Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00092
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: January 18, 2007
Copyright Date: 2007
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00092
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
GPtE igE HEBDOMADAIRE INFORMATION COMMUNS
e Se 0 -- COMse- .0



Violence :
Faudra- t-il
Couvrir DED
la Martini
de Prilsonsl
La Mutualit Martiniquaise
S_- a l'heure du diktat liberal europen

CaIr vat aj2
~rI 'Vlle
'i '~a :"- "dA"










1 i BIENTT, L'INTERNET PAR CBLE SOUS-MARIN


Editor ............... p.3
Faudra-t-il couvrir la Martinique de
Prison

Justic: .............. 4
- Sa lenteur lse les Justiciables
- Disparition de Christian Courbain

Socit ............ S
- Les mutuelles l'heure du diktat eu-
ropEen

M-emoips du Peuple . .. r
- Lon pi resp ba Aliker


Economie
- Le Tourisme


-p. 7


Dans le Monde .. -...p. 8
- Bilan 2007
- Vnezudla

Annonces Lsales .. /1t


uit .p ,'.. .". ... . ;p. 1'
SLcarnava sera Chaud I .; .


. .I, .,


"JUSTICE"

Administration & Rdactio

Tl.: 05 96 7186 83

Fax :- 5 6 90 1 3 20F

ed -i u sri c \\;? an.:d( (). 'fi


(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. : 05 96 71 86 83
Commission Paritaire n' 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication
Fernand PAPAYA
Maquette:Guennal GUIOUBLY
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 Fort-de-France
Tl. : 0596 73 14 54


RECENSEMnENT 2007


BAROMTRE POLITIOUE


i:' arti Communiste Martiniqluais

Conference dbat : La question du Foncier
et ses consquences en Martinique
Mercredi 31 janvier 2007 18 h
Salle Andr Aliker Sige de Justice
An igle des rues Andr Aliker et Emile Zola TSV Fort-de-France

Intervenant: Raphal VAUGIRARD
(Docteur en sciences conomique


(SOI~AICC


Le project de dsenclavement num-
rique de la Martinique arrive doucement
son terme. La collectivit rgionale, en
partenariat avec la Guadeloupe et la
Dominique auquels a t associe
Sainte-Lucie, avait opt pour un cble
optique sous marin d'une capacity de
2.5 Gigabits. C'est ce que vient de ra-
liser la socit Middle Carribean Net-
work charge de cette operation. Les
derniers mtres de cbles ont t dpo-
ss au point d'atterrissement dans les
derniers jours de dcembre dans la baie
de Fort-De-France. Reste la commer-
cialisation des services de bande pas-
sante (transit Internet) et des liaisons
loues aux oprateurs et fournisseurs


Depuis lel8 janvier 2007, 130 agents
recenseurs sont mobiliss en Marti-
nique pour l'enqute de recensement
2007. Ils sont porteurs d'une carte off i-
dielle et leur visit sera annonce par un
courier sign du maire. Ils devront se
prsenter dans prs de 23 000 loge-
ments en Martinique pour collector les
informations sur le logement et les per-
sonnes qui y vivent. Cette operation du-
rera cinq semaines. Cette enqute, peu
contraignante et strictement confiden-


tielle, est essentielle la vie d'une com-
mune et la mise en oeuvre des poli-
tiques publiques. En eff et, le
recensement fournit des statistiques sur
le nombre de logements et d'habitants
et sur leurs caractristiques (ge, pro-
fession exerce, emploi, dplacements,
modes de transport ... ), ce qui permet
d'implanter les quipements (coles,
hpitaux, crches, ... ) et d'adapter les
services publics aux besoins de la po-
pulation


2


Selon le baromtre poIitiqiu d'0pe&noft
system d'Eddie MARAJO, Serge LET-
iIr CHIMY est l'homme politique prfr
W des Martiniquais ( 91 % en dcembre
2006). C'est son score le plus lev de-
puis son entre dans le baromtre poli-
tique.
Suivent avec 80 `/ d'opinions favora-
bles, mais avec 11 points d'cart,
n Claude LISE et Alfred MARIE-JEANNE
avec 77,3 %.
Viennent ensuite
4me Pierre SAMOT, 71,3 %
5me Maurice ANTISTE, 64,3 %
8me dans le denier baromtre)
6me :Pierre PETIT, 63,5 % ;
7me : Madeleine DE GRANDMAISON,
62,8 % ;


819me : Ghislaine JOACHIM-ARNAUD,
59,3% ;
9me : Marie-Alice ANDRE JACCOU-
LET, 59 % ;
1 Ome : Philippe EDMOND-MA-
RI ETTE, 57,3 %;;
Serge LETCHIMY qui ne s'est pas en-
core dclar craserait Philippe ED-
MOND-MARIETTE
Ces rsultats refltent plus l'agitation
mdiatique don't certain bnficient
que des actions ou des propositions
pour l'avenir du pays.
Il n'empche que le sondage comporte
des indications sur la prfrence des
Martiniquais.
Dans le duel LISE-LETCHIMY, Lise
semble avoir perdu un round.


de service locaux et rgionaux. On es-
time moins de 500,E le Mgabits/s et
par mois au lieu des 1500 2000,E ac-
tuels. L'objectif est court terme une
baisse drastique du tarif des abonne-
ments aux services de tlcommunica-
tion et d'accs Internet haut dbit entire
autres. Pour autant, nous ne devons
pas seulement absorber toute cette
manne en provenance d'Internet, mais
aussi proposer notre mot au monde. En
fvrier, la Rgion Martinique devrait en
dire un peu plus lors d'une plnire. Re-
ten on que la premire plnire de l'an-
ne de la collectivit rgionale portera
notamment sur la reconstruction du
Lyce Schoelcher.










Violence:

FAUDRA-T-IL COUVRIR LA MARTINIQUE DE PRISONS .


"La prison craque. Les gardens
agresss", announce le quotidien le
11 janvier dernier la Une. Trois
dtenus ont pass tabac un gar-
dien de prison. L'intersyndicale des
personnel a ragi et bloqu les
entres de la prison le lendemain.
En reaction, les surveillants gr-
vistes ont t sanctionns par le
Ministre de la Justice et la Direc-
tion. Le pouvoir, faute de donner
des rponses adaptes, prfre
user de la repression. Il s'affole en
cette priode prulectorale.
Construit il y a dix ans, le Centre
pnitentiaire de Ducos est en sur-
population permanent : pour 490
places, il y a aujourd'hui 740 dte-
nus. Et il y aurait entire 500 et 600
peines d'emprisonnement non ex-
cutes, selon le Procureur. Les tri-
bunaux tournent plein rgime, les
condamnations pleuvent et pour-
tant la violence continue se d-
chaner. Cependant
officiellement- les autorits affi-
chent une baisse "gnrale"de la
dlinquance de 3,1 % en 2006
contre une baisse de 1,3 % en
France. Sans doute pour nous
convaincre que cela ne va pas si
mal.
Or, le Parquet avait recens 106
crimes en 2004 et 176 en 2005. Il
en a comptabilis 265 en 2006, soit
plus 150 %. Le nombre de compa-
rutions immdiates est pass de
276 en 2004 418 en 2006, soit
plus 51 %.
Trs logiquement, les syndicats de
gardens de prison protestent
contre la dangerosit des condi-
tions de travail et rclament la
construction de places de prison
supplmentaires pour amliorer les
conditions d'hbergement et dimi-
nuer les risques engendrs par la
surpopulation carcrale. On leur r-
pond qu'il y a 80 places en
construction et 150 places prvues
terme. L'intersyndicale rtorque
que ces decisions ne sont pas la


hauteur de la situation.
Alors ?
Bien sr qu'il faudra construire des
places supplmentaires de prison.
Et le plus tt sera le mieux. Mais la
question qui se pose : jusqu'o
devra-t-on aller ? Deux, trois, qua-
tre Centres pnitentiaires ? O ?
La construction de celui de Ducos
avait soulev de fortes opposition.
Finalement, peut-on couvrir la Mar-
tinique de Centres pnitentiaires ?
Il est vident que non.
La dlinquance et la violence
croissante lies en grande parties
la consommation des drogues en
forte progression dans notre pays
sont le fait d'une fraction de la jeu-
nesse en situation de marginalit
social.
La question de la violence est
d'abord social. Elle est aussi mo-
rale car des repres ont t per-
dus. Elle est le signe d'une socit
malade dans ses fondements.
Quelle Ecole ? Quelles valeurs y
sont enseignes alors que la Marti-
nique n'a pas de boussole et ne
sait pas qui elle est ni o elle va ?
La machine dcerveler, assimi-
ler et aliner des mdias vous
au mercantilisme et la futilit
tourne plein rgime. Les modles
culturels extrieurs sont imposs
nous dpersonnalisent.
Et les parents sont-ils en measure
d'assumer leur rle ?
Quels dbouchs pour la jeunesse
puisque tout le monde ne peut
connatre le destin de Cyril, quoi
qu'on dise ? Une jeunesse don't
prs de la moiti est au chmage.
Et cette socit capitalist de
consommation qui tale profu-
sion et grand renfort d'une publi-
cit indcente et obsdante des
biens que la plupart ne peuvent ac-
qurir cre des frustrations. Le
culte de la valeur argent pourrit
tout.
On le voit bien. Il s'agit de penser
cette socit pour la dpasser et
de s'engager dans la voie de la


Michel BRANCH


changer pour radiquer la racine
les causes sociales, morales et
identitaires de la violence et de la
dlinquance.
Rien n'est simple. Parents, ensei-
gnants, ducateurs de toutes disci-
plines, policies, magistrats
sociologues, autorits morales, etc,
ont certainement leur mot dire. Il
faut leur donner la parole.
Encore faut-il que cette rflexion
collective organiser imprative-
ment s'intgre dans un Projet mar-
tiniquais de justice social, de
promotion de notre identity, de d-
veloppement durable et de Res-
ponsabilit martiniquaise.
C'est--dire qu'il s'agit de
construire ensemble en 2007 une
vision politique au sens noble du
terme d'une Martinique responsa-
ble d'elle-mme avec la volont fa-
rouche de s'en sortir.
C'est par l'effort de ses enfants ras-
sembls que la Martinique pourra
vaincre ses dmons internes et
non en attendant le salut d'un
homme providentiel venu du froid
exploitant les peurs et les an-
goisses des citoyens face l'ins-
curit ne de la politique capitalist
et colonial qu'il entend poursuivre
et intensifier.


--








Ju ic Page


-e eLGi









Diprto umltatatclnait







fomaio c-aps O 1 us -
Grue olto S ocait s eton-
na es otl .10 ave ene
l'g de 57 an : l'iagnrld
Poit Pir en Gudlue Ilavi


jontl move en ani oloilit en


dnlecma de rsistac pedn


bals d e ma97Pint Pire
00din au. Cetr d'Esgneen
Suiu Scetiiu de For de*e~





unrl acti sro u losui s 'agir de

scndles de Gar i- et tu en

soldtsu de Messme. Pirr
Mese trn Chita Corb
dean le trbnu de Pari en192
Gre la mobiiston de dmo-
crate frni et de la diasor anti-
Apes tud-e-, Chita retr en

Guadeloupe et pricp ave le G



nes. s. -i





perdue. 0 .
Se obsqe on eu lieu le mardi16


de ce cobttn antcoonalste.


Justice: "SA LENTEUR LESE LES JUSTICIABLES"


La Justice confronte la crise de la socit capitalist et colonial


Les diffrentes jurisdictions judiciaires ont
tenu leur audience solennelle de rentre,
la semaine dernire. L'occasion pour elles
de dresser un bilan et d'afficher les priori-
ts pour 2007. S'agissant de la Cour
d'Appel, le procureur gnral Grard Lou-
bens, tout en jugeant la problmatique
des stupfiants grave avec l'arrive sur
notre sol de la rsine de cannabis notam-
ment, estime que la "Mvlartinique n'estpas
une plaque tournante mme si elfe
n'chappe pas 'usage ni au traffic de co-
caine et de cannabis". Aprs l'hommage
Camille Darsires rendu par le btonnier
Lucien Alexandrine, celui-ci est intervenu
pour rclamer le droit lgitime la rmu-
nration just de I'Etat sur l'aide juridic-
tionnelle, 2501 dossiers ont bnfici de
l'aide juridictionnelle en 2006. Autres
proccupations des autorits judiciaires,
la surpopulation du centre pnitentiaire
de Ducos qui les empche de faire ex-
cuter leurs peines aux contrevenants.
Avec une capacity de 490 places, le cen-
tre pnitentiaire de Ducos accueille au-
jourd'hui 710 dtenus. 80 places
supplmentaires sont prvues pour le
mois de mars et 150 places supplmen-
taires annonces pour 2008. Les gardens
de prison jugent que cette augmentation
n'est pas en rapport avec l'augmentation
de la dlinquance et pointent du doigt le
manque de moyens. Ils ont d'ailleurs ob-
serv un movement de blocage du cen-
tre le 11 janvier pour protester contre
l'agression d'un des leurs. A cela, la direc-
tion du centre pnitentiaire a rpondu par
des sanctions disciplinaires l'encontre
des grvistes allant jusqu' 5 jours d'ex-
clusion sans solde. Les surveillants ont
dcid de saisir le Tribunal administratif
pour ces sanctions, juges illgales. A
quand un vritable dveloppement des
measures alternatives, en amount par la pr-
vention et en aval par la rinsertion ?
Dans aucune socit, l'exponentiation des
prisons n'a fait diminuer la violence. L'une
des racines du problme est une socit


qui laisse ses en-
fants au bord de la
route, sans occupa-
tion. Et ceci nous
concern tous ;
chaque citoyen a le
devoir de s'en
proccuper.
Au Tribunal d'Ins-
tance, le procureur
de la Rpublique,
Claude Bellanger,
observe une petite
baisse de la dlin-
quance, mais met
en avant l'orienta-
tion inquitante de


la violence sur les
personnel, qui augmente de 26%. Les
objectifs porteront sur la lutte contre les
violence et les stupfiants, l'un entra-
nant l'autre. Autre cheval de bataille, la
lutte contre l'inscurit routire avec un
triste palmars : 59 mors sur les routes en
2006, soit plus de 14% qu'en 2005. Le
procureur announce de nouvelles m-
thodes d'action fortes comme l'immobili-
sation des vhicules ds la constatation
d'une infraction jusqu' la comparution de-
vant le Tribunal correctionnel. Sera-t-elle
suffisamment dissuasive contre les dlin-
quants de la route ?
Jean-Jacques Brichant, reprsentant des
employers, est de nouveau le president
du Conseil des prud'hommes. Le volume
des affaires atterrissant devant les
conseillers prud'homaux est toujours im-
portant. Le nouveau president plaide pour
la mise en place d'un permis de conduire
social. Une initiative plutt encourageante
pour un dialogue social plus efficace et
respectueux de tous les acteurs.
Dans toutes les institutions du service pu-
blic de la justice se pose la question des
dlais de traitement des dossiers ainsi
que celle de l'insuffisance des moyens
humans et matriels. Cette situation
contraint ce service public fonctionner
dans une prcarit endmique dnonce
tant par les magistrats que par les auxi-
liaires de justice.
Selon le premier president de la Cour
d'Appel, Herv Expert, "La lenteur lse
les usagers et porte atteinte aurcdroits des
justiciables. CElle contribute miner la
confiance dans [a justice". Il prne une
justice de quality, dans des dlais raison-
nables, avec des points essentiels, no-
tamment l'impartialit des magistrats. Ceci
devrait contribuer donner confiance
dans l'institution judiciaire. Ce qui est loin
d'tre le cas dans notre pays, avec une
majority de magistrats non originaires,
don't la culture est autre.
CB










La mutualit martiniquaise Cfheure du diktat europen

POUR RESISTER, CREATION DE LA MUTUELLE GNRALE

DE PRVOYANCE DES ANTILLES


Chaque jour qui passe, notre entre im-
pose et sans garde fou dans l'Union
Europenne conduit des dchire-
ments sociaux don't les prsages taient
depuis longtemps annoncs par les
communists. Depuis le 1er janvier, un
grand nombre de socitaires de cer-
taines mutuelles (14) crient leur dsarroi
devant l'augmentation exponentielle de
leur cotisation dcs. Ceci est la cons-
quence de la fusion des 14 mutuelles
pour fire face aux nouvelles rgles eu-
ropennes. Ainsi, dimanche 14 janvier,
devant la pressure t des adhrents, le
conseil d'administration de la Mutuelle
Gnrale de Prvoyance des Antilles
(MGPA) s'est livr un exer-
cice pdagogique d'explication
devant la grogne de certain
adhrents. La faute aux direc-
tives europennes appliques
un systme sculaire qui
avait fait ses preuves. Cela, il
ne I'a pas dit, le nouveau prsi- .
dent de cette entit qu'est Mi-
guel Laventure, qui avait tant
vant les vertus de l'Europe.
Mais c'est la conclusion qui r-
sulte de tout ce qu'il a livr
comme explications ses
adhrents. La nouvelle donne
europenne a conduit les mu-
tuelles se repositionner pour Les princ
viter la disparition. Ainsi bon nombre
d'entre elles ont t accules la fu-
sion. C'est ce qui a conduit la nais-
sance de la MGPA. Les mutuelles qui,
jusque-l, avaient assur la solidarity et
l'entraide au service des adhrents
sont dans l'obligation de se transfor-
mer en assurances. La mutualit a t
dans notre pays parmi les premires
decisions prises par les libres de cou-
leurs aprs l'abolition de l'esclavage
pour organiser cette solidarity. En
2002, Bruxelles contraint les mutuelles
en France- et par consquent en Marti-
nique- revoir la donne, car le lobby
des assurances veut mettre la main sur
la manne financire qui lui passe sous
les yeux. L'Europe impose qu'elles rem-
plissent des conditions administrative
et financires trs lourdes pour assurer
ce service. De nouvelles exigences
pour les mutuelles. Sur le plan adminis-
tratif, il y a un un processus d'agrment.
Cet agrment, le regroupement le pos-
sde pour le risque sant mais pas en-


core les dcs. Des contraintes finan-
cires avec l'exigence d'un fonds de ga-
rantie de prs de 2,3 millions d'euros en
permanence au minimum. Egalement
une exigence tarifaire : les mutuelles
doivent imprativement quilibrer leurs
populations en terme de trenches
d'ges et donc attirer des jeunes par
des cotisations plus attractive. '"ucune
mutuelle martiniquaise ne pouvait seule
avoir ces garanties, malgr une situation
financire saine des mutuelles", assure
Miguel Laventure. A quatorze nous le
pouvons et ainsi offir de nouvelles pos-
si6ilits. En Guadeloupe cela a conduit


ipaux dirigeants de la nouvelle entit en charge de prs de 70 000 membres


la mise en liquidation de 51 mutuelles
en 2005. En deux ans le nombre de
mutueles est pass en Martinique de 60
6. Sur les cotisations, l'objet du cour-
roux, il explique, "Dans certain mu-
tueffes la mixJt est 6onne, if n'y a pas
d'augmentation carelle avait tfaite sur
les autres annes. Dans d'autres en re-
vanclie, ily a un rattrapage afaire; c'est
parfois douloureux. Pourpermettre clia-
cun de faire face cette ncessit, ifest
prvu de payer les cotisations par mois et,
dans le pire des cas, ils'agit de 15,50 C
/nois". Sinon le president brandit la me-
nace de la disparition de tout le monde,
des emplois, des patrimoines et des va-
leurs mutualistes. Comment le nou-
veau president compete se dmarquer
de ce qui est dsormais une assurance
et ne pas emprunter le virage unique-
ment de la performance financire? Il
affirme : "ceux qui viennent fa mutualit


sauront qu'il auront la fois la rigueur
et la performance des assurances, mais en
plus cette manire des valeurs humaines
en mutualit car en mutualit ce sont les
adhrents qui dcident ce qui est fait. If
n 'y pas de 6nfice verser au. action-
naires. Iffautfaire en sorte que les rsul-
tats soient 6ons; tout ce qui est obtenu est
mis a la disposition des mutualistes".
Ainsi la MGPA veut faire la dmonstra-
tion que l'on peut tre une mutualit at-
tractive, moderne, tout en respectant
les valeurs mutualistes. Les requins de
l'assurance et les lobby europens la
laisseront-ils faire ?
Au sortir de la runion cer-
taines personnel ont estim
positives les explications qui
leur ont t fournies et se
sont dites soulages, car
elles avaient eu des inqui-
tudes fortes sur l'impossibilit
de payer en totalit les cotisa-
ttions ou le risque d'tre
S rayes de la mutualit.


Marlne (adhrente) : J'ai des
reserves sur la tarification, car
tant donn qu'ily a une fusion
des 14 mutuelles et c'est l sa


force elle devrait proposer awuadhrents
de plus de 65 ans une cotisation inf-
rieure. C'est vraiment trop important pour
ceuxi qui ne peuvent payer. S'ifs ne (e
peuvent pas is sontpris de quitter la mu-
tuelfe, ce qui est dommage aprs de si
longues annes de cotisation.

Les 14 mutuelles sont:
Entraide St Crpin, Famille de Sarrault,
Fraternelle de Basse-Pointe, Fraternit
d'Outre-Mer, La Clairvoyance, la Fami-
liale de Morne Pitault, la Vaillante, Le
Progrs,M.I.M, M.O.Ade la Cabesterre,
Saint Paul de Morne des Esses
Sainte Catherine Solidarit, Solidarit
Franciscaine et Vers la Lumire.
Et reprsentent
70 000 assures en dcs,
20 000 assures en sant,
800 entreprises en contract collectif
sant,
50 salaries sur 12 sites











COMMEMORATION ANDR ALIKER : LON P PI RSP


Les communists n'ont pas failli leur devoir moral
Depuis 73 ans, beaucoup de Martini- se sc
quais voquent et commmorent le "jnme
combat d'Andr Aliker. Andr Aliker, mi- miit
litant politique, journalist du 1 er tiers du
vingtime sicle martiniquais a pay de ques
sa vie la dnonciation des privileges fi- sur
nanciers consentis par la colonie la rapp
se pl
famille Aubry. Aujourd'hui, Aliker n'ap- s
patient plus aux seuls communists, ni pass
certa
au seul journal "Justice" auquel il a color
consacr une parties important de sa moin
vie, mais toute la Martinique, qui il tell
revient de faire vivre son souvenir, et Justi
singulirement aux journalists de ce que
pays qui doivent s'inspirer de son com- militu
bat pour la vrit, la dmocratie et la
justice.. Man
Le 11 janvier 2007, les militants commu- les d
nistes rejoints par une dlgation du petit
CNCP ont commmor le combattant class
Andr Aliker en dposant une gerbe sur
santr
sa tombe au cimetire de la Leve
Fort-de-France. Georges Erichot, se- venu
crtaire gnral du PCM, a rappel les clie"
circonstances de sa mort et mis en press.
exergue l'pitaphe au fronton de son une
tombeau "n'ayant pu me corrompre, ifs confi
m'ont assassin. Proltaires, souvenez- don't
vous". Il a lanc un appel aux jeunes (Parti
qu'ils pour s'emparent de la connais- plot
sance de notre histoire au travers de avec
nos hros. dEn
"Comment braver les rigueurs du men-
dent
songe et de 'oubli. L'histoire peut-y
contribuer" a affirm l'historien
suite
Georges Mauvois, l'issue de la conf- se
rence dbat organise le samedi 13 jan- plail
vier par le Rassemblement entr
dmocratique pour la Martinique (RDM) n o
et le Mouvement populaire pilotin Cout
(MPP), laquelle ont pris part des mili-
sieur
tants communists. Il venait, avec
verve et rudition de relater la vie d'An- milit
dr Aliker : Qui tait -il ? Dans quel t p
context se situait son combat et les en
consequences qu'a eues son assassi- (Ftil


nat ? Le confrencier
se rapportant au livre
1- d'Armand Nicolas
"Le combat d'Andr
A[ker"* mit en lu-
mire des zones
d'ombre de cette
poque avec aussi
de nouveaux docu-
ments ou tmoi-
gnages, soulignant
notamment qu'aprs
l'assassinat d'Andr
Aliker beaucoup de
jeunes Martiniquais
>nt engags dans l'action politique.
Sgnration confronte rexigence
ante diu moment". Certaines des
tions poses par la salle portaient
es differences et similitudes par
ort aujourd'hui. L'historien qui ne
lace que dans l'optique des faits
s, souligne avec precaution que
inement le passage du statut de
tie celui de Dpartement rendrait
s vidente la persistence d'une
situation. Et le rdacteur en chef de
ce, Michel Branchi, de dmontrer
sur certain aspects il y a des si-
ides et des differences. '"linsi la
tinique continue tre un pays don't
visions essentielles sont prises par un
nombre d'individus, mme si (a
e possdante n'est plus aussi puis-
e puisque d'autres capitalists sont
s bouleverser un peu cette "oligar-
. Sur l'autre aspect, la libert de la
se, "c'est la i6ert de 'argent" avec
uniformisation de l'opinion,
era-t-il. Il prit un example recent
il a subi les consequences. "Le
i communist a t victim dun coim-
en 1992
farrive
nile (Prsi-
Capgras
tRgion,
une .
te d'un
epreneur
ni m
a. 'Plu-
's de ses
"M -t

ants ont
oursuivis
justice :
e Capgras hAuguste Armet,MPP G


et sonfiEs qui a eu le malieur d'avoir une
entreprise qui travaillait dj pour la col-
[ectivit, 2Karl'Paolo, et lui aussi Miclie[
Branclhi. Salis, ifs ont bnfici d'un non
lieu et d'un acquittement. Ce Monsieur
Couta vient d'tre condamnpour malver-
sation dans des marcls publics rgionaux
aprs neuf ans:pas une [igne dans (e quo-
tidien qui 'poquefaisait les gros titres
sur cette affaire". Michel Branchi enten-
dait ainsi montrer que le combat pour
la vrit et la justice est aussi actuel
qu' l'poque d'Aliker et que nous
avons en face de nous les mmes ad-
versaires. Georges Mauvois, pre, met-
tra l'accent sur un mot que l'on
entendait souvent l'poque et beau-
coup moins aujourd'hui, c'est celui de
"Honneur". Ce mot rgissait la vie des
hommes et particulirement dans le do-
maine public, souligne-t-il. "Je crois re-
trouver dans affaire flier cette notion
tant pendant, qu'aprs avec 1a reaction de
son neveu. Ilfallait avoir du courage pour
tre journalist, ou militant politique
cette poque". Le leader du MPP, Au-
guste Armet, considre que tout n'a pas
t fait dans sa commune pour rendre
un hommage mrit ce hros martini-
quais et que ce sera l'un de ses com-
bats. Quant Nadine Hubert du RDM,
elle enregistre avec satisfaction la rus-
site de la soire en souhaitant que les
jeunes Martiniquais puissent se retrou-
ver au travers de ces hros et de leur
histoire.
C.B.
* L'ouvrage peut se trouver au sige
de Justice, Angle des rues Aliker et
Emile Zola au Terres Sainville FDF
(Tl : 0596 718683)


ieorges Mauvois, historien et Nadine Hubert, RDM.







SI -Justic n'$ ,


"Le TOURISM OUTRE-MER STAGNE,

VOIRE REGRESSE",

constate Conseilconomique et socialde France


Le Conseil Economique et social de
France a mis le 9 janvier dernier un
avis assez svre sur le tourism outre-
mer.
La conseillre, rapporteur de l'avis sur
le tourism outre-mer, Ccile Felzines,
n'y va pas de main morte. "Le tourism
stage ou rgresse dans les DOM91 alors
qu'ilinficie d'un arsenald'aides(exon-
ration de charges, dfiscalisation, fonds
europens)... Pourquoi ?".
Regrettant, une fois de plus l'insuffi-
sance des outils statistiques, la conseil-
lre pointe du doigt la vente d'htels
la dcoupe(comme l'htel Anchorage
Sainte-Anne) alors que la renovation
des htels, depuis la loi Girardin, bn-
ficie de la dfiscalisation.
C'est prcisment la dfiscalisation qui
favorite ces operations spculatives.
Le Conseil conomique dplore que
identityit crole est presque abandonne"
en matire de constructions des htels
au profit du bton tout va Mais c'est
le rsultat de l'assimilation forcene
pratique et de la recherche du profit !
L'investissement est faible car l'pargne
est insuffisante et les banques frileuses,
constate aussi le Conseil conomique.
Mais les banques prfrent raliser des
superprofits dans le credit automobile.
Et la question du "foncier rare et cher"
est rendue plus complex par la spcu-
lation et la non application des Schma
d'Amnagement Rgional (SAR). Elle
note que "le proleme dufoncier est r-
current" et "n'a jamais t rsolu sur le
fond ".
Ccile Felzines met une srie im-
pressionnante de propositions car, pour
elle, "le tourism reste un des secteurs
rellement porteurs de dveloppement co-
nomique et de dveloppement durable
dans des collectivits o la dmographie
est forte et le chmage lev".
Elle appelle "faire des choixplus chairs
et courageux.".
Parmi les propositions citons :
- Amliorer les outils statistiques ;
-Respecter l'environnement qui est
riche mais fragile : traitement de l'eau,
limination des dchets, etc ;
Amnager la destination : inscrire
des zones touristiques et htelires


dans les Plans locaux d'urbanisme ;
- Promouvoir une destination forte
identity ;
- Proposer des products attrayants par
un effort de promotion adapt ;
- Associer l'Agriculture et l'artisanat ;
certes, mais ces secteurs sont en crise
du fait de la concurrence de l'importa-
tion ;
- Proposer des solutions la question
foncire ; mais il est propos d'utiliser
les SAR pour fixer long terme l'affec-
tation du sol, alors que l'on sait que les
SAR ne s'imposent pas aux POS com-
munaux ;
- Simplification de la dfiscalisation
pour la renovation htelire, en y in-
cluant le rachat de l'htel rnover ;
- Attirer les grandes enseignes hte-
lires internationales ;
- Porter l'exonration des charges so-
ciales de 1,5 fois le Smic deux fois le
Smic pour permettre le recrutement de
cadres qualifis ;
- Renforcer le professionnalisme pour
lever la quality ;
- Recourir des vols charters secs et
taler les congs bonifis pour amlio-
rer les transports ariens;
- Enfin, une impulsion de l'Etat accom-
pagnant l'initiative locale ;
Le ministry de l'outre-mer a qualifi
l'avis du Conseil conomique de
"contribution rice" et a annonc la re-
prise de plusieurs propositions avant la
fin de la legislature.
Il est assez affligeant soit constatr-
gulirement l'chec du tourism qui,
selon certain, devait constituer la
colonne vertbrale de l'conomie des
DOM.
Sans en faire la panace, dans une
conomie roriente vers le dveloppe-
ment vritable et diversifie, le tourism
peut apporter une valeur ajoute nos
activits locales et contribuer procurer
des emplois.
Pour mettre un bmol au pessimisme
du Conseil conomique et social de
France, il semble que, au course de
2006, on ait enregistr quelques signes
de reprise de l'activit touristique, sous
l'impulsion du nouveau CMT sous la
houlette de Madeleine DE GRANDMAI-
SON.
Antoine GILLES


Pche : L'Europe recule et
accord l'augmentation de
puissance revendique.

La Commission europenne a fina-
lement cd la revendication des
marins- pcheurs des DOM concer-
nant la puissance global de la flo-
tille de pche.
En effet, l'an dernier la Commission
Europenne avait limit la puissance
des embarcations de pche de la
Martinique 65 000 KW alors que la
puissance existante dpassait 100
000 KW.
La profession, les lus ont alors pro-
test contre cette decision qui limi-
nait les jeunes marins-pcheurs.
Finalement, l'Europe a recul et a
dcid d'accorder 392 365 KW
l'ensemble des DOM contre 243 836
KW. La Martinique obtiendrait ainsi
plus de 100 000 KW.
Dcidment, la ralit du sous-d-
veloppement des DOM chappe aux
technocrates de Bruxelles.

L'accord rgion-delta airlines
remis en cause par l'Europe

Le recent accord entire le Conseil
Regional de la Martinique et la com-
pagnie amricaine Delta consistent
verser cette dernire une com-
pensation de 500 000 euros en cas
de taux de remplissage insuffisant
est dans le collimateur des gardens
de l'ordre liberal europen. Il s'agirait
d'une aide directed d'Etat contraire
aux dogmes de l'ultra libralisme eu-
ropen sur la concurrence libre et
non fausse.
Les ministres des transports et de
l'outre-mer franais ngocient pour
faire accepter cette decision rgio-
nale comme une drogation au titre
de l'article 299-2 du Trait europen
sur les rgions dites "ultrapriphi-
riques".
Ainsi l'Europe semble ne pas com-
prendre la ncessit de dsenclaver
notre pays par rapport son environ-
nement gographique.
La ncessit d'un statut d'autono-
mie par rapport la France et parti-
culier d'Association par rapport
l'Union Europenne est illustre par
cette nouvelle entrave notre dve-
loppement.











BILAN RTROSPECTIF INTERNATIONAL DE L'ANNE 2006


Pour beaucoup, 2006 restera l'anne de
la confrontation Islam-Occident. L'enlise-
ment pourtant prvisible des Etats-Unis et
de leurs allis en Irak et en Afghanistan et
l'interminable conflict isralo-palestinien en
sont les principles raisons. Ni l'hmorra-
gie crbrale de Sharon, ni la victoire
lectorale du Hamas, ni mme l'agression
isralienne contre le Liban (1 200 morts,
15 000 habitations dtruites) n'ont fait vo-
luer le problme. Bien au contraire. A cela
il faut encore ajouter la crise provoque
par l'Iran sur la question du nuclaire, la
publication provocatrice de caricatures of-
fensantes du Prophte par un journal
conservateur danois et la lourde bvue du
Pape amalgamant l'Islam la violence.
Cependant, vouloir se focaliser sur ces
seuls faits serait une grossire erreur.
2006, c'est avant tout la demonstration fla-
grante de l'incapacit de l'Occident de re-
lever le moindre des dfis qui se posent
nous aujourd'hui. Tout d'abord celui de la
menace environnementale et du rchauf-
fement climatique lourd de prils et qui
remet en cause le modle de dveloppe-
ment capitalist que l'on nous impose
(consumrisme chevel, mercantilisation
globalise, etc.). Le refuse d'un vritable
dveloppement durable (qui limiterait la


qute du profit pour le profit) entrane la
rarfaction des matires premires et
nergtiques et leur renchrissement ac-
centuant la pauvret, l'exclusion et la mi-
sre. Au 21e sicle, prs d'un milliard
d'tres humans, don't deux tiers de
femmes sont analphabtes. 140 millions
d'enfants n'ont pas accs l'ducation et
250 millions d'enfants de 5 14 ans sont
dans l'obligation de travailler, y comprise
dans des pays dvelopps comme le
Royaume-Uni, la Grce, le Portugal ou les
Etats-Unis. Les politiques librales (no
ou ultra), loin de favoriser le dveloppe-
ment des Etats qui s'y soumettent, accen-
tuent leur dpendance financire au FMI,
la Banque mondiale et, de plus en plus,
des Fonds privs qui seuls profitent lar-
gement de cette situation.
Heureusement, les peuples commen-
cent prendre conscience de ce phno-
mne et ragissent comme en Amrique
latine o l'exemple du Brsil, du Vn-
zula, de la Bolivie, de l'Uruguay, fait
tache d'huile. De mme en Asie, l'irruption
massive du people uni sur la scne poli-
tique au Npal a mis fin aux vellits ab-
solutistes d'un monarque affairiste et
corrompu et ouvert la voie de l'esprance.
L'Afrique, riche de potentialits cono-


CHAVEZ ENGAGE LE VENEZUELA SUR LA VOIE DU SOCIALISM


Triomphalement rlu avec plus de 62 %
des voix pour un nouveau mandate de six
ans, Hugo Chavez, ds son investiture,
s'est engag promouvoir une nouvelle
Constitution ncessaire l'dification du
socialisme au Vnzula.
Les secteurs stratgiques de l'conomie
(lectricit, tlcommunications, hydrocar-
bures...) seront nationalists. La structure
politico- administrative du pays, sera lar-
gement modifie afin de permettre aux r-
gions les plus arrires de pouvoir enfin


se moderniser. L'ducation populaire fa-
vorisant les valeurs thiques deviendra
une priority.
Toutes ces transformations n'entreront en
vigueur qu'aprs avoir reu l'assentiment
de la population don't la volont exprime
restera souveraine. La participation popu-
laire dans la prise de decision se trouvera
encourage et les pouvoirs des Conseils
communaux seront accrus.
Telles sont les grande lignes du project
nonc par Chavez qui a tenu souligner


que maintenant"Rien ne peut faire chan-
ger le course du processus bolivarien vers
le socialisme".
Des compensations quitables sont pr-
vues pour ddommager les groups pri-
vs viss par les nationalisations, Chavez
ne prvoyant pas d'expropriations. Mais
les impts et les droits de licence non ac-
quitts jusqu'ici seront bien sr dduits de
ces compensations. L'quit ne sera pas
sens unique.
K. Solaris


BUSH : LA FUITE EN AVANT


Georges W. Bush, mis au pied du mur des
ralits, s'est vu contraint d'admettre que
sa guerre d'lrak n'a pas t gagne, loin
de l. La situation est mme franchement
dsastreuse. L'Irak est aujourd'hui cono-
miquement exsangue, profondment di-
vis et en proie une inscurit
croissante (plus de 23000 civil tus) ali-
mente d'une part par la resistance arme
l'occupation trangre et beaucoup plus
grave, par les actions terrorists menes
par des groups islamistes radicaux qui
ont trouv un nouveau terrain inespr de
confrontation avec l'Occident infidle et
honni. Ces islamistes n'ont pas hsit
d'ailleurs jouer sur les rivalits internes
qui opposent la majority chiite soutenue


par L'Iran la minority sunnite (mais ma-
joritaire dans le monde musulman) prc-
demment au pouvoir sous Saddam
Hussein.
Voil le rsultat obtenu par l'apprenti sor-
cier Bush et qui a dj cot plus de 3000
morts aux Etats -Unis, sans computer les
milliers de soldats blesss ou invalides.
Seulement il n'y a plus d'alternative possi-
ble. Si les Gis parent, le chaos s'installe
que ne pourra gure surmonter l'actuel
gouvernement fantoche. S'ils restent, la
guerre continuera plus intense, plus hai-
neuse, avec le risque rel de dstabiliser
durablement toute une region hautement
stratgique du fait de ses reserves ptro-
lires.


Bush va donc tenter de "mettre te paquet"en
envoyant dans un premier temps 21500
soldats supplmentaires sur le terrain
dans l'espoir qu'un retournement de situa-
tion lui permettra enfin de se retire avec
les "honneurs" Visiblement il ne tient pas
compete de l'exprience du Vietnam o ce
type de raisonnement avait conduit les
USA la dconfiture militaire la plus to-
tale. A moins qu'il ait dcid de lguer le
cadeau empoisonn au future president
des Etats-Unis qui devra alors se dbrouil-
ler comme il le pourra pour se sortir du
bourbier
K. Solaris


miques commence rechercher les
moyens de sortir du cercle infernal de l'ex-
ploitation et du pillage nocolonialiste qui
l'enfonce dans la misre et la guerre.
L'Europe, que l'on cherche toute force
corseter de libralisme, rue dans les bran-
cards comme l'ont montr les puissantes
manifestations en France contre le CPE,
l'viction lectorale de la droite berlusco-
nine en Italie et l'clatant succs rem-
port aux Pays-Bas par le Parti socialist
(plus marxiste que social-dmocrate). Et
ce n'est pas l'espce de fuite en avant
vers le gigantisme (Europe des 27) qui
pourra rsoudre la profonde crise social
qui la mine.
Quant aux Etats qui se rclament de
l'dification du socialisme de nouvelle g-
nration, on ne peut que constater leur
essor en dpit de tous les obstacles qu'ils
peuvent rencontrer. Le Vietnam enregistre
une croissance de 8,2 %, la Chine en
dpit de ses efforts pour calmer le jeu n'a
pu descendre en-dessous de 10,5 % et
Cuba, grce entire autres l'intervention
de la Chine et du Vnzula qui lui ont
permis de desserrer le carcan du blocus
US, s'offre une croissance de 12,5 %. De
quoi en faire plir d'envie plus d'un.
K.Solaris









ANENE LALS ,edlJnlr20 tis' Il I '.ge'


SCP DUBOIS ET ASSOCIS

CHANGEMENT DE RGIME
MATRIMONIAL

Par jugement en date du 23 novembre
2006 rendu par la Chambre du Conseil
du Tribunal de Grande Instance de Fort
de France, il apparat que le Tribunal a
homologu l'acte de Matre Sandra GER-
MAIN PORSAN CLEMENTE, Notaire as-
socie Fort de France tabli le 24
janvier 2006, par lequel les poux
GABAY-BOUCAYA ont adopt le rgime
de communaut universelle rgi par les
dispositions de l'article 1526 du Code
Civil. FA 7379

GRALD SAE
AVOCAT
40 RUE PERRINON
97200 FORT DE FRANCE
TL. 0596 70 21 19
FAX 0596 60 94 73

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv en date du 2
janvier 2007, il a t constitu une So-
cit Civile:
Denomination: SCI "LA FERME"
Capital : 800 euros divis en parts so-
ciales de 8 euros chacune entirement
souscrites et libres.
Sige social : Grande Savane BP 64 -
97224 DUCOS
Dure : 25 annes computer de l'anne
de l'immatriculation de la socit au Re-
gistre de Commerce et des Socits
Grant : Jol, Gilbert ALCINDOR de-
meurant Grande Savane
La Socit sera immatricule au Registre
de Commerce et des Socits tenu au
greffe du Tribunal de Commerce de Fort
de France.
Pour Avis, le Grant FA 7380

3MGRH
ETUDES FORMATION- GESTION
DES RESOURCES HUMAINES
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE
AU CAPITAL DE 15 778 EUROS
SIGE SOCIAL :
47 LOT. LES HORIZONS
97232 LE LAMENTIN
N 97B91
R.C.S. DE FORT-DE-FRANCE

AVIS DE PUBLICITY

Aux terms du procs verbal de l'assem-
ble extraordinaire du 11/12/06, le capital
a t augment en numraire d'un mon-
tant de 42 00 euros pour tre port
57 778 euros.
L'article N7 des status a t modifi en
consequence.
Ancienne mention :
Capital : 15 778 euros
Nouvelle mention :
RCS : Fort-de-France
Pour avis, le reprsentant lgale
FA 7381

ZELTOMA
SOCIT CIVIL
AU CAPITAL DE 1 600 EUROS
SIGE SOCIAL : GRANDE ANSE,
97221 LE CARBET

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date au Carbet du 30/09/2006, il a t
constitu une socit prsentant les ca-
ractristiques suivantes :
Denomination social : Zeltoma,
Forme social : Socit civil
Sige social : Grande Anse, 97221 LE


CARBET,
Objet social : La proprit, l'acquisition, la
gestion, et plus gnralement l'exploita-
tion par bail, location ou autrement, de
tous immeubles, usage industrial, com-
mercial, d'habitation, professionnel ou
mixte, qu'il s'agisse d'immeubles ruraux
ou urbains, btis ou non btis,et d'une
manire gnrale toute operation nces-
saire pour le plein exercise du droit de
proprit desdits biens.
Toutes constructions, amliorations, aug-
mentations, rparations et amnage-
ments sur tous immeubles acquis ou
lous par la socit, tous travaux quel-
conques se rattachant des operations
immobilires.
La location, quelle que soit la forme et la
dure du bail consent, des socits ou
administrations publiques ou prives. La
socit pourra consentir toutes pro-
messes de vente ou de bail, tous droits
rels et immobiliers tels qu'hypothque,
bail construction, ncessaires la ra-
lisation de son objet social.
L'emploi des capitaux disponibles de la
socit, en placements de toute nature,
quelle que soit la forme, tels que notam-
ment mais pas exclusivement souscrip-
tions, achats ou ventes de valeurs
mobilires et prts et avances des par-
ticuliers ou des socits, quel que soit
leur objet ou leur forme.
Dure de la Socit : 50 ans computer
de la date de l'immatriculation de la So-
cit au Registre de Commerce et des
Socits,
Capital social : 1 600 euros, constitu uni-
quement d'apports en numraire,
Grance : Jacques GEMIEUX, demeu-
rant Quartier Lajus 97221 Le Carbet,
Clauses relatives aux cessions de parts :
agrment requis dans tous les cas,
agrment des associs reprsentant au
moins les trois quarts des parts sociales,
Immatriculation de la Socit au Registre
de Commerce et des Socits de Fort de
France.
La Grance FA 7382

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution des so-
cits suivantes :
Denomination : EURL GENIPORC
Forme : Entreprise unipersonnelle res-
ponsabilit limite (EURL)
Capital : 10 000 euros
Objet : Elevage, hors sol ou extensif de
porcs, toutes operations se rapportant
la vente, l'import, l'export, l'export de tous
products agricoles et d'levage agricole et
plus gnralement toutes operations agri-
coles, industrielle, commercials, finan-
cires, mobilires ou immobilires, se
rapportant directement ou indirectement
l'objet social et susceptibles d'en facili-
ter l'extension ou le dveloppement.
Sige social : Habitation LAPALUN -
97215 RIVIERE SALEE
Dure : 99 annes
Grance : Ludovic de Reynal n le 27
Aot 1974, demeurant Habitation LAPA-
LUN Rivire Sale (97215)
Immatriculation : en course au RCS de
FORT DE FRANCE
Pour avis FA 7383

AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION

ORANGE. V INFINITY SARL
EN LIQUIDATION
AU CAPITAL DE 200 EUROS
SIGE SOCIAL : 66, LOTISSEMENT
HIBISCUS PLACE D'ARMES
97232 LAMENTIN
SIREN: 484 945 605
RCS : FORT-DE-FRANCE

Aux terms d'une assemble gnrale en


date du 7 Janvier 2007, les associs ont
* Approuv les comptes dfinitifs de li-
quidation ;
* Dcharg Mme GOURTAUD-
ORANGE Galle Myriam de son mandate
de liquidateur ;
* Donn cette dernire quitus de sa
gestion ;
* Ont constat la clture de la liquida-
tion computer de ladite assemble.
La socit sera radie du registre du
commerce et des socits de Fort de
France.
Pour avis et mention,
Mme GOURTAUD-ORANGE Galle My-
riam
Liquidateur FA 7384

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous-seing priv en date du
17.12.2006 il a t cre une SARL ayant
les caractristiques suivantes :
Denomination : "SARL COURTE
FLAMME"
Sige social : Rue BOUILLE 97250
SAINT-PIERRE
Capital: 1900 don't 1 000 E en num-
raire bloqus en compete et 900 E en ap-
port en nature
Objet : La restauration et toutes les acti-
vits s'y rapportant.
Grants-associs : Mme DE CHADI-
RAC Lucitia demeurant 17 lot le Froma-
ger 97221 CARBET,
Mme DE CHADIRAC Roselyne demeu-
rant Morne Boeufs 97221 LE CARBET.
Pour avis, les Grants FA 7385

AVIS DE CONSTITUTION D'UNE SARL

Par acte sous seing priv, il a t consti-
tu une SARL prsentant les caractris-
tiques suivantes :
Denomination : Entreprise de Peinture
MAURICE
Adresse : Chemin Florenin Agsilas -
Fond Masson 97215 Rivire Sale
Objet social : Prestations de service de
Peinture dcoration & petits travaux de
second oeuvre B.T.P.
Dure: 99 ans
Capital : 7 500e
Grant: Mme LASSONNIER Marlne Vi-
viane p. MAURICE,
Demeurant: Chemin Florenin Agsilas -
Fond Masson 97215 Rivire Sale
Immatriculation en course
Pour avis le Grant FA 7386

AVIS DE MODIFICATION DU SIGE
SOCIAL ET DU RESPONSIBLE
LGAL

CHRISTAL
SARL AU CAPITAL SOCIAL DE
7622,45
SIGE SOCIAL : PETIT PARADISE,
97233 SCHOELCHER
SIRET: 389 610 072 00016 APE 702 A

En date du 07 octobre 2006, en assem-
ble gnrale extraordinaire, les associes
de la Sarl Christal ont procd :
la nomination d'un nouveau respon-
sable lgal : M. CAYOL Alain, demeurant
41 lotissement Gondeau, 97121 Saint Jo-
seph, a t nomme grant de la Sarl
Christal en replacement de M. WAN
AJOUHU Gilles
au changement du sige social : le
sige social qui tait petit paradise, 97233
Schoelcher devient c/o CAYOL Alain, 41
lotissement Gondeau, 97212 Saint Jo-
seph
Le Grant FA 7387

AVIS DE CONSTITUTION D'UNE
SARL


Par acte sous seing priv en date du
09/10/2006, il a t constitu une SARL
prsentant les caractristiques suivantes:
Denomination : BRUNATAN
Objet social : Restauration Touristique et
vente emporter
Dure : 99 ans
Capital :7 500
Sige social 60 av des Carabes
Grant: M. ATHLAN Georges
Demeurant : 10 lot Carambole Anse-
Gouraud 97233 Schoelcher
L'immatriculation est en course auprs du
service competent
Pour avis, le Grant FA 7388

AVIS DE MODIFICATION
DE LA DENOMINATION
DE LA SOCIETY CRUSTAFISH SARL
SISE : 24 ZI COCOTTE CANAL
97224 DUCOS
AU CAPITAL DE :7 622,00
RCS DE F-DE-F N"483 477 436 B 875
N D'AGRMENT: 972 07 013

Aux terms d'une assemble gnrale
extraordinaire du 03.01.2007, il a t d-
cid le changement de la denomination
Ancienne mention CRUSTAFISH Sarl
Nouvelle mention : EXTRA.FISH Sarl
En consequence, l'art n 3 des status a
t modifi, le dpt lgal sera effectu
au Greffe du Tribunal ainsi qu'auprs des
impts de Fort-de-France.
Pour avis, le Grant. FA 7389

RECTIFICATION AU JOURNAL
JUSTICE DU 11 JANVIER 2007
TINGTING PRODUCTIONS

Ancienne mention : BO Rsidence Azteca
-Terreville 97233 Schoelcher
Nouvelle mention : Bt. 14, n117-Aca-
jou Nord 97232 Le Lamentin
Pour avis et mention FA 7390

AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION

BATI-NET

Socit responsabilit limite
Au capital de 7 625 Euros
Sige social Chapelle
97212 SAINT JOSEPH
RCS 478 154 610 000 16
Aux terms de l'assemble gnrale en
date du 15 Dcembre 2006, les associs
ont:
- approuvs les comptes dfinitifs de li-
quidation
- donn quitus de sa gestion de liquida-
teur et dcharg de son mandate
- ont constats la clture de la liquida-
tion computer du jour du 15/12/2006
En consequence, la socit sera radie
du registre de la Chambre des Mtiers de
Fort-de-France.
Pour avis et mention
Le Liquidateur, Bruneau BOLO
FA 7391

AVIS DE CONSTITUTION

SARL CARAIBE REVETEMENT
Espace Posidon 15 rue Eugne EU-
CHARIS 97200 Fort-de-France
Par acte S.S.P en date du 03 Fvrier
2007, il a t constitu une SARL ayant
les caractristiques suivantes :
La socit est dnomme : CARAIBE
REVETEMENT
Sige social : Espace Posidon 15 rue
Eugne EUCHARIS Dillon stade -
97200 Fort de France
Objet : en France et dans les D.O.M, la
mise en oeuvre, l'application, la commer-
cialisation de tous types de revtements
de sols et murs, de sols sportifs et d'tan-
chits, et toutes autres prestations et
quipements lis au B.T.P.










AN E LAESJui 18 n Ier l '- Justi' W I ae1


Dure de la socit : 99 ans
Le capital social est de 8000 euros, divis
en 100 part de 80
Grants : M. Max PLANCY et M. Eddy
OULY
La socit sera immatricule au Registre
de Commerce et des Socits de Fort-
de-France
Pour Avis, l'un des grants FA 7392

AVIS DE CONSTITUTION

Par ASP en date du 26 Octobre 2006, il a
t constitu une SARL.
Denomination: CARIB DETENTE
Capital de 2.000 E
Sige social : Quartier Beauville C/o M.
Mickael Delasse 97224 DUCOS
Objet: Organisations d'vnement divers
(soires, concerts, voyages, marriages,
gala, cocktails...)
Dure : 99 ans
Grants : Messieurs Mickael DELASSE
et Karl GERNET demeurant respective-
ment au Quartier Beauville 97224
DUCOS et au 147 rue du Professeur
Raymond Garcin route de Didier 97200
Fort-de-France.
La socit sera immatricule au RCS de
FdF. FA7393

JMP LOCATION
SOCIT RESPONSABILIT
LIMITE
AU CAPITAL DE 7622,45 EUROS
(FIXE)
SIGE SOCIAL:
C/O GILBERT PRAJET
QUARTER TRACE
97113 GROS-MORNE
SIRET: 481 789 741 00016
RCS: 481 789 741

Aux terms d'une assemble gnrale
extraordinaire en date du 15 Dcembre
2006, les associs ont dcid la mise en
sommeil de la dite socit computer de
ce jour. Les actes et pieces relatifs la
mise en sommeil seront dposs la
chambre des Mtiers, Registre de Com-
.merce et Socit de Fort-de-France.
FA 7394

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une
socit prsentant les caractristiques
suivantes :
Denomination social : Hygico
Forme: SARL
Capital: 7 500 euros
Sige : 7 rue des Amarreuses ZAC la
Fabrique 97224 Ducos
Objet social : Vente de products d'hy-
gine, d'entretien et d'environnement et
toutes operation commercials, finan-
cires, industrielles, mobilires et immobi-
lires pouvant s'y rapporter directement
ou indirectement.
Dure : 99 ans
Grants : M. Ludovic Prudent, Melle An-
nabelle Prudent
Immatriculation : Greffe du tribunal de
Fort-de-France FA 7395

AVIS DE CONSTITUTION

Ce jour, 18 dcembre 2006, il a t
constitu pour 99 ans, sous seing priv,
une SARL du nom de "CENTRE EM'PE-
HEL FORMECOL SARL" au capital de
2 000 , constitu pour moiti d'apport
en nature, ayant pour objet "la gestion
d'une cole prive d'enseignement et un
centre de formation". Le sige est domici-
li 44 Boulevard Amilcar Cabral 97200
Fort de France. La grante est Mme PIN-
DARD-LANGLAT Monique demeurant
l'adresse du sige. Immatriculation au
RCS de Fort de France. FA 7396


AVIS DE MISE EN SOMMEIL
DE LA SOCIT KAREVA

Suite au Procs verbal du : 30 novembre
2006, il a t dcid la mise en sommeil
de la socit KAREVA, sise : 21 rue Vic-
tor Svre 97200 Fort-de-France
RCS de F-de-F 452 405 889 n* de Ges-
tion 2004B 203
Code APE: 523 E
Pour avis, la Grante FA 7397

D.WEST INDIES IMMOBILIER
SOCIT CIVIL
AU CAPITAL DE 1000 EUROS
SIGE SOCIAL: 21 RUE REDOUTE
DE MATOUBA 97200 FORT DE
FRANCE

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort de France du 15 dcembre
2006, il a t constitu une socit pr-
sentant les caractristiques suivantes:
Denomination social : D.WEST INDIES
IMMOBILIER,
Forme social : Socit civil
Sige social : 21 rue Redoute de Ma-
touba 97200 Fort de France,
Objet social : l'acquisition et l'exploitation
d'un immeuble,
Dure de la Socit : 99 ans computer
de la date de l'immatriculation de la So-
cit au Registre de Commerce et des
Socits,
Capital social: 1 000 euros, constitu uni-
quement d'apports en numraire,
Grance : Monsieur Herbert DUTER-
VILLE, demeurant 120 rue Lamartine -
97200 Fort de France,
Clauses relatives aux cessions de parts :
agrment requis dans tous les cas
Immatriculation de la Socit au Registre
de Commerce et des Socits de Fort-
de-France.
Pour avis, la Grance FA 7398

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous SSP, il se constitute la so-
cit
Denomination social: 8OCIETE GENE-
RALE DU BATIMENT
Nom commercial : S.G.B
Forme : Socit responsabilit Limite
Capital : 7 000 E en numraire
Sige social : 15 Lot. Cocotte, 97224
DUCOS
Objet : La demolition de biens immobi-
liers, btiment et travaux publics, La pein-
ture
Intrieur/extrieur, le revtement de sols,
Faux-plafond, Agencement intrieur/ext-
rieur
Grant Monsieur VERNON Kwenndi, g-
rant de 1 rang et Monsieur PASTEL
Claude, co-grant
Pour avis, Le grant FA 7399

MOAI
SOCIT CIVIL
AU CAPITAL DE 500 EUROS
SIGE SOCIAL: LA FRONDAISON,
MORNE COCO, 97216 AJOUPA
BOUILLON

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort-de-France du 28 dcembre
2006, il a t constitu une socit pr-
sentant les caractristiques suivantes :
Denomination social : MOAI.
Forme social : Socit civil
Sige social : la Frondaison Morne coco
- 97216 Ajoupa Bouillon.
Objet social l'acquisition. la vente, la prise
bail ou credit bail de tous immeubles


et terrains,
Dure de la Socit : 99 ans computer
de la date de l'immatriculation de la So-
cit au Registre de Commerce et des
Socits,
Capital social : 500 euros, constitu uni-
quement d'apports en numraire.
Grance : Madame Chantal CORDEMY,
demeurant Rsidence MIRAMAR Bella
Vista 97233 Schoelcher
Clauses relatives aux cessions de parts :
agrment requis dans tous les cas.
Agrment des associs reprsentant au
moins les trois quarts des parts sociales.
Immatriculation de la Socit au Registre
de Commerce et des Socits de Fort-
de-France. FA 7400

AVIS DE CHANGEMENT DE GRANT

SUPERETTE DU 140 AVENUE ABB
LAVIGNE TERRES SAINVILLE
97200 FORT DE FRANCE

Avis est donn du changement de grant,
suite l'assemble gnrale du 27 D-
cembre 2006.
Ancienne mention: Jean Claude BACHE
demeurant Rs. Racine 97240 Marin
Nouvelle mention : Sylvio HU-YEN-TACK
demeurant 2 Impasse de la Famille -
97233 Schoelcher
Immatriculation au R.C.S de Fort-de-
France
Pour avis, le Grant FA 7401

MAITRE GRARD GRANVORKA
AVOCAT A LA COUR
16, RUE GEORGES EUCHARIS
CENTRE D'AFFAIRES
DE DILLON STADE
97200 FORT DE FRANCE
TL. : 05 96 75 60 54
FAX : 05 96 75 70 27

AVIS DE CONSTITUTION
CHIFFOLLO'S BAZAR SARL

Par acte sous seing priv en date Fort-
de-France du 08/12/2006 enregistr au
Service des Impts des Entreprises de
Fort-de-France le 03/01/07, Bordereau n"
2007/6 Case n" 3 Ext. 32, il a t consti-
tu une socit responsabilit limite
avec associ unique don't les caractris-
tiques sont les suivantes:
Denomination : CHIFFOLLO'S BAZAR
Forme : Socit A Responsabilit Limite
Capital : 1 000 , divis en 100 parts so-
ciales de 10 E chacune intgralement
souscrites et libres.
Sige social : Htel Plein Soleil Pointe
Talmont 97240 LE FRANCOIS
Objet : Exploitation d'une boutique de d-
coration, la vente de vtements, d'acces-
soires de mode et d'articles de bazar.
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au Registre de Commerce et des
Socits.
Grant : Mademoiselle Muriel CLAS-
QUIN, associe unique, ne le
06/05/1959 VITTEL (88), de nationalit
Franaise, demeurant quarter les Hauts
Mansarde Rance 97240 LE FRANCOIS,
a t dsigne en quality de Grant sta-
tutaire pour une dure indtermine. La
socit sera immatricule au Registre de
Commerce et des Socits de Fort-de-
France (MARTINIQUE).
Pour avis, le Grant FA 7402

AVIS DE MODIFICATION STATUTAIRE

Fait Rivire Sale, le Jeudi 11janvier
2007
Socit: ELECTRO-FROID SARL au ca-
pital de 7 700 euros
Sige social : zone artisanale de l'esp-
rance 97215 Rivire Sale
Par dlibration en date du 4 janvier


2007, l'assemble extraordinaire des as-
socis a modifi l'article 2 des status
ainsi qu'il suit :
Ancienne mention:
Achats, Ventes, Maintenance d'appareils
lectrique et de Froid.
Nouvelle mention
La ralisation d'installation Araulique ou
Frigorifique caractre industrial.
Et Le dpt lgal sera effectu au greffe
du Tribunal de Commerce de Fort-de-
France
Le grant FA 7403

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte SSP en date du 11 janvier 2007,
il a t constitu une Socit responsa-
bilit limite (SARL) au capital de 12 000
Euros, dnomme LDL Distribution.
Sige social: Domicilie ZI Champigny
- 97224 Ducos (Martinique).
Objet : Exploitation Achat et vente de pro-
duits nautiques.
Dure : 99 ans computer de l'immatricu-
lation au Registre de Commerce et des
Socits de Fort-de-France.
Grant : Monsieur David DOUMITH
demeurant 17 residence le domaine
des fleurs 97233 Schoelcher (Marti-
nique) nomm grant pour une dure in-
dtermine.
Immatriculation de la socit au Registre
de Commerce et des Socits de Fort-
de-France
Pour avis, le Grant. FA 7404

AVIS DE FIN
DE LOCATION GRANCE

Avis est donn de la fin de la location g-
rance conclue entire la EURL TREFLE
don't le grant est Monsieur Hector TRE-
FLE et CALEBASSE SARL don't le grant
est Monsieur Grard MANUEL, de l'ta-
blissement CALEBASSE CAFE situ au
19 Boulevard allgre 97290 Le MARIN
computer du 30 Juillet 2006.
Pour avis FA 7405

COPACABANA EURL
7 RUE DES ANTHURIUMS
ANSE MITAN
97229 LES TROIS ILETS
SIRET 442 855 763 000 11

AVIS DE PUBLICITY

Suivant dlibration de l'assemble g-
nrale extraordinaire du lundi 10 janvier
2007, au sige de la socit, rue des An-
thuriums Anse Mitan 97229 LES
TROIS ILETS, les associs ont accepts
et vots l'unanimit la mise en sommeil
et ce, pour dure illimite de l'entreprise
EURL "COPACABANA" immatricule au
RCS de Fort de France avec effet r-
froactif au 31 dcembre 2006.
Le dpt lgal sera effectu au greffe du
Tribunal de Commerce de FORT DE
FRANCE.
Pour avis, le reprsentant lgal.
FA 7406

YVES LEPELTIER AVOCAT SELAR
INSCRIT AU BARREAU
DE LA GUADELOUPE

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 22/12/2006 au Robert, enregistr
par le Service des Impts des Entreprises
de Trinit le 22/12/2006, bordereau
2006/440, nl, il a t constitu une so-
cit prsentant les caractristiques sui-
vantes :
Denomination social : IONOPSIS
Forme social: S.C.I.
Sige social: Quartier Pointe la Rose










A NNIE- LGLE Jed 1$,nir2 Jusic 'M -ag


97231 LE ROBERT
Objet social : l'acquisition de terrains et la
construction de logements neufs usage
locatif affects au secteur intermdiaire,
dans les dpartements d'Outre-Mer, la lo-
cation nue de logements tant rserve
des personnel en faisant leur residence
principal, l'acquisition de logements
neufs aux mmes fins que les logements
nus construits ; la socit IONOPSIS
s'engage achever les foundations dans
les deux ans de la souscription des asso-
cis son capital et maintenir l'affecta-
tion des biens acquis pendant six ans.
Dure de la Socit : 99 ans computer
de la date de l'immatriculation de la So-
cit au Registre de Commerce et des
Socits,
Capital social: 96 000,00 E
Grance Monsieur Guy BRASSET, de-
meurant Pointe la Rose 97231 LE RO-
BERT
Immatriculation de la Socit au Registre
de Commerce et des Socits de FORT
DE FRANCE
Pour avis FA 7407

CHANGEMENT DE DENOMINATION

Aux terms de l'Assemble gnrale ex-
traordinaire du 24 novembre 2006, il a t
dcid de changer la denomination so-
ciale de la socit PERSPECTIVES,
SARL au capital social maximum de 30
490 euros, donc le sige social est au 126
rue Raoul Follereau 97200 Fort-de-
France inscrit au RCS FORT DE
FRANCE B 421 773 581 000 10, avis est
donn de la denomination. La nouvelle
denomination de cette socit sera "AN-
TILLES EVENEMENTS". En cons-
quence, de nouveaux status ont t
adopts. L'objet social et les grants res-
tants inchangs. FA 7408

SARL LES FIGUIERS
SARL, AU CAPITAL DE 7774,90 E
6 RUE DE L'ABATTOIRE
97224 DUCOS
408 735 579
RCS DE FORT DE FRANCE

DISSOLUTION ANTICIPEE

Avis est donn de la dissolution volontaire
anticipe de la socit et sa mise en liqui-
dation amiable sous le rgime conven-
tionnel, par dlibration de l'assemble
gnrale extraordinaire runie le 25 mai
2006, computer du 1 aot 2006.
M Jrome SANDER, demeurant mas Lla-
ros 66000 PERPIGNAN, a t nomm
par l'assemble en quality de liquidateur
bnficiant des pouvoirs les plus tendus
pour terminer les affaires en course et en
conclure de nouvelles le cas chant,
ainsi que pour raliser l'actif et acquitter le
passif.
En outre, le sige de liquidation a t fix
PERPIGNAN 66000, mas Llaro.Ds
lors, toute correspondence devra tre en-
voye cette adresse, de mme que les
actes et documents relatifs la liquida-
tion.
Le dpt lgal des actes et pices relatifs
l'opration de liquidation s'effectuera au
greffe du tribunal de commerce de PER-
PIGNAN.
Le liquidateur FA 7409

PRFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE
SECRETARIAT GENERAL
DIRECTION DE LA RGLEMENTA-
TION ET DU SERVICE L'USAGER
BUREAU DES ELECTIONS
ET DE LA RGLEMENTATION

EXTRAIT DE DECISION
Runie le 30 Novembre 2006, la Com-


mission Dpartementale d'Equipement
Commercial de la Martinique a accord
l'autorisation sollicite par la SAS BATI-
LAM, en vue de procder la creation
d'un magasin spcialis "BTIR" d'une
surface de vente de 5 995 m2, sur le ter-
ritoire de la commune du Lamentin.
Le texte de la decision est affich pen-
dant deux mois la Mairie du Lamentin.
Le PREFET Yves Dassonville
President de la Commission Dparte-
mentale d'Equipement Commercial
FA 7410
PREFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE
SECRETARIAT GENERAL
DIRECTION DE LA RGLEMENTA-
TION ET DU SERVICE L'USAGER
BUREAU DES ELECTIONS
ET DE LA RGLEMENTATION

EXTRAIT DE DECISION
Runie le 12 dcembre 2006 la Commis-
sion Dpartementale d'Equipement Com-
mercial de la Martinique a accord
l'autorisation sollicite par la SCI DU MA-
NOIR, en vue de l'extension du magasin
spcialis "INTERSPORT", sur le terri-
toire de la ville du Lamentin.
Le texte de la decision est affich pen-
dant deux mois la Mairie du Lamentin.
Le PREFET, Yves Dassonville
President de la Commission Dparte-
mentale d'Equipement Commercial
FA 7411

PRFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE

SECRETARIAT GENERAL
DIRECTION DE LA RGLEMENTA-
TION ET DU SERVICE L'USAGER
BUREAU DES ELECTIONS
ET DE LA RGLEMENTATION
EXTRAIT DE DECISION
Runie le 30 Novembre 2006, la Com-
mission Dpartementale d'Equipement
Commercial de la Martinique a accord
l'autorisation sollicite par la SCI BIO ES-
PACE, en vue de procder la creation
d'une Galerie Marchande "Les Jardins
d'Eucalyptus" d'une surface de vente de
1 467 m2, sur le territoire de la commune
du Franois.
Le texte de decision est affich pendant
deux mois la Mairie du Franois.
Le PREFET
President de la Commission Dparte-
mentale d'Equipement Commercial
FA 7412

PREFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE
SECRETARIAT GENERAL
DIRECTION DE LA RGLEMENTA-
TION ET DU SERVICE L'USAGER
BUREAU DES ELECTIONS
ET DE LA RGLEMENTATION

EXTRAIT DE DECISION
Runie le 30 Novembre 2006, la Com-
mission Dpartementale d'Equipement
Commercial de la Martinique a accord
l'autorisation sollicite par la SEMALOG
en vue de procder la creation d'un
complex commercial "CALEBASSIER
PLAZZA" d'une surface de vente de
6 766 m2 sur le territoire de la commune
du Lamentin.
Le texte de la decision est affich pen-
dant deux mois la Mairie du Lamentin
Le PREFET, Yves Dassonville
President de la Commission Dparte-
mentale d'Equipement Commercial
FA 7413

AVIS DE MARCH

- Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur : Conseil Gnral de la Marti-


nique.
Correspondent: president du Conseil G-
nral de la Martinique, avenue des ca-
raibes, 97200 Fort-de-France, tl. :
05-96-55-26-00, tlcopieur : 05-96-57-
37-87, adresse internet :
http://www.cg972.fr.
Objet du march : furniture d'quipe-
ment informatique pour le college du dia-
mant sis au quarter petit lzard conseil
gnral de la martinique.
Lieu d'excution et de livraison: dparte-
ment de la r':.r:.iiq_
Duiee au march ou dlai d'excution :
60 jours computer de la notification du
march.
Modalits essentielles de financement et
de paiement et/ou rfrences aux textes
qui les rglementent : fonds europens et
conseil gnral sur resources propres.
Mandat administratif dans un dlai de 45
jours aprs service fait et reception des
factures conformment l'article 98 du
dcret no 2006-975 du 1er aot 2006 por-
tant Code des Marchs Publics.
Les candidatures et les offres seront en-
tirement rdiges en langue franaise
ainsi que les documents de presentation
associs.
Unit montaire utilise, l'euro.
Justifications produire quant aux quali-
ts et capacits du candidate :
- les formulaires DC 4 et Dc5 (les ru-
briques Dl, El et E2 sont remplir en
function des indications donnes au point
3) dment dats et signs par le candidate.
Ces documents sont tlchargeables
l'adresse internet suivante : www.minefi-
gouv.fr/ marchs publics/ formulaires.
OU
1) la lettre de candidature et habilitation
du mandataire par ses co-traitants. En
cas de groupement, une lettre de candi-
dature, fournie en un seul exemplaire ori-
ginal pour l'ensemble du groupement,
faisant apparatre les membres du grou-
pement, chaque membre du groupement
candidate prcisant galement sur quels
lots porte sa candidature.-
Documents attestant des pouvoirs de la
personnel habilite pour engager le candi-
dat.;
- 2) les declaration sur l'honneur, en ap-
plication des articles 43, 44 et 45 du CMP
et des articles 8 et 38 de l'ordonnance no
2005-649 du 6 juin 2005 relative aux mar-
chs passs par certaines personnel pu-
bliques ou prives non soumises au code
des marchs publics :
-a) ne pas avoir fait l'objet, depuis moins
de cinq ans, d'une condemnation dfini-
tive pour l'une des infractions prvues par
les articles suivants du code pnal : les
articles 222-38, 222-40, 313-1 313-3,
314-1 314-3, 324-1 324-6, 421-2-1, le
deuxime alina de l'article 421-5, l'article
433-1, le deuxime alina de l'article 434-
9, les articles 435-2, 441-1 441-7, les
premier et deuxime alinas de l'article
441-8, l'article 441-9 et l'article 450-1 ;
-b) ne pas avoir fait l'objet, depuis moins
de cinq ans d'une condemnation dfini-
tive pour l'infraction prvue par l'article
1741 du code gnral des impts ;
-c) ne pas avoir fait l'objet, depuis moins
de cinq ans, d'une condemnation inscrite
au bulletin no 2 du easier judiciaire pour
les infractions mentionnes aux articles
L.324-9, L.324-10, L.341-6, L.125-1 et
L.125-3 du code du travail ;
-d) ne pas tre en tat de liquidation judi-
ciaire au sens de l'article L. 620-1 du code
de commerce ;
-e) ne pas tre dclar en tat de faillite
personnelle, au sens de l'article L. 625-2
du code de commerce, ou d'une proc-
dure quivalente rgie par un droit tran-
ger ;
- -f) ne pas tre admis au redressement
judiciaire, au sens de l'article L. 620-1 du


code de commerce, ou une procedure
quivalente rgie par un droit tranger,
sans justifier d'une habilitation poursui-
vre son activity pendant la dure prvisi-
ble d'excution du march ;
-g) avoir, au 31 dcembre de l'anne pr-
cdant celle au course de laquelle a lieu le
lancement de la consultation, souscrit les
dclarations incombant en matire fiscal
et social ou acquitt les impts et coti-
sations exigibles cette date, au sens de
l'article 43 du code des marchs publics
ou s'tre acquitt spontanment de ces
impts et cotisations avant la date du lan-
cement de la prsente consultation ou
d'avoir constitu spontanment avant
cette date des garanties juges suffisante
par le comptable ou l'organisme charge
du recouvrement;
-h) tre en rgle, au course de l'anne pr-
cdant celle au course de laquelle a lieu le
lancement de la consultation, au regard
des articles L.323-1 et, L.323-8-2 ou
L.323-8-5, du code du travail concernant
l'emploi des travailleurs handicaps.;
- 3) les renseignements permettant
d'valuer les capacits professionnelles,
techniques et financires du candidate :
-dclaration concernant le chiffre d'af-
faires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les fournitures auxquelles se rfre
le march, raliss au course des trois der-
niers exercices disponibles;
-Liste des principles fournitures livres
au course des trois dernires annes indi-
quant notamment le montant, la date et le
destinataire.
-dclaration concernant l'quipement
technique don't le candidate dispose pour
la ralisation de marchs de mme na-
ture.
- Si le candidate s'appuie sur d'autres op-
rateurs conomiques pour presenter sa
candidature :
-production d'un engagement crit de
chaque oprateur justifiant que le candi-
dat dispose de leurs capacits pour ex-
cuter le march ;
-production pour chaque oprateur des
mmes documents exigs du candidate
pour justifier de ses capacits profession-
nelles, techniques et financires.
Critres d'attribution :
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs dans le cahier des charges (r-
glement de la consultation, lettre d'invita-
tion ou document descriptif).
Type de procedure : procedure adapte.
Date limited de reception des offres : 31
janvier 2007, 12 heures.
Dlai minimum de validit des offres: 150
jours computer de la date limited de rcep-
tion des offres.
Autres renseignements :
Renseignements complmentaires: dlai
d'excution : la prestation devra tre ex-
cute dans un dlai maximum de 60 jours
computer de la notification de l'ordre de
service prescrivant le dmarrage des
prestations.
Les candidates ont la possibility jusqu' la
date et heure limited de remise des offres
de:
- tlcharger le dossier de consultation
des entreprises (Dce) l'adresse Internet
suivante : www.cg972.fr rubrique mar-
chs publics/ marchs procedure adap-
te;
- de les demander ou retire gracieuse-
ment l'adresse suivante : Conseil G-
nral de la Martinique Direction Gnrale
Adjointe charge des Finances et des
Moyens. 19 rue Jacques Cazotte B.P
679, 97264 Fort-De-France Cedex Tl. :
05 96 55 37 86 tlcopieur: 0 596 55 37
87.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : 11 janvier 2007.
FA 7414










9Marie-eorge BVFTFFTET:

S POUR LE DROIT LA RESPONSABILIT

i" DES PEUPLES D'OUTRE-MER


Marie-George BUFFET, la candidate de la
gauche populaire et antilibrale est, notre
connaissance, la seule avoir pris position,
non pas seulement pour nos spcificits mais
pour le droit la responsabilit de notre peu-
ple. Le 5 janvier dernier, lors du lancement of-
ficiel de sa champagne intitule : "4 chantiers,
3 conditions", elle a dclar : "Les populations


et les Cus des dpartements et territoires FOu-
tre-merse verront reconnus les nouvelles respon-
sabilits qu'ils souhaitent".
Voici qui a le mrite d'tre clair et qui conforte
notre droit l'autodtermination ni par les au-
tres formations y compris le PS.
AC


Cfiistian QELES'FE, Secrtaire gnral du Parti communist uadefoupen:

"EN 2007, LA GUADELOUPE EN CONSCIENCE !I


lA a veille de cette anne 2007, qui sera
une anne lectorale active notre message
s'adresse la conscience de tous es
guadeloupens.
Tout d'abord, refusons le chemin troit de
'lectoralisme parasitaire que certain
nous invitent emprunter pour garantir
la satisfaction de leur ambition de car-
rire.


(Privilgions une dmarche politiqueforte
qui ambitionne de placer au coeur des
campagnes lectorales non pas les intrts
de tel ou tel candidate mais d'abord et
avant tout les intrts suprieurs de la
guadeloupe.
Tous les uadeloupens qui ont
conscience que la guadloupe a vocation
assumer ses responsabilits doivent


s'unir aujourd'hui autour d'une plate-
forme politique de rupture avec toutes
forces d'assimilation dbattre avec [es
candidates et Ces parts politiquesfranais
engags aux lections prsidentielles.

(Les Nouvelles Etincelles du
28/12/2006)


CARNAVAL 2007 :


Sous l'impulsion de l'association Amnisty International, plusieurs di-
zaines de milliers de signatures ont t dposes l'ambassade des
USA, PARIS pour exiger la fermeture du camp d'internement de
Guantanamo, o les USA garden en toute illgalit et dans des
conditions inhumaines 420 prisonniers musulmans qualifis de ter-
roristes". Des manifestations allant dans le mme sens ont t orga-
nises Paris, Londres, Madrid, La Havane et aux Etats-Unis
mmes. Le nouveau secrtaire gnral de l'ONU a lui aussi de-
mand la fermeture du centre.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs