qui a le moins de
pouvoir et qui fait le travail le plus ingrat.
Le Conseil scientifique quant lui, de-
vant faire l'objet d'une nouvelle election
gnrale, conformment aux dernires
modifications des status, les lecteurs


ont donc t appels aux urnes par d-
cret du president Saffache. Mais alors
que tout semblait aller bien, des juristes
aviss se sont aperus qu'il fallait
d'abord obtenir la dmission de tous les
membres de ce Conseil scientifique, le-
quel bien qu'ayant t lu sur la base de
status en parties contests par le minis-
tre, tait juridiquement valuable, en
vertu d'un texte voulant que son illga-
lit ft dnonce dans les deux mois
suivant l'lection.
Fort heureusement, tous les membres
ont accept de jouer le jeu de la dmis-
sion, et la nouvelle election a eu lieu le
28 mai dernier Il faut esprer que
I'UAG, o les problmes rsoudre
sont lgion, cessera de perdre du
temps.
Maurice Belrose










VERS UNE AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE ET UNE "AGROE-


COLOGIE" P


,- -






d le
Eliud Degonzague en companies de Marcelin Nadeau

Eliud Degonzague en compagnie de Marcelin Nadeau


Dans le cadre de la premiere dition
de la fte agricole 2009, le vendredi
29 mai, le maire du Prcheur, Marcel-
lin Nadeau, membre du Modemas
(Mouvement des dmocrates et des
cologistes pour une Martinique sou-
veraine) a invit la population par-
ticiper un forum intitul "La
Biodiversity, alternative i'agriculture
intensive'. Les intervenants sont
venus de tous les horizons pour
nous dire qu'un autre monde est
possible. Eliud Degonzague, membre
de Ital Farm a fait le dplacement de-
puis Sainte-Lucie. Seguin Sylvie et
Bertrand Cdric de l'association
Longo Ma sont venus du Sud de la
France, de l'Ardche prcisment.
Mr Albert Thse, membre de l'asso-
ciation Orgapyi est arriv du Sud de
la Martinique, de Ducos.

"Nous aflons implanter dura6lement une
vision de agriculturee
Le maire Marcellin Nadeau a regrett
l'absence de reprsentants du Conseil
regional ce forum. Devant eux, il au-
rait souhait ragir sur un reportage vu
la veille sur RFO. Le sujet traitait de
l'abattoir de volailles du Franois. Le
maire a laiss clater son incompr-
hension : "Ilest inadmissible que les au-
torits responsables aient faiss former
l'abattoir implant Saint-Pierre pour le
rouvrir au Franois. Plus surprenant en-
core, la nouvelle structure a t cofinance
par le Conseil regional. Nous entendons
souvent qu 'ilfaut dsenclaver le NordCa-


rabe. Ce n'est pas enfermant une struc-
ture agroalimentaire que nous y parvien-
drons (..). D'ailleurs, 'quipe municipal
Prchotine dmontrera que le dsenclave-
ment est un mythe. Le Prcheur sera le
bout du monde o commence l'autre
monde possible. Nous allons implanter
durablement une vision de agriculture.
Nous exprimenterons d'autresfaons de
cultiver nos terres agricoles. Sur le terri-
toire du Prcheur, nous allons exprimen-
ter d'autres mthodes pourproduire de la
viande rustique. Celles par example, de
notre cochon noir ou de notre cabri local
Certes, le cabri ne fournit pas assez de
viande parce qu'ily a trop de carcasse.
Nanmoins, nous prendrons le contre-pied
de ce critre de productivity et d'abattage
qui n'est pas rentable. Nous compenserons
la perte de cette productivity par une la-
bellisation de notre cabri", a affirm Mr
Nadeau.
Une civi-culture ou la conscience
d'une autosuffisance alimentaire
Pour mettre en ouvre cette politique
agricole, la municipalit du Prcheur
est attentive ce qui se fait dans la Ca-
rabe. D'o l'invitation faite au Sainte-lu-
cien Eliud Degonzague, membre de la
communaut de Ital (en vocabulaire
rasta signifie natural) Farm. L'agricul-
teur sainte-lucien-qui a t chaleureu-
sement applaudi- a dclar notamment:
"Nous voulons changer avec nos frres
martiniquais pour qu'ils prennent
conscience qu'il leurfaut dvelopper une


culture de l'autosuffisance afimentaire.
Vous tes trop dpendants des importa-
tions, de la France donc. Il faut cooprer
plus avec la Carabe, don't vous faites par-
tie (...) Les membres de Ital Farm, qui
cultivent eux-mmes leurs products agri-
coles et plantent leurs arbres fruitiers,
vont s'implanter au Prcheur pour vous
aider dvelopper une agriculture qui in-
tgre le bois, le soja, par example. Nous
travaillons dj avec un agriculteur de
TondSaint-Denis pour cultiver du soja.
J'ai espoir que petit petit vous vous d-
fairez de cette dpendance alimentaire".

OrgaPyi : Pour une agriculture
saine
Le mme combat pour une autosuffi-
sance alimentaire est men sous nos
cieux par le "paysan"(il tient cette d-
nomination) Alfred Ths : "Notre agri-
culture doit nourrir le people
martiniquais. L'autosuffisance doit tre
au cour de nos proccupations. Mais, en
plus, dans un contexte de grande suspi-
cion due [a contamination de certain
sols par la chlordcone et le paraquat,
notre agriculture doit tre propre et saine.
C'est le message que je suis venu dlivrer
aujourd'hui aux autres agriculteurs, aux
jeunes et aux moins jeunes. Pour attein-
dre ces objectifs, ilfaut arrter defaire la
part belle auximportations. Ilest primor-
dialde rduquer le palais de la popula-
tion: luifaire goter les fgumes locaux
come tigname, les choux de chine et les
fruits pays: le toloman, la barbade, le co-
rossol, entire autres. Notre association Or-
gaPyi s'y attelle. A Ducos, elle organise
tous les 2me et 4me mercredi du mois un
march qui met chaque fois un fruit ou
un lgume different Chonneur", a- t-il
indiqu .

'L'agro cologique", une culture alter-
native
Sylvie Seguin et Cdric Bertaud sont
membres de la cooperative europenne
Longo Ma, cre en 1973 et don't le
nom signifie en occitan "longtemps en-
core". Ils sont venus de la ferme Trey-
nas situe dans I'Ardche. Ils
confirment qu'une autosuffisance ali-







Jed 4 *un20 Jutc gi2 -l Pa.,'


mentaire et qu'une culture de l'autoges-
tion sont possibles. "Dans la commu-
naut, nous cultivons du bl dur pour
fabriquer nous-mmes notre pain. Nos
vaches nous fournissent le fait, etc. Avec
la laine des moutons, nous confectionnons
des vtements que nous vendons sur le
march. Cet argent nous permet dacfieter
d'autres products du terroir. Ce sont des
exemples parmi d'autres. Je suis venue
dire auxJMartiniquais qu'un autre monde
est possible. Depuis 33 ans, je vis une ex-
prience socialeformidable. L'objectif de


notre communaut est de s'approprier les
savoirs traditionnefs. Nous vitons par
exemple, d'utiliser des products pliytosa-
nitaires dltres pour renvironnement et
la sant de [Jfomme. Nousfabriquons
notre propre engrais. Comme [es anciens,
les membres de la communaut puisent ces
matires premires au sein du monde vi-
vant. Le bois, le textile, les colorants, les
savons etc. ont la mme origine vgtale
ou animal. Ces products sont naturelle-
ment biodgradables. D'ailleurs, je fais


aussi parties d'une association 7okopelli
(c'est [e Dieu indien qui sme la semence)
qui milite pour la libration de la semence.
Nous imaginons d'autres alternatives
pour prserver environnement et puiser
les resources mme le sof', a racont
Mme Seguin.
Reste savoir si le Martiniquais accro-
ch son confort, ses products impor-
ts accdera cet autre monde
possible. Le movement dbut le 5 f-
vrier laisse entrevoir une lueur d'espoir.
R.Z.


LE POULET DE LA DISCORD


Au Franois, le jeudi 28 mai, Morne
Gamelle, les membres de la commis-
sion du Dveloppement et de l'le-
vage du Conseil regional ont visit
l'abattoir de volailles Bokail. Une
odeur nausabonde saute au nez des
visiteurs. Il parat que 80% du pro-
blme li l'odeur est dj rgl. Il
reste les 20 %. Des chambres de d-
chets pour stocker les restes de pou-
let sont l'tude. Ouf! Le cot lev
de ces chambres est encore matire
discussion.

L'abattoir renat de ses cendres
L'accueil est tout de mme cordial,
mme s'il ne fait pas oublier la pol-
mique autour de cette unit. Souvenez-
vous : en 2003, l'abattoir de volailles,
install Saint- Pierre, fermait ses
portes. Un toll l'poque : les em-
ploys parlaient de "dlocalisation"inac-
ceptable. Un terme abusif, selon le
president de la commission Lucien Ade-
net et le directeur gnral de l'abattoir,
Dominique Dauchy.


U.Kal au rnianilui
Cinq ans plus tard, rouverture au Fran-
ois : le 12 avril 2008, le premier poulet
est abattu. L'abattoir renat donc de ses
cendres. Trente-deux leveurs fournis-
sent cette structure agroalimentaire
don't la creation a cot 5 millions d'eu-
ros (un million a t apport par le
conseil regional).
Le moment n'a pas t jug propice
pour parler de la situation des employs
qui laissent Saint-Pierre trois heures
du matin pour se rendre au Franois,
pour un salaire inchang et de misre
selon certain (Nous n'avons pas pu v-
rifier ces dernires informations).

Nous rpondons 9%
des besoins de la population
La visit a donc t axe sur les objec-
tifs commerciaux que l'abattoir Bokail
doit atteindre : "Nous produisons 1 000
tonnes de poulet par an. Pour prenniser
activity et amliorer ce rendement, nous
voulons prendre 20 % de parts de march.
"Pour 'instant, nous rpondons 9 % des


besoins de la population. Ilnousfaut dou-
bler cepourcentage. Parailleurs, lest dif-
ficile de butter contre 'importation qui est
de Cordre de 12 000 15 000 tonnes par
an, soit 35 Qg par habitants. Comment
tre concurrentielface un poulet import
de la Bretagne qui se vend2,50 euros alors
que le ntre cote 7 euros 50 ?Au moment
o nous parlons de dveloppement endo-
gne, rinstar de la iunion, nous pr-
conisons une augmentation de octroii de
mer comme measure de protection", a
avanc Dominique Dauchy. Mme s'il
n'a pas rebondi sur cette question, Mr
Adenet s'est dclar satisfait de l'inves-
tissement du Conseil regional : "Je suis
ravi que le poulet Bokail produitfini, soit
sain et prpar chez nous". A cet instant,
Mr Dauchy ne s'est pas fait prier pour
exhiber un poulet bien assaisonn :
"C'est un poulet 'Bokail de quality
consommer", a dit-il firement qui vou-
lait l'entendre. Prcisons que ce sont
surtout les collectivits et les scolaires
qui consomment ce produit local livr
assaisonn ou pic.

De l'abattage vos assiettes
Vtus de vtements de protection pour
des raisons d'hygine, les membres de
la dlgation ont poursuivi la visit et
ont dcouvert les infrastructures nces-
saires pour abattre les poulets : les
quipements pour l'accrochage des vo-
lailles, ceux pour la saigne, l'chafau-
dage, la plumaison, l'viscration, le
refroidissement, le rducateur, l'em-
ballage et enfin la conservation.
Au terme de cette visit instructive,
nous pouvons vous certifier que dsor-
mais vous regarderez d'un autre oeil le
poulet qui sera dans votre assiette.
Rgine Zphir










Ventes et achats de fEurope (hors fa France) en Martinique de 2003

2007 (source: IEDO9M)

L'EUROPE RALISE UN NORME BNFICE


Ventes de l'Europe (hors la France)
2003 : 315 Me
2004 : 344 Me
2005 : 596 Me
2006: 711 Me
2007 :499 ME
Total : 2 465 MC
Moyenne : 493 Me

Achats de l'Europe (hors la
France)
2003:15 Me
2004: 9 Me
2005: 11 Me
2006: 9 ME
2007: 16 ME
Total : 60 MC
Moyenne: 12 MC

Bnfice de l'Europe (hors la
France)
2003: 300 ME
2004 : 335 ME
2005 : 587 ME
2006 : 702 Me
2007 : 483 Me
Total : 2 407 MC / Moyenne :
481 MC

Taux de couverture des achats de la
Martinique par les ventes en Europe
2003: 4,76 %
2004 : 2,61 %
2005: 1,84 %
2006: 1,26 %
2007 : 3,22 %


Total : 2,43 %

1) Les ventes de l'Europe en Marti-
nique progressent de 2003 2006. L'an-
ne 2007 est exceptionnelle en raison du
cyclone Dean. Au total cela fait sur les


La Martinique: March de consommation de products europens

cinq annes, 2 465 millions d'euros et
493 millions d'euros en moyenne par an.
Les achats de l'Europe en Martinique sont
faibles et ne couvrent ses ventes que de
2,43 % : quand l'Europe nous vend 100 E,
elle nous achte moins de 3 E. Ils se
montent seulement 60 millions d'euros
en cinq ans et 12 millions d'euros par an.


2) Le bnfice commercial de l'Europe
fait dans ses relations avec la Marti-
nique s'lve 2 407 millions d'euros en
cinq ans et 481 millions d'euros par an en
moyenne. Sur 2000/2006, les fonds struc-
turels allous par l'Europe la
.. Martinique se sont months
100,5 millions d'euros en
moyenne annuelle (703, 6 mil-
lions d'euros en sept ans).

3) L'Europe est largement
bnficiaires de l'intgration
de la Martinique dans son
march.
4) Si on inclut la France, le
bnfice de l'Europe (France
comprise) en cinq ans (2003-
2007) s'lve 8 222 millions
d'euros, soit 1 644,4 millions
d'euros par an en moyenne.

5) Le PO (programme opra-
tionnel) 2007/2013 s'lve
621,6 millions d'euros et est
en recul de 11,64 % sur le
Docup 2000-2006. Il inclut des
fonds dits RUP pour la continuity terri-
toriale"entre la Martinique et l'Europe.
6) Le libre-changisme europen est fa-
vorable l'Europe.
Michel Branchi
*M : millions d'euros


EIctions europennes: LA QUESTION DE L'OCTROI DE MER, DU

TYPE DE DVELOPPEMENT ET DONC DE L'AVENIR STATUTAIRE

AU CENTRE DU SEMBLANT DE DBAT


La manire don't les diffrentes listes
abordent le scrutiny pour le renouvelle-
ment au Parlement europen ne peut
chapper la vision qu'elles ont de
l'avenir de la Martinique et de son po-
sitionnement gopolitique.

Voyons les candidates qui se prsentent
sous la bannire de parties franais.

* Marie-Luce Penchard et Chantal Mai-
gnan sont sur la liste UMP pour l'outre-
mer qui proclame "quandlfEurope veut,
f'Europe peut". Or Nicolas Sarkozy a re-
cycl le Trait constitutionnel europen re-
jet par les Franais en 2005 sous la
forme d'un frre jumeau le trait de Lis-


bonne aussi imprgn de libralisme que
son modle. Aussi l'affirmation de I'UMP
selon laquelle "nous avons besoin d'une
Europe quiprotge, nous avons d'une Eu-
rope qui agit", sonne-t-elle creux et va
l'encontre de la dmarche de cette Europe
librale qu'elle prne. De mme, s'agis-
sant des accords de partenariat cono-
mique (APE) signs entire l'Union
europenne et les pays de la Carabe, le
pouvoir Sarkozyen a laiss sacrifier les in-
trts des DOM en laissant ouvert nos
marchs l'invasion des products cari-
bens. Il est vain aujourd'hui de promet-
tre : "protgeons 'ouverture des marchs
des CDOM par la mise en application de la


clause de sauvegarde pour protger nos
productions locales". 11 fallait y penser
avant. Quant cette clause de sauve-
garde, elle risque de se rvler n'tre
qu'un sabre de bois. Est-ce une Europe
qui protge quand, pour satisfaire la vo-
lont de cette Europe d'ouvrir le march
des Dom en supprimant le caractre pro-
tecteur de l'octroi de mer, Marie-Luce
Penchard veut aller au-devant de ses d-
sirs en transformant cet instrument de d-
veloppement en "'VT4 rgionale" sous
prtexte de "ne pas resterfigs" ?
* Max Orville, ex syndicaliste de la FSU,
a finalement dvoil son orientation assi-
milationniste en portant les couleurs du
MODEM de Franois Bayrou. Lui il se pro-








SE 1 -Page1/I


nonce carrment pour la suppression de
l'octroi de mer au motif de lutter contre la
vie chre et son replacement par une
"aide compensatoire europenne".
Le montant de la recette tant de l'ordre
de 203 millions d'euros en 2008 pour la
seule Martinique, alors que l'aide annuelle
europenne moyenne est de 89 millions
d'euros (2007/2013 = 622 millions d'eu-
ros), il faudrait que l'Europe triple sa
contribution. Irraliste et difficile au mo-
ment o les fonds structures diminuent et
o certain veulent mme les supprimer
en Europe. Quant protection de la pro-
duction locale, ce n'est pas son problme,
ds lors que la Martinique tant franaise
s'approvisionne en France et en Europe. Il
faut "rflclir", dit-il. Max Orville dans sa
profession de foi se dit "citoyen franais
et aussi citoyen europen". A sa guise.
Notre positionnement est different : nous
sommes citoyens de la Rpublique fran-
aise, mais nous ne sommes pas euro-
pens ni culturellement, ni historiquement,
ni ethniquement, ni gographiquement, ni
gopolitiquement. Rappelons que Bayrou,
le grand gourou du Modem, a vot oui au
project de constitution europenne en 2005
et son frre jumeau le Trait de Lis-
bonne en 2008.

* Ericka Bareigts, tte de liste runion-
naise du Parti socialist pour l'Outre-mer,
patronne une liste avec comme candidate
sur la section Atlantique le guadeloupen
Patrice Tirolien et la martiniquaise Cathe-
rine Nris. Cette liste affirme vouloir
"changer ['Europe" avec les socialists.
Or les socialists franais ont adhr au
programme des socialists europens qui
colle aux orientations nolibrales du
Trait de Lisbonne. Le PPM soutient cette
liste : pas tonnant puisque lors du rf-
rendum sur la constitution europenne
Catherine Conconne se proclamait parti-
san du libralisme. Comment croire aux
processes des candidates socialists affir-
mant vouloir "protger [es services pu-
6lics", crer un "bouclier social' pour les


salaries, les chmeurs et les retraits,
"garantir octroi de mer"? L'ide que les
fonds europens n'aillent pas que dans
les infrastructures est sduisante, elle
aussi. Mais comment le social libra-
lisme est-il compatible avec l'intention pro-
clame du Parti socialist d'en finir avec
le capitalisme sauvage" ? Discours de
gauche aux lections et pratique de droite
au pouvoir telle est la ralit des sociaux-
dmocrates.

* II revient au Guadeloupen Harry Duri-
mel de reprsenter dans la circonscription
outre-mer le parti de Daniel Cohn- Bendit
Europe Ecologie et des Verts. Il affirme
avoir "le soutien logistique du M"l"alors
que le mme PPM affiche soutenir la liste
du PS et rejette Madeleine de Grandmai-
son qu'il accuse de l'avoir trahi "mme si
c'est une amie que je respecte, a prcis
Serge Letchimy. Est-ce une raison pour
donner son soutien plusieurs listes ? Le
PPM, parti palayi-palaya ? Quoiqu'il en
soit, Europe Ecologie critique "cette Eu-
rope (i6rale (...) qui n'apporte aucune r-
ponse la dbaclefinancire "et prtend
vouloir la "transformation cologique de la
socit". Mais comment prtendre raliser
"la transformation cologique de la so-
cit" sans s'en prendre au capitalism
lui-mme qui dtruit les resources natu-
relles et "exploite jusqu' 'puisement
'hfomme et la nature" ? Comment trans-
former la socit cologiquement et adh-
rer une constitution europenne et son
clone le trait de Lisbonne don't l'alpha et
I'omega sont la "concurrence 6ibre et non
fausse" et le libre-changisme intgral
imposs notamment aux peuples d'outre-
mer ? Harry Durimel rend les armes
d'avance en se soumettant aux diktats de
l'Organisation mondiale du Commerce
(accords de Marrakech signs par l'Eu-
rope) et juge l'octroi de mer "condamn
disparatre", comme tous les avantages


consentis pour la banane, pour la canne.
Et pourtant il dclare que "nous devons
nous atteler revendiquer notre droit
drogation. L'octroi de mer est trop im-
portant pour nos collectivits et ne peut
pas disparatre ainsi". Tout fait contra-
dictoire : tout et le contraire de tout. Allez
y comprendre quelque chose... Pour d-
fendre l'octroi de mer, il propose de le sup-
primer pour les products locaux. Or c'est
l'Europe qui l'a dnatur en imposant de
l'appliquer aux products locaux et viter
qu'il apparaisse comme une "taxe d'effet
quivalent" un droit de douane. Et pour-
quoi pas revendiquer clairement pour des
pays en voie de dveloppement comme
les DOM le droit permanent de protger
leur march, vu les spcificits recon-
nues ? Hary Durimel envisage tout de
mme la question du changement statu-
taire "sous Cclairage du statut europen
le plus adquat": RUP ou PTOM, s'inter-
roge-t-il ? Ou alors faire voluer les deux
status de RUP et de PTOM en un seul
comme nous l'envisageons ?
Finalement la seule listed manant de par-
tis et de forces propres aux pays d'outre-
mer est la liste "Alliances des Outre-mers"
dirige par Elie Hoarau et o figure en
deuxime position Madeleine de Grand-
maison, dpute europenne sortante.
Madeleine de Grandmaison qui, au plan
martiniquais, s'est prononce pour un sta-
tut au titre de l'article 74.
On voit que le positionnement vis--vis de
l'Europe implique une vision d'un autre
type de dveloppement et donc un enga-
gement sur la rforme statutaire vis--vis
de la France afin que nos pays aient la
matrise de leur dveloppement. Les deux
questions sont lies.

Michel Branchi

Liste Alliance des outre-mers :
Elie Hoarau (Ocan indien)
Madeleine de Grandmaison (Atlantique)
Hirohiti Tefaarere (Pacifique)


LISTS PRESENTS DANS LA SECTION ATLANTIOUE


Alliance des Outre-Mers
M. Elie Hoarau

Pour une Europe utile
M. Daniel Mugerin

Alliance Ecologiste Indpendante
Mme Amandine Dalmasso

Protger nos emplois, defendre nos va-
leurs
Mme Erika Kuttner-Perreau

Liste Europe Ecologie
M. Harry Durimel


Europe Dmocratie Espranto
M. Jacques Etienne

"Une France Royale au coeur de l'Eu-
rope"
M. Grgoire Andriantsalama

"Changer l'Europe maintenant, avec
les socialists"
Mme Ericka Bareigts

"Europe et dmocratie rassemble-
ment pour l'initiative citoyenne.
Mme Annie Marciniak


"Quand l'Europe veut, l'Europe peut"
UMP
Mme Marie-Luce Penchard

Outre-Mer Solidaire listed
M. Gino Ponin-Ballom

Pour l'lection des reprsen-
tants au Parlement europen
fixe au samedi 6 juin 2009
le scrutiny sera ouvert 8 h 00 et
clos 20 h 00 dans toutes les
communes du dpartement.










Madeline d grandmaison, candidate au Parkement europen:

IL EST NCESSAIRE DE DFENDRE NOS INTRTS"


Madeleine de Grandmaison mne une champagne de terrain


En plein dans la champagne lectorale
pour les lections europennes, Ma-
deleine de Grandmaison est sur tous
les fronts. Malgr la pression, dten-
due, portable accroch aux oreilles,
elle rpond plusieurs interlocu-
teurs la fois, revoit avec ses colla-
borateurs les documents de
champagne avant de se rendre un
meeting Ducos. Et le lendemain, il
est prvu qu'elle aille galement en
Guadeloupe afin de convaincre tous
les lecteurs antillais de voter pour
elle. Dpute au Parlement europen
durant 18 mois, elle s'est attache
suivre la voie trace par Paul Vergs.
Nous l'avons interroge sur
quelques problmatiques de cette
election qui aura lieu, dans la zone
amricaine, samedi prochain, 6 juin
2009

Justice : Seconde sur la liste Al-
liances des Outre-mers, pourquoi
allez- vous aux lections ?Avez-vous
le sentiment du devoir accompli ?
Madeleine de Grandmaison : Je vais
aux lections parce que je me suis en-
gage dans la defense des intrts des
Outre-mers au Parlement europen. Ma
mission est accomplie pour ce qui est
de la mandature passe, mais la mis-
sion n'est pas acheve. En ce qui
concern la mandature 2004-2009, je
pense que je l'ai bien mene la hau-
teur de ce qu'attendait de moi Paul
Verges. Pour cette election du 6 juin, j'ai
une nouvelle feuille de route, de nou-
veaux enjeux. Cela vaut la peine de


mener ce combat. Effectivement, je suis
deuxime sur la liste Alliances. Mais il
faut voir les choses un peu diffrem-
ment. Notre circonscription a trois sec-
tions, et je suis tte de liste de la section
Atlantique, qui comprend la Martinique,
la Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Bar-
thlemy, la Guyane et Saint-Pierre et
Miquelon. Si Elie Hoarau venait d-
missionner, je ne pourrais pas le rem-
placer, comme j'ai remplac Paul
Vergs, car nous ne sommes pas de la
mme section. On voit donc l'impor-
tance pour moi d'tre tte de liste de la
section Atlantique.

J : Quelle est la consequence ?
M. d. G : I faut que les Martiniquais -et
l'ensemble des lecteurs de la section
Atlantique- se dplacent en masse, fas-
sent leur devoir. Non seulement pour
que je sois lue, mais encore et surtout
pour que la Martinique puisse accder
cette responsabilit lgitime que
Claude Lise et Paul Vergs ont fait ad-
mettre. Il faut que chaque lecteur
connaisse son dput. C'est une res-
ponsabilit fondamentale. Aujourd'hui, il
income aux Martiniquais la responsa-
bilit total d'lire leur dput europen.

J : Comment expliquer l'enjeu de
cette election et le rle du parlement
europen des Martiniquais aux-
quels cela apparat si loin ?
M. d. G : Les Martiniquais n'ont pas t
habitus se familiariser avec l'Europe
et ses enjeux. Souvent chez nous on a
prch l'abstention, ce qui tait peut-


tre justifi un moment donn, mais
qui ne l'est plus maintenant. Chaque
Martiniquais a pu voir comment I 'Eu-
rope impact sur sa vie, a des cons-
quences sur sa vie. Certaines de ces
consequences sont heureuses, d'autres
contraignantes, mais l'Europe concern
tous les actes de notre vie. Notre pays,
dans sa structuration, est concern par
les fonds europens dits structures qui
nous aident faire des routes, des h-
pitaux, des coles, dvelopper l'co-
nomie. Le Fonds social europen
permet de former aussi bien l'apprenti
que l'tudiant ou l'ouvrier qualifi. Nous
sommes soumis des contraintes, car
certaines directives europennes qui
sont faites pour l'Europe nous sont ap-
pliques mcaniquement, sans tenir
compete de nos ralits, sans que le tri
soit fait, et nous devons lever la voix
pour faire rectifier les choses. Nous sa-
vons que si nous avons bnfici de la
prfrence communautaire, c'est--dire
que si nos products taient exempts de
frais de douane pour tre comptitifs,
aujourd'hui cela. est aboli. C'est une
competition folle qui va s'tablir et nous
serons perdants, d'o la ncessit de
dfendre nos intrts et d'obtenir des
drogations.

J : L'Europe a prvu la suppression
de l'octroi de mer, et d'autres candi-
dats y sont favorable. Quelle est
votre position l-dessus, lorsqu'on
connat l'importance de cet instru-
ment pour la protection de la pro-
duction locale et les finances de nos
collectivits ?
M.d.G : La seule barrire qui protge le
peu de production que nous avons va
peut-tre tomber la fin de 2013. Il
nous faut faire prenniser cette droga-
tion qui est indispensable notre survive.
Nous ne pouvons pas entrer en comp-
tition avec les grands pays d'Europe.

J : N'y a-t-il pas une contradiction
entire nos priorits, fondes sur le
concept de dveloppement endo-
gne et la creation d'eniplois, et
celles de l'Europe, bases sur la
comptitivit, comme le prconise la
"stratgie d Lisbonne' ?
M. d. G : II y a une contradiction, don't je
ne peux pas dire que nous pouvons la
contourner, mais que nous pouvons s-
rement utiliser en devenant perfor-
mants. Par example, nous pouvons
mettre notre savoir- faire la disposition








AI Jeui 4Juig209-ustce2.9-Pael


de notre bassin de vie, c'est-- dire la
Carabe, mais l aussi l'Europe fait obs-
tacle, en ne nous ouvrant pas les portes
des les voisines. Il faut constamment
voluer dans notre relation avec elle. Il
nous faut un partenariat qui soit fond
sur nos atouts. Si nous arrivons un
partenariat sur les nergies renouvela-
bles, la biodiversit, la mer,, etc, et que
obtenions que nos products soient ex-
ploits sur place, c'est de l'emploi que
nous crons.

J: Comment voyez-vous notre posi-
tionnement dans ce Parlement euro-
pen domin par les libraux qui
bradent les acquis des salaries et les
aides communautaires
(fonds structures) ?
M. d. G : Il faut mener ce
combat avec ceux qui lut-
tent. Mon group (Groupe
Unitaire Europenne, avec
notamment les lus com-
munistes) a bataill contre
la remise en cause de la
dure du travail, le dman-
tlement des services pu-
blics, la directive sclrate
dite "retour" sur l'migra-
tion. Tout ce qui est Eu-
rope social reste btir et
ce qui est acquis doit tre
prserv. C'est un combat
de tous les jours, et cela
nous intresse tous les
niveaux.

J : Dans le dbat institutionnel, cer-
tains disent que si l'on se dirige vers
l'article 74, l'aide europenne se ta-
rira. Qu'en pensez-vous ?
M. d .G : A mon avis, c'est un trs mau-
vais tat d'esprit. Cela voudrait dire que
nous attendrions que des fonds tom-
bent et que nous ne serious prts
prendre aucune responsabilit, aucun
risque pour nous-mmes. Ceux qui le
disent mconnaissent la ralit. Nous
avons les anciennes colonies portu-
gaises ou espagnoles (les Aores, Ma-
dre, les Canaries) qui sont comme
nous des rgions ultrapriphriques,
mais des rgions autonomes. Elles n'en
bnficient pas moins des fonds euro-
pens et de tout le reste. D'autre part, il
ne faut pas que les Antillais croient que
les fonds structures sont ternels.
Maintenant, nous avons des taux un
peu plus levs parce que sommes en
retard de dveloppement, mais ces taux
sont dj menacs du fait de l'largis-
sement. Il nous faut aller notre propre
dveloppement, la fois avec la volont
de faire et la vision de l'avenir, et trouver


un partenariat avec l'Europe pour aller
plus loin. L'ide du tarissement des
aides europennes est un pouvantail
qu'on agite devant les Martiniquais pour
les maintenir dans une espce d'assis-
tanat. Il n'y pas d'affolement avoir si
prcisment nous avons des reprsen-
tants capable.

J : L'un de vos combats a t la de-
mande de la reconnaissance de l'es-
clavage comme crime contre
l'Humanit par le Parlement euro-
pen. Vous n'avez pas encore russi.
Est-ce un combat continue ?
M. d. G : L'Union europenne rassem-
ble en son sein les nations qui ont t


Madeleine de Grandmaison et Hirohiti Tefaarere (Pacifique)

les plus esclavagistes, savoir la
France, l'Espagne, l'Angleterre, la Hol-
lande, le Portugal, etc... Il est important
pour ces pays, pour leur cohsion in-
terne, pour leurs relations avec les pays
des ACP (Afrique Carabe -Pacifique),
qu'ils reconnaissent ce faux pas de l'hu-
manit comme tant un crime. Surtout
qu'ils crent, dans les diffrentes capi-
tales de l'Europe, des lieux de m-
moire? Il est trs important que cela se
fasse. Il faut tirer la sonnette d'alarme
contre les vellits de l'esclavage mo-
derne, avec la prtention de l'Europe de
piller les cerveaux des pays sous-dve-
lopps. Je rappelle que nous avons ob-
tenu tout de mme une centaine de
signatures malgr le peu de temps. Je
signal que les grands tnors des droits
de l'homme, le socialist franais Har-
lem Dsir et le "vert"Daniel Cohn-Ben-
dit n'ont pas sign la declaration, malgr
les appeals.

J : Pourquoi voter "'jAliancespourles
Outre-mers'plutt qu'une autre des 10
lists ?


M. d. G : Alliances, c'est la forme la plus
mritoire de cooperation, de solidarity
entire nos peuples. Alliances pour les
Outres-mers porte en elle la defense
des intrts spcifiques de chaque
pays, la defense des intrts globaux,
par les uns et les autres. Je ne suis pas
dans l'Alliance pour dfendre seulement
les affaires de la Martinique, ou celles
de ma section: les trois sections vont
pouvoir computer sur moi au Parlement
et je sais computer sur les autres. Nous
avons l le premier acte d'une prise en
main de nos affaires en group et de
faon les faire avancer ensemble,
sans soumission et sans allgeance
aux parties nationaux qui trs souvent
nous mettent en position de
non pouvoir dfendre quoi
que ce soit. Il nous faut nous
prendre en main sur ce plan,
avoir un bureau Bruxelles
pour fonctionner avec les
S lus nationaux, car l'Europe,
!/ ce sont des Etats. Tant que
S les Martiniquais, les Guade-
loupens, etc, ne compren-
dront pas que les lus
nationaux ne peuvent pas
s'installer au palais Bourbon
en laissant un foss les s-
S parer, nous ne ferons rien
Savancer pour nos pays. Les
uns alertent, les autres
contraignent. Je ferai en sorte
S que les positions soient com-
munes et que les projects
soient ports la fois par le
national et l'europen.

Vos espoirs pour ces lections du 6
juin ?
M.d. G : Mon espoir est que les Martini-
quais aillent voter. Je sais que ce sera
un week-end difficile, d'abord parce que
le vote est le samedi, ensuite parce qu'il
y aura la preparation de la fte des
mres, les premires communions, le
jour du march, des personnel qui tra-
vaillent. Mais enfin il faut trouver, mon
sens, un petit moment pour aller remplir
ce devoir, faire en sorte que nous puis-
sions enclencher la squence qui vient
avec l'espoir que nos conditions ne vont
pas se dgrader davantage et que notre
dveloppement rural ainsi que le dve-
loppement de notre agriculture de sub-
sistance repartent, par notre volont.
Il faut nous ressaisir, aller voter, nous
sentir citoyens pour dfendre nos int-
rts. C'est l'espoir que j'ai. Je souhaite
que la population entende cet appel
pour que toute la section Atlantique soit
debout avec l'Europe... au lieu de la
subir.
Entretien : Claude Bourgrainville










PATRICK CHAMOISEAU :


"'Pour que esforces pi


ssistes ensemencent [Europe"


Patrick Chamoiseau soutie

Entretien. L'crivain Patrick Chamoi-
seau explique les raisons de son
soutien au Front de gauche.

L'Humma : Qu'est-ce qui motive
votre soutien aux listes du Front de
gauche pour les lections euro-
pennes ?
Patrick Chamoiseau : Le souci que la
construction europenne soit ensemen-
ce autant que possible par toutes les
forces progressistes que les tats-na-
tions ont pu jusqu' ce jour engendrer ;
et, travers ce prcieux ensemence-
ment, que l'Europe se retrouve habite
et hante de potiques nouvelles.
Nous avons presque trente ans de re-
tard rattraper sur les apptits capita-
listes qui tendent faonner l'Europe
leur image, tout comme ils tendent le
faire pour l'ensemble du monde. Mais
trente ans de raide logique conomique
peuvent trs facilement tre balays par
un clat d'imaginaire...
La nbuleuse capitalist est devenue
une sorte de "soleilnoir", une certitude
exacerbe jusqu' tomber aveugle, et
qui de fait "s'archaise" grande vitesse
tout en se donnant le sentiment d'une
trs aigu modernit. Il faut invalider
cette certitude par ce que M. Glissant
appelle "un cart dterminant", ou avec
ce que M. Edgar Morin voque sous
l'ide d'un "esprit des originss. Dans
l'cart dterminant ou dans l'esprit des
origins on retrouve l'homme, tout
l'homme, avec son arc-en-ciel de va-
leurs naturelles, son thique, ses rves,


n le Front de Gauche

ses draillements potiques... L'origine
est devant nous car, dans le dshumain
capitalist, l'humain est dsormais de-
vant nous.

Par l, on revient la vraie politique.
Comment envisagez-vous les enjeux
de ces lections, d'une manire g-
nrale ? Dit autrement : Quelle Eu-
rope souhaitez-vous ?
Patrick Chamoiseau : Je vois le dan-
ger : confrer L'Europe cet absolu ver-
tical qu'avaient les vieux tats-nations.
Une sorte "d'essence Europe", de "mre-
patrie Europe", qui constituerait une or-
gueilleuse finalit opposer au reste du
monde. Or, l'Europe ne peut tre qu'une
voie de passage vers le monde, vers le
dsir du monde, et vers le monde que
nous avons faire. Le dsir du monde
nous ouvre essentiellement la relation
don't parle M. douard Glissant. L'ide
de relation est fondamentale. Elle
donne la dynamique la plus prcieuse
qui soit. Avec elle, chaque tat-nation
ouvre relation, et cette association
d'ouvertures rige l'Europe toute entire
en ncud relationnel parmi les autres
nuds relationnels qui vont surgir de
par le monde. C'est par la relation que
nous allons habiter la fois notre lieu et
le monde, chaque lieu ouvrant d'au-
tres lieux, chaque lieu ouvrant au ncud
relationnel du monde... Il n'y a pas une
once de relation dans la mondialisation
capitalist, il n'y a l que mise sous re-
lation, c'est--dire des aboutements et
des jonctions qui vampirisent et qui


ignorent l'humain
La relation ouvre toujours ce que nous
avons de plus human Pour moi l'Eu-
rope ne peut tre que relation C'est
pourquoi elle ne saurail se cantonner a
une logique gographique, une religion
fondatrice. une prtention conqurante.
une arrogance modlisanle, une hysl-
rie capilaliste... Par la relation, elle s'or-
ganisera autour d'une galaxie de
valeurs, d'une thique rayonnante, du
seul souci d'un monde dcenl. d'un
monde ouvert son immense diver-
sit..
Par la relation l'Europe deviendra,
non pas de prtention universelle,
mais de potique toute diverselle.
En voyez-vous de spcifiques pour
les DOM, en particulier aprs les r-
centes luttes ?
Patrick Chamoiseau : Les enjeux sont
les mmes. Construire nos lieux en
construisant le monde. Construire le
monde pour habiter nos lieux. Cette in-
teraction entire les lieux et les lieux,
entire les lieux et le monde, ouvre
cette diversity relationnelle que le capi-
talisme ne saurait ngocier. C'est le
dbut de son invalidation.
Quant cet horrible sigle DOM, il relve
d'une mise sous relation. Tous les DOM
sont coups de leur base, de leur assise
gographique, de leur gnie intime, de
toute responsabilit vraie, et donc de
toute libert fconde. Tous les DOM
sont sous anesthsie. Construire l'Eu-
rope en noud relationnel nous aidera
nous dbarrasser de cette pense ar-
chaque d'une France "une et indivisi-
6/e"qui la coupe du monde et qui dans
le mme temps nous coupe du monde.
Dans une Europe relationnelle, la
France sera relationnelle. Et dans une
France relationnelle il n'y aura ni DOM
ni TOM, mais de vrais partenaires...
Mais des peuples et des pays.
En tant qu'crivain, que peut tre
votre rle dans les dbats concer-
nant ce scrutiny, et dans ceux qui agi-
tent la France et le monde
aujourd'hui ?
Patrick Chamoiseau. Aider sortir du
dogme conomique, invalider ses
chiens et ses strilits, en dclenchant
le potique. cart dterminant !.. Esprit
des origins !...
Entretien ralis par Alain Nicolas







Jeud 4 Jui 200 -Jstc 2 -Pae


IL YA 50 ANS JUSTICE RVLAIT LA VRIT SUR :

P"LA REVOLUTION ANTIESCLAVAGISTE DE 1848"


Armand Nicolas, Historien lucide et visionnaire


Les esclaves martiniquais avaient dj
bris eux-mmes leurs chanes par l'in-
surrection lorsque parvint la Marti-
nique le dcret du 27 avril. Telle tait la
surprenante vrit rvle par le journal
Justice, il y a maintenant plus de 50
ans.
Car depuis la naissance du movement
communist la Martinique, en passant
par la creation du PCM en 1957 et
jusqu' nos jours, notre Parti et son
journal se sont donn pour tche d'oeu-

OUELOUES JALONS
6 juin 1848 : arrive de Franois Au-
guste Perrinon, commissaire gnral du
gouvernement provisoire. II porte la
connaissance de la population les diff-
rents dcrets relatifs l'abolition.
1849 : En contrepartie de la "perte de
leur outil de travail" les propritaires
d'esclaves de la Martinique peroivent
de l'Etat une indemnit de 2. 300 000
francs-or, qui leur permettra de crer
une banque de prt et d'escompte, le
Credit Foncier.
1950 : Inauguration aux Terres Sainville
de la place Abb Grgoire.
1960 : Armand Nicolas rvle la vrit
sur le rle dcisif des esclaves la Mar-
tinique. Le PCM public l'ouvrage "La r-





France en 1960 l'occasion de
l'anniversaire de l'abolition de l'escla-
vage par Schoelcher que notre Parti d-
cida de publier un ouvrage faisant le
point sur la question.
Une premier dition vite puise tant
tait grande la soif de vrit du people
martiniquais.
Aussi fut-elle suivie de trois autres. Rap-
pelons que c'est cette mme anne que
le Parti, par la voix de Georges Mau-
vois, l'poque secrtaire du Comit


Le Tambour, me de notre people


vrer pour le bien tre so-
cial et l'affirmation de
l'identit de notre people.
C'est dans la logique de
leurs dmarches que les
Communistes mirent en
exergue le rle de premier
plan de l'esclave martini-
quais comme artisan de
sa propre liberation. Une
vrit historique sciem-
ment cache pendant des
gnrations, pour mieux
nous dcerveler et nous
assimiler.
Il nous fut mme enseign
que le ngre marron tait
une brute, un sclrat, un
ingrat et non un resistant
assoiff de libert. Notre
camarade Armand Nico-
las, dans la prface de la
1re dition de sa bro-
chure parue en 1962 nous
apprend que c'est sur la
base d'articles parus dans
Justice et d'une conf-
rence tenue Fort-de-


central lanait la Mutualit le mot d'or-
dre d'autonomie pour la Martinique..
Procs, ordonnance de 1960, perquisi-
tions, affaire de I'OJAM, interdictions de
meetings : les autorits ont tout mis en
cuvre pour rduire l'influence des
Communists.
En avril 1967, dans l'avant-propos d'une
nouvelle dition de sa brochure, A. Ni-
colas livrait son analyse des perscu-
tions don't taient victims les
communists. "Lorsque la pousse des
masses populaires grandit et menace
'existence mme du systme, on voit les
porte-parole des oppresseurs faire feu de
tout bois et brandir les arguments lesplus
fallacieux pour tenter d'effrayer les
couches sociales, hsitantes et mme les
opprims. Avant 1848, Ces "idologues" de
'esclavagisme proclamaient que 'aboli-
tion serait la ruine de la colonie, une mi-
sre encore plus grande et le retour la
barbarie pour les esclaves et venturee
profitable pour 'tranger... Arguments
que 'on retrouve aujourd'hui, peine ra-
jeunis, dans la bouche des adversaires de
4Autonomie et des profiteurs du systme
dpartemental'. Des propos d'une br-
lante actualit et qui doivent nous inciter
la vigilance, l'heure o le people
martiniquais, travers le Congrs des
Elus a fait le choix de l'Autonomie en
optant pour une volution statutaire au-
torise par l'article 74 de la Constitution.
A. Constant










QUITO : CORREA ET CHAVEZ MAIN DANS LA MAIN


Rafal Correa et Hugo Chavez


L'quateur et le Venezuela signent
plusieurs accords de cooperation
Rafael Correa et Hugo Chavez ont tenu
samedi 23 mai Quito leur 5e sommet,
depuis l'investiture du president qua-
torien. Le lendemain ils ont t rejoints
par Evo Morales, l'occasion du 187e
anniversaire de la bataille de Pinchicha,
date cl de l'indpendance quato-
rienne. Correa et Chavez ont sign plu-
sieurs accords de cooperation dans les
domaines de l'nergie (les deux pays
sont membres de I'OPEP), des mines,


de l'agriculture bio, du tourism et des
finances.
L'change du brut quatorien contre
des drivs du ptrole obtenus au Ve-
nezuela, dans le prolongement d'un ac-
cord conclu en juin 2007, devrait
augmenter, permettant l'conomie
quatorienne d'pargner environ 250
millions de dollars, en moins de deux
ans. La runion devait lancer le project,
diversement apprci en quateur,
concernant le forage d'un puits de gaz
sur l'le de Puna, dans le golfe de


Guayaquil et don't les travaux sont en
charge de la compagnie vnzulienne
des ptroles, PDVSA.
Les accords bilatraux prvoient gale-
ment la construction d'une raffinerie de
ptrole Manabi, sur le Pacifique. Di-
manche 24 mai le trio Correa-Chavez-
Morales baptis par la press de "trinit
socialiste"a resserr ses rangs, la crise
mondiale les incitant " presser [e pas",
selon la formule de Hugo Chavez. Le
president quatorien qui souhaite "ap-
profondir la revolution citoyenne" a es-
tim que les secteurs cls de
l'conomie, comme le ptrole et les
mines, devaient appartenir l'tat, pro-
cessus que le president vnzulien
.entend poursuivre dans son pays.
L'quateur n'acceptera pas de signer
un trait de libre-change avec l'Union
europenne, alors que les ngociations
(la Bolivie en a t exclue) sont en
course entire I'UE et les pays andins.
Enfin Correa et Chavez ont indiqu vou-
loir crer un organisme de defense
contre les abus de la press, celle-ci
tant actuellement "instrument de l'oi-
garchie" et le "principalennemi du chan-
gement". La proposition sera faite
l'Unasur (Union des nations sud-amri-
caines).
Bernard Duraud


SALVADOR : LE NOUVEAU GOUVERNEMENT HRITE D'UN PAYS

APPAUVRI ET EN CRUISE


Le gouvernement sortant du Salva-
dor n'a laiss pour tout heritage
qu'un pays appauvri et confront
une grave crise conomique, social
et institutionnelle, a dnonc au-
jourd'hui le Front Farabundo Marti
pour la liberation national (FMLN),
selon Prensa Latina.

Le president lu, Mauricio Funes, a un
norme dfi reliever.
L'organisation, qui prend les rnes du
pouvoir aujourd'hui, a ainsi dress le
bilan de vingt annes de pouvoir de
I'ARENA, don't les cinq dernires an-
nes, sous la prsidence d'Elias Anto-
nio Saca.
L'analyse provient du group parlemen-
taire FMLN, conduit par le secrtaire
gnral du Front, Medardo Gonzalez.
Elle s'appuie sur les chiffres officials
concernant la monte de la misre et
l'absence de prise en charge social de
la population, auxquelles s'ajoute une


profonde crise conomique.
Dans ce domaine, l'chec
du modle impos laisse
une conomie affaiblie, in-
capable de rduire les im-
pacts de la crise mondiale,
et en particulier la chute du
pouvoir d'achat des Salva-
doriens.
Un autre des grands pro-
blmes qui s'est aggrav au
course des vingt dernires
annes est la dlinquance :
l'inscurit n'a cess d'aug-
menter, avec une moyenne
actuelle de dix crimes par
jour.
Le Front s'engage mettre
en oeuvre, au course des cinq
annes venir, des poli-
tiques favorable tous les
secteurs de la population,
don't il attend le soutien.
(Granma 31 mai)


Le nouveau president du Salvador, Mauricio Funes (G),
reoit l'charpe prsidentielle du president de l'Assemble Ciro Cruz,
le 1er juin 2009 San salvador








[]ANS I Jei 2


FLASH-HEBDO


Dimanche 24 Mai
CHINE Une fois encore, par la voix de
son premier ministry Wen Jiabao, la
Chine rejette les allegations faisant tat
d'un " 2" avec les Etats-Unis visant
monopoliser la direction des affaires
mondiales dans l'avenir. Cette hypo-
thse qui ne dplairait pas Washing-
ton est tout fait contraire aux principles
du multilatralisme prn par Pkin qui
entend dvelopper l'ouverture et la coo-
pration avec tous les pays sur la base
du "gagnant-gagnant".

Lundi 25 Mai
VENEZUELA Le gouvernement natio-
nalise la premiere banque du Vn-
zula (filiale du group espagnol
Santander) aprs un accord longue-
ment ngoci.

Mardi 26 Mai
COLOMBIE Les FARC que l'on pr-
tendait affaiblies n'en multiplient pas
moins leurs operations contre les forces


rpressives. Dans une srie d'attaques
qui lui ont t imputes conjointement
avec I'ELN la semaine dernire, 5 sol-
dats et 5 policies ont t tus ainsi que
2 guerilleros.

Mercredi 27 Mai
NEPAL Madhav Kumar Nepal, leader
du PC-Union marxiste-lniniste est
charge de former un nouveau gouver-
nement dans un climate d'intenses luttes
idologiques sur la nature de l'Etat. Le
PC maoste mobilise dj ses cadres
pour le cas ou une reprise des combats
serait ncessaire.

Jeudi 28 Mai
RUSSIE Le president Medvedev en-
tend connecter la stratgie russe sur le
dveloppement de l'Extrme-Orient si-
brien avec le plan chinois de moderni-
sation des bases industrielles du
Nord-Est de la Chine.

Vendredi 29 Mai
INDE Vive tension au Pendjab aprs
une srie d'meutes menes par le
movement Dera Sach Khand qui re-
groupe de nombreux intouchables


Sikhs opposs aux Sikhs de haute
caste qui dominant cette minority reli-
gieuse.

Samedi 30 Mai
EQUATEUR Rafael Correa estime
que les secteurs-cls de l'conomie
quatorienne tels le ptrole et les mines
doivent appartenir l'Etat et devront de
ce fait tre nationalists.

Lundi 1er Juin
Un avion passage d'Air France a dis-
paru lundi au-dessus de l'ocan Atlan-
tique avec 228 personnel son bord,
don't 12 membres d'quipage. Le vol
AF447, un Airbus 330-200, qui se diri-
geait vers l'aroport Charles de Gaulle
Paris, a perdu contact avec le centre de
contrle peu aprs son dcollage de
Rio de Janeiro. Cet avion avait envoy
un message automatique faisant tat
d'une pannee de circuit lectrique". "Le
plus vraisem6[a6le est que l'avion a t
foudroy", a dclar le directeur de la
communication d'Air France Franois
Brousse.


1 I L


AVIS DE CONSTITUTION
Le 13 mai 2009, il a t constitu les so-
cits suivantes :
Denomination : QUICK SUN 1 20
Forme: SNC
Capital : 100 euros
Sige social : Immeuble la Chapelle Rue
case Ngre Place d'Armes
97232 LE LAMENTIN
Dure : 99 ans
Objet social : L'acquisition et l'exploitation
directed ou indirecte de tout investisse-
ment productif industrial destin aux sec-
teurs d'activits ligibles.
Associes :
"Lynxis", SA au capital de 2 000 000 d'E
- Sige : 35 rue de la Gare L-7535
Mersch (Luxembourg), RCS du Luxem-
bourg :132669, reprsente par son pr-
sident Jack SWORD
"Lynx Industries Carabes" SARL uniper-
sonnelle au capital de 250 000 E Sige
: Immeuble la Chapelle Rue Case Ngre
Place d'Armes 97232 LE LAMENTIN -
RCS de FdF: 502 088 107, reprsente
par son grant Frank BERNABE
Grance : Lynxis
Rcs: Fort-de-France
Pour avis. FB 1201

CYPRIA & VAUDRAN
Socit Civile de Moyens au capital de
133.000 Euros
Sige social : 85 rue Moreau de Jonnes
97200 FORT DE FRANCE
433 485 505 RCS FORT DE FRANCE
Suivant procs-verbal en date du 6 fvrier
2009, l'Assemble Gnrale Extraordi-
naire a dcid :
- la dissolution anticipe de la socit
computer de ce jour,
- de fixer le sige de la liquidation au
sige social,
- de nommer en quality de liquidateurs,
Monsieur Valry VAUDRAN, demeurant
Lotissement Carabes 97222 CASE PI-
LOTE et Madame Murielle CYPRIA, de-


meurant 7 rue du Taillis Clairire 97200
FORT DE FRANCE.
Mentions seront faites au RCS de FORT
DE FRANCE. FB 1201

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv, il se constitute
la socit :
Denomination social : GB International
business
Forme : Socit responsabilit limite
Capital : 8 000 e en numraire don't le
10 libr
Sige social : 45, rue Schoelcher 97215
RIVIERE SALEE
Objet : Rfrencements, fournitures et
accessoires de ventes, coordination de
tous travaux mobiliers et immobiliers
Dure : 99 annes
Grant : GAZON Gabriel, Quartier
Grande Savane, 97224 Ducos
Le grant FB 1202

PREFECTURE DE LA REGION
MARTINIQUE
SOUS-PREFECTURE DE LA TRINITE
LE SOUS PRFET DE LA TRINIT
COMMUNIQUE
AVIS D'OUVERTURE D'ENQUETE
PREALABLE AU PERMITS
DE CONTRUIRE D'UN PARC EOLIEN
Le public est inform que, conformment
aux dispositions de l'arrt n" 2009- 07
du 11 mai 2009 une procedure d'en-
qute publique sera mise en cuvre en
vue d'obtenir un permis de construire
pour le project d'implantation d'un parc o-
lien sur le territoire de la commune de
Grand Rivire au quarter Beausjour, le
matre d'ouvrage tant la SAS Energy
Carabes.
Cette enqute sera ouverte pendant une
dure de trente neuf (39) jours, du mardi
2 juin 2009 au vendredi 10 juillet 2009 in-
clus.
Le dossier d'enqute pourra tre consult
la mairie de Grand Rivire dans les d-


lais susviss, aux heures d'ouverture des
bureaux.
Durant cette priode, les observations du
public pourront:
*soit tre consignes sur le registry d'en-
qute ouvert, sur place, cet effet,
* soit tre adresses par crit au com-
missaire enquteur, Monsieur Jean-
Pierre SECROUN, qui sigera la mairie
de Grand Rivire de 09 heures 12
heures les jours suivants:
.* mardi 2 juin 2009,
*mercredi 10 juin 2009,
*jeudi 18 juin 2009,
*vendredi 26 juin 2009,
*jeudi 2 juillet 2009,
* vendredi 10 juillet 2009.
Aprs clture de l'enqute, les conclu-
sions motives du commissaire enqu-
teur pourront tre communiques toute
personnel qui en fera la demand auprs
du sous prfet de la Trinit. Celles-ci se-
ront, en outre, dposes la mairie de
Grand Rivire pour la consultation du pu-
blic.
La Trinit, le 11 mai 2009
Le sous prfet,
Sign Christiane AYACHE
Immatriculation au RCS de Fort de
France
Pour avis, la grance FB 1203.

AVIS D'EXTENSION DE L'OBJET
SOCIAL
LA SARL JOELLY SERVICES PLUS
AU CAPITAL DE 7500 C
ENREGISTRE SOUS LE N' 508 692
043, IMMEUBLE MARSAN, KERLYS,
97200 FORT DE FRANCE.
Suite AGO du 19/05/09, il a t dcid
d'tendre l'objet aux activits Maonnerie
gnrale, tanchit couverture avec
effet au 02/06/09.
Le reste demeurant inchang
La grance FB 1204


AVIS D'APPORT DE FONDS
ARTISANAL A UNE SARL
Aux terms d'un acte sous seing priv en
date au Lamentin du 30 dcembre 2008,
enregistr SIE de FORT DE FRANCE
le 20/05/09, bordereau n 2009/552,
Case n" 19.
Madame Marlne BOURGEOIS pouse
RICHARD, demeurant Rivire Caleon
- 97232 LE LAMENTIN a fait apport la
socit MARLENE COIFFURE SARL,
socit responsabilit limite en forma-
tion au capital de 20 000 Euros, ayant son
sige social au 67 rue Schoelcher -
97232 Le Lamentin en course d'immatri-
culation au Registre du commerce et des
socits de Fort de France.
D'un fonds de commerce de salon de
coiffure exploit au 67 rue Schoelcher -
97232 Le Lamentin, pour lequel Madame
Marlne BOURGEOIS pouse RICHARD
le n" Siret 312 350 753 00046
Ledit fonds valu 41 000 Euros nets,
aprs prise en charge par la Socit du
passif commercial de I'apporteur. Une
parties de l'apport equivalent vingt mille
Euros (20 000 E) est affecte au capital
social de la socit.
La socit sera propritaire du fonds
computer de son immatriculation et en
aura la jouissance computer du ler jan-
vier 2009.
Les cranciers de I'apporteur pourront
dans le dlai de dix jours suivant la der-
nire en date des publications lgales
faire la declaration de leurs crances au
greffe du Tribunal de commerce de Fort
de France et pourront dans le mme dlai
faire opposition par acte extrajudiciaire
auprs de Madame Marlne BOUR-
GEOIS, demeurant Rivire Caleon -
97232 Le Lamentin chez qui domicile a
t lu a cet effet.
Pour unique insertion FB 1205

AVIS DE TRANSFORMATION
D'UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE









AN NISI,&LE ed un20 Jusic '2q-Pg f18


EN SARL
MARLENE COIFFURE SARL
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 20 000 C
SIGE SOCIAL:
67 RUE SCHOELCHER
97232 LE LAMENTIN
Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 30/12/2008, il a t constitu une
socit par apport d'une entreprise indi-
viduelle. Cette socit prsente les ca-
ractristiques suivantes :
Denomination social : MARLENE COIF-
FURE SARL
Forme social : Socit Responsabilit
limite
Siges social: 67 rue schoelcher- 97232
le Lamentin
Objet social : Exploitation d'un salon de
coiffure
Dure de la socit : 99 ans computer de
la date de l'immatriculation de la Socit
au Registre du commerce et des soci-
ts.
Capital social : 20 000 Euros en nature
Apport: Madame Marlne BOURGEOIS
pouse RICHARD fait apport la socit
d'un fonds de commerce de salon situ
au 67 rue Schoelcher 97232 Le La-
mentin, d'une valeur de 41 000 Euros.
Grance : Madame Marlne BOUR-
GEOIS pouse RICHARD demeurant Ri-
vire Caleon 97232 Le Lamentin est
nomme premiere grant de la socit
pour une dure indtermine.
Immatriculation de la socit au registre
du commerce et des socits de Fort de
France MARTINIQUE
Pour avis
La grante FB 1206

AVIS DE CESSION DE PARTS
SOCIALES
SCI BWA KAL
676 JACQUES ROUMAIN
CIT DILLON
97200 FORT DE FRANCE
RCS DE FORT DE FRANCE
N' 481 154854
Par P.V. du 04 mai 2009, il a t dlibr
l'assemble gnrale extraordinaire ce
qui suit :
1 Mme ALARIC Alice cde la totalit de
ses parts M. MATIME Philippe.
2- M. MATIME Philippe, nouvel associ
fait un apport de 500 e. M. COPPET
Franois demeure grant de la SCI.
Pour avis et mention
Le Grant FB 1207

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte aux minutes de la
Socit Civile Professionnelle dnomme
"Henri et Serge DUVAL, notaires, asso-
cis d'une socit civil professionnelle ti-
tulaire d'un office notarial", don't le sige
est Fort de France (Martinique), 31 rue
Moreau de Jonnes la date du 11 mai
2009, il a t constitute une socit civil
immobilire ayant les caractristiques sui-
vantes :
Objet : l'acquisition par voie d'achat ou
d'apport, la proprit, la mise en valeur,
la transformation, la construction, l'am-
nagement, l'administration et la location
de tous biens et droits immobiliers, de
tous biens et droits pouvant constituer
l'accessoire, l'annexe ou le complement
des biens et droits immobiliers en ques-
tion.
Et ce, soit au moyen de ses capitaux pro-
pres soit au moyen de capitaux d'em-
prunt, ainsi que de l'octroi, titre
accessoire et exceptionnel, de toutes ga-
ranties des operations conformes au
present objet civil et susceptible d'en fa-
voriser le dveloppement.
Et, gnralement toutes operations ci-
viles pouvant se rattacher directement ou


indirectement cet objet ou susceptible
d'en favoriser le dveloppement, et ne
modifiant pas le caractre civil de la so-
cit.
Denomination : SCI CIG.GAR.
Sige social : SCHOELCHER (97233),
route de l'Universit Rsidence Bella
Vista.
Dure : QUATRE VINGT DIX NEUF (99)
annes computer de son immatriculation
au Registre du Commerce et des Soci-
ts, sauf les cas de prorogation ou de dis-
solution anticipe.
Capital social : DEUX CENT CIN-
QUANTE TROIS MILLE EUROS
(253.000,00 EUROS) uniquement par
des apports en numraire..
Cessions de parts : Toutes les cessions
de parts, quelle que soit la quality du ou
des cessionnaires, sont soumises
l'agrment pralable l'unanimit des as-
socis.
Grance : Monsieur Gilles Jean Etienne
FLECHON demeurant SCHOELCHER
(97233), Rsidence BELLA VISTA, route
de l'Uuniversit,
Et Madame Ingrid Marie FLECHON de-
meurant FORT DE FRANCE (97200),
Residence Les Quatre Vents, route de
l'Unionsont nomms grants de la so-
cit, sans limitation de dure.
Pour avis FB 1208

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte aux minutes de la
Socit Civile Professionnelle dnomme
"Henri et Serge DUVAL, notaires, asso-
cis d'une socit civil professionnelle ti-
tulaire d'un office notarial", don't le sige
est Fort de France (Martinique), 31 rue
Moreau de Jonnes la date du 7 mai
2009, enregistr au SIE de Fort de
France Ple Enregistrement, le 13 mai
2009, bordereau 2009/527, case 3, il a
t constitute une socit civil ayant les
caractristiques suivantes :
Objet : L'acquisition par voie d'achat ou
d'apport, la proprit, la mise en valeur,
la transformation, la construction, l'am-
nagement, l'administration et la location
de tous biens et droits immobiliers, de
tous biens et droits pouvant constituer
l'accessoire, l'annexe ou le complement
des biens et droits immobiliers en ques-
tion.
Et ce, soit au moyen de ses capitaux pro-
pres, soit au moyen de capitaux d'em-
prunt, ainsi que de l'octroi, titre
accessoire et exceptionnel, de toutes ga-
ranties des operations conformes au
present objet civil et susceptibles d'en fa-
voriser le dveloppement.
Et, gnralement, toutes operations ci-
viles pouvant se rattacher directement ou
indirectement cet objet ou susceptible
d'en favoriser le dveloppement et ne
modifiant pas le caractre civil de la so-
cit.
Denomination : SCI PICA PICA.
Sige social : SCHOELCHER (97233),
lieudit Anse Gouraud Rsidence Loui-
siane II.
Dure : quatre vingt dix neuf (99) annes
computer de son immatriculation au Re-
gistre du Commerce et des Socits, sauf
les cas de prorogation ou de dissolution
anticipe.
Capital : SIX CENT QUATORZE MILLE
QUATRE CENTS EUROS (614.400,00
EUR) form uniquement par des apports
en numraire.
Cession de parts : Les parts sont libre-
ment cessibles au profit d'un ou plusieurs
associs ; toutes les autres cessions sont
soumises l'agrment pralable l'una-
nimit des associs.
Grance : Monsieur Hermann SINIAMIN
et Madame Josette Andre GRE-
GOIRE/SINIAMIN, son pouse, demeu-


rant ensemble SCHOELCHER (97233),
lieudit Anse Gouraud, Rsidence Loui-
siane 2, sont nomms grants de la so-
cit pour une dure indtermine.
Immatricuation : La socit sera immatri-
cule au registre du commerce et des so-
cits de Fort de France
Pour avis FB 1209

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
CARIB DTENTE SARL AU CAPITAL
DE 4000 C
SIGE: QUARTER BEAUVILLE
97224 DUCOS
RC : 493708846
N DE GESTION 2007 B32
Aux terms de l'assemble gnrale ex-
traordinaire du 6 mai 2009, les associs
ont dcid de la dissolution de la socit.
M. DELASSE a t nomm en quality de
liquidateur, le sige de liquidation sera
fix l'adresse de la socit.
Le liquidateur FB 1210

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte reu par Me Dominique MO-
DOCK, Notaire au Lamentin, le 07 avril
2009, a t constitu une socit civil'
ayant les caractristiques suivantes :
Objet : l'acquisition, l'administration et la
location de biens immobiliers.
Denomination : SCI ILART
Sige social : 104 Zac des Coteaux,
97228 SAINTE LUCE
Dure : 99 ans
Capital social: 1500 euros, apport exclu-
sivement en numraire.
Cession des parts : soumise l'agrment
des associs dans les cas prvus aux
status.
Grant : M. Frantz PETRICIEN, demeu-
rant Kerlys, 4 avenue Maurice Bishop,
97200 Fort de France.
La socit sera immatricule au R.C.S de
FORT DE FRANCE.
Pour avis, le Notaire FB 1211

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPE
ET DISPARITION DE LA SOCIT.
Par assemble gnrale du 16/06/08 l'as-
soci unique a dcid la dissolution et la
disparition complete de l'entreprise ayant
pour denomination social SUBLIM'S.
Grant et liquidateur M. MARCELLIN
Tonny. FB 1212

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur : Conseil Rgional de Marti-
nique
Service des Marchs et de la command
publique, Rue Gaston Defferre Cluny
97200 Fort-de-France Martinique T-
lphone : 0596-59-63-00
Tlcopieur : 0596-72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marchs Publics"
Contact : le reprsentant du pouvoir ad-
judicateur :
Le President du Conseil Rgional de Mar-
tinique
L'avis implique la passation d'un march
Procedure de passation : March pro-
cdure adapte [art. 28 du Code des Mar-
chs Publics (CMP)]
Intitul attribu au march : Travaux de
rehabilitation au lyce Joseph ZOBEL de
Rivire-Sale.
Numro de rfrence attribu au march
par le pouvoir adjudicateur : JZ-06-OP3-
TRAV
Caractristiques principles (description
succincte du march) : II s'agit plus prci-
sment de :
1") La dpose, demolition et vacuation
de la totalit des ouvrages (murs maon-
nes et ouvrages en bton) non conser-
vs


- Creation de nouveaux tableaux de me-
nuiseries dans les cloisons existantes,
- Rebouchage de toutes les anciennes r-
servations et trmies,
- Restructurations de bton
- Fourniture et mise en uvre de revte-
ment de sol en carreaux grs crame
scell, faence murale et plinthes dans
vestiaires/sanitaires au btiment I,
- Nettoyage et verification de toutes les
menuiseries conserves jalousiess marti-
niquaises, fentres alu, portes bois et m-
talliques, etc...), replacement de
jalousies scurises alu
- Remplacement des blocs-portes,
- Fourniture et pose d'un grillage anti-in-
trusion au btiment I
2) La rparation des btons dgrads
des faades, coursives et patios,
- Le lessivage, ou le dcapage des an-
ciennes peintures,
- La mise en ouvre de revtements d'im-
permabilit de type 14 Ilsur les fa-
ades et pignons exposs des 10
btiments, du hall d'accs principal et des
cages d'escalier et passerelles de liaison,
- La mise en uvre de peintures dcora-
tives extrieures anti salissures dans les
zones non exposes,
- L'application de lasures et de peintures
sur les structures bois des 10 btiments,
du hall d'accs principal et des passe-
relles de liaison,
- L'application de traitement antirouille et
de laque sur les ouvrages mtalliques,
y/c les ventuelles dposes et reposes,
- L'application de peinture sur les murs
bton et les cloisons lgres en placopl-
tre situs l'intrieur des zones ram-
nager l'intrieur du btiment I, H et B,
- La reprise ponctuelle d'un flocage de
plancher coupe-feu 1heure dans la salle
D106, y/c les sujtions de calfeutrement
et reprises tanches,
4) L'alimentation lectrique de la VMC
des sanitaires filles du niveau 2, l'ajout
d'un disjoncteur de protection dans le ta-
bleau d'tage pour l'alimentation cre au
btiment E,
- L'alimentation lectrique de la ventila-
tion mcanique cre pour le local de
stockage de la sciure bois, de l'amna-
gement d'un ensemble vestiaire/sanitaire
pour l'atelier bois, des nouveaux climati-
seurs des sales de course, l'ajout de dis-
joncteurs de protection dans le tableau
d'tage pour les nouveaux circuits crs
pour ces modifications au btiment I,
- Creation d'un clairage extrieur, four-
niture et pose d'un tableau de protection
pour la voie de circulation priphrique de
l'tablissement
- La creation d'une ventilation et extrac-
tion d'air pour les sanitaires filles du ni-
veau 2 au btiment E
- La creation d'une ventilation mcanique
pour le local de stockage de la sciure bois
& la furniture et pose de deux climati-
seurs dans les sales de course au bti-
ment I
Prestations divises en lots : Oui : Possi-
bilit de prsenter une offre pour un ou
plusieurs lots
INFORMATIONS SUR LES LOTS
- LOT no 1 INTITUL : Cloisons /Revte-
ment /Menuiseries
1) DESCRIPTION SUCCINCTE :
Dpose / demolition ouvrages non
conservs furniture et pose menuise-
ries bois et Alu gros ouvre restructu-
ration btons revtements sols et murs
- furniture et pose cloisons faux pla-
fond.
2) QUANTITY OU TENDUE : menuise-
ries : 31 cloisons : 107 m2 revte-
ments sols et murs : 142 m2
3) INFORMATIONS COMPLMEN-
TAIRES:
Dure en mois : 4 mois ( computer de l'or-









1 A NNIIE LAESJui4 n00--JsieW.-Pae1


dre de service de dmarrage des tra-
vaux).
* LOT no 2 INTITUL : Impermabilit
des faades Peinture rparation
bton Flocage protection incendie
1) DESCRIPTION SUCCINCTE :
Travaux prparatoires rparation b-
tons dgrads Impermabilit des fa-
ades /peinture extrieure et intrieure
(btiments A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, Hall
et rampes d'accs d'honneur passe-
relles).
2) QUANTIT OU TENDUE : rparation
btons dgrads : 4 693 m2 dcapage
chimique + dcontamination anti crypto-
gamique des faades: 4 693 m2 imper-
mabilit faades : 14 259 m2 peinture
: 10 749 m2.
3) INFORMATIONS COMPLMEN-
TAIRES:
Dure en mois : 12 mois ( computer de
l'ordre de service de dmarrage des tra-
vaux).
SLOT no 3 INTITUL : Plomberie sani-
taires
1) DESCRIPTION SUCCINCTE :
Travaux prparatoires -dposes-
dmolition branchement AEP & distri-
bution eau froide sanitaire production et
distribution d'eau froide sanitaire pro-
duction et distribution d'eau chaude sani-
taire et d'eau mitige- appareils et
accessoires sanitaires vacuation eaux
uses et vannes-
2) QUANTITY OU TENDUE :
distribution EFS : 138 ml distribution
d'eau chaude sanitaire : 55ml sanitaires
: 44 vacuation eaux uses et vannes :
76.
3) INFORMATIONS COMPLMEN-
TAIRES:
Dure en mois : 2 mois ( computer de l'or-
dre de service de dmarrage des tra-
vaux).
* LOT no 4 INTITUL : Electricit
1) DESCRIPTION SUCCINCTE :
Electricity pour amnagement vestiaire
sanitaire btiment I alimentation venti-
lation vestiaire fille btiment E niveau 2 -
clairage extrieur- climatisation/ventila-
tion NMC sanitaires.
2) QUANTITY OU TENDUE : cblage
3G1,5 mm2 sous tube IRO :40ml point
lumineux simple allumage : 19- interrup-
teurs :16 -hublots : 17 climatisation
salle de course :2 ventilation salle CO-
PEAUX VMC sanitaires
3) INFORMATIONS COMPLMEN-
TAIRES:
Dure en mois : 6 mois ( computer de l'or-
dre de service de dmarrage des tra-
vaux).
Dlai d'excution des marchs en mois
La dure global des travaux (pour l'en-
semble des 4 lots) est de 12 mois
computer de (la notification des marchs +
priode de 30 jours pour la preparation
des travaux).
Des variantes seront prises en consid-
ration : Oui
Lieu principal d'excution des travaux :
Rivire-Sale 97215 commune de Ri-
vire-Sale.
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus : Les docu-
ments (dossier de consultation des
Entreprises DCE) seront remis gratuite-
ment par le Service des marchs et de la
command publique du Conseil Rgional
de MARTINIQUE.
Tlphone : 0596 59.63.00, Tlcopieur
: 0596-72.68.10
Lors du retrait du DCE le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut-tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus-indi-
que.Modalits essentielles de
financement et de paiement du march :


* Financement : Budget du Conseil R-
gional de Martinique
* Paiement :
- virement administratif
- Dlai global de paiement : 40 jours
-Rglement effectu sous forme
d'acomptes mensuels et d'un solde.
- Avance de 5 % prvue
- Type de prix : prix global et forfaitaire
- Variation des prix : rvisables
Cautionnement et garanties exiges :
Avance:
Si le titulaire l'accepte dans l'acte d'enga-
gement, une advance lui sera verse dans
les conditions prvues aux articles 87
90 du code des marchs publics. Son
versement est conditionn par la consti-
tution d'une garantie premiere demand
ou, si le pouvoir adjudicateur ne s'y op-
pose pas, par une caution personnelle et
solidaire.
Retenue de garantie :
Une retenue de garantie de 5% est pr-
vue conformment aux articles 101 103
du code des marchs publics. Elle peut
tre remplace par une garantie pre-
mire demand ou, si le pouvoir adjudi-
cateur ne s'y oppose pas, par une caution
personnelle et solidaire.
Langue pouvant tre utilise dans l'offre:
Franais
Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements complmentaires d'ordre ad-
ministratif peuvent tre obtenus : Conseil
Regional de Martinique (Monsieur le Pr-
sident du Conseil Rgional l'attention
du service des Marchs et de la Com-
mande Publique) Rue Gaston Defferre -
Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
- Tlphone : 0596-59-63-00 Tlco-
pieur : 0596-72-68-10 ou en ligne
l'adresse Internet sus indique.
Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements complmentaires d'ordre tech-
nique peuvent tre obtenus : Conseil
Regional de Martinique (Monsieur le Pr-
sident du Conseil Rgional l'attention
du Service Technique) Rue Gaston Def-
ferre Cluny 97200 Fort-de-France Mar-
tinique Tlphone : 0596-59-63-00 -
Tlcopieur : 0596-72-68-10 ou en ligne
l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation : Critres
de selection des candidatures
Les capacits professionnelles, tech-
niques et financires du candidate
* Situation propre des oprateurs cono-
miques, y comprise exigences relatives
l'inscription au registre du commerce ou
de la profession : Renseignements et for-
malits ncessaires pour valuer si ces
exigences sont remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
modle DC5 version octobre 2008) pour
chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation tre titulaires du mar-
ch).
- lettre de candidature et le cas chant
d'habilitation du mandataire par ses co-
traitants (conforme au modle DC 4 dans
sa version d'avril 2007)
SCapacits professionnelles
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- Presentation d'une liste des travaux
excuts au course de la dernire anne,
appuye d'attestations de bonne excu-
tion pour les travaux les plus important.
Ces attestations indiquent le montant,
l'poque et le lieu d'excution des travaux
et prcisent s'ils ont t effectus selon
les rgles de l'art et mens rgulirement
bonne fin ; (si cette presentation n'est
pas dj demande dans le cadre du DC
5).
- Certificates de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la preuve
de la capacity du candidate notamment les


certificates d'identit professionnelles ou
des rfrences de travaux attestant la
competence du candidate raliser la
prestation pour laquelle il soummisionne
(si ces documents ne sont pas dj de-
mands dans le cadre du DC5).
Indication des titres d'tudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des cadres de
l'entreprise, et notamment des responsa-
bles de prestation de services ou de
conduite des travaux de mme nature
que celle du march
Capacits conomique et financire
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
Declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les travaux objet du march, raliss
au course du dernier exercise disponible
(si cette declaration n'est pas dj de-
mande dans le cadre du DC 5)
declaration approprie de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
Capacits techniques
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
Declaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et l'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la dernire anne (si cette d-
claration n'est pas dj demande dans
le cadre du DC 5)
Declaration indiquant l'outillage, le ma-
triel et l'quipement technique don't le
candidate dispose pour la ralisation de
marchs de mme nature (si cette dcla-
ration n'est pas dj demande dans le
cadre du DC 5).
"Critres d'attribution des marchs :
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
d'attribution noncs ci-dessous :
La valeur technique de l'offre (apprcie
partir du mmoire technique requis au
3-1-2-b du rglement de consultation) af-
fecte d'un coefficient 6 se dclinant
selon les sous critres suivants :
Organisation matrielle du chantier:
50% (du coefficient 6)
Quality des procds techniques et de
la mthode de travail : 30% (du coefficient
6)
Modalits de reduction des nuisances
bruitt, poussires, circulation): 20% du
coefficient 6)
Le prix des prestations affect d'un coef-
ficient 4
Dlai minimum pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre:
180 jours
Date limited de reception des offres :
Le lundi 22 juin 2009 12 h 00 (heure de
Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes :
Reception des offres, par pli recommand
ou contre rcpiss au Conseil Rgional
de Martinique, Service des marchs et de
la command publique, rue Gaston Def-
ferre Cluny 97200 Fort-de-France -
MARTINIQUE ou en ligne l'adresse
Internet sus indique.
Dlai laiss au soumissionnaire attribu-
taire pour produire les attestations so-
Sciales et fiscales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction des recourse :
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Tlphone : 0596-71-66-67
Tlcopieur : 0596 63.10.08
Organe charge des procedures de m-
diation :


Comit consultatif interdpartemental de
rglement amiable des litiges relatifs aux
marchs publics de PARIS (C.C.I.R.A de
Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
Tlphone : 01.44.42.63.43
Tlcopieur : 01.44.42.63.37
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse :
Le greffe du Tribunal administratif
Immeuble Roy-Camille -Croix de Belle-
vue BP 683
97262 Fort-de-France Cdex
Tlphone: 0596-71-66-67 Tlcopieur
: 0596 63.10.08
Transmission par voie dmatrialise :
Autorise
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
- le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique
des dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les can-
didats sont invits bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra tre utilise afin de les in-
former des ventuelles modifications ap-
portes au DCE.
Les candidates qui ont transmis leur dos-
sier d'offre par voie lectronique peuvent,
en parallle, faire parvenir la Rgion
Martinique une "copie de sauvegarde" de
ce dossier ; ceci sur support physique
lectronique (CD, DVD) ou sur support
paper. L'envoi se fera dans les conditions
prcises dans le rglement de la consul-
tation.
Date d'envoi du present avis aux organes
de publication (journaux d'annonces l-
gales locaux)
Le mercredi 27 mai 2009 FB 1213

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Identification de l'organisme qui passe le
march : Conseil Rgional de la Marti-
nique
Service de la formation professionnelle,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
De-France Martinique, tl : 05 96 59-64-
60 /tlcopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr- rubrique "Marchs publics"
Reprsentant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Rgional de la
Martinique
Procedure de passation : Procdure
adapte en vertu de l'article 30 du Code
des Marchs Publics (CMP)
Objet du march :
Ralisation d'actions de formation au titre
du Programme regional de formation pro-
fessionnelle des jeunes 2009, destina-
tion des jeunes de 16 moins de 26 ans
sans qualification (lots 16 30).
Rfrence d'indentification du march :
FP-JEU-0902
Caractristiques principles : Objectif g-
nral de la prestation :
La prsente consultation porte sur le
choix de prestataires organismss de for-
mation) devant raliser les actions de for-
mation non qualifiantes mobilisationn,
mise niveau) dans le cadre du Pro-









ANNUNGIES OGAILES Jr, -


gramme regional de formation profes-
sionnelle des jeunes (PRFPJ) 2009 -
2me parties conformment aux cahiers
des charges.
Allotissement: La prestation sera divise
en 15 lots qui seront attribus spar-
ment savoir:
- Lot 16 : Mobilisation autour des mtiers
de la personnel (Rivire-Sale)
- Lot 17 : Mobilisation autour des mtiers
de la personnel (Marin/Rivire-Pilote)
- Lot 18 : MAN Spcifique boucherie (La-
mentin/Fort-de-France)
- Lot 19 : MAN Spcifique cuisine (Sainte-
Marie/Trinit)
- Lot 20 : MAN Spcifique cuisine (Fort-
de-France)
- Lot 21 : MAN Spcifique mtiers de la
restauration et de l'htellerie (Fort-de-
France)
- Lot 22 : Formation aux mtiers du sport
(Lamentin/Fort-de-France)
- Lot 23 : MAN Mtiers de la maison
(Ducos)
- Lot 24 : Mobilisation social support m-
tiers de la mer (Trinit)
- Lot 25 : Mobilisation social support
maintenance et stunning moto (Sainte-
Marie)
- Lot 26 : Mobilisation social support
langues trangres de la Carabe (Fort-
de-France)
- Lot 27 : Mobilisation social (Lamentin)
- Lot 28 : Mobilisation social (Lorrain)
- Lot 29 : Mobilisation social (Fort-de-
France)
- Lot 30 : Mobilisation social (Rivire-
Sale)
Possibility de prsenter une offre pour un
ou plusieurs lots.
Dure d'excution du march : La dure
d'excution du march sera propose
pour chaque lot par les candidates. Ils de-
vront cet effet renseigner l'article 4 de
l'acte d'engagement.
Lieu d'excution : Sur tout le territoire de
la Martinique
Modalits essentielles de financement et
de pavement du march : Financement :
Fonds propres de la Rgion (30 %) + Pro-
gramme oprationnel 2007-2013 (PO)
(70%)
- Paiement:
. Virement administratif
. Dlai global de pavement : 40 jours
. Prix rvisable
. Une advance de 5 % est prvue
Variantes : Non autorises
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus :
Le dossier de consultation des entre-
prises sera remis gratuitement par le ser-
vice de la Formation professionnelle
Rue Gaston Deferre Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 64 60
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation :" Critres de
selection des candidatures :
- Les capacits professionnelles, tech-
niques et financires du candidate
" -Situation propre des oprateurs cono-
miques, (y comprise exigences relatives
l'inscription au registre du commerce ou
de la profession): Renseignements et for-
malits ncessaires pour valuer si ces
exigences sont remplies :
-la declaration du candidate (conforme au
modle DC 5 version octobre 2008)
pour chacune des entreprises concur-
rentes ayant vocation tre
Titulaires du march (disponible sur in-
temet l'adresse suivante :
www.minefi.gouv.fr, thme: marchs pu-
blics).


- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au modle DC 4 dans sa version d'avril
2007) disponible galement sur internet
l'adresse suivante :
http://www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics)
- Capacits professionnelles
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences
sont remplies :
- presentation d'une liste des principaux
services effectus au course de la
dernire anne, indiquant le montant, la
date et le destinataire public ou
priv. Les prestations de services sont
prouves par des attestations du
destinataire ou, dfaut, par une dcla-
ration du candidate
-Certificats de qualifications profession-
nelles ou tout moyen apportant la
preuve de la capacity du candidate.
- indication des titres d'tudes et profes-
sionnels du candidate et/ou des
cadres de l'entreprise, et notamment des
responsables de prestations de
services de mme nature que celle du
march.
* Capacits conomique et financire :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences
sont remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires
concernant les services objet du march,
raliss au course du dernier
exercise disponible
-Dclaration approprie de bangues ou
preuve d'une assurance pour les
risques professionnels.
- Capacits techniques :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences
sont remplies :
-une description de l'quipement tech-
nique, des measures employes par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'tude et de
recherche de son entreprise ;
-Dclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et
l'importance du personnel d'encadrement
au course de la dernire anne.
" Critres de jugement des offres : L'offre
conomiquement la plus avantageuse
sera apprcie en function des critres
noncs ci-dessous :
* La valeur technique de l'offre affecte
d'un coefficient 5 et apprcie partir du
dossier technique dtaill requis au 5-1
du rglement de consultation
* Le prix de la prestation affect d'un coef-
ficient 3
* Le dlai global d'excution de la presta-
tion propose l'article 4 de l'acte d'en-
gagement affect d'un coefficient 2
Ngociation des conditions du march
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas chant tre ngocies avec
les candidates aprs examen de leur offre
Dlai de validit des offres : 240 jours
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
tre obtenus : Conseil regional de la Mar-
tinique (Service de la formation profes-
sionnelle) ou en ligne l'adresse sus
indique
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent tre
obtenus : Conseil regional de la Marti-
nique (Service de la formation profes-
sionnelle) ou en ligne l'adresse sus
indique
Date limited de reception des offres : Le 24
juin 2009 12 H 00 (heure de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes : Rception des offres contre
rcpiss au Conseil Rgional de la Mar-
tinique Service de la Formation profes-


sionnelle rue Gaston Deferre -Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique
Dlai laiss au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort-de-
France
Immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
-B.P 683 97264 Fort-de-France Cedex
Tl : 0596-71-66-67 Fax : 0596
63.10.08
Organe charge des procedures de m-
diation : Comit consultatif interdparte-
mental de rglement amiable des litiges
relatifs aux marchs publics de PARIS
(C.C.I.R.A de Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
Tlphone : 01.44.42.63.43
Tlcopie : 01.44.42.63.37
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse : Le greffe du
Tribunal administratif
Croix de Bellevue
97200 Fort-de-France
Tl: 0596-71-66-67
Fax: 0596 63.10.08
Transmission des dossiers d'offre par
voie dmatrialise : Autorise
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public .la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
- le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique
des dossiers d'offres
Pour le tlchargement du DCE les can-
didats sont invits bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra tre utilise afin de les in-
former des ventuelles modifications ap-
portes au DCE.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : Le 26 mai 2009 FB 1214

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
C.T.P.M
SISE: 576 AVENUE JACQUES
ROUMAIN CIT DILLON
97200 FORT-DE-FRANCE
RCS DE F-DE-F N 438 242 141
N DE GESTION : 2001 B 567
L'assemble extraordinaire runie le 12
mai 2009, a dcid de la dissolution anti-
cipe de CTPM socit nouvelle comp-
ter du 25 mai 2009.
Monsieur TERRIAT Grald 576 Avenue
Jacques Roumain Cit Dillon 97200
Fort de France a t nomm comme li-
quidateur.
Le sige de la liquidation est fix
l'adresse du liquidateur. c'est cette
adresse que les correspondances de-
vront tre adresses et que les actes et
documents devront tre notifis
Les actes et les pieces relatifs la liqui-
dation seront dposs au registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France
Pour avis le liquidateur. FB 1215

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 29 avril 2009 Fort de France, il
a t constitu la socit suivante :
Sigle : ENTREPRISE MARTINIQUAISE


DE LOCATION
Forme social : Socit responsabilit
limite
Sige social : Chemin de BAREME, 8 km,
route de BALATA 97234 Fort de France
Objet: la gestion et la location d'espaces
de stockage
Dure : 99 ans
Capital social : 20 0006
Grance : Monsieur Jrme de LA-
GUARRIGUE de SURVILLIERS
demeurant 98, lot. de Biglette 97122 Baie
Mahault
Immatriculation au RCS de Fort de
France
Pour avis, la grance FB 1216

AVIS D'EXTENSION
DE L'OBJET SOCIAL
II a t institu le 30 juin 2008 une socit
prsentant les caractristiques suivantes:
Forme : EURL
Denomination : AMO 97
Sige social : 6 all des Mahoganys -
Cap Est 97240 le Franois
Extension de l'objet social : la socit a
pour objet, en France et dans les dpar-
tements d'outre-mer
- l'tude et la construction d'immeubles
commerciaux et d'habitation, vendus
achevs ou en VEFA,
- l'activit de promotion et commerciali-
sation immobilires, l'activit de mar-
chands de biens et celle de lotisseur, la
participation toutes affaires pouvant se
rattacher au mme objet ou susceptibles
de finance le dveloppement des affaires
sociales,
- l'expertise immobilire.
Dure : 99 annes conipter de son im-
matriculation au registre du commerce et
des socits.
Capital : 1 500.00 Euros.
Grance : Mlle Isabelle WIJNHOFF,
6 alle des Mahoganys Cap Est -
97240 LE FRANCOIS
Immatriculation au registre du commerce
et des socits de Fort de France.
Le grant FB 1217

AVIS DE DISSOLUTION
SARL JENNY CHALONO & CIE
33 RUE VICTOR SVRE
97200 FORT DE FRANCE
TMC 313 944 142
Jean Claude CHALONO grant associ
unique a dcid de la dissolution antici-
pe de la SARL Jenny CHALONO en
date du 31 dcembre 2007 et de sa liqui-
dation amiable sous le rgime conven-
tionnel, conformment aux dispositions
statutaires.
Monsieur Jean Claude CHALONO est
nomm liquidateur.
L'adresse de la liquidation est : Rsi-
dence le Parc de Cluny Immeuble Ca-
roline Appt. 08 97200 Fort de France.
Le dpt des actes et pieces relatifs la
liquidation sera effectu au Greffe du Tri-
bunal de Commerce de Fort de France
en annexe du Registre du Commerce et
des Socits. FB 1218

AVIS DE LIQUIDATION
L'assemble gnrale de l'associ
unique de la EURL KAY ADRIEN, runie
le 02 mai 2009 09h00 a approuv les
comptes dfinitifs de liquidation, donn
quitus de sa gestion et dcharg de son
mandate Monsieur Marc Andr JUBERT li-
quidateur, et constat la clture de la li-
quidation. Les comptes du liquidateur ont
t dposs au greffe du tribunal de com-
merce de Fort de France.
Le liquidateur. FB 1219

AVIS DE CONSTITUTION
Socit G & G Conseil et Recouvrement
Socit Responsabilit Limite capital









1I IAN E LilS 'd Jun20 Jsic 29-


variable
82 rue Victor Svre Fort de France
Aux terms d'un acte SSP en date du 26
mai 2009. Il a t constitu une SARL d-
nomme G & G CONSEIL et RECOU-
VREMENT capital variable maximum
10 000 Euros, minimum 1 000 Euros don't
cinq cents Euros d'apport en nature re-
prsentant du matriel de bureau.
Le sige social est fix 82 rue Victor s-
vre Fort de France (Mque). Son objet
social, est le conseil aux entreprises et
particuliers et le recouvrement des
crances de ses clients par toutes les
voies de droit sur l'ensemble du territoire
national et sa dure est de quatre vingt
dix neuf ans computer de son immatricu-
lation au Registre du Commerce et des
Socits.
Messieurs Fred Germain et Olivier Ger-
main demeurant au Franois quarter Du-
quesne ont t dsigns en quality de
grants pour une dure illimite.
La socit sera immatricule au RCS de
Fort de France.
Pour avis et mention
La grance FB 1220

CHANGEMENT DE GRANT
SOCIETY COMMERCIAL
DE PATISSERIE ET BOULANGERIE
S.C.P.B
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 5 000 C
SIGE SOCIAL :
207 ROUTE DE REDOUTE
97200 FORT DE FRANCE
RCS FORT DE FRANCE
TMC 503 784 324
L'assemble gnrale des associs ru-
nie le 30 janvier 2009 a dsign Made-
moiselle Karen COURSY en quality de
grante de la socit pour une dure in-
dtermine en replacement de Mon-
sieur Louis LANCRY dmissionnaire
Pour avis
La grance FB 1221

AVIS DE RADIATION
SARL JENNY CHALONO & CIE
33 RUE VICTOR SVRE
97200 FORT DE FRANCE
TMC 313 944 142
Suite la dissolution de la SARL Jenny
CHALONO au 31 dcembre 2007 le li-
quidateur Jean Claude CHALONO asso-
ci unique dcide de la radiation de la
SARL Jenny CHALONO en date du 31
dcembre 2007.
Pour avis FB 1222

AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Conseil Rgional de Martinique, M. le
president du Conseil regional de Marti-
nique, Service Routier Rgional Rue
Gaston Defferre, Cluny 97200 Fort-de-
France Tl. : 0596 59 63 00 Tlco-
pieur : 05 96 72 68 10
Adresse(s) internet : Adresse gnrale du
pouvoir adjudicateur: http://www.cr-mar-
tinique.fr
Type de Pouvoir Adjudicateur et activity
(s) Principale(s) : Collectivit territorial
Services gnraux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Non
Publications antrieures
L'avis d'appel public la concurrence a -
t-il fait l'objet d'une publication ? : Oui
Si Oui rfrences de publication
Parution n" 2008/S 203-269839 Annonce
n" 2008/S 203-269839 Date 18/10/2008
Parution n" BOAMP A 202 Annonce 230
Date 17/10/2008
Parution n" BOAMP B 202 Annonce 416
Date 17/10/2008


A-t'il fait l'objet d'uni e publication rectifica-
tive ? Oui
Parution n" 2008/S 218-289812 Annonce
n 2008/S 218-289812 Date 08/11/2008
Parution n" BOAMP A 219 Annonce 158
Date 12/11/2008
Parution n" BOAMP B 219 Annonce 237
Date 12/11/2008
Intitul attribu au march par le pouvoir
adjudicateur : Entretien des spaces
verts sur le rseau routier national
Description succincte du march ou de
l'acquisition/des acquisitions Ces presta-
tions comprennent essentiellement l'en-
tretien des spaces verts suivants :
- Espaces engazonns : tonte, destruc-
tion des plants adventices, taille des bor-
dures, nettoyage le long intrieur des
glissires de scurit, apport de fertili-
sant, ramassage et vacuation immediate
des dtritus, preparation du sol, rense-
mencement et rparation des parties d-
grades.
- Massifs d'arbustes : dsherbage ma-
nuel, traitements anti-parasitaires, taille
de formation avec vacuation des
coupes, apport de fertilisant, remplace-
ment l'identique des arbustes morts ou
dtruits pendant l'excution des travaux
du fait de l'entrepreneur
- Les isols (arbres, palmiers, sujets d-
coratifs) : taille de formation avec va-
cuation des coupes, traitements
anti-parasitaires, entretien des protec-
tions et tuteurs, apport de fertilisant, rem-
placement l'identique des arbustes
morts ou dtruits pendant l'excution des
travaux du fait de l'entrepreneur.
- Les talus non traits en spaces : d-
broussaillage et lagage, ramassage et
vacuation des dtritus.
Lot n" 1 : "Subdivision Territoriale Centre"
Lot n" 2: "Subdivision Territoriale Sud"
Lot n" 3 : "Subdivision Territoriale Atlan-
tique"
Les prestations seront excutes dans le
cadre de marchs bons de command
tablis sur la base des montants annuels
suivants :
Lot n" 1
- Minimum de : 150.000 TTC
- Maximum de : 600.000 E TTC
Lot n" 2
- Minimum de: 125.000 E TTC
- Maximum de : 500.000 TTC
Lot n" 3
- Minimum de : 75.000 E TTC
- Maximum de : 300.000 E TTC
Classification CPV Pour chacun des lots:
77310000-6 "Ralisation et entretien
d'espaces verts"
Rfrence d'identification du march qui
figure dans l'avis d'appel public la
concurrence :
"espaceverts-09-13"
Type de march : Services
Catgorie de services : 27
Lieu d'excution ou de livraison : Ensem-
ble du rseau routier national de la Marti-
nique
Code NUTS FR 920 MARTINIQUE
March couvert par l'accord sur les mar-
chs publics (AMP) : Oui
Type de procedure Ouverte
Critres d'attribution du march : Offre
conomiquement la plus avantageuse
apprcie, quel que soit le lot, en function
des critres d'attribution noncs ci-des-
sous :
-la valeur technique des prestations :
coefficient 5,5 se dclinant selon les
sous-critres suivants :
- Quality du SOPAQ : 30 % du coefficient
5,5.
- Pertinence du mmoire : 50 % du coef-
ficient 5,5.
- Soin apport l'tablissement des
sous-dtails de prix : 20 % du coefficient
5,5.


-le prix des prestations': coefficient 4,5
Une enchre lectronique a t utilise :
Non
Valeur total finale du ou des march(s)
TTC:
502 932;22 E Taux de TVA: 8,50 %
Intitul et numro de march ou des lots
attribus :
Entretien des spaces verts sur.le rseau
routier national
Lot n" 1 "Subdivision Territoriale Centre"
March n" 09 SMT 001
Lot n" 2 "Subdivision Territoriale Sud"
March n 09 SMT 002
Lot n" 3 "Subdivision Territoriale Atlan-
tique"
March n 09 SMT 003
Date d'attribution des Marchs :04 fvrier
2009
Nom du titulaire /Organisme : LES BOU-
GAINVILLEES (Lots n" 1 et 3)
Adresse: Centre Commercial La Gallria
Code Postal : 97232 Ville : Lamentin
Tlphone : 05 96 42 52 46
Tlcopieur : 05 96 50 25 97
Courriel : contact@lesbougainvillees.fr
Nombre d'offres reues : lot n" 1 : 05; lot
n 3 : 06
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
- Lot nl : 258 772,50 Taux de TVA :
8,50 %
- Lot n"3 : 55 608,42 E Taux de TVA :
8,50 %
En cas de montant annuel ou mensuel :
nombre d'annes : 04 (pour chacun des
lots)
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? Non (pour chacun des lots)
Nom du titulaire / Organisme : CLEAN
GARDEN (Lot n 2)
Adresse : Cit Dillon Rsidence Le Ga-
lion,- Bt. A n" 41
Code Postal : 97200 Ville : Fort-de-
France
Tlphone : 05 96 42 70 70
Tlcopieur : 05 96 50 30 50
Nombre d'offres reues : lot n" 2 :06
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
- Lot n2 : 188 551,30 E Taux de TVA :
8,50 %
En cas de montant annuel ou mensuel :
nombre d'annes : 04 (pour chacun des
lots)
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? Non (pour chacun des lots)
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme financs par les fonds euro-
pens : Non
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction de recourse:
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Tl : 0596-71-66-67 Fax : 0596
63.10.08
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse :
Le greffe du Tribunal Administratif de
Fort-de-France Immeuble Roy-Camille -
Croix de Bellevue BP 683 97262 Fort-
de-France Cedex Tl : 0596-71-66-67
Fax : 0596 63.10.08
Date d'envoi du present avis la publica-
tion :
Le jeudi 28 mai 2009 FB 1223

AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Conseil Rgional de Martinique, M. le
president du Conseil regional de Marti-
nique, Service Routier Rgional Rue
Gaston Defferre, Cluny 97200 Fort-de-
France Tl. : 0596 59 63 00 Tlco-
pieur : 05 96 72 68 10


Adresse(s) internet : Adresse gnrale du
pouvoir adjudicateur: http://www.cr-mar-
tinique.fr
Type de Pouvoir Adjudicateur et activity
(s) Principale(s) : Collectivit territorial
Services gnraux des administrations
publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs :
Non
Publications antrieures
L'avis d'appel public la concurrence a -
t-il fait l'objet d'une publication ? : Oui
Si Oui rfrences de publication
Parution n" 2008/S 203-269851 Annonce
n 2008/S 203-269851 Date 18/10/2008
Parution n" BOAMP A 202 Annonce 231
Date 17/10/2008
Parution n" BOAMP B 202 Annonce 417
Date 17/10/2008
A-t'il fait l'objet d'une publication rectifica-
tive ? Oui
Parution n" 2008/S 218-289815 Annonce
n" 2008/S 218-289815 Date 08/11/2008
Parution n" BOAMP A 219 Annonce 159
Date 12/11/2008
Parution n" BOAMP B 219 Annonce 238
Date 12/11/2008
Intitul attribu au march par le pouvoir
adjudicateur :
Travaux d'lagage, de dessouchage et
d'radication des arbres et vgtaux sur
et hors le domaine public routier national
et surplombant ce dernier.
Description succincte du march ou de
l'acquisition/des acquisitions Ces presta-
tions comprennent essentiellement :
- la signalisation rglementaire de chan-
tier
- l'abattage d'arbres, I'lagage et le des-
souchage d'arbres et bambous, l'lagage
de haies et bambous plants sur le do-
maine public routier national ou le sur-
plombant
- l'vacuation complete au centre de re-
cyclage de tous les products d'lagage et
d'abattage y comprise leur traitement et
leur valorisation.
- le nettoyage des dpendances du do-
maine public routier national y comprise
l'enlvement d'arbres et tous products v-
gtaux dj au sol suite intempries.
Lot n" 1 : "Subdivision Territoriale Rou-
tire Centre"
Lot n" 2 : "Subdivision Territoriale Rou-
tire Sud"
Lot n" 3 : "Subdivision Territoriale Rou-
tire Atlantique"
Lot n" 4 : "Subdivision Territoriale Rou-
tire Nord"
Pour chacun des lots, les prestations se-
ront excutes dans le cadre d'un mar-
ch bons de command tabli sur la
base des montants annuels suivants :
- Minimum de : 50.000 E TTC
- Maximum de : 300.000 E TTC
Classification CPV Pour chacun des lots:
77211500-7 "Services d'lagage",
77211400-6 "Services d'abattage d'ar-
bres".
Rfrence d'identification du march qui
figure dans l'avis d'appel public la
concurrence :
"Elagage-09-13"
Type de march : Services
Catgorie de services : 27
Lieu d'excution ou de livraison : Ensem-
ble du rseau routier national de la Marti-
nique
Code NUTS FR 920 MARTINIQUE
March couvert par l'accord sur les mar-
chs publics (AMP) : Oui
Type de procedure Ouverte
Critres d'attribution du march : Offre
conomiquement la plus avantageuse
apprcie, quel que soit le lot, en function
des critres d'attribution noncs ci-des-
sous avec leur pondration :
-la valeur technique des prestations :









:NUGSLGLSJed un20 Jutc nIY -tPae '


coefficient 5,5 se dclinant selon les
sous-critres suivants :
-Qualit du SOPAQ : 30 % du coefficient
5,5.
* Pertinence du mmoire : 50 % du coef-
ficient 5,5 (une part important sera
consacre au traitement et la valorisa-
tion des dchets).
* Soin apport l'tablissement des
sous-dtails de prix : 20 % du coefficient
5,5
-le prix des prestations : coefficient 4,5
Une enchre lectronique a t utilise :
Non
Valeur total finale du ou des march(s)
TTC:
200 000,21 E Taux de TVA : 8,50 %
Intitul et numro de march ou des lots
attribus :
Travaux d'lagage, de dessouchage et
d'radication des arbres et vgtaux sur
et hors le DPRN et surplombant ce der-
nier
Lot n* 1 "Subdivision territorial routire
Centre"
March n" 09 SMT 004
Lot n 2 "Subdivision territorial routire
Sud"
March n 09 SMT 005
Lot n" 3 "Subdivision territorial routire
Atlantique"
March n 09 SMT 006
Lot n* 4 "Subdivision territorial routire
Nord"
March n" 09 SMT 007
Date d'attribution des Marchs : 04 fvrier
2009
Nom du titulaire / Organisme : TREM-
PLIN'S SARL (Lots n" 1, 2, 3 et 4)
Adresse : B.P. 6128
Code Postal : 97255
Ville : Fort-de-France
Tlphone :05 96 60 55 30
Tlcopieur : 05 96 63 89 62
Courriel : tremplin.ao@wanadoo.fr
Nombre d'offres reues : lot n 1 : 06 ; lot
n 2: 06 ; lot n" 3 : 06 ;lot n 4: 07
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
- Lot nl : 50 000,02 E Taux de TVA :
8,50 %
- Lot n2 : 50 000,06 E Taux de TVA :
8,50 %
- Lot n3 : 50 000,07 e Taux de TVA :
8,50 %
- Lot n4 : 50 000,06 E Taux de TVA :
8,50 %
En cas de montant annuel ou mensuel :
nombre d'annes : 04 (pour chacun des
lots)
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? Non (pour chacun des lots)
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme financs par les fonds euro-
pens : Non
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction de recourse:
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Tl : 0596-71-66-67 Fax : 0596
63.10.08
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse :
Le greffe du Tribunal Administratif de
Fort-de-France Immeuble Roy-Camille -
Croix de Bellevue BP 683 97262 Fort-
de-France Cedex Tl : 0596-71-66-67
Fax : 0596 63.10.08
Date d'envoi du present avis la publica-
tion :
Le jeudi 28 mai 2009 FB 1224

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPE
ET DISPARITION DE LA SOCIT.
Par assemble gnrale du 15/05/09 l'as-


soci unique a dcid la dissolution et la
disparition complete de l'entreprise ayant
pour denomination social MPS MACE-
DOINE PROTECTION sise C/O DCN-
TER SERVICES. 142 Ave Raoul
Follereau ZFU de Dillon 97200 Fortde
France.
Grant et liquidateur M. BRIEU Achille
FB 1225

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte S/S priv, il a t constitu une
socit responsabilit limite (SARL).
Denomination social : MARTINIQUE
REHABILITATION OPERATEUR SO-
CIAL
Sigle M.R.O
Capital : 8000 E
Sige social :Immeuble Posdon 15 rue
Georges Eucharis. Lot. Dillon stade -
97200 Fort de France
Objet : mission de la matrise d'ouvrage
auprs des bnficiaires des aides AAH
et LES et gnralement toutes oprations
se rattachant directement ou indirecte-
ment l'objet social.
Dure : 99 ans computer de son imma-
triculation au RC de Fort de France.
Grant : Monsieur Eddy OULY, demeu-
rant l'habitation Terrier 97215 Rivire
Sale.
pour une dure illimite.
La socit sera immatricule au registre
du commerce et des socits de Fort de.
France. FB 1226

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Identification de l'organisme qui passe le
march : Conseil Rgional de Martinique
Service des Marchs et de la command
publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France Martinique, tl : 05 96 59-63-
00 / tlcopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marchs publics"
Reprsentant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Rgional de Mar-
tinique
Procedure de passation : Procdure
adapte en vertu des articles 28 et 30 du
Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march : Ralisation de diverse
prestations (prestations de restauration,
agence vnementielle et location de ba-
teau) dans le cadre de la crmonie de
remises des trophes du Tour des Yoles
Rondes de Martinique 2009
Rfrence d'indentification du march :
SCRPP-TYOLE-09-015
Caractristiques principles : Dans Le
cadre de la crmonie de remises des
trophes du Tour des Yoles de la Marti-
nique 2009, le Conseil Rgional re-
cherche des prestataires pour assurer les
missions de restauration, de coordination
agence vnementielle et de location de
bateau (suivi course).
Manifestation du 25me Tour des Yoles
Rondes de Martinique se droulera du 26
juillet au 2 aout 2009.
Reception des coursiers le 5 aout 2009
l'Htel de Rgion
Variante Autorise
Allotissement Cette prestation est divise
en 4 lots, savoir:
- lot B1 : Prestation restauration Colla-
tion journalire
Description succincte :
Formule comprenant : 1 sandwich + 1
boisson pour 160 personnel Servis par
le prestataire sur bateau(x) pendant les
tapes du tour Priode du 26 juillet au 2
about 2009
- lot B2: Restauration cocktail de crmo-
nie
Description succincte :
Formule cocktail mises en bouche


chaudes et froides varis thme buffet
crole incluant 2 propositions de plats
chauds pour le 5 aot 2009, partir de 19
hOO
- lot B3 Prestation coordination, agence
vnementielle, spectacle, dfraiement
artistes
Description succincte :
Organisation d'une prestation animation
musical de podium par le prestataire en-
trepreneur de spectacle (agrment + n
de licence produire). Concert assur
par group d'artistes prsentant rper-
toire cariben et martiniquais Mise
disposition d'un animateur pour la scne.
Cachet artistes, incluant charges, d-
fraiement syndical, fiche de salaire pro-
duire, frais de coordination gnrale et
suivi artistique.
- lot B4 : Location bateau (suivi course
yole)
Description succincte :
Location d'un ou deux bateau(x) pour
transporter 160 personnel du point de
dpart des tapes de la course au point
de la ligne d'arrive du jour. Location
d'une yole annexe destine suivre la
course capacity 6/7 personnel)
NB : Les candidates ont la possibility de
prsenter une offre pour un ou plusieurs
lots.
Lieu d'excution de la prestation Htel du
Conseil Rgional et territoire de la Marti-
nique
Dure d'excution du march : Le candi-
dat devra faire une proposition pour la
dure de chacun des lots qu'il souhaite se
voir attribuer
Modalits essentielles de financement et
de paiement du march : Financement :
Fonds propres de la Rgion
- Paiement :
. Virement administratif
. Dlai global de pavement : 40 jours
. Variation des prix : prix fermes
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus : Le dossier
de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service des
marchs et de la command publique
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation: Critres de
selection des candidatures
Les candidatures seront slectionnes au
regard des trois critres suivants :
- les capacits professionnelles, tech-
niques et financires
* Situation propre du candidate:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
modle DC5 version octobre 2008) pour
chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation tre titulaires du march
(disponible sur internet l'adresse sui-
vante : www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics).
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au modle DC 4 dans sa version d'avril
2007) disponible galement sur internet
l'adresse suivante
http://www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics)
* Capacits professionnelles:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectues au course de la der-
nire anne, indiquant le montant, la date


et le destinataire public ou priv. Les
prestations sont prouves par des attes-
tations du destinataire ou, dfaut, par
une declaration du candidate
* Capacits conomiques et financires :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
ralises au course du dernier exercise
disponible
* Capacits techniques:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- une description de l'quipement tech-
nique, des measures employees par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'tude et de recherche de
son entreprise ;
-Dclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et l'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la dernire anne.
"Critres de jugement des offres :
L'offre conomiquement la plus avanta-
geuse sera apprcie en function des cri-
tres noncs ci-dessous :
- valeur technique de l'offre affecte d'un
coefficient 5
- prix de la prestation affect d'un coeffi-
cient 3
Ngociation des conditions du march
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas chant tre ngocies avec
les candidates aprs examen de leur offre
Dlai de validit des offres : 180 jours
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
tre obtenus : Conseil regional de Marti-
nique (service des marchs et de la com-
mande publiques) ou en ligne l'adresse
sus indique
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent tre
obtenus : Conseil regional de Martinique
(Service de la communication, des rela-
tions publiques et du protocole) ou en
ligne l'adresse sus indique
Date limited de reception des offres : 10
juin 2009 12 H 00 (heure de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes : Rception des offres par pli
recommand ou contre rcpiss au
Conseil regional de la Martinique Ser-
vice des Marchs et de la Commande
Publique rue Gaston Defferre -Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique ou en
ligne l'adresse Internet sus indique
Dlai laiss au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction des recourse :
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Tlphone : 0596-71-66-67
Tlcopieur : 0596 63.10.08
Organe charge des procedures de m-
diation : Comit consultatif interdparte-
mental de rglement amiable des litiges
relatifs aux marchs publics de PARIS
(C.C.I.R.A de Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
Tlphone : 01.44.42.63.43
Tlcopieur: 01.44.42.63.37
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse : Le greffe du
Tribunal administratif
Immeuble Roy-Camille -Croix de Belle-
vue BP 683
97262 Fort-de-France Cdex












Tlphone: 0596-71-66-67 Tlcopieur
: 0596 63.10.08
Transmission des dossiers d'offre par
voie dmatrialise : Non autorise
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
- le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique
des dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les can-
didats sont invits bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra tre utilise afin de les in-
former des ventuelles modifications ap-
portes au DCE.
Les candidates qui ont transmis leur dos-
sier d'offre par voie lectronique peuvent,
en parallle, faire parvenir la Rgion
Martinique une "copie de sauvegarde" de
ce dossier ; ceci sur support physique
lectronique (CD, DVD) ou sur support
paper. L'envoi se fera dans les conditions
prcises dans le rglement de la consul-
tation.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : 29 MAI 2009 FB 1227

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
Identification de l'organisme qui passe le
march : Conseil Rgional de Martinique
Service des Marchs et de la command
publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France Martinique, tl : 05 96 59-63-
00 / tlcopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marchs publics"
Reprsentant du pouvoir adjudicateur :
Le President du Conseil Rgional de Mar-
tinique
Procedure de passation : Procdure
adapte en vertu des articles 28 et 29 du
Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march: Ralisation de diverse
prestations (Signaltique Transport bus
ralisation de trophes Dcoration,
mise en space location de plants -
location chapiteaux location d'un po-
dium sonorisation mise en lumire tra-
vaux lectriques) dans le cadre de la
crmonie de remises des trophes du
Tour des Yoles Rondes de Martinique
2009
Rfrence d'indentification du march :
SCRPP-TYOLE-09-014
Caractristiques principles : Dans Le
cadre de la crmonie de remises des
trophes du Tour des Yoles de la Marti-
nique 2009, le Conseil Rgional re-
cherche des prestataires pour assurer les
missions de signaltique, de transport en
bus, de ralisation de trophes, de dco-
ration mise en space, de location
plants, de location chapiteaux podium,
de sonorisation mise en lumire et de
travaux lectriques.
Manifestation du 25me Tour des Yoles
Rondes de Martinique se droulera du 26
juillet au 2 about 2009.
Reception des coursiers le 5 about 2009
l'Htel de Rgion
Variante Autorise
Allotissement Cette prestation est divise
en 9 lots, savoir :
Lot Al : Signaltique
Description succincte


Il s'agit d'assurer des prestations de si-
gnaltique savoir :
-Impression d'un drapeau (Dimension : 2
m de long x 1 m de large resistant au
vent)
- Impression de banderoles (Matriau
bche anti U.V Impression quadri R-
sistant l'eau de mer Dimension : 0,90
x 6m)
- Lot A2 : Transport transfert bus)
Description succincte :
Transfert de l'htel de Rgion de passa-
gers destination points de dpart tour et
retour Htel de Rgion pour 160 per-
sonnes nombre de bus : 3 Vhicules
climatises confortables):
- lot A3 : Ralisation de trophes
Description succincte :
Conception, stylisation et ralisation de
trophes originaux (matriau au choix du
concepteur (verre ou bois) -Dimension 30
cm et 40 cm quantit 25.
- lot A4 : Prestation Dcoration, mise en
space
Description succincte :
Conception et mise en place, montage,
dmontage de diffrents spaces D-
coration et mise en place d'un podium
pour artistes Habillage et fond de scne
- fleurissement de zone plantss et fleurs)
- Stylisation lment dcor -Zone met-
tre en valeur avec diffrents matriaux
aux normes de scurit et ignifugs A la
charge du prestataire : furniture plan, or-
ganisation spatiale conforme aux rgles
de scurit estimation cot des travaux.
- lot A5 Location de plants, fournitures
feuillages coups, compositions et box
bambous
Description succinct :
Formule livraison et enlvement de
plants (crotons multipliant) Fourni-
ture et livraison de composition et vg-
taux coups
- lot A6 location de chapiteaux
Description succincte :
Fourniture montage, dmontage des
structures (modulable de 400 m2 pour r-
ception invits) 1 abri hexagonal 65
m2 (bar) 12 chapiteaux (5*5)
- lot A7: location d'un podium de 120 m2
Description succincte :
Fourniture d'lments scniques pour la
production d'un spectacle d'artistes per-
mettant l'utilisation d'un plateau de type
podium surface 120 m2 (12 m de large
7 m de profondeur)
- lot A8 : Sonorisation et mise en lumire
Description succincte :
Forfait 1 jour pour manifestation spci-
fique -
Sonorisation podium (rgie systme de
diffusion faade matriel adapt pour
concert en live d'un group de musicien)
-Sonorisation rgie central Animation
musical (fond sonore) Mise en lumire
- Eclairement scnique-
- lot A9 : Travaux lectriques pour site
manifestation
Fourniture de cble spots et ensembles
de prises de courant pour les structures
don't 12 chapiteaux de 25 m2 1 chapi-
teau de 65 m2 et 1 chapiteau de 400 m2
- Eclairage de 2 lments WC publics -
Mise disposition le 5 about 2009 de deux
groups lectrogne de 60 KVA.
NB : Les candidates ont la possibility de
prsenter une offre pour un ou plusieurs
lots.
Lieu d'excution de la prestation Htel du
Conseil Rgional et territoire de la Marti-
nique
Dure d'excution du march : Le candi-
dat devra faire une proposition pour la
dure de chacun des lots qu'il souhaite se
voir attribuer
Modalits essentielles de financement et
de paiement du march : Financement:
Fonds propres de la Rgion
- Paiement :


. Virement administratif
. Dlai global de paiement : 40 jours
.Variation des prix : prix fermes
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus : Le dossier
de consultation des entreprises sera
remis gratuitement par le service des
marchs et de la command publique
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation :" Critres de
selection des candidatures
Les candidatures seront slectionnes au
regard des trois critres suivants :
- les capacits professionnelles, tech-
niques et financires
* Situation propre du candidate :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- la declaration du candidate (conforme au
modle DC5 version octobre 2008) pour
chacune des entreprises concurrentes
ayant vocation tre titulaires du march
(disponible sur internet l'adresse sui-
vante : www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics).
- lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants (conforme
au modle DC 4 dans sa version d'avril
2007) disponible galement sur internet
l'adresse suivante
http://www.minefi.gouv.fr, thme : mar-
chs publics)
* Capacits professionnelles:
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- presentation d'une liste des principles
prestations effectues au course de la der-
nire anne, indiquant le montant, la date
et le destinataire public ou priv. Les
prestations sont prouves par des attes-
tations du destinataire ou, dfaut, par
une declaration du candidate
* Capacits conomiques et financires :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- declaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les prestations objet du march,
ralises au course du dernier exercise
disponible
* Capacits techniques :
Renseignements et formalits nces-
saires pour valuer si ces exigences sont
remplies :
- une description de l'quipement tech-
nique, des measures employes par le
candidate pour s'assurer de la quality et
des moyens d'tude et de recherche de
son entreprise ;
-Dclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidate et l'impor-
tance du personnel d'encadrement au
course de la dernire anne.
SCritres de jugement des offres :
L'offre conomiquement la plus avanta-
geuse sera apprcie en function des cri-
tres noncs ci-dessous :
- valeur technique de l'offre affecte d'un
coefficient 5
- prix de la prestation affect d'un coeffi-
cient 3
Ngociation des conditions du march
passer : Les conditions du march pour-
ront le cas chant tre ngocies avec
les candidates aprs examen de leur offre
Dlai de validit des offres : 180 jours
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
tre obtenus : Conseil regional de Marti-
nique (service des marchs et de la com-


made publiques) ou en ligne l'adresse
sus indique
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre technique peuvent tre
obtenus : Conseil regional de Martinique
(Service de la communication, des rela-
tions publiques et du protocole) ou en
ligne l'adresse sus indique
Date limited de reception des offres : 10
juin 2009 12 H 00 (heure de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes : Rception des offres par pli
recommand ou contre rcpiss au
Conseil regional de la Martinique Ser-
vice des Marchs et de la Commande
Publique rue Gaston Defferre -Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique ou en
ligne l'adresse Internet sus indique
Dlai laiss au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales : 8 jours calendaires
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction des recourse :
Tribunal Administratif de Fort-de-France
- Immeuble Roy-Camille Croix de Belle-
vue -B.P 683 97262 Fort-de-France
Cedex Tlphone : 0596-71-66-67
Tlcopieur: 0596 63.10.08
Organe charge des procedures de m-
diation : Comit consultatif interdparte-
mental de rglement amiable des litiges
relatifs aux marchs publics de PARIS
(C.C.I.R.A de Paris)
29 rue Barbet-de-Jouy 75700 Paris -
CEDEX 7
Tlphone : 01.44.42.63.43
Tlcopieur: 01.44.42.63.37
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse : Le greffe du
Tribunal administratif
Immeuble Roy-Camille -Croix de Belle-
vue BP 683
97262 Fort-de-France Cdex
Tlphone: 0596-71-66-67 Tlcopieur:
0596 63.10.08
Transmission des dossiers d'offre par
voie dmatrialise : Non autorise
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante:
http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
- la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
- le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique
des dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les can-
didats sont invits bien renseigner le
champ "e-mail" en ce sens que cette
adresse pourra tre utilise afin de les in-
former des ventuelles modifications ap-
portes au DCE.
Les candidates qui ont transmis leur dos-
sier d'offre par voie lectronique peuvent,
en parallle, faire parvenir la Rgion
Martinique une "copie de sauvegarde" de
ce dossier ; ceci sur support physique
lectronique (CD, DVD) ou sur support
paper. L'envoi se fera dans les conditions
prcises dans le rglement de la consul-
tation.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : 29 mai 2009 FB 1228


1 A N N N G I E I L m i L i E J e u i 4 u i n 1 0 9 J u s t c e j i .2 $ P a g l y






Jeudi 4 Juin 2009 Justice n 2 Page 24


(Fte de la posie an XXII des riots d la Martinique

HOMAGE GEORGES DE VASSOIGNE


Dans le cadre de la Fte de la posie
AN XXII du 15 au 19 juin 2009, l'Asso-
ciation Potique les Griots de la Marti-
nique et la Ville de SCHOELCHER
invitent le public une srie de mani-
festations gratuites. Cette fte est d-
die Georges de Vassoigne.
Parmi les temps forts :
Exposition de livres en crole proposs
par l'Association KRY MATJ
KRYOL MATINIK (KM2).
Causerie-dbat anime par George
Lise-Huygues des Etages.


Thme: "KJfy fang zantray-noi, Iang
an psik p7g".
Vendredi 19 juin 2009, de 18 H 30 20
H 00, la Bibliothque municipal, ce
sera la soire tout public :"Dire la po-
sie et la fable". L'expression sera libre
pour tous les potes qui souhaitent lire
des pomes de leur propre creation ou
des pomes pour lesquels ils ont une
prfrence toute particulire.
Contact : Tl/Fax : 05 96 53 32 39
R.Z


"EPURES AMRINDIENNES"

DU PLASTICIEN LUC MARLIN
Au MUSE DPARTEMENTAL DARCHEOLOGIE

ET DE PREHISTOIRE JUSQU'AU 20 JUIN 2009

L'artiste rend hommage la "priciosit,lmennttdienne", la puret des former, des
graphismes et des couleurs.
"Epures amrindiennes"est pour Luc Marlin. source de liberation, d'apaisement "dans
un soIi dI ie rpondre aitL traces et d' ssliller, 1a i mn'esure, Irimmntise Jette que nous al'ons
l'garf.... "des peuples premiers.
Cette exposition souligne galement l'influence de l'art amrindien sur la peinture
Martiniquaise.
Exposition visible au muse partir du mercredi 20 mai 2009 aux heures d'ouverture


EXPOSITION


Diamant A la galerie de la ville, du
12 juin au 9 juillet, le public pourra
voir l'expostion intitule "(Passage"
de l'artiste Danielle Miram Marthe
Rose dit Dami.


UILTURIE




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs