Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00104
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: July 17, 2008
Copyright Date: 2008
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00104
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text

tIIEBDOMADAIRE DINFORMATON OMMU"\'8'


'f~r~itiC
e&ITgR COMMUt-i. .
Pr47/4O1- 12 g~aUO ~e:,O


Fac
;_ T^si ^


'g


kT~~


dsu ulo

ato uip
~imlbd a


- Lf


Sarkozy dmantle dfinitivement
---


Kassavy
pour finir l
en beautl


ir
P c~








I n -


~o,.gs

Edit . . . . . . 3
- Sursaut face Yves Jego

Luttes Sociales ...- .. .p. 4
- Remise en cause des 35 H

Economic .......... .. S
- Crise financiere

Soci. ............. p. S
- Fernand Clrence honor

PolitiOque . . . . .p. /Y
- LOPOM : Refus Martiniquais
- LOPOM : Une rponse unitaire

flans le Monde ........P. 10(
- G8 : Un sommet dcevant
- Chavez/Uribe : vers la reconciliation

Gultupe ............. .p. 11
- La Biguine fait son festival

Annonces lgales .p. 11/15

Spot ... ......... .. 1<
- Willy Roseau offre la victoire aux
Martiniquais


"JUSTICE"
Administration & Rdaction :
Tl. : 5 96 7186 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr
htto://wwwiournal-iustice-martinique.com



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France -Tl. :05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : Guennal GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tl.:0596 73 14 54


qFranois: VERBALISATION DES VHU


Les vhicules hors d'usage (VHU)
abandonns constituent un flau et une
nuisance l'environnement et la sant
sur notre territoire. Plusieurs cam-
pagnes de sensibilisation et d'action
d'enlvement par les collectivits ont at-
tnu le phnomne, mais il reste en-
core beaucoup faire. Aprs une
premiere phase de pdagogique et
d'enlvement de plus 800 paves de
vhicules hors d'usage entire fvrier et
fin juin 2008, la Ville du Franois passe
la phase de verbalisation. Depuis le 11
juillet l'enlvement de toute nouvelle


pave est la charge du propritaire du
vhicule. Celui-ci doit contacter une d-
panneuse, un garagiste ou une entre-
prise spcialise. Cette action citoyenne
est estime en moyenne 120 Il
s'agit pour la municipalit de faire appel
la responsabilit de chacun pour pr-
server le cadre de vie et protger l'envi-
ronnement. En cas de non enlvement
du V.H.U, le contrevenant s'expose
une amende de 750 . Cette entreprise
mene par la municipalit franciscaine
devrait faire des mules pour le bien de
notre pays.


Bac 2008: ENCORE DES EFFORTS FAIRE


Les taux de russite au Bac gnral et
technologique 2008 sont dsormais
connus : 74.04 %, soit 3 949 bacheliers.
Pour rappel, le taux tait de 75.81 en
2007, soit une baisse de 1.77% en
2008. Sur les 4 118 candidates, 1941 ont
t admis ds le premier tour et 1 066
ont russi la second session dans
les deux categories. La rectrice, Marie
Reynier relve que "la 9Martinique pro-
gresse mais de manire trop lente". Les ly-
cens martiniquais butent encore trop
sur l'crit lors du Bac. Pour le baccalau-
rat gnral, le taux de russite de la
session 2008 reste bon malgr une di-
minution de 1.82 point par rapport la
session 2007, indique le rectorat. La
srie Littraire est en progression, mais
on note un recul important des series
Scientifiques (S) et Economie et Sociale
(ES). Pour le baccalaurat technolo-
gique, le taux de russite est en baisse
par rapport la session prcdente,
toutefois, la premiere promotion du bac
htellerie ralise un bon score. Le Bac-


calaurat gnral enregistre 76 Men-
tions Trs Bien (78 en 2007), don't 7 en
srie L, 7 en srie ES, 62 en srie S. Ce
sont 194 Mentions "Bien"toutes series
confondues qui ont t obtenues. La
palme revient au Lyce de Bellevue:
21, suivi du Lyce Schoelcher : 15.
Quant au Baccalaurat technologique,
on constate : 1 Mention Trs Bien, 17
Mention Bien. Les Meilleures moyennes
acadmiques ont t pour le Baccalau-
rat gnral : 19.15 /LGT Schoelcher /
Srie S option SVT/Maths et pour le
Baccalaurat technologique : 16.13 /
Lyce Joseph Gaillard (Fort-de-
France) / Srie STI Gnie mcanique.
A noter, s'agissant des autres examens,
que les rsultats du brevet sont en
chute libre : 67.72% de russite cette
anne contre 72.22% en 2007. Les
CAP, BEP et mentions complmentaires
affichent des rsultats en hausse com-
parativement 2007, soit 61.53 en 2008
contre 59.43 en 2007.


T (DI(O i(ustr: MINI DICO CREOLE ILLUSTRE

AUTOUR DE LA MER


Un livre de contribution la defense et
illustration de la langue
crole, inspir par le vcu
de leurs enfances respec-
tives en bord de mer, c'est
ce que proposent les au-
teurs, Jude Duranty l
(Schoelcher Martinique) --
et Max Rippon (Marie-Ga-
lante Guadeloupe). Il
s'agit de permettre aux
petits et grands de dcou-
vrir ou redcouvrir '
quelques mots du voca-
bulaire crole autour de la plage, la mer,
la pche et les sports nautiques de nos


=.j
i.- .
I.-


les. Grce aux illustrations figurant
sous chaque mot, parents
et enfants auront le loisir
de trouver aisment la si-
Sgnification du mot crole
sans se rfrer au glos-
saire de la fin du livre qui
leur donne la signification
du mot en franais. Tout un
chacun pourra galement,
sa guise, acqurir ou
perfectionner des rudi-
,' .-"- ments de crole l'aide de
ce mini-guide de pronon-
ciation du crole.







SALUTAIRE SURSAUT MARTINIOUAIS FAE YVES JGO
5ALUTAIRE SUR5AUT MARTINIQUAIS FACE YVES JEGO


Yves Jego, secrtaire d'Etat
l'Outremer en est sa qua-
trime visit chez nous. Il est
venu imposer aux lus et so-
cioprofessionnels martiniquais
son project de "foi programme
pour [outremer", ou plus prci-
sment "Loi programme pour le
dveloppement et la promotion de
[exceflence Outremer".
Malgr sa denomination pom-
peuse et prometteuse d'un
avenir brilliant pour notre pays,
ledit project a t rejet unani-
mement par le Conseil Rgio-
nal, le Conseil Gnral et le
Medef Martinique.
Droite et gauche runies, poli-
tiques et organizations patro-
nales la main dans la main, la
Martinique a dit' "non"aux pro-
positions du reprsentant du
gouvernement franais. C'est
un signe fort et un signal
d'alarme que Nicolas Sarkozy
aurait tort de ne pas entendre
ou de sous-estimer.
Existence d'un Secrtariat
d'Etat l'Outremer et la nces-
sit de lois spcifique l'outre-
mer sont la reconnaissance
explicit que les territoires dits
d'Outremer continent d'tre
les victims du systme colo-
nial qui leur a t impos par
la France. Une France qui s'est
enrichie durant des sicles en
les exploitant et qui a donc une
dette immense envers eux.
Le fait que l'Etat franais soit
en faillite, comme I'a reconnu,
il n'y a pas trs longtemps le
premier Ministre en personnel,
ne l'exonre pas de ses res-
ponsabilits historiques envers
ses "anciennes colonies, don't il
doit assurer le dveloppement


conomique social et cultu-
rel tout en respectant leur
droit l'autodtermination,
la gestion autonome de
leur propres affaires. Il est
certes illusoire de croire
que tous les acteurs de ce
front commun"face la loi
Jego soient des patriots"
martiniquais dcids en
finir avec le systme colo-
nial.
Ne soyons ni nafs, ni trop
exigeants La classes poli-
tique n'a pas les mmes
motivations que le patronat,
ce qui ne les empche pas
de dfendre ensemble des
intrts communs un mo-
ment donn.
En l'occurrence, il s'agit essen-
tiellement des reculs gouver-
nementaux par rapport la
"Loi Girardin"de 2003, une loi
vote donc par un gouverne-
ment de droite et qui reposait
sur quatre axes : creation
d'emplois, reliance de l'investis-
sement, continuity territorinae",
capacits financires des Col-
lectivits territoriales. Le project
de loi Jego, qui repose sur trois
axes :Zones Franches Glo-
bales, continuity territorial" et
reliance de la politique du loge-
ment a des points communs
avec la "foi irardin"en particu-
lier la dfiscalisation, mais il
n'empche que les measures
qui y sont prconises sont ju-
ges insuffisantes ou en retrait
par rapport celles de la "foi
Girardin ".
Il y a peut-tre plus grave, d'un
point de vue politique : la non
prise en compete des Orienta-
tions Stratgiques dfinies


i" A












M. Belrose

partir du SMDE labor par le
Conseil Rgional et de l'Agenda
21 du Conseil Gnral.
Au Conseil regional, Miguel
Laventure dplore que la "foi
irardin"n'ait fait l'objet d'au-
cune valuation. En ralit, ce
sont toutes les lois de dfisca-
lisation votes pour l'Outremer
qui auraient d tre values,
pour en apprcier les effects po-
sitifs et ngatifs sur l'conomie
et sur l'environnement. Pour
nous communists, la dfisca-
lisation ne saurait tre qu'une
measure d'accompagnement
du dveloppement cono-
mique dans un plan conu en
accord avec les dcideurs
martiniquais ou plutt par
eux, en concertation avec les
autorits gouvernementales -
et orient vers la satisfaction
des besoins martiniquais.
Plus que jamais se pose pour
notre pays la question de la
Responsabilit politique, de
l'Autonomie orientation antili-
brale.


\II I











nmise en cause des 35 heures: UNE RGRESSION SOCIALE

SANS PRECEDENT.


De nouvelles entailles au Code du travail sont en preparation


Quand ce gouvernement cessera-t-il de
tromper les travailleurs ? Jusqu'o ira-t-
il dans sa politique de remise en cause
des acquis sociaux ? Comment un pr-
sident de la Rpublique peut-il se mon-
trer aussi brutal et aussi cynique dans
ses rapports avec le monde du travail ?
C'est la question que se posent tous
ceux qui sont concerns par la nouvelle
politique social mise en oeuvre par la
majority de droite depuis l'arrive au
pouvoir de Nicolas Sarkozy.
Il y a moins de trois mois (le 19 avril), il
affirmait vouloir respecter le dialogue
social. Or le voil qui vient de faire voter
au pas de charge par sa majority un
project de loi qui, contre toute attente,
viole l'accord dj sign entire les syndi-
cats majoritaires (CGT et CFDT) et les
organizations patronales (Medef et
CGPME) sur les rgles de la reprsen-
tativit professionnelle et de l'amnage-
ment du temps de travail.
Pendant ce temps, par des dclarations
contradictoires, les responsables de
l'UMP dploient un cran de fume
pour masquer leurs vritables inten-
tions.
On se souvient que, relayant les aspira-
tions du patronat, Patrick Devedjan avait
annonc la disparition prochaine des 35
heures et qu'il avait t dmenti par le
ministry du travail Xavier Bertrand. Et
quelques jours plus tard, Nicolas Sar-
kozy lui-mme confirmait que la se-
maine des 35 heures resterait la norme
lgale.


Etrange conception de la dmocratie
social que celle de cette droite pour qui
un accord qui "ne rpondpas clairement
aux objectifs du gouvernement... n'est
pas un bon accord". LEtat s'arrogeant le
droit de le casser.
Aujourd'hui, la droite, persuade d'avoir
remport la bataille idologique contre
la gauche et les syndicate, se croit tout
permis. Le premier Ministre Franois
Fillon affirme qu'une revolutionn tran-
quille a commenc" et que "la France ac-
cepte la rforme". De son ct, le
president de la Rpublique va jusqu'
chercher humilier les travailleurs et
leurs organizations syndicales en dcla-
rant devant les reprsentants de I'UMP
que dsormais, "pCus personnel ne doit
s'apercevoir"que les syndicate appellent
une grve Un gouvernement qui agit
par ruse. Profitant de l'euphorie provo-
que par la liberation d'lngrid Betan-
court, il a donc fait voter le mardi 2 juillet
une nouvelle loi sur "la dmocratie et le
temps de travails mais qui sonne prati-
quement la mort des 35 heures. Pour
Maryse Dumas de la CGT, "Les cons-
quences de cette (oi seront extrmement
graves pour [es droits des salaries" qui se-
ront "totalement soumis au bon vouloir de
'empCoyeur". Dsormais, l'employeur ne
sera plus tenu de se rfrer aux normes
sur la dure lgale du temps du travail.
Dans cette nouvelle tape du dmant-


element du Code du travail, ce sont les
cadres qui sont les plus viss. Pour la
Confdration Gnrale des Cadres
(CGC), cette loi quivaut une "atomi-
sation", une mise en pices des 35
heures. Elle concern en particulier les
travailleurs pour lesquels il tait impos-
sible de comptabiliser le temps de tra-
vail dpassant les 35 heures
hebdomadaires, soit un forfait annuel de
218 jours. En contrepartie du non-paie-
ment des heures supplmentaires ef-
fectues, ils bnficiaient de jours de
repos hebdomadaires en plus des 5 se-
maines lgales de congs pays. Avec
la nouvelle loi, ce forfait est port 235
jours par an. Finie donc la rfrence
la dure lgale des 35 heures hebdo-
madaires. Nous voil en plein dans son
annualisation rclame depuis long-
temps par le patronat. Ce don't s'est
d'ailleurs rjouie Laurence PARISOT, la
prsidente du Medef. Mais le salari
risque de travailler plus sans gagner for-
cment plus puisque la majoration au
del des 218 jours (plafond correspon-
dant 35heures) sera seulement de
10% par jour supplmentaire alors que
pour le salari soumis au rythme heb-
domadaire des 35 heures, la majoration
sera de 25%. Les nouvelles dispositions
de la loi ouvrent donc aux employers
la possibility de tirer profit d'un potential
supplmentaire considerable. De 1607
heures annuelles sous le rgime des 35
heures hebdomadaires, la dure de tra-
vail exige avoisinerait les 2500 heures
avec le passage 235 jours par an. En
clair c'est la fin potentielle des jours f-
ris et des RTT.
Pour les principaux syndicats, c'est un
retour la situation d'avant 1936 Et la
saigne n'est certainement pas termi-
ne. De nouvelles entailles au Code du
travail sont en preparation. Incapable
d'apporter la moihdre amlioration au
pouvoir d'achat, le gouvernement a ce-
pendant su trouver plus de 4 millions
d'euros pour lancer une vaste cam-
pagne de communication vantant les
mrites de sa politique et prparer l'opi-
nion.
La priode des vacances a toujours t
propice aux mauvais coups contre les
travailleurs. Mais la mto social
risque d'tre orageuse la rentre.
Georges Erichpt










Crisefinancire: NOUVEAU VENT DE PANIOUE SUR LES BANQUES

AMRICAINES

La crise financire qui secoue depuis ritable vent de panique, aux Etats-Unis, contribuables qu'ils ont dj plums au
plus d'un an les institutions financires qui s'est empar des places financires, secours. N'est-ce pas la rgle dans ce
capitalistes ne cesse de s'aggraver en des banques et de leurs clients qui se systme ? On privatise les bnfices et
dpit des milliards de dollars dj dblo- sont prcipits en longues files devant on socialise les pertes. Une forme de na-
qus par la Rserve fdrale amricaine les guichets pour tenter de sauver ce qui tionalisation dguise.
pour racheter les crances irrcouvrables reste de leurs conomies. Voil la classes moyenne amricaine de
des organismes de credit provoques par Car plusieurs grosses banques de prts plus en plus appauvrie. Bnficiant
la crise dite des "su6primes". Ces prts et de dpt venaient de sombrer. A com- jusqu'alors de revenues confortables, elle
hypothcaires risques que les mnages mencer par la faillite retentissante de la s'tait longtemps crue l'abri de la mi-
amricains lourdement touches par la banque californienne Indymac, (la plus sre. Aujourd'hui elle subit de plein fouet
crise conomique ne peuvent plus rem- important depuis 24 ans), l'un des plus la stagnation des salaires, un endette-
bourser, ce qui a provoqu des centaines gros prteurs hypothcaires amricains ment record, la flambe du prix de l'ner-
de milliers de saisies, la mise en vente de et qui a d tre mise sous la tutelle des gie et de la nourriture ainsi que le poids
deux millions de ces logements et une autorits fdrales. des tudes des enfants qu'il faut finance.
chute spectaculaire de leur valeur. Dans le movement, deux autres gants Plus de 5 millions de ces Amricains
Une crise qui touche aussi l'Europe du refinancement hypothcaire, les moyens ont bascul dans la pauvret. Au
puisqu'il y a quelques semaines, la banques Fanie MAC et Freddie Mac se royaume du capitalism, 50 millions de
Banque Centrale Europenne (BCE) a d sont aussi effondres en Bourse, obli- personnel sont prives de toute couver-
voler au secours des banques euro- geant aussi les autorits intervenir. ture social, 8 millions ont perdu leur as-
pennes, elles aussi lourdement impac- D'autres comme le Washinton Mutual ou surance maladie et 3 millions, leur retraite
tes, en leur garantissant plus de 300 National City Corp, pour ne citer que De plus en plus de voix s'lvent pour
milliards d'euros. ceux-l sont entrs dans la tourmente. Le rclamer une rforme du systme de pro-
Et la descent aux enfers est loin d'tre cruise est d'une telle gravit qu'elle gan- tection social et de la fiscalit de ce pays
termine, car la dbcle actuelle tient grne tout le systme bancaire et immo- trop favorable aux grosses fortunes mais
la nature et au fonctionnement mme du bilier amricain. Car les volumes qui pnalise lourdement les classes
systme capitalist don't les acteurs co- financiers que l'Etat fdral amricain moyennes. Mais George BUSH s'y op-
nomiques avides de profits financiers im- aura garantir s'lvent plusieurs mil- pose.
mdiats misent fond sur la speculation liers de milliards de dollars. Le paradoxe Voil le modle don't s'inspire Nicolas
au lieu d'investir dans l'conomie relle, de ce systme ultra liberal, c'est que ceux SARKOSY pour "rformer le (France en
seule cratrice de vraiesrichesses et qui, hier s'enrichissaient par la spcula- profondeur". Nous n'en voulons pas !
d'emplois durables. tion sur les dos des plus pauvres, appel- Georges ERICHOT
Durant le dernier week-end, c'est un v- lent aujourd'hui l'Etat donc les





Vendredi dernier, c'est dans la magni-
fique salle du centre questre du Fran-
ois que notre camarade Ferdinand
Clerence avait convi de nombreux
membres de sa famille et collgues agri-
culteurs, l'occasion de la remise de
cette haute distinction pour son engage-
ment dans la defense des intrts des
agriculteurs et des planteurs de bananes
en particulier.
Il avait choisi comme parrain Louis de
Lucy de Fossarieu aux cts de qui il a
men de longs et difficiles combats pour
sortir la profession des griffes de ces "in-
termdiaires puissants et inutiles"
Ferdinand Clrence est de cette catgo-
rie trs rare d'hommes qui, parties tout au
bas de l'chelle social ont suivi une tra-
jectoire ascendante et rectiligne avec le
souci de servir les autres dans l'honn-
tet la plus total. N en 1935 d'une fa-
mille trs modest de huit enfants, il doit,
ds l'ge de 15 ans, aprs une trs
court scolarit, commencer travailler
pour gagner sa vie. Il fut donc successi-
vement manoeuvre agricole, apprenti


charpentier puis ouvrier en btiment. Trs
tt adhrent du Parti Communiste Marti-
niquais, il entame partir de 1965 une
longue carrire d'lu et d'adjoint aux


cts de Georges Gratiant de 1965
1989, puis avec P. SAMOT de 1989
1995. Charge des services techniques, il
s'acquittera de sa tche avec rigueur et
efficacit.
Mais, partir de 1961, ce sont ses activi-
ts de planteur qui le poussent s'enga-


ger pour sauver une profession au bord
de la faillite. En 1980, il rejoint le Gipam
fond l'initiative de Louis De Lucy de
Fossarieu et don't il deviendra plus tard le
president.
En 2005, il deviendra pour un an, le pre-
mier president de Banamart, groupement
unique issu de la fusion de la Sicabam et
du Gipam.
Un parcours exceptionnel donner "le
vertige" son parrain.
C'est sous des applaudissements trs
nourris qu'il lui accrocha la mdaille.
"Trs jeune, dira-t-i, je me suis invest
dans les organizations de masse. En 1962,
j'ai adhr au parti Communiste, c'est
ainsi que j'ai bnfici de l'cole des ca-
dres, je suis devenu un militant de la
bonne cause". Et de rappeler le grand pro-
fit qu'il a tir de sa collaboration avec G.
Gratiant.
Le Parti Communiste adresse ses plus
chaleureuses flicitations notre cama-
rade Ferdinand Clrence.
Georges ERICHOT











LOPOM : CHRONIQUE D'UN REFUS MARTINIQUAIS


Majority et opposition ont mis un avis dfavorn
La Lopom d'Yves Jego, malgr ses mo-
difications, n'est pas un "te.te appropri"
la situation dans laquelle se trouve le
pays. Elus et socioprofessionnels l'ont
dit et rpt avant la visit du secrtaire
d'Etat. Seront-ils entendus ? Voil l'en-
jeu de la visit du secrtaire d'Etat.
Comment les Martiniquais peuvent-ils
influer sur ce qui est propos par Paris.
Ils entendent prendre au mot le gouver-
nement qui, par la bouche de la ministry
de l'intrieur Michle Alliot Marie, en juin
dernier, avait dclar prendre le temps
de la concertation, quite adapter le
calendrier. Elle qui clamait que le "dve-
loppement ne se dcrte pas Paris".
Tous considrent que les toilettages ef-
fectus sur le texte ne permettront pas
de rpondre aux objectifs fixs par le
gouvernement. Sachant qu'il y a des
risques rels pour les entreprises et les
collectivits, au nom de l'intrt sup-
rieur martiniquais, le consensus le plus
large s'est dgag pour rclamer du
temps la discussion. En effet, lorsque
le 23 juin dernier Yves Jego avait an-
nonc que son project tait boucl, le
president du Conseil regional lui avait
demand de revoir la mthode, d'atten-
dre l'avis des collectivits, de prendre
l'attache des socioprofessionnels, pour
ensuite rencontrer une dlgation avec
laquelle serait amend et corrig ce qui
pouvait l'tre. Pour les lus, notamment,
il n'est pas question de rompre un lan
au nom d'effets perverse. Il convient de
prendre en compete leurs propositions
pour tenter d'arriver un minimum d'ob-
jectifs fixs par ce nime programme.
Car ne nous trompons pas, "Justice"
le rpte longueur de colonnes, seul
un vritable plan de dveloppement
concoct par les Martiniquais et une do-
miciliation des pouvoirs peuvent faire
dcoller ce pays. Le travail fait le 18 d-
cembre indique la march suivre. Il ne
demand qu' tre amplifi par les ou-


tils appropris. Et
c'est ce front com-
mun, cette syner-
A. gie qui se dgage
qui drange les te-
;: 'nants du pouvoir
Sarkozy. Toute loi
programme qui ne
Ss'appuie pas sur
un project martini-
quais est voue
l'chec. Et ce n'est
-" -" pas le mpris affi-
"' ch d'Yves Jego
"bte au texte envers les Martini-
quais quand il af-
firme qu'il va mobiliser "10 miliards au
profit des entreprises pour amliorer le
chmage et le logement"qui fera changer
la donne.

Conseil Rgional :
"On est train de recentraiser'
Le 8 juillet dernier, les lus du Conseil
Regional, l'unanimit ont mis un avis
dfavorable au texte modifi. Ils ont jug
que ce nouveau texte de Loi Pro-
gramme pour l'Outremer tait trs en re-
trait par rapport l'existant, qu'il ne
pouvait rpondre en aucun cas l'ambi-
tion affiche de "faire entrer la fMarti-
nique dans une dynamique d'e.xcellence '.
Ils ont rclam la rouverture des ngo-
ciations avec le gouvernement. Plu-
sieurs d'entre eux ont dnonc la
mthode qui consiste ne pas prendre
en compete les
avis des lus
alors qu'il
s'agit d'un
texte politique.
Autre source
d'inquitude
les resources
financires
des collectivi-
ts qui seront
largement
obres par
les exonra-
tions fiscales __-2-.
annonces.
C'est que les
excutifs des
collectivits
martiniquaises, en chats chauds, sa-
vent ce que veut vraiment dire compen-
ser par l'Etat. Le president
Marie-Jeanne a rappel que loin d'tre
une gne, le SMDE devait venir en com-
plment d'un texte gouvernemental
amlior. Il espre avoir le consensus le


social le temps d'absorber la com-
mande. Le Medef avoue sans fard avoir
soutenu avec beaucoup de force ce
texte qui en fin de compete, le doit. Il le
considre "comme une profonde remise en
cause des dispositions de [a foi Girardin"


plus large pour tenter de convaincre le
ministry de donner le temps la ngo-
ciation. Car l'un des nouds du pro-
blme est comment vouloir transfrer
des charges sans transfrer en mme
temps le pouvoir de decision.

Mercredi 9 Juillet : "On nepeut
s'associer un tete qui est dangereux
pour notre conomie "

Le Medef Martinique prenait le relais en
confiant n'avoir pas sign le relev de
conclusion prsent par Yves Jego, qui
se gargarisait d'avoir eu l'accord des so-
cioprofessionnels. Cyril Comte et Bruno
Fabre, lors d'une conference de press
dclaraient ne pas pouvoir s'associer
un texte qui tait porteur des plus
grandes inquitudes pour le secteur du
btiment. Si le syndicate patronal est
d'accord pour basculer la dfiscalisation
sur le logement social, il rclame du
temps. Il ne faut pas toucher au loge-
ment intermdiaire tant que le logement
social ne sera pas arriv un niveau
suffisant, prconise Bruno Fabre. Il ex-
plique qu'avec l'annonce gouvernemen-
tale le secteur du BTP est dj en
ralentissement, les oprateurs ne lan-
cent pas de nouveaux programmes, ne
sachant quelle hauteur seront leurs
bnfices. Et pour l'heure, le logement
social n'est pas en measure de prendre
le relais. Pour cela, il rclame la mise
sur pied d'un "plan Marslialllogement








Jeudii Il J ullet 00 -Page


Le Medef rclame le report de la dfis-
calisation sur le logement, son maintien
sur le logement intermdiaire ainsi que
la non suppression de la TVA rcupra-
ble avant toute tude. On notera la
contradiction du patronat martiniquais
avec le patronat franais, ce dernier,
sans tat d'me, s'est prcipit pour si-
gner le relev de conclusions.

Jeudi 10 juin : les lus
dpartementaux ne veulent pas
voir dpouiller leurs finances

Les conseillers gnraux non plus ne
veulent pas du texte gouvernemental en
l'tat. Aprs plus de trois heures de d-
bats, la majority a donn un avis dfavo-
rable au texte en ajoutant vouloir
continue les ngociations. Claude Lise
a mis l'accent sur la situation des collec-
tivits, qui risquent de ptir de ce volet
d'exonrations fiscales. Il a mis en
garden centre les difficults qui s'annon-
cent si le gouvernement mettait en ap-
plication son texte en l'tat, mme avec
les modifications apportes. Le prsi-
dent a plaid pour que le gouvernement
prenne en compete les revendications
des lus, notamment en matire de
charges financires. Les lus du Mod-
mas se sont abstenus sur le texte, car
selon eux, la seule rponse valuable est
l'volution institutionnelle. Sur ce point,
Claude Lise, bien que d'accord, a re-
connu que pour l'instant il fallait conti-
nuer travailler aux orientations
stratgiques pour proposer un vritable
plan de dveloppement.

Vendredi 11 juin : Rouvrir
les ngociations
Rencontre
socioprofessionnels lus

Autour d'Alfred Marie-Jeanne et de
Claude Lise : le reprsentant de la
Chambre de Commerce de la Marti-
nique, Pierre Marie-Joseph de l'Asso-


I.- citation des
Moyennes et
Petites entre-
i prise, Patrick
I Lecurieux- Du-
i ;. rival du Medef,
Philipe Eadie
du Cobaty,
Eddy Ouly du
Gidos, Ren
Adhmar du
Comit des
Pches, Herv
Laurote de la
Chambre des
IE) et H. Lorote (C Mtiers) mtiers et le
reprsentant
de la CGPME, Tastet. L'unanimit est de
mise pour marquer son inquitude vis-
-vis d'un project qui prtend ambition-
ner "'excellence". Alfred Marie-Jeanne
et Claude Lise peuvent afficher une
mine rjouie, la dmarche entame de-
puis l'arrive sur la table de cette
LOPOM afin de travailler ensemble
son amlioration est toujours d'actualit.
"L'o6jectiftait d'avoir une dmarche es-
sentielle sur un text important", sou-
ligne le president de la Rgion. Au
terme d'une discussion consensuelle o
chacun des protagonistes a mis les r-
serves sur le texte gouvernemental, une
plate-forme commune a t adopte.
Ce texte demand au gouvernement de
"surseoir la presentation du texte en
'tat au Conseildes Ministre au mois de
juillet. parvenir un project de dveloppement
conomique susceptible de conduire la
Martinique vers e'excellence ".
Dans ce texte les signataires dcrivent
un certain nombre de mutations aux-
quelles est confronte la Martinique.
Elles sont de quatre ordres. La premiere
est commercial et financire : la ten-
dance la libralisation remet en ques-
tion des drogations et entrane
galement la diminution des sources
classiques de financement. La second
est socio-conomique : vieillissement
de la population, chmages, disparits
des revenues, phnomne d'exclusion.
La troisime concern les innovations
technologiques pas suffisamment utili-
ses. Et enfin l'environnement marqu
par la pression foncire, les menaces
sur notre environnement natural, les
quipements encore insuffisants en ma-
tire d'assainissement et le rchauffe-
ment climatique. Ils rappellent les
thmatiques revenues par Orientations
stratgiques du SMDE et de l'Agenda
21 : mettre l'homme au cur des proc-
cupations; favoriser un ramnagement


quilibr ; s'ouvrir l'international par le
biais de filires comptitives, et en enfin
s'adapter aux mutations internes et in-
ternationales. Partant de ce constat, ils
"considrent que [es outils proposs par le
ouvernement doivent conforter les ini-
tiatives prises par les collectivits territo-
riales pour tendre vers ces objectifs.
Considrant que la LO culait autour de 4 measures phares :
* Favoriser la creation d'emplois,
* Favoriser l'investissement priv, notam-
ment dans le tourism, le logement, Ces
nergies renouvela6bes, et (e financement
des entreprises
* Favoriser la continuity territoriale
* Enforcer les capacitsfinancires des
Collectivits Territoriales
Considrant que le nouveau project de loi
telqu'ilest prsent se circonscrit dsor-
mais 3 measures:
* La creation des Zones (Franches glo-
6ales F'ctivit et autres measures de sou-
tien 'conomie et au entreprises
* La reliance de 1a politique du logement
* La continuity territorial
Considrant que les outils proposs sont
pour la plupart en retrait par rapport
('existant, notamment en contradiction
avec l'o6jectifaffich de faire entrer la
9Martinique dans une dynamique d'excel-
lence.
Considrant qu'une parties des measures an-
nonces sontfinances par les recettes des
Collectivits Territoriales,
Les socioprofessionnels et les lus martini-
quais restent trs rservs sur [es proposi-
tions formules. Ils demandent au
ouvernement de rouvrir la concertation
pour identifier ensemble les moyens de
"viser f'excellence". Ils mettent en
exergue les points amliorer pour la
dynamisation de certain secteurs et
des exonrations de charges sociales
avec des dispositifs de measures di-
rectes l'emploi. Ils prconisent de fa-
voriser les investissements privs, le
enforcement de la capacity financire
des collectivits, de rpondre la crise
du logement avec notamment la cra-
tion d'une autorit unique pour la rgu-
lation du foncier. Ils rclament
galement une prise de decision dcen-
tralise. Toutes ces measures devront
faire l'objet de suivi et d'valuation. Ils
devraient rencontrer le secrtaire d'Etat
mardi entire 10 et 12 heures.







Jeudi~~~ ~ ~ 111ilt20 uN '9-Pg


Non la ngociation

Face au front commun des lus et so-
cioprofessionnels, Yves Jego choisit la
division et le mpris pour leur travail. Le
12 juillet 08, dans un communique du
cabinet du ministry, titr '"j propos de la
future foiprogramme et de 1a concertation
avec [es organizations patronales", Yves
Jego announce qu'il n'ira pas la ren-
contre commune des lus et des socio-
professionnels. Ainsi Jego s'adresse
aux socioprofessionnels, pas aux lus
et embraye sur l'absence de la Rgion
ces rencontre. Mthode colonialiste, on
divise, on tente de casser la cohsion.
Il indique "Leprsident du ConseilRgio-
na[ de Martinique avait, en son temps,
sollicit le Secrtaire d'Etat 'Outre-mer
afin qu'i[participe, devant rassem6be r-


gionale, une runion d'expication sur fa
future loi programme. Selon Ces dires du
president de la Rgion, cette sance devait
tre pralable au vote des conseillers rgio-
nauxsur lefutur texte. Le ConseiCtgio-
na[ ayant prononc son avis sur cette
future Coi avant mme d'entendre les ex-
plications du gouvernement, 'Yves JEO
a fait savoir que cette runion n'avait
plus lieu d'tre". Pour Yves Jego, il n'y
plus de place la ngociation mais aux
explications de son texte. Elus et socio-
professionneels zot s d tb zot pa ka
konprann ayin. Celui-ci sera prsent
comme prvu le 28 juillet au Conseil
des Ministres. Ainsi, il invite les "repr-
sentants des excutifs dpartementaux et
rgionaux ainsi que [es presidents d'orga-
nisations patronales et Ces responsables


politiques, qui le souhaiteront, venir le
rencontrer en tte--tte, afin de leurfour-
nir Ces explications qui pourraient encore
feur manquer concernant ce texte qui va
mobiliser dans les 5 ans qui viennent 10
milliards au profit des entreprises pour
amliorer la Cutte contre le chmage et le
logement Outre-mer". Ainsi Monsieur
Jego et son gouvernement traitent par
le mpris le plus total la volont des
Martiniquais de ne pas subir une nou-
velle loi qui ne sera que cautre sur
jambe de bois. Comment vouloir "le d-
veloppement endogne" sans le consen-
tement des premiers acteurs
concerns. Il appartient aux forces de
progrs de s'opposer cette entreprise
centralisatrice et colonialiste.


REPONSE UNITAIRE LA CONDESCENDANCE

ET AU MPRIS AFFICHS PAR YVES JEGO


F. Desplan, V. Lurel, A. Marie-Jeanne et C. Lise : unit de vue face au passage en force de Jego


Les lus et socioprofessionnels ont
confirm par leur presence, ce mardi 15
juillet en l'htel de Rgion, leur volont
de voir les propositions qu'ils ont formu-
les faire l'objet d'une vritable concer-
tation. Ils ont t rejoints par une
dlgation politique venant de la Guade-
loupe et manant des Conseils Rgio-
nal et Gnral. Ainsi taient present ct
lus, des membres du RDM, du PPM,
du MIM, des FMP et un UMP. Il y avait
galement une grande majority d'institu-
tions (Association des maires, Commu-
naut du Nord, CEE et CESR de la
Martinique et de la Guadeloupe), la d-
pute europenne Madeleine de Grand-


maison, et Serge Letchimy reprsent
par son supplant Thierry Fondelot. Pra-
tiquement toutes les organizations so-
cioprofessionnelles taient l : Medef,
Association des Moyennes et Petites
entreprises, CGPME, Cobaty, Gidos, la
Chambre des Artisans et le Comit des
Pches. Assis au ct de Claude Lise,
Victorin Lurel, president du Conseil r-
gional de la Guadeloupe, de Flix Des-
plan, vice president du Conseil Gnral
de la Guadeloupe, Alfred Marie-Jeanne
a t bref dans son allocution. Il a d-
clar avoir voulu border en partenariat
"le contenu du nouveau project de loi-pro-


gramme, que tout Ce monde jugeait n'tre
pas en adquation avec Cambition de Cex-
cellence affiche". Il a pris acte du refus
du ministry de discuter avec les respon-
sables politiques et conomiques. Pour
autant, le combat continue pour faire
admettre la voix des acteurs concerns
dans l'laboration de ce programme.
Car selon le president, "la matrise de
Savenir de la Martinique ne refve ni de la
confidence, ni de la condescendance, ni de
la competence exclusive (unilatrale) idun
ministry quelque soit, par ailleurs son ta-
lent". Tout en dplorant cette tape
rate avec Jego, Claude Lise mettra
l'accent sur la ncessit du gouverne-
ment de tenir compete de cet effort de
convergence affich. Il appellera ne
pas baisser les bras et prparer la
suite en maintenant sur l'essentiel la d-
marche la plus unitaire possible. Il a
souhait pour finir que les dbats au
parlement ne soient pas de pure forme.
"Ce qui se passe revt une dimension his-
torique", lance ensuite le dput, prsi-
dent du Conseil Rgional de
Guadeloupe, Victorin Lurel, avant
d'ajouter que contrairement ce qu'on
veut affirmer, "Ce n'est pas entreprise
opposition politique, car nous sommes
pragmatiques", mais "on ne peut accepter
que Con fasse des conomies budgtaires
sur le dos des outremer". Pour lui, Yves
Jego n'a plus la main. Le vice-prsident







Aiii 1111LH Jed IlJul 0 e 9


du Conseil Gnral de la Guadeloupe
est sur la mme longueur d'onde, esti-
mant que le project ne peut tre prsent
en l'tat. Les socioprofessionnels ont
fait part de leur inquitude, certain ont
mme argument que "tous les voyants
sont au rouge". Ils ont plaid pour les
modifications qu'ils attendent de voir fi-
gurer dans la loi et ont raffirm vouloir
maintenir la cohsion avec les politique
pour y parvenir. Les lus presents ont
salu cette initiative porteuse en met-
tant en avant l'intrt commun et les
menaces qui psent sur l'avenir. Ils n'ont
pas manqu de dnoncer la mthode et
le ton de Jego. "Scandaleuw, dsinvol-
ture, mpris", sont quelques terms en-
tendus. Pour Fred Lordinot du PPM, "le
gouvernement veut prendre le "serrage de
la Martinique et de la uadeloupe".
Justin Daniel dira : " pourra se faire sans une mobilisation
des forces vives". Et Vincent Duville
de surenchrir : "on nepeutpas nous
o6[iger nous taire et faire sans nous. d
Ilfaut que le dbat reprenne". Les n
lus et milieux conomiques ont -
tenu un discours ferme face Yves l
Jego, affirmant leur intention de ba- -
tailler au niveau du president de la d
Rpublique afin que ce texte soit re- -
port et qu'il y ait une vritable -
concertation. Ce type de dmarche C
devra tre conserv, ont plaid plus -
d'un afin de djouer les piges qui IV
nous sont tendus. Une contestation a
qui devrait s'tendre aussi la
Guyane, si l'on croit les orateurs.


Dsormais la balle est dans le camp du
gouvernement, car tous veulent voir de
vraies modifications ce texte et non
quelques avances mineures qui ne
changent pas sa physionomie gnrale.
En conclusion, Alfred Marie-Jeanne
soulignera que "notre resistance et notre
clairvoyance ont t rcompenss".

Explication

Pendant que se tenait cette runion o
le bras de fer a tourn l'avantage du
president de region, Yves Jego se
consolait la Prfecture avec quelques
membres de l'UMP et des reprsen-
tants de socioprofessionnels pour une
"explication" de texte. A l'issue de la
runion, il a t sign un communique
approuv sans reserves par les UMP,


(Parti Communiste Martiniquais YvesJEgO: RESPECTEZ

NOS LUS ET LA DIGNITY MARTINIQUAISE


Dans un communique public Paris le
12 juillet 2008, just avant sa visit en
Martinique,Yves Jego,le Secrtaire
d'Etat l'Outremer, fait savoir que la
runion prvue au Conseil Rgional le
15 juillet 2008 ,avec les responsables
politiques des deux collectivits majeurs
et les socio-professionnels "n avaitiplus
iu d'tre ". Au motif que ces deux as-
sembles, en particulier la Rgion,
avaient dj mis un avis ngatif sur la
future loi-programme.
Refusant le dbat public, il les invite ce-
pendant " venir le rencontrer en tte
tte afin de feur fournir les explications
quipourraient leur manquef', faisant mi-
roiter la mobilisation de 10 milliards
d'euros pour l'ensemble de l'Outremer.


Drle de conception du dbat dmocra-
tique !
Quel manque de respect envers les lus
Martiniquais qui n'auraient donc rien
compris de ce que prpare le gouverne-
ment !
En annonant que le texte sera pr-
sent au Conseil des ministres le 28 juil-
let 2008, Yves Jego met donc un terme
la concertation.
Sur cette important question qui condi-
tionne l'avenir de la Martinique, qui sont
nos vrais interlocuteurs ?
Est-ce la Ministre de tutelle d'yves Jego,
Mme Michle Alliot-Marie qui disait qu'il
fallait "prendre le temps de la concerta-
tion- quite adapter le calendrier" ou
son subordonn Yves Jego venu impo-
ser le sien ?


Une fois de plus, la demonstration est
faite de l'existence d'un double language
du gouvernement :
D'un ct Mme Michle Alliot-Marie qui
announce que "le dveloppement ne se d-
crte pas de Paris", de l'autre Yves Jego
qui avec arrogance dbarque avec son
project et entend imposer un schma de
dveloppement conomique conu de
puis Paris.
Cette attitude est la preuve qu'en dpit
de la dcentralisation, les Martiniquais
ne matrisent aucun pouvoir de decision
vritable dans les domaines essentiels.
Le colonialisme centralisateur svit tou-
jours.
Le 15 juillet 2008
Georges ERICHOT
Secrtaire Gnrale du PCM


VWOTION COMMUNE ISSUE DE LA RENCONTRE

.LUS/SOCIOPROFESSIONNELS DU 15 JUILLET 2008
Les lus et socioprofessionnels pregnant acte des avances issues de la runion
u 26 juin 2008 Paris, mais considrant que le texte, en l'tat comporte des re-
lises en cause des principaux dispositifs actuels de soutien l'conomie:
Ont labor une Plateforme commune prsentant les adaptations souhaites sur
e project prsent.
Ont souhait avoir une sance d'changes de points de vue avec le Secrtaire
'Etat l'Outremer autour de cette Plateforme.
Prennent acte de l'absence du Ministre
Enregistrent avec satisfaction la communaut de vue du Conseil Rgional et du
:onseil Gnral de la Guadeloupe.
Raffirment leur volont de continuer'la ngociation et demandent instamment
lonsieur le Prsident de la Rpublique de diffrer la presentation du project de loi
u Conseil des Ministres du 28 juillet"
Cette motion a t signe par l'ensemble des presents cette rencontre.


mais avec des observations des socio-
professionnels qui ont t reus. Ces
UMP sont : Yann Monplaisir, 3 maires
UMP, (R. Monplaisir -Case-Pilote, M.
Bont -Ajoupa-Bouillon, et M. Nelzi-
Fonds-Saint-Denis), 3 conseillers muni-
cipaux d'opposition, (C Rapha, C Mai-
gnan et R. Rosalie). Tous ont considr
avoir eu des "rponses satisfaisantes"du
ministry. Pour eux le gouvernement les
a entendus et le dbat parlementaire va
prendre en compete les attentes. Ils
concluent en approuvant la mthode de
concertation et d'coute estimant que la
loi va "rpondre auxexigences des 33 000
chmeurs et des 20 000familles en attente
d'un logement social'.










Sommet du "8": DECEVANT !


De nombreuses personnel ont manifest contre linert
Le monde capitalist est loin d'tre ho-
mogne, mme s'il obit aux mmes
dogmes libraux. En son sein s'est
constitute une aristocratie de huit pays
appele le "8", qui regroupe les plus
riches et plus puissant de la plante: Al-
lemagne, France, Grande-Bretagne,
Italie, Canada, Russie, Japon et Etats-
Unis. 5 d'entre eux sont europens,
deux reprsentent l'Amrique et un
l'Asie, tant not que la Russie appar-
tient la fois l'Europe et l'Asie. Rap-
pelons que si la France, la Grande
Bretagne, et dans une moindre measure
l'Allemagne et l'italie, ont derrire elles


Le "8"se runit rgu-
lirement, chaque anne, pour dresser
un bilan de la situation du monde et
faire des promesses.
En 2007, la runion a eu lieu Heiligen-
damn (Allemagne) et le "G8"s'tait en-
gag notamment consacrer 60
milliards de dollars d'ici 2010, la lutte
contre les grandes pandmies (Sida, tu-
berculose et malaria) qui, on le sait,
frappent surtout les pays sous-dvelop-
ps, singulirement le continent africain.
Nous sommes en 2008, mais force est
de constater que cette promesse est
presque oublie, tout comme celle faite


Caracas et Bogota: LES RELATIONS S'AMLIORENT


Les mdias occidentaux s'taient em-
presss de prsenter Chavez comme le
grand perdant dans l'affaire de la libra-
tion d'Ingrid Betancourt. Mais la rcente
rencontre de Punto Fijo (Vnzula)
entire Uribe et Chavez a montr que loin
d'loigner le Vnzula et la Colombie,
cette liberation les a rapprochs.


En effet, le vendredi 11 juillet, au
terme d'un entretien de plus de
deux heures, les deux presidents
ont dcid de normaliser leurs rela-
tions bilatrales et dclar qu'une
nouvelle tape avait commenc.
S'agissant de la gurilla, Uribe s'est
dclar partisan d'un "dialogue di-
rect" avec les diffrents mouve-
ments de son pays et souhaite
"que 'on fasse la pair avec une
commission international qui
veillera aux accords"
II est donc rvolu le temps o il
refusait toute discussion et tout
accord avec les groups arms
terroristses.
Dj, la liberation d'ingrid Be-
tancourt est le rsultat d'un ac-
cord entire l'arme colombien et les
deux chefs de la gurilla que la pro-
pagande gouvernementale pr-
sente comme les victims d'une
ruse savamment organise. Comme
l'ont dclar les FARC dans un do-
cument dat du 5 juillet, les chefs en
question, Csar et Enrique "ont


trahi leur engagement rvolutionnaire et la
confiance qui leur a t accorde".
Chavez a ritr sa volont de contri-
buer la liberation des autres otages
dtenus par les FARC.
La paix est bonne pour le people colom-
bien, et pour l'ensemble de l'Amrique
du Sud en march vers son integration.
M. Belrose



,a


Aivaro urioe


il y a 3 ans de "soutenir la mise en place
de politique raliste d'accs gratuit aux
soins de sant primaires dans les pays en
dveloppement". Le dernier "8" s'est
tenu rcemment Toyako (Japon), a
trouv un compromise dcevant sur les
missions de gaz effet de serre. Les
Etats-Unis, qui n'ont pas sign ce jour
les "accords de 'Kyoto", ont plaid pour
une reduction global des missions de
CO2 (gaz carbonique) en soulignant les
responsabilits partages des "cono-
mies mergentes", manire de mettre en
cause la Chine et l'Inde. Ces deux der-
nires nations disent vouloir se confor-
mer aux objectifs fixs par l'ONU en
matire de reduction de gaz effet de
serre, mais font remarquer avec just
raison les dcalages de dveloppement
qu'il y a entire elles et les autres nations
industrialises. En un mot, pour la Chine
et l'Inde, il serait logique que les pays
les plus avancs soient ceux qui fassent
le plus gros effort en matire de lutte
contre le rchauffement climatique.
M. Belrose








I b
Jed Il J ille 10 09-'j' Z -ae


Festivalculturelde Fort-de-France: LA CAPITALE DE LA BIGUINE


Neveu de Francisco, L. Ste-Rose, B. Coppet, E. Gustave, tille de M. de Hivel et U. -orestal


Emotion l'occasion de l'installation of-
ficielle de l'Acadmie de la Biguine, le
vendredi 11 juillet sous le Grand Carbet.
Cette structure voulue par Roger Jaffory
entend "rendre 1a Biguine ses lettres de
noblesse". Elle s'tend au-del des fron-
tires de la Martinique, puisqu'elle
prend en compete le patrimoine de la
Guadeloupe et de la Guyane gale-
ment. Il ne faut pas laisser mourir cette
musique qui est aussi l'un des fonde-
ments de notre identity. Il ajoute : "pour
que [es enterrements des valeureuxcompo-
siteurs acteurs, qui ont port, transmis
ce patrimoine, ne soient leurs seuls mo-
ments de gloire populaire, ilfaut [es ho-
norer". 'Acadmie veut chaque anne
rendre un hommage tous les militants


de cette musique qui "se bonifie en vieil-
Cissant" comme le dit Mano Csaire, un
des acadmiciens. Pour le Dput
maire qui prend ensuite la parole, il
s'agit de "renouer avec la tradition" de


Foyal o cette musique tait un vecteur
de la vie social du pays. A cet effet, il
propose que soit organise "une Biguine
day" dans la ville capital. Les promo-
teurs de l'Acadmie competent mettre
en place des concours avec des prix in-
citatifs afin de reliever le dfi de la re-
lve. Les premiers acadmiciens ont
t honors titre posthume : Paulo Ro-
sine, Fernand Donatien, Emilien Antille,
Sam Castendet, Al Lirvat. Les prsi-
dents d'honneur de l'Acadmie sont
trois musicians vivants (Francisco, Mau-
rice Jaillier et Grard Laviny) et un d-
cd (Al Lirvat). Les autres acadmiciens
introniss continent de faire vivre la bi-
guine : Moune de Rivel, Mano Csaire,
Barel Coppet, Eddy Gustave, Daniel Fo-
restal, Henri Debs, Lon Sainte-Rose.
Une belle initiative salue par un public
conquis et qui s'est termine sur des
notes de biguine jazzy du group Bwa
Kor.


AVIS DETRANSFERT
DE SIGE SOCIAL
OPTIMUM COMMUNICATION
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 7 700
SIGE SOCIAL: IMM. MARSAN
KERLYS PORTE 10
97200 FORT DE FRANCE
Aux terms d'une dlib en date du
01/01/07, la collectivit des associs a
dcid de transfrer le sige social et de
modifier corrlativement l'article 4 des
status.
A computer du 1er Janvier 2007, le sige
social :
- qui tait Imm. Marsan Kerlys 97200
FdF
- est dsormais : Chrysalia Centre
d'affaires Agora Bat. B Zac de l'Etang
Z'Abricot 97200 FdF
La Grance FA 9897

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 04/07/08, il a t constitu
une SCI prsentant les caractristiques
suivantes :
Denomination : SCI LEONARDO
Objet : La location de logement et plus
largement acquisition, construction et
biens immobiliers par voie d'achat ou
d'apport.
Dure 99 ans


Capital : 35 000 e
Grant : Cdric Chemin
Adresse: 29 alle des Soupirs -
La Colline 97233 Schoelcher
Immatriculation au Registre de Com-
merce en course.
Pour avis,
le Grant FA 9898

MODIFICATIONS STATUTAIRES
Par dlibration en date du 16 Juin 2008,
l'assemble gnrale extraordinaire des
associs de la SARL SOGESEP modi-
fi les articles I et 2 des status ainsi qu'il
suit :
Art 1
Ancienne mention, "il est form une so-
cit responsabilit limit: SARL"
Nouvelle mention, "il est form une entre-
prise unipersonnelle responsabilit li-
mit" (EURL)
Art2
Ancienne mention, "la socit a pour
objet : services divers rendu aux entre-
prises et aux particuliers"
Nouvelle mention, la socit a pour objet:
- le classement et le rangement de docu-
ments sous forme d'archives
- le nettoyage et l'entretien de tous lo-
caux, parking, aires de jeux etc...
- le transport et la destruction de divers
- l'entretien d'espaces verts, la construc-


tion, la demolition, la renovation de biens
immobiliers en sous-traitance
- l'acquisition et l'exploitation de touts au-
tres fonds ou tablissement de mme na-
ture
Le dpt lgal sera effectu au greffe du
tribunal de commerce de Fort-de-France.
FA 9899

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution d'une
socit prsentant les caractristiques
suivantes :
Denomination social : SARL LIMA-
AUREL CONSTRUCTION.
Forme: S.A.R.L.
Capital: 8000 Euros.
Sige social :2 cannelle 15 rue des Hi-
biscus les Hauts de la Marina 97229
Les Trois-lets.
Objet social : La construction de bti-
ments et la charpente.
Dure : 99 ans computer de la date d'im-
matriculation de la socit.
Grance: Marlindo Batista Lima demeu-
rant au 8 impasse des Iris Terreville -
97233 Schoelcher.
Immatriculation: RCS de FDF. FA 9900

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv, il a t consti-
tu la SARL XPRESS-MATIC prsentant


les caractristiques suivantes :
Denomination : XPRESS-MATIC
Objet social :Toutes les activits de lave-
rie, blanchisserie, nettoyage sec, teintu-
rerie. Plus gnralement, tous les
services de nettoyage, quelle qu'en soit
la forme et l'objet, portant titre num-
ratif et non limitatif sur les vtements, le
linge, les rideaux, les voilages, les tapis,
les moquettes, et destins aux particu-
liers, aux tablissements publics ou pri-
vs, aux collectivits, etc.
Dure : 99 ans
Capital : 1 000,00
Sige social : 15 rue Eugne Eucharis,
lot. Dillon Stade 97200 Fort de France
Grant : M. Gilbert VINCENT SULLY
Demeurant : 50 lot Gondeau 97212
Saint Joseph
Limmatriculation est en course auprs du
service competent.
Pour avis, le Grant FA 9901

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du
01/07/08 enregistr au Centre des Impts
de Fort de France le 04/07/08 bordereau
2008/760 Case n'8, il a t constitu une
Socit Civile Immobilire, don't les carac-
tristiques sont les suivantes :
Denomination : SCI KALINOUS
Forme : Socit Civile Immobilire


*


1- ANONGIS LGLES










IN JuilJilt20 ' Pg e


Capital : 1 000 E
Sige : Lot Mont Vert la Carrire 97231
Le Robert
Objet: acquisition de tous immeubles de
toute nature, la proprit, l'administration,
la gestion par bail ou autrement, l'attribu-
tion gratuite en jouissance aux associs
de locaux occups par eux-mmes, la
disposition des biens don't elle sera pro-
pritaire.
Dure :99 ans
Grant : Mlle FONROSE Claudine et M.
ELISABETH Ren
La socit sera immatricule au Registre
du Commerce et des Socits de Fort de
France.
Pour avis. FA 9902

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 01
juin 2008, il a t constitu : socit civil
immobilire
Denomination : JJB LOCATION
Capital social : mille euros diviss en cent
parts de dix euros, entirement sous-
crites et libres.
Sige : 33, residence les Moubins -
97228 Sainte Luce. Dure : quatre-vingt-
dix-neuf ans.
Objet social : Transaction, exploitation et
location immobilire en France
Grant: Justin BONNIALY demeurant 33,
residence les Moubins 97228 Sainte
Luce.
La socit sera immatricule au Greffe du
Tribunal de Commerce de Fort-de-France
Pour insertion. Le grant.
Justin BONNIALY FA 9903

AVIS DE PUBLICITY
CLOTURE DE DISSOLUTION
DE LA SARL LE COMPTOIR
RCS 2006 B 1800 (492 916 838)
AU CAPITAL DE 2 000 E
AYANT SON SIGE SOCIAL:
1 RUE ETIENNE SICOT
97233 SCHOELCHER
Par dlibration de l'assemble gnrale
extraordinaire des associs de la SARL
LE COMPTOIR en date du 2 juin 2008, il
a t dcid de clturer les operations de
dissolution de ladite socit
Absence de toute activity commercial
depuis la creation de la Socit.
Le dpt lgal sera effectu au Greffe du
Tribunal Mixte de Commerce de Fort de
France
Pour avis, le Liquidateur
Jean-Pierre SEZESTRE. FA 9904

AVIS DE TRANSFER
DU SIEGE SOCIAL
INTERLIGNES CARAIBES
RCS : 499 192 763 000 13
Aux terms d'une dlibration en date du
13 juin 2008, l'assemble gnrale ordi-
naire a dcid de transfrer le sige so-
cial : INTERLIGNES CARAIBES
Ancienne mention : 14 rue Professeur
Raymond Garcin 97200 Fort-de-France
Nouvelle mention : Centre d'affaires
AGORA bt B ZAC de l'tang Z'abricots -
97200 Fort-de-France
a computer du : 1er mars 2008
En consequence l'article n* 4 des status
sera modifi.
Pour avis, le Grant FA 9905

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte SSP en date du 1er juin 2008, il
a t constitu une Socit responsabi-
lit limite (SARL) au capital de 7500
Euros, dnomme EURL MULTITRAN-
SPORTS.
Sige social : Domicilie Quartier Rabu-
chon 97212 Saint-Joseph (Martinique).
Objet : Toutes activits et services dans
le transport routier de personnel, le trans-
port de personnel mobilit rduite et
toutes activits commercials, finan-


cires, civiles ou immobilires lies son
objet.
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au Registre du Commerce et des
Socits de Fort-de-France.
Grant : M. Pierre Grard CABOSTE de-
meurant Quartier Rabuchon 97212
Saint-Joseph (Martinique), nomm grant
pour une dure indtermine,
La Grance. FA 9906

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution d'une
Socit prsentant les caractristiques
suivantes :
Forme : Socit responsabilit limite
Denomination : I.F.C.A.
Sige social : Chemin Simax Quartier
Bois Neuf 97232 LE LAMENTIN
Objet: Conseil Financier, montage d'op-
ration de financement en dfiscalisation
Dure: 99 annes
Capital : 7 600 euros
Grance : Monsieur SOUNDOROM St-
phen demeurant Quartier Bois Neuf -
Chemin Simax 97232 LE LAMENTIN
Immatriculation au RCS de Fort de
France
Pour avis, FA 9907

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution de la so-
cit qui suit :
Denomination : SARL PAULIN MG
Forme : Socit responsabilit limite
Capital :100 EJROS
Objet : stockage et dpt et la vente de
matriaux de construction, la ralisation
de travaux de maonnerie, le dpannage
et remorquage de vhicules de toutes
sortes Sige social : Fond Savane -
97224 Ducos
Dure : 99 annes
Associs :
- Monsieur Marc Olivier COLER
De nationalit franaise, n le Vingt (20)
Avril 1973 SAINT JOSEPH (Marti-
nique), et demeurant Fond Savane
Ducos (97224).
- Madame Gabrielle, Marie PAULIN
pouse COLER
De nationalit franaise, ne le douze
(12) Avril 1973 SCHOELCHER (Marti-
nique), et demeurant Fond Savane
Ducos (97224).
Grance:
- Monsieur Marc Olivier COLER
De nationalit franaise, n le Vingt (20)
Avril 1973 SAINT JOSEPH (Marti-
nique), et demeurant Fond Savane
Ducos (97224).
Immatriculation en course au RCS de Fort
de France
Pour avis, FA 9908

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution de la so-
cit qui suit :
Denomination : SCI COLER
Forme : Socit civil immobilire
Capital :100 EJROS
Objet : Acquisition et construction, l'am-
nagement et la location d'un immeuble
neuf destin l'exploitation par bail, loca-
tion d'un ou plusieurs immeubles btis ou
non btis.
Sige social : Fond Savane 97224
Ducos
Dure: 99 annes
Associs en nom:
- Madame Gabrielle, Marie PAULIN
pouse COLER
De nationalit franaise, ne le douze
(12) Avril 1973 SCHOELCHER (Marti-
nique), et demeurant Fond Savane
Ducos (97224).
- Monsieur Marc Olivier COLER
De nationalit franaise, n le Vingt (20)
Avril 1973 SAINT JOSEPH (Marti-
nique), et demeurant Fond Savane


Ducos (97224).
Co Grance :
- Madame Gabrielle, Marie PAULIN
pouse COLER
De nationalit franaise, ne le douze
(12) Avril 1973 SCHOELCHER (Marti-
nique), et demeurant Fond Savane
Ducos(97224).
- Monsieur Marc Olivier COLER
De nationalit franaise, n le Vingt (20)
Avril 1973 SAINT JOSEPH (Marti-
nique), et demeurant Fond Savane
Ducos (97224).
Immatriculation en course au RCS de Fort
de France
Pour avis FA 9909

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 14
octobre 2004, il a t constitu une EURL
rpondant aux caractristiques sui-
vantes :
Denomination social : MSG TRANS-
PORTS
Forme: EURL
Capital : cent euros divis en 5 parts de
20 euros
Sige social :10 rue DIAKA 97290 Le
Marin
Objet social :Toutes prestations de trans-
ports publics de personnel et de mar-
chandises sous quelque forme que ce
soit
Dure de la socit : 99 ans
Grant: Mlanie Jeanne TRIGLA pouse
NICOLE demeurant Cit la Marie C9 -
Apt. 93 97224 DUCOS
La socit sera immatricule au Greffe du
Tribunal de Commerce de Fort de France
FA 9910

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution de la
SARL SOLARO HIBISCUS
Capital : 7 630 E
Sige : 26 rue des Eaux Dcoupes -
97200 Fort de France
Dure : 99 ans
Objet: La production d'nergies renouve-
lables, la location et la
Commercialization de tous appareils et
objets s'y rattachant
Grance : WONG Kwok Mec, Rsidence
Bellevue Apt. 55 Grandcamp 97142
LES ABYMES
Pour avis et mention, La Grance
FA 9911

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv il a t constitu
une socit civil immobilire computer
du 14 Dcembre 2007 prsentant les ca-
ractristiques suivantes.
Denomination social: SCI MARIA
Capital en numraire : 1 000,00 E
Sige social : N 166 lotissement Petite
Rivire Pelletier 97232 Lamentin
Objet : l'acquisition, l'administration et la
gestion par location et autrement de tous
immeubles et biens immobiliers
Dure : 99 Ans
La Grante : Madame Marie-Flore LODI,
demeurant numro 166 lotissement Pe-
tite Rivire Pelletier 97232 Lamentin,
de nationalit franaise, ne le
23/01/1950 Lamentin, veuve, aide-soi-
gnante la retraite.
La socit sera immatricule au registre
des commerce et des socits de Fort
de France FA 9912

AVIS DE CONSTITUTION
Il a t institu, le 30 juin 2008 une so-
cit prsentant les caractristiques sui-
vantes :
Forme: EURL (Entreprise unipersonnelle
responsabilit limite).
Denomination : AMO 97
Sige social : 6 alle des Mahoganys -
Cap Est 97240 LE FRANCOIS


Objet: La socit a pour objet, en France
et dans les dpartements d'Outre-Mer:
- Toutes ou parties de missions d'assis-
tance matrise d'ouvrage.
- Toutes operations de reception, livrai-
sons, tats des lieux.
- Le diagnostic immobilier.
- Et toutes operations industrielles, com-
merciales, mobilires, immobilires et fi-
nancires pouvant se rattacher
directement ou indirectement aux objets
ci-dessus dfinis et pouvant faciliter l'ex-
tension.
Dure : 99 annes computer de son im-
matriculation au registre du Commerce et
des Socits.
Capital : 1 500,00 Euros.
Grance : Melle Isabelle WIJNHOFF,
6 alle des Mahoganys Cap Est -
97240 LE FRANCOIS
Immatriculation au Registre de Com-
merce et des Socits de Fort-de-France.
Le Grant FA 9913

AVIS DE CHANGEMENT
DE GERANCE
Le 30 juin 2008, l'assemble gnrale de
la SCI BWA KAMPECH, domicilie quar-
tier Pelletier Montol 97232 Le Lamen-
tin, a pris acte de la dmission en tant
que grant de monsieur Alain ADELE, d
la cession de la totalit de ses parts so-
ciales, avec effet au 1er juillet 2008, et a
nomm en quality de grant Melle Fa-
bienne YUIKETY. FA 9914

AVIS DE CHANGEMENT
DE GERANCE
Le 27 juin 2008, l'assemble gnrale de
la SARL PNEUS REPAIR. a pris acte de
la dmission en tant que grant de mon-
sieur Alain ADELE, domicilie quarter
Belle Etoile 97212 Saint-Joseph, avec
effet au 1er juillet 2008, et a nomm en
quality de grant Melle Fabienne YUI-
KETY. FA 9915

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 07/09/2007, il a t constitu
une SCI, prsentant les caractristiques
suivantes :
Denomination : KAMAYALU
Capital : 3000 E
Sige social : Terre Canne Les C-
teaux 97228 Sainte-Luce
Objet: Locations, Achats, Ventes Immobi-
lires
Dure : 99 ans
Grante : Mme CHARLES Lucienne
Immatriculation au Registre du Com-
merce et des Socits de Fort de France
en course.
Pour avis la Grante FA 9916

AVIS DE CONSTITUTION
En date du 30/06/08, il a t constitu
une SCI prsentant les caractristiques
suivantes :
Denomination : SCI KANAMU IMMO
Objet : Achat d'un terrain et construction
de maisons.
Dure : 25 ans
Capital : 300 E
Grante : BELARBI KARIMA pouse
ADOLPHE-PIERRE
Adresse : quarter Mdecin 97215 Ri-
vire Sale
Immatriculation au Registre de Com-
merce en course
Pour avis, le grant FA 9917

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 26 juin 2008, il a t consti-
tue une SARL prsentant les caractris-
tiques suivantes :
Denomination : BWA BO KAY (sigle
B.B.K)
Adresse Bois Carr 97232 LE LAMEN-
TIN
Objet : Construction de maison bois,









ANUIc S ALE Jed Il Jule 2008 'iecl -Pgel


vente et achat de bois et tout products d-
rivs, transformation du bois, tous travaux
relatifs au btiment et travaux publics,
tous services commerciaux ou autres lis
l'objet dans les DOM en France mtro-
politaine et l'tranger.
Dure :99ans
Capital :5 000 E(cinq mile euros)
La grante : Mme JOSEPH AUGUSTE
Marcelline
Adresse : Bois carrs 97232 LE LA-
MENTIN
Immatriculation au Registre du Com-
merce: en course
Pour avis le Grant FA 9918

AVIS DE CONSTITUTION
GERMANY CONSEIL & DEFENSE
SOCIT D'EXERCICE LIBERAL
RESPONSABILIT LIMITE
AU CAPITAL DE 1000 EUROS
SIGE SOCIAL : 93 RUE VICTOR
SVRE 97200 FORT DE FRANCE
Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort de France du 4 juillet 2008, il
a t constitu une socit prsentant les
caractristiques suivantes :
Forme social: Socit d'exercice liberal
responsabilit limite,
Denomination social : GERMANY
CONSEIL & DEFENSE,
Sige social : 93 rue Victor Svre -
97200 Fort de France,
Objet social : l'exercice de la profession
d'avocat,
Dure de la Socit : 99 ans computer
de la date de l'immatriculation de la So-
cit au Registre du Commerce et des
Socits,
Capital social : 1 000 euros
Grance : Monsieur Georges-Emmanuel
GERMANY, demeurant 93 rue Victor
Hugo 97200 Fort de France,
Immatriculation au Registre du Com-
merce et des Socits de Fort de France.
Pour avis, la Grance FA 9919

GROUP PROTECTION RAP-
PROCHE-SECURITE
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 8000
SIGE SOCIAL : MORNE ROUGE
97270 SAINT ESPRIT
RCS DE FORT DE FRANCE
492178256
Aux terms d'une dlibration en date du
23 Juin 2008, la collectivit des associs
a pris acte de la dmission de Monsieur
Antonio CHARLOTON, a dcid de nom-
mer en replacement Monsieur Ludovic
PITIOT en quality de grant pour une
dure indtermine et de modifier en
consequence l'article 17 des status.
Pour avis, la Grance FA 9920

L'AFTER
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE 1000 e
SIGE SOCIAL: IMMEUBLE PETIT-
ANGLE DES RUES ZIZINE & DES
TAGES ET DUFRESNES SIMON
97224 DUCOS
RCS DE FORT DE FRANCE
503108524
Aux terms d'une dlibration en date du
23 Juin 2008, la collectivit des associs
a pris acte de la dmission de Monsieur
Cdric DEGLAS, a dcid de nommer en
replacement Monsieur Rodolphe
BIRON en quality de grant pour une
dure indtermine et de modifier en
consequence l'article 16 des status.
Pour avis, la Grance FA 9921

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing priv en date
Schoelcher du 30 mai 2008, enregistr
Fort de France, le 1er juillet 2008, borde-
reau n 2008/743 case n 6, a t consti-
tue une socit civil ayant les


caractristiques suivantes :
Objet La Socit a pour objet : l'acquisi-
tion par voie d'achat ou d'apport, la pro-
prit, la mise en valeur, la
transformation, l'amnagement, l'admi-
nistration et la location de tous biens et
droits immobiliers, de tous biens et droits
pouvant constituer l'accessoire, l'annexe
ou le complement des biens et droits im-
mobiliers en question.
Et ce, soit au moyen de ses capitaux pro-
pres soit au moyen de capitaux d'em-
prunt, ainsi que de l'octroi, titre
accessoire et exceptionnel, de toutes ga-
ranties des operations conformes au
present objet civil et susceptible d'en fa-
voriser le dveloppement.
Et, gnralement toutes operations civiles
pouvant se rattacher directement ou indi-
rectement cet objet ou susceptible
d'en favoriser le dveloppement, et ne
modifiant pas le caractre civil de la so-
cit.
Denomination
La Socit est dnomme : MC IMMOBI-
LIER
Sige Le sige social est fix : Fort-
de-France (97200), 186 bis rue du profes-
seur Raymond Garcin
Dure :99 annes.
Capital Le capital social est fix la
some de: MILLE EUROS (1.000,00 ).
Les apports sont en numraires
Grant: Mademoiselle Maryse CAMAT-
CHY, demeurant Fort-de-France
(97200), Quartier Montgralde, btiment
C 11, appartement 64
La socit sera immatricule au Registre
du Commerce et des Socits de Fort-
de-France
Pour avis, Le Grant FA 9922

AVIS DE CONSTITUTION
SOLUTIONS RESOLUTIONS
SERVICES
Aux terms d'un acte sous seing priv du
18 juin 2008, il a t constitu une So-
cit prsentant les caractristiques sui-
vantes :
Denomination : SOLUTIONS RESOLU-
TIONS SERVICES
Forme: Entreprise Unipersonnelle Res-
ponsabilit Limite,
Capital : 500,00 euros
Sige social : Rsidence l'Oiseaux des
Iles Didine 8 97228 Sainte Luce
Objet : Le conseil pour les affairs et au-
tres conseils administratifs et informa-
tique, le conseil, l'achat et la revente de
tout matriel informatique et consomma-
ble.
DUREE 99 ans . partir de la dato d'im-
.matriculation au RCS.
Grance : Madame Nathalie CELESTIN
Immatriculation de la Socit au R.C.S de
Fort de France
Pour avis, le Grant FA 9923

AUGMENTATION DE CAPITAL
CLAIRBOIS
SOCIT CIVIL AU CAPITAL
DE 1 548 000 E
SIGE SOCIAL : FORT DE FRANCE
(97200 MARTINIQUE)
AVENUE CONDORCET,
RCS: FORT DE FRANCE 451 941 439
Il rsulte d'une Assemble Gnrale Ex-
traordinaire du 19 mai 2008, que le capi-
tal social a t augment de 110. 000
Euros par apport en numraire.
Ancienne mention:
Capital. 1.438.000 Euros.
Nouvelle mention:
Capital. 1.548.000 Euros.
Pour avis, la Grance FA 9924

AVIS DE DISSOLUTION
Aux terms d'une assemble gnrale
extraordinaire en date du 24 juin 2008, il
a t dcid de la dissolution amiable de


la socit :
TRAVELEC
13 Rue Schoelcher
97215 Rivire Sale
M. HARNAIS Grard est nomm Liquida-
teur pour toute la dure de la liquidation.
Ces modifications seront enregistres au
registre du commerce de Fort-de-France.
Pour avis le liquidateur. FA 9925

LA BAIE DES ANSES
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE CAPITAL SOCIAL: 100 000 E
SIGE SOCIAL : MBE 202
MANGOTVULCIN
97288 LE LAMENTIN CEDEX 2
492 856 240
RCS FORT DE FRANCE (2007 B 102)
Lassemble gnrale ordinaire du
28/06/2008 a dsign M. Patrick de REY-
NAL de SAINT-MICHEL, demeurant Di-
dier, Route de l'Union, Immeuble Les 4
Vents, Appart 242 97200 Fort de
France, en quality de Grant sans limita-
tion de dure, en replacement de M.
Hubert de JAHAM dmissionnaire.
Grance:
Ancienne mention: Hubert de JAHAM
Nouvelle mention: Patrick de REYNAL de
SAINT-MICHEL
Pour avis FA 9926

CATHERINE RODAP
AVOCAT
53 LOT. BELLEVUE ACAJOU
97232 LAMENTIN
TL. 05 96 73 78 48
FAX 0596 73 78 08
VENTE AUX ENCHERES
PUBLIQUES
II sera procd le MARDI 02 SEPTEM-
BRE 2008 9 HEURES, l'audience des
cries du TGI de Fort de France, Cit Ju-
diciaire 35 Bd du Gnral de Gaulle -
97200 FORT DE FRANCE, la vente aux
enchres publiques, au plus offrant et
dernier enchrisseur l'extinction des
feux de :
Un Terrain sis SAINT JOSEPH, lieudit
"Morne Mar, repr au cadastre sous la
section D n 436 pour 3 areas 21 centiares,
D n 455 pour 8 areas 95 centiares sur le-
quel est implant un btiment.
Selon procs verbal de description
dress par Me Claude LAURE, Huissier,
le 17 octobre 2007, le terrain forme un
seul ensemble, et sur ledit terrain repose
une maison en dur, parpaings et briques
rouge, recouverte de tles, lev sur
deux niveaux.
- Au sous sol : space ouvert, une pice
usage de bureau
- Le rez-de-chausse: 1 sjour, 1 cuisine,
trois chambres, deux sales d'eau, un d-
gagement, une vranda faade est, un
balcon ct ouest.
Le terrain est ferm par un portail deux
battants, cltur par un grillage mtal-
lique, le reste du terrain est en friche.
Le btiment est accessible depuis la route
dpartementale n" 47, par un chemin de
servitude.
Pour toute visit de l'immeuble prendre
contact avec l'tude de Me LAURE, Huis-
sier, charge d'organiser ces visits.
Le cahier des charges a t dpos au
Greffe du Tribunal de Grande Instance de
Fort de France ou toute personnel peut en
prendre connaissance.
Les enchres s'ouvriront sur la mise
prix de 85.000e
Les enchres se font par ministre d'avo-
cats inscrits au Barreau de Fort de France
Pour tout renseignement s 'adresser au
Cabinet de Me RODA P Avocat
FA 9927

INSERTION CESSION DE DROIT
AU BAIL COMMERCIAL
Suivant acte reu par Matre Sandra


GERMAIN PORSAN-CLEMENTE No-
taire Associ de la Socit Civile Profes-
sionnelle Evelyne GUATEL et Sandra
GERMAIN PORSAN-CLEMENT, No-
taires Associs FORT DE FRANCE
(Martinique) Immeuble le Trident, Bti-
ment A, 2me tage, Lotissement Mont-
gralde le 30 avril 2008, enregistr
FORT DE FRANCE, le 13 mai 2008, bor-
dereau n2008/546 Case nl
La Socit dnomme DAME NATURE,
don't le sige est FORT DE FRANCE
(97200) 48 Route Desrochers Parc Des-
rochers, identifie au SIREN sous le nu-
mro 485 075 832.
AVENDU A:
La Socit dnomme MARIE-LINE
BEAUTE, don't le sige est FORT DE
FRANCE (97200) Centre Commercial LA
VERANDA Rond Point du Vietnam H-
roque, en course d'immatriculation au Re-
gistre du Commerce et des Socits de
FORT DE FRANCE.
Le droit au bail commercial de locaux sis
au Centre Commercial LA VERANDA -
Rond Point du Vietnam Hroque 97200
FORT DE FRANCE.pour l'exploitation
dans les lieux lous d'un fonds de com-
merce de.
Moyennant le prix principal de TRENTE
CINQ MILLE EUROS (35.000,00 EUR).
Les opposition, s'il y a lieu, seront re-
ues en la forme prescrite par le Code de
procedure civil dans le mois de la pr-
sente publication, au sige o domicile a
t lu cet effet.
Pour unique insertion
Le Notaire. FA 9929

LIBERTY GALIT FRATERNITY
PRFECTURE DE LA REGION
MARTINIQUE
SECRETARIAT GNRAL
BUREAU DU DVELOPPEMENT
CONOMIQUE
ET DES INVESTISSEMENTS
EXTRAIT DE DECISION
Runie le 3 Juillet 2008, la Commission
Dpartementale d'Equipement Commer-
cial de la Martinique accord l'autorisa-
tion sollicite par la SCI Diamant
Immobilier Industrie pour la creation d'un
ensemble commercial d'une surface de
vente de 728 m2 situ la Zac de Taupi-
nire au Diamant.
Le texte de la decision devra tre affich
pendant deux moi la Mairie du Diamant
Le President de la Commission Dparte-
mentale d'Equipement Commercial
Patrice Latron FA 9930

LIBERTY GALIT FRATERNITY
PRFECTURE DE LA REGION
MARTINIQUE
SECRETARIAT GNRAL
BUREAU DU DVELOPPEMENT
CONOMIQUE
ET DES INVESTISSEMENTS
EXTRAIT DE DECISION
Runie le 3 Juillet 2008, la Commission
Dpartementale d'Equipement Commer-
cial de la Martinique accord l'autorisa-
tion sollicite par la SCCV Trinit
Immobilier Industrie pour la creation d'un
ensemble commercial d'une surface de
vente de 2 007 m2 situ la Zac du Bac
Trinit.
Le texte de la decision devra tre affich
pendant deux moi la Mairie de Trinit
Le President de la Commission Dparte-
mentale d'Equipement Commercial
Patrice Latron FA 9931

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
SERVICES
Identification du pouvoir adjudicateur
Catgorie : Etablissement public territorial
Activits principles du pouvoir adjudica-









.NNM I ALSJedi0 -ag'


teur : services gnraux des administra-
tions publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Noms et adresse officials de l'organisme
acheteur :
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent: M. Pierre SAMOT, Prsi-
dent de la CACEM
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
Objet du march : Location et mainte-
nance de photocopieurs pour le compete
de la CACEM.
Type de march de fournitures :location
Lieu d'excution : CACEM
Lavis concern un march public
Les variantes ne sont pas autorises.
Les prestations ne sont pas divises en
lots
Dlai d'excution : 3 ans.
Conditions relatives au march
Modalits essentielles de financement et
de paiement:
Le financement est effectu sur les res-
sources propres de la CACEM
Dlai global de paiement :45 jours
Modalits de paiement : articles 86 98
du code des marchs publics
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement de candidates : groupement soli-
daire
Conditions de participation
* la lettre de candidature en utilisant l'im-
prim DC4 (version de avril 2007) ou un
document contenant les mmes rensei-
gnements, accompagn le cas chant,
des pouvoirs autorisant le mandataire
signer l'acte d'engagement ;
* la declaration du candidate intgralement
renseigne en utilisant l'imprim DC5
(version avril 2007) ou un document
contenant les renseignements et attesta-
tions. Les moyens matriels et humans
et les rfrences vrifiables pour des
prestations comparable datant de moins
de 5 ans seront dtaills dans un docu-
ment annexe ;
* en cas de redressement judiciaire, la
copie du ou des jugements prononcs.
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous avec leur pondra-
tion :
* Le prix : 70% :
o Prix de location :30%
o Cot copie :40%
*Valeur technique de l'offre : 30%, appr-
cie au regard des lments techniques
contenus dans le cadre de rponse :
- Presentation gnrale de l'offre;
- Presentation dtaille de l'organisation
et des moyens;
- Quality et measures environnementales.
Procedure: Procdure adapte.
Conditions de dlai :
Date limited de reception des offres : Le 22
juillet 2008 12 heures
Renseignements complmentaires
- Numro de rfrence attribu au mar-
ch par le pouvoir adjudicateur :
2008/31/DGA1/MAPA
- Dlai minimum de validit des offres: 90
jours computer de la date limited de rcep-
tion des offres
- Le dossier de consultation est tlchar-
geable sur le site de la CACEM
http://www.cacem.org
Les offres sur support paper uniquement,
sont :
* Soit remises sur place contre rcpiss,


* Soit transmises par lettre recommande
avec avis de reception postal.
Les heures de dpt sont : les lundis,
mardi et jeudi de 8h 12h et de 14h
16h ; les mercredis et vendredi de 8h
13h.
Date d'envoi du present avis : le 7 juillet
2008
Annexe I Adresses complmentaires
- Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus :
CACEM Service Gestion et suivi des
Achats
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
- Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes:
CACEM Service Procdures de mar-
chs
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58 FA 9932

CACEM
AVIS RECTIFICATIF
DE LAVIS D'APPEL PUBLIC A LA
CONCURRENCE
REPORT DE LA DATE DE REMISE
DES OFFRES
1) Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur:
CACEM Communaut d'Agglomration
du Centre de la Martinique
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
BP 407
97204 FORT-DE-FRANCE
Tel.: 05 96 75 82 72 Fax : 05 96 75 87
06
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse internet: http://www.cacem.org
2) Personne responsible du march :
Monsieur Pierre SAMOT
President de la CACEM
3) Mode de passation :
Procedure adapte
4) Type de march : Services
5) Intitul du march :
Assurances construction relative aux tra-
vaux d'amnagement du sige de la
CACEM
6) Date d'envoi de l'Avis d'appel public
la concurrence initial :
23 juin 2008
7) Date limited de reception des offres:
La date de remise des offres est reporte
du 15 juillet 2008 12 heures au
21 juillet 2008 12 heures
8) Date d'envoi de l'avis rectificatif la pu-
blication : 09 juillet 2008 FA 9933

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
FOURNITURES
Identification du pouvoir adjudicateur
Etablissement public territorial
Activity principal : services gnraux
des administrations publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Nom et adresse officials du pouvoir adju-
dicateur
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P.407
97204 Fort de France Cedex
Tl: 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : Pierre Samot, Prsident
de la CACEM
Adresse Internet : infos@cacem-mq.com
Adresse du profile acheteur (URL)
http://www.cacem.org
Objet du march
Objet : Prestation de tlphonie mobile


pour le compete de la CACEM.
Type de march de services: 5
Classification CPV : 642 12 000 5 (ser-
vices de tlphonie mobile).
Lavis concern un march public
Caractristiques principles :
Le march comprend la furniture de
lignes tlphoniques ainsi que les termi-
naux mobiles affrents.
Le march est pass pour une dure de 2
ans.
Le montant minimum des commander
sur la dure du march est de 100 000 E
hors taxes
Le montant maximum des commander
sur la dure du march est de 180 000e
hors taxes
Conditions relatives au march
Modalits essentielles de financement :
resources propres de la CACEM et Etat
Dlai global de paiement :45 jours
Modalits de paiement : articles 86 98
du code des marchs publics
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement de fournisseurs : groupement so-
lidaire
Conditions de participation
* la lettre de candidature en utilisant l'im-
prim DC4 (version de avril 2007) ou un
document contenant les mmes rensei-
gnements, accompagn le cas chant,
des pouvoirs autorisant le mandataire
signer l'acte d'engagement;
* la declaration du candidate intgralement
renseigne en utilisant l'imprim DC5
(version avril 2007) ou un document
contenant les renseignements et attesta-
tions. Les moyens matriels et humans
et les rfrences vrifiables pour des
prestations comparable datant de moins
de 5 ans seront dtaills dans un docu-
ment annexe ;
* en cas de redressement judiciaire, la
copie du ou des jugements prononcs ;
* l'imprim DC7 ou les attestations et cer-
tificats fiscaux et sociaux dlivrs par les
administrations prouvant qu'il a satisfait
ses obligations fiscales et sociales au 31
dcembre 2007;
* une attestation de furniture de dclara-
tions sociales manant de l'organisme de
protection social charge du recouvre-
ment des cotisations et des contributions
sociales lui incombant et datant de moins
de six mois ;
Capacity conomique et financire r-
frences requises
- la declaration du candidate intgralement
renseigne en utilisant l'imprim DC5
(version d'avril 2007) ou un document
contenant les mmes renseignements et
attestations.
Rfrence professionnelle et capacity
technique
* Les moyens matriels et humans et les
rfrences vrifiables pour des presta-
tions comparable datant de moins de
cinq ans seront dtaills dans un docu-
ment annexe
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous avec leur pondra-
tion
- valeur technique de l'offre : 30%
- prix global des prestations :70%
Procedure
- Procedure adapte
- Conditions de dlai :
Date limited de reception des offres : le 7
aot 2008 12 heures
Date d'envoi du present avis la publi-
cation : 10 juillet 2008
Autres renseignements
- Numro de rfrence attribu au mar-
ch par le pouvoir adjudicateur :
2008/09/DGA1/MAPA
- Dlai minimum de validit des offres: 90
jours computer de la date limited de rcep-
tion des offres


- Le Dossier de Consultation des Entre-
prises peut tre rcupr sur le site de la
CACEM l'adresse suivante
http://www.cacem.org. Seules les offres
sous forme paper dposes ou envoyes
l'adresse indique dans la rubrique
"Adresse auprs de laquelle les offres
doivent tre dposes" dans le dlai im-
parti seront acceptes. Par consquent,
les offres transmises par voie lectro-
nique ne seront pas prises en considra-
tion.
- Heures d'ouverture des bureaux : du
lundi au vendredi de 8h 13h
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction des recours : Tri-
bunal Administratif de Fort de France B.P
683 97264 Fort de France Cdex -Tl.
: 0596.71.66.67 Fax : 0596.63.10.08
- Adresses complmentaires :
Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements complmentaires peuvent tre
obtenus
- renseignements d'ordre administratif:
CACEM Service Gestion et suivi des
achats
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
- renseignements d'ordre technique
CACEM Direction de l'informatique et
tlphonie
Tl :0596.75.04.59
Adresse auprs de laquelle des docu-
ments peuvent tre obtenus et adresse
laquelle les offres doivent tre envoyes
CACEM Service Procdures de mar-
chs
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax :0596.75.54.58
Le President
Pierre SAMOT FA 9934

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
SERVICES
Identification du pouvoir adjudicateur
Etablissement public territorial
Activity principal : services gnraux
des administrations publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Nom et adresse officials du pouvoir adju-
dicateur
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl :0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : Pierre SAMOT, Prsident
de la CACEM
Adresse Internet : infos@cacem-mq.com
Adresse du profile acheteur (URL) :
http://www.cacem.org
Objet du march
Objet du march : Conception et ralisa-
tion d'un portail Internet de l'innovation
pour le compete de la CACEM
Type de march de services :7
Classification CPV (Vocabulaire Commun
des Marchs) :
*Objet principal: 32412110-8: Rseau In-
ternet
*Objet complmentaire : 72262000-9 :
Services de dveloppement de logiciels
Lieu d'excution: locaux du titulaire et lo-
caux de la CACEM
Lieu de livraison : CACEM
L'avis concern un march public
Caractristiques principles :










NNN1-Jud 'I Juillet 20


Conception et ralisation de 3 sites Inter-
net : Technopole Martinique, Chrysalia-
CEEI, ITEC-CEEI.
Prestations annexes d'hbergement et de
maintenance.
Prestations divises en lots : non
Dure du march : 6 mois maximum
computer de la notification du march
Conditions relatives au march
Modalits essentielles de financement:
- resources propres de la CACEM ;
- subventions de la DRIRE.
Dlai global de paiement :45 jours
Modalits de pavement : articles 86 98
du code des marchs publics
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement de fournisseurs: groupement so-
lidaire
Conditions de participation
Situation juridique rfrences requires
a) La lettre de candidature ou DC4 ; en
utilisant l'imprim DC4 (version avril
2007) tlchargeable :
http://www.finances.gouv.fr/formulaires/d
aj/DClimprimes_dc/dc4.rtf ou un docu-
ment comportant les mmes informa-
tions;
b) La declaration du candidate en utilisant
l'imprim DC5 (version avril 2007) tl-
chargeable :
http://www.finances.gouv.fr/formulaires/d
aj/DC/imprimes_dc/dc5.rtf ou un docu-
ment comportant les mmes attestations
et informations ;
c) La copie du ou des jugements pronon-
cs, si l'entreprise est en redressement
judiciaire.
Capacity conomique et financire rf-
rences requises
d) Une presentation de la socit explici-
tant ou compltant les renseignements
demands dans le DC5;
Rfrence professionnelle et capacity
technique rfrences requises.
e) Une presentation des principles rf-
rences datant de moins de trois ans et v-
rifiables (indiquez les coordonnes du
client et le nom d'un contact) pour des
prestations similaires.
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous avec leur pondra-
tion
1. Prix: 40% ;
2. Mmoire technique: 60%
a. Comptences professionnelles affec-
tes la prestation ;
b. Outils mthodologiques utiliss pour
raliser la prestation ;
c. Ergonomie des interfaces de mises
jour des contenus proposs ;
d. Fonctionnalits natives du CMS ainsi
que les modifications apportes pour l'at-
teinte des objectifs dfinis au cahier des
charges, notamment cells spcifiques
la mise en place des functions avances
de gestion de bases de donnes;
e. Prennit de la plateforme logicielle de
mise jour des contenus ;
f. Evolutivit des modules de gestion des
bases de donnes.
Une enchre lectronique sera effectue
: non
Procedure
-Type de procedure : Procdure adapte
- Conditions de dlai :
o Date limited de reception des offres : 7
aot 2008 12 heures
o Dlai minimum de validit des offres :
90 jours.
Autres renseignements complmentaires
- Numro de rfrence attribu au mar-
ch par le pouvoir adjudicateur
2008/34/DGA4/MAPA
En cas de co-traitance, chaque co-trai-
tant doit transmettre les mmes docu-
ments que ceux mentionns ci-dessus,
l'exception de la lettre de candidature
(DC4).


En cas de sous-traitance dj connue,
pour justifier des capacits profession-
nelles, techniques et financires d'un o
plusieurs sous-traitants, le candidate pro-
duit les mmes documents concernant le
ou les sous-traitant(s) que ceux exigs
des candidates. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacits de ce ou ces sous-
traitant(s) pour l'excution du march, le
candidate produit un engagement crit du
ou des sous- traitant(s).
Les imprims DC4, DC5 et DC7 sont t-
Ichargeables l'adresse Internet sui-
vante :
http://www.minefi.gouv.fr/themes/marche
s_publics/formulaires/index.htm,
rubrique "formulaires pour les candidates
un march public".
En application de l'article 52 du code des
marchs publics, pourront tre limins :
a) les candidates qui n'auront pas fourni
l'ensemble des dclarations, certificates ou
attestations demands dment compl-
ts, dats et signs (cf. VI.1 infra) dans
le dlai imparti ;
b) les candidates don't les niveaux de capa-
cits professionnelles, techniques et fi-
nancires seront jugs insuffisants, aprs
analyse des lments fournis dans le
dossier de candidature (cf. VI.1 infra).
Si la CACEM constate que des pices
don't la production tait rclame sont ab-
sentes ou incompltes, elle peut dcider
de demander aux candidates concerns
de produire ou complter ces pices dans
un dlai fix dans sa demand et qui ne
saurait excder 10 jours. Pass ce dlai,
la candidature sera considre comme ir-
recevable.
- Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
cocernant l'introduction des recourse : Tri-
bunal Administratif de Fort de France B.P
683 97264 Fort de France Cdex -Tl.
:0596.71.66.67 Fax : 0596.63.10.08
- Date d'envoi du present avis la publi-
cation : 10 juilltet 2008
Adresses complmentaires:
Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements complmentaires peuvent tre
obtenus
- renseignements d'ordre administratif:
CACEM Service de Gestion et Suivi des
Achats
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72 (postes 203 ou 216)
Fax :0596.75.54.58
- renseignements d'ordre technique
CACEM Direction Gnrale de la Plani-
fication et du Dveloppement Service
ITEC-CEEI
Tl : 0596.70.62.92
Adresse auprs de laquelle des docu-
ments peuvent tre obtenus et adresse
laquelle les offres doivent tre envoyes
CACEM Service des Procdures des
Marchs
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl :0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58 FA 9935

AVIS D'ATTRIBUTION
Identification du pouvoir adjudicateur
Conseil Rgional de Martinique, M. le
president du Conseil regional de Marti-
nique, Service Routier Rgional Rue
Gaston Defferre, Cluny 97200 Fort-de-
France
Tl. :0596 59 63 00 Tlcopieur :05 96
726810
Adresse(s) internet: Adresse gnrale du
pouvoir adjudicateur : http://www.cr-mar-
tinique.fr
Type de Pouvoir Adjudicateur et activity
(s) Principale(s) : Collectivit territorial
Services gnraux des administrations


publiques.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs:
Non
Publications antrieures
- 'avis d'appel public la concurrence a
-t-il fait l'objet d'une publication ? : Oui
Si Oui rfrences de publication
Parution n 2008/S 51-069707 Annonce
n" 2008/S 51-069707 Date 13/03/2008
Parution n BOAMP A 52 Annonce 194
Date 13/03/2008
Parution n BOAMP B 52 Annonce 347
Date 13/03/2008
A-t'il fait l'objet d'une publication rectifica-
tive ? Oui
Parution n 2008/S 63-084260 Annonce
Sn 2008/S 63-084260 Date 01/04/2008
Parution n BOAMP A 63 Annonce 249
Date 29/03/2008
Parution n BOAMP B 63 Annonce 383
Date 29/03/2008
Intitul attribu au march par le pouvoir
adjudicateur:
Balayage mcanis sur le rseau routier
national et sur la voirie et quipements
des btiments rgionaux
Description succincte du march ou de
l'acquisition/des acquisitions Ces presta-
tions comprennent essentiellement :
- la signalisation rglementaire de chan-
tier,
- les preparations particulires,
- le balayage mcanis, par balayeuse de
voirie aspiratrice, des pieds de GBA, de
bordures des terre-pleins centraux et des
accotements de sections de l'autoroute
Al et des routes nationals,
- le balayage mcanis, par balayeuse de
voirie aspiratrice, de la voirie et quipe-
ments des btiments rgionaux (lyces,
muses,...)
Les prestations seront excutes dans le
cadre de marchs bons de command
tablis sur la base des montants annuels
suivants :
Lot n 1 :
-Minimum de : 250.000 ETTC
-Maximum de : 1.000.000 ETTC
Lot n* 2 :
-Minimum de : 150.000 ETTC
-Maximum de : 600.000 ETTC
Classification CPV Lot n 1 : 90211000-9
Services de balayage des rues, E063-
2 Entretien
Lot n 2 : 90211000-9 Services de ba-
layage des rues, E063-2 Entretien"
Rfrence d'identification du march qui
figure dans l'avis d'appel public la
concurrence :
balayagemcanis-08-12
Type de march :
Services
Catgorie de services : 27
Lieu d'excution ou de livraison : Ensem-
ble du rseau routier national et sur la voi-
rie et quipements des btiments
rgionaux.
Code NUTS FR 920
March couvert par l'accord sur les mar-
chs publics (AMP) : Oui
Type de procedure Ouverte
Critres d'attribution du march : Offre
conomiquement la plus avantageuse ap-
prcie, quel que soit le lot, en function
des critres d'attribution noncs ci-des-
sous :
-la valeur technique des prestations :
coefficient 5,5 se dclinant selon les
sous-critres suivants :
- Quality du SOPAQ : 30 % du coefficient
5,5.
* Pertinence du mmoire : 50 % du coef-
ficient 5,5.
* Soin apport l'tablissement des
sous-dtails de prix : 20 % du coefficient
5,5
-le prix des prestations : coefficient 4,5
Une enchre lectronique a t utilise:
Non


Valeur total finale du ou des march(s)
TTC:
478.343,11 E- Taux de TVA : 8,50 %
Intitul et numro de march ou des lots
attribus :
Balayage mcanis sur le rseau routier
national et sur la voirie et quipements
des btiments rgionaux
March n 08 SMT 001
Lot n 1 Rseau du secteur de la Sub-
division Territoriale Centre
Date d'attribution du March : 28 mai
2008
March n 08SMT002
Lot n 2 Rseau des secteurs des Sub-
divisions Routires Atlantique, Sud et
Nord
Date d'attribution du March : 28 mai
2008
Nom du titulaire / Organisme : E. COM-
PAGNIE
Adresse : Voie n 1 Immeuble Socamal
- ZI de la Lzarde
Code Postal :97232 Ville : Le Lamentin
Tlphone : 05 96 30 04 03 Tlcopieur:
05 96 51 39 48 Courriel : ecompa-
gnie@groupeseen.com
Nombre d'offres reues pour chaque lot:
5
Montant final du march ou des lots attri-
bu (s) (TTC) :
Lot n 1 : 310.083,15 Taux de TVA :
8,50%
Lot n 2 : 168.259,96 E- Taux de TVA :
8,50%
En cas de montant annuel ou mensuel :
nombre d'annes : 04 (pour chacun des
lots)
Le march est-il susceptible d'tre sous-
trait ? : Non (pour chacun des lots)
Le march s'inscrit dans un pro-
jet/programme financs par les fonds eu-
ropens : Non
Instance charge des procedures de re-
cours et auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus
concernant l'introduction de recours:
Tribunal Administratif de Fort-de-France -
Immeuble Roy-Camille Croix de Bellevue
-B.P 683 97262 Fort-de-France Cedex -
Tl : 0596-71-66-67 Fax : 0596 63.10.08
Organe charge des procedures de m-
diation : Comit consultatif interdparte-
mental de rglement amiable des litiges
relatifs aux marchs publics de PARIS
(CCIRA de Paris), 29 Rue Barbet-de-
Jouy, 75700 Paris Cedex Tl. 01 44 42
63 43. Fax .01 44 42 63 37.
Introduction des recours : Rfr pr-
contractuel article L551-1 du code de jus-
tice administrative
Dlai : de la publication de l'avis jusqu'
la fin du dlai de 10 jours suivant la noti-
fication de la lettre de rejet de l'offre.
- Recours en plein contentieux ou en
excs de pouvoir articles R 421-1 421-
3 du code de justice administrative
Dlai : 2 mois suivant la notification ou la
publication de la decision attaque
- Recours de pleine jurisdiction
Dlai : 2 mois computer de la date la-
quelle la conclusion du march corres-
pondant est rendue publique par des
measures de publicity appropries.
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse :
Le greffe du Tribunal administratif de Fort-
de-France Immeuble Roy-Camille -Croix
de Bellevue BP 683 97262 Fort-de-
France Cedex -Tl :0596-71-66-67 Fax :
0596 63.10.08
Date d'envoi du present avis la publica-
tion :
Mardi 8 juillet 2008 FA 9936







Jeudi 17 Juillet 2008 Justice n"29 Page 16


Tour Cycrist international : WILLY ROSEAU OFFRE LE TOUR

LA MARTINIQUE


Willy Roseau s'est rvl comme un coureur complete


Le jeune Willy Roseau (20 ans) a fait le
bonheur des passionns de la petite
reine. Il succde au palmars du tour au
Guadeloupen Louis Tplier. La Marti-
nique a chavir de bonheur aprs la vic-
toire de ce jeune exemplaire qui aura
gagn quatre tapes : Rivire-
Sale/Schoelcher, Robert/Macouba et
les deux contre la montre : Fort-de-
France et Rivire-Pilote. Une victoire de
la volont don't le mrite revient gale-
ment au Club Martinique, sans computer
la ferveur populaire. La Martinique re-
noue avec la victoire de belle manire,
quatre ans aprs la victoire d'Herv Ar-
cade au Lamentin. C'est d'ailleurs le
pre de celui-ci qui est le responsible
technique de la selection Martinique.
Ds la premiere tape, Willy Roseau
frappe les esprits et maintient en ha-
leine les Martiniquais. Mais les adver-
saires, qui ne sont pas venus faire de la


figuration, donnent une bonne rplique,
ce qui quilibre le tour. Les Allemands
d'abord, ensuite l'ar-
mada de Nantes sur
qui le maillot jaune
valse chaque jour, ce
qui fait dire un por-
teur nantais du
maillot, Lefranois :
"inest trop chaud ce
maillot on ne peut e
garder plus d'un
jour". La selection
guadeloupenne,
malgr une victoire
de Gne, ne sera
pas au rendez-vous
cette anne. La s- Oreilles colle
election nippone rem-
porte une tape,
celle arrivant Rivire-Pilote, le samedi


matin. Tout au long du parcours, les ro-
seaux sont de sortie pour acclamer et
porter Willy et le peloton. Un peloton
parti avec 104 coureurs le 5 juillet don't
52 valeureux ont dompt les mornes et
les lignes droites pour franchir la ligne
d'arrive au Lamentin le 13 juillet. Au
final, si l'on except quelques couacs
organisationnels, don'tt des coureurs et
suiveurs blesss par manque de vigi-
lance) le tour aura t cette anne une
vritable fte. Le Prsident du Comit
Regional, Alfred Defontis ne cache pas
sa joie, "iffaut desgars qui se donne pour
faire plaisir au public" a-t-il dclar. En-
core un autre example pour les jeunes
Martiniquais, car s'il excelle dans son
sport Willy Roseau n'oublie pas ses
tudes puisqu'il vient de russir son Bac
cette anne. En tout cas il aura permis
de faire revivre la fibre martiniquaise du-
rant ce tour.


s au transistor et roseau pour le vainqueur l'attiral
du supporter martiniquais

Toutefois, il ne faut pas oublier que la
route est encore longue pour le cy-
clisme martiniquais. Que le Roseau ne
cache pas la fort. Bravo Champion !
Classement gnral
1- ROSEAU Willy Club Martinique:
26h 55'41"
2- TEILLET Gwnael Nantes-U-Atlan-
tique: 26h 57'12"
3- LEFRANCOIS Timothe Nantes-U-
Atlantique :
27h 01' 42"

Classement par quipe
1- Nantes-U-Atlantique :
81h 16'33" 00
2- Club Martinique :
81h 27' 13" 00 03
3- Bridgestone Anchor Japon :
81h 55' 12" 00


8P0OFT




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs