Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00085
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: November 23, 2006
Copyright Date: 2006
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00085
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
,C 4EBDOMADAIRe D'INFORMAI OMMU-r'T
iIimO 0iii l if


Pour. la Repnablt et le Deloppemen vial.


-J


mII


nseMble pour ouvrir

OU 0uvelle



r~riil


Un hommage mrit

Un project politique
inquitant pour la gauche


Le sport allied
au patrimoine


La ddfiscalisation
dtruit notre
patrimoine foncier








Jeudi N e r 06J in4 -


1re guerre MondaIl :

150 SOLDATS MARTINIOUAIS OUBLIS


ke Pttme


Sa ka Pa ........... p.2

Edito .............. p. 3
"Marie-George Buffet"

Politique ............. 4
Lucette Michaux-Chevry au "Club"
d'ATV
Raphal Confiant et Aim Csaire
Les Socialistes martiniquais dissent
"OUI" Sgolne Royal

Honmmsgs ........... S.
Svre Cerland

Eaconomis ............ .
La dfiscalisation dtruit le patri-
moine martiniquais

Fsance ............ 7
Sgolne Royal: candidate Socialiste
La PCM comdamne les propos de
Georges Frche

Politique .......... 8/ /
Budget de l'Outre-Mer
Patrick Karam quite la prsidence
du CollectifDOM

NoitPe Rgio m....... p. 10
- Rencontre avec Flix Flmin : ,

Soci. ............ p. 11
- Marriage homosexual et enjeu electoral

oans le Monde ...... p. 11
Victoire conteste de J. Kabila

Announces Lgales p. 12/15

I DiPe'Histo ire., :' ;'..-; p. 1 '
Ir.Lettre' MaurIce Tlloez:(sutt). ..f;.


"JUSTICe"
Administration & Rdaction:
Tl.:o596 78683
Fax: 05 96 63 13 20
ed.justice@wanadoo.fr



Fondateur Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Forl-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 187526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : Guennal GUIOUBLY
Impression:
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 FdeF
Tl. : 0596 73 14 54


L'historienne martiniquaise Sabine An-
drivon- Milton, Docteur en histoire, l'is-
sue d'un important travail de recherche
dans les registres des armes puis
dans ceux de l'tat civil des communes
de la Martinique, a dcouvert que 150
soldats martiniquais parties au front pen-
dant la premiere guerre mondiale et dis-
parus ne figuraient sur aucun
monument aux morts.
Sur 8 800 parties, 1 876 ne revinrent pas.
Les registres des anciens combatants
mentionnent le dcs de ces 150 Marti-
niquais au combat.


Comme il y a parmi ces soldats des
gens de toutes conditions, l'historienne
advance que l'absence de leurs noms
sur les monuments aux mots ne rsulte
pas d'une quelconque discrimination
social : ainsi on trouve parmi eux des
blancs croles.
L'historienne veut rendre leur place
ces soldats dans la mmoire collective
en faisant inscrire leurs noms sur des
plaques commmoratives. Le Vauclin et
Fort-de-France ont commenc le 11 No-
vembre dernier.


ENFIN UN DIRECTEUR POUR LE CMAC

ET L'ATRIUM


%J f I Aprs qua-
tre ans de
pripties,
la structure
culturelle
deux ttes
que consti-
tuent le
CMAC et
l'Atrium est
enfin dote
d'un unique responsible. Un bref article
unique laconique sign par le president
du CMAC Flix Chauleau et Claude
Lise, president du Conseil gnral offi-
cialise la decision : "9Monsieur9MlanuefC-
saire est dsign pour exercer les functions
d'administrateur dCgu charge de (a mise
en place d'un tablissement public de coo-


fectu par le comit de selection". A partir
de quand, quels sont les terms du
contract et l'chance prvue pour cette
unit ? Que nenni. Manuel Csaire est
professeur de musique, charge de l'ani-
mation culturelle du rectorat de la Mar-
tinique. A son actif, il a, entire autres, la
creation de l'orchestre Mahogany et de
l'ensemble symphonique de la Marti-
nique. Il est galement l'une des che-
villes ouvrires du festival "6guinejazz".
Il n'aura aucun mal propulser une po-
litique culturelle martiniquaise et ouverte
sur le monde. Il lui faudra tout de mme
grer deux mastodontes et arriver les
runir, ce qui ne sera pas une mince af-
faire. La fusion de I'ARDTM et de
I'ODTM a pris prs de dix ans.


pration cuCturelle, suite au classement ef-

UN ACCORD DE PARTENARIAT CENTRE

LE CONSEIL REGIONAL ET L'ANPE


Cet accord entire les deux institutions
vise favoriser l'insertion profession-
nelle des demandeurs d'emploi par une
politique de formation qui tienne compete
des besoins dans le monde cono-
mique martiniquais.
Pour mener bien cet objectif, l'accord
se dfinit sur plusieurs axes d'interven-
tion : tout d'abord, une politique de re-
tour l'emploi par le placement des
demandeurs d'emplois qui ont bnfici
d'une formation finance par le Conseil
Regional. Cette stratgie doit tre
mene en synergie avec les besoins


des entreprises martiniquaises et est
conditionne par une promotion tant au
niveau du public qu' celui des dci-
deurs conomiques.
L'accent sera mis aussi sur la coopra-
tion entire pays de la Carabe pour faci-
liter la mobilit. Les deux institutions
vont mettre en place un comit de pilo-
tage pour suivre la bonne execution de
l'accord par des runions bilatrales. La
dure du contract est de deux ans, avec
possibility de s'adapter en function des
besoins.
F.P.







EITID 'Jed 2Y Noemr 200 t.,,e Pg


Miarie-eorge BVFFET,

VoICI LA MARTINIOUE NO-COLONIALE

OUI A SOIF DE RESPONSABILIT


Nous accueillons cette semaine
en Martinique-les jeudi 23 et ven-
dredi 24 novembre- Marie-
George BUFFET, Secrtaire natio-
nale du Parti Communiste Fran-
ais.
Marie- George BUFFET vient
d'tre dsigne bulletins secrets
par les quelques 92 000 militants
communists franais pour tre la
candidate des collectifs antilib-
raux l'lection prsidentielle. Re-
levons qu'en la circonstance, bien
que femme, la dirigeante commu-
niste n'a pas bnfici de la mme
promotion mdiatique que la so-
ciale librale Sgolne ROYAL.
Poser la question c'est y rpon-
dre: l'une s'attaque aux privileges
du capital et l'autre accompagne
le libralisme dominant.
Elle vient la rencontre des com-
munistes martiniquais, des travail-
leurs et des citoyens de notre
pays.
En ce cinquantenaire de la fa-
meuse Lettre d'Aim CESAIRE
Maurice THOREZ, faut-il rappeler
que, depuis septembre 1957, le
Parti Communiste Martiniquais est
n et que notre Parti n'est plus une
Fdration du Parti Communiste
Franais et constitute une forma-
tion politique indpendante.
C'est donc en partenaires gaux
mais fraternels et solidaires que
nous abordons nos relations avec
nos camarades communists fran-
ais. le voyage de Marie-Georges
en Martinique a t prpar en
troite concertation et amiti avec
elle.
Quel est le context ?
En France, I'UMP de Sarkozy,
soutenue ici par la droite martini-
quaise unie de Yann MONPLAI-
SIR Miguel LAVENTURE et
autres Turinay et Lesieur, vient
d'adopter un programme de "rup-


ture" avec le modle social fran-
ais, comme le prconise le
MEDEF, et de capitalism sans
entrave. Un programme mtin,
en outre, de relents d'extrme-
droite.
Sgolne ROYAL, adepte du so-
cial- libralisme la Tony BLAIR,
vient d'tre lue candidate du Parti
Socialiste franais. Elle privilgie
les thmes scuritaires soi- disant
pour concurrencer Sarkozy sur
son terrain. Elle dveloppe une
orientation politique qui refuse la
rupture avec les choix socio- lib-
raux et s'est livre quelques d-
rapages populistes.
Les parties de la gauche autono-
miste martiniquaise (PPM, RDM,
etc) ont immdiatement annonc
leur soutien cette candidature.
Le PPM prcise nanmoins qu'il
s'efforcera de faire prendre en
compete par Sgolne ROYAL les
"prob6fimatiques spcifiques de la 5Marti-
nique". Le RDM de Claude LISE in-
dique que "ce soutien suppose,
toutefois un accordprala6fe sur un v-
rita6e project pour [es outre-mer, pregnant
en compete la diversity des Dpartements
et qerritoires ainsi que les aspirations de
feurs peuples respectifs fa responsa6i-
fit et au dveloppement".
Et pourtant les programmes de
I'UMP et du Parti socialist pour
l'outre- mer ont t publis. Ils pr-
sentent de nombreux points com-
muns et notamment l'accentuation
de la stratgie conomique noli-
brale avec la transformation de la
Martinique en "zonefrancheglo6a(e"et
surtout le refus de considrer la
question institutionnelle comme
prioritaire.
Pour nous les choses sont sim-
ples. Nous redirons amicalement
et fermement Marie- George
BUFFET que, derrire la fausse


Michel BRANCH

prosprit de faade et le faux d-
veloppement bas sur la consom-
mation importe, la Martinique est
une socit qui vit une crise so-
ciale, conomique, politique et
morale lie son statut de no-co-
lonie dpartementale.
La Martinique est en tat d'ur-
gence social, conomique et po-
litique.
Les Martiniquais constituent un
people, un people qui a soif d'ave-
nir.
Seule une politique global
conue et mene par des Martini-
quais et pour les Martiniquais peut
sortir le pays de l'impasse. Cela
est incontournable.
Et pour cela, notre people doit ac-
cder la Responsabilit, c'est -
- dire un statut nouveau
instaurant un autre type de rap-
ports avec la Rpublique fran-
aise, un statut qui, pour nous
communists martiniquais comme
beaucoup d'autres dans ce pays,
est l'Autonomie.
Les combats des communists
franais et martiniquais ne sont
pas identiques mais convergents
contre les choix socio-cono-
miques, politiques no-libraux et
no- assimilationnistes de la droite
et d'une certain gauche.
Ensemble nous oeuvrons pour
ouvrir une nouvelle voie gauche
pour nos peuples.

Michel BRANCH










Au Clu6 fa,4YV

LUCETTE MICHAUD CHEVRYA RITR SON OPTION

AUTONOMISTE
Lucette MICHAUD CHEVRY est une chiraquienne convaincue et fidle. Cela, tout le monde le sait.
On sait aussi que son positionnement droite sur l'chiquier politique ne l'empche pas de procla-
mer sa conviction que l'Autonomie, dans le cadre de l'article 74 de la constitution, est une voie
d'avenir pour la Guadeloupe et les autres DOM.
Cette conviction, elle l'a redite le dimanche 12 novembre dernier lors de l'mission "Le Cu6" sur
ATV.
Le Parti Communiste Martiniquais partage son point de vue sur la question de l'Autonomie. Il affirme
mme qu' l'tape actuelle de notre histoire, l'autonomie est une ncessit et une urgence si nous
^ voulons freiner la course l'abme de notre pays. L'article 74 nous offre la possibility de limiter les
dgts, de restructure notre conomie en function de nos intrts, de mieux dfendre notre identity
menace.
Il appartient aux forces politiques et syndicales, aux personnalits se rclamant des idaux de la
S gauche, de se saisir de la question, dans l'unit, et d'laborer ensemble les propositions juridiques,
politiques, conomiques, sociales et culturelles qu'attend le people.
M.B
RAPHAL CONFIANT ET AIM CESAIRE
Ii'. 4"'. | Jeudi 16 novembre dernier, sous les
lambris de la Bibliothque Schoelcher
,'fi~tB.6B.-J ~~_ ~~ ~. ..a Fort de France, se tenait le premier
Y-,, ....> forum dbat organis par deux m-
ki.r .... ....^ dias: la tlvision KMT et le maga-
M. s^- TQ^^.9 :' zine mensuel, La Tribune des Antilles.
'Pour ce premier exercise, les organi-
S' i sateurs avaient choisi de mettre en
S confrontation l'auteur du livre "Aim
Csaire, une traverseparadoxCale du si-
S 6 ... "-" cle, Raphal Confiant, et le socio-
*"I '' -- logue Andr Lucrce qui tait charge
IAndr Lucrce et Raphl t de lui porter la contradiction, aid
El ~ Andr Lucrce et Raphal Confiant
.l dans cette tche par des personnali-
ts bien connues de foyal'. Un dbat de haute tenue o l'change fut trs instructif
et qui en appelle d'autres, comme le souhaitent les deux mdias. Dommage qu'Andr
'-.: Lucrce se soit cantonn au pote, car le mrite de Raphal Confiant dans son tude
S' est de ne pas dissocier la posie d'Aim Csaire de son action politique. C'est en les
Sassociant que Confiant a pu mettre en evidence les paradoxes csairiens.

Suivant 1 courant mdiatique,

LES SOCIALISTS MARTINIQUAIS

DISENT OUI SGOLENE ROYAL

? La majority des militants socialists appels voter pour les primaires de leur Parti ont
I fait confiance "1a candidate des sondages", Sgolne Royal, pour briguer l'investiture
supreme en France. Les militants socialists se sont-ils laisss emporter par le cou-
!:i . rant mdiatique qui porte la candidate socialist depuis un an ? On peut le penser
-e.i. lorsque les plus gros bataillons de militants sont dclars "fa6usiens"et donc rclament
. un peu de vraie politique de gauche. Pour l'heure, Sgolne Royal propose d'accom-
'i ^ ',., ,i ipagner le libralisme et n'a jou que sur sa personnalit et la soi-disant nouveaut
,.. al. *. ~d'une femme politique en measure de l'emporter. Restera convaincre toute une po-
.04.:. .i .- pulation due de la prestation des Socialistes de l're Jospin. Les socialists marti-
Sniquais se sont engags soutenir sans tats d'me la candidate et sans poser de
.. '" .., ,. ; ..- .- pralable pour un autre devenir pour notre pays qui s'enfonce dans la pauvret.
W* "^l ^ .. -" on notera le ridicule de la situation des militants toujours en train de voter, alors que
S.... la dsigne tait dj la declaration.











SEVERE CERLAND : UN HOMMAGE MRIT


Svre Cerland : un example pour les gnrations actuelles et futures


Samedi 18 Novembre 2006, le Parti
Communiste Martiniquais invitait les ca-
marades, amis et citoyens de Macouba
et d'ailleurs rendre un hommage S-
vre Cerland dans la commune o il fut
maire de 1965 1990.
Svre Cerland, dcd le 1 er Septem-
bre 2006, est enterr au cimetire de
Balata Fort-de-France. Les cama-
rades de Macouba ont souhait lui ren-
dre hommage pour toute son action au
service de la population de la com-
mune.
Aprs les mots de bienvenue du maire
-adjoint, Mr Antoine Crtinoir, de nom-
breux tmoignages ont ponctu cette
soire pour saluer les qualits excep-
tionnelles de Cerland, tout entier acquis
la cause des masses laborieuses.
C'est avec une grande spontanit que
des citoyens sont venus dire la gnro-
sit de l'homme, trs sensible aux diffi-
cults de ses administrs, qui il venait
en aide sans se proccuper de la cou-
leur politique des uns et des autres
dans une petite commune o tout le
monde se connat.
Pour symboliser l'estime de cette popu-
lation envers Cerland, une expression
est souvent revenue, celle de "papa g-
teau'" car l'homme est rest jusqu'au
bout un militant plutt qu'un gestion-
naire, cherchant tout prix trouver
des rponses aux proccupations de
ses habitants. Cette gnrosit qui le
caractrisait tait accompagne d'une
exceptionnelle rigueur morale, car don-
ner tait son sacerdoce sans rien atten-
dre en retour.
Sur le plan politique, qu'il s'agisse de


J.Hillion, d'E.Boulai, les tmoignages
ont beaucoup insist sur la capacity de
Cerland entraner les foules, et surtout
sur les injustices des fraudes lecto-
rales, don't il fut victim, et qui l'ont em-
pch de gagner les lections au
Lorrain par example.
Le dput-maire de Trinit,Louis -Jo-
seph Manscour avait tenu s'associer
l'hommage rendu Cerland, reconnais-
sant en lui un homme de cour et d'ac-
tion, avec des qualits humaines trs
fortes, qui ont conduit aux grande
conqutes sociales.
Il appartenait au Secrtaire Gnral du
PCM, G.Erichot, de rendre l'hommage
du Parti envers un de ses illustres mili-
tants,un example de droiture,d'honn-
tet,un digne fils de la Martinique,qui
jusqu'au bout est rest fidle son idal
communist.
Cette vie si riche de combats pour la
responsabilit doit tre crite C'est une
interpellation trs forte que notre Parti
se doit de concrtiser pour les gnra-
tions actuelles et futures.
Nous remercions les camarades Mar-
celle Blec et Guy Prcheur de leur
troite collaboration pour la ralisation
de cette manifestation.
Fernand PAPAYA

Message
de Camille DARSIERES

Empch, Camille DARSIERES a
adress au Parti un message don't
nous publions les extraits ci-aprs :

"(..) Svre CerCand ne se rsume pas en


rvocation de sa trsgrande courtoisie, de sa
grande capacity d'coute, en rvocation de sa
fidlit dans ses cfioiLde vie et d'amiti. Ilne
se rsume pas ses luttes au sein du Mouve-
ment Communiste Martiniquais, de la CT,
au Consei( nral, au ConseilRgional, a
lMairie du Macou6a, organizations et institu-
tions o son esprit de responsa6i(itfut exem-
plaire. On pourrait rsumer : Svre Cerland
ne se servait pas du peuple, i(servait le peuple.
Teldj, peut tre rsum ihomme, Ce militant.

Mais Svre Cerlandtait beaucoup plus en-
core.

C'est que sa vie sefonddans f'fistoire ou-
vrire du people 'Martiniquais. Ce battant,
toujours disponible, toujours en action, tait
come poisson dans leau dans (e Word, singu-
lirement au M.acouba, Basse-Pointe, au
Lorrain. Le physique et 'nergie dont 'avait
dot la nature, illes mit au service de WHomme
et des masses avec une constance et une dter-
mination sans rapport avec Lesfanfaronnades
de politicians calculateurs. Iftait la6nga-
tion mme, se donnant sans computer, nar-
guant, de son eilpptifant et de son sourire
narquois, les intimidations et ces menaces d'o
qu'elles pussent venir(..)
(..)Non, Cerland, ce n'est pas simplement un
homme qui a disparu. Ce sont des pages de
luttes et de conqutes sociales qui s'effeuillent
avec sa vie. gardons-nous de laisser chapper
ces pages la connaissance de la jeunesse.
Elles enseignent que le combat de WKomme
Martiniquais a commenc depuis des sicles
sur notre terre arrose de sueurs, de sang, mou-
Ge dans fa souffrance proltarienne. D'o ma
conviction que voici notre exigeant devoir,
Nous qui demeurons : le devoir de faire
connatre.
Si notre jeunesse n'tait informe par nous,
c'est tout un pan de 'rfistoire de la Marti-
nique qui s'en irait. Svre Cerland, c'est la
preuve que la Martinique de la dignity, du
progrs, de la responsa6ilit ne nous a tpor-
te sur un plateau nipar 'esclavagiste, nipar
Ce colon, ni par le colonisateur, ni par Ce colo-
nialiste. Ilest la preuve que la Martinique ne
s'est pas construite et ne pursuit pas de se
construire partir dun ailCeurs, mais force
de la volont, force du sacrifice, force du
courage d'hommes et defemmes sorts de ses
entrailfes mmes. La vie exemplaire de Svre
Cerlanddoit nous conforter dans a force de
regarder remain (..)".











LA DFISCALISATION, LEVIER PRINCIPAL DE LA POLITIOUE

DE DEVELOPPEMENT DU POUVOIR CENTRAL, DTRUIT LE

PATRIMOINE MARTINIQUAIS.


yn JF r V. a-- --- ,:-.
*:-' it ; ^-i t l l; j-,, .


.jg IL'it Mli



-te j^. '7

A'.'. i 1:.* 1
-- .96 : :- &. . -- .



-* ".. , .i -
. ,'>,, ."* ,'i ,,

Beaucoup de Martiniquais ne peuvent accder ces logements


La dfiscalisation, savoir un rgime
drogatoire du droit commun qui permet
de dduire des impts ( Impt sur le re-
venu ou impt sur les socits) les in-
vestissements raliss, existe dans les
DOM, dans son principle et sous des
formes varies, depuis les dbuts de la
dpartementalisation(1952).
En d'autres terms, la ncessit intrin-
sque, malgr l'assimilation, de conce-
voir une fiscalit adapte aux besoins
du dveloppement conomique de r-
gions sous ou mal- dveloppes s'est
impose par le poids des ralits du
sous- dveloppement spcifique. Cette
fiscalit a profit ceux qui taient en
measure de payer des impts, c'est--
dire aux Socits mtropolitaines et aux
grandes fodalits conomiques lo-
cales pour l'essentiel. C'est donc
d'abord un instrument d'enrichissement
des plus riches.
Cela n'a pas empch, malgr
quelques crations d'industries d'im-
port- substitution, la destruction du prin-
cipal de l'appareil productif et la
transformation de ces pays en hyper-
marchs de consommation des products
imports de France et d'Europe et en
camps de vacances pour Europens.
La loi Pons de dfiscalisation de 1986
apporte des innovations majeures :
1- Dispositif applicable pendant dix ans
au lieu d'tre renouvel chaque anne :
2- Elargissement considerable des sec-
teurs conomiques ligibles ;
3- Dduction portant sur 100 % de l'in-
vestissement ;
4- Suppression de l'agrment pour les
operations courantes.


Les abus, fraudes et
escroqueries nom-
breuses speculationn
foncire et immobi-
lire) provoquent une
srie de rformes.
Dix ans aprs, l'IN-
SEE crit en dcem6re
1999 : "Dfiscalisa-
tion: plus 'investisse-
ments que demplois".
La "fogiqued'optimisa-
tionfiscale a prvalu ,
sur la logique de d-
veloppement cono-
mique conclut-il.


C'est--dire l'vasion fiscal.
Mais, en dpit de l'absence de dmons-
tration chiffre de ses effects supposs
positifs, la dfiscalisation est maintenue
et largie par la loi Girardin de 2003
vote pour une dure de quinze ans.
Les lus martiniquais n'ont aucun droit
de regard sur les agrments fiscaux ac-
cords par les Ministres parisiens.
Autre measure de la loi Girardin: un m-
canisme trs largi d'exonration des
charges patronales initie depuis 1994
par la loi PERBEN et tendu une pre-
mire fois par la LOOM.(2000).
Ainsi, une "mission d'audit de modernisa-
tion"sur l'valuation du dispositif d'exo-
nration de charges sociales
spcifiques l'Outre Mer a rendu son
rapport en juillet 2006 et indique que les
investigations menes "n'ont pas permits
de tirer des conclusions prcises et probantes
en matire de crations d'emplois".
La mission, compose d'Inspecteurs
des Finances, de l'Administration et
des Affaires sociales, va plus loin et
crit : "au total les exonrations de charges
apparaissent plus come un dispositif de
transfer indiffrenci de la mtropole vers
fes DO'M que come un dispositifcibl sur
fa creation d'emploLs".
Voil un sacr pav dans le marigot
no-libral sur l'efficacit non prouve
des exonrations de charges sociales
(cot de 843 millions d'euros en 2005
pour l'ensemble des DOM), en matire
de crations d'emplois !
Il en est de mme pour la dfiscalisation
pour laquelle il n'existe toujours pas-20
ans aprs- d'instrument de measure de


ses effects en matire de crations d'ac-
tivits productive et de crations d'em-
plois. Et tous les audits en course (pas
moins de cinq) s'accordent sur un
point: "rimpossi6i[it actuele, faute dou-
ti[ statistiques et mthodologiques prcis,
de toute valuation convenable". Cela
n'empche pas ses partisans de droite
comme de gauche de dire que la dfis-
calisation aurait t bnfique pour le
dveloppement et l'emploi.
Cependant, les professionnels de l'im-
mobilier s'accordent pour constater que
la dfiscalisation a provoqu une flam-
be vertigineuse des prix de l'immobilier
et que les acheteurs mtropolitains pou-
vant payer entire 20 % et 30 % plus cher
que les Martiniquais, ces derniers subis-
sent un "effet 'viction" sur le march
immobilier. Plus particulirement, les
originaires de Martinique vivant en
France et voulant se construire une
maison pour leur retraite. Le pays est
dpossd de son patrimoine foncier.
1) En premiere urgence le PCM pro-
pose de prendre des measures imm-
diates pour stopper la speculation
foncire et immobilire.
2) Le PCM est partisan d'une certain
dfiscalisation intgre dans un Plan
global de dveloppement en function
des secteurs prioritaires, dfiscalisation
slective et contrle au profit d'inves-
tissements dans la production et les ac-
tivits utiles et lis la cration
effective d'emplois durables. La Marti-
nique doit tre dote d'un statut fiscal
spcifique plac sous la responsabilit
d'un vritable pouvoir local disposant de
prrogatives fiscales(exemple la Cata-
logne).
3) Pour sortir le pays du mal-dve-
loppement, le PCM dfend l'ide d'une
vritable loi-programme sur un horizon
de quinze ans finanant un plan de D-
veloppement contractualis entire une
Collectivit nouvelle de Martinique
dote de pouvoirs rels d'une part et
l'Etat franais et l'Union europenne
d'autre part.
4) Une loi organique devrait formaliser
aussi bien le nouveau Statut de Collec-
tivit autonome de Martinique que les
moyens financiers indispensable au
dveloppement sur cette dure.

PCM Novembre 2006











SGOLENE ROYAL : CANDIDATE SOCIALIST

LA NATURE DE SON PROJECT INQUIETE GAUCHE


La designation de Sgolne Royal
comme candidate du Parti socialist
avec un score sans appel de 60 % des
suffrages rpond sans doute deux exi-
gences des militants socialists :
D'abord, celle de battre la droite et d'ef-
facer l'humiliation du catastrophique r-
sultat du 21 avril 2002. A leurs yeux,
Sgolne Royal est "celle quipeut battre
Sarkozy"et cela quelle que soit l'opinion
qu'ils se faisaient de ses propositions.
Cela montre que l'argument du "vote
utile"peut encore tre mani avec effi-
cacit par le Parti socialist auprs de
l'lectorat de gauche au lieu d'accepter
le dbat sur les choix anti-libraux don't
dpend le succs d'une politique alter-
native gauche.
Ensuite ce vote traduit l'exigence des
militants socialists de sanctionner les
lphants du PS qui ont conduit
l'chec de 2002 et au dsaveu de 2005
lors du rfrendum sur la constitution
europenne. C'est oublier que Sgo-
lne Royal a particip depuis vingt ans
cette politique au plus haut niveau de
l'Etat et du Parti socialist et ne peut l-
gitimement prtendre incarner le "re-
nouveau". Les mdias ont contribu


effacer tout cela.
Mais si Sgolne Royal a gagn la ba-
taille chez les militants socialists, elle
est loin de l'avoir gagn dans l'lecto-
rat.
En effet, le rfrendum europen de
2005 montre que les deux ne coincident
pas ncessairement.
La nature du project port par cette can-
didature Royal pose videmment pro-
blme : la drive populiste de la
prsidente de la region Poitou- Cha-
rente consistent privilgier les thmes
scuritaires ne peut que s'acclrer
dans la concurrence avec Sarkozy et Le
Pen.
Depuis le rejet en France du project de
la constitution europenne librale (mai
2005) et le refus de CPE, il est apparu
une volont populaire forte de refuser la
politique librale.
Le choix de Sgolne Royal qui dporte
le Parti socialist sur sa droite ouvre
donc un space politique pour la
gauche radical populaire et antilib-
rale, car des millions et des millions de
femmes et d'hommes refusent d'avoir le
choix entire le vote Royal contraire
leurs esprances et le dcouragement.
Le PCF a ragi en dclarant que l'orien-


station du Parti socialist "tourne le dos
'exigence rdune rupture avec [es cfioigsocio-
librau-v" que l'lectorat socialist avait
exprime fortement lors du rfrendum
europen.
Face la "ralit nouveffe" qui vient de
se crer gauche, le PCF estime que
cela met l'ordre du jour, pour toute la
gauche, "'exigence de rassembler [es
femmes, les homes et les forces de toutes
les sensibiits de gauclie, qui veulent porter
'espoir d'une vrita6fe alternative, en
2007".
Pour nous Martiniquais (ses), la ques-
tion reste pose entire :le PS n'envi-
sage pas de rompre avec la politique
qui nous mne vers l'abme. La ques-
tion institutionnelle ne lui parat pas
"prioitaire".
Or, aucun dveloppement ne peut se
construire sans une relle responsabi-
lit martiniquaise, c'est--dire un vrita-
ble changement institutionnel.
II faudra donc se battre pour que les
candidates la Prsidentielle, quels
qu'ils soient, prennent en compete les in-
trts martiniquais essentiels.
Andr CONSTANT


LE PARTI COMMUNIST MARTINIQUAIS CONDAMNE LES

PROPOS DE GEORGES FRECHE

"TROP DE BLACK DANS L 'OUIPE DE FRANCE"


Georges FRECHE : Un racist rcidiviste
Le Parti Communiste Martiniquais
condamne fermement la declaration de
Georges FRECH, le Prsident de la region
Languedoc-Roussillon dnonant la pr-
sence d'un trop grand nombre de "Black"
(9 joueurs sur 11) dans l'quipe de France
de football. Pourtant ce sont ces "Blacfk
qui font flotter trs haut les couleurs de la
France dans les competitions internatio-
nales.
Ces propose, aprs ceux tenus l'encontre
des harkis qualifis de "sous-hommes", illus-
trent la pense fondamentalement racist
d'un nostalgique de l'poque colonial.
Ils dnotent la persistence d'une idologie
racist et xnophobe dans certaines
couches de la socit franaise.
Ils sont de nature attiser les agressions
racistes don't sont parfois victims les Noirs
qui voluent dans les diffrentes disciplines


sportives, en particulier le football (jets de
cacahutes, salives, insultes verbales..).
Comme ils ne manqueront pas aussi de
blesser la sensibility de nos compatriotes,
en particulier des jeunes vivant dans
l'hexagone et qui se sentent valoriss par
les exploits des sportifs noirs.
Faut-il rappeler que la presence d'un grand
nombre de "Black"dans l'quipe de France
n'est pas le rsultat d'un quelconque favo-
ritisme, mais le fruit d'un travail acharn et
la rcompense de talents universellement
reconnus.
Le Parti Communiste Martiniquais
condamne svrement de tels propos et
appelle tous les dmocrates se mobiliser
pour extirper le racism de la socit fran-
aise
Georges Erichot,
Secrtaire gnral du PCM


............
-~ -* ,.


-
ce r a es Ir
t*si sen ta Ire -sp

fom to quivhi- e es.va-
ler d'hmansm et d'gaeit
enr ls homm
.. )e. D ut so e e f-:- .e.
Martni-e Inielsenih"'
dirie.ne pende e l'gr
de Ger es F El -eule











JAssemb6le national :

RIEN DE NOUVEAU AU BUDGET DE L'OUTRE-MER


Le dernier budget de l'Outre-mer pour
cette mandature a t vot en premiere
lecture par les dputs de la majority
UMP. Le budget de la mission Outre-
mer pour 2007 sera sensiblement qui-
valent celui de l'anne 2006, avec
1,96 milliard de crdits de paiement.
1,16 milliard d'euros (60%) sont prvus
pour l'emploi qui reste le principal poste
de dpense. Malgr le satisfecit que
s'est octroy Franois Baroin, le rappor-
teur de droite de la commission des fi-
nances Alain Rodet ne peut cacher
l'vidence : "Le context conomique et
socialde routre-mer reste difficile. L'am-
lioration de la conjoncture en 2005 et 2006
a certes permis d'enregistrer une dcrue du
climage, mais on constate encore une forte
augmentation du nombre de rmistes et la
situation des collectivits locales de base
reste trs proccupante. (..) Certes, si la d-
fiscalisation a dynamis la construction de
logements et le secteur du BT(P, elle a gale-
ment accru Les pressions sur Lfoncier et pro-
voqu de fortes tensions sur le logement
social (Parlons net : lur6anisation raisonne
et plus gnralement la planification territo-
riale ont t malinenes par le logement d-
fiscalis de plein droit. Il est temps de
corriger ces drives. (..)".

Qu'ont dit et fait
nos trois parlementaires ?

M. Alfred Almont (UMP-dput du
Nord Carabe)
"(...) La
trs grande
fragilit
Scono-
mique de
Snos rgions
et leurs dLf-
f re nts
liaandicaps
structureLs
et naturels
appellent,
plus qu'ailleurs, des rponses appropries, eu
gard, notamment, un nombre de clhmeurs
trois fois plus lev qu'en mtropole. L'abais-
sement du cot du travairest une ncessit, et
ilconviendra de tirer le meileurparti de l'au-
dit de modernisation relatif aux exonrations
de charges toutre-mer remis en avril Les


contracts aids, measures conjoncturelles d'ajus-
tement de 'emploi, doivent ce titre tre en-
courages.(..)
oBeaucoup rest faire en matire de conti-
nuit territoriale. La comptitivit des (DOM
implique une compensation des surcots lis
fPoignement des centres d'approvisionnement
et des grands marchs, notamment ceux du
transport maritime. Les cots du transport du
son et de image pnalisent les activits de la
nouvelle conomie, gnratrices deforte valeur
ajoute. L'insuffisance des capacits et le price
lev du cot du billet alimentent, par ailleurs,
un sentiment d'epatriation de part et dautre
de [ocan. "
Fidle du gouvernement Villepin, mal-
gr ces observations, il a apport son
soutien au budget 2007.

M. Louis-Joseph Manscour (Socia-
liste dput du Nord atlantique) :
Qu e le s
sont vos
priorits af-
fiches ?
o u t
d'abord,
l'emp loi.
C Co moment
Spourrait-il
l%,' i en tre au-
'. t re tn e n t
avec un
taulde chmage outre-mer trois fois suprieur
celui de la mtropole ? Si les indicateurs of-
ficiefs s'amliorent, je m'interroge cependant
sur la nature et 'avenir des emplois mar-
cliands crs. En effet, la baisse du tauxde
chmage ne saurait masquer la hausse du
nombre des rmistes, non plus que la crise des
secteurs de 'agriculture et du tourism, prin-
cipaux pourvoyeurs d'emplois. Est-ce en ne
remplaant qu'un dpart la retraite d'un
fonctionnaire sur duet en diminuant de 5 %
les moyens de la politique de Pemploi outre-
nier que vous faites de celui-ci votre premiere
priority? Pour 2007, 61 millions d'euros man-
queront pour les measures d'insertion par 'co-
nomique, e financement des contracts aids,
l'aide et le soutien auxjeunes crateurs d'en-
treprises. En Martinique, le cflmage des
jeunes a augment de 8 % entire juin 2005 et
juin 2006. (.) Emploi, logement, continuity
territorial, politique sanitaire et social, [es
moyens mobiliss par le ouvernement pour


rpondre aux attentes et auc besoins de 'ou-
tre-mer n'ont pas t La hauteur des engage-
ments pris. Les collectivits locales ont donc
d compenser les carences de l'tat. (..)
Lejourviendra o ilfaudra mettre sur le pla-
teau de la balance ce qu'ilapporte la mtro-
pole, et ce que celle-ci lui apporte : on sera
alors surprise de voir de quelct penche la 6a-
lance. (..)
(Pour toutes ces raisons, je ne voterai pas ce
budget ".

M. Alfred Marie-Jeanne (Non inscrit-
dput du Sud):
"Le loge-
ent social,
hau-del[ du
c dblocage
-l de 120 nil-
Ii. 2 f 'lons d'eu-
S.ros sur trois
ans pour
l'ensemble
i de l'outre-
mer, la
question du
pavement
des arrirs demeure entire pour la eMarti-
nique. Les factures non honores seraient de
'ordre de 10 miifions. La dette lors rsorption
de hliabitat insalubre pour lafin de 'annie
est de 33 millions. Or, 15 000 logements sont
en tat 'insatubrit avance. Les mal-logs
et Lespetits artisans sont directement toucihs.
En matire de dcentralisation, le transfer
des moyens ne compense pas ceuii des charges.
(Des milliers, sinon des millions 'feuros, man-
quent. Dans le DOC'P 2000-2006, la parti-
cipation de C'tat tait tablie 278,71
millions d'euros. Or, au 30 septembre 2006,
seuls 29 % avaient tpays. Ce retrait massif
provoque des dommages en cascade. Enfin,
'tat s'est compltement retire du dossier de
transport collectif en site propre, aprs son
lancement. 38,72 millions disparaissent d'un
seulcoup, risquant de faire capoter le project.
Enfin, 'obtention d'un visa pour sjourneren
'Martinique reprsente une entrave considra-
6le au tourism et la cooperation rgionale.
'Vous transfrez les cliarges totalement et cres-
cendo, les moyens tardivement et diminuendo,
tout en conservant le pouvoir essential(..)"
Pour la premiere fois en cinq ans, le d-
put du Sud s'est dmarqu du gouver-
nement UMP, il a vot contre ce budget.









L'effet des prochaines lIgislatives ?

M. Philippe Edmond-Mariette ( Non
inscrit dput du Centre)
"Que e
sincrit
S- budgtaire,
s'agissant
de iemploi,
quand la
fiab6iit
des statis-
tiques du I i'
G ouverne-
nment sur fa
aisse t-u
chfmage ne tient pas compete des chimeurs ui-
traminarns estims 200 000 ? J'ajoute que la
pauvret touchie 12 % des mniages la Mar-
tinique, 13 % en uadefoupe et 21 % en
uyane.
Je demande donc une prolongation de deux
ans du dispositif dit de cong solidarity cr
par Particie 15 de la LOO 3 et repris par la
LOPO.. A l(a 3Martinique, plus de 18 000
personnel de plus de 55 ans pourraient en 6-
nficier. Dans fesfichiers de INcixfE, plus de
15 000jeunes de moins de 30 ans pourraient
[es remuplacer au travaif. Avec quelargent ?
Celui du FEDOM3 et de la qTA prleve
outre-mier! Ce dispositifen faveurd'une vraie
justice sociafe pourrait tre tendu au jeunes
de moins de 30 ans et auxpersonnes handica-
pes(..) 1
[es retraites, (e compfment de vie chre, nous
devons tre conscients que nous devrons ouvrir
ensem6le les prenmires pages du livre blanc sur *-'
(Papport de ces regions la France" r
S'est prononc contre ce budget.



PATRICK KARAM OUITTE LA PRSIDENCE

DE COLLECTIFDOM


Patrick Karam, le remuant Prsident du
CollectifCom depuis 2003, organisation
regroupant des Antillais, Guyanais Ru-
nionnais et Mahorais vivant en France,
a annonc sa dmission de son poste
le 7 novembre dernier. Officiellement,
cette decision est motive pour des rai-
sons conomiques et familiales. "je suis
arriv au bout de ce que je peux fire gra-
tuitement", a comment l'intress... Il
sera remplac par Mme Juliette JEAN-
BAPTISTE, une Martiniquaise. On se
souvient du soutien qu'il avait accord
Nicolas Sarkozy lors des meutes de


banlieues o ce dernier avait trait les
jeunes immigrs de "racaille" nettoyer
au "karcher".
De mme, il avait eu une attitude pour
le moins ambigu dans l'affaire de la "foi
de la honte" sur la colonisationn positive"
estimant que l'on n'avait pas refuser
de recevoir ce Monsieur.
Il s'tait flicit que Sarkozy promette
d'instaurer des prix-plafonds pour la
dsserte arienne des Antilles et avait
tout aussi approuv quand le mme
Sarkozy avait fait machine arrire et fait
le choix d'instaurer des charters entire la


France et les Antilles aux priodes de
traffic de pointe ainsi que de dmolir les
congs bonifis pour satisfaire la reven-
dication de continuity territorial" aux
moindres frais.
En fait, Patrick KARAM roulait pour
I'UMP et Sarkozy.
Son soi-disant apolitisme n'tait qu'un
leurre.
Les Martiniquais vivant en France doi-
vent faire attention ceux qui prten-
dent les dfendre.











RENCONTRE AVEC FELIX FLMIN

MEMBRE DU BUREAU POLITIQUE DU PARTI COMMUNIST GUADELOUPEN (PCG)


"LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES

EN FUNCTION DE NOS INTERETS"


Justice: Comment va la Guadeloupe ?
Flix Flmin : La Guadeloupe ne va
pas bien, elle est confronte une si-
tuation conomiquement dvaste,
mme s'il y a l'apparence du bien-tre,
au travers d'une consommation effr-
ne. Economiquement, la Guadeloupe
n'appartient plus au Guadeloupens.
C'est un pays occup, je pse mes
mots, par des Europens qui y investis-
sent et s'y installment. Surtout ils organi-
sent ce pays en function de leurs
intrts, dtruisant toutes les bases ma-
trielles qui devraient nous permettre
d'difier un "pays uadeloupe". Je parle
du scandal du chlordcone, de la sp-
culation foncire honte sur les terres
agricoles, et de l'homme guadeloupen
menac dans son identity, dans sa cul-
ture. Aujourd'hui cartels, les Guade-
loupens n'arrivent pas s'asseoir
pour construire leur pays. Un pays poli-
tiquement sans boussole, sans direc-
tion, parce que, les chefs d'excutifs ne
font que reproduire les schmas de
leurs matres au pouvoir, qu'il s'agisse
des socialists ou de la droite. Ils repro-
duisent ces schmas classiques sans
vouloir domicilier un vrai pouvoir en
Guadeloupe.
J : Dans ce context, que fait le PCG ?
F.F : II fait exactement le contraire de ce
que je viens d'noncer. Il tente de mobi-
liser la population guadeloupenne.
Pour cela, il s'efforce d'abord de se re-
construire, c'est--dire de s'organiser
pour porter au people ce message sur
la ncessit de comprendre qu'il faut


'marquer une rupture avec
le systme colonial. Sans
S..;. J rupture claire et nette avec
;'' ce systme, nous ne sorti-
rons pas de la situation de
Stdpendance conomique
XTSC- et politique dans laquelle
nous sommes. La ques-
Stion fondamentale, au-
S jourd'hui, pour nous, est
l'existence d'un people
guadeloupen qui veut
tablir avec l'Etat franais
et l'Union Europenne des
rapports autres que colo-
niaux. Un people qui veut
tablir des rapports de cooperation avec
son environnement, c'est--dire la Ca-
rabe. Pour ce faire, il faut domicilier un
pouvoir politique en Guadeloupe. C'est
le combat du PCG. C'est un combat an-
cien, que nous menons depuis plus de
cinquante ans, mme si ce combat est
dvoy et I'a t lors de la dernire
consultation du 7 dcembre 2003 par
les uns et par les autres. Cela, mme si
notre revendication n'tait pas ce qu'a
propos le gouvernement franais,
savoir l'article 73. Nous militons pour
une collectivit autonome de Guade-
loupe dans le cadre de l'article 74.
J : Comment y arriver ?
F.F : Pour cela nous recherchons la
creation d'un Front anticolonialiste ras-
semblant les dmocrates, les anticolo-
nialiste et tous ceux qui considrent
que l'obstacle numro un notre dve-
loppement est le systme colonial qui
rgit notre rapport avec la France et
l'Union Europenne. Il faut en sortir
pour mettre en oeuvre un project de so-
cit pour la Guadeloupe, project bas
sur des principles que nous commu-
nistes nous partageons :justice, galit,
non d'appropriation prive de biens
communs tels que l'eau, l'nergie, la
sant, l'ducation. Voil le project que
nous avons. Nous ne prtendons pas
dtenir la vrit absolue, nous voulons
construire ce pays avec notre people et
particulirement avec la jeunesse. Nous
ne voulons pas dire la jeunesse que
nous faisons pour elle, mais lui dire de
s'engager, de s'impliquer dans la


construction de son pays. C'est ce
combat difficile que nous menons au
PCG, avec les faibles moyens que nous
avons, mais avec la volont cheville au
corps de dire que cette socit n'est pas
une bonne socit. Il faut construire une
socit alternative sur les quelques
principles voqus plus haut. Nous ren-
controns les organizations anticolonia-
listes, nous travaillons avec sur ce
projet-l, c'est un combat.
J : Quel est le positionnement du PCG
dans cette ambiance pr- lectorale ?
F.F : En ce qui concern la prsiden-
tielle, nous l'abordons en function des
intrts des Guadeloupens. Il ne s'agit
pas pour nous de demander a notre
people de choisir entire X, Y ou Z
comme candidate franais. Nous interro-
geons les candidates franais sur les
points suivants : 1) Reconnaissance de
l'existence du people guadeloupen ;
2) Reconnaissance du droit l'autod-
termination du people guadeloupen,
tel qu'il est crit dans la constitution
franaise 3) Volont de nous accompa-
gner, nous, Guadeloupens, dans la
voie que nous aurons choisie pour met-
tre en uvre une collectivit autonome
de Guadeloupe. Une collectivit particu-
lire qui soit pas intgre dans l'Union
Europenne mais associe elle, ce
qui nous permettra de sortir du territoire
douanier et fiscal de l'U.E et d'avoir de
vraies relations de cooperation avec la
Carabe. Cette collectivit recevra une
aide financire consquente de l'Etat
franais et de I'U.E, comme reparationn"
des dgts causs notre pays par 300
ans de colonialisme, et pour nous sortir
de notre dpendance conomique.
Voila comment nous abordons cette
question. Selon les rponses que nous
obtiendrons nous ferons savoir au peu-
ple guadeloupen publiquement les r-
ponses enregistres et lui indiquer notre
choix. Donc nous abordons les lec-
tions prsidentielles franaises par rap-
port nos intrts de Guadeloupens
et non pas par rapport au jeu politician
franais. L'lection n'est pas une fin en
soi mais un moyen, un outil politique
pour faire avancer nos revendications.











MARRIAGE HOMOSEXUAL ET ENJEU ELECTORAL


Les avis sont trs partags sur la ques-
tion de l'homosexualit, considre
comme une pratique normal, naturelle,
par certain ou au contraire comme pra-
tique anormale, contre nature, par d'au-
tres.
Quoi qu'il en soit, l'homosexualit a lar-
gement dbord le cadre de la vie in-
time pour devenir un phnomne de
socit bnficiant d'une ample couver-
ture mdiatique et du soutien d'intellec-
tuel, d'artistes et d'hommes politiques
de renom. Organisms en communauts"
les '"ays "revendiquent feurs" droits, y
compris celui de se marier entire eux.
Electoralement parlant, ils constituent
des groups de pression don't certain
parties politiques de droite comme de
gauche entendent tenir compete, singu-
lirement l'approche des lections
prsidentielles et lgislatives de 2007,
pour considrer le cas de la France.
A cet gard France Antilles a public r-
cemment un article intitul "L'hZomo-
sexualRt et le PS / trois questions .-xe[


Urging, ancien secrtaire national 'Outre-
mer".
Le dbat porte en ralit sur le marriage
homosexual, auquel s'opposent les di-
rigeant socialists antillais, tels Ray-
mond OCCOLIER Marlne LANOIX et
le premier secrtaire fdral de la Gua-
deloupe. Tout en proclamant qu'il res-
pecte le point de vue des opposants
ce type de marriage, URGIN dclare
"Par aiffeurs la position prise par (e gage dsormais tous ses responsal6es des tors
qu'ils e-jriment et agissent es quality".
Si l'on comprend bien, les responsables
socialists, mme s'ils ne sont pas d'ac-
cord personnellement avec le marriage
homosexual doivent le dfendre en pu-
blic lorsqu'ils s'expriment au nom du
PS.
Incroyable mais vrai Les voila somms
ou bien de se taire sur la question ou
bien de faire violence leur conscience
et de dfendre ce qui est leurs yeux
indfendable !
Monsieur Urgin reserve de beaux jours


aux maires de France lorsque la loi sur
le marriage homosexual sera vote.
"Lorsque fe marriage fomose.xec sera lgal
tous Tes maires devront respecter [a foi".
Pour lui, aucune objection de
conscience ne sera donc tolre, car ce
serait "discriminer"les homosexuals. De
quoi s'agit-il rellement ? En ralit le
PS suit le courant, se laisse entraner,
par un vent porteur afin de gagner un
maximum de voix lors des lections fu-
tures. Pour lui, permettre de voter une
loi favorable aux marriages homo-
sexuels, c'est se faire bien voir des ho-
mosexuels militants, car rien ne prouve
que tous les homosexuals sont intres-
ss par le marriage. Dans un Etat dmo-
cratique, les gens doivent avoir la
possibility, dans leur vie prive, d'tre
homosexuals, de pratiquer l'abstinence
ou la masturbation, sans tre rprims
ou discrimine pour leur choix sexuels,
mais aussi sans rclamer de droits sp-
cifique attachs ces choix.
Maurice Belrose


RffpublCque Dmocratique du Congo:

VICTOIRE CONTESTED DE J. KABILA


La RDC (Rpublique Dmocratique du
Congo) est l'actuelle denomination de
l'ex-Zare, ex-Congo Belge. Ce pays,
riche en matires premires, a t, de-
puis son accession l'indpendance
l'objet de la convoitise des capitalistes
trangers et singulirement de l'impria-
lisme nord-amricain qui, aprs avoir as-
sassin le leader de gauche Patrice
LUMUMBA et sem la guerre civil, et a
mis en place le dictateur MOBUTU en
1965.


Le 29 Octobre dernier a eu lieu le se-
cond tour de l'lection prsidentielle
don't le rsultat a t proclam officielle-
ment le mercredi 15 novembre. Joseph
KABILA, fils du president Laurent-Dsir
KABILA assassin en 2001, a t lu
avec 58.05% des voix, battant ainsi le
vice-prsident Jean-Pierre BEMBA, le-
quel a refus et refuse de reconnatre la
victoire, criant au "hold-up lectoral".
Dans la capital KINSHASA, o BEMBA
a eu le plus de voix que KABILA, la si-
tuation est trs tendue : un miller
d'hommes arms favorables BEMBA
font rgner un climate de peur et de vio-
lence et chacun se souvient de la guerre
civil de cinq annes qui a ravag le
pays jusqu'en 2003.
BEMBA, ancien seigneur de guerre dou-
bl d'un homme d'affaire maffieux, pro-
clame qu'il entend constituer une
opposition dmocratique, mais dans les
faits il brandit la menace d'une guerre ci-
vile.
Joseph KABILA sera invest le 10 d-
cembre, si tout se passe bien.
M. Belrose.


i. 0:
ma, -









d i N


AVIS DE TRANSFER

Denomination : PRIMMO
Type SARL
Montant capital : 4 000 E
N" SIRET :48983077800010
RCS : 489 830 778
CodeAPE :703 A
A l'Assemble gnrale en date du 9 Oc-
tobre 2006, il a t dcid du transfer du
sige social.
Ancienne adresse : Immeuble Marie
Sainte Zone de gros la Jambette -
97232 LE LAMENTIN
Nouvelle adresse : Boutiques du parc de
Cluny Lot. N*9 et 4 route de Cluny -
97200 FORT DE FRANCE
En outre, il a t dcid une cession de
part de profit en faveur de M. Serge
JEAN-JOSEPH. De ce fait, M. Karl DES-
BORDES, propritaire de 125 parts, cde
et transport M. Serge JEAN-JOSEPH
qui accepted les 49 parts d'une valeur de
16 euros chacune.
M. Eddy ULRIC, propritaire de 125 part,
cde et transport M. Serge JEAN-JO-
SEPH qui accepted les 38 parts d'une va-
leur de 16 euros chacune. FA 7044

MULTI SERVICE PLUS
SociT RESPONSABILIT LIMITE
Au CAPITAL DE 8 000 EUROS
SIGE SOCIAL : RUE JEAN JAURES
97260 MORE ROUGE
AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort-de-France du 31 Octobre
2006, il t constitu une socit pr-
sentant les caractristiques suivantes :
Denomination : MULTI SERVICE PLUS
Forme social : Socit responsabilit
limite
Sige social : rue Jean JAURES
Objet social : rue L'entretien d'espaces
verts, le nettoyage, et tous de petits tra-
vaux divers (maonnerie, carrelage)
Dure de la socit :99 ans computer de
la date d'immatriculation de la Socit au
Registre de Commerce et des Socits.
Capital social : 8 000 euros
Grance : Madame Claudine LALANDE,
demeurant Quartier Petit Savane 97260
Morne Rouge
Immatriculation de la socit au Registre
de Commerce et des Socits de Fort-
de-France.
La Grance FA 7045

AVIS DE CHANGEMENTS
DE GRANT & CESSION DE PARTS

ALLU'STORE
Z.I. LA JAMBETTE IMM. ZAMY
97232 LE LAMENTIN
N SIRET: 449 984 016 000 19
APE : 281 C

Par P.V. du 31 Mars 2006, la socit
Allu'Store prend acte de la dmission du
Grant : M. BENGOZHI Andr et nomme
en replacement M. NABETS Rudy, de-
meurant Rs. Paola 93 rue du Profes-
seur GARCIN
97200 F-de-F
En consequence,
M. NABES Rudy acquire la totalit des
part sociales de la St Allu'Store numro-
ts de 1 500 parts.
Pour avis et mention
Le Grant FA 7046

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une
socit prsentant les caractristiques
suivantes :
Forme : Socit responsabilit limite
Denomination : SOCIETY EN GESTION
ELECTRONIQUE DE DOCUMENTS &
INFORMATIQUE (SGED INFORMA-


TIQUE)
Sige social : 21 rue des Lavandires -
97224 DUCOS
Objet :
- Ralisation de tous types de presta-
tions dans le domaine de l'informatique
- Achat pour la revente de tous types de
matriels informatiques
Dure : 99 annes
Capital : 2 000 euros en numraire, don't
20% de libr.
Grance : Mademoiselle ADREA Cathia,
demeurant 21 rue des lavandires -
97224 DUCOS MARTINIQUE
Immatriculation au RCS de Fort-de-
France.
Pour avis FA 7047

AVIS DE CONSTITUTION
D'UNE SARL

Par acte sous seing priv en date du 22
Septembre 2006, il a t constitu une
socit responsabilit limite aux carac-
tristiques suivantes :
Denomination : ITC CARAIBES.
Objet :
Ingnierie, Etudes et Conseils en sys-
tme d'information, vente et hbergement
de systmes informatiques et plus gn-
ralement toutes operations commer-
ciales, industrielles, mobilires,
immobilires ou financire pouvant se rat-
tacher directement ou indirectement
l'objet prcit ou tout objet similaire ou
connexe pouvant favoriser son extension
ou son dveloppement
La participation de la socit toutes
operations susceptible de se rattacher
au dit objet par voie de creation de soci-
ts nouvelles, apport, commandit, sous-
cription ou rachat de titres ou droits
sociaux, fusion, acquisition, location ou
location-grance et fond de commerce,
alliance, association en participation ou
groupement d'intrt conomique
Plus gnralement, toutes operations
industrielles, commercials et financires,
mobilires et immobilires pouvant se rat-
tacher directement ou indirectement
l'objet social et tous objets similaires ou
connexes pouvant favoriser son exten-
sion ou son dveloppement
Dure : 99 ans
Capital social : 8 000 euros
Sige social : C/o Gilles Filin Alle des
Pitons La Colline 97233 Schoelcher.
Grant : Monsieurs FILIN, demeurant
alle des Pitons La Colline 97233
Schoelcher.
La socit sera immatricule au Registre
de Commerce et des Socit tenu par le
Greffe du Tribunal de Fort-de-France.
FA 7048

ITAWI EURL
Au CAPITAL DE 8 936 EUROS
SIGE SOCIAL : APPARTEMENT 3
BATIMENT C RESIDENCE LES 4 BOUTS
TERREVILLE 97233 SCHOELCHER

L'associ unique de la socit a dcid
d'tendre l'objet social de la socit et de
modifier l'article 2 des Statuts.
Le nouvel article est ainsi rdig :
La socit pour objet, en France et dan
tous pays :
1- La photographic prisee de vue repor-
tages, et tirages, la vente de photos sur
tous supports),
2- La conception et la ralisation de sup-
ports de communication, bulletins muni-
cipaux, supports de press (journaux),
3- La diffusion par Internet des informa-
tions (support d'information et de press
en ligne),
4- La conception de CD-ROM culturels et
ducatifs (dition et production) et de
sites Internet,
5- La conception, ralisation et vente de


products de micro-dition et de livres (Im-
pression et Edition),
6- La ralisation de rgie publicitaire
7- Conception et ralisation des en-
seignes et visuels pour devanture de ma-
gasins, et habillage de vhicules,
8- La ralisation de supports d'exposi-
tions photographiques et de supports
d'information
9- Edition, Vente de livre, recueil de mu-
sique et d'ouvrage pdagogiques
II decide galement de transfrer le sige
social et de modifier corrlativement l'ar-
ticle 5 des status.
A computer du 8 Novembre 2006, le sige
social :
- qui tait : Appartement 3 Btiment C -
Rsidences les 4 Bouts Terreville -
97233 Schoelcher
- est dsormais : Local N13 Btiment 11
Groupe Maniba 97222 Case-Pilote
La Grance FA 7049

AVIS DE MODIFICATION
HOME EURL
QUARTER BOIs THIBAULT
CHEMIN DE BELVDRE FLORAL
97234 FORT DE FRANCE

Avis es donn du changement de l'objet
social de la st
Ancien objet : bnisterie, fabrication de
meubles.
Nouvel objet : fabrication de charpentes
et de couvertures et accessoires de me-
nuiseries
En consequence, l'article 2 des status
sera modifi, le reste sans changment.
Pour avis
Le Grant FA 7050

SELAR BANETTE
CONAN & ASSOCIS
AVOCATS LA ROCHELLE

"SCCV PRIMEROSE"
SOCIT CIVIL DE CONSTRUCTION VENTE
AU CAPITAL DE 317 580 EUROS
SIGE SOCIAL: FORT-DE-FRANCE
(MARTINIQUE) 27 ROUTE DE CLUNY
453 325 482 RCS FORT DE FRANCE

L'AGE du 03/11/2006 a rduit le capital
social de 285 822 e pour le ramener de
317 580 4 31 758 E. Les articles 6 et 7
des status ont t modifis en cons-
quence. Dpt de l'ensemble des pieces
au Greffe du Tribunal de Commerce de
Fort-de-France.
Pour avis
SARL "FIBP" et SARL "LA ROCHELLE
INVEST", cogrants FA 7051

SELAR BANETTE CONAN & AssocIs
AVOCATS LA ROCHELLE

"SCCV PRIMEROSE"
SOCiT CIVIL DE CONSTRUCTION VENTE
AU CAPITAL DE 317 580 EuROs
SIGE SOCIAL: FORT-DE-FRANCE (MARTI-
NIQUE) 27 ROUTE DE CLUNY
453 325 482 RCS FORT DE FRANCE

L'AGE du 03/11/2006 a dcid:
de modifier la denomination social et
adopter celle de "PRIMEROSE" comp-
ter du 01/01/2007,
de proroger la dure de la socit de
10 ans computer du 29/03/2009 de telle
sorte que la socit expirera le
29/03/2019
do transformer la Socit en Socit
Responsabilit Limite computer du
10/01/2007. Cette transformation a mis
fin aux functions de tous mandataires so-
ciaux. Elle n'entrane pas la creation d'un
tre moral nouveau
Les modifications des mentions antrieu-
rement publies qui sont frapps de ca-
ducit sont les suivantes :
Forme:


Ancienne mention : Socit Civile de
Construction Vente rgie par les articles L
211-1 et suivants du Code de Construc-
tion de l'habitation
Nouvelle mention : Socit responsabi-
lit Limite
Denomination :
Ancienne mention : "SCCV PRIME-
ROSE"
Nouvelle mention : "PRIMEROSE"
Dure:
Ancienne mention : 5 annes
Nouvelle mention : 15 annes
Grance :
Ancienne mention : SARL "FONCIERE
IMMOBILERE BERNARD PORTERES -
FIBP" et SARL"LA ROCHELLE INVEST"
Nouvelle mention : M. Marc MOUTALIB -
21 rue des Brisants Rsd Le Gaiac -
Pointe des Ngres FORT DE FRANCE
M. Bernard PORTERES 29 avenue Gui-
ton LA ROCHELLE (17)
Les mentions antrieures propres aux
Socits civiles sont purement et simple-
ment supprimes.
Agrment des cessionnaires de parts so-
ciales :
Toutes cessions ou transmissions de
parts sociales autres que celle consenties
entire associs sont soumises l'agr-
ment pralable de la collectivit des as-
socis.
Dpt des pices : RCS FORT DE
FRANCE
Pour avis
Marc MOUTALIB et Bernard POR-
TERES, cogrants. FA 7052

AVIS DE CONSTITUTION

Avis st donn de la constitution de la
SARL CAPITAL TP
Au capital de 7 622 euros
Sige social : quarter Dd villa CHERY
EMMANUEL 97215 RIVIRE SALEE
Objet : Terrassement VRD
Dure : 99 ans computer de son immatri-
culation au Registre de Commerce et des
Socits de Fort-de-France.
Grant : M. Guy Lambert CHERY EMMA-
NUEL quarter Dd
97215 RIVIERE SALEE FA 7053

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 6 Novembre 2006, il a t consti-
tue un socit prsentant les caractris-
tiques suivantes :
Forme: Socit Responsabilit Limite
Denomination : MARTINIQUE MAREE
SARL
Sige social : Zone Industrielle Canal Co-
cotte
97224 DUCOS
Objet : Import et Export et Commerciali-
sation
Tous products et commerce, etc.
L'activit de mareyeur transformation et
preparation de tous products de la mer,
nettoyage, conditionnement surglation,
etc.
Dure : 99 ans
Capital :762,50
Grance : Mme REGIS Evelyne
Demeurant : Bois Carr 97232 LE LA-
MENTIN
Immatriculation au RCS de Fort-de-
France en course
Pour avis
La grance FA 7054

SOCiT D'EXPLOITATION
ET DE CONTRLES DES SERVICES
SOCIT A RESPONSABILIT LIMITED
Au CAPITAL DE 7 500 EUROS
SIGE SOCIAL : CENTRE COMMERCIAL
LA GALLERIA 3ME TAGE
97232 LAMENTIN
RCS 442 583 647









1 e2 Noemr 200 Jusicen4 PaeI


AVIS DE PUBLICITY

Par decision du 9 Novembre 2006 l'asso-
ci unique a remplac intgralement l'ob-
jet social de la socit par:
- la furniture aux personnel physiques
ou morales de faon permanent, excep-
tionnelle ou discontinue, des services
ayant trait la scurit des biens, meu-
bles ou immeubles, ainsi qu' celle des
personnel qui les possdent, les occu-
pent ou les utilisent, directement ou indi-
rectement, les services de garden du
corps, la scurit des transports de fonds,
devises bijoux, etc. et plus gnralement
tous objets ou matires prcieuses ;
- Le ngoce sous toutes ses former.
ainsi que l'installation, la location, l'entre-
tien et la maintenance, de tous products,
articles, matriels et installations, lis aux
services ci-dessus et principalement
d'alarmes, de systmes d'alarme et de
surveillance et tlsurveillance, mais
aussi de tlphonie, de courant faible,
contrles d'accs, motorisations d'ouver-
tures ;
-Le gardiennage desdits biens ;
Le conseil, la gestion les tudes, l'in-
gnierie, l'assistance oprationnelle en
matire de gestion des cots, du suivi des
services et des travaux fournis par les en-
treprises assurant des services de scu-
rit et gardiennage des biens et des
personnel, auprs desquelles une mis-
sion de surveillance et de contrle dl-
gue pourra tre assure.
Et a modifi en consequence l'article 2
des status.
RCS Fort-de-France
Pour avis FA 7055

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv il a t consti-
tu une SARL prsentant les caractris-
tiques suivantes :
Denomination : JMJ SERVICES SARL
Adresse : N'14 route de Tivoli 97200
Fort-de-France
Objet : Assistance des personnel ges,
handicapes, isoles, garde d'enfant de
plus de 3 ans et toutes operations com-
merciales industrielles, mobilires et im-
mobilires ou financires pouvant se
rattacher directement ou indirectement
l'objet prcis ou tout objet similaire ou
connexe.
Dure : 99 ans
Capital : 7 500 E
Grante : Mademoiselle Jessie BESUBE
Demeurant Baie des Tourelles Bt
ROSE 1 Apt 5 97200 Fort-de-France
Immatriculation au registre de Commerce
en course
Pour avis
Le grant
Le 15 Novembre 2006 FA 7056

CLEAR-NET NETTOYAGE SARL
ASSEMBLE GNRALE ORDINAIRE
ZAC DE RIVIRE-ROCHE BAT D1
97252 F-DE-F
SIRET: 451 769 566 000 14

Ordre du jour nomination d'une grance.
Le 8 Octobre 2006 suite A.G.O., Mme
ZABULON Chantal t nomme g-
rante en lieu et place de M. ZABULON Al-
fred dmissionnaire.
A charge pour la grance d'accomplir les
formalits habituelles FA 7057

AVIS DE CONSTITUTION

En date du 9 Novembre 2006, il a t
constitu une socit civil immobilire
prsentant les caractristiques suivantes:
Denomination : SCI JFP
Adresse : 6 rue de la Glacire Sainte Th-
rse 97200 Fort-de-France


Objet : L'acquisition par voie d'achat ou
d'apport, la proprit, la mise en valeur,
la transformation, l'administration et la
gestion par location de tous biens et
droits immobiliers
Dure : 99 ans
Capital : 1 000 E
Le Grant : YUIKETY Peggy
Adresse : 6 rue de la Glacire Sainte Th-
rse 97200 Fort-de-France
Immatriculation au Registre de Com-
merce en course
Pour avis
La Grante FA 7058

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte S.S.P. il a t constitu la
S.A.R.L. dnomme : "RELAIS
CREOLE"
Raison social : "RELAIS CREOLE"
Capital : 22 000 euros
Sige social : Centre Commercial "Taupi-
nire" 97223 Le Diamant
Objet : Toutes activits de restauration
emporter ou sur place en salle ou self
service
Dure de la socit : 99 ans computer de
l'immatriculation au RCS de Fort-de-
France
Grant : Frantz Augustin BUCHET, n le
12 Dcembre 1959.
Demeurant : Magasin Zline 97229
Trois-Ilets
Le Grant FA 7059

AVIS MODIFICATION

GROUPE PMC France Socit respon-
sabilit limite au capital de 95 000 E
Sige social : 99 bis avenue Verdier -
92120 Montrouge RCS Nanterre 412
263 113
Aux terms d'une assemble gnrale
extraordinaire en date du 13/10/2006, les
associs ont dcid de transfrer
computer du 01/10/2006 le sige social qui
tait Montrouge (Hauts-de-Seine) 99
bis avenue Verdier
A l'adresse suivante : 48B rue du Gros
Raisin 97228 Sainte-Luce
L'objet social reste inchang
La dure de la socit reste fixe 50
ans, soir jusqu'au 31/05/2047
Mme DESCHAMPS Bernadette demeure
grante de la socit.
La socit fera l'objet d'une nouvelle im-
matriculation au Registre de Commerce
et des Socits de Fort-de-France (MAR-
TINIQUE) et prendra comme nouvelle rai-
son social : GROUPE PMC France
CARABES
Les articles 3 et 4 des status ont t, en
consequences, mis jour.
La Grance FA 7060

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 9 Fvrier 2006, il a t constitu
une socit prsentant les caractris-
tiques suivantes :
Denomination: HGC BTP
Forme : Sarl
Capital: 10 000,00 euros
Adresse : 13 rue Schoelcher 97215 RI-
VIERE-SALEE
- Tous travaux de btiment et travaux et
publics
- Tous travaux de construction
Pour une dure de 99 ans, la grance as-
sur e par Monsieur Grard Charles
HARNAIS de nationalit franaise, de-
meurant Habitation "Maupou" 97215
RIVIERE SALEE
Immatriculation au R.C.S. de Fort-de-
France
Pour avis
La Grant FA 7061


CATHERINE SHIN-OUA-SIRON-SCHA-
PIRA & RENAUD NIRDE
NOTAIRES AssOCIs
PLATEAU ROY CLUNY
97200 FORT-DE-FRANCE (MARTINIQUE)
TLPHONE : 05 96 63 92 92
TLCOPIE : 05 96 63 66 05
Etudes de Mattre Renaud NIRDE, No-
taire Fort-de-France (MARTINIQUE),
Plateau Roy Cluny
AVIS DE CONSTITUTION

Suivant acte reu par Matre Renaud
NIRDE, Notaire soussign, le 7 Aot
2006, a t constitute une socit civil
immobilire ayant les caractristiques sui-
vantes :
La socit a pour objet : l'acquisition par
voie d'achat ou d'apport, la proprit, ma
mise en valeur, la transformation, l'am-
nagement, l'administration et la location
de tous biens et droits immobiliers, de
tous bien et droits pouvant constituer l'ac-
cessoire, l'annexe ou le complement des
biens et droits immobiliers en question.
La Socit est dnomm : CRAMER
IMMO
Le sige social est fix Fort-de-France
(97200), 17 route Desrochers
La Socit est constitute pour une dure
de quatre-vingt dix neuf annes
Le capital social est fix la some de
DEUX CENT TRENTE CINQ MILLE
CENT CINQUANTE EUROS (235 125,00
EUR)
Les apports sont parties en nature et parties
en numraire
Toutes les cession de parts, quelle que
soit la quality du ou des cessionnaires,
sont soumise l'agrment pralable
l'unanimit des associs.
L'exercice social commence le 1er Jan-
vier et finit le 31 Dcembre de chaque
anne.
Le premier grant de la Socit est : Mon-
sieur Daniel BARAY
La socit sera immatricule au Registre
de Commerce et des Socits de Fort-
de-France.
Pour avis
Le Notaire FA 7062

FIN DE LOCATION GRANCE

ENTIRE
Monsieur Pierre CELMA
RCS A 303 157 994
Demeurant route de Redoute Fort-de-
France,
ET
La socit SODEX CELMA
RCS 84 B 99
Dont le sige social est : Plateau Thi-
berge, rte de Ravine Vilaine, Fort-de-
France.
Par acte sous seing priv en date du
30/09/2004, le contract de location g-
rance qui les liait t dnonc.
Pour avis
Le Grant FA 7063

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 10 Juillet 2006, il a t constitu
par Monsieur Fernand VAUTOR, une En-
treprise Unipersonnelle Responsabilit
Limite (E.U.R.L.) don't les caractris-
tiques sont les suivantes :
Denomination : GARAGE Fernand VAU-
TOR EURL
Capital : 19 000 euro divis en parts de
100 entirement souscrites et libres
la constitution.
Sige : 2 rue du Grand Carabe Rive
Droite Levassor 97200 Fort-de-France
(MARTINIQUE)
Objet : la socit a pour objet dans le d-
partement de la Martinique et les dparte-
ments limitrophes, la rparation de


vhicules moteur ainsi que toutes acti-
vits facilitant directement ou indirecte-
ment l'exploitation de l'objet social.
Dure : 99 computer de son immatricula-
tion et expire le 31 Dcembre 2105, sauf
dissolution anticipe ou prorogation.
Apports: M. Fernand VAUTOR fait apport
de :
Numraires : 1 000 E
Nature : constitu par un fond de com-
merce valu par MOSSI Djibo, expert
comptable dsign par decision de l'as-
soci unique.
Grant: Monsieur Fernand VAUTOR est
dsign statutairement en quality de g-
rant sans limitation de dure.
Pour avis
Le Grant FA 7064

MYOSOTIS
SocIT A RESPONSABILIT LIMITE
AU CAPITAL DE 1 000 EUROS
SIGE SOCIAL : 43 RUE VICTOR SVRE
97200 FORT DE FRANCE
AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort-de-France du 9 Novembre
2006, il a t constitu une socit pr-
sentant les caractristiques suivantes :
Denomination : MYOSOTIS
Forme social : Socit responsabilit li-
mite
Sige social : 43 rue Victor Svre -
97200 Fort-de-France
Objet social : vente de prt--porter, de
bijoux fantaisies, et accessoires divers
Dure de la Socit : 99 ans computer
de la date de l'immatriculation de la So-
cit au Registre de Commerce et des
Socits
Capital social : 1 000 euros
Grance : Monsieur Jean Philippe
JAREL, demeurant Squadra C, Cit
Dillon 97200 Fort-de-France
Immatriculation de la Socit au Registre
de Commerce et des Socits de Fort-
de-France.
La Grance FA 7065

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une
Socit prsentant les caractristiques
suivantes :
Forme : Socit responsabilit limite
Denomination : CARRIERS ET TRA-
VAUX ANTILLAIS (CATRAN)
Sige social : Fort-de-France (97200) 29
rue Joseph Del
Objet: l'extraction l'engin ou l'explosif,
le concassage, de toutes sortes de
roches. La ralisation de tous travaux
BTP.
Dure : 50 annes
Capital : 8 000 euros
Grant : Monsieur JO Edouard
Immatriculation au R.C.S. Fort-de-France
Pour avis
Le Grant FA 7066

ADDITIF AU JOURNAL JUSTICE
DU 9 NOVEMBRE 2006
NI 45 PAGE 12

En denomination "Total Scurit"
Lire TOTALAE SECURITY"
FA 7067

SARL DIAMEX
S.A.R.L. AU CAPITAL DE 16 000 EUROS
SIGE SOCIAL : 24 ROUTE DE L'UNION
DIDIER 97200 FORT DE FRANCE
R.C.S. 2000 B 657
SIREN: 432 529 030
AVIS DE PERTE DE CAPITAL SOCIAL

Aux terms d'une dlibration en date du
jeudi 19 Octobre 2006, l'Assemble G-
nrale Extraordinaire des associs, sta-
tuant en application de l'article L. 223-42,









Jeid! Noemr 200 -Jutic '4 P-ge


a dcid qu'il n'y avait pas lieu de pronon-
cer la dissolution de la Socit.
Pour avis et mention
Le Grant FA 7068

S.C.I. MADININA ET PLEIN AIR
SOCIT CIVIL IMMOBILIRE
Au CAPITAL DE 510 EUROS
SIGE SOCIAL :
QUARTER MORNE HONORE
97211 RIVIERE PILOTE
AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date RIVIERE PILOTE du 10 Novem-
bre 2006, il a t constitu une socit
prsentant les caractristiques sui-
vantes :
Denomination social : MADININA ET
PLEIN AIR
Forme social : Socit Civile Immobi-
lire
Sige social : quarter Morne HONORE -
97211 RIVIERE PILOTE
Objet social : l'acquisition et la vente de
terrains et d'immeubles, l'exploitation et la
mise en valeur de ces terrains pour l'di-
fication d'immeuble, la gestion d'exploita-
tion par bail, ou autrement, de ces
construction qui resteront la proprit de
la Socit, Achat et vente d'immeubles.
Dure de la Socit : 99 ans computer
de la date de l'immatriculation de la So-
cit au Registre de commerce et des
Socits.
Capital :510 euros, constitu uniquement
d'apport en numraire
Grance : Monsieur Flix Ildevert SID-
NEY, demeurant quarter Morne HO-
NORE 97211 RIVIERE PILOT
- Madame Marguerite TIRAULT, demeu-
rant quarter Morne HONORE 97211 RI-
VIERE PILOTE
Clauses relatives aux cessions de parts :
dispense d'agrment pour cession as-
socis, conjoint d'associ ascendants ou
descendants du cdant ; agrment accor-
ds par le grant, dans tous autres cas.
Immatriculation de la Socit au Registre
de Commerce et des Socits de Fort-
de-France
Pour avis
La Grance FA 7069

AG.COM
SociT RESPONSABILIT LIMITE
Au CAPITAL DE 500 EUROS
SIGE SOCIAL: QUARTER AUGRAIN
97231 LE ROBET
AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Le Robert du 15 Novembre 2006,
il a t constitu une socit prsentant
les caractristiques suivantes :
Dnomintion social : AG.COM.
Forme social : Socit Responsabilit
limite
Sige social : quarter Augrain 97231 Le
Robert
Objet social : La commercialization de
tous types de products, et la prestation de
services
Dure de la Socit : 99 ans computer
de la date de l'immatriculation de la So-
cit au Registre de Commerce et des
Socits
Capital social : 500 euos
Grance : Madame Roseline JOACHIM,
demeurant quarter Augrain 97231 Le
Robert, a t nomm Grante.
Immatriculation de la Socit au Registre
de Commerce et des Socis de Fort-de-
France.
Pour avis
La Grance FA 7070

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une


socit prsentant les caractristiques
suivantes :
Denomination social : Mobiles Home
Forme : Socit responsabilite limite
Capital : 7 500,00 euros
Sige social : 23 rue Eugne Maillard
97212 SAINT JOSEPH
Objet social : La vente de tlphone mo-
bile et fixe, les prestations lies ces ma-
triels ainsi que toues autres operations
lies ces domaines.
Dure :99 ans computer de son immatri-
culation au Registre de Commerce et
des Socits
Grance : Monsieur Evens ANOZIL
103 Cit Calebasse Entre Mac Donald
97200 Fort-de-France
Associs :
- Mademoiselle Marie-Joseph ALON-
ZEAU, demeurant Rsidence Terres
Canne le Galion apt 1 97228 SAINTE
LUCE
- Monsieur Evens ANOZIL
103 Cit Calebasse Entre Mac Donald
97200 Fort-de-France
Immatriculation au Registre de commerce
et des Socits de Fort de France
FA 7071

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

1/ Nom et adresse officials de la per-
sonne publique :
Dpartement de la Martinique.
Personne responsible du march: Prsi-
dent du Conseil Gnral, avenue des Ca-
rabes B.P. 679 97200 Fort-de-France
Tl. : 05 96 55 26 00, tlcopieur : 05 96
73 59 32
2/ Objet du march :
Travaux de micrographie de priodiques
pour la Bibliothque Schoelcher.
3/ Mthode de passation :
Articles 28 du code des marchs publics.
4/Date limited de reception des offres :
Lundi 11 Dcembre 2006 12 heures
5/Date d'envoi du present avis la publi-
cation : Mercredi 15 Novembre 2006
6/Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnement d'ordre administratifs et tech-
nique peuvent tre obtenus :
Dpartement de la Martinique Direction
Gnrale Adjointe charge des Finances
et des Moyen Cellule achats 19 rue
Jacques Cazotte BP 679 97264 Fort-de-
France Cedex Tl. : 05 96 55 37 86 -
Fax : 05 96 55 37 87 e-mail
achats@cg972.fr
Les documents de consultation sont tl-
chargeables sur le site du conseil gn-
rale : www.cg972.fr rubrique marchs
publics procedure adapte.
FA 7072

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE
RECTIFICATIF

Nom et adresse de la personnel publique :
Dpartement de la Martinique
avenue des Carabes B.P. 679
97264 Fort-de-France
Tl. : 05 96 55 26 00 tlcopie : 05 96 73
5932
achats@cg972.fr http://www.cg972.fr
Mode de passation : appel d'offres ouvert
Objet du March: acquisition de vhicules
de type "Berline" pour le Conseil Gnral
de la Martinique
Annonce n" FA 6962, Justice du 26 Octo-
bre 2006
Rectificatif
Dans la rubrique "renseignements com-
plmentaires", lire en complement des
autres mentions "Dlai de validit des of-
fres : 150 jour computer de la date limited
de reception des offres."
FA 7073


AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur : Dpartement de la Martinique.
Correspondent : Prsident du Conseil
Gnral de la Martinique, avenue des Ca-
rabes
B.P. 679 97264 Fort-de-France Tl. :
05 96 55 26 00, tlcopieur : 05 96 55 37
87, adresse Internet: http://www.cg972.fr.
Principale(s) activit(s) du pouvoir adjudi-
cateur: Protection social.
Objet du march : ralisation de divers
prestations pour le meeting d'athltisme
de la Martinique Conseil Gnral de la
Martinique
Lieux d'excution : Dpartement de la
Martinique, 97200.
Caractristiques principles :
Des variantes seront-elles prises en
compete : oui.
Prestation divis en lots : oui
Possibilits de prsenter une offre pour
un ou plusieurs lots
Modalit essentielles de financement et
de pavement et/ou rfrence aux textes
qui les rglementent : Budget du Dparte-
ment sur resources propres. Mandat ad-
ministratif dans un dlai de 45 jours aprs
service fait et reception des factures
conformment l'article 98 du dcret n"
2006-975 du 1er Aot 2006 portant Code
des Marchs Publics.
Langue pouvant tre utilises dans l'offre
ou la candidature : Franais.
Unit montaire utilise : l'euro
Conditions de participation :
Critres de selection des candidatures :
capacits techniques et financires.
Situation juridique rfrences requires :
DC 4 et DC 5 (ces document sont tl-
chargeable l'adresse Internet suivante :
http://www.minefi.gouv.fr/marches_pu-
blics/formulaires/ ou la lettre de candi-
dature et habilitation du mandataire par
ses co-traitants. En cas de groupement,
une lettre de candidature, fournie en un
seul exemplaire original pour l'ensemble
du groupement, faisant apparatre les
membres du groupement, chaque mem-
bre du groupement candidate prcisant
galement sur quels lots porte sa candi-
dature.
Documents attestant des pouvoirs de la
personnel habilite pour engager le candi-
dat
- les dclarations sur l'honneur en appli-
cation des articles 43, 44 et 45 du CMP
et des articles 8 et 38 de l'ordonnance
2005-649 du 6 Juin 2005 relative aux
marchs passs par certaines personnel
publiques ou prives non soumises au
code des marchs publics (voir liste des
dclarations fournir dans rubrique "ren-
seignements complmentaires" ci-aprs).
Capacity conomique et financires r-
frence requires : DC 5 ou declaration
concernant le chiffre d'affaires global et le
chiffre d'affaires concernant les fourni-
tures (ou prestations) auxquel(le)s se r-
fre le March, raliss au course des trois
derniers exercices disponibles.
Rfrence professionnelle et capacity
technique rfrences requires : DC 5
(les rubriques E et E2 sont remplir en
function des indications donnes au point
ci-aprs) ou liste des principaux services
fournis ou (fournitures) au course des trois
dernires annes indiquant notamment le
montant, la date et le destinataire. Lot 6 :
attestation d'inscription au registre des
entreprises de transports publics routiers
de personnel. Lot 9 : Attestation d'ins-
cription au registre des commissionnaires
de transport. Pour justifier des capacits
professionnelles, techniques et finan-
cires d'un ou de plusieurs sous-traitants,
le candidate produit les mmes documents


concernant le sous-traitant que ceux exi-
gs des candidates de l'acheteur public.
En outre, pour justifier qu'il dispose des
capacits de ce ou ces sous-traitants
pour l'excution du march, le candidate
produit soit le contract de sous-traitance,
soi en engagement crit du ou des sous-
traitants.
Type de procedure : procedure adapte.
Date limited de reception des offres : 6 D-
cembre 2006, 12 heures.
Autres renseignements :
Numros de rfrence attribu au mar-
ch par le pouvoir adjudicateur / l'entit
adjudicatrice : CA MAPA 29/06.
Renseignement complmentaires : Situa-
tion juridique liste des declaration four-
nir :
- ne pas avoir fait l'objet, depuis moins
de cinq ans, d'une condemnation dfini-
tive pour l'une des infractions prvues par
les articles suivant du Code Pnal : les ar-
ticles 222-38, 222-40, 313-1, 313-4, 314-
1 314-3, 324-1 324-6, 421-2-1, le
deuxime alina e l'article 421-5, l'article
433-1, le deuxime alina de l'articles
434-9, les articles 435-2, 441-1 441-7,
les premier et deuxime alinas de l'arti-
cle 441-8, l'article 441-9 et l'article 450-1
- ne pas avoir fait l'objet, depuis moins
de cinq ans, d'une condemnation dfini-
tive pour l'infraction prvue pas l'article
1741 du Code Gnral des Impts.
- ne pas avoir fait l'objet, depuis moins
de cinq ans, d'une condemnation inscrite
au bulletin n"2 du easier judiciaire pour
les infractions mentionnes aux articles
L.324-9, L.324-10, L.3241-6, L.125-1 et
L.125-3 du Code du Travail
- ne pas tre en tat de liquidation judi-
ciaire au sens de l'article L.620-1 du Code
de Commerce
- ne pas tre dclar en tat de faillite
personnelle, au sens de article L.625-2
du Code de Commerce, ou d'une proc-
dure quivalente rgie par un droit tran-
ger
- ne pas tre admis au redressement ju-
diciaire au sens de m'article L.620-1 du
Code de Commerce, ou une procedure
quivalente rgie par un droit tranger,
sans justifier d'une habilitation poursui-
vre son activity pendant la dure prvisi-
ble d'excution du march
- avoir au 31 dcembre de l'anne pr-
cdant celle au course de laquelle lieu le
lancement de la consultation, souscrit les
dclarations incombant en matire fiscal
et social ou acquitt les impts et cotisa-
tions exigibles cette date, au sens de
l'article 43 du Code des Marchs Publics
ou s'tre acquitt spontanment de ces
cotisation et cotisations avant la date de
lancement de la prsente consultation ou
d'avoir constitu spontanment avant
cette date des garanties juges suffisante
par le comptable ou l'organisme charge
du recouvrement
- tre en rgle, au course de l'anne pr-
cdant celle au course de laquelle lieu le
lancement de la consultation, au regard
des articles L.323-1 et L.323-8-2 ou
L.323-8-5, du code du travail concernant
l'emploi des travailleurs handicaps :
o Dlai de validit des offres : 150 jours
computer de la date limited de reception
des offres
Les documents sont tlchargeables sur
le site Internet du Conseil Gnral
http://www.cg972.fr rubriques marchs
publics march procedure adapte.
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus :
Les dossiers de consultation peuvent tre
demands ou retirs, gracieusement,
jusqu' la date limited de remise des offres
l'adresse suivantes : Dpartement de la
Martinique Direction Gnrale Adjointe
charge des finances et des moyens -










1 Jed 24e200i 6 Jusio 4 Page 'g Y


Cellule Achats. 19 rue Jacques Cazotte
B.P. 679, 97264 Fort-de-France Cedex
Tl. : 05 96 55 37 86 Tlcopieur : 05
96 55 37 87.
Renseignements relatifs aux lots :
Lot(s) 1
Ralisation de tickets d'entre
Livraison : 1er Avril 2007
Lot(s) 2
Ralisation d'affiches
Livraison : 1er Avril 2007
Lot(s) 3
Ralisation d'affiches (annonceur)
Livraison : 31 Dcembre 2006
Lot(s) 4
Fourniture de coupes et trophes
Livraison : 1er Avril 2007
Lot(s) 5
Location de sonorisation
Livraison : 28 Avril 2007
Lot(s) 6
Transport des athletes
Dure : computer du 26 Avril 2007
jusqu'au 29 Avril 2007
Lot(s) 7
Publicits, bandes-annonces
Dure : computer du 26 Avril 2007
jusqu'au 29 Avril 2007
Lot(s) 8
Ralisation d'un visuel maquettee, cais-
son lumineux)
Livraison : 31 Dcembre 2006
Lot(s) 9
Transport de matriels pour spaces pu-
blicitaires (location d'un cran vido
6mx4m)
Dure : computer du 27 Avril 2007
jusqu'au 28 Avril 2007
Lot(s) 10
Ralisation de Tee-shirts imprims
Livraison : 1er Avril 2007
FA 7074

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
Conseil Rgional de la Martinique
Service des Marchs et de la command
publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France Martinique,
Tl. : 05 96 59-63-00
tlcopie : 05 96 72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique "Marchs publics"
Autorit executive :
Le President du Conseil Rgional de la
Martinique
Procedure de passation :
Procedure adapte en vertu de l'article 28
du Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march :
Conception, impression et ralisation
d'un livre d'art pour le compete du Conseil
Regional de Martinique
Rfrence d'indentification du march
DEFPCS-LART-06-037
Caractristiques principles :
Objectif gnral de la prestation
La prsente consultation porte sur le
choix d'un prestataire devant raliser la
conception, l'impression et la ralisation
d'un livre d'art pour le compete du Conseil
Regional de Martinique. Cette prestation
comprend, notamment les phases sui-
vantes :
Ralisation des films partir du CD ROM
Imposition de films
Montage, calage des plaques
Faonnage
Conditionnement et livraison
Autre :
Transmission par voie dmatrialise :
non autorise
Dure d'excution du march
20 semaines
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus :


Le dossier de consultation des entre-
prises sera remis gratuitement par le ser-
vice des marchs et de la command
publique
Rue Gaston Deferre Cluny 97200 Fort-
De-France
Tel: 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participationCritres de
selection des candidatures
- Capacits professionnelles, techniques
et financires
Critres de jugement des offres
- valeur technique de l'offre
- prix de la prestation
Pices requires
Liste numre dans le dossier de
consultation. Il s'agit en particulier de :
Lettre de candidature et declaration du
candidate (conformment aux modles
joints au dossier de consultation),
Moyens techniques affects la presta-
tion,
Comptences et Rfrences pour des
prestations similaires effectues durant
les 3 dernires annes,
Elements permettant d'apprcier les ca-
pacits professionnelles, techniques et fi-
nancires du candidate.
Dlai de validit des offres : 180 jours
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements peuvent tre obtenus: Conseil
regional de la Martinique (service des
marchs et de la command publique) ou
en ligne l'adresse sus indique
Date limited de reception des offres : Le 14
dcembre 2006 12 H 00 (heure de Mar-
tinique
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes : Rception des offres par pli
recommand ou contre rcpiss au
Conseil Rgional de la Martinique Service
des Marchs et de la Commande Pu-
blique rue Gaston Deferre -Cluny 97200
Fort-De-France Martinique ou en ligne
l'adresse Internet sus indique
Autres renseignements Procdure d-
matrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisation
accessible via l'adresse Internet suivante
: http://www.cr-martinique.fr rubrique
"marchs publics"
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
le tlchargement des avis, rglements,
et dossiers de consultation des entre-
prises
La transmission par voie lectronique des
dossiers d'offre n'est pas autorise pour
le present dossier.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion : 15 novembre 2006
FA 7075

CACEM
AVIS DE MARCH

Pouvoir adjudicateur
Nom, adresse et point de contact
Communaut d'Agglomration du Centre
de la Martinique (CACEM)
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf Est
B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.87.06
Point de contact : M. Serge LETCHIMY,
President de la CACEM
Courrier lectronique : infos@cacem-


mq.com
Adresse gnrale du pouvoir adjudicateur
(URL) : http://www.cacem.org
Type de pouvoir adjudicateur et activity
principal
Collectivit territorial
Services gnraux des administrations
publiques
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compete d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du march
Description
Fourniture d'un broyeur mobile pour d-
chets verts et maintenance associe.
Type de march : march de fournitures -
achat
Lieu principal de livraison : Fort de France
Code NUTS: FR920
L'avis implique un march public
Description succincte : broyeur neuf de
dchets verts de 400 CV environ
Classification CPV : 29 30 00 00
March couvert par l'accord sur les mar-
chs publics : oui
Division en lots : non
Des variantes seront-elles prises en
consideration : non
Quantit ou tendue du march
Fourniture, livraison et mise en ordre de
march d'un broyeur mobile pour dchets
verts classiques et des branchages et
troncs de 25 50 cm de diamtre d'une
capacity de traitement de 200 m3 /heure
Formation de 3 agents
Maintenance preventive et curative pen-
dant 5 ans
Option : non
Dure du march ou dlai d'excution
64 mois computer de la date d'attribution
du contract.
Renseignements d'ordre juridique, co-
nomique, financier et technique
Conditions relatives au contract
Modalits essentielles de financement et
de paiement et/ou rfrences aux textes
qui les rglementent :
Le financement est effectu sur les res-
sources propres de la CACEM
Dlai global de paiement : 45 jours
Modalits de paiement : acomptes et
paiements parties dfinitifs trimestriels
Forme juridique que devra revtir le grou-
pement de fournisseurs : groupement so-
lidaire
L'excution du march est soumise
d'autres conditions particulires : non
Conditions de participation
Situation propre des oprateurs cono-
miques, y comprise exigences relatives
l'inscription au registre du commerce ou
de la profession : en application de l'arti-
cle 52 du code des marchs publics, suite
l'ouverture de la 1re envelope, pour-
ront tre limins :
les candidates qui n'auront pas fourni l'en-
semble des dclarations, certificates ou at-
testations demands dment complts,
dats et signs dans le dlai imparti ;
les candidates don't les niveaux de capaci-
ts professionnelles, techniques et finan-
cires seront jugs insuffisants, aprs
analyse des lments fournis dans le
dossier de candidature.
Capacity conomique et financire
Rubrique D de la declaration du candidate
(imprim DC5 version septembre 2005
ou quivalent)
Capacity technique
Rubrique E, F, g et H (en cas de sous-trai-
tance) de la declaration du candidate (im-
prim DC5 version septembre 2005 ou
quivalent)
Marchs rservs : non
Procedure
Type de procedure : ouverte
Critres d'attribution
Offre conomiquement la plus avanta-
geuse apprcie en function des critres
noncs ci-dessous


Prix : 40%
Valeur technique du matriel : 30%
Organisation et moyens pour la mainte-
nance : 30%
Une enchre lectronique sera effectue
: non
Renseignements d'ordre administratif
Numro de rfrence attribu au dossier
par le pouvoir adjudicateur
2006/51/1/DENV/AO
Publications antrieures concernant le
mme march : non
Documents payants : non
Date limited de reception des offres : 8 jan-
vier 2007 12 heures.
Langue pouvant tre utilise dans l'offre :
FR (franais)
Dlai minimal pendant lequel le soumis-
sionnaire est tenu de maintenir son offre
: 120 jours computer de la date limited de
reception des offres
Personnes autorises assister l'ou-
verture des offres : non

Renseignements complmentaires
II s'agit d'un march priodique : non
Le march s'inscrit dans un projet/pro-
gramme finance par les fonds commu-
nautaires : non
Autres informations : le dossier de consul-
tation des entreprises est tlchargeable
sur Internet sur le site www.marchespu-
blics.net
Instance charge des procedures de re-
cours : Tribunal Administratif de Fort de
France B.P 683 97264 Fort de France
Cedex Tl. : 0596.71.66.67 Fax :
0596.63.10.08
Introduction des recours : rfr prcon-
tractuel : dans les 10 jours suivant la no-
tification du rejet de l'offre recourse pour
excs de pouvoir : dans les 2 mois de la
notification ou de la publication de la d-
cision attaque.
Service auprs duquel des renseigne-
ments peuvent tre obtenus concernant
l'introduction des recourse : Tribunal Admi-
nistratif de Fort de France B.P 683 -
97264 Fort de France Cedex Tl. :
0596.71.66.67- Fax : 0596.63.10.08
Date d'envoi du present avis : 13 novem-
bre 2006
Adresses supplmentaires et points de
contact
Adresses et points de contact auprs
desquels des renseignements compl-
mentaires peuvent tre obtenus
CACEM
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Point de contact : Direction Achats et
Marchs Publics
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresses et points de contact auprs
desquels le cahier des charges et les do-
cuments complmentaires peuvent tre
obtenus
CACEM Service des Marchs Publics
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net
Adresses et points de contact auxquels
les offres doivent tre envoyes
CACEM Service des Marchs Publics
Immeuble Gros Bec
Chateauboeuf Est B.P 407
97204 Fort de France Cedex
Tl : 0596.75.82.72
Fax : 0596.75.54.58
Adresse internet (URL) www.marchespu-
blics.net FA 7076










OUELS ENSEIGNEMENTS TIRER DE LA "LETTRE MAURICE THOREZ"

ET DES VVNEMENTS OUI ONT SUIVI PAR MICHEL BRANCH


Nous continuous ta publication du texte qui
a servi de support la participation de notre
camarade WichielBqWAWCfI au dbat or-
ganis le 24 octobre dernierpar le Centre C-
sairien JdEtudes occasion du
cinquantenaire de la "Lettre aMaurice 'iio-
rez" d'Jim Csaire.
Nous avions publi d'abord fanalyse du
contenu de la Lettre. Nous reprenons main-
tenant la parties concernant lvnement fui-
mme et le contexte historique.
Introduction : L'Evnement
Le 24 octobre 1956, sans en avoir parl
au pralable avec la Fdration de la
Martinique du Parti Communiste Fran-
ais, dans une lettre ouverte Maurice
THOREZ, Aim CESAIRE donnait sa
dmission du PCF. Maurice THOREZ
lui rpondait le 25 octobre qu'il ne lui
avait pas parl de ses dsaccords et in-
tentions lors de leur longue entrevue
trois semaines auparavant sur certain
problmes littraires.
La lettre est publie le 25 octobre 1956
dans l'hebdomadaire de gauche
"France-O6servateur".
La dmission de Csaire du group
parlementaire du PCF parat au journall
officiel'du 24 octobre 1956. Et le 24 oc-
tobre Csaire expdiait de Paris une let-
tre au Comit Fdral de la Fdration
de la Martinique du PCF o il reconnais-
sait n'avoir pu s'expliquer avec elle "au
pralable" de sa grave decision, cela
cause des "conditions dloignement". Ef-
fectivement, Csaire n'avait jamais ex-
prim de divergences avec la
Fdration communist.
Csaire concluait attendre de connatre
les reactions du Comit Fdral pour ce
qui est de sa conduite ultrieure".
Le 29 octobre une premiere resolution
du Comit Fdral regrette la dmission
de Csaire et exprime son dsaccord
avec ses arguments. Il se dclare "dis-
pos" entendre Csaire au cas o il
aurait "de nouvelles elications fui don-
ner.
Avant d'avoir reu la rponse du Co-
mit Fdral, Csaire rdige Paris le
4 Novembre un tract diffus Fort-de-
France le 7 Novembre par un "Comit
Aim Csaire". Il y appelle le people mar-
tiniquais mettre sur pied de nouvelles
organizations politiques.
Le 9 Novembre 1956, le Comit Fd-


rai rpondait au tract et le 12 Novembre,
il constate que "Csaire s'est mis lui-mme
en delors du Parti".
Le 22 novembre 1956 Csaire pro-
nonce un discourse la Maison du sport
Fort-de-France pour justifier sa dmis-
sion du PCF (stalinisme, incomprhen-
sion des problmes martiniquais de la
part des communists franais), dnon-
cer son "eclfusion"htive par la Fdra-
tion de la Martinique du PCF et
annoncer de nouvelles lections munici-
pales et la constitution d'un "large front
martiniquais de progrs et de dmocratie".
C'tait la rupture et ce fut le dbut d'un
affrontement d'une rare violence ver-
bale-et mme physique- de plusieurs
annes entire csairistes et commu-
nistes.
I- Le context historique
La dmission d'Aim CESAIRE du Parti
Communiste le 24 Octobre 1956 inter-
vient dans un context marqu par :
- la monte des luttes de liberation na-
tionale des colonies : indpendance des
pays de l'Indochine en 1954 (Vietnam,
Laos, Cambodge) ; autonomie puis in-
dpendance de la Tunisie et du Maroc ;
dbut de l'insurrection en Algrie ;
- des changements politiques dans la
Carabe : Jamaque, Surinam et Cura-
ao, etc ;
- la Confrence de Bandoeng du 18
avril 1955 de 29 Etats d'Afrique et
d'Asie qui dnonce le colonialisme ;
- les consequences considrables des
rvlations du 20me Congrs du
PCUS (Rapport secret de Khroutchev
sur les crimes du stalinisme et sur les
mfaits du "culte de la personnalit) ;


- la nationalisation du canal de Suez et
l'intervention conjointe des imprialistes
franais et britanniques ;
- etc ;

En Martinique, le Parti Communiste
(Fdration de la Martinique du PCF)
amorait le changement de son mot
d'ordre central. La 11me conference
fdrale (6-7 aot 1955) adopted une r-
solution qui rejette l'assimilation car "elle
nie le caractre colonial de notre pays,
masque Coppression et de ce fait dsarme les
masses populaires".
Les lections lgislatives de janvier
1956 sont remportes par le PC sous le
mot d'ordre : "donner aux iMartiniquais
une participation plus large la gestion de
leurs propres affaires".
Il totalisait 46 915 voix soit 5500 de plus
qu'en 1951 contre 22017 voix aux so-
cialistes, radicaux et indpendants et
5585 voix au RPF. Deux martiniquais
sur 3 votaient communist.
Le Parti Communiste tait au sommet
de son influence au point que, l'ext-
rieur, les rgimes dictatoriaux d'Am-
rique et les Etats-Unis s'en inquitaient.
Aprs la dmission de Csaire aux I-
gislatives de 1958 le PCM tomba de
46 915 voix et deux dputs (Csaire et
Bissol) un peu plus de 10 000 voix et
n'obtenait plus qu'un dput.
La dmission d'Aim CESAIRE a t un
vnement qui a change la donne poli-
tique en Martinique et- peut-tre -la tra-
jectoire historique du pays.
Ne serait-ce qu' ce titre seulement
l'vnement mrite d'tre tudi afin
d'en analyser les causes et les cons-
quences(...)


22m SEM Maato de *n reause so niea. Our -on
: asect spril ses gae etu
la~~~~ ~~ -il de Fotd- C vetu tuiiqe, piqe c's la pre-
Dianh 26 novembe mir grnd maietto dan le cadre-
des rnez-vous tuiiqes de la Mat-
niue Auor'u sa prmto ne se fai
e- -e- de Roope- iu e t- Geres- -lu selmn Fore-e-Frne mais

poulir matniui au vu du no br roe Un jor dieae-otc i
de- e.tciat (150 en 05) Cett mace2-oebesuefotd e
2 2 i m e~ ~ ~ ~ ~ ~ d t o n d e r p a f a l i l a t a d e a c p t l e f o a ie- m m e s 'l e s t r -
veu --e tue lea Matnqe,...............n elapoltin cteledel
Mao e de la Rubiqe Ce-tre Afiqe que du spr pusuu pre.-am- ar-
de l'Allemagne,.......nada,..u.... titiu rice e-tour la maie statione-ui
-ua du Guan et de la Caab 0in eacu a ngad"hnn"




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs