Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00097
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: June 7, 2007
Copyright Date: 2007
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00097
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
\N HEBDOMADAIRE INFORMATION COMMUNS


Lgislatives 20 Q l' tour
VOTEZ POUR
IES CANDIDATE
ANTICOLONIALISTE
SPRONANT UNE
SMARTINIOUE RESPONSAB9
SDmagogie Sarkozienne :
Defense du littoral Martiniquais
Rendez-vous Dimanche 10 Juin
Sh sur le parking
"de la gendarmerie de Ste-Luce
S(Assaupamar)








Jeudi 200 Jt '2 ge


CHAMPAGNE CANNIERE : UNE MEILLEURE ANNEE


Sa ks Pass .......... P. 2

Editor ............ . 3
- Choisir de vrais dfenseurs de la
Martinique

Eco-Social ......... .. 4/5
- Travailler plus pour gagner moins
- Affaire Gnipa
- Deduction des intrts de l'emprunt
immobilier

Politique .......... .~. 4/7
- Statut et dveloppement au coeur
du dbat
- Conference de press du PCM :
Voter anticolonialiste au 1er tour

Means le Monde ......... .
- Vnzla
- Liban

Annonces Igales .. 8/11

ulitups ............. .p. 12
- Tropiques amers


Les livraisons de cannes tant aux distil-
leries qu' la sucrerie du Galion de-
vraient s'achever sous peu. Cette
anne, comme le prvoyaient les esti-
mations, la quantit de cannes devra
avoisiner les 200 000 tonnes. Les 7 dis-
tilleries agricoles talent sur 115 000
tonnes de cannes broyes afin de pro-
duire un rhum AOC, qui selon le Centre
technique de la canne et du sucre
(CTCS), alliera "harmonieusement les
notes de canne frache, d'aromates et
dpices, tout a foisfruit etfloral, avec
de subtitles variantes". La sucrerie du Ga-
lion, aprs deux dernires annes ca-
tastrophiques, voit remonter son
tonnage de broyage. "Les efforts mis en
place au niveau de Coutilindustrielse r-
vfent donc aujourd'hui payants et sont

DENTIFRICE DANGEREUX


d'autant mieuxmis profit que [es condi-
tions climatiques sont bonnes dans l'en-
semble et que les planteurs assurent un
approvisionnement rgulier", assure l'or-
ganisme technique. Les planteurs esp-
rent atteindre la barre des 85 000
tonnes en fin de rcolte pour l'usine.
Selon le CTCS, "'4prs ces quatre der-
nires campagnes cannires, la conjoncture
apparat plus favorable en 2007. Si les
conditions climatiques se maintiennent, et
si les dernires cannes coupes se rvlent
suffisamment productive, le seuildes 200
000 tonnes devrait pouvoir tre atteint
pour l'ensem6be de a filire. Vn quilibre
semble se dessiner pour cette champagne
2007, entire quality et quantit".


La Direction de la Sant et du Dvelop- l'homme avec essentiellement des at-
pement Social (DSDS) informed que des teintes du systme nerveux central
dentifrices de marque "M. COOL" et et/ou des reins, seulement si elle est in-
"EXCEL" fabriqus en Chine et impor- gre. En tout tat de cause, ces denti-
ts au Panama entire octobre et dcem- frices ventuellement presents sur notre
bre 2006 contiendraient un dpartement ne doivent pas tre utili-
paississant : le dithylne glycol. Cette ses.
substance peut tre toxique chez La DSDS rpond au 06 96 90 20 23.

L ARTISANAT EN DEUIL


"UJIUSTIC"
Administration & Rdaction :
Tl. :05 96 7 86 83
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr



Fondateur : Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E Zola
Fort-de-France Tl.: 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette: Guennal GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tl. : 0596 73 14 54


L'actuel president de la Chambre des
Mtiers, Jean-Marie Labonne, est d-
cd le 29 mai dernier, des suites d'une
longue maladie, l'ge de 49 ans. Ce
dcs a suscit beaucoup d'motion et
de consternation tant parmi les person-
nalits de l'le que parmi ses collgues
artisans. Ce chef d'entreprise boulan-
ger-ptissier la tte du "Collectif des
entreprises pour un vritable changement
de 'artisanat"avait succd Christian
Cayol lors de l'lection des nouveaux


membres de la Chambre en dcembre
2005. Selon les membres de la cham-
bre, les premires actions mises en
place voyaient poindre des rsultats
positifs. Il n'aura pas eu le temps de
mener sa tche bien. Un autre mem-
bre de la liste devrait conduire l'artisanat
martiniquais sur la voie du renouveau.
justicee" exprime sa famille et aux
membres de la Chambre des Mtiers
ses sincres condolances.


LES RETRAITES CGTM-FSM S'ADRESSENT AUX CAN-

DIDATS AUX LEGISLATIVE


Dans une lettre ouverte en date du 25
mai 2007, les retraits affilis la
CGTM-FSM "attirent attention sur le
sort des retraits de la Martinique qui ont,
de plus en plus de mal vivre dcemment
avec [a retraite". Dans le mme temps,
ils dnoncent le project du gouverne-
ment de crer une franchise sur les m-
dicaments, qui va encore pnaliser


lourdement les faibles resources. En
ce sens, ils demandent aux futures dpu-
ts de dfendre leurs revendications
sur plusieurs points, notamment : la re-
valorisation des retraites, le paiement
en fin de mois ou une prime en fin d'an-
ne pour les retraits. Par ailleurs, ils r-
clament la suppression de la RDS, du
CGS, du forfait hospitalier et de la coti-
sation maladie pour les retraits.










Samedi 9 el 16juin,

CHOISIR DE VRAIS DFENSEURS DE LA MARTINIQUE


La Martinique doit choisir des re-
prsentants l'Assemble natio-
nale franaise les samedi 9 et 16
juin prochains.
C'est important, car les dputs
font les lois et les lois dterminent
en grande parties la vie des ci-
toyens et du pays Martinique. Ils
reprsentent la Martinique.
Depuis 2002, I'UMP, suivant en
cela les injonctions du grand pa-
tronat du MEDEF, a engag un re-
modelage liberal de la socit
franaise et par voie de cons-
quence de l'outre-mer.
Au terme de cette legislature, la
Martinique a vu les ingalits so-
ciales se creuser. Le chmage
touche officiellement 42 000 Marti-
niquais (es) et la moiti des jeunes
n'ont pas d'emploi et sont sans
perspectives. La pauvret s'tend
ainsi que la prcarit.
Remise en cause du droit du tra-
vail, assouplissement des proc-
dures de licenciements collectifs,
creation d'un contract d'embauche
jeta6(e", le CNE, affaiblissement
de la scurit social au bnfice
des grandes socits d'assu-
rances, demolition des Mutuelles,
casse des services publics (sant,
education), cadeaux fiscaux consi-
drables (dfiscalisation) aux pos-
sdants et allgements de
charges patronales sans qu'il soit
prouv que cela a cr des em-
plois, accentuation de la "vie cire",
dclenchement d'une speculation
foncire et immobilire effrne
engendrant la dpossession de
leur terre par les Martiniquais, as-
phyxie de l'habitat social, pollution
de terres nombreuses par les pes-
ticides don't le tristement clbre
chloredcone, etc. La liste des
fruits amers de cette politique de
rgression conomique et social
n'est pas fine si on considre le
grave danger pour notre identity
de la poursuite du 'gnocide par


su6stitution"alors que le pays vieil-
lit rapidement et que le renouvel-
lement des gnrations n'est plus
assur.
L'lection de Nicolas Sarkozy la
Prsidence de la Rpublique, d-
cid en finir avec le "modwe so-
cial' franais (la "rupture") et
convaincu que la colonisation a eu
un "rlepositf"'et qu'elle constitute
un projectt de civilisation" constitute
une donne politique entirement
nouvelle. Cela signifie l'aggrava-
tion de cette politique librale et
colonialiste.
La droite martiniquaise est rentre
au bercail de I'UMP sarkozienne.
Mme ceux qui, un temps avaient
admis la ncessit d'une volution
institutionnelle comme Alfred Al-
mont, ont renonc et opposent
strilement Statut et Dveloppe-
ment, comme leur nouveau matre
d'au-del les ocans.
Il faut donc des dputs dcids
rsister et lutter contre les mau-
vais coups qui vont redoubler.
Le Parti Communiste Martiniquais
a interrog les candidates la d-
putation suivant trois axes, trois
critres principaux (voir lettre dans
jlustice"de la semaine dernire) :
1) Leur attitude face au pro-
gramme no-conservateur de d-
vastation social de Sarkozy.
2) Leur engagement lutter pour
obtenir des measures d'urgence
pour la Martinique : priority d'em-
ploi pour les Martiniquais, stopper
la speculation foncire et immobi-
lire, agir contre la vie chre,
maintien de la prquation du prix
de l'lectricit, etc.
3) Leur determination relancer
le processus d'volution statutaire
pour doter la Martinique d'un vrai
pouvoir autonome avec une Col-
lectivit unique afin de mettre en
place un nouveau type de dve-
loppement.


Michel Branchi


Certes, la multiplicit des candida-
tures rend les lecteurs perplexes
et entretient une certain confu-
sion.
De plus, l'affrontement de candi-
dats de gauche ayant des posi-
tions idologiques proches est
singulirement dmobilisateur.
Ainsi, que penser de la querelle
Letchimy Edmond-Mariette, tous
deux autonomistes, s'accusant
mutuellement de propos inju-
rieux?
Et quelle est l'utilit de la concur-
rence Conconne Cayol, tous
deux se proclamant autonomistes
et revendiquant qui mieux-mieux
l'hritage csairien ?
L'enjeu est cependant trop impor-
tant pour s'arrter ces consid-
rations.
Au premier tour, les lecteurs
communists et ceux qui font
confiance au PCM iront voter et
voteront gauche et anticolonia-
liste en se dterminant partir des
critres que nous avons noncs
et y ajoutant leur appreciation mo-
rale sur le dvouement, l'coute,
la sincrit et les qualits de s-
rieux et de travailleur des candi-
dats(es).
Car la Martinique a besoin de pou-
voir s'appuyer sur de vrais dfen-
seurs dans les cinq ans venir.











"Travaiiler pus pourgagner moins" :

L'ESCROQUERIE SARKOZY L'OEUVRE


Ce sont les patrons qui dcident de faire des heur
Le project de dfiscalisation des heures
supplmentaires rvise dans les
grande largeurs le mot d'ordre de cam-
pagne de Sarkozy : "'ravai(lerplus pour
gagnerplus".
Il s'agissait alors de faire croire aux
lecteurs qu'on allait trouver une astuce
qui permettrait d'amliorer leur niveau
de vie sans qu'il soit ncessaire de re-
vendiquer des augmentations de sa-
laires auprs des grande socits ou
de changer un systme qui trangle
trop de PME. Bien sr, cette measure
don't le president avait fait un emblme
de sa champagne peut sembler plus in-
dolore que l'instauration de la franchise
mdicale qui va rendre la sant payante
pour l'immense majority des salaries
modestes. Elle risque nanmoins
d'avoir des consequences tout aussi d-
sastreuses.


soutiennent
par ailleurs le
systme lib-
ral, ont rendu
un rapport au
Conseil d'ana-
S lyse cono-
-p mique qui en
Sfait la dmons-
tration.
Premier d-
--- faut, cette me-
sure va tout de
suite frapper
res supplmentaires es itoyens au
les citoyens au
porte-monnaie.
"'Vn risque de cot exor6itant pour esfi-
nances pu6eques", notent les experts.
Consequence : ces sommes seront pr-
leves sur les budgets publics et donc
sur des dpenses utiles socialement.
Deuxime inconvnient, les entre-
prises vont prfrer payer des heures
supplmentaires puisqu'elles cote-
raient moins que d'embaucher des sala-
ris. Dj les heures supplmentaires
reprsentent 680 000 postes temps
plein sur toute la France. A ces gros d-
gts sur les chiffres de l'emploi s'ajou-
terait une pression sur l'ensemble des
salaires. Les chefs d'entreprise crase-
raient le niveau normal des rmunra-
tions en menaant de recourir aux
heures supplmentaires. Or c'est no-
tamment le faible niveau des revenues
qui fait stagner la croissance au-


jourd'hui. C'est travailler plus pour ga-
gner moins
Enfin cette measure abaisserait le cot
du travail pour les grande entreprises
qui accumulent de faramineux profits et
rduirait aussi les droits sociaux. De fait,
une grande parties des heures suppl-
mentaires n'est pas paye l'heure ac-
tuelle ; alors demain, si elles se
multiplient seront-elles mieux payes ?...
De surcrot, les salaries ont rarement
la possibility de dcider de leurs ho-
raires. C'est l'employeur qui fixe les r-
gles du jeu avec, si le project de Sarkozy
l'emporte, plus de cartes encore dans
son jeu.
Rsumons les donnes du problme :
les travailleurs franais sont les salaries
les plus productifs au monde ; la France
est aussi une zone de bas salaires en
Europe avec une majority de feuilles de
paie infrieures 1300 euros, les tra-
vailleurs martiniquais subissent un sup-
plment de vie chre qui s'accrot ; les
profits des grandes socits explosent
et les dividends verss aux action-
naires progressent encore plus vite ; le
chmage, mme dissimul par les ra-
diations et l'extension de la prcarit,
demeure explosif. Tout cela serait am-
plifi par la dfiscalisation des heures
supplmentaires. Faut-il alors aggraver
l'addition en portant au Palais Bourbon
une majority UMP si crasante qu'elle
empcherait que les salaries trouvent
un cho de leurs luttes et de leurs re-
vendications au coeur de l'Assemble ?
A.G


AFFAIRE GNIPA :


Le Tribunal administratif de Fort-de-
France a examin le 31 mai dernier, sur
le fond, la requte en annulation du
permis de construire du centre commer-
cial de Ducos dpose par les associa-
tions cologiques don't l'Assaupamar.
Cette dernire veut obtenir, malgr l'ou-
verture du centre, l'annulation du permits
de construire dlivr en 2004 par la mu-
nicipalit de Ducos. Lors de leurs plai-
doiries le commissaire du
gouvernement, l'avocat de la socit
Dolibam (Hayot) et celle de la ville de
Ducos ont cart les moyens dvelop-
ps par les associations cologiques. Ils
ont rclam le rejet de la requte de
l'Assaupamar. Le conseil de l'Associa-
tion cologique Assaupamar, Claudette
Duhamel, tient un autre discours, fai-


sant valoir que ce centre est dangereux,
plac dans un zone humide et que "Ce
plan des prventions des risques n'a pas
t respect. Selon elle, malgr l'ouver-
ture de ce centre, "nous ite pouvons pas
nous pennettre d'arrter. Depuisplus de
cinq ans, I'fssaupamar s'est lance dans
cette 6ataille mais effe risque, devant fa
volont des "puissants" et faute d'une
forte mobilisationpublique, de voirpros-
prer ce nouveau lieu de consommation
construit au dtriment de [a nature et du
dveloppement de notre pays". Le juge-
ment a t mis en dlibr.
C.B.


Matre ;laudetie uunamel, advocate ce IAssaupamar









Dduction des intrts 'emprunts immo6iliers:

DMAGOGIE SARKOZYENNE. EN RALIT, PAS DE PLACE

POUR LES MOINS FAVORISS.


Nicolas Sarkozy a tranch : "fa d-
dlction du revenue imposa6be des intrts
des emprunts contracts pour rachat de
sa residence principal s'appliquera tous
[es emprunts en course contrairement
l'avis de son ministry du budget,
des comptes publics et de la fonc-
tion publique, Eric Woerth, qui di-
sait une semaine auparavant que
cette measure tait applicable uni-
quement aux residences princi-
pales don't l'acte authentique de
vente aurait t sign le 6 mai,
date de l'lection du president de
la Rpublique franaise.
Sarkozy drague les lec-
teurs avant les lgislatives.
C'est une measure qui vise
soutenir le march de
l'immobilier, et qui risque
d'entraner un emballement
des prix, renforant encore
un peu plus le caractre li-
tiste de cette measure. Les
banques vont galement
tre les grands gagnants
de cette measure alors
qu'elles sont les principaux
acteurs et bnficiaires de
la speculation.
La flambe des prix de l'immobilier
risque d'annuler les gains fiscaux
des accdants la proprit qui
risquent de voir le cot des prts
qu'ils seront amens contractor
alourdi.
Cette measure sera bien videm-
ment populaire, notamment chez
les jeunes "primo-accdants" confron-
ts des niveaux de prix devenus
fous pour l'accession la pro-
prit, notamment en Martinique
en raison des effects de la dfisca-
lisation Pons-Girardin Pourtant,
elle couvre de fume des contre-
parties qui risquent de s'avrer
trs dures. Mme si l'on ne
connat pas encore le primtre et
les modalits d'application, il y a
fort parier que les principaux b-


nficiaires seront ceux qui dispo-
sent de la plus grande capacity
d'endettement, c'est--dire les
plus riches. La measure profitera
donc ceux qui peuvent dj in-
vestir. En effet, beaucoup de gens
veulent devenir propritaires et
n'en ont pas les moyens.
L'OCDE (Organisation Commune
de Dveloppement Economique)
vient pourtant de conseiller aux
Etats-Unis d'en finir avec un dis-
positif analogue parce que -"[es
avantagesfiscaux ont surtout bnfici


Sarkozy favorite la speculation immobilire

aux manages revenue lev pouvantfaci-
lement accder la proprit".
A l'inverse, les categories les plus
populaires qui ne pourront pas ac-
cder la proprit via ce dispo-
sitif risquent de voir disparatre la
possibility de prt taux zro
(PTZ). Le cot de cette measure (4
milliards d'euros par an) se conju-
guera au dogme de la croissance
zro en volume des dpenses pu-
bliques. Rsultat : une diminution
du financement du logement so-
cial. Dans la "France d'aprs" selon
Nicolas Sarkozy, la solidarity n'a
pas plus de place que les catgo-
ries sociales les moins favorises.
Faire de la France un pays de pro-
pritaires tait une ide dj avan-
ce par Valry Giscard d'Estaing,
il y a plus de trente ans. C'est


donc un vieux thme politique et
idologique de la droite qui va de
pair avec le souci d'accrotre la
proprit prive locative au dtri-
ment de la proprit social. En le
mettant en avant lors de la rcente
champagne lectorale, Nicolas Sar-
kozy a voulu surfer sur une aspi-
ration exprime par un nombre
important de nos concitoyens.
Selon La Confdration national
du logement (CNL), "cette measure est
injuste et dangereuse; injuste car l'exp-
rience rcente a montr que chaque fois
qu'une diminution d'impt tait
opre, elle tait plus profitable
auxgros contribuables acqureurs
de biens plus important qu'aux
contribuables modestes ; dange-
Sreuse car tout advantage fiscal
consent dans le domain de 'im-
mo6ilier est rcupr en grande
S parties par augmentation des pri
de acquisition des 6iens; dange-
reuse galement care risque existe
que, pour compenser cette moins-
vazie fiscal important, egouver-
nement ampute encore plus le
budget logement dans (a loi defi-
nances 2008.
Ilest donc scandaleuxque la premiere me-
sure gouvernementale annonce ne
concern ni la mise en oeuvre relle et ef-
ficace du droit au fogement opposable, ni
une politique dynamique de construction
de logements vrita6iement sociaux, ni
une augmentation substantielle des aides
personnelles .
De ce point de vue, il est urgent de
recalibrer le prt taux zro exis-
tant afin d'amliorer son efficacit
et de l'tendre, prioritairement en
direction des families les plus mo-
destes ; d'autre part, les formules
de location attribution devraient
tre favorises. Pour conclure,
l'urgence en matire de logement,
c'est la rponse la plus social.
A.G










Echos des gislatives:

STATUT ET DEVELOPPEMENT CONOMIOUE AU COEUR DU

DEBAT
------ -I


Dans la champagne en folie, quelques
propos lus ici ou l.
* Serge LETCHIMY (PPM) : Propos
injurieux et mprisants de PH. ED-
MOND-MARIETTE
Serge Letchimy, Prsident du PPM, d-
nonce : "Compte tenu des propos inju-
reux et mprisants(...) du candidate
(Phiippe Edmond-Mariette (..)je reste-
rai dans [a (igne que je me suis toujours
fixe, c'est--dire le respect de 'autre, la
presentation de mon programme et ma d-
termination lever le d6at(..)"
"Nous souhaitons un cadre institutionnel
qui donnerait la Miartinique de vraies
comptences et de vrais pouvoirs... Nous
nous battrons pour un dveloppement qui
correspond une philosophie qui irait
jusqu' reconnatre aux Mvartiniquais le
statut de peuple et lever la Mvartinique
au rang de pays".

* Philippe EDMOND-MARIETTE
(BPM) : Incorrections, mpris de
Serge Letchimy
Le dput sortant affirme qu'il dtient la
preuve que, dans l'exercice de son
mandate de dput, "le maire de Fort-de-
France et ses adjoints ont manifest in-
corrections, mpris, non respect de
C'thique et des rges rpu6licaines".
"Moije n'aijamais considr que dans 1a
construction d'un pays, i[pouvait y avoir
un seuliomme ou une seue femme provi-
dentiels".

* Francis CAROLE (PALIMA) : Non
la soupe aux Kankans
La cam-
pagne des
Igislatives
ne saurait
se rduire
dans le
Centre
"la soupe
Saux kan-
ians" entire
reprsen-
tants des
villes de
Fort-de-France et du Lamentin et un
"drisoire et strile concours de muscles et


de postures entire le candidate de (Btir et
celui du Il y a urgence "dfendre la .Martinique
et construire 'avenir".
Il pursuit : "II nous faut un pouvoir local
plus fort, une collectivit unique avec un
excutif unique". Et de proposer pour
prserver le terroir et le patrimoine de la
Martinique menac par la speculation
foncire "une loifoncire qui dtenninera
les conditions d'achat et de vente des
terres".

* Catherine CONCONNE (PPM) :
Dbat sur les differences PPM/RDM
La candidate PPM dans le Nord-Ca-
rabe considre que "les deux candida-
tures PPMP et XRDM sont fgitimes (..)
Vn matin, factuelprsident du RDM a
dcid de rompre avec fe PPM pour mon-
ter son parti. C'est une decision impor-
tante et c'est bien qu'ily ait un dbat
autour des adffrences qui ont conduit
cette rupture .
"Comment vont se traduire ces lgislatives
sur des ides plus locales ? Ilen dcoulera
remain notre force de resistance en tant
qu'lu de gauche dans une assemble peut-
tre majoritaire droite, avec un gouver-
nement 6bind avec des figures de proue de
f VUM

6lique, ministres. Pour moi, c'est le vri-
table test".

* Claude CAYOL (RDM) : D'abord
battre le dput de droite
Le candi-
dat RDM
dans le
Nord-Ca-
rabe es-
time que
ces lec-
tions sont
un pre-
mier test
pour son
nouveau
parti, le
RDM et "pour les ides que nous dfen-
dons, la justice, 'galit des chances face
un candidate de droite qui reprsente le


libralisme".
Et de prciser : "L'objectif c'est d'abord
de battre le dput de droite. Nos ides
sont claires sur le plan institutionnel: une
collectivit unique, une assemble
unique".

* Alfred ALMONT (UMP) : Retour au
bercail dpartementaliste
Le dput
sortant du
Nord-Ca- -'S
rabe qui
avait vot
oui" la
consulta-
tion popu-





mais de manire contradictoire. Il obit
aux injunctions de Sarkozy et des oxy-
ds des FMP (F Moun P).
Se rendant compete tardivement que nos
rapports avec l'Europe nous contrai-
gnent des "combats difficiles" pour
faire valoir nos droits la difference,
drogation, la prfrence communau-
taire, "sinon mme statute drogatoire"
en application de l'article 299-2 du
Trait de l'Union sur les RUP, il de-
mande que cet article, base de notre
appartenance l'Union europenne,
"reconnaisse notre profit un droit per-
manent drogation". Cela, dit-il fort
bien, "conditionne la survive de notre co-
nomie".
S'agissant du cadre statutaire dans la
Rpublique franaise, il reconnat que
"les choses doivent voluer, mais dans la
scurit de nos institutions comme le sou-
liaitent les populations".
Et de conclude, come Sarkozy : "C'est
l'occasion, pour ce qui nous concern, de
dplacerle dbat du romaine statutaire
celui du dveloppement conomique et so-
cial'. Exit l'volution institutionnelle.
Et Almont de se contender des maigres
possibilits d'adaptations lgislatives et
rglementaires donnes par la loi orga-
nique vote le 21 fvrier 2007 en appli-
cation du novel article 73 de la







Ji 1 2Y


Constitution.
Comme la Runion, il propose de re-
dfinir les champs de comptences des
deux Collectivits et Assembles ac-
tuelles.
Ainsi Almont tombe dans l'ornire de
l'opposition artificielle entire volution
statutaire et dveloppement cono-
mique.
Droit drogation permanent, voire sta-
tut drogatoire par rapport l'Union eu-
ropenne, mais statu quo et simple
amnagement des comptences face
la Rpublique franaise. Singulire
contradiction !

* Alfred MARIE-JEANNE (MIM) :
Commenons par l'autonomie
Le dput sortant du Sud affiche la cou-
leur clairement sur la question institu-
tionnelle. Il proclame : "On ne peut pas
prtendre grer un pays comme la Marti-
nique en restant 7 000 kilomtres. Le
temps de la dconcentration pour le pr-
fets est termin. Le temps de la dcentra-
lisation est galement termin. Le temps


du pouvoir
commence.
On peut
donc, en at-
ten da nt
pirs, com-
mencer par
l'autono-
mie". Le
mot "auto-
nomie" qui
tait tabou parce qu'invent par les
communists est lch. Tant mieux. Par
contre, face au programme ultralibral
et antisocial de Sarkozy, jusqu'ici c'est
apparemment le silence.

* Andr LESUEUR (UMP-FMP) : le
"~'senRayageM n'est jamais venu
Le prototype des oxyds de la droite d-
partementaliste, adversaire du Prsi-
dent du Conseil regional dans le Sud,
dclare : Kous sommes engags dans le
combat pour le dveloppement cono-


inique. Cette histoire devolution de statut
qui compose fessentieldu programme du
dput sortant, ne m'intresse gure (..)
Je rappelle que le people martiniquais, le 7
dcembre 2003, s'est librement exprim.
Mais, come un enfantgt, ilveut reve-
nir sur cette affaire. Je crois que la ,Mar-
tinique a besoin de stabilit
institutionnelle, de paLk institutionnelle
pour enfin regarder i'avenir en face et se
concentrersurson dveloppement. Ce d-
veloppement, nouspouvons 'amorcerdj
avec la zonefrancie glo6ale. Je sais que ce
n 'est pas la panace(..). Ily a deux col-
lectivits, ily a les comptences et ily a
[es moyens d'amorcer le "dsenkayage" qui
n'estjamais venu. Or la volont eprime
est d'avoir du pouvoir et tout le pouvoir
(..) Nous ne serons pas les nouveau
boat people de la Carafe (..)".
M.B.


Conference de press du PCM.

VOTER ANTICOLONIALISTE AU IER TOUR


Avant le premier tour des lections I-
gislatives, le Parti Communiste Martini-
quais tenait une conference de press
pour donner sa position. Etaient pr-
sents ATV, RFO radio et tl, France-
Antilles et KMTLCL. Fernand Papaya,
Michel Branchi et Emile Capgras ont ex-
pos les lments permettant aux lec-
teurs de faire "Ce bon cioib" (voir dito).
Pour le Parti, au vu du nombre de can-
didats, trois critres essentiels doivent
guider les lecteurs au premier tour :
1) La resistance face aux programme
de devastation social de Sarkozy.
2) L'engagement sur des propositions
d'urgence pour la Martinique : priority
d'emplois des Martiniquais, stopper la
speculation financire, lutter contre la
vie chre et reliever le pouvoir d'achat.
3) La volont de relancer le processes
de changement statutaire et rassem-
bler les forces de progrs et anticolonia-
listes. A une question sur le ton de la
champagne, selon Michel Branchi, les
questions touchant au dveloppement
et l'volution institutionnelle ont t
voques par les candidates. Certains
d'ailleurs n'ont pas hsit faire le lien.
Il a dplor cependant les attaques per-
sonnelles. Pour le second tour, le Parti
se dterminera en function des rsultats
et de l'analyse du premier tour.


Selon le dernier sondage dvoil par
ATV le jeudi 30 mai dernier et ralis
par Open-Soft-System, il en resort
que la premiere priority des Martini-
quais est axe sur la lutte contre le
chmage et le flau de la drogue. Tous
les dputs sortants ont t jugs effi-
caces.
Quelques chiffres recueillis auprs des
400 personnel sonds :
- Le Centre, au 1er tour, Serge Let-
chimy (PPM) l'emporterait devant Phi-
lipe Edmond-Mariette (Btir) avec 51%.


* Dans le Sud Alfred Marie-Jeanne
(MIM) est crdit de 64% devant Ray-
mond Occolier (FSM).
* Sur la circonscription Nord-Atlan-
tique, le candidate Louis-Joseph Mans-
cour sort en tte avec 38% devanant
Guy Lordinot.
* Au Nord Carabe, 38% des sonds
portent Alfred Almont au 1er tour de-
vanant Catherine Conconne (PPM)
et Claude Cayol (RDM).


Emile Capgras, Michel Branchi et Fernand Papaya

SONDAGE ATV OPEN-SOFT-SYSTEM










VNZULA : MANIPULATION IMPRIALISTE

POUR LA PRTENDUE DEFENSE D'UNE TLVISION PRIVE


La tension
rgne Ca-
racas et
dans d'au-
TS tries villes du
Vnzula
cause de la
decision gouvernementale de ne pas
renouveler l'autorisation d'mettre de
Radio Caracas Tlvision (RCTV), de-
puis le 27 mai 2007, minuit.
RCTV, l'une des plus anciennes tlvi-
sions du pays, a t accuse par Cha-
vez d'avoir pris une part active au coup
d'Etat don't il a t victim en 2002, et
elle continue ses activits subversives
en faisant l'apologie du "magnicidio",
c'est--dire en appelant liminer phy-
siquement le president de la Rpu-
blique.
Les propritaires de RCTV, tlvision
qui, dit- on, emploie 3 000 personnel,
ont ragi en menant une champagne m-
diatique et politique, national et inter-
nationale, contre la decision
gouvernementale, accusant Chavez de
violer les droits de l'homme et d'touffer
la libert de la press.
A l'approche de la date du 27 mai, les
manifestations ont commenc se mul-
tiplier dans le pays, qui continent en-
core afin de faire flchir le
gouvernement. Les tudiants y pren-
nent une part decisive notamment ceux
de deux universits de Caracas rser-
vs la grande bourgeoisie : l'Univer-
sit Simon Bolivar (USB) et l'Universit
Catholique Andrs Bello (UCAB).
L'assassinat recent d'une tudiante de
I'UCAB par deux individus qui ont avou
la police avoir touch 10 millions de
bolivars (4 650 dollars) pour commettre
ce crime est venu envenimer la situa-


Retour en arrire
pour comprendre
Pour comprendre cette crise, il faut sa-
voir que ds son election en 1999, Cha-
vez qui avait fait champagne en affirmant
sa volont de faire une "rvofution paci-
fique et dmocratique" s'est heurt
l'hostilit de l'oligarchie national, aux
vieux parties politiques de la 4ime R-
publique, la hirarchie catholique. Il a
surtout fait une politique rsolument fa-
vorable aux pauvres, qui constituent la
majority de la population, jusqu' pro-
clamer son intention d'instituer au V-
nzula le "socialisme du 2lime sicle".
La lutte des classes dans ce pays est
donc d'une intensity insouponnable
l'tranger. Chavez occupe le terrain po-
litique et mdiatique en permanence
dialoguant avec le people chaque di-
manche depuis bientt huit ans.
De son ct, l'opposition de droite
cherche par tous les moyens le dsta-
biliser, voire l'liminer. Aprs avoir
tent le coup d'Etat, elle a eu recours
la "grve civique national" qui a para-
lys le pays de dcembre 2002 jan-
vier 2003. On a vu alors FEDECAMARA
(l'quivalent du Medef franais) s'allier
la CTV (Confdration des Travail-
leurs Vnzulienne) pour touffer l'ac-
tivit conomique et faire tomber
Chavez en privant le pays de ptrole.
Cela a t un nouvel chec. Par la suite,
l'opposition a refus de participer aux
lections lgislatives, ce qui explique
que tous les dputs actuels sont des
partisans de Chavez. L'opposition,
aprs avoir rflchi, a particip aux der-
nires lections prsidentielles, pour
subir un nouvel chec. Elle avait ni que


le coup d'Etat de 2002 en ft un, prf-
rant faire valoir un "viLe du pouvoir" et
prtextant que Chavez avait "dnis-
sionn". Les juges d'alors avaient valid
la thse de la "dmission"et du videe du
pouvoir" et aucun des auteurs du coup
d'Etat n'a t inquit.
Des mdias utiliss
comme arme de combat
Les mdias aux mains de l'oligarchie,
forts de cette impunit, ont continue de
plus belle leur activity politique destine
renverser Chavez et son gouverne-
ment, lesquels, de leur cot, ont amplifi
le combat idologique travers les m-
dias officials.
Au Vnzula aujourd'hui, la libert de
la press existe, mais aucun mdia
n'est neutre :les radios, tlvisions et
journaux qui ne sont pas pour Chavez
sont contre lui.
RCTV, la plus active des tlvisions op-
poses Chavez, son gouvernement,
et au socialisme, mais acquise la CIA
et l'imprialisme U.S, s'est vu appli-
quer une measure lgale, perue comme
injuste, mais inattaquable sur le plan ju-
ridique.
La nuit du 27 mai, le gouvernement a
lanc une nouvelle tlvision dite "pu-
6lique", en utilisant le canal jadis occup
par RCTV :TVES.
Cela veut dire qu'il n'y a aucune esp-
rance que RCTV se voie attribuer
nouveau son ancienne frquence.
RCTV n'a pas t supprime, mme si
le coup est rude encaisser.
L'agitation des tudiants et autres ci-
toyens ne fera pas le gouvernement re-
venir sur sa decision, et encore moins
les pressions internationales.
M.Belrose


LIBAN : UN TRIBUNAL INTERNATIONAL


Cdant la pression des allis de
Washington-dont la France- l'ONU
vient de dcider la creation d'un tribunal
international pour l'assassinat du 1er
ministry du Liban Rafic Hariri. Cela
alors que l'enqute elle-mme n'est pas
acheve. Cette decision voulue par les
occidentaux, n'ont qu'un but : vouloir
tout prix discrditer la Syrie et pourquoi
pas,-donner l'occasion d'une offensive
militaire contre ce pays. Ainsi que I'a af-
firm le president de la Rpublique du
Liban, elle risque de dclencher la
guerre civil, car elle tend renforcer la


position des forces politiques acquises
aux USA, au dtriment de l'opposition
dmocratique compose entire autres
du Hezbollah, du courant patriotique et
du Parti Communiste libanais. Les USA
qui n'ont pas voulu d'un tribunal inter-
national pour l'empcher de juger leurs
ressortissants, n'ont pas le souci de
faire triompher une quelconque justice.
Leur intention est d'instrumentaliser et
de manipuler la decision de l'ONU pour
mieux trouver des prtextes pour sau-
vegarder les intrts, notamment ceux
de leurs companies ptrolires dans


une region dj ravage par la guerre
A.C




AVIS DE CONSTITUTION
II a t ralis sous seing priv en date du
30-5-07 la constitution d'une socit (SCI)
Denomination social : SCI LA CARBE-
TIENNE
Capital : 3000 euros, divis en 30 parts
gales
Sige Social :c/o Eddy OULY, Habitation
Terrier Petit-Bourg-97215 Rivire-Sale
Objet Social: Acquisition,prise en loca-
tion,location de tous biens immobiliers de




leur,mise en location et exploitation.
Dure : 99 annes computer du 30.05.07
Co-Grance : Melle ANDRE Dina et Mr
OULY Eddy
Immatricule au registre du Commerce
et des Socits de Fort de France
Pour avis, Les co-grants FA 8005

AVIS DE PUBLICITY
ANTILLES TRANSIT SERVICES
A.T.S.
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE : 8 000E
SIGE SOCIAL : CENTRE DILLON
VALMENIRE
ROUTE DE LA POINTE DES SABLES
97200 FORT-DE-FRANCE
Par decision en date du 10 mai 2007, les
associs, statuant en application de
l'article L223-42 du code de commerce,
ont dcid qu'il n'y avait pas lieu disso-
lution e la socit
L'inscription modificative sera porte au
RCS tenu par le greffe du Tribunal mixte
de commerce de F-de-F
pour avis,
Le grant. FA 8006

STORISARL
AU CAPITAL DE :7 622.45e
43, RUE GUEYDON
97270 ST ESPRIT
RSC -F-DE-F -97B817
Par assemble gnrale extraordinaire
du 15 mai 2007, les associs ont accept
la dmission du grant Mme Marinette
TORPILLE et ont nomm
M. ALAIN CHRISTOPHE HAYOT en rem-
placement
Pour avis,
Le Grant FA 8007

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 25
mai 2007, il a t constitu une socit ci-
vile immobilire capital variable, la-
quelle prsente les caractres ci-aprs :
DENOMINATION : S.C.I. LES TER-
RASSES DE BELFOND
Objet : gestion d'immeuble
Sige social: 1 rue Faubourg La Camille
97200 FORT-de-France
Dure : 99 ans
Capital : 500.00O
Grant : Monsieur MARIGNAN Roger, de
nationalit franaise, demeurant : 1 rue
faubourg la camille
97200 FORT-de-France
parts : 50 parts
pour avis le grant FA 8008

AVIS DE MODIFICATION
STATUTAIRES
CAISSE DU CREDIT MUTUEL
DU MARIN
CTRE COMMERCIAL "ANNETTE"
97290 LE MARIN
RC :411 123 474 00016
Lors de la sance du 28 avril 2007, l'as-
semble gnrale extraordinaire a pro-
cd l'lection de Monsieur Roger
PERNELLE,
en quality d'administrateur. Son mandate
viendra expiration lors de l'assembls
ordinaire qui statuera sur les comptes de
l'exercice 2010.
Par ailleurs, l'assemble gnrale adopted
la variation du capital social qui tait de
533 763E, au 31 dcembre 2005
et est port 612 581E
au 31 dcembre 2006.
Pour avis
La Prsidente du C.A. FA 8009

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du :
24.05.07 Fort-de-France, il a t consti-
tu une socit ayant les caractristiques
suivantes :
DENOMINATION : "SIL'H20"


CAPITAL: 7 500D
Apports : some en numraire 7500E
Sige social : 46 cit Dillon rue n0 4
Fort-de-France
Martinique 97200
Objet : la socit a pour objet
l'excution de diffrents types de travaux
dits "spciaux", impermabilisation, tan-
chit, rparation et renfort de structures,
application de revtements classiques et
de revtements anti-corrosion sur sols et
murs, nettoyage, cuvelage, rehabilitation,
renovation d'ouvrages
de rtention et de transport d'eau
Grance : Monsieur Jean Pierre LAU-
RENT demeurant : 4 cit Dillon n 46
97200 Fort-de-France
Dure : 99 ans
Immatriculation : au RCS de F-de-F en
course
Pour avis, Le Grant FA 8010

CHANGEMENT DE GERANT
COMPAGNIE DE TRAVAUX
ANTILLAIS
SOCIT EN NOM COLLECTIF
AU CAPITAL DE 76 224E
SIGE SOCIAL : 48 AV JEAN JAURS
TERRES SAINVILLE
97200 FORT-DE- FRANCE
398 066 860
RCS DE FORT-DE-FRANCE
Aux terms d'une dlibration du 11 avril
2007, la collectivit des associs a pris
acte de la dmission de son mandate de
Grant de la SOCIETY D'ETUDE ET DE
NEGOCE INTERNATIONAL, immatri-
cule au RCS de BASSE -TERRE sous
le numro 394 166 938, avec effet au 11
avril 2007 et a nomm en replacement
en quality de nouveau Grant non asso-
ci : Monsieur JO Edouard, demeurant :
lieudit Macabou, 97218 LE VAUCLIN
l'article 8 des status a t modifi en
consequence et le nom de Monsieur JO
Edouard a t substitu dans les status
celui de la SOCIETY D'ETUDE ET DE
NEGOCE INTERNATIONAL.
Mention sera faite au RCS de Fort-de-
France
Pour avis, le Grant FA 8011

MODIFICATION DES STATUS
EN DATE DU 01 MAI 07
SCI SOUAZIC
SOCIT CIVIL IMMOBILIRE
AU CAPITAL DE 135 100E
ENREGISTRE
AU RCS DE FORT-DE-FRANCE
SOUS LE NUMRO 452 813 256
Madame DEJOUY Franoise, grante de
la SCI SOUAZIC a, par simple decision,
tel que le prvoit les status, dcid de
transfrer le sige de ladite socit,
l'adresse du bien immeuble dtunu par
celle-ci. Les status s'en trouvent donc
modifis en consequence.
Article 4 : sige social
le sige social de la socit est dsor-
mais chemin amant, quarter Morne
Vert, 97224 DUCOS
Le reste sans changement
Le GERANT FA8012

AVIS DE CONSTITUTION
L'assemble gnrale ordinaire de la so-
cit SNACK MAXI MIXX s'est tenue le
12 fvrier 2007, aux terms de celle-ci
avis est donn de la constitution de la so-
cit SNACK MAXI MIXX
au capital de 7500E
sige social : "ex hifi car" acajou californie
97232 LE LAMENTIN
Objet : snack spcialits asiatique et
franaise, directement et indirectement
toutes operations pouvant se rattache
son objet par voie de creation de soci-
ts, d'apport de souscription d'achat de ti-
tres, industrielles, commercials
financire, mobilires et immobilires fa-


uuree : mu ans, a computer de limmatricu-
lation registre de commerce et des soci-
ts.
Co-grants : Monsieur David LEE YOUK
HEN et Monsieur Zhihui LI sont dsigns
statutairement en quality de co-grants
RCS F-de-F en course.
Pour avis FA 8013

AVIS DE CONSTITUTION
L'assemble gnrale ordinaire de la so-
cit LAURETTE s'est tenue le 25 avril
2007, aux terms de celle-ci avis est
donn de la constitution de la socit
"LAURETTE"
au capital de 7 500E
sige social : 50 pas Macouba
97218 BASSE POINTE MARTINIQUE
Objet : la vente de products de dtails et
d'alimentation gnrale, la restauration
rapide et emporter, bar, et plus gnra-
lement toutes operations industrielles,
commercials financire, mobilires et
immobilires pouvant se rattacher direc-
tement ou indirectement l'objet social et
tout objet similaire ou connexe.
Dure :99 ans, computer de l'immatricu-
lation registre de commerce et des soci-
ts.
Grante : Pauline MOUTOUSSAMY
pouse BUSSY est dsigne statutaire-
ment en quality de grante.
RCS F-de-F en course.
Pour avis FA 8014

AVIS DE CONSTITUTION
En date du : 13 avril 2007, il a t consti-
tu une SARL prsentant les caractris-
tiques suivantes :
Denomination : S.E. Socit Environne-
ment Assainissement SARL
(Sigle : S.E.S.E.A. sarl)
Adresse : rte de la Ferme
97229 TROIS ILETS
Objet : Travaux d'assainissement et tous
travaux en relation avec le btiment et le
travaux publics
Dure : 99 ans
Capital: 8 000.00E (Huit mille euros)
Le grant : Gilbert FILON
Adresse :: rte de la Ferme
97229 TROIS ILETS
Immatriculation au registre du commerce
en course.
pour avis, Le Grant FA 8015

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte SSP en date du 11
avril 2007, il a t constitu une socit
ayant les caractristiques suivantes :
Denomination social : SARL PARA-
DEASE
Forme social : SARL capital variable
Sige social : pointe THALEMONT
97240 LE FRANCOIS
Objet : Location de bungalows et vhi-
cules de standing pour personnel mo-
bilit rduite
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation
Capital : 10 000 libr hauteur de 1/5
plancher de 2 000 plafond de 20 000E
Associs : M ONIER Fabrice
Demeurant : Pointe Thalmont
97240 LE FRANCOIS
Melle VENTURA Dominique pouse
ONIER demeurant : Pointe Thalmont
97240 LE FRANCOIS
Grance : M ONIER Fabrice
Immatriculation au RCS de F-de-F en
course
pour avis, le grant FA 8016

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 05
mai 2007, il a t constitu une socit
responsabilit limite
Denomination social :
ELEC DISTRIBUTION
Capital : 10 000 -Dix mille euros


ao rue ae la oruyere ciue iviayeutitiii t
97233 SCHOELCHER
Objet sommaire
L'importation, l'exportation, le ngoce et
la commercialization de tous products
lectroniques matriels lectriques et in-
dustriel, la rparation, l'entretien desdits
quipements, d'assurer toutes presta-
tions de services techniques, commer-
ciales, administrative ou financires, et
notamment d'assistance et d'animation
auprs de toutes socit filiales ou au-
tres, la vente de tous products lectriques
et lectroniques et tous services tech-
niques et ou d'assistance commercial.
Plus gnralement toutes operations de
toute nature se rattachant directement ou
indirectement ce qui prcde
Dure : 99 ans (quatre vingt dix neuf
ans)
Grant : Madame ROUVIERE Jocelyne,
demeurant imm Naillard App 7 36 ave-
nue Condorcet 97200 Fort-de-France
(Martinique)
La socit sera immatricule au registr(e
du commerce et des socits de Fort-de-
France
Pour avis, La Grante FA 8017

AVIS DE CONSTITUTION
Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 21 mai 2007, Fort-de-France,
il a t constitu une socit.
Denomination : EURL Garage Flix Rei-
nette
Forme : Entreprise Unipersonnelle res-
ponsabilit limite
Sige : 2.300 km av Condorcet, 66 bld
Sainte Catherine, 97200 Fort-de-France
Objet : rparation de vhicules automo-
biles
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation de la Socit au registre du com-
merce et des socits.
Capital social : 7.622E
Associ unique et grant : M Flix REI-
NETTE
Demeurant : 29 lotissement Petit Four-
neau, La Batterie CASE PILOTE 97222
Pour avis Le grant. FA 8018

AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution de la
SARL"JR Distribution (JRD)"
au capital de 5000e, divis en parts so-
ciales d'un montant de 506 chacune, en-
tirement souscrites et libres chacune
concurrence d'un cinquime
Sige social : 1, rue du Muguet Anse
Collat 97233 SCHOELCHER
Objet : L'achat et la vente en dtail et en
gros, l'importation, l'exportation de tous
products manufactures ou artisanaux, ali-
mentaires ou non, de toutes boissons,
products pour la personnel ou la maison,
le jardin, de tous articles de bazar, vte-
ments, chaussures accessoires.
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cit de Fort-de-France
Grant : M Jean Robert DIJON, demeu-
rant 1, rue du Muguet, Anse Collat 97233
Schoelcher, nomm pour une dure ind-
termine
Pour avis, Le grant. FA 8019
r
AVIS DE CONSTITUTION
L'assemble gnrale ordinaire de la so-
cit civil Immobilire les Gtes DE
FOND BELLEMARE s'est tenue le 07
mai 2007, aux terms de celle-ci avis est
donn de la constitution de la socit Ci-
vile Immobilire LES GITES DE FOND
BELLEMARE "au capital de 500.00E
sige social : fond Bellemare 97222
CASE PILOTE
MARTINIQUE.
OBJET : L'acquisition de biens immobi-
liers, la location saisonnire, la proprit,











la gestion, l'administration et la disposi-
tion de biens don't elle pourrait devenir
propritaire par la suite, par vol d'acquisi-
tion, change, apport ou autrement, tous
placements de capitaux sous toutes ses
former, y compris la souscriptions ou l'ac-
quisition de toutes actions et obligations,
parts sociales
Dure : 99 ans computer l'immatricula-
tion au registre de commerce et des so-
cits
Grant : Monsieur Joseph Mary Jean
Franois DUCROS est dsign statutai-
rement en quality de grant RCS Fort-de-
France
Pour avis, Le Grant FA 8020

AVIS DE CONSTITUTION
A t ralise sous seing priv en date
du 11.04.2007 la constitution de la socit
Denomination social : Xpress Transports
Forme: SARL
Capital : 1000E
Sige social : 75 rue Vincent Placoly -
Plateau Fofo 97233 SCHOELCHER
Objet social : Transport de marchandises
Dure : 99 ans computer de son immatri-
culation au registre du commerce et des
socits
Grance : Vanessa FOY Demeurant
Residence ATECA Terreville
97233 SCHOELCHER
Immatriculation au registre du commerce
et des socits de Fort-de-France
Pour avis, La Grance FA 8021

AVIS DE MODIFICATION DE SOCIETY
SOCIETY IMMOBILIERE ANTILLAISE
DE BATIMENT
PAR ABRVIATION S.I.A.B
S.A. AU CAPITAL DE 304 898.03E
IMMEUBLE SEIM BP 109
ZONE INDUSTRIELLE
DE LA LEZARDE
97232 LE LAMENTIN
R.C.S. 81B 157
SIREN / 323 098 681
Aux terms d'une dlibration en date du
26 juin 2006, l'assemble gnrale a d-
cid de nommer un nouveau commis-
saire aux comptes titulaire :
Ancien commissaire aux comptes : SARL
SAFIGEX, reprsente par Monsieur Phi-
lippe COTTRELL, situe Dillon -immeu-
ble Rocade 97200 Fort-de-France
Nouveau commissaire aux comptes :
SARL SOFANOR, reprsente par Mon-
sieur Jean SAUPHANOR, situ 43 boule-
vard Sainte-Catherine 97200
Fort-de-France
Aux terms d'une dlibration en date du
29 septembre 2006, l'assemble gn-
rale a dcid de nommer un commissaire
aux comptes supplant : Monsieur Luc
BELLLYNCK, domicili centre d'affaires
Dillon Express Lotissement stade Dillon
- 97200 Fort-de-France
Les formalits lgales seront faites au
greffe du tribunal mixte de commerce de
Fort de France
Pour avis, Le Prsident FA 8022

EURL LA COLOMBE
ENTREPRISE UNIPERSONNELLE
RESPONSABILIT LIMITE
AU CAPITAL DE : 7 622
SIGE SOCIAL: 35 RUE GALLINI
97200 FORT-DE-FRANCE
R.C.S : 97B 625
SIREN :413 428 533
AVIS DE PERTE
DU CAPITAL SOCIAL
Aux terms d'une decision en date du 16
mai 2007 ; l'associe unique, statuant en
application de l'article L. 223-42 du code
de commerce, a dcid qu'il n'y avait pas
lieu dissolution de la Socit.
Pour avis, LA GERANTE FA 8023

AVIS DE TRANSFER
DE SIEGE SOCIAL


SCI JUS-AURA-THALASSA
PAR ABRVIATION J.A.T.
SOCIT CIVIL IMMOBILIRE
AU CAPITAL DE 30 000 EUROS
SIGE SOCIAL : 11 RUE DU FOND
LADA ROUTE DE DIDIER
97200 FORT-DE-FRANCE
R.C.S. 98 D 13
SIREN : 417 540 291
Aux terms d'une dlibration en date du
16 mai 2007, l'assemble gnrale mixte
a dcid de transfrer le sige social du
11 rue du Fond Lada route de Didier
97200 Fort-de-France l'angle des rues
Pasteur et Flix EBOUE 97215 RIVIERE
SALEE computer de ce jour et de modi-
fier en consequence l'article 04 des sta-
tuts
Modification sera faite au greffe du tribu-
nal de commerce de Fort-de-France.
Pour avis, La grance FA 8024

AVIS DE CONSTITUTION
Le 1er Juin 2007 a t constitute une
EARL ayant les caractristiques sui-
vantes :
Objet : Production, vente de products agri-
coles et toutes activits agricoles
connexes
Denomination : EARL H.H LES AGRIS
Sige social : Quartier Glotin 97213
GROS MORNE
Dure : 99 ans
Capital social : 7 632 E : apport en nu-
mraire :7 632 E
Grant : Monsieur CRETINOIR Hugues
demeurant 1 rue des lavandires -97200
Fort-de-France
La socit sera immatricule au R.C.S.
de Fort-de-France. FA 8025

AVIS D'AUGMENTATION
DE CAPITAL SOCIAL
Suivant acte reu par Matre Sandra
GERMAIN-PORSAN-CLEMENTE, No-
taire Associ de la Socit Civile Profes-
sionnelle "Evelyne GUATEL et Sandra
GERMAIN PORSAN-CLMENT, No-
taires Associs" FORT DE FRANCE
(Martinique) Immeuble le Trident, Bti-
ment A, 2me tage Lotissement Mont-
gralde, le 3 mai 2007, enregistr
FORT DE FRANCE, le 10 mai 2007, a
t effectue une augmentation de capi-
tal social d'un montant de CENT
SOIXANTE MILLE EUROS (160.000,00
EUR) de la SCI VIMAR par Apport en nu-
mraire.
En consequence le paragraphe relatif au
capital social a t modifi
Ancienne mention
Le capital social est fix la some de :
TRENTE CINQ MILLE CINQ CENTS
EUROS (35.500,00 EUR)
II est divis en 710 parts, de CIN-
QUANTE EUROS (50,00 EUR) chacune,
numrotes de 1 710 attributes aux as-
socis en proportion de leurs apports
Nouvelle mention
Le capital social est dsormais fix la
some de CENT QUATRE-VINGT
QUINZE MILLE CINQ CENTS EUROS
(195.500,00 EUR) et dornavant divis
en 3910 parts sociales de cinquante
euros (50,00 EUR) chacune, entirement
souscrites et libres, numrotes de 1
3910 attributes
Le rest de l'article est inchang.
L'objet social a galement t modifi
dans son alina 1 et 3.
Ancienne mention :
La Socit a pour objet : l'acquisition par
voie d'achat ou d'apport, la proprit, la
mise en valeur, la transformation, la
construction, l'amnagement, l'adminis-
tration et la location de tous biens et
droits immobiliers, de tous biens et droits
pouvant constituer l'accessoire, l'annexe
ou le complement des biens et droits im-
mobiliers en question.


ANNCGIESLGLES eudi1 n 101 ustce 1.1- Pge 1 .


Et ce, soit au moyen de ses capitaux
propres soit au moyen de capitaux d'em-
prunt, ainsi que de l'octroi, titre acces-
soire et exceptionnel, de toutes garanties
des operations conformes au present
objet civil et susceptible d'en favoriser le
dveloppement.
Et, gnralement toutes operations
civiles pouvant se rattacher directement
ou indirectement cet objet ou suscepti-
bles d'en favoriser le dveloppement, et
ne modifiant pas le caractre civil de la
socit.
Nouvelle mention :
L'acquisition de terrains dans les Dpar-
tements d'Outre-mer, la construction et
l'amnagement sur ces terrains de loge-
ments neufs usage d'habitation, et de
toutes annexes et dpendances. La loca-
tion nue titre d'habitation principal des
logements difis conformment aux dis-
positions de l'article 199 un dcis du
Code Gnral des Impts et aux instruc-
tions administrative s'y rapportant.
Et gnralement, toutes operations finan-
cires, commercials, industrielles, mobi-
lires et immobilires, pouvant se
rattacher directement ou indirectement
l'objet ci-dessus ou tous objets simi-
laires ou connexes, de nature favoriser
son extension ou son dveloppement.
Les modifications statutaires seront pu-
blies au registre du commerce et des so-
cits de FORT DE FRANCE
Pour avis, le Notaire. FA 8026

SELARL THIERRY LE GALL
AVOCAT
BREAST 29200 32, RUE D'AIGUILLON
T L. 02.98.33.92.10
FAX. 02.98.33.92.11
STEF'HAIRSAND COIFFURE
DEVENANT STEPHINVEST
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE :7 622.45
SIGE SOCIAL: 18 RUE DE SIAM
29200 BREST
TRANSFR RIVIERE SALE
(97215)
ANCIENNE USINE PETIT BOURG
388 651 036 RCS BREST
L'assemble gnrale extraordinaire du
27 avril 2007 a dcid : de modifier l'objet
social qui est dsormais le suivant : La
participation directed ou indirecte dans
toutes operations financires, indus-
trielles ou commercials, par voie de
crations de socits nouvelles, apports,
souscriptions ou achats de titres ou droits
sociaux, fusions, prises en gestion, asso-
ciations ou participation ou autrement ;
la gestion d'un portefeuille de titres de
participation ; la prestation de service
caractre administratif, comptable ou
technique et commercial; d'une faon g-
nrale toutes prestations de management
et d'animation des socits dans les-
quelles la socit aura un intrt juridique
ou conomique de modifier la dnomina-
tion social STEF'HAIRSAND COIF-
FURE qui devient STEPHINVEST
de transfrer le sige social de BREST
(29200), 18 rue de Siam RIVIERE
SALEE (97215). Ancienne Usine Petit
bourg, computer du 27 avril 2007
Grant: M Stphane MONNIER, demeu-
rant la TRINITE (97220) 11 lotisse-
ment Brin d'Amour.
En consquence, la socit fera l'objet
d'une nouvelle immatriculation auprs du
registre du commerce et des socits de
Fort-de-France
La grance. FA 8027

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
SERVICES
Identification du pouvoir adjudicateur
Catgorie : Etablissement public territo-


rial
Activits principles du pouvoir adjudica-
teur : services gnraux des administra-
tions publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Noms et adresse officials de l'organisme
acheteur :
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : M. Serge LETCHIMY,
President de la CACEM
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
Objet du march :
Objet du march : Prestations de lavage
de vhicules.
Type de march : service
Lieu d'excution: station de lavage du ti-
tulaire
L'avis concern un march public
Les variantes ne sont pas autorises.
Les prestations ne sont pas divises en
lots
Dlai d'excution : 1 an computer de la
notification du march
Conditions relatives au march
Modalits essentielles de financement et
de paiement :
Le financement est effectu sur les res-
sources propres de la CACEM
Dlai global de pavement : 45 jours
Modalits de paiement : articles 86 98
du code des marchs publics
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement de candidates : groupement soli-
daire
Conditions de participation
Le contenu du pli de la candidature et de
l'offre est dtaill dans la note de prsen-
tation.
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous avec leur pondra-
tion :
Mmoire technique : 40% ;
-Prix :60%.
Procedure: Procdure adapte.
Conditions de dlai :
Date limited de reception des offres : le 27
juin 2007 12 heures
Renseignements complmentaires
-Numro de rfrence attribu au
march par le pouvoir adjudicateur :
2006/43/1/DG/MAPA
-Dlai minimum de validit des offres:
90 jours computer de la date limited de r-
ception des offres
- Le dossier de consultation est tl-
chargeable sur le site de la CACEM :
http://www.cacem.org
Les offres sur support paper uniquement,
sont:
" Soit remises sur place contre rc-
piss,
" Soit transmises par lettre recomman-
de avec avis de reception postal.
Les heures de dpt sont : les lundis,
mardi et jeudi de 8h 12h et de 14h
16h ; les mercredis et vendredi de 8h
12h.
Annexe I Adresses complmentaires
-Adresse auprs de laquelle des ren-
seignements peuvent tre obtenus :
Sd'ordre administratif :
CACEM Service Gestion et suivi des
achats
Tl : 05.96.75.82.72
Fax : 05.96.75.54.58
* d'ordre technique :
CACEM Service Moyens gnraux
Tl: 05.96.75.71.70










IB A J 1


Contact : Alex Hibade
Adresse laquelle les offres doivent
tre envoyes :
CACEM Service Procdures de mar-
chs
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Date d'envoi la publication :
le 29 mai 2007 FA 8028

CACEM
AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE
FOURNITURES
Identification du pouvoir adjudicateur
Catgorie : Etablissement public territo-
rial
Activits principles du pouvoir adjudica-
teur : services gnraux des administra-
tions publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Noms et adresse officials de l'organisme
acheteur :
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Correspondent : M. Serge LETCHIMY,
President de la CACEM
Courriel : infos@cacem-mq.com
Adresse Internet (URL)
http://www.cacem.org
Objet du march :
Objet du march : Acquisition d'quipe-
ments de protection individuelle et de te-
nues de travail pour la rgie
communautaire et accotements de la
CACEM.
Type de march : march bons de com-
mande
Lieu de livraison : Station d'puration de
la pointe des ngres,97200 Fort de
France
L'avis concern un march public
Les variantes ne sont pas autorises.
Les prestations ne sont pas divises en
lots
Caractristiques principles : assorti-
ments comprenant un uniform complete
et des chaussures
Dlai d'excution : 1 an computer de la
notification du march.
Conditions relatives au march
Modalits essentielles de financement et
de paiement:
Le financement est effectu sur les res-
sources propres de la CACEM
Dlai global de pavement : 45 jours
Modalits de paiement : articles 86 98
du code des marchs publics
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement de candidates : groupement soli-
daire
Conditions de participation
Le contenu du pli de la candidature et de
l'offre est dtaill dans la note de prsen-
tation.
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous avec leur pondra-
tion :
Valeur technique : 50 %
Prix : 40%
Dlai : 10%
Procedure: Procdure adapte.
Conditions de dlai :
Date limited de reception des offres : le 27
juin 2007 12 heures
Date d'envoi la publication : 29 mai
2007
Renseignements complmentaires


- Numro de rfrence attribute au mar-
ch par le pouvoir adjudicateur
2007/15/1/DENV/MAPA
Dlai minimum de validit des offres:
90 jours computer de la date limited de r-
ception des offres
SLe dossier de consultation est tl-
chargeable sur le site de la CACEM :
http://www.cacem.org
Les offres sur support paper uniquement,
sont :
SSoit remises sur place contre rc-
piss,
SSoit transmises par lettre recomman-
de avec avis de reception postal.
Les heures de dpt sont : les lundis,
mardi et jeudi de 8h 12h et de 14h
16h ; les mercredis et vendredi de 8h
12h.
Annexe I Adresses complmentaires
-Adresse auprs de laquelle des ren-
seignements peuvent tre obtenus :
* d'ordre administratif :
CACEM Service gestion et suivi des
achats
Tl :05.96.75.82.72 (poste 203 ou 216)
Fax : 05.96.75.54.58
* d'ordre technique :
CACEM Rgie communautaire des ac-
cotements
Tl : 05.96.79.71.87
Contact : Stephane Jrmie
-Adresse laquelle les offres doivent
tre envoyes :
CACEM Service Procdure des Mar-
chs Publics
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58 FA 8029

SEMSAMAR
VILLE DU ROBERT
AVIS D'APPEL PUBLIC
CANDIDATURES
pralable un march ngoci
Maitre d'ouvrage
Ville du Robert
Htel de Ville
Rue Vincent Allgre
97 231 LE ROBERT
Mandataire
SEMSAMAR
Parc d'Activits de La Jaille
97122 BAIE-MAHAULT (GUADELOUPE)
Objet du march
Reconstruction des Services Techniques
de la ville du Robert
Travaux de btiment tous corps d'tat
Caractristiques principles
Construction d'un btiment en structure
mixte de 1 500 m2 de S.H.O.B. environ,
sur trois niveaux, destin des bureaux
aux tages et aux ateliers techniques en
sous-sol
Dbut des travaux envisags au troi-
sime trimestre 2007
Mode de passation
March public pass selon la procedure
ngocie (Cf. article 35-1.5 du C.M.P.) en
entreprise gnrale ou groupement
constitu avec mandataire commun
Candidatures et offres seront rdiges en
langue franaise
Justificatifs et pieces produire
SAttestations et dclarations vises
l'article 44 du code des marchs publics
-Renseignements sur les conditions
gnrales d'exploitation de la socit
(moyens humans et techniques, liste de
rfrences de moins de cinq ans en ma-
tire de travaux similaires l'objet du
march, chiffres d'affaires des trois der-
nires annes)
Critres de selection des candidatures
Les critres de jugement porteront, outre
sur la conformit du dossier, sur :
-les moyens humans et techniques
du candidate


l'exprience de travaux quivalents
l'objet du march
Sales garanties techniques et finan-
cires apportes par le candidate
Date limited de reception des candidatures
Lundi 18 Juin 2007 12 Heures 00
Conditions de remise des candidatures
Les candidatures seront transmises par
tout moyen permettant de dterminer de
faon certain la date et l'heure de leur
reception et d'en garantir la confidentia-
lit, ou remises contre rcpiss, sous pli
cachet portant la mention :
" March de Travaux -
Reconstruction des Services Techniques
de la ville du Robert "
la SEMSAMAR, l'adresse indique ci-
avant, au bureau n51.
Critres d'attribution
Offre conomique la plus avantageuse
apprcie au vu des critres noncs au
rglement de la consultation
Pour tout autre renseignement
Contact : J-Luc BENJAMIN (SEMSA-
MAR)
Tl. : 05.90.32.36.00 Fax :
05.90.90.77.24
ml : jlbenjamin@semsamar.fr web :
www.semsamar.fr
Date d'envoi de l'avis la publication
31 mai 2007 FA 8030

AVIS AU PUBLIC
ENQUETE PUBLIQUE RELATIVE
A LA MODIFICATION DU P.O.S
SECTEUR ETANG Z'ABRICOTS
Par arrt du 14 MAI 2007 n 316 est ou-
verte une enqute publique du 04 juin
2007 au 03 juillet 2007 inclus, relative
la modification du P.O.S (Plan d'Occupa-
tion des Sols) du secteur Etang z'Abri-
cots.
Pendant la dure de l'enqute, les obser-
vations sur ce project pourront tre consi-
gnes sur le registre d'enqute dpose
en Mairie. Elles pourront galement tre
transmises par crit l'adresse suivante:
Monsieur le Maire de Fort de France
Direction de la Planification et de l'Urba-
nisme
Rue Victor Svre 97200 Fort de France
Monsieur ROGERS Edmond, commis-
saire enquteur, sigera la Direction de
la Planification et de l'Urbanisme au
5me tage du btiment administratif de
la Mairie de Fort de France :
- le mercredi 06 juin 2007 de 9h00
12h00
- le mercredi 13 juin 2007 de 9h00
12h00
- le mercredi 20 juin 2007 de 9h00
12h00
- le mercredi 27 juin 2007 de 9h00
12h00
Fort de France, le 14 Mai 2007
FA 8031

SELARL THIERRY LE GALL
AVOCAT
BREAST 29200 32, RUE D'AIGUILLON
T L. 02.98.33.92.10
FAX. 02.98.33.92.11
STEPHANE HARDNIER
DEVENANT STEPH 972
SOCIETY RESPONSABILITE
LIMITE ASSOCIE UNIQUE
AU CAPITAL DE 7 622,45 E
SIGE SOCIAL :
CENTRE COMMERCIAL GEANT
ROUTE DE GOUESNOU
29200 BREST
TRANSFR RIVIERE SALEE
(97215), ANCIENNE USINE PETIT
BOURG
342 080 348 RCS BREST
Aux terms de decision de l'associe
unique du 27 avril 2007, il a t dcid :
de modifier l'objet social qui est dsor-
mais le suivant: en France et l'tranger
l'importation et l'exportation de tous biens


et/ou de tous products mobiliers ; L'achat
et la commercialization de tous engines et
vehicles terrestres, nautiques et aqua-
tiques, motorists ou non; L'achat et la re-
vente de pieces dtaches et
d'accessoires concernant ces engines et
vehicles la reparation et l'entretien des-
dits engines et vehicles ; toutes presta-
tions de services de formations initiales
ou continues ; toutes organizations de
manifestations sportives, culturelles ou de
loisirs
- de modifier la denomination social
STEPHANE HARDNIER qui devient
STEPH.972
de transfrer le sige social de
BREST(29200), Centre Commerciale
Gant route de Gouesnou RIVIERE
SALEE (97215), ancienne usine Petit
Bourg, computer du 27 avril 2007
Grant: M. Stphane MONNIER, demeu-
rant LA TRINITE (97220), 11 lotisse-
ment Brin d'Amour
En consequence, la socit fera l'objet
d'une nouvelle immatriculation auprs du
Rgistre du Commerces et des Socits
Fort-de France
La Grance FA 8032

AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
SOCIT DE DISTRIBUTION DE
PTISSERIES EN GROS SODIPAG
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE AU CAPITAL DE : 7650 E
SIGE SOCIAL :
RUE DE LA DORSALE
BT AIGUE MARINE
97200 FORT-DE FRANCE
RCS: 437 924 913 FORT-DE FRANCE
Aux terms dune assemble gnrale ex-
traordinaire en date du 28 mai 2007 les
associs ont dcid la dissolution antici-
pe de ladite socit computer du:
30 janvier 2002
Madame Martinel Claudine demeurant
bt A4 appt 330, cit Ozanam Batelire -
97233 Schoelcher, est nomme liquida-
teur.
Le sige social de la liquidation est fix
bt A4 appt 330 cit Ozanam Batelire
97233 Schoelcher
C'est cette adresse que la correspon-
dance devra tre adresse et que les
actes et documents dervront tre notifis
Les actes et pieces relatifs la liquidation
seront dposs au registre du commerce
des socits de Fort-de France
Pour avis et mention
Madame MARTINEL CLAUDINE
Le Liquidateur FA 8033

AVIS DE CONSTITUTION
Par decision d'un acte sous seing priv
en date du 7 fvrier 2007, il a t consti-
tu la SCI M.S.L.A. au capital de 1 500
don't le sige social est le : Groupe Ra-
vine Touza campus bat B appt
97233 Schoelcher
Objet social : L'acquisition de biens im-
mobiliers, la location, la propritt, la ges-
tion, l'administration et la disposition de
biens don't elle pourrait devenir propri-
taire par la suite, par la voie d'acquisition,
d'echange, apport ou autrement, tous pla-
cements de capitaux sous toutes ses
former, y compris la souscription ou l'ac-
quisition de toutes actions et obligations,
parts sociales et plus gnralement,
toutes operations ayant trait l'objet ci
dessus dfini, en tous pays, pourvu que
ces operations ne modifient pas le carac-
tre civil de la socit.
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au registre du commerce et des so-
cits
Grant : Monsieur Philippe Franois Xa-
vier MEDELICE est statutairement dsi-
gn en quality de grant
Pour avis FA 8034










TROPIQUES AMERS


1L 4
Scne de vente d'esclaves sur le pont de Saint-Pie

II est difficile de juger correctement un
film don't on n'a vu que le premier pi-
sode, mais on ne peut passer sous si-
lence "Tropiques amers" du ralisateur
guadeloupen Jean-Claude Barny don't
la diffusion sur RFO a commenc le 1er
juin dernier.
Il s'agit d'un film sur l'esclavage en Mar-
tinique, qui a pour cadre la region de
Saint-Pierre la fin du 18ime sicle.
L'action qui dbute en 1788, se droule
pour l'essentiel sur une habitation don't
le propritaire, appel "6be"par ses es-
claves serait en ralit un "engag"enri-
chi par des procd douteux, selon ses
compatriotes europens.
Le film reflte la structure de la socit
colonial : le matre est blanc, les es-
claves noirs, et entire les deux ethno-
classes, il ya un commanderur, qui se
trouve tre trangement un Amrindien
- alors que traditionnellement cette fonc-
tion est dvolue aux Multres -. Les es-
claves se rpartissent en deux
categories ; les esclaves domestiques
qui vivent dans l'entourage du matre, et
ceux qui travaillent aux champs. Parmi
les domestiques, il y a un homme qui
jouit d'un statut un peu privilgi
(Jacques Martial) cause de ses
connaissances relatives la fabrication


TROPIQUES AMERS


du sucre, et des femmes,
don't le matre use pour satis-
faire ses apptits sexuels.
Dans la fort voisine vivent
des "ngres marrons" organi-
ss en communaut ind-
pendante.
On assisted des scnes par-
ticulirement rvoltantes,
telle la vente d'un lot d'Afri-
cains sur le port de Saint-
Pierre ou la flagellation d'un
esclave de Guine rebelle
erre au systme.
Le refuse du systme escla-
vagiste se manifeste de diverse ma-
nires, don't le marronnage et le suicide.
Une autre forme plus subtle est celle
adopte par cette jeune es-
clave crole qui convoque par
le matre pour une premiere
corve sexuelle, se venge sa
faon en offrant sa virginit
l'esclave guinen enchan.
Intressant en soi, le film pr-
sente un certain nombre d'as-
pect dsagrables, tout au
moins aux yeux d'un Martini-
quais.
La ville qui est cense tre
Saint-Pierre est en ralit une
ville cubaine, reconnaissable
son architecture, car une parties
du film a t tourne Cuba.
De mme, les premiers esclaves que
l'ont voit danser le font sur une musique
ngre, certes, mais cubaine et non mar-
tiniquaise. Notre tambour, notre ladja
sont absents.
Les deux langues qui cohabitent en
Martinique se retrouvent dans le film,
mais les esclaves domestiques parent
surtout franais, mme entire eux, le
crole faisant figure de langue second,
minore. Le matre qui s'exprime essen-
tiellement en franais, connat aussi le


tait tout content l'ide d'avoir un fils
multre. Mais voyant natre un petit
ngre bien noir, il dcide de lui faire ter
la vie. Le pre de la petite Ngresse
aussi ressentit de la frustration en ne
voyant pas sortir le petit Multre espr,
celui qui, croyait-il, allait amener le ma-
tre les affranchir tous : le bb, sa
mre la petite Ngresse et lui, le pre
de la petite Ngresse.
A suivre
M. Belrose


Appel' r'Assaupamar: POUR L'ACCES ET LA LIBRE

CIRCULATION SUR LE LITTORAL EN MARTINIOUE


Ce que cautionnent la gendarmerie, le
Procureur de La Rpublique et...le
maire de Sainte-Luce :
- Domaine public maritime cltur au-
del des limits de proprit prive
- Enrochements privs sur le rivage de
la mer.
- Plages privatises avec escaliers d'ac-
cs priv la mer
- Piscines, fosses septiques avec rejets


directs d'eaux uses dans la mer.
Ce que veut la population :
Pouvoir accder et circuler librement le
long du rivage de la mer,
conformment la loi.




de lagendameri


crole.
Le film n'aurait-il pas gagn en ralisme
si le crole avait occup la place qui lui
revenait ? N'aurait-on pas sous-titrer les
discours tenus en crole pour les rendre
comprhensibles aux non-crolo-
phones ?
Une scne particulirement invraisem-
blable est celle o l'on voit le rebelle gui-
nen frachement dbarqu et devenu
chef d'un village marron, haranguer ses
frres de misre dans un parfait fran-
ais et avec l'accent parisien.
Le premier pisode se termine sur la
vison du pre de la petite Ngresse le-
vant une pierre pour tuer, sur ordre du
matre, le bb qu'elle vient de mettre
au monde.
Le matre, se croyant le pre du bb,


i-- I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs