Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00079
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: October 5, 2006
Copyright Date: 2006
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00079
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text









PourlaResponsablit_etleDvelopementvritable


]A .ETl.


SRESS


!.SEL

i ^i


rm uwi1
1..


*. -". *-. -.: .

* APPEL DE JUSTICE


Solidarity avec
Philibert DUFEAL
et Tocelyn LAMON
dirigeants du journal



-U UPLE 4


R
de n
dvel
etc
pa


RMI m


ilateur
otre mal-
oppement
le notre
uvret


grandissante


j. .~ ..1 ---i.
C : ' i ~1iL' .


BRESIL


Malgr un certain
dsenchantement LULA
largement en tte


1-'1


i


~; 2~;k* I


u ~m


0

q
oz


0

o
.e
Z





a

o
' I
.i .e ,
t., L I'-. _,.'*,.


,


'.K








SA KA PAS


Jeudi 5 Octobre 2006- Justice n 40 Page 2


SA KA PAS ....................p.2

EDITO .........................p. 3
Sans responsabilit politique
Martiniquaise, impossible de dfendre
les inttrts conomiques et sociaux

MEDIA ........................p. 4
Solidarity avec Philibert DUFEAL
et Jocelyn LAMON

ECONOMIE ....................p. 5
RMI : Solidarit ou assistant ?

POLITIQUE....................p. 6
MIM : La champagne des lgislatives est
lance

ECONOMIE ....................p. 7
Premier semestre 2006 : activity bien
oriente ?

ECONOMIE ....................p. 8
Banane: proposition de Marann FISHER-
BOEL

NOTRE REGION ...............p. 9
Bresil : LULA est en ballotage

UNIVERSITE ..................p. 10
Les premires victims de la supres-
sion des 40%

CULTURE .....................p. 11
A propose du film "Indignes"

ANNONCES LGALES .....p.12 15

CULTURE ....................p.16
La malgeste des momes de Jean BERNA-
BE
AGOULOULAND de Daniel BOUKMAN



JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice@wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 87526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette : Yoni SALIN
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 FdeF
Tl. : 0596 73 14 54


La plnire du 11 juillet dernier
avait donn au president de la col-
lectivit rgionale Alfred Marie-
Jeanne les moyens de mettre en
chantier le project Initiative
Carabe Numrique . Il s'agit de
rpondre la problmatique de
dsenclavement numrique de la
Martinique, de la Guadeloupe et
de la Dominique. Les lus de la
region Martinique avaient vot
galement pour une extension vers
Sainte-Lucie. C'est cette conven-
tion de partenariat qui a t
signe entire le Conseil regional de
Martinique et les socits Middle
Caribbean Network et Southern
Caribbean Fiber, ralisateurs du
project, le 28 septembre dernier.
Ces socits spcialises vont four-
nir et poser un cble optique sous
marin de tlcommunication
reliant la Guadeloupe la
Martinique avec un botier de rac-
cordement pour la Dominique et
Sainte-Lucie. L'objectif court
terme est la mise disposition de
bandes passantes Internet des
tarifs trs comptitifs. Le rsultat
attend notamment pour les
populations est une baisse signifi-
cative des abonnements haut dbit
au second semestre 2007.







Avec 33% de grvistes pour cette
premiere grve de l'ducation, les
syndicats martiniquais ayant
appel suivre le movement de
grve nationale taient dus de
la mobilisation sur le terrain.
L'explication en serait les pres-
sions multiples que subissent les
enseignants, selon un syndicaliste.
Cette journe devait servir de coup
de semonce l'adresse du gouver-
nement aprs les chiffres annoncs
pour le budget 2007, un budget
qui tmoigne de la volont du
gouvernement d'trangler le service
public d'ducation, dnonce le Se
Unsa. Les manifestants se sont
rendus en dlgation pour rencont-
rer la rectrice, afin qu'elle rpercu-


te leurs revendications au plus
haut niveau. Selon le SE Unsa,
l'acadmie de la Martinique, dj
fortement fragilise par les measures
de suppression des annes antrieu-
res (-320 postes en 3ans), ne pourra
runir ni les moyens indispensables
un accueil dcent des lves, ni
des conditions de travail satisfai-
santes pour les enseignants. Le
syndicate met en avant la question
des jeunes diplms martiniquais
qui ne pourront intgrer la function
publique. Nullement dcourage
par ce revers, l'intersyndicale
appelle les personnel amplifier
la mobilisation.








Notre camarade Armand NICO-
LAS, trs touch par la disparition
de Svre Cerland, a tenu
envoyer un message de solidarity
et d'amiti la famille Cerland.
Il s'associe l'hommage rendu par
le Parti. Pour Armand, Svre
Cerland : c'tait un vaillant
home pour qui j'avais amiti fra-
ternelle et respect. Ce sont des hom-
mes comme lui qui ont fait le PCM
et l'histoire de notre peuple.
Armand adresse son fraternel
salut l'ensemble des camarades".


REMERCIEMENTS

Profondment touchs par les
nombreuses marques de sym-
pathie qui leur ont t tmoi-
gnes lors du dcs de leur
regrett Svre CERLAND.

Survenu le vendredi 1er
Septembre 2006 dans sa 85e
anne

Son pouse Jeanne,
ses enfants Jean-Claude,
Danielle et leurs families,
Prient tous ceux qui les ont
assists en cette douloureuse
circonstance de trouver ici
l'expression de leurs sincres
remerciements.

l^







Jeudi 5 Octobre 2006 Justice no 40 Page 3


eY eTk1iiF is l ~U TWi~~~ ilSc:l) I I PI Ff
imposIsible deJdfendr le int 'oomqe
a e
etsoiax arinqui


La semaine dernire,
la press a rvl l'inquitude des
grants de stations-services de la
Martinique face la menace
d'implantation de pompes
essence automatiques dans un
future proche. En effet, un group
ptrolier install en Guadeloupe,
o il a mis en place de telles
pompes, envisagerait de faire la
mme chose chez nous.
Ces grants de stations-services
ont rencontr le prfet au course
de la mme semaine afin de le
convaincre de la ncessit d'inter-
dire l'implantation de ces pompes
automatiques qui risquent de pri-
ver d'emploi quelque mille tra-
vailleurs.
Leur reaction est lgitime, mais
semble ignorer la ralit juri-
dique de la Martinique et de l'en-
semble des DOM du fait de leur
integration l'Union
Europenne. La libre circulation
des capitaux et des biens est un
dogme sacr dans l'Europe libra-
le et aucun prfet franais n'a le
pouvoir d'interdire qui que ce
soit d'installer des pompes auto-
matiques dans un quelconque
DOM. Ce n'est pas parce qu'il
serait "mchant" que le prfet de
Guadeloupe a permis que la
Compagnie Antillaise de Ptrole -
dont une succursale a dj t
installe en Martinique mettre
en place 7 pompes automatiques
dans l'le sur.
Ni le prfet ni les presidents des
Conseil Rgional et Gnral ne
pourront violer les rgles euro-
pennes en la matire.
De cela, nous devons tous tre
convaincus, non pas pour nous
rsigner mais pour chercher les
voies susceptibles de nous per-
mettre de dvelopper notre pays
au profit de notre people.
Le problme des grants de sta-


tions-services n'est pas different,
quant au fond, de celui des trans-
porteurs routiers dans leur rela-
tion avec les carriers, des marins-
pcheurs, des producteurs de
bananes, des petits commerants,
etc... Tous ces professionnels se
heurtent des rglementations
inadaptes et rigides qui leur
sont imposes par des instances
europennes ou internationales,
sans qu'ils aient la moindre possi-
bilit de se dfendre ou de formu-
ler des contre-propositions.
La Martinique et les autres DOM
sont pris dans un carcan la fois
colonial et capitalist et se dbat-
tent sans cesse dans des contra-
dictions qui ne leur offrent aucu-
ne issue satisfaisante long
terme, mme si des palliatifs leur
sont proposs ponctuellement
pour rsoudre tel ou tel problme.
C'est le cas de la banane avec la
fausse rforme du volet interne
de l'Organisation commune de
march en voie de dmantle-
ment.
Le capitalism dispose de puis-
sants moyens de pression sur les
petits patrons, tels les grants de
stations-service, les transpor-
teurs routiers et les petits produc-
teurs de bananes, lesquels de par
leur position social intermdiai-
re entire la bourgeoisie et le prol-
tariat, sont souvent enclins s'al-
lier aux grandss", prendre des
positions politiques contraires
leurs propres intrts et ceux
du people travailleur martini-
quais.
Combien de ceux qui objective-
ment souffrent des rgles impo-
ses par FEurope librale ont dit
"non" au project de constitution
ultralibrale europenne ?
Combien ont appel voter "oui"
lors de la consultation populaire
de dcembre 2003 sur l'assemble


. . ..;

Maurice BELROSE


unique ?
La politique n'est pas l'apanage
des parties et des hommes poli-
tiques. Ibut le monde en fait tous
les jours, dans son travail, dans
sa vie familiale, dans son travail,
dans ses divertissements, etc. Les
petits patrons doivent analyser
lucidement leur situation de clas-
se et se convaincre de la ncessai-
re lutte commune avec les autres
couches de la population pour un
dveloppement endogne et soli-
daire de notre pays.
Le statut dpartemental s'tant
avr tre un obstacle au plan
conomique, il faut passer la
phase d'autonomie dans le cadre
de l'article 74 de la Constitution
franaise, afin que notre pays dis-
pose des plus large comptences
politiques possibles pour assurer
la protection de son march et
nouer des liens nouveaux d'asso-
ciation-coopration avec l'Union
Europenne.
La Martinique autonome ne sau-
rait s'panouir dans un systme
domin par le libralisme, rgi
par les lois aveugles du marchh.
Le socialisme doit tre sa bousso-
le et sa voie de dveloppement
doit tre non capitalist.


EDITO








Jeudi 5 Octobre 2006 Justice n" 40 Page 4


APPEL DU JOURNAL JUSTICE :
SOLIDARITE AVEC PHILIBERT DUFEAL ET JOCELYN LAMON
^_________________________________________


SPhilibert DUFEAL et Jocelyn
Lamon ont t cits comparatre
en Correctionnelle le 1er sep-
tembre 2006, respectivement en
tant que Directeur de publication
du journal de la CGTM-FSM Le
Peuple et en tant que rdacteur
dudit journal, pour diffamation
par M. Georges BENSOUSSAN, le
patron de MINI MAXI. Le procs
a t renvoy au lundi 27
novembre 2006.
C'est une nouvelle atteinte au droit
syndical et au droit de la press car
le Peuple n'aurait jamais refus
de droit de rponse si ledit patron
avait souhait s'exprimer dans le
long conflict qui l'a oppos ses
salaries. En outre, les crits cits
dnonant le harclement moral
et les mthodes du patron de
MIMI MAXI ne sont nullement
diffamatoires et encore moins
avilissants, comme le prtend le
plaignant. Ils ressortent de l'action
syndicale normal.
En choisissant l'affrontement judi-
ciaire, ce patron essaie d'intimi-
der ses salaries qui ont eu le coura-
ge de dnoncer leurs conditions de
travail dans l'entreprise et qui,
\aprs plusieurs semaines, ont


obtenu gain de cause grce au sou-
tien de la CGTM-FSM.
Philibert DUFEAL, 81 ans, figure
historique du movement syndical
Martiniquais, mrite le respect et
nous n'accepterons pas que l'on
puisse aujourd'hui nuire son
honorabilit, lui qui a tant donn
aux travailleurs martiniquais.
Jocelyn LAMON a toujours fait le
choix d'tre aux cts des victims
de l'exploitation et milite pour le
respect des droits syndicaux.
Serait-on, en 2006, revenue au
temps de la repression o la libert
d'expression tait bafoue ?


A travers leur condemnation,
M. Georges BENSOUSSAN veut
prendre une revanche et intimider
le people martiniquais.
La press, les journalists et tous
les dmocrates doivent soutenir ces
militants, car ne rien faire et ne
rien dire, c'est laisser s'installer
dans notre pays le rgime du
billon, de la force et de l'argent.
C'est aussi prendre le risque de
compromettre le dialogue social
que les uns et les autres disent
appeler de leurs vaeux.
Tous solidaires avec Philibert
DUFEAL et Jocelyn LAMON !


Philibert DUFEAL, directeur et Jocelyn LAMON, Grant du journal "Le
Peuple".


Corre de lecteu


Je viens par la prsente vous
demander de bien vouloir porter la
connaissance de vos lecteurs et audi-
teurs la lettre ci-dessous :
Suite l'article "Le procs des cols
blancs de SODISCOM" paru dans le
"France-Antilles" du 14 septembre
2006 et au journal tlvis de RFO et
d'ATV du 14/09/06, je tiens protester
vivement contre la difference de traite-
ment de l'information : quand il s'agit
d'un martiniquais qui "sort du lot", il est
rapidement livr en pture avec luxe
de dtails souvent errons et menson-
gers ds qu'il est mis en cause par la
justice ou des rumeurs :je veux parler
de personnalits tels que Claudy
Largen, Paulo Albin ou encore mon
frre Maurice Laouchez. S'agissant de
ce dernier, un film mensonger tait
dj ralis contre lui et public dans le
journal tlvis de RFO au lendemain
de sa mise en examen. Lorsque l'on
sait qu'il faut plusieurs jours pour


monter un tel film, la preuve est tablie
de la volont de nuire et de la conni-
vence entire certain services de la jus-
tice et mdias.
Lorsqu'il s'agit de quelqu'un venu
d'ailleurs tel que Jacques Afriat,
"escrod', grant de SODISCOM, une
grande reserve est observe dans la
communication, on crit Jacques A, on
ne cite pas de nom au journal tlvi-
s... Que signifie cette difference de
traitement de l'information ?
Il est certain qu'il y a une volont de
discrditer le martiniquais. On a le
sentiment d'tre toujours dans les
annes 1800-1900, l'poque de la
domination de nantis et d'intellectuels
qui mprisent et se moquent des mar-
tiniquais, ou pire encore lorsqu'il ne
s'agit pas d'auto-dnigrement des
martiniquais par eux-mmes.
Exemple flagrant du comportement
des mdias et de certain hommes
dits "politique' : lors de travaux de ter-


rassement Hauts de Californie
sur un terrain nous appartenant, un
glissement de terrain a eu lieu : le n-
demain, la demand du conseiller
gnral du canton une flope de
mdias est venu sur place, l'afft de
l'vnement qui va mettre en cause un
patron ngre. Moins d'une semaine
aprs le problme tait rgl puisque
nous n'avons pas attend cette mdia-
tisation pour prendre les dispositions
ncessaires au traitement du probl-
me.
Par contre, lorsqu'il s'agit de Jacques
Afriat, rcidiviste, grant de SODIS-
COM, mais galement des socits,
entire autres, LOCADIS et STARFI-
NANCE, aucune mauvaise publicity ne
lui est faite alors que cet homme et ses
socits sont condamns officielle-
ment par la justice : par jugement du
17 janvier 2006...

SUITE EN PAGE 5


JUSTICE


B








Jeudi 5 Octobre 2006 Justice n" 40 Page 5


Michel ROCARD est venu la
Martinique l'invitation de l'organisa-
tion patronale Contact-entreprises et
a donn le 22 septembre une conf-
rence sur le RMI entire solidarity
et assistant . Tout un programme.
Thme fort intressant qui pose toute
la problmatique du dveloppement
et de la spcificit de toute politique
social dans notre situation de pays
sous et mal dvelopp.
L'ancien Premier Ministre socialist a
reconnu que l'objectif de l'instaura-
tion du RMI en 1988 n'tait pas le


S' .. -


Michel ROCARD,
ancien premier ministry
plein emploi ni de changer le
monde. Il se limitait faire en sorte
que personne ne meure de faim sur
le territoire de la Rpublique franai-
se. Il s'agissait d'aider les per-
sonnes percevoir un revenue mini-
mum entire deux priodes de travail.
Cela impliquait donc que le chmage
ne soit pas structure comme dans les
DOM mais li la conjoncture.
Le problme c'est que le chmage
est devenu structure aussi en France
avec l'application du Trait de
Maastricht et la creation de la mon-
naie unique impliquant une politique
restrictive montariste oriente vers
la satisfaction des besoins des mar-
chs financiers.


SUITE DE LA PAGE 4

le tribunal a condamn ces socits
payer 48.482,98 euros pour loyers
impays, mais cela ne fait l'objet d'au-
cun commentaire de mdias puisqu'il
ne s'agit pas d'un martiniquais
abattre...


Cette measure d'inspiration nolib-
rale est une adaptation au context
franais de l'impt ngatif amricain
et visit rpondre en 1988 l'appa-
rition dans la socit franaise des
annes 1980- et cela malgr l'arri-
ve au pouvoir des socialists en
1981- aprs le virage droite de
1982-1983 de la pauvret de masse.
Effectivement, la question s'est
pose, l'poque, s'il fallait l'tendre
aux DOM qui taient dans une situa-
tion tout fait diffrente : taux de
chmage de l'ordre de 30 % contre 8-
9 % en France, Produit Intrieur brut
situ entire la moiti et les deux tiers
de celui de la France, existence d'une
vieille pauvret de masse et de la
misre colonial lies au mal dve-
loppement de type nocolonial, etc.
Michel ROCARD dclare qu'il tait au
dpart contre, car on prenait le risque
de provoquer la dsincitation au
travail et des difficults de fonction-
nement des entreprises, savoir qu'il
devenait plus intressant de toucher
le RMI que de travailler pour le SMIC.
Le PCM avait aussi lanc l'ide d'une
rflexion spcifique sur l'application
du RMI la Martinique car il tait
patent que l'conomie martiniquaise
ne serait pas capable d'offrir aux allo-
cataires des possibilits d'insertion.
Le rflexe assimilationniste, comme
d'habitude, l'a emport.
Et finalement Rocard dit avoir cd
car le vent soufflait trop fort en
faveur de l'extension du RMI aux
DOM : Vous tes dans la
Rpublique et y tes bien reprsen-
ts a-t-il lanc.
S 'excusant presque auprs du
patronat, Rocard reconnat que le
RMI s'est appliqu en Martinique
avec un taux de dsincitation au tra-
vail plus fort qu'en France.
Et d'affirmer qu'il est infaisable
de rectifier le RMI de Paris sous
peine que les exploiteurs parisiens
soient accuss de mpris.


Il est triste de constater que loin d'ta-
blir une solidarity entire nous, loin de
tenter de valoriser nos efforts et par-
fois nos succs, la plupart des mdias
rpondent la demand populaire du
lynchage mdiatique, du dnigrement
facile, de la division au bnfice de
l'autre venant d'ailleurs.


Aussi il estime que la demand de
durcir les mcanismes qui jouent
la dsincitation au travail doit venir
d'une initiative locale ( Comit cono-
mique et social, Dpartement,
Region).
Au 31 dcembre 2005, il y avait 32
504 allocataires du RMI et seuls 34 %
avaient un contract d'insertion (52 %
en France). L'allocataire du RMI- type
est une femme clibataire avec ou
sans enfant d'ge mr entiree 30 et 49
ans)dj inscrite I'ANPE depuis
moins de douze mois.
Trs vite le RMI a constitu un rv-
lateur de l'ampleur de la pauvret
dans notre pays et mme de la mis-
re. Aujourd'hui le nombre Rmistes
reprsente prs de 20% de la popu-
lation active contre 4-5 % en France.
Il reste que le RMI est la fois un l-
ment de solidarity indispensable
l'gard de ceux que la socit capita-
liste et colonial laisse au bord du
chemin et un systme qui peut dve-
lopper l'esprit d'assistanat dans une
socit de consommation no-colo-
niale artificielle sans perspective. Il
ne faut pas oublier que le RMI pour
une personnel seule est de 433 euros
alors que le SMIC net est de 986
euros. Ce n'est pas avec cela qu'on
peut aller loin, moins que les
patrons de Contact entreprises
caressent l'espoir de ramener le
SMIC au niveau du RMI.
C'est aussi un instrument de chanta-
ge politique lors d'chances
majeures comme la consultation
populaire du 7 dcembre 2003.
L'existence d'un filet de scurit pour
les laisss-pour-compte de cette
socit n'empche pas de lutter pour
que tous puissent se raliser par le
travail qui seul peut donner l'hom-,
me martiniquais sa dignit.

Antoine GILLES


Pour conclure, il est certain que
nous ne ferons pas avancer notre
people avec de tels comportements.
Comptant sur votre comprehension et
votre objectivit, salutations.

Frdric Laouchez
1


ECONOMIC


1 LE RMI : SOLIDARITE OU ASSISTANT ? J


r








Jeudi 5 Octobre 2006- Justice n 40 Page 6


M La Capan de lilaie es lac


Le Mouvement indpendantiste
martiniquais a lanc sa champagne
des lections lgislatives de juin pro-
chain lors de sa rentre politique
vendredi 29 septembre, Rivire-
Pilote. Devant un parterre de mili-
tants et sympathisants, le premier
secrtaire du MIM, Alfred Marie-
Jeanne, au long de son discours, a
trac les grandes lignes de sa poli-
tique, dress un bilan de ses actions
la Rgion et l'Assemble
National. Il a raffirm le but du
movement : l'indpendance, qu'il
ne saurait tre question d'imposer
cependant Au centre du dbat
actuel la question du changement de
statut : le changement de pouvoir
doit tre crateur de pouvoir, crateur
de dveloppement, crateur d'em-
plois. Mais il ne dit pas par quelle
voie y accder. Le leader de l'alliance
MIM -CNCP n'a pas failli la tra-
dition, fustigeant la politique de ses
adversaires politiques. Parmi eux, le
PPM et les bks, don't il dnonce la
tentative de reconciliation : la
reconciliation du front lgitimiste
regroupant les plus farouches parti-
sans au rfrendum du 7 dcembre
2003 ... C'est une fausse rconcilia-
tion car base sur une dmarche
reculons. Ceux qui l'ont initie,
accepte et encense se sont lamenta-
blement discrdits. Il faut se rcon-
cilier," admet-il, mais pas n'im-
porte quel prix. "La reconciliation ne
peut tre que national, cimente
par un pouvoir national martini-
quais. Cela passe par la reconnais-
sance du people martiniquais dans
toutes ses composantes et une volu-
tion substantielle (.. ) Le pouvoir


UN COURRIER DANS FRAN-
CE-ANTILLES ENCOURA-
GEANT POUR LES COIMMU-
NISTES :
LE COMlUNISME EST BEAU !

La disparition de Svre CER-
LAND a inspire notre ami Lucien
CIDALISE-MONTAISE une tribu-
ne dans France -Antilles des 16-17
septembre dernier sous le titre
enthousiaste : .Qu'il est beau li
commnunisim !.
Pour lui la disparition de Svre
CERLAND *.interpelle nos


martiniquais est ici au-dessous de
zro degr. Alfred Marie-Jeanne
stigmatise ceux qui miettent les
comptences dans une Martinique
sur administre mais sous responsa-
bilise. Peut -on considrer le PPM
en particulier comme le premier
adversaire de la lutte pour la respon-
sabilit? Puis il passe en revue la
t< ^ >0.:1


'e

Le rle essential de tout
homme plitique : Essayer par tous les
moyens d'amliorer la situation des
uns et des autres

situation international pour consi-
drer que la plante est en danger.
Et il appelle un ressaisissement.
Quant la situation franaise, elle
est loin d'tre rose, selon lui. Le
Mouvement indpendantiste ne
droge pas sa rgle sur la prsiden-
tielle franaise : Les Martiniquais
n'ont pas choisir pour le people
franais, est-il dclar. Comme si la
nature du pouvoir en France n'avait
aucune incidence sur le present et le


confiernc's et nos ceurs..
Les noms des communists dispa-
rus ne sont pas de simples noms de
camarades. ,.mais de i noms qui
explosentl., explique-t-il Aprs
avoir rappel que Sylvestre.
Crtinoir, Nestoret, Vanin,
Lamon. Bissol. Zobda. Fitt-Duval,
Ren-Corail. Guitteaud. Mnil.
Gratiant, Hongrois, Gottin.
Constant,... se sont battus pour
une 'cio t'vennet pleine., pour que
les combats pour l'galit trouvent
.une issue nationale. Lucien
Cidalise-Montaise indique que -'pas


un ecul de ces noms ne peut cre di s-
soci des grande pages de l'histoire
de notre people, des grades luttes
contre lExploitation, le Racisme. le
Colonialisme, l'Obscurantisme.'.
Mais pourquoi aujourd'hui la nos-
talgie se confond sentiment de manque ?,. C'est que
l'volution de la Martinique est un
peu l'uvre de ces communists,
reconnait-il...


SUITE EN PAGE 10


POLITIQUE


future du people martiniquais.
Par contre, les lections lgislatives
sont pour le MIM l'occasion de
rapatrier le pouvoir martiniquais
embastill Paris. Pp la pa fe
dy, lance le dput sortant, candi-
dat, seule une rponse populaire
massive peut le permettre.
Rappelons ce propos que pendant
longtemps le MIM a refus de parti-
ciper aux lgislatives, au nom du
patriotism martiniquais.
S'appuyant sur le bilan de leur poli-
tique la Rgion, les patriotes
MIM-CNCP parent en champagne.
Comme il faut trois autres dputs
pour pauler Marie-Jeanne Paris
et porter la parole du people marti-
niquais afin de faire avancer la ques-
tion statutaire, Alain Rapon -
Arianne Latouche au Nord
Atlantique, Sylvain Bolinois
Daniel Nird sur le Nord Carabe et
Daniel Marie-Sainte Marie-Line
Lesdma au Centre accompagneront
Alfred Marie-Jeanne dans cette
bataille.
Les candidates annoncent que la cam-
pagne sera dure. Pour cela, le dput
- president fort de son score de
mars 2004, souhaite que les lec-
teurs votent en ayant conscience
des exigences du monde en mouve-
ment. Grer la Rgion, fait-il un
programme ? Car on aimerait bien
connatre les propositions sociales et
conomiques du MIM et CNCP.
Quant au dbat de socit qui sera
port devant le people martiniquais
l'occasion des Prsidentielles,
peut-on s'en dsintresser et dsar-
mer idologiquement et politique-
ment les masses martiniquaises ?








Jeudi 5 Octobre 2006 Justice no 40 Page 7


PREMIER SEMESTRE 2006 : ACTIVITY BIEN ORIENTED ?


Pour la premiere fois on constate un recul du commerce


Si l'on en croit l'IEDOM (bulletin
de conjoncture no 127 d'aot 2006),
au course du deuxime trimestre de
l'anne 2006 la Martinique a connu
une conjoncture conomique pr-
sentant une activity globalement
bien oriente.
Cette situation dite favorable
serait appele se poursuivre au
present troisime trimestre dans
un context gnral de raffermis-
sement (monte) des prix en dpit
d'un flchissement de la consom-
mation.
Autre constat de l'IEDOM, l'essor
de l'activit a conduit des
embauches qui ne devraient cepen-
dant pas se poursuivre au troisime
trimestre.
Le mot important, c'est le mot
activity globalement bien orien-
te. Car quand on examine le dtail
des rsultats l'apprciation peut
tre nuance, voire diffrente.
La surprise, c'est le ralentisse-
ment de la consommation des
mnages martiniquais que signifie
le recul du chiffre d'affaires des
hypermarchs (- 2,6 % au 1er tri-
mestre) et des ventes de vhicules
particuliers neufs (- 19,4 %). De
mme, vont dans le mme sens la
diminution des crdits la consom-
mation au premier trimestre de 2,2
% par rapport l'anne prcdente
et la diminution de la construction
de logements individuals neufs
(moins 27,1 % de permis de
construire au 1er trimestre 2006).
Jusqu'ici les indicateurs de
consommation taient la hausse
en Martinique, en particulier le


chiffre d'affaires du grand commer-
ce capitalist et la vente de vhi-
cules neufs.
Avec un rythme annuel de + 2,6 %
en fin juin 2006, I'IEDOM estime
que l'inflation ralentit . A ce
taux pourtant elle est notablement
suprieure l'inflation franaise
qui tourne autour de + 1,9 % et
donc tous les salaires, revenues et
minima sociaux indexs sur l'infla-
tion franaise sont durement pna-
liss.
La banque central de l'outre-mer
note cependant que le nombre de
demandeurs d'emploi demeure
structurellement lev (37 083
la fin du premier semestre 2006) et
que le nombre de Rmistes crot de
0,8 % sur un an (31 325 au 2me
trimestre 2006) alors que le
nombre de bnficiaires des
Assedic recule de 3 % sur trois mois
pour s'tablir 19 124( rgles
d'indemnisation constantes ?). Le
taux de chmage official se situe
22,8 % en juin 2006 contre 23 % en
juin 2005.
L'Institut d'mission relve au
niveau sectoriel les volutions sui-
vantes :
- Un nouvel essor des services
aux entreprises, en dpit d'une
dgradation de la trsorerie dans le
sous-secteur des transports ;
- La persistence des difficults
dans l'agriculture : recul de 7 % de
la production de sucre au course de
la champagne 2006 et baisse de la
production de rhum de 2,7 % et des
exportations de rhum de 8 % ;
recul des exportations de bananes


de 8,3 % au deuxime trimestre
2006 sur un an et baisse des prix de
0,81 euro le kg fin juin 2005 0,59
euro le kilo fin juin 2006 ; baisse
des exportations de products agri-
coles de 54,8 % et de 24,1 % de
cells de products de l'industrie
agro-alimentaire sur le premier tri-
mestre 2006 en valeur ;
- Un conjoncture contraste dans
le secteur productif : bonne activi-
t dans le secteur de la fabrication
des boissons alcoolises, et volu-
tion non favorable dans l'industrie
du meuble, par example ;
- Signes de reprise dans la
construction : particulirement
dans le gros-oeuvre, amlioration
de l'activit ; mais pas de reprise
de l'embauche ;
- Aprs une brve interruption,
reprise de la croissance du secteur
du commerce ;
- Dbut d'anne favorable au tou-
risme : augmentation du taux d'oc-
cupation des chambres de 2,3
points par rapport 2005 (76 %) ;
par contre, il est signal un recul
des effectifs particulirement
visible dans la petite htellerie ;
- Bonne tenue de l'investissement
des entreprises : hausse des cr-
dits d'quipement de + 7,7 % au
premier trimestre 2006 et hausse
des importations de biens d'quipe-
ment de 27 % au deuxime tri-
mestre 2006 ;
Cependant, le cot du credit aux
entreprises court moyen et long
terme s'accrot en raison du rel-
vement des taux d'intrt par la
Banque Centrale Europenne
(BCE), alors que la vulnrabilit
financire des entreprises augmen-
terait nouveau avec une hausse
annuelle des incidents de paiement
sur effects de commerce de 34,9 %
au deuxime trimestre 2006.
Comme on peut aisment le remar-
quer, en dehors de la construction
don't la reprise qui doit beaucoup
aux crdits publics et des services,
la plupart des secteurs productifs
(agriculture, industries locale) sont
en difficult ou dans une situation
prcaire.

Michel BRANCH


ECONOMIC








Jeudi 5 Octobre 2006 Justice n 40 Page 8


PROPOSITIONS DE MARIANN FISHER BOEL SUR LA BANANE


AVANCEES SIGNIFICATIVES

OU NOUVELLE CAPITULATION EN VUE FIN OCTOBRE ?


Le dput Alfred ALMONT (UMP)
considre que la rcente proposi-
tion de la Commissaire europen-
ne Mariam FISHER BOEL du 20
septembre sur la rforme du volet
interne de l'organisation commune
de march de la banane comporte
des avances significatives
(France Antilles du 27 septembre
2006). Il reconnat nanmoins
que ce systme qui sera propos au
Conseil des Ministres europen
dans la dernire semaine d'octobre
ne comporte pas de clause de rvi-
sion des aides tenant compete de
l'volution du march don't les prix
risquent de baisser avec l'instaura-
tion du nouveau mcanisme de
tarif unique 176 euros la tonne
trop bas et la suppression des quo-
tas d'importation pour l'entre des
bananes dollars en Europe. Un
tarif qui risque de baisser encore
sous la pression des
Multinationales et de l'OMC
(Organisation Mondiale du
Commerce).
Le dput pense qu'il faut pour-
suivre l'action pour obtenir l'ins-
cription d'une clause de revision du
montant des aides en function des
prix du march. Cela parat tout
fait alatoire sauf forte mobilisa-
tion.
La proposition de Mariann
FISHER BOEL, Commissaire
europen charge de l'Agriculture,
consiste en effet instaurer une
envelope forfaitaire de soutien
aux revenues des planteurs de 278,8
millions d'euros (cf justice de la
semaine dernire) et de l'affecter
au programme POSEI (
Programme d'options spcifiques
l'loignement e l'insularit). Cela
permet aux Etats de pouvoir
apporter ventuellement un com-
plment. En d'autres terms la
politique agricole a t dans une
certain measure renationalise.
Ce qui domine dans cette affaire,
c'est la soumission de l'Europe aux
dogmes du libralisme et l'OMC.
Ainsi dans France-Antilles du 26
septembre, la Commissaire euro-
penne charge de l'Agriculture ne
craint pas d'avertir crment que le


rgime d'aide de la banane en
vigueur jusqu' maintenant est le
legs du pass et d'expliquer sans
ambages que les producteurs sont
artificiellement isols du march
par des aides qui compensent auto-
matiquement les baisses de prix
qu'ils subissent. Ce mcanisme est
en contradiction avec notre poli-
tique agricole commune moderni-
se, don't l'objectif est de renforcer le
rle directeur du march et d'en-
courager les producteurs d'en
suivre les signaux .
Cela veut tout simplement dire que
si les prix du march sont inf-
rieurs leurs prix de revient, les
producteurs devront les baisser
en supprimant des emplois ou
abaissant les salaires.
Certes, la Commissaire europen-
ne se dit consciente de l'importance
de la production de bananes dans
l'conomie et l'quilibre social des
rgions dites ultrapriphriques.
Cependant, Mme BOEL ajoute tout
de suite que l'aide actuelle atteint
10 000 euros par hectare, soit 88 %
de la valeur de la production. C'est
l'un des taux de l'aide les plus le-
vs de la PAC et, pour elle, cela
n'est pas concevable car le syst-
me actuel permet d'oprer des
ponctions illimites sur le budget.
La Cour des Comptes europenne a
dj fait des observations ce
sujet.
L on se heurte au mur du blocage
des dpenses europennes et de
celles consacres la politique
agricole commune (PAC) avec
l'largissement 25 voire 27
membres.
De plus, observe-t-elle, ces aides
directed lies aux prix du march
sont interdites par l'Organisation
mondiale du Commerce (OMC), car
elles entraneraient la plus forte
distorsion dans les changes. L
aussi, c'est un pur concentr de
dogmatisme nolibral. Il faudrait
donc voluer vers des rgimes
d'aides entranant une distorsion
minimale, c'est--dire en fait les
baisser. Il s'agit de l'actuelle PAC
rforme.
Mais quel est donc ce march de la


Mariann Fischer Bol,
commissaire europen ultralibrale
l'Agriculture

banane sur lequel il faudrait s'ali-
gner ? Il s'agit d'un march domi-
n par les Multinationales US qui
exploitent les travailleurs latino-
amricains.
La banane des Antilles ne repr-
sente qu'une faible part du march
europen (16 %) et les prtendues
distorsions dans les changes
qu'elle provoquerait sont large-
ment exagres pour ne pas dire
illusoires.
La banane antillaise est une mon-
naie d'change dans les ngocia-
tions de l'Europe avec ses parte-
naires commerciaux pour obtenir
des contreparties avantageuses
alors qu'elle est assure de pouvoir
inonder nos marchs de ses pro-
duits..
Donner au march le rle direc-
teur, comme le prconise Mariam
FISHER BOEL, et come ne le
contest pas suffisamment radica-
lement Alfred ALMONT, lui-mme
adepte du libralisme, c'est la mort
des producteurs antillais et la
perte de milliers d'emplois dans les
zones rurales.
Comment peut-on tre liberal,
partisan d'une construction euro-
penne librale et en mme temps
dfendre des measures de protection
et d'organisation du march ?
Telle est la contradiction insoute-
nable d'Alfred ALMONT et de la
plupart des dirigeants des organi-
sations de producteurs de bananes.

Michel BRANCH


ECONOMIC


w


j








NOTRE REGION


Jeudi 5 Octobre 2006 Justice n 40 Page 9


ver lapurut
n pIp
s se( s *B e-1 e e.(i (IitY-XY e 1~ Yli J e


Le Brsil, la plus vaste nation
d'Amrique du Sud, peuple de 167
millions d'habitants, le plus grand
pays catholique du monde, a vot le
1er octobre pour lire son president
et son parlement.
Pour tous les partisans de la poli-
tique imprialiste, tatsunienne, le
choix confirm de Luiz Inacio Lula
da Silva aurait t une dfaite cin-
glante, surtout aprs les votes pro-
gressistes du Vnzula, du Prou,

/R. : 1,


Lula en compagnie de Chavez

de la Bolivie et ceux contests au
Mexique.
En dpit d'une champagne mdia-
tique lectorale des plus har-
gneuses Lula obtient prs de la
moiti des suffrages (48 %).
L'adversaire de droite Geralda
Alckmin recueille 41,7 %


Lula est en ballotage.
Nul doute que la droite amplifiera
sa propaganda violent pour
essayer de dboulonner l'ancien
mtallo Lula, devenu president du
Brsil.
Ces lections concernaient aussi
les dputs, 1/3 des snateurs et
les diffrents gouverneurs de cet
Etat fdral qu'est la Rpublique
brsilienne.
Aux scores propres du P.T., il faut
ajouter ceux des candidates dissi-
dents issues du P.T., car ils se ran-
gent dans le camp anti-imprialis-
te, hostile toute allgeance poli-
tique aux USA.
Le ballotage de Lula s'explique par
le dsenchantement et la dsillu-
sion qui frappent beaucoup de par-
tisants du Parti des Travailleurs.
La politique du gouvernement s'est
caractrise par une orthodoxie
financire dans la continuity des
prconisations d'ajustement struc-
turels du FMI : impopulaire rfor-
me des retraites et austrit. La
rforme agraire est reste en
panne.
Les affaires de corruption ont
entam la confiance des classes
moyennes. Le project de transfor-
mation social a t abandonn.
Ce n'est pas seulement parce qu'il
est un ancien dirigeant syndicalis-
te que Lula reste encore populaire.
C'est surtout que durant ces quatre


annes de mandate, en dpit de
beaucoup d'insuffisances, sa poli-
tique a t mene en faveur des
millions de Brsiliens pauvres,
abandonns leur triste sort par
les prcdents gouvernements.
Sa politique a t base sur le
dveloppement d'un programme
d'assistance creationn d'une "Bolsa-
familia", un systme d'allocations
familiales don't bnficient plus de
11 millions de families dmunies
de toutes resourcess, accompagn
d'une hausse important du salaire
minimum, passant 350 rals et
de la creation de 4 millions d'em-
plois formels. Par ailleurs, il y a eu
lancement de grands travaux,
ralentissement de l'inflation, cam-
pagne d'lectrification et d'alpha-
bisation dans les rgions pauvres
du pays et les "favelas" de Sao-
Paulo, Rio de Janeiro, Brasilia, etc.
Sur le plan international, le Brsil
s'est dmarqu de Bush et a enga-
g une politique de rapprochement
avec le Vnzula et le Tiers-
Monde. Il a critiqu l'ALCA.
La droite bresilienne met tout en
ouvre pour arrter cette volution
qui bnficie d'un vaste soutien
populaire. Avec ses mdias et ses
complices, elle fait tout pour impli-
quer Lula dans les scandals o
trempe le P.T. afin de l'liminer
politiquement.
A.C.


Guerre contre le terrorismm" :
Un rapport accablant


( Dcidment rien ne sera par-
gn George \V. Bush. Il avait
dj dmontr son incapacit
comprendre, et de ce fait
rsoudre, aucun des problmes
d'envergure qui minent les Etats-
Unis icalamits naturelles accen-
tuees par l'effet de serre, pollution,
irrationalit du dveloppement,
fracture social, etc). Pour lui tout
est simple, il suffit de laisser faire
et tout s'autorgulera par l'opra-
tion du Saint-Esprit.
Aux critiques qui s'abattent rgu-
\lirement sur lui, il rpond


imperturbablement : "11 sep-
tembre. Je fais la guerre au terro-
risme".
Cette guerre, il l'a dj "gagne" en
Afghanistan, au point d'appeler
ses allis de l'OTAN au secours,
puis en Irak o il s'est enlis avec
actuellement plus de 2.600 boys
revenues au pays dans des botes.
Aujourd'hui ce sont ses propres
services de renseignements qui lui
jouent un sale tour, rvl le 24
septembre dernier par le New-York
Times et le Washington Post. Un
rapport de synthse de 16 agencies


de renseignement nord-amri-
cains met directement en cause la
politique mene par l'administra-
tion Bush qui, selon les terms du
dpu Rahm Emanuel, a "rendu la
guerre plus difficile et plus meur-
trire" pour les troupes US et "la
guerre contre le terrorism plus
dangereuse pour chaque
Amricain"
Prise de court, la Maison Blanche
n'a su rpondre que "No comment".

K. Solaris
1


Brsil


w








UNIVERSITY


Jeudi 5 Octobre 2006 Justice no 40 Page 10


UNIV ES I T DEI V..IM A I ET DE LA GUYANE:
LESalrl PRE MIRE VCM D LA SUPPRESS ION DES40%


thse Les ATER peuvent occuper
un demi-poste ou un poste entier;
dans le deuxime cas leur service
est de 192 heures, comme pour les
matres de conferences et les pro-
fesseurs des universits.
Au course de 1' anne universitaire
2005-2006, le conseil
d'Administration de 1'UAG, infor-
m des intentions du ministry de
supprimer les 40% aux ATER


pays sur "cr-
dits ATER"
avait vot une
m o t i o n
demandant le
maintien de
ces 40%
Hlas, en sep-
tembre, la
reduction de
salaire a frap-
p non seule-
ment cette
catgorie
d'ATER mais
aussi les lec-
teurs.
Je dis
bien"cette
catgorie
d'ATER"
parce qu'il y
en a un autre:
ceux qui sont
nomms sur un


emploi de matre de conferences ou
de profeseur vacant, et qui conti-
nuent de toucher les 40 %.
On en est arriv donc une discri-
mination choquante et inadmis-
sible entire ATER rmunrs sur
"crdits ATER", privs des 40%,
et ATER nomms sur postes
vacants, bnficiant des 40%, et ce,


La fin du mois de sptembre a rser-
v une trs dsagrable surprise
deux catgorie d'enseignants de
l'UAG: les ATER et les lecteurs.
Ceux-ci ont vu, en effet leur salaire
amput des fameux 40% que tou-
chent gnralement les fonction-
naires en poste en Martinique et en
Guadeloupe.
Un ATER (Attach temporaire
d'enseignement et de recherche)


;.44.

4,, : :


Face la gestion comptable au dpend des imp-
ratifs pdagogiques, les ATER et les lecteurs sont
les premiers faire les frais de la suppression des 40%.


est soit un tudiant de 3ime cycle
en train de terminer sa thse de
Doctorat, soit un docteur prpa-
rant une qualification aux fonc-
tions de matre de conferences.
L'tudiant peut tre un professeur
certifi ou agrg acceptant une
perte de salaire afin de jouir de
meilleures conditions pour finir sa


SSUITE DE LA PAGE 6


Et de poser la question de savoir
s'ils avaient eu raison d'tre muets
face aux pages sombres du socialis-
me, de vivre un ,,hrosme de survive
alore que tout poussait croire qu'il
\n'y o0.0art aucirne po.sszbilite de
retur, (des regimes socialists


sans que soient prises en compete
les differences de diplmes.
Voila quoi s'est abaisse "la rpu-
blique" au nom de la LOLF (Loi
organique relative aux lois de
finances) et d'une prtendue volon-
t de confrer une plus grande
autonomie aux universits.
Les autres victims de la LOFT
sont les lecteurs, tudiants tran-
gers de langue anglaise ou espa-
gnol, qui apportent une contribu-
tion decisive l'enseignement uni-
versitaire en France. Ils sont venus
d'Europe (Espagne, Angleterre, et
de la Carabe en payant leur billet
d'avion et convaincus d'tre rmu-
nrs comme l'taient les lecteurs
de l'UAG traditionnellement.La
dsillusion et la colre sont
grandes en cette fin de mois. Mais
ATER et lecteurs ne sont pas dci-
ds se laisser faire, se rsigner
passivement. Un movement de
protestation a dbut en
Guadeloupe le 28 septembre, avec
l'appui des syndicats. La
Martinique devrait se mobiliser
son tour. Le problme pose celui de
la conception ultralibrale du rle
de l'Etat en France. L'UAG est en
quelque sorte somme de payer les
40% sur ses fonds propres si elle ne
veut ps que les salaires des ATER
pays sur "crdits ATER" et des
lecteurs continent d'tre ampu-
ts.
Quelle que soit l'issue de ce conflict,
il conviendra de barrer la route aux
tenants du libralisme la prsi-
dentielle de 2007.
M. Belrose





actuelle l'heure du capitalis-
me ultra-libral d'aujourd'hui.
sinon nous serons morts et assure-
rons au systme d'exploitation et
de domination 'ceternit.
Un courier encourageant et recon-
fortant pour ceux qui continent
le combat commnuniste.

M B


effondrs ?j et de 'trotre ao temps
des illusions et des rues parce
qu'ils croyaicnt plus l'honmme
ru' toute autre chose '.,.
Il rpond avec panache : Oui ils
en auaont le Droit. Et celui d'tre
Itoutours vivanits !" .
Ajoutons, pour notre part, que
tre .vivant" c'est aussi penser le
communism come alternative








Jeudi 5 Octobre 2006 Justice n 40 Page 11


A propos du film "Indignes", de Rachid Bouchareb


/ Les mdias franais ont accor-
d une large place la sortie, le 27
septembre dernier, du film
"Indignes" de Rachid Bouchareb,
film ayant reu au festival de
Cannes le prix d'interprtation
masculine, dcern aux cinq prin-
cipaux acteurs : Samy Naceri,
Jamel Debbouze, Roschdy Zem,
Sami Bouajila et Bernard Blancan.
"Indignes" est un hommage aux
soldats "indignes" du Maghreb et
d'Afrique Noire qui ont combattu
au course de la second guerre mon-
diale pour dfendre la France et la
sauver du joug nazi.
Rachid Bouchareb, en leur rendant
cet hommage plus que mrit, a
voulu rappeler au people franais
une page mconnue de son histoi-
re, toucher la fois son coeur et sa
raison en lui offrant un rcit cin-
matographique mouvant bas sur
des faits authentiques.
Ce film vient point nomm pour
aider les Franais mieux com-
prendre ce qu'est devenu leur pays,
admettre que la France d'aujour-
d'hui est une nation multi-eth-
nique qui au lieu de rejeter et dis-
criminer une parties de sa popula-
tion singulirement les
Maghrbins et les Noirs doit favo-
riser son integration.
La France se doit surtout de recon-
natre sa dette envers ces combat-
tants "indignes", auxquels il faut
ajouter les Antillo-Guyanais parties
"en dissidence" sauver "la mre
patrie".
Au fait, comment taient recruts
les soldats maghrbins et origi-
naires d'Afrique noire ?
Hassane Zebrouky, dans
"L'Humanit" du 27 septembre
crit ce sujet :
"Le recrutement de ces hommes
tait function du statut du pays
d'origine. En Algrie, territoire
franais part entire, organis en
trois dpartements, o la citoyenne-
t leur tait refuse (il fallait renon-
cer sa religion pour tre franais
part entiree, la conscription tait
obligatoire pour tout jeune Algrien
ayant vingt ans.
Les premiers rgiments de
tirailleurs algriens ont t crs


w


L'Etat franais vient de rparer une injustice avec le relvement des
pensions des anciens combatants de l'arme franaise originaire
des anciennes colonies d'Afrique et d'Asie


d'autres ont les mains coupes,
beaucoup meurent de tuberculose.
A partir de 1943, ces soldats venus
du Sud prennent part aux cam-
pagne de Tunisie, d'Italie et de
France. Peu savent que ce sont les
tirailleurs marocains qui ont libr


Nos compatriotes Marcel Manville
et Frantz Fanon, aprs avoir voulu
sauver la "mre patrie", ont choisi
le chemin de la lutte pour l'ind-
pendance des colonies.

M. Belrose j


CULTURE


en 1841 et envoys en Crime en
1854, avant de prendre part la
Premire Guerre mondiale. En
1942, lors du dbarquement amri-
cain Alger, ils s'engagent par mil-
liers non seulement pour librer la
France mais pour que l'Algrie
retrouve son indpendance. Au
Maroc, pays sous protectorat,
c'tait le volontariat qui primait :
les engags restaient fdles au roi.
Les premiers rgiments marocains
ont t mis en place en 1912.
En Afrique noire, comme le relate
l'historien camerounais Thodore
Ateba Yene, ils taient souvent
enrls de force. Les premiers rgi-
ments de tirailleurs sngalais
voient le jour en 1881. Ces
Maghrbins et Africains partici-
pent aux combats de mai-juin 1940
: 105.000 seront faits prisonniers
don't 60.000 Algriens et 15.000
Africains. Ces derniers, moins bien
traits par les nazis que les
Maghrbins, subissent les pires
exactions : certain sont dcapits,


la Corse ; que ce sont les
tirailleurs algriens, aids par les
FFI, qui ont libr Marseille,
Toulon, Lyon et Mulhouse ; qu'ils
taient nombreux, ces Algriens et
Marocains, dans la fameuse 2e DB
du gnral Leclerc qui a libr
Paris ; qu'ils taient parmi les pre-
miers soldats allis traverser le
Rhin et fouler le sol allemand.
Ces oublis de l'histoire ne deman-
daient pas seulement une amliora-
tion de leurs pensions, ils deman-
daient tre reconnus"
Il n'est pas inutile de souligner que
leur experience de la second guer-
re mondiale a ouvert les yeux de
nombreux combatants sur la ra-
lit du colonialisme, sur le racism
inhrent au systme colonial, les
poussant prendre les armes pour
librer leurs pays respectifs.
Ben Bella, Krim Belkacem,
Mohamed Mechati, et bien
d'autres cadres de l'Arme de
Liberation Nationale d'Algrie ont
figure parmi ces "indignes".











ANNONCES LEGALES


Jeudi 5 Octobre 2006 Justice n 40 Page 12


NOFRAM S.A.S.
Soclt par actions simplifie
au capital de 152.449,02 C
Sige social : Case Navire
BP 402 Schoelcher
97204 FORT-DE-FRANCE
RCS de Fort-de-France n 353 514 797

AVIS DE REPLACEMENT
DU PRESIDENT

Aux terms d'une assemble gnrale extra-
ordinaire en date du 7 aot 2006, M. VAU-
GHAN-JONES Peter Anthony, n le 8/5/1941
Huyton U.K., domicili Londres, 5 Hillside
Road Streatham Hill, SW 23 HL, a t
nomm president computer du 7/8/06 pour
une dure indtermine en replacement de
M. FAILLI Ferdinando ayant cess ses fonc-
tions ladite date du 7/8/06 par suite de sa
dmission.
Les modifications rsultant, dans l'avis ant-
rieurement public, de la decision ci-dessus
sont les suivantes :
Ancienne mention : Le president de la soci-
t NOFRAM SAS est M. FAILLI Ferdinando,
demeurant Bellevue Samana Appt B 12 -
97233 SCHCELCHER
Nouvelle mention : le president de la socit
NOFRAM SAS est M. VAUGHAN-JONES
Peter Anthony, n le 8/5/06/1941 Huyton
U.K., domicili Londres, 5 Hillside Road
Stretham Hill, SW 23 HL. 0
Au course de la mme assemble gnrale
extraordinaire, M. VAUGHAN-JONES Peter
Anthony a nomm, computer du 7/8/06, M.
Bruno MOERNO, n Panicale (Italie) le
31/03/1951, en quality de Directeur Gnral
et lui a confr les pleins pouvoirs pour
conduire les tches en total liberty de dci-
sion et indpendance dans l'organisation et
la gestion de toutes les activits de la
NOFRAM S.A.S. et l'assemble a pris acte
de cette nomination.
Pour avis, le Prsident
FA 6845

ECOPRINT SERVICES
SARL au capital de 1000 C
Sge social : 11 rue des Arts et Mtiers
Zone Dillon Stade Immeuble Avantage
97200 FOR-TDE-FRANCE

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv dat du 15/09/06 il
a t constitu une socit prsentant les
caractristiques suivantes :
Denomination social : ECOPRINT SER-
VICES
Sige social : 11 Rue des Arts et Mtiers -
Zone Dillon Stade Immeuble Avantage -
97200 Fort-de-France
Objet social : Vente de consommables
bureautiques
Dure de la socit : 99 ans computer de la
date de son immatriculation au RCS
Capital social : 1000 C
Grance : Mlle PINTO PIRES Femanda, 6
Lot. Cherry O 97223 DIAMANT
Immatriculation de la socit au RCS de
Fort-de-France.
FA 6846

GROUP PROTECTION
RAPPROCHE-SECURITE
Socit responsabilit limite
au capital de 8.000 euros
Sige social: Morne Lavaleur
97270 SAINT-ESPRIT

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort-de-France du 26 Septembre
2006, il a t constitu une socit prsen-
tant les caractristiques suivantes :
Denomination social : GROUPE PROTEC-
TION RAPPROCHE-SECURITE
Sigle: GPR-SECURITE
Forme social: Socit responsabilit limi-
te
Sige social: Morne Lavaleur, 97270 SAINT-
ESPRIT
Objet social : La surveillance et le gardien-
nage des biens et des personnel, la sret,
la scurit des biens et des personnel.
Dure de la socit: 99 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au


Registre du commerce et des socits
Capital social : 8.000 euros
Grance : Monsieur Antonio CHARLOTON,
demeurant Bt. C, Esc. 8, Porte 8,
Residence Ccilont. Quarter Lourdes,
97224 DUCOS
Immatriculation de la Socit au Registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
FA 6847

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une soci-
t prsentant les caractristiques suivantes :
Denomination : URBA IMMO CONSEIL
SARL
Forme : SARL
Sige social : Place Franois Mitterrand -
Btiment Les Cascades Il 97200 FORT-
DE-FRANCE
Objet : Lactivit de conseil en urbanisme et
en amnagement du territoire, l'activit de
conseil en immobilier, l'activit d'agent
immobilier : la transaction sur immeubles et
fonds de commerce pour le compete de tiers
notamment par voie de la location, de la
vente, et d'une manire gnrale de ngo-
ciation et d'intermdiaire en tous domaines,
l'activit d'administrateur de biens, la gestion
de biens et le syndic de coproprit, la cra-
tion, l'acquisition, la location, l'change, la
prise bail, l'installation, l'exploitation de
tous biens immobiliers et fonds de commer-
ce, la prise de participation dans tous les ta-
blissements ou fonds de commerce se rap-
portant ces activits.
Dure : 99 ans
Capital : 2.000 euros
Grance : Mlle Sonia ORIOTTI demeurant
Quarter Derrire Morne 20 Route Rosalie
Soleil 97227 SAINTE-ANNE
Immatriculation au RCS de Fort-de-France.
Pour avis
FA 6848

OREL
Socit civil au capital de 1.000 euros
Sige social : 86, Rue Victor Hugo
97200 FORT-DE-FRANCE

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort-de-France du 25 septembre
2006, il a t constitu une socit prsen-
tant les caractristiques suivantes:
Denomination social: OREL
Forme social : Socit civil
Sige social ; 86 rue Victor Hugo, 97200
FORT-DE-FRANCE
Objet social : Achat d'un immeuble sis 86 rue
Victor Hugo, 97200 FORT-DE-FRANCE
Dure de la Socit: 99 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au
Registre du commerce et des socits.
Capital social : 1.000 euros, constitu uni-
quement d'apports en numraire
Grance : Monsieur Jean Philippe LET-
CHOUMAYEN, demeurant Rsidence
Palmyra, Bt. D, Apt. 18, 97232 LAMENTIN
Clauses relatives au cessions de parts:
Agrment requis dans tous les cas,
Agrment obtenu I'unanimit des associs.
Immatriculation de la Socit au Registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
La Grance
FA 6849

AVIS DE CONSTITUTION

En date du 14 Septembre 2006, il a t
constitu une socit prsentant les carac-
tristiques suivantes:
Forme : SARL
Denomination : VERT D'EAU
Adresse : 3 bis Rue du Jou Ouv 97200
FORT-DE-FRANCE
Objet: Nettoyage industrial et objet s'y ratta-
chant
Dure: 99 ans
Capital : 11.680 euros (numraire et nature)
Le Grant : Sally PASSERIE
Adresse : 3 bis Rue du Jou Ouv 97200
FORT-DE-FRANCE
Immatriculation au registre des mtiers en
course.
Pour avis, la Grance
FA 6850


AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous sein
date du 20 septembre 2006, il a l
une socit prsentant les cara
suivantes :
Denomination social: LE KIOSC
Forme social : Socit Res
Limite
Sige social : 108 Boulevard
Gaulle 97200 FORT-DE-FRANC
Objet social: La socit a pour o
tement ou indirectement, en Fr
tout territoire :
- Ventes de papeteries et journau
- Ventes de tabacs
- Ventes d'articles divers
Dure de la socit : 99 ans co
date d'immatriculation de la
registre du commerce et des soci
Capital social : 7 500 C
Grance : Mme SAMUEL Sylvian
rant 31 Alle des Bougainvilliers -
97212 SAINT-JOSEPH
Immatriculation de la socit au
Commerce et des Socits d
France.
La Grance


PLANET PHONE CARAI
SARL au capital de 7.622
Sige social : 7, Rue Lama
97200 FORT-DE-FRANI
Siret: 440 008 175 000

L'AGE du 30/09/2006 a prononc
tion anticipe de la Socit
30/09/2006. M. MELLOUL Philip
rant 48 rue du Petit Florentin
(97233) a t nomm liquidated
de la liquidation est fix au sige
socit.
Pour avis, la grance


AVIS DE PUBLICATION

Par acte sous seing priv du 30
une socit civil immobilire
denomination SCI ADAMAH, ca
euros, sige social : 126, Lotisse
Pr 97232 LAMENTIN; objet so
vente, location de tous biens et d
biliers.
Grant: Nandagobalou Srinivass
Carries, 97232 LAMENTIN)
Lonard Thierry (Chemin Bal
LAMENTIN), a t constitu pou
sera immatricule au RCS d
France.


AVIS DE CONSTITUTE

En date du 1er aot 2006, il a
une SARL prsentant les cara
suivantes :
Denomination: AC-DAN
Nom commercial : ADDA
Adresse : 11, Rue des Arts et M
Avantage (Bureau Club Martiniq
Stade 97200 FORT-DE-FRANC
Objet : Toute activity d'impor
d'achat et de vente de vtement
duits artisanaux en cuir et argent
Dure : 99 ans
Capital : 1.000 euros
Co-grance : Monsieur CAPR
Firmin et Mme NARA INSFRAN
Adresse : 11, Rue des Arts et Me
Avantage (Bureau Club Martiniq
Stade 97200 FORT-DE-FRANC
Immatriculation au registre du Co
course.
Pour avis, le Grant


AVIS DE CONSTITUTE

Par acte SSP en date du 31 aoi
t constitu une Entreprise Uni
Responsabilit Limite (EURL
de 5.000,00 euros : CRS FIN,
Sige social: Rue des Hliconia
Didier 97200 FORT-DE-FRANC
Objet : Toutes activits de conse
t et en gestion de patrimoine
Dure : 99 ans computer de l'i


N

g priv en
t constitu
ctristiques

QUE
ponsabilit

Gnral de
;E
bjet, direc-
ance et en

x


mpter de la
socit au
its


tion au registre du Commerce et des
Socits de Fort-de-France.
Grant : M. Kart-Frdric CRUSOL, demeu-
rant Didier (97200 FORT-DE-FRANCE),
nomm grant pour une dure indtermine.
La Grance
FA 6855

AVIS

Denomination social : STRATGIE, EDI-
TION, COMMUNICATION
Nom commercial : Strecom
Les associs ont entrin la dmission de
Monsieur Georges BRIVAL, computer du 30
septembre 2006.
La socit aura comme unique grant
Monsieur Philippe FERJULE.
Pour avis, la Grance
FA 6856


ne, demeu- AVIS DE CONSTITUTION
Gondeau -
Avis est donn de la constitution de la SARL
Registre du SOCIT NOUVELLE SEALINE au capital
le Fort-de- de 518,50 euros.
Sige social : Rue des Gommiers 97229
TROIS-ILETS
FA 6851 Objet : Excursions nautiques, transports de
passagers et des marchandises dans le
IBE domaine maritime.
,45 Dure : 99 ans
artine Grant : Mr ANGELE Jacky.
CE Le Grant
26 FA 6857

Sla dissolu- LE DOME
computer du Socit responsabilit limite
pe demeu- au capital de 10 000 euros
Schoelcher Sige social : 17 rue de la Rpublique
ir. Le sige 97200 FORT-DE-FRANCE
social de la RCS : FORT-DE-FRANCE 405 347 527
SIRET: 405 347 527 00013

FA 6852 AVIS DE PUBLICITY

N Aux terms du procs-verbal de l'assemble
gnrale extraordinaire du 22/09/2006, il
aot 2006, rsulte que:
ayant pour Les associs ont dcid la dissolution antici-
pital de 150 pe de la socit computer du 22/09/2006 et
ement Long sa mise en liquidation amiable.
cial: Achat, Lassemble gnrale susvise a nomm
Iroits immo- comme Liquidateur Monsieur Alain
BUCHER, demeurant 17 rue de la
an (Roches Rpublique, 97200 Fort-de-France, avec les
; Zapha pouvoirs les plus tendus pour raliser les
leu, 97232 operations de liquidation et parvenir la cl-
ir 99 ans et ture de celle-ci.
e Fort-de- Le sige de la liquidation est fix
Pharmacie BUCHER 17 Rue de la
FA6853 Rpublique 97200 FORT-DE-FRANCE,
adresse laquelle toute correspondence
ON devra tre envoye, et actes et documents
relatifs la liquidation devront tre notifis.
t constitu Le dpt des actes et pieces relatifs la
ctristiques liquidation sera effectu au greffe du tribunal
de commerce de Fort-de-France.
Mention sera faite au RCS : Fort-de-France.
Pour avis,
ttiers Im. La Grance
ue) Dillon FA 6858
E
t, d'export, AVIS DE CONSTITUTION
s et de pro-
.Avis est donn de la constitution d'une
Socit prsentant les caractristiques sui-
vantes :
ION Daniel Forme : Socit responsabilit limite
i Adlaide Dnomination : MS COMMUNICATION
tiers Imm. Sige social : Palmiste Chemin La Treize -
lue) Dillon 97232 LE LAMENTIN
;E. Objet: l'dition, la press, la communication,
commerce en la communication interactive, la conception
de supports publicitaires
Dure : 99 annes
FA 6854 Capital : 200 euros
Grance : Monsieur MAINGE Stphane
ON demeurant Palmiste Chemin La Treize -
97232 LE LAMENTIN France
0t 2006, il a Immatriculation au RCS de Fort-de-France
personnelle Pour avis
) au capital FA 6859
ANCE.
s Route de
;E
ail en fiscali-

mmatricula-











ANNONCES LEGALES


Jeudi 5 Octobre 2006 Justice nO 40 Page 13


SELARL D. BANETTE Travaux : 3 semaines
PH. CONNAN & Associs Modalits de financement du march :
AVOCATS LA ROCHELLE Fonds propres du Conseil regional de
Martinique + FEDER
"LES BRISANTS" Dlai global de paiement : 45 jours
Socit Civile Immobilire Avance de 5 % : prvue
au Capital de 322 500 Euros Forme juridique que doit revtir le groupe-
Sige social : FORT-DE-FRANCE ment d'oprateurs conomiques attributaire
(Martinlque) 27 Route de Cluny du march :
479 569 154 RCS FORT-DE-FRANCE Groupement solidaire momentan
Adresse auprs de laquelle le dossier de
Aux terms d'une AGE des associs du consultation peut tre obtenu :
22/09/2006, le capital a t port de 322 500 Ce dossier sera remis gratuitement par le
C 572 500 par voie de creation de 25 000 Conseil Rgional Service des Marchs et
parts nouvelles de 10 C chacune, intgrale- de la command Publique Rue Gaston
ment souscrites et libres en numraire. Defferre- Cluny 97200 Fort de France
Les articles 6 et 7 des status ont t modi- Tl. : 0596 59 63 91
fis en consequence. Lors du retrait du DCE le candidate devra
Dpt de l'ensemble des pieces au Greffe du foumir tout lment d'identification permet-
Tribunal de Commerde de Fort-de-France. tant de le contacter en cas de besoin.
Pour avis, Ce dossier peut-tre galement tlcharg
M. MOUTALIB, reprsentant de la socit l'adresse Internet sus indique
"PROMO-INVEST", grante Conditions de participation :
FA 6860 Critres de selection des candidatures
les capacits professionnelles, techniques
AVIS DE CONSTITUTION et financires
Moyens humans et matriels
Aux terms d'un acte sous seing priv en Pices requires
date du 11 septembre 2006, il a t constitu 11 s'agit en particulier de :
une socit responsabilit limite don't les Lettre de candidature et declaration du
principles caractristiques sont les sui- candidate (modles joints au dossier de
vantes : MADININA CONCEPT & DEVE- consultation).
LOPPEMENT SARL (MCD SARL) Moyens techniques affects l'opration,
Nom commercial : "LILOFLEURS" Capital Rfrences pour des travaux similaires
social : 9.000 C (neuf mille euros) Sige effectus durant les 3 dernires annes,
social : Village Artisanal de Kerlys 97200 Elments permettant d'apprcier les capa-
FORT-DE-FRANCE cits techniques et
Objet social: Cration, production et la com- financires du candidate.
mercialisation en Martinique et dans tous Mmoire justificatif
autres pays, d'articles de souvenirs et pro- Critres d'attribution :
duits divers et toutes activits (actions, pres- Offre conomiquement la plus avantageuse
stations, manifestations, vnementiels...) apprcie en function de :
lies au tourism, ainsi que toutes opra- la valeur technique des prestations affected
tions se rattachant directement ou indirecte- d'un coefficient 5
ment l'objet prcit ou tous objets simi- le prix des prestations affect d'un coeffi-
laires, connexes ou susceptibles d'en facili- cient 4
ter la ralisation. le cot d'utilisation de l'ouvrage affect d'un
Dure : 99 ans computer de son immatricu- coefficient 3
lation au Registre du Commerce et des Dlai de validit des offres : 180 jours
Socits de FORT-DE-FRANCE. Adresse auprs de laquelle les renseigne-
Grante nomme: Madame Monique BACA- ments d'ordre administratif et technique
RA 42 Rsidence Les Gardnias 97228 peuvent tre obtenus :
SAINTE-LUCE. Conseil Rgional de la Martinique (Service
La Grante des Marchs et de la Commande Publique)
Monique BACARA ou en ligne l'adresse Internet sus indique.
FA 6861 Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre technique peuvent tre obte-
AVIS D'APPEL PUBLIC nus :
A LA CONCURRENCE Service Technique du Conseil regional
(Tl : 0596 59-64-24) ou en ligne l'adres-
Identification de l'organisme se Internet sus indique
qui passe le march : Date limited de reception des offres :
Conseil Rgional de la Martinique Service LE LUNDI 23 OCTOBRE 2006 12H 00
des Marchs et de la command publique, (heure de Martinique)
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-De- Adresse laquelle les offres doivent tre
France Martinique tl. : 0596-59-63-00 envoyes :
Tlcopie : 0596-72-68-10 Rception des offres, par pli recommand ou
Adresse Internet : http://www.cr-marti- contre rcpiss au Conseil Rgional de la
nique.fr rubrique Marchs Publics Martinique, service des Marchs et de la
Correspondent : command publique, rue Gaston Defferre -
Le President du Conseil Rgional de Cluny 97200 Fort-de-France -MARTI-
Martinique NIQUE ou en ligne l'adresse Intemet sus
Procedure de passation : indique
Appel d'offres ouvert [art. 33, 57 59 du Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
Code des Marchs Publics (CMP)] duire les attestations sociales et fiscales :
Objet du march : 8 jours calendaires
TRAVAUX DE REHABILITATION AU LEPA Autres renseignements :
DU ROBERT Procdure dmatrialise
Rfrence d'identification du march : Le Conseil regional de Martinique met gra-
ROB-06-OP3 tuitement la disposition des candidates une
Caractristiques principals: plate-forme de dmatrialisation accessible
Etendue de la prestation. via l'adresse Internet suivante :
Les travaux concernent la furniture et la http://www.cr-martinique.fr- rubrique mar-
pose de grilles de protection avec serrures chs publics
trois points sur l'ensemble des accs du nou- Cette plate-forme permet notamment (muni
veau btiment (rez-de-chausse et tage) de la rfrence d'identification du march
Autres : porte au present avis d'appel public la
- Variantes : autorises concurrence) :
- Transmission par voie dmatrialise : la recherche des consultations passes
autorise par la Rgion Martinique
- La procedure d'achat du present avis est- le tlchargement des avis, rglement de
elle couverte par l'accord sur les marchs consultation et DCE
publics ? : oui la transmission par voie lectronique des
Lot unique : dossiers d'offre
Serrurerie-Ferronnerie Pour le tlchargement du DCE les candi-
Lieu d'excution des travaux : dats sont invits bien renseigner le champ
Robert e-mail en ce sens que cette adresse
Dlai d'excution du march : pourra tre utilise afin de les informer des
Priode de preparation : 30 jours. ventuelles modifications apportes au


DCE.
Les candidates qui ont transmis leur offre par
la voie lectronique peuvent en parallle
faire parvenir au pouvoir adjudicateur une
copie de sauvegarde de leur dossier ; ceci
sur support physique lectronique (CD,
DVD) ou sur support paper.
L'envoi se fera selon les conditions prci-
ses dans le rglement de la consultation.
Date d'envoi de l'avis la publication :
Le 25 septembre 2006
FA 6863


AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE


Identification de I'organisme
qui passe le march :
Conseil Rgional de la Martinique
Service des Marchs et de la command
publique, Rue Gaston Defferre Cluny
97200 Fort-De-France Martinique tl. :
0596-59-63-00 -Tlcopie : 0596-72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr- rubrique Marchs Publics
Correspondent :
Le President du Conseil Rgional de
Martinique
Procedure de passation :
Appel d'offres ouvert [art. 33, 57 59 du
Code des Marchs Publics (CMP)]
Objet du march :
TRAVAUX DE REHABILITATION AU LYCE
DE BELLEVUE
Rfrence d'identification du march :
BEL-03-OP7
Caractristiques principles:
Etendue de la prestation.
Les travaux concernent l'amnagement
des locaux vides du 1er tage du btiment 3
afin d'accueillir la vie scolaire.
Autres :
- Variantes : autorises
- Transmission par voie dmatrialise:
autorise
- La procedure d'achat du present avis est-
elle couverte par l'accord sur les marchs
publics ? : oui
Prestation divise en lots :
La prestation est divise en six lots :
Lot 1 : Cloison placo-pltre- Faux plafond-
menuiseries
Lot 2 : Ferronnerie -serrurerie
Lot 3 :Circuits lectriques
Lot 4 : Plomberie
Lot 5 : Sols sclls
Lot 6 : Peinture
Modalit d'attribution
L'attribution se fera par marchs spars (lot
par lot)
Lieu d'excution des travaux :Fort de
France
Dlai d'excution du march :
Priode de preparation : 30 jours.
Travaux : 4 mois
Modalits de financement du march :
Fonds propres du Conseil regional de
Martinique + FEDER
Dlai global de paiement : 45 jours
Avance de 5 % : prvue
Forme juridique que doit revtir le groupe-
ment d'oprateurs conomiques attributaire
du march : groupement solidaire momen-
tan
Adresse auprs de laquelle le dossier de
consultation peut tre obtenu :
Ce dossier sera remis gratuitement par le
Conseil Rgional Service des Marchs et
de la command Publique Rue Gaston
Defferre- Cluny 97200 Fort de France
Tl. :0596 59 63 91
Lors du retrait du DCE le candidate devra
fournir tout lment d'identification permet-
tant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut-tre galement tlcharg
l'adresse Intemet sus indique
Conditions de participation :
Critres de selection des candidatures
- les capacits professionnelles, techniques
et financires
- Moyens humans et matriels
Pieces requires
II s'agit en particulier de :
- Lettre de candidature et declaration du can-
didat (modles joints au dossier de consulta-
tion),
* Moyens techniques affects l'opration,


- Rfrences pour des travaux similaires
effectus durant les 3 demires annes.
- Elements permettant d'apprcier les capa-
cits techniques et financires du candidate.
- Mmoire justificatif
Critres d'attribution :
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function de :
- la valeur technique des prestations affecte
d'un coefficient 5
- le prix des prestations affect d'un coeffi-
cient 4
- le cot d'utilisation de l'ouvrage affect d'un
coefficient 3
Dlai de validity des offres : 180 jours
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre administratif et technique
peuvent tre obtenus :
Conseil Rgional de la Martinique (Service
des Marchs et de la Commande Publique)
ou en ligne l'adresse Intemet sus indique.
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre technique peuvent tre obte-
nus :
Service Technique du Conseil Rgional -
(Tl. : 0596 59 64 24) ou en ligne l'adres-
se sus indique
Date limited de reception des offres
LE LUNDI 23OCTOBRE 2006 A 12H00
(heure de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes:
Reception des offres, par pli recommand ou
contre rcpiss au Conseil Rgional de la
Martinique Service des Marchs et de la
Commande publique Rue Gaston Defferre
- Cluny 97200 Fort-de-France MARTI-
NIOUE ou en ligne l'adresse Internet sus
indique.
Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
duire les attestations sociales et fiscales:
8 jours calendaires
Autres renseignements:
Procedure dmatrialise:
Le Conseil regional de Martinique met gra-
tuitement la disposition des candidates une
plate-forme de dmatrialisation accessible
via l'adresse internet suivante
http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
chs publics"
Cette plate-forme permet notamment (muni
de la rfrence d'identification du march
porte au present avis d'appel public la
concurrence):
- la recherche des consultations passes par
la Region Martinique
- le tlchargement des avis, rglement de
consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique des
dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les candi-
dats sont invites bien renseigner le champ
"e-mail", en ce sens que cette adresse pour-
ra tre utilise afin de les informer des ven-
tuelles modifications apportes au DCE.
Les candidates qui ont transmis leur offre par
la voie lectronique peuvent en parallle
faire parvenir au pouvoir adjudicateur une
copie de sauvegarde de leur dossier, ceci
sur support physique lectronique (CD, DVD
ou support paper.
L'envoi se fera selon les conditions prci-
ses dans le rglement de la consultation.
Date d'envoi de l'avis la publication :
Le 25 Septembre 2006.
FA 6864

AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme
qui passe le march :
Conseil Rgional de la Martinique Service
des Marchs et de la command publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-De-
France Martinique tl. : 0596-59-63-00 -
Tlcopie : 0596-72-68-10
Adresse Internet : http://www.cr-marti-
nique.fr rubrique Marchs Publics
Correspondent :
Le President du Conseil Rgional de
Martinique
Procedure de passation :
Procedure adapte en vertu de l'article 28 du
Code des Marchs publics (CMP)
Objet du march :
RALISATION D'UNE TUDE SUR LE PAY-
SAGE AUDIOVISUEL MARTINIQUAIS
Rfrence d'identification du march :











ANNONCES LEGALES


leudi 5 Octobre 2006 Justice n 40 Page 14


CCEE-EPAM-06-033
Caractristiques principals:
Objectif gnral de la prestation
La logique de la dcentralisation, savoir la
gestion au plus prs des affaires locales,
voudrait que la communaut martiniquaise
puisse faire le point sur l'tat de la communi-
cation audiovisuelle en Martinique et formu-
ler ses propositions d'amlioration.
Objectifs viss par l'tude :
* Mener une rflexion tendant voluer
l'existant
* Rechercher des voies d'amlioration sou-
haitable du systme audiovisuel local
* Imaginer un vritable project audiovisuel
pour la region Martinique.
Les prestations raliser s'articulent en 3
phases, savoir :
- Phase 1 : Etat des lieux.
- Phase 2: Enqute
- Phase 3 : Ralisation et presentation de
l'tude.
Autre :
Transmission par voie dmatrialise : non
autorise
Dlais d'excution envisags par phase :
Phase 1 : 9 semaines
Phase 2 :17 semaines
Phase 3 5 semaines
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus :
Le dossier de consultation des entreprises
sera remis gratuitement par le service des
marchs et de la command publique Rue
Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-de-
France Tl. : 0596 59 63 00.
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification permet-
tant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tlchar-
g l'adresse Internet sus indique.
Conditions de participation :
Critres de selection des candidatures:
- Les capacits professionnelles, technique
et financires
- Moyens
Critres de jugement des offres :
- valeur technique de l'offre
- prix de la prestation
Pices requises :
Liste numre dans te dossier de consulta-
tion. Il s'agit en particulier de:
* Lettre de candidature et declaration du
candidate (modles joints au dossier de
consultation),
SMoyens techniques affects la prestation,
SComptences et Rfrences pour des
prestations similaires effectues durant les 3
dernires annes
* Elements permettant d'apprcier les capa-
cits techniques et financires du candidate.
Dlai de validit des offres : 180 jour
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre administratif peuvent tre
obtenus :
Conseil Rgional de la Martinique (service
des marchs et de la command publique)
ou en ligne l'adresse sus indique
Date limited de reception des offres :
LE 18 OCTOBRE 2006 12H00 (heure de
martinique).
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes:
Reception des offres par pli recommand ou
contre rcpiss au Conseil Rgional de la
Martinique Service des Marchs et de la
Commande Publique Rue Gaston Defferre
- Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
ou en ligne l'adresse Internet sus indique.
Date d'envoi du present avis la publication :
26 septembre 2006.
FA 6865
AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE
Type de march : Travaux d'excution
Le march est-il couvert par l'Accord sur les
marchs publics (AMP) ? OUI
Identification de l'organisme qui passe le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl.:
0596 59 63 00 Tlcopie : 0596 72 68 10
Adresse Internet: http://www.cr-martinique.fr
rubrique "Marchs Publics"
Correspondent:
Le President du Conseil Rgional de


Martinique
Procedure de passation:
March ngoci suite l'appel d'offres
infructueux (art. 351-1" et 72 du Code des
Marches Publics) avec obligation de publici-
t au JOUE
Objet du march :
AUTOROUTE Ai RAMANAGEMENT DE
L'CHANGEUR DU CANAL DU LAMENTIN
Numro de rfrence du dossier: "A1CANA-
LAM-05-09b"
Caractristiques principles :
Etendue de la prestation.
La prestation concerne comprend notam-
ment :
- le dgagement des emprises ;
- les terrassements ;
- les inclusions rigides et murs de soutne-
ment ;
- les ouvrages d'art (au nombre de quatre).
En particulier, le VIADUC 16 (160 mtres de
long) ;
- l'assainissement;
- la construction d'un giratoire ;
- les chausses ;
- les quipements (scurit, exploitation et
clairage public) ;
- les amnagements paysagers;
- la protection de l'environnement (construc-
tion de trois bassins multifonctions).
Variantes : autorises.
Transmission par voie dmatrialise: auto-
rise.
Dcomposition en trenches:
Les travaux dsigns ci-dessus aboutissent
la passation d'un march comportant deux
trenches :
Tranche ferme:
"Construction du viaduc 16 et de la bretelle
T1T2, de la bretelle E et mise en place de la
dviation provisoire de la future bretelle
TCSP T3T4 (terrassement de la bretelle
B1)";
Tranche conditionnelle:
"Dmolition et reconstruction du passage
intrieur 16, construction du passage inf-
rieur 15bis, du passage infrieur C et de la
bretelle C et toutes les voies autres que les
bretelles T1T2 et E".
Lieu d'excution :
Commune du Lamentin
Dlai d'excution du march :
Tranche ferme :
Priode de preparation: 2 mois
Dlai d'excution des travaux : l'initiative
du candidate, avec cependant un dlai pla-
fond de 12 mois.
Tranche conditionnelle:
Priode de preparation : 2 mois
Dlai d'excution des travaux : l'initiative
du candidate, avec cependant un dlai pla-
fond de 14 mois.
Estimation des travaux:
19.500.000 C Hors TVA,
soit 21.157.500 C TTC
Le march a-t-il un caractre priodique ?
NON
Classification CPV : 45233126-8 "Carrefour
dnivel"
Contenu du dossier de candidature produi-
re:
- Lettre de candidature et declaration du can-
didat (modles DC4 et DC5) ;
- Indication des moyens (techniques et
humans) affects l'opration ;
- Rfrences pour des prestations similaires
effectues durant les 3 dernires annes ;
- Elements permettant d'apprcier les capa-
cits techniques et financires du candidate.
Modalits de financement du march:
- Fonds propres du Conseil Rgional de
Martinique (Budget FIRT)
- Financement FEDER -Axe 11 "Transports"
- Measure 11-1 "Mesure transports terrestres"
- Dlai global de pavement: 45 jours
- Avance de 5 % prvue
Adresse auprs de laquelle des renseigne-
ments d'ordre administratif peuvent tre
obtenus :
Conseil Rgional de Martinique (Service des
Marchs et de la Commande Publiuqe) ou
en ligne l'adresse Internet sus-indique.
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre technique peuvent tre obte-
nus :
D.D.E., Subdivision Etudes Pr-opration-
nelles Pointe de Jaham 97233 SCHCEL-
CHER Tl.: 0596 59 58 03, ou en ligne
l'adresse Internet prcite.


Critres de selection des candidatures :
- Les capacits professionnelles, techniques
et financires du candidate
- Moyens humans et matriels.
Critres d'attribution des offres:
- Les capacits professionnelles, techniques
et financires du candidate
- Moyens humans et matriels
Critres d'attribution des offres:
Ils seront noncs dans le dossier de consul-
tation des entreprises que recevront les
entreprises slectionnes aprs cette pre-
mire phase d'appel candidature, savoir:
- Valeur technique des prestations : coeffi-
cient 6
SPrix des prestations : coefficient 3
- Dlai d'excution des prestations : coeffi-
cient 1
Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
duire les attestations sociales et fiscales:
08 jours calendaires.
Date limited de reception des candidatures :
LUNDI 6 NOVEMBRE 2006 A 12H00 (heure
de Martinique)
Presentation des candidatures :
Le dossier de candidature constitu de l'en-
semble des pieces numres ci-dessus
sera remis sous pli cachet portant l'adresse
et les mentions suivantes :
Monsieur le Prsident du Conseil Rgional
de la Martinique, l'attention du Service des
Marches et de la Commande Publique Rue
Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-de-
France MARTINIQUE
Mention "Autoroute Al Ramnagement de
l'changeur du Canal du Lamentin" "Ne pas
ouvrir"
Langue utiliser dans la candidature :
Franais
Autres renseignements:
Procedure dmatrialise
Le Conseil Rgional de Martinique met gra-
tuitement la disposition des candidates une
plate-forme de dmatrialisation accessible
via l'adresse Internet suivante :
http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
chs publics"
Cette plate-forme permet notamment (muni
de la rfrence d'identification du march
porte au present avis d'appel public la
concurrence) :
- la recherche des consultations passes par
la Region Martinique ;
- le tlchargement du present avis;
- la transmission par voie lectronique des
dossiers de candidature.
Les candidates qui ont transmis leur dossier
de candidature par voie lectronique peu-
vent, en parallle, faire parvenir la Rgion
Martinique une copie de sauvegarde de ce
dossier ; ceci sur support physique lectro-
nique (CD, DVD) ou su support paper. Le pli
sera prsent selon les indications figurant
la rubrique "Prsentation des candidatures"
du present avis. Il portera, en plus, la men-
tion "copie de sauvegarde" et devra tre
rceptionn au plus tard la date limited de
reception des candidatures.
Date d'engagement de la consultation :
A partir du jeudi 9 novembre 2006
Date limited de remise des offres prvue :
LE MARDI 12 DCEMBRE 2006 12
HEURES HEREE DE MARTINIQUE)
Date d'envoi de l'avis la publication au
JOUE/BOAMP:
Le mardi 26 Septembre 2006
Date d'envoi de l'avis la publication aux
journaux d'annonces lgales locaux:
Le mardi 26 septembre 2006
FA 6866

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE
Le march est-il couvert par l'Accord sur les
Marches Publics (AMP) ? OUI
Nom et adresse officials du pouvoir adjudi-
cateur :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl. :
0596 59 63 00 Tlcopie : 0596 72 68 10
Adresse Internet: http://www.cr-martinique.fr
rubrique "Marchs publics"
Type du pouvoir adjudicateur:
Collectivit terrotiriale
Correspondent : Le Prsident du Conseil
Regional de Martinique
Procedure de passation :


Appel d'offres ouvert articles 33 et 57 59 du
Code des Marchs Publics (CMP) avec obli-
gation de publication au JOUE.
Publication antrieure concernant le mme
march :
Avis de pr-information n" 2006/S 149-
160939 du 31/07/06
Objet du march :
PASSATION DE MARCHES D'ASSURAN-
CE POUR LE COMPETE DU CONSEIL
REGIONAL DE MARTINIQUE.
Type de march : Services
Allotissement :
Les prestations sont rparties en huit lots:
Lot 1 : Assurance "dommages aux biens et
risques annexes"
Lot 2 : Assurance "responsabilit civil et
risques annexes"
Lot 3 : Assurance "Flotte automobile et
risques annexes"
Lot 4 : Assurance "Risques statutaires du
personnel
Lot 5 : Assurance "Protection juridique"
Lot 6 : Assurance "Bris de machine informa-
tique et autres matriels"
Lot 7: Assurance "Tous risques expositions"
Lot 8 : Assurance "Assistance rapatriement"
Le present march a un caractre priodique
et sera donc renouvel son expiration.
Modalits d'attribution des marchs :
L'attribution se fera par marchs spars (lot
par lot)
Rfrence d'identification du march :
SAP-SASS-06-033
Caractristiques principles:
Objectif gnral de la prestation
II s'agit pour le Conseil Rgional de la
Martinique de passer des marchs d'assu-
rance.
Autres:
variantes : autorises
options : oui
transmission par voie dmatrialise : auto-
rise
Dure du march :
Du 1er janvier 2007 au 31 dcembre 2011
Lieu principal d'excution :
Fort-de-France (Martinique)
Cautionnement et garanties exigs : Nant
Forme juridique que devra revtir le groupe-
ment d'entrepreneurs le cas chant:
Groupement solidaire momentan
Modalits essentielles de financement et de
pavement du march :
- Virement administratif et selon dispositions
du code des assurances
- Financement sur fonds propres au budget
- Dlai global de paiement 45 jours
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus :
Le dossier de consultation des entreprises
sera remis gratuitement par le service des
marchs et de la command publque Rue
Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-de-
France Tl. : 0596 59 63 00.
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
fournir tout lment d'identification permet-
tant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tlchar-
g l'adresse Internet sus indique.
Adresse auprs de laquelle les informations
complmentaires peuvent tre obtenus:
La mme qu'au point 2.
Conditions de participation :
Critres de selection des candidatures:
- Les capacits professionnelles, techniques
et financires
- Moyens
Critres d'attribution des offres:
Offre conomiquement la plus avantgeuse
apprcie en function des critres noncs
ci-dessous :
1. Nature et tendue des garanties Qualit
des clauses contractuelles : pondration 4
2. Tarification : pondration 3
3. Modalit et procedure de gestion des dos-
siers et notamment des sinistres par la com-
pagnie et/ou son intermdiaire : pondration
2
4. Pourcentage d'aprition Placement de la
coassurance Montage en ligne : pondra-
tion 1
Pices requires: celles cities dans le rgle-
ment de la consultation:
Il s'agit en particulier de:
1) Lettre unique de candidature (indication
des membres et dsignant le mandataire) :
formulaire type DC4 ou lettre quivalente.
2) Declaration du candidate relative son











ANNOUNCES LEGALES


SJeudi 5 Octobre 2006 Justice n 40 Page 15


identity, sa forme juridique, son reprsentant
habilit pour l'engager au present march,
l'existence ou non de procedure collective
(joindre jugement et traduction le cas
cheant) et sa capacity financire: formulai-
re type DC5 ou rdaction quivalente.
1) et 2) Les formulaires DC sont accessible,
non exclusivement, sur le site internet
www.colloc.minefi.gouv.fr.
3) Le pouvoir de la personnel habilite
engager le candidate.
4) Etre en conformit au regard des articles
43, 44 et 45 du Code des marchs publics
franais. La declaration sur l'honneur confor-
me l'article 44.2' du code prcit doit imp-
rativement tre jointe la candidature
(modle joint au dossier de consultation).
5) Les pieces vises l'article 46 du Code
des marches publics seront demandes ult-
rieurement l'attributaire : dtail au rgle-
ment de consultation. Elles peuvent aussi
tre jointes la candidature.
6) Lorsqu'il y a groupement, les documents
prcits sont fournir pour chacun des
membres.
7) Appreciation global chiffre d'affaire des
3 derniers exercices connus ou, si impossi-
ble, les lments utiles la demonstration
de la capacity, sur declaration DC5 ou qui-
valente.
8) Rfrence en matire de collectivit loca-
le, sur declaration DC5 ou quivalente.
Dlai de validity des offres : 180 jours
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre administratif peuvent tre
obtenus :
Conseil regional de la Martinique (service
des marchs et de la command publique)
ou en ligne l'adresse sus indique.
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre technique peuvent tre obte-
nus :
Socit PROTECTAS B.P. 28 35390 LE
GRAND FOUGERAY Tl. : 0299083340 -
Fax : 0299083341 Mail : protectas@protec-
tas.fr
Conditions d'obtention des documents
contractuels et des documents additionnels :
Obtention gratuite.
Instances charges des procedures de
recours :
Tribunal administratif Croix de Bellevue -
97200 Fort-de-France
Nomenclature :
- Classification CPV vocabulaire commun
marchs publics :
- lot 1 66336000-4
- lot 2 :66337000-1
-lot 3 :66334100-1
- lot 4 : 66331000-9
-lot 5 : 66333000-3
-lot 6 :66332000-6
-lot 7: 66332000-6
-lot 8 : 66334000-0
Date limited de reception des offres:
LE 7 NOVEMBRE 2006 12H00
Langue pouvant tre utilise pour la prsen-
tation du dossier d'offres : Fr (Franais)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes:
Reception des offres par pli recommand ou
contre rcpiss au Conseil Rgional de la
Martinique Service des Marchs et de la
Commande Publiuqe Rue Gaston Defferre
Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
ou en line l'adresse Internet sus indique.
Date, here et lieu d'ouverture des offres :
OUVERTURE PRVUE LE 8 NOVEMBRE
2006 10 HEURES AU CONSEIL RGIO-
NAL
S'agit-il d'un avis obligatoire : OUI
Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
duire les attestations sociales et fiscales :
8 jours calendaires.
Autres renseignements :
Procedure dmatrialise
Le Conseil Rgional de Martinique met gra-
tuitement la disposition des candidates une
plate-forme de dmatrialisation accessible
via l'adresse Internet suivante :
http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
chs publics"
Cette plate-forme permet notamment (muni
de la rfrence d'identification du march
porte au present avis d'appel public la
concurrence) :
- la recherche des consultations passes par
la Region Martinique


- le tlchargement des avis, rglement de
consultation et DCE
- la transmission par voie electronique des
dossiers d'offre.
Les candidates qui ont transmis leur dossier
d'offre par voie lectronique peuvent, en
parallle, faire parvenir la Region
Martinique une copie de sauvegarde de ce
dossier ; ceci sur support physique lectro-
nique (CD, DVD) ou sur support paper.
Lenvoi se fera selon les conditions prci-
ses dans le rglement de la consultation.
Date d'envoi au JOUE / BOAMP:
Le 27 Septembre 2006
Date d'envoi du present avis aux organes :
Le 28 Septembre 2006
FA 6867

VENTE D'UN FONDS DE COMMERCE
Par acte sous seing priv en date du 14 aot
2006. enregistre le 28 septembre 2006 la
Recette des Impts de Fort-de-France sous
le bordereau 2006/274, case n 1, Est 881.
La socit LA BANQUISE, SARL au capital
de 7.622 euros, domicili l'Anse l'Ane
97229 LES TROIS ILETS, immatricule au
RCS de Fort-de-France sous le numro B
421 239 146, reprsente par ses grants a
cd :
La socit PINOCCHIO, SARL au capital de
8.000 euros, domicilie 14 Chemin Rateau -
97229 TROIS ILETS, immatricule au RCS
de Fort-de-France sous le numro B 491
383 972, reprsente par sa grante,
Un fonds de commerce de restauration
connu sous l'enseigne CROCQ'EN BOU-
CHE, situ l'Anse IAne 97229 LES
TROIS ILETS, moyennant le prix de 100.000
euros.
Lentre en jouissance est fixe au 14 aot
2006.
Les opposition seront reues la SCP
DUBOIS, domicilie Zone de Dillon Stade,
Immeuble Avantage 97200 FORT-DE-
FRANCE, o il a t fait election de domici-
le. Elles devront tre faites au plus tard dans
les dix jours qui suivront la dernire en date
des publications prvues par la loi.
Pour insertion
FA 6868

AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 28 sep-
tembre 2006, il a t constitu une socit
responsabilit limite :
Dnomination social : SOCIT
CARIBENNE DE LOCATION D'ENGINS
(S.C.L.E.)
Capital : 2.000 EUR
Sige social : BEL EVENT 97226 LE
MORNE VERT
Objet : Toutes activits de prestations de ser-
vice dans le secteur du BTP et du transport
et notamment la location avec oprateur
d'engins de vhicules spcialiss, matriels
de levage et de transport.
Dure : 99 annes
Grant : Monsieur Michel GARAUD-
REGUILLET, demeurant Bel Event 97226
MORNE VERT
La socit sera immatricule au Registre du
commerce et des socits tenu au greffe du
tribunal de commerce de Fort-de-France.
Pour avis et mention
Le Grant
FA 6869
AVIS DE CONSTIUTTION

Par acte sous seing priv en darte du 28
septembre 2006, il a t constitu une soci-
t responsabilit limite :
Denomination social : CARAIBE RECY-
CLAGE
Capital : 8 000 EUR
Sige social : BEL EVENT 97226 LE
MORNE VERT
Objet : Toutes operations se rapportant la
conservation, l'entretien, la protection, la
dpollution de l'environnement
Dure : 99 annes
Grant: Madame Karine ULRIC, demeurant
53 Lotissement des Citronnelles 97222
CASE PILOTE
La socit sera immatricule au Registre du
commerce et des socits tenu au greffe du
tribunal de commerce de Fort-de-France.
Pour avis et mention
Le Grant


FA 6870
SCP "Alphonse BELHUMEUR
et Bruno HAYOT
Notaires TRINIT"
"SOBAL"
Socit civil au capital de
Sige: Chez M. Michel BALLAND
Pointe Jacob 97240 FRANCOIS

Aux terms d'une dlibration de l'assem-
ble gnriae extraordinaire du 14 septemb-
re 2006, les associs de la socit "SOBAL"
ont dcid de transfrer le sige social de
ladite socit l'adresse suivante : "Chez M.
Michel BALLAND, lieudit "Pointe Jacob" -
97240 FRANCOIS".
En consequence l'article 2.2. des status a
t modifi.
Pour avis et mention
Bruno HAYOT
Notaire
FA 6871
AVIS DE TRANSFER DE SIEGE SOCIAL
DE LA FRANCE CARAIBE
DRESSING ET PLACARD
Au capital de 7 630
Siret n' 479 998 064 00014 APE : 361 G
Ancienne mention : 6 Lot. Les Bambous -
97232 LAMENTIN
Nouvelle mention : 26 Rue des Eaux
Dcoupes 97200 FORT-DE-FRANCE.
Pour avis, la Grance
FA 6872
SARL FRANCE CARAIBE
DRESSING ET PLACARD
Au capital de 7 630
26, Rue des Eaux Dcoupes
97200 FORT-DE-FRANCE
Par dlibration de l'assemble gnrale
extraordinaire du 15Octobre 2006, Mlle
WONG Kwok Mee demeurant Rsidence
Bellevue Appt. 55 Grand Camp 97142
ABYMES, a t nomme Grante en rem-
placement de Mlle THOMAS Sandra,
demeurant 6 Lot. Les Bambous 97232
LAMENTIN, computer du 01/11/06.
Les status ont t modifis en consquen-
ce.
Pour avis
La Grance
FA 6873

AVIS D'ATTRIBUTION DE MARCH
Lavis d'appel public la concurrence a fait
l'objet d'une publication.
B.O.A.M.P. N' : n 50A ref 234 paru le :
11/03/2006
LETTRE HEBDO DU BTP paru le
08/03/2006
FRANCE ANTILLES N : M03124 paru le :
10/03/2006
JUSTICE N : FA 6021 paru le : 16/03/2006
NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE LOR-
GANISME ACHETEUR :
Dpartement de la Martinique Htel du
Dpartement Avenue des Carabes 97200
FORT-DE-FRANCE
OBJET DU MARCH:
Objet du march :
TRAVAUX DE CONSTRUCTION DU CEN-
TRE MEDICO SOCIAL DE SAINTE-LUCE
CRITRES D'ATTRIBUTION RETENUS:
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function du critre nonc ci-
dessous:
- Prix des prestations
PROCEDURES:
Type de procedure
Marchs ngocis avec mise en concurren-
ce pass en application de l'Article 35-1-1 du
CMP.
Soumissions non conformes ou irrecevables
en rponse une procedure ouverte ou res-
treinte.
ATTRIBUTION DU MARCH :
Titulaire: COTRAM BTP 97232 LAMENTIN
March N : 06074
Montant: 1 063 741,08 Euros H.T.
RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES :
Date d'attribution du march : 18/07/2006
Date de notification du march : 08/09/2006
Date d'envoi du present avis la publication :
29 Septembre 2005
FA 6874


AVIS D'ATTRIBUTION

Lavis d'appel public la concurrence a-t-il
fait l'objet d'une publication ? NON
NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE LOR-
GANISME ACHETEUR:
Deparlement de la Martinique Htel du
Department Avenue des Caraibes 97200
Fort-de-France
OBJET DU MARCH :
Objet du march :
TRAVAUX DE REFECTION DES
CLTURES ET D'AGRANDISSEMENT DU
PARKING DES PROFESSEURS DU COL-
LEGE DE TERREVILLE.
Type de march de travaux : Excution
Nomenclature
CRITERES D'ATTRIBUTION RETENUS:
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprecie en function des critres noncs
ci-dessous :
Dlai d'excution = 60 %
Prix des prestations = 40 %
PROCEDURES:
Type de procedure
Appel d'offres ouvert pass en application
des Articles 33 3al et 57 59 du CMP
ATTRIBUTION DU MARCH :
Titulaire : Groupement d'entreprises solidai-
res ELAN / PAT'ELECK
Mandataire : ELAN 97200 FORT-DE-
FRANCE
March N' : 06075
Montant : 483 691,91 Euros H.T.
RENSEIGNEMENTS COMPLMENTAIRES:
Date de notification du march: 12/07/2006
Date de notification du march : 25/09/06
Date d'envoi du present avis la publication :
29 Septembre 2006.
FA 6875

AVIS D'ATTRIBUTION DE MARCH
Lavis d'appel public la concurrence a-t-il
fait l'objet d'une publication ? OUI
NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE LOR-
GANISME ACHETEUR :
Dpartement de la Martinique Htel du
Dpartement Avenue des Carabes 97200
Fort-de-France.
OBJET DU MARCH:
Objet du march :
RD45 MODERNISATION DU ROND
POINT DU VIET-NAM-HROIQUE AU CAR-
REFOUR DU VIEUX-MOULIN 1ERE
PHASE LOT N 2 ENROBES
Type de march de travaux : Excution
CRITERES D'ATTRIBUTION RETENUS:
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function des critres noncs
ci-dessous :
Lot n 2 : Enrobs
- Prix des prestations
Le critre dlai sera apprci sur la base
d'un planning d'excution fourni par le candi-
dat.
PROCEDURES:
Type de procedure
Appel d'offres ouvert pass en application
des Articles 33 3al. et 57 59 du CMP.
ATTRIBUTION DU MARCH:
Lot: 2- Enrogs
Titulaire : CARAIB-MOTER 97232 LAMEN-
TIN
March N : 06070
- Tranche ferme :
Designation : Tronon compris entire le rond-
point du Viet-Nam Hroque et la rue des
Alpinias
Montant: 51 421,70 Euros H.T.
- Tranche Cond. 1 :
Designation : Tronon compris entire la rue
des Alpinias et la rue des Cyclades
Montant: 51 968,50 Euros H.T.
- Tranche Cond. 2 :
Designation : Tronon compris entire la rue
des Cyclades et la Route de l'Union
Montant : 74 803,60 euros H.T.
- Tranche Cond. 3:
Designation : Tronon compris entire la
Route de l'Union et le carrefour du Vieux-
Moulin
Montant : 92 888,70 Euros H.T.
RENSEIGNEMENTS COMPLMENTAIRES:
Date d'attribution du march : 04/04/2006
Date de notification du march: 12/09/06
Date d'envoi du present avis la publication :
29 Septembre 2006.
FA 6876







Cd I i i c n 4 P 1


Litterature


i malget des Rilmorns
omande Jan Brnab


] a. ., .. .. ... L ...
Jean Bernab est connu comme un
minent linguiste et un dfenseur
passionn de la langue et de la cul-
ture croles. Sa reputation, bien
mrite, dpasse les frontires de
la Martinique et lui vaut d'tre fr-
quemment invit faire des course
ou des conferences dans un certain
nombre d'universits europennes
et nord-amricaines.
Auteur, avec Confiant et
Chamoiseau, d'Eloge de la crolit
(1989), il s'est lanc dans l'aventu-
re de la creation romanesque avec
un premier roman public en 2002
(Le Bailleur d'tincelles), suivi en
2004 de Partage des anctres et en
2006, de La malgeste des mornes.
Un roman tous les deux ans, tel
semble tre le rythme qu'il a adop-
t. Ses trois oeuvres romanesques
ont la particularit de dialoguee"
les unes avec les autres et main-
tiennent entire elles une relation
intratextuelle. C'est ainsi que dans
La malgeste des mornes apparais-
sent des personnages et des


Iraai~rr~


es 29 e'30.(septenbre 2006 ,l14 .i AGOULOUGRANFAL,? Ici, ;: a terre 'de cette le caribenne
pice ade tt-t AGOULOlOU-. voracit, alli au dsir tyrannique-. appele AGOULOULAND et mont-
LAND deDI I.Bo ianmise'en 'de consommation, de products exo-i ., rent la voie de l'avenir.
scne par Brard Bourdon,. ravi; tiques, est symbolise par le couple Mais lorsqu'on est aussi glouton
les'.-spectate martiiquais ':I :'Agla et Gatan Agoulou, l'obsit ,Agla et Gataii .peut- on entendre
s'agit'd',uiie .ue,' ed esalinat on, "'dmesure, terroiiss par la per-: raison ? ,-
d'ne satire 'destine' nous faire. -spective de mourir de faim le jour Non Et le public est'invit rire
rflchir ;aux dangers de la surcon- o le cordon ombilical viendra. A leur dpens. AGOULOULAND :
sommatibon de"i product imports 'tre coup. La sagesse est reprsen- une pice voir et donner voir
d'ailleurs, ,sngulirement de pro- te par un autre couple de paysans dans nos diffrents lieux scnique.
duits alimentaires. Qui ne connat -bitako qui cultivent avec amour la Andr Constant


situations de Le Bailleur d'tincelle
et de Partage des anctres. Le pro-
cd, qui n'a rien d'original, permet
de crer chez le lecteur une impres-
sion de familiarity avec ces person-
nages rcurrents, comme dans le
roman policies, par example.
D'habitude, les auteurs se garden
de signaler que tel ou tel personna-
ge de tel roman est dj apparu
dans tel roman antrieur. Bernab
choisit de le faire en recourant aux
notes en bas de page, manire de
faire connatre ses lecteurs l'exis-
tence de ses autres ouvres roma-
nesques.
La malgeste des mornes: ce titre
interpelle par son originalit. En
effet, le mot "malgeste" est une
creation de l'auteur, un nologisme
construit sur le modle de "mal-
heur": il announce le contraire d'une
gestee" (mot qui signifie "exploit",
"haut fait"). Quant au mot "mor-
nes", il nous situe bien chez nous,
sur ces minences qu'en franais de
France on appellerait plutt "colli-
nes".
"Malgeste" rappelle "msaventure",
et de fait, au lieu d'un hros, on a
affaire un anti-hros, prsent il
est vrai, sur le monde humoris-
tique.
En guise de "chapitres", l'auteur
nous offre une srie de "layons"
(mot significant "sentier trac en
fort pour faciliter la marche,
selon le "Petit Robert"). Cela veut-
il dire que le roman a t conu
comme une fort o on risque de se
perdre ?
Sans doute pas, bien qu'il exige un
certain effort intellectual pour tre


bien compris, cause de son
style dense, de ses jeux de mots,
des frquentes interpellations du
lecteur par le narrateur : Jol
Barthlmy, "faonneur de biogra-
phies".
L'action se droule la fois en
Martinique et en France. Les per-
sonnages principaux sont des intel-
lectuels petits-bourgeois phraseurs
ou coqueurs de femmes, comme on
en trouve dans toutes les villes uni-
versitaires de France frquentes
par les Antillais.
Le sexe tient une grande place
dans la vie du protagonist
Georges-Alexandre Zozime
("Sansann pour la famille, Gro-Gaz
pour la chronique populaire"), natif
de Morne Gros-Tototte. Ce coqueur
invtr est victim d'un bk
martiniquais qui, au nom de la
science, labore un stratagme
pour filmer son insu ses bats
amoureux dans la chambre 12 de
l'htel parisien o il descend syst-
matiquement quand il rside dans
la capital.
Au plan linguistique, La malgeste
des mornes reflte la ralit
antillaise : la langue franaise
crolise en maintes occasions,
laisse place par moments la lan-
gue crole. Jean Bernab rvle sa
parfaite matrise du franais
moderne, mtin, il est vrai, de
franais ancien.
Son criture n'est pas sans rappe-
ler celle de Raphal Confiant. Elle
est belle, mme si elle laisse trop
percevoir les efforts dploys pour
arriver la plnitude d'un style
personnel et captivant.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs